Les actualités à Madagascar du Samedi 19 Octobre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara18 partages

Air Madagascar : Besoin impératif de 7 millions USD

La compagnie Air Madagascar n’arrive plus à faire face à ses dépenses courantes et commence à reconstituer de nouvelles dettes qui s’élèvent aujourd’hui à 29 millions USD. En outre, son partenaire stratégique Air Austral n’a pas honoré ses engagements.

L’heure est grave. La compagnie nationale malgache est au bord de la situation de cessation de paiement. Selon les informations recueillies, Air Madagascar manque actuellement de fonds de roulement et n’arrive plus à faire face à ses dépenses courantes. Bien que le taux de remplissage soit à 95% jusqu’à la fin de l’année, cela n’arrange pas la situation de la compagnie qui exploite deux avions budgétivores à rentabilité négative. Un déclin qui tombe au mauvais moment, car la compagnie vient également de perdre son procès contre Air France, ce qui a engendré des condamnations de payer 19.634.305,12 Euros assortis d’intérêts légaux à compter du 6 juin 2018 avec anatocisme, ainsi qu’une somme de 60.000Euros au titre de l’article 700CPC. Tout cela, en sus de l’énorme montant du prix total des deux Airbus A340-300.

Défaut d’Air Austral. Selon les informations, les difficultés d’Air Madagascar sont surtout accentuées par l’absence de fonds de roulement qu’Air Austral aurait dû verser depuis fin 2018, d’un montant total de 25,2 millions USD. En urgence, les actionnaires principaux doivent débloquer la situation pour éviter qu’Air Madagascar tombe en faillite. Ce qui ferait le bonheur d’Air Australe. En effet, l’actuel régime doit trouver des solutions, bien qu’on puisse imputer le souci et la faute aux anciens dirigeants qui ont conclu un contrat opaque et plein de vices cachés avec Air Austral. Cette dernière est d’ailleurs pointée du doigt par la cour de compte français, pour certaines affaires.

Urgent. Face à la situation, il est impératif qu’Air Madagascar trouve 7 millions USD pour renflouer temporairement sa caisse et faire face à ses dépenses courantes. Air Austral doit injecter les 25,2 millions USD en plus des 7 millions USD, une somme qui correspond à des dettes cachées qu’Air Madagascar a du avancer et que l’Etat Malagasy de 2017  a accepté de payer, sans résultat jusqu’à ce jour.

Antsa R.

Madagate5 partages

Andry Rajoelina RN 44. Enfin une réhabilitation effective...ment dans les normes

Le Président Andry Rajoelina n'est pas un de ces charlatans qui ont conduit Madagascar là où il est, c'est-à-dire au rang du 5è pays le plus pauvre du monde. Pour preuve, la démarche très professionnelle qu'il a fait entreprendre dans le cadre de la réhabilitation effective de la RN 44 reliant Moramanga à Ambatondrazaka. Sans plus entrer dans des détails socio-politiques que tout le monde connaît, je rappellerai seulement, ici, que la réhabilitation de cette route menant vers le grenier à riz de la région Lac Alaotra Mangoro, était une promesse éternelle de trois présidents “élus démocratiquement” mais démis de leur fonction par le peuple. Et aucun n'a achevé son mandat). Quant au quatrième (qui a achevé son mandat, lui, de 2014 à 2019, grâce à Jean Eric Le-Pas-Magnifique), il a mis en œuvre ce qu'on pourrait appeler “discontinuité de l’État”...

Pour en revenir à l'actuel Président de la République de Madagascar, je vous propose, aujourd'hui, des extraits d'un épais document de 525 pages qui aurait totalement été ignoré de l'opinion publique s'il avait fallu attendre la bonne volonté de celles et ceux qui prétendent être des “pros” en communication, dans l'entourage immédiat d'Andry Rajoelina. La suite. Soit il se fâche, soit je me fâche... En tout cas, balayant l'attentisme intéressé de ses prédécesseurs, il n'a pas attendu le déblocage des fonds de la Banque mondiale pour lancer le redémarrage de cette réhabilitation, le 14 octobre 2019. Début financé par de l'argent issu de l’État malagasy. Une grande première dans la Grande île de l'océan Indien. Allons-y et ouvrez bien vos yeux et vos oreilles quelque peu abruties par les manigances pseudo-socio-politiques d'un Marc Ravalomanana déjà dépassé par les évènements. Toujours trahi par des judas qu'il ignore (mais c'est la rançon de la trahison), il fêtera très mal ses 70 ans...

A présent, place à la RN 44. Le rapport d’Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) du projet de réhabilitation de la RN44 du PK 20 Marovoay au PK 133 Vohidiala, est un document de 525 pages qui a été achevé en juillet 2019. Ce projet entre dans le cadre du Projet d’Appui à la Connectivité des Transports (PACT), financé par la Banque Mondiale. Il est mis en œuvre par le Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics (MAHTP) et l’Autorité Routière de Madagascar (ARM). Cette étude a été réalisée au courant du deuxième trimestre de cette année 2019. Elle se base sur une définition du projet établie à cette époque. Ce qui fait que, pour les impératifs des travaux routiers, des changements dans la nature des activités, et parfois leur localisation, sont possibles.

La mise en œuvre du projet de réhabilitation de la RN44 du PK 20 Marovoay au PK 133 Vohidiala, va se faire en deux lots, à savoir :

Lot 1 : PK 20 au PK 60 ; Lot 2 : PK 60 au PK133. La durée de l'achèvement total initial des travaux de réhabilitation, est estimée à 36 mois.

A noter que dans les extraits suivants, je n'ai pas inclus le volet “faune et flore” qui fait, néanmoins, partie d'une étude très approfondie et attentionnée. Ce, pour des raisons évidentes d'espace, vous vous en douterez certainement. Il ne s'agit dons pas d'une omission mais d'un choix rédactionnel. Je ferme la parenthèse. Cette étude d’impact constitue la première étape d’un processus de gestion environnementale et sociale plus large, qui verra la mise en œuvre de mesures d’accompagnement environnementales et sociales, parmi s’inscriront d’éventuels compléments d’investigation et d’analyse en fonction des modifications apportées à la conception initiale du projet. Le dossier d’étude d’impact environnemental et social est constitué d'un texte principal de l’étude et le résumé non technique en malagasy, français et anglais, ainsi que les annexes de l’étude.

La réhabilitation de la RN44, part du PK 20 Marovoay jusqu'au PK 133 Vohidiala, dans la Région Alaotra Mangoro. Dans l’ensemble, le tracé suit la route existante, sauf en 7 points sur les 40 premiers kilomètres où des changements de tracé ont été opérés pour des raisons techniques, notamment pour ajustement aux normes des rayons de courbure. Les changements de tracé les plus significatifs totalisent 1.108 m. L’emprise retenue pour la chaussée est de 6 m de largeur circulable, avec des accotements de 1,25 m. Par contre, dans les traversées de zones d’habitations, le projet gardera l’emprise existante. Le revêtement retenu pour la chaussée sera un revêtement en béton bitumineux. Le projet inclut également l’aménagement d’ouvrages de franchissement (remplacement d’une dizaine de ces ouvrages).

La libération d’emprise nécessaire pour l’aménagement de la route affectera 477 ménages dont les principaux biens concernés sont constitués par des terrains, bâtis (clôtures, puits, cuisines, douches latrines), infrastructure agricole et économique, réseaux divers, arbres affectés, activités agricoles.

Les travaux nécessiteront l’approvisionnement de plus de 800.000 m3 de matériaux meubles et plus de 500.000 m3 de matériaux rocheux. L’extraction des matériaux nécessaires se fera au niveau de sites préalablement identifiés par le laboratoire géotechnique. Un volume important de ressources humaines sera également nécessaire (environ 1.700 personnes, dont entre 400 et 600 qui viendront de l’extérieur de la zone).

La mise en œuvre du projet comprend les principales phases et composantes suivantes : la phase de préparation (libération des emprises nécessaires pour les travaux, acheminement des matériels sur le site, préparation des sites connexes); la phase de travaux (mobilisation de main d’œuvre, travaux d’aménagement de la chaussée et des autres ouvrages, exploitation des sites connexes pendant la réalisation des travaux routiers); la phase d’exploitation (utilisation de la route réhabilitée, par les usagers et bénéficiaires).

Sur le plan socio-économique, la population de la zone d’étude est principalement rurale dont l’activité principale est agricole. Le tronçon de route objet du projet de réhabilitation de la RN44 du PK 20 Marovoay au PK 133 Vohidiala, passe par les districts de Moramanga et d’Ambatondrazaka, à travers 6 Communes : Morarano, Amboasary, Bembary, Andaingo, Andilanatoby et Manakambahiny Ouest. Les fokontany des 6 Communes directement touchés par le projet regroupent au total plus de 55 000 habitants. La population est majoritairement constituée par les Sihanaka, suivis par les Bezanozano, les Merina, les Betsimisaraka et les Antandroy ; les migrants représentant en moyenne moins de 10% de la population locale. Comme pour toutes les Ethnies de Madagascar, les Sihanaka ont leurs propres cultures. Néanmoins, comme la zone traversée par la RN44 objet du projet est une zone qui a été et demeure très influencée par la religion chrétienne, les pratiques culturelles ancestrales tendent à disparaitre, même si quelques-unes demeurent encore.

Les investigations sociales réalisées en avril-mai 2019 ont fait ressortir que la réalisation des travaux de réhabilitation rou-tière dans la zone du projet ne demande pas de rituel particulier. Par ailleurs, aucun site culturel n’a été recensé dans l’emprise de la zone d’influence du projet. La route RN44 entre Marovoay et Vohidiala, est une route très fréquentée de jour comme de nuit. En effet, elle permet de relier la RN2 au chef-lieu de la Région Alaotra-Mangoro (Ambatondrazaka). Les véhicules rencontrés sur cette route sont de tous types : taxi-brousse, camions, taxi, véhicules particuliers, tracteurs, « kubota », charrette, moto, bicyclette. Les taxi-brousses et les camions sont généralement les seuls à circuler la nuit.

Dans le programme d'atténuation des impacts moyens et majeurs, plusieurs mesures sont associées à la libération des emprises routières comme, par exemple, le maintien de l’emprise existante pour éviter la relocalisation. Mais si cela s'avère impossible, le Plan d’Action de Réinstallation (PAR) sera mise en œuvre. Ce plan permettra d’assurer la compensation des ménages affectés par le projet ainsi que leur accompagnement pendant le processus. Le budget de compensation des 477 ménages affectés par le projet est présenté dans le tableau concernant le PAR.

Un Plan de Gestion Environnemental et Social des Travaux (PGES Travaux) a été développé, et sera intégré dans le Dossier d'appel d'offres (DAO des travaux pour la sélection des Entreprises en charge des travaux de réhabilitation de la RN44. Les dispositions de ce PGES Travaux comprennent notamment :

- les critères EHS (Environmental, Health, and Safety) de sélection des Entreprises;

- les clauses environnementales et sociales des travaux; - le Code de conduite du personnel de l’Entreprise;

- la gestion des plaintes internes des travailleurs de l’Entreprise. Il existe également un Plan de Gestion Environnemental et Social du Chantier (PGES Chantier).

Concernant, le budget de mise en œuvre du PGES Travaux, il est à noter que l’Entreprise doit redresser tout manquement aux prescriptions dûment notifiées à lui. En effet, le non-respect des clauses environnementales et sociales, dûment constaté, peut être un motif de résiliation de son contrat.

La consultation des parties prenantes dans le cadre de la préparation de cette étude EIES, a été réalisée sous différentes formes :

* Réunions d’information/consultation au début de l’étude, avec les autorités locales et le public, réalisées du 7 au 10 mai 2019. Le projet de réhabilitation routière, ainsi que ses impacts potentiels ont été présentés lors de ces réunions d’information. Ces réunions ont été aussi l’occasion de s’informer sur les éventuelles appréhensions du public sur le projet en général.

* Entretiens avec les différents acteurs locaux (autorités administratives, services de l’État, communautés locales), réalisés en avril-mai 2019. Ils ont été réalisés durant les investigations socio-environnementales de terrain. Le principal objectif était de collecter les informations relatives aux acteurs locaux et à la situation de référence de la zone d’étude par rapport aux différents aspects socio-environnementaux étudiés.

* Réunions de consultation publique, à la fin de l’étude, réalisées du 20 au 24 juin 2019. L’objet de ces réunions de consultation publique était principalement de présenter aux acteurs locaux les résultats de l’étude, spécialement les impacts du projet, les mesures correspondantes et le plan de gestion environnementale et sociale proposé pour le projet.

Les principales préoccupations et remarques émises par le public au cours des consultations, sont récapitulées sous forme de tableaux incluent dans le rapport. La prise en compte de celles-ci dans la préparation du projet et l’élaboration de l’EIES/PGES y est également précisée.

Il est à préciser que le Projet d’Appui à la Connectivité des Transports (PACT) est la première phase d'une série de projets pour appuyer le cadre de priorisation défini par l'analyse spatiale de la connectivité des transports à Madagascar récemment achevée. Le projet recevra un montant limité de ressources de l'IDA de 80 millions de dollars US, par rapport aux montants mis à disposition dans le cadre de projets antérieurs, tels que le Projet d’Urgence pour la Préservation des Infrastructures et la Réduction de la Vulnérabilité (102 millions USD) et le Projet d'investissement dans les infrastructures de transport (164 millions USD). Cette première phase est conforme à la stratégie entendue avec le Bailleur (la Banque Mondiale) qui sera basée sur une approche progressive permettant un engagement continu dans l'amélioration de la connectivité des transports.

Dans le cadre de la première phase du projet, il est proposé la réhabilitation de réseaux secondaires dans les Régions Alaotra Mangoro et Anosy/Atsimo Atsinanana :

 

- La RN44, de Marovoay à Vohidiala, et d’Ambatondrazaka à Vohitraivo

- La RN3A, au niveau de Manaingazipo, et de Vohitraivo à Andilamena

- La RN12A, de Taolagnaro à Vangaindrano

En ajout à ces trois routes secondaires, il a été également retenu l’amélioration des routes tertiaires (provinciales/communales) dans certains districts des mêmes régions prioritaires (environ 20 million USD). Cette sous-composante financerait des travaux d'amélioration ponctuelle à l'intérieur de l'emprise existante sur les routes rurales dans les districts ciblés des régions prioritaires identifiées par l'analyse spatiale, y compris les études de conception et les activités de contrôle et surveillance. Les travaux comprendront également la reconstruction des structures de drainage (dalots et fossés) pour les rendre plus résistantes au climat. Les routes rurales seront sélectionnées au cours de la mise en œuvre du projet à l'aide d'une analyse multicritères fondée sur la pauvreté, la production agricole, l'accès aux équipements sociaux et d'autres facteurs, notamment l'efficacité des investissements et la vulnérabilité climatique. La longueur totale des routes qui seraient soutenues dans le cadre de cette composante sera déterminée en fonction des normes aux-quelles elles seraient améliorées, de la méthode de mise en œuvre, ainsi que du nombre de districts participants qui ont une capacité suffisante pour mettre en œuvre les projets.

Pour en revenir à la réhabilitation de la RN44, objet du rapport de 525 pages, la route peut être découpée en quatre tronçons homogènes du Sud au Nord :

1er tronçon, du PK 20 Marovoay au PK 42+700 Tsarafasina : le tracé se trouve en zone basse, plate et assez loin du fleuve ;

2èmetronçon, du PK 42+700 Tsarafasina au PK 61+500 Amboasary : le tracé se trouve en crête douce, avec un relief peu marqué mais quelques franchissements marqués ;

3èmetronçon, du PK 61+500 Amboasary au PK 92+000 Ambodirano : le tracé se trouve en zone très basse, plate, inondable, ensablée, proche du fleuve Mangoro ;

4èmetronçon, du PK 92+000 Ambodirano au PK 133 Vohidiala : le tracé se trouve en crête marquée ; c’est la zone la plus haute du tracé, avec le passage de la ligne de partage des eaux Alaotra-Mangoro. Il y a quatre grandes ravines érodées (lavaka).

Dossier réalisé par Jeannot Ramambazafy

Source principale: Banque mondiale

Dossier également publié dans "La Gazette de la Grande île" du samedi 19 octobre 2019

CLIQUEZ ICI POUR GRAND FORMAT

Midi Madagasikara2 partages

Football – CHAN : Les Barea dormaient par terre à l’aéroport de Windhoek

Le grand jour est arrivé pour les Barea B. Ils vont affronter la Namibie cet après-midi pour le match retour de la troisième et dernière journée de qualification du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2020.

Silence, les Barea récupèrent ! C’est le mot d’ordre qui prévaut au sein des Barea qui sont arrivés jeudi dernier à Windhoek, capitale Namibienne. Prudent, le staff technique a tout fait pour préserver les joueurs.

A leur arrivée, Les Barea ont dû passer 2h30 à l’aéroport en raison d’un souci au niveau de  l’immigration. La réciprocité des visas aurait été la cause du problème, finalement résolu par un élément dépêché par la Fédération malgache de football. Les procédures ont duré des heures au grand dam des joueurs qui dormaient à même le sol de l’aéroport.

Heureusement pour les Barea, l’hôtel Protea où ils logent, offre tout le confort d’un cinq étoiles.

Dans une ambiance plus détendue, l’équipe a pu reprendre l’entraînement dans l’après-midi à l’heure à laquelle le match se déroulera, c’est à dire à 16h locale.

Confiant, Franklin Andriamanarivo pense avoir trouvé la bonne formule avec sa composition en 4-3-3. Seront ainsi alignés pour le match : Ando dans les buts ; Ronald, Ando, Berajo et Toby en défense ; Lolody et Baggio en sentinelle avec Santatra jouant le rôle de meneur ; Elio en avant-centre avec Tsito et Jean Yves sur les ailes en attaque. Bref, une nouvelle approche pour déstabiliser ces Namibiens. Et Franklin Andriamanarivo y croit !

 Clément RABARY

Midi Madagasikara2 partages

Ambohitrimanjaka : Appel à l’apaisement

Face à la situation qui prévaut à Ambohitrimanjaka, le HCDDED, le CNIDH et le CFM lancent  un appel à l’apaisement. Une déclaration qui a été faite, hier, au siège de ce dernier. « Madagascar étant un pays démocratique, la violence n’a pas sa place, que ce soit du côté du peuple que du côté des forces de l’ordre » , ont-ils soutenu. Ils estiment en outre, que la communication reste insuffisante sur ce sujet. Ils invitent également le pouvoir central à suspendre le début des travaux  et aux habitants  d’interrompre leurs manifestations et de se concerter autour d’une table. L’objectif c’est de trouver une issue à ce litige.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Antsiranana : Escale de la frégate Nivôse

Escale de la frégate Nivôse Antsiranana

Contrairement aux autres conseils de gouvernement, il n’y avait eu que peu de communications lors du conseil du 16 octobre dernier. Il s’agit notamment au titre du ministère de la Défense Nationale, d’un accord pour l’escale de la Frégate Nivôse à Antsiranana. Pour le compte du  ministère de la Jeunesse et des Sports,

accord pour le compte-rendu et suivi des Premières Conférences des Ministres africains en vue de la mise en oeuvre en Afrique du Plan d’Action de Kazan. Il a été aussi décidé lors de conseil d’un décret fixant l’organisation, les attributions et le fonctionnement de la Cellule de Prévention et d’appui à la Gestion des Urgences (CPGU) à la Primature. Au niveau du ministère de la Justice, décret complétant le décret n°2011-489 du 06 septembre 2011, portant réorganisation des Directions Régionales de l’Administration Pénitentiaire.

Virement de crédits. Quant au ministère de l’Economie et des Finances, décret portant virement de crédits inscrits au Budget d’Exécution 2019 du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, décret portant virement de crédits inscrits au Budget d’Exécution 2019 du Ministère de la Santé Publique et décret complétant et modifiant certaines dispositions du décret n°2017-693 du 16 aout 2017 autorisant la création du compte de prévision de crédits du SE-COMINT chargé de l’assainissement de la filière bois de rose et bois d’ébène, et fixant les modalités de fonctionnement.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Vetaveta tamin’ny alalan’ny aterineto : Olona valo nosamborina teny Namontana

Mpanera mpivaro-tena roa, lehilahy sy vehivavy, no nosamborin’ny zandary avy amin’ny ao Sampana fikarohana heloka bevava etsy Fiadanana ny alakamisy teo, tetsy Namontana, niampy vehivavy enina. Raha ny fanazavàna azo avy amin’ireo tompon’andraikitra dia faneràna tovovavy hivaro-tena amin’ny alalan’ny aterineto no anenjehana ireto olona roa ireto. Ny zava-nisy : nisy ny loharanom-baovao azon’ireo mpitandro filaminana fa misy olona manangona vehivavy hiasa hanodina horonantsary eny Namontana eny. Ary vehivavy ihany no tadiavin’izy ireo, izay zavatra nampiahiahy tanteraka. Rehefa nisy ny fanadihadiana natao dia fantatra fa hanodina horonantsary mamoafady amin’ny alalan’ny « webcam » ny antony niantsoana ireo vehivavy hiasa. Nandray an-tanana ny raharaha avy hatrany izy ireo ary nisy ny fidinana teny an-toerana, taorian’ny alalàna nomena ireto mpanao fanadihadiana, nisava ilay trano voatondro. Tratra tao an-toerana moa ny lehilahy sy vehivavy izay voalaza fa tompon’ilay trano. Ankoatra izay anefa dia nahitàna vehivavy maromaro (miisa enina), teo anoloana solosaina tao anatin’io trano io. « Miboridana izy ireo ary manao fihetsika mamoafady (erotique) eo ry zareo».  Nogiazana avokoa moa ireto fitaovana tao amin’io trano, izay nahitàna solosaina maromaro sy kojakojana samihafa, anisan’ny filahiana hazo anakiroa, fampiasan’ireo vehivavy. Nosamborina avokoa moa izy ireo ary nentina nanaovana fanadihadiana. Ny alatsinainy ho avy izao no fantatra fa hanolorana azy ireo eny anivon’ny Fampanoavana.

Efa mivoatra manaraka ny teknolojia tokoa ny fivarotan-tena amin’izao, ary manaraka izany ihany koa ireo olona mpanera mpivaro-tena. Tsiahivina fa melohin’ny lalàna eto amintsika ny faneràna olona hivaro-tena na amin’ny endriny inona na amin’ny endriny inona, araka ny voalazan’ny fehezan-dalàna famaizana, ao amin’ny andininy faha-334, andalana fahefatra.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Rugby : Huit jeunes malgaches participeront au « Kids Rugby Festival » du Japon

Détenteurs de leur VISA, les huit jeunes malgaches s’apprêtent à participer au « Kids Rugby Festival ».

L’équipe malgache sera composée de huit jeunes rugbymen dont quatre filles et quatre garçons. Ils s’apprêtent à partir au Japon du 23 au 27 octobre pour le Kids Rugby Festival, et assister à la demi-finale de la Coupe du Monde.

Grâce à la Fondation Société Générale, au ministère de la Jeunesse et des Sports  et à l’association Terres en Mêlées, une équipe malgache composée de huit jeunes en l’occurrence, Angeline, Jean-Edmet, Lina, Perinné Brichelle, Moustapha, Mélanie, Hovah Lina et Giraldo, participera au « Kids  Rugby Festival ». En effet, il s’agit d’un événement hors du commun, du partage, de la découverte et d’interculturalité qui s’étalera du 23 au 27 octobre au Japon. Le festival rassemblera les jeunes de Chine, de Corée, de l’Inde, d’Hong Kong, d’Australie, de Taïwan, du Vietnam, et bien sûr, de Madagascar.

Une passion commune. Âgés de 12 à 14 ans, ces jeunes viennent de loin, très loin et s’apprêtent à vivre une expérience unique au cœur de la Coupe du Monde de Rugby. « Ils viennent de Tuléar, d’Ambatomilo et de Satrokala. Ils sont Vezo ou Bara. Si certains vivent en ville, d’autres sont issus des villages où l’eau potable et l’électricité sont loin d’être des acquis. Cependant, filles comme garçons, ils partagent une même passion inébranlable pour le rugby » a fait savoir Pierre Gony, le fondateur et directeur de Terres en Mêlées. Depuis quatre ans, ils bénéficient des actions de Terres en Mêlées au sein de leur communauté. « Plus qu’un simple jeu, le ballon ovale est devenu peu à peu une école pour apprendre à se connaître, à devenir quelqu’un, et à vivre avec les autres », a-t-il ajouté.

Marcelia également de la partie. Quatre activités seront programmées durant les quatre jours du festival. Le moment le plus fort pour les jeunes malgaches c’est d’assister au coup d’envoi des demi-finales de la Coupe du Monde de Rugby. Mis à part cela, il y aura une journée d’échanges mutuels et de découverte de la culture japonaise, un tournoi de rugby, une sortie de sensibilisation à l’écosystème aquatique dans l’aquarium Seaparadise de Yokohama.

Entre-autres, cette équipe sera encadrée par Marcelia, qui est devenue ambassadrice de la Coupe du monde de rugby, et porte la voix des femmes malgaches au firmament du rugby mondial. La délégation quittera le pays ce mardi.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Marchés publics : L’ARMP lance un programme de renforcement de capacités

Vonjy Harisson Razafy, le DG de l’ARMP

La bonne gouvernance passe aussi par une meilleure gestion des marchés publics. Raison pour laquelle, l’Autorité de Régulation des Marchés Publics multiplie les efforts pour y parvenir.  Les actions menées se situent actuellement  au niveau de la vulgarisation de la n°2016-055 du 25 janvier 2017 portant sur les marchés publics.

C’est ainsi qu’un programme de renforcement de capacités  est actuellement en cours pour  les acteurs de  la commande publique des services techniques déconcentrés au niveau des 18 chefs-lieux de région de Madagascar.

Indispensable

Lors d’un point de  presse qu’il a donné, hier à Anosy, le DG de l’ARMP, Vonjy Razafy Harisson  a expliqué que  les donnes ont changé depuis la promulgation  progressive des textes d’application du code des marchés publics  de 2017. Du coup, il s’avère indispensable de renforcer la capacité des exécutants des mesures prévues  dans ces textes. « La bonne application de ces textes  a le mérite de renforcer la bonne gouvernance financière dans un premier temps et d’accélérer l’exécution des dépenses publiques, tout en préservant l’utilisation rationnelle et efficiente des derniers publics dans un deuxième temps ». Et c’est ce qui justifie les efforts menés par l’ARMP afin que les responsables  et acteurs de la commande publique bénéficient d’un programme de recyclage ou de renforcement de capacités sur les nouvelles dispositions réglementaires  concernant les marchés publics à Madagascar.

Autorité de tutelle

Les formations qui seront dispensées tiennent compte des audits du système de passation des marchés et seront basées sur des applications pratiques, allant de la détermination des besoins jusqu’à la finalisation du contrat, en parallèle avec les informations sur les nouvelles dispositions et les saisies sur le  système informatisé de gestion des marchés publics (SIGMP). Il est à noter que ce programme de renforcement s’étalera sur une durée de 2 mois et débutera dès lundi pour les régions Haute Matsiatra et Atsimo-Atsinanana. La session aura lieu dans la semaine du 20 décembre pour les régions Boeny et Atsimo-Andrefana.  En tout cas, le ministère de l’Economie et des Finances qui  est l’autorité de tutelle de l’ARMP démontre, une fois de plus, sa volonté  de rendre effective la bonne gouvernance.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

CENI : Pas de candidats d’Etat aux Communales

La pré-campagne bat son plein. Elle atteint une intensité exceptionnelle dans la Capitale, notamment entre deux candidats, ceux du TIM et de l’IRK. Ce qui confirme l’enjeu hautement stratégique de la conquête de la mairie d’Antananarivo.

La campagne électorale proprement dite des Communales du 27 novembre débutera le 6 novembre. La CENI constate des améliorations sur l’évolution de la situation. « Notre sensibilisation a quand même apporté ses fruits. Ces derniers temps, on ne voit pas tellement des candidats qui usent et abusent des affichages, des flyers et des tracts pour convaincre les électeurs à voter pour eux. », a affirmé le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo. Ce dernier de mettre les points sur les « i » : « Par contre, on constate des tentatives de violer le principe de neutralité et d’impartialité des services publics et des collectivités. Des rapports qui nous sont parvenus font état des agissements de certains chefs fokontany qui soutiennent des candidats. La CENI tient à réitérer qu’il n’y a pas de candidats d’Etat. Si les dépositaires des pouvoirs publics veulent soutenir des candidats, ils doivent demander une autorisation spéciale d’absence. » Thierry Rakotonarivo lance un appel à tous ceux qui possèdent des preuves d’irrégularité à agir. « Pour cela, il faut oser témoigner. Les photos et les sonores ne suffisent pas. Il faut constater par voie d’huissier les irrégularités », explique-t-il.

Structures ad’ hoc. Quant aux préparatifs des Communales du 27 novembre, on procède au niveau de la CENI à la mise en place des structures ad’ hoc à implanter dans les chefs-lieux des provinces. « Une structure ad’ hoc est composée d’un ou de deux commissaires électoraux nationaux et de six commissaires électoraux régionaux. Cette structure sera chargée du traitement des résultats et de la proclamation des résultats provisoires prévue le 16 décembre au plus tard. Chaque structure ad’ hoc de chaque province aurait son propre calendrier de proclamation des résultats provisoires. Mais elle ne devra pas dépasser ce 16 décembre. », souligne le vice-président de la CENI. D’après Thierry Rakotonarivo, tous les imprimés électoraux dont les bulletins uniques seront acheminés vers les districts, les communes et les bureaux de vote à partir du 06 novembre. « Les 27.300 urnes transparentes supplémentaires et les listes électorales sont déjà prêtes. », indique le vice-président de la CENI. A noter que les tribunaux administratifs sont compétents pour juger les contentieux liés aux prochaines Communales, et proclamer les résultats officiels des scrutins.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Tennis de table- Championnat de Madagascar : La phase finale ce week-end

Après trois jours de compétitions, le sommet national du tennis de table entamera sa phase finale ce week-end au gymnase couvert Ankorondrano. Le moment le plus attendu sera les finales en simple de toutes les catégories de demain. La première journée a été marquée par une rencontre par équipe. Cependant, l’équipe de l’Acacias Analamanga était sacrée champion chez les séniors hommes, en s’imposant le Jovena sur le score de 3 sets à 2. Du côté dames, pour une revanche, le Jovena a remporté le titre en battant l’Acacias par 3 sets à 0. L’Asa Analamanga et le Gecko Sport Alaotra Mangoro ont brillé chez les jeunes. A savoir que 380 pongistes issus de cinq ligues que sont Analamanga, Matsiatra Ambony, Amoron’i Mania, Vakinankaratra et Atsinanana, ont participé à ce championnat. Il s’agit d’une première détection pour le championnat d’Afrique qui se déroulera à Madagascar en avril 2020.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

EPP Ambohitrarahaba : Les élèves récompensés par un voyage d’études

les futurs élèves de sixième de l’EPP Ambohitrarahaba à Foulpointe avant la rentrée scolaire 2019-2020.

On en a déjà parlé dans nos colonnes, l’association «  Les amis de l’EPP d’Ambohitrarahaba » qui a financé une grande partie des infrastructures de cette école, a promis aux élèves de la classe de septième un voyage d’études s’ils réussissent le concours d’entrée en classe de sixième. Ils étaient donc 44 à partir dans l’Est du pays du 24 au 29 septembre 2019, une escapade financée à hauteur de six millions d’ariary par l’association.

Voyage de découvertes. Le voyage ne consistait pas ici à aller directement d’Antananarivo à Tamatave. Non, les élèves ont d’abord été emmenés au Parc d’Andasibe avant de se rendre à Tamatave pour finir leur parcours sur les plages de Foulpointe. Ainsi, sur la RN2, les cars se sont arrêtés à deux points qui ont permis aux élèves de découvrir le barrage de Mandraka et de voir les Indri Indri à Andasibe. Mais outre les merveilles sur la RN2, les découvertes se sont multipliées à Tamatave et Foulpointe : visite du fort et du port, premier contact avec la ville et la mer pour certains élèves, le bureau des recettes de la douane et bien d’autres encore.

En gros, le rapport des encadreurs lors de ce voyage dit que tout s’est bien passé, qu’aucun problème majeur n’a été enregistré en dehors  des petits contre-temps  liés au mauvais état de la route.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Appel à un esprit d’apaisement

Ceux  qui  contestent le projet  Tana masoando ont des arguments à faire valoir.   Jusqu’à présent, ils n’ont pas été entendus. Le dialogue ne s’est pas instauré entre les deux parties. Pour se faire entendre, ils ont organisé des manifestations, mais cela a été fait  en pure perte puisqu’ils n’ont pas été entendus. Les promoteurs ont décidé d’aller de l’avant et le clash a donc eu lieu. L’annonce d’une grande manifestation ce jour n’augure rien de bon, mais l’appel à l’apaisement lancé par certaines associations  ne peut qu’être bénéfique.

Appel à un esprit d’apaisement

Le renforcement de la  sécurité à Ambohitrimanjaka avec  une présence accrue des   éléments de l’EMMOREG  sur les lieux à partir d’aujourd’hui est fait  pour empêcher les débordements. Les manifestations ne seront pas interdites selon le préfet, mais elles ne devront générer aucune violence. Pour le moment, on ne sait absolument pas quelle forme prendra la contestation des opposants. Jusqu’à présent, il s’agissait  de manifestations avec des banderoles. Ce qui s’est passé avant-hier a  pris de court les autorités convaincues d’avoir mis fin à  ce mouvement de protestation. La violence des manifestants présents sur place les a de toute évidence pris de court. La réponse apportée par les forces de l’ordre a été faite de manière improvisée. Les gendarmes pris à partie ont riposté à coups de grenades lacrymogènes, mais certains d’entre eux ont été blessés par des jets de projectiles. Est-ce pour cela que certains de nos confrères ont vu leur appareil de photos confisqué et les clichés pris effacés. ? La stratégie utilisée par les forces de l’ordre  a certainement été révisée et un maximum de précautions va être pris pour dissuader les débordements. La commune d’Ambohitrimanjaka devrait être en état de siège  avec  une présence massive des militaires. Le souhait émis par tout le monde est que les manifestations  se déroulent dans le calme.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Foibe FJKM : « Rodorodo Haona Fi » 2e édition au 30 octobre au 2 novembre 2019

Le village Voara Andohatapenaka accueillera, cette fois encore la foire « Rodorodo Haona Fi » qui en est cette année à sa deuxième édition. Du 30 octobre au 2 novembre 2019, le Foibe FJKM, initiateur de l’événement, érigera une centaine de stands où des participants proposeront aux visiteurs, des produits en tous genres de divers secteurs : gastronomie, cuisine et alimentation, habillement, artisanat, immobilier, etc…Et comme il s’agit d’un événement organisé par l’église FJKM, les activités d’évangélisation sont indissociables avec cette initiative. C’est ainsi que diverses activités seront organisées sur place, principalement dans l’objectif de prêcher la bonne parole. Outre le culte d’ouverture, des séries d’animations évangéliques auront lieu durant les quatre jours de manifestation, avec la participation de chorales et d’artistes évangéliques. Le concours d’évangélisation, également prévu de se tenir sur place, intéressera sans aucun doute les plus incollables en matière de versets des Saintes Ecritures. Parallèlement, des stands consacrés aux activités sociales et de santé proposeront aux visiteurs intéressés des séances de dépistage de maladies diverses (cancers du sein, du col de l’utérus, du pancréas, de la thyroïde, du foie) ,de dépistages du VIH/sida et du diabète, ainsi que des consultations ophtalmologiques et dentaires. Par ailleurs, des conseils juridiques et des conférences seront destinés aux visiteurs évoluant dans le milieu de l’entreprenariat ou désirant se lancer dans cette voie.

Cette deuxième édition ambitionne d’accueillir encore plus de visiteurs que lors de la première édition en 2018. L’événement avait alors enregistré plus de 10.000 visiteurs.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Le maire Paul Razanakolona placé sous mandat de dépôt

Le maire de la commune urbaine d’Antsirabe, Paul Razanakolona, a comparu devant le Pôle Anti-Corruption (PAC), hier, et ce, faisant suite aux enquêtes menées par le Bianco. Ce maire ainsi que ses complices sont auditionnés concernant le détournement de deniers publics estimés à 2.435.404.000 ariary. L’affaire aurait été commise entre 2016 et 2019. Il n’aurait pas agi seul car il y avait eu également d’autres responsables au sein de ladite commune qui seraient aussi impliqués dans ce détournement de deniers publics. Le verdict est tombé dans la soirée d’hier,  le maire ainsi que son premier adjoint ont été placés sous mandat de dépôt à Antanimora.

Manque à gagner. Suite aux investigations menées par le Trésor public, il a été démontré le manque à gagner au niveau de cette commune. Parmi les moyens utilisés par ces gens qui seraient impliqués dans cette affaire de détournement, figurent notamment l’utilisation de faux tickets de marché. Sans parler de projets fictifs. Le tout s’est passé évidemment dans la Ville d’Eaux. Une affaire qui a fait couler beaucoup d’eau.

Salaires impayés. Faut-il rappeler qu’à un certain moment, les employés se sont mis en grève. La raison en est des salaires impayés qui s’étalent sur plusieurs mois. Une situation que ces employés de la commune urbaine trouvent injuste. Ils n’ont pas hésité ainsi à pointer du doigt le maire de la ville d’Eaux. Ils accusent notamment ce dernier pour manque de transparence tout en soulignant au passage le non-respect de la comptabilité publique. Sans parler de la gestion de la ville qui laisse à désirer.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Une atmosphère qui commence à, devenir délétère

Pour le régime, l’état de grâce est terminé depuis  longtemps. La réalité ne lui permet  plus de continuer à se bercer d’illusions. Il aurait pu penser que les promesses faites durant la campagne présidentielle se réaliseraient aisément, mais la  réalité n’est pas aussi rose qu’elle aurait dû l’être. Les difficultés auxquelles est confrontée la population, ont provoqué un certain désenchantement chez cette dernière.  La Jirama a toutes les peines à  satisfaire les besoins en eau et électricité des usagers qui ne masquent plus leur irritation. Le redressement de la société est annoncé, mais beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts avant que cela ne se produise. Le chef de l’Etat se targue de réaliser ses « velirano » et effectivement, il  le montre lors de ses déplacements. Mais celui qui lui  tient le plus à cœur semble rencontrer  une véritable résistance de la  part de certains citoyens. Le projet de ville nouvelle « Tana-masoandro » est en butte à l’hostilité d’une catégorie des  riverains d’Ambohitrimanjaka dont les rizières vont être  comblées. Le dialogue entre les deux parties semble rompu et les promoteurs du projet ont décidé d’aller de l’avant. Les heurts qui ont eu lieu entre les forces de l’ordre et les manifestants avant-hier n’augurent rien de bon. L ‘affaire est  maintenant portée sur le plan politique. Les accusations lancées par certains  contre l’opposition  enveniment une situation  de plus en plus tendue. On va voir  ce qui va se passer aujourd’hui car un appel à une grande manifestation a été lancé par des opposants au projet. Les députés de la majorité, en tout cas, appellent  au calme et se posent en médiateurs. L’autre grande  affaire de cette semaine est ce procès qui oppose Air Madagascar et Air France. Le jugement rendu par  le  tribunal de commerce de Paris est totalement défavorable à la compagnie nationale qui va  devoir verser 46 millions de dollars à l’autre partie.  On se demande comment Air  Madagascar va procéder et si elle en sortira indemne.

La situation au nord de la Syrie semble s’être  stabilisée après  l’annonce de la  fin de l’offensive turque. ..Les  Turques, disent les analystes, ont  remporté la mise. Ces derniers ont accepté un  cessez-le-feu temporaire  après  la rencontre du vice  -président  américain, Mike  Pence, avec  le  président Erdogan. L’accord prévoit un arrêt définitif des combats après le retrait  des forces kurdes  au-delà d’une  zone de sécurité. Cette acceptation d’ Ankara est considérée comme une capitulation des Américains devant les exigences turques. Cela n’a pas empêché le locataire de la maison blanche de se féliciter d’avoir  « sauvé des millions de vie ». Les Kurdes qui ont été écartés des négociations sont les grands perdants.

Un  accord sur le Brexit a  été trouvé entre Boris  Johnson et Bruxelles. L’impasse a donc été évitée.  On n’en connait pas encore la teneur, mais le scénario catastrophe annoncé a été évité. Le Premier ministre britannique se réjouit, en parlant d’un très bon accord, mais les Européens sont  beaucoup moins euphoriques. Ils ont sauvé  l’essentiel à savoir l’intégrité du marché  unique et l’invisibilité de la  frontière entre les deux Irlandes, Boris Johnson va devoir maintenant se présenter devant son parlement. Le vote des  députés n’est pas acquis.

Neuf mois après son installation, le régime n’est plus assuré de ce soutien massif dont il pouvait se vanter. L’effritement de la confiance de l’opinion  est notable. Des divisions commencent aussi à  apparaître dans les rangs de la majorité et l’opposition se met  à relever la tête.  Cette semaine, l’atmosphère est devenue  délétère. On verra quelles tournures vont prendre les événements d’aujourd’hui.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

Concours Robotique : Teknet Group soutient l’équipe malgache

Le célèbre concours Robotique First Global Challenge se tiendra au Festival Arena à Dubaï du 24 au 27 Octobre. Et la Grande Ile ne sera pas en reste puisqu’ une équipe composée de sept jeunes représentera le pays. Comme il s’agit d’un événement d’envergure internationale, l’équipe, soutenue par STEM 4 Good Madagascar a fait appel à des sponsors et partenaires locaux, afin de pouvoir financer leur participation. C’est dans ce contexte que la société Teknet Group  a répondu favorablement à leur appel. Ainsi, un chèque de 1 000 000 Ar a été remis à l’équipe hier  dans les locaux de la société, en guise de soutien dans leur aventure. Une occasion également pour l’équipe et la Direction Générale de Teknet Group d’échanger sur les technologies émergentes et le futur de la robotique à Madagascar. L’équipe de Madagascar part ce jour pour Dubaï

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Taolam-paty 96 isa tra-tehaka, nafatratra tao anaty valizy lehibe

Nahatratrarana taolam-paty indray tany amin’ny Distrikan’i Sambava, afak’omaly, tao Antohomaro, ka taolan-dava miisa 96 (rehefa natao ny fanisana) no nafatratra tao anaty valizy lehibe iray. Raha ny vaovao voaray, dia andiana ankizy sendra nilalao no taitra raha nahita valizy iray mbola nihidy gadanà, ka nifarombahan’ ireo « tsaika madinika » ny entana, satria nihevitra izy ireo tamin’ny voalohany fa vola na zavatra sarobidy. Raikitra ny adivarotra teo amin’ireto ankizy, fa izay mahavaha azy voalohany no mahazo anjara be noho ny hafa. Voavahan’ny iray tamin’ireo zaza ilay gadanà nihidy. Vao nisokatra ilay valizy vao taitra, ka samy nanao tongotra an-katoka nilefa ary nampandre ireo olobe tao an-tanàna. Nampisavoritaka ny mponina. Taorian’izay, dia nanao be midina niaraka tamin’ny Lehiben’ny Fokontany Antohomaro ny Fokonolona. Nampandrenesina ny zava-misy ihany koa ny Zandarmaria Sambava, izay eo amin’ny 8 km miala ny toerana nahitana an’ity taolam-paty, ka tonga ny mpitandro filaminana notarihin’ny Kaomandin’ny borigady tamin’ny 4 ora sy sasany hariva. Mandra-pahitana izay ho mety manana fasana nisy namaky, ka samy hanamarina ny fasan-drazany ny mponina, dia naterina any amin’ny borigadin’ny Zandary ireo taolam-paty. Omaly ihany raha ny fanazavana azo hatrany, dia nilaza ny Fokonolona tao Antohomaro, fa nisy fasana vaky ny herinandro lasa teo tamin’ny fasan-drazana atao hoe : Analandravina, ary dia nakorotan’ireo tsy mataho-tody ny taolam-balo rehetra tao. Misokatra ny fanadihadiana ataon’ny mpitandro filaminana ka ho hita eo ny marina amin’ity raharaha ity.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Aide aux plus vulnérables : Partenariat entre DHL Madagascar et MEDAIR

DHL Madagascar et MEDAIR renforcent leur partenariat dans le cadre des actions d’aides humanitaires.

Madagascar figure parmi les pays les plus vulnérables aux désastres naturels. Chaque année, le pays subit, en moyenne, trois désastres majeurs : les cyclones, la sécheresse et les épidémies. Face à ces catastrophes récurrentes DHL Madagascar et l’ONG Medair ont décidé de travailler ensemble, suite à la rencontre entre le DG de DHL Madagascar, Yves Andrianaharison et le directeur Pays de Medair, Klaas Overlade. Les deux entités ont déjà mené ensemble plusieurs actions, à l’exemple de campagne de don de sang, de road show phots à Madagascar et en Suisse, ainsi que d’autres projets dans le Grand Sud de la Grande-île, etc. Par ailleurs, les deux dirigeants ont également abordé le renforcement des relations de partenariat entre les deux entités et les différentes perspectives de collaboration. Expert dans le transport et logistique à l’échelle internationale, DHL peut en effet jouer un rôle majeur dans les réponses d’urgence notamment pour acheminer les kits d’urgence après une catastrophe naturelle. Dans cette optique, DHL soutient Medair dans ses actions en mettant à profit son expertise dans le transport, son cœur de métier. Dans un environnement concurrentiel constamment en évolution, DHL entend également renforcer son engagement en tant qu’entreprise responsable à travers ses trois piliers RSE : « GoTeach », « Go Green » et « GoHelp ». Cet aspect du partenariat qui consiste à intervenir auprès des sinistrés lors de catastrophes naturelles entre d’ailleurs dans le volet GoHelp de l’entreprise.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Nahazo LP ilay mpitandro filaminana voalaza ho nanolana mpianatra

Niakatra fampanoavana ny talata lasa teo ilay raharaha zandary nanolana mpianatra avy amin’ny lisea tsy miankina iray ao Manandona Antsirabe. Niaiky ny fanamelohana azy ny voampanga saingy nahazo fahafahana vonjimaika eo am-piandrasana ny fitsarana azy. Raha tsiahivina, folo andro lasa teo izay no nametraka fitarainana teo anivon’ny zandary ny fianakavian’ity tovovavy mpianatra, 17 taona, kilasy faharoa any amin’ny lisea ity. Nitaraina ramatoa kely fa niharan’ny herisetra ara-nofo ary zandary no tompon’antoka tamin’izany. Araka ny fitantarany dia tratra hariva izy ary nangataka fiarovana tamin’ilay zandary. Nanatitra azy ity farany saingy voalaza fa nisy ny fanolanana teny an-dalàna hody. Noraisin’ny zandary an-tanana ny fitoriana noho izany, “tsy misy tokoa ny ambony lalàna”, hoy ny lehiben’ny fiadidim-paritra nanamafy. Niroso tamin’ny fanadihadihana lalina ny tompon’andraikitra tamin’izany rehefa nahazo alalana avy amin’ny lehibeny. Voamarina fa nisy ny fanolanana. Fantatra tamin’ny fizaham-pahasalamana natao azy koa anefa fa bevoka dimy volana ilay mpianatra. Nandeha ary mbola mitohy hatrany ny famotorana. Ilay zandary aloha hatreto dia nafindra ao amin’ny biraon’ny zandary Antsirabe renivohitra ho fiarovana ny ainy ary manohy ny asany mandra-pahatongan’ny fotoam-pitsarana.

Voarisoa Davidson

Midi Madagasikara0 partages

Repeuplement de Mantella aurantiaca : Premier essai concluant pour Ambatovy

Les Mantella aurantiaca s’adaptent bien à leur nouvel habitat dans le centre d’élevage « Toby Sahona ».

Le premier essai de repeuplement de Mantella aurantiaca – une espèce d’amphibien de très petite taille, endémique et menacée d’extinction – entrepris par la compagnie minière Ambatovy, a été couronné de succès.

Ce premier succès entre dans le cadre du programme de repeuplement de Mantella aurantiaca, avec la collaboration de l’association Mitsinjo. Les résultats du premier essai ont été présentés lors d’un atelier de restitution, en présence des hauts responsables du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, le 4 octobre 2019 à Andasibe. « Les 162 individus transférés de leurs marais de ponte dans la zone de l’empreinte minière d’Ambatovy à Moramanga vers le centre d’élevage « Toby Sahona » d’Andasibe, en 2012, s’adaptent à leurs nouveaux habitats artificiels (terrarium) et se sont multipliés en captivité », précise alors Ambatovy.

Protocole de translocation. Cette étape réussie a permis, par la suite, la relâche en milieu naturel de plus de 1 500 grenouilles Mantella aurantiaca en avril 2017, en suivant les protocoles de translocation des animaux de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Une grande première, notamment chez les amphibiens. Sur cette lancée, Ambatovy va continuer à soutenir le programme de translocation de Mantella aurantiaca pendant les trois à cinq prochaines années.

Rappelons qu’Ambatovy, opérant dans une région particulièrement riche en biodiversité, quant à ses activités d’extraction de minerais dans son site minier à Moramanga, met en œuvre un programme de gestion environnementale caractérisé par un processus de hiérarchisation de la mitigation : évitement des impacts, minimisation, restauration et compensation.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

SAVA : Le gouverneur Tokely Justin prend ses fonctions

Passation entre le chef de Région par intérim et le gouverneur Tokely Justin (à droite)

Le gouverneur de la Région SAVA Tokely Justin a été installé officiellement avant-hier à Sambava, en présence du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa, de la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Jocelyne Maxime et de l’ancien PM et non moins Ambassadeur de Madagascar à Bruxelles, Jean Omer Beriziky. Sans oublier les élus locaux ainsi que les cadres originaires de la Région.

Gestionnaire de formation et administrateur civil sortant de l’ENAM où il devait par la suite se spécialiser en expertise de l’administration publique, Tokely Justin est le gouverneur de la SAVA qu’il connaît bien et où il est connu car il est natif de la Région. Il  est d’ailleurs le président de l’association des cadres originaires de Sambava et secrétaire général du « Fikambanan’ny Teraky ny Faritany Antsiranana » (FITEFA) présidé par l’autre Sambavien, Bekasy John Frince. Ce pater familias est avant tout un technicien, même s’il reconnaît que le poste de gouverneur est à la fois technique et politique. « Un gouverneur de Région est tenu de suivre la politique du président de la République avec qui il doit savoir travailler », explique-t-il. Avant de brosser les grandes lignes de son programme de développement régional.

Lutte contre la corruption.  « Pour concrétiser le « velirano » numéro 3 du président de la République, la lutte contre la corruption fait partie de mes priorités car la corruption est source de pauvreté, d’insécurité, de problèmes sociaux… C’est un véritable fléau pour le développement ».  « Ragova » de faire savoir qu’il va négocier auprès de la direction territoriale du Bianco à Antsiranana, l’ouverture d’une antenne dans le chef-lieu de la SAVA qui est « une région riche et exposée du coup aux risques de corruption ». Pour lui, le développement de la SAVA doit avant tout servir l’intérêt général dans la Région.

Décentralisation et développement. « On va tout faire pour augmenter les ressources de la Région à fort potentiel économique grâce notamment aux ristournes sur la vanille, le café, le riz, le girofle… avec lesquelles il sera possible de financer des petites et moyennes infrastructures, sans compter toujours sur le pouvoir central, sauf pour les travaux de grande envergure comme la réhabilitation de la route Ambilobe – Vohémar ». L’homme parle en connaissance de cause car il avait occupé le poste de DG de l’Institut National de la Décentralisation et du Développement Local (INDDL) jusqu’à sa récente nomination en tant que gouverneur. C’est un homme de terrain qui était déjà chef de District à Andapa et Ambilobe. La réhabilitation des pistes rurales et la construction de rues en pavé et/ou en béton dans les villes d’Andapa, Vohémar, Antalaha et Sambava, fait partie de sa feuille de …route.

Sécurité de proximité. Par ailleurs, le gouverneur nouvellement installé compte construire des emplacements de marchés pour éviter que les commerçants squattent les bords de rue. « Les trottoirs et accotements sont réservés aux piétons, les routes aux véhicules », rappelle-t-il. Déterminé à remettre de l’ordre dans la Région dont il a la charge. Y compris en matière sécuritaire. Il préconise une sécurité de proximité par la mise en place de vigies de police dans les fokontany situés loin du commissariat et le renforcement en milieu rural, des quartiers mobiles. « Ces derniers seront composés de jeunes volontaires formés par la Gendarmerie et équipés côté tenues par la Région », annonce-t-il. Il, c’est évidemment Tokely Justin qui n’oublie pas pour autant le social, entre autres, par la création d’emplois pour les jeunes et d’occupation pour les femmes. Un programme qui correspond aux « velirano » du président de la République qui l’a nommé au poste de gouverneur avec obligation de résultats pour que ça va dans la SAVA.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

BMOI : 71% du capital rachetés par le groupe marocain BCP

Les dirigeants de la BMOI avec le directeur général du groupe marocain BCP, Kamal Mokdad.

Le groupe marocain Banque Centrale Populaire devient actionnaire majoritaire de la BMOI (Banque Malgache de l’Océan Indien) en rachetant 71% de son capital auprès du groupe BPCE (groupe bancaire français formés des réseaux Banque Populaire et Caisse d’Epargne) .

« C’est un moment historique d’accueillir un nouvel actionnaire de référence au sein de la BMOI. Il s’agit du groupe marocain Banque Centrale Populaire. Le choix de ce groupe est qu’il peut apporter des outils et des supports pour accélérer le développement des activités de la banque au profit des clients, des actionnaires et des collaborateurs ». Lalaina Andriantsitohaina, représentante du PCA de la BMOI, l’a évoqué hier lors d’une officialisation de l’acquisition de 71% de participation dans le capital de cette institution financière par le groupe marocain Banque Centrale Populaire (BCP), à l’hôtel Colbert.

Innovations. Notons que ce groupe qui a été fondé en 1920, est le premier réseau bancaire du Maroc comptant plus de six millions de clients. Il est le premier collecteur d’épargne dans son pays avec une part de marché de 27% pour les dépôts clients et le 2e bailleur de fonds de l’économie marocaine avec une part de marché pour les crédits de l’ordre de 25%. « Le groupe BCP est présent dans 30 pays dont 18 pays en Afrique tout en opérant sur tous les segments de chaîne de valeurs. Il se démarque par son modèle unique  qui promeut l’inclusion financière et l’émergence des classes moyennes. C’est également la première banque à s’adresser au segment des Marocains résidant à l’étranger avec plus d’un million de clients actuellement. En outre, le groupe BCP est déjà présent à Madagascar à travers sa filiale BCP Bank Mauritius. Avec l’acquisition de la part d’actions du groupe PBCE au sein de la BMOI, notre objectif est d’apporter des innovations en matière d’équipement des entreprises pour leur internationalisation, tout en introduisant de nouvelles solutions notamment digitales et monétiques, afin d’améliorer l’offre », a expliqué Kamal Mokdad, le directeur général de la Banque Centrale Populaire du Maroc.

Banque universelle. Parlant de la BMOI, cette banque occupe depuis 30 ans une position de référence auprès des entreprises, des institutions et des particuliers qui sont une clientèle haut de gamme. Elle est certifiée ISO 9001-2015 sur toutes ses activités de production bancaire tout en étant un acteur majeur du commerce international de Madagascar. « On ne va pas changer cette clientèle sélective. En revanche, on va introduire de nouveaux instruments d’inclusion financière via d’autres entités comme l’Atlantic Microfinance for Africa pour cibler le grand public. En fait, le groupe BCP est une banque universelle», a conclu Kamal Mokdad.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Mpanendaka mandeha “tuc tuc” roa voasambotra

Mpanendaka roa lahy mandeha “tuc tuc” ao Toamasina no voasambotry ny mpitandro filaminana. Amin’ny alina izy ireo no manao ny asa ratsiny. Ny iray mitondra ny “tuc tuc” ary ny iray kosa mody manao mpandeha. Rehefa mahita olona tratra alina izy ireo dia mijanona. Ireny mpamonjy alim-pandihizana sy mpamonjy bar vitsy an’isa ireny no tena tsinjoviny. Mody mitsetra ilay manao mpandeha, na koa mampiresaka sy manadala. Raha sarotra resena lahatra aza indraindray dia arahany miadana eny. Rehefa babo amin’izay ny tsy manam-po na inona na inona ka miakatra anaty “tuc tuc” dia entin’izy ireo amin’ny toerana mangina sy tsy be olona mba hahafahany manao ny asa ratsy.  Tsy vitan’ny manendaka fotsiny izy ireo fa sady mamono ihany koa, araka ny fitantaran’ireo efa sendra azy. Betsaka no lasibatr’izy roa lahy ireto. Maro dia maro no mitaraina ka nahatonga ny be sy ny maro hihetsika. Fiaraha-miasa avy amin’ny fokonolona sy ny mpitandro filaminana araka izany no nahatratrarana azy roa lahy. Nentina natao famotorana avy hatrany izy ireto ary mitohy ny fanadihadiana ataon’ny tompon’andraikitra.

Voarisoa Davidson

Midi Madagasikara0 partages

Affaire Ambohitrimanjaka : Cinq personnes traduites au Parquet ce jour

La série d’arrestations sur l’agression contre des gendarmes à Ambohitrimanjaka, la nuit du jeudi se poursuit encore hier matin. Les enquêteurs se sont rendus dans la localité pour traquer un autre présumé d’avoir participé à cette violence. Celui-ci porte alors à neuf, le nombre des personnes interpellées  dans cette affaire dont l’origine était la destruction des biens de l’entreprise chargée des travaux de réalisation du Projet Tana-Masoandro à réaliser dans la localité. Cette information a été soulevée par Le Général de Division Richard Ravalomanana, Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie qui a rencontré  la presse à son bureau à Betongolo, hier. Sur ces neuf personnes, quatre ont été relâchées après audition, hier. Poursuivies pour avoir participé à l’acte de vandalisme contre l’entreprise, quatre de ces neuf présumées ont été relâchées. Cette décision a été prise par les enquêteurs parce cette entreprise victime n’a pas déposé plainte.   Par contre, les cinq autres qui sont épinglées pour avoir perpétré de violence contre les gendarmes devront être déférées au Parquet du Tribunal de Première instance Anosy , ce jour. Parlant de la manifestation que des personnes déclarant contre ce projet présidentiel comptent tenir ce jour, le SEG affirme que les Forces de l’ordre devront prévenir la possibilité de dérapage et de bavure aussi bien du côté des manifestants que de celui des forces de l’ordre. Pour ces derniers, il a parlé de ce qui est arrivé à un photographe de presse lorsque ce dernier a fait du reportage sur l’événement d’Ambohitrimanjaka, la nuit du jeudi. Des gendarmes l’ont obligé d’effacer toutes les photographies prises par son appareil. Devant ce fait, ce haut responsable a présenté ses excuses aux journalistes. D’après lui, ces gendarmes n’auraient pas dû agir ainsi.Tout en  demandant le  pardon à la victime, il invite les journalistes à l’informer  quand le même cas se produira dans le futur.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Madagascar National Parks : Un millier d’agents pour gérer 2 600 000 Ha

Des feux de brousses sont souvent observés dans les parcs nationaux du pays.

43 aires protégées réparties dans toutes les régions du pays sont gérées par Madagascar National Parks.

La lutte pour la conservation des ressources naturelles et en biodiversité de la Grande île se heurte à de nombreux obstacles. L’un des soucis majeurs serait le manque manifeste d’agents devant surveiller, gérer et assurer le suivi des millions d’hectares de forêts sous la tutelle de Madagscar National Parks. Comme l’a fait savoir le Docteur Mamy Rakotoarijaona, Directeur général par intérim de Madagascar National Parks, lors d’une conférence de presse organisée à Mahajanga en marge des informations véhiculées sur les feux de brousses observés dans le parc national d’Ankarafantsika « en ce qui concerne la gestion et la préservation des 43 aires protégées qui incombent à Madagascar National Parks, Je tiens à souligner que, nous ne disposons que d’un millier d’individus pour assurer la gestion de près de 2 600 000 hectares. Ce qui signifie qu’une personne est chargée du suivi et de la préservation d’environ 2 600 hectares ». Pour ce faire, les dirigeants de MNP auraient donc recours à l’implication des communautés locales dans la lutte. Par ailleurs, le directeur général par intérim de Madagascar National Park préconise trois principaux axes directeurs pour l’effectivité de la conservation. Entre autres : l’éducation, la prévention et la sanction. Cette dernière consistant « en l’application des lois existantes ».

Pertes. Les feux de brousses, exploitations sauvages des ressources naturelles, défrichements des forêts pour en faire des surfaces cultivables, correspondent à des pratiques connues ayant causé la perte des 44% de la couverture forestière naturelle du pays en 60 ans. Des pertes qui correspondent selon – les données recueillies dans l’alerte GLAD ou « Global Land Analysis and Discovery » – à plus de trois millions d’hectares de couverture arborée entre l’année 2000 et 2017. Une situation qui prévaut malgré les efforts des acteurs à préserver ce qui reste comme forêt à Madagascar. Si l’Etat de son côté, entend reboiser le pays de sorte à lui rendre sa verdure, certaines tendances préconiseraient des politiques impliquant les communautés dans la préservation, via la mise en place d’activités génératrices de revenus autour des zones de conservation. Ceci pourrait dissuader la population riveraine des parcs nationaux d’exploiter les ressources protégées, et permettrait également le contrôle, le suivi et la gestion aux agents forestiers. Quoi qu’il en soit, le renforcement de ces derniers reste recommandé par les observateurs.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Football : Les Namibiens renforcent leurs lignes

Le camp malgache a un sérieux atout pour ce match contre les Namibiens de cet après- midi au Sam Nujuma Stadium. Non seulement la pelouse synthétique plaît au onze de départ avec quatre joueurs de la CNaPS Sport dont Ronald, les deux Ando et Toby, mais aussi aux joueurs du Fosa avec Baggio, Lolody, Santatra et Jean Yves. Comme les deux joueurs de Zanakala Elio et Berajo sont aussi habitués à une pelouse synthétique, et que Tsito du JET Mada affirme aussi sa maîtrise de cette surface, tous les feux sont au vert. Surtout que les Barea bénéficient d’un soutien de poids avec la star de l’équipe phare en Namibie, African Stars, en l’occurrence Diary. L’ancien du Vesta qui est passé par les Comores avant d’atterrir à Windhoek confie que les Namibiens ont aussi renforcé leur ligne avec sept joueurs de African Stars mais il n’y a pas lieu de s’alarmer. Diary cite entre autres ce match nul arraché par les Namibiens face aux Comores ici même à Windhoek. Attendre et croire…

Clément RABARY 

Midi Madagasikara0 partages

Marovoay : « Cash point » notafihan’ny dahalo, raim-pianakaviana iray maty voatifitra

Nitrangana fanafihan-dahalo nitam-piadiana nahery vaika indray tany amin’ny Distrikan’i Marovoay, Faritra Boeny, afak’omaly, tokony tamin’ny enina ora sy sasany hariva, tao Antanantobazo, any amin’ny Kaominina ambanivohitra Manaratsandry, ka « Cash point orange money » iray no lasibatry ny olon-dratsy, ary raim-pianakaviana iray voalaza fa mpiambina no voatifitra nandritra ny fandrobana, ary namoy ny ainy. Raha ny vaovao voaray, dia nalefa any amin’ny Distrikan’i Vohipeno tanindrazana niavinany ny nofomangatsiakan’ity rangahy maty voatifitra. Misokatra ny fanadihadian’ny mpitandro filaminana amin’ny fikarohana an’ireo olon-dratsy nahavanon-doza mahakasika an’ity fanafihana nitam-piadiana narahina vono olona ity.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Kudéta Urban club : « Mozikako » d’ Imiangaly en live

Imiangaly est à ne plus présenter. Cette artiste, portant très haut les couleurs de la musique malgache, ne manquera pas de vous éblouir avec son groove et sa prestation scénique d’exception. Dix années de recherche, dix années de travail, dix années de “Peaufinement”, Imiangaly présentera son premier album “Mozikako” à 15 heures au KUDéTA Urban Club Anosy. Démontrant ainsi une évolution musicale au cours du temps vers  la modernité même. Un vent de fraicheur sur la scène artistique du pays. Imiangaly chante ce que peut ressentir une Femme, ce que peut ressentir l’Âme. Elle nous décrit en toute liberté, sans limite de genre ou de style musical, son quotidien, le désir, la beauté, la joie de vivre, la colère… et par-dessus tout, ce merveilleux pouvoir que la Vie nous a accordé : l’Amour.

 

Ambiance funk avec Minah Bolimakoa

Un retour en force pour Minah Bolimakoa , la princesse du Funk urban qui invite à son concert exceptionnel intitulé « Fombanakà ».  Elle ne cesse d’imposer son funk urbain musclé et poétique. Cet après-midi, la chanteuse  est programmée au Cgm/GZ  Analakely. Très liée à ses racines malgaches, rien ne plait plus à cette musicienne que donner au travers du funk un souffle nouveau aux répertoires traditionnels, héritage d’un grand-père qu’elle honore ainsi. Dotée d’un grand charisme, elle domine la scène. Minah affiche sa personnalité, son style de musique laisse entendre une inspiration originale de la musique typiquement malgache fusionnée avec du Funk urbain.

 

Du jazz à profusion

Demain, place aux musiciens du Jazz Club Cgm. Dans l’après-midi, amoureux de la musique jazz novices ou anciens se retrouveront sur scène pour le rituel du troisième dimanche. Comme toute musique, le jazz n’est pas réservé à l’élite, contrairement au stéréotype étiqueté au jazz. Aujourd’hui, le jazz gagne désormais du terrain dans les quartiers populaires. Echanges, mini concert, découverte de nouveaux talents, sont au menu. Scène ouverte pour tous les membres.

I.S/Z.T/M.R

Midi Madagasikara0 partages

Sakaraha : Lehilahy mpibizina safira, novonoin’ny dahalo tao anaty hotely natoriany

Manoloana ny firongatry ny tsy fandriampahalemana misy any amin’ny distrikan’i Sakaraha, faritra Atsimo Andrefana, dia miaina ao anaty horohoro mandrakariva ny mponina, tsy an-tanan-dehibe io, tsy ambanivohitra. Afak’omaly alina, lehilahy iray mpibizina safira avy any Namolora no novonoin’ny jiolahy tao anaty « chambre » natoriany tamina hotely iray nivantanany tao Sakaraha tampon-tanàna. Nony naraina ny andro dia gaga ny namany niara-dia taminy fa mbola tsy nifoha ihany ity mpandraharaha vato safira ity, ka nododomina tao amin’ny efitrano natoriany, nefa tsy namaly. Voatery novakiana ny varavarana ka vatana nihosin-drà no hita tao. Rehefa nofotorina mafy ny tompon’ilay hotely mahakasika ny zava-misy, dia nilaza fa nisy andian’olona maromaro avy any Besavoa namono an’ity mpibizina safira ity tao. Araka ny fanazavana azo hatrany dia tsy vao sambany ity hotely ity no nitrangana vono olona toy izao, ka tokony handraisan’ny tompon’andraikitra fepetra henjana sy haingana, hoy ny havan’ireo niharam-boina.

Eric Manitrisa