Les actualités Malgaches du Samedi 19 Août 2017

Modifier la date
News Mada411 partages

Foot – Mondial U17 : Hamada parmi les hommes en noir

Et rebelote. Hamada Nampiandraza a été une fois de plus sollicité pour officier un plateau international. Le meilleur sifflet malgache fait partie des 21 arbitres centraux désignés par la Fifa à l’occasion de la Coupe du monde U17 du 6 au 28 octobre prochain en Inde. Sur le plan continental, Hamada Nampiandraza a à son compteur quatre désignations en phases finales de Can Senior, deux finales de Can U23, une finale de Can U17, une troisième place de Can U20, un Chan, une Supercoupe de la Caf et deux Cosafa (dont une finale).

Il officiera pour la première fois une phase finale de compétitions organisées par la Fifa. C’est le fruit d’un travail de longue haleine et une preuve de persévérance pour l’homme qui ne cesse de peaufiner ses acquis à travers des formations internationales comme le stage à l’occasion de la Coupe du monde 2018 en Russie. Cette formation réservée aux arbitres africains s’est tenue à Doha, Qatar.

Rojo N.

Midi Madagasikara170 partages

Maevatanàna : Lehiben’ny dahalo azo sambo-belona

Jiolahy iray no azo sambo-belona niaraka tamin’ny omby zato nangalariny ary ny namany izay tafatsoaka. Tao amin’ny fokontany Ambinanikely, Kaominina Mangabe, disitrikan’i Maevatanàna, no nahasarona io jiolahy io, ny alakamisy lasa teo tokony ho tamin’ny 12 ora sy sasany alina. Araka ny fanazavana voaray avy amin’ny mpitandro ny filaminana, 80 lahy nitondra basim-borona maromaro no nandroba omby 100 teo ho eo, izay an’olona dimy samy hafa, monina ao Ambinanikely. Niditra an-tsehatra avy hatrany ny Zandary sy ny miaramila izay nanao hetsika, tato amin’ny disitrikan’i Maevatanàna. Tafaverina tamin’ny tompony avokoa ny omby 100 niaraka tamin’ io jiolahy io, 30 taona monina ao Ambinanikely ihany. Tsy nisy naratra ny mpitandro ny filaminana sy ny fokonolona. Ny Zandary avy ao amin’ny «Poste fixe» Mangabe no misahana ny famotorana, ary mbola karohina kosa ireo jiolahy namany.

Ratantely

Midi Madagasikara139 partages

Camp Robin – RN7 : Taxi-brousse voatafika nivadika, telo naratra

Mbola mitohy ihany ny fanafihana taxibrousee amin’ny lalam-pirenena faha-7  (RN7), na dia eo aza ny fepetra noraisin’ny Fanjakana miaraka amin’ireo kaoperativam-pitaterana mba hisorohana izany. Taxi-brousse iray avy aty Antananarivo ho any Atsimo indray no voalaza fa voatifika omaly vao maraina tokony ho tamin’ny 4 ora, tao Camp Robin, distrikan’Ambohimahasoa. Araka ny vaovao avy amin’ny zandarimaria any an-toerana, izay manao ny fanadihadiana momba ity raharaha ity dia olona telo no naratra, ary tsy nisy nilaza ho very vola kosa ireo mpandeha niharan’izany. Voalaza fa nandamoka ilay fanafihana noho ny firotsahan’ireo zandary mpanaraka « caravane » an-tsehatra. Nisy ny fifampitifirana tamin’ireo jiolahy sy ireo zandary ka vaky nadositra ireto farany, izay tsy fantatra mazava ny isany. Nandritra ny fanarahan-dia nataon’ny zandary anefa dia fantatra fa nisy naratra ireo jiolahy ka nandeha ra nandritra ny fandosirany. Rehefa narahina io ra io dia tonga tamina tanàna iray tsy dia lavitra loatra. Araka ny vaovao avy amin’ny zandarimaria hatrany dia olona roa no fantatra fa nosamborina hatramin’ny omaly.

Nivadika ny fiara.Araka ny fitantaran’ny mpamily ilay fiara anefa dia tsy latsaky ny valo ireo mpanafika izay nametraka sakana teo amin’ny lalana. Nambrany fa nitranga izao fanafihana izao raha tafasaraka tamin’ny « caravane » ny fiara nentiny sy ny iray hafa raha vao niala teo Ivato-Ambositra izyireo. Toerana izay voalaza fa nitazonan’ny zandary ireo fiara rehetra nandritra ny adiny roa teo ho eo. Tafasaraka tamin’ny « caravane » izy ireo fa nisy kamiao naneligelina teny an-dalana. Nilaza ity mpamily ity fa vao lavitra dia efa tazany ilay sakana. Niezaka niala izany izy ka nitady lalana any amin’ny sisiny no lasa tany anaty lavaka ilay fiara ka nivadika ambony ambany. « Nipoitra tampoka avy teo ireo mpanafika ka jiolahy iray no tonga dia namonjy ny fiara nivadika. Fito kosa namonjy ilay fiara tao aorianako, izay tsy afaka nandeha intsony », hoy izy nanohy. Nilaza ity saofera ity fa nitondra antsy lava sy famaky ireo jiolahy hitany. Avy hatrany dia nitaky vola tany aminy io jiolahy io, izay sady nandrahona hamono raha tsy manome izany izy. Ilay Ramatoa teo ankilany kosa, izay nambarany fa nitondra 5 tapitrisa ariary, dia novelesin’ilay jiolahy tamin’ny famaky ny lohany, sady norobaina ny volany. Vehivavy iray hafa tao aorianan’ny mpamily ihany koa no nambarany fa naratra novelesina tamin’ny famaky. Tonga tampoka anefa ireo fiara tao aoriana, izay nitondra zandary avy eny Betongolo, hoy ihany ity mpamily ity, ka vaky nadositra ireo jiolahy, sady nitifitra. Teo no raikitra ny fifampitifirana, izay naharitra minitra maromaro. Tsy fantatra marina, arakaizany, na ohatrinona na ohatrinona marina ny vola very tamin’ity fanafihana ity. Manome toky kosa anefa ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena fa mitohy ny famotorana.

T.M.

Midi Madagasikara131 partages

Insécurité à Tanà : Mise en place d’un centre opérationnel

Le préfet de police d’Antananarivo, le général Ravelonarivo Christian Angelo réagit face à l’insécurité qui règne à Tanà.

L’insécurité fait partie du lot quotidien des Malgaches. Il ne se passe pas un jour sans qu’il y ait des actes de banditisme non seulement dans la capitale, mais sur l’ensemble du territoire. Une situation que le pouvoir a eu du mal à maîtriser.

Face à l’insécurité qui ne cesse de gagner du terrain dans la capitale et ses environs immédiats, le Préfet de police d’Antananarivo, le général de brigade Ravelonarivo Christian Angelo a annoncé la mise en place d’un centre opérationnel qui sera composé notamment d’éléments mixtes de la gendarmerie, de l’armée et de la police nationale.  Le commandement est assuré par le général de brigade. C’est ce qu’il a déclaré, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue, hier, en son bureau à Tsimbazaza. Ces dispositions concernent la Région Analamanga, plus précisément Antananarivo, Avaradrano, Atsimondrano et Ambohidratrimo. Ces hommes en treillis effectueront notamment des rondes soit à pied soit motorisées.

Intervention. Selon le Préfet de police, l’on va procéder à un déploiement maximum de force avec une couverture spatiale autant plus que possible. L’objectif étant la rapidité de l’intervention. Force est cependant de constater que sur ce dernier point, les victimes des actes de banditisme se plaignent souvent que les forces de l’ordre n’arrivent qu’après coup et que les bandits ont déjà pris le large. Toujours d’après le général de brigade, ce centre a été déjà opérationnel depuis samedi dernier.

Policiers. Par ailleurs, le Directeur de la Sécurité publique a également déclaré, avant-hier, que dans le cadre de la lutte contre l’insécurité, en particulier dans les transports en commun dans la capitale, des policiers en tenue civile seront postés près des abris-bus, à savoir Ambohijatovo, Andavamamba, Anosy et Analakely. Avec toutes ces mesures, les citoyens espèrent qu’il y aurait une baisse des actes de banditisme dans la capitale et sa périphérie. Reste à savoir si ces dispositions seront pérennes.

Dominique R.

Midi Madagasikara107 partages

Cours des changes : Le dollar de nouveau en dessous des 3000 ariary

L’ariary reprend de la compétitivité

La monnaie nationale est-elle de nouveau sur le chemin du retour à la compétitivité ?

La question se pose puisque sur le marché interbancaire des devises MID, le dollar est de nouveau sous la barre des 3 000 ariary. En effet, le dollar a affiché une parité de 2948,15 ariary sur le MID. A priori, l’ariary semble donc se faire une petite santé, puisqu’il faut remonter au mois de juin 2015, pour avoir cette parité à moins de 3 000 ariary. Depuis, l’ariary a joué le yoyo au gré de la conjoncture économique.

Chute du dollar

En tout cas, cette remontée de l’ariary par rapport au dollar s’explique avant tout par la chute du billet vert constaté ces derniers temps. Le dollara continué dese déprécier vis-à-vis des principales devises ces dernières semaines. Selon les analystes, cette dégringolade du dollar s’explique dans un contexte où les réformes de la santé et de la fiscalité sont au point mort aux Etats-Unis. Sur le plan local cette appréciation  cette remontée de l’ariary se constate aussi bien par rapport à l’euro qu’au dollar. Entre janvier et juillet 2017, l’ariary a gagné une centaine de points par rapport à l’euro.  Entre la même période, l’ariary a glané plus de 300 points par rapport au billet vert. Sur le plan local, cette situation avantageuse de l’ariary s’explique par une importante rentrée de devises notamment par la vanille. Une filière qui semble actuellement reprendre son souffle. En effet, face à la menace d’une  nouvelle crise, autorités et opérateurs économiques ont pris les mesures qui s’imposent. Notamment, par une maîtrise des achats du côté des exportateurs. Par ailleurs, la peur des vindictes populaires a  visiblement dissuadé les voleurs de vanille sur pied. Ce qui a permis à ce produit de maintenir sa qualité.

Nickel

L’autre produit qui contribue manifestement  à cette appréciation de l’ariary est sans conteste le nickel d’Ambatovy. Malgré en effet la chute des cours du nickel, Ambatovy maintient ses activités an prenant des mesures de réduction des dépenses. Et jusqu’à preuve du contraire, le nickel se place encore et toujours à la première place des rentrées en devises. Une situation qui risque cependant de changer si le gouvernement ne prend pas les mesures nécessaires pour mettre un terme aux influences externes qui risquent de compromettre dangereusement les activités de la compagnie minière. Il s’agit notamment de l’acharnement judiciaire dont est victime la compagnie dans des litiges où manifestement, on tente de la faire perdre par tous les moyens.

Tourisme

Le tourisme est également l’autre secteur qui contribue efficacement à l’augmentation des recettes en devises. Les actions de promotion entreprises par le ministère de tutelle ont contribué à la hausse des arrivées touristiques. Les foires du tourisme ainsi que les actions ponctuelles menées sous la houlette du ministre Roland Ratsiraka commencent à porter leurs fruits. A l’international, la destination Madagascar affiche sa présence dans les salons internationaux. Le prochain rendez-vous sera la participation malgache à la Foire Internationale de Guangzhou. Par ailleurs, avec l’open sky, les offres de siège en matière de transports aériens ont fait baisser les tarifs. On parle actuellement du dépassement de la barre des 300.000 touristes par an. Avec ce que cela suppose bien évidemment d’augmentation des recettes en devises. Et partant de l’appréciation de l’ariary.

R.Edmond.

Midi Madagasikara105 partages

Football – CHAN 2018 : Match retour Barea – Palancas Negras ce soir

C’est la dernière ligne droite pour les Barea pour la qualification à la phase finale du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2018 au Kenya. Ce soir à 18 h 30 au Stade du 11 novembre à Luanda, les Barea de Madagascar jouent leur va tout face au Palancas Negras d’Angola pour la joute retour du troisième tour des éliminatoires. Pour tenter de se qualifier pour la première de l’histoire du football malgache à une phase finale d’un championnat d’Afrique, il faut à tout prix marquer des buts. Lors du match retour au Stade de Mahamasina dimanche dernier, les deux équipes se sont quittées sur le score nul et vierge. En cas de match nul pour la rencontre de ce soir, les deux formations devront se départager dans la séance de tirs au but. Les Barea ont rejoint Luanda mardi dernier. Selon Auguste Raux, coach de la sélection nationale, l’équipe va renforcer la défense sans pour autant minimiser les attaques.  L’espoir de tous les Malgaches repose sur les Leda Johnny, Ando, Toby, Tantely, Baggio, Lôlôdy, Dax, Dino, Njiva et  Bela pour une première aventure africaine.

T.H

Midi Madagasikara101 partages

Tennis de table – Championnats de Madagascar : Razzia du Club Jovenna Madagascar

Les pongistes de Jovenna avec leur trophée.

Les pongistes du Club Jovenna Madagascar ont dominé les Championnats de Madagascar qui ont pris fin dimanche au Palais des Sports de Mahamasina en raflant sept titres.

Domination. Cette année encore, le Club Jovenna Madagascar a confirmé sa place de leader dans le paysage du tennis de table malgache. Aux championnats de Madagascar, le club Jovenna a participé dans 11 catégories dont neuf ont atteint la finale. Sept titres ont été raflés par les pongistes du Jovenna.

Ouverture internationale. Dans les tournois par équipes aux sommets nationaux qui ont pris fin dimanche au Palais des Sports de Mahamasina, les deux titres ont été remportés par le club Jovenna. Chez les hommes, Lino-Itokiana et Taga du Jovenna se sont imposés par trois victoires à une face à la formation du Galaxy. Du côté des dames, Tiana et Rondro ont pris le dessus sur les pongistes du Gecko Sport par 3 victoires à 0. Le sacre des deux équipes de Jovenna leur qualifie pour la Coupe d’Afrique des Clubs champions par équipe à l’Ile Maurice en 2018. Cette participation entre dans le cadre de l’objectif du club dans sa politique d’ouverture à l’international.

Vivier de jeunes talents. Au niveau national, les pongistes du Jovenna sont maîtres dans leur catégorie respective. « Nous allons aider les joueurs méritants à intégrer les grands clubs à l’étranger notamment en France. Le renforcement du partenariat avec le club du Puteaux de France lancé fin 2014 sera dans notre ligne de mire » a fait savoir Lantosoa Andriambololonjiva, présidente du club. Au-delà des sept titres remportés par le club, la plus grosse perte pour le club était chez la 1re série dames, détenu par Jovenna depuis sa création en 2004. En 13 ans, les perspectives sont nombreuses entre autres de devenir un vivier des jeunes élites capables de défendre les couleurs de Madagascar dans les compétitions internationales, d’intégrer facilement les grands clubs européens et surtout devenir l’un des clubs de référence dans la région Océan Indien. A Madagascar rares sont les entreprises qui s’impliquent dans la vie d’un club, mais pourtant, leur contribution serait un atout majeur pour le développement des disciplines.

 

Résultats

Par équipe hommes : JOVENNA.

Par équipe dames : JOVENNA.

Double messieurs : Lino – Itokiana (JOVENNA).

Double dames : Tiana – Rondro (JOVENNA).

Double mixte : Lino – Rondro (JOVENNA).

2e série hommes : Aina (JOVENNA).

Vétérans dames : Tiana (JOVENNA).

T.H

Midi Madagasikara96 partages

Fianarantsoa : Mpianatra nangalatra « panneau solaire », saika matin’ny fitsaram-bahoaka

Mpamosavy malemy, ny eo an-tanàna ihany no aripaka, ary efa tsy mifidy taona sy saranga intsony ny asa fanaovan-dratsy ao Fianarantsoa, renivohitry ny Faritra Matsiatra Ambony, ankehitriny. Ny alin’ny alakamisy teo hifoha omaly zoma, tokony ho tamin’ ny 12 ora sy sasany alina tany ho any, dia tovolahy iray mpianatra izay mipetraka irery ao Beravina Avaratra, Fokontany Talatamaty, no tra-tehaky ny fokonolona teo am-pangalarana « panneau solaire » ka naratra mafy rapa tarehy sy nivonto maso ary mangana tratra saika matin’ny daroka sy vono niharan’ny fitsaram-bahoaka, omaly. Raha araka ny vaovao voaray, dia teo am-pangalarana an’ireo fitaovana mpamokatra herinaratra azo amin’ny alalan’ny angovo azo havaozina  ity tovolahy ity no hitan’ ny tompony, ka raikitra avy hatrany ny antso vonjy, ary vetivety dia vory ny olona sy ireo andrimasom-pokonolona. Tezitra ny mponina raha vao tratra ity tovolahy ity, satria hatramin’ny nahatongavany nanofa trano teo tao anatin’ny enim-bolana, dia tsy nitsaha-nitombo ny halatra sy vaky trano teo an-tanàna.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara90 partages

Insécurité à Madagascar : Les jeunes jouent un double rôle

De nombreux jeunes se ruent vers la délinquance.

La place des jeunes dans la prolifération de l’insécurité à Madagascar a été le sujet d’une conférence à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo hier.

« Les jeunes sont à la fois des menaces à la conservation de la sécurité et des agents de la paix ». Une expression qui résume les idées véhiculées lors de la conférence-débat organisée par l’observatoire de la jeunesse hier à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo, hier. Un évènement qui a vu la participation de nombreux jeunes issus des différentes régions. A cet effet, la place des jeunes dans la situation actuelle de l’insécurité de Madagascar se trouverait à deux niveaux. Entre autres, celui d’instigateur et d’acteur de trouble au sein de la société. Pour être plus terre-à-terre, il suffit d’observer les faits de société au quotidien où les acteurs de vols, de viols et d’attaques en tout genre sont généralement constitués de jeunes. Lanto Ratsida, président de l’observatoire de la jeunesse d’ajouter que « selon des sondages que nous avons effectués auprès de jeunes répartis à travers toutes les régions, ceux-ci admettent être des acteurs de la prolifération de l’insécurité actuelle ». Avant d’enchérir qu’« ils (les jeunes) admettent être attirés par la drogue, l’alcool et les autres déviances de la vie. Ce qui constitue des portes d’entrée dans le monde de l’insécurité ».

Autre facette. La place des jeunes ne se limite toutefois pas aux rôles d’acteurs de l’insécurité. « Des milliers d’entre eux œuvrent, volontairement dans la majorité des cas, dans des initiatives et actions pour la lutte pour l’instauration de la paix ». Ce que l’on peut observer dans les différentes organisations de la société civile travaillant dans toutes les régions du pays. Lanto Ratsida d’ajouter que « les jeunes s’activent énormément dans les actions de lutte pour l’instauration et la préservation de la paix ». Avant de préciser que la journée d’hier a également consisté en une confrontation des résultats des sondages effectués aux réflexions des intervenants et publics présents. Lesdits résultats serviront ensuite à concevoir des guides devant être distribués aux décideurs politiques, aux membres de la société civile et aux jeunes.

José Belalahy

Midi Madagasikara90 partages

Ambatovy : Un réseau de fraudeurs démantelé par la Gendarmerie

Ils ne sont que deux. Cependant, ils constituent véritablement un réseau bien organisé de fraudeurs, mais qui, heureusement vient d’être défait par la Gendarmerie. Les deux employés d’Ambatovy,  auteurs de cette fraude de grande envergure ont été arrêtés hier, à Tamatave ; et ce grâce à une enquête policière approfondie menée par le département des enquêtes pénales de Tamatave. Il s’agit, en tout cas, d’une tentative de fraude de très grande envergure qui aurait pu rapporter à ses deux auteurs, la bagatelle d’un million de dollars sur les 12 prochains mois. Les deux malfaiteurs ont profité de leur ancienneté au sein de la compagnie pour perpétrer leurs méfaits. Le fait est d’autant plus scandaleux quand on sait que ces deux individus bénéficiaient de la confiance de l’employeur et étaient même en attente d’une promotion.

Quoi qu’il en soit, des employés de la compagnie s’indignent de cette attitude de ces deux collaborateurs, devenus des malfaiteurs. « Il est très décevant de voir deux employés, voler la compagnie alors qu’ils  sont bien rémunérés et disposent de bonnes conditions de travail » témoigne un employé d’Ambatovy. Et lui d’ajouter que ce vol porte préjudice, non seulement à la compagnie et à l’ensemble de ses travailleurs, mais également à toute l’économie du pays. En effet, ce genre de comportement  peut affaiblir davantage la compagnie minière qui fait déjà face à la baisse des cours du nickel.

R.Edmond

Midi Madagasikara84 partages

50e anniversaire de la FJKM : Ravalomanana et Rajaonarimampianina marquent leur présence !

Le chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina, arrivé à Antsiranana. (Photo fournie)

Le jubilé du 50e anniversaire de l’Eglise Réformée de Madagascar (FJKM) est une nouvelle occasion pour Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana de refaire de nouvelles démonstrations de force. Dans ce contexte, le premier étant le chef de l’Etat, le second étant le président du comité d’organisation de ce 50e anniversaire de la FJKM. Notons au passage que cette célébration se tient à Antsiranana du 18 au 20 août. Nous savons que Marc Ravalomanana et sa famille, d’ores et déjà arrivés sur les lieux jeudi dernier ont été expulsés de l’hôtel où ils se sont logés à Antsiranana. Selon les explications fournies par les responsables de cet hôtel, l’ancien chef d’Etat n’aurait pas effectué des réservations. Du côté d’Iavoloha, on avance qu’Hery Rajaonarimampianina devrait loger, coûte que côute, dans le même hôtel où se trouvait Ravalomanana. L’expulsion de l’ancien chef de l’Etat s’est fait donc manu militari. Mais ce n’est pas tout. Arrivé à Antsiranana, hier, Hery Rajaonarimampianina n’était pas passé inaperçu. Vêtu d’un uniforme militaire, car ayant assisté aux manœuvres militaires de Tamponketsa, c’était une occasion en or pour lui de rappeler que c’est lui qui dirige Madagascar et que, par ailleurs, il est le chef suprême des Armées.

Laïcité de l’Etat. Selon un communiqué de la Présidence, « le chef de l’Etat a fait savoir que le gouvernement avait déjà contribué et contribuera toujours, autant que possible, à la bonne organisation de ce 50e anniversaire de la FJKM ». Une fois de plus, la laïcité de l’Etat est transgressée et par Hery Rajaonarimampianina et par Marc Ravalomanana. Les deux étant des politiciens, membres de partis politiques légalement constitués et désireux respectivement de conserver et de reconquérir le pouvoir. Quoi qu’il en soit, avec les évènements qui se sont déroulés entre les deux hommes, force est de reconnaître que le divorce est véritablement consommé entre eux, comme nous l’avons écrit…

Aina Bovel

Midi Madagasikara83 partages

Blanchiment de capitaux : 115 déclarations d’opérations suspectes reçues par le Samifin

Quelle est la suite que le Samifin va donner à ces 115 déclarations d’opérations suspectes de blanchiment des capitaux ? (Photo d’archives)

Le Service de Renseignements Financiers ou Samifin a présenté hier, aux 67 ha, son rapport d’activités correspondant à l’année 2016.

A l’issue de la présentation, il est mis à la connaissance du public, entre autres, que « sur les 58 cas reçus, 48% des principales infractions d’origines identifiées ont trait aux fraudes fiscales, 14% aux trafics illicites de ressources naturelles et 3% aux faux et usage de faux ». Les autres infractions sont liées à la corruption, à l’escroquerie, au change illicite et à l’abus de biens sociaux. Par ailleurs, le Samifin a transmis des informations relatives aux déclarations d’informations confidentielles (DIC). « Sur les 260 DIC reçues, 115 sont considérées comme Déclarations d’Opérations Suspectes (DOS). Sur ces 115 DOS, 76 proviennent des Banques, 32  des partenaires techniques et privés, 2 des assurances, 2 des micros finances et 3 des FIU », indique-t-on dans le rapport.

Loi réformée. La journée d’hier a également été l’occasion pour ce service d’annoncer que la nouvelle stratégie de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme entame sa phase de mise en œuvre. Sur ce point, un projet de réforme de la loi n°2004-020 du 19 août 2004 sur le blanchiment, le dépistage, la confiscation et la coopération internationale en matière de produits du crime a été soumis au gouvernement. « Telle réforme s’avère incontournable pour mieux y intégrer le volet « lutte contre le financement du terrorisme », a indiqué le service de renseignements financiers. En parlant de terrorisme, le DG du Samifin, Lamina Boto Tsara Dia, a signalé au passage que « deux cas suspects d’attentats terroristes ont été appréhendés en 2016 et aussitôt transmis au service d’enquête du Samifin ».

Esquives. Outre la présentation du rapport d’activités, le DG du Samifin n’a pas échappé aux questions des journalistes par rapport aux affaires « chaudes » qui ont fait ou qui font couler beaucoup d’encre ces derniers temps. Mais il a tout simplement esquivé le sujet. « Vous pouvez me poser des questions, mais je ne vais pas parler de telle ou telle personne citée dans telle ou telle affaire », a-t-il lancé avec beaucoup d’hésitations ; avant de poursuivre : « Je ne peux que vous parler des responsabilités et du rôle du Samifin ». Pour couronner le tout, le DG du Samifin a fait savoir que « le Service de Renseignements Financiers n’est pas compétent pour mener des enquêtes sur des affaires en cours » en renvoyant la balle à la Justice : « Je pense qu’il incombe à la Justice de trancher sur cette affaire », a-t-il rassuré. Notons que par rapport aux opérations de blanchiment d’argent, le Samifin se conforme aux standards du GAFI (Groupe d’Actions Financières Internationales) et de l’ARNISA (Asset Recovery Inter-Agency Network for Southern Africa). Des efforts sont également conjugués pour qu’en 2018, le Samifin soit intégré dans le Groupe Egmont ou Réseau International des Cellules de Renseignements Financiers.

Aina Bovel

Tia Tanindranaza76 partages

Guy Rivo RandrianarisoaAmpijabahan’ny namany ny filoha

Nitondra fanazavana momba ny zava-niseho ny alakamisy alina, nandroahana an’i Marc Ravalomanana mianakavy tao amin’ny Grand Hôtel Antsiranana i Guy Rivo Randrianarisoa

 

Toky R

 

Midi Madagasikara73 partages

Halatra taolam-paty tao Vavatenina : Misy zandary amperinasa voasaringotra

Mivoatra ny raharaha fahatrarana mpangalatra taolam-paty dimy mianadahy nitranga sy tratra tao amin’ny fokontanin’i Morafeno, kaominin’i Maromitety, distrikan’i Vavatenina, ny alarobia 9 aogositra lasa teo. Taolam-paty iray gony taolan-dava niisa 30 teo no tratra tamin’izy dimy mianadahy tamin’izay fotoana izay. Tao anatin’ny fanadihadiana natao no nahalalana ankehitriny fa misy zandary voasaringotra ho mpiray tendro sy mpiray tsikombakomba tamin’izy dimy mianadahy tratra ireto. Raha ny fanazavana dia nisy zandary telo lahy nandalo tao amin’ny fokontany Maromitety ity, nilaza ny hindrana trano fivoahana sy fidiovana izy ireo dia nomen’ny tompon-trano; saingy gaga ny tompon-trano raha avy nanao ny natao ireto zandary fa nahita taolam-paty tao an-damosin’ny tranon’ireto fianakaviana ireto. Noferan’ireo zandary telo lahy tsy hiteny amin’ny manodidina ireto fianakaviana ireto fa halaminina mora ny raharaha, ka nasain’izy ireo nandoa vola 4 tapitrisa ariary ireto fianakaviana ireto, saingy 2 tapitrisa ariary no nisy tao aminy ka nalain’ireto zandary ireto. Ireto zandary ihany anefa no voalaza fa nandevina ireto taolam-paty tao an-tokotanin’izy mianakavy ireto, saingy taorian’izay dia tonga ny polisy efa nahazo vaovao taman’olona ny fisian’ity taolam-paty ity nisava ny trano sy ny tokotany, ka izy ireto no tratra farany. Ho hita eo anefa ny fepetra horaisin’ny fitsarana amin’izao raharaha izao, saingy tsy vao izao no nahenoana tranga hafahafa ataon’ny zandary toy izao. Isan’izany ilay zandary tratra nivarotra basy sy nikononkonona hanao asan-jiolahy voasambotra tao Tanambao V farany teo…

Malala Didier

Midi Madagasikara73 partages

Sambava : Valo lahy mpanao fanafihana tratra niaraka tamin’ny balana “kalach” 60 isa

Saika isan’nandro tato ho ato dia andrenesam-baovao mahakasika asan-jiolahy fanafihana mitam-piadiana, halatra lavanila arahina vono olona, asan-dahalo, vaky trano, fandrobana mitam-basy, fanendahana sy sinto-mahery, sns, foana ao Sambava sy amin’ireo distrika mandrafitra ny Faritra Sava. Afak’omaly tolakandro, valolahy mpanao fanafihana mitam-basy sady mpampihorohoro amin’iny faritra iny no voasambotry ny Zandary niaraka tamin’ny balana “kalach” 60 isa sy basy poleta vita gasy ary antsy. Raha ny loharanom-baovao marim-pototra voaray dia miparitaka tokoa amin’izao ny basy sy bala, ka matetika lasibatr’ ireo jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana ny mpamboly lavanila, na ireo olona tsy manan-tsiny mitahiry volabe an-trano, hatramin’ny mpivaro-mandeha mitety tsena. Raha araka ny tati-baovao samihafa voaray, dia leom-boan’anana amin’ny firongatry ny asa ratsy toa tsy misy fanafana intsony ny mponina efa lanaky ny fahantrana mamoy havana tsy fidiny sy very fananana toa tsy misy mpiaro intsony any an-toerana,  ka izay mpangalatra na jiolahy tratra dia manefa avokoa, toy ity tovolahy iray mbola erotrerony tra-tehaka namaky trano, naratra mafy rovitra sofina ankavanana sy voakapan’ny antsy teo amin’ny tarehiny ankavia saika matin’ny fitsaram-bahoaka, ny alarobia teo, tao Besokapa  Sambava.

Eric Manitrisa

Tia Tanindranaza65 partages

Raveloson Constant“Narefarefan’ny olony tanaty loto ny Filoham-pirenena”

Noroahin'ny tandapan'ny Prezidansan'ny Repoblika faha-4 tamin'ny fandraisam-bahiny lehibe nilasiany tao Antsiranana ny Prezidà farany tamin'ny Repoblika faha-3.

  Tsy fomba amam-panajana, tsy arofenitra. Talenta manokana ao akaiky ny lapa ao ilay manitrikitrika, toa ilay ramatoa iray izay nilaza fa "anay izao ny fahefàna", raha ny fanehoan-kevitr’i Constant Raveloson. Toa hevitra lalain'ireo tandapan'ity Repoblika faha-4 ity ny hoe tano mafy ny tarazon'ny barofon’ny 2009, fa hena an-tanan-tsaka. Hiolikolika etsy sy eroa ny filazan'ny mpiaro fenitra (protocole) na ny mpiaro ny prezidansa (sécurité) hanamarinan-tena. Fa na ahoana na ahoana dia narefarefany tanaty loto ny haja amam-pahamendrehan'ny Repoblika sy ny prezidany natao harovany. Tsy ho afaka amin’ny fomba fiasan’ny mpitondra izay tsy hay hoe mahay ny asany ny mody tsotra be tsy mahatakatra akory izay fiantraikan'ny ataony, kanefa ity ataony isehoan-javatra mahamenatra ka mampihetry ny andrim-pitondrana sy ny filoha karakarainy. Ain-dehiben'ny arofenitra sy ny fiarovana any an-tampony any mantsy izany hoe voalamina mialoha, tsy misy raorao ary ara-penitra fifanajàna, amim-boninahitra. Na koa dia efa milofo manao izay hampifanandrina, ka don-tandroka aloha. Mamasoka sy manindry aloka aloha no tanjony. Asa izay atsy ho atsy. Ilay an-kilany mantsy tsy manafina fa tsy afaka hipetra-potsiny miandry ny 2018. Fa na aiza na aiza amin'ireo dia ny tena tsy fahaizana mangitsokitsoka dia ilay niala ny lalana tsy misy raorao, ara-penitra fifanajana sy fifanomezam-boninahitra. Manampy trotraka ny henatra lalina efa namarinan'ny namany ny prezidànsa noho ny asa maloto samihafa. Rimbona indray ny fitokisam-bahoaka. Izany ilay hoe "Aza adala Tandapa mpanaraka fa ny hasin-dehibe no miraraka".

 

Prezidansa manao ahoana ?

 

Manararaotra misalotra ny asany ao amin'ny prezidansa ny sasany. Manampatra ny fahefana an'ny fiadidiana ny Repoblika. Be izay zavatra ataon'ny tandapa amin'ny anaran'ny filoha izay. Ka ahoana ny tenin'ny prezida ? Himoana indray angaha ? Dia tsy asiana resaka izany. Fa tahaka ireny tsy misy inona ireny ihany: manao prezidana Repoblikan'antoko, fanjakàn-tandapa mamba noana sy mpanao politika mpitanty vary latsaka. Mamboly fifanandrinana ireo fa izay no mahavelona azy. Amin'ny 2018, hasaina manamasina ny lova tarazom-Barofo 2009 ny mpifidy. Hokofonina lakirimôzena sy hotondroina vava-basy ny tany sy ny firenena hampifitsaka azy. "Anay ny fahefana", hoy ilay Ramatoa izay. Sa mba hijoro amin’izay fa Prezida?

 

Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza59 partages

Fanafihana taksibrosy RN7Voatosiky ny zandary ireo dahalo

Tsy mbola tapitra ny fanakanana sy fanafihana taksibrosy any amin’ny làlam-pirenena faha-7 mianatsimo iny.

2 no efa voasambotra

Nitohy ny maraina ny fikarohana nataon’ny zandary ao Camp Robin sy ireo niara-dia tamin’ny taksibrosy, izay zandarin’ny toby iray eto Antananarivo. Nisy ny naratra ka narahana ny ra nitete tamin’ny lalana ary niafara tamina trano teny amin’ny manodidina. Tombanana ho niray tsikombakomba na nandray anjara tamin’ny fanafihana mihitsy ireo tratra tao an-trano. Voatery nosamborina sy tazonin’ny zandary ny olona 2, mba hanaovana fanadihadiana, raha ny fanampim-baovao ofisialy avy amin’ny zandarimariam-pirenena. Soso-kevitra aroson’ny mpandeha sy mpamily sasany amin’iny RN7 iny kosa ny hoe ny fiaran’ny zandary no mitarika ny karavanina sy mamarana izany aoriana, satria tena mihorohoro tanteraka ny ankamaroan’ny mpandeha amin’izao fotoana izao. Ny asa aman-draharaha anefa tsy maintsy atao, ka dia mitaintain-dava, toy ny soabakaka ambodiriana isak’izay mandeha. Efa zava-dehibe kosa ny fisian’ny zandary manampy sy miaro azy ireo.

Toky R

 

L'express de Madagascar47 partages

Football- Éliminatoires CHAN – Les Barea jouent banco

Madagascar tentera de décrocher sa qualification pour la phase finale du CHAN 2018, ce samedi à Luanda, face à l’Angola. Pour ce faire, il faudra marquer au moins une fois.

La der des ders. Mada­gas­car disputera son tout dernier match international de l’année, ce samedi à Luanda, face à l’Angola, en troisième tour des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations 2018.Barea et Palancas Negras se sont séparés sur un résultat de parité (0-0), dimanche dernier à l’aller, à Maha­masina. Pour décrocher sa toute première qualification pour la phase finale d’une compétition continentale, la sélection malgache devra inscrire au moins un but, ce samedi.Or, marquer et gagner à l’extérieur, les Barea savent le faire. Cette année, ils ont disputé trois rencontres hors de leurs bases, éliminatoires de la CAN et du CHAN confondues, avec un bilan de quatre succès en autant d’apparitions, contre Sao Tomé et Principe (0-1), le Malawi (0-1), le Soudan (1-3) et le Mozambique (0-2). Les Mozambicains, justement, avaient également tenu en échec les Barea, à Mahamasina (2-2).Mais les hommes d’Au­guste Raux avaient réussi l’exploit de les battre chez eux, au retour. Un exploit qu’il faudra rééditer contre les Angolais, pour changer enfin le cours de l’Histoire et conclure en apothéose une année mémorable.

Bela ou Nonot titulaireUne année durant laquel­le la Grande île est invaincue en onze sorties inter­na­tionales jusqu’à présent, éliminatoires de la CAN, du CHAN et Cosafa Castle Cup confondues. Terminer une année sans le moindre revers et décrocher en même temps la qualification pour le CHAN, ce serait un scénario de rêve.Face au Mozambique, au tour précédent, le but du KO avait été marqué par un Njiva en forme étincelante, une demi-heure après l’ouverture du score de Bela. On ne le saura jamais, mais on se demande tout de même si le résultat du match aller contre l’Angola aurait été le même si Bela avait été titularisé en lieu et place du néophyte Dimby.Vu la prestation des Barea lors de cette première confrontation avec les Palancas Negras, l’une des clefs du match réside dans les choix d’Auguste Raux à propos de ce poste d’attaquant de pointe. Pour preuve, en seconde période, quand il a sorti Dimby, pour envoyer au charbon Bela et Nonot, Madagascar s’est procuré plusieurs occasions.La plus franche a été une tête à bout portant de Nonot, sauf que le cadre s’était dérobé. Une chose est sûre, il faudra impérativement aligner d’entrée l’un de ces deux avant-centres plus expérimentés, ou même les deux, pour passer l’obstacle angolais, sachant que les Barea sont dans l’obligation de marquer.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Tia Tanindranaza43 partages

Foloalindahy MalagasyAtaon-dRajao kilalao politika

Lasa fihomehezana tany Antsiranana sy fanalana azy tao anaty tambajotran-tserasera facebook manerana ny nosy omaly hariva ny fahitana ny filoha Hery Rajaonarimampianina nanao “tenue de combat” tonga tany Antsiranana.

Milalao ny foloalindahy

Maro be ny adihevitra nandeha, saingy rehefa nahita ny fihetsiky ny filoha omaly io ny maro dia resy lahatra fa efa tena eto mihitsy ny fitondrana jadona sy tia manararao-pahefana. Iny eo ihany fa tsikaritra ihany koa hoe nisy teknikan-tserasera nataon’ingahy filoha mba hanairana ny Malagasy angamba na hanaronan-javatra no nahatonga azy nanao iny fanamiana miaramila omaly iny. Tsy takona afenina fa tena matevim-be ny fanakianana izao fitondrana HVM izao ka mba mety miezaka mafy manao izay hitany hanatsarana azy sy ny ekipany angamba ny filoham-pirenena ka ireny no hevitra tsara indrindra hitan-dry zareo. Na inona na inona anefa ambara dia zava-doza ny fampiasana ny foloalindahy amina paikady politika, tsy dia ilay fanaovana ny fanamiana no inona fa ny ao ambadik’izay. Farany dia olona novolavolain’ny Fjkm i Hery Rajaonarimampianina koa na lehibe toa inona aza ny hambom-pony sy ny fitiavany voninahitra, dia tsy mba afaka nanetry tena kely monja ve izy amin’izao fanombohana ny fankalazana ny faha-50 taonan’ny Fjkm izao fa dia tsy maintsy nisehoseho sy nampidera fahefana tahaka ireny. Sa izay mihitsy ilay hoe : Hery vaovao e ?

RTT

Midi Madagasikara41 partages

Secteur minier : Partage des bonnes pratiques australiennes

Le partenariat entre Madagascar et l’Australie sera renforcé, surtout dans le domaine du secteur minier.

De nouveaux cahiers des charges seront soumis aux exploitants miniers afin de déterminer les prévisions de production et de recettes dans les années à venir, selon le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah.

Madagascar dispose d’une grande potentialité en ressources minérales, mais la contribution du secteur minier au développement socio-économique du pays reste encore minime, et ce, même si c’est en petite progression, soit passant de 2,12% à 4,18%. Dans la même foulée, « une professionnalisation des acteurs opérant dans ce secteur dit stratégique s’impose. En effet, nombreux sont ceux qui ont obtenu des permis miniers sans avoir des compétences techniques dans ce domaine étant donné que le système de « premier venu, premier servi » est appliqué. Et la majorité des 4 000 permis délivrés appartiennent aux Malgaches. Ceux-ci les cèdent ensuite aux riches opportunistes », a expliqué le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, lors de sa rencontre avec le nouvel Ambassadeur de l’Australie à Madagascar, SEM Jenny Dee hier à Ampandrianomby.

Former des acteurs. Ainsi, « nous allons renforcer notre collaboration avec le gouvernement australien en matière de renforcement de capacité des agents du ministère et des membres de la société civile, entre autres, afin de développer le secteur minier », a-t-il poursuivi. Notons que l’Australie est un pays très développé et bien expérimenté dans le domaine minier. « Nous sommes également prêts à partager nos expertises et nos bonnes pratiques visant à développer d’une manière durable ce secteur, pour ne citer que les aspects environnementaux et  la bonne gouvernance », a déclaré l’Ambassadeur australien, SEM Jenny Dee. Un programme de bourses d’études en Australie est également mis en œuvre dans le dessein de former des acteurs œuvrant dans ce secteur stratégique. En outre,  « une délégation malgache  participera à une conférence sur les mines qui se tiendra prochainement en Australie. Elle y aura ainsi l’opportunité de promouvoir le secteur minier de Madagascar tout en constatant de visu les bonnes pratiques des opérateurs miniers australiens dans ce domaine », a-t-elle enchaîné.

Nouveaux cahiers des charges. Et interrogé sur le projet de révision du Code minier, le ministre de tutelle a avancé que c’est en suspens afin d’assurer la stabilité des investisseurs déjà en activité à Madagascar. Par contre, « de nouveaux cahiers des charges seront soumis aux exploitants miniers pour qu’il y ait plus de retombées économiques positives pour les communautés locales en particulier, et le pays en général. Ce qui permettra, entre autres, de mieux évaluer les prévisions de production des opérateurs ainsi que les prévisions de recettes dans les deux à trois années à venir », a-t-il poursuivi. Quant à la mise en place des Bureaux d’Administration Minière (BAM), il a rappelé que des résultats encourageants ont été enregistrés pour ne citer que le cas du secteur aurifère. En effet, la traçabilité du circuit de l’or allant du site de production en passant par les comptoirs de collecte jusqu’à son exportation a été identifiée. « Ce qui a permis d’obtenir plus de 1 tonne et 400kg d’or destinés à l’exportation qui ont été déclarés officiellement. En dépit de tout cela, ce résultat n’est pas encore satisfaisant. Nous continuons à mettre en place des BAM dans des autres sites à forte potentialité minière », a fait savoir, le ministre Zafilahy Ying Vah.

Navalona R.

Midi Madagasikara35 partages

Education : Deux établissements Montessori à Madagascar

Selon Maria Montessori qui a initié la pédagogie du même nom en 1907 : « L’enfant n’est pas un vase qu’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir ».

 La pédagogie Montessori érige entre autres principes directeurs, la liberté de l’enfant et son autodiscipline, ainsi que le respect de son rythme. D’un point de vue psychologique, la pédagogie Montessori favorise l’épanouissement (autant physique que psychique) de l’enfant et son estime de soi. Dans la pratique pourtant, cette pédagogie ne fait pas encore l’unanimité, à Madagascar, dans l’Hexagone et les pays anglo-saxons, notamment parce que son application exige des réformes pratiques et conceptuelles qui bouleverseraient le système d’éducation publique. D’autant plus que la pédagogie Montessori s’applique principalement dès trois ans aux 12 ans de l’enfant. Toutefois, des collèges et lycées s’inspirant de la pédagogie montessorienne se mettent progressivement en place. A Madagascar et jusqu’à ce jour, seuls deux établissements se réclament officiellement de la pédagogie montessori, l’un est sis à Ilafy et l’autre à Ampasanimalo. De par sa philosophie de l’éducation, la pédagogie Montessori commence à séduire à Madagascar. Toutefois, elle demeure peu répandue, car ne correspond pas à la représentation collective que les Malgaches se font de l’éducation, caractérisée par la suprématie des parents et la soumission des enfants à cette autorité morale des parents et les châtiments parfois corporels, à l’instar de l’adage : « Zaza tiana tsy itsitsiana rotsa-kazo ». Une autre explication à cette rareté des écoles acréditées Montessori à Madagasikara, les frais de scolarité qui ne sont pas forcément à la portée de toutes les bourses, car débutant par 320 000 ariary. Les responsables avancent cependant que ce montant serait exempt de bénéfices, car ne correspond qu’à l’achat des matériels et des infrastructures dédiés. Pourtant, du côté de la pédo psychologie toujours, des enfants éduqués selon la philosophie montessorienne connaissent à l’âge adulte une vie sociale harmonieuse.

Luz R.R

Midi Madagasikara29 partages

SAT Jirama : Toujours contre la privatisation de l’entreprise

Le SAT/Jirama a élu son SG lors de son Congrès national.

Le Syndicat Autonome des Travailleurs au sein de la Jirama (SAT/Jirama)  réclame le renouvellement du contrat de concession du secteur Eau à l’entreprise pour une durée de 30 ans. « Nous sommes toujours contre la privatisation de cette société d’Etat en ne modifiant en aucun cas son statut  ainsi que le licenciement collectif du personnel en raison de sa mauvaise trésorerie. Nous revendiquons également que les avantages acquis des agents ne doivent pas être délestés, mais plutôt améliorés une fois que la Jirama se redresse », a déclaré Haja Maminirina, le président national du SAT Jirama lors d’un congrès national hier à Ambohimanambola.

Charbon de terre.  En ce qui concerne le changement d’organigramme, la nomination du directeur général et des directeurs de l’entreprise, le SAT/Jirama n’y voit aucun inconvénient étant donné que cela n’aura pas d’impact sur les principes que ces syndicalistes défendent ci-dessus. Et à part la recherche des intérêts des agents de la Jirama, ils se soucient également des consommateurs en suggérant l’exploitation des matières premières locales en remplacement du gaz oil pour pouvoir produire de l’énergie électrique. « Nous disposons, entre autres, de plus de 11 000 tonnes de charbon de terre. Pourquoi ne pas les exploiter afin de fournir de l’énergie à prix abordable à la population ? », a évoqué Haja Maminirina.

Election. Par ailleurs, le SAT/Jirama a annoncé à l’issue de ce Congrès national qu’il va participer activement à l’élection présidentielle en 2018. « Nous allons ainsi proposer notre projet de société au candidat potentiel qui s’aligne à nos principes. En fait, le SAT/Jirama ne soutient pas des personnes mais plutôt des idées qu’il défend à tout prix », a conclu le président national de ce syndicat.

Navalona R.

L'express de Madagascar27 partages

Antaninarenina – Un chantier mystérieux crée du désagrément

Embouteillage monstre dans les quartiers des bâtiments administratifs. Un chantier a bloqué la circulation du côté d’Antanina­renina, depuis la semaine dernière. Le chantier change de place, de jour en jour. Hier, il a été sur la chaussée près de la banque Bank Of Africa (BOA) à Antanina­renina. Il s’agirait d’un sondage des couches de terrain, pour un projet de construction de tunnel, liant Anala­kely à Ampatsakana, selon une source auprès du Laboratoire National des Travaux Publics et du Bâtiment, hier.Le trafic s’étend à Isoraka et à Ambatonakanga. Pour rejoindre Analakely, la plupart des automobilistes qui partent d’Antaninarenina ont emprunté les chaussées de ces deux quartiers. Les travaux créent des désagréments auprès des usagers de la route. « Nous n’étions pas avisés de cette coupure. Nous étions déjà bloqués plusieurs minutes dans le trafic, avant d’avoir compris que rien ne bouge. On a ainsi fait demi-tour », indique Mamy Rabenja­mina, un conducteur qui allait rejoindre Analakely.Effectivement, la commune urbaine d’Antana­na­rivo (CUA) n’a émis aucun avis de coupure de circulation. « Nous ne sommes pasau courant de ces travaux. Normalement, s’il y a des travaux comme ceux-ci, nous devrions être avisés pour pouvoir alerter à l’avance lesusagers », souligne un respon­sable de la magistrature de la ville d’Antananarivo.Par ailleurs, des hauts responsables du ministère d’État en charge des Projets présidentiels et de l’aménagement du territoire et du ministère des Travaux publics ont indiqué que ce n’étaient pas leurs ministères qui dirigeaient ces travaux. Il semble qu’ils ne sont même pas au courant de la tenue du chantier. «Ce projet ne nous appartient pas», a indiqué Eric Rafiringa, directeur général des Travaux publics. Ce projet est ainsi mystérieux.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara23 partages

Le terrorisme frappe de nouveau en Europe

C’est encore une semaine marquée par la volonté du régime d’éclaircir son horizon politique qui vient de s’écouler.  La presse favorable au régime s’est focalisée sur la fortune de l’homme d’affaires Mamy Ravatomanga.  Elle n’a pas ménagé ce proche de l’ancien président de la transition, lançant des accusations à peine voilée sur la manière dont il a constitué son empire financier. Certains commentateurs pensent qu’à travers lui, c’est cet homme politique que le pouvoir essaie d’atteindre. Jusqu’à présent, cependant, il a fait sienne l’adage : « La parole est d’argent, le silence est d’or », ne répondant à aucune de ces attaques. Le président de la République, pour sa part, continue ses apparitions publiques. En se rendant à Andralanitra, dans le centre du père Pedro, il a rassuré ce dernier qu’il l’aiderait dans son combat contre la pauvreté. Petit à petit, la stratégie de campagne pour l’élection présidentielle de 2018 se met en place. L’inauguration des nouveaux générateurs installés par « Symbione Power » à la centrale électrique de Mandroseza laisse penser que la résolution des problèmes de la Jirama est en bonne voie. La rivalité avec Marc Ravalomanana, son rival déclaré, se manifeste sur un terrain qui peut à terme lui aliéner la sympathie d’une partie de l’opinion. La manière peu élégante avec laquelle ce dernier et son épouse ont été délogés de leur suite dans un hôtel d’Antsiranana pour laisser la place au chef de l’Etat et à sa délégation a suscité de nombreux commentaires indignés. On peut penser qu’il s’agit d’un excès de zèle de son staff, mais le mal est fait.

Sur le plan international, c’est de nouveau le terrorisme et ses méfaits qui se sont invités brutalement dans l’actualité. Tous les analystes avaient affirmé que les défaites de DAESH en Irak et en Syrie allaient provoquer une réaction meurtrière de cette organisation. C’est par le biais d’attentats en Europe qu’elle allait se manifester. Cette fois-ci, c’est en Espagne qu’elle a frappé. Les deux attentats qui ont eu lieu avant-hier soir à Barcelone et à Cambrils ont plongé dans l’effroi les nombreux touristes présents en ce moment dans la péninsule ibérique. Une fois de plus, les morts et les blessés se sont comptés par dizaines. Cette tragédie a quelque peu éclipsé les problèmes rencontrés par le président Donald Trump qui est empêtré dans ses contradictions et qui voit petit à petit ses soutiens l’abandonner. En France, on ressent avec beaucoup d’émotion cet acte terroriste meurtrier. Le souvenir des épreuves traversées l’année dernière est toujours aussi cuisant et tous se sentent solidaires des victimes. Et ce, d’autant plus qu’il y a des Français parmi eux.

14 morts et une centaine de blessés. Les services de sécurité espagnols s’y attendaient  car, comme leurs homologues des autres pays européens, ils avaient été prévenus de l’imminence d’actes terroristes. Comme à Nice ou à Londres, c’est la méthode du camion bélier qui a été utilisée. Le véhicule a foncé dans la foule et a fauché les nombreux touristes sur l’avenue de Barcelone, faisant une dizaine de morts et de nombreux blessés. Le processus a été le même à Cambrils. La police a abattu quatre terroristes et n’a pu appréhender le cinquième qui a réussi à s’échapper. L’émotion a été vive dans la population. On dénombre une trentaine de nationalités parmi les victimes. Le premier ministre Mariana Rajoy a annoncé que trois jours de deuil national étaient décrétés.

L’actualité internationale prend en cette fin de semaine le pas sur les péripéties de notre vie politique nationale. La guerre qui se poursuit au Moyen-Orient entre la coalition et l’organisation de l’Etat islamique a des répercussions sanglantes sur les pays qui luttent contre cette dernière. C’est une véritable épée de Damoclès qui est suspendue sur les nations occidentales décidées à éradiquer le terrorisme. Madagascar est, Dieu merci, épargné par ce fléau.

Patrice RABE

Midi Madagasikara23 partages

Liana Rakotondrahova : « Il n’y a pas plus belle école de la vie que le sport ! »

En une semaine, Liana Rakotondrahova a réussi à brandir un trophée de championne en basket-ball avec son club JCSA à Tsiroanomandidy et une place de finaliste en 4e série en tennis, après un titre de championne d’Analamanga en tennis avec l’ACSA.  Quid de ce record ? Entretien.

Midi Madagasikara : Comment peut-on concilier deux disciplines si différentes en même temps et être au top ?

Liana Rakotondrahova, championne de tennis et de basket-ball « Il faut d’abord avoir une bonne condition physique. Je cours une à deux fois par semaine, à part mes entraînements au basket et au tennis ainsi que les cours de Zumba® que je donne. J’essaie aussi d’avoir une bonne hygiène de vie pendant les périodes de compétition : pas d’alcool, nuits de sommeil complètes, régime alimentaire sain. Et être bien entourée est un grand plus. J’ai la chance d’être soutenue et conseillée par mon mari ».

M.M. : « Pourquoi le choix de ces disciplines ? »

L.R. : « Mon père est un joueur de basket, il m’a initiée quand j’avais 12 ans. Jusqu’à maintenant, il me suit et me conseille lors de mes déplacements. Par contre, j’étais une « joueuse du dimanche » au tennis. Mes enfants me demandaient sans cesse de jouer plus régulièrement. J’ai commencé à m’entraîner intensivement cette année et ça a porté ses fruits ».

M.M. : Maman, sportive, professionnelle, comment concilier boulot, famille et sport ?

L.R. : « Même moi, je cherche encore la formule magique pour concilier tout ça.  Mais je pense qu’il faut bien s’organiser et poser ses priorités ».

M.M. : « Qu’attendez-vous du sport en général ? »

L.R. : « Pour moi, faire du sport est synonyme de bonne santé. Mais au-delà, c’est la satisfaction personnelle d’avoir accompli un défi. Il n’y a pas plus belle école de la vie que le sport ! »

M.M. : « Quel message voulez-vous faire passer ? »

L.R. : « Ne pas se laisser déborder par la vie, prendre le temps de s’occuper de soi, se dépasser et même se surpasser ».

Anny Andrianaivonirina

Madagascar Tribune22 partages

Le DFP prévoit une descente dans les rues

La plateforme politique regroupant des opposants « les Forces de changement » ou DFP (Dinika fanavotam-pirenena) envisage de descendre dans la rue le 22 août prochain comme annoncé lors d’une conférence-débat qu’elle a organisé à l’hôtel Panorama il y a quelques jours. Une demande d’autorisation dans ce sens a été envoyée à la Préfecture de police. Le Préfet de police annonce qu’il est en train d’étudier la question. Mais vu comment il procède, il risque fort de refuser la manifestation. Déjà qu’il refuse aux partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana de fêter l’anniversaire de son parti, alors que l’ancien Chef de l’Etat a juré ses grands dieux qu’il ne va pas critiquer le régime HVM, on voit mal des opposants qui promettent de descendre (dans tous les sens du terme) être autoriser à manifester.Les leaders du mouvement « les forces de changement » promettent d’ester en justice en cas de refus mais on a vu comment l’Etat a réagi face à la décision de la justice qui a donné raison au TIM lors de la célébration de son 15è anniversaire. Il est fort probable que même avec une décision de justice lui donnant raison, le Préfet de police va empêcher les opposants de manifester. A défaut de pouvoir enrayer l’insécurité, le Préfet et toutes les autorités se contentent de sévir auprès des opposants pour justifier leurs salaires !

Midi Madagasikara22 partages

Vivre le terrorisme Au quotidien

Madagascar semble pour le moment épargné par le fléau du terrorisme qui frappe en Europe, mais aussi en Afrique. Notre pays n’est pas impliqué, Dieu merci, dans cette guerre sans merci que se livrent les nations occidentales et l’organisation de l’Etat islamique. Nous sommes certes confrontés à une insécurité qui est devenue une véritable plaie, mais nous ne subissons pas ce phénomène de tuerie aveugle qui traumatise les populations occidentales.

 Vivre le terrorisme Au quotidien

La nouvelle a fait la une de toutes les chaînes d’information en Europe. Comme aujourd’hui, le monde est un village planétaire, elle a ému les téléspectateurs du monde entier. L’horreur a été vue presque en direct et ces morts et ces blessés qui se comptaient par dizaines ont fait frémir tout le monde. Les Français, les Allemands, les Belges, ou les Britanniques se sont remémoré les attentats qui les ont frappés très durement. Les Maliens, les Burkinabés, ou les Ivoiriens qui ont eux aussi eu à subir ces attaques sanglantes. La logique est toujours la même : faire le plus de victimes civiles et toucher ainsi durement les gouvernements accusés de lutter contre les islamistes. La logique est implacable, car le tendon d’Achille de toutes les démocraties est cette opinion publique contre qui fait et défait les pouvoirs. Mais aujourd’hui l’unanimité se fait autour d’un concept : ne pas céder devant la menace. La peur existe, mais les citoyens ne veulent pas voir les terroristes gagner. La législation s’est adaptée. L’état d’urgence qui a été reconduit plusieurs fois ne va plus avoir cours en novembre en France, mais ses dispositions vont être intégrées dans une loi. Mais en dépit de cela, la menace plane. Les services de sécurité sont de plus en plus aguerris. De nombreux attentats ont été déjoués, mais le risque existe toujours comme le montrent les derniers attentats. Les Français comme de nombreux citoyens européens doivent s’adapter et vivre avec cette menace permanente.

Patrice RABE

Midi Madagasikara22 partages

Baccalauréat : La phase des vérifications, en cours

Les résultats du baccalauréat 2017 sont déjà publiés dans certaines localités des provinces, comme à Fianarantsoa où un peu moins de la moitié des candidats ont été admis, le taux de réussite étant de 49,9%.

A l’allure où vont les choses, la date du 24 août 2017 pour tenir la séance de délibération du baccalauréat va être maintenue, pour une publication des résultats le lendemain, 25 août. L’étape de la transcription des notes étant déjà terminée, « nous en sommes maintenant à la phase des vérifications. Les résultats seront probablement publiés à la date prévue, le 25 août », a affirmé Olivier Rakotoarison, directeur des Examens nationaux auprès de l’Université d’Antananarivo. Cette étape des vérifications est une démarche à effectuer avec une extrême vigilance afin d’éviter tout risque d’erreur dans les opérations menées par l’équipe en charge de ce travail.

Rumeurs. Les rumeurs ont enflé, hier, notamment sur les réseaux sociaux, sur une sortie imminente des résultats du baccalauréat à Antananarivo, et ce, après la sortie de ceux de Fianarantsoa, avant-hier. En réalité, il n’en était rien, car si à Fianarantsoa, les résultats sont bel et bien publiés, ceux d’Antananarivo ne le seront probablement que le 25 août, jour fixé dès le début par les responsables pour la publication de ces résultats tant attendus par les  74.300 candidats qui ont passé les épreuves à Antananarivo, cette année. Ils devront ainsi faire preuve d’un peu de patience. Les plus anxieux seront bientôt délivrés du stress de l’attente. Ce sera dans exactement six jours.

Hanitra R.

Midi Madagasikara21 partages

« TINTOTRY 2017 » : Manœuvre militaire à Tamponketsa

Le président Hery Rajaonarimampianina, en sa qualité de Chef suprême des Forces armées, a assisté hier à la cérémonie de fin de la manœuvre militaire « TINTOTRY 2017 » qui s’est déroulée du 10 au 19 août à Tamponketsa Ankazobe. Protéger les citoyens et servir la Patrie. Ce sont les objectifs principaux de cette manœuvre, selon les explications du numéro Un d’Iavoloha. A noter que cette manœuvre militaire consiste à des exercices de tirs de gros calibres et de canons anti-aériens, ainsi que de simulations d’attaque en cas d’agression étrangère touchant la souveraineté nationale. Madagascar ne faisant face actuellement en aucune menace d’attaque étrangère, la question est donc de savoir si les Forces armées prévoient d’utiliser des canons anti-aériens pour lutter contre la recrudescence actuelle de l’insécurité dans les grandes villes comme dans les brousses. En tout cas, le Président de la République a annoncé sa volonté de doter l’Armée en matériels modernes tels que des buggys, des quads et des drones, qui ont d’ailleurs été utilisés durant cette manœuvre à Ankazobe. L’objectif est de disposer de matériels et d’équipements à la hauteur des responsabilités, parmi lesquelles, servir la Patrie et protéger les citoyens.

Davis R

Midi Madagasikara20 partages

Hommage à Elvis Presley : Stenny chante The King!

Stenny va rendre hommage à The King le 26 août au BC Blues Antaninarenina.

Chanteur évangélique ? Oui, il l’est, mais c’est également et avant tout un amoureux de rock, un fan de Johnny Halliday et d’Elvis Presley. Le 23 août, il mettra en avant cette facette de lui. Il y a 40 ans, le King comme on le surnomme a effectivement rejoint les firmaments. A l’occasion de cet anniversaire, Stenny rendra donc hommage à l’interprète de « It’s now or never ». Le samedi 26 août, Stenny investira donc le BC Blues pour reprendre les plus grands tubes d’Elvis Presley.

40 ans après, King Elvis toujours roi du Rock N Roll. Elvis Presley, figure emblématique, a révolutionné l’industrie musicale dès son entrée en scène. Avec une transgression du clivage noir et blanc, sa nouvelle mode vestimentaire et sa coupe de cheveux, Elvis a apporté une nouvelle vague et un vent nouveau sur la musique, sur la libération sexuelle tout en bouleversant l’industrie. Il est l’artiste d’Amérique à avoir vendu  700 millions de disques de son vivant, ce qui fait de lui aussi l’artiste à avoir vendu le plus de disques au monde. Malgré le fait que 40 années se soient écoulées, le légendaire Elvis Presley conserve toujours son titre du Roi du Rock N Roll. La perte du Roi avait jeté plusieurs de ses fans dans une profonde tristesse. En 1982 lors d’une porte ouverte de sa demeure, il y a eu au moins 20 millions de touristes à visiter les lieux. Pas moins de 600 000 personnes viennent chaque année. Ce qui permet à la ville de Memphis de gagner quelque 150 millions de dollars.Mahetsaka

Midi Madagasikara18 partages

Manif des forces de changement : La Préfecture n’a pas donné son aval

Les forces de changement persistent et signent quant à la tenue de la manifestation du 22 août prochain.

La manifestation des forces de changement prévue se tenir le 22 août prochain risque d’être compromis. En effet, jusqu’à preuve du contraire, la préfecture ne s’est pas encore prononcée, contrairement à la Commune Urbaine d’Antananarivo qui a donné son aval. Cette dernière a notamment proposé le gymnase couvert de Mahamasina pour ce meeting. Ratolojanahary Maharavo, dit Doudou, connu pour son franc-parler a fait savoir que les forces de changement attendront la réponse de la Préfecture jusqu’à lundi. Il n’a pas toutefois indiqué que ce que cette plateforme va entreprendre passé ce délai. Toujours à propos de la demande d’autorisation préalable déposée à la Préfecture par les forces de changement, Doudou estime que le Préfet devrait sortir un arrêté s’il est pour ou contre, mais cela ne devrait pas se faire par le biais d’une conférence de presse. En dernière heure, nous avions appris que la manifestation n’a pas eu l’aval de la Préfecture. Par ailleurs, le fondateur du DFP a annoncé que les manifestations ne se limitent pas seulement à Antananarivo, il y en aurait également dans d’autres villes du pays telles que Fianarantsoa, Toamasina, Mahajanga et Manakara.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara18 partages

TENNIS : Ando défendra son titre

Champion de Madagascar en titre et champion d’Analamanga, Rasolomalala Ando Navalona veut garder son titre. « Je me sens bien, mais surtout je me sens en confiance vu que j’ai gagné le championnat d’Analamanga récemment » nous a-t-il confié. Dans des joutes où les adversaires sont de taille, il a besoin de cette confiance, car en face, il y a les Harivony Andrianafetra, Ratsifandrihamanana Mami Hialy entre autres. Ce ne sera pas une partie de plaisir évidemment. « Je suis prêt à défendre mon titre acquis l’année dernière. Mon objectif est de le gagner encore une fois cette année. Je me suis préparé depuis longtemps ». Ce sommet national ne sera qu’une étape pour lui « je m’attends  aussi à l’open international d’Ilafy du mois d’octobre et on verra la suite ». De toutes les façons, il a la forme « La préparation se passe bien, car depuis que la FMT a annoncé la date, il y a deux mois de cela, je me suis déjà entraîné physiquement et  tennistiquement ».

Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar17 partages

Rajaonarimampianina – Ravalomanana – Le chassé croisé continue

Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana cohabiteront cette fin de semaine, le temps de la célébration du cinquantième anniversiare du FJKM.

Un week-end de rêve. Le président de la République et le président du comité d’organisation du 50e anniversaire de l’Église réformée de Madagascar (FJKM) passent la fin de semaine ensemble à Antsiranana. Grand rendez-vous pendant lequel des milliers de fidèles célèbreront aussi le bicentenaire de l’arrivée des missionnaires du London Missionnary Society à Madagascar.Arrivé à Antsiranana mercredi, Marc Ravalo­manana a déjà posé ses marques dans l’organisation des activités prévues pour cette fin de semaine. De son côté, le président de la République, Hery Rajao­narimampianina a rejoint l’extrême Nord de Madagas­car hier après-midi,  après avoir assisté aux manœu­vres militaires à Tamponketsa.En quête de popularité et d’affection du public, la guerre de communication sur les réseaux sociaux  entre les deux personnalités est à son apogée.  Après les polémiques sur l’hébergement, Marc Ravalo­manana a posté sur sa page officielle ses photos dirigeant une grande marche dans la ville d’Antsiranana et sa prise de parole pendant l’ouverture de ce jubilé. Il est accompagné de son épouse et évidemment de son état-major politique.En fin d’après midi, le service de la communication de la présidence a également diffusé l’arrivée de Hery Rajao­narimampianina à l’aéroport Arrachard, accueilli par une forte délégation comme le président du Sénat Honoré Rakoto­manana, le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, le ministre des Postes, des télécommunications et du dévelop­pement numérique, André Neypatraiky Rakoto­mamonjy, ainsi que plusieurs autres responsables étatiques et élus de la Région Diana.

Chef des arméesLa tenue arborée par le président de la République, vêtu en tenue de combat pour l’occasion, a notamment fait pleuvoir les commentaires. La direction de la communication de répliquer par une photo du président Philibert Tsiranana dans les mêmes accoutrements pour défendre ce choix. « (…) Il en a toujours été ainsi depuis la première République comme nous le montre cette photo du Président Tsiranana au cours d’une manœuvre militaire. De plus, le président de la République est le chef suprême des armées », poste-t-on sur la page officielle de la Présidence.Omniprésent pendant toutes les manifestations dans le cadre de ce jubilé, Marc Ravalomanana profite également de ces tournées pour organiser des manifestations politiques. Lors de son passage à Ankaramalaza, il a voulu diriger un congrès régional à Manakara. Le week-end dernier, il a profité du grand rassemblement de la section « Sekoly Alahady » à Toamasina pour célébrer le XVe anniversaire de son parti Tiako i Madagasikara.De son côté, Hery Rajao­narimampianina a affirmé sa présence lors de la rencontre nationale des «Sampana Lehilahy Kristianina» (SLK) à Mahajanga. Dans son allocution, il a réitéré la prise de responsabilité des hommes, surtout des chrétiens dans le développement du pays.La fin de semaine à Antsiranana s’annonce pieuse, et les observateurs espèrent le début d’une réconciliation nationale en attendant la sortie de la liste officielle des membres retenus pour constituer le Conseil du Fampiha­vanana Malagasy.

Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara17 partages

SOCIO… …SCOPIE

# Insécurité. Afin de lutter contre l’insécurité grandissante dans la capitale et ses périphéries, des éléments des forces de l’ordre, motorisés ou à pied, en uniforme ou en tenue civile, seront déployés dans les lieux publics. Les éléments en uniforme marqueront leur présence pour un effet dissuasif. Les arrêts de taxis-be où les cas d’insécurité sont les plus fréquents, figurent également parmi les lieux où ils seront présents.

Hanitra R.

Midi Madagasikara15 partages

Soma Beach- Beach soccer : Tanambao Sotema et Ambondrona en finale

La bataille faisait rage entre Mahavoky Avaratra (maillot sombre) et Ambondrona.

Le tournoi de beach soccer ayant vu la participation de 26 « fokontany » de Mahajanga rendra son verdict ce samedi après un tournoi marathon.

La logique a finalement dicté sa loi avec cette qualification en finale de Tanambao Sotema qui n’est autre qu’une équipe nationale bis avec Robin dans les buts puis Angeluc en attaque, tout comme Alain et Pako, tous des internationaux qui ont fait parler leur métier devant une équipe de Manga qui a cependant joué sans complexe avec comme point fort cette solidarité née de l’appartenance à Racing Soma Beach qui joue en première division majungaise mais en football tout court.

Pour une reconversion donc Manga a réussi son pari en ne s’inclinant devant les stars du beach soccer que par 10 à 7.

Dans l’autre demi-finale, Ambondrona a réussi à s’imposer dans les dernières minutes devant une vaillante équipe de Mahavoky Avaratra. Le score serré de 6 à 5 en faveur d’Ambondrona illustre l’âpreté de la lutte au grand bonheur du président de Soma Beach, Orlando Robimanana, pour qui le but est atteint, car il s’agit pour lui de réunir tous les « fokontany » de Mahajanga autour du sport pour pouvoir mieux cerner le côté social en vue de les aider dans un contexte on le sait très difficile. Une toute autre histoire en fait…

Clément RABARY

Midi Madagasikara14 partages

ANTSIRANANA, LE PAVE DE L’OURS : Ou La « République » des courtisans

(Dans une fable grecque, reprise par J.de La Fontaine: l’ours abattit un gros pavé sur le crâne de son maître

pour en chasser une mouche importune. Mais Ravalomanana n’est pas une mouche).

SCANDALE: Expulsion sans respect ni courtoisie (manu  militari?) d’un grand hôtel d’Antsiranana, du dernier Président de la 3e République, par des services de la Présidence de la 4e République.

Au tour d’Antsiranana donc de défrayer la chronique via les médias et les réseaux sociaux. Et ce, après Toamasina et Antananarivo.

REVELATEUR: La révélation – confirmation est que décidément la cour des zélateurs tient à enfoncer qu’en 4e République, ADN oblige, la continuité qui tienne, c’est leur attachement atavique à la logique du plus brutal héritée de 2009.

Quoi que les Services de la présidence (protocole et sécurité) évoqueront pour faire avaler leur balourdise? Un scandale reste un scandale. Et la respectabilité, le prestige et l’intégrité sécuritaire du Président de la République ne souffrent pas d’en être concernés si directement.

(IN)COMPETENCE? Quelle que soit la version qu’un ministre zélé ne manquera pas d’asséner (suivez mon regard) à la rescousse des services de la Présidence (Protocole, Sécurité, etc.), il en ressortira:

– soit une (feinte) naïveté abyssale dans l’exercice de leur mission. Il faudra croire que, comme l’ours de la fable, ils ne mesurent pas la portée et l’impact de leur bêtise. Ici, sur l’institution et le Président qu’ils sont supposés servir;

– soit une logique d’affront (et d’affrontement plus tard) où l’enjeu est, pour le moment, de (faire) perdre la face à un concurrent politique. Celui-ci (et c’est son rôle le plus normal) n’ayant pas caché sa détermination à secouer l’attente soporifique de 2018.

Dans les deux cas, l’incompétence crasse est d’avoir quitté, et avec bruit encore, le terrain de la discrétion, de la dignité, de la courtoisie et de la diplomatie.Car il s’agissait du protocole et de la sécurité de la plus haute instance de la 4eRépublique. Et le protocole, comme la sécurité à ce niveau, se drapent d’honneur. Or l’honorabilité ne s’improvise ni ne se décrète par la brutalité.

Et c’est là le « pavé de l’ours ». Ces services auront réussi à massacrer encore davantage le prestige et la crédibilité de la Présidence, ô combien écornés déjà par leurs comparses.

 

LE PRESIDENT: QUELLE PRESIDENCE? QUELLE REPUBLIQUE? Ils ont instrumentalisé leurs fonctions auprès de la Présidence. Ils ont abusé des prérogatives de la Présidence. Car en son nom il s’en est fait des choses. Alors, qu’en dit le Président?

– Le silence, encore? « No comment » alors.Et « présider » comme si de rien n’était une République Parti-Etat de courtisans, de caïmans voraces et de politiciens « alimentaires », lesquels se nourrissent, par nature, de la logique d’affrontement. En 2018 les électeurs auront à consacrer les acquis hérités du « Barofo » congénital depuis 2009. Nous serons gouvernés par la persuasion du gaz lacrymogène et des kalachnikovs. « C’est nous qui avons le pouvoir », disait une dame connue.

– Ou un engagement de Président? Pour une République honorable et civilisée, où les différentes propositions politiques se mettent en concurrence loyale. En 2017, le Président a le devoir de faire respecter ses concurrents politiques. En 2018 les électeurs trancheront en toute sérénité.

Alors, Monsieur le Président? Car Antsiranana n’est pas qu’un « ady chambre ». C’est tout un symbole, une révélation. Il ne s’agit plus de crier « indignez-vous »? Mais plutôt plus. Car c’est révoltant.

J. Constant RAVELOSON

News Mada11 partages

Angaredona : Rajery remercie les participants

La 14e édition du festival Angaredona a connu un franc succès cette année à Ambositra avec la participation de plusieurs artistes de différentes générations et divers styles. A ce sujet, en guise de reconnaissance,  Rajery, l’initiateur du festival, leur a remis un certificat de remerciements, récemment, au Cercle germano-malgache (CGM) Anosy.

Une vingtaine d’artistes, entre autres, Levelo, Dodol, Nantenaina, Soamela, Telonfangady, ont obtenu un certificat. Mais celui qui a le plus marqué cette  édition, se nomme Mandresy, un jeune percussionniste tout juste âgé de 10 ans. Il a ainsi obtenu un certificat spécial pour l’inciter à poursuivre sa passion et surtout, à l’améliorer. Selon Rajery, ce geste a été effectué dans le but de les encourager dans leur carrière et surtout, dans leur création.

Ceci est le début de la célébration des différents anniversaires que j’organise cette année”, a annoncé Rajery. En effet, l’artiste a un long cursus artistique derrière lui. Cette année, il fêtera sa 37e année en tant que joueur de valiha, sa 35e année de scène et sa 25e année en tant qu’ambassadeur de la valiha à l’étranger. Sur ce, il organise un évènement spécial baptisé “Angaredona mozika tour”, une tournée nationale qui débutera dans la région de Toamasina.

Holy Danielle

 

News Mada9 partages

Accident-Irondro : y a-t-il un fantôme sur la route ?

Les superstitions sur les origines des accidents de la circulation sur les routes continuent d’alimenter la polémique. Le conducteur d’un taxi-brousse s’est dit victime de ce phénomène, hier, près d’Irondro, sur la RN25.

Un véhicule de transport de voyageurs a fini sa course dans une maison après sa sortie de route à une dizaine de kilomètres d’Irondro, sur la route nationale 25 menant vers Mananjary. Se disculpant certainement, le conducteur du taxi-brousse a déclaré avoir dévié de sa trajectoire après avoir évité un piéton qui a traversé brusquement sous le nez de sa voiture. Après recoupement, la personne incriminée n’a jamais existé et le conducteur explique sa disparition par le fait qu’il a été victime d’une hallucination provoquée par certains fantômes, légende existant sur plusieurs routes nationales à Madagascar.

L’accident n’a blessé qu’une personne se trouvant à l’intérieur de la maison percutée au moment du choc.

Manou

 

News Mada9 partages

Attaque de taxis-brousse : les gendarmes défiés au camp Robin

Les usagers des routes nationales doivent chercher des solutions ailleurs puisque nos stratèges sont dépassés par les bandits. Les mesures adoptées par les forces de l’ordre ne font qu’accentuer les pressions effectuées par les coupeurs de routes qui multiplient impunément les attaques dans toute l’île actuellement.

Les dahalo ont sévi au nez et à la barbe des forces de l’ordre hier matin, à quelques encablures de la localité de Camp Robin, sur la RN7 reliant la capitale à Fianarantsoa. Un convoi de taxis-brousse se dirigeant vers le sud a été attaqué par plus de 80 dahalo, selon les témoins oculaires, malgré la présence d’escortes de la gendarmerie qui ont riposté par des tirs et des jets de grenades.

Sans foi ni loi

Armées de part et d’autre d’armes à feu, des échanges de tirs ont eu lieu entre les deux parties.  Aucune perte en vie humaine n’a été signalée au bilan provisoire mais il y a eu des blessés en plus des lourds dégâts matériels. Le véhicule placé en 2e position de la caravane a fait une embardée suite à la blessure de son conducteur qui a reçu un jet de pierre sur le crâne. Le taxi-brousse en tête du convoi a été aussi fortement endommagé, d’après ce bilan.

La plupart des routes nationales sont pratiquement dangereuses actuellement à cause des attaques des bandits et de leur vétusté. Ces deux paramètres se complétant évidemment dans cette situation catastrophique et favorisant les exploits des bandits qui finissent par défier les forces de l’ordre. L’application de nouvelles stratégies de sécurisation, particulièrement sur les routes nationales et les zones rurales, est d’actualité pour freiner cette recrudescence de l’insécurité.

Manou

 

News Mada8 partages

Atsy La Réunion : hiara-hihira amin’ny ankizy i Baba

Tontosaina, atsy amin’ny Nosy La Réunion, ao amin’ny tanàna antsoina hoe Bras-Fusil, ny « Festival Lofaka » andiany faharoa, mandritra ity faran’ny herinandro ity. Ny mahagaga, misy ifandraisany amin’ny teny malagasy « faka » na fototra ny niavian’ity hetsika iray ity. Tanjona mantsy ny hanome lanja indray ny fototra niaingana, ny faka nipoirana eo amin’ny tontolon’ny mozika.

Araka izany, hahazo vahana ny maloya sy ny sega mandritra ny « Lofaka ». Hanana ny fotoana ho azy koa ny avy aty amintsika. Ho vahinin’ity hetsika ity i Baba, mpanakanto heverina fa tsy zovina amin’ny maro intsony. Hanasongadina ny bahoejy sy ireo gadona hafa mampiavaka antsika izy.

Ny tena hahaliana, hiara-hihira amin’ny ankizy miisa 70, avy ao amin’io toerana io, ity mpanakanto malagasy ity, anio hariva. Fantatra fa efa nianatra ny sasantsasany amin’ny hiran’i Baba ireto ankizy ireto. Ankoatra an’i Baba, hampahafantatra ny mozika nentim-paharazana any ihany koa ny tarika malagasy antsoina hoe Tsara Joro.

Landy R.

Midi Madagasikara7 partages

Star Tour à Majunga : Que les festivités commencent

Les enfants jouant aux tirs au but au grand pavois, une des animations de Star Tour.

Sous le ciel bleu azur de la ville de Majunga, les vacanciers ne ratent aucune miette des animations organisées par la Star, dans le cadre de cette première édition du Star Tour. Au grand Pavois comme au bord, jeux et musique font bon ménage pour une très bonne ambiance.

11h dans la matinée, c’est déjà le défilé de voitures vers le grand Pavois. Des familles entières, des communautés et des associations, jeunes et moins jeunes qui sont déjà en tenue de plage pour ne pas perdre de temps et sauter dans la mer dès l’arrivée. Sur place, la musique et l’animation de Barhone pour les divers jeux et activités ne passent pas inaperçues. Les enfants participent au soccer beach ou aux tirs au but, d’autres attendent leur tour pour les olympiades. Tandis que les plus petits barbotent dans l’eau, et que les parents sirotent un bon verre et dégustent un plat de poissons frits sous le parasol. Quoi de mieux pour passer des vacances en famille bien méritées.

Défoulement. En ville, l’ambiance est toute aussi animée. Du côté du bord, la vingtaine de stands de vente de la Star a repeint en rouge une partie du site, avec boissons glacées désaltérantes à l’appui. Mais ce sont surtout les jeux et les animations qui font bouger la ville. En début de soirée, le concert tant attendu pointe son nez. Hier, la chanteuse Nina’s et D’Alvis ont ouvert le bal pour ces trois jours de fête. Dès les premières notes, le public s’est agglutiné devant la grande scène. Et des spectateurs, il y en avait des milliers. La rue entière, devenue un grand site de concert, a été noire de monde. Tous en reprenant par chœur les titres des chansons que Nina’s interprétait sur scène, esquissant tantôt un pas de danse, tantôt un simple cri de joie. Même scénario pour D’Alvis qui fait également danser tout le monde. Grands, petits, ados… tous dans le même rythme, téléphone à la main pour des selfies de groupe. L’ambiance a continué dans la soirée avec une animation discothèque. En tout cas, pour ce premier jour, les organisateurs peuvent être satisfaits de leurs initiatives.Anjara Rasanaivo

Midi Madagasikara6 partages

Mpisandoka ho mpanao gazety : Sahy manatona olona ambony dia mangataka fandehanana any andafy

Mivoatra hatrany ny asaratsin’ireo mpisandoka ho mpanao gazety izay misoloky etsy sy eroa. Ankoatra ny halatra izay mateti-pitranga eny anivon’ny toerana hamoriana mpanao gazety (conference de presse) dia mbola misy koa ny misandoka amin’ny anaran’olona hafa izay mpanao gazety tena izy ary manao asa fisolokiana. Zary mateti-pitranga izany ankehitriny ary manimba tanteraka ilay asa masina. Tsy vitan’izany fa ankehitriny koa dia efa misy sahy mamitaka tompon’andraikitra ambony ary mangataka ny mba hanaraka azy ireo rehefa misy fivoahana any ivelany. Dia mbola misandoka anarana ihany koa. Raha tsy misy izany ny fanamarinana ataon’ny tompon’andraikitra dia roboka ao anatin’ny fandrika. Manakorontana ny asa fanaovan-gazety ny fisian’ireo mpisandoka ireto. Ny tena olana dia misy amin’izy ireo ny manana karatra maha-matihanina kanefa tsy manao io asa io akory ary tsy manana tranon-gazety iasàna akory aza. Betsaka izay finday sy solosaina very tao anaty atrikasa izay. Mitaraina ny mpanomana hetsika  ary indraindray dia azo sary mihitsy ireo olon-dratsy, saingy fetsy izy ireo ary miovaova toerana haleha sy mifidifidy ny toerana izay tsy dia misy fanamarinana firy. Soa fa efa ho tapitra amin’ity taona ity ny karatra maha-matihanina, izay iaraha-mahalala fa betsaka ny lesoka tamin’izany fotoana noho ny mbola tsy nisian’ny holafitry ny mpanao gazety. Ankehitriny dia efa mandeha ny fanentanana amin’ny fanisàna, araka ny nohazavain’ny filohan’ny holafitra tamin’ny televiziona iray. Tsy misy afa-tsy ny famoahana io karatra io ary amin’ny fomba tsy mitanila sy madio tsara no entina hanadiovana ny asa fanaovan-gazety ary ny fahaleovan-tenan’ny holafitra, izay irariana tsy hotsabahan’ny fanjakana (ankoatra ny fanampiana ara-teknika) no tena hahatratrarana izany tanjona izany. Etsy andanin’izany, mahakasika ny fisolokiana etsy sy eroa, dia tsara ho fantatra fa efa misy “plainte de reserve” mipetraka, nataon’ny holafitra hatrany, eny anivon’ny “brigade criminelle” ary mbola manan-kery izany. Hahafahana avy hatrany misambotra sy manokatra fanadihadiana ho an’izay voamarina fa misandoka ho mpanao gazety ny fisian’izany.

D.R

News Mada3 partages

Constant R. : les prérogatives de la Présidence abusées

Scandalisé par l’expulsion de l’ancien président Marc Ravalomanana et de son épouse de leur hôtel à Antsiranana, Constant Raveloson a tenu à apporter son opinion.

«Quelle que soit la version adoptée par un ministre zélé pour venir à la rescousse des services de la présidence (protocole, sécurité, etc.), cela fait preuve  d’une naïveté abyssale dans l’exercice de leur mission. Il faudra croire qu’ils ne mesurent pas la portée et l’impact de leur bêtise. Sur l’institution et le président qu’ils sont supposés servir, c’est une logique d’affront (et d’affrontement plus tard) où l’enjeu est, pour le moment, de ne pas perdre la face vis-à-vis d’un concurrent politique. Celui-ci et c’est son rôle le plus normal, n’ayant pas caché sa détermination à secouer l’attente soporifique de 2018», a déclaré Constant Raveloson.

Avec beaucoup de bruit sur le terrain de la discrétion, de la dignité, de la courtoisie et de la diplomatie, la présidence n’a fait que créer de scandale. Car il s’agissait du protocole et de la sécurité de la plus haute instance de la 4e République. Et le protocole, comme la sécurité à ce niveau, se drape d’honneur. Or l’honorabilité ne s’improvise ni ne se décrète par la brutalité.

«Ils ont abusé des prérogatives de la Présidence. Car en son nom, ils s’en sont faits des choses. Alors, qu’en dit le président», a conclu ce politicien.

Recueillis par Nadia

 

News Mada3 partages

Star Tour Mahajanga : le public répond présent

Le groupe Star a vu juste en organisant  le «Star Tour à Mahajanga» qui  a débuté hier dans la ville des Fleurs, lieu de rendez-vous des vacanciers venus de diverses régions, notamment de la capitale. Ainsi, à chaque manifestation, dans le cadre de «Star Tour à Mahajanga  – La destination familiale», les animations et les stands attirent des milliers de participants.

Nina’s et D’Alvis ont ainsi inauguré la scène d’une soirée tropicale au Bord.   Ce jour, le programme continuera en fanfare avec une caravane géante qui sera animée par des enfants des écoles et des associations diverses. Le groupe G5 chauffera la scène et le roi du Salegy Jaojoby clôturera la journée.

Demain, le marathon Eau Vive s’ensuivra sur un circuit de 10 km. Dans l’après-midi, le groupe Ambondrona et Rak Roots investiront la scène. Et pour terminer en beauté l’évènement, les organisateurs ont prévu de lancer des  feux d’artifice.

Holy Danielle

 

News Mada2 partages

Manakara Be : le pont en voie de réhabilitation

La première travée du pont, côté Manakara, s’est effondrée le 12 décembre 2012, suite à l’intrusion d’un camion poids lourd de plus de 40 tonnes. La deuxième travée, côté Manakarabe, a lâché le 19 janvier 2016. La vétusté du pont, le manque d’entretien, les corrosions des structures métalliques ont accéléré la dégradation de l’infrastructure.

L’heure est donc à la réhabilitation. Actuellement, l’essai au laboratoire et les appels d’offres sont achevés. Le ministère des Travaux publics va incessamment effectuer le lancement des travaux. Selon les explications, le pont devra être opérationnel d’ici la fin de l’année.

A noter que ce pont relie la zone d’habitation à l’entrée de la RN 12 aux bureaux administratifs tels que les banques, le bureau de la région, le district ou les écoles. Ce pont est aussi primordial du point de vue touristique.

Nadia

 

L'express de Madagascar2 partages

Coopération bilatérale – La Chine construit deux cents forages

La Chine fait preuve de son soutien à l’île rouge. Des projets liés au dévelop­pement symbolisent l’amitié entre les deux pays.

La République populaire de Chine renforce ses liens avec La Grande île. Le projet touche le secteur de l’énergie, notamment l’eau. L’Empire du milieu va construire deux cents forages avec des pompes à motricité humaine dans les régions d’Atsimo Andrefana et du Menabe. Un don non remboursable à hauteur de 16 milliards d’ariary a été offert par ce pays .Une signature du protocole d’accord entre le ministère de l’Eau de l’énergie et des Hydrocar­bures et l’Agence de la Coopération Économique Internationale (AIECO) du ministère du Commerce de la République Populaire de  Chine sur le projet, a eu lieu hier au centre des conférences internationales d’Ivato.Le but est de résoudre la difficulté d’accès à l’eau potable dans les régions. Des techniciens chinois vont alors assurer les constructions des forages « Après que la construction de ces deux cents forages soient réussis, des techniciens viendront également faire le suivi et la maintenance de ces travaux après deux ans environ. Nous ne pouvons pas pourtant déterminer la durée des travaux », affirme AI Yinfang représentante de l’agence de la coopération économique internationale du ministre du Commerce de la République populaire de Chine.Les deux régions ciblées par le projet de construction des forages sont parmi les régions qui ont de faibles taux d’accès en eau potable dans la Grande île.

Faible taux d’accèsLe taux d’accès à l’eau potable pour la région d’Atsimo Andrefana est de 28% tandis que celui du Menabe est évalué à 30% selon les données du ministère de l’Eau de l’énergie et des Hydrocarbures. Combiné avec les autres régions de la Grande île, le taux d’accès à l’eau potable est de 24% en moyenne.De grandes étapes restent encore à franchir pour l’État afin de résoudre cette difficulté. « En ce qui concerne l’eau, notre objectif globale est d’avoir un taux d’accès de 67% d’ici 2019. Cela entre également dans le cadre de la réalisation de l’objectif du développement durable. Cela nécessite pourtant un grand investissement car il nous faut environ près de 2,8 mil­liards d’euro pour l’atteindre », ajoute Lantoniaina Raso­loelison, ministre de l’Eau de l’Énergie et des Hydro­carbures.En mars dernier, le président de la République Hery Rajaonari­mampianina a signé six accords dans la mise en œuvre de la ceinture économique de soie. Ce projet de construction de forages figure dans ce cadre qui marque également le 45e anniversaire des liens entre les deux pays.

Sandra Miora Hafalianavalona

L'express de Madagascar2 partages

Diplomatie – L’Indonésie mise sur les jeunes

L’Indonésie renforce sa relation avec Madagascar. Les jeunes sont les principales cibles de ce pays, en les orientant vers le secteur du développement. Le gouvernement indonésien a offert des formations académiques et des renforcements de capacité en Indonésie aux techniciens et étudiants malgaches dans plusieurs domaines. À ce jour, l’effectif de ces anciens étudiants et stagiaires malgaches qui ont effectué des formations en Indonésie est d’environ deux cents.Une cérémonie de levée de drapeau, dans le cadre de la célébration du 72e anniversaire de la proclamation de l’indépendance de la République d’Indonésie, a été organisée hier à la résidence Wisma Indonesia à Ivato. « L’ambassade d’Indonésie espère que ses anciens étudiants et stagiaires jouent un rôle très important, pour être une agence de développement sur le renforcement de coopération bilatérale entre les deux pays, plus particulièrement dans le domaine de l’économie et du commerce », a indiqué Barnabé Rakoton­drina, responsable Socio­culturel de l’ambassade d’Indonésie .

Sandra Miora Hafalianavalona

L'express de Madagascar2 partages

Les journalistes submergés par des problèmes de survie

De 1945 à 1956,  les hommes de presse qualifiés d’autonomistes par l’historienne Lucile Rabearimanana sont à la fois politiciens (lire précédente Note). Ils sont issus de la bourgeoisie de la capitale et forment un groupe particulier, « original à cause de ses activités politiques pendant cette période mouvementée de l’histoire du nationalisme, de ses conditions d’existence renduesprécaires par une administration coloniale utilisant tous les moyens pour neutraliser ses adversaires publiques » (lire précédente).Leur milieu social d’origine, poursuit l’historienne, confère aussi aux journalistes autonomistes une formation intellectuelle poussée pour l’époque. Quel que soit leur niveau scolaire, ils ne cessent de parfaire leur formation par des études personnelles et permanentes, « si bien que la plupart peuvent étaler une large culture occidentale acquise dans les livres et les revues qui leur parviennent ». Elle cite en exemple l’équipe rédactionnelle du Fandrosoam-baovao qui reçoit un certain nombre de revues par échange de son journal.Gazetin’ny Malagasy est aussi abonné au Figaro et à l’Aube…Ainsi, ils acquièrent une large culture occidentale « qui n’est pas sans influencer leur mode de vie et leur idéologie, l’attachement qu’ils témoignent à l’égard de la civilisation occidentale en général, française en particulier ». D’ailleurs, certains jouissent même de la citoyenneté française. Mais « cela ne les empêche nullement de revendiquer l’indépendance de Madagascar ».Lucile Rabearimanana souligne également un trait remarquable qui les unit. Les missions protestantes ont joué un rôle primordial dans leur éducation, étant de familles protestantes comme bon nombre des membres des milieux aisés d’Antananarivo. D’après Belrose-Huyghues dans son ouvrage sur l’ Histoire de la pénétration protestante à Madagascar jusqu’en 1827 (1978), « le protestantisme malgache fut assurément, du moins en Imerina, à l’origine du nationalisme et de la lutte pour l’indépendance. Protestantisme et nationalisme ont su se confondre au début du XXe siècle dans l’esprit des élites de la capitale ».L’historienne nuance cette affirmation en précisant que l’Église protestante en tant qu’institution n’a pas proclamé ouvertement son soutien à la cause de l’indépendance. Cependant, certains pasteurs, Ravelojaona et Johanès Rakoto­vao, entre autres, se sont illustrés par leur participation directe au mouvement d’émancipation. De plus, en Imerina comme en pays betsileo et dans l’Extrême-Sud, les pasteurs ont constitué les cadres du MDRM et du PDM.Ils bénéficient d’une large culture occidentale, certes, mais aucun de ces journalistes autonomistes ne bénéficient d’aucune formation spécialisée. « Ce qui fait l’originalité de leur groupe est ainsi la précarité de leurs conditions d’existence. » La presse ne se diffuse que dans un cadre social et géographique restreint : situation financière déplorable car il est difficile de recouvrer le montant de la vente des exemplaires, insuffisance sinon inexistence des ressources provenant de la publicité. De surcroit, « les saisies de numéros ou les suspensions de parution sont fréquentes entre 1947 et 1956 ». Aussi n’est-il pas étonnant que la grande majorité des journaux soit obligée d’exercer par ailleurs des activités lucratives pour vivre.En fait, ces conditions difficiles sont surtout dues à l’action d’une administration coloniale bien résolue à mater tout mouvement politique favorable à l’autonomie et à l’indépendance. Les journalistes autonomistes sont ainsi « constamment menacés d’arrestation, de poursuites en justice, d’emprisonnement, seuls ceux qui étaient prêts à affronter tout cela osaient se faire journalistes à l’époque » (J. Randriamananjara en 1976, dans Ny gazetin’ny Malagasy sy ny Malagasy vaovao, 1949-1957).Bref, le contexte politique n’est guère favorable à la lutte de l’émancipation du pays : « L’heure est à la répression des nationalistes et les journalistes autonomistes constituent- à côté des membres du MDRM- les premières victimes de celle-ci. » Selon l’historienne, sont appliqués contre les journalistes le décret Cayla « qui réprime les actes et manœuvres de nature à provoquer la haine dugouvernement français » et le décret Coppet de 1947 disposant que « le haut commissaire peut à titre exceptionnel prendre toutes mesures tendant à restreindre la liberté de presse et de réunion… »

Texte : Pela Ravalitera - Photo: Agence nationale Taratra

News Mada1 partages

Lutte contre le paludisme et la peste : des thésards de l’IPM développent de nouvelles stratégies

Les résultats de recherches de trois thésards de la Faculté des Sciences de l’université d’Antananarivo, accueillis au sein de l’Unité d’entomologie médicale de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), devraient mener à réflexion sur la révision des stratégies de lutte contre les deux principales maladies endémiques dans la Grande île, à savoir le paludisme et la peste, qui demeurent des problèmes majeurs.

Formuler des perspectives de méthodes plus performantes pour lutter contre les vecteurs de ces maladies. Tel est l’objectif principal de ces investigations scientifiques, soutenues du 8 au 10 août, à l’occasion de la célébration des deuxièmes journées d’entomologie médicale de l’ IPM. Ce, via une bonne connaissance de la bio-écologie des insectes, la mise en place d’outils de surveillance des vecteurs ainsi que la connaissance des moyens de lutte appropriés.

A travers ses études sur l’«Evaluation de la bio-efficacité des outils de lutte contre les vecteurs de Plasodium à Madagascar : réalités et limites»,  le Dr. Sanjiarizaha Randriamaherijaona a apporté des pistes de réflexions pour améliorer l’efficacité des outils de lutte. Les moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée et les pulvérisations intra-domiciliaires d’insecticide à effet rémanent sont nos principaux outils de lutte contre les moustiques. Et grâce à ces moyens, plus de cent mille cas de paludisme sont évités chaque année à Madagascar. Mais la maladie persiste sur l’ensemble du territoire et la recrudescence des épidémies est toujours à craindre durant la saison des pluies. Même durant l’hiver, la présence des vecteurs de la maladie est constatée. De plus, certaines populations d’anophèles vecteurs développent une résistance aux insecticides.

Pour assurer l’efficacité des moyens de lutte, des contrôles de la qualité des moustiquaires, suivant une méthode d’évaluation développée par l’impétrant, qui est plus rapide et peu coûteuse, contrairement à la méthodologie standard utilisée en laboratoire, ainsi que des pulvérisations intra-domiciliaires des insecticides utilisés, ont été menés. A l’issue de ces contrôles, le jeune docteur a pu identifier les moustiquaires imprégnées qui sont les mieux adaptées au contexte du pays.

Quant à Thierry Nirina Jean José Nepomichene, qui a fait des recherches sur la «Biologie d’Anophelescoustani et implications dans la transmission du Plasmodium et du virus de la Fièvre de la Vallée du Rift à Madagascar», il a suspecté que l’Anophelescoustani pourrait être un autre vecteur d’épidémie de paludisme, alors que cette espèce n’a jamais été la cible des actions de lutte.

Ce thésard a  découvert que ce moustique se nourrit et se repose principalement en dehors des habitations et pique en général entre 17h et 20h, moment où les gens sont encore dehors. C’est pourquoi cette espèce n’est pas ciblée par les actions de lutte habituelle contre le paludisme utilisant les moustiquaires et les pulvérisations intra-domiciliaires. C’est un constat préoccupant qui mène à la réflexion globale à propos de la révision des stratégies de lutte contre le paludisme à mettre en place dans notre pays.

Nouvel insecticide

Eradiquée dans d’autres pays du monde, la peste est une maladie endémique à Madagascar où des centaines de cas sont rapportés chaque année. Via ses études intitulées «Xenopsyllacheopis, puce vectrice de Yersinia pestis : évaluation de la sensibilité aux insecticides et nouvelles perspectives pour la lutte anti-vectorielle à Madagascar», Adélaïde Miarinajara a focalisé ses recherches sur la sensibilité des puces aux insecticides afin de pouvoir orienter le choix des outils de lutte adaptés.

Toujours est-il que des résistances des puces aux insecticides ont été observées et d’autres espèces de puce, auparavant non décrites comme porteuses de la bactérie pathogène, sont devenues candidates à la transmission de l’infection.

Selon les travaux de cette jeune chercheuse, un outil de lutte est dit approprié quand il est efficace, accessible, facile à mettre en œuvre, peu toxique et accepté par la population. L’objectif des recherches de la jeune entomologiste a été d’obtenir plus de connaissances sur les adaptations de la puce Xenopsyllacheopis aux insecticides habituellement déployés.

Ses travaux effectués sur le terrain, notamment au niveau de quatre villages de foyers pesteux, ont, entre autres, permis de proposer et faire adopter un nouvel insecticide aux autorités sanitaires au niveau national. Et pour la première fois, grâce à ses travaux, un gène connu lié à la résistance des puces à certaines molécules d’insecticide a été découvert chez une population particulièrement résistante de Xenopsyllacheopis de Madagascar.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada1 partages

Festival Sobahya : Katsepy s’offre un musée d’histoire

Katsepy s’apprête à vibrer aux couleurs de la 13e édition du festival Sobahya, qui  mettra un accent particulier sur l’inauguration du musée d’Antalaotsy, du 25 au 27 août.

Un festival résolument folklorique, Sobahya va s’articuler autour d’une conférence-débat, d’une représentation de danse traditionnelle, d’une série de spectacles, auxquels nombreux artistes locaux y participeront, et des tournois sportifs, notamment du Moraingy.

Afin de perpétuer la tradition et de sauvegarder la culture typique de cette partie de l’île, Katsepy ouvrira un musée d’histoire qui sera inauguré ce mois-ci. «Le musée d’Antalaotsy servira d’écrin aux trésors de l’art et de la culture que les villageois ont gardés jalousement depuis des lustres. Par ailleurs, il constituera un atout majeur pour valoriser ce site touristique présentant un intérêt patrimonial, historique et paysager», avance Toky Armel Ranjatonantenaina, directeur exécutif de l’ORTB.

Signe de noblesse

Bien plus qu’un simple village de pêcheurs, Katsepy est un lieu chargé d’histoire et de culture. Le village a un passé assez particulier vu qu’il a été fondé par des immigrants venus du Moyen-Orient, plus précisément des Arabes qui partaient du golf persique pour venir s’installer sur les côtes ouest de la Grande île à l’orée du VIIe siècle.

Dans ce bout de paradis, les traditions demeurent encore bien vivantes, si l’on ne cite que le sobahya. A Katsepy, l’habit fait effectivement le moine. La variété de pagne, de différentes couleurs, est d’une grande valeur et un signe de noblesse. Ce qui fait que seuls les souverains le portent à l’occasion des festivités culturelles.

«Revendiquant la même valeur que le lamba landy ou encore le lamba arindrano des souverains issus des Hautes terres malgaches, le Sobahya prend une grande place dans la tradition sakalava. Raison pour laquelle on lui doit bien le nom de son festival culturel qui se déroule chaque année dans la commune rurale de Katsepy où les Sakalava Antalaotsy ont fondé leur royaume», a-t-il conclu.

Joachin Michaël

 

Tia Tanindranaza1 partages

Faha-50 taonan’ny FJKMLanonam-be any Antsiranana

Nizotra tamin’ny an-tsakany sy an-davany ny fanokafana ny fankalazana ny faha-50 taonan’ny Fiangonana FJKM sy ny faha-200 taona nidiran’ny Misiona LMS,

“Vontosy filazantsara i Madagasikara”

Vina sy foto-kevitra lehibe tapaky ny FJKM nandritra ny synaoda lehibe tany Antsirabe ny taona 2016 ny hoe “vontosy filazantsara i Madagasikara” ary nohamafisina nandritra fotoam-bavaka lehibe nenti-nitrotro am-bavaka ny taom-piasana 2017 natao teny amin’ny Coliseum Antsonjombe ny 15 janoary. Tsangam-bato lehiben’izao fankalazana ny faha-50 taonan’ny fiangonana FJKM izao ny fanaganana ny ivon-toerana lehibe fanofanana mpitandrina na ny Kolejy Teolojika hajoro eny Ivato, izay natao ny 8 novambra 2017 ny fametrahana ny vato fehizoron’ny fanombohana ny asa, mba hahafahana manatanteraka hatrany ilay fanamby sy iraka hoe “vontosy filazantsara i Madagasikara”. Manodidina ny 6700 ny fiangonana FJKM eto Madagasikara ankehitriny, ary mahatratra 407 ireo kaominina tsy mbola voarakotra,  izay katsahina hasiana fiangonana ao anatin’ny 4 taona, raha ny vina nambara tamin’ny fotoam-bavaka lehibe natao teny Antsonjombe ny volana janoary. Voasokajy ho isan’ny fiangonana matanjaka indrindra eto Madagasikara ny FJKM amin’izao fotoana izao, ary manana ny lanjany eo amin’ny raharaham-pirenena ihany koa fa tsy ny raharaham-pinoana ihany satria tsy afa-misaraka ireo.

Toky R

 

Tia Tanindranaza1 partages

Mba ampiasao amin’ny tsara e !

Miarahaba ry Jean a ! Hafa mihitsy indray ity revy sy hevi-baovao hisintonana ny sain’ny olona efa tofoka sy leon’ny diska gaoka ity a !

Marco

 

L'express de Madagascar1 partages

Développement – La route des œufs sur les rails

Le projet de construction des routes des œufs du côté de Mahitsy pour l’acheminement des produits dans cette région va commencer. Les Chinois se chargeront de la réalisation des travaux qui concernent une route goudronnée sur un trajet de 20 km. La signature du protocole d’accord entre l’Agence de la Coopération Économique Internationale (AIECO) du ministère du Commerce de la République Populaire de  Chine et le ministère des Travaux publiques et de la Météo­rologie s’est tenue dans les locaux du ministère des Affaires étrangères (MAE) à Anosy hier.Il s’agit également d’un don non remboursable à hauteur de 230 500 000 renminbi soit plus de 34 402 985 dollars. « Nous remercions le gouvernement chinois pour ce don non remboursable. Ce projet a été désigné car les problèmes liés aux infrastructures comme les mauvais états des route pénalisent les producteurs. Cela commencera bientôt. Cela leur donne un nouveau souffle car il représente ungrand potentiel pour l’élevage surtout en termes d’approvisionnement en œufs pour plusieurs marchés d’Antananarivo. Ce projet permet également de désenclaver la région de Mahitsy, en la reliant à la RN4 », selon Eric Razafi­mandimby, ministre des Travaux et de la Météo­ro-logie.

S.M.H.

L'express de Madagascar1 partages

Secteur minier – Manque de professionnalisme des exploitants

De nombreux exploitants ont, désormais, des permis d’exploitation. Le résultat n’est pas encore satisfaisant selon le ministère des Mines et du pétrole car la plupart ne maîtrisent pas le domaine d’extraction. Ce qui requiert la nécessité de la formalisation du secteur à travers l’encadrement des exploitants dont la plupart sont des Malgaches qui n’exercent même pas l’activité selon le bilan. L’élaboration d’un cahier des charges est indispensable afin de les professionnaliser, « À travers ce cahier, on peut évaluer le volume d’exploitation et la société peut également déterminer le sien  pour l’année prochaine », explique Ying Vah Zafilahy, ministre des Mines et du pétrole, hier. Ce dernier a reçu Jenny Dee, le nouvel ambassadeur de l’Australie, dans ses locaux à  Ampan­drianomby, afin de discuter de l’environnement économique surtout en termes de secteur minier à Madagascar. Elle a souligné « la volonté de l’Australie de collaborer avec Madagascar que ce soit en termes de renforcement de capacité mais aussi d’investissement dans le secteur extractif ». Toutefois, le ministre a indiqué que « le nouveau code minier ne sera pas encore appliqué tant que le cours sur le marché international n’est pas encore stable ».

S.M.H.

L'express de Madagascar1 partages

Prends garde à toi si tu t’aimes

47 364 927, c’est le nombre de vues sur ce clip de Stromae qui s’intitule « Carmen ». La courte vidéo met en scène, sur fond de sa chanson, d’une manière assez traumatisante l’effet de l’oiseau bleu de Twitter sur  un jeune homme. Pire, ce petit dessin animé montre comment le petit oiseau arrive dans la vie du jeune homme, grandi et le pousse à être « son esclave », le retranche jusqu’à perdre le contact avec la réalité, avec l’amour de sa vie et finir très mal. Puis, une fois ce jeune homme devenu un objet de consom­ma­tion, l’oiseau bleu s’en prend à une autre jeune « proie ». Voilà le cycle infernal des réseaux sociaux. Extrême, diront plus d’un.Seulement, à Madagascar comme ailleurs l’emprise des réseaux sociaux est bel et bien là. La dépendance s’installe très vite alors que les mesures pour protéger les consomma­teurs, surtout nos enfants et nos jeunes, sont quasiment inexistantes par rapport à ce qu’il y a dans les pays « développés ».Ailleurs, des campagnes de commu­nication se font pour prévenir les gens de la dépendance au virtuel, aux Smartphones, aux autres technologies et applications en tout genre. Il y a également des structures de prise en charge des victimes de cette « guerre » de consommation. Car comme le dit si bien Stromae dans cette chanson « c’est comme ça que l’on s’aime, c’est quand ça consomme » ! C’est bien loin de la réalité malgache qui est encore dans la totale pauvreté, me diriez-vous ? Alors permettez-moi de vous partager ce vécu qui ne peut que marquer l’esprit de celui qui veut s’ouvrir à une prise de conscience.Il y a un mois, un vendredi fin d’après-midi bien froid dans un restaurant à Ambaranjana, un jeune couple entre dans un restaurant avec leurs deux filles. Les parents avaient dans la trentaine, au plus trente-sept ans. Les deux petites, quatre et huit ans environ. Dès la porte, les parents étaient chacun accroché à leurs Smart­phones. Les gamines ne savaient pas vraiment ce que la famille faisait là. Ils passèrent commande, le serveur revient avec les deux bouteilles qu’ils ont demandées en attendant les plats. Deux bouteilles de boisson alcoolisée : deux bouteilles de bière bien glacées. Les enfants, ne sachant pas trop quoi faire se servaient et buvaient.Le mari comme la femme étaient, quant à eux, dans leurs réseaux sociaux, rigolaient chacun de leur côté, prenaient les enfants en photo ne notant nullement que ces derniers étaient en train de se soûler. Les plats arrivaient, le nez encore dans les téléphones, ils mangeaient machinalement sans vraiment voir ni savoir ce qu’ils étaient en train d’ingurgiter. Les enfants étaient tout à fait perdus. À aucun moment de cette pause, qui pourtant devait être familiale, les parents ne se sont parlé d’autre chose que ce qu’ils voyaient sur leur écran, de ce que leurs « amis » ont publié.« Prends garde à moi, si je m’aime ; prends garde à toi si tu t’aimes ; prends garde à nous ! »

Par Mbolatiana Raveloarimisa

News Mada0 partages

Harena an-kibon’ny tany : mizara traikefa matihanina i Aostralia

Nihaona, omaly teny Ampandrianomby, ny masoivoho vaovaon’i Aostralia, Rtoa Jennifer Dee sy ny minisitry ny Harena an-kibon’ny tany, Zafilahy Ying Vah. Manana traikefa lehibe momba ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany i Aostralia sady efa manana orinasa eto an-toerana, toy ny Rio Tinto, Toliara Sands. Dinika nifanaovan’ny roa tonta ny hanamafisana ny fiaraha-miasa eo amin’ny firenena roa tonta, hanome traikefa ho an’i Madagasikara. Nohamafisin’ny minisitra Zafilahy Ying Vah ny tokony haha matihanina ny asa amin’ny sehatry ny harena an-kibon’ny tany.

Ny zava-misy ankehitriny, saika eo am-pelatanan’ny Malagasy avokoa ireo fahazoan-dalana 4.000 nomena tany aloha, nefa tsy miasa ny maro amin’ny tompon’izy ireny fa mivarotra izany fahazoan-dalana izany fotsiny, lasa miteraka olana maro”, hoy ny minisitra. Izao fiaraha-miasa amin’i Aostralia izao, araka ny traikefa omeny, hoentina hanomezana vahana izay tena matihanina sy fandrafetana bokin’andraikitra vaovao.

Homen-danja manokana ao anatin’izany bokin’andraikitra izany ny fitsinjovana ny tontolo iainana. “Rehefa azo antoka sy matihanina amin’izany asa izany, azo atao tsara ny manombana ny harena an-kibon’ny tany. Miainga amin’izay tombana izay ny hamaritana laminasa fohy ezaka sy lavitra ezaka”, hoy ny minisitra. Marihina fa any amin’ny faritra fantatra fa misy vokatra betsaka ny nametrahana ny Bam (Bureau d’administration minière), mampanara-dalàna, mamantatra sy manaraka fivoahan’ny vokatra. Ezaka tsy maintsy atao izany, tsy hahavery ny harem-pirenena sy hampitombo ny vola miditra ho an’ny faritra sy ny fanjakana foibe. Efa misy ny dingana vita, saingy tsy ampy.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Sat Jirama : mitaky ny hitantanan’ny Jirama ny rano mandritra ny 30 taona

 Efa nohavaozina ny hitantanan’ny Jirama ny sehatry ny herinaratra mandritra ny 20 taona. Takin’ny sendikà ny hamoahana ny lalàna manavao ny hitantanan’ity orinasam-panjakana ity ny sehatry ny rano ihany koa.

Nanao fivoriambe tsy ara-potoana ny sendikàn’ny mpiasa mahaleotena ao amin’ny Jirama (Sat), omaly, teny Ambohimanambola. Maromaro ny fanambarany ary anisan’izany ny hanoherana marin-drano ny fisitahan’ny fanjakana amin’ny Jirama, ny fandroahana mpiasa faobe, ny fanovana ny sata mifehy ny orinasa, ny fikitihana ny tombontsoan’ny mpiasa, sns. “Kely ny karaman’ny mpiasan’ny Jirama, ka tsy ekenay ny mbola hampihenana izany sy ny tombontsoa kelin’ny mpiasa”, hoy ny filoha nasionalin’ity sendikà ity, Haja Maminirina.

Takin’ny Sat Jirama koa ny hampiharana ny lalàna mamaritra ny hanavaozana ny fitantanan’ny orinasa Jirama ny sehatry ny rano mandritra ny 30 taona. Nohamafisin’izy ireo indray ny hanovana ny lalàna mifehy ny rano 98-029 sy ny mifehy ny herinaratra 98-032, satria mametra ny Jirama tsy mahazo manao fampiasam-bola hanitarany ny fihariany sy ny sehatra iasany ireo lalàna ireo. Ao anatin’izany ny tsy fahafahany manitatra ny fotodrafitrasa sy ny toerana tokony hamokarany herinaratra sy rano, fa lasan’ny orinasa tsy miankina.

Handray anjara amin’ny fifidianana 2018

Nanamafy ny filoha nasionalin’ny Sat, Haja Maminirina fa tsy manohana olona izy ireo fa manohana foto-kevitra. Noho izany, tinapaka nandritra ity fivoriambe, kongresy tsy ara-potoana, omaly ity, fa handray anjara amin’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018 ny Sat-Jirama. “Afaka ovaina ny fitsipika anatin’ny fikambanana satria fanapahan-kevitry ny fivoriambe io”, hoy ny filohany Haja Maminirina. Efa voavolavola ny fandaharanasam-piarahamonin’ny Sat Jirama, mikasika izany ary havoaka tsy ho ela.

Voafidy ho sekretera jeneraly vaovaon’ity sendikà ity Randrianarimalala Alain Fidèle, nisolo ny teo aloha, lasa nisotro ronono.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Formalisation du secteur minier : l’Australie apporte son expertise

Le Gouvernement de l’ Australie compte partager ses expériences en matière de secteur minier à Madagascar.

La coopération entre les deux pays dans ce domaine priorisera la professionnalisation des activités et le respect de l’environnement. Le sujet a été abordé lors d’une visite du nouvel ambassadeur  australien à Madagascar, Jennifer Ann dee,  au ministre des Mines et du pétrole, Ying Vah Zafilahy, hier, à Ampandrianomby.

L’Australie, qui est en effet un grand pays minier, octroie depuis maintenant quelques années des formations dans le domaine de la gouvernance minière à des techniciens malgaches. «Un atelier qui réunira les techniciens malgaches et australiens sera organisé prochainement en Australie, toujours dans ce cadre de partage d’expériences», a avancé Jennifer Ann Dee. Cette personnalité de poursuivre que «Le professionnalisme dans le secteur minier doit être traduit avant tout par le respect de l’environnement».

Stopper la spéculation

Pour sa part, le ministre Ying  Vah Zafilahy a évoqué le cas des détenteurs de permis miniers qui  ne sont pas des professionnels. Un assainissement est en cours. «Près de 4000 permis sont enregistrés auprès des autorités minières en ce moment. Une grande partie des détenteurs de ces permis ne sont pas des opérateurs professionnels, mais sont juste des spéculateurs. Une fois les professionnels distingués des spéculateurs, l’évaluation des ressources au niveau national peut être effectuée. Ce qui permettra d’élaborer une planification à cours, moyen et à long termes des projets miniers dans le pays», a expliqué le ministre.

Par ailleurs, la mise en place des Bureaux de l’administration minière (Bam) au niveau des régions, qui viennent d’être inaugurés en juin dernier, dont celui d’Ambilobe, permet également de professionnaliser le secteur. Ying Vah Zafilahy a avancé à ce propos que «L’ évaluation des ressources minières dans les régions où sont installés les Bam a déjà commencé».

Riana R.

 

News Mada0 partages

Route des œufs : la Chine à la rescousse

La Chine, par le biais d’Ai Yinfang, représentante de l’ Agence de la coopération économique internationale (AIECO) du ministère du Commerce de Chine, a accordé 230.500.000 Rmb, soit plus de 103 milliards d’ariary non remboursable à Madagascar, pour réhabiliter les routes dans les communes de Mahitsy, d’Ampanotokana et de Mahazaza.

«Ce projet permettra aux producteurs d’œufs de ces communes de mieux distribuer leurs produits et d’augmenter ainsi leurs revenus. C’est un projet accordé lors de la visite du chef de l’Etat en Chine récemment. Le projet consiste en la construction de 20 km de routes et débutera bientôt», a fait savoir le ministre des Travaux publics, Eric Razafimandimby, lors de la cérémonie de signature hier à Anosy.

Selon Ai Yinfang, «Ce projet a pour but de résoudre les difficultés liées à l’acheminement des œufs. Cela montre que le gouvernement chinois attache une importance particulière à ses coopérations avec  le peuple malgache. Au début de la mise en œuvre de ce projet, il y aura 150.000 œufs par jour qui seront transportés sur cette route».

Nadia

 

News Mada0 partages

De Manakara à Antsiranana : la foi devient un enjeu politique

Les inimitiés politiques entre le parti HVM et TIM continuent de plus belle à Antsiranana. Une rivalité politique sous couvert de religion. Chacun veut se montrer plus chrétien que l’autre.

Chaque rendez-vous religieux est une opportunité pour faire valoir sa foi chrétienne. C’est le crédo de certains politiques, ces temps-ci. Après la rencontre annuelle des fidèles de l’église luthérienne à Ankaramalaza (Manakara), c’est en effet au tour de la FJKM d’être en communion à Antsiranana. Sans surprise, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina et l’ancien Chef de l’Etat Marc Ravalomanana se trouvent, encore une fois, en même temps sur les lieux pour la même raison pour toucher le cœur des fidèles. Ces derniers demeurent en effet un vivier électoral inestimable.

La célébration du 50e anniversaire de l’Eglise réformée de Madagascar (FJKM) et du 200e anniversaire de l’arrivée des missionnaires de London Missionary Society (LMS) à Antsiranana a dévoilé le vrai visage des deux personnalités. A ce titre, l’expulsion manu militari du couple Ravalomanana d’un hôtel à Antsiranana par l’équipe de la Présidence en est une illustration parfaite d’une lutte intestine pour avoir la primeur de l’évènement.

Laïcité pour la forme

Pour ses proches, le fondateur du parti «Tiako i Madagasikara» (TIM) s’est trouvé sur les lieux car il est à la tête de l’équipe qui a préparé l’évènement. Ces derniers temps, à chaque rendez-vous du FJKM, l’ancien président en profite pour rencontrer les partisans de sa formation politique. Les pro-régimes estiment pour leur part que, en tant que Chef de l’Etat, qui plus est de confession chrétienne de l’église protestante, l’actuel président a le droit d’être présent à ce rendez-vous.

Ce n’est en tout cas pas la première fois que les deux personnalités se croisent dans des événements religieux. Au début du mois, ils se sont succédé pour rencontrer les fidèles luthériens lors de la célébration du jubilé du 76e anniversaire du Toby Ankaramalaza. Comme c’était le cas déjà l’année dernière.

Sur ce point, la Constitution, dans son article 2, stipule que «La laïcité de la République repose sur le principe de la séparation des affaires de l’Etat et des institutions religieuses et de leurs représentants» et que «L’Etat et les institutions religieuses s’interdisent toute immixtion dans leurs domaines respectifs». Mais à Antsiranana, l’image est toute autre. La laïcité scandée ici et là n’est que donc qu’une façade.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Herin’ny fanovana : « Hisy hetsi-bahoaka Antananarivo, Fianarantsoa, Toamasina… « 

« Nifamory manokana tany Fianarantsoa ny Herin’ny fanavona manerana an’i Madagasikara. Nanapa-kevitra fa tsy eto Antananarivo irery no hasiana hetsi-bahoaka, fa hanao ny any Fianarantsoa, Toamasina, Toliara, Manakara, Farafangana…  »   

Izay no nambaran’ny eo anivon’ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, teny Andravoahangy Ambony, omaly, momba ny hetsika famoriam-bahoaka hataon’izy ireo amin’ny herinandro ambony. Ho an’Antananarivo, azo ny 11 aogositra ny fahazoan-dalana avy amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra hamory vahoaka ao amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina ny 22 sy 23 ary ny 25 sy 26 aogositra.

« Meteza ianareo, mba avelao ny olona hivory sy haneho ny heviny, fa tsy sanatria zanatany na andevo », hoy ny hafany ho an’ny mpitondra fanjakana. Manome izay zo sy fahalalahana izay ny lalàmpanorenana, fa ampy izay ny fanitsakitsahana izany.

 

Mila mamaly an-tsoratra mazava ny préfet de Police

 

Milaza ny lalàna lah. 60-082, ny13 aogositra 1960, fa atao amin’ny fangatahana fahazoan-dalana ny famoriam-bahoaka eto Madagasikara. Tsy maintsy mamaly an-tsoratra izany ny préfet de Police na mandà na manaiky, fa tsy vitan’ny famoriana mpanao gazety. Lazaina ny antony raha fandavana no atao, araka ny fanazavany. Napetraka any amin’ny prefektiora izay fangatahana fahazoan-dalana izay, ny 14 aogositra. Manaiky rehefa tsy mamaly izany mandra-pahatonga ny alatsinainy 21 aogositra ny préfet de Police.

Hitory eny amin’ny fitsarana ny Herin’ny fanovana

  « Ho an’ny mpitondra fanjakana: tena mbola tsapanareo ve fa mety izao ataonareo izao, mandeha ny firenena? Tsy mba tsapanareo ve fa efa leo ny Gasy? Meteza ianareo, ekeo moramora ny fivoriana hataonay. Tsy milaza aminareo hoe hanongana anareo izahay. Ny fampiasanay ny zonay sy ny fahalalahanay no ataonay », hoy izy.

Mba tsy hoe tsy hiteny mandra-pahatonga ny alatsinainy hariva; avy eo, haka mpitandro filaminana vandivandy na tsy marina, araka ny fanazavany. Anjaran’ny Herin’ny fanovana  ny mitory any amin’ny fitsarana misahana ny ady atao amin’ny fanjakana, raha misy ny fandavana. Antsoiny àry ho tonga eny kianja mitafon’i Mahamasina, ny 22 aogositra ho avy izao, ny vahoaka.

R. Nd.

News Mada0 partages

Ndremitsara Tarzan : « Ilaina ny antontanisa raha te handroso »

Nambaran’ny tale misahana ny fifandraisana amin’ny andrimpanjakana, Ndremitsara Tarzan, tetsy Anosy fa  ilaina ny fanavaozana ny torohay momba ny fikirakirana azy io. « Efa betsaka no lany andro ka mila fanatsarana. Tomponandraikitra feno ny olom-pirenena momba ny fanomezana ny antontam-baovao. Ny mampalahelo, kely ny sazy ho an’ireo olona tsy manome antontam-baovao momba ny antontanisa io », hoy izy. Nanteriny fa ahafahana mandray fanapahan-kevitra ho fampandrosoana ny firenena ny fananana antontanisa azo antoka. Navoitran’ity tale ity koa ny voka-dratsy amin’ny tsy fananana izany. Misalasala ireo mpamatsy vola handefa ny volany aty amintsika, ho fanampiana ny firenena mahantra toa an’i Madagasikara raha tsy marin-toerana io antontanisa io, araka ny nambarany. « Tsy afa-manao fampitahana amin’ny firenen-kafa isika raha tsy misy antontanisa mazava. Ilaina ny fananana antontanisa azo antoka, manoloana ny fanampiana avy any ivelany na avy amin’ny mpiara-miombona antoka na koa ho an’ny sehatra tsy miankina aza », hoy ihany izy.

Ahafahana mandrafitra tetikasa fampandrosoana

Ankoatra izany, hiezaka ny Instat hamita mialoha ny faran’ny taona ny volavolan-dalàna hoenti-manatsara sy hanavaozana momba ny antontanisa. « Efa misy ireo manampahaizana iraisam-pirenena mamolavola azy io miaraka amin’ny mpahay lalàna eto an-toerana mikarakara izany », hoy ny tale Ndremitsara Tarzan. Anisan’ny handray anjara amin’izao fanavaozana izao koa ny rehetra.

Tsiahivina fa efa mandeha ny fanisana ny mponina manerana an’i Madagasikara amin’izao fotoana izao. Isaky ny folo taona ny fanisam-bahoaka, saingy noho ny toe-draharaha nisy teto amin’ny firenena, izao vao raikitra ny fanisana ny mponina, tokony ho natao tamin’ny taona 2009. Miteraka olana hatrany amin’ny fandrafetana ny tetikasam-pampandrosoana ny tsy fisian’ny antontanisa mazava.

Synèse R.

News Mada0 partages

Depiote Randrianarisoa Guy Rivo : « Atsaharo ny fihatsarambelatsihy hiarovan-tena »

 Nitondra fanazavana momba ny resaka trano fandraisam-bahiny sy ny nanesorana an-dRavalomanana tao amin’ny hotely iray any Antsiranana ny depiote Randrianarisoa Guy Rivo, omaly. Mazava ny valin-kafatra ho an’ny mpitondra. 

 

Tsy nipetraka na nanao famandrihana trano tany amin’ny hotely “Allamanda” izany ny filoha Ravalomanana. Nivantana avy hatrany tao amin’ny “Grand Hôtel” hatramin’ny nahatongavany izy ary hitam-poko hitam-pirenena izany, na tsy tamin’ny anarany aza ny famandrihana. Hitan’ny rehetra tao izy ary fantatry ny rehetra fa aza izany no ataonareo fihatsarambelatsihy eto hiarovan-tena”, hoy izy. Nambarany fa manome hasina sy ny hajan’ny filoham-pirenena izy ireo, saingy tsy eken’izy ireo kosa ny fomba hanehoana izany amin’ny fandefasana miaramila sy tsindry ambadika. Efa nofandrihina ny 27 jolay teo rahateo, io trano fandraisam-bahiny io, araka ny nambarany. “Aiza ny soatoavina malagasy amin’izany. Tsy adala izahay ka tsy hanome ny filoham-pirenena ny voninahitra sahaza azy, saingy tsy nisy resaka natao taminay. Manimba ary tokony hamboarina ny fihetsiky ny mpiara-miasa amin’ny filoham-pirenena”, hoy ihany izy.

Raha tsiahivina, nahazo baiko ny hanala an-dRavalomanana mivady tao amin’io hotely iray lehibe io ny eo anivon’ny Emmo/Reg, afakomaly hariva. Voalaza ho anton’izany ny hahatongavan’ny filoham-pirenena sy hivantanany ao amin’io trano fandraisam-bahiny io. Voasakana, noho izany, Ravalomanana Lalao ary tratran’ny tsindry koa ny tompon’ny hotely na efa voafandriky ny filoha teo aloha aza ny toerana.

Tratry ny antsojay hatrany Ravalomanana

Tsy afa-bela mihitsy aloha izany Ravalomanana, tato ho ato. Tsy afaka nankalaza ny fetin’ny Tim tetsy Mahamasina sy Toamasina. Ity indray, amin’ny maha filohan’ny faha-50 taon’ny FJKM azy nefa mbola voailika koa.

Voaporofo izao fa mampihatra jadona sy faneriterena ny mpitondra ka tsy afa-nanoatra ny tompon’ny hotely manoloana ny mpanjifany. Baiko avy amin’iza izany ny nanesorana azy ireo tao  ? Tena avy amin’ny filoham-pirenena sa ireo tompomenakely ao an-dapa ? Tsy fahalalana sa tena barofo tsotra izao ? Mitafy henatra aloha izany ny firenena sy ny vahoaka ary ny fiangonana, manoloana izany rehetra izany.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Fiainam-piangonana : nanolotra omby 25 ho an’ny FJKM Ravalomanana

 Nanolotra omby 25 ho sakafom-pifaliana ho an’ireo mpino kristianina FJKM tonga any Antsiranana ny filohan’ny komitin’ny fankalazana ny faha-50 taon’ity fiangonana ity, omaly. Hitohy anio hatramin’ny rahampitso, izany jobily izany sady fanamarihana koa ny faha-200 taon’ny nidiran’ny misionera (LMS) sy ny Filazantsara teto amintsika. Anisan’ny ambentin-teny tamin’ny fampianarana nataon’ireo mpitandrina na koa ny filohan’ny FJKM, Andriamahazosoa Irako Ammi, ny amin’ny fijoroana. “Aza menatra ny amin’i Jesoa Kristy. Tokony ho sahy sy tsy menatra ary tsy mihatsaravelatsihy isika… Ho sahy sy hijoro amin’ny finoana hatrany. Be ny fisedrana fa tsy hihemotra isika… Vontosy Filazantsara ny Nosy Madagasikara”, hoy izy ireo. Nialohavan’ny diabe sy fanompoam-pivavahana narahina antsa an-kira ny fanokafana izany rehetra izany, omaly.

Taorian’izany, nihaona amin’ireo mpianatry ny oniversite Ravalomanana ary nampita traikefa sy ny fahaiza-mitarika.

Synèse R.

News Mada0 partages

Kitra : voatendry hitsara “Mondial U17” i Nampiandraza

 Tsy mitsahatra ny miroborobo ny baolina kitra malagasy. Tsy ny vokatra azon’ny Barea de Madagascar ihany fa eo amin’ny lafiny fitsaram-baolina ihany koa dia efa manana ny toerany, ny Malagasy. Porofon’izany, notendren’ny federasiona iraisam-pirenena (Fifa), ho anisan’ireo 21 hitsara sy hitantana ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, ho an’ny sokajy zandriny U17, hatao any Inde, ny 6 – 28 oktobra, ho avy izao, i Nampiandraza Hamada. Voalohany amin’izao izy no hitsara dingan’ny famaranana, karakarain’ny Fifa. Na izany aza, efa zatra fitantanana lalao goavana toa izao ny lehilahy, toy ny inefatra nitsarany ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can), sokajy “sénior” izy. Indroa ho an’ny Can U23 ary indray mandeha nitantana ny famaranana ny Can U17 ary indray mandeha teo amin’ny Can U20, ary indroa teo amin’ny Cosafa ka ny iray famaranana. Indray mandeha avy kosa teo amin’ny “Chan” sy ny “Super coupe”-n’i Afrika.

Marihina fa efa nanaraka fiofanana ho an’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, hatao any Rosia, amin’ny taona 2018 i Nampiandraza Hamada, izay natokana ho an’ireo mpitsara afrikanina, izay natao tany Doha, Qatar.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : miandrandra ny Barea ny Malagasy rehetra Chan 2018”

 

Hitodika any Luanda, Renivohitr’i Angola, avokoa ny saina sy ny mason’ny Malagasy iray manontolo, amin’ity asabotsy ity. Ho fantatra, anio, mantsy ny ho tohin’ny dian’ny Barea de Madagascar, eo amin’ny fiatrehana ny “Chan 2018”.

 

Vonona ny handresy an’i Angola ny Barea de Madagascar, anio, eo amin’ny fifanintsanana hiadian-toerana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo mpilalao tsy matihanina na ny “, hotanterahina any Kenya.

Ho fantatra amin’ity asabotsy ity tokoa mantsy izay hiatrika izany eo amin’ny roa tonta. Tapa-kevitra ny Barea de Madagascar ary tsy matahotra, na ao amin’ny kianja mahazatra azy ao Luanda aza  no hatao ny fihaonana.

Efa any an-toerana, efa hatramin’ny alarobia lasa teo, ny Barea de Madagascar ary efa nitsapa ny kianja, omaly zoma. Salama tsara avokoa izy 18 mirahalahy ary tsy manana ahiahy amin’ity lalao atao ity. Ry zareo Angoley indray aza no somary manan-tahotra, na hilalao ao amin’ny taniny aza.

Tsiahivina fa ady sahala hatrany ny isa nisarahan’ny roa tonta, tamin’ireo lalao roa natao farany, tany Angola. Amin’ity, mety mbola hitranga izay, raha ny vinavinan’ny mpanara-baovao. Ekipa tsy dia afaka loatra mantsy ry zareo Angoley, raha vao tsy misy matihanina milalao. Anisan’ny efa nanahirana azy ny nanilika an’i Maorisy, teo amin’ity fifanintsanana ity.

Tombony ho an’ny Barea de Madagascar, amin’ity lalao ity, ny tsy nahatafidiran’ny Angoley  baolina  tetsy Mahamasina, nandritra ny lalao mandroso, herinandro lasa izay. Eto izany, mila mampiditra baolina iray fotsiny ny Malagasy mba hanapitra ny fofon’ain’ny Angoley. Raha toa ka ady sahala misy baolina maty, izany hoe ; 1 sy 1 na 2 sy 2 tafita amin’ny “Chan 2018”  ny Barea de Madagascar.

Tsiahivina fa anio manomboka amin’ny 6 ora 30 hariva eto Madagasikara ny hanombohan’ny lalao.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Tennis – Sommet National : les ténors se distinguent

Le championnat de Madagascar toutes catégories a rameuté la foule hier à l’occasion des phases finales. Le fait est que toutes les forces en présence ont enflammé la terre battue de l’Acsa à Ambohidahy et la dernière ligne droite promet des étincelles vu le niveau de la compétition. Jusqu’ici, la ligue d’Analamanga est bien partie pour rafler la mise.

Les rencontres se suivent mais ne se ressemblent pas et on ne chôme pas du côté de la fédération malgache de tennis (FMT) qui travaille d’arrache-pied pour mener à bien le déroulement du championnat de Madagascar toutes catégories actuellement à l’Acsa à Ambohidahy. Comme il fallait s’y attendre, les tennismen d’Analamanga ont dominé sur tous les tableaux, ou presque. Les huitièmes de finale en première série hommes ont été l’attraction de la journée avec la victoire de Toky Ranaivo face à Jacky Michel sur le score de 7/6 ; 7/6.

L’autre affiche a opposé deux vieux loups, Harivony Andrianafetra (champion de Madagascar en titre) et l’ancien président de la FMT, Tsialiva Rajaobelina. Le choc s’est soldé par la victoire aisée de Harivony en deux sets (6/1 ; 6/2). Quant au jeune représentant de la ligue de Boeny, Marcel Rabenirina, il a défié Mamy Ialy Ratsifandrihamanana (Analamanga). Il est tombé sur un os car Mamy Ialy a confirmé sa suprématie en remportant le duel par 6/2 ; 6/0.

Par contre, l’opération a été compliquée pour Lucas Raoily qui était en proie à un adversaire redoutable venant de la ligue d’Atsimo Andrefana en la personne de Julien Randriamampionona. Ce dernier avait beau résister aux coups droits foudroyants de Lucas mais a finalement craqué au 3e set. Score final : 7/6 ; 3/6 ; 6/4. L’autre figure de proue de la discipline et non moins membre du comité exécutif de la FMT, Ando Rasolomalala, a bien mûri. Il s’est imposé devant Hasina Mbolatiana (Atsinanana) en vrai maestro (6/2 ; 6/0). Ce n’est qu’un avant-goût d’une finale électrique et le plus dur reste à faire ce week-end.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Rallye : la course au titre complètement relancée

La 3e manche du championnat de Madagascar de rallye, à défaut d’être décisive dans la course au titre, est incontournable. La présence des prétendants au sacre sur la grille de départ le 25 août prochain au CCI d’Ivato semble évident de ce fait. D’autant plus que les uns auront à cœur de rattraper leur retard après leur abandon lors de la 2e manche tandis que les autres tenteront de creuser l’écart en tête du classement.

A l’image de Hariandry Razakaboana qui, suite à son succès à Fianarantsoa, devient le leader du classement général avec 124,5 points devant le champion de Madagascar en titre, Ndrianja Rajemiso qui enregistre 111, 20 points. Une vraie bagarre entre les deux Subaru Imprezza de tête se profile à laquelle Haja Danielson, au volant de la Ssangyoung, compte prendre part aussi. Ce dernier compte trois points de moins que le deuxième actuellement.

Entre absence et abandon, il y a aussi ces pilotes qui glanent des points précieux grâce à leur régularité,  comme c’est le cas de Daniel Rabetafika sur Citroën C2 et Sitraka Rakotomalala (Renault Clio) qui occupent respectivement le 4e et 5e rang du classement général. A noter que le top 5 provisoire est composé uniquement des pilotes ayant participé et terminé les trois premières manches de la joute nationale.

Naisa

 

News Mada0 partages

Andiana taksiborosy notafihan’ny jiolahy : efa nivadika, mbola voaroba ihany ny mpandeha tao amin’ilay...

 Notafihan’ny jiolahy, teo amin’ny toerana mialoha ny hidirana  ny Camp Robin (RN 7), omaly vao maraina be, ny andiana taksiborosy hihazo an’i Fianarantsoa. Na dia efa nivadika tanaty hantsana aza ny Sprinter iray, mbola norobain’ny jiolahy ihany ireo mpandeha. Nisy no naratra mafy voakapa famaky teo amin’ny lohany…

Teo amin’ny 5 km avaratr’i Camp Robin no nisehoan’ny fanafihana ka ireo fiara nanao andiany avy aty Antananarivo ho any Manakara sy Fianarantsoa ireo voatafika ireo. Tsy nahasakana ireo olon-dratsy ny nanafika ireo taksiborosy ireo na efa misy aza ireo zandarin’ny FIGN manaraka ireo fiara manao tomandavana.

Ny fiara tany amin’ny laharana voalohany sy faharoa no voatafika tamin’izany. Somary taraiky kely ireo tao aoriana, indrindra ireo nitondra ireo zandary mpanaraka fiara. Teo amin’ny fiolahana kely mialoha ny hidirana ny faritra misy an’i Camp Robin no nametraka sakana ireo jiolahy. Tora-bato avy hatrany ny nataon’ireo dahalo ireo fiara roa voalohany. Niezaka niala ny iray ka nifatratra tany anaty tevana ary nivadibadika vao tafajanona. Nohararaotin’ireo dahalo izany nandrobana ireo olona tao anaty fiara efa naratra. “Nitaky ny vola avy hatrany ireo jiolahy. Ramatoa iray nitondra vola 5 tapitrisa Ar voakapan’ny famaky ary lasa ny volany. Voaroba izay entana azo noraisin’ireo jiolahy”, hoy ny fitantaran’ny mpamily. Tao anatin’ny minitra vitsy monja nandroban’ireo dahalo ireo mpandeha.

Ilay fiara faharoa kosa tafaporitsaka na vaky aza ny fitaratry ny fiara ka nandratra ny mpamily sy ny mpandeha.

Fotoana vitsy taorian’izay vao tonga ireo fiara nitondra ireo zandary ka nitfitra avy hatrany nanao fampitahorana ireo dahalo. Namaly tifitra ihany koa ireto farany, izay voalan’ny mpandeha fa naharitra ora iray izany. “Efa ho ora iray teo ny nisian’ny fifampitifirana. Raha tsy nisy ny fanipazana grenady, tsy nitsoaka ireo dahalo”, hoy ny mpandeha iray nitantara.

Tsy nisy tratra ireo mpanafika na iray aza, voatosik’ireo zandary fotsiny izy ireo, ary nanala barazy ireo FIGN. Tsy nisy ny fanarahan-dia natao fa niantoka ny fiarovana ny mpandeha sy nitondra ireo naratra tany amin’ny hopitaly no natao. Efa tamin’ny 5 ora maraina vao afaka nanohy ny lalany ireo taksiborosy.

Tsy matahotra zandary

Raha ity tranga ity, tsy matahotra zandary intsony ireo dahalo. Efa hainy fa manao toman-davana ny fiara mandeha ary misy zandary nanaraka, kanefa tsy nahasakana azy ireo tsy hanafika izany. Mipetraka kosa anefa ny fanontaniana, nahoana no tany amin’ny fiara tany aoriana no nisy zandary fa tsy ny teo aloha indrindra? Ahoana no nahalalan’ny jiolahy fa misy vola 5 tapitrisa Ar tao amin’ny fiara faharoa nisy ilay ramatoa voakapan’ny famaky?

Misy ny firaisana tsikombakomba ao, ary azo antoka izany. Ny fisavana ny mpandeha sy ny famarinana azy ireo, toy ireny any amin’ny seranam-piaramanidina ireny, mety vahaolana manampy amin’ny fisorohana izany. Ao anaty fiara ihany ny mpiray tendro amin’ny jiolahy. Mila manana paik’ady mipetraka tsara ihany koa ny mpitandro filaminana anaty fiara sy eny amin’ny lalam-pirenena hisorohana izany fanafihana izany. Tsy mbola matotra anefa io matoa mbola misy ny fanafihana.

Yves S.

News Mada0 partages

Tsy fandriampahalemana : nozaraina faritra 4 miaraka amin’ny mpitandro filaminana ny eto Analamanga

Nametraka paikady vaovao indray hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana ny teo anivon’ny Prefet de police tamin’ny alalan’ny fizarana zone ho efatra ny eto amin’ny faritra Analamanga. Isaky ny zone dia samy manana laharana telefaonina ahafahana miantso ny mpitandro filaminana raha misy trangana tsy fandriampahalemana…

 

Mizara efatra mazava tsara ireo zone hiasan’ny mpitandro filaminana ireo : zone voalohany, ny eto Antananarivo renivohitra, ny zone faharoa, Antananarivo Atsimondrano, zone fahatelo, Antananarivo Avaradrano ary ny zone fahefatra ny eny Ambohidratrimo. “Ny Commissaire central no hisahana ny eto an-dRenivohitra ary ny lehiben’ny vondron-tobim-pileovana Analamanga, ny Kly Ravoavy no hisahana ny ivelan’ny renivohitra. Hisy ireo mpitandro filaminana mandeha an-tongotra sy mandeha fiara sy moto hisahana ireo zone ireo. Tanjona amin’izao, mba ho henika mpitandro filaminana ireo faritra ireo”, hoy ny fanazavan’ny Prefet de police eto Antananarivo, ny Jly Ravelonarivo Angelot, nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety, omaly raha nanazava ity paikady vaovao hoenti-miady amin’ny tsy fandriampahalemana ity. Nohamafisin’ity manamboninahitra ity hatrany fa isaky ny zone dia samy manana laharana telefaonina vaovao azo iantsoana ny mpitandro filaminana raha misy olona mahita trangana tsy fandriampahalemana na fanafihan-jiolahy. Tanjona, mba hahafahana misoroka ao anatin’ny fotoana haingana ireny asan-jiolahy ireny satria misy mpitandro filaminana efa mipetraka raikitra amin’ireny zone voalaza teo ireny, raha ny fanazavana hatrany. Nanomboka tamin’ny heriny androany no nametrahana ireo mpitandro filaminana isaky ny zone efatra ireo. Efa misy, araka izany, ny paikady manokana napetraka amin’ny fomba anetsehana ireo mpitandro filaminana isaky ny zone satria mety hiteraka ahiahy amin’ny olona sasany ny hoe matetika efa lasa ireo jiolahy vao tonga ny antson’ireo niharan’ny fanafihana.

Nilaza izy fa atao tsapan’ny vahoaka fa misy mpitandro filaminana hatrany eny akaikin’izy ireo”, hoy izy.

Efa betsaka ihany izay paikady napetraka hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana izay fa mbola tsy hita soritra ihany hoe nampihena ny asan-jiolahy izany fa vao mainka aza mihamitombo izany. Manginy fotsiny ireo mpitandro filaminana maty tsimpontsimponin’ny dahalo

J.C

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaire : l’élégance, idée revenue de mode

Il suffit de faire allusion à l’affaire Claudine Razaimamonjy pour que reviennent à l’esprit les péripéties rocambolesques qui ont émaillé le début d’un feuilleton dont les auteurs du scénario n’avaient pas imaginé le déroulement de la suite. Les épisodes ne reflètent aucune intervention du Président de la République, aussi dans les «rendez-vous du Président», les rédacteurs ont eu beau jeu pour souligner aujourd’hui que Hery Rajaonarimampianina «a montré toute son élégance laissant la Justice faire son travail jusqu’au bout» (sic). L’opinion même restant sur ses réserves, a au moins retenu le terme «élégance», signe d’influence de ce rendez-vous, même si souvent l’intérêt se manifeste surtout pour apporter la contradiction par des critiques quelquefois gratuites à d’autres fois pertinentes, depuis nombreux se piquent de faire dans l’élégance. A l’évidence chacun se fait de l’élégance sa propre définition, il en est même qui pensent qu’il suffit de se préserver de la crasse pour avoir de l’élégance.

Electricité : ambiance sous tension

Les mauvaises coïncidences surviennent lorsque l’on s’y attend le moins. Les stratèges de la présidence n’avaient pas prévu la mauvaise humeur de la population du secteur d’Itaosy au moment où ils ont établi dans l’agenda du patron l’ «inauguration» de la remise en fonction de la Centrale de production de Mandroseza. Le plancher était d’autant plus glissant que les laudateurs l’avaient savonné en voulant exploiter l’occasion pour en faire un événement propre à balayer et même ridiculiser la raillerie publique confuse d’avoir critiqué un peu tôt et à tort les promesses relatives aux délestages. Les propos tenus à cette occasion à l’Est de la cité tombaient à plat quand à l’Ouest à peu près à même distance de la ville, la population a envahi la rue pour manifester sa colère contre les coupures d’électricité.

Le Président avait heureusement un biscuit à sortir de son sac à malices, une baisse du prix de l’énergie électrique. L’utilisation du fuel-lourd diminuera le coût de production a-t-il plaidé en concluant que le bénéfice sera répercuté aux consommateurs. Chic ! Une baisse sur les hausses déjà appliquées et celles prématurément annoncées. Les annonces précédentes couvrent de flou l’élégance de la dernière promesse.

Couvrir de pourpre la justice

La Justice ne remplit pas le rôle que l’on attend d’elle. Elle apparait impuissante dans sa nudité. Les protagonistes se disputent pour la couvrir, chacun voulant la vêtir à sa manière. Tout le monde s’en mêle. De cette bataille de polochons l’un ou l’autre en sortira vainqueur mais quand seule la domination du système reste l’enjeu la Justice a peu de chance se s’en trouver grandie.

Des anciens, forts de leur expérience entrent dans la danse pour dire leur verdict et clouer au pilori le pouvoir, condamné comme principal prédateur opposé à l’indépendance de la Justice. Lieu commun qu’il eut été utile de rappeler par un tout autre personnage n’ayant pas occupé un poste au pouvoir surtout pas n’ayant eu en charge la Justice. Souvent l’élégance nécessite de la retenue,  et à défaut d’avoir de l’élégance c’eut été au moins faire preuve de sagesse que de s’abstenir de se répandre en conseil à propos d’initiatives que l’on n’a su prendre à des moments où on aurait dû et pu le faire.

Le problème reste entier et délicat. La justice traine un passé peu glorieux et a laissé des plumes et poils de l’hermine blanche dont s’ornementent les toges. Il ne suffit pas de décréter son indépendance pour que l’exercice de la fonction recouvre ipso facto pourpre, lustre, et crédit. Après tant de temps d’errance il lui faudra ainsi qu’à tout le personnel une longue période de réadaptation aux principes de rigueur et de rectitude.

L’habit fait le moine

pas nécessairement

l’élégance

Des vêtements du même bon faiseur n’habillent pas toujours avec pareille réussite une personne gracieuse même d’un physique peu avantageux et une brute épaisse d’un corps superbement sculpté. Le port témoigne de l’élévation comme il peut trahir la vulgarité. Actuellement l’approche des élections influence les comportements. Les potentiels concurrents, déclarés ou en embuscade, manifestent de si tôt une grande détermination. Une réelle fébrilité envahit les états-majors, nombre de collaborateurs expriment zèle et excès donnant l’impression qu’ils se préparent à une curée et adoptent parfois des manières de charognards. On se doute bien que chacun berce en fantasme une mauvaise chute des adversaires et à l’occasion s’imagine y donner un coup de pousse en tirant le tapis sous leurs pieds. Mais delà à sauter le pas par de viles initiatives on risque de davantage en perdre qu’à en gagner. Le couple Ravalomanana vient ainsi de marquer un point comme s’ils avaient poussé à la faute les zélés de la présidence. Même s’il ne s’était pas agi de l’ancien couple présidentiel, l’avoir jeté sans ménagement d’un hôtel où il était logé à Antsiranana, soit disant pour raison d’Etat, le Président et sa suite devant y descendre, constitue une manifestation détestable de l’usage de la puissance publique. Ce n’est pas par de telle manifestation détestable que l’on conquiert de la sympathie.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : la main-d’œuvre indigène (2)

(Suite.)

Tous sans doute n’ont pas des allocations pour entretenir leur paresse, mais les propriétés voisines des « vazaha » sont là, complantées de manioc ou autres denrées, et si quelques pieds, chaque nuit, viennent à manquer à l’orée de la brousse, les sangliers sont là, pour charger avec ce méfait. Ils ont bon dos et ne protesteront pas.

Du reste, ici même, dans le village de Tanambao et jusque dans les rues de Tamatave, ne trouve-t-on pas, à tous les coins de rue, des groupes de Malgaches en pleine force, déambulant, solennellement drapés dans leur lamba de propreté douteuse ?

Si par hasard vous cherchez des ouvriers, ne commettez pas l’imprudence de vous adresser à eux, car vous seriez singulièrement reçu. Et cependant ils sont sans domicile fixe, et surtout sans occupation d’aucune sorte, mais ils ont payé « la carte », ils sont donc en règle avec l’administration, bien qu’ils soient loin de l’être envers la société pour laquelle ils constituent une charge et même un danger, car c’est aux dépens d’elle qu’ils vivent.

Sous les anciens rois

de l’Émyrne, les indigènes étaient astreints au travail ; aussi l’abondance régnait parmi eux. Mais M. Augagneur est venu, et malgré sa prudence et sa grande intelligence, croyant sans doute s’adresser à ses électeurs de la Croix-Rousse, il lui est échappé de formuler ce principe néfaste : Le Malgache est libre de ne pas travailler !

Cette formule a produit les résultats les plus déplorables et nous allons indiquer quels remèdes pourraient être apportés à ce mal.

Profitant de ce droit à la paresse qui lui a été reconnu, le Malgache en use et en abuse de la façon la plus déplorable et au grand préjudice de la colonisation.

Ils sont nos frères, ont bêlé quelques humanitaristes inconscients ; et nous ne devons former qu’une même famille. D’accord ; mais dans cette famille nous avons largement acquis le droit d’aînesse par plusieurs siècles de culture et de civilisation. Vouloir du jour au lendemain faire des indigènes, hier encore à l’état sauvage, nos égaux constitue une utopie, dont l’absurdité ne se discute même pas.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Antamponketsa : nanao sarinady ny tafika

Nanatanteraka sarin’ady teny Antamponketsa indray ny eo anivon’ny Foloalindahy, omaly. « Tintotry” ny anarana nomena izany. Nampiasa ireo fitaovam-piadiana faran’izay henjana eo am-pelatanany ny foloalindahy. Isan’izany ny tafondro, ny fiara mifono vy ary ny basy marovava samihafa. Tanjona amin’izao, ny ahafahana manatsara hatrany ny fahaiza-manaon’ny Foloalindahy eo amin’ny fitandroana ny filaminana.

 

News Mada0 partages

28 taona ny Akamasoa : nitondra fanampiana teny Andralanitra ny filoha

28 taona no nijoroan’ny fikambanana Akamasoa eny Andralanitra tarihin’ny mompera Pedro Opéka izay miady amin’ny fahantrana. “Mbola mitohy ny ady hatramin’izao”, hoy ny nambaran’ity tomponandraikitra voalohany sady mpanorina ny fikambanana ity,afakomaly eny Andralanitra. Nitondra fanampiana ho azy ireo ny filoham-pirenena mivady, omaly, nahitana vary 10 t, bodofotsy 375, voamaina 1 500 kg, menaka 500 litatra ary vola mitentina 20 tapitrisa Ar. Nankasitraka ny fihetsik’izy ireo ny mpitantana ny Akamasoa sady nilaza fa efa tafiditra ho mpiasam-panjakana ny mpampianatra 350 ary miofana ao amin’ny école supérieure pédagogique kosa ny 47 hafa.

Mbola nanamafy ny filoha fa hitondra fampitaovana ho an’ny toeram-pitsaboana tsy ho ela. Hojerena manokana ihany koa ny famatsiana ny siniben-drano ao Manantenasoa araka ny fangatahan’ny mompera Pedro. 25 000 ny mponina ao amin’ny fikambanana, 14 000 amin’ireo mpianatra avokoa. 80% amin’ny mponina miezaka miala amin’ny fahantrana tanteraka fa ny ambiny, tsy afa-bela amin’ny fahazaran-dratsy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fahadiovana ao Mahajanga : “Mila manova fomba”, hoy ny ben’ny Tanàna

Sarotiny amin’ny fahadiovana. Ahafantarana indrindra ny ben’ny Tanànan’i Mahajanga, Andriatomanga Mohktar Salim, izany. Tsy mametraka paikady sy mandrindra ny asa fotsiny, fa mirotsaka an-tsehatra mitarika ny vahoaka amin’ny fanadiovana mihitsy izy sy ny mpiara-miasa aminy, isaky ny zoma maraina.Omaly, nitondra kifafa nanadio ny lalana lehibe mihazo an’i Fiofio, i Morafeno, i Mahabibokely ary Ambalavola izy ireo. “Efa herinandro enina teo ho eo izay no nanaovanay izany fanadiovana miendrika fanentanana izany. Mila manova ny fomba fanao ny tsirairay mba tsy handoto ary hahay hanadio ka aleo manome ohatra mihitsy ny ben’ny Tanàna, handonana ny hambompon’ny tsirairay. Ny mahafaly, efa maro izao ireo fikambanana isan-karazany miara-dia aminay, manatontosa izany fanadiovana izany”, hoy ny nambaran’ny ben’ny Tanàna.Anisan’ireo niara-dia tamin’ny ben’ny Tanàna sy ny mpiara-miasa azy, omaly, ny ekipan’ny “Star Tour”. Manatontosa hetsika goavana eto Mahajanga izy ireo ka mahatsapa fa manana andraikitra ihany koa amin’izany fanadiovana izany. “Fanamafisana ilay fiaraha-miasa eo aminay sy ny kaominin’i Mahajanga izany. Anisan’ny fifanarahana lehibe ao anatin’ny fanatontosana ity fetim-pianakaviana ity ny fanentanana mba tsy handoto sy ny fanadiovana. Fanombohana ihany iny, fa mbola hisy ny fanadiovana aorian’ny fety, ankoatra ilay fifaninanana manadio ny torapasika, izay hanoloranay loka”, hoy kosa ny nambaran-dRazafindrakoto Karine, tompon’andraikitry ny serasera ao amin’ny orinasa Star.Anisan’ny tena iantefan’ny fanentanana ireo mpiala sasatra avy any Antananarivo sy ireo faritra manodidina, izay marobe no misafidy an’i Mahajanga amin’izao fotoana izao.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Fanadihadiana ny tanora : miteraka voka-dratsy ny zava-mahadomelina

 Variana amin’ny zavatra mitondra sentosento fotsiny ny tanora malagasy, amin’izao fotoana izao, fa tsy manana vina amin’ny hoaviny. Anjaran’ny fitondrana ny mametraka fandaharanasa ho azy ireo hananany antoka fa misy azo antenaina hanatsara ny fiainany.   

Nikarakara adihevitra niompana amin’ny tanora sy ny fandriampahalemana ny fikambanana Observatoire de la jeunesse, sehatra mandinika ny fiainan’ny tanora, niforona ny taona 2013. Anisany nitondra ny fahitany ny zava-misy manodidina ny lohahevitra, omaly, teny Antaninarenina ny depiote sy ny manampahaizana momba ny tanora.

« 16 taona ny salan-taonan’ny Malagasy 23 tapitrisa, araka ny fahitan’ny mpandinika azy amin’izao fotoana izao. Mbola ao anatin’ny sokajin’ny adolantsento izany ary tsy mahafehy ny tenany matetika fa mbola adoladolan’ny sento », araka ny fanazavan-dRamamonjisoa Haja, manampahaizana momba ny ady amin’ny zavamahadomelina, omaly teny Antaninarenina. Momba ny fahalalana, ny 20%-n’ny vehivavy tsy nandia sekoly raha 17% ho an’ny lehilahy. Amin’ny mpianatra 100 miditra amin’ny kilasy garabola, tokana monja no tody hatramin’ny oniversite. Ho an’ireo 16 taona maro anisa indray, telo taona ihany ny faharetan’ny fianarana vitany amin’ny ankapobeny. Marefo, noho izany, ny tanora ary mitady ny zavatra mitondra sento : ny zava-mahadomelina (toaka, sigara, rongony..) ary ny fanaovana firaisana ara-nofo. Ny zava-mahadomelina, miteraka herisetra hatrany. Manaporofo izany, manodidina ny 20-25 taona eo ho eo avokoa ny olona voafonja. Aminy manokana, vahaolana ny fanabeazana sy ny fametrahana rafitra mifanaraka amin’ny adolantsento fa tsy zavatra avo lenta toy ny zava-misy, amin’izao fotoana izao eto amintsika.

 

Tsy manana antoka ka manaotao foana

Ho an’ny depiote Razafitsiandraofana Jean Brunelle, rehefa tsy manana antoka ho an’ny ampitso sy ny hoaviny ny tanora, lasa manaotao foana. Tokony hametraka fandaharanasa ho an’ny tanora voavolavola, araka ny zava-misy eto amintsika ny fitondrana. Nohamafisiny fa manana hevitra tsara ny mpanao politika amin’ny vina fampandrosoana entiny. Rehefa tonga eo amin’ny toerana nokendreny, tsy maintsy manaraka ny tombontsoan’ny mpamatsy vola nahatonga azy teo amin’io toerana io ny tenany fa mandefitra ilay tena fampandrosoana niaingana. Nampiseho talenta tamin’ny slam koa i Little Jo, nampisongadina ny zavatra iainan’ny tanora mitovy aminy.

 

Miainga amin’ny fanadihadiana eny ifotony

Nanao fanadihadiana teny anivon’ny faritra maromaro (Antsirabe, Morondava, Toliara, Antananarivo…) manerana ny Nosy ny Observatoire de la jeunesse ny volana jolay lasa teo, momba ny tanora sy ny fandriampahalemana. 800 ireo nanontaniana ny fahitany izany sy ny antony miteraka ny tsy fandriampahalemana. Nivoitra fa antony voalohany ny fahantrana, ny asa tsy manara-penitra fa lasa “sera” fotsiny, ny zava-mahadomelina, ny tsy fitovian-kevitra, araka ny fanazavan’ny filohany, Ratsida Lanto. Homena ny mpanapa-kevitra ny valin’ny fanadihadiana natao sy hanampy ireo tanora manao sisin-kevitra ho fanatsarana ny fikarakarana azy ireo manokana.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Mandrosoa Faravohitra : nesorina ny tranon-dopin’ny 4-mi

Niverenan’ny mpiasan’ny kaominina indray ny fanesorana ireo 4-mi manorim-ponenana teny Mandrosoa Ambohijatovo. Efa nisy ny fanalana azy ireo sy ny fanentanana natao, ny volana jolay teo, kanefa izao miverina eny izao ihany ny sasany.

Tsikaritra fa mbola nisy minia nanorina trano « sachet ». Ny sasany tamin’izy ireo, nanorina trano vy sy trano vita amin’ny fanitso. Natao tranon-dopy hofain’ireo mpaka mpivarotena hanaovana ny filan-dratsy mihitsy izany trano izany.

Tsy manana toeram-pivoahana ireo 4-mi manorim-ponenana etsy Ambohijatovo ireo. Mandoto ny tanàna sy ny manodidina azy izy ireo, araka izany. Lalam-bahoaka ihany koa ny toerana anorenany ka tsy manaraka ny lalàna.

Misy amin’izy ireo koa manao asa fanendahana ireo mpiandry taxi-be eny an-toerana ka miteraka tsy fandriampahalemana raha ny fanazavan’ny ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

Hiverimberenana ny hetsika fanalana ireo 4-mi eny amin’ireo toerana maromaro eto Antananarivo. “Vao tsy andalovana ao anatin’ny iray volana monja ilay toerana efa iverenan’izy ireo”, hoy ny fanazavana.

Marihina fa  misy ny ivontoerana efa natokana handraisana ireo 4-mi ireo toy ny eny amin’ny Ex Mad Cap sy ny Seba mba tsy hanorenan’izy ireo trano « sachet » etsy sy eroa. Anisan’ny fitaizana ireo olona ihany koa izao hetsika izao mba hanarahany ny fahaiza-miaina anaty fiarahamonina.

Afaka matory any amin’ireny toerana ireny ireo 4-mi tsy manan-kialofana. Afaka mitady vola kosa izy ireo amin’ny antoandro fa tsy mahazo manorim-ponenana etsy sy eroa.

Tsy hijanona hatreo ny hetsika fa mbola hitohy hatrany. Antananarivo madio sy milamina no tanjona.

Tatiana A

News Mada0 partages

Ankazo-Mahitsy : des manipulations politiques dénoncées

Le fokontany d’Ankazo, dans la commune rurale de Mahitsy, reste en effervescence après l’arrestation de son chef de fokontany, accusé d’attaque à main armée, au mois de juillet. Le concerné a apporté des explications, hier, pour calmer les esprits.

L’enquête au fond de Victor Ratolojanahary, chef de fokontany d’Ankazo-Mahitsy, prévue le 16 août dernier au tribunal d’Anosy, a été reportée au mois de septembre. Le concerné bénéficie toujours de la liberté provisoire malgré les fortes accusations portées par les plaignants. En effet, accusé d’acte de banditisme par la directrice de l’école primaire publique d’Ankazo et la trésorière de son association des parents d’élèves (Fram) au mois de juillet dernier, le président du fokontany de cette localité de la commune de Mahitsy, dans le district d’Ambohidratrimo, a dû  procéder à un déballage public pour éclairer les lanternes.

Faits incohérents

 Il a rappelé les faits ayant débuté par un spectacle de «Hira gasy» destiné à renflouer les caisses de la Fram et dont il a été parmi les initiateurs le 7 mai de cette année. S’étant risquée à transporter les bénéfices de la manifestation vers son domicile, la trésorière, accompagnée de la directrice de l’école, a été délestée de son sac par des bandits à visage découvert. Selon leurs premières déclarations, elles ne connaissaient aucun d’eux. L’individu qui leur a porté secours et qui a été blessé par les malfrats a aussi avoué ne pas connaître ses agresseurs. Ils sont revenus sur leurs déclarations toutefois après une soixantaine de jours pour accuser leur chef de fokontany d’avoir été le cerveau de l’attaque et ont obligé les parents d’élèves à payer une certaine somme destinée à payer les gendarmes pour arrêter des suspects qu’ils n’ont pas dévoilés jusqu’alors dans cette affaire.

Une arrestation musclée a alors été opérée par les gendarmes locaux, malgré l’insuffisance des charges, ayant abouti à la liberté provisoire accordée par le Parquet. Se disant victime d’une machination mafieuse à connotation politique, le président du fokontany d’Ankazo appelle ses partisans à l’apaisement et à la tolérance pour préserver les acquis de la circonscription en matière de développement.

Manou

 

News Mada0 partages

Gare routière : retour massif des vacanciers

Le taux de départ en vacances commence à diminuer au niveau des gares routières d’Ambodivona et du Fasan’ny Karana. Par contre, force est de constater le retour massif des vacanciers, notamment vers le début de l’après-midi. De source auprès des coopératives reliant l’axe Tana-Mahajanga et Tana-Toamasina, ces gares sont maintenant débordées.

«Avec tous les accidents qui se sont succédé ces derniers temps, nous n’avons plus osé faire appel à des renforts externes comme auparavant, même à nos collègues régionaux. Nous essayons de satisfaire nos clients avec le nombre de voitures que nous possédons», a confié une responsable d’une coopérative.

Malgré cette affluence, les frais sont toujours maintenus. 20 000 ariary pour Toamasina et 35 000 ariary pour Mahajanga.

A trois-quarts pleins

Pour pallier la situation et gagner plus de temps, les coopératives ont ordonné aux taxis-brousse, au départ de Tana, de partir lorsque le nombre requis de voyageurs est atteint. «Une fois les véhicules remplis à trois-quarts, quelquefois moins, nous enjoignons les chauffeurs à prendre le départ », a affirmé un responsable d’une coopérative de Toamasina.

N’empêche que le nombre de voitures  au départ de Tana affiche toujours la moitié de celles venant de Toamasina ou Mahajanga actuellement. La réservation des places, à faire trois jours à l’avance au moins, est ainsi vivement conseillée. Elle peut s’effectuer, soit à Tana, soit à Mahajanga, soit à Toamasina.

Les entretiens négligés

Pour profiter au maximum de cet afflux de vacanciers, certains propriétaires de taxis-brousse négligent le côté entretien. A preuve, lors d’une descente inopinée effectuée, hier, par l’ATT de Mahajanga à la gare routière de l’avenue Barday, huit voitures ont été prises en situation irrégulière.

Six ayant des pneus usés, une en surnombre de passagers et une autre affichant une hauteur de bagages dépassant largement les 80 cm autorisés. Lors de cette descente, l’ATT de Mahajanga a été assistée par un responsable de la Visite technique et des représentants des forces de l’ordre du Boeny.

Sera R

 

News Mada0 partages

Accès à l’eau potable : 200 forages pour Menabe et Atsimo Andrefana

Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, et Ai Yinfang, représentante du ministère du Commerce de Chine, ont signé hier à Ivato un accord de partenariat relatif à la construction de 200 forages dans la région Menabe et Atsimo Andrefana.

35.127.800 Rmb, soit 16 milliards d’ariary. C’est le montant du projet, accordé par l’ Agence de la coopération économique internationale (Aieco) sous la houlette du ministère du Commerce de Chine. Ce don non remboursable arrive à point nommé dans la mesure où Madagascar s’est fixé comme objectif  l’accès à l’eau potable à 67 % de la population jusqu’ en 2030.

«Après enquête, les régions Atsimo Andrefana et Menabe ont été choisies. L’accès à l’eau potable dans ces deux régions est encore faible, avoisinant les 30%», a fait savoir le ministre Lanto Rasoloelison. Ce dernier a souligné que le choix de ces régions répond à des critères techniques.

Nadia

News Mada0 partages

Mahajanga : tafara-dalana ny mozika, lalao sy fety anatin’ny « Star Tour »

Tomefy olona eto Mahajanga. Mitohana ny fiara mihazo ny morontsiraka Grand Pavois eny Amborovy ny maraina, sy ny mihazo ny Bord ny hariva.

… Saika mpiala sasatra avokoa ireo, izay nampifanandrify ny fotoana tamin’ny “Star Tour”, ilay fetim-pianakaviana eto Mahajanga.Vao ny andro voalohany, niara-dalana ny mozika, lalao sy fifaninanana isan-karazany ary ny fety. Ankoatra ny ranomasina ny torapasika, nanana fialamboly maro ireo fianakaviana nisafidy ny Grand Pavois. Teo ny lalao sy ny fifaninanana toa ny “beach soccer”, “beach volley”, “beach pétanque”, sns. Nanentana sy nizara tsiky teny an-tsefantsefany teny i Barhone, raha toa ka nampihetsika ny rehetra ireo mpikosoka kapilan’ny RDJ’s Team.“Revy hafa mihitsy”, araka ny fomba fitenin’i Bahrone, kosa ny teny amin’ny Bord nanomboka ny tolakandro. Izy rahateo no nisahana ny fanentanana ny teo amin’ny “Espace karaoké”, ho an’ireo tia mihira. Amin’ny maha fetim-pianakaviana azy, tazana koa ny toerana ho an’ireo ankizy, misy kilalao samihafa.Vao tolaka kosa ny andro, niakatra ny sehatra lehibe ry Fou Hehy, nitondra ny fanentanana izay mampiditra ihany koa ny fampisehoana goavana isan-kariva. Nanomboka izany i Dalvis, anisan’ireo mpanakanto ankafizin’ny tanora, na tompon-tany na vahiny, samy nanaraka ny hirany avokoa. Nanaraka avy eo i Nina’s sy ny tariny, izay elaela tsy niaka-tsehatra teto Mahajanga. Na nanolotra ireo hira rehetra tena hain’ny mpankafy aza i Nina’s, tsy nety afa-po ireo mpijery, ka mora foana tamin’ireo mpikosoka kapila ny nanohy ny fotoana tamin’ny fampandihizana. Fanombohana ihany iny, mba hafa ihany koa ny anio sy ny rahampitso.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Fahaiza-mitendry : haneho voka-pikarohana ry Joël Rabesolo Trio

Mpanakanto tanora anisan’ny mifototra amin’ny fikarohana. Hitondra izany eny an-tsehatra ny tarika Joël Rabesolo Trio ahitana an’i Ranto Rakotomalala, eo amin’ny fitendrena ny gitara beso i Miora Rabarisoa mikapoka ny amponga maroanaka ary i Besolo, hitendry gitara. Fampisehoana hotontosaina ao amin’ny Cercle Germano-Malagasy (tohatohabaton’Antaninarenina) ny 26 aogositra izao manomboka amin’ny 5 ora hariva. Hanehon’izy telo mirahalahy nyy fomba fijeriny ny mozika malagasy amin’izao fotoana izao. Hitondran’ny Joël Rabesolo Trio ny voka-pikarohana momba ny mozika malagasy laroina kely mozika jazz na rock. Marihina fa efa nanao fampisehoana nitety ireo Nosy aty amin’ny ranomasina Indianina, nanomboka ny taona 2015, ity tarika ity.

I Joël Rabesolo, iray amin’ireo Malagasy andrarezina amin’ny fitendrena gitara. Anisan’ny mampiavaka azy ny fampiasana ny tanany havia amin’ny fikitihana ny gitara. Efa tazana sahady izay famirapiratany amin’ny fitendrena gitara izay raha mbola teo amin’ny fahavalo  taony izy. Na nandalina sy nianatra momba ny toekarena aza i Joël Rabesolo, nandrian’ny sainy kokoa ny mozika.

Nangonin’i HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Basket 3×3-Big Soma : Mahajanga en fête

Incontournable lors de grandes vacances à Mahajanga, le tournoi de basket 3×3 Big Sôma 2017 ne déroge pas à la règle. La plage  du village touristique vit au rythme du basket de rue durant le week-end.

Durant  trois jours de compétitions qui ont démarré hier, des guerres de Titans sont à l’affiche. En effet, pour cette édition 2017, le tournoi Big Sôma 3×3 offre un plateau très relevé avec la participation des présélectionnés nationaux répartis dans trois équipes ainsi que les meilleures équipes de basket à 3 des grands clubs comme la SBBC, la GNBC.

Dans la catégorie masculine, les quatre premiers de chaque poule joueront les quarts de finale ce jour. Dans la poule A, Manafo a brillé pas son absence lors de la première journée, mettant Sebam et Tanà 2 dans de bonnes dispositions de se qualifier pour le tour suivant. Dans la poule B, Sebam et Tanà 1 donnent le ton.

En attendant la suite de la phase de poule, force est de constater que la course au sacre est très ouverte. Les locaux devant leur public se sentent pousser des ailes tandis que les présélectionnés (Tanà 1, 2 et 3) ont un rang à défendre.

Chez les dames, elles sont seulement six équipes et non pas des moindres à répondre présentes à ce tournoi. Dans une poule unique, elles s’affrontent tour à tour et à l’issue de cette phase de poule, les quatre meilleures formations accèderont au dernier carré. Les équipes de la capitale sont bien parties à l’image de Fandrefiala.

Naisa

Senior Homme:

Poule A : Kingston, Manafo, Sebam, Asovira, GNBC, Tana 2

Poule B : SBBC, AS Victoire, Team BCO, 2BC, Tana 1, Tana 3

Senior Dame : Fandrefiala, MB2All, Tamifa, SBBC, Coup de pouce, JSB

Résultats de la 1ère journée

Homme : Tana 2-Kingston (21-19), Sebam-Asovira (22-10), GNBC-Manafo (11-0), SBBC-Tana 3 (18-13), 2BC-Team BCO (16-8), Tana 1-AS Victoire (18-14), Sebam-Manafo (11-00), Tana 2-GNBC (14-12), Kingston-Asovira (13-17), Fandrefiala-JSB (17-07).

Tia Tanindranaza0 partages

Efa tonga soa aman-tsara any Mahajanga avokoa ny ankamaroan’ireo delegasiona avy amin’ny faritra 22 eto

Madagasikara hiatrika ny Fifaninanana ara-panatanjahantena an-tsekoly nasionaly, ka maherin’ny 1400 eo ireo ankizy no hiatrika ny lalao.

 Anio sabotsy 19 aogositra tolakandro ny fanokafana amin’ny fomba ofisialy ary, rahampitso alahady kosa ny fifanitsanana no hanomboka.

Ho tontosaina etsy amin’ny Lapan’ny Fanatanjahantena etsy Mahamasina ny tontolon’andron’ny rahampitso alahady 20 aogositra ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara eo amin’ny Kung Fu Wisa Malagasy miaraka amin’i Me Avoko. Ny Faritany 6 eto Madagasikara dia samy hanana solontena avokoa. 

Notendren’ny FIFA ho anisan’ireo mpitsara 21 hitsara ny « Coupe du Monde FIFA U 17 2017 ho tontosaina any Inde ny 6 ka hatramin’ny 28 oktobra 2017 ilay mpitsara iraisam-pirenena Malagasy Hamada Nampiandraza. 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ny tanora sy ny tsy fandriampahalemana Nafana ny adihevitra teny Antaninarenina

Tsy misy tanora afaka mandroso raha tsy misy fandriampahalemana. Io amin’ny ankapobeny no nambaran’ireo tanora tonga tetsy Antaninarenina nanaraka ilay adihevitra mikasika ny tanora sy ny tsy fandriampahalemana misy eto amintsika, nokarakarain’ny fikambanana Observatoire de la jeunesse omaly.

 

 Nizarazara be ihany ny hevitra nivoaka. Tao ireo nilaza fa ny fandraisana sy ny fidorohana  zava-mahadomelina eo amin’ny tanora no mampisy tsy fandriampahalemana eto amintsika. Misy ihany koa ireo nilaza fa noho ny tsy fananan’asa raha nisy koa ireo niteny fa vokatry ny fahantrana.  Ny hahitana  marina izay fototra miteraka ny tsy fandriampahalemana eto amintsika moa no anton’ny adihevitra izay ezahina hatolotra ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny rehefa misy fehin-kevitra tapaka. Ho an-dRazafitsiandraofa Jean Brunelle, solombavambahoaka voafidy tany Ikongo izay nandray anjara tamin’ity adihevitra ity dia anisan’ny fototra tsy hahafahan’ny tanora mivelatra  ny tsy fisian’ny fandriampahalemana satria takona ny lalan-kizorany rahampitso.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fandriampahalemana Izay vao taitra ingahy Prefe

Mihamahazo vahana hatrany ny tsy fandriampahalemana eto amintsika. Hamoizana aina hatrany matetika, antony nanosika ny prefektioran’ny polisy eto Analamanga handray ny andraikiny ihany koa, miaraka amin’ny tafika sy ny zandary.

 Tafatsangana ny herinandro teo ary efa miasa tanteraka ankehitriny, ilay Centre opérationnel izay handray an-tanana ireo karazana antso sy fitarainana avy amin’ny vahoaka. Arahin’ny mpitandro ny filaminana mandeha an-tongotra any anaty olona izany. Misy koa any anaty fiara  fitateram-bahoaka, raha tsy latsa-danja amin’izany ireo mitaingina môtô. Ireo distrika efatra mandrafitra ny Faritra Analamanga aloha, amin’izao fiandohany izao, no hahazo tombontsoa mivantana amin’izany. Ho an’Antananarivo Renivohitra dia azo atao ny miantso ny laharam-pinday 034 05 531 20, Atsimondrano 034 05 517 15, Avaradrano 034 05 703 75 raha ny laharana 034 14 014 75 no hahazoana ireo mpitandro ny filaminana ao anatin’ny distrikan’Ambohidratrimo. Mandrapihenan’ny asan-jiolahy etsy sy eroa no hiasan’ireo laharam-pinday ireo sy hanaovan’ny mpitandro ny hetsika goavam-be tahaka izao. Tsy vao izao na tamin’ny herinandro lasa no velon-taraina amin’ny tsy fandriampahalemana ny mponin’Antananarivo fa efa amam-bolana maro, saingy izao moa vao taitra sy nifoha amin’ny torimasony izany ireo tompon’andraikitra isan-karazany ka anisan’izany ny eo anivon’ny prefektiora izay toa variana fotsiny amin’ny fandavana ny hetsika kasain’ny fikambanana na antoko politika atao fa tsy mba nifantoka tamin’ity resaka filaminana ity hatramin’izay.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kolonely Andry RakotondrazakaMbola tale jeneralin’ny ATT

Araka ny fanapahana noraisina teo anivon’ny filankevitry ny minisitra ny alakamisy lasa teo, dia nisy ny fanesorana sy fanendrena olona ambony eo anivon’ny minisiteran’ny fitaterana sy ny famantarana ny toetr’andro.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hampiadiana sa hampihavanina ?

Rehefa manaraka tsara ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny, indrindra fa ny tontolo politika iainana amin’izao fotoana izao dia sarotra ny tsy

hahita fa toa feno endrika fifampihatsarana ivelatsihy sy fifehezana kibay an-kelika  hatrany ny fifandraisan’ireo hery politika mijoro na ny manohana ny fitondrana io na manohitra. Toa fifandrangitana lava no hita eto Antananarivo ka hatrany amin’ny faritra ary ny heno dia hoe olobe ao anaty governemanta mihitsy no mandray fanapahan-kevitra maniraka izay eo ambany fifehezany hamoaka baiko miteraka fifandirana, eny ahiana ho fifandrafiana mihitsy aza, eo amin’ny fitondrana mijoro sy ireo tsy mitovy hevitra aminy. Ho sahirana dia ho sahirana raha ny fahitana azy dieny izao sahady ireo ho lany handrafitra ilay komity hisahana ny fampihavanam-pirenena raha ho fampihavanana tena izy tokoa moa no hataon’izy ireo fa tsy sarintsariny. Hampiadiana ve isika sa hampihavanina ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Barea sy Angola any LuandaHoezahana tantaraina mivantana amin’ny RNM

Nanambara ny tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny FMF na ny Federasiona Malagasin’ny Baolina Kitra,

Tia Tanindranaza0 partages

Tompondaka eran-tanin’ny ady totohondryTsy lasa any Allemagne ny delegasiona Malagasy

Mbola tsy lasa nihazo an’i Hambourg - Allemagne toerana hanatanterahana ny lalao fiadiana ny ho tompondaka eran-tany eo amin’ny taranja “Boxe amateur” ny atleta Malagasy, Andrianarivelo Marco Jérôme, tokony hiatrika izany miaraka amin’ny delegasiona miaraka aminy izay ahitana olona 4.

Tia Tanindranaza0 partages

FarmasianinaMbola tena vitsy eto amintsika

Mbola tena tsy vitsy mihitsy ny farmasianina eto amintsika. Raha mahatratra 73 isa mantsy ireo hopitaly eto an-drenivohitra sy ny manodidina amin’izao fotoana, dia ny 12 amin’izy ireo monja no misy farmasianina, antony manosika ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka hanome taratasy ireo olona vonona hiantsehatra manokana amin’ny fivarotana fanafody.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Lisi-pifidiananaMisy kajy maloto avo lenta ?

Mahatalanjona ity lisi-pifidianana hiandrasana manampahaizana avy any ivelany afaka volana vitsivitsy ity, hoy ny CRAM (Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar).

Tokony hanao fifanarahana ny kandidà rehetra fa hanaiky ny voka-pifidianana ao anatin’ny fanajana ny Lalàm-pifidianana vaovao, raha tena manana tanjona amin’ny fifandimbiasam-pahefana tsy misy korontana sy valifaty politika tokoa. Tsy sasatra ny milaza ny CRAM (Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar) fa tokony hofidian’ny fokonolona ny filoham-pokontany sy ny lefiny ary ireo mpikambana ao amin’ny Vaomiera valo handrafitra ny Antenimieram-pokonolona. Raha ny eo anivon’ny Vaomieran’ny fanisam-bahoaka sy mponina ary ny fanomanana ny fifidianana, dia mahazo fiofanana avy amin’ny minisiteran’ny Atitany. Mitovy ny “logiciel” hampiasaina manerana an’i Madagasikara. Fantatra mialoha ny isan’ny mpifidy isaky ny dimy taona satria izay olom-pirenena feno taona ka mahazo kara-panondrom-pirenena dia tafiditra avy hatrany ao anatin’ny lisi-pifidianana  isam-pokontany  ary voasoratra anarana amin’ny Ivontoeram-piofanana eo anivon’ny Distrika amin’ny fanompoam-pirenena ivelan’ny tafika (revolisiona maitso sy revolisiona ekolojika). Tsy mila famatsiam-bola an-tapitrisany dolara avy any amin’ny Banky iraisam-pirenena. Tsy olana ny mametraka ao anatin’ny tetibolam-panjakana ny fampitaovana solosaina isam-pokontany, raha tsara tantana ny firenena. Io rafitra vaovao io ilay antsoina hoe: ”e-gouvernance”. Lasa kara-panondrom-pirenena biometrika no entina mifidy hasolo ny “kara-pifidianana”, miteraka olana hatrany. Tena mangarahara ve ny lisi-pifidianana, izay nitombo 2 tapitrisa mitaha ny tamin’ny 2013 ? Nahatratra 7 971 750 ny tamin’ny fifidianana filoha fihodinana faharoa, kanefa hatrany amin’ny 10 tapitrisa ny isan’ny mpifidy amin’izao. Ekena fa mitombo ny ampy taona afaka mifidy, saingy misy koa ny maty. Misy ny mpandinika sy ny olom-pirenena milaza fa misy lisitra matotoa manodidina ny 2 tapitrisa tonga hipetaka any amin’ny vaton’ny kandida iray ny vatony rehefa tena raikitra ny fifidianana.

Toky R

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

DFP manerana ny nosyTsy hanaiky hoverezin-jo intsony

Nanao tatitra ny fivoriana nataon’izy ireo tany Fianarantsoa farany teo tetsy amin’ny AKFM Andravoahangy ry zareo avy eo anivon’ny

J. Mirija

L'express de Madagascar0 partages

Blanchiment d’argent – Maigres résultats pour le Samifin

Le rapport annuel du Service de renseignements financiers (Samifin) de l’année 2016 montre de maigres résultats. Les maillons de la chaîne anti-blanchiment de capitaux sont encore défaillants.

Trop large. Les gros poissons peuvent encore souffler. Les mailles du filet du service de renseignements financiers (Samifin) à Madagascar sont trop larges.Cette entité en charge de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme a présenté son rapport d’activité pour l’année 2016, hier en son siège aux 67 ha. Bien qu’en nette amélioration, les résultats présentés par le Samifin sont toutefois mitigés.«Nous mesurons la réussite par les personnes incriminées qui sont sanctionnées et quand les fonds détournés rentrent dans les caisses de l’État», explique Boto Tsara Dia Lamina, directeur général.Selon le rapport présenté hier, les premières condamnations pour blanchiment de capitaux par la chaîne pénale anti-corruption (CPAC) ont eu lieu en 2016. Ainsi, quatre dossiers ont été jugés dont trois ont abouti à des condamnations.Il s’agit d’affaires liées aux fraudes fiscales et de trafic d’armes. Une nette évolution, mais comparés aux cent quinze déclarations d’opérations suspectes (DOS) et à la cinquantaine de dossiers transmis à la CPAC, les résultats sont forts maigres.

CoordinationEn termes financiers, neuf milliards d’ariary ont pu être réintégrés dans la caisse de l’État. Toutefois, le montant en jeu sur les dossiers transmis au Parquet et aux autorités compétentes s’élève à quatre-vingt-douze milliards d’ariary.La faiblesse des résultats obtenus puise sa source dans les capacités de la Justice à traiter les dossiers qui lui sont transmis. Actuellement, les cas de blanchiment d’argent sont jugés au niveau de la Cour criminelle au même titre que les braquages à main armée ou les homicides.«Des compétences spécifiques sont nécessaires pour juger les affaires de blanchiment de capitaux donc il faut des magistrats spécialisés sur ce domaine», continue le DG du Samifin. Par ailleurs, l’évo­lution très rapide des techniques utilisées par les délinquants financiers corse le travail des limiers du Samifin.Cette entité ne peut agir qu’à partir des déclarations d’opérations suspectes issues des entités assujetties. Il s’agit des banques, des casinos, des assurances, des bureaux de change, des institutions de microfinance et des opérateurs de mobile-money. «La coordination avec ces informateurs sont à renforcer pour que le Samifin puisse agir efficacement », argue-t-il.Dans la foulée, le service des renseignements financiers malgaches élargit son horizon en intégrant les réseaux au niveau régional et international. À l’instar du Groupement d’action financière (GAFI) régional et de la demande d’adhésion au groupe Egmont, le Samifin veut s’aligner aux standards internationaux en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme.Pour y arriver, une réforme de la législation dans ces domaines est nécessaire. « Nous avons proposé trois projets de lois en 2016. Il s’agit de la loi sur le recouvrement des avoirs illicites, celle sur la coopération internationale et une modification de la loi anti-blanchiment de capitaux», continue Boto Tsara Dia Lamina et de continuer que les deux premiers projets de loi sont déjà adoptés en conseil des ministres et sont en passe d’être votés au Parlement.«Nous avons déjà transmis au ministère de la Justice la loi sur la lutte contre le blanchiment de capitaux mais celle-ci n’a pas encore été discutée en conseil des ministres », a-t-il pesté.En attendant ces lois et surtout les décrets d’application, les délinquants règnent en maîtres d’autant que l’éco­nomie à Madagascar est encore dominée par le secteur informel.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Camp Robin – Deux taxis-brousse proie des bandits

Deux taxis-brousse ont été attaqués, hier au nord du Camp Robin, sur la RN7. L’un des véhicules s’est retrouvé les quatre roues en l’air en faisant trois blessés.

Mésaventure sur la RN7, hier à l’aube. Huit « coupeurs de route » armés jusqu’aux dents ont pris d’assaut deux voitures à la traîne et n’ayant pas pu rattraper le convoi, selon la gendarmerie. Ces taxis-brousse partis d’Anta­nanarivo roulaient en direction de Fianarantsoa. Les malfrats ont déjà barré la route avec des blocs de pierre et ont tiré des coups de feu pour tenter de les immobiliser. Le conducteur a essayé de les contourner, mais a fini par faire une sortie de route. L’automobile s’est retrouvée les quatre roues en l’air après avoir télescopé les barrages. Le constat de la gendarmerie s’établit à trois passagers blessés à cause du violent choc. Les passagers ont été projetés hors du véhicule. Fort heureusement, aucune perte en vie humaine n’est à déplorer. En plus desvitres fracassées, les dégâts matériels étaient importants.

Double arrestationLes bandits ont jeté des pierres sur les deux Mercedes Sprinter avant de détrousser tous les occupants à bord. Selon les explications de l’un des chauffeurs, les malfaiteurs ont opéré à visage découvert. Un gendarme également à bord a immédiatement appelé ses collègues des forces d’intervention de la gendarmerie nationale (FIGN). D’autres éléments en patrouille dans les parages ont été alertés. Ils ont fait battre en retraite les coupeurs de route suite à des échanges de coups de feu.Lors de l’embuscade, une double arrestation a eu lieu. Les forces de sécurité ont mis la main sur deux suspects qui étaient parmi les passagers. Ils ont été embarqués à la brigade pour enquête. Le commando de huit individus armés a pu vider les lieux d’assaut avec leur butin s’élevant à plus de deux millions d’ariary.Cette attaque serait préméditée, d’après les explications d’une source sécuritaire. « Aucun taxi-brousse ne doit être laissé seul depuis Ambositra s’il a raté la caravane. Il faut attendre un nouveau cortège », a-t-elle précisé. Dès le départ, la vitesse ne doit pas excéder les 60 km à l’heure et on ne peut pas dépasser le véhicule devant soi, selon les consignesdonnées aux chauffeurs par la gendarmerie.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Pharmacie publique – Des détournements de fonds mis à nu

Des prestataires ont détourné les fonds des pharmacies publiques. Des poursuites et demandes de remboursement ont été lancées.

La gestion des pharmacies publiques passée au peigne fin. Plus de 760 millions d’ariary se seraient évaporés depuis 2009, au profit des prestataires qui ont été appelés à gérer ces services des hôpitaux ou des centres de santé publique. “Des audits établis ont mis à nu ces vols et détournements de fonds. Ce phénomène a été constaté dans presque toutes les régions”, explique le Dr Nicole Mahavany, directeur de la Pharmacie, des Laboratoires et de la Médecine Traditionnelle. C’était à l’hôtel le Pavé Antaninarenina, hier, dans le cadre de la clôture de l’atelier de plaidoyer sur la gestion des intrants de santé.Ces détournements ont engendré la diminution des fonds utilisés pour le ravitaillement de médicaments dans les pharmacies publiques. Le ministère de la Santé publique a lancé les poursuites des présumés auteurs et une demande de remboursement, pour mettre un terme à ce fléau. Malheureusement, il sort souvent perdant. “Des fois on gagne, d’autres, fois, on perd, faute de preuves. Certains ont été déjà condamnés,  la plupart n’ont pas remboursé la somme qu’ils ont volée”, déplore le Dr Nicole Mahavany.

Manque de pharmacienLe manque crucial de pharmaciens fonctionnaires aurait donné de l’élan à cette pratique malsaine. L’État était obligé d’avoir recours au service des prestataires pour gérer les pharmacies. Seulement 6% des unités de pharmacie sont gérées par des agents du ministère de la Santé publique, actuellement. “Les étudiants ont poursuivi des études en pharmacologie à l’étranger vers l’an 2000, faute de département de formation de pharmacien. En revenant à Madagascar, ils refusent de travailler pour le public, à cause du maigre salaire”, poursuit ce directeur.La tendance commencerait à changer. L’université d’Antananarivo forme des pharmaciens, depuis quelques années. Ils sont incités à intégrer le corps des fonctionnaires. Malgré cela, le ministère ne peut pas encore se passer du service des prestataires. Il n’y a que douze pharmacies des hôpitaux sur les soixante treize existantes qui soient tenues par des pharmaciens fonctionnaires.Ce détournement devrait baisser énormément, au premier trimestre de l’an 2018. “Chacun prendra ses responsabilités. Des évaluations seront effectuées, et le renouvellement du contrat entre le ministère et le prestataire ne s’effectuera qu’après des audits”, révèle une source. Le partenaire du ministère de la Santé publique, à savoir l’Agence des États-Unis pour le développement interantional (USAID) recommande à ce que les directeurs régionaux de la Santé publique sensibilisent les responsables à leur niveau pour que la gestion soit plus efficace.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Sainte Marie – Vingt-deux  livrets des marins inspectés

Les forces de l’ordre ont procédé, jeudi, à l’inspection des vingt-deux livrets des marins à bord d’un paquebot blanc, au large de l’île Sainte Marie. Ce bateau de croisière embarquant des équipages venant du Moyen-Orient s’y est amarré depuis dix jours. « Ce qui suscite la suspicion des habitants, c’est qu’on ne sait pas réellement le motif du périple de ces marins », a indiqué une source au sein du commissariat de la sécurité publique (CSP) de Sainte Marie. « Seuls des livrets comme des passeports ont été trouvés en leur possession, mais pas de visa international lors d’une fouille. Il n’y a rien eu à signaler et on leur a déjà remis leur passeport », a-t-elle précisé.Une information recueillie auprès de ces voyageurs révèle qu’ils sont à Mada­gascar pour une exploration scientifique basée sur les milieux sous-marins. Dix jours sont écoulés, leur demande de laissez-passer du jeudi a été refusée pour des mauvaises conditionsclimatiques. Ils devaient pourtant repartir, hier, sur Nosy Be. La police a tenu à assurer, après son investigation à bord du bateau, qu’il n’y avait rien à craindre concernant le passage de ces matelots dans l’île.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Tintotry 2017- Les Forces armées déballent leur matériel

Le  chef de l’État, Hery Rajaonarimampianina, a promis, hier, au ministre de la Défense nationale du matériel moderne. C’était hier aux manœuvres militaires organisées  au Tampoketsa-Ankazobe.   

Protéger les citoyens et servir la Patrie. Ce sont, affirme le chef suprême des Forces armées, le président Hery Rajaonarimampianina, les objectifs finaux de la manœuvre militaire, « Tintotry 2017 » qui se déroule depuis le 10 août jusqu’à ce jour, au Tampoketsa-Ankazobe. La journée d’hier a marqué  la fin des exercices qui se sont déroulés au Centre d’instruction des forces d’intervention de l’Armée au Tampoketsa. En fait, il s’agissait d’exercices de tirs de gros calibres et de canons anti-aériens, ainsi que de simulations d’attaque en cas d’agression étrangère mettant en péril la souveraineté nationale.« Nous avons vu les réalités ce jour et  entendu tonner les canons. Ce qui remet en cause les rumeurs que répandent les détracteurs, lors des défilés du 26 juin à Mahamasina. Ce matériel militaire fonctionne bel et bien. » Et d’ajouter : «C’est un nouveau souffle et une nouvelle énergie pour notre Armée. »

RéveilEn réponse au discours du ministre de la Défense nationale, le général de corps d’armée Béni Xavier Rasolofonirina, le président de la République a annoncé sa volonté de doter l’Armée en matériel moderne, à l’exemple des buggys, des quads et des drones qui ont été utilisés à Ankazobe. L’objectif est de disposer d’équipements à la hauteur des responsabilités, pour permettre aux forces armées de mener à bien leurs missions de servir la Patrie et protéger les citoyens.« Tintotry » est un terme betsimisaraka qui exprime le « Réveil » après de longues années d’absence ou d’inertie. Selon le ministre de la Défense nationale, « les manœuvres militaires datent de la première République, et ce n’est que cette année qu’elle est de nouveau organisée ». L’objectif est de remettre en valeur les capacités opérationnelles qui existent dans l’Armée malgache, d’une part, et d’autre part, de continuer les entraînements militaires afin de mettre en évidence la coordination des actions.

Raheriniaina 

L'express de Madagascar0 partages

Opposition – Le DFP prépare un simple meeting

Lors d’un point de presse que le « Dinika ho Fanavotam-Pirenena » ou DFP a organisé hier, au siège de l’AKFM, Maharavo Ratolojanahary a réaffirmé la tenue d’une manifestation du 22 au 25 Août au gymnase couvert à Mahamasina. Il a également expliqué que ce ne serait pas encore une descente dans la rue, même si c’est l’objectif annoncé au début de la lutte, mais un simple meeting avec le peuple pour l’inciter à se lever et à s’exprimer. « La liberté d’expression est reconnue par la Constitution, c’est même un droit », a-t-il soutenu. D’après ses explications, c’est lors d’une tournée à Fianarantsoa que cette date a été discutée et décidée avec tous les membres du DFP et des forces de changement de toute la Grande île. « Nous nous sommes réunis entre nous et avec le peuple de Fianarantsoa. Nous sommes arrivés à la conclusion que ce mouvement devait s’effectuer partout à Madagascar », a-t-il déclaré.D’après ce porte-parole du DFP, la commune urbaine d’Antananarivo a donné son autorisation le 11 août. « Nous avons envoyé une demande préalable à la préfecture depuis lundi », a-t-il ajouté. Selon Maharavo, « la loi exige que la préfecture donne une réponse à la demande. Si elle ne répond pas, cela signifie un accord. Au cas où le préfet de police refuserait de donner l’autorisation, il doit notifier expressément son refus et nous l’envoyer et non pas le faire verbalement ». À ce propos, le préfet de police a déclaré, lors d’un point de presse à Tsimbazaza hier, qu’il répondrait à cette demande en temps voulu.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Vie d’entreprise – Coup de pouce aux jeunes vulnérables

DHL Madagascar s’engage encore plus à soutenir les jeunes vulnérables et brillants de l’organisation non gouvernementale (ONG) SOS village d’enfants. Ce leader de l’industrie de la logistique va accueillir plus de jeunes de cette ONG, en ce mois, grâce à son projet «warehousing». Le recrutement a commencé le 13 juillet et voilà qu’il étend le nombre de bénéficiaires. «Au début, DHL a accueilli les jeunes pour effectuer des stages professionnels ou du parrainage professionnel, mais au fil du temps, nous avons constaté que ces jeunes étaient sérieux et compétents. Nous avons décidé de les recruter» cite son directeur général,  Mamy Rakotondraibe, dans un communiqué de presse indiquant le renforcement de partenariat entre les deux parties, hier.Leur partenariat date de l’an 2009. Ils sont liés par le programme Go teach qui vise à faire connaître aux jeunes de cette association les valeurs et la vie d’entreprise. Depuis, trente jeunes de SOS Villages d’Enfants ont travaillé pour DHL. Les uns tiennent des postes de commerciaux, d’autres sont animateurs, magasiniers et autres encore. Certains de ces jeunes travaillent encore pour le DHL, jusqu’à ce jour. Trois d’entre eux y ont même passé 4 ans.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Événement – « Tana in rock » remet le couvert 

Une épopée tonitruante et galvanisante à travers les mélodies du rock’n’roll. « Tana in rock » rempile pour une 2e édition doublement électrisante dans la capitale.

Un ralliement des troupes pour tout métalleux de tous âges et de tous horizons. « Tana in rock », organisé par Best Pro, réunit, le temps d’un rendez-vous unique les sommités du rock national sur sa scène. Un événement à part, quasiment unique en son genre sur la scène artistique nationale, ce dernier s’affiche comme des retrouvailles chaleureuses entre les « All stars » du rock malgache. L’affiche du « Tana in rock » en soi justifie d’ailleurs à elle seule, l’engouement et l’impatience dont font preuve les métalleux de la capitale.En effet, pour sa deuxième édition, l’événement a tout aussi bien tenu à redoubler d’effort pour surprendre tous les férus de rock. Telle l’affiche d’un bon film d’action américain à gros budget, celle de « Tana in rock » fédère Nini du groupe Kiaka, Abass du groupe Apost, Ken de Mage 4, les illustres Batata et Niry de Iraimbilanja, Lija en solo, Jacquot de Green, le charismatique Rheg et l’atout charme du groupe Iary. En deux temps, il donne rendez-vous au public au Dôme RTA Ankorondrano le 1er septembre à 21h, puis le 3 septembre à 15 h à Antsahamanitra.

Pour un rock intemporel« On promet d’enflammer aussi bien la scène que le public à travers ces deux rendez-vous. Une véritable communion solidaire et fraternelle à travers le rock enchantera toutes les générations de métalleux qui se joindront à nous », souligne Mbinintsoa Rakotoarivelo, initiateur de l’événement. Au-delà des deux concerts, c’est en outre tout un programme que « Tana in rock » réserve à tous ceux qui y répondront présent. Pour le Dôme RTA Ankorondrano, par exemple, le « Club de Motards, Groscylindrés » de la capitale s’affichera fièrement en y faisant continuellement vibrer leurs bolides à deux roues sur place aux rythmes des chansons sur scène.Pareil pour Antsahamanitra où de belles surprises tout aussi stimulantes sont prévues. « C’est une grande fierté pour nous de savoir que cette flamme du rock reste inextinguible au fil des ans, surtout grâce à des événements de ce genre qui perpétuent ses valeurs. On est ravis de toujours pouvoir partager notre passion avec vous et de l’envergure que prend cet événement » confie Niry du groupe Iraimbilanja. « Tana in rock » qui s’affirme autant comme un panthéon pour les légendes du rock national qu’un pont vers la nouvelle génération. Se retrouveront ainsi également sur scène à l’occasion, les jeunes groupes Angaroa, Allkiniah, Dark Inside et Iniah. Une véritable déclaration d’amour au rock, le temps d’un week-end bien fumeux, bercé par les riffs du rock est d’ores et déjà à marquer dans vos agendas.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Jeu de société – S’adonner à un exercice cérébral convivial  autour d’un échiquier

Du 17 août à demain, se déroule au Cercle germano-malagasy à Analakely le championnat national de jeu d’échecs. Un sport cérébral qui améliore la capacité de résoudre les problèmes et le raisonnement.

L’Open International et le championnat par équipe du jeu d’échecs vont se tenir, cette année, dans les prochains mois. Mais cette semaine, le championnat national se déroule déjà au Cercle germano-malagasy à Analakely du 17 au 20 août pour cette année 2017.  Tandis que le championnat national sénior a eu lieu à Arivonimamo la semaine passée.Il est ouvert à tout le monde, notamment aux clubs existants. La région Analamanga compte, à l’heure actuelle, quatorze clubs. Le championnat national comporte plusieurs catégories, dont les moins de dix ans ou U10, les moins de douze ans ou U12, les moins de quatorze ans ou U14, les moins de seize ans ou U16, les moins de dix-huit ans ou U18 ainsi que les femmes et les vétérans. Les joueurs sont à majorité des jeunes.

C’est un jeu de société à dimension tactique particulière. Il améliore la capacité de résoudre les problèmes et le raisonnement.Il se joue sur un plateau ou tablier appelé échiquier, composé de soixante-quatre cases claires et sombres tout simplement désignées par cases blanches et cases noires. Ce jeu de société oppose deux joueurs qui se trouvent en vis-à-vis et séparés par l’échiquier. Au départ, ils possèdent chacun  un roi, une dame, deux tours, deux fous, deux cavaliers et huit pions. Ils jouent à tour de rôle en déplaçant l’une de leurs seize pièces, claires pour le camp des blancs, sombres pour le camp des noirs.  Le but du jeu est de porter atteinte à son adversaire en infligeant un échec et mat, une situation dans laquelle le roi d’un adversaire est en prise sans qu’il soit possible d’y remédier.

Un programme d’appui éducatif

Le « mini-chess » est un programme d’appui au système éducatif destiné aux élèves de cinq à neuf ans et ouvert à tous les établissements scolaires qui ont une infrastructure répondant aux normes requises. Quatorze écoles pilotes dans la capitale, dont deux sont des instituts publics, adoptent ce programme d’appui dans leur programme scolaire. Selon les études menées par des spécialistes, le « mini-chess » stimule les mathématiques, les sciences et les aptitudes à la vie quotidienne.

 

Un échiquier et les styles de  pions qui composent le jeu d’échecs.

Un dérivé du « shatranj »

Le jeu d’échecs a étéintroduit dans le Sud de l’Europe à partir du Xe siècle par les Arabes, mais on ignore où il a été exactement inventé. En tout cas, il dérive du « shatranj » ou « chatrang » qui lui-même est la version perse du « chaturanga » de l’Inde classique. Les règles actuelles sont fixées à partir de la fin du XVe siècle.Le jeu d’échecs est l’un des jeux de réflexion les plus populaires au monde. Il est pratiqué par des millions de gens sous de multiples formes : en famille, entre amis, dans des lieux publics, en club, en tournoi, par correspondance, contre des machines spécialisées, entre ordinateurs, entre programmes, sur Internet, aux niveaux amateur et professionnel…Depuis son introduction en Europe, le jeu d’échecs jouit d’un prestige et d’une aura particulière. Il est devenu peu à peu « le roi des jeux » ou encore « le noble jeu », en référence à sa dimension tactique et à sa notoriété mondiale.

Faniry Harilala Rajaonarisoa, notre champion national, rêve aussi d’un tournoi africain. 

Faniry Harilala Rajaonarison, un jeune homme de 27 ans, est le champion national depuis trois années 

consécutives, en plus de son titre national en 2012. L’étudiant, en deuxième année en gestion, rêve de faire carrière dans le secteur bancaire. Il suit actuellement un stage au Centre d’information des Nations Unies ou CINU.Ils étaient trois à apprendre le jeu d’échecs durant leur enfance, juste par simple curiosité. À 18 ans, il pensait qu’il était assez fort pour se mesurer à d’autres adversaires : il s’est inscrit à son premier tournoi qui s’est déroulé au Cercle germano-malagasy. Il a été déçu de son résultat et  s’est entraîné davantage pour être meilleur en participant à presque tous les tournois de la capitale. Il passe régulièrement un bon quart d’heure sur facebook pour s’exercer à peaufiner sa stratégie d’ouverture, du milieu et de la finition.« Je lis beaucoup et pas forcément des ouvrages sur le jeu d’échecs. Cela m’aide beaucoup dans ma façon de jouer », nous confie Faniry qui rêve de se mesurer à Caruana Fabiano sur un échiquier. Faniry adore regarder la télévision et les séries télévisées. Il s’adonne aussi à d’autres jeux de société.

Yves Rakotomaharo, président de la Fédération malgache de jeu d’échecs sollicite l’appui des partenaires pour les différents championnats.

Textes: Ricky Ramanan – Photos: Tojo Razafindratsimba

 

L'express de Madagascar0 partages

Arbitre – Hamada Nampiandrasa désigné au Mondial U17

Grande première pour Hamada Nampiandraza. L’arbitre international malga­che officiera à la Coupe du monde des moins de dix-sept ans. Il s’agit de sa toute première désignation dans un tournoi de la FIFA, sachant qu’il compte déjà plusieurs apparitions en compétitions continentales.Ce Mondial U17 se tiendra en Inde, avec vingt-quatre nations en lice réparties en six groupes. Il s’étalera du 6 au 28 octobre. Hamada Nampiandraza est le premier arbitre malgache masculin sélectionné pour un Mondial.Chez les dames, Pélagie Rakotozafinoro a déjà été désignée à plusieurs reprises au niveau de la FIFA. Pour Hamada, c’est une nouvelle étape de franchie dans sa carrière internationale, qui a débuté à la Coupe d’Afrique des Nations U20 2011, en Afrique du Sud. Par la suite, il avait été appelé pour la première fois en CAN séniors en 2012, au Gabon et en Guinée Equatoriale.Aujourd’hui, il compte quatre apparitions en phase finale de la CAN et une en phase finale du Championnat d’Afrique des Nations, en 2016 au Rwanda. Il possède désormais l’expérience requise pour officier dans un tournoi à l’échelle planétaire.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Électricité – Les lampes économiques ont la cote

Avec le problème de délestage, les gens ont décidé d’économiser l’électricité et d’utiliser des lampes économiques. Si les personnes vivant dans les endroits dépourvus d’électricité ont besoin de panneaux solaires, ceux habitant dans les grandes villes optent pour les lampes économiques et les lampes qui marchent avec de l’eau afin de résoudre les problèmes de délestage.«Nous préférons utiliser les lampes économiques car cela réduit les factures de l’électricité. Puis, on peut l’adapter avec une batterie au cas où il y aurait  un délestage », affirme Haingomalala Harinirina, mère de famille. Les lampes d’eau sont très prisées par les Antananariviens selon Fanja John Fanja Raharisolo, vendeuse de divers articles électriques à la Petite Vitesse Analakely.« Les lampes économiques et les lampes d’eau sont les plus demandées par les habitants de la capitale. Nous arrivons à écouler jusqu’à dix lampes par jour. Si l’on utilise la lampe à eau, on la charge d’abord avec du courant puis on met le bout de port de la douille dans un verre d’eau. Puis cela marche très bien ». Par rapport à la lampe normale, les lampes économiques coûtent plus cher.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Tennis - U 18 - Finaritra et Miary Zo à l’assaut de Maurice

Une expérience internationale à saisir. Après Tsantaniony Iariniaina qui revient samedi d’une tournée de trois semaines financée par la fédération malagasy de tennis au Zimbabwe dans le circuit U18 mondial, deux autres joueurs malgaches prendront le relais à Maurice.Il s’agit de Finaritra Andria­madison, championne de Madagascar 2017 des U16 filles et de Miary Zo Rakoton­dramboa, champion de Madagascar 2017 chez les U18 garçons. Ces deux joueurs prendront part à deux tournois sur les courts du tennis club Petit Camp- Phoenix à Maurice. Le premier s’étale du 21 au 25 août et sera un grade 4 tandis que le second se jouera du 28 août au 1er septembre et sera un grade 5.Jusqu’ici, cinq joueurs malgaches ont un classement mondial chez les juniors et font tout leur possible pour grapiller le moindre point afin d’avoir une meilleure prestation sur la scène internationale.On a Narindra Ranaivo et sa sœur jumelle Mialy Ranaivo, les pensionnsaires du centre de la fédération internationale de tennis de Nairobi qui ont respectivement 35 points (936e mondiale) et 18,75 points (1475e mondiale) après une année de compétition.Après, on a Tsantaniony Iariniaina, qui, jusqu’ici à quinze points est classée 1588e mondiale après seulement sa tournée au Zimbabwe. Finaritra Andria­madison, quant à elle, après deux tournois au Kenya au mois de juillet a 8,75 points est classée 1911e mondiale. Miary Zo Rakoton­dramboa, qui était 556e mondial durant les premiers mois de l’année est redescendu à la 1374e place avec 18,75 points.Avec ce constat, Finaritra et Miary Zo pourront glaner quelques précieux points à Maurice. Même constat pour Tsantaniony Iariniaina qui mettra le cap, quant à elle, en Egypte à partir de lundi pour une semaine de formation avec l’élite africaine des U16 et pour deux tournois U18.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Aft Andavamamba – « Jazz it up » respire la jeunesse

Un genre populaire et qui n’est plus à présenter auprès des mélomanes de la Grande île. Le jazz occupe une place d’honneur au sein de la programmation culturelle et artistique de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) à Andavamamba depuis plusieurs années. Portée par son fameux club de jazz, l’AF Jazz, regroupe plusieurs talents et voit, chaque année, l’émergence de nouveaux jazzmen à découvrir. L’événement « Jazz it up » dont le leitmotiv principal est de valoriser le jazz dans toute sa splendeur, y rempile ainsi pour sa troisième édition. Pour l’occasion, rendez-vous est ainsi donné les 26 et 27 août pour retrouver des musiciens d’exception, resplendissant de jeunesse sur la scène de l’AFT Andavamamba.D’une sobriété mélodieuse, « Jazz it up » affiche donc le temps d’un week-end des moments enchanteurs qui réjouiront aussi bien les profanes, que les oreilles aguerris. Au programme, un vibrant hommage à Django Reinhardt prendra place dans la soirée du 25 août à 19h. S’ensuit le lendemain un grand concert sur la scène extérieure de l’AFT Andavamamba avec l’AF Jazz, le Jazz Club du Cercle Germano-Malgache (CGM) Analakely, le Trio Raoelison, Andy Razafindrazaka Quartet, le Jazz Quart et Elie Ramasindraibe. Un événement unique où se retrouveront des professionnels, des étoiles montantes et des artistes talentueux, c’est ce qui vous attend.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Hery Rajaonarimampianina au jubilé du FJKM

La célébration du jubilé de 50  anniversaire de l’Église réformée de Madagascar ou FJKM (Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara), s’est ouverte hier matin au grand stade d’Antsiranana et sera clôturée demain.Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, qui a rejoint Antsiranana hier après-midi,  après le Tampoketsa, a été accueilli à l’aéroport par les représentants du Comité d’organisation du jubilé. Il leur a rappelé que le gouvernement a déjà contribué et contribuera toujours, autant que possible, à la bonne organisation de ce jubilé du FJKM qui réunit des centaines sinon des milliers de pasteurs et de fidèles.Ont également accueilli le chef de l’État à sa descente d’avion, le président du Sénat, Honoré Rakotomanana, celui de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, le ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, André Neypatraiky Rakotomamonjy, ainsi que plusieurs autres responsables étatiques et élus de la région Diana.

R.

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Claudio au départ  du MX Bras Panon

Au mois de mars, Claudio Tida avait dévoilé son projet de courir à La Réunion. Un projet qui est en passe de prendre forme, ce week­end. Le quadruple cham­pion de Madagascar sera au départ du MX Bras Panon, dernière manche de la saison sur l’île sœur.Il pilotera une Husqvarna FC-350. Il s’agira de sa toute première participation à une course à La Réunion. « C’est la fin du championnat réunionnais. Je roulerai sur une 350, dans la catégorie MX1. Ce sera ma toute première course là-bas. En MX1, ils ont un bon niveau d’après ce qu’on m’a dit », confie-t-il.Dimanche dernier, Clau­dio a remporté le Cross Country Fibasom, sur le circuit d’Ampahazony, à Maha­janga, au guidon de son habituelle Kawasaki KXF-250. En bonne forme actuellement, il peut très bien rivaliser avec les pilotes réunion­nais. D’autant plus qu’après cette cinquième manche du championnat de Mada­gascar, il a encore accentué son avance en tête du classement général.Avec une marge confortable, il est serein, quant à une éventuelle consécration en fin d’exercice. Et donc, il peut se concentrer entièrement sur cette première sortie à La Réunion.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Championnat de Madagascar – Choc des générations Harivony vs Toky

Une fois de plus, la performance de Toky Ranaivo a éclipsé les prestations des autres joueurs, au cham­pionnat de Madagascar. Il s’est défait de Miary Zo Rako­tondramboa, de quatre ans son aîné, hier, sur la terre battue de l’Acsa, en huitièmes de finale de la catégorie première série (6/4, 3/6, 6/3).En quarts de finale, on aura ainsi droit à un véritable choc des générations, puisqu’il affrontera Harivony Andrianafetra, qui a éliminé Tsialiva Rajaobelina en deux manches (6/4, 6/2). D’un côté donc, Toky, le plus jeune du tableau première série. Et de l’autre, Harivony, le plus âgé.Dans les autres huitièmes de finale, Ando Rasolo­malala, tenant du titre, a notamment réussi son entrée en matière contre Hasina Mbolanirina (6/2 6/0). Il retrouvera Vahia Rabarijaona, ce samedi, qui s’est qualifié par WO en raison de la blessure d’Andritokiana Ratsimandresy.Du côté des dames, on connait déjà les affiches des demi-finales. Fitia Ravo­niandro sera aux prises avec Finaritra Andriamadison. Hier, elles ont respectivement éliminé Lily Charline Ravololoniaina (6/3, 6/3) et Murielle Rafanomezantsoa (6/1, 6/3). Manuella Robinson, victorieuse de Miora Andria­nantoandro (1/6, 6/3, 7/5), retrouvera, dans l’autre match du dernier carré, Viviane Rasoarilalao, qui a sorti Mialy Ranaivo (6/3, 6/3).

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Pris en flagrant délit et torturé

Un voleur à la tire pris en flagrant délit à Antani­narenina, près du ministère des Finances et du Budget s’est fait arrêter par les badauds, hier en plein jour. Il s’est brusquement emparé du smartphone d’une femme qui était sur le point de se prendre en selfie. Il a été appréhendé et a été torturé.

L'express de Madagascar0 partages

Haingàna fa ho ritra ny rano e !

«Tanindrazana ! Fomban-drazana !! Tenin-drazana !!!»: mizàna andanjana ary sedra amantarana ny olombanona ireo hoy Johanesa Rakotovao amin’ny Sasin-teny nataony nialoha ny «Ohabolan’ny Ntaolo» nangonin’ny Misioneran’ny LMS (London Missionary Society) William Edward Cousins (1840-1939). W.E. Cousins dia isan’ny nahasoratra betsaka indrindra tamin’ireo misionera hatramin’ny nahatongavany voalohany teto Antananarivo tamin’ny 2 septambra 1862. Izy no nitarika ny komity nandinika indray ny dika-teny malagasy ny Baiboly ny taona 1873.Mpikambana tamin’io komity io, solontenan’ny NMS (misiona loterana norveziana) ny Mpitandrina Lars Dahle (1843-1925). Izy no nangataka mba ho ny teny hebreo sy grika no hifotorana adika amin’ny teny gasy. Vita tamin’ny 1887 izany Baiboly protestanta faharoa izany. Tsangambaton’i Lars Dahle ny boky «Malagasy folklore» (taona 1877).Ny «Malagasy proverbs» (taona 1871) voaangon’i Cousins sy Parrett dia niisa 1477 tamin’ny taona 1871 ary tafakatra 3790 ny ohabolana rehefa natonta fanindroany ny boky (taona 1885). John Alden Houlder ihany koa, misionera LMS, dia nahavita nanangona, nandika ary namakafaka ohabolana 2318 nandritra ny 24 taona (1871-1895) nipetrahany teto Madagasikara. Nialoha azy rehetra ireo dia efa nisy ohabolana ihany koa voatanisan’i David Griffiths tamin’ny taona 1854.Ireny asa-soratry ny misionera (LMS, NMS, Jesoita) ireny no nalaza saingy tsy azo adinoina ny ezaka natomboka tamin’ny voalohandohan’ny nanjakan-dRanavalona Reniny (1828-1861).«Tanindrazana ! Fomban-drazana !! Tenin-drazana !!!». Marihina tsotsotra fotsiny fa ao amin’ny bokin’i Houlder, ohatra, dia vitsy lavitra kokoa ny ohabolana miresaka ny fahendrena noho ny ohabolana mitsikera ny hadalana. Izay tokoa angamba ilay hoe  «mananatra ny adala, ka ny vava no vizana». Akanjon-goaika ka vita fony kely matetika kokoa izany ny hadalana ary indraindray ihany isika vao mahatsapa tokoa hoe «fahadalam-pietrana, fahendrem-pisondrotana».Tsy ho ary voatanisa eto ny ohabolana an’arivony fa indro vitsivitsy atsipy am-pon’ny mahalala. Matetika miverina ny fomban’ny biby nahazatra ny Ntaolo ary nahafoizany andro sy fotoana nodinihina : kary, vorondolo, tsikovoka, voalavo, totozy, kisoa, amboa, akoholahy.1. Lahy antitra kendam-bodiakoho : mahazo fanjakana vao mivadi-boamaso.2. Mirediredy ho lambolahy, fa rehefa mahita ny ampombo malemy, miketraka ho reni-kisoa. Kabarin-tsaka ka vao miteny dia omeo.3. Papango amam-borona : iray toerana fa samy hafa faniry ; totozy sy voalavo : iray volo, fa tsy iray raharaha ; tsiboboka sy toho : rano no iraisana, fa ny tarehy samy hafa.4. Tranon-takatra nidiram-borondolo sy jiolahy nahafaty mpamosavy : simban’olon-dratsy ny olon-tsy vanona. Lolo mamoha angatra : maka afo amin’ny maty. Kary mihomehy vorondolo : ny mandady indray no mihomehy ny manidina.5. Akoholahy maro an-dRova, samy te haneno avokoa.6. Aza manao toy ny tandindona : miaraka ihany fa tsy azo ho namana.7. Tsikovo-drano sy foza voatango : haingàna, lalina saina, fa ho ritra ny rano.Farany : ny anatra, hono, vahiny : tiana, mody mandry ; tsy tiana, mitampody.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Un banquier introu­vable

Le principal suspect dans la disparition des quatre cent quarante millions d’ariary d’une banque à Tsimbazaza court toujours et demeure jusqu’à présent  introuvable. Des avis de recherche ont déjà été lancés par la brigade criminelle (BC) section 1 à Anosy. La Renault Clio, immatriculée 9881 TBB qu’a utilisé le fugitif pour transporter le pactole est déjà entre les mains de la police. Sa femme a déjà été auditionnée à la BC.

Midi Madagasikara0 partages

Mananara Avaratra : Voasambotra ireo nangalatra ny lakolosin’ny fiangonana Fjkm

Ilay lakolosy nangalarin’ireo olon-dratsy.

Ny 8 martsa lasa teo dia niharan’ny fangalarana ny lakolosin’ny fiangonana FJKM tao Ambodivoanio, Mananara avaratra. Efa nisy ny fitoriana sy fitarainana nataon’ireo mpino sy ny pasitera tany an-toerana tamin’izany ary nanomboka tany ny fanaraha-maso natao mikasika ity raharaha ity. Dimy volana aty aoriana dia nody ventiny ny hetsika nataon’ny mpitandro ny filaminana sy ny fokonolona ary ireo mpino tao amin’ity fiangonana FJKM tao Ambodivoanio Mananara avaratra ity, satria ny herinandro nivalona iny dia tratra ireto telo lahy voalaza fa nangalatra izany. Mbola tratra tamin’izy ireo ihany koa ny lakolosy nangalarin’izy ireo tao anatin’izay dimy volana izany, izay heverina fa tsy nahitan’izy ireo mpividy. Nandritra ny fahatrarana azy telo lahy ireto no nahalalana fa mahatratra iray miliara ariary ny iray kilao amin’ireo lakolosy fahiny ireo raha mahavita mamono tambajotra na finday izany, saingy manodidina ny 10 tapitrisa ariary kosa izany raha tsy mahavita izany. Vokatr’izay resa-bola izay no nahatonga azy telo lahy ireo nangalatra ity lakolosy ity izay mitondra ny marika « RF », nefa tsy nahitan’izy ireo mpividy izany, ary efa henjana ihany koa ny fanaraha-maso natao, noho ny firongatry ny halatra lakolosim-piangonana tao Mananara avaratra sy Maroantsetra iny…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ambato Boeny : Basy vita gasy saika hoentina manafika saron’ny zandary

Mirongatra tanteraka ny asan-dahalo any amin’iny distrik’Ambatoboeny iny. Eo anatrehan’izany dia tsy mitsahatra manao fisafoana na andro na alina ireo tompon’andraikitry ny filaminana. Tamin’izay indrindra, tao amin’ny kaominina Marosakoa, no nifanena tamina telolahy mampiahiahy ireo zandary avy ao Ankazomborona, izay teo am-panaovana fisafoana mihitsy. Rehefa natao avy hatrany fisavàna dia nahitàna basy vita gasy roa tany amin’izy ireo. Fiarovan-tena sa saika hanaovana fanafihana ? Manjaka dia manjaka tokoa ny resaka tsy fandriampahalemana any an-toerana. Tsy fantatra intsony ny olon-dratsy sy ny olona miaro tena. Raha tsy hiteny afa-tsy ireo dahalo am-polony maro niakatra tao an-tampon-tanana, nanafika sy naka omby, ny voalohadohan’ny herinandro teo. Fa teo ihany koa ny fandratrana ny sefo fokontany tao Ampanofo, mbola ny voalohandohan’ny herinandro teo hatrany. Ity farany moa dia novelesin’ireo dahalo maherin’ny 30 lahy, nirongo basim-borona sy basy vita gasy nanafika tao an-toerana, tamin’ny kibay. Lasan’izy ireo avy eo ny basiny. Efa mandeha ny fikarohana, ny fanarahan-dia ary ny fanenjehana ireo malaso any an-toerana. Ireo telolahy tratra niaraka tamin’ny basy vita gasy kosa dia nentina avy hatrany nanaovana famotorana ary nogiazana ireto basy ireto.

m.L