Les actualités à Madagascar du Dimanche 19 Février 2017

Modifier la date
Madagascar Tribune319 partages

Andry Rajoelina signe son retour définitif

L’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, a présenté samedi dernier son projet « Initiative Emergence Madagascar » (IEM) devant quelques 500 personnes. La présentation a été diffusée sur trois chaines de télévisions privées : Viva TV, Kolo TV et TV Plus. Cela semble être donc la marque d’un retour définitif sur la scène politique malgache, après quatre années d’absence. Andry Rajoelina a conversé avec la presse et les invités à cette présentation durant près de cinq heures.

Dans la première partie qui concernait uniquement le volet économique du projet IEM en malgache, Andry Rajoelina a fait des comparaisons entre la période actuelle et la période de la transition, se basant surtout sur les chiffres de la Banque mondiale. Il a mis en exergue la décadence que le pays a connue notamment en ce qui concerne le PIB par habitant qui se situait à environ 460 USD à la fin de la transition contre 403 USD actuellement. Ou encore le taux de croissance de 4,7% actuellement mais reste encore imperceptible pour la population malgache. L’IEM avancera des solutions affirme Andry Rajoelina, qui correspondront aux besoins et réalité malgache et le domaine de l’énergie sera une des priorités dans ce projet.

Selon Andry Rajoelina, au coût actuel de l’énergie, Madagascar ne pourra rien espérer. Les potentiels dont dispose le pays doivent et seront exploités afin de faire baisser le coût de l’énergie et aussi afin de doter la Grande Ile d’une capacité de production forte. Actuellement, si Madagascar possède un potentiel de production de plus de 7 000 Mw, la production ne se situe qu’à quelques 150 Mw. Le prix de l’électricité s’élève à un peu moins de 0,30 USD/Kw, alors que dans certains pays, ce prix est de 0,05 USD/Kw. La maitrise des potentiels de la Grande Ile sera donc un atout considérable et l’exploitation de ces derniers sera indéniablement un pas en avant vers le développement.

Interrogé sur l’actualité politique à Madagascar, l’ancien président de la transition a pointé du doigt les « retournements de veste » de certains députés élus sous les couleurs de son parti le MAPAR (Miaraka amin’i prezida Andry Rajoelina). « La politique à Madagascar n’est pas une affaire d’honnête homme », ou du moins ne l’était pas, affirme Andry Rajoelina. Avant d’enchainer que « le fait qu’ils m’aient trahi moi, j’en suis déjà remis, mais ce qui me désole le plus, c’est qu’ils ont trahi la population malgache ». Le président de la Transition a par la suite procédé à un mea culpa pour avoir fait élire le régime actuel, soulignant qu’il croyait en l’homme qu’il avait fait élire et que même le nom du HVM ou Hery Vaovao ho an’i Madagasikara vient de lui. « L’IEM reste ouverte à toute personne qui cherche réellement à contribuer au développement du pays  », répond-t-il sur la question d’une alliance avec Marc Ravalomanana. Tout en précisant que le MAPAR ne sera jamais le TIM et le TIM ne sera jamais MAPAR.

La suite reste donc à voir, toutefois, l’homme est bel et bien de retour sur la scène politique et la course est lancée. A l’approche des séances électorales, la population craint que la prochaine élection se solde encore sur l’apparition des mêmes têtes au sommet de l’Etat.

Orange Madagascar53 partages

Le palmarès des RDJ Mozika 2016

Mozika Tendance : Martiora FreedomMozika milamina masculin: « Tsy atakalo » de Daddi LoveMozika Mafana féminin : « A fond le volume » Tence MenaMozika duo : Stéphanie ShynRévélation masculine : Rak RootsMozika Fderana : Singer of JesusTrophée d’honneur RDJ Mozika : Henri RatsimbazafyMozika Rap Rnb : RaboussaRévélation féminine : Rykala VazoMozika mafana masculin «: « 400 volts » WawaMozika variété : « Tonton Jess » Jess Flavi OneMozika Rock : RyxonMozika variété mihetsika : « Magneva » ArnaahMozika cover/remix : Mage 4Mozika milamina féminin : MelkySpectacle de l’année : AmbondronaLook de la soirée féminin : Tence MenaLook de la soirée masculin : Big MJArtiste masculin de l’année : Dadi LoveArtiste féminin de l’année : Black Nadia

 

Madagascar Tribune40 partages

Un report envisagé ?

Alors que le président de la République Hery Rajaonarimampianina s’était fait une fierté de déclarer à Iavoloha que les élections présidentielles se dérouleront bel et bien cette année, il semblerait que l’Exécutif penserait actuellement à un report de date. Dans ce cas, les élections se tiendraient dans le courant de l’année 2019 alors qu’elles sont prévues pour la fin de cette année. L’une des principales raisons avancées concerne les conditions météorologiques durant la période des élections prévues par la Constitution. Cette dernière prévoit en effet que les élections devront se dérouler entre le 25 novembre et le 25 décembre de cette année, à la période supposée des pluies. Selon les partis politiques d’opposition, cela ne constituerait pas un motif valable pour un report des élections, étant donné que les élections de 2013 se sont déroulées à la même période, et ont pourtant mis en place le régime actuel. D’autre part, cela laisserait une porte ouverte à une nouvelle crise majeure. Selon la Commission électorale nationale indépendante (CENI), aucun report ne doit être envisagé par qui que ce soit, et tout le monde devrait être soumis à la Constitution. Tout en assurant qu’il est possible de tenir des élections à cette date et que la Commission s’y était déjà préparé. Ceci expliquant cela, ce projet de report pourrait être la raison pour laquelle le régime ne s’empresse pas dans les préparatifs, notamment par rapport au nouveau code électoral qui n’a pas été transmis à l’Assemblée nationale à ce jour.

Madaplus.info6 partages

Reportage photos Romantik private Night - 18 février 2017

L'Equipe Madaplus remercie à tous d'être venus aussi nombreux à son premier événement de l'année. Merci également à tous ses partenaires: Dijay Mamsra, Sebastien Dionnet notamment pour le cours de "bachata" qui a dû amuser beaucoup de monde ce soir et puis l'équipe Hantatiana pour le côté Traiteur,
Prochain rdv le 29 avril prochain pour la 10ème Edition de la Nuit Blanche, notre rdv annuel à ne pas manquer!



Retrouvez bientôt les images de cet événement privé signé Madaplus.
Orange Madagascar0 partages

100 pieds de pin plantés à Miarinarivo

100 pieds de pin ont été planté hier par les équipes d’Orange Madagascar à Miarinarivo, en présence du maire de la localité. L’association sportive d’Orange Madagascar (Asom) a également participé au reboisement. Le suivi des pépinières sera assuré par le chef scout de Miarinarivo qui a aidé les équipes Orange.

Madagascar Tribune0 partages

Une cellule d’écoute pour prévenir la « maltraitance à enfant »

La maltraitance envers les personnes âgées de moins de 18 ans est encore fréquente à Madagascar. Elle peut prendre toutes les formes, des sévices physiques à l’exploitation par le travail en passant par les sévices sexuels, l’infanticide ou encore d’abandon. Elle peut être aussi d’ordre psychologique par des attitudes de dévalorisation, d’humiliation, de marginalisation ou encore de rejet de l’enfant.

Pour prévenir justement la « maltraitance à enfant », l’ONG Bel Avenir a initié une cellule d’écoute. « Il s’agit de proposer à tous les enfants bénéficiaires une possibilité de s’exprimer librement afin de détecter d’éventuelles situations de maltraitances et permettre un suivi actif associant à la fois une prise en charge des enfants victimes et de leurs familles, entrainant une prise de conscience de part et d’autre sur une situation intolérable. »

La création de cette cellule fait ainsi partie intégrante du projet « L’art au service de l’éducation », dans le cadre de l’objectif général de Bel Avenir, « L’’éducation comme moteur de développement ».

Le mardi 13 février dernier, l’ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, a effectué une visite au sein du centre d’Art et Musique de l’ONG, dans la région Atsimo Andrefana, pour mieux comprendre les réalités et les aspirations liées à la création de cette cellule. En fait, cette visite entre dans le cadre du renforcement des liens de l’Union européenne avec les autorités et les acteurs de développement de cette région.

Cette visite fut l’occasion de démonstrations artistiques diverses et aussi l’occasion d’échanges très intéressants avec les enfants. Officiellement, ce fut aussi l’occasion de confirmer l’ouverture de la cellule d’écoute et de réitérer, devant tous, les droits de l’enfant à être respecté à tout instant de sa vie.

Madagascar Tribune0 partages

L’église catholique va porter plainte selon Mgr Odon Razanakolona

L’église catholique monte au créneau. Suite au décès du père Nicolas, victime d’une attaque à main armée à Mahitsy le 9 février et a succombé à ses blessures cinq jours plus tard, le diocèse d’Antananarivo, par le biais de Mgr Odon Razanakolona a annoncé qu’il va déposer une plainte contre le décès de ce prêtre qui œuvrait au centre de formation Soanavela. Pour l’église catholique, cette attaque ayant causé la mort de deux personnes dont le sien, est un manque de sécurité de trop dans le pays.

Mgr Odon Razanakolona n’a pas du tout été tendre envers les forces de l’ordre. Il a entre autres lancé que certains d’entre eux sont de mèches avec les malfaiteurs. Ces éléments dissidents empruntent ou louent leurs armes aux bandits ou aident tout simplement par tous les moyens à commettre leurs forfaits. Au lieu d’accomplir leurs missions, celles, entre autres, de protéger la population et ses biens, les hommes en treillis se livrent au « racket des chauffeurs » des transports en commun.

L’église catholique par le biais du diocèse d’Antananarivo pointe également du doigt l’irresponsabilité des forces de l’ordre concernant le cas précis de l’attaque à main armée survenue à Mahitsy. En effet, certains responsables de la gendarmerie nationale de cette commune rurale située à 30 km seulement de la capitale ne répondaient pas à l’appel de détresse de la population. Ils ne réagissent que très tardivement. Cette situation ne serait pas isolée parce qu’auparavant dans d’autres attaques dans les environs de la commune, la population se serait déjà porté plainte contre ce manque de réactivité.

Les prêtres responsables de la justice et paix au sein de l’église catholique interpellent de ce fait les forces de l’ordre et tous les responsables pour qu’on prenne des mesures afin de lutter efficacement contre l’insécurité grandissante dans le pays.

Les responsables du diocèse d’Analamanga ont par ailleurs rapporté les témoignages du père Nicolas qui a pu discuter avec eux quelques jours avant qu’il ne succombe à ses blessures. Selon le rapport des autres prêtres, la victime leur avait raconté que les bandits l’ont croisé sur la route et l’ont arrêté alors qu’il était sur une moto. Après avoir demandé de l’argent au prêtre, ils l’ont tiré dans le dos. Une fois à terre, le prêtre aurait également été piétiné et a reçu des coups de pieds. Avant de partir, les bandits lui ont tiré dessus, pour la seconde fois.

Pour l’instant, huit personnes sont déjà arrêtées dans le cadre de cette affaire. Sur décision du secrétaire de la gendarmerie nationale auprès du ministère de la Défense, le premier responsable de la gendarmerie de Mahitsy a déjà été affecté de son poste. Des sources auprès de la population confirment que certains gendarmes de cette localité font actuellement l’objet des enquêtes par rapport à cette attaque.

Madagascar Tribune0 partages

Une cellule d’écoute pour prévenir la « maltraitance à enfant »

La maltraitance envers les personnes âgées de moins de 18 ans est encore fréquente à Madagascar. Elle peut prendre toutes les formes, des sévices physiques à l’exploitation par le travail en passant par les sévices sexuels, l’infanticide ou encore d’abandon. Elle peut être aussi d’ordre psychologique par des attitudes de dévalorisation, d’humiliation, de marginalisation ou encore de rejet de l’enfant.

Pour prévenir justement la « maltraitance à enfant », l’ONG Bel Avenir a initié une cellule d’écoute. « Il s’agit de proposer à tous les enfants bénéficiaires une possibilité de s’exprimer librement afin de détecter d’éventuelles situations de maltraitances et permettre un suivi actif associant à la fois une prise en charge des enfants victimes et de leurs familles, entrainant une prise de conscience de part et d’autre sur une situation intolérable. »

La création de cette cellule fait ainsi partie intégrante du projet « L’art au service de l’éducation », dans le cadre de l’objectif général de Bel Avenir, « L’’éducation comme moteur de développement ».

Le mardi 13 février dernier, l’ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, a effectué une visite au sein du centre d’Art et Musique de l’ONG, dans la région Atsimo Andrefana, pour mieux comprendre les réalités et les aspirations liées à la création de cette cellule. En fait, cette visite entre dans le cadre du renforcement des liens de l’Union européenne avec les autorités et les acteurs de développement de cette région.

Cette visite fut l’occasion de démonstrations artistiques diverses et aussi l’occasion d’échanges très intéressants avec les enfants. Officiellement, ce fut aussi l’occasion de confirmer l’ouverture de la cellule d’écoute et de réitérer, devant tous, les droits de l’enfant à être respecté à tout instant de sa vie.

Madagascar Tribune0 partages

220 requêtes en cassation électorale reçues par le Conseil d’Etat

220 requêtes en cassation électorale ont été reçues jusqu’ici au niveau du Conseil d’État, a déclaré hier Benjamin Rakotomandimby, commissaire général de la loi auprès de cette juridiction. Ce nombre évolue depuis quelques jours en fonction de la réception des requêtes auprès des tribunaux administratifs qui les renvoient auprès de cette instance judiciaire. Mais pour éviter de surcharger les tribunaux administratifs, notre interlocuteur a indiqué hier que les requérants peuvent désormais les déposer directement au niveau du Conseil d’État et en faire une copie auprès du tribunal administratif de leur juridiction.

Le Conseil d’État donne ainsi jusqu’au 9 avril aux candidats-maires et conseillers municipaux des élections communales et municipales du 27 novembre dernier pour déposer leurs plaintes en cassation, accompagnée de l’acte de cassation dans lequel le requérant doit mentionner les motifs de sa demande. Les juges de cette juridiction qui commencent déjà actuellement leurs études des dossiers et leurs investigations sortiront en effet leurs décisions après cette date butoir.

« Il se pourrait alors qu’il y a un changement dans les résultats officiels prononcés par le tribunal administratif, comme c’était déjà le cas il y a quatre ans », explique Benjamin Rakotomandimby. « Il se pourrait que les maires qui sont déjà entrés en fonction puissent être remplacés, ou que les élections dans leurs communes soient annulées et reportées. Il se pourrait également que les élections annulées par le tribunal administratif soient validées. Mais pour l’instant nous ne pouvons pas évaluer combien », explique ce responsable.

Le Conseil d’État est la dernière juridiction compétente pouvant trancher sur les contentieux électoraux. Il n’y a plus de recours possible à faire par rapport à la décision qu’elle rendra sur le sujet. Le commissaire général de la loi de cette juridiction lance par ailleurs que les citoyens malgaches peuvent se rassurer que le Conseil d’État n’agira qu’en fonction de la loi et uniquement de la loi. « Nous ne regardons ni la couleur politique ni le nom des candidats, nous jugeons en fonction de la loi en vigueur et nous attendrons les éventuels changements ou non », indique-t-il.

Sur ces 220 requêtes reçues, il y aura certainement le cas de commune de Moramanga où des manifestations de contestation des décisions du tribunal administratif ont lieu depuis un moment. En effet, cette juridiction a décidé d’annuler les résultats et de reporter donc les élections dans les mois à venir. C’est le candidat-maire TIM que les résultats provisoires rendus par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ont déclaré gagnant qui mène ce mouvement de contestation. Selon ses explications, il s’agit d’une manœuvre politique visant à le mettre à l’écart parce que les élections dans cette circonscription se sont déroulées sans aucun incident. « Les procès-verbaux de chaque candidat et de la CENI le confirment », indique-t-il.

Madagascar Tribune0 partages

La refonte totale du registre électoral reclamée

La Plateforme nationale des organisations de la société civile (Vohifiraisana) a avancé hier que la refonte de la liste électorale est une solution dans l’assainissement de la liste électorale. La liste électorale a toujours posé des problèmes jusqu’ici, notamment lors des trois dernières élections tenues dans le pays, explique le Ndriandahy Mahamoudou. Ce serait la seule manière de regagner la confiance des électeurs et de procéder à l’élimination des électeurs fantômes.

Cette déclaration intervient à l’issue des premières informations diffusées par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) concernant le faible taux d’inscription à l’issue de la révision annuelle de la liste électorale qui s’est clôturée provisoirement le 15 février dernier.

« Jusqu’à hier, le taux d’augmentation est de 1,86% alors que nous n’avons reçu que 54,76% des résultats auprès de tous les fokontany qui sont au nombre total de 117 891 », indique le rapporteur général de la CENI, Fano Rakotondrazaka. Pour l’instant, le taux d’inscription le plus faible est enregistré dans le district de Beroroho (0,06%) et le taux d’inscription le plus élevé est dans le district de Bekily 8,95%. Au niveau régional, le taux d’inscription le plus faible est enregistré dans la région Vatovavy Fitovinany (0,95%).

Concernant la refonte totale de liste électorale, la loi organique n°008-2010 relative au régime général des élections et des référendums indique dans son article 11 que « La refonte est effectuée tous les 10 ans », mais pour l’améliorer, l’Etat peut procéder à une refonte partielle ou totale entre temps. La dernière refonte totale de ce registre électoral a eu lieu au mois de novembre 2010. Ainsi, pour se mettre en règle, la CENI doit procéder à cette refonte cette année après avoir abandonné un projet de refonte partielle en 2016.