Les actualités à Madagascar du Mercredi 19 Février 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara30 partages

Insécurité grandissante à Tuléar : Les Tuléarois traumatisés par les trafics d’organes

Deux, trois fois par an, des cas de vols d’organes ont lieu dans cette Ville du Soleil. Les Tuléarois ont connu une jeune fille du côté de l’Université retrouvée « sans yeux, les globes enlevées avec une précision chirurgicale » témoigne un officier de police. Trafic d’organes ? Aussitôt, le  Gouverneur a pris les mesures adéquates.

Le gouverneur de la Région Atsimo Andrefana, Tovondrainy Edally prend le taureau par les cornes. Il a convoqué l’OMC ELARGI (Organe Mixte de Conception avec gendarmes, policiers et militaires). Dès le mardi 11 janvier, au lendemain de la découverte macabre, rues et ruelles de Tuléar sont quadrillées les nuits par les éléments de l’OMC ELARGI. La population est rassurée. Malgré cette accalmie d’un jour, le jeudi même, un bruit a couru « deux jeunes femmes, sans yeux, se trouvent à la morgue de l’hôpital principal de Tanambao ». Aussitôt, plusieurs femmes accourent vers cette morgue. Parmi elles, Fatima qui s’inquiétait. Sa fille de 18 ans n’est pas rentrée depuis deux jours. A leur arrivée devant la morgue, celle-ci est fermée. L’inquiétude s’agrandit encore plus. Heureusement, le gardien a ouvert les portes, devant l’insistance des mères. Surprise ! Il n’y avait absolument rien. Le directeur de l’hôpital confirme  «  il n’y a pas eu d’autre cas que celui d’Antaninarenina ». Ainsi donc, la rumeur prend le dessus et perturbe toute la ville. Une psychose difficile à gérer. Il y a danger, c’est évident. Les forces de l’ordre ont fort à faire. Mais, comment distinguer maintenant, le vrai de l’ivraie ? Peut-être que la jeune fille de 18 ans est allée fêter la St-Valentin quelque part. Qui sait ? Toujours est-il que la population est sur le qui-vive.

Charles RAZA

Midi Madagasikara21 partages

Thomas Razafindremaka, militant des Droits de l’Homme : Arrêté le 16 février dernier à Ihosy

Ce militant des Droits de l’Homme, défenseur des petits paysans victimes des abus d’autorité de certains responsables administratifs et forces de l’ordre de la région d’Ihorombe, a été arrêté à Ihosy par la gendarmerie le 16 février dernier. Thomas Razafindremaka, car il s’agit de lui, est dans une situation incompréhensible. Selon nos sources,« les charges qui lui sont retenues sont : « extorsion de fonds et escroquerie« . Le cas ressemble à un coup monté contre Thomas Razafindremaka, un militant courageux qui lutte contre la corruption et la violence perpétrées contre les paysans sans défense dans la région d’Ihorombe. Il est bien informé de tous les actes de corruption et de banditisme dont certains hauts responsables et forces de l’ordre sont complices, et cela sévit dans la région. 

Information. Le HCDH (Haut-Commissariat des Droits de l’Homme) va mettre en place un pool d’avocats pour le défendre. La CNIDH est également en alerte et intervient à son niveau. La PFNOSCM/Voifiraisana va partager l’information à tous les réseaux régionaux et mondiaux auxquels elle appartient pour alerter l’opinion internationale sur l’acte d’intimidation faite contre les défenseurs des Droits de l’Homme à Madagascar comme Thomas Razafindremaka. Il est à noter que l’association GTZ qu’il préside est membre du Prosci Ihorombe (Plateforme régionale de la Société Civile d’Ihosy), un démembrement de la Plate-Forme Nationale des Organisations de la Société Civile de Madagascar (PFNOSCM).

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara15 partages

Hopitaly Loterana Ambohibao : Capacité d’accueil augmentée pour la clinique médicale

Le bâtiment rénové de l’hôpital luthérien d’Ambohibao.

La demande sans cesse croissante a amené l’hôpital luthérien d’Ambohibao (Hopitaly Loterana Ambohibao)  à en augmenter la capacité d’accueil. C’est maintenant chose faite pour la clinique médicale au sein de l’établissement. 

« L’ancienne bâtisse qui abrite la clinique médicale date d’il y a plus de 100 ans. Elle mérite amplement d’être réhabilitée afin de fournir de meilleures prestations aux malades et d’en accueillir davantage », explique le Dr Rasolofomamonjy Andriatsarafeno, médecin-chef de l’hôpital luthérien d’Ambohibao. Faisant peau neuve, cette clinique médicale inclut également un service de neuropsychiatrie abritant un centre de traitement des toxicomanes. En décembre 2019, quelque 266 personnes ont été reçues en consultations – et 88 patients hospitalisés – à la clinique médicale. Un chiffre en augmentation par rapport aux périodes précédentes. Ce, en dépit du constat de baisse du nombre de consultations en période de fêtes, les patients qui ne sont pas en situation d’urgence préférant attendre les lendemains de fête pour venir consulter. A l’opposé, les patients affluent lors des périodes de moisson, synonymes de rentrée d’argent plus ou moins conséquente pour les ménages en milieu rural qui fréquentent l’hôpital.

31 ans. Connu par ailleurs pour d’autres services, notamment le service de chirurgie ainsi que la maternité, entre autres, l’hôpital luthérien d’Ambohibao est un projet du Synode d’Antananarivo de l’église luthérienne (FLM ou Fiangonana Loterana Malagasy) sous tutelle du département de la santé (SALFA ou Sampan’asa loterana momba ny fahasalamana). Rappelons que le TPLA ou Tobim-pitsaboana Loterana Ambohibao a été créé en 1982 à partir d’un dispensaire sis au quartier des 67 hectares, puis un autre dispensaire dans les locaux du FLM Ambohibao. Pour ce qui est de la clinique médicale au sein de l’hôpital, son ouverture date de 1989, soit il y a 31 ans. Il en est de même pour le centre de traitement des toxicomanes et du service de stomatologie. La clinique médicale rénovée et entièrement équipée, a été inaugurée, hier. Quatre médecins dont un urgentiste et un neuropsychiatre, ainsi qu’une équipe d’autres soignants et de personnel non soignant en assurent le fonctionnement.

Hanitra R.

Midi Madagasikara10 partages

Affaire député Leva : Le sursis à exécution de la suspension du Substitut général rejeté hier par le...

Ritah Andriamanantenasoa est un ancien membre du CSM.

Suspendue de ses fonctions de Substitut général près la Cour d’Appel de Toliara suite à la liberté provisoire (LP) de l’ex député Ludovic Adrien Raveloson dit Leva, elle avait fait un recours auprès du Conseil d’Etat aux fins de demander le sursis à exécution de sa suspension.

Elle, c’est Pauleska Adjilani Ritah Andriamanantenasoa qui agissait en connaissance de cause car elle siégeait au sein du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) du temps où elle était Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Tolagnaro, en tant que membre élu dans le ressort de la Cour d’Appel de Toliara. Une juridiction du second degré qu’elle devait rejoindre le 24 septembre 2018 en qualité de Substitut général. C’est à ce titre qu’elle se trouvait sur le banc du ministère public lors de l’audience concernant la demande de LP du député élu dans le district de Mahabo qui avait été condamné à 5 ans de prison ferme par le Tribunal de Première Instance de Morondava.

Subordination hiérarchique. Il est reproché à la représentante du ministère public de ne s’être pas opposée à la LP accordée par le siège. En effet, contrairement à ce dernier qui jouit d’une indépendance dans sa décision, le Substitut général est soumis à la subordination hiérarchique de ses supérieurs. A commencer par le Procureur Général près la Cour d’Appel (PGCA) de Toliara, Jean Norbert qui est également suspendu pour n’avoir pas fait preuve de vigilance et de diligence par rapport à sa subordonnée qui ne s’est pas référée à sa hiérarchie.

Décision. Le PGCA comprenait sans doute la décision prise à son encontre par le nouveau ministre de la Justice Johnny Andriamahefarivo pour avoir été lui-même directeur de cabinet de l’ancienne Garde des Sceaux Noëline Ramanantenasoa. C’est peut-être pour cette raison qu’il s’est abstenu, du moins jusqu’ici, d’attaquer la décision de suspension devant le Conseil d’Etat qui a du reste rejeté hier, la demande de sursis à exécution du Substitut général. Ironie du sort pour Pauleska Adjilani Ritah Andriamanantenasoa qui devra attendre la décision du CSM – dont elle était membre- qui siègera en conseil de discipline d’ici 6 mois au maximum. D’ici là, sa solde est également suspendue.

R. O

Midi Madagasikara4 partages

Langue : Les enfants apprennent mieux dans leur langue maternelle

A l’échelle mondiale, on estime qu’entre 50 et 75 millions d’enfants « marginalisés » ne sont pas scolarisés. Lorsque la langue d’enseignement à l’école n’est pas la première langue parlée par les enfants, le risque de déscolarisation ou d’échec dans les petites classes est plus élevé.

Des études ont montré que l’on obtient de meilleurs résultats en primaire lorsque la langue d’enseignement est la langue maternelle des apprenants. Or, malgré les multiples preuves en ce sens et la demande des parents, de nombreux systèmes éducatifs dans le monde continuent d’imposer l’usage exclusif d’une, ou parfois de plusieurs langues privilégiées, excluant de ce fait les autres langues, et avec elles les enfants qui les parlent (Arnold, Bartlett, Gowani et Merali, 2006).

Les risques de l’enseignement dans une langue étrangère

Les enjeux ne sont pas difficiles à comprendre parce que l’école ne parle pas leur langue, les parents n’y inscrivent pas leurs enfants, les enfants ne réussissent pas à exécuter correctement les exercices, les enseignants se sentent impuissants face à l’incapacité des enfants à participer, les enfants connaissent l’échec dès les petites classes, etc. Néanmoins, certains enfants réussissent, parfois avec l’aide d’un programme de transition linguistique qui les aide à apprendre la langue d’enseignement. Cette réussite peut toutefois avoir des effets négatifs quand, à cause de l’enseignement dans la langue dominante, les enfants n’acquièrent pas la maîtrise de la langue de leur famille et de leur entourage, et perdent ainsi le contact avec leur propre héritage culturel. Il est vrai que certains enfants continuent à développer la maîtrise de leur langue première, tout en réussissant à suivre une scolarité dans une seconde langue, mais ce n’est pas automatique. Les enfants se retrouvent alors peu à peu incapables de communiquer avec leurs parents et leurs grands-parents au-delà des situations élémentaires du quotidien, et il s’ensuit une déperdition rapide de langues et dialectes qui sont les dépositaires de savoirs culturels.

Préserver les langues maternelles

De nombreux groupes linguistiques élèvent leur voix pour souligner la nécessité de veiller à ce que les plus jeunes membres de leurs communautés conservent leur héritage linguistique. Dans certains pays, aux Philippines par exemple, les pouvoirs publics ont récemment mis en place une politique linguistique de l’enseignement tenant compte des langues maternelles. L’UNESCO (2008b) a publié un recueil d’exemples qui atteste de l’intérêt croissant porté à cette question et qui expose la grande variété des modèles, outils et ressources qui sont expérimentés pour favoriser les programmes d’enseignement en langue maternelle.

Les enfants apprennent mieux dans leur langue maternelle

L’organisation souligne les avantages d’un enseignement en langue maternelle dès le plus jeune âge : les enfants sont ainsi plus nombreux à fréquenter l’école et à y obtenir de bons résultats (Kosonen, 2005) ; les parents ont plus de facilité à communiquer avec les enseignants et à accompagner leurs enfants dans leurs devoirs (Benson, 2002) ; les filles et les enfants des zones rurales qui ont moins de contact avec les langues dominantes poursuivent leurs études plus longtemps et ont moins tendance à redoubler (Hovens, 2002 ; UNESCO Bangkok, 2005) ; dans un environnement d’enseignement multilingue, les enfants ont tendance à acquérir de meilleures aptitudes à la réflexion que dans un environnement monolingue (cf. par exemple Bialystok, 2001 ; Cummins, 2000 ; King et Mackey, 2007).

 

Certains éducateurs estiment même que les pays dans lesquels les élèves reçoivent un enseignement dans leur langue maternelle sont les seuls à avoir une chance d’atteindre les objectifs de l’Éducation pour tous. De même, des recherches ont démontré l’efficacité du modèle d’enseignement multilingue fondé sur la langue maternelle pour les enfants marginalisés (Benson et Kosonen, 2013 ; Yiakoumetti, 2012). Nous commençons à obtenir des réponses à certaines questions essentielles. Quelles sont les conditions qui garantissent l’efficacité d’une méthode alliant enseignement dans la langue maternelle et enseignement multilingue, en permettant aux enfants d’acquérir à la fois la maîtrise de la langue parlée à la maison et les bases de l’apprentissage d’autres langues ? Quels sont les coûts et les avantages associés aux méthodes d’enseignement alternatives au niveau de l’individu, de la famille, de la collectivité, de l’établissement scolaire, de la région, de la nation ? Comment mesurer ces coûts et avantages d’une manière à la fois sensée et efficace ? Quelles sont les implications de la méthode d’enseignement multilingue fondée sur la langue maternelle en matière de recrutement, formation et encadrement des enseignants et des auxiliaires d’enseignement, ainsi que sur le plan de l’élaboration et de l’évaluation des programmes ? En quoi les familles et les communautés contribuent-elles, de manière formelle ou informelle, à ce type d’enseignement, et comment mesurer cette contribution ?

Nécessité d’approfondir les recherches

Il est nécessaire d’investir dans un programme coordonné de recherche afin de répondre à ces questions et d’acquérir les connaissances qui permettront de prendre au niveau national des décisions éclairées sur la politique linguistique à mener dans l’éducation, la formation des enseignants et les méthodes à appliquer localement. Il convient de poursuivre les recherches sur les méthodes à mettre en œuvre au cours des premières années de la vie afin de préparer les enfants — avant même leur entrée à l’école — à l’utilisation de plusieurs langues au cycle primaire. Il faut aussi se pencher sur la question des objectifs essentiels à atteindre et des moyens de les mesurer dans différents environnements d’enseignement et d’apprentissage, et analyser les conséquences d’un enseignement multilingue sur l’évaluation de l’efficacité pédagogique : comment celle-ci doit-elle prendre en compte la spécificité du rythme d’acquisition des compétences dans les apprentissages clés (lecture, écriture, calcul et résolution de problèmes) lorsque les enfants manient plusieurs langues d’apprentissage ?

Les recherches font également défaut en ce qui concerne les méthodes de transition à adopter pour aider efficacement les enfants ayant suivi un enseignement primaire dans leur langue maternelle à aborder le cursus secondaire dans une langue dominante. Les membres de la famille jouent un rôle important en tant que « premiers enseignants » ; aussi la recherche doit-elle se pencher sur les rôles respectifs de l’éducation officielle, de l’éducation informelle et de l’interaction familiale dans la promotion des apprentissages dans la langue maternelle (pour la lecture, l’écriture, le calcul et les capacités cognitives d’un plus haut niveau).

Afin d’assurer l’efficacité d’un enseignement multilingue fondé sur la langue maternelle, il convient d’impliquer dans le système éducatif officiel ceux qui, dans la communauté, disposent de compétences en plusieurs langues et de former des enseignants ayant des capacités linguistiques et des niveaux d’études divers. Enfin, au fur et à mesure de l’évolution des connaissances, nous devons mieux diffuser les conclusions des recherches afin d’en informer les praticiens, les responsables politiques et les bailleurs de fonds et de leur faire prendre conscience du formidable potentiel que recèle l’enseignement multilingue fondé sur la langue maternelle pour la réalisation des objectifs de l’Éducation pour tous.

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara3 partages

Education sexuelle : Les parents ont du mal à franchir le pas

L’enquête MICS 2018 indique que l’âge des premiers rapports sexuels est compris entre 16 et 18 ans.

Des jeunes issus de dix-sept établissements scolaires d’Antananarivo ont été sensibilisés hier sur la santé sexuelle et reproductive. 

Vicieux, pervers et tabous, quelques mots utilisés par la société malgache pour qualifier la santé sexuelle et reproductive, ou la sexualité en général. Une façon de voir les choses que les Malgaches n’arrivent pas à garder pour eux et qui se manifeste dans leur quotidien. Mais surtout durant les actions de sensibilisation communautaire sur la sexualité des jeunes menées par les organisations de la société civile œuvrant dans le domaine de la santé. Ce que Ando Randrianandrasana, responsable communautaire auprès du projet Santé sexuelle et reproductive, médecin du Monde a confirmé lors de la sensibilisation de masse sur la santé sexuelle et de la reproduction à Ampefiloha hier : « Les consultations publiques menées au niveau de cents fokontany d’Antananarivo nous ont permis d’observer que les parents d’un certain âge ont du mal à discuter de sexualité en général. La gêne se manifeste le plus lorsqu’il s’agit de leur faire comprendre qu’il faut parler de sexualité avec leurs enfants, que c’est aux parents de leur expliquer ce qu’il faut savoir sur la sexualité : le fait que c’est naturel, les risques et comment les éviter ». Outre la gêne, il y aurait également un certain refus chez les parents d’admettre et d’accepter l’idée que leurs enfants peuvent avoir une vie et des activités sexuelles. « Sur les consultations menées, beaucoup de parents ont eu du mal à accepter que leurs enfants sont en âge d’avoir des activités sexuelles » note Ando Randrianandrasana. Avant d’interpeller sur la nécessité pour les parents et les enfants d’avoir des discussions saines, se déroulant dans le respect mutuel, claires et instructives sur la question de santé sexuelle et reproductive. « Il faut en discuter parce que c’est naturel, et qu’un jour ou l’autre les enfants feront le passage vers les activités sexuelles. Les conseils des parents ou encore des médecins sont mille fois meilleurs que ce qu’on peut apprendre des sources telles que les vidéos pornographiques ou encore les idées reçues des amis » a noté notre interlocutrice.

Réalité. Si l’inexistence de discussion entre parents et jeunes ou encore la difficulté pour les parents d’aborder la question de la sexualité à leurs enfants tiendraient du poids de la culture, leurs conséquences sont désastreuses sur l’avenir et la vie des jeunes. « Le manque considérable d’éducation sexuelle entraîne la hausse incessante du taux de grossesse précoce. Cela a également un impact considérable sur l’âge du premier rapport sexuel chez les jeunes » souligne Ando Randrianandrasana. Les statistiques de l’enquête MICS 2018 ou Enquête par grappe à indicateurs multiples fait savoir – au niveau national – que « 36% des femmes âgées de 20 à 49 ans ont eu une naissance vivante avant l’âge de 18 ans ». Ladite enquête également d’indiquer que 23% des femmes de 20 à 24 ans ont eu une naissance avant l’âge de 18 ans. Un pourcentage correspondant aux femmes habitant les zones urbaines tandis que le taux est de 40% en milieu rural. De telles statistiques placent Madagascar – selon le classement World Atlas 2015 – au 13e rang des pays à avoir un taux de prévalence de la grossesse précoce le plus élevé au monde. Une situation inquiétante dont la première façon d’y remédier serait une implication des parents dans l’éducation sexuelle de leurs enfants.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Une catastrophe qui : peut être conjurée 

La dégradation de l’environnement est un des plus grands problèmes auxquels la Grande Île est confrontée depuis les années soixante-dix et elle ne fait qu’empirer depuis le début de ce XXIe siècle. Les Malgaches ne sortiront pas indemnes de cette catastrophe écologique qui se muera en désastre économique. Comme le souligne le rapport publié par le WWF, le coût de cette dégradation se traduira pour notre pays par une perte de 4,2% du PIB. C’est un véritable coup de massue pour Madagascar qui est une des nations les plus pauvres du monde et qui tente tant bien que mal de remonter la pente.

Une catastrophe qui : peut être conjurée 

La couverture forestière de Madagascar n’a cessé de diminuer durant la deuxième moitié du XXe siècle, elle est aujourd’hui réduite à la portion congrue. On peut le voir sur les images satellites où l’on remarque surtout la couleur ocre des terres qui ont perdu leurs forêts détruites par l’Homme par nécessité économique ou par ignorance. Aujourd’hui, la reforestation s’est imposée comme une évidence et c’est le leitmotiv des dirigeants actuels. Les conséquences de la dégradation de l’environnement se constatent un peu partout sur la Grande Île. On parle de l’érosion des sols et de la destruction des écosystèmes, mettant à mal l’ensemble du système qui régit la nature. L’article écrit en page société en parle très bien. L’étude faite par des chercheurs de l’université de Purdue et de l’université du Minnesota explique que les conséquences sur le plan économique sont quantifiables. Elles se traduiront par une baisse des productions agricoles et donc par une hausse des prix. Ces projections sont terrifiantes, mais elles doivent nous pousser à réagir. Les solutions existent. Il est nécessaire d’avoir une gestion durable des terres pour éviter la destruction des terres encore existantes. Il faut également « des actions orientées vers la conservation de toutes 1es ressources naturelles permettant aux forêts malgaches d’augmenter de 1,21% le PIB du pays d’ici à 2050. La catastrophe nous pend au nez, mais le pire n’est pas inéluctable.

Patrice RABE 

Midi Madagasikara1 partages

Roland Ravelontsalama du HCDDED : « La population a besoin de connaître la loi pour éviter les vindicte...

Le vice-président du HCCDED Roland Ravelontsalama (à gauche sur la photo) a émis son point de vue sur les vindictes populaires.

Le vice-président du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED) et non moins avocat de son état, Roland Ravelontsalama pense que “la population a besoin de connaître la loi pour éviter  les vindictes populaires”. Et d’enchaîner que « la confiance entre la population et la justice est rompue à cause de la corruption qui gangrène le monde judiciaire. Il faut trouver les moyens de rétablir cette confiance et c’est la raison d’être du HCDDED ».

Aller de l’avant. A lui de faire remarquer toutefois qu’avec l’imputation budgétaire qu’a subi cet organe constitutionnel qu’est le HCDDED, les objectifs seront bien entendus limités, sinon réduits. Des contacts avec les partenaires internationaux travaillant dans le secteur des droits humains  et le respect de droit ont été faits et seront encore à faire, et l’avenir nous le dira. Quoi qu’il en soit, et malgré l’existence de ces difficultés, le HCDDED a toujours voulu aller de l’avant et ce  dans l’intérêt supérieur de la Nation ».

Vulgarisation. Ce vice-président du HCDDED de continuer qu’« à la suite de l’atelier relatif au plan stratégique du HCDDED avec l’appui du Haut-commissariat des Nations unies pour les droits de l’Homme, figure  une vulgarisation auprès de la population quant au respect de l’Etat de droit, de la démocratie, de la bonne gouvernance. Cette vulgarisation ou encore cette campagne d’éducation, de sensibilisation sur l’Etat de droit doit être effective, nécessaire et primordiale pour éviter la corruption qui gangrène l’administration presque toute entière ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Changement climatique : La société civile pour la mise en œuvre d’une vision commune de développement...

Des efforts ont été entrepris pour la protection de l’environnement. Mais la situation est loin d’être reluisante car la couverture forestière, les faunes et les flores continuent de disparaître

 

L’année 2019 a été encore marquée par un recul nettement inquiétant de la couverture forestière de Madagascar provoqué par les défrichements liés à la migration interne désorganisée et anarchique, et favorisée par une corruption où règne l’impunité. Une fois de plus la société civile tire la sonnette d’alarme en ce qui concerne la déforestation.

Prédations sauvages

« Entre 50 000 et 100 000 hectares de forêts sont détruits chaque année », rappelle la Plateforme Nationale des Organisations de la Société Civile, dans un communiqué. « Les faunes et les flores malagasy dont au moins 80% sont endémiques  demeurent jusqu’à présent en proie à des prédations sauvages. Elles sont aussi marquées par l’impact du changement climatique amplifiant la vulnérabilité sociale et économique de la population déjà à faible capacité de résilience. Elles sont irremplaçables et ne peuvent pas être reconstituées du moins pour la plupart. Sans un engagement rigoureux et porté par un ensemble de mesures conséquentes, nos couvertures forestières déjà fortement réduites sont vouées à une totale disparition. Les pertes économiques ainsi que les dégâts écologiques que cela va provoquer sont fortement préoccupantes ».

Insuffisante

Pour la PFNOSCM, les mesures de protection doivent être renforcées. « La décision politique prise par le gouvernement de couvrir tout Madagascar de forêt depuis cette année est une bonne initiative mais insuffisante pour faire face aux menaces qui guettent en permanence nos flores et nos faunes. La PFNOSCM appelle aux décideurs de développer et d’engager urgemment une vision commune de développement durable traduit par des politiques sectorielles cohérentes, garantissant un développement intégré ». Cette plateforme de la société civile estime d’ailleurs que la mise en œuvre d’une politique et stratégie nationale de lutte contre le changement climatique est une urgence pour Madagascar. « Nous sommes tous témoins de ce qui se passe dans le monde en matière de problèmes environnementaux avec des conséquences quasi-irréversibles. La Grande Île et l’Indonésie font face en ce moment aux problèmes majeurs d’inondation tandis que l’Australie lutte contre la propagation des feux de brousse d’une grande ampleur sur l’ensemble de son territoire. Madagascar doit en tirer des leçons sur les causes profondes et lointaines de ces phénomènes et la PFNOSCM sollicite le nouveau gouvernement de voir de près la mise en œuvre de la politique et des stratégies pour la lutte contre le changement climatique et l’engagement de chaque citoyen. L’exploitation irraisonnée et abusive des ressources minières, forestières et halieutiques sera, entre autres, à l’origine d’une inévitable crise environnementale et alimentaire à Madagascar, au détriment de la future génération ». La PFNOSCM, en tant que société civile, souhaite apporter sa part contribution à la conception, la mise en œuvre et le suivi de toutes politiques et stratégies pour lutter efficacement contre le changement climatique sur tout le territoire de Madagascar en impliquant chaque citoyen.

R.Edmond.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : 97% des enfants de moins de 10 ans, illettrés

La situation à Madagascar est très critique. 97% des enfants de moins de 10 ans sont encore illettrés, ne vont pas à l’école et ne savent ni lire, ni écrire. La responsable des opérations de la Banque Mondiale, Marie-Chantal Uwanyiligira a pris parole sur le sujet, pendant la présentation du Mémorandum Economique de Madagascar, qui s’est déroulé le 13 Février 2020 à Anosy.
Inquiète pour le futur de Madagascar, elle a insisté sur le fait que ce problème est très urgent à résoudre et incite les responsables à ne pas perdre du temps pour agir. Madagascar traverse actuellement une très grande crise, au niveau de l’éducation nationale. Chose qui pourra mettre en danger la vie futur du pays si elle n’est pas résolue rapidement.
Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’AMPARAFARAVOLA : Avotra ilay ramatoa natao takalon’aina, karohina ireo jiolahy tafatsoaka

Araka ny  loharanom-baovao, efa-dahy nitondra basim-borona miisa  roa sy zava-maranitra no naka an-keriny ity  ramatoa ity. 

Marihina anefa fa tafatsoaka tao  anaty  haizina ity  nisy  naka an-keriny  ary dia  nitsofoka tamina trano hafa indray  ireto  jiolahy. Sady  nanatanteraka fandrobana ihany  izy  ireo  ka nangalatra  vola mitentina dimy  alina  sy  roa hetsy  Ariary tao. Mbola tratran’ireto  jiolahy  hatrany  moa ity  vehivavy  ity nony avy eo  ka noentin’izy  ireo  nitsoaka  hatao takalon’aina. Taorian’ izay dia nampandre ny  Zandary ny  zava-niseho  tao  amin’ny  tanàna iadidiany  ny  Sefo  fokontany  ka  tonga dia nirotsaka an-tsehatra  nanao  ny  fanarahan-dia. Nifanampy  ny  fokonolona sy  ny  Zandary  miisa efatra. Vokany, nifanehitra  teo  amin’ny  toerana  02 km avaratr’Ambatoafo mihazo an’i Sakoamadinika, Distrikan’i Tsaratanàna, Faritra Betsiboka ny andaniny sy ny ankilany. Araka izany,  avotra soa aman-tsara  ilay ramatoa. 

Tsy  nisy  ny  naratra  na koa  ny olona namoy ny ainy tamin’io fotoana io. Raha  ny  fanampim-panazavana  voaray  hatrany  dia   efa  fantatra  ny  iray  tamin’ireo  olon-dratsy  ka eo  am-pikarohana  sy  fanatanterahana famotorana lalina ny  mpitandro filaminana ao  an-toerana amin’izao  fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

NY RADO RAFALIMANANA : Niatrika famotorana savaranonando omaly maraina

Nandritra izany no niatrehany  famotorana savaranonando manoloana an’ireo raharaha anenjehana azy. Naharitra ora maromaro ny fakàna am-bavany tamin’izany ary fanapahan-kevitry ny Fitsarana taorian’izay ny nanome azy fahafahana vonjimaika. Heverina fa mifototra amin’ireo trangan-javatra nifamahofaho maro izay nahavoasaringotra an’ Ny Rado Rafalimanana ny vesatra nanenjehan’ny Fitsarana azy. 

Ankoatra ilay tsy fanarahana ny baikon’ ireo zandary nanao sakana tany Tanambe izay voalaza fa voararan’ny lalàna velona dia mbola nisy ihany ireo fisolokiana sy fisandohan’andraikitra nataony. Ity farany izay efa nitondran’ny teo anivon’ny firenena mikambana sy ny Minisiteran’ny raharaham-bahiny fanazavana fa tsy marina. Araka izany dia andrasana indray ny fotoam-pitsarana azy manaraka. Andrasana tahaka izany ihany koa ny didim-pitsarana hentitra ho amin’ny fanasaziana an’ity filoha mpanorina ny ONG Ny fanahy no maha-olona ity. 

Tokony tsy ho afa-bela manoloana ireo raharaha maloto nahavoatonona ny anarany ireo ny tenany. Anisany fanamby apetraky ny fitondrana ankehitriny ihany koa ny tsy hisian’ ireo tsy matimanota eto amin’ny firenena sy ireo mihevi-tena ho ambonin’ny lalàna tahaka ny fihetsika nasehoan’ Ny Rado Rafalimanana.

INV

Ino Vaovao0 partages

FIZAHAN-TANY ETO MADAGASIKARA : Niakatra 29 % noho ny filaminan’ny tontolo politika

Araka ny tatitra nataon’ny Ofisy Nasionaly misahana ny fizahan-tany eto Madagasikara (ONTM), efa azo tsapain-tanana sahady ny fiovana nentin’ny paikady nataon’ ny fitondram-panjaka hampiroboroboana ny sehatry ny fizahan-tany malagasy eto Madagasikara amin’izao fotoana izao. 

Ohatra mivaingana amin’izany ny fisondrotan’ny tahan’ny mpizaha tany tonga nitsidika an’i Madagasikara tamin’ny 2019 izay nahatratra 378 000. Niakatra 29% mihoatra noho ny tamin’ny 2018  izany. Sambany tao anatin’ny folo taona lasa vao nahasarika mpizaha tany maro tahaka izany indray i Madagasikara. Tsy mijanona hatreo ny ezaka atao mba hampamiratra an’i Madagasikara fa tsy maintsy hotratrarina ny tanjona, hoy ny tompon’andraikitra. Fanambin’ny fitondram-panjakana mantsy ny hampiakatra io taha io hatrany amin’ny 500 000 ho an’ny taona 2023.

Ilaina ny fiarovana ny ain’ny mpizaha tany

Nanipika ny teo anivon’ny Ontm fa ilaina amin’ny fanatsarana ity sehatra ity ny fitoniana ara-politika sy ny fiarovana ny ain’ny mpizaha tany. Ireto farany no voalaza fa nampidina ny tahan’ny mpizaha tany tonga eto Madagasikara hatramin’izay. Tsy ampy ny fiarovana ny mpizaha tany any amin’ireo faritra mena nohon’ ny tsy fandriam-pahalemana nefa manana toerana maro mahasarika mpizaha tany. Raisina ohatra amin’izany iny Faritra atsimon’ny Nosy iny. 

Re matetika ny fanafihana fiara mitondra mpizaha tany, hoy hatrany ny fanazavana, saingy tsy hita mazava izay fandraisana andraikitra ataon’ny voakasika. Mampitsoaka matanjaka ny mpizaha tany tonga mitsidika an’i Madagasikara koa ny fikorontanan’ny tontolo politika. Rehefa ity farany mantsy no mikorontana dia mikorosy fahana manaraka izay ny fiainam-pirenena ary any amin’ny sehatry ny fizahan-tany sy ny toekarena izany no mifatratra. «  Nahazo vahana teto Madagasikara nanomboka tamin’ny taona 2019 lasa teo ny fitoniana ara-politika ka izany no nahatonga an’i Madagasikara nahazo mpizaha tany marobe. Raha te hanatratra ny tanjona  : 500 000 mpizaha tany isika amin’ny taona 2023 dia tokony hotohizana hatrany ny fikatsahana izay fitoniana ara-politika izay  », hoy ny fanazavana.

Ny A.

Ino Vaovao0 partages

TETIKASA FIHARIANA : Hampiakarina 10 000 isa ireo hahazo famatsiana amin’ity taona ity

Marobe ny efa nisitraka tombontsoa ankehitriny. Tsy vitsy ihany koa anefa ny hahazo ny anjarany amin’ity taona ity.

Tetikasa goavana anisany niavahan’ny Filoha Andry Rajoelina tamin’ireo Filoham-pirenena nifandimby teo aloha ny tetikasa “Fihariana”. Natao hamatsiam-bola ny tanora izay manana vinan’asa kanefa tsy manana ny hoenti-manana ampy hanatanterahana izany. Fanamby napetraky ny Filoham-pirenena ny hanampy ny tanora sy hanosika azy ireo mba hahatratra izay tanjona kendreny eo amin’ny fiainana. Hamolavolana azy ireo ihany koa ho lasa mpamorona sy mpitantana fa tsy hiankin-doha amin’ny fitadiavana asa foana.

Raha atao jery todika ny tomban’ny tetikasa Fihariana tamin’iny taona 2019 iny dia manodidina ny 27 000 ny isan’ny tanora nisitraka famatsiam-bola. Nahaliana ny maro ny fisian’ity tetikasa ity satria nahatratra hatrany amin’ny 110 000 mahery ny isan’ireo antontan-taratasy voaray ka ny 16 000 isa tamin’ireo ihany no nofantenana. Nisandrahaka tamina lalam-pihariana maro samihafa nanomezana famatsiam-bola raha tsy hitanisa fotsiny ny fambolena, fandraharahana madinika, fitanterana, ny varotra sy ny maro hafa. Nitontaly 19 Miliara Ariary ireo tetikasa efa nahazo famatsiam-bola.

Araka ny fanazavana nomen’ny sekretera mpanatanteraky ny tetikasa, Razafindravaka Valerie dia hotratrarina amin’ity taona ity ny hampitombo ireo mpahazo tombontsoa amin’ity tetikasan’ ny Filoham-pirenena ity. Raha tsy nisy afa-tsy 27 000 izany tamin’ny taon-dasa dia hampiakarina hatrany amin’ny 10 000 isa izany amin’ity taona 2020 ity. Vina apetraka ny hanatratra tetikasa miisa 50 000 isa any amin’ny taona 2024 izay niteraka asa manodidina ny 250 000. Tanjona ao anatin’izany ny hanomezana asa ho an’ny tanora. Hampiroboroboana ny fandraharahana eto an-toerana ary tena hahaleo tena tanteraka ny tanora Malagasy.

Hiova endrika ny Fihariana amin’ity taona ity

Araka ny fanazavana nomen’ny tompon’andraikitra hatrany dia hiova endrika kely tsy ho toy ny tamin’ny taon-dasa ny fizotry ny fifantenana sy ny famatsiam-bola ho an’ireo tetikasa tsara vintana amin’ity taona 2020 ity. Hojerena araka ny karazany avy ireo tetikasa ary tsongaina ireo sehatra izay hita fa mihalefy eto Madagasikara. “Ny mampiova azy kely izany dia hisy ny fijerena an’ireo tetikasa isaky ny karazany avy. Ohatra , ny fiompiana tantely. Amin’izao fotoana izao rehefa jerena ny tantely dia efa manomboka tsy dia misy loatra. 

Amin’ity taona ity ny Fihariana dia hanampy ny mpandraharaha amin’ny tantely mba hampiakatra ny vokatra tantely eto Madagasikara zato taonina isan-taona. Ireo vokatra ireo dia haondrana mankany ivelany. Toy izay ihany koa ny vokatra ronono izay mamokatra 10 litatra isan’andro. Hiasa ny Fihariana hitady vahaolana hahafahana mampiakatra an’io vokatra io mba hahazo 25 hatramin’ny 35 litatra isan’andro ny mpiompy. Hisy ihany koa ny fanampiana ireo tantsaha any amin’ny Faritra Atsimo eo amin’ny fambolena voamaina”, hoy ny fanazavana voaray. 

Ankoatr’izay dia anisany fiovana hisy amin’ity taona ity ihany koa ny fananganana orinasa manokana izay hanodina ireo vokatra tena mampalaza ny faritra na toerana iray. “Any amin’ny Faritra rehetra dia hametrahana ozinina amin’izay ny vokatra tsy simba ary ireo tantsaha manana lalam-barotra bebe kokoa. Ohatra, any amin’ny Faritra Arivonimamo betsaka ny vokatra mananasy sy ny legioma, toy ny voatabia. Atsangana any ny orinasa mamadika ny voatabia ho lasa voatabia amin’ny boaty”, araka ny fanazavana hatrany. 

Fantatra fa efa nahitana lalam-barotra ny ankamaroan’ireo tetikasa novatsiana vola, raha mbola tsy misy kosa dia hikaroka lalam-barotra ny tompon’andraikitry ny Fihariana. Tanora mpianatry ny lisea miisa 600 no hofanina eo amin’ny sehatra famoronana sy fitantanana orinasa amin’ity taona ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

SAVOROVORO TAO AMBILOBE : Efa miverina amin’ny laoniny ny filaminana

Tonga nandravona ny disadisa tany an-toerana Andriamatoa Minisitry ny filaminam-bahoaka sy ny Jeneraly Sekreteram-panjakana eo anivon’ny fiarovam-pirenena miadidy ny Zandarimaria. Manoloana ny fitakian’ireo vahoaka ny hanaovana fitsaram-bahoaka ilay nahiana fa nahavanona ny loza sy fitakiana ny hamotsorana ireo andian-jatovo izay voasambotra tamin’ny fanakorontanana ny filaminana dia nihaino sy nitondra "ala-olana" ireo Minisitra mirahalahy tompon’ andraikitra amin’ny fandriam-pahalemana sy filaminam-bahoaka.

Taorian’ny fifampiresahana sy fifandresen-dahatra tamin’ireo vahoaka tao an-toerana dia resy lahatra izy ireo fa tsy mety ny fikasana hanao fitsaram-bahoaka satria tany tan-dalàna i Madagasikara. Voararan’ny lalàna ny fanaovana fitsaram-bahoaka fa efa misy ny rafitra eto amin’ny tany sy fanjakana mikasika ny Fitsarana.  Mahavoasazy araka izany ny fikasana hanao fitsaram-bahoaka satria efa eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana ny voarohirohy ary  izy  ireo  no  misahana ny tohin’ny  raharaha. 

Etsy  ankilany, navotsotra teo imasom-bahoaka  tamin’io fotoana io ireo andian-jatovo nanakorontana ny filaminam-bahoaka sy nitaky fitsaram-bahoaka  rehefa samy niaiky fa tsy hamerina izany intsony.  Voalaza ihany  koa fa  efa  vita  ny  famotorana  savaranonando  momba ny trangana vono olona  ka hatolotra  ny  Fitsarana  izany  araka ny  lalàna velona. Nanome toky  ny  Minisitra roa lahy  solontenam-panjakana fa efa  mihatsara  ny fiaraha-miasa amin’ny  Fitsarana ka tokony  tsy  hametraka  ahiahy ny vahoaka.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANDRINDRANA NY FIFAMOIVOIZANA : An-dalam-panafoanana ny “Easy Park”

Lafo loatra io, raha ny nambaran’ny tompona fiara mampiasa ireo toeram-piantsonana tantanan’ny «  Easy Park  » ary betsaka ny mety tsy hahaloa izany. Nambaran’izy ireo mihitsy aza fa fitadiavam-bola mihoa-pampana ny fametrahana azy io ka tokony hofoanana amin’izay. Fanamby efa napetraky ny ben’ny tanàna, Naina Andriantsitohaina, nandritra ny fampielezan-kevitra  rahateo ny fanafoanana izany.

Nilaza ny tompon’andraikitra nanaovana fanadihadiana teo anivon’ny Kaominina fa efa eo an-dalam-panafoanana ny “Easy Park” izy ireo amin’izao fotoana izao saingy misy ny fandaminana tsy maintsy arahina mialoha ny hirosoana amin’izany. “Ny mpampiasa fiara sy ny mpifidy ny ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina no nangataka voalohany hanafoanana ny “Easy Park” satria marobe ny efa nitaraina tamin’ny fisian’izy io. 

Raha ny tokony ho izy dia misy ampaham-bola amin’io miditra aty amin’ny kaominina saingy tsy izany no zava-nisy. Tsy nazava ny fitantanam-bola sy ny ampaham-bola azon’ny kaominina ka izay no nilazan’ny ben’ny tanàna hoe aleo ajanona ny fifanarahana” , hoy ny fanazavan’i Mickael Solofoniaina, Talen’ny Kabinetra lefitra eo anivon’ny Kaominina Antananarivo renivohitra. Nambaran’ity farany koa fa efa eo am-pandrafetana rafitra vaovao mendrika kokoa ho an’ny mponina amin’izao fotoana izao ny fiadidiana ny tanàna ho fandrindrana ny fifamoivoizana. «  Mety hosoloina rafitra vaovao, na hohatsaraina sy havaozina ny fitantanana ny «  Easy Park  » fa tsy hajanona amin’izao intsony  », hoy hatrany ny fanazavana.

N.A

Ino Vaovao0 partages

NAHARIMAMY IRMAH : Nitondra fanampiana ho an’ny mponina tao Mahanoro

Ankoatra ny fankaherezana ny mponina, nanolotra fanampiana ho an’ireo niharam-boina vokatry ny fandalovan’ilay rivo-doza Francisco izy sy ireo delegasiona notarihiny. Vary, voamaina, ronono sy kojakoja maro samihafa no nozaraina tamin’ireo fianakaviana traboina nandritra izany. 

Miara-misalahy amin’izao fanampiana ny mpiara-belona izao ny avy ao amin’ny Minisiteran’ny fiarovam-pirenena sy ny birao nasionaly misahana ny loza sy ny tandindon-doza. Hentitra tanteraka ny Minisitra nanome toromarika ireo mpizara fanampiana. Nambarany fa tsy tokony haodinkodina ny fanomezana. Mila tsinjovina, hoy izy, ny mpiara-belona ka tsy amin’ny andro sarotra tahaka izao no hifanambakana.

Tsiahivina fa anisany Distrika niharan’ny fiakaran’ny rano vokatry ny andro ratsy Francisco farany teo ny Distrikan’i Mahanoro ao anatin’ny Faritra Atsinanana. Tokantrano maro no mbola miaina ao anaty rano amin’izao fotoana izao ary mbola betsaka koa ireo tsy manan-kialofana. Potika sy dobo an-drano ny ankamaroan’ny fotodrafitrasa any an-toerana. Tsy afaka mianatra ny mpianatra any amin’ireo faritra iva ary dobo an-drano tahaka izany koa ny toerana fanofanana mpampianatra (CRINFP ) ao amin’ity faritra ity.

N.A

Tia Tanindranaza0 partages

Vono olona tany AmbilobeNidoboka eny Tsiafahy í “Body Mena”

Milamindamin-dratsy ny ao Ambilobe taorian’ny savorovoro noho fikasana fitsaram-bahoaka noho ny fahatrarana an’i “Body Mena”.

 

Voarohirohy ho namono tamin’ny fomba feno habibiana an-dRazafimalala Brigitte 35 taona, nitondra vohoka 7 volana izy. Nidina ifotony nandamina ny raharaha ireo tompon’andraikitra voalohany amin’ny fitandroana ny filaminana, notarihin’ny minisitry ny filaminam-bahoaka Controleur Géneral de Police Randrianarison Fanomezantsoa Rodellys sy ny Sekreteram-panjakana eo anivon'ny fiarovam-pirenena miadidy ny Zandarimaria, jeneraly Ravalomanana Richard. Taorian'ny savorovoro nisiana fahapotehana toy ny fahamaizana fiara 3 sy moto 1, fahapotehan’ny biraon’ny polisy, faharatrana polisy iray,… dia nanapa-kevitra ny fitondrana fa hakarina aty Antananarivo ilay nahavanon-doza ka hatao famotorana momba ny asa ratsy vitany. Navotsotra kosa ireo olona 22 nosamborina tamin’ny savorovoro. Nentina fiaramanidina ilay lehilahy ary efa tonga eto Antananarivo. Efa mpamono olona ary efa nakarina teto Antananarivo mihitsy fa afaka foana. Ny taona 2013 dia namono olona tany Nosy Be, ary voasazy saingy votsotra, ny 2017 tany Ambilobe, ny 2018 dia nanao fanolanana niampy vono olona, dia io tany Ambilobe io ny farany. Noho izay antony izay dia tsy nanaiky mihitsy ny vahoaka tany an-toerana ny amin’ny mbola hitazonana azy ao sy tsy hanolorana azy ny fitsarana. Sazy mifandraika amin’ny heloka vitany no miandry azy, ka izay no antony nitondrana azy. Tsy tokony hiahiahy ny vahoakan’Ambilobe, fa tsy maintsy hatolotra eo anivon’ny fitsarana izy, hoy ny minisitry ny filaminam-bahoaka Randrianarison Fanomezantsoa Rodellys. Re fa efa vita ny fanadihadiana savaranonando, ka ny fitsarana indray no handray an-tanana ny raharaha. Raha ny vaovao farany omaly hariva, dia nadoboka vonjimaika any Tsiafahy I Body Mena miandry ny fitsarana azy.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahasalamam-bahoakaMisy trangana pesta ao Antanifotsy

Ao anatin’ny fotoam-pahavaratra tanteraka isika amin’izao. Fotoana mahabe ny valan’aretina isan-karazany ary anisan’izany ny « Pesta ».

 

fantatra ary izao fa efa miseho indray ao amin’ny distrikan’Antanifotsy ity valan’aretina ity ka tao amin’ny kaominina Ambodiriana no nahitana izany ny herinandro teo ary toa efa tapa-bolana aza no nahitana azy. Olona roa no voaporofo fa tratrany tany an-toerana tapa-bolana lasa teo, ary tamin’ity herinandro hitsahina ity dia mbola nahitana tranga roa ihany koa. Ny karazana aretina “peste bubonique”, na pesta atoditariana moa io miseho any ankehitriny io, raha ny fanazavana azo avy amin’ny talem-paritry ny fahasalamana ao Vakinankaratra, ny Dr Rabenirina Mamitiana Pierre. Efa nisy ny fandraisana an-tanana avy hatrany ireo olona tratry ny aretina, ary tsy nisy aloha hatreto ny aina nafoy. Ankoatra ireo efa marary dia nanaovana hetsika manokana mihitsy ihany koa io distrikan’Antanifotsy io sy ny kaominina Ambodiriana, indrindra ny manodidina ireo olona izay tratry ny aretina, ka nomena ny fanafody mifanandrify amin’izany na tsy mbola tratra aza. Ny aretina pesta, izay nambaran’ity talem-paritra ity, fa ny fahadiovana sy ny ady amin’ny parasy sy ny voalavo no tena fisorohana voalohany indrindra aminy. Tamin’ity taona ity indray izany vao nisy aretina pesta tao Vakinankaratra. Tao anatin’ny 2 taona nifanesy, dia tsy nahitana tranga na iray aza tany an-toerana.

Caius R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famindran-toeranaNitokona ireo mpivarotra tetsy Ambodin'Isotry

Tsy manaiky ny hifindra toerana eny Bekiraro, izay tsy lavitra azy ireo ny mpivarotra amoron-dalana etsy Ambodin’Isotry.

 

 

Tsy maintsy tohizana anefa  ny asa  fanadiovan-tanàna  sy ny fanarahan-dalàna, hoy ny avy eo anivon'ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Anisany ny fanalana azy ireo, izay tsy alana manta fotsiny akory  fa efa misy ny toerana nomena azy ireo mba hivarotany. Nilaza moa ireo mpivarotra fa tsy hanaiky hatramin’ny farany. Noho ny tsy fisian’ny mpividy eny Bekiraro no voalaza fa anton’ny fandavana. Andrasana izay fanapahan-kevitry ny kaominina Antananarivo Renivohitra mikasika azy ireo. Ireo olona mandalo dia miantsena moa amin’ny ankapobeny no tena  handrandrain’ireo mpivarotra amoron-dalana hanodina ny fiainany isan’andro tombony izay tsy hitan’ireo mpivarotra any anaty tsena.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ANALAKELYTrano 78 isa no tokony hanavao ny lokony

Isaky ny dimy taona no tokony hanavaozana sy hatsarana ny lokon’ireo manodidina an’Analakely, araka ny lalàna.

 

 

Misy anefa ireo tsy manao izany mihitsy raha tsy tairina. Mahatratra 78 isa izy ireo no tokony hanao izany. Manoloana io tranga io dia namoaka fanambarana ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Naina Andriantsitohaina fa  hiroso hatrany amin’ny fanadiovana ny tanànan’Antananarivo sy ny fampanarahan-dalàna ny rehetra ny tenany sy ireo mpiara-miasa aminy. Nisy ny antso avo nataony tamin’ireo olona tompon’ireo trano miisa 78 ireo mba samy hanavao ny lokon’ny tranony, indrindra fa ireo manaraka ny araben’ny fahaleovantena izay sady endriky ny tanàna. Ho an’ireo mpivarotra amoron-dalana tsy ara-dalàna indray dia nanamafy ny Ben’ny tanana fa  tafiditra ao anatin’ny fandaminana sy ny fanatsarana ny tanàna tanterahiny avokoa ireny rehetra ireny. Ho an’ny etsy Anosy manakaiky ny tranom-patin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha ohatra dia nasaina naka sisiny namonjy ny tamboho avokoa ireo mpivarotra. Nasiana toeram-panariam-pako ihany koa eny amin’ny lalana mba hahafahan’ireo mpandeha an-tongotra mampiasa ara-dalàna ny trottoir sy tsy hanarinary fako eny rehetra eny.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Sarimihetsika Malagasy« Mahavelona raha tsy atao kitoatoa »

Ny taona 2000 no nanomboka niditra tao anatin’ny tontolon’ny sarimihetsika malagasy i Lala Raharimalala. Andrakandrana, raha ny fanazavany,

 

 no nidirany voalohany tao anatin’izay tontolo izay ary rehefa hitan’ny mpamokatra sarimihetsika fa mety aminy ilay milalao sarimihetsika dia nahazo fifanarahana tamina trano mpamokatra nalaza nanomboka tamin’izany fotoana ny tenany. Tsy nandalo fifantenana fa tao anatin’ny fitazonana ny anjara toerana mpilalao mpanampy no nahafahana nivoatra. Tokony ho tsara ny vokatra malagasy, raha ny eo amin’ny sarimihetsika, hoy izy, ary mahavelona raha tsy atao kitoatoa. Hita ho manomboka miha tsara aloha ny vokatra sarimihetsika eto Madagasikara, hoy izy, indrindra nony betsaka ny kiana azo. Efa misy trano mpamokatra goavana miara-miasa amin’ny antsika malagasy ankehitriny ary matoa ireny resy lahatra dia mahita izay fivoarana izay. Ao anatin’ny fanodinana ny sarimihetsika mitondra ny lohateny hoe « Ikala pam’s 3 » ankehitriny ity mpanakanto ity. Vokatra izay iarahana amin’ny Avoko Production ary tohin’ny tantarana mpamosavy hita tao anatin’ny andiany 2 voalohany tamin’ny taona lasa izany, hoy ny fanazavany, ary maharitra ora iray sasany.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankizy voan’ny homamiadana100 isan-taona ireo manatona ny hopitaly HJRA

Tena mahazo vahana be ny homamiadana mpahazo ny zaza eto amintsika ankoatra ny homamiadana mpahazo ny vehivavy.

 

 

Raha araka ny fanadihadiana natao teo anivon’ny sampana fitsaboana ny zaza eo anivon’ny hopitaly  HJRA  Ampefiloha dia mahatratra 100 isan-taona ireo mandalo ao an-toerana. Ny homamiadan’ny ra, ny homamiadan’ny atoditariana, ny fivontosana any amin’ny taova toy ny voa, ny kibo, ny homamiadan’ny maso no tena maro an’isa indrindra amin’izany. Ho an’ity farany manokana dia ilay maso somary fotsifotsy mitovy amin’ny mason-tsaka no hahafantarana azy ka tokony ho malina ireo ray aman-dreny. Fomba fisehon’ireo karazana homamiadana hafa ihany koa ny ra mandeha lava amin’ny oron’ny zaza raha araka ny fanazavan’ny dokotera iray manampahaizana manokana momba izany, ankoatra  ny fivontosana eny amin’ny tongotra na tanana. Ny fanaovana chimiothérapie sy ny radiotherapie ihany hatreto no fomba iray hahafahana miady amin’ny aretina homamiadana. Manodidina ny 2 hetsy sy 1 tapitrisa Ar ka hatramin’ny 10 tapitrisa Ar ny vola ilaina amin’izany raha kely. Betsaka anefa ireo ray aman-dreny manan-janaka marary no tsy manana fahafahana ny hitady io vola io koa manao antso avo amin’ireo malalatanana sy ireo tsara sitrapo izy ireo mba hifanolo-tanana aminy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnosizatoNirodana tampoka ilay trano vao namboarina

Trano lehibe iray misy rihina telo no fantatra fa nirodana tampoka omaly folakandro tokony ho tamin’ny 03 ora teny Anosizato Andrefana,

distrikan’Antananarivo Atsimondrano. Tsy mbola  fantatra mazava izay antony nahatonga ny firodanana raha araka ny loharanom-baovao azo. Ny hany fantatra dia mbola eo an-dalam-panamboarana ity trano ity. Tsy nisy kosa ny naratra na ny aina nafoy. Eritrteritry ny maro ny hoe tsy nety ny fotoana nisafidianan’ny tompony ny nanamboarana azy. Tafiditra ao anatin’ny vanim-potoanan’ny fahavaratra tanteraka mantsy isika ankehitriny. Eo ihany koa ny hoe : mety ny fototry ny trano no tsy nahazaka azy….Mila mitandrina tsara rehefa hanao trano. Efa vidina 100 Ar mantsy ny iray amin’ny biriky amin’izao eny Anosizato eny raha 17.000 Ar ny iray lasaka amin’ny simenitra, fitaovana izay marihina fa tsy mitsahatra ny miaka-bidy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hain-tany mahatsiravina100 Ariary ny rano iray zinga any Androy

Rano iray zinga na lovia tsatokaty vidiana 100Ar any Androy, raha 2000Ar ny 20 litatra.

 

Ahiana ny hisian'ny Kere mafy any an-toerana sy ny tsy fanjarian-tsakafo. Ny sampandraharaha Iraisam-pirenena momba ny sakafo sy ny fambolena (FAO) dia namoaka tatitra ny 10 febroary teo, fa olona hatrany amin’ny 730 000 no ho tandindonin-doza amin’ny tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika any Atsimo hatramin’ny volana martsa izao. Faritra roa no tena ho lasibatra satria efa am-bolana izay maro no tratry ny hain-tany mahery vaika. Ny hain-tany no miteraka fatiantoka hatrany amin’ny 75% ho an’ny fambolem-bary. Lasibatra ihany koa ny fambolena katsaka sy mangahazo. Mahatratra hatrany amin’ny 60% amin’ireo kaominina ny tahan’ny fifindra-monina sy fitsoahana ny hain-tany ary ny hanoanana amin’izao fotoana izao. Tsy nahomby ve ny fitarihan-drano natao, izay nosantarin’ny fanjakana Rajaonarimampianina, ary ny fanjakana ankehitriny no nitokana azy ? Efa an-jatony taona ny olana any Atsimo, saingy tsy tena misy ny vahaolana maharitra. Hatreto, tsy misy politikam-pienena mahomby mamaha ny olana. Ny vahiny no tena taitra sy miditra an-tsehatra, toy ny UNICEF izay miditra an-tsehatra amin’ny fizarana ireo fanampiana amin’ny maha olona. Asa tsy fahatokisana ny Malagasy amin’ny fanodinkodinana ve fa saika izay hatrany matetika no hita any Atsimo rehefa misy ny fanampiana. Na izany aza dia andrasana indray ilay tetikasa fananganana orinasa mpamokatra sakafo iarahan’nyfanjakana Malagasy amin’ny orinasa Malaza Nutriset.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifehezana ny vidim-piainanaMila hafainganina ny fananganana ilay orinasa SPM…

Ny 6 novambra 2019 no nankatoavina tao anatin’ny filankevitry ny minisitra ny fananganana ny orinasa “State Procurement of Madagascar” na ny SPM,

 

hisahana ny fanafarana sy fitsinjarana ireo entana tena ilain’ny mponina sy ireo entana iankinan’ny aim-bahoaka, toy ny solika sy ireo entana miankina tanteraka amin’ny fanafarana entana avy any ivelany. Io no natsangana dia noho ny fahatsapana fa mitarika fahasahiranana ho an’ny vahoaka ny fiankinan-doha be loatra amin’ireo orinasa izay manararaotra eo amin’ny fitsinjarana sy fanafarana entana avy any ivelany ka mampidangana ny vidim-piainana izay mila tsy ho takatry ny ankamaroan’ny malagasy ka tsy mitarika ho amin’ny fandrosoana, hoy ny fanjakana. Tena mila hafainganina io. Ny vahiny no mifehy sy manao izay tiany amin’ny resaka entana ilaina amin’ny andavanandro, saingy tsy afa-manoatra ny fanjakana. Tsy miraharaha fahefam-panjakana ny mpandraharaha ka na nisy aza ny naoty nivoaka fa azo henjehina amin’ny lalàna ny fampiakarana tsy ara-drariny ny vidin-javatra, dia mbola nisy faritra tonga 1100Ar ny kapoakan’ny vary, toy ny any Tsaratanàna. Na izany aza, misy ny hetsika antsoina hoe “Tsinjo” ataon’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana hiadiana amin’ny fanararaotana, toy ny any Mahanoro, Vatomandry, Marolambo,… izay voa mafy noho ny andro ratsy. Ny tena tsy mahamandry ny sain’ny mpitondra amin’izao fotoana izao, dia ny fahavitan’ny Rova, Mahamasina,… Tsara ireny, saingy izay ve no laharam-pahamehana voalohany eto ? 97% amin’ny zaza latsaky ny 10 taona no tsy mahay mamaky teny sy manoratra, hoy ny banky iraisam-pirenena. Ny tany tsy mandry fahalemana intsony. Ny vary mora sy entana mora zary fakana fom-bahoaka rehefa propagandy no tena isiany. Ny fananan’asa tsy misy politika mazava hiatrehana an’izany, ny jiro sy rano izay olana goavana tsy mety mivaha,... Asa na izay tokoa no tonga amin’ilay fitenin’ilay Pretra Abbé Pierre malaza hoe: “Ny mpanao politika dia tsy mahalala ny fahoriana lalin’ny vahoaka afa tsy amin’ny statistika. Tsy hitomany eo anatrehan’ny antontanisa velively”.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fahazoan-dalana ara-tontolo iainana hosoka“Ho hentitra ny fanaraha-maso”, hoy ny ONE

Miisa 906 ireo fahazoan-dalana ara-tontolo iainana nomen`ny Ofisim-pirenena misahana ny tontolo iainana (ONE)

tamin`ireny tetikasa  maro samihafa nanomboka ny taona 1977 ka hatramin` izao. 35% dia avy amin`ny harena ankibon`ny tany, 18% mahakasika ny indostria, 1% amin`ireo tetikasa mandinika hafa izay mitana ny taha ambany indrindra. Ny zava-misy eto Madagasikara dia maro ireo seha-pitrandrahana tsy manara-dalàna izay nitarika ny fahasimban’’ ny tontolo iainana. Isan` izany ny fitrandrahana volamena izay mitana ny antsasamanilany mahery amin`ny fanomezana fahazoan-dalana eto amintsika. Miroso ny fampandrosoana faritra raha miditra amin`izay fanarahan-dalàna izay ary ihany koa ny fanamafisana ny fanajàna ny tontolo iainana. Tsy azo leferina kosa ireo izay mahazo fahazoan-dalana ara-dalàna hosoka ka manainga ny fiaraha-miasan`ny rehetra eo amin`ny fitorohana ireo tetikasa mahazo fahazoan-dalana hisokatra an-tsokosoko ny ONE manomboka izao, hoy i Laurent Ampilahy, tale jeneralin`ny ONE. Miisa valo ny dingana sy fomba fanomezana fahazoan-dalana ara-tontolo iainana ka any amin`ny farany indrindra vao misy fahazoan-dalana ara-tontolo iainana. Raha misy fanomezana an-tsokosoko izay, hoy izy, dia havoaka amin`ny vahoaka eto amin`ny tany sy firenena. Hisy ireo tomponandraikitra hanao fanadihadiana ka horaisina ny fepetra. Nomarihan`i Laurent Ampilahy fa tsy maintsy mahazo fahazoan-dalana ara-tontolo iainana ny tetikasa rehetra vao azo tanterahina na io sehatra tsy miankina  na ara-panjakana. Ny tetikasa Tanàmasoandro dia efa nandefa ny taratasy fangatahana teo anivon` ny ONE ary efa ao anatin`ny dingana hanaovana fitsirihana amin`izao fotoana, hoy ihany izy. Nohamafisiny ihany koa fa tokony hanaraka ny fepetra apetraka ny rehetra izay nahazo fahazoan-dalaana sy ireo teboka izay voafaritra ao anatin`ny bokin`andraikitra. Mety hiafara amin`ny fisintonana ny fahazoan-dalana izany raha tsy voahaja ny rindran-damina, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

 

 

 

ami`n  ireo izay mampiasa fahazoan-dalana ara-tntolo iainana hosoko sy antsokosoko

 

Tia Tanindranaza0 partages

May ny endim-boanjony !

Tsy mandry andro tsy mandry alina ny filoham-pirenena sy ny ekipany amin’ny fanatanterahana ny fanambiny.

Niakatra teny amin’ny Rovan’i Manjakamiadana, ary nampanantena ny hahavitan’ny asa mialoha ny 26 jona. Nijery ifotony ny fahavitan’ny fandrodanana tetsy Mahamasina sy nampanantena fahavitan’ny fanarenana. Ary rahoviana no hidina ifotony any Ambilobe sy Vohémar hijery raha vita ilay làlana nanaovana vava be nanakianana ny mpitondra teo aloha ? Na koa ho avy hitondra fanazavana momba ny tsy fahavitan’ilay orinasa nampanantenaina hotokanana ny volana desambra lasa teo ? Efa mampahatsiahy ihany koa ny any Mahajanga, fa nisy fandrodanana natao mba hananganana vaovao, saingy bozaka aloha izao no maniry amin’ilay toerana. Maro be ny nampanantenaina, fa vitsy no tanteraka satria toa tsy misy ny hoenti-manana. Maro ihany koa ny olona no mbola mino sy manantena. Tena hain’ny mpitondra ny mitaiza sy manabe ny olona hino izay ambarany sy mamboly fampanantenana ao aminy, ka asa na izay tokoa ilay efa nambaran’i Voltaire amin’ny hoe:  “Ny politika dia fomba iray hoentin’ny olona tsy manana paikady mitondra ny olona tsy manana fitadidiana”.  Tsy sanatria fitia te hanakiana, fa tena hihazakazahana ny fametrahana tandindona hoe nanao zavatra. Tena tia mandoko hahitan’ny mason’ny maro ny dian-tanany ny mpitondra. Ireny ve no tena laharampahamehana sy maika ? Fa mba rahoviana vao tena hisongadina ny fanaovana asa miantraika amin’ny any anaty vilanin-dRamalagasy ? Toa ezahina lokoina hatramin’ny sain’ny olona mba horaketina ao an-dohany fa ny fitondram-panjakana notarihiny no nanangana fotodrafitrasa maro. Ny tena manahirana anefa dia ny avo ihany no toa tovanana. Mandeha ny sekoly manara-penitra, dia amina tanàn-dehibe efa ampy ny vahoaka ny tolotra ara-panabeazana no atao, tahaka ny ao Toamasina sy Ambatondrazaka. Mba rahoviana vao ho tonga any amin’ireo faritra lavitra andriana ny fampandrosoana ? Zary lasa fahoriana ho an’ny mpiasam-panjakana ny hafindra amin’ny faritra sokajiana ho “dezaka be” satria tsy mba tonga any ny fampandrosoana, ary tena tsy mirindra sy tsy mirazotra. Raha izany foana ny fomba fiasa, dia ho afaka 50 taona angamba vao hipaka manerana an’i Madagasikara ny fampandrosoana.

Toky  R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tany 60 000 ha any Bas-Mangoky“Ahiana ho lasan’ny Arabo tahaka ny any Serbie”

Mitohy ny ahiahy amin’ny fanomezana 60 000Ha hampisain’ny orinasa Arabo Emirate Elite Agro LLC,

araka ny fanambaran’ny CRAAD-OI (Centre de Recherches et d’Appui pour les Alternatives-Ocean Indien) ny 17 febroary teo. Nisy mpanao gazety nanoratra fa ny 80% amin’ny vokatra vidian’ny fanjakana dia haondrana, ary ny 20% no hamidy ato amin’ny tsena anatiny, izay tsy mifanaraka amin’ny fanamby hiantohana ny fahavitan-tena ara-tsakafo, hoy izy ireo. Kaominina telo ao anatin’ny distrikan’i Manja dia Ankiliabo, Andranopasy ary Beharoana no voakasika ka eo amin’ny 100 000Ha dia tany ngazana, hoy ny minisitry ny tanora Tinoka Roberto ny 10 febroary lasa teo. Nambarany fa azo ny tsodrano tamin’ireo olobe nandritra ny diany tany an-toerana. Raha tena milaza ny hisian’ny mangarahara tokoa ny filoham-pirenena, dia tokony hampahafantarina amin’ny antsipirihany amin’ny vahoaka ny “Memorandum of Understanding” niarahana tamin’ny Emirate Elite Agro LCC, hoy ny CRAAD-OI. Tena ilaina tokoa ny tsodranon’ireo raiamandreny ara-drazana sy mpitazona ny fombafomba fa ny didim-panjakana 2004-0167 dia momba ny fetezan’ny fampiasam-bola amina tetikasa mahakasika ny tontolo iainana (MECIE), mitaky fanadihadiana ara-tontolo iainana, izay mila hanaovana fakan-kevitra handraisan’ny mponina rehetra anjara, ary tsy mamela velively ny depiote na minisitra ho mpanao fanadihadiana, hoy ny fanazavana. Milaza hatrany ny fanjakana fa tsy misy resaka famarotana tany ao anatin’ny “memorandum”, kanefa ny zava-misy tamin’ny angom-baovao mahakasika ny orinasa Amirate Elite Agro LCC tany amin’ny firenen-kafa dia tena mampiahiahy tanteraka. Any Serbie izay any Eoropa Atsinanana, ohatra, dia lasa tompon’ny tany nampiasainy io orinasa io sy ny orinasa arabo hafa niaraka taminy. Misy feo sy resaka mandeha amin’ny hikitihana ny lalàna momba ny fampiasam-bola satria mpampiasa vola maro no mitady toky manoloana ny resaka fananan-tany eto Madagasikara. Inona no mety ho antoka tiana hapetraka hoenti-manamora ny fahazoan’ny vahiny tany sy ny fanamorana ny famarotana tany amin’ny vahiny ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana TandroharenaTsy mety ny « ascenseur » ao amin’ny lapan’i Manjakamiadana

Nanambara ny avy eo anivon’ny Tandroharena na fikambanan’ireo mpikaroka momba ny vakoka sy lova ary harem-pirenena fa voasokajy ho anisan’ny vakoka ny rovan’i Manjakamiadana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan’ny CNAPMADHatramin’izao tsy azo ny karama janoary

Mitaraina ho tsy mbola nahazo karama volana janoary ny mpiasa amin’izao fotoana. « Very fanahy mbola velona izahay mpiasa ato amin’ny CNAPMAD (Centre National de Production de Matériel Didactique),

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra Atsinanana sy AnalanjirofoMiandrandra governora mahafantatra ny faritra ny mponina

Resabe ao amin’ny faritra Atsinanana sy Analanjirofo amin’izao ny fanendrena izay ho governoran’iny faritra iny, raha ny nambaran’ireo mpanara-baovao monina any an-toerana.

 

 Samy manana ny fomba fijeriny  ireo olona nanaovana fanadihadiana toy ny tao Analanjirofo izay  sahy milaza fa  tsy tokony  ho olona manampahefana ambony efa avy nisahana  fitantanana ny raharaham-pirenena sy sampandraharaha nahenoana laza ratsy tamin’ireo toerana efa niasany no ho eo . Misy amin’ireo manampahefana ao an-toerana no milofo amin’ny fanohanana mpifaninana ho eo amin’ny toeran’ny governora kanefa misy efa manana laza ratsy ny sasany amin’izy ireny, hoy hatrany ireo fanehoan-kevitra. Tsy ny ao amin’ny faritra Analanjirofo ihany no ahitana ity olana ity fa ao Atsinanana koa. Ity faritra voalaza farany ity izay vavahady lehibe fidirana eto Madagasikara noho ny fananany ny seranan-tsambo goavana. Mikasika ity tohina fanendrena governora ity moa dia efa nanafatra ny avy eo anivon’ny faribolam-pandinihana Silamo tamin’ny alalan’ny sekretera jeneraliny, Moussa Soalihy, fa miandrandra governora mahafantatra ny faritra ary manana ny antsoina hoe “sentiment d’appartenance” ny mponina.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana IEMRaha seho ivelany aloha dia talentany

Tena tsara ary mety ny fanadiovana ny tanàna sy ny fanomezana endrika tsara maha te honina.

 

Mbola kely dia efa mila beazina ny ankizy hahay hanadio ny toerana onenany, miezaka ny tsy mandoto ihany koa. Na izany aza misy fotoanany ny zava-drehetra, hoy ny fomba fiteny izay. Tsy misy asa hafa maika mihitsy ve fa dia ny mandoko trano sy rindrina ary tohatohabato etsy sy eroa no tena laharam-pahamehana ho an’izao fitondrana izao ? Inona ilay tena tanjona ? Fanadiovana sy fanatsarana tokoa ve sa zavatra hafa ? Efa iaraha-mahaala fa olona niasa am-polony taona teo amin’ny sehatry ny seho, dokambarotra ny filoham-pirenena, ary maro ireo mpiara-miasa aminy fahiny mbola miara-dalana aminy amin’izao fotoana. Olon’ny serasera ihany koa i Andry Rajoelina ary tsy manao zavatra tsy misy tanjona fa matoa izay misy zavatra miainga eo dia efa misy lalan-kizorana sy tiana hahatongavana. Lasa miteraka adihevitra any anaty fiarahamonina ilay mandokoloko etsy sy eroa. Miverina mpianatra any amin’ny ambaratonga fototra ve ireo mpitantana eto amin’ny tany sy ny fanjakana ka mahazo fafiny mandoko rindrina e ? Mbola adihevitra be ihany koa ny hoe : efa mba nodinihana tsara ve ireo toerana nolokoina sy nokitikitihana ireo, satria misy ny toerana mana-tantara, sy rakitry ny ela. Ka raha misy ny fikitihana azy, farafaharatsiny mba mandalo fanapahan-kevitra eo anivon’ny filankevitry ny tanàna kosa fa tsy tonga dia kitihana. Hoy ny ohabolana ray izay : “ ny tarehy no ratsy ka ny volo no aolankolana”, io resaka mandoko io ve no hanafenana ny fahantrana eto sy hanaitairana ny mason’ny mpandalo sanatria ? Averina ihany fa tsara ny manadio sy manavao, fa tsy mety kosa ny mihaingo ambony tsokoko. Manjelanjelatra be ety ivelany, ny ao ambadika na ny ao anatiny anefa korontana ambony ambany. Tanàna ezahana atao manjelanjelatra kanefa ny mpanao sinto mahery, mpangalatra, mpanolana efa tena sahy miasa amin’ny andro mazava. Mamirapiratra ny tanàna fa ny olona miaina ao anatiny tsy an’asa, miaina amin’ny gaboraraka,... Mba mila dinihana tsara ihany izay tena asa maika sy tokony ho laharam-pahamehana, dia manaraka ho azy ny hafa avy eo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

«Fonds souverains » Tsy mahomby raha ratsy ny fitantanana

Mbola maro no manahy amin’ny fitantanana ataon’ny fitondrana Rajoelina. Ny teo anivon’ny Antenimierandoholona moa dia mbola mangataka fanazavana amin’ny atao hoe “fonds souverains” ka nanomezana alalana hisitraka vola mitentina 200 miliara ariary.

 

Fomba amam-panao any amin’ireo tany an-dalam-pandrosoana izy io toa an’i Algérie, Arabie Saoudite na koa Brésil. Ireo firenena ireo dia hisitraka izay tombony ara-barotra sy vola miditra amin’ny sehatry ny akoran’afo mba hahamarin-toerana ny famatsiam-bola ho an’ ireo orinasa ao aminy. Midika izany fa miteraka tombontsoa ho an’ny toekarena. Aty Madagasikara, na entina hanaovana tetikasa na hampiasa ny volan’ny CNaPS hamatsiana tetikasam-panjakana, tsy mahafeno fepetra isika. Ny fanjakana ve dia mafy orina amin’ny fananganana “fonds souverains”? Raha eny, dia mila mahafehy ny fomba fitantanana sy fangaraharana raha tiana hahomby. Taorian’ny fahaleovantena, ny fitantanana no anisan’ny lesoka goavana teo amin’ny fitantanana raharaham-panjakana teto Madagasikara. Tafiditra amin’izany ny fitondrana Rajoelina ary mila mampitombo ezaka avo roa heny raha te hahomby  .

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hentitra ny ben’ny tanànaTsy maintsy diovina Antananarivo

Miantso ireo manan-trano sy mpanofa rehetra eo amin’ny « avenue de l’indépendance » hanavao ny lokon’ny tranony.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lisi-pifidiananaHohalavaina 20 andro ny fe-potoana hanamarinana anarana

Ny 01 desambra 2019 no nisokatra ny lisi-pifidianana ka ny 15 febroary lasa teo no fe-potoana farany hanamarinana izany.

 

 Ny 28 febroary izao kosa no voafaritra fa hohamarinina vonjimaika ny lisitra. Nohalavaina ho 20 andro indray io fe-potoana io noho ny fahitana fa ambany dia ambany ny taham-pahavitrin`ireo olom-pirenena nanamarina sy nisoratra anarana. Araka izany, haverina eo aniivon` ny fokontany ny lisitra manomboka ny 05 martsa izao. Azo raisina ho tombony io fanalavana fe-potoana io. Mila hamafisina ny fanentanana sy fanabeazana olo-pirenena vanona mba tsy hiandry fotoana farany.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Toavina Ralambomahay“Mila manana antoko vao mitondra firenena”

« Ao anatin`ny efa-taona manaraka dia mila manokana vola mitentina 17,4 miliara dolara ny fanjakana Malagasy.

Hitady famatsiam-bola mitovy sora-bola amin`io vola io any amin`ireo mpiaramiombon`antoka indrindra amin`ireo tsy miankina », hoy Richard Randriamandranto, minisitry ny tetibola sy ny toebola. Manoloana io fanambarana io dia nitondra ny heviny i Toavina Ralambomahay, mpanolotsaina monisipaly. Fa angaha moa tsy vao avy nanatrika ny « Conférence des Bailleurs »  ny filoha Rajaonarimampianina ka nisitraka vola amina miliara dolara maro ? Atoa Henri Rabarijohn, izay lasa governoran`ny banky foiben`i Madagasikara, dia nanatrika ny fihaonambe. Raha ny fieritreretako hatramin`izay, efa nahita famatsiam-bola ho an`ny IEM ny Filoha Rajoelina mialoha ny fifidianana filoham-pirenena. Mampatsiahy ny MAP, vinan`ny filoha Ravalomanana, tamin`ny taona 2007 izay tsy mbola nahitàna famatsiam-bola kanefa ny taona 2003 dia nisy ny « Conférence des Bailleurs » izay nisitrahana 4 miliara dolara. Fehiny, hoy izy, dia mila miomana sy manana antoko vao mitondra firenena. Fa tsy eo vao mitady vola, « cerveau », paikadim-pampandrosoana. Ny olana, hoy izy, dia ny Malagasy tsy mahavita miharitra ivelan’ny Fitondrana ka manangana antoko fa te hiditra. Noho izany, ny antoko Humaniste et Ecologiste sy ny KOMBA dia mitady olona mitovitovy hevitra mihitsy amin’izao, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Le

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fihantsian’i Emmanuel Macron“Tokony hampiantso ny ambasadaoro frantsay ny mpitondra Malagasy.”

Fihantsiana na “incident diplomatique” no nataon’ny filoham-pirenena frantsay, Emmanuel Macron, hoy ny avy eo anivon’ny antoko politika Otrikafo,

raha nanamafy ny fikasany hanao ny Iles Glorieuse ho toerana mahasarika frantsay na “site écologique”. Iarahantsika mahalala, hoy ny sekretera jeneralin’ny antoko, Elia Rabevahiny fa anisan’ireo nosy manodidina an’i Madagasikara miisa 5 takiantsika ireo. Efa nisy ny fifampidinihana natomboky ny fanjakana 2 tonta nanomboka ny 18 novambra hitadiavam-bahaolana ny amin’ny tokony hamerenana ireo nosy ireo amin’i Madagasikara. Mifanipaka tanteraka ankehitriny ny nolazain’ny filoha frantsay izay milaza ny tsy hihemotra amin’ny tetikasany voalazany io amin’ny volana jona sy ny an’ny filoha Malagasy, Andry Rajoelina, izay milaza fa tsy maintsy tafaverina amintsika ireo nosy Malagasy mialoha ny 26 jona. Manoloana ireny fihantsiana ireny dia tokony hampiantso ny ambasadaoro frantsay ny mpitondra Malagasy, hoy ity SG ity. Haverina indray fa efa nisy ny dingana nandeha mikasika ny famerenana ireo nosy ireo kanefa hatreto ny fitondrana roa tonta dia tsy mbola namoaka marina ny vokatry ny fifampiresahana nataon’ny delegasionina 2 tonta. Ny fihantsian’ny frantsay anefa mandeha ihany, hoy ny fanazavany, ka mila sahy mandon-databatra amin’izy ireo ny mpitondra Malagasy mba tsy hanitsakitsahany an-tampon-doha antsika tahaka izao. Fanaovana tsinontsinona ny Malagasy sy ny mpitondra azy no mitranga kanefa isika tsy misy taitra ary mampametraka baraingo, hoy ny Otrikafo, hoe tena vonona ny hiady mba hiverenan’ireo tokoa ve isika ?

J. Mirija

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jeneraly Ramakavelo DésiréNanao famelabelaran-kevitra tany am-ponja

Notontosaina omaly teny amin'ny fonjaben'Antanimora ny famelabelaran-kevitra narahina adihevitra, notarihin'ny Jeneraly Ramakavelo Désiré ;

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ny Rado RafalimananaNahazo fahafahana vonjimaika

Tonga namaly ny antson’ny Fampanoavana amin’ny Fitsarana ambaratonga voalohany Anosy i Ny Rado Rafalimanana, filohan'ny ONG Fanahy no Maha Olona,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lohamasinina nampanantenain-dRajoelinaMihemotra fanintelony ny fahatongavany

Nambara fa mialoha ny faran’ny taona 2019 no ho tonga ny lohamasinina roa ho an’ny zotra FCE.

 Ny minisitry ny serasera sy ny kolontsaina mpitondra tenin’ny governemanta indray dia nilaza ny 10 janoary teo fa ny 17 febroary 2020 no ho tonga, saingy efa dila roa andro izany ankehitriny. Mihemotra indray ny fahatongavana mazava ho azy. Ny volana septambra 2019  no nandeha tany Espagne ny Talen'ny FCE sy Teknisiana iray hijery ireo lohamasinina, araka ny fanambin’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina. Nandritra ny diany tany Soschi Rosia ihany koa ny septambra 2019, dia nijery lohamasinina. Raha ny daty farany voalaza dia tokony hiala any Espagne ny 15 janoary 2020 izao ireo fa  noho ny lafiny teknika tsy maintsy asiana fanamboarana satria tsy mifanaraka amin’ny wagon antsika sy ny “voiture” ny “système de freinage”,  hoy ny fanazavana ara-teknika. Raha Alsthom moa no resahina dia GECo Americaine ilay izy izay mbola antitra noho ny Alsthom, izay manahirana ny fampifanarahana azy amin’ny eto (adaptation), hoy hatrany ny fanazavana efa nandeha. Efa 45 taona niasana eo ireo raha ny fanazavana efa nentin’ny fampahalalam-baovao vahiny iray. Efa nisy ihany ny fanazavana hita, izay tsy ofisialy efa tany amin’ny janoary fa tsy misy sambo koa raha tsy ny 15 febroary 2020. Raha tombanana izany dia ny 17 martsa 2020 no ho tonga ao Toamasina ny lohamasinina, ka andrasana indray. Roa herinandro aorian'io dia hisy ny fiofanana homena ny teknisiana hampiasa azy any Toamasina. Ny faran'ny volana martsa 2020 vao ho tonga eto Antananarivo ny lohamasinina, ary mety mbola holokoina volon-doranjy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’I Brickaville“Ny kaominin’I Ranomafana irery no manana fiara mpitondra marary.”

Napetraka tamin’ny fomba ofisialy tamin’ny toerany ny faran’ny herinandro teo ireo ben’ny tanàna miisa 18 lany tao amin’ny distrikan’i Brickaville.

 

Ho an’ny kaominin’i Ranomafana manokana dia efa mipetrapetraka ny fampandrosoana, hoy ny ben’ny tanàna ao an-toerana, Barthelemy Samuel Ravelonanosy, indrindra, ny lafiny fizahantany. Mampiavaka azy ny fananany ny Ranomafana izay tsy hananan’ny kaominina hafa ao Brickaville. Ny sekoly, ny biraon’ny kaominina, ny biraom-pokontany, ny tsena, ny lalana dia efa hipetrahana ezaka avokoa. Manana ny fiara ataon’ny vahoaka fitondrana marary na « ambulance » i Ranomafana ary mampiavaka azy sy reharehany amin’ireo kaominina hafa ao Brickaville koa io satria mitaona sy mitatitra ireo olona na marary na saro-piterahana hoentina any Vatomandry na Toamasina na Moramanga. Misy ny fanarenana hatao amin’ny fitantanana tsy mety taloha ary hohafainganina izay fampandrosoana izay, hoy izy. Hasongadina ny fiaraha-mitantana amin’ny vahoaka izay hipetrahan’ny teny ierana sy mangarahara tanteraka. Olana ho an’ity kaominina ity ny mikasika ny fambolena manoloana ny fiovaovan’ny toetr’andro. Vahaolana natolotra ho an’ireo tantsaha ny tsy fiononana amin’ny teknika mahazatra fa fijerena ihany koa ny voly sy teknika mifanaraka amin’izay toetr’andro izay. Miara-miasa amina teknisianina mijery izany ny kaominina. Maro koa ny olana amin’ny fiompiana. Eo amin’ny fiompiana omby, ohatra, dia tsy zatra manao vaksiny ireo omby ny mpiompy. Misy noho izany, hoy izy, ny ezaka ataon’ny kaominina mba hizarana vaksiny maimaimpoana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

ArivonimamoNidoboka am-ponja ilay rangahy nanolana zaza 6 taona

Rangahy iray no vaosambotry ny polisy ao Arivonimamo ny alatsinainy teo noho ny resaka fihetsika mamoafady (attentat à la pudeur)

 

natao tamina zazavavy kely iray vao 6 taona monja. Ny alatsinainy no tonga tao amin’ny polisy ao Arivonimamo ny renin’io zaza io nametraka fitoriana fa nisy nanolana ny zanany. Olon-tian’io ramatoa io ihany anefa ilay notoriany. Raha araka ny fanazavany dia niaraka tamin’io lehilahy io izy 7 taona lasa izay ary nifanaiky fa hiara-kipetraka izy ireo  na tsy vita soratra aza. Efa nanan-janaka 6 volana io ramatoa io, zanany talohan’ny fiarahan’izy ireo.  Taty aoriana anefa rehefa lasa miasa aty Antananarivo ilay ramatoa dia nambarany fa nisy nanolana ilay zanany vao enina taona. Rehefa nohadihadiana ilay tsy manan-tsiny dia nilaza fa rehefa tsy ao ny reniny dia hanaovan’ity rangahy raikeliny ity  fihetsika hafahafa izy. Nentina tany amin’ny dokotera ilay zazavavy kely ary fantatra fa tsy misy fahasimbana izy saingy voamarina kosa fa nisy ny fihetsika mamoafady natao taminy. Nosamborin’ny polisy avy hatrany ilay rangahy ny andron’io ihany ary  nentina natao fanadihadiana ka niaiky ny heloka vitany. Natolotra ny fitsarana omaly talata izy ary nampidirina am-ponja vonjimaika.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

MahanoroNitondra fanampiana ny minisitry ny mponina

Taorian’ny dian’ny praiminisitra nampahery ireo traboina sy nijery ny fahavoazana,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Foot à 7 Tournoi FifankatiavanaLasan’ny Fc Tambazotra Ambodirano Ivato ny omby matavy

Tontosa tamin’ny alahady 16 febroary 2020 lasa teo, teny amin’ny kianja Miolaka Mamory Ivato, ny famerenana ny lalao famaranana baolina kitra lalaovin’olona 7 :

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ligim-paritry ny baolina kitra AtsinananaTompondaka 2020 ny As Fortior Toamasina

Voahosotra ho tompondaka rejioanalin’ny baolina kitra Diviziona voalohany any amin’ny ligin’ny baolina kitra

 

 

Ntsoavina Evariste

 

Fina

OM FOULPOINTE CHAMPIONTIRS AU BUT : 4 à 2 contre FC intersectionOM FOULPOINTE CHAMPIONTIRS AU BUT : 4 à 2 contre FC BRICKAVILLE

 

Finale intersectionOM FOULPOINTE CHAMPIONTIRS AU BUT : 4 à 2 contre FC BRICKAVILLE

Finale intersectionOM FOULPOINTE CHAMPIONTIRS AU BUT : 4 à 2 contre FC BRICKAVILLE

Tia Tanindranaza0 partages

Volley-ball - Championnat des Clubs de la Cavb Zône 7

Miditra amin’ny andro faha-5 ny fifanintsanana anio Efa miditra amin’ny andro faha-5 farany amin’ny

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby MalagasyNodimandry i Dodabe, mpilalaon’ny USA Ankadifotsy

Nindaosin’ny fahafatesana teo amin’ny faha-22 taonany, tamin’ny alahady 16 febroary 2020 teo teto Antananarivo,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Coupe Arabe U 20 2020I Bahrein indray no hihaona amin’ny Barea U 20

Ny ekipam-pirenen’i Bahrein U 20 indray no hihaona manaraka amin’ny Barea tanora Malagasy ao amin’ny vondrona B misy azy, any amin’ny fifaninanana fiadiana ny “Coupe Arabe U 20 2020”

 

 tontosaina any Riyadh Arabie Saoudite, rahampitso alakamisy 20 febroary 2020 manomboka amin’ny 6 ora hariva toy tamin’ny andro voalohany.  Marihana fa mitana ny laharana faharoa aorian’i Maroc ny Barea U 20 ankehitriny Samy manana isa 3 avy ny roa tonta fa ny “Goal average” no manatombo isa 1 ry zareo Maraokanina.

 

 

Ntsoavina Evariste

 

 

 

La Vérité0 partages

Octroi de crédit - Le secteur informel désormais inclus

Une grande révolution. Le secteur informel peut dorénavant accéder plus facilement au service financier. La Banque centrale de Madagascar (BCM), en collaboration avec le groupe CRIF Madagascar, ont lancé officiellement, hier à l’Hôtel Colbert Antaninarenina, le Bureau d’information sur le crédit (BIC). Cette plateforme collecte les données disponibles sur les antécédents de crédit ou de paiement d’un emprunteur auprès des établissements de crédit, des sources publiques et des grands facturiers. Un score psychométrique sera par la suite constitué afin d’évaluer sa solvabilité. « 29 % des adultes seulement ont accès au service financier. La mise en place de ce bureau changera cette situation.

D’habitude, les banques et les micro- finances demandent des états financiers aux emprunteurs. Maintenant, les informations pour établir le profil de risque seront complètement différentes comme la fréquence à laquelle la personne recharge son téléphone, le paiement de factures diverses. Ceci pour dire que la notation psychométrique fait appel à d’autres informations que les informations conventionnelles des banques », explique Michelle Meo, directeur des ventes et des marchés internationaux chez CRIF.

D’après le gouverneur de la Banque centrale, Henri Rabarijohn, la mise en place du BIC pourrait augmenter le taux d’inclusion financière jusqu’à 45 % en 2023. Le système mis en application oriente le marché vers une réduction du taux d’intérêt pour les emprunteurs, étant donné que ce taux dépend de la solvabilité de la personne. Il faut tout de même noter que le groupe CRIF fournit uniquement les données auprès des établissements financiers. La décision finale d’octroyer un prêt revient à ces derniers.

En 2016, la BCM s’est engagée à améliorer l’infrastructure de partage des données sur le crédit à Madagascar. Pour y arriver, une feuille de route a été élaborée à l’Institution financière sur le crédit, un groupe de la Banque mondiale. Un accord de coopération a été signé en 2017 entre la Banque centrale de Madagascar et cette dernière pour la mise en place du BIC dans le pays. L’objectif étant de renforcer l’information sur le crédit. Un appel d’offres international a été lancé par la suite et le groupe CRIF a été sélectionné en raison de son expérience confirmée dans la fourniture de solutions similaires dans le monde.

Solange Heriniaina

 

 

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - 83 cas confirmés depuis le début de la saison

7 personnes sont décédées de la peste dans le pays depuis le début de l’épidémie pour cette saison, avec 83 cas confirmés, selon le ministère de la Santé publique. A Madagascar, 40 Districts sont considérés comme foyers pesteux dont Tsiroanomandindy, Ankazobe, Ambositra et Antanifotsy. Comme chaque année, le premier cas a été enregistré dans le District d’Ankazobe avec deux cas confirmés. Puis, au mois d’octobre dernier, une dizaine de malades dont deux morts ont été enregistrés dans le Fokontany de Bemahatazana, Commune de Tsiroanomandidy.

Dans cette localité, 11 Fokontany sur les 25 existants sont encore des foyers pesteux. 8 d’entre eux n’ont signalé aucun cas depuis deux ans, mais les trois autres sont encore actifs. Face à la négligence de la population et afin de ne pas aggraver la situation, une délégation issue du ministère de la Santé publique a effectué une descente sur terrain dans le District d’Ambositra où l’on a enregistré un décès lié à la peste.

Afin d’éradiquer cette maladie, les autorités malagasy et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se mobilisent et ont mis sur pied un plan commun pour agir. Diverses stratégies comme la capture des rats, le débroussaillage ainsi que la sensibilisation de la population ont été menées. Cependant, le problème se trouve au sein même de la communauté. Malgré le fait que la peste ne cesse de faire des victimes, les habitants ne s’inquiètent guère de la situation. Outre la croyance ancestrale, l’automédication et la négligence de la propreté sont les principales causes de la propagation de cette maladie. Beaucoup de gens ne se soucient pas de la propreté, poussant ainsi les rats à entrer dans leur domicile. Et lorsqu’ils tombent malade, au lieu de consulter les centres de soins afin de déclarer les cas douteux, ils misent sur les tradipraticiens.

Pour rappel, la peste a tué 200 personnes en 2017. Une situation qui a causé un vent de panique à Antananarivo où les pharmacies avaient été prises d’assaut par les clients en quête de masques et d’antibiotiques. La saison pesteuse ne prendra fin qu’au mois d’avril prochain.

Anatra R.

 

 

La Vérité0 partages

Dénonciation sur Facebook - Pas d'enquête sans plainte déposée !

Ces dernières années, les réseaux sociaux notamment Facebook servent de plateforme de dénonciation dans tout Madagascar. Cependant, les utilisateurs ignorent les procédures à suivre quand ils espèrent l'ouverture d'une enquête et une application de la loi. Selon  le lieutenant-colonel Herilalatiana Andrianarisaona, coordonnateur de la Cellule de la lutte contre la cybercriminalité (CLCC) auprès du ministère de la Communication et de la Culture (MCC), toute investigation débute par la déposition d'une plainte auprès des services de cybercriminalité opérationnels dont celui dudit ministère, sans oublier les Directions au niveau de la Police et de la Gendarmerie nationale.

« Des menaces de mort, injures, outrages, incitations à la guerre tribale ou encore à la haine raciale, pornographies et tant d'autres formes de violence sont diffusées actuellement sur Facebook. Mais en suivant bien les procédures, ce sont surtout les publications sous forme d'injure ou de diffamation ciblant l'Etat dont les Administrations publiques, les membres du Gouvernement ou de l'Assemblée parlementaire, les fonctionnaires publics, les dépositaires ou agents de l'autorité publique, les citoyens chargés d'un service ou d'un mandat public, temporaire ou permanent qui sont systématiquement signalées, et même sans qu'une plainte ne soit déposée par l'Institution concernée.  Dans ce cas-là, notre service fait parvenir au Parquet une lettre de dénonciation pour que ce dernier puisse ordonner à la Gendarmerie ou à la Police de faire une investigation, tout en conseillant la Direction des affaires juridiques et du contentieux de l'Etat ou celle de la législation et du contentieux à la Primature de déposer une plainte afin de représenter la victime », souligne-t-il. Toujours d'après ses propos, si la publication porte aussi atteinte à l'ordre public comme lors de la fausse rumeur sur l'effondrement du tunnel d'Ambanidia, ayant provoqué une panique généralisée dans la Capitale en 2017, ou encore les  annonces qualifiées d'outrage aux bonnes mœurs telles que les images pornographiques, les incitations à la haine raciale avec des discours haineux, l'affaire sera aussi automatiquement traitée.

En ce qui concerne les attaques personnelles, les victimes sont encouragées à déposer une plainte. Dernièrement, une photo d'une personne ramassant les restes de mets lors d'un déjeuner a circulé sur Facebook. La personne concernée, se sentant humiliée, a ainsi décidé de porter plainte. Tous les gens doivent en faire de même dans d'autres cas similaires à ceci. Depuis le mois de janvier 2020, juste un trimestre après son fonctionnement,  la CLCC a déjà reçu 16 dossiers dont la majorité d'entre eux font référence à l'Etat.

K.R.

 

La Vérité0 partages

Incendie à Ankadimbahoaka - Les dégâts très importants

Spectaculaire ! De hautes flammes rougeoyantes montant à l’assaut du ciel enveloppées d’épaisses fumées noires auxquelles s’ajoutent des craquements sinistres ! Depuis la rue  adjacente, on a pu voir de nombreux passants complètement abasourdis et notamment impuissants face à l’ampleur des destructions. C’est ce qu’on peut dire de l’incendie qui a touché une habitation à étage près du carrefour Ankadimbahoaka. Le feu a démarré aux environs de 6h et il n’a pu être éteint que deux heures plus tard, et ce, après une lutte acharnée des sapeurs-pompiers.

Les deux appartements situés au sommet de la construction étaient les plus sévèrement touchés. D’ailleurs, tous les meubles qui se trouvaient à l’intérieur ont été réduits en cendre. Les dégâts sont très importants et se chiffrent à plusieurs millions d’ariary. D’autant plus que le sinistre s’est produit pendant l’absence des locataires, une jeune mère de famille partie travailler et ses deux enfants. Toutefois, l’on ne déplore aucune victime.

D’après les premiers éléments d’information, un court-circuit, dont on ignore jusque-là la cause, serait à l’origine de l’incendie. Contrairement à d’autres cas similaires d’incendie se produisant dans la Capitale, les riverains ne pouvaient qu’assister impuissants aux ravages des flammes. « L’accès menant jusque aux niveaux supérieurs du bâtiment, où les flammes ont tout détruit, est quasi impossible. C’est que ces endroits trônent au sommet de la maison, réduisant ainsi à néant toute tentative chez les membres du fokonolona de circonscrire les flammes avec les moyens du bord », confie un habitant du secteur.

De plus, des témoins ont avancé que les pompiers auraient pris un retard dans leur intervention. Deux fourgons-pompes ont été mobilisés à ce dessein. Heureusement que trouver des bouches d’incendie n’a vraiment causé un problème pour les soldats du feu. . Seul ainsi ce léger décalage du point de vue horaire entre le temps d’alerte et la mobilisation des camions, expliquerait l’extension des flammes et la poursuite de leurs œuvres destructrices. Un témoin confie qu’elles ont déjà attaqué les pièces situées en dessous lorsque les riverains ont réalisé ce qui est arrivé. Mais à ce moment, ils n’ont pu vraiment rien faire. Les incendies se sont multipliés dans la Capitale. Ce qui fait que les pompiers enregistrent entre deux à trois sorties par jour. Mais 2019 fut encore pire avec un millier d’interventions enregistré.

Franck R.

 

 

La Vérité0 partages

Velirano, un an après - Les projets présidentiels en marche

Les projets du Président de la République Andry Rajoelina pour l’émergence de Madagascar et l’épanouissement du peuple malagasy sont sur les rails, a soutenu hier le directeur de la communication de la Présidence, Rinah Rakotomanga, à l’occasion d’un débat organisé par le Youth Leadership Training Program ou YLTP, au Centell Antanimena. Le débat dirigé par Raoto Andriamanambe, qui a vu la présence de Hery Rason et de Alain Andriamiseza, marque la publication de la revue Politika numéro 16, axé sur « le Velirano, un an après ».

 

Le YLTP a organisé hier au Centell Antanimena un débat axé sur le « Velirano, un an après ». Rinah Rakotomanga de la Présidence de la République, Hery Rason des Organisations de la société civile et Alain Andriamiseza de l’Opposition, en substitution à Fidèle Razara Pierre député élu à Ambatondrazaka, ont été les intervenants. Le directeur de la communication de la Présidence a défendu mordicus le bilan du régime actuel, un après avoir conquis le pouvoir. D’après ses explications, le bilan est positif et les travaux sont sur les rails. Elle a cité, entre autres, la construction de dix-neuf écoles, EPP, CEG et lycées confondus et quatre universités dans tout le pays, en seulement une année. Les constructions de routes avancent à savoir, la RN 44 et la RN 5A. Les projets Tana-Masoandro et la construction du stade Barea sont en cours. Et l’appel à manifestation d’intérêt pour la réalisation du Projet Miami est déjà lancé. Le projet Bas Mangoky pour atteindre l’autosuffisance alimentaire est également en marche à Alaotra Mangoro. Mais parallèlement à ces projets, d’autres sont déjà en cours d’exécution actuellement.

Tout au long de son intervention, le directeur de la communication de la Présidence a sollicité un changement de mentalité de la part de tout un chacun vers l’émergence et le développement de Madagascar. Le changement de mentalité, l’adoption d’une volonté réelle d’aller de l’avant tout en délaissant le « conservatisme » pourrait amener le pays vers un réel changement durable, a-t-elle soutenu. En effet, le développement du pays ne constitue pas la seule affaire des dirigeants. C’est le défi quotidien de tout un peuple réuni autour d’un projet de société qui sera à même d’enclencher l’émergence du pays. Rinah Rakotomanga a soutenu que le bénéficiaire des projets réalisés et à réaliser est la génération présente et surtout la génération future. Le régime actuel est conscient qu’il faut des résultats, et qu’il écoute la population. Mais il y a des étapes à respecter, des marches à gravir une à une, soutient-elle, tout en ne perdant pas de vue l’objectif fixé.

Quant à Hery Rason des Organisations de la société civile, il a surtout insisté sur la nécessité de gérer les priorités. En effet, à tout prioriser, il n’y a plus de priorité. Aussi, il a suggéré, en tant que force de proposition des Organisations de la société civile, de prioriser l’éducation. Il a soutenu que le pays se développera de façon durable à travers l’éducation. Seul un peuple éduquer pourra sortir le pays de l’état de pauvreté dans lequel il a été plongé. Alain Andriamiseza, pour sa part, a joué son opposition. Il a critiqué le régime actuel en rebondissant sur les explications avancées par le directeur de communication de la Présidence. Il a également dénoncé le non-respect des procédures, de la législation en vigueur et des délais avancés. En somme, ce débat sur la première année du régime actuel s’est bien déroulé, en présence des membres de la FES, des yltipiens, des Organisations de la société civile et de simples citoyens. Pour cette première année du « Velirano », la revue Politika affirme, « Un an à la tête du pays, Andry Rajoelina imprime son style. Son équipe peine à suivre. Si certains arrivent à tirer leur épingle du jeu, les autres membres de l’exécutif sont à côté de la plaque, pataugent et ont dû être « remerciés », faute de résultats. Il est vrai qu’il est difficile de suivre le rythme d’un TGV lancé à vive allure ».

Boaza

La Vérité0 partages

Lutte contre le Kere - L'Etat apporte des solutions

L'appel de détresse des populations du Grand-Sud de Madagascar n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. En effet, le pouvoir central annonce, en effet, des solutions pour soulager les populations en difficulté. Le problème de sécheresse, de l'insuffisance d'eau ainsi que de l'insécurité alimentaire dans le « deep south » constituait le sujet principal abordé durant le Conseil des ministres qui s'est tenu, hier, au Palais d'Etat d'Iavoloha. 6 Districts à savoir, Amboasary Atsimo, Ambovombe, Bekily, Betioky, Ampanihy et Tsihombe sont principalement concernés par le problème. Le Conseil des ministres a annoncé des solutions d'urgence pour faire face à cette situation.

 

Il a notamment été décidé l'envoi sur place de camions citernes pour distribuer gratuitement de l'eau dans les localités frappées par la sècheresse, la distribution de vivres pour les femmes et les enfants, celle de compléments alimentaires pour près de 35.000 enfants en partenariat avec les bailleurs au sein du projet Nutriset, ainsi que l'acheminement de vivres et de médicaments qui seront distribués par le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes.

La création de sites pilotes a en outre été la principale décision prise durant cette réunion hebdomadaire de l'Exécutif. Des sites pilotes où seront installées des solutions durables afin de lutter efficacement contre l'insécurité alimentaire qui sévit dans la partie Sud de la Grande île depuis plusieurs années. Des forages d'eau potable ou encore des constructions d'entreprise, utilisant les techniques d'ultrafiltration et de désalinisation des eaux de mer pour être potables, seront installés sur chaque site. Ces derniers seront approvisionnés en matériels de filtration d'eau dans un délai de trois mois. Chacun de ces sites sera capable de fournir en eau potable 35 000 personnes. Un pipeline d'eau supplémentaire sera également construit selon les instructions du Président de la République.

Dans le même ordre d'idée, des techniques agricoles,  permettant la riziculture pluviale, la culture de maïs et de patate douce,  et également d'augmenter les récoltes afin de subvenir aux besoins des populations de ces localités, seront mises en place sur ces sites. Des endroits qui accueilleront des centres de santé dotés de moyens humains et matériels suffisants. Des conditions de travail spécial seront mises en œuvre pour le personnel de santé afin de les encourager à rester sur place, notamment la construction de maisons ou l'instauration d'indemnités d'éloignement. Le personnel sera présent sur les lieux durant une année et un système de rotation va être mis en place. De même, des logements sociaux répondant aux besoins, à la culture et aux us des populations locales seront également construites sur ces sites pilotes.

Durant le Conseil des ministres, des consignes ont été données par le Président de la République pour que les ministères concernés se réunissent dès ce jour, afin que les travaux dans les sites pilotes puissent commencer immédiatement. Ces sites pilotes seront érigés grâce aux ressources propres de l'Etat. Un appel est lancé aux partenaires pour permettre le développement du projet dans un futur proche. Le Chef de l'Etat a donné une consigne pour que ces sites pilotes soient opérationnels dans un délai de 4 mois, autrement dit avant le 26 juin. Une assistance humanitaire d'envergure sera fournie aux populations pour alléger le problème d'insécurité alimentaire. Le Président de la République prévoit une descente dans ces localités avec les ministres concernés, ainsi que les partenaires internationaux.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Affaire « Tahisy » - La mère de la défunte de nouveau enquêtée

Jour J du déferrement. L’affaire sur la « mort suspecte » de Tahisy et de son bébé passera devant le Parquet, ce matin. Selon nos sources, la mère de la jeune femme décédée a de nouveau été auditionnée auprès de la Police nationale, hier. Ceci après le changement de sa version, incluant un mea culpa et des excuses publiques, en début de cette semaine. « La mère de Tahisy a menti non seulement au public, lors de l’interview accordée à une chaîne télévisée de la Capitale, mais aussi à la Police. Celle-ci l’a de nouveau enquêtée, hier, suite à sa seconde interview dans une autre chaîne télévisée. Cette fois-ci, elle a avoué la vérité sans tenir compte des pressions et menaces qu’elle aurait subies la semaine dernière, de la part du concubin de sa défunte fille », nous confie un membre de la famille de la victime.

 

Jusqu’ici, la Police limite les informations véhiculées à la presse concernant cette affaire. Une source policière nous annoncé, mardi dernier, que l’enquête avance. Toutefois, le nombre de parties concernées enquêtées ainsi que celui des personnes à déferrer au Parquet restent secrets, du moins jusqu’à hier. Outre les membres de la famille de la victime, dont ses frères et sœurs ainsi que sa mère et sa meilleure amie, ceux du concubin ont également été auditionnés. Rappelons que depuis quelques jours, cette affaire a fait le buzz notamment sur les réseaux sociaux suite à la mort de la jeune femme et de son bébé. D’ailleurs, cette affaire a pris une envergure nationale et internationale puisque des journalistes issus d’autres pays la suivent de près. Il en est de même pour la Première Dame et l’association Fitia qui ont sollicité la Police…

P.R

 

Midi Madagasikara0 partages

ONE : 906 permis environnementaux délivrés

Une audience avec toutes les parties prenantes a été organisée par l’ONE, hier

Depuis 1997 jusqu’au 10 février 2020, l’Office National pour l’Environnement (ONE) a délivré 906 permis environnementaux. Parmi lesquels, « 762 permis ont fait l’objet d’Étude d’Impact Environnemental (EIE) avant le démarrage des projets tandis que le reste constitue des certificats de conformité suite à une mise en conformité des projets en cours suivant le décret MECIE (Mise en Compatibilité des Investissements avec l’Environnement). Ceci fera maintenant l’objet d’une réforme ». Le Directeur général de l’Office National pour l’Environnement (ONE), Ampilahy Laurent, l’a expliqué lors d’une audience avec les autres parties prenantes hier, à son siège à Antaninarenina.

Critiques. « L’objectif de cette rencontre vise à faire connaître le rôle et la mission de l’ONE tout en collectant toutes les critiques émises par ces parties prenantes, dont entre autres, la société civile, pour une meilleure évaluation environnementale de tout projet d’investissement public et privé », a-t-il poursuivi. En faisant une répartition par secteur, ces permis environnementaux délivrés touchent notamment le secteur minier avec un taux de 35%, l’industrie avec un taux de 10% et la biodiversité avec un taux de 8%. Viennent ensuite les secteurs Énergie, Tourisme, Télécommunications et Infrastructures avec un taux de 6% chacun. En revanche, les projets concernés sont principalement concentrés dans les régions Analamanga, Atsinanana, Atsimo Andrefana et DIANA.

Contre-expertise. Par ailleurs, le Directeur général de l’ONE a évoqué que sur les 906 permis environnementaux délivrés, 811 permis ont fait l’objet de suivi environnemental après catégorisation des projets d’investissement. « Nous n’avons effectué aucun suivi sur certains projets car leurs impacts sur l’environnement s’avèrent peu significatifs. Parlant des moyens, la loi stipule que 0,5% du coût d’investissement est alloué à l’ONE pour réaliser ce suivi environnemental. Ce taux diminue à 0,1% si le montant de l’investissement est supérieur à 2 milliards d’ariary », a-t-il enchaîné. Pour sa part, l’Alliance Voahary Gasy a manifesté sa volonté de travailler en étroite collaboration avec l’ONE sur le renforcement du suivi, voire même l’organisation d’une contre-expertise, sans oublier la tenue des consultations publiques élargies pour une meilleure approche sociale et environnementale de tout projet d’investissement public et privé.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Stade Alarobia : De nouveaux matériels pour la salle de musculation d’ici fin mars

L’état de la piste tartan d’Alarobia ne permet plus aux athlètes de se perfectionner.

L’amélioration des performances des athlètes ne sera pas possible sans l’amélioration des infrastructures et des conditions d’entraînements. 

2020 sera surtout l’année des travaux et de la réalisation des nombreuses infrastructures sportives dans tout le pays. Et sans tarder, hier après-midi, une forte délégation du ministère de la Jeunesse et des Sports conduite par Tinoka Roberto a fait le déplacement au Stade d’Alarobia pour voir de près l’état de cet antre de l’athlétisme malgache. Il a fait le tour de la piste tartan, visité les différents lieux de concours, les gradins et la salle de musculation de la fédération malgache d’athlétisme. « En voyant, l’état de cette infrastructure et compte tenu des résultats et des palmarès de nos athlètes aux compétitions internationales,  je peux dire que nos athlètes sont talentueux. Ce stade Alarabia a vu évoluer de nombreux champions d’Afrique et il mérite d’être rénové pour respecter le standard international. On ne peut avoir de bons résultats sans moderniser les infrastructures » a fait savoir, le numéro Un du sport malgache. Mais l’état de la salle de musculation l’a tellement touché qu’il a décidé de prendre les choses en main. « D’ici fin mars, nous allons revenir ici et la salle de musculation sera prête et sera dotée de matériels et équipements adéquats pour la préparation physique des athlètes » a-t-il continué. L’étude sur les travaux de réfection de l’unique piste tartan homologuée du Stade d’Alarobia a été aussi au centre des discussions hier. Le président de la commission jeunesse et sports au sein de l’Assemblée nationale, le député d’Atsimondrano, Andry Ratsivahiny a fait aussi le déplacement pour constater de visu l’état de cette infrastructure. Lui qui va plaider la cause des sportifs au sein de l’Assemblée nationale surtout par rapport au vote du budget. « Votre présence ici à Alarobia nous donne de l’espoir pour le futur de l’athlétisme malgache. Nous attendons réellement les travaux de rénovation de cette unique infrastructure homologuée dans l’optique d’améliorer les performances de nos athlètes » a souligné, Norolalao Andriamahazo, présidente de la fédération malgache d’athlétisme. Et toujours dans cette politique de l’Etat en matière d’infrastructures, l’ambassadeur de l’Algérie à Madagascar, Mokaddem Bafdal est venu rencontrer Tinoka Roberto à son bureau à Ambohijatovo. La question de coopération surtout en matière d’infrastructures a été discutée entre les deux pays où la partie malgache a exposé les différents projets d’infrastructures avec le bugdet y afférent. L’Algérie est prête à aider et à partager ses expériences avec Madagascar.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Pancrace – « Challenge de l’Océan Indien » : L’hébergement sera pris en charge par La Réunion

Les combattants malgaches prêts à remporter les titres.

L’hébergement des athlètes malgaches sera à la charge de La Réunion, hôte de la compétition au « Challenge Fight Pancrace de l’Océan Indien » le 29 février prochain. Il a été mentionné lors de la conférence de presse de ce jeudi que la Commission malgache de pancrace et submission (CMPS) aura encore besoin de cinq millions d’ariary pour subvenir à l’hébergement cependant, Sahoby Mihaja Rafanomezantsoa, le responsable de la communication, a  annoncé hier que ce problème était résolu. Non seulement l’hébergement mais également les billets d’avion et les frais de déplacement de la délégation à La Réunion seront prises en charge par l’île hôte. Une bonne nouvelle qui rassure les neuf combattants qui se trouvent sur la dernière ligne droite de la préparation au dojo Lion Taekwondo School au sous-gradin Mahamasina, sous la houlette du coach Gaston Rakotomalala. 

« En effet, cette rencontre indianocéanique est une initiative de l’Association Lutte Contact de Ste-Marie. Pour éviter les soucis financiers auprès des îles invitées, ils ont décidé d’aider au maximum chaque délégation. Pourtant, la Commission continue de recueillir des fonds puisque les visas et l’assurance des athlètes seront à leur charge » a-t-il annoncé. Il est à noter que l’effectif de cinq combattants engagés en pancrace est au grand complet puisque Jacky Tolojanahary du comité Atsinanana vient de rejoindre ses coéquipiers au regroupement. La préparation des quatre athlètes engagés en K1 n’a pas été négligée. L’objectif est de remporter le plus grand nombre de médailles d’or, au moins plus de 3 récoltées lors de la dernière édition.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Education : Les 3 meilleurs bacheliers 2019 à New-York

Les bénéficiaires du programme avec Siteny au siège des Nations unies à New-York.

Depuis 2017, les meilleurs élèves de la Grande Île aux examens du baccalauréat sont partis aux Etats-Unis et en France à la découverte de la culture et de la vie américaine et française. Depuis le lancement de cette initiative de la Fondation Siteny, ils étaient 9 élèves à bénéficier du voyage au Etats-Unis, France et Maurice. Cette année, ils sont trois qui sont partis pour les Etats-Unis plus précisément à New-York dont les deux meilleurs élèves de Toliara à savoir Adimanana Notahinjanahary, Loro Solony Jean et de Carine Ratsirahonana, celle qui a eu la meilleure note aux examens du baccalauréat 2019 sur le plan national. Ils ont quitté le pays le 9 février dernier et ne seront de retour au pays que le 25 février prochain. Cette initiative vise à inciter les élèves à travailler plus et à toujours exceller. En plus de réussir les études et les examens du baccalauréat, les lauréats ont le privilège de voyager et de découvrir de nouvelles horizons. En 2017, ils étaient 7 dont 3 partis aux Etats-Unis et 4 à Maurice, en 2018, ils étaient deux à découvrir Paris et New-York. 

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Communales : Plus de 230 requêtes au Conseil d’Etat

Les requêtes ne cessent de se multiplier au Conseil d’Etat. Ils sont au nombre de 230 depuis, hier. Les requérants ont jusqu’au 9 avril pour déposer leurs doléances.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ny Rado Rafalimanana : Liberté provisoire mais sous contrôle judiciaire

Ny Rado Rafalimanana fait encore l’objet de nombreux autres dossiers judiciaires.

Le président de l’association « Ny fanahy no maha olona » fait encore l’objet de nombreux autres dossiers judiciaires, notamment la plainte pour usurpation de titre. 

Une heure. C’est la durée de l’audition de Ny Rado Rafalimanana auprès du juge d’instruction. Comme prévu, le président national de l’association « Ny Fanahy no maha olona » a été déféré au parquet du tribunal de première instance d’Anosy hier pour le dossier relatif au non paiement de factures d’un montant de 8 millions d’Ariary lors de la campagne électorale de l’élection présidentielle. Le plaignant étant le propriétaire d’une société d’imprimerie. A l’issue de son audition, Ny Rado Rafalimanana a bénéficié d’une liberté provisoire mais il a été mis sous contrôle judiciaire. C’est ce qu’a fait savoir une source auprès du tribunal de première instance d’Anosy. Son avocat a déjà expliqué la veille, lors d’une intervention sur les réseaux sociaux, que son client a déjà réglé les factures y afférentes et il sera présent à Anosy pour faire la lumière sur ces accusations. En effet, c’était chose faite. L’ex-candidat à la Présidentielle était bel et bien présent au parquet du TPI d’Anosy. Une source judiciaire a toutefois fait savoir que le déferrement d’hier représente le début du processus. Selon les explications, lundi dernier, lors de son premier passage devant les Juges, Ny Rado Rafalimanana aurait déposé des pièces justifiant qu’il a déjà réglé ces factures au mois d’octobre 2019. Des pièces constituant des éléments nouveaux dans ce dossier qui, rappelons-le, a toujours été traité au niveau du Pôle Anti-Corruption. Le tribunal de première instance d’Anosy n’a été saisi sur l’affaire qu’il y a quelques semaines. En attendant la convocation et l’audition du plaignant donc, Ny Rado Rafalimanana recouvre la liberté. Il sera cependant sous contrôle judiciaire. Certainement à cause des nombreux autres dossiers judiciaires dont il fait l’objet. 

« Laissez-passer diplomatique ». Il convient en effet de noter que mises à part les plaintes pour escroquerie, le numéro Un du « Ny fanahy no maha-olona » est aussi poursuivi pour usurpation de titre et de fonction, et faux et usage de faux, suite aux polémiques autour de son « laissez-passer diplomatique ». Un passeport considéré par le Ministère des Affaires Étrangères comme « nul et non avenu ». Pour ce dossier, c’est la Direction de la Législation et du Contentieux auprès de la Primature qui aurait porté plainte. Se prétendant être l’Ambassadeur de l’Intergouvernemental Collaborative Action Fund for Excellence (ICAFE) et de World Fund for Development and Planning (WFDP), Ny Rado Rafalimanana s’est vu désavoué par le Système des Nations-Unies qui affirme dans un communiqué qu’aucune de ces associations n’est affiliée aux Nations-Unies. Contrairement à ce qu’a toujours annoncé le président du « Ny fanahy no maha olona ». De son côté, Ny Rado Rafalimanana, à travers son avocat, continue de revendiquer son statut d’Ambassadeur. Quoi qu’il en soit, l’enquête judiciaire en cours permettra de faire la lumière sur cette affaire. A suivre.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Art Urbain : Diojay, du hip-hop jusqu’au bout des ongles

De gauche à droite, Diojay, Nashya, Soja Be, lors de la sortie officielle de l’album Art Mur et Mpanazary.

Il y a trois jours, il a participé à un grand évènement organisé par le ministère de la Communication et de la culture, Mihamy Mada Fashion. Pour la première fois dans l’histoire de la mode malgache, un créateur de « urban wear » se met au même rang que les stylistes de la haute couture. Propriétaire d’une boutique de « streetwear », Diojay est l’un des meilleurs Djs de la musique hip-hop de la Capitale. Surnommé le «  Dj Premier » malgache, cet homme a fait hocher des têtes lors de ses prestations. Pour compter ses concerts, les doigts d’une seule main ne suffisent plus ! Diojay a participé à de nombreux festivals et concerts de rap dans la Ville des Mille. « Le hip hop est ma vie » a-t-il affirmé avec fierté. Ce Dj et propriétaire de magasin Hip hop a franchi des étapes avec bravoure. Humble et très discret, Diojay parle peu mais agit beaucoup. 

La plupart des rappeurs vous invite lors de leurs concerts. Ils disent que vous êtes un « Dj de confiance ». Comment avez-vous fait pour être ce « Dj de confiance » ? Comment avez-vous fait pour en arriver là ? 

Ma passion quand j’étais jeune ! Mon frère et moi, nous aimions mixer de bons sons avec notre radio cassette, ou encore notre playstation. Même les lecteurs VCD nous servaient de petite platine. Nous avions cotisé pour une mixette à deux pistes. Il ne restait plus qu’à organiser des après-midi discothèques dans le quartier avec les cousins et cousines. 20 ans passés déjà que j’aimais animer des partys.

Pour vous le hip hop est-il un moyen de communication ? 

Hip Hop moyen d’expression ! Effectivement, le hip hop s’avère être un média et un outil en même temps pour transmettre les messages que nous voulons véhiculer et inciter de ce fait à un changement de comportement. Nous prônons par exemple, à travers les produits Laskart, les valeurs positives du Hip Hop à savoir l’unité, la paix, l’amour et le concept décontracté du Having fun. Oui, le hip hop est un moyen d’expression. Une de ses variantes, le rap, est aussi une illustration plus concrète de cet état.

Etre Dj était-ce une finalité pour vous étant donné que vous êtes en même temps propriétaire d’un magasin spécialisé dans la vente d’articles de Hip hop de la Capitale ? Est-ce un rêve depuis votre jeune âge ? 

Nous étions aussi adeptes des grandes marques vestimentaires de rue genre « 2 High », « Royal wear » ou encore « Com8 ». J’aimais déjà la « street fashion » et je n’hésitais pas à fournir et à vendre ces produits en ce temps. Ainsi, je faisais partie des « businessmen » qui avaient pour clientèle nos jeunes du CCAC (IFM actuel) et du Square Poincaré (Mahamasina). À part les grandes marques de street wear, je vendais aussi des baskets classiques hip hop comme les Adidas superstar, les Requins Nike ou encore les Nike air force one. Bref, ma jeunesse a été marquée par ces deux faits: l’amour de la musique et mon attachement aux valeurs vestimentaires hip hop .

De ce fait, les imprimés sur nos produits, par exemple, surtout les tee-shirts, revêtent des connotations tournant autour de la promotion du Hip Hop et l’incitation à aimer la culture. Laskart, c’est le fruit d’un rêve de jeunesse de lancer ma propre marque « vita malagasy » ou “Made in Madagascar”, associée aux caractéristiques des streetwear classiques des années 90 surtout. C’est aussi l’aboutissement de mon mémoire de maîtrise sur la communication d’entreprise qui portait sur les stratégies de communication pour le lancement de la marque Laskart en 2007. La création de ce label reste la matérialisation d’un projet qui a abouti malgré un décalage entre ce stade de projet et sa réalisation (Presque 10 ans). Bref, Laskart reste un élément non négligeable de notre parcours, voire primordial, d’autant plus que c’est l’entreprise qui fait vivre ma petite famille actuellement, même si ce n’était au début qu’une passion.

Entre les platines et Laskart, comment gérez-vous votre temps ? 

La gestion du temps entre Dj et Laskart est assez délicate mais heureusement j’ai eu la chance d’être le dirigeant de ma propre entreprise. De ce fait, il m’est plus facile de caler mon emploi du temps avec nos projets et de le modifier si besoin. Toutefois, il est des moments où nous sommes surbookés. Là, il faut définir les priorités et en tenir compte par rapport à nos actions. Ce qui se passe le plus souvent, c’est que je travaille sur Laskart dans la matinée et consacre mes après-midi à mes entraînements dj, prises de son et projets musicaux.

Propos recueillis par Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Commune de Talatamaty : Rénovation totale de l’EPP Tanjondava

L’ancienne école primaire de Tanjondava sera remplacée par une autre plus aérée et propice à une éducation de qualité à partir de la semaine prochaine. (crédit photo : Princy)

Bâtie sur un ancien “Hôtel de ville”, l’école primaire publique de Tanjondava à Talatamaty n’a jamais fait l’objet de rénovation depuis sa création en 2010. La rénovation de cette école est pourtant un projet qui tient à cœur aux habitants du quartier. « Cela fait deux ans que nous cherchons de l’aide pour rénover cette école » a confié le chef “fokontany” de Tanjondava. Aujourd’hui, ce vœu est enfin exaucé grâce à la collaboration entre la commune urbaine de Talatamaty et le groupe Filatex. La petite école qui ne comporte que trois salles de classe sera entièrement rénovée et agrandie pour devenir un établissement à étage comprenant six salles de classe. Les travaux débuteront dès la semaine prochaine et l’ancien bâtiment sera démoli parce qu’il ne répond pas aux normes exigées pour une école décente. Comme les travaux de rénovation dureront à peu près quatre mois, les 200 élèves scolarisés dans cette EPP seront affectés à un autre endroit déjà préparé par la circonscription scolaire et la direction régionale de l’Education nationale de Talatamaty, d’après les explications du maire Dominic Elie Raharinoasy.

La signature de la convention de partenariat entre la commune de Talatamaty et le groupe Filatex a été signée hier matin dans le bureau de la commune. La totalité des dépenses pour la rénovation de cette école sera prise en charge par le groupe Filatex qui a déclaré que ceci est fait pour de garantir un avenir meilleur pour les enfants malgaches, sans qui le développement du pays ne serait possible.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Sakoroka tao Ambilobe : Nesorina tao an-toerana ilay lehilahy voarohirohy ho namono olona, fototry ny olana

Efa milamina ny any an-toerana. Taorian’ny savorovoro nitranga tao Ambilobe, nitarika fanimbana fananam-bahoaka dia nanapa-kevitra ny hanala ilay lehilahy iray voarohirohy ho mpamono olona, notakian’ny vahoaka atao fitsaràm-bahoaka ny tompon’andraikitra. Fantatra ary araka ny tati-baovao azo teo anivon’ny polisim-pirenena fa nentina nakany Ambaja ity lehilahy ity ary avy eo nafindra toerana any Nosy Be. Marihana fa nidina tany an-toerana mihitsy ny tompon’andraikim-panjakana izay nahitàna ny Minisitry ny filaminam-bahoaka sy ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, nijery akaiky ny raharaha ary niezaka nandamina ireo fokonolona.

Potika sy rava. Araka ny voalazan’ny tatitra hatrany, vokatr’ilay savorovoro dia fantatra  fa fiara telo no may teo an-tokontanin’ny kaomisaria: fiaran’ny Lehiben’ny distrika ny iray, fiaran’ny polisy ny iray hafa ary fiaran’olon-tsotra nogiazana ny farany.  « Ny rindrina atsimon’ny Kaomisaria ihany koa dia simba tanteraka ary mirodana noho ny hetraketraka nitranga ». Tao anatin’izany sakoroka izany dia voalaza ihany koa fa nisy polisy iray no naratra teo amin’ny sandriny havia.

Navotsotra. Nandritra io sakoroka nitranga ny alin’ny alahady, nitohy ny alatsinainy io moa dia fantatra fa nisy tamin’ireo andian’olona nanapotika ireo fananam-panjakana ireo no nosamborina saingy rehefa nandeha ny fandaminana dia navotsotra omaly ihany izy ireo. « Novotsorana teo imasom-bahoaka araka izany ireo andian-jatovo nanakorotana ny filaminam-bahoaka sy nitaky fitsaram-bahoaka anio maraina (ndlr omaly) rehefa samy niaiky fa tsy hamerina izany intsony » hoy indray ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary.

Vono olona. Raha tsiahivina ny raharaha dia niainga tamin’ny fahatratrarana lehilahy iray izay voarohirohy tamina resaka famonoana vehivavy bevohoka iray tany an-toerana ny raharaha.  « Nifanome tanana ny mpitandro ny filaminana mba hikarohana izay nahavanon-doza (…) voasambotra ny olona iray izay noahiahiana ho isan’ny iray amin’ireo nahavanon-doza tao Antanambao, Kaominina Mantaly. Rehefa hitodi-doha hiverina (…) dia nahazo baiko hivily lalana ho any Ambanja noho ny fisian’ireo vahoaka maro an’isa izay nikasa hitsena azy ireo ka niomana ny hamaly faty. (…) nizotra namonjy ny Kaomisarian’Ambilobe ireo vahoaka ireo ka nanampatra ny hatezeran’izy ireo tamin’io fananam-panjakana io sy ireo polisy niasa teo an-toerana ».

Tsy nitsahatra sy namemberina tamin’ny vahoaka moa ireto tompon’andraikim-panjakana ireto fa tsy mety ny fitsaràm-bahoaka satria voararàn’ny lalàna izany.  « Mangataka fahatoniana avy amin’ny vahoaka ka hanana faharetana hiandry ny vokatry ny fanadihadiana »

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Administration pénitentiaire : 500 agents pénitentiaires à recruter

L’administration pénitentiaire renforce ses ressources humaines. Elle prévoit le recrutement de 500 élèves agents pénitentiaires à travers un concours qui se tiendra du 3 au 5 avril prochain. « Les concours d’entrée à l’Ecole Nationale d’Administration pénitentiaire se tiendront dans 19 centres répartis dans différentes régions du pays » précise Razafintsalama Désiré, Directeur général de cette école. Il a également profité de l’entretien que nous avons eu avec lui pour lancer un appel à tous d’éviter toutes formes de corruption dans ce genre de concours. « Nous savons que chaque fois que nous organisons un concours d’entrée, il y a toujours des personnes mal intentionnées qui approchent les candidats et leur promettent qu’ils seront reçus s’ils leur donnent de l’argent. C’est absolument  faux et nous ne tolérerons jamais ces formes de corruption » a-t-il déclaré en ajoutant que « la meilleure option pour chaque candidat est de bien se préparer pour le concours et de ne compter que sur ses propres connaissances et compétences ». On rappelle que le concours d’entrée à l’Ecole Nationale d’Administration Pénitentiaire est ouvert aux  jeunes garçons et filles âgés de 21 ans à 25 ans. L’inscription à ce concours sera clôturée le 28 février prochain.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

EGN Ambositra : Entrée de la 75e promotion

1 550 candidats issus de la 75e promotion d’élèves gendarmes ont rejoint dimanche 16 février dernier, l’EGNA pour la deuxième phase éliminatoire du concours. Prévus pour un contingent initial de 1.200 élèves gendarmes, ces jeunes garçons et jeunes filles devront encore subir un test et 350 d’entre eux quitteront les rangs et seront classés inaptes.

Cette rentrée a été présidée par le colonel Miandrisoa Olivier, commandant de l’EGNA. Étaient également présents le général de division Gelé Serge, commandant des Écoles et de Formations de la gendarmerie et le général de division Ratovoson Benjamin Arthur ainsi que les familles des candidats.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Mandrosoa-Ivato : Un motard renversé par une voiture de la Présidence

La‌ ‌nuit‌ ‌du‌ ‌dimanche‌ ‌16‌ ‌février,‌ ‌le‌ ‌quartier‌ ‌de‌ ‌Mandrosoa‌ ‌Ivato‌ ‌était‌ ‌le‌ ‌théâtre‌ ‌d’un‌ ‌accident‌ ‌grave.‌ ‌Le‌ ‌drame‌ ‌a‌ ‌eu‌ ‌lieu‌ ‌sur‌ ‌la‌ ‌RN52‌ ‌(Pk‌ ‌1+400).‌ ‌En‌ ‌provenance‌ ‌d’Ivato‌ ‌et‌ ‌en‌ ‌direction‌ ‌de‌ ‌Talatamaty,‌ ‌une‌ ‌voiture‌ ‌tout‌ ‌terrain‌ ‌de‌ ‌marque‌ ‌Toyota‌ ‌est‌ ‌entrée‌ ‌en‌ ‌collision‌ ‌avec‌ ‌un‌ ‌scooter‌ ‌Jog‌ ‌PRO‌ ‌venu‌ ‌en‌ ‌sens‌ ‌inverse.‌ ‌Le‌ ‌choc‌ ‌a‌ ‌fortement‌ ‌endommagé‌ ‌la‌ ‌moto‌ ‌et‌ ‌a‌ ‌grièvement‌ ‌blessé‌ ‌le‌ ‌motard.‌ ‌Evacué‌ ‌d’urgence‌ ‌à‌ ‌l’hôpital‌ ‌Manara-penitra‌ ‌Alakamisy-Ambohidratrimo,‌ ‌le‌ ‌blessé‌ ‌a‌ ‌succombé‌ ‌dès‌ ‌son‌ ‌admission‌ ‌dans‌ ‌cet‌ ‌établissement.‌ ‌Alertés‌ ‌de‌ ‌ce‌ ‌fait,‌ ‌des‌ ‌gendarmes‌ ‌du‌ ‌poste‌ ‌avancé‌ ‌de‌ ‌Mandrosoa-Ivato‌ ‌se‌ ‌sont‌ ‌rendus‌ ‌sur‌ ‌les‌ ‌lieux.‌ ‌Selon‌ ‌les‌ ‌informations,‌ ‌la‌ ‌voiture‌ ‌en‌ ‌question‌ ‌qui‌ ‌appartient‌ ‌à‌ ‌l’Etat‌ ‌malgache‌ ‌et‌ ‌affectée‌ ‌à‌ ‌la‌ ‌Présidence‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌République‌ ‌a‌ ‌été‌ ‌tout‌ ‌de‌ ‌suite‌ ‌immobilisée‌ ‌par‌ ‌la‌ ‌gendarmerie.‌ ‌Le‌ ‌chauffeur‌ ‌a‌ ‌été‌ ‌arrêté‌ ‌et‌ ‌gardé‌ ‌à‌ ‌vue‌ ‌pour‌ ‌le‌ ‌besoin‌ ‌de‌ ‌l’enquête.‌ ‌Reste‌ ‌à‌ ‌savoir‌ ‌si‌ ‌cette‌ ‌voiture‌ ‌était‌ ‌en‌ ‌service‌ ‌au‌ ‌moment‌ ‌de‌ ‌l’accident.‌ ‌Ce‌ ‌sera‌ ‌l’enquête‌ ‌qui‌ ‌va‌ ‌répondre‌ ‌à‌ ‌cette‌ ‌question.‌ ‌Mais,‌ ‌l’essentiel‌ ‌est‌ ‌de‌ ‌savoir‌ ‌que‌ ‌le‌ ‌chauffeur‌ ‌incriminé‌ ‌était‌ ‌encore‌ ‌sous‌ ‌surveillance‌ ‌auprès‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌gendarmerie‌ ‌jusqu’à‌ ‌hier.‌ ‌Les‌ ‌enquêteurs‌ ‌ont‌ ‌pris‌ ‌cette‌ ‌disposition‌ ‌pour‌ ‌permettre‌ ‌à‌ ‌la‌ ‌famille‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌victime‌ ‌d’enterrer‌ ‌dignement‌ ‌leur‌ ‌proche.‌ ‌Les‌ ‌membres‌ ‌de‌ ‌la‌ ‌famille‌ ‌devront‌ ‌faire‌ ‌leurs‌ ‌dépositions‌ ‌pour‌ ‌que‌ ‌la‌ ‌gendarmerie‌ ‌puisse‌ ‌continuer‌ ‌son‌ ‌enquête.‌ ‌ ‌T.M.‌ ‌
Midi Madagasikara0 partages

Leadership personnel : Plein succès de la 2e édition de la Tournée Momentum

Toky Rajaona, fondateur de Masterlife et pionnier de la croissance personnelle à Madagascar.

Plus de 140 participants issus de divers horizons ont expérimenté la Tournée Momentum, le 15 février dernier au Centell Antanimena. Selon les organisateurs, l’événement vise à aider chaque participant à « Reprendre le contrôle de sa vie ».

Booster la croissance personnelle. C’est l’objet du séminaire « Momentum », qui se déroule tous les ans, en début de d’année, et qui traite particulièrement du leadership personnel. L’événement fait partie des séminaires annuels, initiés par Toky Rajaona, fondateur de Masterlife et pionnier de la croissance personnelle à Madagascar. Celui-ci parle, à chaque participant, de créer un déclic libérateur pour reprendre sa vie en main, développer et renforcer un « mindset » (état d’esprit) de leader, donner un nouvel envol à ses projets personnels et professionnels et prendre des décisions qui impacteront l’avenir, la santé, la carrière, les relations, les finances, les affaires, etc. Autant de thématiques sont traitées à travers les interventions des speakers du séminaire. « Il y a un réel besoin d’impulsion positive dans notre quotidien. Les participants ont été très enthousiastes et sont repartis boostés, avec un mental de guerrier », a affirmé Toky Rajaona qui promet, comme à l’accoutumée, une garantie satisfaction à tous les participants de ses séminaires.

Toamasina. Pour les participants, la tournée Momentum est le rendez-vous incontournable du leadership personnel, pour celles et ceux qui ont besoin d’apporter des changements positifs dans les domaines essentiels de leur vie. Pour l’édition du 15 février dernier, des “guest speakers” prestigieux ont pris part à la tournée Momentum aux côtés de Toky Rajaona. SalhiIntissar, coach et fondateur de CCF Harmony, a partagé les ingrédients nécessaires pour « Booster sa performance » et Marie-Jo Tragin, psychologue et coach en bien-être au travail, a appris comment « Dompter notre ami le stress ». Dans l’optique de démocratiser la croissance personnelle, Momentum aura aussi droit à une édition spéciale dans la ville de Toamasina, le 21 mars, selon les organisateurs. « Un nombre important de personnes ont fait le déplacement depuis Toamasina lors de notre séminaire en novembre de l’an dernier. Cette année, nous tenons notre promesse d’organiser notre premier séminaire à Toamasina. D’ailleurs, notre mission est de vulgariser la croissance personnelle et aider les autres à devenir plus forts, plus confiants et plus heureux », a indiqué Toky Rajaona.

Pionnier. En quelques années, Toky Rajaona a su captiver l’intérêt des grands groupes. Son style de coaching atypique, son approche disruptive issue de l’andragogie, de la psychologie positive, du coaching et de la PNL (programmation neuro linguistique) dont il est certifié, lui a valu la reconnaissance d’entreprises leaders, organisations, CEOs, dirigeants d’entreprises, managers, artistes et étudiants. Avec ses séminaires chocs tels que Momentum, Invincible et HappyLive, Toky Rajaona se veut être un accélérateur de changement pour les individus, pour les entreprises et surtout pour le pays. Ses programmes de coaching, ses conférences et séminaires impactent positivement des milliers de personnes depuis 2017. Pour Antananarivo, le prochain rendez-vous qu’il a évoqué pour cette année 2020 est la 2e édition du séminaire phare « Invincible », qui se tiendra en juin.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Avenue de l’Indépendance : Assainissement salué par les opérateurs économiques

L’aménagement et l’assainissement de l’Avenue de l’Indépendance avancent davantage, à Analakely. Depuis cette semaine, on a remarqué la Police communale investir les lieux, tous les soirs, à partir de 17h30. Auparavant, ceux qui y passaient, le soir, savent très bien que le parking de l’Arcade, à côté de l’Hôtel de ville, devant la Gastronomie Pizza, était rempli de toute sorte de commerçants illicites. Des bars sauvages à ciel ouvert, des barbecues installés un peu partout, des prostituées qui se comptent presque par centaines, des saletés sur tous les recoins non éclairés la nuit, etc. marquaient les lieux, de telle sorte que le site est devenu une zone à éviter, pour les personnes « normales » qui n’apprécient pas ce genre d’ambiance. Cependant, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) a mis fin à cette mauvaise habitude, en sécurisant les lieux. Mais cet assainissement nocturne n’est pas la seule action appréciée par le public. Les opérateurs économiques de l’Avenue ont salué la suppression de la foire permanente devant l’Hôtel de ville, ainsi que la lutte contre le commerce sur trottoir, qui constituait, selon eux, une concurrence déloyale pour le secteur formel.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Déclin de la nature : Pertes écologiques et économiques inévitables si…

Pour MadagasPréservation des forêts de Madagascar a un impact direc

Au rythme actuel du déclin de la nature à Madagascar, et en l’absence de changement transformationnel palpable, le pays perdra 4,2% de son PIB d’ici à 2050. 

Le constat est sans appel. Le déclin de la nature et de la biodiversité aura des conséquences économiques graves à terme. Un nouveau rapport publié la semaine dernière par  WWF, en partenariat avec Global Trade Analysis Project de l’université de Purdue et le Natural Capital Project de l’université du Minnesota, révèle pour la première fois le coût économique du déclin de la nature pour 140 pays et identifie les pays dont les économies seront les plus durement touchées d’ici à 2050. Madagascar figure parmi les pays étudiés dans ce  rapport, intitulé « Global Futures ». C’est ainsi qu’il a été appris que la Grande Île perdra 4,2% de son PIB (produit intérieur brut) d’ici à 2050 si la dégradation de la nature continue au même rythme que maintenant.

Services écosystémiques. Les scientifiques ont basé leurs études sur des scenarii liant les services des écosystèmes à des modèles économiques pour modéliser leurs projections. Six services écosystémiques fournis par la nature ont été considérés,  à savoir : la pollinisation, la protection des côtes, les ressources en eau, la pêche maritime et le stockage du carbone. Le rapport indique que l’érosion des côtes, la perte des espèces ainsi que le déclin des forêts et des ressources marines coûteraient, au niveau mondial, quelque 479 milliards de dollars par an. En effet, la nature frappée par les impacts des dégradations n’est plus en mesure de fournir des services que normalement, elle peut fournir à l’humanité. A titre d’exemple, les mangroves et les récifs coralliens, si dégradés, ne pourront plus freiner l’érosion des côtes. Les conséquences en cascades se manifesteront sur les infrastructures côtières, qui se retrouveront fragilisées, ainsi que sur les zones de pêche et d’agriculture.

Hausse des prix. De la même manière, la dégradation de la nature exposera celle-ci aux impacts des aléas climatiques. Madagascar, en particulier, est touché de près par ce risque. Selon le rapport du WWF, la diminution de la couverture forestière actuelle ferait perdre au pays, dans les 30 ans à venir, 1,31% du PIB. Le phénomène grandissant de déforestation, réduisant constamment la surface des forêts, « celles-ci stockeront moins de carbone, et protègeront moins des effets du changement climatique ; elles pourront retenir moins de sols et attireront moins de pluies… ».

Dans un contexte d’interdépendance, tous ces aspects de la dégradation de la nature, affecteront également les espèces d’insectes pollinisateurs et les ressources en eau, essentielles pour le secteur agricole. Ce qui aura pour effet d’affecter les productions agricoles et de favoriser une hausse des prix des denrées alimentaires et des produits de base. Les hausses des prix au niveau mondial ont été estimées à 3% pour les fruits et légumes, 8% pour le bois, 6% pour le coton, et 4% pour les graines oléagineuses.

 

Gestion des terres. Il est ainsi impératif d’intervenir. Le rapport « Global Futures » indique qu’une gestion durable des terres permettrait d’éviter de détruire les zones naturelles encore existantes. De même, des actions orientées vers la conservation des ressources naturelles permettraient aux forêts de Madagascar d’augmenter de 1,23% le PIB du pays d’ici à 2050.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Raharaha fahafatesan’i Tahisy : Ny alakamisy izao no hiakatra eny amin’ny fitsaràna

Mivoatra hatrany ny raharaha mahakasika ny fahafatesan’i Tahisy, ilay renim-pianakaviana maty teo am-piterahana, ahiahiana ho niharan’ny herisetra mianjady amin’ny vehivavy, izay nataon’ny olona niaraka taminy Fanà. Araka ny fanazavàna azo avy amin’ny tompon’andraikitry ny polisy misahana ny zaza tsy ampy taona sy ny vehivavy,  etsy Tsaralalàna, izay nandray an-tanana ity tranga ity dia mety ho amin’ny alakamisy ho avy izao, raha tsy misy ny fiovàna no hatolotra eny anivon’ny Fampanoavana eny Anosy ny raharaha. Hatreto mantsy, hatramin’ny nandraisan’izy ireo izany ny zoma lasa teo, dia fantatra fa olona manodidina ny eo amin’ny 11 teo ho eo no efa nohenoina. « Ny fianakavian’Itpkv Tahisy no efa vita fanadihadiana hatreto, ary manomboka manao famotorana ny fianakaviana avy amin-dralehilahy indray izahay izao, izay ho heverina fa hovita androany (ndlr omaly) » hoy ny fanazavàna azo. Aorian’izao fanadihadiana natao tamin’ny fianakaviana roa tonta izao dia hiroso indray amin’ny famotorana ireo olona rehetra voasaringotra tamin’ity raharaha « Fanà sy Tahisy » ity ireo polisy. Ao anatin’izany ny mpitsabo azy, ny mpampivelona ary mety hitohy hatramin’ireo olona nanaparitaka ity raharaha ity tao anaty tambazotra sosialy mihitsy aza. Marihana fa tsy nisy tamin’ireo olona nohenoina akory no notazomina fa rehefa avy nalaina am-bavany izy ireo dia nalefa nody avokoa, mandram-piandry izay fanolorana azy ireo eny anivon’ny Fampanoavana. Nitàna ny sain’ny maro tokoa ity raharaha ity, indrindra moa fa ireo mpiserasera eo anivon’ny tambazotra sosialy Facebook ary samy miandry ny mety ho tohiny ny rehetra. Ary noho ny fisian’ny mety ho endrika herisetra nihatra tamin’ny vehivavy dia nanaraka akaiky izany ihany koa ny vadin’ny Filoham-pirenena, Rtoa Mialy Rajoelina amin’ny alalan’ny Fikambanana Fitia. Ho fantatra tsy ho ela araka izany ny mety ho fizotry ny tantara aorian’io fampiarakana eny anivon’ny Fitsaràna io …

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Football – Ligue Europa : Ludogorets d’Anicet face à Inter de Milan demain

Demain, l’équipe d’Anicet Abel Andrianantenaina du Ludogorets affontera Inter de Milan dans le cadre des 16es de finale de la Ligue Europa. « Les joueurs sont tous conscients que le match sera compliqué. On n’a pas le choix et on s’est préparé depuis et on ey des matchs amicaux. ON doit tout donner pour le club » a déclaré Anicet, lors d’une intervention directe sur le plateau de Canal Plus lors de l’émission Talent d’Afrique.  L’équipe de Ludogorers qui a dominé le championnat bulgare depuis 8 ans.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Exposition : Mythes et traditions traduits en sculpture

Le fameux « Trimobe » en exposition à Paris en 2018.

Quand on grandit dans l’atelier de ferblanterie du plus célèbre sculpteur malgache, la passion se déteint sur soi. Dans la famille de Donné Vy, le travail du fer se transmet de génération en génération. Du haut de ses 24 ans, Fitiavana Ratovo Andriantseheno, l’ainé de la fratrie se dévoile au public malgache à travers « Najina sy ilay miaramila ».  Une exposition qui se tiendra à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo à partir du 21 février.  A travers ses œuvres, le jeune homme verse plutôt dans la création d’œuvres artistiques en exploitant les mythes et traditions  malgaches. Son idée est de prôner la valeur, le respect et la préservation des êtres et des lieux sacrés dits « mananjina ».

Si le nom de Donné Vy cache celui de son fils, ce dernier est pourtant un jeune actif qui n’en est plus à ses premiers pas dans le monde de l’art. Effectivement, c’est en 2017 que Fitiavana Ratovo Andriantseheno a participé à l’exposition collective avec d’autres artistes de l’Is’Art Galerie, grâce à sa rencontre fructueuse avec  l’artiste plasticien Tahina Rakotoarivony. Dans la même année, ses œuvres sont exposées au Musée de la photo. Plus tard, c’est à Paris que “Trimobe” trône dans le cadre du Madagasyart ainsi qu’au Craam Ankatso lors de l’International Reggae week.

Ses débuts? C’est quand il avait 15 ans. Il a d’abord commencé  à forger des animaux en fer. S’affairant dans l’atelier de son père, lui et son ami Serge se mettent alors à explorer les horizons. Fer, burin, terre rouge, charbon, carbure… tout y passe. Dans tout ce bric-à-brac, naissent  des œuvres des plus réalistes par le recyclage du fer en se basant sur la technologie.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball- Zone 7 : Sans faute pour MAMA et Stef’Auto !

Les qualifiés pour les éliminatoires directes se dessinent dans ces championnats d’Afrique de la Zone 7 de volley-ball. Et si les équipes féminines malgaches décrochent à l’exception de Stef’Auto, on assiste à une série de victoires des clubs de la Grande Île dont la CNaPS, GNVB et MAMA.

La 4ème journée de la coupe des championnats d’Afrique de la Zone 7 a permis au camp malgache de se mettre en évidence ou mieux se qualifier pour le prochain tour des éliminatoires directes.

Du plaisir. Hier en tout cas, MAMA a montré ses qualités en prenant la première place de son groupe après sa victoire expéditive contre Pamplemousse. Avec un Mika aux commandes d’une sacrée équipe entraînée par les anciens militaires et de l’équipe nationale, Etienne et Lucien, MAMA a tout pour plaire avec des artificiers tels Tsiry Terminator, le capitaine Elerin mais aussi Rina et l’ancien du Camp Ithier mauricien, Fabrice.

Et dans un gymnase d’Ankorondrano dégarni, les volleyeurs de MAMA ont pris du plaisir à tel point qu’ils ont choisi de célébrer sur place un anniversaire après sa victoire devant Pamplemousse.

Pour rester chez les hommes, la GNVB et la CNaPS restent aussi sur une belle série de victoires et que leur qualification semble être assurée.

Les Comoriens du Racine sont aussi revenus avec cette victoire de 3 sets à 1 devant Zamfi (25/23 ; 21/25 ; 26/20 ; 25/15). Dans le derby mauricien, Quatre Bornes a eu le dessus face au Camp Ithier par 3 sets à 1 (31/29 ; 22/25 ; 29/27 ; 25/20 au cours d’une véritable bataille rangée.

Impressionnante Cascade. Trou aux Biches n’a pas eu pour sa part à forcer son talent pour battre les Seychellois de Beau Vallon en 3 sets (25/16 ; 25/21 ; 25/19)

Chez les dames, Stef’Auto enfile les victoires notamment face au Bi’AS et St-Denis Olympique pour se qualifier bien avant l’heure aux demi-finales.

Ce qui n’est pas le cas malheureusement des Jeunes Mamans et du VBC Diamant qui auront encore fort à faire pour espérer résister devant les Réunionnaises et les Seychelloises.

Ces dernières s’annoncent d’ailleurs redoutables à l’image de l’impressionnante Cascade qui a fait appel aux services de deux Kenyanes.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

ES-DES : Sortie de la 2e promotion baptisée « Mendrika »

C’est la promotion « Mendrika ».

Le retour sur l’investissement en capital humain est plus important à long terme. Raison pour laquelle, des fonctionnaires s’y mettent en suivant une formation à distance auprès de l’Ecole Supérieure de Développement Économique et Social (ES-DES), et ce, afin d’obtenir un reclassement professionnel.  Celle-ci a été mise en place par l’ONG ACDM (Actions Concrètes pour le Développement de Madagascar) dans le but d’orienter ses étudiants à créer leurs propres projets de développement. « Ces fonctionnaires ont choisi le parcours Travail Social pour devenir des éducateurs spécialisés. Cette 2e promotion baptisée « Mendrika » compte en tout 80 étudiants. On a officialisé la sortie de cette promotion après avoir effectué 10 mois de formation. Ces étudiants ont ainsi décroché le diplôme de Licence ou L3. Ils pourront être des formateurs de formateurs. En même temps, ils peuvent concevoir ou conduire un projet éducatif spécialisé », a expliqué  Hanitriniaina Eléa Chilo, la directrice de l’ES-DES.  En outre, l’accompagnement social, la communication professionnelle et l’implication dans les dynamiques partenariales, institutionnelles et interinstitutionnelles, relèvent également de la compétence de ces éducateurs spécialisés. Le vice-président de l’Assemblée nationale, Rasolonjatovo Honoré, qui a parrainé cette 2e promotion, a soulevé que cet investissement en capital humain doit avoir des retombées palpables dans tout ce qu’ils entreprennent. 

Navalona R.

Madagate0 partages

Jacob Andriambelo. Fisaorana avy any amin'ny fianakaviany

JACOB ANDRIAMBELO, JOURNALISTE DOYEN

Madagate0 partages

Raharaha “gazety ny marina”. Nanaiky ny fialan-tsinin'i Jeannot Ramambazafy ny Profesora Ravonjiarison

Eo amin'ny sary avy any amin'ny avia miankavanana : Jeannot Ramambazafy, Gérard Rakotonirina, Pr Cousin Germain Ravonjiarison

Tontosa omaly talata 18 Febroary 2020 ny fihaonan'ny namana Jeannot Ramambazafy sy ny Profesora Ravonjiarison Cousin Germain izay olona tsy nifankafantatra mihitsy hatramin'izay. Rehefa nifanazava izy mianaka dia niara-niaiky fa tena nisy hevitra fampiadiana avy amin'ilay na ireo ao ambadik'ilay pejy “gazety ny marina” ao amin'ny facebook. Teo anatrehin'ny filohan'ny Holafitry ny Mpanao Gazety eto Madagasikara (OJM), Gérard Rakotonirina, sy ny tomponandraikitry ny sampana cybercriminalité ao amin'ny polisy no natao izay fialan-tsiny izay.

Mikasika ny pejy “gazety ny marina” dia efa miditra amin'ny lalin-dalina ny fikaroana ilay na ireo mahavita manompa Filoham-pirenena am-perinasa amina voam-bolana tsy voahevitra manala baraka ny fanaovan-gazety malagasy iray manontolo. Ny nanely ilay tsaho hoe nirodana ny tonelina Ambanidia aza tratra ka dia ny fanalam-baraka minisitra am-perin'asa sy lehibem-panjakana torak'izany indray ve dia havela amin'izao? Ary mitombo isa andro aman'alina ny olona efa mitory sy hitory ireo devoly mihevitra fa tsy ho tratra mihitsy.

Raha hiverenana kely ilay raharaha dia tsy ny namana Jeannot Ramambazafy mihitsy no nanamboatra ny “convocation” an'i Ny Rado Rafalimanana -tamin'ny 7 Febroary 2020 ary misy ny adiresiny eny Ambodiafontsy- natao tamin'ny anaran'ny Profesora Ravonjiarison fa ilay na ireo ao ambadik'ity “gazety ny marina” ao amin'ny facebook tsy manjary ity. Ary io anarana izay tsy fantatry ny namana Jeannot Ramambazafy io dia niniana nataon-dry zalahy solon'ny an'ingahy Ny Rado. Taty aoriana dia namoaka "lahatsoratra"  miaraka amina teny ratsy mahazatra azy ireo ao an-tokan-tranony koa angamba, notsipihina mihitsy hoe "Profesora Cousin Germain". Izany hoe olona mahafantatra ity Profesora ity ry zalahy ary miketrika zavatra hipoitra amin'ny fotoana tsy ampoiziny. Koa aleho aloha hiriorioa ry zalahy fa ny nenina moa aoriana maninona moa ?

Tsimba

La Gazette de la Grande île

19.02.2020

Madagate0 partages

Rome. 196 pays à la 2ème étape vers la Convention sur la Diversité Biologique

Dans le cadre de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), les experts et les délégations officielles des 196 pays membres se réuniront du 24 au 29 février 2020 au siège de la FAO à Rome (Italie). Il s'agit d'une série de trois réunions préparatoires : la première a eu lieu en août 2019 à Nairobi (Kenya), et la troisième se tiendra à Cali (Colombie) au mois de juillet 2020. Elle préludent toutes à la Convention des Nations-Unies sur la Biodiversité, prévue au mois d'octobre prochain à Kunming (Chine), également intitulée la Conférence Des Parties (COP 15).

Rappelons que la CBD naquît au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992. Elle est mue par trois objectifs principaux: la conservation de la biodiversité et leur utilisation durable ainsi que leur partage équitable. En 2010, à Nagoya au Japon, lors de la 10ème Conférence des Parties (COP10), les États membres ont adopté un plan stratégique sur dix ans et surtout acté une décision pour le long terme : « Vivre en harmonie avec la nature d'ici 2050 ». Elle inclut donc des étapes intermédiaires combinant les Objectifs d'Aichi sur la Biodiversité (2011-2020) ainsi que les Objectifs de Développement Durable (2015-2030).

 

Quel cadre pour la Biodiversité post-2020 ?

L'étape de "Rome" est déjà d'une importance capitale : d'une part, pour discuter des nouvelles données scientifiques, outil indispensable pour faire avancer les négociations ; d'autre part, pour engager des discussions sur le projet d'accord-cadre mondial [publié le 13 janvier sur http://bit.ly/CBD-0Draft-UNlanguages].

L'année 2020 sera cruciale pour la préservation de notre planète par la concomitance deux Conférences des Parties : celle de la Convention sur la Diversité Biologique avec sa 15ème édition à Kunming fin octobre ; et la COP 26 de Glasgow relative au Changement Climatique.

En avant-première, un briefing est prévu dès le vendredi 21 février à 15h30 (heure Europe Centrale) avec la participation d'experts et d'officiels. Il sera retransmis en direct sur:

http://www.fao.org/webcast/home/en

Alex ZAKA

Journaliste environnemental, membre de l'ANEJ (Réseau africain des journalistes de l’Environnement)