Les actualités Malgaches du Mercredi 19 Septembre 2018

Modifier la date
News Mada442 partages

Accusation contre Ravatomanga: une initiative visant à atteindre Rajoelina

A défaut de pouvoir rivaliser avec le fondateur de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM) Andry Rajoelina, le régime HVM tente d’autres manœuvres en s’attaquant à ses proches. L’operateur économique Mamy Ravatomanga figure parmi leur cible comme étant au centre du trafic de bois de rose. Il s’agit en réalité d’une accusation sans fondement car tout le monde a compris que ce trafic a débuté bien avant 2009, sous le régime Ravalomanana. Plus précisément, c’est sous la Transition que le gel des exportations a été décidé. Par la suite, c’est sous la pression des exportateurs et du ministre de l’Environnement de l’époque que le régime de la Transition a choisi de liquider des stocks et cela, durant un certain laps de temps. 72 millions d’ariary par conteneur ont été alors versés dans les caisses de l’Etat et gérés par le ministre des Finances et du budget de l’époque, Hery Rajaonarimampianina. D’ailleurs, il faut signaler qu’en 2014, le Tangalamena Patrick Zakariasy avait été condamné par la justice malgache à deux ans de prison ferme pour diffamation, faux et usage de faux en écriture publique. Ce qui permet de prouver que les accusations des proches du HVM quant à l’implication de l’opérateur économique dans cette affaire ne sont pas fondées.  En tout cas, le 27 avril 2016, la date du procès sur la cargaison de bois précieux saisie à Singapour, l’opérateur économique de renom s’était déjà prononcé sur ce trafic à travers une interview effectuée au journal «La Vérité». Suite aux accusations gratuites venant des proches du HVM ces temps-ci, nous avons choisi de reprendre ici son intervention qui reste encore d’actualité.

Question : C’est demain (28 avril 2016, ndlr) qu’est prévu se tenir le procès des bois de rose saisis à Singapour. Avez-vous été convoqué à cette audience. Si oui, à quel titre ?

Maminiaina Ravatomanga (MR): Je tiens à rappeler que cette affaire de bois de rose de Singapour remonte à 2013. Depuis qu’elle a éclaté, à aucun moment, je n’ai fait l’objet d’une quelconque convocation s’y rapportant, à quelque titre que ce soit. Que ce soit d’ailleurs de la part des autorités malgaches  que de celles de Singapour. C’est pour vous dire que, depuis le début jusqu’à aujourd’hui,  je n’ai été impliqué ni de près ni de loin par les enquêteurs locaux ou étrangers dans cette affaire. Pour répondre à votre question, je n’ai pas été convoqué pour le procès de demain, comme je ne l’ai pas été lors du premier.

Vous n’avez donc aucune appréhension, quant à ce que pourrait être l’issue du procès de Singapour, ne serait-ce que des révélations qui sont susceptibles d’en ressortir ?

MR: Aucune. Bien au contraire, je dirai : «Que la vérité éclate», afin de ne plus laisser la part belle aux rumeurs et aux accusations malveillantes. J’irai même plus loin en encourageant les responsables, qu’ils soient malgaches ou singapouriens, à aller jusqu’au bout de leur démarche. Car, ce que je ne comprends pas, c’est que, à un stade de l’enquête sur cette affaire, il y a déjà eu des noms qui ont été révélés.  Pourquoi s’abstient-on de creuser cette piste pour se mettre à orienter les regards vers une personne qui, pourtant, n’y a pas été citée à aucun moment ?

Question : Que répondrez-vous alors à ceux qui affirment que vous êtes impliqué dans cette affaire, voire au centre de celle-ci ?

MR: Vous faites sans doute allusion aux insinuations à peine voilées parues dans certaines presses ces derniers temps. Si les informations dont il y est fait état étaient basées, ne serait-ce que sur le moindre commencement de preuve, croyez-vous que les autorités actuelles (c’était sous le régime Rajaonarimampianina, ndlr) hésiteraient une seule seconde à m’appréhender et à convoquer une conférence de presse pour médiatiser mon interpellation ? A un moment, le gouvernement avait envoyé un ministre pour attester la légalité de l’exportation de la cargaison de bois de rose saisie à Singapour. En me désignant comme étant impliqué dans ce trafic, insinue-t-on donc que j’avais le pouvoir de dépêcher à l’extérieur un membre du gouvernement de cette quatrième République pour défendre la cause de «ma» supposée cargaison ?

Mais à quoi serait donc due, d’après vous, l’apparition de telles allégations ?

MR: Personne n’est dupe. Le fait que les accusations auxquelles dont vous faites état aient été véhiculées simultanément dans plusieurs organes de presse (pro-HVM, ndlr) démontre clairement qu’il s’agit d’une opération de communication. Ceux qui en sont les commanditaires veulent détourner des vrais coupables l’attention de la population, pour la diriger vers  une personnalité dont ils veulent détruire l’image auprès de l’opinion publique. D’une pierre deux coups, en somme.

A part cette affaire des bois de rose de Singapour, certains vous soupçonnent aussi d’être derrière les mouvements de protestation qui éclatent ici et là actuellement (à l’époque de l’interview, le régime HVM faisait face à une multiplication de foyers de tension dus notamment à sa mauvaise gouvernance, ndlr). Pour dire les choses telles qu’elles sont, on vous prête l’intention de déstabiliser et de renverser le pouvoir en place.

MR: Soyons sérieux. Si l’on en croit ceux qui véhiculent de telles accusations, je serais donc derrière les marchands de rue qui protestent contre la CUA, les chauffeurs de taxi-be qui manifestent contre la cellule d’intervention routière, les habitants d’Ambatobe qui s’insurgent contre la vente de leur terrain de sport, des délogés de la route d’Ivato qui s’opposent à la destruction de leur maison ou encore ceux d’Isotry qui en ont ras-le-bol du délestage, …et j’en passe. Je suis un opérateur économique à la tête de nombreuses sociétés dont la gestion accapare toutes mes journées. Je n’ai pas le temps et je ne vais pas perdre mon temps à déjouer de telles manigances. Tous ces mécontents ont des raisons de protester. Ils n’ont pas besoin d’être orchestrés pour agir.

Mais encore une fois, quelle serait l’origine de telles rumeurs ?

MR: A qui profite le crime ? dit-on. Il faut chercher ceux qui tentent de se disculper de leur propre échec en cherchant un bouc émissaire à qui ils attribuent donc la responsabilité de leur déconfiture pour, soi-disant, leur avoir mis les bâtons dans les roues. Je tiens simplement à faire remarquer que toutes les agitations qu’on observe actuellement  font suite aux maladresses du pouvoir en place lui-même.

Dernière question. Pourquoi avoir gardé le silence jusqu’ici et avoir choisi de déballer la vérité maintenant ?

MR: Face à la désinformation à laquelle on assiste ces derniers temps, continuer à se taire serait coupable. Etant au centre de cette campagne de dénigrement, je me dois d’éclairer l’opinion publique sur certaines réalités que certains veulent déformer afin de se protéger de leurs propres agissements. Le procès de Singapour sera pour le public une occasion de juger par lui-même qui dit vrai et qui sème le mensonge dans cette affaire comme dans d’autres.

 

 

 

News Mada18 partages

Tsipy kanetibe – “Tompondaka eran-tany”: “Afa-baraka ny firenena malagasy”, hoy i Tita

Nanoloana ny vokatra ratsy azon’ny ekipam-pirenena malagasy, taranja tsipy kanetibe, tany Kanadà, nandritra ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany 2018, naneho ny alahelony, Razakarisoa Tita (Mims), anisan’ireo mpilalao nahazo izany, ny taona 2016.

Menatra ny tenako”, hoy izy, nandritra ny tafa fohy, nataony tamin’ny mpanao gazety, omaly, tetsy Mahamasina. “Amin’ny maha tompondaka eran-tany farany ny tenako, mahatasapa fa tena afa-baraka tanteraka, i Madagasikara, tamin’ireny vokatra ireny satria i Alemaina no nandresy antsika tamin’isa, 13 no ho 1. Tsy mbola nisy malagasy raraka tany amin’ny ampahavalon-dalana izany”, hoy izy.

Nomarihiny fa anton’izany, ny tsy fijerena sy fanaovana ambanin-javatra ny mpilalao. “Nahavariana, ireo firenena rehetra tany Kanada, ny tsy nahitana anay tonga tany an-toerana. Mpilalao iray nahazo izany tamin’ny 2016 ihany no tonga tany. Ny olon-drehetra anefa niandry anay”, araka ny nambaran’i Mims. Naneho ny alahelony ity mpilalao tompondaka eran-tany ity, tamin’ny fanilihana, na ny mpilalao, na ny mpanazatra, voatery nametra-pialàna, mihitsy.

“Fahadisoana teo amin’ny resaka «coaching» no nahavoa antsika. Frantsa, ekipa “favori”, aza, lavontsika, 13 no ho 12, nefa dia i Alemaina, no nanakana ny Malagasy. Amiko ekipa gasy fa tsy ekipam-pirenena, iny nalefa tany Kanadà iny”, hoy i Mims.  Nanamarika i Tita fa lesoka eto Madagasikara koa, ny tsy fijerena ireo tompondaka eran-tany, izay tokony homena zavatra mivaingana, toy ny trano, na tany sy ny sisa, ankoatra ilay lelavola, nomen’ny filoham-pirenena, teny Iavoloha. “Tokony hijery izany, ny ho mpitondra ho avy eo”, hoy izy, namarana ny teniny.

Tompondaka

Midi Madagasikara18 partages

Economie bleue : Inquiétude des petits pêcheurs face à l’entrée en force des Chinois

Les petits pêcheurs se sentent menacés par le nouvel accord signé par l’AMDP en Chine, pour l’exploitation de nos ressources marines par les étrangers.

Les investissements étrangers affichent une hausse continue. De leur côté, les opérateurs économiques locaux annoncent qu’ils se sentent menacés par l’arrivée massive des opérateurs étrangers, qui gagnent beaucoup mais cela rapporte peu à l’économie malgache.

10.000 emplois directs à Madagascar ! C’est ce que prévoit l’AMDP (Agence Malagasy de Développement Economique et de Promotion des Entreprises), en signant un accord cadre avec le consortium « Taihe Century Investments Developments Co. Ltd ». En effet, cet accord représente un investissement total de 2,7 milliards USD, soit environ 8640 milliards Ariary sur 10 ans. Annoncé le 6 septembre dernier, cette nouvelle a suscité la réaction des petits pêcheurs. « De nouveaux emplois seront peut-être créés, mais d’autres seront également menacés. Cet accord signé à Pékin en Chine indique une création de plusieurs sociétés étrangères. La première société prévoit de mobiliser une flotte de 330 navires. Actuellement seulement 40 à 60 navires de pêche  parcourent les côtes de la Grande Ile et les petits pêcheurs sont déjà lésés. Avec 330 navires de plus, le secteur d’activité de ces paysans malgaches est condamné à l’extinction.  On se demande si nos dirigeants condamnent le peuple ‘malagasy’ à devenir de petits employés des firmes étrangères. Pourquoi donner aux étrangers le reste nos ressources marines, alors que ces richesses se font déjà de plus en plus rares ? Nous savons que les vrais motifs de ce genre de décision ne sont jamais très clairs », nous a confié un représentant de pêcheurs du littoral opérant sur le littoral Est.

Zones réservées. Plusieurs années avant la signature de ce fameux accord cadre pour le développement de l’économie bleue, les organisations de petits pêcheurs ont déjà évoqué la nécessité de zones réservées, avec la délimitation précise séparant les sites réservés aux grands bateaux de pêches – appartenant généralement à des opérateurs étrangers – et aux petits pêcheurs « malagasy ». Ce sujet a d’ailleurs été remis sur le tapis, lors du dernier forum du réseau MIHARY, composé de 23 ONG œuvrant pour la protection l’amélioration des conditions de travail et l’intérêt des petits pêcheurs « malagasy ». Selon les spécialistes, cette séparation est impossible pour certaines filières comme celle des crevettes. En attendant les décisions concernant les autres produits de la mer, les petits pêcheurs expriment leur crainte, aussi bien en termes de productivité de leurs activités, qu’en termes de sécurité dans leur métier, avec la multiplication des grands bateaux sur les zones marines de Madagascar.

Antsa R.

Midi Madagasikara13 partages

Ambatomaro : Sady voaolana no voaendaka ilay vehivavy

Teny Ambatomaro no nitranga ny tantara, ny sabotsy 15 septambra lasa teo. Lehilahy sy vehivavy iray mpianadahy, handeha hody sendra tratra hariva no narahan’ny telolahy ary nony tonga teo amina toerana mangingina, dia nodarohan’ireto farany ilay tovolahy ka tsy tafatsangana intsony. Taorian’izay dia nosintonin’izy ireo nankao amin’ny lobolobo tsy lavitra teo ilay anabaviny ka tsy nifankahita tamin’ny anadahiny intsony. Nalain’ireo olon-dratsy avokoa ny finday roa sy ny vola 10.000 ariary teny aminy. Tsy nanohitra azy ireo ity vehivavy ity, satria  nampitahoriny hovonoina raha tsy manaiky izay sitrapony. Nasainy nanala akanjo ravehivavy ary naolan’izy telo lahy sy nampiharany ny habibiany. Rehefa vita izay tiany nataony, dia lasa nandositra ny roa lahy. Ilay fahatelo kosa, mbola nanaraka ilay vehivavy hatrany an-tranony mba haka ny vola rehetra ao, satria nilaza ity vehivavy ity fa mipetra-drery izy. Voafandrika anefa ity lehilahy ity rehefa tonga tao an-trano satria afaka niantso fokonolona sy polisy ity vehivavy rehefa nahita hevitra nanidiana azy tao an-trano. Vokany, noraisim-potsiny tao ity olon-dratsy, tamin’ny 7 ora sy sasany hariva teo ho eo ka nentina avy hatrany teny amin’ny kaomisarian’ ny polisy Antaninandro. Nandritra ny fanadihadiana azy moa dia niaiky ilay lehilahy fa nanendaka sy nanolana ilay vehivavy. Mandeha ny fikarohana ireo namany ankehitriny.

T.M.

Midi Madagasikara11 partages

Jean Ravelonarivo, un élève exemplaire qui se surpasse pour tout réussir

Ancien Premier  ministre, le Général Jean Ravelonarivo est un homme ferme et sévère. En appliquant la politique de la tolérance zéro, il est strict . C’est sans aucun doute son atout, car la population a besoin de discipline, et cela dans tous les domaines, en commençant par les plus hauts fonctionnaires de l’Etat, car l’exemple vient d’en haut. Sa persévérance dans ses études est un exemple. Pour lui, la lutte contre l’insécurité et contre la corruption sont les priorités des priorités pour un réel développement du pays. Portrait.

Un  féru de connaissances. C’est ce qui pourrait résumer la personnalité de Jean Ravelonarivo, qui a collectionné les bourses d’études. « Je me souviens, j’ai toujours été major de promotion » dit-il. Son parcours et son cursus scolaire sont exemplaires. Né à Sakadomo le 17 avril 1959, dans la commune de Berevo dans le district de Belo- sur- Tsiribihina, Jean  Ravelonarivo a foulé le seuil de l’EPP de Sakadomo en 1966. Puis, il a continué à Berevo en CM1, où il devait marcher 8h de temps pour y aller, et la  même durée  pour revenir. Aussi, il a dû  habiter chez une autre personne pour pouvoir vivre non loin de l’école. Car cela ne l’a pas démotivé, le petit Jean Ravelonarivo n’a pas abandonné l’école pour autant. En 6e , il continue au CEG Belo- sur- Tsiribihina jusqu’à l’obtention de son BEPC en 1976. Puis, il poursuit ses années de lycée  à Morondava jusqu’à l’obtention de son bac  en 1979. Il effectue alors son service national durant un  an, avant d’intégrer l’armée et de poursuivre ses études en URSS (aujourd’hui la Russie) grâce à une bourse d’étude octroyée aux meilleurs. « J’avais trois  bourses d’études, pour la France, le Cuba, et l’ex-URSS. Mais j’ai promis à mon père de devenir militaire alors j’ai choisi l’URSS » raconte-t-il. Il étudie alors à Leningrad (aujourd’hui St-  Petersburg) durant 5 ans, et devient pilote. Il revient à Madagascar, et suit des cours de gestion et de droit. De 1997 à 2002, il devient directeur général de la Seimad, une société d’Etat dans   le domaine de l’immobilier.  Jean Ravelonarivo est marié et a 3 enfants. Il est très impliqué dans les actions caritatives et sociales, étant membre du Rotary Club dont il a été Gouverneur du district 9220 de 2013 à 2014, mais aussi à travers sa Fondation Ravelonarivo.

La sécurité avant tout. « J’ai eu l’occasion de visiter tout Madagascar, toutes les régions, sauf la région Sofia et Melaky. Et ce que je peux en tirer, c’est que la population malgache vit dans l’insécurité totale. En tant que Général, pour moi, la priorité des priorités c’est de lutter contre  l’insécurité ». C’est en  ces termes très fermes que Jean Ravelonarivo s’exprime pour rassurer la population. « L’insécurité, c’est le vrai grand problème à Madagascar » dit-il. Un programme qui coule de source pour ce militaire qui sait se faire obéir par l’armée. « Nous devons aussi lutter contre la corruption. C’est une nécessité si nous voulons nous développer. Lorsque j’étais Premier  ministre, j’ai fait de la lutte contre la corruption une priorité. Et les chiffres publiés par les Nations  unies le prouvent bien. Si nous étions le 146e  pays sur 175 au classement des pays les plus corrompus lorsque j’ai pris mes fonctions, nous étions 121 sur 175 lorsque je suis sorti du gouvernement. Et cela en un peu plus d’un an seulement. Cela montre que les choses peuvent s’améliorer, et que l’on peut assainir l’Administration. Malheureusement, aujourd’hui on est retombé à la 161e  place sur 175″ continue-t-il. Avec sa politique de « tolérance zéro », Jean Ravelonarivo veut instaurer la bonne gouvernance et appliquer la décentralisation pour  le développement de  tout le pays. Et cela à travers plusieurs secteurs, dont la gestion des ressources minières. « J’avais déjà pensé à revoir le code minier.   Nous avons beaucoup de ressources, nous avons du pétrole, mais il faut que cela soit bien géré pour que toute la population puisse en bénéficier. Ces exploitations des ressources minières ne vont pas sans la protection de l’environnement et de la biodiversité, qui fait notre richesse également. Cela nous permet de développer, par la même occasion, le secteur touristique ». Mais ce n’est pas tout, car son programme comprend également le domaine social dont l’égalité des genres, le problème du chômage. « A Madagascar, la population est jeune, et beaucoup d’entre les jeunes  sont diplômés et sont très compétents, mais malheureusement ils ne trouvent pas de travail. C’est donc une priorité pour moi de créer de l’emploi, avec les opérateurs économiques ».  Et qui dit compétence  dit études, en bon élève qu’il a toujours été, le secteur de l’éducation est pour lui très intéressant. Enfin et non des moindres, la santé est primordiale, car elle permet à la  population  d’être productive .

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara9 partages

Panneaux publicitaires non-commerciaux : La CUA donne 24 heures aux candidats pour les enlever, Certains d...

Toute l’équipe de Jean Omer Beriziky devant la presse, hier, à l’Hôtel Le Louvre Antaninarenina .(Photo : Kelly R.)

Qualifiés de « non-commerciaux » par la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA), les panneaux sur lesquels figurent les candidats doivent être enlevés aujourd’hui, sinon, c’est la commune elle-même qui s’en chargera. Mais pour certains candidats, il s’agit purement et simplement d’un « excès de pouvoir » et d’un « abus de droit ».

24 heures. C’est le délai imparti par la CUA  aux candidats qui utilisent des panneaux (publicitaires) à des fins non-commerciales pour les enlever. Autrement, c’est elle-même qui va s’en charger parce que c’est « non-autorisé ». C’est ce qu’a expliqué la directrice adjointe de l’Urbanisme et du Développement au sein de la commune, Hortensia Rasoamanambola, dans une vidéo sur les réseaux sociaux face à l’affichage d’images de certains candidats à l’élection présidentielle sur des panneaux publicitaires mais lequel affichage n’est aucunement dédié à des fins commerciales. Par contre, les panneaux publicitaires « autorisés » peuvent rester là où ils sont.

Ressources financières. Dans cette optique, nous avons interrogé le directeur de l’Urbanisme et du Développement au sein de la commune, Edison Razafintsihoarana, au téléphone sur la base de cette décision. « C’est la loi n°2014-020 sur les ressources des collectivités territoriales décentralisées qui fixe, entre autres que, les panneaux publicitaires commerciaux font partie des ressources financières  de la commune. Mais avec certains candidats qui, non seulement, les utilisent à des fins non-commerciales, occupent le domaine public de la commune et ne paient pas les taxes y afférentes », a-t-il expliqué. Effectivement, selon l’article 202 de la même loi citée, il est prévu que « toute forme de publicité à caractère commercial faite à l’aide soit d’affiches, soit de panneaux- réclames, soit d’enseignes lumineuses, sur support fixe ou sur véhicule roulant sur banderoles, bannières, ballons dirigeables, et autres supports non prévus par la présente sous-section dans les limites du territoire d’une Commune est soumise à la taxe sur la publicité perçue au profit du budget de la Commune. Les tarifs de la taxe sont fixés annuellement par le Conseil de la Commune conformément aux dispositions de la loi de finances ».

Abus. Mais pour certains candidats, il s’agit purement et simplement d’un « excès de pouvoir » et d’un « abus de droit » de la part de la commune d’Antananarivo. L’équipe de Jean Omer Beriziky a donné une conférence de presse y afférente, hier, à l’Hôtel Le Louvre Antaninarenina ; lui qui figure parmi les victimes de ces agissements de la commune. Pour information, la CUA  a enlevé les deux panneaux du candidat qui se trouvaient à Anosy et à Ankazomanga ; des panneaux sur lesquels on y trouve Jean Omer Beriziky, vêtu d’une chemise blanche à manches courtes, muni d’un chapeau de paille, main droite sur le cœur, avec les détails comme son nom et la plateforme dont il est issu « Antsika Madagasikara », sans aucune mention de son numéro sur le bulletin unique ni une orientation des choix envers lui. Aucune propagande pour faire simple. Nous ne savons pas ce qui s’est passé entre-temps, mais ce qui est certain, c’est que c’est à travers la missive n°370/CUA/SG/DUD.18 du 5 septembre 2018 que la commune a informé la société qui s’occupe des panneaux de leur caractère « non-commercial » et de les enlever par la suite, sans avoir mis au courant l’équipe de Jean Omer Beriziky.

Excès de pouvoir. Pourtant, d’après les informations fournies par l’avocat Willy Razafinjatovo issu du comité juridique de l’équipe, « la commune ne devait plus s’immiscer dans cette affaire dans la mesure où elle a d’ores et déjà donné son feu vert, à travers le contrat signé avec la société privée. Par ailleurs, nous n’avons pas été notifiés, au préalable, de cette décision. Elle les a enlevés et paraît-il qu’il y aurait un arrêté municipal y afférent. Nous avons demandé cet arrêté, mais la commune ne l’a pas fourni. Peut-être qu’il n’y en a pas ». De surcroît, et toujours d’après les informations qui ont été fournies, le contrat avec la même société devait arriver à son terme en  novembre et que les sommes qui en découlent sont déjà réglées. Mais malgré cela, le contrat a été biaisé, sans notification  préalable ni consultation des intéressés. Toute l’équipe dénonce, donc, une « injustice », une « inégalité entre les candidats », un « excès de pouvoir » et un « abus de droit » de la part de la CUA.

Violence déguisée. Mais ce n’est pas tout. Les posters des autres candidats à la présidentielle ne font pas l’objet d’une décision de ce genre, poursuit l’équipe. Nonobstant « ces mesures discriminatoires » à l’endroit de Jean Omer Beriziky, pour reprendre les termes de l’équipe, cette dernière ne va pas demander aux responsables de démonter ceux des autres candidats. Au contraire, elle interpelle la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante), à « prendre ses responsabilités » dans la mesure où les membres craignent « une violence déguisée à l’égard du candidat durant cette période préélectorale », a fait savoir Elia Ravelomanantsoa, la directrice de campagne. Mais à travers cette communication de la Commune, tous les candidats qui ont procédé à cette pratique vont devoir enlever leur poster sur ces panneaux publicitaires commerciaux.

Requête. Dans cette même optique, l’équipe de Jean Omer Beriziky va déposer une requête pour doléances auprès de la Ceni pour « établir les faits » et « constater les agissements de la Cua » afin que la commission électorale puisse « prendre les mesures qui s’imposent ». Au micro, Willy Razafinjatovo met les points sur les « i » : « la Ceni est fragile. Mais elle doit agir. Elle doit savoir qu’en matière d’élection, elle a une compétence supérieure à celle de la commune. Les membres sont tenus de prendre les mesures nécessaires pour que l’égalité des candidats soit vraiment garantie, et pour que cette concurrence déloyale soit bannie ». Aussi, est-elle en gestation une pétition pour dénoncer cette pratique. A suivre.

Aina Bovel

News Mada5 partages

Filière bambou: une perspective de transformation industrielle

Des activités pilotes ont été initiées depuis 2010 pour développer la filière bambou. Dans cette perspective, le Réseau international de recherche sur le bambou et le rotin (Inbar) et le programme Prosperer projettent, à partir de cette année, d’entrer vers une transformation industrielle du bambou. C’ est ce qu’on a appris, lors de la Journée mondiale du bambou, célébrée hier, à l’hôtel Le Louvre Antaninarenina.

Pourtant, une exploitation industrielle exige de plus grandes ressources. L’Inbar, Prosperer, avec l’appui du ministère en charge de l’Environnement et des forêts ont repeuplé cette année une centaine d’hectares, comme les 20 ha à Tsiazompaniry, les 5 ha autour du lac Itasy ou encore les 20 ha à Mahajanga… Les pépinières de bambou possèdent actuellement quelque 200.000 jeunes pousses de bambou prêtes à être plantées sachant que la densité de plantation est de 400 plants par hectare. Ces réalisations sont toutefois loin d’être suffisantes. Par ailleurs, la méconnaissance du bambou et le problème de disponibilité des terrains à exploiter demeurent des obstacles.

Quid de l’exploitation à grande échelle ?

«Outre les projets d’extension des plantations, nous investissons cette année dans l’installation d’un laboratoire commercial in-vitro pour satisfaire les besoins des grandes exploitations, sachant que la capacité de production demeure limitée avec les pépinières», a indiqué Njaka Rajaonarison, coordinateur de projet de l’Inbar à Madagascar.

D’où l’idée d’organiser, à l’occasion de cette Journée mondiale du bambou, une exposition et des conférences pour mieux faire connaitre le bambou et de présenter les possibilités d’accès aux terrains prévus par l’Etat pour le reboisement.

A long terme, les projets de développement de la filière bambou visent également les exportations. «Certes, des ateliers comme à Toamasina exportent des produits en bambou, notamment des produits de niche. Mais jusqu’à l’heure actuelle, nous n’arrivons pas encore à produire en grande quantité même avec des produits à faible valeur ajoutée. Une exploitation à plus grande échelle demeure une visée à long terme pour la Grande île compte tenu de la disponibilité des ressources», a expliqué Njaka Rajaonarison.

Arh.

 

 

 

 

News Mada5 partages

Nosy Be: nisokatra ny sekoly fanofanana momba ny TIC

Nahazo cyber école napetraka eo anivon’ny lycée teknika ao Dzamadzar ny tanànan’i Nosy Be, ny faran’ny herinandro teo. Sekoly natao hanofanana ny tanora amin’ny asan’ny fikirakirana ny teknoljia vaovao sy ny asa mifandraika amin’izay ny ivontoerana. Natao ho filamatra ity sekoly ity, tafiditra amin’ny politikam-pirenena momba ny asa sy ny fanofanana momba ny asa (PNRFP) sy ny paikady hampiroboroboana ny fifehezana ny teknolojia vaovao. Mifarimbona amin’ny tetikasa  fametrahan ny cyber école ny fondation Telma sy ny minisiteran’ny Fampianarana teknika miaraka amin’ny Unesco. Anisan’ny fepetra takin’ny mpampiasa amin’izao fotoana izao ny fahaizan’ny mpitady asa ny fampiasana ny teknolojia vaovao samihafa misy.

Niarahana tamin’ny sehatra tsy miankina ny famolavolana ny lalam-piofanana vaovao tahaka izao ho an’ny tanora. Voaofana mialoha ny mpampianatra, niaraka amin’ny Teknet Group sy ny Unesco. Nametrahana fitaovana vaovao ny ivontoerana ahafahana misantatra ny fiofanana.

Nanolotra connexion ahafahana mikirakira ny internet kosa ny Fondation Telma hanamorana ny fampiofanana ao anatin’ny tetikasany « informatika ho an’ny rehetra » mandritra ny roa taona voalohany. Samy hahazo taratasy fanamarinana ny mpiofana amin’ny sokajy nosafidiany, araka ny fanazavana azo.

Vonjy A.

News Mada5 partages

Kandidà Beriziky Jean-Omer: « Tokony hifanaja amin’izao fifidianana izao »

« Vanim-potoana lehibe eto amin’ny tantaran’ny firenena izao, satria miatrika fifidianana isika. Amin’izany, manatanteraka adidy masina. Mila fifanajana izany amin’ny tomponandraikitra, satria zava-dehibe loatra ny ataontsika.« 

Izay ny nambaran’ny kandidà Beriziky Jean-Omer, omaly, ny amin’ny fanalan’ny eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ireo takelaby misy ny peta-drindriny amin’izao fifidianana filohan’ny Repoblika izao.

Toa misy fanavakahana sy tsy fijerena araka ny tokony ho izy ny fampitovian-jo eo anatrehan’ny lalàna ny kandidà rehetra, raha ny fijeriny ny zava-misy.

Efa nahazoana fahazoan-dalana ny takelaby

« Tany amin’ny kaominina izahay: aiza ary amin’ny fomba ahoana no nanendahanareo an’io zavatra io? Lazaina fa misy fanapahan’ny monisipaly. Nanontaniana izany: tsy misy na iray aza. Inona izany? », hoy kosa ny mpanolotsaina momba ny lalàna io kandidà io, ny Me Razafinjatovo Willy na i Olala.

Nahazo fahazoan-dalana ny olona nametraka ny takelaby, ary efa nahazoan’ny kaominina vola. Fifanarahana amin’ny orinasa tsy miankina izany, ary efa fananana nanokanan’izay  orinasa nahazo izany ny takelaby amin’ny toerana iray. Azy izany io, fa tsy misy idiran’ny kaominina. « Izahay no nanao fifanarahana amin’io olona io », hoy izy. Hatramin’ny volana novambra, efa naloa ny volan’ilay olona.

« Tokony hampitoviana ny kandidà rehetra. Tokony hotenenin’ny Ceni ny kaominina amin’ny famelana ny sarin’ireo olona ireo », hoy ihany izy. Hafahafa, ny Ceni indray no manontany izay tian’ny kandidà hatao ny amin’izany(?).

Hatraiza marina ny fanajan-dalàna amin’izao fifidianana izao? Mila tsy ho fantatra intsony hoe iza no manao inona; eny, na ny lalàna aza.

R. Nd.

 

News Mada4 partages

Loza  voajanahary: nihorohoro  ny tany  tao Manjakandriana

Naheno horohorontany ny ankamaroan’ny mponina teto Antananarivo sy ny manodidina, ny talata maraina teo. Nanamarina izany ny teknisianina tetsy amin’ny Ioga Ambohidempona. Nisy ny fihetsehan’ny tany, ny talata tamin’ny 6 ora sy sasany maraina. Nahatratra 4,7 amin’ny mari-drefy Richter, izany horohorontany izany. Tany amin’ny 16,57 km avaratr’I Manjakandriana, 23km atsimon’i Mangamila no nisy ny foiben’ity horohorontany ity.

Nanamarika ny manam-pahaizana fa misy isan’andro ny fihetsehan’ny tany, saingy tsy henon’ny olombelona izany satria maivana. Rehefa tafakatra 4 amin’ny mari-drefy Richter, izany fihetsehana izany, vao tsapan’ny olona.

Tsiahivina fa tamin’ny volana janoary no nisy fihetsehan’ny tany mahery, nahatratra 6 amin’ny mari-drefy Richter. Nisy ifandraisany tamin’ny fihetsehan’ny tany tao Mayotte, io tamin’ny volana janoary io, raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra hatrany.

Tatiana A

Midi Madagasikara4 partages

Baccalauréat dans l’Amoron’i Mania : Visite de la ministre Rasoazananera dans les centres d’examen

Afin de s’assurer du bon déroulement des examens du baccalauréat, la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Rasoazananera Marie Monique a effectué lundi dernier, premier jour des épreuves, une visite dans le centre d’examen du lycée St Joseph de Cluny d’Ambositra et de celui du lycée d’Imito. La première responsable de l’enseignement supérieur s’est réjouie de constater le bon déroulement de ces examens et qui selon elle, n’est pas le fruit du hasard, mais d’une laborieuse préparation depuis l’année dernière avec la collaboration conjointe de son département et des départements ministériels  concernés. La ministre coach d’Amoron’i Mania n’a pas également manqué de louer la cohésion des responsables locaux au niveau de la région, pour que ces examens soient une réussite et  de souhaiter à tous les candidats une  bonne chance.  Près de 4000 candidats se sont inscrits aux examens du baccalauréat de l’enseignement général dans la région.

Anastase

News Mada3 partages

Une envoyé des Nations unies au pays; mission: élections apaisées

Les Nations unies ont dépêché, de nouveau, une mission à Madagascar pour suivre le processus électoral avec comme objectif  la tenue des scrutins dans un climat apaisé.

«J’étais déjà au pays au mois de mai lorsque les questions électorales ont été à l’ordre du jour. Nous avons constaté avec beaucoup de plaisir que ce processus s’est bien enclenché, les candidatures sont annoncées», a déclaré le professeur Abdoulaye Bathily, Conseiller spécial du secrétaire général des Nations unies pour Madagascar, à la suite d’une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères, Dovo Eloi Maxime, hier. Cette personnalité est en mission dans le pays avec comme objectif de tâter le terrain à la veille de la campagne électorale.

«Nous sommes à la veille de la campagne électorale et les élections proprement dites. Le SG des Nations unies a tenu à ce que je vienne ici pour voir avec les autorités malgaches, qui sont les principaux  acteurs de cette situation, et qui ont vraiment fait preuve de beaucoup de sursaut et d’esprit de responsabilité pour prendre en main la question. Nous avons constaté que grâce à cet esprit de responsabilité, les choses évoluent de manière que nous considérons comme positive jusqu’ici», a-t-il d’ailleurs ajouté.

Avancée

Le diplomate était déjà en visite à Madagascar en mai dernier suite à la crise née de l’adoption des textes électoraux à l’Assemblée nationale. A la veille du débat de a campagne électorale, à travers cette démarche, les Nations unies voulaient donc se rassurer sur la suite du processus électoral. «Nous sommes là pour faire une sorte d’évaluation de la situation, encourager davantage tous les acteurs malgaches  pour que les Nations unies qui sont déjà impliquées à travers ses différentes agences sur le terrain, en coordination du Système des Nations unies avec l’ensemble des partenaires internationaux, que ce soit l’Union Africaine, que ce soit la Sadc, que ce soit la Francophonie ou l’Union européenne, pour que tous ensemble, nous mettions tous les efforts pour consolider ce processus positif qui est enclenché grâce aux Malgaches eux-mêmes», a-t-il plaidé.

Selon lui, en effet, « la Communauté internationale est là pour soutenir les efforts des Malgaches et nous sommes très heureux de constater cela, à la veille  des élections. Je suis venu constater le climat d’ensemble et encourager ce processus positif continu pour qu’il puisse se conclure dans le sens souhaité par le peuple malgache».

En tout cas, l’avancée du processus actuel est saluée par les partenaires internationaux. C’est le cas de l’ambassadeur allemand, Harald Gehrig, qui a exprimé son soulagement, lundi dernier, sur le fait que «les tentatives de plusieurs côtés d’entraver et de freiner les élections n’ont pas réussi».

Rakoto

Midi Madagasikara3 partages

Fanafihana eto Toamasina : Tsy mahasakana ireo jiolahy ny “operation” ataon’ny mpitandro ny filaminana

Tsy nisy nahahetsika ny rehetra raha tonga tampoka nisintona ilay sakaosy nisy vola 10 tapitrisa ariary, raha nikasa ny handrotsa-bola 2 tapitrisa ariary tamin’ity “Mobile Money” iray tao bazary be tsy lavitra ny orinasa Jirama ; izay misy zandary mitam-basy, ny tranga niseho tokony ho tamin’ny 10ora sy 35min misandratr’andro ny talata. Raha ny fanazavana azo, dia roa ireo toerana fandefasam-bola eo akaikin’ity Jirama ity, saingy nanana olana tamin’ny habetsahan’ny vola nalefan’ity rangahy ity izy ireo ka voatery niandry ny famenoam-bola nataon’ilay mpandefa vola iray izay niantso ny tamba-jotra handefasana ny vola ity rangahy ity. Nandritra izay fiandrasana nataony izay anefa no niseho izao trangam-panafihana mitam-piadiana izao, satria tsy natahotra ireo olona maromaro teo amin’ity tranohevam-pivarotra gazety sy mpandefa vola ity ireto jiolahy, fa avy hatrany dia nandrangaranga basy PA izy ireo ary lasa toy ny tsy nanao na inona na inona akory vao nahazo ilay kitapo nisy ny vola, raha avy nandrahona hitifitra ilay rangahy raha tsy manome mora ilay kipato nisy ny vola ny tenany. Vao nahazo ilay kitapo izy ireo dia lasa ka ny roa lahy nanao taingin-droa tamin’ny moto Scooter miloko mena, ny faharoa nanaraka avy ao aoriana kosa nandeha irery tamin’ny moto scooter manga nentiny. Ireo olona niantsoantso indray no nambanan’ireto andian-jiolahy telo ireto ny basy ho vonoina ka tsy nisy afa-nihetsika. Mandeha noho izany ny resaky ny olona fa toa lasa fandaniam-bola sy filan-kaja fotsiny ity resaka “operation” atao lava eto amintsika amin’ity, fa tsy mahasakana akory ny andian-jiolahy manao ny asa ratsiny. Mmisy mihitsy no milaza fa matoa manana basy tsara sy mahery vaika ary sahy toy izao ny jiolahy, dia tsy maintsy misy mpitandro filaminana mpiaro sy mpanampy azy ao ambadika. Ho hita eo anefa izay ambaran’ireo mpitandro ny filaminana eto Toamasina, na ny polisy mpanao fisafoana ny tanàna, na ireo zandary izay manao ny “operation mandio” ankehitriny ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara3 partages

Androfiamadinika-Maevatanàna : Ankizivavy kely 14 taona, simba tanteraka naolan’ny raikeliny

Na dia eo aza ireo fanentanana isan-karazany, dia mbola mahazo laka hatrany ankehitriny ny fanararaotana ara-nofo mihatra amin’ny ankizy tsy ampy taona. Tsy misy tandroka tokoa ny ratsy ankehitriny, fa ny raikeliny ihany no nanolana an’ity zana-badiny izay kamboty ray ity. Ankizivavy vao 14 taona antsoina hoe « Elianne » no simba tanteraka naolan’ny raikeliny, tao amin’ny fokontany Androfiamadinika, kaominina Maevatanàna voalohany. Araka ny fitantaran’ilay «  tovovavy kely » rehefa nofotorana lalina omaly dia nilaza fa notambazan’io lehilahy voalaza etsy ambony tamin’ny « biscuit » sy « vatomamy » ary vola telo arivo ariary rakalakely, satria tsy teo ny reniny, ka teo no nanamparan’ilay rangahy tsy mataho-tody ny filan-dratsiny ity tovovay kamboty ray ity. Rehefa niverina tany amin’izay nalehany kosa ny renin’ilay zaza voaolana, dia tsy sahy nitantara ny zava-nanjo azy ity farany, satria norahonan’ny raikeliny hovonoina. Gaga ny reniny raha  nahita an-janany mibakabaka  famindra sady nahatsikaritra rà tsy nijanona niraraka teo amin’ny feny. Tsy tanany intsony ny alahelon’ilay  kalakely rehefa nojeren’ny reniny, ka nitomany nigogogogo sady, nanaboraka ny zava-nihatra taminy ary nitantara ny zava-nisy niainany. Nentina namonjy dokotera ilay zaza voaolana, ary nanamafy ny mpitsabo, fa simba tanteraka izy noho ny herisetra ara-nofo nihatra taminy. Nitsoaka kosa ilay nahavan-doza ka mbola karohana fatratra hatramin’izao.

Ratantely

News Mada2 partages

Atrikasa momba ny hetra: « Mety hahavery  vola amina miliara ny fifanarahana »

Natomboka, omaly, hatramin’ny 21 septambra ny atrikasa iraisam-pirenena ho an’ireo tany mampiasa teny frantsay mifanakalo traikefa momba ny hetra, indrindra fa ny aty Afrika, kely fidiran-ketra. Mitarika izany ny OIF (1) miara-miasa amin’ny FMI, ny Banky iraisam-pirenena, ny Comesa (2), ny UEMOA(3), ny DFI(4) ary ny LES (5).

Tambajotra ifandraisan’ireo minisitra sy manam-pahaizana momba ny fitantanam-bola amin’ny tany mpikambana ao amin’ny OIF ny fisian’izao atrikasa izao ho fanatsarana ny fidiran-ketra. Atrikasa miainga avy amin’ny fanadihadiana, natao ny taona 2014 avy amin’ny vola niditra sy atrikasa roa natao tany Dakar sy Abidjan, ny taona 2015 sy 2106. Koa tanjona amin’izao fihaonana eto izao ny fizahana izay mety ho tombony sy lesoka momba ny fifanarahana misy amin’ireo firenena nifanaraka ho fanatsarana ny hetra, ny amin’ny hoenti-miasa sy ny fandaharanasa, ary ny hahalalana izay tokony hifanampiana ao anatin’izany fiaraha-miasa izany.

Manome lanja lehibe ho an’ity sehatra ity ny eto Madagasikara, mampifandray izany amina raharahan-ketra maneran-tany sy ny ady atao amin’ny tsy fandoavan-ketra sy ny hosoka. « Tsy maintsy jerena ny hetra anatiny, satria iaraha-mahita ny fisian’ireo orinasa lehibe avy any ivelany sy  ny eto an-toerana, miteraka resabe lazaina fa tsy ahazoana hetra firy noho ny fifanarahana isan-karazany. Ireny fifanarahana ireny no mety hahavery vola amina miliara », hoy ny tale jeneralin’ny hetra, Razafindrakoto Garisse. Koa izao atrikasa izao no hahafantarana, na nahazo tombony isika, na matiantoka tamina fifanarahana natao.

Mandeha ny fitsirihana ireo orinasa vaventy

Ny ady atao amin’ny hosoka indray, misy orinasa lehibe 505 izao hanaovana fitsirihana eto an-toerana. Tsy hoe akory mpangalatra, na mpamitaka ireo fa mba hahitsy izay diso, tsy ho lasa lavitra loatra izay fahadisoana izay amin’ny fanambarana”, hoy ihany ny tale jeneralin’ny hetra. Telo herinandro izao, natomboka izany fitsirihina izany ary amin’ny volana novambra ny hahafantarana ny vokatra. Nohamafisin’ny tale jeneraly fa “manitsy no zava-dehibe fa tsy ny manasazy mba hisian’ny fidiran-ketra tsara sady maharitra”.

Taorian’ireny fitokonana ireny, nahemotra ny fe-potoana farany fandoavana izany, indrindra ho an’ireo mpandraharaha madinika. Ankehitriny, hita miverina izao ny ezaka any amin’ireo Ivonketra. Manahirana ny hoe ho tratra ny tanjona napetraka 12 % na 234 miliara ariary fa miezaka ny fanjakana ; ny azo antoka 11 %. Efa hita aloha ny 50 % amin’io tanjona napetraka io.

 

R.Mathieu

Midi Madagasikara2 partages

Ankavandra : Dahalo dimy maty voatifitry ny zandary

Kizo famaharan’ireo dahalo sy fanafenana omby halatra iray hafa indray no ravan’ny zandary ao anatin’ny hetsika « mandio » tanterahan’izy ireo amin’izao, tany amin’iny faritra Melaky iny. Vokany, nisy dimy tamin’ireo dahalo no tsy afa-manohy ny asa ratsiny intsony.

Ny alahady lasa teo dia toerana iray ao Bedretra, any amin’iny distrika Ankavandra iny indray no nidinan’ireo andiana zandary manao hetsika manokana amin’izao. Izany dia taorian’ny fanampim-baovao azon’izy ireo mahakasika ny fisiana faritra iray hitobian’ireo dahalo aloha sy aorian’ny fanafihana. Vao tazan’ireto malaso anefa fa mihazo ny faritra misy ny toby famaharany ireto mpitandro filaminana, avy hatrany dia nitifitra tsy tam-pisalasalàna izy ireo. Raikitra teo ny fifandonana teo amin’ny roa tonta. Nandroso niakatra ihany anefa ireo zandary no sady niaro-tena sy namaly tifitra, efa zatra ady tanteraka sy nofanina manokana amin’ny toe-javatra tahak’izao. Tamin’izany no nahafaty ireo dahalo dimy, voatifitra avy hatrany. Nisy sasany ihany koa naratra saingy nentin’ny namany nitsoaka. Rehefa hitan’ireo olon-dratsy moa fa tsy voatosika mihitsy ireo mpitandro filaminana dia nitsoaka nandositra izy ireo, rehefa avy nandroaka ireo basy teny an-tanan’ireo namany maty. Noravàna avokoa moa ireo tranotrano sy fitaovana nampiasain’ireo olon-dratsy tao amin’io toerana io ary niroso hatrany tamin’ny savahao sy ny fikarohana ireo tafatsoaka ireto zandary ireto.

m.L

Midi Madagasikara2 partages

Traitement de la peste : Finies les injections de Streptomycine toutes les trois heures

Le ministère de la Santé publique annonce que tous les dispositifs sont prêts pour faire face à la saison pesteuse 2018-2019.

La saison pesteuse est lancée, deux décès à cause de la  peste pulmonaire ont été confirmés et huit cas suspectés selon le ministère de la santé publique.

Les spectres de la récente saison pesteuse ne se sont pas encore dissipés  que nous revoilà déjà dans une nouvelle période. Face à ces cas, le ministère de tutelle, via un quartier général mis en place suite à la récente saison pesteuse, se dit être prêt. «Le quartier général, composé de plusieurs commissions est prêt à en découdre. Nous avons déjà un plan d’attaque et en fonction de ce plan, nous avons déjà des médicaments pour la désinfection et la désinsectisation, ou encore des médicaments pour traiter les cas suspects ou confirmés» a fait savoir un responsable auprès dudit ministère. Un nouveau protocole thérapeutique aurait également été mis en place pour le traitement des personnes atteintes par la peste. «On a pu constater  durant la dernière saison que le traitement qui consistait en des injections toutes les trois heures de  streptomycine était assez lourd pour les patients. Nous avons cherché comment faire en sorte d’alléger cela et nous avons un nouveau protocole thérapeutique» a lancé le responsable.

Endémique. Il convient de noter que la peste est une maladie endémique dans la Grande  Ile. Et les causes sont nombreuses: les feux de brousse  , les cas non déclarés ou encore l’insalubrité des villes.   L’impossibilité des médecins de prendre en charge les cas suspects par le fait que les patients ne les déclarent pas constitue également un facteur permettant à la maladie de ressurgir et de se propager. «Pratique  ayant provoqué le décès de deux personnes à Ambalavao et à Anjozorobe qui – suite à des recoupements – ont été finalement confirmés comme des décès communautaires» s’est lamenté le responsable auprès du ministère de la Santé publique. Ce dernier d’ajouter qu’une «épidémie sera toujours à craindre tant que les malgaches ne déclarent pas les cas suspects de peste. Et ce, malgré les préparations du ministère de tutelle».

Complots. Par ailleurs, la résurgence de la peste et le fait que le ministère de la  Santé a  pris  la peine d’en publier les informations sont perçus par certains observateurs de la vie publique comme des «tentatives de diversion menées par le gouvernement à l’endroit de la population malgache». Tentatives qui auraient pour but de «détourner les yeux de la situation actuelle». Situation où se mêle la tension de la période de précampagne électorale, de la hausse incessante des prix à la pompe et des PPN (Produits de Premières Nécessités)…bref, de la hausse du coût de la vie en général. Une situation «explosive» qui ne va toutefois pas s’alléger avec une éventuelle psychose causée par une résurgence de la peste. Pour l’heure, aucune autre information officielle concernant les cas n’a été recueillie auprès du ministère de la  Santé publique. Dans les réseaux sociaux par contre, les rumeurs sur le nombre de décès dans les régions fusent de partout. A suivre.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Candidats à la présidentielle : Sécurité assurée par les Forces de Défense et de Sécurité

Les hauts responsables des Forces de Défense et de Sécurité lors de leur dernière déclaration.

Le Conseil de gouvernement dirigé hier par le Premier ministre Ntsay Christian à Mahazoarivo a duré presque 4 h de temps. De 9 h à 12h 45. A la mesure même de l’ordre du jour avec 4 décrets adoptés et 18 communications verbales effectuées dont l’une revêt une importance vitale pour les 36 prétendants à la magistrature suprême.

Le volet sécurité occupait une place importante hier avec la communication verbale effectuée au titre du ministère de la Défense nationale sur la contribution des Forces de Défense et de Sécurité malagasy (FDS) à la sécurisation des candidats à l’élection présidentielle du 07 novembre 2018. Et ce, afin d’assurer la sécurité des 36 candidats sans exception et d’instaurer un climat électoral apaisé. Rappelons que lors de leur dernière déclaration en avril dernier, les hauts responsables des FDS se sont positionnés contre la mise en place de toute structure étatique en dehors des élections.

Subordination hiérarchique. Les FDS n’en demeurent pas moins sous la subordination hiérarchique des autorités civiles. Elles doivent notamment faire acte d’allégeance au Premier ministre qui « assure la sécurité, la paix et la stabilité sur toute l’étendue du territoire national dans le respect de l’unité nationale ; à cette fin, il dispose de toutes les forces chargées de la police, du maintien de l’ordre, de la sécurité intérieure et de la défense ». Ces dispositions de l’article 65.8 de la Constitution ont, c’est le cas de le dire, force de loi (fondamentale) dans le cadre des élections.

Contrôle démocratique. Les FDS restent également soumises à un contrôle notamment parlementaire et judiciaire, tel qu’il a été rappelé lors de l’atelier sur les techniques d’interpellation et le contrôle démocratique des FDS qui a été animé début avril 2018 par le Conseiller aux Droits de l’Homme du Bureau de la Coordination Résidente des Nations Unies à Madagascar. Il était aussi question de la coexistence pacifique entre les FDS et les journalistes qui ont des rôles importants à jouer par rapport aux élections dans leurs domaines respectifs.

Avancement à titre exceptionnel. Au titre du ministère de la Sécurité Publique, a été adopté un décret portant avancement à titre exceptionnel dans le corps des Inspecteurs généraux, Contrôleurs généraux et Commissaires de Police ; le corps des Officiers de Police ; et le corps des Inspecteurs de Police. Notons que l’avancement à titre exceptionnel est accordé suite à un acte de bravoure ou pour services exceptionnels rendus à la Nation.

Police et Gendarmerie. Deux communications verbales ont été effectuées au titre du même ministère de la Sécurité Publique. La première concerne la « Journée de la Police Nationale » pour l’année 2018, et la seconde porte sur la création d’un poste de Police de Fiombonana dans le District d’Antananarivo Avaradrano. Les bérets noirs n’étaient pas en reste avec la communication verbale du Secrétariat d’Etat chargé de la Gendarmerie relative à la célébration du 50e anniversaire des Forces d’Intervention de la Gendarmerie Nationale ou plus communément FIGN.

Recueillis par R.O

News Mada1 partages

Région Melaky: les infrastructures hydro agricoles réhabilitées

Redynamisation de l’agriculture dans la région Melaky. Trois grands travaux y sont en cours de réalisation pour relancer les activités agricoles de la région. Cela à travers le projet d’Appui au développement de Melaky- Menabe (AD2M), financé par le Fonds international de développement agricole (Fida). Il s’agit des périmètres irrigués de Beboka, Demoka et Marifilahy, situés respectivement dans les Communes rurales d’Antsalova, de Betanatananana et Marohazo.

Ces  périmètres irrigués, à part Demoka qui est déjà existant, feront l’objet d’un premier labour de défriche, afin d’accélérer la mise en valeur, et d’un paquet technique de vulgarisation des techniques SRI/SRA à travers les Champs écoles paysans.

Comme la pérennisation de ces infrastructures dépend de l’entretien de leurs usagers, le projet AD2M procède déjà à la préparation des futurs usagers de l’Eau (AUE) à Demoka, qui seront les responsables de la gestion du réseau hydro-agricole. A ce sujet, un recensement des usagers de l’eau est réalisé  par l’intermédiaire des leaders au niveau des hameaux.

Alors que la région Melaky produit en ce moment près de 160.000 tonnes de paddy, cette production pourrait être doublée d’ici deux ans à travers  la réhabilitation et la construction de ces nouvelles infrastructures, d’après les estimations du ministère de l’Agriculture et de l’élevage.

Riana R.

 

News Mada1 partages

Tafakatra 10 ny tranga, omaly: nisy olona roa indray matin’ny pesta

Mitombo ihany ny isan’ny olona maty sy mararin’ny pesta, hatramin’izao. Haingana ny fandraisana an-tanana ka voafehy ny aretina amin’ny toerana itrangany.

Mpivady 42 taona sy 43 taona no matin’ny pesta ao amin’ny tanànan’Ambalatokana, fokontany Alatsinainikely, kaominina Alatsinainikely, distrikan’i Miarinarivo, araka ny vaovao nampitain’ny mpitandro filaminana ao amin’ny poste avancé ao Analavory, omaly. Efa nalevina lavitra ny tanàna amin’ny lavaka mirefy 7 metratra izy mivady, omaly hariva ihany, ho fisorohana ny fiparitahan’ny valanaretina pesta. Ny asabotsy lasa teo no nitaraina ho tsy salama izy mivady fa tsy nanatona tobim-pahasalamana. Omaly tamin’ny 12 ora no nisy niantso ny mpitandro filaminana fa misy mpivady namoy ny ainy ka nidina avy hatrany tany an-toerana ny ekipa, ahitana ny zandary sy ny tomponandraikitry ny CSB ao Alatsinainikely.

Rehefa natao ny fizahana ny razana, voamarin’ny mpiasan’ny fahasalamana fa pesta tokoa no nahafaty azy mivady. Nozahana ireo zanany efatra fa tsy mbola nifindran’ny aretina. Nomena fanafody avokoa ny olona 70 nifampikasoka tamin’ny marary. Norarahana fanafody koa ny trano rehetra manodidina. Nanao fanentanana ny mponina ny mpiasan’ny fahasalamana sy ny zandary amin’ny fitandroana ny fahadiovana tsy hiparitahan’ny fako mitarika ny voalavo.

30 km miala ny poste avancé no misy ity tanàna nitrangan’ny aretina pestaity, hoy ny fanazavana azo. Tranga voalohany niseho tao anatin’ny distrika izao.

Efatra ny olona maty hatramin’ny omaly

Tafakatra 10 izany hatramin’izao ny olona ahina ho voan’ny aretina pesta ka ny efatra no namoy ny ainy tamin’ireo. Ny iray, maty ny 29 aogositra tany amin’ny distrikan’Ankazobe, ny faharoa, tao amin’ny distrikan’Ambalavao, ny 8 septambra lasa teo ary ny roa farany, maty omaly tany Ambalatokana. “Efa nalefa any amin’ny Institut Pasteur de Madgascar ny fitiliana hanamarinana, na pesta mahazo ny tratra no nahazo ireo olona maty roa voalohany ireo”, hoy ny tomponandraikitry ny minisiteran’ny Fahasalamana, omaly. Tany Fandriana, Ambatofinandrahana, Ambositra ny toerana nisy ny marary fa efa sitrana avokoa noho ny fanatonana tobim-pahasalamana ara-potoana. Efa nahazo fanafody sahaza avokoa ny olona 136 nifanerasera tamin’ny marary. Nandeha ny resaka, indrindra amin’ny tambajotra sosialy fa niitatra amin’ny faritra hafa ny aretina pesta any amin’ny faritra Matsiatra Ambony. Nanamafy ny talen’ny serasera fa tsy mbola naharay vaovao momba izay ny minisitera faobe. Nilaza ihany koa ny mpitandro filaminana ao Fianarantsoa fa tsy marina ny vaovao.

Efa misy ny drafitra napetraka ampiasain’ny rehetra any amin’ny faritra avy hatrany, raha misy ny fanahiana tranga. Samy efa mahalala ny tokony hataony avokoa ny rehetra.

 

Vaovao nangonin-Randria

News Mada1 partages

Dago festival: un recensement des acteurs culturels

Même si Dago festival n’en est qu’à sa deuxième édition, son programme s’annonce chargé et riche en informations. Outre les habituels spectacles, cette année, un salon des industries culturelles et créatives de Madagascar sera proposé par le collectif Dago Team Zara du 21 au 23 septembre à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT).

« Nous sommes conscients que plusieurs artistes et même acteurs culturels ne connaissent même pas l’existence de tous les métiers qui existent dans ces industries culturelles ni les fonctions de ces dernières», a annoncé l’un des membres du collectif lors de la conférence de presse d’hier au Kudeta Urban Club Anosy. Ainsi, le premier objectif est de recenser les acteurs culturels qui désirent intégrer ces industries culturels et le deuxième, de présenter le rôle de chacun, par exemple un producteur, un manager…

« Nous voudrions professionnaliser chaque métier pour que les produits culturelles malgaches puissent d’abord répondre aux normes internationales, deviennent par la suite plus rentables et enfin, se développent », a expliqué Solofoniaina Mampianina, spécialiste en industrie culturelle et créative. Sur ce, il a précisé que des stands sont encore disponibles durant le salon pour ceux qui désirent soutenir cette cause. Il sera composé entre autres de maisons de production, de boutiques et réparateurs d’instruments, de diverses associations culturelles, de galeries d’art et de studios de répétition.

Dago festival débutera ce jour à l’université d’Antananarivo, avec des prestations lives de quelques artistes nationaux et internationaux. Ensuite, le programme se poursuivra demain à l’AFT avec d’autres showcases, une conférence sur « la circulation des artistes dans l’Océan Indien », un défilé de mode avec Jaomatana, un spectacle de danse avec la compagnie Lovatiana…

« Au programme, nous avons choisi de varier les genres musicaux joués sur scène », a expliqué l’un des membres. Ainsi, il y aura du hiphop avec Double’nn, du beko avec Masabao, du soft rock avec Fy Rasolofonaina, de l’a Cappella avec Chœur d’hommes, du maloya avec El Diablo, du reggae avec Steve Madagascariensis, de l’electro Deep house avec Bradih et Silo…

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara1 partages

Maevatanàna : Maro ireo olona mahazo antso « ara-bola” tsy fanta-piaviana

Tena tsy kely làlana tokoa ny ratsy, amin’ny fandikan-dalana ka manao ny fomba rehetra hahazoam-bola amin’ny fanaovana heloka samihafa. Raha manomboka araky ny olona ny fomba ratsin’ireo mpisoloky amin’ny alalan’ny tamba-jotran- tserasera na “ facebook” sy ny “ mailaka” dia miditra amin’ny fitiliana olona amin’ny alàlan’ny finday indray ireo mpisoloky ankehitriny. Tamin’ny volana Aogositra lasa iny izao, dia maro be ireo olona no mahozo antso tsy « Fanta-piaviana » avy amin’ andian’olona mpisoloky, misy azy ireo avokoa ny tamba-jotra  misy rehetra manodidina izany. Mandritra ny resaka ifanaovan’ireto andian’olona ireto, miandahy sy miambavy ary misandoka ihany koa ho mpiasan’ireo orinasam-pifandraisana misy eto amintsika. Izy ireo no miantso dia mandresy lahatra mafy fa misy olona nandefa fiara tsy mataho-dalana sy vola ho an’ity olona antsoiny, saingy tsy hita tampoka ilay olona voalaza fa mpandefa ny vola nefa tsy azo alefa amin’ireo “ money-baking” misy ny vola r aha tsy misy sarany. Ka io sarany io, no alainy amin’ireo olona hosolokian’izy ireo, izay tsy an’aliny izany fa an’hetsiny sy an-tapitrisany, satria hoe am-polony tapitrisa ariary ilay vola tsy lasa miandry ity saran’ny fandefasana azy ity. Misy ihany ireo olona tratran’izy ireo mandefa ny vola izay miala maina aorian’izay, saingy ilay vola tsy hita, rehefa antsoina amin’ny finday anefa izy ireo aorian’izay, dia tsy mandeha antsoina ireo finday maromaro fampiasan’ireto mpisoloky ireto.

Ratantely

Madaplus.info0 partages

Le candidat pasteur Mailhol André Christian Dieudonné attaqué sur les réseaux sociaux

Une manifestation sera organisée par le parti Gideona ho Fandresena ny Fahantrana eto Madagascar au stade annexe Mahamasina. Vous vous dites que c’est une manifestation comme les autres? mais elle va se dérouler le samedi. Point prix par les internautes pour critiquer le Pasteur qui est sabbatiste.
En effet, le Pasteur Mailhol, fondateur de l’église Apokalipsy, est un sabbatiste. Les sabbatistes suivent les règles religieuses selon laquelle, le sabbat est le jour de repos destiné à louer Dieu le créateur. Or,ce samedi, il va rassembler ses partisans. C’est pour cette raison que les internautes attaquent le pasteur Mailhol avec la manifestation « politique » qu’il va faire un "samedi". Cerise sur le gâteau, tous les artistes invités à animer cette manifestation sont issus de ce qu’on appelle « musique profane ».
Madaplus.info0 partages

Une petite fille de 14 ans abusée sexuellement par son beau père

C’est avec des bonbons et des confiseries plus 3000 Ar que ce beau père a su amadoué la jeune fille pour coucher avec elle. Tout se déroule pendant l’absence de la mère de la petite fille. Le beau père a abusé de la petite fille.
Cette histoire horrible s’est déroulée à Mahevatanana dans le fokontany d’Androfiamadinika. Le beau père a menacé la petite fille de ne rien dire. Mais la façon de marcher de la fille avec le sang qui coule sur sa cuisse a attisé la curiosité de la mère. C’est là que la fille a tout déballé. Elle a été amenée d’urgence à l’hôpital. Les médecins ont affirmé que son appareil sexuel est complètement abimé. L’agresseur reste introuvable après avoir pris la poudre d’escampette.
Madaplus.info0 partages

Maevatanana: Une adolescente de 14 ans abusée sexuellement par son beau père

C’est avec des bonbons et des confiseries plus 3000 Ar que ce beau père a su amadoué la jeune fille pour coucher avec elle. Tout se déroule pendant l’absence de la mère de la petite fille. Le beau père a abusé de la petite fille.
Cette histoire horrible s’est déroulée à Mahevatanana dans le fokontany d’Androfiamadinika. Le beau père a menacé la petite fille de ne rien dire. Mais la façon de marcher de l'enfant a attiré la curiosité de la mère et finalement celui-ci lui a confié son calvaire. Transportée d’urgence à l’hôpital, les médecins ont confirmé les faits. L’agresseur reste introuvable à ce jour.
Madaplus.info0 partages

Lemur Trophy - Lemur Moto - Malagasy Biker Road



L’agence événementielle FESTIV organisera au mois de Novembre 2018, 3 événements qui allient promotion touristique et passion du tout- terrain et de la route…
, pour sa troisième année explorera les pistes et difficultés d’ANTSIRABE du 9 au 11 novembre. Parallèlement et indépendamment se tiendra le LEMUR MOTO les 10 et 11 novembre toujours dans la même ville. Quelques jours de repos plus tard vous pourrez prendre le départ d’une Road Race avec votre moto ou scooter avec MALAGASY BIKER ROAD qui partira de Tana pour rejoindre Tuléar et retour.
Le LEMUR TROPHY du 9 au 11 novembre gardera son objectif de réunir des véhicules avec des pilotes motivés en tout terrain pour admirer la diversité, la beauté des paysages d’Antsirabe. Ils découvriront, entre autres, le massif des VAVAVATO, exceptionnelle montagne de granite à plus de 2000 m d’altitude. Des steppes, des lacs, des pistes à flancs de coteaux des traversées de rivières. Un calendrier sur 3 jours d’épreuves comme un circuit de 120 km au roadbook et à la boussole, une course de régularité de vitesse et un dernier jour sur un parcours fermé en centre-ville : Franchissement, Gymkhana, Défis, Jeux…
Après chacune des épreuves journalières le retour des véhicules et des pilotes se fera dans le même lieu d’hébergement pour des soirées à thème et de convivialité.
du 10 et 11 novembre répond à une forte demande des férus nationaux et résidents de moto tout terrain pour un grand rassemblement de passionnés. Ces deux journées seront organisées sous la direction technique et de course de MOTOSTORE. Professionnels et compétiteurs se retrouveront et également pratiquants amateurs et loisirs. Un premier jour d’enduro sur les pistes accidentées des hauteurs bordant Antsirabe et le deuxième une journée ouverte au public appelé « JAMBORÉE » (Grand rassemblement) sous le signe de la fête, de la promotion de la moto où les sponsors pourront apporter leur visibilité et le soutien de leurs pilotes. Démonstration, course en ligne, trial un spectacle de spécialistes sur un terrain en plein centre-ville, l’ensemble des compétitions de la journée sera organisé par le club local le BIRA moto club.
du 15 au 18 novembre offrira dans un autre registre, le plaisir de rouler en motos, roadster ou scooter, pouvoir rouler vite ou tranquille en duo sur la bécane ou en petit groupe avec des amis. Participer c’est adhérer à la convivialité, les échanges, dans une grande solidarité, pour retrouver ce respect de l’autre qui se fait rare de nos jours. Cette première édition explorera la nationale 7 en 4 étapes. Un rendez-vous commun le 14 novembre en fin de journée à ANTANANARIVO (En présence des partenaires et sponsors), puis un départ très matinal le 15 novembre 2018 pour un premier arrêt à AMBALAVAO. Le lendemain, reprise de la route pour rejoindre TULEAR. Après une matinée de repos à TULEAR, direction IHOSY sur les grandes lignes droites de l’ISALO. Le dernier jour on rejoindra ANTSIRABE pour la soirée de clôture. On ne pourra empêcher certains participants de bien rouler… Pour les satisfaire, les temps de chacun seront enregistrés, même si l’objectif premier n’est pas une compétition mais un échange. L’organisation mettra en place tous les « ramassages » nécessaires en cas de panne, autant pour les véhicules que pour les participants, afin de leur permettre de ne pas manquer les soirées communes et le droit de continuer.
Informations presse : contact@lemurtrophy.com
Retrouvez le communiqué de presse ci-joint.
Madaplus.info0 partages

Musée du Quai Branly: exposition du 18 septembre au 1er janvier 2019

Retrouvez le lien presse ci-joint pour plus d'information.
Madaplus.info0 partages

Musée du Quai Branly: exposition sur Madagascar du 18 septembre au 1er janvier 2019

Retrouvez le lien presse ci-joint pour plus d'information.
Madaplus.info0 partages

Rugby Madagascar: "les XV MAKIS" face à l’Université d’OXFORD RFC, une grande première!

"C’est la première tournée d’une équipe Britannique à Madagascar. Un événement historique pour le Rugby Malagasy, car le prestigieux club de Rugby de l'université d’OXFORD est le huitième club le plus ancien au niveau mondial." dixit Frédéric Dumant, International Marketting, Partenaireships Manager de Malagasy Rugby.
La fierté est encore plus forte lorsque lors du premier match de dimanche 16 septembre les XV MAKIS ont remporté ce dernier face aux Universitaires d’OXFORD sur le score de 39 à 35, devant plus de 25.000 spectateurs au Stade Mahamasina.
Le second tes-match a lieu ce dimanche 23 septembre à 15h au stade Mahamasina Antananarivo- trouvez ci-joint le lien pour plus d'information.
News Mada0 partages

Controle fiscal: 103 entreprises font l’objet d’un audit

Une quarantaine d’experts, venant des pays francophones à faible revenu, participent à l’atelier d’échanges sur les conventions fiscales pour la mobilisation des ressources internes, qui se tient à l’hôtel Colbert  du 18 au 21 septembre. Les conventions fiscales sont scrutées de près par ces experts durant les quatre jours de partage. A ce propos, la Direction des impôts mène actuellement une vérification fiscale auprès de 103 entreprises implantées à Madagascar.

103 entreprises implantées à Madagascar, dont la majorité est constituée de grandes sociétés multinationales, font actuellement l’objet d’un audit fiscal par la Direction générale des impôts, d’après le directeur général Iouri Garis Razafindrakoto, à l’occasion de l’ouverture de l’atelier, hier. «La Direction des impôts accorde un intérêt particulier aux enjeux liés à la fiscalité internationale et à la lutte contre l’évasion fiscale en matière d’impôt sur le revenu», a-t-il précisé. Et d’ajouter : «Nous avons enclenché une vérification fiscale au niveau de ces grandes entreprises, il y a trois semaines, non pas parce que la Direction des impôts a relevé une fraude fiscale, mais c’est surtout pour corriger l’entreprise en cas d’irrégularité».

En effet, des firmes multinationales sont présentes à Madagascar à travers des sociétés de groupes qui représentent un enjeu important en termes de recettes fiscales. Pour limiter la non double imposition et lutter contre l’évasion fiscale, Madagascar dispose à ce jour de quatre conventions fiscales, établies avec l’île Maurice, la France, le Canada et le Maroc.

Difficulté dans la mobilisation des ressources internes

En outre, la mobilisation des ressources internes reste un réel défi pour la Direction des impôts, en dépit des efforts entretenus pour améliorer le recouvrement fiscal. La grève du syndicat de cette direction a eu des impacts sur la collecte des impôts durant juin et juillet, d’après les explications apportées par Youri Garis Razafindrakoto. «Nous étions contraints de reporter l’échéance de la déclaration d’impôt au niveau des centres fiscaux durant  le premier semestre de l’année», a-t-il précisé. Toutefois, cette direction a réalisé près de 244 milliards d’ariary de recettes en plus par rapport aux prévisions, depuis le début de l’année.

Riana R.

News Mada0 partages

 Lalam-pihariana volontsangana: mitondra tosika ho an’ny toekarena

Nankalazaina, omaly 18 septambra, ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny volontsangana. Anisan’ny nanamarihana izany ny fampirantiana ny zava-bita aminy. Marihina fa ahitana karazana volontsangana, volobe, bararata, miisa 40 eto Madagasikara, raha maherin’ny 1.600 maneran-tany. Maro ny azo ampiasana ny volontsangana, nefa vitsy ny mahalala. Eo ny hanaovana azy ho fanaka, ny kojakoja ao an-tokantrano, ny angovo fahandro hatao kitay, …Vitsy ny mahalala fa fihinana koa ny tsirina volontsangana, saingy mila mahafantatra ny karazany.

Famokarana indostrialy

Misy ny fandaharanasa Prosperer, manana ny lalam-pihariana natokana ho an’ny volontsangana. Ao anatin’izany ny fampiroboroboana azy, miainga any amin’ny fambolen-kazo, ny famokarana zana-kazo, ny fanodinana azy, ny fikarohana lalam-barotra, sns. Tafiditra ao anatin’ny dingana fahatelo ny tetikasa ny fifantohana amin’ny famokarana indostria, ho manara-penitra sy hiteraka asa ary tanjona ny fanondranana any ivelany. Miasa any amin’ny faritra sivy ny lalam-pihariana volontsangana ao anatin’ny Prosperer, ary tanjona ny hipariahany manerana ny Nosy.

Njaka Andrinatefiarinesy

News Mada0 partages

Match retour: Oxford University et Makis de Madagascar, en force

Après avoir battu dimanche dernier l’équipe de l’Oxford University, les Makis de Madagascar se disent être prêts pour le match retour qui se tiendra le dimanche 23 septembre, au stade de Mahamasina. Des joueurs issus des clubs bien connus, tels Cosfa, STM et FTM, figureront sur la liste des sélectionnés. De son côté, l’Oxford University compte renforcer ses performances. Trois autres joueurs sont en effet arrivés à Madagascar avec leur manager, Tim Stevens.

La rencontre de ce dimanche entre les Makis et la formation d’Oxford University sera d’une grande importance. Les 2 équipes ont chacune acquis des expériences lors de la première confrontation et ont décidé d’affûter leurs armes. «Nous avons des avantages en poids et en taille. Pour ce match retour, dimanche prochain, trois nouveaux joueurs sont arrivés à Madagascar pour renforcer notre équipe. Les Makis de Madagascar possèdent eux aussi de bonnes performances», a affirmé Olivier Adams, capitaine de l’Oxford University. Pour l’équipe malgache, il existe un peu de changement sur la composition. Les joueurs du Cosfa, de STM et FTM intégreront l’équipe nationale.

Trois autres matchs au programme

A part ce grand match, trois autres rencontres seront également à l’affiche du programme de la FMR. La finale du Championnat national de rugby scolaire, un match test pour la préparation au Championnat d’Afrique et le match éliminatoire aux Jeux olympiques en Tunisie, les 14 et 15 octobre. A noter que 12 joueurs seront sélectionnés parmi les 17 et quitteront le pays le 10 octobre prochain pour rejoindre Tunisie. Le dernier match sera celui des cadets organisé par l’association «Terre en mêlées».

Miarintsoa R.

News Mada0 partages

RALLYE-39e RIM: 41 équipages sur la ligne de départ

La course qui aura lieu du 20 au 22 septembre, dans le cadre du Rallye international de Madagascar, 39e édition, sera une vraie bataille avec les 41 inscrits sur la liste des engagés. Une compétition, organisée par Fanalamanga et la FSAM, qui se déroulera à Moramanga.

Défi accompli ! Le nombre escompté d’engagés au 39e Rim est presque atteint. Les organisateurs ont attendu 45 bolides. Parmi les 41 inscrits, les stars seront au rendez-vous à cette grande rivalité. Sur sa Subaru Impreza, le vainqueur de la dernière course lors du rallye de Boeny, Tahiana Razafinjoelina, fera partie des concurrents. Sans oublier les équipages Rivo/Ando et Hery Be/Fafah qui seront également en lice.

Miarintsoa R.

Liste des engagés au 39e Rim du 20 au 22 septembre

Teddy / Herman – (FMMSAM) – Ford Ranger – Jeffy James / Johanna – (FMMSAM / MSA) – P.206 – Freddy / Jimmy R – (Ama / Asacm) – Isuzu D-Max – Rivo / Ando – (FMMSAM) – Subaru Impreza – NS / Dorax – (FMMSAM) – Renault Clio III – Nirina / Alcazaria Kely – (FMMSAM) – Peugeot 206 – Koloina / Sonia – (FMMSAM) – Citroen Saxo – Tsito / Aina – (Asacm / Asa Tana) – Peugeot 207 – Legah / Naina AB – (Asacm) – Peugeot 205 – BR / Jackol – (ACCT) – Peugeot 205 – Davonjy / Toky – (FMMSAM) – Foton Tunland S – Fidi / Alain – (Asacm) – Renault Clio –  Andry C / Kash – (MSA) – Peugeot 205 – Hery Be / Fafah – (TMF / Tacs) – Mitsubishi Evo X – Yann / Eric – (Asacm) – Citroën Saxo –  Haja Danielson / Tina Danielson – (TMF) – Ssangyong Actyon Sport – Alcazaria / Mi – (FMMSAM) – Peugeot 205 – Yves Mau / Betojo – (Asa Tana / Asacm) – Citroën C2 – Jordan / Lexman – (Asacm) – Subaru – Tonio / Seb – (Asacm / Asa Tana) – Peugeot 205 – Miharihaja / Ours – (Asacm / Asa Tana) – Subaru – Jhim / Lanto AS – (MSA) – Peugeot 106 – Patty / Dads – (Asa Tana) – VW Golf III – Maika / Mann – (Ama / Asacm) – Peugeot 205 – Tahiana / Tahiry – (Asacm) – Subaru Impreza – Vonjy / Lanto – (Asa Tana) – Renault Super 5 GTT – Jacques / Santatra – (TMF) – Renault Alpine GTA – Dani / Tacs – (Asa Tana / Asacm) – Peugeot 207 – Bobo Jr / Sylvie – (Tasamm / Asa Tana) – Subaru – Mika / MLR – (FMMSAM) – BMW 318 IS – Anjabob / Nino – (Asa Tana / FMMSAM) – VW Golf – Rina – (Asa Tana) – Renault Megane – Andy / Mia – (TMF) – Peugeot 205 – Tahina / AT – (Asacm) – Subaru Impreza – Pipo / Mamy – (Asacm / FMMSAM) – Citroën AX – Pattie / Jennie – (Asacm) – Citroen Visa Trophée – Mathieu / Tsiresy – (Asacm) – Nissan – Babain / Mathieu – (FMMSAM) – Peugeot 205 – Begue / Mylene – (Asacm) – Mitsubishi Colt – Jerry / Ricardo – (MSA) – Peugeot 306 – Rado – (ACCT) – Subaru Impreza

 

News Mada0 partages

Pétanque-qualif masters 2019: Jean-Michel Andrianjaka monte en puissance

Les tournois qualificatifs aux Masters de pétanque 2019 battent leur plein ! A l’exception des deux premières places du classement, le jeu de chaises musicales rythme le quotidien des boulistes du tableau, à l’instar des Malgaches.

Présents en masse dans cette course effrénée, les boulistes malgaches jouent à fond leur chance ! A l’image de Jean Michel Andrianjaka qui a réussi à faire son entrée dans le Top 10 cette semaine, en se hissant au 9e rang. Cette remontée spectaculaire au ranking du Malgache a été acquise grâce à  ses bons résultats de la fin de semaine dernière.

En effet, lors de l’International de Ruoms, disputé le week-end dernier, le pensionnaire du club Bic, en compagnie de Aina Rahaingoson et Andrianirainy, a survolé la compétition de triplette pour s’offrir son deuxième succès en terre française.

Avec 36 points, il devance de 4 points Thierry Bezandry et Mahefa Randrianarison qui pointent successivement aux 12e et 13e rangs.

Grands perdants de ces deux dernières semaines, Lahatra Andriamanantany et Christian Andriantseheno devront retrousser leurs manches pour renverser la vapeur. Pour cause, les deux boulistes se trouvent à la dernière place sélectionnable, qu’est le 24e rang, avec le même nombre de points : 24.

Les compétitions sont comptées

A cette allure, concernant l’édition 2019 des Masters de pétanque, les joueurs malgaches sont bien partis pour figurer dans les différentes équipes que les trois premiers du classement des qualifs vont constituer. En effet, selon le règlement de la compétition, «Les 3 premiers joueurs au classement qualificatif des Masters de pétanque 2019 à l’issue de la saison choisiront leurs 3 partenaires parmi les 24 premiers de ce même classement».

Pour y parvenir, ils devront batailler ferme lors des 6 derniers rendez-vous de la saison qui débutera par le 10e International de la ville de Bourg Saint-Andéol, les 22 et 23 septembre prochains.

 

Naisa

News Mada0 partages

Handball – zone centre: la qualification à Tana

Une nouvelle destination pour les handballeurs de la Zone centre ! La réunion extraordinaire sur la tenue du tournoi de qualification au Championnat national 2018 de la Zone centre du 16 septembre dernier, à Antananarivo, a choisi la capitale pour abriter la compétition du 20 au 23 octobre.

Cette décision a été prise après que la ligue d’Analanjirofo s’est dit dans l’incapacité d’accueillir cet événement dans le délai prévu. Toutes les ligues concernées, à savoir Analamanga, Atsinanana, Menabe et Bongolava, ont donc uni leurs voix pour que le programme fédéral puisse être respecté. Seules, Analanjirofo et Alaotra Mangoro ont manqué à l’appel.

Une autre décision a été prise à l’unanimité par les quatre ligues présentes, à savoir la contribution de la ligue d’Analamanga aux autres équipes des autres ligues. Ainsi, toutes les équipes de la ligue hôte paieront un droit d’engagement de 100.000 ariary chacune.

Les meilleures équipes à l’issue de ce tournoi représenteront la Zone centre au Championnat de Madagascar qui aura lieu du 26 octobre au 4 novembre à Mahajanga.

Naisa

 

 

News Mada0 partages

Fanamoriana fiarakodia Rallye: 41 ireo mpifaninana hiady ny Rim 

Hafana vay, ny andiany faha-39 amin’ny “Rallye international de Madagascar – Rim  2018”. Fifaninanana, hotanterahina, any amin’ny faritra Alaotra Mangoro, ny 20 ka hatramin’ny 22 septambra ho avy izao. Hahatratra, 41 ireo mpifaninana handray anjara, amin’ity andiany 2018 ity. Hanana halavirana, 458, 62 km ity rallye ity, misy dingana manokana “ES” miisa 14 mirefy 205, 92 km ka ny 10 samihafa. Manana lanjan’isa 2.0 ity “Rallye international de Madagascar  – Rim  2018”, ity.

Torcelin

News Mada0 partages

Chronique: les brebis galeuses ne font pas le troupeau

L’opinion s’alarme dès la moindre information relatant l’implication d’un militaire, d’un gendarme ou d’un policier dans un fait divers constitutif d’une infraction. Ces faits et gestes condamnables ne soignent pas l’image de ces corps et au rythme des affaires dans lesquelles des hommes issus de leurs rangs se sont épinglés, c’est toute l’armée nationale, l’ensemble de la gendarmerie, la totalité de la police, qui prennent plein la figure et ont mauvaise presse. Il faut reconnaitre naturelle la réaction de la population, il y a de quoi s’offusquer lorsque des individus recrutés, formés, salariés par la communauté nationale pour apporter leur contribution à faire régner l’ordre, à l’inverse provoquent le désordre en commettant les pires forfaits qu’ils ont mission de traquer. Mais on ne saurait faire pour autant l’amalgame à vouloir condamner un ensemble aux travers des faits et actes perpétrés par certains éléments, nombreux ils sont quand un seul suffirait déjà à faire l’un de trop, mais somme toute, un chiffre minoritaire et même d’un taux infinitésimal en rapport à l’ensemble des troupes. Evidemment qu’il serait injuste de suspecter tout homme en treillis et de le charger d’emblée d’une présomption de culpabilité avant même que l’on ne relève une infraction. Cependant il faut reconnaitre que le fait que les militaires, gendarmes et policiers disposent d’armes à feu, les dispose à se soumettre à une discipline rigoureuse exigeant de leur part un respect aveugle des règles. Les failles qui se manifestent à répétition signifient que tout n’est pas toujours aussi clean que les hauts responsables de ces différents corps tentent de convaincre l’opinion publique. L’insécurité atteint actuellement un niveau insupportable pour la population, une population heureusement ou malheureusement docile, tout le temps disposée à se soumettre au sort qu’on lui fait, s’adaptant aux difficiles conditions jusqu’à accepter de dures sacrifices et à s’imposer de pénibles privations.

Le problème dans le pays, c’est que la communauté dans son ensemble semble s’être donné le mot, qu’une sorte d’anarchie autorise chacun et particulièrement ceux qui en ont les moyens à faire ce qui lui plait ce qui les enchante. Les références à la normale qui n’existe plus perdent toute raison d’être, d’elles-mêmes les normes disparaissent. Seulement qu’on le veuille ou non l’échelle classant la gravité des actes demeure, tout le monde arrive à prendre la mesure des infractions et crimes que rapportent les médias. Il n’est que naturel que le citoyen sans défense se méfie de ses «anges protecteurs» quand rien que l’un de ceux-ci ait dérivé à se manifester en brute épaisse pour se répandre en actes brutaux et barbares avec parfois de simples babioles comme butin. Ce qui n’a pas été le cas dernièrement lors de cette fusillade du côté d’Antsahavola où à ce qu’il parait, si l’un des bandits militaire de son état est tombé sous les balles de la police, un des complices a pu s’échapper disparaissant avec le butin de cinq kilos d’or propriété d’une victime de nationalité étrangère. Cinq kilos de ce précieux métal, même quand plus rien n’est normal, ont de quoi faire rêver les esprits fragiles avides d’argent facile, Dieu seul sait combien il en existe dans un pays de pauvreté banale. 5 kilogrammes font 5 mille grammes, si le cour se situe autour de 750.000 fmg le gramme ça chiffre à des milliards. Décidément il n’y a plus de norme qui vaille, devrait être suffisamment suspect le fait qu’une personne détienne chez ou sur elle une telle valeur. Non dans le pays ce n’est pas le fisc qui lui tomberait sur le rable pour s’enquérir des origines d’une telle fortune, ces cas se règlent entre voyous et ripoux. Après tout ce n’est qu’un goutte d’eau dans l’océan des rapines qui font la pauvreté du pays. 5 kilos ne font que le millième des 5 tonnes, volume auquel on évalue la production qui échappe chaque année au contrôle de l’état. Un manque à gagner de quelques milliers de milliards. De simples quincailles, pas de quoi boucher les trous, tout juste si ça suffit à remplir les poches des vendus.

 Les finances publiques ne suffisent pas en effet à elles seules à couvrir et le nécessaire au fonctionnement de l’état surtout d’un état aussi vorace et les besoins en investissements, à fortiori si tout un système cannibale s’organise à puiser dans les caisses. Ici non plus, il ne s’agit pas de généraliser, encore que comme pour les personnes et leurs biens, la sécurité du contenu des caisses publiques n’est pas assurée.

Toutes ces considérations relatant des échecs ou des doutes invitent les hauts responsables de l’armée, de la gendarmerie et de la police à durcir la discipline et réclament à l’administration un fisc plus regardant sur les enrichissements aussi brutaux que sans cause justifiable, même lorsque ces cas concernent des militaires, des gendarmes, des policiers ou d’autres fonctionnaires. Y aurait-il des corrupteurs si dans ces rangs-là n’existent des agents qui acceptent de se laisser corrompre ? Il en est parmi eux des prévaricateurs qui rançonnent les usagers et d’autres qui combinent avec les resquilleurs pour qu’ensemble ils dépouillent l’État. On évalue mal le volume de ces pratiques condamnables, mais la population sait la dangerosité pour avoir à en subir le diktat direct (les petits cadeaux exigés au coin des voies publiques) et les conséquences perverses (pourrissement des conditions de vie consécutif à une gouvernance autant infecte par elle-même qu’infectée de vermine).

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y  a 100 ans: l’élevage du mouton

Au cours de son voyage, l’examen d’une quinzaine de troupeaux de moutons a convaincu M. le Gouverneur Général que dans l’élevage intensif de cet ovidé résidait la solution. Il a été décidé que l’on allait au plus tôt faire venir des moutons de France et développer à l’extrême leur reproduction, afin d’obtenir de la laine que les Malgaches pourraient tisser pour se faire des lambas chauds pour l’hiver.

D’un autre côté, de tous les genres d’exploitation agricole, c’est l’élevage qui fait courir le moins de risques aux capitaux engagés, exige le moins d’outillage, le moins de frais généraux, et donne le plus promptement des utilités. Enfin, les troupeaux améliorent les terres que lesquelles ils séjournent, les fertilisent par leurs excréments et les préparent ainsi à recevoir plus tard une culture riche.

Dans les terrains arides ne se prêtant pas à une culture rémunératrice, c’est l’élevage des ovidés et principalement des moutons que l’on doit entreprendre, en raison de la grande valeur agricole que présentent l’exploitation de ces races, valeur qui s’accroît encore par ce fait qu’ils ont, en raison de leur constitution, la faculté d’utiliser les substances alimentaires incapables d’entretenir aucun animal des autres genres domestiques.

Là où les équidés et surtout les bovidés ne trouveraient point de quoi se nourrir, à cause de l’aridité relative du sol, les moutons subsistent facilement et donnent du produit.

Nombreuses sont les régions de Madagascar possédant un climat sec où l’élevage du mouton pourrait très bien réussir.

Ainsi, dans la province de Tuléar, certaines régions considérées comme désertiques, l’élevage de cet ovidé est très prospère. On en comptait en 1913 près de 79 000 têtes. Pour améliorer la race, quelques couples de moutons de race Southdown ont été importés pour tenter des croisements avec ceux du pays. La tentative a parfaitement réussi ; la viande est, paraît-il, excellente et très demandée par les frigorifiques de la région. Leur laine est également utilisée.

Si une impulsion sérieuse est donnée à l’exploitation des moutons, il n’est pas douteux qu’elle ne devienne une nouvelle source de richesses pour la Colonie.

C’est d’ailleurs l’élevage qui précède, tant tous les pays nouveaux, les autres branches de l’exploitation agricole.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Vols de bovidés: la gendarmerie assainit la filière

L’assainissement de la filière bovidé, procédé par les éléments de l’Opération «Mandio », est un des plus grands succès de cette campagne de sécurisation menée dans plusieurs régions par la gendarmerie nationale actuellement. Les multiples contrôles effectués par les patrouilles continuent d’être positifs en effet.

Les éléments de l’Opération «Mandio» ont pu démanteler un lieu de cache et de blanchiment des  bœufs volés à Andabomadinika et Bedretra, dans le district d’Ankavandra. Des dahalo en fuite après l’accrochage, ayant coûté la vie à cinq de leurs compères, sont activement recherchés actuellement. Ils ont tenté en effet de s’opposer aux éléments opérationnels venus inspecter la zone désignée par leurs informateurs le 16 septembre dernier en les accueillant avec des tirs nourris, entraînant l’accrochage qui leur a été fatal.

En plus des affrontements directs avec les voleurs, les éléments de l’opération ont constaté des irrégularités sur les paiers destinés au commerce dans certaines régions, les obligeant à prendre des mesures particulières par la mise en fourrière et l’ouverture d’enquête. Des cas se sont présentés au marché de bovidés de Mandoto, dans le Vakinankaratra et lors des contrôles de bœufs de commerce en circulation à Sandrakasy, dans le district de Mananara-Avaratra,  à Analanjirofo et à Anosy, dans le district de Betroka.

Manou

 

News Mada0 partages

Vakinankaratra: saisie d’armes à feu

Grosse prise de la gendarmerie dans le district de Betafo, dans la région Vakinankaratra, suite au démantèlement d’une bande de trafiquants d’armes de fabrication artisanale, dimanche dernier, à Ambohimanambola.

Les éléments du groupement de la gendarmerie du Vakinankaratra ont mis la main sur deux fusils de fabrication artisanale en plus d’un important lot de matériels destinés à leur confection, dimanche à Iarivokely, dans la commune rurale d’Ambohimanambola, dans le district de Betafo. Des tentatives d’obstruction effectuées par des éléments des «Zazamena», un groupe de paramilitaires assurant l’autodéfense villageoise locale, ont failli compromettre l’opération qui a pu être menée à terme suite à des négociations menées auprès du chef du fokontany.

Deux arrestations ont été opérées sur les lieux à la suite de cette descente inopinée.

Manou

News Mada0 partages

Peste pulmonaire: décès suspect d’un couple à Miarinarivo

La peste continue de gangrener quelques parties de l’ île. Deux morts suspects viennent d’être notifiés dans un village de la commune d’Alatsinainikely, district de Miarinarivo Itasy.

Ambalatokana a été sur le qui-vive. Un couple est décédé en même temps, plus précisément hier matin,  dans ce petit village, qui fait partie de la circonscription du district de Miarinarivo, région Itasy. Un fait qui a intrigué les habitants, qui ont tout de suite alerté les autorités locales. De leur part, ces dernières se sont chargées d’informer les responsables au sein de la Poste avancée de gendarmerie d’Analavory, hier vers 12h. «Une fois notifiés, les gendarmes se sont rendus sur les lieux avec une équipe du Centre de santé de base (CSB2) d’Alatsinainikely», a précisé la gendarmerie, lors d’une conversation téléphonique.

Après un Test de diagnostic rapide (TDR) des défunts (un homme de 43 ans et une femme de 42 ans), il s’est avéré que ce couple est décédé de suite d’une peste pulmonaire. Ils sont parents de quatre enfants, dont le cadet est âgé seulement de 1 an et demi. Selon les témoignages de la population locale, «Ils ne se sentaient pas bien depuis samedi dernier», a informé la gendarmerie.  Les corps des victimes ont été enterrés hier-même, vers 15h30, dans un endroit situé à l’extérieur du village et dans une fosse de 7m de profondeur, pour éviter toute éventuelle propagation de la maladie dans le village.

Dans le même objectif, quelque 70 habitants d’Ambalatokana ont bénéficié d’un chimioprophylaxie de contact, mis à part l’aspersion de pesticides dans les maisons d’habitation, notamment celles des victimes. Dans la foulée, les autorités locales ont également renforcé les sensibilisations sur les mesures d’hygiène.

Pour rappel, quatre décès suspects de peste sont enregistrés depuis le mois d’août, dont un à Ankazobe et un autre à Ambalavao. «Les ripostes sont rapidement menées et la maladie est vite  maîtrisée dans les zones atteintes», a précisé  le directeur de la Promotion de la Santé au sein du  ministère de la Santé, le Dr. Manitra Rakotondravony. Sur ce, «l’équipe déconcentrée du ministère dispose d’un Plan d’attaque pour mieux maîtriser la situation ».

Fahranarison

News Mada0 partages

Enseignement technique: renforcement de la formation

Le ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle (METFP) et les entreprises du secteur du Bâtiment et des travaux publics représentées par le Syndicat des entrepreneurs du BTP (SEBTP), ont procédé hier à la signature d’une convention de partenariat. L’objectif est de renforcer l’implication des organisations professionnelles et du secteur privé dans les dispositifs de formation comme l’organisation de stages pratiques à la fois pour les enseignants et pour les apprenants au sein des entreprises. Ce projet a reçu l’appui du Centre national emploi-formation BTP (CNEF BTP) et de l’Agence française de développement (AFD).

Dans un premier temps, 50 enseignants répartis dans 5 établissements pilotes bénéficieront des stages pratiques, d’une durée de quatre à six mois, dans des entreprises. Ils pourront ainsi renforcer leurs compétences techniques et leurs connaissances en organisations professionnelles, à l’instar de la mise en application des règles de sécurité au travail, d’hygiène et de respect de l’environnement. Les attributaires sont le Lycée technique de Mahamasina à Antananarivo, le Lycée technique de Mantasoa, le Lycée technique d’ Antsiranana, le Lycée technique de Toamasina et le Centre de formation professionnelle Don Bosco de Toliara.

A terme, 3.000 apprenants bénéficieront des formations pratiques de ces enseignants à partir de ce mois de novembre 2018, entrant dans le cadre de leurs certificats d’aptitudes professionnelles spécialisées (CAPS).

Sera R.

 

News Mada0 partages

Fianarantsoa: grandes résolutions au Nouvel an malgache

Les notabilités des 22 ethnies de Madagascar ont publié des résolutions en rapport aux affaires nationales, lors de la célébration du Nouvel an consensuel à Fianarantsoa. Elles se pencheront désormais sur la préservation des intérêts du peuple face aux agissements des dirigeants politiques.

Outre le maintien de la date unique du 22 septembre pour la célébration du Nouvel an malgache consensuel, le sommet des notabilités a mis en place un Conseil suprême des notabilités ethniques des 22 régions, durant les cérémonies de la célébration du Nouvel an malgache consensuel, à Fianarantsoa. Elles interviendront dorénavant dans les affaires nationales, selon les déclarations de leur porte-parole, Robert Randrianantoandro, en leur qualité de responsables traditionnels du peuple et proposent des serments coutumiers pour les responsables élus ou désignés, pour éviter les dérives. Le Conseil exige les droits du peuple aux ressources de l’Etat en annonçant parallèlement leur détermination à s’ériger en contrepoids du pouvoir.

Toamasina accueillera la 3e édition de la manifestation en 2019, d’après la décision des participants de Fianarantsoa.

Manou

 

 

News Mada0 partages

Matsiatra Ambony: gratitude du Cofestik pour Fianarantsoa

Affluence monstre dans la capitale de la région Matsiatra Ambony, suite à l’évènement culturel « Valim-pitia » organisé par le Cofestik  (Comité d’organisation du Festival kidodo) de Christian Andrianavalona, dit Christian Kidodo, au Stade des cheminots de Fianarantsoa, dimanche dernier.

Tout Fianar a marqué avec Christian Andrianavalona, dit Christian Kidodo,  ses 14 années d’activités en qualité d’animateur événementiel et producteur d’artistes dans la région.  Des artistes de renom ont soutenu l’évènement, par des prestations artistiques méritées, pour marquer leur solidarité à leur mentor dans un Stade des cheminots plein à craquer, à Antarandolo, pour l’occasion. «La journée a été dédiée à  la population de Fianarantsoa en reconnaissance de la confiance qu’elle m’a accordée dans mes entreprises au cours de ces années », a annoncé le principal concerné à l’issue de la manifestation qu’il a qualifiée d’apolitique.

Pilote de carrière, Christian Andrianavalona est connu dans la ville de Fianarantsoa en qualité d’animateur événementiel et producteur d’artistes.

Manou

News Mada0 partages

« Operation Fandio » Toamasina: voasambotra ny “trondro madinika”

 

Folo andro, ny alatsinainy teo, ny niatombohan’ny hetsika « Fandio », ataon’ny zandarimariam-pirenena. Nitondra vokatra, tamin’ny mpanao gazety, avy hatrany, ny kolonely Ranaivoarisoa Theodule, komandin’ny vondron-tombim-paritra Atsinanana, tamin’ireo vokatra am-pelatanana. Voalohany, ny fahatrarana ireo telo lahy mpandrava, niaraka tamin’ny antsy be famonoana sy fandratran’ izy ireo izay lasibatra.

Faharoa kosa, ny fahatrarana renim-pianankaviana mpanaparitaka sy mampifoka rongony olona ao an-tranony, toy ireny trano fisotroan-toaka mahazatra hitantsika etsy

sy eroa ireny, tao Tanambao Verrerie. Tao amin’io toerana io indrindra no nahatrarana olona efatra. Nomenjanahary Zafisoa, 23 taona, kosa ny mpampiantrano azy ireo, mifoka rongony. Mbola nahatrarana fonosan-drongony anjatony tany amin-dramatoa.

Tamin’ iny faran’ny herinandro iny hatrany, tratran’ny fokonolona, tao Antanandava, ny andian’olona nitondra taolam-paty. Raha vao handeha hisava azy ireo ny fokonolona sady hiantso ny zandary, tafaporitsaka izy ireo. Taolam-paty milanja 50 kilao, nizara tamina

kitapo 25 kilao avy no tafajanona teo ka izao nalain’ny zandary izao. Misokatra ny fanadihadiana mikasika ny fasana niavian’ireo taolam-paty marobe ireo.

Sajo.

News Mada0 partages

Andranomadio – Toamasina: mpivady mpangalatra omby 

Omby iray no very tao ambalan’ny fianakaviana iray, etsy Andranomadio-Toamasina. Sendra nivoaka nijery ny ombiny ny tompon-trano, omaly marina, no nahatsikaritra fa telo sisa ny tao am-bala, raha tokony ho efatra . Nanara-dia, avy hatrany, izy ary nahita faritra feno ra, avy namonoana omby.

Nanomboka teo indray, diana kodiarana moto no nisy. Narahina koa io dian-kodiarana io ary niafarana tamina tokantrano iray.  Rehefa hitan’ny tompon’ omby izany ary azony antoka fa tao amin’ity tokantrano ity tokoa ny nitondran’ny olona ny fatin’ombiny, niantso fokonolona izy.

Taorian’ izay, vorilanona tokoa ny vahoaka, niaraka tamin’ny hazo sy kibay, midika fa hanaovana fitsaram-bahoaka ilay nahina ho naka ny omby. Niantsoantso ny tao amin’ilay trano ny fokonolona, mba hivoaka, saingy tsy nisy nivoaka. Marihina fa izany Tsaramanana Wencaslas Fabrice, 27 taona, sy i Christaline, 18 taona, izany ny tao amin’ilay trano.

Taorian’ izay, lasa nanangona kodiarana fiara simba ny hakamaroan’ ny fokonolona, nanapa-kevitra fa hodorana ao an-trano izy ireo, raha tsy mivoaka.

Nisy ihany anefa ny tsara sitra-po, niantso ny polisin’ny Fip etsy Ankirihiry, notarihin’ny kaomisera, Francois Lapely, lefitry ny komandan’ny Fip. Tonga ara-potoana izy ireo ka voasoroka ny fitsaram-bahoaka sy ny fikasana handoro ilay tranon’olona.

Nisava ilay trano, avy hatrany, ny Fip ary hita tao izy mivady, niafina niaraka tamin’ny henan’omby sy tsinainy ary ilay moto nitaterany azy. Raha ny fanazavana tamin’ny fanadihadiana sava ranon’ando, vonoina amin’ny toeran-kafa, avy eo, taterina amin’ny moto raha henon’ omby halatra. Taorian’ny fahatrarana azy mivady kosa, nilaza anaran’olona hafa, mpiray tsikombakomba aminy, ireto mpivady ireto.

halatra ataony izy mivady,

Azo lazaina ho mpamerin-keloka i Tsaramanana Wencaslas Fabrice, efa nigadra indroa. Halatr’omby ny  voalaza fa tena fanaony.  Tsikaritra fa anisan’ny mora indrindra ny vidin’ny henan’omby ao amin’ny tsenan’Ankirihiry, Ambolomadinika, Tanambao fahadimy ary Valpinson, raha oharina amin’ny tsena hafa, eto Toamasina,

Sajo.

 

News Mada0 partages

Betafo: tratra ny mpanamboatra basy vita gasy

Saron’ny zandary, tao Ambohimanambola distrika Betafo, ny alahady lasa teo, ny basy vita gasy roa, niampy fitaovana maro be fanamboarana basy. Tafiditra ao anatin’ny antsoina hoe “Mandio 2018”, hetsika fanadiovana ataon’ny zandary, izao ka nahazoana ity vokatra ity, araka ny nambaran’ny lefitry ny kaomandin’ny vondron-tobim-pileovana any Vakinankaratra, nandritra ny resaka nataony tamin’ny mpanao gazety.

Somary nanahirana ihany ny nanatanterahana ny fisavana sy ny fisamborana noho ny fisian’ireo “zazamena”, manao ny asan’ny mpitandro filaminana any an-toerana, satria nosakanan’izy ireo tsy hanao ny asany ny zandary. Nisy anefa ny fifampiresahana sy ny fandaminana niaraka tamin’ny lehiben’ny fokontany ka afaka nanohy ny asany ihany ny mpitandro filaminana.

Tao Iarivokely fokontany Tsinjoarivo kaominina Ambohimanambola no nisehoan’ity tranga ity. Nambaran’ny teo anivon’ny zandary fa tsy ara-dalàna ny fisian’ireo “zazamena” sy “zazamainty” ireo ary misy amin’izy ireo mihitsy ny miray tendro amin’ny dahalo. Roa lahy no voasambotra hatreto. Sazy henjana ny miandry azy ireo mikasika ity fanamboarana sy fanaparitahana basy vita gasy ity.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Coliseum: Franko promet un événement de taille

La machine à tubes débarque à Madagascar. L’artiste camerounais, Franko, foulera les planches du Coliseum d’Antsonjombe le 29 septembre après deux dates dans la Cité des Fleurs.

«Coller la petite» reste indiscutablement l’une des chansons qui ont marqué ces trois dernières années. Ce titre, à la fois entraînant, euphorique et loufoque, n’en finit pas de faire couler beaucoup d’encre jusqu’à devenir un hit planétaire. Le rappeur camerounais a même remporté un disque d’or en France l’année 2016 avec sa musique qui a dépassé la barre des 50 millions de vues.

« J’ai également pas mal de titres qui n’ont peut-être pas eu le même écho international que Coller la petite. Ceci étant, je parie que le public malgache les aimera certainement », a fait savoir l’artiste qui a foulé hier après-midi le tarmac de l’aéroport Ivato. Fraîchement débarqué, il est parti sur les routes de Mahajanga. « Nous avons signé deux dates dans la capitale de Boeny, le 21 au Shakira et le lendemain au Gymnase couvert. On reviendra à Antananarivo la semaine d’après pour un spectacle de taille », a-t-il assuré.

Collaboration artistique

Franko rencontrera le public tananarivien à l’occasion de ce grand show au plus grand amphithéâtre de l’Océan Indien. Vont également se relayer sur scène Johane, Nate Tex, Odyai, Pit Leo, Selekston, Mad Max, Mad Max, Stéphanie, Misie Sayda et Ya’A Pop pour apporter leur lot d’éclectisme au spectacle.

Le « Meilleur artiste d’Afrique Centrale » n’est pas venu pour une simple balade de santé. Il a annoncé un possible featuring avec les artistes  malgaches tout au long de son séjour au pays. « Je vais me familiariser avec des musiciens sur place pour m’accompagner sur scène. Par ailleurs, le voyage est l’occasion de concrétiser les projets de collaboration. C’est justement cet esprit de partage et d’échanges qui m’amène ici à Madagascar », a-t-il promis.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Dago Festival 2: hampahafantarina ny indostria kolotoraly

Mahavelona sa tsia ny kolontsaina ? Ahoana ny fomba hivelomana ao anatiny ?… Mifanaretsaka ny fanontaniana tahaka izany. Sehatra iray anisan’ny miezaka mamaly ireny ny « Dago Festival ».

Hotanterahina, manomboka anio, hatramin’ny 22 septambra izao, eto an-dRenivohitra ny « Dago Festival 2». Hetsika hoenti-mampiroborobo ny kolontsaina malagasy amin’ny ankapobeny sy ireo izay mikirakira izany. Hampahafantarina sy hahazo vahana kokoa amin’izany ny indostria kolotoraly sy ny tontolony. Vokatr’izay, hamafisina ny fifanakalozana sy ny fihaonana isan-karazany. Ny 21 septambra sy ny 22 septambra, eny amin’ny Alliance Française Antananarivo (AFT) Andavamamba, fihaonana eo amin’ireo mpikirakira kolontsaina (mpanatontosa hetsika kolontsaina, orinasa mandraharaha momba ny kolontsaina, mpitantana trano kolotoraly vahiny, sns) sy ireo izay efa ao anatin’izany asa izany ary ireo maniry ny hirotsaka hanao ny asa momba ny kolontsaina. Anisan’ny lesoka lehibe eo amin’ny zavakanto sy ny kolontsaina malagasy rahateo  ny tsy mbola fahampian’ny fifehezana ny tontolon’ny fandraharahana eo amin’ireo tontolo roa ireo. Manjary vitsy ihany no sahy mirotsaka manao ity asa ity ireo mpanam-bola.

Ankoatra ny fihaonana sy ny fifanakalozana, hisy hatrany ny seho an-tsehatra ho an’ny mpanakanto ao anatina sokajin-javakanto samy hafa.  Ao ny mpanakanto avy any ivelany (La Réunion,  Frantsa, Kaomaoro…). Tsy vitsy ihany koa ny avy eto an-toerana, toa an’ny kaompania Lovatiana eo amin’ny dihy, ny Masabao hitondra ny beko, Mashmanjaka, Jaomatana (filatroana), sns.

HaRy Razafindrakoto

 

 

 

News Mada0 partages

Fanentanana sy fiarahana amin’ny mpanakanto: namaly fitia an’i Fianarantsoa i Christian Kidodo

14 taona nifampitaizana sy niarahana amin’ny mponin’i Fianarantsoa Andrianavalona Christian, na  i Christian Kidodo  eo anivon’ny Cofestik Kidodo. Nikarakara  hetsika “Valim-pitia”  izy ireo, ny alahady  teo tao amin’ny kianjan’ny Gara any an-toerana  ary nahavory vahoaka  marobe. Niarahana amin’ny mpanakanto malaza izany lanonana  izany. “Naneho ny fitiavana anay nandritra ny fotoana maro ny mponin’i Fianarantsoa. Tanjona ny hahatongavan’izany valim-pitia izany any amin’ny vahoaka”, hoy  izy.

Nohitsin’i Christian Kidodo  fa tsy misy ambadika politika ary tsy misy idiran’ny fifidianana filoham-pirenena ny hetsika natao. “Ilaina ny fifampitaizana sy ny fikolokoloana ny fiarahamonina. Mbola misy fotoana iarahana  amin’ny vahoaka. Fitiavana manokana antsika  izao lanonana izao”, hoy ihany izy.

Nisy  ny “tombola” nahafahana nanome loka, toy ny “bicyclette VTT”, ny “télé écran LED”, ny vary ary kojakoja maro samihafa, nozaraina nandritra ny hetsika valim-pitia. Nanotrona  izany koa ireo namany akaiky sy mpiara-miasa aminy, nahatonga azy ihany koa ho tonga amin’izao toerana izao.

Tsiahivina fa nianatra momba ny famoriana fiaramanidina i Christian Kidodo, saingy  nahafantarana azy ny fanentanana lanonana sy ny fiaraha-miasa amin’ny artista fanta-daza.

Synèse  R. 

News Mada0 partages

Préparatifs électoraux: la Ceni multiplie les formations

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) procèdera cette semaine à des ateliers de formation dans le cadre des préparatifs électoraux. Hier, l’organe électoral a procédé à la formation de 252 formateurs issus des six provinces, à l’Enam Androhibe. Les bénéficiaires auront par la suite comme mission de former les membres des bureaux de vote dans toutes les communes de l’île. La formation se tiendra jusqu’à vendredi prochain. «La durée a été prolongée car jugée trop insuffisante. L’objectif étant de garantir le bon déroulement et du scrutin et des opérations de dépouillement», a fait savoir le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo.

Une autre séance de formation se tiendra à partir de ce jour à l’hôtel Carlton Anosy. Celle-ci sera destinée aux représentants des 36 candidats au niveau des bureaux de vote. «L’objectif étant de mettre à la disposition des partis politiques et des candidats un corps de formateurs qu’ils pourront mobiliser à l’occasion du scrutin présidentiel et des élections législatives», précise le communiqué de la Ceni. Les formations au niveau des régions débuteront à partir du 25 septembre.

 

T.N

News Mada0 partages

Fivahinianana any Frantsa: nitsidika ny Musée du Quai Branly Rajoelina

Ny lafiny kolontsaina sy ny vakoka indray. Anisan’ireo nanatrika ny fisokafan’ny fampirantiana momba an’i  Madagasikara ao amin’ny Musée du Quai Branly Jacques Chirac ao Paris ny mpanorina ny IEM, Rajoelina, afakomaly. Sambany hatramin’ny  taona 1946 ny nisian’ny hetsika fampahafantarana ny vakoka sy ny kolontsaintsika tahaka  izao tao amin’ity mozea ity. Ahitana karazan-javatra maneho  ny kolontsaina miisa 350 maneho ny tantara, ny fomba, ny asa tanana  Zafimaniry, ny zavamaneno, ny fitafy sy ny taovolo, ny lamba malagasy, ny moara ary ny Aloalo any atsimo, izany fampirantiana izany. Manampy izany koa ny  fampirantiana sary ataon’i Pierrot Men, miaraka amin’ny antontan-kevitra momba ny famadihana sy ny fomba amam-panao malagasy. « Vokatry ny fiaraha-miasa  amin’ireo mozea iraisam-pirenena sy ireo olon-tsotra nitahiry sy nanangona manokana izany ny nahafahana nanao izao fampirantiana izao », hoy ny mpikarakara ny hetsika.

Tsiahivina fa nanomboka ny 18 septambra teo ary hifarana ny 1 janoary 2019, ity fampirantiana momba an’i Madagasikara ao amin’ny mozea ao Paris, ity.

Randria

 

News Mada0 partages

Filankevitry ny raiamandreny: “Aoka hampanjakaina ny fihavanana”

Aoka hampanjakaina ny fihavanana mandritra ny fifidianana, tsy hisy rahoraho”, hoy ny fehinkevitry ny  vovonamben’ny raiamandreny ara-drazana natao tany Fianarantsoa, ny herinandro teo. Nivoitra  koa fa tsy maintsy mihozona amin’ity tany masina ity, araka ny fomba, ireo olom-boafidy sy olom-boatendry hitondra sy hitantana ny firenena mba tsy hangalatra sy hambotry vahoaka na hivarotra tanindrazana.  Takin’izy ireo koa ny zara henan’ny vahoaka  andriamanjaka, amin’ny fanjakana mpanao am-pihimamba sy mpanao zara vilana. “Hapetraka ny dinam-piarahamonina mba hifehezana ny tany sy ny fanjakana. Masimandidy amin’ny taniny ny raiamandreny ara-drazana eo anatrehan’ny fanapahan-kevitra rehetra raisin’ny fanjakana”, hoy  ihany  izy ireo.

Tsiahivina fa napetraka ao Tsaramandroso Fianarantsoa manamorona ny lalana ny tsangambaton’ny fihavanana mba ho tazan’ireo mpandalo sy mpivahiny rehetra.

Synèse R.

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’ AMBATO BOENY : Tsy andrin’ny vahoaka ny higadonan’ny filoha Andry Rajoelin...

Ny distrikan’i Ambato Boeny iray manontolo no nanombohana izany ny talata teo. Tao amin’ny foiben-toerana misy ny Tgv Mapar ao an-toerana no nanaovana ny fihaonana. Navoitran-dRamatoa solombavambahoaka tamin’izany fa tsy manavaka saranga ny Mapar sy ny Tgv fa ny olona rehetra dia miara-dia amin’ny filoha Rajoelina avokoa. Tsy manavakavaka ny filoha Rajoelina, hoy izy ary tahaka izany ihany koa ireo ekipa miaraka aminy. Ny vahoaka kosa izay nandray fitenenana dia nilaza fa tsy andrin’izy ireo ny fahatongavan’ny filoha Rajoelina ao an-toerana.

Efa vonona mantsy izy ireo hampandany ity kandida laharana faha 13 ity. Maika mihitsy izy ireo ny hahita ny filoha Rajoelina mba hahafahana mitaraina ireo olana mianjady amin’izy ireo amin’ny fiainana andavanandro. Raha ny ao Ambato Boeny mantsy dia ny tsy fandriampahalemana sy ny haratsian-dalana no tena mampikaikaika ny mponina any amin’izao fotoana izao, ka ny filoha Rajoelina irery ihany no nambaran’izy ireo fa vahaolana afaka mamaha ireo olana goavana ireo.

Raha ny fantatra dia amin’ny andro faharoa anombohan’ny fampielezan-kevitra ity kandida laharana faha 13 ity, no ho avy any an-toerana dia ny 09 oktobra 2018. Na mbola ho ela aza izany dia efa miomana fatratra ny mponina hihaona aminy raha ny ao Ambato Boeny sy ny manodidina azy no asian-teny. Taorian’i Ambato Boeny renivohitra moa dia nidina avy hatrany tao Madirovalo ireo delegasiona ireo mba hametraka ihany koa ireo solon-tena’ny mpikambana avy amin’ny Mapar sy Tgv, izay olona efa vonona hatramin’izay hampandany ny filoha Rajoelina.

 Papin

Ino Vaovao0 partages

FIATREHANA FIFIDIANANA - CRAM : Nanolo-kevitra hiadiana amin’ ny hala-bato

Any amin’ireo birao fandatsaham-bato heverina ho lavitr’andriana no tena ahiana amin’izany, raha ny fanehoan-kevitra noentin’ireo olom-pirenena mpifidy. Azo antoka anefa fa tsy maintsy hisy ny fandraisan’andraikitra sy ny fepetra maty paika hataon’ny eo anivon’ny Céni hirosoana amin’izany.

Iray volana sy 18 andro sisa dia hiatrika fifidianana ho amin’ny fihodinana voalohany i Madagasikara. Efa saika tsara lamina avokoa ny pitsopitsony rehetra hoenti-miatrika izany. Na ireo antoko politika, ny fiarahamonim-pirenena sy ny fikambanana isan-tokony dia efa samy seriny avokoa mba hahatomombana ny fifidianana am-pilaminana. 

Ho an’ny faribolana mpanara-maso ny ho avin’i Madagasikara na ny Cram manokana dia nisy ny soson-kevitra nomen’izy ireo mba hiadiana sy hisorohana mialoha ny hala-bato. “Mba hiarovan’ny kandidà tsirairay ny safidin’ireo olom-pirenena tonga mifidy azy dia mila manana solon-tena na «  délégué  »  nahazo fiofanana manokana avy amin’ny Antoko politikany sady  solontena tsy voavidim-bola isaky ny biraom-pifidianana ireo kandidà miisa 36 mba hialana amin’ny hala-bato na ny hosoka”, hoy ny fanehoan-kevitra noentin’ireo mpikamban’ny Cram. 

Nambarany fa manana ny andraikiny lehibe ireo solontenan’ny kandidà isaky ny birao fandatsaham-bato ireo, izy ireo no tokony hanara-maso akaiky izay mety ho hosoka mitranga eny anivon’ireny birao fandatsaham-bato ireny. Anisan’izany, ohatra, ny fampiasana karapanondrom-pirenena maro, ny fitondrana biletà tokana avy any ivelany izay efa voaisy  marika mialoha an’ilay kandidà hofidiany sy ny endrika hosoka maro isan-karazany.

Ady amin’ny hala-bato

Mba tsy hahatanteraka ny fikasan-dratsin’ireo mikasa ny hangala-bato sy ireo izay efa zatra ny lalan-dririnina ka mbola mitady hanao izany dia nisy ny soson-kevitra naroson’ny Cram. “Ny fampiasana ny ranomainty tsy mora fafana  izay tsindrina tsara amin’ny lavo-tondron’ ny olom-pirenena tonga mandatsa-bato.

Ny fijeren’ny filohan’ny Birao fandatsaham-bato sy ireo mpiara-miasa aminy ny lokon’ny bileta tokana alohan’ny handrotsahan’ny olom-pirenena iray izany safidiny izany amin’ny vata fandatsaham-bato sao sanatria tsy mitovy amin’ny noraisiny teo ambony latabatra. Ny fananan’ny solontenan’ny kandidà laharana finday efa voasoratra any amin’ny Foibe toeran’ny kandidà mba hahazoany mampita ny vaovao marim-pototra raha sanatria misy tranga tsy mifanaraka amin’ny lalàm-pifidianana eo anivon’ny Birao fandatsaham-bato mandritra ny 7 novambra 2018.

Ny fampitana faran’ izay haingana any amin’ny Foiben- toeran’ny kandidà tsirairay izay manana solontena ao amin’ny Birao fandatsaham-bato ny fitanana an-tsoratra ny voka-pifidianana tsy misy kosokosoka”. Ireo ny soson-kevitra amin’ny ampahany nomen’ny Cram. Nohamafisin’ity vovonan’ny fiarahamonim-pirenena ity hatrany fa tena ilaina ny fisian’ireo solontenan’ny kandidà isaky ny birao fandatsaham-bato. 

Tafakatra hatrany amin’ny 9 913 599 ny isan’ny mpifidy voasoratra anarana amin’ny lisi-pifidianana manerana an’i Madagasikara izay manan-jo hifidy amin’ny 07 novambra 2018 any amin’ny birao fandatsaham-bato miisa 24 852. Efa naverin’ny Céni naparitaka manerana ny Fokontany ireo lisi-pifidianana izay azon’ny olom-pirenena hamarinina.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

KANDIDA ANDRY RAJOELINA ANY FRANTSA : Nitsidika manokana ny “Musée du Quai Branly”

Nifanindra an-dalana tamin’ny fahatongavan’ity kandidà hifaninana hofidiana ho filoham-pirenena tany Frantsa ity ny fisokafan’ny fampirantiana an’i  Madagasikara ao amin’ity tahirim-bakoka ity ka anisany tonga nanome voninahitra izany ny tenany. Ireo kolontsaina tena mampiavaka sy manasongadina an’i Madagasikara no naranty tao amin’ity Mozea isany manan-tantara ao Parisy ity. 

Tafiditra ao anatin’izany ny  tantara, ny fomba, ny asa tanana  Zafimaniry, ny  zava-maneno, ny fitafy sy ny taovolo, ny lamba malagasy, ny moara ary ny Aloalo any atsimo izany fampirantiana izany.  Manampy izany koa ny  fampirantiana sary ataon’i Pierrot Men, miaraka amin’ny antontan-kevitra momba ny famadihana  sy ny fomba amam-panao malagasy. «  Vokatry ny fiaraha-miasa  amin’ireo mozea iraisam-pirenena sy ireo olon-tsotra nitahiry sy nanangona manokana izany no  nahafahana nanao  izao fampirantiana izao  », hoy ny mpikarakara ny hetsika.

 Ity no fantatra fa hetsika fampahafantarana voalohany nisy tao an-toerana hatramin’ny taona 1946 no nankaty. Karazan-javatra miisa hatrany amin’ny 350 maneho ny kolontsaina Malagasy no tena misongadina amin’izany. Tsiahivina fa ny talata 18 septambra  lasa teo no nanombohan’ny hetsika  ary tsy hifarana raha tsy ny 1 janoary 2019. Ankoatra ireo olona voasokajy tonga mitsidika izany dia heverina hampitombo ireo mpizaha tany tonga ao Parisy ity fampirantiana vakoka lehibe ao amin’ny “Musée du Quai Branly” ity.

Avotra Isaorana   

Ino Vaovao0 partages

ZAZA VERY : Nanatsoaka ny fitoriana ny fianakaviana, navotsotra ilay rasazy nosamborina

Ny marainan’ny talata teo ary dia niara-nirohotra teny amin’ny tsenan’i Marolaka ireo mpivarotra sy ny vahoaka. Nanao tolo-tanana ho an’ity zazavavikely ity izy ireo tamin’izany ary samy nanolotra izay foiny. Natao izany mba ho fanampiana ny fianakaviana izay niharan’iny trangana hala-jaza iny sy ho fankaherezana azy ireo ihany koa.

Nandritra ity hetsika tolo-tanana ity no nanam baràna fa tapitra hatreo amin’izay ity raharaha zaza very ity, ka samy manohy ny fiainany andavanandro amin’izay ny rehetra. Tamin’ity tolo-tanana ity moa dia samy nanolotra izay voatsirambin’ny tanany avokoa na ireo mpivarotra na ireo vahoaka tonga teny Marolaka. Marihina fa olona maro no saika hirohotra teny amin’ny hopitaly ny andro nahitana ilay zaza mba hanampy sy hijery azy saingy tsy azo natao izany noho ny fepetra mifehy ny hopitaly.

Anisany vaovao lehibe nambara teo imasom-bahoaka nandritra ity hetsika ity ny filazàn’ireo fianakavian’ilay zaza very fa manatsoaka ny fitoriana ho an’ilay rasazy nosamborina izy ireo. Tamin’izay ihany no nilazana fa efa navotsotra ity rasazy izay noahiahiana ity, amin’izao fotoana izao. Tsy hadinon’izy ireo ny teny fisaorana ho an’ny vahoaka rehetra tsy ankanavaka sy ny mpitondra fanjakana tamin’ny fanampiana azy ireo nandritra ny fotoana nikarohana ilay menaky ny ain’izy ireo.

Papin

Ino Vaovao0 partages

LOZA VOAJANAHARY : Nisehoana horohoron-tany indray teto Antananarivo, Manjakandriana, Mangamila

Mety ahiana mihitsy  aza ny fihetsehan’ny tany mafy ka mila mailo hatrany ny rehetra raha ny fanazavana voaray mahakasika izany. 

Efa misy fepetra noraisina amin’izao fotoana izao, izay amin’ny alalan’ny milina natao handrefy ny tany eto amintsika. Araka ny loharanom-baovao voaray omaly mahakasika izany dia  tao avaratr’i Manjakandriana, Talata Volonondry ary Mangamila  niampy ny teto an-drenivohitra no nahazoana tatitra fa nisehoana horohoron-tany indray. 

Tokony ho tamin’ny enina ora sy sasany maraina no nihovitra  ny tany ka fantatra fa  nahatratra 4,7 ny maridrefin’ny Richter  rehefa avy nanao fikarohana ny tompon’ andraikitra misahana  ny fandrefesana avy ao amin’ny IOGA. Azo lazaina aloha hatreto fa  mbola malefaka sy tsy dia misy atahorana loatra ny eto Madagasikara saingy mila mailo ihany ny rehetra amin’ny fiomanana amin’ny loza voajanahary tahaka ireny. Nohamafisin’ireto farany moa fa tsy nisy ifandraisany tamin’ilay horohoron-tany nitranga tao amin’ny Nosy Mayotte izy io.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ZOTRA FAHA-8 MAHAJANGA : Miandry ny fijanonana lava hiantsenan’ny vadin’ny mpamily ny mpandeha

Anisan’ireo tranga iray nampiteraka fimenomenomana teo amin’ireo mpandeha, ity tranga iray izay tena tsy nisy fanajana ireo mpanjifa ity. Mpamily iray izay niainga avy teny amin’ny Sotema nihazo an’i Mahabibo no nanao izany fihetsika izany. Anisan’ireo mpandeha tao anatiny ny vadiny. 

Gaga sady sorena ireo mpandeha fa isaky ny mahita ireo entana tokony hovidiany eny an-dalana ilay ramatoa dia tsy maintsy mijanona ny mpamily. Nisy efa ho inefatra teo ho eo izany fihetsika izany ary tsy amin’ny toerana fiantsonana akory. Farany, nisy tsy nahazaka izany fihetsika izany ireo mpandeha ka nanaitra ilay mpamily. Valy boraingina anefa no setrin’izany izay nilazany fa «  vadiko io  ». 

Teo vao taitra tamin’ny fihetsik’izy ireo ny mpandeha rehetra. Manararaotra miaraka amin’ny vadiny ramatoa rehefa hiantsena, ka terena hanaraka ny sitrapon’izy roa ny mpandeha rehetra. Tsy mba tamin’ny toerana iray mantsy izy no nidina fa tamin’ny toerana rehetra izay nahitany zavatra hovidina.Tena tokony mba hojeren’ireo lehiben’ny kaoperativa ihany ny tranga tahaka izao fa lasa manimba ny hafa ny fihetsika tsy fanomezana hasina ny mpandeha.

Papin

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanarahana ara-ketraTombony ho an’ny mpandraharaha

Nisy ny atrikasa momba ny fifanarahana ara-ketra notanterahina tetsy amin’ny Hotely Colbert Antaninarenina omaly talata 18 septambra. Mbola vao 4 ny fifanarahana nataon’i Madagasikara hatramin’izay kanefa efa nahazo traikefa ny firenena Malagasy tamin’ny tranga roa farany, araka ny fanambaran’ny tale jeneralin’ny hetra Andriamatoa Razafindrakoto Louri Garisse.

 

Tanjona ny fampitomboana ny fahaiza-manao amin’ny resaka fandoavan-ketra ary fiarahana amin’ny fikambanana maneran-tany ho an’ny firenena miteny frantsay (OIF) ity atrikasa ity. Tamin’ny desambra 2015 ihany koa no efa nametrahana ny laharam-pahamehana ny amin’ity fifanarahana ara-ketra ity. Ankoatra izay, ho fitsinjovana ny mpandraharaha satria misy amin’izy ireo no mandoa hetra roa sosona noho ny fananany asa anankiroa amin’ny firenena roa samy hafa. Misy ihany koa aza moa ireo mpandraharaha tsy mandoa hetra mihitsy noho izay fananana  asa anankiroa izay. Mba ho famahana ny olana dia tonga nanatrika ity famelabelarana ity ireo manampahaizana nipoiran’ny fifanarahana ara-ketra ireo nanazava ny akony sy ny vontoatiny ary ny lesona tokony horaisina momba izany. Nojerena tao ny mety ho voka-dratsin’ireny fifanarahana ara-ketra ireny, indrindra ny famahana ny olan’ireo mpandraharaha manao asa amina firenena roa samy hafa ireo. Ity atrikasa ity no ahafahan’izy ireo  manohy ny asany amin’ny fomba malalaka. Niadiana hevitra tao moa ny tsy maintsy hisian’ny firenena mandefitra arakaraka ny tranga miseho handoavan’ny mpandraharaha ny hetrany. Tsy maintsy misy ny fifampiraharahana ara-ketra. Marihina fa firenena 14 miaraka amin’ireo manampahaizana sy mpikaroka ary ireo fikambanana nipoiran’ny fifanarahana ara-ketra tahaka ny  OCDE, ONU, COMESA, FMI no nandray anjara tamin’ity atrikasa ity. Ny firenena tsirairay avy eo no maka lesona ary miainga amin’ny tranga misy ao aminy no hanaovany ny politika ara-ketrany. I Madagasikara no solontena mitarika ireo firenena mahantra sy kely fidiram-bola ireo ary amin’ity atrikasa ity no hanaovana tatitra momba ny tombony amin’izany rehetra izany .

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Volobe na bambouKarazan-kazo hahafahana miady amin’ny fandripahana ala

Manana karazana volobe na bambou miisa 46 isika eto Madagasikara ankehitriny.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

MIGADRA 20 TAONA

Notsaraina omaly ireo mpianadahy 14 sy 16 taona izay namono zazalahy iray tamin’ny fomba feno habibiana.

 

 

Nogadraina 20 taona an-tranomaizina izy ireo rehefa nandeha ny fitsaràna ambony. Ilay mpiasa an-trano izay nandrisika azy ireo kosa dia nogadraina 15 taona an-tranomaizina. Raha tsiahivina dia tamin’ny 10 oktobra 2017 no niseho ity vonoan’olona teny Ambohitrarahaba ity. Notsatohana antsy ilay zazalahy ary nesorina hatramin’ny voamasony. Ny anabaviny kosa indray dia nalaina an-keriny. Ireo tsy ampy taona namany ihany no nanatontosa an’izany mba hanaovana halatra. 

PESTA

 

Raha tsy nandeha tamin’ny gazety izany dia tsy nivoaka tamin’ny fahanginany ny fanjakana. Omaly vao taitra ary nampandre ny fisian’ny pesta indray ny minisiteran’ny fahasalamana, izany dia taorian’ny nitateran’ny gazety fa efa misy olona roa maty tany Ambalavao, faritra Matsiatra Ambony. Raha tsiahivina dia ny fikobokobonana ny marina toa izany no nitranga tamin’ny herintaona ka tsy nahavoafehy raha tsy elabe ny pesta ary nahafaty olona maro aza izany. Omaly dia nilaza ny minisitera fa efa noraisina avokoa ny fepetra rehetra izay ilaina mba tsy hiparitahan’ity aretina ity. 

COMPTE FAKE

 

Eto Madagasikara ny firenena izay tena manana « compte fake » be indrindra amin’ny sehatry ny fampiasana tambajotra sosialy. Raha ny tarehimarika tsotsotra izay avy amin’ny Artec na ny sehatra mpandrindra ny teknolojiam-pifandraisana dia manana kaonty efatra eo raha kely indrindra ny mpampiasa aterineto eto amintsika. Tsikaritra fa koa fa ao ny misy mikarama fotsiny amin’ny fanaratsiana sy famotehana olona ary ao ny tsy misy atao dia mandany andro amin’ny fifosana sy ny fandrehetana afo amin’ny tambajotra sosialy. 

FANDRAHONANA

 

Miha-maro ankehitriny ny olona izay manao fandrahonana amin’ny alàlan’ny tambajotra sosialy mba hanerena olona hanome vola. Misy ny maka sarin’olona fotsiny tsotr’izao dia havadika ampiasaina ao anaty sarimihetsika izay mamoafady ary alefa any amin’ilay olona aloha mba hanerena azy hanome vola. Betsaka ny matahotra dia roboka amin’izany. Misy koa anefa ny sahy mametraka fitoriana ary dia mba sarona ihany ny ankamaroan’ireo mpanao ratsy rehefa mandeha ny fanadihadian’ny mpitandro ny filaminana izay miandraikitra ny « cybercriminalité ». 

FANAFIAHANA TANY TOAMASINA

 

Raikitra indray ny fanafihana amin’ny andro atoandro tao Toamasina. Amin’ny 11 ora latsaka ny roalahy mitam-basy no nanafika toeram-panakalozana vola avy amin’ny finday na « mobilemoney », teo BazaryBe. Lasa tamin’izany ny vola izay mitentina 10 tapitrisa ariary izay natao tao anaty sakaosy. Heverina ho efa nisy nanaraka ity rangahy ity satria avy hatrany dia fantatr’ireo jiolahy ny misy ny vola. Nandeha moto scooter toa ny mahazatra indray ireo jiolahy ireo ary nifanaraka aloha sy aoriana. 

ANTSAKABARY 2

 

Nirehitra indray Antsakabary. Trano miisa 110 tafo no indray may kila forehitra tao an-toerana. Raha ny vaovao avy amin’ny zandary dia nisy ninia nandoro izany saingy mbola tsy fantatra aloha izay tompon’andraikitra amin’izany. Ity tanàna ity dia efa arahin’ny mpiaro ny zon’olombelona maso akaiky noho ny herisetra izay nataon’ny polisy tao tamin’ny fandorana tranon’olona sy famonoana olona. Izay dia manomboka mitodika any indray ny maso satria hafahafa amin’ny olona izany hoe nisy nandoro izany indray Antsakabary. 

ASA FANAOVAN-GAZETY

 

Mpanao gazety miisa 20 no hofanina any Nosy-Be mba hahafehy ny fanadihadiana lalina momba ny heloka mianjady amin’ny zaza tsy ampy taona amin’ny alàlan’ny fampiasana aterineto. Manam-pahaizana maromaro no manofana azy ireo ary ankoatry ny fanamafisana ny traikefa amin’ny asa fanaovan-gazety dia mbola hampidirina tsikelikely mba hahafehy ny fikirakirana ny fikaroham-baovao  amin’ny alàlan’ny teknolojia koa izy ireo. Ny Unicef no miandraikitra izany rehetra izany.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza amin’atamboZaza efa 8 volana an-kibo nariana an-tatatra

Olona sendra nandalo teo amin'ny lakandranon’i Vasta no nahatsikaritra harona sachet miosona ra ka nampandre ny manodidina.

 

 

Ny manodidina indray avy eo no nisava ilay harona tamin'ny hazo. Akory ny hatairan’izy ireo nahita fa zazavavy kely izay efa tsy miaina intsony no tao anatin'ilay harona. Nampandre avy hatrany ny tompon’andraikitry ny fokontany Atsimondrova sy Avaradrova ny olona. Ireo indray avy eo no nampandre ny mpitsabo sy ny mpitandro ny filaminana. Taorian'ny fizahana nataon’ny mpitsabo no nahafantarana fa zaza efa niandry andro haterahana ity nisy nanary ity. Efa matetika ahitana tranga tahak'izao ao amin'ireo fokontany roa ao antin'ny kaominina ambonivohitra Ambatondrazaka. Ny fandrosoana ve no tsy zakan’ny andriambavilanitra ao Alaotra sa noho ny fahasahiranana na tahotry ny fiarahamonina ho afabaraka ? Sa tena zaza tsy niriana fa vokatry ny hadalana na fanolanana ? Helohin’ny lalàna eto Madagasikara anefa ny fanalan-jaza. Raha ny tranga tahaka ity dia efa endrika famonoan’olona ary mampigadra. Ilay hasin’ny aina mihitsy no tsy hajain’ny Malagasy sasany ka mahatonga azy ireo tsy taitra sy tsy rototra akory rehefa mandatsa-dra na mamono olona.

 

Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiakaran’ny vidim-piainanaNy vahoaka hatrany no mizaka ny mafy

Takon’ny raharaham-pifidianana ny fahasahiranam-bahoaka. Miakatra ny vidin-tsolika, miakatra ny saran-dalana, misondrotra ny vidim-bary,…

 

 

 Toa zary efa fahazarana ho an’ny sofin’ny Malagasy ny miaina izany na mafy sy mangidy ary tena miantraika hatrany amin’ny aty vilaniny aza. Iza tokoa moa no mba hianteherana eo fa dia samy manana ny mahamaika azy satria ny an’ny vahoaka tsy mandady harona, dia ny mitady izay harapaka no mahaseriny azy, raha toa ka ny hahazo seza sy fahefana no tena laharam-pahamehan’ny mpitondra sy ny mpanao politika. Tsy mahataitra ny fanjakana intsony ny vahaolana hisorohana ny fiakaram-bidin’ny fiainana. Mety hambara aza angamba hoe andraikitry ny filoha vaovao ho avy eo fa fampandehanan-draharaha ankapobeny sisa ny an’ny fanjakana misy ankehitriny. Raha ny vola hatosaky ny kandida sasany amin’ny fifidianana tsy mbola propagandy mety hahavitana tetikasa goavana be eto amin’ny firenena. Misy efa an-jatony tapitrisa dolara satria tamin’ny taona 2013 fotsiny, ohatra, dia 43 tapitrisa dolara na manodidina ny 150 miliara ariary no lany nampandaniana an-dRajaonarimampianina. Raha ny resaka angovo, ohatra, dia azo antoka fa mety hahatafatsangana toby goavana maromaro isika, raha ny volabe laniana amin’ny propangandy no haompana amin’izany. Tsy laharam-pahamehana izany na ho lany eo aza satria ny hanonitra ny lany no mahamaika ho an’ny ankamaroany, izay efa nisy ihany no teo saingy namotika sy nameno paosy no tena hainy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Anjanahary II N

Mitohy hatrany ny fanadiovana tanàna tanterahin-dry zareo avy eo anivon’ny boriborintany faha-5.

 

 

Omaly dia ny fanadiovana iny lalana mihazo an’Anjanahary II N sy ny manodidina iny no nimasoana ary teo ihany koa ny fisokirana ireo tatatra. Atahorana rahateo moa ny fiverenan’ny aretina pesta.

Fahasalamana

Maro amin’izao fotoana ny hetsika ataon’ireo fikambanana tanora eo amin’izay fisorohana ny loza ateraky ny tsy fahadiovana izay. Araka ny nambaran’ny mpilatsaka an-tsitrapo iray dia mbola sarotra ho an’ny Malagasy ny mampihatra fanabeazana maha olom-pirenena eto satria efa raiki-tampisaka ho antsika ilay toe-tsaina tsy mivaky loha.

Fihetsehan’ny tany

Taorian’ny fihetsehan’ny tany heno tao Tsiroanomandidy ny alatsinainy teo dia mbola nandrenesana fihetsehan’ny tany toy izany ihany koa tao Manjakandriana, raha ny fanamarihana voaray avy eo anivon’ny sampandraharaha mandinika izany eto amintsika. Hita ho nipaka tamina faritra vitsivitsy teto afovoan-tany mihitsy moa izany.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Iray volan`ny famotsoran-kelokaMila fehezina ny fitazonana ny basy

Nanomboka omaly talata 18 septambra ny iray volan`ny famotsoran-keloka mba ahafahana mampanaran-dalàna ny fitazonana ny basy sy ny famerenana tsy misy arakaraka izay eo am-pelatanan`ny manana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fako mivangongo eto an-drenivohitraEfa nanome kamiao telo hanampiana ny SAMVA ny kaominina

Feno fako mivangongo indray eto an-drenivohitra. Faritra maro no miaina anaty loto tanteraka toy ny eny Anosibe, Anosipatrana, Andavamamba, Andravoahangy ...

Misy amin’izy ireny no efa ho iray volana no tsy nisy naka intsony ny fakony. Vokany, matahotra mafy ny mety hisian’ny aretina pesta  ny ankamaroan’ny mponina ankoatra ny aretin-kibo izay ahiana hiparitaka ihany koa raha vao latsaka eo ny ranon’orana. Rehefa nanontaniana ny teo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra dia nambaran’ny lefitra voalohan’ny Ben’ny tanàna Atoa Ramboasalama Emilien fa ny manadio ny lalana sy ny elakela-trano ary mitatitra ny fako eny amin’ny daban-jaoridira no andraikitry ny kaominina. Ny ankoatra izay dia efa anjaran’ny SAMVA  ny maka azy mandrapahatonga eny amin’ny toby fanariana ny fako eny Andralanitra, hoy izy. Efa niezaka nanatona ny SAMVA sy ny minisiteran’ny rano ny kaominina nijery izay vahaolana hahafahana manala ireny fako mivangongo ireny. Efa nanome kamiao lehibe telo, ohatra, ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Hivaha tsy ho ela kosa ny olana eo anivon’ny SAMVA. Ny commission nationale des marchés mihitsy  no tsy mamoaka ny anaran’izay orinasa nahazo ny tolo-bidy hitatitra ny fako. Tanjon’ny roa tonta ny miaro ny mpiara-belona amin’ireo areti-mifindra mety hateraky ny fiparitahan’ny fako eto amintsika, indrindra fa ny kaominina.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

LTP DzamandzarNahazo ‘cyber-ecole”

Nisitraka sekoly vaovao miompana amin`ny teknolojia ny LTP Dzamandzar ao Nosy-Be Hell Ville. Sekoly hafakely tokoa no azon`ny mpianatra satria sekoly-cyber na « Cyber-Ecole » no natsangana.

 

Ny sekoly cyber dia ho sehatra ara-teknika lehibe indrindra eo amin'ny toerana misy ny fampiharana amin'ny fampiofanana momba ny asa, indrindra amin'ny TIC. Ny tanjon'ity tetikasa ity dia ny hampiofana tsy tapaka ireo tanora amin'ny alalan'ny TIC izay  fahaizana fototra amin'ny fandaharam-pianarana, mba hahafahan'izy ireo hahazo fahaizana sy hampihatra fahaiza-manao eo amin`ny tontolon`ny asa ary mba hirosoana amin`ny  dingam-pifandraisana matihanina kokoa. Ity sekoly ao amin`ny LTP Dzamandzar ity dia iray amin'ireo sampam-pampitam-pifidianana voafidy eo amin'ny fampiharana ny politika nasionalin`ny asa sy ny fampiofanana arakasa (PNEFP). Ho fampahatsiahivana, ny iray amin'ireo tanjon'ny politika dia ny "fametrahana rafitra ETFP/DC mifanaraka amin'ireo fanamby tokony hojerena" ary ny TIC no iray amin'ireo sehatra manan-danja amin'ny governemanta izay manana tanjona ambony. Ny fanatsarana toerana fampiofanana ho an'ny tanora dia mampiseho ny fanoloran-tenan'ny MEFTP hanohy ny fanatanterahana ny PNEFP mba hanomezana fahafaham-po ny filàna ara-toekarena. Ity tetikasa ity dia hisy fiantraikany eo amin'ireo mpianatra any amin'ny sekoly ambaratonga ambony. Nametraka fiaraha-miasa tamin'ny fananganana sekoly amin'ny aterineto entina hampiofana ireo tanora izay hisehatra amin`ny fivoarana ara-teknolojia (TIC) na « micro-operator TIC » ny minisiteran`ny fampianarana ara-teknika sy fampiofanana arak`asa, ny UNESCO ary ny Fondation Telma.  ary koa sehatra hifanakalozana hafa mifandraika amin'ny nosy Nosy Be.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana manamboara vatsyHankalaza ny fahafolo taona niorenany

Feno folo taona sahady ny fiangonana “Manamboara Vatsy”. Fotoan-dehibe no entin’izy ireo hanamarihana ny hetsika ny sabotsy 29 sy ny alahady 30 septambra ho avy izao eny amin’ny kianja

 

mitafon’Ankorondrano. Mandritra ny hetsika no hanatanterahana ny fihaonamben’ireo mpino ao anatin’ny fiangonana avy amin’ny lafivalon’ny Nosy sy fanosorana « Révérend », Mpitandrina sy Loholona ary fanokanana Mpiandry, Diakona, Misionera. Raha tsiahivina ny tantaran’ny fiangonana dia ny 5 aogositra 2008 no nananganana  azy  tao sabotsy Namehana.  Ny evanjelistra Maminirina Rolland Guy mivady niampy  mpikambana miisa 33 no angady nananana izany. Taorian’izay dia tafatsangana ihany koa ny fiangonana tao Ambahona, Kaominina Vilihazo. Nisy ny fananganana sekoly fampiofanana ho mpitandrina sy misionera hahafahana manitatra be be kokoa ny fiangonana. Nanatontosa fandaharana tany anaty onjam-peo tsy miankina ihany koa izy ireo ka  dia efa madiva hanenika ny Nosy ny fiangonana Manamboara Vatsy amin’izao. Antony nisafidianana ny anarana « Manamboara Vatsy » ny fahafantarana fa rehefa hiomana handeha lavitra ny olona iray dia mamehy vatsy, araka ny  tenin’Andriamanitra voasoratra ao amin’ny Asan’ny Apostoly 22 : 21.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vary sy tsiparifary

Miroso tsimoramora mankany amin’ny fifidianana izay ho filoham-pireneny hatrany Ramalagasy.

Maro dia maro ny kandida, saingy misy ihany ireo somary misongadina. Hifampitsapa sy hifampitsara amin’izay ny nifanjevo hatramin’izay, toy ny mpanongam-panjakana sy ny naongana. Efa nisy ny fikofokofohana hatry ny ela ho an’ny andaniny, izay te hikosoka mafy ny laza ratsy tany amin’ny 9 taona lasa. Mafy izany te hamafa ny anarana hoe: “mpanongam-panjakana” izany, ka dia mba manao izay hahalany amin’ny fifidianana ara-demokratika, hono e ! Asa lahy fa toa voapaingotra any Lafrantsa any indray amin’izao fotoana izao eo anatrehan’ny aferan’ny akama mpiray afera hatramin’izay, ary mety ho voasaringotra sy tsy ho afa-bela. Dia mahagaga ihany koa fa hatramin’izay natao, dia hoe any Lafrantsa foana no iaingan’ny sera rehetra, hoy ny tanora. Aiza ve ka mandeha ny hoe vina hampandrosoana ny firenena, dia tany no nampahafantarina. Mamoaka boky mandokadoka ny tena dia any ihany. Miavaka amin’izay ny vary sy ny tsiparifary ankehitriny, ary hatry ny ela ny Malagasy no tonga saina hoe: iza no efa zatra mamadika tanindrazana hatramin’izay, ary mbola mitetika ny ho kalabe amin’izao fotoana izao. Iza kosa no nahavita sy mbola hahavita ary andrandrain’ny Malagasy ? Misongadina ary tsy avelan’ny tarany tsy hamiratra ny efa nahavita sy mbola hahavita ary handrandrain’ny ambanilanitra maro an’isa e ! Aleo ny tantara no hitsara ary ny hirariana dia hangarahara tokoa ity fifaninanana ity.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifaninana vadintany sy mpanao lavanty matihaninaMpiadina 150 no horaisina manerana ny Nosy

Handray vadintany sy mpanao lavanty matihanina miisa 150 ny Ministeran’ny Fitsarana amin’ity taona ity. Raha araka ny fanazavan’ny maître Ramahefalahy,

 

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Me Willy Razafinjatovo« Diso ireo mpiambina ny praiminisitra ! »

Ny kortezin’ny filoham-pirenena, ny fiara mpamonjy voina, ny fiara mpitondra marary, fiara mpitondra razana.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Doka miendrika propagandyNanome 24 ora ny CUA

Tsy nahazoana alalana ireo takelaby fanaovana dokambarotra na “panneau publicitaire” tsy manana endrika dokambarotra, ataon’ireo kandida filoham-pirenena sasany eto Antananarivo Renivohitra amin’izao fotoana,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondron’Olon-Tsotra - ToamasinaManohana 100% an’i Marc Ravalomanana

Nanao fivoriana ny Vondron’Olon-Tsotra (VOT) Toamasina ny alahady teo izay natrehan’ny filoha nasionaliny Zoe Sarah.

 

Nandritra ity fihaonana ity no nanambarana fa manohana tsy misy fepetra ary an-kitsim-po ny kandida laharana faha-25, Atoa Ravalomanana Marc, izy ireo amin’ny fifidianana ho filoham-pirenena ny 7 novambra ho avy izao. Ny antony raha ny fanazavan’ny VOT dia Atoa Ravalomanana ihany no hitan’izy ireo manana paik’ady afaka hanarina haingana ny firenena sy afaka hamerina indray ny fahefam-panjakana sy ny fahatokisan’ireo mpiara-miombona antoka amin’i Madagasikara, ary afaka hanavotra ny fiainam-bahoaka niniana nalentika anaty lavaka sy fahantrana lalina tao anatin’ny sivy taona izao. Nandritra ny fihaonana teto Toamasina natrehan’ny filoha nasionalin’ny VOT dia nisy koa ny fametrahana ny filoha mpitarika ny VOT sampana Toamasina renivohitra sy sampana Toamasina II ary ny sampan’ny faritra Atsinanana. Ny fampandraisana andraikitra ny olon-tsotra amin’ny fiainam-pirenena sy ny fiainam-piarahamonina ary ny fifanampian’ny samy Malagasy no tanjona hifampitana amin’ireo mpikambana, izay nampirisihan’ny filoha nasionalin’ny VOT amin’ny fanaraha-maso ny fandehan’ny fifidianana sy ny raharaha politika misy eto amintsika.

 

Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpamokatra fanamiana kandida amin’ny fifidiananaMaina ny tsena hatreto aloha

Tamin’ny 5 taona lasa, hoy ny mpamokatra fanamiana kandida amin’ny fifidianana iray na irony mpanao T Shirt irony, iray volana mialoha ny fampielezan-kevitra dia efa saika tototry ny famandrihana T Shirt izahay.

 

Tamin’ity anefa, hatramin’izao dia mbola saiky resaka fotsiny no nifanaovana amin’ny ankapobeny. Ireo sahy mifanaraka indray dia tena miady varotra be, raha misy, hoy ny hafa. Raha 4000 ariary ny vidin’ny T Shirt 1 ho an’ny lamba “Nylon”, tamin’ny tamin’ny taona 2013 dia mbola io ihany no hanaovanay azy amin’izao fotoana izao fa tsy misy sahy raha vao mampiakatra, hoy hatrany ny fitarainan’izy ireo. Ny kandida sasany aza mbola mahavita mandresy lahatra ireo namana hafa hampidina io vidiny io ho 2500 ariary. Ny lamba “coton” izany moa, hoy izy ireo, dia efa tsy resahana intsony satria 10.000 ariary ny 1. Marina fa an’arivo sy an’aliny maromaro ireo famandrihana voaray rehefa misy fa na izany aza tena maina ny tsena, hoy ireo mpiangaly soratra amin’ny lamba na “confectionneur”. Ny vidin-tsolika sy vidim-piainana, hoy izy ireo, tsy mitsaha-misondrotra kanefa ny tsena sy ny asa miha tsy misy. Ireo kandida tokoa ve no efa tapa-kevitra ny tsy hizara T Shirt intsony fa mba hampanjaka foto-kevitra amin’izay sa tena manidy poketra, araka ny ambaran’ireo mpivarotra ?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaI Frantsa hatrany no mahalala mialoha ny tetikasany

Tany Parisy, Frantsa, no nampahafantarana voalohany ny Vina IEM na “Initiative pour l’émergence de Madagascar” an’ny kandida ho filoham-pirenena Malagasy, Andrinirina Rajoelina, ny 23 sy 24 mey lasa teo.

 

 Efa nandeha sahady ny tsikera tamin’izany fotoana fa vina hampandrosoana an’i Frantsa ve izy io no toa nierana tany aloha vao nentina taty sa hampandrosoana an’i Madagasikara marina ? Mbola tany Parisy, tao amin’ny fivarotam-boky “Les guetteurs de vent”  indray omaly no nanasany mpanatrika hampahafantarany ny fivoahan’ilay boky mitantara ny lalana nodiaviny mitondra ny lohateny hoe “Par amour de la patrie” na noho ny fitiavan-tanindrazana raha adika tsotra.  Aiza ilay tanindrazana tiany ? Ilay manana ny tenim-pirenena ampiasainy amin’ny lohatenin’ny bokiny sy ny voatoatiny ve sa eto amin’ilay hilatsahany filoham-pirenena sy nanaovany fanambarana ofisialy tetsy Mahamasina ny filatsahany ny 1 aogositra teo ? Sao dia mba any Parisy koa ary, hoy ireo mpivazivazy, no hanaovana ny fianianana raha toa ka izy no lany ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ravalo sy mponin’i VakinankaratraEfa toy ny rano sy vary hatrizay

Antsirabe no anisan’ireo tanàn-dehibe eto Madagasikara tena mandroso eo amin’ny sehatra rehetra nandritra ny fito taona (2002-2009) nitondran’ny kandidà Ravalomanana Marc, laharana faha-25 ao amin’ny biletà tokana.

 Ben’ny tanàna tamin’izany Ramalason Olga, izay tena nampandroso ny tanàna, indrindra ny fotodrafitrasa. Raha ny lalana no resahina dia misongadina ny lalam-pirenena fahafito (RN7), miala eny Vatofotsy (izay nohalebiazina hatreo amin’ny Lycée Resampa André) hatrany Mandaniresaka vita tara, ny “Avenue de l’Indépendance” miala eo amin’ny garan-damasinina hatreny amin’ny « Hôtel des Thermes » miampy ireo seza vato eny anelanelan’ny voninkazo, ireo lalana manodidina an’Antsenakely, ny lalana mihazo an’Andranomafana mipaka ao Avaratsena Asabotsy, ny lalana mihazo an’i Mahazoarivo vita tara sy ireo lalankely vita rarivato (pavés) ao amin’ity faribohitra ity, ny lalana mandeha any amin’ny Ranovisy miala ao amin’ny fiantsonan’ny taksibrosy FIFIMAVA izay vita rarivato,… Simba, feno lavaka (nids de poule) ny ankamaroan’ireo lalana ireo ary totofana vato kely ireny lavaka ireny  tato anatin’ny roa vola izao. Nahorina tamin’izany ihany koa ny CSB II eo Atsinanantsena Asabotsy,... Fanirin’ny mponina ao Antsirabe ny hamerenana ireo fotodrafitrasa ireo amin’ny toetrany tany amin’ny folo taona lasa. Manizingizina ny mponina fa ny kandida laharana faha-25 ihany no hahavita izany satria nanangana ary mbola hanangana izy fa tsy mpandrava. I Marc Ravalomanana rahateo dia nilaza fa tanànany i Vakinankaratra, fantany ny fampandrosoana sy ny filan’ny vahoaka, ary aza manontany basy amin’ny Anglisy, hoy izy manoloana ny filazan’ny hafa fa efa lasan’izy ireo i Vakinankaratra. Tsy maintsy miverina amin’ny laoniny ny fiainan’ny Malagasy eo amin’ny lafiny tsy fandriampahalemana manerana ny nosy ary hamonoany tena ny fanavotana ny Firenena, hoy kosa Ravalomanana. Tsy maintsy hataony izay hihinanan’ny vahoaka Malagasy sakafo. Any Irak, Ethiopie, Afganistan dia mahazo 2 dolara isan’andro ka nahoana ny Malagasy no tsy mba hahazo, hoy izy. Hain’i Dada ny mifampiraharaha amin’izany. Tsy maintsy hamorona asa ho an’ny tanora eto Antsirabe. Hisokatra ny herinandro manaraka ny orinasa “Feed Mill” ary efa misokatra ny MBS mari-drefy 95.4 FM. Ho an’ny tantsaha, dia haverina ny fandaharan’asa PSDR (Programme Sectoriel du Dévéloppement Rural).

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Ravelonarivo“Tsy maintsy miara-miasa amin’ny firenena matanjaka isika”

Tsy vaovao ny fiaraha-miasa amin’ny vahiny ary safidin’ny tsirairay ny hanao azy. Tsy maintsy mahafantatra ny atao hoe « Geopolitique » matoa milatsaka ho filoham-pirenena izany ary olon-dehibe.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Omer BerizikyMahatsapa fa misy ny fanavakavahana

Mahatsapa ny iharana fanavakavahana manoloana ny fanesorana ny fanesorana ny takelaby ny antoko Antsika Madagasikara.

 

Ireo fanesorana takelaby izay efa nandoavam-bola napetraka teto Antananarivo sy ny manodidina dia miendrika fanasoketana izany ary mampanahy ny tsy fisian`ny tokony ho izy amin`ny samy kandidà, hoy Jean Omer Beriziky, izay hisedra safidim-bahoaka. Misy ahiahy miteraka fitanilana manoloana ny kandidà sasany sady miteraka disadisa. Miditra amin`ny vanim-potoana lehibe ny firenena, hoy i Jean Omer Beriziky kanefa raha hiatrika fifidianana dia hanatanteraka adidy amin`ny mpiara-belona. Mila fitoniana sy fanajana fa hanaovana antso avo amin`ireo tompon’andraikitra tsirairay noho ny maha zava-dehibe ny fifidianana. Ny teo anivon`ny kaominina Antananarivo Renivohitra dia nanome fangatahana fanazavana izay nilaza fa manana alalana hanala ireo takelaby ireo noho ireo fifanarahana tsy manan-kery satria ny takelaka dia natokana ho an`ireo orinasa mampidi-bola, izany hoe “activitè non commerciale”. Raha ny fantatra anefa dia didy navoakan`ny minisitera misahana izany no nahatonga ny fanapahan-kevitra. Hoesorina ireo takelaby tsy manaraka fepetra araka ilay didy navoakan`ny minisitera miadidy izany sehatra izany. Ny kandidà Jean Omer Beriziky kosa dia manameloka ny kaominina satria izy irery no mahazo atsonjay, araka ny nambarany. Nanambara ihany koa ny talen`ny fampielezankevitra, Elia Ravelomanantsoa fa hametraka fitoriana na “requete”eo anivon`ny CENI Madagascar. Andrasana izay fanambarana havoakan`ireo tompon’andraikitra amin`ny fikarakarana fifidianana saria efa toa mihoa-pefy ireo tsy fanarahan-dalàna eo amin`ny samy kandidà, hoy hatrany ny mpanara-baovao.

 

Marigny A.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaManana olana amin’ny HVM !

Anio no hotokanana ny foiben-toerana na ny QG (Quartier Général) ho an’ny kandida Hery Rajaonarimampianana eny Andraharo, raha tsy misy ny fiovana. Tsy eny Antanimena misy ny foiben’ny HVM io, izay mariky ny mety ho fifanolanana na tsy fitovian-kevitra.

 

 Karazan’ny miparitaka na miady ireo samy mpanohana an-dRajaonarimampianina raha halalinina ity toe-javatra ity. Antony iray heverina ho nahatonga an’io ny tsy nahafehezan-dRakotovao Rivo, Filoham-panjakana vonjimaika ankehitriny io antokon’ny HVM io. Endrika iray nisehoan’ny fisamatsamahana ihany koa ny fisintahan’ny mpikambana sasany, toy ny tao anaty governemanta, ka rehefa nesorina tamin’ny sezany, dia nisafidy ny nandeha irery izay sokajiana ho namadika. Anisan’ireny ny praiminisitra teo aloha Mahafaly Solonandrasana Olivier, izay efa nandeha irery ary kandinda filoha, ny minisitry ny fampianarana teo aloha Paul Rabary,… Etsy an-kilany ihany koa dia sokajiana ho nisintaka ry Laisoa Jean Pierre na Jaovato, izay anisan’ny nanampy betsaka ara-bola nanomboka ny taona 2013 sy tamin’ny fiarovana an-dRajaonarimampianina tsy hiongana ny taona 2013. Ny depioten’Atsimondrano Jaona Elite, izay heverina ho mahalala zavatra maro tamin’ireny resaka volabe nihodina tamin’ireny fampandaniana ny lalàm-pifidianana ireny, saingy nisintaka. Mety hanaraka ihany koa ve ireo ekipa sasany, toa an’i Mbola Rajaonah ? Andrasana izay ho tohiny.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandaniana an’i DadaMirohotra miditra KMMR ny olona

Nanamafy Atoa Constant Raveloson raha nivahiny tao amin’ny fahitalavitra MBS fa tena vao miha nampientam-po ny olona ilay fanamafisan’i Marc Ravalomanana ny maha kandida azy nandritra ny hetsika goavana teny

 

Mahamasina ny sabotsy 25 aogositra lasa teo, hany ka mirohotra miditra ao amin’ilay Komity Manohana an’i Marc Ravalomanana ho filoham-pirenena 2018 (KMMR 2018) ny olona amin’izao fotoana.Eo am-pandaminana tanteraka izahay amin’izao fotoana hoy izy, ary tsy tokony misy atahorana satria azo fehezina tsara izany fandaminana izany amin’ireo faritra 22 misy eto Madagasikara.Mitranga izany rehetra izany satria nanana 8 taona ny Malagasy nandinihana ny zava-misy teto Madagasikara sy ny fihombon’ny fahantrana izay efa tena mby an-koditra mihitsy, ka nahatsapa fa hafa ihany tamin’nny fitondran’i Dada ka aleo izy no averina eo hanarina an’i Madagasikara.Tato anatin’ny roa volana moa izay dia samyy nihetsiketsika nitety faritra fa hoe mba hanao pre-campagne ireo kandida filoha ka mipoapoaka ny kabary sy ny fisehosehoana.Tsara ho marihana kosa anefa , hoy I Constant Raveloson mpitarika ny KMMR fa effa hatramin’ny 13 oktobra 2014 niverenany an-tanindrazana no nilaza ny filoha Ravalomanana fa tsy hiandrasana 2018 izany ny famahana ny olan’ny vahoaka..efa nitety faritra, distrika, kaominina sy fokontany maro be izy ary nahita imaso ny fahorian’ny Malagasy.Porofo tena mivaingana eo imason’ny rehetra ihany koa ny fitsanganan’ny Magro, ny AAA Tiko ary farany teo ny haino aman-jery MBS sy Radio Mada.Kabary arahana asa ny an’i Marc Ravalomanana, misy ny programa mazava tsara izay mbola ho voaboasana rehefa tonga ny fampielezan-kevitra; efa manana mpiara-miasa sy mpiara-miombon’antoka matotra ihany koa izy ary efa teniny ny hoe : tsy maintsy miverina ny hasin’ny Malagasy.Mijoro tsara ny Malagasy, ampy sakafo, mianatra, manana asa, ary tsy miaina amin’ny tebiteby lava noho ny asan-jiolahy.Zavatra azo tsapain-tanana no atao fa tsy manonofy atoandro na mampanantena volana sy masoandro, ao anatin’ny fanarahan-dalana, fanajana ny fitsipika sy ny fiaraha-mientana no hanatanterahana izany rehetra izany.

 

RTT

Madonline0 partages

Détention illégale d’armes à feu : Un mois d’amnistie

Afin d’essayer de « faire taire » les armes à feu sur le territoire de la Grande Ile, au moins pour un temps, les autorités publiques ont instauré le mois de l’amnistie. Ce qui va permettre à des détenteurs illégaux d’armes à feu de rendre les armes auprès des autorités sans le risque d’être traduits en Justice.

Un comité interministériel a été ainsi mis en place pour se pencher sur le sujet. L’instauration du mois de l’amnistie à Madagascar s’inscrit dans le cadre du programme de l’Union Africaine intitulé « Faire taire les armes ». Il s’agit d’un programme qui vise à réduire considérablement les effets néfastes des conflits armés et des violences liées à ces conflits d’ici à 2020.

En ce qui concerne la Grande Ile, un peu plus de 65 000 autorisations de port d’armes ont été recensées par le comité interministériel. Des armes à feu circulent cependant illégalement et tombent souvent entre les mains des malfrats.

Les différentes crises politiques traversées par le pays, notamment en 1991, en 2002 et en 2009, sont considérées comme étant à l’origine de la sortie illicite d’une certaine quantité d’armes à feu des casernes militaires. Pourtant, certaines armes n’étaient plus restituées aux forces de l’ordre. Le mois de l’amnistie constitue donc une occasion à ceux qui détiennent illégalement une partie de ces armes de les rendre aux autorités du pays, sans risque de sanction. « Les armes de fabrication artisanale, en cas de restitution devront être détruites » selon un responsable au sein du comité interministériel.

Le ministère de la Défense nationale, le ministère de la Sécurité publique, le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Justice se mobilisent actuellement au sein de ce comité afin de rendre le mois de l’amnistie bénéfique pour l’ensemble de la population.

La recrudescence des attaques à main armée constatée au cours des dernières années est, en effet, liée directement à la circulation des armes illicites.

Midi Madagasikara0 partages

Fiscalité : Les conventions fiscales à la loupe

L’atelier est organisé sous l’égide de l’OIF.

Un atelier d’échanges et de partage d’expérience sur les conventions fiscales se tient depuis hier à l’hôtel  Colbert.

Mondialisation oblige,  Madagascar ne peut pas se  passer des conventions fiscales avec des pays partenaires.  Actuellement,  le pays dispose de quatre  conventions fiscales établies par l’Île Maurice, la France, le Canada et le Maroc. C’est ce qu’on a appris hier, lors de l’ouverture de cet atelier de partage.

Fiscalité internationale. Cet  atelier qui arrive à point nommé en ce moment où  l’administration fiscale  s’efforce d’améliorer  ses performances en matière de collecte des recettes fiscales.  « Les conventions fiscales méritent une attention particulière dans la mesure où si elles sont mal rédigées, elles peuvent devenir une source de pertes de recettes »  a expliqué Iouri Garisse  Razafindrakoto, le Directeur Général des Impôts. En tout cas, l’atelier en question marque l’intérêt que Madagascar accorde aux enjeux liés à la fiscalité internationale et à la lutte contre l’évasion fiscale, notamment en matière d’impôts sur  le  revenu. En effet,   les nombreuses firmes multinationales qui opèrent à Madagascar représentent un enjeu de taille en matière de recettes fiscales.  Or, les conventions fiscales conclues avec les pays d’origine de ces entreprises ont une incidence  sur le volume des recettes.

Atouts et faiblesses. D’où, l’importance  de cet atelier  qui voit  la participation d’une quarantaine d’experts venant de pays africains  francophones à faible revenu.  Pour ne citer, entre autres que le Bénin, le Burkina Faso, la République Centrafricaine, l’Union des Comores, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Congo, le Sénégal et le Togo. « Madagascar bénéficiera des leçons tirées  des expériences d’autres pays en développement où plus avancés en matière de négociation ou de renégociation de conventions fiscales ».  L’atelier permettra aux participants d’examiner  les atouts et les faiblesses des conventions fiscales  dans lesquelles les pays sont déjà engagés ainsi que de trouver les pistes d’amélioration. Il s’agira également de mieux  prendre connaissance des outils et programme d’appui   disponibles dans ce domaine et d’identifier leurs besoins d’assistance pour améliorer ces accords bilatéraux. L’atelier qui  ne prendra fin que vendredi prochain est organisé sous l’égide  de l’Organisation Internationale de la Francophonie, et en collaboration avec le FMI, La Banque Mondiale, l’UEMOA et le Comesa.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

AmbondronA : Un concert, un album et une tournée

Le groupe AmbondronA va conclure une année 2018 en apothéose.

Remplir le palais des Sports le 23 septembre, AmbondronA  est déjà habitué à ce genre d’exercice depuis plus d’une dizaine d’années. Quoi qu’il en soit, les retrouvailles avec les fans sont toujours des moments uniques.

AmbondronA  remettra le couvercle au palais des Sports de Mahamasina le 23 septembre à 15 h, pour un concert qui sera l’un des plus attendus du moment. Une radio privée, qui va fêter ses 15 années d’activité, a « demandé à ses auditeurs de choisir qui est l’artiste qu’il souhaite voir sur scène. Et nous étions le premier choix », se réjouit Beranto, leader et porte- parole du groupe. Pour ainsi dire, AmbondronA  possède toujours son aura intact, magnifié lors de ses deux concerts à guichets fermés au Coliseum d’Antsonjombe.

Pour le moment, la formation est concentrée sur cet évènement qui se rapproche. Les répétitions se trouvent à ses moments les plus intenses. Tandis qu’en filigrane se dessine un nouvel album. « Nous sommes en studio, le nombre de chansons, le titre de l’opus, tout cela n’a pas encore été arrêté », continue Beranto. Même la date de sortie reste encore dans le flou. Ce qui est sûr , le groupe est en train de cravacher dur pour y arriver. Les mois ou les semaines à venir seront donc décisifs. Sans parler des élections qui arrivent.

Selon les circonstances.  « Nous avons des programmes mais ils sont provisoires. Notre démarche dépend toujours de la situation au pays », explique Beranto. Apparemment, cette année, AmbondronA  se contentera de jouer les observateurs et ne chantera pour aucun candidat lors des propagandes. Le rock band se focalise entièrement sur ces deux grandes étapes. De plus, pour le groupe, un concert au palais des Sports restent toujours un moment particulier. Un retour au Coliseum serait aussi envisageable, toutefois Beranto espère toujours que le pays connaîtra  enfin l’apaisement.

Le prochain programme de la bande sera une tournée européenne qui se fera en fin d’année. Des dates seraient déjà dans le calendrier. D’autant que franchie cette année, AmbondronA tutoiera les 15 années d’existence. Jusqu’à maintenant, les fans suivent et se multiplient. Des séries de tournées dans plusieurs villes de Madagascar, comme Mandoto, Malaza… et dans de  grandes cités comme Fianarantsoa ou Toamasina confirment le statut national de ce rock band. Ce concert du 23 septembre sera un moment de communion.

Zo Toniaina 

Midi Madagasikara0 partages

Responsabilité sociétale de l’Entreprise- Filatex : Assainissement et aménagement à Ankorondrano

Un bac à ordures, un rond-point, une allée piétonne, un système d’éclairage public et une route pavée ont été réalisés par le groupe Filatex à Ankorondrano.

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique RSE (Responsabilité sociétale de l’Entreprise), le groupe FILATEX a entrepris des travaux d’assainissement et d’aménagement dans le quartier d’Ankorondrano, aux alentours du Gymnase couvert.

Au bout d’un mois et demi de travaux, les infrastructures ont été inaugurées hier. Il s’agit surtout d’infrastructures d’utilité publique qui contribuent au maintien de l’hygiène ou à l’assainissement, l’embellissement de la ville, mais aussi sa sécurisation. En effet, si auparavant, les amas d’ordures s’entassaient en face de la façade du Gymnase couvert d’Ankorondrano  ; désormais, les habitants du quartier disposent d’un bac à ordures en béton. En plus d’assainir le quartier, cela empêche la prolifération des maladies liées au manque d’hygiène. Par ailleurs, les infrastructures routières étaient également concernées par les travaux : à la place de l’entassement d’ordures, un rond-point a été aménagé par le Groupe Filatex, auquel s’est ajoutée une allée piétonne, et enfin une route pavée pour remplacer la terre battue. En outre, des poteaux d’éclairage publics ont été implantés sur toute l’allée qui mène vers le Gymnase couvert, en amont même de l’entrée du Village des Jeux. Ce qui contribuera à limiter l’insécurité dans ce « quartier chaud ». Comme perspective, le groupe envisage d’étendre son projet de construction d’abribus (comme celui qu’il a entrepris dans les quartiers de Soanierana-Ankadimbahoaka, Tanjombato, etc.) ; dans d’autres quartiers de la capitale. Ceci pour contribuer à l’amélioration  de la qualité de vie urbaine et de l’aménagement de la ville.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Football : Vers un autre doublé de la CNaPS Sport !

Le DG de la CNaPS, Arizaka Rabekoto Raoul, est avant toute chose un grand passionné de football.

Les deux compétitions de Madagascar, TELMA Coupe et THB Ligue des champions touchent à leur fin. Et à l’heure des pronostics, la CNaPS Sport s’annonce comme un favori en puissance tant pour la Ligue des champions de dimanche prochain que pour les demi-finales de la Coupe du 30 septembre à Mahamasina.

Logique ! C’est le moins qu’on dire de la belle saison qu’est en train de vivre la CNaPS Sport qui s’est qualifiée pour les demi-finales de la TELMA Coupe où elle sera confrontée à Elgeco Plus ainsi que la finale de la Poule des As l’opposant au Fosa Juniors à Vontovorona, là même où les caissiers sont restés invaincus.

Franc parler. Là où la logique a son mot à dire c’est sur la manière de gérer le groupe avec comme point d’orgue le leadership du Directeur Général, Arizaka Rabekoto Raoul, qui sait parler aux joueurs et même à tout son personnel qu’il parvient à réunir autour de l’équipe de football. Son franc parler fait que tous les employés ne jurent que par cette CNaPS Sport et qu’ils leur arrivent même de cotiser lors des déplacements du club en provinces. Le tout sans la moindre contrainte comme si c’est tout naturel et comme si on agissait au sein d’une grande famille.

C‘est d’ailleurs ce savoir plaire qui fait de Arizaka Rabekoto Raoul un vrai leader dans tout ce que la CNaPS entreprend grâce à un talent inné dans les négociations avec les partenaires. Avec le sourire, il vous soumet ses projets dont le complexe sportif et culturel de Vontovorona en fait partie. Une réussite qui restera dans les annales de l’histoire de la CNaPS mais également un projet qui s’inscrit dans la durée. Une vision juste en fait car avec le projet de grand Tana, Vontovorona fait partie des localités cibles si ce n’est déjà fait avec les constructions qui poussent comme des champignons sur cet axe Sud.

Ce n’est donc pas sans raison si dans cette passion pour le football, Arizaka Rabekoto Raoul vise le perchoir de la Fédération Malgache de Football. Le vice-président qu’il est, ambitionne d’aller encore plus loin pour peu qu’il arrive à convaincre les présidents des ligues.  Saura-t-il aller au bout de ce nouveau défi qui l’attend et qui, de toute évidence, lui tient à cœur ? La balle est dans le camp des ligues…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Patrimoine : L’exposition « Madagascar – Arts de la Grande Ile » soulève quelques questions

Une partie des objets patrimoniaux exposés au musée Quai Branly (crédits photo : Emmanuel Pierrat)

Le microcosme malgache des amoureux et des défenseurs du patrimoine sont aux anges actuellement. Madagascar se trouve, depuis le 18 septembre, en première ligne au musée Quai Branly en France. L’occasion aussi de s’interroger sur le patrimoine matériel national détenu à l’étranger.

Des sculptures funéraires, des amulettes ancestrales, des tissus traditionnels… sont actuellement exposés dans l’univers léché du Musée Quai Branly – Jacques Chirac – depuis le 18 septembre jusqu’au 1er janvier 2019. Cette installation s’intitule « Madagascar – Arts de la Grande Île ». Une occasion pour les visiteurs du monde entier, le lieu connaît une affluence de plus de 1,5 million de personnes par an, de découvrir un « île-continent ». Mais aussi l’occasion de passer en revue certains objets qui interpellent sur le patrimoine malgache. « Selon le droit coutumier, ces objets devraient nous revenir, à notre pays », souligne Alex Randriamahefa, vice- président de l’Association des étudiants en Histoire de l’université d’Antananarivo.

Il soulève ici un passé presque oublié, l’aspect le plus ignoré du côté obscur de la relation frontale entre Madagascar et la France durant la colonisation. Le pillage de tombaux et de sites sacrés a accompagné l’effort de « civilisation » entrepris par l’administration coloniale. Selon l’étudiant en histoire, ces saccages ont débuté dès « les années 1890. En 1895, il y avait déjà des actes de pillages. Sous-prétexte   pour des travaux d’archéologie mais surtout pour voler les objets ». Une autre version tend à confirmer ces datations des œuvres exposées actuellement. Emmanuel Pierrat, conservateur au Musée du Barreau, également écrivain et avocat, estime qu’ils viennent « du XIXe  et  XXe  siècle ».

Marché noir. Ces « appropriations illégales » touchaient tous les pays africains colonisés par les Français. La présence de certains de ces vestiges exposés au Quai Branly mérite donc quelques éclaircissements. Surtout en pensant à ces symboles mortuaires comme les « Aloalo » qui ne se retrouvent que dans le sud de Madagascar. Ce qui laisse supposer que les pilleurs auraient vandalisé le caractère sacré et familial de ces lieux. Mais en ont aussi fait une affaire lucrative. Sans oublier qu’il y avait une complicité à tous les niveaux de la population. Pour certains spécialistes en histoire, la dualité du pouvoir, du temps du Premier ministre Rainilaiarivony, a été un des facteurs favorisant les pillages et les recels des patrimoines nationaux.

L’intervention directe de certains Malgaches n’est donc pas à écarter. Ces premières extorsions se déroulaient dans un contexte ou le marché noir des objets d’arts avaient une assise importante en Europe. Selon des informations plus ou moins avérées, une sculpture du buste de la reine Ranavalona III se trouverait actuellement exposés dans un musée à Bruxelles. Pour ainsi dire,   Peu de Malgaches   ont profité de leur relation privilégiée avec les colons et les étrangers pour s’enrichir. Il reste à définir si leur rôle a été déterminé par leur statut ou par de simples intérêts pécuniaires. Un sujet qui est enfoui dans les méandres de la mémoire collective nationale. « C’est dur d’en parler », reconnaît Alex Randriamahefa.

Origine malgache, propriété française. D’ailleurs, les objets sont maintenant  la propriété de ce musée réputé en France. A la fin de cette grande démonstration du patrimoine malgache mais propriété française, les objets « resteront au Quai Branly pour la plupart », émet Emmanuel Pierrat. Ce ne sera donc pas demain la veille que Madagascar puisse une nouvelle fois jouir de ses propres patrimoines. Lors de la décolonisation, la restitution des vestiges entre les mains du colonisateur a été tout simplement mise sur la touche lors des différents accords entre Madagascar et la France. Ce n’est pas seulement l’ancien empire colonial qui est en cause. D’autres pays d’Europe gardent des objets royaux et patrimoniaux malgaches dans leur musée.

Emmanuel Macron, président de la République française a déclaré lors de son discours à la conférence de Ouagadougou en novembre 2017. « D’ici à cinq ans, je veux que les conditions soient réunies pour un retour du patrimoine africain en Afrique ». Cette promesse voilée devrait concerner le patrimoine malgache dont le nombre d’objets collectionnés sur le sol français dépasserait le millier. Puisqu’il y aurait dans la liste des lettres de correspondance, des armes, des peintures, des sculptures, des ustensiles du quotidien… Récemment, une polémique a éclaté concernant la couronne d’une reine malgache, volée en décembre 2011 dans un lieu  a priori surveillé, vient de ressurgir sur le marché noir. Plus d’une centaine de collectionneurs privés possèdent également un large fond patrimonial d’origine malgache. Le défi qui attend les responsables locaux sera donc de taille si jamais cette promesse française sera mise en exécution.

Patrimoine politique. D’un autre côté, Alex Randriamahefa soulève un aspect plus politique de cette décision. « Ces objets peuvent devenir des objets diplomatiques », reconnaît-il. Et lui d’ajouter, « en d’autres termes, lors de négociations économiques ou politiques, les Français pourraient les utiliser pour effectuer des dons en guise de bonne foi ». Une arme à double tranchant donc. Il ne faut tout de même pas croire que l’Etat malgache est  toujours resté les bras croisés depuis leur indépendance. Qu’il a préféré laisser ces richesses culturelles matérielles entre les mains des français. « Du temps de la deuxième République, nous avons injecté de l’argent au ministère de la  Culture pour acheter, en France, les objets volés. Comme le font la Chine et l’Inde actuellement », rappelle Alex Randriamahefa.

Si la Grande  Ile suit la voix légale et demander la remise de ces objets ancestraux par un procès ou l’intervention auprès d’un organisme arbitral comme l’Unesco. Plusieurs procédures doivent être mises en œuvre. Comme le retraçage historique, le potentiel de conservation de Madagascar et d’autres points qu’il faudrait éclaircir. C’est sur la conservation que les Malgaches risquent d’être freinés. Même s’il est prouvé que ces objets leur  appartiennent historiquement. Le budget de Petit Poucet du ministère de la Culture n’arriverait pas à créer un espace aux normes comme le musée Quai Branly.

Cette institution culturelle française a déjà défrayé la chronique en 2000. Quand des pièces d’origine nigérienne, des statues Nok, se sont retrouvées dans les collections du musée. Pourtant, selon la loi en vigueur au Nigeria , ces objets étaient strictement interdits d’exportation. Créant un tollé dans la relation entre les deux pays, la France a taxé le gouvernement nigerian   de mauvaise foi. Les dirigeants, d’antan et actuels, de ce musée de renom préfèrent plutôt soulever l’importance d’un espace de la diversité. Par ailleurs, il fut un temps où  le gouvernement français demandait l’aval d’un pays africain pour acheter un objet originaire de ce pays. Pour le programme de cette exposition qui se tient du 17 septembre au 1er janvier 2019, des séances de projection, d’atelier et de visites guidées sont programmées.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Armes à feu : 65 636 détentions légales recensées

Le comité interministériel de l’organisation du mois de l’amnistie se lance dans une campagne de sensibilisation pour dissiper les malentendus. Hier, ce comité a rencontré la presse au ministère de la Défense Nationale à Ampahibe. Une occasion pour les responsables de rappeler que les détentions illicites d’armes doivent être régularisées auprès des districts et des préfectures. La procédure est gratuite si elle intervient dans le délai d’un mois imparti à l’opération. « Aucune sanction ne sera infligée à ceux qui effectuent cette procédure de régularisation. », a réitéré le secrétaire général du ministère de la Défense Nationale, le   vice-amiral Rakotoarisoa Jean Lucien.

Restitution. Par ailleurs, le numéro deux du MDN de préciser : « Les armes illégales doivent être purement et simplement restituées. » On a appris hier qu’en tout et pour tout, 65 636 détentions légales d’armes sont actuellement recensées. Sans compter bien sûr les armes utilisées par les forces de l’ordre. A noter que la circulation illégale d’armes à feu se trouve à l’origine de la recrudescence de l’insécurité à Madagascar. Le ministère de la Défense nationale, le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, le ministère de la Justice ainsi que le ministère de la Sécurité  publique sont chargés de l’organisation du mois de l’amnistie dont la date exacte du début n’est pas encore connue.

Le mois de l’amnistie s’inscrit dans le cadre d’un programme lancé par l’Union africaine intitulé « Faire taire les armes en 2020 ». Ce programme sera surtout mis en œuvre dans les pays africains qui viennent de connaître la guerre. Le cas de Madagascar est particulier dans la mesure où la Grande Ile n’a pas connu la guerre, mais les crises politiques qui se sont succédé ont engendré des problèmes de circulation illicite des armes. Le moment est venu pour récupérer ces armes qui circulent illégalement. L’Etat malgache bénéficie de l’appui de l’Union  africaine dans cette opération de récupération d’armes illégales et de régularisation des détentions illicites.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Alasora : Trano enina indray kilan’ny afo

Isan’ny nandrava fananana maromaro tao anatin’ny indray mipi-maso tokoa tato ho ato izay ny hain-trano, tetsy sy teroa. Ny farany teo, tao Alasora dia trano enina indray no indray lasa lavenona ny alatsinainy lasa teo

Zavatra kely sy bitika tsy voatandrina foana tokoa matetika no miteraka olana goavana ary hitondràna takaitra. Toy ny hain-trano goavana niseho teny Ambohimarina, Alasora ny alatsinainy atoandro lasa teo. Araka ny fampitam-baovao azo avy eo anivon’ny zandamariam-pirenena dia nisy olona nandoro fako tsy lavitra ny toerana nitrangan’ity fahavoazana ity. Tsy voatandrina anefa izany fandoroana fako izany, moa ny rivotra sy ny hain’andro nanampy trotraka ny firoborobon’ny afo ka nihitatra haingana teny amin’ny trano iray tsy lavitra teo. Tao anatin’ny fotoana vetivety monja dia niampita tamina trano iray hafa izany. Niezaka namono ny afo ihany ireo fokonolona saingy tsy voafehy izany ka io nihitatra tamina trano maromaro hafa teo akaiky io. Fotoana maromaro taty aoriana vao tonga teny an-toerana ireo mpamonjy voina niezaka namono tanteraka ny afo, niaraka tamin’ireo mpitandro filaminana nidina teny an-toerana sy niezaka nandamina ireo mponina.

Mitontaly eo amin’ny 70 tapitrisa ariary any ho any fahavoazana tamin’ity hain-trano ity araka ny fanazavàna azo. Mahatratra 28 kosa ireo olona tsy manan-kialofana intsony eo anatrehan’izany. Ireto farany moa dia napetraka vonjimaika ao amin’ny Epp Alasora, mandra-piandry izay fanapaha-kevitra raisina mahakasika azy ireo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Formation professionnelle et technologies : La 1re cyber-école malgache à Nosy-Be

Convivialité et bonne humeur lors de l’inauguration de la première cyber-école de Madagascar à Nosy-Be

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale de l’Emploi et de la Formation professionnelle (PNEFP), la première cyber-école malgache a été inaugurée le samedi 15 septembre dernier au sein du Lycée technique professionnel de Dzamandzar.

A part le fait de contribuer à l’avènement du numérique, cette  première cyber-école malgache marque également la collaboration étroite et dynamique entre le public et le privé ; et les bailleurs. Le projet a en effet pu aboutir grâce à un partenariat entre le Ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (METFP), la Fondation Telma du Groupe Axian ; et l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO). Le principal objectif est de former des jeunes compétents dans les métiers du numérique, plus spécifiquement, il est question de former des micro-opérateurs en Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ou Gestionnaire de multiservice en TIC. Notons que le LTP Dzamandzar a été choisi comme établissement pilote dans la mise en œuvre de la PNEFP. La promotion et le développement des compétences en TIC tiennent par ailleurs une place de choix dans cette stratégie, pour la simple raison que le potentiel d’emploi de ce secteur est juste énorme et que la nécessité des connaissances et des compétences est actuellement devenue transversale en matière d’insertion professionnelle. La cyber-école du LTP Dzamandzar devient ainsi le principal plateau technique de Nosy-Be en ce qui concerne les formations professionnelles continues et de qualité sur les TIC.

Ingénierie de formation. Le contenu comme la forme de la formation ont été conçus en étroite collaboration avec le secteur privé. Si les enseignants au sein de cette cyber école sont issues du METFP, le renforcement de capacités de ces derniers a été assuré par TEKNET Group, avec l’appui de l’UNESCO. En outre, une connexion internet haut-débit est offerte par la Fondation Telma, pour une durée de deux ans, ceci dans le cadre de son programme «  Information pour tous ». Par ailleurs, certificats et attestations seront délivrés  à la fin de la formation : un Certificat de Fin de Formation pour les apprenants en Formation professionnelle qualifiante et une Attestation de parcours pour les apprenants en Formations professionnelles continues. Il convient de noter que la cyber-école est également ouverte aux jeunes qui désirent se former dans le digital avant d’intégrer le marché du travail ; tout comme aux travailleurs ayant besoin de renforcer leurs capacités dans les domaines des TIC.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Filière bambou : Installation d’un laboratoire in vitro

Exposition des produits artisanaux à base de bambou. (Photo : Kelly R.)

Plus de 170 ha sont maintenant cultivés de bambou sur neuf régions qui sont les zones d’intervention de l’INBAR en partenariat avec le ministère de l’Agriculture via le programme PROSPERER. Cependant, la politique nationale de développement de cette filière qui vient d’être adoptée par l’Etat prévoit une exploitation sur 40 000ha. Ainsi, un laboratoire in vitro est en cours d’installation avec l’appui de l’INBAR afin de multiplier les semences nécessaires à la vulgarisation de la plantation de bambou à grand échelle à Madagascar. Le pays dispose de 43 variétés de bambou si l’on recense plus de 1 600 dans le monde. C’est ce qu’on a appris lors de la célébration de la Journée Mondiale du bambou hier à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina. Outre l’exposition des produits artisanaux à base de bambou, des séries de conférences ont été programmées pour démontrer l’utilité du bambou dans le cadre de cet évènement. On peut citer, entre autres, les feuilles pour une alimentation des vaches laitières, les bois de qualité pour la construction et ses impacts sur l’environnement.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Concert : Franko «Coller la petite» en concert à Madagascar

Franko à Ivato, le Camerounais porte le drapeau malgache.

Il est le chanteur africain  francophone le plus connu. Son tube recueille 50 millions de vues sur youtube. Une grosse pointure de l’Afro-Rap. Madagascar l’accueille chaleureusement avec un sourire aux lèvres. On a  hâte de l’entendre  chanter «Coller la petite» !

Hier à 14h, le jeune chanteur camerounais débarque à l’aéroport d’Ivato. Drapeau malgache à la main, il s’est déjà familiarisé avec ses fans. Propulsé haut du classement du hit africain francophone, sa chanson « Coller la petite » a fait le tour du continent noir jusqu’à Madagascar et certifié disque d’or en France. Il fera trois concerts dans la Grande Ile. Il se rendra à Mahajanga pour chauffer la capitale « sakalava » le 21 septembre au « Shakira » à 21h du soir et le 22 septembre il sera au gymnase couvert. Une occasion pour les étudiants qui venaient de passer leur bac  de se défouler. Un grand concert au coliseum Analamahitsy le 29 septembre. Il partagera la scène avec les artistes malgaches, Stéphanie, Odyai, Mad Max, missié Sayda, Pit leo, Johanne, Nate Tex.

Né en 1987 à Douala[], Kingué Frank Junior a débuté sa carrière musicale en 2003. Il s’est  inspiré par le groupe camerounais Babylone Squad[]. Au début, il enchaînait des compétions de rap dans son pays. En 2007, il remporte challenge vacances dans la catégorie rap. En 2015 il commence à fusionner son rythme et trouve sa place dans la scène internationale.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

CNAPMAD : Formation de 170 employés

« Madagascar ne devra plus importer des récipients en verre », souligne Rajaonarivelo Brysola, le directeur de CNAPMAD.

Près de 170 personnes travaillent actuellement au sein de CNAPMAD ou Centre National de Production de Matériel Didactique. « Une formation de ces employés sera prévue à la fin de ce mois-ci en vue d’entamer son plan de redressement à part le renouvellement de notre parc industriel », a déclaré Rajaonarivelo Brysola, le directeur de cette société d’Etat. Il a également soulevé que la reprise des partenariats de cet Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC) avec le PNUD, l’UNICEF et les autres entreprises privées a permis de créer des emplois pour les jeunes.

Fabrication de verre   . Rappelons que le CNAPMAD ne cesse de diversifier ses activités. Outre la fabrication des matériels didactiques, des meubles et l’impression et le tirage des sujets d’examen, le centre se spécialise également en matière de fabrication de verre  sous toutes ses  formes. « Madagascar ne devra plus en importer car on peut en  produire localement via le CNAPMAD. D’ailleurs, des conventions de partenariats ont été conclues avec Peregrine Fund, l’USAID, l’Institut Pasteur, les écoles et instituts privés en tant que preneurs de nos produits », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambatobe : Un conseiller d’Ambassade délesté de son appareil Iphone par un voleur à la tire

Ce qui s’était passé à Ambatobe samedi 15 septembre, dans le  Ve Arrondissement de la commune urbaine d’Antananarivo, confirme que l’insécurité est loin d’être maîtrisée dans la capitale. Ce quartier résidentiel où les habitants espèrent être en sécurité devient  depuis ces derniers temps un endroit   privilégié pour les voleurs à la tire. Ce samedi-là vers 19 heures, un homme y a été  délesté de son appareil Iphone de haut de gamme par un voleur à la tire. A bord de sa voiture, la victime qui est un conseiller auprès de l’Ambassade de Maroc à Madagascar était en train de prendre de photos avec son Iphone quand un individu  lui  arracha  de force cet appareil avant de s’enfuir. Alertés de ce fait, des policiers du commissariat du VIII  e  Arrondissement de la Sécurité publique à Analamahitsy se sont rendus sur les lieux pour ouvrir une enquête.   L’auteur de cet acte habite dans la localité. Ainsi, il a été appréhendé chez lui, le dimanche 16 septembre vers 20 heures. L’appareil volé a été récupéré  lors de la  perquisition de sa maison.

Les informations recueillies sur place ont révélé que le suspect, qui n’a que 17 ans, est un habitué de ce genre de forfait. Il a déjà fait bon nombre  de victimes. Déféré au Parquet hier, il est placé sous mandat de dépôt à Antanimora.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Infections par le VIH : La protection des droits sous la loupe

Il s’agit de promouvoir un environnement juridique favorable à la protection des droits en matière de VIH.

Un projet régional visant à réduire les risques d’infections par le VIH et à améliorer la santé sexuelle et reproductive des jeunes populations clé de la Communauté de Développement de l’Afrique australe (SADC), incluant Madagascar, est en cours de mise en œuvre, jusqu’en 2020.

 Couvrant cinq pays de la SADC (Madagascar, Angola, Mozambique, Zambie et Zimbabwe), le projet régional « Lier les politiques à la programmation » visant à réduire les risques d’infections par le VIH chez les jeunes populations clés de la SADC, est actuellement à la seconde année de sa mise en œuvre. S’étendant sur quatre ans, de 2017 à 2020, ce projet, soutenu par le ministère néerlandais des Affaires Etrangères, est mis en œuvre conjointement par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la coalition panafricaine AMSHeR (African Men for Sexual Health and Rights) et la Health Economics and HIV and AIDS Research Division (HEARD) de l’Université du KwaZulu- Natal.

Atelier de validation. A Madagascar, le secrétariat exécutif du Comité National de Lutte contre le SIDA (CNLS) en assure le leadership, avec l’appui d’Amsher pour la prise en charge des jeunes populations clés, l’expertise de HEARD pour les aspects liés à la recherche et au suivi évaluation, et l’implication du PNUD pour les questions programmatiques et opérationnelles. C’est dans ce cadre qu’a été entamé, hier, à la maison commune des Nations Unies à Andraharo, un atelier de validation de l’environnement juridique de protection des droits en matière de VIH (Legal Environment Assessment) qui prendra fin ce vendredi 21 septembre. Le chef d’unité du CNLS, Andriamandranto Razafimandimby, a insisté à cette occasion sur le caractère multisectoriel du projet, l’inclusivité, et la complémentarité entre toutes les parties prenantes pour la mise en œuvre du prochain plan d’action. Pour sa part, Jude Lunez Padayachy, directeur pays de l’ONUSIDA, souligne la nécessité de combattre l’exclusion en affirmant que « les populations clés ne doivent pas être mises à l’écart car les conséquences seraient néfastes pour elles, mais aussi pour la population générale ».

Plan d’action. Les résultats et les recommandations formulées à l’issue de cet atelier permettront de valider un plan d’action qui sera porté par tous les acteurs nationaux impliqués dans la réduction des risques de contamination, la stigmatisation ainsi que la discrimination liées au VIH/SIDA. Rappelons que le projet régional « Lier les politiques à la programmation » s’inscrit dans le cadre d’une action mondiale du PNUD et de ses partenaires pour la mise en œuvre des recommandations de la Commission mondiale sur le VIH et le droit sur des questions telles que la discrimination, la pénalisation de la transmission du VIH, de l’exposition au risque de transmission du virus et de la non-divulgation du statut sérologique, les populations clés, les femmes, les enfants et les jeunes, le droit de la propriété intellectuelle et la lutte mondiale pour le traitement.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque- Tirs de précision : Taratra échoue en finale !

La moisson malgache au championnat du monde de Desbiens n’a pas été si mauvaise que ça avec la qualification de Taratra Rakotoninosy en finale du concours de tirs de précision.

Le représentant malgache a déjà fait sensation en battant en demi-finale le grand favori de l’épreuve en l’occurrence le Marocain Hachim Aboulassal qui a terminé en tête des qualifs.

Mais autant le dire, il a joué de malchance en affrontant le Français Dylan Rocher en finale car sans les deux cartons rouge qu’il a reçu du juge, il aurait terminé à la hauteur de son adversaire et jouer les prolongations. N’empêche, il n’a pas à rougir de sa prestation car se faire battre par un très grand Dylan Rocher sur le score de 57 à 47 n’est pas du tout Anosy à boire.

Taratra est encore jeune et avec le temps, il deviendra lui aussi un champion en puissance.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Football- Cosafa Cup : Madagascar tient le Botswana en échec !

Les footballeuses malgaches signent un score nul et vierge avec le Botswana durant leur dernier match au Cosafa Cup qui se tient en Afrique du Sud. Un petit exploit en quelque sorte, puisque ce même Botswana a battu le Malawi.

C’est à croire que les filles ont franchi un nouveau palier avec comme bilan une défaite de 1 à 2 contre l’Afrique du Sud et une autre défaite de 2 à 0 contre le Malawi.

Un léger mieux en fait en comparant ces résultats d’Afrique du Sud avec ceux d’avant. Une prestation qui se résume en fait aux deux joueuses malgaches élues femme du match face à l’Afrique du Sud et au Botswana.

Elles rentreront au pays ce jour avec l’intime conviction de devoir se surpasser pour espérer faire partie de la crème africaine. Le travail, toujours le travail…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Une alerte pesteuse àne pas négliger

Pour le moment, la campagne électorale s’enlise. Après la polémique du week-end dernier, c’est le calme plat. La peste s’invite et fait une nouvelle incursion dans l’actualité. Et le retour sur le devant de la  scène de ce fléau doit nous forcer à redoubler de vigilance. Les autorités sanitaires ont lancé l’alerte, mais le souvenir du calvaire enduré l’année dernière est encore très présent. La saison des pluies n’a pas encore commencé, mais il vaut mieux  mettre les dirigeants devant leurs responsabilités.

Une alerte pesteuse àne pas négliger

On sait qu’il ya toujours une résurgence de la peste à la fin de  l’hiver car la Grande  Ile en est un des foyers les plus importants dans le monde. 2017 restera une des pires années de la propagation de la maladie et les Malgaches en gardent un souvenir cuisant.  Notre pays n’a peut-être pas été mis au ban de la communauté internationale, mais nous avons été soumis à des mesures de confinement qui ont nui à notre réputation. On y est arrivé car les autorités n’ont pas fait preuve de vigilance dès les premières alertes.  Devant les signes d’épidémie, on est passé à des mesures curatives et particulièrement contraignantes. Cette fois- ci, les autorités sanitaires ont pris les devants et ont  donné les informations sur les premiers morts et les foyers pesteux  Pour l’instant, il n’y a pas péril en la demeure. La prévention est la meilleure arme que l’on peut utiliser. Instruites par ce  qui s’est passé l’année dernière, les équipes du ministère de la Santé   vont utiliser les appareils de détection dans tous les lieux publics. Pour le moment, il n’y  aura pas encore de mise  en quarantaine de personnes suspectées d’être contaminées et la prescription d’un traitement contraignant comme cela eut lieu  l’année dernière. Certains médias étrangers se sont déjà fait l’écho des deux morts constatés à Ambalavao,  preuve que l’on suit toujours de près ce genre d’information à  l’extérieur. Il faut donc être très vigilant.

Patrice RABE

Madagate0 partages

Andry Rajoelina. «Par Amour de la Patrie», autobiographie sincèrement véridique

TSINDRIO ETO AZA FADY

Ry mpiray Tanindrazana,

Ampifaliana no ilazako amintsika ny fivoahan'ny boky mirakitra ny tantaram-piainako izay mitondra ny lohateny hoe: « Par Amour de La Patrie » (noho ny fitiavana ny Tanindrazana).

Ity boky dia entina hanazavana misimisy kokoa ny tantarako teo amin'ny sehatry ny politika ary mba ahafantarana bebe kokoa ny fivoaran'ny politika Malagasy tao anatin'ny dimy amby folo taona farany.

Ao anatin'ny andinindalana, dia mitantara ny tantaran'ny lehilahy iray izay nitraka hatrany mba hanorina vina ary hanatratra ny fahataran'ny fandrosoan'i Madagasikara na teo aza ny ady sarotra, ny sakantsakana, ny famadihana natao azy.

Ny famerenana amin'ny laoniny ny fahamarinana dia fanehoana fitiavan-tanindrazana, adidy fahatsiarovana ho an'ny firenena iray manontolo.

« Masina ny Tanindrazana »

Andry Rajoelina

-------

Mes chers compatriotes,

Je suis fier de vous annoncer la sortie de mon livre autobiographique intitulé « Par Amour de La Patrie ».

Ce livre est l’occasion de mettre en lumière les faits historiques de mon combat politique et de mieux comprendre l’évolution de la politique Malagasy de ces quinze dernières années.

Au travers de ces lignes, je vous livre le récit d’un homme qui, malgré les embûches, les obstacles et les trahisons, a su se relever pour bâtir une vision et rattraper le retard de développement de Madagascar.

Rétablir la vérité est un acte patriotique, un devoir de mémoire envers la Nation toute entière.

« Masina ny Tanindrazana »

Andry Rajoelina