Les actualités Malgaches du Mardi 19 Septembre 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar569 partages

Chirurgie infantile – Une séparation de siamoises réussie

Deux siamoises ont été séparées par une équipe multidisciplinaire malgache. Il s’agirait de la deuxième intervention réussie à Madagascar.

Il y a encore quel­ques jours, Fitia et Mitia, deux sœurs siamoises ont été collées sur leur ventre. Depuis le 13 septembre, elles ont commencé à apprendre à vivre séparément, l’une de l’autre. Elles ont été séparées par une équipe multidisciplinaire malgache composée entre autres de chirurgiens, d’anesthésistes-réanimateurs, de biologistes et de radiologues, au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) à Ampefiloha.L’intervention aurait été difficile, selon le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo, chirurgien-pédiatre et non moins ministre de la Santé publique qui y a participé. « C’était encore plus difficile que celle de Mahagaga et Mahalatsa, effectuée à Paris en 2009 », témoigne-t-il, hier, dans l’amphithéâtre du CHU JRA. «L’intervention consistait en la séparation du foie, des côtes accolés, du diaphragme. Une chirurgie plastique a été aussi opportune pour fermer leur ventre. Fort heureusement, nous disposons actuellement d’un matériel de très haut niveau pour réaliser ces travaux », renchérit ce professeur.

SuiviesLe premier coup de bistouri a été lancé vers 9 heures 05 dans le bloc opératoire du CHU JRA, ce 13 septembre. 55 minutes après, Fitia et Mitia ont été séparées totalement. Deux équipes ont procédé à la fermeture des plaies, de chaque enfant. En tout donc, l’opération a duré 2 heures 30 minutes. Pendant cette opération, leurs parents sont restés de l’autre côté, très inquiets. Ce n’était pas non plus facile pour eux d’accueillir deux enfants « anormaux », à leur naissance. « J’étais à la fois surpris et triste. Je ne pouvais pas supporter de voir mes doux enfants ainsi. On nous a appris par la suite qu’on pouvait les séparer, c’était vraiment soulageant », témoigne le père.Les jumelles, âgées de 5 mois, se portent bien près d’une semaine après la chirurgie. « Elles commencent à jouer avec les jouets installés au dessus de leur lit, elles mangent beaucoup et ont déjà gagné 200 grammes, après l’opération », raconte leur mère, très contente. Elles sont suivies par des pédiatres et bénéficient de rééducation. « Elles ont été habituées à dormir sur le côté, nous devons leur apprendre à dormir sur le dos, maintenant », explique le Dr Aristide Romain Raherison, chirurgien-pédiatre.Fitia et Mitia, les benjamines d’une famille qui vient d’un petit village de la région de Vakinankaratra et nées dans un hôpital d’Antsirabe, en avril, devraient encore être suivies pendant au moins 10 ans.Ce serait la troisième opération de séparation de siamois effectuée à Madagascar. L’une des interventions a échoué, faute de matériels. Cette troisième serait une très grande réussite. Les cas de siamois, une malformation qui s’observe à la suite de grossesses gémellaires, seraient très rares.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara409 partages

HJRA : Opération réussie de séparation de bébés siamois

L’opération s’est déroulée sans encombre pour Fitia et Mitia.

L’HJRA vient encore une fois de faire un exploit chirurgical. Des chirurgiens malgaches de ce centre hospitalier ont réussi avec brio l’opération de séparation de deux bébés siamois le 13 septembre dernier. Dirigée par le Professeur Mamitiana Andriamanarivo (et non moins ministre de la Santé publique de Madagascar) et réalisée par des chirurgiens malgaches avec des matériels malgaches, l’opération de séparation des deux bébés siamois prénommés, Fitia et Mitia, a duré deux heures. Pour la petite histoire, Fitia et Mitia sont nés dans un centre médical privé de la région de Vakinankaratra. Une malformation a été observée au niveau de leur ventre. Une échographie siamoise effectuée le 10 avril de cette même année a démontré une liaison au niveau des foies des deux bébés. La nécessité de procéder à une opération chirurgicale pour les séparer a été déjà mentionnée depuis leur naissance le mois d’avril dernier. Ce qui s’est soldée par une évacuation sanitaire à l’HJRA vers le mois de mai. Dans le but de mener à bien l’opération de séparation, des mesures pour les faire gagner du poids ont donc été prises. L’objectif a été atteint parce que les deux enfants pesaient 13 kg 400g avant l’opération.

José Belalahy

Midi Madagasikara322 partages

Rencontre Ravalo-Zafy : Vers un front uni contre la révision de la Constitution

Un tête-à-tête a duré 1h30mn hier à Ivandry.

Les deux anciens présidents se sont entretenus hier à la Villa « La Franchise » à Ivandry.

Le régime HVM semble être déterminé à aller jusqu’au bout de son projet de révision de la Constitution à en croire le président de la République qui a invité la presse nationale samedi dernier à Iavoloha. De l’autre côté, des voix s’élèvent et des rapprochements sont en cours pour dire « Non » à cette initiative politique qui a été annoncée un an avant la prochaine élection présidentielle. Hier, le président national du TIM Marc Ravalomanana a fait le déplacement à la Villa « La Franchise » à Ivandry pour une rencontre avec l’ancien président Albert Zafy. La rencontre a duré 1h30mn, de 11h à 12h30mn. Même si rien n’a filtré de cet entretien entre deux anciens chefs d’Etat, force est d’estimer que la révision de la Constitution concoctée par le régime en place a été évoquée durant la rencontre. On a appris hier que ce rapprochement ne s’arrêtera pas là. Il pourrait être élargi aux autres personnalités politiques dont l’ancien président Didier Ratsiraka et l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina. Nombreuses formations politiques et de la société civile ont déjà dénoncé ce projet de révision de la Constitution défendu becs et ongles par Hery Rajaonarimampianina.

Seul contre tous. A l’allure où évolue la situation, le HVM serait seul contre tous dans son projet de révision constitutionnelle. Jusqu’ici, outre le président de la République et le Premier ministre, seuls les députés Milavonjy Philobert et Benja Urbain Andriatsizehena osent défendre publiquement cette entreprise politique à risque. Force est de constater que le régime HVM a fait un pas en arrière dans son projet car si le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a annoncé la révision des dispositions (article 46 de la Constitution) sur la démission du président candidat, le président de la République a précisé samedi devant la presse à Iavoloha que c’est l’article 47 qui doit faire l’objet de cette révision. Selon Hery Rajaonarimampianina, démissionner 60 jours avant le scrutin ne lui pose pas de problème. En tout cas, le projet de révision de la Constitution est de plus en plus contesté. On reproche notamment au président de la République de vouloir tailler sur sa mesure la Loi fondamentale de la Quatrième République.

Eugène
News Mada308 partages

Trafic d’armes, drogue et braquage : trois gendarmes mis en cause

Quelques jours seulement après l’arrestation d’un militaire incriminé dans une affaire de vol à main armée, la police vient d’appréhender trois éléments des forces de l’ordre impliqués dans trois affaires distinctes, à savoir trafic d’armes, braquage et trafic de drogue.

Même si les responsables de la police ont refusé de préciser le corps d’appartenance des trois éléments des forces de l’ordre incriminés, l’on apprendra tout de même qu’ils sont des bérets noirs.

Avec ses cinq présumés complices, le premier a été arrêté par des éléments du commissariat central de Sabotsy Namehana, le 14 septembre. Au cours d’une rencontre avec la presse, hier à Anosy, le commissaire central Danielson Andrianiaina a expliqué qu’ils sont suspectés d’avoir participé au braquage d’une pharmacie à Anosiavaratra.

«Grâce à notre agent de l’ombre, nous avons pu les prendre en filature. Après l’attaque, ils ont pris la fuite à bord d’une Peugeot 405 sans plaque d’immatriculation. Peu avant l’entrée de la ville de Sabotsy Namehana, quatre d’entre eux sont descendus et ont pris un taxi-be. Nous avons d’abord interpellé les deux occupants de la Peugeot 405, dont une femme, avant de procéder plus tard à l’arrestation des quatre autres», a-t-il indiqué avant d’ajouter que ces derniers ont déposé leurs armes, ainsi qu’une partie du butin sur le plancher du taxi-be.

«C’est seulement lors de l’arrestation que nous avons appris que l’un d’eux est un élément des forces de l’ordre», a précisé le commissaire Ostrom Whenss, chef de la Brigade criminelle. Sur ce point, la gendarmerie nationale a déclaré que le gendarme en question se retrouvait au mauvais endroit au mauvais moment. «Quand l’un des bandits a jeté son arme par terre, il l’a glissée près du gendarme. Les policiers ont arrêté notre homme, alors que le receveur du taxi-be a fermement indiqué que le gendarme n’est pas monté à bord avec les trois présumés bandits», a-t-on indiqué.

Un élément du Gsis ?

Le deuxième cas impliquant un autre gendarme s’est produit le 12 septembre à Ivato. «Le 11 septembre, nous avons présenté deux individus impliqués dans une affaire de trafic d’armes au Parquet. Ils ont été placés sous mandat de dépôt. Le lendemain, nos éléments ont obtenu un renseignement selon lequel une centaine de pistolets Pietro Beretta sont vendus sous le manteau principalement dans le quartier d’Ivato. En suivant cette piste, nous avons pris deux individus la main dans le sac. Ils ont été arrêtés au moment où ils allaient livrer un pistolet chargé de 8 munitions», a expliqué le commissaire de police Ostrom Whenss.

Poursuivant leurs investigations, les limiers ont découvert un autre pistolet portant la même marque, muni de sept balles. Ils ont également interpellé cinq autres suspects dont trois femmes. Selon des indiscrétions, l’un des suspects est un élément du Groupe de sécurité et d’intervention spéciale (Gsis).

Lors de la rencontre avec la presse d’hier, le commissaire divisionnaire de police Joël Randriananjoanimanana, directeur provincial de la police à Antananarivo, a précisé que ces résultats ont été obtenus dans le cadre de l’application des directives du ministre de la Sécurité publique.

Mparany

 

Madagascar Tribune182 partages

Chaos sur la RN7, le salut vient de l’Union européenne

Chaos total sur la RN7 au niveau du pont effondré de Vohiposa. Au moins une dizaine de kilomètres d’embouteillages de part et d’autre du pont effondré. Finalement le transbordement prévu par les taxi-brousses s’avère difficile et peu pratique selon les transporteurs qui dans la majorité préfèrent arrêter en attendant une déviation. « Comment faire arriver voyageurs, colis et marchandises au bord du pont effondré si on se trouve à la fin même au milieu des embouteillages de 10km » se lamentent les chauffeurs des taxi-brousses « C’est impossible ! Il faut attendre une déviation, c’est la seule solution ».

La solution en question vient de l’Union Européenne qui va financer la mise en place d’une déviation d’urgence. Selon le communiqué du bureau de l’Union Européenne à Madagascar « L’UE se mobilise pour rétablir rapidement la circulation sur la RN7-Suite à l’effondrement du pont métallique au PK 324 de la RN7 (Pont Vohiposa), l’Union européenne a mobilisé des fonds pour la mise en place d’une déviation d’urgence. Ceci afin de rétablir la circulation dans le plus bref délai (mobilisation de l’entreprise dans un délai maximal de 24 heures) ».

L’Union Européenne dispose d’un fonds spécial dénommé « Travaux de réparation des infrastructures suite aux dégâts climatiques » pour des interventions d’urgence. Ce fonds a été déjà utilisé pour réparer en urgence des dégâts climatiques sur certains réseaux routiers, ferroviaire (FCE) de Madagascar.

Dégâts climatiques ou inconscience des transporteurs et irresponsabilité des services des Travaux publics et des Transports ? Toujours est-il qu’un tel pont n’est pas prévu pour la durée mais servir de manière temporaire à ce que l’on sache.

Dans ce contexte, l’Ambassadeur de l’UE à Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito, souligne que l’UE est aux côtés de la population pour trouver des solutions afin de rétablir rapidement la circulation des biens et des personnes. L’UE reste à la disposition du gouvernement malagasy pour améliorer le contrôle de la charge, mais quid des actions de l’Etat ?

Midi Madagasikara177 partages

Anosy avaratra : Fanafihana fivarontam-panafody, mpitandro ny filaminana voasambotra

Mpitandro ny filaminana ny iray tamin’ireo jiolahy nanafika toeram-pivarotana fanafody tetsy Anosiavaratra ny Sabotsy antoandro teo. Fantatra izany nandritra ny tatitra nataon’ireo mpanao famontorana ao amin’ny sampana misahana ny heloka bevava eo anivon’ny Polisim-pirenena etsy anosy tamin’ny mpanao gazety momba iny raharaha iny. Voasambotra avokoa ankehitriny ireo olona enina nanatanteraka io fanafihana io ka vehivavy ny iray. Sarona ihany koa ireo fitaovam-piadiana nampiasain’izy ireo izany nahitana basy poleta 03 sy bala maromaro. Mitondra ny marika « Beretta » ireo basy ireo ka ny iray dia voamarina fa an’ilay mpitandro filaminana voarohirohy ihany. Araka ny fanazavana nomen’ny lehiben’ny kaomisaria ny Filaminam-bahoaka Antananarivo-Avaradrano dia nandray anjara betsaka tamin’ny naharavana ity andian-jiolahy ity ny fokonolona teny an-toerana. Ireto farany izay tsy nisalasala nanome vaovao ny polisy raha vao nahitany fitrangan’ny fanafihana. Raha vao nandre izany ny polisy dia nametraka ny sakana rehetra tamin’ny lalana tokony hizoran’ireo mpanao ratsy, izay voalaza fa nitondra fiara Peugeot 405. Rehefa tonga teo amin’ny sakana nataon’ny polisy anefa ilay fiara dia niala ny efa-dahy tamin’ireo olona enina tao anatiny ka nandray taxibe. Tratra ihany anefa izy ireo rehefa narahan’ny polisy ilay taxibe. Nandritra ny famontorana natao azy ireo no nahalalana fa tena andian-jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana nampihorohoro teto an-dRenivohitra sy ny manodidina tokoa ity rava ity ary ilay vehivavy izay tratra niaraka tamin’izy ireo no voalaza fa tena ati-doha. Fanafihana maromaro efa nandraisan’izy ireo anjara ka tsy maintsy hanolorana azy ireo ny Fitsarana tsy ho ela satria mbola ao anatin’ny famotorana tanteraka ny polisy amin’izao fotoana izao.

T.M.

Midi Madagasikara171 partages

Toamasina : Mpanendaka 16 voasambotra, roa maty voatifitra

Manenjana amin’ny fametrahana filaminam-bahoaka eto Toamasina noho ny fahamaroan’ireo mpanendaka mirongatra ny polisim-pirenena. Noho ny fahamatoran’ny fiaraha-miasan’izy ireo amin’ireo andrimasom-pokonolona sy ireo tratran’ireto mpanendaka izay sahy mamono avy hatrany an’izay sahy mamaly azy ireo, dia misy hatrany ny vokatra azon’ny polisy. Isan’ny faritra tena mena amin’ny fanaon’ireo mpanedaka sy mpangarom-paosy ary ireo mpanao sinto-mahery ny eny amoron-dranomasina. Mbola maro rahateo ny mpiala sasatra misafidy an’i Toamasina amin’izao famaranana ny fotoam-pialantsasatra izao, ka betsaka ireo tovolahy entin’ny rongony fohany no miteraka tsy filaminam-bahoaka mankafy ny moron-dranomasan’i Toamasina. Nitohy ny alahady teo taorian’ny fanampiana nataon’ireo andrimasom-pokonolona sy ireo tsara sitra-po ny “operation” nataoan’ny FIP. Niisa 16 ireo tovolahy tratra ambodiomby niaraka tamin’ny rongony nandritra izany. Tsy hitsahatra ny hetsika, hoy ny kaomisera Rafaliarivo Jules, raha tsy milamina ny moron-dranomasina.  Ho an’ny polisin’ny UIR Toamasina ihany koa dia mitohy koa ny fanenjehany ireo mpanendaka eny amin’ny fokontany eny, ka isan’ny arahan’izy ireo maso noho ny fahamaroany, noho ity faritra ity maizina vokatry ny tsy fisian’ny takamoa amin’ny andrin-jiro, ny eo amin’ny Bazary may Ankirihiry. Ny alahady alina nifoha ny alatsinainy tokony ho misasaka alina teo dia nifanehatra tamin’ny mpanendaka ny polisy. Raikitra ny fifanenjehana teo amin’ny UIR sy ireto mpanendeka, izay nandositra raha vao nahita ny polisy. Vokany dia nampiasa ny fitaovana teny aminy  ny polisy ka maty voatifitra tamin’izany ny roa izay voalaza fa isan’ny sefon’ireo mpanendaka eo amin’ity Bazary may Ankirihiry ity, sy mpamaky trano ao Andranomadio ihany koa. Tao anatin’ny herinandro izany dia efa niisa efatra ireo andian-jiolahy mpanendaka voatifitry ny polisy, mbola mitsabo tena eo anivon’ny hopitaly be ny iray naratra mafy. Niisa 29 kosa ireo voasambotra, izay teny amoron-dranomasina ny 24 tamin’izany, tao Mangarano sy Ankirihiry Bazary may kosa ny 5. Miantso fiaraha-miasa amin’ireo andrimasom-pokonolona hatrany ny polisy.

Malala Didier

Midi Madagasikara148 partages

Namontana : Deux militaires surpris en pleine livraison de cannabis

Menant une opération dans le cadre de l’application de la restructuration du système de la sécurité qui vient d’être récemment au CCI Ivato, le service des stupéfiants de la police nationale à Anosy a saisi, le week-end dernier, quatre sacs de cannabis dans le quartier de Namontana, 5è Arrondissement de la Commune urbaine d’Antananarivo. Les policiers sont parvenus à cette résultat grâce à la collaboration de personnes de bonne volonté, explique le chef de ce service. Ayant été informé de l’existence des personnes qui devraient fournir de la drogue dans la localité, des policiers sont descendus sur les lieux et ont surpris les suspects sur le fait avec quatre sacs de cannabis. Le pire est d’entendre que ces derniers sont tous des militaires en activité. Arrêtés, ils ont été livrés à la brigade criminelle à Anosy. L’enquête est en cours. Quoi qu’il en soit, l’implication des forces de l’ordre dans cette affaire rappelle ce qui s’est passé à Ihosy il y a quelques mois, quand des trafiquants se sont fait passer pour des gendarmes. Un acte qui a défrayé la chronique dans la mesure où le nom d’une haute personnalité a été cité. Heureusement que celle-ci a réussi à se défendre en dénonçant officiellement ce genre de délit et laissant la Justice faire son travail. En présentant ce résultat du service des stupéfiants de la police hier, le responsable affirme toujours souhaiter la collaboration étroite avec la population afin d’éradiquer ce fléau.

T.M.

Midi Madagasikara135 partages

S’M.B.A Madagascar 2017 : Un Salon inédit de la Microfinance, des Banques et des Assurances

Les domaines d’activités relatifs au secteur financier, incluant les financements pour la réalisation d’opérations économiques ou pour les besoins des ménages, seront présents au salon.

L’initiative est inédite. Un salon consacré au milieu de la microfinance, des banques et des assurances et destiné à un large public.

Les 4 et 5 octobre 2017, le Palais des Sports et de la Culture Mahamasina ouvrira ses portes pour la toute première édition du « S’M.B.A Madagascar ». Un salon qui réunira les acteurs opérant dans le circuit financier, notamment les institutions de microfinance, les établissements de crédit, les banques et les compagnies d’assurances ainsi que les établissements se spécialisant dans les services de « mobile banking », de transfert d’argent et d’épargne. Durant deux jours, ils présenteront leurs produits et services, lesquels s’adressent au grand public. « Il ne s’agira pas d’un lieu d’échanges entre professionnels de la microfinance, banques et assurances, mais véritablement une ouverture vers le grand public. L’objectif est de contribuer à l’amélioration de l’accès pour tous aux services financiers et de démocratiser encore davantage ce milieu », explique un responsable d’EDITCOM, promoteur de l’événement.

« e-commerce ». Cette première édition du salon sera ainsi beaucoup plus orientée vers les offres de crédit répondant aux attentes d’un public assez large : particuliers, entrepreneurs, fonctionnaires, agriculteurs, commerçants, artisans, transporteurs, et bien d’autres. Dans la mesure où le secteur financier à Madagascar est au diapason des évolutions technologiques, la présentation des nouveautés du secteur sera au rendez-vous, en particulier le « e-commerce », qui sera développé davantage par Ariary.net. A ce propos, cette entreprise lancera, durant le salon, une grande innovation relative au moyen de paiement grand public.

Avec un nombre conséquent d’établissements participants, le salon proposera ainsi aux visiteurs un vaste panorama des choix adaptés à leurs besoins. Son promoteur, fort de son expérience en matière d’organisation de salons, veut, cette fois, apporter un plus dans le milieu de la finance.

Hanitra R.

L'express de Madagascar88 partages

Entrepreneuriat – Madagascar participe au Créative Business Cup

Représentatif de la culture entrepreneuriale et celle de la culture malgache. C’est sur cette ligne qu’a été conduite la première édition de l’évènement Creative Business Cup Madagascar ou CBC, dimanche, à Ambohimanambola dans le cadre du Dago festival. L’événement est réservé aux acteurs des industries culturelles et créatives, c’est-à-dire, les entreprises et start-up œuvrant pour la promotion de ce secteur, ayant au moins cinq ans d’existence officielle.Le CBC est un évènement d’envergure internationale auquel Madagascar participera pour la première fois, cette année.Sur les quatre projets finalistes, Troozn, Soanala, Claire de lune et 3 Ladies Pirates, la dernière a su séduire le jury. « Les notes étant très proches, on ne pouvait pas se baser dessus. Nous sommes passés par un deuxième vote à huis clos. Nous recherchions un projet qui puisse réellement se défendre sur le niveau international et c’est cette ligne qui a dicté notre choix », dixit Dieudonné Razafinjatovo, entrepreneur culturel, membre du jury.Ainsi, Samira Mihaja  MOUNINI représentera Madagascar à Copenhague lors du Creative Business  Cup Final International, ce 16 novembre 2017. Elle concocte un projet emblématique de la mode malgache, dans la mesure où il se consacre entièrement à la promotion du « lambahoany », tout en incarnant cet esprit combatif que tout entrepreneur devrait adopter. « Le seul mot qui me vient en tête par rapport à ce projet, c’est la persévé rance », conclut la gagnanteLe dilemme était de taille pour les membres du jury avec des projets d’ordre technologique (numérique  logiciel) comme Fyain Virtual Reality de Lanto Tiana  Rabeari­son, Troozn de Rian Herinonja, DRAW-E de Tojo Hernez, Culture 261 de  Mandimby Maharo et le projet craft  artisanat comme Clair de lune de Lanto Emilia  Ravaoarinelina.L’on cite également les projets en stylisme et mode qui sont Me’Chic’Gasy de  Maharavo Andrianaivo Rami­lison, Soanala de Dina  Valisoa Ratsisetraina, 3 Ladies Pirates de Samira Mihaja  MOUNINI et le projet évènementiel, Tana Parkour Jam de Avotriniaina Stanie Rame­liarison.Presque tous les domaines artistiques existants sont concernés, du moment que les participants prônent la culture de l’entrepreneuriat ainsi que l’esprit de créativité. On ne citera entre autres que la musique, la mode, le cinéma ou encore la gastronomie. Pour cette première édition, neuf projets ont concouru. Le jury avait devant lui un large panel de projets créatifs.

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara74 partages

Banque Centrale : Sortie des nouveaux billets de 1000, 500, 200 et 100 ariary

La Banque Centrale de Madagascar a annoncé officiellement, hier la sortie des nouveaux billets de 1000, 500, 200 et 100 ariary. Des petites coupures plus modernes et qui disposent  des dispositifs de sécurité susceptibles d’éviter toute tentative de falsification.  « La mise en circulation de ces petites coupures  va faciliter davantage les échanges commerciaux quotidiens »  ont expliqué les responsables de la BCM, lors d’une conférence de presse. La Banque Centrale de Madagascar qui n’a pas manqué d’inciter hier, les banques primaires et le trésor public à gérer convenablement la mise en circulation de ces nouvelles coupures. A noter que les anciens billets demeureront encore utilisables et ont la  même valeur que les nouveaux.

R.Edmond.

Midi Madagasikara72 partages

Douane : L’ancien DG Gérard Ramihone n’est plus

L’administration douanière est en deuil. L’ancien Directeur des Douanes, Gérard Ramihone est décédé, avant-hier des suites d’une maladie. Pour rappel, Ramihone Gérard Roger Dieudonné était nommé D.G des douanes  en 2003. Il est parti à la retraite en 2005, après une carrière de 38 ans au sein de l’administration  douanière.  C’était en 1967 qu’il a été affecté au bureau des douanes de Manakara. Et ce, avant de devenir Receveur du bureau des douanes à Mananjary et Antsiranana. En 1978, Gérard Ramihone rejoint le bureau central d’Antananarivo, puis Receveur du bureau des douanes de Toamasina en 1983. Il a été par la suite nommé Directeur de l’Ecole Nationale Supérieure des Douanes de Toamasina, en septembre 1996, puis Directeur des Enquêtes et de la Surveillance Douanière en 2002. C’était en 2003 qu’il a été nommé Directeur Général des Douanes. Poste  qu’il a occupé pendant 2 ans avant qu’il ne parte à la retraite en 2005.  En somme, Gérard Ramihone figure parmi les hauts fonctionnaires qui ont servi la nation. Midi Madagasikara présente ses condoléances à la famille de Gérard Ramihone.

R.Edmond.

Midi Madagasikara66 partages

Ambohimanandray : Vehivavy teraka tao anaty « taxi-be » 114

Raha ny hoe vehivavy teraka an-dalana dia angamba efa fahenon’ny rehetra izany. Saingy ity tranga hafakely ity kosa dia niseho teny Ambohimanandray tao anatina taxi-be 114. Vehivavy iray, izay isan’ny mpandeha tao anatin’ity fiara fitateram-bahoaka ity no teraka tao anatiny, omaly tokony ho tamin’ny 10 ora maraina. Raha ny zava-nitranga dia toa hoe efa nandre fihetsehana voalohany ity renim-pianakaviana ity saingy mbola nieritreritra fa ho tongany any amin’ny toeram-pitsaboana ihany ity zanany, izay efa niomana ny hilatsaka. Kanjo nony tonga teo Ambohimanandray, dia nitaraina ny narary azy mafy ity renim-pianakaviana ity. Teo no nikoropaka avokoa ireo tao anatin’ny fiara, niaraka tamin’ny mpamily sy ny mpanampiny, nitondra ity vehivavy efa ho teraka ity ho any amin’ny toeram-pitsaboana akaiky indrindra, teny Ambohibao. Tsy tody tany amin’ny hôpitaly intsony anefa fa teny an-dalana dia latsaka ity zazakely. Tsy nisy olana  ary tsy nisedra fahasarotana akory ilay reniny. Noraisin’ireo tompon’andraikitra an-tanana avy hatrany moa izy mianaka ireto raha vao tonga tany an-toerana. Raha ny angom-baovao azo dia salama tsara ity renim-pianakaviana teraka tanaty taxi-be ity. Toraka  izany ihany koa ilay zanany vao teraka, izay tsy mba nisafidy ny hokolokoloina sy hokarakaraina teny ambonina fandriana fiterahana fa teo an-dalan-tsarana « taxibe ».

Nangonin’i m.L

L'express de Madagascar54 partages

Armée – Des conscrits présentés sous le drapeau

Après trois mois de formation militaire de base, cent quatre-vingt jeunes nouvelles recrues, dont cent vingt-six formées par l’Académie militaire (Acmil) et 54 au sein de l’École nationale des sous-officiers d’active (Ensoa) ont reçu solennellement, durant la cérémonie de présentation sous le drapeau, vendredi dernier, la haute signification des couleurs nationales, symboles de l’indépendance et de la souveraineté de la Nation, ainsi que celle de la devise de l’Armée « Ho an’ny tanindrazana », littéralement « Pour la Nation ». Les drapeaux respectifs de l’Acmil et de l’Ensoa ont été ainsi présentés à ces jeunes recrues après la revue des troupes par les commandements des deux écoles, les colonels Heritiana Ramasy Razafitombo et Émile Rabotovao.Organisée à la place d’arme du camp Michelier d’Antsirabe, cette cérémonie marque officiellement l’intégration des conscrits dans la vie militaire. En effet, avant la présentation sous le drapeau, tout militaire doit suivre une formation sur les valeurs de l’Armée et l’importance de la souveraineté nationale, ainsi que le comportement qu’un militaire doit avoir.Cette formation initiale de base a pour objectif d’optimiser les capacités intellectuelles, physiques et opérationnelles permettant de se tenir toujours prêt face aux différents défis qui attendent les recrues tout au long de leur service. Ces conscrits vont servir la Nation durant deux ans et après cela, ils peuvent rejoindre leurs familles respectives ou bien solliciter le rengagement au sein de l’Armée. De fait, le ministère de la Défense nationale projette de procéder au recrutement de 2 000 militaires dans les années à venir, mais sa réalisation dépend du nombre de postes budgétaires attribués par le ministère des Finances et du budget.

Angola Ny Avo

Midi Madagasikara51 partages

Ambatovy : Stuart Macnaughton annonce une production record en 2018

Stuart Macnaughton, nouveau Président d’Ambatovy.

Le nouveau Président d’Ambatovy, Stuart Macnaughton,  vient de prendre la direction de  la compagnie le mois dernier, après avoir travaillé dans différents  projets miniers dans plusieurs pays du monde, pour de grandes sociétés minières comme BHP Billiton et Vale. Sa précédente responsabilité était chez Vale Newfoundland Labrador au Canada. De nationalité  australienne et ingénieur chimiste de formation depuis des années, sa spécialité est la production de Nickel et de Cobalt. Interview.

 

Mr le Président, vous venez d’être nommé, quelle est votre mission pour Ambatovy ?

Ma principale mission consiste à concrétiser la vision d’Ambatovy, qui est de faire d’elle la meilleure exploitation de nickel latéritique au monde, en assurant la sécurité de tous et la durabilité de l’entreprise et de son environnement. Naturellement, c’est un vaste programme pour une exploitation de l’envergure d’Ambatovy. Et je suis totalement conscient du rôle d’Ambatovy comme modèle dans le développement économique à Madagascar. Nous continuerons à suivre les normes les plus strictes en termes d’éthique, de respect des lois, des communautés et de l’environnement, de santé-sécurité, et l’ensemble de notre démarche continuera à viser le développement durable du pays et de ses communautés.

Ambatovy a commencé à produire en 2012. Vous peinez à atteindre l’objectif de 60.000 tonnes par an de nickel. Quelle en est la raison ?

L’usine de traitement d’Ambatovy, comme vous pouvez le constater à Toamasina, est extrêmement complexe et couvre une très grande superficie. Des difficultés initiales sont inhérentes à un tel complexe industriel  et nous en avons connu quelques-unes cette année. Ce n’est pas inattendu et ce genre d’unité industrielle, par sa taille et sa complexité, nécessite quelques années pour arriver à tourner à plein régime. Nous avons déjà prouvé que nous sommes capables de produire du nickel et du cobalt de très haute qualité et maintenant nous devons nous focaliser sur l’accroissement de notre production. Nous sommes sur la bonne voie et nous espérons bien que 2018 sera une année de production record pour Ambatovy.

Votre prédécesseur n’était resté que 3 ans à la tête d’Ambatovy? Serait-ce lié à ces difficultés ?

Tim Dobson a fait un excellent travail durant les 3 années où il a été à la tête d’Ambatovy. En conséquence, il a été promu à la tête de la division « Métal », une des business unit de Sherritt  au Canada. Son départ et l’affectation qui est la sienne aujourd’hui ont été programmés depuis le début de cette année 2017.

Ambatovy est toujours là, d’autres ferment, face à la baisse des prix. Comment faites-vous ? Qu’apportera votre arrivée dans cette stratégie ?

Effectivement, les temps sont extrêmement durs pour toutes les compagnies minières, et tout particulièrement pour celles qui exploitent le nickel. Le nickel est d’ailleurs le métal de base qui a connu la chute de cours la plus forte en 2016. Plusieurs compagnies ont dû fermer leurs portes ou ont été contraintes de suspendre provisoirement l’exploitation de leurs installations et donc d’arrêter la production avec toutes les conséquences économiques et sociales qui y sont associées, jusqu’à ce que la situation s’améliore.

Pour Ambatovy, il est vital de rester opérationnel parce qu’une fermeture serait très difficile comme vous pouvez l’imaginer. Nous avons pris toutes les mesures requises pour rester opérationnels, en stabilisant notre production, en maitrisant nos coûts et en éliminant le moindre gaspillage à tous les niveaux afin de maintenir notre coût de production aussi bas que possible.

Mon rôle est de continuer cette stratégie et d’obtenir les résultats qui permettront la sauvegarde de l’entreprise, si importante pour nous mais aussi pour Madagascar.Les défis qui restent à relever sont bien sûr nombreux, mais j’ai confiance que nos objectifs seront atteints grâce à l’engagement de toute l’équipe à Ambatovy et au soutien effectif des autorités à tous les niveaux.

 

Est-ce qu’Ambatovy reçoit quand même l’appui des autorités publiques  pour que la compagnie puisse tenir le cap ?

Nous remercions vivement les autorités locales, régionales et nationales avec qui nous avons des relations toujours constructives et qui nous ont toujours soutenus. Nous apprécions également à sa juste valeur le soutien sans faille du gouvernement de Madagascar, grâce auquel nous avons pu passer des caps difficiles. Les dernières déclarations de Monsieur le Président de la République lors de l’inauguration du Mining Business Center sont un signe de plus du fait que les autorités de Madagascar comprennent parfaitement la situation économique mondiale de l’industrie minière, et en particulier celle des métaux de base comme le nickel. Nous sommes très rassurés par le fait que l’ensemble de la classe politique de Madagascar comprenne la grande importance de la contribution d’Ambatovy à l’économie nationale.

 

Certains élèvent la voix et se demandent pourquoi Ambatovy ne paie-t-elle pas encore les redevances et ristournes minières.

Ce point reste en effet encore un des défis sur notre route. Nous n’avons pas encore eu la possibilité de verser la part des ristournes minières qui doit revenir aux collectivités locales affectées par le projet. La loi prévoit en effet que 60% des ristournes doivent aller aux collectivités locales. Néanmoins, il faut un décret qui définit quelles sont les collectivités qui vont bénéficier de ces ristournes et ce que sera la part de chacune pour chaque exploitation minière. Nous avons fait des propositions détaillées sur ce point au gouvernement, sur la base d’études que nous avons confiées à des consultants spécialisés. Nous comprenons l’impatience des collectivités territoriales mais nous comprenons aussi que le gouvernement soit très attentif à cette question et prenne le temps de la réflexion. Quoi qu’il en soit, et malgré nos difficultés financières, les sommes dues sont disponibles et seront versées dès que les mécanismes correspondants auront été validés par le gouvernement.

Sinon, Ambatovy s’acquitte normalement des autres taxes, impôts et autres droits prévus par les lois et réglementations en vigueur. A titre indicatif, la compagnie a versé environ 20,5 millions de dollars en 2016 au titre de ces diverses taxes et impôts à l’Etat Malagasy.

 

Sur un autre plan, nous avons constaté une certaine forme d’acharnement judiciaire contre Ambatovy relatée dans la presse ces derniers temps, qu’en est-il vraiment ?

Rien de particulier, je pense, mais nous sommes le plus gros acteur économique du pays et donc parfois la cible d’attaques en tous genres. Nous souhaitons laisser la Justice prendre son cours normalement, mais nous nous défendons vigoureusement, par tous les moyens légaux, lorsque justice ne nous est pas rendue. Ambatovy a une démarche responsable et nous sommes attachés à l’éthique et au respect de la loi. Les acteurs économiques du pays le réalisent bien, et les classements internationaux le confirment. L’attractivité de Madagascar, pour les investisseurs, sera grandement augmentée par l’amélioration du système judiciaire et du climat des affaires. Quelques signes sont apparus récemment qui montrent une possible amélioration dans ces domaines et nous en sommes très heureux.

 

L’élection présidentielle approche. Un investissement de la taille d’Ambatovy n’aimerait-il pas voir qu’un tel ou tel candidat soit élu ?

Ambatovy n’a absolument aucun mot à dire dans la politique àMadagascar et n’a aucun intérêt à s’en mêler de près ou de loin. Nous continuerons à respecter la loi et nous continuerons à interagir, comme nous l’avons toujours fait, avec les gouvernements élus, quels qu’ils soient, pendant toute la durée de notre exploitation. Notre domaine c’est l’industrie minière, pas la politique.

Ambatovy apporte, à elle-seule,  32% des recettes d’exportation du pays, mais la population ne voit pas d’amélioration notable de ses conditions de vie ?      

L’impact économique d’Ambatovy est énorme mais je ne crois pas qu’Ambatovy seul, ni une quelconque exploitation minière à elle seule, même grande, puisse venir à bout des difficultés économiques de tout un pays. Néanmoins, je rappelle que, outre la création de plus de 7 000 emplois stables, Ambatovy a acheté depuis le début de ses activités plus de 3,3 milliards de dollars de biens et services à Madagascar, contribuant de manière extrêmement importante à l’économie du pays, particulièrement pendant les périodes difficiles de la transition. Grâce à notre politique d’achat local et d’emploi local pour maximiser nos impacts sur l’économie du pays, nous continuons à dépenser autour de 1 million de dollars par jour dans l’économie nationale.Sur un autre point, le nickel est devenu le premier produit d’exportation de Madagascar, le plus grand pourvoyeur de devises étrangères, dépassant de loin les produits traditionnels. Les exportations d’Ambatovy, nickel et cobalt combinés, représentent plus de 30% des recettes d’exportation de Madagascar. Ambatovy est bien un des contributeurs économiques les plus importants à Madagascar. Encore une fois, nous sommes tout à fait conscients de notre rôle de moteur et de modèle dans ce domaine.

Recueillis par R.Edmond

Madagascar Tribune48 partages

Les forces de l’ordre sérieusement impliqués

Si auparavant, le fait que les forces de l’ordre contribuent à l’insécurité n’était que supposition, cela a maintenant été vérifié. En effet, dans le courant de la semaine dernière, deux éléments des forces de l’ordre ont été appréhendé en flagrant délit d’actes prohibés par la loi. Suite à des informations délivrées par une personne à la police de la brigade criminelle d’Antananarivo, le premier a été pris en flagrant délit de vente de cannabis. De plus, il avait sur lui un pistolet Beretta avec ses huit (8) balles ainsi qu’une vingtaine de balles chevrotine sans aucune autorisation. Du côté de Namontana, toujours après des informations fournies par un simple citoyen, un groupe de 4 personnes a été arrêté et enquêté suite à la découverte de 4 sacs de cannabis qui étaient destinés à la vente. Après enquête de la brigade criminelle, il s’est révélé que l’un des quatre malfrats était lui aussi un élément des forces de l’ordre.

Selon les informations émanant de la Brigade criminelle toujours, une centaine d’armes à feu seraient actuellement en circulation sans être en règle vis-à-vis des procédures de détention d’armes, donc illégaux. La majorité d’entre elles se trouvent être des Beretta ou des pistolets. Face à cela, l’opinion s’interroge sur les solutions proposées pour éradiquer l’insécurité à Madagascar, notamment pour le cas d’Antananarivo. Etant donné l’implication de certains éléments des forces de l’ordre dans l’insécurité grandissante, pas tous heureusement, l’augmentation de budget prévue par le plan de réforme du secteur sécurité ainsi que la dotation en matériels de ces derniers sont sujet à discussion.

Orange Madagascar40 partages

Numérique pour tous, le MPTDN renforce les projets pour toucher les jeunes et atteindre le plus grand nom...

Madagascar Tribune39 partages

770 milliards d’Ariary de nouveau billets déjà en circulation

Les petites coupures de la nouvelle gamme de billets de banque malgache sont sorties hier, cette nouvelle gamme est donc maintenant complète. Rappelons que les grosses coupures dont le 20 000 Ariary, le 10 000 Ariary, le 5 000 Ariary et le 2 000 Ariary avaient été mis en circulation à la mi-juillet de cette année. Et selon les informations émanant de la Banky Foiben’i Madagasikara (BFM), le total des grosses coupures de ces nouveaux billets déjà en circulation s’élèverait à 770 milliards d’Ariary à l’heure actuelle, dont 25% en coupure de 20 000 Ariary. Tout en sachant que les anciens billets sont également toujours en circulation et que la BFM n’a pas encore précisé le moment où ils seront retirés. Aussi, la mise en circulation des petites coupures de la nouvelle gamme viendra encore grossir la masse monétaire.

Le risque qui a toujours pesé sur l’économie dès la mise en circulation de ces nouveaux billets et surtout avec la création du billet de 20 000 Ariary est la possibilité d’une inflation brusque et fulgurante. Selon un économiste, plus d’argent entraine une augmentation des prix, non pas parce que les produits sont plus rares, plus difficiles à obtenir mais tout simplement parce qu’il y a plus de monnaie en circulation.

Actuellement, l’on estime que l’intervention de l’Etat dans la fixation des prix de certaines denrées ainsi que les dispositions prises relatives à certains produits sur le marché limitent cette inflation. D’autre part, la BFM a expliqué que cette somme s’explique par une forte demande des billets de 20 000 Ariary du fait que l’on se trouve actuellement dans la période de collecte de la vanille, ce qui rapporte énormément d’argent. La question qui se pose est de savoir l’impact que cela aura lorsque la période de collecte de la vanille touchera à sa fin.

Selon la BFM, les petites coupures seront également émises en grand nombre, du fait que les demandes de petites monnaies se multiplient. Ainsi, la masse monétaire continuera encore de grimper et de façon exponentielle. Rappelons encore que la date de retrait des anciens billets n’a pas encore été fixée. Pourtant, parmi les objectifs annoncés de cette création d’une nouvelle gamme figurait l’assainissement de l’économie via la maitrise du flux monétaire dans celle-ci. Un objectif dont la réalisation tend de plus en plus à se compliquer. D’un autre côté, mis à part auprès des opérateurs économiques, l’utilisation des nouveaux billets se heurte à une certaine réticence de la part de la population. Pour cela, la BFM a choisi de multiplier ses efforts en menant plus de campagne d’éducation à l’utilisation de ces nouveaux billets qui semble-t-il plus facile à utiliser et difficile à copier. Pourtant, ces derniers temps, la saisie de faux billets de banques s’est multipliée également.

Midi Madagasikara37 partages

Peste : Le premier mort enterré à Vohémar

Selon le médecin inspecteur de la région Diana, tout a commencé par une personne décédée à Tamatave. Le mardi 5 septembre, son corps a été transporté par avion à Vohémar, sa ville d’origine. Le 6 septembre les prélèvements effectués montrent que la personne décédée présentait des signes de la maladie de la peste.

Puis, un membre de sa famille est tombé malade peu de temps après l’enterrement, il a été mis en l’isolement par mesure de précaution mais les examens médicaux ont montré qu’il n’était pas porteur de la maladie.

Pour tous les gens qui disent que le Cotrimoxazole  est un moyen de prévention contre cette maladie, c’est un mensonge dit le médecin inspecteur. Le Cotrim est un puissant antibiotique qui présente des effets secondaires. Il n’y a pas de moyens de prévention, au contraire la prise de cet antibiotique en avance peut entraîner  des difficultés lors d’un éventuel traitement en cas de symptômes. Cet antibiotique provoque également des allergies qui peuvent être fatale au patient.

Le médecin demande aux gens d’arrêter de prendre cet antibiotique sans prescription  médicale. De plus, actuellement la peste n’existe pas dans la région Nord explique-t-il.

La peste existe seulement quand il y a des contacts entre l’homme et des puces provenant des rats. Elle est contagieuse et déclenche la mort subite. Les principaux signes chez une personne portant les symptômes sont une forte toux accompagnée de fièvre.

En cas de soupçon le médecin traitant va conseiller aux gens d’aller vers le centre sanitaire publique le plus proche, car la consultation y est gratuite en cas de symptôme, le traitement sera pris intégralement en charge par le ministère de la Santé. Outre le Cotrim, il a des médicaments particuliers avec lesquels on traite cette maladie dit-il.

Bien sûr, en cas de suspicions sur une personne, on peut faire un signalement auprès du dispensaire si la personne  présentant des symptômes refuse de voir un médecin.

Comme en 2011, année où il y avait des cas de peste dans la commune d’Ambilobe ; le ministère de la Santé a tout pris en charge ajoute le médecin.

C. Angeline

Midi Madagasikara35 partages

Maevatanàna RN4 : Fiara roa tra-doza, olona enina no naratra.

Araka fanazavana voaray avy amin’ny mpitandro ny filaminana, fiara wolkwager caddy avy any Antanànarivo ho any Mahajanga no vaky kodiarana aloha amin’ny havanana ary niala lalana, ka nitsoraka tany ambany tetezana. Tamin’ny lalam-pirenena fahefatra, PK 250+30, tao amin’ny Kaominina Antsiafabositra, disitrikan’i Maevatanàna, no nitrangan’io lozam-pifamoivizana io, ny asabotsy lasa teo tokony tamin’ny 8 ora maraina. Naratra mafy ny mpamily an’io fiara io, niaraka tamin’ny mpandeha roa tao anatiny ary nalefa notsaboina ao amin’ny Csb2 Antsiafabositra. Efa tsy misy atahorana ny ain’izy ireo. Nidina tany an-toerana ny Zandary avy ao amin’ny «Poste Fixe» Antsiafabositra nanao ny « Costat» sy ny fanadihadiana. Akoatra izay dia fiara 4×4 tsy mataho-dalana iray, marika Hynday ho any Nosy Be, kosa no nandeha mafy ka nandona ny tsatoka tamin’ny lalam-pirenena fahefatra, PK 322+ 800, tao amin’ny fokontany Andramy, Kaomininana Maevatanàna faharoa, ny asabotsy lasa teo, tokony ho tamin’ny 12 ora mitataovovonana. Mpandeha roa tao anaty fiara sy ilay mpivarotra amoron’arabe no naratra, potika sy niparitaka ny entam-barotra ivelan’ny fiara. Potika ihany koa ny ilany havia tamin’ilay fiara tra-doza. Nijery ny zava-nisy teny an-toerana ny Zandary avy eto Maevatanàna ary nalefa notsaboina eny amin’ny hopitalibe Morafenokely kosa ireo naratra, fa ny iray nalefa any Antanànarivo. Ny Zandary eto Maevatanàna no misahana ny fanadihadiana makasika ity tranga ity.

Ratantely

L'express de Madagascar34 partages

Grand banditisme – Des gendarmes en têtes de pont

Des trafics d’armes et de drogue ainsi qu’une attaque armée ont tourné court. Trois gendarmes figurent parmi les quinze suspects arrêtés.

Des gendarmes cloués au pilori pour attaque à main armée ainsi que trafics d’armes et de drogue. Les forces de police ont démantelé trois associations de malfaiteurs la semaine passée. Trois gendarmes en exercice se trouvent les parmi quinze suspects pris dans les filets. En diligentant une investigation, les enquêteurs de la police criminelle ont coincé trois individus. Pris en possession de deux pistolets automatiques ainsi que des munitions de calibre 7,65 milli­mètres, le trio a été placé en détention préventive.En poussant les recherches, les enquêteurs ont mis la main sur des indices ouvrant sur l’existence d’un réseau de trafiquants d’armes importées, de marque Petro Beretta, des pistolets automatiques de fabrication italienne.Les renseignements de la police révèlent que les trafiquants en possèdent plus d’une centaine. L’étau s’est du coup resserré autour de deux autres suspects, dont un gendarme du Groupe de Sécurité et d’Intervention Spéciale (GSIS) à Ivato. Tenus à l’œil, les deux hommes ont été appréhendés alors qu’ils allaient livrer une arme de poing du même type, chargée de huit cartouches. Trente autres munitions de fusils de chasse ont été dans la foulée découvertes. La police a, ensuite, réussi à remonter de fil en aiguille jusqu’à un autre membre du réseau, arrêté avec un autre pistolet, dont la boîte chargeur était garnie de sept balles. Au total, sept personnes se sont fait cueillir.

Cerveau Le deuxième acte de banditisme incriminant un gendarme a été perpétré à Anosy Avaratra, dans la nuit de vendredi à samedi, aux petites heures. Une pharmacie en a fait les frais. Le forfait est l’œuvre de six bandits. La bande a utilisé une Peugeot 405 dont les plaques d’immatriculation ont été ôtées. Informés des signalements du véhicule, les forces de l’ordre ont procédé à un contrôle.Alors que quatre des passagers de la Peugeot 405 sont descendus pour sauter dans un taxi-be, ses deux derniers occupants, dont une femme, ont été interceptés.Pris en chasse par un véhicule de police, le taxi-be a été immobilisé. Les quatre fuyards ont balancé leurs armes et une partie de leur butin sous les sièges du véhicule de transport en commun lorsque la police les y avait délogés. La femme incriminée est soupçonnée d’avoir tiré les ficelles.La dernière affaire, dans laquelle se retrouve mouillé le troisième gendarme, porte sur un trafic de produits stupéfiants. Pas plus tard que la semaine dernière, deux personnes, dont un élément des forces de gendarmerie, ont été  arrêtées à Anosipa­trana, avec quatre sacs en polyéthylène tissés, pleins de cannabis à ras bord. Le passage au parquet des suspects est attendu.

Andry Manase

Midi Madagasikara34 partages

Sénat : Le siège d’Ahmad toujours vacant

4 mois et 17 jours après la démission du sénateur Ahmad, son remplaçant n’est pas encore nommé.

Par lettre en date du 24 mars 2017 et reçue trois jours plus tard au greffe, le président du Sénat avait saisi la HCC aux fins de constatation de la démission d’Ahmad et de la vacance d’un siège de sénateur nommé.

« La vacance du siège du sénateur Ahmad démissionnaire, est constaté », devait constater la HCC dans l’article premier de son arrêt rendu le 30 mars 2017. Avant d’ajouter dans l’article 2 que « le Président de la République doit procéder à la nomination d’un nouveau sénateur avant la prochaine session ordinaire du Sénat ». C’est-à-dire avant le 02 mai 2017 puisque l’article 84 alinéa 2 de la Constitution stipule que « la première session commence le premier mardi de mai (…) ».

Aucune suite. 4 mois et 17 jours après, le siège laissé vacant par celui qui a été élu président de la CAF n’est pas toujours pourvu, alors que l’article 120 in fine de la Constitution dispose que « les arrêts et décisions de la Haute Cour Constitutionnelle sont motivés ; ils ne sont susceptibles d’aucun recours. Ils s’imposent à tous les pouvoirs publics ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles ». L’article 3 de l’arrêt de la HCC de préciser d’ailleurs que « la présente décision sera notifiée au Président de la République, au Président du Sénat, au Président de l’Assemblée nationale, au Premier ministre, chef du gouvernement et publiée au journal officiel de la République ». Si le premier n’y a donné aucune suite jusqu’à présent, les trois autres chefs d’Institution se sont abstenus de le lui rappeler. Idem pour la HCC qui n’a pas de pouvoir d’injonction sur le locataire d’Iavoloha qui « doit » nommer le remplaçant d’Ahmad. Ce dernier ayant fait partie du tiers des membres de la Chambre haute qui constitue le quota présidentiel.

Principes fondamentaux. Dans ces conditions, on est en droit – au propre comme au figuré – de se poser des questions sur l’opportunité de réviser l’actuelle Constitution dont certaines dispositions jugées les plus simples ne sont même pas respectées. De toute façon, on peut amender, retoucher ou toiletter (qu’importe le nom de l’opération) mille fois la Constitution, les principes fondamentaux resteront inchangés. Entre autres et non des moindres, le respect d’une décision de justice. Dans le cas d’espèce, il s’agit d’un arrêt de la HCC, une institution censée être le gardien de Dame Constitution qui a été … violée plus d’une fois par les princes qui nous gouvernent.

R. O

Madagate27 partages

Pont Vohiposa RN7. Inconnu au conseil des ministres. Merci à L’UE!

A droite des photos du pont vohiposa, PK 324, RN7, l'Ambassadeur de l'UE à Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito

Décidément, les dirigeants malgaches actuels démontrent encore plus leur incompétence en ce qui concerne la vie même de la Nation. Tant est si bien que Madagascar Tribune a titré l’effondrement du Pont Vohiposa comme suit: «Pont Vohiposa. Chaos sur le RN7, le salut vient de l’Union européenne».

La RN7 reliant Antananarivo à Toliara, a été coupée depuis le dimanche 17 septembre 2017, au PK 324 où était suspendu un pont Bailey, à proximité de Vohiposa (Camp Robin). Au passage d'un semi-remorque trop lourd, l'ouvrage métallique s’est effondré. A ce moment, le ministère des Transports -dirigé actuellement par le jeune Ralava Beboarimisa qui n'avait pas fait grand' chose en tant que ministre de l'Environnement- a présenté ses excuses aux usagers de la route en déclarant: «il va falloir déjà enlever le camion avant d’envisager la réfection du pont». Avec ce genre de discours, la RN7 aurait été coupée pour un semestre...

Mais heureusement que des «Vazaha» pramatiques travaillent dans la Grande île... Habituée à la lenteur du régime actuel dans ses décisions et ses actions, l’UE à Madagascar a pris les devants joignant le geste à la parole.

L'UE se mobilise pour rétablir rapidement la circulation sur la RN7

Suite à l'effondrement du pont métallique au PK 324 de la RN7 (Pont Vohiposa), l'Union européenne a mobilisé des fonds pour la mise en place d'une déviation d'urgence. Ceci afin de rétablir la circulation dans le plus bref délai (mobilisation de l'entreprise dans un délai maximal de 24 heures).

A titre indicatif, l'UE dispose d'un fonds spécial dénommé «Travaux de réparation des infrastructures suite aux dégâts climatiques» pour des interventions d'urgence. Ce fonds a été déjà utilisé pour réparer en urgence des dégâts climatiques sur certains réseaux routiers, ferroviaire (FCE) de Madagascar.

Dans ce contexte, l'Ambassadeur de l'UE à Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito, souligne que l'UE est aux côtés de la population pour trouver des solutions afin de rétablir rapidement la circulation des biens et des personnes. L'UE reste à la disposition du gouvernement malagasy pour améliorer le contrôle de la charge.

La dernière phrase de l’article de Madagascar Tribune est celle-ci: « Quid des actions de l’Etat ?».

Ci-après le communiqué intégral du conseil des ministres de ce 19 septembre 2017. Comme le titre de ce dossier l’indique: Pont Vohiposa RN7. Inconnu au conseil des ministres. Mais alors, nous avons donc à faire à des IDJF (Inspecteurs des Travaux Jamais Finis) ignorant l’empathie? Quatre ans que ce cirque dure… Oui, le ridicule ne tue plus jamais de nos jours.

Dossier de Jeannot Ramambazafy – 19 septembre 2017

Midi Madagasikara26 partages

LU POUR VOUS : « Tu comprendras quand tu seras plus grand » de Virginie Grimaldi

A 32 ans, Julia, psychologue ne croit plus au bonheur. Après avoir perdu successivement son père, son fiancé et sa grand-mère, elle se laisse aller sans réagir. Jusqu’au jour où elle répond, sur un coup de tête, à une offre d’emploi de thérapeute en maison de retraite à Biarritz.

« Tu comprendras quand tu seras plus grand » de Virginie Grimaldi est la petite pépite qui vous surprend. Vous savez celle que vous n’attendez pas et réussit à vous transporter littéralement. Au départ, on se retrouve face à cette héroïne qui vit un drame, une perte douloureuse, incommensurable, a le cœur brisé en petits éclats. Julia quitte Paris pour retourner vers ses racines suite à cet événement. La voilà qui prend le poste de psychologue dans une maison de retraite. Dès les premières pages, on a une bouffée immense d’amour pour ce personnage. On a même des frissons, des larmes, des fous rires. Oui, des fous rires. On se demande comme Julia ce que qu’on allait faire dans ce foutoir. Et on découvre l’un des plus beaux récits que la route littéraire peut placer devant soi, un panel attendrissant de protagonistes.

Style frais. Julia panse son cœur cabossé à la maison des Tamaris. Elle sort d’une rupture qui s’ajoute déjà à sa peine. Le poids des émotions se ressent. Elle enserre dans son manteau, pourtant la plume de Grimaldi offre une façon étonnante de désamorcer l’atmosphère pesante, triste. Dès les premiers mots, le ton est donné. C’est drôle, décalé, surprenant, tendre et un peu doux-amer. C’est un délice. Une petite douceur comme on aimerait en avoir plus souvent.Vous rêvez de suivre des héroïnes maladroites, humaines, passionnantes? Julia en est une. Mais elle n’est pas l’unique raison qui pousse à poursuivre le récit, à plonger sans s’en rendre compte dans les dédales de la maison de retraites, de se pencher dans cet univers un peu particulier. L’ensemble des personnages forme un magnifique pan de caractères truculents, captivants, de Marine, Greg, au gang des mamies Maryline, Louise, Elisabeth, ou encore Gustave ou même Léon. Chacun gagne le cœur, le séduit. Ils démontrent à leur manière que les apparences sont trompeuses. Ils offrent un somptueux voyage à travers des thèmes qui pourraient rebuter mais sont si bien amenés, si bien tournés, si bien posés que le charme agit. Virginie Grimaldi réussit à traiter de la mort, de la vieillesse, de la solitude, des peines de cœur, de l’amour et de l’amitié avec un style fluide, frais, qui frappe en plein direct du droit dans le cœur. Les papillons s’installent, doucement mais sûrement.

Aventure. Au fil des pages, Julia sort de sa torpeur, elle reprend du poil de la bête. L’héroïne semble s’ouvrir, apprendre à aimer de nouveau, à découvrir le monde. C’est comme si au contact des habitants de Tamaris, elle partait vers une nouvelle vie différente. Elle partait pour fuir la réalité et se retrouve confronter à un monde qui lui apporte bien des sourires, des amitiés et un tournant salutaire. L’ambiance se pare d’un voile léger, rempli d’humour, de ce je ne sais quoi qui la rend diablement séduisante. Pas seulement pour son personnage central, mais aussi pour cet assemblage de pièces, de héros autour d’elle.

Coup de cœur. « Tu comprendras quand tu seras plus grand » de Virginie Grimaldi s’avère être un roman possédant son lot de surprises, d’émotions du rire aux larmes. Tout est mis en place avec talent, douceur, une pointe de légèreté pour digérer les douleurs, les plaies sur la routes et panser les cabosses du cœur. A la fin, une envie d’aimer, de prendre la vie comme elle vient, de profiter nait. Elle envahit l’âme avec un sentiment plaisant. « Tu comprendras quand tu seras plus grand », c’est un énorme coup de cœur, une jolie découverte, un livre dévoré en 1 journée, des personnages qui vous manquent déjà à la fin du livre… Ce livre est drôle, passionnant, les personnages sont attachants, les citations belles, beaucoup de réflexions enrichissantes, et un livre qui vous donne le sourire, et vous fait même rire !Mahetsaka

Midi Madagasikara26 partages

Transporteurs de la capitale : Manifestation maintenue ce jour

Prévue commencer à 8h30 au boulevard de l’Europe, la caravane des transporteurs va s’arrêter devant l’hôtel de ville à Analakely.

Les transporteurs de la Capitale maintiennent leur décision, une manifestation pour le rejet du transfert de gestion du centre de contre visite à la société OMAVET commencera à 8h30.

« Le message est clair, nous ne voulons pas de l’OMAVET ni de ses services ». Ce sont les énièmes propos du syndicat des taxis villes quand à la décision de transférer la gestion du centre de contre visite à la société OMAVET. Joint au téléphone hier, Clémence Raharinirina a fait savoir que le rejet de cette société est partagé par un autre syndicat, celui du personnel de la commune urbaine d’Antananarivo. « Comme nous, ils rejettent la décision de la CUA de transférer la gestion du centre de contre visite à la société OMAVET » a-t-elle fait savoir. Avant d’ajouter que « le syndicat du personnel de la CUA suspecte un détournement des ressources de la commune ». Pour sa part, le syndicat des taxis villes, réitère les raisons qui le poussent à objecter la décision de la commune. « Nous suspectons également un détournement des fonds alloués par les transporteurs » a ajouté Clémence Raharinirina. Cette dernière d’enchérir que « les cahiers de charge de la société présage une totale mainmise de celle-ci aux activités des transporteurs ». Avant de citer des exemples de contraintes auxquelles les transporteurs feront désormais face. Entre autres, l’obligation de pose de lanterne « selon les normes de la commune ». « Nous suspectons le retour des lanternes que nous avons déjà refusé. Qui plus est, la société Publi motion lance déjà des publicités sur celles-ci » a regretté Clémence Raharinirina.

Deadline. La manifestation prévue pour ce jour voudrait rallier autant de transporteurs que possible. « Ce sera l’occasion pour nous (les transporteurs) de passer le message, à l’unisson, à la commune et aux populations malgaches » a lancé le président du syndicat des taxis villes de la Capitale. Avant d’ajouter que « les taxis villes représenteront la majorité des véhicules qui vont composer la caravane ». Clémence Raharinirina de noter toutefois que la décision d’organisation de la manifestation qui se déroulera aujourd’hui a été prise à l’unanimité lors de l’assemblée générale du syndicat des taxis villes après un ultimatum de deux semaines suite à la déclaration de l’arrêté municipal ». Ledit ultimatum passé sans qu’aucun compromis n’ait été trouvé entre les deux parties, la mobilisation qui va se dérouler aujourd’hui risque fort de perturber la circulation dans la Capitale.

José Belalahy

Midi Madagasikara24 partages

Serge Zafimahova : « L’interprétation fallacieuse de l’article 152 de la Constitution relève de la d...

La révision constitutionnelle continue de défrayer la chronique. Samedi dernier, Hery Rajaonarimapianina, le chef d’Etat – lors d’un déjeuner avec la presse – a réitéré qu’il faudrait changer quelques articles de la Constitution actuelle. Par rapport à cela, Serge Zafimahova, n’a pas attendu cent sept ans pour réagir. « L’interprétation fallacieuse de l’article 152 de la Constitution qui a été tenu par le président de la République lors de sa rencontre avec la presse (…) relève de la désinformation », soutient-il sur les réseaux sociaux. Si les débats actuels se focalisent sur l’article 46, qui prévoit la démission – soixante jours avant la date du scrutin présidentiel – du président de la République, candidat à sa propre succession, Hery Rajaonarimampianina a préféré jouer sur d’autres articles dont l’article 152 qui concerne, entre autres, des dispositions relatives aux « Fokontany ». Pour Serge Zafimahova, « le fait que les « fokontany » soient transformés en CTD ou non est un débat qui revient à chaque candidat aux futures élections présidentielles d’insérer ou non dans son programme ».

Processus unilatéral. En analysant ses propos, tout porte à croire que le régime actuel serait (et le conditionnel est de rigueur) en train de mener les Malgaches en bateau. Par ailleurs, à Madagascar, ce ne sont pas les textes qui font défaut, mais la volonté de les appliquer à bon escient. Et Serge Zafimahova de poursuivre : « Il faut noter comme le souligne le Décret n° 2010-994 du 11 Décembre 2010 que la Constitution de la IVème République a été adoptée « conformément aux résolutions de la Conférence Nationale du 13 au 18 septembre 2010, sur proposition du Comité Consultatif Constitutionnel et sur décision du Conseil des Ministres ». La Constitution de la IVe République a donc été adoptée de fait par un processus unilatéral des autorités de la Transition de l’époque et non reconnue par l’ensemble de la classe politique et la Communauté internationale. La transition politique « concertée » n’a été effective que sur la base de la Feuille de Route du 13 Septembre 2011 ».

Telle qu’elle existe. Sahondra Rabenarivo, du SeFaFi et juriste a également son mot à dire. « Nous ne voyons pas de mal à essayer d’appliquer la Constitution telle qu’elle existe, et si ça ne marche pas, seulement à ce moment-là, y aura-t-il un argument pour la changer ? », affirme-t-elle. Pour certains observateurs politiques, il ne faudrait pas recourir à un amendement de la Constitution à un an de l’expiration du mandat présidentiel actuel. D’autres avancent qu’il faudrait définir, au préalable, ce qu’est « une nécessité impérieuse » et par la suite apprécier si la révision de la Constitution est opportune ou pas. Quoi qu’il en soit, des politiciens soutiennent cette révision qui doit se baser sur le changement de la forme de l’Etat, c’est-à-dire, abandonner l’Etat unitaire et mettre en place, le système fédéral avec les provinces et régions autonomes.

Aina Bovel

L'express de Madagascar21 partages

Trophée HEC Paris Bernard Ramanantsoa – Les finalistes du concours s’annoncent

Célébrer l’excellence. C’est dans cet ordre qu’a été annoncée, hier, au siège de DHL Ankorondrano, la liste des finalistes qui auront l’honneur de concourir pour le prestigieux trophée Bernard Ramanantsoa. Dans le principe de contribuer au développement économique des entreprises à travers les partages de formations d’excellence, l’École des Hautes Études Commerciales de Paris a installé une de ses antennes en terre malgache.  Depuis le mois de mai, l’école a, ainsi, lancé des appels à candidature au sein de toutes les entreprises malgaches.« Nous sommes conscients  que beaucoup d’effort ont été accompli par les chefs d’entreprise afin d’améliorer leur système de management. C’est pourquoi, nous avons initié ce concours, pour honorer ce qui se fait de mieux à Madagascar en termes d’entreprenariat », explique Mamy Rakoton­drainibe, président de HEC Exed Community Mada­gascar.

Nombreux soutiensSur plus de six cent entreprises contactées, cent quatorze ont répondu positivement à l’appel à participation. Une trentaine ont été retenues pour la phase finale, qui se déroulera le 30 septembre au palais d’État d’Ambohitsirohitra, sous le parrainage du président de la République.En tout, la trentaine de finalistes se partageront quatorze prix dont des catégories telles que Service clientèle, Notoriété, gestion des Ressources humaines, meilleur manager, meilleur sous-traitant, meilleure entreprise sur le marché local et meilleure entreprise sur le marché international. Les gagnants auront la possibilité de jouir d’un appui de l’école ainsi que des soutiens techniques financiers et médiatiques afin de promouvoir leurs activités.

H.R.

Midi Madagasikara20 partages

11e conférence ministérielle de l’OMC : La réunion préparatoire à Madagascar

Le ministre du Commerce et de la Consommation Chabani Nourdine a ouvert officiellement la réunion préparatoire de la 11e Conférence ministérielle de l’OMC.

La 11e conférence ministérielle  de l’Organisation Mondiale du Commerce aura lieu à Buenos Aires du 10 au 13 décembre prochain. Madagascar qui assure, par ailleurs la présidence de la Francophonie accueille la concertation préparatoire de cette 11e conférence ministérielle de l’OMC. L’ouverture de la réunion qui a débuté hier au Colbert a été présidée par le ministre du Commerce et de la Consommation. Une occasion pour Chabani  Nourdine de rappeler les enjeux du commerce international où Madagascar peut avoir une place de choix. « Le développement économique doit être l’élément essentiel de cette 11e conférence ministérielle de l’OMC que nous préparons aujourd’hui. Pour cela, nous devons être plus dynamiques afin de préserver et surtout de mettre en pratique les acquis des précédentes conférences » a précisé le ministre du Commerce et de la Consommation, dans son discours d’ouverture.

Rappelons que c’était lors de la réunion du Conseil général de l’OMC  qui s’est tenue le 3 octobre 2016 que la décision a été prise d’organiser cette 11e conférence ministérielle de l’OMC en Argentine. La Conférence ministérielle, à laquelle participent les ministres chargés du commerce et d’autres hauts fonctionnaires des 164 Membres de l’Organisation, est l’organe de décision suprême de l’OMC. En vertu de l’Accord de Marrakech instituant l’OMC, elle doit se réunir au moins une fois tous les deux ans. La précédente Conférence ministérielle s’est tenue à Nairobi (Kenya) en décembre 2015.

R.Edmond.

Midi Madagasikara18 partages

VOLLEY-BALL : La finale GNVB-CNaPS homme pour ce jeudi

On aura beau décentraliser les compétitions nationales, Analamanga aura le dernier mot quant à la tenue de la finale Messieurs du sommet national 2017. Car sans qu’elle fasse quoi que ce soit, la ligue abritera indirectement la finale GNVB-CNaPS ce jeudi au Palais des sports.

Le petit palais à côté du Palais des sports verront jouer les volleyeurs de CNaPS sport contre les gendarmes pour le compte de la finale de volley-ball qui a fini en queue de poisson à Toamasina. Rendez-vous est pris pour ce jeudi à 16h30 et les deux équipes ont accepté. Si chez les dames, Stef’auto a laminé VCD en 3 sets à 0, chez les messieurs, rien n’est donc dit. A Toamasina, les deux premiers sets sont allés à CNaPS plus ou moins facilement. Ils ont mené en deux sets à 25 à 23 et 25 à 18. Les gendarmes ayant accumulé les fautes directes et les mauvaises réceptions. CNaPS avait toujours près de 5 points d’écarts et les ont gardés pour ces sets là. Pour le 3e set, les Gendarmes ont eu le dessus en 25 à 16. Et le 4è set était aussi à leur avantage car ils en étaient à 23 contre 20 quand tout a dégénéré. La salle trop pleine, des lignes de service mal respectées par les spectateurs, qui ont émis des critiques comme quoi les joueurs ont été arrosés d’eau voire d’alcool ou encore insultés…tout cela a fini par une décision des joueurs de la CNaPS de quitter le terrain. Après concertation technique entre les deux équipes, le match sera donc rejoué ce jeudi à huis clos pour le moment. A moins qu’une autre décision permette de jouer devant public. Les joueurs resteront les mêmes que dans les fiches présentées lors de ces finales. L’on se demande si les arbitres seront toujours Mamy Andriamamonjy 1er arbitre et Koera ?

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara16 partages

ANRE : Le réseau intranet de l’Etat réactivé

Deux jours après le décret abrogeant les dispositions du décret n°2015-1412 du 21 octobre 2015 portant nomination du Directeur Général de l’Agence Nationale de Réalisation de l’E-Gouvernance (ANRE), le réseau intranet de l’Etat a été réactivé le 15/09/17 au soir. Idem pour les sites Web et la messagerie des ministères et des Institutions étatiques. Toujours est-il que des négociations ont eu lieu entre le Secrétariat Général de la Présidence et le personnel de l’ANRE. Dans un communiqué remis à la presse, cette agence de citer que le personnel a enduré durant ces 11 derniers mois sans salaire tout en continuant à exercer pleinement leurs tâches. Le personnel, lors des négociations, a consenti à rétablir la connexion en réponse à la volonté des hauts responsables à régulariser une partie des salaires du Personnel et de préparer la réunion du Conseil d’Administration dans les meilleurs délais. Il demande l’accélération du paiement effectif de la 1re partie et le reste des salaires comme il a été convenu étant donné qu’ils ont déployé beaucoup d’efforts pour résoudre le problème malgré les difficultés causées par la non-perception de presque un an de salaire.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara15 partages

A la FIA : Lancement officiel du projet de reboisement  » Beam Paulownia Development » Le président He...

Hery Rajaonarimampianina rencontre le DG de la BEAM, Razanatefy Lalaina (extr. dr.) lors de la visite des stands de la FIA. Photo Anastase

La préservation de l’environnement, comme entre autres, le reboisement ne peut être dissocié de l’agriculture pour un développement harmonieux et durable. C’est la raison pour laquelle la société BEAM (Bois Et Aggloméré de Madagascar) a tenu a participé à la Foire internationale de l’agriculture (FIA) qui a pris fin tout récemment dans la capitale.

Comme l’a expliqué Razanatefy Lalaina, Directeur général de la société BEAM, cette présence à cette manifestation a pour objectif, la présentation et le lancement officiel du projet de reboisement « Beam paulownia developpement ».

Ecoresponsable

Beam Paulownia Development est un projet qui s’inscrit avant tout dans la démarche éco-responsable à travers sa mission de reboiser Madagascar avec la variété « paulownia », un arbre à croissance rapide, tout en offrant un développement socio-économique à la population rurale avec l’appui du ministère de l’environnement de l’écologie et des forêts en partenariat avec BNI Madagascar, l’association Tree Island et l’établissement Robbens.

Plan

Bien évidemment, toujours selon Razanatefy Lalaina, l’initiative consacrera ses efforts dans la mise en œuvre du plan d’urgence nationale de reboisement, une de ses principales préoccupations et dont l’objectif est de 40.000 ha pendant 5 ans à partir de 2017. Une initiative du secteur privé que le président Hery Rajaoarymampianina n’a pas manqué de saluer au cours de sa visite des stands durant la manifestation.

Engagement sociétal

Au cœur des activités de Beam paulownia developement, le leitmotive reste et demeure l’engagement sociétal à travers l’inclusion des villageois qui sont les premiers bénéficiaires au niveau de chaque zone de reboisement. L’individu sera mis à profit pour matérialiser sa contribution à la sauvegarde de son environnement. Le souhait des responsables est de permettre à chaque citoyen, acteur de reboisement de devenir les pionniers de ce changement et de participer pleinement pour la sauvegarde de la nature locale. BNI Madagascar consent à accorder des facilités de paiement aux particuliers désireux de vulgariser le reboisement dans la Grande Ile. La mission de Tree Island, une association de développement de la forêt et des villages, se veut de promouvoir le développement écologique et économique des zones rurales par le reboisement et la gestion éco-responsable des forêts. Enfin l’établissement Robbens se charge de la production des jeunes plants de paulownia, tout comme la société BEAM qui se charge des services de reboisement, incluant un suivi des plants jusqu’à maturité et de la distribution des jeunes plants de paulownia et de l’achat des arbres paulownia pour en faire des bois d’œuvre.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara14 partages

Cabinet militaire de la Présidence : Remplacé par le Secrétariat du HCDN

Il a été décidé, lors du Conseil des ministres du 13 septembre dernier, le projet de décret abrogeant certaines dispositions du décret n°2014-066 du 29 janvier 2014 portant organisation de la Présidence de la République. Mais qu’en est-il du contenu de ces dispositions ? D’après les explications du Président Hery Rajaonarimampianina, lors du récent petit-déjeuner de presse qui s’est tenu à Iavoloha, le Secrétariat du Haut Conseil de la défense nationale (HCDN) va se substituer au cabinet militaire de la Présidence. A cet effet, le poste du directeur du cabinet militaire à la Présidence a été également dissous.

Concept de défense. D’après la Constitution, le HCDN assiste le président de la République et a pour mission « de veiller à la coordination des actions confiées aux forces armées afin de préserver la paix sociale ». Il est aussi appelé à élaborer le concept de défense nationale qui, selon la loi fondamentale, doit être « arrêté en conseil des ministres » par le chef de l’État. Cet organe est composé notamment de civils et de militaires, appartenant au gouvernement. Le Premier ministre, ainsi que les ministres des Affaires étrangères, des Mines, de la Justice, des Finances et du budget, de l’Intérieur et de la Décentralisation, de l’Économie, de l’Environnement et du ministre de la Pêche et de secrétaire d’État chargé de la Mer siègeront de droit au sein du Haut conseil de la défense nationale avec le ministre de la Défense nationale, ainsi que le secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara13 partages

Une AG de l’ONU sous le signe de la crise nord coréenne

C’est un des sujets les plus importants de cette 72e session  de l’assemblée générale des Nations Unies. Certes ce n’est pas la seule question préoccupante qui sera posée aux représentants des pays membres, mais la montée de la tension engendrée par les bravades de Kim Jung Un dans la  péninsule coréenne sera largement débattue par les participants. La crise est sérieuse et les grandes puissances s’en inquiètent.

Une AG de l’ONU sous le signe de la crise nord coréenne

La communauté internationale est bien décidée à faire rentrer le leader nord coréen dans le rang. Malgré les sanctions votées à l’unanimité par les membres du conseil de sécurité, dernièrement, ce dernier n’a pas fléchi et a procédé au lancement d’un nouveau missile qui a survolé le Japon. Il n’a pas tenu compte des pressions de ses puissants voisins, la Chine et la Russie ; Il a ouvertement défié les Etats-Unis. Les grandes puissances semblent particulièrement préoccupées par cette escalade qui pourrait être plus que verbale. Les USA et en particulier leur président impétueux, Donald Trump ont commencé à durcir le ton. La représentante américaine au conseil de sécurité a annoncé que son pays était déterminé à utiliser tous les moyens pour ramener les Coréens du nord à la raison. Le ton employé par Donald Trump, annonçant que toutes les options étaient sur la table est tout aussi inquiétant. De chaque côté des frontières nord coréennes, des manœuvres militaires ont lieu. Au nord, ce sont les Chinois et les Russes qui organisent des patrouilles navales conjointes. Au sud, les avions furtifs américains font des survols réguliers de la zone démilitarisée. Tout le monde convient cependant que la solution à cette crise devrait être diplomatique et qu’une guerre ne résoudra rien. Les ministres des affaires étrangères français, anglais et allemand sont en train de s’activer en coulisse pour réduire la tension et amener les parties antagonistes à trouver un accord. Cette crise est qualifiée de majeure et elle risque de provoquer un conflit qui sera difficilement maîtrisable.

Patrice RABE

News Mada11 partages

Tsiahin’ny tantara : nametraka tantara ratsy teto amin’ny firenena ny volambita

Misy dikany sy heviny teo amin’ny Ntaolo ny volana septambra na adimizana na koa volambita resahan’ny andian’olona sasany amin’izao fotoana izao ity. Nanamarika ny tantaran’ny firenena koa anefa izany ary zary tantara ratsy…

Teo amin’ny Ntaolo, mifanoto amin’ny alahamady avaratra atsinana, hita eny atsimo andrefana, ny volambita na septambra raha amin’ny orin-trano. Fahavalon’ny alahamady, volana marsa sy avrily izy. Volan’ny mpandroba sy mpamadika na mpivarotra tanindrazana ary mpanongam-panjakana ny volambita na septambra.  Famotehana sy fanotana fady ny firenena sy ny tanindrazana koa. Anisan’ireo daty malaza manamarika izany namotehana an’I Madagasikara izany ireto voalazan’ny  boky Ratany, mpampianatra tao anaty Rova, nosoratan-dRandrianarivelo Lucien ireto.

Nasandratra voninahitra “maresaly” ny 10 Septambra 1895 Ratelifera. Anisan’ny akaiky ny mpanjanaka ary fahavalo mafaitran’ny mpanjaka vavy Ranavalona III izy.

Nikabary ny mpanjaka ny 21 septambra 1895 ary nilaza fa ho tafakatra eto ny Frantsay. Ny 24 septambra 1895 ny kabary saiky hataon’ny mpanjaka, tao Andohalo, saingy rava izany noho ny dobo-tafondro mafy ka niparitaka ny vahoaka. Midika ho faharavam-panjakana izany.

Ny 25 sy 26 septambra 1895, nandrehitra afo maromaro teny Andrefan’Antananarivo ny miaramila frantsay ary nanao dobo-tafondro mafy, hampihorohoroana ny vahoaka. Rifatra nandositra nankany an’ala  ny zaza amam-behivavy.

Tratry ny daroka baomban’ny mpanjanaka ny 30 septambra 1895 ny zoron’ny alahamadin’ny lapan’i Manjakamiadana, ilay misy famataranora iny. Nahafaty miaramila maro izany ary nahamay an’i Tsarahafatra .Nitsangana ny saina fotsy teny amin’ny Rova, resy ny fanjakana malagasy tamin’ny 03 ora sy  30mn ny 30 septambra 1895. Tonga teto Antananarivo i Gallieni, ny 16 septambra 1896 . Nesorina ny saina malagasy teny Manjakamiadana ary nosoloina saina frantsay, ny 29 septambra 1896. Natao fanambarana ny  27 septambra 1896 fa atao zanatany frantsay i Madagasikara sy ny Nosy momba azy.

Mpanongam-panjakana sy mpivarotra tanindrazana

Ankoatra izany, teraka ny  23 septambra 1829 Radama II ary niseho teny Mahamasina sy nohosorana ho mpanjaka ny 23 septambra 1862. Nikononkonona fanonganam-panjakana, hanongana an-dreniny Radama II ny 20 jona 1857. Mpanongam-panjakana sy mpivarotra tanindrazana sy mpanota fady izy.

Mazava izany ny tiana hahatongavan’ireo milaza hankalaza ity  atao hoe volambita na milaza ho taombaovao iraisana ny  22 septambra  2017  ity. Hipoitra sy hiseho masoandro ireo tsy tia tanindrazana, niafina hatramin’izay. Mbola ireo Ratelifera, Radama II sy ny forongony, miseho amin’ny endriny vaovao…

Synèse R.

 

Midi Madagasikara10 partages

CFM : Retard dans la mise en place du bureau permanent

L’élection des membres du bureau permanent du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) risque d’accuser un retard. Comme il a été annoncé, les 33 membres de cet organe en charge de la mise en œuvre de la réconciliation nationale se mettent depuis vendredi dernier à l’élaboration de leur règlement intérieur. D’après un conseiller du Fampihavanana Malagasy, ce règlement intérieur sera fin prêt dans trois jours, mais son contrôle de constitutionnalité connaîtrait un retard étant donné que la plupart des membres de la Haute Cour Constitutionnelle n’est pas présente dans la Capitale. Il faudra donc attendre lundi pour que les hauts conseillers soient au grand complet à Ambohidahy.

Semaine prochaine. A l’allure où vont les choses, l’élection des membres du bureau permanent du CFM n’aura lieu que la semaine prochaine. A noter que le bureau permanent du Conseil du Fampihavanana Malagasy sera composé de 9 membres dont un président, six vice-présidents, un Rapporteur Général et un Rapporteur Général adjoint. Quant à l’élection du président du CFM, des noms circulent, mais un seul sera élu. Maka Alphonse, Charles Rabemananjara, Mangalaza Eugène, Rabe Landry et Boanoro Henri Victor figurent parmi les pressentis. A suivre.

Eugène
Midi Madagasikara10 partages

Football – Cosafa Cup : Dure leçon pour les Malgaches !

Battues à trois reprises et sur des scores à chaque fois sévères dont la dernière défaite en date devant les Zambiennes par 6 à 1 ou encore ce 4 à 0 infligé d’entrée par les Zimbabwéennes, les filles de la sélection malgache savent aujourd’hui ce qui leur reste à faire.

Il n’y aura pas d’alternative pour l’équipe nationale féminine de Madagascar qui a essuyé une sévère correction au COSAFA Cup à Bulawayo au Zimbabwe. Soit poursuivre en faisant un travail en profondeur passant par des championnats régionaux à même de permettre une détection plus poussée pour des filles qu’il faut à la place qu’il faut c’est-à-dire des joueuses aussi véloces que techniques.

Chances infimes. Soit carrément abandonner car il reste bien évidemment une classe d’écart pour espérer rivaliser avec les meilleures nations africaines. Ce qui serait dommageable car cela réduirait à néant  les efforts consentis par la Commission du football féminin présidée par Patricia Rajeriarison qui, consciente que nos chances sont infimes sur l’échiquier africain, a choisi de faire disputer le championnat national en trois étapes. Pour qu’il y ait justement suffisamment de temps de jeu pour chaque joueuse.

Jamais de mémoire, on n’a autant investi pour le football féminin car entre les étapes, il y avait un regroupement des présélectionnées en équipe nationale. Mais malgré tous les efforts, le football féminin n’a pas réussi à se frayer une place au soleil en disputant sa finale devant un maigre public de Mahamasina sinon un peu plus à Mahajanga où la saine concurrence entre le Stade Olympique de Mahajanga et la jeune formation d’Antanimasaja fait que les gens viennent au stade Alexandre Rabemananjara.

Un rôle plus conséquent. Pour tout dire, ce sont les compétitions qui nous font défaut. Tant qu’on ne dispute pas des championnats régionaux pour ensuite permettre de se qualifier au championnat national, on restera loin derrière l’élite africaine.

Une remarque qui s’applique aussi aux autres formations jeunes à l’image de la déroute des moins de 17 ans d’Analamanga qui ont échoué au même tournoi de COSAFA mais à Maurice.

La balle serait donc dans le camp de la Fédération Malgache de Football appelée à tenir un rôle beaucoup plus conséquent pour espérer récolter de bons résultats en partant de la base. Ce n’est pas sorcier mais il faut y mettre une bonne dose de volonté. Et on ne pense pas que la championne des « Questions pour un champion », Patricia Rajeriarison, n’en a pas…

Clément RABARY

Midi Madagasikara10 partages

Galerie Iarivo : Le Food Court ouvre ses portes à Andranomena.

Food Court se trouve dans l’enceinte de la Galerie commercial Iarivo à Andranomena.

Les centres commerciaux se multiplient dans les différents quartiers de la Capitale. Et ce, au grand bonheur des consommateurs qui ont de plus en plus accès à des services de qualité.

La restauration est un secteur qui se développe dans la Capitale. La preuve, de nouveaux restaurants font leur apparition dans différents endroits de la ville. Le Food Court de la Galerie commerciale Iarivo fait son entrée sur le marché de la restauration. L’inauguration de l’établissement en question a eu lieu samedi dernier. La Galerie Iarivo se trouve précisons-le à Andranomena. Il s’agit en fait de l’ancienne Galerie Pacom, reprise en 2015 par la société Iarivo Immobilier qui, depuis ce rachat a entrepris de grands travaux d’embellissement et d’aménagement. Des travaux qui ont apporté un second souffle à ce centre commercial qui regroupe actuellement une trentaine de boutiques et de magasins spécialisés dans différents secteurs. Pour ne citer, entre autres que les services (banque, pressing, agence de voyage), la santé et la beauté (salon de coiffure et esthétique, boutique de mode, onglerie, centre de santé…) la décoration et l’ameublement. L’alimentation…

Cuisines variées

En matière d’alimentation justement, l’apparition de Food Court, la nouvelle aire de restauration va apporter un plus au centre commercial. Les potentiels clients auront l’embarras du choix avec les sept restaurants proposant des cuisines variées. Produits de la mer, steak, sandwicherie, cuisines malgache, italienne, indienne, barbecue, grillade, brasserie, rillette bar… constituent autant d’offres proposées dans les sept box tenus par des professionnels dans leur domaine respectif. Dans ce concept, Iarivo Immobilier mise avant tout sur la proximité. « Outre les travailleurs des enseignes situées dans la Galerie commerciale Iarivo, nous visons également les habitants des quartiers périphériques » explique John Azadalyn responsable du département immobilier. Food Court vise également, les automobilistes qui empruntent la route Digue, et bien évidemment les promeneurs surtout durant le week-end. Avec son grand parking sécurisé, Food Court est, en tout cas un endroit idéal pour se restaurer.

R.Edmond.

Midi Madagasikara10 partages

Athlétisme- Semi-marathon : Victoire de Mampitroatsy et Mbola

Mampitroatsy du COSPN et Mbola de la CNaPS ont survolé le semi-marathon international de samedi dernier à Mahajanga organisé conjointement par la ligue de Boeny et la ligue régionale d’athlétisme de la Réunion.

Chez les hommes, trois Malgaches se trouvaient sur le podium avec Mampitroatsy sur la plus haute marche et son coéquipier du COSPN, Fitohiza, à la deuxième place tandis que Jean de la Croix de la CNaPS complète la liste.

Chez les dames, Mbola a fini à la première place suivie respectivement par la Réunionnaise Anna Atias et Landu du COSPN.

C.R.

Midi Madagasikara9 partages

UltraRun : Hajanirina et Nany sur la plus haute marche

Les Malgaches ont une fois de plus fait parler leur classe lors de la compétition organisée par UltraRun et World Trade Center le week-end dernier.

Chez les dames, Razafindrafara Nany Madeleine a remporté les 10 km en 38 mn.

Chez les hommes et sur 20 km, Hajanirina Andriamparany a surclassé tout le monde avec un chrono de 1h 11 mn 20 sec montrant qu’il reste le grand champion de l’Océan Indien sur des distances intermédiaires et même au marathon où le champion malgache possède une certaine marge. Comme il se donne toujours à fond à l’entraînement, il récolte de bons résultats même si on sait très bien que l’athlétisme ne nourrit pas son homme.

C.R.

Orange Madagascar8 partages

Une Diaspora malgache très active aux Etats-Unis

Le déplacement aux États-Unis du chef de la Diplomatie malgache pour participer à la 72è assemblée générale des Nations unies coïncide avec une exposition organisée par une communauté malgache à New York. L’exposition  visible à la galerie Roosvelt Island Visual Art Association (RIVAA) met en valeur des produits malgaches et est intitulée « Madagascar : cultures et potentialités ». Une initiative privée que le ministre Rabary-Njaka n’a pas manqué de louer.

 

Les instruments de musique, miniatures de voitures fabriquées en kapoaka, tissus en soie, produits artisanaux, etc… exposés à la galerie RIVAA, et tous « Vita malagasy » , attirent l’attention des visiteurs. Environ 250 personnes ont déjà visité l’exposition.

 

Les organisateurs de cette exposition ont bien voulu démontrer que les Malgaches peuvent activement faire promotion du pays et de ses potentialités dans leurs pays d’installation.

« On n’est pas obligé d’attendre l’assistance des autres pour faire briller Madagascar à l’étranger » a affirmé avec fierté  un des organisateurs au ministre des affaires étrangères malgaches venu visiter l’exposition.

 

Une volonté d’entreprendre que le ministre a fortement encouragée. Henri Rabary-Njaka d’indiquer que toute initiative visant à promouvoir les potentialités de Madagascar à l’étranger est louée par le gouvernement. La Diaspora a en effet un rôle clé à tenir dans le développement socio-économique du pays.

 

Invitation au forum de la Diaspora malgache

 

C’est à l’occasion d’un culte organisé par les chrétiens du Fiangonana Kristianina Malagasy à Manhattan que le Chef de la Diplomatie malgache a invité les Malgaches d’Amérique du Nord à participer au forum de la Diaspora malgache qui aura lieu  à Antananarivo, du 26 au 29 octobre prochain.

 

Le ministre a expliqué à la Communauté malgache présente à cette occasion les objectifs de ce forum ainsi que les attentes.  L’évènement permettra de raffermir les liens entre Madagascar et sa Diaspora, d’ échanger, de mieux se connaître, et de fédérer tous les potentiels en vue d’œuvrer ensemble pour le développement du pays.

 

« Nous serons attentifs à vos suggestions, à vos souhaits respectifs. Nous devrions parvenir à trouver des points de vue communs pour le bien de Madagascar » a expliqué le Chef de la Diplomatie malgache.

 

 

ZHN

Midi Madagasikara8 partages

Heavy Metal Vibes : Du bon métal avec Dekapy’s Band et Rheg

Rheg balancera du lourd ce dimanche, lors du Heavy Metal Vibes.

De passage au pays, Thierry Dekapy, un grand guitariste qui a fait les beaux jours du groupe Green, Apost ou encore Red Metal, ne passera pas inaperçu. Depuis quelques mois, il répète en solo, et avec sa formation, les chansons qui formeront son répertoire lors du concert Heavy Metal Vibes qui se tiendra au Cercle Franco-Malgache à Anosy ce dimanche à partir de 14h. Il partagera la scène avec le groupe Rheg, qui est d’ailleurs l’organisateur de ce spectacle très attendu par les métaleux.

Depuis quelques mois, Thierry Dekapy a lancé l’info sur son compte facebook, et ceux qui le suivent ont eu l’occasion d’apprécier ses coups de guitare, des séances qu’il filme avec son smartphone, et qui donnent déjà l’eau à la bouche sur ce qui va se passer lors de ce concert. Thierry Dekapy ne sera pas seul sur scène, on compte parmi son band Teddy Inox et Fanirÿ Nocturnal. La formation fera un set d’à peu près une heure, avec du bon son bien lourd, toujours riche en technicité et en authenticité. Certains des titres écrits et composés par Thierry Dekapy et interprétés par le groupe Green du temps où il jouait dans ce groupe figureront parmi dans le répertoire, mais seront remis au goût du jour avec le combo actuel.

Rheg. Avec Otoprod by Reg, ce live est signé Rheg, qui se réjouit de retrouver son ami et compère Thierry Dekapy. Car à chacun de ses passages à Madagascar, Thierry Dekapy et Rheg jouent toujours ensemble. Pour cette année, ce live incontournable sera l’occasion de retrouver leur complicité. Le show débutera par une session acoustique avec le groupe Rheg, qui compte six membres dans la formation. Un petit clin d’œil au style mélodique et plutôt blues de ses débuts, dans les années 98, alors que Rheg faisait ses premiers pas en public. Mais on connaît aussi un Rheg qui dompte le métal, et qui envoie du son bien lourd. Le spectacle montera alors en crescendo car après le live acoustique de Rheg, place au heavy métal de Dekapy’s band, avant la partie purement heavy de Rheg. Là, la formation se rétrécit car ils ne seront plus que quatre pour faire chavirer les rockers et les métaleux avec des riffs bien puissants. Une chose est sûre, les fans de métal n’auront aucune excuse pour rater ce rendez-vous unique !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara5 partages

Urban show : A nouveau sur les rails !

les responsables au sein de Média Consulting, lors de la conférence de presse de présentation de « Urban show » hier.(Photo : Nary Ravonjy)

Média Consulting remet au devant de la scène « Urban show ». Rebaptisé « Urban show revisited », l’évènement se tiendra les 24, 25 et 26 novembre au Village Voara Andohatapenaka. Dédié aux jeunes branchés, il regroupera toutes les sections phares des principales tendances urbaines dans une seule et même manifestation. Les férus de mode, les sportifs, les amateurs de high tech… tous seront gâtés. Selon les explications des responsables au sein de Media Constulting « Urban show sera composé de cinq shows. Il y aura l’urban mode qui mettra en avant des jeunes créateurs et stylistes et dans laquelle les boutiques pourront exposer et vendre leurs créations, l’urban arts regroupant la photographie, le body painting, le graffiti, l’urban sports qui fera sans aucun doute le bonheur des mordus de street basket-ball, tuning, rollers… Les joueurs ne seront pas en reste. L’urban high tech leur permettra de s’adonner à leur passion pour les video games, billards…Et le dernier et non des moindres : l’urban food ». Chacune de ces sections sera répartie à travers tout le site avec ses propres expositions, ateliers, démis et concours. « Urban show revisited » se distinguera de la première édition par une plus grande variété d’activités mais surtout par son côté instructif. Il ne s’agira pas uniquement de montrer les talents des jeunes mais aussi et surtout de faire passer des messages instructifs. Autrement dit, joindre l’utile à l’agréable !Mahetsaka

Orange Madagascar3 partages

Les technologies au service l’épanouissement des Femmes dans des quartiers défavorisés d’Antananarivo

Trois nouvelles « maisons digitales pour les femmes » initiées par l’association EZAKA, seront mises en place cette année, au sein des 1er, 2e et 6e Arrondissements d’Antananarivo. 

Ces nouvelles infrastructures devront contribuer à l’amélioration des conditions de vie des familles en milieu défavorisé, mais surtout au développement personnel des femmes. Il s’agit de familiariser ces femmes avec les NTICs et les logiciels de base, jusqu’à un niveau d’autonomisation et application pratique et ainsi faciliter leur accès à du matériel adapté de façon à leur permettre de se tenir informées sur les sujets qui les intéressent, mais également de travailler avec un outil attractif et performant. Ceci favorisera leur insertion professionnelle.

Dans le cadre de la 3e promotion qui comptera en tout 8 nouvelles  , chaque maison digitale est dotée de kits numériques :10 tablettes, 2 serveurs Raspberry, 1 imprimante et 5 ordinateurs portables en milieu urbain, 1 ordinateur portable en milieu rural. Orange Solidarité Madagascar soutient également la réhabilitation, l’équipement en mobiliers de ces infrastructures et la formation des femmes fréquentant ces maisons digitales qui s’élève à plus de 93.580.000 Ariary.

L’Association Ezaka et Orange Solidarité Madagascar ont lancé  les 12 et 14 septembre derniers , à Analakely pour le 1er Arrondissement, Ambanidia pour le 2e Arrondissement et  Ambohimanarina pour le 6e Arrondissement, les travaux d’aménagement et ou de réhabilitation des locaux qui vont abriter les « maisons digitales pour les femmes. »

Le programme « maisons digitales pour les femmes » vise l’épanouissement des femmes dans les quartiers défavorisés grâce aux NTICs. Les trois autres Arrondissements de la Capitale disposent déjà de cette structure.

A travers ce programme, Orange solidarité Madagascar participe activement à la sensibilisation à de nouvelles pratiques numériques.

Rappelons que de 2015 à 2017, Orange Solidarité Madagascar a déployé 12 « maisons digitales pour les femmes » dont 4 avec EZAKA soit 12 kits numériques dotés, composés de 120 tablettes, 24 serveurs Raspberry, 42 ordinateurs portables, 6 imprimantes et 12 vidéoprojecteurs avec écrans et plus 156.700.000 Ariary d’investissement sous forme de subvention pour la rénovation et l’équipement des locaux.

Trois nouvelles « maisons digitales pour les femmes » initiées par l’association EZAKA, seront mises en place cette année, au sein des 1er, 2e et 6e Arrondissements d’Antananarivo. 

Ces nouvelles infrastructures devront contribuer à l’amélioration des conditions de vie des familles en milieu défavorisé, mais surtout au développement personnel des femmes. Il s’agit de familiariser ces femmes avec les NTICs et les logiciels de base, jusqu’à un niveau d’autonomisation et application pratique et ainsi faciliter leur accès à du matériel adapté de façon à leur permettre de se tenir informées sur les sujets qui les intéressent, mais également de travailler avec un outil attractif et performant. Ceci favorisera leur insertion professionnelle.

Dans le cadre de la 3e promotion qui comptera en tout 8 nouvelles  , chaque maison digitale est dotée de kits numériques :10 tablettes, 2 serveurs Raspberry, 1 imprimante et 5 ordinateurs portables en milieu urbain, 1 ordinateur portable en milieu rural. Orange Solidarité Madagascar soutient également la réhabilitation, l’équipement en mobiliers de ces infrastructures et la formation des femmes fréquentant ces maisons digitales qui s’élève à plus de 93.580.000 Ariary.

L’Association Ezaka et Orange Solidarité Madagascar ont lancé  les 12 et 14 septembre derniers , à Analakely pour le 1er Arrondissement, Ambanidia pour le 2e Arrondissement et  Ambohimanarina pour le 6e Arrondissement, les travaux d’aménagement et ou de réhabilitation des locaux qui vont abriter les « maisons digitales pour les femmes. »

Le programme « maisons digitales pour les femmes » vise l’épanouissement des femmes dans les quartiers défavorisés grâce aux NTICs. Les trois autres Arrondissements de la Capitale disposent déjà de cette structure.

A travers ce programme, Orange solidarité Madagascar participe activement à la sensibilisation à de nouvelles pratiques numériques.

Rappelons que de 2015 à 2017, Orange Solidarité Madagascar a déployé 12 « maisons digitales pour les femmes » dont 4 avec EZAKA soit 12 kits numériques dotés, composés de 120 tablettes, 24 serveurs Raspberry, 42 ordinateurs portables, 6 imprimantes et 12 vidéoprojecteurs avec écrans et plus 156.700.000 Ariary d’investissement sous forme de subvention pour la rénovation et l’équipement des locaux.

L'express de Madagascar2 partages

Banque – 770 milliards ariary de billets émis

Après les grosses coupures, les billets de petites coupures sont entrés en circula­tion depuis hier. Au total, 770 milliards ariary ont été émis depuis juillet.

La transparence. La Banky Foiben’i Madagasikara (BFM) a mis beaucoup sur ce mot sur les émissions de nouvelle gamme de billets de banque. Alain Hervé Rasolofondrainibe, le gouverneur de la BFM, a déclaré, hier, devant la presse que « 770 milliards ariary de billets ont été émis depuis le mois de juillet, dans le cadre de l’émission de ces nouveaux billets. Les coupures de 20 000 ariary concernent 25% de cette valeur ». Il ajoute que cette mesure a permis de maîtriser la circulation fiduciaire dans certaines régions, comme la région de Sava durant la campagne de vanille.Depuis hier, les petites coupures ont commencé à circuler. Les billets de 1000 ari­ary, 500 ariary, 200 ariary et 100 ariary arrivent ainsi dans les portefeuilles des ménages. L’émission de ces coupures de billets achève les différentes étapes de mise en circulation de nouvelle gamme de billets de banque, entamée depuis le mois de juillet. D’après la banque centrale, l’émission de cette nouvelle gamme de billet permettra à la population, comme aux institutions financières, de mieux se prémunir de la contrefaçon, grâce aux signes de sécurité modernes utilisés.

Authenticité« La nouvelle gamme se caractérise par une harmonisation des éléments graphiques de l’ensemble des billets. Elle facilite leur identification. Ces billets sont dotés d’éléments de sécurité, les plus récents et les plus fiables. Ils permettent de vérifier aisément leur authenticité. En plus, nous avons introduit des signes permettant aux malvoyants d’identifier la valeur faciale de chaque billet », a fait savoir Alain Hervé Rasolofondraibe, gouverneur de la BFM.Ces billets sont imprimés principalement en Europe et, une partie, en Chine. Les travaux ont été confiés aux sociétés Giesecke  Devrient en Allemagne, la Banque de France et la société Oberthur en France. Le coût d’impression de ces billets est moins onéreux que les autres en circulation. Il va à 140 ariary pour la coupure de 100 ariary et 250 ariary pour la grosse coupure de 20 000 ariary, selon une précision du gouverneur de la BFM lors de l’annonce de mise en circulation des grosses coupures en juillet.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar2 partages

Loi anti-blanchiment de capitaux – Le président de la République conteste

Lamina Boto Tsara Dia, directeur général du Samifin, suggère le respect des normes internationales. Mais il faut aussi tenir compte de la réalité locale.

À revoir. La loi anti-blanchiment de 2004 n’est pas adaptée à la réalité malgache, selon le président de la République. Lors du déjeuner de presse de samedi, Hery Rajaonarimampianina a dénoncé le décalage entre les normes exigées par les standards internationaux à la réalité nationale. Il a évoqué en particulier l’article 4 de cette loi, selon laquelle « tout paiement en espèces ou par titre au porteur d’une somme globalement supérieure à dix millions d’ariary  est interdit ». En tant que financier, il n’a pas caché sa réserve sur cet article. « Si on suit cette loi à la lettre, tous les marchés de bovidés, l’achat de voitures d’occasion ou toutes autres transactions dans les milieux ruraux doivent fermer, d’autant que le taux de pénétration bancaire est de 5% », a-t-il pesté.Dans le cadre des négociations de la Facilité élargie de crédit (FEC), l’État malgache s’est engagé à lutter contre la corruption, ainsi que le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Deux lois sont en vigueur actuellement. Il s’agit de la loi anti-corruption et la loi anti-blanchiment de capitaux. Une troisième loi, sur le recouvrement des avoirs illicites est en attente d’adoption à la prochaine session parlementaire.

Situation difficileBien qu’en vigueur depuis 2004, la loi anti-blanchiment est, effectivement, difficilement applicable dans le contexte malgache dans la pratique. Une situation difficile à gérer. Dans le rapport d’activités du service des renseignements financiers (Samifin) en 2016, cette entité de lutte contre le blanchiment d’argent est noyée par les déclarations des opérations en espèces provenant des maisons de change, le mobile banking, etc. Au titre de l’année 2016, le Samifin a reçu une centaine de milliers de déclarations. Ainsi, il lui a fallu les classer en ordre de priorité.De son côté, Boto Tsara Dia Lamina, directeur général du Samifin soutient la nécessité de s’en tenir aux normes internationales. Il précise que « la quasi-totalité des pays du monde met en place des normes sur les transactions financières ». Concernant l’avis du président de la République, le directeur général du Samifin émet une remarque selon laquelle « Les transactions en espèces ne sont pas interdites, mais nécessitent une attention particulière de la part des institutions déclarantes [ndlr : les banques, les casinos, les opérateurs de mobile banking etc.]. Il nous appartient d’adapter ces normes à notre réalité ». Sans rejeter ni adhérer à l’avis de l’expert comptable Hery Rajaonarimampianina,  Boto Tsara Dia Lamina conclut qu’il est inconcevable qu’un pays autorise librement les transactions en espèces sans fixer un seuil. Cela contribue à la circulation des capitaux issus d’actes criminels et aux trafics en tous genres, ainsi qu’au financement du terrorisme.

Andry Rialintsalama

Madagate2 partages

Madagascar CNIDH. Traduction d’une lettre rédigée à l’adresse des autorités judiciaires du Kenya.

News Mada1 partages

Fiarakaretsaka : mahaleo tena ny orinasa mizara ny lanterne vaovao

 Nampahafantatra ny tompon’andraikitra voalohany ao amin’ny orinasa Publimotion, Rajaonarison Solofonirina, namorona ny « lanterne » vaovao, omaly, fa mahaleo tena tanteraka ny fiasan’izy ireo amin’izao fotoana izao.

Tsy misy ifandraisany amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra sy amin’ny fikambanan’ny mpitondra fiarakaretsaka eto Antananarivo (FTAR) intsony ny fizarana io « lanterne » io.

Manomboka izao, araka izany, ho maimaimpoana ny fizarana ny « lanterne » ho an’ireo taxi ara-dalàna. Isaky ny efa-bolana ny fanavaozana ny fifanarahana ka hanomezana tambiny ho an’ny fiarakaretsaka manaiky ny hitondra izany « lanterne »  vaovao izany. Natao hahasahana ny fitsirihana ara-teknika sy ny “contre visite” io tambiny omena ny mpamily isaky ny efa-bolana io.

Voarafitra amin’ny teny malagasy ny fifanarahana mba hampazava sy hampifankahazo ny resaka eo amin’ny orinasa sy ny mpamily fiarakaretsaka. Nanamafy ny avy ao amin’ny orinasa Publimotion fa tsy misy ny vola aloan’ny fiarakaretsaka amin’ny fampiasana ity fitaovana vaovao ity.

Nilaza ny avy amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra fa afaka mivezivezy amin’ny kaominina manodidina ireo fiarakaretsaka mitondra izany « lanterne » vaovao izany.

Efa ampolony ireo fiarakaretsaka mitondra ny « lanterne » vaovao amin’izao fotoana izao.

Omaly, efa nilaharana izany tetsy Andraharo satria naharesy lahatra ny mpitondra fiarakaretsaka ny fiovan’ny fomba fiasa sy ny mangarahara eo amin’ity resaka « lanterne » vaovao ity.

Tatiana A

News Mada1 partages

Mahajanga : voaray ny lakroan’ny JMJ

Noraisin’ny mponin’i Mahajanga tamim-pifaliana ny lakroa masin’ny JMJ sy ny “Icône de la Sainte Vierge”, ny alin’ny alarobia teo.

Ho fanamarihana amin’ny fomba ofisialy ny fandraisan’ny diosezin’i Mahajanga ny “JMJ Mada IX” (Journée mondiale de la jeunesse) amin’ny taona 2018,  tonga nanatitra  izany lakroa izany ireo delegasiona maro notarihin’ny mopera aumônier  Jean Luc  sy ny filohan’ny vovonam-pirenen’ny tanora katolika nasionaly, Rtoa Miriam.

Vory lanona ireo mpino katolika nitsena ity, lakroa ity nanomboka teny Bonamary, mialohan’ny hidirana tao an-tampon-tanànan’i Mahajanga.

Niarahan’ireto mpino katolika ny lamesa fanandratana ny hazo fijaliana rehefa vita ny fanaovan-tsonia ny amin’ny fandraisana  izany lakroa izany. Avy any amin’ny diosezin’i Fianarantsoa moa ity lakroan’ ny JMJ ity izy raisina talohan’izao fahatongavany ao amin’ny diosezin’i Mahajanga izao ary haharitra roa taona ny fijanonany ao an-toerana.

Nitondra hafatra ny Mgr Rakotondrajao Roger Victor Solo, evekan’i Mahajanga, ho an’ireo tanora tonga maro. “Zava-dehibe ny lakroa saingy hadinontsika izany indraindray. Asain’Andriamanitra mitraka sy manana fanantenana isika manoloana ny hasarotry ny  fiainana amin’ny alalan’io lakroa io” .

Tatiana A

News Mada1 partages

Séparation de deux bébés siamois : Mitia et Fitia se portent bien

L’intervention pour séparer les bébés sœurs siamoises, menée par une équipe de chirurgiens malgaches au Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA), a été un succès. Les bébés se portent bien, juste une journée après l’opération.

Deux bonnes nouvelles au lieu d’une. Deux bébés siamois nés le 10 avril par opération césarienne dans une clinique Ave Maria à Antsirabe, ont été séparés avec succès, le 13 septembre dernier, au CHU-JRA, après avoir atteint le poids de 13 kg. L’opération a débuté à 8h30 et s’est terminée à 11h, soit pendant près de 2h30.

Agées de 5 mois lors de cette opération, Mitia et Fitia étaient reliées au niveau de l’abdomen et partageaient le même foie. Mais grâce à la réussite de cette opération, chaque jumelle peut désormais avoir son propre corps. Les bébés sont déjà sortis de la réanimation  et font l’objet d’un suivi dans une salle d’hospitalisation spécifique.

«Un succès qui démontre la capacité des spécialistes malgaches en chirurgie pédiatrique, dont une bonne partie peut désormais se faire dans le pays sans besoin d’une évacuation sanitaire à l’étranger,  exceptée la chirurgie cardiaque», a fait valoir le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo, et non moins chef de service de l’Unité de chirurgie pédiatrique du CHU-JRA, hier, à Anosy. Une équipe multidisciplinaire de chirurgiens, d’anesthésistes-réanimateurs, de biologistes et de radiologues a travaillé de concert pour la réussite de l’intervention.

Une opération difficile mais maîtrisée

L’opération en question n’a pas été sans difficulté dans la mesure où les foies des deux nourrissons, ainsi que leurs côtes, étaient liés l’un à l’autre. Pour qu’ils puissent vivre normalement, leur diaphragme a dû être réparé.

«En outre, les spécialistes ont eu recours à la chirurgie plastique pour la réparation des parois abdominales et thoraciques de ces dernières», a informé un chirurgien pédiatrique au CHU-JRA, le Dr Aristide Romain Raherison.

Le numéro un du ministère de la Santé, n’a pas manqué de reconnaître l’implication de l’équipe de cet établissement hospitalier, y compris le service social, qui a tant contribué dans la mobilisation de fonds nécessaire pour l’assistance,  entre autres nutritionnelle,  des  jumelles.

Sachant que le coût d’une telle opération, financée par l’Etat, se situe à hauteur de 100 à 120.000 euros. Les parents, qui ont déjà eu la chance d’avoir trois enfants, des filles, sont heureux. Pour eux, «C‘était comme une deuxième naissance. Un miracle».

Fahranarison

 

News Mada1 partages

Insécurité et peste RN2 : baisse du nombre de voyageurs

Une nette régression du nombre des voyageurs à destination de la côte Est a été observée ces derniers temps. A part l’insécurité qui sévit encore sur la RN2, la psychose de la peste est également parmi les raisons citées par des coopératives et des chauffeurs de taxis-brousse, comme étant les principales causes de cette situation.

L’insécurité perpétrée par les coupeurs de routes sur la RN2, à laquelle s’ajoute la psychose de la peste, a fini par refroidir l’ardeur des voyageurs à joindre la côte Est.

«Sur la cinquantaine de taxis-brousse de la gare routière d’Ambodivona qui relient quotidiennement Toamasina, Fenoarivo-Est, Vatomandry et Mahanoro, c’est à peine si une dizaine de voitures, toutes coopératives confondues, réussissent à prendre le départ actuellement», a témoigné un chauffeur qui venait d’arriver dans la capitale hier matin. Une nouvelle confirmée d’ailleurs par des responsables de coopératives d’Ambodivona.

De Brickaville à Ambohimalaza

Cette insécurité est surtout constatée à Brickaville et aux alentours de Manjakandriana. En effet, rien qu’avant-hier, à Brickaville, un taxi-brousse venant de Fenoarivo-Est a été victime d’un jet de pierre en plein pare-brise. «Cela, malgré la présence d’éléments d’escorte des forces de l’ordre, le long de la route, de l’entrée jusqu’à la sortie de la ville», a indiqué notre chauffeur.

Imprégnation d’insecticides

Dans le cadre de la prévention de l’épidémie de la peste, les voitures en direction de la côte Est sont totalement imprégnées d’insecticides, de l’intérieur à l’extérieur, avant de prendre le départ. Cela, en sus de l’exigence régie par les textes, envers chaque propriétaire de taxi-brousse qui doit respecter ce dispositif, au moins tous les trois mois, sous peine de sanctions et d’interdiction de circuler. En effet, le papier attestant l’accomplissement de cette obligation est exigé, au même titre que la carte grise, la visite technique et l’assurance.

Sera R

News Mada1 partages

Musique Classique Madagascar : Mozarteum au taquet

Madagascar Mozarteum est de nouveau sous les feux de la rampe durant ce mois de septembre, plus précisément à partir de 20 septembre lors d’un concert classique de midi mettant en scène plusieurs artistes comme Natacha Rajemison, Moritz-York Hohenthal. Les extraits d’airs célèbres de la «Zarzuela» figurent au répertoire. A cela s’ajoutent également, les projections d’Opéras du Met, le Concours biennal de piano,  la rencontre musicale en classique et les masters classes. Ce sera un dernier volet haut en couleur.

Des artistes de renommée internationale partagent généreusement leurs compétences et les secrets de l’art au profit de nos musiciens. Dans ce dessein, la prochaine session aura lieu, du 16 au 17 octobre, avec Josiane Rabemananjara, une virtuose de la guitare évoluant sous d’autres cieux, plus précisément en France.

En fait, grâce à Madagascar Mozarteum, la musique lyrique a acquis ses lettres de noblesses, avec un fidèle public qui s’accroît chaque mois dans la capitale.

Joachin Michaël

Suite de la programmation :

– 20 septembre, Concert classique de midi: Extraits d’airs célèbres de la «Zarzuela» avec Natacha Rajemison, Hajatiana Rakotozafy, Moritz-York Hohenthal et Doria Rakotondrazaka

– 30 septembre, Opéra : Romeo et Juliette de C. Gounod

– 18 octobre, 13h: Concert classique de midi: Autour de la guitare avec Josiane RABEMANANJARA

– 28 octobre, Opéra : La Traviata de G.Verdi

– 15 novembre, 13h Concert classique de midi: Récital de chants avec Blaise Rantoanina

– 3 décembre, Opéra : Idomeneo de WA Mozart

20 décembre, Concert classique de midi: Seta Ensemble Classical Jazz

 

Ino Vaovao1 partages

VIDIM-PIAINANA AO TAOLAGNARO : Nidina 70 000 Ariary ny vidin’ny vary iray gony

Hita izany tranga izany na dia any amin’ireo faritra heverina ho mpamokatra vary betsaka sy sopitra eto Madagasikara aza. Raha ny any amin’ny distrikan’i Taolagnaro manokana izao dia efa ho herintaona lasa izay no nisondrotan’ny kapoakan’ny vary hatramin’ny 600 Ariary ka niteraka fahasahiranana tamin’ny fianakaviana maro tany an-toerana. Manoloana izany dia nisy ny fepetra noraisin’ny tompon’andraikitra voakasik’izany mba hamahàna ny olana ary mba tsy hiverenan’izany toe-javatra izany intsony. 

Mba hananan’ny mponina vary ara-dalàna dia nisy ny fifampiresahana sy fifanankalozana nataon’ny minisitry ny Varotra sy ny fanjifana tamin’ireo mpandraharaha mpamongady vary, tao amin’ny distrikan’i Taolagnaro.

Hisy vary 4 000 taonina ho avy

Raha 72 000Ariary ny iray gony amin’ny vary 50Kg hatrizay dia midina 70 000 Ariary izany ankehitriny. Izany fidinana izany dia vokatry ny fifampiresahana sy ny fifanarahana teo amin’ireo mpamongady sy ny ministera tompon’andraikitra. Araka izany dia misy ihany koa ny tohana hanampian’ny fanjakana ireo mpamongady mba hanamora ny fahatongavan’ny vary eny anivon’ny tsena. 

Fantatra mantsy fa arakaraka ny vola lany amin’ny fampiakarana ireo vary eny anivon’ireo mpamongady no anisany mampiakatra ihany koa ny vidiny makany amin’ny mpanjifa. Raha ny menaka manokana indray dia nidina ho 68 000 Ariary ny 20 litatra raha toa ka 72 000 Ariary izany teo aloha. Ny siramamy ihany koa dia efa asiana ezaka ny hampidinana azy amin’izao fotoana, araka ny fanazavàna hatrany. Ankehitriny dia 440 Ariary ny kapoakan’ny vary nafarana avy any ivelany ao amin’ny Bazary Tanambao ao Taolagnaro. 

Tokony hisy fidinana araka izany io vidiny io rehefa mihatra ny fidinan’ny vary avy eny amin’ireo mpamongady. Amin’izao fotoana izao dia mbola ampy hamatsiana ny faritra ny ambim-bava 2 500 Taonina ao Taolagnaro, raha ho an’ny vary manokana. Tsara marihana ihany koa fa mbola hisy 4 000 Taonina no hoavy mialohan’ny faran’ny taona. Tsara ho fantatra fa misy faritra vitsivitsy izay vatsian’i Taolagnaro vary, dia Amboasary, Ambovombe, Tsihombe ary Belo izany.

Lucien R.

News Mada1 partages

Numérique : opportunité pour les jeunes

L’évènement  «Vacances numériques», lancé le 16 août jusqu’au 22 septembre,  à Anta0nanarivo, attire l’intérêt des jeunes sur les multitudes d’opportunités que présente  le numérique, que ce soit dans les études ou le développement de carrière. Les «Vacances numériques» entrent dans le cadre de la réalisation du projet présidentiel «Numérique pour tous» initié par le ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique (MPTDN) dont l’objectif principal est de réduire la fracture numérique à Madagascar.

«Le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique entreprend  des actions et réalise de nombreux projets dans diverses localités de l’île  pour la promotion du Numérique pour tous à Madagascar. Ces actions et ces projets contribuent également à la réduction de la fracture numérique dans le pays»  affirme Jean Jacques Rakotoniaina, directeur général chargé des Opérations auprès du MPTDN.

Par ailleurs, l’évènement «Vacances numériques», initié et réalisé à Antananarivo et presque partout à Madagascar, en partenariat avec Orange Madagascar, entre également  dans la démarche du Développement numérique. L’objectif est de permettre aux populations, surtout aux jeunes, de se familiariser avec les outils informatiques, se connecter à internet et de promouvoir  la culture numérique.

A Antananarivo, des ordinateurs connectés, des tablettes et d’autres outils informatiques ont été mis à la disposition des centaines de visiteurs qui se sont rendus quotidiennement au  CEMDLAC, depuis le 16 août.

Riana R.

 

News Mada1 partages

11e conférence ministérielle de l ’OMC : une concertation préparatoire à Antananarivo

La Concertation préparatoire à la 11e Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour les régions Afrique et océan Indien se tient depuis hier et pour trois jours, à l’hôtel Colbert Antaninarenina. Une réunion organisée dans le but d’aider les pays membres du Réseau des ministres francophones du commerce à mieux faire entendre leurs voix.

En prélude à la 11e Conférence ministérielle de l’OMC prévue se tenir, du 11 au 14 décembre prochain, à Buenos Aires (Argentine), le ministère malgache du Commerce et de la consommation, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’OMC organisent une Concertation préparatoire. Les experts mèneront les réflexions au cours de ces trois jours, sur des thématiques importantes telles que le contexte actuel du commerce international : défis et opportunités, la mise en œuvre de l’accord sur la facilitation des échanges, la pêche et la mise en œuvre de l’ODD 14….

Dans ce registre, l’OIF, dont la présidence du Sommet et des instances de la Francophonie est assurée par Madagascar, organise des conférences régionales et interrégionales, dans le but d’aider ses pays membres à se mobiliser, se concerter et s’organiser pour mieux faire entendre leurs voix, conformément à sa stratégie économique adoptée lors du 15e Sommet de la Francophonie en 2014 à Dakar (Sénégal) et au programme d’activités 2017 du Réseau des ministres francophones du commerce. L’OIF se tient toujours aux côtés de ses Etats membres pour renforcer la mobilisation et l’engagement des acteurs francophones du commerce international.

Défendre une position commune

«Nous voulons préparer avec les pays francophones la 11e Conférence ministérielle de l’OMC pour leur permettre de comprendre les enjeux des négociations sur les accords de l’OMC», a expliqué à cette occasion Saïd el Hachimi, conseiller auprès de la Division de l’information et des relations extérieures au sein de l’OMC.

Ce que confirme Chabani Nourdine, ministre malgache du Commerce et de la consommation en indiquant que «Ces concertations sont un prélude au niveau de chaque pays afin de pouvoir défendre la position commune des pays francophones dans la mesure où nous parlons ici de commerce international».

A titre d’exemple, la question sur la pêche intéresse davantage Madagascar étant donné que l’île dispose de plus de 5.000 km de côtes à elle seule. Chekou Oussouman, économiste de l’OMC, a en outre cité la question du coton et des industries textiles de Madagascar. Pour lui, «Madagascar est producteur de coton et généralement l’industrie textile est pourvoyeuse de mains-d’œuvre. Il est important que les pays de l’espace francophone discutent de ces questions- là».

Arh.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Fisokafan’ny MBSTsy mbola ho amin’ity fitondran’ny HVM ity

Tsotra sady mazava ny valin-tenin’i Hery Rajaonarimampianina raha nanontaniana ny antony tsy amelan’ny fanjakana ny hisokafan’ny haino aman-jery MBS ny tenany.

RTT

La Vérité1 partages

Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…

Aucune loi n’est bonne ou mauvaise. Tout dépend généralement de l’application qui en est faite. Cette affirmation est celle d’un observateur de la vie politique malagasy. L’idée d’une révision constitutionnelle projetée par le pouvoir Rajaonarimampianina continue d’agiter le microcosme politique malagasy. Réagissant sur le sujet, le parti Renouveau pour la démocratie sociale (Rds) de Fetison Rakoto Andrianirina, dans un communiqué rendu public hier, a appelé au respect des règles démocratiques.

Pour rappel, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina avait confirmé l'existence de discussions en cours autour d'une révision de la Constitution lors de son séjour londonien. Une idée d’amendement qu’il a réaffirmée samedi dernier lors d’un petit-déjeuner de presse avec les journalistes à Iavoloha.  S’il se défend d’être à l’initiative d’une idée de retouche de la Constitutionnelle, le locataire d’Iavoloha a toutefois laissé entendre que la loi fondamentale était jonchée  « d’imperfections ». Et lui d’apporter en effet son point de vue sur les précisions sur les retouches  constitutionnelles qu’il juge nécessaires. Il cite notamment les dispositions relatives aux élections, notamment l’article 47, qui stipule dans son alinéa 1 que « L'élection du Président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l'expiration du mandat du Président en exercice ». Son principal souci serait en effet le grand laps de temps entre la date effective de la fin du mandat présidentiel et la proclamation officielle des résultats du second tour du scrutin. A entendre le Chef de l’Etat, il serait difficile de respecter ce délai raison pour laquelle une révision constitutionnelle pourrait s’imposer. Une explication qui fait rire sous cape bon nombre d’observateurs avertis de la vie publique.  En effet, Hery Rajaonarimampianina se montre souciant de  respecter la Constitution. Un texte que son régime a, à de multiples reprises, violé pour beaucoup d’observateurs durant ces quatre dernières années… RévolutionIl est vrai que la Constitution de 2010 a des imperfections. Comme toutes les lois, elle a été élaborée par des hommes. Cependant, c’est l’application qui en a été faite qui pose problème au régime actuel.  En outre, les zélateurs du régime Hvm mettent en avant le fait que cette Constitution ait été taillée sur mesure pour l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina. Une remarque faite de toute vraisemblance sur la base de l’article 46 qui dispose du seuil d’âge de 35 ans  au minimum à la date de clôture du dépôt des  candidatures.   Toutefois, cette disposition constitutionnelle ne devrait en aucun cas occulter le fait que les autres articles de cette loi fondamentale devaient révolutionner la pratique politique à Madagascar. Il ne faut pas oublier que plusieurs « principes  directeurs » ont mené à l’adoption de la Constitution en 2010.  La société civile rappelait récemment que « outre les dispositions nouvelles sur le statut de l’opposition (Art.14), le mandat impératif des députés (Art.72), la désignation par l’Assemblée nationale du Premier ministre (Art.54) et la mise en place de la Haute Cour de Justice dans un délai imparti (art.167), la Constitution de 2010 cherche à rendre plus difficile les révisions intempestives de la Constitution d’une part et à égaliser les chances des candidats à la présidentielle par la démission du Président candidat à sa propre succession d’autre part ». Les dispositions relatives à l’instauration d’une opposition sont également à signaler parmi les acquis de cette Constitution. Des préceptes constitutionnels foulés au pied par le Régime Rajaonarimampianina en quatre ans de règne. 

ViolationsIl importe de rappeler ici les violations flagrantes perpétrées par le régime Rajaonarimampianina. Citons notamment la non mise en place de la Haute Cour de Justice. A l’instar des précédents textes fondamentaux, la Constitution de la Quatrième République a en effet prévu l’existence de la Haute Cour  de Justice. Néanmoins, il est utile de souligner que l’actuelle Constitution se démarque des précédentes lois fondamentales par son article 167 qui impartit un délai pour son installation.  A un an et quelques mois de la fin de son mandat, Hery Rajaonarimampianina rechigne toujours à mettre en place cette Haute Cour de Justice. Dans son article 167 la Constitution stipule pourtant clairement que cette institution doit être mise en place 12 mois à compter de son investiture. Une carence manifeste qui est motif de déchéance… Parmi les violations manifestes, rappelons également les différentes nominations des trois Premiers ministres successifs de Hery Rajaonarimampianina. L’article 54 dispose que « Le Président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l'Assemblée nationale. Il met fin aux fonctions du Premier ministre, soit sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement, soit en cas de faute grave ou de défaillance manifeste. Sur proposition du Premier ministre, il nomme les membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions ». Etant majoritaire à l’Assemblée nationale à l’issue des élections législatives, le droit de nommer le Premier ministre devrait revenir au Mapar. Cependant, le Chef de l’Etat a toujours fait fi de ce prescrit. En outre, l’article 54 ne spécifie nullement que l’on peut présenter plusieurs noms. Cette disposition précise  « le Premier ministre présenté (…) ». Or lors de la nomination de l’actuel Premier ministre, une liste comportant une dizaine de noms avait été remise par les députés au Chef de l’Etat. Lesquels députés s’étaient rendus à Iavoloha pour remettre la liste en main propre au Chef de l’Etat. Cela constitue pourtant une violation manifeste de la Constitution.  En effet, l’article 94 de la loi fondamentale dispose que « le Président de la République communique avec le Parlement par un message qui ne donne lieu à aucun débat ». Le non-respect du mandat impératif des députés sous peine de déchéance figure également en bonne position parmi les dispositions constitutionnelles foulées au pied par le régime actuel. Recueillis par  A.R.

La Vérité1 partages

72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina

Sauf changement, le Président Hery Rajaonarimampianina effectuera son discours à la tribune des Nations unies, ce jour à New York, aux Etats – Unis. Ce sera la dernière chance pour le Chef de l’Etat malagasy de revendiquer les îles malagasy. Un dernier test de patriotisme pour le Président qui devra montrer qu’il est effectivement du côté du peuple malagasy dans ce combat pour les îles Eparses et qui figure parmi ses promesses de campagne en 2013.

Pour ce faire, il n’aura qu’à relancer les revendications déjà entamées par la Grande île depuis plusieurs dizaines d’années.  Du côté de l’Association Nosy Malagasy (Anm), l’espoir de revoir ces îles redevenir  une propriété de Madagascar est toujours présent bien que les chances que le Président les revendique soient minces.  « Les dirigeants nous a promis de travailler ensemble pour les îles malagasy mais il semble qu’on nous a trompés », a déclaré Arlette Ramaroson, présidente  de l’Anm. L’ancienne juge internationale estime que si jamais le Président propose une cogestion de ces îles sans demander l’avis du peuple, il s’agit d’une trahison. Malgré l’indifférence des gouvernants, l’association entend mener le combat jusqu’au bout.Année de suiviCe 72e rendez – vous des Nations unies est d’autant plus opportun étant donné la déclaration de Miroslav Lajcák, président de cette 72e  session de l’Assemblée générale des Nations unies, lors de l’ouverture de la première réunion de cette session le 12 septembre dernier aux côtés du secrétaire général de l’Onu, António Guterres. Il a, en effet, souligné que cette année sera aussi une année de suivi. « Nous devons accompagner les engagements d'hier avec des actions prises aujourd'hui. Nous ne pouvons pas laisser rapports, évènements et résolutions du passé être relégués dans les archives de l'Onu. Nous devons continuer à travailler à leur mise en œuvre », a-t-il déclaré. Faut – il encore rappeler que dans sa résolution n° 34/91 du 12 décembre 1979 à l’issue d’une Assemblée générale, les Nations unies « invitent le Gouvernement français à restituer les îles malagasy à Madagascar et lui enjoint d’entamer sans plus tarder l’ouverture d’un dialogue aux fins de négociation en vue de cette restitution ».A.R.

L'express de Madagascar1 partages

E-Gouvernance – Les sites gouvernementaux refonctionnent

En ligne. Les sites gouvernementaux sont de nouveau fonctionnels, depuis vendredi. Il en est de même pour l’intranet de l’État ainsi que les serveurs de messagerie. C’est le résultat des négociations entre le personnel de l’Agence national de réalisation de l’e-gouvernance (ANRE) et le secrétariat général de la Présidence. « Le personnel a consenti à rétablir la connexion en réponse à la volonté des hauts responsables de régulariser une partie des salaires du Personnel et de préparer la réunion du Conseil d’Administration dans les meilleurs délais», indique, dans un communiqué, le service de communication de l’ANRE.Depuis le 25 août, les tentatives de connexion vers tous les sites internet des ministères et de la Présidence échouent. Les serveurs ont été volontairement déconnectés en raison d’une grève du personnel de l’ANRE. « Par mesure de précaution, nous avons décidé d’éteindre volontairement le serveur central, ce qui explique la coupure de tous les sites du gov.mg depuis le 24 aout », avait déclaré, le 25 août, Briand Andrianirina, lorsqu’il était encore à la tête de l’ANRE.

L.R.

Midi Madagasikara1 partages

Groupe SOCOTA : Une branche agroalimentaire très dynamique

Quand on parle de SOCOTA, on pense tout de suite au textile  où le groupe présidé par Salim Ismail excelle sur le plan mondial en tant que fournisseur des grandes marques mondiaux de vêtements. Mais le groupe est aussi très connu dans le domaine de l’agroalimentaire. Avec notamment OSO Farming, la firme d’aquaculture de crevettes bio, Les Gambas de l’Ankarana très connues notamment sur le marché européen. Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a d’ailleurs eu l’occasion de goûter agréablement aux crevettes d’OSO lors de la visite des stands à la Foire Internationale de l’Agriculture où le groupe SOCOTA a également exposé d’autres produits agricoles destinés à l’exportation. Il s’agit notamment des haricots black

Des produits de la branche agro-industrie du groupe SOCOTA.

eyes de Mampikony  et des haricots verts du Vakinankaratra.  Le groupe exploite ces produits en partenariat direct avec  des milliers de paysans. Une approche intégrée qui a son pesant d’or sur le développement économique du pays. Outre les milliers d’emplois créés, le projet agroalimentaire du groupe SOCOTA est une importante source de devises pour le pays.  Pour rappel, le groupe SOCOTA  réalise un investissement de 35 millions USD dans sa branche agriculture. L’économie verte au service du développement.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

FIA : Présence remarquée de la BFV SG

La Foire Internationale de l’Agriculture (FIA), a pris fin avant-hier au Parc Forello Expo Tanjombato. .  Les quatre jours de foire ont vu la présence des organisations paysannes, des entreprises agroalimentaires, des institutions publiques en charge de ces secteurs, ainsi que de multiples acteurs économiques. Parmi lesquels figure la BFV SG qui s’est jointe aux initiatives qui visent à promouvoir la filière agricole, l’agribusiness et l’agroalimentaire. Ayant un rôle central dans l’accompagnement financier de ces acteurs, le Salon a permis, entre autre à la banque de rencontrer les acteurs des différentes chaines de productions, dont nombreux opèrent encore hors du circuit adéquat leur permettant d’évoluer dans de meilleures conditions. En effet, la bancarisation contribue à la régularisation du secteur informel. Dans le domaine de l’agriculture, cela permettra aux professionnels de faciliter leurs démarches pour obtenir des financements pour développer leurs activités. La banque, engagée à accompagner la croissance économique et à appuyer les actions promouvant l’économie de Madagascar, est convaincue du rôle que jouera cette Foire Internationale de l’Agriculture dans le processus de développement.

La BFV-SG a démontré,  une fois de plus toute l’expertise d’une banque relationnelle de référence en plaçant le client au centre de ses préoccupations et en promettant l’accompagnant durablement pour la réalisation de ses projets.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Coupure du pont de Vohiposa : L’UE à la rescousse

Une déviation d’urgence sera mise en place dans les plus brefs délais, suite à l’effondrement du pont métallique de Vohiposa, situé au PK 324 de la RN7. Ces travaux seront lancés, grâce à la mobilisation d’une entreprise dans moins de 24h, selon les informations émanant de l’Union Européenne. En effet, ce partenaire au développement de Madagascar a mobilisé des fonds, afin de rétablir rapidement la circulation. A noter que l’Union Européenne dispose d’un fonds spécial dénommé « Travaux de réparation des infrastructures suite aux dégâts climatiques » pour des interventions d’urgence. Ce fonds a été déjà utilisé pour réparer en urgence des dégâts climatiques sur certains réseaux routiers, ferroviaire (FCE) de Madagascar. Dans ce contexte, l’Ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito, a martelé que l’Union Européenne est aux côtés de la population pour trouver des solutions afin de rétablir rapidement la circulation des biens et des personnes. En outre, cette institution a indiqué qu’elle reste à la disposition du Gouvernement malgache pour améliorer le contrôle de la charge à l’essieu.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Trafic d’armes : Sept personnes arrêtées dont un élément des forces de l’ordre

La saisie de deux pistolets par des policiers du Service antigang de la police nationale à Anosy à Ampasika le 11 septembre dernier chez les deux bandits abattus, qui tentaient d’attaquer un vendeur de bovidés, ont prouvé l’existence d’un réseau bien structuré de trafiquants d’arme dans la Capitale. Un responsable de la brigade criminelle de la police nationale à Anosy a  conclu sur ce résultat hier à la presse quand il a présenté les succès des enquêtes menées par ce service sur cette affaire. Le 12 septembre, la police a reçu un renseignement digne de foi indiquant la présence de trafiquants d’armes rodant dans la ville. Après un tapissage de près d’une semaine, les limiers de la BC sont tombés sur sept individus dont trois femmes. Deux pistolets de marque Beretta munis de huit balles et 30 cartouches de chevrotine ont été saisis sur les suspects. Deux de ces derniers ont été surpris alors qu’ils étaient en train de livrer un pistolet à un client. L’enquête a révélé qu’un élément des forces de l’ordre dont le corps d’appartenance n’a pas été mentionné, figure parmi les trafiquants arrêtés. Selon les informations, une centaine de ce genre d’arme circulent encore quelque part notamment dans les environs d’Ivato. La brigade criminelle ajoute que des fusils à pompe se trouvent également entre les mains des trafiquants. Parlant de l’existence d’un élément des forces de l’ordre, les enquêteurs de la police affirment ne pas être disposés à se plier à toute sorte d’intervention quelle que soit son origine. Le problème dans ce méfait est de savoir d’où viennent ces armes.

T.M.

Madaplus.info0 partages

Le Ministre des affaires étrangères à New York

Henri Rabarinjaka, le Ministre des affaires étrangères est actuellement en voyage à New York.
Le Ministre a assisté à l’exposition intitulée « Madagascar, culture et potentialité ». Une exposition organisée par certains natifs de Madagascar à New York. L’atelier s’est tenu à la Gallery Rivaa domiciliée à Roosevelt Island. Henri Rabarinjaka a particulièrement loué l’initiative de Bruno Razafindrakoto, un natif de Madagascar aux Etats-Unis et l’un des organisateurs de l’exposition, sur son initiation visant à promouvoir les potentialités de Madagascar à l’étranger et d’honorer le pays avec la volonté d’entreprendre. Tous les produits fabriqués à la malagasy étaient présentés à la galerie Riva. Les produits artisanaux sont collectés au niveau de la Diaspora en Amérique du Nord pour être démontrés aux Nord-américains, les diverses potentialités de notre pays en art, en culture et notamment en créativité. A l’occasion de la soixante douzième assemblés des nations unies, et il mènera aussi la concertation francophone sur le thème sécurité et développement. Il incite les membres de la diaspora malagasy aux Etats Unies à participer au forum de diaspora de 26 au 29 octobre prochain organisé par son département. L’objectif est de mettre en place une plateforme de dialogue entre tous les acteurs en vue de contribuer au développement de la nation.
Madaplus.info0 partages

Manifestation de l’association des chauffeurs de taxi ville maintenue pour aujourd’hui

La manifestation des chauffeurs de taxi est ajournée pour aujourd’hui d’après la déclaration officielle de la présidente de l’Association. En effet, la rencontre prévue entre la Commune Urbaine d’Antananarivo et l’Association n’a pas eu lieu hier et est reportée sine die.
Le pourparlers de la CUA et l’Association des chauffeurs n'est pas envisageable, compte tenue de l’état actuel des choses, selon la Présidente des taxis ville. Elle de réitérer que les chauffeurs ne se mettront jamais à la table de discussion à condition de la résiliation de contrat de la contre-visite des taxis par la société OMAVET Omnium de Maintenance de Véhicule de Transport. Après la mort subite du président de l’UCTU, l’association de marteler que la manifestation de demain sera au salut de son mémoire. Tous les transports de la ville sont conviés à participer à une grande caravane depuis Ankorondrano, jusqu’à l’Hôtel de Ville.
News Mada0 partages

Orinasa – “Executive program” : tsaraina amin’ny fahaiza-mitantana

Telo taona izao ny Hautes Etudes Commerciales, Paris (HEC), manofana eto Madagasikara ho an’ireo mpandraharaha sy tompon’andraikitra samihafa. Tanjona ny ho tombontsoan’ny orinasa amin’ny lafiny fitantanana, fitondrana mpiasa, fifandraisana amin’ny mpanjifa. Nanamarika ny mpampianatra ao amin’ny HEC, mandalo eto Madagasikara, Jean François Guillon sy Pascal Chaigneau, fa ilàna hatrany ho an’ireo mpitondra orinasa ny manontany tena amin’ny fomba fitantanany. Matetika tsy ampy izay jery todika izay  amin’ny fomba fitantanana, araka ny fanamarihan’ireo manampahaizana avy amin’ny HEC ireo. Malagasy iray mpampianatra manana ny toerany koa amin’izany sekoly ambony any Paris izany, Ramanantsoa Bernard.

Teknika omen’ny HEC amin’ny fampianarana sy fanofanana ireo mpandraharaha ny fomba fandresen-dahatra  ny mpanjifa, banky, fanjakana, mpiara-miombon’antoka, manaiky miatrika ny fifaninanana. Koa nampahafantarina, omaly, tao amin’ny DHL Ankorondrano, ny momba ireo orinasa eto an-toerana, madinika, salantsalany sy ireo orinasa lehibe nanaiky nifaninanana amin’izay lafiny fitantanana izay avy amin’ny fanofanana omen’ny HEC, “Executive program”. Misokatra ho an’izao tontolo izao ny fifehezan’ireo teknisianina ny asany. Nitsaraina azy ireo momba izany ny fifandraisana amin’ny mpanjifa, fitantanana mpiasa, ary mampiseho fa to teny tokoa ny mpitantana ao aminy. Ny 30 septambra ho avy izao ny fanolorana loka ho azy ireo.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tetezana Vohiposa : manarina ny simba ny Eoropeanina (UE)

Tsy niandry ela! Manana tahiry manokana hitsinjovana ny vonjy taitra ny Vondrona eoropeanina (UE). Tafiditra ao anatin’izany ny fanarenana ny tetezana any Vohiposa, any amin’ny lalam-pirenena fahafito PK 324 (RN 7), eo anelanelan’Ambositra sy Ambohimahasoa, tapaka rehefa nandalovan’ny fiarabe iray. Tsy maintsy atao ny fomba rehetra hamerenana amin’ny laoniny ny fifamoivoizana, ka voalaza fa tokony ho vitan’ny orinasa manao ny asa ny fanarenana ny tetezana ao anatin’ny iray andro (24 ora). Anisan’ny efa nampiasan’ny UE izany tahirimbola izany ny fanarenana ny lalamby Fianarantsoa–Manakara (FCE), simban’ny loza voajanahary farany teo.

Iankinan-javatra maro ity tetezana any Vohiposa ity satria mampitohy ny aty afovoan-tany ny any atsimo atsinanana sy atsimon’ny Nosy manontolo. Anisan’ny tena manan-danja amin’izany ny famatsiana solika sy ny zavatra ilain’ny mponina andavanandro (PPN). Mila arahin’ny fanjakana akaiky, noho izany ny fanararaotana ataon’ny sasany amin’ny fanafenana entana, fampiakarana vidin-javatra, sns.

Njaka A.

News Mada0 partages

Ny minisitra Rakotomamonjy André Neypatraiky : « Manome karazan’asa betsaka ny sehatry ny fifandraisan...

Manana ny toerany i Madagasikara amin’izao taonjato fivoaran’ny teknolojian’ny fifandraisan-davitra izao na ny Tic. Niaingana nikirakira izany ny Telecom malagasy (Telma), nanomboka ny taona 1995, ary tsy mitsahatra mivoatra, indrindra rehefa niditra amin’izany sehatra izany ny tsy miankina. Resaka nifanaovana tamin’ny minisitry ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny fampivoarana ara-kajy mirindra, Rakotomamonjy André Neypatraiky.

 

-Gazety Taratra : Andriamatoa minisitra, aiza ho aiza ny toeran’i Madagasikara amin’ny fampiasana teknolojian’ny fifandraisan-davitra na ny Tic ?

 

*Ny minisitra Rakotomamonjy André Neypatraiky : Manana ny tantarany izany Tic izany. Telecom Malagasy na Telma no niaingantsika ny taona 1995 tamin’izany, izay mbola an’ny fanjakana ny 66 %-n’ny vola niasa ary 34 % an’ny France cables et radio. Ny taona 2005, nisy ny fisintahan’ny fanjakana ka 34 % indray ny anjaran’ny fanjakana ao amin’ny Telma.  Nisy lalàna namaritra izany fisintahan’ny fanjakana izany, 2005-023, niditra nanomboka teo koa ireo sehatra tsy miankina hafa : Ny Airtel ankehitriny, izay Madacom na Zain tany aloha ; Orange, izay Antaris ihany ; ary ny Blueline. Ny taona 2014 anefa vao nisy famoahana didy fampiharana io lalàna tamin’ny taona 2005 io. Izany hoe, tsy maintsy ao anatin’ny lalàna ny hiasana ary mandritra izany ny manitsy azy raha misy ny tokony hahitsy.  Napetraka, noho izany, ny Artec (1) nisolo ny Omert (2).

-Ahoana marina ary ny fampiasana ny Tic eto amintsika ankehitriny ?

 *Raha ny tanjaky ny tambajotra, manana ilay tena “haut debit” isika, dimy voalohany aty Afrika i Madagasikara, mbola resintsika ny Nosy Maurice. Mbola tsy lasa lavitra kosa isika eo amin’ny fikirakirana “internet”, 5 % monja ; 75 % ny efa afaka mifandray amin’ny finday.

-Ny tsikaritra anefa izao, mitombo ny isan’ny mpanjifa nefa  araka izay fitombony izay vao mainka lafo ny saran’ny fifandraisana. Nilaza ireo opérateurs ireo fa be loatra, hono, ny vola alain’ny fanjakana. 

 

*Marihiko voalohany fa tsy mbola nisy fampiakarana hetra na haba nataon’ny fanjakana, fa ny fitaovana fampiasa no mihalafo, tsy mitovy ny vidin’ireo fitaovana na kojakoja fampiasa tany aloha sy ankehitriny. Tokony hilaza ny marina hatrany amin’ny mpanjifa ireo opérateurs ireo. Ny azoko ambara, efa misy fifampiresahana ataonay sy ny minisiteran’ny Fitantanambola, hampidinana ny hetra sasany, ohatra, ny droit d’accise. Ny Antenimiera ihany anefa no tompon’ny teny farany.  

 

-Ahoana kosa ny fotodrafitrasa ho an’ny Tic, ny andraikitry ny fanjakana amin’izany ?

 *Satria mandrindra ny asa rehetra ny fanjakana, ilaina ary tsy afa-misaraka amin’izany fampiasana Tic izany izao ny angovo. Miara-miasa izahay amin’ny minisiteran’ny Angovo ho famatsiana angovo, indrindra ny any ambanivohitra. Ezahina ny hametrahana angovo azo havaozina; misy koa tetikasa iarahana amin’ny minisiteran’ny Fampianarana, ho tombontsoan’ny mpianatra amin’ny fampiasana Tic, miainga avy amin’ireny fanomezana tablettes ireny.

 

-Misy ilay tetikasa “Nomerika ho an’ny rehetra”, ahoana indray ny fandehan’izay ?

 *Tetikasan’ny filoham-pirenena izy io, hatao laharam-pahamehana hanapariahana ny Tic manerana ny Nosy. Efa atomboka izany any anivon’ny fampianarana, hatrany amin’ny ambaratonga ambony, hametrahana fitaovana hahazoana manao fikarohana, famakiam-boly, sns. Ao anatin’ity tetikasa ity koa ny “tanàna nomerika”. Hapetraka amin’ny toerana iray andehanan’ny rehetra ny wifi, na izany aza, jerena ihany koa ny ora fampiasana izany amin’ireny toerana ireny mba tsy hamono ireo cyber. Ao anatin’io tetikasa io koa ny “Cyber mobile”, “Tic bus”, “Call center”. Manome karazan’asa betsaka ny sehatry ny fifandraisan-davitra, mivantana na tsy mivanta ary indrindra, ho fampirisihana ny tanora hanangana orinasa ao anatin’ny tontolon’ny fifandraisan-davitra. Tanàna manana sy mahay mampiasa izany, afaka miady amin’ny tsy fandriampahalemana sy ny halatra.

-Ary aiza ho aiza kosa ny Paositra malagasy andriamatoa minisitra, mbola mampidi-bola sy miasa ve ny Paositra manoloana ny Tic ?

*Ny Paositra malagasy angamba ny orinasam-panjakana tsy misy olana indrindra hatramin’izao. Mivoatra araka ny toetr’andro koa ny Paositra malagasy, ahitana cyber, mandray ireny mobile money ireny. Havaozina koa ny fomba fiasan’ny Paositra ho an’ireo manana petra-bola ao aminy, hametrahana DAB, toy ny an’ny banky. Mbola ao ny Transpost manatsara hatrany ny asany. 250 ny Piraon’ny paositra, izy no manana masoivoho maro indrindra manerana ny Nosy.

R. Mathieu

Artec (1) : Autorité de regulation des technologies de communication

Omert (2) : Office malagasy d’études et de régulation des télécommunications

 

News Mada0 partages

Tsenan’Anosibe : nidina ho 3.600 Ar ny litatry ny menaka

Nidina ny ankamaroan’ny vidin’ny sakafo andavanandro (PPN) eny amin’ny tsenan’Anosibe. Ao anatin’izany ny vary afarana avy any ivelany ary voalaza fa hitohy ny fihenam-bidy.

Ao anatin’ny drafi-pirenena ho an’ny fampandrosoana ny fahamarinan-toeran’ny toekarena ankapobeny. Miantoka ny famatsiana ny zavatra ilaina andavanandro eto an-dRenivohitra sy ny manodidina, hatrany amin’ny faritra, ny tsenan’Anosibe. Nidina teny an-toerana ny minisiteran’ny Varotra sy ny fanjifana, ny herinandro lasa teo nijery ny vidin-javatra ampiharin’ny mpivarotra.

Fantatra fa nidina 20-30% ny vidin’ny zavatra ilaina andavanandro (PPN) amin’ny ankapobeny. Nihena ho 82.000 Ar (1.640 Ar/kg) ny iray kitapo milanja 50 kilao amin’ny lafarinina raha 152.000 Ar (3.040 Ar/kg) ny teo aloha.

Nidina ho 72.000 Ar (3.600 Ar/l) koa ny menaka iray daba 20 l raha 105.000 Ar (5.250 Ar/l) ny teo aloha. Nihena ho 107.000 Ar (2.140 Ar/kg) ny iray kitapo 50 kilao amin’ny siramamy raha 152.000 Ar (3.040 Ar/kg) ny teo aloha.

Fifampiraharahana amin’ny mpandraharaha

Nidina ho 67.000 Ar (1.340Ar) ny vary iray kitapo 50 kilao raha 70.000 Ar (1.400 Ar/kg) . Nisy ny fifampiraharahana nataon’ny minisiteran’ny Varotra tamin’ny mpandraharaha tany Toamasina, mpanafatra vary any ivelany, ka fantatra fa hitohy io fihenam-bidy io.

Hanamafisana ireo fidinan’ny vidin-javatra ireo, mifampiraharaha amin’ny mpandraharaha koa ny minisitera hampihenana ny masonkarena, toy ny saram-pitaterana entana, ohatra. Eo koa ny fanarenana ny lalana tena simba, indrindra any amin’ny lalam-pirenena faharoa (RN 2).

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Art 46 et 47 de la Constitution : le régime sur la sellette

D’après le président de la  République, l’article 46 de la Constitution stipulant que « Le Président de la République qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel », donne lieu à une incohérence par rapport à l’article 47 disposant que « L’élection du Président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice ».

Dans les annales de la République malgache, c’est la première fois que la Constitution contraint le président en exercice, qui se porte candidat, de démissionner de son poste deux mois avant la date du scrutin présidentiel. Une règle constitutionnelle voire même démocratique qui n’a pas été prise par hasard non seulement sur la forme, mais également sur le fond.

L’histoire retiendra les abus manifestes des prérogatives d’un président en exercice lors de la campagne présidentielle. Et plus d’un craint que sans cet article 46, incluant les clauses du Code électoral sur l’utilisation des biens publiques, sur l’interdiction des inaugurations officielles (art 45), sur la répartition des temps d’antenne à la télé et radio nationale (art47),  les mêmes pratiques risquent fort de se répéter non seulement durant la campagne, le jour de vote, le comptage de voix et l’attente des résultats.

Sur ce point, certes la Constitution de la 4e République contient des imperfections, mais cet article 46 tant à craindre pour le régime en place mérite son ballon d’essai. A vrai dire, la présidentielle de 2018 arrive à point nommé pour le tester. L’opinion publique pense même que ces articles susmentionnés singularisent cette constitution.

En un mot, modifier ou réviser quelques articles qui constituent malgré le socle de cette Constitution, donnera champ libre au président de la République et ses équipes à faire valoir de leur pouvoir lors de la présidentielle. Déjà, les opposants n’ont pas voix au chapitre sur la chaîne et  nationale, mais encore, mentionner sous forme d’exigence sans limite, le nom du président de la République à chaque information gouvernementale véhiculée, se présente déjà comme un abus bafouant légitimement le texte.

C’est tout à fait cohérent

Normalement et selon la logique des choses, même si cela n’a pas été précisé dans le texte, le 1er tour de la présidentielle doit se ternir 30 à 60 jours avant l’expiration du mandat précédent (25 janvier 2019). Et selon la loi électorale, tout scrutin doit se tenir entre le 30 avril et le 30 novembre. Pour dire que le 1er  tour doit se dérouler autour du 25 septembre 2018.

Quant au 2e tour, il aura lieu au plus tard 30 jours après la proclamation officielle des résultats du premier tour. En 2013, un mois a été nécessaire avant l’annonce des résultats le 22 novembre 2013. Sous cette optique, le 2e tour avait lieu le 20 décembre. Du coup, le 2e  tour de l’élection présidentielle de 2018 doit se tenir vers le 25 novembre.

JR.

 

News Mada0 partages

Réviser la Constitution : les politiciens sceptiques

Malgré les déclarations des organisations de la société civile sur l’inutilité et le danger de réviser la Constitution, le régime est apparemment prêt à tout. Les opinions fusent de toute part.

«Depuis 2010, nous nous sommes insurgés contre cette Constitution. Nous avons voté non. Mais le «oui» l’a emporté. Le président de la République a fait son serment sur cette Constitution. Pourquoi vouloir la changer plusieurs années après ? Pour notre part, nous sommes d’accord qu’il faut la changer», a déclaré  l’opposant, Toavina Ralambomahay.

Pour Emile Ratefinanahary dit «Vazaha», «ce n’est pas le moment opportun de réviser ou de changer la Constitution. Il faut qu’on se concentre sur les élections».

Nadia

News Mada0 partages

Basikety – «Mada U18» : nandroaka amboara telo ny MB 2 All zazavavy

Tontosa, tany Toliara, ny faran’ny herinandro lasa teo, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja basikety sokajy U18, lahy sy vavy. Nisongadina tamin’izany ny MB2 All Analamanga, satria nandrombaka amboara telo be izao. Ankoatra ny naha voahosotra azy ho tompondakam-pirenena mantsy ka nandreseny ny Ascut tamin’ny isa, 79 no ho 67, mbola lasan’izy ireo ihany koa ny mpilalao nahafaty baolina be indrindra, tamin’ny alalan-dRanarisaona Chantiah, izay nahazo isa 136.  Voatendry ho mpilalao mendrika Rojohasina Ny  Lahatra Faneva

Ho an’ny lehilahy, voahosotra ho tompondaka ny Ascut Toamasina, izay nanilika ny ASCB Boeny, tamin’ny isa tery, 85 no ho 83. Nahafaty baolina be indrindra,  i  Todimasiniaina Lomario Josianis (Ninis) ary Rakotovao Marco, avy amin’ny Ascut, ny mpilalao mendrika. Samy notoloran’ny Telma, mpanohana ny fifaninanana, finday avokoa izy ireo. Fihaonana, manaraka ho an’ny federasiona, ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (CCCOI), hatao ao amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena, manomboka ny asabotsy 23 septambra ho avy izao.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe – “Mada Dame/Junior 2017” : ho any Sina ny ekipan’ny Unoh sy ny 3FB

 Niova ny tanana ny tompondakan’i Madagasikara, eo amin’ny tsipy kanetibe, sokajy zandriny. Raha nanjakan’Analamanga izany, hatramin’izay, norombahin’i Vakinankaratra, kosa tamin’ity.  

 

Ny ekipan’ny Unoh Antsirabe, misy an’i Tendry sy Newton, teo amin’ny sokajy “junior” lehilahy ary i Mirana sy Hasina avy amin’ny 3FB Analamanga, ny vehivavy. Ireo no nandrombaka ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja tsipy kanetibe, ho an’ny taona 2017.

Araka izany, handeha hiatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, hotanterahina any Shina, izy ireo. Ny 4 – 8 novambra ho avy izao, ny an’ny “junior” ary ny 8 – 12 novambra kosa ny an’ny vehivavy. Fifaninanana, ho an’olo-telo miaraka anefa ny hatao any, noho izany tsy maintsy ampiana izy ireo. Mbola hiankina amin’ny fifantenana, hotanterahina, manomboka amin’ny herinandro ho avy io, izany. Hampivondronina, indray mantsy ireo izay manana filaharana tsara sy mahay, ka amin’izy ireo, no hakana mpilalao roa avy hanampy ireto, tompondakan’i Madagasikara, ireto.

Raha hiverenana kosa ny lalao famaranana, tamin’ity fifaninanam-pirenena ity, izay notanterahina ny asabotsy sy ny alahady lasa teo, tetsy amin’ny kianja Paddock Mahamasina, dia resin’i Tendry sy i Newton, tamin’ny isa, 13 no ho 11, i Mahefa sy i Serge, mpilalaon’ny CBT Analamanga. Niady ny fihaonana ary samy naneho ny fahaiza-manaony avy ny andaniny sy ny ankilany. Mendri-piderana ny zava-bitan’ny ekipa roa tonta.

Teo amin’ny vehivavy indray, tamin’ny isa, 13 no ho 10 nanilihan’ny 3FB ny ekipan’ny BIC Ambohimahasoa, nahitana an’i Mirana sy Mialy. Nifandanja ihany ny fihaonana saingy tombony ho an’ny 3FB ny fahaizan’i Mirana sy i Hasina, nifameno tamin’ny taktika sy ny teknika, nampiasaina, ka nahitan’izy ireo fahombiazana.

Dingana manaraka, ho an’ireo mpankafy ity taranja ity, ny “Festival kanetibe”, hatao ny eo amin’ny kianja CBT sy ny Paddock, Mahamasina, ny asabotsy 23 sy ny alahady 24 septambra, ho avy izao. Fifaninana, misokatra ho an’ny rehetra.

Tompondaka

News Mada0 partages

Basket – CCCOI : va pour des duels malgacho-malgaches

Bien des ambassadeurs de la balle orange malgache (ndlr, hommes et dames) évoluent sous d’autres cieux. Notamment auprès des clubs des îles sœurs, à l’image de Danz Be et Danz Kely qui vont montrer ce qu’ils ont dans le ventre à l’occasion de la Coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) qui se déroulera du 23 au 1er octobre au palais des Sports de Mahamasina.

Le sujet planait dans l’air depuis un certain temps et il y a Danz et Danz ! Les deux expatriés malgaches, tous les deux évoluant aux Seychelles, seront de la partie lors de la version 2017 de la CCCOI qui se jouera (une fois de plus) dans la Grande île. Autant dire que c’est l’occasion ou jamais de faire parler de la prouesse malgache au niveau continental vu que Danz Be et Danz Kely ne seront pas les seuls expatriés qui enflammeront le parquet du palais des Sports si l’on ne cite que la présence du très connu Dage ou encore Ronald.

La tâche ne sera pas facile pour GNBC, Ascut et Cospn qui vont en découdre avec les basketteurs mauriciens, comoriens, mahorais et seychellois. Le public s’attend déjà, entre autres, à un duel entre Danz Kely et Tanjona Ravelojaona (Ascut) chez les hommes. Mais les autres expatriés malgaches ne sont pas venus pour une simple promenade de santé car le jeu en vaut la chandelle. Force est de rappeler que ce plateau indianocéanique est qualificatif à la coupe d’Afrique des clubs champions de la zone 7 (CCAC).

Dans la foulée,  ce sera l’ocasion pour la Fédération malgache de basketball (FMBB) de repérer les potentiels joueurs et joueuses aptes à défendre les couleurs nationales lors des prochaines échéances continentales et internationales. Du côté des dames, MB2All, Tamifa et Fandrefiala seront au coude à coude avec les clubs mahorais, BCM et GCF ainsi que l’équipe seychelloise (B Challenge).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Trail – La Réunion : Haja et Nany sur la plus haute marche

Rebelote ! Sur invitation de l’UltraRun La Réunion et World Trade Center (ndlr, organisateur du Marathon de Tana), les coureurs malgaches ont prouvé de quel bois ils se chauffent au trail. Pour ce faire, la Fédération malgache d’athéltisme (FMA) ont misé sur la performance de Hajanirina Andriamparany qui a bouclé les 20 km de l’Ultra Trail de La Réunion en 1 h 11 min 20 s à Sainte Suzanne. Chez les dames, Nany Madeleine Razafindrafara a signé un temps record de 38 min sur le parcours de 10 km.

Une bonne mise en jambes de ces deux athlètes en vue du Marathon international de Tanà qui se jouera dans la capitale le 15 octobre prochain. Notons que les deux Malgaches ont fait plus qu’émerger du lot car il y avait plus de 300 participants sur la ligne de départ. Les média réunionnais ont qualifié Hajanirina de «serial-winner», tant sa prestation dans plusieurs compétitions a fait des échos aussi bien à la Réunion qu’à Madagascar, deux berceaux des courses de trail.

Il a devancé d’une trentaine de secondes le Comorien Mohamed Safoui et le Mauricien Nitish Jhurjursing. Rendez-vous est donc donné au Marthon international de Tanà pour les sérieux prétendants qui veulent détrôner ces deux portes-fanions du géant de l’océan Indien.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Pétanque – Tahiti : des pièces manquantes au puzzle

Le titre de champion de Madagascar dans la catégorie jeune a changé de mains. Les boulistes de Vakinankaratra ont remporté le titre chez les garçons grâce à Tendry et Newton, issus du club Unoh (Vakinankaratra). Chez les dames, Mirana et Hasina du club 3FB (Analamanga) complètent la liste de la délégation malgache engagée au championnat du monde de pétanque dames/jeunes prévu se dérouler à Tahiti du 4 au 12 novembre.

La Fédération malgache de pétanque est en train de trouver la formule pour sélectionner deux joueurs et deux joueuses en vue de cette joute car il s’agit d’une compétition qui se joue en triplette. Pour rappel, Tendry et Newton ont battu Mahefa et Serge (CBT Analamanga) sur le score de 13 à 11. Dans l’autre affiche, Mirana et Mialy (BIC Ambohimahasoa) se sont inclinées sur le score de 13 à 10 face à Mirana et Hasina.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Saika hamidy 2 700 000 Ar ny iray : mpitandro filaminana ny iray amin’ireo mpivarotra basy

 Voaporofo izao fa misy tokoa ireo mpitandro filaminana miray tendro sy manao asan-jiolahy. Mpitandro filaminana ny iray amin’ireo olona fito voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fivarotana basy eny Ivato sy ny manodidina. Mbola nahitana basy Pietro Beretta roa sy bala valo ary bala chevrotine miisa 30 tamin’ny fotoana nisamboran’ny polisy misahana ny heloka bevava azy ireo…

 

Saron’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) teny Ivato ireo olona fito (mpitandro filaminana ny iray raha vehivavy kosa ny telo) ao anatina tambajotrana mpivarotra basy PA Pietro Beretta sy basim-borona miaraka amin’ny bala chevrotine miisa 30. Araka ny fanazavan’ny lehiben’ny polisy misahana ny heloka bevava, ny kaomisera Whenss Ostrom, taorian’ilay nahatrarana olona telo mpanao trafikana basy izay efa nidoboka any amin’ny fonjaben’i Tsiafahy, nahazo loharanom-baovao hafa indray ny polisin’ny BC, sakelika fahefatra, ny ampitson’io ihany fa misy basy PA Beretta anjatony maro no mbola miparitaka eny Ivato. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny polisy tamin’io fotoana io ka tratra tamin’izany ireo olona fito voarohirohy tamin’ity raharaha ity.

Ny loharanom-baovao ihany no nahafantarana fa mpitandro filaminana manana galona ambony ny iray amin’ireto jiolahy ireto. Ao anatina tambajotran-jiolahy ireto olona voarohirohy ireto, raha ny fanazavana voaray hatrany. Mitovy avokoa ny “numero de serie”-n’ireo basy ireo.

Nohamafisin’ny polisy fa tsy manana taratasy fahazoan-dalàna hanafatra sy hivarotra fitaovam-piadiana ireto olona ireto. Efa misy amin’ireo basy sasantsasany no efa lafon’izy ireo. Marobe ihany koa ireo basim-borona mbola miparitaka amin’iny faritra Ivato iny.

Basy namidy tany anelakelan-trano avokoa ireo ka eo am-pikarohana ny tena mpanafatra ny basy izahay amin’izao”, hoy hatrany ny polisy. Misy dingana maromaro arahina ho an’ny sivily te hitazona ireny fitaovam-piadiana natokana ho an’ny sivily ireny fa tsy izay rehetra te hitazona izany akory dia afaka mitazona izany, raha ny fanazavana hatrany.

Jean Claude

News Mada0 partages

Nikambana teo amin’ny kibony : nahomby ny fandidiana an’i Mitia sy i Fitia

 Nahomby ny fanasarahana ireo zaza kambana nitambatra teo amin’ny kibony, i Mitia sy i Fitia, teraka ny volana avrily lasa teo tany amin’ny faritra Vakinankaratra. Nanao ny fandidiana ny minisitry ny Fahasalamana, Andriamanarivo Lalatiana, sy ny mpandidy namany hafa teny amin’ny sampana fandidiana zazakely ao amin’ny HJRA, ny 13 septambra lasa teo. Noraisin’ny fanjakana an-tanana ny fitsaboana rehetra. Manodidina ny 120 000 euros ny vidin’ny fandidiana, tahaka izao, amin’ny ankapobeny. Salama tsara izy roa vavikely ary efa milanja 14 kg amin’izao fotoana izao.

News Mada0 partages

Namontana : mpitandro filaminana nahatrarana rongony efatra gony

 Mbola mpitandro filaminana ihany koa ny iray amin’ireo jiolahy nahatrarana rongony efatra gony teny Namontana, omaly alina. Nahazo loharanom-baovao ny polisy miady amin’ny fiparitahan’ny zava-mahadomelina momba ny fisian’ny olona roa manao trafikana rongony eny an-toerana. Nidina teny Namontana avy hatrany ny polisy ka tratra tokoa izy roa lahy niaraka tamin’ireto zava-mahadomelina marobe ireto.

Tsikaritra tato ho ato fa betsaka ireo mpitandro filaminana lasa mivadika manao asan-jiolahy sy miray tsikombakomba ary mampanofa fitaovam-piadiana mihitsy. Manaratsy endrika ny fianakaviamben’ny mpitandro filaminana anefa ny toe-javatra tahaka izao. Aiza ny fanadihadiana ara-moraly mialoha ny handraisana ireny mpitandro filaminana ireny? Lasa fieren’ireo olona tsy mahita asa, hany ka na olona tsy tokony hanao ireny asan’ny mpitandro filaminana ireny dia lasa manao izany satria tsy mahita asa. Vokany, rehefa tafiditra ao anefa tsy mahafehy tena. Tokony homena ny sazy faran’izay henjana ny mpitandro filaminana tratra manao asan-jiolahy toy izao.

J.C

News Mada0 partages

Chronique : se couvrir de honte, ça ne couvre pas grand-chose

Seuls les muets se taisent, atteints de surdité les gens d’en haut semblent ne pas entendre les cris et vociférations dénonçant le seuil atteint de l’intolérable sur le plan de l’insécurité. Possédant un seuil l’intolérable parait toutefois ne pas avoir de plafond. Les responsables se couvrant de ridicule se protègent contre l’insécurité sans honte, alors que la population livrée aux brutalités reste livrée à elle-même et face à la dure réalité du pays ne se couvre que de tristesse et de honte. La pub d’une lessive pour vanter ses qualités d’économe en avançant que lorsqu’il n’y en a plus il en reste encore a prêté à sourire. La honte fait moins sourire, alors même que l’on croit avoir bu toute honte, on en finit pas d’en avaler tant et plus. Des scènes de révolte populaire où des foules tentent de mener des assauts contre des sièges symboles de l’administration ne sont plus rares, pas plus que ne sont celles de hordes de dahalo qui prennent en otage tout un village. Sans réaction adéquate de la part des responsables de la sécurité, les schémas ne s’arrêtent pas à ces seuls genres. Les organisations criminelles ont franchi un nouveau cran, jetant davantage encore de discrédit au pauvre Etat et à ses brillants serviteurs : dans le district de Tsiroanomandidy éloigné de 100 kilomètres d’Antananarivo à vol d’oiseau, pour avoir la paix le temps d’opérer une razzia une organisation de bandits fait le siège à la résidence du maire et à la caserne de gendarmerie, interdit à ces autorités d’en sortir, cliché

témoignant de la réalité de l’Etat :  « les représentants de la puissance publique consignés en résidence surveillée ». Par pudeur, afin d’éviter un jugement hard, s’abstenir de poser aux gens du peuple la question dont les réponses fâchent : «qui détient le vrai pouvoir ?». Ce qui ne privera pas de rodomontades les fanfarons qui ne manqueront pas de menacer les bandits évaporés qui  après avoir fait la nique adressent un bras d’honneur.

La population n’a plus seulement que la peur, elle a la honte de ce qu’on a fait de ce pays. Un souhait : que l’on change ! Changer quoi ? De République, de dirigeants,… ? De tout s’il le faut. Mais chaque chose en son temps. L’impératif consiste à changer

de méthode dans l’urgence. Gagner du temps et mettre à profit des diversions, style révision de constitution, accéléraient l’éclatement de l’ouragan qui gronde d’un souffle menaçant.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : on parle d’organiser des chantiers agricoles nationaux (2)

(Suite et fin.)

À ce sujet, le Bulletin des Renseignements coloniaux écrit : En agriculture alimentaire, on considère que la capacité productive d’un individu est très bonne quand il produit de quoi nourrir 200 de ses semblables ; elle est passable au coefficient 30, médiocre à 10, mauvaise au-dessous de ce chiffre. Or, le coefficient de l’indigène de la région côtière, à Madagascar, est de 2 à 5 lorsqu’il est livré à lui-même. Ce coefficient peut s’élever à 20 et atteindre même 60 si le travailleur malgache est employé sur une exploitation bien organisée sous la direction d’Européens. Que cette situation puisse se modifier avec le temps, cela n’est pas douteux, mais actuellement on ne peut compter sur l’extension des cultures de villages pour augmenter la production.

Peut-on compter au moins sur les cultures européennes ? Les colons demeurés sur leurs terres sont, hélas, trop peu nombreux. Il faudrait sans doute une organisation nouvelle permettant une production intensive, immédiate, grâce à laquelle la Grande Île pourrait fournir une surproduction de riz suffisante pour nourrir toute la France pendant plusieurs mois. Quatre mois, six mois au plus suffisent en effet pour obtenir une récolte de riz et 200 000 individus employés utilement pendant deux cents jours par an donneraient un supplément de récolte suffisant pour assurer le chargement de 250 navires.

Carle, directeur de la colonisation à Madagascar, propose de soumettre les travailleurs agricoles malgaches à la « réquisition civile » et de les organiser en chantiers agricoles nationaux qui travailleraient sous la direction d’Européens pris parmi les colons mobilisés ou mobilisables. Les travailleurs indigènes recevraient un salaire suffisant pour leur nourriture.

Ajoutons que le Comice agricole de Tananarive s’est déclaré partisan de cette combinaison et la Commission administrative nommée pour l’étudier s’est prononcée pour la mise en essai immédiate de ce programme.

Mais il ne suffira pas de produire beaucoup de riz, il faudra encore le transporter ; cela ne dépend plus de la colonie, mais de la métropole qui seule dispose ou, du moins, devrait disposer de moyens de transport.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tany rakotry ny lavenona – habakabaka maizin’ny setroka Ny ao am-bil...

Ny fahantrana tsy mety resy, vao mainka mihamahazo vahana aza sanatria. Io aretina pesta manao fangala-piery io, anio any atsinanana, any Toamasina, no mandripaka. Ny ampitso any andrefana, any Mahajanga, no mampihorohoro ny mponina. Tsy tongatonga foana na mitranga hoazy amin’izao ireny. Ao Rafahantrana, tsy lavitr’izany Raloto lasa ravaky ny tontolo iainana. Anarany fotsiny daholo izany fiahian’ireo ministera nomena anarana mampandry adrisa : ny fitsinjovana ny fahasalamana dia noho ny fitavozavozana lasa afara lalandava. Tsy taitra raha mbola mikotrika ny aretina, rehefa mihanaka vao avy ao aoriana no manenjika mizarazara Cotrim. Ny ministera mpiahy ny mponina dia afaka ho aiza moa ivelan’ny filazana fitserana rehefa avy niseho ny loza. Miandry ny rano hitsika vao miseho midododo mitondra teny mamy ho an’ny traboina rendrika tao anaty tondra-drano.

Tonga ity ny fotoan’ny main-tany. Mifamotoana amin’ izany ny doro tanety sy firehitry ny ala. Efa kila avokoa ny zava-maniry ary mavesatry ny setroka ny rivotra iainana vao samy mifaninana amin’ny fanaovana fananarana sy fanamelohana ireo mpandoro, ampangaina ho fahavalon’ny tanindrazana. Ny mponina mitombo an’isa tsy misy fitsaharana, ny tany azo anaovana fambolena mihena am-pitoerana. Tsy mampiraika ny mpivarotra tanindrazana izany. Tsy ny aty an-tampon-tanety fa  any an-kibon’ny tany no miafina ny harena afaka amidy amin’ny “mpanjifa” izay maro karazana no sady maro an’isa, tonga mitanitanina sy mandodona. Eo moa ny mpandraharaha vonona hanao fifanarahana amin’ny fanjakana, ao koa ireo mpitrandraka mikitikitika hifanamboatra mangina amin’ny mpitondra.

Ahoana moa no tena fitrangan’ny zavatra tazana ? Ny tany manomboka karankaina, ny rivotra manempotra noho ny setroka. Tsy ho ela koa dia ho jifa ny ao ankibon’ny tany. Dia ho vita eo ny an’ny Malagasy ? Simba fonenana sy lany vatsy alohan’ny fisitrahana ny tao an-tsompitra izay voalaza sady fantatra fa ampy h nahavelona ny mponina sy namporisika hiezaka raha voky, mba ho afaka amin’ity fanavotan-tena tsy misy fitsaharana eo ampanosehana an’ireo karazana fahasahiranana nefa ny vatana sy fanahy efa reraky ny tsy fisiana.

Ratsy ny fandoroana ny tany. Hafahafa noho izany ny fanomezan-dàlana ny vahiny hanimba ny tontolo noho ny fitrandrahana ny any an-kibon’ny tany. Sady potika ny ety an-tanety no ravarava ny harena nofonosiny tao ambany tao, nefa tsy nisy sandany arak’izay tokony ho rariny. Fanariana lavenona sy fiaretana ny fahapotehan’ny fonenana hany sisa anjaran’ny mponina izay tsy nahita na voambary iray aza nipitika tany am-biliany aza.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : doux tintement de milliards de dollars des Chinois

On entend d’ici le crissement des billets que comptent les dirigeants d’un Etat africain, qui viennent de conclure avec des établissements financiers chinois une avance de fonds établie à plusieurs dizaines de milliards de dollars. Le Chef de l’Etat qui ne manque pas de rappeler une avancée de la politique étrangère qu’il mène depuis son retour d’une mission en Chine. Réserverait-il une surprise en gardant sous le coude une information concernant

l’établissement d’un accord de niveau identique ? Si tel est le cas y-aurait-il des éléments qui dictent d’en faire un secret ? Si tel n’est pas le cas, quel doute chez le partenaire qui n’a pas daigné de conclure  d’accords tintant en milliards de dollars ? Piètre témoignage d’un succès couronnant une politique «tous azimuts». Et pourtant les Chinois sont là, au grand dam de nombreuses populations locales.

 

News Mada0 partages

Miandrivazo : dahalo nahatrarana basy Kalachnikov

Dahalo 60 lahy eo ho eo nirongo basim-borona miisa 30 sy basy Kalachnikov iray no indray nanafika tao ao amin’ny kaominina ambanivohitr’i Manambina distrikan’i Miandrivazo, ny herinandro teo. Lasan’ireo dahalo tamin’izany ny omby anjatony an’ny ben’ny Tanàna ary nizotra nianatsimo ny lalan’ireo malaso.

Nanara-dia avy hatrany ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Ambatolahy taorian’ny fampandrenesan’ireo mponina. Nifanehatra teo amin’ny toerana atao hoe Ambalaketsa ny zandary sy ireo malaso. Raikitra ny fifandonana ka lavon’ny zandary nandritra ny fifandonana ny valo tamin’ireo malaso. Azon’ny zandary koa ny basy Kalachnikov nampiasain’ireo dahalo. Zandary iray naratra voatifitr’ireo dahalo nandritra ny fifandonana, saingy tsy misy atahorana ny ainy. Tafaverina amin’ny tompony ny omby ora vitsy taorian’ny nangalaran’ireo dahalo izany. Mangataka fiaraha-miasa amin’ny vahoaka hatrany ny zandarimariam-pirenena mba hahafahana misoroka dieny mialoha ny asa ratsin’ny dahalo toy izao. Mitohy ny fanarahan-dia ataon’ny zandary any an-toerana.

Tsy tanteraka hatramin’ny farany koa ny fanafihan’ireo dahhalo nirongo basim-borona tao amin’ny fokontany Miandrarivo Tsiroanomandidy, ny herinandro teo. Vaky nandositra ireo malaso raha vao nahita ireo zandary nanao fanarahan-dia. Nisy tamin’ireo dahalo anefa no voatifitr’ireo zandary nandritra ny fifandonana.

J.C

News Mada0 partages

Fanafihana teny Anosy Avaratra : nahitana mpitandro filaminana iray koa tamin’ireo mpanafika

Mpitandro filaminana iray miasa any Ambatolampy koa ny iray amin’ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana toeram-pivarotana sady fivarotana enta-madinika teny Anosy Avaratra, ny asabotsy teo. Nandray anjara mivantana tamin’ity fanafihana mitam-piadiana ity ny mpitandro filaminana ity niaraka tamin’ireo namany dimy ka vehivavy ny iray. Araka ny fanazavan’ny lehiben’ny kaomisaria ao Sabotsy Namehana, ny kaomisera Andrianiaina Danielson, nahitana basy PA telo niaraka tamin’ny bala tany amin’ireto jiolahy ireto ka ny iray amin’ireo basin’ilay mpitandro filaminana. Nahazo loharanom-baovao ny polisy tamin’io fotoana io fa misy jiolahy manafika tao amin’ilay toeram-pivarotana fanafody ao Anosy Avaratra. Nandeha fiara P. 405 ireo jiolahy rehefa avy nanafika ka niala tao anaty fiara nandeha taxi-be ny efatra tamin’izy ireo nony tonga teo Sabotsy Namehana. Tratran’ny polisy nanao barazy ireo olona roa tao anaty fiara (lehilahy iray sy vehivavy iray). Nanao fanarahan-dia ihany ny polisy ka tratra teny Ankadikely rehefa nobahanan’ny fiaran’ny polisy ilay taxi-be nandehanan’ireo jiolahy. Noraisim-potsiny ireo  jiolahy efatra niaraka tamin’ny basy ka mody nalatsak’izy ireo tao anaty taxi-be ilay basy.

J.C

News Mada0 partages

Toliara : nirefodrefotra ny basy, jiolahy roa lavon’ny polisy

 Naharitra adiny telo ny fifampitifirana teo amin’ireo jiolahy nandritra ny fifanenjehana omaly maraina tao Toliara. Maty rotiky ny balan’ny polisy ny jiolahy roa…

 Tranombarotra telo tao an-tampon-tanànan’i Toliara no voaroban’ireto jiolahy ireto omaly tamin’ny 2 ora maraina. Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana, niditra avy eny amin’ny tafon-trano ireo jiolahy. Nisy nahatsikaritra anefa ny fihetsik’ireto olon-dratsy ireto ka nampandre ny polisy avy hatrany ireo olona teo amin’ny manodidina. Tonga ara-potoana ny polisy ka tratra teo am-panaovana ny asa ratsiny ry zalahy. Raikitra ny fifanenjehana teo amin’ireo olon-dratsy sy ny polisy. Nirefodrefotra hatrany ny poa-basy satria tsy nanaiky lembenana ireo jiolahy nandritra ny fifanenjehana. Nihorohoro ny mponina teo amin’ny manodidina nandritra ny fifandonan’ny polisy sy ireo jiolahy. Tsy naharesy tosika ny polisy anefa ry zalahy ka lavo ihany ny jiolahy roa. Nahitana basy tany amin’izy ireo nandritra ny fisavan’ny polisy.

Nohamafin’ny polisy fa isan’ireo jiolahy ikoizana amin’ny fanafihana mitam-piadiana ireto roa lahy lavon’ny polisy ireto. Efa eo am-pelatanan’ny polisy ny mombamomba azy ireo.

Velon-tsento kely indray izany ny mponina ao Toliara tamin’ny nahalavo ireto jiolahy raindahiny amin’ny  fanafihana ireto. Fantatra fa mbola misy naman’izy ireo karohin’ny polisy amin’izao fotoana izao.

J.C

News Mada0 partages

Tsena K eny amin’ny tanàna Voara : foara iarahan’ny nahandro sy ny asa tanana

Ho fanamarihana ny “Herinandron’ny taranaka”, mikarakara Tsena K ny FJKM Ambohitantely eny amin’ny Tanàna Voara Andohatapenaka, ny 28 septambra ka hatramin’ny 30 septambra ho avy izao. Sehatra iray hampifanarahana ny asa tanana sy ny nahandro ny hetsika ary hifanena ao ny vokatra avy eny ambanivohtra sy ny asa tanana Malagasy, mandritra ny hateloana, araka ny fanazavan’ny filoha mpanampy ny biraom-piangonana, Andriananjavao Herinaivo, omaly teny Antanimora. 100 ny tranoheva ho fifameloman’ny fiangonana sy ny fiarahamonina satria misokatra ho an’ny daholobe ny foara eny an-toerana. 10 000 ny mpitsidika handrasana hamaly ny antson’ny mpikarakara. Nankalaza ny faha-150 taony ny fiangonana, ny taona 2016, tsangambaton’ny jobily ny fanorenana ny akany fahatelo. Hoentina hamaranana ny asa ny vola azo amin’ny tsena K.

Hasaina, noho izany, ny mpino avy amin’ny FJKM rehetra hanohina ny antso indrindra fa mifototra amin’ny asan’ny fiangonana sy ny fomba fisainana kristianina ny hetsika.

Ankoatra ny varotra, hisy ny fanehoana talenta amin’ny alalan’ny kolo nahandro hampiofanana ireo liana amin’ny nahandro malagasy sy vahiny. Manampy ireo ny dihy mirindra sy ny fanentana samihafa iarahana amin’ny mpanakanto sy ny antoko mpihira avy amin’ny fiangonana Ambohitantely.

Vonjy A.

News Mada0 partages

NTICS : les femmes démunies à l’honneur

En collaboration avec l’association «Ezaka», Orange Solidarité Madagascar va encore implanter trois nouvelles maisons digitales à l’endroit des femmes défavorisées issues des quartiers des premier, deuxième et sixième arrondissements de la capitale.

A ce sujet «Ezaka» et Orange Solidarité Madagascar viennent de lancer, la semaine dernière, les travaux d’aménagement ou de réhabilitation des locaux qui vont abriter ces maisons digitales. A Analakely pour le premier arrondissement, Ambanidia pour le deuxième et à Ambohimanarina pour le sixième.

Il s’agit effectivement pour ces femmes de se familiariser avec les Ntics dans le dessein d’atteindre un niveau d’autonomisation et d’application pratique. A partir de la troisième promotion, chaque maison digitale sera dotée d’un kit numérique comprenant 10 tablettes, deux serveurs Raspberry, une imprimante et 5 ordinateurs portables. A noter que 156 700 000 ariary ont déjà été investis, sous forme de subventions, pour la rénovation et l’équipement des locaux

Sera R

 

News Mada0 partages

Lycées techniques : les enseignants en formation

Le projet du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP), relatif à l’insertion d’un module sur l’entrepreneuriat dans le programme des lycées techniques et professionnels (LTP), commence à prendre forme. Un atelier de formation des formateurs et enseignants en service de l’entrepreneuriat se déroule, depuis hier jusqu’à vendredi, dans les locaux du LTP à Alarobia.

A noter que la mise en œuvre dudit projet durant trois ans et a obtenu le soutenu technique de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi) et financier du Gouvernement de Norvège,

L’objectif de cette formation consiste à donner à l’équipe des formateurs et enseignants en service une compréhension commune des enjeux et défis de l’introduction de l’entrepreneuriat dans l’enseignement et de s’informer sur les réalités et expériences des entreprises. Le directeur de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, Théodore Rakotoarimino, a fait remarquer que, «Madagascar est le premier pays africain francophone à avoir pris l’initiative d’introduire ce volet dans l’enseignement, ayant pour but ultime de favoriser l’insertion professionnelle des sortants des LTP».

Ce programme a déjà fait l’objet d’une validation du MEETFP après l’insertion des recommandations du Groupe technique de travail (GTT). Des travaux de contextualisation et d’adaptation à la pédagogie de l’approche par les compétences ont aussi été effectués par l’équipe de conception et de production du ministère de tutelle. Comme convenu, le programme sera appliqué progressivement dans dix LTP pilotes, à savoir ceux d’Alarobia, de Mahamasina, d’Ampasampito, Ampefiloha, de Tsiroanimandidy, Fianarantsoa, d’Antsirabe, Ambanidia, de Mantasoa et d’Ambatondrazaka, avant sa généralisation.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Teknolojian’ny fifandraisana : hampiana hivoatra ireo vehivavy sahirana

Inona ny tokony hatao mba hanampiana ireo vehivavy eny amin’ny faritra sahirana ara-pivelomana ? Ho valin’izay indrindra no nahatonga ny fikambanana Ezaka nametraka ny « maisons digitales », izay fotodrafitrasa hanampy ireo vehivavy amin’ny fikirakirana ny teknolojian’ny fifandraisana. Handeha ambaratonga izany, arakaraka ny filan’ireo vehivavy amin’izay mety ho asany aoriana.Hisy fotodrafitasa telo vaovao hanampy ny efa misy, eny amin’ny boriborintany voalohany, faharoa ary fahenina eto Antananarivo. Nanome fitaovana ireo “maisons digitales” ireo ny Orange Solidarité Madagascar, izay nanome “tablettes” 10, “serveurs Raspberry” roa, “imprimante” iray ary ordinatera enina isaky ny trano. Nisy ihany koa ny fanomezana fanaka sy fitaovana ankoatra ny fanofanana ireo vehivavy, izay nitentina 93 tapitrisa Ar.Tsiahivina fa efa nanokatra “maisons digitales” ho an’ny vehivavy miisa 12 ny Orange Solidarité Madagascar ny taona 2015 hatramin’ny 2017.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Total Madagascar : Biova Agbokou prend le relais

Après avoir achevé les quatre années de mission sur le sol malgache à la tête de la Direction de Total Madagascar, Laurent Stouffe, a quitté le pays, le week-end dernier. Ce dernier a passé le flambeau à la nouvelle directrice générale, Biova Agbokou, à l’occasion d’un cocktail d’adieu qui s’est tenu, la semaine dernière, à l’hôtel Carlton à Anosy.

A cette occasion, le directeur sortant a dressé le bilan des visions qu’il a partagées depuis ses quatre ans d’interventions à Madagascar. Entre autres, Total Madagascar a pu honorer ses défis de se rapprocher des consommateurs.  Cette année, cinq nouvelles stations s’ajoutent aux 74 éparpillées à travers le pays, dont trois, dans la capitale, à la sortie de la RN5 et sur la RN1 Bis, sont  déjà opérationnelles. Les deux autres, en cours de construction, situées sur la RN2 Bis et à la gare routière d’Andohatapenaka, seront  fonctionnelles d’ici la fin d’année.

«Total Madagascar va continuer d’être proche du client, tout en lui offrant des produits de qualité avec les standards internationaux, tant au niveau de la sécurité que sur le respect de l’environnement», a-déclaré Biova Agbokou.

   Fahranarison

 

News Mada0 partages

Coupure sur la RN7 : l’UE à la rescousse à Vohiposa

L’effondrement du pont métallique d’Ankibo, au PK 324 de la RN7 dans la commune rurale de Vohiposa, depuis dimanche dernier, a causé des préjudices incommensurables sur l’économie nationale en coupant la circulation vers le Sud de Madagascar. Une déviation provisoire sera opérationnelle sur les lieux dans les heures qui viennent grâce à l’appui de l’Union européenne.

Des engins de travaux publics sont déjà sur les lieux du drame, depuis hier, pour mettre en place une déviation d’urgence dans un délai minimum.  L’Union européenne a pris des dispositions particulières pour financer les travaux sur son fonds spécial dénommé « Travaux de réparation des infrastructures suite aux dégâts climatiques » pour des interventions d’urgence, d’après les déclarations de son ambassadeur à Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito, hier, dans la capitale. Il a d’ailleurs rappelé que ce fonds a été déjà utilisé pour réparer en urgence les dégâts climatiques sur certains réseaux routiers ou ferroviaires de Madagascar.

Appui continu de l’UE.

Le diplomate européen a saisi l’opportunité pour réaffirmer le soutien de l’Union européenne à la population malgache pour trouver des solutions dans le rétablissement rapide de la circulation des biens et des personnes. L’ambassadeur  Antonio Sanchez-Benedito a  annoncé dans un langage diplomatique que l’Union européenne reste à la disposition du gouvernement malgache pour améliorer le contrôle de la charge, afin de ne pas dévoiler les lacunes dont il a pris sûrement connaissance dans ce domaine.

Suite à cette paralysie de la circulation sur la RN7, le ministère de l’Energie appelle la population à ne pas spéculer sur les hydrocarbures puisque cette coupure momentanée n’aura aucun impact sur l’approvisionnement de la zone sud.

Des embouteillages monstres se sont formés de part et d’autre du pont d’Ankibo à Vohiposa dès l’effondrement de l’infrastructure, dimanche, bloquant les usagers. Les riverains ont fait de leur mieux pour résoudre le problème à leur façon sans y parvenir, faute de moyens adéquats puisqu’ils ont offert leurs services pour transborder les passagers et leurs bagages à dos d’homme pour traverser la rivière.

Manou

 

News Mada0 partages

“Urban show revisited” : hisy ny hetsika ho an’ny tanora sy ny tontolony

Taorian’ny fahombiazan’ny andiany voalohany, tamin’ny taon-dasa, raikitra indray ny “Urban show revisited” andiany faharoa. Hotanterahina ny 24, 25 ary 26  novambra 2017 eny amin’ny Village Voara eny Andohatapenaka izany hetsika izany.

Sehatra iray hanomezana fahafaham-po ny tanora aty an-tanàn-dehibe ny “Urban show revisited”. Hita, mandritra izany, avokoa ireo zavatra mahaliana ny tanora sy mahakasika ny fiainany andavanandro: ny zavakanto, ny lamaody, ny fanatanjahantena, ny fiarahan’ny mpinamana, ny teknolojia.

Araka izany, ho hita ao ny “Urban mode”, “Urban arts”, “Urban sports”, “Urban food” ary “Urban high tech”. Hanenika ny Village Voara ireo sehatra tsirairay ireo, izay samy nikarakarana fampirantiana, atrikasa, fampisehoana ary fifaninanana. Ankoatra izany, hisy ny varotra kojakoja mifandraika amin’ireo lohahevitra dimy ireo.

Tanjon’ny mpikarakara izao “Urban show revisited” izao ny hampihaonana ireo mpandraharaha sy mpisehatra amin’ny filàn’ny tontolo an-dRenivohitra amin’ny tanora. Ao anatin’ny fialana voly sy fifaliana izany rehetra izany.

Hiavaka amin’ny andiany voalohany ny amin’ity taona ity, satria ho maro kokoa ireo hetsika sy fanentanana samihafa. Etsy ankilan’izay, hibahan-toerana kokoa ny fanabeazana sy ny fampahafantarana ny tanora ireo zavatra mety hilainy eo amin’ny fianarany sy ny asany, any aoriana any.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Urban Show Revisited : le carrefour des jeunes branchés

Fort du succès de la première édition de « Urban show », Media consulting réitère l’expérience du 24 au 26 novembre au village Voara Andohatapenaka. Au-delà de faire valoir les talents de la jeune génération, l’événement se distinguera cette année par son côté instructif et ludique.

Exposition d’art, concerts, gastronomie locale… Décidément, tous les sens vont être à la fête, tout au long de l’Urban show revisited. «Ces temps-ci, la jeunesse malgache accorde de moins en moins d’importance aux heures de loisirs, dans le bon sens du terme. C’est justement pour pallier cette lacune que nous ambitionnons de la rassembler autour d’un même événement», a constaté Bodo Andriamasinoro de Media Consulting.

Avec un espace résolument dédié aux jeunes, à leurs univers et mode de vie, Urban show s’articule autour de cinq volets (Urban mode, urban art, urban sport, urban food et urban high tech), qui auront ses propres expositions, ateliers, concours et démonstrations en tout genre.

Culture urbaine

«Nous mettons un point d’honneur  à permettre une rencontre entre tous les vecteurs de tendances urbaines actuelles, qui ne seront pas les mêmes que dans un an ou plus, et ainsi de donner une plateforme de découvertes, d’échanges et de mise en valeur à leurs talents. Le tout se fera dans une ambiance festive et décontractée», poursuit-elle.

Une ribambelle d’artistes seront sous le feu des projecteurs, trois jours durant, pour faire étalage de leurs créativités pour ne citer que «Eva création» dans la section mode, «Danse encore» pour la chorégraphie, et le «Club speed» dans le domaines des deux-roues.

A l’issue de cette 2 édition, Urban show revisited ambitionne de devenir le plus grand carrefour de la culture urbaine de Madagascar.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Rheg et Dekapy : du rock à fond la caisse

Et le rock and roll live continue dans la capitale, après divers  concerts à l’affiche. Otoprod by Reg est de nouveau prêt à satisfaire les rockers. Sur ce, il organise un concert baptisé «Heavy metal vibes», dimanche prochain, au Cercle franco-malgache (CFM) Anosy. Il a ainsi  choisi, en tête d’affiche, deux groupes qui se produisent rarement sur scène, à savoir Rheg et Dekapy’s band, de passage au pays en ce moment.

Le spectacle durera une heure et demie environ. Adoptant le style Heavy metal, Rheg interprétera ses anciens titres, dans le but de faire revivre les moments passés des  années 90. Par ailleurs, il n’oubliera pas non plus de présenter au public son dernier album «Emmorheg», sorti cette année.

De son côté, Thierry Dekapy a opté de lancer la nouvelle génération de musiciens qui regorgent de talents. Il a donc fait appel à Teddy, le jeune guitariste du groupe Inox,  Tsanta nY avo Razafindrakoto à la guitare basse, Tsiory Aaron Ralambo à la batterie et Faniry Rasolofoniaina au chant, pour redonner vie à  ses anciens morceaux.

Afin d’éviter les rumeurs qui nuisent aux concerts de rock, Otoprod by Reg a choisi de travailler avec des professionnels qui ont l’habitude de produire de spectacles de qualité. Ainsi, Kiki assurera le côté sonorisation et lumière. «Entre rockers, nous nous entraidons», a annoncé Best prod, à la décoration. A noter que durant leur séjour au pays, Thierry Dekapy et Rheg organisent une rencontre musicale avec leurs fans.

Holy Danielle

 

Ino Vaovao0 partages

FARITRA SAVA : Lehilahy miisa roa hita faty tao anaty rano ny faran’ny herinandro lasa teo

Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia tao amin’ny fokontanin’Ankadirano Kaominina Tsarahalana no fantatra fa niala tao an-tranony i Totobetanimena Seraphin 38 taona ny zoma lasa teo. Nilaza ny tenany tamin’io fotoana io fa handeha hamonjy ny vadiny any amin’ny Fokontanin’Ambodiala.

Nomarihan’ireo olona nanazava fa efa mamo ny tenany talohan’ny nandehanany. Karazany ho tsy nahatsiaro saina intsony ity rangahy ity, hoy ireo mponina nandritra ny fiampitana ny ranobe ka dia izay nindaosin’ny fahafatesana izay avy hatrany. Ireo olona hiampita vao maraina tamin’io rano io no talanjona raha nahita azy nitsingevana efa tsy nisy aina intsony. Nidina tany an-toerana ireo zandary avy ao amin’ny Tobim-paritr’i Tsarahalana, niaraka tamin’ny mpitsabo rehefa avy nampandrenesina ny zava-misy ka mbola mitohy ny famotorana ny raharaha amin’izao fotoana izao.

Kaominina Atsinga Distrika Sambava

Tranga mitovitovy amin’izany ihany koa no niseho tao amin’ny tanànan’Andengilava Fokontanin’i Bekambo Kaominina Antsinga, ny sabotsy tolakandro lasa teo. Raha ny filazan’ireo fokonolona dia hita faty tao amin’ny reniranon’i Bemarivo i Gendrais 39 taona zanak’i Manohaka sy Tsirintsoa mpamboly, monina ao amin’ny Fokontanin’i Farafangakely Kaominina Andrangovelakao ao amin’ny Distrikan’i Sambava ihany.

Marihana fa ny karapanondro tany aminy no nahafantarana ny mombamomba azy. Olona sendra niampita tamin’io rano io ihany koa no nahita ny razana, ka izay vao nampandre ny besinimaro hijery ny zava-misy. Hatreto aloha dia mbola tsy nisy nahalala izay tena antony nahafaty azy satria tsy voafaritra mazava ny hoe maty teo am-pitàna ny rano ve sa nisy namono izy.

Efa nanao ny fitsirihana ny mpitsabo niaraka tamin’ireo mpitandro filaminana saingy mbola eo am-panohizana izany izy ireo amin’izao raha ny tatitra voaray teo am-panoratana hatrany. Ny Borigadin’ Amboangimbe no misahana ny raharaha ankehitriny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

BAZARY MAY ANKIRIHIRY : Jiolahy mpanafika sy mpanendaka roa maty voatifitra

Telo tamin’ireo no namoy ny ainy. Ny alin’ny alakamisy 14 septambra hifoha ny zoma 15 septambra, dia mpanendaka eny amin’ny faritra Anjoma no maty voatifitry ny polisy avy amin’ny boriborintany voalohany rehefa nanohitra nandritra ny fisamborana azy.

Ny alin’ny zoma hifoha sabotsy kosa dia jiolahy iray mpanao fanafihana mitam-piadiana no voatifitra tao Mangarano ka mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny Hopitaly Be.

Ny kaomisaria foibe Bazary Kely tarihin’ny Kaomisera Razafindahy Manitra Fleurys no tompo-marika tamin’izany. Nitohy ny alin’ny alahady 17 septambra ny hetsika nataon’ny kaomisaria foibe teny amin’ny faritra Mangarano sy Mangarivotra ary Ankirihiry. Nahitam-bokatra hatrany izany. Nandritra io hetsika io, dia jiolahy mpanendaka eny amin’ny faritra bazary May Ankirihiry no tratran’ny velapandriky ny polisy eo anivon’ny Kaomisaria foibe.

Vokany, maty tsy tra-drano ireo jiolahy roa lahy. Ireto farany izay fantatra fa efa mpamerin-keloka ary olona maro no efa lasibatra. Ankoatra ireo vokatra azon’ny kaomisaria foibe ireo, dia nisy ny hetsika nataon’ny Fip teny amoron-dranomasina ny tolak’andron’ny alahady 17 septambra. Hetsika fanindroany io natao io.

Nahatratra 16 ireo mpanendaka voasambotra raha 8 izany ny alahady 10 septambra. Mitondra filaminana ao Toamasina ireo hetsika ataon’ny polisy ao an-toerana amin’izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-BASY : Lehilahy roa lavon’ny balan’ ny Polisy tao Toliara

Tao an-tampon-tanànan’i Toliara no nitrangan’ny fanafihana. Andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana nanafika tranombarotra telo samihafa manakaiky ny trano fiantohana Aro ao Toliara renivohitra. Maro ny entana lasan’ireo olon-dratsy tamin’izany. Voalaza fa nisy nahatsikaritra anefa ny fanafihana ka nampandre avy hatrany ny mpitandro filaminana ity farany.

Afaka fotoana fohy dia tonga avy hatrany ireo mpitandro filaminana ka raikitra ny fanenjehena ireo jiolahy. Naharitra adiny telo ny fifanenjehana sy ny fifampitifirana ka jiolahy roa no lavon’ny balan’ireo polisy ka maty tsy tra-drano, araka ny loharanom-baovao. Voalaza fa anisan’ireo jiolahy efa tena henjana amin’ny famakiana trano sy fanendahana an-dalambe ireo roalahy maty voatifitra ireo.

Tafatsoaka kosa ny ambiny tamin’ireo mpamaky trano.Hatreto dia tsy fantatra ny tetibidin’ireo entana lasan’ireo jiolahy tamin’ireo toeram-pivarotana voaroba ireo.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

BOUTOZARA STANISLAS : Tsy mankasitraka ireo solontenan’i Toamasina ao anaty Cfm

Nambarany nandritra izany fa tsy mankasitraka an’ ireo olona roa notendrena ho solontenan’i Toamasina eo anivon’ny filankevitry ny fampihavanana Malagasy ireo ny tenany. Ny iray amin’izy ireo dia praiminisitra herinandro monja sady tsy mpijery ny madinika velively, hoy izy. 

Ny faharoa  indray kosa dia olona nandositra tamin’ny raharaha 2002 tsy sahy nanohitra ny mpifanandrina na koa niaro ny vahoaka mpomba ny Filoha teo aloha Didier Ratsiraka, hoy hatrany ny fanehoan-kevitry ny Sekretera Jeneralin’ny Pfm. Tsy ampy fifaneraserana amin’ny vahoaka io olona faharoa notendrena io, hoy hatrany ny fanazavany izay narahina fanontaniana hoe  : Inona no mba zavatra fantatr’io olona faharoa io amin’ny raharaha fampihavanam-pirenena  ? 

Nohamafisin’ ity mpanao politika ity fa mpikambana feno eo anivon’ny herin’ny fanovàna ny Pfm ka nilaza ny tsy hanaiky amin’ny fanendrena ireo olona roa solontenan’ny Toamasina ao anatin’ny Cfm izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANANA TMH : Vonona hanohana an’i Andry Rajoelina amin’ ny fifidianana

Taorian’ny fitsanganan’ny rantsa-mangaikan’ny fikambanana tao Fianarantsoa renivohitry ny Faritra Matsiatra Ambony dia mihanaka tsikelikely any amin’ny faritra Atsimo Andrefana iny indray izao ny fananganana ny fikambanana Tmh. Ny faran’ny herinandro lasa teo no nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy ny fijoroan’ny fikambanana. 

Amin’ny ankapobeny dia miara-miasa akaiky amin’ny Mapar ireo tanora mivondrona ao anatin’ny Tmh izay manana vina iombonana dia ahatafavoaka an’i Madagasikara ao anatin’izao fahasahiranana mangitsokitsoka izao. Manoloana izany indrindra dia vonona tanteraka ireo mpikambana ny hanohana ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina amin’ny fifidianana izay ho filoham-pirenena amin’ny taona 2018. Ankoatra ireo faritra hafa sy fikambanana izay nangataka ny filatsahan- kofidiany dia nanamafy izay fangatahana izay ihany koa ny fikambanana Tmh Manakara.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITOKONAN’IREO MPITONDRA TAXI : Hihamafy ny fitakiana hiantefa amin’ny Cua

Manoloana ny tsy fankatoavan’ny fikambanana  ny fanapahan-kevitra noraisin’ny kaominina amin’ny nanomezana ny orinasa tsy miankina Omavet ny fitsirihana fiara etsy Antsakaviro no anton’ny fitokonana. Vao nivoaka io fanapahan-kevitra io dia nirohotra tamin’ny fandavana izany ny Ftar ary nanara-dia azy ihany koa ny sendikan’ny mpiasa eo anivon’ny Kaominina Antananarivo renivohitra.

Itsy voalohany dia nanome fe-potoana mazava ny Kaominina mba hampihemotra azy amin’ny fanapahan-kevitra noraisiny kanefa tsy nilefitra hatramin’ny farany ny Cua. Ny herinandro lasa teo dia nanao fanambaràna indray ny fikamban’ny taxi eto an-drenivohitra fa hanao fitokonam-be ny taxi rehetra eto Antananarivo miaraka amin’ny filanjana ilay sora-baventy “tsy mila Omavet”. 

Miainga etsy amin’ny lalan’i Digy ny fandaharam-potoanan’izy ireo amin’izany ary hipaka eo anoloan’ny Kaominina Antananarivo renivohitra aorian’izay. Tsy mampihetsi-bolomaso ny tompon’andraikitra ao amin’ny Kaominina akory anefa izany, raha ny fanazavana noentin’ny lefitra faharoan’ny Ben’ny tanàna dia tsy hihemotra velively amin’io fanapahan-kevitra io izy ireo. 

Ny hany nambarany dia ny fanazavana fa orinasa ao anatin’ny Kaominina ihany ny omavet ary mbola ny Kaominina no mandray amin’ny ampahany betsaka amin’ireo vola miditra. Andrasana araka izany izay mety ho tohin’ity fifanolanana eo amin’ny Ftar sy ny Cua ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FOARA MOMBA NY FAMBOLENA SY NY FIOMPIANA : Tratra ny tanjona ho an’ireo mpikarakara

Izany hoe ny singa rehetra manodidina ny lafiny toe-karena dia voakasika avokoa rehefa miresaka foara amin’ny ankapobeny, ao anatin’izany ny famokarana, ny varotra, ny fanondranana, sy ny sisa. Raha mitaha tamin’ireo foara lehibe rehetra nisy teto Madagasikara dia anisany niavaka tokoa, tsy toy ny mahazatra ny foara iraisam-pirenena momban’ny fambolena sy ny fiompiana natao teto amintsika.

Tsara marihana fa vao niditra tamin’ny andiany voalohany izany hetsika izany. Fantatra mantsy fa mihoatra ny 40 000 ireo mpitsidika nandrasana tamin’ity hetsika ity. Fa teo ihany koa ny serasera, fihaonana, fitadiavana lalam-barotra amin’ny any ivelany sy ny eto an-toerana, teo amin’ireo tantsaha sy ireo mpandraharaha eo amin’ny sehatry ny famokarana sy ny varotra ary ny fanondranana.

Araka ny fanazavana dia tratra ny tanjona raha ny amin’iny hetsika iny manokana no resahana. Betsaka ireo mpampiasa vola samihafa no tonga nitsidika ireo trano heva isan-karazany, ary nifankalo tamin’ireo mpamokatra any ifotony. Iray amin’ireo trano heva nahazo lalam-barotra tamin’ireo zaponey sy Iranianina ny fikambanan’ny mpiompy tantely avy amin’ny faritra Anosy. 

Fantatra àry fa tantely hatramin’ny 100 000 taonina no filàna tadiavin’ny tsena any ivelany. Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra teo amin’ity trano heva ity dia anisany mahasarika ny vahiny tokoa ny tantely avy eto Madagasikara satria tsy mba afaka hahazoana izany ny any am-pita. Manao izay fiompiana tantely izay ihany koa ny fikambanana  “Young progress association”, miaraka amin’ny fiompiana Akanga sy Papelika, izay nahazo tombony manokana. Tsiahivina fa 250 ireo trano heva nandray anjara tamin’io hetsika iray io izay nifarana ny alahady teo.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FIFAMOiVOIZANA : Saziana ny manao dona miverina mba hisorohana ny loza

Noraisina io fanapahan-kevitra io hisorohana ny lozam-pifamoivoizana izay namoizana ain’olona maro tato ho ato izay. Teo aloha manko, ny tonga maraina dia miverina maraina iny ihany na tonga ny hariva dia miverina iny hariva iny ihany.  Tsy maintsy mijanona 12 ora vao afaka miainga indray. 

Rehefa tonga dia apetraka ao amin’ny ‘guichet’ ny fahazoan-dalana mamily ary misy kahie andraiketana ny ora nidiran’ny fiara sy ny nametrahana ny fahazoan-dalana ary ny ora hakana izany fahazoan-dalana izany indray, asiana sonian’ny mpamily. Manomboka izao dia hentitra ny fanaraha-maso ny fidirana sy fivoahan’ny mpamily mba hisorohana ny loza

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FENOARIVO - ATSINANANA : Nametrahana dabam-pako ireo faritra be mpandalo

Ho fitandroana ny fahadiovana, dia nametrahana dabam-pako ireo toerana be olona mivezivezy. Anisany ahitana izany ny eny amoron-dranomasina. 

Tsy natao ho an’ny mpanao vakansy ihany ny fampiasana izany fa ho an’ny vahoaka rehetra, hoy ny eo anivon’ ny kaominina ambonivohitra Fenoarivo-Atsinanana.

Taratra ho an’ny faritra Analanjirofo iray manontolo ny ao Fenoarivo-Atsinanana amin’ny maha renivohi-paritra azy ka manao ezaka mafy ireo mpitantana ny tanàna amin’ny fametrahana fotodrafitrasa isan-tokony.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

TETEZANA AO VOHIPOSA : Manararaotra mampiakatra vidin’entana ireo mpivarotra

Sakafo sy ny fahana amin’ny finday no amidin’ny olona eny an-toerana. Fantatra fa manala fahasahiranana ho an’ireo mpandeha izany fa saingy fanararaotana kosa. Nanomboka ny alahady antoandro teo dia fitohanana tanteraka amin’iny lalam-pirenena faha-7 iny noho ny fihotsahan’io tetezam-by.

Voatery midina mandeha an-tongotra avokoa ireo mpandeha ary miroboka anaty rano. Efa misy kosa ny mpikarama mitatitra entana sy mibata olona izay tsy afaka mitsaka rano, araka ny vaovao voaray avy any an-toerana. Mandrindra ny fandriam-pahalemana eny an-toerana ihany koa ankehitriny ireo mpitandro filaminana avy ao Fianarantsoa. Fantatra fa tetezana mampitohy ny avy aty andrefana mihazo ny any atsimo io tapaka io ka tena mitohana ny fifampoivoizana any an-toerana. Voalaza fa efa misy fanamboarana lalana vonjimaika mba hahafahan’ireo fiara manohy ny diany eny an-toerana amin’izao ora anoratana izao.

Raha tsiahivina dia ny alahady antoandro teo no tapaka vokatry ny havesatry ny kamiao be iray ity tetezana ao Vohiposa ity.

Pounie

News Mada0 partages

Trophée HEC Paris Bernard Ramanantsoa : les finalistes dévoilés

Honorer l’entrepreneuriat à Madagascar. C’est dans ce sens que l’association HEC Paris Education Madagascar, regroupant les anciens élèves d’HEC Paris, a lancé en mai dernier le «Trophée HEC Paris Bernard Ramanantsoa».

150 entreprises malgaches ont concouru et  les finalistes ont été présentés lors d’une rencontre organisée, hier, à Ankorondrano.  En effet, le trophée HEC Paris – Bernard Ramanantsoa 2017 est un concours ouvert à toutes les entreprises présentes à Madagascar, de toutes tailles et tous secteurs confondus. Trois catégories sont choisies, notamment le service clientèle, la notoriété de la marque et les ressources humaines. Par ailleurs, une catégorie spéciale est dédiée aux Petites et moyennes entreprises (PME) sous-traitantes et une autre pour les dirigeants d’entreprise.

Les gagnants du trophée seront connus durant une cérémonie organisée le 30 septembre prochain au palais d’Ambotsirohitra. Campagne de communication nationale et internationale, formation de haut niveau, soutien pour le développement des activités de l’entreprise et d’autres encore seront offerts aux gagnants.

Riana R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

URBAN SHOWHampiala voly ny tanora eto an-drenivohitra

Hanome fotoana manokana ireo tanora eto an-drenivohitra amin’ny alalan’ilay hetsika antsoina hoe :

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa Publi motionHanome “Lanterne” maimaimpoana ho an’ny Taxi

Niteraka savorovoro teo amin’ny tontolon’ny fitaterana am-piarakaretsaka hatrany nanomboka tany amin’ny faran’ny volana martsa ka hatramin’izao ny mikasika ny fampiasana ilay lanterina vaovao izay tao anatin’ny vinan’asan’ny fiadidian’ny kaominin’Antananarivo (CUA) mba hanatsarana ny endriky ny renivohitr’I Madagasikara.

 

Araka ny fanazavan’ny avy eo anivon’ity orinasa ity dia ny fikambanan’ireo mpitatitra am-piarakaretsaka (FTAR) sy ny CUA ary ny Publi motion mihitsy no niara-namolavola ny tetikasa nanomboka ny desambra 2016 ary samy nankato io lanterina misy dokambarotra io ny 3 tonta. Noho ny olana teo amin’ny resaka fitsirihana fiara (contre-visite) anefa ny 28 martsa teo dia naato ny fizarana izany na dia efa nisy taxi miisa 20 teo aza nozaraina ny fiandohan’io volana io. Tsy nisy nidiranay, hoy izy ireo, ny tsy fifanarahana teo amin’ny FTAR sy CUA fa rehefa nomena baiko indray izahay hanohy ny fizarana ny 31 martsa dia niverina nizara.

Maimaimpoana ny fizarana sy fanoloana

Noho ireo savorovoro nisy moa dia nanapa-kevitra ny avy eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra fa avela ho mahaleotena amin’ny asany, izany hoe tsy fatoran’ny fifanarahana amin’ny CUA intsony ny Publi-motion, raha ny fanazavan-dRajaonarison Solofoniriana, mpandrindra ao amin’ny orinasa. Tsy misy olana akory ny fiarahanay miasa amin’ny CUA. Niverina nizara lanterina indray izy ireo, noho izany, ny herinandro teo ary rehefa nahita fa mbola tsy ampy moa ny fanentanana dia nampahafantatra ireo tombony azo amin’ny fampiasana ity lanterina ity tamin’ny haino aman-jery tetsy amin’ny biraony etsy Ankorondrano izy ireo omaly. Anisan’ny tombony goavana, hoy izy ireo, ny fizarana azy ity maimaimpoana ary fanampin’izay dia mbola hotolorana 30.000 ariary isaky ny 4 volana koa izay manaiky hitondra azy. Raha misy ny fahasimbany dia afaka manatona ny orinasa ary maimaimpoana koa ny fanamboarana. Tsy marina ny filazana fa rehefa misy fahaverezan’ilay lanterina dia manolo ary mandoa 300.000 ariary fa afaka manao fanambaram-pahaverezana any amin’ny polisy kosa ary mahazo maimaimpoana indray avy eo. Tsy voasakan’ny polisy ihany koa izay hitondra azy io satria fantatra avy hatrany fa ara-dalàna.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarabe nanimba ny tetezan’i VohiposaNihoatra 11 taonina ny entana nentiny

55 taonina, izany hoe nihoatra 11 taonina tamin’ny eken’ny lalàna no lanjan’ilay fiarabe nanimba ny tetezan’i Vohiposa (RN7).

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Mitsapatsapa hatramin’ny farany

Nampanantenaina aloha ny vahoaka malagasy fa hovahana ao anatin’ny 3 volana ny delestazy.

 Niaraha-nahita anefa ny zava-nitranga fa tsy tanteraka izany ary lasa velon’ahiahy amin’ny fitondrana hatrany ireo vahoaka na inona na inona fampanantenana ataony ankehitriny. Io koa fa ho avy ny « Compteur intelligent ». Dia efa mandeha sahady ny fanontaniana any an-dohan’ny olona fa ho foana tokoa ny fangalaran-jiro sy rano tany an-tokantranony. Ny Jirama indray ve no hanao ny ataony satria tsy hahalala izay ambonin’ny tany mikasika ny kaontin-jirony intsony ny isan-tokantrano ? Dia nitohy ihany ny fampanantenana tamin’ny alalan’ilay lalana mampitohy mivantana an’Ivato sy Soavimasoandro niafara tamin’ny bombo voanjo.  Nisy vola niditra tsy nihoatra ny azo tamin’ny frankofonia. Azo antoka koa ve fa ho tontosa ilay fikasana hanao lalana manara-penitra mampitohy an’Antananarivo sy Toamasina ? Tsy horesahina intsony ny hetsika 100 andro tamin’ny andron’ny praiminisitra teo aloha sy ny paikady vaovao mikasika ny fandriampahalemana nampahafantarina teny Ivato farany teo. Ho hita eo indray ny fivoaran’ny toe-draharaha. Hotsapatsapaina hatramin’ny farany ve ny vahoaka sa tena hirosoana tokoa ny fampandrosoana ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Bekisoa SoavimasoandroRaikitra ny adin’ny Sinoa sy karana amin’ny Malagasy

Maromaro ihany izay raharahana ady tany nitranga tato ho ato izay. Tapa-bolana lasa izay dia vahoaka an’arivony no nitokona tetsy amin’ny fokontanin’i Bekisoa Soavimasoandro ao amin’ny firaisana faha 5.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kolikoly any AlaotraDosie 30 hanaovan’ny Bianco fanadihadiana

Ireo sampan’asa eo anivon’ny Bianco Toamasina rehetra no ezahana entina eny ifotony, hoy ny tale iraisam-paritra ity Birao mahaleotena miady amin’ny kolikoly ity.

  Maharitra 20 andro izy ireo no mijanona ao amin’ny faritra Alaotra izay nanomboka ny alatsinainy 18 septambra. Sady hanabe ny mponina mahakasika ny ady amin’ny kolikoly izy ireo no hanohy ny fanadihadiana mahakasika ireo taratasy fitoriana tonga eny am-pelatanany. Fotoana iray hahafahan’ireo olona manatanteraka  ny fanambaram-pananana ho an’ireo izay voakasik’izany io fotoana io. Taratasy fitorohana 30 any ho any no heverina fa ho vitaina ny fanadihadiana araka ny nambara ny tomponandraikitra. Hatreto efa miisa 10 ny antontan-taratasy eo am-pelatanan’izy ireo ilana fanadihadiana. Nanamafy ny tompon’andraikitry ny Bianco ao anatin’ny faritany Toamasina fa efa betsaka ireo nanao ny fandikan-dalàna nandalo teo anivon’ny Bianco no efa niakatra fitsarana. Tsy nanavahana io, hoy izy ireo, fa nitovy avokoa ny fomba nanatanterahana ny fanadihadiana na ireo heverina ho vaventy na ireo madinika.

                                                                                  Niry A

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

MITIA SY FITIATsy misy ahiana intsony ny amin’izy ireo

Salama tsara tsy misy ahiana intsony ny fahasalaman’i Mitia sy Fitia zazavavy kely roa kambana nitambatra teo amin’ny kibony avy any Vakinankaratra, nodidiana tetsy amin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha ny 13 septambra teo.

 

 Fantatra  io nandritra ny fampitam-baovao nataon’ny profesora Andriamanarivo Lalatiana sady minisitry ny Fahasalamam-bahoaka nandray an-tanana ny fandidiana voalohany tamin’ny mpanao gazety omaly na dia nananosarotra aza ny fandidiana.  Ny atin’izy mirahavavy kely ireto  sy ny taolan-tratrany mantsy  no tsy maintsy nosarahina satria nitambatra raha araka ny fanazavany. Naharitra ora roa sy sasany ny fandidiana, notronina dokotera mpandidy miisa roa hafa. Efa milanja 7 kg sy 6 kg sy sasany izy mirahavavy kely ankehitriny,  salama tsy misy ahiana ihany koa ny reniny. Noho ny ezaka nataon’ny fitondram-panjakana tamin’ny fanohanana ara-tsakafo azy ireo taloha sy taorian’ny fandidiana moa no nahazoana ny fahombiazana. Tao koa ny fanohanana ara-pitaovana nahafahana nanatontosa ny fandidiana araka ny tokony ho izy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Maharante Jean de DieuGaboraraka ny fampidirana mpiasam-panjakana

Tsy fantatra mazava hatramin’izao ny tena isan’ireo mpiasam-bahoaka eto Madagasikara, hoy ny minisitry ny asam-panjakana Maharante Jean de Dieu.

 Ady sarotra hatrehin’ny fanjakana rahateo ny fisian’ireo mpiasa matotoa mandray karama. Tsy maintsy fehezina noho izany io trangan-javatra mandany ny volam-bahoaka io. Zava-misy goavana ihany koa anefa ny gaboraraka eo amin’ny fampidirana fonksionera satria tsy hita soritra mihitsy ireo filàna laharam-pahamehana ho an’ny fanjakana eo amin’ny fandraisana mpiasam-bahoaka, araka ny fanamarihany. Ezaka lehibe tontosain’ny minisitera ankehitriny hatreto ny fanavaozana ny fitantanan-draharaham-panjakana amin’ny fialana tsikelikely ny fampiasana taratasy (dématérialisation) miaraka amin’ny fikirakirana ao anaty solosaina ny antontan-taratasy rehetra (informatisation). Efa manitsy ireo lesoka samihafa ireo moa ny minisiteran’ny asam-panjakana amin’ilay tetikasa «fanjakana hoan’ny daholobe» iarahan’ny amin’ny Prea (Programme de Réforme pour l’Efficacité de l’Administration) sy ny Vondrona eoropeanina, araka ny fanampim-panazavana. Tsy takona afenina fa mihamahazo vahana ny fandoavam-bola, izany hoe fanaovana kolikoly mba hahatafiditra ho mpiasam-panjakana ary ahitana an’io avokoa ny departemanta rehetra; hany ka tsy mandeha araka ny tokony ho izy ny asam-panjakana satria mety olona tsy ampy fahalalana sy fahaizana no mitana toerana tompon’andraikitra ambony.

Nangonin-dRamano F.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lions Club sy ny CUAMihamatotra hatrany ny fiaraha-miasa

Nitsidika tamin’ny fomba am-panajana ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra nosoloantenan’ny lefitra voalohany ny fiadidiana ny tanàna, Col Ramboasalama Emilien sy ny talen’ny kabinetra Jean Claude Rabarijaona teny amin’ny lapan’ny tanàna Analakely,

 

 Georges Chane-Tune, Governoran’ny distrika 403.B2 an’ny Lions Club, narahan’ireo delegasiona mafonja notarihiny. Noresahana nandritra ity fihaonana ity ny hisian’ny atrikasa izay haharitra herintaona, manomboka ity volana septambra ity ka hatramin’ny taona 2018. Atoa Georges Chane Tune moa, ankoatra ny  maha governoran’ny distrika 403. B2 azy dia misahana ny Lions MJF, sy La Réunion, Maurice, Comores, Mayotte, Djibouti ary i Madagasikara. Ny fitsinjovana ny olona sahirana eny amin’ny faritra iva no sehatra iasan’izy ireo, eo ihany koa ny tontolon’ny  fahasalamana toy ny fitsirihana  ny Diabeta, ny fijerena maso sy ny maro hafa, indrindra ny tontolo iainana no tena asa imasoan’ny Lions Club. Zava-dehibe ny fihaonana tahaka izao izay mifantoka indrindra amin’ny asa sosialy,  fanampiana ny mpiara-belona  ary mitovy rahateo ny  tanjon’ny  roa tonta na ny kaominina Antananarivo Renivohitra na ny Lions Club.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana filohan’ny CFMTsara toerana Rabe Landry sy i Maka Alphonse

Amin’ireo mpikambana CFM na Conseil du Fampihavanana Malagasy vao avy nanao fianianana ny alarobia 13 septambra 2017 lasa teo toa an-dry Mangalaza Eugène,

  Charles Rabemananjara, Jean Jacques Rasolondraibe, Mme Rasoamaniry, Père Serge sy Rabe Landry ary Maka Alphonse dia ireto roa farany no anisan’ireo tsara toerana indrindra hitantana izany rafitra izany amin’ny tsy maha-politisianina azy sy tsy voarohirohy amin’ny krizy nisy teto amin’ny firenena. Tsara toerana hitana ny filoha lefitra kosa ry Latimer Rangers (Toliara), Jean (DIANA), Razaka Oliva sy Mampisanjy (Tanà), Mme Ghalissam Hasmina (Atsinanana), Honoré Raotosona sy Pasteur Ranaivoson ary Rakotoarison (Fianarantsoa), Boanoro sy Shakra ary  Zalifa sy Virginie (Mahajanga). Mety ho mpapakateny kosa i Mme Valisoa. Miankina amin’ny kajikajy mety hisy araka ny voalaza anefa izany.

Tia Tanindranaza0 partages

Ravalomanana sy Pr ZafyNihaona teny Ivandry

Nihaona sy nifampiresaka teny Ivandry omaly ny filoha teo aloha mirahalahy Marc Ravalomanana sy Albert Zafy.

 Raha ny fikaroham-baovao natao dia nanomboka tamin’ny 11 ora  ny fihaonana ary nifarana tamin’ny 12 ora sy sasany teo ho eo. Na dia tsy nisy nipika aza ny resaka ary tsy natrehana mpanao gazety ihany koa dia azo antoka fa nifantoka tamin’ny raharaham-pirenena sy ny fampihavanam-pirenena ary ny fifidianana ho avy manaraka. Efa mpiresaka matetika ireto filoha mirahalahy ireto ary miresaka io raharaham-pirenena io. Samy olon’ny fampihavanana na i Marc Ravalomanana na i Zafy Albert, ity farany izay efa hatramin’ny 2002 no nitaky ny hanatanterahana ny fampihavanam-pirenena noho ny olana ara-politika niteraka fifanandrinana sy fifanandrafiana eo amin’ny samy Malagasy. Mitranga roa andro taorian’ny fihaonan’i Hery Rajaonarimampianina tamin’ny mpanao gazety teny Iavoloha izao fihaonan’i Dada sy i Profesora teny Ivandry izao. Inoana fa tsy tongatonga ho azy fa misy antony manokana satria misimisy ihany ny zavatra nambaran’ny filoham-pirenena tamin’io sabotsy io. Fanambarana izay nampiseho mazava fa manam-paniriana hikitika ny lalàmpanorenana mialoha ny fifidianana izy ary efa tahaka ny milaza sahady fa tsy matahotra na iza na iza. Mbola ao anatin’ny adihevitra be tsy mety vita ihany koa amin’izao fotoana ny resaka « ni…ni » na ny fanakanana ny filatsahan-kofidiana kandida izatsy na izaroa tahaka ny tamin’ny 2013. Eo amin’ny tontolo politika amin’ny ankapobeny kosa dia ireto filoha mirahalahy ireto sy ny mpanara-dia azy no azo sokajiana aloha hatreto fa matanjaka ary mahavita manohitra ny fitondrana HVM, tombony ho azy ireo raha oharina amin’ny mpanao politika hafa rahateo ny efa naha filoham-pirenena azy ireo izay midika ho fananana traikefa amin’ny lafin-javatra maro mahakasika ny fiainam-pirenena sy ny fifandraisana amin’ny any ivelany. Tsy nisy moa ny fanambarana ofisialy saingy andrasan’ny maro ny andinindininy sy ny mety ho tao ambadik’izao fihaonan’ny Pr Zafy Albert sy Marc Ravalomanana teny Ivandry izao.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

HAFA KELY

Renim-pianakaviana iray no teraka tao anaty taksibe zotra 114 omaly antoandro.

POLITIKA

Azo eritreretina tsara ny hisian’ny fanovana mpikambana ao amin’ny governemanta ato ho ato. Mety amin’ny fanombohan’ny fivoriana ara-potoan’ny parlemanta raha araka ny tombatomban’ny mpamakafaka politika. Tsikaritra mantsy tamin’ny firesaky ny filoha Rajaonarimampianina raha nitafa tamin’ny mpanao gazety izy ny faran’ny herinandro teo fa misy ireo mpiara-miasa aminy tsy mahafa-po azy. Rehefa tsy mahavita azy ka tsy miala dia esorina, hoy izy.

Tsy fantatra intsony ny mandainga fa ny mpanohitra aloha dia manizingizina fa tsy misy olon’izy ireo mihaona miafina amin’ny filoha eny Iavoloha izany. Ity farany anefa manamafy fa misy olon’ny mpanohitra tonga mihaona azy miafina rehefa harivariva iny ny andro.

Mandalo tsy fahasalamana indray amin’izao fotoana izao ny mpitarika ilay vovonana politika dinika ho an’ny fanavotam-pirenena na DFP, Tolojanahary Maharavo, fantatry ny rehetra amin’ny hoe Doudou, raha ny fampahafantarana nataony tamin’ny antso an-tariby. Io no antony tsy nahenoana azy naneho hevitra tato ho ato fa tsy misy zavatra hafa akory, hoy hatrany ny tenany. Tsy mihemotra amin’ny tolona izay efa nataony kosa hatreto ilay vovonana Herin’ny fanovana.

TSY FILAMINANA

Rongony efatra gony no tratran'ny polisy misahana ny zava-mahadomelina. Zandary GP2 iray sy olon-tsotra roa no tratra nitondra azy io. Tratra niaraka tamin'ireo jiolahy ihany koa ny basy roa mitondra ny marika beretta 7,65 mm sy bala 15. Toa miha mitombina ihany ny ahiahin’ny olona fa tena misy mihitsy ny mpitandro ny filaminana jiolahy na mamatsy sy manampy ny jiolahy raha ity tranga iray ity no heverina. Io aloha no tratra fa tsy fantatra izay any ambadika rehetra any sy ny tena atidohan’izao afera maizina izao.

Nisy fanafihana mitam-piadiana indray omaly teny Sabotsy Namehana ka tratra tamin' izany ny zandary iray miasa eny Ambatolampy izay nandray anjara mivantana. Nizingizinin'ny tompon-trano voatafika fa io tokoa ilay nanambana basy azy.

TOETR’ANDRO

Alizay malefaka tsy marin-toerana no handrafitra ny andro eto Madagasikara mandritra ity  herinandro ity, raha ny fanazavana azo teo anivon’ny sampana mpamantatra ny toetr’andro. Na izany aza dia ho maina ny andro amin’ny ankapobeny amin’ny faritra tsy hisian’ny oram-baratra sy ny havandra. Mikasika ny maripana indray dia ahitana fidinany ny tokalandro eto afovoan-tany sy any Melaky.

FITATERANA

Tsy tontosa omaly ny fihaonana fifampidinihana tokony hisy teo amin’ny Fiadidiana ny tanànan’Antananarivo sy ireo mpitatitra olona eto an-drenivohitra. Nahemotra izy io noho ny fotoam-pandevenana ny nofo mangatsiakan’ny filohan’ny Uctu. Nilaza moa ny fikambanan’ny Taxi-ville fa tsy handray anjara amin’io fihaonana io araka ny resaky ny filohany omaly.

FAHASALAMANA

Manodidina ny 38.000 ny Malagasy voan’ny aretina «Alzheimer», araka ny tatitra «The global impact of Dementia»  navoakan’ny World Alzheimer. Natokana ho an’ireo olona tratran’ity aretina very tadidy ity moa ny volana septambra.

Hanaovana ezaka manokana ny fanazavana momba ny  aretina pesta any amin’ny distrikan’i Maroantsetra. Raha araka ny vaovao azo mantsy dia tapitra lany vidian’ny olona avokoa ny fanafody Cotrim manerana ireo tobim-pitsaboana maro samihafa any an-toerana,  fanafody tsy tokony hohaninkanim-poana raha tsy nahazoana alalana avy any amin’ny dokotera. Tsiahivina fa tsy nahitana ity aretina pesta ity tany an-toerana hatramin’izay.

TEKNOLOJIA

Any Morondava indray nanomboka omaly ilay hetsika nomerika ho an’ny rehetra karakarain’ny minisiteran’ny paositra sy ny fifandraisan-davitra. Fitondrana solosaina entina mandehandeha amin’ny fiarakodia no hatao amin’izany hanoroana sy hampianarana ny rehetra ny fikirakirana ny solosaina, manomboka amin’ny fanokafana mailaka ka hatramin’ny fikaroham-baovao ho an’ny mpianatra.

TRAFIKA

Zana-tsokatra miisa 21 nokasaina haondrana tany Toliara no tratra tany amin’ny distrikan’Ampanihy Andrefana ny faran’ny herinandro teo. Tao anatina sakaosy mainty iray izy ireo, raha araka ny vaovao azo ary efa nokarakaraina manokana mihitsy mba tsy hahafahany mihetsiketsika. Efa noraisin’ireo mpitandro ny filaminana any an-toerana an-tanana moa ny raharaha.

FILAMINANA

Ho sahy hisambotra jeneraly sy kolonely ve ny polisin’ny BC ? Mipetraka ny fanontaniana ankehitriny taorian’ny nisamborana ilay mpibizina basy izay zandary eo anivon’ny Gsis. Misy hatramin’ny solombavambahoaka aza re fa tafiditra ao anatin’ilay tambajotra raha araka ny fikaroham-baovao natao.

 

 

FOTODRAFITRASA

Lafo dia lafo satria manodidina ny 10 ka hatramin’ny 17 tapitrisa dolara ny manamboatra ny “Autoroute” na lalam-be mikodana mirefy 1 km raha ny fenitra misy eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena no arahana. Io no ampiharina amin’ny fanamboarana ilay « Autoroute » mampitohy an’Antananarivo amin’i Toamasina iaraha-miasa amin’ny Sinoa.

Mihazakazaka amin’ny fanamboaran-dalana izay hanaovana fisehosehoana amin’ny 2018 ny fitondrana. Anisan’izany ny lalana Andohatapenaka mankany Ambohidratrimo ary koa ny fiantsonan’ny fiara fitaterana eny Andohatapenaka sy Ambohimangakely. Misy lafiny mahatsara azy ihany saingy tsy maintsy misy kajy ara-politika avokoa izany ny fanamboarana fotodrafitrasa eto amintsika.

TOEKARENA

Nahitana fiakarana 9% teo ny tahan’ny mpizahatany teto Analamanga tamin’iny taona 2016 iny raha ny taremarika nomen’ny avy eo anivon’ny ofisim-paritra misahana ny fizahantany eto Analamanga. Raha natao ny tombana dia nisy 600.000 isan-taona ireo mpizahantany tonga ary faritra tena mahasarika azy ireo ny misy vakoka sy ireo misy natiora

Eo amin’izay tontolon’ny fizahantany izay hatrany moa dia vinan’ny avy eo anivon’ny ofisim-paritr’Analamanga momba ny fizahantany ny hitety ireo vohitra masina 12 nampalaza ny faritra. Anisan’izany ny eny Ilafy, Anjozorobe sy Ambohitantely ary Ambalavao – Ambatofotsy. Araka ny fanazavana, azo antoka fa mbola hitombo izay taha izay ary tombony lehibe ho antsika ny fitarihana ny frankofonia.

Tsy tokony hisitraka tohana ara-bola avy amin’ny fanjakana intsony ny orinasa Jirama hatramin’ny taona 2020, hoy ny filohan’ny Repoblika Hery Rajaonarimampianina. Nahatratra 400 miliara ariary io bolongam-bola io tamin’ity taona 2017 ity.

Hifarana avy hatrany ihany koa ny fanampiana ara-bola homen’ny fanjakana ny kaompania Air Madagascar aorian’ny sonia fifanaraham-piaraha-miombon’antoka amin’ny Air Austral, hoy ny filoham-pirenena Malagasy. Hampiasa vola hatrany amin’ny 40 tapitrisa dolara moa ity orinasa ana habakabaka eto amin’ny Ranomasimbe Indianina ity.

Miroborobo ny fifandraisantsika amin’ny firenena sinoa ary tena hita ho diso miroborobo indray aza raha hoarina amin’ny fifandraisana amin’ireo firenena tandrefana satria dia raha tamin’iny taona 2016 iny fotsiny dia nahatratra 4811 isa indray ireo mpizahantany sinoa tonga teto, raha ny tarehimarika navoakan’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny fizahantany eto amintsika. Toa mampitombina hatrany ilay fandalinana sy fandinihan’ireo mpamakafaka hatrany hoe miha maka toerana eto ny vahiny. Isika kosa ve izany dia hailika tanteraka atsy ho atsy ?

 

 

SOSIALY

Fanadalana saim-bahoaka ny hoe tsy maintsy mihinana Cotrim raha tsy te ho voan’ny pesta. Taitra tamin’ny torimasony ny minisitry ny fahasalamana ary nanazava fa ny fanadiovana tanàna irery ihany no hahafahana miady amin’io valan’aretina io.

Trano zato no indray may tao Brickaville. Misesy ny hain-trano any amin’ny faritra vao manomboka mafana ny andro. Tsy fitandremana avokoa no anton’ireo raha araka ny fanazavan’ny mpanao fanadihadiana.

 

 

Roso amin’ny fanadiovana ny sampandraharaha hiadidiany ireo zandarimaria any Toliara amin’izao fotoana izao. Lohalaharana amin’izany ny ady amin’ny kolikoly. Eo ihany koa ny famaranana ny fahatokisan’ny vahoaka amin’izy ireo indray raha tsy latsa-danja amin’izany fanatsarana ny fifandraisana amin’ny vahoaka Malagasy.

Velon-taraina ny amin’ny hafitsok’ireo mpitandro ny filaminana any amin’ny Faritra misy azy ireo mponina any Bongolava, raha araka ny fitarainana voaray. Tsy maintsy mandoa 5.000 Ar isan’andro mantsy izay vatan-dehilahy tsy mety manao asa fiambenana amin’ny alina nefa mbola miasa ihany koa izy ireo amin’ny antoandro. Ireo mpitandro ny filaminana eo an-daniny, raha araka ny fitarainana voaray hatrany tsy maintsy hiantohana sakafo sy zava-pisotro ihany koa izay ny basiny ihany no tena ilana azy ireo miaraka amin’ny fokonolona.

Manomboka miala tsikelikely mamonjy toeram-ponenany  ireo mpiala sasatra any Mahajanga amin’izao fotoana. Vitsiana sisa ireo mbola mijanonjanona, indrindra fa ireo manana mpianatra miditra amin’ny volana Oktobra ho avy izao. Milamina ny fiainan’ny mponina amin’ny ankapobeny.

Na dia teo aza ny fodiamandrin’ny filohan’ny fikambanan’ireo mpitatitra an-ydrenivohitra na UCTU, Bernardin Andriambinintsolomora, dia nilaza ny filohan’ireo mpitondra fiarakaretsaka, FTAR, Clémence Rahariniriana, fa tsy mihemotra ny tolon’izy ireo ho amin’ny anio. Mbola betsaka moa ny manjavozavo mikasika ity tolon’ireo mpitatitra ity. Ilay fiaraha-miasan’ny kaominin’Antananarivo sy ny OMAVET tokoa ve no tena misy olana sa efa misy mpikarama an’ady fotsiny tsotra izao natao hitsipaka izay fanapahan-kevitry ny kaominina rehetra ?

FAMPIANARANA

Hapetraka sy hampiharina eny amin’ireo toeram-pampianarana miisa folo eto amintsika misehatra manokana amin’ny fampianarana teknika sy ny fanofanana arak’asa ny toe-tsaina tia mikarokaroka sy mitady mpiara-miombon’antoka manomboka izao. Tanjona amin’izany ny hahafahan’ny mpianatra misokatra avy hatrany eo amin’ny sehatry ny fandraharahana, hahazoany mahita asa haingana.

 

 

TRANGAM-PIARAHAMONINA

Tsy ankijanona mihitsy ary saika isan’andro tato ho ato ny lozam-pifamoivoizana tamin’ny RN4. Teo Belobaka, olona roa no maty nandritry ny fifandonana tao anaty fiolanana. Fiara kely roa no tsy nifankahita rehefa nisongona ny iray. Enina kosa no naratra mafy.

Manao tohivakana ny fitifirana jiolahy ao Toamasina. Roa indray no matin’ny polisin’ny UIR tao an-toerana, tao Ankirihiry. Mpanendaka izy ireo ary nitsoaka rehefa nahita ireo mpitandro ny filaminana. Efatra izay no maty voatifitra ary nolazaina ho jiolahy, tao anatin’ny andro vitsivitsy.

Velon-taraina ny vahoaka tao Ambatondrazaka noho ny firongatry ny vaky trano sy ny harom-paosy ao an-drenivohitry ny faritra Alaotra Mangoro. Taorian’ny vaky trano niseho tao amin’ny zanabohitra Abattoir ny faran’ny herinandro teo, izay nahaverezana kojakoja an-dakozia isan-karazany dia nandray ny andraikiny ny avy ao amin’ny polisim-pirenena nanao ny vela-pandrika nahafahana nisambotra ireo olon-dratsy. Nanambara ny kaomisera divizionera Rakotomavo Roger Henri fa hetsika manaraka atao ny fanenjehana ireo mpisoloky ao anatin’ny faritra Alaotra. SARY jiolahy Ambato

TOLIARA

Nitrangana fanafihan-jiolahy omaly alatsinainy tokony ho tamin’ny 2h30 maraina teo an-tanànan'i Toliara. Tranombarotra telo manakaiky ny trano fiantohana "Aro" no voaroba tamin'izany. Teny amin'ny tafon-trano no voalaza fa nidiran'ireo jiolahy, nahita izany ireo olona manodidina  ka nampandre avy hatrany ny mpitandro ny filaminana. Raikitra ny fifanenjehana teo amin'ny polisim-pirenena sy ireo jiolahy.Naharitra adin'ny telo izany, nisy ny fifampitifirana ka lavo tamin'izany ny jiolahy roa anisan'ny hikoizana amin'ny asa ratsy ao Toliara. SARY Jiolahy Toliara

TOAMASINA

Notsofin-drano tamin’ny alalan’ny fomba kristianina tamin’ny alalan’ireo mpitandrina sy pretra eo anivon’ny FFKM Toamasina, sy tamin’ny alalan’ny fombam-panjakana tamin’ny fanapahana  kofehy ny sabotsy lasa teo ny fiara mpamonjy marary antsoina hoe “Masimbavy Bénedicte” . Lanonana izay natao tao amin’ny tranon’ny depiote Famindra Justin, ka natrehan’ny filoham-boninahitry ny fikambanana FIVOY ny minisitra Ndahimananjara Johannita Benedicte. “Fiara mpamonjy marary natao ho an’ny vahoaka rehetra izy ity na ny fikambanana FIVOY aza no mitantana azy amin’ny alalan’ireo mpikambana misahana izany manokana.SARY Ambulance

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandrobana tany FaratsihoMpivarotra 7 nasesin’ny jiolahy

Ankoatra ny pesta nampalaza an’i Faratsiho teo, sesilany koa ny tsy fandriampahalemana any an-toerana tato ato.

 

 Raim-pianakavina iray np fantatra fa nahazoan’ireo jiolahy vola 7 hetsy ariary ;  nikasa hanohitra azy ireo ity lehilahy ity ka niharan’ny habibiana avy hatrany: nofirainy tamin’ny famaky ny lohany no sady notapahiny ihany koa ny tanany ilany tamin’io fanafihana ny alin’ny alahady io. Nampivarahontsana ny mponina tany an-toerana ny fanafihana ny alin’ny alahady  teo, tokony ho tamin’ny sivy ora sy sasany alina tao amin’ny tanànan’Antsampanimahazokely, fokontany Ambohitrarivo, kaominina ambanivohitra Vinaninony Atsimo. Fivarotana niisa 7 mantsy no notetezin’izy ireo mpanafika tamin’io ka ho an’ireo trano tsy nisy olona dia noraofiny avokoa izay entam-barotra azony nentina toy ny ranom-boankazo, bisikoitra sy ireo sakafo maro hafa niampy ny sigara. Tsy nisy namelan’izy ireo avokoa izay trano voapitsoka sy novakian’izy tamin’izany ka tamin’ny famaky no hamakian’ireo joilahy izany, ka na dia antsy iray, toy ny tao aminà toeram-pivarotan-kena aza dia nentin’izy ireo ihany koa. Ho an’ireo tokantrano nisy olona kosa dia fandrahonana amin’ny basy sy zava-maranitra maro no nasesin’ireo jiolahy manodidina ny 20 nanafika ity tananan’Antsampanimahazokely ity. Tsy misy alaharo alaharo fa fitakiana vola sy fandraofana ireo entana lafo sy finday no asetrin’izy ireo izay olona tratrany. Rahonany entina hatao takalon’aina na hovonoina ihany koa ny ankizy ao an-trano raha vao tsy manome izay tadiaviny ny tompon-trano, hany ka dia manaiky sy nanome fahafaham-po ireo jiolahy avokoa izay tokantrano lasibatra.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tofoka sy leo

Miarahaba ry jean a.Manakory ny namana rehetra any e, ianareo aloha dia tsy taramihitsy raha vao hiondrana any ivelany.

Marco

Madonline0 partages

Des conducteurs de taxi s’opposent à un système de contrevisite

Sit-in des conducteurs de taxi près de l'Hôtel de ville

La tension est montée d’un cran entre des conducteurs de taxi de la capitale et la mairie au sujet d’un nouveau système de contrevisite.

Depuis que la Commune d’Antananarivo a confié à l’établissement Omavet la contrevisite imposée aux taxis et aux taxis collectifs de la capitale, des propriétaires véhicules de transport en commun et des conducteurs ont haussé le ton. Ils ont organisé une manifestation dans les rues d’Antananarivo, avant un sit-in devant l’hôtel de ville, mardi 19 septembre.

Les organisateurs parlent de « succès » après la caravane et le sit-in. Mais le service de communication de la Commune d’Antananarivo spécifie que seulement « un peu plus de 130 taxis sur les 3000 que compte Antananarivo ont participé à la contestation ».

Le bras de fer entre les deux parties relance, en tous cas, le débat sur la qualité et la sécurité en matière de transport en commun dans la capitale. Si tout le monde admet que, compte tenu de la situation socioéconomique de la Grande Ile, des exceptions ont été admises et que le renouvellement du parc automobile n’a pas été considéré comme étant une nécessité, chacun est persuadé de l’importance d’assurer la sécurité des passagers.

C’est la raison qui a poussé la Commune, à travers une décision du Conseil municipal, de confier la contrevisite des véhicules de transport en commun à l’Omavet, un organisme rattaché à la Commune d’Antananarivo. « Cette entité dispose des moyens et des expériences nécessaires à cette démarche », a expliqué le premier adjoint au maire. Sauf que certains taximen ne l’entendent pas de cette oreille.

La caravane de contestation des conducteurs de taxis a engendré un embouteillage gigantesque sur certains axes routiers de la capitale. Du côté de la mairie d’Antananarivo, on a été plutôt surpris de l’autorisation accordée par la préfecture de police à ce genre de manifestation, alors qu’au cours des derniers mois, toutes les demandes de manifestations publiques adressées au préfet, même dans des lieux clos, ont été refusées.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Raviver la culture de l’excellence dans les entreprises

« Un trophée pour honorer la culture d’excellence à Madagascar et mettre en lumière les bonnes pratiques managériales et entrepreneuriales du pays ». Ce sont les mots de Mamy Rakotondraibe, Président Exed Community HEC Paris à Madagascar, lors de la présentation du « Trophée Bernard Ramanantsoa 2017 » hier, dans les locaux du DHL Madagascar à Ivandry. En fait, ce trophée, qui est cette année à sa première édition, est un concours ayant pour essence de raviver l’esprit d’entreprise, promouvoir la compétitivité et surtout contribuer au développement économique des entreprises. Tout cela dans le but d’honorer la qualité pour célébrer la culture d’excellence à Madagascar.

Initié par l’Association Exed Community HEC Paris à Madagascar, une filiale de HEC Paris Executive Education, ce « Trophée Bernard Ramanantsoa » s’adresse aux entreprises légalement constituées à Madagascar, de toutes les tailles (moins de dix à plus de cent salariés) et de tous secteurs confondus. Pour cette édition 2017, les organisateurs ont contacté environ 600 entreprises. 114 se sont montrées intéressées et inscrites (à savoir qu’une entreprise peut s’inscrire à plusieurs catégories). Une trentaine a été sélectionnée pour la phase finale, qui se tiendra au palais d’Ambohitsorohitra, un site classé Patrimoine Nationale par l’Unesco. Exceptionnellement, le Président de la République ouvre les portes de ce palais pourtant ultrasécurisé.

Douze lauréats recevront les prix « HEC Bernard Ramanantsoa » selon la catégorie dans laquelle elles se sont inscrites, à savoir celle du « service clientèle » (3 prix), « la notoriété du produit ou service » (3 prix), « la gestion des ressources humaines » (2 prix), « le meilleur management » (2 prix), « le meilleur sous-traitant » et « la meilleure entreprise de l’année ». Les lots offerts pour ce concours vont des trophées, des enveloppes financières, des formations de haut niveau pour les dirigeants et leurs collaborateurs à d’immenses campagnes de communication locale et régionale, etc.

 Solofo Ranaivo

La Vérité0 partages

Groupe Star - Gold lance sa tequila beer

« Manafana ny fiesta ! » Tel est le slogan de la nouvelle bière de la marque Gold : Gold Amigo.  Vendredi dernier, le Groupe Star a procédé à son lancement officiel à la Villa Pradon Antanimena. Cela a été une « fiesta » relantant l’ambiance que cette nouvelle bière pourrait procurer. Une ambiance dans un univers chaleureux et festif aux accents méxicains. Ce lancement a été une occasion pour les amoureux de la bière de déguster et de savourer de nouveaux goûts.

Gold Amigo est une bière blonde avec un soupçon mélange d’arôme de tequila et  de citron et un taux d’alcool de 5,9%. Son goût un peu panaché sans pour autant gâcher l’amertume de la bière a conquis un bon nombre de personnes durant la soirée.Il faut rappeler que Gold Amigo est la quatrième composante de la gamme Gold. Avant lui, il y a déjà eu Gold, la bière forte et haut de gamme avec une amertume modérée et délicate. Ensuite, il y a eu la Gold 8, une bière ambrée à la mousse onctueuse, une amertume moyenne avec le taux d’alcool le plus élevé à Madagascar et la Gold blanche, une bière blanche qui allie des saveurs d’agrume et d’épice. Avec cette nouvelle bière qui vient compléter le lot, la gamme Gold élargit ses offres et propose un large choix de bières pouvant correspondre à tous les goûts. Toutefois, il faut toujours les consommer avec modération. Gold Amigo est disponible chez tous les revendeurs habituels d’Antananarivo, à partir de cette semaine. Rova R.

La Vérité0 partages

« Aroma Forest » - Des huiles essentielles dans le respect de l’environnement

Un business axé fondamentalement sur le social et l’environnemental. « Aroma Forest » est une fondation qui produit des huiles essentielles en se basant sur des principes éthiques de protection de la biodiversité et du développement rural. Pour ce faire, elle travaille étroitement avec l’Ong (organisation non-gouvernementale) « L’homme et l’environnement ».

Travaillant sur 4 sites répartis dans la Grande île à savoir Vohimana et Vohibola à l’Est, Tsianinkira à l’Ouest et Andrafia à Nosy-Be, la fondation crée des emplois et des revenus à la population locale tout en veillant à la sauvegarde de la biodiversité des fôrets malagasy et à son développement durable. « Aroma Forest ne propose que des produits qui ont un impact positif sur la présentation de la biodiversité ». Pour s’assurer de cette action donc, « Aroma Forest » dispose d’un programme de reforestation développé avec la recherche des principes correspondant aux besoins du marché plus particulièrement de la cosmétique. Parmi ces produits, on compte l’huile essentielle exceptionnelle Saro. Elle est surtout reconnue pour son intérêt thérapeutique majeur qui impacte particulièrement chez la femme avec ses propriétés circulatoires et antispasmodiques, très utiles en cas de règles douloureuses. Les produits d’ « Aroma Forest » suivent des normes internationales et sont cértifiés Bio par Ecocert. De ce fait, la fondation est reconnue par de nombreux organismes comme l’Union Ethical Bio Trade, la Wildlife Friendly, Yves Rocher, Chanel mais également Dessange.Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Volleyball-Championnat national - La Cnaps refuse de rejouer le match prévu ce jeudi

Une véritable « abomination » de la part de la Gendarmerie.  Les joueurs roués de coups et  le capitaine de la Cnaps Sport de volleyball étranglé.  Telle était la situation qui a rompu la finale du championnat de Madagascar senior de volleyball, opposant la Gnvb (Gendarmerie nationale de volleyball) et la Volley Cnaps ce dimanche au gymnase Soavita de Toamasina. Une rencontre qui n’était pas arrivée à son terme. Après la rupture du match, suite au trouble, la Fmvb (Fédération malagasy de volleyball)  a déclaré que le match sera rejoué dans la Capitale demain jeudi.

 Hier, les dirigeants et staff des caissiers ont répondu à cette annonce. « D’abord la Cnaps ne rejouera pas la finale prévue ce jeudi 21 septembre à Antananarivo. Tabassés par les supporters et les joueurs  des gendarmes, des membres de l’équipe ne sont pas encore établis pour jouer ce match », déclare Théophile Randriamanantena, président de la mutuelle du personnel de la Cnaps. Et d’ajouter que « nous réclamons, de la part de la fédération, une sévère sanction  envers les joueurs responsables des agressions ». Rappelons que parmi les joueurs de Volley Cnaps, il y a des anciens sociétaires de la Gnvb.« La Gnvb n’a pas digéré la défaite car nous avons mené au set inscrit au table », annonce Bruno Obel Raoelinjatovo dit « Raly », coach des caissiers. Durant la finale, la Cnaps Sport a déjà mené 2 sets à zéro avant que la Gnvb a réduit l’écart 2 sets à 1 au troisième set. C’est lors du quatrième set que le match s’est interrompu au score de 20-22. « Un supporter des gendarmes a aspergé le terrain avec de boissons alcooliques.  A ce moment, un joueur de la Cnaps se plaignait auprès de l’arbitre ce qui rendait les gendarmes furieux et sont devenus incontrôlables en agressant les autres joueurs des caissiers. Quatre joueurs ont été blessés », témoigne Tsilavina le central de la Cnaps Sport. « Les supporters des gendarmes ne respectaient pas les règles car ils se trouvaient à moins d’un mètre de la ligne médiane abuser alors que normalement ils devraient s’éloigner au moins de 3 mètres plus loin du terrain », confirme Manou, un joueur de la Cnaps Sport. Pour éviter le pire, Rina le capitaine de l’équipe a décidé d’écarter les siens loin du terrain.  Après Toliara 2013, la situation s’est reproduite à Toamasina avec la même équipe de la Gnvc.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Virtuels problèmes

La Fia Agri-Agro, la Foire internationale de l’agriculture Agribusiness-Agroalimentaire,  qui s’est tenue au « Forello-Expo » à Tanjombato, du 14 au 17 septembre, avec en toile de fond le défi face aux problèmes des insuffisances alimentaires à Madagascar, ferma les portes. Le premier du genre, Fia Agri-Agro a pu tenir ses promesses, ce fut un  succès sans précédent. Dirigeants politiques,  opérateurs  de tout bord croyant en l’avenir de ce secteur porteur et des gens du commun des mortels affluaient. Un objet est dit de « virtuel », soit une image, quand sous l’effet des rayons lumineux  il semble exister mais, en fait, n’a pas une réalité matérielle.

Une sorte d’une création fictive dans l’imaginaire. On crie depuis toujours que la Grande île, en dépit de ses fortes potentialités et des efforts alloués,  n’a jamais pu atteindre l’autosuffisance alimentaire hormis la courte parenthèse de la Première  République. Tous ont raté le coche. Une majeure partie de nos devises étrangères, déjà  maigrichonnes, ont dû être affectées pour subvenir aux importations de la denrée alimentaire de base, le riz, vitale à la consommation quotidienne des Malagasy. Idem pour les autres produits de première nécessité (Ppn) qui font, tous, le chou gras des spéculateurs. Les pauvres consommateurs subissent le calvaire de  l’inflation au quotidien de leurs existences. De son côté, le pouvoir public, incapable de juguler le  phénomène, tourne en rond et par de vaines  gesticulations se contente à des déclarations sans lendemain. En tant qu’observateurs avisés de la vie nationale, on se pose des interrogations : quel est le vrai  problème de ce pays ? Alors que nous disposons  les potentialités nécessaires, pourquoi ne parvenions-nous pas nous défaire de la malédiction des insuffisances chroniques alimentaires ? Pourtant, notre pays regorge de richesses utiles pour la cause.  Pour une population  d’environ 21 315 000 habitants, dernier chiffre officiel, à une superficie  597 000 km2, nous avons suffisamment d’espaces à mettre en valeur, mais, les résultats peinent à convaincre. Des pays comme le Japon, 373 000 km2 avec 126 497 000 habitants ou le Viêt-Nam, ravagé par une longue guerre, 335 000km2 et 88 792 000 habitants, ont pu réussir à se hisser au rang mondial.Ainsi, « pourquoi  nous en sommes là ? ». La surface des terrains exploités ne dépasse guère les 30% des 30 000 000 ha de terres érables. Une médiocre performance qui fait honte à la Grande île. Les tenants du pouvoir, principalement visés par ces questionnements, plafonnent. Les géographes tiraient, depuis des années, la sonnette d’alarme sur la mauvaise répartition démographique dont  l’impact socio-économique crée une situation ingérable. En fait, les trois-quarts des populations se concentrent sur le un-quart de la superficie totale  du pays.  Ne devrait-on pas établir une politique générale de répartition de la population tout en facilitant l’accès à la terre? Une initiative qui revient de droit à l’Etat. Certes, Madagascar s’expose aux dangers des changements climatiques  et au caprice de la nature. Mais, le Japon ou le Viêt-Nam et bien d’autres  subissent le même sort, seulement, ils parviennent, quand même à s’en sortir. Les conditions naturelles défavorables ne sont pas des fatalités. Il y a toujours des moyens pour les contourner. Le vrai problème qui nous frappe repose, plutôt, sur le manque de…jugeote et de volonté politique des dirigeants qui, au final, s’enlisent sur des problèmes virtuels.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Braquage à Anosy Avaratra - La Gendarmerie disculpe son élément impliqué

La Gendarmerie nationale a ouvert une enquête parallèle concernant l’implication d’un de ses éléments dans le braquage d’un dépôt de médicament à Anosy Avaratra, samedi après-midi. L’après-midi de l’agression, le gendarme de la force d’intervention (Fign) soupçonné n’a pas porté son arme de service, ce dernier ayant fait l’objet de passation à un autre collègue prévu le relayer pour assurer la sécurité d’un diplomate résidant à Faravohitra, sud de Talatan’Ivolonondry. Selon le service de renseignement du Toby Ratsimandrava, il y avait une  lettre de passation entre les deux gendarmes.

Dans le même rapport du Toby Ratsimandrava, le gendarme soupçonné et arrêté par la Police a voulu prendre le bus qui devait le ramener en ville, un peu vers 13h20. Il n’a pas porté d’uniforme et n’était donc pas armé. « Les autres voyageurs s’étaient bien souvenus de lui », rapporte-t-on dans ce rapport. Vers 14h, le bus en question avait été bloqué par un embouteillage à la sortie d’Anosy Avaratra. Parallèlement à cela, la Peugeot 405 qui a transporté le gang qui a braqué le dépôt et la quincaillerie s’était enfuie vers Sabotsy Namehana. Une partie des bandits qui ont voyagé dans le véhicule sont descendus du véhicule pour aller prendre le bus. Entretemps, les victimes du braquage ont alerté les Forces de l’ordre, d’où l’intervention et le barrage érigé par des éléments mixtes de la Police et de l’Armée malagasy. Vers 14h et quelques minutes, la voiture suspecte a été interceptée à Sabotsy Namehana avec ses   occupants à bord. Le butin de vol constitué d’une somme de 7 millions d’ariary, des ordinateurs portables, a été saisi tandis que les passagers du véhicule ont été sommés à descendre. Ils ont été fouillés et soumis à un contrôle d’identité. Trois suspects avaient été mis à l’écart après qu’ils eurent décliné leur identité, puis arrêtés.Un flou totalC’est ici que le flou plane sur le motif de la présence du gendarme soupçonné parmi les membres du gang. Le gendarme en cause aurait donc exhibé sa carte professionnelle ainsi que l’ordre de mission l’autorisant à assurer la sécurité de la résidence du consul pendant deux semaines, la Police se serait montrée intraitable. « Toi aussi, tu fais partie de la bande. Je me fous totalement du fait que tu sois gendarme », lui rétorque alors l’agent de police. Plus tard, un commissaire a rédigé un rapport comme quoi le gendarme suspect a été trouvé dans la Peugeot 405 et qu’on lui a aussi trouvé une arme, qui n’a pas comporté aucune autorisation. Le lundi matin suivant, un membre du gang, un récidiviste de Tsiafahy a déclaré au cours de l’enquête que ce gendarme et les bandits s’étaient réunis plusieurs fois pour planifier le braquage. « Ce qui est complètement faux car il lui était impossible de sortir hors de son lieu de travail au domicile du consul », assure la Gendarmerie. Or, les mêmes bandits auraient affirmé devant un officier de la Gendarmerie qui a mené l’enquête avec ses homologues de la Police, qu’ils n’ont jamais connu ce gendarme. « Ils ont affirmé avoir été menacés de coups s’ils n’ont pas dénoncé le gendarme devant la Police », rapporte-t-on encore du côté du Toby Ratsimandrava. Une situation qui a conduit la Brigade criminelle à confirmer que le suspect aurait été bel et bien entraîné dans l’affaire. Or, l’enquête déclenchée par la circonscription régionale de gendarmerie de Tana, a rejeté l’accusation en arguant que : l’élément féminin de la patrouille de contrôle à Sabotsy-Namehana a délibérément  fait confusion entre la couleur de la chaussure du suspect et ses habits et qu’elle affirme s’être souvenue du suspect. D’ailleurs, cette dernière l’aurait dit elle-même, selon le procès-verbal des gendarmes. De plus, les autres éléments de patrouille du barrage routier auraient assuré qu’on n’a trouvé aucune arme sur le gendarme soupçonné et qu’il a arboré son ordre de mission.Franck Roland

La Vérité0 partages

Taxis-ville - Une démonstration de force réussie

La Capitale  a été paralysée. Après l’ultimatum de deux semaines données par les propriétaires et chauffeurs de taxi, réunis dans l’association des chauffeurs de taxi (Ftar) , ils ont effectué une grève générale, hier. Des milliers de chauffeurs de taxi ont participé à cette  mobilisation.  Dans la matinée, ils ont effectué un tam tam à Ankazomanga. Une réunion qui a bloqué totalement la circulation dans cette partie de la ville durant quelques heures.  La caravane a ensuite pris la route menant vers 67ha, Andavamamba, Anosy  et enfin à Analakely, où les véhicules sont garés.  Puis, les chauffeurs de  taxi ont rejoint l’Hôtel  de ville, avec leurs sifflets  et pancartes. 

  « Il n’y aura aucune négociation possible, jusqu’à ce que nous recevrions une note de service annonçant l’abrogation de la contre visite à l’Omavet », avance la présidente de l’association, Clémence R.  Un embouteillage monstreDepuis la matinée, la circulation a été bloquée depuis des heures. Pourtant,  bon nombre de passagers n’ont pas exprimé leur colère comme d’habitude, pour ne pas dire  qu’ils sont en accord avec cette mobilisation. « Laissons-les parler et exprimer leur mécontentement. Depuis des années, les chauffeurs de taxi n’ont réagi face à  l’insécurité, la hausse des droits de visite et de contre visite, la hausse des carburants…ils n’ont jamais demandé de subvention, contrairement aux taxis- be », avance un vendeur, qui travaille à Analakely. Pourtant, les clients souhaitent l’amélioration de la qualité de service des taxis-ville, s’ils obtiendront gain de cause. Il s’agit de la propreté des chauffeurs, l’entretien des véhicules, ainsi que la politesse.  Cette mobilisation a été la première  dans le pays. Toutefois, elle a été suivie par des millions de personnes à travers les réseaux sociaux.   Pour les taxis-be et les transporteurs de marchandises, ils sont encore en deuil  suite au décès du président de l’Uctu. Leur grève est reportée. Anatra R.

L'express de Madagascar0 partages

Élections – La CNIDH pour des institutions fortes et indépendantes

Une lettre de félicitation quant à la décision de la Cour suprême kenyane sur la présidentielle a été publiée par la CNIDH, hier. La commission y affirme son soutien à des institutions fortes et indépendantes.

Clin d’œil. La Commis­sion nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH) a publié, hier, la traduction française d’une lettre qu’elle a envoyée à son homologue kenyane le 4 septembre. Une missive dans laquelle l’entité malgache chargée de la défense des droits de l’Homme « adresse ses compliments et ses chaleureuses félicitations, à l’occasion de la décision de la Cour suprême d’ordonner une nouvelle élection présidentielle ».Pour la Commission des droits de l’Homme, par cette décision, l’instance judiciaire kenyane « a démontré son indépendance, donc qu’elle est une institution forte ». Une affirmation en référence aux propos de Barack Obama, ancien président américain qui disait que l’Afrique a besoin, non pas d’hommes politiques forts, mais d’institutions fortes. Dans ses compliments, la CNIDH avance par ailleurs que la décision de la Cour « renforce la crédibilité de l’ensemble du système électoral, et ainsi, contribue considérablement à la consolidation de la paix dans le pays ».La Cour suprême du Kenya a déclaré, le 1er septembre, « invalides et nuls » les résultats de l’élection présidentielle du 8 août. Suite à une saisine du camp de l’opposition dont le porte-étendard est sorti perdant du vote, les juges ont déclaré que « les élections n’ont pas été conduites en accord avec la Constitution (…), que des illégalités et irrégularités ont affecté l’intégrité de l’élection ». Des irrégularités constatées dans la transmission des résultats ont motivé la décision d’annulation des résultats.« Des élections libres, honnêtes, font partie intégrante des droits humains fondamentaux », plaide la CNIDH dans sa lettre du 4 septembre.

PrimordialLa Commission rappelle ainsi l’article 21 de la déclaration universelle des droits de l’Homme, qui dispose que « la volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics. Cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes, qui doivent avoir lieu périodiquement au suffrage universel et au vote secret, ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote ».À cette première historique pour le continent africain, la décision de la Cour suprême kényane a été applaudie par une grande partie de l’opinion malgache. Beaucoup ont affirmé le souhait que lorsque ce sera nécessaire, les instances malgaches fassent preuve de la même audace. Étant donné le contexte qui prévaut actuellement à Mada­gascar, le choix de la CNIDH de publier une lettre datant d’il y a deux semaines intrigue. Le timing pourrait ne pas être anodin.Des indiscrétions confirment qu’il s’agit d’un clin d’œil de la Commission aux organes et institutions malga­ches, vu la conjoncture. L’éventualité d’une révision des articles inhérents aux élections, dans la Constitution, déchaîne actuellement les passions. Selon ces indiscrétions, la Commission des droits de l’Homme voudrait rappeler « la nécessité d’avoir des institutions fortes, qui osent affirmer leur indépendance pour défendre l’intérêt de la Nation ». Il s’agirait également de souligner le respect par les acteurs politiques des décisions de ces entités indépendantes.L’organisation des élections revient à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Concernant la révision de la Constitution, son article dispose « aucune révision ne peut être initiée, sauf en cas de nécessité jugée impérieuse ». La Loi fondamentale n’apportant pas plus de précision sur ce principe, des juristes estiment que ça devrait être à la Haute cour constitutionnelle (HCC), de définir du caractère impérieux des motifs avancés pour une éventuelle retouche du texte.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Madajazzcar – Les musiciens refont leurs gammes

Des échanges productifs pour sublimer encore plus le talent. C’est ainsi que se décrit la formation en jazz initiée par Madajazzcar à l’Alliance française d’Antananarivo.

Comment jouer brillamment, juste et en place ? Que ce soit en groupe ou en solo ? C’est pour répondre à ces questions, que le festival international Madajazzcar, qui en est à sa 28ème édition, organise ponctuellement chaque année diverses séances de formation exclusive pour tous les férus de jazz. Madajazzcar égayera la scène musicale de la capitale du 2 au 14 octobre. La programmation sera communiquée prochainement. Ceci dit, un lot de talentueux mélomanes se sont ainsi retrouvés dans les locaux de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) sis à Andavamamba depuis hier après-midi.Dans l’optique de renforcer les capacités de chacun, ainsi que leur créativité, cette formation en jazz fédère et voit émerger comme à l’accoutumée une génération de talentueux musiciens. Des artistes de jazz confirmés, de niveau avancé, que Haja Ravaloson, responsable de la  formation du festival, prépare déjà au « Tremplin Madajazzcar ».La formation jazz ouvre ses portes à l’AFT Andava­mamba jusqu’au 29 septembre au quotidien de 14h à 18h.

Plateforme harmonieuseL’occasion pour les participants de mieux travailler la construction et la structuration de leurs compositions sous l’encadrement de formateurs professionnels.Durant près de trente ans maintenant, nombreux ont été les jazzmen et autres groupes de jazz à s’être découverts grâce au festival international Madajazzcar. Parmi ces artistes, la bonne majorité a forgé son talent lors des formations au sein de l’AF Jazz, le club de jazz de l’AFT Andavamamba, mais surtout dans le cadre des formations jazz du festival. Le tout grâce à un cursus qui contribue activement à améliorer l’ingéniosité musicale de chaque participant.. La justesse et la confection des accords, de même que leur harmonie, ainsi que leur rôle dans une cadence.  Chaque participant à cette formation aura à la fin un certificat de la part du comité d’organisation du festival international Madajazzcar.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Dolys, le coach des champions

En l’espace de neuf mois, Dolys Randriamarohaja a mené les sélections malgaches aux titres mondial et continental. Un coach d’exception, d’après les joueurs.

Dimanche 4 décembre 2016 au Palais des sports et de la culture Mahamasina, la sélection malgache composée de Toutoune, Tita, Hery et Lova remporte le titre mondial. Coachée par Dolys Randriamarohaja, elle offre à la Grande île son deuxième titre mondial après 1999.Samedi 9 septembre 2017 à Tunis, neuf mois plus tard, Dolys dirige la formation malgache composée de Toutoune, Donga, Glou et Ny Havana, sacrée cham­pionne d’Afrique. Le troisième sacre continental pour Madagascar après 2009 et 2011.En parallèle, Toutoune s’est adjugé le concours de tir de précision. « Je n’ai jamais baissé les bras. Il fallait vraiment être fort dans la tête pour remonter. Et aussi, le coaching de Dolys a été décisif », a-t-il souligné à propos de sa finale contre le Tunisien Bougriba, remportée sur le score de 45/40, alors qu’il avait été mené de sept points à un moment. Pour beaucoup, techniciens, joueurs et même simples passionnés de pétanque, Dolys est vraiment le coach des champions.« Il sait comment manager une équipe de la meilleure des manières. Il connait sur le bout des doigts les points forts de chaque joueur, afin de bien les exploiter. Il sait aussi comment déceler les points faibles, et comment y remédier. Et enfin, il y a la gestion du stress qu’il maîtrise très bien également », confie Toutoune à ce propos.

Champion et joueurLa formation cham­pionne d’Afrique est revenue en territoire malgache jeudi dernier. Elle a été accueillie comme il se doit à Ivato. On a également aperçu à l’aéro­port Nanou, capitaine de la sélection championne du monde en décembre. Et bien évidemment, lui aussi s’est montré dithyrambique à propos des qualités du coach Dolys.« C’est le genre de coach qui se rapproche vraiment des joueurs, qui vit avec eux au quotidien. Ainsi, il connait très bien chacun de nous et nous accompagne dans tout ce que l’on fait, que ce soit lors des préparations ou lors des compétitions », affirme Nanou.Et quand on lui demande le secret de son succès, il répond avec un grand sourire : « J’ai étudié particulièrement le coaching à l’étranger. J’enseigne, à chaque joueur qui passe sous ma houlette, ce petit secret que je préfère garder pour moi et mes protégés. Par exemple, Toutoune a très bien retenu ce que je lui ai appris, et l’a bien appliqué en Tunisie ».

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Carambolage à Ivato – La réclusion pour un jeune chauffard 

Le procès sur un carambolage à grande vitesse survenu à Antanetibe Ivato dans la soirée du 27 juillet s’est tenu hier, au palais du tribunal à Anosy. Le chauffeur, âgé de dix-neuf ans, de la Peugeot 3008, à l’origine de cet accident de la circulation qui a fait un mort, aécopé d’un an de réclusion, avec huit millions d’ariary d’amende. Cette somme représente le quinzième du montant des dommages et intérêts réclamés par les victi­mes et leurs familles, lequel s’élève à 120 millions d’ariary.Grièvement blessée, une femme âgée d’une trentaine d’années, installée sur le côté arrière gauche d’une fourgonnette de marque Opel Combo, a succombé quelques heures après le drame. Sept blessés ont été, en revanche, répertoriés. Ces survivants se trouvaient à bord de trois véhicules.L’accident s’est produit lorsque la Peugeot 3008 roulait à tombeau ouvert en provenance d’Ivato. Le pire s’est produit à l’approche d’un tournant qui se fige au niveau de l’intersection menant à l’hôtel Paon d’Or. Devenu incontrôlable, le véhicule a mal négocié le virage pour débouler à toute vitesse vers l’Opel Combo, venant du sens opposé, la sectionnant en deux après un violent choc en plein flanc gauche. En continuant sa course folle, la Peugeot a pulvérisé le bloc avant d’une Toyota Prado qui suivait la fourgonnette.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le Virgino Fasan en escale dans le Nord

Le Virgino Fasan a fait une escale technique de quatre jours au port. Il y a aussi effectué un exercice militaire avec la marine malgache et a fait un don à un orphelinat.

Il s’agit d’une frégate ultra moderne de la classe FREMM, ou Frégate européenne multi-missions. Long de 144 mètres pour unelargeur de 19.7 mètres, le bâtiment, qui affiche un déplacement de 6 700 tonnes en charge, est armé par cent quatre-vingt marins et peut atteindre la vitesse de 27 nœuds. La FREMM assume maintenant le rôle de Flagship, porte-drapeau de la mission de l’Union européenne « EUNAVFOR Atalanta », qui opère dans une zone située entre la mer Rouge, le golfe d’Aden et une partie de l’océan Indien, ce, afin d’assurer la présence, la surveillance et la police en haute mer visant à lutter contre la piraterie.Comme l’Italie assume actuellement le commandement de cette opération européenne anti-piraterie, le Virginio Fasan embarque à  son bord l’amiral de marine nationale italienne Fabio Gregori qui remplace l’amiral Rafael Fernández-Muñoz-Rojas Pintado de la marine espagnole.

Action socialeL’amiral Fabio Gregori a effectué une visite de courtoisie auprès des autorités malgaches. À l’occasion, lui et le commandant du bateau les ont  également invités à bord pour une visite du  navire et pour un repas convivial.Le commandant de l’UNAVFOR Atalanta a affirmé que c’est une escale destinée au repos des marins, en mer depuis plusieurs mois, mais c’est encore une très bonne occasion d’affirmer les liens d’amitiés entre l’Italie, l’Europe et Madagascar, ainsi que l’opportunité de rencontrer les homologues de la marine malgache.« Cette escale a été caractérisée par un exercice militaire avec les marins malgaches pendant deux jours » a-t-il expliqué, tout en soulignant que la vigilance est toujours de mise-même si les agissements des pirates sont en baisse.Outre le côté militaire, les marins du Virgino Fasan ont profité de leur passage dans la capitale du Nord pour visiter l’orphelinat de Sœur Jeanine Couve, situé au quartier Grand Pavois. Le Foyer Nazareth et Sainte Famille constitue un lieu sûr pour de nombreux enfants, actuellment au nombre de vingt cinq. Lors de ce passage, ils ont échangé des sourires avec eux et ont apporté de la nourriture d’une valeur de 1 500 euros. Ils ont aussi passé le midi en compagnie des enfants à bord du navire.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Lutte – Championnat de Madagascar – Un passeport pour l’Afrique

Après l’Open national dans la capitale en février, la fédération malgache de lutte et disciplines associées organisera le championnat de Madagascar édition 2017 à Mahajanga.La compétition se déroulera au gymnase couvert de la Ville des fleurs, toute la journée du vendredi 22 septembre. La pesée des combattants et la visite médicale auront lieu le jeudi 21 septembre. Cinq ligues régionales, à savoir Analamanga, Atsinanana, Boeny, Haute Matsiatra et Ihorombe, ont confirmé jusqu’à hier leur engagement.Deux styles de lutte seront au programme de ce sommet national, la lutte libre et féminine. Pour cette fois, il n’y aura pas de lutte gréco-romaine.Les catégories concernées seront les junior et senior hommes et dames. Les catégories jeunes comme les minimes et cadets, ainsi que les écoliers ne seront pas non plus de la partie à Mahajanga.

Étape de sélectionLes techniciens de la fédération procèderont pendant ce championnat national à la présélection des lutteurs et lutteuses qui intègreront l’équipe nationale, en vue de la préparation au cham­pionnat d’Afrique. Le sommet africain se tiendra au Nigéria en février 2018. « On effectuera notre première phase de sélection durant ce cham­pionnat de Madagascar, car celui d’Afrique est programmé très tôt dans l’année… On n’aura peut être plus l’occasion d’organiser une autre compétition de sélection avant l’évènement », a souligné Mamitiana Rave­loson, président de  fédération malgache de lutte et disciplines associées.La lutte a bien défendu les couleurs malgaches lors des VIIIes jeux de la francophonie à Abidjan, Côte d’Ivoire, et compte poursuivre dans ce sens. La lutteuse porte-fanion, Emma Rasoa­nantenaina engagée dans la catégorie -53kg filles, y a décroché la première et l’uni­que médaille d’argent pour Madagascar.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Art oratoire – Le « Fi. Ma. Mpi » sort  la promotion « Orimbato »

Pour la pérennisation de notre langue maternelle auprès d’une jeunesse de plus en plus soumise à la mondialisation, le « Fi. Ma. Mpi » ou « Fikambanan’ny malagasy mpikabary », une association d’orateurs, principalement ancrée dans le district d’Antsimondrano, a initié, depuis l’année dernière, un cursus de formation à l’art oratoire ou « Kabary » pour les jeunes locaux. Faisant constamment suite à la promotion de la langue et de la culture malgache, de même qu’à la continuité des célébrations en rapport au mois de la langue maternelle. Ainsi, des cours d’initiation et d’approfondissement se sont tenus ponctuellement dans les quartiers d’Itaosy, Tanjombato et Malao. Les initiations pour les profanes ont eu lieu du mois de mars au mois d’août, tandis que les approfondissements ont eu lieu depuis le mois d’octobre de l’année passée jusqu’au mois d’août. Une grande première dans le district d’Antsimondrano donc, le « Fi. Ma. Mpi » a officiellement sorti la promotion de jeunes orateurs, « Orimbato » le week-end dernier à l’École Sainte Louise Marillac Tanjombato.Les cours d’art oratoire par le « Fi. Ma. Mpi », qui, soulignons, le diffère du « Fi. Mpi. Ma » (Fikambanan’ny mpikabary malagasy) s’élargiront prochainement du côté d’Ambohijanaka pour une rentrée en mars 2018.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – U18 – ASCUT et MB2ALL  au sommet

L’équipe de l’Association sportive de la commune urbaine de Toamasina a remporté le titre de champion national, catégorie U18 garçons. L’équipe d’Atsinanana a écarté de justesse l’ASCB Boeny par 85 à 83, en finale dimanche à Toliara. La troisième place revient à DTSC Analamanga, qui a battu AS Roux Analanjirofo par 96 à 84 en match de classement.Chez les filles, MB2ALL Analamanga conserve le titre de la catégorie pour la sixième fois consécutive. Ce club a défait en finale l’ASCUT par 79 à 67. Fandrasa Haute Matsiatra complète le podium, après avoir battu Lucadro Analamanga (67-60).Le trophée du meilleur joueur a été attribué à Mario Rakotovao de l’ASCUT chez les garçons, et Rojohasina Faneva Ny Lahatra de MB2ALL pour les filles. Avec 164 réalisations, Lomario Josianis de l’ASCB Boeny est sacré meilleur marqueur, et Elinah Chantiah Aina Ny Fy Ranarisaona de MB2ALL chez les filles.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Transport urbain – Grève des taximen à Anta­nanarivo

Double contestation. Les habitués des taxis-ville pourront rencontrer des difficultés, ce jour. Les taximen cesseraient leurs activités et manifesteront du côté du boulevard de l’Europe.« Nous réitérons notre refus de l’affectation du contrôle de conformité de la commune urbaine d’Antananarivo à la société Omnium de Maintenance des Véhicules de Transports (Omavet). Nous avons, également, entendu parler de la relance de la nouvelle lanterne. Nous la contestons, également », explique Clémence Rahari­nirina, présidente de l’association des taxis-ville à Antananarivo, hier.La CUA rassure que la convention de partenariat entre elle et l’Omavet, n’est qu’une déconcentration de services. « L’Omavet est rattachée à la CUA, depuis 1996. Et comme il s’agit d’une Institution publique, 96% de ces budgets appartiennent à la CUA. Elle dispose de matériels adéquats pour le contrôle minutieux de ces véhicules de transport en commun », explique le colonel Emilien Ramboasalama, premier adjoint au maire. Du côté de la société Publi-motion qui distribue la lanterne, elle a révisé quelques points pour changer l’avis des taximen. « Ils ne sont pas obligés d’utiliser cette lanterne. Mais si cela les intéresse, des bonus sont offerts et on leur offrira 30 000 ari­ary à chaque renouvellement de contrat qui s’effectuera tous les quatre mois », rassure Solofonirina Rajaonarison, administrateur de la société publi-motion. Les taximen, eux, restent réticents. « Leur taille ne nous convient pas », reprend Clémence Rahari­nirina.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Faratsiho – Sept petits commerces attaqués en une nuit

Les expéditions des voleurs ont tendance à empirer dans les localités où la présence des forces de l’ordre fait défaut. Les victimes semblent se résigner à leur sort. 

L’insécurité est en train de s’installer dans le district de Faratsiho. En fait, les bandits ne se contentent plus d’attaquer les villages et les localités éloignés des forces de l’ordre, ils osent maintenant perpétrer leurs actes dans les chefs-lieux de commune comme Miandra­rivo ou Ramainandro. Ainsi, dimanche dernier vers 21 h 30, une vingtaine de voleurs munis d’armes à feu et d’objets contondants ont razzié sept petits commerces à Antsampani­mahazokely, dans le fokontany Ambohitrarivo de la commune rurale de Vinaninony Atsimo.Dans les échoppesdésertes, ils ont emporté des denrées alimentaires comme les bouteilles de jus de fruit, les biscuits, ainsi que les paquets de cigarettes, fracturant les portes d’entrée. Dans une boucherie, les bandits ont même raflé les couteaux et les coutelas.

ViolenceDans les maisons où ils étaient en présence de personnes, les voleurs n’ont pas hésité à employer la force, en les menaçant par une arme à feu. Ils ont exigé que l’on leur remette tout l’argent, les objets de valeur ainsi que les téléphones portables. Un père de famille qui a voulu leur résister a été blessé à la tête d’un coup de hache et a eu un bras brisé. Finalement, le malheureux s’est vu délester d’une somme de sept cent mille ariary.Par la suite, les bandits ont voulu s’attaquer à une grande maison. Mais le voisinage s’est aperçu de leurs manœuvres et a fait beaucoup de tapages. Ce qui les a obligés à s’enfuir avec le butin déjà amassé.Les habitants des districts du Vakinankaratra, comme Antsirabe II, Faratsiho, Mandoto, et Betafo, ne dorment plus qu’un seul œil à cause des agissements des dahalo. Ils sollicitent donc l’aide et la prise de responsabilité des autorités compétentes.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Route nationale 4 – Les feux de brousse persistent

Alerte ! Les pyromanes continuent de détruire les arbres et forêts. Les feux de brousse prennent de l’ampleur en ce mois de septembre le long de la RN 4 reliant Mahajanga à la capitale. Ils ont débuté au mois de juillet, mais la situation empire.Ainsi, dimanche après-midi près de la forêt de Firarazana, dans le district d’Ankazobe, les foyers d’incendie sont nombreux. Les feux ont été provoqués depuis 15 h ce jour-là.Les taxis-brousse venant de Mahajanga qui passaient à ce moment-là ont été pris entre deux feux, car des deux côtés, les arbres ont brûlé. Plusieurs raisons expliquent les feux de brousse. La plupart sont des incendies volontaires tandis qu’une petite partie s’est déclarée involontairement. Les pratiques de la culture sur brûlis sont souvent les causes. Plusieurs milliers d’hectares de tanety vont partir encore en fumée jusqu’à la fin de l’année, avant la période des pluies. Les incendiaires ne sont jamais loin des villages qui se trouvent près des foyers du feu.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Des grêles prévues ce jour

Des orages sont attendus dans la région de Melaky, Bongolava, Itasy, Vakina­karatra, ainsi qu’aux alentours d’Ambatofinan­drahana, ce jour. Les villages montagneux, comme ceux près de l’Ankaratra pourront bénéficier de grêles, selon la prévision du service de la Prévision météoro­logique, dans un com­muniqué, hier. « Nous sommes en pleine période de grêle », selon l’expli­cation inscrite dans ce communiqué.

L'express de Madagascar0 partages

Drame d’enseignants

Les corps sans vie des trois nouveaux enseignants, ayant trouvé la mort samedi, dans un accident de circulation, à Manan­kazo Ankazobe, sont arrivés, hier, à Mandritsara, pour les funérailles. Le ministre de l’Éducation Nationale, Paul Andria­niaina Rabary, a indiqué que les postes budgétaires respectifs des défunts seront attribués à un proche. Pour soutenir les familles endeuillées, le ministère a remis un million d’ariary à chacune d’elles.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Analamanga – Première défaite  pour 3FB, TFMA leader

La septième journée du championnat d’Analamanga ou Top 9 de ce dimanche a été marquée par la première défaite de 3FB. L’équipe du ministère de la Santé s’est inclinée à la dernière minute face à Iarivo RC, sur un score très serré de 25 à 26.José Rakoto et consorts ont pourtant maitrisé la situation en première période et ont mené 15 à 12 à la pause. 3FB a marqué, durant les temps règlementaires, trois essais dont deux en première mi-temps, signés Zo Kely et Namana.Les points marqués par la formation de la commune urbaine ont été l’œuvre de Radadatoa, grâce au succès de ses transformations de coups de pied de pénalité. Le dernier, décisif, a failli provoquer un litige car les juges de touche derrière le but n’ont pas levé leur drapeau, alors que l’arbitre central a validé la transformation.Le club leader depuis le début du championnat chute d’une marche et se retrouve en deuxième position, avec 17 points en six matches disputés. IRC est, pour sa part, classé quatrième avec 16 points et cinq matches joués. Après sa victoire de ce dimanche, TFMA Anka­sina vainqueur sur TFA Anatihazo par 20 à 11 grimpe au sommet avec ses 18 points. Avec 16 points au compteur, UAS Cheminots occupe actuellement la troisième place, après avoir écrasé Matadore Anosipatrana par 41 à 11.Deuxième match de la journée, SOE et XV Family se neutralisent par 21 partout. Les équipes en lice au Top 9 ont joué jusqu’à présent cinq à six matches. En ouverture, CSA Andava­pofotra bat FTAT Anosibe par 9 à 8 lors d’un match de l’élite II, comptant pour les éliminatoires de la section.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Référentiel Horeb  de l’agriculture

La charte de reconnais­sance du système de mana­gement HOREB (Hygiène, organisation, restauration de l’environne­ment et de la biodiversité) a été signée, durant la foire interna­tionale de l’Agriculture, qui s’est clôturée hier. Elle implique le ministère auprès de la présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage et le ministère de l’environ­nement, de l’écologie et des forêts. La signature engage l’exploitation et la production agricole, basée sur le respect du système HOREB, l’ISO 26000.

L'express de Madagascar0 partages

Témoin à surcharge

Mon premier est ouvrage métallique de l’époque coloniale, mon second est un trait-d’union entre les villes, mon troisième peut être dynamité, mon tout n’existe plus à Ambohimanambola, ni à Manakara ni a Vohiposa. On l’aura deviné, la bonne réponse est les ponts effondrés.La série noire n’est certainement pas terminée. Avec la gabegie érigée en loi en matière de circulation automobile, l’effondrement du pont de Vohiposa sous le poids d’une mastodonte n’est, à n’en pas douter, le dernier. On ne le dira jamais assez, il faut interdire la circulation des gros camions sur nos routes. Comment peut-on laisser rouler un mastodonte  de 50 mètres de long, large de 5 mètres, haut de 6 mètres et pesant 55 tonnes, alors que la rue mesure à peine 8 m? Ces camions constituent un danger en permanence pour les usagers normaux de la circulation sur toutes les routes nationales étriquées et totalement inadaptées à la circulation de ces monstres.Le réseau routier date d’un demi-siècle et a été conçu pour les Juva 4, les 2CV, les Peugeot 202 et les camionnettes. La hausse de la consommation étant, impératif de la croissance aidant, les camions sont de plus en plus gros de par le monde. Ils arrivent à Madagascar quelques années après leur mise en circulation . Seule différence, ailleurs le réseau routier a suivi les exigences de la mondialisation en matière d’infrastructures alors qu’à Madagascar les routes restent un bien commun, un sentier que se partagent au quotidien les véhicules, les piétons, les cyclistes et les tireurs de pousse pousse.Les gros camions s’engouffrent dans cet espace exigu et obstruent carrément le passage au moindre incident comme c’était le cas sur la RN 2 où un camion s’est affalé sur toute la largeur de la route bloquant complètement la circulation pendant des heures. Au passage, ils font plier un à un les ponts vétustes qui ont résisté à la crise de 2002 et au dynamitage perpétré par les partisans de Ratsiraka. Les autorités des Travaux Publics ont eu beau mettre des balises métalliques , des centres de pesage pour limiter les dégâts, les camionneurs n’hésitent pas un seul instant à ignorer la balance ou a passer outre le barrage comme c’est le cas à Amboanjobe, à Anjomakely.D’autres ouvrages s’exposent à l’effondrement si l’État continue à fermer les yeux et à se boucher les oreilles face aux abus des uns et des autres. Le pont de Mandroseza commence à ressentir le poids de l’âge ainsi que celui des camions et envoie des signes inquiétants. Les risques sont réels malgré les propos rassurants des autorités.Les camions sont d’autant plus dangereux que la plupart des conducteurs pensent rouler sur une autoroute ou dans un circuit de Formule 1. Un semi-remorque qui «crashe» sur la RN 2, des conteneurs qui dévalent la falaise de Mandraka sont des spectacles coutumiers tout en étant un danger pour les autres automobilistes.On se demande d’ailleurs s’il existe un camion-école pour apprendre à un babouin à conduire ces engins mortels et s’il existe une catégorie de permis adaptée à ces machines hideuses à Madagascar. Il faut absolument trouver un moyen de stopper l’importation de ces géants jusqu’à ce que les infrastructures routières se mettent aux normes de la mondialisation, quitte a sacrifier une rentrée non négligeable pour la caisse de l’État.Voilà au moins une mesure sensée pour pouvoir limiter les dégâts et surtout les pertes en vie humaines, contrairement à l’interdiction des voitures à conduite à droite de circuler. Mais il faut l’admettre, l’importation de camions constitue un véritable pont d’or pour ceux qui opèrent dans cette filière.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Une résistance passive insupportable

Devant la dureté de la corvée dénommée « Telopolo andro » pour réaliser les travaux de la ligne ferroviaire Tananarive-Antsirabe (TA), le pouvoir colonial essaie de « sauvegarder sa façade de libéralisme » (Jean Fremigacci). Il publie dans le « Gazetim-panjakana », des avis officiels prohibant tout recrutement forcé, au moment même où il transfère la contrainte à l’intérieur de la communauté villageoise par une pression invisible sur les fonctionnaires subalternes et les notables ruraux. Ce qui favorise à accentuer la différenciation sociale et donc la lutte des classes, précise Jean Fremigacci.Notables et fonctionnaires, ajoute-t-il, « savent se mettre à l’abri de la réquisition et profitent du pouvoir qui leur est dévolu pour désigner les victimes afin de grossir leur propre clientèle ».  Ainsi, la corvée retombe sur les plus pauvres, les anciens esclaves qui deviennent les nouveaux prolétaires. Une population flottante grandit alors, fuit vers l’Ouest de la province du Vakinankaratra mal contrôlé, vers les zones montagneuses ou vers les concessions européennes. Et tandis que la main-d’œuvre est gaspillée par l’administration et les colons, le paysan s’abandonne à l’apathie et à la résignation.Dans la conscience paysanne s’enracine alors une « irrémédiable hostilité » aux grands travaux et en général, à tous les projets de mise en valeur émanant du Fanjakana, « toujours perçus comme oppressifs ». Mais cette résignation n’exclut pas une juste appréciation de la situation : la rafle d’avril 1920 produit « une explosion de murmures », celle d’octobre « des récriminations  et des critiques pénibles à supporter pour des oreilles françaises ».La tradition de résistance passive des populations est quelque peu animée par les nombreux anciens combattants. Et signe inquiétant de la fermentation des esprits, l’Église catholique juge bon de commencer à dissocier sa cause de celle de la colonisation. « Les curés engageraient les indigènes à ne pas travailler au chemin de fer. »Mais beaucoup plus redoutable est l’action de Ralaimongo qui en est à ses débuts de leader nationaliste. « En septembre-octobre 1922, après le passage de son compagnon Mourot dans leur région, les habitants des cantons de Vinaninkarena et de Manandona refusent en bloc d’aller travailler sur la TA et l’administration n’ose pas les inquiéter. »Pour conclure  ce résumé de l’étude de Jean Fremigacci, nous reprenons deux extraits d’interrogatoire tirés du rapport Berthier du 20 novembre 1922. Le 25 octobre, le conducteur des travaux publics passe dans un chantier pour questionner le « mpiadidy » Radavidra, et le « raiamandreny ».Q. Les hommes employés sur ce chantier sont-ils volontaires – Oui.Q. Sont-ils payés à la journée ou exécutent-ils des tâches du Fokonolona ? – Tâche du Fokonolona.Q. Que font les femmes ? – Elles aident leurs maris.Q. Les travailleurs reçoivent-ils des « vatsy » (avance) ? – Non, chacun apporte son riz.Q. Où habitent les ouvriers ? – Ils sont logés gracieusement dans les villages.Q. A-t-on usé de contraintes et de menaces de sanction contre les travailleurs ? – Non. Nous désirons en finir au plus tôt avec les travaux du chemin de fer.Le second interrogatoire est celui du gouverneur Robert Razafim-belo chargé du contrôle de la main-d’œuvre indigène employée à la construction du chemin de fer, TA.Q. Depuis quelle époque êtes-vous en service au TA ? – Depuis avril dernier.Q. Des conducteurs des travaux publics qui ont fait une enquête sur les chantiers sont-ils connus des indigènes ? – Oui car ils visitent fréquemment les chantiers.Q. Les conducteurs ont-ils interrogé les notables ou les travailleurs eux-mêmes ? – D’après le récit que m’ont fait deux « mpiadidy » de Betafo, ils n’ont questionné que les travailleurs.Q. L’enquête en question a-t-elle ému les travailleurs ? – Oui, les questions posées aux indigènes ont déterminé le départ d’un certain nombre d’entre eux. Des ouvriers ont déclaré à leur « mpiadidy » après l’enquête : « Voici un Européen appartenant à l’administration qui dit qu’on ne doit pas obliger les gens à venir travailler au chemin de fer. Dans ces conditions, nous partons.»

L'express de Madagascar0 partages

Consommation de lait de vache à Antananarivo

Le ministère d’État en charge de l’élevage et de l’agriculture avec l’asso­ciation de production de lait de vache effec­tue­ront prochainement un contrôle des commer­çants de lait sur rue à Antananarivo. Des normes sont requises dans leur vente pour protéger les consom­mateurs. Un projet pilote de construction de com­merces réguliers à Antananarivo sera financé par le ministère.

L'express de Madagascar0 partages

Collision meurtrière

Une Peugeot 205 ainsi qu’une Peugeot 309 se sont télescopées à toute vitesse à Belobaka, Mahajanga II, vendredi, vers 17 heures. Le bilan fait état de deux morts et de six blessés.

L'express de Madagascar0 partages

Championnat de Madagascar – 3FB et Unoh sacrés

L’équipe du 3FB Antana­narivo a remporté le titre national en doublettes constituées, dimanche au terrain Paddock Mahamasina. La paire Mirana-Hasina s’est imposée au terme d’une rencontre serrée, face à la formation du BIC Ambohi­mahasoa. Score final, 13 à 10.Du côté de la catégorie jeune, la couronne nationale est revenue à Newton et Tendry du club Unoh Antsi­rabe. En finale, ils ont défait le duo du CBT Antananarivo, Serge-Mahefa, sur le score de 13 à 11.Les vainqueurs de ce championnat de Madagascar représenteront la Grande île au prochain Mondial dames et jeunes, à Taiwan. Vu qu’il s’agit d’une compétition en triplettes constituées, les techniciens fédéraux procèderont à une sélection prochainement, afin de compléter les équipes du 3FB et de l’Unoh.

H.L.R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambositra : Olona roa maty voalaza fa novonoin’ny miaramila

Toy ny niseho tany amin’iny faritra Alaotra izay nisiana mpampianatra maty nodarohan’ny miaramilan’ny DAS, dia nahenoana torak’izany ihany koa tany amin’iny distrikan’Ambositra iny, tao amin’ny kaominina Anjoma an’Ankona. Raha ny fampitam-baovao dia nisy olona roa namoy ny ainy, izay voalaza fa hoe novonoin’ireto miaramilan’ny DAS ireto. Tokony ho herinandro mahery teo no niantomboka ity raharaha ity raha ny fanazavàna azo. Efa iaraha-mahalala ny resaka tsy fandriam-pahelamana sy ny asan-dahalo any an-toerana. Ka tamin’io fotoana io dia miaramila maromaro avy amin’io vondrona io no nirahina hisafo ny tsena tao amin’ity kaominina ity. Tamin’izay ihany koa anefa no nisy andian’olona maromaro nihantsy ady tamin’ireto mpitandro filaminana ireto. Raikitra teo ny fifanenjehana sy ny fifampitifirana. Taorian’izay dia fantatra fa nisy olona roa voasambotra izay nentin’ireto mpitandro filaminana tany amin’ny biraony. Tany no voalaza fa niharan’ny daroka sy vono ireto roalahy ireto ary namoy ny ainy nony avy eo. Nanambara ny fianakavin’ireo maty fa hoe tsy olon-dratsy izany ny havany fa novonoina tamin’ny tsy rariny izy ireo.  Efa noraisin’ireo tompon’andraikitra amin’izany moa ny fanadihadiana mahakasika ity raharaha ity ary efa mandeha ny famotorana isan-karazany ahafantarana izay zava-nisy marina.

m.L