Les actualités Malgaches du Mardi 19 Février 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara13 partages

Nomination de gouverneurs : Acte de gouvernement inattaquable

Le poste de « Ragova » dans chaque Région ne tardera pas à être pourvu.

Les « Ragova » seront aux commandes du TGV ou « Travaux à Grande Vitesse » au niveau de chaque Région.

Une semaine après le feu vert conditionnel de la HCC, on attend la première ordonnance qui sera prise par le Président de la République « pour la mise en œuvre de son programme ». Lequel sera piloté au niveau des Régions par des gouverneurs. Ce qui est conforme à l’esprit et à la lettre de l’article 154 alinéa 2 de la Constitution qui dispose que « le Chef de Région est le premier responsable de la stratégie et de la mise en œuvre de toutes les actions de développement économique et social de sa Région ».

Urgence. Ce qui risque de poser problème, c’est l’appellation de « gouverneur de Région »en lieu et place du Chef de Région pour exercer la fonction exécutive à l’échelon de ce second niveau des Collectivités Territoriales Décentralisées. La procédure de désignation des futurs gouverneurs pourrait également provoquer un débat politico-juridique dans la mesure où, compte-tenu de l’urgence de la mise en œuvre du programme présidentiel, ils seront forcément nommés. Ils ne pourront pas, du moins au début, être élus au suffrage universel (direct ou indirect) tel qu’il est prévu dans la Constitution pour les chefs de Région. Ces derniers ont été toujours nommés sous la Troisième République et durant le premier quinquennat de la Quatrième.

Délai raisonnable. Peu importe leur appellation, les gouverneurs ou chefs de Région ne sont pas près d’être élus avec un calendrier électoral qui s’annonce chargé pour 2019 avec les législatives du 27 mai prochain et les communales prévues d’ici cinq à six mois. Le temps accordé au Président de la République pour édicter des ordonnances. Une période d’habilitation qui correspond d’ailleurs à ce qui est considéré comme un délai « raisonnable » pour cette délégation de pouvoir accordée par le Législatif – aujourd’hui en veilleuse – au chef de l’Exécutif qui dispose des pleins pouvoirs. En plus de la légifération par voie d’ordonnances autorisée par l’article 104 de la loi fondamentale de la Quatrième République malgache qui est le copier coller de l’article 38 de la Constitution de la Vème République française, le Président de la République est en droit – au propre comme au figuré – de nommer par décret les gouverneurs. Sous peine de ralentir le TGV (Travaux à Grande Vitesse) qui ne pourra pas être arrimé pour un Oui ou pour un Non à un référendum constitutionnel.

Raison d’Etat. S’agissant d’acte de gouvernement, il n’est susceptible de recours devant quelque juridiction que ce soit. Y compris devant la HCC puisque l’immunité juridictionnelle de pareil acte est totale. Même topo au niveau du Conseil d’Etat qui ne pourrait que se déclarer incompétent en cas d’éventuel recours en annulation des décrets de nomination des futurs gouverneurs. Il n’est pas non plus exclu que le remplacement des sénateurs nommés soit également assimilé à un acte de gouvernement. En tout état de cause, le juge administratif n’est pas lié par l’Avis du juge constitutionnel qui a réaffirmé le principe de l’irrévocabilité du mandat des membres de la Chambre haute. Inattaquable parce que échappant à tout recours, l’acte de gouvernement puise son origine dans la raison d’Etat. L’Etat a ses raisons que la …saison ne connaît point.

R. O

Midi Madagasikara9 partages

Base Toliara : Ecolage zéro pour les Formations Professionnelles 

Engouement des jeunes aux inscriptions des formations offertes par Base Toliara.

Les jeunes de Toliara vont bénéficier de formations gratuites. Aucune formalité compliquée. Il suffit d’avoir 18 ans au moins. Base Toliara fournit d’autres jeunes pour aider à remplir les fiches d’inscriptions. Ils étaient environ 5.000 à s’inscrire le premier samedi de ce mois de février, pour Toliara ville, et autant pour les communes rurales de Belalanda, Antsanisia, Ranobe, Maromiandra, riverains de l’usine d’extraction d’ilménite Base Toliara qui se prépare à la phase de lancement. Une vendeuse de brèdes d’Antsansia « s’est inscrite à la formation en cuisine » dit-elle, « car elle en aura toujours besoin de sa formation, même si Base Toliara ne la recrute pas ». En effet, il n’est pas dit que tous les formés seront embauchés. Les centres de formations professionnelles auront du pain sur la planche pour donner des formations en briqueterie, hôtellerie et restauration, petites réparations électronique, soudures autogène et électrique, coupe et couture, coiffure, informatique bureautique, formation en langues (anglais-français). Bref, les formations-adéquations sont priorisées, celles dont Base Toliara aura réeéllement besoin.

Charles RAZA

Midi Madagasikara8 partages

Réforme du système d’Etat-civil : A quand la mise en œuvre ?

L’acte d’état-civil constitue l’existence légale d’une personne, un droit fondamental de chaque citoyen.

Les problématiques liées à l’état-civil  sont nombreuses pour Madagascar. Les bourdes récentes concernant la liste électorale en sont quelques unes de leur manifestation.

Le gouvernement malgache a projeté, en 2017, de se lancer dans un projet d’uniformisation et de numérisation des actes d’état civil. Un projet ambitieux qui entend améliorer les divers services d’état civil répartis dans les 1.596 communes du pays par la dotation en matériels informatiques, ou encore le renforcement des capacités des agents d’état civil. Un projet qui serait en cours selon les explications d’une source bien informée. La source de noter « le projet n’a pas encore démarré. Le gouvernement s’occupe actuellement à mettre en place un cadrage juridique du projet. Une tâche assez délicate pour un pays qui ambitionne de mener une réforme dans le secteur de l’état-civil « . Une uniformisation aux normes internationales et un cadrage juridique claire et répondant aux besoins et attentes des contextes actuels seraient donc l’étape pré-lancement du projet. La source de renchérir « dans cette optique de réforme de l’état-civil, Madagascar est en phase de mettre en œuvre le Programme Africain pour l’amélioration accélérée des systèmes d’enregistrement des faits d’état-civil et d’établissement des statistiques d’état civil ou APAI-CRVS« . Un programme continental qui implique 54 pays de l’Afrique et dont la mise en œuvre constituerait une avancée majeure pour le pays.

Situation. Pour le cas de Madagascar, outre l’ignorance des parents de l’importance d’enregistrer leurs enfants juste après les naissances, il y a le problème d’éloignement des services d’état-civil. Les parents Malgaches doivent en effet, parcourir des kilomètres non seulement pour trouver un centre de santé pour un accouchement sécurisé, mais également pour enregistrer leurs enfants auprès d’un service d’état civil. Un fait anodin peut-être pour les habitants des zones enclavées qui y sont habitués mais, une injustice pure et simple compte tenu de l’importance de la question. Les problématiques liées au service en question s’ajoutent à la situation et qui font que pour de nombreux Malgaches, jouir du droit fondamental de l’existence légal relève du calvaire. Les conséquences de la non jouissance de ce droit fondamental sont toutefois énormes pour les personnes concernées si l’on ne prend que le fait de ne pouvoir prétendre à aucun diplôme étatique… ou encore l’impossibilité pour elles d’être scolarisées. Pendant que la réforme de l’état-civil est vivement attendue, les problématiques continuent à constituer des obstacles à l’épanouissement de milliers de Malgaches. L’éventuelle mise en œuvre du programme continental APAI-CRVS par Madagascar se veut être une implication du gouvernement dans la lutte pour l’amélioration du système – ô combien désuet – d’état civil à Madagascar.

José Belalahy

Midi Madagasikara7 partages

Claudine Razaimamonjy : Demande d’évacuation sanitaire

42. C’est le nombre de dossiers de Justice impliquant Claudine Razaimamonjy. Cet opérateur économique, ancienne Conseillère spéciale du président Hery Rajaonarimampianina est en prison depuis juin 2017. Après avoir passé deux ans, ou enfin presque, à la prison pour femmes de Manjakandriana, elle a fait son retour à Antanimora depuis la semaine dernière. Et ce, même si ses proches estiment qu’elle ne supporte pas cette maison centrale. En effet d’après les informations , les familles de la patronne de « AC Palace » demandent actuellement une nouvelle évacuation sanitaire. Son état de santé se serait détérioré depuis la semaine dernière. Pour l’heure, l’on ignore si une demande d’évacuation a déjà été déposée ou non auprès des autorités responsables. Aucune information également sur les détails de sa maladie. La question est également de savoir si comme en 2017, le ministère de la Santé publique et le ministère de la Justice vont accorder une autorisation d’évacuation sanitaire à Claudine Razaimamonjy. Nul n’ignore que son départ en catimini à l’île Maurice juste après l’annonce de son placement sous mandat de dépôt a valu l’ouverture d’une enquête au niveau du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco). Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Roximania : Trois groupes de rock révolutionnaire entrent en scène

No Joke le groupe de rock contestataire.

Ce n’est pas parce qu’ils sont « underground » qu’ils n’ont pas de public ! Ils ont fait lever des signes de cornes en l’air lors de leurs spectacles. Jamais ils retourneront leurs vestes en cuire. «Rock for life» est leur slogan ! 

Rock’n Roll, Heavy metal, hard rock seront offerts pour les fidèles de la musique lourde à Madagascar, underground à Antsahalova le 9 mars prochain. En tête d’affiche, le groupe No Joke partagera avec ses fans le rock contestataire. Dès 2012, le groupe a déjà fait vibrer le cœur de son auditoire. Au grand complet, Faniry à la batterie, Tafita à la guitare basse, Ra- Tah à la guitare Solo, et Dera comme lead vocal. Ces prodiges du rock malgache donneront tout le maximum pour satisfaire ses fidèles. Dans ses chansons, No joke aborde des faits sociopolitiques du pays. Ainsi, May sera interprété par Dera et ses camarades.Les groupes Akata et The junkies présenteront également un show sans précédent. De 2015 à 2017, Akata a été invité à des concerts comme celui de Rheg en 2016. Tendry et ses compères joueront leurs plus belles musiques notamment Korontana et izay angamba.

Quant à The junkies, le groupe à débuté en 2017. «The junkies veut dire que nous sommes ‘drogués’ de la musique et notre première chanson to boddah a été inspirée de la lettre de suicide de Kurt Cobain où il adresse sa lettre à son ami Boddah, son ami imaginaire en honneur à tous ceux qui nous ont quitté » a affirmé Codi un des membres du groupe. The Junkies a participé au festival sur le climat organisé par l’association internationale Climates. Codi et ses compagnons feront des riffs hors du commun.

AKATA apportera de la musique métal.

Roximania est un tremplin pour les groupes de rock. Cet événement a été créé en 2013 par Eddy Andrianarisoa et Haridio Ramanantsoa dans le but de faire connaitre aux Malgaches l’histoire du rock. Evidemment, bon nombre de jeunes ne connaissent pas l’origine de cette musique. Alors chaque mois, Andrianarisoa et son équipe organisent un showcase pour les rockeurs « underground ». C’est à l’aide des concerts de ce genre que les initiés apprennent tous ceux qui entourent le rock. Par ailleurs, cette discipline est appréciée à Madagascar en général et Antananarivo en particulier.«Il est vrai que la musique rock a pris de l’ampleur ces dernières décennies. Nous allons multiplier nos efforts afin que cette musique malgache puisse prendre une échelle plus grande. Pour y parvenir, nous allons encourager les artistes talentueux. Les meilleurs groupes bénéficieront un soutien de la part des organisateurs » a expliqué Mamisoa Ratefiarimanana, le coorganisateur de l’évènement.Pour voyager loin, il faut ménager sa monture. Les organisateurs lancent un défi. En 2020, Roximania s’entendra jusqu’à Antsirabe.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara3 partages

CUA : Grands projets financés par la Banque Européenne d’Investissement

La CUA bénéficiée de l’appui financier de la BEI pour la reconstruction de la ville.

Fini la galère pour ceux qui utilisent les axes routiers passant par Besarety pendant la saison de pluie. Fini également la galère pour ceux qui empruntent les routes nationales traversant la ville d’Antananarivo et qui sont en très mauvais état actuellement. Hier, une importante réunion présidée par le 1er adjoint au maire Olivier Randrianarisoa s’est tenue à l’hôtel de ville d’Analakely. Des représentants du SAMVA, de la Jirama, de l’ATT, de Telma, de la direction régionale des Travaux Publics et de la Police municipale ont été présents. On a appris à l’issue de cette réunion que les canaux d’évacuation d’eaux usées desservant le quartier de Besarety et ses environs seront complètement reconstruits en béton. A chaque pluie, ces quartiers sont inondés. On a également appris que 5,5 Km de la RN 2, 10 Km de la RN 3 et 9 Km de la RN 4 seront réhabilités.

Partenariat fructueux. Ces grands travaux seront financés par la Banque Européenne d’Investissement (BEI). Les projets étaient accordés en 2015, mais ce n’est qu’actuellement que le fonds nécessaire est entièrement prêt. Les travaux vont durer entre six et douze mois. D’autres parties prenantes seront impliquées dont la Direction des Travaux Publics de la CUA, la Direction en charge des Transports au niveau de la commune urbaine d’Antananarivo et les Arrondissements de la Capitale concernés ainsi que la commune rurale de Sabotsy Namehana. A rappeler que les pluies qui ont frappé il y a quelques jours la Capitale ont dégradé l’état des infrastructures locales. Or, la CUA, avec le peu de moyens dont elle dispose, ne peut pas prendre en charge la reconstruction des dégâts.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara3 partages

« Forest Watcher » : Une application mobile pour surveiller les forêts

A Madagascar où la perte de la couverture arborée avance à une vitesse grand V ces dernières années, le recours à des technologies innovantes pour le suivi de l’évolution des forêts, contribue à des prises de décisions éclairées dans les travaux de conservation et de lutte contre la déforestation.

Une application mobile pour effectuer le suivi de l’évolution des forêts. Proposée par Global Forest Watch (GFW) – un système dynamique d’alertes et de surveillance des forêts en ligne associant la technologie satellitaire, le « cloud computing » et les données libres pour fournir des informations actualisées sur les forêts dans le monde, y compris à Madagascar – cette application mobile dénommée Forest Watcher a été conçue pour accéder facilement et hors ligne aux données des changements relevés dans les forêts.

Forest Watcher a été testée à Madagascar pendant quelques mois et vient d’être sensiblement améliorée dans sa nouvelle version. Elizabeth Bourgault, analyste de recherche pour GFW à Washington, et chef de produit pour Forest Watcher, a choisi Madagascar pour tester la nouvelle version de l’application. Les équipes malgaches de World Resources Institute (WRI), de Durrell Wildlife Conservation Trust et de Madagascar National Parks (MNP) viennent de l’accompagner récemment dans le Parc National de Mantadia afin de mettre en pratique l’application et découvrir la réalité « terrain » dans les forêts Betsimisaraka.

Relais. Les informations pertinentes de GFW sont reprises par Forest Watcher qui les transmet directement aux personnes en charge de la surveillance des forêts sur le terrain. Tout utilisateur muni d’un appareil mobile avec l’application Forest Watcher peut ainsi voir les alertes de déforestation (alertes GLAD) ou les alertes de feux et naviguer vers les zones concernées pour documenter ce qui se produit sur le terrain. L’application représente une solution pratique et facile à utiliser pour, d’une part, identifier rapidement les zones à privilégier pour organiser des patrouilles de surveillance ou d’enquêtes sur le terrain, et d’autre part, vérifier les changements sur le terrain ; intégrer les données dans les décisions de gestion et de conservation à partir de faits avérés ; et enfin valider ou rejeter les indices fournis par les outils de télédétection sur le terrain.

La survie des forêts de Madagascar et des richesses qu’elles renferment a besoin de technologies innovantes. Dans la mesure où les forestiers et les conservateurs de la nature ne peuvent être présents partout en tous temps pour surveiller les forêts, les données satellitaires sont d’excellentes ressources. L’application mobile Forest watcher peut alors faire le relais entre la télédétection et le terrain.

Hanitra R.

Midi Madagasikara2 partages

Décès de l’étudiante Andotiana : Une enquête pour meurtre et enlèvement est en cours

Selon la dernière information, la dépouille d’Andotiana Randriamampianina, l’étudiante Malgache disparue et retrouvée morte en France le 4 février sera attendue à l’Aéroport international Ivato, le vendredi 22 février prochain. Puisque la cause exacte de ce décès tragique reste encore floue, une enquête pour meurtre et enlèvement est en cours en France, à entendre la déclaration d’un proche de la famille de la défunte. La famille qui déplore l’existence des désinformations qui circulent sur les réseaux sociaux et qui sont diffusées dans les presses et TV. Ces publications ont, selon elle, contribué à rajouter beaucoup de troubles pour la famille et les proches dans cette épreuve dramatique et douloureuse pour eux. En effet, les proches veulent apporter certaines précisions pour faire la lumière sur les informations erronées concernant cette malheureuse affaire pour respecter l’âme de la défunte et la souffrance de la famille. Pour eux, la plupart de ces informations erronées sont parties sur des informations non recoupées ou encore des posts de la part de « prophètes » ou de « médiums ». De nombreuses histoires qui n’ont rien à voir avec ce qui s’est réellement passé, sont venues étayer des hypothèses de personnes avec des intentions malsaines et indécentes. En effet ses précisions portent sur quatre points essentiels. Premièrement, Ando a été retrouvée sans vie dans la ville de Bougival le 4 février, et non à Vitry sur Seine dans la Seine. Deuxièmement, aucun membre de sa famille n’a été approché par les organes de presse qui ont relayé leurs soi-disant déclarations. Troisièmement, elle vit en collocation et aucune trace d’ADN ou d’empreintes n’a confirmé que la bouteille de tequila retrouvée dans leur maison lui appartenait. Et quatrièmement, elle a toujours été sur le sol français depuis près de trois ans et les rumeurs selon laquelle elle était à Madagascar avant sa disparition suite à une grossesse sont complètement fausses. Cette histoire a déjà été élucidée. Compte de ces faits, il affirme que, selon les informations des autorités, une enquête pour meurtre et enlèvement est en cours. Le représentant de la famille ajoute qu’actuellement, un avocat représentant de la famille suit de près la suite des investigations. « C’est la seule information que nous pouvons divulguer en ce moment car c’est l’information que nous avons actuellement », souligne ce proche de la famille éplorée. Il souligne que toutes ces informations qu’il avance actuellement, ont été vérifiées et recoupées au niveau des autorités en discussion avec la famille.

T.M.

 

 

 

 

Midi Madagasikara2 partages

Footbal l- D1 : Les grandes équipes exactes au rendez-vous

Les équipes demi-finalistes et finalistes des sommets régionaux sont maintenant connues. Les formations qualifiées pour la THB ligue des champions sont plus ou moins constituées.

Ligue AnalamangaAS Adema et COSFA en finale

Pas de surprise pour le championnat d’Analamanga de 1ère division avec la qualification en finale de l’AS Adema et du COSFA.

Mais contrairement à ce qu’on attendait, ces deux formations ont dû batailler ferme pour battre leurs adversaires.

L’AS Adema s’est imposée par 1 à O devant MAMA au cours d’un match très équilibré.

Dans l’autre demi-finale, le COSFA a réussi l’essentiel en inscrivant l’unique but de cette partie marquée par plusieurs arrêts reflexes du gardien militaire Dinah.

Ligue AtsinananaTia Kitra et FIFAFIFI en finale

Le championnat d’Atsinanana de la 1ère division rendra son verdict ce dimanche à 14h30 avec la confrontation attendue entre FIFAFIFI et Tia Kitra.

Ces deux équipes ont encore gagné lors des matches retour de dimanche où Tia Kitra s’est contenté d’une victoire de 1 à 0 devant le Fortior de la Côte-Est, tandis que FIFAFIFI déjà victorieux à l’aller par 2 buts à 0, a encore réussi à gagner cette manche retour par 2 buts à 1.

Ligue Atsimo AndrefanaVictoire par forfait du 3FB

La finale du championnat d’Atsimo Andrefana de 1ère division n’a pas pu aller jusqu’à son terme car à la suite d’un incident litigieux, le COSTM a refusé de poursuivre la partie.

Aux dernières nouvelles, le titre a été attribué au 3FB.

Ligue ItasyPlace aux demi-finales !

Les demi-finales du championnat d’Itasy pour les équipes de la 1ère division, auront lieu dimanche.

A Analavory, JET Mada sera opposé au RCT Analavory ,tandis qu’à Arivonimamo, le FC Tapia reçoit la CNaPS Sport. La finale est prévue pour  mercredi.

Clément RABARY

Midi Madagasikara2 partages

Aide de la Chine : 2, 5 milliards d’ariary de matériels pour l’Enseignement technique

Remise de dons de la Chine à l’Enseignement Technique et à la formation professionnelle.

Cette remise de don rentre dans le cadre de la formation professionnelle des jeunes malgaches ainsi que l’amélioration de l’enseignement technique, et ce, pour le développement de la Grande île.

L’ambassadeur de la Chine à Madagascar, Yang Xiaorong, a procédé à la remise du don en matériels de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, hier, au lycée technique professionnel à Ampasampito. Lors de son allocution, l’ambassadeur a fait savoir que « ce don chinois d’une valeur de cinq millions de Yuans RMB, soit environ 770.000 dollars et 2,5 milliards d’ariary, est livré par la partie chinoise au port de Toamasina il y a peu de temps, et a été vérifié en termes de qualité, quantité et spécifications par les équipes de nos deux parties ». Il est composé notamment de machines, des instruments, des appareils, des outils et des matériels didactiques, comme par exemple, 20 théodolites, 20 bétonnières électroniques, 50 panneaux solaires voltaïques, 20 tours parallèles, 20 fraiseuses universelles, 20 raboteuses, 20 moteurs diesel à rampe commune avec banc de montage, 20 armoires réfrigérées, 20 fours électriques industrielles et 20 petits groupes électrogènes.

Matériels. Toujours dans le cadre de ce projet, la Chine va envoyer une équipe de quatre personnes composée notamment de quatre ingénieurs. Ils seront à Antananarivo puis par la suite à Antsohihy, et ce, durant 15 jours. La diplomate a émis son souhait que « ces matériels soient distribués aux villes retenues le plus tôt possible et que la date de formation des formateurs soit convenue aux meilleurs délais». Par ailleurs, elle a tenu à souligner que du 25 au 31 mai 2019 en Chine, sera organisé le concours international de compétences professionnelles pour les pays, le long de la ceinture et la route de la soie. Cinq représentants malgaches seront présents à ce Sommet.

Travaux Pratiques. De son côté, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Marie Thérèse Volahaingo, a mis en exergue que ces matériels sont nécessaires pour les Travaux Pratiques. Elle a aussi souligné l’importance de l’adéquation formation-emploi, ainsi que l’insertion des jeunes dans le monde professionnel. En marge de cette cérémonie, elle a parlé de la date des examens qui se présente comme suit : le 27 août pour le CEPE, 9 septembre le BEPC et 30 septembre le baccalauréat, tout en soulignant au passage que les droits d’inscription au CEPE et BEPC sont gratuits.

Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Marché de l’emploi : Job Cocktail à Antananarivo le 23 février prochain

Les distorsions sur le marché de l’emploi persistent malgré les multitudes de solutions mises en œuvre.

Maltem Consulting group, Passion for Humanity et BOCASAY lancent le premier Job Cocktail à Madagascar. Il s’agit d’un événement extraordinaire, pour les jeunes à la recherche d’opportunités professionnelles dans le pays et à l’internationale.

Une grande première. Le Job Cocktail est lancé à Antananarivo pour mettre en avant les opportunités d’emploi au sein du groupe Maltem Consulting. C’est ce qu’ont indiqué les organisateurs de cet événement de découvertes, dans une optique conviviale et amicale. « L’objectif est de faire découvrir les postes à pourvoir au sein du groupe Maltem Consulting, localement chez Bocasay et P4H mais aussi à l’international », ont indiqué les organisateurs de l’événement. Du conseil métiers à l’accompagnement de projets, des développeurs, Lead développeurs, Architecte ou chef de projet technique, le groupe Maltem compte en effet, une dizaine d’entités aux services digitaux complémentaires et adaptés aux différents besoins du marché. « Ouverture de nouveaux pays, développement de nouvelles activités, et montée en puissance des activités à impact social et environnemental, sont aujourd’hui regroupées au sein du programme Maltem Impact dont l’ambition est de devenir les champions du digital responsable et d’œuvrer pour un monde meilleur », ont soutenu les représentants du Groupe. Ils ont cité l’exemple de Bocasay, une société d’ingénierie informatique dynamique et innovante basée à Antananarivo, à Paris, au Vietnam et à Singapour. D’après la présentation, Bocasay se spécialise dans des services de développement web, applicatif et mobile.

Faire preuve. Au-delà du cursus scolaire, la société attache beaucoup d’importance aux compétences techniques et aux qualités personnelles, selon les responsables. Ils ont également évoqué Passion For Humanity ou P4H, un studio digital dédié à la Tech For Good. « Il met son expertise au service d’entreprises, associations et ONG locales et internationales pour les accompagner dans leur transformation digitale. Il promeut également l’incubation responsable en soutenant des projets innovants à impact social et environnemental, et œuvre pour l’inclusion numérique de jeunes issus de milieux défavorisés, notamment avec l’association Sayna. Son équipe priorise la performance et l’agilité tout en valorisant l’amélioration continue et la formation interne », ont-ils noté. Bref, plusieurs opportunités se présentent durant ce premier Job Cocktail, qui se tiendra samedi prochain, pour les jeunes à la recherche d’emplois.

Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

JIRAMA : Doubler le stock de carburants pour résoudre le problème de délestage

La semaine de l’Energie a débuté hier à l’hôtel Panorama (Photo : Kelly R.).

« Des mesures provisoires ont été prises depuis samedi dernier pour résoudre le problème de délestage dans la Capitale ».

Le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, Vonjy Andriamanga, l’a annoncé lors de l’ouverture de la semaine de l’Energie hier à l’hôtel Panorama. Il s’agit de doubler le stock de carburants utilisé pour le fonctionnement des centrales thermiques en cette période d’étiage, allant de 150 m3 à 300m3 par jour. « Toutes les parties prenantes entameront des discussions sur les principaux problèmes identifiés et les grands défis pour développer le secteur de l’énergie dans le cadre de cette semaine de l’Energie. Les propositions de solutions à court, moyen et long terme seront dévoilées cette semaine. En fait, outre la Capitale, près de 60 villes éparpillées dans tout Madagascar, connaissent également le délestage tous les jours. C’est inadmissible car ces coupures d’électricité provoquent un obstacle au développement des activités économiques, l’insécurité et des désagréments au niveau des ménages », a poursuivi le ministre de tutelle.

Aucune hausse de tarif. Pour ce faire, 45 projets d’installation de sites de production d’énergie de type hybride sont engagés cette année. En outre, dix nouveaux projets relatifs à l’électrification sont en vue, en plus de la réalisation de microprojets hydroélectriques dans les autres villes. « Nous allons prôner les énergies renouvelables afin de réduire le coût de l’énergie à Madagascar. Pour l’heure, il n’y a lieu de réviser à la hausse le tarif de l’électricité », a-t-il enchaîné. Quant au projet d’importation directe de fuel lourd par la JIRAMA, le ministre de l’Energie, Vonjy Andriamanga a soulevé que ce sera discuté dans le cadre de cette semaine de l’Energie. L’objectif du ministère est d’augmenter à 50% le taux de l’électrification à Madagascar tout en doublant la capacité de production d’énergie en l’espace de cinq ans.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

 Paierie générale : Vers une amélioration du circuit de  paiement

Le ministre de l’Economie et des Finances donne des instructions pour améliorer le circuit et les conditions de paiement des salaires et des pensions de retraite.

Malgré les efforts déjà fournis, la procédure de paiement des salaires et pensions de retraite comporte encore des lacunes. C’était encore le cas, hier, une journée de « grand paiement » où le ministre de l’Economie et des Finances Randriamandrato Richard a pu constater de visu, au cours d’une visite inopinée, une longue attente des usagers, compte tenu de la grande affluence du premier jour de paie. Dans l’objectif d’améliorer le circuit de paiement, le ministre a proposé à l’équipe de la Direction Générale du Trésor, de procéder d’urgence à la dématérialisation des procédures de paiement des pensions.

Suite à cette décision, les responsables de la Direction Générale du Trésor vont analyser cette possibilité, à la fois sur le plan technique, financier, et  juridique. Et ce, notamment  par une retouche éventuelle des textes existants, afin de parvenir  à un système d’e-paiement , pour les retraités. Le Grand argentier a également insisté sur le fait que les salles d’attentes des perceptions et des paieries devraient être aux normes pour le bien être des usagers, d’autant que pour certains, la présence est une occasion périodique de rencontrer les anciens collaborateurs et de discuter.

Il faut noter que Madagascar compte actuellement 119.500 pensionnés dont 13.800 sont enregistrés à la Paierie Générale d’Antaninarenina.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Attaque meurtrière à Mahitsy : L’Eglise catholique va porter plainte pour la mort du père Nicolas

Face au décès du père Nicolas, le religieux qui a succombé suite aux blessures qu’il a reçues lors de l’attaque contre un magasin d’un Chinois à Mahitsy samedi 9 février, le diocèse d’Antananarivo va porter plainte. Père Ludovic Rabenatoandro, vicaire général du diocèse d’Antananarivo l’a annoncé hier lors d’une rencontre avec la presse à Andohalo. L’église catholique va ester en justice car d’après ce responsable, le père Nicolas est victime d’un homicide volontaire. Les bandits ont volontairement tiré sur lui, selon le témoignage de ce dernier. Il a encore pu raconter la scène du crime durant les trois jours avant sa mort, explique Père Ludovic Rabenatoandro. Le père Nicolas était en route pour rentrer chez lui, quand il est tombé dans l’embuscade. Les bandits l’ont arrêté et le fait descendre de sa moto pour lui exiger de l’argent. N’ayant pas obtenu ce qu’ils cherchaient, ils lui ont tiré dans le dos avant de lui arracher son sac lorsqu’il est tombé à terre. Puis, ils l’ont piétiné et de nouveau tiré sur son côté gauche avant de prendre la fuite. Selon les informations, l’enquête sur cette affaire suit son cours. L’investigation menée par la gendarmerie a permis d’interpeller trois gendarmes soupçonnés d’y être impliqués. Fortement suspect, l’un d’entre eux devrait être déféré au parquet du tribunal.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

FIVMPAMA : Renforcement de la compétitivité des 400 entreprises membres

Les participants et les promoteurs du programme de formation des membres du FIVMPAMA.

Le FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy) organise un programme de développement des compétences en faveur de ses membres, avec l’appui du programme PROCOM financé par l’Union Européenne.

« Il s’agit notamment de 20 sessions de formation d’une durée totale de 53 jours, et ce, dans le but de renforcer la compétitivité de près de 400 entreprises membres de notre groupement sur le marché national, régional et international. Ces bénéficiaires sont répartis dans six régions où sont installées les antennes du FIVMPAMA, à savoir, Antananarivo, Vakinankaratra, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra, DIANA et Atsinanana », a annoncé Erick Rajaonary, le président du FIVMPAMA lors du lancement officiel de ce programme de formation hier à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo.

Thématiques identifiés. En fait, « le renforcement de capacité des entrepreneurs constitue l’une des conditions les plus importantes pour pouvoir assurer la croissance et le développement de leurs entreprises. Quant au choix des thématiques, les questions de fiscalité, de management, de gestion et de comptabilité simplifiée, de calcul des coûts, de leadership, de design, de développement de produits, de marketing et de commercialisation, ainsi que le bureautique et multimédia, ont été évoquées. Des questions plus techniques telles que la technique de séchage, de conditionnement et de stockage de produits locaux ainsi que l’élaboration d’un business plan en vue d’une demande de financement, ne sont pas en reste. Et ces thématiques ont été identifiés suite aux consultations des membres auprès de nos antennes locales concernant leurs besoins en formation », a-t-il enchaîné.

Analyse des résultats. Notons que quatre secteurs d’activité sont priorisés dans le cadre de ce programme de formation. Il s’agit de l’agrobusiness, de l’artisanat, de BTP et de transport. Une subvention d’une valeur de 150 millions d’Ariary est allouée par le programme PROCOM, pour ce faire. Et parlant de ce programme PROCOM, « c’est financé à hauteur de huit millions d’Euros et étalé sur une période de cinq ans. Ce programme vise à renforcer la capacité du secteur privé pour se développer et améliorer sa compétitivité dans le but de favoriser la croissance économique durable et inclusive tirée par le commerce. Plus de 80 projets de formation ont été réalisés. Ce programme touche à sa fin, soit en mai 2019. On se focalise maintenant sur l’analyse des résultats attendus pour identifier quels sont les impacts de nos interventions sur les bénéficiaires », a exprimé Luis Esteire, le coordonnateur du programme PROCOM.

Partage d’expériences. En revenant sur le programme de renforcement de capacité du secteur privé, une formation de haut niveau des dirigeants d’entreprise via le programme CPA (Centre de Perfectionnement aux Affaires) est aussi organisée par la Cité des Dirigeants de La Réunion. « Un membre du FIVMPAMA en bénéficie. Cela permet aux entrepreneurs d’améliorer leur capacité de chefs d’entreprise et de mieux définir leur stratégie de développement. C’est également une opportunité de tisser des liens étroits avec leurs pairs au niveau régional via un partage d’expériences », a conclu Erick Rajanaonary, le président du FIVMPAMA.

Navalona R.

 

 

Midi Madagasikara1 partages

Meurtre du Père Nicolas : L’Eglise catholique porte plainte

La coupe est pleine pour l’église catholique qui vient de perdre l’un de ses prêtres suite à une attaque à mains armées qui a également tué une autre personne à Mahitsy. Hier, lors d’un point de presse tenu à la cathédrale d’Andohalo, l’Archevêque d’Antananarivo, Mgr Odon Arsène Razanakolona, le Vicaire général, le Père responsable de Justice et Paix et les hauts responsables de l’ECAR au niveau du Diocèse d’Antananarivo, ont déploré la recrudescence des actes d’insécurité qui ont tué ces derniers temps des dirigeants religieux, des enseignants et des responsables exerçant dans le domaine de la santé. L’Archevêque d’Antananarivo a remis sur le tapis la déclaration de la conférence des évêques en date du 13 mai 2017. Dans cette déclaration, les évêques catholiques n’ont pas caché leurs inquiétudes sur l’éventuelle complicité des gendarmes, des policiers et des militaires, subalternes ou hauts gradés, avec les « dahalo ». Ces éléments des forces de l’ordre sont accusés de vendre des munitions et louer des armes à feu aux bandits qui continuent de terroriser le monde rural. Les évêques catholiques dénoncent également la corruption impliquant les forces de l’ordre au niveau de la circulation routière. Suite au meurtre du Père Ratodisoa Nicolas survenu à Mahitsy mercredi dernier, l’Eglise catholique réclame justice. Une plainte a été déposée auprès des autorités responsables. Monseigneur Odon Marie Razanakolona a également interpellé le régime face à la recrudescence de l’insécurité sur toute l’étendue du territoire.

Davis R

Madaplus.info0 partages

Madagascar : l’opération d’Eric Fou Hehy nécessite encore plus de 70 000 €

L’humoriste malgache Eric a parlé en direct devant la presse hier depuis Inde sur un appel vidéo. Il a remercié les fans, les donateurs, qui lui ont permis de faire l’évacuation sanitaire en Inde et il lancé un appel à l’aide à tous les malgaches mais surtout au président Andry Rajoelina pour pouvoir faire les transplantations d’organes. « J’implore votre générosité surtout à vous monsieur le président » a-t-il dit avec une voix très fatiguée.
Cela fait déjà 8 mois qu’Eric a été évacué en Inde. Son état a connu une petite amélioration, mais jusqu’à maintenant, il n’a pas encore fait l’objet d’une intervention chirurgicale mais seulement des dialyses. Il est urgent de l’opérer, or la famille n’a pas la somme nécessaire pour cela. Sa fille, en larme, a fait aussi un appel à l’aide pour son père hier. Le numéro pour contacter Eric Fou Hehy en Inde est le +91 70 39 33 76 41.
Madaplus.info0 partages

Celia RAKO: jeune artiste peintre malgache

(Célia Marie Nalysoa Rakotondrainy)
Né en 1994
Artiste autodidacte d’origine malgache, né et élevé à Paris, actuellement basée à Berlin.
Diplômée en 2018 de l’Iéseg School of Management à Paris, France, elle a poursuivi ses études en histoire de l’art à l’Université d’Oxford.
Dès son plus jeune âge, elle a été plongée dans diverses pratiques artistiques, par l’intermédiaire de son grand-père, peintre, et de son père, musicien. D’abord concentrée sur la photographie après avoir réparé l’appareil télémétrique de sa famille, elle s’est ensuite lancée dans le dessin après avoir appris l’art de la perspective avec son grand-père, mais a mis sa pratique artistique au repos pendant plusieurs années tout en se consacrant aux études.
Poussée par leurs conversations, son compagnon lui a offert ses premières toiles, pinceaux et peintures acryliques en décembre 2017. Quelques mois plus tard, elle a commencé à peindre.
L’inspiration est venue naturellement. Il était nécessaire pour elle de lier la photographie et la peinture et de peindre à partir de photos personnelles ou familiales ou de photographies fort appréciées, avec l’accord préalable du photographe.
2018 a était la première année où elle n’a pas pu se rendre à Madagascar, pays de son grand-père, un Betsileo du village d’Antsosa, situé à mi-chemin entre Ambositra et Antsirabe dans la partie centre-sud du pays. Cependant, les histoires offertes à travers ses peintures présentent une autre partie du pays : la région de Sakalava, au nord de Madagascar.
Nourrie de nostalgie, elle replonge dans ses voyages précédents, toujours émerveillée par la beauté des paysages, l’intensité des expériences et surtout le décalage entre sa vie à Madagascar et son quotidien en occident. Le choc culturel est réel à chaque fois. Avec ses peintures, elle raconte une histoire qui est rarement racontée. Trop souvent, les croyances sur Madagascar tendent à la négativité et sont typiquement des échos mal informés recueillis dans la presse. Pour Rako, l’île rouge est trop souvent oubliée, marginalisée et sous-estimée. Avec son projet, elle ambitionne de partager des scènes de la vie quotidienne d’une nation qui a beaucoup à offrir mais qui malheureusement manque de moyens matériels et financiers, sa population souffrant surtout d’une grande pauvreté.
La première série de Rako est une invitation au voyage, mais c’est avant tout l’occasion de rencontrer le peuple malgache, de vivre sa vie quotidienne et sa culture vivante à travers des peintures qui mettent en valeur des figures expressives et des scènes de la vie ordinaire. Cette ode à l’ordinaire est née du désir de montrer que ces gens ne sont pas plus différents qu’ailleurs. Malgré la pauvreté qui prévaut dans le pays, ces gens veulent avant tout avoir la possibilité de profiter au maximum de leur vie. Choquée par certaines des questions qu’on lui a posées dans le passé, Célia Rako est préoccupée par le manque d’intérêt pour l’île, la cinquième plus grande au monde. Terre d’origine austronésienne, de l’archipel indonésien mais partie intégrante du continent africain, ces origines sud-est asiatiques se retrouvent à tous les niveaux : de la langue à la morphologie, de la signature rythmique aux usages ancestraux. Tout cela fait de Madagascar un pays riche de son histoire et de sa culture.
Son travail a aussi un fort aspect personnel qui lui permet de comprendre plus précisément d’où elle vient, l’histoire de sa famille et une culture dans laquelle elle a en partie grandi. C’est donc une recherche intense autant qu’une pratique ; chaque peinture étant une nouvelle histoire, un nouveau défi, un nouvel apprentissage. Le processus artistique est en constante évolution et c’est ce qu’elle trouve fantastique dans la peinture. Elle n’a pas cherché le médium, c’est l’acrylique qui est arrivé. Pour certaines personnes, le temps de séchage court de cette peinture est un inconvénient, mais c’est ce qui semble l’avoir surtout séduite. Cela lui permet de travailler en plusieurs couches et d’obtenir ainsi plus de profondeur. En termes de style, on retrouve des fonds simples et colorés, souvent monochromes et parfois polychromes sans trop de détails. Ce biais, inspiré par l’artiste congolais Zemba Luzamba, dont elle a découvert l’œuvre alors qu’elle travaillait pour Ebony Curated (une galerie sud-africaine), permet au spectateur de se concentrer davantage sur les personnages, les éloignant de tout espace-temps et insistant ainsi sur l’action.
Malgré le fait que chaque tableau cache une histoire, le spectateur est en contrôle total de l’interprétation qu’il souhaite donner. Le dialogue entre la toile et l’observateur est quelque chose de précieux pour l’artiste pour qui une œuvre d’art peut souvent exprimer beaucoup plus que des mots.
Dans un autre registre, Célia Rako travaille aussi avec la résine époxy, en la mélangeant avec différents pigments et acryliques. A travers ce médium, elle veut interpréter à sa manière des éléments plus bruts, plus naturels avec un accent sur les pierres précieuses, dont l’île rouge, aussi connue comme l’île au trésor, est pleine. Ces pierres ont de nombreuses propriétés et vertus pour les malgaches. Depuis la nuit des temps, l’homme attribue des bienfaits extraordinaires aux pierres en fonction de si elles sont portées ou posées dans un endroit particulier. Ces avantages, spécifiques à chaque pierre, dépendent de la couleur, de la composition, de la variété ou de la numérologie.
Le travail de Rako n’a pas seulement une finalité esthétique, il questionne aussi la surexploitation des champs primaires et secondaires locaux. La liste des pierres sur le pays est impressionnante, il est plus facile de mentionner les pierres que l’on ne trouve pas à Madagascar comme le jade ou l’oeil du tigre par exemple. Selon la Banque Mondiale, 15% de la production mondiale de saphir provient de Madagascar et ce taux approche les 10% pour les rubis. Malheureusement, cette industrie est loin d’être contrôlée et supervisée, ce qui laisse la porte grande ouverte aux pratiques non officielles et aux (sur)exportations illégales. En termes économiques, le potentiel du secteur de la fabrication de la pierre est incroyable, mais le problème qui se pose depuis des décennies est bien sûr l’impact sur l’environnement et la sécurité des mineurs, qui ne sont généralement pas formés ou équipés. Ainsi, trop de gens se mettent en danger ou perdent la vie dans l’espoir d’extraire de la terre des pierres qui leur permettraient de construire un avenir meilleur. Le style abstrait, fluide et texturé utilise directement cette forte illusion ou désillusion.
Plus d'infos sur l'artiste:
Son travail en HQ :

Avancée de chacune des oeuvres au cours du temps :

La page Facebook ouverte depuis peu :

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra atsimo atsinananaNahazo fanampiana ireo traboina vokatry ny hain-trano

Mahatsiaro mijaly ireo traboina 218 tafo vokatry ny hain-trano any amin’ny Faritra atsimo atsinanan’ny Nosy. Ankoatra ny tsy mbola fananan’izy ireo trano hitoerana mantsy dia hifampitadiavana ihany koa ny hanin-ko hanina isan’andro.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lakandrano manodidina an’i BesaretyAmboarina hatao “beton”

Hanomboka tsy ho ela ny asa fanamboarana ireo lakandrano manodidina an’i Besarety Boriboritany faha-3, Kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA),

 miainga eny amin’ny Rasalama mihazo an’i La Rotonde, ka hatreny Ambodimanga dia nampiantso ireo mpiara-miasa sy mpiara-miombon’antoka ny tao anivon’ny CUA, notarihan’ny lefitra voalohan’ny ben’ny tanàna, Olivier Randrianarisoa. Nahitana ihany koa ny foibem-pitondran’ny asa vaventy na ny DTP (Direction des travaux public ) eo anivon’ny kaominina sy ny DTMU, na ny foibem-pitondran’ny fitaterana sy ny fifamezivezena an-drenivohitra. Tapaka nandritra ny fivoriana fa hatomboka ny asa fanaovana latsa-tsimenitra “beton” ny lakandrano eo amin’ny manodidina an’i  Besarety, izay haharitra enim-bolana ka hatramin’ny herintaona. Hohavaozina tanteraka ireo lakandrano rehetra, ankoatra ny fanadiovana nahazatra ny CUA. Hisy koa ny asa hatao amin’ny alina, mba tsy hisian’ny fanelingelenana ny fifamoivoizana. Anisan’ny voakasika ny asa amin’ny lalana mihazo ny  RN 2 mirefy 5,5 Km; ny RN 3 mirefy 10 Km ary ny RN 4 mirefy 9 Km. Tonga nandray anjara avokoa ny eo anivon’ny Samva, Jirama, ATT, Telma sy ny Direction Régionale  Travaux Public, polisy monisipaly ... Marihina fa efa tetikasa tamin’ny taona 2015 izy ity, saingy izao vao feno ny famatsiam-bola avy any amin’ny BEI  (Banque  Européenne d’investissement)  hanatanterahana ny asa araka ny fanazavan’ny DTP ny CUA, Rakotomanga Rindra. Tompon’anjara koa ireo Delegen’ny boriborintany voakasika dia ny faha-6, faha-5,  ny faha-3 ary  ny boriboritany voalohany, miaraka amin’ny ben’ny tanànan’i Sabotsy Namehana. Efa vita avokoa ny fanadihadiana rehetra izay raisin’ny “Bureau d’Etude” an-tanana miaraka amin’ny CUA.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fakana an-keriny - AmbohimangakelyMpivady sy ny vadikelin’ny takalon’aina no atidoha

Sakaiza manody ! Mpivady nampangain’ny akanjony sy ny fitakiana omby nataon’ny olon-tian’ilay vehivavy nalaina an-keriny no voarohirohy tamina kidnapping ka tratran’ny Borigadin’ny zandary teo Ambohimangakely, ny talata 12 febroary teo.

Ny sabotsy mialoha io no tsy hita ilay ramatoa 51 taona mipetraka eny Ambatotokana, fokontany Tsarahasina. Nisy mpivady iray tanàna aminy niantso azy hiaraka hisotrosotro, nitady ny fomba rehetra hisintonana azy io eo anilan’ireo havany niara-niantsena taminy. Tsy tafody ilay ramatoa ny hariva. Nikaroka ny fokonolona ary velon’ahiahy ka nanontaniana ireo mpivady. Nambarany fa efa ela izy ireo no nisara-dalana. Ny ampitson’io, tonga tao Ambatotokana ny vadikelin’ilay ramatoa, izay efa tsy nandalo roa volana sady niserana nilaza haka kara-panondro. Nitohy ny fikarohan’ny mponina ary saika hitory io sakaizany io ny alatsinainy fa nosakanan’ireo mpivady nitondra ilay ramatoa nisotro ary nilaza fa efa misy mahita tsy lavitra izy. Nony antoandro, niverina tao amin’ny havany io lehilahy io ka nilaza fa raha mamoaka omby iray ho azy amin’ny 5 ora hariva dia tafaverina eo ilay vehivavy. Nandeha nitory an’io lehilahy io sy ireo mpivady teny amin’ny zandary Ambohimangakely ny fianakaviana, ny 12 febroary. Samy voasambotra izy ireo ary nofotorana. Nandritra izany, nanaovan’ilay vehivavy ny akanjon’ilay ramatoa very. Ny harivan’io, hita teny amin’ny fasana eny an-toerana ilay ramatoa, efa niboridana sy may ny lamosiny ary naratra ny tanany sy ny fivaviany izay efa samy nivoaka olitra  avokoa, ary very saina izy ka nentin’ny zandary sy ny mponina teny amin’ny hopitaly avy hatrany. Niakatra fampanoavana ny sabotsy 16 febroary teo izy ireo ary naiditra am-ponja vonjimaika miandry ny fitsarana noho ny vesatra maro iampangana azy ireo, tahaka ny fandratrana, fitakiana omby, fanolanana ary ny fakana an-keriny.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina IvatoTsy manana olana amin’ny fandraisana ilay tetikasan’ny filoha

Tsy manana olana amin’ny fandraisana ireo tetikasan’ny filoham-pirenena ny kaominina Ivato, raha ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Penjy Randrianarisoa omaly.

Tia Tanindranaza0 partages

Fandripahana ala eto MadagasikaraTeknolojia avo lenta no hanara-maso

Tanjona ny famerenana amin’ny laoniny ny ala sy ireo valan-javaboary eto Madagasikara.

 

 Noho ny fandrosoan’ny teknolojia dia maimaimpoana ny sary azo avy amin’ny zanabolana ary maro hatrany ny karazana sy antontam-baovao izay azo ao amin’ny tranonkala ahafahana mijery amin’ny fotoana fohy ireo zavaboary, indrindra ny ala. Ny toerana misy doro tanety, ala simba na vao novolena dia hita avy hatrany ary izany indrindra no anton’ny tetikasa World Resources Institute (WRI) sy ny governemanta Malagasy izay manana tanjona hamadika haingana dia haingana ny vaovao ho lasa fahalalana manampy amin’ny fanapahan-kevitra. Vokany, novokariny ny Alerte-deforestation (Glad-Alert) ho an’i Madagasikara izay fitaovana mampiseho ao anatin’ny fotoana fohy ny toerana itrangan’ny fanapahana ala manerana ny Nosy. Nanambara ny minisitry ny tontolo iainana, Alexandre Georget fa 50 000 Ha ny hazo vinavinaina hovolena amin’ity taona 2019 ity ary nisy ny fangatahana fiaraha-miasa amin’ny WRI ny amin’ny fampiofanana ny mpiasa ao amin’ny minisitera ny amin’ny fikirakirana ireo teknolojia vaovao hijerena ny ala ireo. Tsara kokoa ity fitaovana ity mihoatra ny Alerte Feux izay efa nahazatra satria lasa efamira 30 m no habe kely indrindra voatily. Mihamadinika, araka izany, ny antsipirihany asehon’ny sary ka ahitana mazava sy marina kokoa ny zava-mitranga ao anaty ala ao. Ankoatra izay, misy ihany koa ny application mobile « Forest Watcher » azon’ny rehetra ampiasaina amin’ny finday hampalaky ny fahazoana ny vaovao ary ahafahana manao fanairana raha misy olana any anaty ala rehetra any. Amin’ny alalan’ireo  teknolojia avo lenta sy ny zanabolana  Malagasy ireo no  handrefesana sy hanaraha-maso ny faritra rakotr’ala ary ny Malagasy rehetra dia afaka misitraka izany amin’ny alalan’ny fidirana ao amin’ny tambajotra https://mdg.forest-atlas.org/map?l=fr.

Tsirinasolo

Rakotobe Michel

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fepetra vonjimaika ny amin’ny delestazyNampitomboina avo roa heny ny tahirin-tsoliky ny JIRAMA

Manoloana ny fahatapahan-jiro lavareny izay nahatonga fahatezerana sy fingerongeronana tamin’ny maro tato ho ato dia nisy ny fiaraha-midinika tambony latabatra nataon’ny minisitra sy ny tompon’andraikitra tao amin’ny JIRAMA ary ireo mpiara-miombon’antoka misehara amin’ny solika rehetra.

 Tetsy amin’ny Hotely Panorama Andrainarivo izany no natao omaly alatsinainy 18 febroary ary fepetra vonjimaika no noraisina. Nanambara ny minisitry ny rano, ny angovo ary ny akoran’afo, Vonjy Andriamanga fa nakarina avo roa heny ny tahirin-tsolika ahazoana mamokatra herinaratra ary tsy misy delestazy intsony nanomboka tamin’ny sabotsy lasa teo. Ankoatr’izay dia tsy maintsy hitady vahaolana maharitra miaraka amin’ireo mpiara-miombon’antoka tahaka ny fanamboarana tobim-pamokarana herinaratra vaovao sy ny fitodihana tanteraka amin’ny angovo azo havaozina ny fanjakana.  Tsy maintsy hatao izany, hoy izy satria tsy Antananarivo ihany  no tratran’ny delestazy fa faritra 60 eto Madagasikara.   Araka izany dia amin’ny zoma ho avy izao indray dia hiverina hanao fanambarana ny minisitra ny amin’ny vokatry ny fifanarahana sy ny vahaolana ho famatsiana ny JIRAMA vokatry ny fifampiresahana tambony latabatra. Nanambara ihany koa ny tale jeneralin’ny JIRAMA, Olivier Jaomiary Aimé  fa ampy tsara ireo milina (groupes) ahafahana manao famokarana fa ny fahefa-mividy amin’ny solika no tena olana ka voavaha aloha izany hatreto. Tsy hisy intsony aloha ny fahatapahan-jiro araka ny nambaran’izy ireo izay sady mampirongatra ny tsy fandriampahalemana no mamono ny vahoaka sy ny mpandraharaha ary tena mamotika toekarena.

Tsirinasolo

 

  

Tia Tanindranaza0 partages

Famonoana momperaHitory izay nahavanon-doza ny Katolika

Manana ny tsiambaratelon'ny famotorana ny mpitandro ny filaminana mikasika ilay fanafihana tao Mahitsy tamin'ny sabotsy heriny ka miandry isika. Hitory ny nahavanon-doza ny Fiangonana.

Tia Tanindranaza0 partages

AMPITATAFIKA ATSIMONDRANOHanatanterahana ilay tetikasan’ny filoha ihany koa

Kaominina maro no hosahanin’ilay tetikasan’ny filoham-pirenena hotanterahina eto amintsika. Ankoatra ny eny amin’iny faritr’Ivato iny dia anisan’ny voakasika ihany koa ny eny Ambohidrapeto Itaosy, Ambohitrimanjaka, Ampitatafika …

 

 Ho an’ity kaominina farany dia nampahafantatra ny zava-misy tamin’ireo vahoaka ao aminy ny Ben’ny tanàna Rado Ramparaoelina ny herinandro lasa teo. Fampahafantarana izay nomarihiny fa tsy hanomezana tsiny na iza na iza saingy manan-jo hahalala vaovao kosa ny vahoaka. Saika nantsoiny nanatrika izany avokoa ny isan-tokantrano sy ireo fikambanana maro samihafa notronin’ireo tompon’andraikitry ny fokontany sy ireo mpanolotsain’ny kaominina. Tanjon’ity Ben’ny tanàna ity ny hahafahana mihaino ny soso-kevitra avy amin’ny mponina ihany koa. Ho an’ny kaominina Ampitatafika manokana dia fantatra fa tany mirefy 30 ha amin’ny 72 ha no hatao

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly ambony INSPNMADNamoaka mpampivelona sy mpitsabo mpanampy 333 isa

Ny hampitomboana ny isan’ireo mpampivelona sy mpitsabo mpanampy manerana ny Nosy no tena tanjon’ny sekoly ambony Inspnmad hahafahana mampihena ny taham-pahafatesan’ny reny sy ny zaza eo am-piterahana.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana ara-toekarenaTokony hiara-dalana ny vina sy ny statistika

Hoentina ampiroboroboana ny fanangonana ny tarehimarika eto Madagasikara ny Stratejia Nasionalin’ny Fampandrosoana ny Statistika (SNDS) izay tsy vita tamin’ny taona lasa teo.

 Nanambara ny injeniora tompon’andraikitra eo anivon’ny INSTAT, Andriamitsara Tarzan fa tokony hampiarahina amin’ny Politika Ankapoben’ny Fanjakana (PGE) sy ny vina IEM ny fametrahana io SNDS io amin’ity taona 2019 ity. Rehefa miara-dalana ireo dia miainga amin’izay, hoy izy ny fandrindrana ny fomba fiasa rehetra hiteraka fampandrosoana ara-toekarena haingana. Fa ankoatra io SNDS io dia tombony ihany koa, hoy izy ny namitana ny lalàna statistika tamin’ny herintaona handrindrana ny asa rehetra manodidina ny statistika. Ny filankevitra nasionalin’ny statistika no handrafitra ny didy fampiharana miisa 3 ny amin’io lalàna io. Hampandroso haingana ny toekarena ihany koa ny fanaovana fanadihadiana ifotony amin’ny isan-tokantrano izay tamin’ny taona 2008, hoy izy no nisy izany farany. Tokony hampihetsika haingana ny finiavana ara-politikan’ny fanjakana sy hanatsara ny toe-piainan’ny mponina ankapobeny ny fahafantarana ireo tarehimarika sy ny zavatra misy marina iainan’ny Malagasy eny ifotony.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

LOZAM-PIARAKODIA RN4 sy RN13

Nitrangana lozam-pifamoivoizana fiara mpitatitra olona ny lalam-pirenena faha-4 sy faha-13, omaly. Fiara marika “Sprinter” iray hihazo an’i Mahajanga no tra-doza omaly antoandro tamin'ny faritra Ankazobe, PK 99+400m.

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fita-bitro no betsaka !

Mitamberina ao an-tsain’ny maro ny adihevitra samihafa tamin’ireny fampielezan-kevitra tamin’ny fifidianana filoham-pirenena ireny.

Tia Tanindranaza0 partages

Ligin’ny Volley AnalamangaHotanterahina amin’ny sabotsy izao ny fivoriambe

Araka ny fantatra dia hotanterahina etsy amin’ny LTC Ampefiloha amin’ny sabotsy 23 febroary maraina izao ny fivoriamben’ny ligin’ny taranja volley-ball eto Analamanga hifidianana an’ireo mpikambana vaovao hitantana mandritra ny 4 taona ho avy.

Tia Tanindranaza0 partages

Karama farany ambany 200 000ArTsy nisy resaka intsony

Vao tonga eo amin’ny fitondrana dia hakarina ho 200 000 Ar ny karama farany ambany, hoy i Andry Rajoelina tamin’ny adihevitra nifanaovany tamin’i Marc Ravalomanana tamin’ny 16 desambra 2018.

Ho an’i Marc Ravalomanana kosa tamin’ireny fotoana ireny, dia notsoriny fa “ny valala tsy an-tanana tsy atolo-jaza”. Mila mason-tsivana ara-toekarena maro vao afaka miditra amin’izay, saingy ho an-dRajoelina dia toy ny misy bokotra potserina, dia mandeha ny zava-drehetra. Tsy ao anatin’ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana 2019 io famerana ny karama farany ambany ho 200 000Ar io. Efa eny am-pelatanany ny fahafena feno afaka manitsy ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana hahafahana mampihatra an’io, saingy kepoka tanteraka sy tsy tena mahita afitsoka ny fanjakana Rajoelina. Nambara fa efa eo am-pelatanana ny pitsopitsony rehetra hahafahana mahomby, koa maninona no mbola mitsapatsapa sy mody adala tamin’ny fampanantenana natao ? Raha fampanantenana dia tena kapoakany, fa raha resaka asa toa tsy arakaraka ny maha TGV azy. Nambara fa any anaty sambo, ohatra, ny vary mora ho an’ny olona fa hatramin’izao tsy mbola tonga. Ny fiara raitra dia raitra ho an’ilay filoha anefa, tsy niandry ela fa ny andron’ny fianianana dia efa naseho. Ny zavatra nampanantenaina tokoa aloha tsy nisy fe-potoana mazava nomena tahaka ny nilazana fa amin’ny fetin’ny fahaleovantena 2020 no ho vita ny Rova, ka mila miandry ny rehetra satria 5 taona ny fe-potoam-piasana. Na izany aza, hita taratra aty am-piandohana fa resabe no betsaka ary manomboka fatoran’ny teny nataony sahady i Andry Rajoelina. Kitsapatsapa ny zava-drehetra, ary ny zavatra hireharehana hatreto dia ny nataon’ny fanjakana teo aloha saingy toa tiany hokosehina mafy.

Toky R

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Atletisma MalagasyHo fety be any Antsirabe amin’ny Semi-Marathon

Ho fety be tokoa any amin’ny tanànan’Antsirabe renivohitr’i Vakinankaratra amin’ny sabotsy 09 martsa 2019 ho avy izao, hoy ny filohan’ny Federasion’ny taranja fototra Atletisma Malagasy Rtoa Norolalao Andriamahazo,

Tia Tanindranaza0 partages

Lakandranon’i MozambikaMisy andro ratsy miforona

Araka ny voalazan` ny foibe mpamantatra ny toetr`andro, misy andian-drahona matevina ao amin’ny lakandranon’i Mozambika izay mitondra orana betsaka sy rivotra mahery mety hahatratra 45 km/ora ary mety hihoatra ny 60 km/ora

Tia Tanindranaza0 partages

Fandidiana an’i ERIC FOU HEHYMbola mitady vola 301 tapitrisa ariary

Raha efa samy nanantena ny rehetra fa efa tokony ho vita fandidiana i Eric Fou hehy, fito volana taorian’ny nahalasanany tany Inde, hanaovana ilay fanoloana voa dia tsy mbola tanteraka izany hatramin’ny omaly.

 Raha araka ny fanazavana nentina tamin’ny mpanao gazety omaly mantsy dia  notakian’ireo tompon’andraikitra tao amin’ny hopitaly tokony handidiana azy tao Inde indray ny  taratasy avy amin’ny fitsarana manamarina fa tena manaiky ny hanome ny voany ho an’i Eric Fou hehy marina ny vady andefimandriny. Ity farany mantsy no manaraka azy any an-toerana ary nanaiky fa hanome ny voany ho an’ny vadiny. Miparitaka loatra, hono, mantsy ny fangalarana taova any an-toerana ka tsy maintsy hanaovana taratasy mazava hisorohana ny olana mety hitranga. Ankehitriny vao miomana amin’ny fandidiana azy amin’izay i Eric sy ny fianakaviany. Ankoatr’izay dia misy fahasimbany ihany koa ny atin’i Eric ka izay no mampidangana ny saran’ny fitsaboana.Vola mitentina 75.000 euros na 301 350 000 ariary eo ho eo no ilaina satria dia soloina ihany koa ny atiny efa samba be. Ny laharan-tariby +91 70 39 33 76 41 moa no ahazoana an’i Eric mivantana any Inde raha ny laharana 032 62 859 25 na 034 82 318 15 kosa no hahafahana mandefa ny fanampiana ho antsika eto an-toerana.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana boaderozy sy famotsiam-bolaHo sahy hanenjika ireo tena goavana ve ny fanjakana ?

Tsy azo lavina ny ezaky ny fanjakana amin’ny famongorana ny tsimatimanota. Ny fanondranana boaderozy no aseho amin’izao fa tsy misy ny fandeferana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra D-1 any BoenyMitarika ny Fosa Jr Elite taorian’ny andro faha--7

Taorian’ny andro faha-7 amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’ny baolina kitra any Boeny sokajy D-1 notontosaina tamin’ny sabotsy 16 sy alahady 17 febroary lasa teo tao amin’ny kianja

Rabemananjara Mahajanga dia mitarika an’isa vonjimaika manana isa 21 ny Fosa Junior Boeny arahin’ny Tsaramandroso Fc isa 18 ary ny Reste du Monde isa 13. Ireo vokatra azo : Enac-Usam  vs Ascum (1-5) ; Racing Manga vs Tsaramandroso Fc (1-2) ; Sporting Tarovy vs Reste du  Monde (1-4) ; Fc Kintan’ny Boeny vs Boeny Formation (0-0) ; Fosa Jr Elite vs Fc Zam Marovoay (5-0). Any amin’ny laharana faha-4 no misy ny Ascum isa 11 ary faha-5 mitovy ny Racing Sb sy Boeny Formation samy manana isa 10 avy. Andro 2 sisa no hatrehan’ny Fosa Jr Elite dia ny andro faha-9 hotontosaina ny 23 febroary 2019 izao hifanandrinany amin’ny Fc Kb sy ny lalao andro faha-4 nahemotra aorian’io andro faha-9 io hifanandrinany amin’ny Boeny Formation.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana Nosy Malagasy“Tsy maintsy azo ireo nosy manodidina.”

Nangingina tao ho ao ny fikambanana nosy Malagasy na ANM tarihin’ny filohany, Arlette Ramaroson, izay nitaky ny hamerenana ireo nosy manodidina an’i Madagasikara.

Etsy an-kilany anefa dia manomboka miseho indray ireo ady tany isan-karazany toy ny tetsy Antohomadinika sy Anosizato izay mampitaraia ireo mponina fa alain’ny karana ny tanin’izy ireo. Mikasika ireo indrindra dia nanambara ny filohan’ny ANM fa mitohy ny tolon’izy ireo mikasika io fitakiana ireo nosy manodidina ireo io. Efa izao tontolo izao mihitsy, hoy izy, no milaza fa tokony ho alaintsika ireo “îles éparses” ireo ka isika indray ve no hatoritory. Efa tsy ho ela, hoy izy, ny fivoriana any amin’ny firenena mikambana hanamafisana ny fitakiana ary azo antoka fa tsy maintsy ho azo ireo nosy manodidina ireo. Manampy ny vahoaka ihany koa ny ANM, hoy izy, rehefa resaka fitakiana ny tanindrazany ary isan’ny arahan’izy ireo akaiky io tranga eny Anosizato io. Ny mampalahelo dia tsy manam-bola akana mpisolovava ireo vahoaka. Noho izany dia ny ANM no nisafidy hirotsaka an-tsehatra hanampy azy ireo ary ho avy ny fotoana hampiharihariana ny tokony hambara momba io raharaha io, raha ny fanazavany hatrany. Hafa mihitsy kosa, hoy ity mpahay lalàna iraisam-pirenena ity ny resaka ZES na ilay velarantany manan-tsata manokana. Io dia fanomezana tany izay manana tetikasa na mpamatsy vola hiasany mandritry ny taona maro saingy tokony honeran’ilay manana tetikasa be kosa ny fampiasany ny tanim-bahoaka na ilay antsoina hoe “Dommage interet”. Raha 50 taona ny fifanarahana dia tokony ho fanonerana sahaza an’izay no omena fa tsy atao varimasaka, hoy hatrany ny tenany.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana“Mila ampitomboina ny tetibola”, hoy i Serge Zafimahova

3% monja amin`ny tetibolam-panjakana no natokan`ny fanjakana ho an`ireo rantsamangaikan`ny vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana.

 

 Ho an`i Serge Zafimahova, mpandinika fiarahamonina, mila ampitomboina io ary ny lojika dia 40%. Tratra izany raha atao isaky ny antanantohatra, izany hoe ampitomboina isan-taona mandrapahatapitry ny fotoam-pitondran`ny filoham-pirenena. Antony, rehefa miresaka fitsinjaram-pahefana dia miresaka olombelona (ressources humaines) izay mifamatotra amin`ny tetibola. Olana tsy hisian`ny fampandrosoana mipaka mivantana any amin`ny vahoaka ny mahakasika ny tahan`ny vola natokana ho an`ireo vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana. Mila atsangana ihany koa ny rafitra manokana hikarakara ny fihaonan`ny solombavambahoaka ho lany eo mba hampitovy ny tadin-dokanga eo amin`ny asam-pampandrosoana. Ireo olom-boafidy eo anivon`ny faritra amin`izay fotoana izay dia afaka mandefa solontena aty Antananarivo mba hahafahana mampifandraika ny politika nasionaly amin`ny zava-misy eny ifotony. Ny olana eto amintsika ihany koa dia ny fizaran`ny fahefana ka mila apetraka mazava ao anaty lalàmpanorenana, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Iray volana nitondran-dRajoelinaMitamberina sahady ny tetezamita

Iray volana katroka anio 19 febroary no nitondrana ny firenena i Andry Rajoelina sy ny ekipany.

 

 

Tsy ampy hitsarana azy izany, saingy ny zavatra hita aloha, dia manomboka mampitamberina ny tetezamita ny zava-misy ankehitriny. Mahery setra sy mihazakazaka any amin’ny fananganana fahavalo. Ny ankolafin-kery politika samihafa dia efa karazan’ny mipetraka sy tsy mametraka sakana ho an’ny fanjakana amin’izay vina sy fampandrosoana tiany hatao sy hapetraka eto. Noheverina ho ainga vao ho an’ny tontolo politika eto Madagasikara ny fisian’ny fankatoavan’ny filoha teo aloha ny voka-pifidianana efa hita fa feno tsy fahamarinana. Nitohy tamin’ny fanatrehan’ireo filoha teo aloha telolahy nanotrona ny fianianana tamin’ny 19 janoary. Tsy izay anefa ny zava-miseho fa nanomboka ny haza lambo sy antsojay. Fa angaha ireo nosamborina sy atao andrimaso ireo ihany no mpanao afera sy mpanao bizina eto ? Tsy misy miteny eto hoe avelao handeha ny tsimatimanota kanefa afaka miteny sy mianiana ve ilay filoha am-perinasa sy ny manodidina azy fa tena madio sy tsy mpanao afera sy nangoron-karena tamin’ny fanondranana harem-pirenena ? Tsy mbola ity fanjakana Rajoelina ity velively no hitondra fampihavanam-pirenena raha izao fiaingany aty am-piandohana izao. Mihazakazaka fatratra amin’ny fananganam-pahavalo ka toa adino fa nisy velirano natao teto, nisy fampanantenana natao, saingy tsy mbola miditra amin’izany aloha hatreto fa ny mijapy masinina sy mirehareha amin’ny nataon’ny teo aloha aza no natao. Ny olana ara-tsosialy tsy hita izay tena vahaolana satria tena mirongatra ny valan’aretina kitrotro izay efa nahafatesana olona 312, ny tsy fandriampahalemana sy ny fakana an-keriny vao mainka mihamafy, ny delestazy dia zary lasa fiainana andavanandro… saingy tsy misy apoaka ilay fanjakana eo anatrehan’ireny, fa henjana sy tena mafy kosa amin’ny fananganam-pahavalo ka manomboka io ny fanagadrana sy fanenjehana, indrindra fa ho an’ny tsy mitovy hevitra ara-politika aminy. Ao anatiny anefa, dia toa efa mikorontandrotana toa ny sasany efa manao don-tandroka fa handrotsaka kandida depiote ary ampian-tafika tsy ampian-tafika na samy manohana an-dRajoelina aza. Mety natao ihany koa anefa ireo toe-javatra sasany mba hitarihana ny sain’ny rehetra tsy hifantoka any amin’ny tsy fahombiazan’ny mpitondra. Ny zavatra hita aloha, dia miseho hatrany ny porofo maneho fa tsy mbola mahazaka firenena sy tsy mahafehy ny fitantanan-draharaham-panjakana ny fanjakana ankehitriny.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marais MasayFiara 4x4 Tucson namono mpandeha an-tongotra

Nisehoana loza mahatsiravina indray teny amin’ny Marais Masay omaly alatsinainy18 febroary hariva tokony ho tamin’ny 6 ora latsaka fahefany teo.

 

La Vérité0 partages

Athlétisme - Pâquerette reçue par le ministre Tinoka

La jeune fille de 16ans, Pâquerette Rasoarimalala qui a fait le buzz sur Facebook la semaine dernière a été reçue par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto. A part les cadeaux qu’elle a recus, des promesses lui ont été faites par le ministre afin qu’elle puisse s’épanouir et briller dans la vie. Pour revenir en arrière, Pâquerette est une jeune athlète qui vient de se révéler au championnat régional de cross-country dans la ligue d’Itasy. Elle a entendu les annonces à la radio que le futur champion de la course organisée par la ligue Itasy participera au championnat de Madagascar qui s’est tenu le samedi 16 février à Fianarantsoa. Ainsi, Pâquerette, plus connue sous le diminutif de Pa, a décidé de participer à la course et s’est inscrite. Sans entrainement ni préparation, à la surprise générale, elle a gagné la course de cross-country laissant loin derrière elle ses adversaires sans être essoufflée à l’arrivée.

Elle avait comme idée derrière la tête qu’en gagnant la compétition, elle pourra améliorer sa condition de vie par le biais du sport. Signalons que Pa est issue d’une famille défavorisée et elle a quitté l’école dès la classe de 8eme faute de moyen.Après le championnat régional, sa mère l’avait préparée en dépensant le peu d’argent que la famille avait entre les mains pour lui acheter un short et un teeshirt pour le championnat de Madagascar. Mais la déception fut grande pour Pâquerette car elle n’a pas été convoquée par la ligue pour rejoindre la délégation à Fianarantsoa. Faute de moyen, sa ligue avait proposé son nom à la fédération mais malheureusement n’a pas pu  l’emmener au championnat à part deux athlètes qui ont été affrétés par leurs parents.Elle avait pleuré de toutes ses larmes. Ramilanjatovo Andry Nirina Marino, très touché par la situation de la jeune fille, a partagé l’histoire de cette dernière sur Facebook. C’est là que tout a commencé. Le ministre Tinoka, affecté aussi à son tour l’a prise en charge et a fait tous les moyens pour l’amener à Fianarantsoa mais elle n’a débarqué que le soir du jour de la compétition. Sa seule consolation était d’avoir vu une autre ville que la sienne, même si elle n’a pas pu participer. Car c’est la première fois qu’elle est sortie de son village. Le dimanche, elle est rentrée avec toute la délégation et c’est durant son passage à Antananarivo que le ministre a voulu la rencontrer.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Chicky - Du poulet dans le palais !

Chicky, connu également sous l’image de KFC malgache est un « fast food » spécialisé dans la commercialisation de « wings » ou ailes de poulet, mais également de « tender » ou blancs de poulet. « Crée en juin 2017, l’idée de Chicky consiste à vendre des produits à la fois bons mais surtout préparés de manière naturelle, c’est-à-dire sans produits chimiques. En plus, tous nos poulets sont frais », explique Yohann Cattiau, directeur de l’établissement. En gros, Chicky œuvre dans la restauration à la fois rapide et saine. Le choix des consommateurs s’oriente généralement vers les ailes de poulet. « Le restaurant commande au total 200 kg de poulets par semaine. Les 100 kg sont consacrés spécialement aux ailes de poulet, tandis que les 100 kg restants sont destinés aux blancs. Les clients préfèrent beaucoup plus les ailes de poulet vu notre dépense hebdomadaire car les blancs sont encore transformés en boulettes et steaks », explique Fabiola, manager du restaurant.

Comme toute autre entreprise, le directeur du « fast food » se plaint de la concurrence déloyale au niveau du marché. En effet, le secteur informel pèse lourd  sur ses activités. « Les activités informelles représentent un obstacle à l’épanouissement de nos activités. Etant donné que nous sommes une entreprise très réglementée, nous déclarons tous nos revenus et tous nos employés. En plus, nous payons l’impôt. Pourtant, nos concurrents ne suivent pas ces principes. Cependant, ce sera mieux si tout le monde entre dans le cadre légal. C’est pourquoi nous invitons tous nos concurrents à régulariser leurs activités pour que tout le monde puisse  se trouver au même pied d’égalité », recommande le directeur avec insistance. Afin de mieux créer de l’emploi mais en même temps d’agrandir ses zones géographiques, Chicky projette d’ouvrir deux établissements par an. D’ailleurs, Chicky Behoririka possède en ce moment deux annexes dans la ville, notamment à Analakely et au centre commercial Urbania.Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Pour l’intérêt supérieur... !

Lors de la première mission du nouveau Président malagasy à l’extérieur, au 32 ème Sommet de l’UA, Rajoelina Andry Nirina profitait de l’occasion pour tisser le maximum de liens au nom de l’intérêt supérieur de la Nation. En effet, la quête des intérêts des 25 millions de Malagasy dictait les mobiles des contacts dans la capitale éthiopienne. L’audience accordée à Akinwmi, Dg de la Banque africaine de développement (BAD), sortit du lot. Les problèmes récurrents de la JIRAMA figuraient au centre de l’entrevue. Le Président malagasy soumet à son interlocuteur la possibilité pour la JIRAMA d’importer directement du fuel lourd de l’extérieur, et cela, afin de pouvoir réduire à la baisse le coût du carburant faisant tourner les machines de la société nationale. Par voie de conséquence, on pourrait envisager l’opportunité, à la fois d’augmenter la production d’énergie et au même moment, réduire la facture à payer. Un double avantage qui correspond aux objectifs de l’IEM et qui, en même temps, répond aux attentes de la population.

Apparemment, la tentative positive du jeune Chef d’Etat, très sensible aux intérêts des Malagasy, notamment les usagers de la JIRAMA, ménages et acteurs économiques confondus, se voit confronter aux intérêts des grandes compagnies pétrolières opérant à Madagascar. Elle déclencha immédiatement le courroux de ces multinationales tentaculaires. Se sentant menacées par l’initiative louable du Président, elles avaient pris des mesures de rétorsion de nature à étrangler, sans autre forme de procès, la société nationale JIRAMA et dont les impacts influent directement aux usagers. Délestages et coupures d’eau reviennent en puissance. Dans plusieurs quartiers de la Capitale à l’image de celui d’Antanimena, la coupure d’eau durait toute la journée du samedi 16 février sans évoquer les délestages d’au moins six heures par jour. Le ras-le-bol généralisé qui en découle frappe frontalement le tout nouveau régime. Des situations abusives de la part de grandes compagnies « capitalistes », de ce genre, avaient attisé la tentation de certains dirigeants, de l’époque, à imposer une politique totalitaire. Et cela, afin de « protéger » le bas peuple. Seulement, il y a toujours les dérapages, le propre de l’homme quelquefois, qui aboutit au final à la dictature. Malheureusement, la dictature socialiste dans la plupart des cas, mène tout droit vers la ruine.

Mais, pour l’intérêt supérieur de la Nation, tout dirigeant de pays réellement conscient de son devoir et de la mission sacrée que le peuple lui confie, se doit de chercher toutes les voies et les moyens à la disposition pour résoudre la situation d’une crise donnée. Il est inadmissible pour un peuple en détresse de tolérer les écarts de conduite de certaines grandes compagnies étrangères qui, au final,  ont tendance à « étrangler » les petites gens (vahoaka madinika) à chaque fois que leurs intérêts exorbitants se trouveraient menacés. Pour l’intérêt supérieur de la Nation, il faut à tout prix prendre toutes les dispositions qui conviennent, autrement la colère générale prendrait le dessus. Certains quotidiens de la Capitale n’hésitèrent pas à qualifier de « sabotage » le comportement de ces géants pétroliers. Il appartient aux tenants du pouvoir de faire en sorte que le peuple ne subisse les vicissitudes des pressions étrangères. Et tout cela, encore et toujours, pour l’intérêt supérieur de la Nation !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Météorologie - L’amas nuageux dans le Canal de Mozambique apporte des pluies abondantes

Hier, la pluie était rendez-vous dans plusieurs régions de la Grande Ile notamment Antananarivo, Toliary, Fianarantsoa, Sava, Melaky, Menabe, Atsimo Andrefana et Androy et bien d’autres encore. En effet, c’est l’amas nuageux dense dans le Canal de Mozambique restant en activité provoque de fortes pluies accompagnées des vents fort atteignant 45Km/h avec rafales supérieure à 60Km/h surtout dans les quatre dernières régions citées. Les prescriptions d’avis d’alerte verte sont toujours ainsi maintenues pour les districts de Besalampy, Maintirano, Antsalova, Belo Tsiribihina, Morondava, Mahabo, Manja, Morombe et Beloha. Avis d'alerte rouge cependant pour Morombe, Toliary I et II, Betioky atsimo, Ampanihy, Bekily, Ambovombe, Beloha, et Tsihombe. Selon le service météorologie, ceux qui travaillent en mer devront prendre un break puisque la sortie en mer est déconseillée, des vagues de 3m à 5m pourront y être observées.

Cependant, aucun signe alarmant annonçant  une future cyclogenèse n'est observé dans le Canal de Mozambique où est présent l'amas nuageux qui entraîne une forte  activité pluvio-orageuse sur le Sud-ouest et le Sud de Madagascar. Quoi qu’il en soit, la pluie fera du bien pour certains, notamment pour la société Jirama qui attend la pluie pour le centrale Andekaleka qui rencontre actuellement un problème environnemental, manque d’eaux de pluie pour la transformation en énergie.

La Vérité0 partages

Santé publique - Menace du virus H1N1 dans la Grande île

Une situation qui ne concerne pas directement Madagascar, enfin pour le moment, mais qui devrait quand-même alerté l’Etat malgache et les ministères concernés même à en prendre des précautions rapides. En effet, selon les informations recueillies, la grippe mortelle H1N1 frappe de nouveau à Maurice, une île qui se situe pas loin de Madagascar et dont les habitants font des vas et viens dans notre territoire. Plusieurs cas ont effet été enregistrés la fin de semaine dernière, plus précisément onze ouvriers Bangladais malades et testés positifs, 90 placés en quarantaine, une fillette de 4 ans suivie d’un trentenaire en voyage à Pune en Inde décédés. Un cas inquiétant puisque dans le journal l’Express Maurice, Ram Nowzadick, président de la Nursing Association affirme que : « Nous sommes en pleine recrudescence, surtout auprès des enfants. Récemment, il y a eu une remontée de cette grippe avec des travailleurs étrangers. Ils l’ont contractée à cause des conditions d’hygiène. La contamination se fait comme ils bougent dans la communauté ». De son côté, le Dr Mike Sooknundun, directeur de la Clinique du Nord, constate même une augmentation variant entre 5 à 8 % des infections par voie respiratoire dans le secteur privé : «On note la hausse des infections des voies respiratoires ces jours-ci ainsi que la fièvre, la toux, les courbatures ». Selon le ministère de la Santé Mauricien, 4 619 infections aigues des voies respiratoires ont été recensées la semaine dernière. Comparativement, ce taux était de 4 385 la semaine précédente. En fait, la grippe H1N1 en est une infection contagieuse. Toutefois, sollicitée sur les statistiques détaillées sur la grippe H1N1.

Aucune annoncePour  Madagascar, aucun cas n’a été encore annoncé. Le ministère de la Santé n’a pas encore évoqué le sujet ce qui devrait pourtant être déjà fait, accompagné par des prises de responsabilités surtout au niveau de l’aéroport pour éviter que ce virus touche à nouveau les malgaches comme le cas de 2017.  En effet, la maladie peut facilement se transmettre  par voie aérienne par l'intermédiaire de la toux, de l'éternuement ou des postillons. Contact avec une personne infectée par un virus respiratoire, la contamination se fait par les embrassades, les poignées de mains, les caresses. Des mesures de prévention sont ainsi nécessaires pour empêcher une éventuelle propagation du virus de la grippe H1N1 dans le pays, laquelle fait actuellement ravage et plusieurs victimes à l’île Maurice. Une des solutions que le ministère via la branche veille sanitaire et de surveillance épidémiologique (DVSSE) est la mise en place d’un système de veille sanitaire au niveau des frontières, notamment et surtout dans l’aéroport international d’Ivato.  Il se peut donc que les thermomètres Laser soient de nouveau ramenés au niveau de l’aéroport pour détecter les éventuels porteurs du virus. Effectivement, tous les passagers en provenance des îles sœurs, notamment Maurice et la Réunion devront passer le test et ceux qui présentent le premier symptôme de la maladie notamment une forte fièvre, devront toute de suite mis en quarantaine pour une prise en charge adéquate et pour éviter la contamination avec d’autres sujets.  Toute fois, il est toujours nécessaire de sensibiliser tout un chacun à adopter les mesures de précautions à son niveau pour faire face à la grippe saisonnière de type H3N2 qui touche souvent les malgaches, avec une nette recrudescence, en mangeant bien e en se faisant vacciner, surtout les enfants et les personnes âgées.T.A.

La Vérité0 partages

Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD

Bien que la situation parait scandaleuse, la complicité de certains éléments des Forces de l’ordre est bien une réalité pour expliquer cette soudaine recrudescence de l’insécurité, aussi bien dans la capitale que dans les régions. La gendarmerie nationale n’échappe pas à cette règle. En deux semaines où les choses vont de mal en pis sur le terrain, 10 gendarmes avaient été arrêtés  et certains d’entre-eux  placés sous mandat de dépôt, depuis. Le Seg, le général Richard Ravalomanana regrette la situation où toutes ces arrestations ou autres emprisonnements surviennent peu de temps après sa nomination mais il se félicité de la collaboration des médias locaux pour informer les Forces de l’ordre.

Les récents et tristes évènements survenus à Mahitsy et à Tsaratanàna, offrent des exemples probants de ces implications avérées de certains gendarmes dans ces récents assauts qui ne pouvaient être que meurtriers. Des situations qui ont surtout débouché sur le limogeage des commandants de brigade de gendarmerie dans ces deux localités notamment.  Au Seg de préciser alors que les deux gendarmes impliqués dans le double-assassinat du 9 février dernier à Mahitsy, n’ont pas été encore relâchés. “C’est à la Justice de décider ou non de leur liberté car la gendarmerie n’a aucun pouvoir sur de telle décision. Ce qui est sûr, c’est que ces gendarmes doivent être encore soumis à une enquête à la suite d’autres actes malveillants qu’on les incrimine. Initialement, ils étaient trois gendarmes d’être pointés du doigt. L’un  d’eux fut filmé par les caméras de surveillance du commerce de gros pris pour cible.F.R

La Vérité0 partages

Société SMMC - Le Directeur Général défend son bilan !

Satisfaisant ! C’est ainsi que le Directeur Général du  la société SMMC ou Société de manutention des marchandises conventionnelles et son équipe résument son bilan à la tête de cette société d’Etat. Nommé depuis le mois d’août 2018 et succédant à l’ancien DG Jean Berthin, Tsirenge Niriko Rosalien tiens à défendre son bilan pendant ces quelques mois d’exercice. Parmi les réformes qu’il a apportées figurent l’amélioration de la gestion de la société, la considération de la condition sociale des employés en vue de les motiver. 07 sur les 15 salariés congédiés par l’ex – Dg ont également été réembauchés.Rappelons que la SMMC, est une société d’Etat spécialisé dans le chargement de marchandises (hors conteneurs) dédiées à l’importation et l’exportation à bord des bateaux au Port de Toamasina. Elle emploie 532 salariés et est sous la tutelle du ministère des Transports. Depuis le début de l’année 2018 jusqu’en janvier 2019, les recettes de la société s’élève à près de 27 Milliards d’Ariary, d’après les informations émanant des dirigeants de l’entreprise.

Dans sa vision pour la promotion des activités de la société, l’actuel Directeur Général de la SMMC entend trouver de nouveaux marchés en vue d’augmenter les recettes. En ce moment, les dirigeants affirment déjà avoir noté une hausse des membres de sa clientèle incluant des opérateurs spécialisés dans l’importation de ciments. Sur cette lancée, la société ambitionne de mettre en place une norme de qualité suivant la norme ISO ainsi que de renforcer les capacités des employés à travers des formations accompagnées de rénovation des outils de travail.Prévision de hausseLa société est déjà à pied d’œuvre dans le processus d’amélioration de la qualité de ses services. Le 15 février dernier par exemple, un bateau dénommé Hoegh Africa a débarqué au Port de Toamasina avec à son bord plusieurs colis et plusieurs centaines de véhicules. D’après les explications des responsables, une quarantaine de véhicule par heure ont pu être débarqués si la vitesse était seulement de 20 véhicules par heure auparavant.  Tamby Edson, Responsable des Stocks au sein de la SMMC annonce une hausse de la prévision dans ses activités en matière de chargement et déchargement des marchandises pour cette année. “Si la SMMC a procédé  au déchargement de 190 000 tonnes (un pack de 2 tonnes étant composés de 40 sacs), ce nombre pourrait s’élever à 300 000 tonnes grâce à la collaboration avec les opérateurs spécialisés dans l’importation”, explique – t – il.Notons que la société est dote d’un magasin de stockage dont la capacité d’accueil est de 70 000 tonnes. Il s’agit pourtant d’un lieu de stockage provisoire. En principe, un accord entre les sociétés d’importation et la SMMC est établi en vue du déchargement rapide des marchandises depuis le bateau. L.R.

La Vérité0 partages

Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !

Un des rares havres de paix de la Capitale va disparaitre. Il s’agit du jardin d’Antaninarenina qui relève du domaine public depuis les années 30 mais qui risque de ne plus l’être suite à la vente réalisée par la Commune urbaine d’Antananarivo. Bien que les biens du domaine public, selon la loi, soient insaisissables, imprescriptibles et inaliénables des autorités communales ont fait fi en la vendant à une particulière. Et là, tout le monde se laisse faire. Le dossier est porté depuis peu par une des futures victimes de l’expulsion devant le Tribunal, le verdict est attendu pour aujourd’hui. Le plus étonnant dans cette affaire, c’est l’inertie de l’équipe actuelle de la Commune urbaine dirigée par Lalao Ravalomanana. D’après leurs aveux déguisés rapportés par un quotidien de la place, c’est seulement à l’issue d’une enquête interne diligentée certainement après  la révélation faite il y a un mois par notre journal que la CUA a su que le jardin d’Antaninarenina est « bel et bien vendu ». De la pure aberration tout de même étant donné que l’actuel président du conseil municipal, Andriambahoaka Rabetokotany Jean Faustin, a signé une attestation administrative datée du mois de septembre 2017 reconnaissant la vente du jardin d’Antaninarenina. Ainsi depuis cette date, la CUA s’est laissé faire en abandonnant cette partie de son patrimoine comme tant d’autres cédés ou vendus auparavant. Sauf erreur, il y a quelque part dans la mairie d’Antananarivo, un niveau de commandement qui fait de la rétention d’information, voulue ou involontairement.

La vente du jardin d’Antaninarenina datait en effet du mois d’avril 1998 et réalisée par Lalaina Berthnes, président du conseil municipal de l’époque. Donc, le maire Marc Ravalomanana, dont on connait pourtant son empressement à annuler la convention de partenariat initiée par son prédécesseur Guy Willy Razanamasy avec un groupe réunionnais pour la reconstruction de l’Hôtel de ville, ignorait complétement que le jardin d’Antaninarenina n’appartenait plus à la CUA. Plus d’un s’interroge si les mots, passation et inventaire, existaient dans ce temps dans le dictionnaire de Marc Ravalomanana et consorts. Pour revenir à la vente réalisée ainsi par Lalaina Berthnes, le jardin d’Antaninarenina d’une contenance de 30a00ca a été vendu à la modique somme de… 6 millions d’ariary à une dame inconnue du bataillon. En guise de consolation, les Tananariviens verront à la place du jardin d’Antaninarenina, qui désormais fera partie de l’histoire de la ville des mille, un centre commercial…La rédaction

Ino Vaovao0 partages

HUGUES RATSIFERANA : Voaheloka higadra herintaona an-tranomaizina miampy onitra 5 tapitrisa Ariary

Nivoaka, omaly maraina teo anivon’ny tribonaly ambaratonga voalohany Anosy ny didim-pitsarana mahakasika ny raharahan’i Hugues Ratsiferana, ilay mpanolotsaina akaiky ny Filoha teo aloha sady efa nitana andraikitra ambony maro teto amin’ny firenena. 

Araka ny didy navoakan’ireo Mpitsara nandray an-tanana dia sazy mihatra herintaona an-tranomaizina sy lamandy mitentina dimy tapitrisa Ariary ny saziny. I Hugues Ratsiferana miaraka amin’ilay namany miasa eo anivon’ny AMDP dia samy niharan’ny fanasaziana avokoa. Vesatra niampangana iry voalohany ny fangalarana sy fanodinkodinana fitaovam-panjakana raha toa kosa ka firaisana tsikombakomba tamin’izany halatra izany no nanenjehana ilay namany. 

Taorian’ny nivoahan’iny didim-pitsarana iny dia mbola manana folo andro izy ireo hampiakarana ny raharaha eo anivon’ny Fitsarana ambony.  Raha tsiahivina dia ny 12 febroary lasa teo no niakatra Fitsarana voalohany tao amin’ny Tribonaly Anosy ity raharaha ity rehefa tra-tehaka sy voaporofo fa nangalatra ireo fitaovam-panjakana ireo i Hugues Ratsiferana ary efa notazomina vonjy maika nandritra ny andro vitsy teny amin’ny fonjan’ Antanimora ihany koa. Nangataka ny hahazo fahafahana vonjy maika ny tenany tamin’io saingy nolavin’ny Fitsarana. 

Ankilany, nanao izay ho afany tamin’ny fiarovana azy ireo ny mpisolovava azy saingy niezaka nanazava ny heloka bevava sy ny fandrobana ny fananam-panjakana nataony ihany koa ny mpisolovavan’ny mpitory izay sady solontenan’ny fanjakana. Ankoatry ny fampiharana sazy mihatra amin’izy ireo dia notakian’ity farany onitra mitentina 30 tapitrisa Ariary ihany koa ireto voapangana noho ireo fitaovam-panjakana nangalariny saika nahitana fahasimbana avokoa. 

Araka ny didy navoakan’ny Fitsarana dia ny dimy tapitrisa tamin’io onitra io ihany no nasaina naloan’izy ireo.

Raha tsiahivina fohy ny raharana nampidoboka am-ponja an’ity mpanolotsaina manokan’ny Filoha teo aloha ity dia solosaina miisa 24, «  écran  » miisa 28, seza fandraisam-bahiny miisa 57 niaraka tamin’ny latabatra marobe no navoakany antsokosoko tao amin’ny birao niasany teny amin’ny lapam-panjakana Ambohitsirohitra, ny alahady 27 janoary lasa teo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA : Fahazaran-dratsin’ny mpamily sasany no iavian’ ny loza

Raha ny fitsipiky ny fifamoivoizana no resahina dia  endriky ny tsy fanarahan-dalàna  izany. Na izy ireny mitsoaka tsy hita, tsy mipoitra intsony na koa  tonga dia manatona  haingana,  mitolo-batana  any amin’ny Polisy na ny Borigadin’ny Zandary  akaiky ny toerana nitrangan’ny loza.  

Ny antony lehibe mahatonga azy ireo manao izany dia tsy inona fa  ny  fahatahorana “fitsaram-bahoaka”. Ohatra, azo eritreretina rahateo koa ny  fahatahorana  ny fanararaotana  ataon’ny olona voadona, indrindra raha olona sahirankirana no  lasibatra. Ny tena mahavariana  dia misy  ireo mpamily sasany no  manao fanahy iniana mitsoaka na dia tsy nahafaty olona akory aza fa nahavoadona fotsiny  ny fiara nanakaiky azy na nifanena taminy. 

Porofo mivaingana niseho teny  Ilanivato, tamin’ny sabotsy  16 febroary lasa teo izany, tokony ho  tamin’ny sivy ora maraina . Noho ny  fahateren’ny lalana  mihazo an’Anosimpatrana iny  dia nitandrina  fatratra  ireo mpamily fiara  tsy maintsy  mifanena. Efa ratsy ihany koa ny rarivato  ankoatra ireo lavadavaka  etsy sy eroa. Misy  hatrany anefa  ny mpamily  sasany manao loham-boto sy  amboletra fotsiny, toy ny fiara  iray  fitaomana entana  Mercedes Benz mitondra  ny  laharana  vahiny  EN-019- YN ka nandona  mafy ny fiara madinika iray nifanena taminy.

Fiara tsy ara-dalàna

Rehefa nahasimba zavatr’olona  ilay  mpamily  dia vao mainka nandositra nirifatra sady  mbola nijery tamin’ny “retroviseur”. Nenjehin’ilay fiara kely  nodoniny  saingy tsy  tratra. Noho ny fitohanan’ny fifamoivoizana, voasakan’ny taksibe tampoka ilay fiara nandositra. Nivoaka  ny fiara ny mpandeha  iray tamin’ny fiarakely voadona ary naka sary haingana ity fiara nitsoaka. Voalohany aloha, zavatra kely indrindra ny tsy fahaiza-miainan’ilay mpamilin’ilay fiara nandona. Fahasimban-javatra fotsiny no niseho ka tsy tokony hisy hatahorany na diso aza izy. Ny azo lazaina faharoa dia tsy ara-dalàna ity fiara nanao fahadisoana ity ka mety tsy nahafahany nanao “constat” sy fifampiraharahana araka ny fomba fanao amin’ny toy izao.

Ny fanoratana

Ino Vaovao0 partages

BAZARY KELY TOAMASINA : Kioska iray voaroba tamin’ny andro antoandro

Ny antoandron’ny talata 19 febroary tokony ho tamin’ny 11 ora, telolahy mitondra basy PA no nanafika kioska teo akaikin’ny mpivaro-kena Bazary Kely tsy lavitra ny biraon’ny polisy.

Tsy nisy basy nipoaka fa norahonan’ireo olon-dratsy tamin’ny basy ny mpitantana ilay kioska ka nanome ny vola rehetra tany aminy. Nitsoaka nandositra tao anaty tsena avy eo ireo olon-dratsy. Tsy nisy sahy nanaraka ny olona noho izy ireo mitazona fitaovam-piadiana. Hatreto, tsy mbola fantatra mazava ny tontalin’ny vola voaroba.Ny angom-baovao voaray no nahalalana fa an’ilay rangahy maty notifirin’ny jiolahy ny 1 novambra 2018 tao Tanambao-Verrerie Toamasina, parisela 21/73 ity kioska voaroba tao Bazary Kely ity. Vola iray tapitrisa Ariary no voaroba tamin’izay fotoana izay.

Endriky ny tsy fandriam-pahalemana ao Toamasina avokoa izany rehetra izany. Raha ity fanafihana niseho tao Bazary Kely ny antoandron’ny talata 19 febroary io, dia porofo fa tsy matahotra mpitandro filaminana mihitsy ireo jiolahy. Eo ho eo amin’ny 20 m monja, miala ny biraon’ny polisy mantsy no niseho ny fanafihana. Tsy mifidy andro, tsy mifidy ora, tsy mifidy zavatra alaina intsony ireo olon-dratsy. Tao Andranomadio ny marainan’ny talata 19 febroary, dia nahitana entana nipetraka teo amoron-dalana tamin’ny lalana tsy lavitra an’i Bemenaka. Rehefa notomorina akaiky, nisy trano vaky tsy lavitra teo, ka entana tsy zakan’ireo mpamaky trano ireo navelany ireo.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

VARY NAFARANA AVY ANY PAKISTAN : Misy hala-danja ka velon-taraina ireo mpivaro-bary

Raha ny fitantaran’ny mpivaro-bary, dia tonga hatrany amin’ny 47 na 48 kg mihitsy ny vary iray gony raha 50 kg no ara-dalàna. Ankoatra ny hala-danja, dia mtaraina amin’ny fifangaroan’ny vary efa ratsy ireo mpivarotra. Miantso ny sampan-draharahan’ny varotra izy ireo mba hanara-maso akaiky izao zava-misy izao.Raha ny angom-baovao natao hatrany, mahatratra 313taoniny ny vary nafaran’ireo mpamongady avy any Pakistan ny volana janoary iny, izany hoe in-52 nahatonga vary avy any Pakistan ireo mpanafatra izany, nefa ny 2/3 ny vary nafarana dia saika “25% de brisures” avokoa.

Ny 1/3 amin’izany dia efa mahatratra “100% de brisures” izany hoe vary efa tsy fihinan’ny olona intsony saingy afangaron’ireo mpanafatra amin’ny vary hafa izany dia amidiny eto amintsika amin’ny fanaovana “kolikoly”. Ny mahagaga ny mpivarotra vary ao Toamasina izao dia ny tsy mety fidinan’ny vidin’ny vary nafarana mihitsy nefa 0,34 dolara na manodidina ny 600 Ariary hatramin’ny 650 ariary eo ny kilao amin’ireo vary nafarana avy any Pakistan ireo miditra eto amintsika raha ny angom-baovao natao hatrany, nefa eny an-tsena dia manodidina ny 1 800 ariary hatramin’ny 1 900 ariary ny kilao. Izany hoe mahazo tombony avo roa heny ireo mpanafatra vary avy any Pakistan eto amintsika ireo izao nefa izy ireo no mibahana ny tsena.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ANDRANOMAMY- MAHAJANGA : Tsy mitovy hevitra amin’ny fomba fiasan’ny mpitsabo ny fokonolona

Andaniny, nisy ny fokonolona nitsangana ho vavolombelona fa tena miasa tsara sy mahafoy tena ho an’ny vahoaka ny mpitsabo ao aminy. Antsoina alina dia alina, antsoina antoandro dia antoandro. Mikasika ny fiampangana fa maka vola io mpitsabo io, hoy hatrany izy ireo dia lainga manontolo izany satria na ny vola hamahanana ny zanakay aza tsy misy nefa firy ao anatin’ny fianakaviana no voan’ny kitrotro ka ahafahana manome izany volabe izany.  

Samy manana ny filazany izany ny fokonolona, ao ny mitory, ao ny miaro. Anjaran’ny tompon’andraikitry ny fahasalamam-bahoaka kosa ny midina ifotony mijery ny tena zava-misy marina sy manampy araka ny azo atao ireo mpitsabo miasa any ambanivohitra any. Ankoatry ny tsy fandriam-pahalemana izay iainan’izy ireo isan’andro mantsy dia sady tsy ampy fitaovana no tsy ampy fanafody izy ireo. Efa loza mihatra ny aretina kitrotro ankehitriny ka mety raha misy ny fanatevenana ireo ekipa efa miasa any sy hamotorana akaiky ny tena fomba fiasan’ity mpitsabo any an-toerana ity.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ASAM-PANJAKANA : Hanao fitsirihana tampotampoka ireo minisitra tsirairay

Manoloana izany, tsy hijanona hampidina baiko fotsiny any anaty birao intsony ireo minisitra mandrafitra ny governemanta, Ntsay Christian ao anatin’ny fitondran’ny Filoha Andry Rajoelina fa tsy maintsy hidina ifotony hanara-maso akaiky ny fandehanan’ny asa any anivon’ireo minisitera iadidiany avy. Tampotampoka no hanaovan’ireo minisitra izany fitsirihana izany mba hahitana mazava izay tena fomba fiasan’ireo ekipany. 

Voakasika indrindra ao anatin’izany ireo rantsan’ny minisitera misandrahaka amin’ny toerana maro isan-karazany. Nisantarana izany ilay fidinana ifotony nataon’ny minisitry ny tontolo iainana, Georget Alexandre teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato ny faran’ny herinandro lasa teo. Ity farany izay manana andraikitra goavana eo anivon’ity seranana iraisam-pirenena ity manoloana ny ady atao amin’ny fanondranana ny harem-pirenena malagasy. 

Tahaka izany koa ny fidinana ifotony teny an-toerana, izay nataon’ny minisitry ny vola sy ny tetibola, Richard Andriamandrato izay ananan’ny minisitera tantaniny rantsana toy ny eo anivon’ny ladoany. Ankoatr’izay, dia nanohizany izay fitsirihana tampotampoka izay ihany koa ny teny amin’ny toerana fizarana fisotroan-dronono ho an’ireo beantitra tamin’ny andron’ny omaly. Izany dia tafiditra ao anatin’ny fampanaraham-penitra ny asam-panjakana mba hisy tombony ho an’ny vahoaka Malagasy. Fantatra fa toromarika avy tamin’ny Filoha Andry Rajoelina no hanatanterahan’ireo minisitra izany hoentina hanamafisana ny fanaraha-maso ny fizotry ny asam-panjakana eny anivon’ireo minisitera tsirairay avy hialana amin’ny mety hisian’ny gaboraraka.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ORINASA KRAOMA TSARATANANA : Tapitra ny grevy, natolotry ny minisitra omaly ny Tale jeneraly vaovao

Taorian’ny fanendrena ireo mpikambana ao amin’ny governemanta dia nisy ny fijerena ny solontenam-panjakana isan’ambaratongany ka anisan’izany ny tale jeneran’ity orinasa malagasy ity.

Ny talata 19 febroary lasa teo àry raha nidina tany an-toerana ny minisitry ny harena an-kibon’ny tany sy ny loharanon-karena stratejika, Fidiniavo Ravokatra  dia nanolotra tamin’ny fomba ofisialy ny Tale jeneraly vaovao ny orinasa Kraoma, Nirina Rakotomanantsoa. Raha fehezina ny kabarin’ny minsitra teo am-panolorana ity tale jeneraly vaovao ity dia vaindohan-draharaha ny fanohizana indray ny asa, izay nisedra olana maro teo. 

Tapitra izay ny fitokonana ary mila mamonjy ny asany faran’izay haingana ireo mpiasa rehetra ao amin’ny orinasa Kraoma. Nohamafisiny hatrany ny fametrahana vovonona ho  fanakalozan-kevitra izay ahitana ny solontenan’ny mpiasa sy ny mpitantana ary ireo mpiara-miombon’antoka Rosiana. Izany no atao dia mba hisian’ny mangarahara eo amin’ny fitantanana ny orinasa izay tena iadian’ny fitondrana ankehitriny. Nanome baiko ihany koa ny minisitra ny tsy maintsy hanaovana fanadihadiana lalina ny fitantanana ny orinasa tao anatin’izay dimy taona lasa izay, mba hahafantarana ny olana fototra nampikoroso fahana ny orinasa ka tonga hatramin’ny fitokonan’ireo mpiasa. 

Nisongadina tamin’ny fandraisam-pitenenan’ny Tale Jeneraly vaovao ny orinasa Kraoma fa hisy ny fiovana lehibe hapetraka eo amin’ny orinasa izay eo ambany fitantanany ho fanatsara ny fomba fiasa, ka hahafahana mamadika ny pejy ho vaovao. Nanambara ny solontenan’ny mpiasa, Dina Andrianirina fa zava-dehibe izao fiovana vaovao entin’ny fitondrana izao ka tapitra hatreo ny fitokonana nataon’ny mpiasa tao anatin’ny volana maromaro. Nambarany fa mahatratra 43 miliara ariary ny trosan’ny orinasa Kraoma, nefa nandritra izay 50 taona nijoroany izay dia nahatratra enina tapitrisa taonina ny vokatra  naondran’ny orinasa any ivelany. Namaranan’ny minisitra ny fitsidihany ity orinasa ity ny fijerena ny «  dispensaire  », izay mitaky fanajariana satria io no miantsoroka ny fahasalaman’ny mpiasa rehetra ao amin’ny orinasa Kraoma.

A.Lepêcheur

Midi Madagasikara0 partages

Futurmap : Cinq ans de présence à Madagascar

L’équipe dirigeante de Futurmap.

L’objectif de Futurmap est : fournir des prestations et des solutions innovantes aux standards internationaux à des tarifs compétitifs. L’entreprise travaille déjà avec des grands groupes français du BTP, des promoteurs immobiliers, des bureaux d’études et de nombreux géomètres.

D’habitude, les grandes entreprises internationales ont leur siège à l’extérieur avec des filiales à Madagascar. Futurmap figure parmi les exceptions qui confirment la règle en étant créée et basée à Madagascar, mais présente dans d’autres pays.

Différentes nationalités

Leader français, spécialisé dans le traitement de données géographiques. Futurmap a été fondée en 2013 à Madagascar par un ingénieur alsacien. Elle est aujourd’hui présente en France, en Suisse et compte des clients partout en Europe et au Canada. Et à Madagascar bien évidemment. Futurmap fête actuellement ses cinq années de présence à Madagascar. C’était vendredi dernier, à l’occasion d’une réception qui s’est tenue au siège de Futurmap où l’entreprise a invité ses clients et partenaires. Une clientèle de différentes nationalités, bien évidemment puisque ce qui fait la différence de Futurmap par rapport aux autres entreprises du même secteur c’est qu’elle ne provient pas d’une délocalisation, mais, a sa base à Madagascar. «Nous avons commencé, il y a cinq ans avec quatre personnes, actuellement, nous avons 220 employés sur Madagascar » explique Luc Straub, Directeur Général associé de Futurmap dont les activités à Madagascar sont assurées par deux grandes branches : Futurmap Data spécialisée dans le traitement des données géographiques et Futurmap Topo qui s’occupe de tout ce qui est géométrie et topographie

Partenaire incontournable

Futurmap Data se spécialise notamment dans quatre activités principales : les réseaux souterrains (Undermap), les bâtiments (Buildingmap), les infrastructures (Inframap) et les maquettes urbaines (Citymap). Undermap est par exemple, un service digital qui permet aux entreprises de travaux publics et aux maîtres d’ouvrage de réaliser des plans de synthèse des réseaux enterrés passant par leur chantier. Pour la section Buildingmap, elle travaille aux côtés des bureaux d’études, cabinets de géomètres et d’architecte, pour réaliser, par exemple des plans d’intérieur et de façades, des coupes de bâtiments et des plans de toitures. Pionnier de la modélisation Futurmap propose également la création de maquettes numériques du type Building Information Modeling (BIM). Quant à la deuxième branche, Futurmap Topo, elle est spécialisée dans la topographie, la cartographie et le traitement de données géographiques. « Notre position géographique à Madagascar fait de nous, un partenaire incontournable en Afrique et dans l’Océan Indien », explique Luc Straub. Les équipes de Futurmap Topo se tiennent ainsi prêtes à intervenir à tout moment pour répondre aux besoins avec un service de qualité. L’autre atout de Futurmap réside dans la maîtrise des nouvelles technologies. C’est ainsi qu’elle utilise par exemple les technologies Lidar et scanner pour les levés topographiques et cartographiques. Bref, Futurmap fait office de leader dans ses domaines. Et ce ne sont pas les clients internationaux et locaux venus célébrer ensemble son cinquième anniversaire qui le démentiront. Ils sont tous satisfaits des services offerts par Futurmap.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Akoor Digue : Des animations Saint-Valentin jusqu’au 28 février

Akoor Digue marque la Saint-Valentin durant tout le mois de février.

La fête du mois. Milalaoo accorde des offres spéciales durant tout le mois de février, à l’occasion de la fête de la Saint-Valentin. Le crédit Milalaoo était doublé pour les visiteurs des 13 et 14 février derniers. Pour tout le mois de février, un bonus 50% est également offert par ce parc avec manèges à sensations fortes. « 27 jeux sont disponibles à Milalaoo. Ce parc d’attraction cible surtout les adolescents et les adultes. Les 13 et 14 février derniers, ceux qui sont venus en duo ont bénéficié d’un crédit doublé, en rechargent leurs cartes auprès de la caisse. D’autres animations sont encore au programme, si l’on ne cite que la promotion et les remises Love sales, la Roue de l’amoor, le piano bar avec scène ouverte, les animations musicales et les concours photobooth », ont indiqué les responsables auprès d’Akoor Digue. Bref, même si la Saint-Valentin n’est célébrée qu’une journée tous les ans, Akoor Digue profite de l’occasion pour permettre à ses visiteurs de faire la fête durant tout le mois de février.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Fiparitahana fitaovam-piadiana : Basy tsy ara-dalàna maromaro, tra-tehaky ny pôlisy

Basy vita gasy ny maro ary basim-borona ny hafa. Fitaovam-piadianana tsy ara-dalàna maromaro tokoa no tra-tehaky ny teo anivon’ny pôlisim-pirenena nandritra ny faran’ny herinandro teo fotsiny. Nisy ny teto an-drenivohitra ary nisy ireo tany amin’ny faritra. Anisan’izany ny tetsy Andavamamba, raha voasambotry ny pôlisin’ny UIR, ny lehilahy iray, izay efa ahiahiana fatratra ho olon-dratsy. Ny sabotsy lasa teo dia tra-tehaka ny lehilahy niaraka tamin’ny namany roalahy. Rehefa natao ny fisavàna dia nahitàna basy vita gasy calibre 12 tany amin’izy ireo, niaraka tamin’ny fanamiana miaramila, araka ny vaovao azo. Torak’izany ihany koa ny tetsy Itaosy, ny zoma lasa teo, rehefa nahazo vaovao ireo tompon’andraikitra ka niroso tamin’ny fisafoana ilay faritra voalaza fa fieren-jiolahy. Roalahy no voasambotra tamin’io. Tratra tany amin’izy ireo ny basy « revolver » iray. Fitondran’izy ireo manendaka io basy io araka ny filazan’izy ireo tamin’ny famotorana azy.

Tany amin’iny distrika Mahabo iny indray kosa dia basim-borona telo sy ody gasy roa kitapo no saron’ny pôlisy ny alahady lasa teo. Tra-teka tany amina telolahy ireto fitavaom-piadiana ireto, izay saika nentina nanao fanakorontana teo an-tanana. Tsy maintsy niditra an-tsehatra moa ireo mpitandro filaminana nisambotra azy ireo. Fa mbola basy vita gasy hatrany no azo teny am-pelan-tanana lehilahy tao Besasady, Toliara ny herinandro lasa teo. Nisy bala calibre 12 anakiroa sy balana kalach roa ihany koa moa niaraka tamin’izany ary ody gasy maromaro.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Bulletin cyclonique : Alerte Verte pour le Sud

Une image satellite du système en évolution dans le canal de Mozambique.

Suivi depuis le week-end dernier, le système qui évolue actuellement dans le canal de Mozambique pourrait être baptisé dans les jours à venir si changement il n’y en aura pas. Le bulletin cyclonique publié par la direction générale de la météorologie de Madagascar à 10 h locales hier fait savoir que, l’amas nuageux dense « provoque de fortes pluies accompagnées de vent fort pouvant atteindre les 45km/h et pouvant dépasser les 60 km/h dans les régions de Melaky, Menabe, Atsimo-Andrefana et Androy« . Le bulletin cyclonique également de noter « l’avis d’alerte verte doit être appliqué pour les districts de Besalampy,Maintirano, Antsalova, Belo- Tsiribihina, Morondava, Mahabo, Morombe, Toliara I et II, Betioky Atsimo, Ampanihy, Bekily, Ambovombe et Tsihombe« . Le système serait suivi de près par la direction générale de la météorologie de Madagascar. A l’heure où nous rédigeons, aucune autre information n’a été obtenue de la part de la direction en question.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Masay : Lehilahy iray matin’ny lozam-pifamoivoizana

Tokony ho tamin’ny enina ora sy sasasny no nitranga ny loza omaly. Raha ny fitantaran’ny olona dia nisy fiara tsy mataho-dàlana izay nirimorimo ary tafiainga tamin’ny toerana misy ny andrin-jiro teo ampovoany. Izany rahateo no manasaraka ny lalana roa. Nifatratra tany amin’ny olona roa avy eo izany ary nahafaty tsy tsa-drano ny lehilahy iray izay mbola tanora. Hatramin’ny ora nanoratana dia tsy mbola fantatra ny momba ilay namoy ny ainy izay nampakana sisin-dàlana aloha. Nanao fanamiana ara-panatanjahan-tena izay misy soratra FC Tambatra Sabnam izy. Naratra mafy kosa ny olona faharoa izay nifanampian’ny olona nitatitra azy teny amin’ny toeram-pitsaboana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Les défis que le : pouvoir doit relever

Le régime semble sensible à toutes les remarques qui lui sont faites depuis son installation, il y a un peu moins d’un mois. La gestion de la situation à laquelle il est confronté est complexe et satisfaire les attentes d’une population empêtrée dans les difficultés de la vie quotidienne n’est pas aisée. Les promesses d’amélioration des conditions de vie ne peuvent pas encore être réalisées. La volonté d’aller de l’avant est manifeste, mais le régime est tributaire de nombreux paramètres qui lui échappent.

Les défis que le : pouvoir doit relever

L’insécurité et les désagréments causés par la Jirama sont les questions qui préoccupent le plus l’opinion en ce moment. Elles perturbent la vie de tout le monde car elles touchent tout le monde, des privilégiés aux personnes les plus pauvres. Les responsables de la compagnie nationale se sont empressés d’arrêter les délestages tournants et les coupures d’eau le week-end dernier devant le tollé général. Il ne s’agit cependant que d’un court répit car les problèmes subsistent. Les travaux de rénovation du réseau de distribution doivent être entrepris. Les pétroliers qui fournissent le fuel des centrales thermiques doivent être payés. C’est donc beaucoup d‘argent qui doit être déboursé pour y arriver. Si les subventions ne sont pas octroyées par l’Etat, c’est la vérité des prix de cette énergie qui devra être instituée. Ce qui serait insupportable pour le consommateur. Le dilemme se pose donc. Quelle solution vont choisir les responsables ? L’insécurité est l’autre épine dans le pied du pouvoir. Elle entretient un climat délétère et elle traumatise toute la société. Les forces de l’ordre se sont organisées pour essayer d’enrayer cette vague d’insécurité qui règne en ce moment. Le mal est tellement profond que cela ne suffit pas. Le pouvoir ne veut sûrement pas laisser les choses en l’état. Ce sont les défis qu’il doit relever.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Concert classique de midi : Voyage en Amérique avec Tsihoarana Rajaonson

Tsihoarana Rajaonson, armé de son instrument de prédilection.

Du Mexique à l’Argentine, en passant par le Cuba, La Colombie, le Brésil, et l’Uruguay, l’Amérique est un vaste continent et une grande diversité de peuples et créations musicales dans son héritage hispano-portuguais. Une diversité bien représentée dans la sélection que nous offre Tsihoarana Rajaonson avec sa guitare durant le 98è concert de midi.

Une bonne dizaine des incontournables de la musique du Pays de l’Oncle Sam remplira la programmation de ce récital de guitare classique, demain, à l’Institut français à Analakely. Entre « La bamba » et « Carnavalito de jujuy » il reprendra les morceaux de compositeurs reconnus et représentatifs à l’instar de Sergio Sauvalle Vergara, folkloriste chilien, principalement connu pour être l’auteur de la chanson « El Corralero ».

Tsihoarana Rajaonson est un guitariste diplômé de la Royal School of Music de Londres, Grande‐Bretagne. Ancien professeur de musique au Centre National d’Education de la Musique (CNEM), il affectionne particulièrement la musique latino-américaine. Les habitués du « Concert classique de midi » ont déjà pu apprécier son extraordinaire virtuosité, car il a déjà été invité en mars 2012. Dans tous les cas, le concert de demain sera une vraie balade musicale à travers toute l’Amérique Latine.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Révisions des listes électorales : Les citoyens aux abonnés absents 

Les opérations sur les listes électorales, que ce soit des ajouts de noms ou des retranchements, sont achevées le 15 février dernier. Et actuellement, la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) achève les opérations de saisie y afférentes, afin de pouvoir imprimer les listes et de les remettre au niveau des Fokontany pour vérification, uniquement, de l’exactitude des informations fournies par les citoyens. En attendant, nous avons appelé le rapporteur de la Ceni, Fano Rakotondrazaka, hier, pour lui demander « l’évolution » de la participation des citoyens à ce processus. « Nous n’avons pas encore rassemblé toutes les données, mais jusqu’au 15 février, vers 11h30, nous avons enregistré un taux de 0,83% », indique-t-il. Un taux plus que maigre qui n’atteint même pas 1% et qui justifie dans un certain sens, le désintéressement des citoyens au processus électoral général.

Frustration. Si nous essayons de donner des explications sur ce faible taux d’inscription, nous pouvons y arriver à partir de certaines hypothèses. En effet, la plupart des citoyens évoquent une certaine « frustration » vis-à-vis de la Ceni, laquelle n’a pas réussi à relever les deux principaux défis qu’elle s’est fixés auparavant, en l’occurrence, l’exhaustivité et l’exactitude des listes électorales. C’est une expérience vécue et partagée lors de la dernière présidentielle, au premier comme au second tour. De surcroît, la Ceni s’est fiée aux affirmations de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) qui a donné son feu vert à l’utilisation des listes électorales soi-disant « auditées » et ne recelant qu’ « un anodin taux d’irrégularités ». Des allégations de fraudes électorales ont été également mises sur le tapis, mais aucune vérification pointue et profonde n’a été enregistrée. En un mot, il y a un (énorme) problème de légitimité de cette structure chargée d’organiser les élections, collée à son image.

Manque de sensibilisation. Par ailleurs, nous relèverions l’hypothèse selon laquelle il y aurait un manque de sensibilisation de la part de la Ceni et de la société civile. En effet, nous ne sommes pas sans savoir qu’en 2017, les Rale (Révisions Annuelles des Listes Electorales) ont été démarrées en grande pompe à Majunga, et la Ceni s’est fixé un objectif d’enregistrer dix millions d’électeurs inscrits sur les listes électorales ; un objectif qui n’a pas été atteint, certes, mais dont le taux d’inscription a connu une augmentation de 5%. Tout cela, parce que nous avons préparé une élection présidentielle. Mais, cette année ou durant les dernières Rale, la sensibilisation n’a pas été solide due, dans un certain sens, à un manque d’engagement. (Certains vont avancer le manque de financement bien que des fonds aient été ou soient disponibles). Les organisations de la société civile en ont fait pareil. Combien d’entre elles ont parcouru le fin fond de la brousse pour exhorter chacun à s’inscrire sur les listes électorales ? A expliquer qu’il ne s’agit point d’une démarche complexe et que c’est un devoir ? En 2019, nous sommes toujours dans ce genre de situation et nous allons culpabiliser qui quand les responsabilités ne sont pas prises et assurées ou assumées (c’est selon) par les responsables ?

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz : Les chasseurs de « plaques rouges »

Les usagers n’hésitent plus à diffuser des voitures « plaques rouges » en train de faire des folies.

La semaine passée, facebook a fait sa plus belle représentation, et comme toujours, ce produit d’un capitalisme toujours sûr de son avancée a réussi à berner tous les utilisateurs malgaches. Cette fois, elles ont fait le buzz. Ces voitures à la « plaque rouge » qui se sont fait chapardées par des routiers et conducteurs munis de la nouvelle arme de l’opinion publique, le smartphone. De plus, la qualité des appareils photos embarqués dans ces téléphones ultramodernes est de plus en plus précise. Des résolutions plus fines, une rapidité de manipulation sans égale.

Le fait est là, les institutions sont maintenant accrochées à facebook. Chaque jour, pour ne pas être offensées par des « images publiques » qui sont devenues des prétextes pour se retrouver mis à pied, voire renvoyé comme un malotru de son poste. Un chauffeur de ministre a récemment fait les frais de ces chasseurs de fautes, les nouveaux héros des rues en carcasse de la capitale. Dès lors, la liberté d’expression, cher au pays du fondateur de facebook a retrouvé l’un de ses rôles premiers : dénoncer l’injustice, surtout quand elle est pratiquée par ceux qui détiennent le pouvoir.

Mais il a suffit de quelques semaines pour que tout le monde déchante de cette ouverture offerte par facebook. Puisque c’est grâce au même outil que l’administration pense redorer tout ce que ses ouailles ont souillé. A grand renfort de communiqué écrit, signé et, bien sur, tout ce qu’il y a de plus institutionnalisé, il fallait pour « être dans le mouvement » que ça sorte sur facebook. Du coup, autant ceux qui dénoncent la République et autant ceux qui soignent son image, légitime facebook comme un nouvel instrument de la justice, de justification…

Cependant, ce réseau social est une arme à double tranchant. « Parce que c’est sur facebook, alors, c’est vrai. Surtout si celui qui diffuse l’information est identifiable », voilà ce que beaucoup pourrait penser actuellement. Voici une hypothèse de schéma : la voiture d’un cadre de l’Etat fait un contre sens dans une rue fréquentée. Plusieurs usagers le prennent en photo. Après quelques minutes, plusieurs images sont partagées sur facebook. Des milliers de commentaires plus tard, l’organe concernée sort un communiqué sur facebook que les inculpés ont été sanctionnés. Cette nouvelle information est commentée des centaines de fois.

C’est réglé. Personne n’ira demander si les sanctions ont été réellement appliquées. Si les fautifs, que tout le monde s’abstient de dévoiler l’identité, ont reçu les mesures adéquates. Puisque, maintenant tout se règle sur facebook. Tout ce qui se dit sur facebook, reste sur facebook. Une théâtralité de l’information et de la démocratie. Mais ce qui a été vraiment décidé dans les bureaux, tout le monde semble s’en moquer.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Agence universitaire de la Francophonie (AUF) – Tournoi inter-universitaire de débats : 1ère finale r...

Cela fait cinq ans que l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) pour la zone Océan Indien organise le tournoi inter-universitaire de débats dans  ses représentations locales. Pour marquer ce 5ème anniversaire d’une pierre blanche, l’AUF Océan Indien passe à un niveau supérieur, en optant pour une finale régionale. Une première.

 Prévue se tenir le 22 mars  à Tana, cette 5e édition est organisée en partenariat avec la Fédération des Clubs de l’Université catholique de Madagascar et de l’Institut national des Sciences comptables et de l’Administration d’Entreprise (INSCAE) jeune entreprise. 350 participants sont attendus pour cette finale régionale inédite. Des présélections locales seront  organisées dans les implantations de l’AUF dans la zone Océan Indien. Ainsi, pour la Grande île, la présélection sera organisée par la Direction régionale Océan Indien de l’AUF et la Jeune chambre internationale de Mahajanga en partenariat avec les Alliances françaises de Diégo, de Mahajanga, de Tamatave, d’Antsirabe, de Fianarantsoa et de Toliara. Pour les Comores, l’organisation sera assurée par le Campus numérique francophone de l’AUF de Moroni. La finale régionale rejoint pour cette année l’esprit de Dis-moi dix mots, « Des mots sous toutes ses formes ». Tandis que pour l’île Maurice, elle sera co-organisée par le Campus numérique francophone de l’AUF et l’Institut de la Francophonie pour l’Entrepreneuriat. Enfin pour le Kenya, l’Université de Kenyatta et le Campus numérique francophone, partenaire de l’AUF se chargeront de l’organisation des présélections locales.

Rappelons que le tournoi inter-universitaire de débat a été organisé pour assurer un développement linguistico-culturel plus effectif aux universitaires. Ils s’exerceront ainsi à des débats de haut niveau entre pairs sur des questions d’actualités. A part la valorisation de la langue française et des valeurs véhiculées par la Francophonie, le tournoi permettra également aux étudiants de faire preuve de répartie et d’érudition tout en faisant honneur à leur établissement respectif. Comme à l’accoutumée et dans cette dynamique de rhétorique, le tournoi prendra la forme d’un débat parlementaire ouvert (DPO) : des participants  organisés en équipes de 3 personnes sur la base d’un thème et d’une position pour ou contre, tirés au sort.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Magro Behoririka : Bolongam-by miendrika grenady, hitan’ny olona

Hatairana, tahotra, izay no nahazo ireo olona teny amin’iny faritra Magro Behoririka iny omaly maraina. Nahitàna bolongam-by iray, izay manana endrika toy ireny grenady ireny mihitsy mantsy hita teny an-toerana tamin’io maraina io. Nampanantsoina avy hatrany ireo tompon’andraikitra.

Sangy ratsy ve ? Ireo mpamafa lalana hamita ny asany teny amin’iny faritra Behoririka iny no nahita ity bolongam-by ity voalohany. Bolongam-by hafahafa … Tsy fantatra izay nametraka azy aloha hatreto, fa dia vetivety teo dia niely ny feo ary nitangorona ny olona. Nampanantsoina ihany koa ny mpitandro filaminana izay niasa nandamina fifamoivoizana tsy lavitra io toerana io. Ity farany rehefa nandinika akaiky izany, avy hatrany dia niantso ireo tompon’andraikitra mahay manokana ny amin’ny resaka fitaovam-piadiana mety hipoaka. Araka ny fanazavàna azo, rehefa notiliana akaiky tokoa ity zavatra mampiahiahy ity dia toy ireny “grenady” ireny mihitsy saingy efa tsy teo intsony ilay vy fanapoahana azy na “goupille” araka ny fiteny ara-teknika azy ireny. Na izany na tsy izany aza anefa, tsy maintsy noraisina ny fepetra sy ny fitandremana rehetra manoloana izao toe-javatra izao. Tsy fantatra mantsy na tena izy tokoa na sarisariny fotsiny ihany ity bolongam-by hita ity. Efa nentina notiliana manokana any amin’ny sampandraharaha misahana izany moa ity zavatra ity, ary ho angamba ho fantatra tsy ho ela ny valin’izany fitsirihana izany. Efa nosokafana ihany koa ny fanadihadiana mahakasika ity tranga ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

IT Station : Une vitrine de la nouvelle technologie

IT Station, un centre commercial Hi-Tech de plus à Behoririka.

« IT Station » ouvrira bientôt ses portes pour permettre aux consommateurs de faire convenablement des achats de fin d’année dans le domaine de l’informatique et de la téléphonie.

Ouvert au public depuis novembre 2018, le nouveau centre commercial dédié aux nouvelles technologies sera inauguré officiellement jeudi prochain. « Avec la cinquantaine de boutiques spécialisées dans le secteur des nouvelles technologies, IT Station offre aux consommateurs des produits de grande qualité avec des prix qui défient toute concurrence », explique un responsable d’IT Station. Une vitrine de la nouvelle technologie qui témoigne en tout cas du dynamisme de ce secteur à Madagascar.

Prix compétitifs

Après un début timide dû au fait que l’ouverture coïncidait à la période électorale, IT Station commence actuellement à être mieux connu du public. « Les consommateurs sont agréablement surpris par les prix compétitifs pratiqués par les boutiques d’IT Station », a-t-on expliqué. D’ailleurs, les boutiques officiant chez IT Station sont pour la plupart, celles qui sont déjà présentes dans les autres centres commerciaux de la capitale. L’avantage c’est que malgré sa modernité, les loyers pratiqués par IT Station ne sont pas aussi chers qu’on peut le croire. Mieux, en cette période d’ouverture, les boutiques bénéficient d’une réduction de 50% du loyer mensuel. En tout cas, la présence de « IT Station » répond en tout cas à de nombreux besoins, dans la mesure où les centres commerciaux existants, spécialisés dans ce domaine, n’arrivent plus à satisfaire la demande locale des opérateurs.

Bonne affluence

Avec une façade munie de deux écrans géants et ses 50 box équipés, « IT Station » a l’ambition de devenir une référence dans son domaine. Situé en plein quartier des opérateurs en informatique et proche des autres centres commerciaux de renommée que sont « CITIC » et « Suprême Center », « IT Station » garantit une bonne affluence et offre un environnement de sécurité autant pour les vendeurs locataires que pour les clients et visiteurs. « Ce nouveau centre est bâti suivant les normes internationales et les boutiques y proposent essentiellement des produits de grandes marques». En plus d’être spacieux et bien illuminé, chaque box dispose d’un système anti-incendie. L’immeuble est également sécurisé par des smarts caméra, et une équipe de sécurité assure la garde 24h/24 afin d’offrir aux locataires et aux visiteurs une certaine sérénité. Si le rez-de-chaussée, le premier, et le deuxième niveau sont réservés aux matériels informatiques et à la téléphonie, le troisième est destiné aux bureaux. Enfin, le 4e niveau, qui comporte une terrasse, abrite un « food-court », dont un grand restaurant spécialisé dans les produits de la mer. Un espace enfant et de loisir est également prévu.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Jeux de la Francophonie 2021 : L’appel à candidature relancé

La délégation malgache aux Jeux de la Francophonie d’Abidjan en 2017.  

Un nouveau bouleversement. A deux ans de la tenue des Jeux de 2021 initialement prévus se dérouler au Canada Nouveau-Brunswick, le Comité international des Jeux de la Francophonie (CIJF) a préconisé vendredi de relancer l’appel à candidatures après le forfait de ce dernier. « Le Conseil d’orientation du Comité international de la Francophonie (CIJF), composé de 18 Etats et gouvernements membres, s’est réuni les14 et 15 février au siège de l’OIF à Paris, sous la présidence d’Annie Laflamme, représentante du Canada, vice-présidente du Conseil d’orientation, et avec la participation de l’Administrateur de l’OIF et du Secrétaire général de la CONFEJES. Le 14 février, pour sa première journée, le Conseil d’orientation a pris acte du désengagement du Canada Nouveau-Brunswick à organiser les Jeux de 2021 et recommande de relancer, en accéléré, l’appel à candidature pour la tenue des Ixes Jeux de la Francophonie en 2021. La deuxième journée, le 15 février, a été consacrée à l’examen du projet de guide de candidature, ainsi qu’au processus de candidature des Xes Jeux de la Francophonie de 2025 » tel est la teneur du communiqué de presse du CIJF. En raison de l’explosion des coûts, le Nouveau-Brunswick avait annoncé fin janvier qu’il se retirait de l’organisation des Jeux prévus à Moncton et Dieppe. La ville de Sherbrooke, au Québec, écartée en 2016 au profit de Moncton, avait décidé lundi dernier de se porter à nouveau candidate. « On n’a pas d’offre officielle sur la table, d’un pays, d’un gouvernement qui souhaite accueillir (les Jeux) », avait indiqué jeudi Annie Laflamme, représentante du Canada et vice-présidente du Conseil d’orientation.

Recueilli par T.H

Midi Madagasikara0 partages

Présentation de vœux 2019 : Un mariage réussi entre Orange et les journalistes

Le responsable de la communication avec les journalistes, Zo Andriatsilavo (au micro), envisage de raffermir davantage les relations avec la presse.

Simple mais combien emprunte d’une belle ambiance de camaraderie. C’est le maître-mot de la cérémonie de présentation de vœux organisée par Orange Madagascar pour la grande famille des journalistes de samedi au Tanana Zoari, à Ilafy.

Quand le responsable des relations avec la presse Zo Andriatsilavo parlait d’un événement visant à raffermir davantage les liens avec les journalistes et que Renaud y met tout son savoir-faire pour mettre de l’ambiance, tout le monde a pris un énorme plaisir. Et c’est tant mieux pour une nouvelle collaboration franche et loyale.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

OTIVTANA : Mise en place d’une banque à distance cette année

L’institution de micro-finance OTIVTANA ne cesse de développer ses produits financiers au profit de toute la population. Elle dispose actuellement de 130 points de service répartis dans dix régions de Madagascar, à savoir, Analamanga, Vakinankaratra, Itasy, Bongolava, Anosy, Androy, Amoron’i Mania, Haute-Matsiatra, Boeny et Betsiboka. Elle mise sur un service de proximité en mettant en place une banque à distance cette année. C’est ce qu’on a appris lors d’un reboisement effectué par les dirigeants et le personnel de cette institution de micro-finance comptant en tout au nombre de 600 personnes.

Agents bancaires. Ce nouveau projet permettra aux bénéficiaires de ne plus se déplacer auprès des caisses de l’OTIVTANA. Ceux-ci peuvent effectuer une opération de retrait ou de dépôt. Pour ce faire, cette institution de micro-finance travaillera en partenariat avec une centaine d’agents bancaires. Ce sont des intermédiaires bancaires qui opèrent pour le compte d’une banque. Leur mandat peut inclure les opérations de dépôts et de retraits. Ils sont généralement déployés dans des zones où la banque n’a pas une présence physique.

Mutuelle de santé. En outre, un nouveau produit est également lancé à compter du début du  mois prochain. Il s’agit d’une mutuelle de santé permettant aux membres ou non de l’OTIVTANA de bénéficier une prise en charge à hauteur de 60% des coûts de leurs soins de santé concernant les consultations et les traitements en ophtalmologie, en dentisterie et examens complémentaires. En revenant sur le reboisement de l’OTIVTANA qui s’est tenu dernièrement à Tsimahabeomby Imerintsiatosika, 500 jeunes plants ont été mis en terre. Les autres agences de cette institution de micro-finance dans les régions effectueront également ce même devoir de citoyens envers la nation.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ivato : Mpanao basket sarona nitondra rongony

Nandritry ny fitiliana ny entana no tsikaritra fa nisy menaka rongony nafenina. Teratany congolais iray izay tafiditra tao anatin’ny ekipa izay handray anjara tamin’ny fifanitsanana Afroleague no tompon’antoka tamin’izany. Ny asabotsy tokony ho tamin’ny efatra maraina ny tonga ny fiaramanidina izay nitondra ity ekipa ity ary nandalo ny fisavàna isan-karazany toa ny mahazatra eny amin’ny seranam-piaramanidina. Rehefa sarona ny zava-mahadomelina izay nentiny dia avy hatrany dia notazomina izy ary nanokafana fanadihadiana. Fa dia inona loatra ny fieritreretan’ny vahiny ity seranam-piaramanidintsika ity ? Ny sinoa mitondra sokatra sy biby arovana, ny venezueliana mitondra rongony, ny congolais koa torak’izany ary ny malagasy sasany volamena. Toa tsy misy tahotra loatra izy ireo kanefa dia heloka mampigadra hatrany ireo karazany izay natao ireo. Mety an-tsain’izy ireo angamba ny hoe mandoa vola dia afaka satria malaza ratsy amin’ny kolikoly sy fanaparam-pahefana ny seranan’Ivato. Na izany aza aloha dia mba nisy vokany tato ho ato ny fisavàna teny an-toerana satria nisesy ny fahitàna olona nitatitra zavatra tsy ara-dalàna.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Tsaratanàna : Vosotra ireo takalon’aina 4, nandoa vola 15 tapitrisa Ar ny havany

Noho ny tahotra ny valifaty, dia tsy nety nanambara ny toerana nanaovana ny fifanakalozana mihitsy ireo olona nalaina an-keriny sy ny havany.  Raha ny loharanom-baovao voaray, rehefa nandoa vola 15 tapitrisa ariary, ny alahady teo, ny havan’ireo takalon’aina miisa efatra, nalain’ny jiolahy an-keriny tao amin’ny fokontany Morafeno, Distrikan’i Tsaratanàna, ny 08 febroary lasa teo, dia avotra soamantsara omaly ny « Chef ZAP » Tsaratanana I (Dren Betsiboka), sy ireo olona telo hafa niara-nataon’ny dahalo « kidnapping » niaraka taminy. Raha ny fantatra, dia efa tsy lavitra ny toerana nanaovana ny fifanakalozana no nisy an’ireo mpitandro filaminana mikaroka ny olon-dratsy, nefa noho ny tahotry ny fianakaviana sao dia hisy fifandonana, ka hahafaty ny havany sy ny fisian’ny volabe tany amin’izy ireo, dia notapahin’ ireto fianakavina ny fifandraisana an-telefaonina tamin’ny Zandary, ka tsy afaka nanao « actions » ireto farany. Efa tonga tao Morafeno Tsaratanàna ireo takalon’aina votsotra notronin’ny fianakaviany avy vao nampahafantarina ny be sy ny maro. Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana, dia salama tsara na dia reraka ny « Chef ZAP » Lanto. Omaly tolakandro moa, dia niarahaba azy tafaverina indray teo anivon’ny fianakaviany sy ny fianakaviamben’ny fanabeazana ireo mpampianatra ao Tsaratanana, ary ny Alakamisy ho avy izao kosa no fotoana hiarahaban’ny mpampianatra rehetra eo anivon’ny Cisco Tsaratanana tapany avaratra azy.

Eric Manitrisa