Les actualités à Madagascar du Mercredi 19 Juillet 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara2070 partages

Football – COSAFA U17 : Fosa Juniors sauve les meubles

Le président Arno Steenkist laisse exploser sa joie quand Fosa Juniors gagne.

Incroyable mais hélas vrai, le représentant malgache au COSAFA Cup des 17 ans et moins en l’occurrence la sélection d’Analamanga a failli ne pas partir pour l’île Maurice. La faute à un sponsor qui s’est rétracté à la dernière minute plongeant ainsi dans le désarroi cette délégation.

Le président de la ligue d’Analamanga, Tota Henintsoa Rakotoarimanana, a sans doute vécu sa pire journée quand il fut mis devant le fait accompli comme quoi le sponsor initial qui a accepté de collaborer pour la participation de Madagascar à ce COSAFA Cup U17, s’est retiré pour des raisons qui restent obscures.

Heureusement pour la ligue d’Analamanga que Fosa Juniors par le biais de son président, Arno Steenkist, a choisi d’intervenir pour tout prendre en charge. Un généreux geste qui s’explique par la grande passion de cet homme pour le football mais aussi sa volonté d’aider ses joueurs.

Pour la petite histoire en effet, il y a huit joueurs dans la liste des 25 personnes prises en charge par le COSAFA.

A noter que le tournoi débute ce vendredi pour ne rendre son verdict que le 30 juillet mais la prise en charge du COSAFA prendra fin lorsque l’équipe est éliminée en cours de route.

Mais malgré ce vrai faux départ, le moral de la troupe est au beau fixe après avoir passé par un encadrement de premier choix avec Tony et Yves Rabemaromanga, celui-là même qui a façonné tous les grands noms de l’Ajesaia pour ne citer que Abel Randriamanantena (Ludogorets) et Bolida Nomenjanahary (Paris FC) sans oublier Deba Kely.

Clément RABARY

Tia Tanindranaza222 partages

Hery RajaonarimampianinaNisy Frantsay saika hamono ?

Re avy amina loharanom-baovao iray fa nisy ny fikasana hamono ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina, tsy ela akory izay ka mersenera vahiny, teratany Frantsay manana fiaviana Alzerianina no nikotrika azy.

 Mitondra ny anarana A.H izy ity. Araka io loharanom-baovao io dia nisandoka ho manamboninahitra kolonely Frantsay izy. Voalaza fa nisy fotoana tena nahatoky azy io ny filoha Rajaonarimampianina, hany ka efa tafiditra ny lapa sy nahafantatra ny tokony ho fantatra rehetra ao ity vazaha mersenera ity. Ny tena loza dia efa fantany avokoa ny kipitsopitsony rehetra momba ny fiarovana sy fiambenana ny filoha. Nisandoka ho manampahaizana manokana momba ny fiarovana ity mersenera ity. Efa nisy mihitsy ny fotoana nanofanany ireo andiana mpiambina manokan’ny filoham-pirenena. Efa nanomboka nanara-dia ny filoha ireo olona nampidiriny sy nofaniny ireo saingy tsy mbola natao ho mpiambina akaiky (garde rapprochée) aloha. Nisy anefa ny zavatra nanomboka nampiahiahy ny filoha satria nipoitra tsikelikely ny lainga, hoy ny loharanom-baovao ihany. Tsy maintsy nisy rahateo ny fanadihadiana ifotony natao tamin’ity vazaha milaza azy fa kolonely ity, natao ny fanarahan-dia ka teo no nahitana fa tena mpisandoka i A.H. Nisy fotoana nilaza izy fa ho any Frantsa. Rehefa nojerena anefa ny teny Ivato dia tsy nandeha izy. Tsy vitan’ny hoe nanao fanambarana diso fa tena olon-kafa mihitsy no nandeha tamin’ny anarany. Voaporofo teo ny naha  mersenera azy ary fantatra fa mbola misy teratany Frantsay sy Belza hafa miaraka aminy mety mbola tavela eto Madagasikara ary mety miketrika io famonoana ny filoha Malagasy io. Io tranga io no voalaza fa nahatonga ny filoham-pirenena mivady nikarakara fatratra ny miaramila, indrindra fa ireo mpiambina ny lapam-panjakana Iavoloha sy mpiambina manokana izay vao nahazo trano sy fitaovana tsy ela akory izay. Raha ny fantatra ihany dia efa voasambotra ary nampidirina am-ponja tamin’ny fomba miafina io vazaha mersenera heverina ho nikotrika ny famonoana an’i Hery Rajaonarimampianina io. Tsy fantatra kosa anefa ny fomba niheverany hamonoana ny filoha, ny fotoana ary ny toerana. Taorian’io, araka ny fantatra hatrany, dia niha hentitra ny fiarovana ny filoham-pirenena.

Midi Madagasikara204 partages

Faritra Sofia : Zandary voaroaka mamatsy basy ny jiolahy

Nitonona ny anaran’ity zandary teo aloha ity avokoa ny ankamaroan’ny jiolahy ; izay voasambotra noho ny fanafihana mitam-piadiana na koa noho ny halatra lakolosy izay nitranga tany amin’ny faritra Sofia. Lehiben’ny borigady iray tao anivon’io faritra io ny voakasika ary noroahina rehefa nandalo filan-kevitry ara-pitsipipipehezana (conseil de discipline) teo anivon’ny zandarimaria. Efa tonga teo anivony ihany ny fanadihadiana izay nandeha taorian’ny fitoriana samihafa izay nipetraka. Saingy mitaraina ankehitriny ireo olona satria tsy mba naiditra am-ponja akory izy na dia efa nisy aza ny fanapahan-kevitry ny fampanoavana momba izany. Manahy ny olona fa manao kolikoly ary tsy azo kitihina na koa tsimatimanota ity zandary teo aloha ity. Maro ny fanafihana izay mitranga ary voatonona hatrany ny anarany, na izany ho atidoha nikotrika, izany hoe nanome ny vaovao sy ny olona hatao lasibatra ho an’ireo jiolahy, na koa izany eo amin’ny famatsiana fitaovam-piadiana azy ireo. Ankoatr’izay, dia manahy ny amin’ny ainy ireo olona izay efa voatafika satria toa namono biby tsy nahafaty ihany. Na dia efa nitohoka tamin’ny tenda aza mantsy ny porofo nentin’izy ireo, dia tsy nisy varany izany hatreto. Mazava izany fa manahy ny hisian’ny valifaty ny olona izay sady efa voatafika no mbola mety hiverenan’ireo olon-dratsy ihany. Ao anatin’ny tebiteby toa izany no iainan’ny fianakaviana maro any an-toerana noho ny fisian’ity tsimatimanota ity. Ny teo anivon’ny zandarimaria foibe, etsy amin’ny toby Ratsimandrava, dia nampanantena fa hanara-maso akaiky ity raharaha ity ary hanao ny fanamarinana rehetra momba azy. Mifanandrify amin’ny ezaka ataon’ity vondrona ity rahateo izany satria isan’ny imatimatesana ankehitriny ny fanadiovana eo anivony, na izany ny olony izay mbola amperin’asa na koa izany ireo efa tsy eo intsony. Mbola misy mantsy ireo mbola mitazona fitaovam-piadiana an-tsokosoko na dia efa tsy mpitandro ny filaminana intsony aza.

D.R

Midi Madagasikara178 partages

Brickaville : Noleran-drangahy antsy ny vadiny, fa nangalatra ny karamany

Tena ity trangam-pamonoana olona niseho tao amin’ny fokontany Ambodipolomisy kaominina Vohitraninona distrikan’i Brickaville ity, satria noho ny fangalaran’ny vadiny ny ampahan-karamany nisotroany toaka no namonoan-drangahy azy tamin’ny tsindrona antsy, ny taona lasa. Raha ny fanazavan’ny teo anivon’ny fitsarana ady heloka be vava omaly, dia avy naka ny karamany tamin’ny mpampiasa azy tao Brickaville izy, noho izy mpiambina ny tany misy fambolena an’ity teratany vahiny iray. Vola 240.000 ariary ny karamany tamin’izay ka nampiriminy izany vao tonga tao an-trano izy, fa tsy nomeny ny vadiny ary lasa izy nivoaka kely taorian’izay. Gaga anefa izy raha niverina avy tany fa sady mamo ramatoa vadiny no tsy ampy 40.000 ariary ny vola tao anatin’ny vata nanitrihany azy. Raikitra avy hatrany ny adin’izy ireo ka izao niafara tamin’ny fanindronana antsy am-badiny izao, izay niantefa teo amin’ny fon-dRamatoa ka niteraka fahafatesana haingana ho azy. Nandohalika teo anatrehan’ny filohan’ny fitsarana ady heloka be vava sy ireo mpitsara mpanampy miara-mitsara aminy mihitsy ity rangahy mpamono vady ity, tamin’ny nenina nanenjika azy taorian’izao vono olona izao; ka raha sazy am-ponja mandra-pahafatiny no saika azony noho ilay vono olona feno habibiana, dia namela heloka ny fitsarana ka sazy dimy taona asa an-terivozona sy dimy taona tsy mandia faritany no azony…

Malala Didier

La Vérité134 partages

Football : Telma Coupe 2017 - 105 équipes en course pour le titre

L’année dernière, l’on a totalisé  112 participants à la Telma coupe de Madagascar (un record). Mais ce chiffre n’est pas loin de celui pour cette édition 2017. En effet, elles sont 105 équipes en course pour le titre cette année. Co organisée par Telma Madagascar, premier partenaire de la Fédération malgache de football, la phase préliminaire se disputera durant le weekend des 29 et 30 juillet prochains avec 41 matchs au programme. 

A part la détentrice de la Coupe, la Cnaps Sport, ou encore le finaliste de 2016, Elgeco Plus, les 23 clubs les mieux classés parmi les 105 équipes inscrites pour cette édition entreront en lice à partir du tour suivant les 32èmes de finale. Aucune équipe n’a droit à l’erreur durant cette compétition. Une défaite est synonyme d’élimination directe.  Malgré tout, un choc de géants se trouve en tête d’affiche de ce préliminaire qui prévoit beaucoup de surprises. A l’instar du choc Talenta Akademia contre 3FB Ambatondrazaka ou le FC SabNam Analamanga face à l’Ascum Boeny ou l’affrontement entre l’As Saint-Pierre Ambatondrazaka contre l’As Fortior Toamasina.  Le programme en dit long. Ce qui est sûr, c’est que cette édition 2017 de Telma Coupe de Madagascar est  à suivre avec une grande bouteille d’eau et un cachet d’aspirine.Elias Fanomezantsoa

Midi Madagasikara68 partages

Ambohibao – Fivarotana voatafika : olona iray maty voatifitra, iray hafa naratra mafy

Mitaintain-dava. Nitrangana fanafihan-jiolahy indray mantsy, teny amin’iny faritra Ambohibao Antehiroka iny, ny harivan’ny alatsinainy lasa teo. Mpivarotra iray no notafihana telolahy nirongo basy poleta. Vokany, olona iray no maty voatifitra, iray hafa naratra mafy. Lasan’ireo olon-dratsy kosa ny vola mitentina enina hetsy ariary, niampy ireo entana sarobidy tao an-tsena. Tokony ho tamin’ny enina ora hariva teo no tonga tao amin’ity tsena ity ireto olon-dratsy ireto. Tsy nisy niahiahy azy ireo ho olon-dratsy mihitsy ny teny an-toerana tamin’ny fotoana nahatongavan’izy ireo. Toy ireny mpividy ireny ihany mantsy, sady nilanja gony. Tsy nampoizin’ny rehetra ny namoahan’izy telolahy ny basy poleta izay nafenin’izy ireo tao anatin’ilay gony nentiny. Ary tsy nisalasala izy ireo nampiasa izany. Nirefotra ny basy. Rangahy iray 49 taona, mbola variana nihinana masikita teo am-pitan’ity tsena ity no niantefan’ny bala. Niditra teo amin’ny lamosiny izany ary nivoaka teo amin’ny tratrany. Naheno ny fikoropahan’ny olona ny tovolahy iray 18 taona, tao ambonin’ilay tsena ka nirohotra, toa hamaly ireto mpanafika. Navilin’ireto jiolahy tany aminy indray anefa ny vavam-basy. Niantefa teny amin’ny tanany ny bala. Tsy nisy sahy nanohitra ireto olon-dratsy vonon-kamono ireto intsony ireo olona, ka nanararaotra nandraoka ny vola rehetra tao an-tsena izy ireo. Azony ny vola sy ny entana dia lasa nitsoaka izy rehetra. Taorian’izay vao nisy niantso mpitandro filaminana ary niezaka namonjy ireo naratra. Tsy nisy azo natao intsony ny amin’ilay rangahy voan’ny bala teny am-pita, izay maty tsy tra-drano. Nentina tany amin’ny tobim-pahasalamana kosa ilay tovolahy naratra teo amin’ny tanany. Nanao savahao ny manodidina ireo zandary tonga teny an-toerana,  saingy efa nanjavona ireo olon-dratsy. Efa mandeha moa amin’izao fotoana izao ny fanadihadiana sy ny fikarohana ireto mpanafika ireto.

m.L

Midi Madagasikara66 partages

Vonintsalama Andriambololona : L’ancienne SG nommée ministre des Finances et du Budget

Passation de service entre Gervais Rakotoarimanana et Vonintsalama Andriambololona, hier au ministère des Finances et du Budget à Antaninarenina.

Nommée par décret, quatre jours après la démission de l’ancien ministre Gervais Rakotoarimanana ; l’ancienne secrétaire générale Vonintsalama Andriambololona a pris sa fonction hier, cette fois, en tant que nouveau ministre des Finances et du Budget.

Le président Hery Rajaonarimampianina n’a pas attendu longtemps pour nommer le nouveau ministre des Finances et du Budget ; même s’il a demandé du temps avant de reconnaître et de communiquer la démission de Gervais Rakotoarimanana. En effet, pour remplacer le grand argentier, le chef d’Etat a choisi Vonintsalama Andriambololona, sa secrétaire générale du temps où il était à la tête du ministère des Finances et du Budget. Hier matin, après avoir été nommée par le décret 2017-590, la nouvelle ministre a déjà participé au Conseil des ministres, d’après les informations et les images émises par la Présidence de la République. Lors de la passation de service qui s’est tenue hier à Antaninarenina, le nouveau ministre a annoncé son engagement de poursuivre les efforts et les réalisations accomplis par le ministre sortant et son équipe, durant leurs deux ans et demi de service.

Défis. Parmi les réalisations citées par le ministre démissionnaire, Gervais Rakotoarimanana, deux sujets ont attiré l’attention particulière du ministre Vonintsalama. « L’obtention de la Facilité Elargie de Crédit (FEC) du Fonds monétaire international (FMI) prouve que vous avez relevé de nombreux défis, car nous savons que cette FEC exige des conditions strictes et impératives. Le plus difficile est fait et nous allons prendre le relais pour le bien de la nation. Il y a également la Loi de règlement qui est désormais à jour. A l’époque où j’étais secrétaire général de ce département ministériel, la Loi de règlement représentait un grand casse-tête, avec les plusieurs années de retard. Je me réjouis que ce problème est à présent réglé », a affirmé le nouveau ministre Vonintsalama Andriambololona, dans son discours, lors de la passation. Pour sa part, le ministre sortant, Gervais Rakotoarimanana a cité d’autres défis réussis par les différentes directions générales du ministère, notamment la mise en place du SPECL (Service de paiement électronique des dépenses en carburant et lubrifiant) ; l’élaboration du guide d’utilisation du Code général des impôts, la mise en place de contrat de performance au sein des douanes, l’assainissement des retraités et des employés de l’Etat, le nouveau Code des marchés publics, l’amélioration des contrôles des dépenses, etc. bref, toute une liste de réalisations, qui vont donc se poursuivre, si l’on se réfère aux discours lors de la passation.

Antsa R.

Midi Madagasikara66 partages

Education à l’entrepreunariat : Bientôt dans dix lycées techniques du Pays

La reforme entreprise par le ministère de l’Emploi pour une meilleure adéquation emploi-formation suit son cours. L’atelier de validation des documents pédagogiques sur l’éducation à l’entreprenariat en est la preuve.

La situation actuelle de l’emploi et de la formation démontre que la majorité des jeunes malgaches ne disposent pas des compétences nécessaires pour affronter le monde professionnel. Une situation qui tire son origine par le curricula des études du primaire à l’universitaire. Une situation alarmante étant donné que les jeunes constituent l’avenir du pays. Lesdits jeunes qui, soit n’ont pas achevé le cycle primaire, ou encore ont côtoyé le monde universitaire mais qui ne sont pas satisfaits de leurs compétences. Accorder une attention particulière sur une approche curriculaire se trouve donc être une des solutions qui s’offrent au ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. Car, les compétences nécessaires dont celles entrepreneuriales pour l’emploi et permettant l’acquisition de connaissances, d’attitudes et d’habiletés pour mettre en action le goût d’entreprendre se trouvent donc être l’une des manifestations de cette attention. L’atelier de validation des documents pédagogiques sur l’Education à l’entreprenariat hier tombe dans ce cas à point nommé. S’étant déroulé au sein de l’INTH Ampefiloha, l’évènement entrait dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de l’emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle chère au ministère de l’Emploi. L’atelier consistait également à la mise en application de la reforme curriculaire fondée sur l’Approche Par les Compétences ou APC.

Outils. Sous la supervision de l’ONUDI, la validation de ces documents correspond à un pas de plus effectué par le ministère de l’Emploi dans le cadre de l’objectif de mettre en application une adéquation emploi-formation à Madagascar. A cet effet, l’évènement a réuni vingt membres techniciens issus de différents organismes tels que le groupe technique issus du MEEFTP ou encore du CNEF/BTP. Ces derniers ayant « mis en place de précieux documents pédagogiques pour intégrer le module Education à l’entrepreneuriat dans les dix lycées techniques et professionnels de Madagascar » d’après le secrétaire général du ministère de l’Emploi. D’une grande importance pour la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage, ces documents devraient permettre une amélioration du système éducatif dans le monde de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara65 partages

« Zanaky ny Trano »

Changement dans la continuité à la tête du ministère des Finances et du Budget. Gervais Rakotoarimanana dépose sa démission et dès le lendemain Vonintsalama Andriambololona est nommée à sa place.

« Zanaky ny Trano »

Pour une fois, le régime fait preuve d’une célérité dans sa prise de décision. Mais l’on doit aussi reconnaître que cette option était prévisible. A plusieurs raisons. Tout d’abord, la démission de l’ancien de Canada était attendue puisque l’expert comptable n’était plus vraiment en bons termes avec un certain nombre de responsables. On lui reproche notamment le fait d’être arrogant et de détenteur exclusif de la raison. Ensuite, la nomination de Vonintsalama Andriambololona a apparemment coulé de source. Non seulement, elle est une proche du locataire d’Iavoloha puisqu’elle occupait le poste de Secrétaire Générale du MFB du temps de Hery Rajaonarimampianina à Antananirenina. Ensuite et surtout, Vonintsalama Andriambololona est avant tout une technicienne des finances. Une « Zanaky ny trano » (enfant de la maison) qui a gravi tous les échelons. Depuis 1977 où elle a commencé en tant que Chef de la Division des analyses financières au ministère du Plan jusqu’en 2017 où elle vient donc d’être nommée ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona a donc déjà à son actif 40 ans de services au sein des secteurs clé de l’économie que sont les plans, les finances et le budget. Ses parcours au sein des grandes entreprises publiques ou privées vont lui permettre de gérer le processus de développement. Elle dispose par ailleurs d’une certaine connaissance des bailleurs de fonds dont la Banque Mondiale dont elle était Gouverneur suppléant ou encore du Fonds Européen du Développement (FED) dont elle était également l’ordonnateur national. Quant au FMI, le bailleur des bailleurs, son fonctionnement n’est plus un secret pour le nouveau Grand Argentier qui a déjà suivi une formation à l’Institut de Washington. Normalement, la nouvelle ministre des Finances et du Budget est capable de gérer les affaires financières de l’Etat.

R.Edmond

Tia Tanindranaza47 partages

Mpamatsy volaHo tezitra amintsika, hoy i Tabera Randriamanantsoa

Matoa mametra-pialana ny olona iray dia misy antony, hoy ny filohan’ny CRN, Tabera Randriamanantsoa, raha nilaza ny heviny omaly mikasika ny fahitany ny fametraham-pialan’ny minisitry ny vola sy ny tetibola, Gervais Rakotoarimanana.

 Mety mahatsapa izy fa tsy mitondra soa ho an’ny firenena intsony ny fijanonany eo amin’ilay toerana. Raha ny nazavain’ny minisitra tamin’ny alatsinainy dia tsy mitovy ny politikany izay nametraka fitokisana tamin’ireo mpamatsy vola mahazatra sy ny politikan’ny mpitondra izay te hiara-kiasa amin’ny firenen-kafa toa an’i Sina. Tsy maintsy ho tezitra izao ny mpamatsy vola mahazatra satria ny minisitra Rakotoarimanana efa nanasonia ilay 10 miliara dolara voaresaka tany Parisy. Tsy hisy vola eto isika, noho izany, ary ho sahirana. Izahay aloha, hoy ny tenany, dia miantso ny mpitondra hanatontosa dinika faran’izay haingana (Dialogue d’urgence) fa hanahirana ity raharaha ity.

J. Mirija

Midi Madagasikara45 partages

Fetra Rakotondrasoa : Nohadihadiana ary nosavaina trano

Afaka nody izy taorian’ny fisavàna tetsy Ankaraobato.

Adim-pamantaranandro dimy no faharetan’ny fanadihadiana tao amin’ny borigady manokana misahana ny raharaha heloka bevava. Vita indray izay, dia nizotra avy hatrany teny amin’ny tokantranony teny Ankaraobato ny mpanao fanadihadiana avy amin’io borigady io nampian’ny pôlisy avy ao amin’ny Borigady misahana ny heloka bevava, ny mpisolovava roa an’i Fetra Rakotondrasoa ary izany rehetra izany, dia natrehan’ny holafitry ny mpanao gazety. Izay amin’ny ankapobeny ny fizotran’ny raharaha, omaly. Hatreto dia notazonin’i Barry Benson i Fetra Rakotondrasoa ho namatsy ny fanamiana miaramila izay nanaovan’itsy voalohany nandritra ny fanaoavany fampitam-baovao miendrika hatsikana (parodie) tao anatin’ny  fandaharana « #fotoam-bita_tsy_mahaleo_ny_sampona ». Nolavin’i Fetra hatramin’ny farany izany. Tsy nisy tamingana fanamiana miaramila na koa fitaovana mifandraika amin’izany rahateo, nandritra ny fisavana ny tranony. Ho an’ny besinimaro dia filam-baniny sy fampitahorana tsotr’izao ny mitranga ankehitriny. Ny lehiben’ny BS (zandary) ary koa ny lehiben’ny BC (pôlisy) no indray nametra-panontaniana tamin’ity mpitondra tenin’ny MLE ity. Io vondrona io dia hikarakara hetsika amin’ny asabotsy hoavy izao ary raha ny fihevitry ny olona dia misy hifandraisany amin’izany ity endrika fampitahorana ity. Indroa izany izay, tao anatin’ny iray volana latsaka, ny fanadihadiana mpanao gazety teny anivon’ny sampana misahana ny raharaha heloka bevava. Tsy mahagaga raha kianin’ny mpanara-maso iraisam-pirenena isika, satria endrika fanampenam-bava ny mitranga ankehitriny. Mihamafy aza, satria noho ny tamin’ny andron’ny « censure » satria ankehitriny, dia any amin’ny sampana miadidy heloka bevava avy hatrany no miandry.

D.R

Madagascar Tribune44 partages

Pas moins de 150 écoles privées contraintes de fermer

Le ministère de l’Education nationale avait déjà annoncé vouloir prendre des mesures contre les écoles privées qui ne respectent pas les normes imposées par l’Etat en la matière. Des mesures inévitables pour assainir et améliorer l’éducation à Madagascar.

157 écoles privées à Antananarivo ont été sommées de régulariser leurs situations auprès du ministère de l’Education nationale (Men). Elles ne disposent plus que de cette semaine pour rentrer dans les rangs et se conformer aux normes et exigences de l’Etat en matière d’éducation, de programme ou encore d’infrastructures. Dans le cas contraire, le ministère procèderait donc la semaine prochaine non seulement au retrait de l’autorisation d’ouverture de ces établissements voire à leur fermeture. Quelques-unes auraient déjà informé les parents d’élèves qu’elles ne pourraient plus recevoir d’élèves à partir de l’année scolaire prochaine. Le ministère de l’Education nationale prendrait certaines mesures contre ces écoles qui seraient tentées de faire autrement. Ces dernières ne pourraient plus présenter de candidats aux examens officiels dont le Cepe, le Bepc et le Baccalauréat. Actuellement, des contrôles sont effectués par les responsables des Circonscriptions scolaires afin de déterminer et d’établir la dite liste qui compterait pas moins de 150 écoles privées de la Capitale. Une liste qui sera par la suite affichée dans chaque fokontany afin surtout de prévenir les parents d’élèves pour qu’ils évitent d’y inscrire leurs enfants.

Pour rappel, depuis le mois de janvier dernier, une nouvelle loi contrôle plus strictement les écoles privées. A titre d’exemple, les professeurs doivent maintenant posséder le niveau baccalauréat et être en possession d’un certificat d’aptitude pédagogique pour pouvoir enseigner. Condition logique si l’on se rappelle le buzz qu’a fait cette enseignante filmée entrain de gifler une élève il y a quelques mois de cela. Obligeant le Men lui-même à descendre sur terrain et procéder à la fermeture de l’école mise en cause. Quoi qu’il en soit, l’opinion attend cette fois-ci de vraies mesures de la part des responsables, au-delà du business que ce petit laps de temps qui reste aux écoles privées pour régulariser leurs situations peut générer.

Midi Madagasikara42 partages

Conseil des ministres : Six nominations aux hauts emplois de l’Etat

Le conseil des ministres d’hier a été marqué par une série de nominations aux hauts emplois de l’Etat. Ainsi, pour le ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions, il y avait eu six nominations, cinq pour le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et une pour le ministère des Transports et de la Météorologie. En revanche, une série d’abrogations a été observée au niveau du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement. Il y avait eu quatre limogeages.

Comité de sélection. Il a été également décidé, hier, au conseil des ministres le décret modifiant certaines dispositions du décret n°2017-165 du 9 mars 2017 fixant la composition, le fonctionnement et les attributions du comité de sélection nationale des membres du conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) ainsi que le décret portant création, organisation et fonctionnement de la caisse nationale de solidarité pour la santé (CNSS). Et comme il fallait s’y attendre, il y avait eu une vague de communications verbales, au nombre de onze notamment.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara37 partages

8e Jeux de la Francophonie : La délégation malgache débarque au village « Akwaba »

Les Malgaches devant leur bâtiment « Kabadougou » au Village des Jeux

La réception officielle par le maire du Village des Jeux, Habib Sanogo, de la

délégation malgache s’est effectuée lundi dernier.

La ville d’Abidjan est en pleine effervescence pour l’accueil de toutes les délégations

participantes aux 8e Jeux de la Francophonie. Plus de 4 000 personnes en

provenance de 60 pays sont attendues dans la capitale économique ivoirienne. La

délégation malgache fait partie des premières à débarquer à Abidjan. Si d’habitude,

les Malgaches sont habitués à arriver au dernier moment, cette fois-ci, les Malgaches

sont les premiers à arriver au Village des Jeux de la Francophonie « Akwaba » à

l’Institut National de la Jeunesse et des Sports de Marcory, Abidjan lundi dernier. Les

Malgaches sont hébergés au bâtiment « Kabadougou » et commencent à prendre

leurs marques. « Nous vous souhaitons la bienvenue au Village des Jeux. Vous êtes

ici chez vous. A quatre jours du coup d’envoi des jeux (ndlr lundi), tous les dispositifs ont

été mis en place pour permettre le brassage culturel de toutes les nationalités, ce qui

coïncide avec la devise de la Francophonie. Vous allez connaitre l’hospitalité

ivoirienne », a expliqué le chef du Village, Habib Sanogo lors de la réception officielle

de la délégation malgache. Ce village des Jeux a été entièrement construit dans le

cadre de cet évènement d’une surface totale de 17 ha avec 33 bâtiments

préfabriqués.

Primes. En tant que président en exercice de la Francophonie, le président de la

République, Hery Rajaonarimampianina est attendu à Abidjan. Et c’est une grande

première que Madagascar participe avec une grosse délégation après celle de

l’édition à domicile lors des 3e Jeux à Antananarivo en 1997. A l’arrivée à l’aéroport

international Felix Houphouët-Boigny, le consul de Madagascar à Abidjan, Khachab

Mohammad a accueilli la délégation. « Madagascar recense le plus de délégations

parmi les pays participants. On va encourager nos sportifs et artistes afin qu’ils

puissent briller » a indiqué, le consul Khachab Mohammad. A cette occasion pour

motiver nos représentants, le consul a promis une prime de 1 million d’Ariary pour la

médaille d’or, 750 000 Ariary pour l’argent et 500 000 Ariary pour le bronze. Les

ministres de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa et celui de

la Culture, Jean Jacques Rabenirina sont attendus ce jour à Abidjan.

TH

Tia Tanindranaza32 partages

Fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona »Nosavaina ny tranon’i Fetra

Rehefa nalaina am-bavany nandritry ny 4 ora teny amin’ny Toby Ratsimandrava Andrefanambohijanahary mikasika ilay fanamiana miaramila nilatroan’ny mpanentana ny fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona”,

J. Mirija

Madagascar Tribune28 partages

Andriambololona Vonintsalama, première femme ministre des finances

Andriambololona Vonintsalama, ancienne Secrétaire Général du ministère des finances du temps du ministre Hery Rajaonarimampianina est nommée grand argentier pour remplacer Gervais Rakotoarimanana, démissionnaire. Première femme malgache nommée à ce poste, cet inspecteur du Trésor est fonctionnaire de ce ministère qu’elle dirige depuis 35 ans. Directeur général du Trésor durant la deuxième république de 1996 à 2003, elle a été mise à l’écart pendant le régime de Ravalomanana pour reprendre le poste de Secrétaire Général de 2009 à 2015. Elle connaît très bien donc les arcanes de la finance publique dont la relation avec les bailleurs de fonds.

La passation de service entre l’ancien et le nouveau ministre des finances n’a pas tardé, elle a eu lieu dans la matinée du 18 juillet et Andriambololona Vonintsalama a tout de suite participé à son premier Conseil des ministres.

Réputée aussi pour être très à cheval sur le principe et procédure de décaissement de l’argent public, espérons qu’elle pourra faire face aux appétits sans fin des politiciens et qu’elle pourra mener à bien les réformes notamment la bonne gouvernance de la caisse de l’Etat. Notons que « l’intégrité » du Grand argentier est une condition sine qua non des bailleurs de fonds traditionnels !

Midi Madagasikara26 partages

Dome Ankorondrano : Du Lôlô sy ny tariny au menu !

Benny, Bebey, Sammy et Sefo avec le comité d’organisation

Quand Benny, Bebey, Sammy et Sefo se retrouvent, l’ambiance ne peut être qu’exceptionnelle. Ce ne sont pas les irréductibles de Lôlô sy ny tariny qui diront le contraire. Ce samedi 22 juillet, ces amis de toujours vont à nouveau embarquer le public dans un rendez-vous inédit au Dôme rta.

Comme au bon vieux temps ! Benny et sa bande vont replonger leurs inconditionnels dans les années 70. Epoque à laquelle le groupe faisait ses débuts. La première apparition des gars de Lôlô remonte à 1977, lors d’un concert dédié à Razilinah à Antsahamanitra. 40 ans plus tard, ils sont toujours là, à bercer les amateurs de chansons à texte. Pas seulement ceux de leur génération mais également la jeunesse d’aujourd’hui. Les titres de Lôlô sy ny tariny, ne sont effectivement pas que des sons et de belles mélodies. Ce sont parfois des repères historiques, des clins d’œil aux piliers de la chanson française, des témoins sociaux d’une situation qui prévaut toujours aujourd’hui, ramenant à des souvenirs personnels pour les fans. Il est certes vrai qu’à leur début, le groupe a connu la galère. Les spectateurs n’étaient pas au rendez-vous, les stades étaient à peine remplis mais ils ont persisté, la passion ayant été la plus forte. Au fil des années et à force de persévérance et de recherches musicales, Benny et ses complices de scène ont réussi à asseoir leur notoriété. Aujourd’hui, Lôlô sy ny tariny figure parmi l’une des formations les plus appréciées. A chacune de leurs apparitions sur scène, le public, tout comme l’ambiance sont au rendez-vous. Ce sera encore le cas pour ce concert au Dome rta. Le 22 juillet, c’est toute une histoire qui va être remis au goût du jour. Cet évènement sera d’autant plus une occasion de joindre l’utile à l’agréable. Organisée par le Vondrona Fototra Laika du FJKM Ankadimbahoaka, les fonds récoltés pendant cette manifestation seront utilisés pour la construction du 3e étage de l’école de formation et de métier de l’église. Les tickets, sont déjà disponibles au Supermusic Analakely et au Nectar Ankadifotsy.Mahetsaka

L'express de Madagascar25 partages

Pêche illégale – Manque à gagner d’un milliard de dollars

Les chiffres font peur. Les pêches illégales dans le bassin Sud-Ouest de l’océan Indien entrainent un manque à gagner considérable pour l’économie de la région. Ce qui amène la Commission de l’océan Indien à mettre en place, il y a dix ans, un plan régional de surveillance des pêches (PRSP) pour mener de front la lutte à travers une multitude d’activités – dont notamment, les patrouilles en mer.« Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 20% des captures totales de thonidés dans notre région finissent dans les filets des pêcheurs illégaux. En termes économiques, ce pillage de nos eaux représente 400 millions de  dollars à la première vente et au moins 1 milliard de dollars en produits transformés annuellement. C’est une perte sèche pour les économies de nos pays qui entendent tirer durablement profit du potentiel de leurs zones économiques exclusives », a déclaré Hamada Madi, secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, lors de la cérémonie d’ouverture  de la deuxième conférence des ministres des pêches des États du Sud-Ouest de l’océan Indien.Cette conférence regroupe des experts régionaux et internationaux en la matière pour mesurer le bilan du succès et des problématiques du PRSP, un plan financé par l’Union européenne. Depuis 2016, la Banque mondiale, à travers la composante régionale du SwioFISH1, donne également son appui pour la réalisation des activités régionales. C’est un véritable mécanisme de coopération régionale.« Le PRSP est le seul outil efficace que nous avons aujourd’hui pour combattre contre la pêche illicite, non reportée et non règlementée (INN) sur le terrain et à travers l’échange des données », explique Sunil Sweenarain, économiste de pêche et coordinateur du programme SmartFish.« Nous nous devons de le renforcer en lui offrant une structure pérenne et un mandat renouvelé », conclue-t-il.Selon les informations recueillies sur place, la zone de surveillance du PRSP s’est progressivement élargie, passant de 5,5 à 6,4 mil­lions de km2. Les pays impliqués sont les Comores, la France/La Réunion, le Kenya, Mada­gascar, Maurice, le Mozam­bique, les Seychelles et la Tanzanie. « Quarante neuf patrouilles conjointes embarquant les inspecteurs de ces huit Etats participants ont été menées, cent vingt infractions ont été enregistrées, douze déroutements de navires ont été réalisés et six cent soixante dix navires ont été suivis sur Vessel Monitoring System (VMS) régional, depuis mars 2014 », explique-t-on.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara23 partages

Hippisme : La révolte de Patrick Rakotoarivelo

Journée exceptionnelle dimanche dernier à Mahazina qui a vu un Patrick Rakotoarivelo des grands jours. Le fils d’Anselme était même à deux doigts de réaliser un quadruplé si Nicot Ramiliarimanga ne lui a pas brûlé la politesse lors de la quatrième course avec l’aide de Kathy Pleasure.

Mais Patrick Rakotoarivelo n’était pas loin avec Nabab en se faisant battre d’une petite encolure, preuve que cette course phare de Mahazina a encore tenu sa promesse.

Pour revenir à cette quatrième course, Kamar’Alla Star a terminé à la troisième place sous la monte de Gil Chézard Ralaivonitsara.

Dans les trois autres courses et comme on l’a déjà dit, Patrick Rakotoarivelo n’a laissé que les miettes aux autres. D’abord lors de la première course avec Oiseau d’Or mais aussi à la seconde avec Madona.

La troisième course a tourné en démonstration avec Nouvelle Star pourtant lestée de 59 kg mais cela ne l’a pas empêché de mettre tout le monde d’accord et notamment une Miorenasoa qui a fini à la seconde place sous la conduite d’un apprenti du nom de Michel Randriamanantena.

Les courses de l’AHCEL reprennent ce dimanche toujours à Mahazina avec une foule de plus en plus compacte.

Clément RABARY

Midi Madagasikara22 partages

New-Tech – Cyberattaque mondiale : Crainte d’une perte économique de 53 milliards USD

Selon une étude britannique publiée lundi dernier, les pertes économiques que provoqueraient le potentiel piratage d’un fournisseur de services de cloud (informatique dématérialisée) et des cyberattaques des systèmes d’exploitation des ordinateurs d’entreprises atteindraient jusqu’à 53 milliards USD. Elles équivaudraient au coût des dégâts provoqués par l’ouragan Sandy aux Etats-Unis en 2012. Une cyberattaque mondiale pourrait engendrer en moyenne des pertes économiques de 53 milliards de dollars ou 46 milliards d’euros, selon une étude publiée le 17 juillet dernier par le marché britannique de l’assurance Lloyd’s of London.

Cette étude, coréalisée par le cabinet Cyence, s’est intéressée aux potentielles pertes économiques qu’engendreraient le piratage d’un fournisseur de services de cloud (informatique dématérialisée) et des cybertattaques des systèmes d’exploitation des ordinateurs d’entreprises. Les assureurs cherchent à estimer leur exposition à d’éventuelles pertes liées à des cyberattaques. « Parce que le cyber est virtuel, il est vraiment difficile de comprendre comment une cyberattaque pourrait faire boule de neige », a déclaré à Reuters Inga Beale, Directrice générale de Lloyd’s of London. Les coûts économiques d’une hypothétique attaque contre un fournisseur de services de cloud dépasseraient, et de loin, ceux de l’attaque du virus informatique WannaCry évalués à huit milliards de dollars, selon Cyence. Ce « rançongiciel » a infecté plusieurs centaines de milliers d’ordinateurs dans une centaine de pays en mai dernier.

Boule de neige. Les coûts économiques incluent le manque à gagner des entreprises en raison de l’interruption de leurs activités et les réparations des systèmes informatiques. Dans leur scénario, LLoyds et Cyence étudient les conséquences d’une attaque contre des services de cloud consistant en l’introduction d’un code malveillant conçu pour se déclencher un an plus tard. A ce moment-là, ce logiciel se serait propagé chez tous les clients du fournisseur de ces services, qui subiront un manque à gagner et des coûts supplémentaires.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara21 partages

Education : Le CCOC propose d’allouer 20% du budget de l’Etat au secteur

Quelques-uns des membres du CCOC au débat public sur le PSE hier.

La mise en œuvre du Plan sectoriel de l’Education (PSE) dans le Projet de Loi de Finances (LFI) 2018 a été au centre des débats hier à la Chambre de Commerce International (CCI) Antaninarenina.

Le CCOC (Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes) a organisé hier une conférence-débat intitulée « Plan sectoriel de l’Education et sa mise en œuvre dans le Projet de Loi de Finances 2018 ». D’un point de vue général, leur but était de faire en sorte que les LFI correspondent aux besoins réels de la société malgache et qu’elles impactent positivement sur la vie quotidienne de la population. Dans cette optique, la CCOC jouerait le rôle de facilitateur. Effectivement d’une part, le CCOC joue le rôle de plate-forme de mise en relation de la population avec ceux qui la gouvernent. D’autre part, il entend vulgariser les politiques et les finances publiques pour que la population soit éclairée, rapidement, du moins globalement, des enjeux de toute nouvelle réforme. En effet, l’éducation représente pour beaucoup de Malgaches, un secteur prioritaire, auquel le budget nécessaire n’est pas alloué !

LFI et PSE. Officiellement, 3 ministères sont en charge de l’Education à Madagascar ; il s’agit du Ministère de l’Education nationale (MEN), du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), du Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (MEETFP). Après maintes concertations à leur niveau et avec tous les acteurs, ces trois ministères ont pu élaborer le PSE, présenté publiquement par leur représentant respectif lors du débat public d’hier. Un sénateur de la Commission Finances est même intervenu lors de ce débat, long de 3 heures au moins ! Rappelons que l’objectif principal était de faire concorder les moyens la LFI avec les priorités du PSE à l’horizon 2022, dont entre autres : assurer une éducation fondamentale élargie, de qualité et équitable ; produire les capacités et le capital humain nécessaires pour un développement durable sur les plans économiques, social et environnemental ; former des citoyens responsables et épanouis, vivant ensemble et en harmonie.

Recommandations. Pour accélérer la concrétisation du PSE, des recommandations sont nécessaires. Le CCOC en a donc émis quelques-unes. La proposition d’allouer 20% des fonds publics à l’éducation figure parmi les plus marquantes d’entre elles, voire la plus pertinente, car selon un économiste interrogé sur place : « Il devrait en être ainsi, car la formation du capital humain reste la base de tout développement, même économique ». A part cela, il y a également la favorisation de l’approche communautaire, pour trouver des solutions « terre à terre » au niveau local et réellement partir de la base. Par ailleurs, l’institution d’un dispositif d’aide aux familles défavorisées a également été évoquée, ce qui pourrait en soulager plus d’uns parmi les nécessiteux voulant scolariser leur progéniture !

Luz R.R

Midi Madagasikara21 partages

Pêche illégale en Indianocéanie : 400 millions USD de perte annuelle au débarquement

Cette conférence ministérielle des Pêches réunit plus de 150 participants.

Près de 49 patrouilles conjointes ont permis d’enregistrer 120 infractions maritimes et suivre 670 bateaux grâce au système satellitaire installé à la COI.

« Dans la région de l’Océan Indien occidental, 20% des captures de thonidés finissent dans les filets des pêcheurs illégaux. En termes économiques, ce pillage de nos eaux représente 400 millions USD de perte annuelle au débarquement, soit près d’un milliard USD par an en produits transformés ». Le Secrétaire général de la Commission de l’Océan Indien (COI), Hamada Madi, l’a évoqué lors de l’ouverture de la conférence des ministres des Pêches des pays membres de l’Indianocéanie sur le Plan  Régional de Surveillance des Pêches (PRSP) hier au CCI Ivato.

Mutualiser les moyens. « Sud-Ouest de l’océan Indien : s’unir pour une croissance durable à travers l’économie bleue » étant le thème à discuter dans le cadre de cette conférence ministérielle qui a débuté hier et durera trois jours. Cette pêche illégale, non-déclarée et non-réglementée (INN) appauvrit également les stocks de poissons, détruit les habitats marins et entraîne une distorsion de la concurrence  pour les pêcheurs honnêtes tout en affaiblissant les communautés côtières. « Face à cette situation, les huit Etats membres de la COI ont signé, il y a dix ans, un accord portant notamment sur la nécessité de coopérer concrètement dans la lutte contre cette pêche INN. D’où, la mise en œuvre du PRSP grâce au partenariat avec l’Union européenne. Ce qui permet de mutualiser les moyens techniques, opérationnels et humains des huit pays participants pour conduire des patrouilles régionales de surveillance maritime », a-t-il poursuivi.

120 infractions. Notons qu’un bilan de ce PRSP a été entre-temps dressé lors de cette conférence ministérielle. A titre d’illustration, « près de 49 patrouilles conjointes au niveau de l’Indianocéanie ont permis d’enregistrer 120 infractions maritimes, de dérouter une douzaine de navires de pêche et de suivre 670 bateaux grâce au système satellitaire installé à la COI. Le PRSP constitue un outil efficace et utile à l’émergence de l’économie bleue génératrice de croissance pour tous nos pays », a enchaîné Hamada Madi. Pour le cas de Madagascar, le pays a contribué activement à la mise en œuvre du PRSP. Près de 241 contrôles de navires ont été menées par les patrouilleurs de la Grande île, sans compter la surveillance aérienne. « Nous avons encore enregistré des pertes non négligeables en raison de la pêche INN dans nos eaux maritimes. Cette coopération régionale s’avère plus efficace pour mener à bien cette lutte que d’opérer isolément. L’objectif de cette conférence ministérielle consiste ainsi à renforcer les engagements des pays membres de la COI dans les dix ans à venir. D’autant plus, de nouveaux financements seront attendus prochainement », a conclu Tilahy Andrianaranintsoa Désiré, le Secrétaire général du ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche, lors de l’ouverture de cette cérémonie.

Navalona R.

Midi Madagasikara20 partages

Ifarahantsa/Fort-Dauphin : La lutte pour un meilleur service de santé public

Certifié trois étoiles, le CSB II d’Ifarahantsa est loin de disposer les normes recommandées pour les services de Santé publique.

Loin de la capitale de la région Anosy, Ifarahantsa est une commune rurale qui tente tant bien que mal de garantir un service public digne de ce nom à la population.

Outre l’éloignement et la quasi isolation, le centre de santé public d’Ifarahantsa, Fort-Dauphin est loin de disposer des normes internationales en terme de qualité aussi bien d’infrastructure que de personnel. Sur le premier plan, matelas quasi usés, un bâtiment qui n’est pas du tout réhabilité faute de moyens (avec des toits qui présentent des fuites et des murs humides et présentant des risques pour la sécurité des patients) accueillent les malades. Ces derniers qui « peuvent venir de loin, de très loin » selon les dires du chef du CSB II, l’infirmier Jean Noël Ratalata. Toujours d’après lui. Le centre de santé de base de niveau II de la commune d’Ifarahantsa est limité niveau du personnel. « Il n’y a que moi et une sage-femme qui assurent les services ici », a-t-il fait savoir avec regret. Ce qui est peu étant donné que ledit centre assure les services de santé publique de la commune d’Ifarahantsa et des autres villages avoisinants soit des centaines de famille. Et là-dessus, la qualité de service ne pourrait pas être « au top ».

Avancées. Des efforts ont toutefois été menés par l’équipe de l’infirmier Jean Noël Ratalata. Lesdits efforts qui leur ont permis de s’octroyer la distinction de « CSB II trois étoiles ». Un système de certification mis au point grâce à la collaboration dudit centre avec l’UNICEF. Pour expliquer cette consécration, le chef CSB II d’Ifarahantsa précise que le centre dont il a la charge a rempli trois conditions. Entre autres, la formation des agents communautaires, le respect des normes d’hygiène par la construction et l’utilisation des latrines ou des points d’eau. L’une des conditions de la certification consiste également à l’obtention de kits d’hygiène destinés à l’utilisation pour le centre.

Changements. « Les efforts menés ont eu des impacts positifs sur la santé de la population de ladite commune et des fokontany aux alentours » a fait connaitre Jean Noël Ratalata. Ce dernier d’ajouter que « nous avons constaté que les maladies diarrhéiques et chroniques dans la commune, ont diminué grâce à l’accès de la population à l’eau potable ». Le changement des habitudes des patients en terme d’eau, d’assainissement et d’hygiène en serait la raison selon toujours l’infirmier Jean Noël Ratalata. Des efforts et du changement ont certes émergé de cette collaboration avec l’UNICEF mais le CSB a toujours des problèmes. Et prioritairement en matière de personnel. Car, le fait que le chef de l’établissement ne soit pas un médecin diplômé d’Etat devrait déjà interpeller les décideurs auprès du ministère de la Santé publique.

José Belalahy

Madagate20 partages

Toliara. Journalistes en Emploi et Travail: 3è réunion du RJSET appuyé par le BIT

Toliara, 18 July 2017. Committed and specialized Malagasy journalists on #employment to promote the decent work agenda in #Madagascar. Congrats to RJSET! (From Christian Ntsay)

**************

Hôtel "Le palétuvier" Toliara, 17 – 18 juillet 2017

La troisième réunion des journalistes membres du RJSET (Réseau des  Journalistes Spécialisés en Emploi et Travail) a  été organisée à Toliara les 17 et 18 juillet 2017, avec l’appui du BIT. Il s’agissait d’un regroupement ayant pour objectif le renforcement le lien de travail et des connaissances des membres dans le domaine de l’emploi et du travail.

17 juillet 2017

La cérémonie d’ouverture s’est effectuée en présence du Président du RJSET, Fy Raharijaona, et du Directeur du BIT Antananarivo, Christian Ntsay. De nouveaux  membres ont intégrés le réseau, issus des régions de la Haute Matsiatra et de l’Androy.

Les attentes des participants se focalisent sur les points suivants :

-Échange d’expériences sur  la promotion de l’agenda  du travail décent ;

-Élaboration de stratégie pour la promotion de l’agenda sur l’emploi et le travail décent ;

-Partage d’expérience sur la réalisation des reportages lié avec l’emploi et le travail ;

-Promotion de la création d’emploi et l’emploi des jeunes ;

-Obtention des connaissances sur le principe et droit fondamental afin de pouvoir bien cerner les reportages y afférents ;

-Information sur les statistiques de l’exploitation sexuelle des enfants.

Un aperçu des actions de l’OIT et du Bureau de pays de l’OIT pour Madagascar, les Comores, Maurice, et les Seychelles  a été donné par Christian Ntsay, Directeur du BIT Antananarivo,  suivi des questions-réponses. Les thèmes abordés ont été :

- Présentation de l’OIT: valeur de base : justice sociale ;

- Notions sur le travail décent ;

- Emploi - Création d’emploi ;

- Protection sociale ;

- Normes internationales du Travail ;

- Dialogue sociale (tripartisme) ;

- ODD 8 ;

- Agenda du travail décent à Madagascar.

Des échanges d’expériences entre membres ont été également effectues et des discussions ont eu lieu pour apporter des améliorations :

- Partage des dernières nouvelles/actions de l’OIT dans les régions entre les membres ;

- Partage de connaissances/critique ;

- Documentation ;

- Consultations des attentes des membres (thèmes, sujet, support) au moins 3 mois avant la prochaine réunion (à transmettre au BIT) ;

- Bien cerner l’utilisation et la différence entre OIT et BIT ;

- Suivi des sujets déjà traités ;

- Interpellation dans les articles et reportages ;

- Partage des informations dans le groupe  Facebook RJSET/consultation systématique des publications et messages dans Facebook ;

-  Bien préciser le titre des interviewés ;

-  Élaboration d’un langage commun dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants.

18 juillet 2017

M. Lauréat Rasolofoniainarison, ANP du Projet Gouvernance du BIT  a présenté les NIT et les PDFT. Une séance questions-réponses a également suivi cette présentation. Les questions ont porté sur la liberté syndicale, le travail des enfants, le suivi des applications des conventions ratifiées par les pays.

De larges notions sur l’utilisation de Wetransfer et du compte Facebook du RJSET ont été données par Maholy et Zo. Ce, afin de permettre une meilleure fluidité des informations au niveau du réseau.

La réunion s’est terminée par une séance d’évaluation et les discours de clôture du Président et du BIT.

Toliara le 18 juillet 2017

La secrétaire de séance

Photos : Harilala Randrianarison et Haja Randria, membres du RJSET pour www.madagate.org

Midi Madagasikara19 partages

TIM : Pas de manifestation le 22 juillet

Selon les dirigeants de Tiako i Madagasikara, ce parti  ne tiendra pas une manifestation le 22 juillet prochain. Aucune date n’a été d’ailleurs avancée quant à leur prochaine manifestation. Ce parti entend-il calmer le jeu après la célébration du XVe anniversaire du TIM ?

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara17 partages

Basket-ball- U16 : Madagascar gagne une bataille mais pas la guerre

Ouf de soulagement pour les basketteurs malgaches qui participent au championnat d’Afrique des 16 ans et moins à l’île Maurice avec cette première victoire d’hier contre l’Algérie qui ne s’attendait pas à un tel sursaut d’orgueil de la part de Madagascar.

Enfin une victoire pour l’équipe malgache U16 au sommet africain qui se tient actuellement à l’île Maurice. Hier, Marco et ses camarades ont su saisir leur chance devant des Algériens surpris par tant de hargne de la part des jeunes Malgaches qui voulaient impérativement soigner leur sortie par une victoire même si celle-ci n’est pas pour autant suffisante pour aller en demie.

Fébrilité. La faute à cette rencontre perdue d’un rien devant le Rwanda sur le score de 70 à 73. Dieu sait pourtant combien les Rwandais étaient prenables mais faisant preuve d’une fébrilité qu’on ne lui connaissait pas, l’équipe malgache a dû abdiquer hypothéquant ainsi ses chances de se qualifier pour les demi-finales.

Des demies qui mettront aux prises les Algériens aux Maliens, les grandissimes favoris de l’épreuve et qui ont survolé le groupe B avec une aisance déconcertante à tel point qu’ils se trouvent dans les pronostics devant les champions en titre en l’occurrence l’Egypte logique leader du groupe B.

Ce dernier va retrouver la Tunisie au cours d’un duel fratricide entre les pays du Maghreb mais il va sans dire que les Egyptiens partent avec un léger avantage.

Et si la logique est respectée, on aura droit à un très beau duel Mali-Egypte en guise de finale. Une issue qui permet à Madagascar de mesurer ce qui lui reste à faire pour combler l’écart. Car entre les basketteurs malgaches et ceux de l’Egypte, il subsiste une classe d’écart.

Mais la Fédération malgache de basket-ball va essayer de tirer les leçons qui s’imposent même si la grande satisfaction du président Michel Ramaroson est d’avoir trouvé des jeunes de grand gabarit capables de s’imposer dans les années qui viennent. Un acquis considérable en fait voire un investissement qui a toute son importance.

Clément RABARY

Midi Madagasikara17 partages

Cinéma : Le Japon à l’affiche

Le cinéma japonais, à découvrir !

Le cinéma japonais sera à l’honneur à l’occasion du Focus qui fait un gros plan sur le 7e art japonais. 5 films seront projetés au CGM et à l’IFM, gratuitement, au grand bonheur des cinéphiles malgaches.

Le Japon, un pays qui a sa propre culture cinématographique, fait rayonner son cinéma à travers le monde avec un style propre à lui. Madagascar n’est pas en reste, et ce Pays du Soleil Levant aime faire découvrir son 7e art aux cinéphiles malgaches. Pour ce focus Cinéma Japon, des réalisations japonaises seront projetées les 21 et 22 juillet prochains au Cercle Germano-Malagasy et à l’Institut Français de Madagascar. Pour ce vendredi, les projections auront lieu au CGM. Après le discours d’accueil à 11h30, place au premier film : « La mère de Pecorosse et ses journées ». Puis, à 14h, place au film « Toutes les choses autour de nous ». Le samedi 22 juillet, c’est l’IFM qui accueille la projection de 3 autres films : « Tu es sage » est programmé à 10h, « La lettre » à 13h et « Le paysage de la ville de Kaitan » à 16h. Toutes les entrées à ces films sont gratuites alors, place au popcorn et à la découverte !

 Les films

au CGM

« La Mère de Pecorosse et ses journées »

Synopsis : « Yuichi, qui a une tête chauve qui brille comme Pecorosse, une sorte d’oignon, travaille en tant qu’écrivain de manga, tout en s’occupant de sa mère Mitsue, atteinte de la démence avec le décès de son père. Comme sa maladie s’aggravait, il a décidé à contrecœur de la placer dans une maison de retraite. Au fur et à mesure qu’elle passe du temps avec des pensionnaires idiosyncrasiques, ses souvenirs la conduisent à revenir petit à petit sur son passé. »

« Toutes les choses autour de nous »

Synopsis : En 1993, un couple – Shoko, épouse travaillant dans une petite agence d’édition et Kanao, mari ayant un rêve de devenir peintre – menait une vie heureuse en attendant leur premier enfant. Kanao est devenu professionnel en tant qu’artiste dessinateur de salle d’audience. A cause de la mort de leur enfant, Shoko est tombée en dépression au point d’avorter un enfant à l’insu de Kanao. Kanao assiste aux procès de divers crimes comme la série d’enlèvement et meurtre de petites filles à Tokyo et ses environs (1988-89).

A l’IFM

« Tu es sage »

Synopsis : Okano vient de commencer le métier d’enseignant dans une école primaire. Sérieux mais indécis, il a du mal à faire face aux problèmes, ce qui ne facilite pas les relations avec ses élèves ainsi que son amie. Masami, dont son mari travaille à l’étranger, habite avec sa fille âgée de 3 ans. Malgré son apparence de « bonne mère », elle maltraite sa fille à la maison. Elle a été élevée elle-même par une mère violente. Akiko, femme âgée, habite toute seule et se demande si la démence sénile lui est arrivée. Elle se sentait seule et commence à échanger avec un garçon handicapé… le film qui décrit comment ils essaient de résoudre les problèmes qu’on pourrait rencontrer à la vie quotidienne, par la gentillesse

« La lettre »

Synopsis : « Comment vas-tu ? » lettre de Tsuyoshi destinée à son petit frère tous les mois, Naoki. Tsuyoshi purge une peine de prison à vie pour le crime qu’il avait commis pour son frère. Pourtant la séquelle du crime affecte aussi Naoki, devenu le « frère du meurtrier», qui l’a privé de l’amour, de son carrière et de ses rêves. Sa situation désespérée change peu à peu quand il trouve le véritable amour avec Yumiko, qui se tient toujours à ses côtés. Pour protéger l’amour qu’il a enfin trouvé, Naoki commence à écrire une lettre à Tsuyoshi…

« Le paysage de la ville de Kaitan »

Synopsis : L’adaptation de la dernière nouvelle d’un écrivain japonais qui s’est suicidé dans les années 1990, ce film met en scène les vies des habitants de la ville de Kaitan, ville imaginaire située dans le nord, entourée de la mer. Frère et sœur pauvres qui ont perdu leur travail, homme de certain âge trompé par sa femme, jeune PDG ayant des problèmes au travail et à la maison, conducteur de train évité par son fils…il décrit la mélancolie et la renaissance de la ville de Province.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara15 partages

CUA : Démolition des constructions illicites à Ankadivato

La commune urbaine d’Antananarivo reste intransigeante quant aux constructions illicites se trouvant dans sa circonscription. Et ce après avoir mené une intense campagne de sensibilisation pour la régularisation des situations qui ne sont pas en règles vis-à-vis des textes en vigueur. Hier, la CUA a procédé à la démolition de deux maisons qui ont été construites sur son terrain. Non seulement ces maisons ont été construites sur un domaine privé de la CUA (Voie d’accès Est n°2 TN 1235-A sis à Antsahabe), mais aussi leurs propriétaires n’ont pas les permis de construire nécessaires. La démolition a été exécutée conformément à l’arrêté n°49-CUA/CAB.17. Selon les responsables au niveau de la Direction Juridique et du Contentieux et de la direction des Travaux Publics de la Commune urbaine d’Antananarivo, toutes les voies de recours ont été exécutées avant de procéder à la démolition d’hier.

Recueillis par R. Eugène

Madagascar Tribune12 partages

Fausses rumeurs sur son utilisation

Depuis avant-hier, jour de mise en circulation des nouveaux billets et surtout des coupures de 20.000 Ariary, et même depuis l’annonce de la création de celle-ci, des rumeurs circulaient sur son utilisation et sur ceux qui pourraient l’utiliser. En effet, certaines informations voulaient que ces coupures de 20.000 Ariary ne soient destinées qu’aux grands opérateurs économiques et pour les grandes transactions. En gros, un billet pour des gros bonnets uniquement. Des économistes malgaches avaient même conforté cette information en soulignant que l’utilisation de cette grosse coupure à ces conditions permettrait un développement exponentiel de l’économie informel voire même du blanchiment d’argent. Hier encore, certaines rumeurs voulaient que pour se procurer de ce billet de 20.000 Ariary, il fallait un motif précis. Il s’avère pourtant qu’actuellement, les coupures de 20.000 Ariary ainsi que toute la nouvelle gamme sont disponibles auprès de toutes les banques primaires du pays. Et ce sans avoir à donner un motif quelconque. Bien que ces rumeurs soient donc maintenant démenties, reste à voir l’impact réel de l’apparition de cette nouvelle et grosse coupure dans l’économie malgache.

Midi Madagasikara11 partages

BFV-Société Générale : Une nouvelle agence à Maroantsetra

Les autorités régionales ont répondu présentes à cette inauguration.

La BFV-Société Générale assume parfaitement son statut de banque relationnelle de référence. Elle démontre une fois de plus qu’elle place constamment ses clients au centre de ses préoccupations. En effet, la BFV-SG étoffe son réseau en inaugurant le 12 juillet dernier, une nouvelle agence à Maroantsetra. Cette inauguration est l’aboutissement des efforts entrepris par la BFV-Société Générale, efforts qui s’inscrivent dans sa politique d’extension de réseau pour accompagner le développement des régions en pleine croissance et épouser le paysage malgache qui est aussi riche que diversifié. En effet, Maroantsetra regorge de potentialités économiques en terme de production agricole, de ressources halieutiques, de création d’entreprises, de sites touristiques, avec la présence de tous les acteurs économiques dans divers secteurs d’activités.

Ce sont là autant d’opportunités que la BFV-Société Générale compte saisir pour accompagner le développement de la ville en tant qu’acteur financier responsable, mais également pour se rapprocher de tous les acteurs économiques présents dans la région Analanjirofo. L’équipe de l’agence mettra en avant son professionnalisme et toute l’expertise de la banque en proposant des solutions souples, des délais de décision courts ainsi qu’une large gamme de produits et services bancaires à la pointe de l’innovation pour répondre au mieux aux besoins de ses clients et futurs clients. La BFV – Société Générale compte à ce jour 57 agences, trois espaces Premier et quatre espaces Entreprises pour être plus proche de ses clients.

R.Edmond

Tia Tanindranaza10 partages

Zon’ny voafonjaTsy mbola voahaja eto Madagasikara

Tsy mbola voahaja ny zon’ny voafonja eto amintsika amin’ny ankapobeny.

 

 Ankoatra ny trano onenan’izy ireo dia anisan’ny olana ny fandraisana an-tanana sy ny fikarakarana azy ireny manomboka any amin’ny fakana am-bavany ka hatrany am-ponja. Mba hanajana ny zon’izy ireny dia nanamafy sy nampahafantatra ny zandarimariam-pirenena momba ny fanajana ny zon’olombelona, indrindra fa ireo  voafonja ho an’ireo voakasik’izany tetsy amin’ny DLC Anosy omaly ny komitin’ny Croix rouge  iraisam-pirenena. Borigadin’ny zandarimariam-pirenena miisa 650 sy zandary am-perinasa miisa 13.000 eto Antananarivo no ezahina hahazo tombontsoa ho fiarovana ny zon’ny voafonja. Zavatra efatra loha  no niompanan’ny fiofanana  toy ny  fomba fisamboran’olona, ny fakana am-bavany, indrindra ny fandraisana an-tanana ireo olona marefo toy ny  vehivavy sy ny ankizy hiharan’ny herisetra. Nampahafantarina koa ny andraikitra tokony horaisin’ny mpitandro ny filaminana manoloana sy aorian’ny fitsaram-bahoaka mety mitranga amina toerana iray izay tena nahazo vahana tokoa teto amintsika. Hisy moa ny famadihana izao lalàna momba ny zon’olombelona iraisam-pirenena izao amin’ny teny Malagasy ary ezahina hozaraina amin’ny zandarimariam-pirenena rehetra eto Madagasikara mba hahafahan’izy ireo manatontosa ny asany an-tsakany sy an-davany.

 Pati

 

Midi Madagasikara10 partages

Alimentaire : PAKMAYA road-show

Des enfants heureux devant leur potentiel t-shirt PAKMAYA !

La boulangerie, sous toutes ses coutures et gammes de produits a toujours été un business présent à Madagascar. Une nouvelle venue en matière de levure est en train de grossir les rangs des levures nationales ou locales, distribuées sur le plan national. Il s’agit de la levure « PAKMAYA », peut-être qu’elle fera lever la pâte et booster un peu ce secteur, qui a, peu ou prou, sa place dans l’économie malgache, mais surtout dans les habitudes de consommation de la population.

Produite en Turquie dans des standards qui sont a priori élevés en matière d’hygiène et de qualité. Présente au niveau mondial depuis 1973, elle est effectivement vendue aux boulangeries et aux ménages dans près de 150 pays. Bien que déjà présente sur le marché malgache (grossistes et épiceries) depuis deux ans, elle commence maintenant à se faire un nom. Dans cette optique, un « roadshow » a été organisé le 30 juin dans le but de mieux la faire connaitre et surtout d’interagir avec les consommateurs par des animations, des jeux et des distributions de Goodies. Organisé par la société Sofia Distribution en présence du Responsable Commercial de « PAKMAYA », le road-show, a comme tous les road-show et le lot de divertissements que cela implique, plu au public.

Luz R.R

Midi Madagasikara10 partages

Pension de retraite : Certificat de vie recevable jusqu’au 28 juillet

Photo prise lors de la signature de la convention entre le président du FJKM Andriamahazosoa Ammi et le DG de la CNaPS Arizaka Rabekoto Raoul.

Prévue être close depuis le 31 mars dernier, la réception du certificat de vie en vue de l’obtention de la pension de retraite a observé une rallonge de quatre mois ! Pour bénéficier en bonne et due forme de leur retraite, les concernés auront donc jusqu’au 28 juillet pour déposer le leur au niveau de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS). Rappelons qu’il s’agit pour les retraités de certificat de vie et pour les veufs(es), d’un certificat de vie accompagné d’une pièce administrative justifiant que le concerné n’a pas contracté d’autre(s) union(s) civile(s).

Soavinandriana. Notons que la CNaPS a rappelé cette rallonge lors d’une formation en protection sociale qu’elle a organisée conjointement avec l’Eglise protestante de Madagascar (FJKM), au synode de Soavinandriana Mandrindrano jeudi dernier. Une formation cadrant dans la convention signée entre le FJKM et la CNaPS. En effet, outre sa vocation religieuse et confessionnelle, le FJKM entretient également tout un appareil social, avec les entités et structures privées qui lui sont rattachées, avec tout ce que cela implique de travailleurs, de droits et de responsabilités en matière de protection sociale. Comme l’a souligné M. Emilson Randrianarijaona, responsable du volet formation de la CNaPS : « Les hommes d’églises, comme les « mpitandrina » ont le droit de bénéficier, comme tous les travailleurs d’une pension de retraite. Par ailleurs, ils peuvent également être sujets aux accidents de travail. Pour leur bien-être et celui de leur famille, il est donc capital qu’ils soient au fait des responsabilités et des droits afférents à la protection sociale. »

Luz R.R

Midi Madagasikara10 partages

Solonandrasana Mahafaly Olivier : « Le gouvernement doit se conformer à la vision du chef de l’Etat »

Le Premier ministre, quant à lui, se conforme toujours à la vision du chef de l’Etat. (Photo d’archives)

Solondrasana Mahafaly Olivier, le Premier ministre a été interrogé, hier, par les journalistes présents au Mandela Day au Carlton, concernant la démission de Gervais Rakotoarimanana au poste de ministre des Finances et du Budget. « Seuls les élus, comme le président de la République, doivent terminer leur mandat. Pour nous qui sommes nommés, le poste est révocable. Il y a des jours où l’on exerce une fonction, et des jours où l’on ne l’exerce plus. Et nous nous attendons toujours à ce genre de situation. Par ailleurs, ceux qui sont partis doivent être remplacés et  vous l’avez sans doute remarqué que la nouvelle ministre des Finances et du Budget est d’ores et déjà nommée », a avancé le Premier ministre.

Se conformer. Par ailleurs, un des motifs qui ont poussé Gervais Rakotoarimanana à la démission est la différence de points de vue entre lui et le régime. « Chacun est responsable de ce qu’il dit », continue Mahafaly Solonandrasana Olivier avant de reprendre que « le gouvernement que je dirige se conforme à la vision du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina. Si moi, par exemple, j’ai une vision qui va à l’encontre de celle du président, je n’hésiterais pas à déposer ma démission. Mais actuellement, le gouvernement se conforme et doit se conformer à celle du Président et nous conjuguons beaucoup d’efforts pour qu’elle soit accomplie. Le but n’étant autre que le développement du pays ».

Aina Bovel

Orange Madagascar8 partages

Les anciens militaires haussent le ton

L’Association des anciens militaires de Madagascar (AAM), dirigée par Jean Solo Randrianasimanana, a fait savoir que jusqu’à l’heure actuelle, le régime actuel refuse l’application du paiement de l’alignement de leur pension de retraite. Cet alignement d’indices et ce rappel de moins-perçus  remontent au mois de juin 2006.

L’association a déposé plusieurs lettres de demande d’audience auprès de la présidence de la République, afin de tenir une table ronde par rapport à ce problème. Mais jusqu’à l’heure actuelle, ces lettres de demandes d’audience sont restées sans suite.

Jean Solo Randrianasimanana, président de l’AAM de souligner que « cela ne peut plus durer, car cela fait trop bien longtemps que nous attendions ce paiement». « Des mesures plus strictes et des décisions qui auront plus d’ampleurs seront prises incessamment » a-t-il précisé lors d’un point de presse tenu le 18 juillet.

Force est de rappeler que l’association des anciens et militaires de réserve (Anamir), qui est en quelque sorte, la maison mère de l’AAM et non moins dirigée par Jean Noël Étienne Ramanatsimba, a déjà haussé le ton depuis des lustres, concernant la réclamation du paiement de leur alignement d’indices. Une requête a donc été déposée en 2008 par l’Anamir, auprès du Conseil d’État. Dans l’arrêté n°120, sorti en 2010 du Conseil d’État, l’association a eu gain de cause. Cette décision du Conseil d’Etat ordonne ainsi le ministère des Finances et du Budget de procédé au règlement de l’alignement de l’indice de ces anciens militaires. Ce qui n’a jamais été réalisé jusqu’à l’heure actuelle, du moins pour certains, essentiellement pour les sous-officiers et les officiers subalternes.

En effet, en cours de route, l’État a fait un geste. Et, entre avril 2016 et mars 2017, l’État a payé les moins-perçus des sous-officiers supérieurs jusqu’aux officiers généraux. Ce qui est bien loin de la réalité pour les sous-officiers subalternes et des hommes de troupe, réunie au sein de l’AAM.

Le président de l’AAM  déplore ainsi le désintéressement de l’État face à la situation précaire que vivent quotidiennement ses membres. Ce désintéressement est prouvé par la prise de deux poids de mesures pour des membres d’une même association qu’est l’Anamir. Il donne ainsi un énième ultimatum à l’État pour étudier de près, le paiement de ces arriérés et notamment par rapport à une audience entre l’AAM et la présidence. Des menaces de descente dans les rues ont notamment été proférées si le régime s’obstine à faire la sourde oreille.

Faly R.

News Mada7 partages

Concert : Mboutah fait son come back

Un come back des plus attendus. Le groupe Mboutah veut renouer avec la scène tananarivienne et son public à l’occasion d’un concert, ce samedi, à l’Is’art Galerie Ampasanimalo.

Voila maintenant près d’ une décennie que le groupe Mboutah a mis un sérieux bémol à sa carrière musicale et les inconditionnels admirateurs désespéraient de le revoir un jour sur scène. Il était grand temps pour le septuor d’Antsirabe de retrouver la scène.

Amis de longue date, la bande à Zix et Dovs ont partagé cette passion immuable pour la musique sur les «tamboho». Ce mot constitue d’ailleurs le nom du groupe en verlan, une fois que la bande a décidé de faire carrière.  «Chacun de nous est une des briques qui constituent cette muraille qui nous relie, tel le ciment entre chaque brique, c’est notre musique, notre culture», argumente le groupe.

Enfants de la terre

Ayant fait ses premiers pas sur scène à l’orée de 1998, le groupe se découvre à travers des petits cabarets hebdomadaires dans la capitale du Vakinankaratra. Ayant deux opus à son actif, il côtoie son public et s’enrichit de rencontres innombrables avec les sommités de la musique malgache, notamment Tôty, Arison Vonjy, Silo ou encore Rajery. Il a déjà investi les scènes de grands festivals nationaux comme Madajazzcar, Angaredona et Donia.

Mboutah privilégie aussi bien la musique du monde que la musique du village. «Parce que nous sommes des enfants de la terre. La musique d’ailleurs nous fait vibrer, mais notre musique traditionnelle est celle qui fait battre nos cœurs. Alors pourquoi ne pas métisser le jazz et jazzifier la musique traditionnelle malgache ?» Une conviction que le groupe partage depuis toujours.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara6 partages

Mandela Day : Un message de paix et un appel à la collaboration

Les autorités présentes lors du Mandela Day hier au Carlton.

Il aurait eu 99 ans hier si la mort ne l’avait emporté en 2013. Lui, c’est Nelson Mandela, une icône mondiale de l’humanité et qui ne cesse d’être « une source d’inspiration pour le monde entier grâce au courage et à la compassion dont il a fait preuve ainsi qu’à son engagement en faveur de la justice sociale, de la liberté et de la paix ».

C’était le message du Secrétaire Général des Nations-Unies, Ban Ki Moon, en marge de la célébration du « Mandela Day », hier  au Carlton Anosy. Le message étant lu par l’ambassadrice de l’Afrique du Sud à Madagascar, Maud Dlomo. A l’issue, force est de reconnaitre que les autorités malgaches devraient s’inspirer de la sagesse de celui que l’on surnomme Madiba.

Droits de l’Homme. « Chacun d’entre nous peut apporter sa contribution en promouvant la paix, les droits de l’homme, le développement durable et une vie digne pour tous », exhorte Ban Ki Moon. En établissant un rapport entre ses propos et la situation à Madagascar, tirer exemple de Nelson Mandela serait loin d’être une évidence à Madagascar. En effet, il est vrai que le pays ne sombre pas dans la guerre civile. Mais en étant obligés de vivre avec les « dahalo » et les conséquences y afférentes et « ne pas manquer » au rendez-vous quotidien avec l’insécurité urbaine comme rurale, la promotion de la paix à Madagascar revêt un caractère insoluble. A côté figure le non-respect des droits humains. Le cri d’alarme des observateurs nationaux est-il devenu une habitude pour les dirigeants qu’il a fallu celui des observateurs internationaux, à l’instar d’Amnesty International pour qu’on réalise à quel point « la situation des droits humains à Madagascar se dégrade ».

Quelle contribution ? Aussi, tarde-t-il à venir le développement durable. Nous ne sommes pas sans savoir que Madagascar a enregistré un mauvais score par rapport aux objectifs du millénaire pour le développement (OMD) de 2000 à 2015. Actuellement, l’on remue ciel et terre pour que les mêmes scenarii n’aient plus lieu avec les objectifs du développement durable (ODD). Et Maud Dlomo appelle à la collaboration de tous les acteurs pour qu’ils puissent produire leurs fruits. « Pour que les ODD soient atteints, chacun a sa part : le gouvernement, le secteur privé, la société civile et tous les individus, y compris chacun de nous », soutient-elle. Ce qui fait que chacun doit faire preuve d’ouverture et d’humilité. Et l’ambassadrice de conclure que « c’est un jour de réflexion. En tant qu’individu, quelle contribution pouvez-vous apporter ? Souhaitez-vous vous impliquer ? ». Matière à réflexion.

Aina Bovel

Midi Madagasikara6 partages

Foyers de tension : Le CRN réclame un espace de dialogue

Tabera Randriamanantsoa tire la sonnette d’alarme pour éviter l’impasse.

Un énième appel au dialogue vient d’être lancé à l’endroit des tenants du pouvoir à qui Tabera Randriamanantsoa demande à être francs et honnêtes.

L’urgence est signalée par le Comité pour la Réconciliation Nationale ou CRN dans son communiqué du 17 juillet 2017. Dans ce communiqué, Tabera Randriamanantsoa constate l’existence des foyers de tension engendrés par les grèves des personnels de l’Etat dont notamment ceux qui font tourner les secteurs clé de l’économie nationale, à savoir les magistrats, les douaniers et bientôt le personnel de la JIRAMA. Le CRN dénonce également les inégalités de traitement constatées dans la gestion des manifestations politiques et de la liberté d’expression. Sur ce point, Tabera Randriamanantsoa a rappelé les décisions du préfet de police d’Antananarivo dans le cadre de la célébration du 15e anniversaire du TIM le 08 juillet dernier et l’utilisation des prérogatives de puissance publique par le HVM lors des visites politiques dans certaines parties de l’île. La CENI n’est pas aussi épargnée par le communiqué du Comité pour la Réconciliation Nationale. « Les opérations menées jusqu’ici par la Commission Electorale Nationale Indépendante alimentent des inquiétudes sur l’impartialité de cet organe. Si certaines choses ne sont pas corrigées, les résultats des futures consultations populaires seraient contestés. », prévient-il.

Communauté internationale. Le Comité pour la Réconciliation nationale rappelle également que la communauté internationale avait sa part de responsabilités dans les crises de 2002 et de 2009. Face à tout cela, le CRN réclame la mise  en place dans le plus bref délai d’un espace de dialogue pour permettre à toutes les entités politiques, de la société civile et des simples citoyens de trouver ensemble des issues aux problèmes actuels. « Le CRN demande aux dirigeants de prendre leurs responsabilités avant que la communauté internationale ne décide un blocus contre l’économie du pays. », lance Tabera Randriamanantsoa. A noter qu’aucune de revendications syndicales n’est jusqu’à présent satisfaite par le pouvoir en place. A entendre les réactions des personnalités proches de Hery Rajaonarimampianina, le départ du ministre des Finances et du Budget Gervais Rakotoarimanana à qui on reproche de « mal gérer » les finances de l’Etat va permettre de répondre à ces revendications à incidence financière. En tout cas, ce n’est pas pour la première fois qu’un appel au dialogue a été lancé à l’endroit des tenants du pouvoir. Celui du Comité pour la Réconciliation nationale sera-t-il exaucé ? A rappeler que le Pr Zafy Albert, fondateur du CRN, a boycotté l’invitation de la Présidence de la République lors de la célébration de la fête nationale à Mahamasina et à Iavoloha le 26 juin 2017.

Recueillis par R. Eugène

News Mada5 partages

Dôme Ankorondrano : ho entina an-tsehatra ny “Revy Lôlô sy ny tariny”

Ireo mpankafy ny Lôlô sy ny tariny ka miandry ny seho goavana hiarahan’izy ireo, mbola afaka manohy manonofy ihany… Mandra- pahatanteraka izany, mandeha ihany aloha ny “Revy Lôlô sy ny tariny, miaraka amin-dry Benny, Bebey ary Sammy, izay sampy mpikambana fototra ao anatin’ny tarika, ampian’i Sefo Johary hatrany eo amin’ny gitara.Fantatra izao fa haka endrika fampisehoana lehibe kokoa ny fiarahana manaraka, izay hotontosaina ny asabotsy 22 jolay izao, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro, etsy amin’ny Dôme Ankorondrano. Hamerina ireo hira tsy tontan’ny ela, nahafantarana ny tarika, izay tsy mbola afaka am-pon’ny maro ry zalahy.Tsy fampisehoana fotsiny, fa miara-dalana amin’izany ny lafiny sosialy. Fantatra mantsy fa natao hamatsiana ny famaranana ny asa fanamboarana ny ivo-toeram-pampiofanana ao amin’ny FJKM Ankadimbahoaka ny vola azo amin’izany.

Zo ny Aina

News Mada5 partages

Nosy Rodrigues, Maorisy : avadika rano fisotro ny ranomasina

Natomboka ny 10 jolay teo tatsy amin’ny Nosy Rodrigues, Maorisy ny tetikasa fanalana ny siran-dranomasina, havadika ho rano fisotro. Manatanteraka azy ny Vaomieran’ny ranomasimbe Indianina (COI), vatsin’ny Vondrona eoropeanina vola (UE).

Manao ny asa ny orinasa Quadran, mampiasa ny tekenolojia manadio ny ranomasina ho rano fisotro ataon’ny orinasa Mascara. Mamaha ny olan’ny mponina any Rodrigues amin’ny famatsian-drano madio fisotro ity tetikasa ity.

Mampiavaka ity teknika ity ny angovo mampihodina azy avy amin’ny herin’ny masoandro, sady miaro ny tontolo iainana, satria mampihena ny fiparitahan’ny entona karbôna (GES). Anisan’ny voalohany eran-tany ity tetikasa vaovao ity.

Njaka A.

La Vérité3 partages

Ravalomanana et Rajaonarimampianina - « La peste et le choléra », lit-on sur Médiapart

Le blogeur Guillaume Lafarge n'y est pas allé de main morte dans une publication parue sur Médiapart avant-hier, parlant de la perspective 2018 à Madagascar. « (…) à un an de l'élection présidentielle, les deux candidats déclarés, l'actuel et l'ancien Président Marc Ravalomanana, offrent très peu d'espoirs de progrès aux Malgaches », a-t-il d'emblée déclaré en effet dans ce blog intitulé « Election présidentielle 2018 : Madagascar dans l'impasse », tout en s'interrogeant « que choisir entre la peste et le choléra ? ».

Dressant un bilan sans complaisance du mandat de Hery Rajaonarimampianina, le blogueur de rappeler que ce dernier avait pourtant suscité un grand espoir en 2013. « Le nouveau Président au profil gestionnaire sans passé politique houleux, semblait être l'homme d'une politique volontariste de développement qui sortirait peut-être l'île de l'abîme », écrit-il, avant de continuer : « Peu s'en est fallu pour que les promesses ne soient plus qu'illusions : une corruption institutionnalisée continue de pulluler à tous les niveaux de la société. L'exécutif et une grande partie des parlementaires se sont récemment dressés pour 'l'affaire Claudine' contre le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), seul grand organe indépendant anti-corruption du pays. Tout y passe ; intimidations, menaces, pressions en tout genre. Lors d'un passage à Paris, le Président Rajaonarimampianina a même démenti l'existence de tout lien avec celle qui est sa conseillère spéciale et milliardaire, accusée de détournement de fonds publics. Et pour ne rien arranger, la Première Dame Voahangy Rajaonarimampianina, est grande amie de Claudine Razaimamonjy avec qui elle partage des séances de shopping intensives dans les luxueux centres commerciaux de Johannesbourg », peut-on lire dans le blog.Surfant sur la récente réunion du Comité des droits de l'homme des Nations Unies les 10 et 11 juillet 2017 à Genève pour examiner la situation à Madagascar, le journaliste se demande quels arguments la délégation malagasy a bien pu bien avancer devant les experts onusiens à cette occasion. Car selon lui, « l'actualité, les différents rapports d'experts et témoignages de la population laissent aujourd'hui peu de portes de sorties aux représentants actuels de l'île rouge pour défendre un bilan de corruption et atteintes aux libertés ces quatre dernières années ». Et lui de reprendre à l'appui la récente déclaration de Desprose Muchena, directeur du programme Afrique australe d'Amnesty international selon laquelle « A Madagascar, la situation en matière de droits humains est en train de se dégrader fortement, car, de toute évidence, l'Etat de droit n'est pas respecté ».Museler l'opposition qui cherche à se mettre en rangGuillaume Lafarge ne manque d'ailleurs pas de sujets d'actualité pour illustrer son analyse. Après avoir rapporté les propos de la Présidente du syndicat des magistrats de Madagascar, Fanirisoa Ernaivo dernièrement au micro de TV5, propos selon lesquels « La justice est sous la coupe de l'exécutif et l'Etat de droit est en danger », le chercheur de renchérir : «  La grève entamée le mardi 11 juillet 2017 par les magistrats pour réclamer le respect de l'indépendance de la justice, témoigne de l'inaction délibérée du gouvernement en matière d'assainissement du secteur public. Au niveau politique, la récente interdiction du rassemblement du TIM, pour l'anniversaire du parti de Marc Ravalomanana rend compte de la volonté de museler une opposition qui cherche à se mettre en rang ». Touchant mot sur la liberté d'expression, le confrère souligne que « A Madagascar, inutile de parler de quatrième pouvoir ; plusieurs observateurs indiquent que bon nombre de journalistes s'autocensurent, de peur d'être victimes d'intimidations de la part de personnes souhaitant protéger des intérêts particuliers, notamment sur le trafic et l'exploitation illégale du bois de rose et autres essences, dont plusieurs proches du gouvernement en sont les acteurs clés. En outre, corrélations politiques et économiques sont depuis longtemps installées à Madagascar, où l'accaparement des richesses fait rage alors que la pauvreté bat des records ».« Président dictateur »Pour en revenir à la perspective électorale de 2018, Guillaume Lafarge, dresse l'état de la situation : « Alors que le Président Hery Rajaonarimampianina souhaite briguer un second mandat malgré un bilan désastreux, l'ancien Président pour la première fois élu en 2001, Marc Ravalomanana, a récemment annoncé sa candidature, une décennie après avoir fuit le pays après sa démission ». Et lui de continuer : « Outre le fait que la victoire de 2001 (de Marc Ravalomanana, ndlr) ait été contestée par une partie de l'opposition, le nouveau président, qui est aussi PDG du groupe Tiko, fleuron de l'industrie agro-alimentaire malgache, ne fera pas défaut à la coutume. Président de la République malagasy pendant huit ans, il aurait favorisé sa propre entreprise sur les marchés publics et est suspecté d'avoir éliminé les entrepreneurs malgaches performants pour se placer lui-même dans tous les secteurs économiques avantageux », rappelle-t-il.Après avoir rafraîchi les mémoires en rappelant l'achat très controversé de l'avion « Force One II » ainsi que la vente à l'entreprise sud-coréenne Daewoo Logistics environ 1,3 million d'hectares de terres arables, autant de démarches qui auraient été « les prémices de la grave crise qui secourra l'île rouge l'année suivante », Guillaume Lafarge d'enchaîner : « Pourtant, celui qui est reconnu coupable pour le meurtre massifs de civils en 2009 et que l'on nommait le 'Président dictateur'  s'érige aujourd'hui en figure incontournable de l'opposition, victime du pouvoir en place. Le 8 juillet, il a organisé une manifestation pour l'anniversaire de son parti, le TIM, interdit par un arrêté préfectoral. Un habile coup de communication savamment orchestré afin de préparer son retour sur la scène politique nationale ».« Transformer une espérance en réalité » Revenant à la dernière réunion du Comité des droits de l'homme des Nations Unies des 10 et 11 juillet, le blogueur est catégorique : « Ce qui est certain, c'est qu'il faudra à la délégation malgache faire preuve d'imagination et de bonne volonté devant les experts internationaux des Nations Unies pour défendre un bilan dramatique en matière de droits de l'homme. Alors que Madagascar reste l'un des pays les moins développés du monde, l'absence de politique volontariste est déplorable et la corruption gangrènent toujours les institutions ». Et lui de faire siens les mots du Père Pedro Opeka qui, se souvenant des premières maisons construites sur la décharge d'Andralanitra par son association Akamasoa, a déclaré : « De cette montagne de déchets, nous en avons fait une oasis d'espérance », pour ensuite poser la question « un leader saura-t-il transformer cette espérance en réalité ? »Mais Guillaume Lafarge n'a pas manqué de toucher mot du troisième candidat potentiel aux élections présidentielles malgache de 2018 : « Bien que l'on puisse discuter du bilan de Rajoelina à la tête de l'Etat malgache, on ne peut oublier qu'il a respecté son engagement quant à la tenue d'élections et au soutien d'une réelle alternance avec la clause du « ni ni », dont témoignent les premières élections démocratiques et pacifiques en 2013 », soutient-il. Recueillis par Hery Mampionona

Orange Madagascar3 partages

La reine mere du Swaziland à Iavoloha

Le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a reçu dans la matinée du 18 juillet, au Palais d’Iavoloha, la Reine Mère du Swaziland, Son Altesse Royale, la Reine Ntombi Thwala, accompagnée notamment du Prince héritier, S A. Mavela.

Le Président de la République a souhaité la bienvenue à la Reine Mère swazie qui est à Madagascar pour la première fois. « Votre visite renforce les liens d’amitié entre les deux peuples »  a-t-il déclaré.

Les discussions ont ensuite porté ensuite sur l’importance du rôle de la femme pour le développement économique. Le Président a mis en exergue les engagements de la Première Dame malgache dans le domaine de la Santé de la Mère et de l’Enfant, et aussi dans l’Education.

Lors de la rencontre, la Reine Mère du Swaziland a également présenté, d’une manière officieuse, le futur Ambassadeur du Swaziland  à Madagascar, résident au Mozambique. Il présentera ses lettres de créance dans les jours à venir.

Enfin, la Reine Mère a émis le souhait de recevoir la Première Dame malgache à l’occasion d’une visite au Swaziland.

L'express de Madagascar3 partages

Mandat d’arrêt de cœur

Douze à la douzaine. Une véritable hécatombe du côté du monde artistique. Et pas des moindres. Tous des monstres sacrés qui partent sans crier gare. En trois mois, on a perdu Jean Émilien, champion du monde de l’harmonica, Rastefa, prince des chansons engagées anti-révolutionnaires  Daniel Tombo, maître après Rakotozafy de la valiha, Donné Sahondrafinina, star du hiragasy, Dede Fenerive, machine à slow de kaiamba et avant-hier Regis Gizavo, lauréat du concours Découvertes RfI en 1990 et virtuose de l’accordéon depuis sa naissance à Toliara , véritable vivier exceptionnel de talents.Un jeune styliste et une jeune actrice de théâtre complètent une liste lugubre.Outre le talent qu’aucun mot ne peut définir, ils ont en commun la modestie et l’humilité jusqu’à la mort. C’est la marque des géants. Ils sont tous partis sans «matraquage» dans un dernier sommeil devenu éternel et dans la force de l’âge.Il faut avouer que cela commence à faire beaucoup et rien ne dit que la liste est exhaustive. Si on remonte un peu plus loin avec les disparitions de Railola, Nonot Mahaleo, Doudou Michel, Omguy, Bruno Raisner, Rasoakininika, Lucien Rakotomalala… on se demande s’il va rester quelque chose dans le réservoir à cette allure. Un véritable pillage en coupe réglée de notre patrimoine. Il est vrai que celui qui a fait succéder le jour à la nuit, préfère aussi les bons champignons. De tous, Regis Gizavo a tenu une place à part comme le salue à l’unanimité la presse internationale.Il semble qu’une vague de mandats d’arrêt… de cœur ait été émis suivant un ordre d’en haut. Il concerne, en particulier, les surdoués d’un instrument donné. Les joueurs d’harmonica, d’accordéon, de valiha peuvent donc être tranquilles. Les autres peuvent se reconvertir à d’autres spécialités. Dans tous les cas, la liberté d’expression musicale est sérieusement menacée. Les enquêteurs ont décelé dans l’harmonica et l’accordéon des échos de conspira… sons.Il n’est de richesses que d’hommes et ces talents sont d’autant plus précieux que le bois de rose ou l’or, qu’ils sont irremplaçables. On ne pourra ni les renouveler ni les cloner. Et c’est le drame puisqu’ils étaient les seuls à être de vrais ambassadeurs du pays à l’étranger. À travers leurs noms et leurs talents, on sortait du cliché Madagascar pauvreté, misère, corruption, insécurité, trafics.On ne peut ni quantifier ni chiffrer leur apport au produit national brut, faute de considération du métier d’artiste comme une activité génératrice de revenus et faute d’une structure appropriée pour rentabiliser l’industrie culturelle. Quand on sait que le ministère de la Culture reste encore pour longtemps un département d’équilibre politico-ethnique et que le ministre s’arroge le droit de se décorer du grade de Commandeur, on sera réduit à regretter le talent d’un diamant à l’état brut qu’on n’a pas su tailler pour qu’il scintille de tout son éclat même sous terre.Ailleurs, les artistes sont les plus grands contributeurs du fisc et versent plus d’impôts que les petites et moyennes entreprises. C’est la raison pour laquelle certains choisissent de vivre dans des paradis fiscaux. Et si Madagascar est un paradis fiscal pour les artistes et tout court, pour le commun des mortels, le Malgache est contraint de monnayer son talent ailleurs où il est reconnu a sa juste valeur, culturelle et financière et fait vivre son homme. Eh oui, même avec un instrument hors du temps comme un accordéon.

Par Sylvain Ranjalahy

News Mada2 partages

Kaominina Ambondro – Ambovombe : mitrosa rano ny mponina rehefa tsy manam-bola

Nanomboka ny volana oktobra 2016 ny fandavahana lavadrano (forage) roa nataon’ny Unicef, ao amin’ny kaominina Ambondro, distrikan’Ambovombe hamatsiana rano madio fisotron’ny mponina. Ampiakarin’ny paompy mandeha amin’ny herin’ny masoandro ny rano ary tsinjaraina amin’ny paompin-drano eo an-tanàna, araka ny fanazavan’ny teknisianina ao amin’ny tantsoroka teknika ao amin’ny minisiteran’ny Rano ao Ambondro, Randriafolahina Théodoret, omaly, tao an-toerana. 100 Ar ny vidin’ny rano amin’ny siny 20 litatra ary efa zatra an’izany ny mponina satria izay ny zavatra iainana efa an-taony maro.

Indraindray izahay mitrosa rano fa tsy manana vola hividinana azy”, hoy ny renim-pianakaviana iray, Nomey Rasoanirina, mponina ao Ambondro. “1 000 Ar ny vola lany ividianana rano isan’andro, hisasana sy hahandroina sakafo nefa zara raha mahazo 5 000 Ar ny varotra sakafo masaka ataonay”, hoy ny zanany vavy, Bienvenue. Taloha 100 Ar ny vidin’ny rano amin’ny siny 20 litatra. Rehefa tsy nirotsaka elaela ny orana, nampiakaran’ny komity mpitantana ho 200 Ar na 300 Ar ny vidiny. Olona sivy mianaka izy ireo no iray trano. Rehefa tsy manam-bola hividianan-drano, maka rano amin’ny lavaka misy tompony. Tsy madio loatra ny rano fa tsihifina miadana eo. 2 500 ny olona mahazo tombontsoa amin’ny fisian’ny forage ao Ambondro. Ankoatra ny mponina ao an-tanàna, mahazo rano koa ny sekoly sy ny CSB ao Ambondro.

Ho an’ny toerana tena saro-drano, misy kamiao be mizara rano amin’ny vidiny 200 Ar ny siny 20 litatra. Fito ny fiarabe mitsinjara rano ho an’ny vohitra maro. Tonga any amin’ny 40 km ny kamiao. Ho an’ny kaominina 21 ao amin’ny distrikan’Ambovombe, 70% amin’ireo tsy manan-drano fa miandry ny rano entin’ny kamiao avokoa.

Vonjy A.

News Mada2 partages

Attaque de taxis-brousse sur la RN7 : des passagers blessés et dépouillés

Les passagers ainsi que les conducteurs de trois taxis-brousse ont passé un mauvais quart d’heure dans la nuit de lundi à mardi, lors de leur passage à Ambodimifaha. Des coupeurs de route ont fait parler d’eux dans cette localité se trouvant entre Ankaramena et Ambalavao Tsienimparihy.

Trois Mercedes Sprinter de la coopérative Kofifi et Trans Well ont été prises pour cible au cours de ce braquage. Les bris de vitres laissent clairement imaginer la gravité de la situation. D’après des guichetiers à la Gare routière Fasan’ny Karana, au moins trois passagers ont été blessés durant l’attaque. Certains à coups de hache et d’autres à coups de couteau.

Un chauffeur qui avait réussi à rebrousser chemin à temps a témoigné que 25 taxis-brousse ont quitté le point de regroupement de Mahasoa-Sud, sous escorte de gendarmes. «Le problème est survenu à Ambodimifaha, un raidillon parsemé de virages. Ayant vu des blocs de pierres sur la chaussée, les chauffeurs des véhicules se trouvant en tête du convoi ont essayé de se frayer un passage, tandis que d’autres ont fait demi-tour. Aussi curieux que cela puisse paraître, les gendarmes qui se trouvaient à bord ne sont pas intervenus. Ils sont partis avec les véhicules en fuite. Dans la confusion et la panique, les conducteurs des trois taxis-brousse se trouvaient bloqués sur place. Livrés à eux-mêmes, leurs passagers ont été dépouillés et agressés», a-t-il expliqué.

Après avoir fait main basse sur l’argent et les téléphones portables de leurs proies, les coupeurs de route ont quitté les lieux avant de disparaître profitant de l’obscurité de la nuit. Des gendarmes venant d’Ambalavao sont venus plus tard au chevet des victimes. Après avoir reçu les soins d’urgence, les blessés ont été évacués vers la capitale.

Une autre version des faits

Interrogée au sujet de cette attaque sur la RN 7, la gendarmerie a donné une toute autre version. Selon les explications reçues, six gendarmes ont été chargés de sécuriser le convoi. «Deux d’entre eux se trouvaient dans la voiture qui ouvrait la caravane mais juste après le départ de Mahasoa-Sud, des taxis-brousse ont dépassé la voiture ouvreuse. Ils ont réussi à forcer le barrage des bandits tandis que le véhicule à bord duquel se trouvaient les deux gendarmes a rebroussé chemin», a-t-on expliqué. De son côté, le colonel Maurice Maromanana Raderandrainy, commandant du Groupement de gendarmerie de la région Haute Matsiatra, a indiqué que les chauffeurs doivent suivre les consignes des forces de l’ordre afin d’éviter ce genre d’incident.

Face à la fréquence alarmante des attaques, les chauffeurs de taxis-brousse desservant la RN 7 vont tenir ce jour une réunion d’urgence à la gare routière Fasan’ny Karana.

Mparany

 

La Vérité2 partages

Palais de Mahazoarivo - Qu'est-ce qu'il s'y passait ?

Le palais de Mahazoarivo serait le théâtre des mouvements faisant penser à un déménagement hier, selon une source qui n'est pas étrangère à la place. L'on se demande alors sur ce qui se trame quelque part. Plus d'un s'interroge si les navettes inhabituelles observées sur les lieux sont des signes annonciateurs d'un éminent changement dans la composition gouvernementale.

Le remplacement rapide du ministre des Finances et du Budget de mardi témoigne de l'empressement du régime à colmater les brèches financières dont il souffre depuis son avènement. L'on se souvient encore que le sommet de l'Etat n'a jamais pris une telle célérité pour désigner le successeur du feu ministre Adolphe Ramanantsoa subitement décédé à Mahajanga le 20 août.OpaquesQuant au sort de l'actuel Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, la logique du « jamais 2 sans 3 » tend à se préciser, à considérer les récentes publications. Pour l'instant, sa longévité à la tête du gouvernement dépasse de peu celle de ses deux prédécesseurs depuis avril 2014, période d'installation à Mahazoarivo du premier Premier ministre nommé par le président Hery Rajaonarimampianina.Le Dr Roger Kolo et le général Jean Ravelonarivo n'y restaient qu'environ une année avant leur remerciement dans des circonstances opaques à l'esprit. On a dit que des touches féminines y ont joué au profit de l'actuel titulaire du poste. Mais les méfaits des filles d'Eve pourraient lui être fatals à la longue. Les yeux se tournent vers le gestionnaire du portefeuille de l'Intérieur et de la Décentralisation depuis l'éclatement de l'affaire Claudine Razaimamonjy. Une enquête même serait ouverte à son encontre, d'après les média étrangers. Si jamais il devait quitter le palais de Mahazoarivo, un poste d'ambassadeur suivant le style « Rajoelina-Vital » en 2012 pourrait lui être proposé.M.R.

L'express de Madagascar2 partages

Santé – La résistance aux antibiotiques augmente

Les médicaments, comme les antibiotiques, sont dangereux en cas d’excès. Ils n’ont plus aucun effet sur la santé, certains ne les supportent plus.

Bon nombre de personnes résistent aux antibiotiques. D’après Aristide Romain Raherison, chef clinique de chirurgie infantile au sein de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), «Des médecins conseillent à leur patient de prendre des antibiotiques. Or, ce type de médicament n’a plus d’effet sur l’état de santé des patients et d’autres ne les supportent plus. Ce cas existe à Madagascar et on l’appelle  megebacterie». Il a souligné qu’une centaine d’enfants, qu’il avait soignés depuis 2011 à l’hôpital HJRA, avaient besoin d’antibiotique forte dite bacille multi résistant.L’automédication favorise la prise d’antibiotiques. «Certaines personnes ont tendance à prendre des antibiotiques au moindre malaise», ajoute t-il. Même si les pharmaciens ne délivrent plus d’antibiotiques que sous ordonnance, les antibiotiques se vendent dans les épiceries. Des vendeurs de médicaments illicites existent également un peu partout dans la ville.Ces médicaments engendrent des effets secondaires inattendus si l’état de santé de la personne qui les prend n’est pas adapté.

Effets néfastesL’organisation mondiale de la Santé mentionne qu’un nombre croissant d’infections, comme la pneumonie, la tuberculose ou la gonorrhée, devient plus difficile à traiter. Les antibiotiques utilisés pour les soigner perdent de leur efficacité. La prise d’antibiotique entraîne l’hospitalisation, voire la mort. «Les antibiotiques peuvent  entraîner une hospitalisation surtout pour les personnes qui possèdent des anticorps faibles. Il faut que les gens fassent attention à la propreté pour que les microbes n’entrent pas dans le corps. Il faut éviterl’automédication», affirme un médecin privé qui a requis l’anonymat.Le ministère de la Santé Publique procèdera à une évaluation sur la résistance aux antibiotiques. «Il faut lancer la lutte dans la propagation des résistances aux antibiotiques. Les pays membre de l’OMS  luttent contre cela. Une évaluation doit se faire», affirme le Dr Maherisoa Ratsitorahina, Directeur de veille sanitaire et de surveillance épidémiologique auprès du ministère de la Santé publique.

Mamisoa Antonia

News Mada1 partages

Perquisition chez Fetra Rakotondrasoa : un acte attentatoire à l a liberté d’expression

Une pression de plus pour ceux qui militent pour la liberté d’expression. Fetra Rakotondrasoa a été convoqué hier à la gendarmerie avant que sa maison ne soit perquisitionnée.

Comment abattre le Mouvement pour la liberté d’expression (MLE) ? C’est le casse-tête permanent au niveau du régime ces temps-ci. Comme cette entité entend mener jusqu’au bout la lutte pour la liberté d’expression, elle est donc dérangeante pour le régime. D’autant que ce ne sont pas les «faits saillants» qui manquent. C’est ainsi que des manœuvres visant à museler le mouvement ont été initiées depuis quelques temps.

A titre d’illustration, hier dans la matinée, le porte-parole du MLE Fetra Rakotondrasoa a été auditionné pour une enquête préliminaire au Toby Ratsimandrava durant presque quatre heures de temps.

Selon les informations recueillies, il a été auditionné  sur la production de l’émission «Tsy mahaleo ny sampona», notamment pour «port illégal de tenue militaire». Ce qui est étonnant puisque que ce n’est pas le porte-parole du MLE en question qui a porté une tenue militaire, mais c’est le présentateur de l’émission qui était sur le plateau durant la première édition de «Tsy Mahaleo ny sampona».

Droit fondamental

Comble du ridicule, par la suite, son domicile a été perquisitionné après l’audition pour tenter de retrouver l’uniforme militaire ou encore, probablement, des éléments d’une infraction pouvant lui être imputés. Mais les forces de l’ordre n’ont rien trouvé.

 «Les actes d’intimidation et d’acharnement contre les journalistes indépendants qui n’acceptent pas d’être à la solde du régime, ne nous feront pas capituler, nous continuerons à lutter pour les valeurs auxquelles nous croyons, la liberté d’expression et celle d’opinion», a réagi Lalatiana Rakotondrazafy sur sa page facebook hier.

La liberté d’expression constitue un droit fondamental. L’article 10 de la Constitution stipule  que «Les libertés d’opinion et d’expression, de communication, de presse, d’association, de réunion, de circulation, de conscience et de religion sont garanties à tous et ne peuvent être limitées que par le respect des libertés et droits d’autrui, et par l’impératif de sauvegarde de l’ordre public, de la dignité nationale et de la sécurité de l’Etat». L’article 11 stipule que  «Tout individu a droit à l’information. L’information sous toutes ses formes n’est soumise à aucune contrainte préalable, sauf celle portant atteinte à l’ordre public et aux bonnes mœurs. La liberté d’information, quel qu’en soit le support, est un droit (…)».

Les parodies, pour mieux véhiculer les informations, font en effet partie du paysage audiovisuel dans les pays censés être démocratiques. Que ce soit en France, aux Etats-Unis, en Angleterre ou encore en Afrique, tous les acteurs politiques de premier plan y passent. Mais il semble que cette nouvelle formule mélangeant  les actualités et l’humour, ne plait pas au régime.

«Les parodies sont une manière d’informer. Je ne vois pas pourquoi cela mérite une poursuite», a  soutenu le vice-président de l’ordre des journalistes, Didi Ratsimbazafy, hier.

Rakoto

 

News Mada1 partages

Conjoncture : Wake Up Madagascar s’adresse au chef de l’Etat

Le mouvement Wake Up Madagascar déplore le mode de travail du régime actuel, notamment au niveau de la communication. Depuis l’affaire Claudine Razaimamonjy jusqu’à l’enquête du journaliste du MLE, Fetra Rakotondrasoa.

D’après le mouvement, il est tout simplement honteux qu’un président de la République n’ait pu confirmer la démission de son ministre des Finances, que l’Etat n’ait pas respecté une décision de justice en faveur d’un parti de l’opposition voulant manifester à Mahamasina, ou encore qu’il ne soit pas capable d’assurer l’indépendance de la Justice alors que le régime qualifie le SMM de déstabilisateur.

Rakoto

 

La Vérité1 partages

Colonel Coutiti Assolant - Devenu un farouche partisan du Hvm

Les personnages, connus ou moins connus, de la vie politique à Madagascar continuent à tirer à boulets rouges sur Marc Ravalomanana. Tour à tour, ils montent au créneau pour dénigrer ce qu'ils nomment projet de déstabilisation. Défendant les causes du régime, c'est au tour du tristement célèbre lieutenant-colonel Coutiti Assolant hier de vider son sac sur le président national du parti Tiako i Madagasikara (Tim).

Selon lui, ce dernier est déterminé à créer des troubles chez nous. Abordant des sujets plus diplomatiques, il a pipé mot sur l'AGOA au sein duquel Marc Ravalomanana a retiré le pays, selon les mots de l'ancien protecteur du vétéran leader Didier Ratsiraka. Pourtant, de mémoire d'homme, c'est plutôt sous le règne de l'ancien chef de l'Etat que les activités développées dans le cadre de cet accord de coopération économique ont beaucoup fleuri.

Basculement

Après le rendez-vous manqué du Tim le 8 juillet, le régime ne lésine pas sur les moyens pour faire défiler les grandes gueules à l'antenne. Du coup, on a vu passer à l'écran tout comme à la radio les Manandafy Rakotonirina et Jean-Eugène Voninahitsy après une absence médiatique prolongée. Le « 8 juillet » est décidément le déclic d'un recrutement à tout vent des « mercenaires politiques » pour réduire à néant le désir de Marc Ravalomanana de se s'aligner sur les éventuels candidats du Hvm en 2018.

La position du sénateur Olivier Rakotovazaha, un des anciens fervents alliés du fondateur du Tim, est plus que naturelle depuis le basculement dans le camp du régime du parti MFM. A propos, on anticipe déjà sur le cas du politicien Alain Ramaroson, placé sous mandat de dépôt à Antanimora depuis des mois. Le verdict à son sujet sera attendu la semaine prochaine. Selon des observateurs, il pourrait être relâché à condition qu'il accepte de grossir les rangs des détracteurs de Marc Ravalomanana pour le compte du régime.

Revanche

Quant au lieutenant-colonel Coutiti Assolant, la dernière fois où il a fait une réapparition médiatique c'était quand il rencontrait la presse aux 67 ha le 11 janvier 2015. A l'époque, il a déclaré qu'il pardonnait à Marc Ravalomanana. Avant cela, il siégeait au sein de l'Association d'anciens détenus politiques dirigée par Henri Rakotomalala alias Riribe. L'entité réclamait en vain la compensation des dégâts subis par ses membres à cause des disputes politiques.

Mais voilà maintenant que l'ancien officier supérieur de l'armée se met du côté du régime pour peut-être prendre sa revanche sur celui qui ordonnait son emprisonnement suite aux troubles postélectoraux de 2002 auxquels ce haut responsable du 2e Régiment des forces d'intervention (RFI) à Antsiranana de l'époque prenait une part active au vu et au su de tous.

M.R.

Agence de Presse de l'Ocean Indien1 partages

Une femme nommée Grand Argentier de l’Etat

Suite à la démission de Gervais Rakotoarimanana au poste de Ministre des Finances et du Budget, la Présidence de la République n’a pas tardé à nommer son successeur. Un décret en date du 17 juillet dernier nomme Vonintsalama Andriambololona en qualité de Ministre des Finances et du Budget. Le cursus professionnel de cette dernière est marqué par les diverses fonctions qu’elle a assuré au sein de ce département. Elle a travaillé étroitement avec l’actuel Président de la République quand il était encore le Grand Argentier de l’Etat. En effet, de 2009 à 2015, Vonintsalama Andriambololona occupait le poste de Secrétaire Général du ministère des finances et du budget. Le soutien qu’elle a affiché à Orlando Robimanana, DG du Trésor limogé en 2015 lui a valu le même sort. Elle est la première femme à tenir les rennes de ce ministère.

Pour rappel, Gervais Rakotoarimanana avait présenté sa démission le 14 juillet dernier. Il a notamment évoqué le manque de soutien et la divergence de point de vue dans l’exercice de sa fonction.

L'express de Madagascar1 partages

Gouvernement – Une femme à la tête des Finances

Le Président Rajaonarimampianina a nommé Vonintsalama Andriam­bololona comme ministre des Finances et du budget. Une vieille connaissance du Président.

Elle revient par la grande porte. Le Prési­dent Rajao­narimampianina n’a pas attendu longtemps pour trouver un remplaçant à Gervais Rakotoarimanana. Après la démission de celui-ci, le Chef de l’État n’est pas allé loin pour trouver le nouveau Grand argentier. Dans un décret pris, lundi, et relayé par la page Facebook de la Présidence, il a choisi Vonintsalama Andriam­bololona, l’une de ses anciennes collaboratrices lorsqu’il était aux commandes des finances publiques durant la Transition. Elle est ainsi la première femme à occuper le poste de ministre des Finances et du Budget.Le nouveau ministre n’est pas une inconnue de ce département. « C’est quelqu’un de la maison qui connaît l’arcane des finances publiques et des relations avec les bailleurs », comme l’a déclaré son prédécesseur lors  de la passation de service entre les deux responsables, hier. Elle est entrée dans l’administration en tant qu’inspecteur du trésor et a occupé plusieurs postes de responsabilité dont la dernière en date est celui de secrétaire général du MFB, entre 2009 etmars 2015.

ContinuitéAvant cette nouvelle nomination, elle était membre du conseil d’administration de la Banky foiben’i Mada­gasikara pour le compte du gouvernement.« On ne peut pas nommer des hommes sans expériences ou qui tâtent encore le terrain. Ce qu’il nous faut, c’est quelqu’un doté d’une expérience dans les relations avec les bailleurs de fonds. Nous espérons que le nouveau ministre continuera d’agir dans ce sens pour la continuité des coopérations avec nos partenaires techniques et financiers », a réagi le chef du gouvernement, Olivier Mahafaly à propos de cette nouvelle nomination.Le départ précipité de Gervais Rakotoarimanana, un homme de confiance des bailleurs de fonds traditionnels, ne met pas en péril les négociations en cours.Patrick Imam, représentant résident du Fonds monétaire international (FMI) assure que « le départ du ministre ne devrait pas affecter les relations entre nos institutions respectives ainsi que le programme de travail du gouvernement auquel nous apportons notre appui financier et technique ».« Elle est capable de mener à termes les réformes entreprises par son prédécesseur. C’est une ancienne SG de ce ministère. Elle dispose ainsi de toutes les compétences nécessaires », a annoncé, pour sa part, Coralie Gevers, country manager de la Banque mondiale à Madagascar et aux Comores. À en croire toutes ces déclarations, Vonintsalama Andriam­bololona semble bénéficier d’un certain crédit auprès des partenaires techniques et financiers.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Technologie – Anosizato se lance dans l’open data

Un petit pas dans l’open data ? La commune d’Anosizato se lance dans un nouveau projet trèsambitieux. Elle entend mettre à disposition des données de la commune en libre accès et sur une plateforme géospatiale facile d’utilisation à travers le projet « open fokontany ». Ce projet allie ainsi  l’open data et la cartographie avec open street mapPour mettre en œuvre ce projet, la commune d’Anosizato compte sur l’appui des partenaires comme Orange, Habaka et de l’agence allemande de coopération internationale ouGIZ. Des moyens techniques ont été déployés pour permettre aux différents acteurs de mener à termes ce projet. Des smartphones, des tablettes et des boxes  connectés à internet ont été remis à l’équipe.« Ces équipements vont permettre à Habaka d’entamer la phase préparatoire du projet, ainsi que les travaux de terrain au sein des sept fokontany de la commune d’Anosizato. A termes, le registre d’infrastructure communale (RIC) et la carte des infrastructures communales (CIC) seront numérisés et disponibles grâce à la consultation sur la plateforme », annonce-t-on ducôté de la société de télécommunication.

L.R.

Madaplus.info0 partages

Andriambololona Vonintsalama, le nouveau Ministre des Finances et du Budget

Hier, lors du Conseil des ministres, Andriambololona Vonintsalama est nommée officiellement Ministre des Finances et du Budget (MFB). Elle était également la Secrétaire générale du MFB lorsque Hery Rajaonarimampianina était l’argentier de la Transition. La passation a eu lieu hier au Palais d’Iavoloha.
D’après une source d’Iavoloha, plusieurs ministres inefficaces devraient être limogées très prochainement. Toujours selon cette source, Gervais Rakotondramanana, l’ancien MFB figurait parmi les ministres à limoger lors du prochain changement du gouvernement, mais c’était sa lettre de démission qui a été déposée au préalable. Une décision issue de son désaccord avec le premier ministre pour l’achat de cent 4X4 pour les députés. Gervais ainsi que certains ministres sont opposés à la coopération de l’État Malagasy avec la Chine.
Madaplus.info0 partages

Un « monstre en liberté » sème la zizanie à Antsirabe et ses alentours

Ces derniers temps, les informations sur une bête font grand bruit au sein de la société Vakinankaratra et ses environs sur l’animal mystérieux qui massacre les chiens et les animaux de ferme comme les porcs comme vous pouvez le voir sur cette photo.
Un fait qui paraît autant incroyable, les habitants de la ville d’Antsirabe et ses environs sont terrifiés par ce grand prédateur carnivore. Pas plus tard que lundi, sept porcins ont été retrouvés dévorés dans leurs porcheries à Ambositra. Jusqu’à ce jour, la population locale s’interroge sur l’identité de ce prédateur. Certains soupçonnent la présence proche d’un félin agressif alors que d’autres imaginent sur la base de la peur, qu’il s’agirait peut-être d’un « monstre en liberté ». Selon une source locale, l’animal grogne beaucoup et aime le sang. Mais il est de petite taille et n’ose pas s’attaquer à des humains.
News Mada0 partages

Fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona”’ : nosavaina ny tranon’ny mpanao gazety Fetra Rakotondrasoa

 Nahadihadiana teny amin’ny borigady manokana an’ny zandarimaria eny amin’ny Toby Ratsimandrava Rakotondrasoa Fetra omaly tokony ho tamin’ny 9 ora maraina. Nitohy tamin’ny fisavana ny tranon’ity mpanao gazety ity izany.

 

Tsy nisy nipika ny fanadihadiana nataon’ny zandary manodidina izany. Izy sy ny mpisolovava ihany no afaka niatrika izany, ary tsy nahazo niditra nanaraka ny mpanao gazety na maro aza ireo nikasa hanao izany. Niroso avy hatrany tamin’ny fisavana ny tranon’ity mpanao gazety ity teny Ankaraobato ny zandary avy eo, tokony ho tamin’ny roa ora sy sasany. Tsy nisy ny resaka nipika momba izany fa tao anatin’ny fahanginana tanteraka ireo mpanao famotorana sy mpisava trano avy amin’ny zandarimaria.

Araka ny fantatra, kapila sy fanamiana zandary nampiasaina tamin’ny fandaharana tsy mahaleo ny sampona no notadiavina tao amin’ity tranon’ny mpanao gazety mpikambana amin’ny MLE ity. Nisolo ny toeran’i B. Benson amin’ilay fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona” rahateo i Fetra Rakotondrasoa. Voalaza fa tsy nahita na inona na inona ireo zandary mpanao fisavana. Raha ny fanazavana azo, hamarana ny famotorana ny zandary ary handefa fiantsoana ity mpanao gazety ity raha toa ka ilaina izany. Andrasana na hiakatra fampanoavana na tsia.

Borigady manokana etsy amin’ny Toby Ratsimandrava

Nanamarika ity fanadihadiana sy famotorana ity ny nisahanan’ny borigady manokana ny raharaha. Anisan’ny tena sahanin’izy ireo ny resaka fanonganam-panjakana, ny momba ny “Raharaha andramena « , na koa ny resaka politika. Eo koa ny fanadihadiana ny fakana an-keriny. Nokilasiana ho tahaka ny iray amin’ireo izany ity “Raharaha Fetra Rakotondrasoa” ity ? Borigady manokana mihitsy ny nandray an-tanana izany, omaly, ary nosahanin’ny manamboninahitra ambony sy begalona eo anivon’ny zandary, araka ny nambaran’ny mpisolovava. Midika ve izany fa santatry ny mety ho fanampenam-bava izao raharaha izao ? Na izany aza, voahaja tanteraka ny zon’ny mpanao gazety tamin’izao fanadihadiana izao. Tsy nisy ny fampihorohoroana na don-tadabatra. Nanaraka akaiky izany rahateo ny avy amin’ny filohan’ny Holafitry ny mpanao gazety (OJM) sy ny filoha lefitra.

Andrasana ny ho tohin’ny raharaha.

Yves sy Randria

News Mada0 partages

Andriambololona Vonintsalama Sehenosoa : vehivavy voalohany minisitry ny Fitantanam-bola sy ny tetibola

Araka ny didim-panjakana, laharana 2017-590, omaly 18 jolay, nankatoavina ny fametraham-pialana nataon’ny minisitry ny Fitantanam-bola sy ny tetibola, Rakotoarimanana Gervais. Araka io didy io ihany, voatendry  minisitra vaovao Rtoa Andriambololona Vonintsalama Sehenosoa. Izy izany izao ny minisitra faha-27 misahana izany andraikitra izany, nanomboka ny Repoblika voalohany ka hatramin’izao. Izy ihany koa ny vehivavy voalohany minisitry ny Fitantanam-bola sy ny tetibola.

Omaly ihany, vita ny famindram-pehafana tao amin’ny minisitera eo Antaninarenina. Tsy zava-baovao amin-dRtoa minisitra vaovao ny minisitera, efa sekretera jeneraly tao izy, nanomboka ny taona 2009 hatramin’ny 2015, ka mahalala ny antsipriany, araka ny fanamarihan’ny minisitra teo aloha, Rakotoarimanana Gervais. Tsy kisendrasendra koa, araka izany, ny nanendren’ny filohan’ny Repoblika azy, izay efa niara-niasa taminy akaiky nandritra ny Tetezamita, fotoana naha minisitra azy tao amin’izany departemanta izany. Nilaza rahateo ny nisoloany toerana fa faly izy amin’izao fanendrena an-dRtoa Andriambololona Vonintsalama Sehenosoa izao.

Ireo misongadina ao anivon’ny minisitera

Nitanisa ireo zava-bita misongadina ao anivon’ny minisitera ny minisitra teo aloha. Ao amin’ny Fadintseranana, fifanarahana amin’ny fanatsarana ny asa ; Tahirimbolam-panjakana, fanitsiana ny fandaniana eo amin’ny vidin-tsolika ; Hetra, fanatsarana ny fifandraisana amin’ny mpandoa hetra, nampitombo ny hetra miditra ; Tetibola, famolavolana ny lalàna momba ny tetibolam-panjakana sy ny fanitsiana izany ; Volan’ny mpiasam-panjakana, fanavaozana ny antontan-taratasy momba ny fisotroan-dronono, nampihena betsaka ny vola nivoaka. “Arovy ny vita ary tohizo ny fanarenana”, hoy izy raha nisaotra ireo mpiara-miasa rehetra sy nirary fahombiazana ho an’ny minisitra vaovao.

Tsy nanan-kambara firy ny minisitra vaovao fa nisaotra noho izay vita rehetra, ary nisaotra ny nodimbiasany izy tamin’izany. Dingana lehibe no vita, indrindra ny nahazoana ny Fec, fifanarahana amin’ny FMI. “Mandalo ihany ny minisitra fa ianareo mpiasa no tompon-trano”, hoy Rtoa Andriambololona Vonintsalama Sehenosoa. Ny azo lazaina, teknisianina amin’izany sehatry ny vola izany ny tenany, raha ny lalana nolalovany sy traikefa vitany. Noho izany, tokony hahavita bebe kokoa sy tsara kokoa noho ny teo alohany.

R.Mathieu

Iza Rtoa Andriambololona Vonintsalama Sehenosoa ?

Taorian’ny nahazoany mari-pahaizana maîtrise, sampam-pianarana toekarena eny Ankatso, nanohy ny fianarany tany amin’ny ENST, Frantsa, nahatonga azy ho inspecteur du Trésor, ny taona 1984. Nitohy ny fiofanana nataony tany amin’ny FMI (Washington), IIAP (Paris), IDLI  (Rome) , Cnuced ( Genève).

Nanomboka ny taona 1977 izy tao amin’ny minisiteran’ny Fitantanam-bola sy ny tetibola ; Tale jeneralin’ny Tahirimbolam-panjakana, 1996-2003 ; Sekretera jeneralin’ny minisitera, 2009-2015.

Efa nanana andraikitra nosahanina tao amin’ny Banky foiben’i Madagasikara, Adema, BFV/SG, Seranan-tsambon’i Toamasina na Spat. Namita iraka samihafa mahakasika ny fifanarahan’i Madagasikara amin’ny Banky iraisam-pirenena, Tahiry eoropeanina momba ny fampandrosoana na Fed, sns.

 

News Mada0 partages

“Afrobasket Men U16” : nandresy an’i Alzeria i Madagasikara

Afa-bela i Madagasikara! Resiny, tamin’ny isa 78 no ho 71, i Alzeria, omaly teo amin’ny lalao miverina amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja basikety “Afrobasket Men U16”. Fihaonana, tanterahina any Maorisy. Efa tany amin’ny tapa-potoana fahefatra vao afaka ny Malagasy, tamin’ity fihaonana ity, satria nitarika anisa hatrany ry zareo Alzerianina, teo amin’ireo 10 mn telo voalohany.

Nitarika tamin’ny isa 22 no ho 16 ny nentin’ny roa tonta nisarahana, teo amin’ny tapa-potoana voalohany. Nisongadina ny fahaiza-manaon’ny Alzerianina, tamin’ny valim-panafihana sy ny tifi-davitra. 33 no ho 28 kosa ny isa nentin’ny roa tonta niala sasatra. Tsy nijanona teo fa mbola nametraka ny fahaiza-manaony ihany ry zareo Alzerianina, teo amin’ny tapa-potoana fahatelo. 50 no ho 45 indray teo ny isa.

Nanomboka taitra tamin’ny torimasony kosa ny Malagasy teo amin’ny 10 mn farany. Tsy nihafihafy ry Sitraka sy ry Marco fa nanafika sy nanao totoafo ny tifitra, ary tena sahy namakivaky ny vodilaharana alzerianina. Vokatr’izay, nihoaran’ny Malagasy mihitsy ka lasa 58 no ho 55 ny isa, teo amin’ny faha-6 mn nilalaovana. Nirindra tsara ihany koa ny valim-panafihana sy ny fakana baolina ka vetivety foana dia niitatra ny isa teny amin’ny solaitrabe. 67 no ho 59 avy eo ary 70 no ho 62 tany amin’ny 2 mn tsy hiravana. Tsara rafitra ihany koa ny fiarovantena ka tsy nahita irika hamakiana izany intsony i Alzeria, izay nionona tamin’ny tifi-davitra sisa.

Hiankina amin’ny fihaonana fahatelo, hatao anio, ny hahalalana izay ho tohin’ny lalan’ny ekipa malagasy, izay hidona amin’i Egypta ary i Roanda indray, hifanehatra amin’i Alzeria. Samy mbola manana herijika hiatrehana ny manasa-dalana avokoa mantsy ny ekipa rehetra.

Torcelin

News Mada0 partages

Toamasina : voasambotry ny UIR sy Fip ireo mpangalatra moto

Voasambotry ny polisin’ny UIR sy ny Fip ireo mpangalatra moto enin-dahy, tany Toamasina, ny farany herinandro teo. Taorian’ny fitarainan’ny olona momba ny halatra moto nahazo azy ireo ny nahazoana vokatra. Tamin’ny 3 ora maraina, ny alakamisy 13 jolay lasa teo, naharay antso ny Fip Ankirihiry fa misy andian-jiolahy namaky trano tao Ambolomadinika. Moto telo no lasa tamin’izany. Nanao hetsika ny polisy notarihin’ny Usi (Unité spéciale d’intervention) eo anivon’ny Fip sy ny UIR Commissariat Central. Ny andron’ny alakamisy io ihany, tamin’ny 6 ora sy sasany hariva, tratra ny moto iray sy olona maromaro. Nanondro ny toerana nisy ireo moto roa ambiny avy eo ireo olon-dratsy, ka hita avokoa ireo moto telo very tao anatin’ilay vakitrano tao Ambolomadinika ary efa tafaverina amin’ny tompony soamantsara.Ny ampitson’io nisy antso voarain’ny Fip fa misy ramatoa very moto tao Tanambao V. Ny alin’io ihany, tamin’ny 10 ora alina, tratra ilay moto sy olona nangalatra azy. Manao antso avo amin’ny rehetra ny Commandant Fip Toamasina, Commissaire Jules Rafaliarivo, mba ho ara-potoana hatrany ny antso mba hanamorana ny fisamborana ireo olon-dratsy sy fahitana ireo entana halatra.

Yves S

News Mada0 partages

Rugby : afa-nenina ny federasiona, hihatra amin’ny ligy ny sazy henjana

 Nilaza tamin’ny fomba ofisialy ny Malagasy rugby fa afa-nenina tanteraka amin’ny ligin’Analamanga, ka tsy maintsy hiroso amin’ny fanasaziana henjana. Ny fifaninanan’ny “comité ad’hoc” no hany manan-kery, hoy izy ireo.

 

Tsy nitsitsitsitsy fitenenana mihitsy ny sekretera jeneralin’ny Malagasy rugby, Rakotoaritiana Mamy Haga, raha nitafa tamin’ny mpanao gazety, teny Ankorondrano, omaly, fa tsy afaka ny hitazam-potsiny ny gaboraraka sy ny fandikan-dalàna, ataon’ny ligin’Analamanga. Noho izany, hiditra amin’ny sazy henjana izy ireo, raha mbola mikiry hanatanteraka fifaninanana, amin’ny alahady ho avy izao, izy ireo. “Afa-nenina izahay, efa natao daholo ny fifanarahana saingy tsy miraharaha sy tsy te-hahalala ny rafitra eo amboniny ny ligin’Analamanga”, hoy izy.

Nomeny tsiny ihany koa ny minisitera, izay tsy nandray ny andraikitra tandrify azy, tamin’ny tsy nampiarana ny didy laharana 60-61, tamin’ny fananganana ny “comité ad’hoc”, izay tsy nampitovy fijery ny  roa tonta. Nomarihin’i Mamy Haga, fa dimy volana, tsy nisy fifaninanana teto Analamanga, noho izany voatery nanangana ny “comité ad’hoc”, izy ireo, hiandraikitra izany. Ny didy faha-15 ao amin’ny sata mifehy ny Malagasy rugby, nahafahana nanangana azy io, izay milaza fa noho ny tombontsoan’ny rugby sy ny hamehana amin’ny fanatanterahana ny taom-pilalaovana, ka handefasana ny anaran’ireo klioba roa amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina ny antony.

Tsy nitana ny fifanarahana ny ligy

Notsiahivin’i Besady, filoha lefitry ny Malagasy rugby fa namadika ny fifanarahana ny ligin’Analamanga, teo amin’ny tokony hitondrana ny fifaninanana. Ankoatra izay, mbola nandika lalàna ihany koa izy ireo, tamin’ny fitondrana “gros bras” ka nandrava ny lalao, nanampiana ny FTM Manjakaray, natao teny amin’ny kianja Makis, ny 18 jona lasa teo.

Nohamafisin’i Florent, mpanolotsaina ao amin’ny Malagasy rugby fa ampy izay ny fanaovana politika ny baolina lavalava koa dia miantso ireo fileovana izy ireo, hanaraka ny ara-dalàna dia ny fifaninanana, ampanaovin’ny “comité ad’hoc”.

Farany, tsy mankato izay lalao ataon’ny ligin’Analamanga ny Malagasy rugby ary mampitandrina ireo ekipa mihevitra ny handray anjara amin’izany.

Tompondaka

News Mada0 partages

Toamasina : voaheloka 10 taona asa an-terivozona ilay ramatoa nanapoizina an-janany

 Tranga  tsy fahita loatra ity raharahan’ady laharana faha-97-Toa/17 niseho tao amin’ny fokontany Ampasipotsy Mahambo, distrikan’i Fenoarivo Atsinanana ity, ny 19 oktobra 2016. Nopoizinin-dreniny antsoina hoe Florine Genevieve, 28 taona ny zanany lahikely vao efa-taona monja. Nandritra ny fifandaharana teo amin’ny voampanga sy ny mpitsara mpanao famotorana ary ny fampanoavana ambony nandritra ny fotoam-pitsarana ady heloka bevava tsotra tao amin’ny lapan’ny Fitsarana ambony, omaly dia hoe vokatry ny fisaraham-panambadiana noho izy nilaozam-badiny no antony nahatonga azy nanome poizim-boalavo an-janany. Maty tsy tra-drano ilay menaky ny ainy.

Henjana, araka izany, ny didy navoakan’ny mpitsara tamin’ity renim-pianakaviana ity ka voaheloka 10 taona an-tranomaizina asa an-terivozona miampy dimy taoa tsy mahazo manitsaka faritany.

Niakatra teny amin’ny fitsarana ady heloka bevava ihany koa ny vonoan’olona tsy niniana natao tao amin’ny fokontany Ambodimpolomosy Vohitranivona Brickaville, ny 23 jolay 2016. Renim-pianakaviana iray 27 taona no namoy ny ainy tamin’io fotoana io ka ny vadiny ihany ny tompon’antoka tamin’ity vonoan’olona ity. Raha ny famakiana ny antontan-taratasin’ady, tsatoka antsy no voalaza fa namonoany ny vadiny raha nisy resaka tsy nifankahazoana teo amin’izy mivady. Resabola no nahatonga ny olana ka niafara tamin’ny tsindrona antsy. Nilatsaka ihany koa ny sazy avy amin’ny fitsarana ka voaheloka dimy taona asa an-terivozona an-tranomaizina ilay raim-pianakaviana namono ny vadiny.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Amin’ny 25 jolay ny didim-pitsarana : naverina any am-ponja indray Ramaroson Alain

Fanintelony. Niakatra fitsarana tetsy Anosy indray, omaly noho ny raharaha fiahiahian’ny fianakaviany an-dRamaroson Alain azy ho nanao hosoka amin’ny resaka tany. Tsy nivaly teo avy hatrany anefa ny didy ka naverina eny Antanimora ity mpanao politika ity.

 

Tsy afa-bela mihitsy ? Anisan’ny  iahiahiana azy ny momba ny hosoka tamin’ny fizarana ny tany etsy Andoharanofotsy, kianja Ramaroson ka namidy amin’ny fiangonana iray. Tsy neken’ny fianakaviana izany ka nitorian’izy ireo ity mpitarika ny Master’s ity. Teo koa ny ahiahy amin’ny fanomezan-dalana hosoka hivarotra ny tany. Tsy mbola ao anatin’izany rehetra izany koa ny momba ny tany eny Ambohimangakely, anisan’ny naha voarohirohy koa ity mpanao politika ity, manoloana ny fianakaviany.

Niezaka nangataka fahafahana vonjimaika ihany ny mpisolovava, Andriatsarafara, saingy nolavina izany ka izao naverina any am-ponja izao.

Onitra hatrany amin’ny iray miliara Ar

 Tsy vitan’izany  koa anefa ny raharaha fa mbola nitaky onitra hatrany amin’ny iray miliara Ar  ny fianakaviany nitory azy, manoloana ireo rehetra ireo.

Tsiahivina fa naiditra am-ponja vonjimaika eny Antanimora, nanomboka ny volana aogositra 2016 ny mpitarika ny Master’s. Efa niakatra fitsarana hatrany, saingy naverina any am-ponja hatrany koa. Izany hoe efa ho herintaona izany izao ity raharaha iray mampifanolana ny fianakaviana Ramaroson ity…

Ho hita eo indray amin’ny herinandro, fotoana hivoahan’ny didim-pitsarana.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Moramanga – Kabary : navoaka ny « Mahavelona », notafin-damba ny « Railovy »

« Mahavelona », anarana iombonan’ireo andia mpiofana ho mpikabary manerana ny faritany Fimpima Toamasina, taom-pianarana 2016-2017. Ny 15 jolay teo,  tao amin’ny Espace Vanilla no namoahana azy 12 mianadahy niofana ao amin’ny sampana Moramanga. Taorian’ny fizarana mari-pahaizana iombonan’ny mpiofana mpikabary eo anivon’ny Fikambanan’ny mpikabary malagasy maneran-tany, noraisina ho mpikambana tsotra avy hatrany ireto mpikabary ireto ka nopetahana ny fango (pins) na ilay marika ivelany iombonan’ny mpikambana rehetra.

Noraisina ho mpikambana raikitra kosa ireo mpikabary voazaha toetra nandritra ny herintaona. Sady nanao velirano sy notafin-damba izy10 mianadahy ao anatin’ity andia « Railovy » ity.

Tonga nanafy haja ny nanemi-boninahitra ny lanonana tany an-toerana ny filoha maneran-tany Fimpima Hanitra Andriamboavonjy sy ireo birao mpiara-miasa aminy. Nitarika ny manam-pahefana kosa ny solombavam-bahoaka voafidy tao Moramanga.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Mozika klasika : manan-talenta i Verohanta Lalao

Razakarivelo Verohanta Lalao, tovovavy mbola herotrerony saingy azo lazaina sahady ho reharehan’ny Malagasy eo amin’ny tontolon’ny hira klasika. Manana ny sokajim-peo « soprano » izy ary nanamafy ny fifehezany izany tao amin’ny sekoly Lalamozika, nandritra ny efa-taona.

Fanaporofoana ny vokatr’izay ezaka an-taona maromaro izay ny seho nentiny, tetsy amin’ny Institut français de Madagascar (IFM) etsy Analakely ny asabotsy tolakandro teo. Tratrany ny fanamby. Nampitolagaga ny fahaizan’ity tovovavy ity. Hira enina no nentiny nandravaka ny ampahany voalohany tamin’ny fampisehoana.

Nasongadina kosa ireo hira tamin’ny vanim-potoana klasika sy maoderina, nandritra ny tapany faharoa. Nampiavaka ity ampahany ity ny fiakarana an-tsehatr’ireo mpianatra namany ao amin’ny sekoly Lalamozika. Anisan’izany Randrianony Manga Hary Lala sy Randriatahinasoa Heriniaina. Tsy niala teo amin’ny fitendrena piano kosa Rakotondrazaka Doria.

Nambaran’ny mpitantana ny sekoly fa efa nomanina amin’ny fifaninanana iraisam-pirenena mihitsy ireo mpianatra ao aminy. Tsy notsinontsinoavina iny fampisehoana iny ary karazan’ny fitsapana voalohany ho an’i Verohanta. Fantatra àry fa hiatrika izay fifaninanana iraisam-pirenena izay ity mpanakanto ity, any Belzika afaka volana vitsivitsy.

Landy R.

 

Ino Vaovao0 partages

FANARAHAN-DIA TAO TSIROANOMANDIDY : Dahalo 20 lahy nifanandrina tamin’ny Zandary

Nahomby ny fanarahan-dia, omby nataon’ny Zandary sy ny fokonolona tao anatin’ny Fokontany Ankavandrakely, Kaominina Bemahatazana, ny fiandohan’ny herinandro lasa teo iny. Dahalo 20 isa no nanandravarava tao an-tanàna tokony ho tamin’ny 2 ora maraina.

Tsy nisy niangana ny omby fa nataon’ireto malaso ary lasibatra avokoa ny vala rehetra tao an-tanàna. Noho ny hery tsy nitovy sy ny fahamaroan’isan’ireto mpanafika dia tsy nisy sahy nikofoka ny iray tanàna. Tokony ho folo minitra taorian’ny fanafihana vao niantso vonjy tamin’ny mpitandro filaminana izy ireo. Raikitra avy hatrany ny fanarahan-dia vao nahare ny antso vonjy izy ireo. Tsy lavitra ny tanàna no nisy fifandonana izay naharitra efa ho an-tsasak’ora ka nahalavo ny iray tamin’ireo olon-dratsy.

Ny namany sisa kosa vaky nandositra rehefa tsy naharesy tosika ny mpanara-dia. Tafaverina amin’ny tompony avy ny omby very nandritra io fanafihana io.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

VONO OLONA FENO HABIBIANA : Lehilahy nopotipotehina, notapahina ny tongony roa

Raha ny vaovao voaray dia efa nivoaka fofona maimbo mihitsy ilay razana noho ilay ratra efa nialina andro maromaro. Io fofona io no nanaitra ny mponina teo amin’ny manodidina, ka nahatonga azy ireo nanao ny fikarohana. Anaty kirihitra somary miala ny lalana fandehanan’ny olona no nahitana ny razana izay efa simba tanteraka. Avy hatrany dia nidina teny an-toerana nanao fizahana ny mpitandro filaminana sy ny mpitsabo. Ity farany aza dia tsy nahalala intsony ny antony marina tena nahafaty ilay lehilahy noho ilay vatana mangatsiaka efa potipotika tanteraka.

Lehilahy sahabo ho 40 taona ity niharan-doza, ny ankanjo nanaovany sisa no nahafantarana fa raim-pianakaviana ny tenany. Tamin’ny famotorana natao dia hita nitokana niala teo amin’ny iray metatra nahitana ny razana ny akanjony sy ny kapa nanaovany.

Raha ny tombana dia novonoina an-kitsirano ity lehilahy ity, ary tany amin’ny toeran-kafa no namonoana izay vao nariana tao anatin’io kirihitr’ala io. Ny mponina teo amin’ny manodidina dia milaza ho tsy mahalala azy avokoa noho izy efa tsy nisy hamantarana azy intsony, araka ny vaovao voaray hatrany.

Ny Kaominina sy ny fokonolona tao an-tanàna no nandevina ny razana tao amin’ny fasam-bahiny.

Manao antso avo ireo tompon’andraikitra mba hanatona ny Kaominina any an-toerana izay manana havana very na tsy hita.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MPIVAROTRA : Noraisim-potsiny ilay jiolahy nangalatra ambin-kanina nisy kisoa

Toy ny zava-nitranga afak’omaly alina dia « bouffe mobile » na fiara fivarotan-tsakafo iray tetsy Antanimena indray no voatafika saingy voasambotra tamin’io fotoana io ihany ny jolahy iray.

Araka ny fanazavan’ireo niharan’ny fanafihana dia tokony ho tamin’ny folo ora sy sasany alina tany ho any no nidiran’ireo jiolahy tao amin’ity fiara fivarotan-tsakafo ity. Noho ny fanafody nataon’ireo olon-dratsy dia tsy naheno izay ambonin’ny tany ireo tompon’ny fivarotana, ka nanararaotra araka izany ireo jiolahy naka izay tiany. Nohanin’izy ireo aloha ny ambin-tsakafo tao anaty « vitrine », ka rava ny tetika satria nisy kisoa ilay sakafo. Marihina anefa fa fady kisoa ny fanafody nampatoriana ireo tompon’ny tsena. Avy hatrany dia taitra ireo tovolahy mpiambina ity fivarotana ity, ka raikitra ny fifanjevoana.

Miisa efatra teo izy ireo raha ny vaovao voaray, ka ny iray ihany no voasambotra tamin’io alina io.

Ny telo ambiny mbola tafatsoaka. Nofatoran’ireto mpiambina ny fivarotana ity lehilahy ity, ka ny maraina vao noentina tany amin’ny mpitandro filaminana natao fanadihadiana. Nandritra ny famotorana no nahalalana fa “lefy ny fanafody nampiasain’izy ireo rehefa nihinana ilay sakafo nisy kisoa”. Mbola tratra teny amin’ity jiolahy ity ireo karazana ody nampiasaina raha ny loharanom-baovao hatrany. Eo am-panaovana fanadihadiana ny Polisy amin’izao fotoana izao, ka mbola karohina fatratra ny jiolahy telo tafaporitsaka. Na izany aza anefa dia tsy nisy entana na vola very tamin’izany saingy tsy maintsy mitohy ny fisamborana azy ireo raha ny filazan’ireto niharan’ny fandrobana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

SENDIKAN’NY MPITSARA : Niverina nandray ny asany ireo mpitsara nanao fitokonana

Nananika hatrany amin’ny 98%-n’ireo mpitsara no nampiato ny asany nandritra ny fitakiana nataon’izy ireo, ny herinandro lasa teo iny, raha ny vaovao voaray.Fantatra fa efa nisy ny fihaonana nataon’ireo mpitsara sy ny tompon’andraiki-panjakana, ka heverina ho nahavaha olana ny dinika natao, ka nahata-pakevitra azy ireo hanohy ny asa indray. 

Hatreto kosa mbola tsy fantatra izay fifanarahana izay. Nanomboka omaly dia efa niverina nanokatra ny varavaran’ny Fitsarana sy nandray ny biraony ireo mpitsara. Nisavovona ny asa miandry ireo mpitsara vokatr’izay fikatsoan’ny raharaham- pitsarana tao anatin’ny fito andro izay. Raha eo anivon’ny Tribonaly etsy Anosy manokana dia fantatra fa nahatratra hatrany amin’ny 34 isa ireo olona noentin’ny Zandary sy Polisy hotsaraina. 

Nilamina araka izany ny olan’ireo mpitsara saingy mbola mitaky ny zo tokony hananany kosa ireo sendika hafa mbola tsy nahita rirany tamin’ny Fanjakana manoloana ny fitakiana sy fitokonana nataon’izy ireo. Araka ny vaovao voaray dia manambana ny hitokona hanatevin-daharana ihany koa ny fikambanan’ireo miaramila misotro ronono noho ny fampanantenana poak’aty nataon’ny Fanjakana azy ireo eo amin’ny fandraisany ny vola fisotroan-dronono sy ny fanampim-bola tokony horaisin’ireto miaramila misotro ronono.

Avotra Isaorana     

Ino Vaovao0 partages

FAMPIHOROHOROANA : Natao famotorana ary nosavaina ny tranon’i Fetra Rakotondrasoa

Naharitra adiny 3 mahery ny famotorana natao azy. Araka ny fantatra anisany niampangana azy ny famatsiana fanamiana miaramila nataon’i Barry Benson tamin’ny fandaharana «  Tsy mahaleo ny sampana  » andiany voalohany vokarin’ny Mle. 

Taorian’ny famotorana natao azy dia niroso tamin’ny fisavana ny tranony eny Ankadilalam- potsy Ankaraobato ny Zandary sao mbola mety ahitana fanamiana miaramila hafa. Naharitra adiny iray mahery ny fisavana nataon’ny Zandary fa nandamoka. 

Tsy nahitana fanamiana miaramila na basy na zavatra hafa mety hanelingelina ny fitondrana tao an-tranon’i Fetra Rakotondrasoa. Fanaovana ramatahora ny mpanao gazety mivondrona amin’ny Mle fotsiny  ny fanenjehana ny mpitondra tenin’ity farany. Tsy zakan’ny mpitondra ankehitriny mantsy   ny fandaharana «   Tsy mahaleo ny sampona  » ka tadiavina ny fomba rehetra hamelezana ny Mle. 

Tsy vitsy ny mpanara-baovao milaza  fa fihetsika miendrika fampitahorana sy fanampenam-bava fotsiny ny mpanao gazety mivondrona amin’ny Mle no tena antony anenjehana an’i Fetra Rakotondrasoa. Na izany na tsy izany raha toa ka resaka fanamiana miaramila tokoa no tena antony nanenjehana an’ity farany dia gaga sy talanjona ny mpanao gazety tonga nanotrona an’i Fetra teny Andrefan’Ambohijanahary, omaly, raha nahita vehivavy iray manao fanamiana karikary nijoro teo anoloan’ny Toby Ratsimandrava nefa tsy nisy nisambotra. 

Fa angaha ity vehivany ity irery no manao fanamiana miaramila amin’izao fotoana izao eto Antananarivo. Iaraha- mahita fa efa lasa lamaody aza amin’izao ny fanamiana miaramila.

Vita ny famotorana an’i Fetra Rakotondrasoa sy ny fisavana ny tranon’ity farany. Andrasana ny mety ho tohin’ity raharaha ity. Na izany na tsy izany tsy hihemotra amin’ny tolona ataony momba ny fahalalahana maneho hevitra ny Mle.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

SAINTE-MARIE : « Mila andraisana fepetra ny Hotely iray mpanary maloto any an-dranomasina »

Ao amin’ny Fokontany île aux Nattes no misy ity hotely voaresaka ity. Arian’ity trano fandraisam-bahiny ity ao amin’ny ranomasina Iranto ny malotony rehetra. « Fanimbana ny tontolo iainana sy fanivaivana ny hasin-tany Nosy Boraha io ataon’ny teratany vahiny tompon’ny hotely io », hoy hatrany ny fanazavany. Mivantana ao an-dranomasina ny maloto rehetra avy ao amin’io hotely io ka maloto ny tontolo iainana, maloto ny ranomasina, maloto ny trondro hanina. « Mila andraisana fepetra hentitra sy ao anatin’ny fotoana fohy izany », hoy hatrany ny Sekterera Jeneralin’ny Kaominina Sainte-Marie.

« Hatreto, hoy izy, dia mijanona ho resaka ambony latabatra ny an’ny mpanolotsainan’ny tanàna ao an-toerana sy ireo tompon’andraiki-panjakana isan-tokony momba io Hotely io. Ny vahoaka anefa dia efa manomboka tezitra sy mampiaka-peo. Andrasana efa hafampana indray ny raharaha ve vao handray andraikitra ireo rehetra voakasika ? ». Nisy ny fanehoany an-tsary an’ireo fandotoana ataon’ny Hotely ity.

Miantso ny zanak’i Sainte-Marie rehetra ity tompon’andraikitra ity mba hamerina ny hasin’i Sainte-Marie. « Tsy fanakorontanana no atao fa famerenana amin’ny laoniny ary am-pilaminana tanteraka sy anatin’ny fanarahan-dalàna ny hasin’ny tanàna », raha ny fanazavany. Notsindriany fa manana adidy amin’ny fampandrosoana ny tany niaviany ireo zanak’ampilezan’i Sainte-Marie rehetra na ny eto an-toerana na ny any ivelany.

Nandritra ny fihaonan’ny Sekretera Jeneralin’ny Kaominina Sainte-Marie tamin’ny mpanao gazety tao Toamasina izao no nanaovany antso avo ho an’ny tompon’andraiki-panjakana rehetra ao an-toerana mba tsy hitazam-potsiny manoloana ireo hetraketraka ataon’andian’olona sasany ao Sainte-Marie izao. Aoka isika tsy hitazam-potsiny fa handray fepetra hentitra ho an’ireo izay tsy manara-dalàna manosihosy ny hasin’i Nosy Boraha.

Voaresaka nandritra ity fihaonana tamin’i Tsiatopy Amoustalie Alphonse Aimé ity koa ny haratsian-dalana any an-toerana. Misedra olana ireo Fokontany maro ao Sainte-Marie vokatry ny haratsian-dalana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ADY TANY ANY FARAFANGANA : Niafara tamin’ny fidinana an-dalam-be sy filanjana sora-baventy

Nandritra ny roa andro maninjitra no nidina an-dalam-be naneho ny fahatezerany ireo mponina, indrindra ireo voakasika amin’ilay raharaha ady tany any an-toerana. Nirantiranty ny sora-baventy tamin’izany sy ny tsoka kiririoka izay noentin’ireo andian’olona maneho ny tsy fahafaliam-pon’izy ireo. 

Raha ny loharanom-baovao voaray dia velaran-tany lehibe aman’hekitara no hifandroritan’ireo mpivarotra izay efa nanorim-ponenana teo sy ireo tompon’ andraiki-panjakana sasantsasany an-toerana amin’izao fotoana izao. Mirefy amina hekitara maro io tany io  ary tetik’asa fananganana trano fonenana an’arivony no nokasaina natao teo saingy tsy tanteraka izany. 

Mpivarotra marobe ahitana fianakaviana 32 isa no nanori-ponenana teo tato aoriana, ankoatra ny trano fonenan’izy ireo dia nananganany tsena hivarotana ihany koa ilay tany midadasika. Fantatra fa vao haingana dia nisy olom-panjakana ambony eto amin’ny Firenena no nividy an-tsokosoko an’io tany io izay tsy nisy fifampiresahana tamin’ireo vahoaka fa avy hatrany dia ny nialan’ireto farany no notakiany. Teo no nanomboka ny disadisa satria niziriziry tsy mety miala intsony ireo mpivarotra, izay efa nanorim-ponenana an-taonany maro teo amin’ilay toerana. 

Manoloana io trangan-javatra io dia nitaraina tamin’ny ben’ny tanàna ireto lasibatra saingy ity farany aza dia nilaza fa hotapahiny ny jiron’ny Jirama eo amin’ilay toerana mba hialan’ireo mpivarotra  moramora, araka ny loharanom- baovao voaray. Io no naharomotra ireo mpivarotra, ka anisany nahatonga azy ireo nitroatra ny sabotsy sy alahady lasa teo iny. Niafara tamin’ny fidinana an-dalam-be sy filanjana sora-baventy ny raharaha. 

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANDRIAMPAHALEMANA AO MAHAJANGA : Raikitra ny atrikasa nitadiavam-bahaolana

Solontenan’ireo fiarahamonim- pirenena eto Mahajanga no nantsoina tamin’ny tapany faharoa, tahaka ireo tompon’andraiki-panjakana sy mpitandro filaminana ny tamin’ny tapany voalohany. Noresahina tamin’izany ny fisian’ny fandravana tanàna sy halatra omby ataon’ny dahalo.

 Ny fitsaram-bahoaka ataon’ny mpianatry ny oniversite. Ny fisian’ny andian-jatovo mpanafika sy mihetraketraka, ny fanafihana mitam-piadiana, ireo fanafihana amin’ny lalam-pirenena…sy ny antony mety mahatonga izany. Nisongadina nandritra ny atrikasa fa tsy dia ampy loatra ny fandraisana andraikitra isan’ambaratonga, ka mahatonga ny olana tsy voavaha maharitra. 

Ny PNUD sampandraharaha ao amin’ny Firenena mikambana no miara-miombon’ antoka tamin’ity atrikasa ity. Voalaza fa hoentina any amin’ny PNUD ny valin’ny fanadihadiana, ary izy ireo indray no hitondra izany miaraka amin’ny fijerin’ny teknisianina eny amin’ny ambaratongan-drafitra sy ny fitondrana hamahana ny olan’ny tsy fandriampahalemana eto amintsika.

Vanessa

News Mada0 partages

BFV-SG : masoivoho vaovao any Maroantsetra

Notokanana, ny 12 jolay lasa teo, ny birao vaovaon’ny banky BFV-SG any Maroantsetra. Masoivoho faha-57 ity misokatra ity, endriky ny fanatonana akaiky kokoa ny mpanjifa manerana ny Nosy. Mifantoka amin’ny paikady telo ity banky ity, ny kalitao, ny fiarovana ary ny fanaraham-penitra. Ao anatin’izany ny tanjaka ara-bola sy ny paikady hisian’ny fitomboana maharitra, hitondra vokatra eo amin’ny lafiny vola amin’ny toekarena sy ny fanatanterahana ny tetikasan’ny mpanjifa tsirairay.

Hitondra fampandrosoana ho an’ny faritra Analanjirofo ny fanitarana masoivoho toy izao. Manana tanjaka ara-toekarena ny any Maroantsetra, amin’ny lafiny fambolena sy famokarana ambanivohitra, ny harena anaty rano sy ranomasina, ny famoronana orinasa, ny fizahantany ary ny seha-pihariana samihafa.

Haneho ny maha matihanina azy ny talen’ny BFV-SG any Maroantsetra, i Hassan, sy ny mpiara-miasa aminy. Anisan’ny nanome voninahitra ny fitokanana ny lehiben’ny faritra Analanjirofo, Ramaroson Jacques, sy ireo olo-manan-kaja maro.

Njaka A.

News Mada0 partages

Fiainana antoko : miomana amin’ny fifidianana ny Maitso

 Maka bahana. Miomana amin’ny fifidianana ny eo anivon’ny antoko Maitso hasin’i Madagasikara. Anisan’ny hetsika ataon’izy ireo ny fametrahana ny fototra ka nidinan’ity antoko ity teny Mangasoavina Besarety, ny asabotsy teo. Ankoatra izany, nitondra ny heviny momba ny raharaham-pirenena koa anefa ny Maitso hasin’i Madagasikara. “Tsy mety ny fanakorontanana amin’ny fomba rehetra ny firenena. Aleo fifandimbiasam-pitondrana amin’ny alalan’ny latsa-bato sy ny safidim-bahoaka ihany fa tsy ny fanohintohinana ny fitondrana », hoy ihany ny filohan’ity antoko ity, Alexandre Georget. Nambarany fa hanana kandidà tokana ny Armada, ahitana ny antokon’izy ireo sy ny Mapar, miaraka amin’ny Malagasy miara-miainga sy ny Hiaraka isika amin’ny fifidianana ho avy eo. Napetraka tamin’io fotoana io koa ny biraon’ny Maitso hasin’i Madagasikara etsy amin’ny boriborintany fahatelo. Ahitana mpikambana avokoa ireo fokontany 34 eny an-toerana.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Jono tsy ara-dalàna : tafakatra 1 miliara dolara ny fatiantoka

 10 taona taorian’ny nametrahana ny laminasa momba ny fanaraha-maso ny jono (PRSP)*, nilaza ny zava-bitany ny vaomiera misahana ao anatin’ny COI, omaly, teny amin’ny CCI Ivato. Firenena valo ireo miara-miasa miady amin’ny jono tsy ara-dalàna aty amin’ny faritra misy antsika. Mamatsy vola ny asan’io PRSP io ny Vondrona eoropeanina sy ny Banky iraisam-pirenena, nanomboka ny taona 2016.

Tao anatin’izay 10 taona izay, nitarina ny asan’ny PRSP aty amin’ny faritra. Firenena tafiditra ao anatin’izany : i Madagasikara, i Tanzania, i Mozambika i Kenya, miampy ireo Nosy Comores,  La Réunion, Maurice, Seychelles. Nandritra ny 1228 andro nanaovana fanaraha-maso, 120 ny tsy fanarahan-dalàna tratra. Nohamafisina izany, nanomboka ny taona 2014 tamin’ny alalan’ny fampiasana fitaovana VMS. Samy nisy teknisianina avy amin’ireo firenena valo ireo nanao ny asa.

Araka ny tatitry ny FAO, 400 tapitrisa dolara ny fatiantoka aty amin’ny ranomasimbe Indianina, faritra andrefana, noho ny jono tsy ara-dalàna. Tafakatra 1 miliara dolara izany fatiantoka izany raha voahodina ny vokatra.  “PRSP io ihany ny ahafahana manara-maso ny jono tsy ara-dalàna aty amin’ny faritra, ka tokony hamafisina ny hampaharitra azy”, hoy ireo teknisianina. Mitaky ezaka lehibe sy fiaraha-miasa izany eto Madagasikara.

R.Mathieu

PRSP* : Plan régional de surveillance des pêches

News Mada0 partages

Vonintsalama Andriambololona : première femme à la tête du MFB

Le poste de Grand argentier du pays n’est pas resté vacant longtemps. Aussitôt, la démission de Gervais Rakotoarimanana approuvée par le chef de l’Etat, sa remplaçante est nommée en la personne de Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona.

Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona est nommée membre du Gouvernement en qualité de ministre des Finances et du budget, selon le décret n° 2017-590 du 17 juillet 2017 modifiant et complétant certaines dispositions du décret n°2016-265 du 15 avril 2016 portant nomination des membres du Gouvernement. La passation de service entre le ministre sortant et la nouvelle ministre s’est déroulée dans l’après-midi d’hier à Antaninarenina après que cette dernière ait assisté à son premier Conseil des ministres au palais d’Etat d’Iavoloha.

Avec cette nouvelle nomination, le Gouvernement compte désormais sept femmes aux plus hautes fonctions de l’Etat. La ministre fraîchement nommée devient aussi la première femme à occuper le poste de Grand argentier.

Trente sept ans de service au niveau du MFB, elle est une figure non méconnue au sein de ce département ministériel. A partir de 1977, Vonintsalama Andriambololona a passé sa carrière au sein des ministères en charge des Finances et du budget, de l’Economie, du Plan. De 1996 à 2003, elle a occupé le poste de directeur général du Trésor et celui de secrétaire générale du ministère des Finances et du budget de 2009 à 2015.

Des missions spécifiques…

Dans ses missions spécifiques, elle était gouverneur suppléant à la Banque mondiale (2014/2015), ordonnateur suppléant du Fonds européen de développement (2014/2015) ou encore président du Comité de privatisation des Banques nationales BTM et BFV. Par ailleurs, elle a administré plusieurs sociétés d’envergure, dont la Banque centrale de Madagascar, l’Aéroports de Madagascar, la BFV/SG ou encore la Société d’exploitation du port de Toamasina.

Gervais Rakotoarimanana n’a en tout cas pas manqué de remercier ses collaborateurs pour le travail qu’ils ont accompli durant les deux ans et demi qu’il a passé avec eux. Vonintsalama Andriambololona, pour sa part, a félicité son prédécesseur pour ses efforts notamment l’obtention de la Facilité élargie de crédit (FEC) et la mise à jour des Lois de règlement (LR). «Je veillerai effectivement à poursuivre ces travaux que vous avez menés avec adresse», a-t-elle garanti.

Arh.

 

News Mada0 partages

Lutte contre la pêche illégale Le PRSP en pleine vitesse de croisière

Depuis hier et durant quatre jours, les pays membres au sein de la conférence ministérielle «Sud-Ouest de l’Océan Indien» sont en concertation au CCI Ivato sur le thème «S’unir pour une croissance durable à travers l’économie bleue». La lutte contre la pêche illicite est au centre de la réunion.

Le Plan régional de surveillance des pêches (PRSP) mené par une Unité de coordination régionale (UCR) composée de huit Etats dont Madagascar, met actuellement toutes voiles dehors. Après dix années d’application, le PRSP devient incontournable dans la lutte contre la pêche illégale. D’ailleurs, le bilan est positif

En 10 ans, 120 infractions ont été enregistrées, 49 missions conjointes ont été menées, 1006 heures de survol ont été réalisées, 670 bateaux ont été suivis sur le VMS régional dont 12 déroutements de navire. 25479 jours d’observations en mer ont été effectués depuis 2014. Et 410 images satellites ont été partagées. Autant de résultats qui méritent d’être poursuivis, ont convenu les pays membres.

«Si le monde arrivait à mettre ensemble des PRSP contre tous les problèmes de la mondialisation, notamment contre le terrorisme, cela aurait été mieux. Dans cette réunion, les participants seront un exemple car ils vont devoir accepter les résultats probants. A l’issue de cette réunion, les ministres vont réengager leurs Etats respectifs pour un engagement beaucoup plus fort, et nous espérons que la Communauté internationale, la Banque mondiale et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) vont continuer de nous apporter leur soutien», a souhaité le secrétaire général de la Commission de l’Océan indien (COI), Hamada Madi lors de la cérémonie d’ouverture.

Il faut savoir que plus de deux millions d’euros sont inscrits au budget de l’accord tripartite avec 40% de participation de sept Etats. La contribution de Madagascar est louable en mettant trois navires  (Atsantsa, Tendromaso et Telonify) à la disposition des pays membres.

Nadia

News Mada0 partages

Radanoara Julien : « Efa tokony hiova tanteraka ny governemanta »

 Resabe ny fametraham-pialan’ny minisitry ny Fitantanam-bola… « Efa tokony hiova tanteraka ny governemanta », hoy Radanoara Julien.

 « Araka ny hitantsika, saika hiady amin’ny kolikoly ny minisitry ny Fitantanam-bola. Efa nisy resabe be tamin’izany hoe hoesorina izy. Ahoana no manjary hentitra be loatra izy? Amin’ny lafiny iray, heveriko hoe tsy tantin’izay miaraka aminy ny fisian’izay zavatra izay: henjana loatra… Eto amintsika, somary enjehina sy ailikilika izay miady amin’ny kolikoly sy ny zava-tsy mety. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny mpahay fifandraisana iraisam-pirenena sady mpikamban’ny DFP, Radanoara Julien, momba ny fametraham-pialan’ny minisitry ny Fitantanam-bola sy ny tetibola. Eo ny tsy fitoviana fijery mihitsy ao anatin’ny governemanta. Satria tokony hisy firaisankina ao anatin’izany governemanta izany. Nahaheno ny rehetra fa tsy ampy ny fanosehana sy ny fiaraha-miasa ao anatin’ny governamanta.

« Mitory izany rehetra izany fa efa tokony hiala io governemanta io, satria be dia be ny zava-manahirana ao », hoy izy. Tamin’ireny fifaninanan’ny sampandraharahan’ny fadintseranana ireny, ohatra: ny minisitry ny Fitantanam-bola sy ny minisitry ny Asam-panjakana sy ny asa no mifamaly eny amin’ny haino aman-jery hoe hanao sonia ny iray; ny iray, tsy hanasonia.

Mikorontana ao amin’ny fitondrana ao

Misy zavatra be dia be tsy miady ao amin’ny governemanta ao. Tsy mahagaga raha misy ny fametraham-pialana… Mety misy koa ny faneren’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI) ny Banky iraisam-pirenena (BM), satria mitana ny fitantanam-bola eto Madagasikara izy. Mety tsy ankasitrahana loatra ny fitadiavam-bola etsy sy eroa. Eo koa ny fanaovana fomba samihafa amin’ny fiaraha-miasa, indrindra amin’ny ara-bola amin’ny any ivelany, hafa ankoatra ireo mpamatsy vola mahazatra.

Midika zavatra be dia be izany rehetra izany, fa mikorontana ao amin’ny fitondrana ao amin’izao fotoana izao. Tokony ho efa hoe tsy izy intsony izany ny fitantanana. Efa tokony hiova tanteraka izany ny governemanta iray manontolo. Tsy vao izao izany zavatra izany, araka ny fanazavany.

R. Nd.

News Mada0 partages

Processus électoral : la balle est dans le camp du régime

Mission accomplie pour la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

En fait, la Commission consultative de réflexion et de proposition (CCRP) a procédé hier à la remise officielle du rapport sur l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électoral malgache auprès du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, à Mahazoarivo.

Cette commission présidée par le président de la Ceni et  composée de plusieurs entités (Bianco, Samifin), le Comité pour la sauvegarde de l’Intégrité (CSI) ainsi que des Ministères (Intérieur, Justice, Finances) a pour attributions d’étudier les améliorations à apporter à l’encadrement juridique du processus électoral, d’analyser et d’exploiter les études effectuées dans le domaine et de formuler des recommandations en ce sens.

«Cette cérémonie est une transmission du dynamisme de la Ceni et de la Commission de réflexion pour l’aboutissement de la révision du cadre légal des élections à Madagascar. Nous souhaitons que les textes révisés arrivent dans les meilleurs délais dans le respect des recommandations des missions électorales nationales et internationales, afin d’assurer la transparence et la crédibilité des élections», a expliqué le président de la Ceni, Hery Rakotomanana.

Un processus primordial

Pour sa part, le Premier ministre a souligné que ce rapport sera un outil pour la révision du cadre juridique du processus électoral, gage d’élections transparentes et acceptées par tous.

«Si on veut organiser des élections crédibles et consensuelles, la réforme du cadre juridique du processus électoral est primordiale. Le comité interministériel pour la révision de l’encadrement juridique du processus électoral sera incessamment opérationnel. Les principes juridiques et les caractères démocratiques des élections proposés dans ce rapport seront pris en compte dans les prochains travaux du comité. A l’issue des travaux du comité interministériel, les projets de texte seront présentés au parlement durant la seconde session parlementaire», a conclu le chef du gouvernement.

Nadia

 

News Mada0 partages

Afrobasket-U16 Garçons : Madagascar condamné à l’exploit

La mission s’annonce laborieuse pour l’équipe nationale malgache ! Elle est condamnée à gagner son dernier match face à l’Egypte, demain, pour espérer une place dans le dernier carré de l’Afrobasket U16 garçons. Une mission difficile, voire impossible.

Du regret ! Bien que victorieux de l’Algérie (78 à 71), hier, lors de leur avant-dernier match de poule, les basketteurs malgaches ne sont pas sortis l’auberge, en raison d’un manque flagrant de constance de l’équipe. Dorénavant, il leur faudra chercher la qualification face à l’Egypte, championne d’Afrique en titre, alors qu’ils auraient pu éviter ce scénario en cas de victoire aux dépends de  la Rwanda lundi lors du match retour. Une équipe qu’ils ont écrasée samedi en clôture du match-aller de la phase de poule.

Bien que battue par Madagascar, l’Algérie, sa concurrente directe pour la dernière place qualificative dans le groupe B, profite de cette instabilité de l’équipe nationale malgache. De plus, les Algériens héritent de l’équipe rwandaise, considérée comme la plus faible du groupe, pour leur dernière rencontre de demain. Une victoire les enverra directement en demi-finales tandis que la Grande île devra faire un miracle, écraser l’Egypte pour pouvoir atteindre son objectif.

Certes, rien n’est impossible ! D’autant que les titulaires de la sélection nationale retrouvent leur adresse aux tirs, à l’image du capitaine Sitraka Raharimanantoanina, meilleur marqueur et meilleur rebondeur du camp malgache. Mais, il faudra jouer le va-tout contres les Pharaons.

Un quatuor scoreur

Seul le cinquième homme des U16 malgaches pose problème. Ainsi, le coach Maminirina Razafindrakoto ne doit pas se tromper une fois de plus dans son choix lors de match capital.

Si la titularisation de Marco Rakotovao au poste de capitaine d’équipe, d’Edito Tsarafeno en tant que vice-capitaine, ainsi que Fabrice Olivier Jaoravo dans les premiers rentrants est évidente, celle de Heritiana Safidy fait douter plus d’un.

Naisa

Résultats de la 5e journée :

Groupe A

Mali-Mozambique : 103-40

Groupe B

Madagascar-Algérie : 78-71

Egypte-Rwanda : 82-42

News Mada0 partages

Hippisme : Patrick rafle la mise

La 7e réunion hippique a encore une fois rassemblé une grande meute de férus de course hippique dimanche dernier à l’hippodrome de Mahazina à Ambatolampy. Ce fut l’occasion pour les jockeys de montrer ce qu’ils ont dans le ventre, à l’instar de Patrick Rakotoarivelo ayant signé un beau triplé durant cette «Journée des fleurs». Il a tout d’abord survolé le prix Azalée (1.600 m) sur le dos de l’Oiseau d’or devançant ainsi Nuage de fanorona de Rivoson Andriamparany et Hasta la best associé à Fenohasina Ralaiarijaona (tiercé : 3-4-5).

Et de deux ! Patrick a ensuite récidivé lors du prix Rose d’une distance de 1.700 m en entamant une chevauchée fantastique avec Madona. Patrick et sa monture ont su remonter un à un la pente dans la dernière ligne droite pour rallier la ligne d’arrivée à la grande déception des autres sérieux prétendants (Quarté spécial : 3-1-7-6). Patrick a encore une fois fait parler son expérience en remportant au forceps la 3e épreuve de cette journée (1.800 m) avec la puissante Nouvelle star face à Miorenasoa de Michel Randriamanantena et Osarus de Jean Baptiste Rakotohanja (tiercé : 1-6-4). Seul Nicot Ramiliatimanga a pu briser l’hégémonie Patrick Rakotoarivelo en décrochant la victoire lors de la 4e course (1.900 m) grâce à la prestation de Kathy pleasure (Quinté spécial : 3-5-4-2-1).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Rugby : chacun campe sur ses positions

Le litige opposant la ligue d’Analamanga, Malagasy rugby et le comité ad hoc ne cesse de faire couler beaucoup d’encre à travers une série de guerres médiatiques qui ne présage rien de bon pour les clubs de la capitale. En fait, ces derniers ne savent plus à quel saint se vouer étant donné que chaque partie campe sur ses positions, quitte à laisser de côté tout respect du fair-play…

En effet, la Fédération malgache de rugby ou Malagasy rugby a annoncé hier la sanction qui plane sur la ligue d’Analamanga. Et ce qui devait arriver arriva car le ministère de tutelle est entré dans la mêlée en affirmant qu’il ne reconnaît nullement l’existence du comité ad hoc censé prendre les rênes de la ligue d’Analamanga durant la période de suspension (ndlr, trois ans) des têtes pensantes. Une décision fortement contestée par ces dernières.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Olombelo Ricky : Manal’azy, plus qu’une simple activité musicale

«Cela fait 25 ans, ou même plus, que je donne ce grand concert après le Bacc, baptisé «Manal’azy». Ainsi, la tradition continue cette année», a annoncé Olombelo Ricky. Cet évènement est effectivement devenu une tradition et même plus, selon l’artiste. Cette année, il se déroulera le 27 juillet, à Antsahamanitra

A ses débuts, «Manal’Azy» a été organisé spécialement pour les bacheliers pour qu’ils puissent se défouler après l’ examen. «Actuellement, il est devenu une source d’inspiration. Le public y vient pour se ressourcer. Il devient un espace d’expression de soi. A une époque, le Gouvernement m’a même interdit de donner le concert à Antsahamanitra», a-t-il annoncé. Ainsi, à travers la musique, les spectateurs seront à l’unisson avec l’artiste. C’est ce qui lui a permis de tenir depuis ces 25 ans.

Par ailleurs, «Manal’Azy» a aussi une envergure plus large qu’un simple concert. A part le concert après le Bacc, l’artiste se lance aussi dans des tournées nationales et internationales, en véhiculant le même concept. Il le partage même avec des publics européens… «Comme Madajazzcar et le festival Donia, Manal’Azy vita Bacc est l’un des rares évènements culturels annuels qui ont su perdurer sans faille depuis leur création», a-t-il continué.

Plusieurs artistes, même issus d’autres disciplines, se sont déjà défoulés sur scène avec Olombelo Ricky, entre autres Richard Razafindrakoto, Sadabe, Salala, Lalatiana, Sareraka, Da-Hopp, Balita Marvin, Gianna, le groupe de danse Rary… Organisé par Ivenco et Vazimba Production Mpana zary, cette année, l’évènement invitera spécialement des femmes chanteuses, à savoir Dina Voakaly, Liva Andrianavalona et le groupe The women, composé de Elsie, Manoa, Faniah et Grace Loren.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Malagasy Rock Stars : une tournée française en vue

Les sommités du rock malgache rassemblées sur un même plateau, c’est en ces termes que «Malagasy rock stars» se dévoile à travers une tournée française au mois de septembre.

Cette nouvelle formation musicale est composée de leads vocaux de groupes de rock malgaches comme Nini du groupe Kiaka, Niry d’Iraimbilanja, Jaers de MRS, Ken de Mage 4, Jacquot  de Green et Abass  d’ Apost.  Ils vont inaugurer la tournée en plein cœur de France, à Paris le 30 septembre prochain avant de rallier Toulouse, Marseille, Annemasse. Le clou du spectacle sera donné à Lille le 4 novembre prochain.

«Ce sera une occasion particulièrement rare pour la diaspora malgache en France d’apprécier 6 grands noms du rock malgache sur une même scène», a fait savoir l’organisateur. Il est d’autant plus rare que ces figures de proue de la musique malgache partagent la même scène au pays et les mélomanes trépignent déjà d’impatience en attendant le prochain concert une fois de retour au bercail.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Chronique : différence de perception

Les rapts dont sont victimes des membres de la communauté Karana dans la majorité des cas médiatisés contribuent à façonner une piètre image du pays et à nuire à sa réputation. Nombre de représentants de la communauté internationale ne manquent pas d’appuyer sur cette plaie et d’exercer une pression pour faire une priorité des priorités le développement d’efforts pour que cesse ce phénomène. L’opinion nationale perçoit différemment le problème, plaçant la question des kidnappings à l’intérieur d’un climat global d’insécurité à l’inverse de considérer la lutte pour rétablir la sécurité dans son ensemble, simplement incidente au combat pour éradiquer le kidnapping.

Le vécu au quotidien manifestement donne une perception différente de

l’idée que l’on construit sur table à partir de rapports et de chiffres et autres données sûrement les unes aussi justes voire nobles que les autres. Ces derniers temps le pouvoir accumule de ses partenaires (FMI, Banque Mondiale, France…) des quitus pour bonne conduite et même des bons points pour bonne gouvernance. Autant de manifestations de satisfaction à l’opposé d’une grogne populaire qui enfle. Les gens attendent des résultats perceptibles, dans l’instant ils n’enregistrent qu’une aggravation de la situation qu’ils vivent au quotidien, et clament à la cantonade : « permettez que l’on ne joigne pas de suffrages de félicitations à vos applaudissements de satisfaction ».

Chaque jour la population dans sa grande majorité appréhende l’incertitude que lui réserve la quotidienneté. Comme tout le monde le petit peuple est sujet aux aléas du climat d’insécurité à la fois que soumis à l’incertitude que font planer les foucades du prix des denrées de bases. Avant de penser à demain comme le font les partenaires et le promettent les gouvernants, le peuple dans une autre logique légitime n’a qu’un souhait : que l’on commence par le début, d’abord panser les plaies du jour pour le soulager des douleurs qu’il endure depuis le temps que l’on recule sans cesse l’échéance de ce demain moins sombre.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : cri d’alarme : allons-nous manquer de riz ?

À ce sujet, nous avons reçu la note ci-après que nous nous faisons un devoir de publier :

Le Gouvernement de la Colonie et les Corps constitués ne paraissent pas s’émouvoir outre mesure de la crise du riz. Cette denrée de première nécessité atteint non seulement des prix absolument anormaux, mais, ce qui est plus grave, menace de manquer totalement d’ici deux ou trois mois.

Or le manque de riz entraînerait l’arrêt immédiat des usines productrices de fécule, tapioca ou autres et de toutes nos exploitations de graphite au moment où la métropole aura le plus grand besoin de ces produits.

Cette situation déplorable aurait pu être évitée si l’Administration avait fait preuve de quelque prévoyance. Il eût été en effet d’une élémentaire prudence de prohiber les exportations depuis le jour où on a commencé les opérations de recrutement, lesquelles nous ont enlevé une grande partie des producteurs de riz.

Il est de toute urgence cependant que nous soyons fixés exactement et à bref délai sur les stocks existants, tant chez les commerçants que chez les producteurs. Il faut que nous sachions si nous pourrons étaler jusqu’à la prochaine récolte.

Ce recensement du riz devra être fait d’une façon méticuleuse et, s’il rencontrait la moindre difficulté, le Gouvernement de la Colonie ne devra pas hésiter à réquisitionner purement et simplement tout le riz existant.

La situation est critique. Nous en indiquons le remède. Nous voulons espérer que notre haute administration n’hésitera pas à prendre de suite les mesures indispensables.

B.

En même temps que la note ci-dessus, nous avons reçu La Revue Agricole et Vétérinaire du mois de juillet, dont M. Carle, le zélé chef du service de colonisation, est le Directeur. Ce numéro contient précisément des études et recherches qui tendent à donner une solution aux problèmes posés dans la note ci-dessus. Ces études et recherches, marquées au coin du plus pur bon sens, dénotent autant d’expérience que de science et de perspicacité.

Nous en recommandons chaudement la lecture, surtout à nos dirigeants. Elles touchent à cette question de main-d’œuvre, si importante pour la colonie, et qui, tôt ou tard, et plutôt tôt que tard, doit recevoir une solution.

Nous y reviendrons incessamment.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fahateren’ny varavarana ivoahana

Manala baraka ny fitondrana angamba ny fametraham-pialàn’ny minisitra iray avy ao amin’ny governemanta. Noho ny filazan’ny Minisitry ny Vola fa nametra-pialana ny tenany nefa tsy nahenoana akony avy amin’ny tomponandraikitra roa eo amin’ny fitantanana ny governemanta dia mitamberina ao an-tsaina ny fifaninanana niseho tamin’ny fialan’ny minisitry ny Paositra tamin’ny andron’

ny Tetezamita. Nisy ny sakantsakana mba ho tonga alohan’ny fandraisana ny fametraham-pialàny ilay fanapahan-kevitra mikasika ny fandroahana azy.

Loza noho izany no fisehon’ny raharaha amin’ity indray mitoraka ity. Ilay minisitra manambara am-pahibemaso fa efa andro vitsivitsy izay no nandefasany an’ilay fampilazany ny fialàny. Ny Filohampirenena tsy naharaka ny tranga efa fantam-poko fantam-bahoaka. Toy ny tompon-trano mihono ka nilaza am-pahatsorana fa tsy mahafantatra ny momba io tranga io. Tsy misy afaka hilaza fa tsy marina izay fanambaran’ny Filohan’ny Nosy izay. Fa very hevitra  ihany raha mandinika, ahoana moa ny fomba anarahan’ny toe-draharaham-panjakana sy ny fizotran’ny firenena raha ny mikasika zava-dehibe miseho ao an-tokatranon’ny fitondrana aza dia vitan’ireo tandapa no manakona azy tsy hahafantatra. Asa na ireo tandapa ireo no mahavanon-doza na ny Filoha no efa tototry ny fahasahirana ka tsy te hiaino raharaha mampiady saina hany ka araraotin’iretsy amahanany azy an’izao karazan-dalitra rehetra mamirapiratra izao. Mahagaga ihany koa ny tsy nahafahan’ingahy minisitra nihaona mivantana tamin’Andriamatoa Filoha. Sa ve efa malailay ny fifampikasohan’izy roalahy atambatry ny adidy iombonany ?

Ingahy minisitra koa moa na rehefa miala tsy ho minisitra intsony dia mbola voafatotry ny firaisan-kinan’ny governemanta ka voafehy ihany ny zavatra azony ambara. Hany natsidiny momba ny anton’ny fialany dia ny tsy fitovian-kevitra. Teny tsy loa-body moa ka samy afaka mandray an-tendrony izay tiany. Ao ireo mihevitra fa tsy ny hevitra fotsiny no tsy iraisana fa ny toe-tsaina koa no tsy iombonana. Nila niandry roa taona voa nisokatra ny maso nahafahana ho tonga saina mikasika ny tsy fetezan’ny firaisan-dia.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : infirmation de la théorie par la pratique

En théorie à l’instar de toute personne chargée de hautes responsabilités de l’Etat les membres du gouvernement jouissent de la présomption de posséder une haute moralité, dans la pratique il n’est un secret pour personne que la population ne fait pas preuve d’une telle générosité, à l’inverse l’opinion leur taille un costume si étroit que les valeurs morales n’y trouvent pas place. Deux ans dans le rôle font que ce vêtement étriqué colle à la peau, trop tard pour qu’une démission suffise à espérer se débarrasser d’une réputation pourtant parfois si infondée qu’injuste. Solidarité oblige !

 

News Mada0 partages

Amoron’i mania : attaques dans les porcheries

Après les éleveurs du Vakinankaratra, ceux de la région Amoron’i Mania vivent dans la terreur depuis plus d’une semaine suite aux attaques meurtrières ciblant leurs porcheries.

Aucune explication officielle n’a pu être fournie jusqu’à présent depuis l’apparition des faits étranges dans les porcheries des éleveurs des régions Vakinankaratra et Amoron’i Mania où des bêtes sont tuées sauvagement et mangées par des êtres inconnus.  Les viscères des porcs semblent les morceaux favoris des prédateurs si l’on se réfère aux carcasses abandonnées sur place, selon les témoins oculaires. Les éleveurs interpellent les responsables de la sécurité sur ces faits qui leur portent préjudice en plus des actions nocives des dahalo qui préfèrent les zébus aux porcs.

La présence de ces êtres étranges rôdant aux alentours des lieux d’habitation sème la panique dans plusieurs villages où l’on craint leurs attaques contre les humains à défaut de porcs. Le choix de la cible des attaques ne s’explique pas aussi puisque les porcs n’ont jamais été victimes d’un tel acharnement sanguinaire, selon les éleveurs.

Manou

 

News Mada0 partages

Anosizato Andrefana-Orange : napetraka ny “Open Fokontany”

Nampahafantarina omaly ny fiaraha-miasa amin’ny fametrahana ny tetikasa “Open Fokontany” ao amin’ny kaominina Anosizato. Iarahan’ny fikambanana Habaka, GIZ sy ny Orange Madagascar izany.

Mifototra amin’ny fanavaozam-pitantanana amin’ny fampiasana ny teknolojian’ny serasera ity « Open Fokontany» ity.

Tsy ho sarotra amin’ny mponina sy ny manan-draharaha ao amin’ny kaominina Anosizato noho izany ny hijery ny antontan-kevitra na antontanisa fa ho azo jerena amin’ny alalan’ny tambajotran-tserasera tsotra sy mora ampiasaina izany.

Azo jerena ao daholo ny momba ireo fokontany fito ao amin’ity kaominina ity. Ho mora ny fitadiavana fiaraha-miombon’antoka sy fiaraha-miasa na ny fikarohana mpampiasa vola hampandrosoana ny tanàna.

Hanamora ny asan’ny mpitantana kaominina koa anefa ireo antontan-kevitra voarindran’ny Habaka ireo ka ahafahana mandray fanapahan-kevitra sy mandrafitra drafi-pampandrosoana.

Mpanohana goavana amin’ny fampitaovana ny Orange Madagascar. Nanolotra

«smartphones » 100,  « tablettes » 28 sy « box » 3 ahazoana tambajotram-pifandraisana koa ny tale misahana ny fifandraisana ao amin’ny Orange Madagascar, Andriamampionona Francia Ratovo, omaly.

Ireo fitaovana ireo aloha no hiaingan’ny fikambanana Habaka hanombohana ity tetikasa «Open Fokontany » ity. Harafitra ao anatin’ny fotoana fohy ny rejisitry sy ny karatry ny fotodrafitrasa niomerika ao amin’ny kaominina Anosizato.

Nampahafantarina tamin’io fotoana io koa ny fiaraha-miasa eo amin’ity kaominina ity sy ny Orange Madagascar eo amin’ny lafiny fifandraisan-davitra sy ny fandefasana na fandraisana vola amin’ny alalan’ny finday.

Hisy ny fametrahana tambajotra Wi-Fi ao amin’ny biraon’ny kaominina Anosizato Andrefana. Hisy koa ny « Push SMS » izay ahafahan’ny kaominina sy ny fokontany fito mifandray tsy tapaka.

Tsy ho diso anjara koa ny tanora fa hisy ny fandaharanasa tari-dalana sy torohay ho azy ireo izay omen’ny mpilatsaka an-tsitrapo avy amin’ny Orange ho an’ny tanora ao amin’ity kaominina ity.

Tatiana A

News Mada0 partages

Météo : renforcement des capacités des agents

A travers le projet «Koika», le gouvernement sud-coréen a remis au ministère des Transports et de la météorologie un don de matériel informatique accompagné des logiciels nécessaires (CPT, Geo Coff et Eliad) pour assurer la veille météorologique et  fournir des services climatologiques de proximité et adaptés aux besoins des utilisateurs au niveau des régions.

Sans attendre, le ministère de tutelle a organisé hier à Anosy et à Ampandrianomby un atelier de renforcement des capacités des ingénieurs, des chefs de station et observateurs au sein des services météorologiques régionaux.

25 participants ont pu ainsi se familiariser avec ces matériels. A titre d’information, Eliad permet la saisie et le stockage des informations météorologiques et climatologiques observées par les agents des stations afin de créer une base de données solide et stable. Quant aux CPT et Géo COFF, ils  aident à la réalisation des prévisions saisonnières.

Sera R

 

News Mada0 partages

District d’Ambovombe : début de dénouement de la crise de l’eau

Les réponses à la crise de l’eau potable dans la partie sud commencent à se concrétiser. Un projet d’adduction d’eau par pompage solaire a permis de changer la donne dans cinq communes du district d’Ambovombe, région Androy.

Un nouvel espoir vient de naître. Grâce à un projet d’adduction d’eau via un système de pompage solaire, mis en œuvre par l’Unicef et ses partenaires financiers dont l’Ucaid, l’or bleu est désormais accessible aux 7.200 habitants des communes de Sihanamaro, Manolodroa, Androvasoa, Andranodiso et Ambondro. A noter que cette zone aride est aussi frappée depuis des années par un manque généralisé de précipitations.

Une initiative qui a changé le quotidien de la population, notamment dans la commune d’Ambondro où deux forages alimentent actuellement 2.500 personnes, sans parler  la réduction de la prévalence des maladies liées à la consommation ou à l’utilisation d’eau insalubre et au manque d’hygiène, comme la diarrhée et les maladies cutanées.

«Le taux de prévalence de ces pathologies a diminué de l’ordre de 50% depuis l’année dernière», a informé le chef du Centre de santé de base (CSB2) d’Ambondro, le Dr Nirina Lalaina Haingosoa. Cette dernière d’ajouter que depuis sa prise de fonction, il y a trois mois, les cas de diarrhée traités n’ont pas dépassé le seuil d’une dizaine.

 Un système de livraison d’eau

 Les villages environnants qui ne sont pas encore dotés de telles infrastructures ne sont pas en reste.

«Sur ce, sept camions-citernes, dont cinq vient d’être offerts par le gouvernement allemand, via une collaboration avec l’Unicef, assurent la livraison en fonction des commandes des consommateurs situés à une dizaine jusqu’à une trentaine de kilomètres», a  fait savoir le responsable technique au sein du service régional.

Plus de 20% du revenu journalier

 En vue de faire en sorte que cette lueur d’espoir ne soit réduite à néant dans quelques années, cet accès à l’eau potable n’est pas gratuit d’autant plus que l’entretien des infrastructures nécessite des moyens financiers. Ainsi, le bidon de 20 litres d’eau s’acquiert entre 100 et 200 ariary respectivement pour les ménages qui puisent de l’eau au niveau des forages et ceux qui bénéficient de l’eau de livraison. Une somme qui représente plus de 20% du revenu journalier des foyers, selon les témoignages de Nomey Rasoaniriana, une mère de famille demeurant à Ambondro.

 Fahranarison

 

News Mada0 partages

« Open Fokontany » : Anosizato, à l’heure du numérique

Orange Madagascar a remis hier à Anosizato les moyens techniques permettant d’entamer la phase préparatoire du projet «Open fokontany», destiné à la Commune d’Anosizato.

La transformation digitale s’opère dans la commune d’Anosizato Andrefana grâce au projet «Open fokontany» de l’ONG Habaka et sa communauté OSM Habaka, en collaboration avec Orange Madagascar. A travers ce dispositif, cette commune peut numériser et stocker toutes les données, entre autres, le recensement de la population au sein des sept quartiers de la commune, par exemple. Et comme «Open fokontany»  est surtout un outil de communication via internet, Anosizato s’ouvre également au monde, notamment en matière de développement.

Dans le dessein de concrétiser ce projet, le directeur des Relations publiques d’Orange Madagascar, Francia Ratovo Andriamampionina, a offert 100 smartphones, 28 tablettes et une connexion internet ultra haut débit. Ces équipements vont permettre à terme de numériser le registre d’infrastructure communal (RIC) ainsi que la carte des infrastructures communales (CIC). Au niveau des responsables de la commune, «Open fokontany» facilite et accélère les prises de décision en vue des projets et  plans de développement locaux.

«A part le recensement numérique, ce projet nous permet de mieux gérer les cas d’inondation qui sont fréquents chez nous ainsi que les impôts communaux», a souligné le maire d’Anosizato Andrefana, Aimée Laurencia Randriambololona. De préciser ensuite que la mise en œuvre du projet «Open Fokontany» dans cette commune a été dictée par son Indice de gouvernance local (IGL) élevé.

A noter qu’Orange Madagascar apporte son soutien à la commune à travers des programmes d’accompagnement des jeunes des quartiers et est partenaire des actions de bénévolat organisées par les Fokontany.

Sera R

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny VolaSambany hotantanana vehivavy

Tontosa omaly teny Antaninarenina ny famindram-pahefana teo amin’ny minisitry ny vola teo aloha Rakotoarimanana Gervais sy ny vaovao Sehenosoa Vonintsalama Andriambololona

 

Tia Tanindranaza0 partages

Alain RamarosonAlentika mihitsy ve ?

Nolavina indray ny fahafahana vonjimaika nangatahin’ny filohan’ny antoko politika Masters, Alain Ramaroson, izay notorian’ny fianakaviany noho ny raharaha fanaovana hosoka taratasin-tany eny Andoharanofotsy sy Ambohimangakely, fangatahana fahadimy io.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Seraseran’ny fitondrana“Seraseran’ariary roa”

Nandefa hafatra mivaivay ho an’ny fanjakana HVM ny fikambanana Wake Up Madagascar omaly.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rafitra eto Madagasikara Natao hiaro ny tombontsoan’ny fanjakana foibe

Tsy mampandeha ny fitantanan-draharaha eto Madagasikara, hoy ny Namana Olona Tsara dia natao hiaro ny tombontsoan’olom-bitsy manokana ireo rafitra napetraka eto amin’ny firenena.

 Mody fanina sy mandika lalàna tsotra izao ohatra ny Fiadidiana ny Repoblika manoloana ny fampiharana ny andininy faha-54 milaza mazava ny fomba fanendrena ny praiminisitra lehiben’ny governemanta. Harangaranga hatrany kosa ny lalàmpanorenana sy ireo lalàna marobe rehefa mety amin’ny fitondrana mahefa toy ny fahefana manendry sefo fokontany. Antony fototra tsy mampandry fahalemana eto amintsika anefa ny tsy fahafahan’ny vahoaka Malagasy misafidy ny mpitantana eny ifotony izay mahalala amin’ny antsipiriany ny zava-misy ao aminy. Fanapahan-kevitra ara-politika tsy voahevitra mampitombo lonilony isan’andro eny anivon’ny fiaraha-monina toy ny firongatra ny fitsaram-bahoaka ankehitriny, hoy i Tintin Ravonison. Mijanona ho iraka mpanatanteraka didy avy amin’ny fanjakana foibe sy ireo rantsa-mangaikany fotsiny mantsy ireo manam-pahefana voatendry eny amin’ny fokontany. Tsy miasa hoan’ny fokonolona mihitsy moa ireo olom-boatendry manerana ny nosy ireo fa mpanome fahafaham-po ireo antokon’olona mpitondra ny firenena, araka ny fanazavany.

Ramano F.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Anosizato AndrefanaNahazo fitaovana avy amin’ny Orange Madagascar

Anisan’ny kaominina iray voasokajy ho mahafa-po amin’ny fandraisana olona ny kaominina Anosizato Andrefana.

 Hatao kaominina filamatra amin’ilay tetikasa Open fokontany ity kaominina ity manomboka izao, fanapahan-kevitra noraisin’ny vondrona Habaka sy ny orinasam-pifandraisana Orange ary ny GIZ. Mba hahafahan’izy ireo miasa avy hatrany ary dia notoloran’ny orinasam-pifandraisana Orange Madagascar Smartphone miisa 100 sy tablette 28 isa izy ireo miampy connexion wifi maimaimpoana. Ny hahafahan’ny kaominina manangona haingana  ny isan’ireo olona tokony handoa hetra ao aminy no tanjona, ny hahafahantarana ireo fotodrafitrasa  ilain’ny mponina amin’ny fiainana andavanandro. Eo ihany koa ny hanafainganana ny fomba fiasa. Nambaran’ny Ben’ny tanàna Andriambololona Laurence fa hanampy betsaka azy ireo amin’ny fanatsarana  ny asa eo anivon’ny kaominina tokoa ny fisian’izao fitaovam-pifandraisana avy amin’ny orinasa Orange izao. Ho an’ireo olona hikarakara raharaha ka haka taratasy eo anivon’ny kaominina kosa dia azon’izy ireny atao tsara ny mijery vaovao maimaimpoana ny internet eo anivon’ity kaominina iray ity.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany Antananarivo Renivohitra Efa mampiasa «caisse enregistreuse»

Tanjon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny fampitomboana hatrany ny vola miditra eo anivon’ny Fiadidiana ny tanàna.

Ramano F. 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tampina ny daomy !

Tampina ny daomy amin’ny resaka mangarahara sy fampanjakana ny tany tan-dalàna eto Madagasikara.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Afrobasket 2017 U 16Resin’i Madagasikara i Alzeria

Lavon’i Rwanda 73-70 ny ekipa U 16 Malagasy tamin’ny lalao miverin’ny Afrobasket 2017 U 16 natao tany amin’ny kianja

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fokontany Nanisana IadimbolaHatao rarivato ireo lalan-dratsy

Anisan’ny misedra olana amina resaka fotodrafitrasa ny fokontany Nanisana Iadimbola na dia mbola ao anatin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra aza.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mahaly Olivier sy Gérvais RakotoarimananaNifandramatra hatramin’ny farany?

Mivoaka ny resaka amin’izao fotoana izao fa fifamaliana teo amin’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier no nahatonga ny Minisitry ny vola sy ny teti-bola teo aloha Gervais Rakotoarimanana nametra-pialana.

 Teo ny resaka hoe tsy faneken’ny minisitra ny hividy fiara tsy mataho-dàlana miisa 100 hanambazana ny solombavambahoaka. Resaka hafa ihany  koa ny momba ny famoahana vola vaovao, indrindra ny 20 000ariary mitambatra. Raha ny fenitra dia ny ministeran’ny vola sy ny Banky foibe no mikarakara izany kanefa noterena ho an’ny primatiora sy ny banky foibe no nanao ny asa rehetra manodidina ny fanamboarana vola azy, raha resaka mivoaka hatrany, ka voalaza misy fifandraisany amin’ny fisian’ny famotsiam-bola goavana izany, ka nialan’ny tsy nety niray tsikombakomba aminy mpitondra. Tsy mbola nisy kosa ny fanehoan-kevitry ny avy eny Mahazoarivo noho izay resaka mivoaka izay. Mangina aloha hatreto ny resaka fanovana governemanta. Rah any loharanom-baovao iray kosa, dia tsy ho voakitika eo amin’ny toerany intsony ny praiminisitra ankehitriny, saingy minisitra maromaro kosa no mety hosoloina amin’ny fotoana tsy mbola voafaritra.

Toky R

 

Madonline0 partages

Démission du ministre des Finances : Le président « n’est pas au courant »

Le départ du ministre des Finances a déjà alimenté les rumeurs depuis plusieurs mois.

Dans une déclaration à la presse, le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana, a annoncé son départ du gouvernement : « Ma lettre de démission a été remise au président de la République, le vendredi 14 juillet », a-t-il précisé.

Pourtant, en marge de l’inauguration d’un pont sur la route nationale n°4, au Nord-ouest du pays, le président de la République a nié cette démission. Il a considéré le départ du ministre des Finances comme une simple rumeur, à un moment où le ministre lui-même fait part de sa décision à la presse.

La démission du ministre des Finances et du Budget a déjà alimenté les rumeurs dans les coulisses politiques depuis plusieurs mois. Gervais Rakotoarimanana évoque « des divergences de point de vue et des incompatibilités » avec sa hiérarchie supérieure pour expliquer son départ.

La déclaration du ministre des Finances et du Budget a été déjà prévue le dimanche soir, mais reportée, finalement, le lundi 17 juillet. Des sources proches du ministre parlent de « négociations de dernière minute » pour empêcher la démission de Gervais Rakotoarimanana. A un moment où le contexte sociopolitique est marqué, en effet, par diverses formes de contestation et de mécontentement, les chefs de l’Exécutif malgache n’auraient souhaité aucune défection, pour ne pas donner l’impression d’un début de désastre en haut lieu. D’où, le déni du président de la République, Hery Rajaonarimampianina. Ce dernier était convaincu jusqu’au bout qu’il pouvait retenir Gervais Rakotoarimanana ou, au pire des cas, «refuser » sa démission.

L’avis des acteurs politiques et des opérateurs économiques sont très partagés sur la personnalité du ministre des Finances démissionnaire. Si certains le considèrent comme une personnalité « intègre », ayant refusé diverses pratiques mafieuses au sein de son département, d’autres ne voient en lui qu’un technicien « naïf » qui pensait pouvoir apporter du changement, sans prise en compte des réalités politiques et économiques du pays.

La Vérité0 partages

Bfv-Sg - Encore plus proche de ses clients

La Bfv-Société Générale (Bfv-Sg) est une banque qui valorise ses clients mais surtout la relation qu’elle entretient avec eux. En s’appuyant sur 3 piliers, à savoir la qualité, la sécurité et la conformité, elle essaie toujours de satisfaire au mieux les besoins de ses clients en les aidant dans le financement de leur projet ou d’autres demandes. Dans ce sens, la Bfv-Sg contribue activement dans la mise en marche de l’économie locale.

C’est dans cet angle mais également pour maintenir sa politique de proximité avec les clients qu’elle a decidé de s’implanter dans la ville de Maroantsetra. La nouvelle agence a été inaugurée le 12 juillet dernier. La cérémonie d’inauguration a été assistée par le chef de Région d’Analanjirofo, Jacques Ramaroson ainsi que d’autres personnalités de la Région. Pour le groupe Société Générale, cette implantation à Maroantsetra est une manière de consolider la pérennité de ses activités en utilisant constament ses moyens et compétences afin de mieux servir ses clients.Avec cette nouvelle agence, la Bfv-Sg compte maintenant  57 agences, 3 espaces « Premier » et 4 espaces « Entreprises » pour se rapprocher davantage des clients.Des choix bien justifiésCette inaguration est l’accomplissement des désirs d’extension de la banque afin d’offrir un meilleur accompagnement pour le bon développement des régions en pleine croissance, mais aussi pour se mettre à la hauteur du paysage du pays qui est tout autant riche que diversifié. Le choix de la ville de Maroantsetra est simple. Il s’agit d’une ville aux multiples potentiels économiques surtout au niveau de la production agricole, des ressources halieutiques, de la création d’entreprises, du tourisme ainsi que dans d’autres secteurs d’activité. La Bfv-Sg compte ainsi se rapprocher de tous les acteurs économiques présents dans la Région d’Analanjirofo en étant un acteur financier responsable. Sous l’égide de son directeur, Hassan, l’agence sise à Maroantsetra déploiera tout son professionnalisme et toute son expertise pour assouvir au mieux les désirs de ses clients et futurs clients en offrant une large gamme de produits et de services bancaires.En parallèle avec cette politique de proximité, la Bfv-Sg peut maintenant être suivie sur les réseaux sociaux. La clientèle pourra ainsi prendre contact avec elle par le biais de ces diverses plate-formes.Rova R.

La Vérité0 partages

Procédures sur les marchés publics - Air Madagascar et le ministère des Travaux publics au bas du classe...

Le rapport présenté par la Commission nationale des marchés (Cnm), laquelle a effectué des contrôles auprès de 116 entités publiques dont 3 institutions, a révélé que plusieurs sociétés d’Etat se sont révélées défectueuses en termes de respect des normes de procédure des marchés publics. Ce rapport concernait les résultats des contrôles a priori des marchés publics de l’année 2016, et a posteriori, pour les années 2014 et 2015. 

Selon le rapport, il a été su que les moins notées sont le ministère des Travaux publics, la Poste malagasy, ainsi qu’Air Madagascar. Cette dernière faisant pourtant partie des entités qui ont bénéficié de subventions conséquentes alors qu’elle figure parmi les moins respectueuses des normes de procédure des marchés publics. Ces non-respects se traduisaient par « l’inexistence de publication des avis d’appel d’offres dans les médias, l’attribution du marché à un candidat non sélectionné lors de l’évaluation des dossiers, l’attribution du marché à une société n’ayant pas participé à l’appel d’offres, l’existence d’un ordre de service de commencer, anticipé, et la réception avant achèvement ». Les entités les plus respectueux des normes de procédures des marchés sont le ministère des Finances et du budget, celui de la Défense nationale et celui des Postes et de la Télécommunication, ainsi que la Direction générale du Budget. En 2016, la Cnm a organisé un atelier avec les entités responsables du contrôle des Finances publiques de l’Etat dont le Cours des comptes, l’inspection générale de l’Etat, le Service du renseignement financier (Samifin), le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), le Contrôle financier, ainsi que les entités responsables de tout ce qui concerne les finances publiques. Cet atelier a permis à la Cnm d’établir une nouvelle stratégie pour le contrôle des finances publiques. « La présente contrôle a permis de décortiquer tous les aspects de la passation des marchés publics en récoltant toutes les informations et renseignements utiles, ainsi que de jeter la base d’un processus d’application des sanctions prévues par le code d’éthique des marchés publics en cas de constatation d’irrégularités graves en matière de passation des marchés publics  et concernant les autres organes de contrôle », a conclu la Direction générale de la Cnm. Rivo S.

La Vérité0 partages

Attaque sur la Rn7 - Bras de fer entre les transporteurs et la Gendarmerie

Après l’embuscade ayant visé des taxis-brousse lundi vers minuit près d’Ambalavao sur la Rn7, c’est l’escalade entre les transporteurs et la Gendarmerie nationale. Pour montrer leur grief envers les gendarmes, les chauffeurs de taxis-brousse ont fait la grève dans la matinée d’hier à la gare routière du « Fasan’ny Karàna ». Aucun minibus ou aucun car n’a alors bougé du stationnement, du moins jusque vers le début de l’après-midi. Motif : protester contre ce que les plaignants ou ces transporteurs considèrent comme du laxisme, côté Gendarmerie.

En effet, ils accusent cette force militaire de ne pas porter assistance aux occupants du « Sprinter » de la tête du convoi lorsque ce véhicule était tombé dans l’embuscade au moment où ce dernier allait attaquer une montée à quelques 30 km d’Ambalavao. Notons que des gendarmes étaient dans les autres minibus de ce convoi. Mais nous y reviendrons encore.La réponse de la Gendarmerie nationale ne s’était pas fait attendre. Toujours hier, le secrétariat d’Etat à la Gendarmerie (Seg) a formellement rejeté l’accusation et dément l’information émanant du conducteur du « Sprinter » comme quoi les gendarmes, lesquels devaient escorter le convoi, se seraient enfuis. Une délégation emmenée par le Seg se serait alors déplacée dans le Sud pour demander au conducteur en cause de s’expliquer, voire retirer ses propos. Des témoins sur place ou des passagers ayant pu assister au déroulement de l’embuscade, qui a entraîné de lourds préjudices côté passagers, ont apporté leurs versions. Ils ont expliqué que les six gendarmes de l’escorte ont bel et bien voyagé séparément dans des minibus qui roulaient au milieu ou à la queue du cortège. Or, ce dernier s’étirait sur au moins 1 kilomètre, voire plus. Ce qui a rendu alors impossible toute tentative de leur part pour intervenir en faveur des victimes qui se trouvaient dans le « Sprinter » assiégé. « Lorsque le véhicule de tête était tombé dans le piège, tout le reste a fait rapidement demi-tour, de même que les minibus qui ont transporté les gendarmes. Néanmoins, ces derniers, dans l’espoir de faire fuir les assaillants, ont tiré en l’air à plusieurs reprises », apprend-on alors. Affaire à suivre !Franck R.

La Vérité0 partages

Le doute !

C’est fait ! Madame Vonintsalama Andriambololona, inspecteur des impôts de son état, prend les rênes des Finances et du Budget, dans le Gouvernement de Solonandrasana Mahafaly. Elle remplace à ce poste, combien névralgique et trop stratégique, le démissionnaire François Gervais Rakotoarimanana.

Madame Vonintsalama Andriambololona, le tout nouveau ministre des Finances et du Budget, est une dame du sérail. Une grande technicienne des régies financières, elle maîtrise du bout des doigts les arcanes de la Finance publique pour avoir été déjà, tour à tour, directeur général des impôts et secrétaire général dudit ministère (2009-2015). En passant, il faut noter que l’actuel Chef de l’Etat était son patron quand celui-ci fut l’inamovible ministre des Finances durant la Transition. Apparemment, sur le plan des compétences techniques, elle n’a rien à envier de son illustre prédécesseur. En tant que fiscaliste, appartenant au Corps des inspecteurs des impôts, madame Vonintsalama, une femme d’apparence discrète, avait déjà occupé avant de débarquer à sa nouvelle fonction, à Antaninarenina, des postes de responsabilité évoluant toujours dans le monde des finances. D’emblée, loin d’être une inconnue dans le domaine, le nouveau ministre arrive en parfait connaisseur du métier. Ceci dit, elle n’est pas une novice de la régie.

Comme nous le savons tous, monsieur Gervais Rakotoarimanana, avant d’accepter l’offre du Chef de l’Etat, au début de l’année 2015, de prendre en mains le ministère des Finances et du Budget, occupait des postes importants à l’international. Les Institutions financières traditionnelles tel le Groupe de la Banque mondiale (Gbm) savait de quoi il est capable. A Antaninarenina, il brillait surtout dans la finalisation des dossiers complexes exigés par les Institutions de Bretton Woods. Ce qui a permis à l’Etat malagasy de bénéficier des prêts substantiels ainsi que leurs décaissements effectifs. Ceci étant, remplacer quelqu’un de la taille de monsieur Gervais Rakotoarimanana à un tel poste aussi compliqué que convoité n’est pas du tout une mince affaire. Un poste qu’il a dû abandonner de son propre gré pour des motifs qu’il tenait lui-même d’évoquer l’essentiel lors d’un point de presse. En tout cas, ce que l’ex-ministre des Finances et du Budget a bien voulu étaler comme motifs de sa démission suffisent pour avoir une idée du profond désaccord au sein de la haute sphère du pouvoir sur les tenants et aboutissants de la gestion des affaires nationales. Il regrettait, entre autres, le manque d’esprit d’équipe et de solidarité.

Unanimement reconnue pour son intégrité et sa probité, la nouvelle ministre des Finances et du Budget aurait-elle les coudées franches pour relever le défi parfois complexe. Faut-il rappeler que Mme Vonintsalama avait dû céder son fauteuil de Sg pour avoir soutenu le Dg du Trésor, Orlando Robimanana, au cours d’un bras de fer engagé entre ce dernier avec des caciques du Hvm à propos d’un hypothétique transfert d’argent.

Force est de reconnaitre qu’un doute s’installe sur les réelles marges de manœuvre que madame le ministre pourrait avoir dans l’exercice de son travail. A terme, elle risquerait de subir le même sort que son prédécesseur, à moins que son patron de Président veuille bien, contre vents et marées, la soutenir. Ce qui est malheureusement peu probable.

Nous ne pouvons que lui souhaiter la réussite, le courage et la ténacité car elle en aura vraiment besoin.

Ndrianaivo    

Madagascar Tribune0 partages

Tension à Antsirabe et Betafo

L’insécurité dans la ville de Betafo fait tache d’huile à Antsirabe. Un groupe d’individus s’est rendu au commerce d’un certain Josoa, à Andrefantsena Antsirabe, mardi, pour le vandaliser et y mettre le feu. Des témoins joints par téléphone ont confirmé que le groupe d’individus s’est introduit dans le commerce de cet homme et a tout cassé. Ils ont par la suite brûlé deux pneus pour essayer d’incendier la maison, mais les riverains avec l’aide des forces de l’ordre ont su les en empêcher. Les biens de cette même personne ont subi les mêmes exactions la veille à Ambaniharana Betafo. Exactions ayant causé la mort d’un enfant âgé d’un et demi, la blessure de trois femmes et la maison a été pratiquement calcinée.

Tout aurait commencé, selon la version d’un membre de cette famille, par un homme, ancien employé de la famille, qui se serait introduit dans le domicile lundi et aurait battu les trois femmes qui se trouvaient à la maison et poignardé l’enfant avant d’essayer de prendre la fuite.

Mais il aurait été intercepté par d’autres membres de la famille qui l’auraient tabassé après avoir l’abandonné pour s’occuper des blessés. Mais cet homme aurait pu finalement s’échapper et aurait appelé au secours, tout en criant et accusant cette famille de rapt d’enfant et de trafic d’organes. Un groupe d’individus s’est par la suite rué vers cette maison, y jetant des pierres et en y mettant le feu. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour disperser la foule.

Une réunion d’urgence des acteurs de la sécurité publique sous la houlette du chef de district a eu lieu à Antsirabe mercredi suite à ces deux actes de vandalisme. Les forces de l’ordre qui ont déjà ouvert une enquête par rapport à ces deux événements ont également appelé la population au calme. Elles ont également instauré des mesures de contrôle strict, pour limiter la circulation dans la nuit dans les deux villes, Antsirabe et Betafo.

Reste à savoir si ces mesures peuvent contenir la colère et l’esprit de vengeance qui règne dans les deux villes actuellement.

Madagascar Tribune0 partages

Rajaonarimampianina dirige le sommet du COMESA

Le Chef de l’Etat malgache, Hery Rajaonarimampianina, dirige depuis mercredi le 20è sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du COMESA (Marché commun d’Afrique australe et orientale), à Lusaka, Zambie. Ce, en tant que président en exercice du COMESA.

Ce 20ème sommet se déroule sous le thème « Le COMESA à l’heure de l’intégration numérique ». Le président malgache a alors indiqué que « Le XXIème siècle sera défini par trois caractéristiques : la gestion des connaissances, l’apprentissage continu, et l’adaptation et l’innovation. Ces trois éléments sont facilités par des technologies de l’information et de la communication modernes. »

Les états membres du COMESA sont les premiers dans l’utilisation des différentes applications TIC, notamment les paiements mobiles et le commerce électronique pour ne citer que ces outils, a lancé Hery Rajaonarimampianina. Il a également cité l’utilisation de la technologie « block chain » par les compagnies d’assurance, lesquelles ont aussi commencé l’émission de la carte jaune COMESA numérique. Ce dispositif permettra aux automobilistes d’acheter la carte jaune en ligne et de vérifier les règlements des sinistres.

En matière politique, Hery Rajaonarimampianina a fait remarquer que depuis le sommet d’Antananarivo, d’importants développements géopolitiques sont survenus dans la région et le reste du monde, des évolutions qui affecteront les économies positivement et négativement.

« La nouvelle aube de paix et de stabilité est attribuée aux décisions que nos frères et sœurs ont prises pour résoudre certains différends anciens qui ont entravé notre volonté collective de réaliser la vision de nos pères fondateurs, à savoir un COMESA économiquement intégré, prospère et en paix avec lui-même. » a-t-il déclaré.

Il n’a pas non plus manqué d’exprimer sa gratitude à la République démocratique d’Ethiopie et à l’Etat d’Erythrée pour leur décision de mettre fin aux hostilités qui ont duré pendant 15 ans. « La région du COMESA, l’Afrique et le monde entier ont été émerveillés par le spectacle de son excellence, le Premier Ministre Abiy Ahmed, recevant la délégation Erythréenne à Addis Abeba ainsi que par l’image des drapeaux des deux nations sœurs flottant côte à côte ».

Madagascar Tribune0 partages

Vague de nomination aux hauts emplois de l’Etat

Une vague de nominations aux hauts emplois de l’Etat comme suite à la formation du nouveau gouvernement Christian Ntsay est intervenue alors du Conseil des ministres de mardi dernier.

Les ministères détenus par le Mapar, ont connu le plus de changement. Pour le Ministère de la pêche, avec comme ministre Augustin Andriamananoro, les nominations concernaient le remplacement de quatre directeurs régionaux à savoir ceux de la région Atsinanana, de la région Boeny, de l’Amoron’i Mania et du Menabe. Pour ce qu’il en est du Ministère de l’aménagement du territoire et des services fonciers, portefeuille détenue par Christine Razanamahasoa, il semble qu’elle ait décidé de renouveler presque entièrement son équipe restreint. Secrétaire générale, directeur administratif et financier, directeur de la communication ont tous été limogés.

Toutefois, ces deux ministères ne sont pas les seuls concernés car un bon nombre de ministères ont procédé à de nouvelles nominations, pour ne citer que le Ministère de l’éducation nationale, la Santé publique ou encore celui de la Fonction publique. Bien que l’on s’y attendait, étant donné que cela semble être une pratique à chaque changement de ministre, ces vagues de nominations tendent à faire croire que le gouvernement actuel ou du moins ses membres ne se focalisent pas totalement sur les élections et la mise en place d’un climat d’apaisement. Tendant plus dans la réalisation d’avant campagne, d’où la nécessité de changer d’équipe. Malgré le fait que le poste ne devrait être pourvu que pour quelques mois seulement.

Madagascar Tribune0 partages

Rajaonarimampianina dirige le sommet du COMESA

Le Chef de l’Etat malgache, Hery Rajaonarimampianina, dirige depuis mercredi le 20è sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du COMESA (Marché commun d’Afrique australe et orientale), à Lusaka, Zambie. Ce, en tant que président en exercice du COMESA.

Ce 20ème sommet se déroule sous le thème « Le COMESA à l’heure de l’intégration numérique ». Le président malgache a alors indiqué que « Le XXIème siècle sera défini par trois caractéristiques : la gestion des connaissances, l’apprentissage continu, et l’adaptation et l’innovation. Ces trois éléments sont facilités par des technologies de l’information et de la communication modernes. »

Les états membres du COMESA sont les premiers dans l’utilisation des différentes applications TIC, notamment les paiements mobiles et le commerce électronique pour ne citer que ces outils, a lancé Hery Rajaonarimampianina. Il a également cité l’utilisation de la technologie « block chain » par les compagnies d’assurance, lesquelles ont aussi commencé l’émission de la carte jaune COMESA numérique. Ce dispositif permettra aux automobilistes d’acheter la carte jaune en ligne et de vérifier les règlements des sinistres.

En matière politique, Hery Rajaonarimampianina a fait remarquer que depuis le sommet d’Antananarivo, d’importants développements géopolitiques sont survenus dans la région et le reste du monde, des évolutions qui affecteront les économies positivement et négativement.

« La nouvelle aube de paix et de stabilité est attribuée aux décisions que nos frères et sœurs ont prises pour résoudre certains différends anciens qui ont entravé notre volonté collective de réaliser la vision de nos pères fondateurs, à savoir un COMESA économiquement intégré, prospère et en paix avec lui-même. » a-t-il déclaré.

Il n’a pas non plus manqué d’exprimer sa gratitude à la République démocratique d’Ethiopie et à l’Etat d’Erythrée pour leur décision de mettre fin aux hostilités qui ont duré pendant 15 ans. « La région du COMESA, l’Afrique et le monde entier ont été émerveillés par le spectacle de son excellence, le Premier Ministre Abiy Ahmed, recevant la délégation Erythréenne à Addis Abeba ainsi que par l’image des drapeaux des deux nations sœurs flottant côte à côte ».

Madagascar Tribune0 partages

Vers la création de nouveaux établissements pénitentiaires aux normes

« La paix et la sécurité ne seront jamais restaurés si les agents pénitentiaires n’exercent pas leur fonction comme il se doit  », a soutenu Christian Ntsay lors de son discours durant la célébration du 60ème anniversaire de l’Administration pénitentiaire qui s’est tenue au Tribunal de première instance d’Antananarivo, hier.

« Administration Pénitentiaire moderne : respectueuse des Droits humains, garant de la sécurité et du développement », tel est le thème de la célébration cette année. Cela va sans dire que cela implique des reformes pour la modernisation des services de l’Administration pénitentiaire et la coordination des travaux entre les magistrats et les agents pénitentiaires. La réforme évoquée se traduira matériellement par la construction de nouveaux établissements pénitentiaires répondant aux normes internationales dans l’optique d’humanisation des conditions de détention, vue l’augmentation exponentielle de l’effectif des personnes incarcérées. L’effectivité de la mise en œuvre de la préparation à la réinsertion post carcérale est également prévue. Les établissements pénitentiaires servant non seulement de lieux de correction pour détenus mais également de lieux de reprise de conscience et de préparation à la réinsertion.

Les résultats des efforts consolidés au niveau de l’Administration pénitentiaire par le ministère de la justice ont été reconnus par le premier ministre, Christian Ntsay. Il s’agit entre autres de l’amélioration apportée dans la norme de restauration des détenus, aux fins d’une lutte contre la malnutrition. Beaucoup d’étapes restent cependant à franchir, a-t-il poursuivi, telles que la dotation en voitures qui serviront à transporter les détenus et en armement des agents pénitenciers pour la sécurisation des établissements.

Madagascar Tribune0 partages

Qui va succéder à Christian Ntsay ?

Le premier ministre Christian Ntsay a remis la démission de son gouvernement hier. Après l’installation du bureau permanent de l’Assemblée nationale, les députés devront s’atteler à la proposition du nom du nouveau premier ministre. Les dispositions de l’article 54 de la Constitution indiquent en effet la majorité dans cette institution doit proposer des noms au président de la République qui nommera par la suite celui qu’il aura choisi.

La question se pose ainsi sur celui qui va succéder à Christian Ntsay. La plateforme avec Rajoelina, l’IRD forte de ses 84 élus à l’Assemblée nationale, ira-t-elle jusqu’à tourner le dos à ce chef du gouvernement qui a permis à Andry Rajoelina de revenir au pouvoir ?

Madagascar Tribune0 partages

Qui va succéder à Christian Ntsay ?

Le premier ministre Christian Ntsay a remis la démission de son gouvernement hier. Après l’installation du bureau permanent de l’Assemblée nationale, les députés devront s’atteler à la proposition du nom du nouveau premier ministre. Les dispositions de l’article 54 de la Constitution indiquent en effet la majorité dans cette institution doit proposer des noms au président de la République qui nommera par la suite celui qu’il aura choisi.

La question se pose ainsi sur celui qui va succéder à Christian Ntsay. La plateforme avec Rajoelina, l’IRD forte de ses 84 élus à l’Assemblée nationale, ira-t-elle jusqu’à tourner le dos à ce chef du gouvernement qui a permis à Andry Rajoelina de revenir au pouvoir ?

Madagascar Tribune0 partages

Qui va succéder à Christian Ntsay ?

Le premier ministre Christian Ntsay a remis la démission de son gouvernement hier. Après l’installation du bureau permanent de l’Assemblée nationale, les députés devront s’atteler à la proposition du nom du nouveau premier ministre. Les dispositions de l’article 54 de la Constitution indiquent en effet la majorité dans cette institution doit proposer des noms au président de la République qui nommera par la suite celui qu’il aura choisi.

La question se pose ainsi sur celui qui va succéder à Christian Ntsay. La plateforme avec Rajoelina, l’IRD forte de ses 84 élus à l’Assemblée nationale, ira-t-elle jusqu’à tourner le dos à ce chef du gouvernement qui a permis à Andry Rajoelina de revenir au pouvoir ?

Madagate0 partages

Madagascar liberté d’expression. Régime Hvm de plus en plus ridiculous for ever

Ironie du sort ou quoi? Cette photo a été prise à l'entrée du camp Ratsimandrava, Antananarivo, au moment où le journaliste Fetra Rakotondrasoa était dans le bureau des services des affaires«criminelles» et «spéciales» de la brigade tout aussi spéciale. Cette femme qui porte un enfant devra-t-elle aussi s'attendre à être convoquée pour port de tenue militaire déguisée?

Il existe l’adage français: «Quand on veut abattre son chien, on l’accuse de la rage». Concernant les journalistes du MLE (Mouvement pour la liberté d’expression), en général, c’est tout comme avec la gendarmerie nationale pour excuse.

Après avoir reçu une convocation le 17 juillet 2017, le journaliste Fetra Rakotondrasoa, porte-parole du MLE, s’est rendu, le lendemain, au camp Ratsimandrava, avec ses avocats pour «affaire le concernant». Le président de l’Ordre des journalistes de Madagascar et le vice-président pour Antananarivo étaient aussi présents. Et c’est là que nous avons appris qu’il était accusé, tenez-vous bien: d’«outrage à la gendarmerie». Parce qu’une tenue de ce corps a été utilisé lors du premier numéro de l’émission-parodie «Tsy mahaleo ny sampona», pour faire pendant à l’émission du président Hery Rajaonarimampianina «Fotoam-bita».

Barry Benson, lors du premier numéro de«Tsy mahaleo ny sampona». Mais qui dit que cette tenue ne provient pas de lui? Lui dont la fuite et le retour au bercail avec sa maman sans nous aviser sont... suspects...  Quand bien même, il s'agit d'une mise en scène, c'est tout

Et là, personnellement, je m’étonne du fait que la gendarmerie nationale malgache ou «Zandarimariam-pirenena malagasy» , existant depuis 1960, accepte cette gravissime entrave à la liberté d’expression en allant jusqu’à perquisitionner le domicile de Fetra Rakotondrasoa -journaliste de la chaine audiovisuelle Viva- qui n’a jamais porté aucun uniforme dans aucune émission de télévision. Et quand bien même.

Cette femme serait-elle l'épouse d'un gendarme? Donc, hors de portée... Qui sait...

En effet, quelques robots «uniformisés» du régime Hvm -qui ne fera jamais que passer- viennent d’ouvrir béante une porte pour aller abuser de tout citoyen dont la tête ne revient pas aux tenants du pouvoir, pour outrage à leur corps respectifs.

Princio s'attend donc à recevoir une demi-convocation des militaires

Tence Mena et sa garde brandissent même des armes de guerre...

Du jamais-vu, jamais-vécu depuis même la colonisation, en matière de tenue scénique. Donc, Princio et Tence Mena -pour ne citer qu’eux car il en a des tas d'autres à porter l'uniforme sur scène à Madagascar- ont des soucis à se faire alors.

Rossy et sa veste de commandant de bord

Et pour pousser plus loin, il faut donc s’attendre à ce qu’Air Madagascar aille aussi chercher des crosses à Rossy qui a porté une tenue de commandant de bord. Ben, ils doivent être au courant, là-haut, que le ridicule ne tue plus de nos jours. Cependant, le ridiculous is for ever et les terrassera à la longue. Vivement 2018 hurlent la majorité des Malgaches en cette mi-juillet 2017, à un an de la fin du mandat de ce président décidément pas comme tous les autres réunis…

Jeannot Ramambazafy – 19 juillet 2017

L'express de Madagascar0 partages

Élections – Le gouvernement favorable à l’indépendance de la Ceni

Le rapport sur l’amélioration du cadre juridique des élections a été remis officiellement au gouvernement, hier. Le Premier ministre affirme être favorable aux recommandations, notamment sur l’indépendance de la Ceni.

Affirmatif. « Nous sommes entièrement d’accord avec ce principe ». Des mots de Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, en réponse à une question de la presse sur l’indé­pendance de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), hier au palais d’État de Mahazoarivo.Une cérémonie de remise officielle, au chef du gouvernement, du rapport sur l’amé­lioration de l’encadrement juridique du processus électoral, élaboré par la Commis­sion consultative de réflexion et de proposition (CCRP), s’est tenue, hier, à Mahazoa­rivo. Parmi les recommandations de ce document figure, entre autres, l’élargissement des attributions de la Ceni, jusqu’à l’établissement du calendrier électoral, et même jusqu’à la convocation des électeurs. Et l’indépendance effective de la Ceni sur le plan financier.Les principales recommandations du rapport remis hier au locataire de Maha­zoarivo ont été affirmées par maître Hery Rakoto­manana, président de la Ceni, lors d’un point de presse au siège du ministère de la Commu­nication à Nanisana, le 11 juillet. Durant la cérémonie d’hier, le numéro un de la Commission électorale a soutenu : « (…) Nous souhaitons que les textes révisés arrivent dans les meilleurs délais, dans le respect des recommandations des mission électorales nationales et inter­na­tionales, mais surtout pour assurer la transparence et la crédibilité des élections ».Face aux journalistes, le Premier ministre a déclaré: « Tous sont convaincus de la nécessité d’accorder à la Com­mission électorale, la place qui lui est due et qu’elle ait une totale indépendance. »

ImpératifsDans son discours durant la cérémonie, le numéro 2 de l’Exécutif a affirmé être convaincu que le gouvernement a toujours privilégié et soutenu des démarches inclusives et consensuelles, en vue d’un processus électoral crédible, transparent et accepté par tous.Le rapport d’hier est justement le résultat des consultations des acteurs concernés par le processus électoral, faites par la Ceni, l’année dernière. Les principales recommandations soulevées par maître Rakotomanana, le 11 juillet, sont des impératifs martelés durant ces échanges. Des représentants du ministère de l’Intérieur de la décentralisation, de la Justice et des Finances et du budget, ont, par ailleurs, fait partie de l’effectif du CCRP. L’ouverture aux recommandations, affirmée par le Premier ministre Mahafaly, pourrait alors ne pas être improvisée.Seulement, durant l’échan­ge avec la presse à l’issue de la cérémonie d’hier, le locataire de Mahazoarivo, a cependant nuancé sa réponse. « Des débats sont, tout de même, nécessaires sur certains détails, comme comment parvenir à cette indépendance totale ? Comment concrétiser l’indépendance financière, surtout ? Tout cela nécessite encore des débats, car l’objectif est de parvenir à une autonomie administrative et financière de la Ceni », a indiqué le chef du gouvernement.Au-delà des mots, la position de l’Exécutif, face à la proposition de loi du député Irenée Djaosera, modifiant la loi sur la Ceni, pourrait pourtant laisser entrevoir une certaine appréhension vis-à-vis d’une totale indépendance de la Commission électorale. Le texte de l’élu d’Analalava reprend certains des points des recommandations du rapport remis hier à Mahazoarivo, comme l’indépendance financière de l’organe électoral et l’élar­gissement de ses prérogatives jusqu’à la fixation du calendrier des votes.Le gouvernement avait opposé l’irrecevabilité du texte, en arguant que ces sujets relèvent du cadre règlementaire, et non pas du domaine de la loi. L’élabo­ration du calendrier des élections et la convocation des électeurs sont, par exemple, des prérogatives gouvernementales selon le code électoral.« Aussi, si on veut organiser des élections crédibles et consensuelles, la réforme du cadre juridique du processus électoral est primordiale », a affirmé le Premier ministre hier. Maintenant, la balle est dans le camp de l’Exécutif.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Plus de 1000 milliards d’ariary pour le PSE

Un débat organisé par le Collectif des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC) a révélé les montants du financement du Plan sectoriel de l’éducation.

Le programme est ambitieux ! Ces mots, parlant du Plan sectoriel de l’éducation (PSE), sont du sénateur Jean Martin Rakotozafy. Mais il n’est pas le seul à le penser. Académiciens, chercheurs universitaires, pédagogues et différents membres de la société civile ont largement partagé cette impression, hier, lors du débat sur le sujet. Ce dernier a été organisé par le Collectif des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC), dans les locaux de la Chambre des commerces et de l’industrie d’Antananarivo. Il s’agissait d’« échanger et de débattre sur les modalités de mise en œuvre du PSE dans le projet de Loi des Finances 2018 ».L’assistance était partagée entre l’envie d’y croire et un scepticisme engendré par la taille des enjeux exposés. Pour la seule année 2018, les dépenses prévues pour le PSE des trois ministères en charge de l’éducation est de 1191 milliards d’ariary.Un gap de 255 milliards d’ariary, par rapport aux besoins des trois ministères reste, cependant, à combler.

Conditions sine qua non« Quelles seront les mesures qui seront prises si l’on ne trouve pas l’argent ? », s’est inquiétée Lily Razafimbelo, du Centre d’information et de documentation scientifique et technique. Lala­harontsoa Rakotojaona, Directeur général de l’enseignement secondaire et de la formation de masse s’est voulu rassurant : « il y aura une priorisation et un phasage. Ce sont, d’ailleurs, les conditions sine qua none du Global partnership for education (GPE) pour le déblocage d’un financement », explique-t-il. La programmation et la formation font partie des priorités.Les 255 milliards d’ariary manquants concernent les investissements, notamment dans les infrastructures,  et restent à chercher du côté des bailleurs traditionnels. Une signature de convention de financement se fera bientôt, affirment les responsables de l’éducation de base. Les dépenses courantes, acquises à 82%, seront assurées par l’État qui prévoit consacrer 23,30% de son budget à l’éducation. Pour Hony Radert, du CCOC, « l’Assem­blée nationale et le Sénat ont le devoir de veiller à la mise en œuvre du PSE ». Le sénateur Jean Martin Rakotozafy estime que l’État devrait au minimum consacrer 30% de son budget à l’éducation.

Rondro Ramamonjisoa

L'express de Madagascar0 partages

RN7 – Attaque d’un convoi de taxis-brousse 

Escorté par des gendarmes armés de Kalachnikov, un convoi de vingt-trois véhicules a été la proie d’une horde de bandits à Ambalavao. Deux passagers ont été grièvement blessés.

Les bandits des grands-chemin ne manquent plus d’audace sur la RN 7. Dans la nuit de lundi à mardi, aux alentours de 23 heures, une dizaine de coupeurs de route munis de tout un arsenal de fusils de chasse, a attaqué un convoi de vingt-trois taxis-brousse, en provenance de l’axe Sud.Les malfaiteurs ont tendu leur guet-apens sur la forte montée d’Ambodimifahy, à une trentaine de kilomètres du chef-lieu de district d’Ambalavao. Immobilisé derrière une maçonnerie de blocs de pierres à la hauteur des genoux, érigée sur toute la largeur de la chaussée, une Mercedes Sprinter a été pillée et lapidée par les assaillants, et ses occupants ont été dépouillés de tous les objets de valeur à portée de main. Deux passagers ont été blessés à coups de hache, au bras et en plein bassin.Deux autres véhicules de tête ont, en revanche, réussi à forcer le barrage, en se frayant un chemin dans un passage rétréci, sur le bas-côté droit. Les minibus dans leur sillage ont, quant à eux, fait demi-tour dans un sauve-qui-peut, pour échapper à la meute de brigands prête à en découdre.« Six gendarmes ont été réquisitionnés pour sécuriser le convoi depuis Mahasoa-Sud. Le taxi-brousse à bord duquel se trouvaient deux d’entre eux, a ouvert la caravane, mais des chauffeurs téméraires, dont celui du minibus tombé dans les griffes des assaillants, ont commis l’imprudence de le doubler  au bout d’à peine quelques kilomètres. Au final, le véhicule de sécurité se trouvait en cinquième position. Les quatre autres gendarmes avaient, quant à eux, fermé le cortège et ne pouvaient intervenir dans l’immédiat lorsque l’alerte a été donnée  », lance un gendarme de la brigade territoriale d’Ambalavao.

Insécurité grandissanteDans le feu de l’action, le conducteur du véhicule où se trouvaient les deux gendarmes en tête de convoi, a fait demi-tour avec les autres taxis-brousse, avant qu’il ne s’arrête dans un endroit plus sûr. Après avoir pris une position défensive dans la pénombre, ils ont ouvert le feu, repoussant ainsi les assaillants, qui, du coup, ont pris la tangente, nantis de leur butin.Entre-temps, les occupants des deux véhicules de transport en commun, ayant réussi à forcer le passage, ont alerté la gendarmerie d’Amba­lavoa. Du renfort a été envoyé à la rescousse, mais les coupeurs de route s’étaient déjà évanouis dans la nature, lorsqu’il a débarqué.« Je saisis cet incident pour rappeler aux transporteurs, de respecter les consignes données. Très souvent, les éléments des forces de l’ordre ne sont pas les bienvenus à bord. La voiture ouvreuse, escortée par des éléments armés ne doit aucunement être dépassée. Des chauffeurs entêtés s’y soustraient, néanmoins. Au final , ce sont les passagers qui payent les pots cassés », tonne le colonel Maurice Maromanana Raderandrainy, commandant du groupement de la gendarmerie nationale de la région Haute Matsiatra.Lors des premières auditions, deux passagers ont déclaré un préjudice s’élevant à 120 000 ariary. Les chiffres ont décuplé lorsque certains de leurs compagnons d’infortune se sont manifestés à leur tour.Dénonçant une insécurité grandissante mettant à mal leur gagne-pain, les transporteurs ont annoncé la tenue d’une réunion d’urgence, ce jour.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Andranoro Antehiroka – Un mort et  un blessé dans un braquage

Un trio criminel a frappé et tué à Andranoro Antehiroka, avant-hier en début de soirée. Frappé d’une balle en plein dos, un chef de famille de quarante-neuf ans n’a pas survécu. De source hospitalière, le projectile a touché son cœur, après avoir traversé, de part en part, d’autres organes.  Touché au niveau du bras et de la hanche, de source auprès de la gendarmerie, un jeune homme de dix-huit ans qui a essayé de tenir tête aux bandits, se trouve pour sa part, dans un état préoccupant. Ces scènes de film sont survenues lors  d’un braquage d’épicerie. Vers 18h30, la bande s’est abattue sur un commerce, sis dans un coin de la rue,  pour se déchaîner sur une femme qui tenait la caisse.Munis de sabre et de marteau, deux des assaillants ont fait irruption dans l’épicerie, pendant que  leur comparse faisait le guet à l’extérieur, arme de poing à la main. Pendant  que les malfaiteurs dérobaient la recette, l’adolescent blessé, qui n’est autre qu’un proche de l’épicière attaquée, s’est jeté sur les deux bandits munis de marteau et d’arme blanche.

Seth Anriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Peinture – Une école des Beaux-arts se concrétise 

Albert Bour, président de l’association Apame, et le responsable de médiation culturelle, Serge Rodin, annoncent l’ambition de créer une école des Beaux-arts. 

L’association pour la promotion des arts naïfs, populaires et sacrés du monde (Apame) présidée par Albert Bour, vient de réunir, les 13 et 19 juin, un représentant du ministère de la Culture, Niry Rakotondrabe,  représentant de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Serge Rodin, responsable de la recherche en médiation culturelle, et une quarantaine d’artistes peintres dont des représentants d’associations d’art visuel.L’objectif de la réunion était de répondre au souhait exprimé par le Président de la République, de créer une vitrine des arts malgaches, en l’occurrence l’établissement à Antananarivo, d’une structure pérenne abritant l’Art visuel. Ces derniers ont convenu que le premier objectif d’une telle structure était de permettre et de faciliter la création de l’œuvre artistique et sa reconnaissance, par la formation artistique, l’échange d’informa- tions et des techniques artistiques.« Le projet a vu le jour, il y déjà quelques années de cela. Malheureusement, aujourd’hui, faute de pilotes qui n’ont pas encore été remplacés il y a maintenant deux ans, le programme a dû prendre une longue pause. Cette année, nous avons décidé de reprendre les choses en main et de substituer les deux pilotes du projet», explique Albert Bour.L’unanimité des artistes s’est prononcée sur une localisation qui soit suffisamment centrale à Antanana- rivo et une structure suffisamment adaptée aux objectifs.

Les locauxÀ savoir la compatibilité avec les exigences de diversité de présentations et d’expositions telles que les espaces nombreux et identifiés, en même temps que des espaces communs et affectés. Le tout permettant une mutualisation à coûts bas des fonctionnalités. Pour ce faire, la commune urbaine d’Antananarivo a suggéré d’aménager les espaces libres sous les gradins du stade de Mahamasina. Il a été aussi évoqué qu’une salle au sein du ministère de la Culture sera à la disposition des artistes peintres pour la structure d’arts visuels.« Étant donné que dans la Grande Ile, il n’existe aucune école des Beaux-arts, avec ce projet n’est plus obligé de travailler seul », lance Léon Fulgence un plasticien du Sud- Est.

Promouvoir l’art

Esthète et collectionneur, Albert Bour est intarissable sur le travail des artistes de l’île rouge. Il a visité la Grande ile depuis les années 90. Le choix de Madagascar par l’auteur s’explique par sa familiarité avec le pays.« Je suis venu très souvent à Madagascar et j’ai suivi toutes les évolutions. Mes objectifs principaux sont de faire connaître l’Art et la culture des pays essentiellement en voie de développement, de vendre les œuvres d’art et de créer des évènements culturels» souligne t-il.N’étant qu’occasionnellement dans le pays, Albert Bour a décidé de confier au Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (Craam) les actions engagées du mouvement pour la promotion des arts visuels par le biais du site www.craam.mg

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Football – Cosafa U17 – Changement de la liste des joueurs

La Grande île sera en lice au Cosafa Cup U17 à l’île Maurice du 21 au 30 juillet. La liste des joueurs a dû être modifieé à la veille du départ. 

Mada­gascar sera bel et bien en lice au Cosafa Cup catégorie U17 garçons. La délégation malgache, composée de vingt-cinq membres dont dix-huit joueurs, a quitté le pays hier, en fin d’après-midi.Changement de dernière minute, la liste des joueurs a du être modifiée lundi soir, « On n’a su que ce lundi soir la catégorie concernée. C’est la génération 2001 et non les joueurs nés en 2000 alors que nous avions déjà confirmé cela auprès du directeur technique national. Nous n’étions au courant qu’au moment de l’engagement final. Et nous avons dû trouver la solution dans un très bref délai », a confié le président de la ligue de football d’Anala­manga, Henin­tsoa Rakotoa­rimanana, dit Tota, chef de la délégation à Maurice.La fédération malgache de football a tout confié à la ligue d’Analamanga : la sélection, la préparation de l’équi­pe nationale et le déplacement à Maurice. L’équipe de la ligue d’Analamanga a pu finalement trouver une solution à cette confusion sur la date de naissance.« Heureusement que nous venons de boucler le championnat jeunes et nous avons un large choix pour les remplaçants », a souligné le président Henintsoa Rakotoa­- ri­manana. Ce dernier a intégré cinq présidents de section sur les huit d’Anala- manga dans la liste de la délégation, à savoir celui d’Anjozorobe, Andramasina, Antananarivo renivohitra, Ambohidratrimo et Manja­kan­driana. Ce tournoi pour les U17 garçons version 2017 se tiendra du 21 au 30 juillet. Huit équipes sont engagées et Madagascar se trouve dans le groupe B avec l’Afrique du sud, la Zambie,et le Mozambique

La Zambie en ouvertureTrois entraîneurs nationaux encadreront l’équipe malgache lors de ce Cosafa U17, entre autres Yves Rabe­ma­romanga, premier responsable technique du centre de formation de football d’Ana­lamanga, Yvon Randria­narisoa d’Elgeco Plus et Tony Rabarison de Fosa Juniors. « Nous avons pu récupérer 60 pour cent de l’équipe. Nous avons renforcé depuis trois semaines la cohésion sur terrain. Au début, nous avons choisi des joueurs talentueux et plus expérimentés… », a mentionné le coach, Yves Rabemaromanga.« Heureusement nous avons pu garder les joueurs du milieu du terrain… Mais, l’équipe s’étant vue amputée de deux gardiens de but, le titulaire ainsi que son remplaçant, nous avons dû trouver deux nouveaux joueurs», a-t-il poursuivi. En matches de groupe, Mada­gascar sera opposé à la Zambie le vendredi 21 juillet, en deuxième journée contre le Mozambique le dimanche 23 juillet, et en troisième et dernière journée face à l’Afrique du sud, le mercre­di 26 juillet.Les deux premiers de chaque poule accéderont en demi-finales, prévues le vendredi 28 juillet et la finale le dimanche 30 juillet. Ce déplacement se réalise grâce à l’appui de quelques dirigeants de club d’Analamanga ainsi que le ministère de la Jeunesse et des sports.

Les Barea U17

Gardiens:1-Kevin Andriamihaja2-Avo Ralibera

Defenses:3-Tommy Andriamamonjy4-Hardy Razafimanjary5-Tsioriniaina Andriantsiresy6-Andriamandava Ratsimbazafy7-Biny Rakotoniaiana8-Mamisoa Andriamalala

Milieux:9-Henintsoa Fenohasin Ranaonarivelo10-Mario Yves Rakotomalala11-Toavina Randrianjohary12-Anjarasoa Andriamahazo13-Nambinina Rakotonirina14-Sébastien Ralandindranto15-Alain Stéphane Rakotovao16-André Todisoa

Attaquants:17-Dylan Fanomezantsoa18-Lova Marson

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Cyclisme – Championnats de Madagascar – Mazoni Rakotoarivony veut le titre national 

Du spectacle dans l’air. Alors qu’ actuellement les fanas de la petite reine suivent avec passion et délectation le Tour de France sur le petit écran, à Madagascar on se prépare à un grand évènement, les championnats de Madagascar. Ce sommet national sera organisé par la fédération malgache de cyclisme et se déroulera les 29 et 30 juillet.La première journée concernera l’épreuve de la course contre la montre individuelle de 20km sur le by-pass tandis que la seconde sera une course en ligne de 140 km sur l’axe de la route nationale numéro quatre.Nombreux sont les prétendants pour décrocher le titre national pour cette année. Le premier d’entre eux se nomme Mazoni Rakotoa­rivony, second au classement général du Tour cycliste international 2016 et cham­pion d’Analamanga 2017. « Je me prépare sérieusement pour aller chercher le titre de champion de Madagascar aussi bien en contre la montre individuelle qu’en course en ligne. L’adversité sera au rendez-vous avec les Emile Randrianan­tenaina, Jean de Dieu Rakoton­drasoa, alias Ravoatabia, ou encore Jean Marc Rakotonirina mais aussi des jeunes coureurs prometteurs. Il faudra être très méticuleux pour espérer briller durant ces championnats de Madagascar », rappelle Mazoni Rakotoarivony.Pour la ligue régionale d’Analamanga, ce rendez-vous national vient à point nommé et les premiers responsables espèrent une franche domination de leurs coureurs. « Pour nous, la saison a été très riche en compétitions. On a pu maintenir la forme de nos coureurs en mettant en place l’organisation de quelques courses presque chaque week-end depuis le mois de février. On alignera quarante cinq coureurs motivés et on s’attend à de bons résultats », explique Nali Ravelonarivo, président de la ligue régionale de cyclisme d’Analamanga.Le sommet national servira comme une grande et franche évaluation des coureurs qui espèrent participer à la quatorzième édition du Tour cycliste international de Madagascar au mois de décembre. Le trophée des As sera l’ultime course pour finaliser la liste des prétendants qui figureront en équipes nationales A et B.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Droit – Vers la reconsidération des personnes âgées

Les aides-chauffeurs des taxibe de la capitale ignorent tout bonnement les personnes âgées qui leur montrent leur carte verte. Ils leur exigent 400 ariary de frais. Les personnes du troisième âge devraient patienter puisque la direction des Personnes handicapées et des personnes âgées au sein du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion des femmes entend soumettre un projet de loi en faveur des personnes âgées lors de la prochaine session parlementaire. Même si elles sont inactives, elles ont leurs droits, d’après Ralphine Razaka, Directrice.Des centres de loisirs, dans lesquels ils peuvent recommencer leurs activités génératrices de revenus en agriculture, aviculture et pisciculture, ont été mis à leur disposition. Le Club des amis des personnes âgées (CAPA) fait de son mieux pour se pencher sur le bien-être des personnes âgées. Les régions dénombrent cinquante-deux centres. Ceux d’Ambositra et de Marovoay collaborent avec des médecins pour une consultation hebdomadaire gratuite, avec des pharmaciens qui leur octroient des médicaments génériques .

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Musique urbaine – « Hevitra sy Hetsika » revient sur scène

La troisième édition du concert « Hevitra sy Hetsika» organisé par le Rap Gasy en Images et le label Archi-Teck aura finalement lieu ce samedi 22 juillet au Cercle franco-malgache Anosy à partir de 14 heures. C’est le concert programmé pour la célébration du 15è anniversaire du parti politique Tiako Madagascar (TIM), le samedi 8 juillet, où tous les concerts qui devaient se tenir durant cette journée ont été annulés par la préfecture de la ville.Ainsi, les rappeurs contestataires et conscients à l’instar de l’Archi-Teck, Bouddha El Taga, Mason’Aloka, ou encore Vy Mamay auront le privilège de  s’exprimer à leur manière, laissant les mots contester à leur place, puisque la liberté de s’exprimer est encore intacte dans ce milieu.Rap engagé, rap conscient et surtout rap non commercial. Pour le label Archi-Tek, cette démarche s’inscrit dans une logique qu’il s’est fixée depuis sa création en 2006 : celle de conscientiser les jeunes face aux problèmes actuels, d’élargir le champ d’investigation des rappeurs qui donnent de l’importance à l’éducation à travers leurs textes, de faire renaître les anciens rappeurs et promouvoir les nouveaux rappeurs adeptes du rap contestataire.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Malagasy Rugby – Les joueurs rebelles privés de sélection nationale

Chacun son interprétation du texte. L’équipe du Malagasy Rugby a réagi à la note ministérielle du 14 juillet qui ne reconnaît pas le comité ad-hoc mis en place le 9 juin. Hier, l’équipe de la fédération, en présence des présidents de quatre sections, reconnaissait que la mise en place de ce comité provisoire n’était pas mentionnée dans le règlement intérieur.Par contre, la fédération a appliqué l’article 15 du même RI : « Le comité exécutif est investi de pouvoirs les plus étendus, consultatifs, délibérants et décisionnaires pour faire autoriser tous les actes à caractère urgent, en vue de l’intérêt de la fédération et qui ne sont pas réservés à l’assemblée générale », selon leurs membres. « Cet article nous permet de prendre la décision de mettre en place le comité pour une durée d’un an dans le but d’avancer dans l’organisation des compétitions », a souligné le secrétaire général du MR, Mamy Haga Rakotoharitiana.« L’équipe de la fédération, élue en février, n’a pu organiser aucune compétition jusqu’ici alors qu’il faut qu’on se prépare pour les compétitions internationales. … Nous devrons participer aux compétitions internationales de rugby à 7 en septembre en Tunisie pour les dames et en Ouganda en novembre pour les hommes », a-t-il poursuivi. Ce dernier a ensuite confirmé que seul le cham­pionnat du comité ad-hoc sera homologué par Malagasy Rugby. « Les joueurs qui insistent pour jouer au Top 20 du président sanctionné ne seront pas appelés dans l’équipe nationale », a prévenu le secrétaire général du Malagasy Rugby.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Plus aucune subvention

Selon la lettre de cadrage du projet de loi des finances 2018, aucune subvention ne sera plus accordée à la compagnie Air Madagascar, à partir de 2018. Celle-ci serait en pleine phase de redressement avec son partenaire stratégique Air Austral. Pour la Jirama, une réduction de 50 milliards d’Ariary par an sera opérée sur les subventions. La compagnie nationale d’eau et d’électricité bénéficiera ainsi d’une subvention pas plus de 200 milliards d’ariary. Cette baisse progressive de transfert alloué à la société d’État figure dans son plan de restructuration. L’objectif est d’arriver à zéro subven­tion en 2020.

L'express de Madagascar0 partages

 Mandela day

À l’instar de plusieurs pays dans le monde, le « Mandela day » a été célébré hier à Mada­gascar. Des festivités à l’initiative et organisées par l’ambassade d’Afrique du Sud, auxquelles ont pris part l’État malgache, représenté par Solonan­drasana Olivier Maha­faly, Premier ministre, et d’autres chefs d’insti­tution, ainsi que des membres du gouverne­ment. Conduit par Violette Kakyomya, sa coordonnatrice résidente, le Système des Nations Unies (SNU), a aussi été de la partie. La célébra­tion du « Mandela day », cette année, dans la Grande île a vu, notam­ment, la mobilisation des six universités que compte le pays.

L'express de Madagascar0 partages

Paralympique – Analamanga – ASCU PSH réalise un doublé

La ligue d’Analamanga de sport paralympique a bouclé ce week-end son championnat par les finales de basketball sur fauteuil.Le club de l’association sportive et culturelle des personnes en situation de handicap (ASCU PSH) a réalisé un doublé. Chez les hommes, ce club s’est imposé sur un score de 31 à 19 face au COSHAP (Club omnisport des athlètes handicapés physiques), en finale directe. L’ASCU PSH a aussi battu, par forfait, le COSHAP en finale des dames.En ouverture, BS2A (Blind sport association Anta­nanarivo) a défait l’ASCU PSH par 24 à 18 en match d’exhibition de tore-ball, destiné à la catégorie de déficients visuels. Les autres disciplines telles que l’athlétisme, le basketball pour les athlètes à déficience intellectuelle, la pétanque, le tennis et le tennis de table ont déjà bouclé leur championnat.Rideau sur le championnat d’Analamanga, place au sommet national du 14 et 17 septembre dans la capitale.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Afrobasket U16G – Madagascar bat l’Algérie

La course pour la qualification à la phase finale se poursuit pour Madagascar. La sélection malgache vient d’arracher sa deuxième victoire hier et a pris sa revanche face à l’Algérie.La Grande île a défait hier l’Algérie lors de la sixième journée et deuxième match retour sur le score de 78 à 71. Au match aller, cette dernière l’a remporté sur le score serré de 60 à 59. Dans l’autre groupe, Mali confirme son statut de leader de la poule A, en écrasant le Mozam­bique par 103 à 40.Les deux leaders de groupes, Mali pour le groupe A et l’Égypte pour le groupe B sont déjà qualifiés après un parcours sans faute à l’avant-dernière journée des éliminatoires. La course pour les deuxièmes tickets de chaque poule ne s’achève que ce jour, dernière journée décisive pour les deuxièmes et troisièmes au classe­ment provisoire du groupe A et celui B.Madagascar, se qualifiera s’il gagne contre l’Égypte ce jour, ou s’il perd contre l’Égypte et Rwanda gagne contre l’Algérie.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Six pyromanes sous mandat de dépôt

Traduits devant le Parquet hier, six sur huit incen­diaires ont été placés en détention préventive à Fianarantsoa. Les deux autres ont été relâchés. La gendarmerie de Camp Robin recherche active­ment cinq pyromanes. Ils sont épinglés dans l’incendie criminel ayant fait huit morts dans le district d’Ambohimasoa, le dimanche 9 juillet.

L'express de Madagascar0 partages

 Un espace dédié à Madagascar

Le « Fody » rouge à Lyon. Le Parc des oiseaux de Lyon vient d’aménager un site de 16000m2 dédié à Madagascar et à l’Afrique, selon les informations publiées sur le site de l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM). Il s’agit du projet le plus ambitieux jamais conduit par ce parc, tant en termes de collection que d’aménagement paysager. Depuis le 10 juillet, le site est ouvert au public. Le nouvel espace emmènera le visiteur à Madagascar, grâce à une reconstitution des paysages de l’Ile et de ses espèces endémiques, comme le « fody » ou encore le maki.

L'express de Madagascar0 partages

Un bus percute une moto

Un bus d’Antananarivo transportant des prome­neurs vers Ampefy, a fauché trois personnes en triple montée sur une moto.Le drame s’est produit dimanche matin, vers 9h 20. L’accident a fait un mort et un blessé. Ce dernier a été transféré à un hôpital de la capitale.

L'express de Madagascar0 partages

De la démission

La démission est chose suffisam­ment rare dans les instances du pouvoir à Madagascar pour que la décision de l’ancien ministre des Finances, Gervais Rakotoarimanana, mérite d’être signalée.Chez nous, la règle serait plutôt le «tsy hiala aho» (non, je ne partirai jamais). Certains limogeages avaient même tourné au psychodrame avec mobilisation plus ou moins spontanée des anciens collaborateurs et intervention musclée des forces de l’ordre pour faire respecter la décision du Conseil des Ministres. Présidents, ministres, parlementaires, généraux, directeurs généraux, se trouvent mille raisons de se perpétuer dans la contre-productivité mais jamais une seule au nom de la cohérence avec soi-même ou de la dignité personnelle ou de l’intérêt public.La première démission célèbre de l’histoire serait celle d’Andriantompokoindrindra, au XVIe siècle. C’est la tradition que les andriana d’Ambohimalaza perpétuent, notamment à travers l’ouvrage de Rasamimanana et Razafindrazaka (1902). Cette traditiond’un abandon volontaire du pouvoir par Andriantompokoindrindra pour le remettreà son demi-frère Andrianjaka est, cependant, mise à mal par une thèse de doctoratsoutenue à Paris (Alain Delivré, 1968) qui trouve plus de cohérence à la tradition orale recueillie dans le Tantara ny Andriana (Joseph Callet, 1873).Dans l’histoire plus contemporaine, le référendum du 8 octobre 1972 avait donné mandat au général Ramanantsoa jusqu’en 1977. Un livre (Roger Archer, 1976), qui fit le succès de l’existence d’un «Club des 48» réunissant la bourgeoisie tananarivienne, retraça assez tôt les «contradictions internes» du nouveau régime, au sein même du Conseil des Ministres, tiraillé entre les ambitions rivales des colonels Roland Rabetafika, Richard Ratsimandrava et du capitaine de frégate Didier Ratsiraka. Sur fond de scandales liés aux opérations financières de la SINPA et de la SONACO, d’une enquête autour de la Compagnie Marseillaise, d’une tentative de coup d’État militaire en décembre 1974, de pressions du CNPD (conseil national populaire pour le développement), le général Gabriel Ramanantsoa se retira le 4 février 1975.On l’a vu : les évènements, qui suivirent cette démission de 1975, furent dramatique­ment aventureux. Dans sa thèse, «L’histoire des rois d’Imerina : interprétation d’une tradition orale», Alain Delivré démontre une toute autre stabilité, monarchique, qui associait le principe du «Fanjakana tsy afindra» (le pouvoir reste dans la dynastie) et la méthode de la désignation à deux degrés («anio» immédiat et «farany» en dernier lieu). Prévoyance indispensable pour éviter qu’après chaque décès, le stade suprême de la démission, en quelque sorte, ne soit le déluge. Mais, par nature, la République est naturellement plus précaire que la Monarchie.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Pris en flagrant délit et tailladé

Un voleur de bœufs appré­hendé en pleine tentative de vol a été grièvement blessé, dimanche, vers 1h du matin, à Belalitra, commune d’Ankijabe, district d’Ambato-boeny. Il a été tailladé avec un sabre par le propriétaire du bétail. La victime a été transportée à un hôpital à proximité.

Midi Madagasikara0 partages

Alain Ramaroson devant la barre : Les plaignants réclament un dédommagement d’Ar 2.000.000.000

Hier, Alain Ramaroson a comparu à la barre du Tribunal de première instance d’Antananarivo sur l’une des deux affaires l’opposant avec les enfants de ses trois frères à savoir Roland Ramaroson, Gaston Ramaroson et André Ramaroson. Il s’agit de la vente d’un terrain d’une superficie d’environ 01 hectare à Andoharanofotsy où le prévenu est poursuivi pour faux et usages de faux. Le Tribunal a décidé de reporter le procès du deuxième dossier qui porte sur un autre terrain à Ambohimangakely. La raison évoquée est l’existence de personnes concernées qui n’ont pas reçu leur convocation.

Faux et usages de faux.Relatant le chef d’inculpation porté à l’encontre du suspect, le procureur de la République a rappelé que cette affaire remonte à 2009 quand Alain Ramaroson a vendu ce terrain à l’Eglise orthodoxe à l’insu de ses cohéritiers. Pour ce faire, le prévenu aurait utilisé une fausse lettre de procuration signée par ses trois frères sus-mentionnés l’autorisant à procéder à la vente de leur part sur cette propriété. Fausse parce que l’avocat de la partie civile a rappelé que cette lettre a été rédigée en juillet 2009 alors que deux des trois dits signataires étaient respectivement décédés en 2002 et en 2008. La partie civile se plaint n’avoir rien touché de la vente de sa part sur ce terrain. Ainsi, les plaignants ont alors réclamé à Alain Ramaroson un dédommagement de 2.000.000.000 d’ariary pour cet acte qui leur a fait subir des préjudices morales et matérielles. Préjudice matériel car ils n’ont pas pu, selon la plaidoirie de leur avocat, jouir de leur droit sur leur héritage. Préjudice morale car ils déplorent avoir été victimes d’une tromperie dans la mesure où ils ne s’étaient pas rendus compte de l’existence de la manœuvre de leur oncle qu’en 2013 quand l’Eglise orthodoxe a commencé à construire un édifice sur le terrain.

Coïncidences douteuses. Niant en bloc les accusations portées à l’encontre de son protégé, l’avocat de la défense a basé sa plaidoirie sur le fait que ce procès n’aurait pas dû avoir lieu car l’acte s’est passé il y a sept ans, soit en 2009. Les plaignants n’ont porté plainte contre son protégé qu’en 2016, date qui dépasse largement le délai de prescription de l’acte publique qui est fixé à trois ans pour le délit. D’après lui, ce n’est pas vrai que la partie adverse n’a été tenu au courant de cette vente qu’en 2013. Pourtant, les deux parties adverses ont eu plusieurs occasions pour se rencontrer avant 2013. Pour preuve, il a cité les funérailles de l’ancienne ministre de la Population Nadine Ramarosonau Palais des Sports à Mahamasina en 2011. Après cette date soit en 2012 et 2013, la famille Ramaroson a observé ensemble une journée de commémoration. Il a fait remarquer l’existence de plusieurs coïncidences douteuses autour de cette affaire. Le notaire à qui a été responsable de la garde de tous les dossiers y afférents ainsi que la personne qui s’est chargé de la transaction dans la vente du terrain en litige sont tous morts. Il y a aussi l’incendie survenu à la maison de son protégé à Andoharanofotsy en 2015. Tous les documents pouvant servir de preuve matérielle (testament …) sur cette affaire ont été brûlés lors de ce drame. Elle a interpelé alors son adversaire sur le fait que les plaignants n’ont pas saisi le tribunal qu’en 2016. Il n’a pas écarté la possibilité d’un dessous politique dans cette affaire vu la tendance vers l’opposition de son client. Puisqu’Alain Ramaroson est en détention préventive depuis le 3 août 2016, l’avocat n’a pas oublié de demander une liberté provisoire en sa faveur.

Compte tenu de la complexité de ce dossier, le Président du Tribunal aurait demandé un plus de temps pour délibérer. Raison pour laquelle, il a annoncé que le verdict sera publié le 25 juillet prochain tout en rejetant la demande de liberté provisoire formulée par l’avocat de la défense. Une décision qui a déçu les amis et partisans de ce politicien qui ont assisté l’audience d’hier.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Iavoloha : La reine mère du Swaziland chez Hery Rajaonarimampianina

Son Altesse royale la reine mère du Swaziland, Ntombi Twala, est arrivée sur le sol malgache le 17 juillet dernier. Elle est la mère du Roi Mswati III du Swaziland. Elle est en visite privée avec ses petits enfants, princes et princesses, et autres membres de la famille royale. Notons que le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a reçu la reine mère du Swaziland, hier matin, au Palais d’Etat d’Iavoloha.

Recueillis par Dominique R.