Les actualités Malgaches du Lundi 19 Février 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara1543 partages

Soutien à Hery Rajaonarimampianina en 2013 : Andry Rajoelina présente des excuses publiques

Andry Rajoelina maîtrise toujours l’art de la communication. (Photo : Kelly)

« Je ne suis pas un putschiste, je suis un révolutionnaire », a déclaré le président de la Transition.

Déterminé. C’est le message que voulait et veut envoyer l’ancien président de la Transition à travers l’émission spéciale diffusée hier sur « VIVA TV », « Kolo TV » et « TV Plus ». Sa maîtrise de l’art de la communication étant toujours intacte bien malgré les 4 années de discrétion politique, Andry Rajoelina était plutôt à l’aise pour répondre aux questions des 4 journalistes de ces chaînes de télévision. Pendant environs 3 heures de débats, il a notamment apporté des éléments d’éclaircissement sur différents sujets à polémiques, entre autres, les rumeurs sur une éventuelle alliance avec Marc Ravalomanana, la signification du Logo de son projet Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) et le bilan des quatre ans de pouvoir du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ».

IEM. La première partie de l’émission était une occasion pour l’ancien président de la Transition de présenter et défendre devant un public composé entre autres, d’opérateurs économiques, d’artistes, des universitaires, des jeunes issus de différents secteurs d’activités, des juristes, des parlementaires et de ses partisans au sein du MAPAR, son projet Initiative pour l’Emergence de Madagascar. IEM n’est pas un programme mais un espace mis en place pour rassembler les techniciens et les opérateurs qui souhaitent apporter leur contribution pour le développement de Madagascar. Ce projet prévoit des solutions sur tous les domaines de la vie socioéconomique, entre autres, l’agriculture, l’élevage, l’éducation, la sécurité et les infrastructures, et vise à faire de la Grande île un pays émergent dans l’Océan Indien, par des solutions endogènes. Selon ses dires, « la population n’a pas besoin d’attendre 2030 pour résoudre les problèmes de pauvreté, l’insécurité, l’inflation et la famine. Les Malgaches attendent des solutions dans l’immédiat ». Une pique lancée à l’encontre du régime HVM qui vient de présenter son « Vina Fisandratana 2030 ». Un forum sera organisé à Antananarivo incessamment dans le cadre de l’IEM. Par ailleurs, des déplacements aux Etats-Unis, en Allemagne, à Londres, en Arabie Saoudite sont également prévus.

« Ni…, ni… ». Mais l’évènement marquant de ce « show télévisé » s’est produit durant la deuxième partie consacrée aux actualités politiques. En effet, Andry Rajoelina a formulé un mea-culpa public pour l’élection de Hery Rajaonarimampianina à la Magistrature suprême. « Je présente mes excuses et je demande pardon auprès du peuple malgache pour avoir proposé et soutenu sa candidature lors de l’élection présidentielle de 2013 », a déclaré l’ex-Chef d’Etat qui semble se sentir coupable pour le bilan « catastrophique » du régime actuel. « J’ai soutenu un homme mais je ne pouvais pas savoir ce qu’il allait faire après ». Faut-il rappeler que l’actuel locataire d’Iavoloha a été un candidat adoubé par Andry Rajoelina lorsque ce dernier a été frappé par le « ni…ni ».

Trahison. Tout en exprimant des regrets, l’ancien président de la Transition a aussi affiché sa déception par rapport à la trahison et au retournement de veste de ses anciens compagnons de lutte. « Mes blessures se sont déjà cicatrisées, cependant, ce qui me fait des chagrins, c’est que ces gens ont également trahi le peuple malgache et les mpiara-mitolona », a-t-il soutenu. Et d’ajouter qu’il est désormais temps de changer la pratique politique au pays car le peuple malgache ne mérite plus ce genre de comportement. Continuant sur sa lancée, le numéro Un du MAPAR de déclarer : « la vie et la politique m’ont beaucoup appris, notamment à propos de la trahison et des mensonges ». Une manière à lui de faire savoir qu’il a acquis une grande maturité, mais aussi de laisser entendre qu’il revient encore plus fort sur l’échiquier politique. Pour enfoncer le clou, Andry Rajoelina de faire savoir que « même l’appellation Hery Vaovao ho an’i Madagasikara, c’est moi qui l’ai inventé ». Cependant, fidèle à ses principes, l’ex-homme fort du pays a annoncé que le MAPAR ne se positionnera jamais en opposition officielle au régime qu’il a lui-même installé.

Alliance. Pour ce qui est des rumeurs sur l’éventualité d’une alliance avec Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina n’a ni confirmé ni infirmé. « Ma porte reste grande ouverte pour tout le monde. D’ailleurs, pour la mise en œuvre de l’IEM, nous sollicitons la contribution de toutes les personnes de bonne volonté, sans distinction de couleur politique, ni de couleur de cravate… Le fait d’avoir une discussion ne signifie pas qu’on a décidé d’unifier nos partis. En tout cas, je ne serai jamais partisan du TIM et Marc Ravalomanana ne sera jamais membre du MAPAR », a-t-il déclaré. Et de lancer au passage un appel à l’endroit de tout un chacun afin de laisser de côté la politique-politicienne et les guéguerres politiques pour se donner la main, afin de trouver des solutions pour le développement de la Nation.

Révolutionnaire. Cette émission spéciale a également été une occasion pour l’ex-Chef d’Etat de répondre à ses détracteurs qui le traitent de putschiste. « Je ne suis pas un putschiste, je suis un révolutionnaire », a-t-il martelé. Et d’expliquer que « le putsch, selon le dictionnaire, est un soulèvement opéré par un clan militaire ou un groupe politique armé. Ce qui n’était pas le cas en 2009 car Marc Ravalomanana a démissionné et a remis les pleins pouvoirs aux plus hauts gradés des forces armées. Ce sont ensuite ces derniers qui m’ont remis le pouvoir ». L’ancien Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo n’a pas pu s’empêcher d’exprimer sa consternation par rapport à la situation actuelle de la Ville des Mille qui fait face aux acharnements des tenants du régime. En ce qui concerne la Présidentielle, Andry Rajoelina préfère pour le moment entretenir le suspens par rapport à sa candidature. Et ce, même s’il ne cache pas son ambition de revenir bientôt au pouvoir. « Je ne peux pas encore me prononcer sur le sujet car pour l’heure, la date du scrutin n’est pas encore connue et les textes régissant les élections n’ont pas été adoptés ».

Davis R

Midi Madagasikara138 partages

Ampamarinana : Sept morts et huit blessés dans la chute d’un énorme rocher

Véritable tragédie dans la haute ville d’Antananarivo, la nuit du samedi 17 février. La chute d’un énorme rocher du haut de la falaise d’Ampamarinana  a provoqué une énorme panique dans le quartier d’Andohalo et ses environs. Cette grosse pierre dont la taille est comparable à celle d’un car de marque Mercedes Sprinter, est tombée sur trois maisons d’habitation dont deux ont été entièrement détruites et la troisième partiellement. Le bilan fait état des sept morts (deux adultes et cinq enfants) et huit blessés. Selon les témoignages des habitants du quartier, Le drame s’est produit vers 20 heures 15 minutes, juste au moment où une  pluie orageuse tombait sur  la capitale. Tout d’un coup, des fortes détonations suivies de vibrations ont retenti dans les environs. « Nous ne nous sommes rendus compte de ce drame   que lorsque nous avons entendu des cris d’alerte », mentionne un habitant du quartier qui affirme être parmi les personnes venues en premier sur le lieu du drame. Il affirme avoir vu deux maisons totalement écrasées par le gros rocher. Des membres du « fokonolona » ont commencé à évacuer les victimes avec les moyens du  bord, quand des sapeurs-pompiers de la caserne de Tsaralalàna appuyés par des militaires du corps de la protection ont débarqué quelques minutes plus tard. Vue l’importance des dégâts, l’opération de secours a duré toute la nuit. Heureusement que les blessés ont été sauvés à temps. Mais, les corps sans vie d’un adulte et d’un enfant n’ont été retirés des décombres que le matin.

Une famille entière. Selon les informations qui nous sont parvenues, une famille entière (un couple âgé  de 36 et de 30 ans et ses deux enfants) a péri dans cet accident. On nous a appris que  l’une des victimes est une enseignante du préscolaire à l’EPP de Mahamasina Sud. Une autre est un élève de l’EPP de Mahamasina Est. C’est pourquoi, le ministre de l’Education nationale Paul Rabary a pris la décision d’octroyer une salle pour la veillée funèbre à l’INFP (ex-Ecole normale) à Mahamasina. Hier, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana et le ministre d’Etat chargé des Projets présidentiels et de l’aménagement du territoire, Benjamina Ramarcel Ramanantsoa se sont rendus à Ampamarinana pour constater de visu le drame tout en apportant leur soutien aux familles éplorées. Lors de cette visite, ces membres du gouvernement ont réitéré la nécessité de la prise de mesure pour qu’une tragédie de ce genre ne se produise plus. Telle que  l’évacuation immédiate des habitants des endroits à haut risque sur la Haute-ville durant la période de pluie. Il est à noter que le même phénomène avait déjà eu lieu dans ce quartier en 2016 où six personnes d’une même famille ont été tuées dans l’effondrement de leur maison.

T.M.

Tia Tanindranaza64 partages

Andry RajoelinaNy omaly tsy niova

Nandritra izay 4 taona izay, dia tsy nisy andro na dia iray aza tsy nieritreretako ny Malagasy sy i Madagasikara, hoy i Andry Rajoelina nandritra ny fampahafantarana an’ilay IEM (Initiative pour l’Emergence Madagascar) tamin’ny fahitalavitra TV Plus sy Kolo TV halina.

 

 Ny zava-misy anefa dia tsy tafatombina teto amin’ny firenena sy tsy nahalala izany Malagasy izany intsony izy raha vao very fihinana. Nanadio tena fa tsara tantana ny firenena. Dedaka ery Rajoelina nilaza fa tsy nahazo nitrosa fa nahaloa trosa ny tetezamita, hoy izy. Fa mba nankaiza ary ny volabe manodidina ny 2 miliara dolara latsaka kely tao amin’ny banky foibe navelan’ny fitondrana Ravalomanana ? Ahoana ny tena marina momba ilay 100 tapitrisa dolara nomen’ny Sinoa nitrandraka vy tao Soalala ? Ny vidin’ny fiaramanidina Air Force One an-tapitrisany dolara ? Ny resaka vola be azo tamin’ny trafikana boaderozy naha voatonontonona olona tao anatin’ny tetezamita sy olona tena akaiky an’i Andry Rajoelina. Fahapotehana sy fahasimbana no tena sary mipetraka ao an-tsain’ny ankamaroan’ny Malagasy raha vao miresaka fitondrana tetezamita, kanefa dia milokaloka i Andry Rajoelina hampandroso an’i Madagasikara ao anatin’ny fotoana fohy na dia mbola mijanona ho resaka ambony latabatra fotsiny aza ilay IEM ataony tsianjery. Alahelony fatratra ny nanilihan’ny HVM azy, ary dia namatrapatratra Rajoelina nanaratsy ny filoha ankehitriny Hery Rajaonarimampianina. Ifonako amin’ny Malagasy manontolo ny nanolorako sy nanohanako tamin’ny fomba rehetra ny HVM sy Hery Raonarimampianina, hoy izy. Ny tsy mahara-baovao, na very tadidy angamba no mety taitaitra fa izay mahafantatra tsara ny tantara dia mahalala fa manarona ny tsy fahaizany amin’ny resaka serasera sy resabe i Andry Rajoelina, izay mbola mahoraka n’aiza n’aiza fa “sans qualité” ary tsy azo atokisana amin’ny fampandrosoana firenena. Ohatra mivaingana azo itarafana izany ny fitondrana HVM amin’izao fotoana, tarihan’ny olona niara-niasa akaiky tamin-dRajoelina izay mahita paikady isan’andro haminganana ny Malagasy mitovy aminy.

Ny daty aza tsy mbola fantatra, raha ny nambaran-dRajoelina momba ny firotsahan-kofidiany ho filoha na tsia. Tsy any amin’izany ny resaka fa any amin’ny fitondrana fampandrosoana, hoy izy. Tsy mahamaika izany, fa fitaovana fotsiny. Mikasika ny mety ho fiarahana amin’ny TIM kosa, dia samy antoko ny TIM sy ny MAPAR, ka tsy hisy mandrakizay ny hoe ho iray ireo, hoy izy.

Toky R

 

 

 

Midi Madagasikara64 partages

Toliara – Affaire Tinah : La famille du prévenu réclame l’arrestation du copain de la victime

La famille du prévenu exprimant ses doléances. Photo Charles Raza.

En attendant le dénouement de l’affaire dans laquelle la jeune Tinah a perdu  mi-novembre 2017, la famille du prévenu, arrêté dans cette affaire, exige l’arrestation du petit ami de la victime. Pour le moment, celui-ci a toujours été considéré comme lui aussi, une victime, d’autant plus que c’est sa copine Tinah qui a reçu une balle en plein dans l’œil. Ce prévenu est en détention préventive car après le drame, il a pris la fuite vers Antananarivo dans la voiture du petit ami de la victime. Tous les soupçons pèsent jusque-là sur celui qui allait plus tard, être arrêté et actuellement en détention. Mais ce n’est pas si simple et c’est pour cela qu’aucune décision de justice n’est sortie jusqu’à ce jour. Hésitation qui permet à la famille du prévenu de réclamer l’arrestation du copain de la victime. Selon les déclarations du prévenu et de son équipier, l’arme appartiendrait à ce petit ami de la victime et c’est avec cela qu’il menaçait tout son entourage. C’est en se disputant avec l’arme que le coup serait parti, selon le prévenu, et causé le décès inopiné de Tinah qui n’avait rien à voir avec la querelle entre le prévenu et le petit ami de la victime. Alors cette révélation fait rebondir l’affaire de nouveau. Ainsi donc, n’est pas victime celui qu’on croyait l’être jusque là, et c’est la raison pour laquelle la famille du prévenu exige l’arrestation du petit ami. L’affaire est loin de s’arranger d’autant plus que la famille de Tinah qui ne voulait pas d’arrangement avec la prévenue, a finalement cédé et touché le pactole, « à condition que le travail de la justice continue, et connaître le vrai coupable » entre ce prévenu et le petit ami de la victime. Affaire à suivre…

Charles RAZA, correspondant

Midi Madagasikara54 partages

Sécurité en Afrique : Bientôt un centre de formation de haut niveau

Ce à quoi ressemblera le centre de formation.

Une plateforme continentale dédiée à la sécurité est en cours de construction et pourra accueillir 150 stagiaires et instructeurs dans un centre d’une superficie de 2,5 km².

C’est le Cap Vert qui abrite le projet : la construction d’un centre africain de formation dédié aux forces de sécurité de l’État, opérationnel d’ici mai 2020. Un projet qui affiche un objectif majeur, celui de « répondre aux défis sécuritaires grandissants sur le continent et de soutenir la coopération internationale en matière de défense et de sécurité ». Le coût de construction de ce centre, baptisé « Orbit Training Center » (www.Orbit.training)  s’élève à 125 millions de dollars.

Inédit. Ce centre intègre des infrastructures d’entrainement, de simulation (une première en Afrique), et de formation les plus pointus pour le tir en salle, le tir de combat, la nage de combat, le sport, le renseignement, les télécommunications militaires et sécurisées, l’interception, le maintien de l’ordre ainsi que la lutte contre le narcotrafic, le braconnage et la cybercriminalité. Il est prévu de le doter d’une aire dédiée aux conférences internationales et rencontres B2B en relation avec le secteur de la défense et de la sécurité.Institutions internationales. 150 stagiaires et instructeurs pourront être accueillis dans ce centre d’une superficie de 2,5 km2  destiné aux forces de police, forces armées, forces spéciales, renseignements et services spéciaux, douaniers, gardes forestiers, sapeurs-pompiers et services de protection civile venant principalement du continent africain. Mais Orbit Tranining Center cible également les institutions internationales telles les Nations Unies, pour le maintien de la paix, l’Union africaine, la CEDEAO, l’ECOMOG, INTERPOL, ou même l’OTAN.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara51 partages

Ankazobe : Fanafihan-jiolahy, maty voatifitra ny tompon-trano

Raim-pianakaviana iray no lavon’ny balan’ny jiolahy, tany amin’ny tananan’i Fenomanana, ao amin’ny fokontany Antsampanimahazo, any amin’iny distrika Ankazobe iny, ny faran’ny herinandro teo. Tokony ho tamin’ny sivy ora alina tany ho any no nanao amboletra tao amin’ny tokantranon’ity raim-pianakaviana ity, ny dahalo nahatratra teo amin’ny dimy lahy teo, nitondra basy. Vantany vao tafiditra ireo, dia ny vola avy hatrany no notakiany. Vola mitentina teo amin’ny enina hetsy ariary teo ho eo no lasa tamin’io fotoana io. Vao lasa ireo no niantso vonjy ny tao an-trano. Nahay niray hina ihany koa ireo fokonolona ka namaky ny antso vonjin’ity farany. Raikitra teo ny fifandonana ka nisy tamin’ireo mpanafika no naratra. Nanao tsoa-pe nitsoaka ireo mpanani-bohitra no sady namaly tifitra ihany. Tamin’io fotoana io no voan’ny bala ilay rangahy tompon-trano ary naratra mafy. Natao avy hatrany ny famonjena ity farany, saingy indrisy fa namoy ny ainy izy raha vao tonga teny amin’iny hôpitaly teny Bejofo, Mahitsy. Nampandrenesina ihany koa tamin’io fotoana io ny zandary ary tonga teny an-toerana, nanao ny fikarohana ireo olon-dratsy

m.L

News Mada47 partages

« Vory hasina » : 18 marsa ny « Taom-baovao malagasy »

Manerana ny faritra 22 no hanatanterahana ny fankalazana ny taom-baovao malagasy ny 18 marsa izao. Eto Antananarivo kosa ny hanatontosanany ivon’ny fankalazana. Ireo ny vaovao nisongadina nandritra ny famoriana mpanao gazety nataon’ny « Mitana ny hasin’ny Rova Andriambahoaka afovoan’ny tany », tao amin’ny Colbert Antaninarenina, ny faran’ny herinandro teo. Noraisina ho lohahevitra sy teny filamatra ao anatin’izany fanamarihana ny taom-baovao malagasy 2018 izany ny « Vory hasina ».

Nanamafy ny mpikarakara fa tsy hiresahana fiaviana, tsy hiresahana finoana ny fankalazana ny taom-baovao malagasy fa lanonana hifanotronan’ny Malagasy tsivakivolo araka ny soatoavina nolovaina tamin’ireo raiamandreny tany aloha.

Marihina fa nandritra ny loabary an-dasy notanterahina teny amin’ny tranobe koltoraly malagasy tamin’ny taon-dasa no nanamafisan’ny ampanjaka sy ny katibo ary ireo raiamandreny ara-drazana avy amin’ny lafivalon’ny Nosy fa tsinambolana mialoha ny fankalazana ny Paska no mifanandrify amin’ny taom-baovao malagasy ka hanaovana ny fankalazana manerana ny faritra 22.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

Midi Madagasikara46 partages

Ratefinanahary Emile : Ce médecin aime voyager et faire des découvertes

Les différentes affectations de ses parents lui ont permis d’acquérir une vision claire du vécu quotidien des gens. En tant que médecin, il est en contact permanent avec les différentes couches sociales.

Ratefinanahary Andriandraina Emile, alias Vazaha, né le 29 avril 1969 à Alasora Antananarivo, est un médecin sortant de la Faculté de médecine d’Antananarivo. Il est marié et père de quatre enfants. Il est le fils d’un fonctionnaire et d’une sage-femme. Etant fils de fonctionnaires, Vazaha a presque parcouru toute l’île. En effet, il a obtenu son CEPE à Ambalavao Tsienimparihy, son BEPC à Ambositra et son baccalauréat à Toliara. Ces différentes affectations de ses parents lui ont permis non seulement d’être à la rencontre des gens de diverses régions de la Grande Ile mais aussi de connaître leurs us et coutumes.

Sciences politiques. Ce médecin de formation a été surtout connu pour  avoir été à la tête de l’AMDM (Andry ny Mpianatra ho Dokotera eto Madagasikara) de 1997 à1999. Lors de ses études en France, il a été directeur du foyer des étudiants malgaches à Cachan et Arago, Paris. Il a fréquenté également l’université de Créteil Paris 12. En outre, il a fait des études en sciences politiques à Paris et du management public toujours dans la capitale française. Sur le plan professionnel, Ratefinanahary Emile travaille actuellement au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Discipline. Sur le plan politique, après les évènements de 2002, il a adhéré au parti Tiako i Madagasikara. D’ailleurs, il fut un temps où il a été président du TIM Europe. Il reste aussi très actif dans diverses organisations, il est en effet, le président national de l’association « Olona Hasin’ny Tany » (OHT) et du mouvement de rassemblement pour la libération de Madagascar. Quant à ses autres activités, il a pratiqué le karaté et qu’à certains moments il a ravi le titre de champion de Madagascar dans cette discipline sportive,  d’ailleurs il est membre de la fédération malagasy du karaté-do. A ces temps perdus, il aime pratiquer le sport, voyager et faire des découvertes. Pour ce qui est de ses plats préférés, il aime le « hen’omby ritra » et le canard sans oublier pour autant les fruits. Ce qu’il déteste dans la vie, c’est l’hypocrisie et ce qu’il apprécie, ce sont les gens honnêtes.

Recueillis par Dominique R.

Tia Tanindranaza40 partages

Ravalomanana sy ny ekipanyAsa fa tsy teoria

Akaiky ny fifidianana ary efa samy hita ho miomana amin’izany daholo, indrindra ireo kandida sy antoko heverina ho goavana.

  Nivahiny tao amin’ny fandaharana Tsikaritra tao amin’ny radio Aceem omaly ny depiote lany tamin’ny anaran’ny antoko Tiako I Madagasikara tao amin’ny boriborintany faha-5, Guy Rivo Randrianarisoa, izay sady kestora voalohany eo anivon’ny antenimieram-pirenena. Nilaza ny tenany fa tsy mbola nanao fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana mihitsy hatreto ny antoko TIM satria ny propagandy dia mamory vahoaka dia milaza hoe fidio ity kandida ity ary ity no fandaharany. Ny TIM kosa dia tsy mbola nanao afa-tsy ny nidina ifotony nihaino ny hetahetam-bahoaka. Adidin’ny antoko politika no manao izany satria mila fantarina mialoha ny olan’ny vahoaka mialoha ny hitondrana. Mikasika ny vinan’ny antoko kosa dia nanambara ny tenany fa raha samy maniry fisandratana ny hafa izay samy nipoitra tamin’ny fanonganam-panjakana, ny TIM kosa tsy miala amin’ny Madagasikara am-perinasa na ny MAP. Mety niova kely fotsiny ny voarakitra ao anatiny fa azo antoka fa hitondra an’i Madagasikara ho any amin’ny fampandrosoana toy ilay teo aloha ihany. Anisan’ny itiavako ny filoha Ravalomanana, hoy hatrany ity TIM mafana fo ity, dia satria ny anay asa fa tsy teoria. Izy ihany no afaka nanaporofo fa azo atao ny mitondra fampandrosoana tao anaty 10 taona ary izay no hanohanako ny filatsahany amin’ny heriko rehetra na dia nodorana aza ny tranoko.

J. Mirija

Midi Madagasikara29 partages

Des morts de trop

Cette tragédie qui a frappé toute une famille à Ampamarinana nous bouleverse tous car elle nous met en face de cette fatalité qui peut survenir à tout moment.  Le drame est d’autant plus poignant que l’on peut s’identifier à ces victimes. Il s’agit de personnes comme vous et moi qui ont été surpris dans la quiétude de leur maison. Les Malgaches sont aujourd’hui dans la peine car ce sont un père, une mère et des enfants qui ont été broyés par ce rocher. Ce n’est hélas pas la première fois qu’un tel événement tragique se produit dans la capitale.

Des morts de trop

Les pluies torrentielles qui sont tombées sur la capitale ces derniers jours ont été la cause de nombreux éboulements. Les infiltrations qui ont fragilisé les habitations peu solides vont certainement provoquer l’effondrement de ces dernières. Cela entraînera d’importants dégâts matériels et peut-être aussi des pertes de vie humaine. Mais c’est cette tragédie  survenue le week-end dernier qui nous fait ressentir la gravité de la situation de la  capitale. On se demande pourquoi  des habitations ont pu être construites sur cet endroit alors que les immenses rochers d’Ampamarinana se trouvaient en surplomb. Le plan d’urbanisme d’Antananarivo n’a certainement pas prévu l’interdiction de construction de bâtiments à cet endroit. Aujourd’hui, le drame est survenu et on ne peut que se lamenter sur le sort de cette petite famille qui a été ensevelie sous les décombres de sa maison. Le Premier ministre et certains membres du gouvernement venus témoigner leur compassion aux proches des victimes, n’ont pas manqué de souligner l’urgence de l’évacuation des lieux, reconnaissant ainsi les  carences des autorités dans ce domaine. L’affliction manifestée par de nombreux internautes sur les réseaux sociaux montre que c’est un  deuil qui est partagé par de nombreux Malgaches.  Ce drame interpelle les autorités et doit leur faire prendre conscience de leur responsabilité envers leurs concitoyens. Il s’agit de la mort d’un père, d’une mère et de leurs enfants. Ce sont des morts de trop.

Patrice RABE

Midi Madagasikara28 partages

Judo – Open international de Saint-Denis : Roberto Razakandria se pare de l’or

Les judokas médaillés avec les supportrices malgaches à la Réunion. (Photo fournie).

Cinq médailles ont été remportées par le clan malgache dont une en or, une argent et trois en bronze samedi et dimanche à l’Open international de judo disputé au Dojo régional de Champ Fleury, Saint-Denis de La Réunion.

Une belle moisson. Les judokas malgaches ne rentrent pas bredouilles à la 2e édition de l’Open International de Saint-Denis de la Réunion. 100 %. C’est le résultat des judokas malgaches à l’Open International de Saint-Denis de La Réunion. Les cinq jeunes judokas de l’ESCA ont été tous médaillés. Opposés aux judokas réunionnais, mahorais, mauriciens, rodriguais et français, les combattants de l’ESCA n’ont pas démérité. Roberto Razakandrandria est monté sur la plus haute marche du podium chez les moins de 90 kg. Après un parcours sans faute, il a remporté la médaille d’or chez les moins de 90 kg chez les cadets après avoir survolé Mace Loïc du judo club Avirons en finale. Même si son adversaire est plus gradé que lui, Roberto a usé de toutes ses techniques pour s’imposer. L’unique représentante féminine, Juane Andriamahenina s’est emparée de la médaille d’argent dans la catégorie cadette des moins de 48 kg. Elle s’est inclinée face à Chabot Nelsy en finale. Les deux autres médailles de bronze ont été acquises par Fetra Ranaivoarisoa en – 73 kg et Eduardo Andrianirina en – 55 kg. Ces deux judokas qui ont battu respectivement en finale de bronze Gilles Coteau et Maxime Longobardi. Malgré sa blessure, Eduardo Andrianirina a assuré sa place sur le podium.  Lors de la journée d’hier avec l’entrée en lice des minimes, Kilian Rakotonanahary a offert la dernière médaille de bronze à la délégation malgache. « Nous sommes satisfaits du résultat, ce qui montre du niveau de nos combattants sur la scène régionale » a expliqué Ranaivoarisoa Andriamaholitiana. Cette délégation malgache de 2018 a amélioré le résultat de 2017 avec une médaille de bronze de plus. Après la compétition du week-end, les judokas malgaches vont attaquer un stage de trois jours du lundi 19 au mercredi 21 février.

T.H

Midi Madagasikara24 partages

Echos du week-end

Les ténors de l’humour malgache parés de rose rouge.

Le week-end précédant la Saint-Valentin, l’amour a été au rendez-vous en fin de semaine. Entre l’humour, le rock et le pop, les spectacles ont fait salle comble, selon les goûts et les couleurs

# Goth et Francis : L’amour à « Amour’rire » de rire. Mémorable  est un faible mot pour ceux qui ont assisté à l’« Amour’rire ». Célébrer l’amour dans l’humour, une autre façon de fêter la Saint-Valentin! Incarnant trois personnages chacun, Gothlieb et Francis Turbo ont frappé fort. Vendredi, dans un Palais des sports bien rempli, les deux humoristes ne sont pas allés de mains mortes.   Sans plomber l’ambiance amoureuse, chaque Lady a reçu une « rose » afin que ces dames se sentent de suite à l’aise et pas au bout de leur surprise.  Entre deux sketchs, place à la chansonnette, et aux invités. Avec la technologie de pointe, l’idée du « mapping » a donné une autre dimension au spectacle.

Jongler entre leurs personnages, ils ne savent que trop bien le faire. Le temps d’une soirée, Gothlieb a remis en selle Olga et Syrila, tandis que Francis a redonné vie à Francette et Madame Fara. Histoire d’équilibrer la soirée, chacun de ces personnages ont eu le loisir et le temps nécessaire de s’exprimer comme bon leur semble.  Le plus marquant reste cependant, la prestation de Francis sur grand écran. Stimulant des présentations de condoléances via skype, sans exclure les actualités dans lesquelles ils ont rappelé les buzz du moment à l’instar de Marc Tatandraza et Luc Hervé.

# Tnm Tour : Le succès suit Kristel. Digne de sa notoriété récente, Kristel a offert un fameux spectacle. Comme à son habitude, le trio déchire toujours autant. Avec le charme incontestable de la chanteuse, les riffs de son guitariste et les coups de baguette du batteur, le groupe de pop le plus populaire du moment a enflammé la scène à l’Institut français à Analakely vendredi. Toujours dans le cadre du Tnm tour, la bande à Christelle Ratri touche le public adepte d’ambiance délire.

Cette fois encore, la complicité entre le trio a été partagée avec son public. Avec l’appui de ces derniers, les sifflements et les cris d’appréciation se font entendre dans toute la salle. En passe de devenir des tubes, « Akao » et « Rataiky » ont été entonnés en chœur.  Sans pouvoir rester sur place, les spectateurs ont dansé aux rythmes des sons sans se faire priser. Se laissant entrainer par l’énergie et la fougue du groupe, son son pop est très salué avec les teintes d’électro et de rock à ne plus en finir.

# Metalcore : Behind the mask en passe de devenir des stars. Dans le milieu underground, ils sont connus, mais ce week-end, Behind The Mask a fait un grand pas en avant sur la scène malgache. Leur prestation à l’Is’art Galerie  est incontestablement inoubliable. Derrière leurs masques, la Bande à Lambo Ala  enflamme littéralement la scène.

Devant une foule en délire et avide de sensation, l’adrénaline monte d’un cran quand les premières notes résonnent dans la salle comble.  Pour certains, c’était le moment ou jamais pour se lâcher et oublier un temps les soucis du quotidien. Une aubaine pour les adeptes de metalcore.

Midi Madagasikara23 partages

Maka Alphonse : Pour la mise en place de la Commission Spéciale Indépendante pour l’Amnistie

Maka Alphonse déplore que le CFM n’ait reçu aucune demande d’amnistie depuis sa création.

Le Président du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM), Maka Alphonse de déplorer que, cette entité n’ait reçu aucune demande d’amnistie depuis sa création. « Nous travaillons actuellement sur une cinquantaine de dossiers qui datent du FFM », a-t-il indiqué. A cet effet, le président du CFM revendique  la mise en place de la Commission Spéciale Indépendante pour l’Amnistie. Dans la même foulée, il a envoyé une lettre au ministre de la Justice pour s’enquérir de la suite de leur revendication. Faut-il rappeler que le CFM a pour missions, entre autres, l’établissement de la vérité sur les violences et les allégations de violation des droits de l’homme en relation avec des faits liés aux évènements politiques de 2002 jusqu’à la fin de la Transition, en permettant aux personnes victimes des violations des droits de l’Homme ainsi que celles qui en sont les responsables de s’exprimer. Il en est de même de l’investigation et l’établissement de la réalité des faits liés aux évènements politiques de 2002 jusqu’à la fin de la Transition aux fins de bénéfice des mesures de l’amnistie, en échange d’un processus de collaboration à la manifestation de la vérité.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara18 partages

Saint-Valentin : Le Palais des sports sous le charme de Bodo et Njakatiana

Le duo, toujours aussi adulé.

Bodo et Njakatiana, Njakatiana et Bodo, ce duo phénoménal séduit toujours autant. Hier encore, les deux artistes ont enchanté son public en  chantant l’amour dans toute sa splendeur.

Décidément, la combinaison Bodo/Njakatiana est une formule qui gagne à tous les coups. De la bonne musique, dans un palais des sports plein comme une coquille d’œuf, un plan technique quasiment sans faille et bien sûr, deux artistes au top de leurs formes, tous les paramètres ont été conjugués pour que « Mifampitantana 2018 » soit un grand succès. Ces valeurs sûres de la variété malgache ont donné le meilleur pour la énième fois. Précédés de leur notoriété, ils ont été à la hauteur sur tous les plans.

Comme dans les grands spectacles internationaux, le décor sortant de l’ordinaire, les organisateurs ont misé gros sur la décoration et l’emplacement de la scène à ce que toute la salle puisse être face à la scène, se trouvant au beau milieu. Sur un ton blanc, Bodo et Njakatiana ont joué la carte de la séduction jusqu’au bout. Avec un répertoire riche en amour,  toutes les générations présentes ont eu leur part, devant un public des plus éclectiques. En solo ou en duo, où les morceaux ont été entonnés en chœur. Créant ainsi une grande communion avec les spectateurs.

Eloges. Du côté du public, les inconditionnels ne tarissent pas d’éloges. Pour Kiady Ramarosoa, la réussite de ce spectacle est une évidence. « Bodo et Njakatiana sont deux grands professionnels, qui ont déjà l’habitude de se partager la scène. Pour ceux qui suivent depuis ces trois décennies, leurs côtés perfectionnistes ont toujours eu raison de chaque prestation. Et même si je suis un habitué, ils ne cessent de m’éblouir », s’enflamme-t-il.

Hommage. Dans un premier temps, place aux chansons d’amour qui ont bercé bien des gens. Entre les morceaux phares comme « Maizina ny androko », « Safidy »… Que ce soit chanté par Bodo ou Njakatiana, chaque version est tout simplement émouvante. Si Bodo s’attelle essentiellement à son micro, Njakatiana troque le sien de temps à autre contre son saxophone ou sa guitare.  En seconde partie, place à la danse. « Zanaka mpanarato », « Rafahendrena », « Mifalia fa malagasy » les enchainements n’en finissent plus.  Faisant bien des heureux, il a fallu plus de quatre heures pour satisfaire ces inconditionnels. Les félicitations sont de rigueur pour les organisateurs. Entre deux chansons, une minute de silence  a été consacrée pour rendre hommage à ceux qui ont perdu la vie dans l’éboulement de pierre à Ampamarinana.

Tia Tanindranaza17 partages

Fifidianana filoham-pirenenaMety hahemotra amin’ny mey 2019…

Tsy misy tokotaniny hatramin’izao ny resaka fanatanterahana ny fifidianana amin’ity taona ity, ka mivoaka mihitsy ny resaka fa hahemotra any amin’ny volana mey 2019. Tsy sahin’ny fitondrana ny mamoaka ny daty mazava na efa hatry ny ela aza ny vaomiera mahaleotena mikarakara ny fifidianana na ny CENI no nangataka izany.

 

Vao tsy ela akory izay ity vaomiera ity no nilaza fa tokony hialoha ny fiarafaran’ny volana martsa farafahatarany no hamoahana azy io. Asesika hatrany fa ampifanarahana amin’ny lalàmpanorenana ary efa niteny izany ny filohan’ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao, saingy ezahina ny mampitarazoka ireo lafin-javatra maro tokony hirosoana. Tsy mbola tanteraka hatramin’izao ny fandinihana sy ny fandanian’ny parlemanta ny lalàna momba ny fifidianana. Tsy resaka teknika fa tena politika maloto no mibahan-toerana. Raha ny tokony ho izy, eo anelanelan’ny 25 novambra-25 desambra 2018 ny hanatanterahana ny fihodinana voalohany, saingy lalaovina ny toe-javatra isan-karazany hahafahana mampitarazoka ny firosoana amin’ny fifidianana toy ny valanaretina, loza voajanahary, fampianarana,… Tsy tongatonga ho azy ny famoronana ilay vanim-potoanan’ny pesta ary voizina fa mety hihamafy kokoa izany atsy ho atsy. Nihemotra ny daty hanatanterahana ny fanadinam-panjakana, ka ny CAP/EP, izay mamaramparana azy izao, dia ny 21 novambra 2018 no farany, izany hoe tafiditra ao anatin’ny vanim-potoanan’ny propagandy raha raikitra aty amin’ny faramparan’ny novambra ny fifidianana. Ao anatin’ny vanim-potoanan’ny fahavaratra hisian’ny rivodoza ihany koa isika amin’izany. Hampiasaina ilay hoe: hahemotra noho toe-javatra tsy azo ivalozana ny fifidianana. Ny tena zava-misy anefa, dia miady an-trano sy tsy mahatoky tena tanteraka ny HVM. Maro, ohatra, no resy lahatra na ny samy olon’ny antoko aza, fa saro-toerana sy tsy ho lany intsony izy ireo raha i Hery Rajaonarimampianina no mbola ho kandida. Olona 4 hatreto no re fa miady sisika sy te ho kandida, dia i Hery Rajaonarimampianina, Rivo Rakotovao, Paul Rabary, ary ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier. Tena hita amin’izao ny tsy mahamatotra ny antoko HVM, izay 4 taona mahery nijoroana. Olom-bitsy aza tsy mahay mifandamina sy tsy matotra ara-pomba fiasa, ka atao mahagaga ve raha tsy misy atokona amin’ny fitantanana firenena ?

Toky R

 

Midi Madagasikara16 partages

Alasora : Jiolahy efatra nitondra basy nanafika tokantrano, voatsindrona antsy ny mpiambina

Tokantrano iray tao Amboasary, Ambodivoandava no lasibatry ny asan-jiolahy indray ny alin’ny zoma lasa teo. Vola manodidina ny iray tapitrisa ariary teo ho eo no very tamin’io, niampy fitaovana sarobidy maromaro. Tsy vitan’izay, fa mbola naratra voatsindrona antsy ihany koa ny mpiambina an’io tanana io. Tokony ho tamin’ny 11 ora alina teo ho eo no tonga tao amin’ity tokantrano ity ny andian-jiolahy, tokony ho efa-dahy teo ho eo. Nirongo basy lava iray sy basy poleta iray izy ireo, araka ny tatitry ny zandary azonay. Tsy nipetra-potsiny tamin’io fotoana ilay mpiambina raha nahita ireto mpanafika, fa niezaka hatramin’ny farany nanohitra azy ireo. Tamin’izany fanoherany izay no nahavoa azy, raha ny fanazavana hatrany. Rehefa voafehin’izy ireo ity mpiambina ity, dia niditra an-keriny tao an-trano izy ireo, nibata sy naka izay zakany. Nisy nampandre avy hatrany ny zandary avy ao Alasora izay tonga teny an-toerana, 20 minitra taorian’ny nahatongavan’ireo olon-dratsy, saingy efa dila ireto farany. Nentina namonjy toeram-pitsaboana avy hatrany moa ilay mpiambina naratra. Ny sasany tamin’ireo mpitandro filaminana kosa nanao savahao ny manodidina sy nikaroka ireo mpanafika.

m.L

News Mada12 partages

Andry Rajoelina « Je demande pardon… »

Comme il l’a promis, l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina s’est exprimé, hier, sur des plateaux de télévision locale. Face aux journalistes, il a évoqué, sans détour, tous les sujets. Il a d’ailleurs saisi cette occasion pour demander pardon au peuple malgache pour avoir fait élire l’actuel chef de l’Etat.

De l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM)  aux trahisons des acteurs politiques, en passant par l’éventualité d’une alliance avec l’ancien président Marc Ravalomanana ou encore son bilan à la tête de la Transition. Ce sont autant de sujets évoqués dans une émission spéciale à laquelle l’ancien homme fort de la Transition, Andry Rajoelina, a participé hier.

Toutefois, l’un des points marquants de l’interview a été le moment où le fondateur du parti Mapar a parlé de la déloyauté en politique, plus précisément, de sa relation avec la formation présidentielle (HVM).

Il faut noter que le président de la Transition a été  à l’origine de l’élection de l’actuel chef d’Etat. Sur ce point, il a d’ailleurs fait son mea culpa. « Je le reconnais et je demande pardon à la population malgache (…). Nous avons appuyé, lancé et nous avons tout fait pour soutenir le HVM » a-t-il déclaré lors de cette émission spéciale.

« Je demande pardon à la population malgache car c’est en la personne qu’on s’est fié, pas à son esprit », a-t-il martelé.

Révélation

A ce propos, l’ancien homme fort de la Transition a fait une petite révélation. En effet, selon ses explications, c’était lui-même qui était à l’origine du nom HVM. Pour ce qui est de la trahison, il a fait savoir que le plus important n’était pas sa propre personne mais les Malgaches.

« On m’a trahi certes mais j’ai pu guérir de mes blessures. Ce qui m’attriste c’est que ce n’est pas seulement moi qui ai été trahi, c’est toute la population malgache (…) », a lancé le fondateur de l’IEM. Et pour cause, à l’instar de la majorité des Malgaches, ses espoirs ont été déçus par l’actuel régime.

« J’ai espéré que le pays se développe enfin et qu’il y aura de la bonne gouvernance mais nous savons tous ce qu’il en est », a-t-il d’ailleurs ajouté, visiblement désolé par la tournure qu’a pris la gestion du pays.

Quoi qu’il en soit, il a expliqué que le camp du Mapar n’avait jamais dévié de sa ligne de conduite même si

le divorce semblait déjà consommé. « Le Mapar n’a jamais cessé d’interpeller sur ce qui ne marche pas, notamment, dans la manière de gérer le pays (…). Nous n’avons pas changé de ligne car c’est nous qui avons soutenu le régime. Par la suite, nous avons essayé de le faire revenir dans le droit chemin, notamment, à travers l’appel des députés », a-t-il déclaré, en expliquant pourquoi cette formation politique ne s’est pas opposée officiellement au régime.

Alliance avec Ravalomanana

L’autre point qui a été soulevé par les journalistes, face à l’ancien locataire d’Iavoloha, Andry Rajoelina, concerne aussi la possibilité d’une alliance avec l’ancien président Marc Ravalomanana.

A ce propos,  il a estimé qu’il est temps de penser à l’avenir. « L’IEM ne refusera pas de recevoir des coups de main pour sauver le pays. Ce n’est pas parce que j’ai dit que je n’ai aucun problème avec telle ou telle personnalité que nous allons entrer dans un même parti (…). Le Mapar ne sera jamais le TIM et vice versa. Ce sera impossible », a-t-il indiqué.

Pour autant, le fondateur du Mapar note que Madagascar reste une priorité, quelle que soit son étiquette politique. « On peut laisser les inimitiés de côté pour Madagascar. J’espère que, dans cinq ou six ans, nous reviendrons, ici, sur ce plateau pour constater que le pays avance », a-t-il poursuivi.

En fait, lors d’une rencontre avec la presse en janvier dernier à Faravohitra, Marc Ravalomanana a souligné qu’ il a déjà « oublié le passé » et « est prêt à passer un accord avec Rajoelina ».

Dans une interview qu’il a récemment accordée sur « Jeune Afrique », l’ancien président de la Transition a soutenu : « S’il (Marc Ravalomanana, ndlr) souhaite m’appuyer à la tête du pays, je ne suis évidemment pas contre. A lui de venir vers moi et de partager ma vision du développement pour notre pays ». Et de poursuivre :

« Ce n’est pas moi qui ai pris contact avec lui. Je n’ai pas cherché à le voir mais je ne ferme aucune porte. Je veux rassembler, autour de ma personne toutes les bonnes volontés qui permettront de reconstruire le pays ».

Emergence

En tout cas, pour ce qui est des élections à venir, le fondateur de l’IEM soutient que tout ce qu’il dira, il le réalisera.

« L’insécurité, la protection de l’environnement ou encore la lutte contre la faim. Tout cela n’attendra pas 2030 », a-t-il d’ailleurs claironné.

Selon lui : « Les Malgaches méritent beaucoup plus et c’est ce qui m’a poussé à fonder l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM) ». Il a aussi expliqué : « Nous perdons beaucoup de temps dans des débats inutiles au lieu de parler des problèmes de fond. C’est aussi pour cela que nous sommes en retard ». Il a d’ailleurs rappelé que l’IEM n’est pas un parti politique mais une force de proposition de solution  par le biais de concertation. « C’est une initiative porteur d’espoir qui ne prend pas en compte la personne, mais le projet qui en découle », a-t-il soutenu.

Quant à sa candidature à la prochaine présidentielle, l’ancien président de la Transition préfère prendre son temps.

« Est-ce qu’on connait déjà la date de l’élection ? », s’est-il d’ailleurs interrogé à travers une question rhétorique, tout en reprenant une citation de James Freeman qu’il a notée dans son discours aux Nations unies en 2013.

La citation en question

est : « Un politicien pense à la prochaine élection mais un homme d’Etat à la prochaine génération ». « Ces quatre dernières années, je n’ai pas cessé de chercher des solutions pour développer le pays. Nous ne sommes pas encore à la candidature (…). Ce n’est pas la priorité. Ce qui est important aujourd’hui, c’est comment développer le pays », a-t-il tenu à rappeler.

Rakoto

Tia Tanindranaza12 partages

Nikodia ny Vato beOlona 7 no maty teny Ampamarinana

Loza amin’atambo no nitranga teny Ampamarinana ny sabotsy alina teo, olona 7 no namoy ny ainy, 8 naratra mafy.

Agence de Presse de l'Ocean Indien12 partages

Formations de la CCIFM

La « Commission de formation » de la CCIFM (Chambre de Commerce et d’Industrie France-Madagascar), présidée par Jean-Michel FRACHET, a présenté la troisième édition de leur catalogue de formation, pour l’année 2018.

La CCIFM a pour objectif de faciliter les échanges entre les entreprises malgaches et françaises. La commission a conçu ces sessions de formations en se basant sur les résultats des évaluations des éditions précédentes. Déjà en 2017, 28 séances de 2 jours ont été effectuées pour former 283 stagiaires issus de plus de 100 entreprises membres de la CCIFM. Parmi ces stagiaires, 87% ont qualifié leur formation comme étant « très satisfaisante ». Pour cette année, la commission de formation présentera de nouvelles perspectives d’orientation, pour mieux accompagner les entreprises et ainsi permettre de répondre aux besoins et aux attentes. Cette troisième édition, débutera ce 22 février, et 82 formations de 2 jours seront proposées.

Le catalogue de formation sera dirigé sur trois axes. Le premier axe, comportant 5 stages, concernera les centres d’appels. Le second axe, comptant 2 stages, se penchera sur la dimension « risques et sécurité ». Le but est de limiter les accidents de travail, il y aura ainsi des initiations aux fondamentaux du secourisme. Quant au troisième axe, composé de 4 stages, il sera orienté vers la notion du « bien-être ». Pour qu’un salarié soit efficace et productif, il lui est utile de se débarrasser de certains blocages psychologiques.

La CCIFM s’engage à allier innovation et continuité avec cette édition dirigée par 24 formateurs performants et en partenariat avec l’Alliance Française d’Antananarivo, l’ISCAM, l’INSCAE, l’ITEM et QUALINOVE.

Midi Madagasikara12 partages

Miarakap : BNI Madagascar, partie prenante

Miarakap, premier fonds d’investissement à impact dédié au financement et à l’accompagnement des petites et moyennes entreprises (PME) et des start-up malgaches,  a réuni récemment ses partenaires et actionnaires pour la souscription en capital de son premier tour de table, mené par Emmanuel Cotsoyannis et le groupe Investisseurs Partenaires, avec le soutien de la Coopération monégasque.

Le premier fonds d’investissement à impact direct au financement et à l’accompagnement des PME et des Start-up à Madagascar est né. Rappelons que  Miarakap a pour mission de soutenir le développement d’un tissu dynamique d’entreprises malgaches pérennes et de promouvoir l’esprit entrepreneurial en apportant aux start-ups et aux PME malgaches les plus dynamiques, un financement adapté et un accompagnement personnalisé pour leur permettre de réaliser leurs projets de croissance.

Innovante.  Face aux difficultés de financement auxquelles sont confrontées la plupart des PME malgaches, Miarakap ambitionne d’apporter une solution de financement innovante, spécifiquement conçue pour répondre aux besoins des PME.  « Miarakap s’adresse aux PME et aux start-ups à fort potentiel de croissance ,issues de tous les secteurs d’activité et régions de Madagascar, dont les besoins en financement se situent entre 50 millions et un milliard d’Ariary. Il renforce les fonds propres et devient actionnaire minoritaire des entreprises, généralement pour 5 ans, et assure un accompagnement actif et personnalisé en fonction des besoins de chaque société (formalisation de leur gestion, renforcement de leur organisation, montée en compétences techniques et accélération de leur développement commercial) » explique Emmanuel Cotsoyannis, un de ses fondateurs.

Expérience.  La BNI Madagascar figure parmi les financeurs de Miarakap. Au-delà des aspects purement financiers du projet destiné à investir dans le capital de petites et moyennes entreprises à fort potentiel, la quête d’impacts économiques, sociaux et environnementaux pérennes pour le pays a séduit la banque et l’a amenée à prendre très rapidement la décision de faire partie du premier fonds d’investissement de ce type à Madagascar. En tant que première banque Malgache, par les Malgaches, pour les Malgaches, BNI MADAGASCAR apportera à Miarakap et aux entreprises dans lesquelles celle-ci investit ses capacités financières et son expérience de l’environnement et du tissu économique des régions de Madagascar. La BNI MADAGASCAR démontre ainsi à nouveau sa volonté et son aptitude à participer au développement d’un tissu dynamique d’entreprises malgaches pérennes et à la promotion de l’esprit entrepreneurial, déjà démontrées par 15 années d’organisation du Trophée BNI du Jeune Entrepreneur.

Midi Madagasikara11 partages

Amicale des commissaires de police : Le 20e anniversaire célébré en toute amitié

Amitié, Cohésion et Partage. Cette devise, les commissaires de police issus des quatre coins de la Grande Ile l’a encore une fois marquée durant la soirée de la célébration du 20e anniversaire de l’Amicale des Commissaires de Police (ACP). L’association a été fondée en 1997 et regroupe tous les commissaires de police exerçant à Madagascar. Les inspecteurs généraux, les contrôleurs généraux, les commissaires divisionnaires, les commissaires principaux, les commissaires de police et aussi les retraités ont massivement rehaussé la soirée par leur présence. Le Directeur Général de la police, Erick Michel Idrissa, lui aussi, a été de la partie. Dans un langage plus clair, les commissaires de police sont ces fonctionnaires qui sont soit des officiers généraux soit des officiers supérieurs appelés à diriger et à exercer l’autorité de commandement au sein du département ministériel ainsi que ses démembrements. Les discours du Président d’honneur, l’actuel ministre de la sécurité publique Andrianisa Mamy Jean Jacques et le président de l’ACP, le commissaire Ostrom Whenss ont été axés sur l’importance de la solidarité au niveau de la police. Amis et partenaires de la police ont répondu présents durant cette soirée qui n’a pas fini qu’au petit matin. Stéphanie et Daty Kôtry ont su mettre de l’ambiance.

D.R

Midi Madagasikara9 partages

Judo – Sommet national kata : Les judokas d’Hakudokan raflent les mises

Les judokas du club Hakudokan ont survolé la 2e édition du Championnat de Madagascar de kata en raflant tous les titres en jeu samedi dans la petite salle du Palais des Sports Mahamasina. En Nage no kata, Tarimy Rabemasoandro et Rija Ratovona ont été sacrés en totalisant 761 points. Zoniaina Ranaivoson et Ony Rasamimanana du club de judo de Saint-Michel, tenant du titre engrangeant 732 points finissent à la deuxième place. Tarimy accompagné par Vola Raoelison s’impose en « kata me no kata ». Ils totalisent 465 points devant Zoniaina Ranaivoson et Ony de Saint-Michel avec 442 points. Dans le challenge des ceintures marrons et noires, Damiella Nomenjanahary de CCS chez les plus de 57 kg, Mireille Ifaliana Andriamifehy chez les moins de 57 kg de l’Esca se sont illustrées du côté des dames. Le club de CSF a réalisé un très doublé du côté des hommes grâce à la belle prestation de Raliterasolo Ramalanjaona (plus de 73 kg) et Sebany Moravily (-73 kg). Comme annoncé dans notre précédente édition, la grande famille du judo malgache a célébré  le« KagamiBiraki 2018 »ou le nouvel an dans la tradition japonaise. Comme en 2017, l’Ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara était présent aux côtés des nombreux judokas, parents et férus de cet art martial japonais.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Chronique de Mickey : Affectation, où es tu ?

Le système social n’est pas comme une horloge que l’on secoue pour que des fois on entende de nouveau  le tic-tac. Cependant,  bien des fois, en examinant de près l’organisation sociale, un petit rouage défaillant peut enrayer tout le système. Que de fois n’entend-on  pas dire qu’il y a pléthore de fonctionnaires, que le pays est sous administré (les fantômes n’en sont qu’un des symptômes !). Où est la part de vérité dans cette pauvreté ambiante. Il n’y a pas que la répartition inappropriée des moyens financiers qui est en cause. Trop de personnel dans la fonction publique, c’est à vérifier, ce qui est sûr en tout cas, est la mauvaise répartition des ressources humaines de l’administration. Cette défaillance, ce gaspillage du  capital humain est visible partout et dans tous les départements. Par exemple, dans l’enseignement, tout le personnel s’agglutine dans la capitale  quitte à être sous employé alors qu’à 20 kilomètres, il y a un manque crucial d’enseignants tant et si bien que les élèves sont désœuvrés. Il en est de même dans une proportion semblable dans les ex-chef lieux de province. La vision des générations futures dans les contrées lointaines ne peut être ainsi que plus  qu’illusoire.

Et pourtant, une simple pièce coince tout le système, il suffit qu’on la réhabilite, qu’on la graisse et que toute la machine administrative remarche et remplisse son rôle. La pièce s’appelle « AFFECTATION », mais curieusement le terme est introuvable dans le  « Statut Général des Fonctionnaires », celui issu de la LOI n° 2003-011 de 2013 où on trouve les droits et les devoirs des agents de l’Etat. Il est loin le temps où le fonctionnaire affecté ne pouvait pas  avoir même un poulailler parce qu’après trois années de séjour, il n’avait que quinze jours pour remballer tout et déménager vers son nouveau lieu de travail. Maintenant, on s’installe à vie de préférence dans une grande ville de sa date de nomination jusqu’à la retraite, on s’y déclare inamovible, et l’on peut ouvrir un épi bar pour  madame ou avoir un taxi-be  etc. Bref y investir pour des années durant. Pendant ce temps, les relations de pouvoir tissées, favorisent la corruption et les  trafics d’influence. Bien sûr, les excuses ont bon dos et  l’on invoque l’absence de bonnes écoles pour les enfants ; de centres de soins adéquates et sans compter le refrain toujours répété du manque de moyens logistiques de l’Etat (logement de fonction -demandez à qui de droit  ce qu’il en a  fait-  des moyens de transport, les 4×4 des hauts employés sont insuffisants…). En ces périodes électorales, il sera question comme d’habitude  de fédéralisme, de décentralisation effective concepts aussi vite oubliés une fois les élections achevées parce que  le mot AFFECTATION  deviendra tabou, sauf pour celle  forcée dénommée disciplinaire et tant pis pour les isolés-oubliés.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara7 partages

Rakotonanahary Ndratonomena : Pour une collaboration entre les maires et les chefs Fokontany

Le chef de région Analamanga Rakotonanahary Ndratonomena souhaite une collaboration plus étroite entre les Fokontany, les communes et la Région.

La grande famille de la région Analamanga s’est donnée rendez-vous vendredi dernier à l’Akany Soafonenako, et ce, rentrant dans le cadre de la présentation de vœux du personnel de ladite région. Les sénateurs et les députés issus de ce Faritra ont été également présents à cette cérémonie. Lors de son intervention, le chef de région Analamanga Rakotonanahary Ndratonomena a sollicité une collaboration plus étroite entre les chefs Fokontany, les maires et la Région. L’objectif, étant d’améliorer davantage la méthode de travail, a-t-il souligné.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara7 partages

Airtel Madagascar : Récompense à la force de vente

Les commerciaux méritants d’Airtel Madagascar ont été primés.

La compétition fait partie de l’esprit qui anime  la politique des ressources humaines d’Airtel Madagascar

Airtel Madagascar a primé ses commerciaux auteurs des meilleures performances de vente entre le mois d’octobre et décembre 2017. Plusieurs lots tels qu’un scooter, un écran plat, un smartphone, des sommes en Airtel Money ainsi que des paquets cadeaux… ont été distribués

Les efforts fournis par ses différents collaborateurs durant la période de fin d’année 2017 ont porté leurs fruits.  Ces commerciaux véhiculent au quotidien les valeurs de dynamisme, de solidarité et de respect, notamment à travers la recherche permanente d’une expérience client optimale, la mise au diapason des services déployés ainsi que le suivi des normes établies.

 « …Chose promise, chose due. Airtel Madagascar a contribué une fois de plus, au renforcement des liens qui soudent la grande famille Airtel à travers un jeu véhiculant à la fois l’esprit de compétition, la solidarité et l’excellence qui l’anime en tout temps..» s’est exprimé Maixent Bekangba, directeur général d’Airtel Madagascar. En guise des lots intermédiaires, tous les mois, plusieurs paquets cadeaux ainsi que des sommes en Airtel Money ont été offerts aux plus méritants. Jusqu’à 50 commerciaux venant de tous les horizons de Madagascar sont primés mensuellement. Pour leur part, les commerciaux ayant battu tous les records  sur trois mois, en termes de quantité et de qualité d’abonnés, ont raflé les gros lots : Tsihoarana Hantanirina, Ravololomihaja Maria Sandia et Ravololoarinoro Zaranirina ont gagné respectivement un scooter ; un téléviseur écran plat et un Smartphone Alcatel Pixi. Et la fête va encore continuer puisque pour la prochaine édition, le DG Maixent Bekangba annonce une voiture comme gros lot.

R.Edmond

L'express de Madagascar5 partages

Industrie pharmaceutique – Farmad accuse la douane d’injustice

La société Farmad pointe du doigt la politique douanière de mettre à genoux l’industrie locale. Une accusation que la douane réfute dans ses précisions.

Farmad tire la sonnette d’alarme. Sous la coupe d’une mesure douanière, elle risque de sombrer. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, elle annonce ainsi l’arrêt de ses activités. Selon ses explications, l’administration n’a pas renouvelé, depuis mars 2017, la « prorogation de régime de transformation sous douane de ses matières premières et éléments de conditionnement ». Pour Farmad, cette mesure est injuste pour l’industrie locale. La douane rapporte que des mesures exceptionnelles ont été accordées à cette société aux fins de protéger ses activités. Mais le laboratoire pharmaceutique n’a pas respecté les règles du jeu.La société Farmad lutte pour sa survie. Elle joue la fibre patriotique pour attirer l’attention de l’opinion publique. « L’administration veut que nous réglions les droits et taxes (TVA) sur nos intrants, pour nous permettre de reprendre nos activités, alors que les médicaments importés et vendus à Madagascar ne sont pas assujettis aux taxes et à la TVA. Nous considérons cette politique trop injuste pour l’industrie locale, qui apporte, entre autres, emplois, savoir-faire et valeur ajoutée », a indiqué le laboratoire pharmaceutique dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

Traitement de faveurDans un communiqué livré à la presse, la direction générale des douanes (DGD) évoque les mesures exceptionnelles accordées à la société Farmad. On peut citer, par exemple, le régime de transformation sous douane (TSD) que la douane lui a accordée depuis 2007. A en croire les explications de la douane, ce régime économique lui permet de ne pas payer les droits et taxes à l’importation pour ses matières premières aux fins de fabrication de médicaments à destination du marché local « par respect de l’équité de traitement par rapport aux importations directes de médicaments qui sont également exemptés ».Mais devant le fait que les régimes économiques occasionnent des pertes considérables pour la caisse de l’État, leur utilisation est strictement règlementée et limitée dans le temps. « Pour le cas particulier de la TSD, le délai règlementaire autorisé est de deux ans, c’est-à-dire que la société dispose d’un délai de deux ans pour utiliser les intrants importés  sans paiement des droits et taxe à l’importation », indique la DGD dans un communiqué adressé à la presse.Mais la société Farmad semble avoir bénéficié des faveurs. « À la suite de sa doléance en 2015, la douane lui accordé une dérogation exceptionnelle de un an supplémentaire pendant laquelle elle devrait régulariser soit en mise à la consommation soit en réexportation tous les stocks non apurés ayant dépassé le délai de deux ans. Malheu­reusement, puisque cette régularisation n’a pas encore été finalisée par la société au terme de la période de un an, le bénéfice dudit régime a été actuellement suspendu par la Douane », soutient la DGD.Devant cette mesure, les dirigeants de Farmad s’inquiètent de l’avenir de leur société. « Nous marquons cette année notre 56ème anniversaire de présence sur le marché et serons-nous la quatrième  usine à cesser ses activités après les laboratoires Rathera, Ofafa et Niphar ? », s’interrogent-ils.Mais la douane semble inflexible dans sa décision. Dans sa missive, elle indique que « les sociétés bénéficiaires de tels régimes doivent prendre les dispositions nécessaires pour se conformer aux textes en vigueur, notamment l’apurement dans le délai, pour continuer à  bénéficier de ce privilège de non paiement des droits et taxe à l’importation ».

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar5 partages

Concours de projet – La nouvelle édition de NewcoPark  sur les rails

Promouvoir l’entrepreneuriat. C’est l’essence même du concept NewcoPark. Le concours qui en est à sa cinquième édition a été officiellement lancé samedi au Pavé Antaninarenina. Avec un principe simple qui se résume à la concrétisation d’une idée d’entreprise, le concours NewcoPark ambitionne de contribuer au développement de l’entrepreneuriat. Il offre aux jeunes porteurs de projet les opportunités ainsi que les atouts nécessaires pour que ces projets deviennent des entreprises viables et pérennes.Fruit d’une collaboration entre la jeune chambre internationale Antananarivo (JCI), l’Ecole Supérieure Sacré-Cœur Antanimena et la société Smartelia Madagascar, le trophée NewCopark offrira à tous les projets sélectionnés lors de la phase éliminatoire les outils nécessaire pour faire décoller leurs projets sur des bases solides. Pour ce faire, des séances de coaching avec des acteurs expérimentés, chacun dans leur domaine entrepreneurial, seront au programme. « Notre société fut le projet primé lors de la seconde édition de ce concours. Après le lancement ainsi que le suivi effectué par les parties prenantes du projet, nous avons pu créer un peu plus d’une centaine d’emplois en moins d’une demi-douzaine d’années. Par notre participation à l’appui du concours, nous espérons apporter notre contribution à la création d’emploi à Madagascar », explique Harittina Randriamanantena, fondatrice de Smartelia.

ÉligibilitéA rappeler que le dépôt de dossier de participation est ouvert jusqu’à la fin du mois de mars, l’annonce des résultats de présélection aura lieu le 7 avril. Jusqu’au 24 avril, les finalistes bénéficieront des séances de coaching pour parfaire leurs présentations. Pour concourir, les candidats doivent préparer une vidéo qui leur permettra de présenter brièvement le projet. Cette vidéo devra être téléchargée sur le site officiel de NewcoPark, où les conditions d’éligibilité du concours peuvent aussi être consultées.Cependant les candidats doivent avoir moins de 40 ans, ayant effectué des études supérieures, au minimum Bacc + 2 (dans tous domaines confondus), avoir un projet qui ne nécessite pas un gros investissement (foncier, industrie, etc) mais un projet start-up innovant. « Le Concours s’adresse surtout aux porteurs de projets du domaine des services et des nouvelles technologies, et exclut les projets du domaine de l’agriculture ou ceux impliquant une lourde transformation industrielle. Une dérogation sera accordée aux projets ne nécessitant pas un important investissement », conclut Anissa Ratovondrahona, présidente de la JCI Antana­narivo.

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara5 partages

BFV- Société Générale : Bonne collaboration avec le ministère de l’Education Nationale

Fréderic Leiritz, DGA de la BFV-SG recevant le certificat de bonne collaboration des mains du ministre Paul Rabary.

Entreprise socialement responsable et engagée vers le développement, la Bfv-Société Générale multiplie les partenariats avec le secteur public. Et avec de bons résultats.

La BFV-Société Générale a reçu  le certificat de bonne collaboration du ministère de l’Education Nationale. Une manière pour la banque de réaffirmer son engagement citoyen, à travers une collaboration pérenne et pour un objectif commun : l’éducation en faveur de la productivité économique.

Bancarisation. Ce certificat valorise l’esprit de responsabilité de la grande filiale sur le territoire. Cet accord de partenariat entre les deux parties a débuté en avril 2015 et se poursuit encore à ce jour. Pendant l’année 2017, la BFV-Société Générale a octroyé plusieurs dons pour plusieurs CISCO dont celui d’Ambanja, Ambatondrazaka, Ambositra, Antalaha, Antsirabe, Atsimondrano, Diégo, Mahabo, Maroantsetra, Moramanga et Tsiroanomandidy pour la préparation des examens officiels et l’organisation de sports scolaires. Par ailleurs, la BFV-Société Générale s’implique également dans l’enseignement primaire en accompagnant la bancarisation des enseignants FRAM recrutés en tant que fonctionnaires. En tout et pour tout, 4 vagues d’enseignants FRAM ont été recrutés et intégrés dans la hiérarchie de l’institution publique.

Cette remise de certificat s’est déroulée dans l’enceinte même du ministère de l’Education Nationale Anosy le 08 février 2018 en présence du Ministre de l’éducation, Paul RABARY.  Frédéric LEIRITZ, Directeur Général Adjoint de la BFV et des  collaborateurs  ont saisi cette occasion pour présenter leurs vœux au ministre de l’Education Nationale Paul Rabary. Il a réaffirmé la volonté de la banque d’accompagner le ministère dans ses activités, « Nous sommes fiers de cette marque de reconnaissance, témoin de l’importance d’une collaboration étroite entre le secteur privé et public, la BFV-Société Générale continuera à soutenir autant que possible à l’éducation pour un avenir durable et serein », a-t-il déclaré. Il a également insisté sur l’importance de l’éducation financière de la jeunesse malgache en milieu scolaire.

Innovation. La banque BFV-Société Générale Madagascar est une filiale du groupe bancaire Société Générale. Société Générale  accompagne 31 millions de clients particuliers et entreprises dans le monde, place l’innovation et le digital au cœur de son métier pour améliorer en continu les services qu’elle propose. Présente depuis plus de 20 ans à Madagascar,  BFV-Société Générale allie solidité financière et stratégie de croissance durable, avec comme ambition : être La banque relationnelle de référence sur ses marchés, proche de ses clients, choisie pour la qualité et l’engagement de ses équipes. S’appuyant sur un modèle diversifié de banque universelle, BFV-Société Générale accompagne toutes les catégories de clientèle : Corporate, PME/PMI, clientèle des particuliers et patrimoniaux, ainsi que les professionnels et investisseurs institutionnels.  La banque dispose actuellement d’un réseau d’agence pertinent de 57 agences, 5 espaces premier et 5 centres d’affaires sur tout le territoire malgache et emploie plus de 850 collaborateurs.  Acteur citoyen et engagé,  BFV-Société Générale valorise au quotidien dans sa démarche, le soutien en faveur de l’éducation et de l’insertion professionnelle, ainsi que l’appui au développement de la jeunesse malgache grâce notamment au mécénat artistique, sportif et culturel.

R.Edmond.

Midi Madagasikara5 partages

Globalizers : Madagascar absent du Top 30 africain

Certaines entreprises malgaches comme le groupe Axian ou le groupe SOCOTA brillent actuellement pour leur ramification internationale. Mais dans les classements africains, la Grande Ile n’est pas encore parmi les sommités. C’est ainsi par exemple que Madagascar est encore absent dans le top 30 des entreprises africaines les plus dynamiques dans le domaine de la mondialisation. Selon le cabinet conseil Konfidants, l’Afrique du Sud à elle seule enregistre 22 groupes parmi les globalizers.  Des groupes  marocains comme Attijariwaffa Bank et Chaabi y figurent également. Ces 30 entreprises africaines les plus dynamiques dans le cadre de la mondialisation ont généré un chiffre d’affaires cumulé de 118,6 milliards USD, apprend-on d’un rapport de Konfidants. Parmi ces entreprises, on retrouve surtout des groupes sud-africains (22 au total), et aussi quelques groupes marocains comme Attijariwafa Bank, ou encore Ynna Holding (groupe Chaâbi).

Selon le rapport, ces entreprises génèrent une part plus importante de leurs revenus dans les pays développés, que sur les marchés émergents ou en développement. La firme Konfidants estime cependant qu’il faudra encore plus d’efforts pour voir de grands groupes africains dominer le monde, à l’instar de ceux de l’indice SP 500 dont le volume des affaires impacte une part importante de la population mondiale. Une partie de cet effort consistera à renforcer l’expansion régionale, avant de se lancer au-delà des frontières africaines. Pour réaliser ce classement, Konfidants a noté les entreprises en fonction du nombre de continents sur lesquels elles sont présentes (30 % du total), le nombre de leurs filiales ou participations majoritaires hors d’Afrique (50 % du score) et la part de leur chiffre d’affaires généré hors du continent (20 %).

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara4 partages

Basket – Coupe du président : Les victoires partagées à Arivonimamo

Les éliminatoires de la Coupe du président pour la zone ouest ont débuté samedi à Arivonimamo. Aucune équipe n’émerge du lot actuellement où les victoires sont partagées. Samedi en ouverture, les joueurs de la CNaPS Itasy ont été battus par 2BC de Vakinankaratra sur le score de 88 à 87. Mais, hier, ils se sont rattrapés en s’offrant des gars de l’EB2 sur le score de 106 à 65.De leur côté, les basketteurs du 2BC se sont inclinés devant ASB d’Itasy par 81 à 84.

T.H

Midi Madagasikara4 partages

Cross-country – Championnat de Madagascar : Tsima Tahinjanahary et Mbolatiana Ramiandrisoa sacrés

Ils ont dompté les cadors et s’offrent du titre national 2018, Tsima Tahinjanahary et Mbolatiana Ramiandrisoa sont les deux nouveaux maitres du cross-country local.

La relève se pointe à l’horizon. Le championnat de Madagascar de cross-country disputé samedi dans la ville d’Arivonimamo a vu le sacre des jeunes Mbolatiana Ramiandrisosa de la CNaPS et Tsima Richard Tahinjanahary du Cosfa. Ils ont signé leur premier titre national. Distancé par les vedettes Mampitroatsa du Cospn de Boeny, Jean de La Croix Rakotomalala de l’AS Crown tout au long de la course, Tsima Tahinjanahary a su gérer de bout en bout sa course.

Triplé. Pour sa première participation au championnat, il a faussé tous les calculs.  Au terme d’un sprint rageur au dernier tour, il s’est imposé en bouclant la course en 35’17’’. Tsima âgé tout simplement de 24 ans a réalisé ainsi un triplé après son titre aux championnats de la section Tana-ville et la ligue d’Analamanga. « Je suis parti sur mon rythme. J’ai su gérer ma course et je voulais rester derrière les prétendants avant de prendre la tête de la course », a déclaré le nouveau jeune champion. Mampitroatsa termine deuxième en réalisant un chrono de 35’17’’ et Hajanirina Andriamparany complète le podium avec un temps de 35’19’’.  Du côté des dames, la jeune Mbolatiana Ramiandrisoa a survolé toutes ses adversaires. Elle a bouclé la course en 44’35’’ devant Marthe Ralisinirina (44’ 45’’). Sehenomalala Raharinirina finit à la troisième place créditée d’un chrono de 46’ 01’’. Chez les juniors, Françoise Rasoanirina de l’Académie Nationale des Sports, (26’20’’) du côté des filles et Heriniaina Elisé  Rakotondrainy de l’AS Crown Vakinankaratra (28’47’’) du côté des garçons ont été sacrés. Les deux champions chez les juniors défendront la Grande île aux championnats d’Afrique région 5, prévus se disputer  à  l’Ile Maurice le 24 février.

T.H

Légende photo : Le podium du cross-country chez les seniors hommes.

Résultats

Senior hommes (10 km)

-1er : Tsima Tahinjanahary (Cosfa ) : 35’10’’

Senior dames (10 km)

-1er : Mbolatiana Ramiandrisoa (CNaps) 44’45’’

Junior garçons (8 km)

-1er : Heriniaina Elisé Rakotondrainy ( As Crown Vakinankaratra ) : 28’47”

Junior filles (6 km)

-1er : Françoise Rasoanirina ( CAF Haute Matsiatra ) : 26’20’’

Cadets (6 km)

-1er : Herison Rasoloniaina (CNaps) 22’24’’’

Cadettes  (4 km)

-1ère : Sidonie Francky Raharimondinina (CALAC Alaotra Mangoro) : 17’27’’

Minimes garçons (4 km)

-1er : Nirina Anthonio Andrianantenaina (CAAM Amoron’i Mania ) 14’ 52’’

Minimes filles (2 km)

-1ère : Santatra Razafindramaro (3FANS) 8’01’’

News Mada3 partages

7 morts et 8 blesses a Ampamarinana : un rocher de 7 tonnes tombe sur trois maisons

7 morts, 8 blessés. Tel est le triste bilan d’un éboulement suivi de la chute d’un rocher le long de la paroi de la colline d’Ambonin’Ampamarinana dans la nuit de samedi.

En fait, sous l’effet de la pluie incessante, un bloc de pierre imposant de 7 tonnes s’est détaché de la paroi avant de dévaler la pente sur 80 m et de tout détruire sur son passage, notamment trois maisons se trouvant en contrebas.

Personne n’a rien vu venir même si depuis quelques mois, cette localité est classée comme une zone présentant un risque de glissement de terrain. Cette chute s’est produite très vite et la pluie a empêché les gens d’entendre les bruits de l’effondrement de la grosse pierre, avant qu’elle n’atterrisse sur une des maisons faites en bois. Imagez un bloc de la taille d’une voiture qui percute de plein fouet une habitation.  Du coup, une famille de quatre personnes y a succombé. Selon les explications d’un épicier de la localité, l’un des enfants victimes  a encore acheté des biscuits dans son épicerie avant l’accident.

Et pis encore…le bloc de pierre a continué sa course en heurtant avec une violence inouïe une autre demeure faite de briques. Trois enfants ont perdu la vie.

La troisième maison, bien qu’elle ait été faite en béton, a été totalement aplatie lors du passage du rocher. Pourtant, les 4 occupants ont évité le pire. « A voir l’état de la maison, nous nous sommes dit que personne ne pourrait en sortir vivant. Mais à notre grande surprise, nous les avons retirés des ruines en vie, dont un enfant de 5 ans, avec des blessures pas trop importantes», a informé un habitant qui a participé à leur extraction.

En outre, 4 autres personnes, qui ont passé leur soirée dans un bar sis près du lieu de l’incident, ont été blessées par les projectiles de pierres.

Une longue nuit d’intervention

Même si le terrain  n’était guère stable et que d’autres chutes de rochers pouvaient se produire à tout moment, les riverains se sont mis à la recherche des victimes. 5 corps ont été extraits des ruines la nuit même. Deux autres ont été retrouvés et extirpés difficilement du rocher hier vers 8 heures par les sapeurs- pompiers de Tsaralalàna Les agents du Bureau municipal d’hygiène (BMH) ont amené les corps à la morgue de l’hôpital (HJRA). L’alerte rouge est toujours maintenue pour la Haute ville et ses environs.

Ando Tsiresy

 

Midi Madagasikara3 partages

Scoutisme féminin, journée de la pensée : Mesurer l’impact des actions

Elles étaient près d’un millier à avoir participé samedi dernier au CDA Andohatapenaka, la célébration de la journée de la pensée, placée cette année sous le thème « Impact ». L’occasion pour ces jeunes scoutes de mesurer les impacts de leurs actions sur leur vie et surtout sur celle des autres et de leurs communautés. En effet, les jeunes filles faisant partie du scoutisme féminin débutent vers l’âge de 6 ans et poursuivent le chemin, à vie. Le scoutisme leur transmet des valeurs et un état d’esprit qu’elles mettent en pratique au quotidien et partout, pour le bien des autres et celui de leur pays. C’est ainsi qu’on leur incite à faire « une bonne action, chaque jour ». C’est alors le fruit de ces actions sur ceux qui en ont bénéficié, qui ont été mesurées lors de la journée de la pensée. Aussi, les jeunes scoutes des branches jaune (Sampana mavo) et verte (Sampana maitso), respectivement âgées de 6 à 9 ans, et de 10 à 14 ans, comptent parmi leurs bonnes actions, la distribution de fournitures scolaires aux enfants issus de familles vulnérables. Quant aux jeunes filles de la branche rouge (Sampana mena), âgées de 15 à 22 ans, leurs activités au service de la nature et de l’environnement figurent en bonne place dans ces « impacts ». Elles ont mené des activités de reboisement en mettant en terre 500 jeunes plants d’arbres fruitiers, dont 400 à Analamahitsy et 100 à Ampangabe. Ces activités de reboisement qui ont déjà débuté le 8 février 2018, se poursuivront en mars à Sahafanilo. Elles comptent parvenir à planter 2 000 jeunes arbres cette année.

Le mouvement scout féminin à Madagascar regroupe les scoutes catholiques  « Fanilon’i Madagasikara » ; les scoutes protestantes « Mpanazava eto Madagasikara » et les scoutes œcuméniques « Kiadin’i Madagasikara ». Le scoutisme féminin compte actuellement 50 000 membres à Madagascar. A l’échelle mondiale, le scoutisme féminin rassemble plus de 10 millions de membres. Rappelons que la journée de la pensée est célébrée tous les ans le 22 février, anniversaire de la naissance du fondateur du mouvement scout Robert Baden-Powell et de son épouse Olave, première cheftaine guide, qui ont ainsi le même jour d’anniversaire.

Hanitra R.

News Mada2 partages

Us et coutumes : au-delà des espérances

Il y a des questions qu’on n’ose pas poser de peur d’être ridicule… Mais le ridicule ne tue pas, on se lance quand même ! Quelqu’un saurait-il expliquer pourquoi les pasteurs et les curés des Eglises implantées de longue date s’expriment de façon presque ordinaire, même pour un sermon dominical, quand ceux des Eglises plus jeunes, vocifèrent à en perdre la voix, comme si c’était chaque jour la fin du monde ? Hurler alors qu’on attendrait une parole bienveillante… On veut bien croire que les temps sont durs et que les individus de peu de foi ont besoin d’être rappelés à l’ordre plus souvent qu’à leur tour mais tout de même ! En attendant, ça fonctionne, le succès des vociférations dépasse toutes les espérances.

 

L'express de Madagascar2 partages

Filière vanille – La plateforme pour la région Anosy revit

La plateforme de la filière vanille pour la région Anôsy a été mise en veilleuse depuis 2011. « La redynamisation de la Plateforme régionale de concertation et de pilotage de la filière vanille (PRCP) pour l’Anôsy a été nécessaire car la région présente une potentialité non négligeable d’au moins 50 tonnes de vanille verte, soit quelques 15 tonnes de produits exportables par an », précise Eden Ratombozafy, directeur de cabinet du ministère du Commerce et de la consommation.La PRCP Anôsy rejoint ainsi les sept autres plateformes existantes dans le pays, ayant pour but d’encadrer les activités, de déterminer les règlementations et les règles du jeu pour chaque région spécifique, de fixer les dates de campagne ou encore la sécurisation des produits. Une réunion s’est tenue ven­dredi à Taolagnaro, rassemblant les représentants des Collectivités territoriales décentralisées, des services techniques, du secteur privé, des planteurs, des collecteurs, préparateurs et exportateurs de vanille de la région Anosy. Un bureau provisoire a tout de suite été élu à l’issue de cette réunion.

Mirana Ihariliva

Ino Vaovao1 partages

FIANJERANA VATO TENY AMPAMARINANA : Olona 7 namoy ny ainy, olona 8 naratra mafy, trano 3 potika

Araka ny angom-baovao voaray avy tamin’ny Zandarimariam-pirenena dia trano miisa 3 eo Ambanin’Ampamarinana no nianjeran’ny vato be ka ny 2 potika tanteraka, ny iray potika amin’ny ampahany. 

Araka ny tatitra voaray ihany dia olona miisa 8 naratra mafy ary efa nalefa notsaboina eny amin’ny hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavaona etsy Ampefiloha na Hjra, noho ny ratra mafy nahazo azy ireo tamin’io fotoana io. 

Razana miisa 5 amin ny 7 kosa no efa voasikotra tao anaty trano rava, araka ny loharanom-baovao voarainay farany teo am-panoratana omaly maraina, ary mbola manao ny fikarohana sy famonjena izay olona mbola mety ho tototra ao ny mpamonjy voina sy ny zandary amin’izao fotoana izao.  Manao ny ainy tsy ho zavatra kosa ireo avy ao amin’ny sampana mpamonjy voina mamaky ilay vato be. 

Raha tsiahivina dia efa nisy ny tranga niteraka horohoro sy tahotra ho an’ny mponina  tahaka izao tamin’ny taona 2015 teny Ambatomaro. Raiki-tahotra araka izany ireo mponina tamin’iny Avaratr’Ankatso sy ny manodidina iny. Voatery napoakan’ny fanjakana mihitsy tamin’izany fotoana ilay vato mandondona nahiana hitera- doza. Teknisianina maro no niara-niasa sy nifanampy nanala ilay vato. Soa fa tsy nisy ny aina nafoy sy naratra tamin’izany. 

Tatianà R.

News Mada1 partages

Mbola misy vatobe ahiana hihotsaka… : hita avokoa ny razan’ireo olona 7 tra-doza teny Ampamarinana

 Raha efa tany amin’ny 8 ora sy 30 alina (alin’ny alahady io) tany ho any no nanomboka ny fikarohana, omaly maraina vao tapitra hita ny razan’ireo olona fito, nianjeran’ilay vatobe nihotsaka teny Ampamarinana. Manaraka fitsaboana eny amin’ny HJRA kosa ireo olona valo naratra vokatr’ity loza nahatsiravina ity.

Nihovitrovitra ny tany teny Mahamasina sy ny manodidina nandritra ny fianjeran’ny bolongam-batobe teny amin’ny fokontany Ambanin’Ampamarinana eny La haute ville, ny asabotsy tamin’ny 8 ora sy 15 mn alina. Tao anatin’ny ora-mikija narahina tselatra nirefodrefotra no nitrangan’ny loza. Nianjera avy eny Ampamarinana ka nifatratra (teo akaikin’ilay sorabaventy hoe Antananarivo teo aloha raha tazanina avy eny Mahamasina) tao amin’ny trano telo ao Ambanin’Ampamarinana ilay bolongam-batobe rehefa avy nivadibadika avy any ambony. Niongotra hatramin’ny fakan’ny vodimanga lehibe naniry teo ambanin’ity vatobe ity mialoha ny nianjerany tao amin’ireo trano teo ambany. Trano miisa telo indray voatsindrin’ity vatobe ity ka tena potika tanteraka ny roa raha potika amin’ny ampahany ihany ny iray. Vokany, olona miisa fito mianaka indray maty tsy tra-drano raha valo kosa naratra. “Nisy kotroka narahina varatra nirefotra be teo amin’io vato io ka nianjera avy any ambony any ilay vato ary nifatratra tao amin’ny trano anankiroa sy trano iray mifanila aminy”, hoy ny fanazavan’ny  raim-pianakaviana iray nahita ny fitrangan’ny loza teny an-toerana. Naratra avokoa izy efa-mianaka tao amin’ilay trano beton voalohany, samy niara-namoy ny ainy kosa ireo efa-mianaka nipetraka tao amin’ilay tranohazo faharoa nianjeran’ilay vato. Avotra ireo mpivady raha namoy ny ainy ny zanak’izy ireo, tao amin’ilay trano fivarotana fahatelo isan’ny nianjeran’ity vatobe ity. Nisy trano hafa teo amin’ny manodidina koa potika noho ny dona mafy tamin’ilay vatobe.

Soa fa nisy ilay vodimanga lehibe nanohana azy fa raha tsy izany nivadibadika hatrany Mahamasina ity bolongam-batobe avy any Ampamarinana ity.

Nanahirana ny fisokirana ireo niharam-boina…

Tonga teny an-toerana fotoana fohy taorian’ny nitrangan’ny loza ny avy ao amin’ny mpamonjy voina sy ny “corps de protection civile”, ny zandary, ny polisy avy ao amin’ny boriborintany faharoa Ambohijatovo sy fahadimy Mahamasina. Nanahirana ny fisokirana ireo fatin’olona tao anaty trano rava notsindrin’ny vato. Naharitra ora maromaro mihitsy ny fikarohana sy ny famonjena ireo olona tototry tao anaty korontam-biriky notsindrin’ity vatobe ity. Nanao izay ho afany ny mpamonjy voiny sy ny avy amin’ny “corps de protection civile” nandritra ny alina manontolo. Razana miisa dimy no voasikotra tamin’io alina io (tao amin’ny trano hazo : rainy 36 taona, reniny 35 taona, zanany roa 5 sy 7 taona, niampy ankizikely iray hafa tao amin’ilay trano fivarotana, araka ny tatitra avy amin’ny zandary). Nentina nihazo ny hopitaly HJRA ireo niharam-boina. Naratra teo amin’ny tongony ny mpamonjy voina iray nandritra ny fikarohana ireo niharam-boina.

Mihorohoro ny mponina ao Ambanin’Ampamarinana…

Taorian’ny fahitana ireo razana dimy ny asabotsy alina, lasa ireo mpamonjy voina. Niverina indray anefa izy ireo satria mbola nisy fatin’olona hafa taraiky tao amin’ilay trano iray mifanila amin’ilay trano hazo nisy ireo efa-mianaka maty tsy tra-drano. Nitohy indray ny fikarohana, omaly maraina ka tamin’ny 8 ora sy 30 mn no hita avokoa ny fatin’ireo olona roa tsy hita nandritra ny fikarohana ny asabotsy alina.

Avotra soa aman-tsara ireo efa-mianaka ary efa nahazo fitsaboana sahaza azy ireo teny amin’ny hopitaly HJRA, araka ny fitantaran’ny havany, omaly teny Ambanin’Ampamarinana. Tsikaritra teny an-toerana omaly, fa mbola misy vatobe iray mitsingilahila tsy marin-toerana intsony satria efa ahina hianjera indray. Efa mikorisa tsikelikely ireo ranontany manodidina ity vatobe ahina hianjera ity. Mandry an-driran’antsy, araka izany, ireo mponina ao Ambanin’Ampamarinana amin’ny fisian’ity vatobe iray hafa atahorana hianjera ity. Misy lalana ifamezivezen’olona maro miainga avy any Andohalo raha hidina aty Mahamasina anefa eo ambanin’ity vato ity, miampy ireo trano maromaro manamorona ny lalana.

Tokony hojeren’ny fanjakana akaiky ny momba itony loza mitatao amin’ny mponina eny amin’iny faritra ambony iny. Izao no tokony handraisana fepetra fa tsy ilay nolazaina fa vatobe teny Avaratr’Ankatso nampisehoana ireo karazana fihetsiketsehana maro samihafa. Samy tompon’andraikitra.

Nangonin’i Jean Claude

Madaplus.info0 partages

Projet de renforcement des infrastructures durables pour affronter les fléaux naturels

Le changement climatique et le passage des cyclones provoquent des séries de dégâts considérables à Madagascar. La montée des eaux provoquée par les fortes pluies reste préjudiciable aux habitants surtout aux paysans cultivateurs.
Madagascar bénéficie des aides internationales pour lutter contre les catastrophes naturelles avec une somme de 1 500 000 de dollars pour les reconstructions et des travaux de rénovation, vu le degré de la destruction. Pour Antananarivo, un projet dénommé « Grand Tanà » a été lancé afin de superviser les travaux de débouchage et de rénovations des canaux. Ce projet vise principalement à éviter les grandes crues en période de pluie, notamment dans les bas quartiers.
Madaplus.info0 partages

Saint Denis: Trafic d'Artane malgache : les intermédiaires condamnés, les fournisseurs dans la nature

En avril 2011, 42 000 cachets d'Artane étaient découverts dans un conteneur de produits artisanaux provenant de Madagascar. Les revendeurs locaux ont, hier, écopé de 6 à 15 mois de prison ferme, tandis que les fournisseurs malgaches risquent, eux, de partir jusqu'à 5 années en prison s'ils reviennent un jour dans l'île.
Les magistrats du tribunal correctionnel de Saint-Denis ont examiné, hier, une affaire de trafic d'Artane vieille de près de sept ans... Si les cinq hommes poursuivis pour avoir écoulé les cachets dans l'île ont répondu à leur convocation de justice, leurs fournisseurs malgaches n'ont, eux, plus donné de signe de vie aux autorités depuis belle lurette et ils ne sont sans doute pas près de revenir de sitôt à La Réunion.
Le 5 avril 2011, les douaniers sont intrigués par un conteneur de produits artisanaux malgaches. Le nom de l'un des exportateurs malgaches leur est totalement inconnu.
Il s'agit de Jeannine Rasoarinivo, une femme de 55 ans dont ils n'ont que le numéro de téléphone. Les douaniers ont du flair. Ils découvrent 27 960 cachets d'Artane emballés dans du papier carbone et dissimulés au fond du conteneur. Le tout est d'une valeur marchande d'environ 140 000 euros.
Le lendemain, les douaniers découvrent encore 14 080 comprimés (estimés à 70 000 euros) cachés dans des babioles en bois. Une information judiciaire est ouverte mais celle qu'on appelle « Mme Jeannine » sera finalement remise en liberté et rentrera aussitôt à Madagascar.
Les enquêteurs remontent jusqu'à Sylvain Randriamehenina. Le Malgache de 52 ans surnommé «Cheval» vit avec «Mme Jeannine». C'est lui qui aurait tout organisé moyennant une enveloppe de 10 millions d'Ariary, soit environ 2 600 euros. Le couple a aussi mis leur proche Héritiana Pota dans la combine.
La substitut du procureur Fanny Gauvin a requis, hier, à leur encontre la peine de cinq ans de prison ferme assortie d'un mandat d'arrêt. Le tribunal a suivi la magistrate pour les deux hommes. «Mme Jeannine» a écopé de trois ans ferme. Les trois devront s'acquitter d'une amende douanière de 400 000 euros, du moins s'ils mettent à nouveau les pieds ici.
Un autre homme a lui aussi pris cinq ans de prison ferme avec un mandat d'arrêt à la clé, conformément aux réquisitions. Roland Njelihasina, 33 ans et connu sous le ti nom de «Malgache», figurait aussi aux abonnés absents hier. Dans ce trafic qui durait depuis 2009, c'est lui qui avait pour mission d'écouler toute la marchandise sur le marché réunionnais, explique la substitut Gauvin. «Au départ, il le faisait pour des petits montants, et puis en 2010, on atteint les 8 000 euros, puis les 10 500 euros».
C'est effectivement déjà son nom qu'on retrouve dans le premier volet de cette enquête lancée à la suite d'un banal contrôle de police, le 5 septembre 2010. Le Saint-Andréen Daniel Tandrayen, 38 ans, a deux plaquettes d'Artane sur lui. À son domicile, les policiers découvrent encore 180 plaquettes, du zamal, environ 5 000 euros en espèces, mais aussi un fusil à canon scié.
S'il s'est lancé dans le trafic d'Artane, explique Me Anissa Settama, c'est parce qu'il «voulait gagner de l'argent facilement pour rembourser ses dettes». L'homme avait en effet confié 100 000 euros en billets à l'escroc Jean Bernard Avanandé dans l'espoir qu'il les «multiplie»... La fameuse affaire dite du «wash wash».
Daniel Tandrayen a été condamné à 15 mois de prison tout comme Jean Eddy Turpin, 35 ans et décrit comme un "grossiste" et un proche de "Malgache" qu'il a rencontré dans le cadre du travail. Ce fils de forains saint-pierrois assure n'avoir été impliqué que pendant un an dans ce trafic.
Les trois autres prévenus n'auraient joué que le rôle d'intermédiaires pour financer leur propre consommation. Ils ont écopé de peine allant de six à douze mois ferme. Mais personne à l'audience n'a pris de mandat de dépôt.
Des peines sans commune mesure avec les deux à quatre ans de prison requis par le parquet contre les cinq hommes présents. Sans doute le tribunal a-t-il estimé que cela n'avait plus de sens, sept ans après les faits.
Source Clicanoo
Ino Vaovao0 partages

FAMONOANA VAZAHA TAO ANTSIRANANA : Naiditra am-ponja vonjimaika ny sipan’ilay mpiandry tanàna

Voalaza fa anisany naka fitaovana tao anatin’ny tranon’ilay vazaha ity tovovavy ity, toy ny fahitalavitra, zava-maneno, lamba sy ny maro hafa. Ity farany ihany koa no voalaza ho sipan’ilay mpiambin-tanàna, izay atidoha nikotrika ny famonoana an’ilay teratany frantsay.

Nisy araka izany ny famoahana ireo efa-dahy izay efa naiditra am-ponja ny volana janoary teo natao fanadihadiana sy hanamarina raha mpandray anjara tokoa ilay tovovavy. Nandà mafy ny fanamarinana nataon’ireo namany anefa ity farany, ary nanamafy ny fiarovana azy ny fianakaviany tamin’ny alalan’ny famoahana fahitalavitra hafa mba hilazana fa tsy tao anatin’ny famonoana ny havany. Nefa ireo efa-dahy navoaka ny fonja natao fanadihadiana izay nilaza fa io tovovavy io no naman’izy ireo ary naka ireo fitaovana voalaza eo ambony ireo.

Nitovy ny fanehoan-kevitra nataon’izy efa-dahy ka tsy afa-niala ilay tovovavy. Manaporofo ny fandraisany anjara ihany koa ny fandosirany niala ny tanàna, ny fanomezam-baovao nataon’ny olona tsara sitrapo no nahatrarana azy. Ilay rangahy vadiny na mety ho sipany izany mpiandry tanàna no mbola karohina hatramin’izao  miaraka amin’ilay fiara tsy mataho-dalana. 

Antenaina araka izany ny fitohizan’ny fikarohana mba hahazoana ireo rehetra nandray anjara tamin’ny famonoana vazaha taty Antsiranana. Andrasana  ny tohin’ny fikarohana ataon’ny polisy mahakasika ity raharaha famonoana teratany vazaha manimba ny lazan’ny tanàna ity.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

HALATRA MOTO AO TOAMASINA : Ravan’ny polisy ny tambajotrana andian-jiolahy

Ny alin’ny talata 14 febroary lasa teo, dia trano efatra no vaky tao Morarano 21/13, moto miisa telo no very tamin’izany. Nahazo antso ara-potoana ny polisy avy ao amin’ny boriborintany voalohany. Vokany, sarona ny enina tamin’ireo olon-dratsy. Nohadihadiana lalina ka nibaradaka ihany ny sasany. Nisy naman’izy ireo iray nosamborina tao Betainomby. Io ilay voasambotra tao Betainomby io indray avy eo no nanondro ny toerana fitehirizina sy andiovana ireo moto halatra. Ao Mangarivotra Toamasina no misy io toerana io. Mbola tratra tao amin’ilay toerana voatondro ny moto halatra miisa 14. Efa eo am-pivarotana azy ny sasany. Hita tao ny iray tamin’ireo moto telo very tao Morarano. Ny roa kosa efa lafo.

Tambajotra tokoa

Olona 11 no voasambotra tamin’izao halatra sy varotra moto halatra izao. Misy mpamaky trano sy mpanendaka moto fotsiny. Misy kosa ireo mpanova ny lokony sy endriny madinidinika ary misy ny mpivarotra sy mitady mpividy. Ifampizaràna ny vola rehefa lafo ny entana. Manao antso avo amin’izay olona very moto tao Toamasina ny Kaomisera Rakotovao Jean Christian, lehiben’ny Kaomisaria boriborintany mba handalo ao amin’ny biraon’ny Kaomisaria Tanambao. Mitondrà taratasy mazava. Nanotrona ny Kaomisera Rakotovao Jean Christian, tamin’ny fampahafantarana izao vokatra azon’ny polisy izao ny Kaomandan’ny Fip Toamasina, Jules Rafaliarivo sy ny lehiben’ny Kaomisaria Mangarano.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

CAMPUS UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE : Manampy ny tanora amin’ny lalam-piofanana sy ny asa

Araka ny tsapa mantsy dia tsy vitsy ireo tanora no manaraka be fahatany fotsiny ny lalam-piofanana na “filière” iray kanefa tsy fantany akory ny mety ho votoatin’izany sy ny asa mifandraika amin’izany avy eo. Zary efa mahazatra ny tanora aza ankehitriny ny mamerin-taona na miova «  filière  » rehefa avy nahavita taona maromaro tany amin’ny lalam-piofanana hafa. 

Noho izany tranga izany mihitsy no nanatanterahan’ny «  Campus numérique Francophone  » ny hetsika “Forum de l’orientation professionelle”. Ity farany izay hetsika ahafahana manoro lalana sy mampahafantatra ireo mpianatra ireo karazana asa azony atao ary mifanaraka amin’ny fianarana nataony. Raha ny fanazavana nomen’ny mpikarakara ny hetsika dia tsy ny asa akory no tsy misy fa ny tanora hanao azy no tsy misy. Araka ny fanazavana dia orinasa 20 no manampy ireo amin’izany hetsika izany. 

Tsara anefa ny manamarika fa tsy misy ny fandraisana mpiasa amin’ny hetsika toy ireny. Etsy ankilany dia niaiky ireo mpianatra fa tena ilaina tokoa ny hetsika toy izao mba tsy hanahirana amin’ny fisafidianana lalam-piofanana sy asa. 

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

MPANDRAHARAHA LAVANILA AO TOAMASINA : Mivondrona hanarina ny kalitaon’ny vokatra

Lanonana natao tao amin’ny Espace La Famille Salazamay. Ascovat izay teraka tamin’ity taona 2018 ity, ivondronan’ireo mpandraharaha mpividy lavanila sy mpahandro lavanila. Filoha vonjimaika mitantana ny fikambanana  Radebason Michel. Na fotoana fohy aza no niorenany, dia efa miroborobo sahady. Mahatratra 100 mahery ny mpikambana amin’izao fotoana izao, izay misandrahaka manerana ny faritanin’i Toamasina iray manontolo. 

Nandritra ny lahateny nataony, nanipika ny filohan’ny Ascovat fa tsy afa-misaraka amin’ny tantaran’ny lavanila malagasy i Toamasina. Tao amin’ny kaominina Masomeloka distrikan’i Mahanoro faritra Atsinanana no nidiran’ny lavanila voalohany teto Madagasikara. Nitohy tao Sainte-Marie ny fambolena azy ary tonga tao Fenerivo-Atsinanana, izay vao niparitaka tany amin’ny faritra Sava. Ny lavanila no vokatra fanondrana lafo vidy indrindra eto amintsika. Manoloana ny fiakaran’ny vidiny, maro ireo miditra ao anatin’io seha-pihariana io. Misy amin’izy ireo anefa no tsy manana fahaiza-manao amin’ny fikirakirana lavanila akory ka lasa manimba ny seha-pihariana.

Ivondronan’ireo mpividy vokatra amin’ny tantsaha

Manoloana izany indrindra, najoro ny fikambanana Ascovat ho fampivondronana an’ireo mpikirakira lavanila manerana ny faritanin’i Toamasina. Notsipihin- dRadebason Michel kosa fa tsy hifaninana amin’ny vovonan’ny lavanila (plateforme) velively ny Ascovat izay tarihiny fa kosa mifameno ny asa. Ny vovonan’ny lavanila eto Madagasikara dia ivondronan’ny mpamboly, mpividy, mpanondrana lavanila, fa ny Ascovat kosa dia ny mpividy vokatra amin’ny tantsaha no mivondrona ao anatiny. Izany hoe  : mividy vokatra sy mikarakara izany ary mivarotra amin’ireo mpanondrana mankany ivelany. Hanana tombony ireo mpikambana Ascovat.

Izay mpikirakira lavanila tsy tao anatin’ny sehatra ara-dalàna tany aloha, dia ho lasa mpandraharaha lavanila ara-dalàna rehefa ao anatin’ny Ascovat. Hampahafantatra ireo lalàna manan-kery mifehy ny lavanila eto Madagasikara ihany koa ny fikambanana. Hahazo io fampahafantarana io ny mpikambana, ireo mpitandro filaminana ary ireo solontenam-panjakana isan-tokony avy. Maro mantsy ny fanararaotana mihatra amin’ny mpikirakira lavanila. 

Hitsangana, hijoro ary ho sarotiny amin’ny seha-pihariana lavanila ny Ascovat ary hiaro ireo mpikambana ara-dalàna, raha ny nambaran’ny filohany hatrany.  Anisany ady atrehin’ny Ascovat ny ady amin’ny fiotazana lavanila tsy mbola matoy izay lasa mahazo vahana tato ho ato. « Ireo mpamboly no antom-pisianay mpikirakira lavanila, hijoro hiaro azy ireo izahay », hoy Radebason Michel. Ny fiarovana ny  vokatra eny ifotony, dia midika ho fiarovana ny kalitaon’ny lavanila malagasy eo amin’ny tsena iraisam-pirenena, hoy hatrany ny fanazavany.

Kamy

News Mada0 partages

Karazana vatosoa : ny IGM ihany no afaka manamarina

Mandeha ny feo, ankehitriny, fa misy izao voasoloky amin’ireo mpividy vatosoa amin’ny  karazam-bato novidiany. « Tsy fantatra ny mamoaka ireny taratasy fanamarinana sandoka ireny, izay azo enjehina araka ny lalàna. Mety koa ho hevitry ny sasany hanaratsy laza ny karazana votosoa avy eto Madagasikara izany any amin’ny tsena iraisam-pirenena”, hoy ny minisitry ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solitany, i Zafilahy Ying Vah.

Ho fialàna amin’izany fanamarinana sandoka izany, tsy misy afa-tsy ny IGM (Institut de gemmologie de Madagascar) no hany tokana afaka manamarina ny karazam-bato iray, manana fitaovana ampy sy azo antoka ho an’izany. Tsiahivina fa io IGM io, tokana aty Afrika sy ankatoavina maneran-tany ny zava-bitany. Misy ny sasany, indrindra fa amintsika Malagasy, mihambo ho mahay karazana vatosoa, sahy mividy lafo amin’izay tolotra hitany. Nefa izy ihany no very vola raha sendra voasoloky. Ao koa ireo tsy mahalala izay hamidiny, ny kalitao sy ny tetibidiny, ka ny mpividy indray no mahita tombony betsaka, indrindra ny vahiny.

Ankoatra ny fahalalana ny vatosoa eo am-pelatanana, raha voamarina ara-dalàna, tsy tokony hahamaika antsika Malagasy tompony ny hivarotra izany mbola tsy voatefy. “Mifanalavitra loatra ny elanelana eo amin’ny vidin’ny vatosoa tsy voatefy sy ny efa voatefy. Ny vita tefy, vidiana mety amina tapitrisa maro  ny carat iray”, hoy ny minisitra Zafilahy Ying Vah.

R.Mathieu

 

News Mada0 partages

Fifandraisan-davitra amin’ny “câbles” Metiss : hifandray i Afrika Atsimo-Madagasikara-Maorisy-La R...

Tsy mitsahatra mivoatra ny tontolon’ny fifandraisan-davitra aty amin’ny ranomasimbe Indianina. Mitentina 40 tapitrisa euros ny fametrahana tambajotra cable any ambany ranomasina mampifandray an’i Afrika Atsimo, i Madagasikara, i Maorisy ary i  La Réunion.

Vita sonia, ny 1 febroary teo tatsy Saint-Denis La Réunion, ny fifanarahana mifantoka amin’ny fananganana fotodrafitrasa amin’ny fifandraisan-davitra any ambany ranomasina, ataon’ny orinasa Alcatel Submarine Networks (ASN) sy ny Electra TLCS.p.A.

Tariby amin’ny fifandraisan-davitra Metiss* no hapetraka any ambany ranomasina, miainga atsy Afrika Atsimo, mandalo any Taolgnaro ary miafara any Maorisy. Mitentina 40 tapitrisa euros ny asa, ahitana tambajotra manana tanjaka 24.000 gigabits/segondra. Vinavinaina ho vita amin’ny taona 2019 ny asa.

Miara-miombon’antoka amin’ny fametrahana ity fotodrafitrasa niomerika ity ny Telma Madagasikara, ny CEB FiberNET sy ny Emtel atsy Maorisy ary ny SFR sy ny ZEOP atsy La Réunion. Tanteraka, araka ny ilàna azy, ity fiaraha-miasa ity satria madiva ho tapitra ny fe-potoana faharetan’ny taribim-pifandraisana ao ambany ranomasina misy amin’izao fotoana izao. Miombona ao anatin’ny vovonana Metiss ireo orinasa ireo, nanao sonia ny 13 desambra 2017 teo tatsy Maorisy, ny fiaraha-miombon’antoka.

Mora vidy

Hitondra fiovana sy fivoarana eo amin’ny sehatry ny fifandraisan- davitra aty amin’ny ranomasimbe Indianina ity fotodrafitrasa vaovao ity, satria azo antoka, haingana ary mora vidy. Hanome fahafaham-po ny mpanjifa izany, satria mifanandrify amin’ny filàny sady mitondra fivoarana sy fampandrosoana.

Manohana ny tetikasa ny Vaomieran’ny ranomasimbe Indianina (COI), hampiroborobo ny sehatry ny Teknolojia sy ny fifandraisan-davitra (Tics) sahaza ho an’ny daholobe aty amin’ny faritra.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Umad : ampahafantarina any Dubai i Madagasikara

Nijoro tamin’ny fiandohan’ny volana febroary ny fikambanan’ireo Malagasy miasa sy mianatra ary monina ao Dubai. Voafidy ho filoha tamin’io fotoana io i Mbinintsoa Jean Marie. Antom-pisian’ny fikambanana ny hifampitsinjovana sy hifanampiana eo amin’ny samy teratany malagasy any Dubai.

Ankoatra izay, hampahafantatra ny hakanton’i Madagasikara  sy ny vokatra misy ao aminy ihany koa ry zareo  amin’ny alalan’ilay sehatra iray ivondronan’ny firenena maro maneran-tany natao hifanakalozana amin’ny varotra antsoina hoe: “Aim Global International”.

Anisan’ireo terantany malagasy mpikambana ao anatin’izany i Stella Marieangele sy i Popoh Giovanni ary Razafimahefa Baholy. Nilaza izy ireo fa misy orinasa tantanana teratany malagasy sy mampiasa Malagasy ao Dubai ka hiditra ao amin’ny Aim Global International ireo aoriana kely mba ho fantatry ny maro ny zava-bitany.

Nohazavain’i Mbinintsoa Jean Marie fa antony faharoa naharesy lahatra azy ireo hivondrona ny fahitana fa manomboka mihamaro ireo Malagasy mila ravin’ahitra any Dubai amin’izao fotoana izao ka ilaina ny mampiseho fihavanana sy ny firaisankina  amin’ny hafa mba ho modely sy fakan-tahaka.

Fantatra fa hiezaka hifanotrona hatrany ny  mpikambana  amin’ny vanim-potoana maro na fifaliana na fahoriana.  Hankalaza amin’ny fomba miavaka ny fetim-pirenena ny fikambanana amin’ny volana jona. Manodidina ny 50  ireo mpikambanana ao anatin’ny  fikambanana amin’izao fotoana izao.

Tatiana A

News Mada0 partages

Marches des changes : « le taux de change effectif réel de l’ariary devrait rester stable… »

L’ariary a connu une certaine dépréciation, ces trois derniers mois, à en croire l’évolution des cours de la monnaie locale sur le marché interbancaire des divises (MID), en particulier par rapport à l’euro et au dollar. Alain Rasolofondraibe, gouverneur de la « Banky Foiben’i Madagasikara » (BFM) note toutefois que le taux de change effectif réel (TCER) de l’ariary devra rester stable si la conjoncture économique le permet.

Concernant l’évolution des cours de l’ariary par rapport aux deux principales devises, Alain Rasolofondraibe rappelle que cela résulte de la fluctuation de l’offre et de la demande sur le marché international.

«Il y a un an de cela, un euro valait 1,05 dollar. Personne ne pouvait prédire qu’un an après, l’euro s’échangerait à 1,25 dollar. Cette parité influe effectivement sur le niveau actuel de l’ariary», a-t-il expliqué avant de souligner que «si la prévision de croissance économique estimée à plus de 5% cette année se matérialisaient, le taux de change effectif réel (TCER) de l’ariary devrait rester stable».

Dans les prévisions, la Loi des finances pour 2018 (LFI) table sur une croissance économique relativement forte par rapport à 2017 avec 5,1%. Par ailleurs, le cadre de prévisions macroéconomiques note qu’«une dépréciation de l’ariary de 5,2% par rapport à celle de l’année 2017 était attendue à cause du creusement au niveau de la balance courante, malgré la poursuite des décaissements du Fec et les bonnes perspectives au niveau du prix de la vanille».

A noter qu’au début du mois de janvier, l’euro valait en moyenne 3.873 ariary contre 3.220 ariary pour le dollar. En date du 16 février dernier, l’euro s’échangeait à 3.927 ariary contre 3.132 pour le dollar.

Quid des nouveaux billets

Au sujet de l’émission des nouveaux billets, les études effectuées par les agents de BFM devraient déterminer la fin de la mise en circulation des anciens billets. Cela demande du temps à en croire le gouverneur.

Néanmoins, les faux billets circulent aussi. Le gouverneur se veut en tout cas rassurant en annonçant que le système de sécurité de ces nouveaux billets est parmi les plus performants, ce qui rend facilement identifiables les faux. Il a rappelé en outre que «tous ceux qui ont eu recours à cette pratique ont jusque-là été interpellés».

A l’instar des institutions financières du genre, la BFM se fixe comme mission de procurer à l’économie la quantité de monnaie nécessaire pour favoriser la croissance, tout en préservant la stabilité et la valeur de la monnaie aux niveaux interne et externe. Alain Rasolofondraibe a expliqué que la politique générale de cette institution consiste à veiller sur la capacité de la monnaie à offrir une protection contre le risque d’inflation.

Arh.

News Mada0 partages

Groupe STAR : campagne de reboisement

La grande famille du groupe Star a effectué sa campagne annuelle de reboisement, hier, à Andranovelona. Plus de 1.000 plantes ont été mises en terre et plus de 3.000 arbustes, plantés lors de précédentes campagnes, ont été entretenus. Le choix du site s’inscrit dans une continuité de la protection de la colline de Lohavohitra où Eau Vive et Cristalline puisent leur source.

Cette année, plus de 1.000 personnes ont participé à la campagne, dont 550 collaborateurs accompagnés de leurs familles respectives, ainsi qu’une cinquantaine d’élèves de l’Ecole primaire publique d’Andranovelona. A travers cette campagne, la STAR renforce ses actions citoyennes en impliquant directement ses collaborateurs ainsi que les membres de leurs familles et la communauté locale dans la protection de l’environnement.

Aussi, le 5 février dernier, la Star a contribué à la campagne de reboisement à Mahajanga, en partenariat avec l’Association Cetamada.

Arh.

News Mada0 partages

Mpiasan’ny AAA : « atsaharo ny antsojay… »

 Mazava ny  hiaka  sy ny  hafatra. “Sokafy  izao dia  izao ”, hoy  ny  hiaka  ireo mpiasan’ny orinasa AAA-Tiko nanao  hetsika tetsy amin’ny Magro  Behoririka ny asabotsy  teo. Nambaran’izy  ireo fa tsy tokony hatao resabe ny vina 2030 hiantsoana mpampiasa  vola  raha hakatona, tahaka izao, ny orinasa tantanin’ny teratany. Nambaran’izy  ireo  fa tokony hovahana ny  fanagiazana ny any Andranomanelatra hitsirihan’ny  fanjakana ny dingana tokony  hatao,  hiverenan’ny asa  indray. “Mamelona vady aman-janaka  izahay. Mamelona  tantsaha io  orinasa io ary manana vokatra  tsara afaka mifaninana… Atsaharo  ny antsojay. Avelao hiroborobo ny orinasa malagasy” , hoy  izy ireo.

Tonga nifanohana amin’ireto mpiasa ireto  koa ny avy amin’ny Komity manohana an’i Marc Ravalomanana (KMMR) avy any Moramanga. Efa tafatsangana koa ny KMMR atsy Nosy  La Reunion ary hanao ny hampandany ny filoha teo aloha, Ravalomanana, rehefa tonga ny fotoana.  “Miray feo amin’ny mpiasan’ny AAA nakaton’ny fanjakana  koa  izahay”,  hoy  izy ireo ny faran’ny  herinandro  teo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Nampihaonin’ny CR ny olom-boafidy Analamanga

 Nifampiarahaba noho ny taona vaovao teny Mandrosoa Ivato ireo olom-boafidy sy ny voatendry eto amin’ny faritra Analamanga, ny faran’ny  herinandro  teo. Tompon-kevitra tamin’izany ary anisan’ny nikarakara ny lehiben’ny Faritra (CR), Rakotonanahary Ndranto.  Anisan’ny voaasa ny loholona sy ny  solombavambahoaka. Teo koa  ireo ben’ny Tanàna  rehetra eto  Analamanga ary  koa ny sefo fokontany 192 ho an’Antananarivo  Renivohitra. Mifandray avokoa sy mifameno rahateo ny asan’izy rehetra ireo.  Nivoitra tamin’izany ary niraisan’ny rehetra feo ny tokony  hifanomezan-tanana ho an’ny fampandrosoana ny faritra Analamanga. Ankoatra ny lahateny nifandimbiasana, nisy ny fiaraha-miala voly sy ny sakafo,  nofon-kena  mitam-pihavanana ho an’ny rehetra. Fanirian’ny rehetra ny hitohizan’ny tahaka izao mba hisian’ny fifanakalozana bebe kokoa eo amin’ireo mpitantana sy ireo akaiky  vahoaka kokoa.

Synèse  R. 

News Mada0 partages

Filohan’ny Tetezamita, Rajoelina : « ifonako amin’ny Malagasy ny nanohanako ny HVM »

 Nitondra ny heviny momba  ny fiainam-pirenena sy ny famelabelarana  ny vina fampandrosoana Finiavana hanandratra an’i Madagasikara  (IEM) ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina Andry, omaly. Anisan’izany notsiahiviny  ny niatrehana ny fifidianana ny  taona 2013.

 Tamim-panentren-tena lehibe. « Ifonako amin’ny  vahoaka malagasy ny nanohanako ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny fifidianana.  Nanohana ary nanao ny fomba rehetra  izahay nanampiana azy. Anisan’ny namorona ny antoko HVM mihitsy koa aza izahay. Nanohana  olona  fa tsy fanahy sy toetra anefa izahay », hoy  izy. Narahina  tehaka mirefodrefotra izany teny tsotra nataony izany. Nohitsiny fa tsy Rajoelina tenany ihany no nivadihan’ny mpitondra fa ny  vahoaka malagasy. Mba nanantena fampandrosoana ny tenany saingy  diso  fanantenana  ary izao iaraha-mahita izao ny zava-misy,  araka  ny nambarany. Na izany aza, nambarany fa niala nenina tamin’izao fitondrana  izao hatrany ny tenany. “Niteny  hatrany ireo namana  sy mpiara-dia manoloana izao fitantanana sy hadisoana  nizoran’ny  filoha izao. Navela hitantana kanefa indrisy… Izahay tsy manary namana izany fa arian’ny namana”, hoy Rajoelina.

Tsy mitondra  mankaiza ny antsojay amin’ny CUA

 Mbola nohamafisiny fa tsy manda fifanatonana ny tenany manoloana ny  fangatahan’ny filoha  teo aloha,  Ravalomanana, fihaonana aminy. “Tokony hiaraha-mijery ny hanavotana ny firenena  sy ny vahoaka ao anatin’io IEM io. Tsy programa io fa sehatra ary tsy mialonjafy. Afaka mitondra ny heviny ao ny rehetra.  Tsy antoko politika koa ary tsy hiray antoko politika mihitsy koa anefa  izahay sy ny filoha teo aloha. Izaho  tsy ho Tim velively  ary ny filoha teo aloha koa, tsy  ho Mapar.  Avelao ny sakantsakana sy ny fankahalana  ary ny fifanenjehana”, hoy  izy nanitsy ny fomba fijery sy famakafakan’ny olona sasany.

Momba  ny fifandroritana eo amin’ny fanjakana sy ny CUA kosa, nambarany fa ady efa lavareny io. Nanome lesona ny roa tonta ny tenany. Tsy nampandroso izany satria efa  niainany fony izy nitantana ny kaominina, araka ny nambarany. “Tsy mitondra mankaiza ny ady sy antsojay. Tsy maintsy tokony hiara-miasa sy mijery ny  fampandrosoana ny CUA sy ny fanjakana.  Tsy hijereko na iza na  iza fa  hampiako ny ben’ny Tanàna eo raha lany filoham-pirenena aho”, hoy ity ben’ny Tanàna teo  aloha ity.

Amin’ny ankapobeny, mirona kokoa any  amin’ny  fampitoniana ny filohan’ny Tetezamita tamin’ny  fanehoan-keviny. Mirona kokoa any amin’ny  hoavy ny fijeriny ary namalona  ny lasa. Manaporofo izany ny famerimberenany ny  tsy tokony  handaniana  andro amin’ny fifampihantsiana na koa fifanaratsiana  lava eto ary ny adilahy politika.

Tsy maika amin’ny firotsahan-kofidina

 Antony nandrosoany ny vahaolana amin’ny alalan’ny IEM izany. “Sehatra iantsoana ny  rehetra hitondrana fampandrosoana sy hitondrana  vahaolana. Misy ny azo atao ao anatin’ny fotoana fohy… Tsy afaka hiandry ny  taona  2030  ny fahantran’ny vahoaka. Efa misy ny vahaolana amin’ny  fampididina ny vidin-jiro”, hoy izy. Nanteriny fa efa manomboka ny IEM ka anisan’izany ny vahaolana  entin’ny vadiny, Rajoelina Mialy, amin’ny angovo nohavaozina “Ethanol”  ho antsika  sy manerana an’i  Afrika.

Ankoatra izany, nitondrany ny heviny koa ny mety ho filatsahan-kofidiny. Nambarany fa ny lalàm-pifidianana sy ny daty aza,  tsy mbola nivoaka. “Tsy maika ny haha kandidà fa aleo jerena miaraka ny  hampandrosoana ny firenena”, hoy  izy. Ny amin’ny hanovana lalàmpanorenana, mazava ny heviny. Tsy ratsy ny lalàna  rehetra teto  saingy  tsy nampiharina sy tsy nohajaina. Sady efa  tsy nanaja izy ireo  nefa mbola hanova indray koa”, hoy Rajoelina. 

Randria

 

News Mada0 partages

Kitra – «Stage de haut niveau» Mahay ireo mpanazatra fa vokatra sisa andrasana

Mpanazatra baolina kitra 27 mianadahy no nahavita fiofanana fanatevenam-pahalalana, niarahana tamin’i Frans Masson, manampahaizana avy amin’ny federasiona iraisam-pirenena (Fifa), ny zoma 16 febroary lasa teo teny amin’ny foibe toerana Carion, Manjakandriana. Fiofanana, naharitra hadimiana izay nifantoka tamin’ny teknika fototry ny baolina kitra. Nambaran’i Frans Masson fa miavaka tamin’ireo mpanazatra aty Afrika ireto andiany ireto satria tena mahay sy kinga saina. Ny vokatra eny ambony kianja sisa andrasana amin’izy ireo. Notsiahiviny fa zavatra telo tsy afa-misaraka ny fanalahidin’ny fahombiazana.  Eo ny teknika, ny taktika ary ny tanjaka. Ankoatra izay, andry iankinan’ny ekipa ny fahaizan’ny mpanazatra, mijery sy mamantatra, ny paikady entina miatrika ny mpifanandrina.

Fanadihadiana ny zavatra heverina fa kely indrindra amin’ny teknika no tena nifotorana. Noraisiny ho ohatra ny fomba atao rehefa sendra “dédoublement” na amin’ny “zone presse”.

 “Manantena aho fa tsy ampiriminareo any ambany latabatra ny fahaizanareo fa ampiasainareo, amin’ny ekipa izay entinareo”, hoy izy. Tsiahivina fa mpanazatra manana ny diplaoma “licence C, B, A” ireo nanaraka ny fiofanana, tamin’ity.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Atletisma – «Cross-Country 2018» : hanafika atsy Maorisy i Elysé sy i Françoise

 Tontosa, ny asabotsy teo, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara 2018, amin’ny “cross-country”. Voahosotra ho tompondaka, teo amin’ny sokajy “junior”, i Elysé sy i Françoise, handeha hiatrika fifaninanana atsy Maorisy.

 Notanterahina, tany Arivonimamo ny asabotsy lasa teo, ny fifaninanam-pirenena, amin’ny “cross-country 2018”. Norombahin-dRakotondrainy Heriniaina Elysé, atletan’ny Crown Vakinankaratra, ny tompondaka, teo amin’ny “junior” lehilahy, raha Rasoanirina Françoise, mpianatra ao amin’ny “sport étude”, kosa ny an’ny vehivavy. Araka izany, handeha hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, faritra fahadimy, hotanterahina atsy Maorisy ny faran’ny volana febroary izao, izy mianadahy ireo.

Ankoatra izay, lasan’i Tahinjanahary Tsima, mpihazakazaka avy amin’ny Cosfa ny anaram-boninahitra teo amin’ny “sénior” lehilahy. Nisongadina ny zava-bitany tamin’ity, satria tao anatin’ny 35 mn 10 s ny fe-potoana nahatontosany  ny halavirana 10 km. Niady ny hazakazaka satria efa tany amin’ny fihodinana fahefatra vao nitarika ny tovolahy raha notarihin’i Jean de la Croix hatrany izany. Tara fanafika kosa i Hajanirina satria efa nahazo tombony lavitra i Tsima  vao nanezaka izy.

Lasan-dRamiandrisoa Mbolatina, atleta avy amin’ny Cnaps Sport, kosa izany teo amin’ny vehivavy. 44 mn 35 s ny nahatontosany ny hazakazany, tamin’ity. Nahatratra 128 mianadahy avy amin’ny ligim-paritra 11 miampy ny seksiona avy ao Arivonimamo ny nandray anjara, tamin’ity “Cross-country 2018”, ity.

Torcelin

Ireo vokatra teo amin’ny “senior” :

Lehilahy :

1-Tahinjanahary Tsima (Crown Vakinankaratra) : 35 mn 10 s

2-Mampitsoatse (Cospn Boeny) : 35 mn 17 s

3-Andriamparany Hajanirina (Cosfa) : 35 mn 19 s

Vehivavy :

1-Ramiandrisoa Mbolatina (Cnaps Sport) : 44 mn 35 s

2-Ralisinirina  Marthe (3FB) : 44 mn 45 s

3-Raharinirina Sehenomalala (3Fans): 46 mn 01 s

News Mada0 partages

Basikety : feno 15 taona ny klioba Ascut

Notanterahina, ny asabotsy 10 febroary lasa teo, tao amin’ny kianja mitafon’i Soavita Toamasina, ny fankalazana ny faha-15 taona niorenan’ny klioban’ny Ascut, taranja basikety, raha 10 taona kosa ny nitantanan-dRajaonah Mbola izany ekipa izany. Filoham-boninahitra, Rafidimanana Narson. Ireo roa farany izay samy namariparitra ny dingana vitan’ny Ascut, tao anatin’ny 10 taona.

Anisan’ny tompo-marika tamin’ny fikarakarana ny fankalazana, Belahy Vevel, kapitenin’ny ekipa, ny taona 2003 ka hatramin’ny 2005. Anisan’ny nitondra avo ny lazan’ny Ascut,  ny tenany, ka nandrombahana amboara maro, na ny teto Madagasikara na ny teo amin’ny sehatra

iraisam-pirenena. Samy tonga nanatrika ity fankalazana ny faha-15 taon’ny ekipa ity avokoa moa ireo mpilalao teo aloha sy ny ankehitriny niampy ireo taninketsa ary ny sakaizan’ny Ascut. Nilaza ny filohan’ny ekipa, fa betsaka ireo dingana nolalovan’ny

mpilalaon’ny Ascutn,  saika tsara avokoa, saingy tsy mbola ampy fa ezahina

ho tsaratsara kokoa, ho an’ny 15 taona manaraka. Raha teo amin’ny tantaran’ny basket-ball teto Madagasikara, tsy misy klioba nahavita ny dingana vitan’ny Ascut, niorina

tamin’ny taona 2003, izay niroborobo tao anatin’ny fotoana fohy, ary manana ny sokajy

federaly rehetra, raha ny fanambaran’ny filohan’ny klioba hatrany. Nomarihiny fa mpitantana ihany izy ireo fa an’ny Malagasy rehetra ny Ascut, satria miady sy miaro ny voninahitr’i Madagasikara matetika.

Tanjon’ny Ascut, ho an’ny 15 taona manaraka, ny hanatsara ny vokatra efa nisy hatramin’izay. Ankoatra izay, hanomana ireo mpilalao ho mpandimby ireo ao anatin’ny ekipa N1A ihany koa. Araka izany, efa manome sehatra tsikelikely ireo taninketsa ny ekipa teknika ao amin’ny Ascut, amin’ireo fifaninanana hatrehiny.

Amin’ny maha fety azy, nisy omby telo novonoina, natao nofon-kena mitam-pihavanana, nandritra ny lanonana.

 Sajo

News Mada0 partages

«Jeux corporatifs CUA» : samy hahazo ny anjarany ny rehetra

 Efa nanomboka ny zoma 16 febroary lasa teo ka hatramin’ny 16 avrily ho avy izao, etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny fisoratana anarana amin’ny “Jeux corporatifs”, andiany voalohany, karakarain’ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Efa nalefa sy naparitaka manerana ireo orinasa ihany koa ny fanasana ho an’ity fifaninanana ity. Raha tsiahivina, fihaonana fanatanjahantena tanterahina etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny 21 sy ny 22 febroary ho avy izao, ity hetsika ity. Taranja fito no hihaonana : ny baolina kitra ho an’olona fito, ny basikety, ny volley-ball, ny tsipy kanetibe, ny “belote”, ny tenisy ambony latabatra ary ny tenisy. Tsy afaka mandray anjara, ireo manana kara-pilalaovana eny anivon’ny seksiona na ligy. Tanjona ny hisian’ny firaisankina eo amin’ny samy mpiasan’ny orinasa ary fanamafisana fiaraha-miasa. Hiavaka izany satria samy hahazo ny anjarany ny rehetra. Afaka hilalao ao an-toerana ireo fianakaviana mitondra ankizy, afaka hitsidika sy hijery ireo fotodrafitrasa misy ao amin’ny kianjaben’i Mahamasina ihany koa.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kick-boxing Analamanga : fantatra ireo hiatrika ny fifaninanam-pirenena

 Vonona ny ligin’Analamanga taranja kick-boxing eo amin’ny fiatrehana ny fifaninanam-pirenena, hatao any Morondava. Efa fantatra avokoa mantsy ireo hisolot ena azy ireo, any amin’izany fihaonana izany.

Tontosa, ny asabotsy lasa teo, tetsy amin’ny Dojo-n’ny Cospn etsy Mahamasina, ny fifantenana farany ho an’Analamanga, taranja kick-boxing, nakana izay handrafitra ny ekipan’ny ligy, handeha ho any Morondava, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, hatao ny 25 febroary ho avy izao.

“Combat assaut 1er degré” ny natao tamin’izany ka nambaran-dRakoto Mino Harifetra, filohan’ny ligy, fa mason-tsivana, nakana ireo hiatrika ny fifaninanam-pirenena ny kalitaon’ny ady asehon’ireo mpikatroka sy ny fahafehezany ny teknika ary ny tanjaka. Atleta avy amin’ireo seksiona efatra mandrafitra ny ligy izy ireo. Hiezaka hanana solontena amin’ireo sokajin-danja rehetra Analamanga, amin’io fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara io.

Tanjon’ny ligin’Analamanga ny hanana solontena betsaka ao anaty ekipam-pirenena, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, hatao any Kameronina ny 25 marsa ho avy izao.

Torcelin

 -Ireo tafita ho any Morondava :

 Lehilahy :

-51 kg : Tiana kely (3FB) ; Elie (Avaradrano)

-54 kg : Faly (Cosfa) ; Eric (Lion Force)

-57 kg : Tahiry (Cosfa) ; Belo (Tiger’s)

-60 kg : Jessy (Cobra) ; Tojo (3FB)

-63,5 kg : Marc (Cosfa) ; Tovo(3FB)

-67 kg : Alain (Cosfa) ; Zo (AFKM)

-71 kg : Lava Mickael (CISC) ; Jimmy (Cosfa)

-80 kg : Emile (Cospn)

Vehivavy :

-52 kg : Claudia (Sagesse) ; Miora (Avaradrano) ; Natacha (3FB)

-56 kg : Faratina (3FB) ; Fahendrena (AFKM)

-60 kg : Larissa (AFKM)

News Mada0 partages

Cross-country : les jeunes prennent le pouvoir

Passage de témoin lors du Championnat national qui s’est tenu, samedi dernier, à Arivonimamo, entre les vieux briscards et les jeunes loups du cross-country dans la catégorie reine. Tsima chez les hommes et Mbola chez les dames sont les nouveaux champions de Madagascar.

La course a tenu toutes ses promesses sous un soleil de plomb et sur une piste très accidentée lors de la joute nationale ! Bien que leurs expériences aient parlé tout au long du parcours ponctué par une succession de descentes et de montées, les stars de la course de fond n’ont pas résisté à

la fougue et à la puissance des jeunes coureurs à la finition des 10 km.

A l’image de Fulgence Rakotondrasoa et Nanie Razafindrafara, lauréats de l’édition 2017 à Ihosy, qui ont souffert du rythme imposé par leurs adversaires, notamment dans les derniers kilomètres, lorsque les futurs champions ont pris les choses en main.

En effet, Tsima et Mbola, dans leurs courses respectives, ont choisi la même stratégie en suivant le tempo imposé par leurs rivaux durant 4 des 5 tours de 2 km, avant de donner un puissant coup de rein pour finir en beauté la bataille. Deux nouvelles têtes sur la plus haute marche du podium seniors hommes et dames avec deux trajectoires différentes durant la saison.

Lors des championnats de la section d’Antananarivo et régional d’Analamanga, Tsima a dominé les débats avant de confirmer sur la scène nationale. Par contre, Mbola s’est contentée de la deuxième place lors de la joute de la section puis de la dernière marche du podium, lors du rendez-vous de la ligue d’Analamanga, avant s’installer enfin sur le toit de Madagascar lors du sommet national.

Sur les traces de son oncle

Si la course, chez les seniors, demeure l’événement phare du sommet national, cette saison, il y aura une mention spéciale pour le vainqueur du cross-country juniors garçons, en l’occurrence  Heriniaina Elysé Rakotondrainy.

En effet, le neveu de Fulgence Rakotondrasoa vient de remporter un deuxième titre de champion de Madagascar après celui de 2017 chez les cadets. Une performance dantesque pour le digne successeur de son oncle qui, pour sa première année chez les juniors, dompte la concurrence avec la même manière.

Un succès qui lui ouvre la porte du championnat d’Afrique australe qui se tiendra à l’île Maurice, le 3 mars. Il sera accompagné de la championne junior qu’est Françoise Rasoanirina. «Cette décision a été prise depuis un certain temps dans l’optique de promouvoir les jeunes coureurs. D’autant que les juniors n’ont jamais participé à des compétitions africaines, contrairement aux seniors», a expliqué le directeur technique national, Tsiry Manantena Rakotomalala.

Naisa

Podium par catégorie :

Seniors hommes (10 km) :1-Tsima Tahianjanahary (Cosfa): 35’10’’, 2-Mampitroatse (COSPN Boeny): 35’17’’, 3-Hajanirina Andriamparany (Cosfa): 35’19’’

Seniors dames (10 km) : 1-Mbolatiana Raminadrisoa (Cnaps): 44’35’’, 2-Marthe Ralisinirina (3FB): 44’45’’, 3-Seheno Malala Raharinirina (3FANS): 46’01’’

U20 garçons (8 km) : 1-Elysé Heriniaina Rakotondrainy (Crown): 28’47’’, 2-José Alfred Fanirijaona (CAIA): 29’10’’, 3-Adolphe Heriniaina (AS Fanalamanga): 29’54’’

U20 filles (6 km) : 1-Françoise Rasoanirina (Caf): 26’20’’, 2-Lyne Rasoloheritiana (Asja): 26’30’’, 3-Sava Nirihaingo (Bambinos): 27’12’’

U16 garçons (4 km) : 1-Nirina Anthonio Andrianantenaina (CAAM): 14’52’’, 2-Mbola Ferdinand Mahatoky (CAB): 15’07’’, 3-Valisoa Alfred Tojonirina (CAB): 15’10’’

U16 filles (2 km) : 1-Santatra F. Razafindramaro (3FANS) : 8’01’’, 2-Sarobidy Rahenintsoa (3FANS) : 8’03’’, 3-Sarobidy Andriatsitohaina (CAB) : 8’05’’

 

News Mada0 partages

Chronique : parfum exotique

Servez-vous des jus de fruits ? Voulez-vous dire des « jus naturels » ? Bien sûr ! Dans un restaurant, c’est effectivement un jus naturel qu’on vous propose si vous demandez une boisson fraîche non alcoolisée et qui ne soit pas gazeuse. Si vous fréquentez assidument ces établissements, vous connaissez la question subsidiaire :

« Le jus naturel que vous servez, est-il vraiment naturel ? ». Le serveur, s’il est fin connaisseur de sa clientèle, répond dans un sourire que le jus est vraiment naturel, c’est-à-dire qu’il vous apportera un jus de fruit pressé en cuisine. Une autre option est le jus en brique. On évitera de l’appeler jus artificiel mais la liste des ingrédients qui le composent est si longue que les marketeurs sont obligés de préciser « à base de jus de fruits » ou « contient …% de fruit ». Pour autant, si vous ne posez pas la question subsidiaire, on vous apportera peut-être un jus naturel qui a fait un long voyage.

Aux côtés des jus naturels s’est imposé le jus de fruits exotiques, quand ce n’est pas le cocktail exotique. Curieux, vous demandez quels sont ces fruits qui ont sans doute eux aussi fait un long voyage.  La réponse du serveur décevra votre curiosité. Ces fruits sont des fruits tropicaux, nous pourrions les appeler des fruits de saison : le letchi en décembre, la mangue en janvier, la goyave en mai. Un jus de pomme ou un jus de raisin, qu’ils soient pressés en cuisine ou achetés en grande surface ne seront jamais au grand jamais des jus de fruits exotiques. Pas plus que le jus de rhubarbe ou le jus de canneberge d’ailleurs.

N’allez pas demander au malheureux serveur de vous démontrer pourquoi les fruits qui inondent nos marchés sont dits exotiques. Les digressions anthropologiques ne font probablement pas partie des tâches qui lui incombent. Mais s’il a du temps et que vous lui êtes sympathique, il vous révèlera un secret inavouable sur notre acculturation. Même à nos yeux, nous sommes parfois exotiques.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Qu’est-ce que Tamatave ? (2)

(Suite.)

Les documents dont M. Carle regrette avec raison l’injustifiable enterrement relatent les qualités à la fois de souplesse, d’énergie, de robuste santé que devaient réunir les colons de ce temps pour s’implanter au milieu des indigènes, se maintenir en ce pays de côtes, alors que les sels de quinine n’étaient pas répandus comme de nos jours.

Le ravitaillement des colons était chose difficile. Rien de plus poignant que la lecture des innombrables rapports de mer des capitaines des voiliers réunionnais. La Réunion gisant à l’est de Tamatave, le trajet normal ayant pour terminus Fort-Dauphin au sud-ouest de l’alizé de sud-est (le suète comme disent les marins) soufflant presque toute l’année, il fallait « souquer de la toile » sous un angle de navigation de plus en plus fermé, avec la terrible côte malgache sous la hanche tribord.

Les traitants étaient unanimes à signaler comme les plus riches les pays Betanimena et de Farafangana, avec le puissant arrière-pays des hauts-plateaux. Mais il y avait la

« barre », la terrible barre qui interdit l’accès de la terre tout le long de l’immense côté, et qui avait le sinistre pouvoir de happer, pour ainsi dire, au passage les carcasses de bois.

Un jour, fuyant devant la tempête, désemparé, ne pouvant plus tenir la mer, un capitaine aperçut un intervalle où les récifs ne « blanchissaient » pas. Il « bourra » dedans, jeta l’ancre en eau relativement calme. Sous tribord, un arc de sable blanc. Les indigènes de l’habitaient pas, mais ils s’y rendaient quelquefois pour célébrer des consécrations de rite : Toamasina, qui devint Tamatave dans le langage des matelots créoles.

Par la suite, il fut reconnu que tous les autres refuges de la côte Est étaient décidément précaires ; c’est ainsi que Tamatave devint la Métropole maritime de l’Est malgache.

On avait espéré que l’occupation française donnerait à Tamatave une organisation digne de sa destination.

Hélas ! nous savons qu’on n’a abouti qu’à des projets purement bureaucratiques, autour desquels on s’est disputé fort inutilement.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : fahavoazana indroa mitatao

Orana izay nilatsaka tamin’ny asabotsy alina izay, efa betsaka ny rano nilatsaka teo alohaloha izay, mahazo vahana toy izany ny mpitsikera mikasika ny fahapotehan’

ny làlana nateraky ny riaka. Tsy hay tohanana moa ny vavam-bahoaka rehefa misy tranga azo kianina na kely toy inona aza, maika fa fahasimbana miitatra manaraka ny arabe. Tsy fantatra marina ny fifaneken’ny tompon’asa mpaniraka sy ny orinasa mpanatanteraka, iza amin’ireo roa tonta ireo no hizaka ny fatiantoka eo amin’ny fahasimbana mandritran’ny alina an’ireo asa natao ny atoandro. Tsy tena hoe potika tanteraka fa maro ihany ny lavadavaka sy fitresahana miseho, araka ny fitenin’ireo mpahay anefa dia rehefa maina hono ny « béton » tsy maniry tsara mifamatotra ny rakotra atao fanentsenana ny simba, tsy toy ny faninginana vy. Noho izany tsy ela dia miverina miseho ilay fery nitondrana fitsabona.

Tsy ny fomba nampiasaina ho fanarenana ny simba loatra anie no mitarika an’ilay resabe, an’ny mpanapaka no misafidy na goudron na béton, tsy vaovao araky ny hevitry ny maro moa ny fanaovan-dàlana amina béton, ny « autoroute » anisan’ny voalohany tany Alemana dia rafitra béton daholo. Asa izay antony nitarika azy isafidy goudon taty aoriana. Ny anton’ny fanakianana amin’izao tranga izao dia ny fanaovana asa toy ireo tazana ireo ao anatin’ny fahavaratra. Marina moa fa efa izay tsy izy ny haratsin’ny làlana sy arabe ka tsy maintsy novonjivonjena ny fanamboarana azy. Tsy manala ny fahadisona anefa izany, inona no tsy nanaovana ny fitaizana sy ny fanarenana ny simba nandritran’ny maina andro. Mitory tsy fahaiza-mitantana izany.

Araky ny fiteny moa ny fitondrana sady mandamina ny anio no mitsinjo ny ampitso. Lavitr’izany no tazana eto an-toerana. Ny mpitondra izay araky ny fenitra fantatra dia miandoha an’ny fitrangan-javatra fa tsy miandry ny fisehony vao mikaroka fanarenana, (agir et non subir pour systématiquement réagir).

Fahavoazana maro no mifanosona noho ireo fanefana asa manaraka tetika diso : ny làlana tsy vita arak’izay tokony ho izy, fatiantoka manaraka ny arabe. Ny mpanaraka diso fanantenana, ireo soratra fideradera-tena manambara fa « miasa ho anao ny fanjakana » lasa vakin’ny olona mivilana, dia mifototra « mandanindany volanao amin’ny tsy izy ny fanjakana ».

Léo Raz

News Mada0 partages

« Amour’rire » : nanome aina vao ho an’ny hatsikana

Zoma niavaka ! « Amour’rire », hira sy hatsikana niarahana tamin’i Francis Turbo sy Gothlieb tao amin’ny lapan’ny Kolontsaina Imahamasina. Seho nitondra aina vao indray ho an’ny tontolon’ny hatsikana eto Madagasikara indray satria nampiasana ny teknolojia toy ny « écran interactif ». Vokatr’izay, nanjary afaka nitafa tamin’ny tenany i Goth. Manontany avy eny ambony sehatra izy, mamaly azy avy hatrany i Goth eny amin’ny « écran géant ». Tafiditra tao anatina zana-dohahevitra iray tamin’ny « Amour’rire » rahateo ny teknolojia.

Nitondra aina vaovao ho an’ny hatsikana malagasy, nandritra ity « Amour’rire » ity, ihany koa ny fidinana eny amin’ny mpijery. Nampandraisin’i Goth anjara bebe kokoa izy ireo. Teo koa ny fampandraisana anjara ireo tanora mpanao hatsikana toa ny tarika Etsetra Etsetra sy i Barone. Nahitana an’i Riri nanao an’i Tatandraza. Akoatra ireo, ny fanatanterahana ny tsiahy ho an’i Johnny Hallyday.

Niainga hatrany am-boalohany ka hatramin’ny fiafaran’ny seho, nanintona sy nahaliana ny mpijery hatrany ny tolotra nomen’i Francis sy i Goth.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Voalohany hatramin’ny farany… : nifampitantana tokoa i Njakatiana sy i Bodo

Ora iray taorian’ny fanombohana, mbola mitanjozotra ny mpijery hamonjy ny lapan’ny Kolontsaina sy ny Fanatanjahantena, omaly. Izay ny tety ivelany. Nanao ahoana kosa ny tao anatiny ?

Sehatra lehibe telo nomena endrika kanto tamin’ireo ravaka teo aminy…. « Somariaka » narahin’ny « Ataoko akory ». Vao ireo no vita, tazana avy hatrany ilay endrika isehoan’ny fampisehoana niarahana tamin’i Njakatiana sy i Bodo, omaly, tetsy amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy Fanatanjahantena Imahamasina. Nifandraika tanteraka tamin’ny lohateny « Mifampitantana » izany. Hatramin’ny faran’ny fampisehoana, tazana teny an-tsehatra hatrany ireto andrarezin’ny hira malagasy ireto. Nifampitantana tamin’ny alalan’ireo hira sy sanganasan’ny tsirairay izay niarahana rahateo ny fihirana azy ireny. Nihanafana hatrany izany raha nipaka tany amin’ny fizarana fahatelo izay nanaovan’izy ireo hira mihetsiketsika 10 tsy misy fiatoana.

Vahinin’i Bodo tamin’ity « Mifampitantana » ity i Niu Raza, Malagasy monina any Etazonia. Nanokanana ampaham-potoana ihany koa ireo hira somary gasigasy ka narahin’i Mbola Talenta tamin’ny gitara, toy ny « Tatano aho », sns. Nofaranan’i Njakatiana sy i Bodo tamin’ny fampiaraham-peo an’ireo hira mihetsiketsika ny « Mifampitantana ».

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Spectacles du week-end : «amour’rire» à gogo, «Mifampitanana» fait carton plein

De l’amour, de l’humour mais également et surtout de la bonne musique. Les deux spectacles qui se sont déroulés, le week-end au palais des sports et de la culture Mahamasina, ont rencontré un succès phénoménal.

Pic émotionnel au palais des Sports et de la culture Mahamasina. Entre fous rires et larmes, le public a vécu une soirée tout particulièrement hors de l’ordinaire avec le duo de choc Francis Turbo et Gothlieb avec leur formule «Amour’rire» vendredi dernier.

Comme si c’était hier, les fans se souviennent encore du début de carrière de ces artistes quand ils ont partagé la même affiche à avec leur sketch intitulé «Wanted». Au summum de son art, le duo a voulu réitérer l’expérience sur scène. La soirée a été placée sous une bonne étoile puisque les Tananariviens sont venus en masse à ce spectacle à mourir de rire.

Avec une série de personnages, Gothlieb a, comme à l’accoutumée, donné  carte à blanche au célébrissime Syril, sans oublier Olga, Rabenitsara et Sourayah. Ne reculant devant aucun tabou, Francis Turbo a aussi de son côté marqué les esprits avec ses blagues taquines et salées.

Bodo et Njakatiana main dans la main

Il fallait s’y attendre, l’antre du palais des Sports a eu de la peine à contenir les inconditionnels admirateurs de Bodo et Njakatiana, venus massivement pour ce concert fraîchement intitulé «Mifampitantana» tout au long de l’après-midi dominicale. Une heure et demie après le début du concert, vers 15 heures, une bonne poignée de gens se sont déjà bousculés à l’entrée de Gerb’or, ce qui a rendu la tâche difficile au personnel de sécurité.

Dans la salle,  la diva et le crooner à la voix d’or n’ont pas pu cacher leur joie. «C’est un plaisir renouvelé d’être parmi vous aujourd’hui», ont scandé les deux artistes qui ont partagé la même scène, il y a de cela 18 ans. Ils ont proposé un répertoire alterné entre leurs propres compositions, à l’image de «Anaro aho», «Ry foko», «Aza dia omena tsiny» ou encore «Tsy izany». «Mifampitantana» a encore une fois fait tilt. Plus de tickets disponibles bien avant le jour J.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

CGM Analakely : un récital empreint d’amour, de rêve et de folie

Une fin d’après-midi particulièrement enchanteresse, c’est ce que les passionnés de la musique lyrique ont eu droit, samedi dernier, au Cercle germano-malgache, à l’occasion du récital lyrique intitulé «L’amour, le rêve, la folie».

Arianala Ramanohison au soprano, Ando Ny Aina Razananaivo au baryton et à la basse ainsi que Hajatiana Rakotozafy au ténor ont interprété un extrait de la «Sonate K 208» du compositeur baroque Domenico Scarlatti et de la «Jeunesse Op65» d’Ed Grieg durant quelques tours d’horloge.

«Bois Epais», «A chloris», «Mondnacht», «The Vagabond»… les morceaux se sont enchainés sous la forme d’une suite de titres sans blanc ni pause, donnant l’impression d’une seule et même pièce musicale. Au piano, Mirana Randria a fasciné avec la sobriété de ses gestes et sa bonne humeur contagieuse.

Jonglant entre la langue de Shakespeare, celles de Molière et de Goethe, le quartet a proposé une éblouissante aventure sous le signe de la virtuosité. En aval de la fête de la Saint-Valentin, Arianala et ses complices ont encore fait chavirer le cœur de l’assistance avec leur sublimes voix.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Medias-orange : 2018 sous le signe de la collaboration

C’est devenu presque une tradition pour Orange Madagascar et la grande famille de la presse de se retrouver pour les vœux de nouvel an dans le dessein de démarrer l’année sous le signe de la collaboration. C’est le cas de samedi dernier, lors d’une après-midi riche en goût et en saveurs, au Kianjan’ny Kanto Mahamasina. L’événement s’est donc déroulé dans une ambiance de partage autour de la bonne musique et d’un buffet gastronomique.

Sur scène, le groupe Rossy  a rendu un vibrant hommage à Philibert Rabezoza Rakoto, plus connu sous son nom d’artiste,  Rakoto Frah, en interprétant de ses œuvres, telles  «O Rakoto» et «Any indray andro». La cérémonie s’est vu honorer par la Présidence de l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM).

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Hemerson A. : «aza kafaraina» subjugue

Un des précurseurs de l’art contemporain les plus adulés de sa génération, Hemerson Andrianetrazafy a dévoilé une toute autre facette de son identité à travers «Aza kafaraina», samedi dernier, au Tahala Rarihasina Analakely.

Connu et reconnu en tant qu’artiste plasticien et historien, il a mis en avant, cette fois-ci, ses talents de chanteur et de poète. «Ces disciplines, aussi différentes soient-elles, se rejoignent parfaitement», assure-t-il.  Alliant musique et poème «Aza kafaraina» a également laissé la part belle à Kolo Vaika.

«J’ai mis un bémol à ma carrière compte tenu de la situation qu’a traversé le pays et en dépit d’une contrainte personnelle. En ce début d’année, je projette de présenter un recueil de 200 poèmes en  version malgache et française», affirme l’artiste. L’amour, la société, la vie quotidienne, … rien n’échappe à l’artiste comme thème de prédilection.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Mbola misy vato atahorana hianjera : hafindra toerana avokoa ireo mponina tandindomin-doza

Efa loza mihatra ny vatobe eny Ambonin’Ampahamarinana. Mbola misy vatobe mitatao atahorana hianjera ka tsy maintsy hamindrana toerana rieo mponina eny amin’ny manodidina.

Tsy misy hatakandro fa tsy maintsy miala eo amin’ny toerany ireo mponina tataovan-doza rehetra eo ambanin’Ampamarinana. Mbola misy vatobe iray atahorana hianjera eny an-toerana ka tsy azo honenana intsony eny.

Nambaran’ny mpitondra fanjakana niaraka tamin’ny BNGRC sy ireo tompon’andraikitra tonga teny an-toerana izany. Na eo aza ny mety ho alahelon’ny mponina handao ny tranony, tsy maintsy miala eny izy ireo mba tsy hisian’ny aina hafoy toy izao intsony.

Mbola iarahan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra sy ny fanjakana mitady ny toerana hamindrana ireo mponina tataovan-doza ireo. Ny hany fantatra hatramin’izao, tsy maintsy mangorona ny entany izy ireo ary miala eny an-toerana.

Hatry ny omaly, efa nisy ireo nitaona ny entany namonjy ny fianakaviany. Ho an’ireo tsy manan-kivantanana, nilaza ny minisiteran’ny mponina fa afaka handraisana azy ireo ny Foibe SEBA, etsy Isotry.

Raiki-tahotra ny mponina, voadona amin’ny saina mihitsy ny ankizy sasany naheno ny fianjeran’ny vato sy nahita ny voina teny an-toerana. Nisento tokana ary nipararetra ireo nieren-doza manodidina rehetra. Toy ny tsy mbola tonga saina kosa ny sasany nahita ny fahavoazan’ireo mpiray vodirindrina taminy.

Tsy nanampo ny hilatsahan’ireo vatobe mitatao eny Ampamarinana ireo mponina eny. Efa an-taona maro izy ireo no nonina teny tsy nisy vato nikodia kanefa izao tratran’ny tsy nampoizina izao vao torakovitra.

Nilaza ny fanjakana fa iantohana avokoa ny fandaniana rehetra amin’ny fandevenana ireo namoy ny ainy teny Ambanin’Ampamarinana ity. Torak’izany ny fitsaboana ireo naratra. Marihina fa ankizy ny dimy amin’ireo namoy ny ainy. Misy mpianatry ny EPP Mahamasina ary ao ny zanaky ny mpampianatra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fianakaviana iray : efa-mianaka indray namoy ny ainy

Mpianakavy kely efa-mianaka no indray maty nihotsahan’ilay vatobe tetsy Ambanin’Ampamarinana ny asabotsy alina teo. Raim-pianakaviana, Ramaroson Olly Tiana, 36 taona. Renim-pianakaviana, Sahobiniony Tsiky, 35 taona. Zanak’izy ireo kosa i Ramaroson Rayan, fito taona, sy  Ramaroson Fitahiana Nellah, dimy taona.

Hanala CEPE amin’ity taona ity i Rayan izay mpianatry ny Collège Michel Ange, Tsimbazaza. Mbola kilasy garabola kosa i Nellah. Fantatry ny manodidina azy kosa fa mpanamboatra fiara sy mahay ny fikojakojana fiara i Olly, tsotra sy mahay mifandray aman’olona.

Nifampitadiavana hatry ny omaly ny fianakavian’izy ireo. Efa etsy amin’ny INFP Mahamasina avokoa ny vata-mangatsiakan’izy efa-mianaka nodimandry ireto.

Tatiana A

News Mada0 partages

Tambajotra matanjaka… : 12 mianadahy tratra niaraka tamin’ny môtô halatra 14

Ravan’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany voalohany ao Tanambao Toamasina ireo tambajotran-jiolahy miisa 12 mpangalatra moto niaraka tamin’ny moto halatra miisa 14. Araka ny fanazavan’ny lehiben’ny kaomisarian’ny boriborintany Voalohany ny kaomisera, Rakotovao Jean Christian, niainga avy amin’ny fisian’ny vaky trano tao amin’ny fokontany Morarano, ny alatsinainy alina teo ity raharaha ity. Moto miisa telo very tao amin’ity tokantrano niharan’ny fanafihana ity no niaingan’ny fikarohana. Nahazo loharanom-baovao ny polisy ka nangataka fahazoan-dalana tamin’ny fitsarana amin’ny ahafahana manao fisavana ireo trano mampiahiahy ireo ao Betainomby Voalohany. Vokany, hita tao ny iray amin’ireo moto very tamin’ilay trano vaky voalaza ery ambony. Nitohy ihany ny fikarohana ka nisy trano nosavain’ny polisy indray ao Mangarivotra ary hita tao koa ny iray hafa. Nambaran’ireo jiolahy fa efa lafo kosa ilay moto fahatelo nangalarin’izy ireo. Mbola nahitana moto miisa 12 tsy ara-dalàna ihany koa tao amin’ity trano ity nandritra ny fisavana nataon’ny polisy. Teo am-panovana loko sy ny kojakojan’ireo moto mihitsy ireo mpangalatra tamin’ny fotoana nahatongavan’ny polisy. Efa misy soratra hoe amidy mihitsy aza ny sasany amin’ireto moto halatra tratra ireto, araka ny fanazavan’ny kaomisera Rakotovao Jean Christian hatrany. Miantso ireo manana moto very ny polisy mba hitondra taratasy fanamarinana momba ny moto-ny very.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

CUA : tsy niandry ela ny ben’ny Tanàna

Ny alin’ny asabotsy, nitrangan’ny loza teny Ambanin’Ampamarinana, nidina avy hatrany teny an-toerana ny ekipan’ny kaominina Antananarivo niaraka tamin’ny mpamonjy voina. Tonga nitsapa alahelo avy hatrany ny fianakavian’ireo niharam-boina tao Ambanin’Ampamarinana ihany koa ny ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao sy ny mpiara miasa aminy raha vantany vao tonga teo amin’ny INFP ny razana. Teo koa ny solombavambahoaka voafidy tao amin’ny boriborintany fahefatra.

Nitondra ny voatsirambin’ny tanàna hanampiana amin’ny fikarakarana ny razana sy ny maratra ny ekipan’ny kaominina. Nampahery ny fianakaviana ihany koa hahay hitraka amin’izao fahavoazana izay.  « Adidy amin’ny maha raiamandrenin’ny tanàna no natao fa tsy azo atao ny mitazam-potsiny” , hoy izy ireo.

Nilaza ny fiadidiana ny tanàna fa hojerena ny vahaolana ho an’ireo mponina izay tandindomin-doza na eny Ambonin’Ampamarinana na eny Ambanin’Ampamarinana izay samy atahorana avokoa ny fahavoazana vokatry ny fahabetsahan’ny rotsak’orana amin’izao fotoana izao.

Tatiana A

News Mada0 partages

Boriborintany IV : mpianatra 989 nahazo kopia faobe

Mpianatra hanala fanadinana CEPE miisa 989 no nahazo tombony tamin’ny fizarana kopia fohy teo amin’ny boriborintany fahefatra. Tafiditra indrindra ao anatin’ny tetikasa sosialin’ny boriborintany fahefatra ny fizarana kopia ho an’ireo mpianatra hanala fanadinana CEPE eo anivon’ny EPP sy ireo sekoly tsy miankina eto amin’ny boriborintany fahefatra.Notanterahina teny amin’ny EPP Ankazotoho Anosimahavelona ny fizarana izany kopia izany.

Tsy nijanona tamin’ny fizarana ireo kopia ny hetsika fa mbola narahina fizarana sakafo mitondra hery sy tanjaka ho an’ireo reny sy zaza izay miisa 400 mahery. Nihinana vovon-katsaka narahina rononomandry izy ireo tamin’izany.Marihina fa EPP miisa 12 amin’ny 14 no nahazo tombony tamin’izao fizarana kopia izao. Nahazo kopia roa ny mpianatra iray. Nahatratra 1978, araka izany ny kopia  namboarin’ny boriborintany maimaimpoana ho an’ireo mpianatra ireo.tanjona ny fitsinjovana ny fahasahiranan’ny ray aman-drenin’ny mpianatra amin’ny fanomanana ny antotan-taratasim-panadinana.

Tatiana A

News Mada0 partages

Orientation professionnelle : l’agro-alimentaire intéresse les jeunes

Les métiers de l’agro-alimentaire ont beaucoup intéressé les jeunes, selon les organisateurs du deuxième forum de l’orientation professionnelle clôturée, samedi dernier à Antaninarenina.

«Bon nombre des lycéens et étudiants qui ont assisté à ce forum, ont été attirés par ce secteur d’activité», a affirmé la responsable campus numérique francophone de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) de l’océan Indien, Ange Rakotomalala.  A noter que les cibles sont en majorité des étudiants en phase de terminer leurs études et qui sont ainsi plus ou moins prêts à entrer dans le monde du travail.

Après l’agroalimentaire, les métiers de la recherche scientifique séduisent également les jeunes. Une grande première dans l’histoire du forum. «Sur les 4 000 jeunes du forum, au moins 600 d’entre eux sont intéressés par ce domaine», selon toujours Ange Rakotomalala. Le secteur bancaire et l’informatique arrivent en troisième place.

Entretien individuel

L’entretien individuel est une des particularités de ce forum. L’objectif est d’aider les jeunes à mieux s’orienter et se préparer vers le métier qu’ils envisagent dans l’avenir. Pour ce faire, un directeur des Ressources humaines (DRH), issu d’une entreprise exerçant le métier préféré de l’intéressé, l’oriente au sens propre du terme.

A noter que 3 700 lycéens et étudiants sont venus durant les deux jours de cet événement, plus que le double de

l’édition précédente. Les organisateurs envisagent déjà la tenue du troisième forum vers la fin de cette année.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Conservation de médicaments : une procédure souvent négligée

«Le cas de mésusage de médicament et contrôle de qualité de certains médicaments» a été l’un des thèmes au programme du 27e congres de la Fédération pharmaceutique de l’océan Indien. A ce sujet, le Pr David Ramanitrahasimbola, du département d’enseignement de la pharmacie à la Faculté de médecine Ankatso, a mis en exergue la négligence opérée dans la conservation des médicaments, notamment les réfrigérés.

L’électricité instable dans certains dépositaires de produits pharmaceutiques et centres de santé, a été particulièrement désignée comme sources de cette inadvertance. «Cette négligence, volontaire ou non, peut cependant nuire, non seulement à l’efficacité du médicament, mais constitue aussi un grand risque pouvant entraîner la mort», a-t-il souligné.

De poursuivre que les effets néfastes des médicaments réfrigérés pour la deuxième fois, sont pires que ceux qu’on a oublié de mettre dans un réfrigérant. «La chaîne du froid d’un médicament devrait être toujours maintenue sans aucune interruption», a martelé le Pr David Ramanitrahasimbola.

Incertitude des dosages

Le Pr David Ramanitrahasimbola a également noté la pratique d’incertitude de dosage des médicaments. Par exemple, en cas de pénurie d’un antibiotique pour enfants, certains praticiens ou paramédicaux prescrivent l’utilisation d’antibiotiques pour adultes mais à faible dose.

Or, comme cette pratique se fait en général manuellement, cela a ainsi des impacts sur les effets du médicament, en particulier sur la résistance médicamenteuse, l’une des principales causes des échecs thérapeutiques.

Sera R.

News Mada0 partages

27e congres de la FPOI : objectifs atteints pour Madagascar

Le 27e congrès de la Fédération pharmaceutique de l’océan Indien (FPOI) a pris fin au CCI Ivato. D’après le président de l’Association des pharmaciens de Madagascar (APM), le docteur Edwin Mora : «Madagascar a réussi, haut la main, la tenue de ce congrès car les objectifs sont atteints».

Coup d’essai, coup de maître, le premier salon pharmaceutique a été un succès. La grande infrastructure d’accueil comme le CCI Ivato a été digne de l’événement, pour recevoir plus de 500 participants issus de différents pays, sans oublier la vingtaine de conférences données par des scientifiques étrangers et nationaux.

A titre de rappel, le thème choisi pour cette année est «Scientifique, santé et bien être». De ce fait, des sujets comme la place des médicaments génériques au niveau de l’océan Indien, les cas de mésusage de médicaments, vecteurs biologiques des maladies métaboliques et approches thérapeutiques en nanomédecine, ainsi que les diagnostic et prise en charge de la peste, ont été exposés et discutés au cours des conférences.

Après Madagascar qui  aurait dû accueillir cet évènement en 2017, mais reporté cette année à cause de la peste, Maurice sera le prochain pays hôte du 28e congrès.

Sera R.

News Mada0 partages

Diana : politique d’incitation fiscale dans la Diana

La Direction régionale des impôts d’Antsiranana prépare des manifestations pour marquer  son 20e anniversaire. Le programme a été annoncé lors d’une rencontre de l’équipe dirigeante de la direction avec les contribuables, à l’Hôtel de ville d’Antsiranana, la semaine dernière.

Une nouvelle politique d’incitation fiscale a été révélée par les responsables de la Direction régionale des impôts à Antsiranana. Les dix contribuables méritants de la région recevront des certificats au cours des manifestations destinées à marquer ses 20 ans d’existence dans la région Diana, d’après le directeur régional, Diallo Dimasy, qui a dévoilé certains volets des activités entrant dans le cadre de ce jubilé. Les récipiendaires seront définis par quota préalable, avec 6 bénéficiaires pour les circonscriptions d’Antsiranana I et II et, 4 issus des districts de Nosy Be, d’Ambanja et d’Ambilobe.

Outre l’annonce de ces programmes de festivités, les innovations en matière d’impôts dans les Lois des finances 2018 ont aussi été communiquées à l’assistance par la Direction régionale des impôts d’Antsiranana. Les modifications portent sur cinq grands points cette année, selon les explications des intervenants. Les informations ont donc été axées sur la sécurisation et l’amélioration fiscale, l’introduction de mesures d’insertion sociale, la facilitation et l’allègement des procédures, la mise en œuvre des méthodes de simplification dans la transparence et, l’amélioration des dispositions à payer sur la collectivité territoriale décentralisée.

Les entités imposables, constituées majoritairement d’opérateurs économiques et de salariés, ont assisté à la séance de présentations, organisée par les responsables des impôts à Antsiranana.

Manou

 

News Mada0 partages

Antsirabe : fonds spécial pour le CICR

D’après le bulletin de ce mois de février de la délégation régionale de l’océan Indien du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la plupart des patients du Centre de rééducation motrice de Madagascar (CRMM) d’Antsirabe sont des enfants qui gardent des séquelles suite à un traumatisme, après un accident.

A cela s’ajoutent le rachitisme, la scoliose et les pieds bots. Pour ce dernier cas, 30 % des enfants en souffrent, selon le directeur du Centre hospitalier universitaire d’appareillage de Madagascar (CHUAM) de Befelatanana, le Dr Mamy Randrianaly.

Cependant, les frais de prise en charge et d’hospitalisation ne sont pas à la portée de la plupart des familles. Heureusement qu’une collaboration entre « Christoffel Blinden Mission (CBM) » et « Move Ability », le fonds spécial du CICR à l’endroit des personnes en situation de handicap, a permis la création du service social pour la rééducation fonctionnelle et appareillage, au CRMM d’Antsirabe.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Badminton : le stade Laurentin tient parole

La saison 2018 débute sous les meilleurs auspices pour deux badistes malgaches, en l’occurrence Fabio, champion de Madagascar 2017 chez les U15 garçons et Tahirivola, vice-championne de Madagascar 2017 chez les U17 filles. A vrai dire, le stade Laurentin badminton dans l’Hexagone, a annoncé le parrainage de ces deux futurs grands champions issus du club BaoBad Madagascar.

«Grâce à votre mobilisation lors de nos différents évènements en faveur de BaoBad à Antananarivo, nous sommes très heureux de vous annoncer que nous parrainons 2 jeunes joueurs pour l’année 2018. 408 euros ont été envoyés au club malgache. Cet argent permettra de couvrir, durant une année, les frais d’inscription au badminton, le coaching et les frais de scolarité», a informé ce club français sur son site web.

Fabio et Tahirivola ont respectivement 14 et 16 ans et sont tous les deux en classe de 3e. Il y a trois ans de cela, ils ont commencé à jouer au badminton chez BaoBad.

Naisa

News Mada0 partages

Judo : des retrouvailles inédites

La saison est lancée ! Trois événements en un ont inauguré les activités de la Fédération malgache de judo (FMJ) au petit palais des sports de Mahamasina, le week-end dernier. L’occasion pour les judokas concernés de goûter à la première édition du Challenge des ceintures marron et noires, tout comme les anciennes gloires qui ont disputé leur premier Championnat de Madagascar.

Des grands noms et futures stars de la discipline se sont côtoyés dans une ambiance conviviale clôturée par le Kagami Biraki, la traditionnelle présentation de vœux des pratiquants, sous la houlette du club Hakudokan.

Naisa

Résultats :

Challenge des ceintures marron et noires:

*Hommes (-73 kg) : 1-Moravily Sebany (CSF), 2-Randrianaina Alison Hasina Rocky (CJC), 3-Rakotovelo Mialy Henintsoa (JSM), 3-Ratsimandresy Herisetra Luc (JSM), 5-Andrianjanaka Adam Steven (JSM), 5-Ramahefarison Rianah Philippe (JSM), 7-Firahely Njara Robin (HAK), 7-Tsiankenirina Deo Desirin (FJC)

*Hommes  (+73 kg) :  1-Ramalanjaona Raliterasolo Fandresena Ricky (CSF), 2-Ramarolahy Mathieu (CSF), 3-Karamaly Sergio Bernardin (CCS), 5-Rabenja Randriambelo Andriatsarafara Mahandry (FJC)

*Vétérans:

F2 (-57 kg) : 1-Raoelison Annie (JAA), 2-Rakotonjanahary Fara Mbolatiana (JSM)

M2 (-73 kg) : 1-Ratsimbazafy Andriatiana Ihoby (EXC), 2-Andriambelo Noelson (EJC)

-81 kg : 1-Rasoanaivo Razafy Luc Ndriambola (JSM), 2-Razafimanantsoa Manitra Herizo (HAK)

M4 (-60 kg) : 1-Andrianavah Hery Mamy (HAK), 2-Randriamihanta Tiana Herimanana (JSM)

-66 kg : 1-Randrianitovina Nambinina Arsene (JSM), 2-Rakotomavo Andry Christian (SCT), 3-Lahisoa Guyot (JJT)

-100 kg : 1-Ravelojaona Rajaonasy Jean Yves (ESC), 2-Ramalanjaona  Claude Eric (ESC), 3-Rakotonirina Jean Jacques (JCT)

 

News Mada0 partages

Tennis – sommet national u14 : Sampras et Yaëlle montent au pinacle

Le Championnat de Madagascar U14 a rendu son verdict. Chez les garçons, Sampras Rakotondrainibe est aux premières loges tandis que Yaëlle Vaissaud a été sacrée chez les filles. En tout cas, c’est un bel élan avant le tournoi ITF-CAT U14 qui se déroulera sur les courts du COT.

La logique a été respectée au sommet national de tennis dans la catégorie U14  filles et garçons, qui a pris fin, hier, sur les courts d’Ankatso. Et on peut dire que la petite balle jaune coule dans les veines de la famille du président de la Fédération malgache de tennis (FMT), Stéphane Rakotondrainibe, puisque le champion U14 2018 n’est autre que son fils Sampras, ayant déjà fait ses preuves sur le circuit africain.

Ce dernier a battu en finale Angy Rasolomanana au terme de deux sets (6/4 ; 6/1). Un résultat qui a mis tout le monde d’accord car Sampras est top de sa forme, si l’on se réfère à sa prestation en demi-finale, samedi dernier, contre Johny Rovanantenaina. Le jeune Johny a dû se contenter de la 3 e place aux dépens de Mathis Ratahina en deux sets (7/5 ; 7/5).

Chez les filles, Yaëlle Antsasoa Vaissaud a aisément pris le dessus sur Maholy Razakaniaina (6/2 ; 6/0). Randy Rakotoarilala, battue par Yaëlle Vaissaud en demi, s’est rattrappée et remporte la 3 e place face à Miotisoa Rasendra. Tous les méritants ont été choyés par les organisateurs ainsi qu’Orange Madagascar. Place maintenant au tournoi ITF-CAT U14 Grade 2 du circuit africain, du 21 au 25 février, au Club olympique de Tananarive (COT) qui verra la participation de l’île Maurice, le Botswana et Zimbabwe. Une grande première à mettre pour le tennis malgache.

Rojo N.

U14 garçons :

Finale :

-Sampras Rakotondrainibe bat Angy Rasolomanana : 6/4 ; 6/1

3e place :

-Johny Rovanantenaina bat Mathis Ratahina : 7/5 ; 7/5

U14 filles :

Finale :

-Yaëlle Antsasoa Vaissaud bat Maholy Razakaniaina : 6/2 ; 6/0

3e place :

-Randy Rakotoarilala bat Miotisoa Rasendra : 6/3 ; 6/3

 

News Mada0 partages

Rallye virtuel : MVRC au Tana games week

La saison 2018 du Championnat de Madagascar de rallye virtuel en ligne s’annonce électrique et Virtual Madagascar rally championship (VMRC) continue de rassembler une grande meute de passionnés, comme ce fut le cas lors du Tana games week au gymnase couvert d’Ankorondrano. La finale a été disputée entre les cinq premiers de chaque catégorie, pro et amateurs.

Ce fut une occasion en or pour les gagnants de remporter une participation gratuite à une ou deux manches du Championnat de Madagascar de rallye virtuel en ligne sur la plateforme Richard Rally Burns (RRB). Pour ce qui est des résultats provisoires du championnat, Sipirkakim a pris le dessus sur Bob (Mitsubishi Evo X) au round 1 avec un temps de 2.44.14.

Rojo N.

Tia Tanindranaza0 partages

AIRTELNanampy ireo ankizy lasibatry ny homamiadana

Telo volana no kely indrindra amin’ireo ankizy lasibatry ny aretina homamiadana eto amintsika. Amin’ny ankapobeny dia ny homamiadan’ny rà, ny maso ary ny tsinay no tena mahazo azy ireny noho ireo antony maro samihafa.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fandriampahalemanaMirongatra be, hoy ny Seces

Tafahoatra ny tsy fandriampahalemana amin’ny lafiny rehetra eto amin’ny firenena, raha ny fanambarana nataon’ny avy eo anivon’ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka sampana Antananarivo taorian’ny fidinana ifotony nataon’izy ireo amin’ny maha vato nasondrotry ny tany azy.

  Ny fanararaotam-pahefana, ny fakana an-kolaka sy mivantana an-keriny tanin’olona, ny kolikoly, ny tsy fahamarinan’ny fitsarana sy ny maro hafa. Tany manankarena sy manana mponina vonon-kampandroso ny fireneny i Madagasikara, raha tsy hiresaka afa-tsy ny faritra mivelona amin’ny voly fanondrana, toy ny Kakao, Lavanila, ny Jirofo, ny Lodsia ary singanina amin’izany ny faritr’i SAVA, DIANA, Analanjirofo ary Atsimo Atsinanana izay nahazoanay fanasana, hoy izy ireo. Velon-taraina ireo mponina, hoy ny Seces ary atahorana mafy ny hisian’ny fitsaram-bahoaka raha tsy mandray ny andraikiny ireo tompon’andraikitra tandrify.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Centre Chrétien de la SantéMamolavola mpitsabo matahotra an’Andriamanitra

Mankalaza ny faha-50 taona nijoroany ny « Centre Chretien de la Santé » etsy Ambohidahy. Ny Sabotsy teo no nanokafana tamim-pomba ôfisialy ny fankalazana ka fantatra tamin’izany fa efa mahatratra 600 ankehitriny ireo mpikambana manerana ny Nosy raha 60 tamin’ny taona 1968 nisokafan’ny sekoly voalohany.

  Manohana sy manampy manokana ireo mpianatra ho mpitsabo ity ivon-toerana iray ity raha tsiahivina tsy manavaka finoana. Mifampitondra ho toy ny mpianakavy izay rehetra tafiditra ao amin’ny ankapobeny mifanohana sy mifanampy mba ho lasa mpitsabo matihanina sy matahotra an’Andriamanitra amin’ny asa izay sahaniny. Hananan’ity ivon-toerana ity rahateo ireo karazam-pitaovana hahafahana mamolavola ireo mpianatra ho amin’izany toy ny solosaina hahafahana manao ny fikarohana… Tsiahivina moa fa raha tsy mitana ny laharana voalohany dia anisan’ny mahafaka ankizy mpianatra betsaka indrindra ny CCS etsy Ambohidahy rehefa misy fifaninana hatao. Mbola hitohy amina hetsika maro samihafa ny fankalazana amin’ny volana Aogositra ho avy izao. Anisan’ireny ny kaonferansa iarahana dokotera manam-pahaizana maro izay hatao ao amin’ny kolejy Masindahy Misely Amparibe, ny lalao ara-panatanjahantena maro samihafa…Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ndrao hakanosana !

Zava-dehibe ho an’ny hoavin’ny firenena izay filoham-pirenena vaovao ho lany eo amin’ity taona ity.

 Na ho tontosa amin’ity taona ity na ho amin’ny taona ho avy ny fifidianana sy ireo ho solombavambahoaka vaovao dia tsy hampiova ny iraka tokony hotanterahin’ireo olom-boafidy arakaraka ny sata nifidianana azy ireo akory izany. Ny fandaharam-potoana na ny « vina » no mety samy manana fa ny hitsarana ny tsirairay any am-parany dia hoe nahafahana nampandroso an’ilay Madagasikara ve sa tsia. Ny mahagaga amin’izao fotoana dia samy efa mamoaka vina daholo ireo filohana antoko sy vondrona politika heverina ho matanjaka eto amin’ny firenena saingy hatramin’izao dia tsy misy sahy milaza afa-tsy iray ihany na hirotsaka hofidiana na tsia. Ny iray efa niteraka tsikera sy resabe raha sahy niteny tamin’ny fotoan’androny fa tsy niomana ho filoha kanefa moa izany dia andeha atao hoe tafakatra tsy fidiny teo amin’ny fitondrana. Ny iray indray naka fahefana an-keriny fa ny mahagaga amin’ny roa tonta amin’izao fotoana dia hoe mbola malalaka ny fotoana ahafahana milaza hoe hilatsaka. Maninona no tsy lazaina dieny izao izay tena fanapahan-kevitra ? Tsy tonga amin’izay ve ny fotoana tena ahafahan’ny vahoaka hilaza izay tena tiany amin’izay ho an’ireo izay nisora-tena ho mamim-bahoaka mandrak’ankehitriny rehetra ? Sarotra ve ny mahatsapa hoe nahavita azy na tsia sa mbola misy kajy hafa hilalaovana ny hoavim-bahoaka indray ? Ndrao hakanosana re !

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AndoharanofotsyHohatsaraina ny lafin’ny fampianarana

Hohatsaraina tanteraka ny lafin’ny fampianarana manerana ireo sekoly miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana miisa 70 ao anatin’ny ZAP-n’Andoharanofotsy. Lohalaharana amin’izany ny fanamafisana orina ny pedagojia toy ny fitsipi-pifehezana,

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Skotisma zazavavy eto MadagasikaraNanamarika ny andron’ny fifampahatsiarovana

Nanamarika ny andron’ny fifampahatsiarovana ny Federasionan’ny skotisma zazavavy eto Madagasikara ny sabotsy teo. Teny amin’ny “Centre de developpement Andohatapenaka” no nanamarihana izany niarahana tamin’ny Mpanazava avy amin’ny fiangonana Protestanta, ny Tily avy amin’ny fiangonana katolika ary ny Kiady izay tsy mifidy finoana.

  Lohahevitra noraisin’izy ireo ny hoe : “mamela marika”. Amin’ny ankapobeny dia tokony hamela marika eo amin’ny manodidina azy sy ny mpiara-belona aminy ny skotisma zazavavy, raha araka ny fanazavan-dRakotoarivony Faniry, mpampianatra eo anivon’ny kolejin’ny Skotisma zazavavy eto Madagasikara ( SZM). Tamin’ity indray mitoraka ity dia fifampizarana sahan’asa fanabeazana no nataon’izy ireo tamin’ireo zanak’olona sahirana beazina eo anivon’ny CDA. Anisan’ireny ny soatoavina, ny fiarovana ny tontolo iainana, tafiditra ao anatin’ny fanatrarana ilay tanjon’ny fampandrosoana lovain-jafy na ny ODD. Teo ihany koa ny fampirisihina ny ankizy mba hianatra narahin’ny fizarana kahie, stylo, ary kitapo sy fitaovam-pianarana maro samihafa ho an’ireo mpianatra. Tafiditra tao anatin’ny fahatsiarovana ny tsingerin-taona nahaterahan’ny filoha mpanorina ny skoty ny jeneraly Anglisy Lord Baden Powel sy Lady Olave vadiny izao hetsika izao izay samy teraka ny 22 febroary avokoa. Miisa 70.000 ankehitriny ireo mpikambana eo anivon’ny Federasionan’ny Skotisma zazavavy 4 ka hatramin’ny 25 taona.Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Loza teny AmpamarinanaNiasa andro aman’alina tamin’ny famonjena ny CUA

Nandray an-tanana ny fikarakarana ny razan’izy 7 mianaka maty noho ny firodanan’ilay vatobe teny Ampamarinana ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) teo ambany fitarihan’ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana sy ny mpiara-miasa aminy eny amin’ ny boriborintany faha-4 notarihan’ny depiote Depiote Felix Randriamandimbisoa sy ny delege Solofo nanomboka tamin’ny fisokirana ny razana, ny fitondrana azy ireo teny amin’ny hopitaly.

 

 Teo ihany koa ny  fikarakarana ny vata nitondrana ny razana teny amin’ny INFP  Mahamasina hiandrasana azy ireo. Mbola hisy ny fanolorana fanampiana hiandrasana ny razana eo an-toerana, araka ny fampitam-baovao voaray. Nankahery ireo fianakaviana mana-manjo ihany koa ny kaominina Antananarivo Renivohitra ary nanome toky fa mbola afaka mitondra fanampiana sy fanohanana azy ireo amin’ny fotoana rehetra ilana an’izany.

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Aza mifanadala e !

Izao ve ianao vao mifona nefa ny fiainan’ny Malagasy efa potika tanteraka ry Jean kely ?

  Dia heverinareo fa kilalao mantsy ity fiainam-pirenena ity dia andramana tahaka izany dia avy eo mifona ? Efa im-piry moa aho no niteny taminao fa tsy mety io miara-dia amin ny reny malala io. Ny anao hatramin’ny Airbus ka hatramin’ny harem-pirenena tianao hiankina aminy daholo. Jereo fa potika tanteraka ny Air Mad.

Dia hifona ianao ! Dia mihevitra ve ianao fa azo iverenana izay fahasimbana be izay ? Aza mifanadala eto a ! Izao indray ianao mamorona anarana hafahafa dia mihevitra fa adino daholo ny lainga be nataonareo taloha ? Ireo fampanantenana poakaty. Ireo fitondran- jiolahy tamin’ny fandrobana fananan’olona sy fandoroana tetsy sy teroa ? Ny governemanta mpandainga tamin’ny menaka sy vary mora ? Ary inona moa no tianao notenenina tamin ilay hoe nanao izay fomba rehetra nampandany an’i Jean forsa e ? Nangala-bato ?  Efa nahafantatra daholo anie izahay fa ny amin’ity fotsiny no hitanay fa samy tsy misy ho afaka hangalatra ianareo fa mifankafantatra teti-dratsy e ! Any amin’ny kabary am-panambadiana ianao no mety haharesy lahatra olona fa raha hitantana firenena izany aloha, aza dedaka. Efa teo ianareo fa tsy nahavita. Aza mati-kambo sy be fampiesonana e ! Veloma aloha ianao ry Jean kely fa tsy maintsy hifankahita eto foana isika a !

 

Marco

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Riana Andriamandavy VIITsy dia mafana fo amin’ny HVM intsony

10 taona lasa izay ! Nafana fo teo anivon’ny tanoran’ny antoko Tiako I Madagasikara teo anilan-dry Mamy Mamonjy Raharinavalona, izay mbola TIM hatramin’izao, sy Vy Vato Rakotovao (lasa Mapar) mihitsy izany Riana Andriamandavy VII izany.

  Ny tenany mihitsy aza moa no filohan’ny tanora TIM tamin’ny fotoan’androny. Nony nanomboka nafampana ny raharaha 2009 -2010 dia niova ny tenany ary raha ny nalaza tamin’ny fotoan’androny aza moa dia nisy olon’ny tetezamita niaro azy sy nanafina azy. Nitohy tany Mananjary indray ny diany avy eo niafina ka olom-boafidy HVM amin’izao fotoana no niafenany. Lasa minisitry ny fizahantany tamin’ny tetezamita moa izy ny farany. Azo lazaina fa ny antoko TIM no namolavola ity loholona ankehitriny ity saingy dia vitany tao anaty fotoana fohy no nivadika ho mpanohitra ny antoko ka niarahany tamin’ny Tanora Malagasy vonona ary izao nifindrany ao amin’ny Hery Vaovaon’i Madagasikara izao indray. Nahasorena ny olona ny fitakiany ny fanagadrana ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana nandritry ny fitarihana vahoaka niditra tao amin’ny biraom-panjakana iadiana amin’ny kolikoly etsy Ambohibao na Bianco ny 6 aprily 2017. Loholona ny tenany kanefa nandika lalàna mitondra vahoaka hitora-bato biraom-panjakana no mbola sahy nitsipa-doha laka-nitana. Amin’izao fotoana anefa dia heno fa manomboka efa mijerijery izay antoko na vondrona politika mety hiarahany miasa atsy ho atsy indray izy ary efa tsy dia mafana fo intsony ao amin’ny HVM. Tsy manao fanambarana na fanehoan-kevitra miaro be ny fitondrana intsony. Ny raharaha Claudine Razaimamonjy no fantatra fa nanomboka nampisy olana teo amin’ny fanjakana foibe sy ny loholona Riana Andriamandavy VII, noho ny fahatsapan’ity farany fa tadiavina hampizogaina ny fahadisoana rehetra ity Ramatoa mpandraharaha mpanefoefo ity mba hanadiovana olona ambony sasany.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pasitera Mailhol“Hahita raharaha izay hihaona amiko amin’ny 2ème tour”

Tsy mihemotra ary tsy miverina intsony ilay maha kandidà ahy amin’ny fifidianana ho filoham-pirenena ho avy amin’ity 2018 ity, hoy ny pasitera Mailhol mpitarika ny fiangonana Apokalypsy, raha nanontanian’ny mpanao gazety ny tenany omaly teny Antanimena.

Tia Tanindranaza0 partages

Lisi-pifidiananaEo am-panadiovana ireo anarana miverimberina ny CENI

Eo am-panadiovana ireo anarana miverimberina na “dedoublonnage” ny CENI amin`izao fotoana ary mijery raha misy olona efa maty nefa mbola voasoratra ihany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Claudine RazaimamonjyIzay vao tena taraiky

Efa tena iatahan’ny HVM i Claudine Razaimamonjy raha dinihina amin’ny zava-niseho tato ho ato, ka anisan’ireo voatonona ho tsy mankasitraka ny fiarovana azy intsony i Voahangy Rajaonarimampianina vadin’ny filoha.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy milamina ny tanyBala 10 900 isa sarona teny Analakely

Balana basy “calibre 7.5mm” miisa 10 900 tao anatina vata vy miisa 8 no hita tamina trano lehibe iray teny Analakely ny zoma 16 febroary lasa teo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

FrantsaRaikitra ny adin’ny TF1 sy ORANGE

Miezaka mandamin-dresaka momba ny fifandirany amin’ny orinasam-pifandraisana Orange Atoa Gilles Pélisson, filoha tale jeneralin’ny fahitalavitra TF1.

 Faniriako ny hahitana marimaritra iraisana faran’izay haingana handaminana ny fifanolanana, hoy izy. Raha iverenana kely ny tantara dia nampiato ny fandaharany Replay izay azo jerena maimaimpoana amin’ny Box Orange ny fahitalavitra TF1, tapa-bolana lasa izay. Tsy nanapaka ilay izy anefa ny orinasa Orange koa dia mbola mandeha ao maimaimpoana ihany ny fandaharan’ny TF1. Nametraka fitoriana ity farany ary nivoaka ny feo fa mangataka onitra 25 tapitrisa euros. Tafahoatra loatra izany, hoy ireo mpitantana ny Orange ka tsy handoa an’izany mihitsy izahay.

 

Miha mafampana indray ny fifandraisana eo amin’i Israel sy ny faritr’i Gaza taorian’ny faharatrana miaramila israelianina efa-dahy nipoahana baomba milevina ny sabotsy teo. Valibontana avy hatrany no nataon’ny tafika Israelianina tamin’ny alalan’ny daroka baomba tamina toerana 18 samihafa tao Gaza. Nisy Palestinianina 2 maty voatifitry ny niaramila Israelianina omaly. Ity no voalaza fa endrika fifandonana anisan’ny mafy indrindra taorian’ny 2014. Tsy mbola nisy nilaza ho tompon’antoka tamin’ilay fanapoahana baomba naharatrana miaramila Israeliana aloha ary nanamafy ny avy ao amin’ny vondrona Hamas fa tsy manana tombontsoa hamakiana ady amin’i Israel ry zareo.

Nitonona ho tompon’antoka tamin’ilay fitifirana nahafatesana olona 5 izay vehivavy avokoa tany Kizliar (Daguestan) ny Daech. Olona avy nivavaka, nivoaka ny trano fiangonana no norarafan’ilay lehilahy ny tifitra variraraka avy hatrany omaly alahady. Nambaran’ny manampahefana tany an-toerana fa maty voatifitry ny mpitandro ny filaminana avy eo ity lehilahy ity. Mponina ao an-toerana ihany izy.

Tia Tanindranaza0 partages

Tenis Atp tany Rotterdam

Lasa laharana voalohany eran-tany indray i Roger Federer taorian’ny nandreseny an’i Grigor Dimitrov (6-2, 6-2) tamin’ny famaranana ny « tournoi ATP Rotterdam » notontosaina omaly alahady 18 febroary 2018. Fandresena faha-97 azon’ny lehilahy nandritra ny nilalaovany tenisy avo lenta ity azony ity.

 

Mampiady hevitra ny mpanao gazety sy ny mpankafy baolina kitra any Frantsa ankehitriny ny lalao miverina amin’ny ampahavalon-dalana eo amin’ny PSG sy ny Real Madrid izay hotanterahana any Paris. Mampiahiahy ny maro ny hoe ; tena hahatazona ireo mpanafiky ny Real ve ny vodilaharan’ny PSG ? Tsy maintsy 2 mantsy ny elanelana eo amin’ny isa azon’ny PSG vao tafiakatra amin’ny dingana manaraka izy ireo. Hita ho mafy kokoa amin’ny fanafihana mantsy ny PSG fa sahirana kosa any amin’ny fiarovana. Baolina 13 no tafiditra tao amin’ny haraton’ny PSG tamin’ny lalao 13 natrehany tamin’ity taona ity, ary afaka nampiditra baolina 7 be izao tao aminy i Guingamp, Rennes, Sochaux ary Strasbourg, ka ahoana no hahazoana antoka fa hahatazona tsara  ny Real Madrid ity klioba ity amin’ny lalao miverina afaka roa herinandro latsaka ?

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basket « coupe du Président » andiany faha-4Ny BCA Ihorombe no nitana ny laharana voalohany

Ny BCA Ihorombe nandresy ny JBC Atsimo Andrefana (65-55) teo amin’ny lalao famaranana notontosaina omaly alahady 18 febroary 2018 no nitana ny laharana voalohany tamin’ny fifanintsanana ho an’ny « Zone Sud ». Izy roa ireo, araka izany, no hisolotena an’io Faritra io amin'ny tohin'ny fifaninanana PLAY OFFS izay atao any Toliara (LRBB Atsimo Andrefana).

Tia Tanindranaza0 partages

Judo tompondakan’i MadagasikaraNotanterahina tao anatin’ny KACAMI BIRAK

Notanterahina ny sabotsy tontolo andro teo, tao anatin’ny hetsika KACAMI BIRAK, tetsy amin’ny « petit palais » ao amin’ny lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara eo amin’ny taranja Judo Malagasy sokajin-danja rehetra sy ny katas ihany koa.

 Taorian’ireo lalao rehetra notanterahina sy nanolorana medaly ny sertifika an’ireo mpandresy dia nitondran’ny tompon’andraikitra fanazavana fohy ny amin’ity KACAMI BIRAK ity izay tsy inona fa seho iray entina  hiarahabana ny taona hoan’ny taranja judo mba ho fampisehoana ny « judo pure » ka nisy ny fanolorana solombodiakoho ho an’ireo manampahefana nanatrika ny fotoana sy ireo oloben’ny judo avy eto an-toerana sy avy any ivelany.

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsipy kantibe – Tompondakan’i Madagasikara dingana 1Nanao poa-droa ny ekipan’ny BIC Ambohimahasoa

Tontosa omaly alahady 18 febroary 2018 tetsy amin’ny « boulodrome » CBT Mahamasina ireo lalao famaranana lahy sy vavy olon-droa miaraka amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara taranja tsipy kanetibe 2018 dingana 1.

Tia Tanindranaza0 partages

JIRAMA ToamasinaMpanjifa vaovao 2.500 hahazo ny kaonteran-jiro

Anisan’ny olana goavana nosedrain’ireo mpanjifan’ny Jirama any Toamasina ny olana tamin’ny fahazoana kaonteran-jiro na efa nandoa ny vola rehetra notakian’ny Jirama aza,

Ho fanatsarana ny fifandraisan’ny Jirama sy ny mpanjifa dia hisy ny fandaminana hataon’izy ireo amin’ny fanomezana ny kaonteran-jiron’ireo mpanjifa vaovao miisa 2.500, ka hanomboka ny volana martsa izao dia hamoaka kaontera miisa 600 isam-bolana ny Jirama izay hataon’izy ireo hatramin’ny volana jona ho avy izao. “Atao anatin’ny mangarahara avokoa ny famoahana ny lisitr’ireo hahazo arakaraka ny fotoana nandoavany ny volan’ny Jirama.”, hoy ny talen’ny Jirama Toamasina Toto Jean De Dieu. Noho izany dia naaton’ny Jirama Toamasina nanomboka ny talata teo ny fangatahana kaonteran-jiro vaovao, saingy hiverina ihany izany ny volana jolay ho avy izao, hoy kosa ny lehiben’ny servisin’ny herinaratry ny orinasa Razatovo Haja. An-kilan’izany dia nohazavain’ny tale iraisam-paritry ny Jirama Toamasina ihany koa ny olana mahatonga ny fatapatapahan’ny jiro tato ho ato. “Tsy resaka delestazy no anton’ireny olana ireny fa vokatry ny mbola fanarenana ataon’ny Jirama ihany taorian’ny fahasimbana goavana nateraky ny rivo-doza AVA farany teo”, hoy hatrany Toto Jean De Dieu; satria raha 24,7MW isan’andro ny filan’ny mponina sy ny mpanifa dia manana vokatra manodidina ny 32MW ny Jirama izao, izay voalaza hatrany fa mbola hiampy 06MW amin’ny fananganana fitaovana mpamokatra herinaratra izay hiarahana amin’ny orinasa avy any Turquie amin’ity taona ity.

Ankoatra izay dia nampahafantarina nandritra izao fihaonana tamin’ny mpanao gazety tao amin’ny biraon’ny tale iraisam-paritry ny Jirama Toamasina, ny tompon’andraikitry ny serasera izay sahanin’i Chadly Wander Assany hanatsarana ny fifandraisan’ny Jirama sy ny mpanjifany.

 

Rakoutou

 

L'express de Madagascar0 partages

Catastrophe – Danger non écarté à Manjakamiadana

Résider sur une partie de la colline de Manjakamiadana est déconseillé. Des risques de glissement de terrain et d’écroulement de rocher se présentent.

Urgent. Des habitants de la colline de Manjakamia- dana devront songer sérieusement à quitter définitivement les lieux. Les risques de glissement de terrain et de tassement de rocher annoncés depuis l’an 2015 sont toujours d’actualité, selon le rapport du professeur Gérard Rambolamanana, directeur de l’Institut et ob-servatoire géophysique d’Antananarivo (IOGA), hier. « Nous avons constaté que la porosité du sol devient faible sur cette colline. Si les précipitations continuent, il y aura certainement des risques de glissement de terrain », a-t-il fait savoir.Ce qui expliquerait le détachement du bloc de rocher à Ampamarinana, dans la nuit du samedi, ayant provoqué le décès de sept personnes. Malheureusement, l’IOGA n’a pas vu venir ce d’Avaratr’Ankatso, en 2015. « Nous n’avons pu donner l’alerte, étant donné que notre local n’est pas alimenté en électricité depuis le 5 octobre 2017. Aucune machine ne fonctionne», indique-t-il. Pour des problèmes de branchement illicite et de factures impayées, la société de distribution et de production en électricité et en eau (Jirama) a débranché l’électricité du local de l’institut.

A évacuerLes habitants du versant Est et Ouest de la colline de Manjakamiadana sont les plus exposés au danger, selon des surveillances aériennes et des mesures terrestres réalisées en 2015, 2016 et 2017. Une vingtaine de personnes y ont déjà perdu la vie, durant la saison de pluie de 2015. Depuis, les évacuations y ont lieu à chaque saison de pluies. Des travaux de drainage auraient du être opérés sur cette colline, pour la réduction des risques et catastrophes (RRC). Mais rien de concret n’aurait été fait.Le Premier ministre, Olivier Mahafaly, en visite sur les lieux du drame, a « donné l’ordre de sensibiliser les habitants de la zone menacée et d’évacuer les lieux ».Hier, des volontaires s’y sont lancés. Comme le danger ne concerne pas uniquement les habitants d’Ambanin’Ampamarinana, la sensibilisation devrait s’étendre sur toutes les zones à risque. Le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion des femmes propose le centre SEBA à Isotry pour ceux qui n’ont nulle part où aller.Par ailleurs, des mesures RRC sont en étude. Pour commencer, des équipes du Bureau national de la gestion de risque et catastrophe (BNGRC) et de l’IOGA ont fait urgemment une reconnaissance des lieux. Les résultats de ces « études exhaustives des risques » seront ensuite matérialisés pour préciser les zones dangereuses. Selon le Professeur Gérard Rambolamanana, «il y aura encore des morts, si aucune opération n’est menée».

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ambaninampamarinana – Sept morts dans l’éboulement d’un rocher

Une partie du grand rocher d’Ampamarinana s’est affaissée sur trois maisons, samedi. Le bilan fait état de sept morts et sept blessés, dont un pompier.

Hécatombe. Sept morts, dont quatre enfants, et sept blessés, tel est le bilan de l’écroulement d’un rocher survenu samedi, à 20 heures, à Ambaninampa­marinana. Les dépouilles ont été acheminées vers la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA). Certaines d’entre elles se sont cassé les jambes, la tête et les bras. Trois maisons ont été entièrement écrasées.Il tombait des cordes lorsque la foudre s’est abattue sur le grand rocher d’Ampamarinana. Une grande partie, pesant des tonnes, s’est détachée selon un gendarme sur place, hier matin. « C’était comme s’il y avait un tremblement de terre après la forte détonation de la foudre. Quelques secondes après, une personne a appelé au secours. Nous sommes alors sortis pour voir ce qui se passait », a raconté Miaritiana, voisine des victimes.Le chef du fokontany d’Ambaninampamarinana, Jean Claude Raharison a indiqué que cinq corps ont pu être extraits des décombres la nuit, les deux autres au lever du jour. Ces derniers, dont une fillette, étaient coincés sous le bloc de pierre. Le fokonolona, les sapeurs-pompiers, la gendarmerie et la police se sont serré les coudes pour les opérations de secours. « J’ai été projeté par la foudre et me suis retrouvé à l’extérieur de mon épicerie. J’ai vu le rocher charrier le premier étage de notre maison avant de tomber sur une autre, en bas. La famille, composée de quatre personnes, habitant dans cette dernière n’a pas survécu », a relaté Frédéric Rakotondra­naivo, un épicier qui a également perdu son fils dans ce drame.

MesureAvant, une sensibilisation citoyenne a été faite, notamment en été, pour éviter un tel incident. C’est la troisième fois que le rocher d’Ampamarinana a chuté, le premier était en 1982, selon les explications reçues. Comme mesure immédiate prise par le fokontany, la construction des maisons risquées sur cette pente est formellement interdite. « Une opération de démolition des vieilles maisons sera anticipée. Leurs occupants sont priés de s’installer chez leur famille jusqu’à nouvel ordre », a prévu le chef de fokontany.Pris de panique, quelques dizaines de voisins ont déjà plié bagage, hier matin. « Depuis la nuit, nous avons aperçu cinq effondrements de rocher, des arbres et nappes phréatiques, mais celui premier était meurtrier », a expliqué un jeune homme s’apprêtant à ranger ses affaires et s’installer chez son frère à Tsimbazaza. Lors de notre passage sur les lieux, un sixième éboulement s’est encore produit. La foule s’est dispersée dans la confusion.La population locale fait appel aux autorités concernées pour démolir dans le plus bref délai ce bloc de pierre. « Il suffit que le temps tombe à torrents  pour qu’il dégringole jusqu’à Mahamasina et tue une centaine de personnes », a soulevé un notable du quartier. Par ouï-dire, on rendra hommage aux victimes au gymnase couvert de Mahamasina. Des dons pour les familles sont à l’affiche.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Catastrophe – Danger non écarté à Manjakamiadana

Résider sur une partie de la colline de Manjakamiadana est déconseillé. Des risques de glissement de terrain et d’écroulement de rocher se présentent.

Urgent. Des habitants de la colline de Manjakamia- dana devront songer sérieusement à quitter définitivement les lieux. Les risques de glissement de terrain et de tassement de rocher annoncés depuis l’an 2015 sont toujours d’actualité, selon le rapport du professeur Gérard Rambolamanana, directeur de l’Institut et ob-servatoire géophysique d’Antananarivo (IOGA), hier. « Nous avons constaté que la porosité du sol devient faible sur cette colline. Si les précipitations continuent, il y aura certainement des risques de glissement de terrain », a-t-il fait savoir.Ce qui expliquerait le détachement du bloc de rocher à Ampamarinana, dans la nuit du samedi, ayant provoqué le décès de sept personnes. Malheureusement, l’IOGA n’a pas vu venir ce d’Avaratr’Ankatso, en 2015. « Nous n’avons pu donner l’alerte, étant donné que notre local n’est pas alimenté en électricité depuis le 5 octobre 2017. Aucune machine ne fonctionne», indique-t-il. Pour des problèmes de branchement illicite et de factures impayées, la société de distribution et de production en électricité et en eau (Jirama) a débranché l’électricité du local de l’institut.

A évacuerLes habitants du versant Est et Ouest de la colline de Manjakamiadana sont les plus exposés au danger, selon des surveillances aériennes et des mesures terrestres réalisées en 2015, 2016 et 2017. Une vingtaine de personnes y ont déjà perdu la vie, durant la saison de pluie de 2015. Depuis, les évacuations y ont lieu à chaque saison de pluies. Des travaux de drainage auraient du être opérés sur cette colline, pour la réduction des risques et catastrophes (RRC). Mais rien de concret n’aurait été fait.Le Premier ministre, Olivier Mahafaly, en visite sur les lieux du drame, a « donné l’ordre de sensibiliser les habitants de la zone menacée et d’évacuer les lieux ».Hier, des volontaires s’y sont lancés. Comme le danger ne concerne pas uniquement les habitants d’Ambanin’Ampamarinana, la sensibilisation devrait s’étendre sur toutes les zones à risque. Le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion des femmes propose le centre SEBA à Isotry pour ceux qui n’ont nulle part où aller.Par ailleurs, des mesures RRC sont en étude. Pour commencer, des équipes du Bureau national de la gestion de risque et catastrophe (BNGRC) et de l’IOGA ont fait urgemment une reconnaissance des lieux. Les résultats de ces « études exhaustives des risques » seront ensuite matérialisés pour préciser les zones dangereuses. Selon le Professeur Gérard Rambolamanana, «il y aura encore des morts, si aucune opération n’est menée».

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ambaninampamarinana – Sept morts dans l’éboulement d’un rocher

Une partie du grand rocher d’Ampamarinana s’est affaissée sur trois maisons, samedi. Le bilan fait état de sept morts et sept blessés, dont un pompier.

Hécatombe. Sept morts, dont quatre enfants, et sept blessés, tel est le bilan de l’écroulement d’un rocher survenu samedi, à 20 heures, à Ambaninampa­marinana. Les dépouilles ont été acheminées vers la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA). Certaines d’entre elles se sont cassé les jambes, la tête et les bras. Trois maisons ont été entièrement écrasées.Il tombait des cordes lorsque la foudre s’est abattue sur le grand rocher d’Ampamarinana. Une grande partie, pesant des tonnes, s’est détachée selon un gendarme sur place, hier matin. « C’était comme s’il y avait un tremblement de terre après la forte détonation de la foudre. Quelques secondes après, une personne a appelé au secours. Nous sommes alors sortis pour voir ce qui se passait », a raconté Miaritiana, voisine des victimes.Le chef du fokontany d’Ambaninampamarinana, Jean Claude Raharison a indiqué que cinq corps ont pu être extraits des décombres la nuit, les deux autres au lever du jour. Ces derniers, dont une fillette, étaient coincés sous le bloc de pierre. Le fokonolona, les sapeurs-pompiers, la gendarmerie et la police se sont serré les coudes pour les opérations de secours. « J’ai été projeté par la foudre et me suis retrouvé à l’extérieur de mon épicerie. J’ai vu le rocher charrier le premier étage de notre maison avant de tomber sur une autre, en bas. La famille, composée de quatre personnes, habitant dans cette dernière n’a pas survécu », a relaté Frédéric Rakotondra­naivo, un épicier qui a également perdu son fils dans ce drame.

MesureAvant, une sensibilisation citoyenne a été faite, notamment en été, pour éviter un tel incident. C’est la troisième fois que le rocher d’Ampamarinana a chuté, le premier était en 1982, selon les explications reçues. Comme mesure immédiate prise par le fokontany, la construction des maisons risquées sur cette pente est formellement interdite. « Une opération de démolition des vieilles maisons sera anticipée. Leurs occupants sont priés de s’installer chez leur famille jusqu’à nouvel ordre », a prévu le chef de fokontany.Pris de panique, quelques dizaines de voisins ont déjà plié bagage, hier matin. « Depuis la nuit, nous avons aperçu cinq effondrements de rocher, des arbres et nappes phréatiques, mais celui premier était meurtrier », a expliqué un jeune homme s’apprêtant à ranger ses affaires et s’installer chez son frère à Tsimbazaza. Lors de notre passage sur les lieux, un sixième éboulement s’est encore produit. La foule s’est dispersée dans la confusion.La population locale fait appel aux autorités concernées pour démolir dans le plus bref délai ce bloc de pierre. « Il suffit que le temps tombe à torrents  pour qu’il dégringole jusqu’à Mahamasina et tue une centaine de personnes », a soulevé un notable du quartier. Par ouï-dire, on rendra hommage aux victimes au gymnase couvert de Mahamasina. Des dons pour les familles sont à l’affiche.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Industrie pharmaceutique – Farmad accuse la douane d’injustice

La société Farmad pointe du doigt la politique douanière de mettre à genoux l’industrie locale. Une accusation que la douane réfute dans ses précisions.

Farmad tire la sonnette d’alarme. Sous la coupe d’une mesure douanière, elle risque de sombrer. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, elle annonce ainsi l’arrêt de ses activités. Selon ses explications, l’administration n’a pas renouvelé, depuis mars 2017, la « prorogation de régime de transformation sous douane de ses matières premières et éléments de conditionnement ». Pour Farmad, cette mesure est injuste pour l’industrie locale. La douane rapporte que des mesures exceptionnelles ont été accordées à cette société aux fins de protéger ses activités. Mais le laboratoire pharmaceutique n’a pas respecté les règles du jeu.La société Farmad lutte pour sa survie. Elle joue la fibre patriotique pour attirer l’attention de l’opinion publique. « L’administration veut que nous réglions les droits et taxes (TVA) sur nos intrants, pour nous permettre de reprendre nos activités, alors que les médicaments importés et vendus à Madagascar ne sont pas assujettis aux taxes et à la TVA. Nous considérons cette politique trop injuste pour l’industrie locale, qui apporte, entre autres, emplois, savoir-faire et valeur ajoutée », a indiqué le laboratoire pharmaceutique dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

Traitement de faveurDans un communiqué livré à la presse, la direction générale des douanes (DGD) évoque les mesures exceptionnelles accordées à la société Farmad. On peut citer, par exemple, le régime de transformation sous douane (TSD) que la douane lui a accordée depuis 2007. A en croire les explications de la douane, ce régime économique lui permet de ne pas payer les droits et taxes à l’importation pour ses matières premières aux fins de fabrication de médicaments à destination du marché local « par respect de l’équité de traitement par rapport aux importations directes de médicaments qui sont également exemptés ».Mais devant le fait que les régimes économiques occasionnent des pertes considérables pour la caisse de l’État, leur utilisation est strictement règlementée et limitée dans le temps. « Pour le cas particulier de la TSD, le délai règlementaire autorisé est de deux ans, c’est-à-dire que la société dispose d’un délai de deux ans pour utiliser les intrants importés  sans paiement des droits et taxe à l’importation », indique la DGD dans un communiqué adressé à la presse.Mais la société Farmad semble avoir bénéficié des faveurs. « À la suite de sa doléance en 2015, la douane lui accordé une dérogation exceptionnelle de un an supplémentaire pendant laquelle elle devrait régulariser soit en mise à la consommation soit en réexportation tous les stocks non apurés ayant dépassé le délai de deux ans. Malheu­reusement, puisque cette régularisation n’a pas encore été finalisée par la société au terme de la période de un an, le bénéfice dudit régime a été actuellement suspendu par la Douane », soutient la DGD.Devant cette mesure, les dirigeants de Farmad s’inquiètent de l’avenir de leur société. « Nous marquons cette année notre 56ème anniversaire de présence sur le marché et serons-nous la quatrième  usine à cesser ses activités après les laboratoires Rathera, Ofafa et Niphar ? », s’interrogent-ils.Mais la douane semble inflexible dans sa décision. Dans sa missive, elle indique que « les sociétés bénéficiaires de tels régimes doivent prendre les dispositions nécessaires pour se conformer aux textes en vigueur, notamment l’apurement dans le délai, pour continuer à  bénéficier de ce privilège de non paiement des droits et taxe à l’importation ».

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Initiative Émergence Madagascar – Andry Rajoelina prend ses marques

Cinq ans. C’est le dead­line donné par Andry Rajoelina, ancien président de la Transition, pour un développement de Madagascar, dans le cadre de son Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM). Selon ses dires, d’ici cinq ans donc, la Grande île sera parmi les pays les plus en vue du continent africain.« L’objectif est qu’à court terme, Madagascar ne soit plus parmi les pays les plus pau­vres, mais parmi les plus développés d’Afrique », a déclaré l’ancien chef d’État, durant un show télévisé diffusé par trois stations privées de la capitale hier. Silencieux et s’étant tenu à l’écart de l’arè­ne politique durant près de quatre ans, l’ancien président de la Transition a choisi une prestation médiatique de trois heures pour officialiser son retour aux affaires.Une prestation durant laquelle il a défendu son IEM face à quatre journalistes. Une initiative, présentée à Paris le 26 janvier et dont le lancement officiel devrait se faire à Madagascar par le biais d’un forum. D’après les explications de l’ancien locataire d’Ambohitsirohitra, c’est durant ce forum que des experts nationaux et internationaux développeront un programme politique à partir de son initiative.

Maîtrise des ressourcesÀ entendre sa logique, le programme découlant de l’IEM se traduira en convention qu’appliquera celui qui sera au pouvoir. L’ancien chef de la Transition refuse encore de se prononcer sur sa candidature ou non à la présidence de la République, indiquant attendre de connaître la date du scrutin. Ses propos révèlent toutefois son intention d’être celui qui dirigera la concrétisation des termes de cette convention. « Ce que je dis, les visions que j’affirme, je les réalise », affirme-t-il.Questionné par les journalistes, Andry Rajoelina a cependant refusé de donner des détails sur les axes d’intervention, ou encore les estimations budgétaires de la mise en œuvre de son IEM. « Nous allons apporter des solutions à tous les problèmes qui rongent le pays, et qui expliquent son retard de plusieurs années », a-t-il martelé.Laissant transparaître une nouvelle fois ses ambitions présidentielles, l’ancien chef d’État soutient que celui qui dirigera le pays doit être une personne qui s’est préparé, ayant déjà des techniciens et des partenaires prêts à travailler avec lui. Prenant l’exemple de l’énergie, Andry Rajoe­lina affirme avoir déjà un projet de collaboration avec General Electric. À l’entendre, l’IEM mise sur un investissement massif hors du circuit des bailleurs traditionnels, pour un développement rapide de la Grande île.Faire de Madagascar un pays développé d’ici cinq ans passera aussi par une maîtrise des ressources naturelles, table l’ancien président Rajoelina. L’exploitation des richesses naturelles du pays devra bénéficier à l’intérêt général. Il esquive cependant la question sur la responsabilité de la crise de 2009 et des errances de la Transition dans la dégringolade socio-économique malgache. Et met sur le dos de la cohabitation politique, la gabegie et les trafics, légions durant la Transition.« Je ne regarde pas le passé, mais je me concentre sur l’ave­nir », réplique Andry Rajoelina, préférant mettre en avant la stabilité des coûts et de la monnaie durant le régime de fait. Une survie économique grâce à des mesures populistes, comme il le concède. « Les urgences du pays ne doivent pas attendre (…). La population veut des solutions immédiates (…) solutionner ce qui fait mal à la population est ma priorité », se défend-il.L’ancien chef d’État affirme vouloir ramener l’espoir et apporter des solutions à la Nation. Comme face aux journalistes, il pourrait devoir d’abord s’atteler à effacer les traces d’une prise de pouvoir discutable et d’une gouvernance transi­toire relativement chaotique pour convaincre une partie de l’opinion publique. « Il y a eu des lacunes. Nous allons les combler », avance-t-il.

Ratisser large, mais pas d’alliance politique

« Je lance un appel à tous les Malgaches, quelle que soit la couleur de sa cravate, soucieux de l’avenir de la descendance (…) l’IEM ne ferme la porte à personne. Tous ceux qui ont une solution pour le pays seront reçus à bras ouverts », a déclaré Andry Rajoelina. L’ouverture tous azimuts, que ce soit politique ou économique et technique a été l’un des messages mis en avant par l’ancien président de la Transition. Seulement, à l’entendre, il n’est pas question d’alliance politique avec le parti « Tiako i Madagasikara » (Tim), et du « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM).Les ressentiments entre le leader des Oranges envers les Bleus semblent encore profonds. Il ne fait même pas mention d’un rapprochement. Vis-à-vis du Tim, il soutient que « le plus important c’est le pays. Le rapprochement et le dialogue ne signifient cependant pas, alliance de partis. Le Mapar ne sera jamais le Tim et vice-versa. Nous sommes même prêts à leur faire face durant toutes les échéances électorales ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Filière vanille – La plateforme pour la région Anosy revit

La plateforme de la filière vanille pour la région Anôsy a été mise en veilleuse depuis 2011. « La redynamisation de la Plateforme régionale de concertation et de pilotage de la filière vanille (PRCP) pour l’Anôsy a été nécessaire car la région présente une potentialité non négligeable d’au moins 50 tonnes de vanille verte, soit quelques 15 tonnes de produits exportables par an », précise Eden Ratombozafy, directeur de cabinet du ministère du Commerce et de la consommation.La PRCP Anôsy rejoint ainsi les sept autres plateformes existantes dans le pays, ayant pour but d’encadrer les activités, de déterminer les règlementations et les règles du jeu pour chaque région spécifique, de fixer les dates de campagne ou encore la sécurisation des produits. Une réunion s’est tenue ven­dredi à Taolagnaro, rassemblant les représentants des Collectivités territoriales décentralisées, des services techniques, du secteur privé, des planteurs, des collecteurs, préparateurs et exportateurs de vanille de la région Anosy. Un bureau provisoire a tout de suite été élu à l’issue de cette réunion.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Initiative Émergence Madagascar – Andry Rajoelina prend ses marques

Cinq ans. C’est le dead­line donné par Andry Rajoelina, ancien président de la Transition, pour un développement de Madagascar, dans le cadre de son Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM). Selon ses dires, d’ici cinq ans donc, la Grande île sera parmi les pays les plus en vue du continent africain.« L’objectif est qu’à court terme, Madagascar ne soit plus parmi les pays les plus pau­vres, mais parmi les plus développés d’Afrique », a déclaré l’ancien chef d’État, durant un show télévisé diffusé par trois stations privées de la capitale hier. Silencieux et s’étant tenu à l’écart de l’arè­ne politique durant près de quatre ans, l’ancien président de la Transition a choisi une prestation médiatique de trois heures pour officialiser son retour aux affaires.Une prestation durant laquelle il a défendu son IEM face à quatre journalistes. Une initiative, présentée à Paris le 26 janvier et dont le lancement officiel devrait se faire à Madagascar par le biais d’un forum. D’après les explications de l’ancien locataire d’Ambohitsirohitra, c’est durant ce forum que des experts nationaux et internationaux développeront un programme politique à partir de son initiative.

Maîtrise des ressourcesÀ entendre sa logique, le programme découlant de l’IEM se traduira en convention qu’appliquera celui qui sera au pouvoir. L’ancien chef de la Transition refuse encore de se prononcer sur sa candidature ou non à la présidence de la République, indiquant attendre de connaître la date du scrutin. Ses propos révèlent toutefois son intention d’être celui qui dirigera la concrétisation des termes de cette convention. « Ce que je dis, les visions que j’affirme, je les réalise », affirme-t-il.Questionné par les journalistes, Andry Rajoelina a cependant refusé de donner des détails sur les axes d’intervention, ou encore les estimations budgétaires de la mise en œuvre de son IEM. « Nous allons apporter des solutions à tous les problèmes qui rongent le pays, et qui expliquent son retard de plusieurs années », a-t-il martelé.Laissant transparaître une nouvelle fois ses ambitions présidentielles, l’ancien chef d’État soutient que celui qui dirigera le pays doit être une personne qui s’est préparé, ayant déjà des techniciens et des partenaires prêts à travailler avec lui. Prenant l’exemple de l’énergie, Andry Rajoe­lina affirme avoir déjà un projet de collaboration avec General Electric. À l’entendre, l’IEM mise sur un investissement massif hors du circuit des bailleurs traditionnels, pour un développement rapide de la Grande île.Faire de Madagascar un pays développé d’ici cinq ans passera aussi par une maîtrise des ressources naturelles, table l’ancien président Rajoelina. L’exploitation des richesses naturelles du pays devra bénéficier à l’intérêt général. Il esquive cependant la question sur la responsabilité de la crise de 2009 et des errances de la Transition dans la dégringolade socio-économique malgache. Et met sur le dos de la cohabitation politique, la gabegie et les trafics, légions durant la Transition.« Je ne regarde pas le passé, mais je me concentre sur l’ave­nir », réplique Andry Rajoelina, préférant mettre en avant la stabilité des coûts et de la monnaie durant le régime de fait. Une survie économique grâce à des mesures populistes, comme il le concède. « Les urgences du pays ne doivent pas attendre (…). La population veut des solutions immédiates (…) solutionner ce qui fait mal à la population est ma priorité », se défend-il.L’ancien chef d’État affirme vouloir ramener l’espoir et apporter des solutions à la Nation. Comme face aux journalistes, il pourrait devoir d’abord s’atteler à effacer les traces d’une prise de pouvoir discutable et d’une gouvernance transi­toire relativement chaotique pour convaincre une partie de l’opinion publique. « Il y a eu des lacunes. Nous allons les combler », avance-t-il.

Ratisser large, mais pas d’alliance politique

« Je lance un appel à tous les Malgaches, quelle que soit la couleur de sa cravate, soucieux de l’avenir de la descendance (…) l’IEM ne ferme la porte à personne. Tous ceux qui ont une solution pour le pays seront reçus à bras ouverts », a déclaré Andry Rajoelina. L’ouverture tous azimuts, que ce soit politique ou économique et technique a été l’un des messages mis en avant par l’ancien président de la Transition. Seulement, à l’entendre, il n’est pas question d’alliance politique avec le parti « Tiako i Madagasikara » (Tim), et du « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM).Les ressentiments entre le leader des Oranges envers les Bleus semblent encore profonds. Il ne fait même pas mention d’un rapprochement. Vis-à-vis du Tim, il soutient que « le plus important c’est le pays. Le rapprochement et le dialogue ne signifient cependant pas, alliance de partis. Le Mapar ne sera jamais le Tim et vice-versa. Nous sommes même prêts à leur faire face durant toutes les échéances électorales ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Androy-Anosy – Le HVM en démonstration de force

Des manifestations en tous genres ont eu lieu dans le Sud le week-end dernier. Un objectif politique plus ou moins réussi pour le HVM.

Allure de propagande. Les élections approchent à grands pas, et le parti présidentiel Hery vaovao ho an’iMadagasikara (HVM) a prouvé sa capacité à répondre aux aspirations du peuple, ainsi qu’à affronter la vérité des urnes,  prévue constitutionnellement pour cette année. Le périple a commencé vendredi dernier dans le chef-lieu de district de la région Androy, à Ambovombe, durant lequel le bureau régional du parti a été inauguré. Une grande séance de sensibilisation sur l’approche politique du HVM a réuni les partisans, curieux ou espions devant la mairie d’Ambovombe.« Il n’y a pas de magie, et affirmer que les problèmes sociaux et économiques dans lesquels vit la population disparaîtront aujourd’hui et demain relève de la démagogie », a déclaré le président du HVM, Rivo Rakotovao. L’occasion a permis d’étaler les réalisations du régime, une aubaine pour le parti présidentiel de confirmer par ailleurs la présence et la proximité de l’État dans cette région de l’extrême sud de l’ile, en présentant officiellement le ministre coach pour l’Androy en la personne du ministre de la Défense nationale, le général Béni Xavier Rasolofoni­rina, ou encore d’annoncer que la RN 13 reliant Ihosy à Taolagnaro serait bientôt réhabilitée.« Le coach est dépêché par le gouvernement pour appuyer les actions de l’État en matière de développement », a encore précisé le président du parti des cravates bleues. Une mission de coaching différente de celle du coordonnateur régional du HVM.  La forte délégation a ensuite tâté le fief des personnalités politiques comme Reboza ou encore Kaleta, qui ont longtemps dominé Amboasary Sud.

FaibleUn grand carnaval a eu lieu samedi matin dans la ville de Taolagnaro, chef lieu de la région Anosy. La population a effectivement été au rendez-vous, car une forte médiatisation sur le spectacle de l’artiste Black Nadia, qui avait accompagné cette démonstration de force du HVM, a réussi. Des milliers de personnes sont venues de loin comme Betroka ou Iaboakoho et Manantenina,  non pas pour connaître mieux le HVM, mais plutôt pour admirer l’artiste, à entendre quelques témoignages. « Nous avons entendu parler du spectacle, et on nous a dit qu’il y aurait à manger, et nous sommes venus », raconte une représentante  de l’association Ampela Mandroso, de la commune d’Ampasy Nahampoana, venue avec sa troupe devant l’hôtel de ville de Taolagnaro.Questionné sur ce principe de ciblage des populations rurales pour renflouer en nombre les partisans, Rivo Rakotovao explique que c’est une stratégie politique comme une autre. « Ceci n’est pas encore de la propagande, car ce n’est pas encore le moment comme le stipule la loi. Le HVM a tenu à marquer la nouvelle année avec la population de la région Anosy, et une fête doit s’accompagner d’animations d’artistes. Laissons les gens juger, mais ce qui est sûr, c’est que les électeurs n’éliront jamais un candidat d’un parti faible drainant seulement  une vingtaine de partisans, car n’ayant pas la capacité de faire venir un artiste », s’est-il expliqué lors d’une rencontre avec les acteurs du parti à Ampasa­masay, Taolagnaro. MijaVoahirana Annick, choisie comme coordonnateur régional du HVM pour la région Anosy, s’est dite prête depuis 2014 à faire gagner le candidat du HVM. Chabani Nourdine a en outre été présenté comme le ministre coach de la région Anosy. Puisque la fête concernait le HVM en particulier, les maires et députés élus sous d’autres couleurs n’ont pas honoré de leur présence cette démonstration de force du HVM.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Santé de la reproduction- Les catholiques contre le planning familial au lycée

Encore une mésentente entre les catholiques et l’État. L’église catholique à Madagascar insiste sur la refonte et la révision du curricula de l’éducation à la santé reproductive du ministère de l’Éducation nationale qui sera intégré progressivement dans le programme des lycées, à partir de ce mois de février. Elle refuse particulièrement le fait d’inculquer aux jeunes le planning familial dès le lycée. « Les débats devraient être ouverts sur ce sujet pour pouvoir éduquer les jeunes comme il le faut », lance l’Evêque Marie Fabien Raharilamboniaina, président de la commission épiscopale de la santé, la semaine dernière.Les catholiques ont déjà leur propre programme qui est l’Éducation à la vie et à l’amour (EVA). Son expérimentation a été lancée, depuis 2015. Il sera introduit dans le programme des écoles confessionnelles catholiques en cette année scolaire 2017-2018. « L’objectif est de montrer aux jeunes l’impact des relations sexuelles avant le mariage pour qu’ils puissent choisir comment ils veulent mener leur vie », enchaine l’Evêque. La santé de la reproduction des jeunes reste un sujet brûlant.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Palais des Sports – « Amour’Rire » surprend par sa mise en scène

Une grande première pour la scène de l’humour, Francis Turbo et Gothlieb ont conquis le palais des Sports et de la Culture ce week-end. 

Plaisant, audacieux et toujours aussi drôle sur les bords. Le duo Francis Turbo et Gothlieb a ravi son auditoire dans la soirée du 16 février au palais des Sports et de la Culture Mahamasina. Pour un spectacle d’humour inédit et exclusif, issu tout droit de l’imagination de ces deux humoristes hors pair,« Amour’Rire » amuse de bout en bout la galerie.Un pari osé de la part de Francis Turbo et Gothlieb, qui, entourés de l’équipe du LH Pro, ont tenu à réussir l’exploit de conquérir le palais des Sports et de la Culture par la seule force de leur humour. Un franc succès, mais qui s’affirme quand même à demi-teinte pour les deux artistes, « Amour’Rire» était surtout pour eux l’occasion de faire preuve d’inventivité et de quelques prouesses techniques pour égayer la mise en scène du spectacle. Pour un « demi-palais », les lieux étaient copieusement bien remplis.Ainsi vers 19h, le rideau se leva et ils sont entrés en scène sur un fond de musique funk enjouée et rythmée. En toute sobriété, la scène s’est dévoilée avec tout juste un fond noir, sur laquelle des projections en vidéo-mapping se découvraient en guise de décors pour les deux humoristes. La vidéo-mapping servira aussi plus tard à introduire d’autres personnages virtuels avec lesquels ils interagissent. Ainsi, Francis Turbo pouvait échanger avec ses personnages et pareil pour Gothlieb.

« De l’humour à l’amour »Laissant la part belle à l’improvisation comme à l’accoutumée, ils se relayaient sur scène par le biais d’une pléiade de personnages, ainsi qu’une succession de sketchs tous aussi salés les uns les autres. Bien loin de se représenter à travers de simples saynètes, Francis Turbo et Gothlieb ont alors chacun exposé leur vision propre d’une éducation socio-sexuelle, thématique principale de la soirée. Il y a en avait ainsi pour tous les goûts et pour tous les âges. On riait aussi bien de la drague que de la procréation en elle-même.Avec « Amour’Rire », on reconnaît ainsi très bien la patte de nos deux humoristes. Un humour tantôt acerbe et taquin à la fois, fougueux  un brin intellectuel, mais qui séduit toujours grâce au charisme de ces humoristes et avec lequel ils nous ont bercés depuis un quart de siècle de carrière chacun. « Avec ce spectacle on a surtout tenu à se surpasser, ce n’était pas une mince affaire, car il était assez difficile à certains points de coïncider nos idées avec celui du public. Notamment sur quelques choix qu’on a faits, comme conclure avec cette reprise parodique du titre Basique de Orelsan, que peu de gens ont reconnu », confie Francis Turbo. Donnant le meilleur d’eux-mêmes, ils ont ainsi redoublé d’efforts tout au long du spectacle pour surprendre continuellement l’auditoire.Avec son alter-égo féminin Olga, Gothlieb se plait à faire un bain de foule pour interagir directement avec le public, charmant à sa manière les cœurs à prendre dans l’assistance. Tandis que, Francis Turbo conjugue simultanément ses personnages les plus populaires sur la scène, pour illustrer une veillée funèbre comique. Un instant chaleureux et coquin, « Amour’Rire» s’est ponctué d’une distribution de roses pour les femmes et de préservatifs pour les hommes.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Cross country – Championnats de Madagascar – Premier titre national pour Tsima et...

Après Ihosy, le sommet national de cross country s’est tenu ce samedi à Arivonimamo. Les champions junior représenteront le pays au championnat d’Afrique zone 5.

Rapide progression. Rajeunis, le nouveau champion et la nouvelle championne de Madagascar de cross country ont fait preuve d’une évolution considérable en très peu de temps. En flèche presque verticale, après avoir ravi pour la première fois le titre de champion de la section de Tana ville il y deux semaines, puis le sacre de la ligue d’Analamanga il y a une semaine, Tsima Tahianjanahary du club Cosfa Analamanga vient de faire un exploit en remportant son premier titre national.Après seulement un an d’expérience en cross country, le jeune militaire âgé de 23 ans a bouclé les 10km de parcours dans la ville d’Arivonimamo en 35’10’’. Deux autres grands coureurs de fond l’ont suivi de près, Mampitraotse de Cospn Boeny en deuxième position (35’17’’) et le multiple champion national en marathon et semi-marathon, Hajanirina Andriamparany de Cosfa Analamanga (35’19’’) pour compléter le podium. Cette victoire n’est qu’une confirmation pour Tsima, après son exploit lors des championnats de la section et de la ligue.« J’ai fait ma course sans sous-estimer les grands athlètes habitués à l’épreuve. Je n’ai fait que suivre le rythme de Jean de la Croix et Mampitraotse. C’est seulement en sprint final après la montée du dernier tour de boucle de 2km, que j’ai laissé derrière moi Mampitraotse », a raconté Tsima Tahianjanhary.« J’ai gagné cette course, sûrement pas par mes techniques ni mes expériences, mais par ma condition physique », a-t-il confié.

Premier sacreUn trio Analamanga sur le podium. Presque le même parcours pour Mbolatiana Ramiandrisoa de la Cnaps Analamanga, la gagnante chez les senior dames. L’athlète du club d’Ampatsakana a occupé la place de la dauphine lors du championnat de la section, et ensuite la troisième marche lors du dernier sommet d’Analamanga. Elle a parcouru les 10km en 44’35’’, à dix secondes devant sa poursuivante, la médaillée d’or en 800m des derniers Jeux des îles de la Réunion, Marthe Ralisinirina de 3FB Analamanga (44’45’’), championne de la section et vice championne d’Analamanga.La troisième place revient à Sehenomalala Raharinirina de 3FANS Analamanga (46’61’’). « J’ai essayé de rester dans la tête du peloton dès l’entame de la course. Je ne me sentais pas bien lors des deux précédents championnats, mais cette fois j’ai été plus en forme…J’ai décidé de quitter le groupe lors du dernier tour de boucle », a expliqué Mbolatiana, championne en titre également de l’épreuve de 10km et du semi marathon en 2017.À l’issue de ce championnat, la fédération a décidé que ce sera au tour des juniors de représenter le pays à l’extérieur. « Nous allons rajeunir nos représentants au championnat d’Afrique de la zone 5, qui aura lieu le samedi 24 février à Maurice », a souligné le directeur technique national, Tsiry Manantena Rakotomalala. Les sacrés champions des juniors et gagnants des tickets pour l’île Maurice sont Heriniaina Elysé Rakotondrainy de Crown Vakinankaratra (8km : 28’47’’) chez les garçons et Françoise Rasoanirina de CAF Haute Matsiatra (26’20’’) chez les filles. Ce rendez-vous national a réuni deux cent cinquante trois participants, dont deux cent dix huit licenciés.

Résultats complets

HommesSeniors: 10km1-Tsima Tahianjanahary (Cosfa Analamanga) 35’10’’2-Mampitraotse (Cospn Boeny) 35’17’’3-Hajanirina Andriamparany (Cosfa Analamanga) 35’19’’Juniors U20: 8km1-Heriniaina Elysé Rakotondrainy (Crown Vakinankaratra) 28’47’’)2-Jose Alfred Fanirijaona (CAIA Amoron’Imania) 29’10’’3-Adolphe Heriniaina (ASFAN Alaotra mangoro) 29’54’’Cadets U18: 6km1-Herison Rasoloniaina (CNaPS Analamanga) 22’24’’2-Lovasoa Andrianandrasana (CAB Bongolava) 22’41’’3-Tonisoa Randrianantoandro (ASJA Alaotra mangoro) 22’49’’Dames:Seniors: 10km1-Mbolatiana Ramiandrisoa (CNaPS Analamanga) 44’35’’2-Marthe Ralisinirina (3FB Analamanga) 44’45’’3-Sehenomalala Raharinirina (3FANS Analamanga) 46’61’’Juniors U20 : 6km1-Françoise Rasoanirina (CAF Haute Matsiatra) 26’20’’2-Lyna Rasoloharitian (ASJA Alaotra mangoro) 26’30’’3-Sava Nirihaingo (Bambinos Itasy) 27’12’’Cadettes U18 : 4km1-Sidonie Francky Raharimondinina (CALAC Alaotra mangoro) 17’19’’2-Danielle Santatriniaina (CAB Bongolava) 17’27’’3-Andréa Sandra Raveloarisoa (CNaPS Analamanga) 17’53’’Minimes U16 : 2km1-Faratiana Razafindramaro (3FANS Analamanga) 8’01’’2-Sarobidy Rahenintsoa (3FANS Analamanga) 8’03’’3-Sarobidy Andriantsitohaina (CAB Bongolava) 8’05’’

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Santé de la reproduction- Les catholiques contre le planning familial au lycée

Encore une mésentente entre les catholiques et l’État. L’église catholique à Madagascar insiste sur la refonte et la révision du curricula de l’éducation à la santé reproductive du ministère de l’Éducation nationale qui sera intégré progressivement dans le programme des lycées, à partir de ce mois de février. Elle refuse particulièrement le fait d’inculquer aux jeunes le planning familial dès le lycée. « Les débats devraient être ouverts sur ce sujet pour pouvoir éduquer les jeunes comme il le faut », lance l’Evêque Marie Fabien Raharilamboniaina, président de la commission épiscopale de la santé, la semaine dernière.Les catholiques ont déjà leur propre programme qui est l’Éducation à la vie et à l’amour (EVA). Son expérimentation a été lancée, depuis 2015. Il sera introduit dans le programme des écoles confessionnelles catholiques en cette année scolaire 2017-2018. « L’objectif est de montrer aux jeunes l’impact des relations sexuelles avant le mariage pour qu’ils puissent choisir comment ils veulent mener leur vie », enchaine l’Evêque. La santé de la reproduction des jeunes reste un sujet brûlant.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Cross country – Championnats de Madagascar – Premier titre national pour Tsima et...

Après Ihosy, le sommet national de cross country s’est tenu ce samedi à Arivonimamo. Les champions junior représenteront le pays au championnat d’Afrique zone 5.

Rapide progression. Rajeunis, le nouveau champion et la nouvelle championne de Madagascar de cross country ont fait preuve d’une évolution considérable en très peu de temps. En flèche presque verticale, après avoir ravi pour la première fois le titre de champion de la section de Tana ville il y deux semaines, puis le sacre de la ligue d’Analamanga il y a une semaine, Tsima Tahianjanahary du club Cosfa Analamanga vient de faire un exploit en remportant son premier titre national.Après seulement un an d’expérience en cross country, le jeune militaire âgé de 23 ans a bouclé les 10km de parcours dans la ville d’Arivonimamo en 35’10’’. Deux autres grands coureurs de fond l’ont suivi de près, Mampitraotse de Cospn Boeny en deuxième position (35’17’’) et le multiple champion national en marathon et semi-marathon, Hajanirina Andriamparany de Cosfa Analamanga (35’19’’) pour compléter le podium. Cette victoire n’est qu’une confirmation pour Tsima, après son exploit lors des championnats de la section et de la ligue.« J’ai fait ma course sans sous-estimer les grands athlètes habitués à l’épreuve. Je n’ai fait que suivre le rythme de Jean de la Croix et Mampitraotse. C’est seulement en sprint final après la montée du dernier tour de boucle de 2km, que j’ai laissé derrière moi Mampitraotse », a raconté Tsima Tahianjanhary.« J’ai gagné cette course, sûrement pas par mes techniques ni mes expériences, mais par ma condition physique », a-t-il confié.

Premier sacreUn trio Analamanga sur le podium. Presque le même parcours pour Mbolatiana Ramiandrisoa de la Cnaps Analamanga, la gagnante chez les senior dames. L’athlète du club d’Ampatsakana a occupé la place de la dauphine lors du championnat de la section, et ensuite la troisième marche lors du dernier sommet d’Analamanga. Elle a parcouru les 10km en 44’35’’, à dix secondes devant sa poursuivante, la médaillée d’or en 800m des derniers Jeux des îles de la Réunion, Marthe Ralisinirina de 3FB Analamanga (44’45’’), championne de la section et vice championne d’Analamanga.La troisième place revient à Sehenomalala Raharinirina de 3FANS Analamanga (46’61’’). « J’ai essayé de rester dans la tête du peloton dès l’entame de la course. Je ne me sentais pas bien lors des deux précédents championnats, mais cette fois j’ai été plus en forme…J’ai décidé de quitter le groupe lors du dernier tour de boucle », a expliqué Mbolatiana, championne en titre également de l’épreuve de 10km et du semi marathon en 2017.À l’issue de ce championnat, la fédération a décidé que ce sera au tour des juniors de représenter le pays à l’extérieur. « Nous allons rajeunir nos représentants au championnat d’Afrique de la zone 5, qui aura lieu le samedi 24 février à Maurice », a souligné le directeur technique national, Tsiry Manantena Rakotomalala. Les sacrés champions des juniors et gagnants des tickets pour l’île Maurice sont Heriniaina Elysé Rakotondrainy de Crown Vakinankaratra (8km : 28’47’’) chez les garçons et Françoise Rasoanirina de CAF Haute Matsiatra (26’20’’) chez les filles. Ce rendez-vous national a réuni deux cent cinquante trois participants, dont deux cent dix huit licenciés.

Résultats complets

HommesSeniors: 10km1-Tsima Tahianjanahary (Cosfa Analamanga) 35’10’’2-Mampitraotse (Cospn Boeny) 35’17’’3-Hajanirina Andriamparany (Cosfa Analamanga) 35’19’’Juniors U20: 8km1-Heriniaina Elysé Rakotondrainy (Crown Vakinankaratra) 28’47’’)2-Jose Alfred Fanirijaona (CAIA Amoron’Imania) 29’10’’3-Adolphe Heriniaina (ASFAN Alaotra mangoro) 29’54’’Cadets U18: 6km1-Herison Rasoloniaina (CNaPS Analamanga) 22’24’’2-Lovasoa Andrianandrasana (CAB Bongolava) 22’41’’3-Tonisoa Randrianantoandro (ASJA Alaotra mangoro) 22’49’’Dames:Seniors: 10km1-Mbolatiana Ramiandrisoa (CNaPS Analamanga) 44’35’’2-Marthe Ralisinirina (3FB Analamanga) 44’45’’3-Sehenomalala Raharinirina (3FANS Analamanga) 46’61’’Juniors U20 : 6km1-Françoise Rasoanirina (CAF Haute Matsiatra) 26’20’’2-Lyna Rasoloharitian (ASJA Alaotra mangoro) 26’30’’3-Sava Nirihaingo (Bambinos Itasy) 27’12’’Cadettes U18 : 4km1-Sidonie Francky Raharimondinina (CALAC Alaotra mangoro) 17’19’’2-Danielle Santatriniaina (CAB Bongolava) 17’27’’3-Andréa Sandra Raveloarisoa (CNaPS Analamanga) 17’53’’Minimes U16 : 2km1-Faratiana Razafindramaro (3FANS Analamanga) 8’01’’2-Sarobidy Rahenintsoa (3FANS Analamanga) 8’03’’3-Sarobidy Andriantsitohaina (CAB Bongolava) 8’05’’

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Palais des Sports – « Amour’Rire » surprend par sa mise en scène

Une grande première pour la scène de l’humour, Francis Turbo et Gothlieb ont conquis le palais des Sports et de la Culture ce week-end. 

Plaisant, audacieux et toujours aussi drôle sur les bords. Le duo Francis Turbo et Gothlieb a ravi son auditoire dans la soirée du 16 février au palais des Sports et de la Culture Mahamasina. Pour un spectacle d’humour inédit et exclusif, issu tout droit de l’imagination de ces deux humoristes hors pair,« Amour’Rire » amuse de bout en bout la galerie.Un pari osé de la part de Francis Turbo et Gothlieb, qui, entourés de l’équipe du LH Pro, ont tenu à réussir l’exploit de conquérir le palais des Sports et de la Culture par la seule force de leur humour. Un franc succès, mais qui s’affirme quand même à demi-teinte pour les deux artistes, « Amour’Rire» était surtout pour eux l’occasion de faire preuve d’inventivité et de quelques prouesses techniques pour égayer la mise en scène du spectacle. Pour un « demi-palais », les lieux étaient copieusement bien remplis.Ainsi vers 19h, le rideau se leva et ils sont entrés en scène sur un fond de musique funk enjouée et rythmée. En toute sobriété, la scène s’est dévoilée avec tout juste un fond noir, sur laquelle des projections en vidéo-mapping se découvraient en guise de décors pour les deux humoristes. La vidéo-mapping servira aussi plus tard à introduire d’autres personnages virtuels avec lesquels ils interagissent. Ainsi, Francis Turbo pouvait échanger avec ses personnages et pareil pour Gothlieb.

« De l’humour à l’amour »Laissant la part belle à l’improvisation comme à l’accoutumée, ils se relayaient sur scène par le biais d’une pléiade de personnages, ainsi qu’une succession de sketchs tous aussi salés les uns les autres. Bien loin de se représenter à travers de simples saynètes, Francis Turbo et Gothlieb ont alors chacun exposé leur vision propre d’une éducation socio-sexuelle, thématique principale de la soirée. Il y a en avait ainsi pour tous les goûts et pour tous les âges. On riait aussi bien de la drague que de la procréation en elle-même.Avec « Amour’Rire », on reconnaît ainsi très bien la patte de nos deux humoristes. Un humour tantôt acerbe et taquin à la fois, fougueux  un brin intellectuel, mais qui séduit toujours grâce au charisme de ces humoristes et avec lequel ils nous ont bercés depuis un quart de siècle de carrière chacun. « Avec ce spectacle on a surtout tenu à se surpasser, ce n’était pas une mince affaire, car il était assez difficile à certains points de coïncider nos idées avec celui du public. Notamment sur quelques choix qu’on a faits, comme conclure avec cette reprise parodique du titre Basique de Orelsan, que peu de gens ont reconnu », confie Francis Turbo. Donnant le meilleur d’eux-mêmes, ils ont ainsi redoublé d’efforts tout au long du spectacle pour surprendre continuellement l’auditoire.Avec son alter-égo féminin Olga, Gothlieb se plait à faire un bain de foule pour interagir directement avec le public, charmant à sa manière les cœurs à prendre dans l’assistance. Tandis que, Francis Turbo conjugue simultanément ses personnages les plus populaires sur la scène, pour illustrer une veillée funèbre comique. Un instant chaleureux et coquin, « Amour’Rire» s’est ponctué d’une distribution de roses pour les femmes et de préservatifs pour les hommes.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Concours de projet – La nouvelle édition de NewcoPark  sur les rails

Promouvoir l’entrepreneuriat. C’est l’essence même du concept NewcoPark. Le concours qui en est à sa cinquième édition a été officiellement lancé samedi au Pavé Antaninarenina. Avec un principe simple qui se résume à la concrétisation d’une idée d’entreprise, le concours NewcoPark ambitionne de contribuer au développement de l’entrepreneuriat. Il offre aux jeunes porteurs de projet les opportunités ainsi que les atouts nécessaires pour que ces projets deviennent des entreprises viables et pérennes.Fruit d’une collaboration entre la jeune chambre internationale Antananarivo (JCI), l’Ecole Supérieure Sacré-Cœur Antanimena et la société Smartelia Madagascar, le trophée NewCopark offrira à tous les projets sélectionnés lors de la phase éliminatoire les outils nécessaire pour faire décoller leurs projets sur des bases solides. Pour ce faire, des séances de coaching avec des acteurs expérimentés, chacun dans leur domaine entrepreneurial, seront au programme. « Notre société fut le projet primé lors de la seconde édition de ce concours. Après le lancement ainsi que le suivi effectué par les parties prenantes du projet, nous avons pu créer un peu plus d’une centaine d’emplois en moins d’une demi-douzaine d’années. Par notre participation à l’appui du concours, nous espérons apporter notre contribution à la création d’emploi à Madagascar », explique Harittina Randriamanantena, fondatrice de Smartelia.

ÉligibilitéA rappeler que le dépôt de dossier de participation est ouvert jusqu’à la fin du mois de mars, l’annonce des résultats de présélection aura lieu le 7 avril. Jusqu’au 24 avril, les finalistes bénéficieront des séances de coaching pour parfaire leurs présentations. Pour concourir, les candidats doivent préparer une vidéo qui leur permettra de présenter brièvement le projet. Cette vidéo devra être téléchargée sur le site officiel de NewcoPark, où les conditions d’éligibilité du concours peuvent aussi être consultées.Cependant les candidats doivent avoir moins de 40 ans, ayant effectué des études supérieures, au minimum Bacc + 2 (dans tous domaines confondus), avoir un projet qui ne nécessite pas un gros investissement (foncier, industrie, etc) mais un projet start-up innovant. « Le Concours s’adresse surtout aux porteurs de projets du domaine des services et des nouvelles technologies, et exclut les projets du domaine de l’agriculture ou ceux impliquant une lourde transformation industrielle. Une dérogation sera accordée aux projets ne nécessitant pas un important investissement », conclut Anissa Ratovondrahona, présidente de la JCI Antana­narivo.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Androy-Anosy – Le HVM en démonstration de force

Des manifestations en tous genres ont eu lieu dans le Sud le week-end dernier. Un objectif politique plus ou moins réussi pour le HVM.

Allure de propagande. Les élections approchent à grands pas, et le parti présidentiel Hery vaovao ho an’iMadagasikara (HVM) a prouvé sa capacité à répondre aux aspirations du peuple, ainsi qu’à affronter la vérité des urnes,  prévue constitutionnellement pour cette année. Le périple a commencé vendredi dernier dans le chef-lieu de district de la région Androy, à Ambovombe, durant lequel le bureau régional du parti a été inauguré. Une grande séance de sensibilisation sur l’approche politique du HVM a réuni les partisans, curieux ou espions devant la mairie d’Ambovombe.« Il n’y a pas de magie, et affirmer que les problèmes sociaux et économiques dans lesquels vit la population disparaîtront aujourd’hui et demain relève de la démagogie », a déclaré le président du HVM, Rivo Rakotovao. L’occasion a permis d’étaler les réalisations du régime, une aubaine pour le parti présidentiel de confirmer par ailleurs la présence et la proximité de l’État dans cette région de l’extrême sud de l’ile, en présentant officiellement le ministre coach pour l’Androy en la personne du ministre de la Défense nationale, le général Béni Xavier Rasolofoni­rina, ou encore d’annoncer que la RN 13 reliant Ihosy à Taolagnaro serait bientôt réhabilitée.« Le coach est dépêché par le gouvernement pour appuyer les actions de l’État en matière de développement », a encore précisé le président du parti des cravates bleues. Une mission de coaching différente de celle du coordonnateur régional du HVM.  La forte délégation a ensuite tâté le fief des personnalités politiques comme Reboza ou encore Kaleta, qui ont longtemps dominé Amboasary Sud.

FaibleUn grand carnaval a eu lieu samedi matin dans la ville de Taolagnaro, chef lieu de la région Anosy. La population a effectivement été au rendez-vous, car une forte médiatisation sur le spectacle de l’artiste Black Nadia, qui avait accompagné cette démonstration de force du HVM, a réussi. Des milliers de personnes sont venues de loin comme Betroka ou Iaboakoho et Manantenina,  non pas pour connaître mieux le HVM, mais plutôt pour admirer l’artiste, à entendre quelques témoignages. « Nous avons entendu parler du spectacle, et on nous a dit qu’il y aurait à manger, et nous sommes venus », raconte une représentante  de l’association Ampela Mandroso, de la commune d’Ampasy Nahampoana, venue avec sa troupe devant l’hôtel de ville de Taolagnaro.Questionné sur ce principe de ciblage des populations rurales pour renflouer en nombre les partisans, Rivo Rakotovao explique que c’est une stratégie politique comme une autre. « Ceci n’est pas encore de la propagande, car ce n’est pas encore le moment comme le stipule la loi. Le HVM a tenu à marquer la nouvelle année avec la population de la région Anosy, et une fête doit s’accompagner d’animations d’artistes. Laissons les gens juger, mais ce qui est sûr, c’est que les électeurs n’éliront jamais un candidat d’un parti faible drainant seulement  une vingtaine de partisans, car n’ayant pas la capacité de faire venir un artiste », s’est-il expliqué lors d’une rencontre avec les acteurs du parti à Ampasa­masay, Taolagnaro. MijaVoahirana Annick, choisie comme coordonnateur régional du HVM pour la région Anosy, s’est dite prête depuis 2014 à faire gagner le candidat du HVM. Chabani Nourdine a en outre été présenté comme le ministre coach de la région Anosy. Puisque la fête concernait le HVM en particulier, les maires et députés élus sous d’autres couleurs n’ont pas honoré de leur présence cette démonstration de force du HVM.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Trass Tsiadana – Niu Raza s’illustre en tout charme

L’une des belles découvertes de l’année passée sur la scène musicale nationale, la jeune chanteuse Niu Raza a marqué de sa présence ce week-end. Après avoir envoûté les romantiques de la capitale de sa douce voix le jour de la Saint-Valentin à la City Ivandry, la chanteuse a rempilé pour des retrouvailles plus conviviales au Trass Tsiadana dans la soirée du vendredi. Charmante et joviale, accompagnée de ses musiciens, Niu Raza conquiert par ses compositions jazzy, teintées d’un zeste de blues gracieux, ainsi que d’une touche RnB. Se représentant à travers son concept de « Live interaction », la jeune femme a pleinement joui de cette intimité qu’elle a créée aux côtés de son public.Le Trass Tsiadana, ayant été d’ailleurs rempli comme un œuf pour l’occasion, tant ces rencontres avec Niu Raza sont rares et enchanteresses. Une soirée inédite donc, ce rendez-vous était l’occasion pour la chanteuse d’affirmer une nouvelle fois son statut de future diva de la chanson malgache. Orné par les morceaux comme « Ampy izay », « First love » ou encore « Laingalainga », le répertoire de Niu Raza est tout à son image. Prônant une musicalité moderne, plus fédératrice de la jeune génération dont elle est l’une des dignes porte-étendards, la chanteuse continue son épopée sur la scène artistique nationale.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Open International de Saint-Denis – Miadantsoa s’offre la médaille d’or

Cinq représentants, cinq médailles. À leur première participation, les judokas du club Esca, porte-fanions de la Grande île à l’Open Inter­national de Saint Denis La Réunion rentreront tous avec chacun une médaille autour du cou.Les cadets ont disputé ce samedi leurs combats au Dojo régional de Champ-Fleury à Saint-Denis. Pour sa première sortie internationale, Roberto Miadantsoa Razakandrandria, engagé chez les cadets -90kg s’offre la médaille d’or. Encore titulaire de la ceinture verte, il a pu tomber en finale le Réunion­nais Mace Loïc du Judo Club Avirons, titulaire de ceinture noire premier dan.L’unique fille de l’équipe, Juane Kazrmella Andriama­hefa a pour sa part remporté la médaille d’argent chez les cadettes -48kg. La Malgache, titulaire de ceinture verte également, s’est inclinée en finale face à Chabot Nelsy, ceinture noire, du club Ushi Komi JC. Les deux autres cadets de l’équipe ont arraché chacun le bronze.À sa deuxième participation, Fetra Ranaivoarisoa, médaillé d’argent l’année passée se contente cette fois du bronze chez les -73kg. Fetra, titulaire de ceinture marron a écarté en combat de classement le Réunionnais Gilles Coteau du JCO974. Edouardo Andrianarinirina, en lice chez les cadets -55kg a arraché le bronze en s’imposant contre le Réunionnais Maxime Longobardi.L’unique judoka engagé dans la catégorie minime garçon -50kg, Killian Rakoto­nanahary a disputé ses combats hier et a lui aussi ravi la médaille de bronze. En repêchage, Killian a gagné par ippon trois combats après avoir perdu d’entrée son premier combat.Après l’Open de ce week-end, ces membres de la délégation de l’Esca suivront un stage ce lundi jusqu’au mercredi avant de rentrer jeudi.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Sambava – Un garçon  violeur lynché à mort

Viol raté. Un garçon de 14 ans a payé pour ses actes, samedi à 14 heures, à Ambodimanga, dans le district de Sambava. Une tentative de viol. Ce mineur a menacé une jeune fille de 18 ans avec un coupe-coupe pour lui obéir. La fille aurait d’abord fait semblant de se soumettre à ses désirs bestiaux, selon un gendarme d’Amboangibe saisi de l’enquête. Tous les deux ont alors rejoint un coin.Là-bas, la fille a tenté de surprendre son violeur pendant qu’il enlevait sa culotte. Pourtant, le garçon a réussi à attraper en premier la machette et l’a charcutée.La sœur de la victime s’est dépêchée sur les lieux pour intervenir, mais a directement subi le même sort avant d’être froidement décapitée.Les gendarmes se sont rendus sur place pour dresser le constat et chercher le criminel. Ils sont apparemment rentrés bredouilles du fait qu’ils ont reçu un faux renseignement, selon les informations recueillies. « Certains villageois l’ont caché. Concernant la blessée, nous l’avons évacuée d’urgence à Sambava », a indiqué un enquêteur.Finalement capturé par le fokonolona, le violeur n’a pas pu s’échapper à la cour villageoise, laquelle a opté pour la loi du talion. Il a été tabassé à mort, selon la gendarmerie d’Amboangibe. Aucune arrestation liée à cette vindicte populaire n’a été signalée, mais une enquête a été ouverte.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Open International de Saint-Denis – Miadantsoa s’offre la médaille d’or

Cinq représentants, cinq médailles. À leur première participation, les judokas du club Esca, porte-fanions de la Grande île à l’Open Inter­national de Saint Denis La Réunion rentreront tous avec chacun une médaille autour du cou.Les cadets ont disputé ce samedi leurs combats au Dojo régional de Champ-Fleury à Saint-Denis. Pour sa première sortie internationale, Roberto Miadantsoa Razakandrandria, engagé chez les cadets -90kg s’offre la médaille d’or. Encore titulaire de la ceinture verte, il a pu tomber en finale le Réunion­nais Mace Loïc du Judo Club Avirons, titulaire de ceinture noire premier dan.L’unique fille de l’équipe, Juane Kazrmella Andriama­hefa a pour sa part remporté la médaille d’argent chez les cadettes -48kg. La Malgache, titulaire de ceinture verte également, s’est inclinée en finale face à Chabot Nelsy, ceinture noire, du club Ushi Komi JC. Les deux autres cadets de l’équipe ont arraché chacun le bronze.À sa deuxième participation, Fetra Ranaivoarisoa, médaillé d’argent l’année passée se contente cette fois du bronze chez les -73kg. Fetra, titulaire de ceinture marron a écarté en combat de classement le Réunionnais Gilles Coteau du JCO974. Edouardo Andrianarinirina, en lice chez les cadets -55kg a arraché le bronze en s’imposant contre le Réunionnais Maxime Longobardi.L’unique judoka engagé dans la catégorie minime garçon -50kg, Killian Rakoto­nanahary a disputé ses combats hier et a lui aussi ravi la médaille de bronze. En repêchage, Killian a gagné par ippon trois combats après avoir perdu d’entrée son premier combat.Après l’Open de ce week-end, ces membres de la délégation de l’Esca suivront un stage ce lundi jusqu’au mercredi avant de rentrer jeudi.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Trass Tsiadana – Niu Raza s’illustre en tout charme

L’une des belles découvertes de l’année passée sur la scène musicale nationale, la jeune chanteuse Niu Raza a marqué de sa présence ce week-end. Après avoir envoûté les romantiques de la capitale de sa douce voix le jour de la Saint-Valentin à la City Ivandry, la chanteuse a rempilé pour des retrouvailles plus conviviales au Trass Tsiadana dans la soirée du vendredi. Charmante et joviale, accompagnée de ses musiciens, Niu Raza conquiert par ses compositions jazzy, teintées d’un zeste de blues gracieux, ainsi que d’une touche RnB. Se représentant à travers son concept de « Live interaction », la jeune femme a pleinement joui de cette intimité qu’elle a créée aux côtés de son public.Le Trass Tsiadana, ayant été d’ailleurs rempli comme un œuf pour l’occasion, tant ces rencontres avec Niu Raza sont rares et enchanteresses. Une soirée inédite donc, ce rendez-vous était l’occasion pour la chanteuse d’affirmer une nouvelle fois son statut de future diva de la chanson malgache. Orné par les morceaux comme « Ampy izay », « First love » ou encore « Laingalainga », le répertoire de Niu Raza est tout à son image. Prônant une musicalité moderne, plus fédératrice de la jeune génération dont elle est l’une des dignes porte-étendards, la chanteuse continue son épopée sur la scène artistique nationale.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Sambava – Un garçon  violeur lynché à mort

Viol raté. Un garçon de 14 ans a payé pour ses actes, samedi à 14 heures, à Ambodimanga, dans le district de Sambava. Une tentative de viol. Ce mineur a menacé une jeune fille de 18 ans avec un coupe-coupe pour lui obéir. La fille aurait d’abord fait semblant de se soumettre à ses désirs bestiaux, selon un gendarme d’Amboangibe saisi de l’enquête. Tous les deux ont alors rejoint un coin.Là-bas, la fille a tenté de surprendre son violeur pendant qu’il enlevait sa culotte. Pourtant, le garçon a réussi à attraper en premier la machette et l’a charcutée.La sœur de la victime s’est dépêchée sur les lieux pour intervenir, mais a directement subi le même sort avant d’être froidement décapitée.Les gendarmes se sont rendus sur place pour dresser le constat et chercher le criminel. Ils sont apparemment rentrés bredouilles du fait qu’ils ont reçu un faux renseignement, selon les informations recueillies. « Certains villageois l’ont caché. Concernant la blessée, nous l’avons évacuée d’urgence à Sambava », a indiqué un enquêteur.Finalement capturé par le fokonolona, le violeur n’a pas pu s’échapper à la cour villageoise, laquelle a opté pour la loi du talion. Il a été tabassé à mort, selon la gendarmerie d’Amboangibe. Aucune arrestation liée à cette vindicte populaire n’a été signalée, mais une enquête a été ouverte.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Concert – « Mifampitantana » envoûte les mélomanes

Second rendez-vous à apprécier au palais des Sports et de la Culture Mahamasina ce week-end. « Mifampitantana», avec le bourreau des cœurs Njakatiana et la diva de la chanson malgache Bodo, a transcendé le public hier après-midi. On n’en attendait pas moins de leur part et pourtant, les deux chanteurs se sont surpassés sur scène tout au long de ce concert, en éveillant ce romantisme enivrant qui sommeille en chacun de nous. Comme l’indique l’intitulé de cet événement organisé par Live Prod, c’est majoritairement main dans la main que Bodo et Njakatiana ont tenu à séduire le public en interprétant en duo leurs plus grands tubes.Le palais des Sports et de la Culture, qui pour l’occasion, s’est d’ailleurs vu sublimer d’une mise en scène particulière, afin que les artistes puissent être au plus près du public.Live Prod a ainsi choisi de mettre la scène au milieu du palais, avec de part et d’autres de la salle les musiciens respectifs des chanteurs. À gauche ceux de Bodo et à droite ceux de Njakatiana, suscitant un défi technique que les organisateurs ont appris à gérer autant vis-à-vis du son que de la lumière. Trêve de mondanité, vers 15h retentissent les premières notes du concert, plus complices et radieux que jamais, Bodo et Njakatiana se présentent. S’enchaine alors le répertoire du « Mifampitan-tana », qui captive en même temps la gent féminine que la gent masculine.De « Toera-mamy » à « Resinao » en passant par « Ny fahitana anao », le duo reprend à manière ces morceaux phares.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Ligue 1 – Elgeco Plus tenu en échec par Tana Formation

Le choc de la première journée du championnat d’Analamanga de football, première division, s’est soldé sur un résultat de parité, hier au stade de Mahamasina. Elgeco Plus, double tenant du titre, a été tenu en échec par Tana Formation. Score final, un but partout. La nouvelle équipe d’Hery Be a ouvert le score au quart d’heure de jeu, par le biais de Lucas (15è, 1-0). Quinze minutes plus tard, Tana Formation est arrivé à égaliser, sur un penalty de Mamitiana (30è, 1-1). Plus rien n’a été marqué à la pause, de même en seconde période.Cette saison, la Ligue 1 adopte une nouvelle formule. Ainsi, le match retour entre deux clubs donnés se joue immédiatement une semaine après sur un autre site. Elgeco Plus et Tana Formation se retrouveront donc le weekend prochain, cette fois-ci sur la pelouse synthétique du centre technique national de Carion.La journée d’hier a aussi été marquée par les débuts de la Cnaps Sport Analamanga et de Fosa Juniors Anala-manga, en première division. Pour précision, ces formations n’ont rien à voir avec la Cnaps Sport Itasy et Fosa Juniors Boeny, respectivement champion de Madagascar et vainqueur de la coupe nationale l’an passé.La confrontation entre la Cnaps Sport Analamanga et Mama FC a accouché d’un score nul et vierge, en ouverture au stade de Mahamasina. Par contre, Fosa Juniors Analamanga a frappé fort d’entrée, en battant Mi20 sur le score de deux buts à zéro, sur le terrain de Carion.Enfin, dans les autres rencontres, Uscafoot et Cosfa ont aussi fait un match nul (2-2), tandis que l’AS Adema a démarré l’exercice sur les chapeaux de roue, en écrasant COSPN (4-1). Encore une fois, comme le stipule le nouveau règlement, ces équipes s’affronteront une deuxième fois en fin de semaine, pour le compte de la deuxième journée. Celles qui ont joué à Mahamasina évolueront à Carion et vice-versa.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – Ligue 1 – Elgeco Plus tenu en échec par Tana Formation

Le choc de la première journée du championnat d’Analamanga de football, première division, s’est soldé sur un résultat de parité, hier au stade de Mahamasina. Elgeco Plus, double tenant du titre, a été tenu en échec par Tana Formation. Score final, un but partout. La nouvelle équipe d’Hery Be a ouvert le score au quart d’heure de jeu, par le biais de Lucas (15è, 1-0). Quinze minutes plus tard, Tana Formation est arrivé à égaliser, sur un penalty de Mamitiana (30è, 1-1). Plus rien n’a été marqué à la pause, de même en seconde période.Cette saison, la Ligue 1 adopte une nouvelle formule. Ainsi, le match retour entre deux clubs donnés se joue immédiatement une semaine après sur un autre site. Elgeco Plus et Tana Formation se retrouveront donc le weekend prochain, cette fois-ci sur la pelouse synthétique du centre technique national de Carion.La journée d’hier a aussi été marquée par les débuts de la Cnaps Sport Analamanga et de Fosa Juniors Anala-manga, en première division. Pour précision, ces formations n’ont rien à voir avec la Cnaps Sport Itasy et Fosa Juniors Boeny, respectivement champion de Madagascar et vainqueur de la coupe nationale l’an passé.La confrontation entre la Cnaps Sport Analamanga et Mama FC a accouché d’un score nul et vierge, en ouverture au stade de Mahamasina. Par contre, Fosa Juniors Analamanga a frappé fort d’entrée, en battant Mi20 sur le score de deux buts à zéro, sur le terrain de Carion.Enfin, dans les autres rencontres, Uscafoot et Cosfa ont aussi fait un match nul (2-2), tandis que l’AS Adema a démarré l’exercice sur les chapeaux de roue, en écrasant COSPN (4-1). Encore une fois, comme le stipule le nouveau règlement, ces équipes s’affronteront une deuxième fois en fin de semaine, pour le compte de la deuxième journée. Celles qui ont joué à Mahamasina évolueront à Carion et vice-versa.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Concert – « Mifampitantana » envoûte les mélomanes

Second rendez-vous à apprécier au palais des Sports et de la Culture Mahamasina ce week-end. « Mifampitantana», avec le bourreau des cœurs Njakatiana et la diva de la chanson malgache Bodo, a transcendé le public hier après-midi. On n’en attendait pas moins de leur part et pourtant, les deux chanteurs se sont surpassés sur scène tout au long de ce concert, en éveillant ce romantisme enivrant qui sommeille en chacun de nous. Comme l’indique l’intitulé de cet événement organisé par Live Prod, c’est majoritairement main dans la main que Bodo et Njakatiana ont tenu à séduire le public en interprétant en duo leurs plus grands tubes.Le palais des Sports et de la Culture, qui pour l’occasion, s’est d’ailleurs vu sublimer d’une mise en scène particulière, afin que les artistes puissent être au plus près du public.Live Prod a ainsi choisi de mettre la scène au milieu du palais, avec de part et d’autres de la salle les musiciens respectifs des chanteurs. À gauche ceux de Bodo et à droite ceux de Njakatiana, suscitant un défi technique que les organisateurs ont appris à gérer autant vis-à-vis du son que de la lumière. Trêve de mondanité, vers 15h retentissent les premières notes du concert, plus complices et radieux que jamais, Bodo et Njakatiana se présentent. S’enchaine alors le répertoire du « Mifampitan-tana », qui captive en même temps la gent féminine que la gent masculine.De « Toera-mamy » à « Resinao » en passant par « Ny fahitana anao », le duo reprend à manière ces morceaux phares.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Une politique étrangère orientée vers le non-alignement

Politique tous azimuts, ce sont des termes très en vogue à Madagascar après la révolution de mai 1972. Pour l’hebdomadaire catholique en langue française Lumière, cette politique prend à contrepied la politique extérieure du président Philibert Tsiranana. Ainsi pour ce journal, « elle présente un avantage puisqu’elle répond à certaines des attentes de l’hebdomadaire formulées dès l’époque de la fin de l’ancien régime » (Alain Escaro, La politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa vue par Lumière, revue historique Omaly sy Anio, deuxième semestre 1979).Toutefois, estime le journal, elle incarne aussi un danger car elle implique une ouverture à l’Est. En effet, si celle-ci « était trop accentuée, elle conduirait Madagascar dans le camp socialiste, ce qu’il craint le plus ». D’après Alain Escaro, Lumière réclame « une authentique politique de non-alignement qui donne à Madagascar des fruits tangibles ». C’est-à-dire qui l’aide à se développer sans remettre en cause son indépendance nationale.La politique tous azimuts « rompt avec la politique de l’ancien régime ». Ainsi, à l’alignement sur le camp occidental, elle oppose une ouverture à l’ensemble des nations. « En fait, elle va se traduire surtout par une position de non-alignement et dans l’immédiat (après le discours-programme du général Ramanantsoa) par une ouverture en priorité vers les pays de l’Est et par l’abandon de la politique africaine du président Tsiranana. « Une politique mise en œuvre par le ministre des Affaires étrangères, le capitaine de corvette Didier Ratsiraka. »L’hebdomadaire catholique cite alors les évènements qui concrétisent cette politique tournée vers tous les côtés. Au lendemain du discours-programme, Didier Ratsiraka se rend en Tanzanie afin de développer la coopération entre ce pays et la Grande ile. « À cette occasion, Lumière consacre son ‘Dossier de la semaine’ au socialisme tanzanien, dans son numéro du 20 aout 1972 » (Alain Escaro).À la même époque, le Pakistan envoie à Madagascar une mission diplomatique tandis que les relations américano-malgaches « sont normalisées » par un nouvel échange d’ambassadeurs. Le 17 septembre, à l’invitation du gouvernement soviétique, Didier Ratsiraka se rend à Moscou. L’auteur de l’article,C. Rasolo, distingue dans ce voyage, l’application du « principe de dialogue… avec tous les peuples du monde ». Pour l’Inde, ce « dialogue » traduit une non-intervention de ses nationaux dans les affaires intérieures malgaches ».Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement Ramanantsoa se rend à Moscou avant sond épart à l’assemblée générale des Nations unies. Au terme de ce séjour soviétique, du 25 au 29  septembre 1972, les deux parties conviennent d’établir des relations diplomatiques. Lumière considère cette décision comme un tournant de la politique étrangère de Madagascar, « diamétralement opposée, désormais, à la politique franchement anticommuniste du président Tsiranana.Mais il faudra attendre le numéro du 15 octobre pour voir l’hebdomadaire catholique consacrer, sous la plume du père Gérard, un article de fond à « la nouvelle ligne de la politique étrangère de Madagascar », définie par deux termes, « ouverture et indépendance ». Le père Gérard estime que l’accord avec le gouvernement soviétique est « le signe le plus clair de l’intention délibérée du gouvernement du général Ramanantsoa d’orienter la nouvelle politique malgache dans le sens du non-alignement ». Une nette rupture avec le passé.L’auteur revient alors sur le discours du ministre des Affaires étrangères, prononcé le 5 octobre 1972, à la tribune des Nations unies et en retire un certain nombre de prises de position. À savoir que la politique malgache sera désormais pragmatique ; proposition de neutralisation du Sud-est asiatique ; reconnaissance de l’État d’Israël, mais condamnation de sa politique expansionniste ; dénonciation de la politique pratiquée par les Républiques racistes d’Afrique australe et du colonialisme portugais ; proposition d’un front des pays sous-développés face aux nations nanties afin de « mettre un terme aux échanges inégaux qui se réalisent au détriment des pays pauvres ».Le père Gérard résume ainsi que pour le ministre des Affaires étrangères, il ne s’agit pas d’une « ouverture à sens unique ». De ce fait, des liens seront aussi noués avec la Chine et il se rendra de même au Japon. Pourtant, fait-il remarquer, « bien des lignes de cette politique « ne devrait pas tarder à porter ses fruits ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnels

L'express de Madagascar0 partages

Rectificatif

Une erreur a été faite dans l’article portant le titre « Soupçon de corruption : L’annu­lation du concours d’entrée à l’ENMG réclamée », publié en page 3 dans l’édition de samedi. Au lieu d’Angelain Rasami­­manana, ancien du poste, il fallait lire Hugues Rajoelina, qui est l’actuel directeur général de l’École nationale de la magis­trature et des greffes (ENMG). Nos excuses aux intéressés.

 

L'express de Madagascar0 partages

Tennis - Championnats de Madagascar U14 – Yaëlle et Sampras confirment

Logique respectée. Les championnats de Madagascar des U14 garçons et filles se sont achevés hier sur les courts de l’université d’Antananarivo, sans grosse surprise.Yaëlle Antsasoa Vaissaud chez les filles et Sampras Rakotondrainibe chez les garçons sont sacrés championne et champion de Madagascar 2018. Supposés être les deux favoris du sommet national, ces deux joueurs ont donc pu prouver sur le terrain qu’ils sont les meilleurs à Madagascar.Après une victoire contre Randy Rakotoarilala (6/0 6/3) en demi-finale, Yaëlle Antsasoa Vaissaud s’est imposée en finale en deux sets contre Maholy Razakaniaina (6/2 6/0). Durant les cinq premiers jeux, Maholy qui a battu Miotisoa Rasendra en demi-finale a pu tenir tête a son adversaire, mais s’est fait distancer ensuite.La troisième place est revenue à Randy Rakotoarilala, qui a battu Miotisoa Rasendra en deux sets (6/3 6/3).Chez les garçons, Sampras Rakotondrainibe, boursier au centre d’entraînement de la fédération internationale de tennis de Nairobi, a surclassé Angy Rasolomanana, l’expatrié du Togo en deux sets (6/4 6/1). Une finale équilibrée au premier set, où Sampras a connu des moments de doute. Par la suite, il a pu mettre en place un schéma tactique qui consistait à jouer en hauteur le plus souvent possible sur le revers de Angy. Pour le gain de la 3ème place, Johny Rovanantenaina s’est imposé devant Mathis Ratahina en deux sets (7/5 7/5). En demi-finale, Johny a pu livrer un match à sensation contre Sampras, où il s’est incliné en trois sets (6/3 3/6 6/10) au super tie-break.Les résultats de ces championnats de Madagascar seront considérés par la confédération africaine de tennis. Les points que les joueurs ont pu avoir seront comptabilisés au classement africain des U14. Des points qui serviront à nos joueurs, pour avoir des chances d’être retenus parmi les vingt premiers africains qui auront le droit de jouer les championnats d’Afrique U14, à Pretoria du 26 au 31 mars.«On a organisé les championnats de Madagascar U14 au mois de février, pour que nos joueurs puissent avoir des points africains, et cela avant la tenue du premier championnat d’Afrique. Je remercie Orange Madagascar, notre principal sponsor, de nous avoir épaulés. C’est un partenariat qu’on prendra très au sérieux et qui nous tient à cœur  », rappelle Stéphane Rakotondrainibe, président de la fédération Malagasy de tennis (FMT).Rideau donc pour ce sommet national des U14. La FMT se penchera à partir de ce mercredi 21 février sur l’organisation du tournoi ITF-CAT U14 grade 2 du circuit africain des U14 au Club olympique de Tananarive à Ilafy. Une grande première dans l’histoire du tennis malgache. Outre Madagascar, l’île Maurice, le Botswana et le Zimbabwe prendront part à ce rendez-vous international.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Célébration de la journée de la pensée. 

La fédération des scouts féminins a célébré la journée de la pensée, samedi, par des dons aux enfants vulnérables pris en charge au centre de développement à Andohatapenaka (CDA). Trois cent bénéficiaires ont reçu des livres, des kits scolaires et des produits de premières nécessités durant cette journée. Des arbres fruitiers ont été, en outre, plantés à Analamahitsy et à Ampangambe.

 

L'express de Madagascar0 partages

Raha savihina mavesatra, handrorona ihany

Eto ambany masoko eto, misy sarin’Antananarivo tamin’ny andro Gasy, izany hoe talohan’ny 1895 : ny tokontany andrefan’i Manjakamiadana mantsy dia mbola tsy misy ireo amontana nambolen’ny Frantsay rehefa nalefany sesitany ny Mpanjakavavy. Eo atsimon’ny Fiangonana Anatirova, dia mbola miezinezina ilay Tranobe mitovy endrika amin’ny Tranovola : tranon’Andriamambavola izy io raha ny lovantsofina. Ery avaratra-andrefana, tsy misy na inona na inona mihitsy eo ambanin’ny Fiangonana Ambonin’Ampamarinana, izay notokanana ny 28 martsa 1874 (na dia taon-jobily 150 aza tamin’ny 2015). Ny sary nalain’i Philippe Oberlé, tamin’ny jiona 1976, no ahitana trano vitsivitsy efa mananika moramora eo ambanin’Ampamarinana…Izay efapolo taona farany izay, inoana fa nitombo moramora tsikelikely tao ireny trano ireny…Mampalahelo mahasosotra ny mandre fa zaza dimy no indray maty noho ny fianjeran’ny vato avy eny Ampamarinana. Fa tsy vitan-tsetsetra tokoa ny tarehin-javatra tahaka izao, izay tsy vao sambany akory, fa tokony hanaitra ny saina hieritreritra. Fanontaniana tsotra fotsiny ohatra : tokony hipetrahana sy hanangan-trano ve ambanin’Ampamarinana ? Vatobe mandindona eo ambony loha izany dia efa tsy fomban-tany amiko ka tsy mahatamana.Rehefa dinihina akaiky ny sary dia mbola tazana tsy lavitra ny vato nipiaka ny talantalana nizaka ilay sorabaventy hoe «Antananarivo». Fanontaniana : sao dia voakitika mafimafy ny vatolampy ka nahazo fery nitarika izao loza izao ?Rabearivelo sy Baudin, ao amin’ilay bokiny hoe «Tananarive, ses quartiers et ses rues», dia milaza fa talohan’ny naha Ampamarinana ny toerana, izany hoe talohan’ny andron-dRanavalona Reniny (1828-1861) sy ny nanjerana teo ny kristiana voaheloka ho faty tamin’ny 28 martsa 1849, dia «Tsimihatsaka» no anaran’io vato io : tsy nohatsahana tokoa, na tamin’ny afo na tamin’ny lelan’angady.Ampentany no mitondra ny Fiangonana Ambonin’Ampamarinana. Ampentany ihany koa no mitondra ny Lapa Manjakamiadana aty amin’ny ilany andrefan’Anatirova raha nahazo vatolampy ny fototra amin’ny ilany atsinanana. Mahazaka vesatra manao ahoana io vatolampy io sy ny ampentany eo amboniny ? Tokony hisy fiara vaventy mivezivezy ve iny faritra ambony iny ? Mbola ho omena alalana ve ny fananganan-trano sesehena amin’io vatolampy mandravaka an’Antananarivo io ? Raha voatohintohina fahatany io vatolampy be mitondra ny vohitra maha Antananarivo an’Antananarivo io, mety hisy antambo mihoatra lavitra ny nahamay ny Rova : Antananarivo manontolo no hibolisatra, handrorona, aty Mahamasina.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Une politique étrangère orientée vers le non-alignement

Politique tous azimuts, ce sont des termes très en vogue à Madagascar après la révolution de mai 1972. Pour l’hebdomadaire catholique en langue française Lumière, cette politique prend à contrepied la politique extérieure du président Philibert Tsiranana. Ainsi pour ce journal, « elle présente un avantage puisqu’elle répond à certaines des attentes de l’hebdomadaire formulées dès l’époque de la fin de l’ancien régime » (Alain Escaro, La politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa vue par Lumière, revue historique Omaly sy Anio, deuxième semestre 1979).Toutefois, estime le journal, elle incarne aussi un danger car elle implique une ouverture à l’Est. En effet, si celle-ci « était trop accentuée, elle conduirait Madagascar dans le camp socialiste, ce qu’il craint le plus ». D’après Alain Escaro, Lumière réclame « une authentique politique de non-alignement qui donne à Madagascar des fruits tangibles ». C’est-à-dire qui l’aide à se développer sans remettre en cause son indépendance nationale.La politique tous azimuts « rompt avec la politique de l’ancien régime ». Ainsi, à l’alignement sur le camp occidental, elle oppose une ouverture à l’ensemble des nations. « En fait, elle va se traduire surtout par une position de non-alignement et dans l’immédiat (après le discours-programme du général Ramanantsoa) par une ouverture en priorité vers les pays de l’Est et par l’abandon de la politique africaine du président Tsiranana. « Une politique mise en œuvre par le ministre des Affaires étrangères, le capitaine de corvette Didier Ratsiraka. »L’hebdomadaire catholique cite alors les évènements qui concrétisent cette politique tournée vers tous les côtés. Au lendemain du discours-programme, Didier Ratsiraka se rend en Tanzanie afin de développer la coopération entre ce pays et la Grande ile. « À cette occasion, Lumière consacre son ‘Dossier de la semaine’ au socialisme tanzanien, dans son numéro du 20 aout 1972 » (Alain Escaro).À la même époque, le Pakistan envoie à Madagascar une mission diplomatique tandis que les relations américano-malgaches « sont normalisées » par un nouvel échange d’ambassadeurs. Le 17 septembre, à l’invitation du gouvernement soviétique, Didier Ratsiraka se rend à Moscou. L’auteur de l’article,C. Rasolo, distingue dans ce voyage, l’application du « principe de dialogue… avec tous les peuples du monde ». Pour l’Inde, ce « dialogue » traduit une non-intervention de ses nationaux dans les affaires intérieures malgaches ».Le ministre des Affaires étrangères du gouvernement Ramanantsoa se rend à Moscou avant sond épart à l’assemblée générale des Nations unies. Au terme de ce séjour soviétique, du 25 au 29  septembre 1972, les deux parties conviennent d’établir des relations diplomatiques. Lumière considère cette décision comme un tournant de la politique étrangère de Madagascar, « diamétralement opposée, désormais, à la politique franchement anticommuniste du président Tsiranana.Mais il faudra attendre le numéro du 15 octobre pour voir l’hebdomadaire catholique consacrer, sous la plume du père Gérard, un article de fond à « la nouvelle ligne de la politique étrangère de Madagascar », définie par deux termes, « ouverture et indépendance ». Le père Gérard estime que l’accord avec le gouvernement soviétique est « le signe le plus clair de l’intention délibérée du gouvernement du général Ramanantsoa d’orienter la nouvelle politique malgache dans le sens du non-alignement ». Une nette rupture avec le passé.L’auteur revient alors sur le discours du ministre des Affaires étrangères, prononcé le 5 octobre 1972, à la tribune des Nations unies et en retire un certain nombre de prises de position. À savoir que la politique malgache sera désormais pragmatique ; proposition de neutralisation du Sud-est asiatique ; reconnaissance de l’État d’Israël, mais condamnation de sa politique expansionniste ; dénonciation de la politique pratiquée par les Républiques racistes d’Afrique australe et du colonialisme portugais ; proposition d’un front des pays sous-développés face aux nations nanties afin de « mettre un terme aux échanges inégaux qui se réalisent au détriment des pays pauvres ».Le père Gérard résume ainsi que pour le ministre des Affaires étrangères, il ne s’agit pas d’une « ouverture à sens unique ». De ce fait, des liens seront aussi noués avec la Chine et il se rendra de même au Japon. Pourtant, fait-il remarquer, « bien des lignes de cette politique « ne devrait pas tarder à porter ses fruits ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnels

L'express de Madagascar0 partages

Raha savihina mavesatra, handrorona ihany

Eto ambany masoko eto, misy sarin’Antananarivo tamin’ny andro Gasy, izany hoe talohan’ny 1895 : ny tokontany andrefan’i Manjakamiadana mantsy dia mbola tsy misy ireo amontana nambolen’ny Frantsay rehefa nalefany sesitany ny Mpanjakavavy. Eo atsimon’ny Fiangonana Anatirova, dia mbola miezinezina ilay Tranobe mitovy endrika amin’ny Tranovola : tranon’Andriamambavola izy io raha ny lovantsofina. Ery avaratra-andrefana, tsy misy na inona na inona mihitsy eo ambanin’ny Fiangonana Ambonin’Ampamarinana, izay notokanana ny 28 martsa 1874 (na dia taon-jobily 150 aza tamin’ny 2015). Ny sary nalain’i Philippe Oberlé, tamin’ny jiona 1976, no ahitana trano vitsivitsy efa mananika moramora eo ambanin’Ampamarinana…Izay efapolo taona farany izay, inoana fa nitombo moramora tsikelikely tao ireny trano ireny…Mampalahelo mahasosotra ny mandre fa zaza dimy no indray maty noho ny fianjeran’ny vato avy eny Ampamarinana. Fa tsy vitan-tsetsetra tokoa ny tarehin-javatra tahaka izao, izay tsy vao sambany akory, fa tokony hanaitra ny saina hieritreritra. Fanontaniana tsotra fotsiny ohatra : tokony hipetrahana sy hanangan-trano ve ambanin’Ampamarinana ? Vatobe mandindona eo ambony loha izany dia efa tsy fomban-tany amiko ka tsy mahatamana.Rehefa dinihina akaiky ny sary dia mbola tazana tsy lavitra ny vato nipiaka ny talantalana nizaka ilay sorabaventy hoe «Antananarivo». Fanontaniana : sao dia voakitika mafimafy ny vatolampy ka nahazo fery nitarika izao loza izao ?Rabearivelo sy Baudin, ao amin’ilay bokiny hoe «Tananarive, ses quartiers et ses rues», dia milaza fa talohan’ny naha Ampamarinana ny toerana, izany hoe talohan’ny andron-dRanavalona Reniny (1828-1861) sy ny nanjerana teo ny kristiana voaheloka ho faty tamin’ny 28 martsa 1849, dia «Tsimihatsaka» no anaran’io vato io : tsy nohatsahana tokoa, na tamin’ny afo na tamin’ny lelan’angady.Ampentany no mitondra ny Fiangonana Ambonin’Ampamarinana. Ampentany ihany koa no mitondra ny Lapa Manjakamiadana aty amin’ny ilany andrefan’Anatirova raha nahazo vatolampy ny fototra amin’ny ilany atsinanana. Mahazaka vesatra manao ahoana io vatolampy io sy ny ampentany eo amboniny ? Tokony hisy fiara vaventy mivezivezy ve iny faritra ambony iny ? Mbola ho omena alalana ve ny fananganan-trano sesehena amin’io vatolampy mandravaka an’Antananarivo io ? Raha voatohintohina fahatany io vatolampy be mitondra ny vohitra maha Antananarivo an’Antananarivo io, mety hisy antambo mihoatra lavitra ny nahamay ny Rova : Antananarivo manontolo no hibolisatra, handrorona, aty Mahamasina.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Tennis - Championnats de Madagascar U14 – Yaëlle et Sampras confirment

Logique respectée. Les championnats de Madagascar des U14 garçons et filles se sont achevés hier sur les courts de l’université d’Antananarivo, sans grosse surprise.Yaëlle Antsasoa Vaissaud chez les filles et Sampras Rakotondrainibe chez les garçons sont sacrés championne et champion de Madagascar 2018. Supposés être les deux favoris du sommet national, ces deux joueurs ont donc pu prouver sur le terrain qu’ils sont les meilleurs à Madagascar.Après une victoire contre Randy Rakotoarilala (6/0 6/3) en demi-finale, Yaëlle Antsasoa Vaissaud s’est imposée en finale en deux sets contre Maholy Razakaniaina (6/2 6/0). Durant les cinq premiers jeux, Maholy qui a battu Miotisoa Rasendra en demi-finale a pu tenir tête a son adversaire, mais s’est fait distancer ensuite.La troisième place est revenue à Randy Rakotoarilala, qui a battu Miotisoa Rasendra en deux sets (6/3 6/3).Chez les garçons, Sampras Rakotondrainibe, boursier au centre d’entraînement de la fédération internationale de tennis de Nairobi, a surclassé Angy Rasolomanana, l’expatrié du Togo en deux sets (6/4 6/1). Une finale équilibrée au premier set, où Sampras a connu des moments de doute. Par la suite, il a pu mettre en place un schéma tactique qui consistait à jouer en hauteur le plus souvent possible sur le revers de Angy. Pour le gain de la 3ème place, Johny Rovanantenaina s’est imposé devant Mathis Ratahina en deux sets (7/5 7/5). En demi-finale, Johny a pu livrer un match à sensation contre Sampras, où il s’est incliné en trois sets (6/3 3/6 6/10) au super tie-break.Les résultats de ces championnats de Madagascar seront considérés par la confédération africaine de tennis. Les points que les joueurs ont pu avoir seront comptabilisés au classement africain des U14. Des points qui serviront à nos joueurs, pour avoir des chances d’être retenus parmi les vingt premiers africains qui auront le droit de jouer les championnats d’Afrique U14, à Pretoria du 26 au 31 mars.«On a organisé les championnats de Madagascar U14 au mois de février, pour que nos joueurs puissent avoir des points africains, et cela avant la tenue du premier championnat d’Afrique. Je remercie Orange Madagascar, notre principal sponsor, de nous avoir épaulés. C’est un partenariat qu’on prendra très au sérieux et qui nous tient à cœur  », rappelle Stéphane Rakotondrainibe, président de la fédération Malagasy de tennis (FMT).Rideau donc pour ce sommet national des U14. La FMT se penchera à partir de ce mercredi 21 février sur l’organisation du tournoi ITF-CAT U14 grade 2 du circuit africain des U14 au Club olympique de Tananarive à Ilafy. Une grande première dans l’histoire du tennis malgache. Outre Madagascar, l’île Maurice, le Botswana et le Zimbabwe prendront part à ce rendez-vous international.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Célébration de la journée de la pensée. 

La fédération des scouts féminins a célébré la journée de la pensée, samedi, par des dons aux enfants vulnérables pris en charge au centre de développement à Andohatapenaka (CDA). Trois cent bénéficiaires ont reçu des livres, des kits scolaires et des produits de premières nécessités durant cette journée. Des arbres fruitiers ont été, en outre, plantés à Analamahitsy et à Ampangambe.

 

L'express de Madagascar0 partages

Rectificatif

Une erreur a été faite dans l’article portant le titre « Soupçon de corruption : L’annu­lation du concours d’entrée à l’ENMG réclamée », publié en page 3 dans l’édition de samedi. Au lieu d’Angelain Rasami­­manana, ancien du poste, il fallait lire Hugues Rajoelina, qui est l’actuel directeur général de l’École nationale de la magis­trature et des greffes (ENMG). Nos excuses aux intéressés.

 

L'express de Madagascar0 partages

Le sort du directeur de cabinet de Vato­vavy Fitovinany aux mains de la Justice

Arrêté pour détour­nement de fonds, le sort du directeur de cabinet du chef de région de Vatovavy Fitovinany est désormais entre les mains de la Justice. Le chef de région Remi Vincent Andrianjanaka a déclaré « l’affaire est entre les mains de la Justice, laissons-la travailler en son âme et conscience ». Il a également nié caté­goriquement être de mèche avec son directeur de cabinet. Le ministre coach de la région Vatovavy Fitovinany, Beboari­misa Ralava a de son côté affirmé avoir confiance en la Justice qui s’occupe de cette affaire.

L'express de Madagascar0 partages

Judo – Championnats de Madagascar  – Hakudokan prend sa revanche

La fédération a organisé ce week-end les championnats nationaux de kata et de combat pour les vétérans et les ceintures noires-marrons. Le club Hakudokan a dominé les joutes.

Le nombre de participants en kata a vu une baisse considérable. La deuxième édition du championnat de Madagascar de kata a réuni seulement cinq couples ce week-end au petit palais, contre seize l’année passée. Le club Haku­dokan a pris sa revanche et a réalisé un doublé en s’imposant face à Saint Michel.En kata nage no kata, le duo Tarimy Rabenantoandro- Rija Ratovona du club Haku­dokan a remporté le titre national avec un cumul de 761 points. L’équipe de Saint Michel, constituée de Zoniai­na Ranaivoson et Ony Rasa­mimanana, se trouve en deu­xième position avec 732 points. Et un autre couple d’Amparibe, Gaël Tojo Hajarisoa - Rasamoelina complète le podium (703 points).En katame no kata, seuls deux couples étaient en lice. Vola Raoelison et Tarimy Rabenantoandro de Haku­dokan ont défait Zoniaina Ranaivoson et Ony Rasami­manana de Saint Michel par 465 points contre 442. « Nous consacrerons cette année plus de temps à la vulgarisation du kata. Nous avons déjà profité de ce championnat national pour partager quelques techniques aux techniciens des clubs des régions. Nous allons bientôt établir le calendrier de formation dans les régions », a mentionné Mamy Dongozo, premier responsable de kata au sein de la fédération.

DépartagéPour les autres compétitions, le championnat de Madagascar vétérans a été dominé par Hakudokan et Saint Michel qui ont ravi chacun deux titres nationaux. Arsène Randriani­tovona offre le premier titre au club d’Amparibe en battant en finale Andry Rakoto­maro de Shihai Club Tama­tave Atsinanana chez les -66kg M4. Le deuxième sacre a été l’œuvre de l’olympien Luc Razafy Rasoanaivo, qui a défait en finale Manitra Herizo Razafimanantsoa de Haku­dokan dans la catégorie -81kg M2.De son côté, Hakudokan a remporté celui des -60kg M4 grâce à Herimamy Andrianavah en éliminant Tiana Randriamihanta de Saint Michel, et celui des-57kg F2 par Annie Raoelison qui a écarté Fara Rakoton­janahary de St Michel. Jean Yves Ravelojaona a sauvé l’honneur de l’Esca en arrachant le titre chez les -100kg M4, et celui des -73kg M2 a été ravi par Andriantina Ratsimbazafy de l’Excelsior.Concernant le challenge des ceintures noires et marrons, le club CSF a réalisé un doublé chez les hommes, signés Sebany Moravily chez les -73kg et Ricky Raliterasolo Ramalanjaona chez les +73kg.Et chez les dames, Mireille Ifaliana Andriamifehy de l’Esca est sacrée championne des -57kg, tandis que le titre des +57kg est revenu à la boursière du centre de Japon, Damiella Nomenjanahary de CCS.Et cerise sur le gâteau, la compétition inaugurale de la fédération a été bouclée en beauté par le kagami biraki, présentation de vœux japonais à la malgache, ainsi qu’une série de démonstrations.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

«Tana Games Week » – La grand messe du jeu vidéo émerveille

Trois jours d’évasion dans le monde du numérique, ainsi qu’une immersion totale dans l’univers de l’heroic-fantasy en général. La seconde édition de l’événement « Tana Games Week » (TGW), initiée par Project Alpha, remporte son pari en fédérant un public de tous âges à se joindre à lui dans un esprit festif et solidaire. Tout au long de ce week-end, c’est ainsi toute une communauté de gamers et de cosplayeurs, qui se sont rués vers le Gymnase Couvert Ankorondrano.À savoir, un public majoritairement jeune, qui outre cette envie commune de jouir des dernières nouveautés en termes de divertissement vidéo-ludique, se sont aussi plu à éveiller sa créativité en s’illustrant, le temps d’une journée, sous les traits de ses personnages fictifs favoris. Contribuant principalement à l’émergence de l’industrie florissante du jeu vidéo à Madagascar, TGW s’est enrichit pour cette deuxième édition, qui a laissé la part belle aux échanges entre passionnés. Entre les conférences, les ateliers, les tournois de e-Sport interactifs, ainsi que les diverses expositions, l’événement resplendit ainsi de cet engouement collectif et intarissable pour la culture geek.Le TGW a mis un point d’honneur à valoriser les dernières innovations en termes de production vidéo-ludique nationale.Ainsi, ce week-end, nombreux ont été, entre autres, ceux qui ont pu tester en exclusivité pour la première fois le jeu d’action-aventure intitulé « Dahalo », une fois encore réalisé par le studio Lomay à qui l’on doit déjà l’excellent jeu de course « Gazkar ». Point fort de cet événement, les concours de cosplay émerveillent toujours autant, surprenant à chaque fois le public par la patience et l’enthousiasme dont font preuve les participants pour être les plus fidèles possible à leur personnage de prédilection. Inconditionnels du genre, ils ont ainsi été nombreux à avoir redoublé d’effort pour se démarquer du lot, optant aussi bien pour des personnages de jeu vidéo, que de comics américains.Entre autres, l’illustrateur Heri Shinato a brillé une fois encore grâce à son armure plus vraie que nature fait maison du héros de « Dead Space». De jeunes associations se sont aussi fait remarquer lors de cette seconde édition, comme « Geek Madagascar » qui a tenu un atelier sur le thème du cyber sécurité. De même que « Hainkitana Astronomie », qui a évoqué la science de l’espace sous toutes ses coutures, mais aussi les férus de bandes dessinées avec le groupe Cosmic Activity, qui a échangé sur le thème des problèmes sociaux à travers le 9ème art. Une édition très fructueuse donc pour ce TGW, que Project Alpha souhaite désormais élargir à travers toute la Grande île.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Destruction d’infrastructure routière.

Une partie de la chaussée à Vatoava Fianarantsoa sur la route nationale 7 reliant Antananarivo et Toliara, s’est affaissée. Les usagers de la route se plaignent. Les travaux de réfection devraient commencer prochain-ement. Des techniciens seraient déjà sur place pour étudier la déviation. Des engins se trouveraient également à Vatoava, pour effectuer les travaux.

 

L'express de Madagascar0 partages

Un homme se défend

Quatre dahalo lourdement armés ont attaqué un appartement et ont mis la main sur des appareils électroniques et une somme d’un million d’ariary, vendredi, à Ambodivoandava, Alasora. La victime s’est défendue, mais a reçu un coup de couteau. Les bandits sont toujours en cavale.

 

L'express de Madagascar0 partages

Judo – Championnats de Madagascar  – Hakudokan prend sa revanche

La fédération a organisé ce week-end les championnats nationaux de kata et de combat pour les vétérans et les ceintures noires-marrons. Le club Hakudokan a dominé les joutes.

Le nombre de participants en kata a vu une baisse considérable. La deuxième édition du championnat de Madagascar de kata a réuni seulement cinq couples ce week-end au petit palais, contre seize l’année passée. Le club Haku­dokan a pris sa revanche et a réalisé un doublé en s’imposant face à Saint Michel.En kata nage no kata, le duo Tarimy Rabenantoandro- Rija Ratovona du club Haku­dokan a remporté le titre national avec un cumul de 761 points. L’équipe de Saint Michel, constituée de Zoniai­na Ranaivoson et Ony Rasa­mimanana, se trouve en deu­xième position avec 732 points. Et un autre couple d’Amparibe, Gaël Tojo Hajarisoa - Rasamoelina complète le podium (703 points).En katame no kata, seuls deux couples étaient en lice. Vola Raoelison et Tarimy Rabenantoandro de Haku­dokan ont défait Zoniaina Ranaivoson et Ony Rasami­manana de Saint Michel par 465 points contre 442. « Nous consacrerons cette année plus de temps à la vulgarisation du kata. Nous avons déjà profité de ce championnat national pour partager quelques techniques aux techniciens des clubs des régions. Nous allons bientôt établir le calendrier de formation dans les régions », a mentionné Mamy Dongozo, premier responsable de kata au sein de la fédération.

DépartagéPour les autres compétitions, le championnat de Madagascar vétérans a été dominé par Hakudokan et Saint Michel qui ont ravi chacun deux titres nationaux. Arsène Randriani­tovona offre le premier titre au club d’Amparibe en battant en finale Andry Rakoto­maro de Shihai Club Tama­tave Atsinanana chez les -66kg M4. Le deuxième sacre a été l’œuvre de l’olympien Luc Razafy Rasoanaivo, qui a défait en finale Manitra Herizo Razafimanantsoa de Haku­dokan dans la catégorie -81kg M2.De son côté, Hakudokan a remporté celui des -60kg M4 grâce à Herimamy Andrianavah en éliminant Tiana Randriamihanta de Saint Michel, et celui des-57kg F2 par Annie Raoelison qui a écarté Fara Rakoton­janahary de St Michel. Jean Yves Ravelojaona a sauvé l’honneur de l’Esca en arrachant le titre chez les -100kg M4, et celui des -73kg M2 a été ravi par Andriantina Ratsimbazafy de l’Excelsior.Concernant le challenge des ceintures noires et marrons, le club CSF a réalisé un doublé chez les hommes, signés Sebany Moravily chez les -73kg et Ricky Raliterasolo Ramalanjaona chez les +73kg.Et chez les dames, Mireille Ifaliana Andriamifehy de l’Esca est sacrée championne des -57kg, tandis que le titre des +57kg est revenu à la boursière du centre de Japon, Damiella Nomenjanahary de CCS.Et cerise sur le gâteau, la compétition inaugurale de la fédération a été bouclée en beauté par le kagami biraki, présentation de vœux japonais à la malgache, ainsi qu’une série de démonstrations.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

«Tana Games Week » – La grand messe du jeu vidéo émerveille

Trois jours d’évasion dans le monde du numérique, ainsi qu’une immersion totale dans l’univers de l’heroic-fantasy en général. La seconde édition de l’événement « Tana Games Week » (TGW), initiée par Project Alpha, remporte son pari en fédérant un public de tous âges à se joindre à lui dans un esprit festif et solidaire. Tout au long de ce week-end, c’est ainsi toute une communauté de gamers et de cosplayeurs, qui se sont rués vers le Gymnase Couvert Ankorondrano.À savoir, un public majoritairement jeune, qui outre cette envie commune de jouir des dernières nouveautés en termes de divertissement vidéo-ludique, se sont aussi plu à éveiller sa créativité en s’illustrant, le temps d’une journée, sous les traits de ses personnages fictifs favoris. Contribuant principalement à l’émergence de l’industrie florissante du jeu vidéo à Madagascar, TGW s’est enrichit pour cette deuxième édition, qui a laissé la part belle aux échanges entre passionnés. Entre les conférences, les ateliers, les tournois de e-Sport interactifs, ainsi que les diverses expositions, l’événement resplendit ainsi de cet engouement collectif et intarissable pour la culture geek.Le TGW a mis un point d’honneur à valoriser les dernières innovations en termes de production vidéo-ludique nationale.Ainsi, ce week-end, nombreux ont été, entre autres, ceux qui ont pu tester en exclusivité pour la première fois le jeu d’action-aventure intitulé « Dahalo », une fois encore réalisé par le studio Lomay à qui l’on doit déjà l’excellent jeu de course « Gazkar ». Point fort de cet événement, les concours de cosplay émerveillent toujours autant, surprenant à chaque fois le public par la patience et l’enthousiasme dont font preuve les participants pour être les plus fidèles possible à leur personnage de prédilection. Inconditionnels du genre, ils ont ainsi été nombreux à avoir redoublé d’effort pour se démarquer du lot, optant aussi bien pour des personnages de jeu vidéo, que de comics américains.Entre autres, l’illustrateur Heri Shinato a brillé une fois encore grâce à son armure plus vraie que nature fait maison du héros de « Dead Space». De jeunes associations se sont aussi fait remarquer lors de cette seconde édition, comme « Geek Madagascar » qui a tenu un atelier sur le thème du cyber sécurité. De même que « Hainkitana Astronomie », qui a évoqué la science de l’espace sous toutes ses coutures, mais aussi les férus de bandes dessinées avec le groupe Cosmic Activity, qui a échangé sur le thème des problèmes sociaux à travers le 9ème art. Une édition très fructueuse donc pour ce TGW, que Project Alpha souhaite désormais élargir à travers toute la Grande île.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Destruction d’infrastructure routière.

Une partie de la chaussée à Vatoava Fianarantsoa sur la route nationale 7 reliant Antananarivo et Toliara, s’est affaissée. Les usagers de la route se plaignent. Les travaux de réfection devraient commencer prochain-ement. Des techniciens seraient déjà sur place pour étudier la déviation. Des engins se trouveraient également à Vatoava, pour effectuer les travaux.

 

L'express de Madagascar0 partages

Un homme se défend

Quatre dahalo lourdement armés ont attaqué un appartement et ont mis la main sur des appareils électroniques et une somme d’un million d’ariary, vendredi, à Ambodivoandava, Alasora. La victime s’est défendue, mais a reçu un coup de couteau. Les bandits sont toujours en cavale.

 

L'express de Madagascar0 partages

Le sort du directeur de cabinet de Vato­vavy Fitovinany aux mains de la Justice

Arrêté pour détour­nement de fonds, le sort du directeur de cabinet du chef de région de Vatovavy Fitovinany est désormais entre les mains de la Justice. Le chef de région Remi Vincent Andrianjanaka a déclaré « l’affaire est entre les mains de la Justice, laissons-la travailler en son âme et conscience ». Il a également nié caté­goriquement être de mèche avec son directeur de cabinet. Le ministre coach de la région Vatovavy Fitovinany, Beboari­misa Ralava a de son côté affirmé avoir confiance en la Justice qui s’occupe de cette affaire.

L'express de Madagascar0 partages

Journées des écoles pour cette semaine. 

Cette semaine sera marquée par les journées des écoles. Elles se tiendront le 21, 22 et 23 février. Plusieurs activités auront lieu pendant ces journées.

L'express de Madagascar0 partages

Journées des écoles pour cette semaine. 

Cette semaine sera marquée par les journées des écoles. Elles se tiendront le 21, 22 et 23 février. Plusieurs activités auront lieu pendant ces journées.

L'express de Madagascar0 partages

Deux blessés dans un accident

Une Hyundai Starex a fait une sortie de route à Tsarahonenana, commune d’Andriba, à Maevatanàna samedi à 1h 40 du matin. Elle venait de Mahajanga et se dirigeait vers Antana­narivo. Deux blessés ont été constatés dans cet accident de la circu­lation. La somnolence serait à l’origine du drame, d’après les informations reçues.

L'express de Madagascar0 partages

Un braquage fait  un mort

Un homme victime d’un braquage a succombé sur le chemin de l’hôpital, jeudi, à Antsapanimahazo, district d’Ankazobe. Il a reçu une balle de labande. Il s’est fait dérober 600 000 ariary. Le foko­nolona a défié les cinq braqueurs armés, deux d’entre eux ont été blessés.

 

L'express de Madagascar0 partages

Un braquage fait  un mort

Un homme victime d’un braquage a succombé sur le chemin de l’hôpital, jeudi, à Antsapanimahazo, district d’Ankazobe. Il a reçu une balle de labande. Il s’est fait dérober 600 000 ariary. Le foko­nolona a défié les cinq braqueurs armés, deux d’entre eux ont été blessés.

 

L'express de Madagascar0 partages

Deux blessés dans un accident

Une Hyundai Starex a fait une sortie de route à Tsarahonenana, commune d’Andriba, à Maevatanàna samedi à 1h 40 du matin. Elle venait de Mahajanga et se dirigeait vers Antana­narivo. Deux blessés ont été constatés dans cet accident de la circu­lation. La somnolence serait à l’origine du drame, d’après les informations reçues.

L'express de Madagascar0 partages

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur WordPress. Ceci est votre premier article. Modifiez-le ou supprimez-le, puis lancez-vous !

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Zazalahy 14 taona namono nahafaty vehivavy, matin’ny fitsaram-bahoaka

Nitrangana fitsaram-bahoaka indray tany amin’ny Distrikan’i Sambava, ny asabotsy hariva teo, tao amin’ny Fokontanin’ Ambodimanga Bevontro, any amin’ny Kaominina ambanivohitr’ Antsavaribe. Zazalahy iray 14 taona voatondro ho namono nahafaty ka nanapa-doha zazavavy 14 taona zanakavavina Sefo Fokontanin’ Ambodimanga, tamin’ny alalan’ny fira antsibe, ny alakamisy hariva teo tokony ho tamin’ny dimy ora, no voasambotra ka niharan’ny hatezeram-bahoaka avy hatrany, ary maty tsy tra-drano voatoto vatobe sy voavely kibay ary voafiran’ny zava-maranitra. Efa maty ilay tovolahy voalaza ho mpamono olona ity vao tonga ny Zandary, ary voatery tsy maintsy nanao tifi-danitra ny mpitandro filaminana nanaparitaka an’ireo vahoaka efa romotry ny hatezerana. Araka ny tati-baovao voaray avy any an-toerana, rehefa tsy nety naolan’ity tovolahy matin’ny fitsaram-bahoaka ity, tao an’alan’i Bevato ireto mpirahavavy zanaky ny Sefo Fokontany nanohitra azy, dia nokapainy tamin’ny antsibe lava lela, ka maty teo no ho eo tapa-doha ilay tovovavy kely 14 taona, raha naratra mafy kosa ny zokiny 25 taona, izay mbola miady amin’ny fahafetasana hatramin’izao, manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaliben’i Sambava. Taorian’ny vono olona niseho tamin’ny fomba feno habibiana, dia raikitra avy hatrany ny fikarohana ny nahavanon-doza nitsoaka, izay mpiray tanàna sy mifankafantatra amin’ireo tovovavy maty sy naratra. Afak’omaly no tra-tehaky ny Fokonolona avy nandevina ity mpamono olona,  ka maty tsy tra-drano niharan’ny hatezeram-bahoaka.

Eric Manitrisa