Les actualités à Madagascar du Mardi 19 Mai 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara384 partages

“Beatmaking” : Tida Kenny figure proue de la musique électro malgache

Il  peut se targuer  de déjà posséder une solide reconnaissance, notamment grâce à des collaborations avec des grands noms de scène malgaches.  Leader du groupe Welvi Waves, Tida Kenny, un jeune homme  de 24 ans,  compose  aussi la plupart des mélodies des chanteurs talentueux de Madagascar. 

2018, une année charnière, une période où le jeune “beatmaker” voit sa popularité monter en flèche bien qu’il travaille souvent dans l’ombre. Architecte de mélodie, il  tombe dans la ligne de mire des artistes talentueux comme Big Mj, Basta Lion,  en encore Joudas. En outre, il participe à des événements où il a acquis des expériences.  En parallèle, outre la composition de mélodies, il écrit des textes pour  lui-même.  Très vite, ces «  instru » et ses performances artistiques  suivis par des milliers de jeunes sur les réseaux sociaux lui valent une reconnaissance à l’échelle nationale. En fondant son propre label, le leader de “Welvi Waves” poursuit le lancement de nouveaux morceaux  en collaboration avec les jeunes  Tamataviens notamment “Kipikilahy Bandem”, un raggaman célèbre de la région.  Ce dernier est reconnaissant du talent de son compositeur, « Tida est l’un  des meilleurs beatmakers de Toamasina. Il est sérieux et très astucieux dans ses compositions ».

Rêve d’enfance. Déjà à l’âge de 10 ans, Tida Kenny rêvait d’être un chanteur et un compositeur.  Dans sa chambre, dans son lit, il chante et imagine être sur scène  devant des milliers de spectateurs. Poursuivant le désir de  pouvoir un jour arpenter  les planches des salles  de concert de Madagascar, il s’efforce à composer et à chanter tous les week-ends.  Rythmé par  un mariage de diverses tendances musicales comme le hip hop et l’Afro dance, Tida produit une sonorité atypique. Ce qui le différencie des autres jeunes compositeurs.

En  2009, alors qu’il n’avait que 13 ans, il compose dans sa chambre de la musique instrumentale. Ensuite, il gagne la confiance du  propriétaire du studio “Prise Formance” et devient le responsable cet établissement en 2012. C’est également l’année où il a créé le groupe  “Welvi Waves”, un collectif très connu par les jeunes d’aujourd’hui avec son titre « Tiako sady Tia zah ». En 2014, le jeune Tida rencontre une difficulté, le  fondateur du studio “Prise Formance” est décédé. Avec le cœur lourd de chagrin le jeune homme doit devoir changer de studio. Quelque temps après, il découvre le “Studio Feo” de Tonton Dida.  Dès lors, sa performance et son talent sont  connus  par tous les jeunes de la région orientale de la Grande Ile.  Cette célébrité ne s’arrête pas là, Tida Kenny  enchaîne des collaborations avec les artistes de la capitale.  En effet, il travaille étroitement avec  les maisons de production comme PNS ou encore “Grace Music”.  Entre 2014 et 2019, le jeune artiste développe sa carrière  en tant que “beatmaker” et  leader du collectif “Welvi Waves”. Ambitieux et créatif, il monte son propre studio  “Five.0. one” (5.0.1) et décide de voler de ses propres ailes.

Parti de rien, Tida Kenny a réussi à se faire de la place dans le monde de la musique malgache.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara23 partages

Mesures barrière à Ambositra : Port du masque obligatoire dans les rues à partir du 18 mai

La Région d’Amoron’i Mania enregistre encore  jusqu’à ce jour aucun cas de coronavirus, se réjouit Rakotomalala Richard, préfet d’Ambositra et non moins président du comité de vigilance, lors d’une rencontre avec les journalistes. Un contexte qui a emmené le représentant de l’administration centrale d’exhausser tout un chacun de doubler de vigilance dans le respect des mesures barrières et de la distanciation sociale.

Pour ce faire, le port de masque est obligatoire dans les rues d’Ambositra à partir de ce lundi 18 mai et que tout contrevenant sera passible de sanction sans complaisance. Cette mesure fait suite à la distribution gratuite de plusieurs dizaines de milliers de masques  pour la population, effectuée  ces derniers jours par la région et de nombreuses Ong dans les différents quartiers de la localité. Des efforts qui n’ont pas été suivis par la majorité des habitants, leur priant de se munir de cette mesure de prévention, de lamente  le représentant de l’Etat et que des mesures strictes s’imposent. Rakotomalala Richard de renchérir également que les passagers devront également se munir de masques et que le non respect de ces dispositions sera sanctionné. Le port de masque dans les temples, les églises et la distanciation ont été respectés mais malheureusement pas en dehors de ces édifices, a fait remarquer le préfet.

En outre, le préfet de mettre en garde les personnes qui osent divulguer des rumeurs pouvant  troubler l’opinion publique sur  l’existence des personnes porteuses de la maladie à Ambositra,, allant même à accuser le comité de vigilance de ne pas réagir, s’indigne Rakotomalala Richard.Le médecin inspecteur d’Ambositra également  de mobiliser la population sur la lutte contre l’épidémie de grippe à travers l’utilisation des moustiquaires imprégnées et que les malades sont pris en charge par l’Etat dans la détection et le traitement pendant trois jours au niveau des services de santé de base.

Anastase 

Midi Madagasikara6 partages

Covid-Organics : Un « Tambavy » de métamorphose politique

Des sénateurs « Cravates bleues » en train de boire la tisane CVO de couleur …orange.

En plus de ses vertus thérapeutiques, le Covid-Organics a également une propriété politique : celle de métamorphoser les politiciens comme ces sénateurs qui ont retourné leur veste après avoir bu la tisane à base d’artemisia.

Elus sous le label des « Cravates bleues », ils ont pratiquement viré à l’orange, la couleur du « Tambavy » qu’ils ont brandi lors d’une conférence de presse. Certains d’entre eux ont démissionné du HVM à leur corps défendant d’avoir changé de groupe politique. Et ce, afin de pouvoir conserver leur « seza » comme le sénateur Mananjara Andriambololona dont la procédure de déchéance engagée à son encontre par le président de la Chambre haute, a été rejetée par la Haute Cour Constitutionnelle.

Non bis in idem. « La demande de déchéance est insuffisamment fondée », selon le juge constitutionnel. Et d’ajouter même dans son arrêt que « la démission d’un parti politique est une pratique démocratique et universelle reconnue par la loi malgache ». Echaudé par cette jurisprudence, le HVM qui risque de se heurter au principe « non bis in idem » (pas deux fois sur la même chose), s’est abstenu de saisir de nouveau la HCC. Du coup, l’ancien parti au pouvoir de se résoudre à demander la démission des deux vice-présidents Mananjara Andriambololona et Bienvenu Manjany qui siègent au bureau permanent au titre respectif de la province d’Antananarivo et de celle de Mahajanga.

Honnêteté. Après leur démission du parti, les deux sénateurs ne font plus partie du groupe parlementaire HVM. Le bureau politique de l’appareil compte sur « leur honnêteté », à défaut de faire appliquer l’article 72 alinéa 2 de la Constitution qui dispose que « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire ». Des dispositions applicables par analogie au Sénat sur lesquelles la HCC s’était basées pour prononcer la déchéance du sénateur TIM Jeannot Fernand. Au fait, les membres de la haute juridiction ont-ils bu le Covid-19 ?

R. O

Midi Madagasikara6 partages

COVID-19 : Un labo doté de matériels de dépistage de pointe à Androhibe

L’Etat malgache vient de se doter d’un nouveau laboratoire de dépistage du coronavirus. Conformément à ce qu’a annoncé le président Andry Rajoelina lors de son intervention télévisée de dimanche soir, un centre de dépistage dénommé Laboratoire d’Analyse Médicale de Madagascar (LA2M) vient d’être instauré du côté d’Androhibe. Cet établissement a été construit en 2018, du temps de l’ancien régime, mais n’a jamais été opérationnel, faute d’équipements, tout comme les stades et hôpitaux « manara-penitra » dans les régions qui ont été abandonnés pendant un certain temps. Face à la pandémie du coronavirus, le président Andry Rajoelina a décidé de réactiver ce laboratoire. Depuis quelques semaines, des travaux de réhabilitation ont été effectués. Les travaux sont désormais terminés. De source proche de la Présidence de la République, la cérémonie d’inauguration et de lancement officiel du laboratoire « LA2M » aura lieu d’ici peu. Peut-être la semaine prochaine, a-t-on laissé entendre. Actuellement, les responsables du projet s’activent à installer tous les matériels nécessaires pour faire de ce centre un laboratoire  » manara-penitra  » équipé de matériels de pointe pour effectuer des analyses médicales, non seulement dans le cadre du COVID-19, mais aussi pour les autres maladies. Pour la première fois dans son histoire, la Grande île sera capable d’effectuer des tests ADN. 

Usine pharmaceutique. D’après les explications, l’objectif pour cette initiative est d’appuyer l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) et d’augmenter la capacité de réalisation des tests PCR pour améliorer la lutte contre le coronavirus. Si actuellement l’IPM réalise environs 150 dépistages par jour, ce nouveau laboratoire quant à lui, sera capable de réaliser entre 350 à 700 tests PCR par jour, a expliqué un responsable. En vue de l’ouverture du « Laboratoire d’Analyses Médicales de Madagascar », l’Institut Pasteur de Madagascar a dispensé des formations pour plusieurs techniciens et des biologistes malgaches. Le président Andry Rajoelina a déjà annoncé qu’outre ce laboratoire, une usine pharmaceutique sera aussi ouverte pour fabriquer le Covid-Organics. La réouverture prochaine de l’usine OFAFA serait fortement envisagée. Des travaux sont en cours dans le cadre de la concrétisation de ce projet d’envergure. Avec ces initiatives, le président Andry Rajoelina entend apporter une solution malgacho-malgache à la crise sanitaire qui sévit actuellement dans le monde.

Davis R

Midi Madagasikara5 partages

Epidémie de Dengue : Tendance à la baisse selon le Ministère de la Santé

Le moustique aedes aegypti est l’ennemi à abattre dans cette lutte contre la dengue.

Le nombre de nouveaux cas de Dengue affiche petit à petit une baisse selon les informations recueillies auprès du ministère de la santé publique. 

« A ce rythme, il faut peut-être attendre un mois après le début de la campagne d’assainissement et de nettoyage menée à Majunga pour voir une baisse considérable des statistiques, une diminution conséquente du nombre des cas ». Ce sont là les propos du Dr Lamina Arthur Rakotonjanabelo, directeur de cabinet auprès du ministère de la santé publique joint au téléphone hier pour faire l’état de la situation de l’épidémie de Dengue qui sévit dans la ville de Mahajanga.  Notre interlocuteur d’expliquer la projection : « l’incidence des nouveaux cas commence certes à diminuer. Mais tant que les moustiques adultes  – ceux-ci n’ont pas été ciblés par la campagne d’assainissement et de lutte anti larvaire menée récemment et sont probablement des vecteurs du virus de la Dengue – de nouveaux cas pourraient surgir ». Interrogé sur les statistiques des cas actuelles, le directeur de cabinet auprès du ministère de la santé publique malgache a avancé « je n’ai pas les chiffres exactes mais les dernières statistiques sont aux environ de 3 000 cas ». Des cas qualifiés de « suspects » et présentant des « symptômes similaires à la Dengue ».

Positif. L’interview téléphonique du directeur de cabinet auprès du ministère de la santé publique a également permis de connaître un « renforcement du système de surveillance de l’épidémie ». « On a insisté sur la sensibilisation de la population à aller se faire consulter dans les hôpitaux. Ce qui n’était pas le cas au début de la campagne d’assainissement et de nettoyage » note le Dr Lamina Arthur Rakotonjanabelo. Avant de renchérir « la population a répondu favorable à notre invitation. Les gens viennent de plus en plus dans les hôpitaux. Ce qui a permis de traiter les cas positifs jusque-là non répertoriés. Il faut tout de même dire que les campagnes de sensibilisation ont dissipé les peurs de la population. Notamment, celle d’être assimilés au Covid-19 ».  Outre la sensibilisation, « l’instauration du principe de la gratuité des soins » fait également partie des efforts de renforcement du système de surveillance de l’épidémie mis en œuvre par le ministère de la santé.

62,5%. Serait le taux de positivité de l’épidémie dans la ville de Nosy Be selon les informations données par la direction de la promotion de la santé auprès du ministère de la santé publique. Un taux obtenu par les résultats de tests effectués sur 30 prélèvements dans six centres de santé de base de l’île. « Sur les 30 prélèvements effectués à Nosy Be, 23 étaient positifs » explique le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la promotion de la santé auprès du ministère de la santé publique. Notre interlocuteur de rajouter que Nosy Be n’enregistre pas encore de cas graves et que l’établissement du taux de positivité global n’est pas encore possible étant donné que des formations sanitaires n’ont pas encore pu effectuer des prélèvements. La crise sanitaire est actuellement à son comble. Avec le paludisme qui frappe dans le Sud,la dengue qui sévit dans l’Ouest et le Covid-19 qui bloque le Centre et l’Est, la santé publique vit ses heures difficiles.

José Belalahy 

Midi Madagasikara4 partages

Transparency international : « Corruption et COVID-19 deux fléaux dévastateurs »

TI-MG, lutter contre toutes les formes de corruption liées à la pandémie

Le guide sera distribué en priorité au maximum de citoyens résidant dans les zones touchées par le COVID-19, à savoir les régions Analamanga, Atsinanana, Alaotra-Mangoro et Haute-Matsiatra, aux autorités décentralisées et aux membres des comités « Loharano ».

Les déclarations de Transparency international-Initiative Madagascar  (TI-MG) se suivent mais ne se ressemblent pas ces derniers temps. Le week-end dernier, cette ONG s’est prononcée sur la journée internationale de la presse célébrée le 3 Mai dernier portant  sur le thème “le journalisme sans contrainte et sans complaisance”. La liberté de la presse et l’accès à l’information ont été également abordés.  Et hier, encore, (TI-MG) a tenu une conférence de presse pour annoncer la publication d’un “ guide pratique pour les citoyens sur le COVID-19 » élaboré avec le soutien de l’ambassade Suisse à Madagascar. Selon Transparency international-Initiative Madagascar  la plupart des doléances qu’il a reçues se sont portées sur le « Tosika fameno » et « Vatsy tsinjo ». Le premier sert à appuyer financièrement les familles vulnérables à cause des impacts socio-économiques du confinement.  Le second est composé d’un pack, destiné aux familles nécessiteuses, comprenant notamment du riz, de l’huile alimentaire, des légumineuses et des savons.

Gestion de crise. Concernant le guide citoyen anti-corruption, en temps de COVID-19, TI-MG  de déclarer que la corruption est invisible, tout comme le COVID-19. Pourtant, ces deux fléaux produisent l’un comme l’autre des effets dévastateurs sur les sociétés qu’ils rongent. Madagascar n’y fait malheureusement pas exception. Il faut donc redoubler d’efforts pour venir à bout de cette double menace qui pèse sur le pays. L’objectif de ce guide est de rappeler à tous les citoyens, surtout détenant la moindre responsabilité dans la gestion de cette crise, qu’il faut respecter la transparence, la redevabilité et l’intégrité en tout temps, mis plus spécifiquement en période d’exception pendant laquelle les freins et contrôles démocratiques sont amoindris.

Rappel à l’ordre. Cette société civile estime  ainsi que la bataille contre cette maladie contagieuse ne peut se gagner sans le respect absolu de ces principes de bonne gouvernance et sans l’engagement de tous à lutter activement contre la corruption. Or, diverses entorses à ces principes ont été constatées à tous les niveaux justifiant un rappel à l’ordre et mobilisation collective. Ce guide de rappeler aussi les gestes barrières et les précautions sanitaires pour lutter contre le Coronavirus, en plus de messages-clés à l’attention des citoyens. Les astuces pour lutter contre la désinformation, les formes de corruption liées à la pandémie ainsi que les appels à la sauvegarde des libertés fondamentales. Toujours est-il qu’un spot vidéo et un spot radio dérivés du guide ont été conçus pour atteindre le public le plus large possible.

Recueillis par Dominique R

Midi Madagasikara1 partages

Tension autour des Îles Eparses : L’Ambassadeur de France convoqué par le MAE

Le Gouvernement malgache s’oppose fermement à l’initiative de la France d’installer une « Réserve naturelle nationale » à l’archipel des Glorieuses.

La tension monte d’un cran entre Madagascar et la France à propos de la gestion des Îles Eparses. Le Gouvernement malgache a réagi suite à l’initiative des autorités françaises d’installer une « Réserve naturelle nationale » à l’archipel des Glorieuses. Hier, le ministre des Affaires Étrangères, Tehindrazanarivelo Djacoba a convoqué dans son bureau à Anosy, l’Ambassadeur de France, Christophe Bouchard. Une occasion d’exprimer la position de Madagascar par rapport à cette initiative. En effet, le Gouvernement malgache s’oppose fermement à ce projet et affirme que cette décision est « de nature arbitraire et non respectueuse du processus de négociation en cours entre les deux pays ». C’est également une violation manifeste des résolutions 34/91 et 35/123 de l’Assemblée générale des Nations-Unies, en date du 12 décembre 1979. La résolution 34/91 «  invite le Gouvernement français à entamer sans tarder des négociations avec le Gouvernement malgache en vue de la réintégration de ces îles précitées qui ont été séparées arbitrairement de Madagascar » et «  demande au Gouvernement français de rapporter les mesures portant atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de Madagascar et de s’abstenir d’en prendre d’autres qui auraient le même effet et pourraient affecter la recherche d’une solution juste au présent différend ».

Acte de défiance. Le Gouvernement malgache considère les actions actuelles de la France comme « un acte de défiance envers Madagascar qui va à l’encontre de l’engagement des deux parties qui se sont convenues à poursuivre le dialogue dans un esprit positif ». Et ce, conformément à ce qui est indiqué dans le communiqué conjoint publié à l’issue de la première rencontre qui s’est déroulée à Antananarivo le 18 novembre 2019. Lors de cette entrevue qui s’est tenue au MAE Anosy hier, le ministre Tehindrazanarivelo Djacoba a notifié l’Ambassadeur de France sur le fait que l’Etat malgache s’oppose fermement au projet de création d’une « Réserve naturelle nationale » sur l’archipel des Glorieuses par le Gouvernement de la République française, ainsi qu’à tout autre acte unilatéral susceptible de porter atteinte d’une manière directe ou indirecte au droit souverain de Madagascar sur les Îles Eparses. En effet, côté malgache, l’on insiste sur la nécessité de la poursuite des discussions entre les deux parties dans le cadre d’une négociation de bonne foi, constructive et mutuellement respectueuse. L’on attend donc désormais la réaction du président français Emmanuel Macron face à ce rappel… à l’ordre.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Carburant : Vers une baisse des prix à la pompe en début juin

La baisse des prix du carburant sera une bouffée d’oxygène pour les consommateurs déjà asphyxiée par le confinement.

Les paramètres du marché pétrolier laissent augurer une baisse des prix à la pompe dans les jours qui viennent.

Le  marché du carburant obéit-il à la loi de l’offre et de la demande ? C’est la question que se posent les observateurs en constatant que si partout dans  le monde, la tendance est à la baisse des prix à la pompe depuis la chute vertigineuse des cours du brut sur le marché mondial, pour cause de crise sanitaire, à Madagascar les prix restent inchangés. 

Période

Sur  terrain et sur les réseaux sociaux, les consommateurs commencent même à pointer du doigt l’Etat, d’être en connivence avec les opérateurs pétroliers pour maintenir les prix en faveur de ces derniers.  Des groupes de citoyens envisagent même de créer une association pour faire pression sur l’Etat afin qu’il prenne les mesures nécessaires pour baisser les prix.  Seront-ils  entendus ?  Selon un économiste, il y aurait probablement une baisse des prix à la pompe à Madagascar en début juin. Pour étayer son affirmation, il a indiqué  que   le début du mois de juin correspond effectivement à une période de changement de prix,  c’est-à-dire deux mois après la dernière commande,  laquelle se situe probablement à la période où les cours du brut sont tombés au plus bas. On rappelle en effet qu’il y a environ un mois, ces cours étaient même devenus négatifs, jusqu’à -34 dollars le baril. « Forcément les distributeurs pétroliers ont pu profiter de ce marché fortement à la baisse » soutient cet économiste. Une manière en somme d’annoncer qu’une baisse des prix à la pompe s’impose, en raison de la conjoncture. 

Promesse électorale

On  rappelle en tout cas que  la dernière modification des prix à la pompe intervenait en juin 2019 quand le Président Andry Rajoelina avait affiché sa  volonté de réaliser sa promesse électorale  de protéger  les consommateurs,  face aux prix exorbitants des carburants. Depuis  ces prix n’ont pas changé. A savoir : 4100 ariary pour le supercarburant, 3400 ariary pour le gas-oil et 2130 ariary pour le pétrole lampant. Or à cette période les cours du baril de pétrole tournaient autour des 60 dollars. Actuellement ces cours sont presque à la moitié de ce qu’ils étaient en juin 2019. Et même si entretemps, l’ariary s’est fortement déprécié par rapport au dollar, les observateurs estiment qu’il n’y a aucune raison qui empêche une baisse des prix à la pompe des carburants au mois de juin prochain.  Ce sera aussi d’ailleurs une occasion pour le Président Andry Rajoelina de démontrer qu’il se soucie réellement du pouvoir d’achat des Malgaches.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza0 partages

Serasera mikasika ny CVO Misy lesoka hatrany

Hatramin’ny nampahafantarana azy voalohany indrindra izay efa nampiaiky olona maro fa solafaka avy hatrany satria serasera politika no nialohan’ny

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fizarana fanampianaMila fanaraha-maso hentitra

Hatramin’izao dia mbola mamboly fahasorenana ho an’ireo mila azy hatrany ny fomba fizarana ireo fanampiana azon’ny fanjakana malagasy natao ho tsinjaraina eny amin’ny fokontany tsirairay avy eny.

 

 

Hita ho mila fanaraha-maso hentitra mba tsy hilazana mihitsy hoe “audit” vao ho foana ity toe-tsaina tia kely anaty fahasahiranana ity. Fitarainana saika heno amin’ireo mahatsiaro tena ho sahirana kanefa voahilika tsy ahita ny anjarany ao anatin’izany amin’ny ankapobeny ny hoe “efa nametraka kara-panondro” na koa hoe “ nilahatra adin’ny” na “nandany tontolo andro” sy ny hafa rehetra saingy ny vokany avy eo dia ny hoe nasaina nody satria hoe ianao izao ve dia sahirana? Lasa fitsarana ivelany, raha ny fitantaran’ireo lasibatra araka izany, no hamerana ny fahazoana na tsia ireo fanampiana. Famonjena no notadiavin’ireo nilahatra kanefa dia fahasorenana avy eo no entiny mody raha tsy sanatria aretina aza.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fomba fiainanaHiova noho ny coronavirus

Mety ho tafiditra ao anatin’ireo aretina hiara-hiaina amin’ny olona eny anivon’ny fiaraha-monina mandavan-taona ny coronavirus amin’ny ankapobeny. Anisan’ ireny ohatra ny tazo, mivalana, gripa madinika….

Ny fomba fiaina mihitsy araka izany no mila ovaina hoy dokotera Fidy Bariniaina ao amin’ny Clinique Fidy etsy Ambatomainty. Mila miomana foana hoy izy ny olona iray fa na dia ny olona akaiky azy aza dia mety ho salama nefa mitondra ilay tsimok’aretina. Ilaina mandrakariva araka izany hoy izy ny manao aron-tava hiarovana ny mikraoba tsy hiditra eo amin’ny vava sy ny orona. Ny tanana ihany koa hoy izy tsy tokony hikasika ny vava na ny orona satria iny tanantsika no mety hampiditra mikraoba any anaty, indrindra raha nikasika zavatra nokasian’olona marary. Tsy mifampiarahaba sy tsy mifandray tanana intsony ihany koa aloha hoy dokotera Fidy na dia fahalalam-popmba bitika aza izany ary hajaina foana ilay elanelana 1 metatra. Mikasika ny vatana manokana dia tokony ho ampy torimaso hatrany ny tsirairay. Ora valo isan’andro no andrasana ho an’ny tsirairay ary raha sanatria ka misy aza ny fiaretan-tory tsy maintsy natao dia ezahina ny manonitra izany amin’ny atoandro. Tokony ho ampy protein ihany koa ny vatana toy ny hena, ny trondro, ny atody, ny soja. Tsy hatao ambanin-javatra ny sakafo misy hery fiasana izay manone hafanana toy ny vary, ny hanin-kotrana, mofo misy lafarinina. Ary farany ny fampitomboana ny fihinanana voankazo sy legioma. Mikasika ny trano manokana dia tokony hadio lalandava izany, azon’ny rivotra sy masoandro hahafahana mamono ilay mikraoba tafiditra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatovyTeratany vahiny iray matin’ny Covid-19 ...

Teratany Filipianina iray antsoina hoe Ryan Reyes no re omaly fa nodimandry tao Ambatovy - Toamasina, raha araka ny fampitam-baovao serasera anatin'ny orinasa . Niasa tao amin’ny departemanta “Utilities”

 

 ana orinasa manana tsenan’asa tao na “sous-traitans” EPI, raha ny fikaroham-baovao, ka ny taona 2012 no tonga tao Ambatovy. Naiditra tao amin’ny toeram-pitsaboana ISOS ao amin’ny faritry ny ozinina ihany ny tenany 11 mey lasa teo rehefa nahiana ho tratry ny covid-19. Voamarina fa voa taorian’ny fitiliana natao taoriana kelin’ny nidirany tao amin’ny toeram-pitsaboana. Nihanarefo hatrany, ka izao tsy tana izao ny ainy. Efa hitantsika rehetra ny fandravaravan’ity aretina ity manerana izao tontolo izao, ary efa maro tamin’ireo olona akaiky antsika no efa voany, hoy ny hafatra nataon’ny ekipa ara-pitantanana ny orinasa. Naneho fiaraha-miory ho an’ny namana sy tapaka sy ny fianankaviamben’Ambatovy ny ekipan’ny Fitantana ny orinasa omaly hariva ihany. Nanamafy fa tena azon’ny rehetra ao Ambatovy tsapain-tànana ny maha tena zava-doza ity aretina ity, ary porofo mivaingana amin’izany izao fahalasan’ny mpiara-miasa izao. Ity izany no olona faharoa matin’ny coronavirus teto Madagasikara taorian’ilay lehilahy 59 taona tao Toamasina ny 17 mey lasa teo. Andrasana anefa ny fanambarana ofisialy ataon’ny manam-pahefana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Centre Fanantenana AnosizatoHahazo rano fisotro madio

Taorian’ny fanombohan’ny asa fanavaozana ny Centre Fanantenana etsy Anosizato izay nametrahana ireo olona mpatory an-dalana misy ireo zaza

 

 

kamboty sy tsy manam-piahy ka nanomezana azy ireo trano fidiovana sy trano fivoahana dia hahazo rano fisotro madio indray izy ireo. Vola mitentina 18.000 dolara no natokan’ireo mpamatsy vola tera-tany Sinoa hanatanterahana izany amin’ny alalan’ny fametrahana siniben-drano goavam-be eny an-toerana. Tanjona ny hanazarana ireo ankizy nadinika sy renim-pianakaviana ho tia sy hanaja ny fahadiovana, fototra iray hahafahana mandresy ny COVID 19 eto amintsika. Ankoatra izay dia mbola notoloran’ity mpamatsy vola ity vary milanja 1 taonina sy menaka 6 baoritra ihany koa izy ireo, , natrehin’ny tompon’andraikitra iray eo anivon’ny kaominina Antananarivo renivohitra. Tanjon’ny roa tonta moa ny hamolavolana ireto ankizy sy fianakaviana sahirana ireto ho tonga olom-banona rehefa tafaverina soa aman-tsara eny anivon’ny fiaraha-monina izy ireo. Anisan’izany ny ady amin’ny loto sy ny fahantrana izay tena manimba ny maha-olona tokoa.

 Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambatondrazaka Lehilahy iray ahiana ho voan’ny Covid-19

Lehilahy iray 62 taona avy any Toamasina no nanantona ny hopitalibe ao Ambatondrazaka noho ny toe-pahasalamany ahiana ho tratry ny coronavirus. Natoka-monina avy hatrany ao amin’ny Complexe mère et enfant any an-toerana izy io.

 

 Nampiseho ny soritr’aretina, ary tena mampiahiahy ho mitondra ny soritr’aretina izy io, hoy ny mpitsabo. Izy rahateo avy any Toamasina, ka nandray fanapahan-kevitra ny tompon’andraikitra ara-pahasalamana hanokana azy. Efa natao ny fitiliana, ka miandry ny valiny amin’izao fotoana izao. Nalefa tany Moramanga omaly maraina ny singa taminy hatao fitiliana hampiarahana an’ireo tranga mampiahiahy halefa hotiliana. Mbola tsy voamarina tanteraka ho voa izy, fa miandry an’izay valin’ny fitiliana izay.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomezan-danja ny olombelonaTakon’ny fihetsiketsehana hatrany

Ny olona no harena, hoy ny lahabolana am-bava any amin’ny faritany izay. Sarotra ho an’ny malagasy matetika, indrindra, ireo manan-katao sy manam-bola ny miheritreritra izany,

 

 hany ka mahatonga azy ireo ho mandray fanapahan-kevitra toy ny tsy miteha-tany. Adinony fa nisy tantsaha mpamokatra maro, ohatra, nialohan’ny nahatongavan’io vary hoaniny eo am-biliany io. Mandeha ankehitriny ny fanindraindrana ity tambavy ireharehana ho fanafody sy fanefitry ny COVID 19 ity saingy ilay vokatra no tena misongadina fa ny sitraka ho an’ireo olona angady nananana sy vy nahitana mbola baraingo ho an’ny rehetra hatreto. Olombelona daholo anefa no nanao ny fikarohana ka hatramin’ny fanontana anaty tavoahangy. Hita ho lasa iainana hatrany amin’ny tontolon’ny asa maro mihitsy io tsy fanomezana lanja ny olombelona io na dia efa hitarainan’ireo sehatra samihafa, toy ny mpiaro ny zon’olombelona aza, ary hita ho lasa takon’ny fihetsiketsehana hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Anosibe AngarangaranaEnin-dahy tratra nivarotra rongony

Enin-dahy mpivarotra sy mpanjifa rongony eny amin’ny faritra Anosibe Angarangarana no voasambotry ny polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina etsy Anosy ny alahady 17 mey teo tokony tamin’ny dimy ora maraina.

Naharay antso avy amin’ny olona tsara sitra-po ny polisy fa misy olona mivarotra rongony eo Anosibe Angarangarana. Natao ny fanaraha-maso azy ireo ka tsikaritra tamin’izany fa misy tovolahy mivezivezy mivoaka sy miditra ao amina trano iray. Niroso avy hatrany taminy fisamborana ireo olona ireo ny polisy ka niroso tamin’ny fidirana tao anatin’ilay trano koa. Enin-dahy no voasambotra tao anatin’io trano io ary nahitana rongony enina gony ihany koa tao izay efa vita fonosana ny roa gony ary mbola atsinjarany kosa ny efatra gony. Nandritra ny fanadihadiana azy ireo no nahafantarana fa amidiny 500 Ar ny fonosana rongony iray ary antso an-tariby no ifandraisany amin’ny olona mpanatitra izany rongony izany ao aminy. Efatra hetsy ariary no hivifdiannay ny iray gony any amin’io mpamatsy azy io. Fantatra ihany koa fa mpividy rongony sy mpibata entana ao aminy ireo olona voasambotra tao antrano niaraka tamin’ny rongony ireo. Efa nigadra ny tovolahy iray izay tompon’ny entana tamin’ny taona 2017 noho ny resaka rongony ihany ka izao tra-tehaka izao indray.Natolotra ny fitsarana omaly koa izy ireo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

MorondavaTovovavy 19 taona, maty nananton-tena

Tovovavy iray 19 taona, ny faran’ny herinandro teo no hita faty niantona teny ambony manga tao amin’ny fokontany Tsimahavaokely, distrikan’i Morondava. Araka ny vaovao avy amin’ny polisim-pirenena ao Menabe, dia namono tena ity tovovavy ity.

 

Tamin’ny alalan’ny fanafody natambany tamin’ny « coca-cola » no nanatanterahany izany izay mbola hita teo amin’ilay toerana nahitana ny razana. Tst maty teo noho eo anefa ilay tovovavy raha ny fiheverana ny zava-nitranga ka nananton-tena izao mba hanaperany ny ainy. Fantatra moa fa nanana olana tamin’ny mpampiasan’ny vadiny ity tovovavy ity. Nangalatra entana tamin’ireo mpampiasam-badiny ireo mantsy izy mivady. Rehefa tratra anefa izy ireo dia nangataka fifanarahana tamin’ilay mpampiasam-badiny ny fianakavian’ilay tovovavy sy ilay vadiny. Na izany aza anefa dia tsy tana ny anaovavy ka naleony ihany nandao ny tany.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’i MorombeManjaka ny Dahalo

Vono olona feno habibiana no mahazo ny vahoaka ao amin'ny distrikan’i Morombe rehefa ny fitsarana, ny off-coord na zandarimaria any an-toerana sy ny kaomandin’ny CIRGN Toliara no miray tsikombakomba amin'ny dahalo,

 

 hoy ny fampitam-baovaon’ny solombavambahoaka avy any an-toerana, Lucien Rakotomalala. Nataon'izy ireo izay naha rava ny Dinabe satria raha mbola eo ny Dinabe dia tsy hisy ny vola azon'izy ireo amin'ny kolikoly. Amin'ny maha solombavambahoaka ny tenako dia efa im-betsaka no nisy fihaonana niarahako tamin'ireo tompon'andraikitra toy ny minisitry ny fitsarana sy ny SEG nefa tsy nisy vokany izany, hoy hatrany ny fanazavany, mihorohoro tanteraka ny vahoaka any an-toerana. Isan’ireo namoy ny ainy tao anatin’izany habibiana izany ny mpampiveloba na « sage femme » iray tao Ambahikily sy ny mpanaradia ao Befandriana Atsimo. Efa nisy mpanaradia roa koa matin'ny dahalo tao Antanimeva, herinandro lasa izay, nefa tsy azo sary izany ary ny fianakavian'ireo maty izay tompon'omby indray no ampanamborin'ny fitsarana. Tsara ho marihina fa misy dahalo iray tratran'ny fokonolona tamin'io fotoana io izay efa naterina tany amin'ny zandarimaria nefa tsy mety mandray ireto farany. Mbola tazonin'ny fokonolona io dahalo io hatramin'izao, hoy hatrany ny fitantaran’ity solombavambahoaka ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vaky trano teny Ankasina Lehilahy roa nampidirina am-ponja vonjimaika

Lehilahy miisa roa, 27 sy 30 taona no voasambotry ny polisy miasa ao amin'ny kaomisaria 67 ha ny zoma 15 mey teo noho ny resaka vaky trano.

 

 

 Lehilahy iray 56 taona no tonga nametraka fitoriana tao amin'ny biraon'ny polisy 67 ha ny 15 aprily lasa teo fa nisy namaky ny tranony fitehirizany entana tao Ankasina. Araka ny fanambarana nataon'ity lehilahy ity dia ny marainan'ny alatsinainy 11 aprily teo tokony ho tamin'ny 09 ora teo ho eo izy no nahatsikaritra fa nisy fahabangana ireo entany tao nefa ny trano mihidy. Lasa tamin'izany ny kojakojana fiara maromaro mitentina 2 tapitrisa Ar. Rehefa nohadihadiana ity lehilahy ity dia nanondro lehilahy mpitarika sarety iray izay nahiahiny fa nahavita izao asa ratsy izao. Ny 15 mey teo dia nampanantsoina tao amin'ny biraon'ny polisy ity lehilahy mpitarika sarety ity natao famotorana. Niaiky avy hatrany moa ity farany vao nohadihadian'ny polisy ary mbola nanondro ny namany iray izay nanampy azy tamin'ny famoahana ireo entana nangalarina. Nosamborina ny sabotsy maraina 16 may teo ity lehilahy namany ity. Samy niaiky ny heloka nataony izy roa lahy ireo. Natolotra ny fitsarana ny sabotsy teo izy ireo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatry tsy miankinaAvela hiady irery

Mitohy 15 andro ny fahamehana ara-pahasalamana, izany hoe mitohy ny fihibohana tapak'andro. Samy niandry ny fepetra ho an` ny sosialim-bahoaka moa ny olom-pirenena nandritra ny kabarin`ny filoham-pirenena ny alahady lasa teo saingy indrisy.

 

Tsy lavina fa miatrika ady ara-pahasalamana isika. Mandripaka ain` olona amanaliny aza saingy miantraika mivantana amin` ny toekarena sy ny sosilay ny fepetra tsy fahazoana mivoaka ny trano, raisin` ny firenena. Mikatona avokoa ny orinasa, tsy misy ifandraisany amin` ny lafiny sakafo sy ny zavatra tena ilain` ny mponina andavandro. Vokany, maro ny tsy an` asa ary miantraika any amin` ny fiainan-pirenena sy ny fiainam-panjakana satria tsy mihodina ny vola, tsy miditra ny hetra, sns… Raha ny tatitra nataon` ny Sendika Kristianina Malagasy hoe “very asa ny ampahatelon` ireo mpiasa indrindra amin` ny tsy miankina”. Nanamafy kosa ny ao amin` ny sampana mpanara-maso ny mpiasa fa “mety efa mihoatra an` io ny tarehimarika satria misy fidinana ifotony hatrany ataon-dry zareo”. Iarahana mahatsapa ny fahasahiranan mavaivay mihatra amin` ny sehatra tsy miankina. Saika sahirana amin` ny fanarenana ny orinasany ireo mpampiasa. Mety tsy ho tafarina ny fandoavana ny karaman` ireo mpiasa raha tsy misy fepetra raisin` ny governemanta. “Efa nisy tohana 40 miliara ariary no nalefa tany amin`ny sehatra tsy miankina, izay ampaham-bola azo tamin` ny fanampiana avy amin` ny Tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI) izay nitentina 166 tapitrisa dolara” hoy ny CREM na ny farimbolan` ireo mpahay toekarena saingy ny banky indray no mahazo tombony. Raha tsiahivina, nanokana 37 miliara euros ny Vondrona Eoropeanina hanampiana ny fanjakana miisa 27 mpikambana ao aminy. Fepetra napetraky ny fanjakana any amin` ireo firenena mandroso ireo ny fanalana mpiasa amin` ny ampahany. Eto Madagasikara, nahemotra fotsiny ny fandoavan-ketra ho an` ireo orinasa. Tsy midika izany hoe foanana. Toa avelan` ny fanjakana miady irery ny sehatra tsy miankina sy ny sehatra tsy ara-dalàna. Andrasana amin` ny fitondram-panjakana ny paikady hahafahana manarina ny zava-misy iainan` ireo mpiasa sy orinasa amin` izao fotoana izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AnkazomangaLehilahy iray sempotra sady torana

Lehilahy iray 62 taona no torana teny anoloan’ny Farmasia Ankazomanga omaly maraina tokony ho tamin’ny 8ora sy sasany. Sempotra ary nikohaka no nahitan’ny olona azy.

 

 

Namily fiara niaraka tamin’ny patroany no sempotra tampoka. Nivoaka ary nilaza ny hamonjy mpitsabo. Efa mahazo azy ilay sempotra saingy tsy sempotra be ohatran’ny niseho, raha ny fanazavany. Tsy aretina mpahazo azy, fa sambany izy no torana, hoy ny fianankaviany. Aretin’ny tosi-drà sy goty no mpahazo azy. Noraran’ny mpitandro filaminana tsy hanantona azy ny olona nijery ny zava-misy. Nantsoina ny laharana 910 an’ny  CCO Covid-19 ka tonga teny an-toerana naka azy. Nentina eny amin’ny Hopitaly Befelatanana. Fiakaran’ny tosidra no voalaza nahatorana azy, raha ny vaovao farany.

 

TSY COVID 19

Nizaha ny marary ny ekipan’ny ny BIS na ny “Brigade d’Intervention Spéciale”, araky ny fandaminana sy ny toro-marika avy amin’ny Minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka sy ny « Centre de Commandement Opérationnel CCO Covid 19 ». Taorian’ny fizahana nataon’ny mpitsabo avy amin’ny BIS, notarihin’ny Médecin Capitaine Masina Ndalana d’Assise, dia tsy fahasemporana vokatry ny tsimok’aretina coronavirus no nanjo ity rangahy ity fa noho izy efa taizan’aretin’ny tosi-drà na « tension » sy vokatry ny aretim-po.Tsy vao izao no nisiana olona mitsirara an-dalambe teto Antananarivo sy ny manodidina fa efa maro, na nialoha na tato anatin’ny efa nahatafidiran’ny coronavirus. Teny Anosibe sy Namontana, ohatra, dia efa olona 3 no maty an-kalamanjana, teny Ambatomaro efa nisy olona nitolefika teo an-dàlana, teny Andoharanofotsy,… Eo ny mety ho fisian’ny aretina, fa noana ihany koa ny vahoaka.

 

 

 

Toky R sy J Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Zotra nasionaly Mangataka fanampiana, hanao hetsika rahampitso

Roa volana katroka tsy niasa, saingy tsy mba nisitraka fanampiana tahaka ny teto an-dRenivohitra ireo mpitatitra amin’ny zotra Nasionaly etsy Andohatapenaka,

izay mampitohy an’Antananarivo amin’Antsiranana, Mahajanga, Toamasina, Fenoarivo Antsinanana. Mba niandry ihany ny mba hivaha ilay fihibohana kanjo ireny ny tenin’ny Filoham-pirenena hoe mitohy 15 andro, hoy ireo mpitatitra. Izahay anefa tsy misy hohanina, ary manana ankohonana velomina. Efa tena bokan-trosa tanteraka amin’izao fotoana izao. Raha hiteny izahay hoe vahao ny làlana hiasanay dia ohatran’ny mihantsy ady amin’ny fanjakana, hoy izy ireo. Efa ho banga hatrany amin’ny 1 tapitrisa ariary ny vola tsy miditra amin’ny mpitatitra. Mba efa nahazo ny anjarany hatramin’ny mpivaro-tena mety hatramin’ny sarim-bavy, ka mba omeo izahay, hoy ireo mpitatitra. Hanao hetsika firaisan-kiana izy ireo rahampitso alarobia. Izahy tsy migrevy fa mangataka, hoy ireon mpitatitra. Miisa hatrany amin’ny 80 izy ireo no tsy afa-miasa eny Andohatapenaka amin’izao fotoana izao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fifamoivoizana eto an-drenivohitra Maro ireo sarety tratra tsy nanara-dalàna

Niroso tamin’ny fampanarahan-dalàna ireo sarety mivezivezy eto an-drenivohitra ny kaominina Antananarivo renivohitra,omaly. Lohalaharana tamin’izany ny sarety.

 

 Omaly tapak’andro maraina monja dia sarety tsy manara-dalàna marobe no tratran’ny polisy monisipaly sy ny polisim-pirenena mbola niasa tamin’ny tokony hanaovany izany intsony. Nosaziana avy hatrany izy ireo. Raha araka ny fanazavan’ny kaominina Antananarivo renivohira dia ny sarety no anisan’ny mitarika fitohanan’ny fifamoivoizana goavana indrindra eto an-drenivohitra. Hatramin’ilay fe-potoana fialana tsikelikely amin’ny fihibohana mantsy, dia niverina ihany koa ny fitohanana raha vantany vao niasa izy ireny. Tsy izy ireo ihany fa nampidirina forrière avy hatrany koa ireo fiara miantsona an-tsisin-dalana izay tsy nanara-dalàna nanomboka omaly. Nantitranterin’ny kaominina kosa fa alohan’ny amin’ny 7ora maraina ; eo anelanelan’ny amin’ny 10 ora hatramin’ny 12 ora atoandro ary amin’ny 2 ora hatramin’ny 4 ora hariva no ora fivezivezen’ny sarety ho an’ny eto an-drenivohitra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rehefa sahy dia sahy !

Naherihery ny fitenin’ny Filoham-pirenena Malagasy tato ho ato manoloana ny kihana ataona firenena na vondrona firenena.

 

 

Tsy manaiky lembenana eo anatrehan’ny tsindry samihafa. Hatraiza anefa ny ho fetran’ireny? Tena hahasahy hihenjana hatramin’ny farany sa mba mamono lolo sy maka ny fom-bahoaka fotsiny? Toa manangam-bovona hatrany hatrany ny Filoha ary te hampiseho fa manana ny fiandrianany i Madagasikara. Sarotiny amin’ny fiarovana ny fiandrianam-pirenena. Efa nisy teto Madagasikara ny fitsabahana nataona vahiny, nanaovana tsinontsinona ny fiandrianam-pirenena ka vitan’ny Filoha tamin’izany fotoana ny nandroaka masoivoho Frantsay sy relijiozy iray. Hahavita tahaka izany ve ny Filoha Malagasy ankehitriny eo anatrehan’ny vavaben’ny OMS na koa manoloana ny lonilony amin’ny IPM ohatra? Ho sahy handroaka ny masoivohon’ny OMS eto ve na koa handroaka ny Masoivoho Frantsay eo anatrehan’ny fihetsik’i Lafrantsa tena mihantsy ady sy efa nomelohin’ny Fitondrana Malagasy sy toheriny marin-drano? Mety hanova ny tantara sy hampifoha ny hambopon’ny Malagasy ny tahaka izany ka tena ho sahy ve ny Filoha Andry Rajoelina sa mba te hanao serasera sy maka ny fon’ny Malagasy fotsiny? Mahatonga ny Malagasy hiroharoha saina mantsy ny tantara satria nisy fifamatorana be tamin’ny Frantsay ny Filoha Malagasy, ary mety iankinan’ny fiainam-pianakaviany aza ity firenen-dehibe ity. Tsaroana ny tenin’ny Amiraly Ratsiraka hoe: niangavian’ny Frantsay aho hanampy an’I Andry Rajoelina hanongana an-dRavalomanana. Tena hifamango ve ny zaza nampiana sy nampitaina ka hosokajian’ny namolavola azy ho zana-baratra mitsipa-doha lakana nitàna? Rehefa sahy dia sahy ka ny ho avy no hitsara hoe tena izy ity sa sinema! Na izany na tsy izany, rehefa sahy dia sahy, ary tsy mihemotra raha tsy tratra ny tanjona, toy ny hoe isika tsy maintsy mpandresy tamin’ny fifidianana, ka dia alaho hery ary e!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby Malagasy Nanome toromarika an’ireo mpitsabo lavalava ny DTN

Nampivory maimaika an’ireo tompon’adraikitry ny fahasalamana na “commission medicale niveau 2” eo anivon’ny Malagasy Rugby ny DTN “Tale teknika nasioanly” –n’ity rafitra ity, Andrianorosoa Antsoniandro,

 

tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo nampitana ny foto-kevitra tokony hijoroan’izy ireo amin’ny “performance” takian’ity taranja ity rehefa mby miverina ny fifaninanana rehetra ao aminy. Nohararaotina tamin’izany koa, hoy ity Tale teknika nasionalin’ny Malagasy Rugby ity, ny naka ny hevitr’izy ireo tsirairay avy amin’ny hanatsarana ny lafiny medikaly eo amin’ity sehatry ny baolina lavalava ity.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaDTR n'ny baolina kitran’Atsinanana ilay matin’ny coronavirus

Fantatra izao fa DTR tao amin’ny seksion’ny baolina kitran’i Toamasina ilay olona diabetika matin’ny coronavirus tany amin’ny CHU Morafeno Toamasina tamin’ny faran’ny herinandro teo dia i Roger KASAONA,

 

 59 taona ka fantatry ny rehetra tamin’ny fanofanana tanora maro teo amin’ny sehatry ny baolina kitra tao Toamasina. Misaona araka izany ny baolina kitra any Atsinanana sy ny tontolon’ny baolina kitra Malagasy amin’ny ankapobeny. Mirary fiononana feno hoan’ny fianakaviana nilaozany izahay eto amin’ny gazety Tia Tanindrazana.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Port-BergéNaiditra am-ponja ny tompon’andraikitry ny Jirama

Taorian’ny fanamarinana notanterahin’ny ekipa mpanara-maso eo anivon’ny Jirama dia voamarina fa vola mitentina 170 tapitrisa ariary no voahodikodina tao amin’ny Jirama any Port-Bergé.

Fantatra nandritra ny fanadihadiana fa mpiasa eto anivon’ny orinasa ihany no ati-doha nikotrika ity asa ratsy ity izay niala tamin’ny toerany nanomboka ny 04 may ka tsy naharenesam-baovao hatramin’izao. Taorian’ny fakana am-bavany nataon’ny polisim-pirenena sy ny didy navoakan’ny mpampanoa lalàna dia nampidirina am-ponja vonjimaika ny tompon’andraikitry ny Jirama ao Port-Bergé. Ny mpitantana ny Jirama dia mampatsiahy fa tsy handefitra na amin’iza na amin’iza manao asa ratsy mandatsaka an-katerana ny orinasa tahaka izao ary miantso hatrany ny fiaraha-miasan’ny rehetra ho sahy hitory izany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Saritany sy Certificat de situation juridiqueDimy minitra dia vonona

Nisokatra tamin'ny fomba ofisialy io omaly maraina io ny "guichet automatique de certificat de situation juridique et Plan " ho an' ny distrikan` Atsimondrano. Manomboka izao arak'izany,

 latsaky ny 5 minitra dia mahazo ny saritany (Plan) sy ny Certificat de situation juridique ireo izay tonga maka izany eny anivon'ny sampandraharahan'ny fananan-tany eny Anosy. Hisorohana ny filaharana , ady manoloana ny kolikoly ary hidirana amin'ny fanarahana ny fenitra no anton'izao fepetra izao. Ny distrikan` Atsimondrano no misitraka voalohany izao, aryy hihitatra izany raha ny fanazavan'ny minisitry ny fanajariana ny tany sy ny asa vaventy, Andrianainarivelo Hajo. Ankoatr` izay, napetraka ihany koa ny e-Fantatra.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirananaBar tsy manara-dalàna maro no nakatona

Na dia mbola tsy ahitana olona mitondra ny tsimok’aretina coronavirus aza any amin’ny Faritra DIANA dia efa hentitra sahady ny fanaraha-maso ny

 

fahasalaman’ny mponina any an-toerana ka anisan’ireny ny ao an-tampon-tananan’Antsiranana. Toraka izany koa ny fampanarahan-dalana ny rehetra, indrindra fa ho an’ireo toeram-pivarotan-toaka izay mamorivory olona maro amin’ny ora fatoriana. Manoloana izany dia nanao be midina nijery ny zava-misy tany an-toerana ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny. Bara maromaro noho izany no mbola tratra nivoha taorian’ny tamin’ny 10 ora alina ka voatery nakatona. Sady nanentana ireo tompon’andraikitra no nampitandrina ho fitandroana ny fahasalamam-bahoaka.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana olona an-tsokosoko Fiara iray karohana fatratra ao Antsirabe

Fiara Camion Plateau miloko mena mitondra ny laharana 8040 TAE no nanaovan’ny mpitandro filaminana fampikarohana nanomboka omaly.

Nitondra olona antsokosoko tonga tao Antsirabe, izay avy any amin'ny faritra voarara tsy hivoaka izy io omaly 18 mey 2020 tamin'ny 4 ora hariva. Marihina fa nampandehanina tongotra ireo mpandeha rehefa mandalo barazy, saingy rehefa tonga ireo mpandeha dia tsy nanaiky ny mpiara-monina aminy, izay nahafantatra tsara ny fiaviany, hoy ny fanazavana. Voasambotra ary tsy maintsy nanome ny laharan'ny fiara nandehanany sy nandraisana fepetra. Izay mahita io fiara io na ny mpamily na ny toerana misy azy na sendra nandalovany dia iangaviana hilaza aminay hoy ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena izay nanome ny 034 14 005 55 na handefa hafatra miafina amin’ny facebook, na hilaza aminy mba hanantona ny biraon'ny Centre Opérationnel COVID 19 ato amin'ny Faritra, na ny mpitandro filaminana akaiky azy mba tsy hahasarotra ny raharaha. Ny valisoa azonao dia ny fanampianao ny mpiara-belona aminao, hoy ny mpitandro filaminana. Tsy vao izao no nisy tahaka ity tao Antsirabe, fa efa nisy olona avy tany Ambatovy tonga mangingina, saingy voamarina fa voan’ny Covid-19.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Lapan’ny tanànan’Analakely Nilomanosana vehivavy iray ilay rano haingon-tanàna

Tena mafy ny fiainana. Manampy izany ny fahasahiranana ateraky ny fihobohana hany ka maro ireo tsy miverina intsony ny sainy na manaotao foana mihitsy.

 

Vehivavy iray izay voalaza fa marary saina omaly tolakandro no niroboka tao anatin'ilay rano manoloana ny lapan’ny tananan’Analakely, izay marihina fa natao ho haingon-tanàna. Nanala akanjo mihitsy ity vehivavy ity raha ny fantatra ary ka naka aina sy nanatanja-batana toy ireny any anaty dobo filomanosana ireny. Nampitangorona olona maro ny fisian’izany teny an-toerana. Tsy nahatsiaro intsony ny rehetra fa miparitaka amin’ny alalan’ny fifampikasohana ny COVID 19. Vehivavy rahateo ilay niboridana.

Nangonin’ i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona parlemantera GPR Mitaky fampidinana ny vidin-tsolika

Midina efa ho roa volana ny vidin-tsolika maneran-tany kenefa ny eto tsy midina, ka takianay amin’ny fanjakana no hijerena faran’izay malaky momba izay, hoy ireo

 

vondrona parlemantera GPR na Solombavambahoaka mahaleotena eo anivon’ny Antenimieram-pirenena. Iaraha-mahita fa midina amin’ny antsasaky ny vidiny tena izy teo aloha ny iraisam-pirenena, hoy izy ireo. Andrasana araka izany raha mba hijery izany ny fanjakana na tsia. Raha tsiahivina rahateo, dia herintaona lasa satria ny volana jona 2019 no nampidinina 100Ar teo ny vidin-tsolika, izay tena nanaovana serasera be. Ankoatra izay moa, dia mangataka fisaraham-pahefana feno misy eo amin’ny fahefana mpanatanteraka, mpanao lalàna, fahefana ara-pitsarana ireo vondrona depiote ireo. Ny fifampitsabahana amin’ireny no matetika miteraka olana amin’ny fanatanterahana ny asa, ary indraindray hararaotin’ny mpanao politika, ka ny solontenam-panjakana na teknisianina ataon’ny sasany fitaovana, hoy ny GPR.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahasahian’ny filoha FrantsayHo voatohitry ny filoha Malagasy ve ?

Mifoha indray moa amin’izao fotoana izao ny resaka nosy manodidina an’I Madagasikara. Isan’ny mampametra-panontaniana ny maro etsy an-kilan’izay ny tena fipetraky ny fanjakana Malagasy sy ny Frantsay.

 

Raha tsiahivina fohy dia nisy fifamaliana bontana in-droa miantoana nalaza teo amin’ny filoham-pirenena roa tonta. Ny iray dia ilay fanambaran’ny filoha malagasy fa raha tsy azontsika izao ireo nosy manodidina ireo dia tsy azontsika intsony. Namaly ny filoha frantsay ary nidina tao amin’ny Nosy sambatra na Iles glorieuse mihitsy fa Frantsa, hono, no ao. Vao tamin’ny herinandro indray no nanamafy ny filoha Malagasy fa mitaky ny hamerenana ireo nosy manodidina amin’i Madagasikara. Namaly ny frantsay fa haka ny hevitry ny vahoakany. Ny taona 1979 no nanambaran’ny firenena mikambana fa an’i Madagasikara ireo nosy manodidina azy. Izany hoe raha ny lojika dia tsy tokony fitakiana intsony no ataon’ny fanjakana malagasy fa fakana mihitsy ireo nosy ireo. Ho sahin’ny filoham-pirenena Malagasy ve, ohatra, amin’ny 26 jona izao, ny hanao fanambarana ao amin’ny Nosy sambatra na Iles glorieuse fa Madagasikara no ao? Ho voatohitry ny filoha malagasy ve iny filazana hoe “ici c’est la France” iny ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kabarin’ny filoha manarakaAzo sary an-tsaina sahady

Efa hampoizina aloha izany fa mbola hiampy 15 andro indray izao 15 andro lalovantsika ato anaty ahamehana ara-pahasalamana eto Madagasikara izao. Fenitra rahateo ny hoe 90 andro eo no faharetan’izany ao amina firenena iray.

 

 Raha toy ireny vetivety ireny ny kabarin’ny filoham-pirenena hita farany dia efa azo sary an-tsaina sahady koa ny mety ho kabariny afaka tapa-bolana momba ity ady amin’ny COVID 19 eto Madagasikara ity hatrany. Toy ny efa mazava izany fa isan’ny tanjona aloha izany ny hampisotroana mangidy na tambavy CVO malagasy maro. Toy ny efa ezahana sisihana an-tsaina koa fa tsy maintsy hanetriketrika ny fankalazana ny faha 60 taonan’ny 26 jona ary handravaka izany raha ny sary hita ny fidradradradrana fa voafehy ny COVID 19 nohon’ny ezaka nataon’ny filoham-pirenena. Nanana finoana isika ka nivoaka mpandresy. Mety hisy toerana voatokana ho an’ireo nisotro Covid organics ka sitrana mihitsy aza angamba dia ho asaina mioraka kely ahitana fa ireny izy ireny. Takona hatreto ny momba sehatra tsy miankina sy ny sosialim-bahoaka tena izy. Sa ve mbola ho tezaina ela amin’ny tolotolotra toy ny vary mora sy ny vatsy tsinjo hatrany ?

Tia Tanindranaza0 partages

Institut Pasteur de Madagascar Horoahin’ny fanjakana Malagasy ?

Mampiavaka ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina ny hoe hanangana zavatra goavana, ary efa maro ireo noresahina, toy ilay famokarana ethanol any Ambilobe, ny orinasa goavana famokarana simenitra,..

 

. ary ankehitriny dia milaza hanangana orinasa goavana mpamokatra fanafody sy laboratoara hanaovana fitiliana, ankoatra ilay “centre de cancerologie” goavana izay hitsaboana ny homamiadana. Tsy ratsy izany, saingy tsy azo atao tefy maika sy hoentina amin’ny kitaitaitra. Olantsika ilay zavatra ankamehana, ka tampotampoka eo anatrehan’ny zava-miseho dia hoe hanao an’izao sy izao isika kanefa ny nambara teo aloha aza tsy mbola misy tanteraka. Resaka ara-pahasalamana ny laboaratoara resahina eto. Mbola namelively an’io Laboratoaran’ny Institut Pasteur de Madagascar na ny IPM an’ny Frantsay izay efa tena ela teto Madagasikara anefa ny Filoha, ary hanangana ny an’ny Malagasy. Matoa aloha manao ny fanjakana Malagasy dia zava-dehibe ary hirariana mba hahavita, saingy tena afaka ny hifaninana amin’io IPM io ve? Ny resaka coronavirus ihany sa izay fitsaboana misy ao amin’ny IPM dia hatao any amin’ilay hatsangana? Nilaza ny Filoha fa tsy azo ekena ny zava-nisy tao amin’ny IPM na inona na inona antony ka mety hiafara amin’ny fanesorana ity laboratoara Frantsay ity eto Madagasikara ve ny raharaha? Nisy ny resa-bola nataon’ny IPM fa 20 dolara na 80000Ar latsaka eo ny sandan’ny fitiliana coronavirus iray ka mety misy hidiran’ny resaka ara-bola ve ny raharaha ka ny tsenan’asa no kendrena? Raha niresaka momba ny hanamaroana ny fitiliana ny Filoha tany aloha, dia ny olon’ny IPM no nasaina nanofana, ka tena afaka hanana fahafehezana an’izany mitaha amin’ny olon’io Laboratoara milaza ho manana ny fenitra iraisam-pirenena ve ny antsika? Tena hahay noho ny olon’ny IPM ve ny olona hampiasaina? Tena mila fitandremana be sy fahaiza-manao, saingy mety efa manana ny paikadiny ny fanjakana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Radavidson Andriamparany"Omeo lanja ny famokarana sy fanjifana anatiny"

Raha ohatra hiditra kely amin’ny fanarenana ny toe-karena, dia ny fiverenana amin’ny famokarana sy ny fanjifana anatiny aloha no zava-dehibe,

raha ny fanehoan-kevitry ny Minisitry ny toekarena sy ny vola ary ny tetibola teo aloha Atoa Radavidson Andriamparany. Aorian’ny coronavirus, dia mbola tsy tena hiverina amin’ny laoniny ny fanjifana any ivelany satria samy sahirana ny firenen-drehetra. Tsy mbola ho haingana dia haingana ny fiverenana raha ny fanondranana any ivelany no antenaina. Noho izany, dia ny fanjifana sy famokarana ato anatiny no tokony harovana sy hampiroboroboana haingana satria ireo ihany koa no miteraka asa eto amin’ny firenena, hoy izy. Aoka hitodika bebe kokoa amin’ny maro an’isa eto amin’ny firenena, dia ny any ambanivohitra. Tena tokony homena lanja be ny famokarana miainga amin’ny tany satria zava-dehibe ny fiverenana amin’izany ho amin’ny fampandrosoana, hoy Radavidson Andriamparany. Ara-tsosialy, dia tsy maintsy misy ezaka tokony hataon’ny fitondram-panjakana manome izay azony rehetra hatao: sakafo, fitsaboana, fampianarana, fandriampahalemana, ary tsy maintsy jerena ny fahefa-mividin’ny vahoaka. Tokony hamaivanana araka izay azo atao ny zavatra jifaina andavanandro, ny resaka fitaterana, ny vidin-tsolika, jiro sy rano, izay tena ilaina hamaivanina ny fiainana andavanandron’ny mponina mba hanamaivana ny fahasahiranana, hoy ity Minisitra teo aloha ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mihafamafana ny raharahaNampanantsoina ny masoivoho Frantsay

Nampanantsoin’ny Minisiteran’ny raharaharaham-bahiny ny Masoivoho Frantsay eto Madagasikara Christophe Bouchard omaly 18 jolay.

 

Nambara taminy ny fahatairan’ny Fanjakana Malagasy noho ny vinavinan’ny Fanjakana frantsay hanangana na hamadika ho Tahirim-pirenena Voajanahary na « Réserve Naturelle Nationale» eo amin’ny Nosy Glorieuses. Hentitra ny Fanjakana Malagasy naneho fa manohitra marindrano io tetikasan’ny Frantsay io. Miendrika jadona sy tsy fanajana ny fifampiresahana misy eo amin’ny Fanjakana roa tonta mikasika ireo Nosy Glorieuses, Juan de Nova, Europa sy Bassas da India, izany vinavina izany, no sady mandika ankitsirano ny Fehinkevitry ny Fihaonamben’ny Firenena mikambana Laharana faha-34/91 sy 35/123. Araka ny Fehinkevitra Laharana faha-34/91 nankatoavina ny 12 Desambra 1979, ny Fihaonamben’ny Firenena Mikambana dia mangataka ny Governemanta frantsay hanomboka tsy misy hatak’andro ny fifampiresahana amin’ny Governemanta Malagasy, mba hamerenana amin’i Madagasikara ireo Nosy ireo izay nasintaka taminy tamin’ny fomba tsy ara-dàlana, sy hanafoana ireo fepetra rehetra manohintohina ny fiandrianam-pirenena sy mampisaraka ny tanin’i Madagasikara... Mampiseho tsy fanajana an’i Madagasikara sady manohitra ny fanambarana niarahan’ny roa tonta nanasonia teto Antananarivo, ny 18 Nôvambra 2019 ny vinan’ny Frantsay. Manohitra tsy misy fepetra ny fikasan’ny Frantsay ny Fanjakana, ary toheriny ihany koa izay fihetsika hafa rehetra na mivantana na ankolaka mety hanohintohina ny fiandrianam-pirenen’i Madagasikara amin’ireo Nosy ireo. Ny fifampiraharahana eo amin’ny roa tonta dia tokony tanterahana ankitsipo ary hitohy ao anatin’ny fifanajana feno. Mihamafana ny raharaha. Ny 11 mey moa I Andry Rajoelina no nilaza fa famerenanana ireo Nosy no takiana, fa tsy fiaraha-mintantana, ary tsy hisy hahasakana anay, hoy izy. Ny androtr’iny ihany dia nilaza ny Frantsay fa hampanao fakana ny hevitry ny vahoaka hatramin’ny 2jona amin’ny hamadihana ny Nosy Glorieuses ho Tahirim-pirenena voajanahary. Asa izay ho tohiny? Tena izy sa sarihimihetsika?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Miha miparitaka ny valanaretinaTafiditry ny Coronavirus i Mahajanga

Miisa 18 ny trangana coronavirus notaterina omaly, izay vokatry ny fitiliana natao ny 17 mey tamin’ny 8 ora ka hatramin’ny 6 ora hariva.

 

134 notiliana, ka nahitana tranga iray tany Mahajanga, ary 17 kosa ny tany Toamasina. Mpiasa iray ao amin’ny ministeran’ny Fitsarana Antananarivo, namita iraka tao Mahajanga nanomboka tamin’ny 11 mey 2020 ilay iray voamarina tamin’ny fitiliana natao fa mitondra tsimokaretina, ary tsy nahitana soritr’aretina izy, hoy ny tatitra nataon’ny Pr Vololontiana Hanta. Nitondra fanintsiana kosa ny minisiteran’ny Fitsarana, fa “nformaticien” nametraka rindram-baiko na “logiciel” tany amin’ny Fitsarana Mahajanga izy io. Natao fitiliana ireo mpiasan’ny fitsarana saingy tsy nisy voa, raha ny fampitam-baovao. Norarahana fanafody ny fitsarana tany an-toerana. Nandraisana fepetra avy hatrany ka nakarina aty Antananarivo ny alin’ny alahady 17 mey kosa io olona io, vao fantatra ny valin’ny fitiliana azy ary tsaboina ao amin'ny CHU Anosiala. Narahina mpitandro ny filaminana ny diany miazo ny renivohitra ; ireo namany kosa dia mbola arahi-maso akaiky ao Mahajanga. 322 ny olona voan’ny coronavirus hatreto. Misy sitrana 5 tany Toamasina, ka 119 izany ny fitambarany, ary 203 kosa no manaraka fitsaboana. Ny anankiray amin’ireo marary sisa no misy fahasarotana (forme grave) eny amin’ny Hopitaly Anosiala, izay efa mihatsara, saingy mbola ampiasana “oxygène”. Ankoatra an’i Mahajanga, dia misy tranga ahiana ho izy atahorana ary miandry valin’ny fitiliana any Ambatondrazaka.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Crédibilité écornée

Propulsé sur la rampe des projecteurs et  par les temps qui courent, l'Institut Pasteur de Madagascar (IPM) fait parler de lui. En cause, l' « Affaire des 67 cas positifs » défraie les chroniques. En effet, le 6 mai 2020, le porte- parole du Centre de commandement opérationnel du Covid-19 d'Ivato, CCO Covid-19, le professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, annonçait selon les résultats issus du laboratoire de l'IPM 67 cas positifs. Jusqu'à cette date de 6 mai, le bilan tournait quotidiennement autour de 5 à 6 cas positifs seulement. Subitement, le chiffre saute du simple au décuple. Immédiatement, l'Etat réagit. Le Président Rajoelina ordonne qu'on procède à des contre-expertises. 

L'Institut Pasteur a été fondé en 1887 à Paris (France). Louis Pasteur, son premier directeur, fut le premier à mettre au point en laboratoire le vaccin contre la rage. Et depuis, l'Institut Pasteur met son dévolu pour combattre les maladies infectieuses. Durant les 120 ans d'existence, les résultats d'analyse des Instituts Pasteur répartis à travers le monde dont l'IPM font des références sûres. Des « paroles d'Evangile » n'ayant jamais fait l'objet de doute.

Deux ans seulement après l'annexion de la Grande île, en 1896, l'Institut Pasteur s'installait en 1898 à Antananarivo. Sous l'impulsion du gouverneur général Gallieni, l'Institut Pasteur de Madagascar (IPM) entreprend des recherches, fait des analyses et contribue énormément à lutter contre les maladies infectieuses. Après celui de l'Institut Pasteur de Paris, le laboratoire de l'IPM occupe le second rang en termes de référence scientifiques dans le monde notamment en Afrique. Il n'a jamais été question d'émettre un doute, si minime soit-il, sur les résultats de ses travaux d'analyse. Une crédibilité intacte vis-à-vis de l'Etat et du public. A Madagascar, l'IPM contribuait beaucoup à la lutte contre les épidémies. Le trio MPS - IPM - OMS,  joue un rôle capital voire vital dans le combat pour la santé communautaire du pays. 

Cependant, ce jour-là, le 6 mai, quand le porte - parole du CCO- Covid-19 d'Ivato, le très sérieux Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, doyenne de la Faculté de médecine de l'université d'Ankatso (Antananarivo) de son état, publiait les résultats d'analyse issus de l'IPM faisant état de 67 cas positifs. Ce fut la panique générale. On tombait des nues ! Tout le monde, en premier le Chef de l'Etat, n'en croyait pas ses yeux ou ses … oreilles avec les soixante-sept cas positifs d'un seul coup. Des résultats que l'OMS se hâtait à publier sur son site. Personne n'est pas dupe. On sait le mépris de cet organisme de l'ONU à l'endroit du Covid-Organics. Le tandem de circonstance IPM-OMS saute aux yeux.

Les résultats des contre-tests effectués en même temps par l'IPM et le Centre d'infectiologie Charles Mérieux (CICM), confortèrent le doute. Sur les 55 cas jugés positifs (version IPM), seuls 5 cas ont été confirmés positifs. A noter qu'au même moment, des cas de défaillance ont été aussi constatés dans les résultats des analyses de l'Institut Pasteur de Dakar (Sénégal).Les dix médecins de l'hôpital Fann testés positifs ont été finalement reconnus négatifs après contre-test.

Les « incidents » de ce genre écornent sérieusement la crédibilité de l'Institut Pasteur. Pour éviter tout malentendu et pour sauvegarder la souveraineté nationale, Madagasikara va se doter de son propre laboratoire d'analyse. 

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Kidnapping - Un autre bras-droit de Lama à Tsiafahy

Au cours de ces 72 dernières heures, on assiste à un développement sans précédent de l’enquête sur le kidnapping, notamment après l’élimination de Lama, présumé cerveau et du frère du dernier au cours de la semaine dernière. Les derniers faits en date concernent le déferrement puis finalement de la mise en détention provisoire d’un certain Njaka, cet autre complice et non moins cousin du défunt Lama. Hier donc, sitôt son audition par le juge d’instruction terminée, Njaka a rejoint la maison de Force de Tsiafahy. Ce qui fait donc que trois accusés croupissent actuellement dans cette prison de l’Atsimondrano dans le cadre de l’enquête sur le kidnapping au pays, spécialement celui récemment concernant le pharmacien Anil Karim de Sophasu, et que ses ravisseurs ont relâché au bout de seize jours de captivité dans la sinistre planque à Ambohimahitsy, celle que les autorités ont ordonné la démolition dimanche dernier. La quatrième personne actuellement incarcérée est une femme. Elle l’est à Antanimora. Il s’agit de l’épouse du cousin même de Lama. 

Comme l’opinion le connaît lors de la phase la plus décisive de l’affaire, c’est-à-dire l’arrestation pour la neutralisation de Lama, c’est le prénommé Njaka qui a servi aux éléments de la Gendarmerie engagés dans le processus d’arrestation à appâter le premier à Analamahitsy. Dans ce plan monté par les gendarmes, Njaka a occupé la maison dudit quartier depuis quelques jours  plutôt avant que le traquenard destiné pour Lama ne soit mis en œuvre. 

« Njaka l’a invité à l’y rejoindre. Comme Lama le considère comme un homme de confiance, ce dernier a mordu à l’hameçon en s’y rendant en toute confiance », a expliqué le Général Andry Rakotondrazaka, commandant de la CIRGN Analamanga lors d’un point de presse à Ankadilàlana. 

On peut dire que  presque tous les bras-droits  de Lama se trouvent donc hors d’état de nuire. Car, faut-il rappeler que l’un de ces derniers est ce gendarme de 1ère classe en service, et qui avait été également emprisonné à Tsiafahy depuis le week-end dernier.  Il reste donc deux autres encore en cavale actuellement. Il s’agit de Rajim et d’Herman dont les têtes sont également mises à prix. Une prime de 200 millions d’ariary attend ceux qui mettront la main sur les fugitifs.

Seule ombre au tableau, la Gendarmerie ne dispose toujours aucun portrait-robot des concernés. Il en est de même pour leurs identités : personne n’est en mesure de connaître leurs vrais noms, encore moins leur adresse actuelle. Enfin, au commandant de la CIRGN d’Analamanga de ne pas manquer de parler d’une affaire familiale à propos des agissements du défunt Lama. La bande qui est sous son commandement a commencé à faire parler d’elle depuis l’année 2000. Entre-temps, la Police et la Gendarmerie ont, au cours de différentes opérations, réussi à mettre plusieurs autres de ses complices hors d’état de nuire. Ce fut le cas de Steeve, de Mahandry et bien d’autres encore, enfin une grande partie se trouvant déjà aussi derrière les barreaux. Affaire à suivre.

Franck R.

La Vérité0 partages

Ambatovy - Un employé philippin emporté par le Covid-19

Deuxième décès lié au coronavirus. Tard dans la soirée du lundi dernier, un communiqué publié par l’entreprise minière d’Ambatovy, Toamasina a annoncé le décès de l’un de ses employés atteints du coronavirus, hospitalisés sur le site. La nouvelle s’est vite répandue sur les réseaux sociaux notamment sur Facebook, sans que le Centre de commandement opérationnel - Covid-19 Ivato, institution officielle habilitée à partager de telle information l’affirme. Cette dernière a attendu le rendez-vous de 13h à la Télévision Malagasy pour confirmer la mauvaise nouvelle.

Le Professeur Vololontiana Marie Hanta Danielle, porte-parole dudit centre, a annoncé qu’il s’agit d’un Philippin du nom de Ryan Reyes, âgé de 42 ans.  Il travaillait comme sous-traitant d’Ambatovy, opérant au sein du département « Utilities ». Il a été hospitalisé le 11 mai dernier après avoir présenté quelques symptômes du coronavirus. En attendant le résultat d’analyse en laboratoire, l’entreprise l’a placé en quarantaine. Deux jours se sont écoulés avant de déterminer qu’il est vraiment infecté par ce nouveau virus. Toujours selon cette source, cet étranger a dû être évacué d’urgence à l’étranger depuis dimanche dernier, et cela afin d’y poursuivre un traitement. Toutefois, l’appareil prévu pour assurer son évacuation a tardé à obtenir une autorisation spéciale. Et même s’il a été particulièrement bien traité par les personnels médicaux œuvrant au sein de ladite entreprise minière, son état de santé s’est aggravé et a fini par lui ôter la vie. 

A la dernière nouvelle, il est programmé que sa dépouille sera rapatriée dans son pays d’origine. Ambatovy et les membres de sa famille préparent les formalités y afférentes. Il manque le document principal qui est l’autorisation spéciale. 

Il est à noter que 150 personnels d’Ambatovy Toamasina y sont actuellement confinés jusqu’à ce que le danger soit écarté. Le Président de la République, après être alerté de la contamination d’une dizaine d’employés, a ordonné la mise en quarantaine du site. 

Rappelons que le premier décès au coronavirus enregistré à Madagascar concernait un homme âgé de 59 ans. Il s’agit de Kasoana Roger, un diabétique testé positif au Covid-19 et qui a succombé dans la soirée du samedi dernier au CHU Morafeno, Toamasina.

K.R.

La Vérité0 partages

Cité Analamahitsy - La maison du complice de Lama abandonnée

Cela fait une semaine que Norbert Ramandiamanana alias Lama ou encore Baina, recherché depuis une vingtaine d’années, a été exécuté par les Forces de l’ordre à Analamahitsy cité. Depuis, la maison où ce kidnappeur s’est réfugié régulièrement avant son arrestation, est actuellement laissée à l’abandon. « Personne n’a plus accès à cette maison depuis la capture de Lama, mercredi dernier. Le locataire dénommé Njaka qui l’a hébergé et qui a été identifié comme étant son cousin par la Gendarmerie, a été également arrêté. Quant à sa femme et ses trois enfants, ils sont partis à l’étranger bien avant cette histoire, juste avant la fermeture de nos frontières aériennes suite à la pandémie.

Nous ne sommes pas, par contre, au courant du sort de ses deux employés de maison, ainsi que sa nièce qui ont cohabité avec eux », raconte un voisin. Toujours dans ses propos, il a remarqué que ces derniers jours, des personnes non identifiées surveillent cette demeure du cousin de Lama aux alentours de 22h jusqu’à 4h du matin. Une information qui a été contestée par une source auprès de la Gendarmerie, jointe au téléphone hier soir. Des bruits courent également au niveau de la communauté d’Analamahitsy cité que des armes à feu y sont encore cachées.  Aussi, les familles de Njaka se trouveraient toujours à Madagascar et non en dehors du pays. D’après les informations obtenues sur place, le propriétaire de ladite maison se trouve à Fianarantsoa. 

Selon le président du Fokontany ayant pris fonction le 14 mai dernier, aucune information mentionnant particulièrement ces individus ne lui a été transférée lors de la passation. Personne n’a remis en question l’inscription de la famille de Njaka auprès dudit « Fokontany ». Par contre, il a tenu à souligner que les familles doivent toujours informer le bureau du « Fokontany » en cas de visite prolongée. Dans le cas contraire, les responsables du quartier ne peuvent pas cautionner la présence des personnes étrangères dans la circonscription. Un autre responsable a affirmé qu’aucun membre de la famille de Njaka n’a signalé la présence de Lama. 

A cause de cette affaire criminelle, les riverains ne se sentent pas en sécurité. « Nous sommes actuellement terrorisés après avoir assisté à cette scène. D’autant plus que j’ai parfois croisé Lama dont je ne connaissais pas le nom à l’époque, en le croyant un invité venant de l’étranger et non un bandit réputé. Les rares moments où je me trouvais face à lui, il a toujours évité de croiser mon regard. Soit, il rentre en fermant très vite la porte derrière lui, soit il secoue la tête pour ne pas être dévisagé. Je ne peux pas dire qu’il vivait dans cette maison. Néanmoins, il débarquait chaque soir avec sa moto et sous sa cagoule et récupérait par la suite sa Renault Clio de couleur bleue. Et ainsi de suite », témoigne un habitant. 

K.R.

La Vérité0 partages

Responsabilité citoyenne à Antsirabe - Deux voyageurs clandestins dénoncés et mis en quarantaine

Un camion plateau a transporté deux voyageurs clandestins à Antsirabe, lundi dernier, vers 16heures de l’après –midi. Le conducteur a fait descendre ses voyageurs avant l’entrée du barrage sanitaire de la ville afin de ne pas éveiller les soupçons. Toutefois, les riverains ont vu la manœuvre  et ont alerté les responsables locaux qui se sont déplacés sur le lieu afin de vérifier les faits et mener l’enquête. Ces « passagers clandestins » viennent d’Antananarivo tandis que le camion venait de Toamasina, d’après l’audition des clandestins qui ont profité de l’autorisation du  camion de marchandises pour s’y engouffrer moyennant certainement d’une somme d’argent non dévoilée. Sous la pression des autorités, les deux passagers ont fini par livrer la description et l’immatriculation du véhicule, un camion plateau immatriculé, 8840 TAE. Recherché depuis lundi, le mastodonte été retrouvé hier ainsi que son chauffeur et son aide. 

Bien que ces deux voyageurs ne présentent aucun symptôme douteux, l’autorité locale les a priés de rester chez eux, et ce, en respectant les mesures de confinement. Ils ont fait fi pourtant de cette clémence et ont été aperçus par les riverains sortir de leurs maisons et de pavaner dans les rues. Un défi de trop à l’endroit des autorités d’un côté et une provocation envers les riverains qui les ont dénoncés. Avisés par ces derniers de la situation, les responsables ont procédé à l’arrestation des deux voyageurs clandestins. De suite, ils ont été placés en quarantaine aux frais et à la charge de leurs proches.  

Cette  responsabilité citoyenne des habitants de cette bourgade dans la ville d’eaux est saluée sur les réseaux sociaux. En période de crise sanitaire, la participation de tous s’avère nécessaire pour arrêter la propagation du virus qui, actuellement, a fait deux morts à Madagascar. Et face aux mesures strictes imposées par les autorités, des malintentionnés cherchent et trouvent toujours des solutions pour les contourner. Cette situation  à Antsirabe le prouve. Certains,  animés par  l’appât du gain, mettent au second plan l’intérêt de la majorité au profit des leurs. Corruption et  abus de pouvoir font légion actuellement comme l’atteste la mise en arrêt d’un responsable de l’ATT à Vakinankaratra en début de cette semaine.

Les Forces de l’ordre ne pourraient être partout, ainsi la délation des faits répréhensibles par les citoyens est vivement encouragée et conseillée. Et ce dans le but de protéger la population face à l’avancée du Covid-19, véhiculé par les personnes.

 Concernant le camion ayant transporté deux passagers clandestins, le chauffeur et son aide seront déférés devant le Parquet d’Antsirabe bientôt tandis que le camion est mis en fourrière pour une période de 10 jours.  

Le Centre  de commandement opérationnel de la Région Vakinankaratra est strict quant à l’application de la loi, notamment la surveillance de l’entrée et  la sortie de la ville d’Antsirabe. 

Anatra R.

La Vérité0 partages

Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !

L'épidémie liée au Covid-19 se propage de façon inquiétante à Madagascar. Alors que les cas confirmés ont déjà dépassé la barre des 300, un second décès vient d'être annoncé hier. La ville de Toamasina est désormais l'endroit qui enregistre le plus de cas. Dans son discours adressé au peuple malagasy, dimanche dernier, le Président Andry Rajoelina avait déjà révélé que les personnes qui viennent d'être dernièrement testées positives au coronavirus n'ont pas consommé le tambavy Covid- Organics. Des propos qui ont été moqués par certains détracteurs du régime sur les réseaux sociaux mais qui ne sont pourtant pas dépourvus de pertinence dans le contexte actuel.

Hier, lors de son intervention quotidienne sur la chaîne nationale, le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle a également affirmé que le ressortissant philippin qui avait succombé à la maladie n'avait pas pu bénéficier du protocole de traitement utilisé dans les centres hospitaliers du pays. Etant donné qu'il n'a pas été pris en charge au sein d'une clinique privée, il n'a donc pas reçu de soins à base du remède CVO. Contrairement aux autres pays du monde qui sont dans l'attente d'éventuels vaccins ou médicaments, Madagascar dispose d'un remède destiné à la prévention et le traitement du coronavirus. Les autres pays n'ont donc que les gestes barrières pour se protéger mais nous, nous disposons de cette décoction qui ne comporte ni risque ni effets secondaires. Mieux, grâce à des doses prises avec respect des indications, elle permet se renforcer notre système immunitaire. Outre les quelques contre - indications pour les personnes considérées comme vulnérables (hypertendues, diabétiques, femmes enceintes et allaitantes), le CVO peut être consommé sans le moindre risque.

Qu'est - ce qu'on attend alors pour en boire ? Puisqu'il y est toujours mieux de prévenir que guérir, la balle est dans le camp des citoyens. En faisant abstraction de toute animosité politique, chacun peut tout simplement choisir de se protéger. Bref : Buvez Covid- Organics ! Au pire, on souffrira d'une légère amertume gustative pendant l'ingestion mais au mieux, nous serons … immunisés.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Ambatovy - Toutes les dispositions sanitaires maintenues

Une personne morte du coronavirus au sein de l'établissement Ambatovy. Cette entreprise minière a recensé neuf personnes atteintes de la maladie jusqu'à ce jour. Face à cette situation, la société maintient toutes les dispositions sanitaires, notamment la mise en quarantaine des employés à Tamatave, et cela conformément à la consigne du Président de la République. « Notre entreprise suivra toujours toutes les consignes liées aux mesures sanitaires, surtout suite à cette perte de l'un de nos collaborateurs. Pour rappel, 150 salariés assurant le service minimum sont actuellement mis en quarantaine dans l'usine.

Ils surveillent les risques industriels liés à l'ammoniac », explique une source auprès de la compagnie minière. Selon les dernières informations fournies par le ministère des Mines et des Ressources stratégiques, 598 employés ont déjà subi le test PCR. La délégation des membres du Gouvernement a d'ailleurs effectué une descente au sein de l'usine, la semaine dernière. Selon le ministre de tutelle, Fidiniavo Ravokatra, les gestes barrières sont respectées et les malades sont pris en charge par le service médical de la société. Le Gouvernement a également fait un don de Covid-Organics aux responsables. 

Stigmatisation 

Suite à l'annonce de la présence de la maladie au sein de l'établissement, les personnels de l'usine sont maintenant victimes de la stigmatisation de la société. « Les gens nous rejettent dès qu'ils savent que nous sommes des employés d'Ambatovy. Les écoles expulsent nos enfants, tandis que les propriétaires de maison nous mettent à la rue. Alors qu'en réalité, cela fait maintenant un mois que nous avons cessé de travailler. La majorité d'entre nous effectuent du télé-travail depuis la fin du mois de mars. Les travailleurs dans le site d'exploitation à Moramanga sont envoyés en chômage technique. Nous nous opposons fermement à cette discrimination et recommande la publication des noms de toutes les entreprises touchées directement par la pandémie », note le communiqué du syndicat. 

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur

Hier, le Premier ministre Christian Ntsay et sa suite se sont rendus à Moramanga où 15 cas positifs au Covid-19 sont déclarés jusqu'ici. Au cours d'une réunion de mise au point, le locataire de Mahazoarivo en a appelé à plus de rigueur dans la gestion de cette crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus. L'Alaotra-Mangoro est la quatrième Région la plus touchée et le statut de ville-escale de Moramanga complexifie la tâche des responsables.

Pour mieux coordonner les actions à entreprendre en vue d'endiguer la maladie, la capitale du Mangoro sera temporairement transformée en capitale régionale. Le gouverneur Richard Ramandehamanana et ses proches collaborateurs ont décidé d'y rester pour quelque temps en y exerçant leur fonction respective. Ce jour, autorités régionales et responsables locaux se succèderont sur le plateau à travers des émissions que les stations locales diffuseront en simultané.

Chômage technique

Le patron de l'administration publique leur a demandé de bien veiller au grain. Des mesures strictes seront prises à l'encontre des camionneurs en porte-à-faux avec les consignes. Ceux transportant des passagers clandestins risquent même la peine d'emprisonnement ferme par-delà la mise en fourrière des véhicules pris en flagrant délit. Le durcissement de la surveillance et du contrôle sur les nationales 2 et 44 Sud en particulier sera donc automatique.

Jusqu'à nouvel ordre, le confinement total sera de rigueur pour l'Alaotra-Mangoro. Tous les quartiers de Moramanga ville auront chacun leur part de Covid- Organics et de cache-bouches gratuits. La distribution entamée hier en présence du Premier ministre dans l'enceinte du lycée privé FJKM se poursuivra ce jour. L'aide sociale d'urgence Tosika Fameno ainsi que le Vatsy Tsinjo devraient intervenir dès cette semaine. C'est aux responsables locaux de s'en occuper.

Le sort des employés de la compagnie minière Ambatovy a meublé en partie les discussions avec le Premier ministre. Envoyés en chômage technique depuis la semaine passée, ceux-ci, comme bien d'autres, ne savent plus sur quel pied danser face à l'évolution implacable de la situation. Mahazoarivo a enjoint aux responsables régionaux de se pencher de près sur leur situation. Il leur a préconisé d'organiser des descentes sur la mine d'Ambatovy, dans la banlieue de Moramanga.

Récupération politique

Le chef du Gouvernement a aussi été amené à visiter quelques sections de la ville dont les autorités municipales attendent le renouvellement, par la voie des urnes, à la suite de l'annulation du résultat des scrutins du 27 novembre à l'issue desquels le poulain du parti TIM a remporté la victoire. A ce propos, les observateurs avertis mettent en garde contre toute forme de récupération politique  par des politiciens de la ville de Moramanga derrière la mise en œuvre du plan de riposte au Covid-19.

Le passage du chef du Gouvernement a été également une occasion pour lui d'entendre directement des desiderata. L'état de la nationale temporaire 23 Moramanga- Anosibe An'ala est lamentable. Le trajet de 71 kilomètres se fait en 18 heures en voiture 4x4. Aucune réponse précise n'a été donnée à son sujet. Le traitement prochain de la portion de la nationale 3A, de Vohitraivo à Andilamena, semble avoir reçu l'aval des autorités.

M.R.

La Vérité0 partages

Transport aérien - Tsaradia lance son premier vol tout-cargo

Une bouffée d'oxygène pour l'économie mais surtout pour la compagnie. Tsaradia, la filiale domestique d'Air Madagascar, lancera dimanche prochain son premier vol tout-cargo. Ce premier vol fera le pont entre Antananarivo et Sambava. « Aujourd'hui, force est de constater que la relance économique de Madagascar est impérative, et cela malgré le contexte de la pandémie qui sévit dans le pays. Dans cette optique, et suite à la demande grandissante des opérateurs économiques, un ATR sera désormais dédié au transport de tout type de marchandises. La capacité d'emport de l'appareil est de 5,5 tonnes, permettant ainsi de transporter des marchandises de manière rapide, fiable et en toute sécurité selon les normes règlementaires requises », a soutenu la Direction générale de la compagnie, hier, dans un communiqué. 

Auparavant, Tsaradia a déjà opéré des vols exceptionnels au cours des deux mois précédents, notamment le transport de kits médicaux et de personnel de santé, dans le cadre de la lutte contre le Covid -19 suite à la demande du Gouvernement malagasy, mais aussi des matériels de première necessité. 

Revenus

Cependant, ce vol sera le tout premier vol commercial dédié au transport de marchandises. « Ce vol tout-cargo sera une bouffée d'oxygène pour l'économie du pays d'une part, et d'autre part, il sera une réponse aux besoins des acteurs économiques malagasy face à la crise socio-économique et sanitaire qui persiste », rajoutent les responsables. En effet, les frets aériens seront les sources de revenu de la compagnie afin de lui permettre de se maintenir à flots jusqu'à la fin de cette crise. Il ne faut pas oublier que les vols intérieurs ont été suspendus jusqu'à nouvel ordre pour éviter toute propagation du coronavirus dans tout Madagascar. Les opérateurs régionaux en tireront également des avantages. Certes, plusieurs entreprises régionales se retrouvent actuellement en rupture de stock. Ces vols leur permettront alors de se réapprovisionner plus rapidement et améliorer leurs revenus.  

Aussi, les équipes de Tsaradia ont pris les mesures sanitaires et de sécurité nécessaires afin de mener à bien ces opérations. Désormais, les clients peuvent contacter la compagnie pour toute demande de fret quel qu'en soit la nature, le poids, le volume et la destination de l'envoi. Les frets devront s'enchaîner en fonction de la demande. 

Rova Randria

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme : Les championnats nationaux reportés sine-die

La tenue des Championnats de Madagascar en juin et juillet ne sera plus possible. Avec la décision de l’Etat de poursuivre la suspension des organisations des activités sportives, la fédération malgache d’athlétisme est dans l’expectative. « Il faut au moins quatre mois pour préparer un championnat national. Et là à un mois de la date prévue des championnats nationaux sur piste, les athlètes sont restés confinés chez-eux et ne sont même pas autorisé à s’entrainer. Même si la fédération internationale et la confédération africaine d’athlétisme ont déjà tablé sur une saison blanche pour cette année 2020, la FMA prévoit encore d’organiser ces compétitions en fonction de l’évolution de la situation» a annoncé, Norolalao Andriamahazo, présidente de la FMA. Le numéro un de l’athlétisme malgache a participé à une réunion par  visioconférence avec le président de la fédération internationale, Sebastien Coe, de Kalkaba Malboum de la confédération Africaine et les membres au sein du conseil de la CAA. La fédération va allouer des aides pour les athlètes professionnels qui sont privés de revenus et de compétition pendant cette pandémie de coronavirus. « Nous ne sommes pas concernés par cet aide car Madagascar ne dispose pas d’athlète professionnel ou ayant réalisé des minimas pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2021.  Pourtant, le président de la région CAASR à laquelle Madagascar est membre a demandé des subventions pour les fédérations membres pour les difficultés engendrées par le covid-19 » a continué, Norolalao Andriamahazo. A l’heure actuelle, les boursiers malgaches dans les centres d’entrainements restent encore bloqués à l’étranger. Il s’agit de Bezara Jean Robert à Dakar, Franck Todisoa, Claudine Njarasoa et Cynthia Félicité. Ces athlètes malgaches attendent tous avec impatience la reprise des compétitions surtout les Championnats d’Afrique reportés pour juin 2021. 

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Groupe parlementaire républicain : Les élus réclament le plan de relance de l’économie

Le groupe parlementaire républicain regroupe des députés indépendants.

Face à une économie anéantie par la pandémie, le plan de relance de l’économie est vivement sollicité dans le cadre du déconfinement progressif déjà enclenché par l’Etat. Les députés issus du groupe parlementaire républicain le réclame. 

Comment redresser l’économie du pays après le passage dévastateur de la pandémie qui continue aujourd’hui à sévir encore. Cette question préoccupe aussi bien le secteur privé que les élus qui commencent beaucoup à s’intéresser au plan de relance de l’économie que l’exécutif doit accoucher. Hier, les députés issus du rang du groupe parlementaire républicain ont déclaré que « le plan de relance doit être publié afin qu’on puisse savoir la stratégie adoptée pour reprendre les activités économiques vers son cours normal ». Presque tous les secteurs d’activités ont été ravagés par la pandémie pour mettre l’économie du pays à terre. Mais « il faut tout de même qu’on sache comment va faire le gouvernement pour relancer les secteurs prioritaires tels que le tourisme et l’agriculture » a avancé Norbert Mamangy, député élu à Sambava et porte-parole du groupe parlementaire, hier à Ivato. Les députés ont soutenu que la crise a beaucoup affecté l’économie régionale, particulièrement le secteur tourisme, et veulent ainsi que l’exécutif aille plus vite en besogne pour donner une visibilité sur les mesures à entreprendre afin de relancer l’économie. « Quelle stratégie adoptera le gouvernement en matière fiscale en cette période difficile pour les entreprises » s’interroge Neypatraiky Rakotomamonjy, élu à Ihosy et président du groupe parlementaire républicain à l’assemblée nationale.

Vulnérables. Depuis le début de la crise, l’Etat a mis en œuvre, dans les régions confinées, un plan d’urgence sociale pour atténuer son impact sur la vie sociale de la population, notamment le moratoire sur les mensualités de crédit bancaire pour les particuliers, l’échelonnement des paiements des factures d’eau et électricité, les projets Vatsy Tsinjo et Tosika Fameno. Les élus demandent ainsi que ce plan d’urgence sociale soit généralisé. « Dans le district d’Ihosy, par exemple, les enseignants FRAM peinent à survivre durant cette crise à cause de l’arrêt des cours et devraient, à cet effet, bénéficier le soutien de l’Etat » défend Neypatraiky Rakotomamonjy. Dans d’autres régions qui ne sont pas concernées par le confinement, la crise a aussi impacté le quotidien des ménages, surtout les plus vulnérables, soutient les élus. Dans ces régions, le soutien de l’Etat est aussi sollicité. Dans ce cadre, les députés du groupe parlementaire républicain veulent « de la transparence sur la gestion des financements des partenaires financiers dans le cadre de la crise actuelle ».

Apaisement. Des voix craignent une explosion sociale à l’horizon de la crise mais les députés du groupe parlementaire républicain, eux, préfèrent que « tous les acteurs concourent à la ruée vers le renforcement d’un climat d’apaisement ». Et si les critiques fusent, « elles doivent être constructives » soutient Norbert Mamangy. « Le respect de la séparation des pouvoirs entre les institutions en place » sera alors « la clé » de ce climat d’apaisement, estime les députés du groupe. « Toutes velléités de violer ce principe républicain sur la séparation des pouvoirs est toujours source d’instabilité dans le pays » rappelle Neypatraiky Rakotomamonjy.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : Nihorohoro ny tetsy Ankazomanga

Vetivety dia nitangorona ny olona saingy kosa tsy nisy sahy nikitika na nanampy. Ny antony, mazava loatra, dia noho ny tahotra sao sanatria ho tratrin’ny valan’aretina Covid-19. Izany no nitranga tetsy Ankazomanga omaly maraina. “Rangahy iray no sempotra teo amin’ny fivaratom-panafody Ankazomanga ary niteraka savorovoro teo amin’ny tambanjotran-tserasera. Tsy niandry ela fa avy hatrany dia nijery ifotony nizaha ny marary ny ekipan’ny ny BIS na ny ‘Brigade d’Intervention Spéciale’ izay araka ny fandaminana eo anivon’ny fanjakana dia io rafitra io no miandraikitra ny fizahana ny marary” raha araka ny fanazavàna azo avy amin’ny tompon’andraikitra voalohany no sady mpandrindra ny BIS, ny Médecin Général de Division RASAMIMANANA Avisoa Lysias. “Taorian’ny fizahana izay nataon’ny mpitsabo avy amin’ny BIS, izay notarihin’ny Médecin Capitaine MASINA Ndalana d’Assise, dia tsy fahasemporana vokatry ny tsimok’aretina corona virus no nanjo ilay rangahy fa kosa noho izy efa taizan’aretin’ny tosodrà na sy vokatry ny aretim-po” raha araka ny loharanom-baovao mitovy hatrany. Notaterina maika teny amin’ny hopitaly Befelatanana ny marary ary natao avy hatrany ny famonjena ny ainy. Voaporofo arak’izany, raha ny tatitry ny miaramila miandraikitra ny BIS fa tsy coronavirus no nahazo ilay rangahy. Raha iverenana ny tetsy Ankazomanga dia tena nampihorohoro izay nahita ny fahitàna ilay rangahy nitsirara teo amin’ny tany ary miendrika sempotra. Ilaina hatrany ny fampahafantarana ny olom-pirenena ny fisian’ny tranga toa izao mba hahafahany mandray andraikitra haingana amin’ny fandraisana fepetra hiarovan-tena. Etsy andaniny koa, nanampy betsaka ny fizaràn’ny olona ny zava-nitranga teo amin’ny tambajotran-tserasera ary nanafaingana ny fahitàn’ny tompon’andraikitra ny zava-nisy aza izany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Groupe Basan : appui à la Commune d’Ankaraobato

Les entreprises du groupe Basan participent activement aux actions sociales relatives à la lutte contre le Covid-19. Cinq “Fokontany” riverains des sociétés Lecofruit et OIM de la commune d’Ankaraobato ont  en effet reçu  le soutien de ces sociétés qui ont principalement ciblé les populations les plus vulnérables dans les “Fokontany” d’Andafiatsimo, Ambodivoanjo, Antsahasoa, Ambohibahiny et d’Ifarihy. Ainsi, 800 personnes, soit 160 individus par “Fokontany” incluant des lavandières, des handicapés ont pu recevoir des dons de farine, de sucre, d’huile, de Farilac et de biscuits JB.

Les dons ont été livrés à chaque bureau de “Fokontany” par les cadres  des deux sociétés du groupe Basan et ont été remis officiellement aux Chef “Fokontany” et à leur Comité Loharano. Ces derniers seront chargés de la préparation des lots individuels et de la distribution en faisant du porte-à-porte aux personnes ciblées, dans le respect des mesures sanitaires.

Ces rencontres ont aussi été l’occasion de renforcer les messages sanitaires avec des flyers de sensibilisation « Torolalana » qui complètent les supports de communication existants pour lutter contre le COVID 19. Solidaire des populations riveraines, le personnel d’OIM et de LECOFRUIT s’est impliqué bénévolement dans la logistique de cette opération pour en assurer le bon déroulement et pour cultiver au quotidien les valeurs de Basan, un  groupe industriel responsable et engagé pour le développement de Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Itaosy : Fanafihana tokantrano, nirefodrefotra ny basy

Omaly, tokony ho tamin’ny sivy ora alina tany ho any, nisy ny antso vonjy nandeha tao anaty tambazotra sosialy ny amina fisiana olona mitady hanafika teny amin’iny faritra Itaosy iny. Andian-jiolahy manapoaka basy, hoy ny filazàna.

Araka ny loharanom-baovao avy eo anivon’ireo mpitandro filaminana dia nisy tokoa izay poa-basy maromaro izay. Nanakoako eran’ny tanana, nanaitra ireo mponina tao anatin’ny torimasony tamin’io alina. Saingy rehefa tonga teny an-toerana ireo mpitandro filaminana roa tonta, na ny teo anivon’ny zandarimariam-pirenena na teo anivon’ny pôlisim-pirenena dia efa tafatsoaka ireo olon-dratsy nana izany, tsy nahavita akory izy zavatra nokasain’izy ireo natao. Na izany na tsy izany aza anefa dia nisy ny fanaovana savahao ny manodidina, nijerena izy olona mety ho nampiahiahy. Efa tafiditra tsara tao anatin’ny fotoana tsy azo hivezivezena rahateo ilay fotoana nitrangan’ilay poa-basy saingy tsy nahitàna n’iza n’iza moa izany, araka ny fanazavàna nomen’ireo tompon’andraikitra. Raha ny zava-nisy dia nikasa ny hanafika tokantrano iray mihitsy ireo andian-jiolahy saingy taitra ireo saika lasibatra ary niantso vonjy sy nampaneno anjombona tsy an-kijanona. Taitra noho izany ireo olona rehetra manodidina. Nihevitra angamba ireo olon-dratsy fa ho mora foana ny hiditra an-keriny tao amin’ilay tokatrano, tsy nisy haheno kanjo rehefa nifoha sy taitra ireo manodidina dia lasa nitsoaka izy ireo. Tao anatin’izay fitsoahana izay no nanapoaka basy ireo olon-dratsy, hoy ny fanazavàna azo teo anivon’ny Kaomandin’ny tobi-paritra Itaosy. Nosokafana avy hatrany moa ny fanadihadiana hikarohana ireto andian’olona ireto. Ry zareo eo anivon’ny pôlisim-pirenena izy tonga aloha teny an-toerana no misahana izany raha ny fanazavàna azo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Futsal : Une discipline en voie de disparition !

Les participants à la finale de la Super Ligue 10 à l’Urban Futsal Andraharo.

La double défaite devant les Mozambicains semble avoir été le déclic pour une mort lente du futsal à Madagascar.

Après avoir connu un engouement terrible lors de sa première apparition en 2015, le futsal a perdu de sa verve au point de disparaître du paysage footballistique de Madagascar.

Ce football de salon qui est devenu l’after work par excellence des Tananariviens a subi un coup terrible après cette double défaite face aux Mozambicains dans le cadre des préliminaires de la Coupe d’Afrique des Nations. C’était en 2019 où la Fédération Malgache de Football et Urban Futsal Andraharo s’engageaient dans l’aventure.

Une collaboration qui a mal tourné car Urban Futsal Andraharo qui a tout pris en charge la préparation de l’équipe nationale, n’a jamais été remboursé. L’élimination contre le Mozambique a sans doute précipité le divorce.

Comme la tentative de récupération du milieu universitaire a aussi mal tourné, on a vu le futsal disparaître. La Super Ligue 10 d’Analamanga avec cette finale épique entre Sanifer et Jovena était pratiquement la dernière sortie de cette discipline qui reste l’apanage des Sud-Américains voire une chasse gardée du Brésil.

Certes, l’Europe grâce à l’Espagne, au Portugal et à la Russie, monte en puissance mais le succès du futsal a du mal à se faire un nom à Madagascar.

L’explication en est bien simple. Le futsal est trop budgétivore, du moins aux yeux des amateurs de cette discipline avec en toile de fond la location des salles. C’est pourtant une discipline dans laquelle les Malgaches pourraient briller. Et c’est bien dommage.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Un premier cas à Mahajanga, 60 jours après le début de l’épidémie à Madagascar

18 nouveaux cas de Covid-19 à Madagascar, hier, dont 17 à Toamasina et un à Mahajanga, sur un total de 134 prélèvements et tests réalisés le 17 mai 2020. La cité des Fleurs enregistre ainsi son premier cas, 60 jours après la découverte du tout premier cas de Covid-19 à Madagascar le 19 mars. D’après la porte-parole du centre de commandement opérationnel (CCO), le

Pr Vololontiana Hanta, ce premier cas majungais concerne un personnel du ministère de la Justice résidant à Antananarivo mais en mission dans la cité des Fleurs depuis le 11 mai 2020. Contrairement aux fois précédentes, la porte-parole du CCO qui livre quotidiennement les derniers éléments et les chiffres sur l’évolution du coronavirus à Madagascar, n’a donné aucun élément sur le genre et l’âge de ce nouveau cas identifié à Mahajanga. Il a été signalé, en revanche, que le patient est pour l’instant asymptomatique.

Au jour du 18 mai 2020, Madagascar totalise 322 cas confirmés de Covid-19. Cinq guérisons à Toamasina ont été, par ailleurs, annoncées, hier, soit 119 guérisons au total. 203 malades du Covid-19 sont en cours de traitement actuellement, dont une seule forme grave à Anosiala, le second à Toamasina étant déjà sorti de sa phase de complication et de ce fait, n’est plus catégorisé parmi les formes graves de la maladie.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

JIRAMA : 170 millions d’ariary détournés à Port-Bergé

Bureau de la Jirama à Port-Bergé.

Les contrôles internes et externes sont de plus en plus stricts, auprès de la Jirama, afin d’identifier les causes des pertes inexpliquées que la société subit depuis des années. Cette fois, c’est un détournement que l’équipe de contrôle de la Jirama a confirmé. Il s’agit d’une somme de près de 170 millions d’ariary détournée au sein de la Jirama Port-Bergé. « Ces investigations ont conclu que le principal auteur de ce délit n’est autre qu’unagent de la Jirama qui a abandonné son poste depuis le 4 mai 2020 et qui reste introuvablejusqu’à ce jour. Après l’enquête et les auditions menées par la Police et suite auxinstructions du Procureur, le responsable de la Jirama à Port-Bergé a été placé sousmandat de dépôt », a indiqué la Jirama dans un communiqué diffusé hier. Face à cette situation, la Direction Générale de la Jirama a souligné qu’aucune tolérance ne sera admise pour ceux qui commettent de tels actes,  et qui sont en partie responsables des difficultés querencontre la société actuellement. En outre, elle appelle à la collaboration de tous pourdénoncer de pareils actes.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Déconfinement : la lassitude qui est en train de poindre

Les Malgaches en ont repris  encore pour quinze jours. Le déconfinement  partiel est considéré  par beaucoup comme une période de pénitence.  Ces deux mois de mesures contraignantes n’ont pas suffi pour stopper la progression de l’épidémie et malgré toute la bonne volonté dont ont fait preuve   beaucoup de citoyens , il y a une certaine lassitude qui est- en train de poindre. Néanmoins, bien que la décision du régime soit sans appel, il y a de l’amertume  chez  eux et ils commencent  à récriminer sérieusement.

Déconfinement : la lassitude qui est en train de poindre

Le discours du chef de l’état, avant-hier, n’a pas apporté de véritables  révélations. La plupart des Malgaches  attendait un véritable plan de bataille contre le Covid 19 et  croyait qu’on leur annoncerait  des mesures  de  relance de l’économie  après ces deux mois de paralysie. Ces quinze jours à, venir seront comme  ceux  qu’on a eu auparavant. Il a  été dit que les   autorités vont sévir , mais on se rend compte qu’elles n’empêcheront pas certains d’arriver à contourner les dispositions prises. Sur les réseaux sociaux, les sarcasmes se sont multipliés. Un des facebookers  a  fait un post au vitriol pour manifester sa déception à propos de ces deux mois de confinement –déconfinement. Ceux qui ont suivi fidèlement (toutes les recommandations faites par les autorités  expriment une lassitude qui est compréhensible. Ils ne vont pas se révolter, mais  à la longue, cela peut changer. Les autorités médicales continuent de faire leur travail. Les équipes mobiles sont sur le quivive et répondent t à la moindre alerte. Mais   on ne sait pas véritablement de quoi demain sera fait. Le nombre de cas contaminés augmente de jours en jours, mais  les personnes atteintes de coronavirus sont bien prises en charge, cela ne calme pas l’inquiétude légitime de tous. La focalisation sur le Covid 19 a fait oublier l’épidémie de dengue qui a fait de nombreux morts. L’avenir  n’est pas encore écrit. Ces quinze jours à venir vont être décisifs.

Patrice  RABE

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz… : « Zoto » compte les kilomètres à la semelle

La famille du périple « Zoto », un voyage aux vraies couleurs locales.

Fuite en avant ou voyage symbolique, la famille « Zoto », à travers son aventure intérieure, au bon souvenir du réalisateur Joe Dante, a suscité l’intérêt de la planète Internet malgache. Phénomène des routes nationales, et des espaces cartes postales dont recèlent ce beau pays, cette famille génère des milliers de réactions sur les réseaux sociaux. Sans aucune motivation pécuniaire, sauf leur volonté de traverser en plusieurs mois Madagascar.

Le pays à la Covid–19 grimpante, aux mystères de l’insécurité, à la dengue, au paludisme, au chômage atteignant des sommets himalayens, au bacille de la corruption … Ainsi, tel un globule solide traversant tout le métabolisme, cette famille de cinq personnes avance au pas. Dans un périple auquel l’adage inhérent à un système de survie souligne : « Chaque pas compte ». Un pas après l’autre, la fatigue de plus en plus dans le regard, ils avancent.

Un miroir pour ceux ou celles qui sentent qu’être Malgache n’a pas de sens, eux, ils montrent que la route, malgré le froid ou les vents, la pluie ou le ciel d’azur doit être arpentée. Des gens comme cela, les autres cherchent naturellement à les aider. Puisque leur acte compte, leurs paroles ne seraient plus qu’accessoire socialisé. La “voix” de la sueur, qu’importe la nature de la civilisation, l’âge du peuple, tout le monde s’accorde : le geste compte plus que la parole.

Un témoignage poignant du paternel voyageur « Zoto » sublime leur voyage. « Nous rencontrons des dahalo, des spectres en route, mais ils nous disent qu’ils ne nous feront aucun mal ». Rappelant les récits de voyage, entre mythes et mystiques, de ces marins d’antan. Rencontre avec des sirènes, avec des bêtes abyssales, avec des créatures inconnues… Plusieurs récits des grands voyageurs ne manquent pas de ces légendes fabuleuses apportant encore plus d’enchantement et de « malgachéité » à leur acte.

Une autre famille a aussi fait ce genre de voyage, la famille « Poussin ». Pourtant, il faut l’admettre, les voyageurs « Zoto » n’ont pas bénéficié de visibilité internationale ni de générique d’épisode alignant « France Télévisions », « Centre national de la cinématographique »… quelque peu artificiel, voire scénarisé en « occupants » sympathiques en mal chronique d’exotisme et de contact « indigènes ». Pour preuve, personne n’a osé qualifier un des Poussins de puant « la chiasse ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Fenoarivo-Atsimondrano : Bagarre sur fond de litige foncier lors de la distribution de CVO

Un phénomène étrange s’est produit lors de la séance de distribution du « Tambavy Covid Organics »(CVO) tenue dans la commune rurale de Fenoarivo-Atsimondrano, samedi dernier. Un groupe d’individus issus d’une même famille a incité les personnes présentes sur le lieu à ne pas prendre ce remède. Ces gens ont agi ainsi en dénigrant le CVO d’être insalubre. D’après eux, le Président de la République y a dilué son urine pour mettre sous son influence l’ensemble de la population. Cette manœuvre qui a outragé l’autorité suprême de l’Etat a provoqué la colère de l’assistance et a failli tourner au pire.  Heureusement que les responsables de la distribution ont réussi à calmer la situation à temps. Le calme est revenu lorsque tout le monde se sont rendu compte que les fauteurs de trouble étaient des membres d’une famille mécontente suite à un litige foncier provoqué par la vente frauduleuse d’une parcelle de terrain qu’elle a commise. Une affaire qui est déjà jugée auprès de la Justice, selon des témoins. Obligés d’évacuer les lieux après avoir usé de toutes les voies de recours en perdant les procès, les membres de cette famille s’en prennent au nouvel acquéreur du terrain qui n’est autre que le responsable de la distribution du CVO de la localité.  Les vendeurs mal intentionnés ont vendu le terrain dont la garde leur a été confiée à une vieille dame qui ne s’est aperçue de la supercherie qu’au moment de la mutation. On attend alors la suite de cette affaire qui ne devrait pas être prise à la légère par les autorités compétentes. Etant donné que l’image de la Nation malgache a été offusquée. 

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ifm : “Olo Blaky” en “live”

“Olo Blaky” est toujours aussi engagé et militant.

Après “The Dizzy Brain” c’est maintenant au tour de Olo Blaky d’investir la scène de l’IFM. La bande à Naty Kaly aux commandes, c’est la certitude  de vous faire vibrer avec leur musique. Le 23 mai, le groupe sera en direct sur la page Facebook du Centre culturel français à 10h30, pour le bonheur des inconditionnels.

La naissance du groupe “Olo Blaky”, la vie d’une cité et le hasard y sont pour quelque chose. Nous sommes en 2008, quand Naty Kaly, un jeune chanteur ayant eu un succès modeste avec son style plutôt « hip hop », rencontre Gala, un percussionniste du groupe “Zanaray Percussions”. Les deux qui sont maintenant les leaders vocaux du groupe “Olo Blaky” ont fusionné et qui crée un style musical jonglant entre le traditionnel, l’innovation et la musique fusion. Treize ans plus tard, la bande à Naty Kaly est toujours aussi engagée et militante.

Leur musique que Naty Kaly détermine comme « Mozika io ry baina » est un mélange de hip-hop, de roots et de sonorités traditionnelles, une rencontre entre le “black music” et la musique du terroir malgache. La formation actuelle est composée de Naty Kaly (lead-vocal kabosy), Patrick (guitare), Odylon (basse) et Tsiory Aaron (batterie). Un moment de détente devant son écran est de mise, en toute sécurité chez soi à s’abreuver de la bonne musique !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Filière cacao : Le CLAC défend la qualité naturelle du chocolat

Cette association travaille en partenariat avec la Chocolaterie Ecole Edenia qui vient d’ouvrir ses portes à Nanisana dans le dessein d’augmenter la transformation de cacao à Madagascar à travers la formation des artisans chocolatiers. 

Le Club des Amoureux du Chocolat connu sous le sigle de CLAC a vu le jour le 22 février 2020.  Créé par une douzaine de membres fondateurs, selon la vision l’Autoroute du chocolat à la recherche du naturel et des douceurs malgaches, cette association a pour ambition de présenter la richesse du patrimoine culturel du chocolat et des fèves du cacao malgache. Ce concept de « l’Autoroute du Chocolat » initié par la diaspora malgache en France et les acteurs nationaux à Madagascar, consiste à venir en aide aux planteurs de cacao afin de sauver cette filière porteuse tout en mettant en place une chocolaterie école servant à former des artisans chocolatiers.

 

Plus de transparence. Rappelons que Madagascar est réputé mondialement par le goût et la qualité supérieure de son cacao et de son produit dérivé qu’est le chocolat. Ce produit phare destiné majoritairement à l’exportation constitue d’ailleurs une des identités économiques de la Grande Île. Pour maintenir cette renommée internationale de la filière cacao et en particulier le chocolat malgache, le CLAC défend corps et âme la qualité naturelle de celui-ci, qui plus est qualifié de produit de luxe. « Notre mission consiste ainsi à interpeller toutes les parties prenantes, dont entre autres, les législateurs et les consommateurs sur les dangers de l’utilisation des engrais chimiques et des insecticides dans la plantation de cacao et sur l’ajout des matières grasses végétales (MGV) dans le chocolat », a annoncé le Dr Ravahiarivony Evelyne, la présidente du Club des Amoureux du Chocolat. Pour ce faire, « nous travaillons en étroite collaboration avec divers partenaires. En fait, nous voulons protéger la qualité naturelle imbattable du chocolat malgache en réclamant plus de transparence sur sa composition, et ce, en se conformant aux directives européennes du 02 juin 2000 qui régulent le pourcentage acceptable des MGV autre que le beurre de cacao à moins de 5% du produit fini. Parmi les MGV, on peut citer, entre autres, l’huile de palme et la crème fraîche. Nous exigeons également une transparence sur la teneur en beurre de cacao », a-t-elle ajouté.

 

Tester le chocolat. Dans la même foulée, « le CLAC s’engage à regrouper tous les passionnés du chocolat de tous les horizons, à emboîter les pas des membres dans l’amour du chocolat artisanal malgache de qualité, comme son nom l’indique. Nous sollicitons, entre autres, les artistes à montrer le chocolat et le cacao de Madagascar dans la littérature, la peinture et la musique aussi bien iconographique que bibliographique. Les chercheurs et les scientifiques sont en même temps incités à présenter tous les sujets se rapportant au chocolat comme la santé, la beauté et la botanique dans le cadre des expositions », a enchaîné le Dr Ravahiarivony Evelyne. Par ailleurs, le CLAC va entreprendre diverses actions pour défendre la qualité naturelle du chocolat de Madagascar. A titre d’illustration, « nous allons éditer un guide gastronomique dédié au chocolat. Les membres du Club vont également se réunir autour d’une table de dégustation suivant les différents thèmes précis. Ils vont entre temps tester une fois tous les deux ans le chocolat malgache et importé dans le dessein de bien les distinguer à travers leurs goûts et leurs compositions », d’après toujours ses explications. Le CLAC a d’ailleurs comme leitmotiv : « Ny hanitry ny tany malagasy, miloko volontany » ou textuellement « Les saveurs naturelles du terroir malgache, le chocolat ».

Journée « porte ouverte ». A part cela, cette association s’engage à valoriser le chocolat de qualité fabriqué par des artisans chocolatiers malgaches. Pour ce faire, elle travaille en partenariat avec la Chocolaterie Ecole Edenia qui vient d’ouvrir ses portes pour les former  en matière de transformation de cacao à Madagascar, et ce, tout en respectant les normes internationales surtout en hygiène. « Le CLAC s’engage entre autres, à aider ces artisans chocolatiers à se développer en apportant son appui à la mise aux normes internationales du laboratoire de chocolat chez cette école Edenia », a fait savoir sa présidente. Notons que la Chocolaterie Ecole Edenia organise ce samedi 23 mai 2020 une journée « porte ouverte » à Nanisana en vue de présenter au grand public ses activités et ses spécificités. C’est également une journée d’échange entre tous les acteurs de la filière cacao, et en particulier ceux du chocolat. Il y aura entre temps une visite guidée sur le laboratoire du chocolat ainsi que d’une vente-exposition du chocolat fabriqué localement et d’une présentation d’un thème axé sur la botanique en rapport avec le chocolat.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Coopération sino-malgache : 15 000 usd pour l’adduction en eau potable du centre social à Anosizato

La coopération entre Madagascar et la Chine ne cesse de se développer. La preuve, la société chinoise Run Dong Development International vient de construire un puits d’eau permettant d’assurer une adduction en eau potable du centre social à Anosizato. Ce centre a été créé par la Commune Urbaine d’Antananarivo pour accueillir les sans-abri de la Capitale dans le cadre de cette crise sanitaire qui sévit dans le pays.  La construction de cette infrastructure d’adduction d’eau potable a coûté la bagatelle de  15 000 usd. C’est ce qu’on a appris lors de l’inauguration de cette infrastructure d’adduction d’eau potable tout récemment, et ce, en présence Rajerison Véronique, directeur du développement du Partenariat Public-Privé et le 2e Adjoint au Maire de la CUA, Rajaonson Mamy.

Remise d’un don. Par ailleurs, le président directeur général de cette entreprise chinoise, en la personne de Wujing Dong et son staff ont remis un don de vivres composé d’une tonne de riz et six cartons d’huile alimentaire au profit des 260 enfants orphelins.  « Le développement économique va de pair avec le développement social. Nous nous engageons ainsi à renforcer ce partenariat afin d’assurer un développement durable », tient-il à préciser. Le directeur du Développement du Partenariat Public-Privé, Rajerison Véronique, pour sa part, a soulevé que l’objectif de la commune est de soutenir ces enfants orphelins à avoir une autonomie en matière de travail afin que d’autres enfants orphelins puissent bénéficier de cette aide.

Navalona R.  

Midi Madagasikara0 partages

Services fonciers : Des guichets électroniques pour la délivrance de CSJ et de Plans

La dématérialisation est en cours au sein de l’Administration foncière. Le ministre Hajo Andrianainarivelo a inauguré hier les premiers guichets électroniques, qui délivrent des Certificats de situation juridique (CSJ) et des Plans.

Finis la corruption, les longues files d’attente et les grands rassemblements devant les services des Domaines et de la Topographie. Plusieurs solutions ont été lancées hier à Anosy. Parmi celles-ci, les guichets électroniques fonciers sont déjà opérationnels, pour Antananarivo Atsimondrano. « L’Administration foncière a commencé la dématérialisation par ce district, car c’est celui qui dispose de données complètes dans les archives. Aucune page ne manque dans les livres fonciers. Plus de 15000 titres ont donc été numérisés, ce qui a coûté 93 millions d’ariary. A cela s’ajoute la construction d’infrastructures et les équipements. Le coût total du projet s’élève à 167 millions d’ariary, financé par les ressources propres internes du MATP (Ministère de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics) », a expliqué le directeur général des Domaines et de la Topographie, lors de l’inauguration des guichets électroniques, hier à Anosy.

Avantages multiples. Certes, les avantages de la mise en place de ces guichets électroniques en valent la peine. D’après le ministre de tutelle, Hajo Andrianainarivelo, ces dispositifs vont régler les problèmes de corruption, d’attentes et de rassemblements devant les services fonciers. « Ces guichets facilitent beaucoup les démarches pour les usagers. Il faut juste s’enregistrer et payer le ticket au comptoir, ensuite aller au guichet électronique pour demander et obtenir un Certificat de situation juridique ou un Plan. Tout cela ne prend que  quelques minutes, alors qu’auparavant il fallait plus d’une semaine pour avoir ces documents. Par ailleurs, les intermédiaires n’auront plus leur place ici, car non seulement la délivrance est simple et rapide, mais tout est également numérisé et chaque opération faite par une personne est enregistrée. Cette dématérialisation mettra fin à la corruption. D’ailleurs, des caméras de surveillance seront mises en place. Comme nous l’avons toujours dit, l’amélioration des services publics fait partie des priorités de l’Etat. La mise en place de ces guichets électroniques est un premier pour les services des domaines et de la topographie », a affirmé le ministre Hajo Andrianainarivelo. D’après ses dires, ces guichets seront mis en place dans les autres régions et districts. Cependant, cela nécessite un engagement de l’Etat et des partenaires techniques et financiers. En effet, la mise en place des guichets électroniques exigent des infrastructures techniques, si l’on ne cite que l’électricité et la connexion Internet.

Améliorations. Outre cette solution innovante, l’Administration foncière a également lancé l’application e-Fantatra, permettant aux usagers d’obtenir les informations nécessaires et de faire le suivi de leurs dossiers, à partir d’un téléphone mobile, toujours dans l’optique d’éviter les déplacements, les rassemblements et les pertes de temps devant les bureaux des services fonciers. « Les usagers ont juste à placer leurs demandes dans un bac dédié, auprès des services des domaines et de la topographie. Une fois que nos services ont examiné la demande, l’usager concerné sera contacté et sera informé du bureau exact avec le numéro de la porte où il doit se rendre, des documents nécessaires pour le traitement de sa demande, et également du montant exact des frais qu’il doit payer à l’Administration », a expliqué Cyrille Randriamampandry directeur de la Topographie.

Réouverture. Pour sa part, Raharo Andriamanjato Laza, directeur des Domaines a déclaré que le guichet unique à Anosy ouvre cette semaine, car les besoins des usagers sont nombreux. « Cependant, il faut respecter l’organisation et les mesures sanitaires prises par l’Etat. Les masques de protection sont obligatoires, de même pour le lavage de mains et le contrôle de température à l’entrée. Les services ne seront ouverts que la matinée. Avec ces mesures, les personnes reçues sont réduites, car il faut également respecter la distance de sécurité d’un mètre. De plus, les employés font une rotation, mais ne peuvent pas être au complet », a-t-il déclaré. D’après les informations, les CSJ et les Plans en instance sont distribués lundi et mardi. Les services fonciers ne recevront les nouvelles demandes qu’à partir de demain et limitent les demandes reçues à 40 par jour pour les CSJ, 40 par jour pour les Plans et 20 par jour pour les demandes de mutation.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Etat d’urgence sanitaire : Pas encore d’école pour les classes intermédiaires

D’après la déclaration du président de la République le dimanche 17 mai 2020, mentionnant que les mesures restent les mêmes pour les régions Analamanga, Atsinanana et Alaotra Mangoro ; les classes intermédiaires ne sont pas encore prêtes de retourner à l’école jusqu’à la fin de la dixième semaine d’état d’urgence sanitaire. Une mesure nécessaire afin de protéger les enfants face à cette pandémie qui ne cesse de gagner du terrain. Toutefois, de nombreuses écoles privées et leurs enseignants en souffrent puisque sans classe, pas de travail. Certains établissements risquent même de mettre la clé sous la porte. 

Bouleversement du calendrier scolaire. Si le calendrier scolaire des classes d’examen est déjà bouleversé par cette crise sanitaire, le cas des classes intermédiaires est encore plus incertain. On ne parle ni de la reprise des classes ni de l’arrêt définitif des cours. Ce qui inquiète les parents qui commencent à se demander si une année blanche est à envisager. Une situation qui ne ravit pas non plus les parents ayant des enfants en classe d’examen, « j’ai peur pour la santé de mon fils, mais je ne veux pas non plus qu’il perde une année si on décide de ne plus l’envoyer à l’école alors que les examens sont maintenus. De plus, on a déjà payé ses frais de scolarité de septembre jusqu’à ce mois » a témoigné une mère de famille, très inquiète de la situation. Du côté des enseignants, ils sont catégoriques, « c’est impossible de finir le programme pour cette année sauf si l’année scolaire est prolongée ». Pour l’instant, aucune communication officielle n’a été émise par le ministère de l’Education nationale par rapport aux nombreuses questions que se posent les principaux concernés. 

Sans surveillance. Enfin, pour les parents, la situation n’est pas évidente puisque eux, doivent reprendre le travail tandis que leurs enfants restent à la maison. Beaucoup sont donc obligés de faire appel à des proches ou à des nounous pour les garder. Et pour ceux qui ne disposent pas des moyens, les enfants sont livrés à eux-mêmes, jouant entre eux dans les quartiers, sans  respect de la distanciation sociale, parfois sans masque et sans se laver les mains régulièrement. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Kick boxing : Le championnat d’Afrique en mois d’août

Enfin une bonne nouvelle pour les kickboxers malgaches. La Fédération de kickboxing du Cameroun, sous l’égide du World Association of kickboxing Organisations (Wako) vient de dévoiler le nouveau calendrier sur la tenue du championnat d’Afrique de full contact et low kick. Ce premier sommet continental aurait dû avoir lieu entre le 21 et le 26 avril, mais a connu de report. La nouvelle date serait du 20 au 30 août à Yaoundé Cameroun. S’il n’y aura plus de changement, ce serait également la première sortie de l’équipe nationale, après une longue période de privation aux compétitions internationales.

En effet, outre de ce championnat, deux autres rencontres internationales se sont déjà chamboulées par l’épidémie de covid-19 et que la fédération malgache de kick boxing attend encore le nouveau calendrier. Il s’agit du Championnat d’Afrique de K1 qui devrait avoir lieu les 25 et 26 juillet en Afrique du Sud et la Coupe du Monde en Italie du 11 au 14 juin. Quant à la compétition interne, la fédération n’a pas encore proposé de nouvelle date pour les Championnats de Madagascar seniors et juniors qui devraient se dérouler en fin mars à Fianarantsoa. Cependant, les tireurs malgaches ne perdent pas d’espoir puisqu’on est encore au premier semestre de la saison et que les choses s’éclaircissent peut-être dans deux mois. En plus, l’entrainement continue toujours pour ceux qui se trouvent dans les autres régions outres les quatre confinées à savoir Atsinanana, Analamanga, Haute Mahatsiatra et Alaotra Mangoro.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Secteur du commerce : Un enjeu de plusieurs centaines de milliards d’ariary

Selon l’opérateur économique, Honoré Rasolonjatovo, l’enjeu du circuit de distribution dans le secteur du commerce se chiffre actuellement à  plusieurs centaines de milliards d’ariary en quelques mois. Une manière pour cet homme d’affaires de rappeler la grande nécessité d’assainir ce secteur. Depuis qu’il a créé le Conseil des grossistes professionnels à Madagascar (CGPM) Honoré Rasolonjatovo a toujours soutenu, et ce depuis 2009 qu’il est plus que jamais nécessaire  d’instaurer ce circuit qui va de l’importateur ou de l’industriel vers le grossiste et puis le détaillant. Et s’il s’agit de produits locaux, il va du producteur ou du collecteur vers le grossiste et enfin le détaillant. Il a d’ailleurs rappelé sur ce point que « la loi n°2018-020 du 29 juin 2018 a été votée par les deux parlements pour instaurer ce circuit. Les opérateurs réclament la sortie des décrets d’application. Ils comptent sur la volonté du ministère du Commerce pour le faire et aider ainsi les informels à entrer dans le rang ». Les opérateurs du commerce souhaitent  par ailleurs un système de taxation mieux adapté au secteur, ainsi qu’un traitement égalitaire de tous les opérateurs de la part de la douane et du fisc.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Mpamaky trano saika niharan’ny fitsaram-bahoaka.

Ny vaky trano indray no nahazo laka teto an-tampon-tanànan’i Maevatanàna. Tokantrano maro no samy naharaisana fitarainana nandritra ny telo volana lasa iny. Ho tohin’ny fikarohana ireo olon-dratsy, izay efa nampitaraina ny mponina, ka nahaverezana entana sy kojakojan-dakozia maro, dia niroso tamin’ny fikarohana ireo jiolahy tsy mbola  voasambotra ny mpitandro ny filaminana aty an-toerana. Raha tsy nisy ny polisy dia saika niharan’ny fitsaram-bahoaka indray ilay tovolahy iray. Araka ny fanazavana azo, dia tratra namaky trano tao amin’ny fokontany Morafeno, kaominina Maevatanàna voalohany ity lehilahy ity, ny Alarobia alina teo. Olona telo izy ireo no niaraka tamin’io ka raha iny resy tory iny teo amin’ny manodidina no nanaraotana sy nanaovan’izy ireo ny asa-ratsy. Tonga dia niditra an-keriny tao an-trano ireto farany. Soa ihany fa mailo ny tompon-trano. Taitra ity ramatoa iray raha nahita azy ireo ka niantso vonjy. Nitsoaka nandositra ireo ka nifanenjehan’ny olona. Tonga ihany koa ny mpitandro ny filaminana ka teo nahavoasambotra an’ilay tovolahy iray, fa tafatsoaka kosa ny namany roalahy. Sendra nisy polisy nanao fisafoana mantsy teo amin’ilay toerana tamin’io ka niditra an-tsehatra avy hatrany ireo raha vao nahita ny zava-nitranga. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo namany ataon’ny mpitandro ny filaminana.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Trafic de stupéfiants : Six personnes arrêtées à Anosibe, six sacs de cannabis saisis

Après que les policiers d’Avaradrano aient mis la main sur une « grossiste de marijuana » à Ankorondrano samedi dernier, cette fois, la brigade des stupéfiants ayant son siège à Anosy, a démantelé un réseau de trafiquants de drogue près du quartier d’Anosibe et a saisi, dans la même lancée, des centaines de kilos d’herbes de cannabis.

La police nationale ne ménage pas ses efforts dans la lutte contre l’essor fulgurant du trafic et consommation de cannabis, dans la mesure où depuis des lustres, ces pratiques ont gangrené notre société. En effet, pas plus tard que dimanche dernier, les éléments de la police en charge de la lutte contre les produits stupéfiants ont fait mouche en ayant découvert un local sis à Anosibe Angarangarana où l’on stocke des quantités impotantes de marijuana. Notons que ce quartier figure parmi les zones ciblées par ces policiers de la drogue.

« Des mouvements de va-et-vient incessants des individus à l’allure suspecte fut observé dans cette maison. Ce qui a incité les limiers de la police à  mener une investigation sur place » a-t-on expliqué dans un communiqué de presse du Service de la communication de la police nationale. Il a aussi mentionné que « c’est à la suite des interrogations de l’un de ses individus, interpellé en sortant de cet endroit et pris en possession de quelques « carottes » de cannabis prêt à consommer, que les policiers ont permis de procéder à la fouille de cette bâtisse aboutissant ainsi à ce résultat ». En tout, six sacs remplis à ras-bord de ces produits stupéfiants ont été découverts ce jour-là.

Six personnes dont certaines d’entre elles ont été prises en flagrant délit en train de s’envoyer une bonne dose de la came, font l’objet d’une arrestation. Les autres, sont des dealers qui ne sont plus des inconnus des services de la police. Le propriétaire de la « marchandise » a été, d’ailleurs, selon toujours le même communiqué, un habitué de la prison  qui a signé   son ordre de libération deux ans auparavant. L’affaire a été déférée au Parquet d’Anosy, hier, et les impliqués sont tous mis sous les verrous. Encore un coup dur pour les amateurs d’herbes.

m.L