Les actualités Malgaches du Jeudi 19 Octobre 2017

Modifier la date
Ino Vaovao687 partages

FIANARANTSOA : Noesorin’ny polisy monisipaly ireo mpivarotra tsy manara-dalàna

Amin’izao fotoana izao mantsy dia fantatra fa hiroso amin’ny drafitrasa fanajariana ny tanàna ny tompon’andraikitra mitantana ny kaominina ambonivohitr’i Fianarantsoa. Isan’ny toerana hanombohana izany ny arabe mamakivaky an’Ampasambazaha afovoany izay ahitana ireo mpivarotra tsy manara-dalàna isankarazany.

Toerana ihany koa ahitana ireo tranombarotra mamoaka entana ka mivarotra izany eny amin’ny faritra natao handehanan’ny mpandeha an-tongotra (Trottoir). Ity farany izay miteraka olana tokoa satria lasa tery ny arabe. Manoloana izay zava-misy ao Ampasambazaha afovoany izay dia nidina ifotony tao an-toerana, nanala ireo mpivarotra tsy manara-dalàna ny avy ao amin’ny fiadidiana ny tanànan’i Fianarantsoa ny talata lasa teo.

Fidinana an-tsehatra izay notarihin’ny lefitry ny lehiben’ny polisy monisipaly. Ity farany izay nanambara fa efa nisy ny taratasy nalefa ho fampilazàna mialoha ireo mpivarotra ny amin’ny tsy tokony hamoahana ny entana amidy eny amin’ny faritra natao handehanan’ny mpandeha an-tongotra intsony. Ny zoma 13 oktobra teo no efa teny am-pelatanan’ireo mpivarotra izany taratasy izany araka ny voalaza hatrany.

Hisy polisy hapetraka hanara-maso

Efa nifarana araka izany ny fe-potoana nomen’ny kaominina kanefa dia mbola nisy tamin’ireo mpivarotra hatrany ny nanao fanahy iniana nandika izay lamina napetraka izay. Noho izany, voatery nandray fepetra ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny fiadidina ny tanàna, tamin’ny alalan’ny fanaisorana ireo trano hazo noforonina hivarotana ambony “Trottoir”.

Nomarihin’ny lefitry ny lehiben’ny polisy monisipaly ao Fianarantsoa kosa fa mbola hisy ny lamina hapetraky ny kaominina mahakasika ireto mpivarotra eo Ampasambazaha ireto. Nanomboka ny talata lasa teo dia nisy ny fanaraha-maso hentitra hatao amin’ireo mpivarotra hisorohana ny mety mbola hisian’ny tsy fanarahan-dalàna indray. Hisy araka izany ny polisy izay hapetraky ny kaominina manodidina io toerana io mba hijery manokana momba izay tranga izay.

Izany no atao dia ny mba hanomezana endrika ny tanàna, hoy ny fanazavana ary ihany koa mba ho fampianarana ny rehetra mba hanaraka ny lalàna misy eo amin’ny tanàna misy ny tsirairay.

Lucien R.

Midi Madagasikara339 partages

Les travailleurs de l’ombre : Pascal Rasaony, le passionné de sport

Par rapport au début, voilà Pascal new look au Palais des Sports de Mahamasina.

Très présent ces derniers temps sur tous les fronts, Pascal Rasaony est ce passionné de sport, qui aime aider les autres. Il a commencé à la base au sein des quartiers pour enfin arriver dans le système fédéral au sein de la Fédération malgache de basket-ball (FMBB).

 

Sur terrain, il est l’ami de tout le monde. Dès qu’il rentre au Stade de Mahamasina ou au Palais des Sports, presque tout le monde le connait. Il, c’est Pascal Rasaony, membre au sein de la Fédération malgache de basket-ball (FMBB). Il est le promoteur du basket-ball à 3 ou FIBA 33 à travers l’organisation des Championnats nationaux et d’autres compétitions. Notre travailleur de l’ombre n’est pas un entraîneur, mais, une personne qui œuvre beaucoup dans la promotion du sport en général et du basket-ball en particulier.

Sportif. Pascal n’est pas un grand champion, mais, c’est un sportif à part entière. Comme tous les petits garçons, il a joué au football. Il a même intégré un club au sein du Lion Andraisoro. En même temps, il a pratiqué le basket-ball, qu’il continue de pratiquer occasionnellement. Amoureux et passionné par le ballon orange, il a créé l’Association Andraisoro Tia Basket-ball (AT2B) avec des amis dont il occupe le poste de vice-président. Convaincu par ses engagements, il a été intégré au sein de la fédération à la commission basket-ball de masse en 2013. Passionné par l’évènementiel, Pascal a organisé plusieurs tournois entre autres le « Fety de Baskety », « Tournoi Firaisankina » sans oublier les compétitions fédérales et les Afrobasket. A l’heure de l’évolution de la technologie numérique où tout se passe sur la toile, Pascal Rasaony est très actif sur les réseaux sociaux. C’est lui qui anime et crée les visibilités de la fédération sur la toile. Outre le statut de délégué FIBA 33, Pascal est aussi membre de la cellule communication de la FMBB. Il est apprécié par ses pairs par « son charisme, son contact fort, atypique, étonnant ». « C’est un mec bien, droit, rigoureux », dixit Riana Randrianarisoa, son camarade de toujours.

Polyvalent. Eternel insatisfait, Pascal poursuit toujours ses études. Après ses études à l’Institut Supérieur de Technologie d’Antananarivo (IST-T) avec le diplôme de DTS option logistique et transport en 2003, Pascal suit actuellement sa deuxième année de Master à l’Ecole Nationale Supérieure (ENS) à Fianarantsoa. Il est à signaler que Pascal est titulaire de tous les diplômes de baccalauréat (A1, A2, C et D). « Il faut que la relève prenne le relais actuellement. Les jeunes ne sont plus l’avenir mais le présent », a-t-il fait savoir. Pour résumer, Pascal a débuté à la base au sein du « Fokontany » pour arriver dans le système fédéral. « Moi j’aime aider les autres, c’est la raison pour laquelle j’ai créé l’association MAMITA ou Malagasy Mifanome Tanana. Une association qui incite les jeunes dans la préservation de l’environnement, dans la promotion sociale et l’entraide », a-t-il continué. Engagé comme il est, Pascal se lance en politique. Il est membre fondateur du Mouvement Politique ou « Jery Lavitra ho an’i Madagasikara » (JLM).

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara191 partages

Réunion à huis clos des sénateurs HVM : Un remaniement du Bureau permanent en vue

Les sénateurs HVM tiendront une réunion à huis clos ce jour.

De son côté, le président du Sénat préfère ne pas se prononcer « pour éviter les polémiques ».

C’est confirmé. La nomination de Rivo Rakotovao au Sénat est une manœuvre politique et une stratégie élaborée par le parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » pour s’assurer un second mandat lors de l’élection présidentielle de 2018. Actuellement en déplacement en Italie avec le président Hery Rajaonarimampianina, le président national du HVM, interviewé par des journalistes sur place, a reconnu indirectement que cette décision rentre dans le cadre de la ligne politique du parti au pouvoir en vue des Présidentielles. Au moins, le ministre sortant de l’Agriculture et de l’Elevage fait preuve d’honnêteté intellectuelle et ne cache pas le calcul et l’objectif politique qui se trame derrière sa nomination. En tout cas, avec cette nomination au Sénat et le mini-remaniement du Gouvernement, les affaires politiques risquent de s’accélérer à une vitesse grand « V » dans les prochaines heures. Depuis hier, les leaders du parti au pouvoir multiplient les réunions. Hier après-midi, des parlementaires et des barons du HVM se sont donnés rendez-vous au Quartier général du parti à Antanimena. Aucune information n’a filtré de cette rencontre qui semble avoir été organisée en catimini.

Crise interne. Ce matin vers 11 heures, les sénateurs membres du Groupe parlementaire HVM vont tenir une réunion au Palais de Verre d’Anosikely. Une réunion qui se tiendra à huis clos selon une source proche de la Chambre haute. Pour l’heure, l’ordre du jour de cette rencontre n’a pas été dévoilé. Notre source s’est défendue de répondre si la destitution de l’actuel président du Sénat Honoré Rakotomanana sera évoquée ou non au cours de cette réunion. Selon ses dires, « pour le moment, le HVM ne prépare aucun projet de destitution contre qui que ce soit car une telle démarche pourrait être considérée comme une crise interne au sein du parti. D’autant plus qu’il ne faut pas oublier que c’est nous, les sénateurs HVM, qui avions voté l’actuel Bureau permanent dirigé par Honoré Rakotomanana ». Notre source a toutefois reconnu que durant la première session ordinaire du Parlement, des élus HVM avaient déjà concocté la destitution de l’ancien Juge international. La question est aussi de savoir pourquoi l’ordre du jour de la réunion à huis clos des sénateurs membres du Groupe parlementaire HVM prévue se dérouler ce jour est tenu secret ?

Silence. De son côté, le président Honoré Rakotomanana préfère ne pas se prononcer sur cette affaire. « Je n’ai aucune réaction à faire », a-t-il soutenu. Apparemment, le numéro Un de la Chambre haute est très remonté contre les organes de presse qui ont annoncé que la nomination du président national du parti HVM Rivo Rakotovao au Sénat tend vers sa destitution. « Je ne peux rien dire, je ne veux pas polémiquer là-dessus. Je ne peux que garder le silence car le silence est d’or », a-t-il réagi. En tout cas, Rivo Rakotovao, nouveau Sénateur pressenti président du Sénat, est attendu au Palais de Verre d’Anosikely ce jour car la délégation malgache dirigée par le président Hery Rajaonarimampianina a quitté Rome hier après-midi. A l’allure où vont les choses, un remaniement du Bureau permanent de la Chambre haute est inévitable. Outre le poste de président, les sénateurs doivent également élire un Vice-président venant de la Province de Mahajanga, pour remplacer Ahmad Ahmad élu président de la Confédération Africaine de Football. Avec la nomination de Rivo Rakotovao, certains observateurs se demandent comment se fait-il qu’un sénateur majungais soit remplacé par un natif de la Région Alaotra Mangoro.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara145 partages

Paris : Le TIM et le HVM à la conquête de la diaspora

Le TIM et le HVM sont actuellement préoccupés par la recherche des fonds de campagne pour 2018.

La diaspora malgache en France reçoit depuis hier les délégations de ces deux grandes formations politiques.

A un an de la prochaine présidentielle, la conquête de l’électorat se poursuit à Paris pour le TIM et le HVM. Hier et comme il a été annoncé depuis quelques jours, le président national du parti au pouvoir Rivo Rakotovao, qui a fait partie de la délégation du président de la République à Rome (Italie) et qui vient d’être nommé sénateur de Madagascar en remplacement d’Ahmad (élu président de la CAF), a souhaité rencontrer les sympathisants du HVM durant son escale dans la Capitale française. Ce qui a été fait hier au Campanile Kremlin-Bicêtre, Porte d’Italie. L’occasion a été offerte à l’ex-ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage de discuter avec la diaspora malgache de France de l’évolution de la situation politique, économique et sociale dans le pays. Dimanche prochain, ce sera au tour du TIM d’organiser une rencontre à Paris avec ses sympathisants et ses militants locaux. Le président national du parti Marc Ravalomanana y est attendu. Cette rencontre qui se tiendra à partir de 10h du matin aux Ets Saint-Charles 2, Rue G. Anthonios de Gaulle, 91205 Athis-Mons, s’inscrit dans le cadre de la célébration du 15e anniversaire du « Tiako I Madagasikara ».

Droit de vote. Malgré ces opérations de charme politiques menées à l’extérieur du territoire national, la diaspora malgache n’a pas encore le droit de vote. Elle ne peut pas participer sur sa terre d ‘accueil aux élections générales organisées à Madagascar. Cette question de droit de vote pour les Malgaches résidant à l’étranger sera certainement évoquée durant le forum de la diaspora qui aura lieu du 26 au 28 octobre prochain à Antananarivo. Ce forum a pour ambition de mobiliser la diaspora malgache à participer au développement du pays, mais comment peut-elle le faire sans pouvoir exprimer son choix politique lors d’une consultation populaire et élire qui elle veut pour diriger son pays ? En tout cas, les rencontres politiques de Paris s’inscrivent toutes dans le cadre des préparatifs de l’élection présidentielle de 2018 dans la mesure où la diaspora pourrait contribuer à la recherche des financements de campagne. Bref, tous les moyens sont bons. Le TIM et le HVM auront d’ailleurs leurs candidats en 2018. Marc Ravalomanana a déjà officialisé sa candidature et Hery Rajaonarimampianina n’a jamais déclaré qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession.

EugènePartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara134 partages

ALAOTRA MANGORO : Vaky ny lalana mampitohy an’Analanjirofo sy Alaotra Mangoro

Diabe namakivaky tendrombohitra sy lohasaha  tamin’ny alalan’ny moto cross sy Quad  no nataon’ny loholon’i Madagasikara Atoa Rabenony Andrianirina niaraka tamin’ny ben’ny tanana avy any Ambohimandroso Amparafaravola,  ny olon-tsotra, ny mpitandro ny filaminana, ny mpasam-panjakana,   izay nahatratra tany amin’ny olona 15 tany ho any, ny faha-13 oktobra 2017 lasa teo, hihazo an’Analanjirofo . Raha lalan-kely fandehanana an-tongotra no nisy teo aloha dia nanolotra vola ho an’ny fokonolona ny loholon’i Madagasikara hanaovana asa tana-maro hanamboarana ny lalana mba ho azon’ny moto sy ny kibota haleha, mba  hamoahana ny vokatra. Raha niainga tamin’ny 11 sy 30 minitra tao Tanandava  Imerimandroso ny delegasionina dia tany amin’ny 7 ora sy sasany tany ho any no niditra ny kaominina Sahatavy, Distrikan’i Vavatenina. Vahoaka marobe hatrany no nitsena teny amin’ny lalana sy ny tanana nandalovana noho ny fahavakisan’ity lalana ity,  nisaotra ny loholon’i Madagasikara.N anambara ny ben’ny tananan’i Sahatavy  fa faly izy ireo ary nisaotra ny loholona Atoa Rabenony Andrianirina amin’izao ezaka goavana nataony izao, satria afaka mifamezivezy ny vahoaka eo amin’ny famoahana ny vokatra ary hisy ny fampandrosoana isaky ny kaominina. Mbola manano sarotra  anefa ny fampiasana ny lalana noho ny fisian’ny fiakarana  mideza  sy ny orana  mirotsaka any anaty ala  ary  ny lavadavaka  noho ny tsy fahaizan’ny fokonolona nanamboatra ny lalana. Eo ihany koa ny mbola tsy fisian’ny tetezana amin’ireo rano sasany ka manahirana ny fiampitana aminy raha fahavaratra. Azo atao  tsara  anefa ny manatsara izany,  hoy ny fanazavana, raha misy ny hoenti-manana  sy ny firaisan-kinan’ny rehetra.

Janus R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara110 partages

Cache-bouche : Impopulaire, mais utile

La peste a longtemps été considérée dans la représentation collective comme étant la maladie de la pauvreté. Avec les 805 cas « officiels » de peste -notamment pulmonaire- qui frappe Madagascar de plein fouet, ce postulat n’est plus valable.

La peste pulmonaire ne s’embarrasse pas de classes sociales, nantis, modestes, ou nécessiteux. La meilleure chose à faire, ou le moins que l’on puisse faire, c’est de se protéger, dans la mesure du possible. Le port du cache-bouche, au moins dans les zones risquées, fait partie des gestes sûrs à adopter selon les médecins. Il vaut mieux prévenir que guérir, sans pour autant tendre vers la panique ou la psychose qui ne sont d’aucune utilité.

Avis scientifique. Un médecin de l’AMIT explique : « Le port de cache-bouche est vraiment recommandé dans les zones à risque et confinées où règne la promiscuité ; tels que les bus, les marchés, les boîtes de nuit et autres lieux de rassemblement. Sont également considérées comme zones à risque les lieux où des cas de peste ont été déclarés ou suspectés, car personne n’est réellement à l’abri de la peste pulmonaire, même en respectant la distance requise de deux mètres. Le masque s’utilise pour six heures au maximum et se change ensuite.»

Dans la pratique. Bien que son utilité soit clamée par les scientifiques, le cache-bouche ne fait pourtant pas l’unanimité du côté de la population, du moins jusqu’à maintenant. Le coût relativement élevé du paquet, 35 000 ariary, n’en est qu’une raison partielle. Ceux qui portent ces masques au quotidien s’exposent aux railleries de ceux qui restent pour le moment insouciants ou « inconscients » des risques qu’ils encourent. Il est vrai que ces masques ne sont ni esthétiques, ni pratiques, encore moins confortables ; mais on n’est jamais trop prudent. Un peu de gêne pour plus de sérénité, ou un laisser-aller relatif qui peut être fatal, le choix revient à tout un chacun.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara106 partages

Slam national : L’édition 2017, en marche !

Qui succèdera à Tagman au titre de champion national de slam pour cette année ?

Il reste deux mois avant le grand rendez-vous annuel des slameurs. Le slam national, c’est en effet du 02 au 09 décembre. En attendant, place aux sélections dans tout Madagascar.

Qui succèdera à Tagman ? L’association Madagaslam prépare déjà les éditions 2017 pour dénicher celui ou celle qui portera le titre de champion national et représentera Madagascar au championnat mondial ? La réponse sera pour le 9 décembre. Pour l’instant, les organisateurs s’attèlent à dénicher les perles rares qui méritent d’être sur le devant de la scène. L’année dernière, le slam national a dévoilé des jeunes slameurs, aussi excellents les uns que les autres. Des slameurs venus des quatre coins de l’île, réunis pour et par l’amour de l’art et de la poésie. Cette année encore, on s’attend à une édition aussi exceptionnelle et inédite que la précédente. Les candidats, on l’espère, seront aussi audacieux et créatifs. Du 2 au 9 décembre, on verra donc les meilleurs sur scène.

Sélection. Les slameurs dans la Capitale passeront les tests de sélection le 4 novembre à la l’IFM Analakely. Commençant une nouvelle page de son histoire, car ayant passé le cap des dix ans, Madagaslam, compte porter encore plus haut le flambeau et élever le niveau. Cette association visant à rassembler et fédérer tous les slameurs de Madagascar projette d’organiser et de mettre encore plus en avant des évènements inédits, qui accrochent surtout les jeunes. En attendant que le slam national reprenne ses quartiers dans la Capitale, du 2 au 9 décembre, place aux sélections. Tana ouvre le bal ce 4 novembre. Diégo, Antsirabe, Majunga, Fianarantsoa, Tamatave, Tuléar et Fort-Dauphin suivront.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza103 partages

Ady amin’ny PestaNiditra an-tsehatra ny Frantsay

Mbola mandravarava ny pesta, ary miitatra amina sehatra maro samihafa eto amin’ny firenena. Toa ny antontan’isa no voafehy, fa tsy ny pesta. Efa ny sehatra iraisam-pirenena no mandray an-tànana ny zava-misy.

Maro ireo teratany Frantsay eto Madagasikara, ary isan’ny firenena efa nampitandrina mafy ny terataniny ho fiarovana azy ireo ny fanjakana Frantsay.  Ankehitriny dia nandefa ekipa mpitsabo handray anjara amin’ny fametrahana SAMU (Service d’Aide Médicale Urgente) hiandraikitra ny pesta eto Antananarivo i Frantsa Ho valin’ny fangatahana fanampiana avy amin’ny manam-pahefana Malagasy hametraka « Samu pesta » eto Antananarivo, noho ny traikefa hananany dia mandefa ekipa eto Madagasikara i Frantsa, handray anjara amin’ny famoronana ity sampana vaovao ity. Manao vonjy taitra amin’ny famonjena marary sy afaka mandray an-tànana azy vonjy maika no asan’io sampan-draharaha io any Frantsa. Ny ambasady frantsay eto Antananarivo dia nandefa fiangaviana tamin’ny sampan-draharaha ny krizy sy ny fanohanana (CDCS) eo anivon’ny Minisitera frantsay miandraikitra ny Eoropa sy ny Raharaham-bahiny izay nandinika tsy misy hatak’andro ny fangatahan’i Madagasikara ary nihetsika avy hatrany mba hanoherana ny valan’aretina amin’ny fomba mahomby indrindra. Ny ekipa ahitana ny Dr. Yves Poncelin Ny Raucourt sy Dr. Alban Forel, mpitsabo vonjy taitra, miaraka amin’ny Ramatoa Thérèse Darmedru, mpitsabo mpanampy (infirmière) amin’ny fanatoranana-famelomana , dia hiasa eo ambany fitantanana mivantana ny Ministeran’ny Fahasalamana eto Madagasikara mba hamorona rafitra karazan’ny SAMU . Tena ilaina ho an’ny kalitao sy ny fahombiazan’ny fanoherana eto an-drenivohitra ary manan-danja mba hampitsaharana ny fielezan’ny valan’aretina ity rafitra ity satria dia afahana mandray an-tanana amin’ny fomba haingana kokoa sy mirafitra ny tranga mampiahiahy sy ny fanakanana ny fihanaky ny aretina. Ny tanjona amin’ny fametrahana ny "Samu Pesta" dia ny hanome endrika mirindra an’ireo fepetra rehetra amin’ny ankapobeny efa noraisin’ny manam-pahefana Malagasy tompon’andraikitra eto Madagasikara, anisan’izany ny fisian’ny laharana an-taromby tokana vaovao "910 pesta vonjy taitra" sy ny fandrindrana eto Antananarivo ataon’ny Ministera Malagasy ny fahasalamana amin’ireo toeram-pitsaboana azo afindra miiasa 6 (fiara mpamonjy voina) mba handray an-tanana ny tranga mampiahiahy. Hihaona amin’ny Masoivohon’i Frantsa eto Madagasikara, Ramatoa Véronique Vouland-Aneini io ekipa io rahampitso 20 oktobra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza95 partages

Manjaka ny dahalo any Amparafaravola Miafina any an’ala ny mponina

Raha mbola variana amin’ny ady amin’ny pesta sy ny kajikajy politika eny anivon’ny antenimierandoholona sy ny antenimierampirenena ny eto an-drenivohitra dia miaina ao anatin’ny tebiteby sy ny fitaintainana lava ny Malagasy maro any ambanivolo sy ny faritra maro samihafa.

Tafiditra ao anatin’izany ny any amin’ny distrikan’Amparafaravola any amin’ny faritr’Alaotra.Re mantsy fa efa ho tapa-bolana tsy an-kijanona izao no nisy hatrany ny fanafihan-dahalo ao an-toerana na dia misy aza ny ezaka ataon’ny mpitandro ny filaminana; tsy vitan’ny mangalatra omby fotsiny ireto dahalo ireto fa maka izay zavatra hitany ao an-tanàna na kojakoja io na vola ary midaroka sy mamono ihany koa.Mazava ho azy mirongo basy izy  ireo.Tsy mahatohitra azy ireo ny mponina koa maro no efa mitsoaka ary miafina any anaty ala; efa tena tsy fiainana intsony no misy aty hoy ny mponina sasany satria mitaintaina sy matahotra maraina mandra-paharivan’ny andro, ny amin’ny alina moa dia efa tsy hay intsony.Miezaka manao izay tratrany ihany , raha araka ny fampitam-baovao voaray ireo mpitandro filamiana saingy manjaka aloha ny dahalo satria maro an’isa ary hita hoe manana paikadim-panafihana mazava, tsy ampy olona sy fitaovana ihany koa ny mpitandro filaminana ao Amparafaravola ka sahirana tahaka ny mponina ihany koa.Manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana isan-tsokajiny noho izany ireto mponina ao amin’ny distrikan’Amparafaravola ireto fa efa tena mafy loatra ny manjo azy ireo noho ny asan-dahalo.Ary tsy misalasala intsony ireo dahalo miakatra an-tanàna amin’ny fotoana rehetra tian’izy ireo hahatongavana.

RTT

 

Midi Madagasikara86 partages

Huiles essentielles : Le Cluster CHESE en quête de marché au salon Cosmetic 360 à Paris

Les producteurs d’huiles essentielles de Madagascar sont à la recherche de débouchées en Europe.

Madagascar est représenté par le cluster CHESE au salon Cosmetic 360 qui a lieu à Paris, les 18 et 19 octobre 2017. A cette occasion, l’organisation signera un accord de partenariat avec le cluster français Cosmetic Valley.

 

L’innovation est le thème de la troisième édition du salon international Cosmetic 360, organisé par Cosmetic Valley. Avec l’appui du programme d’Appui à l’Emploi et à l’Intégration régionale PROCOM, un programme de l’Union européenne pour la promotion du secteur privé malgache. Le Cluster CHESE (Cluster Huiles Essentielles du Sud-Est) participera à cet événement. Une délégation malgache conduite par la présidente du Cluster CHESE, Lysiane Tang, accompagnée de Aina Rakotoarivelo, ingénieur agronome et animateur du Cluster, et d’un président de coopérative d’épices Jules Rasolonarivo, est donc présente au rendez-vous. A noter que le CHESE est basé à Manakara, dans la province de Vatovavy Fitovinany. Créé en janvier 2015 avec l’appui de l’International Trade Board of Madgagascar (ITBM), financé par l’AFD, il regroupe actuellement tous les acteurs de la chaîne de valeur des huiles essentielles, huiles végétales et épices.

Exportations. Dans le cadre d’une recherche de nouveaux débouchés, le Cluster CHESE a approché le Cluster Cosmetic Valley, premier réseau mondial de la parfumerie cosmétique pour développer un partenariat. Créé à Chartres, France, en 1994 à l’initiative de Jean Paul Guerlain, Cosmetic Valley a été labellisé pôle de compétitivité par l’Etat français en 2005. Pour ses promoteurs, le rôle du réseau Cosmetic Valley est d’aider les industriels de la filière de la parfumerie cosmétique aux travers du développement commercial (mise en réseau, accompagnement à l’export des PME) et de l’amélioration de leur compétitivité (montage de projets de recherche et d’innovation). Le Cluster CHESE entend appuyer les filières de Madagascar intéressées par le domaine de la cosmétique à travers une convention de partenariat avec Cosmetic Valley et y associer les Universités malgaches et le CNARP, Centre National d’Application de Recherches Pharmaceutiques dans toutes les démarches de la recherche scientifique. Dans le secteur de la cosmétique, Madagascar a sa place parmi les cinq premiers pays disposant de biodiversité et de richesses en plantes endémiques avec plus de 11 000 espèces recensées dont les applications en matière de cosmétique doivent être découvertes et appliquées.

 

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada64 partages

Mode : une grande première réussie pour Sih Rakout

Pour la première fois, la styliste Sih Rakout a présenté au grand public sa nouvelle collection baptisée «Ala», à Toamasina, le 7 octobre dernier. Le défilé a connu un franc succès. Actuellement de passage dans la capitale, elle nous a livré une interview sur sa passion.

*Les Nouvelles : depuis quand exercez-vous ce métier ?

– Sih Rakout : Le stylisme m’a toujours passionnée. Avant, je travaillais au sein d’une grande société à Toamasina. Cependant, en 2014,  j’ai carrément décidé d’arrêter pour me concentrer davantage sur ma passion. J’ai ainsi initié des recherches, des approfondissements durant quelques années. Et j’ai enfin décidé de lancer ma carrière en créant cette collection Eté – Hiver 2018 et ce, depuis l’année dernière. Et c’est ainsi qu’a eu lieu cette soirée de présentation au grand public. « Ala » recèle donc 110 pièces et j’ai aussi proposé un défilé d’exposition avec 15 modèles. Cette collection a été réservée aux femmes, je me tournerai vers les hommes bientôt.

* Les Nouvelles : Pourquoi avez-vous choisi le thème « Ala » ?

– En fait, la vie sociale m’inspire. Les évènements qui se passent au pays me touchent, qu’ils soient politiques, sociaux ou encore économiques. Ainsi, je les interprète à travers mes dessins et mes créations. J’utilise des matières,  des tissus variés et des couleurs spéciales pour m’exprimer. Par exemple, le jaune représentera le soleil, le bleu l’eau, le vert les arbres. On y retrouve même le bois de rose qui est une couleur classe mais rarement utilisée. Pour cette première collection, la nature et l’environnement ont été mis en avant et c’est pour cette raison qu’elle a été baptisée « Ala » ou « Forêt ».

* Pensez-vous présenter votre première collection dans la capitale ?

– Oui, mais pas pour le moment. Organiser un défilé de mode demande beaucoup de temps et d’investissement, entre autres, pour la salle, les mannequins, les maquilleurs, la décoration… Je pense plutôt présenter cette collection au public tananarivien l’année prochaine.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara64 partages

TAEKWONDO : Vers un constat de défaillance de l’ancienne fédération ?

Président absent, vice président absent, l’ancienne Fédération malgache de taekwondo est entrée dans une impasse après la situation héritée de deux années de mandat de son ancien président Andry Ramanantsialonina. En effet, celui-ci a démis de leurs fonctions les membres de son bureau exécutif. Récemment, il a nommé le DTN Rivo pour le représenter, et cette « fédération » pense organiser un championnat national pour les 2 et 3 décembre prochains. Toutefois, cette nomination du DTN Rivo n’a pas grand sens quand on sait que le DTN ne supplée pas au président. Peut-on ainsi considérer la nomination comme « acte indirect de défaillance ? »

Quoi qu’il en soit, au finish, on a deux saisons de quasi-inactivité de la Fédération de Taekwondo et l’ombre des sanctions internationales qui plane sur la discipline du fait de cette défaillance. Boto Lamina, travaillant avec les ligues a annoncé une A.G. extraordinaire et hier encore, il a parlé de la reprise des activités. Ainsi, un open de Madagascar est prévu ce 18 novembre. Mais la situation de la « nouvelle fédération » est encore ambigüe et attend d’être validée (ou non par le ministère des sports).

En attendant, le ministère des sports est actuellement en train de travailler de pair avec les férus de cette discipline pour trouver des solutions idoines. Comme le disent les leaders actuels du taekwondo « le Taekwondo appartient avant tout aux pratiquants »

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada61 partages

Démarche cluster TIC : de nombreux projets sur les rails

Le projet «Démarche Cluster Tic» arrive presque à terme et les actions entreprises dans ce cadre se concrétisent peu à peu. Echanges d’étudiants entre écoles, développement de l’e-learning, développement d’application pour le grand public… Ce sont, entre autres, des projets que les initiateurs essayent de mettre sur les rails.

Hier, à la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA), le Groupement des opérateurs de la technologie de l’information et de la communication (Goticom) a tenu une réunion de restitution des deux missions régionales qu’il a effectuées à l’île Maurice, en septembre, et à La Réunion, au début de ce mois d’octobre, et ce, dans le cadre de projet «Démarche Cluster Tic».

«A l’issue de ces missions, nous avons signé un protocole d’accord avec l’île Maurice pour que les entreprises malgaches travaillent mutuellement afin de conquérir d’autres marchés étrangers. Nous avons aussi décidé de collaborer dans les échanges d’étudiants avec La Réunion pour renforcer les liens entre les deux îles », a rapporté Jean-Luc Rajaona, président du Goticom. «Nous avons en outre convenu de développer le e-learning vu que Madagascar a beaucoup à apprendre dans ce domaine. L’on sait que Madagascar est très vaste et où les déplacements sont assez difficiles et le e-learning devrait permettre aux populations très éloignées d’accéder à tous les niveaux de formation, notamment la formation supérieure », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, les membres du Goticom sont actuellement sur le point de développer une application Taxi qui va permettre de réserver un taxi avec un smartphone. «C’est une application très intuitive. Nous allons tout d’abord approcher les taxis et les opérateurs téléphoniques afin d’ouvrir une bande passante gratuite devant permettre une utilisation intensive de l’application», a noté Jean Luc Rajaona.

Une question de volonté

Toutefois, c’est à l’unanimité que les membres du Goticom affirment qu’il faut une très forte volonté politique pour investir dans la formation. Son président a cité, par exemple, le cas de l’université du Sénégal qui offre gratuitement des ordinateurs et une connexion internet gratuite aux étudiants pour les aider dans les cours. «Je pense que cela peut s’appliquer directement à Madagascar à partir du moment où le gouvernement décide de s’y engager», a-t-il évoqué.

A noter que le (Goticom) met en œuvre l’action «Démarche Cluster Tic» avec le Programme d’appui à l’emploi et à l’intégration régionale (Procom) de l’Union européenne. Le projet est mis en œuvre depuis février jusqu’à décembre prochain avec a priori quatre entreprises membres du cluster dans l’adoption de la Démarche Cluster d’entreprise.

La «Démarche Cluster Tic » se veut donc être un moteur de mutualisation des ressources et des compétences des entreprises locales pour des projets à grande valeur ajoutée destinés aux acteurs du numérique dans le pays. Ainsi, ces derniers pourront jouir d’une facilité d’accès quant à la conquête du marché régional de l’océan Indien, voire au niveau international.

Arh.

News Mada61 partages

Taekwondo WT : la balle est dans le camp du MJS

Aucune activité tangible depuis deux ans. Un président de fédération et son second disparus de la circulation. Et voilà que les ligues régionales reconnues par la Fédération malgache de taekwondo (FMTD) ont décidé de faire bouger les lignes.

Après une lettre envoyée au seul membre de l’ancien bureau exécutif encore présent à Madagascar, pour la convocation d’une Assemblée générale extraordinaire, le 16 septembre dernier, cinq ligues sur les 9 existantes ont pris le taureau par les cornes en élisant les nouveaux membres du bureau exécutif en lieu et place des anciens, avec aux commandes, Lamina Boto Tsara Dia.

Toutefois, les nouveaux dirigeants de la fédération attendent la validation et le certificat de conformité émanant du ministère de la Jeunesse et des sports pour pouvoir prendre leurs fonctions. «Nous attendons à ce que le ministère de la Jeunesse et des sports prenne ses responsabilités après que les ligues ont pris les miennes», a déclaré le nouveau président élu à la tête de la FMTD.

«Le taekwondo est entre de bonnes mains actuellement après deux années de traversée du désert. De plus, nous avons un plan d’activités déjà prêt, en vue de redorer le blason de la discipline fortement écorné par la mauvaise gestion de nos prédécesseurs», a-t-il poursuivi.

En tout cas, homme de loi comme il est, Lamina Boto Tsara Dia entend agir dans le respect des textes qui régissent le sport malgache en général et ceux du taekwondo en particulier. Le MJS et le comité olympique malgache sont avertis.

Naisa

 

Midi Madagasikara57 partages

Ambatondrazaka : Trano miisa 43 no indray hotohoton’ny afo

Tsy nisy azo noraisina avokoa ny fanaka sy ny voamaina ary ny vary sy ny vola tahiry noho ny haitrano nitranga teo akaikin’ny tsenan’Ambatondrazaka ny alin’ny faha  17 oktobra 2017 hifoha ny faha-18 Oktobra 2017 tokony ho tamin’ny 11 alina tany ho any .Trano miisa 43 tafo no indray may ary fianakaviana 173 no traboina tsy fidiny vokatry ny tsy fitandremana ,satria araka ny fantatra dia afo tao amin’ny tokantrano iray tao afovoan’ny tanana no tsy maty ,kanefa lasa nivoaka ity renim-pianakaviana ity ,ka izay no mety nahatonga ny haitrano, hoy ny fanazavan’ny manodidina . Nanano sarotra ny famonoana ny afo noho ny fisian’ny rivotra nifofofofo   sy ny tsy fisian’ny rano namonoana azy fa teny amin’ny lakandrano maloto no naka rano. Olona somary sahirana ihany koa no mipetraka ao ka mifanakaiky ireo trano  , betsaka ihany koa  ireo trano hafa nanodidina ity toerana ity saingy voavonjy  noho ny firaisan-kinan’ny mponina  ,fa ireo trano hazo sy trano zozoro no tena betsaka may .Niteraka resabe teo anivon’ny fiaraha-monina ny tsy fihetsehan’ny fiara mpamono afo izay ao amin’ny faritra  amin’izao fotoana izao. Tsy fantatra mazava ny tena hisian’ity fiara mpamonjy haintrano ao amin’ny faritra ity .Efa nidina teny amin’ny toerana nitrangan’ny haitrano ny ben’ny tanana sy ny prefen’Ambatondrazaka ny alin’ny nisehoan’ny haintrano ary hisy ny fandraisana andraikitra hatao hanampiana ireo traboina

Janus R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara51 partages

Toliara : Tsy mbola nahitana soritr’aretina pesta. Na izany aza, mihorohoro ny mponina noho ny tsaho miely

Araka ny fanazavana azo avy amin’ny tompon’andraikitra manoloana ny resabe sy ny tsaho miely mampirohoro ny mponina, hatreto aloha dia mbola tsy tafiditra ao anatin’ny faritra atahorana amin’ny fiparitahan’ny valan’aretina pesta i Toliara. Na izany aza dia nandray fepetra ireo tompon’andraikitra ka ankoatra ny fanazavana sy fanentanana momba ity aretina ity dia nisy ny fametrahana « barrière sanitaire » amin’ireo toerana fidirana sy fivoahana ny tananan’i Toliara (RN7, RN9, Seranan-tsambo, Seranam-piaramanidina). Omaly, mba hisorohana an’ity areti-mandoza ity sy ny mety ho fiparitahany dia nisy ny fandrarahana sy fanondrahana fanafody famonoana bibikely teny amin’ny oniversite Maninday. Tsiahivina fa araka ny antontan’isa farany navoakan’ny  BNGRC, ny17 oktobra tamin’ny 8ora alina, dia olona 74 no matin’ny pesta, 805 kosa ny trangan’aretina ka ny 595 amin’ireo dia pesta aretin-tratra, 210 ny pesta atodintarimo.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara50 partages

Chine-Afrique du Sud : plus de 2 milliards USD d’investissements chinois pour 18.000 logements.

Un des nombreux chantiers de CMIG Darwin en Afrique

Alors qu’à Madagascar, les grands projets chinois tardent à se réaliser, partout en Afrique, de nombreux projets d’infrastructures se développent.

C’est le cas notamment du géant chinois de la construction en préfabriqué, China Minsheng Drawin Technology Group Ltd (CMIG Drawin), qui va lancer un projet immobilier de 18 000 logements économiques dans la province de Gauteng en Afrique du Sud. Dénommé « John Dude New City », ce projet immobilier en construction préfabriquée est estimé à un coût initial de 2,45 milliards $.

Coûts abordables

Selon les responsables de CMIG Drawin, cité par l’agence Ecofin, cet investissement marque l’entrée du groupe sur le marché des logements à coûts abordables sur le Continent. Ceci, avec des solutions technologiques permettant d’améliorer le développement durable de la construction urbaine en Afrique. « Par rapport aux méthodes de construction traditionnelle, la construction préfabriquée est beaucoup plus efficace, productive et respectueuse de l’environnement. Cela est idéal pour remédier aux pénuries de logements en Afrique du Sud avec la promesse d’un raccourcissement du temps de construction », soutient le groupe chinois dans un communiqué. Par ailleurs, pour la mise en œuvre du projet « John Dude New City », CMIG Drawin a annoncé avoir signé des accords-cadres avec des filiales du groupe français de construction Vinci, pour développer conjointement l’industrie de la construction préfabriquée en Afrique du Sud.

31 projets

A noter que ce projet immobilier du groupe chinois fait partie d’un programme de 31 projets de grande envergure, mis en place par les autorités locales de la province du Gauteng. L’objectif étant d’améliorer les infrastructures et de créer des emplois pour les résidents locaux. Il convient également de relever qu’avec de grands centres urbains tels que Johannesburg, Pretoria, Soweto, Cullinan et Magaliesburg, la province du Gauteng est considérée comme la locomotive commerciale, industrielle et touristique de l’Afrique du Sud. Bien qu’étant une petite province avec 18 000 km², elle est cependant la plus riche avec une contribution d’environ 40 % au PIB du pays. A quand ce genre de projets de développement à Madagascar.

Recueillis par R.Edmond

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune43 partages

Épidémie de peste : quel impact sur l’économie malgache ?

Chaque année, plusieurs personnes sont atteintes par la peste à Madagascar qui fait partie des pays dans lesquels il y a le plus de cas humains (Institut Pasteur de Madagascar). Il y a 400 cas par an en moyenne dans la Grande Île, entre 2010 et 2015, selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le pays a du mal à lutter contre l’épidémie de peste à cause des capacités de santé publique très limitées, de l’insalubrité et plus généralement de la pauvreté.

Cette année, le nombre de personnes touchées par la peste sera particulièrement élevé. Du 01/08/2017 au 12/10/2017, le nombre de cas notifiés au sein du Laboratoire Central Peste (LCP) a déjà atteint 525 selon la Synthèse des résultats biologiques « Peste » de l’Institut Pasteur de Madagascar. La peste a d’ailleurs déjà causé plus de 50 décès durant cette période.

Cette crise sanitaire pourrait également avoir des conséquences majeures sur le plan économique. Après les crises politiques, l’économie malgache doit subir les effets d’une crise sanitaire. Il est difficile d’évaluer et surtout de prédire les impacts de la crise sur le plan macroéconomique, mais les séquelles pourraient être importantes.

Concrètement, plusieurs secteurs souffrent (transport, restauration, tourisme, loisirs et évènementiel), d’une baisse drastique du volume d’activités. Par exemple, la fermeture des écoles et la baisse de la fréquentation des lieux de culte engendrent une diminution des clients des entreprises de transport urbain. L’épidémie alimente également une augmentation des prix de quelques produits, notamment dans le secteur de la santé (médicaments, masques, etc.), rendant ainsi encore plus difficile l’accès à d’autres biens et services.

Par contre, certains acteurs liés en particulier au secteur de la santé travaillent davantage (centres de santé, pharmacies) voient leurs chiffres d’affaires augmenter. La panique face à l’épidémie de peste a déclenché, par exemple, une ruée vers les pharmacies ou points de vente de masques et de médicaments (Cotrim).

Toutefois, une chose est sûre : une crise sanitaire de cette ampleur a inévitablement de lourdes conséquences économiques. Les dommages pour l’économie sont amplifiés par la faiblesse du niveau d’instruction de la population et le problème de communication. C’est notamment le cas de la forte hausse de la consommation/demande de produits pharmaceutiques déclenchée essentiellement par des rumeurs.

Face à l’augmentation du nombre de victimes et à l’ampleur des impacts macroéconomiques, des organisations non gouvernementales telles que l’OMS et la Croix-Rouge interviennent pour aider les autorités malgaches.

L’épidémie de peste révèle enfin le rôle majeur des décisions politiques dans un pays. Elles peuvent avoir des conséquences macroéconomiques bien plus importantes que celles induites par les crises sanitaires, financières ou politiques.

Andrianasy Angelo DJISTERAMaître de conférences en sciences économiquesUniversité de Toamasina

Tia Tanindranaza42 partages

Kaominina AntananarivoHanatsara fa tsy hamotika ny “taxi”

Nihaona tao amin’ny Lapan’ny Tanàna Analakely omaly ny mpanao asa fitaterana amin’ny alalan’ny fiara karetsaka na “taxi” eto an-drenivohitra izay nahitana ny tompona fiara sy mpamily andaniny, ary ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA), notarihin’ny Ben’ny Tanàna Lalao Ravalomanana ankilany.

Nafana ny fihaonana, kanefa tao anatin’ny fifanajana tanteraka. Tsy nisy ny notampenam-bava rahateo fa samy afaka naneho ny heviny sy nanontany izay tsy mazava amin’ity resaka fiarakaretsaka ity ireo mpisehatra. Izay rahateo no tanjon’ny CUA, dia ny tsy haha tompon-trano mihono ireo mpitatitra. Nohamafisin’ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana, fa fitadiavana ny tombontsoan’ny “taxi” no anton’ny fihaonana. Tsy misy ary tsy hisy, hoy izy ny fanilihana ireo “taxi” efa miasa, fa ny fanatsarana no atao ao anatin’ny fanarahan-dalàna. Ny mitady asa aza amin’izao tena manahirana ka ny olona efa manana asa toy ny tompona “taxi” sy ny mpamily indray ve no hopotehana ny asany? Tsy hanao izany velively ny kaominina, hoy ny Ben’ny tanàna. Nosoritany fa ny tanjon’ny tanàna, dia ny hananana mpitatitra matihanina sy ara-dalàna, manana fitaovam-pitaterana mahafa-po sy miantoka ny filaminan-tsain’ny mpanjifa, fitaterana lavitry ny loza. Noho izany, manohana sy manampy ary mitsinjo mandrakariva ireo mpitatitra matihanina sy ara-dalàna ny CUA na fiarakaretsaka io, na taksibe, na fiara mpitatitra entana, ka mahaloa ara-dalàna ny hetra sy manana antontan-taratasy ilaina amin’ny fitaterana.

FANATSARANA FA TSY FAMOTEHANA

Manampy ny mpitatitra hanafoana ireo mpangalatra misehatra amin’ny asa fitateram-bahoaka (clandestins) mamono ny mpitatitra matihanina sy ara-dalàna ny CUA. Resaka diso sy tsy marina ny naely, toy ny hoe: teboka104 no takiana, izay tsy misy sady diso tanteraka. Ny “elimination” na fanilihana ny 2CV sy ny 4L, na fiara antitra, fanafaran’ny CUA Fiara avy any ivelany,  fampiakarana ny saran’ny fitsirihana (droit de contre visite),... Ny saram-pitsirihana teo Antsakaviro ihany no hampiharin’ny OMAVET eny Nanisana. Haingana sy tsara kosa ny tolotra satria ampy fitaovana ny OMAVET. Mbola azo hifampidinihana sy hifanakalozan-kevitra ny bokin’andraikitra (cahier de charges) mifehy ny fampiharana ara-teknika sy ara-tsosialy ny fifanarahana rehetra misy ankehitriny, hoy kosa ny CUA. Hisy ny karatra tsy azo atao hosoka (carte magnétique infalsifiable) homena ireo mahavita ny “visite de conformité” hijerena ny lentan’ny fiara, ary mijanona ho isaky ny efa-bolana ihany no anaovana izany. Miisa 7800 fiarakaretsaka eto an-drenivohitra. Misy ireo mpikambana ao amin’ny FTAR na ny Fikambanan’ny “Taxi” eto Antananarivo Renivohitra. Misy ny mpikambana ao amin’ny ASTAZON na ny “Association des Taxi Zone National”, misy no tsy mpikambana amin’ireo fikambanana ireo, izay samy tonga nanatrika ity fihaonambe tetsy Analakely satria tombontsoa iombonana no katsahina. Hisy kosa ny vaomiera hajoro isaky ny “secteur” miisa 33 eto Antananarivo Renivohitra, ho fanohizana sy fampiharana ny fanatsarana. Hijery ifotony eny amin’ny OMAVET mihitsy ireo vaomieran’asa hajoro ireo hahita ny lentan’ny asa. Atao ho hitan’ireo tsy maty mankasitraka kosa hoe inona no tombotsoa azo avy amin’ny OMAVET, hoy ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana. Hitohy amin’ny sabotsy 28 oktobra amin’ny 3 ora tolakandro ny fihaonambe.

Nitabataba sy nanakorontana I Clémence Raharinirina sy ny namany sasany ao amin’ny Biraon’ny FTAR nandritra ity fihaonana ity, ka niezaka ny nitarika ny olona marobe hivoaka saingy tsy nisy mpanaraka. Nibaribary ny finiavana hitsivalam-pandry tsotr’iza, fa tsy mba vonon-kiresaka ary nivandravandra ny fanaovana mersenera politika. Nilaza ny tsy hanaiky hatramin’ny farany ny fampandrosoana ataon’ny kaominina ry Clémence sy ny ekipany. Tsy adala anefa ny maro an’isa!

                                                                                                                   Toky R

 

Madagascar Tribune39 partages

Le dispositif de riposte renforcé

La communauté internationale continue de réagir à l’appel du gouvernement malgache à propos de l’épidémie de peste urbaine. Un service « Samu Peste » vient en appui au dispositif de cliniques mobiles déployées par le ministère malgache de la Santé. Le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères vient de dépêcher ce 18 octobre une autre équipe pour rendre la riposte à l’épidémie la plus efficace possible.

L’ambassadeur de France, Véronique Vouland-Aneini a recommandé le 7 octobre dernier les ressortissants français résidant à Madagascar ou de passage à une vigilance renforcée. Depuis lors, les mesures et stratégies de ripostes se multiplient. « Une équipe d’experts internationaux et de médecins ont été dépêchés à Madagascar pour venir en appui au dispositif national et une cellule de crise, à laquelle nos services participent activement, a été mise sur pied. Tous les moyens sont ainsi déployés pour combattre et endiguer cette épidémie qui ne se développe pas uniformément, qui pourrait croitre encore dans certaines zones, et nécessite des réponses graduées et actualisées  », avait déclaré l’ambassadeur de France à Madagascar. Cela n’empêche que la députée 2ème circonscription de La Réunion, à la fois conseillère régionale Huguette Bello le 12 octobre sur Franceinfo 1ère, d’insister sur la sonnette d’alarme.

Le nombre croissant des décès avérés de peste pulmonaire et son expansion dans plusieurs districts y sont sans doute pour quelque chose. Mais il faut dire aussi que la riposte mise en œuvre est conséquente. Le ministre de la Communication, Laurent Rahajason l’a fait comprendre ce 18 octobre en rendant visite aux quatre journalistes qui sont traités au Centre hospitalier anti-pesteux d’Ambohimiandra.

Outre les experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ceux de l’Institut Pasteur, le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères vient donc de dépêcher ce 18 octobre une autre équipe pour rendre la riposte à l’épidémie la plus efficace possible. Il s’agit donc de renforcer les structures de riposte en mettant en place un dispositif de type SAMU. Ce « Samu Peste » viendra en appui à la mise en service d’un nouveau numéro centralisé «  Urgence peste 910  » et la coordination à Antananarivo par le ministère malgache de la santé d’un dispositif de 6 cliniques mobiles (ambulances) pour prendre en compte les cas suspects ». L’équipe "Samu Peste » qui est composée de deux médecins urgentistes et d’une infirmière en anesthésie-réanimation, sera placée sous la gestion directe du ministère malgache de la Santé.

En tout cas, la Conseillère régionale de l’île de La Réunion a demandé à son ministre des Affaires Étrangères de « bien vouloir lui indiquer quelles mesures la France compte prendre –et/ou pourrait renforcer- pour lutter contre une maladie aussi contagieuse« . La députée de La Réunion veut aussi »savoir si des recommandations d’ordre sanitaire seront prises quant aux déplacements entre Madagascar et la France et singulièrement entre Madagascar et La Réunion voisine ».

Le classement de l’OMS qui gradue Madagascar dans la catégorie 2 ne semble pas convaincre la députée de La Réunion.

Tia Tanindranaza38 partages

Praiminisitra Solonandrasana MahafalyMahay mangala-bato be, hoy ny antoko AME

Elaela no tsy nahenoana izany antoko Miombona ezaka na AME izany teo amin’ny tontolo politika eto Madagasikara. Taorian’ny fodiamandrin’ny filohan’ny antoko teo aloha, Clement Ravalison, dia naneho hevitra omaly ny filoha vaovao, Ramilina.

Miaraka amin’ny mpanohitra  izao fitondrana izao izahay, hoy ny tenany, satria iaraha-mahita ny zava-misy. Manjaka ny tsy fandriampahalemana ary esorina amin’ny taniny ny Malagasy. Tafahoatra amin’ny fangalaram-bato ity fitondrana ity satria efa hita ho mipetrapetraka sahady ny paikady handany azy amin’ny 2018. Na ireo milaza azy ho mpanohitra aza misy mahita mankeny atsimondrano. Mba tsy hisian’ny ra mandriaka dia takianay ny mangarahara, hoy izy. Manana ny paikadinay izahay saingy misoroka ny fandatsahan-dra. Novantaniny moa ny resaka fa tanjona amin’ny famindrana toerana ny minisitry ny fambolena teo aloha, Rivo Rakotovao, ho loholona dia ny handimbiasany ny toeran’ny filohan’ny antenimierandoholona amin’izao, Honoré Rakotomanana. Mikasika ilay dinika nasionaly ho fikitihana ny lalam-panorenana kosa izay nolazain’ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana ho tontosaina ao amin’ny Carlton Anosy amin’io herinandro io dia samy zanak’i Sofia izaho sy ny Praiminisitra, hoy izy, ary mbola tsy nahita praiministra mahay mangala-bato toy io aho. Mody misafosafo izy mialohan’ny hikapohana ary tsy kisendrasendra no nametrahana azy ho minisitry ny atitany, hoy hatrany Ramilina filohan’ny antoko AME.

J. Mirija

L'express de Madagascar35 partages

Affaire AAA – Les industriels se posent en médiateurs

Au point mort. La situation de la société triple A ne rassure toujours pas. Pour arrondir les angles, une rencontre a été effectuée, hier, entre les représentants de l’État et les responsables de la société. Une rencontre aux airs de négociation qui s’est tenue à Antaninarenina, au ministère de l’Industrie, avec, comme principal médiateur, le Syndicat des industries de Madagascar (SIM). Le syndicat annonce « soutenir la cause de toutes industries malgaches aspirant à développer ce secteur dans les règles de l’art, autrement dit, dans le total respect des règles et lois ».  Freddy Rajaonera, président du SIM, explique:« notre concertation d’aujourd’hui s’est essentiellement focalisée sur la fermeture de la société AAA Antsirabe afin de trouver des terrains d’entente entre les deux parties ».Une situation stagnante qui commence à faire des vagues chez l’opinion publique et surtout les entrepreneurs et industriels du pays. À ce sujet, Tazafy Armand, ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé (MIDSP) rassure que « Le SIM et le MIDSP s’accordent déjà sur cette régularisation du secteur industriel où tous seront appelés à respecter et faire respecter les textes écrits concernant les normes industrielles ».

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar30 partages

Technologie – La promotion du numérique devient incontournable

Le concept du « numérique pour tous » prôné par le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN) est en passe de devenir incontournable. C’est à partir de ce constat que le Groupement des Opérateurs de la Technologie de l’Infor­mation et de la Communi­cation (GOTICOM)  et le Programme d’Appui à l’Emploi et à l’Intégration Régionale (PROCOM) ont mené la séance de restitution qu’ils ont effectuée hier, à la Chambre de commerce et de l’industrie d’Antana­narivo. Cette séance a résumé les activités effectuées par le partenariat entre le programme et le groupement lors des deux principales missions effectuées dans la région océan Indien. Notamment, à l’ile Maurice lors de l’évènement « elearning Africa » ou encore à l’île de la Réunion lors du forum Nxse.« Il est évident qu’il devient de plus en plus compliqué de fonctionner sans le recours au numérique. C’est pourquoi nous insistons, à présent, sur l’accès de tous à ce domaine », explique Carole Rakoton­drainibe, Chef de projet GOTICOM. Cette dernière enchaîne en mettant l’accent sur le fait que « la possibilité de création d’une silicone valley africain est possible du moment que l’on tient compte du contexte d’accessibilité de tous aux Nouvelles technologies de l’information et de communication (NTIC)». GOTICOM souhaite que le ministère des télécommunications partage et soutient, dès le début, le projet visant à créer un « Cluster TIC » dans l’océan Indien en faisant de Madagascar le focus principal.

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara29 partages

Assemblée nationale : Session suspendue

A peine ouverte avant-hier, la deuxième session ordinaire du Parlement à l’Assemblée nationale est suspendue pour quelques jours. La raison en est que les députés quittent aujourd’hui la Capitale pour rejoindre Ambilobe où ils assisteront à l’enterrement du Pr Zafy Albert. La session ne reprendra que mercredi prochain. L’adoption du premier ordre du jour de la session figure au menu ce mercredi 25 octobre. A noter qu’une forte délégation du régime HVM conduite par le président de la République sera présente samedi prochain à Ambilobe pour l’inhumation de l’ancien président.

EugènePartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara28 partages

Financement des actes terroristes : La Comesa et le Samifin appuient la Gendarmerie

Hier, des représentants du Samifin et de la Comesa ont rendu visite au secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie. Cette rencontre a pour objectif le renforcement de la collaboration entre les trois entités dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement des actes terroristes. Le représentant du Samifin a profité de l’occasion pour apporter des explications sur le projet « Plateforme numérique centralisée de diffusion et d’échange d’informations » dont la mise en place exige la participation active de plusieurs départements ministériels. Pour ce faire, la Comesa annonce  ses appuis financier, technique et matériel à l’Etat malgache.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara28 partages

Epidémie de peste : Les bénéficiaires de l’ONG / Bel avenir à Toliara, sensibilisés

La lutte contre la propagation de l’épidémie de peste concerne les localités urbaines, notamment, Antananarivo et Toamasina. Mais même les localités moins touchées par cette épidémie se mobilisent pour assurer une prévention efficace de la maladie. C’est dans ce cadre que les bénéficiaires de l’ONG Bel Avenir à Toliara ont assisté, cette semaine, au Centre d’Éducation Nutritionnelle de Tanambao, à des séances de sensibilisation sur les précautions à prendre afin de prévenir la peste. La peste étant une maladie ayant déjà créé une vague d’épidémie dans le pays, l’ONG affirme se mobiliser pour sensibiliser son personnel et ses bénéficiaires sur les précautions à prendre pour éviter la contamination. Ces séances de sensibilisation ont lieu dans tous les sites de l’ONG.

Recueillis par Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara27 partages

Hommage au Président Albert Zafy

Le professeur Rasolo André.

L’ancien Président de la République Albert Zafy, symbole de la lutte pour la justice et la liberté d’expression est reconnu par le peuple malgache comme le père de la démocratie et de la réconciliation. Modeste, intègre et intransigeant, l’homme au chapeau de paille, une fois arrivé au pouvoir a été incompris et lâché par ses compagnons de lutte. Des dysfonctions et dérives au sein de l’Assemblée Nationale ont abouti à son empêchement définitif.

De même qu’il n’a pas contesté son empêchement, il a accepté le résultat du second tour de l’élection présidentielle de 1977 malgré des manipulations de vote constatées par son entourage. Il a préféré laisser passer pour éviter des affrontements entre Malgaches et donner la chance à la paix. Le Président a payé cher son attachement au fihavanana.

A travers le Mada-raid, le Président Albert Zafy allait à la rencontre du peuple malgache dans des bleds les plus reculés. C’était sa façon de pratiquer la pédagogie de la libération. Autant sa légitimité s’enracinait auprès de la population à la base, autant celle-ci était ébranlée par la classe politique au sommet. Ces deux mondes différents réagissaient différemment par rapport à sa conception et sa pratique du pouvoir.

Contrairement à des dirigeants qui s’accrochent par tous les moyens pour jouir des avantages liés au pouvoir, le Président Zafy avait une faculté de détachement étonnante par rapport à la gloire, à l’avoir et au pouvoir.. Il a éduqué sa famille à ne pas se servir de l’Etat. Grâce à sa droiture inflexible, malgré son passage d’à peine trois ans à la tête de la République, il a pu bâtir le fondement de la réconciliation nationale.

Alors que Madagascar était en pleine crise post électorale durant le premier semestre 2002, il a pris l’initiative avec un petit groupe d’intellectuels (José Rakotomavo, Pépé Andrianomanana, Dr Joseph Randrianarisoa ) de réunir autour d’une table tous les candidats de l’élection présidentielle de 2002. Le 22 juin 2002, à l’Hôtel Panorama, ils ont tous répondu à notre appel, l’Amiral Didier Ratsiraka étant représenté par le SG de l’AREMA et le Président Marc Ravalomanana par le SG du TIM.

Lors de cette réunion, le Président Albert Zafy a lancé un vibrant appel au rétablissement urgent de la paix et du fihavanana. A la fin de la séance, il a su convaincre les candidats de signer un communiqué appelant au « cessez le feu immédiat ». Grâce à leur communiqué, le pays a pu éviter de justesse le carnage dans la pacification de la province d’Antsiranana. A partir de là, le Président Albert Zafy a structuré l’initiative du petit groupe d’intellectuels en organisation durable autour du Comité pour la Réconciliation Nationale (CRN),  afin de consolider le fihavanana notamment par l’équilibre du développement régional.

André Rasolo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada25 partages

Sarimihetsika « Tsisy mipika » : mitana anjara toerana sarotra i Dah’Mama

« Raharaha be, vao tany amin’ny fampifanarahana ny fotoana hanaovana fanodinana ny sary sy ny fotoana hiakaran’i Dah’Mama an-tsehatra », hoy ny tompon’andraikitra ao amin’ny Scoop Digital. « … Tsy maintsy nirosoana satria mila olona tena mahafehy ny anjara toerana omena azy ny sarimihetsika « Tsisy mipika », hoy hatrany ny mpanatontosa. I Dah’Mama, mpilalao fototra mitana ny anjara toeran’i Zénaïde, izay sarotra tokoa. « Noho ny fahaizany mampiaina ilay tantara, toa zary lasa olona roa samy hafa mihitsy izy. Hafa ilay eny ambony sehatra, fa hafa ihany koa ilay feo avo sy mikarantsana arahina fijery hentitra, feno fampitandremana any anaty tantara », hoy hatrany ny mpanatontosa. Renim-pianakaviana miaro ny tombontsoan’ny tokantranony izy ao anatin’ny « Tsisy mipika », sady miatrika ny dona avy any ivelany no mandamina ny savorovoro ao anatiny…

Fantatra, omaly, fa hivoaka ny 26 oktobra izao manerana ny Nosy ny DVD « Tsisy mipika » (saison I). Raha ny nambaran’ny tompon’andraikitry ny serasera ao amin’ny Scoop Digital : « toy ny mahazatra, ahitana ny ampahany amin’ny tantara mbola tsy nandeha ity DVD ity ».

HaRy Razafindrakoto

 

Midi Madagasikara24 partages

Réunion du Syndicat des taxis-ville – CUA : Aucune résolution, les rapports sont encore tendus

Débat houleux entre les membres du syndicat des taxis-ville et les responsables de la CUA à l’Hôtel de ville hier. Clémence Raharinirina et ses proches collaborateurs ont quitté les lieux en pleine séance.

Séance de débats mouvementés à Analakely hier. La réunion entre la maire de la commune urbaine d’Antananarivo et les membres du syndicat des taxis-ville a été « chaude » hier. Consacrés à la question du transfert de gestion du centre de contre-visite à la société OMAVET, les débats ont vite viré à des accusations entre les deux camps. Les responsables auprès de la CUA ont accusé la présidente du syndicat des taxis-ville « d’avoir véhiculé des rumeurs quant à l’affaire OMAVET ». Des propos que Clémence Raharinirina a qualifiés d’« attaques personnelles ». « Il y a une certaine confusion sur mon ancien statut et celui que j’exerce actuellement. On a souvent réitéré le fait que je sois journaliste alors que je ne le suis plus », a fait savoir le numéro Un du FTAR ou « Fikambanan’ny Taxi Antananarivo Renivohitra ». Cette dernière d’interpeller les responsables auprès de la commune urbaine d’Antananarivo sur « laquelle des deux parties profèrent des mensonges à la population tananarivienne et malgache en général ».

Ultimatum. La réunion d’hier entre le syndicat des taxis-ville et la maire de la Commune urbaine d’Antananarivo avec ses proches collaborateurs « était une perte de temps » pour la présidente dudit syndicat. « Aucun propos sur la résolution du problème, ni la satisfaction de nos demandes n’ont été soulevés durant la réunion. On a assisté à une séance de lavage de cerveau sur les avantages de la société OMAVET », a-t-elle rétorqué. Avant d’ajouter que « la majorité des personnes présentes durant la réunion est contre la décision sur l’OMAVET ». Profitant de l’occasion, Clémence Raharinirina a fait savoir que « le syndicat des taxis-ville maintient l’ultimatum de deux semaines ». Par ailleurs, une « manifestation plus conséquente » sera organisée dans la capitale malgache si la CUA maintient sa décision. Une chose importante a toutefois attiré l’attention des journalistes présents à l’Hôtel de Ville hier. Un certain nombre de taximen et de propriétaires de taxi est resté après le départ de la présidente du FTAR et de ses proches collaborateurs. Les discussions se sont ensuite axées sur « la reconnaissance de ces derniers quant aux efforts menés par les dirigeants de la commune dans l’amélioration du transport urbain ». Une séance de plaintes et de demandes adressées aux responsables s’en est suivie. Ce qui nous amène à la question suivante : assistons-nous au prélude d’une scission au sein du syndicat des taxis-ville d’Antananarivo ?

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara23 partages

ATSIMO ANDREFANA / Asan-dahalo sy fahasahiranana samihafa : Mitombo isa ireo ankizy tsy tafiditra an-tsekoly

Araka  ny fanazavana azo nandritra ny fanadihadiana natao dia mitombo isa amin’izao ireo ankizy tokony hianatra any an-tsekoly tsyafa-mianatra intsony ankehitriny. Antony maro no mahatonga izany, ka anisan’izany ny tsy fisiam-bola eo amin’ny ray aman-dreny hividianana fitaovana sy andoavana saram-pisoratana anarana, ka betsaka amin’ ireo ankizy tokony niditra nianatra amin’ny sekolim-panjakana amina distrika sivy any amin’ny Faritra Atsimo Andrefana, ny 3 oktobra lasa teo, no  tsy afaka miditra. Anisan’ny maha vitsy ny ankizy hamonjy sekoly ihany koa ny firongatry ny tsy fandriampahalemana, ny tsy fahampian-tsakafo, ary ny fahalaviran’ny toeram-pianarana, sns. Raha ao Toliara tampon-tanàna, araka ny nambaran’ny talen-tsekoly iray, dia misedra olana tanteraka amin’izao ireo tompona sekoly tsy miankina, satria tsy mahaleo handoavana ny karaman’ ireo mpampianatra amin’ny faran’ny volana intsony ny vola miditra , noho ny isan’ny mpianatra mihavitsy mihena am-pitoerana, saika isan’nandro, vokatry ny fitsoahana an-daharana misy noho ny tsy fananam-bola.

 Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune22 partages

Le régime jette la balle au parlement

Après maintes et maintes tergiversations, il semble que l’exécutif ne sache plus quoi faire de son projet de révision de la Constitution. Pour rappel, le Premier ministre fut le premier à déclarer publiquement la nécessité d’une révision constitutionnelle et la détermination du régime actuel de réaliser ce projet. Le président de la République a par la suite déclaré que la Constitution actuelle comportait plusieurs imperfections à corriger en vue des prochaines élections. Notamment en ce qui concerne la démission d’un président candidat à sa propre succession. Au fur et à mesure, d’autres dispositions de la Constitution ont été soulevées comme la nécessité d’ériger les fokontany en Collectivités territoriales décentralisées. Le projet en soi s’est à plusieurs reprises heurté à la réticence de la classe politique et de la société civile. D’où peut-être la machine arrière entamée par les dirigeants actuels.

Tout d’abord, rappelons que lors d’un débat organisé par la fondation Friedrich Ebert à Madagascar sur cette révision constitutionnelle, le vice-président du parti présidentiel et non moins sénateur Rachid Mohamed a déclaré que le régime n’a jamais eu l’intention d’engager une révision de la Constitution. Il a seulement émis l’idée comme quoi la Constitution devait être révisée. Cette fois, ce fut au tour du Premier ministre Olivier Mahafaly de réitérer les propos du président de la République, Hery Rajaonarimampianina, de s’en remettre à la sagesse des parlementaires par rapport à l’éventualité de retouche ou non, de la Constitution. Mais une retouche de la Constitution nécessite plusieurs phases" a-t-il toujours signifié en déclarant que « des dialogues entre les forces vives de la Nation devraient d’abord se tenir, avant toute chose ». Le régime a clairement décidé de s’en remettre au Parlement et n’engagera peut-être pas la procédure de son propre chef. D’ailleurs, la nomination de Rivo Rakotovao en tant que sénateur semble être une initiative afin d’assurer le maintien du pouvoir entre les mains du Hery Vaovao ho an’i Madagasikara dans le cas où l’article 46 ne peut être fait. Cette seconde session ordinaire du Parlement qui débute à peine pourrait réserver des surprises de taille.

Midi Madagasikara22 partages

FIVMPAMA : Une sixième antenne au niveau international

Lors de l’assemblée constitutive du bureau du FIVMPAMA à La Réunion.

La mise en place d’une telle structure permet de favoriser et de faciliter l’implication de la diaspora malgache à l’étranger au développement économique de Madagascar.

Après la France, le Canada, l’Allemagne, les Etats-Unis et les Seychelles, la Réunion vient d’abriter une branche représentant officiellement le FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy) sur son territoire. Il s’agit d’une sixième antenne de ce Groupement du Patronnat Malagasy installée au niveau international. « Ces antennes ont ainsi pour mission de conduire toutes les actions en faveur des entreprises souhaitant s’informer et investir à Madagascar par le biais du renforcement des relations entrepreneuriales entre le pays d’accueil comme La Réunion et la Grande Ile. Elles seront ainsi chargées d’organiser des rencontres entre les acteurs économiques des deux pays afin de nouer des partenariats commerciaux ou de développer les transferts de compétences et des échanges d’expériences ou bien de trouver des partenaires financiers », a expliqué Erick Rajaonary, le président du FIVMPAMA.

Visions et valeurs. Rappelons que celui-ci a déjà rencontré les membres de la diaspora malgache à La Réunion le 16 septembre 2017. A cette occasion, il a partagé les objectifs, les visions et les valeurs du groupement. De leur côté, ces membres de la diaspora ont manifesté leur volonté de s’impliquer volontairement au développement socio-économique de Madagascar. Et à l’issue de cette rencontre, des actions concrètes ont été réalisées. Il s’agit notamment de l’élection du bureau de FIVMPAMA Réunion. « L’assemblée constitutive a vu la participation d’une vingtaine d’entrepreneurs et d’opérateurs économiques opérant dans cette île voisine. Et c’est l’entrepreneur Mivan Dany qui a été élu le président de l’antenne de groupement du patronnat malgache à La Réunion », a-t-il rajouté.

Droit de vote. Force est de reconnaître que le FIVMPAMA favorise et facilite l’implication de la diaspora malgache dans le développement de Madagascar à travers la mise en place de ses branches au niveau international. Et à part ces antennes qui sont déjà opérationnelles dans six pays, ce groupement du patronat malgache a également mis en place un partenariat avec la diaspora du Bénélux (DBM) pour être représenté dans cette zone économique importante regroupant trois pays, à savoir la  Belgique, les Pays-Bas et le Luxemburg. « La diaspora malgache est prête à contribuer au développement économique de Madagascar. Par contre, elle réclame l’exercice de droit de vote aux élections qui vont se dérouler dans son pays d’origine », a conclu Erick Rajaonary.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara22 partages

Maintirano : 200 agents de l’église luthérienne formés en protection sociale

Du jeudi au vendredi dernier, la région synodale de Melaky de la FLM (Fiangonana Loteriana Malagasy) a formé 200 de ses agents (pasteurs, catéchètes, instituteurs, personnel administratif et médical, etc.) en matière de protection sociale. La formation entre dans le cadre de la convention signée par cette église et la Caisse nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS), représentée par Mme Joslina Tsaboto, coordonnatrice des délégations régionales et des antennes de la CNaPS. Celle-ci a manifesté son enthousiasme dans l’organisation de cette formation : « Depuis deux ans, j’ai envisagé de visiter l’agence de Maintirano et ce projet s’est finalement réalisé cette année. Les attributions de la CNaPS sont valables sur toute l’étendue du territoire, même dans les zones reculées comme Maintirano ». L’occasion de rappeler que la CNaPS est une institution publique chargée de réglementer la protection sociale des travailleurs par le biais d’une collaboration mutuelle et solidaire avec les entreprises. Par ailleurs, les participants ont apprécié l’annonce faite par les formateurs de la CNaPS, selon laquelle les allocations familiales et les allocations prénatales ont été revues à la hausse à hauteur de 100% pour marquer les 60 ans de réglementation de la protection sociale à Madagascar. La pension de retraite et les rentes en cas d’accident de travail ont quant à elles été revues à hauteur de 20%.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara20 partages

Entreprises : Blueline lance son nouveau département Blueline Business

Blueline Business se positionne autour de trois pôles de compétences pour accompagner les entreprises dans l’utilisation des nouvelles technologies et d’Internet.

Les stratégies IT (Information Technology) et les télécommunications constituent des éléments importants dans la gestion des entreprises modernes. Raison pour laquelle, des sociétés se spécialisent dans ces secteurs pour offrir leurs services.

Connectivité

A l’instar de Blueline qui vient de créer son département Blueline Business. Présenté hier, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à l’hôtel Le Louvre Antaninarenina, Blueline Business tourne autour de trois catégories de services. A la base, il y a les offres de connectivité qui mettent à la disposition des entreprises des connexions à très haut débit pour les entreprises de toute taille. Il s’agit d’offrir la meilleure connectivité locale, nationale et internationale et de construire le réseau privé des clients multi-sites pour les accompagner vers la convergence IP. Il y a ensuite l’intégration et l’infogérance qui consistent en une mise à disposition d’experts IT pour accompagner la transformation digitale des entreprises, héberger leurs serveurs dans le Data Center sécurisé de Blueline. Il y a enfin, les services hébergés par lesquels Blueline réalise le pilotage des systèmes d’information des entreprises, de façon pérenne et évolutive en mode Software As A Service. « Il s’agit d’une solution flexible et optimisée, avec un niveau de service irréprochable », ont déclaré les responsables de Blueline, hier.

400 entreprises

Après 20 ans d’activité à Madagascar, Blueline, confirme à travers ces nouveaux services sa volonté d’accompagner les entreprises. Selon Damien de Lamberterie Directeur Général de Blueline, plus de 400 entreprises ont fait confiance à Blueline Business. Ce sont des groupes internationaux, des grandes entreprises nationales ou encore des sociétés régionales. « Les entreprises font appel aux services et expertises de Blueline Business pour de multiples raisons. En premier lieu pour la relation humaine de proximité, et pour sa capacité à répondre très rapidement aux besoins des entreprises. Ensuite pour l’expertise de son accompagnement, avec la mise à disposition d’experts techniques, de chefs de projet IT. Et enfin pour la capacité de Blueline Business à innover et à proposer sans cesse, des solutions fiables et sécurisées qui s’adaptent à la croissance de chaque entreprise et aux besoins de ses dirigeants ».

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara19 partages

Flash Eco

*Une centrale à gaz de 44 MW pour la ville d’Antananarivo. C’est l’un des projets concoctés par Siemens. Le groupe a signé récemment un mémorandum d’entente relatif à l’implantation de 300 MW de capacité de production électrique supplémentaire d’ici à 2019. L’accord porte plus globalement sur les mesures à prendre pour accélérer l’augmentation de la capacité électrique du pays. L’entité séparée Siemens Wind Power est un fournisseur de solutions exploitant des énergies renouvelables fiables, écologiques et rentables.

*L’Egypte a invité les entreprises biélorusses à participer à la mise en œuvre de grands projets pétroliers et gaziers dans le pays. Une main tendue qui représente une belle opportunité pour les entreprises biélorusses car l’Egypte est devenue l’un des terrains de chasse favoris des grandes firmes d’exploration d’hydrocarbures, depuis quelques années. Les découvertes qui s’y enchaînent laissent entrevoir un immense potentiel dans chacune des zones d’exploration clés et de plus en plus de compagnies sont intéressées par ce marché.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada17 partages

Na tsy eo intsony aza i Régis… : mitohy ny fiarahan’ny Madagascar All Stars

Hanao ahoana ny tohin’ny lalan’ny Madagascar All Stars? Voavaly ny ahiahin’ny mpankafy, taorian’ny nahalasanan-dRégis Gizavo.

Volana vitsivitsy lasa izay no lavo teo am-pitendrena teny an-tsehatra i Régis Gizavo… Fahavoazana lehibe ho an’ny tontolon’ny mozika malagasy sy maneran-tany mihitsy, raha tarafina tamin’ny lazan’ity mpanakanto mpiangaly ny angorodao ity. Anisan’ireo mahatsapa fahabangana goavana ny Madagascar All Stars, tarika iray niarahany nanangana amin’ireo kalaza amin’ny mozika malagasy. Nandritra ny fanomezam-boninahitra natao an’i Régis tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, efa nanambara ireo namany ao amin’ny tarika fa tena andry izy, ary tsy hay hosoloina ny zava-bitany…Mitohy anefa ny fiainana… Ny mozika rahateo, mitoetra hatrany. Mitraka ary manohy ny lalana ny tarika Madagascar All Stars. Fantatra fa efa misy ny daty iray, ny 24 oktobra ho avy izao, hiakaran-dry Eric Manana, Justin Vali, Jaojoby, Dama ary Ricky an-tsehatra ao amin’ny Théatre de Longjumeau, Frantsa. Tsy maintsy hisy ampaham-potoana lehibe hatokan’ireo namany ho fahatsiarovana an’i Régis, indrindra fa sarotra ho azy ireo ny hanadino ny feon’angorodaony, nandravaka ireo hira rehetra niarahan’ny tarika hatramin’izay.Ankoatra ny Madagascar All Stars, fantatra fa tafaraka any Frantsa ka hanohy ny seho iarahany koa i Eric Manana sy i Dama. Hiaka-tsehatra ao Bordeaux izy mirahalahy ireto, ny zoma 20 oktobra izao, avy eo any Genève ny 29 oktobra.

Zo ny Aina

L'express de Madagascar15 partages

Salon de la cosmétique – Les huiles essentielles malgaches s’exposent à Paris

Bonds. Les huiles essentielles malgaches, une fois de plus, se font connaître au-delà des frontières. Le Cluster Huiles essentielles du Sud -Est (CHESE) signera, ce jour, un accord de partenariat avec le Cosmetic Valley, en parallèle à sa participation au salon Cosmetic 360. Un salon de renom qui en est à sa troisième édition et qui rassemble annuellement les producteurs, exploitants, commerçants et professionnels de la parfumerie. Le réseau  professionnel de la parfumerie « Cosmetic Valley » a été créé par Jean Paul Guerlain et labellisé pôle de compétitivité par l’État français, en 2005. Il a pour objectif d’aider les industriels de la filière de la parfumerie cosmétique dans le développement commercial, la mise en réseau, l’accompagnement à l’export des PME ainsi qu’à l’amélioration de leur compétitivité. Cette année, le salon prône l’innovation continue dans le domaine. CHESE s’est ainsi approché de « Cosmetic Valley » afin de faire miroiter la qualité des huiles essentielles de la Grande île. Les produits des acteurs des coopératives d’huiles essentielles, végétales et épices de la région Vatovavy Fitovinany regroupés dans le CHESE s’exposent aux cotés de ceux d’autres pays, à l’instar de ceux  de la Chine, du Japon, de la Polynésie Française, de Taiwan et de Thaïlande, à Paris, depuis hier.

RépandreLe Cluster Huiles Essen­tielles du Sud-Est (CHESE) est basé à Manakara et a été créé en janvier 2015 avec l’appui de l’International Trade Board of Madagascar (ITBM). Les membres des coopératives du cluster exportent, notamment, des huiles essentielles, huiles végétales et épices sur le marché européen. « Par cette convention avec le Cosmetic Valley, le Cluster CHESE recherche de nouveaux débouchés. Mais il entend surtout appuyer les filières intéressées par la cosmétique à Madagascar. CHESE associera les universités malgaches et le Centre National d’Application de Recherche Pharmaceutique dans toutes les démarches de la recherche scientifique (CNARP) »,  souligne Lysiane Tang, présidente du CHESE. « Notre île a sa place dans la cosmé­tique car elle figure parmi les cinq premiers pays en matière de biodiversité et de richesses en plantes endémiques, avec plus de onze mille espèces recensées dont les applications en matière de cosmétique doivent être mieux connues et mieux exploitées », ajoute-t-elle. Cette initiative de recherche de partenariat en terre française a été soutenue par PROCOM, un programme de l’Union Européenne en appui au secteur privé malgache.

Mirana Ihariliva

Madaplus.info13 partages

L’université de Milan sera bientôt à Madagascar

Pendant que nos universités sont fermées à cause de la peste, les cours à distance de celle de Milan vont ouvrir ses portes bientôt pour des cours à distance dans la grande île.
On pourrait appeler cela, le « voandalana » (culture malgache qui consiste à apporter quelque chose de là où on a séjourné en dehors de notre habitation habituelle) du déplacement, en Italie, du président de la République de Madagascar Hery Rajaonarimampianina avec sa délégation dont la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Monique Rasoazananera. Le ministère de cette dernière fera tout son possible pour rendre facile l’instauration de cette université de Milan à Madagascar. Une bourse a été déjà offerte par cette nouvelle université.
News Mada13 partages

Mafana ny andro : azo sotroina tsara ny « jus de légumes »

 Mila rano matetika ny vatana amin’izao andro mafana izao. Ankoatra ny rano tsotra izay tokony hosotroina, azo atao tsara koa ny misotro ranona legioma. Mahazatra antsika ny ranom-boankazo. Matetika anefa mbola manampy siramamy isika rehefa misotro azy ireny ka lasa tsy ara-pahasalamana intsony.

Azo hakana ranony ihany koa ny legioma toy ny, voatavo, persil, karaoty, betiravy, voatabia, kaonkaombra, ovy… Tena mahasalama ary mandrindra ny fiasan’ny singa marobe ao anatin’ny vatana izy ireny.

Azo ampiarahana ihany koa ny legioma maromaro hanome ranony ary miaraka sotroina. Tsy asiana siramamy fa sotroina avy hatrany mba tena hitondra soa ho an’ny vatana.

Azo hatao ihany koa ny manao “milk shake” amin’ny legioma. Ranona kaonkaombra sy “yaourt” azo afangaro ary hanina mba hampiovaova ny “jus” hatao.

Tena ilain’ny vatana ny legioma. Mahazatra antsika ny manao azy ireny lasary. Azo atao tsara koa anefa ny manao azy ireny “jus” sady vetivety dia vonona sy azo sotroina.

Mila fahazarana ny misotro ranona legioma manta satria tsy toy ny ranom-boankazo fa miova kely amin’ny mahazatra. Azo asiana sira kely na voasary makirana kely ny ranona legioma mba hampatsirotsiro azy. Mahasalama na ho an’ny ankizy na ho an’ny olon-dehibe fa andramo.

Midi Madagasikara13 partages

Violation des droits humains : Le CRAAD-OI et le Collectif Tany haussent le ton !

Le Centre de Recherches et d’Appui pour les Alternatives de Développement – Océan Indien (CRAAD-OI) et le Collectif Tany appellent à ce que cessent les cas de violation des droits des personnes qui luttent pour la sauvegarde de leurs terres, notamment, la détention préventive et l’utilisation de la force pour les réprimer. Cette déclaration du CRAAD-OI et du Collectif Tany fait allusion au cas des quelques personnes issues des familles expulsées de leurs terres à Miadanandriana Ampefy en mai dernier ; des personnes qui se sont organisées et mobilisées pour lutter contre l’accaparement de leurs terres. Depuis, elles sont détenues arbitrairement en attendant leur procès prévu pour le 18 octobre (hier) et le 24 octobre prochain.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune12 partages

Hausse de 6,3% des inscrits sur la liste éléctorale

A plus d’un mois du lancement de la Révision Annuelle de la Liste Electorale (RALE) 2017-2018, qui va se tenir le 1er décembre 2017, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) mobilise en ce moment tous les acteurs du processus électoral. Des cadres de concertation ont été mis en place depuis un certain temps et impliquent notamment les médias qui sont parmi les parties prenantes importantes, du fait qu’ils assurent le relai des informations et des messages à transmettre à la population.

Etant dans la période pré-électorale, les actions de la CENI se focalisent sur trois points essentiels dont la RALE, l’amélioration du code électoral et le renforcement de capacités des membres de la CENI. En ce qui concerne plus particulièrement cette liste électorale, après la dernière révision, on a obtenu une hausse de 6,3% des inscrits dans toute la Grande ile. Les efforts doivent toutefois être soutenus.

Selon le président de la CENI, Hery Rakotomanana, la tenue des élections pour l’année prochaine ne devrait point poser de problème, toutes les préparations ayant déjà débuté depuis l’année dernière. D’autant que la loi de finances a déjà prévu le budget pour les élections de l’année prochaine qui s’élève à 40 milliards d’Ariary, une somme largement suffisante pour la tenue de ces élections.

L’exhaustivité, l’exactitude et la fiabilité du fichier électoral dépendront de l’implication des médias dixit Hery Rakotomanana. La Révision Annuelle de la Liste Electorale qui se fera prochainement a été au cœur des débats, l’objectif étant de collaborer avec les médias malagasy pour inciter la population à prendre part au processus de crédibilisation de la liste électorale.

La nécessité de collaboration entre la CENI et les médias, les propositions d’actions conjointes, les stratégies à établir en terme d’éducation et de sensibilisation des citoyens, sur le besoin des médias pour mieux traiter le processus électoral ont été soulevés durant le cadre de concertation destiné aux médias qui s’est tenu hier 18 octobre à la CENI Alarobia.

La réussite des élections ne devrait pas être du seul ressort de la CENI, la société politique, la société civile ainsi que chaque citoyen tiennent un rôle dans la préparation, le déroulement et l’achèvement du processus électoral.

News Mada12 partages

Niara-nanafika tamina gadra nitsoaka : mpiandry fonja mpanao asan-jiolahy mitam-basy

Tena misy ny mpiandry fonja, tsy vitan’ny hoe miray tsikombakomba fotsiny fa tena manao fanafihana mitam-basy miaraka amin’ny jiolahy, izay efa gadra nitsoaka ny fonja mihitsy. Iray amin’ireny ity tratran’ny vela-pandriky ny zandary ity.

Nitondra fanazavana misimisy kokoa, ary nanamafy ny vaovao efa navoaka teto omaly, ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ny amin’ny fisian’ny mpiandry fonja miara-manao fanafihan-jiolahy amin’ny gadra nitsoaka ny fonja. Manamafy ny tranga fa miray tsikombakomba ireo mpiandry fonja sy ireo gadra raindahiny ao Tsiafahy. Porofon’izany, hoy ny zandary ity fahatrarana mpiandry fonja nanao asan-jiolahy, ary gadra nitsoaka no niara-nanao asa ratsy taminy. Sady fanehoana fa miasa ny zandary amin’ny fanenjehana ny jiolahy, kanefa toy ny manaitra ihany koa fa tsy mivoaboaka ho azy ireny gadra lazaina fa nitsoaka ireny fa ao raha. Toy izany koa ny basy ampiasain’ny olon-dratsy. Avy amin’ireo mpitandro filaminana ihany izany. Mpitandro filaminana ihany ny mpiandry fonja.

Nanamafy ny zandary fa efa nokarohina hatry ny ela tamina fakana an-keriny nandritra ny taona maro ireo. Lavo ka tsy afa-manohy ny asa ratsiny intsony kosa ny tena sangany sy rain-dahiny indrindra tamin’izany asa ratsy izany, izay efa nokarohin’ny mpitandro filaminana rehetra nandritra ny taona maro. I Mika beloha io, izay gadra 7 taona noho ny raharaha fanafihana mitam-piadiana teny Tsiafahy, ny taona 2008, nafindra teny Antanimora ny 2010 ary nandositra fonja tamin’ny 2012. Ity farany izay maty rehefa nifandona tamin’ny zandary teo am-pisamborana azy. Sarona tamin’izany ny basy poleta iray. Ilay mpiandry fonja sy ny mpamily taxi namany kosa noraisim-potsiny talohan’izay ny zoma lasa teo.

Nanafika teny Andravoahangy

Ry zalahy ireo no nanafika teny Andravoahangy, ary samy nanaovan’ny orinasa voatafika fitarainana na ny teo anivon’ny zandary na ny tany amin’ny polisy. Nanao ny fikarohana ireo olon-dratsy ireo andro aman’alina ny zandarin’ny Kaompanian’Antananarivo Renivohitra,  ka tratra teny  Analamahintsy cité ny marainan’ny zoma teo, ilay mpiandry fonja. Ity farany no nanjonoana ny namany, ka anisan’izany ilay gadra nitsoaka. Namany iray hafa kosa ny tafaporitsaka tamin’izany, ary mbola karohina. Notohizan’ny zandary ary ny fanadihadiana ka ny ampitson’io indray no nosamborina teny Andravoahangy ny mpiambina iray izay naman’izy ireo ihany ka mody nafatotra tamin’io raharaha io. Toa izany koa ny mpamily taxi iray izay mijanona eo akaikin’io orinasa io, samy voasaringotra tamin’izany fanafihana izany avokoa. Samy niaiky ny asa ratsy nataony izy ireo nandritra ny famotorana azy avy. Efa naiditra am-ponja vonjimaika eny Tsiafahy ilay mpiandry fonja sy ny namany.

Yves S.

 

News Mada11 partages

Industries : Tiko AAA mis face au respect des lois

L’affaire Tiko AAA à Andranomanelatra a été abordée lors d’une rencontre entre les membres du secteur privé et le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, hier. L’accent a été mis sur le respect des lois en vigueur.

La récente fermeture de l’usine de Tiko AAA à Andranomanelatra a fait l’objet d’une discussion entre les membres du Syndicat des industries à Madagascar (Sim) et le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Armand Tazafy, hier.  Fredy Rajaonera, président du Sim, s’est exprimé à cette occasion en  précisant que «le premier rôle du Sim est de soutenir les industries à Madagascar. Nous avons ainsi répondu à l’appel du ministère de l’Industrie pour discuter de la situation actuelle de la société Tiko AAA.  Nous soutenons également le respect des réglementations en vigueur dans toutes les activités des industries». Appel a ainsi été lancé à la société Tiko AAA pour que celle-ci régularise sa situation. Le ministre de l’Industrie a poursuivi dans ce sens que «la société Tiko AAA a été prévenue des irrégularités qu’elle doit normaliser avant sa réouverture. L’Etat attend ainsi de régler sa situation».

La législation environnementale non respectée

Les installations de Tiko AAA à Andranomanelatra ont été scellées, le 12 octobre, suivant l’arrêté  interministériel n°24392/2017 du 4 octobre 2017. Le ministre Armand Tazafy a également annoncé une semaine auparavant sur la prise des mesures  nécessaires à l’encontre des  industries ne respectant pas les règlements en vigueur, en se conformant à la législation environnementale. Celui-ci a d’ailleurs abordé le cas de la société Tiko AAA à cette occasion.

Car le motif officiel de la fermeture de l’usine de Tiko AAA porte effectivement sur la non-réalisation des études d’impact environnemental. A ce sujet, près de 60% des industries présentes au niveau national n’ont pas procédé à une telle étude avant de démarrer leurs activités, selon les chiffres de l’Office national pour l’environnement (ONE). A part cela, la société Tiko AAA  doit également régulariser ses arriérés auprès de la Jirama. Le total des créances de la société auprès de la compagnie d’eau et d’électricité s’élève à plus de 5 milliards d’ariary.

Riana R.

 

Midi Madagasikara11 partages

L’affirmation d’une nouvelle stratégie

La nomination de Rivo Rakotovao au poste de sénateur laissé vacant après la démission d’Amady, devenu président de la CAF n’est pas anodine. Elle a tout de suite suscité les commentaires ironiques de la presse qui prête au pouvoir certaines arrières pensées. Bien qu’aucune intention n’ait été dévoilée, on devine aisément ce qui va se passer par la suite au Sénat.

L’affirmation d’une nouvelle stratégie

Certains analystes avaient avancé depuis un certain temps que le régime prévoyait de remplacer Honoré Rakotomanana par le président du parti HVM. L’article 46 de la constitution stipulant que le président en exercice se portant candidat doit démissionner et être remplacé par le président du Sénat semblait poser beaucoup de problèmes au chef de l’Etat et à son équipe. Le projet de révision de la Constitution prévoyant d’amender cet article fut donc avancé, mais il a suscité une véritable levée de boucliers de la classe politique et de la société civile. Dans la foulée, l’idée d’organiser un référendum a été désapprouvée par la communauté internationale. Devant la désapprobation générale, le pouvoir semble avoir changé son fusil d’épaule. Ce remplacement tardif d’Amady par Rivo Rakotovao semble conforter l’idée d’un nouveau scénario, celui de l’arrivée de ce dernier à la présidence du Sénat. De nombreux commentateurs ont déjà décrit ce qui pourrait survenir bientôt. C’est donc un fidèle compagnon du président Hery Rajaona-rimampianina et de surcroît un homme de confiance. En devenant chef de l’Etat par intérim, ce dernier veillera à préserver les intérêts du régime. Pour l’instant, rien n’est acté, mais on peut sans se tromper assurer que les prévisions des analystes se réaliseront. C’est une démarche qui, après tout, est valable. Le stratagème vaut ce qu’il vaut, mais on ne sait pas s’il permettra à l’équipe au pouvoir de lui assurer un certain avantage par rapport à ses adversaires politiques. A un an de l’élection présidentielle, la stratégie du président de la République se dessine clairement.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara11 partages

Sénatrice Rasoamihanta Jasmina : Descente à Mampikony

La sénatrice de Madagascar Rasoamihanta Jasmina Issa s’est rendue dans le district de Mampikony le 14 octobre dernier. Avec la propagation de la peste, ce parlementaire a procédé à un grand nettoyage dans la ville de Mampikony, plus précisément sur le marché de ladite ville, et ce, avec le concours de la population locale. La sénatrice a expliqué, à cet effet, les méfaits de la peste. Elle a ainsi invité la population locale à se donner la main pour lutter contre cette maladie contagieuse. Par ailleurs, les membres du parti HVM de Mampikony ont tenu une Assemblée Générale et qui a été placée sous la houlette de Rasoamihanta Jasmina Issa. Ce fut une occasion pour cette dernière d’inviter les membres de ce parti à consulter les listes électorales pour voir si leurs noms y figuraient.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

VOLLEY-BALL – CCCOI : A reporter d’ici fin mars

La Coupe des clubs champions de la zone 7 n’aura pas lieu en décembre. Les responsables qui se sont réunis ont décidé d’un commun accord du report de la compétition avant la fin du mois de mars. La décision n’a pas précisé le pays hôte et encore moins la date exacte. Cela se tiendra avant fin mars, c’est tout ! Une décision qui arrange Madagascar, sanctionné indirectement par la peste. Ce qui soulage aussi les autres îles qui, s’ils ont reçu les Jeux, n’auraient pas su comment gérer la venue des Malgaches. Les volleyeurs malgaches qui ne comptent pas pour du beurre en plus et sans qui, la CCZ7 n’aurait pas de saveur. L’avantage ? Il y a plusieurs mois de gagnés pour se préparer et pour trouver du financement.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Association TAFA : Dons en faveur du district d’Avaradrano

 

Face à la propagation de la maladie de la peste qui sévit actuellement, et pour ne pas rester les bras croisés, l’association Tafa, ou « Tosika Asa Fampandrosoana Avaradrano », dirigée par Ntsoa Randriamifidimanana, a décidé de faire un geste citoyen en octroyant des pulvérisateurs et des médicaments pour désinfecter. L’objectif étant de prévoir le plus possible et de prendre les précautions nécessaires pour protéger la population. Ce don offert par l’association Tafa s’est déroulé lors de la réunion des 16 maires et des chefs de district de la commune d’Avaradrano, à l’espace Etoile des Neiges à Sabotsy Namehana. Pour l’association, c’est une manière comme une autre de participer à cette lutte contre l’épidémie de la peste, mais surtout de montrer son engagement citoyen envers la population.

Anjara Rasoanaivo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada6 partages

Samy efa nigadra… : saron’ny polisy ekonomika ireo mpisoloky momba ny tany

 Voasambotry ny polisy ekonomika teny Ankorondrano ny alatsinainy maraina teo ireo olona dimy raindahiny amin’ny fisolokiana momba ny tany. Vehivavy ny telo amin’ireo mpisoloky ireo raha lehilahy kosa ny ambiny. Samy efa nigadra teny Antanimora noho ny fisolokiana izy dimy ireo, araka ny fanazavan’ny polisy…

 

Tambajotra mpivarotra tany amin’ny alalan’ny taratasy hosoka ireto saron’ny polisy ekonomika ireto. Mbola hita tany amin’izy ireo koa ny kara-panondro hosoka marobe sy taratasy tany maromaro ary seky miaraka amin’ny kara-panondro hosoka amin’ny anaran’ilay olona ao anaty seky. Araka ny fanazavan’ny polisy, tonga nametraka fitoriana teny amin’ny polisy, ny asabotsy 14 oktobra 2017 lasa teo ny olona saika hividy ilay tany satria nahatsikaritra izy ireo fa misy zavatra tsy mazava momba ilay tany saika hovidiany.

Nametraka ny vela-pandrika avy hatrany ny polisy mba hahafahana misambotra ireo mpisoloky ka noraisim-potsiny teny Ankorondrano izy ireo. Mbola teo am-piandrasana ny ambim-bola vidin’ny tany ireto olona dimy ireto tamin’io fotoana io. Efa maty paika tanteraka ny fomba fiadin’ireto mpisoloky ireto. Mody mijery izay tany tsy kitihan’ny tompony izy ireo ka alainy amin’ny antsipiriany any amin’ny domaine ny momba ilay tany sy ny mombamomba ny tompony. Rehefa hitany ny anaran’ilay tompon’ny tany dia manomboka manao ny kara-panondro hosoka amin’ny anaran’ny tompon’ny tany izy ka alainy ny “situation juridique”-n’ny tany.

Mandefa fampilazana any amin’ny gazety amin’izay izy ireoavy eo mitady mpividy. Rehefa misy olona mijery ilay tany dia milaza izy ireo fa azy io tany io. Mampiseho ny taratasy mahakasika ny maha azy ireo ny tany izy ireo amin’izany ka dia roboka ireo mpividy tany.

Tany iray mirefy 3 ara 85 eny Ivandry no nokasain’izy ireo hamidy 70 tapitrisa Ar. Tsy eto an-toerana ny tompon’ity tany ity fa any ivelany. Efa nandraisana vodiondrim-barotra 2 200 000 Ar izany ka tamin’io alatsinainy io no foana hanomezana ny ambim-bola rehetra.

Niaiky ny heloka vitany ireo mpisoloky ary efa fitoriana telo samy hafa ny voarain’ny polisy momba azy ireo.

Jean Claude

News Mada3 partages

Toamasina : mpiasan’ny Jirama ireo mpangalatra herinaratra

Voalaza, matetika hatramin’izay, fa olon-tsotra ny mangalatra misintona herinaratra ivelan’ny kaontera. Nambaran’ny talem-paritry ny Jirama Toamasina, Veloson Léonard, ny asabotsy 14 oktobra teo, fa efa ela ny nahalalany fa misy ny halatra jiro sy/na rano, ka narahiny maso ny mpiasa sy ny mpanjifa.

Nisy vokany izany ka fantatra ny olona roa, samy mpiasan’ny Jirama sady mpivady ary  anisan’ny tompon’antoka amin’ny halatra goavana, tratra tany amin’ny fokontany Ambalamanasy, ny zoma 13 oktobra teo. Miasa ao amin’ny sampana herinaratra ao amin’ny Jirama Toamasina ilay lehilahy ary ao amin’ny sampana rano ilay vehivavy vadiny. Voalaza fa efa an-taony maro ny nanaovana sy nanomanan’izy mivady izao asa mahavanon-doza izao. Antony, efa misy lasa any ambanin’ny fakan-kazo avokoa ireo tariby mitondra herinjiro sy ny fantsona mitondra ny rano, manaparitaka amin’ny tokantrano miisa 80. Mandoa volan’ny jiro sy/na rano any amin’izy mivady ireo tokantrano ireo. Tsiahivina fa sokajina ho heloka bevava ny misintona herinaratra sy rano ivelan’ny kaontera.

Manentana ny rehetra ny talem-paritra Veloson Léonard, fa tokony hanatona avy hatrany ny biraon’ny Jirama ny mpanjifa raha vao mahatafiditra jiro na rano nefa tsy tonga ao anatin’ny iray volana ny faktiorany, sao sanatria nahazo fampidirana tsy ara-dalàna.

Angatahin’ny fitantanana foiben’ny minisiteran’ny Angovo izy mivady ireo, ary hampiakarina filankevitry ny lalàna (conseil de discipline), hamoahana fanapahan-kevitra.

Sajo

News Mada3 partages

Déclaration de patrimoine : des parlementaires risquent la prison

Deux sénateurs et trois députés seront dans le collimateur de la justice dans les semaines à venir. Ces parlementaires n’ont pas encore déposé leur déclaration de patrimoine depuis le début de leur mandat.

Des parlementaires récalcitrants dans le viseur du Bureau indépendant anticorruption (Bianco). En marge d’une signature de convention, hier à Ambohibao, le Directeur général de cet organe, Jean-Louis Andriamifidy, a été amené à se prononcer sur l’état de la déclaration de patrimoine des hauts responsables du pays. Il a révélé que deux sénateurs et trois députés n’ont, pas une seule fois, encore pris la peine de faire leur déclaration auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC).

Une information qu’il a confirmée lors d’une conversation téléphonique hier. Et ce, alors que la date-limite de la déclaration de patrimoine, officiellement en juin dernier, a été repoussée à maintes reprises. A entendre les déclarations du numéro un du Bianco, les dossiers de ces cinq personnalités sont déjà constitués pour infraction. «Ces dossiers seront transmis à la chaîne pénale incessamment, probablement fin novembre», a-t-il déclaré, estimant que le Pôle anti-corruption sera probablement opérationnel à cette date. Pour autant, le patron de l’organe en charge de lutter contre la corruption n’a pas voulu divulguer les noms de ces parlementaires récalcitrants. «Ce sont des personnalités connues», a-t-il noté.

Sanctions

Il faut signaler que des sanctions sont prévues par les textes réglementaires à propos du défaut de déclaration de patrimoine. La Loi n°2004-030 du 9 septembre 2004 relative à la lutte contre la corruption dispose,  en  son article 183.2 que, « Sera punie d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans et d’une amende de 50 millions de fmg ou 10 millions d’ariary à 200 millions de fmg ou 40 millions d’ariary, toute personne assujettie à une déclaration de patrimoine qui, deux mois après un rappel extrajudiciaire servi à personne, sciemment, n’aura pas fait de déclaration de son patrimoine ou aura fait une déclaration incomplète, inexacte ou fausse, ou formulé de fausses observations, ou qui aura délibérément transgressé les obligations qui lui sont imposées par la loi et ses textes d’application. »

A noter aussi que les députés  ont pris leur fonction en 2014 et que les sénateurs ont été élus ou nommés officiellement en janvier 2016. Le temps imparti pour le dépôt de la déclaration de patrimoine impose un délai de trois mois suivant la nomination ou l’entrée en fonction des personnalités concernées. C’est dire qu’une partie des élus, et en dépit de leur fonction, n’entendent pas respecter le devoir qu’impose leurs responsabilités devant la… loi.

J.P

 

News Mada1 partages

Lozam-pifamoivoizana : Sinoa roa sy vehivavy gasy iray naratra mafy

 Nitrangana lozam-piarakodia indray tao Mahajanga, omaly maraina tamin’ny 7 ora manoloana ny Lycée Philibert Tsiranana no nitrangan’ny loza. Teratany sinoa roa sy vehivavy malagasy iray naratra mafy tao anatin’ilay fiara 4×4 marika Mitsubishi Sportero nitondra azy ireo. Antony nahatonga ny loza, araka ny fitantaran’ireo nahita ny zava-nitranga, saika hisongona Bajaj iray teo alohany ilay fiara ka nifatratra tamin’ny vodihazo lehibe iray. Somary nandeha mafy ihany ilay fiara tamin’io fotoana io, raha ny filazan’ireo olona nahita ny fitrangan’ny loza. Tafahodina mihitsy ilay fiara noho ny dona nahazo azy. Potika tanteraka ny lohan’ny fiara. Naratra kosa ireo Sinoa roa sy ilay vehivavy malagasy iray niaraka tamin’izy ireo. Avotra kosa ny mpamily. Nalefa eny amin’ny hopitaly Androva Mahajanga ireo naratra. Isan’ny toerana ahitana lozam-pifamoivoizana matetika ny ao Mahajanga noho ny fisian’ireo Bajaj sy ny posy. Samy manao izay tiany hatao ka tsy misy manaraka intsony ny lalana mifehy ny fifamoivoizana.

J.C

News Mada1 partages

La peste à Madagascar (1907) : isolement fictif et désinfection capricieuse

À la date du 18 août, un nouveau protestataire du lazaret de Katsépé nous prie d’insérer les réflexions suivantes :

« Je suis à me demander, avec mes compagnons d’infortune, si la quarantaine qu’on nous a fait subir n’est pas une fumisterie de mauvais goût. En tout cas, cela ne paraît pas sérieux pour un sou. »

Les personnes qui avaient accompli leur stage d’observation du 13 au 17 inclus étaient réputées immaculées et pouvaient par suite se diriger sur un autre point non contaminé, hors du périmètre du port de Majunga. Or, de nouveaux cas suspects sont venus, le 17 au soir, qui sont entrés de suite en communication avec ceux qui allaient être émancipés le lendemain. Était-il impossible d’empêcher les poignées de main et les accolades entre les deux groupes ? Évidemment non ; non seulement rien n’a été fait pour contrarier ces relations mais les derniers internés mangeaient le soir même en compagnie et à la même table que les anciens ; certains arrivants cohabitaient dans les mêmes locaux que les partants !

Parmi ces derniers, une dame racontait le fait suivant ; l’étuve de Majunga venait de retenir à la désinfection un petit paquet contenant du linge de nuit et de rechange qui sortait du blanchissage, tandis que personne ne s’était inquiété des vieux vêtements de laine et coton qu’elle portait au même moment !

D’autre part, un négociant étranger a été victime de la plus imprévue des mésaventures. On sait que, pour chaque repas pris en dehors de la période réglementaire, les pensionnaires du lazaret sont tenus d’établir un bon. Notre homme, dont l’argent de poche tirait à sa fin, eut l’idée d’acheter pour six sous de pain et une bouteille de Vichy, afin d’économiser un repas avant de s’embarquer. Grande fut sa surprise de se voir impérieusement mis en demeure de régler intégralement ce déjeuner qu’il n’avait pas pris et pour lequel le cantinier n’avait reçu aucun bon. Les protestations de l’intéressé et les nôtres ne purent arrêter ce coup de carte forcée !

Faites d’avance des trous à vos ceintures ; mais gardez-vous bien d’apporter des lunettes à verres grossissants, vous pourriez avoir mal au cœur.

Un voyageur affamé.

L’Action à Madagascar (Majunga)

Samedi 24 août 1907.

www.bibliothequemalgache.com

 

Ino Vaovao1 partages

LEHIBEN’NY FONJA : « Tsy voafonja tato aminay izany olona nahatratrarana basy izany »

Nandritra izany no nilazany fa tsy marina velively ny filazàna fa olona mamita sazy ao Ambalatavoahangy ilay olona nahatratrarana basy tany Mahanoro. « Nangataka fifindrana fonja i Bary Judexe ilay voafonja voalaza fa nahatratrarana basy tany Mahanoro. Ny 10 mey 2017 no nivaly ny fangatahany izay nosoniavin’ny talem-paritry ny fandraharahana ny fonja Toamasina, Mahatama.

Nafindra tany amin’ny fonjan’i Soanierana-Ivongo araka ny fangatahany i Bary Judexe. Midika izany fa efa tsy mifonja velively tato aminay i Bary Judexe tamin’ny fotoana nahatratrarana azy miaraka amin’ny basy », hoy hatrany ny fanazavan’i Ralay Christian, lehiben’ny fonjan’Ambalatavoahangy.

Kamy

Tia Tanindranaza1 partages

Blueline Business Tolotra miavaka ho an’ny orinasa

Raha tamin’ny alalan’ny orinasam-pifandraisana Bip, ny fampitana ireo karazana vata fahitalavitra misy any ivelany no tena nahafantaran’ny maro ny orinasa Blueline teo aloha teo dia fantatra fa efa manana ilay tolotra “Bleuline Business” ihany koa izy ireo ankehitriny.

Natokana ho an’ny orinasa rehetra misy eto Madagasikara  izy io raha araka ny fanazavan’Atoa Damien Lamberterie, tale jeneralin’ny Blueline. Fanomezana “connexion internet” no hatao amin’izany izay notsindriany manokana fa sady haingam-pandeha no mora vidy raha oharina amin’ny hafa. Mora hapetaka ihany koa ny fitaovana hahazoana izany hoy hatrany izy ankoatra ny hafahafan’ny Blueline miaro, mitantana ary manamaivana ny asan’ireo mpanjifany. Tsiahivina moa fa efa 20 taona izao no niarahan’ny Blueline niasa tamina orinasa ary tsapany tamin’izany fa tsy mitsaha-mivoatra ny fampiasan’ny orinasa  ny teknolojia avo lenta, indrindra fa ny “connexion” mba hahafahana manitatra ny asa fikarohana hatao sy hanokafana lalam-bola hafa.  Afaka manatona azy ireo avy hatrany izay orinasa rehetra liana amin’izany.

Pati

Tia Tanindranaza1 partages

Taksibrosy Fasan’ny KaranaNihena ny mpandeha noho ny Pesta

Mikasa ny hampitsahatra ny asa tanterahiny ireo mpitatitra ao amin’ny zotra nasionaly sy rezionaly etsy amin’ny toby fiantsonana Fasan’ny karana raha mbola mitohy hatrany ny fiparitahan’ny valan’aretina Pesta.

Raha araka ny fanazavan’ny filohan’ny ASTRAM Atoa Fredinard mantsy dia misedra olana tanteraka izy ireo hatramin’ny nisian’ny aretina Pesta, indrindra fa tamin’ity taona 2017 ity. Raha nihena hatrany amin’ny 30 % mantsy ny tahan’ny famenoana fiara tamin’ny taona 2016 fotoana nisian’ny aretina Pesta tahaka izao dia tafakatra 70 % izany ankehitriny. Vokany,  raha nahatratra 150 isa isan’andro teo aloha ireo taxi-brousse mivoaka miazo ny faritra dia tsy misy afa-tsy ny 50 %-n’izy ireo sisa no miasa ankehitriny. Ankoatra izay raha araka ny fanazavana azo hatrany dia tsy mahatratra folo isaky ny fiara akory ireo mpandeha, noho ny tahotra ny aretina hany ka mahatsiaro ho maty antoka tanteraka izy ireo.  Tsiahivina moa fa ankoatra ireo mpitatitra etsy amin’ny Fasan’ny Karana dia saika olana sedrain’ireo mpitatitra miazo ny Faritany amin’izao fotoana izao ny tsy fisian’ny mpandeha.

Pati

La Vérité1 partages

Députés - Capables de s’acheter des 4x4 mais pas des thermomètres !

Afin de lutter contre l’épidémie de peste qui sévit actuellement dans le pays, le ministère de la Santé publique a doté le Palais de l’Assemblée nationale de Tsimbazaza de 4 thermomètres permettant une prise de température instantanée et sans contact. D’après le questeur numéro Un de la Chambre basse, Siteny Randrianasoloniaiko, ce genre de technologie est nécessaire en cette période de session parlementaire avec l’important flux de personnes qui circulent dans les travées de l’hémicycle. 

Notons que le thermomètre infrarouge mesure l'énergie émise par l'artère temporale et la convertit en degrés. Plus besoin d'avoir recours au thermomètre conventionnel, la prise est rapide, précise, efficace et ne demande aucun contact avec le potentiel malade. RidiculeCe thermomètre médical électronique ressemble un peu à un pistolet que l'on doit diriger sur le front de la personne à tester. En appuyant sur la "gâchette", la mesure se fait instantanément (moins d'une seconde) et la lecture est simple sur un écran LCD.D’après certains revendeurs, cette technologie coûterait aux alentours de 150.000 ariary l’unité. A ce prix là, force est de se demander pourquoi les députés ont attendu que le ministère de la Santé leur en fournisse mais n’ont pas pris l’initiative de s’en acheter ? Il serait en effet difficile de faire croire que les députés, qui, seraient capables de s’acquitter d’une somme de 6 millions d’ariary par mois à son concessionnaire pour s’acheter des 4x4 d’une valeur de 100 millions d’ariary, ne soient pas en mesure d’acheter des thermomètres. Faut-il également rappeler le budget astronomique de plusieurs milliards d’ariary de  l’Assemblée nationale ? Beaucoup estiment ainsi que cette dotation aurait dû bénéficier à des écoles ou à des collèges publics incapables de se doter de cette technologie et où les cours devraient pourtant reprendre tôt ou tard.A.R.

Midi Madagasikara1 partages

Sheraton Madagascar : Ouverture réportée en juin 2018

Après avoir été maintes fois reportée, l’ouverture officielle de Sheraton Madagascar est donc fixée au mois de juin 2018. C’est ce qu’on a appris sur le site officiel du géant américain de l’hôtellerie Starwood, le groupe qui va exploiter cet hôtel 5 étoiles sis à Ivato.

Bâti sur une superficie de 27 000m², l’établissement d’Ivato comprend 24 étages ainsi qu’un parking pour 130 véhicules. Il fait partie des 652 nouveaux hôtels que le groupe américain compte ouvrir d’ici 2020. Après la fusion des hôtels et complexes Starwod et Marriott International en 2016, Sheraton fait désormais partie des plus grandes entreprises hôtelières du monde. L’arrivée de ce grand nom de l’hôtellerie de luxe à Madagascar devrait faire tâche d’huile dans le milieu. Le lancement cette année des contrats de gestion dans l’hôtellerie par l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM), pourrait accélérer les choses. En outre, la direction de l’établissement se donne quelques mois pour mener d’importants travaux de rénovation et donner un nouveau visage à l’hôtel 5 étoiles construit en 2008 et localisé à deux pas de l’Aéroport International d’Ivato. Avec plus de 70 destinations à travers le monde, les complexes Sheraton permettent à leurs clients de se ressourcer, de faire le plein d’énergie et de tirer le meilleur parti de leur séjour, a-t-on conclu.

Recueillis par Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar1 partages

Investissement – Le Textile City s’installe à Moramanga

Le ministre Ramanantsoa a annoncé que Textile City serait installé du côté de Mora­manga. Son implantation promet une grande métamorphose de cette ville.

Moramanga va connaître une transformation dans les prochaines années. Le gouvernement envisage de créer une nouvelle ville dédiée à l’industrie textile. « Cette zone économique dédiée au textile ou Textile City sera installée à Moramanga. Cette localité représente une potentialité grâce à sa position géographique. Elle se trouve entre deux pôles de croissance : le Port de Toama­sina et la ville d’Antananarivo », a déclaré Benjamina Ramanantsoa Ramarcel, ministre auprès de la Présidence, chargé de l’aménagement du territoire et des projets présidentiels. C’était lors de son exposition sur les priorités du gouvernement dans le secteur des infrastructures à Rome, devant des investisseurs italiens.La concrétisation de ce projet va ainsi transformer totalement la région. Actuellement, le développement économique de cette localité est boosté par la présence de la plus grande mine du pays avec Ambatovy. Étalée sur une surface de cent hectares, cette ville industrielle est capable d’accueillir quatre vingt à cent usines de production. C’est un véritable vivier en termes de création d’emploi.

Envol D’après l’Economic development board of Mada­gascar (EDBM), les développeurs apporteront 160 millions de dollars d’investissement pour huit cent mille mètres carrés de construction. Les investisseurs, quant à eux, débourseront 40 millions de dollars pour le matériel et les équipements. « 40 à 70 milliards ariary de salaire seront honorés mensuellement aux deux cent mille nouveaux employés, lesquels, à leur tour, contribueront à développer les zones environnantes par leurs dépenses », note cette agence de promotion d’investissement à propos des retombées écono­miques de cette zone industrielle.Le projet était annoncé en novembre 2016, lors du salon sur le textile et habillement en Afrique, Origin Africa au Forello Tanjombato. Le mot est lâché par le membre du gouvernement hier, à Rome. Benjamina Ramanantsoa Ramarcel tentait, en effet, de convaincre les investisseurs italiens. Toutes les zones économiques spéciales, dont celle destinée au textile habillement, étaient exposées par le ministre, dans la salle de conférence de l’hôtel Parco Dei Principi Hotel  Spa au centre de la Ville Éternelle.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Conférence économique – Les Italiens séduits par Madagascar

L’offensive du secteur privé malgache a bien fonctionné. Les opérateurs italiens ont répondu présent à la conférence économique à Rome.

La salle de conférence à l’Hôtel Parco dei Principi était pleine comme un œuf. Ils étaient près de deux cent cinquante investisseurs italiens issus de différents secteurs, prêts à saisir les opportunités d’affaires dans la Grande île. Depuis la fin de la crise de 2009, les investissements italiens commencent à être perçus dans différents secteurs d’activités. D’après l’Economic development board of Madagascar (EDBM), l’organe de promotion d’investissement à Madagascar, une vingtaine de nouveaux investisseurs italiens ont choisi le pays comme destination de leurs projets.« C’est du jamais vu dans l’histoire du business entre les deux pays. Les investisseurs italiens sont très rassurés des déclarations du Président malgache lors de cette conférence. Nous n’attendons plus que des résultats positifs à l’issue de cette journée », s’est réjoui Ciro Visone, président de la Chambre de commerce et d’industrie Italie Madagascar, le principal instigateur, avec l’EDBM, de cette manifestation à caractère économique. L’énergie, les infrastructures, le tourisme, l’agribusiness sont des secteurs prometteurs où ces Italiens sont prêts à collaborer avec des entreprises malgaches ou d’investir de leur propre frais.

Optimiste« Une grosse entreprise dans le secteur de l’agribusiness annonce déjà son intérêt pour la Grande île. C’est très prometteur », réagit, pour sa part, Eric Robson Andria­mihaja, directeur général de l’EDBM. De son côté, les opérateurs malgaches affichent leur optimisme et sont prêts à collaborer avec leurs homologues italiens. C’est le cas, par exemple, de la société Scrimad. « Nous cherchons des collaborateurs italiens prêts à travailler avec nous dans différents projets », lance Simon Rakotondrahova.À Madagascar, l’exemple de la société Tozzi Green démontre le succès de l’investissement italien. Cette société est devenue, en quelques années, le premier fournisseur du Programme mondiale de l’alimentation (PAM), selon les explica­- tions de Rivo Rakotovao, le désormais ancien ministre de l’Élevage et de l’agriculture. Selon le président du parti au pouvoir Hery vaovao ho an’i Madagasikara, la surface exploitée par Tozzi Green ne cesse d’augmenter. Elle était de 2000 hectares en 2014 pour devenir actuellement à 3500 hectares. La production de la société est de 15000 tonnes de maïs, 300 tonnes de jatropha et 700 tonnes de tournesol, souligne l’ancien membre du gouvernement Mahafaly.

Lova Rafidiarisoa

Madaplus.info0 partages

Nomination de Rivo Rakotovao à la chambre haute : quelle stratégie ?

Les spéculations vont bon train suite à la nomination Rivo Rakotovao au palais vert d’Anosy. Cette décision d’affecte à la chambre haute de cet ancien ministre auprès de la Présidence chargé de l'Agriculture et de l'Élevage et non moins Président du parti du régime actuel HVM fait couler beaucoup d’encre actuellement.
Est-ce vraiment une stratégie politique visant à hisser Rivo Rakotovao à la place d’Honore Rakotomanana qui est l’actuel président du Senat ? Le cas échéant, ce dessein politique a été lu d’avance par les analystes politiques. En effet, le groupe Parlementaire est détenteur de la majorité au sénat qui lui donne le pouvoir de tout changer à tout moment à l’instar de la mise en place d’un nouveau bureau permanent. À la veille des élections, les infimes changements au niveau des instances de l’État requièrent une analyse significative.
Madaplus.info0 partages

Décès de l’ancien Président Zafy Albert: Emmanuel Macron adresse ses condoléances

Suite au décès de l’ancien président malgache Zafy Albert, le président Francais a présenté ses condoléances à Hery Rajaonarimampianina à travers une lettre dont voici la teneur.
Paris, le 18 octobre 2017
Monsieur le Président, cher ami,
C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès de l’ancien Président de la République de Madagascar, Monsieur Albert ZAFY.
Votre pays vient de perdre un grand homme d’État. Médecin de formation et premier Président de la IIIe République, Albert ZAFY aura joué un rôle fondamental dans la vie politique de Madagascar.
Homme d’une très grande sagesse, il n’aura eu de cesse de défendre les valeurs démocratiques et de prôner une véritable réconciliation nationale, notamment lors de la crise politique de 2009.
En ce moment de deuil national, je vous présente mes sincères condoléances et je vous prie de bien vouloir les transmettre à sa famille et à l’ensemble du peuple malgache.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma très haute considération.
Très cordialement,
Emmanuel Macron
Président de la République Française
News Mada0 partages

Fandraharahana : tohana ho an’ny orinasa ny Blueline business

Manatsara  sy miezaka manome fahafaham-po ny mpanjifa ny orinasa Blueline. Tolotra vaovao hafa indray ho an’ny orinasa, hanatsarana ny seha-pihariany avy ny Blueline business.

Manolotra tolotra vaovao ho an’ny mpanjifa indray ny orinasa Blueline. Voakasik’izany ny mpandraharaha sy ny orinasa tsy ankanavaka, lehibe na madinika. Tonga eto Madagasikara ny tolotra Blueline business, hikarakarana ny lafiny teknolojian’ny fifandraisan-davitra niomerika eny amin’ny orinasa (Itec). Efa maherin’ny 4.000 ny karazana orinasa nokarakarain’ny Blueline business, any ivelany, eto an-toerana ary manodidina an’i Madagasikara.

Mampiavaka ity tolotra ity ny famaliana haingana ny hetaheta sy ny filàn’ny orinasa, miasa isan’andro aman’alina. Manampy ireo, manoro lalana ny orinasa ny Blueline ary azo antoka ny fiarovana ny antontam-baovao. Tanjona ny vao mainka hivoaran’ny orinasa sy tsaratsara kokoa.

Mamaly ny filan’ny orinasa

Misy lafin-javatra telo ny mampiavaka ny tolotry ny Blueline business. Voalohany, ny fahazoana fifandraisan-davitra tena matanjaka sahaza ny haben’ny orinasa tsirairay. Faharoa, azo antoka ny fitahirizana ny antontam-baovaon’ny orinasa ao anatin’ny Data center an’ny Blueline, tantanin’ny teknisianina manana traikefa. Tafiditra ao anatin’ny fotodrafitrasa As A service io tolotra io. Manafaingana ny fifaneraserana amin’ny orinasa io fomba io, ka mamaly avy hatrany ny hetahetan’ny mpanjifa.

Fahatelo, ny fitantanan’ny Blueline business ny fitaovam-pifandraisan’ny orinasa mba haharitra sy mivoatra, amin’ny alalan’ny fampiasana ny Software As A service. Afaka ampiasaina arakaraka izay ilana azy sy tian’ny orinasa io fitaovana io.

 Njaka Andriantefiarinesy

 Tato anatin’ny dimy taona farany, nisesy ny tolotra vaovao novokarin’ny Blueline.

2017: Blueline business; 2016: Famoahana ny Bip, mpandraharaha amin’ny finday vaovao aty Madagasikara; 2015: Famoahana ny Faisceau Hertzien point-multipoint, tambajotra matanjaka ho an’ny orinasa; 2014: Voalohany amin’ny tambajotra 4G LTE; 2011: Mpandraharaha voalohany amin’ny televiziona niomerika an-tanety.

News Mada0 partages

CFM : « Tsy mora ny fampihavanana »

Niaiky. “Tsy mora ny dingan’ny fampihavanana. Na izany aza, mila antsika mifanome tanana. Tanjona ny fahatoniana ara-politika, sosialy ary toekarena”, hoy ny filohan’ny Filankevitry ny fampihavanana (CFM), Maka Alphonse, omaly tetsy Ampefiloha. Notanterahina tamin’izany ny famindram-pitantanana teo aminy sy ny mpitantana teo aloha ny FFM, notarihin’ny Jly Rabotoarison Charles. Nofaritany fa anisan’ny laharam-pahamehana ny fampahafantarana hatreny ifotony ny lalàna momba ny fampihavanam-pirenena. “Mba hahafantaran’ny rehetra fa tena ilaina izany. Hidina eny ifotony ny mpikambana ary hiainga any ny fampihavanana. Ny antony, mba hahalana ny marina”, hoy ihany izy.

Synèse R.

News Mada0 partages

Ramaroson Laurent : « Mitavozavoza sy manao kolikoly io fitondrana io »

Namatrapatratra mafy mihitsy. Nitondra ny heviny momba ny fiainam-pirenena sy ny fitantanan’ny mpitondra ny birao politikan’ny antoko Malagasy miara-miainga, Ramaroson Laurent. Nohitsiny tamin’ny fandaharana « Ambarao » ao amin’ny onjam-peo Alliance 92 omaly fa tokony hiala izao fitondrana izao. Ampahan’ny resadresaka…

 

Efa namelona lakolosy hatramin’ny fiandohan’ny taona ny antoko Malagasy miara-miainga ny amin’ny tokony handraisana fepetra manoloana ny fihanaky ny valanaretina, araka ny nambarany. Notsiahiviny fa efa nisy zava-nitranga tany Toliara noho ireny vaksiny natao teto ireny. Noraisiny ho ohatra ny vata fampangatsiahana nitondrana ny vaksiny… « Hafa ny vidiny an-tsoratra nambara amin’ny mpamatsy vola satria avo 100 heny… Hisy zava-doza eto raha tahaka izany ny fitantanana  isorohana ny valanaretina eto. Efa anisan’izany ny tazo sy ny pesta. Io izy io. Ka aminay, mitavozavoza io fanjakana io ary manjaka ny fanodikodinam-bola sy kolikoly. Manjaka amin’ny sampandraharaham- panjakana hatrany ambony izany ary mitera-doza  amin’ny vahoaka. Mampalailay fonosana ny mpamatsy vola… Manampy ireo ny nambaranay fa lalana mankany amin’ny  fahafatesana ny hopitalim-panjakana”, hoy izy.

Efa nambaran’ny Malagasy miara-miainga, Andrianainarivelo Hajo

 

Momba ny fiakaran’ny vidim-piainana, nambarany fa tokony hiala ny fitondrana. Miakatra ny vidim- bary nefa nilaza ny fitondrana fa tsy misy olana ny vary… Nanome fanampiana vary an-taoniny ny Sinoa…Nankaiza izany ary voatsinjara ve ?  Iza ireo mpanafatra vary ary nankaiza izany ? Tsy nidina ny vidim-bary fa niakatra ary efa mahenika ny sarangan’olona rehetra ny tsy fahatakarana ny vidiny, araka ny fanamafisany… “Zava-doza ny hitranga eto raha tsy hatao ny fifidianana, araka ny efa nambaran’ny filoha nasionalin’ny Malagasy miara-miainga, Andrianainarivelo Hajo azy teto.  Tsy mahafehy ny fiainam-bahoaka ny fitondrana…”, hoy ihany Ramaroson Laurent. Nohitsiny fa misy ny vahaolana teknika saingy tsy manana finiavana hamaha olana ny fitondrana.

Nitondrany ny heviny koa ny nanendrena an-dRakotovao Rivo ho loholona, amin’izao ankatoky ny fifidianana izao ary amin’ny fotoam-pivorian’ny parlemanta. “Maromaro ireo tolo-dalana hodinihina. Eo koa ny mety hikitihana ny lalàmpanorenana. Ho hita soritra amin’ny  tetibola eo ny finiavana hanao fifidianana na tsia. Matahotra mafy ny ankamaroan’ny mpitondra afrikanina amin’io lalàmpanorenana io ka anisan’izany ny eto amintsika.. Efa ao an-dohan’ny mpitondra ny hanova azy io lalàna fototra io ka hametrahany olona mahatoky ho filohan’ny Antenimierandoholona, ahafahana manova ny lalàna fototra. Tsy mipetraka intsony ny fifampitokisana amin-dRakotomanana Honoré sy ny filoha Rajaonarimampianina…”, hoy ity birao politikan’ny Malagasy miara-miainga ity.

Tsy mbola azo ny tambin-karaman’ny sefo fokontany

 

Notebahiny fa kankana atao jono hifidianana ny lalàmpanorenana ny filazana fa homena hasina ny fokontany. Hanamarinana ny fikitihana izany io. “Teo ianao firy taona ianao, tsy nanome hasina ny fokontany ? Firy taona ianao teo, tsy nomena hasina ny kaominina. Efa izao vao hoe hapetraka izany ?  Tsy nomenao tambin-karama telo taona ireo sefo fokontany ireo. Mba tao anaty fandaharanasanareo ve izany resaka fokontany izany”, hoy izy.

Aza manaiky hobaikoina ianareo parlemantera

Notsindriny fa hametraka amin’ny toerany ny fahefana mifanandrify amin’ny fokontany ny antoko Malagasy miara-miainga ary manana fandaharanasa mazava momba ny tena fitsinjaram-pahefana, hampihavana ny Malagasy. “Omena fahefana araka ny tokony ho izy ny eny ifotony sy ny fiaraha-monina”, hoy ihany izy. Natsidiny fa anjaran’ny kandidà amin’ny fifidianana ny mampiditra anaty fandaharanasa momba ny fametrahana ny rafi-pitantanana ny fanjakana hatrany ambany ka hatrany ambony…

Niantso ireo depiote koa ity birao politika ity, indrindra ho an’ireo mbola hilatsaka hofidiana. “Tonga ny fotoana hiombonana fo amam-panahy amin’ny vahoaka. Aza manaiky hobaikoin’ iza na iza intsony. Mazava ny baiko, alefaso ny fifidianana. Tsinjovy ny sosialim-baoaka. Aoka ny feon’ny fieritreretana no hibaiko fa tsy ny malety…”, hoy Ramaroson Laurent.

Synèse R.

News Mada0 partages

Kitra any Eoropa – «Ligue des champions» : voatohitry ny Tottenham ny Real de Madrid

Tratry ny tsy nampoizina  ny Real de Madrid, tompondakan’i Eoropa, nandritra ny fanatanterahana  ny andro fahatelo amin’ny “Ligue des champions d’Europe”. Voatazon’ny Tottenham, ady sahala, tao amin’ny kianja filalaovany mantsy ry Ronaldo.

Tsy nisy nanam-po ny voka-dalao teo amin’ny Real de Madrid sy ny Tottenham, teo amin’ny fihaonana mandroso amin’ny andro fahatelo, hiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”, taranja baolina kitra. Fihaonana  notanterahina tao amin’ny kianja Santiago Bernabeu, ny talata lasa teo.

Voatazon’ny Tottenham, tamin’ny isa mitovy 1 no ho 1, teo an-jaridainy mantsy ry Cristiano Ronaldo. Sahirana mihitsy ry zareo Madrilène, tamin’io fihaonana io satria ry zareo Anglisy  no nanokatra ny isa voalohany, rehefa namono tena i Raphael Varane, teo amin’ny minitra faha-28.

Niezaka nitady hevitra, handavoana an-dry zareo Tottenham avy eo ny Real de Madrid saingy tsy nety nahita hirika mihitsy. Efa tany amin’ny minitra faha-43 vao nahasahala ny isa, ry zareo, tamin’ny alalan’ny “pénalty”,  tafiditr’i Cristiano Ronaldo. Nifandanja tanteraka ny lalaon’ny roa tonta. Nisongadina kosa nefa ny Anglisy, tamin’ny fiarovantena sy ny hakingana teo amin’ny valim-panafihana.

Mitovy tanteraka ny isa azon’ny andaniny sy ny ankilany, taorian’ity andro fahatelo ity, izay samy nahazo isa 7 ary mitarika vonjimaika, ao amin’ity sokajy “H”  ity. Marihina fa anisan’ny nisongadina tamin’iny fihaonana iny ny mpiandry tsatoby roa tonta dia i Navas, ho an’ny Real ary i Lloris, kosa ny an’ny Tottenham. Betsaka mantsy ireo baolina tokony ho tafiditry ny ekipa roa tonta saingy voasakan’izy mirahalahy avokoa ireo dakan’ny lohalaharana.

Tompondaka

Toy izao kosa ireo vokatra hafa :

-Besiktas (2) – (1) AS Monaco

-Apoel (1) – (1) Dortmund

-Spartak (5) –  (1) Séville

-Liverpool (7) – (0) Maribor

-Manchester City (2) – (1) Naples

-Chakhtar (2) – (1) Feyenoord

-Leipzig (3) – (2) FC Porto

News Mada0 partages

Kitra – «Poule des As» : afa-bela tamin’ny Cosfa ny Elgeco Plus

Nanomboka, omaly, tany amin’ny kianja Ampasambazaha Fianarantsoa, ny andro voalohany amin’ny lalao mandroso amin’ny «Poule des As». Tsara fanombohana ny Elgeco Plus sy ny Cnaps Sport, izay samy nivoaka ho mpandresy avokoa.

Afa-bela ny Elgeco Plus raha nifandona tamin’ny Cosfa. Resin-dry zalahy, tamin’ny isa tery, 2 no ho 1 ny miaramila. Efa tany amin’ny fiafaran’ny fotoana nefa vao tafavoaka ny Elgeco Plus. Baolina matin’i Dany kely, teo amin’ny 30 s, tsy hiravana. Mbola ry zareo ihany koa no nahafaty ny baolina voalohany, tamin’ny alalan’i Bila, teo amin’ny minitra faha-19. Nosahalain’i Safidy kosa izany, teo amin’ny minitra faha-54.

Teo amin’ny fihaonana faharoa indray, voahaja ny lojika, satria resin’ny Cnaps Sport, tamin’ny isa, tokana 1 no ho 0 ry zareo Hzam Amparafaravola. Nanjakan’ny Cnaps ny lalao ary saika niaro tena fotsiny ry zareo Hzam. Hitohy, rahampitso, ny andro faharoa ka hifampitana ny Cosfa sy ny Hzam ary ny Elgeco Plus hifanandrina amin’ny Cnaps.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Angaredona Mozika : tour la tournée annulée

Rajery, l’initiateur du festival des musiques vivantes Angaredona, a annoncé officiellement, hier, que la tournée Angaredona Mozika Tour est annulée. Celle-ci était initialement prévue avoir lieu le 22 octobre, à Ambohimanga Rova, avec la participation de plusieurs grands artistes, tels que Samoëla, Telofangady, Lôla ou encore Bagzana.

«Pour les raisons que nous connaissons tous au niveau sanitaire, nous avons choisi de tout annuler purement et simplement. Nous n’avons envisagé aucun report puisque personne ne quand cette épidémie de peste sera enfin maîtrisée. De plus, plusieurs grandes villes sont déjà touchées par cette maladie actuellement», a indiqué Rajery.

Cette tournée a pourtant été lancée dans le cadre de la célébration du 37e anniversaire de Rajery en tant que musicien de la valiha, sa 35e année de scène, et ses 25 ans de carrière internationale. L’objectif est de favoriser les rencontres entre les artistes et surtout, de promouvoir la musique traditionnelle malgache.

Rendez-vous est déjà néanmoins donné pour Angaredona Mozika Tour l’année prochaine.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Fiadidiana ny Tanàna : “Tsy misy fanilihana taxi fa fanatsarana no hatao…”

Anton’ny fihaonana ny fitadiavana ny tombontsoan’ny mpitatitra taxi. Tsy misy ary tsy hisy ny fanilihana ireo taxi efa miasa. Fanatsarana izany no atao ao anatin’ny fanarahan-dalàna. Ny mitady asa aza amin’izao fotoana izao efa tena manahirana ka hopotehina amin’ny asany ny olona efa manana asa toy ny tompona taxi sy ny mpamily taxi. Tsy hanao izany velively ny kaominina”, hoy ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao, tetsy amin’ny lapan’ny Tanàna Analakely, omaly. Nihaona tamin’ireo mpisehatra amin’ny fiarakaretsaka ny CUA. Nafana ny fifandaharana ary samy naneho ny heviny sy ny ahiahiny ny rehetra mba tsy haha-tompon-trano mihono. Nohamafisin’ny ben’ny Tanàna fa tanjona  ny hananana mpitatitra matihanina sy ara-dalàna. “Mba manana fitaovam-pitaterana mahafapo sy miantoka ny filaminan-tsaina ny mpanjifa. Eo koa ny fitaterana lavitry ny loza. Manohana sy manampy ary mitsinjo ireo mpitatitra matihanina sy ara-dalàna ny CUA. Na taxi na taxibe, na mpitatitra entana, ka mahaloa ara-dalàna ny hetra sy manana taratasy ilaina amin’ny fitaterana ary afaka manome fahafaham-po sy filaminana ho an’ny mpanjifa”, hoy ihany izy. Nohitsiny fa manampy ny mpitatitra hanafoana sy manenjika ireo mpangalatra misehatra amin’ny asa fitateram-bahoaka, mamono ny mpitatitra matihanina sy ara-dalàna ny kaominina.

Noresahina koa ireo feo  tsy marina sy naely tamin’ny mpitondra taxi. Ohatra ny teboka 104, tsy misy sady diso tanteraka. Ny fanilihana ny 2CV sy ny 4L, na fiara antitra. “Tsy misy izany ary diso tanteraka koa. Tsy mitombina koa ny resaka fampiakarana ny saran’ny fitsirihana. Ny saram-pitsirihana teo Antsakaviro ihany no hampiasain’ny Omavet.  Diso koa ny resaka fanafaran’ny CUA fiara avy any ivelany”, hoy ny CUA.

Na izany aza, mbola azo hifampidinihana  mba ho tombontsoan’ny tanàna sy ny vahoaka ary ny mpitatitra ny bokin’andraikitra, mifehy ny fampiharana ara-teknika sy ara-tsosialy.

Nivoaka ny efitrano fivoriana…

 Nivoaka ny trano ireo mpiara-dia amin’ny FTAR nandritra ny fihaonana. Vitsy anisa anefa izy ireo fa mbola feno hipoka hatrany ny trano. Tapaka nandritra ny fihaonana fa hatsangana ny vaomiera hanohizana sy ho fampiharana ny fanatsarana eo amin’ny fitaterana. Hitohy amin’ny asabotsy 28 oktobra izao ny fihaonambe.

Tsiahivina fa miisa 7800 ny isan’ireo mpitatitra amin’ny taxi eto an-dRenivohitra. Ahitana  mpikambana ao amin’ny FTAR sy avy amin’ny Astazon izy ireo, ankoatra ireo tsy  mpikambana fa mandeha amin’ny tenany, tonga niatrika izany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Ady amin’ny pesta : eto amintsika ny sekretera jeneralin’ny FICR

 Tonga eto Madagasikara, omaly, ny sekretera jeneralin’ny Fédération internationale de la Croix rouge (FICR), Elhadj As Sy. Hijery ifotony momba ny valanaretina pesta sy ny hetsika rehetra efa ataon’ny fanjakana malagasy sy ny mpiray ombon’antoka ny anton-diany. Anisan’ny fikambanana misehatra momba ny ady amin’ny aretina pesta ny Croix rouge malagasy, indrindra amin’ny fanentanana sy fampahafantarana ny mponina ny fisian’ny aretina sy ny fisorohana tokony hatao. Anio, hivory eny amin’ny Sampandraharahan’ny Firenena mikambana momba ny fahasalamana (OMS) sy ny BNGRC ny tenany amin’ny tapak’andro maraina. Horaisin’ny praiminisitra malagasy kosa izy ny tapak,andro hariva ary mbola manodidina ny trangana pesta ihany ny fototry ny dinika.

Omaly, taorian’ny fandraisan’ny filohan’ny Croix rouge malagasy, Rakotondranja Claude ny vahiny teny amin’ny seranam-piaramanidina eny Ivato, nisy ny fivoriana niarahana tamin’ny mpilatsa an-tsitrapo eto Analamanga sy ny tomponandraikitra ao amin’ny Crm.

Vonjy

News Mada0 partages

Mpianatra nandoro trano : roa nidoboka am-ponja

 Niakatra fitsarana, ny talata teo tao Mahajanga ireo telo lahy mpianatry ny Oniversiten’i Mahajanga voasaringotra tamin’ilay raharaha fandorana trano teny amin’ny Campus Ambondrona Mahajanga. Nidoboka am-ponja vonjimaika ny roa lahy raha afaka madiodio kosa ny iray.

Tsiahivina fa tsy faly tamin’ny fanapahan-kevitry ny Filan-kevi-pitantanan’ny Oniversite nanala ny mpianatra rehetra teny amin’ny toeram-ponenana ireto mpianatra ireto ka nandoro trano, ny zoma 13 oktobra 2017 lasa teo. May kila hotohoton’ny afo tamin’izany ny Bloc 16. Teo am-pikasana ny handoro ny bloc 15 ry zalahy no voasambotry ny mpitandro filaminana. Olana saro-bahana eny anivon’ny tontolon’ny ambaratonga ambony hatrany ity resaka trano fonenana sy vatsim-pianarana ity. Miafara amin’ny gidragidra sy fanimban-javatra ary fisamborana hatrany ny raharaha. Na inona hatezerana, tsy mety ny fanimbana fananam-panjakana toy izao. Tokony hojeren’ny fanjakana akaiky koa izany satria tezitra ny mpianatra matoa mahavita manao fihetsika toy izany.

J.C

News Mada0 partages

Hanampy fokontany valo : hisy ny tobim-pahasalamana manakaiky ny vahoaka

 Hanokatra toeram-pitsaboana eny 67 ha Avaratra Andrefana ny dokotera Jaozandry hoentina hanampiana ny sokajin’olona maro hikarakara ny fahasalamany. « Voakasika ao avokoa ny fianakaviana sahirana, antonony ary manan-katao satria samy manana ny tolotra sahaza azy. Natao hitsinjovana azy ireo rahateo ny tetikasa », araka ny fanazavan’ny dokotera tomponandraikitra. Hitondra tombontsoa ho an’ny mponina 88 340 amin’ny fokontany valo ny tetikasam-pahasalamana : Andohatapenaka 1, 2 sy 3 sy Ankasina ary ny fokontany efatra ao 67 ha. Hanome asa tsy latsaky ny 20 koa izany  hampihodinana ny toeram-pitsaboana.

Taorian’ny fanadihadiana nataony nandritra ny fanomanana ny fanohanan-kevitra hahazoana ny mari-pahaziana master professionnel eo anivon’ny departemanta toekarena, eny amin’ny oniversiten’Antananarivo no nipoiran’ny fametrahana ity tetikasa ity. Nisafidy ny fampandrosoana eny ifotony sy ny fitantanana tetikasa ny tenany ka anjara biriky hoentiny hampandrosoana ny tanàna ny fametrahana ity toeram-pitsaboana ity izay manakaiky ny vahoaka. Anisan’ny fokontany valo be olona nefa lavitra CSB ireo iantefan’ny tetikasany. Raha ny fenitra iraisam-pirenena, tokony hisy toeram-pitsaboana iray ny tanàn-dehibe manana mponina 10 000. Eto amintsika, zara raha ahitana CSB 93 mikarakara mponina efa ho 2 tapitrisa eto Antananarivo. Izay no nahatonga an’ny dokotera Jaozandry hitodika amin’ny fametrahana toeram-pitsaboana manakaiky ny vahoaka.

Vonjy A.  

News Mada0 partages

Analamanga : le terrain d’Ambohimamory en litigeManou

Le litige  entre le propriétaire du terrain des sports d’Ambohimamory et les autorités locales perdure. Le maire d’Andranonahoatra et le chef du fokontany d’Ambohimamory tergiversent et portent l’affaire devant la justice.

Les attitudes du maire Hajanirina Rasamison et du chef du fokontany d’Ambohimamory ne s’expliquent pourtant pas, d’après les explications de la défense, hier, devant la presse. Selon cette dernière, le chef du fokontany d’Ambohimamory  a de nouveau demandé une ordonnance pour l’annulation du titre 11069 B de la propriété «La Réunion» au nom d’Edmond Randriamanantena, le 14 août dernier, après avoir demandé la mainlevée de la pré-notation qu’il a introduite auparavant pour déclarer publiquement, en compagnie du maire, la légalité du droit de propriété de cet héritier sur le terrain. Les associations sportives, ayant utilisé les lieux, ont d’ailleurs reconnu par lettre le droit de cette famille sur ces terres.

Face à la situation,  les victimes ont annoncé maintenir leur position par respect de la légalité leur donnant droit à leur propriété.

News Mada0 partages

Affaire Omavet : la CUA et les taximen repartent fâchés

La Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a du mal à appliquer les réformes touchant le secteur des transports en commun, adoptées récemment et ayant pour objectif d’améliorer la qualité des services et la sécurité des usagers.

Infructueuse. La rencontre entre la CUA et l’association des taximen ou Fikambanan’ny Taxi Antananarivo Renivohitra (Ftar), qui s’est tenue hier à l’hôtel de Ville à Analakely, n’a abouti à rien de concret qui puisse résoudre le litige opposant les deux parties dans l’affaire Omavet. Après quelques heures de concertations qui se sont déroulées à huis-clos, les responsables des deux parties n’ont pu se mettre au même diapason.

La décision de la présidente du Ftar, Clémence Raharinirina et son staff, de quitter la salle de réunion alors que les discussions étaient encore en cours, en dit long sur l’aboutissement de cette rencontre. Cette dernière a réitéré que « La position du Ftar par rapport à la décision de la municipalité de confier les contre-visites des véhicules de transport en commun entre les mains de la société Omavet, reste inchangée. Une décision qui est approuvée par la majorité des membres de l’association selon le sondage effectué à l’issue de cette  réunion. Seuls 3 taximen sur 20 comptent encore peser le pour et le contre de cette décision de la CUA avant d’annoncer leur position », a-t-elle fait valoir.

Commission

Malgré tout, il semblerait que certains taximen soient restés attentifs à certaines propositions avancées par les responsables de la municipalité, en l’occurrence celles relatives à la mise en place d’une Commission bipartite, dont les membres seraient composés de représentants de la CUA et des chauffeurs de taxi, élus par leurs pairs. Celle-ci se chargerait d’étudier la faisabilité d’un terrain d’entente entre les deux parties, en épluchant les différentes clauses de cette décision de la mairie, afin d’en étudier les avantages et les inconvénients pour enfin chercher ensemble la solution adéquate.

«Sans attendre, ladite Commission effectuera samedi prochain une visite auprès de l’ Omavet pour constater de visu les avantages que peuvent générer les offres de service au sein de cette société en faveur des transporteurs et surtout des usagers », a fait valoir le numéro un de la CUA. Cela, avant de prendre une décision finale, une fois les travaux de cette Commission achevés. Une alternative refusée catégoriquement par la présidente du Ftar, qui a déclaré le maintien de l’ultimatum de deux semaines à la CUA, lancé depuis jeudi, pour que celle-ci revienne sur sa décision. La tenue d’une grève générale n’est pas à écarter , a-t-elle prévenu.

Fahranarison

News Mada0 partages

Accident sur la RN4 : un minibus tombe dans un ravin à Mahitsy

La RN4 a encore fait des siennes dans la périphérie de la capitale. Un véhicule de transport en commun est tombé dans un ravin au niveau du Pk 323, dans la commune rurale de Mahitsy, avant-hier matin.

Les passagers d’un minibus ont évité le pire hier vers 5 h 45 lors de la sortie de route de leur véhicule qui a terminé sa course au fond d’un ravin, au niveau du village d’Andohanihasina, fokontany d’Ambohimilemaka. Tous les passagers ont été blessés mais aucune perte en vie humaine n’a été déplorée malgré la gravité de l’accident qui a provoqué d’énormes dégâts matériels. Les victimes dénoncent l’état de somnolence du conducteur d’être à l’origine du drame qui leur a failli coûter la vie puisqu’ils ont fait le trajet Bealanana jusqu’au lieu de l’accident d’une traite.

Cette zone a été tristement célèbre après l’accident qui a provoqué une hécatombe parmi les élèves d’une école privée de la capitale rentrant d’un voyage d’études au début de l’année. Les usagers lancent un appel aux responsables pour prévenir la fréquence des accidents sur ce tronçon en prenant des dispositions particulières.

Manou

 

News Mada0 partages

Vohipeno : le Pam cible les couches vulnérables

Le Programme alimentaire mondial (Pam) s’engage activement au redressement du  niveau nutritionnel à Madagascar. Un projet portant sur le financement de l’agriculture et de l’élevage a donc été mis en œuvre dans ce cadre dans le district de Vohipeno, dans la région Vatovavy-Fitovinany, au cours de la Journée mondiale de l’alimentation le 16 octobre dernier.

Plus d’un millier d’individus issus des couches vulnérables de la commune urbaine de Vohipeno sont prévus bénéficier d’un financement particulier du Programme alimentaire mondial (Pam), pour une durée de deux ans, d’après les intervenants à l’atelier de présentation organisé récemment sur place. Cette initiative aura la particularité de financer les bénéficiaires pour améliorer leur quotidien, c’est-à-dire, ils auront à travailler leur propre terre ou s’adonner à l’élevage pour leurs familles respectives, à partir des fonds qui leur seront alloués par le programme.

Participation des autorités

La commune urbaine de Vohipeno est chargée de la coordination du projet pour assurer sa réussite par des contrôles et suivis plus efficaces. La répartition des fonds destinés à ce projet, qui devra débuter le 29 octobre, a commencé depuis le 16 octobre à Vohipeno. La vulnérabilité de la région Vatovavy-Fitovinany en matière d’alimentation explique la mise en place de ce projet-pilote dans le district de Vohipeno, selon les techniciens qui ont révélé un taux élévé de malnutrition lié à la pauvreté dans la région. Ce coup de pouce représente réellement une opportunité de sortir la population de cette situation mais la réticence est de mise, faute de sensibilisation préalable des cibles qui auront des difficultés pour gérer la situation.

Manou

 

News Mada0 partages

Escroquerie à grande échelle : la police économique démantèle un réseau

Fin de carrière pour une bande composée d’individus bien organisés, a été démantelée. Ses membres ont trempé dans des affaires d’escroquerie immobilière…

Cinq personnes soupçonnées d’être impliquées dans une affaire d’escroquerie en prestations de vente immobilière, ont été interpellées par la police économique le 16 octobre à Ankorondrano. Parmi eux figurent trois femmes et deux hommes (dont un âgé de 69 ans) sur lesquels les limiers ont retrouvés des faux documents à savoir plusieurs cartes d’identité nationale (CIN), un chèque volant au nom d’une fausse CIN.

L’enquête a démarré après une plainte déposée par une victime auprès de la police le 14 octobre. Celle-ci avait l’intention d’acheter un terrain de 3,85 ares situé à Ivandry mis en vente par la bande à 70 millions d’ariary. Mais en décelant des anomalies au niveau des documents du terrain dont il a déjà payé 2,2 millions d’ariary, il a décidé d’alerter les autorités. L’acheteur et la police ont tendu un piège aux suspects en leur donnant rendez-vous le 16 octobre, en leur faisant miroiter le paiement de la totalité de l’argent. Le jour venu, l’arrestation des 5 suspectés d’escroquerie  n’était plus qu’une formalité.

C’est après enquête que la police a découvert que trois des individus arrêtés ont été déjà emprisonnés pour escroquerie. Quant au  soixantenaire, il a affirmé que le chèque volant retrouvé dans ses affaires était destiné à des achats en supermarchés. Selon les explications de la police économique, trois plaintes différentes ont déjà été déposées à l’encontre de ce réseau d’escroquerie.

Des spécialistes

A propos du mode opératoire, en fait, ils identifient des terrains non utilisés par leur propriétaire. C’est après qu’ils se renseignent  auprès du Service des domaines les informations sur ces terrains. C’est avec des fausses CIN des propriétaires qu’ils ont confectionnées que les escrocs obtiennent les documents des situations juridiques des terrains en question, qu’ils mettent en vente dans les journaux, une fois tout cela établi.

Ando Tsiresy

 

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAM-PAHALEMANA AO AMBATO BOENY : Miha mahery vaika ny vono olona

Mahavalalanina ny fahasahian’ireo dahalo tonga mandroba na dia eo aza ny fandraisan’andraikitra ataon’ny mpitandro filaminana.

Ankoatra ny fanafihana tokantrano sy ny halatr’omby fanaon’izy ireo hatramin’izay dia nanjaka dia nanjaka indray tato ho ato ny famonoana olona sy ny fandoroana trano fonenana rehefa vita ny natao rehetra. Mandry tsy lavo loha tanteraka izy ireo ary mangataka amin’ireo olona manana andraikitra amin’ny firenena mba hijery akaiky ny zava-misy satria efa mihatra aman’aina ny manjo azy ireo raha toa ka tsy misy fiafarany izao. Porofo mivaingana, ohatra, ny zava-nitranga tao amin’ny fokontanin’Ambatomasina roa herinandro lasa teo izay.

Tapitra noravain’ireo dahalo daholo ny trano teo amin’ny manodidina nandritra ny fandrobana, novakian’izy ireo ihany ny toeram-pisotroana iray ka tapitra nosotroin’izy ireo ny zava-pisotro mahamamo rehetra tao. Taorin’izay dia noentin’ireo nitsoaka ny omby efa an-jatonjatony. Marihana fa tonga dia mandeha maromaro hatrany ireo dahalo mba hoentina handresena ny fokonolona. Soa ihany fa miezaka manatanteraka ny asany ireo zandary na dia somary mafy aza ny ady atrehina.

Betsaka amin’reo zandary amin’izao fotoana izao no lavon’ny bala mandritra ny fanarahan-dia saingy manao izay ho afany izy ireo hatreto mba handresena ny asan-dahalo. Fantatra àry fa efa tafaverina tamin’ny tompony tamin’ny fiandohan’ny herinandro lasa teo ny omby miisa 64 tamin’ireo omby nangalarina. Mbola tafatsoaka kosa anefa ireo malaso ary mbola mitohy ny fitsirihana azy ireo ao amin’ny manodidina an’Ambato Boeny.

Vao tsy ela akory fa anisany tena nampatahotra ny mpiara-monina ny namonoan’ireo mpandroba ny vadin’ny filohan’ny Dinabe voatafika tao amin’ny Fokontanin’Ambohimarina ny faran’ny herinandro teo. Avy notafihina sy nalaina izay tiana nalaina dia novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ilay ramatoa.

Nivarahontsana ny mponina nanoloana ity tranga ity ary velon-taraina mafy amin’izao fotoana izao. Namoaka fanambaràna momba izay tsy fandriam-pahalemana izay ny Ben’ny tanàna Jean Valérien Rakotonandrasana ary nanamafy fa “mandry tsy lavo loha ny vahoak’Ambato Boeny ary mila vonjy”. Mila fanampiana araka izany izy ireo ka vahaolana maharitra avy amin’ny fanjakana no tadiavina.

Loza mandringana noho ny aretina pesta ny tsy fandriam-pahalemana, hoy hatrany ity Ben’ny tanàna ity ka miangavy ny famahana ny olana manerana ny Nosy mihitsy ny tenany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MPAMILY MPANAMPY TAXIBE ZOTRA FAHATELO : Noterena handoa roa tapitrisa Ariary

Naiditra vonjimaika tao amin’ny « violon » ’ny polisy Mahabibo ity mpamily mpanampy ao amin’ny zotra fahatelo, mampitohy an’Antanimalandy sy ny hopitaly PeZaGa Androva ity.

Raha ny tsiahy dia efa ho iray volana izay no nifandrirarira teny ilay mpitory milaza ho tompon’ilay entana hadino tao anaty taksibe io. Izay mazava ny peta-drindrina miranty ao anaty fiara fitateram-bahoaka rehetra fa tsy miantoka entana hadino na very izy ireo moa tsy izany ihany koa no anjara andraikiny. Kanefa dia noteren’ilay mpitory hatrany handoa ny entany i Fabien, ilay mpamily mpanampy ary niafara tamin’izao fisamboran’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany faharoa azy izao ny sabotsy teo.

Ka natolotra eny amin’ny Fampanoavana ny raharaha ny alarobia 18 oktobra teo. Ny nahavariana ny maro dia ity raharaha ity izay efa tsy nokitihina ary natao vary mangatsiaka vao notairina indray. Satria tokoa efa nangataka fampiakarana ny raharaha teny amin’ny Fampanoavana ny fianakavian’ilay tovolahy notoriana, saingy tsy nanao izany ny polisy mpanao famotorana fa nanery ankolaka ny mba hanao fifampiraharahana tamin’ilay mpamily mpanampy ihany ka izao tonga tamin’ny fisamborana tampoka izao indray ny raharaha.

Mpamily taksibe zotra fahatelo voakasi-tanana

Mbola ao amin’ny zotra fahatelo mampitohy an’Androva sy iny Antanimalandy iny ihany ny tranga niseho. Mpamily iray mamo an’ity zotra ity no lasibatry ny vono nataon’ilay mpiasan’ny tobin-tsolika Galana etsy Manjarisoa. Resaka karatra galana no anton’izany, izay niteraka fitohanan’ny fiara. Ny volana desambra tamin’ny taon-dasa no efa nohazonin’ity paompisita ity ny karatra fameran-tsolika izay ahazoana tamberim-bidy ho an’ny fiara mampiditra solika betsaka isan’andro.

Nangataka fiaraha-miasa moa ilay paompisita fa hampitomboina ny fatran’ny solika ary tombohana izy io avy eo. Arakaraka ny fetra atao no ahazoana io tamberina io, saingy tsy nanaiky ity mpamily ity ka nolazain’ilay mpiasan’ny tobin-tsolika fa izy ihany no hanao ny fanombohana io karatra io fa haveriny rahariva ny karatra rehefa vita tomboka. Tsy izany anefa ny zava-niseho fa hatramin’ity anio nanoratanay ny lahatsoratra ity dia tsy mbola naverin’ilay paompisita io karatra io.

Nitaraina ary ilay mpamily noho izao amboletra ataon’ity mpiasan’ny tobin-tsolika ity izao, fa nihizingizina tsy hamerina io karatra io ny andaniny. Ny tena nahazendana dia ilay mpamily nitaky io karatra io indray no nodarohan’ity mpiasan’ny galana ity teo amin’ny fihirifany sy ilan-kibony. Fanina ilay mpamily avy eo dia nanatona mpitsabo haingana nanao ny vonjy aina, ka nitondra ny raharaha tao amin’ny polisy Tanambao Sotema, izay mbola eo am-pikarohana ilay nahavanon-doza.

Ankoatr’izay dia mbola norobain’ity paompisita ity nandritra io fikasihan-tanana nataony io teo Bazary kely Sotema tamin’ny alatsinainy 16 oktobra teo koa ny vola 60 000 ariary sy ny finday marika techno tamin’ity mpampily taksibe ity, hoy hatrany ity farany.

Miandry ny fivoaran’ny raharaha ny rehetra fa toa gisa nangala-ketsa na koa mamo niantso polisy ka izy indray no mizahozaho, hoy ny fitenenana.

Marcos Rambeloson.

News Mada0 partages

Chronique : cela n’arrive qu’aux autres

La peste, vous connaissez ? Oui, bien sûr, on ne parle que d’elle ces dernières semaines. D’après le communiqué de la cellule de Crise de la Direction de la Veille sanitaire et de la Surveillance Epidémiologique (DVSSE) du 16 octobre, il y a eu 805 cas déclarés dont 74 décès. Même s’ils peuvent paraître abstraits sur une feuille de papier, ces chiffres font peur. La peste, ce n’est pas rien camarade ! Elle peut toucher n’importe qui, en toute impartialité. C’est ce qu’on se dit, parfois, moins souvent qu’on ne veut bien l’admettre.

Dans la réalité, on est persuadé que la peste, c’est comme tout, cela n’arrive qu’aux autres. On ne le dira pas trop haut mais on le pense tout bas. Alors on change nos comportements un jour ou deux mais pas trop. Des épidémies, on en a vu d’autres !

Dans la réalité, on jette toujours nos poubelles dans les bouches d’égout qui ne peuvent pas faire ce pour quoi elles ont été conçues. Quand il pleut et que les rats morts reposent sur les ordures dégorgées par les bouches d’égout, on se pince les narines, on détourne le regard et on passe son chemin jusqu’au prochain tas d’immondices. Après tout, il ne pleut pas tout le temps…

Quand il fait beau et qu’on a faim – ventre affamé n’a pas d’oreilles, on le sait depuis depuis – rien ne vaut un bon bol de soupe aux nouilles, quand bien même elle aurait mijoté à quel-

ques pas de la bouche d’égout, vous savez, celle d’où avaient émergé les rats morts.

La peste va bientôt se rendormir, la vie reprendra son cours comme avant l’épidémie. Les querelles de clocher pour déterminer le «vrai» responsable du ramassage des ordures entreront dans l’énième saison d’un feuilleton qui dure depuis plusieurs décennies. On aura toujours un gardien ou une bonne pour jeter

nos ordures ménagères quelque part près d’une benne échouée sur la chaussée. Quand on passera devant en voiture, on remontera les vitres et un mouchoir parfumé sur le nez, on regardera les rats se repaître du contenu de nos poubelles.

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Us et coutumes : reprendre de la hauteur

Ceux qui habitent la capitale le savent bien. Pour apprécier les charmes de la Ville des Mille, il faut éviter de regarder par terre, prendre de la hauteur et, depuis les collines, porter le regard vers les rizières… Eh oui, de loin, on ne voit pas ces remblais qui défigurent la plaine. Et là, entre jacarandas en fleurs et rizière d’un vert éclatant, on se dit que si les Anciens étaient dépositaires d’une sagesse quant à l’occupation de l’espace, ils ont oublié de nous la transmettre. La machine à remonter le temps n’existe pas. Mais pour imaginer la ville de demain, il faudrait abandonner les bureaux de la ville basse et reprendre de la hauteur. On verrait les choses autrement, peut-être avec plus de sagesse…

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : resy noho ny fahazarana

Tsy ny pesta no ho resy ho azy amin’izao, fa ny mpiray monina no mety hiharan’ny takaitra noho ny fihenan’ny risika atao ho fanefitry ny aretina rehefa na ny mponina na ny fitondrana no samy milefitra noho ny fahazarana mitoetra tsikelikely ao ambanin’ny fitandondon’ity loza ity. Na samy mamono mahafaty aza tsy mitovy amin’ny ateraky ny fahantrana ny loza vokatry ny areti-mifindra toy ny pesta. Ny fahantrana araka ny fahitana azy eto an-toerana dia mikiky homana miadana isan’andro manao lazon’ady, ny pesta kosa mandripaka haingana, manararaotra raha tsy mahery vaika ny fitandremana atao ho fiarovana ny mponina sy ny fomba entina handresena azy.

Tsy afaka anokanana andro iray fotsiny isan-taona atao fiatsaram-belatsihy toy ny mikasika ny fahantrana izy io. Fifanindrian’ny fotoana moa ny antony mahatonga itenenana an’izany, sendra mifanandrify manodidina ny faha-17 Oktobra, andro natokana ho fanehoana ny tsy fankatoavana ny fahantrana. Iza moa no manana fankatoavana fahantrana, ny mpanana tsy tia hahita ny fisian’izany, ny mahantra tia hiala avy ao anatin’ny fanagejany. Fantatra ny tsy fitovizana eo anoloanan’ny fiangaran’ny vintana, zaran’izay tsy mizaka ny mangidy no misitraka mamy, tsy fidiny kosa ho an’ireo tototry ny fahasahiranana ny fiaretana an’izany. Rariny angamba izany fihetseham-po izany nohon’ny maha-olombelona, hany afaka heverina tsy rariny dia ny fiangarana eo amin’ny anjaran’ny tsirairay eto amin’ny fiarahamonina. Napetraka amin’ny fitondrana ny fanarenana ny fahadisoan-danja tafahoatra. Adidiny ny fikarohana rafitra ahafahan’ny tsirairay hahazo ny anjara masoandrony, rafitra izay kendrena no tsy ampifanipaka ny tombontsoa ho ny andaniny sy ny ankilany. Efa nitranga ny firafesan’ny roa tonta, tsy namokatra nahafahan’ny mahantra hiala tamin’ny fahasahiranana izany. Ny fanomezana fanantenana fotsiny koa nefa efa ela niverimberenana ka lany tsiro, raha ny eto an-toerana no jerena dia vao nitombo aza ny elanelana manasaraka ny mpanana sy ny mahantra, samy nitombo any amin’ny misy azy ny harena sy ny fahantrana. Hany fiovana tazana dia ny fahatafitan’ny maro amin’ireo nandalo fitondrana sy ireo mpiray dia taminy, nisy niofo loko niova sata ary nanova fihetsika mihitsy aza, toy ny tsimbotry lasa adrisa. Ny valala tsy  mandady harona kosa dia tafajanona toy ny voaozona handady ary hitsindroka voam-bary latsaka sy poti-daoka raraka vao homana.

Léo Raz

 

Ino Vaovao0 partages

FAMPIHAVANAM-PIRENENA : Tontosa etsy Ampefiloha ny fifamindram-pahefahana

Ambetintenin’ity farany hatramin’ny fotoana nahavoafidy azy ho filohan’ny Ffm fa hanatanteraka araka ny tokony ho izy izay fampihavanam-pirenena nampiandraiketina azy ireo izay, ireo mpikambana. Toky nomeny ihany koa ny hisian’ny fampihavanana eny ifotony sy hampahalala ny vahoaka tsy ankanavaka ny antom-pijoroan’ity rafitra vaovao vao natsangana ity. 

Raha tsiahivina dia tontosa ny faran’ny herinandro lasa teo ny fihodinana faharoa tamin’ny fifidianana izay ho filohan’ny filan-kevitry ny fampihavanana malagasy vaovao izay nahalany an’i Maka Alphonse, izay efa mpanao gazety sady efa mpikambana tao anatin’ny Ffm teo aloha. Tafatsangana tamin’io ihany koa ny birao handrafitra ity rafitra vaovao ity, izay nahitana ny filoha lefitra, ny mpampaka-teny sy ny vaomiera. Amin’ireto farany dia samy ananan’ny renivohi-paritany solotena tsirairay avy. Taorian’izay nisy avy hatrany ny fivoriana notanterahan’ireo mpikambana izay mbola tsy nisy nipika hatreto ny vontoatin’izany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIVORIAN’NY PARLEMANTERA : « Tokony hampitomboina ny tetibolan’ny sosialim-baho...

Teo anivon’ny antenimieram-pirenena manokana dia nisy tamin’ireo solombavambahoaka no niray feo fa tokony hataon’ny fitondram-panjakana laharam- pahamehana amin’ireo volavolan-dalàna hodinihina eny Tsimbazaza ny mahakasika ny tetibolam-panjakana 2018 ho an’ny sosialim-bahoaka.

Anisany nitondra ny fanehoan-keviny tamin’izany ny depiote, Raholdina Naivo izay voafidy tao anatin’ny vondrona Mapar. Nambarany fa «  tokony hampitomboina ny tetibola eo amin’ny lafiny sosialy. Ny laharam-pahamehana amin’izao dia tokony handinihana ny tetibola hoe misy fiantraikany any amin’ny vahoaka ve  ? Raha misy olana eny amin’ny fiarahamonina dia ampidiro ao anaty tetibola daholo  », hoy ny solombavambahoaka Mapar. Ankoatr’izay dia nitovy tsy misy valaka amin’izay ihany koa ny fanambaràna nataon’ny solombavambahoakan’i Madagasikara voafidy tao Mananjary, ny depiote Cathy. Nolazain’ity farany ihany koa fa  tokony hampitomboina ny vola  hatokana amin’ny sosialim-bahoaka ho amin’ny tetibolam-panjakana 2018 tafiditra ao anatin’izany ny lafiny fahasalamana, ny tsy fandriam-pahalemana ary ny raharahana ady tany. 

«  Tokony tsy mitsahatra mihitsy ny fitondram-panjakana mijery ny vahoaka. Amin’izao i Madagasikara tafiditra ao anatin’izany hoe ady amin’ny pesta izany ary mahamenatra ihany izany, matoa misy ireny dia misy lesoka lehibe ao. Manoloana izany dia tokony hampiana ny tetibolam-panjakana eny amin’ny Kaominina amin’ny fanadiovana, amin’ny sosialim-bahoaka eny anivon’ny minisiteran’ny mponina satria eny no paika hialana amin’ny fahasahiranana  », hoy hatrany ny nambarany. 

Fanampin’ireo dia tokony hataon’ny fanjakana laharam-pahamehana ihany koa ny ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana amin’ny alalan’ny fampitaovana ireo mpitandro filaminana ho entina miady amin’ny dahalo. Eo ihany koa ny raharahana ady izay tena maharary ny vahoaka amin’izao fotoana izao dia tokony ho jerena akaiky.  Ireo raha atambatra ny teboka eo amin’ny sehatry ny sosialim-bahoaka izay mila fijerena maika amin’izao fotoana izao, ary angatahin’ireo solombavambahoaka ihany koa ny hananany tetibolam-panjakana manokana ho amin’ny taona 2018.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANDEVENANA : Tonga ao Ambilobe omaly ny nofo mangatsiakan’i Pr Zafy Albert

Tonga nanome voninahitra ka nitsena ny razana ireo mpitondra fanjakana sy ny Solombavambahoaka vitsivitsy voafidy any amin’ny tapany avaratry ny Nosy sy ireo Raiamandreny ara-drazana ao an-toerana ary ireo vahoaka marobe. Vory tokoa ny vahoaka naneho ny alahelony amin’ny fahalasan’ity olomanga ity.

Araka ny lamina efa napetraka dia noentina mivantana teny amin’ny tranony eny Matiakoho aloha ny razana izay vao noentina eny amin’ny kolejy St Joseph Ambilobe. Ao no handrasana ny nofo mangatsiakan’ny Filoha teo aloha ity alohan’ny handevenana azy any amin’ny fasan-drazany any Betsiaka.

Mety rahampitso no hanainga ao Ambilobe ho any Betsiaka ny nofo mangatsiakany ary halevina amin’ny fasan-drazany, ny sabotsy ho avy izao.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FAMATSIANA RANO FISOTRO MADIO : Mbola misedra olana goavana i Madagasikara

Ny any amin’ny Faritra atsimo Andrefan’i Nosy no anisany mijaly rano, indrindra fa miditra ao anatin’ny maintany ny toetrandro eto amintsika ankehitriny. Na izany aza anefa dia misy ny ezaka ataon’ny avy ao amin’ny ministeran’ny Rano sy ny mpiara-miombon’antoka  mba hahatratrarana ny tanjona ka hisy ny fidinanana ifotony  amin’ny toerana maro hananganana fotodrafitrasa.

 Raha ny nambaran’ny Tale Jeneralin’ny rano ao amin’ny minisiteran’ny Rano, Andriavelojaona Nirina  dia “ hitety tanàna maro izy ireo ato ho ato ka ireo  izay misedra olana  indrindra no ananganana paompin-drano sy  fotodrafitrasa. Azo lazaina fa marefo dia marefo ny fisian’ny rano ary saika ho mitaraina amin’ny haintany avokoa ny ankamaroan’ireo mponina. Manantena ny fandraisan’andraikitra ataon’ny mpitondra fanjakana noho ny fahasahiranana ankehitriny  ny ankabeazan’ny vahoaka madinika.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAKANA AN-KERINY : Hiditra amin’ny fikirakirana ireo teknolojiam-pifandraisana

Endrika iray isehoan’ny tsy fandriam-pahalemana ny fakàna an-keriny izay nirongatra teto Madagasikara tato anatin’ny roa taona nifanesy, na izany mihatra amin’ireo teratany malagasy, na indrindra koa amin’ireo teratany vahiny. 

Saika manerana ny Nosy dia ahitana izany tranga izany avokoa ankehitriny. Matetika dia an-tapitrisany maro no takalo takian’ireo olon-dratsy amin’ny fianakavian’ilay olona nalaina an-keriny, na amin’ny ray aman-dreniny mihitsy. Tsara marihana anefa fa misy amin’ny trangana fakàna an-keriny no valifaty noho ny olana teo anivon’ny fianakaviana ihany, na ny fiarahamonina. Raha ny fantatra ihany koa dia efa hary fomba tanteraka ny fitaovana ampiasain’ireo mpanao asa ratsy amin’ny fanatanterahany ny asany. 

Noho ireo antony rehetra ireo no iarahan’ny ministeran’ny fitsarana sy ny ministeran’ny filaminam-bahoaka miasa amin’izao fotoana izao, miaraka amin’ireo tambajotra mikirakira ny tontolon’ny fifandraisana toy ny Artec. Tanjona amin’izao fiaraha-miasa izao ny handresy amin’ny ady amin’ny fakàna an-keriny eto Madagasikara. Raha ny fanazavana dia ny ministeran’ny filaminam-bahoaka no misahana ny fikarohana rehetra, raha toa kosa ka ny ministeran’ny fitsarana no hiandraikitra ny fanomezana sazy mifanaraka amin’ny heloka nataon’ireo mpaka an-keriny. 

Araka ny fanazavana dia efa misy ny paikady napetraka amin’izay ady izay.Efa mampiasa teknolojia vaovao ireo mpaka an-keriny ankehitriny, hoy ny tompon’andraikitra. Mba hahafahana mifanehitra amin’izy ireo araka izany dia tsy maintsy miditra amin’ny fampiasana fitaovana avo lenta kokoa ny mpitandron’ny filaminana. Izany dia manamora ary ihany koa, manafaingana ny fanenjehana ireo olon-dratsy. Amin’ny ankapobeny mantsy dia finday hatrany no hifandraisan’ireo jiolahy amin’ny fianakaviana na ireo takiana vola be. Efa tontosa ny alatsinainy lasa teo ny fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasa amin’ny ady amin’ny fakàna an-keriny, teny amin’ny ministeran’ny fitsarana Faravohitra.

Lucien R.   

News Mada0 partages

Recouvrement des créances : la Jirama en action

L’assainissement se poursuit au niveau de la Jirama. Dans un communiqué publié hier, la compagnie d’eau et d’électricité a annoncé les démarches entreprises actuellement, portant notamment sur  «le recouvrement des nombreuses créances liées aux factures impayées et à la lutte contre les fraudes». «Ce travail concerne tant les particuliers que les entreprises», a précisé la Jirama.

D’après les explications reçues de la Direction générale de la société d’Etat, celle-ci enregistre une perte de 30% de sa production chaque année. Pourtant, les pertes dues aux problèmes techniques ne représentent que 10% de sa production d’électricité. La Jirama estime donc que les fraudes et les vols d’électricité sont à l’origine de ces 20% de perte en termes de production d’électricité.

Par ailleurs, la Jirama enclenche actuellement des procédures à l’amiable avec les clients concernés. «La Jirama envisage d’éventuelles coupures et des poursuites judicaires uniquement lorsque nos relances restent sans réponse ou lorsque les accords ne sont pas respectés», peut-on lire dans le communiqué officiel de la compagnie.

Riana R.

News Mada0 partages

Usage numérique : Blueline réorganise ses activités B2B

Blueline réorganise les produits et services proposés à travers «Blueline Business» destiné aux entreprises. L’objectif est de pouvoir répondre aux besoins spécifiques des opérateurs face à l’importante progression de  l’usage numérique  à Madagascar.

Présent à Madagascar depuis maintenant vingt ans en tant que fournisseur de solutions de connectivité (Internet, réseaux privés, liaisons internationales…), Blueline a vu l’évolution de l’usage de la connectivité en rapport avec les activités des entreprises présentes dans le pays ces deux derniers décennies. Il est évident que le contexte actuel est différent de celui d’il y a vingt ans concernant l’usage du numérique. «L’ensemble des métiers est concerné par l’usage numérique actuellement. Blueline business prévoit justement d’accompagner les clients dans l’utilisation de cette connectivité», a fait savoir Christophe Chapotin, directeur commercial de Blueline, lors du lancement de Blueline Business, hier, à Antaninarenina.

Ce faisant, les produits et services de Blueline Business renforcent le positionnement de l’opérateur autour de trois pôles de compétences à destination des entreprises à Madagascar. Il s’agit, notamment, des offres de connectivité, l’intégration et l’infogérance et les services hébergés.

Il faut savoir que plus de 4 000 entreprises de toute taille ont recours aux services entreprises Blueline depuis ces vingt ans. L’opérateur a créé son premier réseau internet Wimax pour les entreprises en 2005. A travers le lancement de Blueline Business, Blueline s’affirme à nouveau comme partenaire privilégié des stratégies IT et télécoms des entreprises dans le pays.

R.R.

 

News Mada0 partages

Foot – Poule des AS : Elgeco et Cnaps au top du classement

Les choses sérieuses ont débuté, hier, pour les quatre formations en lice de la poule des as de la THB Ligue des champions au stade moderne d’Ampasambazaha à Fianarantsoa. Comme il fallait s’y attendre, Elgeco Plus et Cnaps Sport sont respectivement à la première et la seconde place du classement.

Les grosses pointures se démarquent. Les deux équipes finalistes de la précédente édition prennent provisoirement la tête du classement après la première journée de la poule des as, hier, à Fianarantsoa. Lors de la première journée, Elgeco Plus n’a pas fait de cadeau aux militaires de Cosfa bien que ces derniers aient résisté longtemps aux assauts de leurs adversaires. Elgeco Plus a tout d’abord ouvert la marque mais Cosfa a égalisé avant de regagner les vestiaires (1-1). Le niveau a haussé d’un ton lors de la seconde mi-temps. Aucune des deux équipes n’a voulu lâcher prise mais Cosfa a fini par céder. En effet, Elgeco Plus a marqué le but de la victoire juste à la fin du temps règlementaire, soit à la 90e minute.

L’autre affiche a mis aux prises Cnaps Sport à HZAM. Une rencontre qui s’est soldée par une victoire remportée dans la douleur par les Caissiers qui ont pu sortir la tête hors de l’eau grâce au talent de Niasexe Milison. Une victoire synonyme de trois points au compteur des deux clubs qui s’affronteront le 25 octobre prochain. La deuxième rencontre de cette poule des

as aller opposera Cosfa à HZAM. Elgeco Plus retrouvera HZAM le 29 octobre tandis que Cnaps Sport tentera de protéger sa place contre Cosfa.

Rojo N.

Résultats de la première journée :

– Cosfa – Elgeco Plus : 1-2

– Cnaps Sport – HZAM : 1-0

Classement :

1-Elgeco Plus : 3 points

2-Cnaps Sport : 3 points

3-Cosfa : 0 point

4-HZAM : 0 point

Calendrier :

– 25 octobre : Cnaps Sport – Elgeco Plus/Cosfa – HZAM

29 octobre : Elgeco Plus – HZAM/Cnaps Sport – Cosfa

 

News Mada0 partages

Annulation des compétitions un sujet à polémiques

Les avis divergent quant à l’annulation des manifestations sportives à cause de l’épidémie de peste qui sévit à Madagascar. Certaines personnes sont confuses par rapport à la poursuite des activités sportives dans certaines localités alors que la décision devrait concerner tous les mouvements sportifs.

Des athlètes, des journalistes ainsi que des anciennes gloires du sport à Madagascar ne partagent pas le même point de vue quant à l’annulation des évènements sportifs selon les recommandations du ministère de la Jeunesse et des sports. Un sujet qui a nourri de grands débats. Certains avancent que des disciplines sont plus privilégiées que d’autres, alors que la mesure devrait concerner toutes les fédérations et mouvements sportifs sur tout le territoire national.

Pour d’autres, il s’agit tout simplement d’une injustice et ils proposent que la décision soit imposée et non recommandée, pour que tout le monde puisse être sur le même pied d’égalité. Par contre, d’autres personnes estiment que les compétitions plus importantes devraient être décentralisées dans les zones qui ne sont pas encore touchées par l’épidémie.

Pour sa part, une ancienne gloire de la natation à Madagascar craint que l’épidémie de peste ne crée la mort lente des activités touristiques et sportives à Madagascar. «Les activités sportives font partie des produits touristiques qui contribuent au développement économique d’un pays et génèrent des emplois directs et indirects dans les secteurs clés comme l’hébergement, la restauration, le loisir, le tour operatoring et les autres services associés», a estimé Bako Ratsifandrihamanana. Elle de déplorer, de l’autre côté, que «les manifestations sportives à Madagascar n’ont pas encore leur place ni leur mission de pourvoyeurs de devises. La décision arbitraire de fermer les stades pour des manifestations sportives en est la preuve. Pour bon nombre de personnes, c’est juste un domaine comme tant d’autres destinés à divertir la population».

Rojo N.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Logiciels professionnels : Roadshow Sage Africa Tour

Le Roadshow Sage Africa Tour était de passage à Madagascar en septembre dernier. Grâce à Softwell, revendeur officiel des logiciels de comptabilité, de gestion commerciale et de paie Sage dans la Grande Ile, cet événement international a pu se tenir à Madagascar.

“Un rendez-vous des entrepreneurs et des professionnels”. C’est ainsi que ses organisateurs qualifient l’événement Sage Africa Tour qui s’est tenu à l’Hôtel Carlton à Anosy, le mardi 12 septembre. Cette manifestation de grande envergure entre dans le cadre d’une tournée africaine (avec une étape à Abidjan) organisée par Sage, le géant mondial du marché des solutions intégrées de comptabilité, de gestion commerciale et de paie. Elle a été une occasion pour les centaines d’entrepreneurs et de professionnels ainsi que les quelque 400 personnes présentes, de se rencontrer et surtout d’effectuer des partages d’expériences (comptables notamment) mais aussi de rencontrer des experts Sage. A noter que Sage est présent dans 35 pays à travers le monde et collabore avec plus de 500 partenaires officiels. A Madagascar la société Softwell est le distributeur officiel de ses produits.Comme durant le Sage Africa Tour dans les autres pays du continent, l’événement a été marqué par des conférences animées par des ténors de Sage. Ces derniers ont choisi comme thème les enjeux de la numérisation de l’environnement entrepreneurial ainsi que la dématérialisation de tous les outils et les changements attendus dans l’économie nationale, voire internationale. Des entrepreneurs de différents secteurs d’activité se sont montrés intéressés par ces sujets qui semblent parfois trop “pointus” pour certains. “Nous sommes dans l’air du numérique, nul ne peut y échapper. Un entrepreneur qui souhaite réussir dans son affaire doit obligatoirement l’adopter”, rappelle Rodrigue Richard, responsable de la zone qui comprend notamment Madagascar, l’île Maurice et Mayotte.Les conférenciers ont tous martelé que le numérique est le nouvel outil des entrepreneurs qui réussissent. Ils qualifient même les nouvelles technologies de “4ème révolution industrielle. Sans cet outil, vos tâches vous submergeront et vous en oublierez. L’intelligence artificielle vous sera d’une grande aide”, soutiennent-ils. Il faut aussi signaler que l’Afrique n’est pas en retard en matière de NTIC. Notre continent serait même le numéro 2 mondial en terme de consommation de data, juste derrière le continent américain.

Solofo Ranaivo

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Blueline lance son offre business

C’est au cours d’une rencontre avec la presse que Blueline a dévoilé son nouveau produit Blueline Business. Cette nouveauté consiste à mettre à la disposition des entreprises des offres qui leur sont plus adaptées. « Nous proposons un panel de connexions à très haut débit, qui répondent à leurs exigences. Avec cela, nos techniciens de l’IT (technologie de l’informatinon) pourront intervenir à chaque fois qu’ils en ont besoin. L’objectif est que les utilisateurs ne souffrent plus de l’insuffisance de débit et surtout de la coupure fréquente des connexions comme c’est le cas ailleurs », annonce Christophe Chapotin, Directeur Commercial. Il ajoute que Blueline Business propose aussi un service d’hébergement et de pilotage des systèmes d’informations des entreprises. « Blueline Business compte déjà plus de 4.000 entreprises de toutes les tailles, allant des sociétés individuelles jusqu’aux groupes internationaux en passant par les grandes entreprises régionales, nationales et locales », selon les dires des responsables au sein de cette société de télécommunication. Aujourd’’hui, à l’ère de la digitalisation et du numérique, il est  plus que primordial pour les entreprises de posséder une bonne connexion afin d’être plus efficace dans les affaires.

Tia Tanindranaza0 partages

BMH ISOTRY“Aoka hazava fa tsy mpangalatra faty izahay”

Niteraka fimenomenomana be teny anivon’ny fiaraha-monina tato ho ato ny mikasika ny fakan’ny BHM ireo razana eny anivon’ny hôpitaly voaporofo sy voamarina fa voan’ny pesta izay alevina avy hatrany eny Anjanahary fa tsy azon’ny fianakaviany entina.

Nanambara ny tompon’andraikitra iray eo anivon’ny sampandraharaha ity fa ny asan’izy ireo no hataony izay mizara roa miavaka tsara dia ny fakana ny razana avy hatrany rehefa vita ilay fitsapana TDR  ataon’ny dokotera ka voamarina fa voan’ny pesta ilay olona ary ny mandevina ny razana. Tsy manana tombontsoa amin’ny fakana razana etsy sy eroa izahay hoy ity tompon’andraikitra ity na dia izany aza no feo mandeha fa ny asanay no hataonay ho fiarovana ny aim-bahoaka. Mikasika ilay teny Anosibe manokana  izay voatery nirotsahan’ny mpitandro ny filaminana mihitsy dia nomarihiny fa olona teny amin’ny manodidina ihany no niantso ilay laharana  maitso 910 nampandre ny tompon’andraikitra fa nisy trangam-pahafatesana mampiahiahy teny an-toerana ka tsy maintsy nirosoana ny fanadihadiana rehetra. Tsiahivina moa fa  nanaiky ny nakan’ny BMH ilay razana teny an-toerana ihany ireo fokonolona tao Anosibe tamin’ny ora farany ka niravona ny raharaha.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ady tany eny AmbohimamoryManohana ny tompon-tany ireo mpilalao baolina

Tsy mazava ny fihetsiky ny lehiben’ny fokontanin’Ambohimamory sy ny ben’ny tananan’Andranonahoatra, hoy ny mpisolovava ny tompon’ny ampahan-tany mitondra ny anarana hoe “La réunion” izay mirefy 9273 m2 etsy Ambohimamory.

Tamin’ny fifanatrehana nataon’ny tompon-tany, Edmond Randriamanantena, sy ny lehiben’ny fokontany miaraka amin’ireo andian’olona milaza azy ireo ho tompon’ny tany ny volana septambra teo, hoy ity mpisolovava ity, dia niaiky ilay ben’ny tanàna fa ara-dalàna daholo ny taratasy manamarina fa an’i Edmond Randriamanantena, ny tany. Amin’izao fotoana izao anefa dia ity ben’ny tanàna ity indray no niaraka nametraka taratasy tany amin’ny fitsarana ho fangatahana onitra sy fanalana ny tompon’ny tany amin’ny taniny. Ireo mpilalao baolina kitra sy lavalava aza, hoy ity mpisolovava ity, dia nanao taratasy mihitsy fa manaiky ny famerenana tany amin’ny tompon’ny tany no sady nisaotra tamin’ny fampindramana ny tany. Ny fitsarana koa dia efa nanaiky fa ara-dalàna ny taratasy rehetra maha tompon’ny tany ny olona arovan’ity mpisolovava ity, raha ny nambarany. Mangataka ny anatsaharan’ilay lehiben’ny fokontany sy ny ben’ny tanànan’Andranonahoatra ny fibodoana tanin’olona, noho izany, ity mpisolovava ity ary nilaza fa tsy maintsy hiroso amin’ny famefena ny tany.

J. Mirija

La Vérité0 partages

Exportation - Une occasion d'implantation des marchés grâce aux conférences

Lors de la conférence de Rome, la sécurisation des territoires maritimes est entrée dans la discussion avec les entrepreneurs italiens. En 2016, l'exportation malgache en direction d'Italie a été chiffrée à 22,9 millions de dollars. En outre, l'investissement direct étranger (Ide) en provenance des investisseurs italiens était de 19,6 milliards d'ariary en 2013. C'est un chiffre assez bas, selon les experts. Cette conférence à Rome est une occasion pour les opérateurs économiques malgaches de s'implanter dans le marché italien et aux investisseurs italiens d'augmenter le résultat en matière d'Ide.

Il faut noter que cette conférence de Rome est une suite à la conférence des bailleurs et des investisseurs qui s'est tenue à Paris le 1er et le 2 décembre deniers. Puis, à la suite de celle-ci, il y en aura une à Londres puis au Canada, et ensuite en Chine et au Japon. Toutes ces conférences ont comme objectifs d'attirer les investisseurs et de permettre à Madagascar d'exporter davantage dans ces pays. L'exportation étant l'une des ressources clés dans les activités économiques de la Grande île. Ces conférences serviront de portails pour implanter des marchés à l'étranger. Elles permettent aussi d'appuyer les entreprises exportatrices et sont utiles aux entrepreneurs qui œuvrent à l'international, tout cela dans le but de faire des rencontres directes avec les acteurs sur le marché afin de renforcer les collaborations ou d'en faire naître quelques-unes. Andrea Razafi.

La Vérité0 partages

Le vrai et le faux sur la peste

Beaucoup de malentendus entourent l’épidémie de peste qui connaît une évolution inquiétante dans la Grande île actuellement. Les symptômes tout comme les modes de transmission prêtent souvent à confusion. Afin de mieux éclairer les citoyens, ci – après le tableau récapitulatif retraçant  le vrai et le faux sur la peste !

Vrai  Symptômes -La peste bubonique (contractée par piqûre de puce) : une forte fièvre, des frissons, une altération de l’état général, ganglions inflammatoires. La période d’incubation est de 1 à 7 jours. -La peste pulmonaire (transmise par voie aérienne) : une fièvre,  des maux de tête, une sensation de malaise général, essoufflement, une toux, des douleurs thoraciques et des crachats sanguinolents. La période d’incubation : 1 à 4 jours, mais souvent inférieur à 24h.Transmission- Piqûre par des puces infectées par la bactérie.-Manipulation d’animaux infectés ou de produits biologiques contaminés.-Voie respiratoire, contact avec un malade et les gouttelettes projetées par la toux.-Contact avec les mains- La visite des morguesPrévention- Les personnes ayant été malades de la peste peuvent être de nouveau infectés-Diagnostic à temps - Eviter tout contact avec les patients, des tissus infectés, des animaux morts.-Consultation rapide des centres de soins en cas de symptômes suspects ou de doute. - Porter des masques…-Approvisionnement des centres de santé en médicaments et matériels de prévention.-Utilisation du gel désinfectant.- Utilisation des pesticides, dératification- La propretéTraitement La peste  peut causer la mort subite dans les 24 heures qui suivent les symptômes. Le traitement de la peste est gratuit. Il dure 5à 8 jours. L’enterrement  des pestiférés autorisés. La peste se guérit Faux SymptômesLa peste est caractérisée par une grippe-  La Migraine- Une température élevée. Cela peut être le signe d’une autre maladie telle que la grippe,- Ganglion.-Diarrhée. Transmission - Une simple respiration ou par l’air que l’on respire- Les aliments sales- Rapports sexuelsPrévention-La prise d’antibiotique comme le Cotrim  et la tétracycline peut prévenir la peste.(La prise de médicaments  peut entrainer la résistance de la bactérie. Ainsi, la plupart des personnes peuvent être malade sans présenter les symptômes de la peste)-Tuer les rats. (On ne peut pas tuer les rats puisque  cela provoque   une transmission rapide de la peste. Les puces se nourrissent du sang des vivants. Traitement -Les tests de diagnostic rapide (Tdr) sont fiables à 100%.   - Veillée funèbre des défunts autorisée  Situation épidémiologique du 18/10/17 à 23h (Source : Ministère de la santé publique)- 911 notifications dont 439 pour Antananarivo renivohitra.- 118 cas confirmés avec 95 décès (31 décès pour Antananarivo dont 7 hospitaliers)- 44 nouveaux cas-Niveau d’alerte : 2Centre de tri et de traitement de la peste à AntananarivoAnosiala, Chapa Ambohimiandra, Hjr Befelatanana, Anosiavaratra, Homi, Anosiala.Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Revenus - Des pertes à tout bout de champ !

L'épidémie de peste engendre également des pertes pour les acteurs économiques de la Grande île. Et ce ne sont pas seulement les grands opérateurs économiques qui sont touchés par l'annulation ou le report des évènements de grande envergure, représentant de grandes pertes, mais il y a également les opérateurs moyens qui doivent subir les conséquences de cette épidémie. Les secteurs les plus touchés actuellement sont le transport et le commerce. 

En effet, si ce mois d'octobre aurait dû être le début de meilleurs revenus pour les transports en commun avec la rentrée scolaire, ce ne fut pas le cas. Pour un bus qui relie 67 Ha-Ankatso par exemple, un aller-retour devrait au moins rapporter 15 000 ariary, mais aujourd'hui les transporteurs ont du mal à obtenir même la somme de 10 000 ariary, et cela sans compter les dépenses pour le carburant. « La plupart de nos clients sont des étudiants. Et comme tous les cours ont été annulés, ils viennent rarement à Ankatso. Les clients se réduisent donc et nos revenus aussi », témoigne un receveur de bus reliant 67Ha et l'université d'Ankatso.  Quant au commerce, avec la psychose qui pèse sur la population de la Capitale, chaque endroit sale représente un danger de contamination. Par conséquent, certains marchands d'Antananarivo voient leurs clients diminuer, étant donné que les marchés où ils opèrent ne sont pas très hygiéniques. Cette diminution de la clientèle est non seulement perçue dans la vente de produits alimentaires, mais également dans celle des vêtements et des chaussures. Comme le témoigne Nathalie, vendeuse de friperie à Isotry, « je n'ai vendu que seulement 5 vêtements aujourd'hui, alors que d'habitude j'en vends le double, voire le triple ». A Madagascar, il n'y a pas de vrai moyen de mesurer les pertes infligées par cette épidémie. Toutefois, elles sont bien présentes et sont en train de nuire à l'économie du pays. Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Pour qui… ?

C’est confirmé, Rivo Rakotovao débarque au Sénat. Le bruit courait, depuis un certain temps,  qu’il allait siéger à Anosikely, et cela, pour exécuter une « mission spéciale ». Etant le numéro deux, dans le rang protocolaire des Institutions de la République, le Sénat sera appelé à tenir un rôle  stratégique, voire vital, durant les périodes d’avant, pendant et après les élections. Par voie de fait,  celui qui trônera au perchoir deviendra le deuxième personnage de l’Etat. A l’approche de la fin de mandat du locataire d’Iavoloha, le président du Sénat s’apprête à prendre les rênes de la direction des affaires de l’Etat, et ce, conformément aux dispositions des Articles 46, alinéa 2 et 52, alinéa 2 de la Constitution de la IVè République.

Du coup, le fauteuil de Rakotomanana Honoré s’ébranle.  Un puissant « séisme » le secoue et finira par  l’éjecter…dehors. Dans une de nos colonnes, pas plus tard que celle du 20 septembre dernier, sous le titre « Désavoué », nous avions déjà eu l’occasion de soulever le cas critique du sort réservé à Honoré Rakotomanana,  président du Sénat. En effet, l’intention inébranlable du Chef de l’Etat et son équipe à amender la Constitution menace directement le fauteuil du deuxième personnage de l’Etat. Brutalement, Hery Rajaonarimampianina se rendit compte que son choix porté sur Rakotomanana Honoré, au perchoir du Sénat s’avérait…incorrect ! Le « petit incident » du 14 juillet, à l’Ambassade de France fut, entre autres, le « grand déclencheur » du doute.  Finalement, son âge trop avancé, plus de 80 ans, de Rakotomanana Honoré le trahit. Et dès lors, les dés sont jetés ! Rivo Rakotovao, le chef du clan des « vautours » du Hery Vaovao ho Madagasikara (HVM), longtemps pressenti pour occuper le poste, combien stratégique et vital, du président du Sénat ne s’en privait pas les moyens pour y parvenir. L’occasion, en or, fut offerte avec l’élection de Ahmad au prestigieux poste de  Président de la Confédération Africaine de Football, dont le siège se trouve à Le Caire (Egypte). Le régime a beaucoup de temps pour nommer le remplaçant. Il fallait peaufiner le plan. D’ailleurs, il n’était pas facile à un Rajaonarimampianina de se débarrasser d’un Zokibe du nom de Rakotomanana Honoré. A supposer facilement que le Président s’était plié par quatre pour le convaincre à accepter la proposition. Une gymnastique compliquée et périlleuse, très difficile à exécuter, dans la mesure où Rakotomanana Honoré ne fait partie du Board du HVM. L’entourage du Patron n’avait pas manqué, au moment du débat, de lever les boucliers. Mais, comme il fallait s’y attendre, le Chef imposait son choix. Depuis, les tractations continuent leur bonhomme de chemin pour aboutir au Décret du  13 octobre nommant le Ministre d’Etat de l’Elevage et de l’Agriculture Rivo Rakotovao au fauteuil de Sénateur en remplacement au poste laissé vacant suite au départ de Ahmad. Les pressions de  l’entourage du Président n’ont jamais lâché prise. Le Chef de l’Etat céda et franchit le Rubicon. Ainsi, le président du HVM débarque ou atterrit à Anosikely. Bien sûr, Rivo Rakotovao n’allait pas abandonner son fauteuil doré de Ministre d’Etat pour un simple siège de Sénateur !  Pour qui sonne le glas ! Inutile de disserter sinon de divaguer, là-dessus, on le sait !

 Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Basket -ball : FIBA Africa champions Cup - Départ en suspens pour Ascut et Fandrefiala

Techniquement, Fandrefiala  Analamanga et l'Ascut (Association sportive de la commune urbaine de Toamasina) sont fin prêts. Ces deux équipes de la Grande île seront les représentantes de la zone 7 pour la 23ème édition de la Coupe d'Afrique des Clubs Champions prévue se tenir à Luanda, Angola du 10 au 19 novembre prochains. A l'issue de la Coupe des Clubs Champions de l'Océan Indien, les deux formations n'ont connu aucun répit et enchainaient la préparation en vue du rendez-vous africain. Pour le moment, le départ de ces deux équipes reste encore incertain.

L'Ascut Atsinanana a toujours entamé son entraînement dans la règle de l'art et autant pour le Fandrefiala. Mais la décision dépendra encore du patron de l'équipe pour déterminer le sort des clubs champions de la zone 7 hommes. Pour le moment, aucune information n'émane  de la ville du Grand Port. Pour le cas du Fandrefiala, les dirigeants du club prévoient de tenir une réunion ce samedi 21 octobre afin de prendre l'ultime décision sur le départ de l'équipe pour Luanda ou pas. Pour le moment, le club dispose les 45% du budget nécessaire pour le voyage mais le reste dépendra des sponsors qui ont promis d'aider l'équipe d'après Cyrille Rasoloarijaona, entraîneur du club Fandrefiala. L'Ascut veut faire mieux par rapport à sa dernière participation. Rappelons qu'après une saison en veilleuse l'année dernière, l'équipe revient et a su garder son titre en gagnant encore une fois la Coupe des Clubs Champions de L'océan Indien (63-61) face à la GNBC (Gendarmerie Nationale basket Club). Et le Fandrefiala a remporté son premier titre régional (65-45) face à Tamifa. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - La barre des 100 décès bientôt atteinte

L’épidémie de peste n’en finit pas à Madagascar. Le nombre de décès des suites de cette maladie bat des records avec 95 morts depuis la fin du mois d’août dernier, selon les chiffres officieux du ministère de la Santé publique hier. Le décompte est insoutenable. L’épidémie a débuté il y a presque deux mois. La propagation de la maladie suit un rythme constant ces derniers temps. A ce rythme, la barre des 100 décès devrait être atteinte en cette fin de semaine. Le nombre de cas pourrait alors avoisiner les 1000. Combien de morts et de cas faut-il encore pour que le régime Rajaonarimampianina songe à repenser sa politique ? Il s’agit de sauver des vies actuellement.  Telle a été la réaction de bon nombre d’observateurs à l’annonce de l’approche de la barre symbolique. La propagation de la maladie continue de créer la psychose, notamment dans la Capitale où les habitants se sont rués sur les pharmacies pour acheter des masques et les gels désinfectants pour mains.  

Force est pourtant de constater que contrairement à il y a deux semaines où ils étaient sur tous les fronts, les tenants du régime Rajaonarimampianina semblent avoir baissé la garde, englués qu’ils sont dans d’autres problèmes. Le bilan risque de s’alourdir de jour en jour. Dans la Grande île, la question de l’épidémie ne semble pas être la vraie priorité, reléguée au second plan, loin derrière d’autres secteurs jugés prioritaires comme le remplacement du Président du Sénat Honoré Rakotomanana et autres dépenses de prestige sans impact direct sur le quotidien des populations comme ce déplacement à Rome, jugé inutile par bon nombre d’observateurs… Dans ces conditions, il sera toujours difficile de vaincre la peste, étant donné que la lutte contre une épidémie du genre requiert une vigilance de tous les instants. En outre, les gouvernants semblent ne pas avoir de vision à long terme pour lutter contre l’épidémie.  Il est vrai que les dirigeants actuels excellent dans la prise de mesures de circonstance pour donner  l’illusion de s’occuper des problèmes de fond des populations alors qu’il n’en est rien. C’est donc, avant tout, une question de gouvernance, de vision et d’engagement politique et ensuite de moyens humains et matériels car, là où l’on met la priorité, l’on se donne et l’on trouve les moyens de sa politique. Dans le cas précis de la peste, l’on peut se demander si les autorités malgaches n’ont pas quelque peu fait preuve de négligence, et s’il y a eu un réel suivi de l’épidémie sur le terrain. Or, tant qu’il y aura un foyer de peste quelque part, la menace de la propagation restera permanente. La dimension socioculturelle rend l’efficacité de la lutte beaucoup plus incertaine étant donné que certaines populations, fortement attachées à leurs valeurs culturelles, ne sauraient s’empêcher certains réflexes comme la manipulation des cadavres,  quand ce n’est pas une dénégation de l’existence même de la maladie qui l’emporte dans les esprits.  Ces populations ne se gêneraient donc pas de cacher des malades à la maison pour s’en occuper à la traditionnelle quand il n’est pas impossible pour elles de déroger aux rites funéraires ancestraux lorsque ces malades viennent à passer de vie à trépas.  Tous ces ingrédients, ajoutés à la pauvreté et à l’ignorance des populations d’une part, à la négligence et au manque de vision des pouvoirs publics d’autre part, font que la lutte  contre la peste est des plus difficiles.  D’où la nécessité d’un renforcement de la campagne de communication et de sensibilisation à l’endroit des populations afin d’éviter une trop grande propagation de la bactérie, et une plus grande implication des pouvoirs publics aux côtés des organismes internationaux et partenaires du pays qui s’affairent sur le terrain pour  porter assistance et réconfort aux populations, non sans difficultés…Recueillis par  L.A.

La Vérité0 partages

Ministère de la Santé publique - 788 agents privés de salaire en pleine épidémie de peste

Une épidémie aussi préoccupante que la peste affecte des agents du ministère de la Santé publique (MinSan). Selon de source sûre, 788 d'entre eux seront privés de salaire à partir de ce mois d'octobre. Les affectés sont répartis dans tout Madagascar et les 22 directions régionales de la Santé publique sont toutes touchées. Des médecins-chefs et des paramédicaux sont même concernés.

La décision vient du ministère des Finances et du Budget qui, après vérification à l'aide d'un logiciel de contrôle financier, a constaté que des agents de santé sont déclarés non répertoriés dans la base de données du MinSan. Une liste avec des identifications complètes, faisant mention des numéros matricules des écartés, est établie à cet effet.Ceux dont le solde est marqué « à rayer » à partir de ce mois sont classés en trois catégories. La première comprend des fonctionnaires retraités alors que ceux en exercice en constituent la deuxième. Quant à la troisième, les noms des agents qui sont à l'étranger mais qui continuent à percevoir leur salaire à Madagascar y figurent. Ils sont vus comme des déserteurs.RéquisitionnésLa nouvelle intervient en cette saison où la lutte contre l'épidémie de peste bat son plein. Pourtant, tous les membres du personnel du MinSan sont réquisitionnés depuis que la situation est devenue critique. En effet, le sort des agents qui verront leur salaire mensuel coupé sera des plus accablants dans les zones pesteuses.Selon un spécialiste de l'administration publique, le cas rapporté au MinSan témoigne de la mauvaise gestion des ressources humaines au sein de ce département ministériel. « Quelque chose ne colle pas à ce ministère. S'il est des agents dont le solde est à supprimer, la mesure ne doit pas être sélective. Elle doit relever d'un mouvement d'ensemble », indique la source.Selon des remarques, les agents sérieux qui travaillent bien et dur sont souvent traités comme des pestiférés. Par contre, ceux dont le manque de sérieux est éloquent ou ceux familiers de l'école buissonnière sont gratifiés. Il s'agit donc de traitement injuste que l'on réserve à ceux qui ne le méritent pas.Sans des solutions rapides, des mouvements de contestation qui menacent de saper le combat contre l'épidémie de peste peuvent se déclencher incessamment. La procédure en vue de rétablir les soldes rayés prend plusieurs mois pour aboutir alors que la peste semble avoir donné un torticolis aux responsables de bon aloi.Manou Razafy

La Vérité0 partages

Décès d’Albert Zafy - Macron devance Rajaonarimampianina

Le président de la République française, Emmanuel Macron a exprimé sa  « profonde tristesse »suite au décès de l’ancien Président Zafy Albert dans une lettre de condoléances adressée au Président Hery Rajaonarimampianina.  « Votre pays vient de perdre un grand homme d’État. Médecin de formation et premier Président de la IIIe République, Albert Zafy aura joué un rôle fondamental dans la vie politique de Madagascar », souligne encore le numéro un de l’Elysée. Il n’a pas manqué de souligner la « très grande sagesse » du défunt Professeur, ainsi que sa fervente défense des valeurs démocratiques et son initiative pour la réconciliation nationale, notamment lors de la crise politique de 2009. Ainsi, Emmanuel Macron a largement devancé le numéro un malgache dans cette initiative qui fait honneur à l’ancien Président.Faut – il rappeler que le locataire d’Iavoloha a été le grand absent lors de premières heures qui ont suivi le décès de l’homme au chapeau de paille.

Condoléances  par « procuration »

De l’accueil de la dépouille mortelle à Ivato, à la veillée funéraire et la cérémonie d’hommage tenue au Palais des Sports et de la Culture à Mahamasina, le Président a tout délégué au Premier Ministre pour cause de mission à l’étranger. Ce dernier qui s’est chargé de transmettre quelques consignes du numéro un de l’Exécutif mais qui n’ont pu, en aucun cas, combler l’absence du chef de l’Etat. En effet, malgré cette absence physique, le Président aurait dû au moins faire une déclaration officielle par le biais du site de la Présidence ou à travers les chaînes nationales (Tvm et Rnm). Un communiqué officiel signé de ses mains en Italie voire une vidéo de circonstance s’adressant au peuple malgache suite à cette grande perte aurait été mieux apprécié par l’opinion publique que de simples paroles ou condoléances rapportées par le Chef du Gouvernement.D’autant plus que les progrès des nouvelles technologies permettent ce genre de communication...

Midi Madagasikara0 partages

Ambodifilao : Saofera taxi voaroba tao anaty fiarany

Amin’ny efatra ora tolakandro no miseho ny fanafihana. Toa efa narahin’ireo olon-dratsy mihitsy ity rangahy ity sy ny fiarakaretsaka (Renault 19) nampiasainy, raha ny fihevitra azy. Avy nanatitra vazaha teo amin’ny hotely lehibe iray etsy Antsahavola izy. Nahazo vola devizy euros, ankoatry ny saran-dàlana, satria nahafinaritra ireo teratany vahiny nateriny ny asany. Izany fankasitrahana izany anefa angamba dia hitan’ireo olon-dratsy koa ka antony izay nanarahany ny fiara. Nataon’ireo olon-dratsy izay nahatratrarana ilay fiara, mbola nisy fitohana rahateo tamin’io fotoana io. Rehefa tonga teo andohan’Analakely dia nosakanana ary mody nanao toa ireny mpandeha taxi tsotra ireny ireo jiolahy. Raikitra ny fifanarahana ary tsy nisy ady varotra firy. Tamin’iny mifanandrify amin’Ambodifilao iny no namoaka antsy amin’izay ny iray tamin’ireo mpanafika, ilay nipetraka tao aoriana. Ny faharoa kosa izay teo akaikin’ilay saofera dia nitango ny vola teny aminy fotsiny no nataony. Lasa ny vola euros izay vao azo,  ankoatra izay vola malagasy, saran-dàlana izay maty hatramin’ny marain’andro. Omaly dia efa niparitaka teo amin’ny mpitondra taxi ny zava-nitranga tamin’ny naman’izy ireo. Izany mantsy dia entin’ny tsirairay mitandrina manoloana an’io fomba fiady vaovaon’ny jiolahy io indray. Raha ny alina teo aloha no tena nihoron-koditra ny mpamily fiarakaretsaka ary tsy mety mitondra olona maromaro intsony na koa làlana somary mivoaka an’andrenivohitra, izao koa izany dia efa misy manara-maso koa izay mitondra vazaha ary hatao lasibatra amin’ny fandrobana. Izany dia amin’ny andro mbola tsy maizina akory. Misy mpitsikilo fotsiny izany ny asany ao anatin’ny fikambanan-jiolahy ary tena mahavita manara-maso sy mampahafantatra ara-potoana ny namany amin’izay mety ho lasibatra mety amin’ny fandrobàna.

D.R

 

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Ambondrona : Tsy nisy nivoaka ny olona na naneno aza ny kiririoka

Nitsirika dia mainka koa aza nanamafy ny hidin-trano. Izany no nitranga nandritry ny antso vonjy izay nataon’ny mpiara-monina teo an-toerana. Tetsy Ambondrona no niseho ny vaky trano ary rehefa nampiasa fonoka ireo olon-dratsy dia tsy nandre izay nitranga ny tao an-trano. Ny mpiara-monina no nahatsikaritra ireo jiolahy ary nitsoka kirioka mba hanairana ny manodidina. Saingy tsy nisy nivoaka ny olona. Vokatr’izany dia trano efa foana no hitan’ny mason’ny tompon-trano raha vao nisokatra ny masony ny maraina. Lasa hatramin’ny vilany fandrahoana sakafo. Mba entina hilazàna izany fa tena tsy nisy namelan’ireo mpamaky trano izay azo nobataina tao ary nanara-po izy ireo. Nanampy ireo farany rahateo ny filatsahan’ny orana izay ankoatra ny fonoka nampiasainy dia nandrakotra ny tabataba sy ny feo. Notsofaina ny hidin-trano ary nibanaka tanteraka. Raha araka ny fanazavana azo tamin’ny mpitandro ny filaminana dia telo no tompon’andraikitra tamin’ity vaky trano ity. Momba ny tsy fivoahana mamonjy indray dia mazava fa matahotra ny ainy koa ny olona. Matetika loatra mantsy no manana basy ny mpandroba ankehitriny. Tsy misy afa-tsy ny miantso mpitandro ny filaminana ihany izany no vahaolana raha vao misy ny asaratsy hitan’ny maso.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Lehilahy iray maty tsy tra-drano tao an-tranony, novonoin’ny Dinabe

Ny alahady maraina teo, tao amin’ny Fokontany Betsioky Somotse, Kaominina Soahazo, Distrikan’i Toliara II, Faritra Atsimo Andrefana, lehilahy iray no maty tsy tra-drano notifirin’ ireo Dinabe tao an-trano fonenany. Tsy vitan’izany ihany, araka ny fitantaran’ny havan’ny maty, fa lasan’ireto folo lahy mitonona ho Dinabe ireto ny entana rehetra sarobidy tao an-trano. Rehefa nofotorana lalina kosa ireo nahavanon-doza dia nilaza fa mamo ary namoaka vava tsy nanisy hajany ny Dinabe sady mbola niteny ratsy azy ireo ilay raim-pianakaviana ka izany no antony nahatonga ny famonoana azy. Manoloana an’ity vono olona ity dia tsy nanaiky ny havan’ny maty satria tsy zon’ireo mpikambana ao amin’ny Dinabe ny mandatsaka ain’olona ary tsy voaraikitra ao anatin’ny fitsipika sy fepetra mifehy ny Dinabe koa ny mamono olona. Araka ny loharanom-baovao voaray, dia miezaka mandamina ity raharaha ity ny tompon’andraikitry ny Dinabe any an-toerana amin’izao, ka hokabariana ary hosaziana ampahibemaso ireo mpikambana Dinabe nahavanon-doza. Raha ny loharanom-baovao voaray hatrany, dia hampanonerana omby miisa 32 amin’ny fianakavian’ny maty noho izany ireo nandatsaka aina ilay lehilahy. Tsy mbola fantatra anefa hatreto na hanaiky an’io onitra io ny havan’ny maty na mbola hampakatra ny raharaha eny amin’ny Fitsarana ao Toliara. Ho hita eo ary hotanterina eto amin’ny gazety hatrany ny tohiny sy ny fivoaran’ ity raharaha mafana ity.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

DIANA / Ambilobe : Fisaonam-pirenena, tsy miasa mandritra ny telo andro ny mpiasa rehetra

Araka ny naoty navoakan’ny lehiben’ny distrikan’Ambilobe omaly 18 oktobra dia tsy miasa mandritra ny telo andro ho fanajana ny fisaonam-pirenena noho ny fahalasanan’ny filoham-pirenena teo aloha, Zafy Albert ny mpiasa rehetra, na miankina na tsy miankina amin’ny fanjakana ao Ambilobe. Eo anatrehan’izany anefa dia maro amin’ireo orinasa any an-toerana no mampiaka-peo noho ity fanapahan-kevitra ity satria fatiantoka goavambe no hivesatra amin’izy ireo ao anatin’izany telo andro tsy hiasana izany, araka ny tati-baovao voaray. Rehefa niala tao Ambanja omaly antoandro, dia tonga tao Ambilobe antampo-tanana omaly tolakandro ny vatamangatsiakan’i Filoha teo aloha Pr Zafy Albert izay noraisina tamin’ny fomba manetriketrika tao amin’ny Kianjan’ny Saint Joseph. Raha vao niainga an’Antananarivo nihazo an’ Ambilobe tanindrazany ny nofo mangatsiakan’ity filoha teo aloha rainy demokrasia ity, dia nanome voninahitra sy nanao veloma farany azy daholo ny rehetra teny an-dalana. Ny asabotsy izao no halevina ao Betsiaka tanindrazany Pr Zafy Albert.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

DIANA / Andapa : Tafakatra 50 000 ariary ny iray kitapon’ny saribao, mikaikaika ny mponina

Tao anatin’ny iray volana teo, nidangana ny vidin’ny arina fandrehatra ao Andapa. Ankehitriny, tafakatra dimy alina ariary ny iray kitapo amin’ny saribao., ka mikaikaika mafy ny ankamaroan’ny mponina tsy manana fahafaha-mividy intsony amin’izao noho ny fahasarotam-piainana misy. Voatery mividy amin’ny antsinjarany avokoa ny ankabetsahan’ireo olona ao an-toerana ary 3 000 ariary ny iray siny. Araka ny fanazavana voaray, dia voaaro fatratra ny ala ao Andapa satria sarotiny ny lehiben’ny ala amin’ny fikapahana hazo sy fanaovana saribao, ka voatery manafatra arina fandrehatra avy ao amin’ny Distrikan’i Vohemar ireo mpangala ambongady. Ary anisany mampidangana ny vidiny saribao ihany koa raha ny fanazavana azo hatrany ny saram-pitaterana (300 km eo ho eo ny elanelan’ny Vohemar sy Andapa) sy ny faharatsian’ny lalana itondrana ny vokatra ary ny fanararaotra ataon’ireo mpivarotra amin’ny fakana tombony tafahoatra noho ny fisian’ny vokatra lavanila. Araka ny fanadihadiana natao dia any amin’ny Distrikan’ Andapa no lafo vidy indrindra ny vidin’ny arina fandrehatra eto amintsika ankehitriny.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Ambondrona : Tsy nisy nivoaka ny olona na naneno aza ny kiririoka

Nitsirika dia mainka koa aza nanamafy ny hidin-trano. Izany no nitranga nandritry ny antso vonjy izay nataon’ny mpiara-monina teo an-toerana. Tetsy Ambondrona no niseho ny vaky trano ary rehefa nampiasa fonoka ireo olon-dratsy dia tsy nandre izay nitranga ny tao an-trano. Ny mpiara-monina no nahatsikaritra ireo jiolahy ary nitsoka kirioka mba hanairana ny manodidina. Saingy tsy nisy nivoaka ny olona. Vokatr’izany dia trano efa foana no hitan’ny mason’ny tompon-trano raha vao nisokatra ny masony ny maraina. Lasa hatramin’ny vilany fandrahoana sakafo. Mba entina hilazàna izany fa tena tsy nisy namelan’ireo mpamaky trano izay azo nobataina tao ary nanara-po izy ireo. Nanampy ireo farany rahateo ny filatsahan’ny orana izay ankoatra ny fonoka nampiasainy dia nandrakotra ny tabataba sy ny feo. Notsofaina ny hidin-trano ary nibanaka tanteraka. Raha araka ny fanazavana azo tamin’ny mpitandro ny filaminana dia telo no tompon’andraikitra tamin’ity vaky trano ity. Momba ny tsy fivoahana mamonjy indray dia mazava fa matahotra ny ainy koa ny olona. Matetika loatra mantsy no manana basy ny mpandroba ankehitriny. Tsy misy afa-tsy ny miantso mpitandro ny filaminana ihany izany no vahaolana raha vao misy ny asaratsy hitan’ny maso.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Elections : La question de la psychologie électorale à résoudre !

L’exhaustivité et l’exactitude des listes électorales. Ce sont les grands défis qui attendent la Ceni pour les élections à venir.

D’après le rapport de la commission électorale en avril dernier concernant l’inscription sur les listes électorales, 2 750 031 jeunes et 4 172 896 femmes sont inscrits sur ces dernières. La Ceni soutient une augmentation de 18,90% pour les premiers et de 4,87% pour les secondes par rapport à l’année 2016. L’ONG Tolotsoa comme l’OIF affirment que justement les jeunes et les femmes affichent moins d’attention quant à l’idée de s’inscrire sur les listes électorales. Pour Hery Rakotomanana, le président de la Ceni, deux faits en sont les causes : « primo, les jeunes des zones reculées ne priorisent pas l’obtention de la CIN. Secundo, l’Etat n’arrive pas à satisfaire ce devoir d’attribuer des CIN compte tenu de l’insuffisance des imprimés y afférents ». Certes, ces suppositions trouvent une part de vérité mais en réalité, les questions électorales tournent autour de la psychologie électorale.

Facteurs. Selon les études effectuées par Michael Brute, professeur en Science Politique à la London School of Economics and Political Science et Sarah Harrison, chercheure en psychologie électorale à la même London School of Economics and Political Science, la psychologie électorale est favorisée par quatre facteurs dont les niveaux d’émotion, d’excitation, de fierté et d’inquiétude. Et eux de continuer que « selon les conditions du vote, ces critères varient et modulent les choix des électeurs ». Justement, la plupart des électeurs ont toujours voté selon le niveau d’émotion. En effet, pour les candidats, il suffit – durant la propagande – de faire de la démagogie et distribuer des PPN, des casquettes et/ou des T-shirts pour acquérir la voix d’un électeur. Une générosité éphémère contre un vote, un choix sans que l’électeur concerné ne connaisse les teneurs du projet de société du candidat « généreux ». Mais ce n’est pas tout, d’autres électeurs préfèrent agir selon Machiavel en décidant de « choisir le moindre mal » sur les autres candidats. Il y a également ceux qui, avec fierté, votent toujours pour le candidat du parti qu’ils préfèrent, le parti traditionnel. A côté, il y a ceux qui s’abstiennent purement et simplement dont font partie les jeunes qui se désintéressent à la politique.

Stratégies. Ces considérations dépassent les frontières urbaines et rurales et la Ceni a beaucoup de pains sur la planche face à cet énorme défi. De surcroît, elle met le cap sur les dix millions d’électeurs en 2018. Mais si les jeunes qui sont nombreux à Madagascar continuent à s’abstenir, les efforts de la commission électorale seront vains. « Actuellement, avec le concours de l’Etat, la Ceni relève ceux qui ont obtenu leur CIN entre le 15 avril et le 1er décembre de cette année. Après vérification auprès des « fokontany », ceux qui correspondent avec les données seront intégrés sur les listes électorales. Ceux qui ne le sont pas seront répertoriés dans une liste de réserve», a affirmé Hery Rakotomanana. D’autres stratégies sont déployées par la Ceni telles que l’opération addition qui commence à partir du mois de novembre et à l’issue de laquelle ceux qui n’ont pas de CIN car n’ayant pas d’acte de naissance peuvent l’obtenir à partir des jugements supplétifs de naissance octroyés par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Quoiqu’il en soit, les électeurs ont encore quelques mois pour se préparer et la Ceni pour les mobiliser et les exhorter à voter convenablement.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Ambalavao : Lehilahy maty notolomin’ny mpamosavy

Tranga hafakely no niseho afak’omaly ka nanaitra ny mponina tany Andonaka Ambalavao. Araka ny tati-baovao voaray avy any an-toerana dia lehilahy iray manodidina ny 47 taona eo no voalaza fa maty notolomin’ny mpamosavy. Avy niandry faty tany Ambararata hamonjy fodiana alina ity raim-pianakaviana efa mamomamo no notaingenan’ny mpamosavy teny an-dalana. Naheno lehilahy nitaraina mafy ny teny amin’ny manodidina nisehoan’ny loza, saingy noho ny tahotra dia tsy nisy sahy nivoaka ny trano ny olona. Noho ny naraina anefa ny andro dia talanjona ny rehetra raha nahita an’ity rangahy naratra mafy tsy afa-nitsangana intsony sady feno mangana ny vantany, ka avy hatrany dia nentina namonjy tobim-pahasalamana sady niezaka nitantara ny zava-nihantra taminy ity niharam-boina efa reraka dia reraka. Vokatry ny ratra sy ny daroka ary vono sy fampijaliana nanjo azy tamin’ny alalan’ny vely karavasy dia nindaosin’ny fahafatesana ity lehilahy. Raha ny fanampim-panazavana voaray hatrany, dia fony fahavelon’ity rangahy namoy ny ainy nilaza ny tsy matahotra velively mpamosavy. Sendra ny taolana anefa ity lehilahy voalaza fa mpody alina matetika ity, tamin’ity indray mitoraka ity, ka nanaraka hatramin’ny ain-dehibe mihitsy, ary nijalijaly vao tapitr’aina, satria tsy nampoizin’ny maro ny fiafaran’ny fahasahiany.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Ankorondrano : Tambajotrana mpisoloky, mivarotra tany amin’ny alalan’ny taratasy hosoka

Miisa dimy izy ireo no voasambotry ny pôlisy ekônômika teny amin’iny faritra Ankorondrano iny ny alatsinainy lasa teo. Olona izay voarohirohy ho ao anatina tambajotra mpanao taratasy hosoka amin’ny fivarotana tany. Telo amin’ireto olona voasambotra ireto no vehivavy, raha ny fanazavàna azo ary misy ny tanora vao erotrerony amin’izy ireo, misy koa anefa no efa goaika antitra. Mbola nahitàna karazana taratasy hosoka maromaro tany amin’ireto olona ireto, toy ny karampanondro sy taratasy mombana tany isan-karazany, taratasim-bola sy ny maro hafa. Araka ny fampitam-baovao azo avy anivon’ny polisim-pirenena dia niainga avy tamina fitoriana olona iray nividy tany, ary nahatsapa fa “misy zavatra tsy mazava mahakasika” azy io ny raharaha. Napetraka ny velam-pandrika ary dia izao tratra izao tokoa fa mpisoloky izy ireo. Raha ny famotorana natao azy ireo, dia efa maty paika tanteraka ny tetik’adiny entiny misoloky izay tratrany amin’ireo olona hividy tany. Mitily izay tany eny ho eny, tsy dia kitihan’ny tompony loatra izy ireo. Avy eo mitsirika izany eny amin’ny sampan-draharahan’ny fananantany, maka ny mombamomba ny tompony. Manomboka eo amin’izay ny tetik’ady faharoa : ny fanamboarana karam-panondro hosoka amin’ny anaran’ny tena tompon’ilay tany, ny fakàna ny “situation juridique” ary ny fandefasana filazàna amin’ny gazety sy maro fa hoe misy tany amidy. Efa maro ny roboka tamin’izany fisolokiana goavana izany, saingy tsy naha-izy azy ireo ity indray mitoraka ity. Efa naharay vodiondrim-barotra ireto mpisoloky ireto ary saika haka ny ambiny izay mitentina eo amin’ny 68 tapitrisa ariary eo ho eo no izao tra-tehaka izao. Fantatra ihany koa fa efa rain-dahiny tanteraka amin’ny asa fisolokiana izy ireo, ary samy efa nigadra noho izany resaka izany avokoa. Araka izany dia manentana hatrany ny pôlisy ho an’ireo olona mikasa ny hividy tany, mba ho mailo tanteraka , hanamarina sy hanao famotorana lalina izany tany izany fa efa tsy kely lalana tokoa ireo mpanao ratsy.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Moramanga : Raikitra ny fanadiovana faobe

Niray hina ny mpitondra teto Moramanga fa natao ho andro tsy fiasana ny zoma 13 oktobra 2017. Niara-nanadio ny tanàna avokoa izy ireo izay notarihan’ny loholon’i Madagasikara sy ny solombavambahoaka mirahalahy ato anatin’ny distrkan’i Moramanga. Fifanomezan-tanana nifanaovan’ireo mpitondra no nahafahana nanao ny fanadiovana ary norarahana fanafody mamono bibikely avokoa ny toerana rehetra vita fanadiovan tato an-tampon-tanan’i Moramanga. Ady hiaraha-manana ny ady amin’ny petsa, hoy ireo mpitondra, ary samy nandray ny andraikiny nifanandrify azy avokoa ny olona rehetra, niainga tamin’ireo mpianatra madinika ka hatramin’ny miasa sy ny mpivarotra. Tsy hijanona hatreo ity fiaraha-mientana amin’ny fanadiovana ity fa hametraka fotoana ary hotoizana hatrany. Nizara roa ny tontolo andro raha fanadiovana ny maraina ary fitaomana sy fandraofana fako ny tapany hariva. Firaisan-kina teo amin’ny maha samy Malagasy no niseho teto Moramanga ny tontolo andron’ny zoma.

Cathy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

AMORON’I MANIA / Fisorohana ny loza voajanahary : Tonga eto Ambositra ireo fitaovana avy amin’ny BNGRC

Toy ny faritra rehetra manerana ny nosy, dia tonga eto Ambositra ireo fitaovana avy amin’ny BNGRC hiatrehana sy ho fisorohana ireo  loza voajanahary, toy “ camion pompier, camion benne, tractopel, ambulance” miampy  fitaovana samihafa toy ny tranolay, sns… Ho fanampiana ireo fianakaviana sahirana dia nisy vary 10 taonina ihany koa nalelefan’ny BNGRC. Momba ity farany ity, dia nanapakevitra ny “prefecture” fa hisy komity manokana hisahana ny fizarana ny vary, ka  ahitana ireo tomponandraikitra isan-tsokajiny voakasik’izany, ka vary 2 kilao isam-pianakaviana isanandro no hozaraina amin’izany.  Andrasana araka izany ihany koa ny anjaran’ny kaominina sasany ao anatin’ny faritra Amoron’i Mania ho fanampiana ireo fianakaviana sahirana.

Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Révision de la Constitution : Naivo Raholdina dénonce un calcul politique

Le Premier ministre, Mahafaly Solonandrasana Olivier a soulevé hier que des débats relatifs à la révision de la Constitution auront lieu lors de cette session parlementaire. Aussitôt qu’il l’ait affirmé que le député Naivo Raholdina, élu dans le cinquième arrondissement sous les couleurs du Mapar l’ait rejeté purement et simplement en dénonçant « un calcul politique ». Un calcul politique car, selon ses explications, « le président candidat à sa propre succession devrait démissionner de son poste deux mois avant le scrutin présidentiel et étant donné que le chef d’Etat actuel n’a pas confiance en lui, il veut réviser la Constitution ». Mais ce n’est pas tout. La nomination empressée de Rivo Rakotovao comme sénateur est également la traduction plus qu’évidente des calculs politiques concoctés par le régime HVM. « C’est lui (Rivo Rakotovao) qui va assurer l’intérim durant la vacance du poste du président », a lancé Naivo Raholdina.

Budget. Pour le député, cette question relative à la révision de la Constitution est loin d’être une priorité. D’ailleurs, il reste convaincu que même si le projet de révision de la Constitution serait voté par les deux chambres parlementaires, il ne passera pas au niveau de la population. « Il faut examiner le budget général de l’Etat pour qu’il impacte sur le social de la population », a-t-il soutenu. Une idée qui rejoint celle du CCOC ou Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes qui priorise le renflouement des secteurs sociaux en l’occurrence la santé publique et l’éducation nationale. « Se nourrir matin, midi et soir, vivre librement sans utiliser des cache-bouche, envoyer leurs enfants à l’école, ce sont les préoccupations des populations actuellement et non un référendum constitutionnel », conclut-il.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar0 partages

Constitution – L’Exécutif envisage une troisième voie

À la place d’une révision de la Constitution, l’Exécutif n’écarte pas l’idée d’une simple demande d’interprétation de la HCC. Les dispositions concernant les élections seront ciblées.

Alterna­tive. Outre la révision, les tenants du pouvoir semblent envisager toutes les options pour clarifier les dispositions constitutionnelles relatives aux élections.L’idée de garder le texte en l’état en sécurisant l’intérim à la Présidence de la République, en hissant Rivo Rakotovao, sénateur, à la présidence du Sénat, est dans les têtes. Une demande d’avis consultatif auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC) serait aussi une voie envisagée. Une option soulevée par Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, lors d’une interview hier au palais d’État de Mahazoarivo.Durant cet entretien qui paraîtra dans le prochain numéro du magazine Business Mag, le chef du gouvernement a insisté sur le fait que le Président de la République n’a jamais préconisé, personnellement, la révision de la Constitution. Seulement, en tant que garant de l’unité nationale de Madagascar, il lui appartient de tirer la sonnette d’alarme sur les sujets qu’il estime pouvant être dangereux pour l’unité nationale, ou compromettre l’organisation consensuelle et démocratique des élections.

NécessitéLe président Hery Rajao­na­rimampianina, lors du petit déjeuner de presse à Iavoloha, le 16 septembre, a déjà affirmé que les dispositions constitutionnelles relatives aux élections, l’incommodent. Il a, ente autres, soulevé les incohérences entres les alinéas de l’article 47. Le chef d’État martèle qu’un débat sur la révision de ces dispositions s’impose, afin d’avoir des élections apaisées.Durant l’entretien d’hier, le locataire de Mahazoarivo a ainsi ajouté que le Président s’en remet au peuple souverain. Il en appelle à un débat public, où tout le monde peut participer. Il faudrait, cependant, casser avec le fanatisme et les sentiments, et ne considérer que l’intérêt supérieur de la Nation. Selon ses dires, ce débat public devra décider si la révision de la Constitution est opportune, ou si une demande d’interprétation de ces dispositions auprès de la HCC suffira. Plusieurs choses sont envisageables et peuvent être débattues.L’article 119 de la Loi fondamentale prévoit, entre autres, que la HCC peut être consultée par tout Chef d’institution et tout organe des Collectivités territoriales décentralisées (CTD), (…) sur l’interprétation d’une disposition de la présente Constitution. Si l’on s’en tient à l’article 120 du texte, contrairement aux arrêts et décisions, les avis de la Cour d’Ambohidahy ne semblent pas s’imposer à tous les pouvoirs publics, ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles.Au regard de faits précédents, les avis d’interprétation de la Cour consti- ­­tu­tionnelle ne sont pas non plus à l’abri de discussions et de contestations. Selon Ranesa Firiana, juriste, l’avis de la HCC pourrait entraîner des contentieux. S’il y a une possibilité qu’une demande d’avis puisse entrainer des contentieux, les juges peuvent ne pas y répondre, a-t-il soutenu, lors d’un entretien téléphonique, hier. Les tenants du pouvoir ne seraient, par ailleurs, pas non plus dans l’obligation de suivre l’avis de la HCC.Étant donné qu’il n’aurait pas de force exécutoire et le risque de polémique qu’il pourrait entraîner, l’opportunité d’une demande d’interprétation des articles concernant les élections dans la Consti­tution, auprès de la juridiction constitutionnelle semble laisser dubitatif. D’autant plus que l’un des arguments martelés par le pouvoir pour motiver la retouche de la Loi fondamentale est d’ériger les Fokontany en CTD.Les puissantes levées de boucliers contre une initiative de révision de la Consti­tution semblent pousser l’Exécutif à envisager d’autres alternatives.Seulement, des indiscrétions affirment que les tenants du pouvoir ne songeraient pas encore, à lâcher l’idée d’une retouche de la Loi fondamentale. Le texte impose que cela passe par un référendum. Le vote, de plus, est la forme d’expression par excellence du choix du peuple souverain. La consultation de la HCC pourrait, le cas échéant, se réduire à une interprétation de l’article 161, disposant qu’aucune révision de la Constitution ne peut être initiée, sauf en cas de nécessité jugée impérieuse.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Vente illicite de terrain – Cinq escrocs interpellés

La police économique d’Anosy a démantelé un réseau d’escrocs dans l’immobilier. Déférés, cinq resquilleurs ont été écroués à Antanimora. 

Mis aux arrêts. Deux hommes et trois femmes, âgés entre 29 à 69 ans, suspectés dans une escroquerie en bande organisée, sont tombés dans le piège de la police économique d’Anosy, lundi, vers 9h 15, à Ankorondrano. Traduits devant le parquet, hier, tous les cinq ont été placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antani­mora. Lors du coup de filet, des fausses cartes d’identité nationale (CIN), des documents fonciers falsifiés et un chèque en bois ont été saisis sur eux. « Un acquéreur de terrain a porté plainte à la police, samedi, lorsqu’il a vu un dossier foncier louche qu’ont présenté les filous. Dans la foulée, on a procédé à l’arrestation », a indiqué une source sécuritaire.Les arnaqueurs se sont renseignés sur un terrain dont le propriétaire vit à l’étranger. Ils ont consulté un agent du Domaine pour se documenter sur la propriété. Ils ont alors commencé à confectionner une fausse CIN au nom du détenteur afin d’obtenir la situation juridique du terrain. « Ces arnaqueurs ont lancé des annonces de vente dans un journal pour prospecter ensuite des clients », a précisé une source proche de l’enquête. La victime souligne dans sa plainte que l’un des escrocs s’est dit bailleur du fief. L’enclos mesure trois ares quatre-vingt-cinq mètres carrés. Il aurait été liquidé à 70 millions d’ariary. « L’acheteur a déjà payé une partie du prix, valant 2 200 000 d’ariary en cash. Les deux parties se sont données rendez-vous pour le paiement total du reste, lundi », a appris un policier judiciaire. Mais les escrocs ont échoué.

Trois plaintesLe vieil homme impliqué dans cette affaire a avoué pendant l’enquête que ses complices et lui ont failli plusieurs fois aller en prison pour des actes similaires. Trois plaintes différentes les visant ont été déposées à la police économique, d’après les informations recueillies. Le ministère de la Sécurité publique conseille à chaque individu d’être toujours prudent et de bien investiguer sur un dossier foncier avant de conclure un marché.À la pelle, l’arnaque dans l’immobilier reprend actuellement de plus belle. Fixés sur leur sort, les cinq pirates ont été renvoyés derrière les barreaux, hier, après avoir comparu devant le parquet, hier.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – Bataille autour des cadavres des pestiférés

Trois personnes ont succombé probablement à la peste chez eux, ces derniers jours. Le temps de leur inhumation a dépassé largement la règle sanitaire.

Entrer en force. Il a été impossible pour les agents du Bureau municipal de l’hygiène (BMH) de la commune urbaine d’Antananarivo, de récupérer le corps d’une femme probablement pestiférée, décédée dans sa maison à Ampefiloha-Ambodirano, hier. Ils étaient, pourtant, accompagnés d’éléments des forces de l’ordre. «La famille de la défunte réclame un certificat de l’Institut Pasteur. Ces personnes étaient prêtes à tuer à tout moment. On a évité le pire, en quittant les lieux, mais on reviendra. On ne les laissera pas l’enterrer dans leur caveau familial», explique un responsable du BMH. Hier soir, ils ont étudié la stratégie de récupération du corps avec le ministère de la Santé publique, pour ce matin.Dans la même journée, les agents du BMH ont eu recours aux éléments des forces de l’ordre pour récupérer le cadavre d’une autre victime suspecte de peste, décédée avant-hier dans son foyer, à Andranomanalina. «Ses proches nous ont mis dehors. Avec l’appui d’éléments des forces de l’ordre, nous avons pu récupérer le corps et l’enterrer dans la fosse commune d’Anjanahary », enchaîne la source.

DangereuxUn troisième décès hors centres de formation a été répertorié, avant-hier. Il habite le quartier de Mahamasina. Sa famille a accepté son inhumation dans la fosse commune d’Anjanahary. Au centre hospitalier Soavinandriana (Cenhsoa), une personne a aussi succombé, hier.Le temps d’inhumation, selon la règle sanitaire, n’a pas été respecté pour la plupart de ces cadavres. Les réticences des familles rendent difficiles les travaux du BMH. En règle normale, le corps d’un pestiféré doit être mis sous terre, six heures après l’heure du décès au maximum. « Ces retards d’inhumation peuvent toujours être dangereux, en termes de propagation de la bactérie, surtout pour les personnes qui touchent les cadavres. Elles peuvent contracter la bactérie», souligne un médecin.Le mode d’enterrement des pestiférés, contradictoire à la tradition malgache, qui prône les veillées funéraires et l’inhumation dans le caveau familial, est la principale cause de ce refus récurrent des familles des victimes. Le ministère de la Santé publique envisage une stratégie d’enterrement digne et sécurisé des personnes qui meurent de la peste.

Un évadé à Anosy Avaratra

Un responsable du ministère de la Santé publique a signalé l’évasion d’un malade pestiféré, traité à l’hôpital d’Anosy Avaratra, hier. Il habiterait à Andranomena et les équipes de riposte auraient déjà commencé la recherche active de cette personne et de toutes les personnes qui sont entrées en contact avec lui, pour éviter la propagation de la maladie. C’est la énième évasion répertoriée au niveau des hôpitaux. La surveillance des malades devrait être renforcée.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ankaditapaka – Une mère et sa fille meurent carbonisées

Un incendie s’est déclaré, avant-hier, aux alentours de 19 heures, dans une ruelle à Behoririka, vers Ankadi­tapaka. Une mère et sa fille ont été calcinées. L’origine du feu reste à déterminer à travers l’enquête ouverte par la police du troisième arrondissement, à Antaninandro. « Aucun indice n’est, pour l’heure, disponible pour définir s’il s’agit d’un incendie criminel ou pas », a appris une source policière, jointe au téléphone.Un sapeur-pompier a indiqué que la propagation des flammes avait été vite maîtrisée, malgré l’alerte un peu tardive. Les deux victimes n’ont pas survécu, elles étaient coincées dans une pièce. En pleine opération et appel à témoins, les forces de l’ordre n’ont pas détaillé leurs explications sur les faits, sur le suspect ou tout renseignement déjà collecté.

EntraideUne maison a été entièrement réduite en cendres, d’après le bilan délivré par le commissaire du 3e arrondissement, avant-hier soir. Les entourages se prêtent main forte avec les combattants du feu pour l’extinction de l’incendie. Les dépouilles des victimes ont été extirpées sous les murs s’effondrant après l’embrasement, selon un proche. Des crépitements ont retenti sur lieux.Aucun blessé n’est signalé, selon le bilan provisoire de la police saisie de l’enquête. « L’opération des déblais a pris environ une heure », rapporte un secouriste.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Festival – « Stritarty » illumine Antsiranana

Un événement qui s’annonce exceptionnel pour tous les férus d’art pictural et d’art urbain de tous horizons. La deuxième édition du « Stritarty » s’annonce haut en couleurs

Un melting-pot de créativité et de talents, qui retranscrit dans son ensemble une passion sans égale pour l’art, dans sa généralité. C’est ainsi que se redécouvrira, du 24 au 28 octobre, dans la grande ville d’Antsiranana, ce festival en plein air, en ode aux arts urbains qu’est « Stritarty ». Un rendez-vous d’exception et surtout d’envergure aussi bien nationale qu’internationale, ce jeune festival fédère, cette fois, une belle pléiade d’artistes divers.En tout, ils sont une bonne quinzaine  de genres différents à s’y retrouver pour y conjuguer ensemble leur imaginaire et leur créativité, afin de contribuer à l’épanouissement culturel et artistique local. Initié par l’Alliance française d’Antsiranana, « Stritarty » qui n’est autre qu’une malgachisation du terme anglais « Street art », signifiant art urbain, promeut également le dynamisme des jeunes artistes issus de la localité.Pour cette édition, le festival collabore étroitement avec l’Is’Art Galerie Ampasanimalo, sis à Antananarivo et invite ainsi des artistes, d’ores et déjà programmés, lors du Festival d’Arts Urbains que cette galerie organise prochainement dans la ville des Mille.

Un festival internationalIls sont donc quinze artistes à s’afficher dans la programmation de cette deuxième édition de « Stritarty » à Antsiranana. Des peintres, des graffeurs et des artistes plasticiens, mais aussi des rappeurs, des chorégraphes et des photographes venant d’Afrique du Sud, du Congo, du Bénin, de Zambie, des Comores et évidemment de la Grande île. Cette bonne quinzaine d’artistes qui longeront ainsi la ville d’Antsiranana en la sublimant de leur vision, à travers plusieurs fresques intemporelles.En outre, au-delà du fait d’être un événement en ode à l’art pictural urbain, « Stritarty » propose également une programmation trés festive, qui laisse la part belle à la découverte du 24 au 28 octobre.Peinture dans la ville, expositions, spectacles et stages de danse, battle hip hop, concerts, scène slam, projection de films et plusieursautres animations y seront ainsi à découvrir. « Stritarty » promet ainsi d’embarquer le public à redécouvrir autrement Antsiranana à travers sa richesse culturelle et artistique.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

École de sports – ANS - Pépinière de huit disciplines

Huit disciplines sportives sont pratiquées à l’école de sports de l’ANS à Ampefiloha. La rentrée officielle, prévue hier, est reportée à une date ultérieure.

La rentrée officielle de l’éco­le de sports à l’académie nationale des sports à Ampefiloha était prévue hier. « Mais comme la note circulaire du ministère de la Jeunesse et des sports ayant pour objet l’interdiction de toute manifestation sportive par mesures de prévention de la propagation de la peste n’est pas encore levée, nous avons dû, nous aussi, reporter notre ouverture officielle », a souligné la coordonnatrice générale du projet école de sports, Harivola Razafindrainibe. En attendant la rentrée, les inscriptions se poursuivent à l’ANS à Ampefiloha, « le droit d’inscription est vraiment symbolique, il varie entre 31 000 et 41 000 ariary pour une année scolaire entière », a confié Harivola Razafin­drainibe. Les intéressés devront aussi se munir d’un certificat médical lors de leur inscription.Huit disciplines sportives y sont pratiquées, celles qui ont été prouvées intéressent le plus les enfants. La catégorie d’âge concernée est de 6 à 16 ans pour les sept disciplines, autres que la natation, à savoir trois sports collectifs dont le football, le basketball et le volleyball, deux sports de combat en l’occurrence le karate et le judo, enfin la danse et la gymnastique.La natation a une particularité par rapport aux au­tres disciplines. La tranche d’âge est plus élargie de 4 à 77 ans. Avant le début des cours, les apprentis passent d’abord un test de niveau pour la répartition de groupes selon leur catégorie d’âge et leur niveau.

InnovationL’année scolaire débute normalement en octobre et prendra fin en mai, tous les ans. « On boucle l’année en mai pour ne pas perturber les enfants à la veille des examens », a précisé la coordonnatrice générale. Les cours se tiennent tous les mercredis après-midi et les samedis matin. « C’est une école et non un club. Nous incitons les enfants à aimer la pratique de la discipline choisie en leur apprenant les techniques de base. C’est aux encadreurs de les orienter plus tard vers des clubs », a-t-elle poursuivi.Plus de mille inscrits ont été enregistrés pour la précédente année scolaire, dont huit cent ont choisi la natation et les deux cent autres départagés par les sept disciplines restantes. Quinze encadreurs assurent les cours de natation et un responsable pédagogique ou un encadreur s’occupe de chacune des autres disciplines.L’école utilise les infrastructures et matériels didactiques de l’académie. « Comme innovation pour cette année scolaire, nous envisageons d’effectuer des rencontres avec des établissements scolaires ou clubs de la capitale, juste pour échange set aussi en guise de test de niveau », a annoncé Harivola Razafindrainibe.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – L’Université de Milan octroie des bourses d’études

À Rome, il n’y a pas que la conférence économique. La question de l’éducation était aussi abordée. Dans ce sens, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a signé un protocole d’entente avec l’Université populaire des études de Milan, mardi, dans la capitale italienne. Le partage de compétences et d’expériences entre les enseignants figure dans le document. L’octroi des bourses d’une valeur d’un million de dollars par cet établissement supérieur italien marque bien sa volonté de coopérer avec Madagascar.Le recteur de cet établissement milanais indique que cette aide financière permettra aux étudiants malgaches d’aller un peu plus de l’avant dans leurs études. Mais pour le moment, rien n’est encore défini sur l’utilisation de ces bourses, ni sur la modalité d’octroi. « Elles seront définies dans un arrêté pris ultérieurement», précise Monique Rasoazananera, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ces bourses seront certainement destinées au développement des cours à distance à Madagascar. Les boursiers n’auront plus besoin de faire de déplacement en Italie pour suivre les cours.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Évasion de détenus – Des procès-verbaux à transférer au Parquet

Les procès-verbaux de trois pénitenciers et du chef d’établissement de Tsiafahy seront transférés au Parquet, à la fin de cette semaine, après une série d’auditions à la Brigade criminelle (BC). Ce dossier concerne l’évasion des cinq détenus, criminels dangereux, qui a eu lieu dans la nuit de samedi 7 octobre à dimanche. Ils font partie du personnel à qui a été confiée la surveillance permanente de l’établissement, ce weekend-là. Une source au sein de la BC, section 4, à Anosy, a signalé, hier, qu’aucune garde à vue ni arrestation n’est jusqu’ici faite. La police mène son investigation tambour battant, mais les renseignements traités restent encore un secret d’enquête.Pour l’heure, les fugitifs sont toujours en cavale. De son côté, la gendarmerie a identifié les fuyards et a déjà fait circuler leurs signalements au niveau de toutes les Circonscriptions interrégionales de la gendarmerie nationale (CIRGN) et des groupements limitrophes d’Antananarivo. Le Comman­dant de brigade (CB) d’Andoharanofotsy affirme, hier, ne pas encore avoir reçu de nouvelle des évadés.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Des chirurgies faciales gratuites

L’association « Les enfants du noma » a effectué une mission médicale. Les personnes présentant une fente labiale figurent parmi les bénéficiaires d’opérations chirurgicales.

Une soixantaine  de personnes dont des enfants, des jeunes et des adultes, femmes et hommes, issues des régions du Menabe, d’Analamanga, Vatovavy-Fitovinany, et du Vakinankaratra, viennent de bénéficier de soins prodigués par la clinique Santé Plus Antsirabe et l’association « Les enfants du noma »  France, organisés du 9 au 18 octobre derniers.Composée de spécialistes en chirurgie, d’anesthésistes et d’infirmiers, l’équipe médicale  de cette association a entamé sa cinquième mission  à Madagascar. Cette fois-ci, elle a opéré des patients  ayant une tumeur au niveau du visage ou de la tête, ainsi que despersonnes présentant une fente faciale, labiale, ou palatale.

Anesthésie« Tous les patients étaient courageux, seul un  individu sélectionné a manqué au rendez-vous donné. Pour assurer la bonne réussite de l’opération, certains d’entre eux doivent encore suivre une deuxième ou une troisième intervention », précise le Dr Lantoniaina Benjamina Rakotoson, directeur de la clinique Santé Plus.« Trois opérations sur quatre ont été effectuées sous anesthésie générale, avec certaines difficultés. Mais grâce à la rigueur et au savoir-faire de  l’équipe, les interventions  se sont très  bien passées », note Garmi Rahsid, chef de mission de l’association « Les enfants du noma». Celle-ci agit également au Cambodge, au Laos, au Burkina Faso, au Bénin, et au Mali.Après les opérations chirurgicales réparatrices, le corps médical de Santé poursuivra, de son côté, le suivi postopératoire des patients en leur assurant les soins y afférents, comme le pansement et le sevrage de la greffe.Après cette cinquième mission, l’équipe compte  revenir à Antsirabe en novembre et décembre prochains pour revoir ces patients  et aussi pour effectuer des opérations chirurgicales orthopédiques.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Karaté – Ramanitrandrasana souffle ses 80 bougies 

Pionnier et aussi le plus haut gradé de l’histoire du karaté à Madagascar, Senseï René Ramanitrandrasana, reste l’un des rares grands Maîtres encore en activité. Le club Maka international a célébré le samedi 14 octobre, le 80ème anniversaire de Senseï René Ramanitran­drasana. Il est titulaire du grade de 9ème dan de Karaté-Do Goju Ryu et le représentant officiel en Europe de la prestigieuse école Jindokan d’Okinawa.Il dirige deux clubs de karaté dans la région parisienne à savoir le Maka international à Paris 14e, dont le président est un ancien Maka, Maître Ninel Rasamoely, 6e Dan, et le deuxième le Shorei Ryu Karate-do de Cachan. Plus d’une centaine d’anciens Maka et d’autres pratiquants sont venus faire la fête avec la présence de quelques fidèles, à l’instar de Maître Clark Raharima­nantsoa, 5e dan, l’un des plus grands combattants de Maka des années 1973 et 1974, et Maître Zafitsiory Randria­nindrina, 7e dan Kyoshi.Cet événement fut l’occasion de régulariser les grades de quelques anciens, quatorze en tout, par la délivrance de certificats, allant de 3e au 5e dan. Le septuple cham­pion du monde de boxe chinoise full contact, Jean-Christian Randria­malaza, pour sa part, accompagné de son staff au complet dont le président Jean-Claude Rafilibera et le chargé de communication, Dany Rakotoari­malala, a reçu de Senseï René Ramanitran­drasana le certificat de grade de 4 e dan de karaté do, acquis en 2016.Maître René est une icône vivante du karaté, un repère et une référence pour tous les pratiquants de cette discipline, une fierté pour toute une génération.

S.R.­

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Quinze cas de peste bubonique traités

Face à l’épidémie de peste, les membres de la cellule de crise de Mahajanga ont effectué une descente, hier, au Centre de prise en charge et de traitement des malades installé au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Mahavoky atsimo. Le Préfet de Mahajanga, Lalanaina Fitiavana Ravelomahay, le directeur régional de la Santé publique du Boeny, le Dr Diana Ratsiambakaina, et le médecin-chef de Santé de district de Mahajanga ont ainsi visité les locaux où sont traités les cas de peste à Mahajanga.« La peste est bien présente à Mahajanga, et le centre de traitement existe bien. Il ne faut pas prendre cette maladie à la légère, mais elle se soigne si les malades rejoignent à temps l’hôpital », a déclaré le Préfet de Mahajanga.D’après la cellule de crise, quinze cas de peste bubonique ont été traités à Mahajanga, une seule malade est encore hospitalisée sur place, le reste est déjà guéri. Aucune peste pulmonaire n’est observée.« La prise en charge est gratuite et le traitement dure huit jours, toutefois, l’hospitalisation doit au minimum s’étaler sur quatre jours. On peut bien traiter et guérir la peste. Les médecins des CSB de Mahajanga, avec les paramédicaux et les internes, effectuent des rotations régulières pour assurer la permanence et la prise en charge des malades, depuis le début de l’épidémie, le 11 septembre », a, pour sa part, précisé le Dr Tokiaina Rajoelina, premier responsable au CHU de Mahavoky Atsimo.L’assainissement des lieux d’habitation, et la propreté restent les seules solutions contre ce fléau.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Maevatanàna – Les dahalo hachent un innocent

Une horde des dahalo a déchiqueté un homme d’une trentaine d’années, lundi à Kamotro, commune rurale de Mangabe, district de Maevatanàna. Ces bandits mènent à présent une série de vindictes dans une spirale de la violence pour répliquer à l’opération de la gendarmerie nationale dans cette zone. Joint au téléphone, hier, le commandant de compagnie de Maevatanàna affirme être tombé nez à nez avec une troupe de bandits armés jusqu’aux dents dans un champ de bataille dans la brousse. « Les voleurs de bœufs munis de fusils d’assaut kalachnikov se montrent infernaux et tuent ceux qu’ils croisent. Ils se sont emparés du fusil de la victime », a indiqué un notable dans le fokontany de Kamotro.Celle-ci a été acheminée d’urgence à l’hôpital, mais n’a pas survécu à ses blessures, selon les informations recueillies. « L’un des deux enfants qui étaient avec lui a été pris en otage et n’a retrouvé la liberté qu’avant-hier », a précisé le même interlocuteur. Fort heureusement, il a eu la vie sauve.Des affrontements faisant souvent de victimes ont été également signalés par le commandant debrigade de Maevatanàna.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Rallye Internationale de Madagascar – La FSAM s’accorde un délai de quinze jours

Après le report du Rallye Shell Helix, tout le monde s’interroge sur la tenue du Rallye International de Madagascar. Si l’on se réfère au calendrier annuel, le RIM est fixé aux 10-11-12 novembre. Nous sommes donc à trois semaines de l’événement. La Fédération du Sport Automobile de Mada­gascar s’accordera un délai règlementaire de quinze jours, avant de prendre une décision définitive.Et ce, selon l’évolution du contexte actuel. Si l’épidémie de peste est maîtrisée d’ici là, ce que tout le monde espère, l’interdiction d’organiser toute manifestation sportive, émise par le ministère de la Jeunesse et des Sports le jeudi 5 octobre dernier, devrait être levée.Par contre, si la situation empire, cette interdiction devrait être maintenue et il n’y aura pas de RIM, ce que tout le monde redoute. « On a un délai règlementaire de quinze jours. On prendra la décision finale le vendredi 27 octobre », confie Jimmy Rakotofiringa, président de la FSAM.Malgré tout, la Fédération poursuit la préparation du RIM, qui a déjà été entamée depuis plusieurs semaines. « On ne peut pas se permettre d’attendre. Il faut avancer. Si la situation s’améliore et que la note du ministère est levée à quelques jours de l’événement, on n’aura plus assez de temps pour tout organiser. Les préparatifs sont en cours de finalisation. On doit être prêt à assumer les risques et les pertes financières au cas où le contexte actuel perdure », ajoute Jimmy Rakotofiringa.Dans le cadre de ces préparatifs, la FSAM a déjà obtenu toutes les autorisations auprès des différentes communes, par lesquelles passeront les voitures. Par rapport au parcours 2016, plusieurs portions feront l’objet de réfection, sachant que pas mal de coureurs avaient pesté sur l’état des pistes l’an dernier. Quant à la spéciale-spectateurs en centre-ville, elle sera maintenue pour l’édition 2017, toujours à Mahamasina. Enfin, dans la mesure où la course se tiendra normalement.Après le RIM, il restera encore une ultime échéance au calendrier. Il s’agit du Rallye Shell Helix, prévu au début du mois d’octobre mais repoussé aux 1-2-3 décembre. Ce changement de date aura une conséquence considérable sur le cham­pionnat, selon le règlement, puisque la course sera désor­mais dotée d’un coefficient 2 et non plus 1,4 comme prévu initialement.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Événementiel – Les artistes partent en migration

Tout un mois de vache maigre et de rendez-vous manqués. C’est ainsi que se décrit jusqu’ici le mois d’octobre dans le milieu culturel et artistique de la capitale. Un passage à vide qui continue à être de plus en plus difficile à vivre pour les organisateurs événementiels, mais les artistes eux-mêmes avant tout. En effet, suite à l’annonce de l’arrêté officiel interdisant toute manifestation publique dans la ville des Mille, pour prévenir la propagation de la peste, c’est toute une épidémie d’annulation et de report en tous genres qui ne cesse de gangréner le domaine de divertissement du grand public dans la capitale. Depuis le festival international Madajazzcar, en passant par Lalatiana au Palais des Sports et de la Culture, jusqu’au « Angaredona Mozika Tour » encore censé débuter ce 22 octobre à Ambohimanga Rova et qui fut définitivement annulé également. La liste des événements victimes de la peste est longue et elle risque de s’alourdir encore, vu l’évolution de la situation actuelle.

« Ruée vers le Sud »Liva Ramanandratosoa, responsable au sein de Gasy Events qui organise le « Gilita Be » annoncé se tenir le 5 novembre au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina affirme son inquiétude. « Même si l’on a pris toutes les mesures nécessaires en choisissant cette date, on reste encore dans l’expectative actuellement. Le fait est que, jusqu’à maintenant, on n’est toujours pas sûr si cette interdiction des manifestations publiques sera levée d’ici là » confie-t-elle.La solution pour les artistes, vu ces difficultés qu’ils rencontrent face au marché de l’événementiel dans la capitale, c’est de migrer vers les autres régions. Ainsi, parmi les artistes prévus lors du Madajazz-car, nombreux sont ceux qui ont été mis en scène à travers les réseaux de l’Alliance française, mais aussi sur plusieurs scènes privées. Joelle Claude et Fanaiky Trio ont ainsi enjoué la scène du Vakok’Arts à Toliara le week-end dernier. Tandis que le groupe Johary qui avait prévu de retrouver ses inconditionnels dans la capitale, a préféré rejoindre Fianarantsoa pour un cabaret-concert ce week-end. Pareil pour la jeune slammeuse Caylah qui retrouvera Toliara ce week-end, accompagnée des chorégraphes Harivola Rakotondrasoa et Haja Saranouffi pour présenter leur pièce « Anony-mement je… » et « La danse des bouteilles ».

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Une équipe de médecins français  à Madagascar

Une équipe de médecins a été dépêchée par la France pour contribuer à la mise en place de Samu Peste à Antananarivo. Cette équipe est composée de médecins urgentistes, d’une infirmière en anesthésie- réanimation. Elle sera placée sous la gestion directe du ministère de la Santé publique de Madagascar afin de constituer un service de type Samu.La mise en place de «Samu peste» vise à donner une cohérence à l’ensemble des mesures déjà prises par les autorités malgaches concernées, notamment la mise en service d’un nouveau numéro centralisé  urgence peste neuf cent dix et la coordination à Antananarivo par le ministère malgache de la santé d’un dispositif de 6 cliniques mobiles (ambulances) pour prendre en compte les cas suspects, a t-on rapporté dans un communiqué. Ces médecins rencontreront l’ambassadeur de France à Madagascar, Vouland-Aneini, le 20 octobre. Tout ceci rentre, essentiellement, dans la lutte permanente pour l’éradication de l’épidémie de la peste, qui ne cesse d’inquiéter tout un chacun.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Campus d’Ambondrona – Un Conseil consultatif pour les crises estudiantines

Une grande première dans les annales de l’Université de Mahajanga. Un Conseil consultatif pour la recherche de solutions pérennes des conflits au sein de l’Université est mis en place et s’est réuni pour la première fois, hier, au bloc administratif d’Ampisikina.« La crise cyclique au sein de l’Université de Mahajanga date de plusieurs années, mais c’est la première fois qu’on se penche sérieusement sur la recherche d’une solution permanente pour que la crise ne se reproduise plus. C’est l’objectif de cette rencontre, mais la décision finale revient à l’Université », a expliqué le Président de l’Université de Mahajanga, le Pr Emmanuel Rakotoarivony.Le directeur de cabinet du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherchce scientifique (Minsuores), le Pr Jean-Louis Rakotovao, a dirigé les débats. Les 55 membres du Conseil, regroupant les représentants de l’OMC, de la Justice, ainsi que les autorités locales, deux représentants par région et onze membres issus de Mahajanga, ont dressé l’état des lieux et le bilan de la situation, depuis le début de l’émeute.La visite du campus saccagé par des vandales lors de l’affrontement entre étudiants, le vendredi 13 octobre, et une rencontre préliminaire avec les Sojabe ont déjà été effectuées.

FusionLes ministres concernés, le Pr Monique Rasoazananera, et le coach de la région Sofia, le ministre des Travaux publics, Eric Razafiman­dimby, ont déjà visité le site du campus universitaire.Comme toujours, le retard du paiement des bourses des étudiants figure parmi les causes principales de la grève estudiantine à Mahajanga. Les manifestations se terminent toujours par une série de saccages des logements, la destruction des infrastructures de l’Université, ainsi que des coups et blessures. Mais les conditions d’hébergement et d’autres problèmes touchant directement le quotidien des étudiants ne sont pas à écarter.Les membres du Conseil consultatif ont proposé de dissoudre les deux entités estudiantines, à savoir le Conseil consultatif des étudiants (CCE) et le Bureau des étudiants de l’Université de Mahajanga (BEDUM) pour les fusionner en une entité. D’autres ont aussi avancé que les étudiants ne devraient pas être regroupés par ville ou région d’origine pour éviter la formation de clans et la ségrégation.Par ailleurs, le calendrier du paiement des bourses des étudiants est déjà affiché au siège de la présidence de l’Université depuis mardi. Les sommes seront distribuées à partir de demain.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Football - Poule des As – Elgeco Plus donne le ton

Une belle entrée. L’équipe d’Elgeco Plus a pu obtenir un franc succès durant la première journée de la Poule des As aller qui s’est jouée, hier, à Fianarantsoa.Elle s’est imposée devant les militaires du Cosfa sur le score de deux buts à un. Dominatrice, elle a pu se mettre à l’abri en menant sur un but à zéro. Et même avec un sursaut d’orgueil des militaires qui ont pu égaliser durant la première période, elle s’est montrée assez sereine. Par la suite, la rencontre s’est vraiment équilibrée et les contacts se sont intensifiés.Elgeco Plus a quand même pu reprendre le dessus en fin de rencontre en marquant le second but à la 90e minute.L’autre rencontre d’hier a opposé la CNaPS à l’HZAM et s’est soldée par une victoire des caissiers sur le plus petit des scores (1-0).Le résultat de ce match témoigne bien que ce cham­pionnat de Madagascar reste très aléatoire et que les équipes en lice peuvent toutes prétendre au titre national ou du moins prendre l’avantage pendant cette phase aller.Elgeco Plus reste donc, pour l’instant, co-leader avec la CNaPS mais avec un léger avantage par la différence de buts.La seconde journée de cette Poule des As se jouera le 25 octobre avec un explosif CNaPS - Elgeco Plus a 15h. Avant cela à 13h, l’HZAM s’opposera au COSFA

Dina Razafimahatratra 

L'express de Madagascar0 partages

Mesures spéciales pour Européens et assimilés

«La discrimination entre Européens et indigènes rappelle les inégalités sociales. Celles entre les différentes catégories indigènes renforcent l’image du colon protecteur face à une administration oppressive. Le colon peut, à la limite, apparaître comme tout à fait capable d’éloigner la peste. Les relations avec les Européens se révèlent utiles. » C’est ce que constate Faranirina V. Esoavelomandroso durant la période pendant et après l’épidémie de la peste dans la capitale en 1921.Pendant toute la période où les indigènes sont soumis à une règlementation sévère, écrit-elle, c’est-à-dire jusqu’en 1932, Européens et assimilés ne sont astreints qu’à cinq jours d’observation à leur arrivée à destination. Cette mesure spéciale s’applique aux conducteurs d’automobiles et aux domestiques malgaches qui les accompagnent et dont ils ont l’entière responsabilité.En outre, en n’adoptant pas les mêmes dispositions sanitaires à l’égard de tous les administrés, « le pouvoir colonial contribue à enraciner le mythe d’une maladie qui épargne les Malgaches amis des Européens (mahay vazaha). L’historienne raconte une rumeur publique tananarivienne annonçant que le Dr C.R., citoyen français, est gravement malade ».Mais grâce à ses relations avec les vazaha, « il ne sera pas pesté ». Les  inégalités dans le contrôle entretiennent dans l’opinion indigène l’idée d’inégalité devant une maladie somme toute « inventée par les colonisateurs pour prouver l’étendue de leur pouvoir ». Car « la brusque apparition en pleine période coloniale d’une maladie inconnue jusque-là en Imerina, suffit à certains Malgaches pour justifier cette interprétation de la peste ».Les colons, plus préoccupés par la prospérité de leurs affaires, joignent leur voix à celle des Malgaches jusqu’en 1926, année qui vit officiellement l’apparition des premiers cas de peste au sein de la population européenne.« Faisant parler, dans l’un de leurs journaux, un tireur de pousse, ils rappellent que la peste n’a pas sévi du temps du gouvernement hova, car celui-ci était assez puissant pour réprimer les maladies épidémiques comme le ramanenjana».D’après Faranirina V. Esoavelomandroso, le pouvoir colonial ne semble pas, en effet, capable de juguler le fléau, malgré les lourdes obligations qu’il impose à l’administration d’exiger de la collectivité diverses prestations. « Avant que les lazarets ne fonctionnent, l’onisolait le malade et son garde dans une maison, ce qui revenait en fait, en cas de peste pulmonaire, à condamner les deux personnes à une mort certaine.» Il a alors fallu songer à isoler les malades et leurs contacts dans des camps d’observation. À Antananarivo, dans les premières années, écoles et églises des quartiers est de la ville (Ambohimiandra, Ambanidia, Mahazoarivo) servent de lazarets.Dans les campagnes, la construction de lazarets incombe aux fokonolona. D’après le service de l’Assistance médicale indigène (AMI), ces établissements « incommodes et insalubres » ne comportent qu’une pièce « devant abriter ensemble les pestiférés » et les contacts « ne répondent ni au but poursuivi, ni aux exigences ». Ils restent inutilisés. Aussi les membres du fokonolona estiment que « l’administration saisit ce prétexte de l’épidémie pour renforcer une oppression qui aboutit, en fait, à un gaspillage de travail ». En outre, les Malgaches subissent les impacts de fréquentes rivalités entre l’administration et les services techniques.Exemple dans la région d’Ambohi­dratrimo: pour construire des lazarets selon les normes d’hygiène requises, le médecin- inspecteur de la circonscription d’Antanana­rivo se plaint au chef du district de ne pas bénéficier d’une main-d’œuvre gratuite, alors que l’AMI se charge de payer les matériaux et les ouvriers spécialisés. Par contre, pour les bâtiments construits par l’administration, les fokonolona doivent aussi fournir les matériaux. « Conflits de compétence qui n’échappent pas aux indigènes et trouvent leur solution dans un supplément de corvées, dont la rentabilité est fort discutable. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Coupe Zone 7 – Les dates de compétition repoussées

Prévisible. La peste chamboule tout. La Coupe des clubs des champions de la zone 7 prévue se tenir aux Seychelles du 2 au 9 décembre est reportée, suite toujours à la crainte de propa­gation de l’épidémie de la peste.« Telle était la décision prise par dirigeants des pays membres de cette zone à l’issue d’une visioconférence en ligne », a annoncé hier le président de la fédération malgache de volleyball, Jocelyn Andria­mandimbisoa. Une compétition de volleyball dans l’océan Indien sans Mada­gascar n’intéresse pas trop les amoureux de la discipline. De plus, le titre chez les hommes appartient depuis deux éditions successives à la Gendarmerie nationale volleyball, six fois cham­pionne de Madagascar.L’île Maurice s’est proposée pour abriter la compétition mais les autres pays ne sont pas très chauds pour faire le déplacement. Fina­lement, il a été décidé que les dates de la Coupe des clubs champions de la zone 7 seraient repoussées mais la compétition devra se tenir avant le 31 mars 2018.Le pays hôte reste aussi à déterminer. Rien ne change pour la prochaine édition, Madagascar sera le pays organisateur de la version 2018.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Déclaré mort d’un coma éthylique

Le corps sans vie d’un père de famille enfermé dans sa maison depuis quatre jours a été retrouvé sur son lit, mardi, dans la commune d’Ivato-Aéroport. La dépouille dégageait une odeur fétide, l’entourage a donc prévenu la gendar­merie. Le médecin a déclaré que la victime est morte d’un coma éthylique.

L'express de Madagascar0 partages

Mangarivotra – Quatre blessés graves dans un accident de la circulation

Un véhicule tout terrain pick-up de couleur grise, a percuté brutalement un tronc d’arbre devant le lycée Philibert Tsiranana à Mangarivotra, hier matin vers 6h30. L’accident a fait quatre blessés graves, tous des passagers alors que le conducteur en est sorti indemne. Ils étaient admis d’urgence à l’hôpital Androva.D’après les témoins, le chauffeur a roulé à tombeau ouvert et a voulu dépasser un tricycle. Malheureusement, il n’a pas su redresser la trajectoire du véhicule qui a fini sa course folle contre le tronc d’arbre géant du côté gauche de l’avenue.Les risques d’accident sont énormes sur cette belle et large avenue car la voie est très rapide. Les chauffeurs sont tentés de rouler à grande vitesse, d’autant plus que la circulation y est clairsemée le matin.Les éléments de la police se sont déplacés sur place pour effectuer le constat d’usage. Le véhicule a été enlevé hier vers 10h, avec l’avant complètement démoli.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Hommage au Président Albert Zafy

L’ancien Président de la République Albert Zafy, symbole de la lutte pour la justice et la liberté d’expression, est reconnu par le peuple malgache comme le père de la démocratie et de la réconciliation. Modeste, intègre et intransigeant, l’homme au chapeau de paille, une fois arrivé au pouvoir a été incompris et lâché par ses compagnons de lutte. Des dysfonctions et dérives au sein de l’Assemblée Nationale ont abouti à son empêchement définitif.De même qu’il n’a pas contesté son empêchement, de même, il a accepté le résultat  du second tour de l’éléction présidentielle de 1977 malgré des manipulations de vote constatées par son entourage. Il a préféré laisser passer pour éviter des affrontements entre Malgaches et donner la chance à la paix. Le Président a payé cher son attachement au fihavanana.À travers le Mada-raid, le Président Albert Zafy allait à la rencontre du peuple malgache dans des bleds les plus reculés. C’était sa façon de pratiquer la pédagogie de la libération. Autant sa légitimité s’enracinait auprès de la population à la base, autant celle-ci était ébranlée par la classe politique au sommet. Ces deux mondes différents réagissaient différemment par rapport à sa conception et sa pratique du pouvoir.Contrairement à des dirigeants qui s’accrochent par tous les moyens pour jouir des avantages liés au pouvoir, le Président Zafy avait une faculté de détachement étonnant par rapport à la gloire, à l’avoir et au pouvoir.. Il a éduqué sa famille à ne pas se servir de l’État. Grâce à sa droiture inflexible, malgré son passage à peine trois ans à la tête de la République, il a pu bâtir le fondement de la réconciliation nationale.Alors que Madagascar était en pleine crise post électorale durant le premier semestre 2002, j’ai pris l’initiative, avec un petit groupe d’intellectuels ( José Rakotomavo, Pépé Andrianomanana, Dr Joseph Randrianarisoa ) de réunir autour d’une table tous les candidats de l’élection présidentielle de 2002. Le 22 juin 2002, à l’Hôtel Panorama, ils ont tous répondu à notre appel, l’Amiral Didier Ratsiraka étant représenté par le SG de l’AREMA et le Président Marc Ravalomanana par le SG du TIM.Lors de cette réunion, le Président Albert Zafy a lancé un vibrant appel au rétablissement urgent de la paix et du fihavanana. À la fin de la séance, il a su convaincre les candidats de signer un communiqué appelant au «cessez- le-feu immédiat». Grâce à leur communiqué, le pays a pu éviter, de justesse, le carnage dans la pacification de la province d’Antsiranana. À partir de là, le Président Albert Zafy a structuré l’initiative du petit groupe d’intellectuels en organisation durable autour du Comité pour la Réconciliation Nationale (CRN), àfin de consolider le fihavanana, notamment, par l’équilibre du développement régional.

Par André Rasolo

L'express de Madagascar0 partages

Onze blessés dans un accident

Un chauffeur, ayant perdu le contrôle de sa voiture, a terminé sa course dans un ravin, mardi matin, à Ambohimianaka, commune de Mahitsy. L’accident a fait onze blessés dont des enfants. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer, mais les victimes se trouvent toujours à l’hôpital.

L'express de Madagascar0 partages

Deux cambrioleurs lynchés

Deux frères cambrioleurs ont été lynchés à mort, lundi, à Andrevorevo, district d’Analalava. Ils venaient de dérober cinq sacs de hari­cots lorsqu’ils sont ensuite tombés dans le piège tendu par les villageois. Ces derniers les ont torturés à mort. Les voleurs seraient les auteurs principaux des quatre autres cambriolages perpétrés en une semaine dans la commune.

L'express de Madagascar0 partages

Un chèque de 50 millions d’ariary pour la Cellule de crise

Le groupement des entreprises pétrolières à Madagascar a répondu à l’appel à la mobilisation des secteurs privés pour la risposte face à l’épidémie de peste. Un chèque de 50 millions d’ariary a été remis, hier, au docteur Herlyne Ramihantaniarivo, directeur général de la Santé et présidente de la Cellule de crise, à la Maison Commune des Nations Unies à Andraharo.