Les actualités à Madagascar du Jeudi 19 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara7 partages

Iavoloha – Ambohitsorohitra : Gels hydroalcooliques exigés

L’exemple vient d’en haut. Les menaces de la pandémie Coronavirus sont prises très au sérieux au niveau de la Présidence de la République. Le président Andry Rajoelina pilote lui-même les opérations pour la mise en œuvre de toutes les actions visant à empêcher l’entrée du Covid-19 sur le territoire national. Au niveau de la Présidence, des dispositifs particuliers viennent d’être mis en œuvre pour sécuriser les employés et les visiteurs. Le Chef de l’Etat vient de donner une instruction ferme. Désormais, il est impératif pour tous les employés et les visiteurs qui se présentent aux Palais d’Iavoloha et d’Ambohitsorohitra, ainsi qu’au bâtiment de la Francophonie à Antaninarenina qui abrite les bureaux du personnel de la Présidence, de se laver les mains avec des gels hydroalcooliques avant d’entrer à l’intérieur desdits locaux. Interdiction également de se serrer les mains. Les salutations se font uniquement en secouant la tête et/ou à distance. Et ce, en application de la distanciation sociale de 1 m imposée et reconnue universellement dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. Des gels sont placés à tous les accueils. Pour préserver le président et son épouse, toute personne devant les rencontrer doit se laver les mains avec des gels hydroalcooliques. De par cette instruction, le président Andry Rajoelina tente de donner l’exemple à suivre pour les ministères et autres institutions.

Davis R

Midi Madagasikara6 partages

Education à Madagascar : L’adoption d’une politique linguistique éducative est de plus en plus pressante

Les derniers résultats des enquêtes sur les indicateurs de prestation de service en éducation de 2019 indiquent que 97 % des enfants malgaches de moins de dix ans ne savent ni lire ni écrire. Et encore, une grande majorité des jeunes en âge de travailler n’auraient pas les capacités linguistiques requises malgré tant d’années passées à étudier différentes langues durant leur cursus scolaire. Ceci amène à penser que le souci vient peut-être d’un manque de politique linguistique éducative stable (PLE). Dans la réforme envisagée par le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel, l’adoption d’une PLE stable peut éventuellement apporter une solution durable à la situation de l’éducation à Madagascar.

En ce moment, « force est de constater que la maîtrise de la langue maternelle, qui est le malgache, mais aussi des langues étrangères comme l’anglais ou le français en milieu scolaire reste un grand défi à relever. Parmi les causes qui peuvent expliquer cette situation, on peut citer, par exemple, le manque de qualification des enseignants, mais surtout l’inexistence d’une politique linguistique éducative stable à Madagascar », nous a expliqué une source auprès du ministère. Aussi, « intégrer la mise en place d’une PLE dans la réforme de l’éducation semble inévitable », toujours selon cette même source. Toutefois, un tel projet ne peut se faire aussi facilement sans recueillir les avis de toutes les parties concernées. C’est ainsi qu’actuellement, des ateliers de concertation et des activités de recherches sont menés par les responsables un peu partout à travers le pays.

Implication des enseignants-chercheurs

Nous avons eu l’occasion de parler longuement de la PLE avec les enseignants-chercheurs chargés de travailler sur ce projet. C’est ainsi que le Pr. Vololona Randriamarotsimba nous a expliqué que « la politique linguistique éducative s’intéresse principalement aux langues enseignées et aux langues d’enseignement ». Ce professeur nous a également parlé des travaux d’études menés ailleurs, plus précisément concernant le plurilinguisme en Europe, en faisant savoir que les langues d’enseignement occupent une place centrale dans l’éducation du fait qu’elles améliorent les compétences communicatives, favorisent les compétences cognitives de base et assurent la formation sociale et citoyenne. Si on veut donc donner les meilleures chances à nos enfants, il est plus qu’important de mettre en place une politique linguistique éducative stable à Madagascar.

Pour ce qui est du rôle de ces enseignants-chercheurs dans ce projet, ils occupent une place importante puisqu’à travers eux, il est possible d’obtenir des expertises sociolinguistiques basées sur les données réelles de la société malgache. D’ailleurs, un document intitulé « Appui à la réflexion sur l’élaboration d’une politique linguistique éducative à Madagascar » vient d’être publié en 2018 avec la contribution de plusieurs experts comme Estelle Dagaut, Vololona Randriamarotsimba et Velomihanta Ranaivo, toutes des expertes dans le domaine.

Ecouter les besoins de chaque partie

L’élaboration d’une PLE ne peut toutefois se résoudre aux avis uniques des chercheurs, car il convient aussi de voir les besoins réels de l’éducation à Madagascar. Ainsi, divers séminaires d’échanges et de partages ont déjà été menés, notamment à Ambohimanambola et à Mahajanga. Selon nos sources auprès du MENETP, les responsables vont encore poursuivre les concertations dans les autres régions de la Grande île pour recueillir tous les avis sur la question. Pour l’instant, aucune direction ne nous a encore été indiquée puisque les recherches sont en cours. Par contre, ce qui est certain c’est que l’adoption d’une politique linguistique éducative est inévitable afin de garantir l’avenir des enfants malgache pour les prochaines années. « De toutes les façons, si on regarde ce qui se fait ailleurs, une PLE n’est modifiée qu’au bout de cinquante ans pour les pays les plus avancés. Cela signifie que leur système est bien rôdé et qu’il existe une réelle stabilité de la politique malgré les différents changements de régime », a notifié une de nos sources au sein du MENETP.

A noter que le ministère de l’Enseignement supérieur, le ministère de l’Education nationale, les représentants des écoles privées, les enseignants-chercheurs, les parents d’élèves, les enseignants et tous les acteurs de près ou de loin dans le secteur de l’éducation à Madagascar sont engagés dans cette grande discussion.

Un conseil national de l’éducation apolitique et indépendant

Enfin, le Pr. Judith Razafimbelo Raholdina et le Pr. Vololona Randriamarotsimba ont évoqué la nécessité d’un conseil national de l’éducation indépendant afin de pérenniser la politique linguistique éducative à adopter prochainement. Cependant, pour qu’elle puisse être durable, il faut qu’elle soit bien étudiée. Et cela relève encore d’un travail de longue haleine.

Anja RANDRIAMAHEFA

 

Interview

Les professeures Judith Raholdina Razafimbelo (à gauche) et Vololona Randriamarotsimba, ont beaucoup à apporter pour l’éducation malgache. (crédit photo : Maminirina Rado)

Pr. Vololona Randriamarotsimba et Pr. Judith Raholdina Razafimbelo pour un rapport éducation/langue inclusif

Les professeurs Vololona Randriamarotsimba et Judith Raholdina Razafimbelo, parmi les plus reconnues dans le domaine de la recherche pour l’amélioration de l’éducation malgache, à travers cette interview, dressent le tableau actuel du rapport « langue en présence et éducation à Madagascar. Sans langue de bois ». 

Le plurilinguisme est un état de fait qui est peu évoqué à Madagascar, est-ce que vous pouvez dresser la situation actuelle de ce rapport langue/éducation ?

Vololona Randriamarotsimba : Madagascar est un pays plurilingue, ça c’est un fait qu’il faut apprendre à accepter parce qu’en général, on a une perception monolingue de notre situation linguistique. Donc, on pense mettre comme principe de base que Madagascar est plurilingue. Le plurilinguisme ne signifie pas maîtrise complète de toutes les langues en contact, mais une connaissance plus ou moins parfaite de celles-ci.

Les  politiques linguistiques qui se sont succédé au pays jusqu’à nos jour ne se sont jamais fondées sur la polarité linguistique. Cela est une chose. En plus, cela n’a pas fait l’objet d’un projet de société mais a été tout simplement défini par les autorités. Et le grand inconvénient c’est qu’à chaque changement de dirigeant, il y a également un changement de politique linguistique éducative.

Judith Raholdina Razafimbelo : On n’est pas encore là pour dire ce qui nous a conduit notre système dans cette situation, nous devons partir d’un constat. Alors, depuis l’indépendance, nous avons décrété le bilinguisme au primaire. En 1975, nous avons opté pour la malgachisation. En 1984, nous avons relancé le français. Finalement en 1996, la langue d’enseignement officielle a été le français en deuxième année du primaire. Ces changements successifs démontrent une certaine immaturité de notre politique linguistique éducative.

Alors, d’après nos recherches, depuis 1996, j’ai été surtout orientée vers la discipline non linguistique, mais dans la langue d’enseignement. Nous avons analysé ce qui se passe dans l’enseignement de la science, physique, science de la vie et de la terre etc. Nous avons étudié les utilisateurs de la langue face à cette politique linguistique.

A partir de là, dans l’enseignement de ces disciplines qui devraient être enseignées en français, les enseignants ne maîtrisent pas le français, à plus forte raison les élèves . Alors, finalement, la politique linguistique n’a jamais été appliquée. Ce qui a fait apparaître le « frangasy ». Voilà donc le constat, aucune politique linguistique n’a  concrètement été utilisée à Madagascar. Alors, il est temps de se demander comment établir une politique linguistique éducative que les utilisateurs pourront vraiment appliquer.

Ces tâtonnements, disons ces manques de réelles initiatives, ont-ils eu des impacts si l’on considère que les Malgaches semblent faire confiance à leur système éducatif ?

Vololona Randriamarotsimba : Cela dépend. Dans le système éducatif actuel, il y a de l’injustice et de l’inégalité. Il y a la classe sociale aisée qui envoie leurs enfants dans les écoles anglophones. Certains  envoient leurs enfants dans les écoles francophones. La bourgeoisie moyenne choisit les écoles dites d’expression française même si, quelques fois, il ne s’agit que d’un français approximatif. Et les enfants des classes défavorisées restent dans les écoles publiques parce que leurs parents n’ont pas le choix. Ils ne peuvent pas faire autrement, ils n’ont pas suffisamment d’argent pour envoyer leurs enfants où l’on paye des frais de scolarité.

Ce qui fait que c’est injuste, c’est une source de stratification sociale. Et on voit cette inégalité à partir des résultats du baccalauréat. Même à l’université, ces enfants sont automatiquement différenciés en fonction de leurs écoles. Mais il y a également une inégalité face au savoir, parce que le savoir transmis dans ces écoles de prestige n’est pas le même qu celui dans les écoles publiques, rien qu’en considérant la formation des enseignants et tout le reste. En outre, il y a les difficultés des enfants des écoles publiques à vraiment s’ouvrir au monde, alors qu’on est dans une ère de mondialisation. Par exemple, bon nombre des recrutement dans les grandes entreprises se font en anglais, et si le candidat n’a pas suffisamment de bagage en anglais, ses chances sont minces. Ce qui fait que, ce sont toujours les enfants des riches qui vont avoir accès aux professions de prestige.

Judith Raholdina Razafimbelo : L’enseignement de la langue est à revoir. De façon générale, pourquoi pendant des dizaines d’années d’apprentissage, les enseignants n’arrivent pas à aligner des phrases correctes en français. Il y a actuellement des étudiants en cinquième année universitaire qui rédigent leur mémoire, et c’est navrant de voir qu’il n’y a pas une seule phrase sans qu’il y ait une faute. Alors, il y a des efforts à entreprendre dans la maîtrise de la langue, soit la langue enseignée et la langue d’enseignement. Il est possible d’enseigner la langue, mais il faudrait trouver la méthode pour que les utilisateurs la maîtrisent. C’est pour cela que, même en milieu rural, il est possible d’être calé en chimie, en physique… car ces matières sont enseignés en malgache.

Vololona Randriamarotsimba : On exige souvent même, dans la communication courante, la norme. Il y a une sorte de représentation linguistique qui admet que certaines pratiques ne sont pas bonnes par rapport à d’autres. Or, toutes les langues, toutes les pratiques se valent. Seulement, et je le répète, dans le système éducatif, surtout à l’écrit, la norme est quand même de mise. Le problème, toujours avec la question de langue, c’est cette notion de norme.

Recueillis par Maminirina Rado

Dossier réalisé par Anja RANDRIAMAHEFA et Maminirina Rado

Midi Madagasikara6 partages

Alasora : Jiolahy tratran’ny fokonolona, saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Avy nanao ny asa ratsiny, namaky tranon’olona tao Ambodivondava Andrefana, kaominina Alasora mihitsy ity lehilahy iray, 29 taona no tra-tehak’ireo fokonolona, rehefa avy nifanenjehana, teny an-toerana omaly. Efa saika ratsy fiafara ingahirainy, satria efa vonona tamin’ny fitsaram-bahoaka ireo fokonolona saingy soa ihany fa nalaky tonga ny pôlisy.

« Tokony ho tamin’ny iray ora tolakandro no naharay antso avy amin’ny fokonolona tao Ambodivondava Andrefana ny Polisy mahakasika ny fahatraran’izy ireo lehilahy iray, 29 taona, vao avy namaky tranon’olona teny an-toerana. Tonga teny an-toerana avy hatrany ny Polisy nizaha ifotony ny zava-nitranga ka voaaro tamin’ny fitsaram-bahoaka ity olon-dratsy ity », hoy ny fampitam-baovao azo avy amin’ny Sampana misahana ny serasera avy eo anivon’ny polisim-pirenena. Voalaza fa tamin’ny fotoana nahatratrarana ity olon-dratsy ity dia mbola tratra teny aminy ireo fitaovana isan-karazany fentiny manao ny asa ratsiny. Mbola nisy entana halatra maromaro ihany koa sarona teny amin’ity farany, araka ny voalazan’ny loharanom-baovao hatrany. Anisan’izany ny finday maromaro, fahitalavitra lehibe iray ary fitaovan-dakozia isan-karazany, ambanin’ny biby fiompy rehetra tao an-trano toy ny akoho sy voromailala vitsivitsy. Mbola ao anatin’ny fanadihadiana ity olon-dratsy ity tanteraka moa ireo polisy amin’izao ary « rehefa vita izany dia haverina amin’ny tompony ihany koa ireo entana ireo ».

m.L

Midi Madagasikara3 partages

Développement du secteur financier : Appel à contributions des universitaires lancé par MFW4A

Une subvention académique de 1 000 euros sera accordée au lauréat de l’appel à contributions. Le partenariat MFW4A invite les universitaires des pays membres de la Bad à soumettre leurs essais sur le développement du secteur financier en Afrique.

Les étudiants et chercheurs malgaches auront l’occasion d’avancer leurs propositions de contribution pour le développement du secteur financier en Afrique. Lundi dernier, le secrétariat du partenariat « Making finance work for africa » (MFW4A) a lancé un appel et invite tous les étudiants et chercheurs inscrits ou membres d’un établissement académique, à soumettre leurs essais sur le secteur financier africain. Selon les explications, l’objectif de cette initiative est de favoriser une meilleure compréhension de certains phénomènes entravant le développement du secteur financier africain et de recueillir des propositions de solutions novatrices. « Les sujets retenus pour cette édition portent sur les thématiques prioritaires du partenariat MFW4A. Il s’agit du Renforcement de l’éducation et la littératie financières en Afrique (thématique d’inclusion financière) ; des Caisses de dépôts et consignations (CDC) et investisseurs institutionnels africains : feuille de route pour un meilleur impact social et économique (thématique des financements à long terme) ; et enfin de la Régulation des services financiers non bancaires et les Fintechs (thématique de la gouvernance et de la stabilité financière) », ont indiqué les organisateurs.

Modalités. Selon les informations,  les candidats pouvant répondre à cet appel à contributions doivent être âgés d’au moins 18 ans en 2020 et être, soit inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur, soit être membres en qualité de chercheur de cet établissement (université, école d’enseignement supérieur etc). « La participation est gratuite. Aucune restriction concernant le domaine d’études et les potentiels du candidat n’est imposée. Toutefois, l’essai soumis doit être original, c’est-à-dire non publié, et doit impérativement traiter l’un des sujets susmentionnés. Les candidats de tous les pays sont invités à soumettre leurs essais soit en français, soit en anglais », a souligné le partenariat MFW4A. A noter que le lauréat de cet appel à contributions recevra une subvention académique de 1 000 euros et sera invité à discuter de son essai avec des spécialistes du secteur financier. L’essai gagnant, ainsi que les deux autres essais finalistes seront également publiés sur le portail en ligne de MFW4A, dans la lettre d’information bimensuelle et sur les sites web des bailleurs et partenaires de MFW4A.

Soumission. Les résumés longs devront être soumis avant le 31 mars 2020 et les auteurs sélectionnés seront invités à transmettre leur essai en version intégrale au plus tard le 15 mai 2020. Le secrétariat du MFW4A encourage particulièrement les soumissions d’essais de candidats de sexe féminin et de citoyens des pays membres régionaux de la Banque africaine de développement (Bad).

Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

Coronavirus : Inquiétude des touristes bloqués à Nosy-Be

Les touristes fuient Madagascar pour leur pays où le Coronavirus fait rage.

L’annonce du Président de la République Andry Rajoelina au sujet de la suspension par Madagascar de ses liaisons aériennes avec l’Europe a créé un vent de panique chez les étrangers encore restés sur le territoire malgache. La peur gagne de plus en plus du terrain et les touristes se bousculent pour rentrer chez eux. En effet, la suspension des liaisons s’applique aux aéroports de Nosy-Be, Tamatave, Majunga, Diégo, Tuléar et Fort-Dauphin du lundi 16 mars au samedi 18 avril prochain. Tandis que celle d’Antananarivo est programmée du 20 mars au 18 avril. C’est dans ce contexte que des touristes « bloqués » à Nosy-Be ont commencé à hausser le ton, a rapporté un média international hier. Les vols seraient saturés et les étrangers auraient recours à des dessous-de-table pour dénicher des billets d’avion auprès des compagnies aériennes. Par ailleurs, l’Etat vient d’annoncer que les huit derniers vols en partance pour l’étranger décolleront ce jour. Trente personnes en provenance de l’Europe sont actuellement mises en quarantaine au centre de loisir de Vontovorona. Sous surveillance médicale pendant quatorze jours, les personnes en question seront prises en charge par l’Etat malgache et seront privées de tout contact avec le monde extérieur. Pour en revenir à Nosy-Be, la situation qui y prévaut actuellement n’est pas anodine dans la mesure où les étrangers préfèrent rentrer chez eux, là où le coronavirus fait des victimes, que de rester à Madagascar…annoncé au stade zéro.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Députés-maires : Pas de déclaration de financement de campagne, selon le CCFVP

La CCFVP ont fait savoir que les députés et les maires n’ont pas procédé à la déclaration de financement de leurs campagnes.

Cette commission a pour rôle, selon l’article 87 de la loi n°2018-008, « de constater l’accomplissement par le trésorier de compte de campagne de sa mission, du respect de la condition du compte unique et du contrôle de légalité des recettes perçues et le caractère électoral des dépenses effectuées ».

Des membres de la Commission de contrôle du financement de la vie politique (CCFVP), conduits par leur président Rado Milijaona, ont effectué une visite de courtoisie auprès de la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, hier au Palais de Tsimbazaza. Lors de cette rencontre, cette commission a remis à la présidente de la Chambre basse du parlement le rapport public sur le financement des campagnes de l’élection présidentielle de 2018. De son côté, la présidente de l’Assemblée nationale a exhorté les membres de cette Institution de s’acquitter de leur devoir.

Somme engagée. En marge de cette visite de courtoisie, les membres de la CCFVP ont tenu une conférence de presse. Son président a parlé effectivement des fonds de campagne. Ainsi, pour l’élection présidentielle, 23 sur 36 candidats ont déclaré leurs financements de campagne, selon cette commission. Cette dernière n’a toutefois pas donné de nom. Il s’agit notamment de la somme engagée à des fins électorales. Est-ce que les candidats ont eu des comptes bancaires ? Concernant les législatives et les communales, toujours d’après la CCFVP, il n’y avait eu aucune déclaration de fonds de campagne que ce soit pour les députés ou pour les maires élus. Le président de la CCFVP a toutefois souligné qu’il n’y avait pas de poste et encore moins de banque dans les communes enclavées du pays. C’est ce qui explique notamment que certains élus n’ont pas eu la possibilité de faire leurs déclarations.

Activités. Rado Milijaona d’enchaîner que cette commission n’a été mise en place que depuis un an et demi, c’est ce qui fait que les gens ne sont pas vraiment au courant de ses activités. Elle ne compte que cinq membres en tout et pour tout. Faut-il rappeler que la CCFVP a été officiellement installée le 1er août 2018. Comme le prévoit l’article 89 de la loi n°2018-008 relative au régime général des élections et des référendums. Ces cinq membres sont composés notamment de trois magistrats de la Cour des comptes désignés par le premier président de la Cour suprême, sur proposition du président de la Cour des comptes, deux experts-comptables inscrits dans le tableau de l’ordre des experts-comptables agréés et des financiers de Madagascar, désignés par le président de l’Ordre.

Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Désaccord entre députés et sénateurs : Le PM demande l’avis de la HCC

Le PM a saisi le juge constitutionnel

Le Premier ministre a saisi la HCC le 16 mars dernier, soit le jour même de la clôture officielle de la session extraordinaire du Parlement aux fins de demander l’avis du juge constitutionnel sur la constitution d’une commission mixte paritaire.

Le chef du gouvernement a mis en branle l’article 96 alinéa 2 de la Constitution qui dispose que « lorsque par suite d’un désaccord entre les deux Assemblées, un projet ou une proposition de loi n’a pu être adoptée après deux lectures par chaque Assemblée ou si le gouvernement a déclaré l’urgence, après une seule lecture par chacune d’elles, le Premier ministre a la faculté de provoquer la réunion d’une commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion (…) ».

Aucun amendement. En effet, sur les neuf ordonnances présidentielles soumises à la ratification du Parlement, six n’ont pas été adoptées par Anosikely. Entre autres, l’ordonnance relative au fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs de Madagascar. Lesquels sont acculés au pied du mur car le même article de la Constitution ajoute que « le texte élaboré par la commission peut être soumis par le gouvernement pour approbation des deux Assemblées ». Autrement dit, Mahazoarivo peut demander ou pas, l’aval de Tsimbazaza et d’Anosikely. Dans tous les cas de figure, « aucun amendement n’est recevable sauf accord du gouvernement ».

Crise sanitaire. Dans l’hypothèse où le Sénat continue de faire obstruction ou de continuer sa manœuvre dilatoire, l’article 96 in fine de prévoir que « si la commission ne parvient pas à l’adoption d’un texte commun, ou si ce texte n’est pas adopté dans les conditions prévues à l’article précédent, l’Assemblée nationale statue définitivement à la majorité absolue des membres la composant ». Ce qui suppose une seconde session extraordinaire qui risque d’obérer les deniers publics au moment où le spectre d’une crise sanitaire grave plane sur le pays. Sans parler de la constitutionnalité de la récente session extraordinaire qui prête à discussion parce que, contraire à l’article 76 de la loi fondamentale qui stipule que « la durée de la session ne peut excéder douze jours ».

Jours francs. La clôture a eu lieu le lundi 16 mars puisque le 12è jour tombait un dimanche, selon la présidente de l’Assemblée nationale. Magistrat de formation, elle raisonne visiblement en termes de jours francs. Un décompte qui devrait aussi exclure le jour du départ et le jour du terme de la session. Ce qui aurait allongé davantage la durée de la session…extraordinaire, avec ce que cela aurait entraîné d’indemnités supplémentaires pour les députés et les sénateurs. Déjà qu’un jour de session de plus équivaut à des millions d’ariary de moins dans les caisses de l’Etat, sauf si le jour de clôture ne compte pas non plus dans le calcul des indemnités.

R.O

Midi Madagasikara1 partages

Stade Barea Mahamasina : Aucun symptôme de COVID-19 sur les 17 chinois confinés

17 chinois sont confinés dans 8 chambres derrière les gradins de Mahamasina.

Ces techniciens de l’entreprise CSCOD sont munis d’un certificat de bonne santé que les autorités chinoises leur ont délivré avant leur départ de Chine.

La discipline. C’est le mot d’ordre au sein de l’entreprise « China state construction overseas development » (CSCOD) qui se charge de la construction du Stade Barea à Mahamasina. Lors de notre descente hier sur le site, Mr Lin, directeur de cette société, a expliqué la procédure de recrutement des employés. « CSCOD étant une société d’Etat, nous ne pouvons agir qu’en respectant la discipline et les normes », a-t-il soutenu, tout en faisant savoir qu’« en tant que représentant du Gouvernement chinois, ladite société doit se conformer non seulement à un engagement social, mais aussi aux principes et conditions diplomatiques ». Hors de question donc de mentir, de tricher ou de présenter de faux documents concernant l’état de santé de ses employés.

Certificat de bonne santé. Hier, les responsables de l’entreprise ont tenu à démentir les rumeurs selon lesquelles des employés chinois de la société sont atteints du Coronavirus. « Les 17 techniciens chinois arrivés à Madagascar le 1er mars dernier sont en bonne santé et ne présentent aucun symptôme du Covid-19 », a précisé Mr Lin. En effet, en effectuant une descente à Mahamasina, nous avons pu confirmer la véracité de cette explication. 17 chinois sont confinés dans un bâtiment de 8 chambres qui se trouve derrière les gradins du stade, du côté du palais des Sports. Comme tous les passagers qui viennent d’arriver à Madagascar, ils sont aussi soumis à la procédure de mise en quarantaine qui durera 14 jours. Et ce, même si avant de quitter la Chine, ils ont déjà été placés en quarantaine pendant 14 jours. Ces techniciens chinois de l’entreprise China state construction overseas development sont d’ailleurs munis d’un certificat de bonne santé délivré par les autorités chinoises. « En tant que représentants d’une entreprise d’Etat chinoise, nous ne pouvons pas recruter des gens qui pourraient représenter un risque pour le peuple malgache », a déclaré Mr Lin, le directeur de CSCOD. Par ailleurs, comme les autres passagers qui ont été mis en quarantaine, ces chinois reçoivent aussi les visites quotidiennes des agents du ministère de la Santé publique qui contrôlent leur état de santé et prélèvent leur température. Deux fois par jour, un rapport sur leur température doit être envoyé à la Direction de contrôle du ministère de la Santé. Sur le sol malgache depuis quelques jours, ces techniciens chinois reçoivent toujours des notifications de « Chine Télécom », la compagnie qui continue de les tracer par géo-localisation et de suivre leur état de santé, tout en précisant s’ils se trouvent dans une zone infectée ou non.

Sèche-linge. Pour le moment donc, d’après ce que nous avons pu constater lors de notre descente sur les lieux, zéro cas de Coronavirus chez les Chinois qui s’occupent de la construction du Stade Barea. Les mesures de sécurité telles que le port de masque obligatoire et la distance d’un mètre lors des visites sont également scrupuleusement respectées. En attendant la fin de leur mise en quarantaine, ces techniciens chinois sont encore interdits de travailler ni même de se rendre sur le site de construction du Stade Barea. Ils passent leur temps à manipuler leurs ordinateurs et leurs téléphones dans leurs chambres de confinement où l’on ne voit que des lits superposés qui leur sert aussi de sèche-linge. Il convient aussi de noter que bien malgré les perturbations provoquées par le Coronavirus, les travaux de construction du Stade de Mahamasina suivent leur cours. Quelques techniciens chinois et des ouvriers malgaches sont à pied d’œuvre. Reste à savoir cependant si le projet sera réalisé à temps vu le fait qu’avec le Covid-19, l’entreprise fait face à de nombreuses difficultés, notamment à propos de l’acheminement des matériaux venant de la Chine vers Madagascar.

Davis R

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les autorités contrôlent les prix des marchandises

La hausse des prix de certains produits a été remarquée dernièrement, notamment ceux de la première nécessité. En effet, vu la propagation mondiale du Covid-19, certains commerçants mettent des produits en stock et dans un même temps, haussent les prix des produits restants.
Face à celà, les autorités ont décidé d'intervenir. Le Ministère du commerce et de l'industrie, le ministère de la sécurité sociale, et le Secrétaire Général au sein de la Gendarmerie Nationale ont fait une descente sur les lieux afin d'effectuer une inspection. Résultats : trois points de vente ont été fermés et les marchandises d'un grossiste ont été détenues pour abus de prix. Les autorités demandent à être prevenus dans les cas comme celui ci.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Des produits périmés saisis et détruits

Des produits périmés continuent encore à être vendus dans le pays. Des jus de fruits de la marque « RITA» d'une trentaine de boîte ont été repérés par la police le 18 Mars 2020. Ces produits allaient être envoyés Ambilobe afin d'être commercialisés.
Face à cela, la délégation du ministère du commerce et de l'industrie siégeant dans la région a tout de suite procédé à la destruction de ces produits en brûlant ces boissons périmés. La police a affirmé que ces produits n'avaient pas non plus des papiers légaux.
Ino Vaovao0 partages

FAHATAPAHANA HISATRA TENY ISORAKA : Niraikitra teo amin’ny fiara ny tongotr’ilay voadona

Fiara tapaka hisatra nandeha tamin’ny  lalana “pavé” mitsororika midina any Anosy  iny  no niantombohan’ny  loza raha ny  loharanom-baovao  voarainay. Vokany, tovolahy iray   nitondra moto  no  voafaokany tamin’io fotoana io  ka avy  hatrany  dia nifatratra tamina fiara iray  nipetraka teny  ambany. 

Naratra  mafy  ilay  mpitondra moto  no  sady  niraikitra  teo  anelanelan’ny  kodiarana sy ny “carrosserie” an’ ilay fiara voadona ny   tongony. Minitra  vitsy  moa dia tonga teny  an-toerana ny  mpitandro  filaminana  nizaha ny raharaha. Tsy  misy  aloha teto  ny  aina nafoy  saingy  manao  antso avo  amin’ny  rehetra mandrakariva izy  ireo  mba ho mailo  na amin’ny  fanajana ny hafainganam-pandeha izany  na koa  ny fanatsarana ny kalitaon’ny  fiara  mandrakariva, hisorohana ny  loza misesilany.  

Raha tsiahivina dia vao tamin’ny fiatombohan’ity  herinandro  ity  ihany  koa  teny  Mahamasina no  nisy  lehilahy maty   voafaokan’ ny fiara  nandeha mafy   izay niraikitra teo amin’ny maotera mihitsy  ny  vatana  mangatsiakany. Mila mitandrina mandrakariva  fa lahitokana ny aina.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Tovovavy avy niala voly, hita faty feno dian’antsy teo amoron-dalana ny alarobia teo

Tovovavy antsoina hoe Vanessa 22 taona avy any Fenoarivo-Atsinanana ity hita faty ity. Raha ny fanazavana voaray, dia nisy nahita ity tovovavy ity tao amin’ny efitrano fandihizana iray tao Ankirihiry, ny alin’ny talata hifoha alarobia. 

Fantatra araka ny nambaran’ny vaovao miely amin’ity trangana vono olona tao Toamasina ity fa nisy  andiam-behivavy tao amin’ilay efitrano fandihizana tao Ankirihiry io nilaza an’i Vanessa ho miseho milay. Izy izay azo ambara fa tovovavy tokoa, manana ny hatsaran-tarehy. Ny angom-baovao hatrany no nahalalana fa sambany ity tovovavy ity no niditra ilay efitrano fandihizana tao Ankihirihry ka tombanana ho fialonana noho ny hatsaran-tarehiny no anton’ny famonoana. Mety tsy zakan’ny vehivavy sasany sao tara aminy ny lehilahin-dry zareo, dia aleo novoinoina, hoy ny fanehoan-kevitra. Ny valin’ny fanadihadiana sy famotorana kosa no tena hahafantarana ny tena marina.

 Novonoina tamin’ny fomba feno habibiana

Nahitana lavaka vokatry ny dian’antsy ny lohany sy teo ambanin’ny sofiny havanana, mangana ny tendany. Nosaromana harona plastika sy lamba notazomina tamin’ny fehin-kibo ny lohany. Raha ny tombana, dia novonoina avy tamin’ny toeran-kafa fa natsipy teo amin’ny lalan-kely. Tamin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra, dia mbola andrasana ao amin’ny Tranompokonolona ao Mangarivotra ny razana miandry ny fahatongavan’ny fianakaviana.

Fifanandrifian-javatra sa… ?

Tsy lavitra ilay toerana nahitana ny taolam-balon’i Owne Alek herinandro lasa ilay lakan-kely nahitana ny vata mangatsikan’i Vanessa.

TH

Ino Vaovao0 partages

TAMBAZOTRAN-TSERASERA « FACEBOOK » : Tsy marina ny filazana fa nisy matin’ny coronavirus tao amin’n...

Kaonty «  facebook  »  ana renim-pianakaviana  iray  no   nanaparitaka izany  ary  nanindry  mafy  tokoa fa voamarina  fa efa  misy  ny aretina saingy  afenin’ny  mpitondra  fanjakana ny  tena zava-misy  marina. Nilaza ihany koa ity farany fa tampenam-bava ireo  mpitsabo mba tsy hilaza ny  marina. Nisy  mihitsy  aza moa ny  filazany tao anaty  lahatsorany fa  nisy mpitsabo iray nandray  an-tanana ny  marary   nitsoaka avy  hatrany  nody  any Ambositra  manoloana io toe-javatra io.

Betsaka  ny taitra  sy  nikoropaka raha  namaky  ny  lahatsoratra  kely navoakan’io  kaonty io   ka  samy  nandefa  fanamarihana tany amin’ny  rindriny  avy  ireo  mpisera  rehetra, naparitaka  mba ho hitan’ny  besinimaro izany.  Tsy ela  dia  nosokafana ny fanadihadiana momba ity  tranga ity  ka nanatanteraka fanambaràna,  omaly alarobia,   ny dokotera Jean Marie  Tale Teknikan’  ny  Hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona  fa  «  tsaho no  naely  tamin’ity  tambazotran-tserasera iray ity, miendrika fanakorontanana saim-bahoaka  ny  zavatra  navoaka. Tsy  marina  velively ny filazana fa   nisy  matin’ny aretina coronavirus tao  amin’izy ireo”. 

Nohamafisiny ihany koa  fa  “ity  hopitaly ity  dia miompana  betsaka amin’ny  resaka fandidiana  fa tsy  fitsaboana  akory. Eny amin’ny  “Institut Pasteur de Madagascar  irery ihany  koa no  anatanterahina  ny fitiliana  fa tsy  ao amin’izy  ireo“, hoy  izy nanamafy ny fanazavany.  Mila fitoniana ny rehetra  ka tsara  ny   manatsidika hatrany fa   tsy  mbola  tafiditra eto  amintsika ity  soritr’aretina iray  ity. Ny  eo  anivon’ny  Minisiteran’ny  filaminam-bahoaka   moa,  ny  fiandohan’ny herinandro  lasa teo dia efa nanambara  fa “ tsy  misangy  amin’ireo  olona  tia  manaparitaka vaovao  tsy   marina  izy  ireo”. Arahin’ny  mponina akaiky  araka izany ny fandraisan’andraikitra amin’ireny olona mbola minia  manely  tsaho, mampikorontana  saim-bahoaka  manoloana ny toe-draharaha amin’izao  fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY CORONAVIRUS : Hentitra amin’ny fampiharana ireo fepetra efa noraisina ny Fitondram-panjakana

Nomena alalana manokana ny ao amin’ny Minisiteran’ny toe-karena sy ny fitantanam-bola hividy mivantana any amin’ny mpamokatra azy ireo fitaovana ilaina fa tsy mandalo tolo-barotra atao amin’ny fanjakana intsony izany noho ny hamehana sy ny mahamaika ny fanafarana ireo fitaovana hiarovana sy hisorohana ny fiavian’ny valanaretina. Nampitomboina koa ireo entana efa nohafaran’ny Minisiteran’ny fahasalamana miaraka amin’ny OMS, ka nampitomboina niaraka tamin’izany ny tetibola natokana hisorohana sy hamehezana ity Coronavirus ity.

Tsy maintsy atao fitsirihana koa ireo mpandeha fiaramanidina avy any ivelan’i Madagasikara rehetra tonga teto nanomboka ny alarobia lasa teo ary ny mbola ho avy eto anio. Hisy fandraisana fepetra ara-panjakana eo amin’ny sehatra maro, indrindra amin’ny fampiharana ireo fanapahan-kevitra rehetra noraisina nanomboka tamin’ny fiandohan’ny fiarovana ny tany sy ny firenena.  

Misy hotely miisa 17 koa efa nivonona ny hanome ny efitrano fandraisam-bahinin’izy ireo hametrahana ireo olona voatery tsy maintsy hatokana harahi-maso na  «  mise en quarantaine  » ka ny fitondram-panjakana miaraka amin’ny OMS no handray an-tanana izany. Nanome ny toeram-pandraisany etsy Vontovorona ihany koa ny ao amin’ny CNAPS ahafahana mandray ireo olona mila atoka-monina, indrindra ireo avy any amin’ny Faritra ka tsy afaka mamonjy ny toeram-podian’izy ireo raha tsy vita ny 14 andro hitazonana azy ireo.

Tsy azo vangiana ny olona atoka-monina

Tsy azo vangiana, tsy afaka mifanerasera aman’olona ireo olona fehezina anatin’ny toerana voatokana ary maha voasazy ny fandikana izany fanapahana izany. Fantatra fa hisy koa ny fidinan’ny mpitandro filaminana any amin’ny toerana voatondro hijanonan’ireo olona natao fitokana-monina ka hampiharina avy hatrany ny lalàna raha misy ny fandikana ataon’ireo voakasik’izany. Harahi-maso ireo fanafody rehetra entina mitsabo ireo endrika rehetra mety hisehoan’ny soritr’aretina ety ivelany, indrindra ny «  paracétamol  » mba tsy hisy ny hanitrika izany na hampiakatra ny vidiny. 

Efa nidina ifotony nanomboka omaly alarobia 18 marsa  teny amin’ny tsenan’Anosibe moa ny avy ao amin’ny Minisiteran’ny indostria sy ny varotra, ka ireo mampiakatra ny vidin’entana dia hosaziana ary horaisin’ny fanjakana avy hatrany ny entana amidy araka ny vidiny tokony ho izy tsy misy fanararaotana ho an’ny mpanjifa.Tsy tokony hihoatra ny 1800Ariary ny kilaon’ny vary eny an-tsenaFepetra notapahana ny hoe tsy tokony hihoatra ny 1800 Ariary ny kilaon’ny vary eny amin’ny mpanjifa ary harahi-maso akaiky ny vidin’entana rehetra eny an-tsena, ary horaisina ny fepetra hentitra ho an’ ireo izay manararaotra mampiakatra ny vidin’entana ilaina andavanandro. Harahi-maso tahaka izany ihany koa ny entana any amin’ireo mpamongady sy mpanafatr’entana. Nanao fifanarahana teo anivon’ny Minisiteran’ny varotra ireo toeram-pivarotana lehibe miaraka amin’ny vondron’ny mpandraharaha SIM sy GEM fa hanjifa ny vokatra sy ny vita malagasy ary hitsinjo ny mpanjifa amin’ny fampiharana ny vidin’entana.  Harahina manokana ny fivarotana ny vary vokatra eto an-toerana ka hasiana fanaraha-maso akaiky ny fanerena ataon’ireo mpampisambo-bola ny tantsaha mba hialana amin’ny fanararaotana fampiakarana ny voka-bary. 

Nanterina hatrany fa mbola ampy mandritra ny enim-bolana ny tahirin-tsakafo ilaina andavanandro eto amintsika ary tsy misy fisakanana ny fanafaran’entana amin’ny alalan’ny sambo na ny fiaramanidina «  cargo  ». Hatsaraina sy hampitomboina manomboka ny alarobia 18 marsa ny fandraisana ny antso an-tariby eo amin’ny laharana 910, ka hosaziana avy hatrany ireo izay manao vazivazy sy manompa na misompatra ny fampiasana io laharana io. Nanome tanana ny fitondram-panjakana ny avy amin’ny «  faculté de médecine  » rehetra manerana ny Nosy sy ireo siantifika isan-tsokajiny ary mpianatra mpisabo eo andalam-pahavitan’ny fianarana ary vonona izy ireo ny hanohana amin’ny alalan’ny hevitra sy ny fanomezan-tanana hisorohana ity valan’aretina ity tsy hiditra eto Madagasikara.

Ny A.

Ino Vaovao0 partages

MINISITRA RIJASOA JOSOA : Mitety sekoly maro hisorohana ny aretina « coronavirus »

Fanentanana amin’ny ady atao tsy hiparitahan’ny valanaretina «  coronavirus  ». Ny mpampianatra sy mpanabe no nofanina teto ary izy ireo indray no asaina mampita izany amin’ny ankohonany sy ny manodidina azy. Paikady vaovao ampiharin’ny Minisiteran’ny fanabeazam-pirenena io ho fampandraisana anjara ny ankizy sy hitaizana azy ireo ho tompon’andraikitra amin’ny hoaviny. 

Tezaina handray andraikitra dieny mbola aty an-tsekoly ny ankizy, hoy ny Minisitra Rijasoa Josoa  ary ampianarina azy ireo dieny izao ny fahaiza-mitarika sy fandraisan’andraikitra eo anivon’ny mpiara-belona aminy.  «  Ny Minisiteran’ny fanabeazam-pirenena no manana rantsana mahenika hatrany amin’ny fokontany eran’i Madagasikara ka tsara raha aty no ampitaina ny hafatra. Atoro ny mpianatra ny fomba atao hisorohana ity aretina ity ary izy ireo indray no asaina mampita izany amin’ny manodidina azy  », hoy ny Minisitra.

Nanterina sy nampianarina nandritra ity fidinana ifotony ity ireo fihetsika fototra tokony hampiharina hiadiana amin’ny valanaretina «  coronavirus  »,  toy ny fanasana tanana amin’ny savony, fanajana ny elanelana iray metatra. Natoro ireo kilonga koa fa tsy azo atao ny mifandray tanàna na dia hifampiarahaba aza, tsy azo atao ny mandrora eny rehetra eny, tapenana amin’ny sandry ny vava sy ny orona raha sendra mievona. Fanombohana ihany ity hetsika ity, hoy ny Minisitra, fa mbola hitohy amin’ny Faritra hafa izany. 

Mandray an-tanana amin’ny ady atao amin’ny coronavirus sy mampianatra ny ankizy any am-pianarana ireo fihetsika fototra tokony hatao hiadiana amin’ny valanaretina coronavirus koa ny «  Fikambanana Fitia  » tarihin’ny vadin’ny Filoham-pirenena, Mialy Rajoelina. Mizara savony amin’ireo sekoly maro eto an-drenivohitra koa izy ireo mampita hafatra amin’ny mpampianatra sy ny mpianatra tsy hanao kitoatoa amin’ny ady atao amin’ity valanaretina ity satria «  lahitokana ny aina  ».

Ny A.

Ino Vaovao0 partages

TAKSIBE AO MAHAJANGA : Voatery naato ny fitaterana ataon’ny zotra fahafito mihazo an’i Tsaramandroso

Niteraka savorovoro teo amin’ny samy mpitatitra mitrandraka ny zotra eto ambonivohitra ny nanitarana ireo ampahan-dalana vitsivitsy handehanan’io zotra iray mampitohy ny Belobaka plaky 7 io. Manoloana ny foibe nisy ny trano kolotoraly malagasy Frantsay teo aloha etsy amin’ny Bord no nisy ny fiantsonana ho an’ny zotra fahafito. Dia mbola eo ihany no misy izany ankehitriny, saingy nozaraina ho sampanan-dalana mihazo ny Tsaramandroso ny iray sy ny faritra Mahajanga be. 

Saran-dalana 400 Ariary toy ny teo aloha no itaterany ny mpandeha, fa noitarina mihodina any amin’i La corniche ny lalan’io taksibe zotra fahafito io, nanomboka tamin’iny herinandro lasa teo iny. Niteraka resabe tao amin’ny fandaharana "Famohamandry" eto amin’ny M3tv ny fitsabahan’io zotra iray io ny ampahan-dalan’ny zotra hafa.

Ny taona 2012 dia notapahina tao amin’ny filankevitra monisipaly eto Mahajanga sy ny tompon’andraikitra misahana ny fitaterana eto ambonivohitra fa miato ny fanokafana ny zotra vaovao sy ny fanitarana izany. Goragora ny fampiharana ny lalàna teo, ka samy nanao ny saim-pantany avy ny tompona kaoperativa sasany, dia nanitatra ny azy ny tao amin’ny zotra fahavalo hatreny Ankaraobato Amborovy. Izay nambaran’ny mpiandany ny zotra fahafito voatonontonona fa nanitsaka sy nitsabaka ny lalany ny zotra fahaenina izany fihetsiky ny kaoperativa Mahatsinjo io. 

Vao tsy ela koa dia hita fa nanitatra ny fiantsonany teny amin’ny trano mavo Rn4, ka notohizana hatreny amin’ny plaky 7 ambany ary miakatra ny cmeam ny fiantsonan’ny zotra fahatelo ao aminy kaoperativa Miray. Nanaitra ny zotra fahafito izany satria araka ny nambaran’ireo mpamily lasibatra fa nampihena ny vola miditra isan’andro eo amin’izy ireo sy ny mpampanofa fiara ny fanakaikaizan’ny zotra fahatelo ny fiantsonan’izy ireo. Dia nanitatra ny azy andro vitsy lasa izay ihany koa ny kaoperativa Mamy, tompon’ny zotra fahafito ka nozarainy sampanan-dalana roa ny azy. Ny iray mihazona ny lalana efa nahazatra ny mpanjifa hatramin’izay aty Mahajanga be, ary ny taxibe sasany kosa mivily eo Mahabibo mihazo ny lalana mankany Tsaramandroso. 

Raikitra ny savorovoro teo amin’ireo kaoperativa lasibatr’izany fanitaran-dia nataon’ny zotra fahafito izany, ka niakatra ny fahitalavitra M3tv izy ireo ny alatsinainy teo, ho tsy hanaiky ny fitsabahan’ny zotra fahafito io any amin’ny lalan’izy ireo. Satria tokoa, dia voahitsaka ny lalan’ny zotra fahadimy, ny fahavalo, fahasivy, fahafolo, fahairaika amby folo ary ny fahatelo amby folo, noho ireto taxibe ireto mampifandray ny ampahan-dalana sasany lalovan’ity farany. 

Nody ventiny ny rano natsakaina ho an’ireto tonga nitory an’ity kaoperativa iray nanitatra ny lalany io, ka voatery naato vonjimaika ny fitaterana mihazo ny Tsaramandroso, ny marain’ ny alarobia teo. Haverina ho dinihana ao amin’ny mpanolotsain’ny tanàna ny hikaroham-bahaolana ho an’ity disadisa ity, satria ireto farany no nanaiky ny bokin’andraikitra sy nankato ny fitsabahan’io zotra fahafito io any amin’ny zotra hafa eto ambonivohitr’i Mhajanga.

Marcos.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanatontosana ny praograman’ny fitondrana Lojika raha somary takona

Lojika raha somary takona ny fanatontosana ny praograman’ny fitondram-panjakana na IEM amin’izao fotoana izao, raha ny fanazavan’ny sekretera jeneralin’ny Emergence Madagascar,

 

 Hanitra Rafara, manoloana ny fipariahan’ity Coronavirus ity. Ny fahasalamam-bahoaka aloha no laharam-pahamehana ary tsiahivina fa tafiditra ao anatin’ny tetikasa koa izany, hoy izy. Io no hahafahana manandratra ny vahoaka hanalana azy anaty fahantrana. Tsy hoe tsy mandeha ny tetikasa hafa fa na izahay aza izao dia mijery ny any ifotony izay tolotra na « proposition » hisorohana izay mahaory ny vahoaka. Maro ny fotodrafitrasa efa tafatsangana tao anatin’ny herintaona na dia tsy neken’ny sasany aza ny Tanà masoandro ho atao, hoy izy. Mandeha aminay ny Emergence de Madagascar. Ny anjaranay tamin’io, hoy hatrany ny tenany, dia nametraka ny petra-kevitra tokony hitondrana ny fanatanterahana ny tetikasa na « conception » ary niainga tany ifotony ny fanadihadiana nataonay. Raha ny mikasika ny vokatra azo tsapain-tanana momba ny atao hoe « émergence » dia ny aty aminay no andeha ho resahako, hoy izy. Marobe ny vahoaka madinika efa nametraka tetikasa. Tena mitsangana matanjaka ny mpandraharaha malagasy mitambatra hanao tolo-tanana ireny fotodrafitrasa madinika ireny. Afa-po izahay, hoy hatrany ity sekretera jeneraly ity, ary mila tsaroana fa tsy vitan’ny filoham-pirenena irery ny fanatontosana ny IEM.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nosy-Be Hell VilleMitotongana ny vidin’ny Ylang Ylang

Vokatra isan’ny mampiavaka an’i Nosy Be Hell Ville ny Ylang Ylang. Mitotongana tanteraka ny vidiny amin’izao fotoana izao noho ny resaka valan’aretina Coronavirus.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Siosion-dresaka momba ny CoronavirusNisavorovoro ny tao Tsiroanomandidy

Tena zava-doza ny mety ho vokatry ny tsaho.Nikorapaka izay tsy izy ny olona tao an-tampon-tanàna Tsiroanomandidy omaly maraina noho ny resaka Coronavirus.

 

Ny vaovao tonga any am-potsotsofin’ny olona araka ny resaka nifanaovana an-telefaonina tamin’ny mponina any an-toerana dia hoe efa misy olona 2 matin’ny Coronavirus, hono ao Antananarivo ao.Mazava ho azy fa olona mety nahita resaka tao anaty facebook no nanao telefaonina vava  tany an-toerana ka lasa niparitaka be ilay resaka.Efa raikitra ny hoe ndao alaina daholo ny vola any amin’ny banky, amboary ny entana dia ndao hiala ny tanàna fa ho any ambanivohitra.Rehefa samy nieritreritra tao anaty savorovoro teo moa dia nandray telefaonina ka niantso ny fianakaviana na olom-pantatra monina eto Antananarivo, teo koa ny niantso mpanao gazety.Teo vao nanomboka nazava hoe tsy mbola misy Coronavirus eto Madagasikara araka ny fanambarana vao nataon’ny filoham-pirenena ny talata hariva ; ary tsy misy izany olona matin’ny Coronavirus izany eto Antananarivo.Tahaka an’izay ihany moa ilay tsaho nisy nanely fa hoe efa ao Nosy Be Hell Ville ity valan’aretina ity.Mbola nanamafy omaly ny tompon’andraikitra fa tsy misy Coronavirus eto Madagasikara hatrero aloha, ary tokony hitandrina amin’ny zavatra tenenina sy resahana fa henjehan’ny lalàna ny fanaparitahana vaovao diso sy ny fampisavorovoroana saim-bahoaka.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsaho amin’ny facebookManomboka ny fisamborana

Voasambotry ny polisim-pirenena ilay tovolahy antsoina hoe Ramanantena Cressant, mipetraka any Ambodimanga Ambalamanasy Andapa, nanely vaovao

 

tsy marina momba ny Coronavirus tao amin'ny facebook ka nampisahotaka ny olona tany an-toerana. Tandremo fa efa tonga ao Antananarivo ny Coronavirus, izay aretina mandringana ny maro, ka manao “prevention” “citron sans sucre/jour, misasa tànana sy vava orona amin’ny savony, miezaka tsy mifanoroka,… hoy ny hafatra naparitany. Tsy niandry ela ny fanjakana, fa nikaroka sy nisambotra avy hatrany mazava ho azy. Ny Lehiben’ny mpitandro filaminanana rahateo efa nanao fampitandremana mafy. Ny zava-misy hita miharihary amin’izao fotoana izao, dia zary ampiasaina hifamotehana sy hifanaratsiana ny facebook. Na ny ao anaty fanjakana aza somary tsikaritra, fa misy ny olona ambony toa mampiasa olona hanao izany hiarovana seza na fahefana. Ao ny manenjika sy manaratsy mpanao politika,… Efa mihatra ny lalàna momba ny heloka amin’ny internet sy ny tambajotran-tserasera na ny “cybercriminalité”, dia ny lalàna n°2014-006 tamin’ny 17 jolay 2014. Toa mbola maro anefa no tsy mahalala na tsy te hahalala. Mifangaro ny resaka fahalalahana sy fandikan-dalàna, hany ka toa samy manao izay saim-patany eto.

Tia Tanindranaza0 partages

Vono olona feno habibianaNotsatohana antsy ny lohan’ilay tovovavy

Tena efa mivadika biby ny olombelona. Tsy misy fanahy intsony. Tovovavy iray vao 22 taona monja indray antsoina hoe :

 

 

Vanessa no nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana tany Toamasina. Omaly vao maraina be no hita ny vatana mangatsiakany tao amin’ny lalan-kely  iray ao amin’ny fokontany Mangarivotra-Atsimo Toamasina. Nahitana lavaka vokatry dian’antsy teo amin’ny lohan’ity tovovavy ity sy ny  teo ambanin’ny sofiny havanana. Mangana ihany koa ny tendany. Nosaromana harona sachet plastika sy lamba notazomina tamin’ny fehin-kibo ny lohany taorian’izany. Raha araka ny fantatra anefa dia avy any Fenoarivo Atsinanana Itompokovavy.  Fialonana moa raha araka ny tombana no antony namonoana ity tovovavy ity. Tena tsara tarehy mantsy izy hoy ny loharanom-baovao ary  niditra tao amina efitrano fandihizana iray tao Ankirihiry, ny alin’ny talata nifoha omaly Alarobia.  Nisy  andian’olona  tao amin’ilay efitrano fandihizana anefa no tsy nahatanty izany hatsaran-tarehin’i Vanessa hoy hatrany ny vaovao ka mety izay no namonoan’ny sasany azy. Ny fanadihadian’ny mpitandro ny filaminana ihany moa no tena hanamarina izany.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Valan’aretina CoronavirusManoro hevitra hisorohana azy ny MJS

Namoaka toromarika fohy ho fiarovana amin’ny Coronavirus ny minisiteran’ny tanora sy fanatanjahantena Malagasy (MJS) , izay nozarainy ao amin’ny pejy facebook’ny moa.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambalabe andrefanaRongony 227 kilao nodorana

Nodorana teo anatrehan'ireo solotenam-panjakana ireo rongony izay tratra tamin'ny lalam-pirenena faha 06 teo amin'ny sampanana mankany amin'ny distrikan'i Befandriana avaratra PK 291 tamin'ny sabotsy 14 martsa teo,

Tia Tanindranaza0 partages

LA REUNION KELYAnkizy madinika maro no hahazo kopia mari-pahaterahana

Tsy manana kopia mari-pahaterahana ny ankamaroan’ireo ankizy madinika monina eny La Réunion kely.

 

Noho  ireo renim-pianakaviana miteraka any amin’ny Renin-jaza na any an-trano no mahatonga izany raha eo ihany koa ny hasarotan’ny fiainana sy ny tahotra ny hanatona biraom-panjakana. Manoloana io tranga io dia nandray fanapahan-kevitra ny Boriborintany voalohany sy ny fikambanana iray tarihin’ny delege Razafimbelo Harinosy Jacques fa handray an-tanana azy ireo. Ankizy latsaky ny 14 taona miisa 800 no kasain’izy ireo hozaraina kopia mari-pahaterahana maimaim-poana eto an-drenivohitra, tsy misy vola aloha  ka anisan’izany ireo ankizy monina eny La Réunion kely sy ireo zanaky ny sahirana. Ankoatra izay dia hijery ireo mpivady mbola tsy nisora-panambadiana ihany koa ny Boriborintany voalohany, hetsika kasaina hotanterahina mialohan’ny fetin’ny 26 Jona ho avy izao. Ho an’ity farany manokana dia fantatra fa efa mandeha eny anivon’ny Fokontany ny fisoratana anarana amin’izao fotoana izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny coronavirusMisy sekoly efa mandray fepetra

Na dia mbola tsy tonga eto amintsika aza ilay areti-mandoza Coronavirus dia marobe sahady ireo sekoly efa mandray fepetra mifandraika amin’izany ho fiarovana ny mpianany sy ny mpiara-belona rehetra.

 

 Ho an’ny  lisea tsy miankina La Prime etsy Anosibe ohatra dia  nohamafisina  ny fanasan-tanana amin’ny savony, raha araka ny fanazavan-dRtoa Razanamihaja Clarisse. Mividy savony marobe isan’andro ny sekoly raha araka ny  zavatra hita teny an-toerana ka raha tamin’ny paompy mivantana no nanasan’ny  mpianatra tanana teo aloha dia nozaraina amin’ny sceau be dia be izany amin’izao mba tsy hisian’ny filaharam-be. Ankoatra izay dia nampianarina ny mpianatra ihany koa ny tsy hikitika ny faritry ny loha toy ny orona, ny maso ary ny vava  indrindra ny fandraisan- tanana olona  na koa mifampikasoka amin’ireo hita fa  manavy be na mikohoka. Tsy mijanona hatreo izany fa mandefa  ireo mpianatra marary mody hita fa tena tsy salama ihany koa ny sekoly ankoatra ny fampitana amin’izy ireo ny hafatra amin’ny fanabeazana ny ankohonany sy ireo mpiara-monina aminy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vaky trano teny AlasoraNanjavona hatramin’ny reny akoho sy voromailala

Lehilahy iray no voasambotry ny fokonolona tao amin’ny fokontany Ambodivondava Andrefana ary natolotra ny polisim-pirenena ao amin’ny CSP Alasora ny alarobia faha 18 martsa teo rehefa avy namaky trano.

Tokony ho tamin’ny 01 ora folakandro no naharay antso avy amin’ny fokonolona tao Ambodivondava Andrefana ny polisy mahakasika ny fahatraran’izy ireo lehilahy 01, 29 taona, vao avy namaky tranon’olona teny an-toerana. Tonga teny an-toerana avy hatrany ny polisy nizaha ifotony ny zava-nitranga ka voaaro tamin’ny fitsaram-bahoaka ity olon-dratsy ity. Marihina fa tamin’ny fotoana nahatrarana azy io dia mbola teny amin’ity lehilahy ity avokoa ny fitaovana famakiany trano toy ny famaky sy ny « barre à pince ». Ankoatra ireo dia tratra teny aminy ihany koa ny finday maromaro sy fahita lavitra lehibe 01, ny fitaovan-dakozia maro toy ny vilany sy ny fatapera, ary ny biby fiompy rehetra tao an-trano toy ny reny akoho sy ny zanany, ny voromailala vitsivitsy. Nandritra ny fanadihadiana ity voasambotra ity moa dia niaiky avy hatrany ny helony izy. Mbola mitohy ny fanadihadiana ary rehefa vita izany dia haverina amin’ny tompony ihany koa ireo entana ireo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny homamiadanaHifanome tanana ny Etamazaoron’ny tafika sy ny Fondation Akbaraly

Hifanome tanana amin’ny ady hatao amin’ny aretina homamiadana mahazo ny vehivavy ny Etamazaoron’ny tafika Malagasy (EMGAM) sy ny fondation Akbaraly ary ny Ong La Vita Per Te.

 

 

 

 

 Raha tsiahivina dia  efa nanomboka tamin’ny taona 2019 no niara-niasa ny   roa tonta, tao anatin’ny fankalazana ny oktobra vonin-draozy, volana iadiana amin’ny homamiadana mpahazo ny nono. Nisy ny fanentanana nataon’ny Fondation Akbaraly nandritra izany narahin’ny fitiliana maimaim-poana  ny homamiadan’ny nono sy ny vozon’ny tranon-jaza, fisorohana azo hatao mialoha ho an’ny vehivavy rehetra.  Fikambanam-behivavy maro no nahazo tombontsoa tamin’izany ka anisan’ireny ny FIVAMI na ny fikambanan’ny vadin’ny miaramila. Tsy latsaky ny 500 isa ireo vehivavy tao amin’ity fikambanana ity no nahazo tombontsoa tamin’izany. Mbola  hitohy mandritra ity  taona 2020 ity izany fiaraha-miasa izany haharitra roa taona. Hisy indray araka izany ny fanentanana sy fitiliana ny homamiadan’ny nono sy ny vozon’ny tranon-jaza  hataon’ny Ong La Vita Per Te sy ny Fondation Akbaraly ary ny fikambanan’ny vehivavy vadin’ny miaramila  eto Madagasikara amin’ny alalan’ny fitetezana faritra. Tafiditra ao anatin’izany ihany koa ny fandraisana an-tanana ireo ankizy lasibatry ny tsy fanjarian-tsakafo. Anisan’ny  nanao sonia izao fifanekem-piaraha-miasa izao ny  Général de Division Rakotonirina Théophile Justin an-daniny, notronin-dRtoa  Cinzia Catalfamo Akbaraly, filoha mpanorina ny Fondation Akbaraly an-kilany.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanararaotana vidim-baryTrano fivarotana 3 nakatona

Nidina tampoka nijery ifotony ireo vidin’entana eny an-tsena na nanao ilay antsoina ilay antsoina hoe “visite inopinée” ireo minisitera miisa 03 (Minisiteran’ny varotra,

 

Toky R sy Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

CORONAVIRUSMitombo isa hatrany ireo marary maneran-tany

Eoropa:mihazakazaka ny fiparitahan’ny aretinaEfa mihoatra ny 200 000 nanomboka omaly tolakandro ny olombelona voan’ny Coronvirus amina firenena 156 maneran-tany; 214 010 no voambara fa tratran’ity valan’aretina ity arak any tarehimarika nivoaka omaly 18 martsa tamin’ny 10 ora sy sasany alina, ora eto

 

Madagasikara.Ny any eoropa no tena mihazakazaka ny fihanaky ny aretina na dia efa samy nanakatona ny sisin-taniny avokoa aza ireo firenena eoropeanina.Lohalaharana hatrany i Italie ahitana marary miisa 35 713, laharana faharoa i Espagne (13 910), fahatelo i Allemagne (11 973), fahaefatra i Frantsa (9052) ary laharana fahadimy i Suisse (3028).Samy nametraka fepetra henitra amin’ny tsy fahazoana mivezivezy, mivory, nanakatona sekoly sy toeram-piasana maro ireto firenena Eoropeanina ireto izay samy manan-katao raha resaka fiahiana ara-tsosialy sy fitsaboana kanefa tena mitombo hatrany ny olona tratry ny Covid-19.

 

Firenena hafa voa mafy

Anisan’ny tena voamafy amin’ny valan’aretina ity ihany koa i Iran satria raha ny tarehimarika nivoaka omaly dia 17 361 no voan’ny Coronavirus any an-toerana ary efa nahatratra 1135 no namoy ny ainy.Ho an’i Korea atsimo ihany koa dia ambony ny taham-pahavoazana: 8413 no mitondra ny Covid-19 .Any Etazonia indray izay anisan’ny firenena voalohany nanapaka ny fifandraisany ana habakabaka tamin’izao tontolo  izao dia 7323 no voan’ny Coronavirus. Taha azo heverina fa ambany ihany aloha raha oharina amin’ny isan’ny vahoaka Amerikanina ( 327 200 000).Na izany aza anefa dia nampiorohoro ny Amerikanina ny tombatombana navoakan’ny gazety New York Times izay nanambara fa hahatratra 2,2 tapitrisa ny Amerikanina mety ho fatin’ny Coronavirus raha toa ka tsy miroso amin’ny fepetra hentitra kokoa dia ny fanibohana (Mesure de confinement) tahaka ny efa atao any Italie sy Frantsa ny any Etazonia.

 

Mitondra fanampiana ny Sinoa

Taorian’ny fandefasana mpitsabo tany Italie dia mitohy hatrany ny fanampian’ny Sinoa ny eropeanina hiatrehana ny ady amin’ny Coronavirus Covid-19 ka fiaramanidina goavambe no nigadona tany Liège – Belgique ny alatsinainy teo.Tapim-bava 300 000 isa no nentiny tamin’izany. Narahana teny hoe “l’union fait la force” na “izay mitambatra vato” raha adika amin’ny teny Malagasy.Tsara ho marihana fa olona 1486 no voaporofo fa voan’ny coronavirus any Belgique , 10 no maty raha nisy olona 1 kosa voalaza fa sitrana.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vidim-baryIreo mpaninjara no tena maka tombony

Nidina nijery ifotony nanara-maso ny vidim-bary teny amin’ny tsenan’ Anosibe omaly ny Minisitry ny indostria sy ny varotra ary ny asa tanana, Lantosoa Rakotomalala niaraka tamin’ireo mpiara-miasa taminy.

 Mpivaro-bary 3 tamin'ireo notsidihana no voatery nakatona noho ny tsy fanarahan-dalàna ary mpambongady iray no voatery nogiazana entana .Tamin’ity fidinana ifotony dia hita fa tsy ny eny amin’ny mpampongady loatra no misy fampiakara-bidin’ny vary satria tamin’ireo maromaro notsidihina dia hita fa mbola ara-dalàna avokoa izany. Eny amin’ireo mpaninjara no mety hisian’ny tranga fanararaotana ka ilàna fanamarinana ihany koa.

Miainga 1540 ariary ny kilao

Raha ny fanadihadiana natao tamina mpambongady iray nataon’ny Ministera teny an-toerana dia miainga hatrany amin’ny 1540Ar, 1580Ar, 1660Ar ny kilaon’ny vary izay mbola araka ny tokony ho izy tsara. Tsy mbola atahorana ihany koa fa mbola betsaka ireo vokatra tonga ary tamin’ity fidinana tampoka ity aza dia nisy fiarabe 9 nitondra vary hentina hamatsiana ny tsena. Tsy tokony hisy fiakarana mihitsy aloha hatreto ny vidim-bary ary nanambara mihitsy ireo mpambongady nohadihadiana fa tsy mbola mieritreritra ny hampiaka-bidy akory. 77000 Ar ny gony ambany indrindra, misy ny 81 000 Ar, 82 000Ar, 88 000Ar sy ny sisa arakaraky ny karazam-bary. Raha atao ny kajikajy dia tokony hivarotra manomboka ny 1700 Ar no miakatra ny mpaninjara ary efa mahazo tombony izy ireo amin’izany. Nandritra ity fitsidihina ity dia nanafatrafatra hatrany ny Minisitra tamin’ireo mpivarotra sendra azy fa tsy ekena ary lavina tanteraka ny fiakarana’ny vidin’ny vary. Efa nisy rahateo ihany koa hoy izy ny fidinana sy ny fijerevana akaiky ireo vary nafarana tonga any Toamasina izay tokony mbola tsy harahim-pisondrotam-bidy mihitsy hatreto. Nilaza ihany koa ny tenany fa mila manara-dalàna tsara ireo mpivarotra tahaka ny fanomezana faktiora mazava tsara ho an’ny mpanjifa ohatra.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanan’ny “Tour Operators” eto MadagasikaraTsy maintsy ho foanana tanteraka ireo famandrihan-toerana

Nandritra ny fivoriam-ben’ny fikambanan’ny Tour OPerators (TOP) eto Madagasikara tetsy amin’ny INTH Ampefiloha omaly no nanapahan’izy ireo hevitra ny fanemorana ireo drafitrasa rehetra hotanterahina amin’ity taona ity.

 

Natao izany nohon’ny fanapahan-kevitry ny fanjakana izay nanapaka ny sidina rehetra misy. Tsiahivina fa ny Zoma izao no hikatona tanteraka izany ka hitoka-monina i Madagasikara ary efa miverina mody daholo ireo mpizahan-tany. Nanambara ny filohan’ny TOP Madagascar,Atoa Jonah Ramampionona fa ny 80%n’ny asa atao no efa tsy handeha intsony nohon’ny fiantraikan’io fanapahankevitra io. Ny fandraisana ireo sambo mpizahatany moa dia efa najanona tanteraka nanomboka ity volana Martsa ity ary efa mahatratra 70% ankehitriny ny fanafoanana ny famandrihan-toerana nataon’ireo vahiny mpizahatany. Tsy maintsy ho tonga hatrany amin’ny 100% mihitsy izany fanafoanana izany aoriana kely araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra.Tanjona tamin’ity fivoriambe ity ihany koa ny hametraka feo iraisana eo anivon’ny CTM (Confédération du Tourisme de Madagascar) mba hitohy ihany ireo asa kely tsy maintsy hatao tahaka ny any amin’ny Hotely sy ny kaompaniam-ppiaramanidina any mba hampiodinana hatrany ny orinasa. Efa nisy ihany ny fifampiresahana tamin’ny fikambanana sy ny Ministeran’ny Fizahan-tany mahakasika izany satria misy hatrany ny mampiodina ny fizahan-tany anatiny na dia eo aza ny sakana rehetra ateraky ity valan’aretina miantraika amin’ny sehatra fizahan-tany sy toekarena ity.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

“Zone Franche”Mananontanona ny fahaverezan’asa faobe

Efa miantraika amin’ny firenena rehetra ny voka-dratsin’ny valan’aretina Coronavirus. Eo amin’ny lafiny ara-toekarena dia efa misy akony mivantana amin’ny tsena rehetra izany.

 

 Amin’izao fotoana izao dia efa manomboka mandalo fahasahiranana mafy ihany ireo orinasa afaka haba izay mivondrona ao anatin’ny GEFP (Groupement des Entreprises Franches et Partenaires) eto Madagasikara. Nanambara ny Filoha vao lany omaly izay efa nitondra teo aloha ihany, Atoa Hery Lanto Rakotoarisoa, fa tokony hojeren’ny fanjakana haingana ihany koa ny lafiny ara-toekarena fa tsy variana amin’ny lafiny ara-pahasalamana fotsiny. Na eo aza ity aretina ity dia tokony afaka mamokatra ihany ny orinasa mba tsy hisian’ny krizy hafa indray.

Mila fanapahan-kevitra sy vahaolana

 Misy fanapahan-kevitra tokony halamina tsara hoy izy ary tsy maintsy mifampihaino sao dia ho tonga any amin’ny fanajanona mpiasa ny orinasa afakaba kanefa ireo no mampiasa olona betsaka indrindra eto amin’ny firenena. Mila jerena haingana ohatra ny mahakasika ireo sambo mpitondra ireo entana nafarana. Amin’izao fotoana izao mantsy dia mbola miandry 14 andro hatrany izy ireo rehefa tonga izay miteraka fahasosorana. Afaka hamafisina hisorohana izany anefa ohatra ny fanatevenana fotsiny ireo fitaovana fiarovana amin’ireo mpiasa anaty sambo izay hampalaky ny fampidinana ireo entana miala amin’ny sambo hampiodinana hatrany ny orinasa. Matetika mantsy ireo akora fototra tena ilaina maika no taraiky ao noho io fanapahan-kevitra io.

Fampijanonana mpiasa

Ankoatr’izay dia tokony efa miomana sahady ny fanjakana ny amin’ny fitsimbinanana ireo orinasa tahaka ny tranga misy any Frantsa ankehitriny izay manohana tanteraka ireo orinasa rehetra misy any aminy na dia mandalo fotoana sarotra aza. Amin’izao fotoana izao dia efa misy amin’ireo orinasa mpikambana miisa 106 mivondrona ao amin’ny GEFP no efa ahitana fampijanonana mpiasa tsikelikely ary ahiana ny fihitaran’izany raha tsy misy fandraisan’andraikitra haingana sy matotra ataon’ny fanjakana.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olona tonga avy any FrantsaMisy mivoaka ny trano, mampanahy…

Nomena safidy na hitoka-monina eny amin’ny Hopitaly Manara-penitra Andohatapenaka, amina hotely na any an-tokantrano, arahi-maso isan-droa isan’andro ny hafanany ireo mpandeha avy amin’ilay sidina AF 934 tonga avy any Frantsa.

 

Nilazana ireo mpandeha tonga fa tsy maintsy mandalo fanokanan-toerana manokana na "Confinement obligatoire de 14 jours"  izy ireo ary manao taratasy fanekena na “lettre d'engagement”. Nisy moa ireo mpandeha 5 tamin' ireo 249 tsy nanaiky ka dia nalefa niverina avy hatrany teo noho eo ihany tamin'ny fiaramanidina nahatongavany niverina any Eoropa.. Misy 16 nisafidy any amin’ny hotely.  Ahoana ny antoka sy ny fanaha-maso fa tena tsy nivoaka ny trano? Miezaka mampiseho ny fanjakana fa misy ny ezaka, saingy miharihary ny tsirambina. Tsy voahara-maso velively ireo olona tonga avy any Frantsa navela nody an-kahalalana na nambara aza fa nanao taratasy fanekena, nalaina ny adiresy,… Mivoaka ny tranony soa aman-tsara ka asa na tsy finiavana hanaraka ny toromariky ny filoham-pirenena sy ny governemanta na ahoana. Ny fanapahan-kevitra faran’ny Filankevitry ny minisitra manamafy sy manampy ny efa voalaza teo aloha rahateo moa dia ny takarivan’ny talata, raha efa nialohan’izay no nahatongavan’ireo mpandeha. Tena nisy mihitsy ny mpandeha avy any Frantsa naneho, fa tsy misy atao “mise en quarantaine” izany, ary tsy voahara-maso. Loza miditra avy hatrany, raha misy amin’ireo navela nandeha ambara fa hitokana no sanatria efa misy ilay valanaretina. Amerikanina dia nanokana 60 miliara dolara, ny sinoa 240 miliara dolara, ny Italianina nanokana 25 miliara dolara ka ny 15 hanarenana ny toekarena, ary ny 10 hiadiana ny coronavirus. 3,7 tapitrisa dolara monja kosa ny antsika, izay 0% mahery kely amin’ny an’ireny, ka tsy i Madagasikara mihitsy no tokony hanao tsirambina sy hihebohebo, fa efa vonona ka toa manao tsirambina. Ekena fa ao anatin’ny « stade 0 » isika, saingy tsy afaka ny hahatoky tena be eto foana.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mandrora mitsilany

Azo lazaina hoe tao anatin’ny herinandro izao dia “niaina tsotra” ny vahoaka. Saika fanambarana feno fampiombonana sy fifanentanana hatrany no matetika heno.

 Iaraha-mahafantatra ny antony. Mahatsiaro manana ady iombonana ny rehetra satria aina no hiantran’ilay tranga, hoy ny fanazavan’ilay mpanakanto iray izay. Rehefa miverina mitodika amin’ny zava-misy omaly tampoka fotsiny anefa dia toy ny sosoa voatapo-drano sahady ny fifanentanana mba efa nezahana natao handaminana ny fiarahamonina rehetra ao anatin’izao zava-misy izao. Mbola maro hatrany ireo Malagasy tsy misy atao fa dia mandany andro amin’ny fifanaratsiana sy fiantsiana any anaty tambazotran-tserasera isan-karazany ihany. Nirongatra mihitsy izy omaly izay ary mampametra-panontaniana hoe inona ary no mba tombony ho an’ireo olona na vondron’olona manatontosa azy ireny. Ahazoam-bola ve sa tombontsoa manao ahoana? Na atao hoe misy izany rehetra izany aza anefa, azo inoana fa hahatsara fiafara sy hampandry heritreritra ilay manaiky hanao azy ve? Ny mahagaga amintsika Malagasy dia tsy mety tonga saina mihitsy isika mahita ireo firenena niara-dalàna sy mahantra noho isika taloha izay efa lasa lavitra ankehitriny satria tsy nandany andro tamin’ny tsy misy dikany sy mokamoka amina tombontsoa samirery mety hanimba ny fireneny. Tombontsoa ho an’iza moa ny fampahantrana ity firenena ity? Samy miara-mitotongana eto daholo ny Malagasy tsy an-kanavaka rehefa midina ny sandam-bolan’ny firenena. Raha tsy hoe hitsoaka tsy hipetraka eto intsony angaha! Firifiry tamin’ireny nanandrana niala teto ireny anefa moa no tsy voan’ny atao hoe hanina ny tany nihaviana na “le mal du pays”, araka ny famaritan’ny vahiny azy izay? Mampahatsiaro mpandraharaha Malagasy malaza tamin’ny fotoan’androny niteny tamina gazety vahiny iray izay hoe “manina ny gaboraraka ao Madagasikara aho izany.” Tsy midika izany akory fa tsara ny gaboraraka fa tiana hihaviana dia ny hoe hafa ihany izany tany nihaviana izany ary mitovy amin’ny mandrora mitsilany izay manao ny tsy mety any.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Andriafenosoa Bienvenu VictorioManiry ho tonga matihanina amin’ny kitra any ivelany

Feno 12 taona katroka ankehitriny i Andriafenosoa Bienvenu Victorio mianatra ao amin’ny kolejy St Michel Amparibe “Classse de 5eme” ary mazava loatra fa

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra - Tounoi de Pâques 2020Faritra 4 no efa manana solontena handray anjara

Faritra 4 ankehitriny no efa fantatra fa hanana solontena handray anjara amin’ny fifaninanana baolina kitra “Tounoi de Pâques 2020” andiany faha-5

karakarain’ny Club 3Fa izay ho tontosaina ao amin’ny kianja Commune Ankadikely Ilafy manomboka amin’ny sabotsy 11 aprily ka hatramin’ny alahady 18 aprily 2020 dia ao ny Faritra Analamanga ahitana ny :3fa Avaradrano , Rafa Ambohitrarahaba , Boca Espoir Sab/Nam , Fc Viva Antehiroka , Fc 105 Avaratr’Ivato ,Ravinala Ambatomitsangana , Irfc Ilafy , Afc Ankadikely, Jsa Ankadikely , Soldat Tsarafara , Ersa Antanandrano , Akami Ankadikely , Ast Manarintsoa Namehana , Fc Viro Sab/Nam , Osfoot Mahamasina, Varatra Androhibe , Tranokala Ambohinaorina , Cftfc Anatihazo Isotry ary ny Tfc Sab/Nam,  ny  Faritra Vakinankaratra ahitana ny : Ascas Antsirabe sy Lynx Antsirabe, ny Faritra Atsinanana misy ny : Ajeset Tamatave sy  Abt’Etoile Fenerive Est, ary ny Faritra Boeny misy ny : Fc Tsaramandroso , Fcjfa Amborovy ary ny  Monjangay Fc Boeny . Nanambara tamin’ny resadresaka nifanaovana taminy teny Antanandrano Atoa Rakotonirina Harison Philibert filohan’ny 3Fa Avaradrano fa :  “mba hahatomombana an-tsakany sy an-davany ny fifaninanana dia noferana ny isan’ny ekipa handray anjara isaky ny sokajy. Efa miroso tsara ny fanomanana ankehitriny, hoy izy, ka efa raikitra fa ao amin’ny  CEG Ankadikely no handraisana an’ireo ekipa ivelan’ny faritra Analamanga. Amin’ny sabotsy 28 martsa 2020  manomboka amin’ny 02 ora tolakandro dia hisy ny fivoriana hiarahan’ireo solotenan’ny ekipa avy eto Analamanga sy ny mpikarakara ao amin’ny CEG Ankadikely ho fandaminana farany sady fandraisana ny saram-pandraisana anjara mialoha ny hiatrehana ny fifaninanana.  

Ntsoavina Evariste

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orange Pro-League MalagasyNankasitraka ny mpanao gazety ara-panatanjahantena Malagasy

Tamin’ny fitafatafana fohy tamin’ny mpanao gazety teny amin’ny “Tour Orange” teny Ankorondrano omaly alarobia 18 martsa 2020 nifanaovan’ireo

Tia Tanindranaza0 partages

Fiaraha-mientan’ny mpiasam-panjakana« Mampahantra anay ny fitondrana ankehitriny. »

Niantso sy nanentana ireo mpiasam-pirenena na “retraités de l’Etat » isaky ny minisitera manerana an’i Madagasikara tetsy amin’ny Telozoro

 

Andrefan’Ambohijanahary omaly ny avy eo anivon’ny fiaraha-mientan’ny mpiasam-panjakana na F3M fa hisy toromarika lehibe hampitaina amin’izy ireo ny zoma izao eny Ankatso. Antony, hoy izy ireo, dia ho fanoherana ny fampiatoana nataon’ny fitondram-panjakana ankehitriny momba ny fanomanana fisotroan-dronono na “indemnité d’installation à la retraite”. Nampatsiahivin’izy ireo fa araka ny naoty navoakan’ny minisitera tompon’andraikitra tamin’ny fotoana androny na MEF ny 5 aprily 2019, izay nosoniavin’ny DGFAG ary manohitra ny didim-panjakana laharana 2003-993 tamin’ny 7 oktobra 2003 izay milaza fa zon’izy ireo tanteraka sy ara-dalàna izany no anton’izao. Manentana antsika nisotro ronono rehetra tsy an-kanavaka manerana ny nosy, hoy ny F3M, hiray hina hanery amin’ny lafiny rehetra an’ity fitondrana ankehitriny ity mba handoavany an’io ambim-bolantsika io ao anatin’ny fotoana fohy. Nampita hafatra manokana tamin’ny filohan’ny repoblika, Andry Rajoelina, mihitsy moa izy ireo ary nilaza tsy am-pihambahambana fa mampahantra azy ireo ny ataon’ny fitondrana ankehitriny ary tsy misy fahavalon’ny mpiasam-panjakana afa-tsy izay mampahantra azy. Raha tsy tiana ny hisian’ny hetsika mafimafy kokoa, hoy hatrany ny F3M, dia haloavy ireo tokony ho anjaranay.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko FMDD« Tsy mba maty izany ny marina. »

Manoloana ny raharaham-pirenena ankehitriny dia nanao antso avo ny filohan’ny antoko politika FMDD na Faneva de Madagascar pour le développement et la démocratie, Rochel Rafanomezantsoa,

 

 fa fotoana firaisankinan’ny vahoaka malagasy izao manoloana ity fipariahan’ny valan’aretina Covid-19 eto ambonin’ny tany ity. Mila miara-misalahy miady amin’izany isika, hoy izy. Manaraka izany dia maneho hevitra izahay satria rariny sy tena marina ny zava-misy nivoaka teo anivon’ny CENI, hoy izy, fa tany amin’ny taona 2018 no efa niseho ireny tsy fetezana ireny. Efa nilaza izahay tamin’izany fa tsy tokony hatao ny fifidianana filoham-pirenena saingy tsy nety moa ny sasany. Ny sasany nilaza fa mila amboarina ny lisitra. Tsy tokony hanao fifidianana isika, raha tsy voaova ny lisitra, hoy ny tenany, ary aoka mba ny ho avin’ny vahoaka no tsinjovina ary aoka mba ny marina ihany no entina eto. Tsy mba maty io ary tsy afaka ny hiova. Aoka izay ny fanakorontanana fa andao hamboarina ny lisi-pifidianana dia hiova ny tantaram-pirenena.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loholon` i MadagasikaraNofandrihana saingy efa fetsy ihany koa

Nolanian’ny teo anivon’ny Antenimierandoholona ny alarobia 11 Martsa lasa teo ny « motion de rejet » izay natolotrin’ny vondrona Parlemantera HVM izay

 

mitsipaka ny fandinihana ilay volavolan-dalàna laharana faha-001/2020 tamin’ny 26 febroary 2020. Ny didy hitsivolana  lah. 2019-006 tamin’ny 28 may 2019 izay manova ny andininy sasantsasany ao amin’ny lalàna fehizoro laharana faha 2015-007 tamin’ny 03 martsa 2015 mahakasika ny fampandehanan-draharaha ny eto anivon’ny Antenimierandoholona sy ny fifidianana ary ny fanendrena ny ireo Loholona no tena mipetraka olana nandritra ny fivoriana tsy ara-potoana farany teo. Nasiam-panitsiana ny and. faha-7 izay manambara ny isan` ny loholona 63 lasa ho 18. Voalaza ao amin` ny and. faharoa fa “araka ny voalazan` ny didy hitsivolana dia afaka miroso amin` ny fifidianana loholona aorian` ny fifidianana kaominaly. Ireo loholona am-perinasa araka izany dia hisahana sisa ny fampandehanan-draharaha (à titre transitoire) mandrapahatonga ny vokatra ofisialy havoakan` ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana”. Izany hoe, raha nandany ny volavolan-dalàna PL001-2020 ny Antenimierandoholona dia afaka niroso tamin` ny fifidianana loholona ny Fanjakana. Ny lalàmpanorenana anefa dia milaza mazava tsara fa dimy taona ny fe-potoam-piasan` ny fitondrana ary tsy azo hahena na koa hampitomboina (mandat impératif). Tsy azon` ny fitondrana ihany koa no manena ny isan` ny mpikambana raha tsy misy fikitihana ny lalàmpanorenana. Ny tsy nampoizin` ny fitondrana sy ireo depiote indrindra ny IRD ny “motion de rejet” nataon` ny loholona. Araka izany, tsy afaka manao n`inona n`inona ny parlemantera fa dia miverina indray eny amin` ny governemanta io volavolan-dalàna io. Maro loatra ny fandikàna lalàmpanorenana ataon` ny fitondrana. Tsy tongatonga ho azy ny nanambarana ireo didy hitsivolana miisa 9 ho tsitelotelo. Nolazaina fa ny Antenimierandoholona no fositra amin` ny fampandrosoana kanefa ny Fanjakana no manao ady am-pitaka. Asa mbola firenena tan-dalàna ihany ve i Madagasikara fa toa samy manao izay tiany sy metimety aminy ny manana seza sy fahefana?

Marigny A.Haut du formulaire

Bas du formulaire

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hilda Rasinjo“Nampiseho ny fetrany ny CENI”

“Taorian` ireny fanambarana nataon` ny CENI momba ireo anarana miverina in-droa dia nihozongozona ny fahamarinan-toeran` ny mpitondra amin` izao.

 

Efa ambany ny tahan` ny fandraisana anjara tamin` ny fifidianana kanefa dia mbola nisy ireny fanambarana ireny indray” hoy Hilda Rasinjo, mpanolontsainan` ny tanàna voafidy tamin`ny vondrona politika KOMBA. Mazava ho azy, mila jerena raha nifidy daholo ireo “doublon” iray tapitrisa  mahery ireo. Aorian` izay kosa vao afaka mampiseho ny fisian` ny hala-bato goavana. Tsy mila hiverenena, hoy izy, ny hoe “miala ny filoha” satria efa nekena ny vokam-pifidianana. Raha ny fijeriny hatrany dia nampiseho ny fetrany ny CENI satria ity vaomieram-pirenena ity no nanambara fa talohan`ny 2018 no niseho ireny lisitra ireny kanefa tsy nisy fanavaozana natao. Inona marina no ilàna ny CENI? hoy ihany izy. Tsy hanan`ny fitondrana fahefana ny fikarakarana fifidianana ary tsy misy tomponandraikitra intsony ny fifidianana. Tsy misy azo hitenenana intsony amin`ny tsy fetezana. Matoa napetraka ireny rantsana izay lazaina mahaleotena ireny dia ny mba hisian`ny tsara tantana eo anivon` ny sehatra iray izay tiana apetraka. Nahoana ny fanjakana no tsy afaka miantoka fifidianana tsara tantana? Tsara kokoa raha ny fanjakana no misahana ny valiny farany. Antony, misy tompon’andraikitra rehefa misy tsy fahatomombanana toy ny famoahana CIN na koa andraikitry ny sefom-pokontany… Niainantsika ny vokatry ny tsy fahatomombanana  ka manana efa taona hanomanana fifidianana filoham-pirenena isika ahafana mandinika sy mijery ireo fomba hanarenana ny lisi-pifidianana sy hamerenana ny fahatokisan` ny olona ao anatin` izany, hoy hatrany ny fanazavany.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny CENI sy izay nolaniany rehetra“Tokony hametra-pialana daholo”

Miaina tanteraka ao anatin’ny repoblika baranahiny na “république bananière” amin’izao fotoana izao i Madagasikara, raha ny eo amin’ny lafiny politika no resahana, hoy ny avy eo anivon’ny antoko politika Teza.

Isan’izany, raha jerentsika ny ataon’ny filoham-pirenena amin’izay fomba nandaniana azy. Eo koa ny ao amin’ny antenimieran-doholona. Ny aty amin’ny HCC sy ireny fihoaram-pefy be dia be nataony tamin’ny fifidianana ireny. Ny CENI. Ny rafitra eto amin’ny firenena rehetra dia tsy mandeha araka ny tokony ho izy daholo. Ny tapatapaky ny janoary 2018, raha tadidintsika ny CENI no nilaza fa 4,5 tapitrisa fotsiny no isan’ireo mpifidy voasoratra anarana ka mila manao ezaka isika mba hanentanana ny olona. Tsy misy tapa-bolana akory taty amin’ny febroary dia efa hoe 9,5 tapitrisa ny olona tafiditra anaty lisitra. Kitoatoa izany, hoy ny filohan’ny Teza, Jean Louis Rakotoamboa. Ny minisitry ny atitany sady praiminisitra moa tamin’ireny nanao ny fanangonana ny lisitra tamin’ny alalan’ny fokontany. Ny CENI no tompon’andraikitra voalohany nanendry ny tany amin’ny fokontany hanao ny fanisana ny lisi-pifidianana. Taty aoriana dia namafisin’ny minisitry ny atitany tamin’ny andron’I Rajoelina izany. Ny tiako tenenina, hoy izy, dia raha misy ny tokony hametra-pialana voalohany dia ny filohan’ny vaomiera misahana ny fifidianana. Ny fokontany dia tsiahivina fa tafiditra ao anatin’ny atao hoe “collectivité déconcentrée” saingy ny ankamaroan’ireo kandida moa mbola tsy tonga saina angamba hoe ho atao haingon-tsehatra fotsiny dia ireny no vokany. Izay no ilazako hoe aminay Teza dia tokony hiala am-panajana miaraka amin’ny filohan’ny CENI koa ireo izay nolaniany rehetra, hoy hatrany ny filohan’ity antoko ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana Olona Hasin’ny TanyAndao hampandeferina aloha ny hambom-po

Nihaona tetsy amin’ny Hotely Le Pavé etsy Antaninarenina omaly 18 martsa ireo mpitarika sy mpikambana ao anatin’ny Fikambanana Olona Hasin’ny Tany na ny OHT tarihin-dry Dr Emile Ratefinanahary sy Dr Hery Raharisaina.

 

Fihaonana nifantoka tamina lafin-javatra telo, dia ny fifampiarahabana noho ny taona fahatrarana ny tana vaovao, ny faha-6 taona nijoroan’ny OHT izay nomarihina tamin’ny alalan’ny fanapahana mofo mamy; ary fahatelo ny fitondrana ny fomba fijery manoloana ny ady iraisan’ny firenentsika amin’izao tontolo izao dia ny Coronavirus. Mipetraka amina foto-kevitra lehibe ny OHT, dia ny hoe ny tombotsoa iombonana sy ny tombotsoan’ny firenena, fa eo ihany koa ny fanabeazana olom-pirenena vanona. Marina fa maro ny olana samihafa na ara-tsosialy na ara-toekarena, ara-politika. Isan’ireny ny raharaha karapanondrom-pirenena miverin-droa, ny tsy fandriampahalemana, ny raharaha Ambohitrimanjaka,… Maro ny olana eto amin’ny tany sy ny firenena. Noho ny tombotsoam-pirenena sy ny ain’ny Malagasy anefa, dia tokony hampandeferina aloha ny ambo-po, ary izahay dia mankasitraka ny antso avo nataon’ny Filoham-pirenena hisian’ny fiaraha-mientana eto anatrehan’ny Coronavirus, hoy i Emile Ratefinanahary. Ampirimo ilay hambom-po, tombotsoa manokana, fomba amam-panaonao manokana fa andao hiara-hiady amin’io fahafavalo iombonana io isika. Nanapa-kevitra ny OHT, fa omaly no fotoana farany ho azy ireo nanaovana fivoriana mifanatri-maso sy mifankahita vantana noho ny zava-misy, ka ny teknolojia manomboka eto no hifampitana vaovao, mandra-pisian’ny toromarika vaovao.  Manentana ny fikambanana samihafa, ny fitondram-panjakana, ny olom-pirenena tsy ankanavaka mba tena ho mailo fa tsy rehefa hoe io fa misy marary vao mikoropaka, na efa voa mbola mankany amin’ny toerana fanatanjahantena tahaka ny nataon’ny Italianina sasany.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Adin’ny samy manampahefanaDepiote sy ben’ny tanàna nifanao iray sy iray…

Raikitra ny fifandonana sy fifamaliana teo amin'ny Filoha Lefity ny Antenimera, Rtoa Jocelyne Maxime sy ny Ben'ny Tanana Antsiranana I, Atoa Djavojozara Jean Luc omaly alarobia 18 martsa.

Niafara tamin’ny fifampikasihan-tànana raha tsy voasakana. Soa ihany fa nanatri-maso izany ny mpiandry manokana (gardes du corps) an'ity Depiote voafidy tao Antsiranana I, sy ireo polisy monisipaly, izay nisakana ny tsy hisian'izany fifandonana ara-batana tamin'ireto tompon'andraikitra roa ambony eo amin'ny fitondrana ireto. Raha ny fanazavana tsotsotra vonjimaika, dia tsy fifankahazoana amin’ny asa atao ao Antsiranana no voalaza fa antony. Toa voadingana sy tsy mba noresahina ny ben’ny tanàna amin’ny zavatra atao eo amin’ny tanàna iadidiany, ary ny depiote ihany koa mihevitra ny tenany ho manana ny marina satria volan’ny CLD no ampiasaina. Nandritry ny fifamaliana dia mihorakoraka ny mpomba an'ny Filoha Lefitry ny Antenimiera manao hoe, avelao izahay hiasa. Natao ho an'ny rehetra ny lalàna, izay indray ny fanambarana fohy nataon'ny Ben'ny Tanana'Antsiranana. Mazava ho azy fa misy tsy fitovian-kevitra eo amin’ireo samy olom-boafidy. Henjana ny teny nifamaliana ary tena nifanao iray sy iray mihitsy..raha nisy kely aza dia mety nifampikasi-tanana sy nifandratra.

Lonilony efa ela

Tsy vao izao ny lonilony eo amin’ny andaniny sy ny ankilany, raha zohiana ny tantara. Ben’ny tanàna lany tamin’ny anaran’ny vovonana MAPAR Atoa Djavojozara Jean Luc ny taona 2015. Tamin’ny fifidianana ben’ny tanàna farany teo anefa, dia nandeha tamin’ny anaran’ny tenany manokana izy noho ny lonilony teo aminy sy ny MAPAR. Lany tamin’ny isam-bato ambony 51,92% izy ary faharoa ny kandidan’ny IRK Miradji Velo Ali nahazo 30,97%, izany hoe: 21% be izao ny elanelana nandreseny ny IRK. Lojika raha tsy faly aminy sy mananga-tsandry ny olon’ny filoha Rajoelina. Fahita teto hatramin’izay tamin’ny fitantanana firenena ny fifanolanana eo amin’ny fanjakana foibe sy olom-boafidy iray izay tsy avy amin’ny antokon’ny fitondrana. Niharihary io hatramin’izay teto Antananarivo, afatsy tamin’ity indray mitoraka ity. Io fa miseho ihany koa any Antsiranana. Ny olom-boafidy iray na Filoha, na depiote, na ben’ny tanàna,… anefa dia misolo tena ireo vahoaka tsy ankanavaka hiadidiany, fa tsy ho an’ny antokony na izay nifidy azy. Tokony hajanona ny resaka loko politika na ny hoe: izay tsy lany tamin’ny lokon’ny mpitondra, dia atao ankilabao sy antsojay. Mila hajaina ihany koa ny fitsinjaram-pahefana. Tsiahivina hatrany fa ny 20 mey 2019, dia nilaza ny filoha Rajoelina tany Tsiroanomandidy fa na mena na manga na loranjy, dia hampiana avokoa. Izay tokoa ve no zava-miseho ankehitriny ?

 

Toky R

 

La Vérité0 partages

Météo du week-end - Les pluies s’installent sur les Hautes terres

La situation météorologique de ces trois prochains jours se définit par un flux variable localement instable. Plus de précipitations sont attendues sur la partie Est de Madagascar. A cela s’ajoutent les pluies sur les Hautes terres, sur la moitié nord de l'île, ainsi que sur la partie continentale d'Atsimo Andrefana. Le temps  ne sera pas par contre sec sur les Hautes terres qu’à partir du dimanche. Ce jour, des pluies  voire des averses orageuses sont prévues avec une température minimale de 14° Celsius et maximale de 35° Celsius. Demain, un temps sec sur le littoral ouest et sur la moitié sud de l'île sera observé. Par contre, le reste du pays  va s'attendre à des pluies avec possibilité de pluies éparses sur les Hautes terres. Les températures vont subir une baisse sur les Hautes terres ainsi que sur les côtes Est. Ce dimanche, des averses orageuses se déclencheront sur Boeny, Melaky, Bongolava et Menabe. En revanche, des pluies toucheront Analanjirofo et Toamasina pouvant être accompagnées d'averses sur Nosy Be et Sambirano. Le reste de l'île retrouvera un temps sec. Le degré de la chaleur demeurera stationnaire par rapport à celui de la veille.En outre, le risque de fortes pluies reste modéré à fort le long des côtes centre -est du pays. Ainsi, la vigilance est mise à jour. Les Districts de Mahanoro, Antanambao Manampotsy et Vatomandry sont classés rouge tandis que Vavatenina, Fenoarivo Atsinanana, Toamasina I - II, Brickaville et Nosy-Varika sont catégorisés jaune. Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Faux billets saisis à Anosibe - Les individus impliqués dont un militaire à Tsiafahy

Le 13 mars dernier, les hommes de la section de recherche criminelle de la Gendarmerie ont jeté trois individus dans leurs filets à Anosibe Angarangarana. Motif : Détention et surtout transaction de fausses coupures de banque d’une valeur numéraire de 7 millions d’ariary.Après la phase de l’enquête préliminaire, puis le récent déferrement de l’affaire au Parquet, les trois larrons furent finalement placés en détention provisoire à la maison de force à Tsiafahy.L’enquête a révélé que les concernés avaient déjà mis en circulation 3 millions d’ariary de ces fausses coupures avant que les Forces de l’ordre ne les surprennent avec ces 7 millions d’ariary constitués par des coupures de 20 000 ariary. C’est un militaire répondant au nom deS. qui a acheté le billet de 20 000 ariary contre 4000 ariary. La transaction s’est produite le 12 mars dernier du côté du Paraky à Soanierana. Ce dernier fut également interpellé.Par ailleurs, D., le présumé pourvoyeur en faux billets domicilié à Nambolempary Ambositra, demeure encore introuvable, du moins pour le moment. Un constat général s’impose. Cette ville de la Région d’Amoron’i Mania défraie souvent la chronique à cause des faits similaires. C’est parce qu’un réseau de contrefacteurs, pour le moment non identifié, et qui possède des ramifications s’étendant jusque dans la ville de Mahajanga ou celles du Sud-est, agit dans l’ombre. Certes, les Forces de l’ordre ont déjà multiplié les coups de filet. Mais « l’hydre » de la contrefaçon, si l’on puisse la qualifier ainsi, est loin d’être décapitée.  Les derniers faits en date remontent en décembre 2019 à Ambositra où la Police a procédé à une série d’interpellations, soit 5 incriminés,   toujours pour affaire de faux billets de banque.Et preuve que cela aurait pu être le fait d’un réseau, les concernés ont été poursuivis pour fabrication et circulation de fausses coupures de 20 000 ariary. Ils furent dénoncés par des informateurs de la Police. Les fausses coupures auraient dû servir à des achats mais aussi à des dépôts dans des kiosques spécialisés en mobile banking.Franck R.

La Vérité0 partages

Travail des enfants dans les mines - Un plan d’action pour son éradication

10 000 enfants mineures travaillent dans les mines de mica à Ankariera Taolagnaro. Le reportage diffusé par une chaine de télévision anglophone, il y a trois mois, a suscité de vives réactions sur le plan international. Face à la situation, le ministère des Mines et des Ressources stratégiques a validé, lundi dernier, un plan d’action pour son éradication. Il s’agit pour cette fois un plan d’action en vue de l’éradication. « Le cas du travail des enfants dans les mines du mica a fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps et est devenu une préoccupation internationale. Conscient de cette situation et loin de vouloir rester au stade de simple constat dans une posture de simple spectateur, l’Etat malagasy a mobilisé des actions gouvernementales de ses différents départements ministériels » lance Fidiniavo Ravokatra, ministre de tutelle durant son discours. Les opérateurs ont, de leur part, déjà rédigé une lettre d'engagement pour prouver par écrit leur ferme volonté de lutter contre le travail des enfants dans les mines de mica. Le ministère assurera de son côté le suivi de la mise en œuvre de son engagement. Une rencontre avec les collectivités territoriales décentralisées est déjà prévue pour une action conjointe. Enfin, l’institution identifiera les mesures environnementales et actions sociales plus plausibles aux contextes de la chaine d’activité. Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Pénurie de PPN - Aucun risque pour Madagascar

Les stocks disponibles sont suffisants. Dans le cadre de mesures de prévention prises contre la propagation du coronavirus à Madagascar, le ministre de l’Economie et des Finances ainsi que le directeur général des douanes ont effectué une descente à Toamasina, avant-hier. Cette descente a notamment été une occasion pour vérifier que les mesures mises en place sont parfaitement respectées. Cette descente a également permis aux autorités de faire le bilan des importations en PPN (Produits de première nécessité). « Face à des risques de manipulations malintentionnées de la situation visant à augmenter les prix des PPN sur le marché, nous réitérons que suivant les statistiques disponibles, Madagascar dispose de suffisamment de stocks. En se référant à  l’historique des importations, les chiffres montrent en effet un net accroissement des stocks. Pour le riz par exemple, pour l’année dernière, les stocks ont respectivement atteint les 24 900 tonnes au mois de janvier et les 32 700 tonnes en février 2019, contre 79 200 tonnes et 43 100 tonnes pour les mêmes mois de cette année. Il en va de même pour le sucre et l’huile alimentaire » a expliqué Zafivanona Ernest Lainkana directeur général des douanes, hier, en marge de sa visite à Toamasina. Les importations se font généralement en vue d’une vente pour les prochains mois. Donc même dans l’éventualité d’une fermeture complète des frontières, Madagascar ne devrait pas connaître de pénurie. Mais il y a peu de chance que nous parvenions à une telle situation extrême car la pandémie est en mouvement et si certains pays sont confinés, d’autres s’ouvrent peu à peu. « Toutefois, toutes les mesures nécessaires se mettent en place afin d’anticiper et gérer la situation au mieux. Chacun doit apporter sa part de responsabilité et toute sorte d’abus doit-être sévèrement punie. Les différents départements concernés se donnent la main pour un contrôle strict des prix sur le marché pour ne pas pénaliser les consommateurs » notifie Richard Randriamandrato, ministre de l’Economie et des Finances.En tout cas, pour ne pas léser le secteur de l’importation et ne pas décourager les compagnies maritimes à venir à Madagascar, sans oublier tous les impacts socio-économiques, la question de la mise en quarantaine des bateaux pourrait être revue prochainement. Rova Randria

La Vérité0 partages

Traque des rumeurs et fausses informations - La coopération entre Etat-malagasy et société Facebook ef...

Une grande première. Les réseaux sociaux  demeurent le réservoir de vraies ou fausses informations.  L’une des grandes plateformes numériques à la tête des réseaux sociaux « Facebook »  est particulièrement utilisée par certains pour diffamer et arnaquer ; Toutefois, elle peut être  servie à des bonnes causes. Depuis le début de l’année, coïncidant avec la propagation de l’épidémie de coronavirus touchant actuellement une centaine de pays, la diffusion des  informations erronées ou biaisées à travers cette plateforme a pris de l’ampleur. Désormais, l’Etat malagasy à travers le  ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique  (MPTDN) collabore avec la société Facebook pour  faire face aux intox sur le COVID-19.  Une coopération effective suite à une visio-conférence organisée entre un responsable de Facebook et du numéro un du MPTDN, Andriamanohisoa Ramaherijaona assisté par son équipe en présence d’autres pays situés dans la zone Afrique Ouest mercredi dernier. Selon Andriamanohisoa Ramaherijaona, ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique, la firme de Mark Zuckerberg a décidé de renforcer ses règles pour éviter la propagation de ces fausses informations faisant référence à l’épidémie. Une nouvelle mesure qui a été approuvée par le Gouvernement malagasy. Pour cette raison, ce géant américain Facebook va aider la Grande île à traquer les auteurs des désinformations autour du coronavirus.  « Le ministère  de tutelle est actuellement en contact direct avec Facebook afin de procéder à la suppression de toutes publicités et publications liées au coronavirus qui tenteraient de créer un sentiment d’urgence et/ou des comptes personnels voire professionnels, une page ainsi qu’un  groupe de désinformation », souligne-t-il.  Outre cette décélération de Facebook vers la fin du mois de février,  toutes les autres grandes entreprises du Net  à savoir Google, Twitter, Microsoft et Reddit, ainsi que YouTube (propriété de Google) et LinkedIn (propriété de Microsoft) ont fait, lundi soir, une précision sur le travail de manière étroite sur la réponse apportée au COVID-19.  En effet, une remontée des  contenus fiables sur leurs plateformes et un partage de mises à jour essentielles en coordination avec les agences gouvernementales de santé du monde entier  sont programmés.  Actuellement, le MPTDN enregistre 3 200 000 utilisateurs des réseaux sociaux à Madagascar dont   1 600 000 sont inscrits sur Facebook  soit 70%. « Il s’agit d’une plateforme de partage et d’échange d’informations et non un cadre de diffamation ou d’incitation au trouble public. C’est ainsi qu’une telle mesure s’applique également à Madagascar » poursuit  le  ministre Andriamanohisoa Ramaherijaona. Par ailleurs, le MPTDN va  également informer Facebook sur les comptes officiels des institutions Facebook et cela  dans le but d’obtenir le badge bleu. K.R.

La Vérité0 partages

Coronavirus - Madagascar s’isole

Plus aucun vol de passagers en provenance de l’extérieur n’est autorisé à atterrir sur le tarmac de l’aéroport international d’Ivato. Le dernier vol autorisé à entrer à Madagascar a atterri hier à 23h59, sauf changement. Désormais, seuls les avions cargos et de transport de marchandises pourront poursuivre leurs activités, afin d’approvisionner le pays, notamment en produits courants de consommation. Et ce, conformément à l’annonce faite par le Président de la République Andry Rajoelina, au cours d’un Conseil des ministres restreint cette semaine. Devant la presse, il avait annoncé la suspension totale de toutes les liaisons aériennes régionales et internationales entre Madagascar et les autres pays du monde, pour une durée de 30 jours. La nouvelle décision concerne principalement les vols en provenance du Kenya, d’Afrique du Sud, de Maurice ou encore d’Ethiopie. La suspension des vols en provenance d’Europe, de La Réunion et de Mayotte avait, en effet, été annoncée quelques jours plus tôt. Selon des indiscrétions, deux vols de rapatriement seraient toutefois autorisés. Les avions viendraient à vide pour rapatrier notamment les ressortissants français à Madagascar. La décision de fermer le ciel malagasy a été prise face à la rapide propagation de la pandémie de coronavirus dans le monde et particulièrement en Afrique et dans l’océan Indien. Epargnée jusqu’à ces derniers jours, l’île Maurice a annoncé avant-hier trois cas avérés de coronavirus sur son territoire. Trois personnes ont été testées positives au Covid-19, devait indiquer le Premier ministre mauricien. Madagascar fait donc partie des rares pays dans le monde où le coronavirus n’a pas fait son entrée. Et l’Etat malagasy fait tout son possible pour que le pays soit épargné. Pour ce faire, les contrôles des arrivées à Ivato se sont renforcés drastiquement ces derniers jours. Tous les passagers en provenance de l’étranger sont soumis à un contrôle de température, priés de se placer en situation de quarantaine et dépistés. Le Président Andry Rajoelina avait annoncé mardi l’importation de dispositifs de dépistage rapide de la maladie, afin de permettre de confirmer ou non l’infection dans un délai de 20 minutes. Notons que la décision de suspendre toutes les liaisons aériennes pourra être reconduite selon l’évolution de la situation.La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

« Les préparatifs continuent », dixit Siteny Randrianasoloniaiko

« Les préparatifs continuent », dixit Siteny Randrianasoloniaiko

Le maintien des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo a créé des vagues de polémiques un peu partout dans le monde. « Nous allons nous conformer aux décisions du Comité international olympique. Les préparatifs continueront pour les athlètes qui devront disputer les rencontres inscrites dans les étapes de qualification », a expliqué Siteny Randrianasoloniaiko, président du Comité olympique malagasy. Le calendrier des tournois de qualification olympique (TQO) a été chamboulé par la pandémie de coronavirus, et va pouvoir reprendre à partir du mois de juin, mais cela dépend des fédérations internationales. Pour l’heure, aucun athlète malagasy n’est qualifié pour les Jeux de Tokyo à quatre mois de l’évènement.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Service de néonatalogie du pavillon Sainte Fleur : Une soirée de charité pour les travaux d’extension ...

(crédit photo : Princy)

Afin de collecter des fonds pour les travaux d’extension du service de néonatalogie du pavillon Sainte Fleur, une soirée a été organisée hier. A noter que les travaux en question concernent l’augmentation de la capacité d’accueil du service en doublant sa surface. Le montant requis pour de tels travaux est d’environ un milliard d’ariary, selon les explications des responsables. Le service sera également doté de couveuses et de berceaux. Avant, le service pouvait accueillait douze bébés dans huit couveuses et quatre berceaux, avec le nouvel aménagement, il comptera onze couveuses et neuf berceaux en plus de couveuses d’isolement. Ce qui permettra d’accueillir vingt bébés. Et encore, l’acquisition de nouveaux équipements pour améliorer la qualité de la prise en charge figure aussi parmi les points importants de ce projet. Cette troisième partie va coûter 250 millions d’ariary.

A noter que ce réaménagement est une initiative de l’Ordre de Malte France. Jusqu à maintenant, les fonds ne sont pas encore suffisants, ce qui explique pourquoi cette soirée de charité a été organisée. Selon les responsables rencontrés sur les lieux, ils sont encore à la recherche d’autres partenaires et donateurs pour financer le projet. Sachant que les travaux débuteront au mois d’avril 2020, et qu’ils vont durer cinq mois, il reste peu de temps pour réunir la somme nécessaire à la réalisation de ce projet.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Contrôle des prix face à la menace de Covid-19 : Les premières sanctions tombent plusieurs commerces fe...

La descente des trois ministres au marché d’Anosibe, hier.

Trois commerces fermés, saisie des marchandises chez un grossiste, et deux camions mis en fourrière pour cause de commerce illicite de produits de première nécessité. Les premières sanctions sont tombées, hier, au marché d’Anosibe et de Namontana lors d’une descente inopinée de trois ministres.

Des hausses inexpliquées et surtout injustifiées des prix des produits de première nécessité depuis plusieurs jours ont conduit à une opération de contrôle sur le terrain. C’est ainsi que la ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, le ministre de la Sécurité publique et le secrétaire d’Etat en charge de la gendarmerie, lors d’une descente inopinée dans plusieurs grands marchés d’Antananarivo, ont surpris plusieurs commerces opérant en toute illégalité, et constaté chez d’autres des irrégularités, et surtout des cas de hausses injustifiées des prix. Les sanctions n’ont pas tardé à tomber : trois commerces ont été immédiatement fermés, dont un à Anosibe et deux autres au marché de Namontana, tandis qu’un grossiste au marché d’Anosibe a vu ses marchandises mises sous scellé en raison des infractions commises. Celles-ci portent principalement sur l’absence de documents, notamment les factures à l’achat des marchandises, et les hausses injustifiées des prix aux consommateurs.

Provisions. Cette démarche vise avant tout à éviter les flambées des prix et les spéculations face à la menace de coronavirus qui inquiète les consommateurs. Dans les grands marchés à ciel ouvert, comme dans les magasins de grande distribution et dans les épiceries de quartier, les consommateurs ont commencé à faire des provisions en prévision d’une éventuelle mesure de confinement si jamais le Covid-19 venait à s’introduire à Madagascar et à faire des victimes, comme c’est déjà le cas en Europe, après la Chine et plusieurs autres régions du monde. A Antananarivo en particulier, l’heure n’est pas encore à la grande ruée vers les rayons de PPN. Il se trouve toutefois que les provisions sont constituées petit à petit dans les ménages. Le riz, l’huile, le sucre, la farine et les pâtes figurent parmi les produits ayant connu les plus grandes hausses en termes de vente. Cependant, la majorité des ménages, parmi les plus pauvres, n’ont pas les moyens de faire la moindre provision. Vivant au jour le jour, ces ménages n’ont d’autre choix que de faire leurs achats de nourritures et de PPN en fonction des gains journaliers. La moindre hausse de prix les pénalisera. Les autorités ont ainsi assuré que les stocks de PPN et de nourritures sont amplement suffisants pour au moins six mois. Il reste à en gérer le circuit, afin qu’il n’y ait pas de valses des étiquettes qui donneront le tournis aux consommateurs.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Tovovavy hita faty tao Mangarivotra Toamasina : Nosemporina tamin’ny « sachet » ary notsindromina zava-...

Vanessa, 22 taona, avy any Fenerivo atsinanana, no hita faty nisy namono tao Mangarivotra atsimo mifanakaiky tamin’ny toerana nahitana ny fatin’i Owne Alek farany teo ny alarobia maraina teo. Ny angom-baovao natao dia nisy nahita ity tovovavy ity namonjy ireny toeram-pilanonana “karaoke” ireny ny alin’ny talata nifoha ny alarobia teo tao Ankirihiry. Olom-baovao tamin’ity toeram-pilanonana izy raha ny fanazavana hatrany ka nitangoronan’ireo tovolahy mpivoaka alina ihany koa. Teo no voalaza fa nisy tezitra taminy ireo tovovavy mpiavoaka niray “karaoke” taminy noho izany fa mpanimba tsena ity tovovavy vaovao ity. Nandritra ny fizahana ny razana teny Mangarivotra atsimo no nahafantarana ny fomba namoana ity tovovavy 22 taona ity. Teo aloha ny zava-maranitra nanindronana ny lohany sy ny sofiny havanana; teo koa ny faritra mangana hita teo amin’ny tendany izay nisy ny fanakendana azy tamin’ny vono olona natao. Ankoatra ny fampiasana harona sachet tamin’ny fanasemporana azy, satria hita mangana ihany koa ny tarehiny ary mbola tavela teo amin’ny lohany ilay harona tamin’ny nahitana ny fatiny. Ny fokonolona tao amin’ny fokontany Mangarivotra atsimo P/elle 21/54 tamin’ny alalan’ny tranom-pokonolona no nandray an-tanana aloha ny fatiny; izay niandry ny fiavian’ny havan’ny maty avy ao Mahavelokely Fenerivo atsinanana araka  ny vaovao. Na mbola tsy nitory aza any fianakavian’ny maty dia efa misokatra ny fanadihadian’ny polisy mikasika izany satria resaka vono olona ny raharaha, hoy ny mpitandro ny filaminana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre les cancers du sein et du col de l’utérus : Les partenaires engagés prolongent leur collab...

Le partenariat entre l’Etat-major général de l’armée malagasy (Emgam), la fondation Akbaraly et l’ONG La Vita Per Te a commencé en 2019 lors de la célébration de l’octobre rose , le mois dédié à la lutte contre le cancer. A l’époque, ces trois structures ont choisi de mener une campagne de sensibilisation et de dépistage des cancers du sein et du col de l’utérus auprès de diverses associations de femmes ,dont le « Fikambanan’ny vadin’ny miaramila » (Fivami). Cette première campagne a permis d’effectuer un dépistage sur plus de 500 femmes membres du Fivami. Toutefois, cette lutte est loin d’être terminée, c’est pourquoi les trois entités ont décidé de prolonger leur partenariat sur deux ans. C’est ainsi que le 17 mars dernier, une signature de convention s’est tenue à la Tour Ankorondrano en présence du chef de l’Etat-major général de l’armée malagasy, le général de division Théophile Justin Rakotonirina, la présidente de la fondation Akbaraly, Cinzia Catalfamo Akbaraly, et le président de l’ONG La Vita Per Te, le Dr. Francesco Cimino.

Ce second partenariat est la suite logique du premier. Les mêmes actions seront au rendez-vous, c’est-à-dire que les trois structures continueront de se donner la main pour effectuer une grande campagne de dépistage et de sensibilisation sur les cancers du sein et du col de l’utérus, en faveur de l’association des épouses des militaires malgaches. Toutefois, la lutte contre la malnutrition infantile fera aussi partie du programme de ce partenariat, étant donné l’engagement de la fondation Akbaraly pour la santé de la mère et de l’enfant.

Notons que Cinzia, Catalfamo Akbaraly a reçu un insigne de l’armée malgache lors de cette cérémonie de signature de convention. Ceci lui a été remis par le Chef de l’Etat-major général de l’armée malagasy en reconnaissance de toutes ses actions.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Contrôle des prix face à la menace de Covid-19 : Les premières sanctions tombent

Plusieurs commerces fermés à Anosibe

Trois commerces fermés, saisie des marchandises chez un grossiste, et deux camions mis en fourrière pour cause de commerce illicite de produits de première nécessité. Les premières sanctions sont tombées, hier, au marché d’Anosibe et de Namontana lors d’une descente inopinée de trois ministres.

Des hausses inexpliquées et surtout injustifiées des prix des produits de première nécessité depuis plusieurs jours ont conduit à une opération de contrôle sur le terrain. C’est ainsi que la ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, le ministre de la Sécurité publique et le secrétaire d’Etat en charge de la gendarmerie, lors d’une descente inopinée dans plusieurs grands marchés d’Antananarivo, ont surpris plusieurs commerces opérant en toute illégalité, et constaté chez d’autres des irrégularités, et surtout des cas de hausses injustifiées des prix. Les sanctions n’ont pas tardé à tomber : trois commerces ont été immédiatement fermés, dont un à Anosibe et deux autres au marché de Namontana, tandis qu’un grossiste au marché d’Anosibe a vu ses marchandises mises sous scellé en raison des infractions commises. Celles-ci portent principalement sur l’absence de documents, notamment les factures à l’achat des marchandises, et les hausses injustifiées des prix aux consommateurs.

Provisions. Cette démarche vise avant tout à éviter les flambées des prix et les spéculations face à la menace de coronavirus qui inquiète les consommateurs. Dans les grands marchés à ciel ouvert, comme dans les magasins de grande distribution et dans les épiceries de quartier, les consommateurs ont commencé à faire des provisions en prévision d’une éventuelle mesure de confinement si jamais le Covid-19 venait à s’introduire à Madagascar et à faire des victimes, comme c’est déjà le cas en Europe, après la Chine et plusieurs autres régions du monde. A Antananarivo en particulier, l’heure n’est pas encore à la grande ruée vers les rayons de PPN. Il se trouve toutefois que les provisions sont constituées petit à petit dans les ménages. Le riz, l’huile, le sucre, la farine et les pâtes figurent parmi les produits ayant connu les plus grandes hausses en termes de vente. Cependant, la majorité des ménages, parmi les plus pauvres, n’ont pas les moyens de faire la moindre provision. Vivant au jour le jour, ces ménages n’ont d’autre choix que de faire leurs achats de nourritures et de PPN en fonction des gains journaliers. La moindre hausse de prix les pénalisera. Les autorités ont ainsi assuré que les stocks de PPN et de nourritures sont amplement suffisants pour au moins six mois. Il reste à en gérer le circuit, afin qu’il n’y ait pas de valses des étiquettes qui donneront le tournis aux consommateurs.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimanarina : Un grossiste de cannabis opère librement

Intervenant sur les ondes d’une radio privée de la capitale, un habitant dans le sixième arrondissement de la commune urbaine d’Antananarivo dénonce l’existence d’un grossiste de cannabis opérant dans le quartier d’Ambohimanarina. D’après lui, ce trafiquant de drogue agit en toute liberté sans être inquiété. Raison pour laquelle il estime que ce hors la loi bénéficierait de la protection de quelqu’un de haut-placé. Il ajoute que ce commerçant de stupéfiant assure le ravitaillement de presque la totalité de cannabis écoulée dans la ville d’Antananarivo. « Mais le problème est de voir qu’il n’a jamais été interpellé ni arrêté », déplore-t-il.  Il admet cependant que des efforts ont été déployés par le régime en place et les forces de l’ordre pour lutter contre la vente et la consommation de drogue. Dans ce sens, il a félicité la destruction de plantations de cannabis sur une superficie de 20 ha dans la commune d’Andriry, district de Betroka la semaine dernière. Une opération qui a vu la participation du Premier ministre, Ntsay Christian, en compagnie des hauts responsables des forces de l’ordre lors de sa descente dans cette localité pour constater de visu l’évolution de la situation en matière de sécurité. Cette partie Sud de l’île étant réputée “ zone rouge” auparavant. Cet habitant veut alors interpeller les forces de l’ordre sur ce fait qui prévaut à Ambohimanarina, où un commissariat de la Sécurité publique est implanté depuis des années. Face à cette dénonciation, la Police nationale tient, pour sa part, à préciser que le commissariat des arrondissements est installé pour assurer la sécurité publique. Puisqu’on parle ici de cannabis, la Police nationale dispose d’un service spécialisé dans le traitement de ce genre d’affaire. Cela n’empêche cependant pas les policiers du commissariat d’y intervenir, mais cela se fait à partir de la recherche de renseignements qu’ils devront communiquer à ce service spécialisé. Quoi qu’il en soit, le commissariat d’Ambohimanarina a déjà fait preuve de son efficacité si l’on se réfère aux résultats qu’il a obtenus ces derniers temps. Des contrevenants ont été arrêtés et emprisonnés. Mais, cela n’est pas encore suffisant vu la prolifération de ce fléau dans la capitale.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

« Coronavirus » : Mpanely tsaho tamin’ny FB iray voasambotra

« Efa tonga ao Antananarivo ao ny « coronavirus » fa samia mailo sy mitandrina ( …) » santionany tamin’ilay hafatra nalefan’ity tovolahy iray ity mipetraka any amin’iny faritra Sava iny, tamin’ny tambajotra sosialy Facebook, ny talata lasa teo. Vaovao tsy marina ary efa nodisoin’ireo tomponandraikitry ny fahasalamana eto amintsika izany.

Efa nampahafantatra sy nanafatrafatra moa ireo tomponandraikitra ambony, na teo anivon’ny zandarimariam-pirenenaio na teo anivon’ny pôlisim-pirenena, fa hiroso avy hatrany tamin’ny fisamborana sy fanasaziana ireo olona minia mampisavorovoro saim-bahoaka sy mampiely vaovao tsy marina izy ireo. Araka izany, taorian’ny fanadihadiana nataon’ireo mpitandro filaminana momba ny « compte »n’io tovolahy nilaza tsaho io dia fantatra fa any amin’iny faritra Andapa iny ity farany no mipetraka. Nampandrenesina araka izany ireo mpitandro filaminana tany an-toerana ary niroso tamin’ny fisamborana azy, omaly tokony ho tamin’ny folo ora maraina tany ho any. Raha ny angom-baovao azo dia mbola toerana somary ambanivohitra any amin’ny distrik’Andapa, tao amin’ilay hoe Ambodimanga Ambalamanasy no nahatratrarana azy. Tovolahy 19 taona izy io ary mpanamboatra finday no asany. Nanaiky tokoa ingahirainy, hoy ny loharanom-baovao hatrany fa izy tenany mihitsy no nandefa ilay hafatra tamin’ny FB. Voalazany mantsy fa toa hoe nahazo fampitandremana ihany koa ny tenany tamin’ny alalan’ny hafatra fohy tamin’ny finday ary izay no antony nandefasany azy tamin’ny tambajotra sosialy. Nentina niakatra an’Andapa avy hatrany moa ity farany ary notazomina natao andrimaso mba hanaovana fanadihadiana. Vao iray izay no tratra fa mbola maro ireo milaza antsanga tsy aman’orana toy izany, entina fotsiny, na io hanaovany dokambarotra ny tenany na hampisavorovorana saim-bahoaka. Marihana fa mbola manamafy hatrany ny eo anivon’ny Ministeran’ny fahasalam-bahoaka, araka ny fanambarana nataon’izy ireo, ny talata teo fa tsy mbola misy trangana Covid-19 eto amintsika. Na ireo milaza araka izany fa nisy olona matin’ity aretina ity tany Nosy-be na ny filazàna fa misy tranga ihany koa eto Antananarivo dia lainga sy tsaho avokoa ka tsy maintsy handraisana fepetra araka ny lalàna velona.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Faritra atsinanana : Atao anio ny famidram-pitantanana ny governora sy ny lehiben’ny faritra

Ny talata 17 marsa maraina teo no tonga tao Ambalamanasy nanaovana fitsenana manokana ny governoran’ny faritra atsinanana, Atoa Rafidison Théodore Richard. Taorian’izay dia nisy ny fandraisana azy niavaka tao amin’ny lapan’ny faritra Atsinanana nataon’ireo tomponandraiki-panjakana sy ireo tsy miankina samihafa; izay nanaovany kabary fa lohalaharana aminy ny resaka fampandrosoana ny faritra ara-toekarena, indrindra ny lafiny fambolena sy ny fanamboaran-dalana samihafa, ankoatra ireo toerana hivarotana izany vokatra izany. Tsy adinoina koa anefa fa laharam-pahemehana ho an’ny governoran’ny faritra atsinanana koa ny resaka fandriampahalemana izay hisian’ny fihaonana manokana ny zoma izao eo amin’ny Emmo rehetra sy ny Omc, mitatra ihany koa. Ankoatra izay, raha ny fandaharam-potoanam-panjakana, dia anio no hatao ny famindram-pitantanana eo amin’ny governora vaovao sy ny lehiben’ny faritra mpisolo toerana, izay hatao ao amin’ny lapan’ny faritra Atsinanana. Aorian’izay ny fametrahana ny governora ofisialy eo amin’ny araben’ny fahaleovan-tena. Tokony hiatrika ity lanonana ity ny minisitry ny mponina, Rtoa Naharimamy Irmah Lucien, amin’ny maha-mpitarika ny antokom-panjakana azy ao Toamasina sy amin’ny maha-iray fiaviana azy ireo avy ao Mahanoro, fa tsy afaka, noho ny minisitra mbola natoka-monina ao Antananarivo noho izy vao tonga avy any ivelany namita iraka, araka ny fepetra noraisin’ny fanjakana malagasy amin’ny fampitokana-monina ireo olona vao tonga avy any andafy rehetra miditra ny sisin-tany noho ny tahotra ny valan’aretina coronavirus.Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Contre le coronavirus : Le FFKM appelle à participer à un culte œcuménique

La communauté chrétienne se mobilise contre la pandémie covid-19. Après l’appel des évêques catholiques, le conseil œcuménique des églises chrétiennes, lui, organisera demain un culte œcuménique pour témoigner sa disponibilité à lutter contre l’invasion du coronavirus au pays. Le culte se tiendra dans la cathédrale anglicane d’Ambohimamory en présence des membres du bureau central du conseil. Une mobilisation des démembrements du conseil est prévue après ce culte afin de soutenir toutes les actions menées au niveau local pour endiguer la propagation de la pandémie.

Recueillis par Rija R

Midi Madagasikara0 partages

Fermeture des frontières : Promotion du tourisme local, des packages promotionnels en vue

Le Gouvernement lance un projet commun avec le secteur privé pour sauver le tourisme du Coronavirus

La suspension des vols internationaux à compter de cette nuit aura des impacts majeurs sur le secteur du tourisme. Il s’agit d’une certitude, selon les opérateurs économiques au sein de la Confédération du tourisme de madagascar (CTM), qui ont participé à la séance de concertation, hier, avec le ministre de tutelle, Joël Randriamandranto. « Avec la fermeture des frontières, il est évident que le tourisme sera le premier secteur sinistré. Il est normal que le Gouvernement soit à l’écoute du secteur privé pour connaître les problèmes auxquels ces opérateurs touristiques font face à cause de cette suspension des vols, et également pour voir les meilleures solutions qui pourraient être mises en œuvre. Ces opérateurs savent déjà qu’est-ce qui va se passer. Il faut réagir pour que les activités se poursuivent, afin d’éviter une crise sociale à Madagascar. Comme nous le savons tous, lorsqu’il n’y a pas de touristes, il n’y a pas de recettes en devises dans ce secteur d’activité », a expliqué le ministre.

Alternative. Pour faire face à cette crise du Coronavirus, les opérateurs touristiques et leur ministère de tutelle ont décidé d’œuvrer pour la promotion du tourisme local, afin de maintenir leurs activités et de garder les métiers actuels du secteur. Ainsi, les deux parties ont décidé d’œuvrer ensemble pour stimuler le tourisme domestique à Madagascar. Selon les informations, des packages promotionnels pourraient être lancés grâce à la collaboration entre les transporteurs, les hôteliers, les guides, les agences de voyage, et même Adema et Ravinala Airports qui pourraient contribuer à favoriser la réduction des coûts. Selon le ministre, tous les opérateurs doivent faire des efforts pour appliquer des réductions et proposer des packages compétitifs pour les touristes locaux.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

RN6 : 227 kg de cannabis saisis à Befandriana-Avaratra

Comme le Sud de l’île, la région septentrionale de Madagascar constitue également un foyer de plantation de cannabis. Produit dans la localité, ce genre de stupéfiant est, dans la plupart des cas, acheminé vers la capitale qui est devenu le lieu de prédilection des trafiquants de drogue. Le 14 mars dernier, 227 kg de cannabis emballés dans 15 sacs ont été interceptés par la gendarmerie sur la RN6, au croisement menant à Befandriana-Avaratra, soit au PK 291. La gendarmerie d’Antsohihy est parvenue à ce coup de filet grâce aux renseignements fournis par des personnes de bonne volonté sur l’existence de cette cargaison dans un véhicule en direction d’Antananarivo. Saisie, cette quantité importante de drogue a été incinérée à Andohan’ny Gara-Ambalapamba, fokontany Ambalabe-Ouest, commune rurale Antsohihy dans la région Sofia, hier. Cette opération exigée par la loi s’est déroulée en présence du préfet d’Antsohihy, du maire de la commune rurale d’Antsohihy et des représentants des forces de l’ordre dont le  commandant du groupement et le commandant de compagnie de la gendarmerie d’Antsohihy. Des journalistes y ont été invités pour les besoins du principe de la transparence.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : La Zone de libre-échange africaine menacée

Coronavirus : La Zone de libre-échange africaine menacée

Madagascar n’est pas le seul pays africain à prendre d’importantes mesures de prévention contre le Coronavirus. Les dirigeants du continent noir tiennent à protéger leurs pays de cette pandémie qui risque aussi de mettre à genoux l’économie africaine.

Dans une de ses publications, l’Agence Ecofin parle notamment des impacts désastreux que l’épidémie peut avoir sur l’intégration africaine. Le coronavirus peut constituer une menace d’ampleur pour la zone de libre-échange africaine (Zlecaf) selon l’Agence Econfin. « Alors que la pandémie de coronavirus a commencé à se propager en Afrique, de nombreuses mesures préventives ont été annoncées par plusieurs Etats pour protéger leurs ressortissants. Ces mesures, même si elles restent temporaires, semblent restreindre la libre-circulation entre et au sein des pays ».

Mesures radicales

Du coup, un certain nombre d’Etats africains ont pris des mesures. « Ainsi, l’Afrique du Sud a annoncé la fermeture de ses frontières aux ressortissants des pays les plus touchés par le virus en plus de plusieurs autres mesures radicales prises dans le cadre de l’état de catastrophe naturelle déclaré par le président Cyril Ramaphosa. Au Kenya, seuls les citoyens kényans et les étrangers titulaires d’un permis de séjour en cours de validité seront autorisés à entrer à condition qu’ils procèdent à une auto-quarantaine, a indiqué le président Uhuru Kenyatta. Au Maroc et au Ghana, les gouvernements ont annoncé de nombreuses mesures de suspension des liaisons aériennes en plus du décaissement de plusieurs millions de dollars pour lutter contre le coronavirus ».

Retardée

En somme, la date de mise en vigueur de la Zlecaf risque d’être reportée selon toujours Ecofin. « Alors que le continent reste relativement épargné par la pandémie (par rapport à l’Europe ou l’Asie), ces mesures restrictives font peser une menace sur la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf). Elle vise à créer un énorme marché unique à l’échelle de l’Afrique et est prévue pour être opérationnelle à partir du 1er juillet 2020. Cependant, en cas d’accélération de la propagation du virus, cette opérationnalisation pourrait être encore plus affectée par les mesures de fermeture des frontières terrestres tel qu’énoncé par la Tunisie cette semaine ou encore le Gabon, il y a quelques jours. Une situation d’autant plus inquiétante que l’OMS estime qu’il faudrait plusieurs mois pour trouver un remède contre le virus. Dans ce contexte, l’opérationnalisation de la Zlecaf, projet phare de l’intégration africaine, pourrait être retardée. Ce, alors même que des mesures de fermeture des frontières annoncées depuis plusieurs mois par certains pays africains (Nigeria, Guinée) pour des raisons différentes soulevaient déjà des inquiétudes parmi les experts ».

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Conférence : Langue, identité et malgachitude discutées à l’IFM

À travers cette écriture sur une pierre tombale, datant probablement de 1856, la langue malgache était déjà écrite.

La mondialisation est encore loin d’être acquise pour les pays comme Madagascar. C’est dans ce contexte que sera organisée la conférence « Langue et identité malgaches face aux cultures étrangères, quelles perspectives ? » à l’IFM Analakely le 31 mars à 14 h 30. L’organisateur de cette rencontre est l’Association des anciens de l’école nationale d’administration (AAENA–Madagascar).

A en croire la mise en bouche de cette conférence, elle va aussi défricher quelques postures mentales accolées à une « malgachitude » apparemment désuète face à cette vague mondialisante. « Bien que ces phénomènes d’interaction soient mondiaux, ils suscitent interrogations, craintes, méfiances et même un regain de nationalisme de la part des Malgaches forgés dans l’insularité, accentuée par le sentiment de faire partie d’un sixième continent ». Quelque part, le côté obscur du Malgache « nombriliste » sur son île/monde traduit sa mentalité dans son rapport avec l’autre.

Cependant, le nationalisme est maintenant un phénomène mondial. Il est rapporté par les montées en puissance de l’audience des partis d’extrême droite, parfois modulée dans le paysage politique français. Sur les réseaux sociaux, les discours de citoyens haineux évoquant des origines africaines sont de plus en plus présents. A Madagascar, le nationalisme pourrait s’attribuer à un réflexe englobant même la brutalité des nationaux il y a à peine quelques décennies face à l’oppression extrême des colonisateurs. La langue malgache a été, à cette époque, une arme de communication et une corde soutenant une culture dominée. Quoi qu’il en soit, celle-ci sera au centre des enjeux avec les générations à venir.

Les panélistes qui interviendront lors de cette conférence intitulée « Langue et identité malgaches face aux cultures étrangères, quelles perspectives ? » sont Aline Rasoafara, Sonia Yasmine, Jonathan Rahagalala et Stéphane Pukillas. A travers cette présentation non exhaustive, la première est une slameuse, engagée contre la discrimination en tout genre. Pour les autres, on pourra les connaître, eux et leurs idées, à travers la langue et l’identité malgaches le 31 mars à l’Ifm.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : AFA Ankazomanga célèbre son 70e anniversaire

Le club AFA lors d’un tournoi au stade d’Alarobia.

Ankazomanga Firaisana Ara-panatanjahantena (Afa) figure parmi les plus anciens clubs de Tananarive. Créé en 1950, juste dix ans avant l’indépendance de Madagascar, ce club mérite de célébrer son 70e anniversaire en grande pompe cette année. D’autant plus que le comité d’organisation a été désormais élaboré, dont le président est notre confrère Aris Rafalimanana. Afa envisage d’organiser plusieurs événements au mois de mai pour marquer cette année en or. La célébration sera baptisée Tapa-bolan’ny Afa. Et pour l’ouverture officielle, il y aura un tournoi sportif et des animations culturelles. « Ce sera également l’occasion d’octroyer des ordres de mérite sportif à tous les meilleurs dirigeants et joueurs. En plus, une stèle de l’Afa sera mise en place sur le rond-point d’ Ankazomanga », a expliqué Aris Rafalimanana. PEN vue de cet évènement, une grande réunion sera organisée par le comité ce dimanche au siège de l’Afa, à côté du pont d’Ankazomanga à 14h. « Nous invitons tout le monde à assister à cette réunion, que ce soit les anciens joueurs ou coaches. Beaucoup de choses seront à décider durant cette journée», a-t-il ajouté. Rappelons que le club a laissé s’échapper le titre de champion d’Analamanga depuis 1981. Auparavant, Afa possédait des grands joueurs mais ceux-ci sont partis dans les autres clubs qui sont devenus actuellement des redoutables du rugby malagasy.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Gestion des risques et des catastrophes : On est plus dans la préparation que dans la prévention

Prévenir les risques au lieu de préparer la population à les affronter serait le mieux selon les acteurs dans la gestion des risques et catastrophes.Il suffit qu’il pleuve un quart d’heure pour que des villes, des quartiers ou encore des communes soient sous les eaux.

Les cas récents d’inondation interpellent sur le système actuel de gestion des risques et catastrophes dans le pays. La vulnérabilité des Malgaches ne cesse de croître, alors que des actions, initiatives et activités sont menées par différents acteurs dans le cadre de nombreux projets de résilience et d’adaptation. Le cas particulier de la capitale interpelle d’autant plus puisque près de 91 quartiers se retrouvent à chaque passage de pluie ou d’orage sous les eaux. Le pays dispose toutefois d’une stratégie nationale de gestion des risques et catastrophes, et de divers plans de contingences devant permettre de faire face à ceux-ci. Mais encore, les actions auprès de la population cible sont plus axés sur les gestes à faire en cas de survenance des catastrophes. Sensibilisation sur les bons gestes à adopter, distribution de kits tels des sifflets, des gilets de sauvetage… Sur les sites d’hébergement ou les sites pour les sinistrés, des informations sont sur les ondes radio du pays et sont martelées afin de « préparer au mieux les populations dans les zones d’impact des catastrophes, aussi bien naturelles que d’origine humaine », selon les dires de Avotra (nom d’emprunt), citoyenne engagée dans la sensibilisation et l’éducation aux risques et catastrophes. Notre interlocutrice de rajouter « les catastrophes comme les cyclones reviennent chaque année et nous savons qu à tous les coups, des milliers de personnes en sont victimes ».

Salé. « Les initiatives entrant dans le cadre de la prévention dépensent moins d’argent que les actions de riposte et de réponse », propos d’un technicien auprès de la direction générale de la météo interviewé sur comment faire pour mettre en place un système de gestion des risques et catastrophes répondant aux besoins et réalités du pays. Un constant soutenu par Avotra qui avance l’importance « d’éduquer la population sur les risques et catastrophes ». « La vraie prévention consiste à intégrer la dimension risques et catastrophes dans les politiques de l’éducation nationale et les politiques culturelles. Une initiative qui permettra de faire en sorte de développer, chez les enfants et les citoyens en général, la notion de GRC ». Avotra de noter « touchant les couches les plus vulnérables et tout le système de la vie des citoyens, l’éducation devra permettre de limiter autant que possible les victimes à chaque survenance des catastrophes ». L’insistance sur la préparation trouverait également son origine dans les relations du pays avec ses bailleurs qui opteraient plus pour les actions, plus particulièrement les financements en faveur des préparations, que pour les préventions. Insulaire par nature, Madagascar doit, chaque année, faire face à des catastrophes d’origine naturelle. Et puisque la prévention coûte moins chère que la préparation ou encore la réponse, ne serait-il pas temps de changer de fusil d’épaule ?

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Exposition : Ratovo Valiha présente ses œuvres

Les amponga exposés à la City Art Ivandry.

Exposition : Ratovo Valiha présente ses œuvres

City Art Ivandry est décorée par cinquante instruments traditionnels malgaches dont le vernissage s’est déroulé le samedi 14 mars dernier. Cette exposition durera plus de 15 jours. Rien que durant les quatre premiers jours de cette exposition, plus de 300 visiteurs sont venus apprécier les œuvres de Ratovonirina Ranaivovololona connu sous le nom de Ratovo Valiha.

Valiha, percussion ou amponga, kabosy, ou encore marovany sont présentés à la City Art Ivandry pendant quatre jours. « Ceci est le fruit de notre acquis théorique et pratique en matière de recherche et de développement des arts musicaux malgaches en général, et de la valiha en particulier », confie l’exposant Ratovo Valiha.

Les « instruments hybrides ». Artiste-musicien et spécialement chercheur en matière de valiha, il est l’un des premiers à fabriquer la valiha chromatique, un instrument qui ressemble à la valiha standard, mais avec un aspect assez original. « La valiha chromatique est divisée en deux parties, la partie haute où sont installées les cordes dièses et bémols, et la partie basse composée des cordes diatoniques », a-t-il expliqué. A part les valiha, Ratovo Valiha expose également des instruments de musique idiophones. Ce sont des instruments de musique qui ont la vibration de leur propre matière, c’est-à-dire, un instrument qui ne possède ni membrane ni cordes. Les idéophones peuvent être percutés, pincés ou frictionnés. Les tambours marmites ou l’Amponga vilany y sont exposés également. Cet instrument est composé d’une marmite en terre cuite recouverte de vessie de zébu, et d’une rondelle de paille qui sert de pied. L’Amponga vilany a son semblable en Afrique et en Amérique latine.

L’objectif de l’exposant est, tout d’abord, de conscientiser les citoyens au sujet de la richesse du patrimoine culturel malgache qui risque de perdre sa valeur aux yeux de la jeune génération. « En fait, le patrimoine malgache qui est très riche en termes de potentialité culturelle, artistique et folklorique devra être reconsidéré tant sur le plan régional, national qu’international », explique Ratovo Valiha. La valiha est un instrument populaire dans la Grande île. Elle intéresse toute la population, aussi bien à la campagne qu’en ville. D’autre part, le but principal est de mettre en orbite les tournées internationales de l’orchestre « Valiha de Madagascar, sans oublier de vulgariser et diffuser la culture de cet instrument malgache à l’échelle mondiale. « La valiha est connue comme un instrument qui traduit aux mieux l’âme de la musique typique malgache », mais actuellement, cette mélodie malgache est asphyxiée par celle de l’extérieur qui gagne du terrain et s’enracine de plus en plus dans le pays. Madagascar a besoin des « Ratovo Valiha juniors » pour que les instruments malgaches soient compétitifs comme la kora sénégalaise ou encore le cavaquinho de l’Amérique Latine.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Mada’s Worship 3 : Vero Ranaivoson et New Called à l’affiche

Comme il est agréable de louer et d’adorer son Créateur en toute heure. Pour finir la semaine en beauté, ou débuter le week-end, il n’y a rien de mieux qu’une soirée de praise and worship comme on en trouve rarement ces temps-ci dans la capitale. Pour vendredi, Vero Ranaivoson et New Called se partageront l’affiche à la Tranompokonolona Analakely. Depuis janvier, la Tranompokonolona Analakely accueille les passionnés de célébration et de louange chaque dernier vendredi du mois.

Mada’s Worship est l’initiative de six adorateurs, conscients de l’importance de l’adoration et de la célébration du Créateur dans la vie de ses créations. Voilà pourquoi ils ont décidé de consacrer un vendredi de chaque mois pour se mettre au diapason avec les passionnés. En premier lieu, ce  concert gratuit entre dans le cadre d’une évangélisation tout en développant la célébration à Madagascar, mais il a surtout pour objectif de stimuler le zèle d’antan chez les artistes évangéliques de la Grande île. Entre autres, le projet vise surtout à faire sortir les jeunes de l’oisiveté et les orienter vers la louange.

Le verset leitmotiv est tiré du livre de Jacques 5 : 16 « Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficacité ».

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Le Glacier : Rabaza aux commandes

« Alefa Mangaliba »! Animateur invétéré, Rabaza se met au devant de la scène. Samedi prochain, ce metteur d’ambiance hors pair fera vibrer les noctambules au Glacier Analakely. S’il est connu dans le milieu de la musique rythmée, Rabaza peut être un nom inconnu du large public. Pourtant, il a fait ses armes auprès des grosses pointures. Depuis des années, il  a fait partie des joueurs de mandoline des plus talentueux. Entre les groupes Hazolahy et Sarandra beloba dont il faisait partie, il est à la tête de son propre groupe éponyme.  Evidemment, son répertoire verse essentiellement dans le Mangaliba qu’il affectionne particulièrement. Armé de sa grosse mandoline, c’est le cas de le dire, il jouera ses  titres comme « Zay le raha », « Pelamainty » ou encore « Amour transparence ». Une ambiance made in Sud-Est profile déjà à l’horizon.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Famille Ravalomanana : « Aucun membre n’est atteint du coronavirus »

Le contexte actuel est une aubaine pour la campagne de désinformation au sujet de laquelle les autorités ont promis de sanctionner sévèrement. La famille de l’ancien président, elle, se dit victime de cette campagne. Depuis hier, l’état de santé de la fille de Marc Ravalomanana a circulé sur la toile comme quoi elle aurait été atteinte du coronavirus et serait sous surveillance médicale. L’information est vite démentie par les proches de l’ancien président. « Aucun membre de cette famille n’est atteint du coronavirus », nous a confirmé une source. « La fille de Marc Ravalomanana se porte bien et elle n’est pas du tout mise en quarantaine comme on essaie de faire croire », a-t-on soutenu. Et cette source de poursuivre que « Marc Ravalomanana a tenu une réunion hier avec son staff; et sa fille, quant à elle, se porte merveilleusement bien ».

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Réforme de la justice : Le ministère veut « restaurer la discipline à tous les niveaux »

Les dirigeants actuels du ministère de la Justice décident de prendre le taureau par les cornes pour faire bouger les lignes et aboutir à l’amélioration de la perception de la justice en abordant en profondeur la réforme.

Fin de la récréation. « Ne nous traînons plus dans des discours stériles mais abordons le développement du pays », a tonné Johnny Andriamahefarivo, ministre de la Justice et garde des sceaux, lors de la remise des nouveaux équipements informatiques à la Cour suprême et à la Haute cour de justice. En fait, son département, qui promet une réforme du secteur, compte mettre en place une justice dynamique et accessible à tous. « Une justice qui applique la loi et l’équité, et qui répond aux attentes de la population la plus démunie et aux enjeux et défis économiques, notamment la sécurisation des investissements », a-t-on indiqué. Pour ce faire, le ministère compte, entre autres, « accélérer les procédures judiciaires et améliorer la qualité des services publics au sein du département de la justice », soutient son secrétaire général, Herilaza Imbiki. Dans ce cadre, l’amélioration de l’accessibilité et du rapprochement des citoyens à la justice est « une des priorités », affirme-t-il.

Sécurité. En matière de sécurisation dans le pays, la Justice est parfois pointée du doigt dans ces vagues de dénonciations, ces scandales et abus en tous genres. Lors de la dernière rencontre des députés avec le gouvernement à la Chambre basse, certains élus n’ont pas mâché leurs mots pour tirer à boulets rouges sur le personnel de la justice qui est accusé de laxisme, voire de connivence avec certains malfaiteurs. Mais du côté de Faravohitra, on veut rassurer que « la justice veut contribuer à la restauration de la sécurité et de la paix sociale dans le pays en prêtant une démarche inclusive et participative ». C’est dans ce cadre que le ministère entend restaurer la discipline à tous les niveaux et améliorer les conditions de travail des acteurs au sein du ministère de la justice. Par ailleurs, une inspection au niveau des Cours et juridictions s’ensuivra afin d’éviter les dysfonctionnements, toujours selon le secrétaire général du ministère. Sans oublier l’amélioration de la qualité et de la compréhensibilité des décisions de justice.

Ressources propres. Le chantier de la réforme de la Justice est énorme mais les nouveaux dirigeants, qui veulent lutter contre le poids du passé, affichent une détermination pour progresser dans ce terrain particulièrement délicat. On entame la réforme dans son aspect institutionnel, soutient le secrétaire général, mais on investit aussi dans les infrastructures. Raison pour laquelle le ministère a beaucoup décaissé de ses ressources propres internes, a-t-on signalé. Redynamisation des camps pénaux, mise aux normes des conditions de détention afin de respecter les droits humains, projet de nouvelles constructions de tribunaux et de prisons, réhabilitation des bâtiments en état de délabrement… sont en cours pour matérialiser les réformes.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Football- Orange Pro League : Un contexte de plus en plus difficile pour les clubs

La Ligue des champions organisée par Pro League vit maintenant des moments très difficiles, du moins pour les clubs qui ne peuvent plus. Ce n’est pas sans raison si le Club M a mis la clé sous le paillasson car il lui est difficile de poursuivre dans cette aventure trop budgétivore alors qu’en retour, il n’a pratiquement rien puisque les recettes couvrent à peine la location du stade.

Où cette Orange Pro League va-t-elle mener les clubs de l’élite appelés aujourd’hui à tout casquer sans que les organisateurs daignent lever le petit doigt ?

Le Club M quitte le navire. Le forfait du Club M qui subit de plein fouet la chute du cours de la vanille est une parfaite illustration de cette situation presque intenable. Imaginez les dépenses que cela engendre pour aller de Mananara à Toliara ou à Mahajanga et vous comprendrez que le Club M a raison de tout laisser tomber. Une situation qui va de pire en pire avec ce choix ridicule de faire disputer des matches à Maromamy Brickaville, ou même à Carion qui est un centre technique non destiné à recevoir de nombreux supporters.

Partant, Tia Kitra, qui reçoit FCA Ilakaka, ne peut pas prétendre rentrer de ses frais à Maromamy Brickaville. Etrange tout de même que la Ligue Atsinanana ait accepté de fermer le Stadium de Barikadimy, alors que les travaux ne concernent pas la pelouse et les gradins extérieurs. Un dimanche, de surcroît, et donc coïncidant avec la fameuse journée de repos autorisée d’autant plus qu’il n’y a pas urgence en la demeure avec le report du match Barea-Éléphants décidé par la CAF.

Quand la CNaPS Sport sort de sa tanière pour recevoir samedi le 3FB Toliara à Carion, cela signifie que le club doit trouver autre chose car la place ne peut pas contenir tous ses supporters. La même remarque qui s’applique aussi à l’Adema qui reçoit, dimanche, Jet Mada, avec ce que cela suppose de réel manque à gagner.

Calendrier. Mais de cela, Orange Pro League évite d’en parler. Or les clubs ont de plus en plus de mal à poursuivre cette compétition où on peut dépenser plus qu’on en reçoit. C’est à se demander si le jeu en vaut encore la chandelle.

En attendant, voici le calendrier de cette 16e journée :

Au centre de Carion

Samedi 21 mars : 12h – CNaPS Sport contre 3FB Toliara

Dimanche 22 mars : 12h- AS adema contre Jet Mada

Maromamy Brickaville

14h 30 : Tia Kitra contre FCA Ilakaka

Stade Rabemananjara

14h30 : Fosa Juniors contre Cosfa

Stade Ampasambazaha

14h30 : Zanaka FC contre Elgeco Plus

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

GEFP : Priorité à la préservation des 150 000 emplois face au coronavirus

Rakotoarisoa Herilanto est reconduit au poste de président du GEFP, et ce, à l’unanimité.

Plusieurs entreprises franches membres de ce groupement procèdent actuellement à un chômage partiel en raison d’un problème d’approvisionnement en matières premières venant de la Chine et de la baisse de la demande, surtout en Europe.

Le Groupement des entreprises franches et partenaires (GEFP) salue les mesures de prévention contre le coronavirus prises par l’Etat en tenant compte de l’aspect humain et sanitaire de la population. Cependant, « il faut également une concertation avec le secteur privé pour mettre en place des mesures économiques face à la propagation de cette maladie, sinon on va s’attendre ultérieurement à une autre crise sociale. En effet, notre plus grande priorité est de préserver les 150 000 emplois créés par les 106 entreprises franches à Madagascar, face à cette pandémie qui touche plusieurs pays dans le monde », a déclaré Rakotoarisoa Herilanto, le président du GEFP. Ce dernier a été reconduit pour un 2e mandat de deux ans, suite à une élection qui s’est tenue lors d’une assemblée générale ordinaire des membres de ce groupement, hier à l’hôtel Novotel.

Mesures à discuter. Parlant de mesures économiques, « l’État doit apporter une assistance aux entreprises pour éviter la perte d’emplois. En effet, la plupart des membres du GEFP n’ont pas pu s’approvisionner en matières premières tel que le tissu en Chine qui est affecté par le coronavirus. Les mesures prises par l’Etat de mettre en quarantaine au large les bateaux transportant ces matières premières ou les produits de première nécessité avant leur débarquement au port doivent être, de ce fait, discutées. En effet, cela ne va pas convenir aux compagnies maritimes, et aucun pays dans le monde n’a pris une telle décision face à la propagation du coronavirus », a-t-il fait savoir. Le GEFP suggère ainsi une solution visant à équiper les pilotes qui assurent le contrôle des navires au large de matériels de protection, tout en décontaminant les conteneurs, entre autres. « Les bateaux peuvent ensuite accoster au port pour décharger ces conteneurs, et ce, sans que personne ne débarque. En ce moment, ce retard enregistré dans l’approvisionnement en matières premières venant de Chine empêche les entreprises franches de tourner », a-t-il précisé.

Chômage partiel. A part cela, la demande des pays importateurs connaît également une baisse à cause toujours de cette pandémie. « Il faut savoir que la majorité de la production des entreprises franches est exportée en Europe, surtout en France. Et en raison des mesures de confinement prises par l’Hexagone, il y a un arrêt de toute activité non essentielle. Beaucoup d’entrepôts sont ainsi fermés et ne peuvent plus prendre en charge la livraison des produits venant de Madagascar. Plusieurs entreprises franches procèdent actuellement à un chômage partiel », d’après toujours les explications du président du GEFP. Et lui d’ajouter que les vols cargos permettant d’assurer l’approvisionnement en matières premières ou l’expédition des produits finis ne sont pas suspendus ,mais leur fréquence et leur régularité restent encore floues pour les opérateurs. « Les produits textiles à destination des Etats-Unis dans le cadre de l’Agoa (Loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique) ne sont pas affectés par le coronavirus. En effet, la demande est maintenue. Quant à l’Afrique du Sud qui est maintenant touchée par ce coronavirus, nos entreprises franches ne peuvent pas non plus y exporter », a conclu Rakotoarisoa Herilanto.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Les multiples problèmes  des Malagasy

Catastrophes naturelles, intempéries, menaces d’épidémie de coronavirus, Madagascar n’est pas épargné par les épreuves. Le cyclone tropical Herold qui s’est éloigné des côtes de Madagascar le week-end dernier l’a montré à l’envi puisque la région Sava a ressenti douloureusement les coups de son passage. Les nombreux dégâts provoqués par les précipitations et les vents en rafale vont impacter l’économie de cette région très riche. La campagne menée sur la prévention du coronavirus semble avoir occulté les séquelles de ce cyclone qui a quand même fait quatre morts et 3 200 sinistrés.

Les multiples problèmes  des Malagasy

Le bilan du passage d’Herold peut paraître léger, mais les habitants de la Sava qui ont enduré les tourments causés par la montée des eaux sont maintenant des sinistrés obligés de rebâtir leurs habitations. Il n’y a pas eu d’élan national pour leur venir en aide. C’est tout juste si les médias ont rendu compte de l’abondance des précipitations. La crainte de l’entrée du coronavirus a capté l’attention des organes de presse. La mobilisation décrétée par les pouvoirs publics pour contrer la menace a occulté de nombreux problèmes méritant aussi l’attention. On ne connaît pas les actions menées par le BNGRC pour venir en aide aux sinistrés, on sait juste que la population a été mobilisée pour récurer les canaux d’évacuation d’eau de la ville de Sambava. La montée des eaux,dit-on, a été favorisée par le plan d’urbanisation anarchique favorisant les constructions illégales. Les élus ont une idée très claire des solutions à apporter pour qu’il n’y ait plus de dégâts aussi importants. Les conséquences du passage du cyclone tropical Herold vont vite être oubliées et c’est vers les problèmes générés par les mesures de prévention du coronavirus que l’attention des Malagasy va se focaliser. L’augmentation subite des prix des PPN, la mise au chômage des employés des zones franches ou les difficultés rencontrées par les chaînes hôtelières désertées par les touristes, autant de sujets dont on peut parler.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Liva Tehindrazanarivelo : Participation en visioconférence au conseil des ministres de la SADC

Le ministre malgache des Affaires étrangères, Liva Tehindrazanarivelo, a participé, hier, au conseil des ministres des pays membres de la SADC dans les locaux de Madagascar development learning center à Anosy. Cette réunion, qui devait se tenir les 16 et 17 mars derniers à Dar-es-salam, a été reportée pour hier et s’est effectuée par visioconférence. Cette mesure a été prise par les autorités tanzaniennes avec l’approbation de l’instance dirigeante de la SADC afin d’éviter tout contact physique dans le cadre de la propagation de la pandémie covid-19. Les ministres de la région entendent mettre en place des stratégies et mesures communes sur la prévention et prise en charge des malades dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus, a-t-on indiqué.

Recueillis par Rija R.

Madagate0 partages

Madagasikara sy ny Coronavirus. Hafatra avy amin'ny Biraon'ny Fivondronam-ben'ny Eveka

Homba antsika mianakavy anie ny Fiadanan’ny Tompo

Ry havana,

Efa manodidina an’i Madagasikara ny areti-mifindra Coronavirus (Covid 19) ankehitriny.

Miantso antsika rehetra hiombom-bavaka amin’ny Papa François ho an’ireo firenena tratran’izany. I Jesoa Kristy Tompo nibaby ny rofintsika rehetra ka nandresy ny ratsy tamin’izy nitsangan-ko velona anie, hanome hery ireo marary sy ireo mpitsabo, ary ny fianakaviany. Ary ankinintsika amin’ilay Ray be famindrampo ny fanahin’ireo havantsika namoy ny ainy.

Manasa antsika ho tony ary hanaraka ireo toromarika marina rehetra momba ny fihetsika, omen’ireo tompon’andraikitra sy manam-pahefana amin’ny alalan’ny haino aman-jery, eny fa na dia ny tsotra indrindra tokony harahina andavanandro aza hiarovana ny fihanak’ity aretina ity.

Manasa antsika hifampilaza ny tokony hatao na any amin’ny toeram-pitsaboana na any am-piangonana na any am-pianarana na eny an-dàlana...

Mankahery ireo dokotera sy ny mpiasan’ny fahasalamana hanana ny herim-pon’ny aleoko maty mba handresena ny aretina fa tsy hanary na handositra ny marary.

Miantso antsika ho sahy hifanampy, hifampiaro, fa indrindra hiaro ireo efa manana aretina mitaiza na ireo mahantra tsy manana fiarovana.

Miantso ny Eveka, ny pretra, ny relijiozy sy ny mpikatroka rehetra amin’ny sehatra pastoraly katôlika tsy hatahotra fa hanaiky hanatona sy hikarakara amim-pitandremana ireo marary ary hiara-miasa amin’ireo hôpitaly rehetra hiara-hanohitra ny aretina.

Manasa antsika rehetra izahay Biraon’ny Fivondronamben’ny Eveka mba hiombona ka hanao vavaka hasivianandro manomboka ny 19 martsa hofankalazana manetriketrika an’i Masindahy Josefa mpiaro ny Fianakaviana Masina sy izao tontolo izao ka hifarana amin’ny faha-27 martsa. Tafiditra ao anatin’izany hasivianandro izany indrindra ny 24 ora ho an’ny Tompo hiombonam-bavaka amin’ny Eglizy manerantany (ny 20-21 martsa) sy ny Fankalazana manetriketrika ny Filazàn’ny Anjely ny Fahatongavan’ny Zanak’Andriamanitra ho nofo (25 martsa).

Inona àry no hataontsika amin’izany?

Hiaraka hanao ny Raozery masina isika, ilay vavaka nahomby tamin’ny fiarovana ny Eglizy rehefa nisy fahavalo nitady hanapotika an’i Roma, ka nahatonga ny Papa Pio faha 5 nametraka ny datin’ny 7 oktôbra ho fanajana ny Mpanjakavavin’ny Raozery Masina.

Vavaka tena tsotra izany ary azon’ny rehetra atao amin’ny toerana rehetra. Koa ampirisihina manokana ny isam-pianakaviana, ny mpamonjy lamesa isan’andro, hanao sapile miaraka ka faranana amin’ity vavaka ity :

-Masina Maria notorontoronina tsy azon-keloka, Mpiaro an’i Madagasikara, mivavaha ho anay izay mangata-bonjy aminao

-Masina Maria fahasitranan’ny Marary, sitrano ny marary rehetra

-Md Josefa, Ray mpitaiza an’i Jesoa, mpiaro an’izao tontolo izao, mivavaha ho anay

-Md Jacques Berthieu, mivavaha ho anay

-Victoire Rasoamanarivo Olontsambatra, mivavaha ho anay

-Raphael Louis Rafiringa Olontsambatra, mivavaha ho anay

-Jean Beyzim Olontsambatra, mivavaha ho anay

-Lucien Botovasoa Olontsambatra, mivavaha ho anay

Ny Biraon’ny Fivondronam-ben’ny Eveka eto Madagasikara

Ny Kardinaly Désiré TSARAHAZANA, Filohan’ny FEM