Les actualités à Madagascar du Vendredi 19 Mai 2017

Modifier la date
Tia Tanindranaza5008 partages

Banky foiben’i MadagasikaraMisy volabe avoaka an-tsokosoko ?

Misy tranga mampiahiahy ao amin’ny banky foiben’i Madagasikara Antaninarenina amin’izao fotoana. Raha ny loharanom-baovao iray dia re fa misy vola be avoaka mangingina avy ao.

 Mitentina 19 miliara Ariary isan-kariva izy io. Tsy ny mpitatitra vola mahazatra no mitondra azy fa fiara hafa mihitsy. Mpamosavy mandeha amin’ny alina aza, hono, misy mahita mainka fa vola matevim-be tahaka izany mivoaka an-tanàn-dehibe. Tsy fantatra kosa na efa firy andro no nisian’io famoahana vola hafahafa io. Ny somary manaitra dia hoe alefa any Sambava (faritra SAVA) amin’ny alalana fiaramanidina manokana mihitsy io vola be mivoaka avy etsy Antaninarenina io. Efa misy ny fiara manokana mpitatitra ny volan’ny Banky foiben’i Madagasikara ary efa fantatry ny maro eto Antananarivo satria fiara lehibe hita hoe mifono vy ary arahana minibus 3 na 4 misy polisy sy zandary misaron-tava ary mirongo fitaovam-piadiana. Tazana matetika izy io avy any Ivato, mandeha ny route Digue, mandalo ny Fasan’ny Karana, Ankadimbahoaka, Soanierana, Anosy, Antsahamanitra ary tonga eo amin’ny Banky Foibe Antaninarenina avy eo. Fa mampanontany tena kosa hoe inona ity resaka 19 miliara ariary avoaka isan-kariva entina fiara hafa ity ? Baiko ofisialy ve ny namoahana azy ? Raha eny, atao inona ary nahoana ny hoe alefa any Sambava ? Betsaka moa ny zavatra hafahafa tahaka izao mitranga eto amintsika ka mahatonga ny mpiara-miombon’antoka sy ny mpamatsy vola mitaky ny hoe mangarahara amin’ny fitantanana ny raharaham-panjakana sy ny fanamafisana ny ady amin’ny kolikoly. Tena malaina manome vola be ireo mpiara-miasa toy ny vondrona eoropeanina satria mety efa mahafantatra zavatra maro izy ireo. Ankoatra izay, tao anatin’ny dia ataon’ny filoham-pirenena tany Sambava omaly no nivoaka io vaovao io. Fifanandrifian-javatra fotsiny ihany ve sa inona marina ? Toerana malaza amin’ny famokarana lavanila moa ny faritra SAVA, indrindra fa i Sambava sy Antalaha ka asa na mety misy ifandraisany amin’izay ny andefasana vola be any an-toerana. Ho hita eo ny mety ho tohin’ity resaka famoaham-bola hafahafa ao amin’ny Banky foiben’i Madagasikara ity.

Rabri

Midi Madagasikara437 partages

La SADC chez Ravalomanana : La réconciliation avant les présidentielles de 2018

Marc Ravalomanana face aux experts de la SADC hier à Faravohitra.

L’ancien président revendique une vraie réconciliation nationale avant la prochaine élection présidentielle.

Dès leur descente d’avion en provenance d’Afrique du Sud, des experts en réconciliation de la SADC se sont rendus au domicile de l’ancien président Marc Ravalomanana à Faravohitra pour une rencontre avec celui-ci. C’était hier en fin d’après-midi. Roelf Meyer, Mohammed Bhabha, Ivor Jenkins et Ebrahim Ebrahim ont évoqué avec le président national du TIM plusieurs sujets dont la réconciliation nationale, prévue par la feuille de route de sortie de crise de 2011. Marc Ravalomanana a affirmé durant la rencontre qu’une véritable réconciliation nationale devrait passer avant l’élection présidentielle de 2018. « C’est pour éviter une nouvelle crise postélectorale. Nous avons d’ailleurs le temps pour réaliser cette véritable réconciliation nationale », a souligné l’ancien président Marc Ravalomanana. Interrogé sur la composition du comité de sélection nationale des 22 membres du CFM, le président national du TIM de répondre : « La réconciliation nationale est un processus qui doit impliquer tout le monde. A ma connaissance, la composition de ce comité de sélection nationale n’était pas le fruit d’une large consultation. »

Inclusivité et gouvernement d’union nationale.  La future élection présidentielle a été également largement évoquée durant la rencontre de Faravohitra. Marc Ravalomanana a confirmé sa position quant à la nécessité d’une élection inclusive et démocratique, sans exclusion.  Pourtant, les experts de la SADC ont remis sur le tapis l’Accord de Cotonou qui interdit aux auteurs de coup d’Etat de se présenter aux élections. Mais, quand on parle de l’Accord de Cotonou, il n’y a qu’Andry Rajoelina qui serait frappé d’inéligibilité. L’actuel président de la République Hery Rajaonarimampianina fait également partie des 109 personnalités de la transition sanctionnées par la communauté internationale. La mise en place d’un gouvernement d’union nationale a été aussi abordée au cours de l’entretien. Les experts de la SADC ont demandé l’avis de Marc Ravalomanana sur la question. Celui-ci a fait savoir qu’il ne s’y oppose pas. Il a profité de l’occasion pour préciser : « Si le TIM a basculé dans l’opposition, ce n’est pas parce que son unique ministre a été limogé du gouvernement, mais c’est parce qu’il n’est plus possible de collaborer avec un régime qui fait de l’exclusion et qui a perdu toute sa crédibilité tant nationale qu’internationale. »

Pays en crise.  En un mot, l’ancien président Marc Ravalomanana voulait faire comprendre aux experts de la SADC que Madagascar est encore un pays en crise. Un pays où la corruption et l’insécurité continuent de faire ravage au détriment notamment du climat favorable aux investissements. « En Allemagne, les investisseurs sont réticents à venir à Madagascar à cause de ces problèmes », a déploré le président national du TIM.

R. Eugène

Tia Tanindranaza388 partages

Filohan’ny SMMHogadraina fa manelingelina ?

Namoaka fanambarana ny Birao mpitantana ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara (SMM) omaly.

 Nivoitra tao fa mitovy ny rehetra eo anatrehan’ny lalàna. Manameloka tanteraka ny fanembantsembanana ny mpitsara amin’ny asany, indrindra fa amin’ny raharaha Claudine Razaimamonjy izy ireo. Notsiahivin’izy ireo fa ny fanjakana no efa nanao fanambarana ofisialy fa tsy raharaham-panjakana io fa raharaha tsotra, saingy iaraha-mahita ny fitsabatsabahan’ny mpitondra. Nanome baiko ho an’ny mpikamban’ny governemanta handray fepetra hentitra manoloana ny fanakorontanana na inona na inona toerana sy andraikitry ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier. Mitsimbadika ny rasa ankehitriny ka ny mpitsara ambony, dia ny filohan’ny sendikan’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM) Faniry Ernaivo, indray no voalaza fa mety hohenjehina ara-pitsarana noho izy manao fanamparam-pahefana tamin’ny fitsirihana tampoka nataony teny amin’ny amin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha ny alatsinainy 15 mey lasa teo, mba ho fanamarihana na eny an-toerana na tsia i Claudine Razaimamonjy. Nanana taratasy ara-dalàna avy amin’ny Tonian’ny fampanoavana ambony anefa ity mpitsara ambony ity, raha ny fanambarana nataony saingy asa fanakorontanana no handraisan’ny praiminisitra ny fihetsiny amin’izao fotoana izao. Inona no tsy hanatanterahana ny didy fampidirana am-ponja vonjimaika amin’izay tsy mifampitsabaka andraikitra ary avela malalaka ny fitsarana dia samy miandry am-pahendrena ny rehetra ? Any amin’ny fahefana mpanatanteraka no misy ny lehiben’ny governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier. Tsikaritra ho efa tsy mahatombin-tsiraka sy mitady hanitsaka andraikitra any amin’ny fahefam-pitsarana amin’ny hanaovana tsindry amin’ny fanafahana an’i Claudine Razaimamonjy sy handentehana ireo mianakendry amin’ny fikitikitihana io mpanolotsain’ny filoha io. Raha mandeha ny fanadihadiana sy fikarohana ny marina momba ny raharaha Claudine Razaimamonjy, dia ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier no voasoketa voalohany ho mpiray tsikombakomba aminy tamin’ny fanomezana tsenam-panjakana azy, ka izay no mampiaka-pofona azy io. Mbola namerina ny fitoriana azy momba izany indray ny Dinika Fanavotam-Pirenena (DFP) afak’omaly. Voabaikony tokoa ve ny fitsarana, ka izay no tsy maha misy tohiny ireny fitoriana ireny ? Efa romotra tanteraka amin’ny filohan’ny SMM, Faniry Ernaivo ihany koa ny minisitry ny fambolena sy ny fiompiana Rivo Rakotovao ankehitriny, ka andrasana izay hambaran’ny HVM ato ho ato. Efa nisy mihitsy ny resaka fandrahonana ho faty voalaza fa nataon’ny loholona Riana Andriamandavy VII tany anaty tambajotra fesiboky, ka nitorian’ny Filohan’ny SMM azy, ary efa tonga any amin’ny zandarimaria ny taratasin’ady, saingy tsy nisy tohiny intsony.

Toky R

 

Midi Madagasikara367 partages

Législatives françaises : Aina Kuric, candidate de la République En Marche

Aina Kuric, la référente de la République En Marche.

Les élections législatives françaises se tiendront, en vertu du Conseil des ministres en date du 4 mai 2016, au mois de Juin prochain : le 11, pour le premier tour et le 18, pour le second tour. Entre-temps, l’on a appris la candidature d’une Malgache, en la personne d’Aina Kuric. Elle, c’est l’une des personnes actives du mouvement « En Marche » ayant participé à l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de la France. Agée de 30 ans et chef d’entreprise dans l’oenotourisme (tourisme vitivinicole et œnologie), Aina Kuric va se porter candidate aux législatives françaises de cette année sous les couleurs de la République En Marche dans la seconde circonscription de la Marne.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara336 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy : Guerre ouverte entre Gouvernement et SMM

Dans un communiqué publié hier, le Syndicat des Magistrats « condamne fermement les intimidations proférées à l’égard des magistrats exerçant leurs fonctions normales ».

La réponse du berger à la bergère. En effet, la réaction du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) ne s’est pas faite attendre suite au communiqué du gouvernement lançant une menace de poursuites judiciaires contre « certains magistrats ayant abusé de leurs prérogatives légales ». Une prise de position que le bureau du SMM considère comme « une ingérence et une obstruction à la bonne marche de la Justice ». Dans un communiqué publié hier, le SMM « condamne fermement l’ingérence, l’obstruction à la bonne marche de la Justice et les intimidations proférées à l’égard des magistrats exerçant leurs fonctions normales ». Le Syndicat, qui se dit « soucieux du respect des lois et de l’égalité de tous devant la loi, bases du principe de l’Etat de droit », réitère que ses actions sont toujours axées sur la défense des intérêts moraux, matériels et professionnels de chaque magistrat et de la justice dans son ensemble. « Faisant partie intégrante de la société civile, le Syndicat des Magistrats de Madagascar se doit de dénoncer toute violation de la loi ou de sa non-application surtout si ces actes concernent directement le bon déroulement des procédures judiciaires. Cette obligation tient sa source de la conviction des membres en ce qu’ils ne veulent pas laisser faire toutes les gabégies et les sournoiseries tendant à ne pas respecter la loi », soutient-on. Une allusion certainement à l’ingérence et aux interventions de certains membres du gouvernement depuis le début de l’affaire Claudine Razaimamonjy. Pour ne citer que la conférence de presse que le ministre de la Justice, Charles Andriamiseza a organisée le 5 avril à 23h pour réclamer la libération immédiate de la Conseillère spéciale du président de la République qui était alors auditionnée au Bureau Indépendant Anti-Corruption à Ambohibao.

Déstabilisation. Dans son communiqué, le SMM se dit « offusqué par la position et l’implication directe du Gouvernement dans l’affaire Claudine Razaimamonjy ». « Si cette affaire n’est pas une affaire d’Etat,  l’attitude du Gouvernement en lançant dans un communiqué officiel des menaces de poursuites judiciaires contre des magistrats faisant leur travail est étonnante. Car d’aucun ne sait que c’est le SMM et en particulier sa présidente qui a été visée », martèle-t-on. En réponse à la déclaration du gouvernement qui considère les actions du Bureau du SMM comme « une opération de déstabilisation », les Fanirisoa Ernaivo, Clément Jaona, Tojo Razafindrakoto, Idealson, Rojovola Bora, Ramiaramanana Lova et consorts dénoncent « un acte de déstabilisation de l’institution judiciaire ». Le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana qui, selon le communiqué du Conseil du gouvernement, « a donné un ordre formel et catégorique aux membres du gouvernement concernés pour prendre des mesures fermes contre tout acteur de déstabilisation », et le ministre de la Justice, Charles Andriamiseza qui a toujours soutenu Claudine Razaimamonjy depuis son arrestation au Palais des Sports de Mahamasina, sont particulièrement pointés du doigt par le Syndicat des Magistrats. « Le Ministre de la Justice et le Gouvernement, conduit par le Premier Ministre ont intérêt à ce que les lois de la République soient respectées à la lettre. Ils n’ont également pas intérêt à s’interférer dans la bonne marche de la Justice en menaçant les magistrats de poursuites judiciaires dans l’exercice de leur fonction », averti le SMM.

Point de non-retour. En tout cas, suite à l’affaire Claudine Razaimamonjy, la guerre est désormais ouverte entre le Gouvernement et le Syndicat des Magistrats de Madagascar. D’ailleurs, le point de non-retour semble avoir été atteint. Les tenants du régime persistent et signent pour défendre cette femme milliardaire connue comme étant proche du président Hery Rajaonarimampianina. De leur côté, les membres du SMM insistent sur le respect de l’Etat de droit et l’indépendance de la Justice. Bon nombre d’observateurs estiment que lancer des poursuites judiciaires contre des magistrats risquerait de provoquer un « sakoroka ». Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara327 partages

Dossier : Quand le kendo malgache s’exporte à Bordeaux

Alain Ramaroson avec Me Shigemasa Fujii, CN 7e Dan.

Bordeaux et sa région n’ont pas que le vin pour se faire connaître du monde entier car depuis 2009, les Bordelais ont aussi le kendo, cet art martial japonais qui a pu se frayer une place au soleil en Aquitaine grâce à un Malgache, Alain Maximim Ramaroson.

Incroyable mais vrai, Alain Maximin Ramaroson a su s’imposer en créant l’Association Kendo de Talence, devenue depuis le deuxième club de la Région Aquitaine.

Précieux soutien. C’est dire que l’ancien de St Michel  handball (voir encadré) n’a pas chômé pour mettre en place un club dans les locaux du CREPS de Talence, le lieu de rendez-vous de tous les sportifs de haut niveau.

Alain Ramaroson a toutefois bénéficié d’un précieux soutien du Maître Shigemasa Fujii, une Ceinture noire 7e Dan qui assure d’ailleurs l’enseignement principal, même si le Malgache n’hésite pas aussi le cas échéant, à le suppléer, car il en a non seulement le grade de ceinture noire, mais surtout cette passion née d’une longue pratique quand il était encore à Madagascar.

Faut-il rappeler que le kendo a été introduit à Madagascar en 1969 par Maïtre Minami et que sans être un pionnier de la première heure, Alain Maximin Ramaroson n’a pas résisté à l’appel de cet art martial pour en faire aujourd’hui son sport favori.

Président partout. Avec l’âge il est vrai, il s’est tourné vers un sport beaucoup moins fatigant que le handball ou le football, disciplines qu’il pratique encore au cours des rencontres entre amis dont des Malgaches pour la plupart.

Un devoir auquel il ne peut pas se soustraire, car il est président partout notamment  de la FAMMA ou association de pratiquants d’arts martiaux malgaches, mais aussi de l’association Kendo Talence tout en étant président du Madas, un groupe d’anciens du St Michel football.

Il a poursuit son apprentissage du kendo avec Me Fujji avec qui il s’est lié d’amitié avec un petit crochet à Tana en juin 2008 quand les deux hommes et six de leurs élèves ont animé pendant une semaine un stage pour une bonne centaine de pratiquants de karaté, de l’aikido et bien évidemment des adeptes du kendo dans un Palais des Sports des grands jours.

Un fidèle de Shérif. Un succès lié à la personnalité d’Alain Ramaroson qui pratique toujours le karaté et qui reste un fidèle de Me René Ramanitrandrasana qui a dirigé ses premiers pas avec le club de Maka.

 « Je suis toujours en contact avec Shérif (le nom donné à Me René Ramanitrandrasana), car pour moi c’est plus qu’un modèle, mais c’est un peu dommage si le karaté se fait tout petit dans notre région de Bordeaux », confie-t-il avec une légère pointe de regret.

Mais il avoue cependant qu’il est heureux comme tout quand son fils, Alain Nicolas, l’a suivi au kendo depuis qu’il avait 12 ans. A 20 ans, le jeune homme qui fréquente les bancs de l’Institut Universitaire de Technologie de Bordeaux, vient d’avoir son grade de ceinture noire avec la même aisance que son père. Un héritage qui fait le bonheur de cette famille de trois enfants. 

C’est d’ailleurs grâce à cette passion commune que le kendo de Talence parvient à se faire un nom car il n’est pas rare qu’un haut gradé de cette discipline fasse un détour à Bordeaux lorsqu’il visite la France.

« Nous sommes maintenant connus de tous les pratiquants du monde entier et cela influe sur le nombre d’adhérents qui ne cesse d’augmenter au fil des ans », précise encore Alain Maximin Ramaroson très fier de cette situation qu’il a créée par la seule force de sa passion.

Alain Maximin Ramaroson : Un grand sportif polyvalent

On ne peut pas qualifier Alain Maximin Ramaroson autrement que par le terme de grand sportif. Un très grand sportif qui a pratiquement été à toutes les sauces et dans tous les grands clubs. De l’athlétisme au basket où il défendait les couleurs du Fandrefiala, le judo, le karaté et le handball, il a tout fait. Vraiment tout. Et avec une réelle passion qui lui permet de se hisser au sommet. Car ce logisticien de formation et directeur d’exploitation Répartition Pharmaceutique de l’agence de Bordeaux  est un homme qui n’aime pas les demi-mesures. Soit il fait quelque chose à fond, soit il ne fait pas. C’est tout aussi simple que cela. Jugez-en plutôt. 

Ce 4e Dan de karaté a côtoyé Me René Ramanitrandrasana au club du MAKA avec un titre de champion de Madagascar en individuel et par équipes en 1973 et 1974. Il a d’ailleurs poursuivi les compétitions quand il était arrivé en France et notamment dans les championnats de la Région Aquitaine.

Mais là où il se fit connaître du grand public qui le surnommait Alain Le Cobra c’est lorsqu’il jouait au handball au sein du mythique club du St Michel. Une discipline qu’il maîtrise du bout des doigts et qui lui a donné son premier brassard de capitaine de l’équipe nationale. Un grand honneur quand on sait que dans sa génération au St Michel, se trouvaient des illustres coéquipiers pour ne citer que Rasendra, le regretté Jean Ratsirahonana, l’actuel président de la Fédération Fidel Razafintsalama, mais aussi Laurent, le directeur régional des Sports à Toamasina. Une fine équipe en somme et qui a logiquement trusté les titres nationaux et internationaux avec à la clé cette médaille de bronze des Jeux Africains de 1977.

Parti ensuite vivre en France, il intégra en 1982 les rangs de SPUC Pessac, un club de la 1ère division pour finir sa carrière de handballeur avec l’ASPOM Bègles de 1986 à 1989, une équipe en Excellence Régionale.

Comme il n’a pas tout à fait décroché du handball, Il devient de 1990 à 1992 l’entraîneur de l’équipe féminine de Talence.

C’est dire qu’il avait du mal à laisser le handball, mais avec l’âge, il lui a fallu trouver autre chose, raison pour laquelle il s’est tourné vers le kendo depuis 2003. 

Le kendo en quelques lignes

Le kendo, littéralement « la voie du sabre »,est la version moderne du kenjutsu ( techniques du sabre), l’escrime au sabre pratiquée autrefois au Japon par les samouraïs. Par version moderne, il faut comprendre que le kendo n’est pas seulement un art martial, mais également un sport de compétition, aujourd’hui largement pratiqué au Japon.

Le kendo ne se résume toutefois pas à un simple ensemble de techniques et de tactiques du combat au sabre. Il comprend également un volet spirituel. Le kendo permet à ses pratiquants de développer leur force de caractère et leur détermination.

« Le kendo est la plus ancienne, la plus respectée et la plus populaire des disciplines modernes du budō » remarque en 1983 Donn F. Draeger, l’un des spécialistes des arts martiaux japonais.

Jusque-là appelé kenjutsu, c’est en 1912 qu’il est fait pour la première fois mention du kendo dans la publication des Nihon Kendo no Kata (Kata pour le kendo). L’Occident découvre le kendo dès le XIXe siècle à travers des récits de voyages, mais ce n’est qu’en 1899 qu’a lieu la première démonstration de kendo en France à l’occasion de la visite du créateur du judo moderne, Jigoro Kano.

Clément RABARY

Madaplus.info236 partages

Sky Mike: un jeune malgache à la conquête de l’Amérique.





Je suis né en France en 1992. Francais d’origne malgache. Je suis producteur de musiques et ingénieur de son.

Je rencontre Mickaël JOSEPH (Mikazik) dans le 78, durant nos années lycée, il est même plus jeune que moi. Il est né de parents malgaches et musiciens. Il était au conservatoire national de Cergy (95) où il a fait trois ans de piano classique, puis de jazz à la suite duquel il décrochera la médaille du 1er prix du conservatoire.
Mickael m’a transmis ses connaissances techniques (sur logiciel), des connaissances culturelles, repères musicaux etc… Nous avons travaillé ensemble sur plusieurs sons.
A 19 ans, il fait sa première tournée européenne avec Andy Allo ( ancienne chanteuse/guitariste de l’artiste américain Prince) basée à Los Angeles. Actuellement il vit à Miami où il poursuit sa carrière musicale mais souvent de retour en France pour accompagner des artistes français sur des plateaux TV tels que M Pokora en 2016 et bien plus en 2017...


J’ai rencontré beaucoup de personnes via internet. Twitter et Facebook exactement.
Ce sont des outils de travail très puissants si on sait l’utiliser correctement.
En parallèle j’ai démarché pour être stagiaire dans des studios d’enregistrement parisien, c’est de cette manière que j’ai pu rencontrer du monde (studio coppelia, studio Météore, Block studio, Blaxound studio, studio Omega…)
En 2010, j’ai travaillé avec plusieurs artistes de la scène hip-hop française telle que Sam's, La Fouine, Ice (S-pi), Youssoupha, Siana et plus encore, ce qui m’a permis d'obtenir une certaine reconnaissance dans le milieu.
C’est au studio Météore que j’ai rencontré l'ingénieur du son Jeremy Tuil et Fanny Pisonero. Des rencontres décisives car j’ai su après cela ce que je voulais faire de ma vie.

Tout à fait, j’ai toujours été un grand fan de musique US. Quand j’habitais en France, j’envoyais mes musiques aux artistes américains via twitter. J’avais quelques retours positifs. J’ai donc décidé de quitter la France et partir à New York après la fin de mes études.
Internet c’est bien, mais être en studio et pouvoir créer un lien avec l’artiste c’est mieux.
J’ai donc eu l'opportunité de travailler en tant que stagiaire au “Quad Studios” : je faisais le café, j'accueillais les clients, je nettoyais les studios… J’avais des horaires de malade.
Aux States, tu n’as pas d’emploi du temps fixe. On t’appelle, tu te bouges pour aller bosser. Le rythme aux US est intense, tu ne peux pas refuser de travailler sinon on te vire. Tu comprends vite que si tu ne suis pas la vibe, tu es foutu et un nouveau te remplacera.
J’ai du faire mes preuves pendant 1 an, par la suite on m’a embauché et c’est à partir de la que j’ai pu bosser sur des projets, en tant qu' ingénieur de son et producteur. Par exemple, grâce aux contacts que j’ai pu me faire quand j'étais stagiaire j’ai eu la chance de pouvoir bosser sur un des projets de Taylor Swift en tant que co-producteur avec un gars de L.A, le son n’est jamais sorti, mais c'était une bonne expérience, c'était mon premier grand projet avec un artiste en studio.

En général, ce que les artistes recherchent dans mes sons sont la puissance de mes drums. les gens aiment quand les instrus cognent dans les enceintes. D’ailleurs, je remercie beaucoup les ingénieurs de son du Quad studios et Germano Studios “ Max The Engineer , Chuma, Jeff “ qui m’ont appris à développer mes compétences.


En tant que producteur, quand tu commences, clairement tu ne gagnes rien. Tu investis dans du matériel: Enceintes, cartes sons, synthés, PC, plugins… Même si tu arrives a vendre tes musiques $200, ce n’est rien comparé à l’argent que tu as utilisé pour investir dans ta musique.
Par contre quand tu commences à avoir une bonne clientèle, ça commence à devenir intéressant financièrement parlant. Si dans un premier temps tu fais ça pour l’argent, ça ne marchera pas. Il faut persévérer et se démarquer.
Voilà qui est dit! Quels sont les conseils que vous donnez à nos lecteurs qui sont sur cette voie et qui peinent à s’en sortir ?
-J’insiste sur l’ego. Si tu veux avancer mets ton ego de côté. Pour ma part, c’est ce qui m’a permis d’avancer. Si tu trouves que ma musique est nulle, j'apprécie ton honnêteté et je travaille 20 fois plus pour faire en sorte que mon prochain son sera meilleur.
-Ne compte jamais tes heures. Tu auras tout le temps de dormir quand tu ne seras plus sur cette terre.
-La patience: n'espère pas obtenir des résultats directement. Je suis à la fois ingénieur du son donc je vois l’envers du décors en studio. Souvent l’artiste enregistre 20 à 30 musiques et n’en retient que très peu. Si ta musique n’est pas retenue, il ne faut pas se frustrer et persévérer. Ca finit toujours par payer.
-Rencontrer des personnes qui sont dans le milieu. Montrer que tu es sérieux et que tu es prêt à travailler directement quand on te le demande.
Souvent quand je sors et que je ne suis pas chez moi, je fais en sorte de toujours emmener mon ordinateur avec moi parce que ça arrive que des producteurs ou des directeurs artistiques, ingénieurs du son me demandent d’envoyer des musiques sur le moment. Quand cette situation se produit, tu vas dans le premier Starbucks ou Mcdonalds du coin pour choper la connection WIFI et envoyer tes prods.

Merci à Madaplus.info!
Connect On Social Media:
Facebook Page: https//www.facebook.com/SkyMikeFR
Instagram: @Skymikeproducer
Twitter: @SkyMikeproducer
Soundcloud: https://soundcloud.com/skymike
Midi Madagasikara217 partages

Fierenana : Mihinana olona ny dahalo

Ahitana trangam-panafihana isaky ny alina ao amin’ny kaominina Fierenana, nanomboka tamin’ny alakamisy 11 may 2017 ka hatramin’izao. Omby aman-jatony no efa lasan’ireo dahalo mirongo fiadiana. Olona 11 no efa noratrain’ireo dahalo ireo izay tetehiny avokoa ny nofo eo amin’ny vatan’ireo mifanehitra aminy dia atonony dia haniny avy hatrany. Etsy ankilany tsy misy tafajanona ao an-tanàna ireo vehivavy fa mila ary lasa mamonjy fianakaviana any amin’ny faritra hafa. Manao antso avo amin’ny fitondram-panjakàna ny ben’ny tanàna any an-toerana, satria miraviravy tanana tanteraka ny mponina no sady miafara amin’ny tsy fifampitokisana intsony. Ny andron’ny alakamisy 18 may 2017 dia nanao fotoam-bavaka ireo mpitondra fivavahana ao an-toerana satria nahitana trangan’aretina ambalavelona ka ankizy manodidina ny 12 taona no nohetsehan’aretina izay fito mianadahy izy ireo ; efa nisy ny maty tamin’ireo zaza ireo . Mangataka mafy amin’ny fitondrana foibe ny ben’ny tanàna Razafimanjato Richard tamin’ny firesahany tamin’ny mpanao gazety, ny amin’ny tokony hametrahana poste avancé ny zandary ao an-toerana sy ny fanamboarana haingana ny lalana mihazo an’Amboasary gara mankany Fierenana, satria sarotra ny fomba hiantsoana mpitandro filaminana satria tsy tongan’ny fiara. Miahiahy mafy ity olom-boafidy any an-toerana ity ny amin’ny hoavin’ireo zaza mbola mianatra

Cathy

Madagascar Tribune84 partages

« Crainte d’un génocide silencieux »

« Au ministère de la Santé publique, il est très regrettable, flagrant que les établissements hospitaliers sont en train d’être réduits en mouroirs des patients pauvres incapables de se plier aux insinuations ou propositions/enchères des agents de l’Etat dans ces hôpitaux à payer les services publics qui leur sont dus – pour dire la corruption dans les termes communs de « mametraha kely ». Les coûts exorbitants des soins et médicaments sont en sus », soulignent les évêques catholiques de Madagascar qui n’ont pas manqué de condamner une fois de plus, les pratiques clandestines très répandues de l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) et auxquelles se livrent des personnels de santé. Les évêques catholiques n’ont pas caché leur appréhension quant à une campagne de « génocide silencieux au pays ».

A l’issue de leur réunion les évêques catholiques de l’Eglise catholique romaine de Madagascar (EKAR) ont de nouveau lancé l’alerte générale sur la situation au pays. Dans une déclaration en date du 13 mai, lue par le président de la commission Justice et Paix de la Conférence des évêques (CEM), Mgr Victor Rakotondrajao, les prélats catholiques reconnaissent que des efforts ont certainement été déployés mais la vie publique nationale continue inexorablement de se dégrader dans tous les domaines. Les déclarations pompeuses des autorités publiques ne suffisent plus et il en est de même des sermons des responsables religieux. Comme recommandations et solutions, la CEM exige des changements rigoureux de mentalité et de comportement sinon une véritable révolution (culturelle ?). Le contexte demande des individus et des responsables témoins et modèles. Des individus intègres, honnêtes compétents professionnellement et responsables socialement comme repères pour reprendre autrement en termes laïcs ce message des évêques qui donnent en exemple le « martyr de Lucien Vatovasoa » à Vohipeno en son temps et qui vient le 2 mai dernier d’être reconnu par Le Vatican. En tout cas, aux chrétiens catholiques de toutes les catégories sociales et professionnelles, la CEM recommande vivement la « neuvaine ».

En fait, presque tous les ministères et compartiments de la vie qui font souffrir la population et nuisent à la bonne gouvernance n’ont pas été épargné par cette déclaration de la CEM. Les départements responsables de la sécurité (Police, Militaire, Gendarme), la Justice, les Mines ont été cités expressément. On ne dit et ne parle que du mal de ces agents de l’Etat qui évoluent dans ces ministères ; et quand bien même relèvent les évêques, des magistrats s’entêtent à respecter leurs serments de juger en toute indépendance et librement, professionnellement en leur âme et conscience, ils sont écartés et on s’acharne à les sanctionner soit en les mutant soit en les affectant ailleurs. Quant aux gendarmes et policiers, ils sont plus connus sur les routes à racquetter les chauffeurs.

Midi Madagasikara76 partages

Mamod Taky : Sa liberté provisoire rejetée par la cour d’appel de Paris

La cour d’appel de Paris a rejeté la demande de levée de la peine de sûreté de 15 ans associée aux 28 années de réclusion criminelle de Mamod Abass Mamodtaky, le commanditaire de la tuerie de Fenoarivo, perpétrée en 2001. Mamodtaky espérait pouvoir demander une remise de peine quant à sa condamnation dans l’affaire. Trois hommes portant des armes automatiques avaient fait irruption lors d’une réunion familiale, faisant feu à volonté sur l’assemblée. Cinq personnes avaient perdu la vie, dont deux adolescents, et quatre autres avaient été blessées, dont l’ex-épouse de Mamodtaky. Suivirent des années de cavale pour le Français d’origine indienne, avec en toile de fond des soupçons quant à une aide éventuelle du pouvoir malgache de l’époque. Finalement extradé par la France, suite à la plainte auprès de la justice française de son épouse Anita Remtoula, Mamodtaky a été condamné à une lourde peine pour meurtre. Il a cette fois épuisé tous les recours possibles, après la cour d’appel et la Cour de cassation, la saga prend donc fin.

(Source zinfos974)

Midi Madagasikara75 partages

DFP sur l’affaire Claudine R. : Une plainte déposée auprès du Bianco

Ratolojanahary Maharavo dit Doudou du « Dinika ho Fanavotam-Pirenena » (DFP) ne lâche pas l’affaire Claudine Razaimamonjy. En effet, il a déposé une plainte auprès du Bianco, avant-hier. Selon cet administrateur civil, c’est «une plainte de corruption contre les dirigeants». Connu pour n’avoir pas sa langue dans sa poche, il a notamment souligné que la propriétaire de l’hôtel AC n’est que le receleur, il se demande ainsi « Où est l’auteur principal dans l’affaire Claudine Razaimamonjy ? C’est la raison pour laquelle nous avions déposé une plainte ». Et d’enchaîner qu’en est-il notamment de l’ordonnateur principal, des ordonnateurs secondaires ?

Programme commun. L’administrateur civil de rappeler que la raison d’être du DFP est la lutte contre la corruption, entre autres, le détournement de deniers publics et l’injustice. Il n’a pas manqué, en outre, de faire savoir que « le DFP et les forces vives qui partagent les mêmes idées que ce mouvement vont élaborer un programme commun ». D’ailleurs, il l’a déjà dit qu’il va présenter ce programme commun à la communauté internationale. Notons que ce mouvement a toujours œuvré pour l’Etat de droit, les droits de l’Homme mais surtout la bonne gestion des affaires publiques. Pour en revenir à la plainte déposée à Ambohibao, Doudou reste optimiste.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar67 partages

Hold-Up à Itaosy – Cinq braqueurs écroués à Tsiafahy

Cinq bandits, dont un concierge, ayant fait irruption dans la maison d’un diamantaire dans le quartier de Marobiby à Itaosy, ont été mis sous les verrous à Tsiafahy.

Traduits devant le parquet hier, cinq braqueurs sont repartis menottes aux poignets,direction Tsiafahy. Ils sont placés sous mandat de dépôt en attendant leur procès.Un concierge faisait partie des cerveaux qui ont concocté l’attaque à main armée opérée contre un diamantaire, dans la nuit de lundi à Itaosy. Ils étaient de dix armés de pistoletsautomatiques à avoir été soupçonnés d’avoir dérobé les cent millions d’ariary et les 500g d’or de l’opérateur.Trois d’entre eux ont été pris en flagrant délit tandis que sept autres ont pus’échapper. Mardi, deux hommes parmi les auteurs principaux du braquage qui s’apprêtaient à prendre la poudre d’escampette vers Bekily, ont été arrêtés au stationnement de taxi-brousse au Fasanikarana.

Attaque préparéeL’opérateur victime du braquage a indiqué qu’il avait  été menacé avec un revolver, les bandits ont ensuite roué son épouse et ses enfants, de coups avant de se servir dans le coffre contenant de l’argent et de l’or.La tête pensante de ce hold-up n’est autre que le gardien, selon les explications de la victime. « Le samedi, il s’est rendu compte que son patron avait vendu des pierres précieuses, puis il a réuni  ses hommes venant de différentes régions pour préparer l’attaque du lundi », a indiqué une source au sein du commissariat de police d’Itaosy. Les cinq malfrats dont un caïd impliqués dans cette affaire, sont en cavale et restent  introuvables d’après lesinformations recueillies, hier soir. La perquisition se poursuit jusqu’à présent pour pouvoir mettre la main sur ces gangs.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara66 partages

Portraits croisés : Mahefa Rakotomalala, la force tranquille, Sariaka Radilofe, la battante

Le tennis, c’est une discipline où les Malgaches excellent tant sur la scène régionale qu’internationale. La nouvelle génération est prometteuse et on attend la relève de Dally Randriantefy, la joueuse malgache la mieux classée. Nous allons présenter deux jeunes raquettes qui commencent à marquer de leur empreinte le paysage de la petite jeune malgache. Portraits croisés de Mahefa Rakotomalala et de Sariaka Radilofe.

A 12 ans, il s’est déjà offert le titre de champion d’Afrique-Afrique de tennis par équipe. Très jeune, il a déjà accompli un des rêves de tout sportif un jour, c’est de défendre les couleurs du pays au sein  de l’équipe nationale. Il, c’est Mahefa Anthony Rakotomalala évoluant au sein de l’Association Sportive et Culturelle d’Ambohidahy (ACSA). Né le 21 septembre 2006, Mahefa a commencé a joué au tennis à l’âge de 7 ans. Après 8 mois de pratique,  il a réussi avoir la troisième place au championnat de Madagascar 2014 dans la catégorie des moins de 8 ans. Et c’est à partir de ce résultat que ses parents se sont rendus compte qu’il a la capacité de devenir un bon joueur et d’aller plus loin. Depuis, il a été coaché par Ravalitera qui fait partie des meilleurs entraîneurs malgaches. A ses heures d’entrainement, il est assisté par  le Docteur Clément spécialiste en sport.  Ses points forts sont sa couverture de terrain grâce à sa mobilité, son jeu de défense, son état d’esprit et sa combativité. Dina Razafimahatratra, entraineur national l’a qualifié de force tranquille lors de ce championnat d’Afrique-Australe où il s’est distingué avec sérénité dans les matchs du double.

Depuis son début, il a nettement progressé en devenant un de ses meilleurs joueurs de sa catégorie. Il a déjà gagné des tournois de tennis et aurait pu devenir le champion de Madagascar chez les moins de 10 ans en 2016, mais  suite aux nouveaux règlements de l’ITF, il n’y a plus de championnat de national pour les moins de 12 ans. Toujours en 2016, au tournoi Atemala Atemava organisée par le club ATEMA, il a gagné brillamment en simple et en double. A l’âge de 10 ans, il a déjà atteint la finale du tournoi Kids Open en U 12 et a perdu contre le numéro Un en 12 ans à l’époque Sampras Rakotondrainibe. Depuis le mois d’octobre 2016, il s’est  déjà préparé  intensément en vue de la sélection pour ce championnat d’Afrique-Australe avec 1h30 d’entraînement quotidien à l’ACSA. Il est déjà qualifié pour la finale du tournoi de section tennis Antananarivo 2017 catégorie U12 prévu le 04 juin 2017 prochain. Mahefa est le fils aîné d’Elanirina Rakotomalala et de Lova Rakotondrabary et en classe de CM2 au Lycée Peter Pan à Ambohijanaka. Il a deux jeunes frères dont le cadet Antso Loïc  vient de commencer à jouer du tennis. Lui qui veut emboîter le pas à son grand frère. Comme les gamins sportifs, Mahefa Anthony veut devenir un joueur professionnel  de tennis et a comme idole Roger Federer et Rafael Nadal. C’est pour cela qu’il a choisi le prénom de son petit frère « Rafael ».

 

 

L’autre championne est Sariaka Radilofe. Elle vient de remporter un tournoi disputé le week-end dernier à Tampon à La Réunion. Dans quelques jours, elle s’envolera pour la France pour disputer le tournoi du Grand Chelem de Rolland Garros. Comme Mahefa, elle a commencé très jeune le tennis et a à son actif plusieurs compétitions à domicile et à l’étranger. Un Radilofe peut en cacher une autre, et c’est le cas de le dire. Sariaka Radilofe est une joueuse de tennis, une étoile montante de cette discipline sur les traces de Dally Randriantefy et de Zarah Razafimahatratra. A 7 ans, elle a rejoint le rang du club de l’ACSA à Ambohidahy.  Le tennis, c’est un sport familial. Son père, l’avocat Mamy Radilofe est un joueur de tennis, dont la fille est devenue une grande championne. Talentueuse, bosseuse, elle a toutes les qualités pour évoluer sur le plus haut niveau. Pour ses 1m55, elle pèse 47 kg, pas très grande pour une joueuse de tennis, mais, elle sait s’en servir sur le court. Ses qualités, la rapidité, la concentration et ses coups impressionnants. A 14 ans, en 2014, elle a remporté le titre national. Un titre qui a ouvert les portes de la sélection nationale pour le championnat d’Afrique-Australe et le sommet continental junior. À la porte d’Auteuil au tournoi du Grand Chelem de Rolland Garros en 2014, elle a passé deux tours. Cette année, elle a enchainé les victoires. A la 1re édition de l’Open de la CNaPS, elle s’est imposée chez les filles en deux sets à un 1/6 – 6/4 et   6/4 face à Fitia Ravoniandro.  A la Réunion, au championnat individuel jeune qui a pris fin le 13 mai, Sariaka a battu la Réunionnaise Lola Klore par deux sets à zéro, 7/5  et 6/2. Et l’aventure continue pour Sariaka qui va attaquer très prochainement, le tournoi du Grand Chelem, Rolland Garros. Après cela, elle va disputer un tournoi à le Mans à partir du 21 août 2017. Agée actuellement de 17 ans, Sarika a déjà fait ses preuves en étant déjà championne de Madagascar. 

T.H

Tia Tanindranaza56 partages

Marc RavalomananaFampihavanana aloha vao fifidianana

Mbola ao anaty krizy i Madagasikara. Tsy maintsy atao aloha ny fampihavanana vao irosoana ny fifidianana, hoy i Marc Ravalomanana omaly hariva raha nidinika tamin’ireo iraka manokan’ny SADC teny amin’ny trano fonenany teny Faravohitra izy.

RTT

Tia Tanindranaza51 partages

Dinika ho fanavotam-pirenena (DFP)Mitaky ny hisamborana ny praiminisitra

Tsy mety tonga ao amin’ny minisiteran’ny atitany tarihin’ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly mihitsy ny fanadihadiana mikasika ireo raharaha misaringotra amina fanodinkodinana tsenam-panjakana hatreto, hoy ry zareo avy eo anivon’ny dinika ho fanavotam-pirenena na DFP.

Tsy mbola misy hatramin’izao mpibaiko ambony voasambotra fa toa ny mpandraharaha Claudine Razaimamonjy izay toy ny mpanatanteraka ihany no fihinina ao amin’ny hopitaly ao. Tsy manaiky koa izahay, hoy ny mpandrindra nasionalin’ity vovonana ity, Tolojanahary Maharavo (Doudou) raha tsy farafaharatsiny atao mialokaloka ao amin’ny hopitaly Andravoahangy Andrianavalona koa ny minisitry ny atitany. Ny minisiteran’ny atitany no mitahiry ireo tena atidoha amin’ny kolikoly avo lenta eto satria ao daholo ireo atidoha mikotrika izany sy ireo mpanampy azy, ny mpitantana ny hetsika rehetra (GAC) ary ireo tomponandraikitry ny tsenam-panjakana (PRMP), hoy izy.

Mirija

Midi Madagasikara48 partages

Une première à Madagascar : Le vétiver comme solution environnementale

Ecologique à souhait, le vétiver apporte mille et une solutions environnementales !

L’érosion et la dégradation des sols constituent des problèmes environnementaux majeurs à Madagascar. Le pays est en effet le plus érodé au monde. 400 tonnes par hectare, c’est la quantité de terre perdue par an ! Face au peu d’intérêt suscité par ces problèmes environnementaux au niveau national, la Plantation de Bemasoandro (LPB), pionnier du vétiver à Madagascar, en a fait le fer de lance de ses activités. Le vétiver permet effectivement de lutter contre l’érosion et de stabiliser les talus grâce à ses racines, denses, longues et résistantes.

Agriculture durable. En plus de lutter efficacement contre l’érosion, le vétiver permet également de restaurer le cycle de l’eau, notamment par le contrôle du ruissellement des eaux dans les zones sujettes à fortes précipitations, ce qui contribue à l’assainissement et à la fertilisation du sol. A part cela, il induit de nombreux produits dérivés à forte valeur ajoutée pour l’agriculture. Les racines produisent une huile essentielle, en plus d’être recyclables dans l’artisanat. Les feuilles constituent aussi une matière première pour l’artisanat, tout en étant une composante de choix dans l’agriculture durable. Pour le cas de la LPB notamment, le vétiver est un élément essentiel dans le cercle vertueux de l’autonomie : l’alimentation des zébus avec les feuilles de vétiver permet la production de biogaz et d’un fumier biologique et très fertilisant. Mieux conservé, le sol est plus productif.

LPB. PME pionnière dans la filière vétiver à Madagascar, LPB a intégré le réseau international « The Vetiver Network » en 2009, le directeur Yoann Coppin en est le conseiller technique. LPB a notamment reçu les félicitations du roi de la Thaïlande (pionnier mondial du vétiver) du temps de son vivant. Si reconnaissance et aide internationales affluent, il n’en n’est pas de même à Madagascar. Yoann Coppin de rappeler : « Nous qui apportons des solutions écologiques et innovantes aux problèmes environnementaux majeurs de Madagascar tout en créant des valeurs sociales, déplorons le manque d’appui et d’intérêt de l’Etat pour nos activités.Mais cela nous motive à en faire davantage  »… La LPB compte bien étendre et renforcer ses activités. Partenaire officiel de la FIM depuis 2012 et jusqu’à maintenant, elle y lance actuellement son projet de «  charbon vétiver » et d’agro-tourisme.

Luz R.R

L'express de Madagascar47 partages

Exportation – Le Président veut sauver la filière vanille

Lors de son déplacement à Sambava, le président Rajaonarimampianina appelle au respect des lois dans l’exploitation de la filière vanille.

La vanille malgache menacée. Avec la recrudescence des vols de gousses sur pied et l’exploitation et la commercialisation de la vanille précoce, la détérioration de la qualité de ce produit d’exportation est fort à craindre. Devant ce fait, le président Hery Rajaonarimampianina monte au créneau pour sauver le secteur. En déplacement à Sambava, il a tenu une réunion avec les opérateurs de la filière dans la région Sava. Au cours de cette rencontre, le chef d’État a mis en exergue l’importance du respect et l’application des lois, ainsi que des réglementations en vigueurs, et invite tout un chacun à dénoncer les pratiques illégales.

Dangers« Nous devons défendre la réputation de notre vanille, celle qui est empreinte de valeur ajoutée, grâce au savoir-faire des femmes qui les préparent à la main. Nous devons assurer cette protection dans un souci de fierté citoyenne et de préservation de notre renommée mondiale », a déclaré le président Hery Rajaonari­mampianina.Pour cette campagne de récolte, les opérateurs craignent une saison catastrophique. Ces derniers dressent un tableau sombre pour la filière. « Tous les dangers sont réunis en ce moment. La recrudescence des vols de gousses sur pied, la violation des règles de production, de récolte et de conditionnement, les problèmes d’insécurité avec les justices populaires dans certaines localités, la flambée du prix et le passage du cyclone Enawo font empirer la  situation », a déclaré un exportateur dans les colonnes de L’Express de Madagascar, samedi 13 mai.La vanille de Madagascar, celle qui fait la renommée du pays, est celle en gousse bien mûre et bien parfumée. Cette  vanille est très prisée sur le marché international. Mais, la présence des vanilles collectées prématurément pourrait nuire à cette réputation. Si ce n’est déjà le cas. « La qualité se dégrade mais les prix montent en flèche », s’est plaint notre interlocuteur.Devant ce tableau sombre, le chef d’Etat rejoint l’opinion des opérateurs sur les conséquences néfastes de la récolte de la vanille précoce. Il annonce que « des mesures sévères seront prises pour mettre fin à cette pratique car il faut respecter,  faire  respecter,  et  protéger  la qualité de la vanille de Madagascar ».

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara44 partages

Ambohibao Antehiroka : Telo mirahavavy nitsoaka ny tranony fa “bedy lava”

Nanemitra ny rindrina teny amin’iny faritra Antehiroka iny, nanomboka ny alarobia lasa teo ny filazana zaza very. Telo mirahavavy izy ireo, 13 taona ny zokiny indrindra, 11 taona ary 10 taona, izay samy monina eny amin’iny faritra Ambohibao Antehiroka iny avokoa. Ny roa vavy amin’izy ireo no mpirahavavy mpiray tampo, raha mpinamana sy mpiara-mianatra amin’iretsy voalohany kosa ny fahatelo. Araka ny filazan’ny ray aman-drenin’izy ireo dia handeha hianatra no niàlany tao an-trano, tamin’io alarobia io kanefa dia tsy niverina intsony izy ireo. Ho an’iretsy roa vavy mpiray tampo dia nambaran’ny reniny fa ny iray amin’izy ireo dia efa fetsifetsy sy tia mangala-bola tao an-trano. Nobedesina noho izany toetrany izany izy, ka angamba, hoy ity renin’izy ireo ity mety nataony am-po io fibedesana azy io, ary mety hisy ifandraisany tamin’izao tsy fahitàna azy ireo izao. Raha ny fantatra tokoa mantsy, dia nisy taratasy napetrak’ireo mpirahavavy ho an’ny ray aman-dreniny tao an-tranony, izay nilaza fa “handeha izy ireo fa leon’ny fibedesana lava ataon’ireo ray aman-dreniny”. Nametra-beloma ho an’ireo fianakaviany ary nilaza fa “mety mbola hifankahita indray andro any fa, raha izao aloha dia handeha izy ireo”. Raha ny fizotry ny zava-nisy dia ireo mpirahavavy no nikotrika ilay fandehanana fa nanara-drenirano fotsiny ilay namany, izay namafisin’ny reniny ihany koa fa tsy nisy fibedesana fa fitenenana azy tao an-trano. Nampandre avy hatrany ny tompon’andraikitry ny filaminana teny an-toerana ireto fianakaviana ireto rehefa voamarina fa tsy hita ireto ankizy ireto; izay tsy tany am-pianarana ihany koa. Raha ny vaovao farany omaly hariva, dia fantatra fa hita teny amin’iny faritra Imerinafovoany iny ireto telo vavy ireto, izay hita fa tena reraka dia reraka tokoa. Vaovao izay nohamarin’ny zandary misahana iny faritra Ambohibao iny. “Eo anatrehan’ny zava-misy dia tsy maintsy manokatra ny fanadihadiana izahay, eny fa na dia hoe efa hita aza izy ireo. Ekena fa mety ho endrika fitsoahana ny nataon’ireo zaza ireto kanefa tsy fantatra izay tena ao ambadika. Indrindra moa fa hoe zazavavy mbola tsy ampy taona izy ireo”, hoy ny fanazavàna azo. Anio no fantatra fa hanombohana izany fanadihadiana izany sy hitsirihana ireto zaza ireto eny amin’ny mpitsabo.

m.L

Midi Madagasikara43 partages

Ramena : Un atroce accident de la circulation

Samedi 13 mai, un minibus Mazda avec 24 jeunes à son bord qui rentrait d’une une excursion à Ramena a eu un accident à la sortie du village de Ramena. Cet accident a fait plusieurs blessés et malheureusement un mort est à déplorer. Toutes les victimes sont des jeunes de l’association FTA « Fikambanany Tanora Antanamintarana ».

Les jeunes légèrement blessés ont reçu des soins aux urgences et sont sortis de l’hôpital le lendemain de l’accident. Par contre trois autres jeunes qui étaient au côté du conducteur, sont gravement blessés avec des fractures. Deux d’entre eux suivent des soins intensifs aux  urgences et l’un a été transféré au service de traumatologie. Le chauffeur du minibus est également à l’hôpital, il n’a que des blessures superficiels au visage.

Selon le témoignage de M. Martin le président de l’association, un jeune de 24 ans, l’une des victimes de cet accident se trouve toujours à l’hôpital à l’heure actuelle. Il nous explique qu’une fois qu’ils étaient arrivés à Ramena, le chauffeur à tout de suite pris la moitié de son argent puis est parti. Ce n’est que vers 17h qu’il est réapparu, complètement ivre explique M. Martin. L’automobile était un peu surchargé, car il embarquait  24 passagers en plus du chauffeur. Il a pris le volant à vive allure. M. Martin au devant avec ses deux amis a essayé de raisonner un peu le chauffeur pour rouler moins vite mais quelques secondes après explique-t-il, le minibus a fait une embardée et est tombé brutalement dans un trou au niveau d’un petit pont. Puis Martin ne se souvient plus de rien. Ensuite il a découvert à l’hôpital que ces deux amis qui étaient avec lui sont  gravement blessés.

Voilà comment c’est terrible accident s’est passé. La majorité des jeunes dans ce mini bus sont des jeunes du lycée d’Antanamitarana. Et c’est surtout ceux qui se trouvaient sur le banc arrière du chauffeur qui ont été blessés après ceux qui ont été assis au devant. Ils étaient allés en excursion grâce à leur association. On souhaite un bon rétablissement pour les trois jeunes qui sont encore dans un état difficile sur leur lit de l’hôpital.

Angeline Coutiti

News Mada39 partages

Dans le collimateur du regime : le SMM répond à Olivier Mahafaly

Le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) répond aux menaces du Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana. Engagé et déterminé à restaurer l’indépendance de la Justice, le SMM ne fléchit pas.

La décision du Conseil de gouvernement de mardi dernier a été mal prise par plusieurs acteurs, particulièrement ceux au sein de la magistrature. Pour le SMM, il s’agit de menace envers le Corps, mais surtout une «Obstruction à la bonne marche de la justice».

Pour rappel, le Premier ministre a donné un ordre formel et catégorique aux membres du Gouvernement concernés de «Prendre des mesures fermes contre tout acteur de déstabilisation, quel que soit son statut. Et ce, jusqu’à ouvrir des poursuites judiciaires même contre certains magistrats ayant abusé de leurs prérogatives légales».

Obstruction à la justice

Il semblerait alors que les magistrats soient accusés de déstabilisation. Alors que «Les magistrats ne font qu’appliquer les dispositions légales et en aucun cas, leurs actes dans l’exercice de leurs fonctions ne sauraient être considérés comme des actes de déstabilisation de l’Etat ou de la société», a répondu le SMM dans un communiqué en date de mercredi dernier. Cela d’autant plus que, «Des poursuites judiciaires envers les magistrats faisant leur travail dans la stricte application de la loi, relèvent de la pure volonté de faire obstruction à la bonne marche de la justice».

Claudine R.

Une chose est sûre, l’affaire Claudine Razaimamonjy y est pour quelque chose. En effet, le SMM a suivi l’affaire dès le début dans un souci de respect des lois et n’a cessé de dénoncer toute sorte d’irrégularités durant son déroulement. Cela depuis les actions du sénateur Riana Andriamandavy VII devant le Bianco jusqu’à l’hospitalisation de la concernée à la HJRA, en passant par son évacuation sanitaire.

Alors que l’Etat a indiqué ne pas vouloir s’immiscer, le contraire semble se produire. «Pour le SMM, si cette affaire n’est pas une affaire d’Etat, l’attitude du Gouvernement, en déclarant dans un communiqué officiel les menaces de poursuites judiciaires contre les magistrats faisant leur travail est étonnante. Car d’aucuns pensent que c’est le Syndicat des magistrats de Madagascar et en particulier son Président qui a été visé», précise toujours le communiqué.

Déstabilisation de l’institution judiciaire

Pour le syndicat, tout est clair, le communiqué du Premier ministre ne vise qu’à «Déstabiliser l’institution judiciaire». Ce que le syndicat dénonce formellement. Néanmoins, le SMM continuera de défendre l’intérêt moral, matériel et professionnel des magistrats et ne cessera de dénoncer «Toute violation de la loi ou de sa non application surtout si ces actes concernent directement  le bon déroulement des procédures judiciaires».

Tahina Navalona

 

Midi Madagasikara36 partages

Canela by L&L : Nouvelle carte avec le Chef Lalaina

Le Chef Lalaina lors de la conférence de presse hier au Canela by LL à Antsahavola.

A Antsahavola, Loïc et le Chef Lalaina ont présenté hier la nouvelle carte du Canela by LL. Place à la bistronomie, avec des produits frais et de qualité.

Nouvelle gérance, nouvelle carte, et un concept encore peu connu à Madagascar. Mais désormais, le restaurant Canela plutôt connu pour ses spécialités en pâtisserie et en chocolaterie, change d’ère et devient Canela by LL, plutôt tourné vers la bistronomie. LL comme Loic et Lalaina, le Chef Lalaina, qui entame un concept innovant, celui de collaborer avec des restraurants où il élabore la carte, forme les chefs et les équipes en cuisine pour qu’on y retrouve sa signature et son savoir-faire, en accord avec les personnalités de ses hôtes. Il commence alors par le Canela avec Loïc qui est très enchanté par cette association. « On veut proposer une cuisine simple mais raffinée, avec de bons produits, frais, et de qualité » explique-t-il. Pour cela, le restaurant Canela by LL propose une multitude de plats, dont certains que l’on ne voit plus dans les restos. Cuisine malgache, française… façon bistronomie, c’est donc une interprétation de l’équipe en cuisine.

Transfert de savoir. Au-delà d’une simple carte, c’est aussi un transfert de savoir que le Chef Lalaina tient à souligner. « J’ai travaillé avec beaucoup de jeunes et je remarque qu’il y a du potentiel à Madagascar. J’ai vraiment envie qu’on leur donne leur chance » dit-il. « En deux ou trois mois, j’ai rencontré plusieurs jeunes de 22 à 25 ans, des garçons, des filles, et franchement, je pense qu’ils peuvent aller très loin dans cette carrière. D’ailleurs, j’ai remarqué qu’il y a beaucoup plus de filles qu’avant. Et en travaillant avec elles, je trouve qu’elles peuvent vraiment rivaliser avec leurs pairs masculins, voire mieux faire » ajoute-t-il. En quelques jours de formation auprès de l’équipe en cuisine du Canela by LL, le Chef Lalaina a transformé les cartes. « En réalité, il s’agit d’une carte que j’ai élaborée, j’ai formé toute l’équipe pour la réalisation de ces plats, et j’appose ma signature à travers un plat. Mais ce n’est pas moi qui suis derrière le fourneau. Je préfère transmettre mon savoir à un maximum de jeunes » explique le Chef Lalaina. Loïc, lui, est très emballé par cette collaboration et pense déjà à d’autres projets !

Anjara Rasoanaivo

Madagascar Tribune35 partages

Polémique sur les cas des karana

Les individus ou entités qui s’insurgent publiquement sur le cas des karana, notamment les kidnappings de karana sont les cibles des attaques tous azimuts sur les réseaux sociaux ces derniers temps. Véronique Vouland Aneini Ambassadeur de France à Madagascar comme l’éditorialiste de Madagascar Tribune, parmi les rares qui se sont prononcés publiquement contre ce fléau qui touche en majorité les karana sont traités de tous les noms à cause de cette prise de position. Pour les plus virulents, les karana ne sont pas les plus à plaindre car ils sont nantis contrairement aux Malgaches qui sont victimes tous les jours et toute l’année de toute forme d’insécurité mais personne ne s’en émeuve quand il s’agit des Malgaches.

Les médias pro-régime HVM ne sont pas en reste non plus mais d’une autre façon. Comme les forces de l’ordre, ils reprochent aux karana de « négocier » directement avec les ravisseurs et « encourager » ainsi la continuation des kidnappings. En gros, les médias HVM et les forces de l’ordre reprochent aux karana de ne pas faire confiance au régime et aux autorités. Les karana pour leur part évitent de communiquer d’une façon ou d’une autre. Mais il faut constater qu’aussi bien pour les Malgaches que pour les étrangers en général, les autorités ont failli sur tout, notamment dans le domaine de la sécurité.

Véronique Vouland Aneini a publiquement fait part ce 18 mai des préoccupations sécuritaires des ressortissants français et des impacts nuisibles de tels rapts dont ils sont victimes. Elle a annoncé que des mesures convenues avec le président de la République vont être mises en œuvre tout en évoquant les menaces et conséquences néfastes de tels rapts répétés sur l’image du pays. Cette image est ternie sinon détruite mais surtout que les investisseurs français risquent de revoir leurs décisions en raison de cette insécurité physique sur les hommes d’affaires et leurs proches.

L'express de Madagascar35 partages

Pétanque – Masters – Démenti de la Fédération

La page Facebook des Masters de pétanque en France a publié une liste de quatre joueurs, hier. Quatre boulistes censés représenter Madagascar pour la tournée 2017, soit les deux cham­pions du monde Christian « Nanou » Andrianiaina et Hery Razafimahatratra, ainsi que Hermann Luc Rahain­goson et Tojolalaina Herizo Rahasintsoa.En fin d’après-midi, la Fédération malgache de pétanque a réagi par rapport à cette publication. « Pour l’instant, il n’y a aucune composition officielle et nous n’avons pas encore envoyé de lettre officielle aux organisateurs des Masters. La sélection est encore en cours actuellement. Les champions du monde seront priorisés. Les noms des quatre joueurs retenus seront dévoilés prochainement », a martelé Beryl Razafindrainony, président de la FMP.

H.L.R.

Midi Madagasikara34 partages

Un SMM qui n’entend pas se laisser faire

Le gouvernement a proféré des menaces à peine voilées envers ceux qu’il appelle des déstabilisateurs. Il a englobé dans cette catégorie certains magistrats et va engager des poursuites contre ces derniers. Bien que les termes paraissent vagues, les membres du syndicat de la magistrature se sont sentis visés et ont tout de suite répliqué dans des termes choisis. La guerre est donc maintenant ouverte entre les deux parties.

Un SMM qui n’entend pas se laisser faire

L’affaire Claudine Razaimamonjy est une épine dans les pieds du pouvoir. Elle aurait pu être enterrée depuis longtemps si les magistrats du SMM et en particulier leur présidente n’avaient pas continué à s’y intéresser. La presse a donc rendu compte des démarches entamées par cette dernière. C’est la raison pour laquelle la jeune femme a été clouée au pilori par des quotidiens favorables au régime. Son obstination à vouloir vérifier la présence de la dame Claudine a fini par payer puisqu’elle a pu entrer dans la chambre de cette dernière et la photographier. Le cliché paru à la Une des journaux a fortement indisposé le pouvoir qui a décidé de réagir. Le conseil de gouvernement a donc mis en garde « certains magistrats » perpétrant de actes de déstabilisation et ordre a été donné aux ministres d’entamer des poursuites à leur encontre. Les membres du syndicat de la magistrature ont senti qu’ils étaient dans le collimateur du pouvoir et ont répliqué dans un communiqué aux termes bien pesés à ces menaces. C’est sur le plan de la légalité et du respect des lois de la République qu’ils ont axé leur réponse. « Menacer les magistrats qui usent de leurs prérogatives légales dans un communiqué officiel du gouvernement est considéré par le Syndicat comme étant un acte de déstabilisation de l’institution judiciaire ». Ils poursuivent : « Le Syndicat est offusqué par la position et l’implication directe du gouvernement dans l’affaire Dame Claudine Razaimamonjy alors que lui-même a déclaré que cette affaire n’est pas celle de l’Etat ». Le bras de fer, donc, continue.

Patrice RABE

Midi Madagasikara29 partages

Itaosy : 100 millions d’ariary et 500 g d’or dérobés dans une attaque

Cinq individus sont placés sous mandat de dépôt après avoir été déférés hier, au parquet du tribunal Anosy.  Ils sont poursuivis pour avoir participé à l’attaque du domicile de leur patron,  qui est un opérateur minier, à Marobiby Fiombonana Itaosy, lundi 15 mai 2017 où 100 millions d’ariary et 500 grammes d’or ont été dérobés.  Employés  comme gardiens, ils ont trahi  la confiance de l’opérateur après avoir vu que ce dernier venait de conclure un marché.

Pour commettre le vol, ils ont   appelé des amis. En effet, ce lundi-là en début de soirée, ils étaient 10  à avoir assailli le domicile de l’opérateur. Une fois  dans la maison, ils ont menacé avec des armes le propriétaire pour réclamer l’argent tout en tabassant l’épouse  et les enfants de ce dernier.

Alertés presque à temps, des policiers du  commissariat de la Sécurité publique d’ Itaosy ont débarqué sur le lieu quand les assaillants  étaient sur le point de partir. Ainsi, trois bandits ont été arrêtés tandis que les sept autres ont pu s’échapper.  Cuisinés par la police, ces trois suspects ont dénoncé deux de leurs comparses qui étaient appréhendés à la gare routière Fasanikarana. Ils étaient surpris alors qu’ils tentaient de partir pour Bekily.  Malheureusement, la police n’a pas pu saisir les armes. 

T.M.

Midi Madagasikara28 partages

Eau, Assainissement, Hygiène : Forte mobilisation des acteurs !

Les efforts pour asseoir une ville propre et saine semblent être vains dans la capitale malgache.

Le changement de comportement grâce à la forte sensibilisation des populations locales, tel serait le moyen le plus pratique pour arriver à un Madagascar… propre.

« Madagascar un pays modèle sans défécation à l’air libre ». C’est la vision du Fonds d’Appui pour l’Assainissement dans les missions qu’il s’est fixé. En effet, la journée du 17 mai dernier a été marquée par le début de l’atelier relatif à la réorientation des agences de mise en œuvre du programme Fonds d’appui pour l’assainissement (FAA). Ledit atelier regroupant les premiers responsables auprès de 27 associations et ONG nationales œuvrant dans le cadre de la lutte contre la défécation à l’air libre mais aussi pour un meilleur assainissement de la Grande Ile. En effet, la défécation à l’air libre constitue l’une des premières causes de la prolifération des maladies diarrhéiques. « Ces dernières détenant le record des maladies causant la mortalité infantile dans la grande-île » d’après Herivelo Rakotondrainibe, membre du mécanisme de coordination du programme FAA. Se déroulant sur deux jours, ledit atelier voudrait trouver les stratégies devant permettre un « changement de comportement » chez les populations locales. Un objectif qui se veut être national en couvrant les autres régions non touchées par le FAA.  

Vonjy.  Un autre atelier de réflexion sur la situation de l’hygiène et de l’assainissement dans la capitale malgache. Ayant pour objectif de dégager les obstacles empêchant d’arriver à « une Antananarivo, propre, loin de l’insalubrité ». Car l’image de la capitale malgache démontre actuellement une ville où des ordures s’amoncellent un peu partout, les canaux d’irrigations sont bouchées, etc. Une ville insalubre malgré les efforts d’assainissement de la ville entrepris par la commune Urbaine d’Antananarivo. « Ledit atelier devait donc permettre aux responsables d’avancer des solutions permettant d’arriver à une ville saine et propre »d’après les dires de Narivelo Andrianarivelo, président de l’association Vonjy IV.  Ce dernier d’ajouter que seul la collaboration et la prise de responsabilité de tous les acteurs (RF2, fokontany, CUA, SAMVA, APIPA, ministère de l’Eau, MPATE et les ONG œuvrant dans le domaine) pourraient permettre d’atteindre le but.  Etant donné que des ateliers et des réunions portant sur la question de l’hygiène et de l’assainissement ont été organisés sans pour autant avoir des résultats palpables, l’on se demande sur les aboutissements de ces deux ateliers du 17 mai dernier.

José Belalahy

Midi Madagasikara24 partages

Secteur de l’Electricité : Concertation pour la révision du cadre juridique

Atelier pour la révision du cadre juridique du secteur Electricité.

La promulgation de la nouvelle loi sur l’électricité à Madagascar devrait être effective avant la fin de cette année. Un quatrième atelier pour l’élaboration du Projet de loi en question s’est tenu hier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano.

 Le Programme de Révision du Cadre juridique du secteur Electricité à Madagascar (PRC-ELEC) avance à grand pas. Un atelier de validation, des propositions à apporter, est déjà en vue au mois de juin 2017. Notons que les réglementations actuellement en vigueur sont définies par la loi n0 98-032 portant réforme du secteur Electricité à Madagascar. Cette loi promulguée le 20 janvier 1999 s’inscrit dans le cadre d’une  politique économique orientée vers la libéralisation de toutes les activités de production et le désengagement progressif de l’Etat. Avec les changements que le contexte actuel exige, le PRC-ELEC a été lancé dans le cadre de la Nouvelle Politique de l’Energie (NPE), suite au partenariat tripartite entre le Gouvernement de Madagascar – à travers l’ORE (Office de régulation de l’électricité) et le ministère de l’Energie et des Hydrocarbures – et la GIZ (Deutsche Gesellschaftfür Internationale Zusammenarbeit) GmbH.

Objectifs. Selon les responsables du PRC-ELEC, la première étape de ce programme concerne, premièrement, la révision de la loi, pour intégrer des dispositions relatives à l’exploitation des sources d’énergie renouvelables ; ensuite, deuxièmement de rendre le secteur Electricité plus attractif et plus sécurisant pour les investisseurs/promoteurs potentiels, tout en assurant une viabilité aux opérateurs en exercice. Troisièmement, elle vise à assurer aux usagers du secteur Electricité une meilleure qualité de service, à un coût abordable et respectant le principe de la continuité. Et enfin, elle cherche à concrétiser la vision du secteur Electricité comme étant l’un des principaux moteurs du développement de Madagascar en permettant par exemple sur le moyen terme, l’amélioration des différents indicateurs économiques comme le classement au Doing Business.

Motifs. Selon une étude menée par le consortium AIDES-Herisoa Power, le texte actuel présente plusieurs lacunes, notamment l’inadéquation des seuils actuels des contrats d’Autorisation/Concession avec les attentes des investisseurs, la relative lourdeur des procédures d’octroi de contrats, l’absence de sanctions conséquentes pour les exploitants défaillants, compte tenu de leurs obligations, ainsi que le manque de dispositions liées à l’utilisation de sources d’énergies renouvelables qui constitue pourtant le pivot de la transition énergétique évoquée dans la NPE. Par ailleurs, un manque de coordination au niveau de la gouvernance du secteur Electricité, assorti à des incohérences en termes de planification ont également été révélées par ce bilan. La restitution de ce bilan s’est déroulée pendant l’atelier du 15 novembre 2016.

Avancée. Le nouveau Projet de loi sur l’électricité a été élaboré avec une équipe d’experts internationaux du cabinet GAUFF sous la supervision d’un comité de pilotage et d’un comité technique constitué sur la base d’une approche consultative et inclusive élargie. En bref, les éléments apportés sont relatifs à l’allègement des procédures, la clarification des attributions institutionnelles, la révision des procédures tarifaires, la promotion des énergies renouvelables et la révision des seuils des contrats, etc.. Lors du quatrième atelier PRC-ELC qui s’est tenu hier, un deuxième draft a été examiné. Le prochain sera un atelier de validation.

 Antsa R.

Midi Madagasikara22 partages

Foire internationale de Madagascar : Une première journée réussie

Ouverture officielle, hier de la 12éme édition de la Foire Internationale de Madagascar (FIM). Une première journée réussie, puisque la foule a répondu passivement à l’appel, pour une des plus grandes manifestations économiques du pays. Dans le discours qu’il a prononcé, le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Chabani Nourdine a rappelé les efforts menés par le gouvernement pour le développement industriel. Dans le discours qu’elle a prononcé, l’Ambassadeur de France  Véronique Vouland-Aneini  a déclaré que des cas comme le rapt du fils d’un investisseur peut nuire à l’image de Madagascar. De leur côté, les entreprises participantes, tous secteurs confondus, ont déjà affiché leur satisfaction. La FIM se poursuit aujourd’hui au Parc Expo Forello pour ne prendre fin que dimanche prochain.

Agence de Presse de l'Ocean Indien18 partages

FIM : les entreprises communiquent

Comme chaque année, différentes conférences animent la Foire Internationale de Madagascar. Ce carrefour économique est d’ailleurs la plateforme idéale pour débattre de questions économiques ou  renforcer la communication pour une entreprise. C’est dans cet esprit que plusieurs entreprises malgaches ont organisé des conférences le jeudi 18 mai.

Avant la cérémonie d’inauguration, la BNI Madagascar, sponsor officiel de la FIM, a présenté sur son stand les offres proposées durant la foire. Jusqu’au 21 mai, la banque va familiariser les visiteurs particuliers ou entreprises à ses solutions bancaires notamment les « packs BNI ». Alexandre Mey, Directeur Général de la BNI Madagascar a rappelé en cette occasion que la banque a augmenté de 22% son volume de crédits entreprises en 2016. Les clients particuliers bénéficient d’une offre spéciale FIM 2017 pour le crédit VINA, dédié au financement des projets personnels. « Tous les visiteurs de notre stand pourront participer à la Grande Tombola et gagner divers lots. Le tirage est programmé pour ce dimanche 21 mai ».

Le Groupe Star, quant à lui, a orienté sa conférence sur le thème : « Accrochez une étoile à votre CV : les avantages d’intégrer le groupe Star. » Valery Ramonjavelo, Directeur des Ressources Humaines du groupe, a présenté les conditions de travail attractives durant son intervention. « Nous appliquons une politique des ressources humaines pour une plus grande fidélisation des collaborateurs. Nous offrons un système de rémunération attractif, des avantages complémentaires, un plan de carrière individuel et personnalisé et un environnement de travail sécuritaire » détaille-t-il. En outre, le groupe attache une importance particulière au renforcement des compétences des employés en dispensant 30.000 heures de formation. « Nous sommes un groupe de standard international. Nos collaborateurs, majoritairement Malgaches, ont les compétences requises pour répondre à nos exigences ». Grâce à ces conditions attractives, le Groupe Star enregistre un turn-over relativement faible avec un taux de démission inférieur à 4%.

Face à la grande avancée de la technologie actuelle et à l’évolution des demandes de ses clients, la Paositra Malagasy s’est engagée dans le numérique. Dans ce cadre, la société a mis au point l’e-commerce pour s’adapter à la génération d’aujourd’hui. Ainsi le thème de sa conférence à la FIM était : « Les engagements de la Paositra Malagasy face aux besoins évolutifs du marché.»La FIM est l’évènement à ne pas rater pour les entrepreneurs malgaches, ainsi que ceux de l’Océan Indien. Grâce à elle, la Paositra Malagasy a exposé ses atouts dans le cyber-commerce et ses avantages qui s’avèrent fiables au niveau de la sécurité et de la rapidité des services. Elle a mis en avant ses prix compétitifs par rapport à ses concurrents. La Paositra Malagasy s’est engagée dans le numérique afin de répondre aux demandes de ses clients, et ainsi les fidéliser. Elle estime que d’ici 2020, elle aura réalisé ses objectifs dans l’e-commerce. A titre d’exemple, ses transferts d’argent électronique international n’ont pas de limite en ce qui concerne la somme à transférer, contrairement aux opérateurs dans la banque mobile. Transactions réalisées en partenariat avec de grandes enseignes telles que Western Union, et Global Transfert. Les courriers hybrides sont aussi transférés avec des conditions de sécurité optimales. Les points performants de la poste traditionnelle ont été mis en avant : transfert de dossiers physiques (lettres, colis…).Le nouveau slogan de la poste, « Paositra malagasy, mivoatra ho anao », illustre bien ses promesses pour satisfaire ses clients : « La poste évolue pour vous ».

Midi Madagasikara16 partages

Spider : Sponsor exceptionnel de la FIM

Distributeur des produits de la marque  Legrand, Spider fait office de sponsor exceptionnel de la FIM. « Nous répondons toujours à toutes  les éditions de la FIM, car c’est une plateforme qui nous permet de nous ouvrir sur tous les secteurs d’activité existants » explique Jimmy Rakotoarivelo, Business Representative Manager de Spider. Une manière en somme de déclarer que la FIM  est le grand rendez-vous des secteurs tertiaires industriels et résidentiels. « La FIM est l’endroit par excellence qui nous permet de démontrer que la marque Legrand dispose d’une large gamme de produits de qualité et accessible à toutes les catégories d’utilisateurs ». Un endroit pour mieux se faire connaitre, en somme. Ce d’autant plus que les visiteurs de la FIM ont droit à un certain nombre d’avantages notamment en termes de prix.

R.Edmond.

Midi Madagasikara16 partages

Consultation de masse : Un bilan positif pour l’AJDM

Les bénéficiaires de la consultation de masse entreprise par l’AJDM.

408 malades du fokontany d’Ankasina 67 Ha ont bénéficié de consultations gratuites en marge d’une action sociale entreprise par l’Association des Jeunes Dynamiques de Madagascar le mois d’avril dernier. Une initiative qui puise son origine dans le constat portant sur l’incapacité des familles vulnérables à pouvoir assurer une prise en charge médicale de leurs proches. Une charge handicapante qui cause la mortalité infantile et décime les femmes enceintes. Ainsi, la consultation publique a également permis à 1 500 personnes de bénéficier d’antiparasites. Ces dernières qui ont exprimé leurs besoins d’accéder à des prises en charge sanitaire et médicale, se sont vues satisfaites le temps d’une visite des membres de l’association des jeunes dynamiques de Madagascar. Encouragés par cette réussite, les membres de ladite association comptent mener d’autres activités de ce genre dans les autres fokontany de la Capitale (au mois d’août), mais aussi dans des localités de l’extrême Sud du pays (au mois d’octobre). Un projet qui ne pourrait pas se faire sans des appuis aussi bien techniques que financiers de la part de tous les acteurs. Ce que le président de l’AJDM soulève en faisant appel à toutes les personnes éprises d’actes de bienfaisances à contribuer dans la lutte pour aider les familles vulnérables à avoir le minimum d’accès à une consultation médicale.

José Belalahy

Midi Madagasikara15 partages

Big festival Rio Loco : Jaojoby, Toko telo, The dizzy Brains… à Toulouse!

Jaojoby et le groupe Toko telo figurent parmi les artistes qui vont représenter Madagascar au Big festival Rio Loco.

Le festival, pour sa 22e édition, met à l’honneur des groupes et des formations venus de l’Océan Indien. Six groupes malgaches représenteront la Grande Ile à la Prairie des Filtres du 15 au 18 juin.

Composite et cosmopolite, le festival Rio Loco est un rendez-vous incontournable dans le paysage des festivals d’été. Chaque année, il réussit le pari de créer des affinités, de susciter des projets pluridisciplinaires inédits et de rassembler les grands noms de la scène internationale, devant plus de 100 000 personnes. Pour cette édition 2017, Rio Loco emmène ses inconditionnels vers les rivages des îles de l’Océan Indien. Un périple de découverte coloré et joyeux propre à ce festival qui met en avant la diversité. Du 15 au 18 juin, le public français, toulousain en particulier, découvrira donc la richesse musicale de l’Océan Indien : du maloya réunionnais de Danyèl Waro, en passant par le séga mauricien de Menwar et des chants sacrés de Mayotte interprétés par le choeur Deba au salegy malgache de Jaojoby. Et au milieu de toutes ces influences, le Rio Loco 2017 présentera aussi de la musique électro avec Labelle, du rock psyché garage avec The Dizzy Brains. Récemment à l’affiche du festival Libertalia music-records, Saramba sera également de ce rendez-vous à Toulouse. Le groupe Toko telo regroupant Monika Njava, D’Gary et Régis Gizavo va aussi représenter la Grande Ile.Mahetsaka

L'express de Madagascar14 partages

Festival Rio Loco de Toulouse – Jaojoby et The Dizzy Brains à l’honneur

La 22e édition du Rio Loco mettra les îles de l’océan Indien à l’honneur. Depuis 1995, ce festival fait découvrir aux Toulousains la musique et la culture des peuples venus de tous les mers et océans, rassemblés au bord de la Garonne. Dans cette optique, les concerts seront répartis, comme les années précédentes, entre les scènes Village en soirée, Pont-Neuf après 21 heures et la scène Garonne Jeune Public. Petite nouveauté, ce dernier espace de représentations accueillera aussi les jeunes talents de l’océan Indien, le soir après 22 heures.La grande île marquera sa présence par la prestation de deux grosses pointures de la chanson malgache, Jaojoby et The Dizzy Brains. Une occasion pour les Toulousains d’apprécier à sa  juste valeur, le rythme du roi du salegy Jaojoby et de se laisser tenter par le rock psyché garage de The Dizzy Brains.

Diversités culturellesLe maloya réunionnais avec Danyèl Waro, le séga mauricien de Menwar, et les chants sacrés de Mayotte interprétés par le chœur Deba complèteront la palette culturelle de l’océan Indien. Et au milieu de toutes ces influences, le Rio Loco 2017 présentera aussi de la musique électro avec Labelle avec d’autres surprises. Après avoir fait un détour par les rivages celtes, l’an dernier, l’équipe du festival, avec Hervé Bordier à la barre, a décidé de revenir vers des contrées ultramarines, du 15 au 18 juin.Les éditions 2012, 2013 et 2014 ont été respectivement consacrées aux régions lusophones, aux Antilles et aux Caraïbes. C’est une suite d’aventures à vivre autour de zones géographiques de culture et de langue. Dans cette trilogie des océans, il manquait à Rio Loco l’océan Indien qui a une énorme diversité, beaucoup plus que les Caraïbes. Là, tout se rencontre : l’Islam, l’Inde, l’Afrique et bien entendu, la francophonie.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar14 partages

A la Mairie de Paris – Réseau Fivoarana Développement à l’honneur

Mardi soir, l’association RFD (Réseau Fivoa­rana Développement) était à l’honneur à Paris (France). Lors d’une séance d’explications et d’informations sur le projet « Co-DéveloppementSud 2017 » de la Mairie de Paris, tenue à la Maison des Associa­tions de 8e Arrondis­sement, Bearisoa Rakoto­niaina, président de ce mouvement était invité à partager les bonnes expériences du RFD auprès d’une quinzaine d’associations et ONG présents.Ce choix, selon Mme Magalie ROBERT responsable, est justifié du fait que RFD figure parmi les trois ONG lauréats lors du projet Co-Développement Sud 2016. La signature de la convention entre la ville de Paris à travers l’Adjoint au maire Patrick KLUGMAN et RFD a eu lieu en décembre dernier.Dans son exposé, Bea­risoa connu sous le pseudo de « Printsy » devait retracer l’historique de deux projets menés en synergie valorisant le développement et l’environnement. Il s’agit de la construction d’une « école verte » dans une commune rurale de Sabotsy Namatoina (Madagascar) et l’évènement proposé à Paris en juin prochain intitulé « Voyages au cœur de la Grande Île». Il a insisté sur la capacité d’organisation, sans minimiser le planning d’activités et la couverture financière. Le suivi des activités en cours, en tenant compte des problèmes locaux dans le pays et la capacité de management de RFD a beaucoup intéressé l’assistance.Le coût total des deux projets est de 38.000 euros, dont 27.000 euros pour la construction de l’école verte de Sabotsy Namantoina, composée de 5 salles de classe, 1 salle de bureau et 1 hangar. La participation de la Ville de Paris est de 10.000 euros; les autres sont menées par le RFD, les partenaires de l’association et y compris l’apport des bénéficiaires, comme le terrain.

Midi Madagasikara14 partages

Santé bucco-dentaire : Négligée

Faire contrôler ses dents chez le dentiste est loin d’être entré dans les habitudes de la majorité des Malgaches. Ce contrôle, pourtant recommandé au moins une fois par an, même en l’absence de problème dentaire apparent, seule une infime partie de la population malgache le fait. La santé bucco-dentaire n’est visiblement pas une première préoccupation pour la majorité, par rapport à d’autres problèmes jugés plus prioritaires. Une situation qui se traduit par une mauvaise santé dentaire. En effet, 90% des enfants de moins de 6 ans à Madagascar présentent déjà au moins deux ou trois dents cariées, tandis que chez les moins de 15 ans, 90% ont des dents cariées, causées, dans la majorité des cas, par une mauvaise hygiène bucco-dentaire et une consommation élevée d’aliments sucrés. Chez les adultes, la situation est encore plus inquiétante dans la mesure où 98% des personnes âgées entre 35 et 45 ans ont des dents cariées. Ainsi, l’hygiène bucco-dentaire et la préservation de la santé des dents sont négligées, amenant à des problèmes dentaires précoces, aggravés par le faible accès aux soins dentaires. Hier, dans le cadre de l’ouverture de la semaine de la santé bucco-dentaire, à Ambohitrimanjaka, des prestations gratuites ont été proposées à la population qui, habituellement, n’a pas toujours accès aux soins dentaires. 

Hanitra R.

Midi Madagasikara13 partages

FIM 2017 : Des produits de grande qualité au pavillon « Indonésie »

M. Antonius Loekito responsable commercial de la société Kapal Api Global expliquant aux visiteurs les vertus de ses produits.

L’Indonésie voudrait marquer sa présence lors de la Foire Internationale de Madagascar (FIM). En effet, deux grandes sociétés, la Kapal Api Global spécialisée dans la fabrication de café portant le label «excellence » et Kalbe International une société fabriquant divers types de produits pharmaceutiques , des compléments en nutrition et des instruments utilisés dans le secteur de la santé ont exposé leurs produits. Les visiteurs ont pu apprécié la saveur de ce café et ont été unanimes sur la qualité de ces articles exposés. La maroquinerie n’était pas en reste, car des sacs et des chaussures en batik ont été exposés et ont démontré  le savoir-faire des artisans indonésiens. Pour les fins gourmets il y avait des « snacks » extrêmement savoureux proposés à des prix très abordables. Les sociétés indonésiennes qui les vendent sont à la recherche des distributeurs malagasy.

L’Indonésie a offert des marchandises répondant à aux besoins locaux et cherche toujours à développer ses relations avec Madagascar dans tous les domaines. Elle en est maintenant à sa sixième participation à cette foire et est toujours prête à coopérer avec les distributeurs locaux pour écouler leurs produits. Une visite au « Pavillon Indonésie » s’impose jusqu’à dimanche prochain.

Nary Ravonjy

Midi Madagasikara12 partages

BNI Madagascar : Sponsor officiel banque

La BNI Madagascar, est une fois de plus présente à la FIM, et cette fois-ci, en tant que sponsor officiel banque.  Durant les quatre jours de la FIM, BNI Madagascar va familiariser le public, particuliers, entreprises et aussi les exposants à ses solutions bancaires à la pointe de la technologie, regroupés dans les Packs BNI. Consciente de la dimension internationale de cette belle vitrine économique de Madagascar, BNI Madagascar entend y jouer un rôle de premier ordre avec ses compétences et son expérience de banque universelle de proximité et son savoir-faire dans les opérations internationales.   La banque va également proposer sa gamme élargie de crédits en guise de solutions d’accompagnement des clients. « Nos commerciaux Entreprises seront présents pour vous écouter, vous conseiller et vous accompagner dans la réalisation de vos projets. Ils sont à votre disposition. » a annoncé  Alexandre Mey, D.G de la BNI Madagascar.

R.Edmond.

L'express de Madagascar11 partages

Slam – Caylah casse la baraque

Une création artistique auréolée de créativités promet d’émerveiller le public. C’est ce que la jeune slameuse malgache Caylah réserve aux férus d’art de la capitale.

Original et exclusif. C’est un projet artistique enchanteur que la jeune slameuse Caylah, de son vrai nom Landy Cathia Razanandranto, exposera sur la scène de l’Is’Art Galerie Ampasanimalo, ce soir à partir de 19 heures. Toute une performance artistique émerveillera les mirettes de tous ceux qui se joindront au rendez-vous. L’essence-même de l’événement est d’inviter le public à contribuer au soutien des actions humanitaires de l’association Graines de Bitume qui œuvre pour la scolarisation, le bien-être et l’insertion professionnelle d’enfants issus de familles défavorisées d’Antananarivo.Ainsi, Caylah and MEN, le groupe de la slameuse et le vidéaste Matthieu Cretté proposeront tout un spectacle audiovisuel orné de convivialité. Porté par son leitmotiv personnel, « Le slam, c’est le salut de l’âme », Caylah exposera son talent à travers lequel elle loue les vertus de cet art, cher à son cœur qu’est le slam. Le temps d’une soirée qui s’annonce chaleureuse, musique et vidéo mapping se conjugueront aux rythmes des verves et des rimes de Caylah.

« Slamothérapie »Le temps d’un spectacle de bienfaisance, La slameuse ainsi que ses musiciens Rybota Ramalanjaona à la basse, Miora Rabarisoa à la batterie et Eric Rasoamiara­manana à la guitare, enivreront l’auditoire de leurs mélodies et de leurs poésies. D’autant plus que Caylah s’illustre à travers son approche poétique au service des autres tout en développant ses ateliers de «Slamothérapie». Une initiative visant à « Guérir les maux par les mots », selon sa devise. « C’est éveiller les sens, redonner confiance à la personne, l’amener à s’accepter telle qu’elle est, c’est tout un processus où on commence par chercher le vrai fondement du problème par rapport aux situations que l’on a vécues », confie-t-elle. Tout un art de vivre qu’elle perpétue généreusement auprès de ses petits frères et sœurs dont s’occupe l’association Graines de Bitume.C’est d’ailleurs pour cela que Caylah a choisi de collaborer avec Matthieu Cretté sur une scénographie audiovisuelle originale où ses textes se mêleront àdes projections imaginaires de l’artiste. Ensemble, ils se sont plu à faire des partages sur les mots, le lettrage, l’écriture instantanée à la recherche d’interactions entre les paroles, les interprètes et le décor.De jeunes slameurs de Graines de Bitume, le street artiste Taka, les danseurs Judith Manantenasoa et Harivola Rakotondrasoa interviendront également pendant le spectacle. Une prestation qui marquera, à coup sûr, le public noctambule qui se retrouvera sur les lieux, est ainsi à découvrir.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara11 partages

Hygiène dentaire : Attention aux produits dangereux

Les produits inondant le marché local et utilisés pour l’hygiène bucco-dentaire ne sont pas toujours d’une qualité irréprochable. Les dentifrices et autres brosses à dents utilisés par la grande majorité en raison de leur prix abordable, présentent souvent des imperfections qui mettent en danger la santé des utilisateurs de ces produits. Destruction de l’émail, irritations ou inflammation des gencives et autres allergies en résultent, aggravant les problèmes de santé bucco-dentaire déjà préoccupant.

Hanitra R.

L'express de Madagascar10 partages

Karenjy – Le Mazana II disponible chez Comacat

Le tout-terrain Karenjy Mazana II est disponible chez Comacat depuis hier. Plusieurs personnalités ont été conviées à la présentation officielle de ce premier showroom.

Il y a quelques semaines, l’usine Le Relais livrait le premier Karenjy Mazana II à un particulier à Antananarivo. Depuis hier, le tout-terrain est désormais disponible chez Comacat Ankoron­drano, premier showroom de la Capitale.  La collaboration entre les deux entités pour exposer le tout-terrain produit par l’usine Le Relais, a été officialisée, hier après-midi, devant la presse et plusieurs personnalités. Parmi celles-ci figurait notamment le ministre de l’Industrie et du Développement du secteur privé, Chabani  Nourdine. « C’est une fierté nationale. Je tiens à remercier et à féliciter l’usine Le Relais pour avoir prouvé qu’on pouvait aussi fabriquer une voiture à Madagascar », a-t-il souligné. Questionné sur l’éventualité de voir le Karenjy Mazana II devenir un véhicule de fonction auprès des entités gouvernementales, le ministre a répondu « pourquoi pas   » « Il faut inciter tout le monde à consommer le ‘vita malagasy’. Il faut mettre en valeur le produit », a-t-il ajouté.Outre Comacat, la banque BNI appuie également Le Relais dans ce projet. Il en est de même pour Quicklane, qui s’occupera de l’entretien et du service après-vente.

ParticularitésAprès cinq ans de développement, Le Karenjy Mazana II entre en phase de commercialisation cette année. Il est accessible à partir de 49 millions d’ariary HTVA. Sous son capot se loge un moteur PSA Peugeot-Citroën 1,6 L HDI de 112 che­vaux. L’installation de la transmission intégrale 4×4 a été confiée à Automobile Dangel. Il se démarque également par sa carrosserie en fibre de verre, tandis que l’intérieur est habillé de cuir et orné d’éléments en bois. Un habitacle qu’a pu découvrir, hier, le député, Luc Ratsimbazafy, également présent à Anko­rondrano. « Je vais parler de cette voiture aux autres députés et j’aimerais faire une démonstration à l’Assemblée nationale. Je vais en discuter avec le président , Jean Max Rakotoma­monjy. Nous devons défendre le “vita malagasy”. Je suisprêt à en être l’ambassadeur », a indiqué le député d’Ambo­hidra­trimo à la fin de la présentation.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara10 partages

Vendredi joli

# Jeneraly au Piment Café Behoririka. Andy et ses amis vont investir le Piment café et faire résonner les plus belles compositions de Gabhy, des plus grands succès aux titres les moins connus. L’occasion de replonger quelques années en arrière et de se souvenir de certaines chansons oubliées.# Caylah and M.E.N. à l’Is’art galerie Ampasanimalo. Caylah, figure émergente de la scène slam de Madagascar, sera entourée de ses musiciens. Son univers poétique sera mis en scène dans une scénographie de vidéo et de lumière proposée par Matthieu Cretté et Aka Nye Blen. De jeunes slameurs de l’association Graines de Bitume ainsi que le street artiste Taka participeront également à cette performance. Après le spectacle, Nye Blen se met aux platines et aux vidéos pour un set DJ + VJ aux tendances Electro Bass… Cette soirée s’inscrit dans une série d’évènements au profit de l’association Graines de Bitume. Association dont l’objectif étant de rendre viable, les projets de vie des enfants bénéficiaires, par l’insertion scolaire et professionnelle des jeunes en situation de rue d’Antananarivo.# Mall’s Fara Gloum au Telozoro Andrefan’Ambohijanahary. Lors des cabarets et concerts de toute sorte, le rôle des femmes se limite souvent à assurer la partie vocale. Pas cette fois ! Jouant toutes deux de la guitare, Mall’s et Fara Gloum comptent enchanter tous ceux qui seront parmi elles au Telozoro, non seulement avec leurs interprétations, mais également avec leur génie à la guitare.# Rivera Vaney’s au Jao’s Pub Ambohipo. Son titre « Izy mahazaka addition » est sur toutes les lèvres. Une chanson qui, outre ses plus grands tubes, fera sans aucun doute partie du répertoire de Vaney’s pour ce soir au Jao’s Pub Ambohipo. Rivera, une autre star du genre mafana va également partager la scène avec elle.# Rast à l’Hôtel de l’Avenue. Rast, un nom qui fait penser à quelqu’un qui porte des dreads et c’est bien le cas. Encore méconnu dans le paysage musical, Rast, ce soir, va se dévoiler aux noctambules de la Capitale. Pour cette grande première, il ne va pas encore entonner ses propres titres, mais s’attaquer aux compositions de Bob Marley.# Edgard Ravahatra à l’Escale artistique Andohanimandroseza. On ne peut ne pas aimer Edgard Ravahatra. Malgré nous, on se sent d’affection pour cet artiste hors du commun. Si d’autres sont influencés par une musique particulière, lui s’est construit, grâce à la musique que chantait et écoutait son entourage et celle que reprenait son père. Yéyés, pop, variétés internationales de l’époque, chanteurs français, musique traditionnelle malgache… il n’a pas de préférence particulière et puise son inspiration là où il le peut. Edgard délivre voix-guitare, sur un swing multicolore des histoires d’espoir, des envies de vie dans la langue de Molière et de Randafison. Ce soir, les mélomanes le découvriront ou le rédecouvriront en quartet. Il sera accompagné de Harty Andriambelo, Kool Raelison et Sandratra Jayss Andrian et jouera sur scène « Murmures d’outremer ».# Goth co au Trass Tsiadana. Il a plus d’une corde à son arc. Et ce soir, il va en faire très bon usage. Goth va se dévoiler sous toutes les coutures. D’ailleurs, l’humoriste va être entouré de toute son équipe ce soir.Mahetsaka

News Mada9 partages

Mihenjana ny tady eo amin’ny SMM sy ny governemanta : « Fanakorontanana ny fandrahonana sy fanenjehana ...

Mazava ny valin-kafatry ny Sendikàn’ny mpitsara (SMM) ho an’ny minisitry ny Fitsarana sy ny eo anivon’ny governemanta. « Fanakorontanana ny fandrahonana sy fanenjehana ny mpitsara », hoy ny fanambaran’izy ireo. Mamaky ady tanteraka amin’ny mpitsara izany ny fitondrana, manomboka izao.

 

Mihenjana tanteraka ny tady. Nohitsin’ny fanambaran’ny SMM fa mandrangaranga sy mandrahona ny hanenjehana azy ireo amin’ny fitsarana ny fanehoan-kevitra na ny fanambarana ofisialy avy amin’ny mpitondra tato ho ato, manoloana ny fanatanterahan’ny mpitsara ny asany, araka ny tokony ho izy sy manara-dalàna. « Ny dikan’izany ho anay, tena fanakorontanana ny rafi-pitsarana misy eto izany. Melohinay tanteraka ny fitsabatsabahana amin’ny endriny samihafa na koa ny sakantsakana atao amin’ny fizotry ny raharaham-pitsarana. Tsy azo ekena koa ny teritery na fandrahonana eo am-panatanterahanay ny asanay », hoy ny fanambarana. Notsindrin’izy ireo fa faminganana tanteraka ny asan’izy ireo ny fitoriana ny mpitsara eo am-panaovana ny asany. Nandrangaranga fitoriana azy rahateo ny filoha nasionalin’ny HVM, Rakotovao Rivo, tamin’ny fanehoan-keviny tamin’ireo haino aman-jery, afakomaly, taorian’ireny fidinana ifotony notarihin’ny filohan’ny SMM, Faniry Ernaivo, nijery ireo voafonja, mitsabo tena etsy amin’ny HJRA tamin’ity herinandro ity. Nahazoan’izy ireo alalana tamin’ny mpampanoa lalàna rahateo izany…

Etsy andaniny, milaza ho tsy miditra na tsy mitsabaka amin’ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine » ny fanjakana sy ny mpitondra. Efa niteny anefa io ny mpitarika ny HVM, sady minisitra, narahin’ny fanambarana ofisialy ary izao nitondran’ny SMM valin-kafatra izao.

Avelao hanao ny asany ny mpitsara

Araka izany, tsy mazava ny tian’ny mpitondra hahatongavana. Miketrika ny hampanginana ity raharaha ity, toy ireo tranga hafa niseho tany aloha ? Miketrika amin’ny fomba rehetra  ary iza no matahotra inona ? Mazava ny fanambaran’ny KMF/Cnoe ny 14 avrily teo. « Mitaky hatrany ny fampiharana ny làlana izahay, ary manamafy fa mitovy ny rehetra eo anatrehan’ny lalàna. Na mpitondra fanjakana io, na olon-tsotra: meloka avokoa raha mandika azy. Noho izany, manameloka ny kolikoly sy ireo rehetra manome vahana ny tsy fampiharana ny làlana», hoy izy ireo. Mbola nohamafisin’ny KMF/Cnoe izany, tamin’ity herinandro ity, ka nilazan’izy ireo fa vola tokony hampiasaina amin’ny fampandrosoana ny tanàna no voahodina ho amin’ny tombontsoan’olon-tokana na olom-bitsy ka tsy ara-drariny izany. Midika izany fa tsy tokony hampanginina na havela amin’izao ny raharaha. Ny mpitondra ihany no mamerimberina fa avelao hanao ny asany ny fitsarana. Tsy tokony hohelingelenina na hanaovana ramatahora izany izy ireo, amin’ny fanatanterahana ny asany.

Randria

 

Madagascar Tribune9 partages

Hery Rajaonarimampianina au secours de la filière en danger ?

« Nous devons défendre la réputation de notre vanille, celle qui est empreinte de valeur ajoutée, grâce au savoir-faire des femmes qui les préparent à la main. Nous devons assurer cette protection dans un souci de fierté citoyenne et de préservation de notre renommée mondiale », a déclaré Hery Rajaonarimampianina hier lors d’un déplacement à Sambava où il a eu une réunion, avec les opérateurs de la filière vanille de la région Sava.

Vol de gousses sur pied, exploitation de la vanille verte. Avec les pratiques qui ont cours actuellement, la qualité et la renommée de la vanille malgache sur le marché mondial sont fortement menacées.

Madagascar demeure toujours le premier exportateur mondial de vanille, et ce produit constitue un levier pour l’économie régionale et nationale mais le premier problème concerne la détérioration de la qualité de la vanille exportée. L’exploitation et la commercialisation de la vanille au stade précoce réduit la production de vanille mûre, la plus importante pour l’économie nationale. Plus grave, l’intérêt pour la vanille verte a créé l’insécurité du fait de la multiplication des vols.

Hery Rajaonarimampianina a souligné l’importance du respect et de l’application des lois, ainsi que des règlementations en vigueur. Il a invité toutes les entités responsables à assumer leurs responsabilités et à dénoncer les pratiques illégales.

« Des mesures sévères seront prises pour mettre fin à cette pratique car il faut respecter, faire respecter, et protéger la qualité de la vanille de Madagascar » a encore déclaré le Chef de l’État. En attendant « ces mesures », le spectre d’une saison catastrophique plane pour la filière cette année.

Orange Madagascar9 partages

La FAPBM appelle à l’engagement de tous pour la protection de la biodiversité unique de la Grande Ile

Le 22 mai de chaque année est célébrée la Journée Internationale de la Biodiversité. Pour 2017, le thème choisi est « biodiversité et tourisme durable ». En tant qu’institution promouvant et agissant pour la protection de la biodiversité unique de la Grande Ile, la Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar (FAPBM) s’associe naturellement à cette célébration. Elle fait ainsi partie des partenaires privilégiés du Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts, dans le cadre de l’organisation des différentes manifestations tendant à promouvoir la biodiversité de Madagascar. 

La biodiversité : un socle de la vie en danger

Madagascar se fait l’écrin d’une faune et d’une flore à 90% endémique, en moyenne. A titre d’exemple : 80% des plantes à fleurs, 95% des reptiles, 98% des grenouilles et 100% des lémuriens trouvent exclusivement leurs abris sur l’île.

Mais à cause des multiples pressions qui pèsent sur elle, cette biodiversité est menacée d’extinction, faisant émerger l’urgence d’agir pour sa protection.

Profitant de la Journée Internationale de la Biodiversité, la FAPBM tire la sonnette d’alarme : « Certains d’entre nous pensent à tort que nous devrions nous focaliser sur les humains au lieu de protéger les plantes et les animaux. Mais ce que ces personnes ignorent, c’est que la perte latente de la biodiversité impacte leurs existences : la sécheresse du au manque de pluies, la baisse de fertilité des sols, la mauvaise qualité de l’air constituent autant de conséquences que nous subissons actuellement » souligne Gérard RAMBELOARISOA, Directeur Exécutif de la Fondation.

La biodiversité : un « capital » à protéger

La magnificence et l’endémicité de cette biodiversité de Madagascar font que 70% des touristes visitant la Grande Ile y viennent pour sa biodiversité. Celle-ci constitue ainsi un capital naturel qu’il nous faut préserver. Le Directeur Exécutif de la FAPBM précise d’ailleurs que « si la biodiversité n’est pas durable, il ne pourra y avoir de tourisme durable ».

Avec la perte latente de la biodiversité, les touristes ne viendront plus à Madagascar. Ce sont des milliers d’emplois crées par l’écotourisme qui sont aussi menacés. Ce qui signifie le tarissement de sources de revenus impactant l’économie du pays.

Face aux menaces qui pèsent sur ce capital naturel de Madagascar, la FAPBM appelle tout un chacun (individu, acteurs étatiques, partenaires actuels et potentiels) à affermir ses engagements dans la conservation de ces richesses naturelles. Chacun à son niveau peut agir et contribuer à ce que s’épanouisse la biodiversité de la Grande Ile.  

News Mada8 partages

Rugby : des sanctions pour les indisciplinés

Le Malagasy rugby passe à une autre étape et va sanctionner tous ceux qui ont enfreint les règles. En effet, un Conseil de discipline (Codis) a été mis en place il y a un mois pour juger toutes les personnes concernées par les différentes infractions. «Tous ceux qui ont enfreint les règles passeront en conseil de discipline. Ceux qui ont porté plainte, la fédération et ceux qui ont fait un sit-in devant le ministère des Sports à Ambohijatovo, en font partie. En outre, la restructuration est toujours d’actualité et le Malagasy rugby ne reconnaît pas l’existence d’un tournoi Top 16. Cependant, on ne va pas sanctionner des clubs ou des joueurs», a déclaré le président de Malagasy rugby, Marcel Rakotomalala, hier à Ankorondrano.

Selon lui, il faut passer à la formule Top 20 suivant la nouvelle structure ou garder l’ancien tournoi Top 14. «Aucun club n’a le droit de décider à la place des différentes structures comme les sections, les ligues ou encore la fédération», a-t-il souligné. Ce dernier a également affirmé que le Malagasy rugby ne va pas empêcher les organisateurs du tournoi Top 16 de ce week-end puisque cela fait partie d’une levée de fonds pour soutenir le club FTM Manjakaray qui n’a pas pu rallier l’île de La Réunion, faute de visa. A ce sujet, l’on sait que la rencontre a été reportée le 4 juin prochain. Le Malagasy rugby organisera à son tour une autre compétition, toujours pour épauler le FTM mais une partie du fonds rassemblé sera versée pour le compte des Makis seniors en vue de la Can qui se déroulera au Maroc en juillet.

Rojo N.

 

News Mada6 partages

Filière vanille : lancement du projet « Sava-Be »

Le Département américain du travail (USDOL) a accordé quatre millions de dollars au Bureau international du travail (BIT) pour appuyer Madagascar dans la promotion d’une filière vanille durable, plus précisément offrir du travail décent et éradiquer le travail des enfants dans le secteur vanille dans la région Sava. Le projet intitulé, «Soutenir les acteurs de la vanille au bénéfice des enfants» ou «Sava-Be» s’étendra sur une durée de quatre ans pour assurer la poursuite des changements initiés depuis 2016 ainsi que la pérennisation des actions. La cérémonie officielle de lancement du projet s’est tenue hier à Sambava.

Le projet sera mis en œuvre par le BIT en partenariat avec le Sustainable Vanilla Initiative (SVI). Le principal objectif est d’améliorer d’une façon pérenne les conditions de vie des communautés productrices de vanille, en s’assurant qu’il n’y ait pas de travail des enfants. Plus particulièrement, les quatre composantes du projet visent à une professionnalisation de la filière, à l’encadrement et l’accompagnement de situation de travail des enfants à tous les niveaux (régional et local).

Parmi ces objectifs figure également la mise en œuvre du Code de conduite, signé en décembre 2015, afin de promouvoir une meilleure structuration et compétitivité de la filière vanille et une amélioration des conditions de vie et de travail des agriculteurs de ce secteur, notamment celles des enfants.

Toutes les parties prenantes incluant les autorités, les organisations d’employeurs et de travailleurs, les opérateurs économiques et la société civile seront impliquées dans la mise en œuvre de ce projet. Aussi, les capacités des différents acteurs seront renforcées pour une meilleure application des lois et des politiques de lutte contre le travail des enfants.

Arh.

 

Madagascar Tribune5 partages

Sécurité routière : plus de 1 000 gendarmes et 4 600 policiers mobilisés

Plus de 1 000 gendarmes et environ 4 600 policiers vont être mobilisés pour assurer la sécurité routière et la sécurité dans les endroits où se déroulent des spectacles pendant le long week-end de Pentecôte. Dans la capitale où plusieurs manifestations à la fois culturelles et politiques auront lieu, à l’instar du show politique qui se déroule ce samedi sur la place du 13 mai à Analakely, 2 000 policiers seront mobilisés.

Les forces de l’ordre vont notamment mettre l’accent sur la lutte contre la conduite en état d’ivresse en utilisant des alcootests. Ce comportement est à l’origine de nombreux accidents de la circulation, reconnaissent les forces de l’ordre qui sensibilisent par la même occasion les usagers de la route à faire preuve de prudence. L’objectif serait de réduire au maximum les accidents de circulation en cette période de fête.

En cette période de fête doublée de celle de la crise politique qui sévit dans le pays, les forces de l’ordre sont consignées dans leurs casernes respectives et sont appelées à accomplir leurs devoirs envers la Nation.

Midi Madagasikara5 partages

Tennis – FMT : Stéphane Rakotondrainibe dévoile son programme

Stéphane exposant son projet mercredi au président des ligues.

L’heure est à la propagande pour convaincre les ligues votantes à l’assemblée générale élective de la fédération malgache de tennis (FMT). Stéphane Rakotondrainibe candidat à la présidence a rencontré les ligues pour exposer son programme pour le mandat quadriennal 2017-2021.

« Si je suis élu président de la fédération, mon premier engagement sera  la mise en place d’une charte du tennis malagasy en deux mois » a indiqué le candidat, qui espère faire un retour en force 4 ans après. Comme la Grande Ila a un fort potentiel chez les jeunes, la formations des joueurs figure parmi le programme de l’équipe de Stéphane à travers la participation aux différentes compétitions régionales et continentales et à long terme aux Jeux Olympiques et sur le haut niveau professionnel. La formation des arbitres et des entraineurs ne sera pas en reste. Un des handicaps du sport malgache est le manque de compétitions. Pour ce faire, multiplier et organiser les championnats dans toutes les catégories (enfants, adultes, masters) périodiquement. Ayant déjà abrité la Coupe Davis en 2012 lors de son premier mandat, l’organisation des grands évènements n’est plus nouvelle pour lui. A long terme, Madagascar abritera des Open internationaux enfants, juniors, des circuits juniors et professionnels.

Vulgarisation. Encore peu présent au pays, la vulgarisation et la promotion de cette discipline font défaut. «  Le point essentiel pour mener à bien la vulgarisation du tennis et motiver os joueurs, c’est la prise en charge totale de leur frais de déplacement par la FMT lorsqu’ils participent à des tournois internationaux. C’était l’une des mesures prises lors de son premier mandat, et il faudrait qu’elle soit maintenue dans le cas d’un second mandat. Ce serait un soulagement considérable pour les parents » a fait savoir Harivony Andrianafetra, entraineur national. Plusieurs actions seront menées entre autres la projection des films didactiques et de vidéos des grands tournois, l’organisation de mini tennis à l’école et dans les régions. La construction du centre fédéral de tennis à Bevalala sera un des projets phares de l’équipe afin que les jeunes puissent s’impliquer davantage à travers le sport étude. Ce programme chargé et bien fourni a été présenté hier aux présidents de ligue, partenaires et sponsors lors du déjeuner qui a eu lieu au Cellier.

T.H

Midi Madagasikara4 partages

Processus électoral : « La CENI est prête à être jugée sur sa transparence », affirme Hery Rakotomanana

Hery Rakotomanana de la Ceni, Marie Dimond du PNUD et le représentant du Premier ministre (au milieu) ainsi que les représentants des comités locaux de recensement au niveau des districts avec leurs certificats.

Toujours dans le cadre d’une gouvernance électorale transparente en général, et d’une perfection des listes électorales en particulier, la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) a remis, hier à Alarobia, des récompenses aux démembrements de la commission électorale et aux diverses entités y afférentes qui ont réussi à enregistrer les meilleurs résultats en marge de la RALE (Révision Annuelle des Listes Electorales) 2016-2017. 43 méritants – tous des entités – comprenant des districts, des communes et des fokontany ont reçu leur certificat de la part de la Ceni. Pour Hery Rakotomanana, son président, la cérémonie de ce genre « pourrait être considérée comme parmi les campagnes de sensibilisation des électeurs à s’inscrire sur les listes électorales » et permet également « d’engendrer une émulation entre nos démembrements et partenaires pour l’amélioration de leur résultat à la prochaine révision de la liste électorale ». Parmi les bons élèves figurent les districts d’Ihosy, d’Ambovombe, de Tsihombe, de Beloha Androy et de Beroroha.

Juger. Hery Rakotomanana se réjouit des efforts accomplis par la Ceni et de ses démembrements pour la RALE 2016-2017. Il a également rappelé que « les cadres de concertation qui ont lieu mensuellement permettent aux parties prenantes d’exprimer leurs désidératas ». Mais faut-il rappeler, une fois de plus, que ce ne sont pas tous les partis politiques qui y participent. Au niveau de la confiance de ces derniers, la Ceni a beaucoup à faire nonobstant le fait que son président ait réitéré qu’elle « est prête à être jugée sur sa transparence. Elle s’ouvre à des discussions et accepte les critiques constructives pour améliorer le processus électoral. Par contre, elle va être intransigeante sur le respect et l’application de la loi, pour sauvegarder la justice et assurer la paix avant, pendant et surtout après les élections ». L’on attend que des actes prouvent ses propos. Quant à la représentante résidente adjointe du PNUD, Marie Dimond, elle a mis l’accent sur le taux d’exhaustivité du fichier électoral. « Nous encourageons toutes les parties prenantes à maintenir ces efforts pour répondre aux critères d’exhaustivité des standards internationaux, s’assurer que la proportion des électeurs admissibles qui sont réellement inscrits sur les listes soit au moins à 90%. A Madagascar, ce taux est actuellement à presque 79% », a-t-elle précisé. Par ailleurs, elle a réitéré le soutien du PNUD au processus électoral malgache à travers le SACEM (Soutien Au Cycle Electoral).

Aina Bovel

Madagascar Tribune3 partages

L’Union africaine regrette l’intransigeance des parties malgaches

Le constat est amer pour le président de la Commission de l’Union africaine. En dépit des efforts de la communauté internationale — les Nations Unies, l’Union européenne et la SADC — pour rapprocher les acteurs de la crise politique actuelle, « les parties prenantes malgaches campent toujours sur leurs positions conjoncturelles éloignées des exigences de l’intérêt supérieur du pays, au risque d’aggraver la crise et rendre hypothétique la poursuite du processus électoral », lance-t-il dans un communiqué diffusé depuis Addis Abéba.

Face à cette situation préoccupante, le président de la Commission de l’Union africaine exhorte toutes les parties malgaches concernées à mettre, chacune en ce qui la concerne, tout en œuvre pour respecter leurs engagements respectifs pris devant des représentants de la communauté internationale, de dialoguer sans préalables en vue de régler leurs différends dans le respect de la légalité constitutionnelle, en vue d’aboutir aux compromis nécessaires qui permettraient la poursuite du processus électoral et sa conclusion pacifique.

Le lancement de négociations entre les parties malgaches met en évidence l’obligation morale et politique des acteurs de la crise de faire preuve d’un esprit de bonne volonté et de compromis, ainsi que la bonne foi et le sens des responsabilités qu’appellent les risques de dégradation de la situation.

Face à l’intensification des mouvements de contestation et à la menace qui pèse sur les institutions malgaches, ainsi que sur la sécurité des biens et des personnes, le président de la commission a également lancé un appel à la plus grande retenue et au respect de l’intégrité physique du peuple et des institutions malagasy.

L'express de Madagascar3 partages

Fénérive-Est – Deux gendarmes pris en otages

Une rage populaire à la suite d’une confiscation de vanille d’un chef fokontany de Mahatsara, mardi dernier, a fait un blessé et deux gendarmes ont été pris en otages.Ces derniers sont partis dans cette localité sans mandat de perquisition pour un contrôle. Ils ont découvert cinq sacs remplis de vanille chez le chef de quartier de Mahatsara et ils les ont tout de suite confisqués.Leur argument, lors de l’enquête, révèle qu’il est suspect de disposer d’une telle quantité, alors que la vanille n’est pas encore arrivée à maturité pour être cueillie.Face à cette décision jugée mal fondée, selon les habitants, le chef de fokontany est allé au bureau de la gendarmerie et  a découvert qu’il ne restait plus que trois sacs de vanille. Il a déposé une plainte contre les deux gendarmes mis en cause.En revenant au village, il a divulgué le résultat de sa vérification des  marchandises saisies. Mercredi, deux brigadiers chargés de la circulation ont été capturés et pris en otages par le fokonolona.Les autorités locales en l’occurrence le directeur de cabinet de la région,l’adjoint au chef de district et la préfecture de la police avaient tenté de calmer la population.« La négociation n’a pas pu résoudre le problème. Les habitants ont jeté des pierres sur eux. Un journaliste a été blessé et le pare-brise du véhicule du directeur de cabinet de la région est fracassé », a indiqué un journaliste local.Hier matin, des éléments de renfort de Fénérive-Est ont été diligentés sur les lieux pour maîtriser la situation et le calme est revenu dans la soirée, selon les informations recueillies.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara3 partages

Football – Tournoi Kajijà : Les anciens du Club M à Antsohihy

Faire revenir le public au stade et faire revivre, le temps d’un match, la grande passion pour le football. C’est ni plus ni moins que l’ambition de Naina Rabearivony, un ancien journaliste de TVM, qui a su convaincre nos anciennes gloires à remettre les crampons.

Et pour donner du piquant à ce tournoi Kajijà qui aura lieu à Antsohihy du 25 au 28 mai, les organisateurs ont fait appel aux stars majungaises notamment Dezy Ramasy, Alban Rabemananjara, Lanzizy auxquelles on ajoute Kira Michel et ses touchers toujours aussi magiques malgré le poids de l’âge.

Comme il faut du répondant en face, le tournoi Kajijà a monté une sélection des anciens internationaux de Diana dont Michel Charbon ainsi que les anciens du FC BFV, Clément et Pierrot Rakotomanga. On aura, c’est certain, une ambiance des grands jours

Cerise sur le gâteau, le match d’exhibition opposant la sélection d’Antsohihy à Elgeco Plus, le champion tananarivien, clôture cette très belle initiative. Car c’est en agissant de la sorte qu’on peut faire aimer cette discipline.

Clément RABARY

Madagascar Tribune2 partages

ROHY préconise le plafonnement du financement de campagne

Après le vote des trois lois électorales et la décision de la Haute Cour Constitutionnelle les sanctionnant, le mouvement ROHY a préconisé le plafonnement des financements des campagnes électorales. Selon les explications, la nécessité de ce plafonnement résulte de plusieurs raisons. Tout d’abord afin de préserver l’égalité de chance des candidats aux élections. Etant donné que la HCC a avalisé la possibilité de recevoir des financements de la part de personnes morales étrangères de droit privé, à part les financements nationaux, certains candidats auraient donc plus à dépenser que d’autres.

Une autre raison est celle d’éviter la grande corruption ainsi que le blanchiment d’argent. Cela pourrait entrainer des « accords occultes entre les candidats peu scrupuleux et des entreprises nationales et/ou étrangères et des pays étrangers », souligne le mouvement ROHY. L’on sait en effet à quel point les moyens financiers et matériels jouent sur les chances des candidats de se faire élire à Madagascar. Ne serait-ce que pour l’accessibilité aux zones reculés de la Grande Ile, ou encore les apparitions sur les chaines radio et télévisées privées. D’autres membres de la société civile insistent également sur l’impératif d’un compte bancaire pour les candidats afin de mieux suivre les dépenses lors des opérations de propagandes et la traçabilité des fonds employés. L’importance des élections à venir pour l’avenir du pays n’est plus à démontrer. Aussi, toutes mesures visant à viabiliser le processus électoral et les résultats seront à encourager.

L'express de Madagascar2 partages

Foire Internationale de Madagascar – Les entrepreneures mises en valeur

Durant les quatre jours d’exposition à Tanjombato, la foire internationale de Madagascar vibrera sur une note féminine.

A l’honneur pour cette douzième édition de la foire internationale de Madagascar, le Groupement des femmes entrepreneures de Madagas­car (GFEM) s’est vu attribuer une place de marque au parc d’exposition Forello Tanjombato. Initialement destiné exclusivement à la France, le pavillon d’honneur sera ainsi partagé avec les femmes dirigeantes durant les quatre jours d’exposition qui ne prendront fin que dimanche. Occupant 15 % de la totalité desstands, le GFEM fédère des micros, petites et moyennes entreprises formelles dirigées par des femmes dans tout le pays. Le GFEM compte à présent, un peu plus de deux cents mem­bres et a pour mission principale d’aider les femmes entrepreneures à se professionnaliser à travers des formations ou des renforcements de capacités.

DiversitéLe renforcement du système de réseautage national et international du groupe  pourra concrètement aider ces dirigeantes à évoluer. En effet, « le groupement entend obtenir une reconnaissance internationale dans la mesure où il appartient déjà au réseau des femmes chef d’entreprise mondial ou FCEM », explique Fanja Razakaboana, présidente du groupement dans le magazine officiel de la foire.Outre les femmes, les jeunes auront aussi l’occasion de faire montre de leur culture entrepreneuriale durant cette vitrine internationale. Pour ce faire, cet après-midi sera consacré au concept de « startup dating » qui vise à servir de plateforme de rencontres entre les jeunes porteurs de projets et des potentiels investisseurs, communément appelés dans le milieu comme les business angels.Les grandes enseignes prônant les valeurs du label « vita malagasy » ne sont pas en reste via des conférences informatives.À l’image du service des postes ou la société Star qui ont respectivement exposé les engagements de la poste face aux besoins évolutifs du marché et les avantages pour les jeunes d’intégrer le groupe à étoiles. Une diversité que souligne le président de la foire, Dominichini Ramiara­manana, « L’efficience de la FIM comme étant une plateforme économique incontournable est maintenant démontrée dans la mesure où la foire est devenue, d’année en année, un évènement multi sectoriel ».

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar2 partages

Secteur numérique – Un « Cluster TIC » rassemble les professionnels du secteur

À l’unisson. C’est dans l’optique de normalisation du marché des TIC dans la Grande île que le groupement des opérateurs de la technologie de l’information et de la communication (Goticom) a lancé hier, à la Chambre de Commerce et de l’industrie, à Antani­narenina le projet pilote.« Démarche Cluster TIC ». Un projet que le groupement réalise avec le Programme d’Appui à l’Emploi et à l’Intégration Régionale (Procom) de l’Union Européenne. « Madagascar a des ressources et des potentiels mal exploités, pour la plupart, mais il reste à cadrer le tout dans une politique de gestion et de gouvernance visant à capitaliser les bonnes pratiques de la démarche cluster TIC », expli­que Dominique Bourgault, coordonnateur du programme Procom. La mise en œuvre du projet pilote s’effectuera sur onze mois, de février à décembre 2017.

Faire blocQuatre entreprises, Ibonia, Ingenosya, Ambre Associates et Orchid System montreront l’exemple en apportant chacune leurs compétences et leurs maîtrises dans un esprit decomplémentarité. Ce qui permettra de souligner les capacités des acteurs du numérique malgache au niveau de l’océan Indien. La démarche cluster vise à rassembler en un seul bloc les professionnels du secteur numérique. L’objectif principal du projet réside surtout dans le fait de contribuer au développement du secteur des services TIC.La « Démarche Cluster Tic » se veut donc être un moteur de mutualisation des ressources et des compétences des entreprises locales pour des projets à grande valeur ajoutée destinés aux acteurs du numérique dans le pays. Ainsi, ces derniers pourront jouir d’une facilité d’accès quant à la conquête du marché régional de l’océan Indien, voire au niveau international. « La démarche régionale est déjà engagée pour faire connaître le Cluster TIC malgache chez nos îles voisines, notamment à l’île Maurice et prochainement à La Réunion », conclut Jean Luc Rajaona, président du Goticom.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar2 partages

Évêques du diable

Il est de la conférence des évêques comme il est du Sefafi, les deux semblent prêcher dans le désert. Les déclarations se suivent et se ressemblent, d’un côté comme de l’autre, à fréquence régulière sans que cela fasse sourciller le pouvoir. Jusqu’ici, ils enfoncent une porte ouverte en mettant le doigt sur des maux que tout le monde connaît, que les citoyens constatent et vivent au quotidien au point de frôler la banalité.Il serait peut-être mieux que le Sefafi et les évêques fassent une introspection, balaient d’abord devant leurs portes pour retrouver une certaine crédibilité, une notoriété reconnue pour qu’ils soient écoutés et entendus, voire craints.Si la société en arrive à cette situation où tous les repères, toutes les valeurs morales, toutes les éthiques ne sont plus que des souvenirs, le Sefafi et les évêques en particulier, l’Église en général, ont failli à leur mission. Le premier ambitionne d’être une plateforme d’éducation de la vie nationale alors que l’Église prétend épanouir tout homme et tout l’homme.Si les bandits osent voler la quête, les cloches, violent les bonnes sœurs et tuent les prêtres comme on égorge un poulet,  c’est qu’ils estiment que l’Église est tout, sauf une institution qui respire l’honnêteté, la droiture et la justice. Les histoires de pédophilie à travers le monde, les malversations au Vatican, la mauvaise conduite de certains prélats de l’Église ont fini par éclabousser toute l’institution, voire la démystifier.L’implication de l’Église à travers le FFKM, et les hommes d’église, dans les affaires politiques ne fait qu’aggraver la situation. On ne peut pas à la fois réclamer la laïcité de l’État tout en s’immisçant dans les complications politiques.La seule vertu qui reste à l’Église est celle de servir de refuge aux politiciens véreux qui savent très bien qu’il suffit de faire le tour de toutes les paroisses et de toutes les confessions pour que la population vous vénère plus qu’un Dieu, pour que l’électorat donne sa voix les yeux bandés. Les évêques ne peuvent pas reprocher aux Présidents qui se sont succédé leur manque de sainteté. Mieux, ils savaient par cœur l’évangile selon Joël et Marc et le font répéter aux ministres pendant le conseil du gouvernement.S’il n’y a que des citoyens sans âme, sans aucun patriotisme, il faut en vouloir aux éducateurs dont font partie le Sefafi et l’Église. Si les ministres sont tous des voleurs, c’est que les sermons et les liturgies  n’ont pas été assez forts pour intimider et n’ont aucune portée. C’est que ni l’enfer ni la prison ne fait plus peur. Si les forces de l’ordre deviennent des bandits en treillis tout en étant des croyants pratiquants, c’est que l’Église ne sert que pour une notoriété sociale, pour sauvegarder une certaine image.Si les juges sont pour la plupart corrompus, c’est qu’ils savent pertinemment que le jugement dernier n’aura pas lieu et qu’ils n’auront pas à être traduits devant le procureur ou le substitut de Dieu pour répondre de leurs actes.À la longue et à l’image du syndicat des magistrats, le Sefafi et les évêques finiront par être taxés de déstabilisation.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar2 partages

Des mots venus d’ailleurs

La langue malgache s’enrichit beaucoup avec des emprunts, bien qu’on ne sache ni les raisons qui le motivent ni celles de la grande diffusion de certains mots à l’intérieur de l’ile. En tout cas, il est certain que tous les peuples navigateurs qui ont eu des contacts avec Madagascar, ont laissé dans sa langue- ou dans ses dialectes- des traces de leur passage. Même si on ne sait en quelle région l’emprunt s’est fait- « c’est le cas des noms d’animaux domestiques d’origine bantoue »- ni par quelles voies il s’est répandu.Parfois cependant, on peut situer et dater l’emprunt. C’est le cas d’un certain nombre de mots d’origine anglaise ou française qui, introduits dans le vocabulaire merina au XIXe siècle, sont ensuite diffusés à partir d’Antananarivo dans les différentes régions de l’île. Il s’agit là d’emprunts de grande diffusion.Certains sont restés localisés à certaines régions. Ainsi J. Dez décèle un emprunt au swahili « mutu » dans le mot « motro », usité dans le dialecte sakalava du Nord-ouest (Boeny) pour désigner le feu (« afo » en merina). Mais les emprunts à cette langue se retrouvent plus fréquemment en pays antakarana et sakalava au Nord-ouest et en divers points de la côte Ouest.De la même origine est le terme « mahigo » employé chez les Sakalava pour désigner le manioc (« mangahazo » en merina).S’il est parfois difficile de situer dans le temps les emprunts au swahili, on peut néanmoins affirmer que pour ce dernier mot, l’emprunt remonte à environ quatre cents ans, au XVIe siècle puisque le manioc a été introduit par les Portugais sur la côte orientale de l’Afrique en provenance du Brésil).Sur la côte Est, on remarque dans le langage courant des mots d’origine française « quoique les habitants les considèrent bien de chez eux. Ces termes sont si bien entrés dans l’usage que les mots merina correspondants sont mal ou pas du tout compris ».Ainsi dans le Betsimisaraka du Sud, le haricot est désigné par « zarico », le merina « tsaramaso » n’étant pas compris dans les coins les plus reculés. La cuillère se dit « koera» et non « sotro ». L’emploi de ce dernier mot risque d’ailleurs de prêter à confusion car en betsimisaraka, il désigne l’action de couper de l’herbe avec un couteau.« Il s’agit de mots dus à la colonisation réunionnaise sur la côte Est et aux nombreuses relations entre cette région et les Mascareignes (Bourbon) depuis le XVIIIe siècle et surtout au XIXe siècle. »Le langage antanosy tel qu’il est rapporté par Flacourt, se caractérise au XVIIe sièclepar l’emploi d’un certain nombre de mots d’origine arabe qui sont, depuis, presque tous tombés en désuétude. Ainsi, le mot « moza » (en arabe « maoûdj ») désigne la vague, le mot« farasa » (faras), le cheval. Le papier se dit encore « karatasy » par une exacte reproduction du mot arabe correspondant, alors que, depuis, la forme « taratasy » dérivée parassimilation s’est substituée à elle.Le terme « ampingaharatra » (fusil) est utilisé dans les dialectes de la côte Ouest et du Sud.« L’origine de ce mot se trouve dans le portugais espingarda (espingole). Une malgachisation s’est opérée à la suite des premières livraisons de fusils par les Portugais », le mot accompagnant l’arme dans sa diffusion progressive dans l’île. De la côte Ouest, il gagne les Plateaux à travers les migrations des Sakalava aux XVIIe et XVIIIe siècles.En revanche, dans la région nord-occidentale, on rencontre le mot « basy » ou plutôt- comme la forme en est attestée par de vieux documents- le mot « bosy ». Ce terme  est à rattacher au hollandais « buks », selon J. Dez. Ce dernier essaie d’expliquer en malgache un terme « basy » désignant des objets en fer ou le fer travaillé sous forme d’objet.Dans le Nord-est de l’île est apparu le mot « bosy » désignant le fusil. « Mais comme cette arme était essentiellement faite en fer, qu’elle a  même pu être considérée comme l’objet en ferpar excellence en raison de son efficacité particulière, le mot basy pouvait être utilisé pour désigner cette arme. »J. Dez termine son étude en spécifiant que bien des mots posent encore des énigmes. « Il y a dans chaque dialecte des mots qui semblent lui appartenir en propre et dont les origines ne sont pas apparentes. » Et de se demander pourquoi le feu (« afo ») se traduit « bolo » en vezo; pourquoi les Betsimisaraka, notamment ceux du Sud, appellent « tokary » le tas de paddy fait dans la rizière avant son transport dans la maison…

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Tia Tanindranaza1 partages

FIM andiany faha-12Hanome tolotra miavaka ny banky BNI

Nosokafana tamim-pomba ofisialy omaly alakamisy, haharitra efatra andro ilay Foara Iraisam-pirenena eto Madagasikara andiany faha-12 tontosaina eny amin’ny Forello Expo Tanjombato.

 Mpanohana ofisialy izany ny banky BNI Madagasikara izay manana tanjona hampandroso hatrany ny lafiny ara-toekarena eto amintsika. Ao amin’ny tranoheva laharana 90 B no misy azy. Ankoatra ny fampahafantaran’izy ireo ny vokatra misy ao aminy  dia miezaka manome fahafaham-po ny mpanjifa amin’ny alalan’ny “tombola”  ihany koa izy ireo izay mety hahazoana solosaina, tablette ary smartphone ho an’ireo tonga mitsidika ny tranohevany. Ny alahady hariva ho avy izao  no hatao ny fisarihana. Marihina moa fa miavaka amin’ireo tolotra omen’ity banky ity mandritra ny foara ny tolotra Credit Vina, tetikasan’olon-tsotra izay hahazoana ilay tolotra hahafahana mijery ny kaontim-bola maimaimpoana ao anatin’ny tranonkalan’ny banky. Nitombo hatrany amin’ny 22 % moa raha tsiahivina ny tahan’ireo olona nindram-bola tamin’ny banky BNI tamin’ny taona 2016 lasa teo.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza1 partages

Mpiasan’ny CUAHalamina ny fisotroan-dronono

Notanterahina teny amin’ny Lapan’ny tanàna Analakely omaly zoma 18 mey 2017 maraina ny fihaonana teo amin’ny talen’ny sampandraharaha misahana ny mpiasa,

Toky R

Tia Tanindranaza1 partages

Volana, mararin’ny voaMila fanampiana maika

Tsy mifidy taona intsony ny aretin’ny voa eto amintsika. Ny fanaovana transplantation any Inde ihany no hany vahaolana tokana ho an’ireo marary maniry ny hiaina maharitra eto an-tany.

Pati

L'express de Madagascar1 partages

Odontostomatologie – La santé buccodentaire en péril

La santé buccodentaire des Malgaches afflige les odonto-stomatologistes. Un nouveau soin sera lancé.

Dans un très mauvais état. C’est ainsi que les odontostomatologistes qualifient l’état de la santé buccodentaire des Malgaches. « Demandez à vos collègues, combien sont déjà passés àl’extraction des dents ou qui ont des dents délabrées. Vous allez être surpris qu’ils sont nombreux », souligne le Dr Eva Ranivoharilanto, chef de service au sein de la direction de la lutte contre les maladies non transmissibles, dans le cadre de la célébration de la semaine de la santé buccodentaire, hier. Et un odontostomatologiste de confirmer, « Souvent, il ne nous reste plus grand- chose à faire qu’extraire la dent, car elle est totalement détruite. C’est pourtant contre-indiqué».Les dernières statistiques officielles datant de l’année 2001, révèlent que 98% de la population active sont touchées par la carie dentaire ou les parodontopathies. Et en moyenne, un adulte atreize dents endommagées. La situation pourrait être pire, en ce moment, notamment chez les adultes. Beaucoup négligent leur hygiène dentaire.La situation socio-économique de la population ne fait qu’aggraver les choses. « Un individu doit contrôler sa santé buccodentaire tous les deux mois, mais rares sont ceux qui respectent cette norme », explique le Dr Dieu Donné Ralaivao, président l’Union des odontostromatologies sortant de Mahajanga.

Nouveau traitementLes caries peuvent contribuer à des maladies respiratoires et au diabète. Non traitées, elles peuvent être sources de douleurs et d’infections graves. Le ministère de la Santé publique a lancé une nouvelle méthode de soin, pour améliorer l’état de la santé buccodentaire. Il s’agit de l’ « Atraumatic Restorative Treatment » ou ART. « Le soin se fait en une seule fois, avec cette nouvelle méthode. Le patient n’a plus à revenir deux ou trois fois. Ce traitement devra inciter la population à soigner ses dents. Pour que ce traitement soit efficace, on ne doit pas attendre d’avoir des douleurs intenses ou que les gencives enflent », souligne le Dr Eva Ranivoharilanto.Par ailleurs, l’insuffisance flagrante d’agents de santé préoccupe. On ne compte que mille deux cent cinquante chirurgiens-dentistes pour les vingt-deux millions d’habitants. Parmi eux, les deux tiers ont des cabinets privés et sont concentrés à Antana­narivo et dans les chefs-lieux de province. Le reste tient les dentisteries publiques des cent treize districts et de quelques communes de Madagascar, alors que normalement, chaque commune doit en avoir une.Depuis quelques années, le ministère de la Santé publique a procédé au recrutement d’une trentaine d’odontostromatologistes par an, pour résoudre ce problème d’effectif. Mais cet effort semble être vain. L’insécurité et le problème d’électrification rurale découragent les concernés.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Aéroport de Taiwan – Trois Angonoka décelées par le scanner

Sorties illicitement du territoire, trois tortues à soc ou Angonoka, une espèce menacée d’extinction et endémique de Madagascar, ont été retrouvées à l’aéroport international de Taiwan, dimanche. Un ressortissant malais, âgé de quarante-huit ans qui les avait transportées est incriminé dans cette contrebande. Les autorités douanières Taïwanaises ont découvert les reptiles en  passant les bagages du suspect au scanner, à l’arrivée d’un vol de Malaysian Arlines. Le quadragénaire a affirmé les avoir achetées pour soi-disant les donner en guise de cadeau à un ami lorsque les douaniers lui ont tiré les vers du nez.En danger critique, l’Angonoka est classée dans l’annexe I dans la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction de la faune et de la flore sauvages (CITES). Bien que le nombre de la population de cette espèce ait été réduite à environ un millier d’individus au bout de plusieurs décennies de braconnages nourris par un incessant trafic à l’international, les pillages continuent de plus belle malgré les mesures en vigueur.

Andry Manase

L'express de Madagascar1 partages

Finances publiques – La transparence est de mise

Transparence. C’est le terme que le directeur des Réformes et de la formation au sein du ministère des Finances et du budget, Onintsoa Raolisoa, a martelé durant la conférence sur la sensibilisation à la trans­parence budgétaire, organisée hier par l’association« Young African Leaders Initiative » ou YALI Madagas­car, au sein de la Chambre de commerce et de l’industrie Antananarivo. Dans son allocution, elle a affirmé que « le citoyen a le droit de savoir où va son argent ».C’est dans le cadre de cette démarche que le directeur de la Synthèse budgétaire, Andrianaivo Régis Rakotomanana, a expliqué les différentes étapes de la préparation du budget annuel au sein d’un ministère. « Le budget annuel se prépare un an à l’avance et suit un long processus », commençant par la détermination des grandes orientations et perspectives budgétaires, l’élaboration et envoi de la lettre de cadrage, les négociations et arbitrages ultimes, la phase parlementaire et la mise en place du budget.La séance de question-réponse qui a suivi la conférence a été l’occasion pour l’assistance, composée d’étudiants universitaires, de demander des éclaircissements sur la diversité des montants attribués à chaque ministère. Selon les explications du directeur de la Synthèse budgétaire, cela dépend des besoins du ministère, « Les ministères qui prévoient de nombreuses tâches demanderont des budgets plus importants par rapport à d’autres qui ne nécessitent pas un très gros budget. Après les négociations, c’est en conseil des ministres que l’on valide ou modifie le budget ».

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar1 partages

Star – Deuxième contributeur d’impôts

Au moins 180 milliards ariary. C’est le montant des taxes versées par le groupe Star dans les caisses de l’Etat. Ce qui la place à la deuxième place des plus grands contributeurs fiscaux à Madagascar, comme l’a annoncé la société dans un communiqué. Depuis plus de 60 ans le groupe est devenu une référence dans le secteur des boissons hygiéniques mais aussi de la bière.Présent à la Foire internationale de Madagascar (FIM) qui se tient en ce moment à Tanjombato, le groupe met en avant ses différents produits et ses contributions dans le développement du pays. En terme d’emploi par exemple, le groupe, avec ses quatre filiales, la Sema Eau Vive, les Brasseries Madagascar, la Nouvelle Brasserie de Madagascar et Malto, emploie aujourd’hui près de mille neuf cents collaborateurs directs et crée plus de huit mille cinq cents emplois indirects. « Pour assurer la performance de ce capital humain, le groupe dispense chaque année d’environ quarante mille heures de formation à ses collaborateurs », a fait savoir une responsable de la société.Pour fabriquer ses produits, la Star travaille avec les paysans des régions Vakinan­karatra, Amoron’i Mania, et Haute Matsiatra. « Grâce à cette forme de collaboration, plus de 50% des matières premières utilisées dans la production de boissons, dont le malt, le maïs et le sucre roux, sont locales car produites par les quelque vingt mille paysans des différentes régions », conclut-elle.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Taolagnaro – Renforcement de capacité du CECJ

Réduire la violence envers les femmes. Tel est l’objectif du Centre d’écoute et conseils juridiques (CECJ) de Taolagnaro. Afin de mener à bien ses activités, un atelier formatif a été organisé dans les locaux de la direction régionale de la population Anosy. «Durant ces trois jours, ils ont reçu des formations en prise en charge psycho sociale ainsi que sur les procédures de décaissement de fonds auprès des partenaires financiers », explique Prudence Rafaliarison, directeur régional de la Population.La violence envers les femmes est encore très présente dans les régions Anosy et Androy. De ce fait, la mission de la CECJ est de recevoir les victimes de violences que ce soit sexuelle, physique, ou morale, et de les conseiller juridiquement.

Moise Fanomezantsoa

L'express de Madagascar1 partages

L’affaire Claudine

L’affaire Claudine a réveillé, tout d’un coup, la lutte contre la corruption. Même dans la justice, classée par les observateurs comme le secteur le plus corrompu de l’administration, des magistrats saisissent l’occasion pour se refaire une virginité. Pour la première fois depuis sa création, le Bianco a reçu des soutiens de la part du public. On assiste à un éveil, à un sursaut de mobilisation anti-corruption. Oui à l’indépendance du Bianco. Non à une justice sélective.En effet, il ne faut pas faire de Claudine l’arbre qui cache la forêt, une sombre forêt de pratiquesillicites : détournements des fonds publics, achats des concours admi­nistratifs, marchés publics sur facturés attribués d’avance, exporta­tions clandestines de l’or, des bois de rose, des produits halieutiques,des zébus, enrichissements illicites. Claudine n’est qu’un maillon de ce vaste système de corruption. Cette petite femme de province n’est ni la seule ni la plus corrompue depuis ces trente dernières années. L’affaire Claudine nous interpelle sur la façon de lutter réellement contre la corrup­tion. La méthode deux poids deux mesures est-elle la meilleure façon de réussir cette lutte  Posons-nous la question, en souhaitant plein succès à la lutte anti-corruption.Dieu a doté notre Grande Ile de richesses incroyables. Mais nous sommes devenus leurs propriétaires appauvris, tout en étant assis sur une mine d’or. Nous voilà devenus l’un des pays les plus pauvres du monde à cause de la corruption, du déficit de l’État de droit, des élections falsifiées. La priorité des priorités de rétablir l’État de droit devient une nécessité urgente devant la dimension que prennent la pauvreté, l’insécurité, les kidnap­pings, les vindictes populaires et cette affaire Claudine. Il nous faut aller à la refonda­tion de la République pour qu’elle ne devienne plus une Répu­blique de façade. Prenons-en cons­cience ensemble.

Par André Rasolo

Midi Madagasikara1 partages

Alu – Vertec: Deux entreprises complémentaires

Dans le secteur de l’habitat et du mobilier, l’alu est à la mode. Du coup, nombreux sont les opérateurs économiques qui y ont investi. C’est le cas notamment d’Alu, un des distributeurs les plus performants dans ce métier. Alu est en effet devenu une référence dans son secteur et les dirigeants de l’entreprise adoptent dorénavant une politique de proximité avec le public. « Nous sommes partis pour une conquête de la plus large clientèle possible, car nos produits sont de très bonne qualité et nous voulons que tous les utilisateurs en profitent » explique Voahirana Andriamahandry, Directeur d’Alu. Vertec entreprise également présente à la FIM. Distributeur de verre, Vertec est complémentaire avec Alu, car les deux entreprises sont dans le même groupe. Vertec offre un certain nombre de produits et services les garde-corps vitrés, les doubles vitrages, les miroirs sur mesure, les découpes de toutes formes, les dalles et escaliers en verre et même la peinture sur verre.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

BFV – S.G : Le client au centre des préoccupations

Une fois de plus, la BFV Société Générale est présente à la FIM. « Pour nous, il est essentiel de placer le client au centre de nos préoccupations à travers un accompagnement durable que nous lui offrons pour la réalisation de ses projets » explique, un responsable de la banque qui propose aux visiteurs de la FIM plusieurs offres spéciales. Entre autres, un taux réduit de 2 points sur le crédit à la consommation Soafeno, ou encore trois mois de gratuité pour toute souscription au Pack Ebene Or, pour les particuliers et au Pack Power pro pour les professionnels.

Midi Madagasikara1 partages

Airtel Madagascar : Une campagne de sensibilisation sur la santé via SMS

Signature de partenariat entre Airtel, PSI et le ministère de la Santé Publique.

Une convention de partenariat a été signée hier entre Airtel, PSI et le ministère de la Santé Publique. Dans ce cadre, vingt campagnes de sensibilisation sur la santé, seront entreprises tous les ans par SMS, pour les populations cibles figurant dans la base de données clientèle d’Airtel. Cette sélection se fait selon le planning et le contenu fourni par PSI Madagascar, d’après les explications. En tout, 40 millions de SMS seront mis à la disposition du ministère de la Santé pour la diffusion des messages de sensibilisation. Selon le DG d’Airtel Madagascar, Maixent Bekangba, ce partenariat marque la continuité des actions sociales entreprises pour la promotion du bien-être de la population et témoigne du renforcement de la collaboration entre l’opérateur et le Gouvernement malgache. De son coté, le ministre de la Santé Publique, Pr Mamy Lalatiana Andriamanarivo a noté qu’il faut chercher constamment des moyens plus efficaces pour améliorer la sensibilisation de la population. Ce partenariat entre dans ce cadre, d’après ses dires. A noter que les campagnes concerneront divers volets sur la santé comme la vaccination, l’allaitement, l’hygiène et la lutte contre diverses maladies, etc.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Diego : Un homme poignardé sans raison

Vendredi 12 mai Noriha Velony un homme de 37 ans a été poignardé à la gare routière. La victime travaillait au guichet de la gare. Tout a commencé lorsqu’il était entrain de faire rentrer des bagages dans le bureau. Il y avait un homme qui restait sur son chemin, il lui a alors demandé poliment  de bien vouloir se déplacer afin qu’il puisse passer. Une dispute a alors éclaté, car l’homme était fâché, puis il est parti. La victime n’a pas donné d’importance à cette banale dispute et n’y a plus pensé. Vers 17h15 Noriha qui avait fini sa journée s’apprêtait a rentrer chez lui, à peine avait-il quitté son bureau que son agresseur l’a attaqué rapidement à l’aide d’un couteau. L’homme l’a poignardé profondément sur la partie droite de sa poitrine et il n’a même pas eu le temps de retirer son couteau, puis il s’est immédiatement échappé. La victime a retiré le couteau coincé dans sa poitrine ensuite il est allé courir après l’homme. Hélas, il n’a pas pu aller bien loin, car il saignait beaucoup, il s’est évanoui en chemin. Les gens sur place l’ont rapidement conduit à l’hôpital. Le responsable de ce crime a été arrêté par la population dans le quartier de Scama. Ils l’ont alors amené à la police. Selon l’information recueillie auprès de la police, le responsable du crime est un manœuvre travaillant à la gare routière, un homme âgé de 34 ans né à Diego et qui n’a jamais connu la prison.

Angeline Coutiti

Orange Madagascar0 partages

L’alternative verte nommée Nanoé

Au-delà d’un simple soutien financier allant jusqu’à 25.000€, le POESAM 2016 a surtout propulsé le développement d’un projet à but social, celui de Nanoé. Les différents problèmes rencontrés par les populations en zone rurale poussent les innovateurs, et les entrepreneurs à chercher des solutions au niveau de la société civile. C’est dans cette optique que Nanoé s’attaque donc au défi d’illuminer les foyers malgaches, et veut ainsi contribuer à l’essor économique des campagnes malgaches, souvent oubliés.

L’initiative part de l’expérience de deux jeunes français qui se sont formés dans de prestigieuses écoles et ont amené leur expertise d’abord en Afrique en travaillant pour Véolia et EDF. Mais c’est à Madagascar, et surtout à Ambanja, qu’ils ont décidé de déposer leurs valises, de créer leur start-up, et de s’imprégner complètement de la culture et la langue locale.

Ambanja est d’abord la terre du cacao, gage de qualité sur le marché de cacao mondial, mais aussi synonyme de dynamisme économique dans la région. C’est la raison pour laquelle Nanoé y est fondé.

« Nous, on vend vraiment l’accès à l’électricité. » 

Les règlements du marché empêchant d’autres opérateurs de fournir un réseau électrique, Nanoé s’appuie donc des « nano-réseaux » collectifs, fonctionnant à l’énergie solaire en abondance dans le Nord.

Les villageois pourront donc acheter des forfaits en prépaiement, notamment via Orange Money, et Nanoé non seulement installera le matériel nécessaire au sein des foyers, mais permettra donc l’accès à l’énergie électrique produit par leurs installations solaires. Le projet a donc pu débuter Mai 2017, en mettant sur le marché de l’électricité à des prix très compétitifs et à la hauteur de la qualité des services et des installations.

Les usagers du réseau national se plaignant souvent du yo-yo des factures, et leurs revenus mensuels s’en trouvant souvent grandement imputés, le système économique de Nanoé permet un contrôle plus efficace du budget des ménages, et la garanti d’une distribution stable, avec un potentiel infini, étant donné que l’énergie solaire ne dépend pas des caprices des prix des hydrocarbures.

Orange donne des ailes

L’électricité est la pierre angulaire d’un développement économique stable et durable, et à l’heure où les pays du monde s’engagent à se tourner vers l’énergie verte, au lieu de l’hydrocarbure, cette initiative est la bienvenue. Utiliser l’énergie solaire est une initiative déjà amorcée par Orange Madagascar dont la majeure partie des sites sont alimentés par l’énergie solaire.

Ce n’est donc pas une surprise si après sa participation au POESAM, Orange Madagascar a décidé de continuer son appui logistique, technologique, et son expertise dans le projet. Nanoé espère donc un lancement au cours de la deuxième, et le buzz local que le projet a créé promet une base clientèle solide dès ses débuts.

Bien qu’il y ait des difficultés administratives ou logistiques dans la création d’entreprise, la participation au POESAM 2016 où Nanoé a atteint la deuxième place et a été récompensé de 15.000€ a permis au projet de prendre un élan considérable.

HHO

Orange Madagascar0 partages

L'Hôtel de Ville de Sambava inauguré

La Commune Urbaine de Sambava se dote enfin d’un Hôtel de Ville, un bâtiment moderne, construit dans les normes, qui conforte son statut de grande ville de la Région SAVA. Depuis l’indépendance, en 1960, c’est un bâtiment, situé près de la nouvelle infrastructure, qui faisait office de bureau pour la CU Sambava. Le Président de la République est venu inaugurer l’Hôtel de Ville de Sambava ce 18 mai. Il était accompagné notamment du Premier Ministre Olivier Mahafaly, et du Président de l’Assemblée Nationale, Jean Max Rakotomamonjy 

La construction de la Mairie de Sambava a coûté 520 millions d’ariary, sur financement de l’Etat. C’est un bâtiment moderne qui dispose d’une vingtaine de salles et de bureaux, ainsi que d’une grande salle de conférence. Chaque département ainsi que ses responsables sont désormais bien localisés, ce qui rend les services dispensés aux usagers plus fluides et de qualité, pour une moyenne de 200 personnes par jours, sur une population de près de 52 000 âmes. Il va de soi que les nouveaux locaux ont aussi changé la perception des habitants quant au concept même d’affaires administratives. A l’heure actuelle, dans le cadre de l’amélioration des services et de la sécurisation des documents, les fichiers d’état civil sont en plein processus d’informatisation. Le Président Hery Rajaonarimampianina a promis d'étoffer le matériel et les équipements à la disposition de la Mairie de Sambava, pour améliorer et moderniser le travail. Il a également insisté sur la nécessité de prendre soin des infrastructures. Par ailleurs, il a aussi annoncé la réhabilitation des routes dans la commune de Sambava, et rappelé celle de la RN6 Ambilobe-Vohemar. En ce qui concerne la sécurité, il a promis un renforcement des effectifs de la Gendarmerie. Par ailleurs, le Chef de l’Etat a offert des machines à coudre à l'association des femmes de Sambava.

Orange Madagascar0 partages

Région SAVA: Le Département Américain du Travail appuie la promotion d’une filière vanille durable

Le Département Américain du Travail (USDOL) a accordé 4 millions de dollars au Bureau international du Travail (BIT), pour appuyer Madagascar dans la promotion d’une filière vanille durable, en particulier par la promotion du travail décent et l’éradication du travail des enfants dans le secteur vanille dans la région SAVA.

En 2011, une étude initiée par le Bureau international du Travail (BIT) a indiqué l’existence du travail des enfants dans le secteur vanille et les mauvaises conditions de travail des agriculteurs, facteurs affectant la compétitivité de la vanille malgache au niveau mondial. Des actions notables ont été ainsi entreprises par le Gouvernement de Madagascar et les opérateurs économiques avec l’appui du BIT, comme la signature en décembre 2015 du Code de conduite pour la lutte contre le travail des enfants dans le secteur de la vanille. Le Gouvernement Américain a noté les efforts positifs déployés et les engagements des autorités et acteurs nationaux pour intensifier les actions déjà entreprises. D’où l’octroi des fonds pour ce nouveau projet intitulé « Soutenir les Acteurs de la Vanille Au Bénéfice des Enfants» ou « SAVA-BE »  lancé ce 18 mai 2017 et qui s’étendra sur une durée de quatre ans pour assurer la poursuite des changements initiés depuis 2016 ainsi que la pérennisation des actions.

 Le projet sera mis en oeuvre par le BIT en partenariat avec le Sustainable Vanilla Initiative (SVI). Le principal objectif du projet est d’améliorer d’une facon pérenne les conditions de vie des communautés productrices de vanille, en s’assurant qu’il n’y ait pas de travail des enfants. Plus particulièrement, les 4 composantes du projet visent à une professionnalisation de la filière, à l’encadrement et l’accompagnement de situation de travail des enfants à tous les niveaux (régional et local). Parmi ses objectifs figure également la mise en œuvre du Code de conduite afin de promouvoir une meilleure structuration et compétitivité de la filière vanille et une amélioration des conditions de vie et de travail des agriculteurs de ce secteur et en particuliers celles des enfants.

Toutes les parties prenantes incluant les autorités, les organisations d’employeurs et de travailleurs, les opérateurs économiques et la société civile seront impliquées dans la mise en œuvre de ce projet pour un secteur vanille durable. Aussi, les capacités des différents acteurs seront renforcées pour une meilleure application des lois et des politiques de lutte contre le travail des enfants.

La cérémonie officielle de lancement de ce jour a été honorée par la présence du Chef de région, de la Spécialiste Emploi du Bureau international du Travail, du Chef de la Section Politique et Economique de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Madagascar et de tous les acteurs du monde du travail et de la vanille de la Région SAVA.

News Mada0 partages

ANMCC : arovana ny vokatra avy eto an-toerana

Nampahafantarina, omaly ny Antokon-draharaha nasionaly misahana ny fanitsiana ny varotra (ANMCC). Nanao ny fiaianany amin’ny maha tale jeneraly ity rafitra ity azy teny amin’ny fitsarana avo Anosy, i Barthelemy sy ny tale teknika, Rarivojaona Njara.

Andraikitry ny ANMCC ny manamora, manelanelana, mba hisian’ny fandraharahana tony eto Madagasikara, mifanaraka amin’ny Politika ankapoben’ny fanjakana (PGE). Ao anatin’izany ny fahafahan’ny orinasa sy ny mpandraharaha eto an-toerana miatrika ny fifaninanana manoloana ny vokatra avy any ivelany ny ANMCC.

Maro ny tombontsoa azon’ny vokatra avy any ivelany amin’ny alalan’ny tsenam-paritra iraisam-pirenena (UE-ACP, Comesa, Sadc, …), toy ny tsy fandoavana haba, ampihimamba ny tsena, sns, ka manapotika ny vokatra ao anatiny isaky ny firenena. Napetraky ny Fikambanana iraisam-pirenena misahana ny varotra (OMC) ny rafitra manitsy izany, toy ny ANMCC, hisorohana ny fiantraika ratsin’ireo tombondahiny azon’ny entana hafarana avy any ivelany. Manohana ity rafitra ity ny minisiteran’ny Varotra sy ny fanjifana eto amintsika.

Njaka A.

News Mada0 partages

Fandraharahana : mbola betsaka ny mampiverin-dalana

Betsaka ny tombontsoa mety ho hitan’ny vahiny mpampiasa vola eto Madagasikara. Maro toy izany koa izy ireo maniry hiditra eto, saingy eo ihany ireo sakana isan-karazany efa hatramin’ny ela. Raha ny hita, mety miverin-dalana na ny avy eto an-toerana aza.

 

Azo lazaina ho manapotika ny toekarena ny krizy politika miverimberina eto amin’ny tany sy ny fanjakana. Taorian’ny 2002 fotsiny, ohatra, tsy latsaky ny 600 tapitrisa dolara ny fatiantoka nahazo ny toekarena malagasy. Mbola tsy tafarina akory ny toekarem-pirenena, niverina indray ny krizy ny taona 2009, 1,7 miliara dolara ny fatiantoka hita. Mibaribary izany tamin’ny fikatonan’ny orinasa maro, fitomboan’ny tsy anasa sy ny very asa, tapaka ny fifandraisana ara-toekarena tany ivelany. Mibaribary ny fitomboan’ny fahantran’ny vahoaka  malagasy.

Maro ny tombontsoa hita …

Mahita anefa ireo mpampiasa vola fa betsaka ny azo hampivoarana ny toekarena malagasy. Harena voalohany misongadina amin’izany ny fahatanoran’ny mponina, mora mahafehy asa, ahitana manampahaizana, ary anisan’ny mamparisika ireo mpandraharaha ireo ny karama azo lazaina fa mora, mora loatra aza ka misy endrika fanararaotana indray.

Tombontsoan’ny mpampiasa vola ny maha Nosy an’i Madagasikara, malalaka, ohatra,  raha ho an’ny sehatry ny jono, misokatra amin’ny fitaterana an-dranomasina. Ny toetr’andro sy ny zavaboahary, mety tsara ho an’ny fizahantany sy ny fambolena. Singa iray afaka manampy tsara ireo mpampiasa vola ireo noho i Madagasikara tafiditra amin’ny tsena eoropeanina, Comesa, COI, Agoa, ary amin’izao fotoana izao, betsaka ny tinady amin’ny vokatra isan-karazany any Azia.

Sehatra iray “saropady” ny tany

Eo anefa ireo tambana isan-karazany, karazana sakana mihitsy mampiverin-dalana ny fandraharahana amin’ny endriny maro samihafa. Sakana iray lehibe indrindra ny fananan-tany. Raha ny lalàna, tsy azo omena ny vahiny ny tany. Ao anatin’ny kolontsaina malagasy mihitsy izay hasin’ny tany izay amin’ny maha tanindrazana azy. Mampikatso ny asa fampandrosoana amin’ny lafiny maro io fananan-tany io eto Madagasikara. Sehatra iray “saropady” ny tany.

Sakana iray lehibe hafa ny mahasarotra ny fanaovan-draharaha any amin’ny fanjakana. Maharitra ela loatra ary izay ihany koa ny anisan’ny mampahazo vahana ny kolikoly any amina sampandraharaha maro. Voakiana matetika ny ao amin’ny fadintseranana sy momba ny hetra. Ary olana goavana mbola tsy voavaha hatramin’izao ny tsy fahampian’ny angovo sy ny faharatsian’ny lalana. Mbola miampy ny tsy fandriampahalemana ireo. Na misy ezaka sy tetikasa maro aza amin’ireo voalaza fa sakana ireo, ny krizy politika no tena atahorana.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Rakotoniaina Pety… : « Tsy miraharaha fiainam-bahoaka ny mpitondra »

Tsy aiza ny fitsinjovana ny fiainam-bahoaka? Tsy miraharaha izany ny mpitondra eto, raha ny fijerin-dRakotoniaina Pety.

« Solombavambahoaka sy ny Antenimierampirenena tsy miraharaha fiainam-bahoaka no misy amin’izao fotoana izao. Tsy misy zavatra manjary amin’izao fotoana izao. Potika ny firenentsika, satria lasa mpitondra tsy miraharaha antsika no mitondra antsika. »

Io ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny antoko Tambatra ary efa solombavambahoaka teo aloha, Rakotoniaina Pety, manoloana ny fahasahiranam-bahoaka ankehitriny. Raha jerena ny fandaharam-potoana, tamin’ny 2 mey no nanomboka ny fivoriana ara-potoana voalohan’ny parlemanta. Nefa amin’ny 31 mey vao hihaona amin’ny governemanta ny Antenimierampirenena.

« Tena mampalahelo sady mahasosotra ny mieritreritra an’izany », hoy izy. Raha ny tena tokony ho izy, vao nanomboka ny fivoriana: tokony ho nisy zavatra nodinihina momba ny fiainam-bahoaka. Eo ny asan-dahalo, ny kolikoly, ny fisondrotry ny vidim-piainana… Be dia be ny zavatra tokony hodinihina.

Nefa tsy izany no atao, fa variana fotsiny mifampiraharaha ny solombavambahoaka sy ny fitondram-panjakana: miaro ny toerany ny ankilany; ny andaniny, miaro ny tombontsoany fa te hahazo fiara 4 x 4, araka ny fanazavany.

Hisy àry sa tsia ny fitsapaham-pitokisana hataon’ny Antenimierampirenena ny governemanta amin’izany? Na ho azon’ireo solombavambahoaka ihany ny fiara 4 x 4 hoe takalony… Raha tsy izany, misy ny « mikarama » fotsiny izao?

R. Nd.

Orange Madagascar0 partages

Partez à la découverte de la 4G d’Orange à la Foire Internationale de Madagascar

La Foire Internationale de Madagascar est le rendez-vous incontournable des opérateurs économiques de la Grande Ile et de l’Océan Indien, et encore une fois, Orange Madagascar n’a pas manqué à l’appel.

Toujours à la pointe de l’innovation dans le monde du numérique et de la télécommunication, l’opérateur téléphonique y expose les dernières innovations technologiques, dans une ambiance à la fois professionnelle, mais aussi familièrement chaleureuse.

Le lancement de la 4G, garantie dans toute la capitale et à Toamasina, et bientôt dans toutes les autres grandes villes malgaches, est d’abord caractérisée par la présence protubérante des terminaux 4G, comme l’iPhone 7 RED 128Go, en exclusivité chez Orange Madagascar, ou encore le tout nouveau Samsung S8 et S8 Plus, un must-have.

Outre les très haut de gamme, Orange compte dans sa collection 2017 différents Smartphones vendus avec leurs forfaits dès Ar 299.000. Notamment, la TECNO N9  qui inclut des heures d’appel ; des tonnes de SMS ; pour les férus du gaming mobile, Gazkar, le premier jeu vidéo 100% Made in Madagascar ; et des Giga d’internet. Orange TV Mobile, disponible sur Smartphone et sur tablette est pratique pour regarder la télé et ne rien rater des informations et émissions phares du moment, même en mobilité. Et pour ceux et celles qui aiment partager,  il y a  « Buy 2 Get 1 FREE » (achetez 2, obtenez 1 gratuit) avec le Smartphone 3G Orange Rise 31, à seulement Ar 338.000.

Orange propose aussi des conférences, avec la présentation des derniers services à destination professionnels, entre deux démonstrations de jeux vidéo en réalité virtuel, en vogue dans la communauté grandissante de gamers malgaches qui n’ont attendu qu’une connexion haut débit à la hauteur pour jouer sans latence, ou « lag » dans le jargon.

Pour cela, Orange propose le Homenet, qui profite d’une promotion avec deux mois de connexion offerts. Cette box permet de faire profiter toute la famille de la 4G en continu à des prix concurrentiels dès Ar 279.000. S’il y a encore un doute sur la rapidité bluffante de la 4G d’Orange, la FIM est couverte dans toute sa longueur par la WIFI d’Orange dont tous les visiteurs de la foire peuvent profiter.

La FIM accueille cette année une grande diversité d’entrepreneurs, notamment par la mise en exergue de l’entrepreneuriat féminin à travers la présence centrale du Groupement des Femmes Entrepreneurs de Madagascar (GFEM). La Foire est l’épicentre de l’innovation, de la création, et du savoir-faire malgache, à visiter et à revisiter, du 18 au 21 Mai 2017.

HHO

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

Chef Lalaina Lartistika et Loïc, propriétaire gérant de «Canela by L L», lancent un nouveau concept.

Des opérateurs économiques chinois, spécialistes en panneaux solaires photovoltaïques, sont à Madagascar pour apporter leurs savoir-faire.

Les éléments de l’Emmo-reg Durant leur intervention à l’université.Photos : Tiana et Fanou

News Mada0 partages

Noraisina ny fepetra : hosazin’ny Codis ireo nihoa-pefy eo amin’ny Rugby

 Hiroso amin’ny dingana henjana sy hentitra kokoa. Tafapetraka iray volana eo izao ny filankevi-pitsim-pifehezana (Codis) eo anivon’ny Malagasy Rugby (MR). Tafiditra amin’ny fanavaozana sy fanatsarana ny tontolon’ny lavalava eto amintsika izany. 

 

« Tonga izao ny fotoana handalovan’ireo rehetra nandika lalàna sy nihoa-pefy eo anivon’ny taranja rugby… » , hoy ny filohan’ny Malagasy Rugby, Rakotomalala Marcel, tetsy Ankorondrano, omaly. Notanisainy ho tsy afa-bela amin’izany ireo nitory ny federasiona sy ireo nilahatra teny Ambohijatovo na koa ireo nanao fandikan-dalàna hafa. Notsiahiviny indray ny fametrahana ilay fanavaozan-drafitra ifotony. Teo koa ny nanitrikitrihany fa tsy mahafantatra ny fisian’ny Top 16 izany izy ireo. « Manao Top 20 raha manaraka ny rafitra vaovao na mijanona amin’ny taloha amin’ny alalan’ny Top 14 ihany », hoy ihany izy. Na izany aza anefa, tsy hanasazy mpilalao na klioba ny MR. Notsindriny anefa fa tsy afaka mibaiko ireo rafitra eo amboniny, toy ny seksiôna, ligy, Malagasy Rugby ny eny anivon’ny klioba.

Momba ny lalao hataon’ny Top 16 ny faran’ny herinandro izao kosa, nambarany fa tsy manakana izany izy ireo noho io lalao io  tafiditra amin’ny tolo-tanana ho an’ny FTM. Nisedra olana teo amin’ny visa rahateo ity ekipa avy etsy Manjakaray ity ka tsy afa-niainga hihazo ny Nosy La Reunion. Na izany aza, nahemotra amin’ny 4 jona izany lalao hataony any ivelany izany. Hisy indray ny lalao hanampiana ny FTM hokarakarain’ny MR, amin’ny alalan’ny komity manokana ka hotanterahina intelo miantoana izany ka manasa-dalana avy hatrany. Hisy ampahany amin’ny vola ho azo hanomanana ny fiatrehan’ny Makis senior, ny fiadiana ny « Can », tanterahina any Maraoka amin’ny volana jolay, ankoatra ny hanampiana ny FTM.

Synèse R.

News Mada0 partages

Rallye ELF Michelin : 30 équipages sur la ligne de départ

Le parcours obligatoire est déjà connu pour les quelque 30 équipages qui prendront le départ de la première manche du championnat de Madagascar de rallye, le Rallye Elf Michelin organisé par le club FMMSAM sous l’égide de la Fédération du sport automobile à Madagascar (FSAM) à partir de demain.

C’est parti pour trois jours de sensations fortes à l’occasion du Rallye Elf Michelin, manche inaugurale du championnat national. Ledit «rallye comme on les aime» organisé annuellement par la FMMSAM compte 13 épreuves spéciales (113,80 km) sur une distance totale de 276,40 km. L’équipage PMU Ndrianja-Fanja (Subaru Impreza), Gérard-Teddy (Mitsubishi Evo 9), Guiguibone-Irdonen (Peugeot 306), Fidy Anjeva-Borman (Peugeot 504), Tahina-Baovola (Subaru), Domvala-Betojo (VW Polo) sont dans la place.

On aura encore une belle bataille chez les T2 car Davonjy-Sandy sur la puissante Foton Tunland et le duo Freddy-Yachine sur Isuzu D-Max font partie des forces en présence. Quant à Haja Danielson et Alain, ils ont troqué le Greatwall Wingle 5 contre une nouvelle monture : la Ssangyong Actyow Sports. Une bête de course qui vient de faire son entrée sur le circuit malgache. Par ailleurs, l’absence des favoris, comme Mathieu Andrianjafy, n’est pas passée inaperçue.

Rojo N.

Liste des inscrits :

1-Alcazaria – Marielle – (FMMSAM) – P.205

2-Nirina – Alcazaria Jr – (FMMSAM) – P.206

3-Papiben – Finoana – (FMMSAM) – P.205

4-Jeffy James – Copain – P.205

5-Ndrianja – Fanja – (Asacm) – Subaru

6-Gerard – Teddy – (FMMSAM) – Mitsubishi Evo 9

7-Haja D – Alain – (TMF/Asacm) – Ssangyong Actyow Sports

8-Jacques – Santatra – (TMF) – Mitsubishi Evo 7

9-Tahiana – Tahiry – (Asacm) – Subaru

10-Anjabob – Fiadanana – (Asa Tana) – VW Golf 3

11-Davonjy – Sandy – (FMMSAM) – Foton Tunland S

12-Rala – Sissi – (MSA) – Renault Clio

13-Domvala – Betojo – (Asacm) – VW Polo

14-Andy – Princy – (TMF/Asacm) – P.205

15-Sten – Krick – (FMMSAM) – P.106 T2R

16-Freddy – Yachine – (Ama / Asacm) – Isuzu D-Max

17-Dani – Herz – (Asa Tana) – Citroen C2

18-Guiguibone – Irdonen – (Asacm) – P.306

19-Nicky – Jackol – (ACCT) – BMW 325 IX

20-NS – Rado – (FMMSAM) – Renault Clio

21-Boana – Miangaly – (FMMSAM / ACCT) – Subaru

22-Hanitra – Moumou – (ACCT) – Subaru

23- Yves – Nitro – (TMF / Asacm) – Subaru)

24-Fidy Anjeva – Borman – (Asacm) – P.504

25-Tahina – Baovola – (Asacm) – Subaru

26-Daddy – Lou – (TMF) – Seat Ibiza

27-Hery Be – Fafah Cop – (TMF) – Subaru

28-Rina – Mirija – (Asa Tana) – Renault Megane

29-Fred – Andry Tahina – (Asacm) – P.206

30-Loom – Lucas – (Asacm) – Mitsubishi Evo X

 

News Mada0 partages

Pétanque : la formation malgache dévoilée

Fin du suspense. Quarterback a levé le voile sur les boulistes malgaches engagés à la tournée estivale 2017 des Masters de pétanque. L’équipe nationale sera  constituée par Christian Andrianiaina dit Nanou, Tojolalaina Rahasintsoa alias Cobra, Hermann Luc Rahaingoson et Herilantosoa Razafimahatratra.

Une formation qui a toutes les chances de soulever le trophée cette année si l’on ne cite que la présence des deux champions du monde qui ont fait rêver le peuple malgache au palais des Sports de Mahamasina. Dans cet ensemble, Luc et Cobra seront au tir vu leur qualité de frappe tandis que Hery sera à l’appoint. Le leader de l’équipe, Nanou, jouera logiquement en milieu, son poste de prédilection grâce à sa polyvalence et son expérience.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Volley-Analamanga : duel au sommet chez les dames

Une 8e journée bouillante attend le public ce week-end au championnat d’Analamanga de volley-ball en première division, plus précisément dans la catégorie féminine. Battue en finale du sommet régional 2016, VBCD croisera le chemin de son bourreau, la formation de Bi’As, ce dimanche dans un contexte totalement différent.

Leader du championnat actuellement, VBCD jouera cette fois-ci dans la peau de favorite, d’autant que son adversaire n’a plus son rayonnement d’avant. Pour autant, c’est dans les grands matchs qu’on retrouve les grandes équipes. Bi’As n’a pas dit son dernier mot dans cette course au sacre. Du coup, on s’attend à une rencontre de haute intensité au grand bonheur du public en ce temps hivernal.

Toujours dans cette catégorie, la bataille des seconds couteaux entre Asi2 et VBCD2 sera également l’une des attractions de la fin de semaine. Bien entrée dans la joute régionale, VBCD2 impressionne contrairement à Asi2 qui peine à rivaliser avec les grandes équipes.

Naisa

Programme du samedi :

1ere division féminine :

AMVB-Afa

Asi2-VBCD2

Programme du dimanche :

1ere division féminine :

Bi’As-VBCD1

Voara-JMVB

Asi1-ASSM

1ere division masculine :

JSA-GNVB

Asi-MVBC

Cosfa-FVB

VBCD-Voara

 

News Mada0 partages

Hikojakojana ny vakoka ny tranon-dRainilaiarivony

 Notokanana, omaly, ny toerana fikojakojana ny tahirim-bakoka. « Tsy nanana toerana tahaka izao ny minisitera efa ho 20 taona mahery nefa  efa maro ireo loza nanjo ireny tahirim-bakoka ireny », hoy ny minisitry ny Kolontsaina, Rabenirina Jean Jacques, omaly etsy Amboditsiry tamin’ny fitokanana ity ivontoerana , ao amin’ny tranon’ny Praiminisitra Rainilaiarivony ity. Notsiahiviny fa teo ny fahamaizan’ireo rova ka nahavery sy nahasimba ireo tahirim-bakoka. Eo koa ny taona maro mianjady amin’ireo tahirim-bakoka an’ny olon-tsotra nefa mila fikojakojana. « Anisan’ny antony nananganana azy ity izany, hamerenana amin’ny laoniny indray azy ireny… Ho toeram-piofanana koa eto ho an’ireo hikojakoja tahirm-bakoka. Hanampy isa ireo efa matihanina ireo voafoana », hoy ihany izy.

Nanohana ny minisitera nahavitana izao fotodrafitrasa izao ny fitondrana japoney, tamin’ny alalan’ny masoivohony eto amintsika, Ichiro Ogasawara. Nanome lesona ny mpitondra ny tenany tamin’ny lahateniny nilaza fa anisan’ny nampatanjaka ny fireneny ny fiarovana ny vakoka sy ny kolontsainy.

Synèse R.

News Mada0 partages

Hillsong France : hizara traikefa momba ny fiderana an-kira

Tao La Réunion ny tarika Hillsong France, ny talata sy alarobia lasa teo. Manohy ny fitetezam-paritra aty amin’ny ranomasimbe Indianina, ao Maorisy kosa izy ireo, ny zoma, asabotsy ary alahady ho avy izao. Aorian’izay, higadona eto Madagasikara ny Hillsong ny alatsinainy ho avy izao. Hisy ny atrikasa izay hataon’ny mpikambana mahakasika ny fiderana an-kira, ny harivan’io alatsinainy io ihany.Ny harivan’ny talata 23 mey kosa ny fampisehoana eto Antananarivo, izay hatao eny Antsahamanitra, manomboka amin’ny 7 ora hariva. Seho matihanina, haharitra 1 ora sy 45 minitra eo izany. Hira manodidina ny 15 eo no entin’ny Hillsong an-tsehatra, ka anisan’izany ireo hira malaza indrindra eran-tany, toa ny “This is living”, “Hosanna”, “Ce nom est si merveilleux”, sns. Hisongadina amin’izany koa ireo hira vaovao anatin’ny rakikira farany, “Que la lumière soit”.Fantatra amin’ny fahaizany mozika ny tarika, izay mivoy ny rock sy ny mozika manaraka ny toetr’andro izay ankafizin’ny tanora sady mandona fo rahateo. Ho lafatra ny lafiny teknika satria manaraka azy ireo hatrany ireo teknisianina mpikirakira ny feo, ny jiro ravaka, sns. Amin’ny maha andro andavanandro ny seho, niezaka ny mpikarakara hamaly ny filan’ny mpankafy, ka hisy ny fiara manokana natao hodian’ireo tsy manana.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Ho fanampiana an’i Volana… : hanolotra seho «Tolo-tanana » ny Singers of Jesus

Tratran’ny aretin’ny voa ka mila fanoloana tanteraka izany any ivelany i Volana. Hisy ny “Tolo-tanana”, seho hafanain’ny Singers of Jesus, ho fanampiana azy.Volana, renim-pianakaviana iray, tojo aretina sarotra. Tratran’ny “insuffisance rénale chronique”, efa hatramin’ny taona 2009 izy, ary nihombo hatrany izany. Mahatsapa ny fahasahiranany ireo namana sy Havana, ka nanangana ny Association Solidarité Volana (ASV), mba hanampiana azy.Ho tohin’ny hetsika efa natomboky ny fikambanana, hisy ny fampisehoana izay natao hanagonam-bola, hotontosaina ny alahady 21 mey izao, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro, etsy amin’ny Dôme RTA. “Tolo-tanana” no lohanteniny, satria izay rahateo no tena antony.Hanafana ny fotoana ny Singers of Jesus, tarika mpanao gospel anisan’ny malaza eto. Hivahiny amin’ny seho koa i Stéphan Rambl, Natiora (Kopi Kolé Hantatiana) ary Hugues Rakotomalala. Araka izany, hiara-dalana ny fiderana an-kira sy ny fanentanana ho amin’ny fifanohanan’ny samy mpiara-belona.

Mila vola 175 tapitrisa Ar“Tsy misy afa-tsy roa sisa ny vaha olana amin’ny aretiny: na manohy ny “dialyse” na manao girefin’ny voa. Nahita hopitaly afaka mandray azy any New-Delhi any Inde izahay, ary efa voalamina avokoa ny momba ny fitsaboana fa ny vola sisa no tsy am-pelatanana. Mila 175 tapitrisa Ar ny fandidiana ka izay no hanaovanay antso avo”, hoy ny nambaran-dRanaivoson Mialy, fiohan’ny fikambanana ASV.Nanomboka ny taona 2009 Razafintsaovina Vololoniaina, na i Volana no fantatra fa tatran’ity aretin’ny voa ity. Niitatra izany ny taona 2013, satria nisy fivontosana tao amin’ny voa ankavanana, ka voatery nalana tany Maorisy izany. Tsy miasa tsara intsony koa anefa ny voa ankavia, sa voatery mizaka “dialyse” in-droa isan-kerinandro izy. Ankoatra ny halafosany, mandreraka fo vetivety ny “dialyse” ka tratran’ny “anémie” na ny tsy fahampian-dra matetika koa izy.“Raha jerena ety ivelany, toy ny rehetra ihany aho. Misy anefa ny tsy maintsy fadiako mafy, toy ny rano izay zara raha mahazo misotro sy ny sakafo. Tsy afaka mampiasa vatana be loatra intsony koa, kanefa na izany aza miasa ihany aho satria ilaina izany”, hoy kosa ny nambaran’i Volana, mikasika ny aretiny.Izay fanantenana izay indrindra no tsy tian’ny namany ho very, ka manentana ireo afaka manampy eto sy any ivelany izy ireo. Ankoatra ny fandraisana anjara any amin’ny fampisehoana amin’ny alahady, misy koa ny fahafahana manampy amin’ny alalan’ny Mobile Money mankany amin’ ny laharana 034 11 389 26, 033 11 389 26 na 032 52 155 46.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Razafindramboa Marie Hortense : « Loza mitatao ny tsy fahaiza-mikajy… ny vakoka »

Notontosaina omaly, tetsy anoloan’ny Tahala Rarihasina Analakely, ny fanamarihana ny « Andro iraisam-pirenena ho an’ny mozea » (Jim). Tafa nifanaovana tamin-dRazafindramboa Marie Hortense, talen’ny Ofisy mitantana ny vohitr’Ambohimanga (Oscar) no nanazavany fa « loza mitatao eo amin’ny fanabeazana ny tsy fahaiza-mikajy sy ny tsy fampiroboroboana ny vakoka ho fantatry ny taranaka aty aoriana ». Raha ny fanazavany, fitaovana afaka mitahiry hafatra sy soatoavina ny vakoka. Tsy misy manana io toetra ilaina amin’ny fanabeazana io raha tsy ny vakoka ihany. Azo hanovozam-pahalalana no miteraka fifanakalozana ny fisian’ny fitehirizam-bakoka. « Ny maha izy antsika no very raha sanatria ka simba na potika, sns, ny vakoka », hoy hatrany ny talen’ny Oscar.

Tsy takon’afenina ny fisian’ny fanatontoloana sy ny fibosesiky ny teknolojia vaovao amin’izao vanim-potoana izao. « Manabe ihany koa ireny, saingy mety ahitana fifanoherana amin’ny fanabeazana nisy teto. Mety ho afaka mifameno koa anefa raha hay sy voatazona tsara ilay fomba fanabeazana avy amin’ny fisian’ny tahirim-bakoka… Satria tsy ho very mihitsy ny maha izy ny Malagasy », hoy izy. Noho izany, mila ampiroboroboana ny anjara toeran’ny mozea eo amin’ny fiarahamonina.

Fantatra fa mahatratra 25 ny mozea eto Madagasikara. Roa kosa no mangataka ny hanangana mozea : ny Akademia Miaramila sy ny Ekar Andohalo. Anisan’ny fepetra takiana amin’ny fanatontosana izany ny fananana angon-tahiry, trano hanaovana ny fitahirizana, toerana hahafahana manarina ny simba, olona hitantana izany, sns.

Lohahevitry ny « Jim » amin’ity taona ity : « Mozea sy ny tantara mampangirifiry, miresaka ny tsy azo resahina ny mozea ». Voamarina tamin’ny ranty omaly tokoa io lohahevitra io. Iray amin’ireny, ohatra, ny teny nambaran’i Marcel de Coppet tany Betafo ny 17 avrily 1947 nanao hoe « Raha ady no tadiavin’ny Malagasy, dia ho avy ny ady ». Tsy faheno kanefa nisy raha ny voarakitry ny vakoka.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Canela by L & L : un nouveau concept, une nouvelle carte avec Chef Lalaina

Canela Antsahavola fait peau neuve. En collaboration avec Chef Lalaina Lartistika, Loïc, le propriétaire gérant, a décidé de s’ouvrir davantage au grand public en lançant un nouveau concept. Désormais, le restaurant s’appellera « Canela by L L » et se spécialisera dans la bistronomie.

«Nous partageons la même vision. C’est pour cette raison que j’ai accepté de travailler avec Loïc», a fait savoir Chef Lalaina, lors d’une conférence de presse tenue, hier, au Canela by L L à Antsahavola. Ensemble, ils ont décidé de présenter une nouvelle carte, accessible à tous et qui mettra dorénavant l’accent sur les cuisines simples, classiques et gourmandes de grand-mère. Dans un cadre à la fois somptueux, luxueux et tranquille, avec une terrasse et situé en plein centre ville, Canela L L fait partie de ces adresses à visiter absolument.

Les recettes de grand-mère remises au goût du jour

Au fait, il y a trois semaines, ce chef renommé a dispensé une formation à une nouvelle équipe composée de jeunes qui assureront le côté cuisine dans le restaurant. «Chaque semaine, je serai présent pour superviser», a-t-il indiqué. Ainsi, la carte changera tous les deux ou trois mois et se déclinera ensuite par rapport à la demande des clients. «Nous n’utilisons que des produits frais et de qualité. La carte change donc selon les produits de saison au pays» a précisé Loïc. L’objectif est de remettre au goût du jour les recettes de grand-mère, comme le pot-au feu, la salade, le «hena ritra», la tête de veau ou encore la langue de bœuf…

Transmission de savoir-faire

«Mais je profite surtout de cette formation pour transmettre mon savoir-faire parce qu’il existe des jeunes talents qui méritent d’être soutenus. Ils ont parfois juste besoin d’une petite remise à niveau», a souligné Chef Lalaina. Ainsi, cette nouvelle équipe de Canela by L L sera dirigée par une jeune femme chef, âgée seulement de 23 ans, mais qui n’en est pas moins dénuée de savoir-faire.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Jejy Music : les musiques malgache et américaine au diapason

Fort du succès de la précédente édition, Jejy music orchestra choir renouvelle l’expérience à l’occasion d’un concert au Carlton Anosy ce dimanche.

«Meeting of Malagasy and American music», c’est ainsi que Jejy music orchestra choir signe son traditionnel concert annuel. En d’autres termes, c’est un dialogue musical entre la Grande île et le pays de l’Oncle Sam qu’il va proposer aux mélomanes de la capitale.

Pour la cinquième année consécutive, l’Orchestre a su surprendre avec près d’une centaine de musiciens à cordes, à vent et à percussion… accompagnés des sublimes voix de chœurs d’enfants et d’adultes. Et cette édition ne dérogera pas à la tradition.

«C’est une ambition renouvelée de partager encore la scène avec l’American school of Antananarivo band, cette année. Outre son intérêt culturel, une grande partie du fonds récolté à l’issue de ce concert servira à nos œuvres de bienfaisance pour le développement de la musique à Madagascar et plus particulièrement, pour ceux qui recèlent des talents mais n’ayant  aucun moyen de les faire valoir», confie Miangaly Razakamahefa auprès de Jejy Music.

A cette occasion, une ribambelle de jeunes musiciens va faire étalage de son savoir-faire en présentant un répertoire éclectique avec notamment la trompette et la valiha. La 2e partie laissera la part belle aux grands classiques de la musique américaine et la musique malgache réarrangées par les soins de Hando Razakamahefa, directeur de Jejy music orchestra choir.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Polisim-pirenena : voatendry ho talem-paritra ny kaomisera R. Joel

Niova mpitantana ny foibe fitondran’ny filaminam-bahoaka eto amin’ny faritany Antananarivo. Voatendry ho talem-paritan’ny filaminam-bahoaka vaovao ny commissaire divisionnaire de police, Randriananjoanimanana G. Joel, izay hisolo toerana ny tale teo aloha, ny commissaire divisionnaire de police, Rakotoarimanana Harilala izay voatendry ho talen’ny filaminam-bahoaka.

Notanterahina tetsy amin’ny birao fiasan’ny talem-paritry ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka eny Ambohidahy ny fifamindram-pahefana. Tamin’ny lahateny fohy nataon’Atoa talem-paritra teo aloha no nisaorany ireo mpiara-miasa aminy rehetra ary nitsofany rano ny tale vaovao hahatontosany ny adidy lehibe hosahaniny indray manomboka izao.

 Ny talem-paritra vaovao kosa raha nandray fitenenana, nisaotra ny minisitry ny Filaminam-bahoaka tamin’ny nametrahany ny fitokisana taminy. “Tamim-pitiavana sy tamim-pirahalahiana no niarahana niasa tamin’ny tale teo aloha, ka ireo anatranatra sy paik’asa nahitam-pahombiazana nataony dia hotohizana ary asiana fanatsarana hatrany mba ho tombontsoan’ny vahoaka”, hoy izy. Nambarany fa vaindohan-draharaha ny fametrahana ny fandriampahalemana maharitra eto amin’ny faritanin’Antananarivo.

Kidnapping

Heverina fa ao anatin’ny ady amin’ny jiolahy, indrindra ny kidnapping eto an-dRenivohitra notakin’ny praiminisitra ny anton’izao fanovana olona izao. Ity raharaha kidnapping ity izay mahabe resaka indrindra ka andrasana izay fepetra sy ny fanazavana avy amin’ny tompon’andraikitra ambonin’ny polisy toy izao. Efa misy rahateo ny fanadihadiana mandeha, ny momba ny olona natao famotorana sy ny fiara nampiasain’ny jiolahy. Aiza ho aiza ny famotoran’ny polisy momba izany?

Yves S.

News Mada0 partages

Mitohy ny gaboraraka amin’ny harem-pirenena : Malezianina iray tratra nitondra sokatra angonoka telo tany...

 Tsy voafehy mihitsy! Tantara mitohy tsy misy farany ny fanondranana antsokosoko harem-pirenena miainga avy aty Madagasikara mankany ivelany. Navoakan’ny gazety iray any Taiwan fa tratran’ny tompon’andraikitry ny ladoany, ny alahady lasa teo, ny teratany malezianina, antsoina hoe Chan, nitondra sokatra telo. Nandeha tamin’ny fiaramanidina malezianina Malaysian Airlines ity lehilahy ity, tratra tany amin’ny seranam-piaramanidina Taiwan Taoyuan. Hita tamin’ny fitaovam-pitiliana rayon X ireo sokatra telo, karazana angonoka, tsy fahita raha tsy aty Madagasikara. Nambaran’i Chan, 48 taona fa novidiany ireo sokatra ireo ary hataony fanomezana ho an’ny namany.

Biby lafo indrindra maneran-tany

Araka ny nambaran’ilay gazety, manodidina ny 1.000 dolara (998 dolara) ny tombambidin’ny iray sentimetatra amin’ny sokatra angonoka, biby lafo indrindra ankehitriny maneran-tany. Mirefy 41 sm ny iray tamin’ireo sokatra, tombanana ho 40.000 dolara, izany hoe 120 tapitrisa Ar, 26 sm ny faharoa tombanana ho 26.000 dolara (78 tapitrisa Ar) ary 24 sm ny fahatelo, 24.000 dolara (72 tapitrisa Ar).

Araka ny fenitry ny Rafitra iraisam-pirenena misahana ny biby ahina ho tamingana sy tandindomin-doza (Cites), voasazy roa hatramin’ny 10 taona an-tranomaizina ny fanaovana trafikana biby na zavamaniry, nivoaka tany amin’ny faritra arovana, toy ny sokatra angonoka. Marihina mantsy, fa avy any Soalala, faritra arovana eto Madagasikara irery ihany no ahitana ny sokatra angonoka.

Maivana ny sazy

Tsy hita anefa ny fampiharana io sazy io eto amintsika, satria tsy niharan’izany na ireo olona efa tratra teto aza. Tsy mahagaga raha vao mainka mirongatra ny trafika satria maivana ny sazy, sady voalaza fa tambajotra matanjaka no ao ambadik’izy ireo matoa tafavoaka miala an’i  Madagasikara, toa an’ireo sokatra 330 tratra tany Malezia, ny faran’ny herinandro teo.

Marina fa nisy tokoa ny tratra, toy ny teny Ivato, ny talata hariva teo, saingy maivana ny didy mivoaka. Ho an’ilay tratra teny Andranomena, nahatrarana sokatra 227, ohatra, herintaona sy herintaona sy tapany monja ny sazin’ireo meloka, miampy onitra 4 tapitrisa Ar. Efa voalaza etsy ambony io anefa ny tombambidin’ny sokatra eo amin’ny varomaizina iraisam-pirenena.

Randria

News Mada0 partages

Ny mpiambina tanana ihany no nanafika… : lasan’ny jiolahy nirongo basy ny vola 100 tapitrisa Ar

 Nampiasa hery ireo jiolahy nanerena ny tompon-trano, namoahana ny volabe vidim-bato vao lafo ny asabotsy teo. Ny mpiambina tao an-tanàna ihany no mivadika manafika…

Tokantrano iray no notafihan’ny jiolahy nirongo basy tokony ho 10 teo, teny Marobiby Fiombonana Itaosy, ny alatsinainy tokony ho tamin’ny 8 ora alina. Nirongo basy ireo ary nandrahona sy nandaroka ny vady aman-janaky ny tompon-trano. Lasan’ireo jiolahy ny vola 100 tapitrisa Ar sy volamena milanja 500 grama.

Nahazo antso ny polisy fa misy tokantrano iray notafihin’ny jiolahy miisa 10 izay mirongo basy teny Itaosy. Nidina avy hatrany teny an-toerana ny polisy ka telo lahy no voasambotra ary ireo no nanoro ny namany izay tratra teny amin’ny fasan-karana, saika hitsoaka any Bekily. Tamin’ny fanadihadian’ny polisy,  mpiambina ilay tokantrano notafihiny ihany ny sasany amin’ireo jiolahy.

“Ny asabotsy teo, nahalafo vato ilay mpampiasa ka hitan’ity mpiambina izany. Nantsoiny avokoa ireto namany ka ny alatsinainy izy ireo no nanafika ilay tokantrano”, hoy ny avy amin’ny polisy. Nasain’ireo olon-dratsy navoaka ny vola sady nambanany basy ny tompon-trano. Nodarohina ny vady aman-janany nandritra izany. Nitsoaka izy ireo rehefa azon’izy ireo izay nilainy, ka tamin’izany no tonga ny polisy. Tratra tamin’io fotoana io ny telo lahy. Tafaporitsaka kosa ilay nitondra ny volamena sy ireo basy. Mbola karohina noho izany ny naman’ireto jiolahy ireto.

Na teo aza ny fahasamborana ireo dimy lahy, milaza ny mponina eny amin’ity faritra voatafika ity fa mitaintaina hatrany izy ireo amin’ny afitsoky ny jiolahy. Ankoatra ny fanafihana mitam-piadiana tahaka ity tranga ity, mamely ihany koa ny mpanendaka sy ny mpangaro-paosy. Tranga efa manerana an’Antananarivo rahateo izany fa tsy ny eny Itaosy ihany. Manao ny ezaka ny polisy, saingy ireo olon-dratsy mihitsy no efa maro.

Natolotra ny fampanoavana omaly, izy dimy lahy ireo ary naiditra am-ponja vonjimaika.

Yves S.

News Mada0 partages

Gadra 28 tao an-tranomaizina : nohamafisin’ny fitsarana ny fanasaziana an’i Mamodtaky

 Nolavin’ny fitsarana ambony any Frantsa ny fangatahan’ny mpisolovava an’i Mamodtaky, mba hanenana ny saziny ho 15 taona an-tranomaizina. Nohamafisin’ny fitsarana frantsay ny fanasaziana azy ho 28 taona an-tranomaizina, araka ny vaovao avy amin’ny gazety Zinfos 974. Ity Karana ity izay voampanga ho namono olona dimy, fianakaviam-badiny ihany, teny Fenoarivo, ny 22 avrily 2001. I Mamodtaky izay nanda hatramin’ny farany fa tsy namono ary tsy nampamono ireo olona ireo nandritra ny fitsarana azy teto Madagasikara sy tany La Réunion ary tamin’ny fitsarana azy voalohany tany Paris. Ny vavolombelona rehetra izay nanaovan’ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana fanadihadiana anefa, nandentika azy hatrany. Nandritra ny fiverenan’ny raharaha tany amin’ny fitsarana frantsay, ny 31 marsa 2017 teo, niaiky ny heloka nataony indray izy io. Manana ahiahy amin’ity fiovan-dresaka ity ny vadiny teo aloha, Anita Remtoula, izay tsy matoky izay zavatra tenen’i Mamodtaky. “Tsy azo antoka izay laizany, te ho votsotra mialoha ny fotoana izy ary misy zavatra ketrehiny”, hoy ity vadiny teo aloha ity.

Yves S.

News Mada0 partages

Chronique : anticiper sur les mouvements

La montée de l’extrême-droite dans le monde ne saurait distraire du danger du terrorisme islamiste sur la planète. Vraies menaces que ces dérives servies par des adeptes aussi actifs qu’activistes, dont la dangerosité est proportionnelle à la masse de crimes qui ne constituent pas barrière et au nombre de victimes qui ne font pas limite, ils sont déterminés à tout opérer pour parvenir à leurs fins. On n’a pas toujours le loisir de choisir entre la peste et le choléra, ou d’entre deux maux choisir le moindre : trop tard de vouloir choisir son bourreau une fois au pied de l’échafaud. Protéger de ces fléaux n’est qu’une partie des devoirs de protection que les responsables publics doivent assurer aux populations, avant que celles-ci ne tombent en ce jour sous le charme et dans le piège de leur exécuteur des lendemains.

C’est que bien de tsunamis guettent le monde. Des stratégies se concoctent sur le plan économique. Concocte est le vocable approprié tant la préparation de ces plans s’entoure de discrétion, encore que discrétion n’est qu’un mot faible pour qualifier les précautions prises pour protéger ces secrets d’Etat, des secrets concernant la sauce à laquelle on va nous bouffer tout crus. Il n’est même plus question de partage du monde en zone d’influence, les effets de la mise en œuvre de ces projets suffisent à emporter les pays faibles dans les vagues d’un «nage ou crève».

L’Arabie Saoudite, dans le sillage des Emirats tels le Qatar affecte des milliers de milliards de dollars à des emplettes sur le marché mondial et acquérir tout ce qui bouge et tout ce qui rapporte. La Chine et les satellites dragons du Sud-est asiatique se préparent à faire un deuxième grand bond toutes griffes sorties. Les Etats-Unis ne sont pas en reste, avec l’Union Européenne ils s’habillent de TAFTA, un harnachement guerrier pour entreprendre la guerre commerciale planétaire de demain.

Au milieu de cet océan la coquille de noix, Madagascar, menace à tout moment de se fracasser entre les gros navires. Les barreurs courent le risque de perdre le contrôle de leur frêle esquif : voguer au gré des vagues sur une mer houleuse infestée de pirates ? Réfléchir à l’avance ne mange pas de pain ni ne diminue les chances des générations futures. Les problèmes d’aujourd’hui ? Aujourd’hui c’est déjà demain.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : au T. C. E. (1)

Sous le titre ci-dessus, nous lisons dans la Tribune du premier mai ce qui suit :

La saison particulièrement dure que nous venons de traverser – cyclones, avalaisons, éboulements, inondations – a eu au moins l’avantage d’indiquer définitivement les défectuosités primitives du tracé, à la traversée de la Grande Forêt. On sait que les premiers ingénieurs, forcés de se lancer à travers une contrée absolument inconnue et singulièrement bouleversée, durent s’en tenir à une sorte d’à peu près.

Il nous revient que la Direction s’occupe actuellement, avec méthode et diligence, de procéder à d’importantes rectifications de la voie ; un travail intense s’accomplit depuis trois mois et se poursuit sans trêve dans cette région. Il paraît que, lorsque tout sera achevé, le trajet de Tananarive-Tamatave et vice versa en sera écourté de plusieurs heures, de sorte que les trains parviendront en plein jour aux deux gares têtes de ligne.

Nous en présentons dès maintenant les remerciements de leur clientèle aux techniciens du T. C. E.

Comme notre grand confrère est toujours bien éclairé, se trouvant près du soleil, nous avons tout lieu de croire que les renseignements ci-dessus sont de tout point exacts et sans fausse modestie nous pouvons avouer qu’à leur lecture, nous avons éprouvé une légitime satisfaction d’amour-propre, non pas que nous estimions avoir été dans ces modifications même la mouche du coche, mais enfin il nous est bien permis de rappeler que, il y a juste dix ans, – en 1907, – en pleine construction du T. C. E., nous avons soutenu une campagne pour démontrer que cette voie ferrée pouvait être raccourcie d’un tiers, économisant ainsi une bonne part du capital investi dans sa construction et par suite diminuant pour une part proportionnelle les frais d’exploitation ainsi que l’usure du matériel.

C’est donc avec satisfaction que nous voyons aujourd’hui M. Lebureau sortant de sa routine professer la même manière de voir et de l’idée passer à l’exécution.

Sans doute il eut été plus économique d’opérer ces modifications alors que la voie n’était pas encore terminée. Mais enfin mieux vaut tard que jamais.

Toutefois, a-t-on pensé à faire d’une fois et pour longtemps les modifications qui s’imposent.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tototry ny taratasy tsy ho aiza

Tsy atao resaka intsony ny taratasy fenoina tsy fantatra izay tena antony rehefa manao raharaha any amin’ny fanjakana. Diso fantatra ny tsy fahaizana mandamina ny fitahirizana na ireo karazana porofo saro-pady sy saro-bidy, mitory ny zo (toy ny titra fananan-tany) na manambara ny fanefana adidy. Samy mahatsiaro ny tsirairay fa efa nanontany tena mikasika ny antony nitakiana taratasy indroa miantoana izay mazava fa ho very an-javony ny faharoa.

Matetika moa dia mihevitra ny mpanatanteraka fa ny habetsahan’ny taratasy no manome lanjany ny raharaha iadidiany.

Toy izany koa ny fiheverana fa ny taratasy mari-pahaizana atao hoe diplaoma no manome lanja ny olona iray. Tsy manambany ny diplaoma sanatria ny fanontaniana hoe firy amin’ireo diplaoma no tena nanokatra varavarana eo amin’ ny lalam-piainana.

Ilay diplaoma “baccalauréat” fantatra fa fanaovam-beloma an-dRafahazazana, iny no fanalahidy raha toa hiditra any amin’ny fianarana ambaratonga ambony. Tsy hisy handà fa mampitombo fahalalàna sy mampisokatra saina ny fianarana, ary ny olombelona dia tsy mitsahatra manomboka any amin’ ny fahazazana ary na efa be taona aza amin’ny filàna fanitaran-tsaina. Eo amin’ny fiarahamonina koa moa dia ilaina ho an’ny fitadiavana asa ny diplaoma, iny no karazana vavolombelona mitory ny fianarana nodinganina.

Tsy ireny taratasy ireny lalandava anefa no ampy hitsarana ny lanjan’ny maha-olona, izany hoe tsy izay  be diplaoma dia afaka idehadehaka ho mahavita azy ary ireo tsy manana kosa dia ho ahilikilika fa hoe babakoto.

Tsara ny fananana fahaizana, tsara toy izany koa ny fananana diplaoma, fa ny tena karohana izao dia ny olona manam-panahy. Eo lalandava moa no mihodinkodina ny tsy fandrosoan’ny raharaham-pirenena. Na tsy afaka lazaina aza fa nifidy olona noho ny fahaizany ny vahoaka dia maro ireo mihevitra fa ny fahaizana no maha-olona. Mifanipaka amin’ny hafatra napetraky ny Ntaolo izany, araky ny voalazan’izy ireo dia ny fanahy no maha-olona. Afaka inoana fa any amin’ ny firaisamonina rehetra any misy ireo olona manam-panahy mendrika ny handray anjara eo amin’ny fitantanana. Amin’izao fotoana izao mitady hirona any amin’ny firaisamonin’amboa ka ny matavy (ara-bola na ara-taratasy) no hany lelafina.

Léo Raz

News Mada0 partages

Fanarenana ireo traboina : fianakaviana 1.309 hahazo 60.000 Ar avy

1.309 ireo fianakaviana hisitraka ny tetikasa Vatsy  izay karakarain’ny Croix rouge Malagasy sy ny Croix rouge Danoise ary tohanan’ny vondrona eoropeanina vola. Singanina manokana ireo fianakaviana tena sahirana indrindra ireo nisedra traboina nandritra ny fandalovan’ny rivodoza Enawoo farany teo.

Ao anatin’ny boriborintany voalohany avokoa ireo fianakaviana 1.309 ireo. Voakasik’izany ny fokontany 10, Antohomadinika III G Hangar, Afovoany, Atsimo, FAAMI, Andohotapenaka I, Andohotapenaka II, Andohotapenaka III, Antetezana Afovoany, Andavamamba Anjezika I ary Ankasina.

Mitentina 60.000 Ar  isaky ny fianakaviana no hozaraina hahafahany miarina sy mivelona taorian’ireny fahavoazana ireny.

Nofantenana tao anatin’ny lisitry ny traboina teny anivon’ny fokontany ireo fianakaviana ireo. Fianakaviana tsy mbola nahazo fanampiana tamin’ny fikambanana hafa ihany koa izy ireo. Nojerena manokana raha misy ankizy na zokiolona na olona manana fahasembanana ao amin’ireo fianakaviana ireo.

Maherin’ny 30 ireo mpilatsaka an-tsitrapo ao amin’ny Croix rouge malagasy niaraka tamin’ny teknisianina nanao ny fanisana teny ifotony sy nijery akaiky  ireo tena sahirana. Nanentana ireo mpisitraka amin’ny tokony hampiasana ara-drariny ny vola omena azy ireo ihany koa ireo mpilatsaka an-tsitrapo ireo.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fanadinana momba ny zaitra : nampitoviana ny laza adina manerana ny Nosy

Nitohy, omaly, ny fanadinam-panjakana ho an’ireo toeram-piofanana arakasa momba ny zaitra sy mandidy akanjo, andraisan’ireo sekoly nahazo fankatoavan’ny fanjakana anjara.  Niompana tamin’ny fampiharana sy ny lafiny teoria izany ary noferana ny fe-potoana nanaovana izany ho an’ireo mpiadina. Mitovy avokoa, samy laza adina iray ihany, nampitoviana no natrehin’ireo mpiadina rehetra manerana ny Nosy. « Tanjona amin’izany ny fampitoviana lenta ny eo anivon’ny fanjakana sy ny toeram-piofanana tsy miankina, hahafahan’ireo sekoly ivelan’ny fanjakana mahazo marim-pahaizana na diplaoma ankatoavin’ny minisiteran’ny Asam-panjakana », hoy ny tompon’andraikitry ny toeram-piofanana iray. Anisan’ny manana mpiadina amin’izany koa ny eo anivon’ny Eccova avy amin’ireo toeram-piofanana 12 manerana ny Nosy, ahitana mpiadina 380, araka ny nambaran’ny taleny, Razanamanalina Volana. Sambany mandray anjara ny any Antalaha sy Nosy Be, hamoaka mpianatra amin’ity taona ity.

Randria

News Mada0 partages

Epidémie de peste : baisse du nombre de cas et de la mortalité

L’épidémie de peste dans les zones pesteuses se raréfie. Et grâce au renforcement des actions de riposte, le nombre de décès a également connu une nette baisse par rapport aux dernières années. Mais il reste beaucoup à faire pour maîtriser cette maladie surtout avec l’apparition de nouveaux foyers pesteux.

Réduit de moitié. Le nombre de cas confirmés de peste a connu une nette baisse ces cinq dernières années d’après le suivi. Plus de 600 cas ont été notifiés lors de la saison pesteuse 2012-2013 contre 326 pour celle de 2016-2017, qui vient d’être clôturée au mois de mars dernier. «La diminution du nombre de cas est très importante si on remonte à la situation qui prévalait il y a dix ans, vu que plus de 1.200 cas ont été enregistrés en 2007». C’est ce qu’a informé le directeur de la veille sanitaire et surveillance épidémiologique (DVSSE) au sein du ministère de la Santé, le Dr. Maherisoa Ratsitorahana, lors de la réunion d’informations et de plaidoyers sur la situation de la peste à Madagascar, qui s’est déroulée au début de cette semaine à l’hôtel Carlton à Anosy.

Les létalités ont également connu une diminution ces cinq dernières années avec 25% de taux de mortalité lors de cette saison pesteuse. Par rapport à la saison 2015-2016, cette statistique a connu une hausse du fait de l’apparition de deux nouvelles zones pesteuses dans les districts d’Iakora et de Befotaka, où d’importants décès ont été enregistrés à cause du retard de l’accès des victimes aux traitements. Quoi qu’il en soit, la situation s’améliore au niveau des foyers pesteux habituels. «Seuls trois districts ont affiché un taux de mortalité supérieur à 10%», selon notre source. Il s’agit notamment de Manandriana, Tsiroanomandidy et Ankazobe.

Surveillance continue

En dépit de ces résultats satisfaisants, qui découlent des efforts du ministère de la Santé et de ses partenaires, en l’occurrence l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les actions de surveillance devraient se poursuivre. «L’objectif ne consiste pas à éradiquer la peste, vu que c’est impossible. Il importe notamment de maîtriser la propagation de l’épidémie et diminuer davantage l’effectif des décès liés à la peste, qui reste endémique à Madagascar et nécessitant une vraie lutte», a noté le numéro un de la DVSSE.

Cette lutte requiert d’importants moyens financiers dans la mesure où toutes les actions de prévention et de prise en charge auprès des communautés sont menées gratuitement. Raison pour laquelle, le ministère de tutelle n’hésite à demander l’appui de ses fidèles et futurs partenaires pour réussir cette lutte. L’OMS et ses partenaires, dont la Banque africaine de développement (Bad), ont renouvelé leurs engagements pour renforcer la stratégie nationale de lutte contre la peste. «Parmi ces appuis figure le développement d’approche et outil original pour lutter contre les rongeurs, notamment via la désinsectisation ou la mise en place d’un outil simple au niveau des villages, la boîte de «Kartman»», a indiqué le représentant de l’OMS Genève, Eric Bertherat.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

«LAMINA» : partenariat entre le Men et des privés

Trois partenaires privés se joignent au ministère de l’Education nationale (Men) pour la réalisation des activités touchant le domaine de l’éducation de masse et du civisme. Il s’agit notamment de l’ONG Lalana, la Charité Emerging leaders et l’association «Ivontoeran’ny kolontsaina Malagasy» (IKM). «Les projets menés dans le cadre des partenariats avec lesdits organismes visent généralement à optimiser le sens de responsabilité aux jeunes, non seulement pour leur assurer un meilleur avenir mais aussi pour les initier à être responsables et à participer au développement du pays», a souligné le ministre Paul Rabary. La signature des conventions de partenariat y afférentes s’est déroulée, hier, à Anosy.

Concrètement, la collaboration entre le Men et l’ONG Lalana entre dans le cadre de la mise en œuvre de «Lalanjotra miaty namana» ou «Lamina», un projet de plaidoyer et d’actions pour une mobilité des Personnes en situation de handicap (PSH), mené par cet organisme en partenariat avec l’Union européenne. A ce propos, le Men, via l’Office de l’éducation de masse et du civisme (OEMC), a assuré le renforcement des capacités des agents sensibilisateurs sur les techniques de sensibilisation et de communication interpersonnelle pour qu’ils puissent conscientiser et responsabiliser les citoyens et les transporteurs en commun face à cette cause. La Charité Emerging leaders et le Men s’associent dans le cadre des programmes «Leadership for life» et «Lead now» pour éduquer et inspirer aux enfants et jeunes écoliers l’importance de devenir un leader fort, efficace et courageux. Quant à la collaboration avec l’IKM, elle consiste à assurer la promotion de l’éducation citoyenne dans les établissements scolaires publics et privés ainsi qu’au sein des milieux défavorisés via des activités culturelles.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Echauffourée à Fenerive-Est : des gendarmes soupçonnés de vol de vanille

Route barricadée, jets de galets. Le fokontany de Mahatsara, commune rurale d’Ambatoharanana, district de Fénérive-Est, a été le théâtre d’une tension palpable dans la journée de mercredi. Les villageois ont accusé à tort ou à raison deux gendarmes de vol de vanille.

Quatre gendarmes ont été «pris en otages» mercredi par des habitants du fokontany de Mahatsara. Et pour cause, la veille, deux autres gendarmes auraient «volé» deux sacs de vanille appartenant à l’ancien chef de fokontany.

Une source locale a expliqué que dans la soirée de mardi, les deux gendarmes en question avaient procédé à la fouille du domicile de l’ancien chef de fokontany, alors qu’ils ne disposaient d’aucun mandat légal.

«Pire encore, le maître de céans était absent lors de la perquisition. Durant la fouille, les deux gendarmes ont découvert des sacs de vanille. Après la perquisition, ils sont partis, non sans emporter cinq sacs de ce produit de rente. Ayant appris ce qui venait de se passer, l’ancien chef de fokontany s’est présenté à la brigade de gendarmerie de Fénérive-Est le lendemain. Son étonnement a été d’autant plus grand lorsqu’il a constaté qu’il ne restait plus que trois sacs de vanille au bureau de la gendarmerie», a précisé la source.

Depuis, tout s’est déroulé très vite. L’ancien chef de fokontany est retourné à son village avant de rameuter ses voisins. Entre-temps, quatre gendarmes du PMP sont arrivés au village. Faute d’avoir les deux gendarmes qui avaient pris les sacs de vanille, les villageois s’en sont pris à eux. Ils les ont empêchés de repartir.

Jets de galets

L’après-midi, des gendarmes et des militaires, sous la férule du secrétaire général de la préfecture, se sont dépêchés sur les lieux pour désamorcer la tension. Mais les villageois n’ont voulu rien entendre. Tout en bloquant la route, ils se sont livrés à une véritable intifada. Deux voitures ont été vandalisées et un journaliste a été blessé. Quoi qu’il en soit, l’on sait que les négociations engagées par les autorités ont permis de dénouer la situation. Un calme relatif a été observé hier à Mahatsara.

Une source sécuritaire a indiqué que la quantité de vanille saisie appartenait bel et bien à l’ancien responsable. Bien que la campagne de cueillette ne soit pas encore ouverte et que les gousses de vanille ne sont pas encore arrivées à maturité, il aurait décidé de stocker la récolte chez lui. L’on sait en effet qu’à l’instar des autres localités de l’île, le district de Fénérive-Est n’est pas épargné par le vol de vanille sur pied.

Mparany

 

News Mada0 partages

FDAL : 16 000 villages ont acquis le statut

A travers les interventions du programme «Fonds d’appui pour l’assainissement (FAA)», financé par Global Sanitation fund (GSF), 16 000 villages ainsi que 100 000 acteurs communautaires ont atteint le statut de Fin de défécation à l’air libre (Fdal) à Madagascar.

«Ce qui n’est pas loin de l’objectif fixé par le pays d’ici trois ans, qui est de radier totalement cette mauvaise habitude de faire ses besoins à l’air libre», selon les précisons d’un membre du mécanisme de coordination du programme FAA, Herivelo Rakotondrainibe.

Dans le dessein d’harmoniser les actions à entreprendre et d’atteindre les objectifs fixés, un atelier visant à réorienter les 27 Agences de mise en œuvre (Amo), des ONG ainsi que des associations intervenant en collaboration avec le programme FAA, se tient depuis hier, au Le Pavé Antaninarenina. Ce programme intervient au niveau des 22 régions à Madagascar.

Cet atelier sert, entre autres, à identifier les besoins nécessaires pour appuyer les Amo, à réactualiser le plan de mise en œuvre et à définir ensemble toutes les opportunités de collaboration et de partenariat par rapport aux priorités du programme FAA. Ce dernier vient de bénéficier d’un fonds additionnel pour sa phase d’expansion jusqu’en 2020.

Sera R

 

News Mada0 partages

Mesures correctives commerciales : l’Autorité nationale opérationnelle

L’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) est opérationnelle. C’est une structure qui vise à permettre aux producteurs nationaux ou branches de production de mieux affronter la concurrence issue de la mondialisation économique.

Sous tutelle technique du ministère du Commerce et de la consommation, l’ANMCC a pour objet d’élaborer les réglementations nationales, de mener les enquêtes et d’appliquer les mesures correctives commerciales afin de protéger les producteurs ou les branches de production nationaux face aux pratiques commerciales préjudiciables à leur égard (dumping, subventions, importations massives).

«L’ANMCC est effectivement habilitée à prendre des mesures antidumping, des mesures compensatoires contre les subventions spécifiques et des mesures de sauvegarde face aux importations massives», a expliqué Barthelemy, directeur général de l’ANMCC. Ce dernier et Njara Rarivojaona, directeur technique de ladite structure, ont prêté serment à la Cour suprême d’Anosy hier matin avant de prendre officiellement fonction dans les locaux de l’ANMCC dans l’enceinte ex-Conquête Antanimena.

«L’application d’une mesure corrective conforme aux accords de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) est toutefois à déterminer sur la base d’une enquête, à la demande des producteurs ou branches de production nationaux», a-t-il précisé.

Le délai de traitement des dossiers peut varier de 9 à 12 mois à partir du dépôt d’une demande d’enquête jusqu’à la détermination finale de la mesure à prendre, en passant par une audition publique et la vérification des renseignements.

Un projet de loi

L’inexistence d’un texte propre pour Madagascar en la matière justifie entre autres l’élaboration du projet de loi sur les mesures correctives commerciales. Ce fut effectivement la première des tâches entreprises par l’ANMC depuis sa mise en place. «Le projet de loi a été élaboré et nous sommes en phase consultation, notamment avec les opérateurs du secteur privé avant que ledit texte soit remis aux différentes institutions pour validation», a expliqué le DG de l’ANMCC avant de souligner que, «La mesure corrective est une mesure d’exception dans l’accord de libre échange».

«Vu que Madagascar est signataire de différents accords commerciaux avec divers pays et communautés régionales. Il faut de ce fait que les producteurs et les branches de production nationaux soient compétitifs et non à la merci des pratiques déloyales afin de neutraliser les effets et impacts négatifs», a déclaré Chabani Nourdine, ministre en charge de l’Industrie qui a représenté le ministre du Commerce à cette occasion.

Les responsables de l’ANMCC ont affirmé leur volonté d’assurer l’accomplissement de leur mission pour l’amélioration du climat des affaires à Madagascar et s’attendent à des résultats palpables dans les brefs délais.

Arh.

 

News Mada0 partages

Guichet unique à l’exportation : plus de 3.000 dossiers traités

Depuis son opérationnalisation en juillet 2016, le guichet unique à l’exportation (GUE) de Madagascar a traité plus de 3.000 dossiers. A noter que ce guichet unique réunit dans un même endroit les départements concernés par les procédures à l’exportation afin de réduire les coûts et le délai de traitement des dossiers.

Les neuf ministères concernés délivrent, par l’intermédiaire du guichet, les autorisations liées à l’exportation. Dans ces procédures, le GUE facilite les procédures administratives dans la mesure où il procure les visas, les autorisations de sortie et les certificats de contrôle du conditionnement et d’origine (CCCO). Le délai de traitement des dossiers ne dépasse pas les 48 heures car ce sont les coursiers du guichet qui se déplacent afin de collecter les signatures nécessaires aux papiers des opérateurs.

Les produits artisanaux et les produits taillés dans le bois sont les plus commercialisés, ce qui entraîne un peu plus d’activités pour le secteur qui s’en charge, d’après Gil Christ Rakotoson, directeur de la promotion des échanges extérieurs auprès du ministère du Commerce et de la consommation. «Les opérations auprès du GUE se font gratuitement jusqu’à présent, mais le guichet ne prend cependant pas en charge les questions financières qu’il faut régler aux ministères concernés», a-t-il précisé.

Lever les barrières non tarifaires

Les procédures d’exportation constituaient jusque-là les principales mesures non tarifaires contraignantes à l’exportation venant de Madagascar. D’où la mise en place et l’opérationnalisation du GUE, initiées conjointement par l’International Trade Board of Madagascar (ITBM) et le ministère du Commerce et de la consommation (MCC) afin de contribuer à lever ces barrières internes.

Lors de l’inauguration de ce guichet unique, il a été évoqué qu’il évoluera par la suite en Agence nationale à l’exportation, laquelle sera une réelle plateforme de collaboration public-privé. L’objectif à long terme étant d’inverser la balance commerciale de Madagascar qui est toujours déficitaire.  Ainsi que la perspective est la dématérialisation  effective sur toutes les activités en matière d’exportation.

Arh.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’i FenoarivobeKaominina 1 amin’ny 10 no mba milamindamina

Nambaran’ny depiote Ranaivoson Andrianavalona Fanomezanjaka voafidy tany Fenoarivobe fa anisan’ireo faritra mahamay amin’ny tsy fisian’ny fandriampahalemana ao aminy ny distrika tantaniny, Faritra Bongolava.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana mivadibadi-dela !

Mivadibadi-dela lava ny fanjakana Rajaonarimampianina amin’ity raharaha mahasaringotra ny mpanolotsain’ny filoha ity.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fotodrafitrasam-pambolen’AtsimondranoMila hatsaraina,hoy ny depiote Voahanginiaina R

Mila fanatsarana amin’izao vanim-potoanan’ny mainandro izao ireo fotodrafitrasam-pambolena nahitana fahasimbana tamin’ny fotoana nisian’ny andro ratsy ireny eny amin’iny faritry ny distrikan’Atsimondrano iny,

 

 hoy ny depiote Raharimanarivo Voahanginiaina, mba hahazoan’ny mponina eny an-toerana izay saika tantsaha avokoa ny 80 % mamokatra ara-dalàna amin’ny fotoam-pambolena manaraka. Tafiditra ao, araka ny nambarany, ny fefiloha vaky teny Fenoarivo izay anisan’ny asa mila fanarenana maika. Eo koa ny fampidiran-drano maika eny Ampasika. Tsy ireo ihany anefa no mampijaly ny mponina ao amin’ity distrika ity fa eo koa ny faharatsian’ny lalana toy ny fisian’ny lavakabe migodana ao   izay efa nanaovana tatitra tamin’ny tompon’andraikitra mahefa. Efa nitarainany teny anivon’ny minisitry ny asa vaventy koa ary nampanantenaina hovitaina ny lalana eny Avarabohitra Itaosy nefa tsy nasiana fikitiana akory. Asa goavana tsy ho vitan’ny CLD ireo na dia noheritreretina ho vitaina amin’izany azy ka hanairana ny sain’ireo tompon’andraiki-panjakana mahefa.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Filankevitry ny Eveka eto MadagasikaraMila fiovam-penitra mahery vaika

Manamafy izay efa nambarany hatrany mikasika ny fahitany ny raharaham-pirenena ankehitriny ry zareo avy eo anivon’ny filankevitry ny Eveka eto Madagasikara fa tsy mitsahatra mikorosy fahana amin’ny lafiny rehetra ny raharaham-pirenena ankehitriny.

 Efa tsy fanairana intsony no ilaina manoloana ny zava-misy sy ireo habibiana toy ny tany Antsakabary sy Antsirabe ary Antsohihy ireny, hoy ireo Eveka, fa fiovam-penitra mahery vaika mihitsy. Difotry ny lainga sy fitaka ny fiainam-bahoaka ka tsy re intsony ny feon’ny olo-marina. Zary manompo vola koa hatrany amin’ny faratampony. Nanome hafatra ho an’ireo mpitondra fivavahana namany ity filankevitra ity, mba hibebaka ho an’ny firenena. Manahy kosa ny amin’ny fisian’ny famonoana an-kolaka (genocide silencieux) eny anivon’ireo tobim-pitsaboana isan-karazany ny Malagasy izy ireo ka mangataka ireo mpitsabo mba hiaina ny fianianany.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanKilalaon’olon-dehibe

Tapatapa-tsinay mihitsy aho izao ry Jean mieritreritra ity lalao ifanaovanareo sy ry Jeanne manja kely ity ! Miarahaba anao aloha fa dingana goavana dia goavana mihitsy izao vitanao izao e !

Sambany teto ambonin’ny tany no nisy firenena ahitana kilalaon’olon-dehibe faran’izay avo lenta toy ity ataonareo ity. Mitombina sy lojika ve hoe manitrikitrika anareo daholo ny olona kanefa ianareo dia tsy mba manome fanazavana firy hiarovan-tena mihitsy fa toa vao mainka aza hadalana foana no saika asehonareo isan’andro ? Sao dia mba ireto havanay be dia be tena marary ato amin’ny hopitaly ireto ary no ho lasibatra tsy fidiny amin’ity kilalaon’olon-dehibe ataonareo ity !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote teny TsimbazazaTsy nahara-baovao ny ankamaroany

Noho ny fahasahiranana amin’ny fandinihana ireo volavolan-dalàna efa am-pelatanan’izy ireo sy noho ny fanatrehan’ny maro tamin’izy ireo ny fandevenana ny nofo mangatsiakan’ny vadin’ny depiote namany,

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanatsarana ny fahasalamam-bahoakaHifanome tanana ny minisitera sy ny PSI ary ny Airtel

Hiara-kiasa akaiky manomboka izao ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka sy ny PSI Madagascar ary ny tambajotram-pifandraisana Airtel.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

ECCOVANahavita ny fanadinana ara-panjakana ny mpianatra

Toy ny fanaony isan-taona dia nahavita ny fanadinana ara-panjakana andiany faharoa tamin’ity taona 2017 ireo mpianatra eo anivon’ny Ecole de Coupe et Couture Volana.

 

Pati

 

La Vérité0 partages

Concert - Le « Jazz Club » du Cercle germano-malagasy chante pour les mamans

C’est bientôt la fête des mères et tout le monde cherche la manière la plus originale pour satisfaire les mamans. Certains choisiront de leur acheter des valeureux cadeaux, d’autres leur feront des beaux poèmes et des petits bisous, mais beaucoup seront ceux qui les emmèneront voir un spectacle unique. Justement, à l’occasion de la fête dédiée aux descendantes d’Eve, le « Jazz Club » du Cercle Germano-Malagasy (Cgm) se produira dans les locaux du Cgm pour un concert. Le rendez-vous de tous les 3èmes dimanches du mois sera donc exceptionnel car les membres du groupe ont choisi de rendre hommage à ces « combattantes » qui donnent le meilleur pour leurs enfants et leur famille. 

En effet, pour l’occasion, ils interprèteront les tubes qu’ils soient en français, en malgache ou en anglais… bref peu importe la langue de la chanson tant qu’elle parle de l’amour d’une mère en général. Les morceaux seront bien sûr colorés en jazz, étant donné que « Jazz Club » est un groupe mettant en avant ce genre musical. « Durant le concert, nous proposerons un répertoire bien diversifié. Par contre, il n’y aura pas de standard de jazz, car pour cette fois-ci, on interprètera des chansons de variétés parlant des mamans, mais dans une touche "jazzy" car la musique sera réarrangée », explique Mampionona, l’une des interprètes. On entendra donc sûrement un « Neny » de Mahaleo ou un « Hira ho an’i neny » de Mia chanté de façon bien arrangée et avec le rythme « jazz ». 

Presque tous les membres actifs du club seront de la partie. Ils compteront plus de 21 musiciens à y participer et monteront sur scène en trio ou en quatuor, en fonction du type de la chanson. A part les musiciens qui ne se gêneront pas à s’amuser derrière leurs instruments de prédilection, les filles seront massivement à l’honneur lors de ce rendez-vous. Mais certainement, il y aura des hommes qui vont à la fois chanter et jouer aux instruments de musique. 

Parmi ces talentueuses femmes figureront donc Faniah, Mampionona, Haingo, Brenda et Faniry… que des belles filles dotées de voix magnifique. En tout cas, une chose est sûre : les mamans seront bien gâtées durant ce spectacle. Les « mères branchées » voulant y participer pourront même chanter une ou deux chansons en compagnie des musiciens sur scène.

Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Poliomyélite - La vaccination irrévocable…

Taux de couverture vaccinale à environ 90%. La dernière campagne de vaccination contre la poliomyélite semble être une réussite, si l’on considère ce taux. Toutefois, la réticence des parents persiste notamment dans les grandes villes avec la répétition et l’obligation à vacciner les enfants de moins de 5 ans. Parmi les approches adoptées pour y remédier figurent celle baptisée « grande ville »,

laquelle mise sur la communication. « La prochaine campagne de vaccination se fera au mois d’octobre ou novembre prochain. En fait, la Grande île va perpétuer cette campagne jusqu’à l’obtention de la certification « Polio free » (zéro polio). Une demande y afférente sera élaborée l’année prochaine. Une fois le certificat obtenu, la vaccination de routine contre cette maladie va encore s’enchaîner pour éviter l’apparition de nouveaux cas», avance le Dr Emihangy Lahimasy, directeur du « Programme élargi de vaccination» auprès du ministère de la Santé publique. D’ailleurs, les partenaires techniques et financiers sont disposés à poursuivre leur soutien pour ce faire. 

Des tablettes pour les Csb

L’inaccessibilité de certains centres de santé de base (Csb), notamment ceux dans les zones enclavées, constitue un obstacle pour actualiser la base de données en matière de lutte contre la polio. Face à cette situation, l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) va distribuer des tablettes pour les Csb, après avoir formé les agents de santé sur la manipulation de ces matériels. L’objectif étant d’améliorer la base de données en la matière. Selon les informations recueillies, une centaine de tablettes ont déjà été remises à des formations sanitaires en 2016, priorisant celles en milieu rural. Cela a été remis sur le tapis lors de l’atelier de révision de la surveillance environnementale et des bases de données du laboratoire « Pfa Polio » dans la région africain, depuis lundi dernier jusqu’à hier à Ivandry. Les participants, issus de 16 pays de l’Afrique, ont pu s’échanger et partager leurs expériences sur divers sujets, dont les bonnes pratiques dans la lutte antipolio. En matière de surveillance environnementale, Madagascar dispose d’un laboratoire international qu’est l’Institut Pasteur, lequel s’occupe des analyses des prélèvements pour détecter les cas de polio.

Patricia  Ramavonirina

La Vérité0 partages

Anatihazo-Isotry - Un hold-up sanglant

Grosse frayeur en fin de matinée à Anatihazo, hier. Un commerce de gros en produits de première nécessité a été investi par 4 bandits équipés d’armes à feu. Outre le fait qu’ils ont pu faire main basse sur la somme de 10 millions d’ariary, ce braquage a été particulièrement sanglant, faisant au moins 4 blessés, la plupart grièvement dont trois  par balles. Pour s’emparer du butin, les assaillants ne se sont pas contentés de menacer les commerçants- qui n’ont pu esquisser le moindre geste derrière leur comptoir et n’avaient d’autre choix que  de laisser les bandits s’arroger le magot- mais de plus, ils n’ont pas hésité à poignarder le frère de la gérante, lui crevant ainsi un œil.

Le malheureux a tenté de s’opposer à ces derniers. Un geste  qui lui a  fait perdre un œil. Même cruauté des malfaiteurs envers l’oncle du jeune homme qui a reçu un coup de couteau dans le cou. A eux deux, leur état est critique et il a fallu  les opérer d’urgence. Quant aux rescapés, ils sont totalement traumatisés. « Ils nous ont menacés en pointant leurs fusils et leurs sabres sur les tempes ! », se plaint l’un des commerçants. Le plus grave, c’était lorsque les truands ont finalement déguerpi les lieux, et sans empressement aucun, du moins selon plusieurs témoins. Sentant le risque de voir la nasse se refermer sur eux, ils ont alors commencé par tirer au jugé dans la foule de passants, notamment sur ceux qu’ils ont soupçonné de chercher à leur barrer le chemin au cours de leur fuite. C’était dans ces circonstances que trois passants ont reçu des balles. Ces victimes sont composées de riverains mais aussi un étudiant  d’une université privée.Seul détail que les agresseurs semblent oublier : la technologie. En effet, tous les faits et gestes ont été filmés par les caméras de surveillance du magasin. On a donc parfaitement pu les voir se mouvoir à la queue leu leu derrière les comptoirs et ils portaient tous des casquettes. Les images de la vidéo les montrent en train de rafler les liquidités qu’ils ont puisées des caisses pour ensuite les transposées dans d’énormes sacs. Le plus déconcertant, c’est que les bandits ont agi avec un calme apparent. Ce n’était que bien plus tard après que des éléments du service anti-gang de la police étaient arrivés sur les lieux. Ils ont ratissé le secteur et ont procédé au contrôle des véhicules qui étaient passés dans la rue où le braquage a eu lieu. L’on est tenté de croire qu’il s’agirait du gang, le même qui a frappé à Tsiadana, la semaine dernière et qui a visé un cash-point d’Airtel. A l’explication, le mode opératoire semble être identique et le gang a également frappé durant la matinée d’un vendredi. Enfin, leur brutalité : les membres de ce gang se signalent par le fait d’avoir la gâchette facile.Franck Roland

La Vérité0 partages

Produits cosmétiques - Une implantation devenue virale

Les produits cosmétiques se sont fait une place dans la société malagasy que ce soit au niveau de la consommation que la production. Ces dernières années, les femmes malagasy s’intéressent de plus en plus à ces produits qui embellissent comme les rouges à lèvres, les mascaras ainsi que les produits capillaires.

Certaines ont même leur propre budget mensuel dédié spécialement à l’achat de ces produits qui sont devenus une priorité. « Chaque mois, je réserve une somme pour m’offrir des produits afin de prendre soin de mes cheveux. Je préfère réduire mes autres dépenses que ne pas avoir de quoi me shampooiner !»,affirme une jeune fille qui réserve plus de 32 000 ariary pour soigner ses cheveux.  Toutefois, les hommes commencent aussi à s’y mettre et dépensent des sommes folles pour se pomponner et se donner des allures avec les after-shave et tout ce qui va avec. Une tendance qui n’écarte aucune classe d’âge parce qu’aujourd’hui, même une petite fille de 7 ans a déjà ses propres goûts en matière de cosmétiques. 

Attention aux contrefaçons

Tout comme les produits vestimentaires, ces produits sont également victimes de contrefaçon. Actuellement, les produits abondent sur le marché et les clients ne savent plus sur quel vendeur se fier. En effet, pour écouler ses produits, le vendeur n’hésite pas à faire de la publicité mensongère. Pourtant, à titre de rappel, les produits de marque authentique sont toujours plus chers comme la petite robe noire de Guerlain qui se vend à plus de 300 000 ariary dans les parfumeries tandis que la version contrefaite est vendue à 3 000 ariary. Un si grand écart de prix cache de nombreuses conséquences. Il est évident que les produits contrefaits peuvent ne pas suivre les normes d’où la bassesse des prix  et risquent d’avoir des conséquences néfastes sur la peau ou les cheveux de celui qui les utilise.  

Investissement florissant

Madagascar compte plus de 14 000 espèces de faune dont 90% sont endémiques. Et parmi ces espèces, il y en a celles qui ont des vertus essentielles et qui contribuent dans la conception des produits cosmétiques naturels et de remèdes. Comme la plante Aphloïa qui se trouve dans la Région de Moramanga et qui est utilisée par la société Yves Rocher dans leur  gamme Sensitive végétal, destinée aux peaux ultrasensibles souffrant de rougeurs, de tiraillements et d’échauffements. Mis à part les étrangers, les entreprises locales comme Homéopharma ou Madagas’Care Cosmétiques se multiplient de plus en plus et usent des plantes  trouvées à travers toute l’île pour faire des produits cosmétiques naturels ainsi que des produits médicinaux. Dans ce domaine, Madagascar est une vraie mine d’or qu’il faut exploiter.

Rova R.

La Vérité0 partages

Accord de partenariat économique - Renforcement de la compétitivité des industries malgaches

L’Union européenne (Ue) est intervenue lors d’une conférence sur l’accord de partenariat économique au parc des expositions Forello, Tanjombato, à l’occasion de la Foire internationale de Madagascar (Fim).

Michel-Domenichini Ramiaramanana, président du comité d’organisation de la Fim, déclare : « Le secteur privé connait mieux l’accord de partenariat économique à l’issue de la conférence. Cette dernière a favorisé la transparence. Les industries malgaches peuvent profiter de cet accord pour leur remise à niveau et afin d’être plus compétitives ». L’accord s’étend sur 15 ans. Certains produits du secteur agro-alimentaire et textile ne bénéficient pas de l’accord de partenariat économique. L’ambassadeur de l’Ue à Madagascar, Antonio Benedito Sanhez affirme : « L’accord de partenariat économique constitue une opportunité d’échanges. Des produits malgaches entrent en Europe sans droit de douane. Cette libéralisation des échanges est une mesure d’accompagnement pour renforcer la compétitivité des entreprises malgaches ». Il continue : « Depuis la mise en œuvre de l’accord de partenariat économique, il y a eu une augmentation des exportations de Madagascar vers l’Union européenne, notamment les produits textiles et le cacao. Ce dernier a connu une augmentation de 260 % en termes d’exportation. Les investisseurs ont besoin de stabilité et l’accord de partenariat économique a des impacts positifs auprès des industries. Ces impacts positifs renforcent l’attractivité économique et boostent les exportations ». Les échanges entre l’Ue et Madagascar, dans le cadre de l’accord de partenariat économique, ne sont pas réciproques. A titre d’exemples, des produits textiles européens ne peuvent pas entrer sans droit de douane dans la Grande île. Il en est de même pour le cas des produits agricoles et des produits sensibles qui nécessitent une certaine protection.  

D.H.R.

La Vérité0 partages

L’intouchable

C’est pratiquement impossible de s’éloigner, en ces temps-ci, de ce périmètre très sensible et trop sulfureux à l’intérieur duquel s’embourbe la grosse « affaire Claudine Razaimamonjy ». Un vaste clos de vase où pataugent les responsables étatiques, syndicats, sociétés civiles et l’opinion publique.

On parle en Inde, dans la profondeur de ce pays aux mille castes, d’un groupe d’individus de la classe des défavorisés de la société indienne appelés « les intouchables ». En effet, les éléments de la haute société ne peuvent ou ne doivent pas les approcher ni les toucher. A l’opposé, sous d’autres cieux, les « intouchables » existent effectivement. Seulement, il s’agit d’un groupe social très puissant et très haut placé qu’il est pratiquement impensable au commun des mortels de les approcher, de les atteindre et surtout de les toucher. 

Madame Claudine Razaimamonjy fait partie de ce groupe d’intouchables. Certains hauts responsables, à même du Gouvernement, imprudents ou intègres, c’est selon, ayant osé le « toucher », paieraient les frais, au prix fort, de leurs gestes trop téméraires.

Opératrice économique, de très haut vol, membre très influent du régime, bailleresse du parti d’Etat et très proche de la crête des crêtes du pouvoir central, Claudine Razaimamonjy jouit d’un privilège particulier ou spécial. Madame la conseillère spéciale auprès de la Présidence peut, très bien, prétendre le statut d’« intouchable ». Etant ainsi, le « boulevard des affaires » s’ouvre devant elle. Voilà un beau jour, le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) convoqua madame l’« intouchable » dans ses locaux, à Ambohibao, pour des affaires la concernant directement. En effet, le Bianco, bureau chargé de traquer les opérateurs ou les responsables publics compromis dans des allégations de corruption ou des affaires de détournement de fonds public, n’a pas fait de détail. Un pari risqué que le patron d’Ambohibao le savait déjà, mais, il tenait à le faire. Appuyé par l’intervention musclée des éléments de la Gendarmerie, saisis par réquisition, le Bianco a réussi le banco.    

Effets collatéraux immédiats, le Chef de l’Etat effectuait, à la surprise générale, un remaniement … ciblé. En fait, la retouche visait les personnalités ayant pris part à l’arrestation de près ou de loin de Claudine Razaimamonjy. Fusibles inévitables de ce « court-circuit », le Général Paza Didier Gérard, secrétaire d’Etat de la Gendarmerie, le Général Florens Rakotomahanina, cumulant les postes de commandant de la Circonscription de la Gendarmerie d’Antananarivo (Cirgn) à celui de l’Emmo-Reg Analamanga, sautaient. Tous deux, fidèles parmi les fidèles au régime. Le ministre de l’Eau, Roland Ravatomanga refusant, parait-il, de soutenir le cas de la dame de l’AC, en faisait partie, et cela, en pleine mission à l’extérieur. Des tentatives de limogeage ont été, également, observées du côté de la Justice, mais le Conseil supérieur de la magistrature échoua. La procureure de la République de la Première instance d’Antananarivo restait à son poste. Le Directeur général du Bianco, protégé par un mandat impératif (5 ans) ne pouvait pas faire l’objet d’aucun « licenciement », sauf en cas de fautes lourdes avérées. Et le 

Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) qui se manifestait en marge du dossier reçoit des menaces et fait les frais des foudres du pouvoir central. En somme, Iavoloha et Mahazoarivo se démènent, bec et ongles, pour « protéger » madame « l’intouchable » jusqu’à déclarer une inutile guerre contre les magistrats.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Accord de partenariat économique - Renforcement de la compétitivité des industries malgaches

L’Union européenne (Ue) est intervenue lors d’une conférence sur l’accord de partenariat économique au parc des expositions Forello, Tanjombato, à l’occasion de la Foire internationale de Madagascar (Fim).

Michel-Domenichini Ramiaramanana, président du comité d’organisation de la Fim, déclare : « Le secteur privé connait mieux l’accord de partenariat économique à l’issue de la conférence. Cette dernière a favorisé la transparence. Les industries malgaches peuvent profiter de cet accord pour leur remise à niveau et afin d’être plus compétitives ». L’accord s’étend sur 15 ans. Certains produits du secteur agro-alimentaire et textile ne bénéficient pas de l’accord de partenariat économique. L’ambassadeur de l’Ue à Madagascar, Antonio Benedito Sanhez affirme : « L’accord de partenariat économique constitue une opportunité d’échanges. Des produits malgaches entrent en Europe sans droit de douane. Cette libéralisation des échanges est une mesure d’accompagnement pour renforcer la compétitivité des entreprises malgaches ». Il continue : « Depuis la mise en œuvre de l’accord de partenariat économique, il y a eu une augmentation des exportations de Madagascar vers l’Union européenne, notamment les produits textiles et le cacao. Ce dernier a connu une augmentation de 260 % en termes d’exportation. Les investisseurs ont besoin de stabilité et l’accord de partenariat économique a des impacts positifs auprès des industries. Ces impacts positifs renforcent l’attractivité économique et boostent les exportations ». Les échanges entre l’Ue et Madagascar, dans le cadre de l’accord de partenariat économique, ne sont pas réciproques. A titre d’exemples, des produits textiles européens ne peuvent pas entrer sans droit de douane dans la Grande île. Il en est de même pour le cas des produits agricoles et des produits sensibles qui nécessitent une certaine protection. 

 D.H.R.

La Vérité0 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy - Un régime qui marche sur la tête !

Incroyable ! Alors que l’indignation est encore loin de s’estomper face à l’aberration du cas de Claudine Razaimamonjy, en guise de réaction, le Gouvernement n’a rien de mieux que de s’attaquer à la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm), Fanirisoa Ernaivo.

Celle-là même qui, pour avoir osé se lever pour veiller à ce que la loi soit strictement appliquée à cette baronne du régime en place, s’est attirée la sympathie de l’opinion publique tant nationale qu’internationale. Ce faisant,  les autorités n’ont fait que confirmer d’une manière officielle qu’elles prennent faits et causes en faveur de la patronne d’AC Palace qui, pourtant, est soupçonnée de malversations de haut vol au détriment, non pas de particuliers, mais de l’Etat malgache lui-même. Le monde à l’envers. Quoi que puissent dirent ses partisans étatiques ou non de Claudine Razaimamonjy, la situation de celle-ci est en totale violation de toutes les dispositions légales et règlementaires régissant son statut de détenue provisoire. Et pas seulement actuellement mais depuis son admission à l’Hjra sans passer par la case prison, jusqu’à son séjour actuel dans le même établissement où elle « reçoit » des dizaines de visites sans la moindre autorisation de communiquer, en passant par son évacuation sanitaire à l’île Maurice d’où elle est revenue apparemment encore plus mal en point.  Des illégalités sur lesquelles le pouvoir en place s’abstient de s’expliquer pour se contenter de démontrer au public que la concernée est  bel et bien sur son lit d’hôpital. Ce qui, il faut le dire, est loin de satisfaire les esprits un tant soit peu critiques. Pire, malgré cette situation déjà des plus inconfortables en particulier pour le Gouvernement, celui-ci, faisant sans doute sien l’adage « la meilleur défense c’est l’attaque », a choisi de contre-attaquer en partant en croisade contre la présidente du Smm en personne. Maladroitement. Car le déclenchement simultané des tirs contre le substitut du procureur n’a d’autres effets que d’en trahir la provenance. Même «  topic » le même jour sur les réseaux sociaux et à la Une des journaux pro-régime, auquel est venu s’ajouter, comme une cerise sur le gâteau, un communiqué du Gouvernement menaçant ouvertement des « magistrats » de poursuite judiciaire. Seulement, on a oublié que cette réaction officielle, émise soi-disant pour combattre toute forme d’illégalité d’où quelle vienne,  intervient à un moment où un certain Riana Andriamandavy VII continue de faire des siennes en matière, justement, de violation de la loi et ce, au nez et à la barbe des autorités à tous les niveaux. Ce vice-président du Sénat et non moins beau-frère de Claudine Razaimamonjy n’a-t-il pas rameuté des dizaines de gros-bras pour tenir une manifestation non autorisée devant le siège du Bianco, lequel à l’occasion, a subi un caillassage en règle sous l’œil bienveillant des éléments des Forces de l’ordre et devant les objectifs de la presse nationale ? Ces faits d’armes, à ce jour, n’ont fait l’objet d’aucune poursuite. Si ce n’est le sérieux de la question, le dernier développement de ces deux affaires, Claudine et Riana Andriamandavy VII, pourrait faire rire. En effet, aussi extraordinaire que cela puisse paraître, c’est celle qui veille à l’application de la loi sur la première et qui a porté plainte contre le second  pour menace de mort (plainte qui, en passant, n’a pas de suite pour l’instant), qui se trouve menacée de poursuite judiciaire par le Gouvernement ! Décidément, on a un régime qui marche sur la tête !

Hery M. 

La Vérité0 partages

Guerre déclarée contre les magistrats - Le Premier ministre fait « machine arrière »

En marge d’un évènement à l’hôtel Ibis Ankorondrano, hier, le Premier ministre (Pm) Mahafaly Olivier Solonandrasana a effectué une déclaration qui « n’est pas un démenti » selon ses termes, mais qui en a  tout l’air. En effet, le chef du Gouvernement a affirmé : « Seul le sujet concernant la filière vanille a été discuté et je n’ai nullement fait allusion aux magistrats et à la Justice en particulier ». Et d’ajouter : « Je réitère ce que j’ai dit, le Gouvernement ne pourrait tolérer que des personnalités étatiques soient en complicité dans la destruction de la vanille (autorité administrative, Forces de l’ordre, Justice).

Mes propos n’avaient aucun rapport avec l’affaire Claudine R. et je répète ici qu’il faut laisser la Justice faire son travail. Que chacun agisse dans l’entier respect de la loi et non appliquer la loi à ses propres convenances. Il faut laisser l’histoire juger ce qui se passe au pays, que chacun prenne ses responsabilités mais dans le respect de la loi. Je n’ai jamais fermé ma porte et je suis prêt à discuter si cela peut apporter du bien pour le pays et résoudre les problèmes dans un contexte d’apaisement. Je prône la réconciliation nationale en tant que chef du Gouvernement ».

Contradictions 

Ci-après (Cf fac similé) le communiqué du Conseil du Gouvernement contenant la fameuse déclaration du Pm Mahafaly Olivier Solonandrasana face à ce qu’il qualifie d’opérations de déstabilisation. Il est clairement écrit noir sur blanc que « le Premier ministre, chef du Gouvernement, a donné un ordre formel et catégorique ». Il n’y est nullement écrit « éventuellement ». Le communiqué du Conseil du Gouvernement a souligné également « jusqu’à ouvrir des poursuites judiciaires même contre certains magistrats ayant abusé de ses prérogatives légales ». Un communiqué du ministre de la Communication et des Relations avec les institutions nous est également parvenu (Bien que nous n’ayons pas été inclus parmi les destinataires). Ce second communiqué confirme que la remarque du Pm visait en particulier la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm), face aux multiples descentes qu’elle a effectuées à l’Hjra (Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona) sur l’affaire Claudine Razaimamonjy et entre ainsi en contradiction avec les précisions du chef du Gouvernement. 

Faut-il encore rappeler que dans le cadre de cette affaire, le Smm a voulu défendre l’indépendance de la Justice et l’Etat de droit. Donc s’attaquer à la présidente du Smm signifie une attaque aux magistrats et à cette lutte qu’ils mènent, tout simplement ! D’ailleurs, le syndicat le souligne dans sa dernière déclaration que « si cette affaire n’est pas une affaire d’Etat, l’attitude du Gouvernement, en déclarant dans un communiqué officiel les menaces de poursuites judiciaires contre les magistrats faisant leur travail, est étonnante. Car d’aucuns ne savent que c’est le Syndicat des magistrats de Madagascar et en particulier son président qui a été visé ».

Sandra R.

Madagascar Tribune0 partages

Un homme en difficulté respiratoire sème la panique

Un sexagénaire en état de détresse respiratoire et ayant perdu connaissance à Ankazomanga a semé la panique parmi la population de ce quartier, hier, vers 8 h 30 du matin. L’homme a été retrouvé par terre devant une pharmacie à Ankazomanga. Du coup, les marchands des lieux avoisinants ont ramassé leurs marchandises et ont déguerpi sans demander leur reste, considérant que le vieillard était atteint du Coronavirus. Les piétons ont aussi fui le lieu précipitamment. Dès leur arrivée, les forces de l’ordre ont empêché les curieux de s’approcher du présumé suspect de Covid-19.

« Après avoir vu cette personne couchée à même le sol, j’ai pressé le pas pour rentrer immédiatement chez moi par crainte d’être contaminé. Tout le monde pensait qu’il était atteint du coronavirus car il était en détresse respiratoire », raconte un badaud de passage.

« J’ai un problème d’hypertension artérielle » a confié l’homme quand il a repris connaissance et a été en état de parler, « C’est la première fois que je suffoque ainsi ; je suis sorti voir un médecin, et j’allais entrer dans la pharmacie pour acheter des médicaments quand j’ai perdu connaissance devant la pharmacie ».

Alertés, des responsables de la Brigade d’intervention spéciale Covid-19 sont arrivés sur les lieux. « Quand nous sommes arrivés, nous l’avons vu encore tout essoufflé, Il a été emmené au CHU de Befelatanana. Après examen, il a été confirmé que cet homme souffre d’hypertension artérielle chronique. Il a cessé pour un moment son traitement habituel d’où la raison de cette difficulté respiratoire. Ce n’était donc pas dû à une infection au coronavirus. Nous l’avons laissé au Service des urgences de Befelatanana », explique le médecin capitaine Masina Ndalana, membre de la Brigade d’intervention spéciale.

Madagascar Tribune0 partages

L’ambassadeur de France convoqué

L’Etat malgache, par le biais du ministère des Affaires étrangères, a convoqué à hier à Anosy, Christophe Bouchard, l’ambassadeur de France à Madagascar. Le projet du gouvernement français de création d’une « réserve naturelle nationale » sur l’archipel des Glorieuses a été l’objet de cette convocation. Le chef de la diplomatie malgache, Liva Djacoba Tehindrazanarivelo qui fait également partie de la commission mixte sur l’avenir des Iles Eparses, lui a signifié l’opposition de l’Etat malgache à ce projet.

Pour le gouvernement malgache, « Le projet du gouvernement de la République française est un acte de défiance envers Madagascar et va à l’encontre de l’engagement des deux parties à poursuivre le dialogue dans un esprit positif, indiqué dans le communiqué conjoint signé à Antananarivo le 18 novembre 2019 à l’issue de la première réunion du comité mixte de co-gestion des îles Eparses. L’Etat malgache s’oppose fermement au projet de création d’une réserve naturelle sur l’archipel des Glorieuses par le gouvernement de la République française ainsi qu’à tout autre acte susceptible de porter atteinte de manière directe ou indirecte au droit souverain de Madagascar sur ces îles », a déclaré le Ministre des affaires étrangères.

Les résolutions de l’assemblée générale des nations unies en 1979 avaient déjà réclamé à la France la restitution des îles éparses à Madagascar. Par ailleurs, une Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, adoptée par l’assemblée générale de l’ONU le 16 novembre 1973 explique qu’une zone économique exclusive (ZEE) est constituée de l’espace maritime sur lequel un État côtier exerce ses droits souverains en matière d’exploration et d’usage des ressources. Elle s’étend à partir de la ligne de base de l’État jusqu’à 200 milles marins -soit environ 370km- de ses côtes au maximum. Juan de Nova est à 150km des côtes malgaches ; Les Îles Glorieuses à 220 km ; Europa à 300km ; Bassas da India à 380km ; Tromelin à 600 km. Elles sont à 8500 km de la France et à 535km de la Réunion (Tromelin) pour les plus proches.

Pour rappel, la deuxième réunion du comité mixte de co-gestion des îles Eparses a dû avoir lieu vers la fin du mois de mars mais elle a dû être ajournée suite à la crise sanitaire mondiale.

L'express de Madagascar0 partages

Déstabilisation – Le SMM tient tête au gouvernement

Dans un communiqué de presse publié hier, le SMM répond à celui du conseil du gouvernement de mardi. La missive gouvernementale comporte un paragraphe pris comme une « menace », par le Syndicat.

Réplique. « Menacer les magistrats qui usent de leurs prérogatives légales dans un communiqué officiel du gouvernement est considéré par le Syndicat comme étant un acte de déstabilisation de l’institution judiciaire », soutient du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), dans un communiqué de presse, hier.Le document officiel auquel le SMM fait référence est un communiqué de presse du conseil du gouvernement, de mardi. Au début de cette missive, il est rapporté qu’« avant d’entamer l’ordre du jour, le Premier ministre, chef du gouvernement, a aligné au conseil des sujets d’actualité appelés à être traités dans les plus brefs délais ». Le petit « b », de ces sujets d’actualités porte le titre « face aux opérations de déstabilisation ».Aussi, le communiqué de presse mentionne-t-il que « le Premier ministre, chef du gouvernement, a donné un ordre, formel et catégorique, aux membres du gouvernement concernés pour qu’ils prennent des mesures fermes contre tout acteur de déstabilisation, quel qu’en soit son statut. Et ce, jusqu’à ouvrir des poursuites judiciaires, même contre certains magistrats ayant abusé de ses prérogatives légales ». Le communiqué de presse partagé par le Syndicat répond à cette dernière phrase.

Obstruction« (…) d’aucun ne sait que c’est le Syndicat des magistrats de Madagascar et en particulier son président qui a été visé », conclut la missive syndicale. Le SMM n’hésite pas à faire le rapprochement avec l’affaire Claudine Razaima­monjy, où il a dénoncé avec véhémence les irrégularités vis-à-vis des procédures légales par certaines autorités étatiques.« Enfin le Syndicat des magistrats de Madagascar est offusqué par la position et l’implication directe du gouvernement dans l’affaire Dame Claudine Razaimamonjy, alors que lui même a déclaré que cette affaire n’était pas celle de l’État. Pour le SMM, si cette affaire n’est pas une affaire d’État, l’attitude du gouvernement en déclarant dans un communiqué officiel les menaces de poursuites judiciaires contre les magistrats faisant leur travail est étonnante », rapporte le communiqué d’hier.Les propos attribués par le communiqué du conseil du gouvernement au Premier ministre, coïncide avec la visite de contrôle du Parquet à la patiente de la chambre 126 du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-HJRA), mardi. Une procédure à laquelle a pris part Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM, étant donné sa fonction de substitut du procureur de la République. Une présence qui lui a valu les feux croisés d’une partie de l’opinion et de quelques presses.« Les magistrats du Parquet, (…) sont tenus de se conformer à la loi dans l’exercice de leurs fonctions. Ils sont ainsi, dans l’obligation d’effectuer ce que leurs prérogatives légales exigent. Les magistrats assurant leurs fonctions ne font qu’appliquer les dispositions légales et en aucun cas leurs actes durant l’exercice de leur fonction ne sauraient être considérés comme des actes de déstabilisation (…). Des poursuites judiciaires envers les magistrats faisant leur travail (…) relèvent de la pure volonté de faire obstruction à la bonne marche de la justice », défend le communiqué du SMM.Face à la dimension que tend à prendre la phrase qui aurait été dite en conseil, mardi, une source gouvernementale explique que « ce n’est pas exactement ce que le Premier ministre a dit ». Selon elle, le locataire de Maha­zoarivo aurait réaffirmé les consignes de responsabilisation des autorités étatiques, militaires, policières et judiciaires, à tous les niveaux. Ceci pour éviter que la conjoncture socio-économique, notamment, l’insécurité, ne favorise  des actes de déstabilisation. « La prise de mesures contre tout responsable défaillant quel que soit son statut, quitte à engager des poursuites judiciaires contre ceux outrepassant leur prérogatives légales a été réitéré aux ministres », indique la source. Cherchez l’erreur. C’est, certainement la faute à l’ordinateur.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Protection sociale – Mise en place d’un registre unique

Un registre unique serait en voie de réalisation dans le cadre de la protection sociale à Madagascar. « Le registre unique des bénéficiaires doit être réalisé au plus tard au mois d’octobre de cette année. Ce registre permettra de faire le suivi des bénéficiaires et d’uniformiser tous les programmes d’activités sur la protection sociale à Madagascar », explique Hanta Baraka Charlotte, secrétaire générale au sein du ministère de la population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF). Cela est ressorti de la table ronde organisée par  le MPPSPF et la Banque Mondiale, hier, au Le Pavé Antaninarenina.La protection sociale se tisse face à la grande pauvreté qui sévit au pays. C’est la raison pour laquelle il existe un éparpillement entre les interventions ainsi que les programmes menés dans le cadre de la protection sociale. En effet, ces programmes visent à améliorer la vie des ménages vulnérables. 65 000 ménages devront bénéficier de la protection sociale à travers le Vatsin’ankohonana et le Fiavota, dans le Sud, jusqu’en 2020.Madagascar ne peut pas encore gérer la protection sociale des sociétés non-contributives qui ne demandent pas de cotisation aux bénéficiaires. « La protection sociale devrait être inclue dans le budget public. Or la plupart des pays en voie de développement dépendent encore despartenaires techniques et financiers», affirme Julia Rachel Ravelosoa.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Déclaration – Les évêques réclament un changement radical

Une révolution. Une nécessité si l’on s’en tient à la déclaration de la Confé­rence des évêques de Madagascar (CEM), publiée mercredi. Une révolutiondans le sens de la refondation.De traduction libre, le CEM a, entre autres, déclaré qu’« il n’y a plus lieu d’alerter. Ce dont on a besoin, c’est d’un changement radical de principe ». Une nouvelle fois, la Conférence épiscopale n’est pas tendre face aux errances des acteurs de la société malgache, particulièrement, des tenants du pouvoir. Seulement, cette fois-ci, elle réclame que les changements requis pour soigner les maux de la société soient concrétisés.« Les raisons de cette situation ne sont autres que les mensonges et dépravationsqui submergent la vie publique jusqu’à étouffer la voix des personnes justes. L’argent dicte tout et devient un Dieu que l’on sert jusqu’au sommet », ajoute la Conférence des évêques. Le CEM n’épargne personne dans ses remontrances.Des hommes d’église, le CEM requiert une remise en question quotidienne et une exemplarité dans les mots et le comportement. Rapportant les défaillances, les illégalités, la corruption, les comportements arbitraires et les abus rencontrés dans plusieurs domaines publics, la Conférence épiscopale interpelle particulièrement les départements ministériels que sont la Santé publique, l’Éducation nationale, la Défense nationale, la Sécurité publique, ceux des Mines et de la Justice.À l’endroit des élus et autres acteurs politiques, le CEM, a fustigé le non respect des engagements pris devant la population.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Conservation – La biodiversité draine des touristes

La biodiversité unique de Madagascar est un réel atout pour le tourisme et l’économie du pays. Un atout constitué de méga hot spot de faune et de flore que nous avons intérêt à protéger et à conserver car elle permet de booster l’écotourisme. Le terme durable qui s’y associe rime avec le développement de l’économie lequel implique la création d’emplois et génère des revenus. « Le contraste entre la richesse naturelle et la pauvreté indique que l’homme dépend énormément des ressources naturelles qui l’entourent. S’il les épuise, cela signifie destruction. S’il ne nous reste rien, il nous sera impossible d’attirer les visiteurs », avertit Gérard Rambeloarisoa, directeur exécutif de la Fondation pour les aires protégées et la biodiversité de Madagascar (Fapbm).Les valeurs numéraires engendrées par l’écotourisme augmentent ainsi la caisse du tourisme de manière formelle par le biais des tours operators, des guides, des hôtels et restaurants, du prix d’entrée dans les parcs nationaux, des locations de véhicules, de l’artisanat.Le développement du tourisme scientifique enregistre aussi une affluence des chercheurs qui versent des droits aux recherches. D’ailleurs, la célébration de la journée internationale de la Biodiversité ayant pour thème « Biodiversité et tourisme durable » aura lieu le 22 mai. Le programme de commémoration commencera le 20 mai, se poursuivra avec la visite de l’aire protégée d’Ambohitantely le 21 mai et s’achèvera le 22 avec un jeu concours Questions pour un cham­pion à l’École normale supérieure d’Antananarivo.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Économie rurale – Le travail décent en bonne voie

La mise en place du travail décent dans l’économie rurale est en bonne voie. Le plan national d’action (PNA) pour sa promotion a été validé hier, à l’hôtel Colbert Antaninarenina.Parmi les grandes lignes de cette promotion du travail décent dans l’économie rurale, figurent le renforcement de l’encadrement et de la formation professionnelle ainsi que l’investissement dans le milieu rural.Le gouvernement, pour sa part, devra mettre en place un cadre de dépense bien clair dans la promotion de ce travail décent. Les partenaires techniques et financiers ont aussi leur part de responsabilité en faisant de la protection sociale une priorité, dans la concrétisation des projets et programmes.Promouvoir le travail décent dans l’économie rurale devra engendrer le développement rural, notamment le niveau de vie de la population. Selon Jean de Dieu Maharante, ministre de la Fonction publique, de la réforme de l’Administration, du travail et des lois sociales, quand ce travail décent sera effectif, les pêcheurs, les agriculteurs, les éleveurs, bénéficieront de retraite, de soins médicaux et de toute autre forme de protection sociale. Mais c’est encore un travail de longue haleine. Les changements ne seront ressentis que dans 5 à 10 ans.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Rallye Elf Michelin – Tahina et Loom comme têtes d’affiche

Tahina et Loom se présentent comme les deux des plus sérieux prétendants au titre, en ce début de saison. On suivra aussi les débuts de Haja Danielson et le retour de Sitraka « NS ».

Un léger doute subsistait ces derniers jours sur la participation de Ndrianja et Fanja Rajemison (Subaru Impreza PMU Yacco), champions 2016, au Rallye Elf Michelin.Première manche de la saison prévue ce weekend, avec treize épreuves spéciales au programme. Deux pilotes se démarquent dans la liste des trente équipages engagés, comme étant les plus sérieux rivaux et potentiels successeurs de Ndrianja sur le trône, en ce début de saison.D’un côté, Tahina Raza­finjoelina, associé à Baobola Rajaonarison (Subaru Impreza Vidy-Varotra), de l’autre, Lova « Loom » Randriami­haingo, navigué par Lucas Rakotonindrainy (Mitsubishi Lancer Evolution X N4).Pour beaucoup, l’heure de la consécration est arrivée pour Tahina, après sa forte progression de ces derniers mois. Il a confirmé celle-ci en gagnant deux rallyes l’an dernier, notamment en décrochant une victoire prestigieuse au Rallye International de Madagascar du mois de novembre. Pour sa part, Loom endosse le costume du jeune talentueux qui vient titiller ses ainés.Il les avait même tous devancés une fois l’an dernier, en remportant le Rallye Helix Pure Plus du mois d’octobre. Si les deux pilotes repartent sur les mêmes bases que 2016, on pourrait avoir droit à un duel épique jusqu’à la fin de l’exercice.

Tovonen absentCe Rallye Elf Michelin sera également marqué par les débuts de Haja Danielson sur son nouveau pick-up, épaulé par Alain Rasami­manana (SsangYong Actyon Sports CT Motors). Il viendra se frotter aux références de la catégorie 4×4 T2M, Davonjy et Sandy Solofonirina (Foton Tunland Ocean Trade) ainsi que Freddy Rakoto­manga et Yachine Adam (Isuzu D-Max Continental).Mardi dernier, Sitraka « NS » Rakotomalala avait annoncé qu’il tenterait de rééditer sa performance de 2014, quand il avait décroché le titre chez les deux-roues motrices, en compagnie de son père Rado. On suivra aussi de près leur retour en compétition sur leur Renault Clio 4G Orange. Précisons que les ténors des deux-roues motrices, Tovo­hery Rakotohary, alias Tovonen, et son infatigable Renault Clio manqueront à l’appel ce weekend.

Liste des engagés

Équipages                      Voitures                              Catégories1    Alcazaria-Marielle    Peugeot 205 Total Quartz    M112    Nirina-Alcazaria Jr    Peugeot 206 Bomba Kely    M113    Papibel-Finoana    Peugeot 205    M114    Jeffy James-Copain    Peugeot 205 Go Janga    M105    Ndrianja-Fanja    Subaru Impreza PMU Yacco    N46    Gérard-Teddy    Mitsubishi Lancer Evo IX Les Loulou    N47    Haja Danielson-Alain    SsangYong Actyon Sports CT Motors    T2M8    Jacques-Santatra    Mitsubishi Lancer Evo VII Sural Midex    N49    Tahiana-Tahiry    Subaru Impreza SkyOne    N410    Anjabob-Fiadanana    Volkswagen Golf    M1111    Davonjy-Sandy    Foton Tunland Ocean Trade    T2M12    Rala-Sissi    Renault Clio    M1113    Domvala-Betojo    Volkswagen Polo    M1214    Andy-Princy    Peugeot 205    M1115    Sten-Krick    Peugeot 106 T2R    M1016    Freddy-Yachine    Isudu D-Max Continental    T2M17    Dani-Herz    Citroën C2 Kolo TV    M1018    Guiguibone-Irdonen    Peugeot 306 Otis Climatel    M1119    Nicky-Jackol    BMW 325    M1220    NS-Rado    Renault Clio 4G Orange    M1121    Boana-Miangaly    Subaru Impreza Love Rally    M1222    Hanitra-Moumou    Subaru Impreza    M1223    Yves-Nitro    Subaru Impreza    M1224    Fidy Anjeva-Borman    Peugeot 504    M1225    Tahina-Baobola    Subaru Impreza Vidy-Varotra    M1226    Daddy-Lou    Seat Ibiza Terrassi    M1227    Hery Be-Fafahcop    Subaru Impreza Mika Faniry    N428    Rina-Mirija    Renault Megane    M1129    Fred-Andry Tahina    Peugeot 206    M1130    Loom-Lucas    Mitsubishi Lancer Evo X    N4

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Antanifotsy – Choc entre la municipalité et le fokonolona

Escortés d’éléments des  forces de l’ordre et d’une vingtaine de quartiers mobiles, le maire d’Ampitatafika ainsi que des conseillers ont été chassés.

Branle-bas de combat à Antanifotsy. Le déplacement au forceps du marché d’Andakadrano, vieux de soixante ans,  au profit de celui d’Antaninandro, a provoqué un séisme. Mardi après-midi aux alentours de 16 heures, le maire de la commune rurale d’Ampitatafika, accompagné de quelques membres du conseil communal ainsi que d’une vingtaine de quartiers mobiles (NDLR: membres du comité  local de sécurité auprès des fokontany) s’est heurté de plein fouet à une foule en furie, décidée de défendre son précarré.Bien qu’appuyée par des éléments armés des forces de l’ordre, la forte délégation communale est rentrée bredouille. Rameutés en un éclair par des contestataires qui s’opposent vivementau  déplacement du marché sexagénaire, des commerçants ainsi que des riverains prêts à en découdre, ont tenu tête aux autorités venues faire l’expulsion.Un hangar, faisant office de pavillon de commerce, a été incendié et un morceau de brique a été lancé dans les rangs du maire et de ses compagnons. Un membre du conseil communals’est pour sa part, attiré la foudre des insurgés. Armé de hache, celui-ci allait se déchaîner sur un pavillon lorsque les contestataires la lui ont arrachée, laissant pantois la vingtaine de paires de bras rassemblées auprès des comités locales de sécurité pour démolir les constructions érigées sur la vieille place du marché.

Antécédent tragiqueVers 17 heures, alors  que la vive tension était sur le point de virer à l’échauffourée, les autorités ont fait machine arrière, épargnant ainsi les commerces en question.« En 1986, une pareille expulsion s’est soldée par la mort d’un gendarme et plus d’une centaine de personnes ont été arrêtées. Il est hors de question qu’une telle tragédie se répète. La préservation de  l’ordre public et de la paix sociale doit primer. Une approche aussi bien équitable que pacifique est à préconiser de manière à trouver un terrain d’entente », confie une source auprès de la gendarmerie.Elle suggère sur cette même lancée le maintien du marché d’Andakandrano, où  les commerçants et habitants du district se ruent tous les mercredis. « Il serait par exemple raisonnable  de fixer à un autre jour que celui de mercredi le jour du marché à Antaninandro », avance le même interlocuteur.Les deux places du marché sont distantes d’environ un kilomètre. Il y a six mois, le conseil communal  a voté  la suppression de celle d’Andakandrano, située à treize kilomètres de laRN 7 en prenant la bifurcation menant à Antanifotsy, pour déplacer les commerçants à Antaninandro.Vue d’un mauvais œil par plus d’un, la décision n’a jamais été exécutée jusqu’à ce que la commune ne revienne à la charge.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Des Japonais à la mairie

 La coopération du Japon avec la ville d’Eaux s’élargit. Des volontaires arriveront bientôt pour seconder l’équipe dirigeante.

Sa richesse en eaux fait la renommée de la ville d’Eaux, ce qui explique son appellation. Elle est surtout très connue par la vertu thérapeutique de ses eaux thermales, dont les lieux d’installation figurent parmi les sites qui incitent les touristes à venir. Tout comme Antsirabe, quelques villes du Japon sont également tributaires d’eaux thermales. C’est pour cette raison que l’ambassadeur Ichiro Ogasawara a annoncé, au cours de sa visite à Antsirabe, le mercredi 17 mai, le jumelage de ce dernier avec une ville japonaise.

UrbanismeC’est également une opportunité pour développer la collaboration d’Antsirabe avec le Japon. Et afin de renforcer la coopération qui  existe déjà, une nouvelle vague de volontaires japonais arriveront bientôt. Leur mission consistera à partager leurs expériences en matière de développement des agglomérations, bref l’urbanisme et l’assainissement. Ils assisteront ainsi l’équipe dirigeante de la commune urbaine d’Antsirabe.Outre les domaines de la santé et de l’éducation, ils se pencheront également sur la réhabilitation des infrastructures publiques, rues, lavoirs et bassins, jardins et autres parcs. Afin de promouvoir le tourisme qui tient un rôle important dans l’économie de la ville d’Antsirabe, les volontaires japonais contribueront aussi  à l’amélioration des sites en initiant les acteurs à la politique de marketing.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

FIBA 3X3 – Championnat d’Analamanga – Quatre-vingt équipes pour quatre places

Analamanga sera la seule ligue à organiser un sommet de qualification officielle et sortir ses porte-fanions pour le championnat national de Fiba 3×3. Le sommet de la ligue hôte se tiendra les samedi 20 et dimanche 22 mai au terrain extérieur de handball, à côté du gymnase couvert de Mahamasina.Deux terrains et deux panneaux spéciaux pour Fiba 3×3 y seront installés. Les inscriptions ne seront bouclées que ce vendredi mais «comme on a l’habitude d’organiser cet événement depuis déjà au moins trois ans, soixante-douze équipes se sont manifestées jusqu’ici et une dizaine en attente de confirmation», a mentionné Pascal Rasaony, délégué de la commission de basketball de masse et un des premiers responsables de l’organisation des compétitions de Fiba 3×3 au sein de la fédération malgache de basketball.Seulement deux des cinq catégories concernées au championnat national seront jouées à ce sommet qualificatif d’Analamanga, à savoir celles open hommes et U18 garçons. La catégorie open hommes sera la seule qui compte pour le championnat national, mais les autres comme celles de l’open dames, U18 garçons, U12 garçons et l’inter partenaires ne sont que des challenges.«Outre la qualification au championnat national, les meilleures équipes par catégories seront récompensées par la ligue», a confié le président de ligue d’Analamanga de basketball, Fidy Rasolo­malala. La ligue championne, celle de Boeny, aura le droit de présenter deux équipes au championnat national prévu se tenir au gymnase d’Ankorondrano du 22 au 24 juin.Analamanga, ligue hôte, pourra aligner quatre formations et une formation pour chacune des autres ligues, dix-huit en tout. Vingt-quatre équipes disputeront donc ce deuxième championnat national. «Si une ou quelques ligues désistent, Analamanga, Boeny ou Atsinanana complètera la ou les places vacantes car ces ligues ont déjà demandé de rajouter une ou des équipes de plus», selon les explications de la commission.«Ce sera du basket libre. Liberté veut dire ici, tout le monde peut former une équipe sans considération des licences», a ajouté le délégué de la commission. Les éliminatoires se joueront en formule de 15 minutes chrono non-arrêté, et la phase finale en 12 minutes chrono-arrêté.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Manifestation des étudiants – Le calme revient à Ankatso

Pause. Les étudiants de l’université d’Antananarivo ont suspendu leur manifestation, hier. « Comme il y avait déjà une négociation avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique lors d’une assemblée, nous avons décidé de suspendre notre manifestation. Nous allons laisser le ministère concrétiser ses promesses », indique Picardino Vaonala­mihanta, conseiller spécial du président de l’association des étudiants de la faculté des Sciences.La revendication de ces étudiants repose sur l’augmentation de 100 % de leur équipement, qui est actuellement de 66 000 ariary.« Nous devons nous acquitter de 75 000 ariary par an, pour le coût de connexion qui ne fonctionne même pas, mais aussi pour les activités sportives et les soins médicaux », ont souligné les étudiants.Le MESUPRES leur a promis de discuter de cette hausse de l’équipement avec les autorités compétentes et de laisser aux associations pédagogiques la gestion de la connexion.Cette manifestation des étudiants a entrainé, mercredi, la blessure d’un gendarme et d’un autre étudiant ainsi que l’interpellation d’une dizaine d’étudiants, suite à des jets de pierres. Ces étudiants menacent de reprendre leur manifestation, dans le cas où le MESUPRES n’honoreraitpas ses promesses.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Route nationale 4 – Retard des travaux sur Kamoro

L’ouverture du nouveau pont sur la rivière Kamoro est en retard de dix-huit jours. La fin du chantier était prévue à la fin du mois d’avril, mais jusqu’à présent les travaux se poursuivent. Le délai d’exécution est de vingt deux mois à partir de juin 2015.Les travaux sont laborieux et délicats. Plus de 45 milliards ariary (plus précisément 45 079 994 656,29 ariary) financés par la Banque Mondiale à travers le Projet d’urgence pour la préservation des infrastructures et la réduction de la vulnérabilité, sont injectés dans ces travaux de construction située à Ambondromamy, au PK 406+300 de la RN4.L’ancien viaduc aura cent ans aujourd’hui et ne peut plus résister longtemps à la circulation soutenue de gros véhicules. Des réhabilitations y ont été apportées afin de permettre aux usagers d’utiliser cet axe routier qui s’avère important pour l’économie de Madagascar.C’est l’entreprise Eiffage TP qui se charge de l’ouvrage, le maître d’œuvre est le groupement Spea/Lux Consult. L’Autorité routière de Madagascar est le maître d’ouvrage délégué.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Dix bandits en tenue militaire

Dix bandits vêtus en vert armé ont dérobé cinq millions d’ariary d’un opérateur à Antanambao dans le district d’Antsohihy, mardi soir. Un suspect est tombé dans les mailles de filet de fokonolona, mercredi matin. Ce dernier l’a livré à la gendarmerie du poste avancé de Maroala pour l’enquête.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Envoi Premium Challenge – Intégration d’un tableau progressif

Petit changement pour l’édition 2017 du BMOI Premium Challenge, qui se tiendra au Country Club Ilafy les samedi 27 et dimanche 28 mai. La compétition, à disputer en double rappelons-le, sera divisée en deux étapes distinctes cette fois-ci. « On débute avec la phase de poules dans chaque catégorie, le samedi. Pour le dimanche, on a décidé de rajouter un système de tableau progressif », explique Josoa Rakoto­nindriana de chez Country Club.Comme chaque année, le tournoi annuel dédié aux cadres d’entreprises et à leurs familles respectives fait carton plein. Ainsi, les soixante places dans les quatre tableaux sont toutes prises depuis plusieurs jours. L’on compte dix équipes dans la catégorie père et fils, seize chez les dames, ainsi que trente-deux chez les hommes, soit dans le groupe 1 et seize autres dans le groupe 2.« Les hommes sont séparés en deux groupes selon le cumul d’âges des deux équipiers. Les plus âgés évolueront dans le groupe 1 et les plus jeunes dans le groupe 2 », poursuit Josoa Rakotonindriana.Le Country Club met un peu plus l’accent sur le traitement VIP réservé aux joueurs, cette année. Entre autres, le petit déjeuner sera offert par l’hôtel Colbert pour les deux journées de compétition, tout comme le rafraichissement par Eau Vive. Tandis que le déjeuner sera pris en charge par le club.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Signature de trois conventions.

Trois conventions ont été signées, hier, entre le ministère de l’Éducation nationale et les partenaires à travers l’Office de l’Édu­cation de Masse et du civisme (OECM), à Anosy.  Les conventions portent sur le renforcement des agents sensibilisateurs du projet Lamina, l’édu­cation des enfants et des jeunes à devenir des leaders ainsi que  la promotion de l’éducation citoyenne dans les établissements scolaires publics et privés.

L'express de Madagascar0 partages

Ambano – Des soldats au service de la population

Une trentaine de militaires du Service civique sont dans la commune rurale d’Ambano, dans le district d’Antsirabe II depuis maintenant trois mois pour y effectuer des actions de développement, ce dans le cadre du projet « Madagasikara Soa ». Sous la direction du général de division Zefania Rivo Rakotosalama, le Service civique se charge de mettre en relation la Présidence et le monde rural. Le projet devrait toucher les vingt deux régions de la Grande ile.Choisie comme site pilote du projet, la commune rurale d’Ambano a donc bénéficié d’activités multisectorielles réalisées par les militaires qui ont des spécialités différentes en matière de développement. Outre le reboisement et la plantation de 1 500 plants ainsi que l’entretien de l’environnement,  les « bérets verts », ont également participé à l’animation et à la sensibilisation des habitants sur la propreté et l’hygiène : utilisation et construction de latrine, l’amélioration de la situation générale,  réhabilitation du marché et des infrastructures locales. Afin de motiver les habitants à protéger leurs biens, ils leur ont également  appris la défense villageoise.Ces soldats du Service civique se sont aussi impliqués dans le développement des activités agricoles et de l’élevage, qui sont les principales activités de la population. Ambano est très connue pour la production de fruits et légumes au profit du district d’Antsirabe II. Une formation sur la production d’engrais biologique a même été dispensée à trente paysans, hier. « Ces bénéficiaires devront tout de suite appliquer les acquis obtenus lors de cette formation avant de les partager avec leurs pairs », termine le formateur, le colonel Shan Shin.

A. N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Voleurs de poules devant le parquet

Trois hommes d’une vingtaine d’années, arrêtés pour vol de volailles aux 67ha ont été déférés au parquet hier. Mercredi matin, ils ont dissimulé dans un sac une dizaine de poules et avaient essayé de s’enfuir en apercevant la police. Ils ont reconnu avoir volé les chapons à Ambatolampikely mardi et tenté de les vendre dans le quartier des 67ha.

L'express de Madagascar0 partages

Dôme RTA Ankorondrano – Singers of Jesus lance un appel à générosité

Un moment de convivialité et de communion s’annonce mélodieux et généreux. Le concert réservé au public aux mélomanes férus de gospels et de cantiques religieux par la chorale Singers of Jesus sur la scène du Dôme RTA Ankorondrano, s’affiche exceptionnel. Cet événement s’affirme comme un concert de levée de fonds d’après l’initiative de l’Association de solidarité Volana (ASV). Rendez-vous est ainsi donné ce 21 mai à partir de 15 heures au Dôme, pour un concert qui resplendira d’une fraternité singulière.À l’affiche se retrouveront le chanteur crooner Stephan Rambi, Natiora la jeune sosie de Hantatiana et Hugues Rakotomalala. L’objectif de l’association, à travers ce concert est de récolter les fonds nécessaires pour la transplantation rénale de Vololoniaina Razafintsoavina ou Volana en Inde. Cete dernière souffre d’une insuffisance rénale chronique, depuis 2009.Portée par un élan de générosité qui lui est propre, la chorale Singers of Jesus, pour qui le don de soi en est le principal leitmotiv, promet un instant harmonieux et féerique. À l’image de sa chanson « Hampifaly anao » ou encore « Malalany», la chorale fait appel à la bonté de ses fans et du public en général. À travers ses actions de soutien à Volana, l’ASV invite également les âmes charitables à contribuer à ses actions, en la contactant sur les réseaux sociaux,« Association de solidarité Volana» ou par mail au « associationvolana@gmail.com ».

A. P.R.

L'express de Madagascar0 partages

Run – Shifting Day avec PSA et Asacm

Le groupement des passionnés de Peugeot et de Citroën, PSA Le Club Mada­gascar, franchira une nouvelle étape dans son évolution, dans une dizaine de jours. Il collaborera avec l’Asacm, pour l’organisation de la prochaine course en championnat de Mada­gascar de run voitures sur 400 mètres.La course est fixée pour le dimanche 28 mai, sur la piste de la Batac Arivo­nimamo. Elle portera l’appellation de Shifting Day by Jovenna. « Plusieurs jeunes membres du club Asacm sont également membres de PSA Le Club. Ils sont passionnés de Peugeot et de Citroën depuis qu’on les connait. Ils ont sollicité l’Asacm pour les aider dans le cadre de cet événement et on a bien évidemment accepté », souligne un dirigeant de l’Asacm. Il s’agira de la troisième manche de la saison. Et ce, après les deux précédents rendez-vous organisés par Runmada et AMA.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tollé des retraités de la Commune urbaine d’Antanana­rivo.

Les retraités de la CUA depuis juin 2015, au nombre de cent vingt, ne bénéficient pas de leur retraite. Les diri­geants de la ville d’Antana­narivo n’auraient pas versé leurs cotisations. Affligés, ces retraités sont venus à l’hôtel de ville d’Analakely, hier, pour réclamer leur dû. Des responsables de la CUA les ont reçus, pour en discuter.

L'express de Madagascar0 partages

Élèves voleurs de panneaux solaires

Trois élèves présumés voleurs d’une dizaine de panneaux solaires ont été arrêtés mardi à Ambodi­manga, district de Tsara­tanàna. Ils ont été placés en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie locale pour enquête. Une plaque solaire a été saisie chez l’un des jeunes collégiens.

L'express de Madagascar0 partages

Randonnée à Andringitra Nord

L’office régionale de tourisme d’Antananarivo invite les adeptes de la randonnée, de la marche et de la découverte, à participer à la randonnée du coté d’Andringitra Avaratra. Ce challenge aura lieu le 27 mai. Ceux qui aiment le défi et le paysage rural auront l’occasion d’apprécier les chaines de collines qui les mènent jusqu’à 1680 m d’altitude, en passant par des petits villages typiques de la région, le sommet de Miakotso et le fameux Ambatonandrianjanaka. Andringitra est situé à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale.

L'express de Madagascar0 partages

Patrimoine – La journée internationale des musées fédère les jeunes

Toute une journée en ode à un lieu unique dans lequel sont collectés, conservés et exposés des objets dans un souci d’enseignement et de culture. Le 18 mai, journée internationale des musées a été célébrée sur le parvis du Tahala Rarihasina à Analakely. Cette célébration s’est découverte tel un petit musée à ciel ouvert pour le public du centre ville, tout au long de la journée d’hier. Elle a été initiée par la branche malgache du Conseil international des musées (ICOM), sous le parrainage du ministère de la Culture, de la promotion de l’Artisanat et de la sauvegarde du Patrimoine, en partenariat avec l’Office du site culturel d’Ambohimanga Rova (Oscar).La journée a fédéré autant les acteurs du milieu de la muséologie, du patrimoine et de diverses institutions culturelles que les jeunes. Cette année, le thème, « Musées et histoires douloureuses : dire l’indicible dans les musées » a été choisi et mis en exergue par le biais d’une exposition et de ses animations. Plusieurs musées ont ainsi pris part à cette célébration, à travers laquelle les contextes et enjeux des musées à Madagascar ont surtout été exposés. « Les musées ont un rôle capital auprès des générations qui se succèdent au sein de notre société, de par sa fonction conservatrice et pédagogique. Il contribue activement à la transmission et à la valorisation de nos patrimoines matériels et immatériels, surtout pour les jeunes », souligne Marie Hortense Razafindramboa, directrice de l’Oscar.Actuellement, les musées tels que ceux d’Ambohimanga Rova, d’Andafiavaratra, d’Ilafy ou encore de Tsinjoarivo peinent à faire valoir leurs activités. Ainsi, le public est incité à rejoindre ces lieux où l’histoire se redécouvre et reprend vie, le temps d’une visite. « C’est un privilège pour nous d’avoir ces musées, car c’est un lieu où l’on peut s’instruire et s’imprégner aisément des événements qui ont marqué notre pays. Que ce soit à travers ces objets ou ces photos, les musées nous enrichissent intellectuellement », confie Tovo, élève en classe terminale. Actuellement vingt-cinq musées publics et privés se répartissent dans différentes régions de Madagascar.

A.P.R.

Madagate0 partages

Madagascar. Le SMM considère les menaces gouvernementales comme un acte de déstabilisation de l’institu...

Face aux intimidations et menaces de poursuites judiciaires à l’encontre de ses membres, de la part du gouvernement malgache, ci-après la réplique du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et malheur à ceux par qui le scandale va arriver, tôt ou tard. Car ils doivent savoir aussi que le temps n'effacera jamais les crimes commis.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Syndicat des Magistrats de Madagascar, souciant du respect des lois et de l’égalité de tous devant la loi, bases du principe de l’État de droit, réitère que les actions faites par lui sont toujours axées sur la défense des intérêts moraux, matériels et professionnels de chaque magistrat et de la justice dans son ensemble.

Faisant partie intégrante de la société civile, le Syndicat des Magistrats de Madagascar se doit de dénoncer toute violation de la loi ou de sa non application surtout si ces actes concernent directement le bon déroulement des procédures judiciaires. Cette obligation tient sa source de la conviction des membres en ce qu’ils ne veulent pas laisser faire toutes les gabegies et les sournoiseries tendant à ne pas respecter la loi.

Le Syndicat des Magistrats de Madagascar tient à éclairer et à attirer l’attention des citoyens que :

- Il condamne fermement toute ingérence, obstruction à la bonne marche de la justice et intimidation proférée à l’égard des magistrats exerçant leurs fonctions normales.

- Les magistrats du Parquet, que ce soit le Procureur ou les substituts du procureur sont tenus de se conformer à la loi dans l’exercice de leurs fonctions. Ils ont ainsi l’obligation de faire ou d’effectuer ce que leurs prérogatives légales exigent ;

- Les magistrats assurant leurs fonctions ne font qu’appliquer les dispositions légales et en aucun cas leurs actes durant l’exercice de leur fonction ne sauraient être considérés comme des actes de déstabilisation de l’Etat ou de la société.

- Des poursuites judiciaires envers les magistrats faisant leur travail dans la stricte application de la loi relèvent de la pure volonté de faire obstruction à la bonne marche de la justice.

- Le Ministre de la Justice et le Gouvernement, conduit par le Premier Ministre ont intérêt à ce que les lois de la République soient respectées à la lettre. En outre, ils n’ont également pas intérêt à s’interférer dans la bonne marche de la Justice en menaçant les magistrats de poursuites judiciaires dans l’exercice de leur fonction.

- En effet, menacer les magistrats qui usent de leurs prérogatives légales dans un communiqué officiel du gouvernement est considéré par le Syndicat comme étant un acte de déstabilisation de l’institution judiciaire.

- Enfin, le Syndicat des Magistrats de Madagascar est offusqué par la position et l’implication directe du Gouvernement dans l’affaire Dame RAZAIMAMONJY Claudine, alors que lui-même a déclaré que cette affaire n’est pas celle de l’Etat. Pour le SMM, si cette affaire n’est pas une affaire d’Etat, l’attitude du Gouvernement en déclarant dans un communiqué officiel les menaces de poursuites judiciaires contre les magistrats faisant leur travail est étonnante. Car d’aucun ne sait que c’est le Syndicat des Magistrats de Madagascar et en particulier son Président qui a été visé.

Fait à Antananarivo, le 17 mai 2017

LE BUREAU NATIONAL

Midi Madagasikara0 partages

Antanetibe Mahazaza : Tokantrano notafihana jiolahy mitam-basy, lehilahy iray voatifitra

Ny alin’ny talata lasa teo, tokantrano iray teny Andranofotsy, Antanetibe Mahazaza, ao anatin’ny distrikan’ Ambohidratrimo no lasibatry ny asan-jiolahy. Vokany, naratra mafy voatifitr’ireo olon-dratsy ny raim-pianakaviana ary vola mitentina eo amin’ny roa tapitrisa ariary kosa no lasa tamin’izany. Raha ny zava-nitranga : efa-dahy nirongo basim-borona sy zava-maranitra izy ireo no nanao amboletra niditra tao amin’ity tokantrano iray ity, tokony ho tamin’ny iray ora maraina tany ho any. Ny roa tamin’ireo olon-dratsy no niambina tety ivelany, raha nanao izay hivahan’ny varavarana ny roa  lahy. « Avy hatrany dia nandray ny ziogan’omby teo an-tokotany ka novakian’izy ireo ny varavarana ka nivoha ary niditra tao an-trano ny roa tamin’izy ireo » hoy  ny fampitam-baovao azo avy tamin’ny zandary. Samy taitra tamin’ny torimasony avokoa ireo tao an-trano. Nentin’ny tahotra ilay rangahy tompon-trano ka avy hatrany dia niezaka nitsoaka tamin’ny fitsambikinana teny am-baravarankely. Hitan’ireo jiolahy niambina tety ivelany anefa izany ka avy hatrany dia tifitra no nasetriny. Lavo voan’ny bala ilay rangahy. Naratra mafy fotsiny anefa, raha noheverin’ireo jiolahy fa maty. Ilay renim-pianakaviana amin’izay no noteren’izy ireo hamoaka ny vola. Tsy nanam-pidiny fa dia nomena ireto olon-tsy vanona ny vola an-tapitrisany rehetra tao an-trano. Azony izay nilainy, dia nitsoaka toy ny tsy teo ireto jiolahy ireto. Tamin’izay vao afaka nampandre ny zandary tao Antanetibe ireo voatafika, ary namonjy ilay naratra. Ity farany moa, raha ny vaovao voaray, dia efa nahazo fitsaboana tao amin’ny hôpitaly Bejofo. Nanao ny fanadihadiana sy ny fikarohana kosa ireo mpitandro filaminana. Tsy niandry ela akory dia nisy roa tamin’ireo olon-dratsy no voasambotry ny zandary tao Mahitsy. Eo am-pitadiavana ireo namany amin’izao fotoana izao ireo mpitandro filaminana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Fandroahana Sri-lankais : Mbola tsy tonga eny amin’ny pôlisy ny didy, omaly

Efa tamin’ny alarobia no nivoaka ny didy avy tamin’ny ministeran’ny atitany ny amin’ny fandroahana teratany Sri-lankais 30 noho ny visa tsy mifandraika amin’ny asa ataon’izy ireo. Ny tena antony, raha araka ny fanampim-panazavana azo, dia noho ny fividianan’izy ireo ny volamena izay nivoaka avy ao amin’ny karieran’i Didy (Ambatondrazaka) kanefa izy ireo dia “visa touristique” na koa mpizaha tany no anton’ny fandalovany eto Madagasikara. Ny ampahany indray dia ireo Sri-lankais avy any Ilakaka izay marim-pototra ny taratasy hahafahany mipetraka sy miasa eto amin’ny firenena, saingy tsy manana fahafahana mividy vato sy volamena kosa ivelan’ny faritra atsimo ny taratasin’izy ireo. Dia tonga tany Didy ihany koa ary nanao ny fividianana ireo harena an-kibon’ny tany izay nivoaka avy ao. Nisy tamin’ireo olona ireo no efa nigadra tany amin’ny fonjan’Ambatondrazaka rehefa nenjehina talohan’izao. Ankehitriny dia nivoaka ny didy avy amin’ny ministera tompon’andraikitra ny amin’ny handroahana tsy misy hatak’andro ireo olona ireo. Araka ny lalàna manan-kery dia roa andro (48 ora) aorian’ny fahafantaran’izy ireo ny didy fandroahana no tokony ho efa tsy eto amin’ny firenena intsony izy ireo. Hatramin’ny omaly anefa, raha araka ny loharanom-baovaonay eo anivon’ny mpitandro ny filaminana, dia mbola tsy tonga eo anivon’izy ireo ilay didy izay hahafahan’izy ireo mihetsika. Heverina ho tsy tratra izany ny fandefasana ireo vahiny ireo amin’ny zoma izao araka ny kajikajy efa nandeha. Manarak’izany, fantatra koa fa misy amin’ireo Sri-lankais ireo no efa tsy eto an-tanindrazana intsony, fa nivoaka any ivelany. Misy efatra izy ireo ka ny fepetra dia niova noho ny tsy maha-eto azy ireo intsony : lasa niampy didy tsy fahafahany miditra eto Madagasikara ilay didy fandroahana. Misesisesy ny fandroahana vahiny tamin’ity tapaky ny taona voalohany ity. Isan’ny niteraka resa-be ny momba ireo Turcs, dia izao koa ny Sri-lankais indray no lasa lasibatra. Teratany inona indray ny manaraka?

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Association A2CL : Un regard pour 250 élèves de l’EPP d’Ankaraobato

La journée d’hier a été une bonne journée pour les enfants inscrits à l’EPP d’Ankaraobato. Et pour cause, ils ont bénéficié d’une action de bienfaisance de la part de l’Association Culturel and Charity International en collaboration avec les « miss » et « mister » d’Atsimondrano (appuyé par le Komity Madagascar France) qui a initié une séance de distribution d’aliments complets auxdits élèves. Ces derniers soufreraient en effet de malnutrition à cause de la difficulté pour leurs parents d’assurer une alimentation saine. Ce qui nuit considérablement au développement des enfants au niveau physique, mais surtout scolaire. Car d’après les dires de la « miss » Atsimandrona Onisoa Daniella « Un enfant qui a faim aura du mal à se concentrer durant les cours mais surtout pour retenir les leçons ». Ce qui a donc motivé cette action citoyenne et sociale. Une première pour cette ambassadrice de la beauté d’Antananarivo Atsimondrano.

José Belalahy