Les actualités à Madagascar du Lundi 19 Juin 2017

Modifier la date
News Mada2132 partages

50 ans Pecto : plus de 1 300 participants au flash mob

La célébration du 50e anniversaire de la confiserie Pecto s’est tenue samedi dernier à Antananarivo. Au programme, le groupe Basan/JB a organisé deux grands carnavals depuis Ampefiloha, en passant par Antanimena, puis  Analakely pour rallier Antaninarenina. Et la fête s’est poursuivie avec un flash mob qui a pu réunir plus de 1 300 participants. Vêtus tous d’un tee-shirt de couleur orange, ils étaient impressionnants. Durant une trentaine de minutes, ces milliers de participants ont effectué un mouvement d’ensemble sur l’hymne de Pecto chanté par Jaojoby. Des cris, de la danse et de la musique ont animés la rue d’Antaninarenina. Bref, l’euphorie était à son comble.

Cet évènement est le début de la célébration du 50e anniversaire de Pecto. Selon les organisateurs, elle continuera dans tous les grandes villes de Madagascar. Du 27 juin au 4 juillet, les organisateurs prendront le cap sur Toliara, et le programme restera le même, c’est-à-dire un carnaval suivi d’un flash mob géant. En effet, l’objectif est d’émerveiller la ville par les activités proposées par les organisateurs. De plus, le groupe Basan/JB a aussi fabriqué un bonbon géant d’1,5 tonne. «Ceci est le plus grand bonbon jamais réalisé à Madagascar», a souligné l’organisateur.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara1392 partages

L’Etat en faillite : Emprunt auprès d’une banque primaire pour payer les fonctionnaires

Le non-respect de la conditionnalité des bailleurs est sans doute à l’origine du non-déblocage des financements.

On croyait que la nomination de Gervais Rakotoarimanana comme Grand argentier allait ouvrir le robinet des financements extérieurs, mais force est de constater qu’il n’en est rien. La pirouette du ministre des Finances et du Budget par rapport aux subventions allouées à la JIRAMA est probablement un frein au déblocage des fonds. On se souvient qu’il avait partagé la position de la représentante de la Banque mondiale Coralie Gevers qui avait déclaré que seuls 14% des Malgaches ont accès à l’électricité. Voilà pourquoi la Banque mondiale est pour la diminution progressive des subventions à accorder à la JIRAMA que le ministre des Finances et du Budget vient pourtant d’augmenter à 220 milliards d’Ariary. Un non-respect de la conditionnalité des bailleurs de fonds qui est sans doute pour quelque chose dans le non-déblocage des financements, notamment les 10 milliards de dollars promis lors de la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs (CBI) début décembre 2016 à Paris. Pointé du doigt sur le plan international pour le non-respect de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance, le régime HVM fait face actuellement à un énorme problème de budget. De source bien informée, la caisse de l’Etat serait vide, ou enfin presque actuellement. L’Etat étant sur la situation de faillite, l’Exécutif aurait donc été obligé d’emprunter de l’argent auprès d’une banque primaire à l’étranger pour payer les salaires des fonctionnaires. Ici, le conditionnel est de rigueur, même si l’information a été confirmée par des sources auprès du Ministère des Finances et du Budget et au niveau de la Présidence de la République. Reste à savoir les modalités de remboursement et surtout les taux d’intérêts.

Solutions tiptop. En tout cas, cette option n’a jamais été opérée au pays même du temps du régime transitoire où les aides extérieures ont été coupées suite au changement de régime jugé anticonstitutionnel par la Communauté internationale. Ne bénéficiant pas de la confiance des bailleurs de fonds habituels, le régime HVM opte pour les financements parallèles. D’après les informations, une délégation de la Présidence de la République serait en ce moment en Chine pour négocier le déblocage d’une somme d’argent pour financer des projets sociaux. Pas plus tard que la semaine dernière, le Conseil des ministres a décidé l’affectation d’une partie du budget des autres ministères, sur la caisse des trois départements ministériels en charge des questions sécuritaires, afin de mettre en œuvre une stratégie efficace pour la lutte contre l’insécurité. Cette option confirme le fait que le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara », faisant face à un manque de budget, tente de résoudre les problèmes par ses solutions tiptop.

Détournements. Bon nombre d’observateurs estiment également que c’est la mauvaise gestion qui est à l’origine de ce déficit budgétaire. Mis à part les détournements et les trafics en tout genre opérés par des hauts responsables étatiques, le gaspillage du budget de l’Etat est aussi devenu la règle de comportement au niveau de l’Administration. Chaque semaine, le communiqué du Conseil des ministres évoque des communications verbales relatives à des déplacements à l’étranger du président de la République et des membres du gouvernement. Des déplacements qui, pour l’heure, n’ont apporté aucun résultat sur le social de la population. Nul n’ignore pourtant que chaque déplacement à l’étranger coûte plusieurs centaines de millions d’Ariary à l’Etat qui doit financer le séjour tous frais payés de toute une délégation composée parfois des proches et des familles des hauts fonctionnaires habitués à faire du shoping à l’étranger.

Promesses. Même pour les déplacements en provinces, les membres du gouvernement et leur suite sont indemnisés au frais de l’Etat. En ce moment, l’Exécutif au grand complet est à Toliara pour assister au Conseil des ministres décentralisé qui aura lieu mercredi prochain dans la capitale de la Région Atsimo Andrefana. Les délégations gouvernementales qui sont déjà à Toliara depuis le week-end dernier vont pouvoir profiter un peu du soleil même si l’on sait que ce Conseil décentralisé ne va pas changer la situation socioéconomique de la population du Sud. Nul n’ignore que bon nombre des promesses faites durant le Conseil décentralisé à Antsiranana n’ont pas encore été réalisées jusqu’ici. D’après les informations, tous les hôtels affichent plein à Toliara. A noter que les tenants du régime ont profité de cette descente dans l’Atsimo Andrefana pour organiser le Congrès régional du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Une véritable démonstration de force des « kravaty manga » a d’ailleurs été organisée samedi. A l’occasion, le président national du HVM, le ministre Rivo Rakotovao a déclaré que le HVM va tout faire pour gagner la Présidentielle de 2018. Les tenants du régime devraient toutefois jouer la carte de la transparence en ce qui concerne le budget utilisé durant cette descente à Toliara. En tout cas, à l’allure où vont les choses, sur le plan politique, le HVM risque également de s’exposer à la banqueroute.

Davis R

L'express de Madagascar343 partages

Ampasanimalo – Un gang attaque les sœurs carmélites

Un gang armé a sévi chez les religieuses de la maison Saint Joseph à Ampasanimalo. Dans la nuit de vendredi à samedi aux petites heures, six individus opérant à visage découvert ont assailli ce couvent.Les malfaiteurs ont sévi vers une heure du matin. Munis d’une pince coupante et brandissant des armes blanches, ils ont fait irruption dans l’enceinte en escaladant la clôture devant le bâtiment. Sitôt à l’intérieur, ils se sont rués vers la guérite pour se déchaîner sur le gardien. Ce dernier a été battu d’un coup de pince coupante en plein front. Les assaillants l’ont ensuite tenu en respect.Alors que les bandits s’apprêtaient à pénétrer dans les lieux d’habitation des sœurs carmélites de la maison Saint Joseph, le préposé à la surveillance des lieux qu’ils pensaient avoir déjà neutralisé a poussé des cris de détresse, réveillant en sursaut les religieuses.Désemparées, ces dernières ont alerté la gendarmerie qui a envoyé en un éclair des éléments d’intervention. La police est également venue à la rescousse.À l’arrivée des forces de l’ordre, la bande a pris le large. Transporté à l’hôpital militaire de Soavinandriana, le gardien blessé a pu rejoindre son foyer après les soinsnécessaires.

A.M.

Midi Madagasikara188 partages

Ambatondrazaka : Olona roa no nisy nangalatra ny fitaovam-pananahany, mihorohoro ny vahoaka

Nodidiana tamin’ny fitaovana maranitra mihitsy ny fitaovam-pananahan’ireto lehilahy mpiray tampoho ireto satria niongotra hatramin’ilay voany roa ny an’ilay zokiny. Mpirahalahy avy nihava vary ireto  niara-handeha hody hamonjy sakafo ny tolakandron’ny Zoma faha 16 jiona 2017 tokony tamin’ny 2ora sy sasany, izay tany amin’ny  zanabohitra iray ao anatin’ny kaominina Tanambao be Sakay  distrikan’Ambatondrazaka. Raha iny variana ny hody iny  izy ireto teny an-dalana  dia nisy nively  tamin’ny antsy lava ny lohan’ ilay zokiny izay vao 16 taona, nidaraboka tamin’ny tany, ary dia tsy tahotra tsy henatra dia ny maha-lehilahy azy no noesorin’ireto olona  nively azy ireto  araka ny fanazavana, taitra koa ilay zandriny izay vao 4 taona, sady tsy nahahetsika fa ny ranomaso no nijojo, no indro fa voavely  tamin’ny antsy lava ihany koa ny hatony  ka nidaraboka  ka dia noesorina ihany koa ny maha-lehilahy azy. Noho ny halalin’ilay diana antsy lava teo amin’ny hatok’ilay zazalahy 4 taona dia tsy tana intsony ny ainy fa avy hatrany dia maty tsy tra-drano, ilay zokiny kosa no mbola nisy aina ka nitrena mafy ka nisy nandre ny fianakaviany izay miandry omby somary lavi-davitra. Raikitra ny hazolava tao an-tanana, ka nalaky vory ny vahoaka ka nitondra azy mirahalahy hiala teo hoentina any an-tanàna, ary dia nanofana fiara manokana nitondrana azy taty amin’ny hopitaly  Ambatondrazaka ilay zokiny izay mbola nisy aina sy afaka niresaka tsara. Nanao  ny ezaka ny mpitsabo ka avotra soamantsara ny ain’ilay zokiny  taorian’ny fandidiana, fa ilay zandriny dia tany an-tanàna ihany dia namoy ny ainy. Mihorohoro ny vahoaka amin’izao fotoana izao satria mahoraka ny halatra fitaovam-pananahana, nisy mihitsy ny fielezana tsaho moa teo aloha teo tany amin’ny faritra ampitandrefana rehetra iny fa izay tovolahy tsy voafora sy  tovovavy tsy voatevika ny sofiny dia hisy angatra na (lolo) hamora azy sy hitevika ny sofiny, nirohitra namonjy mpitsabo mba hoforaina sy hotevehana avokoa  ny mananjanaka tamin’izay fotoana izay, izao anefa taovam-pananahana efa voafora  no nisy naka. Miteraka resabe eo anivon’ny fiarahamonina aty  Alaotra ity tranga ity « hatao inona  ny filahiana, sa hanaovana ody ratsy indray, sa sotasota sy entina hanakorontanana », mandeha ny fanadihadiana hataon’ny mpitandro ny filaminana amin’izao fotoana izao ka ho hita eo ny tohiny.

Janus R

Midi Madagasikara183 partages

Meurtre d’une « Karana » : LP pour le mari

Placé en détention préventive pour le meurtre de sa femme commis le 31 décembre 2016 à Antsohihy, un « Karana » se trouve actuellement libre après avoir bénéficié d’une liberté provisoire, le 19 mai. En effet, des parents de la victime crient au scandale en soupçonnant l’existence de vices de forme derrière cette libération. Les parents de la victime, ont porté plainte contre le mari après avoir entendu la déclaration verbale du médecin légiste qui a constaté le corps de la défunte indiquant qu’il s’agit d’une mort suspecte. Ainsi, le « Karana » a été arrêté le 03 janvier. Une contre-expertise ordonnée par le substitut du procureur du tribunal de première instance d’Antsohihy et effectuée  par un groupe des sept médecins le 05 janvier a confirmé l’existence de ce meurtre.

Ainsi le « Karana » a été placé sous mandat de dépôt à la prison d’Antsohihy. Le 14 février, il a demandé une liberté provisoire auprès du tribunal de première instance d’Antsohihy (TPI). Puisque sa requête a été rejetée par le TPI, il a saisi la Cour d’Appel de Mahajanga mais celle si a également refusé sa demande. N’ayant pas baissé les bras, le présumé est revenu à la charge pour réclamer de nouveau une liberté provisoire auprès du TPI d’Antsohihy et de la Cour d’Appel de Mahajanga. Cette fois-ci, les dossiers fournis pour soutenir sa demande sont : une lettre écrite par le père biologique de la victime datée le 08 mai 2017, l’acte de naissance de la victime et l’acte de mariage de la mère et du père biologique. Dans cette lettre l’auteur insinue que la victime pourrait être morte suite à un empoisonnement, mais non pas de coups volontaires. Ainsi, le « Karana » a obtenu une liberté provisoire le 19 mai.

Les plaignants dans cette affaire, à savoir la mère et le beau-père de la victime s’interrogent alors si cette lettre pourra constituer un fait nouveau pour justifier ce revirement de la Justice.

T.M.

Midi Madagasikara163 partages

Dada; Papa; Aba; Kaky; levieux ou Baina

Qu’il soit Dada; papa; aba; kaky; levieux, ou baina il est toujours ce père qui a pris pour la première fois son enfant dans les bras et qui a séché ses larmes en étouffant de joie. En parodiant Yves Duteuil, « il l’a pris par la main pour l’emmener vers demain et pour lui donner confiance en son pas, il l’a pris pour un roi. » Il se surprend lui-même en disant « Mangina anaka ! », le voyant pleurer. Un grand saut a ainsi été franchi entre l’avant et l’après ce petit être. « Bonne fête papa !» aujourd’hui nous fait toujours revenir en arrière au bonheur passé, mais en même temps à l’angoisse dans l’avenir. Et le temps va passer, et les rides vont sillonner les visages au fur et à mesure que les « gosses » grandissent avec les vicissitudes de la vie et les « bonne fête papa » n’y feront rien.

Puis il y a les « père- fouettard » qui n’ont pas ou ne méritent pas de souhaits avec le lot de violences, de maltraitance envers les enfants. O combien de pères indignes sont encore auteurs de crimes les plus atroces et les plus odieux envers la chair de leur chair. A ceux-là : « Quand on l’aura mis dans sa tombe, Je reviendrai vous dire combien, on se sent libre, on se sent bien » dira Maxime Le Forestier.

Enfin, ce jour de fête nous fait penser à Jamma, un collègue, qui jeudi après-midi dernier, encore se prélassait avec sa femme en regardant la télé. Quand, quelques minutes à peine, à son réveil, il vit que son épouse s’en est allée pour toujours sans crier gare. Et on va l’enterrer le dimanche de la fête des pères. Ainsi le mari ne sera plus que le père de ses enfants. Lui, dont l’abnégation pour la famille n’a pas son pareil, puisqu’il a préféré se sacrifier et travailler la nuit laissant ainsi sa moitié à son métier d’enseignante dans la journée pour mieux s’occuper des enfants. Ces derniers fêteront désormais une telle journée d’une manière cruellement particulière.

La fête des mères est toujours mise en avant, on ne sait pas trop pourquoi, si peut-être, parce que les pères dans l’image populaire sont censés être insensibles aux élans de sentiments, mais peut-être surtout, parce qu’ils savent sécher leurs larmes en l’étouffant de joie. Les moins jeunes se souviennent sûrement du livre de lecture « Ratsimba valo mianaka » où le chef de famille respecté par toute la famille sert d’exemple et veille à l’harmonie familiale. Il est vrai qu’en ces temps-là, les valeurs civiques et familiales avaient encore leurs cours.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara111 partages

Douanes – officier proche du HVM : Place à la bataille juridique

La guerre entre les douanes et l’officier supérieur proche du HVM qui a défendu les deux femmes porteuses de plus d’un kilo d’or à Ivato n’en finit toujours pas. Après la guerre de communiqué, place maintenant à la bataille juridique. Dans un communiqué, les douanes indiquent notamment : « Par ailleurs, selon l’adage « nul ne peut se faire justice à soi-même » et en vertu des dispositions de l’article 35 du code des douanes stipulant que les agents des douanes sont sous la sauvegarde spéciale de la loi et il est défendu à toutes personnes de les injurier, de les maltraiter et de s’opposer à l’exercice de leurs fonctions ; l’officier en cause  n’a aucun droit de retirer par force les objets saisis dont la rédaction d’un procès verbal et/ou d’une soumission transaction est en cours, ni d’emmener lesdits objets saisis ainsi que les contrevenants. Tels  faits constituant des infractions à part ne sont qu’une méconnaissance totale des textes en vigueur, dès lors, passibles des poursuites pénales et douanières. Des plaintes ont par conséquent déjà été déposées auprès des autorités compétentes pour l’infraction douanière et l’infraction de droit commun ».

Recueillis par R.Edmond.

L'express de Madagascar97 partages

Tennis de table – Analamanga – Doublé du club Jovenna au tournoi par équipes

La ligue d’Analamanga de tennis de table a ouvert sa saison par le championnat par équipes ce week-end à la petite salle du Palais des Sports, Mahamasina. Le sommet regional d’Analamanga a été marqué par la domination du club de Jovenna, qui a réalisé un double en arrachant sans laisser de miettes les deux titres en jeu.  Chez les messieurs, les jeunes Lino, Itokiana, et Tojo renforçant le vétéran expérimenté, Gerald, battent en finale l’équipe de Galaxy constituée par Sitraka, Setra, Mihaja et Thierry par trois sets à rien. La troisième place revient à la deuxième formation de Jovenna composée de Ndimby, Faly, Désiré et Njiva. Ces derniers ont défait en match de classement, Njara, Tsima et Vonjy de l’Ostie par 3 sets à 1. Chez les dames, les habituées à la plus haute marche, Tiana et Rondro ont défait en finale par 3 sets à 0 Ny Antsa et Sylvie du club Aro. Kiki et Fafah du club Asa se trouvent à la troisième place après leur victoire de 3 sets à rien face à Hanitra et Sahondra d’Arics, en match de classement. Au tournoi inter-dirigeants, Patrick, président de la section d’Avaradrano bat par 3 sets à 1 Désiré, conseiller technique régional d’Analamanga. « Les jeunes s’imposent petit à petit, vu le résultat de la finale chez les hommes… Le championnat d’Analamanga individuel sera notre prochaine activité, prévu se tenir les 22 et 23 juillet toujours au Palais des Sports à Mahamasina », a confié la présidente de la ligue d’Analamanga de tennis de table, Léa Vololonjatovo.

S. R.

Midi Madagasikara76 partages

CRAM : « Il faut réduire le nombre des ministères »

33 ministères alimentés par le budget de l’État, mais qui n’arrivent pas à servir – stricto sensu – l’intérêt général. 33 ministères principalement au service du régime dont les actions impactent peu et positivement sur les ménages. Face à ce contexte, le CRAM (Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar) – dans un communiqué en date du 16 juin dernier – soutient purement et simplement la réduction en nombre des ministères à Madagascar. Selon Joël Harison Marie René, son président, « cela rentre dans le cadre de la refondation du pays en général et figure parmi les solutions politico-économiques et diplomatiques en particulier ». Que veut donc le CRAM ? D’après les arguments avancés dans le communiqué, seuls « 15 ministères » feront tourner Madagascar en concourant à sa refondation et à sa reconstruction. Politique d’austérité oblige. Effectivement, sur quatre années de pouvoir, le régime actuel a beau rédiger la Politique Générale de l’État (PGE) laquelle n’attend plus qu’à être appliquée. Toujours est-il que nombreux défis énumérés dans cette PGE ne connaissent pas encore de mise en œuvre effective. Parmi eux figurent l’unité et la réconciliation nationale, la restauration de l’autorité de l’État et la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, la justice impartiale, la création d’emplois, la sécurité publique, ou encore l’assainissement de la gestion de la JIRAMA. Peut-être que le HVM souhaite (et fera tout pour arriver à cette fin) obtenir un second mandat pour se réveiller (enfin) et les réaliser. Mais en attendant, force est de constater que les choses ne bougent pas assez.

Forum national. Le CRAM propose également qu’outre la réduction en nombre des ministères, l’approbation des Malgaches doit être une priorité. Pour ce faire, l’organisation d’un « forum national pour la refondation et la reconstruction de Madagascar » revêt un caractère irréversible. Suivant les arguments du CRAM, les participants auront à signer – à l’issue de ce forum – quelques engagements dont « la Charte de la Réconciliation Malgache, la Charte de l’Environnement, le Code de conduite des candidats et des partis politiques ou les plateformes de partis politiques qui veulent participer aux présidentielles de 2018 et le Pacte Républicain ». Reste à savoir si les recommandations du CRAM seront entendues par les dirigeants et connaîtront l’adhésion des forces vives de la nation.

Aina Bovel

Midi Madagasikara67 partages

« Deram-pifaliana » : Antsa an’i Kristy, Mialy Rakotomamonjy et Joseph d’Af en chœur avec le public !

Antsa an’i Kristy a ravi les spectateurs du « Deram-pifaliana » à Antsahamanitra.

Ils ont partagé un message de foi et d’espoir à tous ceux qui ont assisté à leur concert à Antsahamanitra hier.

Antsa an’i Kristy, Mialy Rakotomamonjy et Joseph d’Af ont donné un très beau concert à Antsahamanitra hier. Le public, d’ailleurs venu très nombreux, a chanté en chœur avec chacun des groupes qui se sont surpassés. Malgré quelques années d’absence, Mamy et ses frères ont conquis facilement le public. Ce dernier a d’ailleurs entonné presque tous les titres composant le répertoire de Antsa an’i Kristy cet après-midi-là. Avec sa belle et puissante voix, Mialy a su faire voyager les spectateurs et partager sa conviction. Comme ses aînés, Joseph d’Af, la star actuelle de la musique évangélique a, lui aussi, été à la hauteur de sa renommée.

Nouvelle église. Prêcher l’évangile et répandre un message de foi et d’espoir figuraient bien évidemment parmi les objectifs du concert mais l’évènement avait surtout pour but de réunir des fonds afin d’aider la FJKM Morarano Fiderana, qui célèbre ses 150 ans d’existence, à la construction d’un nouveau temple. « Le temple de la FJKM Morarano Fiderana est encore aujourd’hui au stade de ‘petite église’, ne pouvant contenir qu’à peine 700 personnes. Toujours dans l’optique d’étendre encore un peu plus le règne de Dieu sur terre, les paroissiens ont à cœur de pouvoir bâtir une ‘grande église’ pouvant accueillir jusqu’à 1 500 personnes. Il ne s’agit nullement d’un projet d’élargissement mais bel et bien d’un projet de nouvelle construction : l’église telle que nous la connaissons est appelée à être démolie afin de donner place à une nouvelle structure. La réalisation de ce nouvel édifice sera ainsi le plus grand monument de diamant de ce jubilé. D’ailleurs, les travaux de construction ont déjà démarré, la pose de la première pierre ayant été faite au début de ce mois de mai 2017 ».Mahetsaka

Midi Madagasikara65 partages

Ordre national et Code de la route : Deux lois déclarées non conformes à la Constitution par la HCC

La Haute Cour Constitutionnelle a, dans sa décision n°12-HCC/D3 du 15 juin 2017, déclaré que la loi n°2017-001 instituant l’Ordre National Malagasy et la loi n°2017-002 portant Code de la route à Madagascar ne sont pas conformes à la Constitution. Par voie de conséquence, le président de la République ne peut procéder à leur promulgation. D’après les arguments avancés par la Cour, l’adoption de ces lois n’a pas suivi la procédure normale. En effet, selon les dispositions des articles 68, 87 et 96 de la Constitution qui prévoient respectivement que « le Parlement comprend l’Assemblée nationale et le Sénat », que « les lois organiques, les lois de finances et les lois ordinaires sont votées par le Parlement dans les conditions foxées par la présente Constitution » et que « la discussion a lieu successivement dans chaque Assemblée jusqu’à l’adoption d’un texte unique », le système des navettes parlementaires et le système du bicamérisme n’ont pas été respectés.

Sens unique. Pour la loi n°2017-001 instituant l’Ordre National Malagasy, par exemple, et ce, d’après toujours les arguments de la HCC, « seule la signature du Président de l’Assemblée nationale et la date de son adoption par la seule Assemblée nationale » y est observée. Pour la loi n°2017-002 portant Code de la route à Madagascar – mais qui vaut aussi pour la première – la Chambre basse a eu recours à l’article 96, dernier alinéa de la Constitution qui prône le système de la majorité absolue de tous les députés en cas de difficulté par la commission d’adopter un texte. Or, selon la HCC, cet article ne s’applique que « dans le cadre de la procédure de conciliation ou procédure paritaire en cas de désaccord entre les deux chambres du Parlement» alors que, notons-le au passage, les deux lois ont déjà été lues au niveau du Sénat. Une fois de plus, l’Assemblée nationale est allée à sens unique en transgressant les procédures.

Aina Bovel

Tia Tanindranaza44 partages

AmbatondrazakaRaikitra ny halatra taova ?

Matahotra mafy ny mponina any Ambatondrazaka sy ny manodidina amin’izao fotoana taorian’ny zava-nitranga ny alakamisy lasa teo. Ankizy mirahalahy 16 taona sy dimy taona no nanamparan’ireo jiolahy ny hadalany.

RTT

Midi Madagasikara44 partages

Pecto 50 ans : Un Flash mob gigantesque à Antaninarenina

Instants Pecto en bas de l’Escalier d’Antaninarenina.

Les animations sur les 50 ans de Pecto se poursuivent. Samedi dernier des quartiers de la capitale étaient aux couleurs de ce bonbon devenu une référence dans le secteur des friandises.

 En effet deux carnavals partant chacun d’Ampefiloha et d’Antanimena ont eu lieu  pour rejoindre Analakely, au pied de l’Escalier vers Antaninarenina. Plus de 1.300 participants, les collaborateurs du Groupe Basan et de JB, vêtus de teeshirts orange aux couleurs de Pecto. De leur côté, les Pectomen ont continué leur animation et à partager les instants Pecto et les bonbons Pecto tout au long du trajet.  Le clou de cette journée a été sans conteste  le Flashmob sur l’Escalier d’Antaninarenina. Une chorégraphie sur l’hymne Pecto de « Jaojoby – Pecto AOE ». Un spectacle qui a duré trente minutes en harmonie totale, les participants ont arboré avec fierté les couleurs de Pecto.

Produits phares. La célébration des 50 ans de Pecto a cette fois-ci mobilisé l’ensemble du personnel du groupe Basan. Des dispositifs  spéciaux ont été mis en place pour assurer la sécurité. Le concept a pu réunir tous les collaborateurs au sein du groupe, à l’unisson derrière l’un de leurs produits phares.  Les animations pour fêter le jubilé des 50 années continueront la semaine prochaine (du 27 juin au 4 juillet) à Toliara, ensuite, pour les autres semaines à venir, dans cinq autres grandes Villes de Madagascar. Après le Pecto géant de 1,5T (1.500kg), soit le plus gros bonbon jamais réalisé à Madagascar, avec ce carnaval et le flash mob gigantesque. Une manière en somme pour JB d’offrir au public des moments magiques grâce à ces instants Pecto.

R.Edmond

Midi Madagasikara42 partages

Association AMOR : Plus de 300 enfants « invisibles » enfin sortis de l’anonymat

Les bénéficiaires de l’opération copie et leurs familles lors de l’audience foraine.

A travers la délivrance de copie d’acte de naissance par jugement supplétif à des enfants défavorisés, l’association Amis de Moramanga ou en abrégé AMOR sort des centaines d’enfants de l’anonymat en leur donnant enfin une existence sur le registre de l’état civil.

Maintenant, ils ont une identité, une existence. Et ce, après avoir été invisibles aux yeux des autorités, car non enregistrés sur le registre d’état civil, à leur naissance. « Ils », ce sont les plus de 300 enfants défavorisés issus de la commune urbaine de Moramanga et de la commune rurale d’Ambohibary, dont la venue au monde n’a fait l’objet d’aucune déclaration de naissance. Sans copie d’acte de naissance, ces enfants n’ont pu être scolarisés et ont été privés de leur droit fondamental : celui d’avoir une identité. Après deux mois de sensibilisation, en mai et au début de ce mois de juin, et à l’issue d’une audience foraine qui a eu lieu le 13 juin 2017, les autorités judiciaires dirigées par la présidente du tribunal de première instance de Moramanga, Arnique Randriamaro, ont enfin pu procéder à l’enregistrement rétroactif de la naissance de toutes ces personnes par jugement supplétif. Plus de 300 jugements ont ainsi été délivrés le 13 juin pour ces bénéficiaires âgés de trois mois à 23 ans. Les voilà enfin définitivement sortis de l’ombre. Les copies d’acte de naissance de ces enfants seront remises officiellement le 24 juin 2017, au cours d’une cérémonie où ils recevront, par ailleurs, des lampions pour la soirée « harendrina » ainsi que d’autres jouets de la part de l’association AMOR.

Devise. Cette démarche de donner une identité et une existence légale à ces enfants défavorisés, est, en effet, celle de l’association AMOR qui, à l’occasion de son cinquième anniversaire, s’est tournée vers les enfants, en cette période de célébration du mois de l’enfance. Cette association, fondée en 2012 par le colonel Emma Randriamiaramanana, directeur de l’Usine militaire de Moramanga et son épouse, réunit des familles animées d’un sentiment de gratitude et de reconnaissance envers cette ville de Moramanga pour tout le bien qu’ils ont pu y trouver. Du « valim-babena » en quelque sorte, à « leur » ville à qui ils doivent tant !

Une douzaine de familles d’opérateurs économiques, de hauts fonctionnaires, de hauts responsables d’établissements bancaires et d’autres notables de la ville ont ainsi, à l’origine, composé cette association. Depuis, les membres ont changé au gré des affectations et des appels du devoir vers d’autres lieux. Aujourd’hui, l’AMOR est composée de 17 familles, toutes aussi engagées pour défendre de nobles causes, celles défendues par l’association et traduites par sa devise : « Tu n’existes que par tes liens ».

Actions sociales. Depuis sa création, l’association n’a cessé de s’investir dans le domaine social en faveur de « sa » ville et de ses habitants, notamment à travers des dotations d’équipements médicaux à l’hôpital de Moramanga, l’assistance alimentaire et le soutien aux enfants vulnérables et en situation de handicap, ainsi que diverses actions sociales et animations lors des périodes de fêtes. Cette première « opération copie » pour les enfants défavorisés, fait ainsi partie des actions sociales de l’association et vise pas moins de 300 enfants. L’opération est désormais appelée à s’inscrire dans la durée, puisqu’elle se tiendra tous les ans, en juin, à l’occasion du mois de l’enfance. Quant aux activités entrant dans le cadre de la célébration du 5e anniversaire de l’association, d’autres actions sont d’ores et déjà en vue, notamment la remise de prix aux majors des trois principaux examens officiels à savoir le CEPE, le BEPC et le baccalauréat.

Hanitra R.

Midi Madagasikara42 partages

Entrave à la libre circulation

Si tous les chemins mènent à Rome, aucune rue ne conduit à Analakely. Le périmètre est fermé à la circulation pour les automobilistes lambda qui sont tous contraints de se rabattre sur les rues environnantes avec ce que cela entraîne de détours et de bouchons.

Entrave à la libre circulation

 Gare à ceux et surtout à celles qui ne verrouillent pas leurs portières et/ou qui ne remontent pas les vitres de leurs portières face aux voleurs à la tire qui se faufilent entre les files de voitures à l’arrêt. Et qui se fondent dans la masse des passants et autres vendeurs à la sauvette, source d’embouteillages …humains. Une aubaine pour les pickpockets qui font la fête jusqu’au 26 juin dont la célébration justifie, a priori, toutes ces barrières de sécurité installées à l’entrée de l’Avenue de l’Indépendance et sur les rues adjacentes. Mais à l’analyse, il s’agit d’une véritable entrave à la libre circulation des véhicules et des personnes se trouvant à l’intérieur, de la part de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Si prompte à sortir des contraventions par l’intermédiaire des agents de la police municipale au moindre embarras à la circulation. Les taxis-be voient rouge face à ces « bérets jaunes » qui sont pourtant impuissants devant les embouteillages monstres qui paralysent la vie de la cité et des citoyens. Même le fameux minibus bleu de la police municipale a du mal à circuler à Analakely à cause des innombrables marchands informels qui étalent leurs marchandises des deux côtés voire au beau milieu de la rue. Tout particulièrement celle longeant les pavillons jusqu’au lycée Rabearivelo qui était noire de monde hier, quoique la fête des pères n’ait pas tout expliqué, puisqu’il n’y avait pas que des articles pour les hommes. Ce sont même les mamans qui donnaient l’impression de faire la fête, trois semaines après la leur. Contrairement à bon nombre de papas qui rongeaient leur frein – au propre comme au figuré – au volant de leurs voitures qui ne pouvaient avancer ni faire marche arrière. L’entrave à la libre circulation sur la voie publique étant le fait du Prince ou plutôt de la Princesse de l’Hôtel de Ville qui devrait entrer en …jeu pour mettre fin à cette situation lassante et justifier son …prénom de Lalao.

R.O

Midi Madagasikara41 partages

Ampasanimalo : Nisy nanafika ny sekoly katolika Saint-Joseph

« Jiolahy tsy nisaron-tava  enina ; izay mitondra antsy sy ‘pince coupante’ no nihanika ny tamboho ary niditra teo amin’ny ‘guérite’ nisy ny mpiambina » raha araka ny fanazavan’ny zandary. ny Alin’ny zoma teo no nitranga ny fanafihana. Nofatoran’izy ireo tamin’ny  « scotch » lehibe ny tanan’ilay mpiambina ary  novelesiny tamin’ny  « pince coupante »nony avy eo ary naratra mafy. Raha ny filazan’ny masera izay miandraikitra ny fampihodinana ny sekoly, dia mbola afaka niantso vonjy ilay mpiambina. Henon’ny masera izay nampandre ny zandary avy hatrany izany. Samy nanao ny fisafoana ny zandary sy ny pôlisy rehefa tonga teny an-toerana. Nentina teny amin’ny hopitaly miaramila ny naratra ary nosokafana ny fanadihadiana. Tsy nisy na inona na inona azon’ireo jiolahy satria nalaky tonga ny mpitandro  filaminana.

D.R

Midi Madagasikara40 partages

Hôtel de l’Arène Ambositra : Innovation, promotion de l’économie locale et de l’emploi

L’hôtel de l’Arène parmi les exposants au salon de la recherche, de l’innovation au service de l’économie et de l’emploi à Ambositra. Photo Anastase

Le tourisme est un secteur innovant et dont les opportunités ne manquent pas pour faire développer l’économie locale et créer des emplois.

 L’hôtel de l’Arène sis au centre-ville d’Ambositra en face du marché de « Sabotsy » sur le bord de la RN 7, a tenu à être présent au salon de la recherche et de l’innovation au service de l’économie et de l’emploi. Une manifestation organisée tout récemment à Ambositra en partenariat avec le Bureau International du travail (BIT),  l’Institut Supérieur de Technologie d’Ambositra (ISTA) et les groupements d’entreprises GEM et FIVMPAMA, dont l’objectif est de promouvoir l’emploi et l’économie par le biais de la recherche.

Comme l’a souligné, le chef  étoilé, Yves, gérant de l’hôtel-restaurant de l’Arène, sa présence à ce salon justifie pleinement les objectifs de son établissement qui sont l’innovation et la promotion de l’économie locale et de l’emploi, plus particulièrement dans le domaine  touristique qui est un secteur très porteur.

Formation. Pour illustrer ces propos, le chef Yves, d’emblée de préciser qu’avant l’ouverture de son établissement de plus de 40 chambres et doté d’un espace pouvant accueillir 700 personnes, des formations gratuites accélérées en matière d’hôtellerie et de restauration ont été dispensées aux jeunes d’Ambositra. Ce qui a permis à une vingtaine de jeunes de trouver des emplois décents au sein de l’hôtel de l’Arène. Toujours dans le domaine de la formation en hôtellerie et restauration, le gérant de spécifier que peu de jeunes s’investissent à fond dans ce genre d’activités qui sont pourtant des secteurs porteurs. Par exemple pour une quarantaine d’offres d’emploi au sein de l’hôtel de l’Arène, une vingtaine de jeunes seulement ont répondu aux formations pourtant gratuites. Les établissements de formation doivent aussi faire preuve d’innovation également et constituer des pépinières de jeunes dans les activités du tourisme à Ambositra, pour répondre aux offres d’emploi sans cesse en augmentation à travers toute l’Ile. Pour que dorénavant, cesse la mauvaise réputation d’Ambositra, d’être pourvoyeuse d’enfants travailleurs.

Gastronomie et « savika ». Dans le domaine de la restauration, le chef Yves  ne manque pas d’innovation lorsqu’il a opté pour  la gastronomie moderne et traditionnelle servie à la carte, en privilégiant les produits bio du terroir dans son restaurant pouvant disposer de 100 couverts et promouvoir l’économie locale à travers la création des activités génératrices de revenus.

Pour l’organisation d’évènements, l’hôtel de l’Arène se démarque de ses pairs par l’organisation du « savika » mettant face à face  l’homme et le taureau. Un sport traditionnel qui trouve son origine à Ambositra et animé par des artistes de renom et qui a lieu le lundi de Pâques et le lundi de Pentecôte.

Anastase

Tia Tanindranaza38 partages

Filaharambe eny amin’ny bankyEfa tena fampijaliana vahoaka

Velon-taraina ny mpanjifa eny amin’ny ankamaroan’ireo banky eto Antananarivo amin’izao fotoana noho ny filaharana lavareny.

Toky R

 

L'express de Madagascar38 partages

Examen CEPE – Un bon sommeil recommandé aux candidats

J-1. L’examen du CEPE débute à huit heures sans faute, demain. Les candidats devront compléter huit heures de sommeil, pour se présenter à cet examen. Selon le Dr Dauphin Desa, un médecin généraliste, un sommeil incomplet pourra avoir un impact sur le déroulement de l’examen. « Le candidat ne devra plus veiller tard pour réviser avant le jour J. S’il a bien dormi, il ne perdra pas de sa mémoire les leçons qu’il a déjà apprises », recommande-t-il, hier. Il conseille, également, une alimentation saine. « Les aliments trop sucrés, trop salés et trop gras sont déconseillés. Leur consommation pousse le cerveau à dormir et à ne plus travailler. Vaut mieux préparer des aliments sains et légers pour nos enfants», rajoute-t-il.Tout est fin prêt pour cet examen officiel, selon le ministère de l’Éducation nationale. « Les sujets sont déjà répartis dans les centres d’examen,  ils sont bien sécurisés. Les numéros d’appel des candidats sont déjà inscrits au niveau des salles d’examen. Ceux qui n’ont pas encore reçu leur convocation pourront encore les demander auprès de la circonscription scolaire », rapporte-t-il dans un communiqué, ce samedi.Cinq cent soixante et onze mille cent candidats participeront à ce premier examen officiel. Ils sont répartis dans mille huit cent centres d’examen. La benjamine est âgée de 6 ans, et le doyen de 64 ans. Quarante et une personnes en situation d’handicap auront également l’opportunité de se présenter aux épreuves du CEPE. L’épreuve commencera avec les Opérations.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara37 partages

Alexandre Georget : Environnementaliste avant d’être politicien

Alexandre Georget n’est autre que le président fondateur du parti Vert Hasin’i Madagasikara. Mais avant d’être politicien, il était un environnementaliste convaincu. « J’ai créé le parti Vert Hasin’i Madagasikara,  car avant j’étais un farouche défenseur de l’environnement. J’étais consterné par la dégradation de notre environnement après la 1re République. Madagascar n’est plus une île verte, il devient une île rouge. J’ai fondé en 2008 le parti Vert pour pouvoir m’engager beaucoup plus dans mon combat pour l’environnement. », explique Alexandre Georget. Avant de rajouter : « On a tout fait pour que le parti Vert Hasin’i Madagasikara s’affilie aux organisations internationales luttant pour l’environnement comme la Global Green où 160 pays sont représentés et la FEVA (Fédération des Verts Africains) qui regroupe plus de 50 pays. Etre présent dans les ramifications de ces organisations internationales permet au parti Vert Hasin’i Madagasikara de mener une lutte commune pour l’environnement ».

Objectif final.  Selon Alexandre Georget, l’objectif d’un parti politique est la conquête du pouvoir, certes, mais il ne faut pas être au sommet de l’Etat pour pouvoir agir pour l’environnement. « On peut faire quelque chose même au niveau des fokontany, des communes et surtout au niveau de l’Assemblée nationale où l’on peut élaborer et faire adopter une politique environnementale pérenne.  On n’est pas forcément président de la République pour pouvoir le faire. », souligne-t-il.  A entendre Alexandre Georget, il est fier du fait que les messages du parti Vert Hasin’i Madagasikara sur l’environnement soient transmis à la population malgache. Pourtant, il déplore que la grande partie de cette population ne soit pas capable de préserver cet environnement à cause de la pauvreté. Elle est par exemple obligée de détruire la forêt pour pouvoir survivre.« Tout cela ne nous décourage pas. Actuellement, nous travaillons avec des écoles et des églises pour réaliser notre projet de reboisement dans des endroits habités. Les élèves sont ainsi impliqués dans notre projet. Nous collaborons avec l’Ong belge Graines de Vie qui nous fournit des plantes. », affirme le président fondateur du parti Vert Hasin’i Madagasikara.

Chef d’entreprise discret. Alexandre Georget n’est pas uniquement un environnementaliste et un politicien. C’est aussi un chef d’entreprise qui aime la discrétion. Après avoir été directeur d’un consortium de 18 entreprises dénommé IRECO, basé dans le Nord-Est de l’Italie, il était revenu à Madagascar pour créer ses propres sociétés. Alexandre Georget est aussi un chef d’entreprise sociable, il possède la facilité de communiquer avec tout le monde. Il aime d’ailleurs faire des actions sociales. Alexandre Georget a le sens du contact humain et du partage.  « J’essaie toujours d’aider mes compatriotes tant que je le peux. », indique-t-il. Mais, ce n’est pas tout. Pour ceux qui le connaissent, le président national du parti Vert Hasin’i Madagasikara est un illustre pratiquant de karaté. Il pratique cette discipline depuis 1972. Il était disciple du Maître Shiumitsu au Budokan de Madagascar. A l’époque, il a enseigné le karaté au sein du Club Esca.  Alexandre Georget pratique également d’autres sports tels le ski, le foot, le basket, le volley et le jogging (3 fois par semaine à raison de 1h30 par séance) et même le rugby. « J’aime aussi voyager, surtout avec mes enfants. En voyageant, j’apprends beaucoup de choses de mes enfants. Ce sont les yeux de la vérité. J’aime les enfants. Les adultes doivent être comme eux. », raconte-t-il.  Alexandre Georget est également un passionné de la cuisine. « Quand je veux oublier des problèmes, je fais la cuisine. Je ne mange pas tellement, mais l’essentiel pour moi, c’est que les gens apprécient ce que j’ai préparé. », nous confie-t-il.

Recueillis par R. Eugène

L'express de Madagascar35 partages

Soavimbahoaka – Ruée vers la pratique du yoga

Plus de sept cent personnes sont venues à la célébration de la journée internationale du Yoga.

Captivante. La troisième année de la célébration de la journée internationale du Yoga a été marquée par la venue massive des personnes intéressées ou curieuses par cette science pour une vie saine. « J’ai reçu un message d’invitation de l’ambassade de l’Inde, pour assister à cet évènement. Le yoga m’a toujours intrigué. Je suis donc venue avec ma petite tribu pour savoir ce que c’est », nous a expliqué Nicole Rahariravaka, une des personnes qui a assisté à cet évènement. C’était au boulo- drome de Soavimbahoaka, hier après-midi.Plus de sept cent personnes s’y sont rendues, selon l’estimation de l’ambassade de l’Inde. Les connaisseurs ont déjà apporté leur tapis, d’autres ont étalé des « lambahoany » ou des « tsihy », à défaut du matériel. L’organi-sateur a emmené ce petit monde dans un monde à part. On leur a montré les postures de yoga, et tout ce qu’il faut savoir sur cette pratique. « Je ne savais pas que mes mouvements au réveil ou le rire, faisaient partie du yoga », s’est exprimée une des femmes venues à cet évènement. Sur son visage se lisait le calme, la joie.

RareCet enthousiasme des nouveaux pratiquants ne reflèterait pas, pourtant, la réalité, selon quelques responsables de centre de méditation. « Les pratiquants réguliers du yoga sont encore peu nombreux à Madagascar. Beaucoup d’entre nous portent encore des préjugés sur cette pratique. Il y a ceux qui préfèrent s’en tenir  à ceux qu’on les a habitué», explique Tsitohery Raolona, un des responsables du centre Sahaja yoga. Depuis les 8 ans d’existence de ce centre, il n’a qu’une quarantaine d’adhérants, dont la majorité sont des jeunes. « Nos membres augmentent, mais à une faible vitesse. Je crois que les sept autres centres ont ce même constat», poursuit-t-il. Tsitohery Raolona souligne que le yoga est une clé de la réussite. « Sur le plan physique, il améliore notre santé, il aide à lutter contre le stress et donne de la joie de vivre. Il est ainsi plus facile pour ceux qui le pratiquent de connaître la réussite », enchaine-t-il. Selon l’ambassade de l’Inde, « le but de la pratique du Yoga est  de surmonter toutes sortes de souffrances conduisant à une sensation de liberté dans tous les domaines de la vie avec une santé holistique, bonheur et harmonie ». Ceux qui sont venus à Soavimbahoaka, hier, ont connu cette sensation. « Je me sens plus léger et prêt à affronter la nouvelle semaine », indique l’un d’eux.

Journée internationale du yoga

La célébration de la journée internationale du Yoga est encore très récente. Elle ne date que de 2015. Il a été décidé, après une assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies, que le 21 juin sera consacré à cette pratique. Madagascar s’est joint au monde pour cet évènement.

MiangalyRalitera et Julie Razakarinaivo

Midi Madagasikara35 partages

Carnaval de Madagascar : Mahaleo en vedette

Le concert de Mahaleo sur la scène du Carnaval de Madagascar a ravi les spectateurs d’ailleurs venus très nombreux.

Un « tsenaben’ny faritra » qui a mis en exergue l’artisanat et la gastronomie de chaque région et a offert un véritable festival de goûts et de couleurs, un méga zumba qui a fait danser les milliers de spectateurs, un grand spectacle avec de grands artistes évoluant dans divers horizons musicaux… le Carnaval de Madagascar, sur l’Avenue de l’Indépendance, qui n’était pas pour ravir les conducteurs, était l’endroit où il fallait être pendant le week-end. D’ailleurs, cette grande manifestation culturelle n’a pas seulement réuni les Tananariviens, mais également plusieurs associations et personnes venues de  toutes les régions. Le but de l’évènement était effectivement de réunir toutes les Régions de Madagascar durant ces trois journées du Carnaval de Madagascar, de réunir tous les Malgaches autour de leurs patrimoines, leurs cultures et de leurs traditions folkloriques. Pari tenu grâce à la participation des 22 Régions aussi bien durant les parades qu’à la Foire des Régions. Les spectacles gratuits ayant vu la participation de Mahaleo, Farakely, Kabôsy spirits samedi, Samoela, « Team safelika » et « Tambour gasy » dimanche dernier, ont également contribué au succès de l’évènement qui cette année, en était à sa troisième édition.Mahetsaka

Midi Madagasikara34 partages

Trail de l’Ile Rouge : Thierry et Lou Gotz s’imposent

Rideau sur l’édition 2017 du trail de l’Ile Rouge avec les victoires finales de Thierry chez les hommes et Lou Gotz dans la catégorie féminine.

Exceptionnellement… belle ! Ce sont les mots des trailers à l’arrivée de la dernière étape reliant la mythique Allée des baobabs à la plage de Kimony. Une dernière étape distante de  23,7 km qui a vu la victoire de Greg en 1h 58’41’’ suivi de Thierry en 2h 04’41’’ chez les hommes. Du côté des dames, Lou s’est imposée en 2h43’26’’ tout comme sa sœur Natacha en 2h43’26’’. Cette 6e étape n’a plus d’impact sur le classement final avec les sacres de Thierry dans la catégorie masculine et de Lou chez les dames.

Une grande première à Madagascar que le départ d’un trail a été donné devant l’Allée des baobabs, mondialement connue. Les coureurs ont allié compétition et tourisme avec les séances photos pour immortaliser l’instant magique. Les quatre premiers km se feront à allure rapide pour les premiers du classement général alors qu’à l’arrière le serre-fil accompagnait les derniers tandis que les marcheurs prenaient une allure régulière en compagnie d’un guide de Mahay Expédition. Quatre km plus loin, Greg décide d’accélérer la foulée pour prendre une allure régulière proche des 15km/h. Thierry quant à lui, premier au classement général, maîtrise l’écart et reste serein. Chez les dames, les sœurs Gotz ayant mené la course en tête depuis la première étape restent ensemble et toujours avec leur sourire radieux ce qui leur donne une réelle apparence de foulée tranquille. Le classement général chez les femmes ne changera pas non plus et nos deux sœurs Gotz finiront la main dans la main en attendant d’applaudir Vanessa la grande sœur et Fabienne la maman. Une fin d’étape dans la souffrance pour la plupart des concurrents, car chaleur et sable auront fini d’user nos trailers. Larmes, cris, sourires …. Une fin d’étape sous le signe du bonheur de « l’avoir fait » face au canal du Mozambique.

Recueillis par T.H

Classement sixième étape : 23,7 kmHommes :1 – Greg en 1h58’41’’2 – Thierry en 2h04’41’’3 – Jean Marc en 2h18’12’’Femmes :1 – Lou en 2h43’26’’2 – Natacha en 2h43’26’’3 – Chantal en 2h50’32’’8 – Fifaliana en 3h15’11’’

Classement Général par catégories :Hommes :1 – Thierry en 11h10’35’’ (V2H)2 – Greg en 11h25’47’’ (V1H)3 – Jean Marc en 12h40’54’’ (V2H)4 – Philippe Roscand en 13h14’07’’ (V1H)Femmes :1 – Lou en 14h04’38’’ (SF)2 – Natacha en 14h22’53’’ (SF)3 – Chantal en 15h07’31’’ (V3F)8 – Fifaliana en 17h44’39’’ (JuF)

Midi Madagasikara32 partages

Loi de finances rectificative : Une croissance revue à la baisse pour cause d’aléas climatiques

L’industrie textile figure parmi les secteurs les plus performants.

Dans les discours prononcés par les tenants du pouvoir, le régime HVM promet la reprise économique. Sans toutefois préciser quand est-ce que la majorité de la population malgache sortira de la pauvreté absolue dans laquelle elle est tombée actuellement.

Pire, à voir les chiffres publiés dans la loi de finances rectificative 2017, la relance économique ne sera pas encore une réalité dans les années qui viennent.

Décroissance. En tout cas pour cette année 2017, la situation économique ne s’améliorera pas encore. «Le Plan National de Développement (PND) se trouve actuellement dans sa troisième année de mise en œuvre, et l’économie nationale retrouve progressivement son dynamisme depuis son adoption » lit-on notamment dans la loi de finances rectificative. Une manière en somme de justifier les pseudos efforts menés par l’actuel exécutif. Mais la décroissance prévue par la même loi de finances rectificative risque de freiner l’ardeur des citoyens qui vont encore être obligés de continuer à vivre dans la pauvreté. « Cet élan a été cependant confronté, depuis le début de l’année 2017, à des obstacles majeurs tels que le déficit pluviométrique et surtout l’occurrence du cyclone dévastateur ENAWO au mois de mars. Ces phénomènes n’ont pas laissé l’économie nationale sans conséquence et ont ainsi entraîné une révision à la baisse de la prévision de croissance économique pour 2017 ». « La croissance économique prévue initialement à 4,5% pour 2017 est révisée à 4,3%. Cinq branches sont essentiellement touchées par cette révision : l’agriculture, les transports de voyageurs, les industries extractives, les transports de marchandises et enfin l’élevage et la pêche. Les perturbations climatiques ont affecté le secteur primaire qui verra son essor ralentir. Les deux autres secteurs sont moins touchés malgré le fait que le cyclone ENAWO ait abîmé plusieurs infrastructures. En effet, certaines branches économiques ont parallèlement connu des performances exceptionnelles grâce au dynamisme de leurs activités ». Une croissance qui ne concerne cependant pas le secteur primaire qui est le plus fortement touché par les aléas. « Le secteur primaire verra sa prévision de croissance passer de 2,8% à 0,8%. En effet, le manque de pluie pendant la période de semis et le cyclone apparu quelques mois après ont affecté la branche agriculture avec un repli de -0,3% contre 3,5% attendu. En outre, l’accroissement de la branche élevage et pêche est évalué à 2,0% au lieu de 2,5%.

Moins morose. La petite croissance connue par le secteur secondaire laisse cependant entrevoir un avenir moins morose de la situation économique. «Le secteur secondaire passera d’une croissance de 5,4% à 5,7%. Les agro-industries ont, entre autres, connu une performance de 10,5% contre 7,7% prévue initialement grâce à la coopération avec le secteur privé pour opérationnaliser les industries sucrières de Nosy-Be et de Brickaville. Il en est de même pour les industries des boissons qui affichent avec la diversification de leurs produits une croissance de 7,5% au lieu de 5,3% prévue initialement. Par ailleurs, l’expansion de la branche zone franche industrielle est évaluée à 15,6% contre 11,2% dans la LFI. Cette vigueur s’explique essentiellement par la prorogation et le retour effectif de l’AGOA ainsi que la restructuration de l’économie chinoise inhérente à l’augmentation du coût de la main d’œuvre qui devrait profiter à Madagascar dans le domaine du textile ».

Léger mieux. Par ailleurs, un certain nombre de projets d’investissements vont entraîner un léger mieux pour le secteur des services. « Le secteur tertiaire sera également révisé à la hausse et passera de 5,2% à 5,8%. Cette performance découle de nouveaux projets d’investissement et de réhabilitation dans plusieurs domaines tels que l’énergie, le tourisme et les infrastructures. Les branches BTP (15,3% contre 12,8% dans la LFI), auxiliaire de transport (23,0% contre 6,2% dans la LFI) et télécommunications (4,5% contre 3,9% dans la LFI) sont, par exemple, des secteurs bénéficiaires de ces projets d’investissement. Une volonté de promouvoir l’investissement à moyen terme, Madagasikara veut promouvoir les investissements pour répondre aux besoins urgents en services sociaux décents, en infrastructures, et pour asseoir une croissance équilibrée et inclusive gage d’une meilleure qualité de vie pour sa population. Le taux d’investissement escompté pour 2017 est évalué à la hausse par rapport au LFI, et atteindra 19,2%. Le taux d’investissements publics sera à cet effet de 8,2%. Dans le moyen terme, le renforcement des efforts de financement est axé vers l’énergie, les routes, les infrastructures portuaires, l’éducation, la santé et le développement rural où des retards sont encore constatés. Dans cette optique, des projets ont été annoncés lors de la CBI et qui s’étalent en moyenne sur une période de trois à cinq ans au profit des secteurs public et privé ».

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara30 partages

Farafangana : Simba ny « RN pôlitika »

Ilay ampahan-dàlana 20 km tsy hidirana ao farafangana avy aty avaratra no nomen’ny olona anarana hoe,l alam-pirenena politika io.    Amin’iny lalam-pirenena faha-12 iny no misy azy,ka ny tondradrano  tamin’ny fiandohan’ny fitondrana tetezamita no nahapotika azy io, kanefa mandran-kandroany dia tsy nisy ny tena fanarenana matotra mifanaraka amin’ny maha lalam-pirenena azy. Isaky ny nisy mpitondra ambony nandalo tao farafanga nanomboka tamin’ny  tetezamita ka mandraka ankehitriny dia nataon’ny mpitondra nifandimby tao an-toerana laharam-pahamehana ny fangatahana ny fanamboarana io ampahan-dalana io, kanefa indrisy fa fampanantenana poakaty no betsaka. Taty aoriana dia tsisy niteny azy io intsony na dia misy ny mpitondra ambony  mandalo, satria zary tondroin’ny vahoaka molotra eo fotsiny ka ny hakiviana no nahatonga ny olona nametaka ny anaran’io ampahan-dalana io ho lalam-pirenena politika na RN pôlitika. Andro iray nialohan’ny fampielezan-kevitra tamin’ny fifidianana ben’ny tanàna farany teo no nanaovana lanonana manetriketrika ny fanombohan’ny fanarenana io ampahan-dalana io ka ny praiminisitra teo aloha Jean  Ravelonarivo no nitarika izany. Indrisy anefa fa fipasopasohana sy fanotofana lavaka no natao tamin’izany ka ankehitriny dia simba tanteraka indray io RN politika io,ka asa miandry fifidianana indray vao hanaovana hetsika politika amin’ny maha RN politika azy.

Imahita  

Midi Madagasikara29 partages

Rock : Rheg bientôt sur le terrain avec « Emmorheg »

Rheg présentera « Emmorheg » au dôme rta le 1er juillet.

Chose promise, chose due ! En avril, il a annoncé la tenue prochaine d’un concert. Le 1er juillet Rheg investira le Dôme rta Ankorondrano pour dévoiler son dernier-né au grand public.

Il y a trois mois, Rheg a accouché de son petit dernier : « Emmorheg ». Dans un registre thrash métal, l’album, celui de la maturité, met en avant des réalités brûlantes comme la justice populaire et les sectes. Plus agressif mais ne s’écartant pas du principe selon lequel l’énergie doit être canalisée dans des mélodies bien faites et recherchées, « Emmorheg » plaira sans nul doute à tous ceux qui ont toujours suivi l’évolution de la formation. Les 14 titres sont d’ailleurs travaillés de manière à ce que la diction permette au public de bien capter les décibels et les messages véhiculés.

Nouveaux membres. Ce ne sont pas seulement les titres qui sont nouveaux, mais également les membres. Au mois de décembre, le batteur, le bassiste et un des solistes du groupe le quittent pour évoluer dans une autre formation. L’album a donc été enregistré avec de nouveaux musiciens. « Désormais Rheg , c’est  Ravonona et Lalah aux guitares solo, Taxx à la basse, Sedera à la batterie et Vitô au choeur et bien sûr Rega au chant ». Oui, le groupe, depuis janvier évolue avec d’autres membres. Mais que les fans se rassurent, l’album qu’ils ont enregistré et présenteront au dôme le 1er juillet est aussi excellent que les précédents. « Emmorheg », « Fitsaram-bahoaka », « Skype », « Mandoro », « Réconciliation nationale », « Beby », « Mozika », « En avant », « Secte », « Kamikaze », « Piqueteurs », « Ho anao » et « Be loosë » réservent beaucoup de surprises.

Prêts. « Nous sommes prêts depuis des mois.  On attend avec impatience de retrouver les amateurs de métal et de son lourd pour enfin nous lâcher et leur montrer de quel bois on se chauffe ». Sasamaso, référence dans le monde du métal féminin, qui a déjà eu l’occasion de partager la scène avec la bande à Rega il y a 15 ans, sera le guest du groupe le 1er juillet. La sonorisation sera par contre assurée par Kiki. « T-shirts et plusieurs autres effets et articles souvenir labellisés emmorheg seront également en vente le jour du spectacle ». Après le 1er juillet, Rheg projette de partager la scène avec Martz et Egraygor et se penchera ensuite sur le traditionnel « november rock ».Mahetsaka

Midi Madagasikara23 partages

Ambohimandroso : Notsatohana hazo ny tendany

Fantatra fa vao tonga avy niasa tany amin’ny faritany ity rangahy ity.

Ny olona nandalo vao maraina teo amin’ilay toerana no nahita ity razana mihoson-drà nitsirara tamin’ny tany. Tao Ambohimandroso Gara no nisehoan’izany ary tao ambadiky ny lalam-by. Teo amin’ny tendany no tena nivohan’ny rà ary rehefa tena nojerena akaiky, dia hita fa nisy hazo sy tavoahangy natsatoka tao. Novonoina tamin’ny fomba feno habibiana tanteraka ity lehilahy izay tombanan’izay nahita, fa manodidina ny 30 taona eo. Olona monina eo Ambohimandroso Gara ihany izy ary mpitarika posy any amin’ny faritra no asany, saingy mba sendra nody teo an-tanàna izy no io nisy namono io. Ny anton’ny famonoana na koa ny tompon’antoka tamin’izany, dia tsy mbola misy mangirana mihitsy hatreto. Na izany aza dia efa azo eritreretina fa tsy fanendahana no nitarika izany satria ny akanjo rehetra an’ilay lehilahy dia mbola hita teo an-toerana avokoa.

D.R

Tia Tanindranaza22 partages

Filohan’ny FLMLasa nitsabo tena any Frantsa

Lasa nitsabo tena any Frantsa ny sabotsy teo ny filohan’ny Fiangonana Loterana Malagasy, Rév David Rakotonirina.

 Ny alin’ny 28 mey teo rehefa avy nanao fitsidiham-paritra tao Fianarantsoa no nanomboka tsy nahazo aina ity filoham-piangonana ity, raha ny fitantaran’ireo akaiky azy, ary dia nampidirina tao amin’ny hopitalin’Andranomadio. Mbola nitaraina ho nijafajafa anefa izy ka nakarina tao amin’ny hopitalin’Ambohibao indray ny ampitson’iny. Avy eo dia nalefa tao Nosy be indray saingy tsy fantatra ilay aretina, raha ny fanazavana hatrany, ka izao nalefa hotsaboina any Frantsa izao. Araka ny fitantaran’ireo akaiky azy dia mety ho fanapoizinana no nahazo ny Réverand satria ny fitiliana natao dia mampiseho fa efa potika ny vavony sy tsinainy kanefa tsy fantatra ny tena soritr’aretina. Lasa maramara be koa ny hodiny ny alin’io alahady 28 mey io, hoy izy ireo. Ny fitsirihana sy fizaham-pahasalamana lalina kokoa ihany moa no hahafantarana izay tena manjo ity raiamandreny am-panahy mitarika ny FLM ity. Raha ny fampitam-baovao farany, nanampy tamin’ny fandefasana hitsabo tena any andafy ity filohan’ny FLM ity ny filohan’ny repoblika, Hery Rajaonarimampianina sy ny filohan’ny Antenimieram-pirenena, Jean Max Rakotomamonjy. Tazana nanatitra azy teny Ivato ny depioten’Ambositra Hary Andrianarivo izay sady mpitahiry volan’ny birao foibe FLM.

Mirija

Madagate21 partages

France. Aina Kuric, députée élue LREM dans la Marne

Seul son prénom indique qu’elle est d’origine malgache. Pour le reste, elle est Française. Et elle vient d’entrer dans l’Histoire de la France par la grande porte pour devenir une personnalité politique.

En effet, Aina Kuric -les Français mettent un accent tréma sur le « i »- (La République En Marche –LREM d’Emmanuel Macron) a été élue le 18 juin 2017, députée de la 2ème circonscription de la Marne avec 51,21% des suffrages, en battant Catherine Vautrin (LR-UDI) au second tour des élections législatives 2017.

Son nom complet de mariage est Aina Josée, épouse de Sébastien Kuric. Quant à son nom de jeune fille, elle nous le dévoilera bien un de ces quatre matins… Au nom de la transparence.

Jeannot Ramambazafy – 19 juin 2017

Midi Madagasikara18 partages

Athlétisme – Sommets nationaux : La ligue d’Analamanga en tête

Les acharnements étaient intenses à Alarobia. (Photo Kelly).

Les Championnats de Madagascar toutes catégories qui ont pris fin, hier, au Stade d’Alarobia ont vu la domination des athlètes de la ligue d’Analamanga. Ils ont remporté 20 médailles d’or, 13 d’argent et 21 de bronze suivi par ceux d’Atsimo-Andrefana avec 06  or, 09 argent et 04 bronze. Dedy Tsaravola du Taf Analamanga et Bezara Jean Robert du Cosfa ont été élus meilleurs athlètes de la saison. Ils ont empoché la somme de 200 000ar chacun comme récompense. Deux nouveaux records ont été réalisés le 5000 m marche cadette et le 100 m junior. Frédéric Nantenaina du 3FB Analamanga a signé le nouveau record du 100 m avec un temps de 10’’56 en effaçant l’ancien record de 10’’69 signé par Manandaza Thiarison en 2003 en France. Le Réunionnais Dermont Anilha est allé sur la plus haute marche du podium avec un temps de 10’’39 devant Florent Ravelomanana d’Atsimo-Andrefana sacré champion de Madagascar avec un temps de 10’’54. L’autre record de l’épreuve de 5000m marche a été signé par Herline Stéphanie Rasoanandrasana du club de l’ASPENATO du Sud-Ouest.Elle a bouclé la course en 30 min 20 sec 79. Profitant de ces sommets nationaux, treize dirigeants et des anciennes gloires ont été élevés au rang de Commandeur et officier de l’ordre de Mérite de Madagascar à l’image de Désiré Razafimahefa et d’Ony Paul Ratsimbazafy.

T.H

Midi Madagasikara18 partages

Basket – Championnats de Madagascar N1A : Soma Beach prend la tête de la phase aller

L’équipe du Soma Beach Basket Club fut exacte au rendez-vous que s’est fixé son président fondateur Orlando Robimanana.

Scène de liesse vendredi quand SBBC est allé gagner le match pour la première place du championnat de Madagascar de la N1A aux dépens de son rival de toujours ASCB ou selon Papa Liva, l’un des encadreurs du club avec Boana et Deda, sa bête noire tant les confrontations entre les deux formations se jouent sur des détails.

Pour une victoire, celle de SBBC devant ASC Boeny, est très certainement la plus belle tant elle a mis un temps fou à se dessiner tant les deux clubs ont rivalisé d’adresse avec deux joueurs d’exception au sein de l’ASCB dont Elly auteur d’un match parfait, mais aussi Livio qu’on a vu dans tous les combats.

Et face à ces deux machines à gagner, SBBC a répondu par son collectif avec Joma aux commandes, mais également Fiary dans les rebonds sans oublier le stratège de l’équipe, un Nono qui sait tout faire. Vraiment tout. Et plus particulièrement à provoquer la faute à Faralahy qui en avait vu de toutes les couleurs, car la partie commençait à peine dans un complexe sportif de Mahajanga plein à ras bord qu’il commit deux fautes contraignant ainsi Nono Ravonimbola à le sortir au grand bonheur du camp d’en face qui s’offrait ce premier quart-temps par 16 à 15.

L’ASCB qui se savait dos au mur, sortit le grand jeu pour revenir au score et même passer devant à la mi-temps par 32 à 30. Un score serré qui traduit bien l’âpreté de la bataille.

L »ASCB menait même au troisième quart-temps par 51 à 48 mais revenu de on ne sait où Djibril, un des géants du lot, se mettait lui aussi au travail pour permettre à SBBC de recoller au score puis de partir sur un sprint final époustouflant qui se terminait par une victoire de 76 à 70. Une offense pour ASCB devant ruminer sa revanche au prochain rendez-vous qui va se tenir en octobre.

Ce tour de chauffe à Mahajanga est loin d’être inutile, car il a permis à toutes les équipes d’avoir du temps de jeu et à l’organisation d’avoir une idée des forces en présence pour la composition des poules. Vivement donc octobre…

Clément RABARY

Tia Tanindranaza14 partages

Antoko HVMDiso mahatoky tena loatra

Natao tany Toliara ny 16-17 jona teo ny fihaonambem-paritry ny ny antoko HVM, izay nireharehan’ny mpitondra fatratra fa tena matanjaka izy ireo.

 Iza no antoko politika eto Madagasikara mahavita an’izao ? Ny antom-pisiantsika dia hampandresy ny kandidantsika amin’ny fifidianana. Izay no baikom-pitolomana nandritry ny hetsika. Tsy maintsy mampiasa ny herinao ianao amin’ny politika, ary izao no anisan’ny hevitra iray lehibe hoentina hitarika ny olona maro samihafa, ary nandaniantsika volabe tokoa mba hampisehoana fa tena matanjaka ny fotsy sy manga, hoy ny filoha nasionalin’ny antoko HVM, Rivo Rakotovao. Mbola i Hery Rajaonarimampianina aloha hatreto no hirian’ny HVM ho kandida filoham-pirenena. Nofatoran’ny teniny i Rivo Rakotovao tamin’ny resaka famafazana volabe, izay efa fomba mahazatra azy ireo. Raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana mantsy dia zara raha nisy olona ny andro voalohany, ka noterena ireo sefom-pokontany sy mpiasam-panjakana hitondra olona, ary norahonana mihitsy fa hafindra toerana raha vao tsy manaraka baiko.

Nafafy ny vola

Notambazana tamin’ny fizarana  hena ihany koa ka raikitra ny ady teo am-pizarana. 2.000-5.000 ariary kosa ny vola nomena ny olona tamin’ny fanatrehana ny hetsika, ankoatra ny T-shirt, izay nisy tamin’ny olona sasany no nandoro izany. Tsy foto-kevitra no hanohanan’ny olona HVM fa ny vola afafiny, ka manantena mafy fa ho jamban’ny vola tsy mahavita taona hanambakana azy ny vahoaka. Tsy adinon’ny HVM ny abobo sy ny fampanantenana poakaty fanaony tamin’ny alalan’i Rivo Rakotovao hatrany, izay efa tena manao propagandy, ka nilaza fa betsaka ny asa hataonay ary isika HVM dia tokony hahasahy hijoro, ka andao isika hifanome tanana ho amin’ny fampandrosoana, hijery ny hijery no tombontsoan’ny vahoaka madinika. Tombontsoan’ny besinimaro ve ny fanangonan-karena sy afera maizina isan-karazany hahenoana ny anaran’ireo tandapa maro, toy ny afera Claudine Razaimamonjy ? Na milaza ho matanjaka aza ny HVM dia naneho ny hakanosana sy fahatahorana, ka dia nanaratsy ireo mety ho mpifaninana amin’ny fifidianana i Rivo Rakotovao. Sahia mijoro samia manda ireo olona manimanina ny tongolon’i Egipta, zatra ny lalan-dririnina mbola hitarika ity firenena ity hihemotra foana, hoy izy. Sahy milaza ve ny HVM fa nitarika ny firenena niakatra ny antokony ? Hinian’ny HVM sy i Rivo Rakotovao hikipiana fa tamin’ny fitondrany no nampitotongana tanteraka ny firenena, toy ny kolikoly tsy tambo isaina, izay izy ireo no tompondaka, fivarotana tanindrazana, fidangan’ny fidim-piainana, tsy fandriampahalemana, trafika isan-karazany izay porofon’ny fahalemen’ny mpitondra sy ny tsy fahafehezana ny firenena, saingy mbola hilingilingy hidongy seza sy hampiasa ny volabe azo tamin’ny fangoronana harem-pirenena sy ny kolikoly. Raha tena mahatoky tena sy manan-kambo ny HVM amin’ny fifidianana ho avy dia havela hirotsaka malalaka avokoa ny kandida rehetra, ary havela hisokatra ny haino aman-jery rehetra, ary azon’ny herivelona sy antoko samihafa sitrahana ihany koa ny haino aman-jerim-panjakana dia ho hita eo hoe izay mbola mamim-bahoaka, fa tsy manao ady an-kanosana tahaka ny misy ankehitriny, ary toa efa manao don-tandroka avy hatrany fa ry zareo no tsy maintsy mandresy amin’ny fifidianana 2018.

Toky R

 

 

 

 

L'express de Madagascar14 partages

Événement – Le Carnaval de Madagascar enivre

Cet événement a battu son plein durant ses trois jours de célébration. Entre marée humaine et embouteillage, la fête était au rendez-vous.

Une fois encore, l’Avenue de l’indépendance s’est de nouveau affirmée très festive. Comme à l’accoutumée, le Carnaval de Madagascar organisé par l’Office régional du tourisme d’Analamanga (Ortana), en collaboration avec Be Mozik, a orné de ses couleurs et de son allégresse, le centre ville de la capitale. Le programme très convivial, a ravi tous ceux qui se sont joints à la fête durant les trois jours de l’évènement. Les milliers de participants ont ainsi réussi à enivrer les rues les 16, 17 et 18 juin.Les festivités ont débuté vendredi matin. Une foule importante composée d’enfants, d’adolescents et d’adultes, costumés, pour le plus grand nombre d’entre eux, issus de toutes les régions, ont répondu présents. Des voitures de collection ont également participé à la grande parade. Une ode à la richesse culturelle et touristique de la Grande île, le Carnaval de Madagascar s’est affirmé comme une grande vitrine du pays dans l’océan Indien. Moz’art Artistic de Maurice est également venue partager leurexpérience avec le public malgache.Le grand carnaval de Madagascar a été quelque peu victime de son succès. Les rues de l’Avenue de l’Indépendance étaient coupées en raison de cette fête. Autant les spectacles étaient réussis et appréciés, autant la police a semblé avoir été dépassée par l’ampleur de la foule présente empirée par un embouteillage monstre aux alentours du centre ville.

Une liesse populaireCela n’a pas empêché cette marée humaine qui a envahi la place, de jouir des festivités, tout au long du week-end. Elle a participé activement à toutes les manifestations de cette troisième édition du Carnaval de Madagascar où expo-ventes et diverses animations autour des vingt-deux régions du pays se sont découvertes.Des stands, des chapiteaux et des manèges ont envahi la place pour émerveiller grands et petits. Si les plus jeunes ont été enchantés de profiter de l’occasion pour s’amuser, les adultes, quant à eux, ont surtout été ravis d’éveiller leurs sens. Entre les dégustations des riches saveurs des régions et la redécouverte de leur artisanat typique et exceptionnel, les visiteurs en ont eu pour leur week-end.De même, de fameux groupes nationaux comme Samoela, Mika et Davis, Dat’Kotry, Mahaleo, Tambour Gasy, Team Safelika se sont relayés sur la scène. Les deux humoristes Eric et Honorat ont excellé à l’animation. Ces groupes dont le public s’est approprié la créativité, se sont illustrés chacun à travers leur personnalité propre, tout en partageant un message d’unité et de fraternité auprès de ce public, en jouant leurs meilleurs morceaux. Parents et enfants, quant à eux, ont tenu à profiter de ces trois jours de festivités, comme étant un instant familial à partager à l’approche de la fête des pères et celle de la célébration de l’indépendance.

Sitraka Rakotobe – Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar14 partages

Fivmpama à New York

Le groupement des patronats malgaches ou Fivmpama tente de rallier la diaspora. Son président, Erick Rajaonary continue son périple en Amérique du Nord dans le but de mettre en place des branches du Fivmpama. Après un séjour au Canada, l’opérateur économique s’est rendu à New York, le 11 juin pour une présentation visant à expliquer le rôle du groupement dans le développement de Madagascar.

Madaplus.info13 partages

Législatives : Aïna Kuric, la jeune franco-malgache nouvelle députée de la 2e circonscription de la Ma...

Aïna Kuric, (La République En Marche) a été élue ce dimanche députée de la 2e circonscription de la Marne avec 51,21% des suffrages, en battant Catherine Vautrin (LR - UDI) au second tour des élections législatives 2017.
Née le 15 mai 1987 (30 ans) à Creil (Oise), Aïna Kuric a une fille de 3 ans. Titulaire d'un BTS hôtellerie restauration, elle a travaillé dans des établissements étoilés, notamment à Londres. Elle est désormais chef d'entreprise à Reims dans l'oenotourisme depuis février 2015 au sein de laquelle elle organise des visites guidées dans le vignoble.
Engagée auprès d'En Marche depuis avril 2016, elle participait à sa 1ère élection.
Nous lui souhaitons de belles réussites.
Midi Madagasikara13 partages

Rugby – «Tournoi Japan» : TAM et 3FB sacrés

C’est sur le score de 17 à 12 que l’équipe du TAM Anosibe s’est imposée devant le FT Manjakaray, au Stade Makis à Andohatapenaka dans le duel des quartiers. Une compétition organisée par Japan Actuel’s. Ayant mené au score par 11 à 7 à la pause, les gars d’Anosibe ont su garder leur avance et arrivent à tenir leur revanche par rapport à la formation de Manjakaray. Privés de la majorité de leur pièce maîtresse à l’image de Mika, Rasamy, Koroka et Dapiso, le FTM a perdu ce derby quartier. Dans l’affiche opposant les équipes de « boîte », 3FB a été sacrée aux dépens de l’Iarivo Rugby Club (IRC). 34 à 29, c’était sur ce score que la bande à José a battu les joueurs de la commune. Avant cette confrontation, la rencontre entre la  TFMA et le XV Family a été interrompue et a vu la victoire de TFMA par 13 à 0. Cosfa a pris le dessus sur STM par 26 à 23. L’objectif a été atteint pour l’organisateur en réunissant ces « grandes équipes » de la capitale.

T.H

News Mada10 partages

Marathon de l’Isalo : succès pour la première édition

La première édition du «Madagascar de l’Isalo» s’est tenue à Ranohira, précisément dans le parc national de l’Isalo, hier. Organisé par le tour opérateur américain Marathon Tours and Travel, en coopération avec l’Office régional du Tourisme Isalo Ihorombe ainsi que l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) et Madagascar national parks (MNP), l’événement plutôt touristique que sportif, a attiré 84 coureurs des Etats-Unis ainsi que d’Afrique du Sud, du Canada, de la Nouvelle Zélande et des Pays-Bas.

Les participants sont arrivés à Madagascar le 13 juin pour visiter le pays, avant et après la course. Le circuit du marathon traverse la partie ouest de l’Isalo, avant de rejoindre la RN 7 et mener les coureurs à travers plusieurs villages de la commune, pour finir au Jardin du Roi.

Parmi les participants cette année, on compte plusieurs chefs d’entreprise américains, ainsi que Brent Weigner, 67 ans, de la ville de Cheyenne dans l’Etat du Wyoming, pour qui Madagascar est maintenant le 133e pays où il a couru et complété un marathon.

Inez Haagen a remporté le marathon avec un temps de 3:53:02. Parmi les six participants nationaux, on distingue le jeune Haro de Ranohira qui a remporté le semi-marathon avec un temps de 1:40:06. Un membre de l’équipe olympique US de marche à pied des J.O. de Séoul (1988), Gary Morgan, participait au semi-marathon.

Ceci est la première édition d’un événement annuel, qui devrait désormais attirer plus de 300 coureurs-touristes pour les éditions suivantes, pour découvrir les richesses naturelles du pays et bénéficier du tourisme local.

 Arh.

 

Tia Tanindranaza9 partages

Fanjakana Malagasy Miantehitra ara-bola amin’ny tsy miankina

Hampiantrano ny fikaonandohan’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina momba ny kalitao avo lentan’ny fotodrafitrasa iarahana amin’ny governemanta japoney i Madagasikara ny 24 jolay 2017.

 Mialoha izany ny atrikasa miompana amin’ny fampiasambola eo amin’io tontolo midadasika io ny 13 jolay 2017. Nifarana ny talata teo rahateo ny iraka fitsidihana narahina asa fanomanana ireo fivoriana in-droa miantoana nataon’ny delegasionina notarihan’ny tale misahana ny tetipivoarana iraisam-pirenena mikasika ny indostria fanorenana eo anivon’ny minisiteran’ny lafintany, ny fotodrafitrasa, ny fitaterana ary ny fizahantany Kazuko Ishigaki teto Madagasikara. Nifarana ny alakamisy teo ihany koa tao amin’ny foiben’ny DBSA (Development Bank of Southern Africa) ny fihaonan’ny delegasionina Malagasy tamin’ireo orinasa vaventy mpanambola tsy miankina ao Afrika Atsimo. Nandray anjara mavitrika kosa ireo sehatra tsy miankina eto Madagasikara toy ny FIVMPAMA, ny GEM, ny SIM,ny GEFP ary ny GFEM. Lasa fomba fiasan’ny fitondrana Rajaonarimampianina rahateo moa ity fangataham-bola amin’ny mpandraharaha tsy miankina ity nanomboka tamin’ny fikaonandoha tao Paris ny volana desambra 2016 nisitrahana tonom-bola 10 miliara dolara.

Ramano F.

 

La Vérité9 partages

Clip « Atosika tsara » de Gangstabab - « Incitation à la pédophilie », selon les internautes

Orateur, compositeur et chanteur, Gangstabab s’est fait connaître dans le monde du showbiz notamment avec ses chansons hors du commun, parlant des thèmes que peu de personnes oseraient avancer dans leurs œuvres. De la femme jusqu’au sexe, en passant par la vie des jeunes, il ne se limite pas dans ses écrits…il parle de tout librement, directement sans aucun détour. Et même en s’autocensurant, beaucoup sont gênés et même choqués par les paroles. Le titre « Ianao iny », qui était dans le top 10 des chansons les plus écoutées à l’époque l’a rendu célèbre partout à Madagascar en sachant pertinemment qu’il  a déjà commencé à percer bien avant à l’échelle nationale avec ses « Vazo miteny ».

Bref, certains l’ont toujours critiqué par cette façon à lui de faire la musique et c’est compréhensible venant d’un « politicien » qui se veut également être une image pour les jeunes comme lui. D’autres, par contre, sont pour sa façon d’éduquer les jeunes et mettre au courant la population de ce qui se passe réellement dans notre société, car il ne faut pas oublier que Gangstabab c’est avant tout un patriote engagé. Et cela se confirme à voir les morceaux dans ses 2 derniers albums avec des titres mettant les points sur les « i » sur les activités malveillantes effectuées par les tenants du pouvoir. Seulement, après le grand succès de « Ianao iny » en 2015, Gangstabab n’a pu sortir que quelques titres et discrètement en plus. Il y avait entre autres, « Gouttes Kely » publié en 2016 qui parlait cette fois-ci d’adultère dans un couple encore une fois avec des figures de style pour parler du « sexe ». Certes, l’artiste a participé à pas mal de manifestations mais c’est maintenant qu’il sort de son silence. 

Moteurs ou fesses

Le week-end dernier, Gangstabab a sorti un nouveau morceau intitulé « Atosika tsara » qui a déjà fait une grande polémique sur Internet et surtout sur les réseaux sociaux. Rythme Salegy qui ressemble comme deux gouttes d’eau à cellui de Balita intitulé « Oh Tchô-Tchô », la chanson a pour but de faire danser, une chanson d’animation autrement dit. 

« Atosika tsara » veut dire, selon les paroles, « Dansez bien, bougez bien ! ». Rien à cirer : clip impeccable, scénario bien étudié et figurants bien participatifs. Seulement,  Gangstabab a fait participer deux très jeunes filles dans la vidéo. Deux mineures à qui il a demandé de faire bouger leur « Moteur » pendant plus de 4 minutes. Un choix tout à fait irresponsable  selon les internautes. Et d’autres sont même arrivés à dire que c’est une incitation à la pédophilie. « Il y a beaucoup de jeunes filles majeures qui ont de jolis corps et qui savent bien danser, pourquoi avoir choisi ces deux innocentes ? Mais où va l’éducation de nos jeunes ? C’est vraiment n’importe quoi. Et puis dans ses textes il dit bien : nous allons regarder des moteurs qui veulent dire fesses…de deux petites filles qui n’ont pas encore de seins, vraiment je suis choqué. Et puis tout le monde est fier et bien heureux de voir le derrière de ces jeunes filles. J’espère que les parents de ces dernières ne seront pas d’accord et effaceront la vidéo », selon un facebooker dans un commentaire. Et ça ce n’est qu’un exemple parmi une centaine. Cependant, d’autres affirment que le but de Gangstabab, en écrivant les paroles de la chanson, est de pouvoir de nouveau être célèbre et surtout décrocher un contrat car selon les observateurs, c’est surtout avec son morceau « Ianao  iny », qui faisant également bouger, qu’il a réussi à être plusieurs fois à l’affiche de différents concerts dans la Capitale et ailleurs.

T.A. 

L'express de Madagascar9 partages

Assemblée générale extraordinaire

Dans un communiqué partagé, en fin de la semaine dernière, le Syndicat des magistrats de Madagascar convoque ses membres pour la tenue d’une assemblée générale extraordinaire, le 28 juin, à la Cour suprême   Anosy. Avant, des assemblées générales délocalisées, se tiendront dans les cinq autres chefs lieux de province. L’ordre du jour de ces rendez-vous sera, essentiellement, axé sur la suite des actions menées par le Syndicat dans ses revendications, « devant l’indifférence des autorités», indique le communiqué.

Midi Madagasikara9 partages

Rallye ASACM : Victoire de Ndrianja et Fanja

Ndrianja-Fanja avec leur trophée, hier, après avoir survolé la compétition. (PHOTO RIANASOA).

L’équipage formé par le couple Ndrianja –Fanja a remporté le Rallye ASACM comptant pour la deuxième manche des Championnats de Madagascar 2017.

Au volant de la Subaru Impreza, l’équipage mixte Ndrianja Rajemison-Fanja Ramiakatsoavina a survolé le Rallye ASACM en signant un chrono de 1h 58 mn  25 s. Classé deuxième à l’issue de la première journée, l’équipage Ndrianja-Fanja a frappé fort lors de la dernière journée d’hier en remportant les deux premières épreuves spéciales, l’ES9 reliant Ambatolampy-Ambohitriniandriana (17,08 km) et l’ES10 Mampitombosoa-Ambohimena (8,39 km). Les champions de Madagascar ont bien démarré la saison avec cette belle victoire. Au coude à coude avec le leader, Louvel Gérard– Mahents Randriambololona  (FMMSAM / Asacm) à bord du Mitsubishi Evo 9 termine deuxième avec un temps de 1 h 58 mn 52 s. Tahina Razafinjoelina-Baovola Rajaonarivony de l’ASACM, leader provisoire de la première journée Subaru complète le podium crédité d’un chrono de 2 h 00 mn 14 s.

Catastrophique. Mais seuls 11 équipages sur les 30 ayant pris le départ vendredi ont franchi la ligne d’arrivée, une hécatombe. Parmi les abandons de marque, le vainqueur de la première manche du Championnat de Madagascar, Loom et Lucas à suite d’un problème de bras cassé, ont été contraint d’abandonner samedi tout comme Boom-Chouchou et le jeune Fred Rabekoto. Après cette deuxième manche marquée par plusieurs abandons, le rendez-vous est donné du 20 au 22 juillet au Rallye d’Amoron’i Mania.

Résultats du TOP 5

1-Ndrianja – Fanja – (Asacm) – Subaru – (1 h58 mn 25 s).

2-Louvel – Mahents – (FMMSAM / Asacm) – Mitsubishi Evo 9 – (1h 58 mn 52 s).

3-Tahina – Baovola – (Asacm) – Subaru – (2 h 00 mn 14 s).

4-Boana – Miangaly – (FMMSAM / ACCT) – Subaru – (2h 00 mn 28 s).

5-Haja D – Alain – (TMF / Asacm) – Ssangyong Actyon – (2 h 09 mn 55 s).

T.H

Madagate8 partages

Antananarivo. Grand succès de la 3è Journée internationale du Yoga

COMMUNIQUE DE PRESSE

CÉLÉBRATION DE LA TROISIÈME JOURNÉE DU YOGA: UN GRAND SUCCÈS

L’Ambassade de l’Inde à Madagascar a célébré ce dimanche 18 juin2017, la 3è Journée Internationale du Yoga au Boulodrome, Soavimbahoaka, Antananarivo. Le public était venu nombreux à cette occasion. Plus de 700 personnes ont participé à cet évènement dont des autorités malgaches (Présidents des institutions, parlementaires, hauts fonctionnaires de l’État, etc), des membres de Corps Diplomatiques, la communauté indienne, les centres de yoga, etc.

C’était vraiment un succès. Satisfait de l’organisation de cet évènement, l’ambassadeur de l’Inde à Madagascar, SEM. Subir Dutta (photo ci-dessus), a remercié tous les participants malgaches et étrangers, les centres du yoga, les partenaires qui ont fait cette célébration une journée un véritable succès.

Le Yoga est un art et une science pourune vie saine. Le but de la pratique du Yoga (Sādhana) estde surmonter toutes sortes de souffrances conduisant à une sensation de liberté dans tous les domaines de la vie avec une santé holistique, bonheur et harmonie. Le Yoga n’est pas juste un exercice physique comme perçu par beaucoup. Le yoga consiste à harmoniser le corps avec l'esprit et respirer à travers les moyens de diverses techniques de respiration, des postures de yoga connues sous le nom d'asanas et de méditation.

L’Ambassade est soutenue par les écoles de yogaprésentes à Antananarivo à savoir: Les professeurs de yoga du Centre Brahmakumaris, de l’Hatha Yoga, du centre de Méditation Sahaj Yoga, du Centre de guérison holistique, du Patanjali Hatha Yoga, du Sahaja Yoga Madagascar et de la Fondation Sri Tathata ont expliqué les avantages et ont démontré les différentes techniques simples d'asanas et de méditation.

Cette journée a été marquée par une présentation sur les références védiques du yoga par  Madame Abha Singh, un Professeur de philosophie et de sanskrit de l'Inde, et par des mouvements de yoga accompagnés de la musique du Groupe Benja Gasy de Madagascar. Les écoles de yoga ont fait également des présentations individuelles.

Pour rappel, faisant suite à l’appel du Premier Ministre de l'Inde, l'Assemblée Générale des Nations Unies (UNGA), a adopté le 11 décembre 2014, une résolution proposéepar l’Inde et coparrainée par un record de 177 pays (dont Madagascar),et à déclaré le 21 juin comme la « Journée internationale du yoga ».

L'événement est parrainé par toute la Communauté Indienne, notamment le Cercle India Madagascar (CIMA), Airtel, Eureka, Telma et UCODIS.

AMBASSADE DE L’INDE

ANTANANARIVO

La Vérité6 partages

Lémuriens - Entre conservation et survie

Madagascar fait partie des pays pourvus de ressources naturelles uniques qui ne se retrouvent nulle part ailleurs. Actuellement, la plupart de ces ressources sont menacées par l’exploitation excessive des forêts, l’exportation illicite ainsi que par la consommation inconsciente des faunes endémiques comme les lémuriens. Cependant, la plupart des initiatives pour la protection de l’environnement malgache proviennent des étrangers que ce soit des particuliers ou des groupes internationaux. Le millionnaire Richard Branson, par exemple, a contribué à la conservation des lémuriens en emportant ces petits primates dans l’une de ses îles privées, Moskito, pour faire perpétuer la race.

Des cas de ce genre se font également dans les différents zoos comme celui de Lyon (France). Le Gouvernement malgache ne procède aucunement à l’éducation environnementale de son peuple afin de préserver un meilleur monde pour les générations futures.

Si aujourd’hui, 105 espèces de lémuriens sont enregistrées dans la Grande île, 94 % d’entre elles sont en danger d’extinction depuis 2014, selon le rapport de l’Union internationale de la conservation de la nature (Uicn). Alors que 3 ans plus tard, il se peut que ce pourcentage ait augmenté. L’exploitation abusive de la forêt qui est l’habitat naturel de ces animaux constitue les causes principales. La population coupe les arbres des forêts pour en faire du charbon de bois. Ainsi, si la faune n’est pas dans une aire protégée, elle risque sans aucun doute de mourir dans une zone qui ne répond pas à ses besoins. Malgré cela, il ne faut pas non plus exclure la consommation des ces petits primates. Si un animal a été déclaré comme espèce protégée depuis le début des années 80, il y a encore ceux qui le consomment jusqu’à présent. Manque de connaissance ou de denrées alimentaires ?

En effet, des associations militent dans la sensibilisation de la population. Néanmoins, dans les zones touchées par la période de soudure, les gens ne peuvent s’empêcher de consommer ces espèces protégées par crainte de mourir de faim. Il y a même des braconniers qui capturent les lémuriens pour les vendre en tant que viande de brousse. Face à cette situation délicate, les autorités compétentes doivent s’y pencher sérieusement. Sans mesures draconiennes prises par l’Etat malagasy, ces espèces qui font la renommée de Madagascar risquent de s’éteindre.

Rova R.

L'express de Madagascar5 partages

Toliara – Le parti HVM montre ses muscles

Le HVM a effectué ses assises régionales couplées par la célébration de ses trois ans, samedi à Toliara. L’occasion pour cette formation politique d’afficher sa base dans cette région .

La place d’Ankilisoafilira était submergée d’une marée humaine blanche et bleue. En effet, plus de quinze mille personnes et même plus, tout âge confondu, ont participé au grand carnaval rentrant dans la célébration du troisième anniversaire du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) mais surtout à l’occasion de ses assises régionales après celui de Fianarantsoa, de Toamasina et d’Antsiranana. C’était vêtu de tee-shirt blanc et bleu, couleurs du parti au pouvoir, que ces partisans issus des vingt-deux régions ont fait une longue procession durant plus de deux heures de temps, pour converger vers le gymnase couvert de Tsienengea où devait se tenir le discours inaugural de cette manifestation politique.Le discours du président du parti, Rivo Rakotovao, était particulièrement attendu car le HVM se devait de soigner et de redorer son image pour asseoir ses marques en vue des prochaines élections. Il n’a pas manqué de souligner que le HVM vient de prouver « qu’il est le parti plus puissant et le plus structuré dans tout Madagascar malgré son jeune âge » en se référant notamment au nombre d’adhérents et surtout d’élus que ce parti compte sur l’étendue du territoire. Ce parti lance également un appel à tout un chacun pour renforcer les rangs du HVM. Toutefois cette sollicitation semble être floue de la part de son initiateur car publiquement il s’en est pris ouvertement au député d’Antsalova pour ne pas avoir osé endosser le tee-shirt et la casquette de ce parti durant cette manifestation à Toliara. « Je m’adresse solennellement à vous de quitter ce parti si vous avez honte de porter le maillot de votre équipe ». Toujours d’après Rivo Rakotovao, « il faut avancer ensemble et ne pas reculer devant les critiques ».Cette assise a aussi été l’occasion pour le parti de faire connaitre ses alliés politiques. En effet lors du carnaval plus de mille cinq cent personnes composées de Mapar I et II et le Toliara Miray Raiky Tomira  dirigé par le ministre de la Fonction publique Maharante Jean de Dieu s’est manifesté en défilant et surtout en s’affichant publiquement que leur parti et association roulent avec le HVM. Un allié de poids pour ce dernier dans les consultations populaires dans cette ville.

AntiéconomiqueS’adressant toujours à ses militants, le premier responsable du HVM leur à fait part de son indignement sur les attitudes des quelques personnes mal intentionnés qui ces derniers temps dans cette partie du sud de l’ile, ont tendance à remonter la population pour contrer voire saboter tous les projets des investisseurs étrangers car ils ne pensent qu’à leurs intérêts personnels au détriment du peuple. « La présidence et le gouvernement incitent ces organismes à investir dans notre pays alors que d’autres personnes que je qualifie d’antiéconomiques sapent cet élan de développement pour d’autres fins ». Une allusion faite aux minorités de personnes qui le jour de lundi de Pentecôte ont profité de l’affluence des piqueniqueurs pour organiser un meeting contre le projet minier d’ilménite de Ranobe.

Francis Ramanantsoa

News Mada4 partages

Us et coutumes : monsieur l’agent est un ingrat

Dans la rue, dans les bars, au marché, dans les transports publics, nous pestons contre la gabegie, la corruption et la décadence. Mais dès que les forces de l’ordre s’avisent de faire leur travail, rémunéré par nos régulières contributions, nous, citoyens mécontents et râleurs, fulminons plus fort encore. Comment ? Il faudrait maintenant reprendre de bonnes habitudes, ne pas encombrer la chaussée, respecter le code de la route? Voyons, savez-vous qui je suis, Moi, Môssieur l’agent ? Comment osez-vous refuser le billet que je vous offre avec mon plus beau sourire ? Vous ne me faites pas peur ! Et surtout, vous êtes un ingrat monsieur l’agent, un ingrat.

 

L'express de Madagascar4 partages

Jirama – La centrale de Jovenna à la rescousse

Le réseau interconnecté d’Antananarivo sera bientôt doté d’une puissance supplémentaire. Les deux turbines de la Jovenna seront fonctionnelles en mi-juin.

Plus que quelques jours. Le réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA) se dote d’une nouvelle centrale thermique supplémentaire, avec celle de la Jovenna. Celle-ci sera fonctionnelle pour bientôt. C’est Hassanein Hiridjee, le président directeur général d’Axian Group, la maison mère de la Jovenna, qui l’a annoncé dans un billet écrit le 15 juin sur son profil Linkedin. « Jovenna inaugure dans quelques jours une centrale thermique de 48 mégawatts au fuel lourd, qui connectera près de vingt mille foyers dans les environs d’Antananarivo, grâce à ses deux turbines, en diminuant le prix actuel de la production assurée par des centrales au diesel », a écrit Hassanein Hiridjee.Les deux turbines de la Jovenna achetées à La Réunion l’année dernière sont installées sur le site d’Ambohi-manambola. Depuis quelques mois, les techniciens travaillent d’arrache-pied pour atteindre le délai imparti. Lors d’une visite sur les lieux au mois de mai, la centrale commencait déjà à prendre forme. « Le site devrait être opérationnel vers la mi-juin. La centrale fonctionnera avec du fuel lourd et tournera sans arrêt, sauf en cas de maintenance », avait déclaré Martin Chalifour, président de la société Energy Contact, une société canadienne qui est le maître d’œuvre du projet.

SpécialistesLe projet fait suite à la volonté du gouvernement d’apporter une solution aux problèmes récurrents du délestage. Et compte tenu de la demande croissante d’énergie dans le RIA, Axian group compte augmenter la puissance installée dans sa centrale. « Ce projet comporte une deuxième phase de 28MW qui sera opérationnelle en septembre », a fait savoir le patron du groupe Axian.Pour mener à bien sa mission, la société s’est notamment appuyée sur des spécialistes notamment la société Energy Contact, maître d’œuvre du projet, la société française GEMCO pour l’ensemble des contrôles des travaux ainsi que la société américaine Turbine Technology Services « TTS» pour la partie contrôles commandes. Deux sociétés malgaches pour la construction à savoir Construct et Cimelta ont également apporté leur savoir faire.Outre le site d’Ambohi-manambola, la deuxième fortune de Madagascar selon le classement du magazine Forbes  a fait aussi savoir que la « Jovenna travaille actuellement sur un projet de construction d’une centrale hydroélectrique de 110 MW dans la région de Toamasina sur le site de Volobe». Un investissement de 500 millions de dollars a été annoncé pour la construction de cette centrale hydroélectrique.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar3 partages

Braquage de Taxi-brousse – Deux détenus parmi un gang démantelé

Braquage de taxi-brousse et attaque armée ont été perpétrés sur la RN 34. Arrêtés, deux détenus ainsi que leurs quatre comparses ont été incarcérés, avant-hier. 

Incroyable mais vrai. Deux détenus du camp pénal d’Ambovoa à Betafo, condamnés à cinq ans de réclusion en 2016 ont été arrêtés pour attaque à main armée et braquage de taxi-brousse sur la RN 34. Ces deux prisonniers ainsi que leurs quatre comparses  sont tombés dans les mailles des filets tendus par les éléments de la brigade territoriale de la gendarmerie à Betafo au terme d’une investigation ardue. Un fusil a été pris sur les suspects.Âgés d’environ trente-cinq ans, les deux détenus sont les vétérans de cette bande qui vient d’être démantelée. Ils sont identifiés comme étant les cerveaux. Le benjamin du gang est en revanche âgé dix-huit ans à peine.Dans la nuit du samedi 10 juin au dimanche 11, à des heures tardives, alors que tous les prisonniers étaient censés être enfermés à double tours dans leurs chambresde détention, une vague d’actes de banditisme s’est abattue dans les environs du camp pénal d’Ambovoa. Aux alentours de 22 heures, un taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter en provenance de Morondava a été la cible de la bande.Après avoir dressé une barricade sur la chaussée, les bandits se sont embusqués dans le décor, au bord de la RN 34.Tombé dans le guet-apens, le chauffeur du véhicule de transport en commun a foncé sur le barrage. Arrivé à un point de  non retour. Il a mis  son véhicule à l’épreuve du barrage  et des balles tirées par les assaillants. Après s’en être sorti avec plus de peur que de mal, il a d’emblée rejoint un barrage routier établi par les gendarmes de Betafo. En un éclair, ces derniers se sont dépêchés au lieu d’embuscade, mais les malfaiteurs avaient entre-temps décampée, pour prendre d’assaut une maison environnante. Des appareils électroménagers y ont été dérobés avec tous les objets de valeur à portée des mains.

Billet d’écrouAprès avoir mis la main sur tout ce butin, ils sont revenus à l’endroit où ils ont tendu leur piège au taxi-brousse,  c’est alors qu’ils se sont heurtés avec la gendarmerie. Des échanges de coups de feu ont éclaté.Cerné, un membre du gang n’a trouvé aucune issue. Soumis au feu roulant des questions, il a mené les enquêteurs jusqu’à ses comparses. Les fuyards se sont fait coincer dans les communes rurales d’Andranomafana et de Mahaiza. Les gendarmes ont dans la foulée réussi à remonter de fil en aiguille jusqu’aux deux prisonniers, lesquels se sont fait cueillir au camp pénal. Le dernier suspect a été appréhendé jeudi. Un fusil de chasse de fabrication artisanale a été retrouvé lors de son arrestation.Les six prévenus devaient être traduits devant le parquet d’Antsirabe, samedi. En raison des grèves des greffiers, c’est le chef district de Betafo, en tant qu’Officier de Ministère Public (OMP),  qui a signé le billet d’écrou.

Andry Manase

News Mada2 partages

Jasmine un one man show à Antsahamanitra

Le 21 juin prochain, l’association Fikambanana protestanta mpanolokolo ankizy eto Madagasikara (Fipmam) organisera un spectacle pour les enfants à Antsahamanitra à partir de 13 heures. Elle a choisi l’animatrice professionnelle Jasmine pour assurer l’évènement baptisé «Fenoy ankizy ny Antsahamanitra». L’objectif est de récolter un fonds spécial pour une colonie de vacances qui se déroulera à Mahajanga.

«L’examen officiel CEPE se tiendra demain. Et comme les adultes, les enfants aussi ont besoin de se défouler. C’est pour cette raison que nous avons organisé cet évènement, le lendemain du CEPE. Nous invitons donc tous les enfants à venir à Antsahamanitra», a annoncé Jasmine. Au fait, l’artiste a choisi de se déguiser en clown durant le spectacle. Ainsi, le programme sera bien chargé, puisqu’il y aura des animations, des concours, des jeux, de la danse et de la musique. Des mascottes de dessins animés seront aussi au rendez-vous. «Et pour satisfaire davantage les enfants, nous offrons gratuitement des lanternes aux premiers venus», a-t-elle continué.

Un DVD avant la fin de l’année

En effet, Jasmine a déjà préparé ce spectacle depuis plusieurs mois. «J’ai composé et arrangé des chansons pour enfants depuis l’année dernière. Quelques vidéos sont déjà diffusées sur les chaînes locales. La particularité de mes titres est que non seulement ils divertissent les enfants, mais ils les éduquent aussi», a ajouté l’artiste. Effectivement, ces morceaux seront interprétés durant le spectacle. Et selon Jasmine, un DVD sera présenté officiellement avant la fin de cette année.

Habituée à animer des fêtes privées, Jasmine a plus d’une dizaine d’années d’expérience en tant qu’animatrice spécialisée dans la petite enfance. «Le métier n’est pas facile, surtout lorsqu’il s’agit d’animer une fête d’anniversaire d’un enfant. Il faut suivre les tendances, être au courant des dessins animés du moment, avoir les accessoires idoines, les répliques à utiliser pour les séduire et les divertir. Bref, le métier exige un grand professionnalisme», a expliqué notre interlocuteur.

Holy Danielle

Madaplus.info1 partages

Détournement de fond public démasqué

Plus d’un milliard d’Ariary de fond public a été détourné dans la Finance publique l’année derrière selon le Directeur de la Direction de la Brigade d’Investigation Financière et de l’Audite (DBIFA),

Madaplus.info1 partages

Football Cholet: Dimitri Caloin l'international malgache arrive en renfort.

Un renfort de plus pour Cholet. Dimitri Caloin a accepté le challenge proposé par le récent promu en National 1.
Il y a moins d'un mois le capitaine du Limoges FC, Dimitry Caloin, figure parmi les 18 joueurs retenus par le sélectionneur de Madagascar pour disputer les éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations 2019.
Le joueur polyvalent de 27 ans, dont la mère est d'origine malgache, a été sélectionné par Nicolas Dupuis en compagnie de sept autres éléments évoluant en France métropolitaine comme le Sochalien Faneva Andriatsima ou le Niçois Albert Rafetraniaina.
Rappelons que Madagascar a débuté ses éliminatoires pour la Coupe d'Afrique des Nations 2019 le 9 juin avec un déplacement au Soudan (les malgaches ont gagné 3-1 face aux soudanais). La nation qui occupe le 111e rang au classement FIFA croisera également la route du Sénégal et de la Guinée Equatoriale dans un groupe de quatre formations au sein duquel le premier sera directement qualifié pour la CAN.
Dimitry Caloin quitte ainsi Limoges, promu en N2 pour sa part, après six années de bons et loyaux services. Au milieu polyvalent le voici au SOC désormais sous la houlette de Nicolas Le Bellec, son ancien coach à Limoges.
•Club : Limoges
•Age : 27 ans
•Né le : 08 mai 1990
•Nationalité : France
•Taille : 1.93 m
•Poids : 92 kg
•Poste : Milieu
•Maillot : n°8
News Mada1 partages

Hôtellerie et restauration : renforcement des capacités

83% des emplois générés par le secteur du tourisme à Madagascar proviennent de l’hôtellerie et de la restauration. Le renforcement des capacités dans ce domaine est de mise. La Fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar (Fhorm) se penche sur la question actuellement. Elle a récemment procédé à un recrutement.

Travailler dans les Ressources humaines nécessitent de faire preuve de qualités et de compétences pour la relance du tourisme. Face à la hausse du nombre d’infrastructures hôtelières créées dans le pays, les opérateurs dans le secteur font face à un problème d’insuffisance de personnel qualifié dans ce domaine ces dernières années.  D’autre part, les professionnels du secteur estiment aujourd’hui que la formation des hôteliers est également nécessaire. D’après les propos du président de l’Office national du tourisme à Madagascar (ONTM), Joël Randriamandranto,   «On recense trois sortes d’investisseurs dans l’hôtellerie à Madagascar. La première catégorie regroupe les investisseurs qui ne sont pas issus du secteur et engagent des professionnels du métier pour gérer leurs établissements. Le second groupe est constitué par des hôteliers professionnels qui décident d’ouvrir leurs propres établissements. Et enfin, la troisième catégorie concerne des particuliers ou des touristes qui ne sont pas issus du secteur mais décident d’investir et créent leurs établissements. Environ 80% des hôteliers à Madagascar entrent dans cette troisième catégorie».

32 000 emplois générés par l’hôtellerie et la restauration

Pour la Fhorm, ce processus de recrutement permet d’identifier  les profils recherchés par les hôteliers pour chaque emploi. «Nous avons pris tous les dossiers de candidature pour tous les postes de l’hôtellerie. A savoir, des directeurs d’établissement, responsables d’hébergement, maîtres d’hôtel, serveurs, chefs cuisinier, commis de cuisine, agents de sécurité, responsables des ressources humaines, comptables, réceptionnistes….», a déclaré le président de la Fhorm, Rita Ravelojaona.

32 000 emplois sur les 39 000 escomptés dans le secteur du tourisme sont dans l’industrie hôtelière. Selon les chiffres du Fhrom, les investissements dans ce domaine à Madagascar se  chiffrent à 21 078 millions d’ariary.

Riana R.

 

News Mada1 partages

Rugby : Madagascar a le vent en poupe

Ce ne sont ni le talent ni les programmes de développement qui manquent pour les inconditionnels de la balle ovale malgache. Les instances internationales doivent caler le maul tout en accompagnant les acteurs malgaches dans cette démarche. Et Madagascar figure encore une fois parmi les cinq lauréats du programme Spirit of rugby lancé par World rugby. Ce dernier a apporté son édifice pour mener à bien l’organisation du premier championnat de rugby scolaire à Madagascar.

Notons que le partenariat a été paraphé le 6 avril dernier et le réalisateur Christophe Vindis et son équipe sont en plein tournage à Madagascar avec la team de Terres en Mêlées pour suivre le parcours de trois jeunes joueuses de l’équipe Côte Saphir venant tout juste de se qualifier ce week-  end pour disputer les finales du sommet national de rugby scolaire le 25 juin dans la capitale.

Rojo N.

 

News Mada1 partages

Isehoana lozam-pifamoivoizana matetika : fiara roa nifandona naharatrana olona teny amin’ny Digue

Tsy ilaozana lozam-pifamoivoizana ny lalana malalaka sy mba tsara eto amintsika. Fiara roa nifandona teny amin’ny lalam-baovao Francophonie. Fandehanana mafy arahina tsy fahafehezan’ny mpamily ny fiara mahatonga ny loza. Ampian’ny fandraisana zava-pisotro misy alikaola izany.

Miverimberina matetika ny lozam-pifamoivoizana eny amin’ny lalam-baovao mahazo ny Digue mankeny Ambohibao iny. Ny asabotsy teo, tokony ho tamin’ny 7 ora hariva,  nifandona ny fiara madinika roa nifandona, ny iray P.205 raha fiara Express ny faharoa. Nifanehitra ireo fiara roa ireo ary nifandona teo amin’ny lohany mihitsy. Betsaka ny fahasimbana, tsy tafahetsika ny fiara roa. Olona roa no voalaza fa naratra tamin’izany ka tsy maintsy nentina tany amin’ny hopitaly.

Araka ny fanazavan’ny olona nahita ity loza ity, samy nandeha mafy ireo fiara ireo, ary nangalatra afovoany nisongona fiara hafa ny iray, kanefa efa akaiky ny faharoa. “Tsy tafala intsony ireo fiara ireo ary nirefotra be ny fidonany. Matetika loatra ny loza miseho ety”, hoy ny mponina eny amin’ny manodidina.

Malalaka ny lalana, tia mandeha mafy ny fiara eny an-toerana kanefa tsy mahafehy ny familiana ny mpamily ary izao mitera-doza izao.

Fiara 4×4 iray sy kamiao iray ihany koa nifandona teny Soavimasoandro, ny asabotsy hariva teo ihany. Vokatry ny fandehanana mafy ihany koa ny nahatonga ny loza. Simba be ilay fiara 4×4 ary naharatrana olona. Soa ihany fa tsy nisy ny aina nafoy tamin’ireo loza ireo.

Amin’ny ankapobeny, mahatonga loza ny fandehanana mafy, mbola ampian’ny fandraisana zava-pisotro misy alikaola. Rehefa tsy afoy ny aina, ny fahasimbam-pananana manginy fotsiny. Mandray an-tanana ny famotorana ny mpitandro filaminana.

Yves S.

 

News Mada1 partages

Concours medias : Unicef Dix journalistes primés

La célébration de la Journée de l’Enfant africain a pris une toute autre particularité cette année. En effet, l’Unicef, en collaboration avec le ministère de la Communication et des relations avec les institutions (MCRI) ainsi que l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM), a choisi cette journée pour primer l’effort des journalistes méritants du concours des médias organisé dans le cadre de son 70e anniversaire. Sur une soixantaine de participants dans toutes les catégories de médias confondues, dix lauréats ont été primés. Ils ont reçu chacun un MacBook lors de la cérémonie de remise des prix à l’American Center à  Tanjombato ce vendredi. «Un nombre très encourageant pour démontrer que les journalistes s’attachent au sujet touchant les enfants», a fait remarquer le président de l’OJM, Gérard Rakotonirina.

Lors de ce concours, divers problématiques dont les enfants malgaches font face tous les jours ont été traités. Cela allant des jeunes filles forcées à se marier trop jeune, des enfants descolarisés, des enfants en conflit avec la loi, des enfants victimes de toute sorte de maltraitance et de violence, et les maladies affectant les enfants. «Nous espérons que la presse va continuer à être la voix des enfants et consacrera du temps pour eux pour écouter leurs opinions», a déclaré le Chef des médias et relations extérieurs de l’Unicef à Madagascar, Matthew Conway, au cours de son allocution à cette cérémonie.

Sera R

L'express de Madagascar1 partages

Imerintsiatosika – Trois jeunes périssent dans une Golf IV

Emoi et désolation. Un grave accident de la circulation a fait trois morts  sur la   route nationale numéro 1 hier en début de soirée.  Âgés respectivement de vingt-six, vingt-deux et vingt-et-un ans, les défunts sont de la même famille. Deux  frères ont trouvé la mort aux côtés de leur beau-frère. Le drame est survenu  au point kilométrique 34, à l’entrée Ouest d’Imerin-tsiatosika à la hauteur d’Ambatonga. Déboulant à toute vitesse, la Volkswagen type IV des victimes a fait une sortie de route en partant en tonneau  pendant sa course effrénée.Après l’embardée, la citadine s’est abîmée contre une basse-cour en contrebas de la chaussée. Le véhicule est réduit en amas de ferrailles inextricables après une chute de quelques mètres. Le toit est aplati, face avant-méconnaissable et châssis plié. Les riverains venus au secours des malheureux ont eu fort à faire pour les désincarcérer de leur piège de métal. Des témoignages révèlent qu’ils ont été apparemment tués sur le coup.Le drame  n’a laissé aucun  rescapé. Le mystère est de ce fait, entier sur la cause de l’accident. En tout cas, les enquêteurs se retrouvent perdus entre la thèse d’une imprudence au volant et celle d’une défaillance mécanique, outre l’intervention de facteurs  pouvant avoir provoqué l’accident.Les défunts venaient de quitter Arivonimamo et faisaient route sur Tana avant que le pire ne se produise.Tout s’est  passé sans anicroche jusqu’à ce que la Golf, lancée à vive allure sur une ligne droite ne devienne incontrôlable à l’approche d’un virage.Saisie de l’affaire, la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Imerin- tsiatosika a fait le constat.Les corps inertes des trois jeunes ont été conduits à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona.  les familles Se sont précipitées après avoir été informées de leur disparition brutale.  Des  autopsies étaient prévues être pratiquées sur les dépouilles dans la soirée d’hier. L’épave de  la citadine était encore  en revanche sur les lieux de  l’accident.

Andry Manase

L'express de Madagascar1 partages

Mécanisation agricole – Le secteur privé incité à s’y investir

Les agriculteurs sont désormais obligés d’utiliser des outils mécanisés pour obtenir de meilleurs rendements.  

Passer à la vitesse supérieure. L’extension et l’intensi- fication agricoles pour assurer la sécurité alimentaire sont de mise. Le petit matériel manuel longtemps usité n’est plus recommandé. « Près de 97% des exploitations rizicoles par exemple utilisent encore la bêche, en d’autres termes, la force humaine constitue encore la principale source d’énergie pour les travaux agricoles », précise David Rakoto, directeur du centre de Formation et d’application du machinisme agricole, Cfama. « Pourtant, le contexte régional et international nous oblige à produire plus en peu de temps », ajoute-t-il.Le pilonnage est encore employé pour 23 000 tonnes de paddy au niveau des producteurs pour un rendement de 60% en moyenne. « De nombreuses tâches sont moins pénibles et beaucoup plus rapides grâce aux machines », ajoute le directeur du Cfama à la foire de la mécanisation agricole, qui s’est tenue à Antsirabe le week-end dernier. La mécanisation rizicole, entre autres, doit être utilisé avec les autres facteurs de production tels que les engrais, les semences, les produits phytosanitaires, l’eau ou encore le sol.La participation du secteur privé est insuffisante, vu qu’il ne considère pas assez la capacité actuelle d’absorption des producteurs.

Des nouveautésDes nombreux artisans ont suivi le pas de Cfama et inventent des matériels pour réduire les coûts mais gagner plus. D’autres grandes firmes essaient pourtant d’être présentes sur le marché. Agrivet représente désormais la marque Farmtrac, qui commercialise des tracteurs made in India, lancés à Madagascar en 2008. La marque appuie notamment le projet jeunes Entrepreneurs dans la région Bongolova. De grandes nouveautés telle que les kits d’irrigation localisée et précise ou encore de nouveaux outils d’approvisionnement pour des poulardes ont impressionné le public à la foire. La société d’emballage Enduma travaille jour et nuit pour produire des sacs en polypropylène lesquels sont très utiles en cette période de moisson.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Assemblée nationale – L’élargissement du pouvoir de la CENI rediscuté en commission

Aux antipodes. Les avis sont partagés entre les parlementaires et le gouvernement sur la proposition d’élargissement des prérogatives de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). La commission juridique de l’Assemblée nationale, à l’issue de la réunion d’hier, a donné son avis sur  l’initiative de loi du député Irenée Djaosera. «Cette proposition de loi est recevable car elle ne génère pas de surplus dans le budget de l’État», argumente les commissaires. Ainsi, cet avis de la commission juridique sera confirmé ou infirmé en assemblée plénière cette semaine. Dans le cas où elle est votée, il appartient au chef du gouvernement ou le président de l’Assemblée nationale de demander l’avis de la Haute cour constitutionnelle (HCC). Conformément à l’article 87 de la Constitution, «en cas de désaccord entre le gouvernement et l’Assemblée nationale ou le Sénat, la Haute cour constitutionnelle, à la demande du Premier ministre ou du président de l’une ou l’autre des assemblée parlementaire, statue dans un délai de huit jours».Toutefois, cette proposition de loi a été rejetée par le gouvernement sous le motif qu’elle « ne relève pas du domaine de la loi », lors du conseil des ministres du 6 juin. Un argument contesté par le député Irenée Djaosera qui soutient qu’il s’agit « d’un amendement de certains articles dans une loi existante ». Les grandes lignes de cette proposition de loi du député Irenée Djaosera habilitent la CENI d’établir le budget des élections correspondant aux calendriers fixés (…) L’initiative de loi prévoit également l’amendement de l’article 38 de la version précédente. Ainsi, la CENI « fixe, par son arrêté, et publie par tous les moyens les calendriers électoraux, avant la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale de l’année précédant celle des scrutins »Ces amendements rejoignent les suggestions formulées par les participants lors des consultations régionales sur les réformes des textes régissant les élections en 2016. Elle réduit en même temps les pouvoirs du gouvernement dans la détermination des calendriers et du budget électoral. L’avis de la HCC est crucial pour la suite de ces amendements pourvu que celle-ci n’avance pas l’argument sans équivoque «non conforme à la Constitution»

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar1 partages

Coopération – La Haute Matsiatra va œuvrer avec l’Afrique du Sud

Echanges socio-économiques. Un emploi du temps chargé  pour l’ambassadeur Sud-africaine Maud Dlomo, dans le Haute Matsiatra la semaine dernière. Elle a entre autres rencontré des opérateurs économiques de la Chambre de commerce et de l’industrie de Fianarantsoa où il a été question de discuter des possibilités de partenariat dans la promotion et la valorisation de la filière miel et les huiles essentielles. Le tourisme a été également au cœur des échanges car c’est un secteur prépondérant en Afrique du Sud, aux côtés de l’agriculture et du commerce. Le chef de la Région, Joël Tiana Herizo Randrianasolo a par ailleurs souligné l’importance de l’agriculture.La diplomate a ainsi invité les opérateurs touristiques ainsi que les représentants de la Haute Matsiatra à la manifestation culturelle relative à la musique et à l’art culinaire que l’Ambassade organisera au mois de novembre à Toliara. « Ce sera le début d’une longue coopération », a-t-elle souligné. La région Haute Matsiatra se penchera sur l’élaboration d’un dossier de coopération socio-économique avec les régions ou provinces en Afrique du Sud.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Drame d’un adolescent

Collision mortelle entre camion de  chantier et véhicule léger à Ambato­lampy Tsimahafotsy samedi après-midi. Un adolescent assis à l’avant de la voiture légère n’a pas survécu lorsque celle-ci s’est précipité à toute vitesse vers le poids-lourd.

L'express de Madagascar1 partages

Fête des impairs

Eh oui, c’est la fête dont on ignore l’existence et qui n’existera jamais dans le calendrier. Mais il arrive des jours où on va de maladresse en inadvertance, d’impair en bourde. Le pire est qu’on ne s’en rend même pas compte. Quand le gouvernement décrète dans un premier temps que toute manifestation publique est interdite pendant le mois de juin, sans doute pour éviter les attentats à la bombe, il est le premier a transgresser la loi qu’il vient de publier une semaine auparavant en organisant le carnaval de Madagascar dont on ignore les véritables objectifs. Dans la foulée la même manifestation crée un indescriptible désordre public dans le centre de Tana où toutes les rues sont fermées a la circulation. Si le carnaval avait pour prétention de préserver l’intérêt supérieur de la Nation, il a surtout ignoré l’intérêt de millions de gens dont les activités ont été sinon suspendues du moins perturbées pendant quatre jours. Ailleurs, où le réseau routier permet pourtant d’emprunter d’autres axes, on ne se permet pas ce genre d’ineptie. Pour le marathon de Londres, de Paris ou de Boston, la fermeture des axes ne dépasse pas cinq heures. Reste à espérer que le carnaval de Madagascar sera le pendant de celui de Rio d’ici quelques années pour rameuter un million de touristes et mériter cette faveur totalement déplacée.Le gouvernement a apporté une précision dans le décret en soulignant qu’il s’agit des manifestations politiques à caractère politique. Il semble avoir oublié que le parti HVM avait programmé son congrès régional à Toliara depuis vendredi avec défilé à travers la ville où les rues sont également bloquées. On se demande s’il s’agit d’une manifestation politique ou folklorique pour avoir une autorisation. À croire que les décrets ne concernent finalement que les partis et citoyens en dehors du cercle du pouvoir. Si le TIM ou le TGV organise son congrès à Tana, avec défilé dans les rues ou meeting dans un stade, on voit mal le préfet lui donner une autorisation.L’impair qui a marqué la semaine passée est aussi le transfert de Claudine Razaimamonjy, opérateur économique accusée de détournements de fonds, à la prison de Manjakandriana. Elle n’a pas supporté les affres de la prison d’Antanimora où elle était en détention préventive pendant quatre jours. Un traitement de faveur dont ne bénéficient pas beaucoup de prisonniers dont certains attendent la tenue de leur procès depuis plusieurs années dans l’enfer d’Antanimora.La prison de Manjakandriana accueille normalement de célèbres prisonniers déjà jugés à l’instar du commandant Richard Andriamaholison condamné à la déportation en 1983 par Ratsiraka ou le regretté Gaston Ramaroson condamné à des années de réclusion toujours par Ratsiraka. Un personnage mis en détention préventive ne devrait pas en principe bénéficier de cette faveur.L’État n’a qu’à mettre aux normes les prisons qui se trouvent dans un état lamentable indignes d’héberger des êtres humains, soient-ils des criminels et qui accueillent trois fois de prisonniers qu’elles n’en peuvent. En particulier celle d’Antanimora.Une situation mainte fois déplorée par la communauté internationale et les organisations de protection des droits humains mais personne ne bouge le petit doigt pour que cela change. Plusieurs ambassadeurs, plusieurs personnalités étrangères dont le commissaire européen Louis Michel ont effectué une visite guidée à Antanimora mais aucun projet de réhabilitation ou de construction de nouvelles prisons n’a jamais été conçu.Le gouvernement Ravalomanana avait prévu la construction d’une nouvelle prison du côté d’Anjanamasina mais comme la Transition de Rajoelina comptait l’interner comme Premier pensionnaire, le projet a été logiquement abandonné.La même logique reste vraisemblablement valable aujourd’hui étant donné qu’avec les dossiers de détournements de fonds ou de deniers publics que le Bianco affirme avoir sous la main, personne ne veut construire une nouvelle prison, même à cinq étoiles, pour en être le premier locataire. Ce serait le pire des impairs.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar1 partages

Recettes fiscales

Un excédent de 189 milliards d’ariary en termes de recouvrement des recettes fiscales comparé à la même période de 2016 a été enregistré au premier trimestre de cette année, soit 939 milliards d’ariary contre 750 milliards d’ariary. D’après les explications du ministère des Finances et du budget, cette performance est surtout soutenue par les recettes douanières, passées de 336 milliards d’ariary à 465 milliards d’ariary soit un gain de 29 milliards ariary par rapport à l’année précédente. Les réformes engagées au niveau de recouvrement, expliquent cette performance.

Madaplus.info0 partages

Détournement du fond public démasqué

Plus d’un milliard d’Ariary de fond public a été détourné dans la Finance publique l’année derrière selon le Directeur de la Direction de la Brigade d’Investigation Financière et de l’Audite (DBIFA),

Madaplus.info0 partages

Madagascar projette l’électrification rurale

L’Agence de Développement de l’Electrification Rurale (ADER) espère supprimer la déficience d’accès à l’électricité actuellement à Madagascar.
Un projet d’électrification rurale avec de l’énergie renouvelable sera enclenché dans la Région SAVA, l’année prochaine. Le gouvernement malagasy, représenté par le ministre des Finances et de Budget, la banque Allemande KFW et l’ADER ont signé, un accord de financement d’un projet de construction de cinq centrales hydroélectriques développant 13,2MW dans les milieux ruraux non électrifiés de la Région SAVA grâce au don de 14 Millions d’Euros octroyé par cette banque Allemande. 138 communes de la région de SAVA seront les bénéficiaires de ce Projet d’Électrification rurale. Cela réduira jusqu’à 90% d’utilisation de carburant et mettra à la disposition des populations une énergie propre et à moindre coût.
News Mada0 partages

« BMOI Amie des arts » : tanora dimy nandrombaka ny loka

Manohana hatrany ny tanora malagasy manan-talenta ny BMOI, amin’ny alalan’ilay fifaninanana « BMOI Amie des arts ». Manampy ireo efa nisitraka izany ny mpanao tantara an-tsary (BD) miisa dimy.

 

Notontosaina, ny zoma alina teo tetsy amin’ny hotely Le Louvre Antaninarenina, ny lanonana fampahafantarana ireo mendrika indrindra tamin’ny fifaninanana tantara an-tsary (BD), nokarakarain’ny « BMOI Amie des arts ». Niara-dalana tamin’izany ny fanolorana mari-pankasitrahana azy ireo.

Tsy iza ireo notsongaina tamin’ny maro fa Razanamparany Thierry (sokajy matihanina), Randriamanampisoa Mamie (sokajy sary an-gazety), Ramanamihaja Narson (sokajy « espoir »). Miampy ireo nahazo ny loka manokana : Andrianomenjanahary Francis « meilleur dessin » sy Rabenandrasana Filamatra « meilleur dessin scénario ».

Nanomboka ny taona 2012 ny fifaninanana « BMOI Amie des arts » ka niompana tamin’ny hosodoko, sokitra ary saripika izany. Tamin’ity taona ity kosa, nosafidina indray ny tantara an-tsary (BD) ary niaraka tamin’ny fanatontosana ny « Gasy Bulles », « festival » momba ity karazan-tsary ity, ny fifaninanana.

Mitotaly 162 ny BD nifaninana, izay avy amin’ny faritra manerana ny Nosy. Ny 21 tamin’ireo no notsongaina hiatrika ny famaranana ka naranty tetsy Antaninarenina. Nomena fahalalahana hifidy izay tiany ny mpitsidika ny fampirantiana. Nahatratra 1.000 teo ho eo ny naneho ny heviny.

Landy R.

News Mada0 partages

“Mazaval’Run” : nanambatra ny fanatanjahantena sy fialamboly

Hetsika hafakely. Tontosa ny alin’ny zoma lasa teo, ny andiany voalohany amin’ny “Mazaval’Run”. Fampiarahana ny fanatanjahantena sy ny fialamboly izy ity, raha hatao bango tokana. Hazakazaka kanefa tsy fifaninanana, natao amin’ny alina saingy mitondra haingo manazava azy ireo nandray anjara, izay nisy hatrany amin’ny 3.500 tany. Mazava alina araka ny anarany, ny kianja kelin’i Mahamasina tamin’io. Nitondra ny lokon’ny XXL sy ny Skol, izay mpanohana azy, ny hetsika. Nahazo zava-pisotro manome tanjaka mantsy ireo mpandray anjara 500 voalohany. Nisy koa ny fizarana “goodies” namalifaliana ny rehetra.Ankoatra ny tena hazakazaka, nisy fialamboly maro niaraka tanatin’ny “Mazaval’Run”. Teo ny “Zumba fluo”, izay sady fanafanana vatana ho an’ireo mpandray anjara. Nisy tranohevan’ny Skol sy ny XXL maro, nanamorona ny fihazakazahana, izay natao ho fiatoan’ny mpandray anjara koa. Teo amin’ny tranoheva “Disco” ny fiatoana voalohany. “Chinese Hip Hop” kosa ny faharoa, nialohan’ny “Robot dubster”, “Gasy gasy”, “Magic Forest” ary ny “Afro Trap”. Rehefa tapitra tonga ny mpandray anjara tany amin’ny 9 ora sy sasany alina, nivadika ho toeram-pandihizana, izay nohafanain’i Dj Gouty, Dj Shinchan, Steph Rami, Rak Roots ary Do-B ny fotoana. Antenaina fa hisy ny andiany faharoa amin’iny hetsika niavaka iny.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

Tafiditra tanteraka ao anatin’ny fety, saingy fetin’ny Fahaleovantena kosa, ny hetsika notanterahina tetsy amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina, omaly tolakandro. « Antsa fiderana ho an’ny firenena » ny lohahevitra tamin’izany ho fiderana an’Andriamanitra noho ny faha-57 taon’ny Fahaleovantena sy ny nijoroan’ny Foloalindahy malagasy.

Fety, fety ! Tafiditra tanteraka ao anatin’ny fety ny eto an-dRenivohitra, nanomboka tamin’iny faran’ny herinandro iny. Fety tetsy sy teroa fa anisan’ny nisongadina tamin’izany ny « Fetin’ny mozika », teny amin’ny Alliance française (AFT) eny Andavamamba. Marihina isaky ny 21 jona izy ity, saingy natao ny asabotsy teo ny hetsika rehetra manodidina izany. Ankoatra ny diabe, efa mahazatra isan-taona, nisongadina tamin’ity ny fampisehoana niarahan’ny tarika Kiaka sy Iraimbilanja.

Tsy latsa-danja raha oharina amin’ireo andiany roa voalohany ny « Carnaval de Madagascar », natao ny zoma teo hatramin’ny omaly. Hita taratra ny fivoarana : ravaka, fiahiana ny filaminana, fampirantiana, diabe, ireo mpanakanto niaka-tsehatra, sns. Mihamaro koa ny mpitsidika, indrindra ny Mhalagasy. Izay rahateo ny tanjona mba hahafantaran’izy ireo ny zava-misy any amin’ny faritra any. Nahafinaritra ihany koa ny fety niarahana tamin’ny mpanakanto, anisan’izany ry Mahaleo, ny asabotsy tolakandro teo.Nanatontosa : Landy R., Tiana R., Fanou.

News Mada0 partages

Faha-50 taon’ny Pecto : nisy ny “Flash mob” lehibe teny Antaninarenina

Nandritra ny herinandro izay ny fankalazana ny faha-50 taon’ny vatomamy Pecto. Niavaka kosa ny fanamarihana ny asabotsy teo, satria nisy ny diabe niainga teny Ampefiloha sy Antanimena, samy nihazo an’Analakely hamonjy ny tohatohabaton’Antaninarenina. Olona miisa 1.300 tany ho any, samy nitafy ny lokon’ny Pecto no nanatontosa ny filaharana nandritra izany.Hanatontosa ny “Flash mob” goavana ny tanjona tamin’io, teny amin’ny tohatohabaton’Antaninarenina. Ilay hira “Pecto Aoé” an’i Jaojoby no nanaovana ny soradihy niombonana nandritra iany. Naharitra 30 minitra teo ho eo ny hira sy dihy niarahan’ny rehetra, tamin’io. Niaraka tamin’ireo mpiasan’ny vondrona Basan sy ny JB, nandritra izany, ireo mpandalo teny.Marihina fa hitohy any Toliara ny fankalazana ny 27 hatramin’ny 4 jolay izao. Mbola handalo any amin’ireo tanàn-dehibe hafa ihany koa izany, aorian’izay.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Fanehoan-kevitra : miantso vahoaka handray fahefana ny FFP

 Mahazo laka ny fitsikerana sy ny fanakianana izao fitondrana izao. Anisan’ny nitondra ny heviny ny faran’ny herinandro teo teny Ivato, ny avy amin’ny Firaisankina ho fanavotam-pirenena. Nitodika amin’ny vahoaka izy ireo.

 

« Aoka izay fa mila miara-mientana hanavotana firenena isika… Miantso ny vahoaka izahay handray ny fahefana. Tompon’ny fahefana isika ka hanangana fitantanana ho an’ny fanorenana ifotony », hoy ny anisan’ny mpitarika, Manantsoa Victor. Nohitsin’izy ireo fa ampy izay ary tonga ny fotoana handraisana fanapahan-kevitra manoloana izao raharaham-pirenena izao. « Tsy azo ekena intsony ny gaboraraka sy ny kolikoly manjaka eto amin’ny firenena ankehitriny izao. Mariky ny tsy fahafehezana ny toekarem-pirenena izany », hoy izy ireo. Nohitsiny fa tsy hahaleo tena mihitsy isika raha tsy mahafehy ny toekarentsika ary tsy misy hatramin’izao andininy na andalana iray aza mikasika politikan’ny toekarem-pirenentsika.

Maro ireo tsy mankasitraka izao fitondrana izao intsony

Nanao antso avo ireo vahoaka tsy an-kanavaka mba tsy hipetrapetra-poana manoloana ny zava-misy moa ity vovonana ity ary nanambara fa mbola hitohy ny hetsika. « Efa tafatsangana amin’ireo boriborintany enina eto an-dRenivohitra ny vovonana ho amin’ny fametrahana ny fitantanana hanorenana ifotony ny firenena izao », hoy ihany izy ireo.

Midika izany fa efa maromaro ireo tsy mankasitraka intsony izao fitondrana HVM izao raha miainga amin’ny fanehoan-kevitra samihafa tato ho ato. Na izany aza, tsy mbola hita taratra ny fampitambaran-kery eo anivon’ireo maneho hevitra mitsikera sy manakiana izao fitondrana izao. Andrasana ny ho tohiny.

Synèse R.

News Mada0 partages

Kidnappings, insécurité : l’Exécutif à court de solutions

Lors son dernier rendez-vous avec les internautes à travers l’émission «Fotoam-bita», le Chef de l’Etat n’a fait qu’effleurer les dossiers chauds du moment, tels que l’insécurité et les kidnappings.

Une situation qui reflète plus ou moins l’absence d’une solution concrète de la part de l’Exécutif alors que les opérateurs et les chancelleries commencent à hausser le ton. Pendant ce temps, les déclarations des hauts responsables étatiques, à commencer par le Président de la République ne rassurent pas du tout. «L’Etat ne croise pas le bras. Les investigations sont renforcées dans la lutte contre le groupement des grands bandits», a seulement indiqué, à ce propos, le locataire d’Iavoloha, lors d’une émission consacrée à ses déplacement à l’extérieur vendredi dernier.

Le cas de kidnappings, notamment à l’endroit des opérateurs économiques et de leurs proches, ne date cependant pas d’hier. En février 2015, l’ancien ambassadeur de France, François Goldblatt avait remis une liste des suspects suite à une série de kidnappings de ressortissants français aux autorités malgaches. Il avait alors manifesté son exaspération face à la situation. Cependant, deux ans après, cette liste semble disparue de la circulation. Au contraire, le gouvernement n’en parle même plus.

Ces derniers temps, en tout cas, la série de kidnappings revient au devant de la scène. Après l’enlèvement du fils d’un opérateur économique, c’est un autre opérateur dans les milieux touristiques qui a été kidnappé avant d’être relâché. Avec diplomatie, l’ambassadeur de l’Inde, Subir Dutta, avait alors tenté de se faire entendre. «On veut des résultats tangibles et on veut une responsabilisation rapide et efficace du gouvernement», avait il alors indiqué récemment lors d’une conférence de presse. Il semble, en effet, qu’une rencontre entre le secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Défense nationale chargé de la gendarmerie a été initié mais jusqu’ici, il n’y a aucun résultat.

Du concret

Au niveau de l’Exécutif, le conseil de gouvernement du 6 juin dernier avait évoqué l’existence d’un feu vert donné aux  ministères concernés par la sécurité  pour peaufiner les budgets nécessaires à d’autres opérations financées par le gouvernement. Mais, jusqu’ici, rien de concret. «Le Premier ministre a indiqué aux trois départements ministériels concernés (Défense nationale, Sécurité publique et Gendarmerie nationale) de boucler, dans les plus brefs délais, les besoins financiers requis par la série d’opérations spécifiques (Opérations, patrouilles, traques, etc.) que les Forces de sécurité vont incessamment mener dans le cadre de la lutte contre l’insécurité grandissante minant la vie de la Nation», avait alors rapporté le communiqué du gouvernement, parlant d’un budget «conséquent» pour enrayer le spirale de l’insécurité, urbaine comme rurale.

Pour autant, la situation reste la même. Vendredi dernier, l’organisation non gouvernementale KMF/Cnoe avait publié un communiqué sur ce cas d’insécurité. «Nous espérons que les forces de l’ordre ne se contenteront pas d’apporter des solutions, mais les appliqueront comme il se doit», avait indiqué l’ONG en estimant que «Normalement, les forces de l’ordre doivent assurer la sécurité des biens et des personnes».

Rakoto

 

News Mada0 partages

Fiainana antoko : famitahan-tena ny kongresim-paritry ny HVM tao Toliara

Voalaza fa nahavory mpizaika hatrany amin’ny 10 000 ny kogresim-paritry ny HVM, natao tao Toliara ny faran’ny herinandro teo. Nisy ny fidinana an-dalambe nataon’izy ireo, nameno ny lalana tamin’izany ambara fa fampisehoan-kery izany. Tsy mihatra any amin’ny faritra tahaka ny any Toliara izany ny tsy fahazoana manao hetsika na fidinana an-dalambe mandritra ny volana jona ka nanao ny saim-pantany ity antokon’ny fitondrana ity. Eto an-dRenivohitra ihany ny fandrarana tsy mahazo manao hetsika politika ?

Tena naneho ny heriny tokoa manoloana izao fahantram-bahoaka izao ny HVM, indrindra fa ny fahantran’ny vahoaka sy ny asan-dahalo any amin’iny faritra atsimo iny. Nandany volabe antapitrisany amin’ny fitaterana ireo mpizaika hatrany ambanivolo rehetra any ka hatrany amin’ny faritra hafa. Mbola eo ny fiantranoana sy ny sakafo… Tsy mahagaga raha miiba avokoa ny zava-bitan’izao fitondrana HVM izao tao anatin’ny telo taona mahery nitondrany.

« Raharaha andramena » sy ny « Raharaha Claudine »

 Famitahan-tena izao ataony izao satria efa tsy mitodika any amin’io antoko io sy izao fitondrana izao intsony ny vahoaka. Mety noho ny tombontsoa manokana sy ny vola atao fafy katrana no maharesy lahatra ny sasany amin’izy ireo tamin’iny kongresim-paritra iny.. sy ny mbola hatao any amin’ny faritra hafa, toy ny any Mahajanga ato ho ato.

Etsy andaniny, aza hadinoina fa tsy manana depiote HVM, na iray aza, izao fitondrana izao raha vao tonga teo amin’ny fitondrana. Tsy vitan’izany fa tafiditra amin’ny raharaha samihafa ireo mpikambana sasany na ny mpanohana azy nandritra ny telo taona. Teo ny « Raharaha andramena » na fanondranana an-tsokosoko harem-pirenena, toy ny « Raharaha Singapour » izany. Eo koa ny fanomezana tombony ilay mpandraharaha akaiky ny HVM, Razaimamonjy Claudine, amin’izao fitanana am-ponja vonjimaika azy izao, noho ny fanodinkodinam-bolam-panjakana ahina ho nataony.

Araka izany, tena hafa mihitsy ny ambara sy ny atao. Mpitari-bato vilam-bava ny HVM sady mamita-tena koa ?

Randria

 

News Mada0 partages

Fiaraha-miasan’ny tanàn-dehibe : hifandray amin’ny CUA ny tanànan’i Tswane

 Hiara-kiasa sy hisokatra amin’ny hafa. Tafaverina an-tanindrazana, afakomaly, ny ben’ny Tanànan’Antananarivo, Ravalomanana Lalao rehefa avy niatrika ny fivoriamben’ireo Renivohitra afrikanina tatsy Pretoria, Afrika Atsimo. « Azo antenaina ny fiaraha-miasa amin’ny rehetra, indrindra amin’i Afrika Atsimo. Naneho fahavononana hifandray amintsika izao ny ben’ny Tanàn’i Tswane ary  hifampizara ireo traikefa ananany, hita fa mahomby », hoy izy teo am-pahatongavana teny Ivato . 28 ireo ben’ny tanàna avy amin’ny tanàn-dehibe afrikanina niatrika izany. Niompana amin’ny fampandrosoana maharitra eny anivon’ny Renivohitra ny lohahevitra nodinihina tao anatin’ny telo andro.  Eo koa ny famelabelarana ireo tetikasa 12. Anisan’izany ny fambolena an-dRenivohitra ka nitondran’ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao famelabelarana sy ny heviny. Eo koa ny olana momba ny  fitaterana, ny fahasalamana, ny fotodrafitrasa ary ireo rehetra momba ny eny amin’ny tanàn-dehibe.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Bad sy ny Jica : 300 tapitrisa dolara hanohanana ny tsy miankina

Vita sonia, ny 17 jona teo tany Abidjan Côte d’Ivoire ny fifanarahana eo amin’ny Banky afrikanina ho an’ny fampandrosoana (Bad) sy ny Antokon-draharaha japoney ho an’ny fiaraha-miasa iraisam-pirenena (Jica). Fampindramam-bola mitentina 34,41 miliara yens (300 tapitrisa dolara) ho an’ny Jica, hoentina hampiroboroboana ny sehatra tsy miankina. Tafiditra ao anatin’ny fandaharanasa fanohanana ny sehatra tsy miankina (Epsa) aty Afrika ity fifanarahana ity.

Fandaharanasan’ny Jica tohanan’ny banky Bad, andiany fahafito aty Afrika, ity vita sonia ity. Ampiasaina mandritra ny telo taona ity famatsiam-bola ity. Tataovana 0,35 % ny zanabola, aloa ao anatin’ny 40 taona, miampy fandeferana hanalavam-potoana 10 taona. Tanjona ny hanomezana aina ny fitomboana ara-toekarena sy hampihenana ny fahantrana aty Afrika, aminan’ny alalan’ny fanohanana ny mpandraharaha tsy miankina.

Efa hatramin’ny taona 2007

Nanomboka ny taona 2007, nahatratra 1,5 miliara dolara ny fampindramam-bolan’ny Bad ny Jica ao anatin’ny fandaharanasa Epsa. Nitentina 100 tapitrisa dolara io famatsiam-bola voalohany io.

Nitsotra ny filoha lefitry ny Bad, Rtoa Hassatou N’Sele, fa mpiara-miombon’antoka manan-danja amin’ity banky ity ny Jica amin’ny fampandrosoana an’i Afrika. Hatramin’ny nisian’ny fandaharanasa Epsa, nampitombo ny vola kirakirain’ny Bad ny fanohanan’ny Jica ny mpandraharaha tsy miankina, amin’ny fananganana fotodrafitrasa tsara kalitao sady mampihena ny fahantrana.

Nilaza ny tale jenerali (DG)-n’ny Jica, sampana Afrika, Ryuichi Kato, fa tafiditra ao anatin’ireo laharam-pahamehan’ny Bad, miisa dimy ny Epsa ny fandaharanasa Epsa, fanohanana ny sehatra tsy miankina.

Njaka A.

News Mada0 partages

JICA : appui au secteur privé en Afrique

L’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a signé avec la Banque africaine de développement (BAD) un accord de prêt de 34,41 milliards de yens (environ 300 millions de dollars) en faveur du secteur privé en Afrique, le 15 juin dernier en Côte d’Ivoire.  Ce prêt s’inscrit dans le cadre de l’Assistance renforcée au secteur privé en Afrique (EPSA).Il s’agit là du septième prêt d’assistance au secteur privé en Afrique octroyé par le Japon avec le soutien de la BAD, dont l’objectif est de soutenir le secteur privé via le guichet non souverain de la BAD.Cet accord de prêt marque la fin de la deuxième phase de l’initiative EPSA, annoncée lors de la sixième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), en août 2016, à Nairobi. Le Japon et la BAD avaient alors convenu d’engager ensemble plus de trois milliards de dollars sur les trois prochaines années, en faveur du secteur privé en Afrique.

Par ailleurs, la vice-présidente Hassatou N’Sele a souligné l’importance des prêts octroyés dans le cadre de l’initiative EPSA, dont le total cumulé depuis 2007 atteint 1,5 milliard de dollars. «La JICA est un partenaire stratégique essentiel pour la BAD et l’un de ceux qui contribuent le plus au développement en Afrique», a-t-il fait savoir.

News Mada0 partages

Rugby – «Ady kartie» : resin’ny Tam ny FTM

Ny Tam Anosibe ny teo amin’ny kartie ary ny 3FB kosa ho an’ny boaty. Ireo no nandrombaka ilay fifaninanana “Ady boaty, ady kartie”, nokarakarain’ny FTM Manjakaray. Lalao notanterahina, omaly alahady teny amin’ny kianja Makis Andohatapenaka. Teo amin’ny kartie, resin’ny Tam Anosibe, tamin’ny isa  17 no ho 12, ny FTM Manjakaray. Afa-bela izany, tamin’ity, ry zareo Anosibe.

Anisan’ny nanana olana, tamin’ity, ny FTM satria betsaka ireo mpilalao tompon-toerana no tsy afaka niakatra kianja noho ny ratra nahazo azy ireo. Anisan’ireny ry Mick, mpitsara baolina, sy i Dapiso ary ry Koroka sy Rasamy. Vokatr’izay, hita ho nandringa ny fanafihan’izy ireo. Tsy nivoaka toy ny fahitana azy, hatramin’izay, ny endri-dalaony. Tetsy ankilany, manomboka miarina ny Tam Anosibe, izay saika mpilalao vaovao sy tanora ny ankamaroany. Na izany aza, mbola hita nitarika azy ireo i Hasina.

Teo amin’ny boaty, tsy mbola afa-bela tamin’ny 3FB ny IRC. Tamin’ny isa 34 no ho 29 ny  nanilihan’ny ekipan’ny minisiteran’ny Fahasalamana azy ireo. Ny 3FB izay nahitana indray an-dRabiby sy i José niakatra kianja.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

«Rallye Telo andro» : norombahin’i Ndrianja sy i Fanja ny fandresena

 Nandrombaka ny fandresena teo amin’ny “Rallye telo andro” ny ekipazin’ny Asacm, nisy an’i Ndrianja sy i Fanja. Dingana faharoa, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara.  

 

Lasan’i Ndrianja sy i Fanja, nitondra ny fiara Subaru, ny voalohany teo amin’ny “Rallye telo andro”, nokarakarain’ny klioba Asacm. Dingana faharoa, eo amin’ny fifaninanam-pirenena.

Tsy naka sarotra mihitsy ireto mpanamorin’ny PMU Madagascar ireto tamin’ny famitana ireo dingana manokana “ES” natao, tamin’ity rallye ity. Nataon’izy ireo fotsiny izay tsy nialana tao anatin’ireo dimy voalohany. Na izany aza, nisy ihany ireo “ES” lasany toy ny “ES 5” sy ny ankamaroan’ireo “ES”, natao ny andro farany.

Anisan’ny tra-pahavoazana, ka tsy tonga hatramin’ny farany, i Loom sy i Lucas. Teo koa i Boom sy i Chouchou izay simba “amortisseur”. Samy niala avokoa izy ireo, taorian’ny “ES7”.

Nanomboka teo, nahazo aina i Ndrianja sy i Fanja satria ireo ekipazy ireo, no tena nifampitady taminy, na mbola teo aza i Louvel sy i Mahents, izay nanakaiky azy ireo hatrany nandritra ny famitana ny andro farany. Fiara 11 tamin’ireo 30 nandray ny fiaingana, ny zoma lasa teo, no tonga hatramin’ny farany.

Dingana manaraka ho an’ny mpanamory ny “Rallye Amoron’i Mania”, karakarain’ny klioba Tasamm, hatao ny 20 – 22 jolay ho avy izao.

Torcelin

 Ireo fiara dimy tonga voalohany

1-Ndrianja – Fanja – (Asacm) – Subaru – (1 ora 58 mn 25 s)

2-Louvel – Mahents – (FMMSAM / Asacm) – Mitsubishi Evo 9 – (1 ora 58 mn 52 s)

3-Tahina – Baovola – (Asacm) – Subaru – (2 ora 00 mn 14 s)

4-Boana – Miangaly – (FMMSAM / ACCT) – Subaru – (2 ora 00 mn 28 s)

5-Haja D – Alain – (TMF / Asacm) – Ssangyong Actyon – (2 ora 09 mn 55 s)

 

News Mada0 partages

Rugby à VII Féminin : tsy nisy naharesy ny Besarety

Notanterahina, ny asabotsy lasa teo teny amin’ny kianja Makis Andohatapenaka, ny «Tournoi rugby à VII» voalohany, hifantenana ireo izay handrafitra ny Makis de Madagascar, sokajy vehivavy. Fihaonana, nandraisan’ireo fileovana valo avy amin’ny ligin’Analamanga anjara. Nisongadina tamin’izany ny ekipan’ny SCB Besarety, izay tsy nisy nandresy mihitsy. Faharoa ny 3FB, izay resy indray mandeha. Marihina fa ireo ekipa roa ireo no azo lazaina fa anisan’ny sangany amin’ity rugby lalaovina olona fito ity, hatreto.

Mbola hiatrika fifanintsanana faharoa, tanterahina any Antsirabe, ireo ekipa efatra voalohany, tamin’ity “tournoi” voalohany ity. Aorian’izay, ho any Toliara ireo izay mpilalao voafantina farany.

Marihina fa hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can), hatao any Tonizia, ny Makis de Madagascar, ny 16 sy 17 septambra ho avy izao. Raha tsiahivina, laharana fahafito tamin’ireo firenena valo nandray anjara no nisy ny Makis, nandritra ny Can, natao tany Zimbaboe, tamin’ny taon-dasa.

Tompondaka

Toy izao ny filaharan’ireo ekipa 8

1 – SCB Besarety ; 2 – 3FB ; 3 – FTFA ; 4 – JSM Mahamasina ; 5 – FTM Manjakaray ; 6 – RCTS Soavimasoandro ; 7 – Rosa ; 8 – RFA.

 

News Mada0 partages

Atletisma – «Mada 2017» : nanamontsana zava-bita vaovao i Nantenaina

Nisy ny zava-bita vaovao montsana teo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja atletisma. Nohatsarain’i Nantenaina Frederic, atletan’ny 3FB, ny fe-potoana teo amin’ny 100 m sokajy “junior”.

14 taona aty aoriana vao montsana ny zava-bita tsara indrindra eo amin’ny halaviran-dalana 100 m, sokajy “junior”. Nomontsanin-dRakotoarinirina Nantenaina Frederic, mpihazakazaka avy amin’ny klioban’ny 3FB Analamanga, mantsy ny zava-bitan’i Manandaza Tiarison, izay nahavita izany, tao anatin’ny 10 s 69 %.

Nohatsarain’i Nantenaina Frederic ho 10 s 56% indray izany. Fe-potoana, tontosany nandritra ny fifaninanam-pirenena sokajy rehetra, natao ny asabotsy lasa teo, teny amin’ny kianjan’Alarobia. Marihina fa efa nanao pao-droa, teo amin’ny 100 m sy 200 m, ny tovolahy, nandritra ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, sokajy zandriny, natao ny 11 jona lasa teo.

Tsiahivina fa hisolo tena an’i Madagasikara, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, sokajy “junior”, hatao any Alzeria ny 27 jona ka hatramin’ny 2 jolay ho avy izao, i Nantenaina.

Ankoatra azy, nanatsara zava-bita teo amin’ny halavirana 5 000 m marche, ho an’ny sokajy “cadette”, ihany koa Rasoanandrasana Herline Stéphanie, avy amin’ny klioba Aspenato, Atsimo Andrefana. 30 mn 20 s 79 % ny nahavitany io halaviran-dalana io. Marihina fa Rasoamanantena Onisoa Clara, avy amin’ny Ajat, ny tompon’ny zava-bita farany, izay nahatontosa izany, tao anatin’ny 30 mn 38 s 65%.

Nanjakan’ny atleta avy amin’ny ligin’Analamanga ity fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara ity, narahin’ireo avy amin’ny ligin’Atsimo Andrefana. Ankoatra ireo mpihazakazaka malagasy, nisy koa fandraisana anjaran’ireo avy atsy amin’ny Nosy La Réunion. Na nahazo voalohany aza  anefa izy ireo, tsy noraisina satria tsy tafiditra ao anatin’ireo izay miady ny ho tompondakan’i Madagasikara 2017.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Rallye ASACM : Ndrianja et Fanja reviennent au galop

Les trois jours de sensation forte et d’endurance pendant la 2e manche du championnat de Madagascar de rallye, sous la houlette du club Asacm, ont porté ses fruits pour l’équipage PMU Ndrianja-Fanja qui se sont imposés devant les équipages Louvel-Mahents et Tahina-Baovola.

Les rallymen engagés pour la seconde manche du championnat de Madagascar de rallye ont été vraiment mis à rude épreuve durant les trois jours. Seuls 11 d’entre eux sur les 30 inscrits ont pu franchir le drapeau à damier à l’issue des 14 ES. Notons les abandons des duos Janice-Marielle (P 206), Yves-Tanjona (Subaru), Dominique-Thierry (VW Polo), Nirina-Christelle (P 206), Anjaniaina-Jaona (VW Golf), Stenion-Finoana (P 106), Jacques Ferre-Santatra (Mitsubishi evo 7),…

La liste est longue car bien de sérieux prétendants ont dû jeter les gants au bout de quelques kilomètres pour diverses raisons dont la plupart sont liées à des pépins mécaniques outre l’incendie de la Subaru de Hanitra et Marie Claude ainsi que la sortie de route de Landry et Sitraka (Renault Clio).

Quant aux rescapés, ils se sont livrés à une bataille sans merci jusqu’à la dernière ES  au plus grand bonheur du public. Surtout dans l’ES 13 qui a enregistré le plus grand nombre d’abandon. Au final, Ndriana et Fanja sont montés sur la première marche du podium après avoir gardé le suspense face à Gérard Louvel et Mahents Randriambololona (Mitsubishi evo 9) et Tahina et Baovola (Subaru) qui ont constitué le trio de tête. Loom sur Mitsubishi evo X, vainqueur de la première manche du championnat, a été le grand absent de ce plateau.

Rojo N.

Top 10 :

1-Ndrianja-Fanja (Subaru) : 1 : 58 : 25

2-Louvel-Mahents (Mitsubishi evo 9) : 1 : 58 : 52

3-Tahina-Baovola (Subaru) : 2 : 00 : 14

4-Hariandry-Miangaly (Subaru) : 2 : 00 : 28

5-Haja D-Alain (Ssangyong Actyon) : 2 : 09 : 55

6-Dani-Herizo (Citroën Saxo) : 2 : 13 : 48

7-Sitraka-Rado (Renault Clio) : 2 : 15 : 36

8-Fidy-Naina (Renault Clio) : 2 : 19 : 34

9-Antonio-Jordan (P 205) : 2 : 33 : 46

10-Ando-Tojo (Renault Clio) : 2 : 37 : 19

 

News Mada0 partages

Basket – Coupe de la ligue : SBBC et Fandrefiala renouent avec le succès

La deuxième édition de la coupe de la ligue a vu le sacre de SBBC Boeny (homme) et Fandrefiala Analamanga (dame). Deux équipes habituées au sommet du basket-ball national.

SBBC Boeny se relève ! Après une coupe de président frustrante où cette équipe s’est inclinée en final face à ses cadets de l’ASCB Boeny. Cette fois-ci, elle n’a laissé aucune chance aux autres prétendants au sacre.

En finale, la bande à Joma a rencontré des vieilles connaissances, Lalason et consorts de l’Ascut Atsinanana, comme lors de la finale de la joute nationale de 2015 avec la même issue. Une victoire à l’arraché de Fiary et compagnie face aux protégés de Bomba : 56-50.

Un premier sacre en N1A depuis son titre de champion de Madagascar en 2015 pour les basketteurs de Sôma Beach. Mais une nouvelle désillusion de l’Ascut qui continue sa traversée du désert malgré une bonne entame de la joute nationale.

L’autre fait marquant de l’événement fut l’absence de l’ASCB Boeny du podium de la coupe de la ligue. Considérée comme grande favorite, cette équipe a levé le pied au moment d’entamer les demi-finales, en se focalisant seulement sur la phase de poule de la joute nationale ainsi qu’au prochain sommet national du Fiba 3×3.

Quatre de ses joueurs sont en effet les champions en titre de la discipline et ils comptent garder leurs acquis dans l’optique de la sélection nationale avec laquelle l’Afrique est à portée de main.

«Game of Thrones»

Le jeu des chaises musicales continuent entre Fandrefiala Analamanga et MB2All Analamanga chez les dames, en attendant le retour en grâce de SBBC Boeny. Après son sacre à la coupe du président, MB2All a subi la foudre de Fandrefiala à Mahajanga en final de la coupe de la ligue.

Bien qu’ayant mal débuté la partie, les protégées de Andry et Tojo ont rectifié le tir à partir du  deuxième carton pour s’imposer sur un score éloquent de 75-67.

Un retour sur terre difficile pour Muriel et ses cliques qui pensaient avoir fait le plus dur en demi-finale en se débarrassant de SBBC Boeny. Erreur !

Naisa

Résultats homme :

3e place :

GNBC Vakinankaratra-ASCB Boeny : 85-69

Finale :

SBBC Boeny-Ascut Atsinanana : 56-50

Résultats dame :

3e place :

SBBC Boeny-JEA Vakinankaratra : 66-50

Finale :

Fandrefiala Analamanga-MB2All Analamanga : 75-67

 

News Mada0 partages

Fanafihana amin’ny lalam-pirenena : gadra mamita sazy, nanafika taksibrosy

 Nitrangana fanafihana taksiborosy tany Ambohivoho, fokontany Antanety, kaominina Soavina, distrika Betafo, ny herinandro lasa teo tamin’ny  9 ora sy sasany alina. Enin-dahy  ireo voasambotra tamin’izany. Gadra mamita sazy ny roalahy tamin’ireo…

Araka ny vaovao avy amin’ny zandarimaria, notafihin’ ny jiolahy teo amin’ny PK 30+800 RN 34 ny Sprinter iray ho any Morondava. Nitifitra tamin’ny basim-borona ireo jiolahy, saingy tafatsoaka ihany ilay taksiborosy ary tsy nisy naratra. Nampandre ny zandary ao Betafo ilay mpamily ary nidina avy hatrany teny an-toerana ny zandary avy ao amin’ny borigady Betafo. Nifanehitra tamin’ireo olon-dratsy ireto zandary ireto ary nitifitra avy hatrany. Ireo mpanakan-dalana kosa tsy nanana bala intsony ka nitsoaka nandositra. Raikitra ny fifanenjehana ka tratra sambo-belona ny iray tamin’ireo, izay ankizy tsy ampy taona, vao 15 taona monja. Nahita “etuis” kalibra 12 vita gasy iray ny zandary nandritra ny famotopotorana ny toerana nitrangan’ny fanafihana.

Taorian’ny  famotorana nataon’ny zandary, tratra ny ampitson’io ihany ny namany dimy hafa ka ireo voalaza fa gadra ao amin’ny camp pénal Ambohivoho ny roa lahy. “Gadra tamin’ny 2016 ka mamita sazy 5 taona noho ny heloka bevava ireo”, hoy ny fanazavana. Nosamborina tao amin’io camp pénal io izy ireo. Ireo roa lahy hafa, mbola tao ihany koa no nosamborina, izay voalaza fa niafina tao niaraka tamin’ireo gadra ireo.  Ny iray farany, nosamborina tany amin’ny Mahaiza, ilay tompon’ny basy vita gasy nentin’izy ireo nanafika, ary mbola nahatratrana  ilay basy  sy famaky, kiririoka, antsy, baramina ihany koa.

Notazomina ao amin’ny  borigady Betafo izy ireo hanaovana ny famotorana.

Gadra no mivoaka manafika

Mipetraka ny fanontaniana, ny amin’ny fomba nahafahan’ireto olona mamita sazy ireto any am-ponja nefa afaka mivoaka manafika. Mety hoe, afaka mivoaka mandehadeha tsy misy fanaraha-maso ny voafonja any amin’ity toerana ity. Ny azo antoka, na hisy aza ny fandavana, misy ny firaisana tsikombakomba amin’ity raharaha ity.

Toe-javatra tahaka izao izay mahabe resaka eto amin’ny firenena, mahavoatonontonona tompon’andraikitra maro. Na resaka fakana an-keriny, voatonona hatrany ny olona efa voafonja mivoaka manao asa ratsy. Ity fanafihana fiara eny amin’ny lalam-pirenena. Mialokaloka amin’ny fanambarana sy ny fifampiarovana hatrany ireo voatonontonona…

Yves S.

News Mada0 partages

Henjana ny fifantenana ny : « Miss Jeunesse Madagascar »

Henjankenjana. Fampitaha anisan’ny sarotra ny fifidianana ny « Miss Jeunesse Madagascar ». 500 ireo tovovavy nandray anjara tany am-piandohana. 111 sisa ireo hifanintsana amin’ireo manja sy mendrika, taorian’ny fifantenana natao tetsy amin’ny Villa Pradon Antanimena, ny herinandro teo. Hiditra amin’ny fifantenana faharoa indray izao ny mpikarakara, ny 24 jona izao. Anisan’ny hitsarana azy ireo indray ny fahaizana amam-pahalalana fa tsy ny hatsarana ihany. Maromaro ny fanontaniana hijerena ny fahalalana ankapobeny sy ny fahiratan-tsainy. Anjaran’izy ireo ny manaporofo fa mendrika hisalotra sy hitondra ny fanevantsika any amin’ny « Miss Jeunesse World ».

Sahirana ihany ireo mpitsara. Samy manana fahamendrehana na endrika amam-bika na ara-tsaina avokoa izy 500 vavy. Naharitra roa andro rahateo ny fifantenana. Nafana tanteraka ny lanonana niaraka tamin’ny Kolo TV/FM, nanorina ity hetsika ity eto amintsika. Halefa tsy ho ela amin’io fahitalavitra io ny fifantenana, hahafahantsika mankafy ny nitranga rehetra tao. Tsiahivina fa fampitaha natao hahafahan’ny tovovavy 15-19 taona mifanamby hitondra avo ny fanevantsika any amin’ny « Miss Jeunesse World » izao hetsika « Miss Jeunesse Madagascar » izao.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Chronique : un métier très discret

Dans les zones de conflit, il est guide, interprète, chauffeur, négociateur, anthropologue de fortune, il crée et réinvente ses fonctions au gré des besoins du journaliste.  C’est le fixeur, de l’anglais fixer, l’intermédiaire indispensable entre le journaliste et ceux qu’il veut rencontrer pour mener à bien son reportage.  Le fixeur reconnu pour son efficacité et sa diligence travaille avec plusieurs journalistes, son nom circule dans les agences de presse.

On exerce aussi le métier de fixeur à Madagascar. Les risques sont sans commune mesure avec ceux qu’on prend en Afghanistan ou en Somalie et c’est ici un métier qui n’a qu’un lien superficiel avec le monde de la presse. Pour le reste, les concordances sont étonnantes : le fixeur doit être aussi discret qu’efficace, avoir des accointances avec les milieux les plus divers, un carnet d’adresses très fourni et de bonnes relations avec quelques personnes-clé des services administratifs. Comme dans les zones de conflit, on sait dans notre pacifique pays qu’il est très difficile d’obtenir gain de cause (autorisation, permis, licence, décision, rendez-vous, etc.) sans passer par l’expertise du fixeur.

Tout le monde connaît un fixeur qui a ses entrées dans tel ou tel service et dont on se transmet discrètement le nom. Comme les journalistes, nous sommes finalement dépendants du fixeur que nous rétribuons pour services officieux. Son numéro figure en bonne place dans notre répertoire de téléphone.  Mais peu reconnu et peu respecté, l’intermédiaire qui nous dépanne et nous facilite la vie ne peut pas faire étalage de ses compétences sur la place publique. Le bouche-à-oreille est sa meilleure carte de visite mais qu’il sache rester discret : qui prendrait le risque d’inviter la face obscure de nos arrangements à la table familiale ?

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : arrêté portant classement de la station thermale d’Antsirabe (2)

(Suite.)

Aux dates fixées par ce dernier et au minimum deux fois pendant la durée du traitement, les fonctionnaires, employés ou agents civils et les militaires devront se présenter chez le médecin résident pour lui permettre de constater les résultats de la cure.

Art. 5. – Pour avoir droit aux indemnités de route et de séjour, les fonctionnaires, employés ou agents civils et les militaires doivent obtenir un certificat du médecin résident attestant qu’ils ont régulièrement suivi le traitement et faisant connaître le temps pendant lequel ils ont été traités.

La délivrance de ce certificat est gratuite. Ils doivent être également munis d’une feuille de route qui leur sera délivrée au moment où ils quittent leur lieu de résidence et qui est présentée au visa du chef de la province du Vakinankaratra, lors de leur arrivée et de leur départ de cette localité.

Art. 6. – Dans des cas exceptionnels et si la nécessité en est reconnue par le médecin résident, les fonctionnaires, employés ou agents civils et les militaires peuvent obtenir l’autorisation de faire une deuxième saison.

Il est statué dans chaque cas, pour les fonctionnaires, employés ou agents civils, par le conseil de santé de Tananarive, sur production d’un certificat du médecin résident. La délivrance de ce certificat est gratuite. En ce qui concerne les militaires, l’autorisation de faire une deuxième saison est accordée par le général, commandant supérieur, sur proposition du conseil de santé du chef-lieu.

Art. 7. – Les fonctionnaires, employés ou agents ayant, à titre exceptionnel, obtenu l’autorisation de faire une deuxième saison verront le montant de l’indemnité de séjour réduit de moitié pendant la durée de la prolongation, qui ne saurait être supérieure à trente jours.

Art. 8. – Tout fonctionnaire ou militaire qui n’effectuera pas la durée de la saison autorisée par le Gouverneur Général ou le général, commandant supérieur des troupes, sur avis motivé du conseil de santé, perdra tous ses droits aux indemnités de route et de séjour. Dans ce cas, il devra rembourser le montant de ses frais de transport, à moins qu’il ne produise un certificat du médecin résident, certifiant que c’est sur sa prescription que le traitement a dû être interrompu.

(À suivre.)

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : hitandro ny fanajan-dalàna sa handika ho fiarovana ny reniakoho?

Mifamahofaho izay tsy izy ny manodidina an’ilay raharaha mikasika an-dramatoa Claudine Razaimamonjy. Manome vahana tsy misy toy izany ireo fitantarana atsanga tsy aman’orana ataon’ireo mpaminany mahita volana alohan’ny biby. Araky ny vinavina aparitaky ny sasany avy amin’izy ireo dia fintininy amin’ny filazana hoe tolona iadiana izay ho tompona reniakoho mifahy izay sady be nofo no maro atody. Manangam-bovona arak’izany ireo nahatamana azy tao ao ankohonany raha mahita ny didy ataon’ireo fahefana tsy mikendry afa-tsy ny fisamborana an’ilay akoho manatody volamena.

Na atao aza fa arakaraky ny fananambe ny tsy fitsitsiana ny kely azo rangotina dia vola madinika ihany anie ilay tapitrisa iampangana an-dRaClaudine raha ampitahaina amin’ireo harembe tsy fanta-pihaviana tsy voakasika fanadihadiana. Ary tsy irery izy no miriaria amin’ny fisitrahana fananambe tsy manana loharano mazava. Firifiry ireo akanga tsara soratra mameno tanàna mampidera harena eo anivon’ny fahantrana mandifotra ny mponina totoran’ ny fahasahiranana manempotra ny maro andavan’andro.

Noho izany dia resaka fotsiny hono ny filazana fitandroana lalàna. Toy io fahantrana mianjady tsy manam-petra io ny fiitatry ny fanangonana harena ao anaty maizina tsy fanta-dàlana tsy tazana raha tsy efa mipoitra. Aiza izay sampan-draharaha voatokana ao amin’ny fiadidiana hanara-maso ny fitombon-karena tampoka? Ny fanerena an’ireo mahazo toerana hanao fanambaram-pananana no atao resabe hanakonana ny baranahana ateraky ny tsy fisian’ny fefy sy fanadihadiana rehefa miala mikasika ny harena nangonina mangingina teo amin’ilay toerana. Gaga angamba ny ambanilanitra raha misy fanamarihana ny fitomboan’ny harena maizin-dàlana lasa maintimolalin’ ny tompom-pahefana teo aloha, na direkitera lehibe izany na minisitra na filoha.

Izay dingana kely mety ho vita aloha anefa dia mendrika ifaliana. Izay ezaka ataon’ny mpitsara ahatongavan’ity raharaha Claudine ity ho anatra ho an’ny ao aoriana dia ho raisina naman’ny fanaovana fandrosoana. Tsy adino noho izany anefa fa ny lalàna tsy mandeha ila tsy afaka ampiharina antsijarany, tsy misy famarana na kaonsôma na bota na atsasany. Toy ny fitafiana lamba rovitra ny fizotran’ny raharaha Claudine, mihanjaka tsy maharakotra ny fiboridanan’ny lalàna na atao takon-kenatra ho fihatsarambelatsihy fotsiny aza.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

La Réunion : 7000 cachets d’Artane et 1600 cartouches de cigarettes saisis

Au cours de l’inspection de deux conteneurs d’artisanat malgache, des douaniers réunionnais ont découvert des cachets d’artane et des cartouches de cigarettes.

Belle prise des agents des douanes du Port. Pas plus tard que dans la matinée de mercredi, ils ont contrôlé à la sortie du Port Est, deux conteneurs renfermant des produits d’artisanat malgache en provenance de Toamasina.

D’après un communiqué de la douane réunionnaise, la fouille a permis aux agents de mettre à nu une contrebande de cigarettes dont la valeur marchande est estimée à plus de 373 millions d’ariary.

«À l’issue du dépotage complet des deux conteneurs, les douaniers ont constaté la présence, dans le fond de l’un des conteneurs, de 1 600 cartouches de cigarettes, essentiellement de marque Boston, d’une valeur totale estimée à 104 000 euros. La fouille approfondie des marchandises a également permis de découvrir 7 000 cachets d’Artane dissimulés dans le double fond d’un meuble en bois, ainsi que 80 pots de crème à blanchir et 46 bouteilles d’aloe macroclada (ou vahona), plante endémique de Madagascar menacée d’extinction et protégée dans le cadre de la convention de Washington», a indiqué la douane de l’île sœur dans le communiqué.

Elle a aussi mentionné que les marchandises de fraude ont été saisies et une enquête sera diligentée pour déterminer l’étendue de ce trafic et les personnes impliquées. «Les douanes malgaches ont coopéré à cette saisie, en transmettant des informations utiles à l’organisation du contrôle», a précisé les services des douanes de La Réunion dans le communiqué.

Recueillis par Mparany

News Mada0 partages

Nahatsiaro ny mpanala CEPE ny fikambanana Destiny

 Nahazo fitaovam-pianarana hiatrehana fanadinana CEPE rahampitso, ireo mpianatra avy amin’ny kilasy T5 tao amin’ny EPP efatra ao amin’ny kaominina Ivato. Avy amin’ny fikambanana Destiny, izay tarihin’ny vadin’ny ben’ny Tanànan’Ivato, Randrianarisoa Hobisoa.

Nahatratra 360 ireo mpianatra hiatrika fanadinana CEPE, rahampitso ao amin’ny Zap Ivato. Nahazo ny anjarany avokoa ireo. Nahitana penina, penisilihazo, gaoma, fitsipika…. tao anatin’izany.

« Tanjona ny hananan’ny mpianatra fitaovana ampy entiny miatrika ny fanadinana », hoy ny filohan’ny fikambanana Destiny, Randrianarisoa Hobisoa. « Fanadinam-panjakana voalohany amin’ny fiainan’ny mpianatra ny CEPE ka rariny loatra raha mendrika ny hotohanana izy ireo », hoy hatrany ny fanazavana.

Nilaza kosa ny mpampianatra fa misy amin’ireo mpianatra tena tsy manana fitaovana entina miatrika fanadinana mihitsy noho ny fahasahiranan’ny ray aman-dreny. Manampy betsaka ireo mpianatra, araka izany, izao fanomezana avy amin’ny fikambanana izao.

Marihina fa miaina amin’ny fanampiana avy amin’ireo malala-tanana sy ny herim-pon’ny mpikambana ny fikambanana Destiny hahafahany manao izao asa sosialy izao.

Efa fanao isan-taona ny mizara fitaovana ho an’ny mpianatra hanala fanadinana. Mitsimbina manokana ireo renim-pianakaviana ao amin’ny kaominina Ivato ihany koa ny ity fikambanana Destiny ity.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fanadinana CEPE 2017 : 41 ny mpiadina manana fahasembanana

Rahampitso ny andro hiatrehan’ny mpiadina 571 173 ny fanadinam-panjakana voalohany CEPE. 41 ny isan’ireo manana fahasembanana, 20 amin’izy ireo, marenina ka hanao ny fanadinana eny amin’ny Akama 67 ha. Ny 21 ambiny jamba na manana olana amin’ny fahitana : roa any Toamasina, roa any Toliara, roa koa avy any Fianarantsoa, roa avy any Farafangana, iray avy eto Antananarivo, iray avy any Antsiranana ary 11 avy any Antsirabe, araka ny fanazavan‘ny tomponandraikitra avy any amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana.

Nijery akaiky ny fanomanana ny fanadinana ny minisitra Rabary Paul, ny asabotsy lasa teo, teny amin’ny lycée Moderne Ampefiloha.

6 taona, Rafaramalala Onjaniaina ny mpiadina zandriny indrindra miatrika ny CEPE any amin’ny foibem-panadinana CEG Analaroa, Cisco Anjozorobe. 64 taona  Ravelontsafidy Dovise Temoa izay mpiadina zokiny indrindra hanao fanadinana ao amin’ny lycée Mahavatse, Cisco Toliara I, rahampitso tontolo andro. 1 827 ny foibem-panadinana handray ny mpiadina ary manana efitrano 13 782.

Afaka nijery ny efitrano fianarana ny mpiadina nanomboka ny asabotsy hariva sy omaly tontolon’ny andro. Ny taratasy fiantsoana kosa, anio mihitsy vao hozaraina mba tsy ho very satria mbola ankizy ny ankamaroany. Mbola manome ny toromarika farany ny mpanabe amin’ny fiatrehana ny CEPE.

 

Ny fandaharam-potoana rahampitso

Amin’ny 7 ora sy sasany ny fiantsoana anarana, rahampitso, isaky ny foibem-panadinana. Hanombohana ny taranja ny opétaions ka manaraka avy eo ny problème. Miditra amin’ny fahalalana tsotsotra ny mpiadina amin’ny 9 ora sy sasany. Mamarana ny tapak’andro maraina ny tantara sy fanabeazana. Ho an’ny tapany hariva, misantatra ny CEPE indray ny malagasy. Manaraka eo ny français ary manakatona tanteraka ny fanadinana ny jeografia.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fifaninanana : Unicef 70 taona Voalohany amin’ny « Fanjarian-tsakafo » i Amiko Philberte

 Mpanao gazety avy any Morondava anisan’ireo 10 mendrika nahazo fankasitrahana avy amin’ny Unicef i Amiko Philberte, ny faran’ny herinandro lasa teo teny Tanjombato. Laharana voalohany amin’ny sokajy Fanjarian-tsakafo izy. Miasa  amin’ny onjampeo tsy miankina Antsivabe miorina ao an-tampon-tanànan’i Morondava izy ary mpiandraiktra ny fandaharana momba ny fiovan’ny toetr’andro « Ny tany, sy ranomasina ary ny habakabaka » mandeha indroa isan-kerinandro. Nahazoany loka ny fandaharana niresaka manokana ny fanadihadiana nataony tany amin’ny distrikan’i Betioky ny volana oktobra 2016. Nidina ifotony tany amin’ny kaominina Masiboay ny tenany ary nampivoitra ny fiantraikan’ny fiovan’ny toetr’andro amin’ny fahasalaman’ny kilonga madinika. Maina ny tany, tsy misy ny vokatra miakatra. Ahitrabea no ataon’ny olona sakafo na koa voamadilo laroina lavenona. Ny raketa ifarombahana ka matetika tsy mahatratra ny ankamaroan’ny tokantrano, araka ny fanadihadiany tany an-toerana. Misy fiantraikany amin’ny fahasalaman’ny ankizy madinika izany satria tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka izy ireo. Niditra an-tsehatra ny Action contre la faim nanampy ny vahoaka. Nomena akoho ny vehivavy miisa dimy tena marefo nompiany, telo taona lasa. Nivoatra ny fiainan’izy ireo ary afaka nisakafo ara-pahasalamana ny zaza sady niovaova ny sakafony. Ny lehilahy tao anatin’ny fikambanana koa, nahazo fiofanana mba hikarakara ireo akoho ireo. Tafita ny tetikasa nentin’ny ACF.

Nahazo ordinatera avo lenta hanampy azy amin’ny fanantontosana fandaharana i Amiko Philberte satria tsy voatery hilahatra fitaovana intsony any am-piasana. Nisaotra ny Unicef izy tsy nanadino ny mpanao gazety any amin’ny faritra ary nankasitraka ny fanadihadiana nataony. 20 taona niasana teo anivon’ny onjampeo izy.

Tafiditra amin’ny fanamarihana ny faha-70 taon’ny Unicef ny hetsika fifaninanana ho an’ny mpanao gazety. 60 mahery ny mpandray anjara manerana ny Nosy ary niompana amin’ny lohahevitra maromaro : fiarovana ny ankizy, fanabeazana, fahasalamana.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Malnutrition : principale cause de décès des enfants

45% de la mortalité des enfants de moins de 5 ans sont liés à la malnutrition. Les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère ont 11 fois plus de risque de mourir de maladies communes de l’enfance.

La malnutrition est liée aux principales maladies de l’enfance comme les maladies diarrhéiques et le paludisme. En effet, elle empêche l’absorption complète de micronutriments, exposant ainsi les enfants à un état de faiblesse immunitaire, ce qui les rend plus vulnérables aux différentes maladies. Ce qui implique qu’une majorité des interventions pour prévenir et lutter contre la malnutrition est liée spécifiquement à la santé des femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux jeunes enfants au cours des 1 000 premiers jours de leur vie. La santé et la nutrition sont ainsi étroitement liées.

Continuum de santé

Entrant dans le cadre du «continuum des soins de santé», l’ONG Action contre la faim (ACF) recommande ainsi d’agir au-delà des services de la sous-nutrition. Une recommandation rappelée au cours de la célébration de la journée mondiale contre la faim du 15 juin dernier. Selon toujours ses recommandations, il faut intégrer la sous-nutrition dans la prise en charge globale de la santé reproductive, maternelle et néonatale de l’enfant ainsi que de l’adolescent.

Investir dans les ressources humaines en santé

Le personnel de santé est encore largement insuffisant. A Madagascar, on dénombre une sage-femme pour 15 000 habitants, et  un paramédical pour 8 400 personnes. D’après l’ACF, «Une augmentation de près de 140 % des effectifs est nécessaire». Une méthode recommandée dans le Renforcement des systèmes de santé (RSS). En effet, ces derniers délivrent des soins de proximité très variés, et contribuent fortement à la santé des populations dans leur zone d’intervention. Ils jouent ainsi un rôle essentiel dans la promotion de la santé par la prévention des maladies, la surveillance sanitaire et les interventions d’urgence. Ils peuvent agir effectivement comme de véritables initiateurs de changement pour les systèmes de santé et pour la société dans l’ensemble.

Sera R

News Mada0 partages

Mahitsy English Club : 20 ans dans l’Excellence

Journée particulière samedi dernier pour les 120 élèves et les professeurs de Mahitsy English Club (MEC) avec l’ouverture en toute convivialité de la célébration du 20e anniversaire de ce club.

Speechs, sketchs, danse «in english». Tout a été programmé minutieusement afin de démontrer à l’assistance que les heures de cours des élèves, des plus petits aux adolescents n’ont pas été peine perdue. Les orateurs étatiques, allant du représentant de l’ambassade des Etats-Unis, de la direction régionale de l’éducation nationale Analamanga, du Cisco d’Ambohidratrimo, de l’association des professeurs d’anglais à Antananarivo, surtout le représentant du ministère qui se sont relayés sur scène n’ont pas tari d’éloges sur les excellentes prestations des élèves.

Et si ces derniers ont un niveau élevé, c’est grâce aux méthodes de travail dispensées par leurs professeurs. «A part l’apprentissage de la langue de Shakespeare, nous essayons de motiver les élèves à ne pas avoir honte et à ne pas avoir peur de parler. Car nous avons remarqué que la plupart des apprenants sont forts à l’écrit mais ont des difficultés dans leur élocution. Nous avons initié ce club afin d’aider les jeunes à vaincre les obstacles et à préparer leur avenir. Nous sommes convaincus que la langue anglaise est indispensable afin de propulser les jeunes malgache dans leur carrière», a fait savoir Ravosoa Ramananoro, présidente et non moins fondatrice de ce club.

A Madagascar, les jeunes ne sont pas encore attirés par l’apprentissage de la langue anglaise. «Nous suggérons pour cela que l’anglais ne soit plus une option au BEPC. Nous souhaitons qu’elle soit  une matière obligatoire comme le français», a déclaré le professeur Juliette Rasoanirina.

Le MEC organise plusieurs activités comme des voyages d’études. Il est ouvert à tous les élèves des écoles de Mahitsy et de ses environs moyennant une petite participation par  trimestre.

Nadia

 

News Mada0 partages

Examen CEPE : les candidats fin prêts

Leur empressement à repérer à l’avance la salle de leur examen depuis samedi, accompagnés de leurs parents ou non, démontre que les jeunes candidats au CEPE sont fin prêts à passer ce premier examen officiel ce mardi. De son côté, le ministère de l’Education nationale affirme que les préparations au niveau des Dren, Cisco et Zap vont bon train. Et de rappeler que toutes réclamations, comme la non-réception de convocation, sont recevables auprès des Cisco depuis samedi.  Contacter le numéro vert 020 30 807 86 de Telma en cas de problème.

Cette année, leur effectif a connu une hausse de 11%, pour atteindre 571 173 candidats dans toute l’île  qui seront répartis dans 1 827 centres. Le plus jeune a été enregistré à la Dren Analamanga, âgé de six ans, si le doyen a 64 ans, dans la Dren Atsimo Andrefana.

Sera R

 

News Mada0 partages

Braquage et attaques a main armée : deux détenus parmi les braqueurs

Six individus, auteurs présumés d’une série d’attaques à main armée et de braquages à Betafo et sur la RN 34, viennent d’être arrêtés par la gendarmerie. Deux d’entre eux sont des détenus.

Qui s’y frotte s’y pique. Les deux détenus impliqués dans ces affaires, ainsi que leurs quatre présumés complices dont un mineur de 15 ans n’oublieront pas de sitôt cet adage bien connu. En effet, après avoir longtemps écumé cette localité, ils ont fini par être appréhendés par les éléments de la brigade de gendarmerie de Betafo. Les armes utilisées par la bande, dont un fusil, ont également été saisies.

Dans la nuit du 10 juin, les bandits ont pris pour cible un taxi-brousse reliant la capitale à Morondava. Cette nuit-là, à Antanety, district de Betafo, ils ont tendu une embuscade en plaçant des blocs de pierre sur la chaussée. Gardant son sang froid, le chauffeur a forcé le barrage. Les coupeurs de route ont ouvert le feu mais le chauffeur a réussi à se frayer un passage. Il a immédiatement alerté la gendarmerie.

Sans attendre, les gendarmes se sont déployés mais chemin faisant, ils sont tombés nez à nez avec les malfaiteurs. Des échanges de tirs ont eu lieu. A court de munitions, les bandits ont dû abandonner la partie. Ils se sont éparpillés aux quatre vents. Quoi qu’il en soit, les gendarmes ont réussi à capturer l’un d’eux, un adolescent de 15 ans.

Les enquêteurs n’ont pas eu du mal à lui tirer les vers du nez. Dans un aveu circonstancié, l’adolescent a dénoncé ses acolytes.

Les deux détenus ont été arrêtés le lendemain dans le camp pénal d’Amboavoa. Deux autres suspects qui ne sont pas des détenus ont également été épinglés, alors qu’ils se sont terrés dans le camp pénal en question. Le même jour, les gendarmes ont mis la main au collet du cinquième membre du gang, un habitant de Mahaiza. Un fusil de fabrication artisanale, une hache, une pince-monseigneur, des torches et des sifflets ont été découverts, lors de la fouille opérée à son domicile.

Selon la gendarmerie, les deux détenus, condamnés à 5 ans de travaux forcés à la maison centrale d’Antsirabe, venaient d’être transférés au camp pénal d’Amboavoa.

Mparany

 

News Mada0 partages

Accident de la route : trois morts sur la RN 1

Trois jeunes ont perdu la vie dans un accident de la route survenu hier à la sortie d’Arivonimamo. Roulant à vive allure en direction de la capitale, une Golf IV a fait une sortie de route avant de terminer sa course folle dans la cour d’une maison.

Les circonstances exactes du drame restent à déterminer mais selon des sources convergentes, l’excès de vitesse serait à son origine. La violence du choc a été telle que le véhicule s’est transformé en un amas de tôle froissée. Les riverains et certains automobilistes se sont donné la main pour extirper les occupants de l’intérieur.

Deux de ces derniers auraient péri sur le coup, tandis que le troisième a perdu la vie en cours d’évacuation.

D’autres cas d’accident de la route, heureusement sans causer de perte en vie humaine, se sont produits dans la capitale en fin de semaine. Dans la soirée de samedi, sur la nouvelle route de la Francophonie, une Peugeot 205 et une Renault Express sont entrées en collision frontale. Outre les dégâts matériels, deux blessés ont été signalés.

Mparany

 

News Mada0 partages

Echos du week-end : la capitale en effervescence

Depuis la semaine dernière, la ville d’Antananarivo a été animée par divers spectacles gratuits : podium, l’évènement carnaval de Madagascar, la fête de la musique. D’autres se sont déroulés durant la soirée comme le Mazaval run. En famille ou entre amis, il y en avait pour tous les goûts.

Depuis jeudi dernier, la circulation est interdite sur l’avenue de l’Indépendance à Analakely. Et pour cause, une grande fête foraine, un carnaval et surtout un grand podium s’y produisaient. Le week-end dernier, le moment fort était la participation du groupe Mahaleo au podium. «Je suis merveilleusement surpris d’assister à un live du groupe Mahaleo, malheureusement, les organisateurs ont un peu négligé la communication. Ainsi je ne m’y suis pas préparé, j’aurai du venir à l’avance pour avoir une meilleure place», a annoncé un fan du groupe, samedi dernier à Analakely.

Une autre façon de se défouler

Par ailleurs, l’évènement de Okalou baptisé «Mazaval Run», soutenu par XXL, a aussi séduit le public qui était surtout composé de jeunes. Le concept était innovant. Il consistait à effectuer une course lumineuse durant la nuit de vendredi dernier au Stade de Mahamasina. Avec des maquillages lumineux, et des accessoires brillants, le but est de faire la fête dans le noir. Après, le programme a continué avec show electro, une ambiance djing assurée par DJ Kiero, Dj Gouty… Ainsi, malgré le froid de l’hiver, l’ambiance de Mazaval Run a été chaude. «Je souhaite que ce genre de défoulement se tiendra régulièrement dans la capitale», a affirmé un participant.

La fête de la musique

Et enfin, la fête de la musique organisée par l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) a aussi connu un franc succès. Cette année, l’AFT a eu raison de choisir les deux groupes de rockers qui ont déjà une certaine notoriété dans le monde des rockers malgaches. Le groupe Kiaka a inauguré la scène. Sans tarder, l’ambiance était tout de suite devenue électrique. Le public, dont la plupart était vêtu en noir était ravi de la prestation de Kiaka et d’Iraimbilanja. Selon les membres de ces deux groupes, un autre concert sera prévu prochainement.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ariana dia indray aloha !

Ankatoky ny fety tokoa ary dia vao tany amin’ny fiandohan’izao volana jona izao no efa sesilany ny fanambaran’ny

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Andro iraisam-pirenena momba ny Yoga 700 mahery ireo mpandray anjara

Nanamarika ny andiany faha-3 ny andro iraisam-pirenenan’ny Yoga, teny amin’ny Boulodrome eny Soavimbahoaka Antananarivo ny alahady 18 jona 2017 ny masoivohon’i Inde eto Madagascar.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tsy fandriampahalemanaMila fanohanana ny fokontany

Mirongatra sy mahazo vahana hatrany ny tsy fandriampahalemana amin’izao fotoana izao eto an-drenivohitra sy ny manodidina.

 

Anisan’izany ny ao amin’ny fokontany Ambaniala izay vao nisiana tovolahy iray maty notifirin’ny mpitandro ny filaminana teo am-bavahadim-piangonan’ny FJKM ny herinandro teo. Manoloana io tranga io dia naneho ny heviny Rakotonirina Charles mponina eny Ambaniala. Tokony hisy ny fijeren’ny fanjakana amin’izao fotoana ny fokontany tsirairay avy. Na dia antsoina aza ny mpitandro ny filaminana dia tara na tsy tonga mihitsy nefa ny fokontany tsy mba manam-pitaovana fa tanam-polo no entiny miady. Ho an’ny fokontany Ambaniala manokana dia nomarihiny fa tsy mandry fahalemana ka mila jeren’ny mpitondra manokana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko mpihira Taratry ny MazavaHanatanteraka seho ao amin’ny FJKM Anjohy

Taorian’ilay fampisehoana goavana nanamarihan’ny antoko mpihira Taratry ny Mazava eo anivon’ny fiangonana FJKM Ambohidanerana ny voka-dehibe tetsy amin’ny Sainte Famille Mahamasina farany teo dia fantatra fa hanatontosa fampisehoana ao amin’ny FJKM Anjohy indray izy ireo ny 02 jolay ho avy izao.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AndraisoroRaim-pianakaviana iray hita faty tao an-tokantranony

Raim-pianakaviana iray manodidina ny 67 taona no fantatra fa hita faty tao an-tokantranony tao Andraisoro Fonenana ny sabotsy teo. Ny talata no hitan’ny mpiara-monina taminy farany izy.

 

 Mipetra-drery ity raim-pianakaviana ity. Vokatry ny fofona efa nidofaka eran’ny tanàna no nanaitra ny manodidina ka nanosika ireto farany nampandre ny fokontany. Nidina avy hatrany ireto farany niaraka tamin’ny lehiben’ny vaomieran’ny fandriampahalemana sy ny mpitandro ny filaminana kinanjo efa vatana mangatsiaka tokoa no nifanehitra tamin’izy ireo. Nitranga ny lelany, niainga ny tongony raha araka ny loharanom-baovao hatrany. Nentina avy hatrany tany amin’ny hopitaly moa ny razana taorian’ny fizahana nataon’ny BHM sy ny mpitandro ny filaminana azy. Raha araka ny fantatra hatrany dia any am-pitandranomasina ny iray amin’ny zanak’ity raim-pianakaviana namoy ny ainy ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina IvatoMpiadina CEPE miisa 360 nomena fampitaovana

Mpianatra miisa 360 hiatrika fanadinana CEPE no notoloran’ny fikambanana DESTINY fitaovana hiatrehana fanadinana rahampitso talata 20 jona.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana sokatraNirongatra be nanomboka ny taona 2015

Nanatontosa fifanakalozan-kevitra narahina asam-bondrona teny amin’ny «Le Pavé» Antaninarenina ny alakamisy teo ny UMRFJ (Union de Magistrats pour la Revalorisation de la Fonction de Juger).

 Lohahevitra novoaboasana ny mikasika ireo fanondranana an-tsokosoko mandindona ny hoavin’ny zava-manan’aina eto Madagasikara. Nandray anjara tamin’ny adihevitra ny Birao mahaleotena miady amin’ny kolikoly (Bianco), ny zandarimariam-pirenena ary ny AVG (Alliance Voahary Gasy). Nisongadina tamin’io fihaonana io ny faharinganan’ny ala eto Madagasikara. 8 tapitrisa hektara sisa izany raha nahatratra 20 tapitrisa hektara tany amin’ny taona 1960, araka ny tatitry ny AVG. Marobe kosa ireo zava-manan’aina malagasy miondrana an-tsokosoko any ivelany toy ny sokatra, ny corail noir, ny hyppocampe, ny volamena ary ny omby, hoy ny avy amin’ny zandarimariam-pirenena. Ho lany tamingana tsy ho ela rahateo ny omby eto Madagasikara raha tsy mandray andraikitra isika, araka ny fanamarihan’ny manamboninahitra solontenan’ny zandary. Tranga nanaitra kosa ny firongatry ny trafikana sokatra nanomboka ny taona 2015, hoy ny teo anivon’ny fitsarana fampanoavana. Tsy nihoatra ny 2 isan-taona teo anelanelan’ny 2012 sy 2014. Nahatratra dimy anefa ny taona 2015, valo ny taona 2016 ary telo nandritra ny enim-bolana voalohan’ny taona 2017, hoy ny lehiben’ny mpampanoa lalàna.

Ramano F.

na

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasy ho an’i JeanMba mailo amin’izay

Mino aho izao ry Jean fa mba efa naharay lesona tamin’ny zava-nisy hatramin’izay isika an !

Mandady indray mantsy ny trambo fa mody mizara hanina tsy mahavita taona indray Rafôrsa sy ekipany. Dia tena mitady ho raikitra indray ny hoe domina tapany handoa erany, ka iray lovia hivadika maloto afaka ora vitsy indray anie r’ise no tadiavin-dry be kolikoly sy be afera hanambakana antsika e ! Aiza ve ry r’ise ka tambazana hena kely iray kilao ny tany Atsimo, nomena vary kely sy voamaina kely ny teto Iarivo, mody nomena omby sy vary ihany koa ny tany Avaratra… Dia mirehareha ry manga kravaty fa matanjaka mahavita azy ary tompon’ny drala. Dia inona moa izany r’ise fa dia hihinan’ny tadin-kirarontsika indray isika atsy ho atsy raha mbola hanaiky lembenana eto foana isika raha voavidin’ny indray mihinana eto ! Tsy aleo ve mba mailo amin’izay e !

 

Tia Tanindranaza0 partages

Firaisankina ho fanavotana an’i MadagasikaraMiketrika fidinana an-dalambe

Manizingizina ny fikambanana « Ny firaisankina ho fahombiazan’ny Tolona » izay nihaona tamin’ny mpanao gazety teny Ambodirano Ivato ny sabotsy lasa teo fa hetsi-bahoaka lehibe ihany sisa no vahaolana hampahafantarana amin’ny mpitondra sy izao tontolo izao ny ngidin’ny fahasahiranana mianjady amin’ny Malagasy.

RTT

Ino Vaovao0 partages

AMBAKIRANO AMBILOBE : Raim-pianakaviana nigadra noho ny famonoany ny olona nanafika azy

Izy efa-mianaka ireo no ahiana ho namono nahafaty ilay lehilahy 45 taona tamin’ny vono sy ny daroka.

Araka ny fanangonam-baovao natao teny amin’ny mpitandro filaminanana, fanafihana mitam-piadiana no niandohan’izao raharaha izao tao amin’ny Fokontany Behefaka Kaominina Ambakirano, Distrikan’Ambilobe, ny 12 mey teo. Mpamboly sy mpivarotra lavanila ireo efa-mianaka voatafika niaraka tamin’ny fianakaviany tamin’izany.Avy nivarotra lavanila sy nivarotra omby ilay tokantrano ka tsikaritr’ireo olon-dratsy sy ny teo an-tanàna. Tokony tamin’ny 11 ora alina, tao an-tranony, niditra an-keriny rehefa nanapoaka basy nisesisesy ireo olon-dratsy niisa dimy.

Nampihorohoro sy nampatahotra ny tompon-trano ary naka ny vola 8 tapitrisa Ariary mahery tao niaraka tamin’ny fananana lafo vidy hafa mora entina. Niantefa teny amin’ny rindrina sy ny tafon-trano ny bala. Nitsoaka ireo mpanafika rehefa azony ny vola. Tsy nisy naratra ireo tao an-trano. Nandritra ny fanafihana nahatsikaritra ireo niharam-boina fa olona avy ao an-tanàna ihany ny iray tamin’ireo nanafika.

Tsy hita nandritra ny andro maromaro tao an-tranony io olona noahiahiana io. Ny fiandohan’ny volana jona vao nody ka notadiavin’ ireo olona lasibatry ny fanafihana hevitra ny hamonoana azy. Ny 9 jona io no novonoina ilay lehilahy 45 taona. Nanao fisamborana ny Zandary ka nosamborina izy efa-mianaka ary omaly nao natolotra ny Fampanoavana. Ankoatra ity maty novonoina ity, tsy mbola hita popoka ireo olon-kafa miisa efatra nanao ny fanafihana.

Mampametra-panontaniana koa ny fomba nahazoana ny basy tonga teny an-tananan’ireo jiolahy.

Anthonia

Ino Vaovao0 partages

ASAN-JIOLAHY : Sarona ny vehivavy iray mpampiantrano ireo mpanafika mitam-piadiana

Tambajotra iray ivondronana fito lahy mpanao ity asa ratsy ity no rava, herinandro vitsy lasa izay.

Mahatsiaro ho maivana ny mponina raha nahare ny fahatratrarana ireto andian-jiolahy. Mahamay ary tena mateti-pitranga mantsy ny fanafihan-jiolahy mitam-basy ao anatin’ny Distrikan’Ambohidratrimo iny. Isany lasibatra amin’izany ny Kaominina Mahitsy mipaka hatreny Talatamaty.

Manoloana izany anefa dia tsy mipetra-potsiny fa mandray ny andraikiny amin’ny fanenjehana ireo olon-dratsy ny mpitandro filaminana.

Nisehoana fanafihana narahina fandrobana tao anatin’ny Antanetikely, Kaominina Antanetibe Mahazaza ao anatin’ny Distrikan’Ambohidratrimo, roa herinandro lasa izay. Taorian’ny zava-nitranga vao afaka nampandre ny Zandary tao an-tanàna ireo fianakaviana lasibatra, ka ireto farany indray avy eo no nampita ny vaovao tany amin’ny Zandary ao Mahitsy.

Raikitra ny fanarahan-dia sy ny fikarohana, ny kizo sy ireo toerana fantatra fa tsy maintsy holalovan’ireo olon-dratsy no natao tsara ambina voalohany. Voatery nosavaina avokoa izay olona nivezivezy sy nandalo teo amin’io toerana io. Nanodidina ny ora roa tany ho any no nanaovana ny fisavana ka nahatratrarana ny telo lahy tamin’ireo jiolahy nanatanteraka ny fanafihana.

Mbola hita teny amin-dry zalahy ireo ny ampahany maro tamin’ireo entana voaroba toy ny labozia, siramamy sy ny maro hafa. Nitohy hatrany ny fikarohana ka efa-dahy hafa indray no voasambotra. Basy vita gasy miaraka amin’ny zava-maranitra toy ny antsy, sabatra ary baramina no voalaza fa fitaovam-piadiana entin’ireto jiolahy rehefa manao ny fanafihana izy ireo. Rehefa niroso lalina tamin’ny fanadihadiana ny Zandary dia fantatra fa misy vehivavy mpiray tsikombakomba amin’izy ireo, izay mampiantrano an-dry zalahy mialoha sy aorian’ilay fanafihana.

Ny herinandro lasa teo no niroso tamin’ny fisamborana an’ity vehivavy ny Zandary. Efa niara-natolotra ny fitsarana izy rehetra voasambotra ireto.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TAO AMBOHIBE : Misazy asa an-terivozona 5 taona ilay lehilahy noampangain’ny vadiny

Voaheloka hiasa an-terivozona 5 taona ny lehilahy tompon’ antoka tamin’ny fanafihana atao hoe Raolivanandrasana.

Raha tsiahivina ny alin’ny 6 febroary 2017 no nisehoan’ny fanafihan-jiolahy mahery vaika tao amin’ny Kaominina Ambohibe Distrikan’i Vavatenina. Mpandraharaha iray antsoina hoe Mahatsiaro Evariste no notahin-jiolahy 12 mirongo basy tamin’izany. Sady voaroba ilay mpandraharaha no nodoran’ireo olon-dratsy ny tranony sy ny fiarany. Soa fa tsy nisy kosa ny aina nafoy.

Niakatra Fitsarana ady heloka bevava Toamasina ny raharaha, ny herinandro lasa teo. Miisa 12 ireo voasaringotra amin’ity raharaha ity ka ny roa efa voatazona vonjimaika ao Ambalatavoahangy no tonga teny amin’ny Fitsarana, ka anisan’izany Raolivanandrasana na antsoina hoe Ndrasana. Ity farany izay monina ao Vavatenina .Niainga tamin’ny fijoroana vavolembalona nataon’ny vady andefimandriny no nahavoapaingotra an’i Nandrasana.

Ny vadiny izay nanatona Zandary tao Vavatenina taorian’ny fanafihana niseho. Nilaza ilay ramatoa vadiny fa i Ndrasana vadiny tokoa no nanafatra ireo jiolahy avy tao Toamasina nanafika an’i Evariste.Teo anoloan’ny Fitsarana dia nandà io fiampangana azy io Ndrasana. Ny fiarovantena nataony teo anoloan’ny Fitsarana ihany anefa avy eo no tsy nahafa-bela azy. Nilaza mantsy izy fa fantany avokoa ireo olona nanafika tao Ambohibe tratran’ny fokonolona, ka niharan’ny fitsaram-bahoaka.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

NAMAKIA SY MITSINJO : Nomen’ny Tamami (Tanora Malagasy Miroso) fanamiana ireo mpilalao baolina kitra

Tsy vao izao, hoy ny filoha nasionalin’ny antoko, Chamiary Floriot no nanaovana hetsika sosialy tahaka izao, izay ho fanampiana ireo tanora fa efa ela ary tafiditra ao anatin’ny rafitra ijoroan’ny antoko politika izany.Ny sabotsy teo no nanolorana ireo fanamiana ireo tao amin’ny kianja Rabemanjara Mahajanga.

Milaza ny mbola hanome fitaorana ho an’ireo ekipa mpilalao baolina kitra hafa ny Tamami raha ny nambaran’ity filohany hatrany. Tsy ho ela rahateo dia hisy ny lalao lehibe izay hatao an-toerana ka ireto fanamiana ireto ihany no entin’ireo ekipa izay nahazo fampitaovana hiatrika izany.

“Tsy dia misy resaka politika loatra ity fampitaovana ny tanora ity fa asa sosialy sy fanatsarana ny sehatry ny baolin kitra no tena imasoana”, hoy hatrany ny fanazavana.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

BAOLINA LAVALAVA - ALAOTRA MANGORO : Voahosotra ho tompondakan’ ny ligy ny Monster Club

Noporofoin’ity ekipan’i Madiotsifafana ity fa mbola izy aloha no mahery eo amin’io taranja io raha ny aty Alaotra Mangoro.

Tsy mbola resy mihitsy ity ekipa ity hatrany amin’ny fifanintsanana izay natao. Ny kianja Rasolonjatovo no nandray io lalao famaranana io, ny alahady 18 jona tolak’andro teo.

Nambaran’ Andriamampianina Ralison Filohan’ny Monster Club Madiotsifafana fa nisy fivoarana lehibe ny baolina lavalava aty Alaotra Mangoro amin’izao fotoana izao, indrindra fa ny aty Alaotra. Porofon’izany, hoy izy, ny nahatafakatra ny ekipan’i Tanambe tany amin’ny lalao famaranana.

Tsy azo atao tsinontsinona ny mpifanandrina satria matoa nahavita niatrika ny fiadiana ny ho tompon-dakan’ny ligy tahaka izao dia midika fa manana ny lanjany izy izay. Na teo aza io elanelan’isa io dia hita ho nanohitra hatramin’ny farany ny ekipan’i Tanambe izay manana mpilalao vaventy sy kinga ihany koa saingy ny eo amin’ny traikefa sy ny hafetsifetsena eny ambony kianja no tsy ampy, ka nahafahan’ny Monster Club Madiotsifafana nibata ny fandresena.

Any amin’ny fiadiana ny amboaran’ny Filoham-pirenena indray, araka izany, no hifankahita ny rehetra ary dia mazava fa ny ekipan’i Madiotsifafana no hisolo tena an’Alaotra Mangoro amin’io fotoana io.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

PREFKTIORA MAHAJANGA : Voarara ny fivezivezen’ireo fiara fitateram- bahoaka tsy ara-dalàna

Betsaka ireo fiara fitateram-bahoaka no miasa nefa tsy manana taratasy ara-dalàna, hoy ny lehiben’ny sampandraharaha misahana ny fifamoivoizana ny Kaominina, Nourdine. Izany indrindra no antony hanaovan’ny Kaominina sy ny Prefktiora ity hetsika fanentanana amin’ny fanamboarana ny antontan-tar’tasin’ ireo fiara. 

Mba hialana amin’ny mety hisian’ny fiara fitateram-bahoaka miasa an-tsokosoko ihany koa no mbola nanaovana ity fanentanana ity, hoy hatrany ny fanazavana. Tsy maintsy handraisana fepetra ireo tompon’ny fiara raha toa ka tsy mahafeno ny antontan- taratasy ny fiarany. 

Miafara amin’ny fanagiazana ny fiara izany raha toa ka misy ny fandikan-dalàna. Efa nihatatra ny zoma 16 jona teo ity hetsika ity ary ho hentitra ny fanaraha-maso hataon’ny Kaominina sy ny mpitandro ny filaminana amin’ireo tsy mbola nahavita ny azy nefa miasa.  

Tolin

Ino Vaovao0 partages

ATSIMONIAVOKO BETAFO : Sahirana amin’ny fotodrafitrsasa ireo mpianatra ho mpitandrina FLM

Fotom-bavaka lehibe no nentina nanamarihana izany izay natrehan’ireo pastora maro avy amin’ny Synodam-paritany manerana ny Nosy. Nandritra izany no nanambaran’ny Talen’ny Sekoly STPL ny olana atrehan’ny  sekoly, ka ny goavana ndrindra amin’izany dia ny tsy fahampian’ny fotodrafitrasa handraisana ireo mpianatra sy ny tsy fisian’ny efitrano fivavahana na Chapelle.

Mitombo isan-taona anefa ny isan’ny olona maniry ho lasa mpitandrina izay. Tao anatin’ny 40 taona nisian’ny sekoly anefa dia mbola ireo fotodrafitrasa nisy hatramin’ny fotoana niorenany izay no mbola mijoro ao ankehitriny. Noho ny fahanterany dia misy amin’izy ireo no efa mila fanarenana, indrindra ny efitrano fidivoana. Fanarenana sy fanamboarana fotodrafitrsa vaovao, araka izany, no tsangam-bato sy tanjon’ny sekoly amin’izao fankalazana ny jobily faha-40 taoana izao, raha ny fanazavan’ny Pastora Rakotomalala Mahefa, talen’ny STPL.

Manodidina ny 80 miliara Ariary eo ho eo no vola ilaina hananganana ireo foto-drafitrasa ireo raha ny fanazavany ihany, ka ny mpino eo anivon’ny FLM no entina handrotsaka izay foiny. Ny 20 janoary 2017 no nanomboka ny fankalazana ny jobily raha ny 22 oktobra 2017 kosa ny famaranana. Marihina fa ny Pastora Rakotomalala Mahefa no tale fahafito nitantana ity sekoly ity, ary mpitandrina tsy latsaky ny arivo no efa nivoaka tao.

Mpitandrina miisa 90 navoaka

Nifanindran-dalana tamin’ity fankalazana ny jobily faha-40 taonan’ny STPL ity ihany koa ny famoahana mpitandrina sy katekista niofaana sy nianatra ny teolojia nanditra ny roa na telo taona. Ny alahady 18 jona teo, mpitandrina miisa 83 tamin’ireo mpianatra 90 no navoaka ary afaka mandray ny asany amin’ny maha pastora azy avy hatrany. Ny vadin’izy ireo kosa dia niofana ho katekista. Ny fito kosa dia nanohy ny fianarany any amin’ny Sekoly fandalinana ny Teolojia any amin’ny Salt Fianarantsoa rehefa nahazo ny mari-pahaizana BAT na ny Bakalorea Teolojia.

Mpino marobe no tonga nanatrika ny lanonana teny Atsimoniavoko, ny Alahady teo ary nasaina hanatrika izany avokoa ny mpitondra fanjakana sy olom-boafidy teto amin’ny Faritr’i Vakinankaratra saingy nisy ny tsy tonga toy ny Lehiben’ny Faritra izay namonjy ny fivorian’ny HVM tany Toliara. Nahatonga solontena kosa ny Prefet sy ny Ben’ny tananàn’Antsirabe.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

MAEVATANANA : Amperinasa ny milin’ny Jirama mandeha amin’ny herin’ny masoandro

Mahasolo ny herin’ ny milina mandeha amin’ny solika ny asan’ity milina mandeha amin’ny masoandro ity ary mampihena ny fandaniana ataon’ny orinasa Jirama amin’ny famatsiana ny herinaratra ny mpanfijany. 

Raha 10900 litatra isan’andro ny solika lanin’ny orinasa Jirama teo aloha dia nihena ho 10300 litatra izany taorian’ny fampiasana ity milina mandeha amin’ny herin’ny masoandro ity. Raha atao ny kajy dia mbola manana 600 litatra ny Jirama amin’ny fampihodinana ny milina hafa. 

Manomboka amin’ny fito ora maraina ka hatramin’ny dimy ora hariva no ampiasana ity milina mandeha amin’ny herin’ny masoandro ity ary amin’ny dimy ora hariva ka hatramin’ny fito maraina no mandeha ny milina mandeha amin’ny solika. Tsy misy intsony araka izany ny delestazy ao Maevatanàna noho ny fampiasan’ny Jirama ity fitaovana vaovao ity. Fanambin’ny Fanjakana rahateo ny hampitombo ny vokatra amin’ny famatsiana herinaratra ny mpanfija. Ny Faritra Betsikoba rahateo manankarena masoandro, ka ampiasain’ny Jirama izany ahafahana mamatsy herinaratra ny vahoaka.

Tolin

La Vérité0 partages

Développement durable - Lancement de la plateforme web Rse et Idd

Dans l’optique du lancement officiel de la plateforme web concernant la Responsabilité sociétale des entreprises (Rse) et l’Initiative pour le développement durable (Idd), ainsi que de la deuxième édition du salon Rse qui aura lieu les 12, 13 juillet 2017 au Carlton, le cabinet Ur-Csr Consulting en partenariat avec le ministère de l’Industrie et du Développement du secteur privé, l’Unicef et Orange Madagascar, a organisé une journée portes ouvertes à la Chambre des commerces depuis hier. Ce salon aura comme thème « Croissance inclusive, durable et Rse ».

Les enjeux sociaux et environnementaux auxquels fait face aujourd’hui le monde, et en particulier Madagascar, nécessitent le développement d’une gouvernance partagée et une démarche intégrée. A noter que la démarche Rse constitue à la fois pour le secteur privé, un outil et une opportunité d’adresser ces enjeux tout en générant des profits dont l’objectif est de passer de la simple philanthropie au développement durable.

Selon les statistiques, à Madagascar, environ 1 252 477 habitants, soit environ 5 % de la population totale, ont accès à Internet, et 11 416 599 personnes sont des utilisateurs de mobiles. Avec la pénétration toujours croissante de ces outils des nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic), ce nombre ne cessera de s’accroître pour le secteur privé. A propos de la deuxième édition du salon Rse et Idd, il s’agit d’un évènement annuel favorisant la rencontre des acteurs de la Rse, notamment entre les différentes parties prenantes et le grand public en abordant ensemble les thématiques et les approches pertinentes, favorisant l’implication de tous dans le développement et le succès des initiatives sociétales à Madagascar. 

La plateforme web Rse et Idd ou e-plateforme devient ainsi la première communauté web à Madagascar. Elle regroupe les acteurs de la Rse/Idd qui ont pour objectif de connecter les acteurs de la Rse par la digitalisation des partages, de la communication des efforts et du réseautage. Cette plateforme compte toucher le public qui a accès à Internet, dans le pays et partout dans le monde.

Rivo S.

La Vérité0 partages

Révolte contre les autorités religieuses - Une église incendiée, des blessés et une dizaine d’arrest...

Une église en feu, et au moins 14 personnes blessées. Après l’intervention des Forces de l’ordre, il y a eu plusieurs arrestations.  Hier matin, on a assisté à une scène de barbarie à Sahavolamena, dans le District de Soanierana-Ivongo où la situation a été vraiment explosive.

De plus, des affrontements se sont par moment produits car l’église cible, dénommée  « Fiangonana Kristianina malagasy » (Fkm), d’obédience protestante, aurait payé des mercenaires pour tenter d’épargner le temple aux émeutiers. De son côté, le pouvoir a émis un circulaire ordonnant la suspension de toutes activités cultuelles au sein de ladite église. Mais revenons aux faits. Des paroissiens, à la suite de leur colère et leur révolte contre leur évangéliste, ont ainsi mis le feu au temple. Vers les premières heures de la matinée hier, des témoins ont pu voir une bonne partie des fidèles de cette église se ruer, tels des émeutiers, vers le lieu de culte. « Les croyants ont ainsi brûlé l’extérieur de la bâtisse. Les flammes ont pris rapidement l’essor et ont attaqué l’ensemble du temple avant de le réduire en fumée », relate une source d’information locale. De leur côté, des riverains ont assisté à la scène sans qu’ils n’intervenaient pour tenter d’éteindre l’incendie.  Une hostilité latente, liée à une profonde divergence de points de vue ayant opposé le pasteur à une partie des croyants de cette église, serait à l’origine de ce sacrilège. Dans leurs exaspérations, ces derniers qui en voulaient trop à l’évangéliste, n’ont donc pas hésité à s’en prendre directement au symbole de son prêche. A l’explication : l’évangéliste en cause aurait fait énormément pression sur ses paroissiens en matière d’oboles. « Lorsqu’ils ne sont pas en mesure de fournir le dixième de leur gain, l’évangéliste les obligerait alors à revendre leurs meubles. D’où leur violente révolte », apprend-on sur place. Mais il y a plus grave, l’homme d’église aurait interdit aux élèves de poursuivre leurs études sous prétexte que la fin des temps approche, selon toujours l’information. Pour les fidèles, c’en était vraiment trop et ils ont violemment réagi contre ce qu’ils considèrent comme la pire pression morale, sinon du lavage de cerveau. De son côté, le concerné aurait quitté la circonscription et ne s’est toujours pas manifesté, du moins jusqu’au moment où l’on parle. Pour éviter tout autre dérapage, les Forces de l’ordre furent dépêchées sur place tandis qu’une enquête a démarré. Ce triste évènement de Sahavolamena traduit l’état d’esprit qui prévaut actuellement. Il a également montré le ras-le-bol de la population contre la pression grandissante en tout genre pour s’acquitter des différentes obligations sociales dont religieuses : impôts, oboles, et tant d’autres, alors qu’elle n’obtient rien en retour mais s’appauvrit au contraire. Cette affaire reflète bien les fâcheuses habitudes des différentes autorités actuelles à s’enrichir de manière trop flagrante sur le dos de la masse, une situation jugée inacceptable.   

Franck Roland

La Vérité0 partages

Grève des étudiants de l’Ens - La baisse du droit pédagogique réclamée

En l’espace de quelques mois en une année, Madagascar assiste déjà à la cinquième grève. Après celle des étudiants de la Faculté des sciences, des syndicats des enseignants-chercheurs à l’université d’Antananarivo,  des greffiers et aussi des magistrats, les étudiants issus de l’Ecole normale supérieure (Ens) sise à Ampefiloha ont tenu, à leur tour, une manifestation hier, vers 10 heures de matin. Les manifestants ont, tout de suite, commencé à brûler des pneus, ce qui a entraîné des troubles à Ampefiloha surtout en voyant  les fumées qui se sont dégagées.

Leur revendication se porte sur la réduction du droit d’inscription et réinscription notamment le droit pédagogique à l’Ens. « L’augmentation de ce droit  constitue un grand obstacle à la continuité de leur cursus universitaire », a clamé un étudiant. Selon les explications, cette somme allouée à l’université atteint la barre supérieure que  les étudiants ne peuvent plus l’acquitter d’où leurs revendications. Actuellement, il faut payer une somme de 240 000 ariary pour pouvoir accéder en Master I et 400 000 ariary pour les universitaires voulant  entrer en Master II.  « Cette situation augmentera le taux d’abandon à l’université et  facilitera le délaissement des études », a-t-il continué. Circulation bloquéeAfin de montrer leurs mécontentements, les étudiants ont barré la route entrainant un dérangement au niveau de la circulation des usagers de la route notamment les automobilistes. Un embouteillage a été aperçu à cause de cette revendication des étudiants aux alentours d’Ampefiloha, d’Andavamamba et d’Anosy. Pour ce faire, ils ont mis en place des barrages et ont, même allumé des pneus, comme à l’accoutumée. A l’arrivée des Forces de l’ordre sur les lieux, aucun dégât n’a été enregistré. Pour cela, l’Emmoreg a essayé d’apaiser la situation sans lancement de bombes lacrymogènes et sans démonstration de force. Une affaire à suivre !Kanto R.

La Vérité0 partages

Opaques

La reine Ranavalona II (1868-1883) fit construire un Tribunal, hors de l’enceinte du Rova, à Ambatondrafandrana, sur le bas-côté nord du Palais et qui existe toujours là où il est. L’édifice ne porte aucun mur, il n’y a que des colonnes. Une initiative personnelle voulue de la reine afin que les séances se tiennent au vu et au su de tous les sujets. Et le fait que l’édifice fut érigé en dehors du site de la Cour royale confortait le souhait royal qui consistait d’assurer, à la Justice, une plus grande indépendance et afin que tout se passe dans la clarté.

Un souci net d’accorder aux juges une marge de liberté et d’instaurer une vraie transparence. Rappelons que nous sommes ici dans la deuxième moitié du XIXe siècle.  Cent  vingt-cinq (125) ans après, la Justice recule tandis que les juges, soumis aux volontés et aux plaisirs du « roi et de ses courtisans », agissent contre leur gré. La gestion du dossier relatif à l’affaire Claudine Razaimamonjy prouve la régression de la Justice malagasy à plus de 125 ans en arrière. En fait, le régime entretient le flou total dans son style de  gouvernance. La mainmise du pouvoir central sur tous les grands dossiers se fait au grand jour. On se moque totalement de l’opinion. Dans cette funeste affaire, ils veulent, à tout prix, sauver la peau de leur « collègue et amie », mais, également, voler au secours du… régime. L’organisation « Transparency International-Initiative Madagascar » (Ti-Im), par la voix de son directeur exécutif, Claude Fanohiza, dénonça dans un ton grave, la nébuleuse qui entoure le traitement des rémunérations des agents de l’Etat, notamment ceux des hauts emplois de l’Etat et les hauts cadres dirigeants du régime (Chef de l’Etat, Premier  ministre, membres du Gouvernement ainsi que des Institutions de la République). Un nuage tellement épais que les contribuables ignorent complètement les montants exacts des salaires que leurs princes perçoivent et que, tout compte fait, le citoyen lambda doit payer de sa propre poche, sinon de la sueur de son front. Ti-Im se démenait, bec et ongles, pour obtenir les moindres informations, mais elle a dû se rendre à l’évidence que les maîtres du régime tenaient à cacher les tenants et aboutissants de leurs émoluments et avantages divers qu’ils touchent. S’ils daignaient  balancer sur la place publique quelques miettes d’indices, les montants perçus ne correspondraient point aux chiffres avancés. Un marché de dupe que la Ti-Im ne digère pas du tout. La signature finale qui va sceller, définitivement, le « mariage de raison » d’Air Austral avec  Air Madagascar prend du temps en raison de  l’indisponibilité de la partie malagasy d’honorer ses obligations financières au profit de la compagnie nationale. Mais du côté malagasy, dans le cercle du pouvoir, on joue à cache-cache avec son peuple et dissimule, par des artifices volatiles, les raisons   exactes du retard. Cette disposition incorrigible d’Iavoloha de  vouloir se cacher derrière ces épais nuages  indisposent les citoyens avides d’en savoir, toujours un peu plus, de tout ce qui se trame dans ce pays. Il est très difficile pour ce régime de jouer la carte blanche vis-à-vis du peuple. Une tendance malsaine qui considère les contribuables pour des naïfs sinon des canards sauvages inaptes à saisir les vrais enjeux au-delà des manœuvres opaques.   Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Malnutrition à Betioky Sud - Les villageois de Masiaboay essaient de s’en sortir

Un taux élevé. La plupart des enfants dans la partie Sud, y compris ceux du « Fokontany » de Masiaboay à Betioky Sud, souffrent de malnutrition sévère et chronique. Une situation qui s’explique par la faible pluviométrie dans cette partie, aggravant la sécheresse.

Ce fléau constitue un des impacts du changement climatique, lesquels ne cessent de s’intensifier dans le pays. « Les femmes et enfants de Masiboay consommaient un type d’herbe qu’ils appellent « Beha » ainsi que du tamarin mélangé avec des cendres. Les cactus n’arrivaient plus à satisfaire les besoins des villageois, lesquels devaient se dépêcher de bon matin pour en avoir. Mais cette époque est désormais révolue », témoigne Amiko Philiberte, journaliste de la radio « Antsivabe » à Morondava, après sa descente dans cette localité à la fin de l’année 2016. Mais les villageois essaient actuellement de s’en sortir, et ce, depuis l’intervention de l’Ong « Action contre la faim » (Acf) dans cette localité. « Cette Ong a remis 5 poules pondeuses et un coq pour chaque foyer dudit "Fokontany" en 2015. Depuis, les bénéficiaires ont pu améliorer à la fois leurs revenus et leur alimentation, grâce aux œufs pondus », ajoute la journaliste. Désormais, les familles arrivent à manger deux fois par jour au lieu de faire un choix entre un déjeuner ou un dîner, auparavant. De plus, l’état de santé des enfants s’améliore alors qu’avant, la plupart d’entre eux ont souffert de maladies diarrhéiques et de déshydratation, sans oublier la malnutrition.   Grâce au reportage à ce sujet qu’elle a diffusé dans son émission intitulée « Tany sy ranomasina ary habakabaka », Amiko Philiberte a remporté le premier prix du thème « nutrition », lors du concours médias organisé par l’Unicef. « Cette émission se focalise sur le changement climatique, dont la sécheresse est l’un des impacts », confirme notre lauréate. « Au départ, j’ai opté pour le thème de l’éducation, en voulant parler de la déperdition scolaire, mais les enseignants étaient avares en information », précise-t-elle. Notons que cette consœur exerce le métier de journaliste depuis 1997. Avec ses 20 années d’expérience, Amiko est en ce moment une référence à Morondava, voire dans la Région de Menabe, dans la mesure où ses auditeurs croient et appliquent à la lettre tout ce qu’elle « raconte ».

Patricia Ramavonirina  

La Vérité0 partages

Filière « vanille » - L’amnésie de l’Etat dénoncée

De passage dans la Capitale, Mevazara Yssouf, président d’honneur des 2 syndicats des planteurs de vanille de la Région de Sava, à savoir Sempala et Fimpala, s’est exprimé sur les problèmes auxquels est confrontée la filière « vanille ».

Interrogé en premier lieu sur les propos du Premier ministre (Pm) et les dires de certains responsables de ladite Région selon lesquels la pratique de certaines  entreprises privées de la localité est à l’origine de la recrudescence de l’insécurité dans ladite Région, Mevazara Yssouf de répondre subtilement : « Je ne suis pas enclin aux grands chambardements. Je n’ai pas fait de Hec ni de sciences Po. La seule université que j’ai fréquentée, c’est le monde paysan que j’aime profondément. Soyez sûr, ce monde-là ce n’est pas toujours la vanille. Etre paysan, c’est toute une culture. Il n’est pas dans nos traditions de demander à un père d’aller chercher du bois sec pour le feu. Suivez mon regard. Quand vous êtes mon aîné, vous êtes mon aîné. Les aînés, c’est la sagesse. La délation n’est pas dans nos mœurs. Notre monde n’est pas le vôtre ». 

Une fameuse liste 

Dans la foulée, Mevazara Yssouf a fait une révélation sur une fameuse liste adressée au Pm lequel malheureusement en a pris acte dans la hâte. « La fameuse liste adressée au Pm a été rédigée par deux sauriens du marigot politique de la Sava orchestrée par un tartuffe du grand théâtre de la République. C’est un secret de Polichinelle. Tout Sambava en rit sous cape », a-t-il déclaré.  « Par la suite, dans le but de justifier le contenu de la fameuse lettre dépêchée au  Pm, une forte délégation de l’administration territoriale dirigée par un élu a effectué un contrôle inopiné auprès des acheteurs-préparateurs d’Antsirabe-Nord. Et dans leur collimateur figurait « Authentic Products ». Résultat : ils sont rentrés bredouilles. Ils n’ont attrapé aucun poisson dans leur filet », devait-il continuer. « Pour nous, gens du terroir, une telle pratique ne fait honneur à quiconque. Tout cela relève d’une question de personne. John Kennedy a dit : « On peut résoudre tous les problèmes sauf les questions de personne ». « Et certaines choses sont pires que les crimes. Ce sont les erreurs, comme le disait Talleyrand », a lancé Mevazara Yssouf. 

Lourd  contentieux  

Abordant le problème proprement dit de la filière « vanille » laquelle est considérée voici longtemps comme l’homme malade du pan de l’économie malgache, Mevazara Yssouf, confiant, affirme qu’elle commence à guérir. D’après ses explications, il y avait auparavant un lourd contentieux entre les planteurs et les autres intervenants du secteur. Autrement dit, selon ses propres termes, il y avait une mauvaise répartition des revenus de la filière. « Avec l’arrivée des grandes sociétés comme Floribis, Authentic Products, Symrise, Must vanille et autres, la donne a changé. Des reformes ont été entreprises, notamment l’encadrement des planteurs pour la traçabilité des produits, l’aide aux paysans dans la diversification de leurs activités, la construction des centres de formation pour les jeunes, etc. Aujourd’hui, les paysans commencent à toucher les dividendes de leurs années de labeur. Avec une meilleure répartition des revenus de la filière, le niveau de vie des planteurs dans la Sava s’est fortement élevé. Mais certains opérateurs sans vergogne voient tout cela de mauvais œil », a-t-il indiqué. 

Vide juridique 

Mevazara Yssouf, puisque c’est toujours  de lui qu’il s’agit, est connu pour son franc-parler et le fait qu’il n’aime pas caresser dans le sens du poil. Le triptyque, le discours de vérité, la proximité et le sens du devoir lui ont toujours servi de boussole dans ses prises de position. C’est ainsi qu’il a dénoncé sans ambages l’amnésie de l’Etat. « L’amnésie de l’Etat qui date depuis le 9 mai 1995, date d’adoption des 3 décrets (95/346, 95/347, 95/348) relatifs à la libéralisation de la filière "vanille" jusqu’au 27 mai 2009, date de création à Sambava de la Prcp-Vanille, a engendré non seulement un spectaculaire vide juridique mais aussi une certaine gabegie dans la filière "vanille" », a-t-il signifié. Comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, le président d’honneur de Sempala et Fimpala demande de remettre la pendule à l’heure et propose pour ce faire la mise en place d’une vraie politique nationale de la vanille avec entre autres, comme points de mire, la remise sur le tapis du contrôle de la vanille à l’achat, la définition des normes acceptables par tous et la mise en place d’un organisme de vérification de la vanille à l’exportation. « Arrêtons d’aboyer avec les loups. Ce qui fait la noblesse d’un responsable, c’est de prendre la bonne décision pour son pays. Le reste ne compte pas », a conclu Mevazara Yssouf.

A. Lepêcheur

La Vérité0 partages

Pétanque - Championnat doublette - Dames et Jeunes Odile et Niaina gagnent la première étape

Le championnat de Madagascar de pétanque doublette comptant pour la première étape va  se dérouler, en fin de cette semaine, au boulodrome Paddock Mahamasina. Le sommet national se disputera sur la base de points et l’équipe double qui en encaisse le plus, remportera le titre national. 

Entre autres, 100 points pour le champion, 75 pour la finaliste, 50 points pour les demi-finalistes, 25 pour les quarts et 10 pour  les huitièmes. Sur les trente neuf équipes participantes, la doublette Odile et Niaina a remporté la finale devant Eva et Fetra sur un score serré 13-10. Chez les Jeunes, Serge et François se sont offert la palme dans cette première étape en éliminant Zigle et Jet sur le score fleuve de 13-1 en finale. A noter que 24 équipes se sont affrontées durant la compétition. Par ailleurs, la deuxième étape se disputera les 29 et 30 juillet prochains  dans la Ville d’Eaux, Antsirabe, tandis que la grande finale se déroulera toujours dans la Capitale. Vu le nouveau système adopté par la Fédération, comme dans le tournoi circuit,  toutes les équipes auront encore la chance d’aller disputer la phase finale. A l’issue de cette grande finale,  les 16 meilleures équipes aux points disputeront donc la phase finale.  Comme la prochaine étape est programmée dans un mois, chaque équipe aura largement de temps de bien s’entraîner et se rattraper à la deuxième étape.  Il est à rappeler que la deuxième étape pour les hommes s’est disputée, au début du mois à Toamasina avec 90 participants et ayant été remportée par l’équipe de Mamy Mainty. E.F.

La Vérité0 partages

Alain Ramaroson - Une lenteur judiciaire voulue

Au Palais de justice d’Anosy se tiendra ce jour le procès de l’ancien membre du Conseil supérieur de la Transition (Cst) Alain Ramaroson. L’absence de quelques accusés lors du procès qui était prévu se dérouler le 6 juin dernier avait obligé le juge à reporter l’audience. En tout cas, plus de neuf mois se seront donc écoulés avant que le président du parti Masters ne soit jugé. Une lenteur jugée déraisonnable par bon nombre de personnes.

A titre de rappel, Alain Ramaroson a été envoyé en prison depuis le 3 août 2016 suite à une accusation de faux et usage de faux par des membres de sa famille. Il est accusé entre autres d’avoir utilisé une procuration signée  par une personne décédée depuis maintenant  trois ans.  Durant de longs mois, le dossier avait cependant été retenu dans les tiroirs du ministère de la Justice pour des besoins … d’études, revêtant par la même une dimension politique à cette affaire pourtant familiale. Pour bon nombre d’observateurs, le pouvoir a visiblement tout fait pour bloquer ou retarder le déroulement de l’instruction, pour maintenir l’homme en prison. Il convient de noter que depuis l’avènement du régime Hvm, l’accusé n’avait pas eu que des mots tendres envers les dirigeants actuels. Il n’est pas usurpé de dire que l’homme dérangeait.  Aussi, l’occasion idéale fut offerte à des gens du régime, au moment où la famille Ramaroson, portait plainte contre Alain Ramaroson pour une question de malversations autour du patrimoine familial. Une opportunité saisie au vol par le pouvoir pour visiblement neutraliser un homme qui gênait. Cet opposant au régime  fut interpellé et placé en détention provisoire durant plus de 9 mois avant le procès qui se tiendra ce jour. Une autre manière de dire que la lenteur administrative dans ce dossier politico-judiciaire était savamment orchestrée, tout comme dans le dossier concernant le sénateur Riana Andriamandavy VII. AllongementLe pouvoir semble également tout faire actuellement pour bloquer ou retarder le déroulement de l’instruction dans l’affaire concernant cet élu Hvm, quitte à allonger la procédure inutilement, afin visiblement d’épargner au sénateur le passage par la case prison. En effet, si la procédure suivait son cours «  normal », il n’est pas dit que le sénateur élu à Fianarantsoa s’en sorte indemne. Il convient de noter en effet que le flagrant délit a été retenu contre celui-ci. Pour rappel, ce leader du Hvm avait perpétré, avec des gros bras des violences au siège du Bureau indépendant anti-corruption à Ambohibao. Il lui est également reproché d’avoir proféré des menaces de mort par Sms contre la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar.  Inculpé de menace de mort, diffamation,  violences et voie de fait, le sénateur Riana Andriamandavy VII continue pourtant à l’heure actuelle de circuler librement. Bon nombre d’observateurs, estiment même actuellement que cet élu Hvm risque de ne jamais répondre de ses actes devant la Justice. Le 3 mai dernier, le procureur général près de la Cour d’Appel, avait émis un soit transmis auprès de la Brigade des recherches de Fiadanana en vue de convoquer le vice-président du Sénat pour enquête et éventuellement en vue d’un déferrement. Une convocation que le sénateur n’a apparemment jamais reçue.  Nul ne sait également la raison pour laquelle la Brigade de recherches de la Gendarmerie nationale a, par la suite, transmis le dossier auprès du procureur général de la Cour Suprême pour demander la conduite à tenir, alors que lors de l’affaire Lylison René de Rolland aucune demande pareille n’avait été faite…Aux dernières nouvelles rapportées dans la presse, le dossier a été transmis au procureur général près la Cour de Cassation pour compétence et attribution. Wait and see.  Recueillis par  Lalaina A.

Madagascar Tribune0 partages

Le crash d’un avion bimoteur fait cinq morts à Ambohitrimanjaka

Un avion bimoteur PA-31Navajo de la compagnie privée Madagascar Trans Air s’est écrasé à Ampangabe Ambohitrimanjaka, dans une zone d’entrainement, dans la matinée de lundi. L’accident a fait 5 morts dont 4 jeunes pilotes, tous méconnaissables à cause de l’impact certainement trop fort. L’origine de l’accident n’est pas encore déterminée, l’appareil serait dépourvu d’un enregistreur de vol ou boîte noire, rendant ainsi difficile l’identification des problèmes.

Les témoins ont surtout vu le petit avion effectuer un vol très irrégulier, mais ils ne se sont inquiétés que lorsque l’appareil s’est écrasé au sol, dégageant beaucoup de fumée noire. Ils se sont accourus pour porter secours aux passagers en vain. Il a fallu l’intervention des pompiers pour pouvoir dégager les corps qui sont par la suite été transporté à bord d’un hélicoptère.

Pour l’instant, la compagnie aérienne ne s’est pas prononcée sur cet accident mortel. Les recherches effectuées sur ce bimoteur permettent toutefois de savoir que l’avion de ce type devrait avoir plus de 20 ans, parce que la dernière production remonte au 1984. L’accident de ce genre serait également de plus en plus fréquent ces deux dernières années, à l’instar d’un accident survenu en Portugal en avril 2017. Dans la ville de Cascais, un PA 31 s’est écrasé sur les réserves d’un supermarché, faisant 5 morts dont les quatre occupants de l’avion. Cet accident s’est produit pas loin de la zone de décollage. Un autre accident, d’un avion de ce type s’était également produit en Alabama au mois d’août 2016. Le bimoteur s’est écrasé en phase d’approche, suite à une perte de puissance de l’un des deux moteurs. Il a percuté des arbres et a fait six morts.

Autant d’accidents similaires ou presque suscitent des questionnements sur l’utilisation sans risque de cet avion âgé d’au moins deux décennies. Ce, en dépit de l’entretien régulier et minutieux que les compagnies aériennes se vantent de respecter.

Madagascar Tribune0 partages

Les députés sommés de revenir sur la place le Parvis de l’hôtel de ville par les leaders syndicaux

Le Parvis de l’hôtel de ville à Analakely commence à se vider peu à peu des leaders qui avaient initié le mouvement pour le changement. Depuis quelques jours, l’estrade mis en place pour les 73 députés de l’opposition ne réunit plus que quelques peu de députés. Face à une assistance qui commence à se lasser, des leaders des syndicats lors de leur prise de parole habituelle ont ainsi lancé une sommation à l’endroit de ces députés de l’opposition, source de la manifestation et des grèves de revenir à Analakely.

« Nous avons été solidaires avec les 73 députés du changement depuis le début de cette manifestation. Nous les sommons maintenant tous de revenir sur cette place, même ceux qui ont été nommés ministres », déclarait le porte-parole des syndicats devant les quelques députés qui s’y trouvaient encore hier.

Les différents syndicats ont rappelé que le mouvement ne luttait pas pour que certains députés puissent intégrer le gouvernement mais bien pour qu’il y ait un changement dans la gestion du pays et de la manière de faire la politique.

« Nous avons commencé cette lutte ensemble, la moindre des choses, s’ils veulent arrêter, c’est d’arrêter ensemble. Nous ne bougerons pas d’ici à moins que les revendications des syndicats ne soient également satisfaites », affirment les leaders syndicaux.

Madagascar Tribune0 partages

Des centaines de requêtes reçues à la HCC

Le délai des recours des contentieux électoraux, concernant notamment le contrôle de la véracité des résultats, auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC) a expiré hier. Les textes en vigueur fixent en effet à deux jours le délai de recours après la publication des résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Au-delà de ce délai, aucune contestation ne sera plus possible.

Jusqu’à hier matin, la HCC a reçu au total près de 300 requêtes. Ce sont, entre autres, des requêtes concernant les anomalies durant la précampagne déposées depuis un long moment, des requêtes concernant les campagnes électorales et des requêtes de contestation des résultats provisoires publiés par la Ceni.

Si les responsables auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC) restent discrets par rapport à l’identité des partis ou candidats qui ont déposé les plaintes, il va de soi que le parti Tiako i Madagasikara (TIM) de l’ancien président Marc Ravalomanana et les candidats indépendants sont les principaux plaignants . Le Tim mène déjà depuis quelques jours un mouvement de contestation par voie médiatique dénonçant les anomalies constatées avant et durant le scrutin du 27 mai.

Des candidats de la plateforme « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRD) auraient également déposé des plaintes dénonçant les anomalies dans les circonscriptions où ils se sont présentés et certainement là où ils ont été battus.

A ces vagues de contestation auxquelles la HCC doit répondre dans moins de deux semaines, s’ajoute également les constats d’anomalies révélés par la Ceni et la Section de recensement des matériels de vote (SRMV) dans quelques districts. Ces cas concernant notamment des actes d’infraction électorale, comme l’utilisation de faux bulletins uniques dans la région de Sofia, les bourrages des urnes dans les régions d’Androy et d’Ihorombe, les ratures et tentatives de modifications des résultats dans les procès-verbaux dans plusieurs bureaux de vote.

Les tâches ne seront pas aisées pour les Hauts commissaires d’Ambohidahy mais dorénavant les yeux se tournent vers eux. Comme les membres de la Ceni, ils auront cette fois-ci l’opportunité de soigner une image entachée par les irrégularités et le manque d’impartialité lors de l’élection présidentielle. En tout cas, la demande d’annulation de l’ensemble des résultats au niveau national par un collectif d’une centaine de candidats aurait du mal à aboutir.

Madagascar Tribune0 partages

Les pétards finalement autorisés

La vente de pétards est finalement autorisée. La décision a été prise hier lors d’une réunion de l’Organe mixte de conception (OMC). Selon le général Angelo Ravelonarivo, Préfet d’Antananarivo, les risques sont importants dans la conservation de ces artifices. C’est la raison pour laquelle, cette nouvelle disposition a été prise à la dernière minute. Ainsi, les Malgaches et notamment les plus petits peuvent faire exploser les pétards, mais sous certaines conditions.

Des restrictions s’imposent malgré cette nouvelle décision prise par les autorités malgaches. L’explosion des pétards à proximité ou à l’intérieur des écoles et des centres hospitaliers reste interdite. Le préfet d’Antananarivo a également annoncé la fermeture de la route d’Analakely à partir du 21 juin à cause de la tenue du Podium des artistes devant la statue de Jean Ralaimongo. Cette fermeture de la route aura lieu tous les jours de 5h30 à 20h.

L'express de Madagascar0 partages

Mandat de dépôt – Razaimamonjy dans une résidence privée

La détention préventive de Claudine Razaimamonjy continue dans une résidence privée. Un mandat de dépôt sous-entend, cependant, l’incarcération dans une prison.

Condition particulière. Le responsable de la maison d’arrêt d’Antanimora, affirmait le contraire lors de son transfert de sa chambre d’hôpital, à son lieu d’incarcération, le 12 juin dernier. La situation serait, toutefois, complètement différente, à Manja­kandriana, où Claudine Razai­mamonjy, femme d’affaires, continue sa détention provisoire, depuis le jeudi 15 juin.Selon des informations confiées par une source con­cordante, le boss de l’AC hôtel passerait son placement sous mandat de dépôt « dans une résidence privée ». Il s’agirait « d’une maison cossue appartenant à un sous-officier et louée par un député proche du pouvoir ». Le parlementaire serait un élu d’une des circonscriptions majeures voisines de Manjakan­driana. Le lieu de « détention », par ailleurs, serait « à une trentaine de mètres de la prison ».La baronne de la branche fianaroise du parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), par ailleurs, serait surveillée « par deux policiers », et non par des agents pénitentiaires. La source ajoute que, l’hôtelière ne partagerait pas les mêmes repas que les détenus de la prison voisine. « Son repas est cuisiné dans sa résidence », indique-t-elle. La source fait état, par ailleurs, de va-et-vient d’un véhicule 4×4 « depuis jeudi ».Après qu’une commission spéciale ait décidé que son état de santé ne nécessitait plus une hospitalisation, Claudine Razaimamonjy a rejoint la prison d’Antani­mora, dans la soirée du 12 juin. Un transfert discret, tout comme le déplacement du lieu de sa détention provisoire, à Manjakandriana, jeudi. Le 15 juin, en début d’après-midi, cette proche des tenants du pouvoir a été conduite, en catimini, vers Manjakandriana.

Illégale« Claudine Razaimamonjy est arrivée dans cette résidence, jeudi. La maison, du reste, a été préparée pour accueillir un nouveau résident, depuis quelque temps », affirme la source. Aucune source officielle ne veut donner de détail quant aux conditions de détention de la femme d’affaires. La discrétion semble de mise sur ce sujet, au même titre que son transfert, de jeudi, où les responsables de l’administration pénitentiaire ont tenté de noyer le poisson.Dans les rangs des pénitentiaires, hier, l’on affirme, néanmoins, que l’hôtelière « est détenue dans la prison de Manjakandriana et sous bonne garde ». Contactée, Eva Ravaloriaka, maire de Manjakandriana déclare : « Je n’ai su que la femme d’affaire Razaimamonjy a été transférée dans la prison sise dans ma commune, que par le biais de la presse ». La première magistrate de la ville de Manjakandriana affirme, par ailleurs, n’avoir aucune idée des conditions de détention du boss du palace d’Ivato.Intervenant dans une émission de la radio Antsiva, dans la soirée de jeudi, le ministre Harry Laurent Rahajason, porte-parole du gouvernement, a indiqué que le transfert de la baronne du HVM Fianarantsoa, d’Anta­nimora « vers la prison de Manjakan­driana », a déjà fait l’objet d’une communication officielle par le ministère de la Justice. La presse, jusqu’à l’heure, n’a pas encore, reçu cette communication faite par le département de la Justice.Du côté du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), l’on indique avoir eu vent du fait que Claudine Razaimamonjy ne serait pas en prison mais, « détenue », dans une résidence privée. Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM, préfère, néanmoins, rester circonspecte face à l’information. Elle soutient, toutefois, que « si cela est avéré, c’est tout à fait illégal ».Celle qui exerce comme substitut du procureur au parquet d’Antananarivo, explique que « le juge a prononcé un mandat de dépôt qui doit impérativement s’effectuer en prison. Il ne s’agit pas d’une ordonnance d’assignation à résidence, ni de placement dans une résidence surveillée ». La présidente du SMM ajoute: « Le respect de l’État de droit suppose que la loi est la même pour tout le monde quel que soit son statut. Ce n’est pas parce que l’on est influent que l’on peut bénéficier d’une villa en guise de prison ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Rallue Asacm – Ndrianja-Fanja sur la plus haute marche

Les champions de Madagascar en titre, Ndrianja et Fanja, sur Subaru Impreza, ont remporté le Rallye Asacm. Ils ont livré une superbe bataille avec le duo Louvel-Mahents, sur Evo IX.

Deuxiè­mes lors de l’ouverture de saison, Ndrian­ja et Fanja Rajemison ont retrou­vé la plus haute marche du podium, à l’issue du Rallye Asacm de ce weekend.L’équipage de la Subaru Impreza N4 PMU a signé une belle victoire, grâce à une bonne stratégie et à une course gérée de manière intelligente. En raison du brouil­lard de samedi, ils ont préféré en garder sous la pédale, tout en restant constants. Et c’est hier qu’ils ont surtout construit leur succès, en signant notamment les temps scratch lors des deux premières épreuves spéciales, l’ES9 Ambato­lampy-Ambohi­trinidrina (17,08 km) et l’ES10 Mampi­tombosoa-Ambohi­mena (8,39 km).« On est resté prudent samedi, en raison du brouillard notamment et pour préserver la voiture, avant d’attaquer fort ce dimanche », a souligné Ndrianja.La victoire du couple Ndrianja-Fanja contraste avec les déboires rencontrés par les quelques-uns de leurs rivaux. Lova Randriami­haingo et Lucas Rakoto­nindrainy, vainqueurs du premier rallye de l’exercice, ont notamment abandonné dans l’ES7 de samedi. Un problème au niveau d’un bras est apparu sur leur Mitsubishi Lancer Evolution X.

Première apparitionAu final, les champions de Madagascar en titre ont bouclé les 159,78 km du rallye en 1h 58min 25sec, avec 28sec d’avance sur leurs plus proches poursuivants, Gérard Louvel et Mahenintsoa Randriambololona, sur Mitsu­bishi Lancer Evolution IX N4. Pour la paire Louvel-Mahents, c’est un résultat remarquable, sachant qu’il s’agit de leur première apparition ensemble.« Tout s’est très bien passé. Mahents a pris confiance au fur et à mesure que le rallye avançait et on a attaqué de plus en plus », a lancé Louvel, à l’arrivée finale. Les deux ont tout donné durant la dernière journée d’hier et ils ont mis la pression jusqu’au bout sur Ndrianja et Fanja. Cependant, une crevaison les a fait perdre du temps vers la fin de la course.La troisième place du général est revenue à Tahina Razafinjoelina et Baovola Rajaonarison, sur Subaru Impreza M12. Ils ont réussi une belle remontée dans les deux dernières épreuves chronométrées, l’ES13 et l’ES14.Hariandry Razakaboana et Miangaly Rabarijoely, sur Subaru Impreza M12, ont fini au pied du podium. Et Haja Danielson et Alain Rasamimanana, vainqueurs en catégorie T2M, ont complété le top 5.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Deux roues motrices – Dani et Herz s’imposent au bout du suspense

Cela faisait longtemps que le plateau des deux roues motrices n’était pas aussi bien fourni. Pour ce Rallye Asacm, les têtes d’affiche étaient très nombreuses et l’issue de la course a été indécise jusqu’au bout. Au final, Daniel Rabetafika et Herizo Rajoelina l’ont emporté, avec leur Citroën Saxo M10.Aux coude-à-coude avec le duo Sitraka-Rado Rakoto­malala, sur Renault Clio M11, ils ont pris l’ascendant à partir de la dixième de quatorze épreuves spéciales de ce week­end. Leur régularité a bien payé, tandis que Sitraka et Rado ont rencontré un souci de transmission dans cette ES10. Ce qui leur a fait perdre plusieurs précieuses secondes, puisqu’ils ont dû « rouler au pas », comme l’a expliqué Sitraka.Au classement général, Dani et Herz ont pris la sixième position, à 15min 23sec des vainqueurs du jour. Ils sont premiers chez les deux roues motrices et s’imposent également dans la catégorie M10. Derrière, Sitraka et Rado, premiers en M11, se sont retrou­vés à la septième position du général. Ils ont accusé un retard de 1min 48sec sur Dani et Herz.La passe d’armes de ces deux roues motrices a tourné court pour les autres équipages. Mamy Patrick Solofo­nirina a été le premier à jeter l’éponge. Pour ce retour en compétition, le champion 2015 a abandonné dans l’ES7, en raison d’un pépin au niveau des amortisseurs.Fred Rabekoto, sur Peugeot 206, ont également lâché prise dans cette même spéciale. Cette fin de deu­xième journée était particulièrement difficile puisque Tovohery « Tovonen » Rakoto­johary a également abadonné dans l’ES8, en raison d’un problème de pivot, après être rentré dans une pierre.Le lendemain, c’était au tour de Nirina Ratsifan­dri­hamanana, sur Peugeot 206, de s’arrêter pour cause de casse moteur.Derrière les paires Dani-Herz et Sitraka-Rado, Fidinera Rasetarivelo et Naina Rama­ro­mandray, huitièmes du général sur Renault Clio M11, ont pris le troisième rang chez les deux roues motrices.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Is’Art Galerie – Mafonja chante « Ho an’i Gasikara »

Dans une atmosphère enivrante qui embarque aisément le public pour un voyage musical inédit, le chanteur Mafonja, de son vrai nom Onja Andria­miarana et son groupe, ont ébloui leur auditoire dans la soirée du vendredi, sur la scène de l’Is’Art Galerie Ampasanimalo. Malgré la fraicheur de la nuit, cet artiste chaleureux, dégageant une gaieté qui lui est propre, s’est redécouvert le temps de ce concert nocturne. Illustrant un mode de vie bien particulier, tel un hippie des temps modernes, Mafonja, armé de sa guitare, se présente au public, en toute sobriété ou presque. Le chanteur, entrant en scène, semblait déjà impatient de réjouir les mélomanes qui ont répondu massivement présents à son invitation.Chantant les vertus de la nature, du « Voajanahary », Mafonja étourdit d’entrée le public à l’approche de l’Is’art Galerie pour mieux le mettre dans l’ambiance. Intitulé « Ho an’i Gasikara », le concert séduit également par son répertoire. Majoritairement issues de son premier album « Gasikara », ses compositions sont toutes représentatives de sa personnalité. Éclectique et passionné, Mafonja loue l’amour, la fraternité et la persévérance pour toutes les générations. « Une musique qui vient du cœur, à travers laquelle j’exorcise mes pensées et mes émotions. Une musique fraternelle et rassembleuse pour la paix et l’épanouissement de notre âme intérieure. C’est ce que l’on va partager avec vous », affirme ce chanteur d’Antsirabe. De « Tsara voa » à travers laquelle il scande le respect de l’environnement, à « Drako » où il affiche la tolérance entre deux êtres qui s’aiment, en passant par « Mamay » dans laquelle il pointe du doigt les méandres de la société, ainsi que « Angivy » qui loue une passion intarissable pour la gent féminine, cette musique est percutante.Durant deux heures, Mafonja jongle entre son caractère revendicateur et romantique où les rythmiques du jazz, du hip hop, de la musique du terroir et du reggae se conjuguent. Originaire de la région Vakinakaratra où il a forgé son expérience musicale vers le début des années 2000, Mafonja poursuit son propre chemin dans le milieu artistique et entend marquer cette année, de sa créativité. Auteur et compositeur, il s’est surtout fait remarquer en 2002 avec le groupe Unik, avant d’entamer, à partir de 2004, sa carrière solo, suite notamment à sa rencontre avec l’exceptionnel Silo. Le titre « Âme, peace, fanahy » confirme sa renaissance et décrit un renouveau dans son parcours musical. Le reste de son histoire, ses inconditionnels la connaissent, car Mafonja chante surtout son ressenti et son vécu.

A. P.R.

L'express de Madagascar0 partages

Protection de l’environnement – Tsara Mada recycle les déchets en plastique

En marge du Rallye Asacm, Tsara Mada a tenu un stand au PC d’Imerika­sininia, ce weekend. La société, créée en 2015, travaille dans le domaine du recyclage de déchets en plastique, avec comme slogan « Satria, harena ny fako. »Tsara Mada a collaboré avec la Fédération du Sport Automobile de Madagascar, dans la collecte des bidons en plastique utilisés par les coureurs participant au rallye, dans le cadre de la protection de l’environnement. Une cause qui tient à cœur à la FSAM ainsi qu’à la Fédération Internationale de l’Automobile.« Nous œuvrons dans le domaine de la valorisation des déchets en plastique. Tout débute par la collecte des bidons. Par la suite, ils sont transformés à notre atelier sis à Andohata­penaka. Cette étape dure environ une journée. En ressortent divers produits que nous revendons, comme des sacs bandoulières, des trousses ou encore des bacs contenants pour divers, dont la capacité est de 20 kg », a expliqué Tojo Rajaona, co-fondateur de la société. « DHL et HEC Paris nous soutiennent depuis le début et nous leur en sommes reconnaissants. Herizo Andriamiarana, le co-fondateur de Tsara Mada, est actuellement aux Etats-Unis, puisque nous avons également obtenu une bourse Yali », a-t-il rajouté.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Aft Andavamamba – La musique se fête en avance dans la cité des Mille

Toute une journée àvibrer au rythme de la musique, le temps d’un événement exceptionnel pour tous les mélomanes. La célébration de la Fête de la musique s’est pleinement fait entendre ce week-end à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT). Dès la matinée du samedi, les festivités battent son plein dans la capitale pour ce rendez-vous ponctuel initié par l’institution culturelle de la capitale.Depuis le jardin d’Antani­narenina à Andavamamba,  son fief, l’AFT a convié les citadins à se joindre à elle le temps d’une fête conviviale. Un vibrant hommage à la musique sous toutes ses formes, la Fête de la musique qui se célèbre le 21 juin, s’est affirmée comme étant des plus folkloriques, ce samedi. « On a toujours mis un point d’honneur à valoriser ce lien qui nous unit avec la population. C’est pourquoi dans le cadre de cette célébration, on se plait à être au plus proche du public et à festoyer à ses côtés », affirme Marc Sarazin, directeur général de l’AFT Andavamamba.Fort de son réseau national, l’Alliance française a entamé depuis le début de l’année, un appel à participation aux artistes de la Grande île. Représentant plusieurs genres, une ribambelle de groupes ont été sélectionnés pour participer à cette journée festive de l’AFT. Le but principal réside dans la promotion des jeunes talents les plus originaux et créatifs, en leur offrant une visibilité durant la célébration. En amont du Carnaval de Madagascar qui envahissait le centre ville, la Fête de la musique s’ouvrait sur la scène nomade du jardin d’Antaninarenina dès 9 heures du matin jusqu’à midi.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Athlétisme – Championnat de Madagascar – Analamanga brille avec vingt médailles d’or

Analamanga termine, comme chaque année, en tête du classement, à l’issue du championnat de Madagascar d’athlétisme toutes catégories, ce week-end, au stade d’Alarobia.

La ligue, Analamanga se trouve en pole position du tableau des médailles au terme du championnat de Madagascar toutes catégories. Ce sommet national a réuni en tout, deux cent dix sept athlètes venant des douze ligues et deux sections ainsi que trois athlètes de la Réunion. Analamanga a raflé cinquante sept médailles dont vingt en or, quatorze d’argent et vingt-trois de bronze. Loin derrière se trouve en deuxième position la ligue d’Atsinanana qui a obtenu vingt deux médailles dont six en or et à la troisième place, Diana qui compte huit médailles dont cinq en or. Un seul record national a été enregistré durant les trois jours de compétition. Celui de Stephanie Herline Rasoanandrasana du club ASPNATO du Sud Ouest qui a actualisé le meilleur temps du 5000m marche catégorie cadette de 30.20.79 contre l’ancien temps de 30.68.65 de Onisoa Clara Rasoanantenanina de l’AJAT du Sud Ouest.Les athlètes membres de l’équipe nationale pour les jeux de la Francophonie (21 au 30 juillet à Abidjan, Côte d’Ivoire) ont tous confirmé leur sélection. L’unique dame de l’équipe, Dedy Tsaravola Francoise du TAF Analamanga a réalisé un doublé. Elle a occupé la plus haute marche de l’épreuve de 200m (24’’7) et du 100m plat (12’’3). Bezara Jean Robert du club HTTA Diana a, lui aussi, remporté deux titres, celui du 400m haies (52’’6) et celui du 400m plat (48’’42). Pour sa part, Florent Ravelomanana de GST Sud Ouest conserve son fauteuil de champion en 200m en bouclant la distance en 21’’5. Florent a également ravi le titre en 100m avec, au chrono 10’’6.

Meilleurs athlètesBezara Jean Robert du club HTTA Diana qui compte 1004 points à l’issue du cham­pionnat et Dedy Tsaravola Francoise du TAF Analamanga, 1021 points, sont élus par la direction technique nationale, meilleur et meilleure athlètes du championnat.« Les athlètes ont réalisé de bonnes performances. Par rapport au dernier test en avril où les sélectionnés ont effectué leur minima respectif, durant ce championnat national, ils ont pu faire mieux, et même des meilleures performances  personnelles  pour ne citer que le cas du sprinter, Florent Ravelomanana en 100m et 200m » a souligné la coach nationale, Hanitra Rakotondrabe,La ligue réunionnaise a aligné trois athlètes à ce sommet national malgache et a remporté une médaille d’or et une de bronze. L’or a été ravi par Dermont Anilha qui a devancé d’un centième de seconde Florent (10’’5). Quant aux épreuves phares du championnat, le titre du 4x100m hommes revient dau Cosfa Analamanga composé de Tida, Blanc, Stenny et Tsiray (41’’8) et Ascut Atsinanana chez les dames, avec Fideline, Mamitiana, Angela et Claudia (48’’9) dans l’équipe. Cette même formation de l’Ascut remporte aussi le relais 4x400m (4’09’’7) et chez les hommes, le titre revient à celle du Cospn Analamanga, constituée par Tsilavina, Toavina, Ernest et Damien (3’21’’).

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – Mahery et Inah régalent les mélomanes

Petite audience, petit espace, mais grosse ambiance. Le duo Mahery et Inah ont assuré  le show avec énergie. Dans le patio du Piment Café du coté de Behoririka vendredi soir, ils ont réussi à chauffer un public d’une cinquantaine de personnes totalement ambiancées par ses chansons. Inah semblait même surprise de l’enthousiasme du public qui l’acclamait à la fin de chaque interprétation. Car, à chacune de ses chansons, Inah vient nous susurrer à l’oreille, se faisant « Lover » par excellence. Car oui, on l’a toujours connue douce et romantique. Elle chante l’amour, avec une sensibilité poussée.Du coté de Mahery, la façon dont il a fait sonner sa guitare était étonnant. Concentration extrême, contrastes sonores saisissants des plus subtiles, il fait corps avec son instrument qu’il maîtrise totalement, mais qui est aussi pour lui un complice dont il sait faire sortir une palette sonore d’une étendue considérable. Une modestie de comportement qui est la marque des plus grands. Un chanteur et un musicien vraiment exceptionnel. Les gens s’assoient sur la table, smartphone à bout de bras, pour pouvoir revivre l’événement. Pour ce concert, un seul regret, qu’un public plus important ne se soit pas déplacé. Il le regretterait grandement s’il avait su ce qu’il a manqué.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Danse – «Folie», un spectacle époustouflant !

La pièce emblématique du répertoire de Claude Brumachon, incarnée cette fois-ci par des danseurs malgaches, a été saisissante. Une belle « folie » de grandeur. !

Une petite lumière s’allume au coin, en bas de la scène, et laisse voir une armée de silhouettes orientées vers elle. Debout et immobiles, leur état semble tenir en haleine. La musique entretient le suspense. La lumière s’intensifie et les corps inertes commencent à bouger doucement, soutenu par un fond sonore ardent. Les mouvements gagnent en puissance pour décrire l’exode d’un peuple. Une marée humaine qui se lève, qui monte et descend suivant le rythme intense des respirations. Des souffles qui n’osent plus s’exhaler.À la fois tragique et captivant, ce ballet célèbre l’ardeur des corps dans son perpétuel combat pour la vie, pour l’amour et pour la liberté. Les corps s’entremêlent, s’entrechoquent, se fusionnent, s’éparpillent dans tous les sens et finissent par tomber un à un à terre. Chaque figure dégage de l’émotion. Vitalité, puissance et folie se lisent dans cette chorégraphie appuyée par les costumes empesés par la boue. Cette pièce prestigieuse de Claude Brumachon et de Benjamin Lamarche a été merveilleusement bien interprétée par dix-sept danseurs malgaches, dans l’après-midi du samedi 17 juin à l’Institut Français de Madagascar ou IFM à Analakely.« Folie » est reconnue comme un ballet de référence et un chef d’œuvre chorégraphique du XXe siècle. Représenté continuellement en France et à l’étranger, ce ballet a été dansé par deux cents danseurs depuis sa création. La performance de nos danseurs a été remarquable. L’organisation a interdit toute prise de photos durant le spectacle. Quelques extraits des créations de la compagnie Sous la Peau de Claude Brumachon et de Benjamin Lamarche ont été projetés dans la salle à la fin du spectacle. Cette compagnie est subventionnée par le ministère de la Culture et de la communication. Elle bénéficie de l’aide de l’Institut Français et de la région Nouvelle Aquitaine pour ses tournées à l’étranger. Un échange entre le public et les artistes a clôturé la séance. « Folie » s’inscrit dans la dernière production de Denis Bisson, directeur de l’IFM pour marquer la fin de l’exercice de ses fonctions dans la Grande Ile.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Golf – BNI Ringer Score – Ony et Sylvain conservent leur position de leaders

La sixième étape du prestigieux tournoi de golf « Ringer Score BNI Madagascar » s’est tenu à l’International Golf club du Rova Andakana. Les leaders restent inchangés. Chez les dames, Ony Marchand confirme son avance avec une carte de 68. Monique Noyon et Hanitra Ratsimbazafy se trouvent respectivement à la deuxième et à la troisième place avec chacune un score de 71.  Dans la catégorie des messieurs, Sylvain Rabetsaroana conserve également sa position de leader du classement provisoire en rendant une carte de 63 à l’issue de ce Tour 6 du tournoi.  Benjamin Memmi arrive second avec un score de 63, tandis que Ki Hyeok Nam, a été crédité de 64, se retrouve à la dernière marche du podium. Et du côté des juniors, à ce stade de la compétition, Rick Vallery Rajerison est toujours favori, avec une carte de 64 à la fin de cette étape. Tamby Rakotonjanahary et Ony Rabenja forment avec lui le trio de tête avec respectivement 71 et 73 points.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Le Nord-ouest de la Grande île s’embrase

Le chef de bataillon Lamolle, dans un de ses rapports, évoque l’insurrection du Nord-ouest de Madagascar. Comme il a été écrit précédemment, tout commence le mercredi 26 octobre 1898, jour faste, par l’attaque du poste de milice de Marotolana par « une bande de rebelles ». Le combat dure toute la nuit et finalement, les assaillants s’éloignent du lieu de combat.En effet, en présence du nombre grossissant des rebelles, le garde Ettori détruit son poste et cherche à regagner la côte. Mais dans sa fuite, il est attaqué. Il perd la vie dans l’affaire ainsi que plusieurs de ses miliciens.Les insurgés se dirigent ensuite sur Ambalavelona, siège du centre administratif de la Grande terre et poste de milice. Le commis Frontin et deux Européens qui se trouvent avec lui, sont massacrés et le poste tombe au pouvoir des insurgés. L’on se rappelle que Frontin avait ravi Boenizary à son mari, sœur aînée du roi Tsiaraso I, avant de la renvoyer à son frère dans un état indigne de son rang.Le mouvement d’insurrection se généralise dans le Bas-Sambirano, et les colons qui ne peuvent s’échapper à temps, sont tués. Leurs établissements et leurs plantations sont, en outre, saccagés et détruits de fond en comble.Dès que les nouvelles de ces troubles parviennent à Nosy Be, des mesures immédiates sont prises pour porter secours aux Européens et tenter de rétablir l’ordre.Aussitôt, le « Fabert » débarque sa compagnie divisée en deux groupes: l’un doit punir tout désordre à Nosy Be, l’autre est dirigé sur la Grande terre, direction Ambala­velona. Le croiseur se rend ensuite à Mahajanga pour annoncer la nouvelle à Antananarivo. Pendant ce temps, l’administrateur Chauvot se rend avec quelques miliciens à Marotolana pour tenter de secourir le garde Ettori, dont il ne retrouve pas la trace.Dès qu’il a connaissance de ce mouvement, le général en chef Gallieni forme de suite à Mahajanga une compagnie de marche sénégalaise, commandée par le capitaine Laverdure et ordonne son prompt transport sur la Grande terre. La partie de la province de Nosy Be sur la Grande terre, est érigée en Cercle annexe dont le commandement est donné au capitaine Laverdure. Ce dernier a ainsi tous les pouvoirs pour accomplir sa mission de rétablir l’ordre et de localiser le mouvement.Embarqué à Mahajanga, le 2 novembre, par le « Pourvoyeur », le détachement du capitaine Laverdure composé de trois officiers, cinq sous-officiers, cent quarante quatre Sénégalais et quarante deux miliciens, débarque à Ankifiny le lendemain. Une section est dirigée sur Ambalavelona pour relever les marins du « Fabert ».« Chauvot et le roi Tsiaraso avaient rejoint Ankifiny avec les marins. Le capitaine Laverdure reçut la visite du roi Tsiaraso qui lui fournissait les porteurs qui lui étaient demandés, mais qui ne lui donna aucun renseignement. »C’est donc à tâtons que l’officier s’engage le lendemain dans le pays. Le roi Tsiaraso et son frèrel’accompagnent dans sa marche sur Ambalavelona, mais sur sa route tous les villages sont déjà abandonnés. À Ambalavelona, Laverdure rencontre quelques rares habitants et quelques Indiens qui gardent leurs magasins. Malgré la situation défectueuse de ce point, il y laisse un poste dirigé par le sergent Berthier pour en faire le chef-lieu provisoire du Cercle annexe. Il cherche à obtenir quelques renseignements des prisonniers enfermés dans ce poste, mais en vain.Le capitaine Laverdure poursuit sa battue vers l’intérieur du pays. « Le village de Benavony était abandonné, mais toutes les ressources étaient intactes. Pour éviter toute déprédation, il bivouaqua avec sa troupe pour éviter tout acte de pillage. »Le 7 novembre, le groupe traverse les villages Ambolobozy et Malilio, ils sont aussi abandonnés.« Dans la journée, on rencontra un groupe des gens de Benavony (l’ancien village emporté plus tard par une crue) avec le chef de ce village, qui était rassuré et que l’on engagea à faire rentrer les absents. »Le 8 novembre, le groupe arrive à Marotolona. Le village est complètement abandonné, mais les cases sont intactes. Un amas de cendres et de bois calcinés est sur le sol. Dès le lendemain, le poste est reconstitué avec un sergent, trente tirailleurs et dix miliciens.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Non conforme à la Constitution

Dans sa décision, du 15 juin, la Haute cour constitutionnelle (HCC), a déclaré non conforme à la Constitution, la loi instituant l’Ordre national Malagasy, et celle portant code de la route. La raison exposée dans les considérants la Cour d’ Ambohidahy, est qu’ayant été adoptées, seulement par l’Assemblée nationale, la procédure d’adoption de ces deux textes n’a pas respecté les étapes voulues par le principe de navette entre les deux Chambres du Parlement.

L'express de Madagascar0 partages

Sortie gourmande – Le Terrace a mis l’accent sur les spécialités malgaches

A l’approche de la fête nationale, la cuisine malgache s’impose sur les suggestions de certains établissements pour le grand plaisir de nos palais. Terroir et tradition composent les six marmites qui renferment les spécialités culinaires de la Grande île lors de la soirée « Tropikal Night » de la brasserie Le Terrace à Antanimena, le vendredi 16 juin.La cuisine malgache dans toute sa saveur se présente sous plusieurs facettes et rappelle la culture malgache dans son ensemble. Le temps d’apprécier ce moment de retrou­vailles, et de se raconter les dernières nouvelles, le « Tsaky Tsaky » accompagne les arômes des cocktails tropicaux pour un début de voyage au cœur de la tradition culinaire malgache. Le « Romazava » ou bouillon de bœuf et poulet, les fameuses feuilles de manioc pilées ou « Ravitoto » avec de la viande de porc, et le pois bambara rivalisent de saveur parmi les six marmites proposées.La musique d’ambiance rappelle la richesse de notre culture. Salegy, kawitry, kilalaky, basesa, s’enchaînent pour rythmer la soirée, appuyée par une bande d’images en vidéo mapping qui montrent le charme de nos us et coutumes. De temps à autres, les verres de l’amitié enflamment la pièce. Ils ont ce pouvoir de rapprocher les gens venus volontiers goûter à la joie de vivre à la malgache qui s’est terminée dans une ambiance « Mafana ».

R. R.

L'express de Madagascar0 partages

Maraudeur appré­hendé

Arrestation  d’un marau­deur à Madirovalo Ambatoboeny. Un jeune homme de dix-huit ans a été a appréhendé par le fokonolona après avoir battu en pleine tête un sexagénaire pour essayer  de s’emparer de sa récolte. Le jeune homme a été remis à la gendarmerie.

L'express de Madagascar0 partages

Seize blessés

Embardée d’un taxi-brousse de marque Mercerdes Sprinter samedi vers 16 heures sur la RN1. Seize blessés sont répertoriés. La roue arrière gauche du minibus a éclaté en arrivant à la hauteur d’Ankalalalana Arivonimamo.

L'express de Madagascar0 partages

Mots croisés

Ndrianja Rajemison, pilote Subaru Impreza N4 :« On a vraiment pris du plaisir à se bagarrer avec nos rivaux. Samedi, on a eu un problème de turbo. Ce dimanche, Louvel a été victime d’une crevaison. On a chacun rencontré des difficultés. Lors de la première journée, on a attaqué juste pour montrer qu’on était là. On était un peu en retrait par la suite, pour préserver la voiture. Il fallait aussi être vigilant avec l’épais brouillard. On a surtout haussé notre rythme lors de la troisième journée, avec notamment deux scratches à l’issue des deux premières spéciales. »Mahenintsoa Randriambololona, copilote Mitsubishi Lancer Evolution IX N4 :« Teddy (Rahamefy) m’a bien briefé au début du rallye et m’a donné quelques conseils. Il nous a également accompagnés durant les reconnaissances. Ce qui nous a beaucoup aidés. J’ai déjà pris part à plusieurs rallyes auparavant et ça a facilité mon adaptation. D’autant plus, Gérard (Louvel) est quelqu’un de très simple et on a immédiatement trouvé un bon feeling ensemble. »Haja Danielson, pilote SsangYong Actyon T2M :« Les spéciales étaient très roulantes durant ce rallye. Et donc, le rythme était très soutenu. Dans ce genre de situation, c’est difficile de rivaliser avec les quatre roues motrices. Les nouveaux réglages de suspension sur l’Actyon sont au top. La prochaine étape pour nous concerne le moteur. On va effectuer une reprogrammation pour avoir plus de puissance. »Daniel Rabetafika, pilote Citroën Saxo M10 :« La bataille a été rude du début jusqu’à la fin chez les deux roues motrices. On a surtout attaqué ce dimanche. D’autant plus que Sitraka (Rakotomalala) a rencontré un problème de transmission. Et donc, on en a profité pour prendre les devants et creuser l’écart. La C2 et la Saxo disposent pratiquement de la même motorisation. Toutefois, les trains sont plus fragiles sur la Saxo et on a dû composer avec ça. Mais tout s’est bien passé au final. »Jeannot Rabekoto, président du club Asacm :« Le club avait à cœur d’organiser un rallye de trois jours cette année. Les membres ont fait preuve de beaucoup de solidarité, ce qui nous a permis de tenir un tel événement. Nous avons grandement travaillé au niveau de la réfection des pistes et je pense que les pilotes sont tous satisfaits. Le bilan est positif. De plus, la victoire finale est revenue à un équipage de l’Asacm. »

Midi Madagasikara0 partages

Tapatapany

# Gadra izay nahazo fahafahana miasa aty ivelan’ny fonja, no tompon’antoka tamin’ny fanakanan-dàlana amin’ny làlan’i Morondava. Misy dimy izy ireo no voasambotry ny zandary ary mbola nisy zaza tsy ampy taona koa tao anatin’ilay ekipa izay mitam-basy.

# « Ambulance » nitondra marary no nivadika ambony ambany tetsy Tsaralalàna, ny alin’ny zoma teo. Nisy fiara nandeha mafy ka nifatratra tao aminy, raha araka ny fanazavan’ny olona. Mba avotra ihany ireo olona tao anatiny na dia nivadika aza ilay fiara mpitondra marary.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Kaominina Toamasina : Ady an-trano pôlitika, naato ny lefitry ny ben’ny tanàna

Izay vao tena raikitra ny ady eo amin’ny samy Mapar ao amin’ny kaominina ambonivohitry Toamasina. Izany dia vokatry ny fitoriana nataon’ireo mpanlontsaina ny ben’ny Tanàna Ratsiraka Elysé sy ny lefiny faharoa Ricky Dinh-Van pagny ary ny talen’ny fitantanam-bolan’ny kaominina, noho ny resaka fanodinkodinam-bola sy ny resaka kolikoly be misy eo anivon’ny kaominina.

Taorian’ny fiakaran’izy telo lahy teo anivon’ny polisy misahana ny raharaha heloka ara-bola eto Toamasina,  sy ny fahatongavan’ny Bianco nanao fanadiadiana teo anivon’ny kaominina, izay samy nitranga ny zoma teo avokoa, dia nandray fanapahana nisara-dàlana tamin’ny tanan-kavanany sy olona atokisany ingahy ben’ny Tanàna, tamin’ny alàlan’ny fanapahana nosiniavin’ny sekretera jeneralin’ny kaominina Rakotomalala Georges laharana 1429/17/SG/CU-TOA, ka nanaisotra an’ingahy Ricky Dinh-Van Pagny tsy ho lefitra voalohan’ny ben’ny Tanàna intsony.

Tsy lavitra ny fonja. Nampisy romoromo eo anivon’ny kaominin’i Toamasina ity raharaha ity satria manomboka niaka-peo ireo ekipa sy ireo mpahita tombotsoa aminy eo anivon’ny kaominina, ka milaza ny tsy hanaiky sy hamoaka tsiambaratelo ny “tena zava-misy marina” eo anivon’ny kaominina, sy ireo antony nahatonga ity lefitra voalohany ity tafiditra amin’ity raharaha ity. Raha ny zava-misy anefa dia tsy lavitra ity lefitra voalohany ity intsony ny fonja, noho ireo fitoriana mahazo azy noho resaka tany sy vola na solika ary ny resaka karama tsy voarain’ny tompony.

Ankoatra izay dia tsy ity raharaha mandeha fanadiadiana eo anivon’ny polisy misahana ny heloka ara-bola sy ady amin’ny kolikoly, sy ny fanadiadian’ny Bianco, ihany no manenjika azy izao; fa eo koa ireo antontan-taratasy maromaro efa-taona lasa izay manenjika azy efa eny amin’ny mpitsara misahana ny ady amin’ny kolikoly eto Toamasina; izay mbola resaka tanin’ny kaominina ihany no voarakitra ao anatiny araka ny angom-baovao natao, na sarotra aza ny fikarohana izany…

Malala Didier