Les actualités Malgaches du Vendredi 19 Avril 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara36 partages

« Tagnamaro » : Trois questions à Nampoina Ranarivelo

Directeur des relations publiques auprès du Ministère de la Culture et de la Communication (MCC) et concepteur du projet « Tagnamaro », il a bien voulu répondre à nos questions.

Midi : « Tagnamaro », la perception du public n’est pas forcément la même. Quel est surtout le sens du terme et dans quel cadre l’action entre dans la politique du MCC ?

Nampoina Ranarivelo (N.R) : En effet la perception du public n’est pas tout à fait la même mais voilà toute la richesse qu’apporte cette initiative, chacun fait de son mieux sans se préoccuper du vrai sens. Il n’appartient pas au Ministère de définir un sens définitif à ce terme, ce terme pourra être amené à évoluer durant sa durée de vie car le Ministère espère que cette initiative durera comme c’est le cas au Rwanda. Le Ministère de la Communication et de la Culture donne l’impulsion, les citoyens reçoivent et se l’approprient. Il y a quand même certaines idées qui unifient les actions : l’entraide, le rassemblement, se donner la main, le travail pour le pays. Comme son nom l’indique, « Tagnamaro », beaucoup de mains pour faire quelques choses de bien pour ce pays. L’avantage qu’a ce Ministère est qu’il concentre la culture et la communication. C’est dans le cadre de cette fusion de la culture et de la communication que cette initiative prend sa place. Car c’est une culture que nous essayons de vivifier : la culture de la responsabilité envers le bien commun, la culture de la responsabilité citoyenne, la culture de l’entraide chère à nos ancêtres, tout ceci à travers la communication.

Midi : Quelle stratégie à adopter pour sa continuité ?

N.R : Pour sa continuité, nous misons justement sur l’appropriation du concept par le citoyen. Aucun projet, aucune initiative ne pourra fonctionner sans une conscience pleine du citoyen de son importance. Cela passe par l’action, cela passe par la communication et l’éducation, cela passe par la responsabilisation. La prise de conscience de l’importance de l’entretien et de la réhabilitation collectifs de nos biens communs . Nous essayons ainsi de briser le cercle vicieux actuel de destruction, de vieillissement des infrastructures pour laisser place à un cercle vertueux de responsabilité,d’ entretien et de soin.

Midi : Dans un pays où le civisme laisse à désirer et la population bat pour sa survie, comment devrait-t-on sensibiliser la masse à y adhérer? »

N.R : Le premier moyen pour sensibiliser est de donner l’exemple c’est ce que nous essayons de faire et de montrer. Ensuite, une vraie campagne d’éducation civique proprement dite doit accompagner cette initiative. Le Ministère est en train d’élaborer ce plan de campagne. J’annonce aussi que la seconde édition de « Tagnamaro » se tiendra le 27 avril prochain.

Propos recueillis par D.R

Midi Madagasikara15 partages

Incendie des installations de Base Toliara : Une honte pour le climat des affaires à Madagascar

Plus de peur que de mal pour Base Toliara. L’incendie dont le camp de Ranobe a certes entraîné des dégâts, mais elle ne compromet pour autant pas la suite des investissements. Les responsables de Base Toliara ont d’ailleurs annoncé, hier que les travaux se poursuivent.

Absence de protection

Il n’empêche, cette destruction des biens d’autrui  dont les auteurs ne sont pour le moment pas arrêtés était un coup dur de plus pour l’environnement des affaires à Madagascar.  Dans le milieu des  affaires l’on se pose actuellement la question de savoir si le principe de la protection des investissements étrangers est respecté à Madagascar.  En tout cas, l’incident de Ranobe est manifeste de cette absence de protection. Et les conséquences de ce genre de méfaits pourraient être lourdes si les autorités ne prennent pas les mesures nécessaires. La grande crainte des opérateurs c’est que ces actes de destruction perpétrés contre des investissements puissent nuire au climat des affaires à Madagascar.  Ce genre de mauvaises nouvelles se propagent facilement dans la sphère des investisseurs internationaux.

Mauvais agissements

Sur ce point d’ailleurs, les autorités malgaches ne prennent visiblement pas  les mesures qui s’imposent pour attirer les investissements miniers. Au contraire, les grands investisseurs miniers sont plutôt devenus les cibles des mauvais agissements des politiciens.  Selon les observateurs, Madagascar doit suivre  l’exemple de la République de Guinée en matière de promotion et de protection des investissements.  L’organisation annuelle du Symposium Mines Guinée constitue, en tout cas la preuve des efforts de promotion menés en République de Guinée. Un pays qui, depuis 2011 a réalisé d’énormes progrès en créant les bases d’un développement solide et fiable pour le secteur minier. Le nouveau code minier, adopté en 2011 et révisé en 2013, optimise les bénéfices obtenus pour le pays et ses habitants, tout en renforçant l’attractivité des investisseurs. Ce symposium  fournit à la communauté minière de la région une plate-forme lucrative et influente pour promouvoir, apprendre et créer une synergie entre les acteurs de l’industrie minière, des secteurs public et privé.  482 délégués, 73 exposants, 80 conférenciers confirmés, représentant plus de 30 pays seront présents à ce Symposium Mines Guinée  qui est  l’événement minier le plus important d’Afrique de l’Ouest  avec ses 3000 visiteurs attendus. En somme, si  dans certains pays africains, ce sont les actions de promotion des investissements miniers qui sont à la mode, à Madagascar, la tendance est plutôt à  des manœuvres d’intimidation des investisseurs miniers comme c’est le cas à Ranobe Toliara.

R.Edmond.

Midi Madagasikara10 partages

THAÏLANDE – MADAGASCAR : Don de livres pour aider nos futurs fonctionnaires

Le consul général du Royaume de la Thaïlande Mr Kriwat Phamorabutra et le directeur général de l’ENAM Mr Rabetahiana Pascal lors de la cérémonie de la remise des livres à l’école à Androhibe

La coopération de notre pays avec la  Thaïlande ne cesse de progresser et cela se voit dans tous les domaines. En effet, dans le secteur de l’enseignement, le Royaume de la Thaïlande par l’intermédiaire de son consul général a remis, dans le cadre de leurs études, des livres, des ouvrages destinés à nos futurs fonctionnaires.

La cérémonie officielle de remise de 139 ouvrages sur la diplomatie, la gestion, l’économie, le commerce, l’administration, le droit, des encyclopédies et dictionnaires a eu lieu hier matin à l’école nationale d’administration (ENAM) à Androhibe. Parmi ces livres, il y a ceux offerts spécialement par la cour royale du Royaume de laThaïlande et d’autres commandés par le consulat général à une librairie en France. En prenant la parole, le Directeur de l’école a souligné que cet établissement offre une formation de qualité à ses étudiants et ce don de livres est une aide précieuse pour les étudiants dans leur quête d’excellence pour le développement du pays. Et il a ajouté que le livre a encore toute sa place malgré la prolifération de l’internet. Mme Anona Marie Agnès directeur du développement et du partenariat au sein du ministère de la fonction publique et des lois sociales quant à elle a souligné l’importance d’une telle coopération qui donne une impulsion dynamique et nouvelle aux relations entre les deux pays. Mr Kriwat Phamorabutra , assurant l’intérim du consul général de laThaïlande a rappelé que l’objectif de cette action est de mieux faire connaître son pays et l’Asie en général. Il a ajouté que le consulat est prêt à répondre aux desideratas de cette école et à travailler étroitement avec elle pour que notre pays ait des fonctionnaires capables de remplir leurs fonctions.

NARY Ravonjy

Midi Madagasikara5 partages

« Base Toliara » : Le site d’exploitation attaqué et pillé par un groupe d’individus

Mercredi 17  avril, à  10h00, un groupe d’une quarantaine d’individus a  fait irruption dans le  site de « Base Toliara », situé à Ranobe, 55km au Nord de Toliara. Le groupe est dirigé par un certain Tsiemby (source TV privée), environ la cinquantaine, qui a déclaré publiquement : « Personne ne veut écouter ce que les Masikoro réclament, alors nous sommes obligés de recourir au feu, pour attirer l’attention. Nous donnons trois jours à « Base Toliara » pour évacuer tout le site et nettoyer le reste, autrement, nous passerons à une nouvelle étape ». Voilà ce qui s’est passé, devant les quatre ou cinq gendarmes chargés de veiller sur le site. Ils ont sommé les intrus et tiré en l’air. Les assaillants, femmes, enfants étaient si décidés qu’aucune menace ne pouvaient les arrêter. Ils ont mis le feu sur tous les bâtiments fabriqués en matériaux locaux qui abritaient les échantillons de sable contenant ilménite, zircon à exporter. Après quoi, ils sont partis tranquillement, comme ils étaient venus.

Charles RAZA

Midi Madagasikara1 partages

Braquage de « Brinks » : Cinq suspects dont un policier arrêtés par la Police

Il est prouvé maintenant que le braquage d’un fourgon convoyeur de fonds de la société « Brinks » à Ambohimangakely, le samedi 13 avril, était l’œuvre d’un véritable réseau de malfaiteurs bien structuré. En réalité, l’enquête sur cette affaire suit son cours si l’on se réfère aux résultats obtenus par les forces de l’ordre jusqu’ici. Hier, le service central des affaires criminelles ou brigade criminelle (B.C.) de la Police nationale à Anosy, a présenté les 05 individus récemment arrêtés impliqués dans cette affaire.  Un de  ces suspects est un policier en service dans un commissariat de la capitale et deux sont des anciens employés de « Brinks ». D’après les explications du Chef de ce service, le Commissaire Principal de Police Seraly Hercule, l’arrestation de ces cinq individus a fait suite à une déclaration portant sur la disparition d’un homme déposée par une femme auprès de la Police, juste le lendemain de ce braquage à Ambohimangakely. Menant l’enquête sur ce cas, la police a constaté que le déclaré disparu,  le mari de la plaignante était l’un des deux bandits qui ont été abattus lors de l’attaque de ce fourgon. Ayant approfondi leur investigation, les enquêteurs sont parvenus à appréhender ces cinq présumés braqueurs qui ont déjà des dossiers en cours d’enquête auprès de la Police. Ces bandits auraient été, selon toujours le Chef de la B.C., impliqué dans au moins cinq attaques à main armée commises dans la capitale durant les mois de février et mars à savoir : le braquage du convoyeur de fonds de la station-service Galana Anony à Ankadimbahoaka, l’attaque des ressortissants chinois sur le boulevard de Marais Masay, le cambriolage à main armée du domicile d’un ressortissant étranger à Androhibe et celui du bureau du Ministère de l’Education nationale à Anosy. L’enquête a révélé que le mode opératoire de ces bandits était le même. En ce qui concerne  l’affaire « Brinks », cette bande avait eu l’appui de  deux employés de la société en question et d’un chauffeur de taxi. Puisqu’il s’agit d’un acte commis par un véritable réseau, le Chef de la B.C. a souligné que cinq autres suspects sont encore à rechercher.

En effet, 08 individus sont arrêtés par la Police dans ce braquage d’Ambohimangakely. Appréhendés par la Gendarmerie, trois autres individus sont déjà placés sous mandat de dépôt à la Maison de force de Tsiafahy depuis mercredi.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Relation Madagascar et Afrique du Sud : Restitution des instruments de la Radio Freedom au CCI Ivato

L’apartheid ou le régime ségrégationniste a été, sans doute, l’époque la plus sombre de l’histoire de l’Afrique du Sud. En effet, nous ne sommes pas sans savoir que depuis 1948 jusque dans les années 90, les populations noires ont été persécutées et bannies par le régime « blanc » pour qu’elles ne puissent ni  participer au développeme  ni en  bénéficier  les résultats. Mais des mouvements populaires ont été menés afin de condamner ce système et Nelson Mandela était parmi les  icônes de cette lutte contre l’apartheid. Parallèlement, la Radio Freedom – l’unique instrument ayant permis d’exhiber les actes odieux du régime apartheid – a été agencée. Mais compte tenu du fait que ceux qui osaient contredire le régime faisaient l’objet d’une réelle chasse à l’homme, la Radio Freedom devait émettre depuis Madagascar jusqu’à la fin du régime apartheid.

Intérêt du pays. Mercredi dernier, de ce fait, a eu lieu la restauration des matériels utilisés par la Radio Freedom, à cette époque, à l’Afrique du Sud. La cérémonie a eu lieu au Centre de Conférence Internationale (CCI) d’Ivato, avec la présence, en l’occurrence, de la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy et de l’ambassadeur de l’Afrique du Sud à Madagascar, SEM Maud Dlomo,  qui  n’a pas manqué d’adresser des messages aux professionnels des médias. « C’est une journée historique pour les peuples Malgache  et Sud-africain. Madagascar a contribué grandement à la libération de l’Afrique du Sud de l’apartheid et nous sommes véritablement reconnaissants envers vous. Par rapport aux médias, j’aimerais vous encourager dans votre mission. Continuez à travailler pour l’intérêt du pays et ne cessez pas de faire le bien », souligne-t-elle.

Libérer de la pauvreté. De son côté, la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy n’a pas manqué de préciser que la lutte pour la liberté se poursuit. « Comme l’avait indiqué Nelson Mandela, «Tant que la pauvreté persiste, il n’y aura pas de vraie liberté ». Pour l’Etat malgache , la lutte pour la liberté consistera à libérer les milliers de personnes qui sont encore sous l’emprise de la pauvreté », indique-t-elle. Par ailleurs, la ministre de la Culture estime qu’il serait loisible de discerner les terreaux pour le développement économique et social, dont la culture. Aussi, a-t-elle informé que « les relations diplomatiques entre Madagascar et l’Afrique du Sud seront renforcées ».

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Nosy-Be : Non-exécution de décision judiciaire et squattérisation

Les occupations illicites concernent trois hectares.

A deux reprises, l’ordonnance du tribunal n’a pas été exécutée. La première, une ordonnance de référé du 18 août 2004, ordonnant l’expulsion de tous les occupants, la démolition et l’enlèvement à leurs frais des maisons illégalement construites sur la propriété dite « Non Liquet ». La seconde, ordonnance  du 15 novembre 2018 autorisant l’ouverture en cas de fermeture des domiciles illicites construits sur ladite propriété, sises à Befotaka Fascène. Les squatters  ne cessent d’augmenter en nombre. Ils sont maintenant plus de 300 à être  présents sur le terrain d’autrui. Des occupants sans droits ni titres mais qui continuent de faire une invasion massive sur la propriété « Non Liquet ».  Ils étaient une dizaine au début, puis lorsque les ordonnances du tribunal sus mentionnées n’ont pas été exécutées, la squatterisation a pris une allure considérable et concerne une superficie de trois hectares. A l’origine, ces gens ont été contraints de migrer suite à une mesure d’expropriation pour cause d’utilité publique relative à l’extension de l’aéroport local. Il y avait une indemnisation suivant les règles d’usage. Mais après tout, ils n’ont pas cherché loin pour se réinstaller. Ils commençaient à ériger leurs maisons sur une propriété privée à Befotaka-Fascène. Sans autorisation aucune sauf la promesse d’un politicien qui se dit « Tangalamena », les individus squattaient le terrain tout en sachant qu’ils font une occupation illicite. L’huissier de justice qui devait exécuter la grosse n’a jamais pu accomplir sa tâche de peur de représailles. Contrairement à ce qui est stipulé dans l’ordonnance, il n’y avait jamais eu d’assistance militaire bien que la mention « si besoin manu militari » figure dans la décision du tribunal. Et pour cause, les autorités locales se sont abstenues de prêter main  forte  pour l’exécution de l’ordonnance. Relance des  doléances en 2018 lorsque l’invasion devient massive.  Bis repetita, l’ordonnance n’a pas été exécutée. « Nous sommes dans l’incapacité de bénéficier de cette décision dit irrévocable dans un Etat de Droit » dixit le propriétaire. Le Président de la République a été saisi de l’affaire via des  doléances déposées à la Présidence. Idem pour la Primature et le Ministère de la Justice. On attend la suite.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Fonction publique : Fin du remplacement numérique, appel à candidature pour tous les postes

Le président de la République Andry Rajoelina a donné un mois à tous les ministères pour opérer une gestion rationnelle de leurs effectifs respectifs. Le Chef de l’Etat exige l’utilisation du logiciel AUGURE (Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources humaines de l’Etat) pour connaître les données statistiques réelles concernant les effectifs, les emplois et les compétences de tous les agents de l’Etat. Un décret relatif à l’utilisation de ce logiciel sera pris incessamment. L’heure de la gabegie est révolue. L’objectif étant d’instaurer une gestion prévisionnelle, et de faire en sorte que les contribuables puissent avoir accès à des services publics de meilleure qualité. En effet, conformément à ce qui est inscrit dans son « Velirano », le numéro Un d’Iavoloha souhaite le renforcement de la lutte contre les fonctionnaires fantômes, contre le clientélisme, le favoritisme, la corruption et toutes sortes de « kiantrano an-trano » au niveau de l’Administration publique. Il n’est plus question de remplacement numérique. Ceux qui partent à la retraite ne pourront plus désormais être remplacés par leurs proches. Tous les recrutements doivent faire l’objet d’un appel à candidature, quel que soit le poste. Seuls les méritants pourront obtenir une place au sein de l’Administration, après avoir passé un concours et/ou un entretien. Par ailleurs, toutes  décisions concernant tous  recrutements de nouveaux fonctionnaires doivent être prises en Conseil des ministres.

Imperfections. Désormais, l’Etat fera preuve de fermeté. Une enquête sera opérée au niveau de tous les ministères afin d’évaluer les compétences de chaque agent de l’Etat, mais aussi pour que l’on puisse installer la bonne personne à la même place. Le président Andry Rajoelina exige les données statistiques exactes concernant les fonctionnaires, les ECD et les EFA. Ceux qui ne disposent pas de rôle bien défini au sein de leur service respectif risquent de perdre leur place pour mettre fin aux gabegies et pour que l’on puisse utiliser à bon escient le budget de l’Etat. Pour ce faire, tous les responsables des ressources humaines au niveau des ministères, des différentes institutions et des directions régionales ont reçu l’ordre de coopérer avec le Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales afin d’opérer un « Plan de carrière des ressources humaines de l’Etat ». Pour instaurer le respect de l’éthique, de la déontologie et de la discipline, les fonctionnaires doivent se soumettre aux décisions d’affectation, sous peine de révocation. Actuellement, l’on compte 215.629 fonctionnaires dans tout Madagascar. Chaque année, le paiement de leur salaire coûte 2.432,21 milliards d’Ariary à l’Etat, en raison de 2.407,20 milliards d’Ariary pour les fonctionnaires et 25,01 milliards d’Ariary pour les ECD. Au total, 28,6% du budget de l’Etat sont destinés au paiement des salaires des agents de l’Etat. Reste à savoir si ce logiciel AUGURE qui a déjà provoqué des polémiques à causes de nombreuses imperfections relevées suite à un audit, sera efficace pour atteindre les objectifs visés par le Chef de l’Etat.

Davis R

Ino Vaovao0 partages

AMPANALANA TOAMASINA : Nahitana fatin’olona teo amoron-dranomasina

Lehilahy teratany malagasy sahabo ho 60 taona no hita faty nitsirara teo amin’ny ahi-maitso tsy lavitra ny moron-dranomasina. Ny angom-baovao no nahalalana fa teratany malagasy mizaka ny zom-pirenena frantsay izy io.

Hatreto, dia mbola mifamahofaho ny vaovao mahakasika ny nahafaty azy io. Ny loharanom-baovao iray, dia milaza fa maty nisy nanapoizana io lehilahy io. Etsy ankilany, ny loharanom-baovao hafa, dia milaza fa maty nisy nananika. Ny angom-baovao fahatelo hafa, dia milaza fa maty namono tena. Momba ny amin’ny mety ho fisian’ny fanapoizinana amin’izao raharaha izao, dia fantatra, araka ny loharanom-baovao avy teo anivon’ny mpitandro filaminana fa anisany anaovana fanadihadiana ny vadiny. Ity farany izay mpampianatra tamina sekolim-panjakana iray tao Toamasina taloha.

Nisy nitory

Ny angom-baovao hatrany no nahalalana fa ananan’olona volabe izy mivady. Izy ireo izay fantatra fa manao fitateran’entana avy any La Réunion mankaty Toamasina amin’ny alalan’ny kaontenera. Misy entan’olona an-tapitrisany maro nentin’izy ireo anefa voalaza fa nikatso ao amin’ny fadin-tseranana ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ka nivadika lavanty. Mitaky fanonerana ireo entana nivadika lavanty ireo anefa ny tompon’entana. Vokany, olona manodidina ny 20 eo ho eo no nitory azy ireo. Vola amina miliara no takian’ireo mpitory. Fantatra ihany koa fa nanaiky handoa ny vola ilay ramatoa vadin’ilay rangahy nodimandry saingy tsy mety voaloa hatramin’izao. 

Mbola mandeha ny fanadihadiana rehetra na misy ifandraisany amin’ireo entana nikatso ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ao izao raharaha vono olona niseho tao Ampanalana Toamasina izao na tsy misy fifandraisany velively.Ny polisy misahana ny heloka bevava ao Toamasina no miantsoroka ny fanadihadiana. Ho hita eo izay ho tohiny.

Ino Vaovao

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-PIADIANA NISESY TETO ANTANANARIVO : Miisa 5 indray ireo voasambotra

Tonga nanatona ny Polisy tokoa ity ramatoa ity nanambara ny tsy fahitana ny vadiny nanomboka ny alahady 14 avrily lasa teo ary nametraka fitarainana mikasika izany izy. Rehefa nanao ny fanadihadiana mahakasika io tranga io ny Polisy dia fantatra fa ny iray  tamin’ireo roa  voatifitra teny amin’ny By-pass nandritra ny fanafihana ny fiara mpitondra volan’ny Brinks ny sabotsy, faha 13 avrily ny vadin’io ramatoa voalaza fa tsy hita io. Hatreo dia nitohy ny fikarohana ary nahazo angom-baovao marim-pototra ny Polisy ka nahalalana ny trano sy toeram-piafenan’ireo naman’ity jiolahy voatifitra ity. 

Nandritra ny fanadihadiana dia voaporofo ary nambaran’ireo jiolahy voasambotra ireo, izay efa ananan’ny Polisy antontan-taratasim-panenjehana mbola anaty famotorana, fa anisan’ny nandray anjara tamin’ireo fanafihana mitam-piadiana nisesy farany teto Antananarivo izy ireo. Anisan’izany ilay fanafihana teo amin’ny Galana Anosy, fanafihana sinoa teo Masay, fanafihana trano teny Androhibe, fanafihana ny Mada Trade Ambohi manarina, ny fanafihana teo amin’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena Anosy ary indrindra ny fanafihana ny fiaran’ny Brinks teny amin’ny By-Pass, tamin’ ny sabotsy faha 13 avrily lasa teo. 

Mitovy hatrany ny fomba ataon’ireto jiolahy ireto amin’ny fanafihana mitam-piadiana ataon’izy ireo, fa raha mahakasika ilay fanafihana ny fiaran’ny brinks kosa dia nisy ny firaisana tsikombakomban’izy ireo tamina mpiasa roa efa voaroaka tao amin’ny brinks sy Polisy amperin’asa iray  ary mpamily fiara karetsaka iray. Atolotra ny Fitsarana avy hatrany ireto olona ireto raha vao vita ny fanadihadiana mahakasika azy ireo.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIRONGATRY NY HERISETRA ARA-NOFO AO SAMBAVA : Miisa efatra ireo zaza voaolana ao anatin’ny roa volana

Faritra maro eto amintsika no lasibatra  amin’ity tranga ity  ary isany nazahoam-baovao  matetika  tamin’izany ny ao  amin’ny  Faritra Sava, tapany Avaratry ny Nosy iny. Araka ny  angom-baovao voaray dia  zaza miisa efatra be izao no  voaolana tao anatin’ny roa volana nifanesy izay. Velon-taraina tanteraka  ny ray aman-dreny niteraka, ireo mpanabe  manoloana ny  zava-misy. 

Manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana araka izany mba hitondra vahaolana mahakasika ity raharaha ity.  Raha tsiahivina  ireo herisetra nifanesy tao an-toerana, tovolahy kely iray izay voaporofo fa avy nijery horonantsary mamoafady no nanafina zazavavikely manodidina ny telo taona nanomboka tamin’ny 6 ora sy sasany hariva, ny talata teo tao amin’ny Fokontany Antognopahitra, Kaominina Bemanevika Distrikan’i Sambava.  

Afaka adiny roa taty aoriana izay  vao hita  ilay  zaza ka  nahitana ratra tany amin’ny mahavehivavy azy. Naiditra hopitaly ilay zaza niharan’ny herisetra ary mbola manaraka  fitsaboana  ao  Sambava hatramin’izao.  Ankoatra io zaza io dia fantatra ihany koa fa  mpampianatra amin’ny sekoly tsy miankina iray no tratra  nanolana ny zazavavy mpianany vao 12 taona monja.  Manaraka  izany , ankizivavy vao  9 taona  no naolan’ny anadahin-dreniny tao amin’ny Kaominina Bemanevika ary  koa ilay tovolahy manan-kilema nanolana zaza efa-taona tao amin’ny Fokontany Antsirabe, Kaominina ambonivohitra Sambava.   

Manaporofo   tokoa  ireo rehetra ireo fa  ianjadian’ny herisetra ara-nofo tanteraka ireo zazavavy tsy ampy taona any amin’ny Faritra Sava iny.  Miandry  fandraisan’andraikitra avy amin’ny mpitondra fanjakana ny mponina ao an-toerana  hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

SARIMIHETSIKA SY SARIMIAINA : Mbola hampanao fakan-kevitra amin’ireo mpisehatra rehetra ny minisitera

Raha tsiahivina dia isan’ny notsipahin’ireo mpanakanto maro an’isa vao tsy ela akory izay ny lalàna mifehy ny Omaci (ofisy malagasy momba ny sarimihetsika sy ny sarimiaina), nambaran’izy ireo tamin’izany fa olom-bitsy no mahazo tombony amin’io lalàna io ka tokony hasiana fanamboarana sy fanavaozana.

Ankoatra izay dia nisy ihany koa ny didy hitsivolana manafoana ny lalàna laharana faha-2017-011 tamin’ny 26 jolay 2017 mikasika ny politikam-pirenen’ny sarimihetsika sy ny sarimiaina. Nofoanana io lalàna laharana faha-2017-011 io satria ny lalàna laharana faha-2018-037 mikasika ny fotokevitra mifehy ny orinasam-panjakana na sampan-draharaham-panjakana dia  milaza mazava fa didim-panjakana (décret) fa tsy lalàna (loi) no hamaritana ny fananganana sampan-draharaham-panjakana tahaka ny OMACI. Ilay lalàna laharana faha- 2017-011 anefa dia manangana ny OMACI, ary natao lalàna avokoa ny teboka rehetra tokony hapetraka amin’ny alalan’ny didim-panjakana (domaine règlementaire). Manery araka izany io lalàna laharana faha- 2018-037 io ny tokony hamerenana ny fananganana sampan-draharaham-panjakana amin’ny alalan’ny didim-panjakana indray.

Nandritra ny fakan-kevitra nataon’ny minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina ihany koa dia fantatra fa maro an’isa amin’ireo mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny sarimihetsika no tsy afa-po ary tsy nankasitraka io lalàna mifehy ny Omaci io satria tsy mba nakan-kevitra tamin’ireo mpisehatra rehetra ny fandrafetana izany.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FANARENANA NY LAPAN’I BESAKANA : Hikatona vetivety ny fitsidihana ny Rova

Mandrapahavita ny asa dia hikatona vetivety ho an’ireo mpitsidika aloha ny Rova. Hiverina amin’ny laoniny ihany anefa izany rehefa vita soa aman-tsara ny asa fanarenana rehetra izay hatao. Omaly, nisy ny fidinana ifotony teny amin’ny Rova nataon’ny minisitry ny serasera sy ny kolontsaina, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo. Nandritra izany no nifampiresahany mivantana tamin’ireo tompon’andraikitra isan-tokony misahana ny rova toy ny mpiambina, ireo mpitari-dia ary ihany koa ny pasitera izay miandraikitra ny fiangonana anaty Rova. 

Nandritra izany no nifampiresahana tamin’izy ireo ny fepetra izay tsy maintsy horaisina mandrapahavitan’ny asa fanarenana, toy ny fikatonan’ny rova mandritra ny fotoana voafetra. Ho an’ny fiangonana kosa anefa dia misokatra mandrakariva izany saingy misy ny lalana tsy maintsy hofefena noho izay asa fanamboarana izay. Araka ny nambaran-dramatoa minisitra dia efa eo am-pikarakarana ireo hazo rehetra hoentina hananganana ny lapan’i Besakana ireo tompon’andraikitra rehetra amin’izao fotoana izao. Ao aorian’ny fahatomombanan’ireo fitaovana ireo dia hanomboka tanteraka ny asa. 

Araka ny fanamby nataon’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina dia mialohan’ny fanamarihana ny faha-60 taona nahazoan’i Madagasikara ny fahaleovantenany no vita ny fanarenana ny rovan’Antananarivo. Marihana fa nifanindra an-dalana tamin’ny fanamarihana ny andro iraisam-pirenena ho an’ny toerana vohitr’olombelona izay nomarihana tamin’ny fomba hafa tsy toy ny mahazatra ny andron’ny omaly io.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANIMBAZIMBANA FOMBAN-DRAZANA AO NOSY BE : Nidina ifotony nihaino ny feon’ny vahoaka i Tatie Chris

Tena manakaiky ny vahoaka tokoa izy ary miezaka hatrany mihaino ny hetahetam-pon’ny olona. Ny alarobia lasa teo dia nitsidika ny fokontany Bemanondrobe izy sy ireo mpiara-miasa aminy. 

Ny fokonolona sy ny Mpanjaka Giromany Michel Christian no nihaona taminy mba hitadiavana ny vahaolana manoloana ny olana mianjady amin’ny vahoaka, noho ny tsy fanajan’ny vahiny iray ny fomban-drazan’izy ireo  dia ny tsy fanajana  “Ny tany Masina fijoroana ho fanajana ny Razamben’izy ireo nanomboka ny taona 1886”. Io toerana io no nahatonga ny anaran’ny fokontany hoe  : “Bemanondrobe”.  Araka izany dia manantena ny fiarovana ny maha Malagasy izy ireo satria sarobidy ary manan-kasina amin’ny vahoakan’i Bemanondrobe ny fomban-drazana.

Béanice Minalda

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA DIPLAOMA SANDOKA : « Tokony hanaja ny “présomption d’innocence” ny rehetra »

Niparitaka tamin’ny gazety, ny fahitalavitra sy ny radio ary ny tambajotran-tserasera mantsy fa nahiditra am-ponja vonjimaika ny tompon’andraikitry ny sampan-draharaham-panjakana misahana ny jono  teto Mahajanga sy ny mpiasa iray ao amin’ny sekoly ambony.  

Tsy tokony hisy ny famoahana vaovao mikasika io raharaha io satria mbola tsy voaheloka izy, aorian’ny fitsarana vao tokony havoaka ny vaovao  mikasika izany raha voalaza fa meloka ilay olona, hoy hatrany izy. Misy ihany koa ny tsiambaratelon’ny famotorana satria dia mbola manao fanadihadiana mikasika ity raharaha ity ny Fitsarana. Ho an’ny bianco, izay nizara  ny fanambaràna tamin’ny gazety an-tsoratra kosa dia tsy manolana ny ”presomption d’innocence” ny filazana ny andraikitry ny olona iray voarohirohy, toy ny hoe minisitra teo aloha na tale teo aloha. 

Tsy manonona anaran’olona izahay fa ny asa sy andraikitra sahanina, hoy izy ireo. Anisan’ny politikan’izy ireo mantsy ny tamberin’andraikitra ankehitriny, satria teo aloha dia antontan’isa hatrany no zarain’izy ireo. Mahazo tsiny amin’ny vahoaka hatrany anefa izy ireo fa ny trondro kely ihany no samborina fa ny trondro lehibe jerena fotsiny.  Voalazan’ny ao amin’ny Fitsarana moa fa efa betsaka ny raharaha diplaoma sandoka ankehitriny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MPIASAM-PANJAKANA : Harahimaso amin’ny alalan’ny “logiciel” manokana manomboka izao

Tapaka fa hapetraka ny fepetra hahafantarana marina ireo mpiasam-panjakana manomboka izao.

Fanapahan-kevitra maro no noraisina nandritra ny filan-kevitry ny minisitra izay notarihan’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha, afak’omaly hariva. Nandraisana fepetra henjana tamin’izany ny tontolon’ny asam-panjakana eto Madagasikara. Voakasik’io avokoa rehefa mpiasam-panjakana na eny anivon’ny andrim-panjakana, na orinasam-panjakana na sehatr’asam-panjakana toy ny minisitera isan-tokony. Tapaka fa manomboka izao dia tsy ekena intsony ny hisian’ny gaboraraka. Hapetraka ny fandaminana ara-drafi-pisainana manoloana ny fitantanana ny asam-panjakana. 

Manan-jo hisitraka asam-panjakana mendrika sy manana kalitao ambony ny vahoaka Malagasy indrindra fa ireo mpampiasa raharaham-panjakana. Noho izany indrindra no mahatonga ny fitondram-panjakana mametraka fa mila politika ara-drafi-pisainana matotra sy mahomby ny fampiasana ny mpiasam-panjakana mba tsy hiteraka fandanindaniam-poana ny volam-panjakana. Amin’izao fotoana izao dia mahatratra 215 629 ny isan’ireo mpiasam-panjakana eto Madagasikara, voasokajy ao anatin’izany ireo efa mpiasam-panjakana raikitra sy ireo mbola tsy raikitra na ny ECD. Hatrany amin’ny 2 432 21 miliara Ariary isan-taona ny fitambaram-ben’ny karama raisin’izy ireo, izany hoe ny 6,28%-ny tetibolam-panjakana dia natokana ho karaman’ireo mpiasam-panjakana.  Manoloana izany indrindra ny hametrahan’ny fitondram-panjakana ny fepetra hentitra ho an’ireo mpiasam-panjakana mba hifanaraka amin’ny tetibola laniny ny kalitaon’ny asa omeny ny vahoaka.

Hisy “logiciel” manokana

Fantatra fa hisy fampiasana ny rindrambaiko na «  logiciel  » vaovao izay antsoina hoe “Augure” izay ampiasaina mba hisian’ny fitantanana mahomby eo amin’ireo mpiasam-panjakana. Ity farany dia ilaina ahafantarana ny tena isan’ny mpiasam-panjakana marina mba hahafahana mametraka ny vinavina mialoha amin’ny fomba fitantanana ny asa, ny fahaiza-manao ary ny drafitra handaminana ny asam-panjakana. Ny Filohan’ny Repoblika, Andry Rajoelina dia nanome toromarika ny minisitera rehetra amin’ny tsy maintsy ampiasaina ity rindrambaiko vaovao ity mba hahalalan’ny fitondrana foibe ny isan’ny mpiasam-panjakana miasa ao anatinaminisitera tsirairay. 

Ho foana hatreo, araka izany, ny kiantrano an-trano. Tsy hahita rirany intsony ireo mpiasam-panjakana “matoatoa” izay miasa araka ny tokony ho izy fa mitango volam-bahoaka fotsiny. Ankoatr’ireo rehetra ireo dia hisy ihany koa ny fanadihadiana ara-kalitao hijerena ny fifanojoan’ny asa amin’ny toetra amam-pahaizan’ny mpiasam-panjakana tsirairay avy ahafahana mamaritra ny fiofanana tokony ho ilain’izy ireo. Mifandraika amin’ny laharam-pahamehan’ny fanjakana sy ny politika ankapoben’ny fanjakana dia  sampan-draharahan’ny fahasalamana, ny Fitsarana, ny fampianarana, ny fandriam-pahalemana, ary ireo sampan’asa mpanao fanaraha-maso no tena ilaina fampidirana mpiasam-panjakana raha ho amin’ity taona ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ASSANATI FAMO GIDRAKA : Nihaona ireo tany Antsiranana ny mpitarika eto Mahajanga

Miisa 300 ireo mpikambana ankehitriny. Tonga tany Antsiranana ireo tompon’andraikitry ny fikambanana eto Mahajanga nitsidika ireo efa mpikambana sy izay mbola ho mpikambana ka tao amin’ny salle d’oeuvre  Notre dame de l’assomption Tanambao izy ireo no nifampitaona. Nisy ny fizarana badge izay ifamantaran’ireo samy mpikambana satria ireo manana badge no mahazo tombotsoa voalohany avy amin’i Assanati izay mpanorina ny fikambanana. 

Nisy ihany koa ny tafatafa natao nampahafantarana ny fikambanana, ny antony nananganana ny fikambanana sy ny mombamomba an’i Assanati famo gidraka, filoha mpanorina ny fikambanana.  Nitondra vary nozaraina tamin’ireo nanatrika ny fivoriana ihany koa ireo mpikambana avy eto Mahajanga.  Nanaitra ny maro ny fanoloran-tenan’i Assanati hanampy ny mpiara-belona. “olona nijaly karaha zaho izy taloha ka mba toajo koa ho kara izy afara agny”, hoy ny mpikambana iray. “ohatra ho anay izy ka mba hanolo-tena hanampy ny hafa kosa zahay afara any”, hoy koa ny hafa.  

Tsiahivina fa vehivavy lehibe teto Mahajanga i Assanati. Nanambady vahiny any ivelany izy ankehitriny ary miasa any, ka nanan-kevitra ny hanampy ny hafa. Nanorina fikambanana izy amin’izany dia ny Assanati Famo Gidraka sy ny werawera tsy maintsy mandeha. Ny Assanati Famo gidraka moa dia manambara fa vehivavy mahavita azy izy. Ny werawera tsy maintsy mandeha kosa dia fanehoana ny fananana eto an-tany, ireo zavatra lafo vidy ananana sy donia somaina. Maro ny mametra-panontaniana momba ireo fikambanana ireo satria tsy dia misy tanjona mivaingana loatra. 

Saingy ho an-dramatoa Assanati dia mitondra fanampiana ho an’ireo mpikambana izy ka sehatra maro no itondrany izany, toy ny fidiran’ny mpianatra sy ny fiainana andavanandro. Misy kosa ireo olona ampiany noho ny olana manokana na mpikambana na tsia.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenena MalagasyFa inona marina, ahoana ny fiasany ?

Andrim-panjakana iray anisan’ny hiankinan’ny fiainam-pirenen’ity nosy misy antsika ity ny Antenimieram-pirenena Malagasy amin’ny ankapobeny. Rariny raha mba hofantarintsika olom-pirenena tsy an-kanavaka amin’izao ankatoky ny fifidianana solombavambahoaka izao ny tantaran’ny Antenimieram-pirenena Malagasy sy ny asany ary ny fomba firafiny sy fomba fiasan’izay depiote ho lany ao ary ny tombontsoa maro samihafa mety ho azo ao. Hisy ihany karazana fanehoan-kevitr’ireo depiote nahavita taom-piasana maromaro nifandimby tao. Farany, hotsiahivintsika etoana ny anaran’ireo filoha nifandimby nitantana an’ity Antenimieram-pirenena Malagasy ity hatramin’ny niandohany ka hatramin’ny taona 2018 teo.

Voalazan’ny andininy faha-68 ao amin’ny Lalàmpanorenana Malagasy fa “Ny Antenimieram-pirenena sy ny Antenimierandoholona no mandrafitra ny Antenimiera Malagasy. Izy no mandany ny lalàna sy manara-maso ny asan’ny governemanta ary ny fanaovana tombana ny politikam-panjakana”. Ao aminy koa no tokony hisian’ny adihevitra mazava hampandrosoana ny firenena. Depioten’i Madagasikara no fiantso an’ireo mpikambana ao aminy izay nofidian’ny vahoaka mivantana ka miasa ao amin’ny Lapan’i Tsimbazaza mandritra ny 5 taona.

 

Ny tantarany

 

“Assemblée Constituante et législative », Assemblée nationale, Cnpd, Assembée Nationale Populaire, Cres, « Congès de la transition » anarana efa  niantsoana ny Antenimieram-pirenena  Malagasy avokoa ireo rehetra ireo. Taorian’ny niverenan’ny fahaleovantena tamin’ny taona 1960  ka nitondran’ny filoham-pirenena Philibert Tsiranana no nanaovana fifidianana solombavambahoaka voalohany teto amintsika  ka nanjakan’ny mpikambana tao amin’ny antoko PSD « Parti Social-Démocrate » noforoniny tao anatiny.

Tany amin’ny andro nitondran’ny Capitaine de Frégate Didier Ratsiraka ny directoire militaire tamin’ny taona 1975  sy tamin’ny andron’ny Repoblika faha-2 no teraka ny « chambre basse » Malagasy nitondra ny anarana : Assemblé Nationale Populaire nahitana depiote  niisa 137 lany tamin’ny fifidianana nivantana nandritra ny 5 taona. « Délégataire du pouvoir législatif » izy ireo tamin’izany, araka ny lalàm-panorenana vaovao.

 

Raha ny tena marina dia « Chambre d’enregistrement des lois » no tena fiantso azy ireo tamin’izany.Ny taona 1977  dia nahazo toerana 110 tao amin’ny Antenimiram-pirenena ny antoko Arema natsangan’ny filoham-pirenena Didier Ratsiraka ka i Lucien Xavier Michel Andrianarahinjaka no filohany hatramin’ny taona 1991. Tamin’ny andron’ny Antenimieram-pirenena notantanan’ny filohany Andriamanjato Richard Mahitsison 1993-1998 ihany no nisy fitsipaham-pitokisana ny filoham-pirenena am-perinasa nahomby teny amin’ity rafitra ity izay nolanian’ireo depiote tamin’ny 26 jolay 1996 ka nampiongana ny filoha Zafy Albert tamin’ny fotoanandrony. 

 

Ny asan’ny Antenimieram-pirenena

Ny Antenimieram-pirenena izay ahitana olom-boafidy miisa 151 ankehitriny no misolovava ny vahoaka, maka ny heviny mivantana ary mitondra izany eo anatrehan’ny governemanta amin’ny alalan’ny fifanatrehana mivantana aminy. Araka ny efa voalaza tery ambony dia izy ireo no mamolavola lalàna raha ilaina ary mandany ny lalàna natolotry ny govenemanta nivoaka tao amin’ny filankevitry ny minisitra sy manara-maso ny asan’ny governemanta ary ny fanaovana tombana ny politikam-panjakana”.

 

Ny Firafiny

 

Ireo solombavambahoaka voafidy ho eny Tsimbazaza no mifidy mivantana ny filoha hitantana azy mandritra ny fotoam-piasana 5taona. Manana filoha lefitra 7 izay fidian’ireo depiote mivantana amin’ny latsa-bato miafina izy ka filoha lefitra iray isam-paritany 6 ary filoha lefitra mpanohitra iray.  Fidiana mivantana ihany koa ireo kestora 2 ao aminy ka ny kestora 1 dia mandraikitra ny fitantanana ankapoben’ny Antenimieram-pirenena, ny tetibolany ary ny mpiasa ao aminy. Ny Kestora faharoa kosa dia miandraikitra ny « législation » sy ny « relation publique ». Tsy dia ao anaty lalàna velona izany kestora faha-3 izany fa noforomporonina hizarana toerana fotsiny. Mbola anisan’ny fidian’ireo depiote mivantana koa ny mpampakateny sy ny mpampakateny mpanampy azy. Ireo rehetra ireo dia ao anatin’ny fivoriana manokana  mialoha ny fivoriana ara-potoana voalohany.

Miisa 12 ireo voalaza teo ireo no mandrafitra ny birao maharitry ny Antenimieram-pirenena miaraka amin’ny solontenan’ny vondrona parlemantera hatsangan’ireo depiote ka mahazo miditra amin’izay handrian’ny fony ireo depiote tsy miankina.

Farany dia mahazo miditra amin’ny kaomisiona farafaharatsiny 2 ao amin’ity Antenimieram-pirenena ity ny depiote iray. Voafetran’ny andininy faha-41 ao amin’ny lalàna anatiny mifehy ny Antenimieram-pirenena ho 31 ny isan’ireo kaomisiona ireo ahitana olona 15 ka hatramin’ny 25 ao anatiny izay samy manana ny  filohany sy filoha lefiny ary mpampaka-teniny avy. Izy ireo no mandinika voalohany ny volavolan-dalàna tonga eny amin’ity rafitra ity sy maidy hevitra miaraka amin’ireo tompon’andraikitra voakasika vao mitondra izany eo anatrehan’ny fivoriana hitambaram-be azon’ny besinimaro hatrehana.

 

Ny fitondrana politika ao amin’ny Antenimieram-pirenena izay voalaza rehetra teo izay fa misy koa ny fitantanan-draharaha mivantana ao anatin’ity rafitra ity izay sahanin’ny Sekretera Jeneraliny. Olona fidian’ireo depiote mivantana amin’ireo nanolo-tena na natolotr’olona ity SG “Sekretera Jeneralin’ny Antenimieram-pirenena ity”. Izy no mampita ny fanapahan-kevitra avy amin’ny birao maharitra any amin’ireo depiote. Izy koa no manara-maso ny “procedure legislative” izany hoe tsipi-panohizana mampifandray ny birao maharitra sy ny fitantanan-draharaha ao amin’ny Antenimieram-pirenena amin’ny ankapobeny.

Tena miara-miasa akaiky amin’ny filohan’ny Antenimieram-pirenena Malagasy am-perinasa izy na eo amin’ny sehatry ny fandraharahana na amin’ny resaka fifandraisana amin’ny any ivelany ka izany no ahitana azy hatrany aorian’ny PAN isaky ny fivoriana hitambaram-be. Araka ny fanirian’ireo mpiasa mahatratra 400 eo ho eo ankehitriny ao amin’ny Antenimiram-pirenena dia tokony ho mpiasa avy ao amin’ity Antenimieram-pirenena ity ihany io SG fidiana io ary dia to tokoa izany tamin’ity farany ity ka Atoa Ratsimba Andrianaivo Mamy no misahana azy ankehitriny.

 

Ireo Tombontsoa fandrain’ireo solombavambahoaka

 

Maromaro ihany ireo tombontsoa fandrain’ireo depiote isam-bolana mandritra ny fotoam-piasany ka ny hotanterintsika etoana dia izay hitan’ny SeFaFi “Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena” ka navoaka tamin’ity herinandro ity ary nilazany faankoatra ny fahefana sy ny voninahitra dia misy ny tombontsoa samihafa fandrain’ireo solombavambahoakantsika ankehtriny toy ny  karama isam-bolana 3.000.000  Ar, miampy tambin-karama 400.000 Ar isan’andro mandritra ny fotoam-pivoriana.  Ao koa ny 3.000.000 Ar isam-bolana ho solon’ny solika, ary 200.000 Ar ho fahana telefaonina. Misitraka mpanampy “Assistant parlemantera “ 5 ny solombavambahoaka tsirairay. Raha mamita iraka eto an-toerana izy ny volan’ny hotely dia tafakatra 65.000 Ar isan’andro, ary tsy fantatra izay omena azy raha mivoaka any ivelany. Tsy voafaritry ny lalàna ny fahazoana fiara 4X4 ho an’ny solombavambahoaka tsirairay fa tamin’ny andron’ny praiminisitra Ravony sy ny filoha Marc Ravalomanana no nisitraka izany izy ireo.

 

Nahavita ny asany tokoa ve ireo depiote Malagasy ?

 

Maromaro ireo depiote  niverimberina matetika nisahana an’ity asa ity toa an’i Jao Jean (Antsohihy) sy depiote Mara Niarisy (Ankazoabo). Ny roa amin’izy ireo kosa izay efa in-3 avy no voafidy ho depiote teny Tsimbazaza no hanome ny heviny mikasika an’io fanontaniana navantana tamin’izy ireo io

ANDRIAMAHEFA Henri Charles : “Tena azoko ambara fa nahavita ny asa nankinina tamiko tokoa aho nandritra an’ireo fotoana naha depiote ahy ireo fa nandray anjara mavitrika tamin’ny fandaniana lalàna mahasoa ny vahoaka Malagasy. Depiote tsy nanaiky lembenana fa tsy mpanangan-tanana fotsiny sanatria satria dia efa nanolotra tolo-dalàna teo amin’ity Antenimieram-pirenena ity ny tenako, efa tao anatin’ireo nametra fitsipaham-pitokisana ny mpitondra fanjakana tamin’ny fotoanandrony ary nandamina ny fampiasana ny Fdl notakiana niaraka tamin’ireo ben’ny tanàna any amin’ny distrika nahalany ahy. Nahavita asa fanasoavana vahoaka tamin’ny alalan’ny fikambanana Fizafa tarihako toy ny lalana sy ny sisa tany amin’ny distrikan’i Moramanga”.

 

 

RANDRIANANTENAINA Olivier Antonny José : « Tena nahavita ny asa nandrasana tamiko tamin’ny naha depiote ahy aho fa nandeha tamin’ny fahamarinana nitondra ny tenin’ny vahoaka sy niaro ny tombontsoany hatrany tamin’izany tamin’ny fandaniana ny lalàna mahasoa azy. Mbola am-pahamarinana koa no nidinako an-dalambe teny amin’ny 13 mey niaraka tamin’ny vahoaka nitaky an’izay tombontsoany izay. Ny depiote anefa ho an’ny vahoaka, izay efa lasa fahazarana mitoera mihitsy dia raiamandreny any an-tanàna fihantahantana raha misy manjo ary fihazakazahana raha misy tsy fahampiana ka zary lasa fitondrana marary tsy fidiny ny fiaran’ny tena ary lasa fitaovam-pitaterana ireo tsy afaka  ihany koa. Novatsiana sy nampiana araka izay tratra ireo marefo ara-pivelomana.

 

Ny fiantso ny Antenimiera Malagasy sy ireo filoha nifandimby nitantana azy:

 

1958 :  Assemblée Nationale Consituante – notantanan’i Norbert Zafimahova

1959-1960 : Assemblée Nationale – notantanan’i Jules Ravony

1960-1965 : Assemblée Nationale – notantanan’i Alfred Nany

1972-1975 : Conseil National Populaire pour le Developpement (CNPD) – notantanan’ny pasitera Fety Michel

1977-1991 : Assemblée Nationale Populaire – notantanan’i Lucien Xavier Michel Andrianarahinjaka

1992-1993 : Comité pour le Redressement Economique et Social (CRES) – notantanan’ny mpiara-mitantana Pasitera Andriamanjato Richard Mahitsison sy Manandafy Rakotonirina

5 aout 1993-1998 : Assemblée Nationale – notantanan’ny Pasitera Andriamanjato Richard Mahitsison

Fin 1998 -2002 : Assemblée Nationale – notarihan’i Ange Christopher Andrianarisoa

Martsa/Oktobra 2002 : Assemblée Nationale  - notantanan’i Paraina Auguste

Fin 2002-2006 : Assemblée Nationale  -  notarihan’i Lahiniriko Jean

Mi-2006/2007 : Assemblée Nationale – notarihan-dRazakanirina Mahafaritra Samuel

2007/2009 : Assemblée Nationale – notarihan’i Jacques Sylla

2011 : 1er Congrès de la Transition - notarihan’i Mamy Rakotoarivelo

2012 : Congrès de la Transition -  notarihan-dRaharinaivo Andrianatoandro

2013 : 2è Congrès de la Transition – notarihan’i Mamy Rakotoarivelo

Janoary/Aprily 2014 : Assemblée Nationale – notarihan-dRazanamahasoa Christine

Nanomboka ny 03 mey 2014 :  Assemblée  Nationale – notarihan’i Jean Max Rakotomamonjy

 

Marihina fa tamin’ny 1992-1993 ihany no nisy filoha niara-nitantana tao amin’ny Antenimieram-pirenena Malagasy ary tamin’ny 2014 no nisy vehivavy nitantana an’ity andrim-panjakana ity nandritra ny efa-bolana.

 

Nanangona sy nandrindra Ntsoavina Evariste

 

 

 

 

 

La Vérité0 partages

Sport mécanique-Rallye Passion Antsirabe - Rien n'est encore gagné

Rien n'est fait, la compétition réserve encore plus de bataille et encore plus de spectacle ce jour. Programme pour le dernier jour du rallye.... La première manche du championnat des rallyes 2019 à Madagascar, organisée par les clubs ACCT MSA et TACS, qui se déroule à Antsirabe les 19-20-21 avril 2019 réserve son lot de surprises. C'est un évènement unique inédit et festif ...  pâques rallye dans la ville d'Eaux. Et vu les résultats de ces deux jours de course, la bagarre se trouve à tous les niveaux.

Mamy kely mène la danse au général, Haja Danielson qui ne  cesse de surprendre avec sa nouvelle monture, une SsangyongMusso. Il encaisse 3 secondes et 5 centièmes devant le leader. Le tenant du titre et champion de Madagascar, Tahina Razafinjoelina, est bien présent pour défendre son bien sur sa Subaru Impreza. Il est toujours présent à l'issue de l'ES9,  hier. Hery Be, quant à lui, recule à la cinquième position après avoir fini leader de la course lors de la première journée. A l'ES9, il est encore loin du podium, pourtant toujours dans le top10, en se classant à la huitième position. Le vrai rallye commence ce jour....  La dernière journée a été marquée par les retards donc chaque spéciale dont (ES2) a été retardée d'une heure. Pour le programme de ce jour, Andronamanelatra (14km.9), Mandray hôtel (7027km), Piste Moto Ibity (6.21km), Vinaninkarena,(9.08km), Ambohimanga (7027km), Ambohimandroso (14.9km), Circuit Vatofotsy (2.2km).

35 équipages engagés étaient encore au départ hier avec les quatre autres qui évoluent dans la catégorie féminine. L'éternelle Alcazaria et sa légendaire Peugeot 205 sont bien au départ. Koloina Rakotomalala, qui tient tête à ses aînées (Olga  au volant du  Renault Super 5 et  Pattie sur Citröen Visa), avec la Citroën Saxo se comporte d'une manière digne de la révélation de l'année.

E.F.

La Vérité0 partages

Meurtre d’un Indo-pakistanais à Tanjombato - Un des assaillants arrêté

 Irfan Farouk Daya, fils de Farouk Daya, a succombé des suites de ses blessures suite à une tentative de kidnapping à Tanjombato, le 31 janvier dernier. Depuis, la Police n’a pas cessé ses investigations pour apporter de la lumière sur cette affaire. Le 12 avril dernier donc, les hommes de la Brigade criminelle ont piégé l’un des cinq présumés auteurs du forfait à Tanjombato même.

Un renseignement entre les mains de la Police a indiqué que le suspect avait rôdé sur les lieux, facilitant ainsi l’opération pour le faire tomber dans l’embuscade. Le même renseignement a ajouté que les cinq suspects ont pu être identifiés grâce aux images filmées par les caméras de surveillance du secteur. Et au fil des vérifications, il était rendu plus facile pour les Forces de l’ordre de reconnaître l’un d’eux par les traits, celui qui a erré dans les parages à Tanjombato, le vendredi 12 avril dernier. Le suspect aurait dû être présenté devant le Parquet, hier. Par ailleurs, la Police poursuit ses recherches afin de tenter de retrouver les traces de ses quatre complices, encore en cavale.

Rappelons que l’agression qui a coûté la vie au jeune Irfan Farouk est survenue l’après-midi du 31 janvier 2019. Là, deux assaillants, qui ont circulé à bord de deux scooters, ont cherché à kidnapper la victime, qui se trouvait à bord d’une voiture avec les siens. Les bandits n’ont pas alors hésité à ouvrir le feu sur ses occupants, touchant mortellement ainsi l’un des deux fils de Farouk Daya. Evacué d’urgence à l’hôpital,  le malheureux  a succombé à ses blessures tandis que son frère était toujours en soins intensifs.  Après leur sale coup, les malfaiteurs, loin de réussir l’enlèvement de la victime, situation qui a malheureusement débouché sur sa mort, s’étaient rapidement enfuis.

C’est en regagnant les locaux de l’entreprise spécialisée en meubles - dont leur père est propriétaire - que deux hommes se sont fait surprendre.  Depuis lors, les investigations par les Forces de l’ordre, ont donc mis tout ce temps pour finalement remonter la piste de l’un des assaillants, interpellé le 12 avril dernier. Affaire à suivre.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Epidémie de rougeole - Le nombre de cas diminue

Ces 4 dernières semaines, l’épidémie de rougeole régresse après les ripostes vaccinales successives effectuées. A la date du 11 avril 2019, le taux de couverture vaccinale de la campagne s’élève à 85, 72 % pour un taux de complétude de 77, 60 % des centres de santé de base (CSB). Depuis le début de la saison épidémique, au mois de septembre 2018 jusqu’au 7 avril dernier, le ministère de la Santé publique a recensé  124 514 cas  avec 693 décès notifiés dans les formations sanitaires, 567 décès communautaires dont 191 décès liés à la rougeole et 376 non qualifiés par les agents communautaires. En parallèle, la statistique a révélé 1 169 IgM positifs.

10 Districts dans 9 Régions notifient 33 % du total des cas rapportés au niveau national de ces 4 dernières semaines. Une intensification des interventions dans ces Districts permettra de réduire considérablement le nombre de cas rapportés au niveau national. Parmi ces 10 Districts, Antsirabe I a déjà bénéficié de la riposte vaccinale en janvier, tandis qu’Antsiranana I et Nosy Be l’ont reçue en février. Une analyse plus approfondie de la tendance de l’épidémie dans ces Régions s’avère nécessaire pour identifier les tranches d’âge affectées et les actions correctrices à mettre en œuvre.

Afin de lutter contre cette épidémie, le ministère de tutelle sollicite la vérification du statut vaccinal de tous les enfants de moins de 5 ans reçus en consultation, la vaccination ainsi que la déclaration de tout cas de décès lié à la rougeole, qu’il soit détecté dans une formation sanitaire ou en communauté. Un numéro vert 910 est toujours actif en cas de besoin d’information, d’alerte du personnel de santé ou tout phénomène de santé inhabituel.

Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Vaine polémique !

Faux débat. Fausse piste de discussion. Vraies-fausses peaux de banane par ici. Rumeurs fantaisistes par-là. Et on se moque du vrai débat. On omet les choses sérieuses et les vraies priorités. Or, la situation apocalyptique au fond de laquelle le pays se trouve coincé exige la recherche urgente d'une issue. Loin d'être un banal palliatif, l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (IEM) se positionne en vrai remède très efficace et à … effet immédiat.

Le régime IEM entame ce jour son deuxième trimestre. A peine trois mois à la barre, Zandry Kely reçoit en pleine figure des boulets rouges. Etant donné que ce ne sont que de faux boulets, les tirs ne lui intimident nullement. Au contraire, il continue allègrement le parcours. 'IEM et les Velirano constituent les cibles de choix des « ennemis ». Leurs attaques consistent à banaliser la réalisation de la Vision et les débuts des grands chantiers conformément aux Engagements du Président Rajoelina comme étant une vulgaire suite logique des actions déjà entamées par le régime précédent. En réalité, selon leur funeste constat, rien n'a été fait de concret durant ces trois premiers mois ! Et encore selon leur sombre vue qui broie du noir, si par hasard, des travaux ont été actés, ils ne correspondent point aux priorités du moment. Le début des travaux de l'autoroute et très prochainement celui du chantier « Miami » à Toamasina ne répondent pas aux besoins urgents de la population. Le commencement des travaux de réhabilitation du Rova Manjakamiadana n'est pas non plus si urgent! Et ce sujet mal placé occupe le sujet des stériles débats de salon. Mais quelle aberration !

Les commérages autour du parc industriel de Moramanga continuent d'enflammer. On ne voulait rien en savoir sur les vrais tenants et aboutissants du projet. Et cela, parce qu'il ressort de la mise en marche de l'IEM et des Velirano de Rajoelina Andry Nirina.

Et qu'est-ce qu'on ne dit pas du mal des candidats présentés par la formation proche du pouvoir. On les accuse de tous les mots voire de tous les maux. La peur bleue de voir la victoire sans appel de l'IRD, une majorité totale aux législatives, permettant à Rajoelina d'avoir les coudées franches poussent les « losers » d'entrer en délire. Et ils cherchent tous les moyens, souvent nuisibles, en leur disposition dont la presse pour disqualifier les candidats favoris pour l'Assemblée nationale.

Le retard des nominations à des postes de Hauts emplois de l'Etat crée des vagues chez les pauvres détracteurs. Tellement ils sont habitués à une nomination « à la va-vite » pour caser les copains qu'ils voient déun très mauvais œil toutes les précautions prises avant de nommer les nouveaux hauts responsables. La nomination à des postes stratégiques exige des mesures de précaution pointilleuses. Le Chef de l'Etat a donné des instructions fermes à ce sujet pour que rien ne soit laissé au hasard. Une manière de montrer aux yeux des citoyens que la bonne gouvernance existe réellement désormais.

En ce jour, les chrétiens se préparent avec ferveur à célébrer la mémoire de la résurrection de leur Seigneur. Tandis que le pays est en pleine phase de renaissance. On n'a plus le droit de s'attarder, tant soit peu, à une quelconque vaine polémique.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Consommation - Aucune hausse de prix considérable malgré les fêtes

Les prix sont constants. Effectivement, même si nous sommes à l’approche de la fête de Pâques, les prix n’ont pas vraiment augmenté, notamment en ce qui concerne les légumes et la viande. Les foyers malagasy n’auront donc pas vraiment du mal à préparer du bon repas pour l’occasion. Au début de l’année en effet, les prix ont tous pratiquement augmenté. La rupture de stocks en était la raison. Toutefois, en l’espace de trois mois, ils n’ont pratiquement pas changé, à l’exception de certains produits.

C’est le cas de la tomate dont le kilo s’achète aujourd’hui entre 3 000 et 4 000 ariary, au lieu de 1 500 ariary au mois de janvier. Le prix a donc carrément doublé. Selon les explications des marchands, « cette hausse considérable résulte surtout de la saison des pluies, laquelle a ravagé les principales productions des paysans du côté de Mahitsy, le principal approvisionneur des marchés de la Capitale ». Les  oignons affichent également les mêmes prix. Quant aux haricots verts, le kilo s’achète actuellement à plus de 1 500 ariary, soit le double par rapport à celui affiché en début d’année. Heureusement, pour les carottes et les pommes de terre, leurs prix n’ont pas vraiment changé. Le prix du kilo est encore fixé entre 1 500 et 2 000 ariary, tout dépendra de la taille du produit. Le légume le moins cher est actuellement la cristophine, vu que c’est la saison.

Le même cas est aussi observé au niveau des viandes. En effet, le kilo de poulet de chair est toujours à 10 000 ariary. Un kilo de viande de zébu revient actuellement à plus de 13 000 ariary. Quant à la viande de porc, le prix du kilo est fixé à plus ou moins 12 000 ariary. Les plus chers sont toujours les morceaux les plus privilégiés comme le filet ou encore la côtelette. Mais les prix restent invariables, soit 18 000 ariary pour un kilo de filet.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber

Un nouveau concours d'entrée à l'Ecole nationale de la magistrature et des greffes(ENMG) devrait avoir lieu cette année. Le ministre de la Justice s'est voulu rassurant. Toutefois, des mesures au préalable restent nécessaires avant de procéder effectivement au concours. « Nous nous efforçons de procéder à un assainissement total au sein de l'ENMG. Au jour d'aujourd'hui, nous suspectons encore certains responsables au sein de l'Ecole d'être impliqués dans le scandale qui a entouré le concours annulé », a indiqué le Garde des Sceaux et ministre de la Justice, Jacques Randrianasolo hier.

C'était au cours d'une interview en marge de la sortie de promotion des magistrats baptisée « Andrarangy » de l'ENMG, au Centre de conférence international Ivato hier. Une manière sans doute pour le ministre de la Justice d'annoncer déjà que des têtes risquent de tomber au sein de l'ENMG.  Outre cet assainissement, la dématérialisation du concours fait partie des mesures prises par le ministère.  

« Notre objectif est que les jeunes Malagasy les plus intelligents soient effectivement recrutés. La magistrature est un corps d'élite. Ceux qui sont reçus au concours doivent être les plus intelligents et non parce qu'ils connaissent un tel ou parce qu'ils sont fortunés », indique l'ancien Procureur général près la Cour d'Appel d'Antananarivo. Le numéro Un de Faravohitra informe, par ailleurs, que le nouveau Directeur général de l'ENMG a été nommé lors du dernier Conseil des ministres. Les affichages relatifs au prochain concours d'entrée à l'ENMG seront publiés une fois que tout sera ok.

Pour rappel, le précédent ministre de la Justice avait suspendu le concours, au mois de novembre 2018, à cause de certains dysfonctionnements pouvant entacher la propreté du dernier concours. « Nos propres enquêtes ont également abouti à des constats de dysfonctionnements », a rajouté le ministre de la Justice. Cette décision d'annulation avait été précédée d'une suspension dès la session d'admissibilité, suite à des relents de corruption lors des épreuves de préselection. Suite à des doléances posées suite à cette affaire, le BIANCO avait alors ouvert une enquête. Des mesures conservatoires telles que la mise sous scellés de l'ENMG et des documents du concours ont été prises. Ces documents  étaient censés servir d'éléments de preuve pour la commission de plusieurs faits de corruption mettant en cause la ministre de la Justice ainsi qu'un directeur de l'Ecole, au moment des faits. Quelques jours plus tard, le scellé posé par le BIANCO avait été levé et les copies sous scellées avaient été incinérées. Consécutivement aux événements ayant débouché sur l'incendie des dossiers de concours ENMG de 2018, le BIANCO a été saisi d'une doléance  rapportant  des faits suspectés  d'entrave  au  bon déroulement d'une enquête judiciaire  et de bris de scellés ainsi que de destruction de pièces de procédure. En mars de cette année, l'affaire avait été transmise au niveau du Pôle anti-corruption. Trois personnes dont le ministre de la Justice au moment des faits sont soupçonnées d'implication dans cette affaire. Etant donné son statut, la ministre de la Justice de l'époque n'est responsable « des crimes ou délits », liés à l'exercice de sa fonction au moment des faits, que devant la Haute Cour de justice. Magistrat de carrière, un directeur soupçonné d'implication dans cette affaire, a également échappé au déferrement devant le PAC car une procédure particulière est nécessaire. Seul le surveillant général de l'Ecole avait été placé sous contrôle judiciaire.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes

Le Président Andry Rajoelina l’a bien senti lors de ses deux récentes visites dans la ville portuaire de Toamasina. Ses habitants sont à la merci des émanations gazeuses suffocantes depuis quelque temps déjà. Le plus haut sommet de l’Etat a demandé des clarifications sur ce problème de pollution de l’air. Mais personne n’est en mesure d’identifier avec précision les vraies unités industrielles responsables. Le renforcement de la campagne de sensibilisation reste la seule option trouvée pour aider la population à faire face à la situation. Le 12 avril dernier, l’association Mitia, en charge de cette activité, a ainsi présenté aux responsables et aux autres parties prenantes, au niveau local, le résultat de ses interventions dans ce sens. Les participants ont discuté de fait des consignes de sécurité et de l’amélioration future.

Les autorités régionales d’Atsinanana ont confirmé l’existence de la fuite de gaz et d’odeur suffocante dans toute la ville et ses périphériques. Elle est particulièrement pesante en temps pluvieux. D’ailleurs, l’adjoint au maire de la commune suburbaine l’a corroboré. Un directeur a alors sollicité l’élargissement de l’espace de sensibilisation. Une requête sur l’odeur et la société émettrice doit être mise en exergue.

Le représentant de la compagnie Ambatovy a proposé une sensibilisation par SMS. Et la collaboration avec les opérateurs économiques devait être envisagée à cette fin. Aussi, l’élaboration d’un message concis exige un travail méticuleux. C’est une condition sine qua non pour la population cible. Car, il ne devrait pas être de nature à paniquer. Bon nombre d’habitants, surtout les jeunes de nos jours, font des réseaux sociaux leur premier moyen de communication et de vulgarisation des informations, d’où l’idée de transmettre et faire la sensibilisation par le biais de ces derniers. Un représentant de la compagnie Ambatovy a expliqué la nuance entre fuite de gaz et émission de gaz. Suivant ses précisions, la plupart des odeurs que nous sentons d’habitude, sont a priori dues à l’émission de gaz et non à la fuite de gaz. Quant à la sensibilisation, il a mentionné que le projet SMS est bel et bien à l’étude, d’Analamalotra à Antananambo, pour informer toute la population tous les premiers mercredis du mois. Un spot téléviser et audio est également disponible. Le comité créé pour gérer la « crise » doit en décider la diffusion.

La sensibilisation menée par l’association Mitia a touché environ 30 000 personnes réparties dans près de 10 000 foyers. Ils ont appris les dispositions à prendre en cas de fuite de gaz et les consignes de sécurité d’urgence en cas d’alerte. Plus de 10 520 individus dont les camionneurs ont été ciblés directement. Les exemplaires du prospectus contenant de simples directives ont été distribués.

L’Ecole publique primaire du dépôt Analakininina aussi est dans le viseur. Il est primordial de sécuriser les écoliers et les enseignants. Après la rencontre préalable avec la directrice de l’établissement, avalisée par le patron de la circonscription scolaire d’ailleurs, suivie d’un exercice d’évacuation d’urgence en cas de besoin, les membres du personnel ont bénéficié d’une séance de renforcement de capacité.

M.R.

Midi Madagasikara0 partages

CUA : Intenses travaux d’assainissement :

La commune urbaine d’Antananarivo poursuit ses travaux d’assainissement au niveau des six arrondissements de la capitale. Ces travaux s’intensifient à l’approche de la fête nationale. Hier, le délégué au maire du IVe Arrondissement Solofo Ramahandrimanana a dirigé des travaux de ramassage d’ordures dans sa circonscription. Les travaux ont été effectués au niveau des « fokontany ». Quant à la SAMVA, elle connaît ces derniers jours des problèmes d’accès dans certains quartiers de la capitale. C’est le cas du  « fokontany » de la Haute Ville où l’on a constaté ces derniers temps des montagnes d’ordures. A cause des éboulements des rochers qui y ont fait des dégâts humains et matériels, ce n’est qu’avant-hier que les agents de la SAMVA ont pu y accéder. L’assainissement se poursuit pour les autres quartiers de la Capitale.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : Pré-campagne dans l’anarchie totale

La CENI sanctionne ses agents qui font fi du principe de neutralité dans l’exercice de leurs fonctions.

Certains candidats usent des moyens de puissance publique pour influencer les électeurs à voter pour eux

La campagne électorale proprement dite, dans le cadre de l’élection législative du 27 mai,  débutera dans trois semaines, plus précisément le 6 mai à 6 h du matin. Normalement, la période précédant cette campagne électorale peut être destinée à la pré-campagne pour les candidats. Ce qui n’est pas, malheureusement, le cas depuis plusieurs semaines. Des candidats se livrent à une campagne avant l’heure sans être inquiétés par les organes étatiques compétents impliqués dans le processus. Certains candidats distribuent des dons aux électeurs, d’autres usent des moyens de puissance publique à travers des inaugurations et des descentes de membres de l’Exécutif pour influencer les électeurs à voter pour eux. Or, pendant la pré-campagne, les actions des candidats doivent se limiter à la déclaration de leur candidature, à la sensibilisation sur leur programme et à la mise en place de leurs comités de soutien. Du côté de la Commission Electorale Nationale Indépendante, des mesures ont été prises pour sanctionner les infractions commises dans les limites de son champ de compétence. En effet, dans le district de Belo sur Tsiribihiny, la CENI a immédiatement remplacé son représentant qui menait une campagne électorale avant l’heure avec un candidat.

Silence de la loi. Dans d’autres districts, des responsables se permettent de remplacer des chefs de « fokontany » et d’affecter des chefs d’arrondissement, sans raison administrative ou professionnelle valable. Ces actes compromettent la neutralité de l’administration et l’impartialité des services publics dans le processus électoral. Visiblement, le silence de la loi sur la pré-campagne favorise l’anarchie actuelle. Au lendemain de l’élection présidentielle de 2018, la CENI a déjà émis des propositions sur la nécessité de règlementer la pré-campagne, mais ces propositions n’ont pas été prises en compte. Des propositions ont été également élaborées sur la nécessité de plafonnement de fonds de campagne, mais elles ont connu le même sort. Actuellement, des candidats aux Législatives du 27 mai font ce qu’ils veulent sans être disqualifiés de la course. Des soi-disant « candidats d’Etat » dictent leur loi aux représentants de l’Etat au niveau des circonscriptions administratives. Pour bon nombre d’observateurs, cette situation ne permettra pas d’organiser une élection crédible, transparente et acceptée par tous. A l’allure où vont les choses, la HCC, la seule juridiction compétente pour juger les contentieux liés aux prochaines Législatives, sera débordée de  requêtes.

Eugène
Midi Madagasikara0 partages

Rougeole : 124 514 cas et 884 décès

Mercredi dernier, le Ministère de la Santé publique, a communiqué sur la situation épidémiologique de la rougeole à Madagascar. Selon laquelle, 124 514 cas de rougeole auraient été officiellement notifiés durant la période allant du 3 septembre 2018 jusqu’au 7 avril 2019. En ce qui concerne les pertes en vie humaine, 693 décès ont été officiellement et scientifiquement déclarés comme dus à la rougeole. 191 autres décès communautaires ont été notifiés comme liés à la rougeole. Ce qui donne un total de 884 décès. En revanche, il reste, toujours selon ce même bulletin, 376 décès « non qualifiés » par les agents communautaires.

Tendance à la baisse. 884 décès peu ou prou confirmés en 7 mois, c’est effectivement inquiétant et dû notamment à l’insuffisance d’intrants médicaux et la réticence antérieure des parents à faire vacciner leurs enfants. Toutefois le MINSAN rassure que depuis la septième semaine de 2019, la flambée épidémique observe une nette tendance à la baisse. L’explication plausible reste l’amélioration de la régularité des campagnes de vaccination. A ce propos, le ministère et ses partenaires techniques et financiers en sont justement au « monitorage » indépendant de la troisième phase de riposte vaccinale tout en supervisant en parallèle la prise en charge des cas déclarés. Des analyses approfondies seront menées sur Antsirabe I et à Nosy-Be (Région DIANA) en raison de la forte concentration de cas qui y a été notifiée ces quatre dernières semaines. Par ailleurs, rappelons toujours que la rougeole bien que très contagieuse, peut absolument être évitée par une vaccination régulière des bébés dès leur sixième mois jusqu’à leur premier anniversaire et ensuite elle est même souhaitée jusqu’à 3/5 ans. Par ailleurs, la consommation de Vitamine A réduit de 40% le taux de létalité de la rougeole.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Revendications estudiantines : Le gouvernement répond d’abord aux internes

Le ministère de la Santé publique et les étudiants internes en médecine ont trouvé un compromis. Les étudiants maintiennent toutefois leur menace de grève.

Les interpellations des étudiants de 7e et 8e année en médecine d’Antananarivo et de Toliary ont été entendues par les responsables étatiques. Joint au téléphone, un étudiant qui a préféré taire son nom de faire savoir que des dialogues ont eu lieu entre les deux parties. « Nous avons été appelés par le ministère de la Santé publique hier (mercredi 17 avril 2019) vers 20 h du soir pour trouver un terrain d’entente. Le directeur du cabinet dudit ministère nous a ensuite reçus ce matin (hier). Une opportunité pour nous de réaffirmer nos revendications estudiantines. Entre autres, le paiement dans les plus brefs délais de nos présalaires. Nous lui avons également fait savoir que nous exigeons un paiement régulier de nos présalaires » a expliqué notre source. Avant de renchérir  » le directeur du cabinet du ministère de tutelle nous a fait savoir qu’il n’y avait pas de problème à payer les présalaires des étudiants« . A la suite des négociations entre les deux parties, il a été conclu que le paiement se fera en deux tranches de deux mois. « Le premier paiement devrait se faire ce jour. En principe, nous  percevrions deux mois de présalaire. Le paiement des deux derniers mois se fera dans la semaine qui suit les fêtes de Pâques » a lancé avec enthousiasme notre source, avant de reconnaître « une résolution rapide des problèmes » de la part du ministère de la Santé publique.

Ras- le- bol. La situation est tout  autre du côté d’Ankatso. Les étudiants maintiennent leur revendication et continuent de manifester leur « souhait de reprendre les cours« . Joint au téléphone sur la question, Rina Rakotonirina, étudiant auprès de l’Université d’Antananarivo fait savoir « nous exigeons du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et du gouvernement entier des résolutions rapides et durables des problématiques de l’Université d’Antananarivo« . Rina Rakotonirina également de déplorer la « récurrence des problématiques« . « Les mêmes revendications reviennent chaque année. Les étudiants sont des victimes du système et le gouvernement – qui annonce chaque année des résolutions pérennes – se fait attendre. Nous attendons avec impatience les fameuses mesures devant être bénéfiques à toutes les parties prenantes » s’es indigné notre interlocuteur. Avant de pointer du doigt « l’entêtement du ministère de tutelle« . « Il n’y a pas encore eu de dialogue entre nous et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique » s’est-il exprimé. La vitesse avec laquelle le ministère de la Santé publique a donné suite aux étudiants de la faculté de médecine peut s’interpréter comme suit : le gouvernement peut trouver des solutions aux problèmes… s’il le veut.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Razafimamonjy Laza Rabary : Nommé SG du ministère du Travail

Encore une vague de nominations, lors du conseil des ministres des 17 avril dernier. Ils étaient 45 à être nommés aux hauts emplois de l’Etat. Il s’agit, entre autres, au titre du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales, Razafimamonjy Laza Rabary nommé  secrétaire  général. Pour le compte du ministère de l’Economie et des Finances, Lainkana Zafivanona Ernest comme  directeur  général des  Douanes (lire article par ailleurs). Ramarolahihaingonirainy Anthony assure le titre de  directeur  général de l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG). Toujours est-il qu’il en est le quatrième nommé à ce poste en l’espace d’un an. Pour le ministère de la Santé, Ranaivoson Andriamasomanana Harifetra a été nommé directeur général des Ressources et Randriamahavorisoa Gilberte comme directeur des hôpitaux des régions et des districts. Quant au ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, 9 nouveaux directeurs régionaux ont été nommés.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

« Rallye Passion » Antsirabe : Hery Be survole les débats

Hery Be a frappé vite et fort au « Rallye Passion » à Antsirabe en ravissant les deux premières étapes sur sa Mitsubishi Evo X.

Et avec de la marge car il a signé un temps de 2mn 47sec 9 à la première spéciale devant le jeune Fred sur une Subaru mais avec un temps de 2mn 50sec 5.

Les deux pilotes qui se livraient une belle bagarre terminaient la seconde épreuve spéciale sur le même classement, puisque Hery Be signa un temps scratch de 2mn 45 sec  2 contre2mn 47 sec pour Fred.

Dans les deux cas Tahina et Tahiry également sur une Subaru occupaient la troisième place.

Voici donc le classement général à l’issue de ces deux étapes à Antsirabe :

1er) Hery Be et Lalah sur une Mitsubishi Evo X…5mn 33sec 1

2) Fred et Andry sur une Subaru…5 mn 38sec 2

3)Tahina et Tahiry sur une Subaru…5 mn 41sec 1

4) Boana et Anjara sur une Subaru…5mn 45 sec 3

5) Rivo- Ando sur une Subaru…5mn 46 sec 3

6) Yves et Aina sur une Mitsubishi…5mn 47sec 1

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Famakiana ny banky « BGFI » Toamasina : Tratran’ny zandary teo am-piketrehana hamaky banky hafa ireo ek...

Taorian’ny fahatrarana ireo olona efa-dahy namaky ny banky BGFI boulevard Joffre Toamasina tao Antananarivo, dia tratran’ny zandary teto Toamasina koa ireo ekipa teto Toamasina miisa dimy. Ny ampahany sarona tao Ankirihiry, ny ampahany hafa kosa tratra tao Tanambao V omaly antoandro. Tokantrano iray tao Ankirihiry kosa no nahasaronana ny ambin’ny vola, vola 100 ariary sy 200 ariary avokoa izy ireo, izay mbola tao anatin’ny fonosana nisy azy tamin’ny fotoana nangalarana azy. Ingahy isany Gilda 40 taona, Christophe 25 taona, Harison 46 taona, izay samy mpandray anjara tamin’ny famakiana ny banky tamin’ny fampiasana fanalahidy nadika, sy Ingahy Maharavo 38 taona manam-pahaizana manokana momba ny “alarme” sy tambajotra ara-solosaina, ary Ingahy Daniel, 27 taona, izay mpimasin’izy ireo avy any Mahanoro, no saron’ny zandary tamin’izao fisamborana izao omaly antoandro teto Toamasina, izay tsy maintsy nanapoahana basy mihitsy noho ny zava-nisy nandritra ny fisamborana azy ireo. Raha ny fanazavan’ny kaomandin’ny vondrom-pileovan’ny zandary Atsinanana, ny Kly Ranaivoarison Théodule, dia teo am-panomanana ny asa ratsiny, amin’izao faran’ny herinandron’ny paska izao, izy ireo, araka ny vaovao voarain’ny zandary. Teo ny fikasana hanafika tokantrano iray tao Tahiti-kely izay malaza amin’ny famarotana zava-mahadomelina mahery vaika, omaly tolakandro. Teo ihany koa ny fanomanan’izy ireo famakiana banky hafa indray eto Toamasina ny faran’ny herinandron’ny paska. Ny angom-baovao ihany no nahalalana fa tratran’ny sikidy nila voatsiary izy ireo tamin’izao fahatrarana azy ireo izao, satria raha ny tanjon’ireto andian-jiolahy ireto dia ny alarobia teo no saika nanaovana ny hetsika rehetra, saingy noho ilay mpisikidin’izy ireo nilaza fa omaly alakamisy sy ny faran’ny herinandro ny paska no voalazan’ny “masina”, dia nahemotra, ka izao tratra ambodiomby izao avokoa izy ireo. Ny zandary Antananarivo no mihazona ny raharaha noho ilay raharaha banky BGFI teto Toamasina, ka eo an-dalana haka azy ireo eto Toamasina ireo mpanao fanadihadiana ny zandary avy ao amin’ny toby Ratsimandrava ankehitriny, hamantarana ny marina momba ity famakiana banky ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : « Tsaradia » et « Terres en Mêlées » main dans la main

Un partenariat qui se traduit par l’octroi de billets d’avions à l’association pour ses déplacements intérieurs surtout au tournoi de rugby scolaire organisé annuellement chaque mois de septembre.

Le ciel est bleu entre « Tsaradia » et TEM.

Un nouveau partenaire. Les jeunes joueurs et joueuses, les techniciens et l’équipe de « Terres  en Mêlées » pourront s’envoler. En effet, le lancement officiel du partenariat entre la compagnie aérienne « Tsaradia » et l’Association « Terres  en Mêlées » s’est déroulé, hier, à Ankorondrano à travers la signature de la convention de partenariat entre Jean-François Devaux et Pierre Gony, respectivement, Directeur Général de « Tsaradia » et Fondateur/Directeur Général de l’Association « Terres en Mêlées ». Un partenariat qui se traduit par l’octroi de billets d’avions à l’association pour ses déplacements intérieurs surtout au tournoi de rugby scolaire organisé annuellement chaque mois de septembre. A travers ce sport d’équipe par excellence, « Tsaradia » accompagne « Terres en Mêlées Madagascar » dans l’éducation mais aussi l’insertion sociale des jeunes en situation de vulnérabilité, en particulier les jeunes filles. Aujourd’hui, plus de 5510 jeunes dont 2115 filles bénéficient d’une prise en charge au sein des programmes de « Terres en Mêlées » dans six pays différents. Récemment, trois joueuses ont fait le déplacement en France pour une tournée dans les académies françaises et ont donné le coup d’envoi de la rencontre du tournoi des VI Nations entre la France et le Pays de Galles.

Créée en juillet 2018, « Tsaradia » est la filiale de la compagnie Air Madagascar qui opère sur le réseau domestique et a pour objectif de démocratiser le voyage. En sponsorisant « Terres en Mêlées Madagascar », la compagnie souhaite véhiculer les valeurs de partage, d’engagement et de solidarité à la jeunesse malgache. Depuis sa création en 2011 à Toulouse, « Terres en Mêlées » transforme le rugby comme un outil d’éducation au développement et d’insertion sociale des jeunes en situation de vulnérabilité. Les activités de l’association portent sur le développement de la pratique mixte et inclusive, la promotion de l’égalité des genres, l’éducation éco-citoyenne et l’accompagnement vers l’emploi.

Recueilli par T.H

Midi Madagasikara0 partages

Razafimamonjy Laza Rabary : Nommé SG du ministère du Travail

Encore une vague de nominations, lors du conseil des ministres des 17 avril dernier. Ils étaient 45 à être nommés aux hauts emplois de l’Etat. Il s’agit, entre autres, au titre du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales, Razafimamonjy Laza Rabary nommé  secrétaire  général. Pour le compte du ministère de l’Economie et des Finances, Lainkana Zafivanona Ernest comme  directeur  général des  Douanes (lire article par ailleurs). Ramarolahihaingonirainy Anthony assure le titre de  directeur  général de l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG). Toujours est-il qu’il en est le quatrième nommé à ce poste en l’espace d’un an. Pour le ministère de la Santé, Ranaivoson Andriamasomanana Harifetra a été nommé directeur général des Ressources et Randriamahavorisoa Gilberte comme directeur des hôpitaux des régions et des districts. Quant au ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, 9 nouveaux directeurs régionaux ont été nommés.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Jean-Max Rakotomamonjy : Pas de fonds spéciaux pour les affaires courantes

Dans son Avis du 2 février 2019 sur la fin du mandat du Bureau permanent de l’Assemblée nationale, la HCC a prononcé le maintien du Président de l’Assemblée nationale, du premier Questeur et du deuxième Questeur en tant qu’autorités administratives et financières pour l’expédition des affaires courantes.

Crédits bloqués. Jean-Max Rakotomamonjy a saisi la HCC le 10 avril dernier pour demander son Avis sur son propre Avis du 2 février 2019 en soulignant que « Tenant à la passation des affaires courantes : tous les crédits de fonctionnement sont aujourd’hui bloqués, excepté les salaires. A cet effet, nous estimons que pour un fonctionnement régulier de l’Institution, que les lignes des crédits concernant les fournitures de bureau consommables informatiques, carburants, crédits téléphoniques et transport puissent être débloqués ».

Fonctionnement a minima. Tout en rappelant les « attributions très limitées » du président de l’Assemblée nationale jusqu’à la mise en place de la prochaine législature, la HCC d’expliquer que « le concept d’expédition des affaires courantes doit se traduire par un fonctionnement a minima de ladite administration ; que d’autre part, cette dernière est déchargée de toute tâche relative à l’exécution de l’exercice de la fonction législative par l’Assemblée nationale. Qu’en conséquence, les crédits de fonctionnement à la disposition de l’Assemblée nationale doivent correspondre aux besoins réels et essentiels de l’administration en fonction des tâches à accomplir dans le cadre de l’expédition des affaires courantes ; qu’en tout état de cause, l’essentiel des ressources de l’Assemblée nationale devra être réservé au fonctionnement da la nouvelle législature, qui exercera la plénitude des compétences de la Chambre basse ».

Réduction drastique. La HCC d’opposer une fin de non recevoir à la demande de Jean-Max Rakotomamonjy qui sollicite « la possibilité de garder au niveau d’avant expiration du mandat parlementaire, les moyens, les traitements et autres avantages liés au statut respectif des membres du Bureau permanent maintenus pour les quelques mois restants ou d’en déterminer la proportionnalité équitable ». De l’avis du juge constitutionnel, « l’expédition des affaires courantes se traduit par une réduction drastique des attributions des membres du Bureau permanent maintenus ; qu’en conséquence, et en toute équité, les rémunérations et avantages ne peuvent qu’être alignés sur les attributions restantes réellement exercées ; que l’utilisation des fonds spéciaux devra attendre la mise en place du Bureau permanent de la nouvelle Assemblée nationale.

Membres du cabinet. Ambohidahy d’ajouter que « l’expédition des affaires courantes étant limitée aux attributions ministratives et financières, elle doit être assurée avec le Secrétariat général de l’Assemblée ; qu’en conséquence, le maintien en activité de directeurs de cabinet et autres membres du cabinet n’est plus justifié ». Bref, la HCC n’est pas du même avis que le président de l’Assemblée nationale dont les attributions sont réduites par rapport à l’avant-5 février 2019, date d’expiration du mandat des députés sortants.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Relation Madagascar et Afrique du Sud : Restitution des instruments de la Radio Freedom au CCI Ivato

L’apartheid ou le régime ségrégationniste a été, sans doute, l’époque la plus sombre de l’histoire de l’Afrique du Sud. En effet, nous ne sommes pas sans savoir que depuis 1948 jusque dans les années 90, les populations noires ont été persécutées et bannies par le régime « blanc » pour qu’elles ne puissent ni  participer au développeme  ni en  bénéficier  les résultats. Mais des mouvements populaires ont été menés afin de condamner ce système et Nelson Mandela était parmi les  icônes de cette lutte contre l’apartheid. Parallèlement, la Radio Freedom – l’unique instrument ayant permis d’exhiber les actes odieux du régime apartheid – a été agencée. Mais compte tenu du fait que ceux qui osaient contredire le régime faisaient l’objet d’une réelle chasse à l’homme, la Radio Freedom devait émettre depuis Madagascar jusqu’à la fin du régime apartheid.

Intérêt du pays. Mercredi dernier, de ce fait, a eu lieu la restauration des matériels utilisés par la Radio Freedom, à cette époque, à l’Afrique du Sud. La cérémonie a eu lieu au Centre de Conférence Internationale (CCI) d’Ivato, avec la présence, en l’occurrence, de la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy et de l’ambassadeur de l’Afrique du Sud à Madagascar, SEM Maud Dlomo,  qui  n’a pas manqué d’adresser des messages aux professionnels des médias. « C’est une journée historique pour les peuples Malgache  et Sud-africain. Madagascar a contribué grandement à la libération de l’Afrique du Sud de l’apartheid et nous sommes véritablement reconnaissants envers vous. Par rapport aux médias, j’aimerais vous encourager dans votre mission. Continuez à travailler pour l’intérêt du pays et ne cessez pas de faire le bien », souligne-t-elle.

Libérer de la pauvreté. De son côté, la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy n’a pas manqué de préciser que la lutte pour la liberté se poursuit. « Comme l’avait indiqué Nelson Mandela, «Tant que la pauvreté persiste, il n’y aura pas de vraie liberté ». Pour l’Etat malgache , la lutte pour la liberté consistera à libérer les milliers de personnes qui sont encore sous l’emprise de la pauvreté », indique-t-elle. Par ailleurs, la ministre de la Culture estime qu’il serait loisible de discerner les terreaux pour le développement économique et social, dont la culture. Aussi, a-t-elle informé que « les relations diplomatiques entre Madagascar et l’Afrique du Sud seront renforcées ».

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

CENI : 20 membres suspendus

Selon le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo, 20 membres de cette commission électorale ont été suspendus. La raison en est qu’ils n’ont pas respecté la neutralité de la CENI. Des dispositions qui ont été prises avec notamment la prochaine tenue des législatives. En effet, des démembrements de la CENI ont des comportements ou des agissements qui ne sont pas conformes à leur rôle. A l’origine, les pressions dont ils subissent. Toujours est-il que les élections législatives constituent une étape importante dans la mise en place des Institutions de la République. Ces consultations électorales qui interviendront le 27 mai 2019, permettront l’élection des députés composant la nouvelle  Assemblée nationale.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

DG Bianco : Début du processus de recrutement par le CSI

« Depuis samedi dernier, nous avons lancé le processus de recrutement du nouveau Directeur Général du Bianco » a déclaré Sahondra Rabenarivo, nouvelle Présidente du Comité pour la Sauvegarde de l’Intégrité (CSI). C’était sa première rencontre avec la presse et par extension avec le public après son nomination à la tête de cette institution dont la principale mission est de conseiller le Président de la République en matière de bonne gouvernance. Un appel à candidature lancé à tous les nouveaux et la mise en place d’un comité ad hoc mis en place par le CSI se chargera de sélectionner les candidats dont trois d’entre eux seront présentés au Président de la République. Il appartient, suivant le texte, à ce dernier de désigner un nouveau DG du Bianco. Sahondra Rabenarivo n’a pas manqué de souligner que la candidature des politiciens ne sont pas encouragés afin d’éviter les éventuelles dérives et impartialités. L’appel à candidature continue par voie de presse et la date limite du dépôt de dossier sera le 13 mai prochain.

T.M

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : réactions : très vives de la CENI

La réaction de la CENI face aux multiples écarts constatés durant cette précampagne électorale est tout à fait légitime.Elle ne peut plus se taire devant la manière avec laquelle les candidats bafouent les règles. La commission par la bouche de son vice président a adressé une mise en garde extrêmement solennelle, allant jusqu’à la suspension pure et simple de l’élection. Ces propos devaient être tenus, mais on ne sait pas quel sera leur effet dans la sphère politique.

Législatives : réactions : très vives de la CENI

Des règles ont été établies pour ces élections législatives et la CENI les a rappelées maintes et maintes fois. La HCC a  elle aussi émis son avis sur le sujet. La précampagne électorale doit se faire dans des limites bien établies. Mais on ne se défait pas facilement des mauvaises habitudes le laxisme et la corruption sont toujours présents. La CENI a commencé à sévir en suspendant certains de ses membres en province accusés de collusions avec certains candidats. Elle a dénoncé l’utilisation abusive d’argent et la précampagne éhontée de ces derniers. Mais les mises en garde semblent ne pas être suivies d’effet. La commission est aujourd’hui arrivée à un stade où elle ne peut se contenter de simples paroles. Son vice- président a ,lors d’une conférence de presse, tapé du point sur la table. Il a parlé de suspension pure et simple de la tenue des élections législatives si rien ne changeait. Le ton utilisé était à la limite de l’exaspération. La balle est donc maintenant dans le camp du pouvoir qui doit prendre ses responsabilités et mettre de l’ordre dans cette cacophonie en train de s’installer. Le constat de tous les observateurs est le même : la population est en train de se désintéresser totalement du monde politique et elle est sans illusion sur la valeur de la majorité des candidats qui vont se présenter à l’élection. Il est temps pour les autorités de réagir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimandroso : Kamiao nandratra mpitondra bisikleta, saika nodoran’ny olona

Midi Madagasikara0 partages

Pillage de Base Toliara : Le ministre des Mines lance un appel au calme

Trois maisons installées dans le camp d’exploration de Base Toliara sis à Ranobe, dans la commune d’Ankilimalinike, district de Toliara II, ont été incendiées et pillées par une trentaine d’individus mercredi dernier. Des éléments de la Force de l’Ordre ont dû intervenir. En effet, ces pilleurs s’opposent au projet d’exploitation d’ilménite fortement attendu par les communautés locales représentant les notables et surtout les jeunes qui sont majoritairement chômeurs et délinquants dans la région Atsimo Andrefana. Ils sont maintenant contre la vente de ce minerai aux étrangers en donnant un ultimatum de 72heures à l’Etat, si auparavant, ils ont dénoncé que ce projet représente un danger public alors qu’il ne démarre même pas encore.

Dialogue. Face à cette situation, le ministre des Mines a évoqué que des étapes ont été franchies afin de trouver une solution. « Et j’ai émis une note qu’il faut respecter les règles de l’OMC (Organe Mixte de Conception) pour maintenir la paix sociale. Cela n’a pas été pourtant suivi. Et voilà, il y a eu un affrontement entre les manifestants, les employés de la compagnie et les éléments de la Force de l’Ordre. Je lance ainsi un appel au calme tout en sollicitant le dialogue entre les deux parties et le respect de la loi par tout un chacun », a déclaré Fidiniavo Ravokatra, le ministre des Mines et des Ressources stratégiques.

Résultats considérables. De son côté, Base Toliara a fait savoir que ces pilleurs ne représentant pas du tout la population locale. Cette dernière veut au contraire le démarrage rapide du projet. En outre, elle a annoncé que cet incident mineur avec un taux de dégât à peu près 10%, n’affectera pas le calendrier du projet. La compagnie réclame toutefois la prise de responsabilité de l’Etat face à ces actes de pillage. « Le développement du projet Toliara progresse comme prévu. Les engagements continus et les programmes ciblés avec les communautés locales, ont jusqu’à présent donné des résultats considérables en rassemblant toutes les parties prenantes autour du développement de ce projet transformateur, tels que les maires des communes concernées par le projet, les chefs traditionnels, les organisations de la société civile et la jeunesse de Toliara », a-t-elle communiqué.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

BNI Madagascar : « Mitombo », une nouvelle offre épargne pour les particuliers et les PME.

Présentation, hier de la nouvelle offre épargne

Banque universelle, la BNI Madagascar multiplie les offres bancaires afin de répondre aux besoins d’une large gamme de clientèle.

La BNI Madagascar continue d’innover. Après le lancement du fameux teasing « Gagner plus sans efforts » , qui enregistre un énorme succès ,la banque met en place son nouveau produit, en l’occurrence le Plan d’Epargne à Intérêts Progressifs dénommé « Mitombo ».

Plusieurs critères

Comme son nom l’indique, l’offre « Mitombo » permet de se constituer une épargne et de la faire fructifier progressivement grâce à des taux d’intérêts rémunérateurs évoluant selon plusieurs critères. Toujours dans le but d’apporter des produits et services accessibles et adaptés aux besoins de ses clients, la banque leur propose ainsi cette offre innovante d’épargne qui leur permet de placer leurs économies en toute sécurité et d’en tirer une plus-value importante, à travers une rémunération avantageuse qui progresse selon l’importance du placement et sa durée.

Inédite

« Il s’agit d’une offre inédite de placement sous forme de plan d’épargne d’une durée de 3 ans avec des taux d’intérêts annuels progressifs pouvant atteindre jusqu’à 10 %. Avec un premier dépôt minimal de 300 000 MGA, le client est libre d’alimenter son Plan d’Epargne régulièrement par des virements permanents et à tout moment par des virements occasionnels. Plus l’épargne est importante et plus elle s’inscrit dans la durée, plus son rendement sera supérieur. « Mitombo bénéficie donc d’un double critère de rémunération, » explique Lanja Randriatsimialona, Directrice Marketing et Communication de la Banque. Les clients pourront donc constituer leur épargne à leur rythme et compter sur un placement sûr avec Mitombo, figurant parmi les plus rentables du marché. Cette offre destinée aux particuliers, PME et petites associations est disponible dans toutes les agences de la BNI.

R.Edmond..