Les actualités Malgaches du Vendredi 19 Octobre 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara179 partages

Paul Rabary : Un candidat désintéressé sortant du lot

Le candidat N°8 Paul Rabary se démarque de par ses méthodes, son optique et sa vision.

Seul candidat à oser apporter le vrai changement, Paul Rabary mène actuellement une campagne électorale,qui traduit déjà sa volonté de résoudre les problèmes de développement, à la base. 

Vente de tous les véhicules budgétivores de l’Etat, suppression du Sénat et de la Primature, réduction du nombre de ministères, etc. autant de mesures assez osées seront prises par Paul Rabary, dès son accession à la Présidence de la République. En effet, ce candidat n°8 opte pour l’austérité visant à réduire les gaspillages et à créer un espace budgétaire dédié à l’amélioration du bien-être du peuple malgache. L’application de ce principe est visible, depuis sa précampagne. Pas de T-shirts, pas de casquettes, pas de 4×4, pas d’hélicoptère… ni même le terme habituel « FIDIO » sur ses affiches. Mais comment fait-il pour convaincre les électeurs ? « Nous pouvons changer Madagascar très rapidement, si le peuple le veut bien. Dans ma vision, j’ai formulé 8 engagements réalisables qui feront de Madagascar, une terre d’opportunités performante et confortable pour son peuple. Sur terrain, on nous demande parfois où sont les T-shirts et les autres cadeaux… Il faut pourtant quelque chose de plus important et de plus digne. Vu la pauvreté actuelle des Malagasy, ces petits cadeaux distribués en campagne électorale traduisent une ironie mordante. Heureusement, une fois que nous présentons notre programme, cette population comprend l’importance de voir plus haut. Elle est convaincue sans avoir besoin de T-shirt ou autre chose », a affirmé Paul Rabary, lors d’une conférence de presse organisée hier au Panorama. Celui-ci a indiqué qu’un T-shirt coûte 2 dollars, alors qu’avec 20 dollars, soit 10 T-shirts, il est possible d’avoir une pompe à eau avec filtre d’une capacité de 4.000 litres, pour améliorer l’accès à l’eau potable.

Transformation. Parmi les changements prévus par le candidat n°8 figure également la dématérialisation au sein de l’Administration pour réduire les dépenses de l’Etat et éradiquer la corruption ; l’accès à l’électricité jusque dans les zones les plus reculées ; le plan d’épargne logement ; etc. « L’Etat peut accorder une hausse de salaire de 100.000Ariary pour tous les fonctionnaires. Mais cette somme sera versée à la banque pendant 30 ans. En contre partie, la banque finance la construction de logements du fonctionnaire, en partenariat avec un promoteur immobilier », a-t-il partagé. Par ailleurs, Paul Rabary a également évoqué son projet de réduire les gaps en infrastructures. Pour lui, les ex-provinces et les grandes villes doivent disposer d’aéroports internationaux et de ports maritimes pour les zones côtières, afin de mobiliser l’économie. Chaque District doit également disposer d’un stade avec, au moins, des terrains de foot, de basket, de volley et de hand-ball.

Ses engagements envers la Patrie

Valorisation des « Malagasy » : Respect et vivre ensemble. «Rendons à nouveau les Malagasy fiers de leur pays, de leurs traditions et de leur culture, fiers de leur Fihavanana. Des Malagasy qui n’auront plus la crainte de voir leur terre accaparée par d’autres et déterminés à développer leurs talents et leur savoir-faire au nom de la prospérité partagée.

Moins d’Etat, mieux d’Etat. « Faisons de l’Etat le pilier de la prospérité partagée et non plus une machine à gaspiller les ressources publiques au profit d’une minorité. Réduire drastiquement le train de vie de l’Etat et lutter contre les dépenses inutiles, c’est instaurer le principe de l’égalité de chances et assurer le devenir des futures générations ».

Madagascar, terre nourricière. « Remettons la terre de nos ancêtres au cœur de notre projet d’avenir commun. D’où la nécessité de la protéger, de l’entretenir et de la valoriser dans un esprit de responsabilité et de solidarité ».

Madagascar, un pays où il fait bon vivre. « Travaillons ensemble pour améliorer le cadre de vie du peuple malagasy, pour mettre fin au phénomène d’insécurité et protéger jalousement nos richesses naturelles. Faisons en sorte que le vivre ensemble à la malgache redevienne une référence à travers la planète ».

Une population éduquée et en bonne santé. « Donnons à l’éducation et la santé la place fondamentale qu’elles méritent pour qu’enfin, nous puissions bâtir une Nation saine et forte, gage d’un avenir florissant. Edifions une société dotée d’un capital humain à la hauteur de nos grandes ambitions pour notre cher pays.

Une économie tirée par l’industrie. « Redimensionnons le tissu productif de Madagascar pour ériger une puissance économique digne de ses richesses naturelles. Protégeons et valorisons l’industrie nationale et libérons les capacités entrepreneuriales de nos futurs champions ».

Madagascar, un pays dynamique. « Libérons les énergies, valorisons nos multiples acquis pour faire de Madagascar un pays connecté par des infrastructures modernes où les talents s’affirment sans complexes ».

Exploiter les opportunités offertes par les nouvelles technologies. « Cultivons l’esprit d’innovation, approprions-nous les nouvelles technologies pour accélérer notre processus de développement inclusif. Faisons du numérique un outil d’épanouissement et d’ascension sociale entre les mains de chaque Malgache».

Antsa R.

Midi Madagasikara35 partages

Troisième art : Regard d’Ambi sur les peintres malgaches

« Fratri », parmi les œuvres exposées par Ambi.

Olivier Ratody, Louis Raoelina, Henri Ratovo, Émile Ralambo, Gaston Rakotovao, Joseph Razafintseheno, Ambroise et Gilbert Rakoto ont tous été des maîtres de la peinture malgache entre les années 1900 et 1950.

Une exposition inédite présente une sélection de leurs tableaux à Paris jusqu’au 31 octobre. Une belle collection des 50 ans de peinture, des grandes œuvres méconnues du grand public, qui pourtant, font partie du patrimoine même de la Grande Île. En parallèle, l’artiste plasticienne contemporaine Ambi, apporte son regard à travers ses peintures sur l’évolution de Madagascar.

« Papier Antemoro ». Artiste engagée, Ambi exploite le « papier Antemoro » de Madagascar. Depuis ses premiers pas en solo dans la Grande Île en 2014, Ambi, de son vrai nom Ambinintsoa Andriankajarivelo, a une attirance particulière pour le feu et le « papier Antemoro ». Cette obsession pour le feu est devenue par ailleurs une force vitale pour ses œuvres. Une matière première même si l’on peut se le permettre. Les amateurs d’art peuvent se rappeler de la « Scissiparité », le tableau qui représente le parcours du feu. « Travailler avec le papier végétal ‘Antemoro de Madagascar’ comme support me permet de partager un savoir-faire et de garder un lien avec les artisans malgaches. Et surtout de participer à l’équilibre écologique de la forêt malgache, car ce papier est fait à partir de l’écorce d’un arbre appelé ‘Avoha’ qui se régénère tout seul » relate l’artiste.

Le feu. Utiliser le feu comme outil-matériau est une manière pour Ambi de participer à la sensibilisation de la lutte contre la déforestation, une pratique hélas toujours fréquente à Madagascar. Elle souhaite montrer et prouver que ce feu n’est pas toujours destructeur, mais peut être aussi créateur. Le questionnement sur la notion d’identité occupe une place majeure dans ses œuvres. L’humain est au cœur de son travail engagé de plasticienne.

Quant à son parcours, Ambi est née en 1978 à Antananarivo, la capitale de Madagascar. Cette plasticienne arrive en France en 2000. Elle vit et travaille aujourd’hui entre Marseille et Aix-en-Provence. Après un Baccalauréat littéraire à Madagascar, elle suit d’abord à Marseille des études d’architecture, dans le quartier de Luminy. Elle obtient ensuite un « Master 2 d’Arts Plastiques à l’Université de Provence » à Aix-en-Provence. Depuis 2005, elle expose régulièrement en France et à l’étranger.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara21 partages

Marc Ravalomanana : Les « Sud-Est » convaincus par ses « Zava-bita »

Le cortège de la victoire de Marc Ravalomanana à Manakara.

Les « Zava-bita » du Marc Ravalomanana durant ses mandats dont entre autres la reconstruction de l’axe routier reliant Vohiposa et Manakara restent ancrés dans la mémoire de la population de la partie Sud-Est du pays. C’est ce qu’on a constaté au cours des déplacements effectués hier par le candidat n°25 dans de nombreux districts des régions Vatovavy-Fitovinany et Atsimo Atsinanana. Avant-hier, il a bouclé sa tournée électorale à Ihosy et Manakara. A Ihosy, la présence d’une foule immense au meeting du candidat n°25 s’explique par le fait que la population locale se souvient encore de la performance de son régime qui a réhabilité la route « Tampon’Ihorombe ». Bref, des réalisations qui avaient des impacts palpables sur la vie de la population de cette partie Sud Est de Madagascar. Hier, le candidat n°25 a visité plusieurs localités, de Farafangana à Ambalavao en passant par Lokomby, Vangaindrano, Ikongo et Vondrozo. Au cours de ses déplacements, Marc Ravalomanana a déclaré que l’heure n’est plus à la démagogie. « Je vous demande d’aller voter le 7 novembre prochain. Et je vous exhorte à voter pour un candidat qui a déjà réalisé beaucoup de choses pour vous. », a-t-il martelé à Manakara.

Candidat de tous les Malgaches. Jusque-là, Marc Ravalomanana arrive toujours à prouver qu’il est le candidat de tous les Malgaches, Merina ou côtiers, blancs ou noirs, riches ou pauvres. Raison pour laquelle, il a choisi la partie Nord du pays pour tenir son premier meeting de campagne. Après le Nord, il s’est rendu dans le Sud. Et là où il est passé, les gens viennent toujours en masse pour connaître ce que proposent le « Manifesto » et le MAP2. Deux documents stratégiques que le candidat n°28 a élaboré pour guérir les maux qui gangrènent le pays depuis le coup d’Etat de 2009. En tout cas, Marc Ravalomanana poursuit aujourd’hui son périple électoral dans la partie Sud du pays avant de rejoindre samedi la Capitale où il prévoit de tenir un grand meeting à Ambohijatovo. Parallèlement à cette tournée dans la partie Sud du pays, ses partisans se mobilisent à Antananarivo et ses environs. Hier, Lalao Ravalomanana a mené campagne à Alakamisy Fenoarivo.

R. Eugène

News Mada19 partages

Grand Sud: un nouveau phénomène El Niño à craindre

D’après les prévisions, la sécheresse  frappera de nouveau la partie Sud du pays. L’insuffisance de précipitation durant la campagne agricole 2017-2018 sera conjuguée avec un phénomène El Niño, qui se développe tout au long de cette année, avec un pic intensité entre janvier et février 2019.

Le pire est encore à craindre dans le Sud. Les conditions météorologiques risquent d’anéantir les efforts menés depuis 2016.

Des réponses multisectorielles ont certes été données pour faire face aux effets d’El Niño. Les situations humanitaires dans cette partie de l’île connaissent une amélioration significative notamment depuis juin 2017. Pourtant, le manque prolongé de pluies, dû à la persistance de la sécheresse, durant la campagne agricole 2017-2018, crée un nouveau choc.

«Cette défaillance de la pluviométrie sera sans doute aggravée par un phénomène El Niño, qui se plane de nouveau sur cette partie de l’île», a rapporté hier un communiqué conjoint du Gouvernement et du Comité Permanent Inter-Agences ou (IASC).

Bien que ce phénomène soit estimé plus faible et de plus courte durée par rapport à sa dernier apparition, avec une probabilité de 65 à 70% du début vers la fin de cette année,  il connaîtra un pic intensité entre les mois de janvier et février 2019, une période qui se situe au cœur de la période culturale. Ces situations vont certainement conduire à une baisse conséquente de la productivité.

D’après les résultats préliminaires de l’enquête nationale annuelle sur la sécurité alimentaire et la production agricole (CFSAM), menée entre juillet et août en effet, des pertes énormes en production des trois cultures principales pour le Grand Sud par rapport au reste du pays sont enregistrées. Lesquelles se situent entre 50% et 90% par rapport  aux niveaux de production de 2017 et les moyennes des cinq dernières années.

664.500 personnes en phase de crise

Les impacts de la défaillance de la précipitation se font déjà sentir, notamment dans le district de Beloha, qui est classé en phase «urgence» par le Cadre intégré de classification de l’insécurité alimentaire (IPC), mené au mois de juin.  D’après cette analyse, dans le Grand Sud, 289.900 personnes sont classées en phase «urgence» et 664.500 autres  en phase «crise». Des ménages ont alors commencé à adopter des mesures d’adaptation pour y faire face, en optant notamment pour une migration précoce.

De leur coté, le Gouvernement et ses partenaires mettent en oeuvre dans le district de Beloha des réponses multisectorielles ciblées depuis juin, en effectuant, entre autres, des assistances alimentaire, sanitaire et agricole. Et lors d’une descente sur les lieux le 4 octobre, en vue de voir l’évolution de la situation, le Premier ministre Christian Ntsay a octroyé 115 t de riz, 20 t de légumineuses et trois réserves d’eau en faveur de la population. A cette occasion, le numéro un de la Primature a fait appel aux partenaires  et au secteur privé pour renforcer ces réponses en cours.

Recueillis par Fahranarison

Midi Madagasikara14 partages

Haute Cour de Justice : enfin opérationnelle

Les Malgaches ont attendu longtemps sa mise en place. La Haute Cour de Justice, HCJ, est maintenant opérationnelle. Ses membres ont été présentés officiellement hier. Selon les informations qui ont été divulguées, les quatre premiers dossiers qui seront traités concernent un ancien président de la République et d’anciens ministres.  Ce sont donc des personnalités ayant été au pouvoir qui vont maintenant rendre des comptes et qui sont passibles de condamnation.

Haute Cour de Justice : enfin opérationnelle

Les membres de la société civile, rejoints par l’opinion en général, ont toujours réclamé la mise en place de la Haute Cour de Justice. Les dirigeants qui se sont succédé ont feint d’ignorer ces interpellations, mais c’est à la fin du quinquennat du dernier chef de l’Etat que cette institution a été enfin mise en place. Même si l’on doit  parler d’une longue attente, on ne peut que saluer l’initiative. Madagascar rejoint les pays démocratiques où les dirigeants doivent rendre des comptes sur les actes qu’ils ont  accomplis au pouvoir. Les citoyens malgaches ont souvent rongé leur frein en évoquant toutes les violations du droit commises par des hauts dignitaires du régime. Les présidents de la République sont maintenant susceptibles d’être traduits devant cette HCJ. On attend de voir comment cette institution fonctionnera et si ses membres ont toute la latitude pour instruire des dossiers sensibles. Les déclarations faites par la ministre de la Justice lors de la présentation de ses membres vont dans ce sens, mais on peut s’interroger sur la manière de traduire ces intentions dans les faits. Désormais, les personnalités qui ont failli ne peuvent plus bénéficier d’une quelconque impunité, et peuvent être condamnées. C’est une institution importante de la République qui est en place et l’on espère que les organismes comme le Bianco et le SAMIFIN pourront agir librement pour permettre l’exercice d’une véritable démocratie à Madagascar.

Patrice RABE

News Mada12 partages

Haute Cour de Justice: 4 dossiers d’anciens dirigeants à examiner

Longtemps attendue, la Haute cour de justice (HCJ) est enfin opérationnelle et a d’ailleurs déjà reçu quatre dossiers à examiner jusqu’à hier. Parmi ceux-là des dossiers impliquant des anciens président et ministres.

Sept autres membres de la Haute cour de justice viennent de prêter serment hier à la Cour suprême à Anosy. La HCJ est donc fin prête pour accomplir sa mission. D’ailleurs, «quatre dossiers ont été déposés depuis quelques temps auprès de la HCJ», a indiqué le procureur auprès de la HCJ, René José Andriantinarivelo, hier.

Selon ses déclarations, il s’agit de dossiers concernant des anciens président et ministres dont les noms n’ont pas été divulgués. En effet, l’article 13 de la loi n°2014-043 relative à la Haute cour de justice stipule que «La Haute Cour de Justice est compétente pour juger les actes accomplis, liés à l’exercice de leurs fonctions qualifiés de crimes ou délits au moment où ils ont été commis, par les Présidents des Assemblées parlementaires, le Premier ministre, les autres membres du Gouvernement et le Président de la Haute cour constitutionnelle».

L’article 12 évoque la responsabilité du président de la République en cas de «haute trahison, de violation grave ou violations répétées de la Constitution, et de manquement à ses devoirs, manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat».

La procédure de requête

La HCJ précise que les requêtes peuvent être déposées par des associations ou des organisations, comme le stipule l’article 14 de ladite loi : «Toute personne morale ou groupe de personnes physiques membres d’une association légalement constituée est habilitée à mettre en cause le Président de la République par une requête adressée au Président de l’Assemblée nationale».

Néanmoins, «Les membres de la HCJ n’ont pas de mandat fixe et travaillent selon leur fonction», a précisé le procureur. La procédure risque de ce fait d’être assez lourde étant donné tout le processus à respecter. En effet, certains délais sont à respecter selon le degré de la procédure, que ce soit en matière d’instruction ou de la mise en accusation.

La HCJ commencera ainsi à examiner les dossiers, d’autant plus que les parlementaires sont actuellement en pleine session. En fait, le texte précise que les décisions prises doivent passer en session parlementaire ordinaire.

Pour rappel, la HCJ devait être mise en place au plus tard 12 mois après la prestation de serment du président de la République, mais n’a été installée que quatre ans après cela.

Tahina Navalona

Midi Madagasikara10 partages

Hery Rajaonarimampianina : Lutter contre l’insécurité dans la région Sofia

Hery Rajaonarimampianina accueilli par une foule en liesse.

Pour sa onzième journée de campagne, Hery Rajaonarimampianina, candidat n°12, s’est rendu dans la région Sofia. Il a ainsi visité tour à tour Port-Bergé, Befandriana-Nord et Antsohihy. A l’instardes autres régions qu’il a visitées, une foule immense a accueilli le candidat n°12 dans chacun de ses déplacements.

Dans le cadre de sa 11e journée de campagne, le candidat N°12 Hery Rajaonarimampianina a rendu visite aux habitants de Port-Bergé, ville située dans la région de Sofia. Habitants des localités de Boriziny et de ses environs, élus locaux, et même Sojabe se sont ainsi retrouvés dans une ambiance festive. A cette occasion, les nombreux projets réalisés sous le mandat de Hery Rajaonarimampianina ont été évoqués. Il s’agit notamment des infrastructures de santé et d’adduction d’eau potable, des nouveaux bureaux des Domaines et de la Propriété foncière, ainsi que des services de sécurité. Pour rétablir le courant électrique, il est prévu que des panneaux solaires soient mis en place sur une surface de 2 Ha.

Le meeting du candidat N°12 a drainé une foule dans la région Sofia.

Défi. Après Port- Bergé, l’ancien Président a rallié Befandriana-Nord. « Ces élections présidentielles devraient être un combat sain, dans la mesure où l’unique objectif est le développement du pays. » Tels ont été les propos de Hery Rajaonarimampianina devant la population de ladite localité. Le candidat N°12 a invité tous ses soutiens poursuivre leurs efforts communs vers le développement, sans se laisser perturber par les formules ou les actes d’intimidation. Il a également rappelé le défi qu’il se doit de relever dans la région de Sofia, à savoir lutter contre l’insécurité. En ce sens, la mise en œuvre du « Dinan’i Besaboha » s’inscrit dans Vision Fisandratana, en continuité des progrès entrepris. A Befandriana Avaratra, le candidat N°12 n’a pas manqué de rappeler ses réalisations depuis 2014, particulièrement dans la Région de Sofia. Hery Rajaonarimampianina a soutenu les agriculteurs et les éleveurs en encourageant le développement du secteur et grâce à ses actions, la production de riz a connu une hausse considérable : pour rappel, elle s’est élevée à 4.030.000 tonnes pour la période 2017-2018, tandis qu’elle équivalait 3.100.000 tonnes en 2013-2014.

Augmenter la production agricole. Enfin, le dernier déplacement de la journée du candidat N°12 s’est effectué dans la commune d’Antsohihy. Hery Rajaonarimampianina a notamment assuré  ses partisans et sympathisants la poursuite de la construction et de la réhabilitation des nombreux barrages, permettant d’augmenter la production agricole de la région. Et le candidat N°12 a de nouveau appelé au calme et à l’apaisement : « Si je suis ici, en ce moment, devant vous, c’est parce que je suis disposé à mener à bien tous les projets de développement. Vous êtes témoins des infrastructures de base que j’ai entamées pour répondre aux besoins des populations. Je vous donne ma parole que je les poursuivrai tant que celles-ci ne seront pas concrétisées ». Visiblement les populations des trois districts susmentionnés n’ont pas manqué de louer les réalisations faites par

l’ancien président durant son premier quinquennat.

Recueillis par Dominique R.

News Mada7 partages

Asa an-tsambo: fandraisana tanora hiofana any Londres

Natao, omaly sy anio teto Antananarivo, ny sivana handraisana tanora (18 hatramin’ny 45 taona) hiasa anaty sambo mpitondra mpandeha. Mikarakara azy ny sekoly iray, Two healing hands Mada, miara-miasa amin’ny sampandraharaha iray atsy amin’ny Nosy Maorisy. Mikasika ny fikarakarana taovolo, tarehy, vatana, sy ny mifandraika aminy ny sampam-piofanana, mila hain’ireo kandidà, ary anisan’ny fepetra voalohany takina ny fianarana teny anglisy. Nilaza ny tompon’andraikitr’ity sekoly ity, fa afaka ampianaran’izy ireo teny anglisy ny mpianatra, miampy ny fiofanana voalaza etsy ambony. Maharitra efa-bolana ny fiofanana omena eto an-toerana.

Manao ny sivana eto Madagasikara ny vahiny mpampiofana avy any amin’ilay sekoly any Londres. Aorian’ny sivana, maharitra efatra herinandro ny fiofanana harahina Londres Angletera. Hampianarina azy ireo ny fiainana samihafa eny ambony sambo sy ny asa hataon’ny mpiasa. Manodidina ny 5,4 tapitrisa Ar hatramin’ny 9 tapitrisa Ar ny karaman’ny mpiasa raha voaray soa aman-tsara. Fantatra fa efa nisy efatra ny Malagasy efa lasa miofana any, ary hisy sivana hafa amin’ny volana novambra ho avy izao, ary amin’ny volana febroary 2019 ihany koa.

Njaka A.

News Mada7 partages

Lignes Ivato: la hausse du frais à 800 ariary est illégale, selon l’ATT

Les décisions des coopératives de transport en commun desservants Ivato relatives à la révision de leur ticket de bus à 800 ariary n’entreront pas encore en vigueur. Les transporteurs comptent toutefois l’appliquer à partir du 29 octobre, conformément aux avis qu’ils affichent à l’intérieur de leur véhicule.

«Cette disposition est illégale, car elle n’a pas encore obtenu l’aval de l’Agence du transport terrestre (ATT)», a souligné hier un responsable de cette entité.  «L’entrée en vigueur de tout projet d’augmentation de frais des transports en commun devrait être précédée d’une réunion de concertation entre les responsables des coopératives et l’ATT. Par ailleurs, en cas d’accord entre les deux parties, une telle décision ne devrait être appliquée qu’après une quinzaine de jours de son adoption, afin d’aviser les usagers».

Ce qui n’est pas le cas ici. Les coopératives comptent faire du forcing, en prévoyant de réviser  leurs tarifs à la hausse, sans même aviser l’ATT.

 

Fahranarison

Midi Madagasikara6 partages

HCJ : 4 dossiers concernant un ancien P.R.M. et d’anciens ministres à traiter

Les membres de la HCJ (portant un bouton blanc sur la photo) posant avec le président de la HCC et le ministre de la Justice.

La cérémonie d’hier a vu la présence du président du Sénat Mananjara Andriambololona, du président de la HCC Jean Eric Rakotoarisoa et du ministre de la Justice, Harimisa Noro Vololona. Des membres du corps diplomatique et des représentants des organismes internationaux ont également été présents.

Sept membres de la Haute Cour de Justice (HCJ) ont prêté serment, hier, à la Cour suprême à Anosy. Il s’agit de Andriatianarivelo René José (Procureur Général à la Cour Suprême, PGCS), Rasoarimalala Rinah (Président de Chambre de la Cour de cassation), Rafemananiony Eliana Blandine (Président de Chambre de la Cour de Cassation), Houssene Abdallah (député), Razafitsimiankina Johnstone Antoine (Premier Président de la Cour d’Appel-Toliara), Rakotomandimby Benjamin Alexis (Commissaire Général de la Loi auprès du Conseil d’Etat) et Ralaivelo Marie Noëline (avocat général près  la Cour de cassation). En marge de la cérémonie, le PGCS a notamment déclaré que la HCJ traitera quatre dossiers concernant un ancien président de la République malgache (P.R.M.). Le reste est constitué par d’anciens membres du gouvernement. Il n’a pas toutefois donné de noms, secret de l’instruction oblige. Ils viennent ainsi compléter les autres membres de cette juridiction qui ont déjà prêté serment. Toujours est-il qu’ils sont appelés à être impartial et intègre, mais aussi à garder le secret de l’instruction.

Haute trahison. Faut-il rappeler que selon la loi 2014-043 relative à la Haute Cour de Justice en son article 12, celle-ci a pour première attribution de connaître des actes accomplis par le président de la République, liés à l’exercice de ses fonctions, en cas de haute trahison, violation grave ou violations répétées de la Constitution et manquement à ses devoirs, manifestement incompatibles avec l’exercice de son mandat. En outre, la Constitution en son article 133 dispose que « les Présidents des Assemblées parlementaires, le Premier ministre, les autres membres du Gouvernement et le Président de la Haute Cour Constitutionnelle sont pénalement responsables, devant la Haute Cour de Justice, des actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions et qualifiés de crimes, ou délits où ils ont été commis ».

Dominique R.

News Mada5 partages

Tambajotran-jiolahy ravan’ny polisy: voasambotra ry Pisokely, mpanao fanafina mitam-piadiana

Tambajotran-jiolahy malaza amin’ny fanafihana mitam-piadiana mahery vaika tokoa ity ravan’ny polisy tao Toamasina, afakomaly ity. Izany  Marolahy Julien, fantatry ny maro amin’ny solon’anarana hoe i Pisokely izany no lehibeny. 

Ny anarany fotsiny no Pisokely fa raha ny zava-bitany tena Pisobe mihitsy! Niantomboka ny alin’ny talata teo ary nitohy ny alarobia ny fifanenjehan’ny polisy sy ireto andian-jiolahy ireto. Nanemitra ny fokontany maro ao an-dRenivohitr’i Toamasina ny fifanenjehana, toy ny tao amin’ny fokontany Tanambao fahadimy, Ankirihiry, Andranomadio ary hatrany Ambalamanasa izay tena faritra mena amin’ny fanafihan-jiolahy mitam-piadiana mahery vaika. Nahitam-bokany, araka izany, ny ezaka vitan’ireo polisy, nandritra ny fifanandrinana tamin’ireto jiolahy raindahiny ireto. Azo sambo-belona Rafanomezantsoa Tata, 28 taona, Marolahy Julien, 28 taona, Rakotondrasoa Jean, 25 taona, Rakotondrazafy Lydjé, 18 taona ary Rakotondrasoa Jean de Dieu, 38 taona, manam-pahaizana manokana momba ny fanefena basy.

Nitifitra sinoa tao Ambolomadinika…Nohamafisin’ny polisy hatrany fa i Pisokely no tena atidohan’ny fanafihana mitam-piadiana, na ny fanendahana sy ny fandrobana ao Toamasina. Araka ny fanazavan’ny kaomisera, Razafindahy Manitra Fleurys, ireo jiolahy manam-pahaizana manokana momba ny fanefena basy ireo no tompon’antoka tamin’ny fitifirana ilay teratany sinoa tao Ambolomadinika Toamasina, ny fiandohan’ity taona 2018 ity nahaverezana vola 20 tapitrisa Ar. Efa nifanenjehan’ny polisin’ny Fip tao Ambalamanasa izy roa lahy lehiben’ireto andian-jiolahy ireto, saingy tafaporitsaka hatrany, kanjo izao tratra izao ihany. Nanamafy hatrany ny polisy amin’ny tokony hametrahana andrimasom-pokonolona isam-pokontany ao Toamasina.

Ilaina tokoa ny fisian’ny andrimasom-pokonolona miara-miasa amin’ny mpitandro filaminana, saingy miaraka amin’ny fitaovam-piadiana mahery vaika hatrany ny jiolahy ka izay ny mahatonga ireo olona miraviravy tanana indraindray satria hiady amin’ny basy mahery vaika?

Sajo sy Jean Claude

News Mada5 partages

ATT – Zotra Ivato: tsy mbola nankatoavina ny saran-dalana 800 Ar

Nanambara ny tomponandraikitry ny Antokon-draharaha misahana ny fitateran an-tanety (ATT) fa tsy mbola nisy ny fihaonana teo amin’izy ireo sy ny mpitantana ny kaoperativa misahana ny fitaterana olona amin’ny zotra mampitohy an’Antananarivo sy Ivato. Tokony hialohavan’ny dinidinika hatrany fanapahan-kevitra hampiakatra saran-dalana 15 andro mialoha ny fanambarana ampahibemaso fa hiroso amin’ny fanondrotana ny mpitatitra. Nilaza ny mpitatitra amin’ny kaoperativa telo miasa amin’io zotra io fa hisondrotra ho 800 Ar ny sara-dalàna noho ny fiakaran’ny vidin’ny solika.

Vokany, tsy mbola nahazo ny fankatoavana avy any amin’ny ATT ny fanondrotana ny saran-dalana ho 800 Ar, manomboka ny 29 oktobra ho avy izao. Nisento indray ny mpanjifa sy mpampiasa ny taxi-be amin’ireo zotra ireo, manoloana ny fanazavan’ny ATT. Maro ireo mpandeha nilaza fa ambony loatra ny fampiakarana 800 Ar nefa ny karama tsy nihetsika, indrindra ho an’ny sehatra tsy miankina.

Randria

News Mada4 partages

Marche: le numérique en pleine croissance

L’avenir du numérique à Madagascar était au centre d’un débat, mercredi dernier à Anosy.

La Banque mondiale a donné la parole aux jeunes, aux PME et aux grandes entreprises qui travaillent dans le numérique à Madagascar, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Le thème choisi cette année porte sur «La jeunesse africaine et des emplois de demain».

Pour la Banque mondiale, le développement du numérique permet d’éliminer la pauvreté, vu le contexte qui prévaut sur le continent africain ces dernières années. La représentante de l’institution à Madagascar, Coralie Gevers a mis un accent particulier sur le mobile banking, qui connaît d’importante croissance à Madagascar, tout comme dans les autres pays d’Afrique en ce moment.

«La monnaie électronique, c’est l’utilisation du numérique au service du développement. Ce système  facilite le commerce, l’épargne, le crédit, l’accès au service financier…», a-t-elle avancé.

D’après le constat de Coralie Gevers, «il existe des terreaux relativement fertiles de l’économie digitale à Madagascar, même si l’on n’en parle pas beaucoup. On les voit au niveau des zones franches, à l’exemple des call-center. Cette échange d’idées permet de mettre en évidence cette économie».

En effet, l’atout majeur de Madagascar dans le secteur numérique, c’est d’avoir une bande passante la plus rapide en Afrique. Les entrepreneurs malgaches ont toutefois soulevé les difficultés rencontrées, entre autres, le manque de compétence entrepreneuriale et de financement  ou encore l’insuffisance des moyens pour rivaliser les autres acteurs.

 

Riana R.

News Mada2 partages

Tsarasaotra Alarobia: sprinter sy kamiao nifandona, maty ny mpamily

“Vokatry ny fandehanana mafy sy ny fisongonana an-kavanana, nifatratra tamin’ny kamiao nihodina ilay Sprinter”, hoy ny fanazavan’ny olona nahita maso ity loza ity, omaly tokony ho tamin’ny 1 ora atoandro. Vokatry ny hamafisan’ny fifandonana, maty ilay mpamilin’ilay fiara Sprinter, raha ny filazan’ny mpitandro filaminana teny an-toerana. “Tsy nipoaka ny airbag ka tery teo ny mpamily. Mafy rahateo ny dona nahazo azy, ny lohan’ny fiara potika tanteraka ka nitarika ny fahafatesany”, hoy ny mpitandro filaminana.

Voalaza fa Sprinter hofain’ireo Sinoa mpanao lalana iny ity nifatratra teo amin’ny vodin ilay kamiao mpitatitra tany. Ilay kamiao izay mbola teo am-panaovana « manoeuvre ».

Nalefa any amin’ny hopitaly ny maty sy ny naratra tamin’ity loza ity.

Yves S.

Midi Madagasikara2 partages

Extrême pauvreté en 2050 : 90% des victimes concentrées dans la région subsaharienne  

La pauvreté diminue dans le monde, mais s’aggrave en Afrique subsaharienne.

Alors que l’extrême pauvreté diminue davantage, avec un taux estimé à 3% de la population mondiale en 2030, la situation en Afrique subsaharienne – où se trouve Madagascar – va empirer, selon une étude conduite par la Banque mondiale.

Très mauvaise nouvelle pour Madagascar. La structure démographique des ménages, la fragilité institutionnelle et les conflits sont les principaux facteurs de cette évolution négative de la situation de la pauvreté dans la région subsaharienne, d’après les explications. Ces facteurs sont, en effet, tous constatés à Madagascar, où les ménages pauvres comptent proportionnellement davantage de membres économiquement dépendants des adultes en âge de travailler ; où les institutions sont fragiles ; et où les crises cycliques persistent, malgré les catastrophes qu’elles ont engendrées dans le passé. « L’extrême pauvreté a connu un recul rapide à l’échelle mondiale. Selon les estimations, le nombre d’habitants vivant dans l’extrême pauvreté, en dessous du seuil de 1,9 USD par jour, est passé de 1,9 milliard en 1990 à environ 700 millions en 2015. Pourtant, cette extrême pauvreté continue de progresser en Afrique subsaharienne, qui abritait en 2015 plus de la moitié de la population mondiale extrêmement pauvre. Les projections indiquent que cette région concentrera en 2050 près de 90 % des personnes vivant dans l’extrême pauvreté », a noté la Banque mondiale dans son rapport.

Nouvel indicateur. Depuis 2010, le taux de pauvreté ne cesse d’augmenter dans les Etats fragiles ou touchés par un conflit. 35 de ces Etats ont affiché un taux de pauvreté de 34,4% en 2011, qui s’est aggravé à 35,9% en 2015, alors que la pauvreté mondiale ne cesse de régresser. Cette inégalité se creuse au fur et à mesure que le temps passe. Pour la Banque mondiale, l’objectif de ramener le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté à moins de 3% de la population mondiale, d’ici à 2030, devrait être atteint, si l’on se réfère aux progrès remarquables accomplis au cours des dernières décennies. Mais cela ne bénéficie pas à tous les pays. De la même façon, l’évolution des revenus présente d’importantes inégalités dans les pays pauvres comme Madagascar. Selon les seuils internationaux, les personnes extrêmement pauvres sont celles qui gagnent moins de 1,9 USD par jour, soit environ 6.100 ariary, l’équivalent de 183.000 ariary par mois. Le seuil pour les revenus moyens inférieurs est fixé à 3,2 USD par jour, soit environ 10.250 Ariary, ou 307.500 Ariary par mois ; et les revenus moyens supérieurs à 5,5 USD par jour, soit 17.600 ariary, l’équivalent de 528.000Ariary de revenus nets mensuels. Mais pour la Banque mondiale, la pauvreté ne se réduit pas aux aspects monétaires. Cette institution a lancé le « Seuil de pauvreté sociale » qui combine l’extrême pauvreté à un bien-être relatif, suivant chaque pays. D’après les explications, cette mesure pluridimensionnelle considère le revenu, l’éducation, l’accès à l’électricité, à l’eau et l’assainissement. Bref, des volets pour lesquels Madagascar est également à la traîne.

Antsa R.

News Mada1 partages

Fiarovana ny honko sy ny drakaka: atrikasa maro no efa vita fa tsy mahomby hatramin’izao

Ny 17 oktobra teo, natao teto Antananarivo, ny fampivondronana ny fehin-kevitra tapaka tany Morondava sy Ambanja momba ny fiarovana ny drakaka. Niainga avy amin’ny vondron’ny mpanjono sy ny mpandraharaha, ny minisiteran’ny Jono sy ny harena anaty rano, miaraka amin’ny fikambanana maromaro (ONG Blue Ventures, WWF, CI, Mihari). 

Miantoka ny fahamaroan’ny drakaka sy ny kalitaony ny fisian’ny ala honko any amin’ny ilany  andrefan’i Madagasikara. Tombanana 325.000 ha ny faritra tokony hisy izany, saingy rava ny ankamaroan’ny ala honko izao, noho ny fitrandrahana tafahoatra. Mihena manaraka izany koa ny vokatra azo, vao mainka manosika ireo mpanjono mitrandraka ireny ala ireny, maka izay mbola azo raisina. 7.500 t isan-taona ny vokatra azo, raha voahaja ny fepetra rehetra, araka ny tarehimarika nomen’ny minisiteran’ny Jono.

Ny  taona 2006, efa nisy atrikasa namoahana fandaharanasa ho an’ny teknikan’ny jono ankapobeny, nambara fa tsotra nefa kely masonkarena. Nametraka laminasa ho fanajariana ny jono drakaka ihany koa ny fanjakana, ny taona  2007  momba ny refiny faran’ny kely (10 cm) sy fiarovana ireo mbola manatody.

Dimy taona taorian’izay, tsy nahitana fiovana izany, ka  ny taona 2012, nanaovana atrikasa indray, nandraisana fepetra maromaro, toy ny fanavahana ireo karazam-bokatra azo aondrana sy ny firenena handefasana izany ; fanatsarana ny varotra amin’ny fiarovana velona azy ireny aorian’ny nanjonoana azy. Ny taona 2013, mbola nisy fepetra noraisina, araka ny tetikasa momba ny jono iarahan’ny Vondrona eoropeanina sy ny FAO.

Miakatra ny tinady any ivelany

Miakatra ny tinady any ivelany, ka izay no antony lehibe naharava ny ampahany be indrindra amin‘ny tontolo iainana misy ireo harena an-dranomasina ireo. Raha mbola azo lazaina fa jono fanampiny ny drakaka tany aloha, taorian’ny trondro sy ny makamba, ankehitriny, iarahan’ny mpanjono mitrandraka ireo karazany telo ireo.

Ahoana ny fiarovana ireo harena an-dranomasina ireo ? Dia izao mbola nanaovana atrikasa hafa izao indray, nanolorana vahaolana, tsy mifankaiza amin’ny efa nofaritana tany aloha, ohatra, ny fiarovana ny ala honko  ; fanofanana ireo mpanjono sy fanamoràna ny fahazoan’izy ireo fitaovana ; fanohizana ny fikarohana, sns.

 

R.Mathieu

News Mada1 partages

Fitantanana ny andramena: hiara-midinika ny AVG sy ny minisitera

Anisan’ny nanohitra ny drafitrasa hitantanana ny tahiry andramena giazana naroson’ny fanjakana sady nitaky ny handavan’ny Cites azy ny fikambanana Alliance voahary gasy (AVG). Nanaiky hiara-midinika aminy ny minisitera.

Araka ny efa fantatra, tsy nankatoavin’ny fikambanana iraisam-pirenena misahana ny biby sy ny zavamaniry ahina ho lany tamingana (Cites), ny drafitrasa naroson’ny fitondrana malagasy tany Rosia, tamin’ny fiandohan’ny oktobra teo. Anisan’ny nanao ady sisika, nandresy lahatra tsy hankatoa azy ny Cites ny fikambanana Alliance voahary gasy (AVG) eto Madagasikara sy ny mpiara-miombon’antoka aminy, toy ny Rafitra iraisam-pirenena mikasika ny tontolo iainana (IEA), ohatra. Nilaza ny filohan’ny filankevi-pitantanana (PCA)-n’ny AVG,  Razakamanarina Ndranto, omaly, fa “tsy eken’izy ireo ity drafitrasa ity satria tsy ao anatin’ny fotoana tokony hanaovana azy, indrindra ao anatin’ny fotoam-pifidianana isika. Tsikaritra koa fa tsy tanteraka ny fampiharana ny fanjakana tan-dalàna eto amintsika. Na izany aza, mieritreritra ny AVG hiara-midinika amin’ny fanjakana, hikarohana vahaolana miaraka ny hitantanana ireo andramena”.

Fampiofanana ny fiarahamonim-pirenena

Ankoatra izany, nikarakara atrikasa ny AVG sy ny mpiara-miombon’antoka aminy, mampiofana ny fiarahamonim-pirenena (OSC) eto amintsika, mikasika ny lalàna amin’ny tontolo iainana, mandritra ny roa andro. Nambaran’ny PCA-n’ny AVG, fa “tanjona ny hanamafisana ny fahaiza-manaon’ny OSC mikasika ny fihefezana ny lalàna, ary afaka hanao ady sisika, mandroso hevitra hanatsarana izany izy ireo. Olana eto Madagasikara, maro ny lalàna, saingy tsy ampiharina”.

Niara-niombon’antoka tamin’ny AVG nikarakara ity atrikasa ity ny minisiteran’ny Tontolo iainana sy ny ala, ny FAO. Anisan’ny mandray anjara ny fikambanana ONG Fanamby, ny Durrell, ny fikambanana Famelona, sy ny hafa.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada1 partages

Guide du week-end

Ce soir

Et rebelote pour Olombelo Ricky

Depuis ces dernières semaines, Olombelo Ricky sillonne plusieurs espaces pour satisfaire ses fans. Après un cabaret à l’hôtel Le Louvre, puis au Fatapera, il sera de retour sur scène ce soir, à partir de 21 heures au Piment Café Behoririka. Sur ce, il a décidé de baptiser la soirée «Ty hoanao dia ty ho anahy» avant de s’envoler pour l’Europe le temps d’une tournée internationale. Ainsi, les échanges et les partages seront mis en avant durant cette soirée, avec d’une part, l’interprétation des titres phares et d’autre part, la présentation des compositions récentes.

Big MJ fête son anniversaire

Pour célébrer son anniversaire, Big Mij a décidé d’offrir un show à son public, ce soir au Jao’s Pub Ambohipo. Au programme, le chanteur interprétera ses titres incontournables tels que «Célibataire» ou encore «Na lingui yo». Notons que le chanteur vient de dévoiler récemment son dernier clip intitulé «Tsy miova» qui est en featuring avec son ex-femme Arnaah. Plusieurs autres artistes seront invités durant cette soirée, à savoir Basta Lion, Boss Mananarien, Tinah Vidadl, MC Co Boy Bad et Kimjah Deta.

Lôlô sy ny tariny à la Cabane

Pour terminer en beauté la semaine, quelques membres du groupe Lôlô sy tariny se produiront à La Cabane Andavamamba, ce soir à partir de 21 heures. Benny, Bebey, Sefo et Sammy s’arrangeront pour interpréter ensemble les compositions du groupe, de «Lemizo» à «Tady fatomaty».

Un grand cabaret pour les 30 ans de Rebika

Cette année, Rebika célèbre ses 30 ans de scène. Ainsi, en promettant d’être au grand complet, Tonton et consorts sont attendus ce soir, au SK Melody Mandriambero. Au programme, un voyage musical va transporter le public dans les années 80-90 et début 2.000, période durant laquelle le groupe a cartonné, surtout dans la capitale.

Tselonina et Lilie, un duo de nouveau sur scène

«On ne change pas une formule qui gagne», dit-on. Après le succès du récent cabaret de Tselonina et Lilie à l’espace Mon Gouter Andrefan’Ambohijanahary, les deux artistes seront de nouveau sous les feux des projecteurs ce soir, à partir de 20h30 au Fapatera Antaninarenina. Après plusieurs années de stand by, Tselonina proposera quelques nouveautés dans son répertoire. Un clip intitulé «Tsy ho haiko», en featuring avec Lilie, en est un aperçu.

Voahirana Andriambero rend hommage à Aretha Franklin

Décédée au mois d’août dernier, Aretha Franklin manque à ses nombreux fans, dont Voahirana Andriambero. Pour rendre hommage à cette artiste de renom international, Voahirana Andriambero va interpréter tous ses morceaux comme «Chain of fools», «I say a little prayer», «Think», «A natural woman»… demain soir au Fara West Faravohitra.

Minah Bolimakoa au No Comment Bar

Après une semaine de dur labeur, No comment bar Isoraka offre une soirée inédite, réservées aux noctambules mélomanes de la capitale. Ainsi pour demain à partir de 21 heures, la scène sera investie par la chanteuse Minah Bolimakoa. Surnommée la panthère noire, elle a un charisme exceptionnelle, avec sa timbre vocale à la fois puissante et mélodieuse. Adoptant le genre funky urbain, elle a pour objectif de surprendre son public.

 

News Mada1 partages

FMBB: hanangana birao ho an’ny taona 2019

Araka ny fanambarana nataon’ny teo anivon’ny federasiona Malagasy, taranja basikety (FMBB), omaly, hisy ny fivoriam-be tsy ara-potoana hotontosaina, ny alakamisy 25 oktobra izao. Mandritra izany no hanaovana ny fifidianana izay birao hitantana ny taom-pilalaovana manaraka.

Mpikambana miisa 7 no hofidina, ny herinandro ho avy izao, eny amin’ny foiben’ny FMBB. Hahitana ny filoha mpitantana, ny filoha lefitra, ny mpitan-tsoratra, ny mpitam-bola, ny mpanolo-tsaina ary ny mpanamarim-bola. Ireo no handray ny fitantanana ny federasiona ho amin’ny taona manaraka, hitarika mandritra ny roa taona, amin’ny maha mpiandraikitra azy ireo. Marihina fa misokatra hatramin’ny faha 23 oktobra izao ny fanaterana ny antontan-taratasy ho an’izay hirotsaka hofidina, raha ny fanazavana nentin’ny filohan’ny kaomisiona teknika eo anivon’ny federasiona malagasy ny basikety.

Ankoatra ny fifidianana izay hotanterahina amin’io fotoana io, ho hita ao anatin’ny fandaharam-potoana ihany koa ny fanaovana ny tatitra ny taom-pilalaovana 2018 sy ny fametrahana ny vinan’asa ho amin’ny taom-pilalaovana manaraka.

Mandra-pivoakan’ny valim-pifidianana dia mitohy hatrany ny fanohizana ny programan-dalao izay mbola tsy vita ho amin’ity taom-pilalaovana ity. Anisan’izany, ohatra, ny fifaninanam-pirenena N1A lahy sy vavy, nanomboka omaly alarobia 18 oktobra ary haharitra hatramin’ny faha 28 oktobra izao. Raha tsiahivina, hiatrika ny lalao voalohany, ho amin’ny anio, amin’ity fifaninanana ity ny sokajjy lehilahy, hifanandrina amin’izany, ny ekipan’ny COSFA Analamanga sy ny ESV Vakinankaratra.

 

Mi.Raz

Midi Madagasikara1 partages

Kidnapping de Sabir Molou : Les opérateurs interpellent les autorités

Cinq jours après son enlèvement, la famille de l’opérateur économique indopakistanais n’a encore aucune nouvelle de ce dernier. La situation inquiète au plus haut point non seulement les proches de la victime, mais également la communauté des affaires. Réagissant face à une apparente inertie des forces de l’ordre, des opérateurs économiques interpellent les autorités et leur demandent d’agir efficacement pour mettre un terme à ce méfait qu’est le kidnapping. « Si les responsables n’arrivent pas à lutter efficacement contre le kidnapping, qui est un phénomène antiéconomique, les investisseurs auront cette tendance à fuir Madagascar » rappelle un homme d’affaires.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Ambohidratrimo : Vehivavy hita faty tsy nisy ilany intsony

Nihoron-koditra izay nahita ilay razana, tetsy amin’ny fokontany Anosiavo-Ambohidratrimo.  Manodidina ny tamin’ny folo ora maraina no hitan’ny mponina izany teo amin’ny fasam-bahiny. Tsy nisy ilany intsony ny vatany ary toy ny notapahina roa. Niboridana tanteraka ny tapany ambany. Raha ny endriky ny vatany, dia tombanan’ny olona ho manodidina ny roapolo taona eo. Mbola mananosarotra ny fanadihadiana izay nanjo ity vehivavy ity noho ny silany izay tsy hita. Tsy misy namantarana azy rahateo vokatr’izany. Na izany aza, dia efa nifandimby nanao ny asany ny zandary sy ny dokotera nijery razana. Ny olona teo an-toerana dia samy nanamafy, fa tsy mponina eo amin’ny manodidina io vehivavy hita faty io. Nalevina avy hatrany izany rehefa vita ny fijirihina izay nataon’ny manampahefana.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Routes nationales : Des barrages sources de dérapages

Les barrages sur les routes sont une entrave à la libre circulation des biens et des personnes.

Le blocage de routes tend à devenir un moyen de contestation, qui provoque parfois des échauffourées et des dérapages à cause des barrages érigés par les manifestants contre ceci ou pour cela. A l’exemple des étudiants de l’Ecole Polytechnique de Vontovorona qui ont exprimé leur ras le bol par rapport au délestage. Ils ont érigé des barrages de pierres sur la route des joueurs et supporters des Barea, après le match contre la Guinée équatoriale.  Face à la non-reprise des cours, des étudiants de l’Université de Toliara étaient également sortis quelques jours auparavant du campus de Maninday pour se rendre à une quinzaine de kilomètres de l’entrée de la Ville. Ils ont brûlé des pneus et érigé des barrages de branches d’arbre pour bloquer la circulation sur la RN7. Obligeant ainsi les passagers se rendant dans la Cité du Soleil à faire des transbordements. Portant ou traînant leurs bagages avec eux sous un soleil de plomb.

Unité nationale. Les éléments de la Force d’Intervention de la Police (FIP) basés à Toliara se sont rendus sur les lieux pour dégager le passage, à coups de grenades lacrymogènes. Dispersant alors les manifestants dont l’un a tenu un discours allant à l’encontre du processus de réconciliation nationale, voire de l’unité nationale. « Vous n’avez pas à vous rendre à Toliara comme nous n’allons pas non plus nous rendre à Tana », a-t-il lancé, au micro d’une station de télé privée, à l’endroit des passagers supposés en provenance de la capitale. Ce genre de dérapage verbal n’est pas pour servir l’instauration d’un climat d’apaisement à trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle que les « anti-7 novembre » veulent torpiller à tout prix. Au propre comme au figuré.

Barrage macabre. Ce n’est pas la première fois que des manifestants bloquent la RN7. Début juillet 2016, une foule en furie avait mis en place un barrage macabre en se servant du corps d’un jeune homme tué dans une rixe à Andohatapenaka. Et ce, pour exprimer leur mécontentement suite à la décision du parquet de Tana d’accorder la liberté provisoire à une quinzaine d’individus présumés être impliqués dans la bagarre qui a coûté la vie à la victime.

Victimes collatérales. Le 18 août 2018 dans la Région Menabe, c’est-à-dire toujours dans le Sud du pays, le maire de Bekopaka avait bloqué l’accès des touristes aux Tsingy de Bemaraha pour réclamer le versement dans les caisses de sa commune de 50% des prix d’entrée sur le site. Un mois et une dizaine de jours après, des paysans avaient bloqué à leur tour la RN35 pour manifester leur colère face au faible débit d’eau dans le barrage de Dabara, qui est vital pour l’irrigation de leurs rizières. La manifestation a dégénéré avec pour victimes collatérales les usagers de cette route nationale, dont les véhicules ont été caillassés, paraît-il, par des éléments incontrôlés, pour ne pas dire infiltrés.

Ordre public. S’ils ont le plus souvent pour objectif de tirer la sonnette d’alarme, ces barrages n’en sont pas moins contraires à la loi fondamentale qui dispose en son article 10 que « les libertés d’opinion et d’expression, de communication, de presse, d’association, de conscience et de religion sont garanties à tous et ne peuvent être limitées que par le respect des libertés et des droits d’autrui, et par l’impératif de sauvegarde de l’ordre public, de la dignité nationale et de la sécurité de l’Etat ».

Devoir. Ils constituent également une entrave à la libre circulation des biens et des personnes prévue par l’article 12 alinéa 2 de la Constitution qui édicte « Tout individu a le droit de circuler et de s’établir librement sur tout le territoire de la République dans le respect des droits d’autrui et des prescriptions de la loi ». L’article 16 d’ajouter que « Dans l’exercice des droits et libertés reconnus par la présente Constitution, tout individu est tenu au devoir de respect de la Constitution, des Institutions, des lois et règlements de la République ».

Précepte. L’article 33 de la Constitution de disposer en son article 33 alinéa 1er que « le droit de grève est reconnu sans qu’il puisse être porté préjudice à la continuité du service public ni aux intérêts fondamentaux de la Nation ». En somme, pour reprendre une expression qui est à la fois un précepte et un proverbe, « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Etant tous soumis aux impératifs d’ordre public et de sécurité de l’Etat. C’est valable pour les politiciens qui sont des citoyens à part entière et non pas entièrement à part.

R. O

Midi Madagasikara1 partages

Andry Rajoelina : « Un Président digne du peuple malgache »

« Tso-drano » traditionnel pour le candidat n°13 à Ambohimahasoa.

Le TGV a continué avec succès sa voie hier à Ranomafana, Ambatofinandrahana, Isandra et Ihosy qui sont prêts à accorder leurs …voix au candidat numéro 13.

Comme son nom l’indique, Ranomafana était tout chaud tout bouillant hier, lors du passage d’Andry Rajoelina. « C’est le Fitiavana qui m’a amené ici », a-t-il déclaré. Pour le prouver, le candidat numéro 13 a promis, s’il est élu Président de réaliser une centrale hydraulique « Namorona II » afin d’augmenter la production d’électricité et de réduire son coût dans la région. Il promet aussi de faire de Ranomafana « le plus grand centre thermal de l’Océan Indien » et d’y ouvrir des hôtels 2 et 3 étoiles. Sans oublier les infrastructures « manara-penitra » genre EPP, terrains de sport, lavoirs et WC publics… Et d’ajouter qu’« on va aussi achever le pont de Ranomafana ».

Le couple Rajoelina a reçu une Bible de la part de l’EKAR à Ambatofinandrahana.

Couple de croyants. Même accueil à Ambatofinandrahana où la population est également disposée à donner leurs « vato » au candidat numéro 13. Ce dernier s’est vu remettre une clé. « Celle du développement de Madagascar », selon le représentant des Raiamandreny. Il a aussi reçu une plaque de marbre avec son nom gravé dessus, comme un signe d’engagement à la réouverture de l’usine Magrama. Mais le cadeau le plus précieux était la Bible offerte par l’antenne locale de l’EKAR à Mialy et Andry Rajoelina qui forment un couple de croyants. « Vous êtes envoyé par Dieu pour sauver le pays », a lancé le député élu dans la circonscription.

« Un Président jeune ». « Si je suis ici, c’est parce que nous allons changer ensemble l’histoire de Madagascar », a fait savoir le fondateur de l’IEM à Ambohimahasoa. Avant de réitérer que s’il accède à la magistrature suprême, Madagascar aura le plus jeune président en Afrique. « Nous avons besoin d’un président jeune, patriote et ayant une vision », a-t-il martelé. En faisant remarquer que « durant la Transition, on a pu faire quelque chose malgré l’absence de financements extérieurs ». Une manière dire qu’a fortiori, s’il devient président, il pourra réalisera beaucoup de projets. Entre autres, l’installation de puce électronique sur les bovidés afin de pouvoir les géolocaliser ; la mise en place d’unité spéciale d’intervention dotée de moyens (hélicos, quads…) pour éradiquer le phénomène « dahalo ». Le candidat numéro 13 a reçu le « tso-drano » dans la pure tradition de la région avec en guise de symbole, « une canne pour défendre le pays ». Un cadeau apprécié à sa juste signification par Andry Rajoelina qui sait comment s’en servir. « C’est à la fois pour me guider dans l’œuvre de développement de Madagascar et pour frapper ceux qui le contrecarrent », a expliqué le « Tanora malaGasy Vonona ». Faisant dans la foulée un véritable engagement devant une foule immense : « Je serai un Président digne du peuple malgache et soucieux de son bien-être ».

Un « Président mahavita azy ». A Isandra, le candidat numéro 13 a reçu un « tso-drano » en prière. « Nous allons combattre le mal par le bien », a-t-il lancé avec foi. Avant de réaffirmer que « Madagascar a besoin d’un Président jeune, dynamique et mahavita azy ». Même profession de foi à Ihosy où il a rappelé les raisons qui l’avaient amené à ne pas être candidat en 2013. « C’est à cause de la pression de la communauté internationale et pour éviter la guerre civile ». En revanche, a-t-il enchaîné, rien n’empêche cette fois-ci sa candidature. « Avec la victoire à la clé », assure-t-il. En fustigeant les velléités de fraudes électorales. « C’est un aveu de défaite de la part de ceux qui les concoctent », estime-t-il. En appelant les uns et les autres à la vigilance notamment lors des dépouillements des votes. Pour garantir la sincérité du scrutin, le candidat numéro 13 va doter de téléphones portables tous les bureaux de vote pour « transmettre en temps réel au Q.G les résultats au soir du 7 novembre ».

R. O

Midi Madagasikara1 partages

Tsaralalana – Fanendahana : lehilahy iray voatsatoka antsy

Tsy namana intsony ny alina, raha ny eto an-drenivohitra ! Lehilahy iray sahabo ho 35 taona any ho any indray mantsy no hitan’ny olona nihoson-drà tanteraka tetsy Tsaralalàna, ny alarobia alina  teo. Mbola nisy aina ity farany ary nentina notsaboina haingana teny amin’ny hôpitaly. Araka ny fanazavana azo, dia niharan’ny fanendahana teo amin’io toerana izy tamin’io fotoana io. Telo lahy no voalaza fa nanodidina azy. Nandeha irery tamin’iny lalana iny ity lehilahy iray ankevitry ny handeha hamonjy fodiana. Tamin’izay no nisy telo lahy nifanena taminy, toy ireny olon-tsotra ireny ihany. Vantany vao nifanojo anefa, avy hatrany dia nohodidin’ireto olon-dratsy ity lehilahy ity. Somary nanohitra azy ireo izy ary tsy nanaiky mora izay zavatra notenenina azy. Hany ka tsy nisalasala nampiasa ny antsy teny an-tanany ny iray tamin’izy ireo. Teo amin’ny lohany avy hatrany no niantefan’izany zava-maranitra izany ka nitolefika moramora ilay ranamana. Nandositra avy hatrany kosa ireo olon-dratsy rehefa avy naka izay zavatra rehetra teny amin’ity olona lasibatra ity, namela azy irery tao anaty rà mandriaka. Olona sendra nahita no nibata sy nitondra azy hotsaboina. Fantatra fa efa eny am-pelan-tanan’ny mpitandro filaminana moa ny raharaha amin’izao.

m.L

Madaplus.info0 partages

Madagascar: le HFI , Mouvement pour la refondation, condamne l’arrestation de Pety Rakotoniaina

Mercredi dernier, l’initiateur de Mouvement pour la Refondation (Hetsika Fanorenana Ifotony) a été placé sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora. Le HFI, rappelons-le, est contre la tenue des élections prévue dans moins de trois semaines. Motif de son arrestation : trouble à l’ordre public.
Mais selon les membres de la HFI, qui condamne l’emprisonnement de l’ancien maire de Fianarantsoa, cette arrestation est un signe du non-respect de la Démocratie à Madagascar surtout en période électorale. Les membres de la HFI de continuer que les manifestations dirigées par Pety Rakotoniaina n’a rien à voir avec le trouble à l’ordre public. Toutefois, la lutte pour la refondation de la nation. Aujourd’hui, ils feront une manifestation en hommage au professeur Zafy Albert.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Des fraudes sont à craindre pour les élections.

Le nombre de bureaux de vote qui augmente, une liste avec plusieurs irrégularités… situations qui peuvent déjà être des signes d’une tentative de fraude électorale.
A moins de trois semaines du premier tour de la course à la magistrature suprême, plusieurs candidats à cette course se sont réunis pour dénoncer les problèmes afférents à cette élection. Fanirisoa Erinaivo a rapporté que son équipe a observé plusieurs problèmes avec cette liste électorale. Des doublons, des personnes fictives, sont toujours sur cette liste. Pourtant, plusieurs électeurs qui ont voté en 2013 ne sont plus inscrits sur l’actuelle liste électorale. Sur les réseaux sociaux, des simples citoyens rapportent l’existence des bulletins uniques précochés qui ne seraient pas des spécimens.
News Mada0 partages

Droit de l’environnement: renforcement des capacités des acteurs de la société civile

Madagascar dispose d’une multitude de textes et lois en matière de protection de l’environnement. Mais, leur application fait souvent défaut. Dans le cadre de l’initiative «Ressources partagées, solutions communes (SRJS)», plusieurs acteurs de la société civile participent depuis hier à l’hôtel Grand Melis Analakely, à un atelier de renforcement de capacités en droit environnemental.

Les trafics et exploitation illicite des ressources naturelles font la renommé de Madagascar dans le paysage de la biodiversité mondiale. «Le manque de moyen et de volonté politique des dirigeants étatiques justifie, entre autres, la difficile application des textes pour enrayer ces pratiques. Le budget alloué à la protection et à la préservation de l’environnement ne dépasse pas 1% du budget général de l’Etat, avoisinant les 7.000 milliards d’ariary, alors que la valorisation du capital naturel figure dans les axes stratégiques du Plan national de développement (PND)», a déploré hier Ndranto Razakamanarina, président du conseil d’administration de l’Alliance voahary gasy (AVG), à l’occasion de la cérémonie d’ouverture.

Durant l’atelier, il est question à la fois d’informer et de sensibiliser les acteurs de la société civile sur les cadres juridiques visant la protection de l’environnement à Madagascar. Ce qui devrait leur permettre de mieux s’approprier de leurs rôles et de leurs responsabilités dans le développement et la mise en œuvre du droit de l’environnement ainsi que d’outiller ces acteurs sur les contentieux de l’environnement à Madagascar.

«Autrement dit, il s’agit d’appuyer les membres de la société civile dans leur mission de plaidoyer et de lobbying en matière de protection de l’environnement», a-t-il expliqué.

L’initiative SRJS

Organisé en partenariat avec le ministère malgache en charge de l’Environnement et le bureau de la FAO à Madagascar, cet atelier de deux jours réunit au total une trentaine de participants-bénéficiaires issus du réseau de partenaires et OSC de SRJS Madagascar.

A noter que l’initiative SRJS, financée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) des Pays-Bas et WWF, mise en œuvre entre 2016-2020 dans 16 pays à faible et moyen revenu, dont Madagascar, cherche à «assurer la durabilité des biens publics mondiaux (BPM) basés sur les écosystèmes, notamment l’approvisionnement en eaux, la sécurité alimentaire, la biodiversité et la résilience climatique pour une amélioration des conditions de vie des communautés», comme l’a expliqué Paul Raonintsoa, point focal de SRJS Madagascar.

A Madagascar, la péninsule d’Ampasindava et la zone de Soalala sont les zones d’intervention de l’initiative SRJS. Ce choix est motivé par l’importance de concilier les imminentes utilisations conflictuelles de l’espace qui risquent de nuire aux BPM. D’où également la participation de l’association Famelona, l’AVG, Durell, l’ONG Fanamby et le Missouri botanical garden (MBG).

 

Arh.

News Mada0 partages

OMH: le marché pétrolier en baisse

Avec une consommation totale de 90.688 m3 durant le mois de septembre, le marché pétrolier au niveau national a reculé de 2%, d’après les analyses de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH).

Ce recul est expliqué par la baisse des produits pétroliers utilisés par les groupes thermiques de la Jirama, indique-t-on. Cela en raison de l’application de la nouvelle politique énergétique tournée vers les énergies renouvelables. Il est à noter toutefois que le problème d’approvisionnement en carburant de la Jirama, dû aux impayés de la compagnie aux pétroliers, a entraîné le retour du délestage dans la ville d’Antananarivo, au début du mois.

News Mada0 partages

Fibre de sisal: l’offre ne suit pas la demande

La production de fibre de sisal au niveau national n’arrive pas encore à suivre la demande. La production annuelle malgache est de 15.000 tonnes aujourd’hui. Ce qui est encore loin de celle du Brésil avec une production de 120.000 tonnes par an, la Tanzanie qui produit 30.000 tonnes ou encore le Kenya avec 25.000 tonnes de fibre de sisal. Par ailleurs, la Chine reste le principal preneur de la fibre de sisal produite dans la Grande île, avec 45 % de production totale, suivie du Maroc, de l’Espagne  et de l’Inde.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Tournée électorale: l’énergie et la sécurité au centre des préoccupations de Rajoelina

La sécurité et l’énergie. Ce sont les deux principaux thèmes abordés par le candidat Andry Rajoelina hier, dans le cadre de sa tournée électorale. En sillonnant les localités de Ranomafana, Ambatofinandrahana,  Ifanadiana, Isandra, Ihosy et d’Ambohimahasoa, le candidat n°13 a pris bonne note les préoccupations majeures des locaux.

A Ranomafana, il a par exemple relevé les difficultés liées à l’énergie dans cette ville qui est aussi devenu un problème national ces dernières années. « Nous avons un central hydraulique, mais le prix de l’électricité ne cesse d’augmenter. Après mon élection,  nous allons installer un central hydraulique, à travers le projet Namorona II, pour réduire le coût de l’électricité. Une destination touristique comme Ranomafana sans électricité est impensable», a soutenu l’ancien homme fort de la Transition.

Rattraper le retard

Ce n’est pas la première fois que l’ancien président de la Transition met l’accent sur les difficultés liées à l’énergie. Lors de l’officialisation de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), le 26 janvier dernier, il s’était déjà interrogé sur ce sujet.

«Est-il normal qu’avec un potentiel énergétique de 7.800 mégawatts en hydraulique,  de 8 mètres/seconde de puissance en éolienne et à seulement à 50 mètres de hauteur, de 2.000 kilowatt-heure par m2 / an en énergie solaire, Madagascar n’a seulement qu’une capacité énergétique de 320 mégawatts pour ses 25 millions d’habitants ?».

A l’époque, il avait fait un constat en notant  que seulement 15% des ménages et du secteur productif ont accès à l’életricité et que le coût du kilowatt-heure atteint jusqu’à 28 centimes d’euros. Par ailleurs, les Malgaches paient deux fois plus cher le prix par rapport au tarif européen qui est de 12 centimes d’euros.

«Ce n’est pas tenable, c’est inadmissible», avait-il alors indiqué. A ce propos, l’engagement n°2 de l’IEM précise les points suivants. «L’énergie et l’eau pour tous : offrir une électricité moins chère, électrifier et raccorder tout Madagascar, améliorer l’accès à l’eau potable des populations».

Sur ce point, lors d’un débat organisé au Carlton, les experts et techniciens se sont aussi penchés sur la concrétisation d’une transition énergétique répondant aux besoins du pays dont l’objectif est d’éclairer toute l’île.

Des équipements pour lutter contre l’insécurité

Toujours dans le cadre de ses déplacements, hier le candidat n°13 a aussi évoqué l’un des inquiétudes permanentes des Malgaches, ces derniers temps, que ce soit en ville ou en campagne. Il s’agit de l’insécurité grandissante.

A Ambatofinandrahana, la population a indiqué que l’insécurité, c’est leur première inquiétude, à travers notamment les attaques quotidiennes des «dahalo». En effet, jour et nuit, la population d’Ambatofinandrahana vit terrorisé par les «dahalo». «Non seulement, ils volent les bovidés, mais ils incendient aussi les villages et tuent les gens», a déploré l’élu dans cette localité.

De son côté, Andry Rajoelina a tenu à rassurer la population, d’autant que l’IEM propose des solutions efficaces pour lutter contre l’insécurité en général et les attaques des «dahalo» en particulier.

«La règne des dahalo prendra fin une fois que Andry Rajoelina accèdera au pouvoir», a-t-il promis. A cet effet, une Force d’intervention spéciale sera mise en place pour éradiquer ce fléau. Cette unité sera équipée d’hélicoptères et de matériels sophistiqués comme les drones et des véhicules tout terrain.

«10 hélicoptères au minimum survoleront les 22 régions pour traquer les dahalo», a promis Andry Rajoelina, tout en soutenant qu’il n’hésiterait pas à limoger tous les responsables qui ne remplissent pas leur mission qu’est de défendre les citoyens et leurs biens.

Dans le même registre, le candidat n°13  prévoit de diriger lui-même cette force d’intervention pour mener à bien la lutte. A cet effet, Andry Rajoelina a réaffirmé sa tolérance zéro vis-à-vis des forces de l’ordre complices des «dahalo» et pour les receleurs des bovidés volés.

«En 5 ans, nous rattraperons le retard de développement de Madagascar depuis l’indépendance», a réitéré le candidat Andry Rajoelina.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Fampielezan-kevitra – Kandidà Rajoelina: « Hanova ny tantara isika amin’ny 7 novambra »

Nihazo ny tany Ranomafana sy Ambatofinandrahana ary Ambohimahasoa ka hatrany Ihosy sy Isandra indray ny  kandidà Rajoelina, omaly. Nihaino ny olana sy ny hetaheta ary ny fanirian’ny vahoaka hatrany ny tenany ary nampanantena fa tsy maintsy tanterahina ny ambara rehetra.

 “Hanova ny tantaran’ny firenena isika matoa aho tonga eto. Anisan’ny firenena mahantra indrindra isika. Hovaintsika amin’ny 7 novambra ka filoha tanora indrindra ny hitantana ny firenena. Mila tanora manana vina, tia tanindrazana isika”, hoy izy. Nampanantena ny tenany fa hahena ny vidin-jiro amin’ny alalan’ny Namorona II ka hahazo izany koa ny any Ifanadiana, ankoatra ny eo Ranomafana. Hatsangana  ny foibe fanofanana tanora ho matihanina ahafahan’izy ireo miasa. Eo koa ny fanorenana EPP manaraka fenitra, tahaka ny efa nambarany amin’ireo faritra notsidihiny. “Ho anareo tanora manana tetikasa, hisy famatsiam-bola, tsy misy zanabola. Betsaka ny tetikasa hataontsika hampandrosoana ny firenena. Mijanona eto ny hetra ary hamoronana asa ho an’ny tanora fa tsy halefa any Antananarivo”, hoy ihany ny kandidà laharana faha-13.

Hividy helikoptera 10 hiadiana amin’ny dahalo

Momba ny tsy fandriampahalemana, nohitsiny fa hofongorina hatraminy farany ny dahalo. Nahavidy angindimby telo isika fony fitondrana Tetezamita, na tsy nisy famatsiam-bola. Hividy helikoptera 10 isika raha vao lany Rajoelina. Hisy koa ny hery vonjitaitra haorina eto  Ambatofinandrahana. Homena fitaovana  manara-penitra, toy ny fiara  4×4 sy “drone”. Esorina avy hatrany raha misy tompon’andraikitra miray tsikombakomba, na tsy mahavita miaro ny vahoaka sy ny fananany. Ho hita avy hatrany koa ireo omby rehefa hametahana “puce tracée par satellite”.  Gadraina amin’ny fonja manokana ireo dahalo”, hoy ihany izy. “  Ho filoha mendrika ny Malagasy ny tenany.  Mitsinjo ny besinimaro aho”, hoy ny mpanorina ny IEM.

Tokony ho mailo amin’ny andron’ny fifidianana

Nanteriny fa tsy maintsy mandroso i Madagasikara. Tsy maintsy mandresy ny laharana faha-13.  Momba ny fifidianana kosa, natsidiny fa tokony hitandrina amin’ireo miketrika ny  hangala-bato sahady. “Aza misy miala raha tsy vita ny fanisam-bato. Homena finday ny tompon’andraikitra rehetra isaky ny birao fandataham-bato ka halefa any Antananarivo avy hatrany ny voka-pifidianana”, hoy izy.

Randria 

News Mada0 partages

Volley-National Senior: les gros calibres prêts à en découdre

L’ultime journée de la phase de poule du championnat national sénior homme, disputée hier au gymnase de Toliara, a été une formalité pour les gros calibres. Le dernier carré d’As est constitué par les quatre meilleures équipes du moment, autant chez les hommes que chez les dames.

Rien de surprenant ! La logique a été respectée jusqu’à preuve du contraire. Bien que l’élimination de Mama et JSA A font tiquer plus d’un, le bilan penche en leur défaveur. En fait, malgré un sursaut d’orgueil lors de la dernière journée, Mama a été devancé d’un iota par Cosfa dans la course à la deuxième place qualificative pour les demi-finales dans le groupe B. La faute à un mauvais départ dans la campagne.

Ainsi, en compagnie de la GNVB qui a occupé le haut du tableau de ce groupe, il y aura les militaires qui, malgré leur revers devant les gendarmes, disputeront leur énième demi-finale du championnat de Madagascar.

Dans le groupe A, Cnaps Sport a tenu la dragée haute à ses concurrents depuis le début de la compétition. Les Caissiers ont réalisé un parcours sans faute qui les place au même rang que les gendarmes avant d’aborder les demi-finales. JSA B peut en témoigner ! Cette équipe vice-championne d’Analamanga a connu son unique défaite face à l’équipe vice-championne de Madagascar 2017.  De ce fait, elle s’est contentée de la seconde position.

Affiche attendue

Après un entame de compétition réussie, la finale rêvée des férus de la discipline pourrait avoir lieu. Les équipes pressenties pour les deux places de finalistes ont réussi leur pari de s’éviter avant l’heure. Mais, dans une rencontre de haute volée, aucune équipe ne laisse passer une opportunité de créer l’exploit. C’est le cas du JSA B et Cosfa qui vont se frotter aux deux mastodontes du volley masculin malgache que sont GNVB et Cnaps.

Naisa

 

Affiche des demi-finales :

Homme :

GNVB-JSA B

Cnaps-Cosfa

 

Dame :

StefAuto-AMVB

Bi’As-VBCD

 

News Mada0 partages

Hippisme – Bevalala: rexah Bin Khalifa détale au triple galop

La pluie battante n’a pas empêché la tenue de la 5e réunion organisée par l’Autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux à Madagascar à l’hippodrome de Bevalala, dimanche dernier. On dirait même une bénédiction pour les  jockeys et leurs montures débordant d’enthousiasme dans une nouvelle quête de victoires ainsi que les turfistes qui retiennent leur souffle tout au long des 6 courses au programme.

Des victoires, il y en a, mais celle de Rexah Bin Khalifa lors du prix Gelinotte, réservé aux meilleurs poulains de deux ans et demi a fait de bruit. Malmené par Rol Magi durant la 3e réunion, Bin Khalifa a cette fois réussi à prendre sa revanche. Monté par Charles Rafaralahy, ce poulain a affiché sa suprématie devant Rolling Fly de Falinirina Nomenjanahary qui, malgré sa ténacité, a dû se contenter de la deuxième place. Rolex Magi, sous la poigne de Patrick Rakotoarivelo, n’a pas caché sa détermination de rééditer son exploit. Il a constitué le tiercé gagnant à l’arrivée.

En selle avec Negus, Patrick Rakotoarivelo, le jockey le plus titré aussi bien à Mahazina à Ambatolampy qu’à Bevalala est revenu dans la course lors du prix Lansquedo. Une victoire dans un mouchoir de poche car Patrick R. n’a réussi qu’à tirer son épingle du jeu que lors du sprint final. Michel Randriamanantena, au galop avec Orchidée, a raté le coche en se classant à la deuxième place devant Fenohasina Ralaiarijaona, associé à Miorenasoa.

Le prix Baovola a été le clou de cette journée.  Sous une pluie déferlante, Mascotte de Star  de Roméo Radotiana, en dépit de son top-weight conséquent, n’a donné aucune chance à Oiseau Bleu de Patrick Rakotoarivelo (2e place) et Kathy Pleasure confié à Michel Randriamanantena.

RA

Les autres résultats

-Prix Rolling Star : 1-Litissia (Nicot Ramiliarimanga), 2-Pistolet Flamme (Jean-Baptiste Rakotohanja), 3-King of Star (Maminirina Randriamahenina).

-Prix Orimbatofaniry : 1-Rayon del Luna (Nicot Ramiliarimanga), 2-Ruby Ilay Dia (Eric Ravelonjanahary), 3-Relko Star (Patrick Rakotoarivelo).

-Prix Madrigal : 1-Oscar (Falinirina Nomenjanahary), 2-Klara del Luna (Maminirina Randiramahenina), 3-Ihajavola (Fenohasina Ralaiarijaona), 4-Osmi (Jean Charles Randriafaralahy), 5-Nuage de Fanorona (Michel Randriamanantena).

 

News Mada0 partages

Barea: Ludovic A. et Zacharie B. dans le viseur de Nicolas Dupuis

A peine la qualification à la Can 2019, acquise, le sélectionneur national Nicola Dupuis évoque déjà la suite à donner sur la composition de l’équipe! Parmi ses priorités figure le renforcement de l’équipe nationale.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il donne la priorité aux expatriés, au détriment des joueurs locaux. «Je mise bien sûr davantage sur les expatriés, mais à chaque fois, je convoque quelques locaux, car il y a de bons footballeurs à Madagascar», a-t-il déclaré au magazine So Foot cette semaine.

Deux noms ont été évoqués pour rejoindre l’équipe d’ici quelques temps. Deux joueurs qui évoluent dans la ligue 1 française en l’occurrence, Ludovic Ajorque (Strasbourg) et Zacharie Boucher (Angers).

Sous cet angle, Nicolas Dupuis compte renforcer sa ligne d’attaque et le dernier rempart.

En effet, Ludovic Ajorque n’est autre que l’attaquant titulaire strasbourgeois qui compte actuellement un but à son compteur après quatre rencontres. Il possède le profil manquant de la ligne offensive malgache avec ses 1,97 m sous la toise pour 82 kg.

A 26 ans, Zacharie Boucher fait partie des gardiens rompus à la joute française. Cela fait 10 ans qu’il  fait le va et vient entre la ligue 1 et la ligue 2. Après quatre saisons en ligue 2 sous la tunique de l’AJ Auxerre, il a retrouvé la ligue 1 cette saison à titre de remplaçant à Angers.

Naisa

 

News Mada0 partages

Semi-marathon: la fédération donne rendez-vous le 28 octobre

C’est chose faite ! Les coureurs de fond retrouvent le moral grâce à l’alternative offerte par la Fédération malgache d’athlétisme (FMA) en lieu et place du marathon international de Tanà.

Rendez-vous est pris le 28 octobre prochain pour le premier semi-marathon sur une portion de route de la nationale 2, entre Ambohimangakely et Ambanitsena.

«Cette course à un double objectif : celui de satisfaire les marathoniens déçus, suite à l’annulation du marathon international de Tanà, d’un, et de deux, la préparation en vue des jeux des îles de l’océan Indien», a indiqué la présidente de la FMA, Norolalao Andriamahazo.

Ainsi, tous les coureurs susceptibles d’intégrer l’équipe nationale seront de la partie. D’autant que des évaluations seront opérées pour connaître les forces en présence. En effet, le semi-marathon figure au programme d’épreuves d’athlétisme des jeux des îles de l’océan Indien (JIOI),

Pour pimenter la course, la FMA autorise à quelques coureurs non licenciés à pendre part à la compétition. «Certains d’entre eux ont eu une bonne préparation. Nous ne voyons pas d’inconvénients à ce qu’ils participent à ce semi-marathon», a fait savoir la présidente de la fédération.

Naisa

News Mada0 partages

Chronique: des mille et des cents candidats forcément quelques pisteurs

Jour J des résultats comme en tous domaines pour toute épreuve, le moment apporte joie aux uns et provoque de la peine à d’autres. A l’évidence le baccalauréat, (puisque c’est de ce diplôme et des candidats à cet examen qu’il s’agit,) garde encore tout le mythe dont on l’entoure et conserve le prestige de représenter une des clés qui ouvre sur un avenir prometteur, même si souvent on est réduit à jeter le flou sur les promesses dont il est question, afin de les rendre souriantes avant qu’elles ne s’évaporent en fumée. On imagine la fierté de la jeune fille ou du jeune garçon qui dans sa famille, est la première ou le premier à avoir réussi à crever la barrière. Les siens reconnaissent en sa réussite l’exploit d’un «ouvreur» ayant réussi à percer une piste pour par la suite rendre celle-ci naturellement familière aux cadets. Dans les familles qui fêtent le succès de l’un des enfants comme on fête la victoire d’un pionnier, on n’a pas fait encore l’expérience des déboires des lendemains. Après tout, mêmes celles qui en ont vu pour l’un de leurs fils les affres d’un horizon bouché après un bac en poche, ne se résignent pas à bouder le plaisir de la réussite d’un autre, et perpétuent le mythe.

La nation ne peut que se réjouir de ces moments où l’on couronne la jeunesse pour avoir franchi par milliers une étape, un signe d’élévation qui tire l’ensemble de la population vers le haut. Malheureusement le constat s’arrête là, il semble même faire tache sur le paysage quand les conséquences ne sont pas à l’avenant. Nombre d’observateurs avertis, en considération de la situation générale, craignent que de ce flot de jeunes ivres de joie ce jour, nombreux ne viennent grossir demain les rangs des déçus et des aigris et ne réalisent avec amertume qu’ils n’ont ni place ni avenir dans le système à la marge duquel ils sont appelés à vivre.

Quelles places dans la société réserve à ces nouveaux bacheliers chacun des candidats à la présidentielle, quelle chance de plus leur apporterait le programme d’actions dont on entend si peu les détails ? L’horizon bouché ne s’arrête pas au bac, même pour ceux qui ont eu la chance, le courage, la persévérance d’aller plus loin de pousser haut leurs études, le projet peut s’effacer comme s’il ne s’était agi que d’un mauvais beau rêve : « tu t’es préparé à devenir magistrat, douanier, inspecteur des impôts, officier de gendarmerie, commissaire de police… ? Il faut passer par une grande école ! Il faut réussir au concours d’entrée ! En as-tu les moyens ? » Chacun a compris que dans la situation actuelle les moyens sont au-dessus des moyens de la moyenne classe. À l’instar de la lutte contre les dahalo, la lutte contre la corruption ne peut se satisfaire de simples « opérations coups de poings » montées en spectacles d’opérette. Seule une détermination à mener une guerre totale permettrait de venir à bout de ces fléaux (cancer-corruption, phénomène dahalo).

Dans les rangs des candidats, que celles et ceux qui ont cette détermination lèvent la main, mais en annexe obligatoirement déclarent que ce n’est pas pour autant qu’ils verseront à gouverner en potentat, s’engageant à se gendarmer de ne dépasser ni d’outrepasser la légalité et encore davantage à ne pas tripoter les lois dans le seul souci d’adapter celles-ci à leurs seuls profits selon leur fantaisie. Gentil rappel : code de la communication, lois électorales. Quel que soit la question que l’on aborde, par n’importe quel bout que l’on traite le sujet, fatalement on retombe sur les mêmes travers que s’autorisent de saisir les détenteurs du pouvoir lorsque l’État a perdu la valeur sacrée que consolident les principes républicains.

Depuis des années des signes alertent d’une volonté hypocrite à vider l’État de son autorité, autorité que les forces qui se sont succédé au pouvoir ont petit à petit confisquée à leur profit. Depuis plus de 20 ans, malgré des alternances dans des circonstances houleuses, inamicales, parfois anti-constitutionnelles sauf selon ce qu’en a apprécié la H.C.C., tous les régimes se sont ligués dans une complicité tacite mais ô combien active, pour couper la jambe à la « décentralisation ». Jamais un seul n’a manifesté l’idée de rompre avec cette forme de décentralisation contre-nature, une supercherie monstrueuse : à la tête de la principale collectivité décentralisée la Région, un hideux Chef non élu par la population, parachuté par le pouvoir central. Plus de vingt ans à se relayer de façon complice pour chanter les louanges d’une décentralisation qui n’en est pas une. Personne n’est dupe, la duperie n’est donc plus, mais l’escroquerie demeure. On aurait tort de conclure que du fait que la population ne s’en formalise pas, les gens n’apprécient donc pas la dangerosité de ces dysfonctionnements organisées. On ne peut non plus taire la patience dont il a fallu faire montre avant que l’Etat n’accouche aux fers d’une Haute Cour de Justice. Cette fois-ci, il s’agit de faire mouche et de tirer le bon numéro. Chacun des 9.990.000 électeurs certes dispose de sa liberté pour choisir la personne pour qui voter, chacun des 36 Candidats caresse de son côté l’idée de l’emporter, la réalité veut de vainqueur il n’y en ait qu’un ou du moins deux pour ce premier tour. Comment leur faire comprendre que le suffrage des uns et des autres est pour le moment suspendu aux engagements précis que l’on attend, davantage qu’aux engagements dont eux-mêmes entendent dicter la teneur. Nombreux plus qu’à écouter la population, formulent au nom de la population les doléances, style «ils font nos questions, et font leurs réponses».

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Inauguration du monument élevé à la mémoire du Général Gallieni à Tamatave (7)

(Suite.)

Et, Messieurs, quelles comparaisons ont dû faire ceux d’entre vous qui, il y a 20 ans, ont vu Tamatave, simple bourgade alors, devenir en quelques années, une ville riante et coquette. Cette transformation rapide n’est due qu’au Général Gallieni ; c’est bien en effet à lui que nous devons nos rues empierrées, nos jardins, nos places, nos promenades, nos avenues et notamment, ce beau boulevard qui porte son nom et près duquel ce monument a été dressé. N’est-ce pas lui aussi qui a donné une si vive impulsion à la colonisation dans la région de Tamatave.

Oui, il aimait cette ville et son affection a même suscité des sentiments d’envie, de jalousie ; bien, plus, après avoir quitté Madagascar, il continuait à s’intéresser à notre cité, s’inquiétant de ses progrès, de son développement ; un mois à peine avant sa mort, n’écrivait-il pas à la municipalité que, malgré la gravité des événements, sa pensée allait souvent vers nous.

Et vous, Malgaches, vous qui avez gardé si justement le culte du Général Gallieni dont le souvenir est impérissable, même chez les peuplades les plus lointaines et les plus reculées de l’Île, dans le village le plus infime, le plus isolé, chaque fois que, passant sur cette place, vous regarderez en haut de ce piédestal, pensez avec reconnaissance au grand et glorieux Français qui a rétabli l’ordre dans votre pays, qui vous a garanti la liberté, la sécurité de vos personnes et de vos biens et qui a su établir une justice qui s’applique également à tous et qui est distribuée avec droiture et impartialité ; pensez à celui qui a aboli l’esclavage et qui vous a arrachés à un régime d’oppression et de tyrannie et vous a apporté, dans les plis du pavillon tricolore, les bienfaits de la liberté et de la civilisation.

Messieurs, Je n’ai un mot à ajouter.

Au nom de la ville et de la province de Tamatave j’adresse tous mes remerciements à Monsieur le Gouverneur Général Schrameck ; à Messieurs le président et les membres du Comité qui ont bien voulu se charger de l’érection de ce monument ; à tous les souscripteurs.

Je me fais aussi un devoir de rendre un hommage mérité au sculpteur Maillard, dont l’œuvre est la fidèle image des traits énergiques du Grand Général.

 

(À suivre.)

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Musique: Abdoulaye Traore à l’IFM

Abdoulaye Traore Debademba déposera sa valise dans la capitale le temps d’un concert, ce soir à l’Alliance française Andavamamba.

Originaire du Burkina Faso, Abdoulaye Traore sillonne les quatre coins du monde avec son groupe Debademba. Cette fois-ci en solo, il profitera de l’occasion pour rencontrer le public malgache et les musiciens locaux.

«Après le concert de Mayotte, lors de la 12e édition du festival Milatsika, je serai de nouveau sur les chapeaux de roues à l’Alliance française d’Antananarivo ce soir et l’Alliance Français de Toliara les 24-25 octobre. J’assurerai la première partie du concert de Rajery le 26 octobre. Par ailleurs, une série d’ateliers de guitare sera organisée à l’occasion de cette mini-tournée», a fait savoir le guitariste burkinabé sur la toile.

Descendant d’une lignée de musiciens, il s’est découvert, auprès de sa sœur et de son père, une véritable passion pour les six cordes, le «tamagangan», un instrument de percussion de la famille des membranophones et originaire d’Afrique de l’Ouest. Et, pour assouvir sa passion, l’artiste s’est décidé de travailler le Koteba, qui a écumé les scènes de Burkina Faso, Niger et Sénégal. Il puise ses inspirations à travers des genres aussi variés que la musique touareg, mandingue, peule, wassoulou, blues, flamenco et slam.

Éclectique et universel

Rapidement reconnu sur la sphère musicale pour son approche dynamique et bien réfléchie, Abdoulaye Traoré fait les arrangements d’albums de nombreux artistes africains. Par la même occasion, il parcourt les routes, enchaîne les concerts, côtoie son public et s’enrichit de rencontres innombrables, récemment en Suisse qui est d’ailleurs devenu un lieu incontournable de toutes les musiques du monde.  Sur  scène, ce musicien joue avec une puissance et a le sens de l’improvisation.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Kapisilinaka: Irina Maya a gagné la Renault Kwid

Irina Maya Rakotomalala, âgée de 19 ans, a acheté six bouteilles de Fresh et a décidé de participer au jeu de la Star «Kapisilinaka». «Je n’ai utilisé que deux capsules seulement et mardi, on m’a appelé pour confirmer que mon numéro Telma a été choisi et que j’ai gagné la Renault Kwid, le premier gros lot du jeu», s’est extasiée la lauréate hier, au siège de la Star Andraharo lors de la remise des lots. Etudiante à l’Imgam et à Ankatso, elle envisage d’utiliser cette voiture pour faciliter ses déplacements dès qu’elle obtiendra son permis de conduire.

La deuxième place est revenue à un originaire de Taolagnaro, dénommé Adèle Michelin Razakarison, avec comme lot, un scooter. Gina Ralaitsirofo et Gildas Ramahefa d’Antananarivo quant à eux, se sont vus obtenir une télévision grand écran si Miary Harivola Randriamanohisoa, originaire d’Ambatondrazaka a reçu le Telma Titan. Et enfin, Jean Claude Herinirina d’Ilakaka a eu une clé Wingle 4G.

En collaboration avec Telma Madagascar, la Star enregistre plus de 17.000 participants, depuis le début du jeu au mois d’août dernier. Sur ce, «tout le monde gagne au jeu», a expliqué Seheno Randriambololomanana, chef de produits bières, sachant qu’un tirage au sort a lieu tous les 15 jours, jusqu’au 4 décembre. Et le deuxième gros lot, une autre Renault Kwid, sera tiré au sort au mois de décembre.

 

Holy Danielle

 

 

News Mada0 partages

K POP Danse: l’ambassade de Corée lance un projet pilote        

Le K pop est la culture coréenne la plus prisée des jeunes malgaches. «Ce qui nous impressionne le plus, c’est le niveau des groupes malgaches lors du concours K Pop World, alors qu’il n’existe aucune école en la matière à Madagascar», a reconnu Lee Hyejin, chef de mission adjoint de l’ambassade de Corée.

En effet, étant autodidactes, ces jeunes apprennent les essentiels de ce genre de musique sur internet.  Et «pour les orienter, nous avons organisé un mois de formation de danse K Pop, chaque mercredi, à Mada Fit Ankorondrano. Ce projet pilote permettra de susciter davantage l’engouement de ces jeunes et de promouvoir cette culture», a-t-elle ajouté.

Cette formation, dirigée par Numie, a débuté mercredi dernier. Cette jeune professeur de danse a présenté, lors de la première séance, ce qu’est le B.a.-ba de la danse K Pop. Elle va par la suite se focaliser sur les divers styles de danse inspirés des girls bands, avant de se lancer sur les figures des boys bands. Et la formation se terminera par la danse mixte.

 Pour Lee Hyejin, «le K Pop symbolise une valeur culturelle, autant qu’il sert de moteur de promotion de notre pays. Il reflète l’innovation, la démocratie… ». D’ailleurs, l’ambassade de Corée est actuellement en pleine construction d’un centre culturel à l’université d’Antananarivo. «Les grands travaux sont déjà terminés, et nous espérons que ce centre sera opérationnel avant la fin de l’année», a conclu notre source.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Concours littéraire: la beauté de Tana comme thème

La Revue Stileex lance un concours littéraire, destiné à tous les francophones à travres le monde, portant sur «La beauté de Tana», capitale de Madagascar.

Ce concours récompense des textes inédits qui peuvent être des articles, poèmes, slams ou encore chansons. Pour ce faire, les participants seront amenés à rédiger une œuvre littéraire de 5.000 mots maximum. La date butoir de dépôt de dossiers est fixée pour le 22 octobre.

 «Au-delà de la promotion de la langue de Molière, nous voulons offrir une plateforme où tout un chacun pourra sans entrave laisser libre cours à son inspiration. Cet espace ambitionne d’offrir un support à tous les amoureux des mots et autres passionnés d’écriture. Une tribune libre pour avoir le plaisir à jouer avec les mots, à triturer les syntaxes et à explorer les subtilités, semble-t-il, infinies qu’offre la langue française», a fait savoir Andriatiana Rakotomanga, rédacteur en chef de la revue.

 

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

CGM – « Ankiz’Mozika Festival »: hanasongadina ny talentan’ireo kilonga madinika

Nitsimoka ny hevitra taorian’ny nahitana ny fahaiza-mitendry zavamaneno eo amin’ireo ankizy nandray anjara tamin’ny « Jazz kids ». Mila omena sehatra vaovao hatrany izy ireo…

Hanatanteraka fifaninanana ho an’ny ankizy 7 ka hatramin’ny 13 taona ny departemantan’ny kolontsaina eo anivon’ny Cercle Germano-Malagasy/Goethe-Zentrum. « Ankiz’Mozika Festival » hotanterahina ao amin’ny Park Okalou Ankadifotsy, ny 21 oktobra izao, manomboka amin’ny 12 ora antoandro. Raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra avy ao amin’ny CGM ho an’ity andiany voalohany ity, ireo ankizy mianatra any amin’ireo sekoly fampianarana mozika eto an-dRenivohitra no hifaninana ka tsy ho ferana ny zavamaneno sy ny gadona hotendren’izy ireo amin’izany. Afaka mitendry ny mozika jazz, ny klasika, ny nentin-drazana, sns.

Tsy any amin’ny maha fifaninanana azy loatra ny tanjona ho an’ny « Ankiz’Mozika Festival » fa amin’ny maha hetsika mikendry fanabeazana sy fanentanana ny ankizy hahay andraikitra sy hibanjina ny zava-misy ka handray ny mozika ho anisan’ny sehatra manabe azy ireo, raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra hatrany.

Anisan’ny handray anjara amin’izao andiany voalohany izao ny mpianatra avy ao amin’ny CGM/GZ, ny LMM, ny Aria Academy, ny avy ao amin’ny Centre d’éducation artistique Volahasiniaina, ny mpianatr’i Andry Michael Randriantseva, ny mpianatry ny Centre d’éducation musicale Laka, ny Jejy music institute, sns.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

« Festival d’art urbain »: hosantarin’ny tarika Mapingo

Anisan’ny hanamarika ny tontolon’ny zavakanto, amin’ity faran’ny herinandro ity, ny fanombohan’ny « Festival d’art urbain », hetsika enti-maneho ny zavakanto an-tanàn-dehibe sy fotoana iray ihaonan’ireo mpikolo ity karazan-javakanto ity, avy eto an-toerana sy avy any ivelany.

Hosokafana amim-pomba ofisialy, androany, ny andiany fahadimy amin’ity « festival », karakarain’ny Is’Art galerie etsy Ampasanimalo, ity. Hisantatra ireo hetsika samihafa ny tarika Mapingo, ahitana tanora manan-talenta telo mianadahy, mitrandraka sy mivoy ny mozika mifangaro, toy ny « funky », « roots », jazz, rock, miampy gadona tena malagasy, toy ny tsapiky sy ny salegy.

Tarika mbola tena tanora ny Mapingo, raha ny fotoana niorenany, saingy manana aingampanahy miavaka, azo ambaboana ny mpankafy mozika. Mazava ho azy fa etsy amin’ny Is’Art galerie no hanatontosana ny seho, anio hariva. Heverina fa hafana sy hampiala voly ity fihaonana voalohany, eo amin’ny tarika sy ny mpankafy mozika, amin’ity taona ity,

Tsiahivina fa toerana sy foibe maromaro no handray ireo fampirantiana, seho, fandefasana horonantsary, famoronana mivantana, sns, izay tafiditra ao anatin’ny « Festival d’art urbain », eto Antananarivo. Haharitra roa herinandro ny hetsika, izany hoe tsy hifarana raha tsy ny 4 novambra, ary handraisan’ny mpanakanto maherin’ny 20 anjara.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Kidnapping et corruption: trois gendarmes et un policier écroués

Alors que Sabir Molou est toujours entre les mains de ses ravisseurs, l’on sait que des éléments de la Cellule mixte d’enquête anti-kidnapping viennent d’être placés en détention préventive.

C’est tout simplement inadmissible et aberrant. Impliqués dans une affaire de corruption présumée, sept éléments de la Cellule mixte d’enquête (CME) anti-kidnapping ont été présentés devant le Pôle anti-corruption (Pac) en fin de semaine. A l’issue de l’enquête préliminaire devant les magistrats du Pac, quatre d’entre eux, dont trois gendarmes, ont été placés en détention préventive. Les trois autres ont bénéficié d’une liberté provisoire.

Une plainte déposée par la victime de ce racket déguisé a ouvert la boîte de Pandore. Selon le plaignant, les sept hommes en uniforme auraient réclamé 6 millions d’ariary. Les soupçons se sont révélés fondés car les fouilles corporelles opérées sur les suspects ont permis de mettre la main sur 4 millions d’ariary. Les 2 millions d’ariary restant leur auraient été transférés par mobile money.

Sitôt informé, le ministère de la Sécurité publique a délivré un ordre de poursuite contre les trois policiers incriminés. Soit dit en passant, l’inspecteur général de police Erick Michel, ministre de la Sécurité publique, a déclaré tout récemment qu’il ne tolère pas les manquements au règlement et à la discipline et que la police nationale n’est pas un refuge pour les criminels.

Toujours pas de nouvelles de Sabir Molou

Devant les agissements de ces éléments véreux, faut-il s’étonner si les enquêtes sur les affaires de kidnapping piétinent ? Pourtant, les voitures et les armes saisies dernièrement constituent des indices et des pistes permettant de remonter la filière.

Dans le même registre, l’on sait que Sabir Molou, le ressortissant français d’origine indienne kidnappé samedi dernier à Ivandry, n’a pas encore donné signe de vie. Près d’une semaine après son enlèvement, il est toujours entre les mains de ses ravisseurs.

 

Mparany

 

News Mada0 partages

Baccalauréat – Antananarivo: 797 candidats ont obtenu la mention «Bien»

Les candidats au bac de la capitale pourront consulter les résultats  ce jour, auprès des centres d’examen et de la direction des Examens nationaux à Ankatso. Les résultats dans la province d’Antananarivo sont relativement satisfaisants, par rapport à l’année dernière.

Après délibération, le taux de réussite a été connu hier, avec 47,47% contre  44,48% l’an dernier, soit une hausse de 3%. «En tout, 35.511 des 74.810 candidats empochent désormais leur premier diplôme universitaire», a souligné hier, à Ankatso le directeur des Examens nationaux d’Antananarivo, le Dr Olivier Rakotoarison. Parmi les admis, 6.820 ont obtenu la mention «Assez-bien» contre 941 en 2017 et 797 la mention «Bien», contre 30 l’année dernière.

Toutefois, l’effectif des nouveaux bacheliers avec mention «Très bien» connait une baisse par rapport à l’an dernier, avec respectivement 25 et 29. Aucun des candidats des séries littéraires (A1 et A2) n’obtient cette mention,  ou encore les notes supérieure à 16/20. Par contre, l’enseignement technique a enregistré le plus grand nombre de candidats (13) ayant eu les meilleurs notes. Le reste de l’effectif a été partagé entre les séries C (1) et D (11).

L’enseignement technique excelle

L’enseignement technique devance l’enseignement général, avec 52,02% pour l’option technique et 80,50% pour l’option technologique. Quant à l’enseignement général, la série A1 enregistre le plus grand nombre des non admis, avec un taux de réussite de 43,94%, si la série C détient le record avec 59,86%.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

SSME 25e Edition: priorité à la réduction de la mortalité maternelle et infantile

«Une famille en bonne santé, garant du développement du pays» est le slogan de la 25e édition de la Semaine de la santé de la mère et de l’enfant (SSME). Cette manifestation vise à se rapprocher davantage des objectifs pour 2015-2019 qui consistent à réduire en 2019 le taux de mortalité maternelle jusqu’à 300 pour 100.000, le taux de mortalité néonatale jusqu’à 17 pour 1.000 et celui de mortalité des enfants de moins de cinq ans jusqu’à 31 pour 1.000.

Hier à Ambohidahy lors d’une conférence de presse, le ministre de la Santé, le Pr. Yoel Rantomalala, a reconnu que «beaucoup restent à faire pour atteindre ces buts. Les statistiques relatives à ces indicateurs n’ont pas connu un net changement à quelques mois de l’échéance fixée pour les réaliser. Néanmoins, les efforts se poursuivent pour prévenir les causes des maladies fréquentes et les mortalités chez les groupes vulnérables».

«La mise en œuvre de la SSME, menée à travers le pays depuis 2006, figure parmi les stratégies adoptées pour inverser les tendances actuelles», a pour sa part souligné le directeur de la Santé familiale (DSFA) du ministère de la Santé, le Dr Marie Georgette Ravoniarisoa.

Dans le cadre de cette 25e édition de la SSME, entre autres, 95% des enfants de 6 à 59 mois, soit 3.959.461 enfants, seront supplémentés en Vitamine A, 95% des enfants de 12 à 59 mois, soit 3.508.400, seront dotés de vermifuge, et 90% des bébés de 0 à 11 mois, soit 1.005.132, vaccinés contre les maladies évitables par la vaccination. A cela s’ajoute le dépistage de la malnutrition chez les enfants de 6 à 59 mois.

Dans la foulée, il y aura une distribution de vermifuge à 573.274 femmes enceintes de plus de quatre mois, une séance de vaccination contre le tétanos pour 949.653 femmes enceintes…

 

Fahranarison

 

News Mada0 partages

MDF: extension d’une EPP à Itasy

La solidarité communautaire reste encore efficace dans les programmes de développement de la région Itasy. La population du fokontany de Manankasina, commune rurale de Miarinarivo II, a procédé à la pose de la première pierre de son Ecole primaire publique, hier, avec l’appui du Madagascar development fund (MDF).

Les travaux d’extension de l’Ecole primaire publique (EPP) de Manankasina ont débuté. «Trois nouvelles salles de classe en plus des toilettes sont prévues dans le projet destiné à augmenter la capacité d’accueil de cet établissement scolaire à la prochaine rentrée», a précisé Bernard Ravelonjato, natif de la région et source du partenariat avec le Madagascar development fund qui a contribué aux financements de l’initiative.

Les fokontany d’Ampasamanantongotra, Antsahamaina, Antanety, Amboalefoka, et Antanetibe Ouest ont déjà bénéficié de l’appui de cet organisme britannique aux travaux de construction ou d’extension et réhabilitation des bâtiments de leurs écoles publiques respectives auparavant, a-t-il rappelé.

 

Manou

News Mada0 partages

Ankotrofotsy: dahalo valo maty voatifitry ny polisy

Nirefodrefotra ny poa-basy tao amin’ny fokontany Ankotrofotsy Antsalova, ny talata 16 oktobra 2018 maraina lasa teo. Araka ny fanazavan’ny lehiben’ny kaomisarian’Antsalova, naharay antso momba ny fisiana andian-dahalo manao fanafihana mitam-piadiana sy maka takalon’aina tao amin’ity fokontany ity. Nanao fanarahan-dia avy hatrany ny polisy taorian’izay ka nifanehitra tamin’ireo dahalo tao amina kizo iray ao an-toerana. Voalazan’ny polisy hatrany fa naka takalon’aina roa ireto andian-dahalo ireto, niaraka amin’ny omby avy nangalarin’izy ireo. Lasan’ireo malaso nataon’izy ireo takalon’aina ny renim-pianakaviana iray sy ny zanany vao enim-bolana. Naharitra ora telo ny fifandonana tamin’ireto andian-dahalo nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika ireto. Tsy nanaiky hosamborin’ny polisy ry zalahy fa niezaka nanohitra tamin’ny alalan’ny tifitra variraraka hatrany. vokany, lavon’ny polisy ny dahalo valo lahy. Tafaverina soa aman-tsara tsy nisy naninona izy mianaka natao takalon’aina. Tafaverina tamin’ny tompony ihany koa ireo omby miisa 30 mahery, nalain’ireo dahalo.

Dimy lahy matin’ny zandary, basy roa sarona

Dahalo dimy lahy ihany koa maty voatifitry ny zandary tany Marovoay. Mpivarotra iray no notafihan’ny dahalo tao Tsararano Marovoay omaly hariva tokony ho tamin’ny efatra ora sy sasany. Lasan’ireo ny vola 11 tapitrisa Ar sy ny vola lafo azo tontolo andro. Tsy lasa lavitra anefa ireo jiolahy fa voaantso ara-potoana ny zandary ka raikitra ny fifanjevoana. Voatifitra ny dimy lahy tamin’ireo jiolahy ka maty avokoa. Mbola sarona teny amin’izy ireo ny basy roa sy ny famaky. Mitohy ny fanadihadiana na izany aza.

 

J.C

News Mada0 partages

Do Judo: une porte ouverte au jardin d’Andohalo

Le club Do Judo innove! Nouveau-né de la grande famille du judo, ce club apporte une touche de nouveauté dans la promotion de cet art martial nippon. Et, place au dojo à ciel ouvert. En effet, une porte ouverte se tiendra demain au jardin d’Andohalo où 100 m2de tatami neufs seront érigés pour être à la disposition des apprenants. L’occasion pour le club de dispenser une séance d’initiation gratuite aux visiteurs.

Et apparemment, Do Judo ne fait pas les choses à moitié ! Domoina Rabeantoandro, légende vivante du judo et son équipe offriront 10 kimonos aux premiers inscrits. Mis à part cette journée porte ouverte, le club organise sur les lieux des séances d’entraînement bi-hebdomadaires, le mercredi et le samedi, avec des horaires bien spécifiés pour chaque catégorie d’âge.

Naisa

 

News Mada0 partages

Tenisy – “Can 2018”: tsy jeren’ny fanjakana mihitsy ireo mpilalao

Misy taranja asiana lanjany, eo koa anefa ireo tsy ivakiana loha. Izay no azo ilazana ny manjo ny ekipam-pirenena Malagasy, taranja tenisy, amin’izao fotoana izao, handeha hiatrika ny Can 2018. Miantso vonjy nefa tsy misy mpihaino. 

“Mahavariana fa samy hanao Can izao ihany, ny Barea sy ny taranja tenisy, nefa ny an’ity taranjan’olon-tokana ity, tsy asian’ny fanjakana lanjany mihitsy. Tsy jereny akory, na dia indray mipi-maso aza”, hoy ny raiamandrenin’ny mpilalao iray, naneho ny alahelony sy ny hagagany fa avy hatrany dia nomena volabe an-tapitrisany, ny baolina kitra, vao tafita, na dia mbola amin’ny taona 2019 aza, ny fiatrehana izany Can, izany.

Ny an’ny tenisy, hotanterahina afaka 19 andro, ny fifaninanana, hatao any Botsoana, ny 5 – 10 novambra, ho avy izao. Raha tsiahivina, mianto-tena ireo mpilalao miatrika izany, araka ny fanapahan-kevitry ny federasiona malagasin’ny tenisy (FMT). Manoloana izany, efa nanao fangatahana tamin’ny fanjakana hatramin’ny fotoana ela, tamin’ny alalan’ny minisiteran’ny fanatanjahantena sy ny Tafita, ireo mpilalao sy ny raiamandreny, saingy tsy nahazo valin-teny. Ny hany setrin-teny nomena ireo mpilalao dia ny hoe : mianto-tena izay te handray anjara, fa tsy manam-bola ary tsy afaka ny hanohana ny fanjakana.

Tsy tokony hisy fiangarana

“Samy voninahi-pirenena izao no arovana, tokony samy homena fanampiana, na tsy hitovy aza, izay ekipam-pirenena hiatrika fifaninanana iraisam-pirenena fa tsy asiana tombo sy ala”, hoy hatrany ireo raiamandreny. Raha tsy misy ny fiovana, hanainga ny 3 novambra ho avy izao, ireo mpilalao, ahitana an’i Jacob sy i Patrick ary i Miary Zo, eo amin’ny lehilahy ary i Nantenaina sy i Sariaka, eo amin’ny vehivavy.

“Efa hatry ny ela aho no nanoman-tena, miaraka amin’i Slobodan Grkovic, mpanazatra ary vonona hiatrika ity “Can 2018” ity. Miangavy ny fanjakana,  mba hanome tanana ary miantso koa ireo izay vonona hanampy”, hoy i Miary Zo.

Tsy nihambahamba ity mpanazatra an’i Miary Zo ity, nilaza fa manana herijika handrombahana ny fandresena ny Malagasy, indrindra fa ity mpilalao homeny fanazarantena manokana, ity.

 

Torcelin

News Mada0 partages

Efa mandeha ny fanadihadiana: filoha teo aloha sy minisitra hotsarain’ny HCJ

 

Mba tena hiasa tokoa sy tsy hitanila ? “Misy tokoa ny fitoriana ary handray ny andraikitra izahay. Hojerena ny momba ireny fitarainana ireny ka ho hita eo ny tohiny. Antontan-taratasy efatra ny eto aminay, ahitana raharahana filohan’ny Repoblika teo aloha sy ny minisitra. Efa eo am-pandinihana izany izahay izao” hoy ny mpikambana eo anivon’ny Fitsarana avo (HCJ), natao hitsara ireo mpitondra ambony eto amin’ny firenena, omaly tetsy Anosy. Nambarany fa afaka mametraka fitoriana, na fitarainana eny anivon’ity rantsam-pitsarana ity ny fiarahamonim-pirenena, ny fikambanana, na vondron’olona samihafa.

Nanamafy izany ny minisitry ny Fitsarana, i Harimisa Noro Vololona fa hiasa avy hatrany ireo mpikambana ireo satria efa feno 20 izy ireo izao. “Hiandraikitra ny fitsarana ireo olona ambony eto amin’ny firenena, toy ny filoha na  lehiben’Andrimpanjakana, na mpikamban’ny governemanta mety manao fandikan-dalana ny HCJ. Natao manokana mihitsy ny fitsarana azy ireo”, hoy izy.

Hanao ny asany, tsy misy tsindry, na kolikoly…

Manoloana izany, tsy nisalasala ny mpisolovava, ny Me Olalah nanizingizina fa tokony   halalaka  amin’ny fanatanterahana ny asany ny HCJ. “Efa ela ny tokony  hatsangana izy ity ahafahana mitsara ireo olona ambony… Aoka anefa  tsy atao resaka mandalo fa tena hanenjika ireo nanao tsy nety teto amin’ny firenena… Avelao hanao ny asany amin’ny  rariny sy ny hitsiny fa tsy hisy indray ny  tsindry samihafa,  na kolikoly”, hoy izy.

Araka izany, andrasana ny ho tohin’ny fanadihadian’ny HCJ ny momba izany filoha teo aloha sy minisitra izany

Synèse R.

 

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBANIVOHITR’I BETSIAKA AMBILOBE : Zazavavy 12 taona maty voaolana

Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana dia rangahibe fantatra amin’ny anarana hoe Tongozo, monina ao amin’ny fokontany iray ao amin’ity kaominina voalaza eto ity no nanolana  zazavavy 12 taona iray tanàna aminy. Noho ny herisetra mafy nahazo ilay ankizivavy dia narary izy. Notsaboina tao Betsiaka nandritra ny iray volana teo nefa tsy nety sitrana ka voatery noentina taty Antsiranana. Nisy ny fanaovana antso vonjy tamin’ny mpiara-monina, mba hanampiana ilay zaza tamin’ny fitsaboana azy. Nifampitadiavana ny olona afaka hanome ra ilay zaza, satria nandalo fandidiana ity farany. Araka ny fanampim-baovao voaray farany dia tsy tana ny ain’ilay zaza ka nindaosin’ny fahafatesana, andro vitsy lasa izay. Voalaza hatrany fa efa naiditra am-ponja vonjimaika ilay rangahibe nahavanon-doza.

Hita araka izany fa tsy vitsy ireo lehilahy baikoin’ny filan-dratsiny ka mahavita manolana zaza tsy ampy taona tahaka izao. Tsiahivina fa lehilahy iray monina ao Morafeno no matetika manao fanolanana eto an-tampon-tanànan’Antsiranana. Izany ihany no mampiditra sy mampivoaka azy ny fonja. Farany teo dia zazavavy 9 taona no naolany avy tao aoriana fa tsy tamin’ny fivaviany. Vao andro vitsy lasa izay dia nitrangana fanolanana ihany koa tao andrefan’i Mitabe, ka tovovavy sendra nandalo tamin’ny lalana no naolan’ny lehilahy iray tao anatin’ny bozaka. Azo ambara fa matoa mirongatra ny fanolanana zaza tsy ampy taona dia maivana ho an’ireo efa zatra manao izay ny sazy azony, ka tsy misy atahorany. Ilaina fijerena akaiky araka izany ny mahakasika ny sazy omena ireo tratra nanolana zaza tsy ampy taona.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

CIRGN ANTSIRANANA : Rongony iray taonina sy 200 kilao, omby miisa 614, basy miisa 15 saron’ny zandary

Nisy ihany koa ny mpanao vola sandoka ka vola sandoka Ariary 2 hetsy mahery no sarona. Raharaha 226 no nosahanin’ireo zandary nandritra ny iray volana nanaovana ny hetsika mandio tamin’ny fari-piadidian’ny zandarimaria Antsiranana iny, araka ny nambaran’ny kolonely Behivoka Fiederch kaomandin’ny zandarimaria. 

Olona miisa 172 no notazomina nandritra izany ary izay vita fanadihadiana dia natolotra ny Fitsarana. Olona 87 no naiditra am-ponja vonjimaika rehefa nandalo fampanoavana. Ankoatra ny fanomezam-baovao avy amin’ny olona tsara sitrapo dia nisy ihany koa ny fiaraha-miasa  amin’ny mpitandro filaminana sasany.  Nisaotra azy ireo ny kolonely Behivoka ary mbola manentana ny tsara sitrapo rehetra hanome vaovao marim-pototra ahafahana mamongotra ny ratsy.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANDRY RAJOELINA : Mampanantena tsena sy sekoly manara-penitra ho an’ny mponin’i Manjakandriana

Tsena goavana, sekoly ambaratonga voalohany fototra manara-penitra, ireo no fampanantenana nomen’ny kandidà n°13 ho an’ny vahoakan’ i Manjakandriana.  Tafita tamin’ny vahoakan’ i Manjakandriana  ny hafatra. Mifanao fotoana amin’ny kandidà Andry Rajoelina izy ireo ny 7 Novambra ho avy izao. Omaly maraina nandritra ny fandalovan’ny kandidà laharana faha-13 tany an-toerana dia nifanitsakitro tanteraka ny vahoaka tonga nihaino sy nifampitafa mivantana tamin’i Andry Rajoelina. Vahoaka izay mangetaheta fampandrosoana sy fiainana milamina.

Nijoro ho vahaolana ho azy ireo ny kandidà Andry Rajoelina. Avy hatrany dia ireo fotodrafitrasa mamaly ny filàn’ny mponina amin’ny fiainana andavanandro no natolotry ny kandidà laharana faha-13 ho azy ireo. Fampanantenana lehibe nomeny tamin’ izany ny hanamboarana ny tsena ho lehibe sy goavana. Ambohi-pihaonan’ireo mponina avy any amin’ny Kaominina manodidina isaky ny alarobia ny tsena. Hatramin’izay no efa nametraka ho laharam-pahamehana ny fampianarana sy ny lova ho an’ny taranaka fara aman-dimby ny kandidà Andry Rajoelina. Anisany velirano nifanaovany tamin’ ireo mponina ihany koa ny fanamboarana sekoly ambaratonga fototra manara-penitra.

Tanjona ny mba hianaran’ny zaza Malagasy ao anatina fotodrafitrasa goavana tsy mena-mitaha amin’ny any ivelany. Toeram-pianarana ahitana efitrano famakiam-boky, fianarana informatika ary kianja filalaovam-baolina “synthétique”. Tahaka ireo Distrika hafa dia misitraka ny fihenan’ny vidin-jiro hatrany amin’ny 25% ihany koa ny mponin’i Manjakandriana amin’ny alalan’ny fametrahana ny foiben-toerana mpamokatra herinaratra amin’ny alalan’ny angovo azo havaozina.

Fotodrafitrasa maro no efa vita

Mialoha ny fampielezan-kevitra dia efa nandalovan’ny kandidà Andry Rajoelina ny Distrikan’i Manjakandriana nandritra ny fitetezam-paritra nataony ho fampahafantarana ny IEM ny volana aogositra lasa teo. Nampanantena tamin’ izany ny kandidà n°13 fa hanamboatra kianja filalaovam-baolina baskety ho an’ny tanora. Efa vita soa aman-tsara izany amin’izao fotoana ary efa ampiasain’ireo tanora. Nilaza ihany koa ny tenany fa hamboatra ny lalana izay mampifandray an’i Manjakandriana amin’ny Manankavaly, Ambohitseheno ary Ambohitrandriamanitra. Efa vita ihany koa io lalana io ary efa ifamezivezen’ny mponina. Tao anatin’ ny roa volana monja dia tanteraka ireo fampanantenana nomeny. 

Mihoatra lavitra ireny no vitany raha toa ka omen’ny vahoaka azy ny fitokisany amin’ny 7 novambra ho avy izao. Marihana fa ben’ny tanàna miisa 17 voafidy tao anatin’ny Distrikan’i Manjakandriana no tonga nanotrona ny kandidà Andry Rajoelina nandritra io fandalovany tany an-toerana io.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TSARATANANA : Manararaotra manafika andro tsena ny dahalo mirongo fiadiana

Ny alatsinainy hifoha talata teo no niditra ireo dahalo. Nisy ny alim-pandihizana niandrasana ny tsena ny alin’ny alatsinainy hifoha talata io ka io no nohararaotin’ireto jiolahy. Dahalo miisa 20 nirongo basy no tonga nandrava ny omby. Nitifitra izy ireo ka izay no nahafaty ity lehilahy ity. Lasa ny omby miisa 80, ka nentin’izy ireo niakatra niantsinanana amin’ny tampoketsan’i Beverimaina. Manan-karena ny distrikan’i Tsaratanàna ary anjakan’ny asan-dahalo tanteraka. Misy mpitandro filaminana ao amin’ity fokontany Matsitso ity misahana ny fandriampahalemana. 

Isaky ny tapa-bolana no misy tsena, ka ankoatra ny tsenan’omby dia misy tsenam-bolamena ihany koa, ka amin’ny kilao no mivoaka ao isaky ny roa herinandro. Isan’andro dia tsy maintsy misy fanafihan-dahalo hatrany ao amin’ ity distrikan’i Tsara-tanàna ity. Tsy an-tsaha tsy an-tanàna fa dia manjaka tanteraka ireo olon-dratsy. An-jatony ny olona maty noho ny asan-dahalo isan-taona, nefa dia tsy misy vahaolana matotra aroso sy ampiharin’ireo lazaina fa tandroka aron’ny vozona. Manoloana ny tsy fahatokisana ireo zandary intsony dia maka miaramila hanao DAS indray ny mponina, nefa vao tsy ela akory dia ireo miaramila indray no manao fanamparam-pahefana. 

Mahatsiaro tena ho kamboty ireo mponina any amin’ity distrika ity, satria dia toy ny monina amin’ny tany tsy misy fanjakana. Efa ela no nitaraina sy nanao antso avo ny mponina fa tsy misy mihaino. Ny zava-misy aza dia mihantsy ireo mpitandro filaminana mihitsy ireo dahalo, saingy tsy mahasahy azy ireo ny mpitandro filaminana na tsy manan-kambo entina hanamontsanana ireo mpanao ratsy. Tsiahivina fa mbola tsy lavitr’ ity distrika ity ihany koa no nisy ilay fakana an-keriny mpiasan’ny kraoma, ary nangatahana volabe ho takalon’ainy. Henatra ho an’ny fanjakana malagasy ny toe-javatra any Tsaratanàna saingy ny mpitondra firenena malagasy ankehitriny  moa efa lany henatra ka tsy mivaky loha amin’izany akory.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TGV FONDATEUR FIANARANTSOA : Diabe namakivaky ny tanàna no nanehoana ny hafaliana

Anisany mpanatontosa izany ary mavitrika ny fikambanana Tgv fondateur ao Ivory Fianarantsoa ka vonona hanao izay faraheriny. Diabe nanamakivaky ny tanàna no nanehoan’ireo mponina tao an-toerana ny hafaliana ny sabotsy  13 oktobra lasa teo iny.  Nivoitra tamin’io fotoana io ny fanambaràn’izy ireo fa tsy misy afa-tsy i Andry Rajoelina irery ihany no vahaolana hampandroso ny firenena.

“Andeha hifanome tanana isika rehetra ary  hiray hina mba hampandresy ny kandida miloko volomboasary”. Hanao izay faraheriny  araka izany ny ao an-tampon-tanànan’i Fianarantsoa ary efa nisongadina sahady  tamin’ny diabe niraisana fa ny fotoana fandatsaham-bato  amin’ny 7 novambra ho avy izao sisa no andrasana. Efa  manomana sahady, ary tsy mahandry ihany koa ny fahatongavan’i Kandida Andry Rajoelina ny vahoaka ao an-toerana noho ny fahatsapan’ny rehetra fa ity tanora iray ity irery ihany no manana vina tsara indrindra raha mitaha amin’ny kandidà hafa. Efa hita soritra tamin’ny fomba fiasany teo aloha teo tsinona fa mahavita zavatra ny lehilahy  ary mitana ny teny nomeny. Mbola hitohy moa izay hetsika firaisankina izay  mandrapahatonga ny fotoam-pifidianana.

 Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTANIFOTSY : Vonona handresy miaraka amin’i Andry Rajoelina ny vahoaka

Nahazo  ny anjarany tamin’izany ihany koa ny tao amin’ny Distrikan’ Antanifotsy ka tonga maro nanotrona sy nitsena azy ny vahoaka  mpanohana, miaraka amin’ireo fikambanana isan-karazany mpiara-dia aminy. Lohandohany  nitaona ny vahoaka tamin’izany ny Ben’ny tanàna ao an-toerana ary nampahatsiahy fa “tombontsoa maro sesehena no niainan’ny vahoaka Malagasy nandritra ny fitantanana nataony tamin’ny fotoanan’ny tetezamita”. Mila averina sy  tohizana izany ary miandrandra fampandrosoana lehibe ny vahoaka Malagasy. 

Nisy ny famatsiam-bola  natao tamin’ny kaominina izay anisany nampisongadina ny andron’ ny tetezamita saingy tapaka izany tamin’ity fitondrana ity. Soa ihany fa teo ity tanora tia tanindrazana ity  mbola vonona hanavotra an’i Madagasikara amin’ny alalan’ny fampandrosoana ao anatin’ ny fotoana fohy ary hamerina ny soa efa nataony. Maro ireo vina nampanantenainy ary samy hahazo ny anjarany avokoa ny Faritra rehetra. Manoloana izany indrindra dia nisy ny hetahetan’ny Ben’ny tanàna fa rehefa tonga eo amin’ny fitondrana ny kandida laharana faha-13 dia miangavy  izy ireo mba  hanomezana ny famatsiam-bolan’ny  Vondron’Olona Ifotony na  (voi) ao amin’ny  kitapom-bolan’ny Kaominina irery ihany. 

Mba ho reharehan’ ny Firenena Malagasy manerana an’i Afrika dia hiray hina ny Ben’ny tanàna iray manontolo ary hiaraka hampandany  ity kandida tanora indrindra ity izy ireo. Tafiditra tao anatin’ny fampanantenana nataon’i Andry Rajoelina nandritra ny fihaonana moa fa  hojerena manokana ny lafiny tsy fandriampahalemana, fanamboaraka sekolya manaraka ny fenitra iraisam-pirenena ary ny famoronana asa ho an’ny tanora.

 Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ZON’OLOMBELONA : Manaraka fiofanana ny mpanao gazety eto Mahajanga

Fanaraha-maso ny asan’ny mpitandro filaminana sy fanairana ireo tompon’andraikitra raha misy tranga no ampianarina azy ireo. Mitaraina ny vahoaka fa betsaka tsy manaja ny zon’olombelona ny mpitandro filaminana any amin’ny faritra sasany, amin’ny fanatanterahana ny asan’izy ireo, ka ireo mpanao gazety no nampianarina hanao fanaraha-maso sy hanaitra ny tompon’ andraiki-panjakana. Maharitra efatra andro ny fanofanana ka ny firenena mikambana no manohana ny fanofanana. 

Anisany tranga noresahina ny raharaha Antsakabary, izay lazaina moa fa mbola mitohy ny fanadihadiana hatramin’izao, ary tokony hosaziana ireo namono ilay polisy sy ireo nandoro tanàna. Raha tsiahivina dia olona teo amin’ny tanàna iray manontolo no nampahoriana sy nampijaliana tamin’iny raharaha iny ho setrin’ ny famonoana ilay polisy, ary mpitandro filaminana no nanao izany araka ny horonantsary hita niparitaka tamin’ny tambajotra sosialy. 

Niafara tamin’ ny fandoroana tanàna iray manontolo izany. Lazaina ombieny ombieny fa tany tan-dalàna i Madagasikara. Ny mpitandro filaminana dia anisany tokony hametraka sy hampanaja izany tany tandalàna izany, nefa ny zava-misy dia maro amin’izy ireo no tsy manaja ny zon’olombelona amin’ny fanatanterahany ny asany na noho ny fanamparam-pahefana na koa noho ny kolikoly. Efa ela no nisy ny filazana sy fampahafantarana ny zon’ olombelona teto Mada-gasikara nefa amin’ny ankapobeny dia ireo natao hampanaja izany mihitsy no tena tsy manaja. Efa maro ihany koa ireo mpanao gazety no mitatitra tsy an-kijanona ny fanararaotam-pahefana sy ny tandrevaka ataon’ny mpitandro filaminana sasany fa tsy misy mihaino.

Tsy ny fidarohana olona mandritra ny fanadihadiana ihany mantsy no atao hoe tsy fanajana zon’ olombelona fa hatramin’ ny tsy fanaovan’ireo tompon’andraikitra isan-tokony ny asa napetraky ny fanjakana aminy, hanompoana ny vahoaka ihany koa. Ankoatra izay dia mahatsapa ny olona fa ny olon-dratsy no tena arovan’ny zon’olombelona raha ny eto amintsika. Anisany mampitaraina ny olona amin’ity resaka fanajana zon’olombelona ity ny fiarovana ireo efa hita sy fantatra fa jiolahy eny amin’ny fiarahamonina. Na alaina sary aza izy ireo mbola rakofana ny masony, nefa dia tsy matahotra mangalatra, mamono, manolana… Miditra am-ponja ao anatin’ny fotoana fohy fotsiny dia mivoaka. Ary mbola ny lasibatra koa no mahazo fandrahonana sy mihorohoro.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Tany tan-dalànaTsy misy eto amintsika

Misavoritaka tanteraka ny fiainam-pirenena ankehitriny. Eo aloha ny savorovoro momba ny lisi-pifidianana izay miteraka adihevitra be.

 

Miampy indray ny fisamborana an`Atoa Pety Rakotoniaina izay heverina fa manampy trotraka ny efa nisy hatrizay. Na tsy misy aza fitakiana ataon`ny olom-pirenena amin`ny famoahanana azy dia mety azo saintsainina kokoa ny fisamborana azy nandritra ny hetsiky ny HFI tetsy amin`ny lapan`ny tanàna ny volana jolay lasa teo. Fiantsoana hanangana fanjakana ao anatin`ny fanjakana no nandraisana fepetra satria matahotra fanafitohinana amin`ny fifidianana ny mpitondra. Amin`ny ankapobeny, ny tany tan-dalàna tsy misy eto amintsika satria ny mpifehy, izany hoe ny mpitondra, dia tsy manaja loatra ny lalàna misy sy ny lalàmpanorenana. Hany ka ny vahoaka fehezina dia lasa gaboraraka ny zava-misy. Efa mizotra mankany amin`ny fifidianana anefa isika ka tsy tokony hisy intsony ny fampirehetana afo hafa indray manavesatra ny efa misy amin`izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsarana AmbonyTafapetraka ny mpikambana vaovao

Natomboka tamin`ny fomba ofisialy omaly ny asa eo anivon`ny Fitsarana Ambony (HCJ) satria tafapetraka ireo mpikambana vaovao, miisa telo (3) izay nanao fianianana tetsy amin`ny Fitsarana an-tampony Anosy.

Niteraka resa-be teto amin`ny firenena ny momba ny fananganana ny Fitsarana Ambony satria milaza ny lalàmpanorenana fa herintaona aorian’ny fianianan`ny filoham-pirenena no tsy maintsy najoro izy io. Diso ny filoham-pirenena teo aloha Hery Rajaonarimampianina fa tsy nametraka io rafitra io ka tsy maintsy napetraka tao anatin`ny fotoana faran’izay haingana ka ny volana jona lasa teo vao tafapetraka. Tafiditra tao anatin`ny didy fanapahana navoakan`ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana tamin`ny 25 mey 2018.  Mazava ao amin`ny and. 138, mitsara ny filohan`ny Repoblika sy ireo Andrim-panjakana ny Fitsarana Ambony. Tsiahivina fa ny mpikambana eo anivon`ny HCJ dia miisa 11 ka misy solontenam-panjakana ihany na dia saika mpitsara matihanina avokoa ny mandrafitra azy. Ahitana solontena roa avy amin`ny Antenimieram-pirenena, roa avy amin`ny Antenimierandoholona, roa avy amin`ny filankevitra ambony misahana ny fiarovana ny demokrasia sy ny tany tan-dalàna (HCDED). Anisan`ireo handrafitra ity rafi-pitsarana ity ihany koa ny filoha sy ny tonian`ny mpampanoa lalàna ao amin`ny Fitsarana an-tampony. Eo ihany koa ny filohan`ny fitsarana fandravana didy, ary ireo filoha roa eo anivon`ny Fitsarana Ambony. Ahitana mpikambana mpanampy miisa enina ao amin`ity HCJ ity. Sambany vao hanana rafi-pitsarana ho an`ireo manampahefana ambony ny eto amin`ny firenena, antony nametrahana ny HCJ ho an`ny tokony ho izy ny tany tan-dalàna.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny fanilikilihana sy fahantranaTokony ho isan’andro, hoy ny ATD Quart monde

Isaky ny 17 oktobra no hankalazana ny andro iraisam-pirenena hiadiana amin’ny fahantrana. Omaly kosa no namaranan-dry zareo avy eo anivon’ny fikambanana ATD Quart monde izany tetsy Analakely.

 

 Efa nisy ny hetsika isan-karazany natao ny alarobia teo toy ny latabatra boribory niadian-kevitra mikasika ny resaka zon’olombelona, ny fijoroana vavolombelon’ny fianakaviana sahirana, fetin’ny zavakanto sy ny maro hafa. Anisan’ny nezahana naranty hatrany ny filana ny atao hoe finiavana hiasa, raha ny fanazavana, ary nezahana nanaporofo izany ny fampisehoana ireo vokatry ny fianakaviana sahirana mikambana ao amin’ity fikambanana voalaza teo ity. Isany ohatra ny fanamboarana fatapera mitsitsy, ny haizaitra, ny peta-kofehy. Tokony ho isan’andro, hoy ny tompon’andraikitra, Prisca Randrianarindriana, no hiadiana amin’ny fanilikilihana sy fahantrana. 25 taona ankehitriny ity fikambanana ity ary 600 isa eo ireo mpikambana manerana ny nosy.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainana ara-pananahana Ny 37 %-n'ny Reny Malagasy no miteraka zaza tsy niriana

Mitombo isa hatrany isika Malagasy. Tsy maharaka izay anefa ny fiakaran'ny toekarem-pirenena, hany ka miaina anaty fahasahiranana hatrany ny isan-tokantrano.

 

 

 

 

Ankoatra ireo vehivavy efa manan-tokantrano izany hoe miaina anaty fanambadiana ara-dalàna dia betsaka ihany koa ireo zazavavy latsaky ny 15 taona no miroso amin'ny fanambadiana aloha loatra, hany ka mitaiza tsy fidiny na dia mbola tokony hianatra aza. Faritra maro no mbola ahitana izany eto Madagasikara, antony mahatonga ireo vehivavy maro maty eo am-piterahana sy ireo zaza tsy manam-piahy eny anivon'ny fiarahamonina. Raha ny fanazavan'ny minisitry ny toekarena sy ny tetipivoarana Atoa Napetoke Marcel   tamin'ny mpanao gazety omaly  dia ny 37 %-n'ireny olona ireny no miteraka zaza tsy niriany.  Ilana fandraisan'andraikitry ny governemanta izany ka ny hany tsy maintsy hatao dia ny fanomezana fanabeazana ny olona mba tsy hiteraka maro loatra sy hampiasa ny fomba fandrindram-piterahana. Ankoatra izay dia  resena lahatra ihany koa ny olona mba hanana vatana salama sy tomady hahafahany mamokatra hoenti-miady amin'ny fahantrana.  Nivoitra ireo nandritra ilay tatitra nataon'ny UNFPA mikasika ny fahafahan'ny olona manapa-kevitra ny amin'ny isan'ny zaza ateraky sy ny fotoana hitondrany vohoka. Tetsy amin'ny hotel Carlton Anosy no nanatanterahana izany, natrehin'Atoa Constant Serge Bounda, solontena maharitry ny UNFPA eto amintsika. Nomarihin'ireto tompon'andraikitra ireto manokana moa fa azo tanterahina tsara eto Madagasikara ity tetikasa hahafahan'ny tsirairay misafidy ny isan'ny zaza haterany sy ny elanelan'ny fotoana hitondrana vohoka ity, indrindra fa  ho an'ny vehivavy. Efa maro azo isafidianana tsara mantsy ny fomba fandrindram-piterahana eto amintsika, fihetsika iray hahafahana manatsara ny toekarem-pirenena sy ny sosialy amin'ny ankapobeny.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana

Rehefa resy lahatr’ireo mpanjifa amin’ny fiakaran’ny saran-dalana ireo mpitatitra dia any amin’ny fandraisana mpandeha

indray izy ireo ankehitriny no manampatra ny hadalany. Mampitaraina ireo mpandeha, ohatra, ny zotra 154 B izay mampitohy an’Anjanahary sy Analakely.

Kolontsaina

Ny mpanakanto Olombelo Ricky dia manome fotoana ireo mpankafy azy ao amin’ny Piment café anio alina. “Ity ny anao dia ity ny anay”, indray no lohatenin’ity seho indray mitoraka ity ary mazava ho azy fifampizarana ny soa sy ny kanto no hitranga.

Fanatanjahantena

Miteraka resabe amin’izao ny mikasika ny fiverenan’i Dax ho amin’ny ekipam-pirenena Malagasy amin’ny taranja baolina kitra. Na ny mpanazatra ny Barea, Nicolas Dupuis, aza dia efa nilaza fa ilaina ity irakiraka milalao ao amin’ny ekipa afrikanina tatsimo Kaizer chief ity.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa iray eny AnkadimbahoakaMamono mpiasa ilay tompon’andraikitra

Orinasa lehibe iray manana ny maha izy azy dia ireny “zone Industriel” eny Ankadimbahoaka eny no ahitana toe-javatra mamohehatra miendrika tsy fanajana zon’olombelona, hoy ny fampitam-baovao iray.

 

 Malaza amin'ny famonoana mpiasa na lahy na vavy (fikasihan-tanana) ny tompon'andraikitra ao, araka ny fitarainana azo. Efa maromaro ihany ny mpiasa nitaraina fa tsy nisy fiovana hatramin’izay, hoy ny fitarainana. Rehefa nandeha ny fotoana dia feno ny kapoaka, ka niafara tamin’ny fitoriana ity tompon’andraikitra ity ny raharaha. Mpiasa iray no sahy nijoro sy nitaraina fa niaina io fikasihan-tanana io, araka ny fitarainana sy ny vaovao marim-pototra voaray. Manaitra ny sain'ny tompon'andraikitra izy, araka izany, hijery akaiky  ity raharaha ity. Marihina fa efa nisy fitarainana nataon'ilay mpiasa any amin'ny manampahefana isan-tsokajiny koa antenaina fa hivoaka tsy ho ela ny momba ity raharaha ity.

Nangonin’i Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asa an-tsamboMalalaka ny tsena ho an’ny Malagasy

Notanterahina tetsy amin’ny Pavé Antaninarenina omaly ny fifantenana farany ireo Malagasy afaka hanam-bintana ho tonga mpiasa anatin’irony sambo mpivezivezy na “Bateau de croisière” irony.

 

 Araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitry ny fikambanana iraisampirenena Two healing hands eto Madagasikara, Zenaide Rahantamalala, dia efa nisy fifantenana in-droa miantoana izy ity. Miisa 180 teo ho eo tany am-boalohany ireo nofantenana ary latsaky ny 60 kosa ireo tena ho voaray. Mbola handalo fiofanana 4 herinandro any Londre indray moa ireo voafantina farany mialohan’ny hamonjen’izy ireo ao Miami, raha ny fanazavana. Nisy ireo delegasionina avy ao Maorisy sy afrika atsimo mihitsy nifantina azy ireo omaly. Mbola malalaka ny tsena mikasika izay resaka asa an-tsambo izay, hoy ny fanazavana, ary raha ny mikasika ireo karazana asa tadiavina amin’izany dia saika talentan’ny Malagasy avokoa toy ny fikoloana hoho, ny taovolo, ny fampihenam-batana, ny haitava (esthétique) ary ny “spa terrapeute” na fanajarian-tsaina. Mila mahay teny anglisy sy ny tontolon’ny sambo kosa anefa. Manodidina ny 3.000 dolara isam-bolana kosa amin’ny ankapobeny ny karaman’ireo Malagasy miasa anatin’izy ireny, raha ny fanazavana, ary hatreto aloha dia tsy misy antoka azon’ireo mpifantina omena afa-tsy ny hoe an-taratasy mazava ny fifanarahana. Mampanahy ny Malagasy indrindra, rahateo izay resaka fiantohan’aina izay raha ny vaovao mikasika ireo mpiasa Malagasy any ivelany toy ny any Koweit izay matetika matimaty foana ary tsy misy tohiny avy eo ny fanadihadiana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

TSY HIHEMOTRA NY HFI

Tsy hihemotra ny HFI na dia nogadraina aza ny mpitarika azy ireo dia i Pety Rakotoniaina izany.

 

 

Nilaza i Rasolofo René fa mainka aza mandrisika bebe kokoa azy ireo sy ny mpikambana hafa mba hitaky ny fanorenana ifotony, ireny zava-nitranga ireny. Notsipihany koa fa marary ny demokrasia sy ny fanehoan-kevitra eto amintsika, indrindra amin’izay mialoha ny fifidianana izao. Anio dia efa hanao hetsika hafa indray ny HFI dia ny fahatsiarovana ny nahafatesan’ny rain’ny demokrasia izany, i Zafy Albert. Asa raha hisy hanakana indray. 

SAKOROKA TANY ANTSIRABE

Raikitra ny sakoroka tao Antsirabe, tany andrefan’ny Star. Ny anton’izany dia satria tsy neken’ny olona ny fikasàna hametaka « pylône » tao an-tanàna. Nahazo alàlana ara-dalàna anefa ny orinasa tompon’andraikitra tamin’izany. Vory marobe ny olona ary raikitra hatramin’ny tora-bato. Voatery niditra an-tsehatra ny mpitandro ny filaminana izay ny olona vao niala tsikelikely. Rehefa nandeha ny fifampiresahana dia fantatra fa tsy « pylône » velively no saika hapetaka fa « antenne » fotsiny ihany. Niala teo an-toerana ilay orinasa ary tsy fantatra raha mbola hiverina.

VITSY NY SOLOMBAVAMBAHOAKA MIVORY

Vitsy dia vitsy ny solombavambahoaka izay nanatrika ny fivoriana tsy ara-potoana etsy amin’ny lapan’ny antenimieram-pirenena. Manaporofo hatrany izany fa ireo lalàna izay misy « malette » ihany sisa no mba manintona azy ireo ka mampavitrika ny hanatrika ny fotoana. Tsy mbola ao anatin’ny lahadinika ny volavolan-dalàna momba ny teti-bolam-panjakana 2019 ary izay matetika no hitosahan’ny kolikoly. Mbola ireo lalàna momba ny fambolena aloha no ao anatin’ny dinika. 

NOSANDAINA OMBY

Nomena omby telo dia vola mitentina telo tapitrisa ariary ny havan’ny lehilahy iray izay maty novonoina, dia nilamina ny raharaha. Izany no nitranga tany Ankadinondry-Sakay. Raha araka ny fantatra dia nitsoaka ilay nahavanon-doza rehefa vita ny heloka bevava. Narahin’ny havan’ny maty anefa ary dia hitan’ireo hatramin’ny tranony. Olona telopolo miaraka amin’ny antsy sy sabatra no saika hamaly faty. Niditra an-tsehatra ny ben’ny tanàna sy ny tangalamena mba nampihavana ary dia niravona ihany raharaha rehefa natao ny fombafomba sy fanomezam-bola.

 

ZAZA NO NALAINA AN-KERINY

 Ny zaza rehetra tao an-trano no nalain’ny jiolahy mpaka an-keriny tany ambanivohitr’i Maevatanana. Nanafika izy ireio ary tsy naka entana fa kosa ny olona no nobatain’ireo olon-dratsy. Vola mitentina 20 tapitrisa no takian’ireo mba ho solon’ny famerenana ny zaza ary koa vola takalon’aina. Mahazo vahana tanteraka any ambanivolo ny fakàna an-keriny ankehitriny. Isan’ny matetika hitrangan’izany  I Tsaratanàna sy Maevantanana. 

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA

Nifandona ny Sprinter sy ny kamiao mpitatitra tany izay hanamboarana ny làlana etsy Alarobia-Tsarasarotra. Namoizana olona iray izany ary naratra avokoa ny tao anatin’ilay Sprinter. Nandeha mafy loatra raha araka ny fanazavana azo ilay fiara voalohany ary nifatratra tao amin’ny kamiao izay nihodina. Orinasa sinoa no manofa ilay fiara voalohany ary samy miandraikitra ny fanamboarana io làlana io avokoa izany ireo nifandona. 

KOPERATIVA COTISSE

Nivoaka tamin’ny fahanginany ny koperativa Cotisse ary nanamafy fa tsy azy ireo ny tany izay ao anatin’ny faritry ny fiantsonan’ny fiara etsy Andohatapenaka. Niely tokoa ny feo fa io koperativa io no tompon’ny tany ka namefy izany ary nanidy ny vavahadin’ny « gare routière » ka niteraka sahotaka ny faran’ny herinandro lasa teo. Hatreto kosa anefa dia tsy mbola fantatra mazava izay tena tompon’ny tany ary na ny minisitera tompon’andraikitra aza dia tsy nanome vaovao firy mba entina nanazavana ny sain’ny olona.

Tia Tanindranaza0 partages

Rolland RaelisonHankalaza ny faha-80 taonany eto Madagasikara

Mandalo eto an-tanindrazana indray i Rolland Raelison ankehitriny ka hankalaza ny tsingerin-taona faha-80 nahaterahany amin’ity 2018 ity izay mifanandrify ihany koa amin’ny faha-60 taona nanaovany rindrakira voalohany teto Antananarivo.

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taham-pahafahana bakaloreaNiakatra 3% ny teto Antananarivo

47,47% no taham-pahafahana bakalorea ho an’Antananarivo manokana, raha ny nambaran’ny avy eo anivon’ny ofisim-pirenena misahana ity fanadinam-panjakana ity omaly.

Nahitana fiakarana 3% izany raha mitaha ny tamin’ny taon-dasa. Omaly moa no natao ny dinika farany mikasika ny naoty farany ambany ho an’ireo azo hafahana amin’izay fanadinana izay. 10,00/20 eo izany manerana ny nosy raha ny nambara hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Hanakorontana indray hoe e ?

Hamarana ny herinandro faharoan’ny fampielezan-kevitra ho an’ireo kandida filoham-pirenena isika.

 

Efa somary hita taratra ihany ny herijikan’ny tsirairay, raha jerena ivelany, ary ireo kandida vaventy aloha no tena hita. Dia tena ahitan-javatra mihitsy satria misy ny miezaka mampiseho amin’ny fomba rehetra fa tena mahazaka olona, hono, ary ny fampitam-baovao aza ny an’ny sasany dia ezahina amboarina mihitsy ny sary hahafahana manao tsindry bokotra, fa mahazaka vahoaka maro hono e ! Manao don-tandroka fatratra mihitsy fa hoe mahazaka vahoaka amin’ny alalan’ny sehoseho ivelany sy hetsika mipoapoaka amin’ny fanakaramana artista maro be. Mety misy amin’ireo kandida matanjaka sasany no manao izany, saingy tsy any amin’izay rehetra aleha, fa ilay kandida iray izay, dia toa tsy mahazaka sy tsy mahataona olona hihaino izay ambarany raha tsy eo aloha ny mpanakanto hisintona vahoaka. Dia hotsarain’ny karatra eo amin’izay rehefa any anaty fifidianana hoe : hay kay olona hijery fety no tonga nanotrona, fa tsy olona resy lahatra handrotsa-bato. Ny don-tandroka anefa toa efa mandeha eny antsefatsefany eny fa hikorontana indray, hono, raha toa ka tsy ho lany eo satria mihevitra ny hafa ho maivana sy malemy na koa hanantena hatrany fa hahomby ny bodongerona sy ny fampiasan-kery, toy ny tany amin’ny 9 taona lasa. Tsy adala anefa ny vahoaka, ary tsy havelan’ny tarany tsy hamiratra ilay kandida nopotehina sy nohenjehina fahiny ary nolazaina fa naloham-bahoaka, izay tsy mila sehoseho ivelany samihafa fa ny vahoaka no mila azy, ary na aiza na aiza aleha, dia raisin’ny Malagasy an-kafaliana fa tsy toy ilay niseho tany amin’ny kaominina iray atsy Vakinankaratra hoe: na efa nomanina fatratra aza ny kenonkenona samihafa sy ny fanentanana nipoapoaka, dia nomen’ny maro ny lamosina, ka tsy sahy nipoitra iny kandida iray iny. Atao mahagaga ve raha manomboka maka tahaka izay ambaran’ilay iray sao mba ho resy lahatra ihany ny vahoaka ? Fantatra eny foana ny tena tompony sy ny mpaka tahaka, ary efa hatry ny ela no niavaka ny tena vary sy ny tsiparifary e !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kitra vehivavy sokajy U 16Ny Maitsovolo sy Fc Prescoi no hanao famaranana

Ny ekipa zatovovavin’ny Maitsovolo avy any Matsiatra Ambony sy ny Fc Prescoi avy any Vakinankaratra no tafita hiatrika ny lalao famaranan’ny Tournoi National ny baolina kitra vehivavy tontosaina eny amin’ny kianjan’i Carion ankehitriny.

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety Tompondaka nasionaly N1 ANy Cosfa sy ny As Victoire no hisantatra azy anio

Ny ekipan’ny Cosfa Analamanga sy ny As Victoire Boeny ao amin’ny vondrona B lehilahy no hisantatra ny fifanintsanana dingana faha-2 amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara taranja basikety sokajy N1 A lahy sy vavy

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny fahavaratraEfa vonona ny APIPA na dia…

Tsy vita ny asa tokony ho natao isan-taona. Manarina tsikelikely ny tao anatin’ny 2 na 3 taona ny APIPA (Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo),

 araka ny nambaran’ny tale jeneraliny Rateloson Philippe. Eo ny fijerena ireo  fefiloha simba sy ny fanadiovana  ny tatatra sy ny lakandrano lehibe tahaka ny eny  Andriantany sy ny manamorona ny reniranon’i Sisaony eny Atsimondrano. Nanambara ny tenany fa efa hatramin’ny volana febroary no ho mankaty no niomana fatratra ny APIPA ny amin’ny fiavian’ny orana. Efa vonona ny fepetra rehetra hiatrehana ny tondra-drano sy ny orana ho an’Antananarivo Renivohitra, hoy izy. Omaly izao no nanomboka ny fijerena ny fefiloha vaky eny Soavina. Nanentana ny rehetra ny APIPA ny amin’ny tokony hanajana hatrany ny fahadiovana, indrindra ny tsy hanariana fako mety hanentsina haingana ireny tatatra etsy sy eroa manerana an’Antananarivo ireny.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olona nitora-bato ny BareaTsy mpianatra ary tsy mponina eny Vontovorona

Mitohy hatrany ny olana sedrain'ireo mpianatra eny amin'ny pôliteky Vontovorona.

 

 

Araka ny fanazavan-dRandriamampiavana Donald, filohan'ny mpianatra eny an-toerana dia miaina anaty delestazy lavareny izy ireo efa  fotoana marobe izao.  Tapaka hatrany ny jiro na dia amin'ny alina tokony hianarana aza ka tsy misy afaka manao fikarohana ireo mpianatra. Kely ihany koa ny tariby mitondra ny herinaratra ho an'ny isan-tokantrano, tsy mahazaka ny herin'ny herinaratra tokony hoentiny, hany ka simba sy potika avokoa izay fitaovana rehetra ampiasaina. Ankoatra izay, hifampitadiavana ihany koa ny trano fivoahana sy ny trano fidiovana. Voatery mifoha amin'ny 5 ora maraina  izy ireo isan'andro manenjika izany any amin'ny tranon'ireo olona eny amin'ny manodidina. Anisan'ny antony nampitroatra ireo mpianatra tamin'ilay lalao baolina kitra notanterahina teny Vontovorona ny talata teo ireo mba hahafahan'ireo tompon'andraikitra mandray ny andraikiny. Na izany aza, nisy ny fifanandrifin-javatra sy ny fanararaotana nataon'ireo olon-tsy fantatra tavela teny an-toerana tsy nahazo taksibe hodiana. Tsy mponina eny Vontovorona akory ireo nitoraka sy nikapoka fiara ireo fa olona avy any amin'ny toeran-kafa mihitsy. Tsy nijery fotsiny azy ireo ny kapitenin'ny ekipam-pirenena Barea Atoa Faneva Ima fa nihaona tamin'izy ireo mivantana sy nanontany ny olana sedrain'izy ireo. Mbola nitohy omaly tetsy amin'ny Motel Anosy ny fihaonan'ny roa tonta ka nambaran'ny kapiteny Faneva fa vonona izy ny hijery izay azo hatao ho an'ireo mpianatry ny politeky eny Vontovorona ireto. Anisan'izany ny fitadiavana mpiara-miombon'antoka any ivelany  afaka ny hamaha ny olan'ireo mpianatra eny Vontovorona... Tsy nijery arina an-tava izy fa nananatra sy nampita hafatra ho an'ireo mpianatry ny pôliteky eny Vontovorona rehetra. Tsy mety, hoy izy, ary tsy mahasoa ny fanaovana fitakiana anaty korontana tahaka ireny  satria tsy misy afa-tsy ny fifampiresahana ihany. Araka ny nambaran'ireto mpitarika ny mpianatra eny Vontovorona ireto dia efa tokony hamboarina sy karakarain'ny fanjakana tokoa ny sekoly misy azy ankehitriny satria efa 45 taona izao no nijoroany saingy tsy mbola nisy fanamboarana iray manontolo hatreto fa singatsinganina ihany.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanapahana ala eto MadagasikaraArahi-maso amin’ny alalan’ny fampiasana teknolojia avo lenta

Noho ny fandrosoan’ny teknolojia dia maimaimpoana ny sary azo avy amin’ny zanabolana Landsat ary maro hatrany ny karazana sy antontam-baovao izay azo ao amin’ny tranonkala.

 

Izany indrindra no anton’ny tetikasa an’i World Resources Institute (WRI) sy ny governemanta Malagasy izay manana tanjona hamadika haingana dia haingana ny vaovao ho lasa fahalalana manampy amin’ny fanapahan-kevitra. Noho izany dia novokariny ny Alerte-deforestation (Glad-Alert) ho an’i Madagasikara izay fitaovana mampiseho ao anatin’ny fotoana fohy ny toerana itrangan’ny fanapahana ala manerana ny Nosy. Tsara kokoa ity fitaovana nampahafantarana tetsy amin’ny Hotely Colbert omaly alakamisy 18 oktobra  ity mihoatra ny Alerte Feux izay efa nahazatra, satria lasa efamira 30 m no habe kely indrindra voatily; izany hoe mitombo avo 9 heny amin’ny teo aloha satria mihamadinika ny antsipiriany asehon’ny sary ka ahitana mazava sy marina kokoa ny zava-mitranga ao anaty ala ao. Ankoatr’izay dia mihamalaky ny fahazoana ny vaovao satria eo amin’ny  herinandro eo farafahelany izany ka mampihena ny fisalasalana amin’ny fandraisana andraikitra. Amin’ny alalan’io  teknolojia avo lenta sy ny zanabolana  Malagasy io no  handrefesana sy hanaraha-maso ny faritra rakotr’ala ary ny Malagasy rehetra dia afaka misitraka izany amin’ny alalan’ny fidirana ao amin’ny tambajotra https://mdg.forest-atlas.org/map?l=fr.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tafiakatra e…

Tafiakatra ny dingana manaraka ny BareaEkipa kitra Malagasy, mijoro ho lehilahyHitondra avo ny faneva, horaiketin'ny tantaraBarea Malagasy, Barea an'i Gasikara.

 

 

 

 

 

Aza dia variana loatra amin'ny politika,

Fa ny Barea , mila ny fanohanantsika

Na am-bavaka io na ara-materialy

Fa io no ekipantsika, nandresy ny ekatorialy.

 

Ho avy indray izao ry kandida samihafa

Hijapy ny fandresena, hikozy bobaka sy tafa

Hanome fanampiana mba hisehosehoana

Alaivo ny vola sy fanampiana fa ny safidinao henoina.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Herisetra sy hetraketraka ara-pifidiananaNamoahana torolalana manokana

Omaly alakamisy 18 oktobra no navoaka tamin’ny fomba ofisialy ny torolalana ho an’ny olom-pirenena ho fiaraha-mientana amin’ny fitandroana ny filaminana mandritry ny fifidianana.

 

 Vokatra ao anatin’ny tetikasa « Rindra hisiam-pifidianana lavitry ny hetraketraka » na PEV Madagasikara ity torolalana ity. Apetraka foana ity tetikasa vatsian’ny vondrona eoropeanina vola amin’ny alalan’ny « Instrument contribuant à la stabilité et à la paix (Icsp) ity n’aiza n’aiza firenena manao fifidianana. Tanjona ny ahafahana manara-maso ny vaovao mifandraika amin’ny fifidianana ka hizarana izany any amin’ny tompon’andraikitra mahefa tahaka ny CENI, minisiteran’ny ati-tany sy ny fitsinjaram-pahefana ary ny hery fiarovana (FDS). Rehefa voamarina fa misy herisetra sy hetraketraka  manodidina ny fifidianana dia alefa sy ampitaina haingana amin’alalan’ny tambajotran-tserasera www.alerte.pevmadagascar.ue izany mba hisian’ny vahaolana haingana. Misy karazany 3 ny herisetra sy hetraketraka amin’ny fifidianana : ny fikasihan-tanana, ny teny mandratra izay tsy azo tenenina fa enjehin’ny lalàna amin’ny andron’ny fifidianana, ary ny herisetra ara-drafitra (violence structurelle)  izay mifandraika amin’ny tsy fanarahan-dalàna amin’ny fifidianana tahaka ny fametrahana afisy eny amin’ny tsy tokony ho izy. Ny tetikasa no manara-maso akaiky amin’ny alalan’ny teknolojia vaovao tahaka ny fametrahana zana-bolana ahafahana hijery izany rehetra izany eo ambony sarin-tany eny fa na dia any  ambanivohitra lavitra any aza.

Tsirinasolo

 

   

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaLasa mpangala-tahaka sisa…

Kandida sokajiana ho matanjaka sy mety hifampitady mihitsy i Marc Ravalomanana sy Andry Rajoelina amin’ny fifidianana hatao amin’ny 7 novamba izao.

 

 Tsikaritra ho tsy mahatoraka ny laharana faha-25 ny laharana-13 raha fitetezam-paritra, ary samihafa mihitsy ny endrika isehoany. Ny iray be fikenona amin’ny artista maro be vao mahazo vahoaka, nefa mandeha ho azy ny an’ny iray, ary ny vahoaka no manatona azy. Ny soa fianatra ! Toa mampihomehy ihany satria tsikaritra ho lany bala i Andry Rajoelina ka mangala-tahaka izay lazain’ny kandida hafa sisa. Tsy nanomboka akory ny propagandy dia nilaza ny kandida Paul Rabary fa hanafoana ny antenimierandoholona. Niteny an’io ihany koa izy taty aoriana. Nilaza ny hanafoana ny asan-dahalo i Marc Ravalomanana ny 9 oktobra tany amin’ny faritra SAVA ka nilaza fa voalohany indrindra hisorohany an’io ny hanafoanana ny fanondranana omby. Tonga koa ny tenany aty aoriana milaza izany. Tsara anefa ny manamarika fa efa tetikasa tamin’ny andron’i Marc Ravalomanana ny fametrahana « puce électronique » hahafahana manara-maso ny omby, saingy tsy tanteraka noho ny fanonganam-panjakana. Efa nofoanana io fanondranana an-jambany ny omby io, saingy naverina tamin’ny 2010. Nilaza i Marc Ravalomanana fa mahay mampakatra sandam-bola Malagasy haingana dia haingana ao anatin’ny fotoana fohy. Iny koa ny anao lahy milaza fa hatao matanjaka haingana dia haingana ny ariary hahafahana mampidina ny vidin-tsolika. Nialoha ny fanonganam-panjakana 2009 anefa, dia manodidina ny 2 miliara dolara ny tahirim-bola tao amin’ny banky foibe nahafahana nifehy ny tsenan’ny takalo ara-bola tsy hitotonganan’ny ariary, saingy nataon’izy mianakavy tantely afa-drakotra.Saika hanao fihaonana tamin’ny mponina tao Andranomanelatra i Andry Rajoelina ny 17 oktobra teo. Nofoanana haingana anefa satria tsy nahavory olona akory, hoy ny fampitam-baovaon’ny olona. Efa nitatatata manerana ny tanàna ny « Sono mobile » an’ny Mapar nilaza fa ho avy eto i Andry Rajoelina mivady koa dia tongava maro ianareo vahoaka. Tsy tonga ny olona, kanefa efa tonga tao daholo ny lapihazo sy ny fanamafisam-peo, ary ireo Artista rehetra hanafana ny lanonana. « Loza ity ! », hoy ilay Ben’ny tanàna izay avy amina tanàn-dehibe iray tsy lavitra eo voalaza fa efa nanakarama olona maro sy efa nampisakafo an'ireo filoham-pokontany marobe. Ny lainga marivo tototra toy ilay hametrahana tramway sy metro nambara efa amboarina any andafy ary ho avy afaka volana vitsy ; ny nilazana fa hanangana fanamboarana trano 10 000 ho an’ny tanora, ny nitenenana fa hanangana orinasa famokarana simenitra ka hisitrahan’ny Malagasy vidiny mora 14.000Ar isaky ny lasaka,… nambara ny 7 novambra 2010, dia porofo mivaingana hahafaha-mitsara an-dRajoelina ho mpandainga sy mpamahan-dalitra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana“Olon’Andriamanitra aho ka tsy hamitaka anareo”

Ny Faritra Vatovavy Fitovinany sy Lokomby, Faritra Atsimo Atsinanana no nanaovan’ny kandida laharana-25 Marc Ravalomanana fampielezan-kevitra omaly Alakamisy 18 Oktobra 2018 maraina.

 Tao Faranfangana nampahafantarina ny mponina ilay « Fanomezan-toky » izay paikady hentina hampandrosoana an’i Madagasikara. « Manantena aho, hoy ny kandidà Marc Ravalomanana, fa ho 80% ny vato homenareo ahy”. Nampanantena ihany koa izy fa hanangana orinasa hanodinana ny vokatra satria tany mamokatra i Farafangana ary hitady lalam-barotra hanondranana izany. Ny mponina tao Lokomby kosa dia nangataka ny hanaovana an’i Lokomby ho Distrika. Ho hita eo izany, hoy izy, fa hiverina aty aho dia hampatsiahy aminareo hoe: “ity ilay nifanarahantsika”. Mandritra izany dia manohy ny fampielezan-kevitra ihany koa ny mpomba ny kandidà Marc. Efa nitondrana an’ity firenena ity aho nandritra ny 7 taona, ary nahavita làlana 10000km latsaka, ary mahavita làlana 1000km isan-taona aho, hoy kosa i Marc Ravalomanana tany Vondrozo. Hamboarintsika indray ny làlana eto Vondrozo satria tokony hamokatra be, ary tena tsara ny tanàna. Haverina ny fandriampahalemana satria lehilahy afaka miresaka amin’ny mpitandro filaminana, amin’ny any ivelany, amin’ny mpanam-bola aho, hoy izy. Hohatsaraina ny fitsarana mba tsy hanao fitsarana mitongilana na hanao kolikoly. Hiaro ny olona sy ny fananany isika satria raha misy Malagasy iray misy mampijaly na maka an-keriny, dia ataony mahamay. Hanao fanekena amin’ny vahoaka ihany koa izy fa hiantohana ny fahasalamana ho zakan’ny rehetra ny sarany. Io lehilahy io no hampihanatra indray ny zanantsika, hoy I Marc Ravalomanana, ary hampitoviana daholo hoe zanaky ny manana na tsy manana. Homena ambioka sy zezika ny tantsaha mba hahafahany mamokatra. Tsy hamadika anareo aho ary tsy hamitaka anareo fa olon’Andriamanitra, fa mitana ny teny nomena, hoy izy mantsy ny vahoakan’I Vondrozo. Nohamafisiny fa tsy misy amin’ireo mmpifaninana aminy no manana ilay “manifesto” na fanomezan-toky ho an’ny vahoaka. Tsy misy amin’ireo sahy milaza hoe hampitombo ny vola any am-paosinareo, fa izao hanao izany, hoy izy. Hanangana orinasa isika, ary homena asa avokoa ny olona hahafahana manao izany, hoy izy. Tany Vangaindrano ihany kosa dia nanamafy ny antoka hahafahan’i manamafy ny fampandrosoana an’I Madagasikara ny tenany, ary tena izy amin’izay no kandida fa tsy “rempalaçant” fa izao efa isika mihitsy no miaraka, hoy izy. Notsiahiviny ny fahaiza-manaony amin’ny resaka fifandresen-dahatra amin’ny mpiara-miombon’antoka, ka isan’izany ny nahavitany nanafoana ny trosan’i Madagasikara mahatratra 5 miliara dolara.  Eto Antananarivo sy ny manodidina ka anisan’izany ny ao amin’ny distrikan’ Andramasina izay hanao izay hiverenan’ny kandidà laharana faha-25 hisalotra ny maha filohan’i Madagasikara indray. Ny ao Soavina kosa dia mitaraina noho ny fefiloha vaky matetika sy olana eo amin’ny rano fisotro madio ary ny resaka ady tany ka hanao izay hampandresena ny kandidà Marc Ravalomanana izay hany azo antoka fa hahavaha ny olana rehetra nampitondra faisana ny Malagasy tato anatin’ny sivy taona.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaMenatra mitondra an’ireo goaikantitra ?

Fa maninona no tsy entin-dRajoelina miaraka manao fampielezan-kevitra aminy ireo goaikantitra na dinaozoro politika ao anatin’ny Armada, izay efa nilaza fa hanohana azy ?

Ireo anefa no heverina fa miara-miketrika ny paikady aminy ankoatra ireo vahiny mpiara-dia amin-dRajoelina. Tombanana avy hatrany ho manimba sary sy azo antoka fa hampidina ny taham-pankafizana na ny “Côte de popularité”, ka aleony sesehana artista ny angidim-by, toy izay hitondrana mpanao politika goaika antitra. Heverina ho nahazo toromarika mba hamitsaka ihany koa, fa sady tsy miseho masoandro no moana be tsy toy ny tamin’ny fampahafantarana ny kandida na ny “Précampagne”. Mety paikady politika, saingy maro amin’ny mpitazana kosa no mihevitra fa henatra ho an’i Andry Rajoelina sy manome endrika ratsy ho azy ny fijoroan’ireo mpanao politika manodidina azy sasany amin’ny propagandy. Raha i Andry Rajoelina no lany ho filoha, dia lojika fa tsy maintsy hahazo toerana ao anaty fitondrana ireo mpanao politika efa somary malaza ratsy amin’ny famadibadihana palitao tahaka an-dry Norbert Lala Ratsirahonana, Jean Louis Robinson,… Mirangorango ao an-damosin-dRajoelina ny mpanao politika somary ratsy laza, toy ny malaza amina aferana boaderozy, ny malaza tamin’ny kolikolikolin’ny lalàm-pifidianana …

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote sy TIM aryKMMR Boriborintany faha-6Miara-mientana amin’ny fampandaniana ny kandida n° 25

Ankoatra ny fitetezana tokantrano na ilay « porte à porte » natao ho fampandaniana ny n°25 Marc Ravalomanana tao amin’ny fokontany Antanety Sud sy

Ambohimanandray ary Antsararay sy Ambohimitsinjo izay notarihin'ny filohan’ny  DISTIM VI, Gabriel Rafiliberasoa, dia nisy ny opération fametrahana afisy niaraka tamin'ny fanentanana mivezivezy nitety ireo fokontany 31 ao amin’ny Boriborintany faha-6 ao Ambohimanarina niarahana tamin’ny  Depiote Rasoanoromalala Marie Horace sy ny Com KMMR, Randriamampianina Tahinjanahary teny an-toerana omaly alakamisy 18 oktobra 2018. Vao naheno ny hira faneva fampandaniana ny kandida Marc Ravalomanana ny olona nandalovana dia raikitra nikopakopa tanana sy nandihy ihany koa.

 

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’AndramasinaNosomparana fa maka an’i Dada ihany

Tafiditra tsara ao anatin’ny fampielezankevitra amin’izao fotoana ny Distim Andramasina, hoy ny filohany, Herinjato Rabetokotany.

Nahavory olona marobe tao amin’ity distrika ity ry zareo ny talata teo, raha ny nambarany ary na dia nisy kandida iray faran’izay manam-bola namafy katrana izany aza teo alohan’ny fahatongavan’ny ekipan’ny mpanohana ny kandida laharana faha-25, izany hoe Marc Ravalomanana, tamin’io fotoana io dia naleon’ireo vahoaka nanatona izay ekipan’i Dada izay. Efa fandresena sahady izany ho anay, hoy ny tenany satria mahalala ny lalan-kizorany ny distrikan’Andramasina na dia eo aza ny fisomparana marolafy mihatra amin’i Dada. Anisany ny fanakonan’ity kandida mpamafy vola ity ny peta-drindrin’ny antoko Tim amin’ny azy ireo, hoy hatrany izy. Misy efa miezaka mividy ny vaton’ireo vahoaka mihitsy saingy efa zanak’i Dada hatramin’ny ela Andramasina.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Afera malotoAzo atao ny managadra olona ambony

Nanao fanamarihana mahakasika ny andraikitra sahanin`ny Fitsarana Ambony (HCJ) ny mpitsara sady mpahay lalàna, Imbiky Herilaza. Nilaza izy fa tafiditra amin`ny fametrahana tany tan-dalàna ity rafi-pitsarana ity.

Mizara roa ny dingam-pitsarana eo anivon`ny HCJ, hoy ny fanazavana. Voalohany, mahakasika ny filohan`ny repoblika : tsy maintsy mametraka ny fitoriana any amin`ny filohan`ny antenimieram-pirenena ka ny komisionina no mandinika izany. Rehefa avy manapaka ny komisionina dia ny antsasamanilan`ny Antenimieram-pirenena no mandany raha alefa eny amin`ny HCJ ny fitoriana mahakasika ny filohan`ny Repoblika. Ny dingana faharoa indray, mahakasika ny filoha na mpikambana eo anivon`ny Andrim-panjakana. Alefa eny amin`ny mpampanoa lalàna ny fitoriana ka izy no mandinika raha azo enjehina izay olona hotoriana ka izy no mandefa izany any amin`ny “cour de justice”. Nomarihany fa iray ihany ny fepetra azo hitsarana ny filoham-pirenena dia ny fitakiana ny fametraham-pialana (decheance) izay voasokajy ho sazy politika. Ho an`ireo filohana Andrim-panjakana na olom-panjakana ambony kosa dia ny didy famaizana (code penal) no hampiharina ka afaka managadra. Araka izany, azon’ny ny antokom-pitsarana momba ny lalàna ifampitondran`ny daholobe tsaraina ny praiminisitra, filohan`ny antenimiera…, hoy hatrany ny fanazavana. Ny mpikambana eo anivon`ny Andrim-panjakana dia tompon’andraikitra itataovam-pahamaizana, hoy ny lalàm-panorenana, noho ny zavatra nataony teo amin`ny asany ka voatondro ho heloka bevava na heloka tsotra tamin`ny fotoana nanaovany izany fa ny Fitsarana Ambony no manana fahefana hitsara azy.

 

Madagate0 partages

ANDRY RAJOELINA N°3. IZA IANAREO NO TSY HIFIDY AZY?

SARY LEHIBE KOKOA ETO

Midi Madagasikara0 partages

Tsiroanomandidy : Polisy retirety, matin’ny jiolahy

Inspektera teo aloha izy. Nisy nanafika tao an-tranony ity polisy efa misotro ronono ity, ny alin’ny talata teo, teo amin’ny fokontany antsoina hoe Andrefan’ny gara. Naratra mafy ny tenany rehefa nifanojo tamin’ireo jiolahy ary tsy izy irery fa ny fianakaviany koa dia isan’ny voadaroka nandritry ny fandrobàna. Noezahina nentina teny amin’ny toeram-pitsaboana mba ho fanavotana azy saingy tsy tàna ny ainy. Milaza ny mponina ao an-toerana fa mandry andriran’antsy ankehitriny noho ny fisesin’ny asan-jiolahy. Vao tamin’ny zoma lasa teo koa no nisy fanafihana hafa izay nandratràna olona iray. Amin’ny valo ora alina no nisy nanafika ny hotely iray ary notifiriny ny olona. Nisy naratra mafy fa mba tsy nisy aina nafoy aloha. Efa ela no fantatra fa faritra mena amin’ny asan-dahalo ny kaominina izay manodidina an’i Tsiroanomandidy. Izao kosa anefa dia efa ao an-tampon-tanàna mihitsy no miditra an-tsehatra ny jiolahy izay mitam-basy hatrany. Raha tsiahivina dia efa nisy ny ezaka nataon’ny fanjakana momba ny ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana any amin’ny faritr’i Bongolava. Izany dia avy amin’ny fametrahana ny bataillon inter-armes na ny toby izay hivondronan’ny mpitandro ny filaminana mikambana. Ny ady amin’ny asan-dahalo no tena nifantohan’izany. Izao indray anefa toa lasa mihazo ny tampon-tanàna ny olon-dratsy izay tsy mbola fantatra mazava na dahalo na koa jiolahy mpanafika avy any amin’ny faritra hafa. Miseho amin’ny endrika samihafa ny tsy fandriam-pahalemana amin’iny faritra iny ary miainga avy amin’ny fanafihana eny amin’ny lalam-pirenena aloha. Ny asan-dahalo no manarak’izay ary izao dia ny fanafihana ao an-tampon-tanàna indray no mampihoron-koditra ny olona.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Basy P.A iray sy famahanana 10 saron’ny pôlisy

Saron’ny polisy ny basy poleta iray niaraka tamina famahanana 10. Nokasaina hamidy teto Antsirabe izy io no izao tratra izao.  Mitohy hatrany ny hazalambo ataon’ny mpitandro filmanana ireo olona mitazona basy tsy ara-dalàna sy ireo mpanao aferana-fitaovam-piadiana. Efa maro ny tratra ary niaraha nahita ireny ny famotehana azy am-pahibemaso. Mbola maro kosa anefa no mivezivezy sy manafina azy ireny. Toy ity tranga niseho teto Antsirabe ity, olona telo no voasambotra tamin’ny fiandohan’ny herinandro araky ny vaovao nomen’ny polisy. Ny roa amin’izy ireo, dia avy ao Antananarivo ny iray kosa avy eto Antsirabe ary voalaza, fa efa mpamerin-keloka ity farany. Loharanom-baovao avy tamin’ olona tsara sitra-po no nahafantarana fa misy olona ho tonga eto Antsirabe ary hivarotra basy no anton-diany. Nanao ny vela-pandriky ny polisy ka sarona teo Ampihaviana izy telo lahy niaraka tamin’ny basy sy famahana nokasaina hamidy teto.  Omaly alakamisy no natolotra ny fampanoavana ny raharaha.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Musique tropicale : Fandrama met le cap sur Mayotte  

Fandrama sur la grande scène du Donia 2018.

Sur les côtes de Madagascar, il fait un malheur sur scène, et dans la capitale, il est le chouchou de ces dames. Il, c’est Fandrama.

Cette dernière semaine du mois d’octobre s’annonce chargée pour ce grand nom du « salegy awoe ». Après avoir enchaîné les festivals et les soirées cabarets, il met le cap sur Mayotte. Avec six concerts prévus pour les 13 jours à venir, il n’est pas près de chômer sur l’île sœur.

C’est sûr, la diaspora et la population mahoraise auront leur compte de soirées aux rythmes endiablés. Fandrama montrera l’étendue de son « salegy », dont lui seul a le secret pour faire vivre à ses inconditionnels des soirées des plus mémorables. Au programme, son éternel « salegy goma » et « salegy awoe », avec ses pas de danse à en faire perdre le souffle, même aux plus rudes des danseurs amateurs. Il transportera le public dans l’univers magique des chansons des tropiques. Pour ce faire, il interprétera ses célèbres titres et les accompagnera de ses extraordinaires chorégraphies pour satisfaire la demande de ses admirateurs, qui ne rateront pour rien au monde les multiples apparitions publiques de leur idole.

Le rythme dans la peau. A savoir que Fandrama fait partie de ces chanteurs de gros calibre du moment. Bien connu pour sa musique entraînante, il s’est forgé une notoriété de fer grâce à ses tubes « Dis-moi la vérité » et « Comment ça va ? » en 2006. De fil en aiguille, il sort les « Koragna alamina », « Manafonay », ou encore « Chauffevo’lay Ambiance ». Neveu de Dédesse, la grande star de la génération Kaiamba, il affectionne particulièrement les chansons rythmées pour entraîner les spectateurs dans son univers de défoulement.

Bercé par les musiques du terroir à Anivorano Nord, le jeune homme se démarque plus tard à Antsiranana, où il a passé son bac. Pourtant, c’est dans la capitale qu’il a bâti sa carrière. Son corps d’athlète, son sourire sympathique et son charisme lui ont permis incontestablement de gagner ce statut de grosse pointure de la « mozika mafana ». La plupart du temps, on le voit sur les grandes scènes de la capitale, ou encore sur les affiches des grands-rendez-vous dans d’autres grandes villes, mais il se produit également lors de soirées plus intimistes.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Formation : « Two Healing hands » débarque à Madagascar

Les 112 jeunes présélectionnés.

«Les Malgaches ont un potentiel. Ils ont un savoir-faire extraordinaire» affirme Faizal Chudoo, le responsable de la formation. Une opportunité pour les jeunes malgaches ! Hier, un ultime entretien  s’est déroulé au Pavé à Antaninarenina. Plus de 112 étudiants étaient recrutés pour être formés. Cependant, ils vont subir une présélection dimanche prochain. Cette formation est carrément professionnelle. La coiffure esthétique est la matière de base de cette formation. Les recruteurs exigent également une bonne maîtrise de la langue de Shakespeare afin de pouvoir communiquer avec les passagers. A noter que quatre étudiants quitteront Madagascar pour aller à Londres le 26 novembre.

Les étudiants seront formés jusqu’au mois de novembre. Le 12 de ce mois, il y aura la prochaine rentrée. La formation maritime durera quatre mois avec à la clé neuf mois de contrat de travail. «Les employés de différentes nationalités auront le même salaire. Ils seront traités de la même manière» rassure Faizal Chudoo.

La formation maritime est une profession qui intéresse beaucoup de jeunes à Madagascar. La preuve, la salle de réunion de l’Hôtel le Pavé était quasi-pleine hier.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

Olombelo Ricky sera au « Piment Café »

Olombelo Ricky sera sur la scène du Piment Café Behoririka ce soir à partir de 21 h. Après un « Manala azy vita bacc », qui a été l’un des plus grands rendez-vous avec le public tananarivien, le chanteur servira sa musique dans une salle plus conviviale. De plus, la chaleur de l’ambiance au Piment Café n’est plus à rappeler. Il n’y aura sûrement pas de grandes surprises, mais les fidèles et les mélomanes pourront profiter comme jamais des « Kalaginta », « Amorom-parihy », « Tsy mety milaza » et tous les tubes de l’artiste. A son habitude, ce dernier favorisera la communion et les évasions sonores instinctives.

 

Les dix ans de scène de Big Mj

Big Mj fêtera ses 10 années de carrière au Jao’s Pub Ambohipo à partir de 21 h ce jour. Dans ce genre d’évènement, il aura comme invités des pointures comme Boss Mananarien, Tinah Vidal, MC Co Body Bad, Kim Jah Deta et bien d’autres. L’intitulé de la soirée est « Big Mj Birthday Bash ». A voir ce florilège d’artistes, le concert ne se terminera sûrement qu’au petit jour. Pas de problème, c’est un des meilleurs chanteurs de variétés de Madagascar qui fête son anniversaire de scène. Celui qui sait comme aucun autre naviguer sur plusieurs eaux : musique urbaine, musique « tropicale », balade européenne…

 

L’Is’art Galerie lance son festival d’art urbain

Le festival d’art urbain organisé par l’Is’art Galerie sera lancé à partir de ce jour à 19 h dans ses locaux à Ampasanimalo. Le programme s’étalera sur deux semaines et rassemblera une vingtaine d’artistes et diverses formes d’expression. Allant de la musique à la peinture, en passant par la danse… Comme c’est un festival, il investira plusieurs lieux de la capitale : les escaliers d’Antaninarenina et d’Ambanidia. Comme Is’art Galerie collabore étroitement avec l’Union européenne, quelques EPP et CEG recevront leur lot de démonstrations pour apporter un peu de social. Le concert de clôture se tiendra le 3 novembre au jardin d’Andohalo.

Le virtuose Nully Ratomosoa au Little Lounge Bar

Nully Ratomosoa, le bassiste talentueux et chevronné présentera son style décapant et inventif au Little Lounge Bar à Ambohitrakely, ce soir à partir de 20 h. Rares sont les bassistes qui arrivent à s’imposer au premier plan comme le fait cet artiste complet. Il arrive à créer des morceaux et à les chanter sur scène. Son style traverse toutes les époques, rock, jazz, funk, pop… Sa maîtrise de cet instrument fait qu’il est sur la trace des grands. D’un festival Madajazzcar à un concert d’une star de la variété malgache, Nully Ratomosoa apporte un soutien indéfectible. Une carrière internationale l’attend sûrement dans les mois à venir. En attendant, il est temps de le retrouver au Little Lounge Bar.

Soirée à l’eau de rose avec Rebika au SK Melody

Pour les amateurs et amatrices de musique à l’eau de rose, la soirée avec Rebika au SK Melody Mandriambero, aujourd’hui à partir de 21 h, leur est adressée. La bande à Rampal sera ainsi au complet pour chanter les tubes comme « Miredareda » et autres chansons à fendre le cœur. Rebika, c’est tout de même une carrière de plus d’une trentaine années. Ce sont des centaines de représentations à travers le pays. Surtout dans les campagnes reculées, où un chanteur ou une chanteuse habitué(e) aux lumières de la capitale n’iront jamais. Le groupe mérite ainsi le statut de groupe national. Le temps d’une soirée, leurs inconditionnels pourront retrouver le feeling d’antan.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Filaminam-bahoaka eto Toamasina : Tovolahy tratran’ ny polisy nitrondra basy PA tsy ara-dalàna

“Tsy mijanona izahay raha tsy ho fongotra ny mpanao ratsy mampahory vahoaka eto Toamasina tato ho ato ity”, izay ny fanamby nataon’ny polisim-pirenena eto Toamasina, tamin’ny alalan’ireo kaomisera telo lahy misahana an’i Toamasina renivohitra sy ny komandan’ny Fip. Mitohy andro aman’alina ny hetsika fametrahana izay filaminam-bahoaka ataon’izy ireo izay, ka nisy indray ny vokatra tamin’ity herinandro ity nandritra izany, sy noho ny fiaraha-miasa matotra amin’izy ireo sy ny andrimasom-pokonolona. Tovolahy iray no tratran’ny polisy nitondra basy PA nafenina tao anatin’ny moto nentiny tao Andranomadio, amin’ilay faritra antsoin’ny mponina ao an-toerana hoe Bemenaka, sampanan-dalana mihazo ny trano fandraisam-bahiny Relax, izay tena hitrangana fanafihana sy fanendahana mpandalo amin’ny lalam-baovaon’Andranomadio iny. Tovolahy iray hafa koa no sarona tao Ankirihiry atsimo manakaiky ny Bazary may ao an-toerana ; izay efa nifanenjehan’ny polisy andro iray mialoha izao nahatrarana azy izao, saingy tamin’izay tafatsoaka izy sy ny namany iray; mbola tratra teny amin’ity tovolahy ity ny antsy be maromaro fampiasany amin’ny fanendahana mpandalo sy tratra hariva fanaony ao Tanambao V sy Ankirihiry. Mbola tovolahy mpanendaka hafa iray koa no voasambotry ny polisy tao Andranomadio ora vitsy taorian’ny fanendahana nataony, raha tonga nametraka fitoriana noho ny nanjo azy ilay olona voaendaka. Ankoatra izay, dia tovolahy iray izay efa herintaona nifampitadiavana noho ny fanafihana nitam-piadiana nataony teto Toamasina ihany koa no saron’ny polisy teto Toamasina tamin’ity herinandro ity. Tsy afa-nitsoaka intsony izy nandritra izany, satria tsy nampoiziny ho hitan’ny polisy mihitsy ny toerana niafenany sy ny fanovana endrika nataony nandritra ny fitadiavana azy. Anio avokoa no hiakatra fitsarana ny raharaha koa ho hita eo ny tohiny.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanana : Ankizy efatra indray nalain’ny dahalo an-keriny

Manao ranolava tanteraka ny resaka fakàna an-keriny any amin’iny faritra Betsiboka iny. Ary ny eo votsotra, ny hafa lasa indray ! Ny fiandohan’ny herinandro lasa teo, dia olona efatra, saika ankizy avokoa ny telo tamin’izy ireo no lasan’ireo olon-dratsy tao amina toby fihadiana volamena iray ao amin’ny kaominina Maevatanana Faharoa.

Raha ny fampitam-baovaon’ny namana avy any an-toerana, dia zanaka mpandraharaha iray monina ao amin’ny fokontany Andramy ireto nalain’ireo dahalo an-keriny ireto. Tokony ho tamin’ny iray ora maraina tany ho any no tonga tao amin’io tobim-bolamena io, toerana tsy lavitra an’i Betsiboka ireo dahalo. Nahatratra tany amin’ny roapolo lahy tany izy ireo raha ny vaovao azo, izay nirongo basim-borona sy « kalach ». Narefodrefotr’izy ireo avy hatrany ny fitaovam-piadianana teny an-tanany raha vao niditra ilay toby izy ireo mba tsy hahafahan’ireo olona mivoaka. Ireo zanaka mpandraharaha ireto no avy hatrany dia nataon’izy ireo lasibatra ary nandeha niala toy ny tsy teo izy ireo. Efatra ireto olona lasa ireto, roa lahy ary roa vavy izay 18 taona ny zokiny indrindra ary 12 taona ny zandriny indrindra. Tsy niandry ela fa ny antoandron’io fakàna an-keriny io dia nifandray tamin’ny fianakavian’ireo zaza ireo olon-dratsy. Vola manodidina ny 20 tapitrisa ariary no takian’izy ireo ho famotsorana ireto tsy manan-tsiny ireto. Hatramin’ny omaly, dia fantatra fa tsy mbola nisy ny fandoavana ilay vola ary tsy mbola votsotra noho izany ireto olona eny am-pelan-tanan’ireo malaso ireto.

Marihana, fa faninefany amin’ity no nisiana trangana fakàna an-keriny tany amin’iny faritra iny. Saika mitovitovy avokoa anefa ny paikadin’ireo dahalo manatanteraka izany asa ratsy izany. Azo heverina ary ve araka izany fa mety ho andian-dahalo iray no ao ambadik’ireto trangana fakàna an-keriny ireto ? Somary sarotsarotra ny hamaly ilay fanontaniana. Indrindra moa fa hoe somary miahotra hanatona mpitandro filaminana ireo fianakaviana lasibatr’izany fakàna an-keriny izany, noho ny fampitahoran’ireo olon-dratsy ny hamonoana ny havany. Na izany na tsy izany anefa dia mandray an-tànana ny raharaha hatrany ireo tompon’andraikitra amin’izany ary miezaka mikaroka olon-dratsy sy manavotra ilay lasa takalonaina.

m.L / Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Baccalauréat à Tana : Une hausse de 3% du taux de réussite

Les tendances sont à la hausse pour les résultats du baccalauréat dans la capitale de Madagascar. Le taux de réussite global est de 47,47 % par rapport à un taux de 47,4 % l’année dernière. La tendance a également été suivie dans les séries techniques et technologiques. L’enseignement technique a affiché un taux de réussite de 53,70 % tandis que la série technologique a atteint un taux avoisinant les 80,50 %. Cette année a également été marquée par la hausse du nombre des candidats qui ont réussi dans la série C. Contrairement à l’année dernière, les candidats des séries A2 sont ceux qui ont le moins réussi leur examen. Les résultats seront affichés ce jour auprès des centres d’examens de la capitale. Côté mentions, 6 820 candidats ont eu la mention « assez bien » et 797 la mention « bien ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

« Jeu Kapisilinakà » : Irina Maya Rakotomalala gagne la première voiture

Irina Maya Rakotomalala reçoit la clé de sa nouvelle voiture.

Si les capsules sont souvent collectionnées par les artistes écologiques et artisans recycleurs, celles de Fresh font bien des heureux depuis le lancement du grand jeu « Kapisilinakà ». Récemment, les premiers tirages au sort ont été effectués. Irina Maya Rakotomalala a été parmi les chanceux : la jeune femme a gagné la première voiture. Le scooter, lui, a été attribué à Adèle Michelin Azakarison.

A savoir que des milliers de lots sont à gagner. Le Grand Jeu Capsule est le plus grand jeu organisé cette année avec plus de 800 millions d’ariary de lots ! Chaque consommateur est éligible au grand tirage au sort, ayant lieu tous les 15 jours, pour remporter un des nombreux gros lots mis en jeu dont 2 voitures, 3 motos, 10 télévisions à écran plat, trois ordinateurs portables, cinq smartphones Telma Titan , ou encore cnq clés Telma Wingles 4G.

Des animations sur les pages Facebook THB et Telma Madagascar sont également prévues pour donner la chance à tous de gagner. Pour rappel, le jeu entre dans le cadre de la célébration des 65 ans de THB, dont la volonté est de se rapprocher davantage des consommateurs et d’interagir avec eux.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Les chiffres de la semaine

5 kg. Le volume, par personne et par an, du gaspillage alimentaire en Afrique subsaharienne. C’est jusqu’à 59 fois moins important que dans les pays riches où le gaspillage alimentaire se chiffre à 295 kg par personne par an comme, c’est le cas en Amérique du Nord (280 kg en Europe et 240 kg en Asie industrialisée). En revanche, les pertes et gaspillages alimentaires en Afrique subsaharienne sont nettement plus importants aux stades de la production, de la récolte et de la transformation : jusqu’à 160 kg par personne et par an. Le gaspillage alimentaire, phénomène aberrant face aux problèmes de la faim et de la malnutrition dans le monde, est au cœur de la célébration de la Journée mondiale de l’alimentation (16 octobre) ces dernières années.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Droit de l’environnement : Renforcement de capacités de la société civile

L’initiative Shared Resources, Joint Solutions (SRJS), financée par l’Union internationale pour la conservation de la nature Pays-Bas, organise un atelier pendant deux jours à l’hôtel Grand Mellis à Analakely. Et ce, en partenariat avec le ministère chargé de l’Environnement et le bureau de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). « L’objectif vise à renforcer les capacités des acteurs en société civile – surtout au niveau local – à faire un lobby ou un plaidoyer pour convaincre l’administration et le secteur privé en matière de gestion durable des biens publics basés sur les écosystèmes. Ils devront ainsi mieux connaître les droits de l’environnement, notamment les lacunes et les contradictions. Une volonté politique de l’Etat à appliquer les lois s’impose aussi », a évoqué Ndranto Razakamanarina, le PCA de l’Alliance Voahary Gasy. Par ailleurs, « une approche territoire est mise en œuvre dans deux sites d’intervention de la SRJS, à savoir Soalala et la presqu’île d’Ampasindava, pour assurer la gestion durable des biens publics tels que l’approvisionnement en eau, la biodiversité, la sécurité alimentaire et la résilience climatique. Le but est d’améliorer les conditions de vie des communautés », selon Paul Raonintsoa, le Point Focal de SRJS Madagascar.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Alarobia : Tsy nivoaka ny “airbag”, iray no maty

Tokony ho tamin’ny iray ora antoandro omaly, no niseho ny lozam-pifamoivoizana izay nahafaty olona iray. Nandeha mafy ary nisongona an-kavanana, raha araka ny fitantaran’ny olona ny fiara sprinter. Nifatratra tany amin’ny kamiao iray io fiara io ka noho ny hamafin’ny fifandonana, dia namoy ny ainy ny mpamilin’ilay  sprinter. Mafy ny dona ary tsy nivoaka ny “airbag” na ny aroloza anaty fiara. Maty tsy tra-drano ny mpamily vokatr’izany. Ilay sprinter dia nofain’ny sinoa mpanao làlana mba hivezivezena mandritra ny fanamboarana ny làlam-baovao Alarobia-Tsarasaotra. Momba ilay kamiao indray, dia teo am-pihodinana izy no nidona tamin’ilay sprinter; izay tsy tafajanona avy ao aoriana. Naratra avokoa ny olona tao anatin’ilay fiara voalohany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

SSME : 25e édition la semaine prochaine

Campagne électorale ou pas, aucune pause pour les activités de santé publique, qui devaient être menées dans le cadre de la Semaine de la Santé de la Mère et de l’Enfant (SSME), laquelle en est maintenant à sa 25e édition. Prévue se tenir la semaine prochaine, du 22 au 26 octobre 2018, la SSME cible cette fois non seulement les mères et les enfants, mais aussi l’ensemble de la famille, conformément au thème choisi pour cette semaine de mobilisation : « Famille en bonne santé, atout pour le développement du pays ».

Prestations. Comme lors des précédentes éditions, les 114 districts sanitaires de Madagascar seront concernés. La SSME proposera, cette fois encore, des prestations et services gratuits : vaccination, distribution de vitamine A, déparasitage, dépistages de la malnutrition et du VIH/sida, et bien d’autres. La distribution de vitamine A aux enfants de 6 à 59 mois touchera environ 4 millions d’enfants, tandis que 3 millions d’enfants de 12 à 59 mois et 570 000 femmes enceintes seront ciblés par le déparasitage. De même, des dépistages de la malnutrition auront lieu au niveau des Centres de récupération nutritionnelle aigüe sévère (CRENAS) dans 54 districts de 20 régions. Quant à la vaccination, outre celle de routine, les enfants de moins 11 mois seront vaccinés contre la rougeole. Dans la ville d’Antananarivo et le Grand Tanà, il s’agira de vaccinations contre la rougeole, la poliomyélite et le tétanos. Par ailleurs, un million de femmes enceintes seront vaccinées contre le tétanos.

Taux de participation. L’ensemble de ces activités impliquera la participation de 10 124 agents de santé, de plus de 17 000 mobilisateurs et sensibilisateurs communautaires, et de 564 superviseurs à travers le pays. Le principal objectif reste le même : la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile, défis majeurs dans le domaine de la santé publique à Madagascar. Plus spécifiquement, il s’agira de réduire la mortalité maternelle à 300 pour 100 000 naissances vivantes, et la mortalité néonatale à 17 pour 1 000 naissances vivantes ; ainsi que la mortalité infantile à 31 pour 1 000 naissances vivantes. Pour rappel, ces taux sont restés stables ces dix dernières années. Pour cette SSME à venir, le plus grand défi sera d’assurer une hausse du taux de participation des populations, notamment en matière de vaccination. Soulignons que Madagascar vient d’être certifié « pays libre de la poliomyélite », suite aux campagnes successives de vaccination menées sur l’ensemble du territoire.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Rapport sur l’Etat de la population mondiale 2018 : La liberté de choix et le pouvoir en matière de re...

Le rapport sur l’Etat de la population mondiale 2018 a été remis par le représentant de l’UNFPA au gouvernement malgache, hier.

Le rapport de l’UNFPA sur l’Etat de la population mondiale 2018 a été présenté à l’hôtel Carlton hier.

« Lorsqu’une femme a le pouvoir et les moyens d’éviter ou de différer une grossesse, elle maîtrise mieux sa santé et peut commencer ou continuer à exercer une activité rémunérée pour s’épanouir sur le plan économique ». Propos cités lors du lancement du rapport sur l’Etat de la population mondiale 2018 à l’hôtel Carlton hier. Un rapport signé par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) qui dresse la situation des femmes dans tous les pays du monde, et qui établit également le classement de l’ensemble des pays du monde selon l’évolution de leur taux de fécondité. Pour ce qui est de la Grande Île, la thématique de « la liberté de décider du nombre, du moment et de l’espacement des grossesses » arrive à point nommé étant donné que « plus de la moitié de la population malgache est âgée de moins de 25 ans ». Une reproduction maîtrisée selon le respect des droits en matière de reproduction pourrait, en effet, être un moyen permettant à un pays de mieux amorcer son développement économique. Comme l’a fait savoir Marcel Napetoke, ministre de l’Economie et du Plan : « La planification des naissances influe sur la croissance de la population qui elle-même impacte le développement du pays via une croissance économique soutenue ». Les droits en matière de reproduction touchent directement les femmes. Notamment leur épanouissement qui est tributaire de leur droit à la santé, à l’éducation et à l’emploi. Ce qui rejoint les propos du Dr Natalia Kanem, directrice exécutive de l’UNFPA : « la liberté de choix peut changer le monde (…), cela peut améliorer rapidement le bien-être des femmes et des filles, transformer les familles et accélérer le développement mondial ».

Bémol. Le rapport sur l’Etat de la population mondiale 2018 déplore « qu’aucun pays ne puisse prétendre garantir totalement les droits de l’ensemble de ses citoyens en matière de procréation ». Selon toujours le rapport, « les couples ne parviennent pas à avoir le nombre d’enfants désirés, faute d’aides sociales et économiques essentielles ». Pour faire face à de telles lacunes, le rapport avance des « recommandations sur les politiques et les programmes susceptibles d’aider chaque pays à élargir les choix de sa population en matière de procréation ». Notamment, la nécessité pour le pouvoir public de privilégier l’accès universel à des soins de santé reproductive de qualité via des contraceptions modernes. Le rapport préconise également l’amélioration de l’éducation en dispensant une éducation à la sexualité adaptée à l’âge des élèves. Des mesures qui incitent les hommes à changer de comportement pour soutenir les droits et les aspirations des femmes et des filles, devraient également être initiées par les pouvoirs publics des pays.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Antsalova : Nataon’ny dahalo takalonaina izy mianaka

Renim-pianakaviana iray no lasan’ny dahalo, nataon’izy ireo takalonaina ny talata lasa teo, raha avy nanafika tao amin’ny tanàna antsoina hoe Ankotrofotsy, ao amin’ny distrika Antsalova ny dahalo am-polony tany ho any. Tokony ho tamin’ny enina ora maraina teo no nahazo antso ireo mpitandro filaminana tamin’izany toerana izany, ny amin’ny fisian’ilay fanafihana. Araka ny fampitam-baovao azo, dia nahatratra teo amin’ny roapolo lahy latsaka teo ireo olon-dratsy, nirongo basy. Tifitra variraka no nentin’izy ireo niditra ny tanàna ka nampisahotaka ireo mponina, izay vao avy nifoha indrindra tamin’ny torimasony. Maro ireo nanakatom-baravarana ka nanao izay danin’ny kibony nandroaka ireo omby tao an-tanàna izy ireo. Tsy vitan’ny omby ihany anefa nisy renim-pianakaviana iray, niaraka tamin’ny zanany vao enim-bolana monja no nentin’izy ireo niaraka taminy. Nentina nampitahorana ireo olona mikasa ny hanara-dia azy ireo.

Hany herin’ireo mponina, dia niantso avy hatrany ireo mpitandro filaminana tany an-toerana izay avy hatrany dia nandray ny andraikiny nidina teny an-toerana. Raha ny vaovao hatrany dia nifankatratra teo amina kizo iray (lalana tsy maintsy hizoran’ireo dahalo mitondra ny omby halatra) ny roa tonta. Velona teo ny fifandonana, fa tsy nanaiky mora ny hisamborana azy ireo, ireo olon-dratsy. Na dia maro aza anefa ireto farany, efa zatra ady tanteraka ihany koa ireo mpitandro filaminana ka nisy maromaro tamin’ireo mpangalatra no lavo. Nirifatra nitsoaka kosa ireo ambiny. Votsotra teny am-pelan-tanan’izy ireo araka izany ireo omby nangalarina. Avotra soa aman-tsara ihany koa izy mianaka, izay salama sy tafody soa aman-tsara tany an-tokantranony, raha ny fampitam-baovao hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Dadafara n°20 : La ferme volonté de développer Madagascar

Chaque candidat cherche tous les moyens pour séduire l’électorat en ce moment où la campagne électorale bat son plein. Selon Joseph Martin Randriamampionona dit Dadafara, candidat n°20, les trois candidats considérés comme favoris ont été déjà tous au pouvoir.

« Pendant 16 ans, durant lesquels ces trois candidats ont dirigé le pays, ils ne sont même pas arrivés à construire un millier de kilomètres de nouvelles routes« , a déclaré Dadafara n°20.

Il est non seulement prêt, mais le candidat n°20 sur le bulletin unique a la ferme volonté de développer Madagascar. Selon lui, il est tout à fait possible de construire des routes dans tout Madagascar, des chefs-lieux de provinces aux districts et communes reculées. Ceci comprend la construction de routes pour relier deux régions voisines, mais qui n’ont jamais été reliées jusqu’à présent. Il en est ainsi de Marolambo et de Fandriana, Mandritsara et Mananara-Nord, Bealanana et Andapa, Ambatofinandrahana et Malaimbandy pour ne citer que ces exemples.

Rien que les richesses générées par l’exploitation minière et les ressources halieutiques suffisent amplement pour construire 30.000 kilomètres de routes par an, selon encore les explications de Dadafara n°20.

« La semaine dernière, le Ministre de la Pêche a déclaré que l’ancien président a reçu 2,500 milliards de dollars en contrepartie de l’autorisation pour 330 bateaux chinois à pêcher dans la zone maritime de Madagascar. Cela fait 9000 milliards d’ariary. Ceci permet de construire 10.000 kilomètres de routes. « Si l’ancien président était vraiment prêt pour développer le pays, il l’aurait déjà fait » , a déclaré Joseph Martin Randriamampionona dit Dadafara, candidat n°20.

Selon lui, il faudra construire 200.000 kilomètres de routes pour relier toutes les régions de l’île. Les routes constituent le levier du développement et doivent donc être prioritaires.

Fy

Midi Madagasikara0 partages

BFV-Société Générale :  Zdenek Metelac , nouveau Directeur Général    

Zdenek Metelak (à gauche) remplace Bruno Massez.

Bruno Massez quitte son poste de Président Directeur Général de la BFV-Société Générale pour celui de Président du Conseil d’Administration. C’est Zdenek Metelac qui le remplace en devenant Directeur Général de la banque. Présenté avant-hier lors d’une soirée au Carlton, Zdenek Metelac est un véritable homme du métier. Titulaire d’une « Maîtrise en relations et affaires internationales » de l’Université d’Economie de Prague, et diplômé en « Business Administration and Management » de l’Université Jean-Moulin de Lyon, il a débuté sa carrière en 1999 en agence de communication et marketing, avant de rejoindre le groupe Société Générale en 2003. Après avoir exercé dans le « marketing retail » chez Komercni Banka (République Tchèque), il rejoint l’inspection générale en 2005, avant de devenir Inspecteur Principal en 2011. En 2014 il est nommé directeur du retail et du réseau de Société Générale Expressbank en Bulgarie. Fort de son expérience internationale, le nouveau Directeur Général déploiera son expertise à la réussite des projets de développement de la BFV-Société Générale. Parmi ses missions figurera la réalisation de la stratégie de la banque de se transformer pour évoluer et grandir en expérience. La BFV-Société Générale deviendra ainsi une banque digitale adaptée aux nouveaux modes de travail de sa clientèle particulière, professionnelle et entreprise. La banque franchit actuellement une autre étape des points d’engagement partagés avec la clientèle en début 2018 : la transparence, la proximité, la conformité, l’écoute, la confiance et la relation durable.

Rappelons que la BFV-Société Générale fête cette année son 20e anniversaire. « Nous avons un top management avec une même vision tout en continuité avec l’apport du groupe Société Générale, support solide de notre succès depuis 20 ans », a déclaré le nouveau DG. En tout cas, cette soirée de présentation était « un évènement partagé avec la clientèle, et qui confirme le désir de BFV-Société Générale de mettre ses clients au centre de ses préoccupations, de les accompagner dans leurs projets et de devenir le partenaire financier solide de leur développement tant au niveau national qu’international. »

R. Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Handball – Championnats jeunes : GRP Siteny qualifié dans deux finales masculines

Au terme d’une demi-finale entièrement Atsimo-Andrefana, l’équipe du GRP Siteny s’est imposée sur le fil face à l’Association sportive et solidarité (ASS) d’Atsimo-Andrefana après prolongation sur le score de 36 à 35 au Gymnase d’Ambatomena, Fianarantsoa, hier, soir. A la fin du temps réglementaire, le tableau affichait un score de 25-25 partout. Dans l’autre demi-finale, les Majungais ont pris le dessus sur la formation d’Andriry Club par 31 à 29. Chez les cadets, en finale, cette équipe de Toliara, affrontera l’équipe d’ASRB Boeny. Chez les cadettes, la finale opposera deux clubs d’Ihorombe à savoir HBCI et l’ASE. Les deux meilleures formations de la poule unique à savoir HBCE et ASE s’affronteront, en finale junior filles et GR Siteny contre ASS de Toliara du côté du junior garçons.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Foire Boeny Mionjo V  : Des opportunités offertes aux Micro-Entreprises Rurales

Ce sont des produits phares exposés par les MER durant la foire économique.

La 5e édition de la Foire Boeny Mionjo s’est déroulée la semaine dernière dans la Cité des Fleurs.

Cette manifestation économique qui a duré cinq jours, a été co-organisée par la région Boeny en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie, ainsi que le programme PROSPERER, sous tutelle du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage et financée par le FIDA (Fonds International de Développement Agricole). Cet événement estival périodique de la région coïncide cette année avec les Journées mondiales de la jeunesse. Etalés sur une superficie de 1 500m², près de 145 stands y ont été érigés. Et il y a eu une exposition de plus d’une centaine de filières représentant divers secteurs d’activités dont, entre autres, l’agro-alimentaire, l’élevage, l’artisanat, l’énergie, la pêche, le tourisme et l’industrie. C’était une aubaine pour les opérateurs économiques, les producteurs et les consommateurs, selon les organisateurs. En outre, des opportunités ont été offertes aux Micro-Entreprises Rurales (MER), appuyées par le programme PROSPERER.

Augmentation des revenus. Celui-ci les a formées en matière de technique de production, de gestion simplifiée, de marketing et de commercialisation, et de culture d’épargne et de crédit, tout en leur fournissant des intrants et des matériels agricoles afin de se professionnaliser. Le programme PROSPERER effectue ensuite la mise en relation commerciale de ces MER avec les opérateurs du marché dans le but d’assurer un débouché durable de leur production. C’est d’ailleurs l’objet de leur participation à cette foire économique. L’objectif est de promouvoir l’augmentation des revenus des populations vulnérables par la consolidation des Micro-Entreprises Rurales au niveau local et régional.

4 milliards d’ariary. Toujours dans le cadre de cette Foire Boeny Mionjo V, les MER exposants, appuyées par le programme PROSPERER, ont pu nouer des contacts pour des ventes ponctuelles et périodiques. Les filières phares de la région de Boeny qui y ont été lancées sont essentiellement le « black eyes », le maïs, la pêche et la pisciculture, et la vannerie. Le chiffre d’affaires réalisé pour la commercialisation de l’ensemble de ces produits est prévu atteindre environ 4 milliards d’ariary cette année, d’après les explications des organisateurs. Par ailleurs, d’autres filières telles que l’apiculture, les fruits comme les mangues et leur transformation, ainsi que l’aviculture, émergent également. Bref, la région Boeny dispose encore d’une forte potentialité en ressources naturelles à exploiter.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Football féminin U16 : Prescoi crée la surprise !

Le championnat de Madagascar de football féminin U16 se poursuit tant bien que mal au centre de technique de Carion. Un stade déserté par les spectateurs qui ont évidemment tort, car le jeu en vaut bien la chandelle, puisque les filles faisaient montre d’une maturité certaine pour leur âge.

Le sommet national de football féminin pour les moins de 16 ans a permis à Antsirabe de se mettre une nouvelle fois en évidence. Après le succès du FC Vakinankaratra qui s’est hissé jusqu’à la Poule des As, voilà que les filles du Prescoi font également parler d’elles en se hissant en finale.

Niveau assez bas. Mieux encore, les Antsirabéennes ont réellement fait sensation en sortant en demie les joueuses de Sabotsy Namehana, grandes favorites de l’épreuve sur un score de 1 à 0.

Dans l’autre demi-finale, Maitso Volo de Fianarantsoa a battu par 2 buts à 1 les Tamataviennes du SOS Village d’Enfants au cours d’un match très intense. Enfin presque, car les filles se sont données à fond malgré un niveau relativement bas, mais montrant tout de même qu’on peut compter sur elles. Car elles ont effectivement montré de la volonté et cette rage de vaincre, qui faisait défaut au football féminin malgache éliminé au premier tour de la Cosafa Cup en Afrique du Sud.

Un revers inattendu pour la seule commission qui a pu bénéficier de l’aide au développement de la FIFA. Une faveur que Patricia Rajeriarison a tiré de ses amitiés avec le président de la CAF, Ahmad, et qu’elle devait mettre à profit pour tirer vers le haut ce football féminin, le seul qui fait l’objet de soutien de tous bords, dont le dernier venait de l’UNICEF, le partenaire de ce sommet U16.

Le football féminin a très certainement les moyens de ses ambitions, mais il lui reste à s’organiser pour le rendre plus compétitif et chercher à couvrir, en matière de détection, l’ensemble de tout le territoire.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Portrait : « Mahafaly Mihisa » remonte le temps du « tsapiky »

La chanteuse Nina, une des meilleures voix du sud de Madagascar.

Groupe phare du « tsapiky » actuel, le genre musical du sud de Madagascar, « Mahafaly Mihisa » est aussi un repère historique de ce dernier. Fruit d’un grand écart entre Madagascar et l’Afrique soutenue par une empreinte vocale austronésienne.

Face au naturel déconcertant de Marcel Voriandro, fondateur du groupe « Mahafaly Mihisa » créé à Betioky en 2013, on est tout de suite frappé par sa réponse. « Nous avons fait de la musique parce que la vie était difficile, nous ne trouvions pas de travail et il fallait nourrir notre famille ». Voilà, en une phrase comment cette formation musicale, faisant actuellement vibrer les puristes du « tsapiky », a décidé de se lancer sur scène. Par la plus fondamentale des nécessités alimentaires.

Il est difficile de ne pas rester sur sa… faim quand on entend pour la première fois un titre de la bande, tel « Tea valy malain-dranto ». Comme un vent qui s’engouffre en été, gaillard et entêté. Pour la simple raison que « Mahafaly Mihisa » tente de revenir à un « tsapiky » originel, celui qui a vraiment explosé dans les années ‘80/’90. Avec ce goût immodéré aux solos de guitare, dont le jeu est hérité du « kabôsy » et du « marovany », avec un accordéon ici et là. Mais aussi issu des genres musicaux traditionnels comme le « kinetsanetsa », « mangenake… ». Ensuite, le « pecto » et le « lulu » s’y sont greffés, les pendants mondialisés de cette musique.

Les piliers et musiciens du groupe « Mahafaly Mihisa ».

Mondialisation assumée. Pour faire court, le « tsapiky » est le fruit d’un mélange de musiques traditionnelles/rituelles pratiquées dans le sud. Avec des styles africains, plus instrumentaux, que les mélomanes « toliarois » ont adopté et surnommé à leur manière. Le cheminement de ce genre musical a débuté depuis l’existence des 45 tours. Sans oublier l’apport des radios lusophones et anglophones africaines, ces stations de l’autre côté du canal de Mozambique captées à Toliara. « Trois mois avant Antananarivo, on savait déjà que les Beatles s’étaient séparés », aimait s’amuser l’immortel Rafl, guitariste mythique du rock band Doc Holiday. Il a passé une partie de sa jeunesse dans la Cité du Soleil.

« Mahafaly Mihisa » tente de remonter ce temps où la gloire de cette musique divisait et rassemblait à la fois les foules. Puisque des bandes de quartier se défiaient à la danse sur fond de « tsapiky ». Tandis que la musique, renouvelée, réintégrait de plus en plus les cérémonies traditionnelles, comme un retour à l’envoyeur. Genre fenêtre de la mondialisation, il n’y a pas mieux. « Avant, dans les rassemblements traditionnels, les musiciens jouaient du ‘kabôsy’. Ensuite, avec l’avènement des batteries et des guitares électriques, tout a changé », rappelle Marcel Voriandro.

Le pari de la formation semblait porter ses fruits. De Bezaha Sud à Bekily et jusqu’à Tsihombe, ces localités oubliées des nobles, avec leur lot de famine annuelle, « Mahafaly Mihisa » a conquis un très large public. Celui qui cherche l’authenticité, à l’heure où le vacuum laissé par l’uniformisation tend à gagner le paysage malgache, pour ne citer que l’effet « itune ». La formation a déjà une réputation notoire dans tout le sud malgache. « Nous avons un petit souci actuellement, est- ce que nous allons suivre le rythme des mandry am-pototse ? A côté nous avons d’autres projets », se demande Marcel Voriandro.

« Mandry am-pototse ». Etant donné qu’il n’y a pas de charts dans cette région, ces rassemblements « mandry am-pototse », qui veut dire littéralement : dormir au pied, servant de baromètre à succès. Lors des funérailles, les familles font appel aux groupes les plus réputés pour animer des nuits de veillée, plus festives que tire-larmes. La raison serait des plus simples, une musique entrainante et amusante incite plus l’assistance à rester. Certains hommages au défunt peuvent durer une semaine, voire plus. « Mahafaly Mihisa » est dans le top 3 des groupes les plus sollicités. A la manière des meilleures troupes de « Hira gasy » en période de « famadihana ».

« Étonnement, notre style a réussi à attirer des amateurs. De plus, nous faisons plus dominer la danse des épaules – où dihy soroka – Dans nos chansons, nous parlons presque de tout. L’amour, l’amitié, la loyauté… », souligne Marcel Voriandro.

Cependant, il est difficile d’évoquer ce groupe sans parler de la voix de la chanteuse Nina. Une comète, rappelant cette chaleur du sud, enveloppante avec une puissance naturelle libératrice. Dans les octaves et la justesse, rien à redire, sans doute une des meilleures voix du « tsapiky » à l’heure actuelle. Entre les rythmes et les solos de guitare tantôt organiques, tantôt furtifs, sa voix fière s’écoule. En l’écoutant, on est tenté de faire les liens austronésiens lointains encore vivaces avec cette partie de Madagascar. Pour cela, il suffit de tendre l’oreille à quelques titres Indonésiens ou Malaisiens et faire la comparaison.

Si à Toliara, « Mahafaly Mihisa » ravage les scènes, le groupe veut maintenant ratisser large. Une carrière plus « classique », avec des productions clips, disques et compagnie. Sortir de leur fief du sud pour s’attaquer à d’autres régions plus au nord.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – Sommets nationaux : Des demi-finales électriques à l’affiche

Le duel cent pour cent Analamanga entre Bi’As et VBCD sera l’affiche phare chez les dames. CNaPS Sports affrontera Cosfa du côté des hommes.

Place aux demi-finales des Championnats de Madagascar au Gymnase de Toliara. Trois équipes d’Analamanga ont atteint respectivement le dernier carré chez les dames et les hommes. Lors des quarts de finale d’hier, Stef’Auto tenant du titre a battu BAVB par trois sets à zéro, 25/9,25/10 et 25/11. Les Nadjma et camarades affronteront AMVB, vainqueur de la rencontre l’opposant par trois sets à zéro, (25/12,25/8 et 25/13). L’autre demi-finale verra la confrontation entre deux équipes d’Analamanga Bi’As contre VBCD. Ce sera le remake de la finale du championnat d’Analamanga. Chez les hommes, pas de surprises, les équipes de la CNaPS Sports, JSA, GNVB et Cosfa ont validé leur ticket pour les demi-finales de cet après-midi. A l’allure où vont les rencontres, on s’attend au remake de la finale de l’édition 2017 de ces joutes nationales. La GNVB, tenante du titre reste invincible dans la Cité du Soleil et caracole en tête du classement dans le groupe B avec 15 points devant Cosfa avec 11 points. Dans le groupe A, CNaPS Sports termine premier avec 11 points suivie de très près par JSA avec 10 points. La première demi-finale opposera CNaPS Sports à l’équipe du Cosfa et la GNVB sera aux prises avec la JSA.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : Les forces de l’ordre réunies autour d’une marche de cohésion

Front uni. Les forces de l’ordre ont démontré, hier, qu’elles formaient une seule grande famille. Elles ont compris qu’il n’y avait pas meilleur moyen de renforcer la solidarité et la fraternité que le sport. Elles se sont donné  rendez-vous à Imerintsiatosika, hier, pour participer à une marche fraternelle et de cohésion distante de 9 km. Elles ont quitté « Havona Land » vers 7 heures pour ne revenir sur les lieux que vers 10 heures. Tout le long du parcours, les échanges étaient intenses à travers l’esprit de camaraderie. Ils – les éléments des forces de l’ordre – étaient une centaine de coureurs dirigés par le ministre de la Défense nationale, le Général Béni Xavier Rasolofonirina, le ministre de la Sécurité publique, le Contrôleur Général de Police Eric Michel Wouli Idrissa, le Secrétaire d’Etat en charge de la Gendarmerie et le Général de Division, Randriamanalina Jean Christophe. « Cette action témoigne de la relation de confiance et de fraternité entre les forces de l’ordre. Nous sommes une famille, la police nationale, la gendarmerie nationale et les militaires. Si cette confiance n’existe pas, nous ne pouvons pas accomplir notre mission correctement » a indiqué le Général Béni Xavier Rasolofonirina. Il est à signaler que le sport est omniprésent au sein des forces de l’ordre, pour ne citer que le Cosfa pour les militaires, Cospn pour la police et la GNVB et GNBC pour les gendarmes.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Hippisme : Mascotte de Star revient !

La journée de dimanche à Bevalala a permis à Mascotte de Star de se rappeler au bon souvenir des turfistes. Avec l’aide de Nicot Ramiliarimanga, ce cheval a dominé la première course avec une aisance toute particulière.

Le même Nicot Ramiliarimanga a conduit à la victoire de la seconde course Rayon Del Luna.

A la troisième course, Oscar, dirigé d’une main de maître par Félicien Nomenjanahary, a survolé les débats.

Patrick Rakotoarivelo a attendu la 4e course pour ravir la victoire avec l’imposant Negus, tandis que Rexah Bin Khalifa a montré toute l’étendue de sa forme pour remporter la 5e course avec l’aide de Jean Charles Randriafaralahy.

La course phare de la journée du dimanche a donné lieu à une belle empoignade entre les chevaux de tête. Et c’est dans un mouchoir de poche que Mascotte de Star a réussi à s’extirper, soignant dans la foulée son retour au premier plan grâce à son jockey Roméo Radotiana. L’Oiseau, sous la selle de Patrick Rakotoarivelo, a terminé à la deuxième place devant Kathy Pleasure de Michel Randriamanantena.

Les courses reprendront ce dimanche, toujours à Bevalala, où Dame Pluie montre une fâcheuse tendance à se mêler à la fête, comme ce fut le cas lors de la dernière course de dimanche.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Centre de Bienfaisance d’Ankadivory : Appui de l’entreprise Gasy Net et de SGS Madagascar

Des enfants tout sourire lors de la remise de dons d’hier au CBA.

L’ONG Centre de Bienfaisance d’Ankadivory (CBA) d’Ambohimalaza a reçu hier un appui logistique et matériel de la part de l’entreprise Gasy Net et du groupe SGS Madagascar, dans le cadre de la préparation de la rentrée scolaire, prévue au niveau national le 19 novembre.

Education. L’ONG CBA œuvre pour la protection et la promotion de l’Enfance, notamment par l’éducation de base des enfants vulnérables et orphelins. Créé en 1990 par le pasteur Jean de la Croix Rakotoniaina et son épouse Florette, le centre fut ravagé par un incendie en 2010 peu de temps après la mort de ceux-ci. Guidés par la philanthropie, leurs enfants ont décidé de poursuivre leur combat vaille que vaille. Le centre accueille actuellement 71 enfants en internat et plus de 200 élèves dans l’école primaire publique. Les moyens viennent souvent à manquer, mais le combat se poursuit, grâce au soutien constant de généreux donateurs comme le groupe SGS Madagascar et la société Gasy Net. Ainsi, en amont de la cérémonie d’hier, ce groupe et cette entreprise ont réalisé une collecte de fournitures scolaires, de livres, de jouets et de friandises, mais aussi de vêtements et chaussures au sein de toutes leurs directions. Dons qui ont ensuite été acheminés vers le CBA à Ankadivory, Ambohimalaza miray. Le groupe SGS Madagascar (filiale du groupe suisse SGS créé en 1878) a décidé depuis 2008 de promouvoir une stratégie orientée développement durable, en commençant par les localités d’origine ou lieux de vie de ses collaborateurs, dont Ankadivory Ambohimalaza fait partie, d’où le choix du CBA. Au sujet de cette ONG toujours, notons que celle-ci a créé une antenne à Anosibe an’Ala, qui est plus axée sur l’agriculture biologique, afin de parvenir à une autosuffisance alimentaire de l’ONG, voire à une activité génératrice de revenus. Par ailleurs, le CBA reste ouvert à toute contribution pour le bon fonctionnement du centre qui participe, à son échelle, à un mieux-être de ces enfants vulnérables, pour qu’un jour la chance leur sourie.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Novo-Comm : Happy Women soutient les enfants d’Andraharo

L’association des jeunes femmes travaillant chez Novo-Comm Ogilvy Mather Andraharo a célébré lundi dernier la Journée mondiale du lavage des mains. Une occasion de prendre en… main une centaine d’enfants et mères de familles du « fokontany » d’Andraharo. Cette journée de sensibilisation mondiale est destinée à accroître la sensibilisation et la compréhension de la population sur l’importance du lavage des mains avec le savon, moyen efficace et abordable de prévenir les maladies. C’est dans ce sens que l’association Happy Women – puisant essentiellement sa force dans la pluridisciplinarité de ses membres, fortement engagée envers la cause des femmes et des enfants et animée d’un instinct maternel avant tout – s’est mobilisée afin d’effectuer cette mission, dans le respect des règles de l’art, tout en apportant un élan de générosité à cette dernière. L’objectif initial était d’inculquer les bons gestes à adopter, pour garder non seulement les mains, mais également tout un cadre de vie au quotidien propres. Une fois toutes les mains nettoyées, des dons de goûters ont été effectués auprès de tous les enfants sujets à cette action de sensibilisation.

R.Edmond.