Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Vendredi 19 Mars 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara16 partages

Gouvernement : Un remaniement se profile

Face à la crise sociale qui prévaut, le gouvernement de Christian Ntsay est fortement sollicité. La majorité à l’Assemblée nationale se demande si un remaniement serait réellement la bonne solution ?

 

L’état-major politique s’est donné à cœur joie pour aborder le sujet d’un remaniement qui retentit de plus en plus ces derniers jours. Même la majorité en parle, et laisse entendre que ce projet se profile à l’horizon. Christine Razanamahasoa, présidente de l’Assemblée nationale, ne le nie pas et aborde la question avec un ton nuancé. « Un éventuel remaniement relève de la seule compétence et appréciation du président de la République » , a annoncé cette tête de file de la majorité à l’Assemblée nationale, mercredi dernier, lors de l’ouverture de la session extraordinaire du parlement.

Solution. Elle, qui réclame alors que ses collègues députés soient « considérés » si l’opportunité d’un remaniement se présente, se demande pourtant si un changement dans la formation du Premier ministre Christian Ntsay serait réellement la solution à la crise. En tout cas, la présidente de l’Assemblée nationale défend l’Exécutif et soutient que « le gouvernement est à pied d’œuvre ». Contrairement aux propos de certaines formations politiques qui voient des failles dans le bilan du gouvernement en place et estiment que « le changement du gouvernement est un moyen » pour désamorcer la crise.

Intérêt. Les prétendants se bousculent alors au portillon et la crise est une aubaine pour eux de manifester leur intérêt pour une « ouverture » au sein du gouvernement. Des partis, en effet, annoncent à demi-mot leur souhait d’y entrer pour « résoudre la crise sociale actuelle qui prévaut ». Comme l’UNDD de Régis Manoro ou le parti MFM d’Olivier Rakotovazaha. Ces partis historiques, qui avaient disparu des radars médiatiques depuis plus d’une décennie en perdant leur envergure, sortent de leur mutisme et annoncent leur disponibilité « pour le dialogue », a affirmé l’UNDD, et pour « mettre en place un gouvernement qui dispose d’un plein pouvoir », a avancé le MFM.

Limite. Et si le gouvernement subissait alors un changement dans sa mouture, « ce changement ne veut pas forcément dire cohabitation avec l’opposition », a analysé le père Prospère Ratovomanana. Ce dernier estime que « le gouvernement actuel a montré ses limites pour gérer la conjoncture » et « le changement ne pourra être qu’un salut pour le régime », martèle-t-il. « Il est urgent de répondre aux problèmes sociaux actuels au lieu d’errer dans les projets qui n’auront pas d’impacts directs sur le quotidien de la population », a-t-il avancé.

Pression. Dans un contexte où le bruit d’un remaniement est devenu alors insistant, l’opposition, elle, rejette toute idée de cohabitation avec le régime. « Nous ne songerons pas non plus à cohabiter avec le régime », a soutenu Marc Ravalomanana, leader de l’opposition, lors de son intervention durant l’émission « miara-manonja ». Son mouvement ne compte donc pas intégrer le gouvernement si un remaniement a lieu et qu’il est sollicité. Les multiples sorties médiatiques de l’opposition ainsi que les manifestations de ces dernières semaines ont été prises par les observateurs comme une manière de faire pression au régime afin d’ouvrir une porte dans le gouvernement. Ce qui n’est pourtant pas encore le cas jusqu’à présent.

Rija R.

Midi Madagasikara7 partages

Vaccins contre la COVID-19 : Andry Rajoelina saisit l’Académie de médecine

Tous les indicateurs confirmant la présence de la deuxième vague de la COVID-19 à Madagascar sont réunis avec notamment la recrudescence des cas de contaminations. Face aux risques élevés qui planent sur plusieurs villes, le Conseil des ministres de cette semaine a décidé de restaurer les différentes mesures sanitaires qui ont été appliquées au début de la pandémie, en l’occurrence la reprise de fonctions du Bataillon d’intervention spéciale (BIS), l’interdiction des rassemblements de plus de 200 personnes, la tenue à huis clos de toutes les rencontres sportives à l’exception de celles qui bénéficient d’une autorisation spéciale, ainsi que la limitation du nombre de familles autorisées à assister aux enterrements des personnes décédées de la COVID-19. Demain, le président Andry Rajoelina va s’adresser au peuple malagasy lors d’une émission spéciale qui sera diffusée à 20 heures sur RNM et TVM. Ce sera une occasion pour lui d’annoncer les nouvelles mesures pour combattre la pandémie. Mais avant l’annonce au grand public, le numéro Un d’Iavoloha décide de demander conseils auprès des experts. Hier, il a adressé une lettre de saisine auprès des membres de l’Académie Nationale de Médecine afin de demander l’avis de ces derniers. « Je sollicite l’expertise et les conseils éclairés de l’Académie Nationale de Médecine pour définir ensemble la riposte adéquate pour faire face à cette récente remontée des cas du Coronavirus à Madagascar », avance-t-il, tout en laissant entendre en ce qui concerne les mesures préventives que « les actions de sensibilisation de la population seront redoublées, et le contrôle du respect des mesures sanitaires vont se durcir ».

Avis favorable. Mais le Chef de l’Etat a surtout fait cette lettre de saisine pour demander l’avis de l’Académie Nationale de Médecine concernant les vaccins contre la COVID-19. « Cette question retient l’attention de l’État malagasy qui, par un souci de précaution, a privilégié la posture de l’observation depuis plusieurs mois maintenant. Nous suivons de près l’évolution des campagnes de vaccination, actuellement menées dans de nombreux pays à travers le monde », soutient-il. Faisant référence aux effets indésirables de certains vaccins, Andry Rajoelina explique que le devoir de réserves adopté actuellement par Madagascar consiste à la protection sanitaire de la population malagasy. Il affirme toutefois que « malgré tout, nous n’écartons pas cette option préventive qui sera certainement, à termes, indispensable et incontournable ». Une manière à lui d’annoncer la position du Gouvernement malgache qui n’exclut donc pas de commander des doses de vaccins en cas d’avis favorable de l’Académie de Médecine qui va certainement donner suite à cette saisine du président de la République dans les prochaines heures. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Maurice : Camille Vital invite les ressortissants malgaches à se faire vacciner

L’ambassadeur malgache à Maurice, Camille Vital invite les Malgaches établis à Maurice à se faire vacciner afin de lutter contre la Covid-19. Il l’a annoncé dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, hier. « En soutien aux efforts du gouvernement mauricien pour vacciner 60% de la population contre la Covid-19 et atteindre l’immunité collective, l’ambassade de Madagascar invite ses ressortissants à se faire vacciner », a annoncé la missive signée par l’ambassadeur malgache. Depuis le 10 mars dernier, l’île Maurice a décidé de se reconfiner face à la seconde vague de la pandémie qui frappe l’archipel. « Ce confinement est devenu nécessaire après l’apparition de quatre nouveaux cas positifs de Covid-19, ce qui porte à 14 le nombre de cas positifs locaux enregistrés depuis le 5 mars. Nous n’avions pas d’autre choix que le confinement total afin d’empêcher la propagation du virus et protéger la population », a annoncé le Premier ministre mauricien Pravind Kumar Jugnauth. Toutefois, l’ambassade malgache, rue Guiot Pasceau Floreal, rappelle que « la vaccination à Maurice n’est pas obligatoire et qu’à ce titre, chacun est libre de se faire vacciner ou pas ». Dans le pays, l’utilisation du vaccin n’a pas encore fait l’objet d’une décision ferme du gouvernement.

Rija R.

Midi Madagasikara2 partages

Tana : Voafitany ny fiangonana, ny hotely, ny mpivaron-tena

Nivoaka tamin’ny fahanginany koa ny fiangonana zandriny iray raha nahita ny fiparitahan’ny vaovao tamin’ny gazety sy ny tambajotra sosialy. Izany dia mahakasika ny fisolokian’ny lehilahy iray. « Izy dia nijoro vavolombelona tao am-piangonana teo anoloan’ny mpino rehetra fa nahazo fahasoavana. Ary nilaza fa hanome fanomezana lehibe ho an’ny fiangonana. Isan’izany ny fiara, ny moto, ny vola sy ny maro hafa. Faly ny mpino ary nitehaka hoazy » raha araka ny tompon’andraikitra iray izay niseho tamin’ny fahitalavitra tsy miankina mba hijoro vavolombelona. Dia nisy hatramin’ny olona izay nampiantrano azy sy niantoka ny fiarovana ilay rangahy. Nilaza mantsy izy fa miliardera ary misy vola kirakiraina ary mila harovana ny ainy. Vao avy nivarotra merkiora izy raha ny lainga marivo tototra izay nolazainy mba entina hamitahana ny rehetra. Marobe ny taratasy teny aminy, isan’izany ny taratasy hividianana fiara vaovao, taratasin’ny kodiaran-droa, karazana sekin’ny banky ary ny maro hafa koa. Nijanona andro vitsivitsy tao amin’ny tranon’olona izy no sady natao toa ny vahiny manan-kaja satria hanao asa soa ho an’ny fiangonana. Tonga amin’izay ny andro malaza hangalàna ny fiara, ny moto sy ny hafa. Niandry tao anaty taxi izy ary najanony tao ny olona fa izy kosa handamina ny ara-taratasy. Kinanjo tany dia tsy hita. Lasany hatramin’ny volan’olona sy ny finday samihafa. Nanomboka tonga saina amin’izay teo fa nisy famitahana. Nanamarina ny ahiahy ny fivoahan’ny vaovao tamin’ny haino aman-jery sy ny tambajotra sosialy samihafa. Teo dia tonga saina koa ny fiangonana fa voafitaka. Nanao fanentanana ny tompon’andraikitra ary namoaka sary mba hitandrina izay mety ho lalovany. Etsy andanin’izay dia nitory koa ny hotely izay nialan’io lehilahy io vola. Raha tsiahivina dia nipetraka tamin’ny efitrano fandriam-bahiny izy ary naka hanim-pitoloha sy vehivavy. Nitsoaka izy nony avy eo ary taraiky teo hatramin’ilay mpivarotra fahafinaretana. Hitan’ny fiangonana tamin’ny facebook izany ary teo vao tena voamarina tanteraka fa mpisoloky ny lehilahy. Tsy kely lalana ny ratsy…

D.R

 

Midi Madagasikara1 partages

Enquête démographique et de santé : La cinquième édition enfin lancée

Une photo prise lors du lancement de l’enquête.

La situation épidémiologique dans laquelle le pays s’est trouvé durant l’année 2020 a contraint l’ajournement des études entrant dans le cadre de la cinquième édition de l’enquête démographique et de santé. Officiellement, 22.000 ménages répartis dans les 22 régions seront concernés par cette cinquième édition de l’enquête démographique et de santé, lancée le 3 mars dernier. Un lancement qui aurait dû se faire le 18 mars 2019 mais qui a été retardé à cause de l’épidémie de covid-19. Pour une durée approximative de quatre mois, l’enquête va être mise en œuvre par l’Institut national de la statistique (Instat). L’étude va ainsi mobiliser 28 équipes, soit 196 agents de terrain qui traiteront les thématiques telles que : la fécondité et la planification familiale, la santé maternelle et infantile, la survie de l’enfant, le paludisme, la nutrition, le VIH/SIDA, les infections sexuellement transmissibles (IST) ainsi que les maladies non transmissible. D’autres activités sont également prévues dans l’actuelle édition de l’enquête démographique et de santé. Les agents de terrain vont, en effet, « peser, mesurer et procéder aux tests d’anémies et du paludisme des enfants de moins de cinq ans et des femmes de 15 à 19 ans. Répondre aux besoins de données de bonne qualité pour le suivi des indicateurs des plans et programmes nationaux du développement durable », tel est l’objectif principal de l’enquête démographique et de santé cinquième édition qui se déroule actuellement.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Andry Rajoelina : Vers un rappel à l’ordre sanitaire demain face à la deuxième vague de Covid-19

Le président de la République lors de son intervention du 20 mars …2020

20 mars 2020 – 20 mars 2021. Un an  exactement, presque jour pour jour, après son premier message à la Nation  sur la Covid-19, le président de la République va de nouveau s’adresser aux Malgaches demain soir à 20 heures.

Expérience. Quoiqu’il n’y ait pas encore de réquisition, l’intervention présidentielle en prime time sur TVM et RNM sera probablement diffusée simultanément par les autres chaînes. C’est à la mesure même du danger planant sur le pays, qui n’est pas à l’abri d’un reconfinement partiel ou total. Tout dépend de l’ampleur de cette éventuelle deuxième vague qu’il faut endiguer tel qu’on avait réussi à le faire en 2020. Et ce, en se basant justement sur l’expérience de l’année dernière quand bien même la pandémie ne serait plus tout à fait la même avec l’apparition de nouveaux variants.

Vaccins. Comme il l’avait fait un an auparavant pour l’annonce des trois premiers cas confirmés de coronavirus, on attend du président de la République qu’il infirme ou confirme l’existence de variant(s) à Madagascar. L’opinion veut être fixée sur la gravité et la transmissibilité d’éventuel(s) variant(s) ainsi que sur l’efficacité des tests de dépistage classique. Les Malgaches attendent aussi du président qu’il s’exprime sur la position de Madagascar par rapport aux vaccins contre la Covid-19 qui ont fait l’objet de saisine de l’Académie de Médecine par Andry Rajoelina. Ils attendent aussi et surtout les mesures qui vont être prises ou réactivées par l’Etat face à la crise sanitaire qui pourrait de nouveau plonger l’économie nationale dans une forme grave et mettre la population malgache à bout de souffle.

Fermeture. Si la fermeture des frontières et la suspension des vols internationaux va être logiquement maintenue, les gens attendent de savoir si les écoles et les universités vont être fermées ; si les évènements culturels et sportifs seront provisoirement suspendus ; si les messes et cultes feront l’objet de jauge à 15 jours de Pâques ; si les transports publics notamment les taxi-be vont continuer de rouler et à quelles conditions … Bon nombre de Malgaches vont jusqu’à (se) demander si l’état d’urgence sanitaire va être de nouveau proclamé pour une première période de 15 jours tel que c’était le cas le 21 mars 2020.

Gestes barrières. Le président de la République se doit de répondre à toutes ces interrogations et appréhensions demain, au cours de son intervention qui battra certainement le record d’audimat. Qu’elle prenne la forme d’une interview ou d’un message solennel à la Nation. De toute façon, dans la première formule à priori retenue comme dans le second style de communication qui a le mérite d’être moins long et de retenir davantage l’attention des téléspectateurs et auditeurs, le locataire d’Iavoloha ne manquera pas de réitérer qu’il tient à « la santé des Malgaches », tout en les sensibilisant sur le respect des gestes et mesures barrières devant le relâchement actuel.

Solidarité.  Le chef de l’Etat appellera également à l’unité et à la solidarité des Malgaches comme ces derniers l’ont montré à l’endroit des Barea dont le prochain match contre l’Ethiopie pourrait être évoqué par l’ex-candidat numéro 13. En plus du rappel à l’ordre sanitaire à l’endroit de la population et des responsables à tous les niveaux, il n’est pas exclu qu’il saisisse l’occasion pour répondre à l’opposition. Outre le « tambavy » Covid Organics et le CVO + sous forme de gélules, il pourrait lancer des piqûres contre le virus de la déstabilisation au « Miara-manonja » qui semble être au creux de la …vague.

R. O
Midi Madagasikara1 partages

Andry Rajoelina : Vers un rappel à l’ordre sanitaire demain face à la deuxième vague de Covid-19

Le président de la République lors de son intervention du 20 mars …2020

20 mars 2020 – 20 mars 2021. Un an  exactement, presque jour pour jour, après son premier message à la Nation  sur la Covid-19, le président de la République va de nouveau s’adresser aux Malgaches demain soir à 20 heures.

Expérience. Quoiqu’il n’y ait pas encore de réquisition, l’intervention présidentielle en prime time sur TVM et RNM sera probablement diffusée simultanément par les autres chaînes. C’est à la mesure même du danger planant sur le pays, qui n’est pas à l’abri d’un reconfinement partiel ou total. Tout dépend de l’ampleur de cette éventuelle deuxième vague qu’il faut endiguer tel qu’on avait réussi à le faire en 2020. Et ce, en se basant justement sur l’expérience de l’année dernière quand bien même la pandémie ne serait plus tout à fait la même avec l’apparition de nouveaux variants.

Vaccins. Comme il l’avait fait un an auparavant pour l’annonce des trois premiers cas confirmés de coronavirus, on attend du président de la République qu’il infirme ou confirme l’existence de variant(s) à Madagascar. L’opinion veut être fixée sur la gravité et la transmissibilité d’éventuel(s) variant(s) ainsi que sur l’efficacité des tests de dépistage classique. Les Malgaches attendent aussi du président qu’il s’exprime sur la position de Madagascar par rapport aux vaccins contre la Covid-19 qui ont fait l’objet de saisine de l’Académie de Médecine par Andry Rajoelina. Ils attendent aussi et surtout les mesures qui vont être prises ou réactivées par l’Etat face à la crise sanitaire qui pourrait de nouveau plonger l’économie nationale dans une forme grave et mettre la population malgache à bout de souffle.

Fermeture. Si la fermeture des frontières et la suspension des vols internationaux va être logiquement maintenue, les gens attendent de savoir si les écoles et les universités vont être fermées ; si les évènements culturels et sportifs seront provisoirement suspendus ; si les messes et cultes feront l’objet de jauge à 15 jours de Pâques ; si les transports publics notamment les taxi-be vont continuer de rouler et à quelles conditions … Bon nombre de Malgaches vont jusqu’à (se) demander si l’état d’urgence sanitaire va être de nouveau proclamé pour une première période de 15 jours tel que c’était le cas le 21 mars 2020.

Gestes barrières. Le président de la République se doit de répondre à toutes ces interrogations et appréhensions demain, au cours de son intervention qui battra certainement le record d’audimat. Qu’elle prenne la forme d’une interview ou d’un message solennel à la Nation. De toute façon, dans la première formule à priori retenue comme dans le second style de communication qui a le mérite d’être moins long et de retenir davantage l’attention des téléspectateurs et auditeurs, le locataire d’Iavoloha ne manquera pas de réitérer qu’il tient à « la santé des Malgaches », tout en les sensibilisant sur le respect des gestes et mesures barrières devant le relâchement actuel.

Solidarité.  Le chef de l’Etat appellera également à l’unité et à la solidarité des Malgaches comme ces derniers l’ont montré à l’endroit des Barea dont le prochain match contre l’Ethiopie pourrait être évoqué par l’ex-candidat numéro 13. En plus du rappel à l’ordre sanitaire à l’endroit de la population et des responsables à tous les niveaux, il n’est pas exclu qu’il saisisse l’occasion pour répondre à l’opposition. Outre le « tambavy » Covid Organics et le CVO + sous forme de gélules, il pourrait lancer des piqûres contre le virus de la déstabilisation au « Miara-manonja » qui semble être au creux de la …vague.

R.O
La Vérité0 partages

Non-respect des gestes barrières - Des sanctions plus sévères contre les indisciplinés

Les Forces de l’ordre reviennent à la charge ! Le Secrétaire d’Etat en charge de la Gendarmerie nationale, le Général Richard Ravalomanana, a annoncé qu’à partir de ce jour, les sanctions s’appliqueront contre toutes les personnes qui ne respectent pas les gestes barrières destinées à limiter la propagation de la Covid-19 notamment le port du masque ou encore le respect de la distanciation sociale.

A cela s’ajoutent les autres dispositions sanitaires comme la désinfection des véhicules de transport en commun, entre autres. 

Ce durcissement de ton face à l’actuel laisser – aller général pourrait, bien évidemment, être au cœur du discours du Président Andry Rajoelina sur la chaîne nationale ce soir. D’ailleurs, plus d’un s’attend à ce que le Chef de l’Etat durcisse le ton dans cette lutte interminable contre le coronavirus. Pour leur part, les Forces de l’ordre n’ont pas attendu ce premier rendez – vous de l’année avec le Président pour réagir face à la remontée inquiétante de l’épidémie en ce moment. Une réaction qui survient à juste titre étant donné la menace d’une nouvelle vague de la maladie qui commence à se concrétiser. Les sanctions serviront ainsi à dissuader les récalcitrants qui s’entêtent à négliger les gestes barrières. En effet, ce laxisme est observé chez la population, aussi bien en province que dans la Capitale depuis plusieurs mois. Beaucoup de citoyens ont mis le port du masque aux oubliettes tandis que d’autres ont la mauvaise manie de n’en porter qu’en cas de force majeure : durant un trajet en taxi – be par exemple. Bref, malgré les centaines de décès enregistrés dans le pays, certains malagasy semblent ne pas encore mesurer la grandeur du danger.

Discipline à renforcer

A l’approche de la période hivernale qui débutera vers le mois de mai – soit dans un plus d’un mois – les autorités malagasy ont tout intérêt à renforcer les mesures préventives et surtout la discipline pour éviter une hécatombe. Puisque l’heure est grave, il est fort probable que les sanctions seront beaucoup plus sévères et ne se limiteront pas aux habituels travaux d’intérêt général imposés aux premières heures de contamination dans le pays l’année dernière.

 Le bilan quotidien officiel publié par le ministère de la Santé publique en dit long sur la menace qui guette la population. Durant ces deux dernières semaines, le pays recense plus d’une centaine de cas de contamination par jour. Un constat qui donne la chair de poule à voir l’insouciance de certains citoyens qui osent encore faire fi des gestes barrières.  D’après le dernier bilan en date du 18 mars, la Grande île compte 114 nouveaux cas, 101 cas de guérison et deux décès recensés dans les Régions DIANA et Atsimo Andrefana. Ces chiffres ramènent le nombre total de cas à 22 113 depuis le début de l’épidémie en mars 2020, dont 20 851 guéris, 340 décès et 922 patients en traitement dont 124 avec des formes graves. D’ici l’hiver, ces chiffres pourraient encore connaître une hausse conséquente jusqu’à atteindre un nouveau pic.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Brigade d’intervention spéciale - Reprise en cours

Une réunion s’est tenue, ce matin à Analakely, en vue de la reprise des activités de la Brigade d’intervention spéciale et de la plateforme Covdata.

Le dernier Conseil des ministres a annoncé la réactivation de ces entités pour lutter contre la circulation du coronavirus dans le pays. La réunion a été dirigée par le Chef de l’Etat-major des Armées, le Général de Division Rabenaivoarivelo Jean Claude. Les infrastructures et les équipes nécessaires sont préparées. Tous les responsables sont en route vers la Capitale, rassurent les responsables. Les militaires au niveau du BIS disposent des compétences et de l’expérience nécessaires à l’accomplissement de la mission. Composées de médecins et d’aides-soignants militaires, les équipes de la BIS ont été déployées partout dans le pays pour prêter main-forte au personnel soignant, sachant en effet que les besoins en effectif médical et paramédical sont importants. La BIS ne réalise pas des tests de dépistage mais effectue des interventions quotidiennes notamment les contrôles et le suivi des patients atteints de la maladie et restés à domicile, le transfert des malades vers les centres dédiés tels que les hôpitaux. En ce sens, elle se porte prête à intervenir en toutes circonstances et en tous lieux. Outre ces missions, les équipes de la BIS œuvrent également à faire respecter les mesures barrières édictées par les autorités.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Disparition à Sambaina Manjakandriana - Le bébé retrouvé

Alors que l’opinion commence à s’alarmer à la suite du kidnapping survenu deux jours plus tôt, puisqu’il s’en est agi d’un petit garçon de 11 mois à Sambaina Manjakandriana, récemment, on assiste à une évolution plutôt encourageante de l’affaire. Le bébé avait été finalement retrouvé, selon son père ; une information confirmée par la Gendarmerie.

Au moment où je vous parle, ses traces ont été retrouvées à Ambanitsena. D’après une information, qui reste encore confuse, des inconnus l’avaient emmené là-bas en ce moment. Des gendarmes seraient déjà sur place pour prendre l’affaire en main, et qu’il faut que nous nous déplacions pour constater de visu. Mais attendons de voir”, a déclaré, en fin d’après-midi, hier, le papa du nourrisson. Visiblement, et avec une information distillée au compte-gouttes, son ton, entrecoupé de valse-hésitation, ne cache pas une certaine volonté à ne pas encore s’exprimer davantage sur l’affaire. Mais, selon une autre information de la Gendarmerie, le bébé a été emmené chez un médecin.  

 Mais revenons sur le kidnapping proprement dit. Après quelques tentatives pour lui tirer les vers du nez, le chef de famille, dans un ton désinvolte, a finalement fait aussi l’aveu, du moins sur le motif de sa disparition. “Oui, il ne faut pas s’en cacher. Il s’agissait d’un kidnapping. Nous avons payé une rançon pour obtenir la liberté du bébé.”, a-t-il ajouté encore. Interrogé sur une possible complicité de la baby-sitter avec les ravisseurs, il n’a pas été non pas très loquace. “Comme je vous l’ai dit, avouons que tout est encore obscure. La balle est donc dans le camp de la Gendarmerie pour savoir davantage. Car personnellement, je n’ai encore rien vu de ce qui est en train de se passer à Ambanitsena en ce moment. Je me contente uniquement de l’information que certains m’ont divulgué”. 

Pour le moment donc, il est difficile de déterminer le sort de la jeune baby-sitter de 20 ans, qui a emmené le bébé, mercredi dernier. “Tout m’est encore confus. Je ne sais pas vraiment si elle avait été elle aussi dans le coup, ou victime au même titre que notre bébé. Je ne sais pas si elle a été également retrouvée ou non”, confie le père de famille. Car s’il existe un suspect potentiel, ce serait bel et bien cette jeune servante. A propos justement, la Gendarmerie révèle que le fait qu’elle vient d’une région du sud, ne faciliterait pas son enquête. “Il est impossible de la joindre car elle aurait probablement regagné sa région d’origine, et le nourrisson avec”, confie notre interlocuteur. “Nous continuons toujours les recherches pour le moment”, a affirmé une source auprès de la brigade de Gendarmerie de cette commune située à une quarantaine de kilomètres à l’Est de la Capitale. De toute façon, cette Force semble n’afficher la moindre précipitation pour révéler le dénouement du kidnapping qui n’a duré au total que 48 h. Affaire à suivre.

Franck R.

La Vérité0 partages

HCC - Au moins une quarantaine de dossiers de candidature reçus par le CSM

Une quarantaine de dossiers de candidature ont été enregistrés au niveau du Conseil supérieur de la magistrature, selon le bilan provisoire communiqué par le CSM, hier dans la matinée. Ce chiffre aura augmenté depuis. Le dépôt des dossiers de candidature au niveau du CSM a été clos hier soir à minuit. Le nombre officiel de prétendants devrait être communiqué par les responsables incessamment. Le constat perceptible ces derniers jours se confirme, les magistrats sont nombreux à souhaiter devenir membre de la Haute Cour constitutionnelle. Le CSM désigne pour rappel deux représentants à Ambohidahy. L’élection est prévue pour le 26 mars.

L.R.

La Vérité0 partages

Banque Africaine pour le développement - Un portefeuille à hauteur de 567,15 millions de dollars pour Mad...

Le groupe de la Banque Africaine pour le développement (BAD) représente 14% de la dette extérieure de Madagascar en fin septembre 2020, selon le bulletin statistique de la dette du Trésor Public.

Avec l’arrivée du nouveau représentant à Madagascar, Adam Amoumoun, qui a officiellement remis ses lettres de créance au ministre des Affaires étrangères Tehindrazanarivelo Djacoba le 19 février dernier, le ministère de l’Economie et des Finances et l’institution financière ont passé la première revue de performance du portefeuille de la banque pour l’année 2021. La conférence s’est déroulée virtuellement, il y a deux semaines, avec tous les directeurs et secrétaires généraux venant des ministères. D’après un communiqué publié sur le site de la BAD, le portefeuille actif de l’institution financière compte 19 opérations du secteur public à la date de début mars. Le montant des engagements en cours s’élevait à près de 567,15 millions de dollars américains. Ce financement couvre la quasi-totalité des secteurs clés du développement économique du pays, à savoir l’énergie (33,1%), l’agriculture (25,6%), le transport (24,2%) et l’industrialisation (8,1%).

Effectivement, la BAD est intervenue dans plusieurs domaines l’année dernière. On peut citer entres autres le Projet de Renforcement et d’interconnexion des réseaux de transport d’énergie electrique à Madagascar (PRIRTEM I), l’appui budgétaire en réponse à la Covid-19, la prise de participation dans le projet « Sahofika » et le projet d'Appui à la Mobilisation des recettes publiques. 

Cet échange fut également l’occasion d’aborder les difficultés rencontrées dans l’exécution budgétaire. Plusieurs projets des bailleurs de fonds tardent à se réaliser à cause de la lenteur de l’administration publique, du long délai lié à la ratification des accords de prêts et de dons et de passation des marchés. C’est le cas du Programme d'Appui budgétaire en réponse à la Covid-19 de l’ordre de 42 millions de dollars. Le financement a été approuvé en conseil d’administration de la BAD le 22 juillet 2020 et signé le 5 août. Ceci est encore en attente de ratification jusqu’à ce jour. Un plan d’amélioration de la performance du portefeuille a été ainsi présenté et validé par toutes les parties prenantes à la revue. Il a également été convenu de mettre en place des équipes en charge du projet de la BAD. 

Recueillis par Solange Heriniaina 

La Vérité0 partages

Au chevet du grand Sud

Le grand Sud est mourant. Il manque de tout du moins les éléments vitaux, à savoir l’eau et les aliments nutritifs. Les enfants et les personnes âgées souffrent le plus.Les personnes et les organismes de bonne volonté se mobilisent et se dépêchent. Il y a urgence ! Question de vie ou de mort.

Mialy Rajoelina, épouse du Chef de l’Etat, en tête de marathon, se démène. De mémoire d’homme, je ne m’en rappelle pas d’avoir eu connaissance d’une Première dame de Madagasikara qui retrousse les manches pour venir en aide de façon continue au chevet du grand Sud victime du « kere ». Des descentes ponctuelles sur terrain, sans suite, tout juste à l’occasion d’un évènement quelconque, il y en avait eu… en pagaille. Des gestes de « m’as-tu vu ? » Mais, des actions soutenues, on n’en a pas eu le privilège. Mialy, la Mère de la Nation veille aux petits soins du petit peuple. Elle frappe la porte partout pour rameuter et solliciter au nom de l’Association Fitia la contribution de tous (organismes non-gouvernementaux nationaux et internationauxou de grandes sociétés privées) afin d’apporter des solutions durables au calvaire des gens du Sud. 

La Fondation Mérieux et Nutriset ont conclu des accords de partenariat avec l’Association Fitia fondé par Mialy Rajoelina portant sur la construction d’une usine de fabrication d’aliments nutritifs à Fort-Dauphin. Une nouvelle unité de production pour soutenir les cantines scolaires dans 20 villages les plus touchés à travers le projet « Avotse ». Soulignons que l’usine installée va créer des emplois nouveaux dans cette partie de l’île. Pour sa part, Orange solidarité s’engage à apporter un conséquent apport financier tandis que le PAM offre son assistance technique. Evidemment, grâce à ces gestes de bonne volonté qui s’inscrivent dans le long terme, des vies vont être sauvées. A noter que d’autres offres de soutien se bousculent au portillon de l’Association Fitia. Tellement l’initiative louable prise par la Première dame force la reconnaissance et l’admiration que l’on n’hésite pas à offrir gracieusement son service pour la réussite de l’action. Une cause noble qui mérite la contribution voire la mobilisation de tous !

L’agence des Nations unies en charge du travail, l’OIT, la Fondation Viseo et le ministère de l’Education nationale tiennent à apporter aussi leur part de brique au profit de l’œuvre sociale de l’Association Fitia dans le cadre du projet « Avotse », et ce, pour éradiquer les impacts nuisibles du « kere » dans le Sud. Ainsi, des accords de partenariat ont été également signés par ladite Association, représentée par l’épouse du Chef de l’Etat Mialy Rajoelina en sa qualité de présidente fondatrice.

Il importe de noter que les actions de Fitia, dirigées par Mialy Rajoelina, s’inscrivent dans le cadre global de la concrétisation du « Velirano » de son époux. Le Point IX du « Velirano » annonce l’autosuffisance alimentaire. Le point d’achèvement de cet objectif passe par différentes étapes dont, entre autres, la lutte contre la malnutrition. Un défi de taille auquel le régime « orange » s’apprête à relever coûte que coûte.

Pour une fois dans les annales de la République, un couple présidentiel, un binôme positif,   s’investit corps et âme, à long terme, pour être au chevet du grand Sud.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Direction générale d’Air Madagascar - Aucun candidat sélectionné en deux mois

L’attente se fait longue ! La réception des dossiers de candidature au poste de directeur général de la compagnie aérienne nationale s’est clôturée le 28 janvier dernier.

Près de deux mois plus tard, Air Madagascar n’a toujours pas de directeur général. Le Conseil d’administration de la compagnie n’a pas encore fait son choix parmi les candidats en lice. Et aucune information ni de date précise n’a été fournie jusque-là sur le sujet. Il est vrai que le choix du nouveau directeur général d’Air Madagascar doit être bien réfléchi, car d’une part il faut qu’il ait les épaules solides pour endosser ce rôle et assumer tous les problèmes cumulés par Air Madagascar au cours des dernières années. La dernière chance de redressement de la compagnie dépendra effectivement de lui. Et d’autre part, il faut qu’il soit apte à concrétiser tous les points énoncés par le business plan. Ce dernier point a notamment été évoqué dans l’appel à candidatures lancé au mois de janvier. Cette annonce énumère en détail ses principales attributions telles que « l’optimisation de la gestion organisationnelle de la compagnie, la réalisation de la transformation digitale selon les règles de l’industrie ou encore le fait d’instaurer une culture centrée sur le client et l’excellence opérationnelle, sans oublier la réalisation des investissements nécessaires pour assurer cette excellence opérationnelle ». Pour rappel, l’ancien DG d’Air Madagascar, Besoa Razafimaharo, avait démissionné en décembre 2019. Et depuis, la Direction est assurée par intérim par Hanitra Rasetarinera.

Toutefois, le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, a soutenu que « le choix du nouveau DG d’Air Madagascar repose entièrement entre les mains du Conseil d’administration de la compagnie. Nous ne pouvons interférer en aucun cas ». Dans tous les cas, la sélection du nouveau DG n’est pas la seule chose à prendre du temps. L’élaboration du business plan a également cumulé les retards au cours des derniers mois. L’approbation du Gouvernement et du Président de la République est toujours attendue jusqu’à aujourd’hui. Affaire à suivre ! 

La Rédaction

 

Vols exceptionnels : Air Madagascar reliera Paris et Antananarivo

 

Le temps d’un vol. La compagnie aérienne malagasy organisera un vol passager et cargo exceptionnel le 2 avril prochain, en partance de Paris pour Antananarivo. C’est le premier vol après près de trois mois. Le dernier vol exceptionnel d’Air Madagascar date en effet du mois de janvier dernier. « Pour ce vol, le nombre de sièges pour les passagers sera limité. Les passagers prioritaires seront alors ceux de nationalité malagasy mais aussi les résidents à Madagascar, notamment les travailleurs et d’autres catégories de personnes en possession d’une autorisation émanant des autorités malagasy », explique un responsable au niveau de la compagnie aérienne. 

Toutefois, le protocole sanitaire sera toujours appliqué, surtout avec la recrudescence actuelle de la pandémie de coronavirus dans le pays. « Ainsi, chaque passager devra se munir au départ d’une attestation de déplacement et des pièces exigibles pour le motif impérieux du déplacement, d’au moins trois masques chirurgicaux et bien évidemment du résultat d’un test PCR négatif de moins de 72 heures », détaille Air Madagascar sur son site web. A l’arrivée, chacun devra se mettre en quarantaine pour une durée de quatre nuits au sein d’un établissement agréé, situé dans la Capitale. 

Recueillis par Rova Randria

La Vérité0 partages

Secteur bancaire - Les agences BNI Madagascar triplent en six ans

Un effort soutenu pour la bancarisation des Malagasy. Au cours des dernières années, la BNI Madagascar participe activement aux mutations socio-économiques de toutes les Régions du pays afin de favoriser l’inclusion financière pour tous.

C’est dans ce sens que la banque a relevé le challenge de tripler le nombre de ses agences, et ce en seulement six ans. De 2014 à 2020, ses agences sont passées de 34 à 100. Et l’inauguration de la 100ème agence, sise dans le quartier des 67 Ha, s’est faite en grande pompe hier. « Opérationnelle depuis la fin de l’année 2020, cette agence revêt une valeur symbolique pour nous. Elle témoigne en effet de notre réussite en triplant le nombre de nos agences en seulement six ans, et cela grâce à un rythme d’une douzaine d’ouvertures par an en moyenne. Nous sommes fiers aujourd’hui de couvrir les différentes Régions du pays, même les villes les plus reculées comme Maintirano ou encore Ilakaka », se réjouit Alexandre Mey, directeur général de la BNI Madagascar, en marge de la cérémonie d’inauguration. Avec 100 agences et 130 GAB (guichets automatiques de banque) répartis dans les quatre coins du pays, la BNI Madagascar est alors le premier réseau bancaire présent dans le pays. 

Cette 100ème agence occupe également une place importante sachant que cette institution financière vient de célébrer récemment ces cent années d’existence. «100 années de travail au cours desquels nous avons construit une banque solide et fiable, tant au niveau national qu’international. Pour les 100 prochaines années, la BNI Madagascar doit symboliser cette banque de demain, une banque qui sait s’adapter aux évolutions de son environnement, tout en anticipant et en avançant avec ses clients »,rajoute Herintsalama Rajaonarivelo, président du Conseil d’administration de la banque. Ainsi, la BNI Madagascar continuera d’étendre son réseau à travers le pays. En parallèle, elle associera également la proximité humaine à la modernité digitale pour offrir des produits financiers adaptés aux besoins de ses clients. 

Rova Randria

La Vérité0 partages

Célébration - Journée internationale de Norouz

On célèbre aujourd’hui la Journée internationale de Norouz. Cette année, cette fête d’origine iranienne a un caractère spécial puisque le calendrier quitte le 14ème siècle de l’Hégire solaire et rentre au quinzième siècle.

Pour marquer cette fête, chaque famille essaie de garnir sa table de sept choses dont les noms commencent tous par la lettre S, le plus joliment possible, puisque le sens spirituel est aussi important que la façon dont ils sont disposés afin que les visiteurs voient cette exposition comme une réflexion de leurs goûts. Norouz a été reconnue le 23 février 2010 comme Journée internationale par l’Assemblée générale de l’ONU. Le projet de résolution de la Journée internationale de Norouz a été adopté à l’unanimité, donnant une reconnaissance à cette fête d’origine iranienne comme une journée internationale. Ce projet expliquait que Norouz symbolise une unité culturelle basée sur des traditions vieilles de plus de trois millénaires, célébrée par plus de 300 millions de personnes dans le monde. Le terme Norouz est apparu pour la première fois dans les documents de l’empire perse au 2ème siècle avant notre ère.

La Vérité0 partages

Formation paramédicale - 261 jeunes rejoignent le rang des diplômés

Ayant poursuivi une formation pendant 3 ans, ces nouveaux diplômés vont servir la population à travers leurs acquis.

Ces 291 jeunes sont issus de la promotion « Safira » de l’Institut Supérieur des Polytechniciens Novateurs de Madagascar (INSPN Mad). Il faut savoir que cette promotion est un peu particulière. Durant la période de l’état d’urgence sanitaire dans le pays, ces étudiants ont pu renforcer leurs capacités dans les différents centres de santé, répartis dans les 4 coins de la Grande île. « Pendant la période de l’état d’urgence sanitaire, ces jeunes ont fait du bénévolat. Ils ont accompagné les médecins dans la prise en charge des patients et la sensibilisation de la population », soutient le président du groupe, Razanadrakoto Rolland Albert.

Cette promotion a été parrainée par le vice-président de l’Assemblée nationale, Brunelle Razafitsiandraofa et le député de Mandritsara. Ce dernier, à travers son représentant, a conseillé aux jeunes que pour trouver du succès, on doit avant tout aimer son travail. Il s’agit d’une expérience qu’il a vécue lui-même, en travaillant durant des années à la campagne.

Après cette remise de diplôme, ces jeunes poursuivront encore un stage de récupération durant 2 mois. L’INSPN Mad travaille en étroite collaboration avec des agences de recrutement et un cabinet international. D’ailleurs, le programme proposé a été élaboré selon les besoins du marché international. « Nous formons des jeunes exploitables sur le marché du travail au niveau international », soutient le directeur général. Ces nouveaux diplômés seront répartis dans 4 spécialités différentes : infirmier, sage-femme, masso-kinésithérapeute et technicien de laboratoire.

 

Anatra R.

La Vérité0 partages

Plateforme « 50 millions de femmes africaines » - Les entrepreneures à l’honneur dans l’Analanjirofo

Après Boeny, la Région d’Analanjirofo vient d’abriter le lancement régional de la plateforme « 50 millions de femmes africaines ont la parole ».

Cet évènement a été organisé par le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF) et l’ONG ENDA Madagascar. L’atelier de 3 jours, du 17 au 19 mars dernier à Foulpointe, a également été une occasion d’entamer le dialogue pluri-acteurs pour l’intégration de l’ODD dans la planification locale.  La rencontre vise la promotion du développement économique des femmes entrepreneures de la Région, à travers le numérique, afin d’identifier des informations sur la gestion d’entreprises, l’accès aux services financiers, la création d’opportunités commerciales en ligne et l’accès aux ressources de formation, contribuant ainsi à leur autonomisation financière. Ainsi, elles feront partie des millions de femmes issues des pays membres du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA). L’atelier ambitionne également de renforcer la capacité des parties prenantes dans l’intégration du développement durable dans les planifications locales de développement, plus particulièrement les femmes et les jeunes à travers le cadre d’un dialogue pluri-acteurs.

Outre les autorités, dont les représentants de divers ministères, Communes et institutions, une trentaine de femmes entrepreneures d’Analanjirofo et d’Atsinanana ont participé aux 3 journées d’échanges. Elles travaillent dans divers domaines et secteurs d’activité, dont l’exploitation et l’exportation de vanille et de girofle, les BTP, l’informatique, etc., sans oublier celles œuvrant dans l’informel. D’ailleurs, des sensibilisations et recensement des femmes entrepreneures issues des Communes et Districts composant ces Régions seront au programme pour les mois à venir. Elles seront ensuite intégrées dans la Plateforme et vont bénéficier de formation pour leur renforcement de capacités. Ces activités permettront de contribuer à l’atteinte de l’ODD 5 : « parvenir à l’égalité entre les sexes et à l’autonomisation des femmes ».

Recueillis par Patricia R.

La Vérité0 partages

Opération anti-gang de la Police - 20 suspects dans ses filets

Ces dernières 48 heures, la Police a déclenché une opération visant à stopper les actes de banditisme dans la Capitale. L’opération s’est déroulée dans les ruelles de quartiers mal famés, ainsi que les endroits les plus fréquentés. Au total, 20 personnes ont été alors arrêtées durant les deux jours de ces traques de bandits. 

Selon une information de cette Force, au moins six cambrioleurs présumés ont pu alors être jetés dans les filets de la Police à la fois à Tsimbazaza et Androndra.

Par ailleurs, 12 autres larrons ont été arrêtés avec comme motif, le vol à l’arraché. Si deux d’entre eux ont été capturés à Andravoahangy, trois le furent aux 67Ha, trois également à l’arrêt de bus à Anosy, quatre à Isotry, enfin les deux restants à Anjanahary et au Mascar.

Mais il n’y a pas que le vol ou autre cambriolage. Les récents coups de filet ont permis également de mettre en état d’arrestation deux suspects. Armés de revolver de manufacture locale, ces derniers ont tenté de perpétrer une attaque contre un grossiste à Anosibe.

D’après toujours la Police, et en marge de cette vague d’arrestations de suspects, les personnes cibles ont également leur part de responsabilité du fait de leur comportement imprudent. 

La Police déplore l’attitude de certaines personnes, celle suscitant la convoitise de ces bandits. Cette attitude irresponsable consiste à exhiber aux yeux de ces malfaiteurs des objets luxueux ou de valeur. Certains passants font le geste maladroit de compter des liasses de billets sur la voie publique, enfin d’autres manipulent leurs téléphones hi-tech au marché, ou dans le transport en commun.

 

Franck R.

La Vérité0 partages

Kintana Football Academy - Des stages Pro « spécial vacances de Pâques » au programme

Après le succès de la dernière édition du stage Pro organisé par Kintana Football Academy Ambohimanga avec l’entraîneur international Nicolas Santucci, trois autres seront programmés durant les vacances de Pâques. La dernière édition a vu la participation de 40 stagiaires. 

La formation est ouverte à tous les jeunes de 10 à 25 ans, débutants ou confirmés. La première session est prévue du mardi 6 au samedi 10 avril pour les écoles malagasy tandis que la deuxième est programmée du lundi 26 au vendredi 30 avril. Et pour terminer, ce sera du lundi 3 mai au vendredi 7 mai pour les vacances des écoles françaises. 

Cette fois-ci, les participants seront accompagnés par les joueurs pro de Jet Kintana, et sociétaires de l’équipe nationale Barea A, entre autres, Doddy, Tsito, Joma, Carlos Haja et Landry, à chaque séance.  Pour rappel, le formateur disposera un programme d’une semaine chargé au rythme des joueurs professionnels des clubs avec comme menu deux séances d’entraînement d’une heure trente le matin et l’après-midi. Chaque participant sera réparti selon son âge et niveau technique. Pour ce faire, le stage débutera par un test de niveau afin d’évaluer celui de chacun des stagiaires puisqu’ils bénéficieront d’une formation théorique et pratique dans le but de les améliorer tactiquement et techniquement mais aussi sur le plan physique. L’objectif est d’apporter une amélioration à chaque joueur stagiaire à son niveau technique et tactique avec un entraînement d’une semaine bien établi.

A la fin du stage, chaque participant sera sanctionné d’un certificat et les meilleurs pourront rejoindre la prochaine école de football de Kintana Academy. « Bien sûr, le stage se déroulera dans le strict respect des gestes barrières. Pour information, le droit est de trois cent soixante-quinze mille ariary tout compris, transport, petit-déjeuner, déjeuner, collation, matériel professionnel, cocktail durant la remise de certificat. Les stagiaires n’auront à apporter que leurs crampons. Pour plus d’information, le contact du responsable est le 034 26 299 66 », explique Tiana Ranaivoson, secrétaire général de Kintana Academy.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Eliminatoires CAN 2021 - Les dispositifs d’accueil des Barea sont prêts

La première délégation a déjà quitté le pays via Nosy Be pour assurer l’accueil de l’équipe nationale en Ethiopie dans une condition optimale, avant son match crucial contre les Walya pour les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021.

La Fédération malagasy de football vient d’annoncer que cette première délégation est arrivée à destination et a déjà mis en place les dispositifs d’accueil. En effet, les Barea logeront à l'hôtel Jacaranda, à Bahir Dar. Les joueurs disponibles arriveront sur place dimanche et lundi. Ils effectueront le test de la Covid-19 le lundi après-midi. Concernant le match avec l'Ethiopie, il se jouera au stade de Bahir Dar, le mercredi 24 mars, une enceinte située à 1800m d'altitude. Et le coup d'envoi sera donné à 16h. Sauf changement, c'est un Airbus d’Air Seychelles que les autorités malagasy envisagent d'affréter pour le déplacement des Barea en Ethiopie en vue du match de la cinquième journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2022. Selon les confidences d’une source, le départ de la délégation est prévu se faire le 21 mars à minuit, pour une arrivée à Addis-Abeba le 22 mars à 6h du matin. 

Recueillis par E.F.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Explosion des nouveaux cas de contaminations à Analamanga

173 nouveaux cas, 104 cas graves, 911 cas actifs et un décès. Tels sont les principaux éléments du bilan du CCO pour la journée du 17 mars 2021 sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 à Madagascar.

 

Sur les 173 nouveaux cas identifiés sur 863 tests réalisés le 17 mars, 101 ont été enregistrés à Analamanga. Au vu de ces derniers chiffres, le nombre de nouvelles contaminations au coronavirus explose dans la région Analamanga. Suivent la région SAVA qui compte 20 nouveaux cas et les régions Atsinanana et DIANA qui recensent chacune 17 nouveaux cas. Le nombre des cas graves est également en augmentation : le 17 mars, 104 malades présentant une forme grave de la Covid-19 sont en cours de prise en charge parmi les 911 cas actifs recensés.

Par ailleurs, on déplore un nouveau décès, survenu dans l’Atsinanana, portant à 338 le total des décès liés au coronavirus à Madagascar depuis le début de l’épidémie. En revanche, 80 personnes ont recouvré la santé après avoir contracté le coronavirus. Ils sont localisés comme suit : Analamanga 48, Atsinanana 13, Diana 9, Atsimo-Andrefana 4, Boeny 3, Anosy 2, Sava 1.

 

Prochaines dispositions. Au tout début de l’épidémie en mars 2020, les trois premiers cas de Covid-19 ont conduit par la suite à une prise de mesures notamment le confinement de la population et la fermeture des frontières. Actuellement, en pleine envolée de la deuxième vague, le reconfinement est perçu comme fatal pour l’économie du pays pour certains, tandis que pour d’autres, il serait salvateur notamment pour les plus vulnérables face au coronavirus. Dans tous les cas, le renforcement des mesures barrières et la reprise de certaines mesures du temps de l’état d’urgence sanitaire, sont déjà des démarches nécessaires afin de limiter la propagation du coronavirus. Seulement, la négligence ou l’inconscience de certaines parties de la population, d’une part, et la capacité insuffisante des pouvoirs publics à faire respecter de manière stricte les gestes barrières de base tels le port du masque, le lavage des mains et la distanciation sociale, d’autre part, font échouer les bonnes initiatives destinées à contenir l’épidémie. En effet, en dépit de l’augmentation des nouveaux cas chaque jour, force est de constater que le masque est porté de manière négligée, voire inexistante, tandis que la distanciation sociale est loin d’être respectée. La population est actuellement dans l’attente des prochaines dispositions que le président de la République annoncera probablement samedi prochain dans son message à la nation.

Hanitra R.

 

Localisation des nouveaux cas du 17 mars 2021

 

Total nouveaux cas du 17 mars173Analamanga101SAVA20Atsinanana17DIANA17Boeny5Atsimo-Andrefana5Vakinankaratra4Alaotra Mangoro2Sofia2

 

Midi Madagasikara0 partages

ONTM : Des employés récompensés pour leurs efforts

Ces employés de l’ONTM ont reçu des distinctions honorifiques.

Créé en 2003, l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) constitue une organisation privée reconnue d’utilité publique.

« Sa mission principale consiste à promouvoir la destination Madagascar sur la base d’un partenariat entre l’Etat et le secteur privé tout en valorisant l’image de la Grande-île sur les marchés extérieurs. Malgré la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19 qui frappe de plein fouet le secteur du tourisme, l’équipe de l’ONTM ne ménage pas ses efforts pour relancer cette destination très prisée par les touristes internationaux venant des quatre coins du monde. En effet, nous continuons à la promouvoir en développant particulièrement le tourisme national », a expliqué dernièrement Boda Narijao, le PCA de cet Office National du Tourisme de Madagascar, à l’occasion de la remise de médailles et de distinction honorifique aux employés de cette organisation privée.

Développement socio-économique. Ces employés ont été récompensés pour leurs efforts pendant plus d’une dizaine d’années visant à développer le secteur du tourisme qui est pourvoyeur d’emplois et de devises pour la nation. « Ils l’ont bien mérité étant donné qu’ils contribuent au développement socio-économique du pays et tous les acteurs opérant dans la chaîne des valeurs du tourisme en tirent profit. On peut citer, entre autres, les exploitants agricoles qui parviennent à écouler leurs récoltes auprès des établissements hôteliers et de restauration accueillant des touristes. Les artisans peuvent également en profiter en vendant des articles de souvenirs de Madagascar. Et bien évidemment, les Tours-Opérateurs, sans oublier les guides touristiques peuvent développer leurs activités, tout en créant des emplois locaux », a fait savoir le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto. Lors de cette remise de distinction honorifique, douze récipiendaires ont été décorés au rang de Chevalier de l’Ordre National et huit autres ont reçu la médaille d’argent. En outre, des médailles de bronze ont été remises à onze employés de l’ONTM. « Tous ces efforts ont été accomplis, grâce à la bénédiction divine. Nous remercions ainsi le Seigneur qui nous guide chaque jour dans notre travail », a témoigné Vola Raveloson, le directeur exécutif de l’ONTM, représentant les récipiendaires.

Nouveaux produits adaptés. En revenant sur la pandémie de covid-19 qui continue encore de frapper le pays, le ministre de tutelle a réitéré que les frontières de Madagascar restent fermées jusqu’à nouvel ordre. L’Office National du Tourisme de Madagascar poursuit ainsi sa campagne de promotion de toutes les destinations régionales en collaborant avec ses différents partenaires, afin de développer le tourisme national. L’organisation du salon « Tsenaben’ny Fizahantany », en partenariat avec le ministère en charge du Tourisme, a été, entre autres, un franc succès. Cet événement se tiendra trois fois dans l’année. Par ailleurs, de nouveaux produits adaptés aux besoins des touristes nationaux, y ont été lancés comme les packages « Vakansy valimbabena » conçus spécifiquement pour les seniors. Il s’agit de circuits organisés en groupe avec des départs à dates fixes, à raison de deux départs par mois jusqu’à la fin de l’année. Les destinations sont notamment le Sud Ifaty, Sud-Est Manakara, FCE, Ouest Morondava, Ouest Belo, Nord Nosy Be, Nord Diégo, Est Pangalanes, Est Andasibe et Sainte-Marie. En outre, les circuits VTT bien-être ou voyages organisés dans l’Est de Madagascar en bicyclette VTT sont promus durant le mois d’avril 2021. Ce nouveau produit est destiné aux amateurs de vélo. Il concilie le tourisme, la préservation de l’environnement et l’activité sportive en vélo.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Rayonnement de la langue française : La MEFF a organisé un concours d’orthographe

Les participants pendant le concours.

Dans le cadre du mois de la francophonie, la Mention Etudes Françaises et Francophones (MEFF) de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université d’Antananarivo  a organisé un concours d’orthographe mercredi  dernier. Cette année, les étudiants de l’Université se sont retrouvés dans l’après-midi, dans la grande salle de l’APFII Ankatso pour y participer. Les épreuves se sont déroulées en une seule phase, un test de dictée et de correction de fautes d’orthographe ont composé le concours. Le but était de promouvoir, de manière ludique, le bon usage de la langue de Molière auprès du grand public et  permettre aux participants de tester et surtout de peaufiner leurs connaissances. Tels sont les objectifs de la MEFF par le biais de ce concours. Toujours en avant, la mention ne cesse de trouver des idées pour défendre la langue française. Cet événement est l’occasion de sensibiliser le public sur l’importance de l’apprentissage des langues et de l’orthographe, notamment dans des situations formelles, et de promouvoir le patrimoine linguistique à Madagascar. En effet, la MEFF organise mensuellement des événements de ce genre, elle programme aussi des pièces de théâtre, des concours de débat, de slam et des spectacles. Ces activités font partie d’une stratégie ambitieuse, destinée à renforcer la place et le rôle de la langue française dans le système éducatif voire dans les institutions de gouvernance dans le pays, tout cela dans le respect du plurilinguisme. A noter que le français est la cinquième langue la plus utilisée dans le monde, derrière le mandarin, l’anglais, l’espagnol et l’arabe. Et la deuxième langue la plus utilisée dans la diplomatie. La remise des prix a eu lieu ce jour.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Firongatry ny valanaretina Covid-19 eto Toamasina : Mikatona 14 andro ireo sekoly ahitana coronavirus voama...

Taorian’ny fivoriana nataon’ny CRCO teo anivon’ny faritra atsinanana izay tarihan’ny governora Rafidison Théodore, dia namoaka didim-pitondram-paritra ny prefen’i Toamasina Atoa Razafiarison Jean Jugus mikasika ireo fepetra tsy maintsy tanterahina amin’izao firogatry ny Covid-19 eto Toamasina izao. Voalaza tamin’izany fa tsy maintsy manao arovava orona avokoa ny olona mivoaka ny tranony, ny tsy fanaovana izany dia mety hiaran’ny “TIG” na “Travaux d’Interet Général” amin’ny fisavana ataon’ny mpitandro ny filaminana. Tsy maintsy mametraka ny fomba fanasana Tanana ireo tranom-panjakana sy ireo birao tsy miankina rehetra. Tsy maintsy andrarahana fanafody indray mandeha isan-kerinandro farahakeliny ireo biraom-panjakana sy ireo birao tsy miankina ary ireo toerana fivezivezen’ny olona eto Toamasina. Tsy maintsy manao arovava orona sy manaja ny 01m ireo toerana ahitana famoroam-bahoaka, ny tsy fanajana izay dia hahatonga ny fanjakana andray ny andraikiny, hisy ny fanaraha-maso akaiky ny momba azy ireo. Mikatona mandritra ny 14 andro ireo sekoly ahitana olona mitondra ny tsimokaretina voamarina ao aminy, toy izany ny nahazo ilay sekoly tsy miankina ara-pinoana iray ao Anjoma Toamasina. Mila manaja izay voasoratra ao anatin’ny “carte grise”-ny avy sy tsy maintsy manao arovava orona ny mpamily sy ny mpandeha ireo fitaovam-pitaterana rehetra, toy ny Tuc-Tuc – Pousse-pousse – ary ny Taxi-be, ny tsy fanajana izany dia afaka mampiato tsy fahazoana mihetsika 30min ny mpitandro ny filaminana. Tsy afaka misokatra mihoatra ny amin’ny 10ora alina ireo mpivarotra zava-pisotro mahamamo (Bar) samy hafa eto Toamasina. natao ireo fepetra ireo hoy ny prefektiora mba hajaina mandritra ny 15 andro eo manomboka ny 15 mars hatramin’ny 29 mars 2021, koa ho hita eo ny fivoaran’ny valanaretina aorian’izay.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

FIBA U15 Skills Challenge : La FMBB s’invite à la fête

Beaucoup de disciplines sportives se lancent actuellement dans l’e-sport.  Le contexte sanitaire auquel fait actuellement face le monde du sport est propice au développement de ce nouveau sport. Suivant les diverses politiques de développement de la FIBA, la Fédération malagasy de basket-ball (FMBB) compte participer aux qualifications africaines de la FIBA U15 Skills Challenge 2021 (garçons) et aux qualifications africaines du FIBA U15 Women’s Skills Challenge 2021 (filles). La fédération lance ainsi un appel à toutes les équipes rattachées à la structure fédérale pour présenter ses meilleurs joueurs et meilleures joueuses capables de prendre part au parcours. Ce samedi 27 mars, une journée de présélection sera organisée dans le strict respect des barrières sanitaires. Les détails du programme seront communiqués ultérieurement par l’équipe organisatrice de la fédération à toutes les équipes qui se sont manifestées.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Arabie saoudite : Nisy vehivavy Malagasy iray indray maty

Tovovavy iray indray no maty tany Arabie Saoudite ny alatsinainy teo. Raha ny fanambarana nataon’ireo namany dia tratran’ny fijanonan’ny fo no nahafaty azy raha ny nambaran’ny mpitsabo azy tany an-toerana. Manao antso avo sy miangavy ny fitondram-panjakana mahefa izy ireo hifanome tanana amin’ny ambasady Malagasy any Arabie Saoudite mba hijery mahakasika ny fikarakarana ny razana sy ny fampodiana azy aty an-tanindrazana ary indrindra ihany koa hanara-maso ny tena zava-misy mahazo ireo mpiasa Malagasy any arabie Saoudite. Raha ny filazan’ny sasany amin’ireo tovovavy miasa any an-toerana mantsy dia misy ny toe-javatra hafahafa mahazo ireo tovovavy Malagasy ataon’ny mpampiasa azy. Tranga izay efa mpahazo ny tovovavy Malagasy miasa sy mila ravinahitra any ivelany ny herisetra mety mahazo azy ireo. Maro ny efa namoy ny ainy tany ivelany, raha tsy hilaza afa tsy ny tany Liban. Efa nisy ihany ny fotoana nandrana ny fandehanan’ny tovovavy Malagasy miasa any ivelany, saingy mbola misy ihany ny mandeha, na ireo efa any ka manohy ny fifanarahan’asa efa vita. Talohan’ity tany Arabie Saoudite ity, nisy iray namoy ny ainy ihany koa izay tsy tafody an-tanindrazana ny nofo mangatsiaka. Manahy ny mety hisian’izany ireo tovovavy sasany miasa any amin’ity tranga farany ka iantsoan’izy ireo ny fitondram-panjakana. Maro ihany koa anefa ireo efa tafody, izay efa ny fanjakana mihitsy nandray ana-tanana azy ireo indrindra tamin’ity fotoana niatombohan’ny Covid ity. Mafy ny ady sy manjo ireo vehivavy Malagasy miasa any ivelany, indrindra any amin’ireo tany arabo. Manana adidy hatrany ny fanjakana amin’ny fanaraha-maso ny fandehanana na fivoahan’ireny olona ireny eto amintsika, mba hisorohana ny faty olona tahaka izao. Somary nangingina izy io tato ho ato ary izao misy maty izao indray vao miteraka resabe. Andrasana ny fanazavana mahakasina itony tranga itony.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Cinématographie : « Mody venty », un film engagé à retrouver à La Teinturerie

« Mody venty » est un film réalisé et produit par l’association Fo’ Saina qui regroupe des jeunes de 20 à 35 ans. Il s’agit d’un long-métrage qui retrace le parcours d’une mère de famille victime de violence conjugale. Suite à ses maltraitances, Saina, l’héroïne du film va finir par se retrouver mère célibataire face à un futur incertain. Pour connaître l’aventure de Saina, elle sera projetée à La Teinturerie Ampasanimalo le mercredi 24 mars 2021 à 18 heures 30.

Concernant l’association Fo’Saina, elle comprend des jeunes de l’audiovisuel sensibles aux questions de la vie en société à Madagascar et désireux de créer des vidéos qui pourraient informer et sensibiliser le grand public sur la réalité sociale inquiétante. C’est pour cette raison que « Mody venty » met en lumière une femme victime de violence.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Commerce extérieur : Numérisation des certificats phytosanitaires pour les produits végétaux

Les projets « ePhyto » et « Décision anticipée » ont été lancés hier au Colbert.

La facilitation des échanges continue. Un grand pas vient d’être franchi avec le lancement de deux nouveaux projets réalisés en partenariat entre l’Alliance pour la Facilitation des Echanges et le Comité National pour la Facilitation des Echanges (CNFE).

Numérisation. Le commerce extérieur se met à l’heure du numérique avec la mise en place des certificats « ePhyto » et du dispositif douanier de « décisions anticipées ». Ces deux projets reflètent l’engagement du gouvernement à renforcer l’attractivité commerciale du pays et à stimuler la croissance des entreprises en numérisant les procédures pour réduire les coûts et les délais des processus commerciaux. Les procédures douanières seront rationalisées et simplifiées tant pour les exportateurs que pour les importateurs et entraîneront un plus grand respect de la réglementation fiscale. Ainsi, le projet « ePhyto » numérisera les certificats phytosanitaires requis pour le commerce international des végétaux et des produits végétaux. Ces certificats déterminent la provenance des marchandises et surtout leur conformité aux normes sanitaires de chaque pays. Grâce à cette numérisation, les échanges se feront plus rapidement car il n’y aura plus d’échanges de certificats version papier. L’Alliance aidera Madagascar dans ce processus de numérisation qui rendra les échanges commerciaux plus fluides, moins coûteux et plus faciles à comprendre pour les opérateurs. Une procédure moins lourde en somme et qui contribuera à augmenter le flux des produits végétaux qui représentent déjà 35% des exportations malgache en 2019.

Décision anticipée

Le deuxième projet consiste à mettre en place un dispositif de « décision anticipée » sur la classification tarifaire et l’origine douanière. Il permettra, notamment, de donner aux entreprises la possibilité de bénéficier d’un avis juridique sur l’application de la législation douanière avant l’opération d’importation ou d’exportation. Cet avis est contraignant, uniformément appliqué par les douanes et valide pour une période déterminée, généralement plusieurs années. Les deux projets sont mis en œuvre en collaboration avec le Comité National de Facilitation des Echanges (CNFE). Ce comité comprend des représentants de l’administration et du secteur privé, notamment la Direction générale des Douanes et le ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche. « Le CNFE s’est fixé comme objectifs de réduire de 50% le délai de passage aux frontières et de 15% les coûts liés au dédouanement d’ici à 2023 », a déclaré Ernest Zafivanona Lainkana, Directeur général des Douanes et non moins Co-Président du CNFE. Le lancement de ces deux projets a eu lieu hier après-midi à l’hôtel Colbert.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Banque africaine de développement : Élue meilleure institution financière multilatérale du monde pour 2021

La Banque africaine de développement devient la meilleure institution financière multilatérale du monde.

Le Groupe de la BAD (Banque africaine de développement) a enchaîné les succès et une performance exceptionnelle, depuis plusieurs années. Cette fois, cette institution financière africaine est considérée comme la meilleure du monde.

 

Un point de plus pour la BAD qui vient d’obtenir un prix de reconnaissance mondiale pour ses efforts constants pour devenir une banque de solution. Le prestigieux magazine américain Global Finance, spécialisé dans les marchés financiers et la banque d’investissement, l’a désigné « Meilleure institution financière multilatérale du monde pour 2021 ». En effet, la BAD est devenue une banque de solution pour l’Afrique, à travers une combinaison d’opérations, prestations de connaissance et choix d’investissement appuyant l’accélération du développement du continent. Ce prix représente un soutien évident à la stratégie opérationnelle, que la BAD poursuit sous la direction avisée de son président, Dr Akinwumi A. Adesina, réélu à l’unanimité, en août 2020, pour un deuxième mandat consécutif de cinq ans à la tête de l’institution. « Alors qu’on s’attend en général à des fusions dans de nombreux secteurs partout dans le monde, les banques d’investissement joueront un rôle de premier plan dans la refonte de l’économie mondiale après la pandémie », a déclaré Joseph D. Giarraputo, éditeur et directeur éditorial de Global Finance, à l’annonce de la liste des lauréats le 18 février dernier. Selon lui, les entreprises ont plus que jamais besoin de comprendre les spécialités et les savoir-faire qu’apportent les banques d’investissement. Les prix remis par Global Finance sont pour cela un guide précieux.

Intervention. La BAD fait partie des institutions les plus admirées en 2020, pour avoir su répondre avec rapidité aux besoins du continent africain face à la pandémie de Covid-19 et pour le rôle précurseur qu’elle a joué en termes de cohésion sociale. Elle a été amplement reconnue pour la réorientation rapide de son programme de prêts en 2020 et pour la mise en place d’un appui budgétaire face à la crise, grâce à un processus d’approbation accéléré et à des décaissements rapides destinés à apporter aux pays une marge de manœuvre budgétaire appropriée. Cela a permis à ces pays de réagir de toute urgence face aux impacts économiques les plus graves de la crise sanitaire et leur a facilité l’achat de produits d’importation et de fournitures médicales vitales indispensables pour la lutte contre le virus. La BAD a également axé ses efforts sur la collaboration et les partenariats en vue d’optimiser sa réponse à la crise par un travail commun avec des partenaires de développement majeurs, dont la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Les compétitions sportives de nouveau à huis-clos

Les compétitions en salle sont interdites.

Avec la recrudescence du nombre des cas positifs de Covid-19 dans le pays, de nouvelles mesures s’imposent. Si l’année 2021 a été marquée par la reprise des compétitions dans plusieurs disciplines sportives, cette reprise sera peut-être de courte durée. La Pro-League qui se joue tous les week-end rime toujours avec des déplacements massifs des supporteurs après une saison presque « blanche » de 2020. Le Malagasy Rugby vient à peine de recevoir son autorisation émanant du ministère de la Jeunesse et des Sports sur la reprise du championnat que déjà la Fédération fait face aux restrictions sanitaires. Il a été décidé, lors du dernier Conseil des ministres de ce mercredi, que les manifestations sportives ne pourront plus se tenir en salle jusqu’à nouvel ordre. Elles devront se dérouler en plein air, sans la présence du public, sauf pour les compétitions avec autorisation spéciale. D’ailleurs, tout rassemblement de plus de 200 personnes est désormais interdit.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Raharahan-tany ao Belambo Toamasina II : Miverina indray ny disadisa eo amin’ny fikambanana Fagnako sy ny...

Miverina indray ny olana eo amin’ny fikambanana Fagnako sy ny tompon-tany ankehitriny, momba ilay tany any Belambo Toamasina II izay mirefy 148ha eo ary manana ny titra  13.334-BA antsoina hoe “Antoby”. Raha nangingina ny raharaha hatramin’ny nanenjehan’ny fitsarana ny mpitarika ny fikambanana Fagnako, ka nampidirana am-ponja azy sy nahafahany nitsoaka ny fonja taorian’izay raha nahazo fahafahana nivoaka ny fonja nitsabo tena izy tamin’izay, dia niverina indray ny disadisa ankehitriny ka nisy ny fitarihana ireo vahoaka voaroaka teny teo aloha niverina naka ny tany izay efa norefesiny hatramin’izay avy. Ho an’ny fikambanana Fagnako, araka ny nambaran’ny filoha lefiny Atoa Randriamifidy Fanja, dia efa nandresy teo anivon’ny fitsarana indroa miantoana izy ireo, dia fitsarana ambaratonga voalohany sy ny fitsarana ambony Toamasina. Efa nisy ny tombana ireo fananan’olona tao nandritra izany, ka voaisa tamin’izany fa misy trano 82 tafo – voanio 289 fototra – 401 fototra akondro – 312 litchis – 201 fototra zavoka…ary 95 fototra manga. Izay no mahatonga ity fikambanana ity miady mafy ny hahazona ity tany midadasika ity hozaraina amin’ny vahoaka eto Toamasina, satria efa ela araka ny fanazavan’izy ireo ny vahoaka no efa nipetraka tao nefa lasan’ny olona ambongadiny fotsiny ilay tanim-bahoaka nohajariany. Nambaran’ireo fikambanana Fagnako ireto hatrany efa nisy ny fitarainan’izy ireo nalefany teny amin’ny fiadidian’ny filoham-pirenena, amin’ny fijerena akaiky ity raharaha tanim-bahoaka misy maka an-keriny ity, hoy izy ireo. Voalazan’izy ireo hatrany fa hisy ny iraka manokana avy amin’ny fiadidian’ny repoblika handamina ny raharaha manomboka androany ao Belambo Toamasina II, ka aorian’izay dinika fandaminan-draharaha izay no hamantarana ny tena marina momba ity raharaha ady tany tsy mety vita ao Balambo Toamasina II ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Situation préoccupante dans l’Alaotra Mangoro

Les Associations des Utilisateurs d’Eau sensibilisées sur les gestes barrières à Morarano Chorme à travers la JICA. (Photo : Princy)

Un cas actif de Covid-19 confirmé le lundi 15 mars 2021 dans l’Alaotra Mangoro. L’alerte est donnée pour éviter que la maladie se propage dans cette région qui rappelons-le, a enregistré 1.700 cas en 2020, sans parler des malades non répertoriés. La JICA est venu en renfort pour sensibiliser la population d’Amparafaravola cette semaine.

L’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) a appuyé cette semaine les autorités sanitaires de la région Alaotra Mangoro pour l’organisation d’un atelier de sensibilisation sur les gestes barrières et la Covid-19, destiné aux utilisateurs d’eau du projet PC23. L’atelier s’est tenu au siège de la fédération TSARAVOY à Morarano Chrome le 16 mars 2021, avec la participation de l’association des médecins urgentistes de Madagascar et des six fédérations des riziculteurs. Ce projet est essentiel puisque selon le directeur régional de la Santé publique de la région, le Dr Andriatsimelo Fanovarijaina, la région vient d’enregistrer un premier cas actif, un homme de 51 ans localisé à Avaradrova dans la ville d’Ambatondrazaka. Toujours selon ce dernier « le district d’Amparafaravola doit rester très vigilant puisque l’année dernière, neuf cas sur dix de Covid-19 dans la région Alaotra Mangoro étaient localisés dans cette commune ». Ce dernier a donc fortement insisté sur le respect des gestes barrières.

Ambatondrazaka. Le DRS de l’Alaotra Mangoro nous a confirmé que peu de tests ont été effectués depuis le début de l’année car seules les personnes qui s’approchent des centres de soins et qui présentent les symptômes, bénéficient d’un dépistage et d’un traitement. Lors d’une descente dans le centre-ville d’Ambatondrazaka, nous nous sommes entretenus avec les habitants et beaucoup d’entre eux ont déclaré avoir souffert de la maladie à coronavirus en janvier. « Toute la famille a contracté la Covid-19 et notre mère a dû être évacuée à Antananarivo », nous a raconté un membre d’une famille localisée à Atsimondrova. Mais pas que, au cours du mois de janvier, un père de famille est décédé de la Covid-19 dans la même ville après avoir lutté quelques semaines à l’hôpital. Les rencontres effectuées dans les rues ont également permis de savoir que des gens qui présentent les symptômes de la grippe circulent librement, sans masque parfois. Les moyens financiers étant très limités pour une grande partie de la population de la ville, les gens se tournent vers les plantes médicinales traditionnelles pour se soigner, au lieu de se rendre dans les hôpitaux et centres de santé de base. Et pourtant, Ambatondrazaka compte huit centres hospitaliers qui peuvent accueillir les personnes atteintes par la Covid-19. Par ailleurs, les gestes barrières et le port de masque sont loin d’être respectés, comme à peu près dans toutes les villes du pays.

Aide de la JICA. Face à la menace de la Covid-19 qui a déjà entraîné l’interruption des travaux financés par la JICA et le départ des experts japonais d’Amparafaravola en 2020, l’agence japonaise a tenu à améliorer la lutte contre la Covid-19 afin de poursuivre ses projets dans la région. D’ailleurs, les spécialistes japonais qui travaillent sur le système d’irrigation des rizières ont repris le travail depuis peu. Dans le cadre de cette reprise d’activité, des équipements de protection individuelle ont été remis par la JICA aux CSB II de Morarano Chrome et d’Ambodirano. Les associations d’utilisateurs d’eau ont quant à elles bénéficié d’un atelier de sensibilisation et d’un lot de masques de protection.

Cette situation sanitaire délicate dans l’Alaotra Mangoro interroge sur la stratégie adoptée par le gouvernement pour lutter contre la Covid-19. La situation économique très précaire du pays rend particulièrement difficile la prévention de cette maladie qui semble déterminée à refaire une tournée nationale vu les derniers chiffres annoncés par le CCO.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Groupe Filatex : 18 tuyaux aux normes pour les sapeurs-pompiers

Le matériel, actuellement utilisé par le corps des sapeurs-pompiers, est vétuste et complique leurs missions lors des interventions. Il ne dispose également pas d’équipements suffisants pour assurer leurs missions. Mais après sollicitation des sapeurs-pompiers de la Commune Urbaine d’Antananarivo auprès du Groupe Filatex, celui-ci a apporté sa contribution. En tant qu’entreprise citoyenne, le groupe a répondu favorablement à la demande du corps des sapeurs-pompiers tananariviens. 18 tuyaux respectant les normes et les exigences des cahiers des charges ont été remis, hier, au bureau des sapeurs-pompiers à Tsaralalàna. Cet appui va contribuer à l’amélioration et au renforcement de la capacité opérationnelle du corps des sapeurs-pompiers et contribuer à assurer la sécurité de la population tananarivienne. Le corps de sapeurs-pompiers dispose actuellement de 10 camions de pompiers. « Nous demandons surtout à la population de rester toujours vigilante. Ces matériels seront utilisés à bon escient et il y aura un suivi quant à leur utilisation », a souligné un responsable au sein du corps des sapeurs-pompiers. Pour le Groupe Filatex, c’est Joël Rambinintsoa, directeur des services généraux et logistique qui a fait le déplacement et a réitéré l’engagement du groupe au sein de la communauté.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : mobilisation tous azimuts

C’est maintenant un véritable branle-bas de combat qui est décrété par les autorités malgaches devant la situation sanitaire qui se dégrade de jour en jour. La deuxième vague de l’épidémie ne laisse plus d’autre alternative que l’instauration d’un véritable état d’urgence. Les mesures prises en Conseil des ministres qui sont particulièrement astreignantes répondent parfaitement à la gravité de cette pandémie. Le risque de faire plonger notre pays dans une crise encore plus grave que l’année dernière est réel.

Covid-19 : mobilisation tous azimuts

Les autorités sanitaires sont au pied du mur et elles ont décidé de ne plus tergiverser. La propagation du virus est exponentielle et pour essayer de l’endiguer, il est nécessaire de combiner instauration de la discipline et mobilisation de moyens importants. C’est un reconfinement qui ne dit pas son nom qui est imposé. Les fermetures de marchés et la suppression des rassemblements ont été prises en connaissance de cause car ces lieux sont propices à la multiplication des cas contacts. Le relâchement constaté ces derniers temps se paye au prix fort. Le chef de l’État, lui-même, est obligé de monter en première ligne comme l’année dernière. L’utilisation du Covid organics et du CVO+ va être faite de façon massive, mais la pression se fait très forte pour un recours à la vaccination. Des voix s’élèvent de toutes parts pour autoriser les citoyens qui veulent se faire vacciner. Notre ambassadeur à Maurice, Camille Vital, lui-même, pousse ses compatriotes sur place à se faire vacciner. Le président de la République, qui ne veut pas être taxé de mauvaise foi, a donc décidé de saisir l’académie de médecine sur ce sujet. L’avis de nos académiciens sera déterminant. Mais pour de nombreux Malgaches, la messe est dite et c’est un libre choix qui doit être laissé à la population. Le pays est maintenant entré dans une nouvelle phase de la lutte contre la Covid-19. Toutes les énergies doivent être mobilisées pour ce faire.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Sabotsy-Namehana : Remise officielle du PCD, hier

Le maire de Sabotsy-Namehana tenant entre ses mains les documents portant sur le PCD.

La société « Business and Zeal Sarl » (BZ Sarl) a procédé à la remise officielle du Plan Communal de Développement (PCD), à la commune de Sabotsy-Namehana, hier, à l’Espace Etoile des Neiges sis à Sabotsy-Namehana. Il a fallu quatre mois et cinq jours pour la collecte et la confection des données statistiques. Cette cérémonie a été placée sous l’égide du chef de district d’Avaradrano et du maire de la commune de Sabotsy-Namehana. Les membres du conseil communal ainsi que les responsables techniques du comité chargé du développement

du ‘Fokontany’ au sein de ladite commune ont également été présents. Le maire Avotraina Andriamosa n’a pas manqué de féliciter Business and Zeal Sarl pour sa contribution dans le développement de la commune de Sabotsy-Namehana. Notons que ce PCD sera réalisé dans cinq ans. Toujours est-il que le prochain programme du maire et de ses collaborateurs sera axé sur la concrétisation des 13 « Velirano » du président de la République.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Non-respect des mesures sanitaires : Le nombre des « taxi-be » sanctionnés en hausse

La mise en fourrière de dix jours est le sort réservé aux véhicules sanctionnés.

Le contrôle des transports en commun sera davantage renforcé pour briser la chaîne de transmission de la Covid-19. Le Conseil des ministres du mercredi a d’ailleurs réitéré l’importance du respect des mesures sanitaires compte tenu du contexte actuel dans le pays. Cependant, ces mesures ne sont toujours pas respectées, contraignant le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie (MTTM) à passer aux sanctions. Du 15 janvier au 12 mars, 168 taxis-brousse et taxis-be ont été sanctionnés dont 160 placés en fourrière soit 95% d’entre eux. Mais dans son communiqué, le MTTM a indiqué que ces chiffres ont connu une augmentation depuis quelques semaines.

Parmi les mesures qui n’ont pas été respectées, il y a entre autres la non-désinfection des véhicules qui concerne 27,38% d’entre eux, le racolage des voyageurs qui touche 22,38% ou encore le non-respect du nombre limité des voyageurs dont 20,83% sont concernés. L’Agence des transports terrestres (ATT) a aussi souligné que l’interdiction des « strapontins » ou encore le port de masques pour les usagers ainsi que les chauffeurs et les receveurs sont toujours de rigueur. Des tunnels désinfectants ont aussi été mis en place au niveau des gares routières avec des dispositifs de lavage des mains avec du savon. Le remplissage du « manifold » est toujours exigé pour la traçabilité des passagers dont les données y afférentes sont déjà numérisées.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi Joli

Jao’s Pub Janga Ratah amène son « salegy aoe »

“Tonga ny ambatako leroa ah!”  Et oui, Janga Ratah confirme  sa présence. Cet apôtre du “salegy aoe” livrera un concert ce soir  à partir de 20 heures au Jao’s Pub. Il secoue les têtes des adeptes du Salegy et du Mangaja, un rythme très populaire dans la région du Nord-Est de Madagascar, notamment à Vohémar. Janga Ratah interprètera ses plus belles chansons telles que “Ambondra aoe”, “Lehilahy Joby”, “Amboara raha mba agnamboarako anao”. La sonorité de cet artiste est atypique, elle brasse  le rythme ancien et le  moderne. Elle s’ouvre également à d’autres rythmes des îles du Sud Ouest de l’Océan Indien notamment le “m’godro mahorais”.

En 2003, Janga Ratah était d’abord un danseur traditionnel. Il suivait  des chanteurs traditionnels comme Théo du Nord et Dio Mahavavy. Ensuite, il s’est fait repérer par le roi du Salegy. En 2008, il adhère au groupe Saramba. Forgé par le groupe pendant trois ans, Janga  décide de voler de ses propres ailes. Il continue  de composer de la musique traditionnelle.

 

Samy Andriamanaro Mahefa Ramiandrisoa au Karibotel

De l’orgue et du piano, c’est ce que proposent Samy Andriamanoro et Mahefa Ramiandrisoa au Karibotel ce soir à partir de 19h. La chanteuse Yrinaf est annoncée en tant qu’invitée.

Havana Resort Spa

Le “vazo miteny” retentira à Ambohidahy

Havana resort spa à Ambohidahy va héberger Olombelo Ricky ce soir à 20 heures. Effectivement le “vazo miteny” retentit cet endroit somptueux. L’auteur de « Kala ngita »  fera vibrer les noctambules avec son tambour.

En réalité, Olombelo Ricky est l’un des seuls artistes malgaches à avoir influencé en profondeur la jeunesse du pays. La « Rickymania » des années 90 et le « Vazimba spirits » des années 2000 ont transmis et continuent de transmettre les valeurs, les pratiques verbales, gestuelles et vestimentaires de ce personnage à des générations de spectateurs. ”Izy indrindra”, “1+1”, “Taratra hazavana”, “Antsampandrano”, “Mbola zaza”, “Kadasitr’i Madagasikara” ont marqué des étapes importantes dans la vie des familles, des couples, des militaires, des chercheurs, des étudiants, des politiciens, des sportifs…

 

Le Glacier

Liko Kininike rencontrera ses convaincus

Ce jeune homme séduit le cœur des adolescents et même des adultes avec ses paroles d’amour. Lui c’est Lioc Kininike, et il va offrir un concert au Glacier Analakely. Sa maturité et son professionnalisme ont séduit le public amateur de “mozika mafana”, lui donnant ainsi une notoriété légitime. Le jeune homme commence doucement mais sûrement à sortir des sentiers battus des chansons effrénées, sans pour autant oublier son image de metteur d’ambiance par excellence. Fidèle au même registre, Lico kininike chante toujours l’amour aux rythmes du zouk love avec une bonne pincée de “Tsapiky”. Un mélange de romantisme au soleil des tropiques.

 

Ivato

Les papas du rock  en place

Iraimbilanja investira “les Cygnes” Mandrosoa Ivato. Pour   ces papas du rock malgache, la nostalgie de leur répertoire est à l’ordre du jour. Histoire de revivre l’âge d’or des « Mosoara », Roger et ses compères reprendront les incontournables, les tubes et les chansons que seuls les inconditionnels connaissent. Soucieux de respecter les consignes sanitaires nécessaires et les gestes barrières, il va sans dire que le nombre d’invités est forcément limité. Le port de masque et l’utilisation de gel hydro alcoolique resteront obligatoires.

 

Zo Toniaina 

Midi Madagasikara0 partages

Tribunal Anosy : Des habitants d’Ambatofahavalo manifestent contre le défèrement de trois des leurs

Hier, le tribunal Anosy était en effervescence. Des habitants d’Ambatofahavalo, District Antananarivo Atsimondrano, se sont attroupés dans la cour du palais de Justice pour tenir une manifestation. Munis de banderoles, ils sont venus pour contester le défèrement d’une vingtaine de personnes de la dite commune. Les déférés sont poursuivis pour avoir détruit des biens de la société chinoise œuvrant dans l’exploitation de sable dans le “fokontany” d’Anakadivoribe Faravohitra, commune Ambatofahavalo, samedi dernier. Pour rappel, les habitants d’Ambatofahavalo se sont soulevés contre cette entreprise exploitant du sable dans la localité. Malgré les doléances émises par la population, l’entreprise persiste et poursuit le projet. Les Chinois s’obstinent parce qu’ils auraient, selon les informations, le soutien du maire de la commune d’Ambatofahavalo. Par contre, les habitants estiment que cette exploitation est néfaste au développement de la localité car elle dégrade l’environnement si l’on ne parle que la perturbation du flux de cours d’eau irriguant les rizières. Las de cette situation, les habitants ont décidé, samedi dernier, d’envahir le site de cette entreprise chinoise. Une manifestation qui a entraîné des affrontements avec les éléments de forces de l’ordre qui sont venus intervenir suite à l’appel de la société et des autorités locales. Des gendarmes de l’Emmo-Reg à Ankadilalana ont débarqué sur les lieux. L’affaire ne s’était pas arrêtée là. Les responsables de la société ont porté plainte auprès de la gendarmerie d’Andoharanofotsy et se plaignent d’être des victimes et qu’ils auraient subi beaucoup de préjudices (véhicules et machines endommagés par des jets de pierres). Saisie de l’affaire, la gendarmerie a ouvert une enquête et cela a débouché sur l’interpellation de 24 personnes. 20 d’entre eux ont été présentés au Parquet hier, mais leur défèrement a été reporté ce jour. Le juge de Parquet a pris cette décision parce qu’un nouveau suspect, qui devrait être auditionné auprès de la gendarmerie, n’a répondu à sa convocation qu’hier. On attend ainsi la suite de cette affaire qui risque de provoquer un phénomène de xénophobie.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Pôle anti-corruption : LP pour Clémence Raharinirina

La conseillère municipale, Clémence Raharinirina, a eu gain de cause concernant le différend l’opposant au maire de la Capitale, Naina Andriantsitohaina. Traduite devant le PAC, elle a obtenu ainsi la liberté provisoire, hier. Elle a notamment été accusée de trafic d’influence.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Manifestations culturelles : Des annulations se profilent en raison de la Covid-19

(photo d’archives)

Face à la recrudescence des nouveaux cas de Covid-19 en ce moment, les organisateurs événementiels sont de nouveau dans l’obligation d’annuler des concerts ou du moins de limiter le nombre du public.

Comme mentionné dans notre édition précédente, le regroupement de plus de 200 personnes est, une nouvelle fois, interdit à Madagascar. C’est ainsi que l’Alliance Française de Mahajanga a annoncé l’annulation du concours « Dis-moi dix mots » et de la scène ouverte spéciale chanson française prévus se tenir aujourd’hui 19 et demain 20 mars 2021. Le salon du livre qui devait se dérouler du 13 au 24 mars 2021 à l’Alliance Française de Mahajanga n’aura également pas lieu. Dans le même souci, la chanteuse et musicienne Fara Gloum, a, elle aussi, décidé de ne pas honorer de sa présence son cabaret prévu ce soir au Restaurant Jacaranda. À Antananarivo, certains acteurs culturels maintiennent tout de même les dates de concerts pour ce week-end. Ce qui peut sembler normal puisque la majorité des événements se déroulent dans des salles qui ne peuvent accueillir que très peu de personnes. Ceci dit, Samoëla a lui décidé de reporter tous ses concerts.

L’événementiel mis à l’épreuve. Le secteur de l’événementiel considère l’année 2020 comme une année blanche. Aujourd’hui encore, puisque la pandémie n’est toujours pas maîtrisée, les acteurs culturels se préparent à faire face à un risque d’arrêt total de leurs activités si la situation sanitaire se dégénère. Les chiffres liés à la Covid-19 ne cessent de monter en flèche ces dernières semaines et si le gouvernement décide tôt ou tard d’un reconfinement pour maîtriser la propagation du coronavirus, les métiers d’organisateurs événementiels risquent d’en prendre un coup. Ces acteurs qui ont déjà du mal à se relever après la première vague de la Covid-19. Pour l’heure, l’alerte ne s’est pas encore généralisée sur l’ensemble du pays et certaines villes comme Antananarivo peuvent encore profiter du luxe des spectacles. Tout dépendra de l’évolution de la situation pour le secteur culturel, qui jusqu’à preuve du contraire, ne fait pas partie des services essentiels.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Antanimora : Un évadé abattu à Anjozorobe

Longtemps recherché par les gendarmes, un détenu qui s’est évadé de la prison d’Antanimora a été retrouvé à Anjozorobe. Emprisonné pour des séries de viols, il a écopé d’une peine de 12 ans d’emprisonnement. Ce fugitif n’a pas obtempéré aux plusieurs sommations envoyées par les gendarmes qui ont dû faire usage de leurs armes. Il était considéré comme potentiellement dangereux. Connu pour des faits de vols aggravés, cet homme a été tué lors de son interpellation. L’évasion a eu lieu le 24 janvier dernier et les circonstances restent encore floues. Beaucoup de questions méritent une réponse, comment cet homme a pu s’échapper sous la surveillance des pénitenciers. Il y a quelques zones d’ombre à éclaircir. Après une recherche de deux mois, l’individu âgé de vingt-six ans, a été localisé à Ambohinome Anjozorobe par les gendarmes du poste local samedi. Il avait trouvé refuge dans la localité après son évasion. La capture du violeur a eu lieu grâce à un renseignement fourni par le “fokonolona”, étant donné que son visage est familier aux habitants en raison de ses crimes répétitifs commis dans le village. La densité de la forêt où se cachait le fugitif a rendu difficile le travail des gendarmes. Bien que les forces l’aient surpris en plein sommeil, le violeur ne s’est pas rendu facilement. De nouveau, il a encore essayé de s’enfuir, il a profité des bois épais dans la forêt pour se cacher et tenter de semer les gendarmes. Les forces de l’ordre n’ont pas cédé et ont continué la course-poursuite. Plusieurs coups de feu ont été tirés. Blessé, le fuyard a succombé à ses blessures. L’opération a duré près d’une heure.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Musique : De l’acoustique avec Marion

Marion est chaud bouillant pour ce mois de mars jusqu’en début avril. Il sera à l’affiche à Ivato au Les Cygnes samedi à partir de 20h. Avec toute discrétion, bien qu’il ne soit plus en première ligne dans les hit-parades, le chanteur fait avec succès son petit bonhomme de chemin. Pour ce rendez-vous à l’ouest de la Capitale, il s’agira d’un concert en acoustique. Histoire aussi de retrouver toute la panoplie artistique du chanteur. Sûrement, les titres comme « Feno anao », « Tomany » et tous les morceaux qui ont bâti le succès de Marion. Il a aussi récemment sorti quelques nouvelles chansons, la plus récente est « Ianao irery ho ahy ». Une chanson digne d’une ouverture de mariage. Une ballade langoureuse, dans le sillage de la pop et de la variété. L’artiste y est plus posé, sa voix a aussi gagné en maturité. Avant ce titre, il y a eu « Razazavavy », une reprise de Spesialista.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Barea : Marco Ilaimaharitra positif à la Covid-19

Jean François Marc dit Bancé rejoint le groupe.

La série noire se poursuit dans les rangs des Barea car après le test positif de Rayan Raveloson, ce fut au tour de Marco Ilaimaharitra de subir le même sort. De ce fait, il ne pourra pas participer aux matches contre l’Éthiopie et le Niger.

De toutes les façons, Covid-19 ou pas, le club a désormais le droit de retenir ses joueurs grâce à cette nouvelle règle émanant de la FIFA. Une disposition qui compromet tout à tel point qu’on se demande si un report serait plus approprié au lieu de priver les équipes nationales de leurs pièces maîtresses. Dans le cas des Barea, on ne pourra donc compter sur Abel Anicet. Comme Marco Ilaimaharitra ne viendra pas, cela laisse un vide dans le dispositif mis en place par Nicolas Dupuis pour former un premier rideau. Plus grave encore lorsqu’on sait que Rayan Raveloson n’est pas là alors qu’il pourrait tenir ce poste. Si on y ajoute l’absence de Morel et Fontaine dans l’axe, alors il y des raisons d’être inquiet, d’autant que les Éthiopiens majoritairement des locaux, n’ont pas ces problèmes. Face à cette situation, Nicolas Dupuis est en train de revoir sa copie en faisant appel à des roues de secours. À commencer par rappeler Mamy Gervais et Toavina Deba Kely auxquels il a ajouté deux inconnus à vocation défensive dont Naina Théo du COSFA mais aussi Bancé du Five FC. On espère qu’il a fait le bon choix car une analyse plus poussée des acteurs de Pro League se penche plutôt sur Rija Rasoanaivo du CSDFC ou encore Tony d’Elgeco Plus, sans oublier Veve du Five à la pointe de l’attaque même comme doublure de Faneva Ima. Des avis largement partagés, mais gageons que Nicolas Dupuis ait ses raisons que les férus de Pro League ne connaissent pas.

La liste additive :

– Toavina Rambeloson

– Jean Claude Marobe

– Mamy Gervais Randrianarisoa

– Naina Théo Urbain

– François Ranaivo

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Oladad et Dat’Kotry en fusion

Une collaboration inattendue ! Les groupes Oladad et Dat’Kotry ont réalisé un featuring dans la chanson « Ziva ». Sorti hier, le morceau commence déjà à inonder les ondes radio et les réseaux sociaux. Souvent dans le rythme trad’ fusion, ces artistes ont décidé de mélanger leur savoir-faire afin que leurs convaincus puissent admirer leur œuvre. C’est la première fois qu’ils travaillent ensemble. Cependant, ils se sentent à l’aise sur l’instrumental. Leurs voix s’accordent à merveille et cela crée une certaine sensualité avec une mélodie atypique.

Iss Heridiny