Les actualités à Madagascar du Dimanche 19 Avril 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara121 partages

Aides sociales : « Malagasy en Action » au chevet de la population nosibéenne

(Photo : Malagasy en Action)

Face à la propagation du coronavirus, les membres de l’association « Malagasy en Action » ont effectué des activités sociales. Hier, à Dzamandzar Nosy Be Hell-Ville, l’équipe de la présidente de l’association, Jacqueson Jasmine, a fait preuve d’engagement et a distribué gratuitement des masques et de l’eau de javel aux habitants  de l’île aux parfums. « Il est de notre devoir d’aider nos concitoyens. C’est d’ailleurs l’une des missions de cette association », a-t-elle souligné. La propreté étant l’amie de la santé, après la distribution des masques, les membres de l’association ont procédé à l’assainissement des lieux publics et du marché de la ville de Nosy Be Hell-Ville. 

Fondée en 2009 par l’initiative des  acteurs culturels et artistiques malgaches résidant dans la Grande Île et à l’extérieur, notamment en France, l’association « Malagasy Mihary », ou « Malagasy en Action », a pour but d’effectuer des actions culturelles de proximité, notamment dans les fokontany et les zones rurales. Puisque sa vocation sociale est d’impliquer le plus possible les habitants de Madagascar, elle s’adresse à un large panel de publics : les jeunes, les familles, les personnes défavorisées, les retraités, les lycéens, les personnes à mobilité réduite… « Malagasy en Action » accueille tous les publics en privilégiant l’originalité, l’inédit et l’innovation artistique.  Elle propose également une offre culturelle et ludique accessible au plus grand nombre. En outre, « nous nous attachons à valoriser l’association en œuvrant dans les aides sociales », a fait connaître la présidente. 

Iss Heridiny

Midi Madagasikara4 partages

Football – Équipementier des Barea : Abel Anicet Andrianantenaina opte pour les grandes marques

Le capitaine de l’équipe, Abel Anicet Andrianantenaina, est sorti de son silence. (Photo : Facebook Abel Anicet)

Le contrat avec la marque italienne Garman prendra fin officiellement le 26 avril prochain. Le choix du futur équipementier fait jaser le milieu footballistique malgache. 

Joueurs, coach, partenaires et  fédération font une campagne par médias interposés pour essayer d’influencer l’opinion sur le futur équipementier des Barea de Madagascar. Le capitaine de l’équipe, Abel Anicet Andrianantenaina, est sorti de son silence sur les résultats de l’évaluation du comité en charge des appels d’offres au sein de la Fédération malgache de football (FMF). Le joueur de Ludogorets n’est pas du même avis concernant l’éventuel choix du Cercle by Ted. « Nous, les joueurs, sommes surpris de voir en tête de cet appel d’offres un  équipementier inconnu répondant au nom de ‘Le Cercle by Ted’. Cet équipementier n’a aucune référence à ce jour et nous avons des doutes sur tous les points, en commençant par la qualité de ses produits », a-t-il publié sur sa page Facebook officielle. Un post qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux, surtout que les Barea ont encore la côte auprès des Malgaches. Faut-il rappeler que le choix de Garman en tant qu’équipementier des Barea lors de la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte n’a pas été bien accueilli par les férus du ballon rond au début.  Cette marque italienne n’a plus répondu à l’appel d’offres de la FMF. Propulsés au-devant de la scène footballistique continentale et internationale, les Barea sont devenus de beaux ambassadeurs de Madagascar. « Nous estimons que les Barea méritent un équipementier digne de nos résultats et de nos ambitions. Nous regrettons l’absence de marques comme Adidas, Nike ou même Puma pour répondre à l’appel d’offres lancé par la FMF. Une concertation auprès des équipementiers de renom aurait été logique. Voilà pourquoi nous demandons que cet appel d’offres soit reconsidéré pour le bien de l’équipe et l’image que nous véhiculons », continue le capitaine des Barea dans sa publication. Pour l’heure, aucun choix n’a été fait, mais les tergiversations vont bon train. Le contrat avec Garman prendra fin le 26 avril prochain. Pour les prochaines rencontres, les Barea mettront de nouveaux maillots, mais reste à savoir de quelle marque ? La balle est dans le camp de la fédération qui a d’ailleurs son mot à dire.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Allocution présidentielle : Nouvelles mesures, un remède trouvé

L’annonce du nouveau remède « Covid Organics » a certainement été le point le plus marquant de l’allocution du président de la République. (Photo : Présidence de la République)

Les villes malgaches touchées par la covid-19 entament une période de déconfinement progressif. L’annonce a été faite hier soir par le président Andry Rajoelina, lors de sa déclaration à la Nation diffusée sur la Televiziona Malagasy (TVM). Une occasion pour lui d’annoncer les nouvelles mesures qui sont appliquées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, mais également l’existence d’un remède contre le coronavirus trouvé par les chercheurs malgaches.

Obligation du port de masque. Le chef de l’Etat a annoncé la reprise progressive des activités, notamment pour les villes où des cas de covid-19 sont enregistrés, à savoir Antananarivo, Toamasina I et II, et Fianarantsoa. En revanche, le port du masque reste obligatoire pour tous ceux qui circulent en dehors de leur domicile. À partir du lundi 27 avril, les personnes ne portant pas de masque seront sanctionnées et soumises à des travaux d’intérêt général, a annoncé Andry Rajoelina. Avant cette date, l’État lancera une campagne de distribution de masques au niveau de tous les quartiers à Antananarivo, Toamasina et Fianarantsoa. Il convient de noter toutefois que le couvre-feu est maintenu sur toute l’étendue du territoire, de 21h à 4h du matin. 

Reprise de l’école. Pour ce qui est du domaine de l’enseignement, le président de la République a annoncé le retour vers le chemin de l’école pour les élèves des classes d’examens. Aussi, la reprise a-t-elle été fixée pour le mercredi 22 avril pour les élèves en classes de terminale et de troisième ; et le lundi 27 avril pour les élèves en septième qui passeront le CEPE. Andry Rajoelina a annoncé que la distanciation sociale d’un mètre devra être respectée dans les écoles. Un élève par table, a-t-il proposé. En outre, des masques seront distribués à tous les élèves des classes d’examens. Par ailleurs, ils auront droit à une bouteille de « Covid Organics », le remède élaboré par l’Institut malgache des recherches appliqués (IMRA), pour la prévention et le traitement du coronavirus.

Reprise autorisée des activités pour le secteur privé. Si les fonctionnaires sont appelés à assurer un service minimum, les entreprises privées quant à elles sont autorisées à reprendre leurs activités de 6h à 13h, mais doivent s’organiser pour respecter les mesures de l’état d’urgence sanitaire. Même topo pour ceux qui travaillent à leur compte. Tous les restaurants et commerces doivent fermer leurs portes à 13h. A partir de demain [lundi 20 avril], les taxis et taxi-be peuvent reprendre du service, tout en respectant les mesures barrières. Trois passagers seulement seront autorisés à voyager dans un taxi, contre dix-huit dans un taxi-be. Tous les passagers de ces transports doivent obligatoirement porter un masque. Les taxi-brousses desservant les zones nationales et régionales, eux, ne sont pas encore autorisés à circuler. L’interdiction d’organiser des spectacles ou des manifestations publiques est toujours maintenue.

« Covid Organics », le remède contre le coronavirus, fabriqué localement. (Photo : Présidence de la République)

« Covid Organics ». Andry Rajoelina persiste et signe. Madagascar a réellement trouvé un remède contre le coronavirus. C’est ce qu’il a annoncé pendant son intervention sur la TVM. Un mois après la découverte des premiers cas de covid-19 sur la Grande île, le chef de l’Etat dévoile le « Covid Organics », un médicament trouvé par les chercheurs malgaches pour prévenir et guérir le coronavirus. Celui-ci est fabriqué à base d’Artemisia, une plante médicinale que feu le Professeur Albert Rakoto Ratsimamanga a introduit à Madagascar en 1975, selon les explications d’Andry Rajoelina. D’ailleurs, l’IMRA a travaillé étroitement avec les chercheurs malgaches dans l’élaboration de ce remède contre la covid-19. « J’annonce officiellement que les essais [cliniques sur les patients] ont été une réussite », a affirmé le chef de l’État. Et de faire savoir au passage que des laboratoires et cliniques venant notamment des États-Unis et de la Chine ont collaboré et collaborent avec la Grande île dans le processus de fabrication de ce médicament. Des négociations sont actuellement en cours en vue de réaliser des essais cliniques sur le plan international. Il convient de noter que pour le moment, le « Covid Organics » est présenté dans une bouteille, en solution buvable. Selon le président de la République, la présentation officielle de ce médicament contre le coronavirus par l’IMRA et les chercheurs malgaches est attendue demain, lundi 20 avril. Une occasion d’avoir davantage d’informations.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Behoririka Tsiazotafo : Trois entreprises appuient le fokontany

Les initiatives privées se multiplient en matière de lutte contre la propagation de la covid-19. Dans le fokontany de Behoririka Tsiazotafo, trois entreprises privées, en l’occurrence IT Station, E-City et Hôtel Cristal, sont intervenues pour apporter leurs aides à la population locale. Les responsables de ces sociétés ont remis vendredi dernier aux habitants les plus démunis du fokontany douze sacs de riz et deux sacs de sel. Une occasion également pour les représentants de ces entreprises de conscientiser les riverains sur le respect des consignes édictées par les autorités pour combattre l’épidémie de coronavirus. « Tout le monde doit être conscient et prendre les mesures nécessaires, tout en respectant les consignes du gouvernement pour combattre cette épidémie. La mobilisation de chaque entité est une solution pour renforcer les mesures mises en place par l’État », a déclaré l’un d’entre eux.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Basket – Charles Dagué Rabekoto : Un joueur d’exception 

« Dagué » est certainement le meilleur basketteur de l’histoire du basket malgache.

À 36 ans, « Dagué », de son vrai nom Charles Yerson Rabekoto, reste encore très compétitif au point de devenir une des meilleures armes du club mahorais, le BCM, avec lequel il a gagné deux titres de champion de Mayotte ; en sus de deux coupes de France de l’océan Indien, et huit trophées de All Star de cette île. Des dernières statistiques qui confirment l’immense talent de celui qui tour-à-tour a défendu les couleurs des Comores et de Madagascar, après un début au Cosmos Secren de Diego, pour passer ensuite au CBA, puis plus tard au Sporting. Son talent lui a servi à ouvrir toutes les portes, si bien qu’après avoir offert le titre de champion des Comores au club du Volcar, il a été appelé en équipe nationale comorienne à qui il a donné la médaille de bronze des Jeux des îles. Aussi incroyable que cela puisse paraître, « Dagué » a aussi gagné deux médailles d’argent de ces jeux régionaux, mais sous les couleurs malgaches, du temps où il jouait pour le club majungais SEBAM, cinq fois champion de Madagascar. À trois reprises, il a été élu meilleur joueur de Madagascar, mais également de l’océan Indien. Bref, des performances jamais égalées qui font de lui l’un des meilleurs, sinon le meilleur basketteur malgache et… comorien de tous les temps. Avec ses 1m82, « Dagué » aurait pu aller en NBA mais malheureusement, il a pris de l’âge avant de se faire un nom. Sur ce chapitre du reste, « Dagué » estime que les Malgaches sont très doués à 18 et 20 ans, avant de sombrer en faisant face aux difficultés de la vie quotidienne. Néanmoins, dans son cas, le basket lui permet de mener une vie meilleure à Mayotte avec sa femme et ses trois enfants.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Morafenobe : Un gendarme abattu par des dahalo

Thierry Célestin Andrianirina Rafanomezantsoa, un gendarme de deuxième classe et vaquant auprès de la compagnie de la gendarmerie à Beravina, est mort en service commandé. Jeudi dernier, il a été désigné pour poursuivre des dahalo après un vol de zébus à Andranovory, une localité située dans le district de Morafenobe. Son équipe n’a pas lâché d’un seul pas les traces des bandits. Le lendemain, soit vendredi dernier, les gendarmes, accompagnés par quelques villageois, ont fini par croiser les malfaiteurs. Un accrochage a eu lieu et des tirs nourris ont été échangés entre les deux camps. Durant l’échauffourée, le jeune gendarme est tombé sous les balles des dahalo. Il a fallu l’évacuer pour tenter vainement de le réanimer. Sur ce chapitre, le commandement de la gendarmerie a lancé une véritable chasse à l’homme pour retrouver les auteurs du meurtre de l’un des leurs. Durant une cérémonie posthume, la victime a été élevée en gendarme de première classe. Il a laissé derrière lui sa femme et son enfant de deux ans.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Sampan’ny CRO Atsinanana : Nanolotra fanampiana azy ireo ny fikambanan’ireo tera-tany karana zanatany

Natao ny zoma maraina tao amin’ny trano filanonan’ny faritra atsinanana misy ny birao fiasan’ny CRO atsinanana, ny fanampiana avy amin’ny fikambanam-ben’ireo tera-tany karana zanatany, « CIZAM »,  eto Madagasikara sampana Toamasina. Hita tao avokoa ireo filohan’ny fikambanan’ireo tera-tany karana isam-pokony avy, izay Atoa Akil Cassam avy amin’ny orinasa Scim no nitondra teny azy ireo nandritra ny fanolorana ireo fanampiana samy hafa. Nahitana vary, paty, savony…ary fanasana tanana samy hafa, ireto fanampiana ireto. Araka ny fanazavan’ireto tera-tany karana zanatany ireto dia natokana ho an’i Toamasina II ireto fanampiana natolotra izy ireo ireto, ka niara-nandray izany tamin’ny governora atsinanana izany, ny depioten’i Toamasina II izay nilaza ny fahafaham-pony satia sambany no nahazo fanampiana ho azy manokana tahaka izao ny distrikan’i Toamasina II, na teo aza ny fanampiana ny Vatsy Tsinjo avy amin’ny fanjakana nosantarina tao amin’ny kaominin’Antetezambaro ny alarobia teo. Raha ny nambaran’ny governora ny faritra atsinanana koa dia miankina amin’ny kabary izay hataon’ny filoham-pirenena ny alahady izao indray no hamaritan’izy ireo koa ny paikady ho entina hitondrana ny asan’ny CRO na hijanona na hitohy ny fampiaharana ny tany misy hotakotaka sy ny fepetra ny fihobohana.

Malala Didier

La Vérité0 partages

Prévention contre les maladies - Ces plantes médicinales font la fierté de Madagascar

Madagascar renferme des plantes médicinales endémiques.  Notre flore présente un intérêt médical tout particulier en raison de sa diversité, de son ancienneté et de sa très grande richesse. La majorité de la population malagasy, en particulier dans les zones enclavées, a recours à la médecine traditionnelle. Selon l'OMS, cela représente 70% de la population. En cette période de crise sanitaire mondiale liée au Covid-19, cette pratique médicale à base de plante est très développée.   Outre le Ravintsara de plus en plus connu actuellement au niveau mondial,  d'autres plantes médicinales font la fierté de la Grande île.  Dans cet article, retrouvez les plantes que la population se sert au quotidien pour soulager des douleurs. 

- Jean Robert : Sous le nom scientifique « euphorbia hirta » JEAN - ROBERT en français et « Kinononono maventy » en malgache ou encore  « Tsikatsakatsa » be est une antibiotique naturelle utilisée come antispasmodique pour les douleurs abdominales et la diarrhée. Son efficacité contre l'infection vaginale, perte blanche a été déjà prouvé en étant un anti- bactérien très puissance, anti-septique et anti - microbes. Aussi, elle  soulage d'autres maladies à savoir la crise d'asthme, infection pulmonaire. Il suffit de boire 2 tasses par jour. 

- « Le ravintsara », a toujours été utilisé pour soigner le rhume et la grippe. C'est un remède naturel contre la grippe et de nombreuses autres pathologies.  On met à bouillir les feuilles dans de l'eau, puis on inhale la vapeur en s'enveloppant dans une couverture. Il s'agit d'un antiviral puissant, mais également un immunostimulant et un décongestionnant. Les bactéries, les virus et les champignons n'y résistent pas.

- La plante médicinale dénommée « Artemesia » soigne et prévient le paludisme. L'extraction de ses feuilles séchées permet d'obtenir une substance plus active dite « artemisinine » contre la malaria. Elle peut être prise sous forme de tisane avec "5g infusés 15 minutes dans un litre d'eau bouillante à boire sur la journée pendant sept jours".

- « Aloe vera »  ou « vahona » est une plante succulente utilisée en médecine traditionnelle. Le gel translucide retiré de l'intérieur des feuilles d'aloé est cuit dans de l'eau à laquelle on ajoute du sucre ou du miel pour en atténuer l'amertume. Ce sirop est consommé par cuillerées pour le soin des maladies de l'estomac, comme les gastrites et ulcères. Certains l'emploient pour atténuer les jaunisses, soigner le diabète ou lutter contre le cancer. Des macérations à base d'alcool (rhum ou whisky) sont évoquées et consommées par cuillerées plusieurs fois par jour. Pour le soin du diabète, la simple décoction du gel dans de l'eau est consommée avant les repas soit un demi-verre de gel pour un litre d'eau. Le gel est directement appliqué sur les plaies de toutes natures (préalablement nettoyées), les dermatoses (teignes) et les brûlures.

- « Margousier, Nim, Neem » ou « voandelaka » est une plante connue pour ses propriétés insecticides. La décoction des feuilles soigne les maux de ventre et les diarrhées. Elle est également utilisée dans le soin des mycoses et autres dermatoses et pour lutter contre les gales et les poux. 

- « Papayer » ou « papay, paza, voampazalahy » est un arbre fruitier dont les feuilles vertes sont utilisées pour soulager les maux d'estomac tandis que les feuilles jaunes encore fixées à l'arbre soulagent les maux du foie. Une décoction de feuille associée aux feuilles de manguier et à du jus de citron est préconisée par voie interne et en inhalation. Les vapeurs de la décoction sont répulsives contre les moustiques. 

- « Katy » ou le « khat » est un arbuste identifié particulièrement dans le nord de Madagascar.  La décoction des feuilles fraîches de khat est préconisée pour le soin des diarrhées et des dysenteries. Les feuilles fraîches, considérées comme toniques, sont longuement mâchées pour soulager les symptômes grippaux accompagnés de troubles neurologiques.

- « La pervenche de Madagascar », ou  « vonenina » soigne les problèmes de tension voire hypertension, de diabète et de foie. La décoction est également employée en usage externe pour le soin de dermatoses ou de candidoses buccales des bébés et des enfants. On leur fait faire des bains de bouche et on en badigeonne l'intérieur de la joue. La décoction des fleurs sert aussi à baigner les conjonctivites.

- « Citronnier, citron vert ou voasary makirana ». Les feuilles de citronnier accompagnées de celles de basilic, romba entrent dans une décoction pour le soin des fièvres associées à des symptômes grippaux et des signes neurologiques ou des vomissements. On s'en sert aussi en inhalation. Parfois on y ajoute des feuilles de papayer et de manguier Les vapeurs de cette décoction ont la réputation d'éloigner les moustiques.

- « Fatakamanitra » appelé aussi « veromanitra » et traduit en français citronnelle ou verveine des Indes  favorise la digestion et dispose des propriétés somnifères. La décoction des feuilles permet de résister contre la fièvre, le paludisme. Il est conseillé d'inhaler les vapeurs se dégageant de la décoction, de se couvrir le corps avec un drap de manière à le ” baigner ” des vapeurs.

- « Mandravasarotra ou petite réglisse » est une plante avec des feuilles alternes. La décoction de la plante entière est prise pour arrêter les règles abondantes. Elle est aussi utilisée pour combattre la fatigue.

- Kalabera ou  « Lantana camara »  est une plante dont les feuilles de  semblent faciliter la cicatrisation d'ulcères gastriques et empêchent le développement d'ulcères duodénaux chez le rat18. Des extraits des feuilles fraîches ont un effet antibactérien et sont très utile pour le traitement d'infections respiratoires. 

- « Tsipipina »  connu sous le nom de « chiendent patte de poule ou encore  éleusine »  est appliqué en cataplasme. La décoction de la plante entière est conseillée pour soulager les douleurs de reins et pour baigner les conjonctivites. En cas d'entorses et de foulures, la décoction de plante entière est employée en massage sur les zones affectées. 

- « Kininigny, Kininy ou eucalyptus » est une plante médicinale recommandées pour des  bains de vapeur et les inhalations, matin et soir. Le corps est recouvert d'un drap pour le ” baigner ” dans les vapeurs et favoriser les inhalations. On boit la décoction des feuilles pour faire tomber la fièvre et soigner les affections respiratoires. La tisane  est également utilisée pour calmer la toux. Parfois, on y associe « Mandravasarotro  et Kalabera » pour le soin des fièvres paludéennes et la fatigue.  

- « Fakatsilo ou Belle de nuit » est un cactus épiphyte lianescent  dont la décoction de la plante soulage les maux d'estomac, les calculs rénaux, la fièvre et les troubles urinaires. 

- « Kininy ou niaouli ou encore cajeputier » est utilisée pour le soin des affections respiratoires. On y ajoute des feuilles de « kalabera » pour le soin des fièvres.

- « Romba » est considérée comme une plante médicinale majeure. Elle soulage des maux comme l'otite et l'angine, les maux de tête, les douleurs après l'accouchement, les règles trop abondantes et les saignements de nez, la coqueluche et la pneumonie, la transpiration, certaines diarrhées et même l'épilepsie. C'est aussi une plante aromatique dont les feuilles ont un goût piquant comme celui du clou de girofle et servent de remède pour les maux de dents. 

Propos recueillis par KR.

La Vérité0 partages

Appel d’offres sur le futur équipementier des Barea - Le comité exécutif de la FMF roulerait pour l’...

Le résultat officieux de l’appel d’offres lancé pour désigner le futur équipementier des Barea de Madagascar continue encore à faire des vagues. Le comité d’évaluation créé à l’occasion et composé de quelques personnes, cinq selon les informations et dont l’une a déposé sa démission, a placé en tête du classement  la société « Cercle by Ted » après le dépouillement.  Une société créée récemment et qui n’a pas l’expérience voulue en la matière mais aurait supplanté, à la surprise générale, des authentiques équipementiers à l’instar de Macron ou Errea.

Cette information, dont le journal « La Vérité » a été le premier à la divulguer, ce qui lui a valu une poursuite judiciaire par TED pour une soi-disant diffamation, a fait lever comme un seul homme les amoureux du ballon rond malagasy ainsi que ceux qui ont fait beaucoup pour le sport Roi de la Grande île. De Ahmad, ancien président de la FMF, Patrick Pisal de TELMA, premier sponsor du football malagasy, Abel Anicet, capitaine de l’équipe nationale jusqu’au sélectionneur national, Nicolas Dupuis, tous ont exprimé leur désapprobation sur cette attribution du marché à un nouveau venu dans le milieu qui n’a jamais équipé une équipe de football depuis sa courte existence.  

Et durant ce week-end, des membres du comité exécutif (CE) auraient été contactés par un féru du ballon rond et non moins, membre d’une commission au sein de la FMF. Celui-ci a posté sur son compte Facebook les réactions de ces membres du CE. « C’est une décision prise par une minorité de 5 ou 6 personnes dont certaines ne font même pas partie du CE. Nous avons nos mots à dire sur le sujet de l’équipementier », lit-on sur le mur de ce féru.

A l’issue du confinement, ou même avant, une réunion sera convoquée pour tirer au clair cet appel d’offres qui pourrait même être annulé.  A noter que la SG de la FMF a affirmé à un confrère d’un quotidien que rien n’est encore décidé sur cette affaire qui met actuellement en ébullition la grande famille du football malagasy. Cette dernière à l’unanimité avance néanmoins que les Barea de Madagascar méritent mieux en équipement. 

Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Tentative de vol et effraction à la Cité d’Ankatso - Un suspect victime de la foudre populaire

La zone de la Cité des étudiants de l’université d’Ankatso était en ébullition samedi matin, dernier. Un homme de 40 ans y était aperçu par des riverains. Il a tenté de voler dans l’appartement d’un universitaire, alors absent des lieux. Le suspect avait déjà réussi à évacuer un frigidaire à l’extérieur lorsque les riverains l’ont surpris.  Il n’a même pas eu le temps de transporter le lourd objet avec lui dans sa fuite car une meute de personnes aveuglées par la colère,  était  déjà sur lui pour lui déverser leur colère.  Les coups pleuvaient et la victime, qui était désarmée, donc totalement livrée à la merci du fokonolona, y a failli laisser des plumes.

Les habitants, qui sont constitués d’étudiants n’ayant pas regagné les régions d’où ils viennent, étaient particulièrement impitoyables envers le suspect : ils l’ont battu sans ménagement, lui ont transpercé le dos avec une barre de fer, enfin bien pire encore, l’ont presque scalpé à une cuisse. Malgré donc la sensibilisation sinon les sérieux avertissements  des autorités, les riverains, comme dans pareille situation, n’ont même pas daigné à appeler la Police mais ont préféré  se  comporter toujours comme des  justiciers. Néanmoins, certains ont eu quand même le réflexe d’informer les Forces de l’ordre. C’était une patrouille mobile de police communale qui a répondu, en premier à l’appel, avant que des éléments de la Police nationale, n’arrivent finalement, eux aussi sur place pour ramener à la fois l’ordre et conduire la victime, tout en sang à l’hôpital. 

D’après un habitant de cette cité estudiantine, ses complices ont réussi à s’échapper au moment de l’alerte. Ces bandits ont profité à ce que beaucoup d’universitaires étaient rentrés dans leurs régions d’origine pour cause de Covid-19, pour faire effraction dans le logement  vide des locataires. Ces faits révèlent une fois de plus que le fait de se hasarder à voler dans les logements des universitaires d’Ankatso, est souvent synonyme de la mort pour des malfaiteurs imprudents. Jointe au téléphone hier, la Police a affirmé que la victime serait encore sous soins et qu’il faudra attendre son rétablissement avant qu’on puisse parler d’une enquête.

Franck  R.

La Vérité0 partages

Accès à l’eau potable - 120 citernes supplémentaires dispatchées dans 30 Fokontany

L’eau est essentielle dans cette lutte contre la propagation du Coronavirus dans le pays. C’est pourquoi, il est d’autant plus important de faciliter son accès au plus grand nombre, plus particulièrement aux personnes les plus démunis. En collaboration avec l’UNICEF, la société nationale d’eau et d’électricité a donc mis en place l’initiative « Water Service Point » dans la Capitale. « Comme son nom l’indique, ce nouveau service est une solution d’urgence mise en place pour répondre aux besoins en eau potable dans les quartiers les plus démunis. Ce service modifiera ainsi toute la gestion et la distribution d’eau dans ces quartiers.

Plus de 120 citernes seront alors déployées dans les zones en difficulté d’approvisionnement en eau  dans la ville d’Antananarivo comme Iavoloha ou encore Itaosy pour assurer la distribution. En tout, plus d’une trentaine de Fokontany dans la Capitale bénéficieront de ce programme. Ces citernes seront notamment gérées par des agents de la JIRAMA. Mais le fonctionnement sera le même que les bornes fontaines» a expliqué Rivo Radaniela, directeur général adjoint chargé du marketing, de la digitalisation et de la vente de la JIRAMA. 

Proximité

Pour sa part, Joséphine et sa famille consomment près de neuf bidons par jour. Habituellement, elle s’approvisionne en eau dans les points d’eau aux alentours. Mais quand cela n’est pas suffisant, elle est obligée d’en acheter. Avoir des distributeurs d’eau potable de proximité lui facilite les choses. « Water Service Point » est alors une mesure concrète d’accompagnement de la population dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire pour l’accès à l’eau potable et aux dispositifs de lavage de mains. Cette habitude étant le principal moyen pour éviter la propagation du COVID-19. « Avec  Water Service Point, nous améliorons donc la qualité de nos services, surtout en cette période, où l’eau est plus qu’essentielle pour endiguer la propagation de cette pandémie dans le pays», notifie ce responsable. 

Toutefois, l’approvisionnement de chaque citerne sera révisé et adapté en fonction des besoins des usagers de la JIRAMA. Cette mesure sera également appliquée dans la ville de Toamasina. 

Rova Randria

La Vérité0 partages

Contrôle financier et comptabilité publique - Les DG limogés

Une grande surprise pour la population. Le ministère de l’Economie et des Finances a limogé deux directeurs généraux dans des postes clés, à savoir le contrôle financier et la comptabilité publique. Une décision prise lors du Conseil des ministres, vendredi dernier. Le directeur général du contrôle financier, Gilles Rabearinosy et le directeur de la comptabilité publique, Manantenasoa Michelline Hery sont officiellement retirés de leur fonction. Ils ont occupé leur poste pendant une année avant cette abrogation de décret. La population s’inquiète surtout sur la gestion des finances publiques étant donné que la Grande île a récemment bénéficié d’un financement s’élevant à 440 millions de dollars. 

« Normalement, on nomme un intérim pour se charger de la poste jusqu’à une nouvelle nomination. Il faut assurer la poursuite des activités de l’Etat. Je ne pense pas que cela impacte les finances publiques », rassure une source auprès du ministère de l’Economie et des Finances. 

Il faut savoir que le rôle de la direction générale du contrôle financier consiste à suivre les dépenses et les budgets généraux de l’Etat. La Direction générale de la comptabilité publique, quant à elle, est un département rattaché au Trésor public. Ce département exécute les dépenses publiques, centralise les recettes et assure la tenue de la comptabilité de l’Etat. Il assure également d’autres rôles, entre autres l’arrêt des comptes de l’Etat, la gestion financière et comptable de l’Etat, des collectivités et des établissements publics. 

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Combat contre le coronavirus - Une dangereuse insouciance chez les citoyens !

L'impatience se faisait sentir à chaque discussion aussi bien dans les quartiers que sur les réseaux sociaux durant l'attente qui précédait la déclaration du Président de la République, Andry Rajoelina hier. Déclaration qui révélait les nouvelles mesures à prendre dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus. Si certains espéraient un prolongement de la période de confinement pour écarter toute menace de propagation du COVID-19, d'autres plus téméraires souhaitaient, en revanche, un déconfinement progressif en vue de laisser plus de liberté à tout un chacun. Quoi que l'Etat décide pourtant, les différentes mesures risquent d'être vaines à défaut d'adhésion complète de la population.

En effet, malgré les statistiques qui montrent une hausse, certes lente, mais progressive du nombre de personnes confirmées positives au test du COVID-19, certains citoyens semblent encore moins convaincus. Au cours de l'émission quotidienne diffusée en simultanée sur les télévisions de la Capitale hier, le survol d'un drone utilisé par les techniciens du Centre de commandement opérationnel contre le COVID-19 (CCO) à Ivato hier révélait la dangereuse insouciance des citoyens dans certains endroits populaires de la Capitale comme à Ambodin'Isotry ou encore à Anosibe. Beaucoup se hasardent encore à sortir dans les rues et autres lieux publics comme les marchés en faisant fi de toutes les « mesures barrières » martelées dans les médias audiovisuels à savoir le respect de la distance d'au moins 1 mètre entre les personnes, le port de masques entre autres.

Question de vie ou de mort 

Une prise de conscience face au véritable danger que représente le coronavirus pour notre santé rendrait tellement plus facile cette lutte que la Nation malagasy - au même titre que les autres Nations du monde entier - doit mener s'avère plus qu'urgente puisqu'il est question de vie ou de mort. Une population consciente signifie, avant tout, une population responsable qui comprend et s'approprie toutes les dispositions qui lui sont dictées. Ce qui est nettement mieux qu'une population soumise à des règles dont l'application lui parait davantage comme une forme d'oppression qu'une discipline.

Jusqu'ici, l'Etat a enchaîné les mesures d'accompagnement comme la distribution d'aides aux familles démunies, aux personnes vulnérables ainsi que les autres catégories qui sont directement touchées par les mesures de confinement. De leur côté, les médecins et les paramédicaux ne ménagent pas leurs efforts pour soigner les patients tout comme les Forces de l'ordre qui travaillent jour et nuit pour faire respecter les règles.  Il revient donc à chaque citoyen de faire preuve de plus d'implication  dans ce combat.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Lutte contre le coronavirus - Madagascar sort le Covid Organics

Les essais menés ont été concluants. Lors de son adresse à la Nation, hier, le Président Rajoelina a annoncé le lancement d'un traitement préventif contre le coronavirus appelé Covid Organics. Mis au point par l'Institut malgache de recherches appliquées, le remède a fait ses preuves selon le Chef de l'Etat. La présentation officielle du traitement permettra d'obtenir des détails supplémentaires sur produit estampillé « made in Madagascar ». Ce traitement nous a aidé à prendre les décisions prises » (voir article par ailleurs), explique le Chef de l'Etat. 

Se présentant sous forme de tisane, le traitement produit localement est à base de la plante médicinale dénommée artemisia. Cette plante a été introduite à Madagascar par le Professeur Ratsimamanga, il y a une soixantaine d'années, et a notamment fait ses preuves dans la lutte contre le paludisme. Madagascar produit de manière industrielle cette plante sur le continent africain et dispose d'ailleurs de la plus grande réserve de cette plante. L'artemisia malagasy est d'ailleurs réputé pour sa qualité, précise le Chef de l'Etat. Durant son allocution, le Président de la République Andry Rajoelina rappelle que l'artemisia soigne efficacement des maladies pulmonaires. Les essais cliniques de ce soin préventif débuteront cette semaine, précise Andry Rajoelina. Les écoliers qui reprendront les chemins des salles de classe ingurgiteront cette tisane. Le traitement est mis en bouteille par une société malagasy. 

Sur le plateau de la chaîne de télévision nationale, le Président Rajoelina avait affirmé, il y avait quelques jours, avoir la conviction que Madagascar avait un rôle à jouer pour mettre un frein à la pandémie. 

Les avis d'experts et de scientifiques affirmant qu'un remède pouvant endiguer la propagation du coronavirus pouvait se trouver sur la Grande île, l'avaient, dit-il , convaincu d'autoriser des tests. Le Chef de l'Etat était toutefois resté silencieux sur le nom de ce remède, qu'il précisait être tiré d'une des plantes médicinales répandues dans le pays. Une annonce qu'il avait réitérée le week-end dernier, et ce, malgré les réserves exprimées, notamment par certains malagasy. « En ce jour de Pâques, Madagascar adresse un message d'espoir au monde avec notre biodiversité composée de 80% d'espèces endémiques. Face au Covid-19, nous pourrons proposer un remède traditionnel amélioré constitué de plantes médicinales malagasy qui a déjà fait ses preuves ». « En attendant les résultats des tests cliniques, nous sommes confiants de pouvoir changer le cours de l'Histoire dans cette guerre mondiale contre cette épidémie. Nous allons également procéder à des tests en laboratoire où le médicament sera administré sous différentes formes », devait-il souligner dans un autre message.

La Rédaction

La Vérité0 partages

COVID-19 à Madagascar - Déconfinement partiel acté

Les mesures de confinement appliquées à Madagascar depuis un mois sont levées. Une décision prise en raison notamment d'une situation sanitaire stabilisée. Une annonce accueillie par un ouf de soulagement par bon nombre de Malagasy. A partir de ce jour, ils pourront sortir librement de 6 heures à 13 heures. Les habitants des Régions Analamanga, Haute Matsiatra et Atsinanana ne pourront toutefois pas se déplacer en dehors de leurs Régions. Un couvre-feu reste de vigueur, mais entre 21 heures et 4 heures du matin. Le port du cache- bouche sera obligatoire à partir de ce jour pour tous ceux qui devront sortir de chez eux. Des distributions de masque auront lieu au niveau des Fokontany où des cas contacts ont été recensés. Des sanctions de « Travaux d'intérêt général » sont prévues contre ceux qui ne porteraient pas ces protections.

Les écoles pourront rouvrir à partir de mercredi, à condition de respecter des mesures d'hygiène strictes. Cela se déroulera par étape, avec une priorité donnée aux lycéens et collégiens qui passent des examens. Les écoliers en classe de septième effectueront leur rentrée lundi prochain, avec un concept sanitaire et éducatif adapté. Chaque élève sera doté de masque cache-bouche et aura droit à une table personnelle. Pour renforcer leur système immunitaire, chacun pourra boire du Covid Organics. Au niveau de la Fonction publique, un service minimum devra être instauré, dépendamment de l'organisation mise en place par les responsables. A partir de ce 22 avril, les entreprises du secteur privé pourront également reprendre leurs activités, à condition toujours de respecter les mesures sanitaires et une limitation à 5 du nombre de personnes autorisées dans une salle. Les mesures de distanciation et le port de masque cache- bouche est obligatoire. Les restaurants pourront rouvrir jusqu'à 13 heures. Pour faciliter le déplacement, les transports en commun sont de nouveau autorisés à circuler, mais sous condition. Les passagers d'un taxi devront tous porter des masques cache- bouche. Limitation à 18 du nombre de passagers, interdiction des strapontins, et port de masque cache- bouche obligatoire, sont les mesures imposées aux taxis-be, lesquels s'exposent à des sanctions telles que la mise en fourrière, s'ils contreviennent aux mesures énoncées. Tous les transports en commun devront au préalable être désinfectés. Les rassemblements publics restent et demeurent interdits. Le Président Rajoelina prévient contre tout relâchement en affirmant que le chemin reste encore long. « Nous avons besoin de la volonté de tous », dit-il. 

La Rédaction

Madagate0 partages

CORONAVIRUS SY COVID-19. Maro ireo manafangaro ireo

Adidiko izany ny manazava fa lasa diso hatrany ny andraisan’ny olon-tsotra azy. Izany rahateo koa no anisan’ny asa makadiry sahan’ny mpanao gazety : fanabeazana. Andao ary.

Ny «virus», na virosy amin’ny teny malagasy dia karazana mikraoby manokana, mbola kely indray noho ny bakteria fa latsaka ny 0,2 ampaharivon' ny milimetratra ny habeny. Tsy tsy hita maso izy io fa tsy maintsy mampiasa mikraoskopy manokana vao tazana. Ny virosy dia fototry ny aretina maro toy ny gripy, ny poliomielita, ny Sida.

Raha ity Sida ity no resahina dia ny «Virus de l'immunodéficience humaine» na VIH no mitondra azy ary ny Sida dia voambolana miala avy amin’ny aretina atao hoe : «Syndrome d'immunodéficience acquise». Karazana homamiadan’ny ra na lio izy ity. Raha fintinina dia ny VIH no mitondra ny aretina Sida.

Mararin’ny Sida izany no fiteny fa tsy hoe mararin’ny VIH.

Raha resahintsika amin’izay ireto coronavirus sy covid-19 ity dia mitovy amin’izay ihany ny fanazavana. Coronavirus dia teny latina «corona» sy «virus» midika «virus à couronne» na virosy misy satro-boninahitra raha adika teny malagasy.

Maro karazana sy fianakaviana ireo atao hoe coronavirus ireo.Fa ny tena nitondra aretina mahafaty dia ireto :

1. Ny «Coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère» na SARS-CoV (indraindray SARS-CoV-1).

Io no nitondra ny aretina fahasemporana mifindra aingana atao hoe «Syndrome respiratoire aigu sévère » na SRAS. de 2002 à 2004. Tany amin’ny faritan’i Guangdong, any Chine, izy io no nipoitra ny volana novambra 2002. Teo anelanelan’ny 1 novambra 2002 sy ny 31 aogositra 2003, dia nifindra tamina olona miisa 8 096 tamina firenena telopolo teo io Sars-CoV io. 774 ny olona matiny tany Chine, Hong Kong, Taïwan, ary tany Atsimo-Andrefanan’ny Asia.

2. Ny «Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient» (anglisy : «Middle East respiratory syndrome-related coronavirus») na MERS-CoV. Izy io dia tao amin’ireo tany Arabo no nipoitra ny taons 2012 ary nitondra ny aretina pneumonia.

Olona miisa roa no matin’ity MERS-CoV ity.

Ny voalohany dia avy ao Qatar, fa maty tao Jeddah (Arabie Saoudite) tamin’ny volana septembra 2012.

Ny faharoa, dia olona 60 taona maty tany Allemagne, ny volana jona 2015 (eny!), rehefa avy novahiny tany amin’ny Émirats arabes unis.

3. Ny coronavirus COVID-19 ho an’ny hoe «Corona Virus Disease 2019» amin’ny teny anglisy. Ity no mahavoa an’izao tontolo izao. Tany amin’ny faritra Wuhan, any Chine, no nipoirany ny volana desambra 2019. Izay no nahatonga ny anaran’ilay aretina hoe Covid-19 nosafidianan’ny OMS. Raha oharina amin’ireo coronavirus nialoha azy dia tena ity no mora mifindra indrindra ary raha tezaina aretina hafa ny olona iray dia sahirana tokoa.

Izay izany ny mikasika ny hoe Coronavirus sy Covid-19. Ny voalohany izany no mitondran’ny faharoa. Tsy fiteny velively izany ny hoe : tratra na mararin’ny aretina coronavirus. Mila hahitsy na ireny hira ireny aza. Tsy nidirako mihitsy ny antontan’isa fa fantatrareo fa maneran-tany izy io no tena «mamely» ary mahafaty. Ka samia mailo mihaino sy manaraka hatrany ny toro-marika rehetra avy any amin’ny fanjakana mahefa.

Saika adinoko kanefa tena tsara ho fantatrareo ity : misy ireo ilona atao hoe «porteurs sains» dia ireo olona nidiran’ilay coronavirus -n’inona n’inona ny anarany, na SARS-CoV na MERS-CoV na COVID-19- fa tsy tratran’ilay aretina. Fa tandremo : na salama aza ry zareo, mifindra foana ilay coronavirus ao aminy.

Ireo no misy eto Madagasikara mahatonga ny tsy fisian’ny fahafatesan’olona hatreto. Ny antony ? Manana fanefitra («anti-corps») matanjaka afaka manohatra ilay coronavirus ny ankamaroan’ny Malagasy eto Madagasikara. Ary tadidio fa ny coronavirus na mora mifindra aza dia vetivety koa dia maty ho azy. Io trangan-javatra io kosa dia tokony ny manampahaizana no manazava azy. Ataoko fa vita amin’ireo navelabelatro ireo ny adidiko.

Ary dia misaotra anareo naharitra namaky hatramin’ny farany, tompoko.Jeannot Ramambazafy