Les actualités Malgaches du Samedi 18 Novembre 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar4589 partages

Concert – Njava au grand complet retrouve ses fans

Un retour très attendu par ses inconditionnels. Les retrouvailles avec le mythique groupe Njava dans la capitale s’annoncent prometteuses d’un concert mélodieux et fraternel.

Cela fera plus d’une dizaine d’années que le public n’a pas eu le privilège de le redécouvrir dans toute sa splendeur au pays. Un groupe, une fratrie et une grande famille musicale à la fois, c’est ainsi qu’il s’affiche et s’apprécie depuis plus d’un quart de siècle maintenant, autant sur la scène nationale qu’internationale. Njava fait son grand retour dans la Grande île le temps d’un concert exclusif à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely.Une nouvelle qui enchante toute une génération de passionnés de « World music » dont Njava compte parmi les précurseurs au pays. Rendez-vous est ainsi annoncé pour le 15 décembre à 19h à l’IFM Analakely pour les incontournables sœurs Monika et Lala Njava aux chants, Pata Njava à la batterie et aux percussions, Maximin Njava à la basse, Dadà et Dozzy Njava aux guitares.Un groupe au grand complet émerveillera donc  le public qui le rejoindra à l’occasion pour une épopée musicale éclectique puis éblouira aussi bien les yeux que les oreilles de tous. Ravivant ainsi la flamme de son fameux « Ethnotic groove » dans la Grande île, après l’avoir fait découvrir de part et d’autre du globe. Njava promet un concert chaleureux en ode aux valeurs de la Grande île.

Familial Lauréat du Prix Découverte RFI en 1992, Njava s’est surtout plu à embrasser une carrière internationale, mais n’a pour autant pas oublié ses racines. Laissant la part belle à un genre plus orienté acoustique, le groupe convie un public mélomane de tous âges et de tous horizons à le rejoindre ce 15 décembre. Il faut dire que les thématiques qu’il aborde dans chacune de ses compositions illustrent parfaitement cet attachement à son pays natal.Une musique qui reflète autant les valeurs du terroir que celles de la société contemporaine en général et qui sonne ainsi comme étant intemporel aux oreilles des mélomanes aguerris. Soutenant entre autres des textes sur l’unité, la tolérance, l’espoir et l’amour, le tout sublimé par des rythmiques du « beko » Antandroy, du« tsapiky » du Sud, ou encore du « rija » Betsileo sur un fond de blues, d’afro-folk et de fusion.Le temps d’un concert, les profanes comme les fans des débuts auront le privilège de revivre en live ces compositions envoûtantes signées Njava. Notamment, « Vikitimy », « Jiboty », mais aussi l’incontournable « Androy wave » qui s’affirme comme l’hymne même de tous les inconditionnels de Njava. Un brin nostalgique, ce concert à l’IFM Analakely sera donc l’occasion pour le groupe de chanter ses plus grands tubes, mais aussi ceux de chacun de ses membres émérites, qui, suivant le courant musical instauré par Njava, ont aussi entrepris des carrières en solo. Un groupe familial dont la richesse musicale transcende constamment le public, Njava n’attend plus que vous.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara1393 partages

Analakely : Mpibizina basy, tra-tehaky ny UIR

Basy poleta vita gasy iray niaraka tamin’ny bala maromaro sy fitoeram-bala no tra-tehak’ireo pôlisin’ny UIR, ny alakamisy maraina lasa teo, teny amin’iny faritra Analakely iny, teny amina lehilahy iray. Nokasainy hamidy sivy hetsy ariary ity fitaovam-piadiana  ity, raha ny fanazavana azo. Nisy ny angom-baovao azon’ireto pôlisin’ny hery vonjy taitran’ny kaomisaria ireto fa misy olona mikasa hibizina fitaovam-piadiana teny amin’iny faritra iny. Napetraka avy hatrany ny vela-pandrika, ary nomena fotoana teo amin’ny tohatohabaton’Ambondrona ilay olona. Ary iny tokoa fa nipoitra ka dia noraisim-potsiny.  Fa talohan’izay dia efa noraisina avy hatrany ny fepetra, ary efa nivonona tanteraka ny amin’iny mety hisian’ny fifanandrinana na ny fifampitifirana ireto pôlisy manokana ireto. Soa ihany  fa nanaiky sy mora nilavo lefona ity olon-dratsy ity. Marihana fa raha ny loharanom-baovao hatrany dia mpiray petsapetsa amin’ilay lehilahy karohina fatratra, mpisoloky sy misandoka ho manamboninahitry ny tafika ity lehilahy ity. Itsy voalohany izay mbola tadiavina hatrany ka hanentanana ireo izay mety ho manam-baovao na zavatra mampiahiahy mba hiantso avy hatrany 034 05 517 22. Omaly moa no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ity rangahy mpibizina basy ity, ary nadoboka avy hatrany eny Tsiafahy, miandry ny fotoam-pitsarana azy.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar1274 partages

COP 23 – De beaux discours pour Madagascar

De belles paroles doivent être accompagnées de beaux actes. Tel est l’intérêt de la 23e Conférence des parties (COP) qui se tient en Allemagne actuellement. 

Le ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, Johanita Ndahimananjara représente Madagascar à la 23e Conférence des parties (COP) à la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique.  La COP 23, qui se déroule depuis lundi, à Bonn en Allemagne, doit décider des mesures très concrètes concernant  les accords de Paris (COP 21) de 2015. Ces mesures soulignent en clair qu’il faut rester sous 2°C de réchauffement  et qu’il est primordial que les émissions de gaz à effet de serre commencent à baisser  à partir de 2020.Interviewée par une presse en ligne congolaise qui traite de l’environnement et des changements climatiques, la ministre Ndahimananjara semble avoir bien répondu aux questions qui lui ont été posées sur les engagements de la Grande île suite aux accords de Paris. « Des actions d’adaptation sont menées afin de renforcer la résilience de la population par rapport aux impacts appréhendés des changements climatiques et à diminuer les vulnérabilités sociales, économiques et environnementales » a-t-elle dit entre autres. « Et les actions sont portées par les communautés de base et les collectivités territoriales décentralisées. Les projets de création des centrales solaires font partie des pistes à explorer pour atteindre les objectifs » a-t-elle ajouté.

Financement climatiqueOn apprend de par ses déclarations que d’ici 2030, le taux de déforestation sera réduit de moitié, permettant une réduction de 15% des émissions de GES du secteur forestier. La superficie du couvert forestier sera augmentée de 15% pour atteindre 17% du territoire national  soit9,7 millions d’ha, et ce à travers le reboisement et la restauration des forêts dégradées. Madagascar souhaite alors la mise à disposition de ressources financières. « En terme de financement, de renforcement de capacités et du transfert de technologies, nous sollicitons l’élaboration d’une feuille de route sur le financement de 100 milliards de dollars, en tant que financement climatique pour les pays en développement ainsi qu’une prise en compte de la différenciation entre les pays développés et les pays en développement ». De belles annonces en attente de concrétisation, du moins jusqu’à la COP 24 qui se tiendra en Pologne.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar337 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

On affirme que la cigarette tue, et c’est vrai, si l’on se réfère aux maladies cancéreuses qu’elle engendre. Toutefois, le tabac est source de recettes importantes pour l’État : l’économie passe avant la santé. Le deuxième sujet du chroniqueur Tom Andriamanoro a trait aux femmes à pouvoir et du pouvoir : elles sont loin d’être des « fanaka malemy ». Enfin, on peut dire beaucoup de choses sur le cocotier, en particulier le secouer, au propre comme au figuré ! 

Tabac – Une fumée qui rapporte gros

Quelle relation trouver entre le  tourisme d’aventure « soft » qui figure parmi les produits les plus appréciés de la destination Madagascar et… le tabac ? Une certaine chronologie peut-être, en parlant de la descente de laTsiribihina en chalands réaménagés en cantines flottantes dotées d’un solarium permettant de jouir d’une vue imprenable sur tout le parcours. Rien ne se perd, tout se transforme, car ces embarcations résistant à la rouille remontent à l’époque de la colonisation et des plantations, dont elles assuraient aussi bien le ravitaillement que l’écoulement des produits, en premier lieu le tabac.Des grandes familles bourgeoises de la capitale ont su faire fortune dans la filière cigarette et tabac à chiquer, ciblant aussi bien les citadins que les paysans en malabary. Toutes les catégories sociales étaient assurées de trouver leur péché préféré à toute période de l’année. La santé a toujours été le benjamin des soucis du consommateur.

L’image affichée sur le paquet de cigarettes ne dissuade guère le Malgache de ne plus en fumer.

Avant 1969, la filière était gérée par la Seita, laquelle a passé ensuite le relais à l’Ofmata. Un premier déclin au profit des cultures vivrières a été ressenti durant les années 1970. La recherche d’un nouveau souffle en matière de partenariat  menait vers la fin de la décennie suivante à l’entrée en lice du groupe Bolloré qui cède stratégiquement ses parts dans le holding Coralma à Imperial Tobacco. On est alors en 2001.Mais que savoir en priorité sur cette plante dont le meilleur terreau semble être la polémique qu’elle suscite ? Le tabac pousse aussi bien en milieu tropical que tempéré, mais un risque de brûlure des feuilles est réel au-delà de 30°C. À Madagascar, cinq régions répondent à ses exigences en matière notamment de sol : l’Itasy, les parties Nord et Sud des Plateaux, Mahajanga et Miandrivazo. Concernant les techniques de culture et de traitement post-récolte, on citera le passage en pépinières des jeunes plants, leur transplantation dans les champs, le séchage, une fois la récolte effectuée, et la fermentation pour éliminer les constituants nocifs, et stabiliser le taux d’humidité aux alentours de 13%. Le rendement dépend des variétés, des zones, et des fumures utilisées. Il peut varier entre 500 et 1 500 kg de feuilles à 28% d’humidité par hectare. De quoi faire tourner à plein régime les chalands d’avant les temps nouveaux du tourisme.Trois gammes de produits sont commercialisées : le tabac de coupe pour scaferlati et pipes, le tabac pour cigarettes, et le tabac à chiquer. Selon ces destinations et leurs spécificités, on peut compter jusqu’à quatre variétés : le tabac corsé destiné au tabac à chiquer, le tabac noir pour les« goûts français » ou caporal, le tabac clair léger « air cured » pour les « goûts anglais », et enfin le « tabac jaune » pour les cigarettes « goût américain ».Comment s’en passer ?La qualité du produit obtenu dépend de plusieurs facteurs :* Les procédés de séchage qui peuvent se faire en séchoir comme pour les tabacs corsés, à l’air libre, et au feu direct ou indirect. Ce procédé au feu est utilisé pour la variété « Virginie ».* Après le séchage vient la mise en masse d’attente. À ce stade, le tabac est dit « vert ».* Vient enfin le triage des feuilles selon des critères tenant compte de leur état physique, leur longueur, et leur couleur. Elles sont rassemblées par groupes de 25 à 30.Le conditionnement consiste à faire fermenter ces groupes de manière à développer leurs qualités. Les manufacturiers procèdent souvent à des mélanges de variétés qui doivent être homogènes et aussi constantes que possibles.  Il existe quatre types de mélanges :- celui du tabac noir,- celui des tabacs orientaux,- celui des tabacs à goût anglais,- celui des tabacs à goût américain.En quoi le tabac occupe-t-il une place de tout premier ordre qui le rend quasi-intouchable sur le plan socio-économique ? Ces quelques indicateurs chiffrés, même s’ils datent d’il y a quelques années, peuvent suffire pour s’en convaincre :-Les planteurs familiaux de l’Ofmata varient de 20 000 à 30 000 selon les années.-La Sacimem, qui a une usine à Antsirabe, produit environ 2,6 milliards de cigarettes par an, soit 130 millions de paquets de 20 cigarettes-Le tabac à chiquer est produit par de légendaires et riches manufacturiers que sont Ambaniandro (1938), Tsy Lefy (1941), Tsarasaotra (1943)En 2003, la vente par Promodim procure à l’État des recettes fiscales équivalant à 10% des recettes annuelles de l’État.La question qui se pose est d’une simplicité désarmante : Comment s’en passer ? Dans plusieurs pays d’Europe on vulgarise les paquets anonymes, d’où sont exclus tous éléments attractifs incitant à l’achat. À Madagascar, les photos de maladies sur ces mêmes paquets sont un échec : les messages ne parviennent pas à destination, la grande majorité des consommateurs malgaches achetant encore leurs cigarettes à la tige. Tout cela sent les initiatives prises juste pour se donner bonne conscience. Ce n’est pas demain qu’on  parlera des volutes de fumée cancérigènes au passé…

Pour cueillir les noix, il faut grimper sur le cocotier, tandis que pour faire descendre le cueilleur il suffit de secouer le tronc !

Arbre du jour – Le cocotier

Inventée par on ne sait quel ethnologue en chambre, une légende court dans une tribu d’Afrique, comme quoi une fois devenus improductifs, les ainés seraient obligés de grimper au sommet d’un cocotier, tandis que leurs descendants, réunis au pied de l’arbre, unissent leurs forces pour secouer le tronc et … faire tomber le vieux. À Madagascar, loin d’être cet instrument de torture, le cocotier est presque un symbole de vie, offrant nourriture, toiture, bois de charpente, vêtements et ustensiles… Quelque part dans le Pacifique aussi, il existe toute une théologie du cocotier où il  est admis comme image du salut humain.Le cocotier est un arbre dont le seuil de rentabilité n’est atteint qu’en exploitation semi-industrielle, après une longue immobilisation de capitaux. Ce n’est pas pour rien que dans certaines régions de Madagascar, on ironise sur une personne qui a choisi de s’installer ailleurs et qu’on a perdue de vue depuis un certain temps, qu’elle est partie planter des cocos (lasa namboly coco). Seules les coopératives et les grandes exploitations peuvent avoir l’envergure requise par la filière. La noix de coco devient dès lors une culture de rente, et le coprah peut faire l’objet de spéculations hors de portée des petits paysans.L’Afrique paraît réticente, d’autant plus qu’elle possède des productions de substitution loin d’être inintéressantes. En matière d’oléagineux, le Sénégal et le Soudan possèdent d’immenses plantations d’arachide. L’Afrique du Sud est un grand producteur de soja, le Burkina Faso de coton, les autres pays d’Afrique de l’Ouest misant pour leur part sur le palmier à huile. Autre frein puisant sa source dans les mœurs, entre le travail requis par l’exploitation du coco et les habitudes de cueillette sur fond de farniente, le choix des populations est vite fait.  Celle-ci se satisfaisant du plaisir donné aux palais gourmands par la noix de coco râpée en ingrédient d’accompagnement au poisson ou à la volaille en sauce curry.Et le Pépé improductif de la vilaine légende est-il toujours au sommet de son cocotier de malheur ?  Cela rappelle une histoire vraie, celle d’un membre des forces de répression du GMP lors des troubles de 1975. Poursuivi par une foule en furie, il a cru ne pouvoir trouver son salut qu’en grimpant au sommet d’un des pylônes de télécommunication d’Alarobia. Personne n’a pensé à secouer inutilement l’ouvrage pour l’en faire tomber, choisissant au contraire de s’asseoir par terre pour voir la suite des évènements. Cette suite a été que l’agent a fini par réaliser qu’il lui fallait tôt ou tard redescendre, et c’est ce qu’attendait patiemment le « Comité d’accueil ». Fin intentionnelle d’une horrible histoire authentique.

Des femmes du pouvoir : la Reine Ranavalona Ière, la Première ministre indienne Indira Gandhi, et la Chancelière allemande Angela Merkel.

Femmes et pouvoir – Elles font la loi !

Une femme fait la une de l’actualité africaine. Plus tout à fait jeune, puisque Grace Mugabe est quinquagénaire, mais suffisamment encore car il n’est pas donné à tout le monde d’avoir vingt ans de moins que son conjoint. Madame n’est toujours pas veuve, l’état naturel des authentiquement vieilles. Quant à nous sur notre île, que Zanahary et l’Histoire nous préservent d’une réincarnation de Mme Veuve Radama 1er, mais sait –on jamais…Retour au Zimbabwe où l’Armée veut assainir l’entourage du Vieux, question en fait de l’éliminer pour de bon sans toucher à ses cheveux blancs, et surtout sans encourir une condamnation pour « Coup d’État ». Il suffisait d’y penser ! Même si leur cas n’a aucune similitude, Grace saura-t-elle être aussi intelligente qu’une de ses  homonymes, Graca Machel, Première dame mozambicaine devenue en un tournemain Graca…Mandela ? Autre forte personnalité, la veuve d’Arafat qui tint tête aux dignitaires palestiniens sur la question de l’héritage de son mari. Il est vrai qu’elle était chrétienne comme les femmes de Sadate, d’Abdou Diouf, ou d’Abdoulaye Wade.

TeigneusesIl faut reconnaître qu’en arrivant à l’étage du pouvoir, les femmes dévoilent une poigne qu’on ne leur soupçonnait pas, laissant à leurs maris le soin d’enfiler au besoin des gants de velours. De compagne effacée et muette, Madame peut se métamorphoser à l’instar d’Evita Perón, d’Imelda Marcos, ou d’Hillary Clinton. Et on ne parle pas de celles qui avaient déjà l’autorité en elles, bien apparente, et n’avaient plus à passer par une quelconque mue : Golda Meir, Indira Gandhi, Margaret Thatcher…

Des femmes à influence politique puissante : l’Argentine Evita Perón, la Philippine Imelda Marcos, et la Zimbabwéenne Grace Mugabe.

Il n’est pas toujours nécessaire de se rapprocher des sommets pour s’en rendre compte : voilà que nos rues se peuplent de jeunes femmes en treillis vert olive et bottes de saut. Pour le moment, elles règlent la circulation et savent être teigneuses en diable en collant des contraventions sans un battement de cil. En somme Messieurs les hommes, les temps et les donnes changent. Pour rester éveillés, fredonnez donc ce refrain de l’interprète attitré de Lemmy Caution au cinéma : « Les pépées font la loi, mon pote prend garde à toi ».

Rétro pêle-mêle

Les petits déjeuners de la Banque mondiale. Nous sommes en 2003, et la représentation de la Banque mondiale à Antananarivo effectue un véritable rebranding de sa politique de communication. Chaque troisième jeudi du mois aux premières heures est désormais réservé à la presse pour un brise-glace très couru par la profession : au programme, café au lait fumant ou thé, large éventail de viennoiseries, jus de fruit frais, et les principaux dossiers en cours concernant Madagascar. Seuls s’étonneront de cette nouvelle approche ceux qui ne connaissent pas toutes les qualités du représentant Hafez Ghanem, véritable maître-ès-données économiques et financières sur Madagascar, et de son « Mister Comm » Jocelyn Rafidinarivo alias Jean-Louis Rafidy, un homme de médias rompu aux arcanes financières de Bretton Woods pour avoir fait partie pendant quinze ans du Service économique de l’ambassade malgache à Washington.

Hafez Ghanem était le country director à Madagascar de la Banque mondiale, de 2000 à 2004.

Lors d’un rendez-vous consacrée à l’environnement et à la pauvreté, qui eut lieu au lendemain d’une grand’messe du document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP), la Banque leva le voile sur le troisième Programme environnemental (PE) qui soutient financièrement le Plan national d’action environnementale (PNAE), voulant visiblement en finir avec certaines idées réduisant l’environnement à un thème coûteux pour ateliers et séminaires. Chiffres à l’appui entre un pain au raisin et une boisson chaude, ces arguments furent démontés : les deux premières versions du PE permirent par exemple la constitution et l’entretien d’un réseau de quelque quarante aires protégées occupant 1,7 million d’hectares.Les aires protégées remplissent trois fonctions principales, à savoir :-la conservation d’une biodiversité exceptionnelle plaçant Madagascar dans le club très fermé des 18 pays à méga diversités,-le support de l’écotourisme,-la régulation du cycle hydrologique et la protection des zones de culture contre la sédimentation.Et à quand celle contre les pyromanes, doit-on s’impatienter du côté de l’Isalo ?

Lettres sans frontières

Francis BrunelIn  RAJASTHAN JAISSALMER

Un mirage au cœur du grand désert

L’historien raconte comment le prince Radjpoute Batthi, désireux de trouver un site invulnérable pour sa capitale, aboutit à cette fameuse montagne Tricouta. Il rencontra un ermite près d’une source et, selon la coutume, vint s’incliner devant lui. Le sage montra alors les rochers et la source, puis lui désigna un roc portant l’inscription suivante : « O Prince des Yadeovansi, viens sur cette terre et érige une citadelle triangulaire sur le sommet de cette montagne. Prince de la race des Yadavs, érige ici ta demeure ! » Et l’ermite ajouta : « La citadelle subira deux sacs mais elle tiendra ».L’imagination des Bhattis s’empara de cette prophétie et, en 1156, leur chef Jaïssal jeta les fondations de Jaïssalmer, « l’œil de Jaïssal », dont il fut le premier Rawal. Ils se réclamèrent du divin Krishna et de la race lunaire des Yadavs, les Chandravansis, ou « Fils de la lune ». Erigée sur les rochers du Tricouta, Jaïssalmer connut plusieurs sièges dont le plus dur fut celui d’Allaouddin en 1294 qui la fit mettre à sac. La place-forte du désert changea encore de mains. Les Rathores s’en emparèrent avant qu’elle ne retourna aux Batthis. Attaquée à plusieurs reprises par les Moghols, elle résista vaillamment et acquit une solide réputation d’inexpugnabilité.Placée sur la route des caravanes, de la soie, des épices et des fruits secs qui traversent le désert vers la mer, Jaïssalmer devint vite florissante, les marchants venant d’Égypte, d’Arabie,d’Irak et même d’Afrique y rencontraient ceux qui venaient de Perse ou d’Asie centrale. Ils troquaient leurs marchandises dans les caravansérails et faisaient leurs provisions avant de repartir non sans avoir payé les taxes et droits sur toutes leurs transactions, y compris celles avec les commerçants locaux, ce qui était une source considérable de revenus pour le trésor royal.Tout en se promenant, voici que surgit la demeure de Salim Singh. Elle étonne par ses étages et ses balcons superposés en encorbellements, sa façade de pierre jaune ciselée et son toit à coupole bleue. Ce fut la résidence d’une très riche et ancienne famille de marchands, les Mehtas, devenus ministres héréditaires des Rawals, en raison de leur immense puissance financière. L’histoire de Salim Singh est assez étrange : l’argent, l’intrigue, le faste, le poignard, le poison, et la passion de la puissance s’y entremêlent tour à tour. Devenu ministre  après l’accession du Rawal Moulrajt en 1762, il prit virtuellement le pouvoir, éliminant la quasi-totalité de la famille royale, avant de périr à son tour, empoisonné…

Textes : Tom Andriamanoro

Photos : L’Express de Madagascar – AFP

L'express de Madagascar253 partages

Présidentielle – Les eurodéputés insistent sur l’ouverture et la transparence

Le Parlement européen dresse un tableau sombre de la situation socio-politique et économique à Madagascar. Il recom­mande des élections crédibles pour soutenir une conjoncture politique qu’il estime toujours instable.

Cash. À s’en tenir aux échos des débats au sujet de Madagascar, durant la session du Parlement européen mercredi à Strasbourg, la conjoncture politique, sociale et économique à Madagascar reste sombre aux yeux des eurodéputés. Qu’une élection présidentielle en 2018, sans exclusions, libres, crédibles et transparentes seraient une manière d’éclaircir l’horizon de la Grande île.« Le Parlement européen appelle le gouvernement de Madagascar, le président Hery Rajaonarimampianina, et la Communauté internationale à garantir des élections présidentielles libres, démocratiques et transparentes en 2018 », indiquerait la résolution adoptée jeudi, dont la version intégrale n’est pas encore publiée. Elle sera remise à la Commis­sion de l’Union européenne (UE) et au gouvernement malgache, entre autres.Dans la proposition de résolution présentée en débat mercredi, l’entité législative « (…) invite la communauté internationale à adopter toutes les mesures utiles pour que les élections présidentielles de 2018 soient libres et régulières (…) invite l’UE à s’attacher à veiller à ce que les préparatifs des élections présidentielles prochaines n’excluent personne, soient transparents et soient acceptés par tous, notamment par des mesures de soutien de deux ans au cycle électoral ».À la lecture de la proposition de résolution qui fait une dizaine de pages, pour le Parlement européen, la présidentielle de 2018 aura pour enjeu l’apaisement. Il estime en effet que la conjoncture nationale est « toujours explosive », malgré le retour à l’ordre constitutionnel et la levée des restrictions internationales.

Intérêts Soulignant le fait qu’« aucune date précise n’est encore fixée » pour la présidentielle annoncée pour l’année prochaine, les eurodéputés égratignent également le souhait affirmé du chef de l’État pour une révision de la Constitution. La proposition de résolution présentée mercredi soutient que les vives contestations entrainées par cette initiative « risquent d’accroître les tensions dans un contexte politique déjà fragile ».Selon les explications d’un membre de la délégation de l’UE à Madagascar, l’inscription du débat sur la Grande île à l’ordre du jour de la session de cette semaine découle d’une initiative d’un groupe politique au sein de l’hémicycle européen. « Ils adoptent de temps en temps des résolutions en matière d’affaire étrangère », ajoute-t-il. La séance de mercredi à Strasbourg a porté l’intitulé : « Débats sur des cas de violation des droits de l’Homme, de la démocratie et de l’état de droit ».Durant les prises de parole, Dominique Bilde, bien qu’eurodéputée de l’extrême droite, a notamment plaidé pour une intensification de l’appui européen à la Grande île. Bien qu’elle souligne les lacunes en matière de démocratie à Madagascar, la parlementaire européenne soutient que « cela ne justifie pas d’acculer sa population dans la pauvreté (…) mes collègues ont justifié à juste titre les conséquences dramatiques du gel des financements européens de 2009-2014 ».À la lecture du document soumis au débat, les parlementaires ayant eu l’initiative ont préparé leur sujet. La version initiale de la résolution, qui aurait été adoptée jeudi, donne des détails indiquant qu’ils suivent de près le cas de Madagascar, comme au sujet de l’affaire Razaimamonjy, ou encore de l’épidémie de peste, les trafics de bois précieux et les investissements miniers. Les recommandations faites flirtent pourtant avec les limites de l’ingérence.Ce qu’a dénoncé Younous Omarjee, eurodéputé de gauche, originaire de la Réunion. « Sous couvert de résolution sur les droits de l’Homme, ce qui vous obsède dans la relation avec Madagascar, ce sont les intérêts des multinationales européennes », a-t-il asséné. Dans la Grande île, l’UE ces derniers temps a semblé afficher une retenue face aux affaires nationales. Reste à voir quel effet aura la résolution de Strasbourg sur les démarches de la délégation conduite par l’ambassadeur Antonio Sanchez-Benedito. Un dialogue politique entre les deux parties est justement annoncé incessamment.

Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza225 partages

Fifidianana 2018Atokisan’ny Alemana sy Frantsay i Dada

Araka ny efa nambarany nandritra ny fihaonan’ireo mpanao politika teny amin’ny Hotely Colbert dia tany Alemaina sy Frantsa Atoa Marc Ravalomanana tamin’ity herinandro ity ka nihaona tamin’ireo tompon’andraiki-panjakana avy amin’ireo firenena eoropeanina roa matanjaka ireo.

 

 Ankoatra ny fanatrehany ny fivorian’ny COP 23 tany Bonn Alemaina dia niresaka tamin’ny mpitondra Alemanna i Marc Ravalomanana izay tsy vahiny intsony moa any an-toerana satria mpiara-miasa azy efa hatry ny ela ny Alemana.Fifidianana no anton-dresaka tao,mbola tafaresaka tamin’ny delegasinonin’ny vondrona Eoropenina notarihan’Atoa Louis Michel ihany koa izy momba io fifidianana io ary ny alakamisy teo dia nandalo tany Paris – Frantsa ary niresaka tamin’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny Frantsay i Marc Ravalomananana. Politika sy fifidianana no tena nibahana tamin’ireo fihaonana telo ireo, satria ny Alemana sy Frantsay ary ny vondrona eoropeanina dia mpiara-miombon’antoko goavana amin’i Madagasikara amin’ny sehatra maro ary samy manampy antsika amin’ny fanatanterahana fifidianana madio sy mangarahara ary tsy misy fanilikilihana. Matetika midinika sy miresaka amin’ity filoha teo aloha ity ihany koa izy ireo. Mialoha ny nandaozany an’i Madagasikara dia efa namerimberina i Dadavalo fa tena ilaina ny fifampiresahana fa io ihany no hahafahana mikaroka vahaolana.Kandida amin’ny fifidianana filoham-pirenena izy ary efa manomana dieny izao ny paikadiny. Matoa milatsaka hofidiana dia manana fanantenana fa ho lany, anton’ny fifampiresahana dieny izao amin’ireo mpiara-miasa fa tsy eo amin’ny fitondrana vao hipenipenina tahaka izao ataon’ny fitondana HVM izao. Tapitra ihany ny 5 taona niasana fa tsy misy ny zavatra mivaingana satria mikatso ny famatsiam-bola fa ambiny no hany mba azo. Tsy iadian-kevitra intsony izao fa kandida manana ny maha izy azy Atoa Ravalomanana ary maro amin’ireo firenen-dehibe sy mpiara-miombon’antoka iraisam-pirenena no mahatoky azy. Izy hatreto no nahay nifehy sy nampandroso an’i Madagasikara nandritra ny 7 taona nitantanany ny firenena.

RTT

Tia Tanindranaza216 partages

Tsiambaratelon’ny Krizy 2009Hivoaka amin’izay …

Hanomboka hivoaka ary ho azon’ny rehetra jerena amin’izay ilay horonantsary fanadihadiana « Return of a President” ny 23 ka hatramin’ny 30 desambra ho avy izao.

 

Mitantara ny zava-nitranga sy nihatra tamin’Atoa Marc Ravalomanana taorian’ny fanonganam-panjakana 2009 izy, ny manodidina ireo fifampidinihana isan-karazany teo ambany fitantanan’ny SADC sy ny vondrona Afrikanina ary ny sehatra iraisam-pirenena nikaroham-bahaolana handaminana ny krizy Malagasy. Maro ny adihevitra amin’ny fomba nahatafaverina an’i Marc Ravalomanana teto Madagasikara, betsaka ny tombatombana saingy tsy misy mahafantatra izay tena zava-nitranga hatramin’izao aloha. Ao anatin’ity horonantsary fanadihadiana novokarin’i Lotte Mik Meyer ity no mety ahitana ny marina ary hivoahana tranga maro nosokajiana hoe tsiambaratelo tao anatin’ireny fifampidinihana sy fifampiraharahana ho famahana ny krizy ireny. Manana anjara toerana goavana eo amin’ny tontolo politika sy ny fiainam-pirenena amin’ny ankapobeny ity filoha teo aloha ity izay efa nanambara fa kandida amin’ny fifidianana 2018.Anisan’ireo mpanao politika manana ny mampiavaka azy i Marc Ravalomanana ary tena manitikitika ny olona tokoa ny zavatra ataony sy ny teknika ampiasainy. Samy miaiky ny rehetra fa olon’ny serasera izy. Raha paikady politika indray dia efa iaraha-mahita fa matanjaka izy fa na dia maro aza ny fanasoketana, fanosoram-potaka, fanenjehana sy fampitahorana miaro fandrahonana ho faty mihitsy aza tamin’ny 2009 sy nandritra ny fitondrana tetezamita 5 taona, dia io tafaverina an-tanindrazana io i Marc Ravalomanana ary vitany ny nanetsika indray ny antoko Tiako i Madagasikara noforoniny tamin’ny 2001. Antoko sokajiana ao anatin’ireo 3 matanjaka indrindra eto Madagasikara. Atomboka any ivelany ny fandefasana anaty efitrano fijerena sarimihetsika ny « Return of a President » manomboka ny 23 desambra izao ary ho amin’ny 2018 no halefa eto Madagasikara izy io.

RTT

L'express de Madagascar209 partages

Aéroport d’Ivato – Les douaniers découvrent 300g d’héroïne

Trois cents grammes d’héroïne ont été saisis par les douaniers à l’aéroport d’Ivato, hier. Un suspect africain a été arrêté.

Trafic de drogue. Les agents de la douane de l’aéroport d’Ivato ont découvert trois cents grammes d’héroïne, hier. La drogue, à destination de Hong Kong, a été dissimulée autour de six bobines de fil à coudre, enroulées dans des sacs en plastique. Ces rouleaux ont été mélangés avec des fils à bâtir multicolores et des fermetures blanches pour duper les receveurs du service des douanes.Les contrôleurs n’auraient pas réussi à mémoriser laquelle parmi les voitures express ayant successivement déchargé des ballots a transporté l’héroïne. « Le balluchon devait passer au scanner. L’appareil a ressorti trois couleurs, celle du fil, du support et du stupéfiant », a indiqué Haja Rakotoarimalala, receveur à la douane d’Ivato. La compagnie aérienne où le colis sera expédié n’a pas été encore désignée avant cette découverte. « Il fallait attendre leur regroupement et une lettre de transport aérien pour que ces bagages soient tous chargés », a précisé le même interlocuteur.Un Africain, épinglé dans cette affaire, s’est fait arrêter, hier, à Soarano. Sa nationalité reste inconnue à cause de secret de l’enquête, d’après les explications reçues.

Arrestation Agissant sur des renseignements et avec l’aide d’un partenaire privé, les douaniers ont réussi à localiser le point de vente où cet Africain a reçu le paquet. « Nous avons la certitude qu’il connaît bien celui qui l’a rendu chez lui. Comment se fait-il qu’un paquetage lettré made in China soit encore transité en Chine ? », a soulevé le receveur, Haja Rakoto­arimalala.Une enquête a été ouverte sur ce sujet en vue de pourchasser le baron de la drogue dans le pays. Les appareils engagés sont à présent en mesure de distinguer toute substance psychotrope qui passe au scanner.Il s’agit de la deuxième saisie, après celle en août, où cent grammes de cocaïne ont été déjoués, selon les informations recueillies. « L’enquête y afférente serait déjà parvenue au niveau du tribunal », a rappelé une source au sein de la division des douanes chargée des stupéfiants, à l’aéroport international d’Ivato.

Hajatiana Léonard

News Mada166 partages

Rina Ralay-Ranaivo : «Mon travail s’articule autour de la mémoire et du corps»

Rina Ralay-Ranaivo est un artiste visuel au parcours atypique. Pour lui, la photographie n’est pas sa première profession, c’est avant tout un plaisir, libérateur de création. Avide de nouveaux lieux à explorer et de sensations à exprimer, il met ici en lumière son cheminement en photos et notamment, sa participation à la 11e édition de la Biennale africaine de la photographie, au mois de décembre. Interview.

*Les Nouvelles : Qu’est-ce qui vous a amené vers la photographie ?

– Je ne me considère pas comme photographe même si j’ai produit quelques séries. Elles n’ont jamais été exposées d’ailleurs, du moins pour le moment, puisque ce sont des travaux en cours. Toutefois, je m’ intéresse beaucoup à la photographie. J’ai assuré le commissariat de quelques expositions dans le cadre de mon travail à l’IFM. J’ai beaucoup d’affinité avec l’image en général, qu’elle soit fixe ou mobile. Je prends beaucoup de plaisir à me pencher sur les projets photographiques, construire et déconstruire les narrations, les imaginaires et les files d’idées. Je serai sans doute photographe plus tard mais pour le moment je prends le temps nécessaire pour affirmer mon regard et engager les réflexions que cela suppose et demande.

*Vous êtes photographe mais aussi vidéaste.

– J’ai commencé par l’image mobile et ma manière de travailler se rapproche assez de celle de ceux qui manipulent et fabriquent de l’image : le cadrage, la lumière, le graphisme, les perspectives, etc. Je ne suis pas très en fort en technique puisque je n’ai suivi aucune formation dans ce sens, c’est un peu dommage, néanmoins, je sais reconnaitre les valeurs des images. J’apprends en faisant.

*Et votre cheminement artistique ?

– Mon travail est une forme de réflexions qui sont en perspective. Il y a des moments intenses et des moments plus calmes. Ce travail de production de sens s’articule essentiellement autour de la mémoire et du corps. Je m’intéresse tout particulièrement aux traces laissées dans la chair par les événements qu’elle a vécus ou dont elle a été témoin. Je considère ce travail sur les traces de la mémoire comme de nouveaux questionnements sur le rapport que nous entretenons avec notre propre existence et celui avec le monde. Ces traces sont intimement liées à notre mécanisme de pensées, à nos émotions et sentiments. Elles nous fabriquent en nous construisant et en nous déconstruisant à la fois.

*Quels sont vos prochains projets?

– Les Rencontres de Bamako est un événement artistique d’envergure. La sélection des artistes se joue à l’échelle du continent africain et de ses diasporas. 40 propositions artistiques ont été retenues dont mon installation MD370 qui est un regard personnel que je porte sur Madagascar. Du 2 décembre au 31 janvier 2018, les artistes, la presse et un important réseau, qui travaille dans la diffusion des créations artistiques contemporaines, se rencontreront à Bamako pendant une semaine pour des journées professionnelles intenses et enrichissantes. Dans un avenir assez proche, je participerai également à la prochaine édition de la biennale d’art contemporain organisée à Dakar, Dak’art.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara159 partages

Résolution du Parlement européen : La présidentielle de 2018 ne doit exclure personne

Marc Ravalomanana a mené d’intenses lobbyings en Europe.

Les pressions se multiplient pour que la prochaine élection présidentielle soit inclusive.

L’ancien président Marc Ravalomanana a réussi ses lobbyings auprès de l’Union auropéenne. En effet, au lendemain de sa rencontre à Bruxelles avec le député européen Louis Michel, le Parlement européen a sorti avant-hier une résolution accablante sur Madagascar. Cette résolution a été également influencée par les résultats des rencontres que le président national du TIM a eues avec des hauts responsables français au Quai d’Orsay (Paris) et allemands à Bonn en marge de la COP23. Sur les prochaines élections présidentielles, le Parlement européen invite l’Union européenne à veiller à ce que les préparatifs « n’excluent personne, soient transparents et soient acceptés par tous». Sur l’affaire Claudine Razaimamonjy, il invite le gouvernement malgache à « laisser la justice suivre son cours normal en toute indépendance ». La résolution souligne que « la politique ne doit pas s’immiscer dans la justice » et que « le Bianco doit être autorisé à mener librement ses enquêtes liées à la corruption». « Le principe de séparation des pouvoirs doit être strictement respecté. », insiste le Parlement européen.

Prédicateurs étrangers. Quant au code de la Communication dont l’application divise les professionnels de la presse, le Parlement européen demande au gouvernement d’une part de rétablir toutes les libertés individuelles et collectives ; et d’autre part d’« abroger les éléments restrictifs » de ce code. Par ailleurs, Bruxelles déplore le « regain d’activité des prédicateurs étrangers qui obligent les élèves à se convertir à une forme extrémistes de l’Islam ». L’affaire Antsakabary est aussi soulevée dans la résolution du Parlement européen. Ce dernier se dit « préoccupé par l’implication d’agents des forces de l’ordre dans des exécutions extrajudiciaires et demande qu’une enquête indépendante et impartiale soit menée sur l’incendie de cinq villages d’Antsakabary. »

Elections crédibles. Revenant sur les prochaines élections présidentielles, le Parlement européen réitère que « seuls le dialogue et le consensus entre tous les acteurs politiques sont susceptibles de garantir la tenue d’élections crédibles dans les délais prévus en 2018. » Il invite ainsi la communauté internationale à adopter toutes les mesures utiles pour que les élections préisdentielles de 2018 soient « libres et régulières ». La résolution du Parlement européen va faire bouger beaucoup de choses dans le processus électoral à Madagascar. Elle intervient d’ailleurs au moment où de nombreux partis politiques et des entités de la société civile contestent l’unilatéralisme du gouvernement dans l’élaboration du code électoral.

Recueillis par R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada106 partages

Tosika fihariana : tanterahan’ny Fid tokantrano 46 345 nahazo loharanom-bola maharitra

 250 000 ny olona hahazo tombontsoa mivantana amin’ny Tosika fihariana, izay tetikasan’ny fanjakana tanterahan’ny Fid ho an’ny faritra fito manerana ny Nosy. Tohana ahafahan’ny tokantrano manana loharanom-bola maharitra ny tanjona, ankoatra ny vatsin’Ankohonana na koa ny Asa avotra efa nisitrahan’izy ireo nanomboka ny taona 2015.

  

Nanomboka ny taona 2014 ny tetikasa Asa avotra sy Vatsin’ankohonana, samy tetikasan’ny fanjakana tanterahin’ny Fonds d’intervention pour le développement (Fid) ho fanampiana ny tokantrano marefo. 65 tapitrisa dolara ny vola natokan’ny banky iraisam-pirenena ho an’ny fanatanterahana ny asa izay hifarana ny volana febroary taona 2018 amin’ny tetikasa PURSAPS (Projet d’urgence pour la sécurité alimentaire et de la protection sociale).  « Ankoatra  ny tetikasa Asa avotra sy ny Vatsin’ankohonana, misy tohana iray fanampiny vaovao Tosika fihariana ho an’ireo tokantrano nisitraka ny tetikasa roa voalohany ihany. 46 000 ny tokantrano mpisitraka izany amin’ny faritra fito : Vakinankaratra, Sava, Matsiatra Ambony, Menabe, Amoron’i Mania, Bongolava ary Itasy. Omena lelavola 240 000 Ar ny isan-tokantrano hananganana tetikasa iray hitondra loharanom-bola ho azy », araka ny fanazavan’ny talen’ny tohana ara-bola ao amin’ny Fid, Rapanoelina  Mamisoa .

Notontosaina tamin’ity herinandro ity ny fizarana ny vola ho an’ny fokontany dimy ao amin’ny kaominina Vinaninkarena (Antsirabe II), faritra Vakinankaratra. 150 isam-pokontany (ahitana tokantrano 590) ny mpahazo tombontsoa ao Ankarinomby, Ambohipeno, Mahaimandry, Anjanamanjaka ary Fiakarandava.

Sambany nisy tetikasa miantefa mivantana amin’ny isan-tokantrano ho tohana amin’ny fanatsarana ny fari-piainany. « Tokony hahay hitantana ny tetikasa nosafidiny ny tsirairay hampivotra tokoa ny fianakaviany », hoy ny ben’ny Tanàna ao Vinaninkarena, Rasolofoniaina Stephanöel.

Ho an’ny distrikan’Antsirabe II misy ny kaominina Vinaninkarena, 5617 ny tokantrano nisitraka ny Tosika fihariana izay lelavola omena indray mandeha.

hiompy gana i bebe Razanamanana H.

Anisan’ny zokiolona mpisitraka ny Tosika fihariana Razanamanana Henriette renim-pianakaviana 66 taona, efa mananon-tena, monina ao amin’ny fokontany Ankarinomby. Efa nahazo tohana ara-bola amin’ny Asa avotra koa ny tenany nanomboka ny taona 2015 hatramin’izao. Mandray vola isaky ny roa volana toy ny mpiasa manatanteraka asa izy fa noho ny maha zokiolona tafiditra ao amin’ny vondron’olona marefo, mahazo ny vola mitovy amin’ny raisin’ny mpiasa miasa 45 andro isan-taona izy. Manan-janaka fito izy fa efa manam-bady avokoa. Tsy hanahirana ireo zanany dia mipetra-drery izy. Hanakaramaina mpiasa  anaovana fambolena ny vola azony isaky ny roa volana amin’ny Asa avotra satria efa osa izy ka tsy afaka manao asa mafy intsony. Entiny hividianana gana kosa ny vola 240 000 Ar amin’ny Tosika fihariana hanatevenana ny fivelomany. Mamboly vary an-tanety, tsaramaso Razanamanana ary hiitatra amin’ny fiompiana gana atsy ho atsy.

Hanitatra ny fiompiana izy mivady samy jamba

Mpivady samy jamba i  Voahangy Helina Lalatiana sy Rakotoelisoa Jacki, monina ao amin’ny fokontany Fiakarandava. Manan-janaka iray izy roa ary miezaka ny hahaleotena amin’ny fiainana andavanandro fa tsy miantehatra amin’ny olon-kafa. Efa nahazo tohana amin’ny Asa avotra izy ireo hividianana sakafo ao an-trano sy hanampiana ny fambolena sy fiompiana akoho fiveloman’izy ireo. Efa niofana amin’ny fiompiana kisoa izy ireo ka hividianana zana-kisoa ny lelavola vao azo amin’ny Tosika fihariana hanatevenana ny fidiram-bola. Atao sakafo ny vary sy ny katsaka ary ny tsaramaso fa amidy kosa ny legioma tsy lany. Samy nianatra namaky teny teny anivon’ny foibe manokana ao Antsirabe izy roa fa mbola nanohy teny amin’ny sekoly teknika momba ny fambolena sy fiompiana i Voahangy. Miasa be ny tanana sy ny sofina ary ny saina izay manampy azy ireo amin’ny andavanandrom-piainany. Mitokan-trano izy roa ary manampy azy ireo ihany ny iray tampo rehefa ilaina.

Reny mavitrika mpanara-maso Raherinaina Perline

Sady mpisitraka ny Tosika fihariana i Perline no voafidy ho reny mavitrika manara-maso ny tetikasan’ny olona 14 eo ambany fiahiany. Avy ao amin’ny fokontany Fiakarandava izy, ary nahazo tombontsoa avy amin’ny Asa avotra ihany koa. Manara-maso isan-kerinandro ny fizotry ny tetikasa fihariana ho an’ny tokantrano 14 hafa izy ary manao tatitra ny vokatra hitany. Nisafidy ny fiompiana akoho gasy ny tenany satria be mpitady eny amin’ny tsena anatiny. Saika fiompiana (akoho, kisoa, bitro) avokoa ny tetikasa ampiasan’ny tokantrano ny vola 240 000 Ar azo amin’ny Tosika fihariana. Nisy ny fiofanana momba ny fiompiana nomena ireo vonona hanao izany ary misy koa ny ONG manampy azy amin’ny fanaraha-maso amin’ny fivoaran’ny tetikasan’ny tsirairay. Rehefa misy ny olana omena laharana ahazoana torohevitra ny reny mavitrika.

Nanantontosa : Vonjy Andrianjaka                

Tia Tanindranaza80 partages

Seranam-piaramanidina IvatoIranianina 3 nosamborina

Miha mitombina hatrany ny ahiahin’ny maro ny maha zava-doza ny fisian’ny zotra Turkish Airlines mampitohy an’i Tiorkia sy i Madagasikara.

 

 Manomboka misesisesy mantsy ny fahatrarana andian’olona tsy mazava mitondra pasipaoro sandoka. Ny alakamisy teo, teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, teratany Iranianina 3 no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny “Service Central de la Police de l’Air et de la Frontière” na ny polisin’ny sisin-tany noho ny fampiasana pasipaoro sandoka. Tamin’ny fahatongavan’ny zotra fiaramanidina Turkish Airlines tokony ho tamin’ny 3 ora tolakandro no nandehanan’ireto olona telo ireto. Niala avy any Istanbul izy ireo raha ny fanazavana. Nandritry ny fisavana ireo olona nilahatra teo amin’ny trano fitaratra fanaovana fizahana no nahatsikaritra ny polisy tompon’andraikitra fa hafahafa ilay pasipaorona teratany Espaniola 3 ka notanana avy hatrany ireto farany. Fantatra fa pasipaoro hosoka milaza ho teratany espaniola ary tsy mbola nampiasaina sy tsy nisy fitombokase avy any amin’ny toerana nialany izy ireo. Nandritra ny fisavana ny entan’izy ireo dia nahitana pasipaoro Iranianina koa. Fantatra fa niala avy any Istanbul izy ireo ary nieritreritra ny ho any Espaina fa andalovana fotsiny ny eto Madagasikara. Mikasika ireo teratany pakistaney 12 nosamborina noho ny fivarotana finday sandoka kosa dia efa samy nasaina niantso ny fianakaviany avy izy ireo ka halefa mody any amin’ny taniny anio ihany ary tsy mahazo miverina eto Madagasikara intsony. Ny manahirana amin’ity resaka ity dia sokajian’ny sehatra iraisam-pirenena fa ahitana silamo mahery fihetsika mpanao asa fampihorohoroana any Iran sy Pakistan eto Madagasikara.

  

 J. Mirija

 

 

 

L'express de Madagascar70 partages

Aide budgétaire – 45 millions de dollars de la Banque mondiale

Le gouvernement a reçu une subvention de 45 millions de dollars de la Banque mondiale. Cette enveloppe servira à l’amélioration du climat des affaires et de l’accroissement fiscal. 

Un soutien de taille. La Banque mondiale vient d’accorder, hier, une subvention de 45 millions de dollars. Cette aide vise à soutenir les efforts du gouvernement à renforcer la stabilité des finances publiques et au développement des investissements. Depuis 2014, les autorités malgaches ont engagé une série de réformes pour améliorer le climat des affaires et d’investissement dans le pays. Ces programmes avaient déjà bénéficié d’une enveloppe de 65 millions de dollars, en novembre 2016.« Ce programme soutiendra l’engagement du gouvernement à augmenter la marge budgétaire pour les dépenses sur les secteurs sociaux et l’investissement public, tout en stimulant davantage la croissance tirée par le secteur privé », a déclaré Coralie Gevers, country manager de la Banque mondiale à Madagascar.En ce qui concerne, ainsi, la gestion des finances publiques, les efforts du gouvernement portent surtout sur l’amélioration des recettes fiscales, la réduction des subventions, ne profitant pas aux pauvres, et le renforcement des investissements publics. « Les subventions aux carburants ont été éliminées, les transferts à la Caisse des pensions ont été rationalisés et les recettes collectées augmentent », a constaté l’institution de Bretton Woods. Les réformes soutenues dans le cadre de ce programme de deux ans devraient augmenter les recettes fiscales de 0,6% du produit intérieur brut (PIB) et réduire les dépenses qui ne profitent pas aux pauvres de 0,8% du PIB.

Série de subventionsL’octroi de cette subvention budgétaire est le quatrième de ce genre depuis le retour de Madagascar à l’ordre constitutionnel. En 2014, la Banque mondiale a accordé un appui budgétaire d’un montant de 45 millions de dollars, financé par un crédit de l’Association internationale de développement (IDA). Dans l’objectif d’accompagner les efforts de consolidation du retour à l’ordre constitutionnel et fournir un soutien budgétaire au gouvernement afin d’améliorer l’efficacité et la transparence de la fourniture de services publics.En 2015, un crédit de 55 millions de dollars était accordé par la Banque au gouvernement pour un appui budgétaire destiné à la résilience, dans le but de soutenir le ministère des Finances et du Budget dans ses efforts vers l’efficience et l’efficacité de la gestion des finances publiques. Un moyen d’aider le pays à se reprendre en main. Et l’année dernière, une enveloppe de 65 millions de dollars était débloquée pour l’amélioration du climat des affaires et de l’accroissement fiscal.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara70 partages

Lalatiana Ravololomanana-CUA : Le bras de fer continue

La réplique de la conseillère municipale Lalatiana Ravololomanana aux propos du deuxième adjoint au maire de la CUA Julien Andriamorasata ne s’est pas fait attendre. Elle a tenu ainsi une conférence de presse, hier, en son domicile à Ivandry pour donner son point de vue. Elle a répondu point par point aux déclarations du deuxième adjoint. En outre, elle n’a pas manqué non plus de parler du manque de transparence dans la gestion de la ville des Mille. 18 points ont été ainsi soulevés. Citons, entre autres, Easy-Park, la régularisation des permis de construire, les marchés municipaux, les parkings relevant de la CUA, les tickets et les quittances auprès des différents arrondissements, la liste du patrimoine de la commune urbaine d’Antananarivo, les missions à l’extérieur au nom de la CUA et l’OMAVET. Décidément le bras de fer entre Lalatiana Ravololomanana et la CUA est loin de se terminer.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate49 partages

Madagasikara FSAM: Mazava ny tetika sy tanjon’i Jimmy Rakotofiringa

ETO NY VIDÉO MAHAZENDANA

Sandy, Solo, Yachine sy Teddy ary ny mpisolovavany (farany an-kavia eo amin'ny sary). Tsy fantatra intsony hoe voapanga nanao inona kanefa dia «audit»n'ny kaontin'ny FSAM tarihin'ingahy Jimmy Rakotofiringa no nangatahin-dry zareo ireo. «Audit» izay tsy misy tohiny mihitsy hatramin'ny androany fa modiana tsy resahina mihitsy. Volan'ny FIA («Fédération Internationale de l'Automobile» ) amina arivo euros anie no tsy fantatra ny nampiasana azy e!

Ny zoma 15 Novambra 2017 dia nisy ny atao hoe «Tribunal d’appel sportif» na TAS (Jereo «La Gazette de la Grande île» tamin’io 15 Novambra io ihany, fa amin’ny teny frantsay). Izany hoe tribonaly mba ahafahan’ireo mpikambana ao amin’ny Federasiona Malagasy momban’ny Spaoro Aotomobilina (FSAM) miaro tena raha toa ka misy tranga ampangaina azy.

Io tribonaly io dia azon’ny be sy ny maro natrehina ary natao tao amin’ny foiben’ny FSAM ao Analakely. Fa tsy nisy fampilazana velively avy amin’ingahy Jimmy Rakotofiringa sy ny ekipany na ho an’ny olon-tsotra na ho an’ny mpikambana ary indrindra indrindra na ho an’ny mpanao gazety mpanome sy mpampita vaovao.

Ny marina dia vao natsangana tamin’ny 21 Oktobra 2017 io TAS io no ny «hamehana» («urgence»). Izany hoe noravan’ingahy Jimmy ilay tribonaly natsangana tamin’ny 25 Jolay 2015 izay tokony hiasa hatramin’ny faran’ity taona 2017 ity. Efa tsy ara-dalàna izany fa izany angaha ny hoe manam-pahefana eto Madagasikara: manao izay tiany atao…

Io ilay mpisolovava tena mahay mianjaika sady mahay miteny frantsay be... Tsy tazana ny tarehiny araky ny faniriany...

Tokony hisy mpitsara telo io TAS io: ny filoha sy mpanampy maharitra roa («titulaires») na farafaratsiny mpanampy mpisolo toerana tsy maharitra roa («suppléants»). Ilay filoha ihany nefa no tonga tamin’io 15 novambra 2017 io, nifanatrika tamin-dry Sandy, Solo, Yachine sy Teddy -ireo «voampanga» hiaro tena- ary ny mpisolovavany. Nangataka tsy ho alaina sary ingahy filohan’ny TAS satria tonga tao ny ekipan’ny madagate.org naka sary, feo ary vidéo. Ny mpisolovavan’ny FSAM koa tonga tao, ary niangavy ihany koa tsy alaina sary ilay rangahy tena mihaja fiakanjo be («élégant»). Nohajaina izany «fangatahana» izany, na dia tsy tany amin’ny tribonaly ao Anosy akory no niseho io TAS io ary azon’ny be sy ny maro natrehina.

Tsy nisy nanakana ahy kosa hijery sary ao amin’ny facebook. Ka dia i Lanto Andrianantenaina Rajaonarison avy ao amin’ny SRK (Serana Racing Kart) kay io filoha toa tsy mahalala mihitsy ny tena anton’ity TAS ity, fa dia niala tsiny ny tsy fahatongavan’ireo mpanampy roa no nataony avy hatrany. Inona moa fa nivadika toa seho an-tsehatra mampihomehy («théâtre comique») mihitsy ilay raharaha! Nefa anie hoe «hamehana» e! Ireo efatra «nampangaina» aza, 15 andro mialoha dia nanaterana fiantsoana vao maraim-be tany an-tranon’ny tsirairay amin’izy ireo. Nilaza ary ingahy Lanto fa tsy afaka manapaka n’inona n’inona irery izy. Kanefa dia afaka manapaka irery ihany fa hahemotra ho amin’ny 18 Desambra 2017 io TAS io. Izay, hono, ny anton’ilay TAS tamin’io andro io: hampilaza izany fanemorana izany. Ka aiza ho aiza amin’izany aloha ny fanajana zon’olombelona («respect des droits de l’homme») sy ny zo ananan’ny tsirairay miaro tena («droit à la défense»)? Satria na dia bonaika be aza ny fijery an’ingahy Lanto ivelany dia tsy norarahiny mihitsy ny fangatahan’izy efatra mianadahy ny fanalana vonjy maika («suspension provisoire») ilay fampilazana fanesorana ny fahazoany mandray anjara amin’ny fifaninanana («Notification de retrait à titre préventif de licence») tamin’ny 18 May 2017. Tsy afaka manapaka izany irery, hono, ingahy Lanto.

Niangaviana ary izy hiantso tamina telefaonina na ireo «titulaires» na ireo «suppléants» mba ho avy na amin’ny firy na amin’ny firy, fa tsy nety izy. Dia nijanona tamin’ny hoe: aminy 18 Desambra 2017 indray ity TAS ity. F’inona marina ny tena antony? Mazava ny an’ingahy Jimmy. Tena ataony taona fotsy («année blanche») ity taona ity ho an’izy efatra mianadahy. Satria tokoa mbola misy fifaninanana roa ny mamarana ny taom-pilalaovana 2017 («saison 2017») izay tafiditra ao amin’ny fifaninanana ho tompon-dakan’i Madagasikara. Dia ny «Run» karakarain’ny AMA, ny 2 sy 3 Desambra ary ny «Slalom» karakarain’ny ACCT, ny 9 sy 10 Desambra 2017.

Inona marina anefa ny mahatonga izao sarimihetsika ataon’ingahy Jimmy Rakotofiringa izao? Tsotra ho an’ny rehetra fa sarotra ho azy izay fatra tsy manara-dalàna: nangataka ny fanamarinana («audit») ny kaontim-bolan’ny FSAM izay misy telo be izao ry Sandy, Solo, Yachine sy Teddy. Fanasaziana ny setrin’izany kanefa mandrak’ity ny androany mbola tsy mety vita foana izany «audit» izany. Nisy ny « Cabinet d’audit Apex » nanao izany. Kanefa dia nilaza fa tsy afaka manohy satria tsy misy mihitsy tarehimarika manaporofo ara-drariny fa madio ireo kaonty ireo («impossibilité de mettre en œuvre les procédures nécessaires pour obtenir l’assurance raisonnable qu’il n’existe pas d’inexactitudes ou d’anomalies importantes»), ary dia nasain’ny tribonaly ao Anosy, najanona. Zavatra hafa no nandraisan’ingahy Jimmy izany fa avelao ho any izany fa azy ny azy…

Ny tsikaritra aloha dia vola euros amin’ny arivony, avy any amin’ny FIA («Fédération internationale de l’automobile») izay manampy be dia be ara-bola sy fitaovana ary fiofanana ny FSAM, no tsy fantatra izay nalehany. Ary tsy afaka manome fanazavana tena mazava ingahy Jimmy fa tonga dia sazy ihany, sazy hatrany. Izao indray dia mandany fotoana nefa ny atao rehetra tsy misy mitombona fa vao mainka aza manaratsy ny fomba fitantanany. Jereo fotsiny ny tranga tetsy Mahamasina tafiditra tamin’ny RIM faha-38 («Rallye international de Madagascar» izay tsy nisy vahiny na ny iray aza): mbola tsy nisy mihitsy izany hoe valina «rallye» ka tsy mivoaka eo no eo, fa mbola miatrika… tribonaly dia ny TAS ihany. Ka hatramin’ny oviana ingahy Jimmy le Chinois no hiodinkodina eo satria ny fotoana anie tsy mamafa velively ny heloka vita e! Sao dia tsy ho zaka atsy ho atsy izany enta-mavesatra izany leiroa a! Marina moa.

Jeannot Ramambazafy – Nivoaka tao amin’ny gazety «La Gazette de la Grande île», Sabotsy 18 Novambra 2017

L'express de Madagascar29 partages

Sept morts et deux portés disparus

Une pirogue naufragée à Anosibe An’ala, dans la région d’Alaotra Mangoro, mercredi matin, vers 8 heures, a fait sept morts. Deux individus sont toujours portés disparus, tandis que cinq autres s’en sont sortis indemnes, selon le constat de la gendarmerie. La pirogue a sombré dans le fleuve de Ranomainty.

Midi Madagasikara21 partages

Elections au CSM : Trois réclamations reçues par la commission électorale

La commission électorale au sein du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) a reçu trois réclamations relatives à la dernière élection des nouveaux membres dudit conseil. D’après notre source, l’irrecevabilité de la candidature de certains magistrats élus au sein de cet organe en constitue l’ossature. Selon l’article 23 de l’arrêté n°18624/2017 du 8 Août 2017 fixant l’organisation de l’élection des membres magistrats du Conseil Supérieur de la Magistrature pour le mandat 2017 – 2020, « dans un délai de dix jours après la clôture du scrutin » (soit hier à compter de la date du 7 novembre dernier), les magistrats électeurs et les candidats eux-mêmes sont autorisés à déposer auprès du Secrétariat permanent du CSM « toute réclamation et contestation portant sur l’irrégularité du déroulement de la campagne électorale et du scrutin en général aux fins de saisine de la commission électorale ».

Contradictions. L’article 6 du même arrêté précise les critères d’éligibilité des magistrats candidats. Il y est prévu, entre autres, que le candidat doit accomplir « huit années de service effectif au sein de la magistrature » pour être éligible au sein du CSM. Mais une autre source nous révèle que certains des élus n’ont pas encore réuni ces huit années mais sont éligibles et élus. Et pourtant, selon l’article 21 du même arrêté, la sélection des candidats éligibles relève de la compétence de la commission électorale laquelle « dispose d’un droit d’appréciation souveraine quant aux suites à donner à ces réclamations et contestations », comme le prévoit l’article 23, alinéa 3. Si ces réclamations trouvent leur fondement, c’est-à-dire que certains de ces magistrats candidats n’ont pas rempli ces huit années, la commission électorale ne devait pas valider leur candidature. Dans le cas où cette hypothèse sera prouvée, le non-respect des dispositions légales et réglementaires par les hommes et femmes de loi remet en question l’Etat de droit chantonné par ces magistrats. Dans une certaine mesure, cela accentue voire favorise les agissements illégaux des dirigeants qui sont loin d’être tolérables. En tout cas, les résultats officiels de l’élection devront être publiés au plus tard ce mardi 21 novembre.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune18 partages

Encore 209 milliards d’Ariary pour la Jirama

La loi de finances est votée à l’Assemblée Nationale, on connait maintenant les détails des subventions qui seront allouées aux sociétés d’Etat. Et en tête de liste reste la société Jirama qui sera subventionnée à hauteur de 209 milliards d’Ariary pour l’année 2018. C’est en tout cas la prévision de la loi de finances initiale. L’année dernière, la loi de finances avait prévu près de 300 milliards d’Ariary en début d’année pour la Jirama, une somme qui finalement a presque atteint les 500 milliards après rectification. Les explications du ministre des Finances de l’époque, Gervais Rakotoarimanana, soulignait que cette augmentation des subventions de la Jirama était du à la période de sècheresse et au tarissement des cours d’eaux. Alors que la principale production de la Jirama dépend de l’énergie hydroélectrique. Malgré cette diminution plus ou moins conséquente, l’on s’interroge toujours sur l’assainissement des comptes de la Jirama, qui d’ailleurs est une condition sine qua non de l’octroi de la FEC ou Facilité Élargie de Crédit. D’autres raisons ont été évoquées par les responsables de l’exécutif pour justifier la situation de la Jirama, notamment en ce qui concerne les vols d’électricité, quid de l’Administration publique qui ne paye pas ses factures. Aucune action concrète n’est menée jusqu’ici dans ce sens malgré des annonces de mesures de la part du Premier ministre lui-même. La loi de finances de 2018 précise également qu’aucune subvention ne sera plus allouée à la société Air Madagascar à partir de l’année prochaine.

Au cours de cette année, plusieurs ateliers et discussions ont proposé comme alternative l’exploitation des énergies renouvelables à Madagascar, ainsi que la mise en valeur des potentiels internes du pays. Plusieurs spécialistes ont avancé que la transition énergétique serait inévitable à Madagascar et est d’ailleurs déjà mis en œuvre dans les milieux ruraux. Dernièrement, le président de la République s’est lui aussi attelé à l’inauguration de centrales électriques dont la dernière qui fournira 60 mégawatts avec le fuel lourd. Le plus gros des dépenses de la Jirama étant dans l’achat de gas-oil pour faire fonctionner les centrales dans la Grande ile, et dont le ravitaillement dans les régions éloignées est une vraie problématique, l’utilisation des ressources disponibles sur place ne serait pas de trop.

Midi Madagasikara16 partages

Participation de Madagascar à la COP 23 : Uu accord pour la protection des requins signé

La ministre de l’Environnement Johanita Ndahimananjara signant le memorandum d’accord MOU.

La COP 23 est un évènement marquant pour Madagascar qui a été représenté par la ministre de l’Environnement, de l’écologie et des Forêts, Johanita Ndahimananjara.

La participation de Madagascar à la COP 23 a été une opportunité pour la Grande-Île d’étendre son horizon. Des évènements signifiants ont en effet marqué cet évènement d’ampleur international. Notamment, la signature d’un accord sur la protection des requins qui sont actuellement victimes de chasses sauvages et de braconnages. En effet, Madagascar est un important figure parmis la liste des aires de répartition de nombreuses espèces de requins répertoriés dans la CMS ou Conseravtion for Migratory Shark ou Convention pour les Requins Migrateurs ainsi que dans l’annexe du protocole d’accord MOU. Ce qui augmente le nombre de pays signataires du mémorandum d’accord MOU à 47.

Raffermissement. Outre ce fait marquant, la COP 23 a également permis à la représentante de Madagascar, la ministre de l’Environnement Johanita Ndahimananjara de rencontrer le Président de la République Fédéral d’Allemagne, Franck Steinmeir. Une rencontre qui a abouti sur la promesse des coopérations entre les deux parties sur l’économie verte, l’économie bleue. Des projets qui entrent dans le cadre de la projection de la célébration des 135es anniversaires de la coopération entre les deux pays qui est prévue pour l’année prochaine (2018). Fait également partie de la liste des faits qui ont marqué la COP 23, l’exposition intitulée “Tontolo andro ho an’i Madagasikara”. Durant laquelle, les actions menées par Madagascar pour faire face aux changements climatiques ont été brillamment été exposées. L’exposition a également été suivie de conférence-débat mais aussi de partage de bonnes pratiques avec les membres des pays Africains présents à la conférence. Par ailleurs, la ministre de l’Environnement malgache a également pu présider la réunion des ministres francophones. Ce qui a permis la signature d’une convention entre les pays francophones et la BAD ou Banque Africaine de Développement.

Recueillis par José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara15 partages

Aéroport Ivato : Trois Iraniens arrêtés avec des faux passeports

Jeudi 16 novembre, le Service central de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) a arrêté trois Iraniens à l’Aéroport international Ivato. Ces individus sont poursuivis pour avoir utilisé des faux passeports afin de s’introduire dans le territoire malgache. Ce jour-là, ils ont débarqué à l’aéroport d’Ivato par le vol de la compagnie Turkies Airlines vers 15 heures. En provenance d’Istanbul, les suspects comptent rejoindre l’Espagne. La police les ont arrêtés alors qu’ils faisaient la queue devant le guichet d’enregistrement. La police a constaté que les passeports espagnols qu’ils portaient sont des faux. La fouille de leurs bagages a permis de trouvé des passeports iraniens. L’arrestation de ces étrangers permet de dire que ces étrangers pensent qu’à Madagascar, les frontières sont des passoires. Et, la ligne Turkies Airlines n’est pas du tout sécurisée.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara13 partages

Affaire Soanierana-Ivongo : Rossy défendu par les bas-quartiers

Les représentants des différentes associations des bas-quartiers ont apporté leur soutien à Rossy.

Les associations des bas-quartiers revendiquent des excuses en public du député Tody Arnaud. Ce dernier est également désavoué par le maire de Soanierana-Ivongo qui déplore le manque à gagner de sa commune dû aux agissements du député de ladite localité.

L’affaire Soanierana Ivongo qui a opposé les deux députés Paul Bert Rahasimanana dit Rossy et Tody Arnaud est loin d’être réglée. En effet, des associations des bas-quartiers de la Capitale ont élevé la voix. Il s’agit, entre autres, de Bemiranga, Zamami, VAM et Favori. Ces derniers revendiquent notamment à ce que le député de Soanierana Ivongo fasse des excuses en public pour les propos qu’il a tenus à l’endroit du roi du Tapolaka. Ils condamnent également l’agression portée à l’encontre de l’artiste. Autrement dit, Rossy est défendu par les bas-quartiers.

Spectacle. Par ailleurs, après l’annulation du spectacle de Rossy samedi dernier dans ladite localité, le député du IVe arrondissement a porté plainte pour coups et blessures contre le député de Soanierana Ivongo au tribunal administratif de Toamasina. Le verdict est tombé mercredi dernier donnant gain de cause au député Paul Bert Rahasimanana, selon le maire de Soanierana Ivongo. Rossy pourrait ainsi donner un spectacle dans ce chef-lieu de district s’il le veut. Le maire a également clamé haut et fort que Rossy a eu bel et bien obtenu une autorisation pour tenir un spectacle au stade dans ce chef-lieu de district. Faut-il cependant rappeler que les deux parlementaires ont été élus sous les couleurs du Mapar. Mais par la suite, le député de Soanierana Ivongo a choisi de rallier le camp du parti présidentiel.

Moyens. Toujours est-il que ces associations sont dans la plupart des cas le porte-parole des bas-quartiers. A l’approche de la présidentielle de 2018, le poids des voix des électeurs dans ces « Faritra iva » n’est pas négligeable. D’ailleurs, lors des différentes élections qui se sont déroulées dans le pays, les partis politiques ont déployé tous les moyens possibles pour avoir les voix des gens des bas-quartiers.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara11 partages

Conférence des évêques : Haro sur la démagogie et la corruption

S’inspirant de la vie spirituelle de Lucien Botovasoa, la Conférence des évêques catholiques de Madagascar dénonce, pour la énième fois, les maux qui gangrènent actuellement la société malgache. « On assiste dans le pays à une politique basée sur les mensonges et la démagogie politique. On ne sert plus le peuple. La corruption de haut niveau et la recherche indirecte de fortune règnent. L’argent et le pouvoir dictent tout. La compétence et la sagesse ne sont plus nécessaires pour développer la Nation. L’anarchie règne dans le foncier. Des terres ancestrales sont vendues à des étrangers. », déplorent les dirigeants catholiques. En tout cas, la Conférence des évêques de Madagascar ne rate aucune occasion pour tirer la sonnette d’alarme sur la réalité que vit la majorité du peuple malgache.

Recueillis par R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Douanes Ivato : Saisie de 300g de drogue dure sous forme de bobine

De nouveau, il est prouvé que Madagascar sert de plaque tournante pour les narcotrafiquants. Hier, le service des douanes à l’aéroport international Ivato a saisi près de 300 grammes de drogue dure lors du contrôle avant embarquement. Ce produit narcotique a été découvert dans un colis à destination de Hong-Kong lors de son passage devant le scanner de contrôle. Présentant ce résultat à la presse, le douanier Haja Rakotoarimalala souligne que l’existence de cette drogue dans ce colis a été détéctée grâce à la collaboration avec une entreprise œuvrant dans les livraisons expresses de colis. Déclaré comme étant des fournitures de couture, ce colis qui a été déposé par le propriétaire auprès du centre de collecte de cette entreprise à Soarano , le dit-colis a suicité le soupçon des agents chargés de le livrer auprès des Douanes. Ces agents ont raison si l’on ne parle que de la destination de ce colis. On sait que Hong-Kong est un pays bien connu en matière de textile. Passé au scanner, le paquet a présenté quelque chose de suspect. Procédant à la fouille physique, les douaniers ont découvert dix bobines de fil à coudre dont six contiennent chacune près de 50 g de pâte de drogue mais non pas de fil. Puisque le propriétaire reste encore à rechercher, les enquêteurs des douanes d’Ivato ont tout de suite arrêté l’agent qui a reçu le colis à Soarano. Il s’agit d’un ressortissant africain, précise Haja Rakotoarimanana. Cependant, sa nationalité n’a pas été mentionnée. Il est à noter que le nom de cette drogue (Cocaïne ou héroïne) n’est pas encore défini.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Affaire Lylison – Riana Andriamandavy : Lylyette René de Roland dénonce un deux poids deux mesures

La sœur du Colonel Lylison, Lylyette René de Roland dénonce un deux poids deux mesures face à l’inégalité de traitement entre le dossier judiciaire impliquant son frère-Sénateur et celui du Sénateur HVM, Riana Andriamandavy VII. « Comment se fait-il que six mois après la plainte déposée par le Syndicat des Magistrats de Madagascar, le sénateur Riana Andriamandavy VII n’est pas inquiété et jouit toujours de ses droits ? », se demande la députée élue à Befandriana Nord. Et de rappeler au passage la rapidité de la procédure de condamnation du sénateur MAPAR Lylison René de Roland. Une condamnation considérée par sa sœur comme une poursuite politique à l’encontre d’un élu MAPAR. Lors d’une audience organisée en catimini, ou enfin presque, l’ancien Directeur de la Force d’Intervention Spéciale a été condamné par contumace à une peine d’un an de prison ferme pour avoir lancé un appel à la ville morte à l’endroit de la population tananarivienne le 26 mai 2016. Depuis, Lylison René de Roland reste introuvable. Hier, sa sœur a réitéré que ses proches ne savent pas où il se trouve.

Antsakabary. Pour sa part, le Vice-président du Sénat Riana Andriamandavy VII jouit toujours de ses droits et avantages au Sénat. Et ce, bien malgré les plaintes déposées à son encontre pour diffamation, menace de mort par SMS et violences et voie de fait. La députée Lylyette René de Roland s’est demandé hier pourquoi l’élu HVM reste en liberté malgré les violences perpétrées au siège du Bianco à Ambohibao. Face à cette inégalité flagrante de traitement entre deux élus du peuple, les proches du sénateur Lylison interpelle le gouvernement et le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana -garant de l’application de la loi- à prendre leurs responsabilités. Selon ses dires, jusqu’ici, toutes les démarches effectuées auprès des autorités n’ont rien donné. La députée de Mananara Nord interpelle également les autorités à propos de l’affaire Antsakabary. Pour l’heure, les responsables de l’incendie de 400 maisons d’habitation dans ce village ne sont pas non plus inquiétés.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Entreprenariat et emploi : Saholimalala Ravalitera, gagnante du concours de l’UIEE

Montrer aux jeunes Malgaches qu’ils peuvent vivre de leur passion et en faire leur métier. Tel est l’objectif de l’UIEE (Unité d’incubation entrepreneuriale et emploi), dans l’organisation du concours photo « Ma passion, Mon avenir ». Une cinquantaine de photos ont été soumis à ce concours. Sept d’entre elles ont été sélectionnées pour être soumises au vote public sur la page facebook de l’UIEE. Mercredi dernier, Saholimalala Ravalitera, a été proclamée lauréate du trophée et bénéficie d’un shooting avec un photographe professionnel. D’après les organisateurs, les trois premiers du concours suivront une formation en photographie, donnée par le collectif Sar’nao. Les sept finalistes ont également bénéficié d’une formation en business model. « Notre rôle est d’instaurer un mécanisme efficace d’employabilité à Madagascar et dans ses 22 régions. Pour cela, nous promouvons la création d’emplois, la sensibilisation et l’apprentissage en entrepreneuriat en faveur de la population vulnérable ayant du mal à s’intégrer dans le monde du travail, ou qui sont en situation d’emplois informels. En bref, nous travaillons pour l’amélioration de l’employabilité, de l’entrepreneuriat et de la productivité », ont déclaré les représentants de l’UIEE.

Antsa R.                                                                             

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info9 partages

FJKM Peniela Fitiavana spectacle de louange de ses 5 Sections: Remerciements - Fisaorana

Cette année les 5 sections de l'église FJKM Fitiavana ont co-organisé un spectacle de louange animé par le groupe God Swing à la Maison du Temps Libre Place de l'Europe à Roissy en Brie (77) samedi 18 novembre.
A cette occasion son Pasteur Jean D'Elnivo Emmanuel, le bureau des 5 sections, les fidèles de la FJKM Peniela Fitavana adresse ses remerciements à tous ceux qui sont venus à cet événement:
" 1 Kor 14/12: " Raha fatrampaniry ny zavam-panahy dia izay hampandroso ny Fiangonana no tadiavo indrindra"
Misaotra an'Andriamanitra lehibe izahay fa tontosa soamantsara omaly ny rindran-kira izay nokarakarainay firaisan'ny Sampana 5 : sekoly alahady, Stk, Dorkasy, Slk, Safif.
Misaotra sy mankasitraka indrindra anareo raiamandreny mpitandrina mivady, ny biraon'ny fiangonana, ny fiangonana koa zahay tamin'ny vavaka sy t@ nanohanareo anay omaly , sy t@ ezaka valopy sy barquettes izay natao hatr'izay.
Hita fa tsy nikely soroka tokoa ianareo ka nanao arak'izay tratra ho fanehoana ny Voninahitr'Andriamanitra.
Mankasitraka indrindra ry havana fa ny Tompo anie hanonitra ireny rehetra ireny.
Nasehontsika ny fiombonana sy firaisana ary irariana ny hitohizan’izany hatrany.
Mbola hisy moa ny fandraisana commande laoka androany ho @ alahady heriny.( barquette ravitoto sy henakisoa sy barquette hen’omby ritra)
‘’Fa Andriamanitra tsy mba tsy marina hanadino ny asanareo sy ny fitiavana izay nasehonareo ho voninahitry ny Anarany,…’’ Heb.6.10
Dera sy Laza dia hatao ho Voninahitr’Andriamanitra irery ihany izany rehetra izany, ary hanomezany Fitahiana antsika zanany rehetra.
Amin’ny anaran’ ny firaisan'ny sampana 5"
Midi Madagasikara8 partages

Ramtane Lamamra : Un haut représentant africain en mission à Madagascar

La République de Madagascar recevra le haut représentant de l’Union Africaine, Ramtane Lamamra, les 20, 21, 22 et 23 novembre prochains. Généralement, la conjoncture politique du pays sera le principal objet de sa mission. Cette dernière n’étant autre que la conséquence de la décision du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine, à l’issue de sa 545e réunion qui s’est tenue le 21 septembre 2015. A titre de rappel, l’Union Africaine a – d’une part – félicité les efforts conjugués par les autorités malgaches au niveau de la concrétisation de la Feuille de route, laquelle a abouti aux élections, en 2013, du président de la République et des députés. D’autre part, cette décision datant de 2015 recommande, en l’occurrence, au niveau du point 6 que « Madagascar continue de faire face à de nombreux défis politiques, notamment ceux liés aux relations entre l’institution parlementaire et le pouvoir exécutif, ainsi qu’en témoignent notamment l’adoption par l’Assemblée nationale, le 26 mai 2015, d’une motion visant à la déchéance du Président de la République et le dépôt subséquent d’une résolution de mise en accusation que la Haute Cour constitutionnelle (HCC) a rejetée le 12 juin 2015 ».

Stabilité. Deux ans après, le pays vit dans le même embarras car la déchéance du bureau permanent de l’Assemblée Nationale serait en gestation. D’ailleurs, les menaces de motion de censure ou de déchéance reviennent à chaque session parlementaire. Sans parler de la mauvaise qualité des représentants, des grandes lois importantes telles que la loi de finances votées en un clin d’œil, des voitures 4×4 qui doivent être à la portée des représentants lors des sessions et la liste est loin d’être exhaustive. Mais outre ce point 6, le point 7 en dit long. « Le Conseil exhorte les acteurs politiques malgaches à faire preuve de l’engagement politique nécessaire en vue de consolider les avancées enregistrées et de surmonter les défis auxquels leur pays est confronté. À cet égard, et prenant note de la décision de la HCC du 12 juin 2015, le Conseil encourage les acteurs malgaches à s’accorder rapidement sur la signature d’un Mémorandum visant à promouvoir la stabilité nécessaire au relèvement socio-économique de Madagascar et au renforcement de ses institutions démocratiques », lit-on dans la résolution. Un mémorandum de stabilité resté lettre morte. Quoiqu’il en soit, on a appris que Ramtane Lamamra rencontrera les dirigeants, les politiciens et les membres de la société civile durant sa mission.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Orange Madagascar7 partages

L'Africa Game Show 2017 en live streaming de Casablanca

L'Africa Game Show ouvre ses portes ce 18 novembre à Casablanca, avec plusieurs pays du continent en lice. L'Africa Game Show regroupe des jeux tels que Counter-Strike : Global Offensive, League of Legends et Rainbow Six Siege sur PC, Pro Evolution Soccer 2018, FIFA 2018, King of Fighters XVI et Street Fighter V sur PS4, Clash Royale, Clash of Clans, Hearthstone et Asphalt sur Mobile.

Madagascar est représenté dans 3 catégories : Street Fighter V : Ranto Manoro Ratsimialavahoaka alias MakaAsphalt 8 : Mamitiana Michel RakotoarisonPES 17 : Ony Michael Rabarison

Le live streaming est à suivre ici

 

L'express de Madagascar7 partages

Run – East Coast Drag – Le duel Vazaha-Jaona reprend à Toamasina

Vazaha et Jaona, en catégorie Prorun, reprennent les hostilités ce dimanche à Toa­masina. Avantage au pilote de l’Evo IX, avec déjà quatre victoires cette saison.

Le championnat de Mada­gascar de run voitures sur 400 mètres reprend ses droits, ce dimanche. Comme l’an passé, la ville de Toamasina accueillera la course du mois d’octobre, dénommée East Coast Drag Racing. L’occasion de suivre une nouvelle fois le duel entre Jean de Dieu Rafano­mezantsoa alias Vazaha (Subaru Impreza ou Mitsubishi Lancer Evo IX), et Jaona « Elite » Randriari­malala (Smart Dragster).Depuis le coup d’envoi de la saison, les deux hommes se livrent une bataille acharnée. Lors de la première manche, le 2 avril à Arivonimamo, Vazaha a remporté le premier round. Le 30 avril, toujours à Arivonimamo, Jaona a pris sa revanche. Le 28 mai, encore une fois à la Batac, Vazaha a repris la main. Depuis, il a rajouté deux au­tres succès à son compteur, ce qui lui en fait quatre jusqu’à aujourd’hui.En face, la Smart de Jaona a rencontré des ennuis mécaniques lors des deux dernières courses en date. Avec quatre victoires en cinq manches disputées, Vazaha devrait probablement garder le titre de champion cette année.

Fred vs JimIl reste encore deux échéances au calendrier, dont celle de ce dimanche sur la piste de Betainomby. Et malgré la situation, Jaona ne baissera certainement pas les bras. Dos au mur, il se doit de réagir. L’hypothèse de les voir s’affronter une nouvelle fois en finale est fort envisageable, une probable finale entre les deux meilleurs coureurs du plateau pour le plus grand bonheur du public tamatavien. Enfin, si la Smart retrouve sa fiabilité, ce qui lui a fait défaut dernièrement.Du côté de la catégorie Run, tout peut encore arriver. Fred Andriamaharo (Volkswagen Coccinelle) et Jim Andrianonenana (Volkswagen Golf) sont au coude-à-coude avec deux victoires chacun. On s’attend également à une éventuelle finale entre les deux pilotes. Dans la catégorie des voitures équipées de moteurs atmosphériques, les machines allemandes font la loi depuis des années. Et leur domination n’est pas prête de se terminer, à l’allure où vont les choses.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara7 partages

Fanerena hanome vola : Zandary roa amperinasa nidoboka am-ponja

Nivaona tanteraka tamin’ny andraikitra nandrasana taminy sy ny iraka nampanaovina azy ireto zandary roa lahy. Noteren’izy ireo hanome vola azy mitentina 700.000 ariary ny olona iray izay nolazain’izy ireo mpivarotra omby halatra. Nentim-patahorana satria nolazaina fa hosamborina avy hatrany raha vao tsy misy an’izany, dia lasa namorona ny tsy misy. Vola mitentina 400.000 ariary no voaangon’ilay olona dia io aloha no nomena ireo mpitandro ny filaminana. Tany Morafenobe no nitrangan’izany saingy vetivety dia tonga taty an-drenivohitra ny tatitra rehefa nametraka fitoriana ilay olona nangalàna vola. Tsy fantatr’ireo olon-dratsy hatreo ny fisian’izany. Rehefa nandeha ny andro dia mbola niverina nitaky ny ambim-bola nifanarahana izy ireo. Tsy hita tao amin’ilay toerana ilay olona ary ireo zandary kosa dia nampanantsoina tany amin’ny kaompaniany ary nanokafana fanadihadiana. Ny alakamisy teo izy ireo no natolotra ny fampanoavana ka nidoboka am-ponja vonjimaika noho ny fanaparam-pahefana mba hanerena olona hanome vola. Miendrika fandraisana andraikitra lehibe ny tranga toa izao satria dia afaka aloha izany ny kiantranoantrano tamin’ity indray mitoraka ity. Manamarina izany ny fidirana am-ponja vonjimaika nahazo azy roa lahy. Tsara jerena akaiky kosa ny momba ny olona nitory sy ny fiarovana azy satria matetika dia ny fatahorana valifaty no matetika miteraka bahana sy tsy faharisihana ho an’ny olona izay manam-pahavonona ny hitory ny mpitandro ny filaminana nania. Dia misy ny misafidy minia mikipy na koa mandoa izay ilainy mba tsy hananana olana. Endrika firaisana tsikombakomba anefa izany fanekena tsy aminkitsi-po izany.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate5 partages

Madagasikara. Lainga, kobaka am-bava, kolikoly avo lenta... ny misy eto, hoy ny Eveka

“Ny marina no haha olona afaka anareo” (Jn 8, 32)

Hafatra ho antsika kristianina katolika sy ireo tsara sitrapo rehetra

« Homba antsika mianakavy anie ny fahasoavana amam-piadanana avy amin’i Jesoa Kristy Tompontsika!».

Hafaliana ho anay Eveka ny manambara amin’ny fomba ofisialy eto fa amin’ny Alahady 15 Avril 2018 no hanambarana an’i Ramose Lucien Botovasoa ho Olontsambatra any Vohipeno, Diosezin’i Farafangana. Manasa antsika Malagasy tsy vakivolo hiara-hisaotra an’Andriamanitra noho izany fahasoavana lehibe atolony antsika izany.

Amin’izao ankatoky ny fankalazana ny haha-olontsambatra azy izao àry dia aoka samy hibanjina ireo aim-pahasoavana tsy manam-paharoa, tafitan’ity zoky olon-tsambatra ity satria ny kabary manidina fa ny soratra mipetraka ary ny teny manaitra fa ny atao mahasarika. Tamin’ny taona 1908 izy no teraka, ary maty martiry tamin’ny 17 avrily 1947, teo amin’ny faha-39 taonany, mbola tanora tokoa. Nisy ireo misionera maro nampita ny finoana fa hafa kely ny tantaran’i Lucien Botovasoa. Lafim-piainany vitsy no horaisintsika manokana eto :

1. Finoana mari-pototra, tsy azo hozongozonina ny an’i Ramose Lucien Botovasoa.

« Ny zavatra rehetra atao ho voninanitr’Andriamanitra » ( Tout faire pour mieux glorifier Dieu ». (Ad Majorem Dei Gloriam). Io no teny faneva nanorina mafy ny finoany. Tao no nanentana azy hahalala sy ho tia an’i Jesoa Kristy amin’ny fony tokoa. « Niova ianao Ramose » hoy ireo mpiara-miasa taminy satria nampifanarahany tanteraka tamin’ny fiainan’i Jesoa ny fiainany manontolo : Mivavaka, miaina ny fitiavana lavorary araka ny Evanjely. Miaina ny marina. Nahay nifandray tamin’ireo mompera sy masera ary tamin’ireo mpiara-mivavaka taminy na katolika na tsia. Isan’andro aorian’ny lakilasy izy dia namaky ny Tantaran’ny Olomasina amin’ireo mpianatra nazoto namonjy izany. Namola-tena tamin’ny zavatra maro izy: fifadia-kanina, fitondrana akanjo malailay, manao sapile tsy ankijanona eny andalana noho ny fitiavany manokana an’i Masina Maria, naharitra nibanjina ny Sakramenta Masina isan’andro, ary mampianatra katesizy..... Ny finoana ho azy dia fanamasinam-piainana. Hilazana amintsika fa Lehilahy tia Vavaka i Lucien Botovasoa. Lehilahy tia ny marina. Izany no tsy nampatahotra azy nanolo-tena ho martiry.

Aiza ho aiza re ny halalin’ny finoantsika kristiana ankehitriny? Tsy miha marefo ve tratry ny fitsapana goavana miseho andavanadro? Ny mahagaga dia efa nifanaraka tsara amin’ny voalazan’ny Papa Fransoa ny finoan’i Botovasoa : “ Ny tena finoana ny Zanak’ Andriamanitra tonga nofo dia tsy afa-misaraka amin’ny fahafoizan-tena, amin’ny firotsahana ho isan’ny ankohonan’ny mpino, amin’ny asa fanompoana, ary amin’ny famitranam-pihavanana amin’ny maha nofo aman-drà ny hafa. Ny Zanak’ Andriamanitra tonga nofo no mitaona antsika hanova fenitra eo amin’ny fomba fanehoam-pitiavana.” (Hafalian’ny Evanjely n° 88)

2. Tao amin’ny Fianakaviany

Raim-pianakaviana nanolo-tena tanteraka ho an’ny vady aman-janany. Tsy maintsy mody ao an-trano izy isan'andro isan’ndro na lavitra aza ny “tournée” ataony. Eo am-pisakafoana dia izy no manome aina ny dinidinika hahazoana hafaliana. Ho fiombonany amin’ny fijalian’i Kristy, mifady hanina izy isaky ny alarobia sy zoma, hany ka, amin’ireo andro ireo, matetika izy no mizara amin’ireo zanany izay anjara sakafo tokony hohaniny.

Ny fampianaram-pinoana sy ny fivavahana dia tsy latsa-danja tao aminy. Mandritra ny andro, na alina koa aza, dia maro ny fotoana ivavahany. Noho ny ezaka nataony, ireo ray aman-dreniny sy ny iray tampo aminy dia vita batemy sy mariazy avokoa, hany ka nisy lasa mpamorona eglizy mihitsy aza taty aoriana. Ireo zanany dia nobeaziny tanteraka mba ho modely ho an’ireo ankizy namany fa indrindra any an-tsekoly. Nampianariny azy ireo ny fahalalam-pomba sy ny fahaizana manaja olona.

Tsy navelany ho resin’ny tahotra ity vadiny sy ireo zanany dimy mianadahy nanoloana ny fanenjehana ny mpivavaka. Rehefa nandalo fotoan-tsarotra mavaivay i Madagasikara tamin’ny 1947, teo amin’ny fanenjehana ireo misionera sy kristianina, dia hoy i Lucien tamin’izy ireo: “na inon-kidona na inon-kihatra, aoka ianareo tsy hiala amin’Andriamanitra”.

Aiza ho aiza ny fifanabezana ao amin’ny fianakaviana misy antsika ankehitriny? Ny fifankatiavan’ny Ray sy ny Reny manoloana ny zanaka? Tsy zara ve fa mifankahita ny mpianakavy anatin’ny herinandro? Hoy ny Papa Fransoa: “ Ny amin’ny fianakaviana, dia azo lazaina fa zava-doza ny hoe rohim-pihavanana mihalefy, satria ny fianakaviana no singa fototra iorenan’ny fiaraha-monina : ao no ianarana miara-miaina, na dia eo aza ny fahasamihafana, ary koa ianarana mahafoy tena ho an’ny hafa ; ao ny ray aman-dreny no mampita ny finoana amin’ny zanany. Mahazo vahana tsikelikely ny fiheverana fa ny fanambadiana dia fomba fanehoam-pitiavana fotsiny ihany, ka azo aorina amin’izay fomba itiavana azy, ary mety ovàna arakaraka ny fihetsehampon’ny tsirairay. Saingy ny fandraisana anjaran’ny fanambadiana, tsy azony ihodivirana, eo amin’ny fiaraha-monina, dia mihoatra ny hoe fihetsehampo fotsiny, na ny hoe zavatra ilain’ny mpivady amin’ny fotoana voafetra fotsiny.”(Hafalian’ny Evanjely n° 66). Ampirisihina isika handala mandrakariva ny hasin’ny fianakaviana.

3. I Ramose Botovasoa sy ny Fiaraha-monina

Mikorosy fahana tanteraka ny fiainantsika Malagasy ankehitriny. Mbola mahazo tatitra maro mampihoronkoditra izahay : noho ny fikorontanan’ny toe-tany sy ny toetrandro, noho ny hai-tany mafibe, noho ny fitiavan-tena sy ny politikan’ny samy maka ho azy dia mbola mahazo vahana be dia be ny fahantrana. Ny tsy fandriam-pahalemana efa mampandry tsy lavoloha ny maro ka mampitombo ny tebiteby marain-tsy hariva. Ny fifandraisan’ny samy mpiara-belona feno tsy fifampitokisana. Mihanaka any amin’ny seha-piainana manontolo ny kolikoly ary ny vidim-piainana tsy mitsaha mitombo.Tena mahazo toerana faratampony ny fitiavan-tena sy ny fanompoana ny VOLA. Vokatr’izany, tsy misy hasiny ny aina fa tahaka ny mamono akoho ny mamono olona. Maty ny MARINA eto Madagasikara

Inona àry ny ataontsika (Lk 3, 10)? Nitady toko isika ka sendra vato. Ny fiainan’i Ramose Lucien Botovasoa dia toro-làlana mazava hanampy handray andraikitra. Ny  fahaizany maneho ny fahatsorany no nahamamy hoditra azy teo amin’ny mpiara-monina. Nahiran-tsaina izy, ka rehefa nahavita ny fianarany dia nampianatra tao Vohipeno. Tokana ny tanjona nokendreny tamin’izany : ny  hampivoatra ny tanànany amin’ny lafiny rehetra.

Lehilahy Marina izy. Tsy nifikitra tamin’ny Vola sy ny haren’ny tany. Moa ve tsy i Md François tany Assise ny fihetsiny?  Na dia hoy aza ny vadiny taminy indray andro : “tsy aleo ve ianao manam-pahaizana be io mba miditra ho “comptable” dia mahazo vola be dia be, ka tonga miadana isika, tsy sahirana toy izao?” Namaly izany am-pahatsorana ny Ramose Lucien: “ Na dia manam-bola mahafeno ity trano ity aza isika, dia tsy hanan-karena toy izao ananantsika izao tsy akory, harena tsy mety ho voan’ny harafesina!”

4. Tao amin’ny fampianarana sy ny fanabezana

Ny fahaizany tenim-pirenana maro toy ny frantsay, anglisy, latina, sorabe…… dia nampisokatra azy tamin’ny olon-drehetra, ka nantsoin’ny olona izy noho izany hanoro hevitra amin’ny zavatra maro. Nisongadina tamin’izany ny fampihavanana ireo tanàna roa nanana olam-pifandraisana. Tsy nisalasala izy nifampidinika tamin’ireo ampanjaka sy ray aman-dreny mba hahitana vahaolana. Noho ny fitiavany ireo tanora izay babon’ny alim- pandihizana sy dihy mamoafady dia sahy niteny tsy mihambahamba izy nanoro lalana mazava ho azy ireo.

Firifiry moa ireo tanora mivaona amin’ny zava-maha-domelina sy fitondrantena ratsy ary ny heritsetra nefa jerentsika fotsiny? Tato ho ato, ny fanabeazana dia mody hasohasoina, kanjo havarina ambany dia ambany ka tsy ny fitondran-tena mendrika intsony no ampitaina fa ny fanafody tsy mampiteraka sy ny fanalalahana ny fanalan-jaza no hatao filamatra.

Ry tanora ô, mila olona tia vavaka sy tia mampianatra ny namana tahaka an’ i Lucien Botovasoa izao vaninandrotsika izao. Mila apostoly mirotsaka an’asa : mampianatra katesizy, miandraikitra fikambanana masina, mandray anjara amin’ny asam-baomiera samihafa, ary indrindra malala-tànana amin’ny famelomana ny Eglizy misedra ihany koa ny fahantrana miaraka amin’ny vahoaka. Aoka ho taranaka Mpanorina tahaka an’i Lucien Botovasoa ianareo fa tsy ho taranaka mpandrava laka. Hoy indrindra ny Papa François : Mahafinaritra aok’izany ny mahita tanora mirotsaka ho « mpivahiny masin’ny finoana », faly mitondra an’i Jesoa eny amin’ny lalam-be rehetra, eny amin’ny kianja rehetra, manerana ny vazantany efatra ! (Hafalian’ny Evanjely n°106).

5. Politikan’ny fanasoavana ny tanindrazana amin’ny fikatsahana ny soa iombonana ny an’i Ramose Botovasoa

Ny fahaizany sy ny fahendreny àry dia nahatsapàna fa lehilahy tia sy mahafoy tena ho an’ny tanindrazana izy. Tsy nanaiky hatao ho mpitarika ny PADESM na hiaraka amin’ny MDRM satria tsy mifanaraka amin’ny kosiansiny izany : “miaina amin’ny lainga ny politikanareo ka ho rà no hiafarany” hoy izy tamin’izy ireo. Na izany aza tena nirotsaka amin’ny fikatsahana mandrakariva izay hampandroso ny faritra izy. Noho io fomba fijeriny io dia nanenjika azy ireo manam-pahefana tamin’izay ka nifofo ny ainy mihitsy, hamono azy ho faty. Dia hoy indray izy tamin’izy ireo: “ Fantatro fa hamono ahy ianareo ka tsy afaka manda aho; raha ny aiko no hahavotra ny olo-maro, aza misalasala ny hamono ahy ianareo. Ny angatahiko aminareo dia ny rahalahiko tsy ho kasihina”.

Ny zava-misy eto amintsika amin’izao dia: Ny politika mifototra amin’ny lainga sy ny kobaka am-bava no mibaribary hitam-bahoaka. Tsy misy fanompoana fa fitadiavan-karena ankolaka no manjaka; kolikoly avo lenta. Ny vola sy ny fahefana no mibaiko. Tsy ny fahaizana sy ny fahendrena intsony no entina mampandroso ny Firenena. Tsy voafehy intsony momba ny fananan-tany hany ka marobe ny tany nolovaina tamin’ny razana no very na amidy amin’ireo vahiny avy any ivelany mihitsy aza. Tonga miady, mifampitory, mifamono ny mpianakavy.

Amin’izao androntsika izao, mbola hisy ve Malagasy (39 taona) sahy hijoro ho vavalombelon’ny marina na dia hamoizana ny aina aza izany, ho fitiavana ity tanindrazana malalantsika ity? Ho tonga ity ny fifidianana, hiharihary amin’ny fampieleza-kevitra indray ve ny fampanantenana poak’aty, ny fampifandrafesana ny sokajin’olona samihafa, ny fanaparitahana vola hamitahana olona? Tsarovy fa “Ny teny manaitra fa ny atao no mahasarika”. Tadidio fa i Botovasoa dia maty martiry noho ny fiarovana ny marina sy ny fitiavana namana. Hoy Izy :  “Enga anie ny rako latsaka amin’ny tany, ho fanavotana ny Tanindrazako”.

Ry Havana, antso avo ho antsika taranaka ankehitriny ny fiainan’i Ramose Lucien Botovasoa. Manainga antsika hanavotra ity Tanindrazana malalantsika ity hiaina ny marina ka  hahatonga ao aminy ny fihavanana sy ny fiadanana. Enga anie ny oha-piainana navelany sy vavaka ataony ho fanilo tsy maty vonoina ao ampontsika. Ankinintsika manokana an’i Masina Maria Mpanjakavavin’i Madagasikara ny ezaka rehetra ataontsika.

Mitsodrano anareo rehetra izahay

Antananarivo, anio 15 novambra 2017.

Fetin’ i Md Albert le Grand, Eveka, Mpampianatry ny Eglizy

Mgr Désiré TSARAHAZANA, Arsevekan’i Toamasina, Filohan’ny Fivondronamben’ny Eveka eto Madagasikara

Mgr Marie Fabien RAHARILAMBONIAINA, Evekan’i Morondava, Filoha lefitra

Mgr Jean Claude RANDRIANARISOA, Evekan’i Miarinarivo, Sekretera Jeneraly

Mgr Benjamin Marc RAMAROSON, Arsevekan’Antsiranana,

Mgr Odon Marie Arsène RAZANAKOLONA, Arsevekan’Antananarivo,

Mgr Filgence RABEMAHAFALY, Arsevekan’i Fianarantsoa,

Mgr Fulgence RABEONY, Arsevekan’i Toliary

Mgr Georges Varkey PUTHIYAKULANGARA, Evekan’i Port-Bergé

Mgr Rosario VELLA, Evekan’Ambanja

Mgr Roger Victor RAKOTONDRAJAO, Evekan’i Mahajanga

Mgr Jean de Dieu RAOELISON, Evekan’Ambatondrazaka

Mgr Gaetano DI PIERRO, Evekan’i Moramanga

Mgr Marcellin RANDRIAMAMONJY, Evekan’i Fenoarivo Atsinanana

Mgr Philippe RANAIVOMANANA, Evekan’Antsirabe

Mgr Gustavo Bombin ESPINO, Evekan’i Maintirano

Mgr Fidelis RAKOTONARIVO, Evekan’Ambositra

Mgr José Alfredo Caires DE NOBREGA, Evekan’i Mananjary, Administrateur Apostolique-n’i Farafangana

Mgr Fulgence RAZAKARIVONY, Evekan’Ihosy

Mgr Vincent RAKOTOZAFY, Evekan’i Tolagnaro

Mgr Zygmunt ROBASZKIEWICZ, Evekan’i Morombe

Mgr Michel MALO, Archevêque Emérite d’Antsiranana

Mgr Philibert RANDRIAMBOLOLONA, Archevêque Emérite de Fianarantsoa

Mgr Raymond RAZAKARIVONY, Evêque Emérite de Miarinarivo

Mgr Antonio SCOPELLITI, Evêque Emérite d’Ambatondrazaka

Mgr Joseph Donald Léo PELLETIER, Évêque Émérite de Morondava

Mgr Armand TOASY, Evêque Emérite de Port-Bergé

RP Jean Claude RAKOTOARISOA, Administrateur diocésain-de Tsiroanomandidy

Midi Madagasikara5 partages

CCRF : Une stratégie pour identifier les parcelles occupées

La Cellule de Coordination des Réformes Foncières (CCRF) a réuni dernièrement tous les acteurs concernés au secteur foncier dans le cadre d’un atelier qui a été organisé au Cénacle des sœurs à Amparibe. « L’objectif consiste à discuter sur la stratégie de mise en œuvre d’un inventaire foncier. Il s’agit notamment de l’identification d’une parcelle par parcelle occupée ou non dans une circonscription déterminée. Trois à quatre communes dans des districts différents seront choisies pour effectuer une expérimentation à compter de février ou mars 2018 », a annoncé Tiana Razafindrakotohary, responsable de conception de ce projet au sein de la CCRF, lors d’une conférence de presse.

Régularisation. A cet effet, une équipe de techniciens mènera une enquête sur le terrain pour recenser de façon participative et contradictoire les présumés ayant-droits. « Les résultats seront ensuite recoupés à la délimitation réelle des parcelles titrées, cadastrées et à aires à statuts spécifiques et avec les informations inscrites dans les livres fonciers et les matrices cadastrales », a-t-il poursuivi. En outre, les critères de sélection des communes faisant l’objet d’une expérimentation ont été évoqués lors de cet atelier de réflexion sur la stratégie de mise en œuvre d’un inventaire foncier. On peut citer, entre autres, leur accessibilité, leur potentialité agricole, leur forte occupation de terrains et la bonne volonté des autorités communales à s’impliquer dans le développement local. « L’objectif consiste à identifier la légitimité ou non des occupants des parcelles en vue de leur régularisation. Ce qui permettra également de déterminer les zones réservées aux investisseurs ou les zones touristiques dans une commune. En fait, on ne peut mettre en œuvre des projets de développement sans la réalisation d’un inventaire foncier », a conclu Tiana Razafindrakotohary.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada4 partages

Fivondronamben’ny eveka : « Politika… lainga sy kobaka am-bava ny eto izao »

« Ny zava-misy eto amintsika amin’izao, politika mifototra amin’ny lainga sy ny kobaka am-bava no mibaribary hitam-bahoaka. Tsy misy fanompoana fa fitadiavan-karena ankolaka no manjaka. Kolikoly avo lenta. Ny vola sy ny fahefana no mpibaiko. Tsy ny fahaizana sy ny fahendrena intsony no enti-mampandroso ny firenena. »

Izay ny hafatry ny Fivondronamben’ny eveka eto Madagasikara, taorian’ny fivorian’ny ara-potoana faharoa ny 8-16 novambra lasa teo. Tsy voafehy intsony ny momba ny fananan-tany. Hany ka marobe ny tany nolovaina tamin’ny razana no very na amidy amin’ireo vahiny aza. Tonga miady, mifampitory, mifamono ny mpianakavy.

Ho avy ny fifidianana, hiharihary amin’ny fampielezan-kevitra indray ve ny fampanantenana poakaty, ny fampifandrafesana ny sokajin’olona samihafa, ny fanaparitahana vola hamitahana olona? « Tsarovy fa ny teny manaitra, fa ny atao no mahatarika », hoy ny hafatra.

Mikororosy fahana ny fiainan’ny Malagasy

Mikororosy fahana tanteraka ny fiainantsika Malagasy ankehitriny. Mbola mahazo tatitra maro mampihoron-koditra ireo eveka noho ny fitiavan-tena sy ny politikan’ny samy maka ho azy, mbola mahazo vahana be ny fahantrana. Mampitombo tebiteby ny maro ny tsy fandriampahalemana.

Feno tsy fifampitokisana ny fifandraisan’ny samy mpiara-belona. Mihanaka amin’ny seha-piainana manontolo ny kolikoly. Tsy mitsaha-mitombo ny vidim-piainana. Tena mahazo toerana faratampony ny fitiavan-tena sy ny fanompoana ny vola.

Vokatr’izany, tsy misy hasiny ny aina. Maty ny marina raha eto Madagasikara. Inona àry no hataontsika? Torolalana mazava ny fiainan-dRamose Botovasoa Lucien amin’ny fandraisana andraikitra.

Ohatra fakan-tahaka Ramose Botovasoa Lucien

 « Amin’izao androntsika izao, mbola hisy ve Malagasy 39 taona sahy hijoro ho vavolombelon’ny marina na hamoizana ny aina aza izany ho fitiavana ity tanindrazantsika ity? », hoy ny hafatra, nampahatsiahy ny maritiry Botovasoa Lucien.

Hambara ho olon-tsambatra any Vohipeno, diosezin’i Farafangana, ny alahady 15 avrily 2018, izy. Tsy miala amin’Andriamanitra izy na inon-kidona na inon-kihatra, maty maritiry noho ny fiarovana ny marina sy ny fitiavana ny namana. Manainga ny rehetra hiaina ny marina ny Fivondronamben’ny eveka.

R. Nd.

 

L'express de Madagascar4 partages

Un jeune roi sur le trône de Nosy Faly

En 1864, plus précisément vers le mois de juillet, François Pollen, aide-naturaliste au Musée royal d’histoire naturelle des Pays-Bas, débarque à Nosy Be qu’il qualifie de petite possession française. L’idée d’entreprendre un voyage scientifique à Mada­gascar lui vient deux ans plus tôt, Grande ile où il se propose d’étudier la faune et la flore et de rassembler des pièces de collection pour le Musée.D’après Y. G. Paillard, il ne part pas seul car il se fait accompagner d’un ami grand chasseur, Douwe Casparius Van Dam, à qui il apprend très vite la technique de naturalisation des animaux. Tous deux s’embarquent alors fin 1863, pour les Mascareignes avant de se diriger par la suite vers Mayotte et Nosy Be, iles placées  sous l’autorité de la France et qui, en fait, seront les bases de leurs expéditions à Madagascar.Toujours selon Y. G. Paillard, celles-ci donneront lieu à plusieurs publications, notamment les « Recherches sur la faune de Madagascar et de ses dépendances d’après les découvertes de François  P.L. Pollen et D.C. Van Dam », parues à Leyde de 1868 à 1877, « sous la double signature, mais rédigées par Pollen directement en français, langue qu’il pratique couramment ». Autre publication : les « Mémoires scientifiques de François Pollen, voyageur à Madagascar », éditées à Saint-Denis en 1866, et dédiées aux gouverneurs de La Réunion, J. Dupré, et de Maurice, Sir Henry Burkly.C’est dans ce fascicule qu’il relate le « pèlerinage d’un roi antankarana au tombeau de ses ancêtres ». Il le reprend également dans sa Relation du voyage insérée dans les Recherches. Y.G. Paillard les présente dans la Revue d’études historiques Omaly sy Anio de l’Univer­sité de Madagascar (année 1975).Alors qu’avec son ami Van Dam, François Pollen attend à Nosy Be un bateau « convenable » qui les transportera vers la Grande terre pour y commencer ses « excursions scientifiques », un habitant de l’ile, O’Neill, les invite  à une escapade à Nosy Faly, petite ile située non loin de Nosy Be, où il promet de les présenter au jeune roi. Après avoir franchi la passe de Tafondro « qui sépare la magnifique forêt de Lokobe du sol aride de l’ile de Nossi-Akomba » (Nosy Komba), écrit FrançoisPollen, ils entrent quelques heures plus tard dans le chenal situé entre Nosy Faly et la Grande terre. Aussitôt débarqués, ils sont reçus dans la demeure royale où ils sont présentés au roi Ndrivotsi.Quand ils se retirent, François Pollen raconte qu’il commence à s’intéresser à la dynastie royale, d’autant plus que, pour avoir sauvé la vie de Ndrivotsi en le guérissant d’un accès de fièvre, une amitié sincère est née entre eux. Le jeune roi descend de la famille royale des anciens souverains d’Ankarana. « Soumis au joug des Hova, le territoire devient la province boréale de leur grand empire». D’après certaines informations que le Hollandais recueille auprès de la population locale, son défunt père aurait été le véritable roi. D’autres sources affirmeraient que c’est Tsimiaro qui se serait emparé du gouvernement antankarana « pendant l’invasion des Hova sous leur redoutable guerrier, Radama Ier ».Poursuivant sa narration, François Pollen indique que, selon des documents du capitaine Guillain, Tsimiaro aurait eu des droits sur le trône en tant qu’ainé des fils de Tsialana, décédé en 1832. Mais face aux forces merina, il est obligé de se retirer « dans son fort naturel connu sous le nom de Trou de Tsimiaro ». Celui-ci se trouve dans une chaine de montagnes  sur la côte Nord-ouest de Madagascar, en face de Nosy Mitsio, mais il sera de nouveau forcé de l’abandonner à cause d’une trahison, et de se diriger vers Nosy Mitsio où de nombreux partisans le rejoignent et le proclament roi.« Une haine profonde contre les Hova l’engagea à s’allier  aux Français par l’aide desquels il espérait reconquérir le trône d’Ankarana. » Pour atteindre son but, il entreprend un voyage à La Réunion où les autorités le reçoivent comme un vrai roi. Au moment où il s’empare du trône d’Ankarana, le frère de son père, Tsimamindra, vient de mourir et c’est un autre frère, Tsimatahotri que plusieurs habitants élisent. Mais à son tour, celui-ci doit renoncer au trône de Nosy Faly, sous la pression du roi Tsimiaro, pour le laisser à son neveu, le plus jeune fils de Tsimamindra, François Xavier Andrianjalahy II dit Ndrivotsi, éduqué par les jésuites à la Ressource, à La Réunion.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Cassam Aly Ndandahizara

Midi Madagasikara4 partages

CUA-Taximen : Une rencontre prévue ce jour

La suite des efforts menés pour améliorer le transport public urbain dans la capitale. C’est  par cette expression que le Directeur des transports auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo appuie la convocation des taximen de la capitale pour une réunion ce jour. “L’évènement sera une dernière occasion pour les deux parties d’apporter des amendements sur le cahier des charges de la société OMAVET”, a-t-il fait savoir lors d’une conférence de presse organisée à l’hôtel de ville mercredi 16 novembre dernier. Interviewé sur le nombre des taximen qui se sont ralliés à la commune urbaine d’Antananarivo sur l’affaire OMAVET, le directeur des transports auprès de la CUA a fait savoir que “ l’important réside dans le fait de nombreux taximen sont venus (et viennent) consulter la commune pour en savoir plus concernant l’affaire”. “ Ils proposent des solutions et des recommandations ” a-t-il ajouté. par ailleurs, la conférence de presse de mercredi dernier était également l’occasion pour la commune de faire des rappels à l’endroit des usagers de la route. Notamment, sur l’utilisation des stationnnements des taxis – qui leurs sont réservés – et la mise en place des plots de trottoir. “ Les efforts menés semblent porter leur fruit car les populations tananariviennes commencent à comprendre l’importance des plots ” a enchéri le directeur des transports auprès de la CUA.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada3 partages

‘Lay tsena b : «Le plus grand marché de la qualité»

Grande première à Madagascar ; «‘Lay Tsena B» ou «Le plus grand marché de la qualité» se tiendra les 8, 9 et 10 décembre prochains, au Village Voara Andohatapenaka. Il s’agit d’un évènement à la fois commercial et culturel, organisé par Infinity Groupe, en  étroite collaboration avec F1rst Evènementiel.

Comme le thème l’indique, avec plus de 300 stands, les organisateurs promettent de la qualité. Et par «Qualité», les organisateurs entendent satisfaction des consommateurs et durabilité du produit et/ou service et ce, depuis la production jusqu’à la distribution et la consommation. Aussi, parmi les critères de qualité figure «un prix concurrentiel», comme l’a expliqué Tsanta Ramilijaona, administrateur général d’Infinity Group. La finalité étant ainsi de promouvoir la culture qualité tout en voulant faire valoir le «Label kalitao Madagascar».

L’événement touche en ensemble des domaines multisectoriels (Services, banques, assurances, habillements, modes, décorations, mobilier, informatique, auto moto…). Des élections du meilleur produit et du meilleur service de l’année sont en effet organisées durant la manifestation. Les meilleurs produits et services seront ainsi notés à 50% par un jury composé d’experts en qualité des ministères et du secteur privé et à 50% par les consommateurs.

Une tombola permettra également aux visiteurs de gagner une voiture au choix.

Mahenina Randria

Madagate3 partages

Madagascar. Plus que 33 ans de pouvoir pour Hery vaovao alors? Gare au grain de sable

Voilà c’était écrit: le règne de Robert Mugabe s’est achevé. Mais Dieu lui a réservé un terme en douceur, vu ses 93 ans. Quoi que dise l’Occident, Robert Mugabe a été un vrai et authentique patriote qui a lutté pour défendre son pays les armes à la main. Mais en restituant les terres accaparés par les colons blancs durant plusieurs décennies, il est devenu la bête noire de la communauté dite internationale qui l’a surnommé «le despote mégalomaniaque».

“Ce n’est pas tous les jours que tu te réveilles à 4h15 du matin pour découvrir que l’armée a pris le contrôle de la télévision d’État pendant que tu dormais”? raconte un habitant dans The Zimbabwean, qui “prie pour la paix au Zimbabwe”.

Je connais son histoire par cœur, je connais les raisons de sa rancœur envers les Blancs (lire plus loin). Mais rester trop longtemps au pouvoir a son revers. Et si le pouvoir, déjà, corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument. En fait, le pouvoir de Mugabe reposait sur son armée. Mais c’est cette même armée qui l’a déposé en douceur, en le plaçant en résidence surveillée. Le comique de la situation est que même les Blancs n’osent pas parler de «coup d’état». Mais tous sont soulagés de ce retrait qui n’est pas inattendu du tout. Loin de là mais je n’entrerai pas dans les détails. Seuls les Zimbabwéens en connaissent les prémisses et les raisons. Pratiquement du jour au lendemain, Robert Mugabe est devenu un vieil homme démuni de tout pouvoir, qui va finir ses jours dans le confort, certes, mais dans l’isolement total. C’est mieux pour lui qui ne mourra donc pas de mort violente. Et Dieu seul sait pourquoi.

Le 2 juillet 2015, Hery Rajaonarimampianina est allé au Zimbabwe en catimini y raconter des bobards. Robert Mugabe était alors président en exercice de l'Union africaine (ICI)

A Madagascar, nous avons un apprenti Mugabe qui, lui, n’a jamais lutté pour son pays. Loin de là. Il est arrivé au pouvoir par un enchantement maléfique et il le quittera de la même manière. Pas celle de Robert Mugabe. Non. En 4 ans, Hery vaovao a fait plus de mal à son pays et à ses compatriotes que ses prédécesseurs réunis en un demi-siècle. Lui aussi compte sur son armée et l’argent qu’il vole aux Malgaches. En 2018, il compte se représenter pour un second mandat et compte (car c’est un expert comptable) même battre les 37 ans au pouvoir de Mugabe. Seulement voilà: Dieu lui a réservé une fin spéciale, inattendue mais extrêmement «amère» pour lui et pour ne pas dire plus.

La gestuelle universelle du parfait petit menteur

Pour l’instant, Hery Rajaonarimampianina ment comme il respire (vous voyez sa langue qui lèche ses lèvres, sa main qui essuie sa bouche sans mouchoir et ses tressautements de corps et de voix? Ce sont les signes du mensonge). Et, à présent, il corrompt tout ce qu’il touche et personne n’y peut rien sinon vouloir être calife à la place du calife pour faire exactement comme lui: s’enrichir à coups de pourcentage dans des contrats juteux (pour lui) mais qui risquent de faire disparaitre à jamais le «Fihavanana» et le «Fahendrena» malagasy. Et il ne cesse de se faire des ennemis au fil du temps. Derniers en dates, les parents d’élèves venus (ou non) au Coliseum d’Antsonjombe le 15 novembre 2017. En plus, il n’y avait même pas de Première Dame qui sera -est déjà- son talon d’Achille aussi, à même pas 60 ans…

Pourquoi les réactions, à Madagascar, sont «faibles» face à cela? Parce qu’il est inutile de dépenser ses forces face à ce qu’on sait déjà. L’idée de Dieu est simple, bien que pénible à vivre pour une population qui survit, mais c’est écrit comme çà: laisser Hery vaovao et sa clique aller jusqu’au bout de leur délire. Ils vont donc corrompre l’administration, les institutions -cela a déjà commencé avec Rivo Rakotovao au Sénat-, les lois, la campagne électorale et les résultats électoraux à coups d’ariary non brûlés. Et ils iront même prier dans des établissements religieux pour que tout cela réussisse. Et c’est là que la main divine interviendra. Car Dieu déteste les mécréants qui imposent une dictature en son nom. Vous ne me croyez pas? Gardez bien cet article et sa date alors: la chute de ce régime Hvm viendra plus vite qu’on ne le pense et d’une manière aussi stupide que ce qu’ils sont en train de magouiller en ce moment même -mais qui sera toujours découvert par le public, au fil de leurs conneries pures-. Aussi, pas de panique, on n’aura pas à attendre 33 ans et il n’y aura pas de Mugabe malgache. On a eu l’amiral Ratsiraka, 21 ans en intermittence au pouvoir (1975-1991 et 1997-2002) c’est suffisant.

L'armée c'est bien mais c'est aussi dangereux pour les dictateurs... Robert Mugabe songeait encore à se présenter à l'élection présidentielle au Zimbabwe, prévue en 2018

Robert Mugabe. Biographie expresse

Robert Gabriel Mugabe est né le 21 février 1924 au moment où même les parents du Hery vaovao n’existaient pas. Son pays se nommait alors la Rhodésie du Sud qui parlait (et parle encore) anglais, et Madagascar était encore en pleine colonisation française. En 1958, au moment où Hery naissait à Antsofinondry, Robert Gabriel part étudier au Ghana, premier pays africain à accéder à l’indépendance, en 1957. Une rencontre sera décisive pour lui: celle avec le président Kwame Nkrumah considéré comme le père du panafricanisme qui entendait l’indépendance sur les autres pays africains.

Après la proclamation de l'indépendance de la Rhodésie du Nord, devenue la Zambie, en 1964, et la déclaration unilatérale d'indépendance de la Rhodésie du Sud, proclamée par le régime raciste et ségrégationniste du «Rhodesian Front» de Ian Smith, au pouvoir, en 1965, le pays rompit ses derniers liens avec la Grande-Bretagne, en 1970, pour devenir officiellement la république de Rhodésie. Pour Ian Smith, il s’agissait de se maintenir au pouvoir, coûte que coûte.

Entre-temps, muni de trois diplômes universitaires, Robert Mugabe quitte le Ghana et fait un détour au Mozambique pour y rejoindre la guérilla armée qui a pour but de délivrer son pays. En 1979, Ian Smith fléchi: le gouvernement devient à majorité noire et le pays a provisoirement été appelé Zimbabwe-Rhodésie. Il faudra encore attendre un an pour une indépendance définitive et un autre nom définitif. En effet, tout d’abord, le pays est repassé sous tutelle britannique, a repris son statut colonial et son nom de Rhodésie du Sud. Mais la marche du temps était irrésistible etle changement irréversible: en avril 1980, le pays est rebaptisé définitivement Zimbabwe, au moment de la nouvelle proclamation d'indépendance du pays.

De 1980 à 1987, Robert Mugabe était le Premier ministre d’un pays à la merci des Blancs. Dans un premier temps, il a réussi à réaliser un réel exploit: réconcilier son pays en accordant le droit aux fermiers blancs de rester au Zimbabwe et de conserver leurs fermes, sans contraintes ni conditions. Or, le 18 avril 1980, il avait fait l’objet d’une tentative d’assassinat durant de la cérémonie d’indépendance de son pays. En décembre 1987, donc, il devient le président de la république. C’est de ce patriotisme, qui manque à ce Hery Rajaonarimampianina, qu’il faut retenir dans cet article. Et, contrairement à l'expert comptable qui n'a absolument aucun passé politique, Robert Mugabe, lui, à un cursus impressionnant dans ce domaine. Il sait ce que lutte pour la liberté et oppression signifient.

Par la suite, le pouvoir absolu corrompant absolument, Robert Mugabe versera dans la paranoïa, surtout à la suite du décès de sa première épouse, Sally Hayfron, en 1992. Année où la sécheresse ravage l’économie du Zimbabwe, un malheur n’arrivant jamais seul. Plusieurs entreprises déclarent faillite et les couches sociales s’appauvrissent. Depuis longtemps surnommé le grenier à grain de l’Afrique australe, le Zimbabwe est obligé d’importer des céréales à la suite de ce drame.

Aigri, Robert Mugabe commence à ne plus supporter la critique. Toute opposition est réprimée par la violence, il nie le vrai verdict des urnes. Une décennie à la présidence d’une république corrompt vraiment l’esprit. Vous voulez savoir d’où vient sa haine des Blancs? En 1996, à la mort de son fils de trois ans, Nhamo, Ian Smith lui avait interdit une autorisation de sortie de prison exceptionnelle pour assister aux funérailles de l’enfant. Car Robert Mugabe a bien été emprisonné pour ses convictions patriotiques. Une fois au pouvoir, pourtant, il a laissé Ian Smith au pays, sans le pourchasser. Il a effectivement suivi les traces de Nelson Madiba Mandela, mais n’a pas supporté ses malheurs personnels.

Hery Rajaonarimampianina (qui, comme Mugabe, a aussi épousé deux femmes, Claudia puis Voahangy, mais sans être veuf donc là s’arrête toute ressemblance), n’a jamais été un patriote; il n’a jamais lutté que pour lui-même. Mais en quatre ans de pouvoir, il a réussi à se faire l’ennemi de son propre peuple.

Jeannot Ramambazafy – Samedi 18 novembre 2018

News Mada2 partages

Menabe : la rage frappe à Belo-Sur-Tsiribihina

Le district de Belo-Sur-Tsiribihina lutte contre l’invasion de la rage actuellement. La population vit dans la terreur, face à la prolifération des meutes de chiens de la circonscription, dès l’annonce de l’épidémie en début de semaine. Les soins des victimes nécessitent d’ailleurs des évacuations vers Morondava, compliquant la situation.

La rage sévit dans le district de Belo-Sur-Tsiribihina. Une opération de décanisation a été engagée mais l’administration des soins des victimes reste toujours problématique. Neuf enfants ont dû être évacués du district de Belo-Sur-Tsiribihina vers le centre hospitalier de référence régionale de Morondava en une seule journée, au début de la semaine, suite à des attaques de chiens enragés. Les autorités sont impuissantes face à ce nouveau fléau car l’établissement hospitalier local, ne disposant point de moyens pour soigner les victimes sur place, se voit obligé de les transférer vers le chef-lieu de la région, occasionnant des frais de soins supplémentaires à leur famille.

Négligence dans les préventions

La précarité des mesures préventives dans le district en cas de cataclysme se ressent dans ce cas où la décanisation dépend de l’envoi des produits nécessaires par le ministère de l’Agriculture et de l’élevage à Antananarivo. Privés de moyens, les techniciens locaux n’ont pu faire, de ce fait, que l’élaboration de stratégies relatives à la lutte contre les chiens errants. Des campagnes de sensibilisations ont débuté presque tardivement à l’endroit des propriétaires de chiens, les prévenant du projet de décanisation afin qu’ils prennent les dispositions qui s’imposent. La résurgence de la rage dans ce district de la région Menabe découle déjà du manque de sensibilisations sur la vaccination antirabique et l’inexistence de la campagne de décanisation en amont.

Manou

 

Tia Tanindranaza2 partages

EditoMifehy vahoaka sisa

Na toy inona na toy inona fanazavana omen’ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny dia tsy mety voafehy ny loza mitatao eto amin’ny firenena.

 Miha midangana ny vidim-piainana ary tsy mety midina intsony ny solika. Mbola heno hatramin’izao fa distrika miisa 9 no ahitana trangana pesta kanefa manomboka ny fotoam-pahavaratra ary ahiana hiparitaka indray ny loto. Ny toetr’andro miha simba hatrany ary efa nilaza ny teo anivon’ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro fa mety hanahirana ny hifehy ny rotsak’orana amin’izao madiva hiafaran’ny taona izao. Ekena fa nisy ny fisamborana ireo vahiny niditra an-tsokosoko teto fa tao anatin’ny 2 andro monja dia efa nifanesy ireo teratany “Karana” voasambotra izay voalaza fa haverina amin’ny tany niaviany. Aiza ao anatin’izany ny fifehezan’ny mpitondra ny toe-draharaha mampidi-doza ny firenena ? Nahoana no nahita hirika nidirana teto ireny ? Ny mifehy vahoaka tsy hitroatra manoloana ny tsy fandraisan’andraikitry ny mpitondra ihany ve no hain’ireo mpitondra antsika ?

J. Mirija

L'express de Madagascar2 partages

Immigration – Trois Iraniens en infraction démasqués

Le service central de la police de l’Air et des Frontières (PAF) a mis la main sur trois Iraniens. Ils sont arrivés à Madagascar avec de faux passeports.

Quinze étrangers arrêtés en une semaine. Après les douze Pakistanais frappés d’interdiction d’entrée sur le territoire malgache et obligés à s’envoler ce jour, trois Iraniens ont été cueillis jeudi, à l’aéroport, pour usage de faux passeports. Ils ont pris de départ à Istanbul vers 15 heures (heure locale) avec Turkish Airlines. Avec des laissez-passer espagnols, ils ont  réussi à mettre les pieds à Antananarivo.Ils ont indiqué, lors d’une enquête, qu’ils comptaient aller en Espagne, qu’ils font d’abord escale à Madagascar. La PAF les a remarqués lors de l’enregistrement des visas et passeports au guichet vitré. Lors d’une fouille, le pot aux roses a été découvert. Le trio a été, dans la foulée, embarqué par les forces de sécurité. « Leur sauf-conduit était vierge, il n’a jamais été tamponné pour motif de voyage et mentionne que tous les trois sont Espagnols », a indiqué un fin limier de la direction des renseignements et du contrôle de l’immigration et de l’émigration (DRCIE) à Anosy, hier.Ils ont été placés en garde-à-vue à la police chargée de surveillance du territoire. D’autres passeports iraniens ont été également saisis sur eux et ont été confisqués. Les ambassades concernées ont été tenues au courant de cette situation, pouvant secouer les relations diplomatiques entre Madagascar et les pays arabes, selon une source au ministère de la Sécurité publique.

Séjour irrégulierLes douze Pakistanais, ayant fait beaucoup de bruit avec leur séjour irrégulier dans la capitale, ont été forcés de contacter leurs famille au Pakistan pour leur envoyer des billets de retour, qu’ils ontreçus hier. Leur visa a expiré depuis un mois, alors qu’ils n’ont pas voulu repartir. Ils ont créé un business en se livrant au commerce de Smartphones de fausses marques.Cette série d’arrestations d’Arabes suscite la curiosité de nombreux Malgaches qui veulrnt savoir le la vérité sur cette infiltration en cours de réfugiés dans le pays.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara2 partages

Salon de l’Habitat : BNI Madagascar, sponsor officiel

Partenaire des gagnants, BNI Madagascar reste fidèle au rendez-vous annuel en faveur du secteur immobilier qu’est le Salon International de l’Habitat. Sponsor officiel de l’événement la BNI Madagascar démontre sa volonté de participer activement à la facilitation de l’accès aux biens immobiliers. Au grand bonheur des visiteurs puisque la BNI Madagascar y offre tout une gamme de crédits immobiliers à taux spécial salon à partir de 9,95% par an, qui saura répondre à tous les besoins des visiteurs, qu’ils soient particuliers, professionnels, ou entreprises.

Les visiteurs y découvrent également les détails des offres diversifiées de la BNI Madagascar en matière de crédits immobiliers : Crédit Taniko pour l’acquisition d’un terrain, Crédit Tranoko pour l’achat d’une maison, Crédit Tanànako pour l’achat de parcelles et la construction d’une bâtisse, Crédit Orimbato pour la construction de biens immobiliers, et Crédit Fihoarana dans les cas de grands travaux et rénovation. Une caution immobilière, fruit du partenariat de BNI Madagascar avec SOLIDIS Garantie depuis mars 2016, simplifie grandement les démarches de formalisation des financements de projets immobiliers entre la banque et ses clients. Par ailleurs, pour faciliter l’ensemble des démarches, BNI Madagascar a conclu des partenariats avec les principaux promoteurs immobiliers de la place, comme Immobilier Conseil. Ce type de partenariat allège notamment les diverses formalisations qui sont assurées par le promoteur et permet au client de financer des biens immobiliers de qualité, dans les meilleures conditions. A noter que durant le Salon de l’Habitat BNI Madagascar organise une tombola, avec à la clé de nombreux lots à gagner sous forme de bons d’achat chez des entreprises partenaires.

R.Edmond

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Réalité virtuelle : Une nouvelle façon de visiter son futur appartement

Le casque GEAR VR permet de découvrir virtuellement le futur appartement, et même de le personnaliser d’avance.

Traditionnellement, la visite d’un futur appartement se fait avec un déplacement physique du nouveau lieu d’habitation. La donne peut changer grâce à la réalité virtuelle.

Une innovation dans la façon de présenter les projets immobiliers à Madagascar. Créative Prodcom lance la visite virtuelle qui permet d’immerger les visiteurs dans ce qui pourra être leur bien immobilier. Grâce au casque GEAR VR, l’utilisateur peut visiter et personnaliser sa future maison ou appartement en accord avec le cahier des charges définies par le promoteur. Le public découvre avec ravissement ce nouveau système de présentation de biens immobiliers grâce à la présentation faite sur le stand de Filatex, l’un des premiers partenaires de Créative Prodcom dans ce projet d’avenir. « Nous avons beaucoup de chance que le groupe Filatex, partenaire du développement de Madagascar, nous fasse confiance pour cette première production », explique un responsable de Prodcom.

Expérience sensorielle. L’expression « Réalité virtuelle » est une technologie informatique qui simule la présence physique d’un utilisateur dans un environnement artificiellement généré par des logiciels, environnement avec lequel l’utilisateur peut interagir. La réalité virtuelle reproduit donc artificiellement une expérience sensorielle, qui peut inclure la vue, le toucher, l’ouïe et dans l’avenir l’odorat. La finalité de la réalité virtuelle est de permettre à une personne (ou à plusieurs) de vivre une expérience d’immersion, c’est-à-dire de mener une activité sensori-motrice et cognitive dans un monde créé numériquement, qui peut être « imaginaire, symbolique ou une simulation de certains aspects du monde réel ». Prodcom présente cette nouvelle technologie à Madagascar avec un contenu pertinent.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Société de Zone franche Andraharo : Chômage en vue pour 108 employés

La compression de personnel va ajouter du monde dans la longue liste des chômeurs malgaches (1).

Situation dramatique pour les personnes travaillant dans une société de Zone franche sise à Andraharo. La mauvaise nouvelle serait tombée le 14 novembre dernier lorsqu’un responsable auprès de la société aurait fait savoir à 108 personnes qu’ils ne devraient plus venir travailler à partir du 15 novembre 2017. Ce, parce que la société aurait procédé à une compression du personnel. Inquiétées, les personnes concernées auraient contacté le bureau du syndicat FISEMARE le 16 novembre dernier. Une lettre de demande d’audience pour une explication claire de la situation aurait ensuite été déposée par le personnel concerné auprès des responsables de la société le 15 novembre même. Mais le dépôt aurait été refusé par les responsables en question. “Il a fallu que le dépôt soit effectué par le FISEMARE pour que la société  daigne la recevoir ” a fait savoir Jean Raphael Mananandro, secrétaire général adjoint (SGA) du FISEMARE. Ce dernier ayant été sur les lieux hier en soutien au personnel pour une demande d’audience avec les responsables. Une descente auprès de l’inspection du travail aurait ensuite été effectuée par les deux parties, c’est-à-dire le syndicat FISEMARE et des représentants du personnel, pour faire état de la situation. Le SGA du FISEMARE d’ajouter que la société n’a pas suivi les procédures légales de la compression de personnel. “Une réunion avec le (les) délégué (s) du personnel aurait du avoir lieu dans les premiers temps. Une fois cela fait, un procès verbal aurait du être signé par les personnes concernées avant d’être affiché pour communication publique. Enfin, une lettre faisant état de la situation aurait du être déposée à l’inspection du travail”, a-t-il expliqué. Avant d’enchaîner qu’à la réception de la lettre, “l’inspection du travail aurait du rappeler la société sur le respect de l’ancienneté, la compétence mais surtout de la charge familiale des personnes concernées ”. Par ailleurs, ces dernières soupçonnent que la société en question projette d’entreprendre une robotisation.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Toamasina : Nivoaka tamin’ny fahanginany ny Gal zandary Gele Serge

Miteraka olana goavana eo amin’ny fahefam-panjakana sivily sy ara-tafika, ahitana ny zandary sy miaramila, ny zava-nitranga nandritra ilay famindram-pibaikona natao teo amin’ny araben’ny fahalevan-tena, teo amin’ny zandary sy miaramila, vokatr’ ilay teny feno avona tamina kolonely miaramila iray noho resaka toerana nomena ireo fahefam-panjakana sivily nasain’izy ireo. Nivoaka tamin’ny fahanginany noho izany ny jeneraly Gellé Serge, lehiben’ny fari-piadidian’ny zadarimariam-pirenena eto Toamasina, sady lehiben’ny Emmo-Far ihany koa, fa “efa nisy filazana mialoha voaraiko, izay efa nampitaiko tamin’ireo tompon’andraikitry ny fety, nefa ireny niarahantsika nahita ireny ny zava-nisy. Fombantsika Malagasy anefa ny fanajana vahiny, izay tsy tongatonga ho azy fa nahazo fanasana ara-dalana, ka tsy mendrika ho an’ny tafika ny zava-nitranga”. Noho izay rahateo no nilazan’ity Jeneraly ity tamin’ireo olombelony nandritra ny fampitam-baovao nataony tamin’ireo borigady manerana ny faritra Atsinanana tao amin’ny “Miramar-Hotel” Salazamay, fa “mila filamatra amin’ny fanajana lalana sy olona ny zandary”. Hafatra hentitra no napetraky ny Jly Gellé Serge ho an’ireo zandary eo anivon’ny faritra Atsinanana sy manerana ny faritan’i Toamasina iadidiany, fa mila manova toe-tsaina sy fihetsika ary manatsara ny fitondrany ny zandary, satria 21 izao ny zandary manerana ny nosy voasazy sy niditra am-ponja ka ny 09 tamin’ireo dia teto Toamasina avokoa, izay tsy afaka hiverina ho zandary intsony. Nomarihany ihany koa fa maro ireo fitarainana voarany mikasika ireo zandary eo ambany fibaikony, eo am-pandinihana ireny fitarainana ireny ny tenany izao ka tsy maintsy hizaka ny vokany izay meloka ary hahazo fankasitrahana kosa ireo nanao ny asany tsara; satria ny tanjona ho an’ny zandary dia ny fiarovana ny vahoaka sy ny fananany ary ny tanindrazana, ka mila fitaratra amin’ny mpiara-monina aminy sy ny vahoaka malagasy ny zandary.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

E SPORT : Trois Malgaches à l’événement africain du jeu vidéo

Ils sont déjà sur place à Casablanca pour affronter les meilleurs africains de jeux vidéo. Ils, ce sont Ony Michael Rabarison pour PES 2017, Ratsimialavahoaka Ranto Manoro pour Street Fighter V, et Rakotoarison Mamitiana Michel pour Asphalt 8.Orange et la World Gaming Federation sont  l’origine de cet Africa Game Show 2017 « l’évènement gaming de l’année » qui se déroulera au Most Events à Casablanca ce week-end. L’Africa Game Show regroupe des jeux tels que Counter-Strike : Global Offensive, League of Legends et Rainbow Six Siege sur PC, Pro Evolution Soccer 2018, FIFA 2018, King of Fighters XVI et Street Fighter V sur PS4, Clash Royale, Clash of Clans, Hearthstone et Asphalt sur Mobile.Des nouveaux jeux y seront lancés (PC PS4) par des startups de développement de jeu vidéo ce matin. Il y aura aussi des séries de conférences et diverses animations. Dans l’après-midi commenceront les compétitions regroupant les meilleurs joueurs Panafricains venant de plus de 13 pays de l’Afrique.« C’est un projet qui tient à cœur à Project Alpha. On croise les doigts pour des meilleurs résultats car cela nous servira de visibilité. On pense même à la professionnalisation » dixit Muriel Ramasimanana, organisateur d’événements.

Le programme

Conférence, Exposition, Cosplay, Free-play, Gaming Souk, Zone arcade/retro et tournois

Les primes des gagnants

* League of Legends (100,000 dirhams ou 9017 euros)* Rainbow Six Siege (4500 euros environ)* Counter-Strike : Global Offensive (4500 euros environ)* PES 2018 (6312 euros)* King Of Fighters XIV (541 euros)* Street Fighter V (541 euros)* FIFA 2018 (541 euros)* Clash Of Clans (677 euros)* Clash Royale (541 euros)* Asphalt 8 (541 euros)* Hearthstone (541 euros)Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada1 partages

Nampiasa pasipaoro sandoka… : voasambotra ireo Iranianina telo lahy avy any… Istambul

 Pasipaoro espaniola no nasehon’izy ireo teo am-pahatongavana. Mahina ny polisy miasa ao amin’ny seranam-piaramanidina Ivato ka rehefa nosavaina, hay teratany iranianina, avy any Istambul, Tiorkia ireto voasambotra afakomaly ireto.

Voasambotry  ny polisin’ny « Service central de la police de l’aire et de frontière » na Paf Ivato teny amin’ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena Ivato, afakomaly ireo teratany Iranianina telo, voarohirohy ho nampiasa pasipaoro sandoka. Nigadona tamin’ny zotram-piaramanidina Turkish Airlines, afakomaly tamin’ny 3 ora tolakandro izy telo lahy ireto. Niala avy any Istambul izy telo lahy ireto kanjo tratra teo am-pahatongavana teny Ivato. Araka ny fanazavan’ny polisin’ny Paf Ivato, nandritra ny fisavana ireo olona nilahatra teo amin’ny trano fitaratra fanaovana “enregistrement”, nahatsikaritra ireo polisy tompon’andraikitra nisahana ny fisavana fa hafahafa ny pasipaorin’izy telo lahy ireto. Pasipaoro teratany Espainola telo no hita tany amin’izy telo lahy nefa teratany Iranianina izy ireo. Notazonin’ny polisy avy hatrany izy telo lahy. Fantatra nandritra ny famotorana nataon’ny polisy fa pasipaoro hosoka milaza ho teratany Espainola ny nampiasain’izy ireo ary tsy mbola nampiasaina sy tsy misy fitombokase avy any amin’ny toerana niaingana ireto pasipaoro ireto. Hita tao anaty entan’izy ireo nandritra ny fisavan’ny polisy ny pasipaoro Iranianina.

Fantatra fa niala avy any Istambul izy telo lahy ary nieritreritra ny hihazo an’i Espaina fa nikasa ny handalo fotsiny eto Madagasikara, kanjo tratran’ny polisy tampoka.

Halefa hody ireo Pakistaney 12 lahy tratra…

Halefa miverina any amin’ny tany niaviany any Pakistan ireo teratany Pakistaney miisa 12 voasambotry ny polisy avy amin’ny “Surveillance du territoire” eto an-drenivohitra, ny talata 14 sy alarobia 15 novambra 2017 lasa teo. Nohamafisin’ny polisy fa efa samy niantso ny fianakaviany any Pakistan izy ireo ary efa nahazo ny tapakilam-piaramanidina ahahafan’izy ireo miverina any aminy.

Ankoatra izay, voarara ary tsy mahazo miditra eto Madagasikara intsony koa ireto teratany Pakistaney ireto.

Hatramin’ny nanombohan’ity zotram-piaramanidina Turkish Airlines ity niasa eto amintsika, marobe ireo teratany vahiny lava volombava sy mirebareba akanjo avy ivelany tonga miditra eto Madagasikara. Tsy fantatra mazava ny tena anton-dian’izy ireny eto amintsika fa misy amin’izy ireo ny miafina ao ambadiky ny hoe “visa” momba ny fizahantany no hidiran’izy ireo eto, kanjo manao asa hafa tsy mifanaraka amin’ny antontan-taratasin’izy ireo, toy ny nataon’ireo teratany Pakistaney 12 lahy tratra ireto izay tratra mivarotra telefaonina mandehaleha eto an-drenivohitra. Gaboraraka tanteraka izay ny azo ilazana ny zava-misy eto amin’ny firenena manoloana ireo teratany vahiny lava volom-bava mivezivezy miaraka amin’ny entana mandehaleha eto an-drenivohitra. Misy ny ezaka ataon’ny polisy amin’ny fanaraha-maso ireo vahiny mifamezivezy eto amintsika, saingy efa misy ny fifanarahana miafina amin’izy ireny sy ny mpitondra fanjakana. Manaporofo izany ny fisian’ireo teratany pakistaney sy Syrianina ary Afgan mianatra teny Malagasy amin’ny sekoly iray eto an-drenivohitra isaky ny alarobia sy asabotsy. Lasa toeram-pamaharan’ireo mpitsoa-ponenana eto amintsika raha izao no mitohy.

Jean Claude

News Mada1 partages

Analakely : lehilahy tratran’ny UIR nitondra basy

Lehilahy iray 42 taona mipetraka any Soalazaina Ambatondrazaka no voasambotry ny polisin’ny UIR teny Analakely niaraka tamin’ny basy poleta vita gasy miisa roa ny alakamisy, teo tokony ho tamin’ny 11 ora antoandro. Nandritra ny famotorana nataon’ny polisin’ny Sureté urbaine de Tananarive azy, no fantatra fa novidiany 2 hetsy sy 1 tapitrisa Ar tany Ambatondrazaka ireo basy ireo ny taona 2007.

Notazoniny tany aminy foana ireo basy ireo nandritra izay 10 taona izay ka izao izy vao tapa-kevitra ny hivarotra azy. Nanambara ihany koa izy fa efa nisy olona nikasa ny hividy 5 tapitrisa Ar ireo basy ireo ka antony niakarany teto Antananarivo izay”, hoy ny polisy. Natolotra ny fampanoavana, omaly zoma, izy io ka naiditra am-ponja vonjimaika eny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy.

Yves S.

 

News Mada1 partages

Tsimialonjafy ny toeram-piantsonan’ny taxi

Nampahatsiahivin’ny  talen’ny fitaterana, Raveloson Landy, ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny mikasika ny fampiasana ireo tobim-piantsonana taxi-ville sy ny taxi-be ary ireo mpampiasa lalana  ho an’ireo mpandeha an-tongotra sy  ny eny an-tsena.

Nanome toeram-piantsonana tsimialonjafy ho an’ireo mpisehatra taxi sy taxi-be rehetra ary tsy misy fanilikilihana sy antsojay ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Efa nisy naoty naparitaka eny amin’ny “station” tsirairay avy amin’ny fampahatsiahivana ny fandaminana izany.

Nampahatsiahivina ihany koa fa tsy azon’ny fiara tsotra ijanonana eny amin’ny toerana voatokana ijanonan’ ireo taxi-be sy taxi-ville. Marihina fa efa nisy ireo fitarainana maromaro mikasika izany voaray any amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

Efa nisy ny fametrahana ireo “plot” amin’ny toerana maromaro  izay efa nanomboka ny taona lasa teo . Nomena  lalana ireo  mpandeha an-tongotra amin’ny sisin’arabe ary koa ireo faritra voatokana ho an’ireo mpivarotra na mbola tsy tena lavorary aza izany.

Manentana hatrany ny kaominina Antananarivo Renivohitra ho an’ireo olona voakasika rehetra mba hanaja ireo toerana ireo ka tsy hisy intsony ireo fiara mibahana sy mijanona eny amin’ireo sisin-dalana voatokana ho an’ireo mpandeha antongotra.

Misy akony eo amin’ireo mpianatra sy ray aman-drenin’ny mpianatra  ary ny mpiasa ny fampiasana ny sisin-dalana vokatr’ireo  fiara mibahana ka lasa eny amin’ny arabe izy ireo no mandeha.

Hiditra amin’ny fanasaziana ireo fiara tsy manara-dalàna ny kaominina aorian’ireo fampahatsiahivana matetika ataony.

Anio, hisy ny fivorian’ireo mpisehatra taxi-ville matihanina rehetra ny amin’ny tohin’ny fivoriana izay efa nataon’izy ireo tamin’ny herinandro lasa teo. Hodinihina amin’izany ny fomba hatao amin’ny fanaovana ny “Visite de Conformité” amin’ny taona ho avy…..

Tatiana A

News Mada1 partages

Licenciement abusif : 450 plaintes depuis le début de l’année

Des cas de licenciement ne respectant pas les procédures définies par le Code du travail se multiplient ces derniers temps. Le nombre de plaintes y afférentes déposées auprès du syndicat Fisemare a connu une hausse de 80% par rapport à l’an dernier. Le cas le plus récent s’est produit hier au sein d’une entreprise Franche, sise à Andraharo.

Le Fisemare dénonce un autre cas de licenciement abusif au sein d’une Société Zones franches siégeant à Andraharo, portant le nombre de plaintes à 450. Une hausse de 80% par rapport à la situation de l’année dernière à la même période a donc été constatée. Les représentants dudit  syndicat se sont dépêchés sur les lieux hier pour soutenir les quelque 108 travailleurs de cette société qui ont vainement voulu rencontrer les responsables de l’entreprise pour connaître les tenants et aboutissants de cette décision. «Ayant attendu sur les lieux depuis plus de cinq heures, nous n’avons pas été reçus par ces derniers», a informé le président de l’association des délégués du personnel du syndicat des comités d’entreprises (ADPSCE) au sein du Fisemare, Fenosoatiana Randriamady.

La seule information reçue, verbalement, par les travailleurs est qu’ils ne figurent plus désormais dans la liste des employés de cette société qui produit des pulls en laine dans la mesure où l’offre n’arrive plus à suivre la demande. Ils ont été envoyés en congé forcé depuis mercredi en attendant la décision du ministère de tutelle et l’avis de l’inspection du travail sur leur demande de compression de personnel. «Le soi-disant dossier y afférent n’est pas encore pour l’heure arrivé entre les mains des responsables du ministère», d’après les informations reçues par le Fisemare. Jointe au téléphone, la présidente du Syndicat autonome des inspecteurs de travail (Sait),  Hanitra Razakaboana, a également déclaré n’avoir reçu aucun avis s’y rapportant.

Une centaine fait suite d’un harcèlement sexuel

Ce cas n’est qu’un exemple parmi les 450 cas de plaintes relatives à un licenciement abusif déposées au sein du Fisemare depuis le début de l’année, sans parrler d’une centaine de cas pour harcèlement sexuel en milieu de travail. «Refusant les avances de leur patron, ces employées sont renvoyées sans préavis», a indiqué notre source. Les travailleuses des entreprises Franches, des établissements hôteliers ou encore des vendeuses dans des points de vente et boutiques chinoises, aussi bien dans la capitale que dans les régions en sont les premières victimes. «Une affaire similaire, qui s’est  produite récemment dans un grand Hôtel sis dans la capitale, est actuellement en cours d’instruction», a informé Fenosoatiana Randriamady.

Fahranarison

 

News Mada1 partages

Distribution d’argent et campagne électorale : les évêques expriment leur crainte

Fidèle à ses principes, la Conférence des évêques, qui s’est tenue à Antananarivo depuis le 8 novembre dernier et qui s’est clôturée avant-hier, a une fois encore émis un communiqué qui n’a pas été tendre envers le régime actuel.

S’inspirant du martyr Lucien Botovasoa, un futur bienheureux dont la consécration se déroulera à Vohipeno le 15 avril 2018, le conseil des évêques n’a pas mâché ses  mots pour décrire la situation actuelle au pays. «Aujourd’hui, existe-t-il un Malgache, à 39 ans, qui serait prêt à se lever  pour défendre la vérité même si c’est au prix de sa vie, au nom de l’amour de la patrie ?», s’interrogent les évêques. Et de continuer : «Les élections vont arriver, les campagnes électorales seront-elle encore un moment de  promesses non tenues, de la lutte des classes ou encore de la distribution d’argent pour duper les gens ?».

Les hommes d’église se demandent d’ailleurs si, à l’heure actuelle, il existe encore des gens comme lui. «Lucien Botovasoa est un vrai patriote, soucieux du bien commun de ses compatriotes et a donné sa vie pour la nation (…). Pour lui, c’est l’action qui prime. La situation actuelle ne reflète aucunement cet amour de la patrie véhiculé par ce martyr malgache», rapporte le communiqué lu par le secrétaire général du conseil des évêques, Mgr Jean Claude Randrianarisoa.

Fausses promesses

En tout cas, ce n’est pas la première fois que les évêques mettent les pieds dans le plat des acteurs politiques, en particulier les dirigeants, lorsque la situation est plus grave. Récemment encore, Odon Razanakolona, archevêque d’Antananarivo, avait dressé un tableau sombre de la situation socio-économique du pays.

«Aujourd’hui, un simple constat résume tout, la société malgacheest malade, et l’argent est érigé en dieu par un grand nombre du sommet de la pyramide à la base(…). Les faits sont têtus, Madagascar est et reste l’un des pays les plus pauvres de la planète», avait-il lancé dans son discours à Ambatoroka, lors de l’ouverture des journées scientifiques de l’Université catholique de Madagascar (UCM).

Les évêques partagent cette vision, en notant qu’actuellement, la politique se base sur de fausses promesses. «C’est l’amour des richesses illicites, la corruption, l’argent, le pouvoir qui dictent la gouvernance. La compétence et la sagesse ont totalement disparu et ne sont plus les priorités pour développer le pays. Le conflit domanial n’est plus maîtrisé, ce qui fait que les héritages ancestraux sont perdus ou sont vendus aux étrangers», ont rappelé les évêques dans leur message final.

Les évêques appellent du reste tout un chacun à adopter le principe de Lucien Botovasoa selon lequel l’intérêt général doit primer sur l’intérêt particulier et en priorisant également l’amour et la réconciliation de la Nation.

Rakoto

 

News Mada1 partages

Groupe Star : les exigences qualité des produits

Le groupe Star investit depuis plus de 60 ans pour la qualité de ses produits et la satisfaction de ses clients et ce, en étant une industrie productrice de boissons destinées au grand public.

Cette année, le groupe Star renouvelle sa participation en tant que partenaire officiel des Journées nationales de la promotion de la sécurité alimentaire et de la qualité des denrées alimentaires, au palais des Sports et de la culture Mahamasina, hier et ce jour. Une occasion en effet pour les consommateurs et les partenaires de la Star de prendre connaissance des engagements et des actions de la Star en faveur de la qualité, comme sa politique de sécurité des denrées alimentaires.

«Pour ces journées, nous parlons de tout ce qui est codification des produits… Ces informations permettent en effet de retracer le produit en cas d’incident ou de réclamation, soit un système d’identification traçable pour tout consommateur», a expliqué Carine Razafindrakoto, responsable communication du groupe Star.

Actuellement, le groupe Star compte six usines dans tout Madagascar et près de 30.000 contrôles qualité y sont effectués par semaine pour garantir la satisfaction clientèle. Le groupe Star est à ce jour le premier et la seule industrie certifiée FSSC 22000 (Food Safety System Certification) et ISO 9001 à Madagascar et devient l’un des rares récipiendaires de ce double certificat dans l’océan Indien et en Afrique.

A travers une politique d’amélioration continue, le groupe Star met en place des systèmes de contrôles rigoureux et quotidiens durant chaque étape de la production – depuis les achats des matières premières à la production, en passant par le stockage et la distribution – afin de répondre aux exigences des normes internationales et surtout, assurer la satisfaction des consommateurs.

Arh.

 

L'express de Madagascar1 partages

Tourisme – Haro sur l’exploitation sexuelle

Le ministère du Tourisme s’est engagé à lutter contre l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme et les voyages. Dans ce sens, il a signé, jeudi, une convention avec l’association End Child Prostitution And Trafficking (ECPAT).  Celle-ci est le signe d’une riche collaboration à venir pour lutter contre le fléau qu’est l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme et les voyages. Ce fléau se développe à Madagascar. Cette signature prouve l’engagement de l’État malgache à lutter contre cette situation et à agir pour le développement d’un tourisme durable et respectueux des droits des enfants.Ce fléau représente une image négative du le pays. Le tableau devient très sombre dans les endroits touristiques. Certains prétendus touristes débarquent dans le pays dans l’espérance de trouver une chair fraîche de jeune fille.Mais les deux parties veulent remettre les choses dans l’ordre. Pour les deux parties, cette lutte concerne tous les citoyens. « Les constats soulignent aujourd’hui que les abuseurs ne sont pas toujours des « Vazaha », a indiqué le communiqué du ministère du Tourisme, hier.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Entrepreneuriat – Du coaching recommandé

Réussir dans l’entrepreneuriat. 80% des jeunes entrepreneurs n’arrivent pas au terme de leur projet après une année de création d’entreprise  à cause de  l’incompétence en matière de gestion financière et technique. « Les jeunes entrepreneurs ne réussissent pas souvent à cause de l’incompétence en gestion financière. Lorsque l’entreprise commence à toucher beaucoup d’argent, les jeunes ne savent pas comment augmenter leur chiffre d’affaires, comment développer l’entreprise avec le fonds qu’ils ont entre les mains. Les jeunes manquent également de compétences technique. Il existe actuellement différents instituts qui enseignent l’entrepreneuriat mais quand les jeunes arrivent vraiment à la création  d’entreprise, ils se retrouvent bloqués. C’est la raison pour laquelle, ils ont besoin d’être coachés pour combler les lacunes et détecter les imperfections dans leur projet », explique Riveltd Rakotomanana, directeur exécutif du Centre de l’excellence en entrepreneuriat (Le Ceentre) lors de la présentation des neufs porteurs de projets à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina, hier.Ces jeunes  bénéficieront d’un encadrement du Centre pendant une année. Le Centre a appuyé sept jeunes depuis son ouverture l’année dernière. Trois d’entre eux n’ont pas réussi.

Moindre coûtCes neufs promoteurs de projets disposeront d’accompagnement comme un coaching en ligne, des appuis administratifs afin de trouver les personnes ressources de financement. « Nous avons proposé des produits simples et faciles à utiliser mais il faut savoir que les modules solaires sont chers. Nous ne pouvons pas encore déterminer le prix. On doit le voir avec (Le Ceentre )qui nous appuient et les collaborateurs » , affirme Fernand Tsitoha Mahavory, initiateur du projet SolarMax. Le prix onéreux des matières premières rendent difficile la gestion de l’entreprise. « Nous essayons d’acheter nos matières premières en amont. Si nous voudrions de beaux produits, nous achetons aussi des matières premières originales. Par exemple la vraie soie d’un mètre de large coûte jusqu’à 240 000 ariary. C’est cher ! Nous mélangeons les tissus afin que les habits puissent trouver leur originalité mais à moindre coût. Nous associons le « lambahoany », la soie, avec des tissus provenant de l’Afrique et quelques perles malgaches », explique Aimée Robiath Juliette, designer dans le projet Maforal.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

Moustapha sort  du coma

Moustapha Ameralli Alibay Radjan, ciblé dans une fusillade survenue à Ambatobe, lundi matin, commence à se rétablir, selon un proche, hier. Il a été grièvement blessé. Il était encore dans le coma à La Réunion, où il a été évacué après une tentative de réanimation à la Polyclinique d’Ilafy.

Midi Madagasikara1 partages

Ramatoa maty tampoka tanaty taxi-be : Nisahotaka teo amin’ny BMH Isotry ny olona fa hoe “pesta”

Efa voafehy ve sa tsy mbola ny pesta? Io avokoa no saika fanontaniana nampisahotaka ireo andian’olona maromaro teny amin’iny farita Isotry, manakaiky ny « rond point be » iny omaly antoandro. Efa nitangorona avokoa ny rehetra tamin’io fotoana io ary nahiana mihitsy aza ny saika ny nisian’ny korontana. Raha ny niandohan’ny zava-nisy tokoa mantsy dia nisy ramatoa iray tokony ho 33 taona any ho any nentin’ny taxi-be iray avy any. Efa tsy nisy aina intsony ity ramatoa ity, ary raha ny fanazavana azo dia toa hoe maty tampoka teny ambon’ilay taxi-be. Fiara mpitatitra mizotra ho any Andoharanofotsy any moa ilay fiara, ary handeha hody ihany koa io ramatoa io tamin’io fotoana io. Ary teny an-dalana no niseho ny tsy nampoizina. Teo anatrehan’ny zava-nisy dia nampidina avy hatrany ny mpandeha tao anatiny ilay fiara. Noho ny maha-mampiahiahy ny zava-nitranga dia narahan’ny pôlisy hatrany ka hatreny amin’iny bmh Isotry ilay fiara, nitondra ny razana sy ny fianakavian’ny maty. Nisy ny fanadihadiana nataon’ireo dokotera tao amin’ity sampan-draharaha ity ary taorian’izay no natao avy hatrany ireo fepetra rehetra takiana amin’ny fahafatesana mampiahiahy ho pesta. Nisy ihany koa ny fitsirahana ny razana, nataon’ireo mpitsabo tao amin’ny bmh, niaraka tamin’ ireo tompon’andraikitri-panjakana misahana ny fiadiana amin’ny “pesta”. Ny fahatongavan’ireo farany no somary nahasanganehana tanteraka ireo mponina teny an-toerana sy nahatonga savoritaka. Teo mantsy ireo natahotra sao ho very faty ny havany, tao ihany koa ireo natahotra fotsiny ny fiparitahan’ity areti-mandoza ity. Raha ny vaovao azo aloha dia mbola sokajiana ho tranga mampiahiahy ny zava-nisy, raha tsy aoriana ny fitiliana eny amin’ny Institut Pasteur. Nilamina ihany ny zava-nisy teny an-toerana rehefa hitan’ny rehetra fa hoe nentina ary naterina teny amin’ny tranom-patin’ny hôpitaly Ampefiloha ny razana.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Ihorombe : Une protection sociale plus efficiente

Pour concrétiser la convention signée entre le Chef du gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier et le Directeur général de la Caisse nationale de Prévoyance sociale Arizaka Rabekoto Raoul, une délégation de la CNaPS et une équipe du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation ont mis le cap sur la région Ihorombe. Leur objectif était d’apporter un appui en matière de Protection sociale aux Collectivités territoriales décentralisées (CTD) d’Ihorombe. La région est ainsi la quatorzième à bénéficier d’une formation de ce genre, 100 agents municipaux y ont participé.

Problèmes. Sur toute l’étendue du territoire national, les difficultés rencontrées par les CTD en matière de protection sociale sont sensiblement les mêmes. Elles tournent principalement autour de la recherche des ressources financières pour payer les arriérés dus à la CNaPS afin de rendre la protection sociale des agents effective. Effectivement, si les cotisations des maires ne sont pas  versées régulièrement, leurs collaborateurs ne bénéficieront pas des prestations sociales de la CNaPS. Celle-ci a alors sensibilisé les maires afin que les agents municipaux jouissent de leurs droits en matière de travail. D’un autre point de vue, la prévoyance sociale peut également être perçue comme un devoir, en plus d’être un droit. Hanitry ny Aina, Coordonnateur de projet au sein de la CNaPS d’ajouter : « L’affiliation à la CNaPS n’est pas un choix, c’est une obligation ».

Prise de conscience. Suite à la formation, les maires ont commencé à comprendre l’ampleur de la tâche qui leur incombe pour assurer la sécurité sociale de leurs collaborateurs. Le maire  d’Ihosy M. Hariniaina Fanomezantsoa, également président de l’association des maires a ainsi avoué que la procédure à suivre afin d’offrir une meilleure protection sociale à ses agents lui est désormais plus claire. Le paiement régulier et rigoureux des cotisations à la CNaPS vient en tête parmi les étapes de cette procédure.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Propriété intellectuelle : Réussite de la réunion sur la stratégie nationale d’innovation

Des membres du gouvernement ont assisté à l’atelier national sur la propriété intellectuelle.

La réunion nationale relative à la mise en œuvre de la politique et stratégie nationale d’innovation en matière de propriété intellectuelle de Madagascar et l’atelier de renforcement des capacités dans le cadre du développement des Centres d’Appui à la Technologie et à l’Innovation (CATI) qui se sont tenus du 13 au 16 novembre 2017 a été une réussite non seulement pour les organisateurs mais aussi pour les parties prenantes qui ont participé activement à l’évènement.

 A titre de rappel, cet évènement a été organisé par le ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé en collaboration avec le Ministère de la Culture, de la Promotion de l’artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI).

 Réalisations. Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé Tazafy Armand a souligné que la mise en œuvre de la politique et stratégie nationale d’innovation en matière de propriété intellectuelle est déjà entreprise par les différentes parties prenantes, comprenant son Département. Entre autres réalisations, le ministre a cité l’adoption en Conseil des ministres de l’avant projet de loi portant régime de protection de la propriété industrielle et de projets d’adhésion de Madagascar à des traités internationaux relatifs à la propriété industrielle. Il a profité de cette opportunité pour manifester ses intérêts quant à l’adoption de ces infrastructures juridiques par les instances législatives. En effet, la modernisation du système de la propriété industrielle constitue l’une des plus importantes activités prévues par la politique et stratégie nationale.

CATI. En ce qui concerne les Centres d’Appui à la Technologie et à l’Innovation (CATI), en addition à l’atelier de renforcement des capacités, une réunion relative à l’opérationnalisation de ce CATI auprès du Centre informatique de d’Ecole polytechnique de Vontovorona, suivie d’une visite de ce Centre, ont été organisées dans la journée du 16 novembre 2017. En vue d’une large diffusion des CATI et d’une meilleure exploitation des informations qui s’y trouvent, une convention de collaboration a été signée par le Ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et le Ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique durant cette journée.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Guide du week-end : Résonnement des cordes du Quatuor Squad

Le succès s’ensuit pour Quatuor squad. Les quatre jeunes violonistes multiplient les scènes mais cette fois-ci c’est à la City Ivandry que leurs cordes résonneront. Toujours adepte des répertoires romantique et baroque, la playlist se fera avec des titres qui ont fait l’âge d’or du mouvement artistique du XVIIIe siècle.

Ambiance « Misarangotra » avec Nully. Il s’est fait connaitre en tant que bassiste mais aujourd’hui, Nully Ratomosoa continue sur le chemin de la musique en tant que leader de son groupe éponyme. Après la sortie de son opus « Misarangotra », le jeune homme et ses complices de scène retrouveront les noctambules au Ravimpotsy Tsiadana ce soir. Sans changer de registre, et toujours dans le cadre de la promotion de son album, du funk et du jazz, bercera les habitués des lieux, le tout, fusionné avec des musiques du terroir.

Va pour la finale du Kopi-kolé. Le suspens a assez duré, car l’émission de téléréalité « Kopi-kolé » aura enfin son grand gagnant demain. Rendez-vous donc au Coliséum d’Antsonjombe pour connaitre celui ou celle qui succèdera à Olombelo Ricky. En même temps, l’on saura également l’artiste découverte de Madagascar dans la même foulée. A rappeler que censé avoir lieu le 16 octobre, cet appointement a été reporté un mois plus tard pour cause d’épidémie de peste.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Promotion du journalisme : Une convention collective nécessaire, mais problématique

« Le journalisme est un métier à la fois noble et ingrat », ce sont les propos du président de l’Ordre des journalistes de Madagascar, Gérard Rakotonirina, lors de la sortie de promotion de la Formation des jeunes journalistes 2017, offerte par la Fondation Friedrich-Ebert Stiftung. Toutefois pour que le journalisme malgache soit réellement noble et « moins ingrat », la régulation et l’assainissement doivent se faire de l’intérieur, par le biais d’une convention collective.

Par une régulation interne et un consensus établi avec les groupes patronaux, une convention collective des journalistes malgaches permet en effet de redorer le blason de ce corps de métier, tout en améliorant les conditions de travail des journalistes malgaches : salaires, primes, sécurité sociale, gestion des ressources humaines, etc. Qui, rappelons-le, est actuellement terni par le constat par les uns d’une baisse de niveau et la dénonciation par d’autres -sinon par tout le corps du métier- de conditions de travail déplorables donnant libre cours aux manquements éthiques et déontologiques en tout genre. Tout en sachant que philosophiquement parlant, l’éthique relève d’un choix et de valeurs individuelles.

Sinistrose. Sans oublier le mépris affiché par une partie de l’opinion pour les journalistes, censés être des leaders d’opinion. S’il est indéniable que le niveau tend à la baisse, tous les journalistes ne devraient pas non plus être logés à la même enseigne, car cette sinistrose, comme tout pessimisme d’ailleurs, ne serait que fatale à la promotion du journalisme. Alors qu’en principe et ailleurs dans les pays démocratiques, le journalisme représente déjà le quatrième pouvoir. Ce qui est encore loin d’être le cas à Madagascar.

Problématique. Si une convention collective est nécessaire pour promouvoir un journalisme conscient et efficace, elle demeure problématique au vu du contexte malgache. De un, la convention collective nécessite une cohésion qui n’est pas encore l’apanage des journalistes malgaches, encore marqués par nombre de scissions et de rivalités internes. Pour ne citer que le cas récent de la fameuse commission relative à la délivrance de la carte professionnelle, dissoute aussitôt qu’elle a été créée. Une décision qui a exclu, ou omis d’inclure, c’est selon, certains organes de presse, dont le nôtre. De deux, la logique syndicale du journalisme en est encore au stade embryonnaire à Madagascar. Par ailleurs, d’autres travaux de fond gagneraient à être menés en amont de cette convention collective, dont le renforcement de la cohésion et des capacités.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Sortie littéraire : « L’abécédaire » ou Titane, de A à Z

Titane vient de signer son cinquième livre autobiographique. Un ouvrage de 216 pages à travers lequel elle parle de sa vie de femme en tant que mère, épouse, docteur, peintre…

Titane vient de signer son cinquième livre autobiographique : « L’abécédaire »

Le cinquième livre de Titane est dans les bacs ! L’auteure a présenté hier, lors d’une conférence de presse au Colbert, son dernier-né : « L’abécédaire ». Un ouvrage disponible à la librairie Espace Loisir et à l’Hôtel Colbert, qui s’inscrit dans le même registre que les précédents. « C’est un livre dans lequel je relate mes vécus. Il est certes vrai que dans la culture malgache, on n’est pas habitué à mettre à nu des histoires personnelles. Il me tient pourtant à cœur de les partager avec les autres. Des messages ? Il n’y en a pas. Ce sont juste des bribes d’histoires que je tenais à raconter. Pourquoi l’abécédaire ? Tout simplement parce que pour chaque lettre de l’alphabet, j’ai dédié un chapitre ». Le livre, autrement dit, comporte 26 parties.

Passion. Docteur et peintre, Titane Pigny est également une passionnée d’écriture et c’est ce qu’elle veut mettre en avant à travers ses œuvres. « J’ai toujours aimé écrire depuis petite. J’adorais les rédactions et les dissertations mais également la Philosophie et la Psychologie. J’ai pensé écrire mes mémoires depuis une dizaine d’années, mais je ne trouvais pas le temps ». En 2014, elle se jette à l’eau. Les mots étaient sortis tous seuls et ont donné naissance à une première autobiographie de 120 pages, anglée sur la féminité. Trois ans plus tard, elle continue sur sa lancée et sur le même thème. « Je relate mes expériences en tant que femme, épouse, maman. Je parle d’amour, de mariage, de la vie de maman… » Malgré les obstacles auxquels elle a dû faire face, Titane, Christiane Pigny de son vrai nom, n’a jamais renoncé à sa passion. « A mes débuts, j’ai approché quelques maisons d’édition mais comme j’ai eu une réponse de non-recevoir, j’ai opté pour une autoédition.  Malgré cela, j’encourage tous ceux qui, comme moi, sont passionnés d’écriture à avancer et s’obstiner. Notre pays traverse certes des difficultés économiques, mais j’espère voir un jour son domaine culturel littéraire se développer ».Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Football- Elections Analamanga : Avotraina Andriamosa se retire !

Le maire de Sabotsy Namehana et néanmoins président du FC SabNam, Avotraina Andriamosa, est un grand acteur du développement de football.

Coup de théâtre, hier, à l’annonce du retrait de Avotraina Andriamosa de sa candidature à la présidence de la Ligue d’Analamanga de football. Beau joueur, le maire de Sabotsy Namehana prend tout son courage à deux mains pour offrir à Tota Henintsoa Rakotoarimanana, devenu candidat unique à sa propre succession, toute sa bénédiction pour ensuite revenir sur les raisons qui l’ont poussées à briguer ce poste. Récit.

Midi Madagasikara : Peut-on savoir les raisons de ce retrait au profit de Tota Henintsoa Rakotoarimanana dans cette course à la présidence de la Ligue d’Analamanga de football ?

Avotra Andriamosa : « C’est simple car après les déclarations publiques des six présidents de section qui font partie des électeurs qui vont soutenir Tota, je pense que les dés sont plutôt pipés et qu’il n’est plus question que je me présente. Je déplore tout simplement que l’initiative de ces présidents de section, à mon humble avis, bafoue les règles élémentaires des élections sportives car elle foule aux pieds le sacro saint principe du secret d’un vote. C’est inadmissible mais ils l’ont fait et ils doivent prendre leur responsabilité. J’aurais accepté une déclaration de candidature de Tota mais pas cet acte d’allégeance des présidents de section envers un homme dont le bilan n’est guère brillant

Midi : Vous êtes amer ?

A.A. : « Je ne peux pas rester indifférent à ce geste des sections, je le dis insensé, car si je me suis présenté à la présidence de la Ligue d’Analamanga, c’était à la demande des férus du football tananarivien qui estiment qu’on doit effectivement changer d’hommes et de méthode après les résultats médiocres des clubs d’Analamanga. Et quand je dis médiocre, le mot est encore faible car le mal est plus profond avec cette défection des grands clubs d’Analamanga puisqu’après la CNaPS puis l’Ajesaia à Tsiroanomandidy, JET Mada est parti à Miarinarivo tandis que Top Dom a choisi d’aller à Ambositra. Et si ces clubs sont partis, c’est parce que l’air est devenu irrespirable à Tana.

Et ce qui me désole aujourd’hui c’est de voir que les trois ou quatre présidents de section que Tota avait emmené à Maurice, ont vu que la sélection U17 d’Analamanga avait terminé à la dernière place du tournoi COSAFA alors que la Ligue se vantait d’avoir préparé au mieux ces jeunes. Est-ce cela qu’ils veulent poursuivre ?

En poussant le raisonnement plus loin, la Ligue d’Analamanga est aussi responsable des échecs du football féminin en bâclant la préparation et laissant ainsi le titre à Itasy tout comme il est aussi responsable de l’élimination des Barea en CHAN dans la mesure où Analamanga avait fourni l’écrasante majorité des joueurs de cette compétition réservée aux locaux. »

Midi : Se retirer, on vous comprend mais est-ce à dire que vous vous écartez totalement du monde du football ?

A.A. : «Le football, c’est ma vie et j’ai encore plus mal quand cela ne marche pas. Je me suis personnellement investi pour offrir à l’équipe féminine de Sabotsy Namehana des titres de champion de Madagascar et je ferais encore tout pour promouvoir cette discipline. D’ailleurs je me réjouis d’avoir été pour quelque chose dans le transfert de notre joueuse Sophie Farafanirina dans un club de Strasbourg. C’est dire que je reste et resterai un acteur œuvrant pour le développement du football. Dans cette foulée, je lance un vibrant appel à tous les férus du ballon rond pour qu’ils ne se contentent plus de regarder et d’agir dans l’intérêt du football. »

Propos recueillis par

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

MIDIRAMA : Une précampagne qui ne dit pas son nom

C’est une longue suite d’agressions et de kidnappings que la communauté karana subit depuis plusieurs années, mais malgré les assurances des autorités malgaches, ses membres vivent dans la crainte de tomber dans une embuscade comme cette semaine. Dans les différentes affaires qui ont défrayé la chronique ces derniers temps, on a constaté une certaine opacité qui empêche de connaître la réalité des faits. Les journalistes doivent donc se contenter d’informations fragmentaires à cause du mutisme des familles touchées. Ils se contentent donc d’effleurer le problème. Les pouvoirs publics peuvent ainsi se réfugier derrière l’excuse du manque de collaboration des proches des victimes. On est tenté de faire un rapprochement entre la tentative de rapt de la jeune étudiante qui a eu lieu la semaine dernière et l’attaque de tueurs à moto sur l’individu qui a été grièvement blessé. Mais comme d’habitude, les responsables des forces de l’ordre affirment que l’enquête suit son cours. C’est une actualité plus souriante qui a été également rapportée par la presse cette semaine. La distribution de kits scolaires par le régime aux collégiens de la Capitale et de ses environs a été l’occasion pour ce dernier de se mettre en valeur. Cette manifestation, même si cela n’est pas dit ouvertement, fait partie de cette précampagne électorale qui a commencé longtemps à l’avance. L’inauguration du pont de Farahantsana et du site d’une nouvelle centrale hydroélectrique entre dans ce cadre.

Sur le plan international, c’est l’éviction en douceur d’un Robert Mugabe au pouvoir depuis 37 ans qui a surpris les médias du monde entier. Celui qui semblait inamovible a été placé en résidence surveillée par le chef d’Etat-major de son armée. Mais aux dernières nouvelles, il a refusé de démissionner, mettant dans l’embarras les instigateurs de cette destitution. Ce coup de force semble avoir été dirigé contre Grace, l’épouse du président que contre ce dernier. Jacob Zuma, qui est un de ses amis les plus proches, a envoyé des émissaires pour servir de médiateurs dans la crise en train de s’installer.

Au Proche Orient, c’est ce qu’on appelle l’affaire Saad Hariri qui retient l’attention de tous les spécialistes de cette région du monde. Le Premier ministre libanais qui a le 4 novembre dernier annoncé sa démission lors de son voyage en Arabie Saoudite a provoqué la consternation de tous les leaders politiques de son pays. La plupart des commentateurs ont affirmé qu’il avait subi des pressions de la part du prince héritier Mohamed Ben Salmane et que cela entrait dans le cadre de la rivalité de son pays avec l’Iran. Le président Emmanuel Macron lors de son déplacement dans la région du Golfe a rencontré le prince et a apparemment réussi à dénouer la crise. Le Premier ministre va être accueilli en France aujourd’hui .Après l’euphorie qui a régné après la signature de la COP21, la COP22 et cette année la COP 23 semblent s’être déroulées dans un esprit plus réaliste. Le retrait des Etats-Unis de l’accord a, dans un premier temps, provoqué une certaine amertume, mais les participants à ces conférences se sont vite ressaisis. Le reste du monde est plus que jamais décidé à aller de l’avant. Le président Emmanuel Macron s’est dit prêt à impulser le mouvement.

C’est une équipe de campagne en ordre de marche qui est en train de réaliser le plan qu’elle a élaboré pour que son candidat soit réélu. Le président de la République a commencé à faire ses inaugurations et à montrer les réalisations du régime. Pour le moment, le front est entièrement dégagé devant lui, l’opposition étant devenue totalement muette. La précampagne est bien entamée et les actions de propagande vont aller crescendo dans les jours voire dans les mois à venir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Robert Mugabe : « J’y suis, mais je ne peux plus rester ! »

C’est un chef d’Etat fort de tout le poids conféré  par  son statut de père de l’indépendance de son pays qui s’est dressé contre les militaires lui demandant de quitter le pouvoir. Alors que tous les médias avaient annoncé que son éviction était effective, Robert Mugabe a affirmé avec force qu’il est le chef de l’Etat et qu’il le reste.

Robert Mugabe : « J’y suis, mais je ne peux plus rester ! »

Il n’a pas été chassé du pouvoir par la rue. Il n’y a pas eu de manifestations ayant été réprimées dans le sang. C’est donc par la persuasion que les instigateurs de son éviction ont voulu le forcer à partir, mais le vieux président n’a pas cédé. La conspiration qui a été ourdie par l’ancien premier ministre et les militaires a été préparée depuis bientôt un an et elle a abouti à cette mise en résidence surveillée du vieux chef d’Etat. Ce dernier était, malgré son attitude dictatoriale, respecté par la population, mais c’est la conduite de son épouse, Grace, qui a fortement indisposé la classe politique de son pays. C’est elle et ses proches qui détenaient réellement le pouvoir et les instigateurs de ce coup d’Etat ne disant pas son nom ont voulu les pousser vers la sortie. Une forte délégation sud-africaine a été dépêchée à Harare pour essayer de désamorcer la crise, mais le président n’a rien voulu savoir et n’a pas signé la démission qu’on lui présentait. On l’a même vu sortir en souriant de la maison où il était en résidence surveillée. Certains observateurs estiment qu’il est en train de négocier au prix fort son départ.  La pression exercée sur ce dernier est cependant de plus en plus forte. Le président Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire estime « qu’il a été l’objet de respect et même d’adulation de beaucoup d’Africains, mais le monde a changé….Il est temps qu’il cède son fauteuil à une nouvelle génération ». La main est donc en train de passer et Robert Mugabe va devoir céder. On parle déjà d’un exil en Namibie qui a accepté de l’accueillir. Il ne peut que dire : « J’y suis, mais je  ne peux plus rester ! »

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Ambatondrazaka : 20 lahy nanafika tokantrano, nanjavona ny volabe

Nirefodrefotra ny basy ary nanakoako ny kotaba nataon’ireto jiolahy miisa ho 20 any ho any nanafika ity tokantranona mpivarotra iray tao Ambodimanga Ambatondrazaka. Famaky lehibe iray no namakiana ny trano ka nanakoako eran’ny manodidina, sady mandrahona ireto jiolahy hoe « mivoaha izay mafy ». Niantso vonjy ny tompon-trano, niezaka nitsoka kiririoka ihany koa, nefa tsy nampatahotra ireto jiolahy ireto izany fa vaomainka izy ireo niditra ny trano, ary nandrahona hoe aiza ny vola sy ny volamena. Dia nomena avokoa ny zavatra sarobidy notadiavin’ireto jiolahy rehefa voambana basy izy mivady. Ny manodidina rahateo tsy nisy nivoaka noho ny tahotra. Anetsiny tany ho any ilay volabe, hoy ny tompon-trano, satria mpivarotra mandeha no tena asan’izy mivady, ary vao tonga avy nivarotra izy ireo ka nieritreritra ny ampitso vao hanisa ny vola sy hanao ny fandrotsaham-bola any amin’ny banky, kanefa izao tratran’ny fanafihana izao. Manao sarontava ny sasany amin’ireo jiolahy, hoy ny fanazavana ary nisy basimborona tazana teny amin’izy ireo. Ny Alakamisy faha-16 novembre 2017 tokony ho tamin’ny 11 alina no nitrangan’ny fanafihana izay naharitra teo amin’ny 20 minitra tany ho any, ary efa eo am-pelatanan’ny mpitandro ny filaminana ny raharaha.

Janus R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info0 partages

10 jeunes entrepreneurs malgaches bénéficiaires d’un financement de CONFEJES

La Conférence des Ministres de la Jeuneuse et des Sports des pays de la Francophonie ou CONFEJES a octroyé un financement à partir de 5 millions d’Ariary à 10 millions d’Ariary, à titre de subvention pour la réalisation de leur projet respectif.
10 projets parmi les 10 sommets à la CONFEJES ont été retenus au titre des meilleurs projets de l’année. Les projets menés par ces jeunes entrepreneurs sont l’ouverture d’un salon de thé, culture de champignon, culture de blackeys, pisciculture en bassin cimenté, production d’huile essentielle de gingembre, production de sirop de gingembre et d’ananas, créations des boutiques spécialisées en crochet de raphia, ouverture d’une agence touristique, fabrication d’article de décoration en argile et création de production itinéraire. À souligner que ces 10 jeunes lauréats sont issus de 7régions de Madagascar, à savoir,Analamanga, AlaotraMangoro, Antsinanana, Boeny, MatsiatraAmbony, Itasy et Sofia.
News Mada0 partages

Loza manambana, mitatao… : atsaharo ny fanaovana maloto an-dranomasina !

 Loza manambana, mitatao sy efa mihatra amin’ny fahasalaman-bahoaka sy ny toekarena, mandavan-taona mihitsy, ny fanaovana sy fanariana maloto eny amin’ny tora-pasika sy sisin-dranomasina amin’ny morontsiraka maro eto Madagasikara. Lasa poizina anisan’ny miteraka aretina sy fahafatesan’olona, indrindra any amin’ny faritra amorontsiraka ny fihinanana hazan-dranomasina tratran’ireo poizina. Very ny kalitaon’ireo karazan-trondro. Ankoatra izay, olana tsy mamparisika ny mpizahatany ho any amin’ireny faritra ireny ny tontolo iainana an-dranomasina maloto ; fatiantoka lehibe koa ho an’ny sehatry ny jono.

Misehatra amin’ny famahana io olana io ny sekretaram-panjakana miadidy ny Ranomasina, Rtoa Randianarisoa Léonide Ylénia. Amin’ny maha tompon’andraikitra voalohany azy, mijery manokana ny fanamafisana ny fitsipika mifehy sy ny rijan-teny mifandraika amin’izany izy. Misy ary ny rafitra mpanara-maso mba hampihena sy hanafoana mihitsy ny fandotoana ny ranomasina.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tale jeneralin’ny Socolait : « Tsy misy tokony haharatsy fijery momba an’i Madagasikara”

Ny 20, 21, ary 22 novambra ho avy izao ny Andron’ny indostria aty Afrika. Isan-taona manokana fotoana ho fankalazana izany ny eto an-toerana, hatao eo amin’ny lapan’ny Tanàna Analakely, amin’ity taona ity.

Iarahana amin’ireo indostria vaventy ny seho  hatao eo amin’ny lapan’ny Tanàna. 50 eo ho eo ny tranoheva hanehoan’ny indostria samihafa ny zava-bitany. Manohana ny fotoana ny orinasa Star, Socolait, Taf, Compagnie Vidzar, miampy ireo mpiara-miombon’antoka samihafa. “Tsy misy fampandrosoana tsy mandalo amin’ny indostria, ka ny fotoana toy izao indrindra ny fampahafantarana sy ny fanomezan-danja ny vita gasy eto an-toerana sy any ivelany”, hoy ny minisitra Tazafy Armand.

Samy nilaza ny fahitany ny tontolo misy azy sy ny indostria ny solontenan’ireo orinasa mpanohana ny hetsika ireo. Nambaran’ny tale jeneralin’ny Socolait, Philippe Penouty, ny fiantsoana ireo mpampiasa vola avy any ivelany. “Tsy misy tokony hahasakana ny mpampiasa vola na haharatsy fijery azy ireo momba an’i Madagasikara. Manana ny fahaiza-manao rehetra ny Malagasy, hita izany ao amin’ny Socolait”, hoy ny tale jeneraly. Koa tsy tokony hitsahatra ny fampiroboroboana ny “Vita Malagasy”, izay ny tanjona, indrindra fa manana fahazoan-dalana ara-dalàna ny indostria eto an-toerana.

“Tsy misy sakana eto”

Tsy misy sakana eto fa tsy maintsy atao kosa ny fampiofanana ny mpiasa sy ireo mpiara-miombon’antoka hafa, toy ireo mpamatsy akora fototra. Ho fampandrosoana izany tontolon’ny indostria izany ny fanatsarana ny fitantanana manomboka avy amin’ny fanjakana amin’ny fampiharana ny lalàna ho fanajana ny fifaninanana, ho fanatsarana ny kalitao manamarina ny fenitra tsy maintsy arahina amin’izay zavatra vokarina”, hoy ihany i Philippe Penouty. Manampy ny tsy miankina amin’izany fiofanana izany ny fanjakana.

Nitovian’ireo orinasa rehetra hevitra moa ny fanavaozana ny indostria, na amin’ny fitaovana na amin’ny fomba fiasa hanomezan-danja ny “Vita Malagasy”, hanara-penitra ho fanajana ny lalànan’ny varotra.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Analavory : maty voatifitra ilay namono ny ben’ny Tanànan’Ampefy

Lavon’ny balan’ny zandary tao Amparihivato fokontany sy kaominina Analavory, afakomaly tamin’ny 6 ora sy 30 mn hariva ilay lehiben’ny dahalo tompon’antoka tamin’ny famonoana ny ben’ny Tanànan’Ampefy sy Andolofotsy…

 

Lehiben’ny dahalo ary raindahiny amin’ny fanafihana ity maty voatifitry ny zandary ity. Efa nokarohina hatry ny ela izy, saingy tsy afa-manohy ny asa ratsiny intsony izy amin’izao rehefa nifanehatra tamin’ny zandary. Araka ny fanazavan’ny zandary, ity dahalo maty ity no lehiben’ireo dahalo maty voatifitry ny zandary tao Ambatondramijay, kaominina ambanivohitra Analavory, ny 29 oktobra 2017 lasa teo. Izy koa ny lehiben’ireo dahalo tompon’antoka tamin’ny famonoana ny ben’ny Tanànan’Ampefy sy ny ben’ny Tanànan’Andolofotsy. Tompon’antoka tamin’ny fanafihana sy halatr’omby tamin’iny faritra iny koa izy hatrany Manazary Miarinarivo.

Fa azon’ny zandary sambo-belona koa ny dahalo iray antsoina hoe Flavien Soafiavy. Niainga avy amin’ity dahalo tratra ity no nahafahan’ny zandary nisambotra ny dahalo antsoina hoe Fealozae Ialy, saingy lavon’ny zandary nandritra ny fifandonana.

Olona miisa sivy koa indray voasambotra rehefa avy nifanenjehan’ny zandary sy ny andrimasom-pokonolona tao Brickaville. Mpitora-bato ireo fiara mifamezivezy amin’iny RN 2 mandalo eo Brickaville izy sivy mianadahy ireto. Miandahy miambavy izy ireo ary tratra niaraka tamin’izy ireo koa ny lehilahy roa mpanakarama ireo mpitora-bato ireo. Araka ny tatitra nampitain’ny zandary, fiara miisa efatra no niharan’ny torabato (taksiborosy roa, fiara 4×4 iray raha kamiaobe kosa ny iray).

Jean Claude

News Mada0 partages

Soavina : lehilahy iray nangalatra volan’ny mopera

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny “poste de police avancé” Soavina ny lehilahy iray, 25 taona, monina eny Malao, ny talata 14 novambra hariva, teny Soavina, noho ny resaka fangalarana vola tao amin’ny orinasa iray eny Bevalala.

Mpanatitra entana sy mpaka vola ao amin’ny Pretra eny Bevalala no asan’ity lehilahy ity. Nanomboka ny volana jolay, nanombinany tsikelikely ny vola ateriny ao amin’ny mpitahiry volan-dry mompera. Rehefa nanao ny fanamarihana ny tompon’andraikitra ny faran’ny volana aogositra, nahatsikaritra fa tsy ampy 3 tapitrisa Ar ny vola nampidirin’i Mbola. Nampiantsoina izy ka nilaza fa nalainy ireo vola ireo. Rehefa nifampiraharaha izy sy ny mompera, nifanaraka fa haveriny ilay vola. Nanomboka ny volana oktobra anefa, tsy hita intsony izy ka nahatonga an’ny mompera nametraka fitoriana. Nandeha ny fikarohana sy ny vela-pandrika nataon’ny polisy ka izao izy noraisim-potsiny izao.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Lay Tsena B : hanolotra entana manana kalitao ny mpandray anjara 300

 Manolotra ny “Lay Tsena B” eny amin’ny tanàna Voara Andohatapenaka ny Infinity group sy ny First evenementiel, ny 8-10 desambra ho avy izao, miaraka amin’ny minisitera maromaro mpiara-miasa amin’izy ireo.

“Hiavaka ny hetsika andiany voalohany satria entana misy kalitao manome fahafaham-po ny mpanjifa no hamidy eny an-toerana mandritra ny hateloana. Ho hita eny avokoa ny karazan’entana sy tolotra azo jifaina eto Madagasikara: fiara, akanjo, kojakojan-dakozia… araka ny fanazavan’ny mpiandraikitra ao amin’ny Infinity group, Ramilijaona Tsanta, omaly, teny Antaninarenina. 300 ny mpandray anjara ary efa nofantenana mialoha avokoa ny entana sy ny tolotra haranty sy hamidy mba hanana kalitao nefa zakan’ny sarambabem-bahoaka ny vidiny.

Hifaninana koa ny vokatra rehetra ao anatin’ny hetsika ka ho mpitsara ny mpanjifa efa nofidina manokana sy ny minisitera mpiara-miasa amin’ny mpikarakara. Hahazo ny  mari-boninahitra label  kalitao Madagasikara ireo mendrika indrindra amin’ny sokajy rehetra. Efa ao anatin’ny fanomanana ny fety ny vahoaka ka haranty eny ny fitaovana sy tolotra ilaina amin’izany. “Hanamarika ny tsena koa ny fanentanana sy fampisehoana (slam, dihy, kabary) iarahana amin’ny mpanakanto maro ka samy ahitana izany ny atiny sy ivelan’ny tanàna Voara ao anatin’ny telo andro”, hoy ny mpandrindra ny First Evenementiel, Rasamoelina Andry.

Hamaritana ny entana manana kalitao ny fahatezany, ny fahitana ny vokatra tsy tapaka eny amin’ny tsena, tsy mitera-doza ho an’ny fahasalaman’ny olona mampiasa azy na mihinana azy. Manana manam-pahaizana manokana afaka mitsirika ny kalitao isika eto Madagasikara.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Protection contre les crues : vulgarisation des normes hydro-agricoles

Dans le cadre du renforcement de capacités en matière de réduction des risques et catastrophes, des ingénieurs et des techniciens de la direction du génie rural ont suivi un atelier de formation de formateurs, depuis mardi jusqu’à hier, à l’hôtel Panorama Andrainarivo. La vulgarisation des Normes malgaches de construction des infrastructures hydro-agricoles contre les crues et inondations (Nihycri) a été particulièrement soulignée lors de cet atelier. Cela, dans l’objectif de réduire, voire endiguer, les dégâts causés par les inondations et les crues, et par la même occasion d’éviter les pertes économiques engendrées. Un secteur qui représente pourtant 27% du PIB et 40% des exportations (source Instat en janvier).

Les régions Menabe et Sava ont été les premières bénéficiaires de cette formation. «A l’issue de cet atelier, les participants seront capables de réaliser des formations en cascade sur l’application du Nihycri», a indiqué un responsable du cabinet d’études Gerco qui assure la formation. Les ingénieurs et techniciens du génie rural des régions Alaotra Mangoro et Boeny feront partie de la prochaine vague, du 20 au 24 novembre.

Sera R

 

News Mada0 partages

Insécurité à Belo-sur-Tsiribihina : inquiétude permanente des villageois

L’insécurité fait des ravages dans le district de Belo-sur-Tsiribihina. Vols de zébus, agressions, meurtres sont devenus le lot quotidien de la population.

Les habitants du district sont totalement désemparés par la situation d’insécurité qui prend de l’ampleur.  Depuis le début de cette semaine, au moins trois cas d’acte de banditisme ont été constatés par les forces de l’ordre dans cette localité.

Pas plus tard que dans la journée d’avant-hier, deux individus ont pris pour cible deux femmes qui comptaient prendre un bain dans une rivière. Les malfaiteurs ont jeté leur dévolu sur les dents en or de leurs cibles. Fort heureusement, les deux femmes ont pu appeler de l’aide et aussitôt, les riverains et des militaires sont arrivés. Les bandits ont dû prendre la fuite, les mains vides.

Le jour même, vers 16h, dans la commune d’Ankalalobe, des dahalo armés se sont enfuis en emportant 150 zébus. A l’issue de la poursuite entamée par les gendarmes en compagnie de 100 villageois, les assaillants ont été rattrapés au niveau de la montagne de Bemaraha. Après des échanges de tirs, trois dahalo ont été abattus tandis que 2 villageois ont été blessés. Les zébus ont été récupérés.

Et enfin, la mort d’un catéchiste d’un temple de la localité mardi dernier a mis en émoi toute la population du district. Il a été inhumé avant-hier. Selon les premiers éléments de l’enquête, le malheureux a été agressé puis tué pour des raisons encore inconnues.

Les faits expliquent et démontrent  la terreur persistante vécue par la population de ce district situé dans la région Menabe. En une semaine, les bandits ont fait parler d’eux dans l’ensemble du district. Les villageois lancent un appel à l’aide.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Lapan’ny Tsimbazaza : mitranga mihemotra ny fanonganana ny birao maharitra

 Tsy mazava intsony. Mahazo vahana eny amin’ny Antenimierampirenena, mialoha izao  faran’ny herinandro  izao, ny fanozongozonana ny sezan’ireo birao  maharitra eny Tsimbazaza. Voalaza fa efa mandeha izany izao…

 

Manjavozavo tanteraka ny raharaha tato anatin’ny  herinandro« Hatreto aloha raha ny henonay,  miketrika  ny hanao  izany ny depiote HVM  sy ny tsy miankina ary ny Mapar II… Mbola resaka fotsiny aza  izany ! », hoy ny solombavambahoaka,  Tim voafidy eny Ambohimanarina, Rasoanoromalala Horace, omaly. Nohamafisiny anefa fa misy  tokoa ny  fitakiana  nataon’izy ireo amin’ ny birao  maharitra ny hampitomboana ny vola momba ny sosialy ho an’ireo depiote,  hahazoan’izy  ireo manampy sy mamaha ny olana ny vahoaka nifidy azy. « Tsy misy resaka fanonganana  mihitsy izany » , hoy  izy.   Nanamafy koa  ny depiote Andriatsizehena Benja Urbain ary nilaza fa lapan’ny demokrasia ny eny Tsimbazaza. « Malalaka amin’ny heviny sy  ny  ataony  ny solombavambahoaka tsirairay… Na izany aza anefa, efa  kely sisa  ny  fe-potoam-piasanay satria hatao amin’ny herintaona ny fifidianana. Fotoan’ny  fanonganana azy ireo ve izao ? », hoy izy. Efa nialohavan’ny fanehoan-kevitry ny  filoha Rakotomamonjy Jean-Max  izany ka nilazany fa tsy mahare ny momba izany ny tenany. Tsy manda  ny fifandimbiasam-pitondrana koa anefa ity filoha nasionalin’ny Leader Fanilo ity raha toa ka hirosoana  izany.

Depiote mankany an-dafy sady mahazo 30 tapitrisa Ar

 Ankoatra izany anefa,  tsy levon’ny depiote sasany ny fitanilana amin’ireo namany matetika mandeha any an-dafy miatrika fivoriana  na miofana ary mbola mahazo tambiny hatrany amin’ny 30 tapitrisa Ar. Anisan’ny tompon’andraikitra amin’izany ny eo anivon’ny birao  maharitra.

Anisan’ny feo niely teny an-toerana ny filazana fa hisolo toerana ny filohan’ny Antenimiera, Rakotomamonjy Jean Max ny depiote Milavonjy Philobert na koa ny depioten’Antsimondrano, avy amin’ny  tsy miankina manohana HVM, Randriarimalala  Harijaona (John Elite).

Tsiahivina fa maherin’ny 100 ny sonia voaangona vao afaka hirosoana izany fanonganana ny birao maharitra izany. Anisan’ny mandrafitra ny fitantanana ny Antenimiera ny filohany sy  ny filoha lefitra avy  amin’ny faritany enina. Manampy ireo mpitantam-bola na kestora  telo ary mpampaka-teny roa.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Fifandraisana amin’ny any ivelany : maka bahana manomana fifidianana ny Tim

Manao dingan-dava, miomana amin’ny fifidianana. Niara-nivory amin’ireo tompon’andraikitra ambony any Alemana ny filoha nasionalin’ny antoko  Tim,  Ravalomanana, omaly tany Bonn. Nitohy tamin’ny fiarahany mivory amin’ny eo anivon’ny Vondrona eoropeanina (UE) izany. Nitarika ny fihaonana ny depiote eoropeanina, Louis Michel. Nihazo ny tany  Frantsa ny tenany avy eo ary nihaona tamin’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny  minisiteran’ny  Raharaham-bahiny ao Quai d’Orsay.  Voaresaka  tamin’ireo fihaonana  ireo  ny raharaham-pirenena. Fa eo koa  ny fifidianana filoham-pirenena hatao amin’ny  taona 2018. Mazava ny efa nambaran’ireo avy amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena fa mitaky fifidianana malalaka sy andraisan’ny  rehetra anjara,  tsy manilika izy ireo. Tsiahivina fa avy niatrika ny fihaonana an-tampon’ny Cop 23, niresahana ny fiovaovan’ny toetr’andro tany Bonn,  Alemaina ny ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao mivady, izao nanararaotra nihaona amin’ny tompon’andraikitra samihafa any Eoropa izao. Anisan’ny nandaha-teny tamin’izany ny tenany ary nampahafantatra koa ny anjara birikin’ny kaominina tantaniny manoloana  ny fiovan’ny toetr’andro.  Anisan’ny efa nahazoan’ny CUA loka voalohany  izany.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Manohana an’i Beriziky ny UNDD Fianar

 Anisan’ireo efa maka  bahana amin’ny  hiatrehana  ny fifidianana amin’ny taona ho avy ny UNDD. Nihazo ny  any Fianarantsoa  izy ireo tamin’ity herinandro ity.  “Manaraka ny hafatrafatra farany napetraky ny raiamandreny,  ny Pr Zafy Albert izahay ka izao manohana ny filatsahan-kofidin’i Beriziky Omer ho filoham-pirenena izao”, hoy Rakotovahiny Emmanuel tamin’ny lahateniny tany an-toerana. Nihaona sy namory ireo olobe ao an-dRenivohitr’i Matsiatra Ambony izy ireo. Anisan’ ny noresahina tamin’izany ny fiainam-pirenena sy vinam-pampandrosoana ho entin’izy ireo. Ohatra ny momba ny hetra ka nanamafisan’ny kandidà Beriziky fa hampiakarina ny tahan’ny fandoavan-ketra.  “Fomba iray ahafahana miatrika ireo vina samihafa nampanantenainay ireo”,  hoy izy.

Nisongadina tamin’izao fihaonana izao ny fampahafantarana fa mpandova ara-kevitra ny Pr Zafy Albert ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky sy ireo olon’ny UNDD miaraka aminy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Havatsa-Upem Arivonimamo : tontosaina ny « Telo andron’ny literatiora sy ny haisoratra malagasy »

Noho ny tsy fahazoana mivorivory, nihemotra avokoa ny lanonana tokony ho notanterahina ny volana oktobra. Iray tamin’ireny ny « Telo andron’ny literatiora sy ny haisoratra malagasy », izay saika hotontosaina tany Arivonimamo.

Fantatra araka ny fampitam-baovao nomen’i Ony Lantoarimamy Ravorombato, filohan’ny Havatsa-Upem Arivonimamo fa hotanterahina eto Antananarivo sy any Arivonimamo ny hetsika « Telo andron’ny literatiora sy ny haisoratra malagasy », izay hanana ny lohahevitra « Velona ho velona ny haisoratra malagasy ». Ny asabotsy 25 novambra, manomboka amin’ny 2 ora tolakandro, ao amin’ny Cemdlac Analakely, ny famoahana ny bokin’i Miary Fanahy nampitondrainy ny lohateny « Lakolosy fahatelo ». Ahitana antsa tononkalo ravahina dihy miaraka amin’ny mpanakanto Andry Rabe.

Ny zoma 1 desambra, manomboka amin’ny 10 ora maraina, ao amin’ny Tranom-pokonolona Arivonimamo. Fanokafana amin’ny fomba ofisialy ny taom-piasana 2017-2018. Fanolorana salotrahasina ho an’ireo mpikambana nahafeno ny fepetra. Fampirantiana momba ireo mpanoratra ao anaty fandaharam-pianarana sy ireo nanangana ny fikambanana Havatsa-Upem. Ho hita ao ihany koa ny sanganasan’ireo mpikambana Havatsa-Upem avy ao Arivonimamo. Lanonana hafanain’ny tarika Rafasiry Kolokanto.

Hizara roa kosa ny fandaharam-potoana ny asabotsy 2 desambra. Manomboka amin’ny 8 ora maraina, fanohizana ny fampirantiana. Ny tolakandro, antsa tononkalo nampitondraina ny lohateny « Filazan-tsarin’ny alina » hotanterahin’ny mpanoratra telo mirahalahy : i Hogiana sy i Riva ary Ikaky RH.

Marihina fa ny ben’ny Tanànan’Arivonimamo Ambonivohitra, Razanakoto Jaona, izay sady mpanohana ny hetsika rehetra nataon’ny Havatsa-Upem Arivonimamo no mpiahy ity hetsika ity.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Dihy – “Festival Kinani” : misolotena an’i Madagasikara ry Géraldine

Hotanterahina any Maputo-Mozambika, ny 21 hatramin’ny 26 novambra izao, ny “Festival Kinani”, sehatra lehibe iray ihaonan’ny mpanao soradihy avy amin’ny firenen-tsamihafa aty amin’ny kaontinanta afrikanina. Anisan’ireo firenena 14 mandray anjara amin’izany i Madagasikara, izay soloin-dry Géraldine sy ny ekipany tena.

Andiany fahafito amin’ny “Festival Kinani”, izay tontosaina isaky ny roa taona, ny tanterahina amin’ity taona ity. Fihaonamben’ny mpandihy ny hetsika ary hibahan-toerana ny fifanakalozana traikefa sy ny fanamafisana ny fifandraisana. Tsy ho latsa-danja ihany koa anefa ny fampisehoana, izay tsy hijanona anaty efitrano fa hotanterahina amina sehatra samihafa, toy ny ankalamanjana.

Tohanan’ny Institut français ny “Festival Kinani” ary tafiditra ao anatin’ny fandaharanasa antsoina hoe “Danse l’Afrique danse”. Amin’ity andiany ity, hiompana kokoa amin’ny fifandraisan’ny dihy nentim-paharazana sy ny dihy ankehitriny ny hetsika rehetra. Ny 25 novambra izao no fantatra fa haneho ny talentany ireo mpanakanto malagasy, izay tsy zovina intsony ary efa matihanina tanteraka eo amin’ny tontolon’ny dihy ankehitriny.

Landy R.

News Mada0 partages

Slam : hamoaka rakitsary i Malaria

Hivoaka tsy ho ela ny rakitsary vaovaon’i Malaria mitondra ny lohateny « Demain est un autre jour ». Mpanakanto tanora anisan’ireo miangaly ny slam. Raha ny fanazavany, hahitana sary voarindra sy sombintsombiny tamin’ireo fampisehoana nataony ity rakitsary ity. Ho an’ny lafiny teknika indray : « somary miavaka ny « Demain est un autre jour » satria matihanina avokoa ireo niara-niisalahy ka nanome ity vokatra vaovao ity », hoy i Malaria. Eo ihany koa ny fisian’ny sary miaina ao anatiny izay mbola tsy fahita firy eto Madagasikara.

Nomarihiny fa tsy maintsy hisy hatrany ny fampahafantarana hatao ny amin’ny fivoahan’ity rakitsary ity, tahaka ny natao tamin’ny namoahana ny « Mon beau village ». Hitohy hatrany ihany koa ny fanaovana fampisehoana.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Livre : «L’abécédaire» de Titane Pigny

Après «Je t’aime moi non plus», l’écrivain Titane Pigny a  présenté son cinquième livre intitulé «L’abécédaire», hier, à l’hôtel Colbert Antaninarenina. Par rapport à ses précédents ouvrages, l’artiste a utilisé un nouveau style d’écriture pour nous dévoiler une partie de sa vie. «Une autobiographie où j’ai associé une histoire à chaque lettre de l’alphabet», a-t-elle annoncé.

Au fait, ce sont toutes des histoires que Titane Pigny a vécues.  La plupart des sujets traités tournent ainsi autour de l’amour, de sa vie de famille, de son travail. Notons que l’artiste est mariée et a trois enfants. Elle est aussi à la fois docteur, peintre et écrivain. «Mon objectif est surtout de partager les expériences, particulièrement aux femmes», a-t-elle ajouté. Le livre contient 261 pages et est édité en 200 exemplaires.

Tous les ans, elle essaie de présenter un nouvel ouvrage et de le présenter lors de la rentrée littéraire qui se tient normalement au mois d’octobre. «Mais avec l’épidémie de la peste, j’ai décidé de ne le sortir que ce mois de novembre», a-t-elle précisé. Il est disponible à l’hôtel Colbert, dans la librairie de l’espace Loisir à Antaninarenina et au restaurant le B Isoraka.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Fanorona : une fédération est née

Au mois de juin dernier, un tournoi du jeu fanorona s’est tenu à Andohalo. Malheureusement, les demi-finales n’ont pas pu se faire. Une fédération de cette discipline, qui vient juste d’être créée, organisera la suite du tournoi, ce jour, au Cercle Mess Fiadanana.

Fanorona est un des jeux malgaches qui séduisent encore de nombreux joueurs. Conscient de sa valeur, le ministère de la Jeunesse et des sports a créé une Fédération malgache de Fanorona, après une lettre de décision ministérielle 0762017/MJS, présidée par Aimé Rabenja Rapelanoro. «Cette fédération est encore spéciale parce que son objectif est de mettre en place toutes les structures décentralisées nécessaires afin de vulgariser ce jeu dans toute la Grande île. C’est ainsi que nous pouvons assurer des athlètes et organiser des compétitions nationales et formelles. De ce fait, nous devons élaborer un projet de structure et surtout instaurer un règlement intérieur», a expliqué un des membres de la fédération.

Le Fanorona est un jeu qui n’existe qu’à Madagascar et faisant partie de notre identité culturelle. Etant un jeu de stratégie, il renferme plusieurs philosophies qui reflètent la culture malgache. Joué depuis plusieurs siècles, il a attiré de nombreux rois qui s’y sont entraînés pour étudier diverses stratégies utilisées dans des batailles ou des guerres.

Holy Danielle

Les membres de la fédération :

–  Le président : Aimé Rapelanoro Rabenja

– Le vice-président : Olivier Fanomezantsoa Rakotovao

– Le secrétaire général : Jean Yves Ramarijaona

– Le trésorier : Emilien Razanajafy

Le directeur technique national : Jean Pierre Randrianasolo

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : Guerre de tranchées Version guerre de boutons

Tout pour le combat ultime à la conquête du fauteuil suprême, rien à négliger pour atteindre le but, même au prix de se ridiculiser dans des batailles de polochons. Ça a au moins le mérite de clarifier les choses, jusqu’à avoir l’honnêteté de révéler que l’on ne reculera pas à user de toutes les malhonnêtetés pour arracher la victoire. On inclinerait à croire qu’à ce jeu là la guerre se finit avant que ne s’engage le combat. Les moyens sont tant disproportionnés que le pronostic naturellement penche lourdement en faveur de ceux qui disposent de l’appareil d’Etat. Pour aggraver la distance avec leurs adversaires, ceux-ci avant l’heure sans faire de scrupule ni faire dans la finesse utilisent à tout va les moyens de l’Etat. En rapport à ce qui s’est toujours pratiqué, ce n’est que de bonne guerre. Là pourrait se trouver pourtant le défaut de la cuirasse, le mépris à l’égard du qu’en dira-t-on, plus qu’à renforcer la position de favori pourrait à l’inverse créer quelques déconvenues, l’arbitre, en l’occurrence le corps électoral, pourrait se piquer au jeu du meilleur  menteur, sans s’être révélé saurait créer la surprise du chef, en prouvant que dans cette discipline pour l’avoir longtemps bouclé, il s’est forgé une maitrise de l’art. Première leçon la popularité ne s’arrache pas avec un tire-bouchon, et ne se sabre encore moins comme une bouteille de champagne, le reste à l’avenant.

Haro sur la ruche

Comment s’assurer le monopole du miel ? Telle est la question du moment. La ruche qui contient le miel étant l’urne électorale, pour se réserver le maximum de chance à arracher le meilleur morceau,  l’essentiel consiste donc à piéger tout ce qui entoure l’urne. Actuellement le gouvernement concocte la manière d’y procéder puisqu’il lui revient opportunément de préparer la confection de la loi électorale. Les soupçons des adversaires ne sont que chose normale mais ceux-ci trouvent davantage justification en raison des comportements suspects des gens du pouvoir. Comme à l’habituel (cf. code de communication) ça se joue sur le flou : pour l’illusion exposition d’une lanterne, un texte ayant fait l’objet d’un consensus, in fine faire loi une vessie, un texte édulcoré, nouveauté que les législateurs eux-mêmes n’ont pas le loisir de lire avant le vote. L’enjeu est de taille, il est évident que la loi électorale en conditionnant le déroulement des élections en influence la qualité des résultats. La bataille se trouve être à faire de cette loi soit une garantie de moralité pour les élections soit un moyen favorisant la triche. Il est possible de suspecter les initiateurs d’être sans foi mais ils ont la loi de leur côté. Pour les gens au pouvoir, qui qu’ils soient, la meilleure loi est celle qui recèle des ambigüités dont ils peuvent tirer une interprétation en leur faveur. La législation en cours n’accorde-t-il pas au Président de ces prérogatives qui écrasent les orteils de toute loi hasardeuse à condamner l’entrée prématurée en campagne électorale. Quand des lois contraires se chevauchent, celles qui servent les intérêts du plus fort font raison. On peut croire que le plus fort du moment en abuse. Comment inverser la situation ? Tel est le problème des opposants. La solution se trouve dans le personnel politique. Lors de son accession au pouvoir le Président ne disposait d’aucun parlementaire élu sous les couleurs de sa bannière, de bannière il n’en avait même pas. Alors qu’aucune élection n’est intervenue pour renverser l’ordre des choses, sui generis est apparu un groupe parlementaire d’élus rangé sous la bannière d’un parti, réussissant à former ou non une majorité stable parvient à faire la pluie et le bon temps au prétexte qu’il assure le soutien au Président. C’est dire que malgré la capacité à gonfler ses muscles, faute d’avoir labouré elle-même le terrain pour enraciner ses fondements, cette force présente des fragilités. Faiblesse que partagent nombre d’organisations des opposants. Rares du reste sont les partis politiques qui peuvent se targuer de s’être formés hors de la fortune d’accession d’un tel ou un tel au pouvoir. Nombreux carriéristes de la classe politique tablent leur bonheur sur leur aptitude à sauter d’une branche à une autre. C’est que la transhumance assure davantage que le gîte et le couvert, et de tous bords on déroule le tapis aux transfuges, parfois même à des repoussoirs qui n’ont jamais fait preuve de leur popularité ayant refusé l’épreuve des élections ou même ayant payant d’une déculotté la témérité de l’avoir osé, les uns et les autres ayant dans l’opinion plus mauvaise que bonne réputation. L’assainissement au sein de la « population » politique conditionne la possibilité d’entreprendre un réel changement.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : vanille et vanilline (3)

(Suite.)

Suivant les dernières statistiques que nous avons consultées, il entre encore annuellement en France plus de 5 000 kilogrammes de cette mixture chimique au prix de 150 francs le kilogramme.

C’est donc 750 000 francs d’or qui sortent pour que la malfaisante vanilline puisse entrer.

Est-ce admissible ? Alors que tant de choses dont l’utilité ne saurait être contestée ne peuvent plus être achetées à l’étranger, parce qu’il faut ménager nos ressources en or, la vanilline continue à jouir d’un régime de faveur.

Il faut croire que les rois de la chocolaterie sont bien puissants !

Cependant, ce n’est pas un secret pour personne que la vanilline nous vient d’Allemagne par des voies plus ou moins indirectes. Même en temps de guerre, les usines boches réussissent à introduire chez nous cette drogue dont les effets nocifs ne sont même plus discutés !

Nous demandons avec insistance aux Pouvoirs Publics de mettre fin à ce scandale, de réserver l’or de la France pour un meilleur usage, d’interdire rigoureusement l’importation de la vanilline.

En même temps, ils rendraient service à nos colons dont la vanille trouverait des débouchés à des prix qui ne seraient pas tout à fait des prix de famine.

D’autre part, ne doit-on pas interdire l’introduction en France des vanilles du Mexique ? À vrai dire, nous savons qu’il en est question, mais il faudrait se hâter de prendre cette mesure, car ici encore, c’est notre or qui s’en va à l’étranger sans aucune nécessité, puisque les vanilles de nos colonies sont d’assez bonne qualité pour que les consommateurs puissent se passer des vanilles du Mexique. Celles de la Réunion notamment peuvent rivaliser avec elles.

Et puis, quand bien même nos vanilles coloniales seraient un peu moins finement parfumées que leurs concurrentes du Mexique, les nez les plus délicats ne doivent pas oublier que nous sommes en temps de guerre et qu’ils peuvent bien faire quelques sacrifices aux dépens de leur nerf olfactif !

Précisément, la récolte de la vanille a été très abondante l’an dernier, elle fut même au-dessus de la normale tant à Bourbon qu’à Madagascar et aux Comores.

(À suivre.)

Jean Peyraud.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Terrains domaniaux : un inventaire en vue

Les terrains domaniaux feront prochainement l’objet d’un inventaire. Le but étant de faire ressortir un statut pour chaque terrain afin d’éviter que les domaines de l’Etat ne se confondent avec ceux des particuliers.

La situation et l’histoire des terres domaniales depuis l’époque coloniale sont  méconnues par les techniciens. Un inventaire s’impose, que ce soient les terrains dépendant des domaines de l’Etat, appartenant au domaine privé ou les terrains constitutifs des aires soumises à un régime juridique de protection spécifique. Un atelier de réflexion sur la stratégie de mise en œuvre de l’inventaire foncier à Madagascar s’est déroulé, jeudi dernier, à Amparibe afin de déterminer la méthode d’inventaire à expérimenter en 2018.

Les participants, tous des techniciens dans le domaine du foncier, ont alors opté pour l’approche parcellaire afin d’avoir une connaissance précise de la situation et de sécuriser le patrimoine foncier de l’Etat.

Données exactes

«A partir de cet inventaire, nous pourrons déterminer exactement le statut des terres sur notre territoire. Cette méthode permettra de déterminer si les terrains peuvent être utilisés en tant  que zone d’investissement, en zone de développement local ou en zone économique spéciale (Zes)», a expliqué un responsable auprès du Comité de coordination en réforme foncière (CCRF).

Selon les explications, des terrains dépendant des domaines de l’Etat, titrés au niveau de toutes les circonscriptions domaniales et topographiques ont déjà fait l’objet d’inventaire. Cependant, cette action n’a pas permis de fournir des données exactes de la situation foncière à Madagascar.

Nadia

 

News Mada0 partages

Boxe Olympique : départ inévitable de Gégé Bosco

Le poste de vice-président de la Fédération malgache de la boxe olympique (FMBO) ne sera plus celui de Bernard Andriamanampisoa, alias Gégé Bosco, au plus tard le 25 novembre. Sa radiation à vie, prise par l’Association internationale de la boxe amateur (Aiba), est irrévocable.

Retour à la normalité à la FMBO ! Depuis un an, en effet, la boxe malgache, qui a nommé Gégé Bosco à la vice-présidence de la FMBO, a foulé au pied la décision de l’Aiba, alors que cette instance l’a radié à vie de la discipline.

Par conséquent, malgré un semblant de résistance, le président de la FMBO, Hery Mamy Rabarisoa, qui a argué ne pas être en possession de cette lettre de radiation, s’est à  la fin résigné. En cause, une nouvelle sanction planera sur la boxe malgache s’il ne suit pas à la lettre cette décision.

«Nous sommes dans l’obligation de le destituer de son poste de vice-président suivant la lettre de l’Aiba. Et nous aurons jusqu’au 17 novembre pour l’annoncer officiellement du fait que c’est la date butoir imposée par l’Aiba», a fait savoir, Hery Mamy Rabarisoa.

En tout cas, avec ce départ prévu de Gégé Bosco de la FMBO, le Comité olympique malgache a réussi son coup.

Dorénavant, la fédération va devoir se tourner ailleurs pour trouver un bailleur de fonds en remplacement de Gégé Bosco qui a été, selon les dires du président de la FMBO, un grand soutien financier de la boxe.

Les activités continuent

Une fois cette grosse épine enlevée du pied de la fédération, l’équipe dirigeante se projette dans l’avenir pour la préparation d’une rencontre régionale entre Madagascar et Seychelles en décembre. «Nous sommes actuellement en pleine préparation de cette rencontre des îles. Des dispositifs devront être pris pour que les Seychellois puissent séjourner tranquillement chez nous après la propagation de la peste», a expliqué Hery Mamy Rabarisoa.

16 personnes composeront la délégation seychelloise dont huit pugilistes. Un nombre de boxeurs revus à la hausse pour la fédération seychelloise qui a annoncé 6 combattants auparavant.

Naisa

 

News Mada0 partages

Hand-Analamanga : rendez-vous à Ankorondrano

Le handball d’Analamanga retrouvera le gymnase d’Ankorondrano le temps des finales chez les seniors ce dimanche. Dame pluie a en effet gâché la finale dames du championnat régional de dimanche dernier. Ainsi, la ligue a été obligée de tenir les finales dans un lieu à l’abri de la pluie et de clôturer, comme il se doit, la saison 2017 à Analamanga.

Chez les messieurs, le public renouera avec un duel qui a fait l’histoire de la discipline, dans les années 70 et 80, entre l’AS Saint-Michel et les militaires du Cosfa. Si les joueurs d’Amparibe sont des habitués de la finale régionale, Cosfa par contre fait son retour parmi les grands, cette année, en recrutant à tour de bras.

Bien que novices de la compétition, les militaires ont réalisé la meilleure campagne par rapport à leurs adversaires. D’autant qu’ils ont déjà battu les protégés de Johann Pless lors de la phase de poule.

Côté dames, THBC semble en bonne voie pour remporter un autre titre de champion. HBCA, son adversaire de la finale, n’a pas les moyens pour jouer à armes égales.

Naisa

Programme des finales :

THBC-HBCA

ASSM-Cosfa

 

News Mada0 partages

Pollution marine : les structures de surveillance à renforcer

Le Secrétariat d’Etat chargé de la Mer (Semer) compte renforcer les mesures de surveillance et de contrôle en vue de réduire la pollution marine qui ne cesse de prendre de l’ampleur, notamment la pollution fécale.  Dans un communiqué diffusé hier, l’on sait que cette entité travaille actuellement sur le renforcement des textes réglementaires sur la mise en place de structures de surveillance et de contrôle pour diminuer, voire éliminer la pollution fécale à sa source. Cette mauvaise pratique, qui est actuellement dans un état critique, met en danger aussi bien la santé publique que l’économie.

Selon les informations, la quantité de matières fécales déversées en mer par le déversement d’eaux de toilette et par la défécation directe sur la plage est frappante à Madagascar. Alors que l’évacuation en milieu marin des matières fécales favorise la propagation de micro algues toxiques. Les toxines de ces derniers, accumulées dans les produits halieutiques consommés, provoquent des intoxications par consommation d’animaux marins ou Icam. L’Icam étant une importante cause de décès au niveau des régions côtières, durant les saisons chaudes. Le déficit économique, engendré par ce type de pollution, est sans reste vu la pénalisation des activités d’aquaculture en mer (mariculture), des activités récréatives (baignade et plongée), et des pertes des ressources halieutiques…

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Analamanga : alternatives à la crise

Un groupe de jeunes de la commune de Bemasoandro-Itaosy a créé un mode de loisirs afin de se permettre des défoulements à moindre coût pour  amortir les impacts de la crise.

Un nouveau gallodrome installé dans le fokontany d’Antanety-Bemasoandro sur initiative de Zoky Fidy, un animateur de jeunes de la localité, est opérationnel depuis le début du mois d’octobre, pour dispenser des moments de loisirs à la population. L’objectif à long terme de l’opération est de créer des emplois par la vulgarisation de l’élevage de coqs de combat dans la commune, selon Zoky Fidy qui a financé le projet. Son initiative aidera à la réinsertion des jeunes, en plus de la réduction de la délinquance due à l’oisiveté et la pauvreté dans cette localité, selon ses explications.

Des combats de coqs hebdomadaires sont organisés au «Kianjan’i Zoky Fidy», du vendredi au dimanche, depuis le mois d’octobre dernier.

Manou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tsy filaminanaMila fiovana sy fahavononana

Tsy mahomby ny politika momba ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana matoa tsy mandry tahaka izao ny tany, ary mandry andriran’antsy andro aman’alina ny Malagasy.

 

Toky R

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bruno RavelonanosyAhiana ny ainy…

Araka ny loharanom-baovao tamin’ny olona akaiky azy dia misy ny tambazotrana teratany vahiny izay ahiana ho mikononkonona famonoana olona voaomana ka hamerina ny zava-nitranga fony nahalavo ny minisitry ny mponina teo aloha,

Nadine Ramaroson, amin’ny mpandraharaha Bruno Hubert Andriatefy Ravelonanosy. Malaza ho mpanampy ireo teratany malagasy miady ho an’ny tanindrazany ity mpandraharaha ity ka dia manelingelina ireo teratany vahiny sasany noho izany ny tenany. Isan’ ny nanamarika azy ny fiarovana ny tany iray etsy Antanandrano izay nalaza ho nobodoina teratany karana sy ny etsy Ivandry izay ivelomana tantsaha miisa 173 ary mbola hifampitoloman’izy ireo amina teratany sinoa eny amin’ny fitsarana amin’izao fotoana izao. Andrasana amin’ity herinandro ity moa ny fanampim-panazavana avy amin’ity mpandraharaha ity sy ireo akaiky azy mikasika ny fanazavana misimisy kokoa momba ity raharaha ity.

 

J. Mirija

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rasoamanitrandrasana Onintsoa DaniellaVonona hitondra avo ny anaram-boninahitr’Atsimondrano

Tovovavy kely vao 20 taona monja Rasoamanitrandrasana Onintsoa Daniella, monina eny Andoharanofotsy.

  Anisan’ireo mandray anjara amin’ilay fifaninanana Miss île de Madagascar ny tenany, hetsika izay tanterahina nanomboka ny alahady 12 novambra lasa teo. Tafiditra ao  anatin’ny “Top 5” ny tovovavy ankehitriny saingy mbola lavitra ny dia. Hotanterahina rahampitso alahady 19 novambra etsy amin’ny Live hotel Anosy indray mantsy ny fifaninanana manasa-dalana izay handraisan’ireo mpandray anjara nivoaka ho mpandresy hatramin’izay manomboka amin’ny 2 ora folakandro. Anisan’ny manohana akaiky an’i Daniella  amin’izao fanandratana avo ny voninahitr’Atsimondrano sy i Madagasikara izao ny Ben’ny tanàna ao an-toerana Ranirison Hasina. Miantso ireo mponin’Andoharanofotsy mba hifidy ity tovovavy ity amin’ny alalan’ny pejy facebook “ miss et mister île de Madagascar ity Ben’ny tanana iray ity. Toraka izany koa ireo mponin’Atsimondrano iray manontolo. Mendrika ny hotohanana mantsy ny tovovavy tso-piainana sy vonon-kandroso tahaka an’i Daniella, hoy hatrany izy izay marihina fa manaraka ny lalam-piofanana lalàna amina sekoly ambony tsy miankina iray eto an-drenivohitra.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny kolontsaina eto MadagasikaraTsy mandroso, hoy i Titane Pigny

Boky faha 5 navoakan’ilay mpanoratra Titane Pigny ary nampahafantarina tetsy amin’ny Hotely Colbert omaly ny “L’abécédaire” na “Ny ABD”

 izay nitantarany ny fiainana nolalovany amin’ny alalan’ny filalaovana ireo litera ao anatin’izay ABD izay. 3 volana no nanoratana azy ity ary raha ny tokony ho izy moa dia ny volana oktobra, toy ny isan-taona, no namoahana ny boky saingy noho ny fipariahan’ny valanaretina pesta teto amintsika dia novambra vao tafavoaka. Amin’ny maha vehivavy ny mpanoratra dia saika ny resaka fitiavana, ny tontolon’ny renim-pianakaviana, ny asany, izay sady mpanoratra no mpanao hosodoko ary dokotera no tantarainy. Tsy misy tanjona manokana fa ny fahafinaretana manoratra no mialoha ny zavatra rehetra fa anjaran’ny mpamaky kosa no mandray izay tandrify azy, hoy i Titane Pigny. Ny takarivan’ny 22 novambra izao kosa no hampahafantarana azy ity amin’ny fomba ofisialy ao amin’ny Colbert hatrany. Tsy mandroso loatra, hoy ity mpanakanto ity ny tontolon’ny kolontsaina eto amintsika ary nanahirana ny nanonta ireo bokiko hatramin’izay satria dia ny tenako ihany no namoaka azy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona STARHentitra amin’ny kalitaon’ny entana amidiny

Tanterahina nanomboka omaly zoma etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina ary hifarana anio sabotsy ny fankalazana ny andro maneran-tany ho an’ny sakafo .

 Anisan’ny voizina sy hampahafantarina ny mpanjifa ny kalitaon’ny sakafo tokony hohanina ho fitandroana ny fahasalamana. Lohalaharana amin’ireny ny daty voasoratra amin’ireo karazana sakafo toy ny pate jaune sao sanatria efa lany daty ka mety hivadika poizina, ny fomba nanamboarana azy, ny ozinina nolalovany… Anisan’ny mandray anjara mavitrika amin’ity hetsika ity ny vondrona Star izay mpamokatra zava-pisotro eto amintsika. Nambaran-dRamatoa Karine Razafindrakoto, tompon’andraikitra iray eo anivon’ny orinasa Star fa zava-dehibe ho azy ireo tokoa ny fampahafantarana ny mpanjifa ny kalitaon’ny sakafo haniny tahaka izao. Ho azy ireo dia tsy tokony hatao ambanin-javatra izany satria miantoka ny fahasalaman’ny mponina. Anisan’ny hampahafantarin’izy ireo ny fomba fikarakarany ireny zava-pisotro ireny, manomboka amin’ny akora hampiasainy, ny fotoana hahafahana mihinana na misotro azy, ny ozinina lalovany. Anisan’ny mandray anjara amin’ity hetsika ity ihany koa ireo mpianatra ho mpitsabo manovo eny anivon’ny fakiolten’ny médecine eny Ankatso.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika ‘Lay tsena BHametraka ny kalitao Malagasy amin’ny toerany

Ny 8 ka hatramin’ny 10 desambra izao no hotontosaina etsy amin’ny tanàna Voara Andohatapenaka ny hetsika ‘Lay tsena B. Varotra fampirantiana handraisana tranoheva miisa 300 anjara izy ity.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rallye RIM 2017Tafapetraka ny « Appel » nataon’ny ekipazy Yves sy Nitro

Tontosa tetsy amin’ny Lapan’ny tanàna tetsy Analakely ny fanolorana ireo amboara tamin’ny fifaninanana rallye RIM andiany faha-38 notontosaina ny 10,11 ary 12 novambra 2017 teto Antananarivo afa-tsy ny an’ny « classe M 4 » sy ny filaharana ankapobeny noho ny fametrahana fitarainana nataon’ny ekipazy N°10 dia Yves sy Nitro nitondra Subaru.

 Fantatra ihany koa fa voapetra ny talata 14 novambra teo teny amin’ny Federasion’ity taranja ity ny « appel » nataon’ireto ekipazy nametraka fitarainanana ireto izay nanaja tanteraka ny fe-potoana 48 ora azo hanatanterahana izany ary efa nandoa ara-dalàna ny saran’izany fametrahana « appel » izany. « Nolavinay ny vokatra vonjimaika nivoaka tamin’ny alahady 12 novambra teo, hoy izy mirahalahy ireto izay marihana ihany fa avy amin’ny klioba Tmf Rallye sy Asacm, satria notoherinay ny fiampangana anay ho tsy nanaraka ny « parcours officiel » samirery nefa araka ny fantatra dia nisy ihany koa ireo ekipazy hafa nanao izany ». Nanambara ihany koa Atoa Rakotomalala Solofo filohan’ny Tmf Rallye fa miombon-kevitra amin’ity ekipazy n° 10 ity ry zareo ary miandry ny fihetsiky ny Federasion’ny Rallye eto Madagasikara na ny Fsam izay araka ny fantatra dia tsy maintsy hampiantso AGE amin’ny raharaha tahaka izao hoenti-manangana ny « Tribunal Sportif » hitsara ny raharaha.

Tia Tanindranaza0 partages

Fihaonamben’ny Eveka eto Madagasikara“Tsy misy hasina intsony ny aina”

Mikorosy fahana tanteraka ny fiainantsika Malagasy ankehitriny. Mbola mahazo tatitra maro mampihoronkoditra izahay noho ny fikorontanan’ny toe-tany sy ny toetr’andro.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsarana any ToamasinaTsy hita popoka ireo "dossiers" hitsarana an'i Modjize Hassan

Hatairana ny nahazo ny vahoakan'i Toamasina, afak’omaly, tao amin'ny tribonalin'i Toamasina. Voatondro fa ny datin'ny alakamisy 15 novambra ny hiakaran'ny raharahan'ilay teratany Karana malaza ho mpanefohefo sy mahitahita ary mpihetraketra amin’ny fiarahamonina any an-toerana.

 

 Tamin'ny ora farany anefa vao nisy ny filazana fa tsy raikitra indray satria tsy hita popoka ny antontan-taratasy mahakasika an’ity raharaha ity. Araka ny vaovao azo avy any an-drenivohitr'i Betsimisaraka, dia mateti-pitranga ny toe-javatra toy izao. Rehefa Ingahy Modjize Hassan Mouhamed no voatonona eny anivon'ny fitsarana dia tsy hita ny tena marina. Mampametra-panontaniana ny olona mifanandrina aminy ary nanamafy izany ireo "avocats" marobe tonga nanatrika ny fitsarana omaly. Tsiahivina ihany fa ity olona tokony hiakatra fitsarana ity dia efa tafatsoaka any ivelan'i Madagasikara na dia efa namoahana didy tsy mahazo mivoaka eto aza, volana vitsy lasa izay. Midika ve izany fa ireo antontan-taratasy rehetra mahakasika azy toy ny ady tany any Foulpointe, dia mety hanjavona sy nanaraka azy any ivelany any avokoa raha izao no dinihina ? Mitombo ny ahiahin’ireo niharan’ny herisetran’ity Karana ity  ankehitriny fa misy ambadika hafahafa ity raharaha mahavoakasika an’i Hassan Mouhamed ity.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zazalahy hita fatyTsy nisy maso sy lela intsony

Nitrangana toe-javatra mampalahelo tany amin’ny kaominina ambanivohitra Angarahara, distrikan’Ihorombe ny herinandro teo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Toby famokarana herinaratra 60KwTafapetraka any Amboasary Avaratra

Notokanan’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina tamin’ny fomba ofisialy omaly 17 novambra ny fotodrafitrasa famokarana herinaratra amin’ny alalan’ny riandrano tany Amboasary Avaratra, distrikan’Anjozorobe.

Mamokatra angovo 60Kw izy io, ary afaka ny hisitraka izany ny mponina 14 725 any Amboasary Avaratra sy Amparatanjona 5. Tamin’ny alalan’ny tetikasa momba ny famatsiana herinaratra eny ambanivohitra na ny PHEDER no nahatontosana ny asa, izay mitentina 1,6 miliara. Ny vondrona Eoropanina no mamatsy ara-bola ny tetikasa PHEDER, ka 3,5 miliara ariary no haompana amin’izany. Ny Fondation Tanimeva kosa no manatanteraka ny asa, ka ivontoeram-pamokarana herinaratra amin’ny alalan’ny toho-drano miisa 4 no hapetraka eto Analamanga sy Amoron’i Mania. Ankoatra ny filoha, dia niatrika ny lanonana tany an-toerana ny Masoivohon’ny Vondrona Eoropeanina Antonio Benedito Sanchez sy ny minisitry ny rano sy ny angovo ary ny akoran’afo Lantoniaina Rasoloelison. Marihina kosa fa nahatratra 40% ny fandraisan’anjaran’ny mponina tamin’ny alalan’ny asa tanamaro (HIMO), ny fanamboarana ny lalana mihazo ny toerana misy ny toby ao Ambatokelivava, ny famatsiana ara-pitaovana toy ny fasika, ny fambolena hazo 50ha manodidina ny reniranon’i Lankazana mba tsy haharitra ny rano. Nanampy betsaka ny mponina ny mpiara-miombon’antoka isan-karazany, toy ny Global Environnement Facility Small Grants eo anivon’ny PNUD, ny fikambanana Tafo Mihaavo sy AIDER. Tombony lehibe ho an’ny any an-toerana ity fotodrafitrasa ity, fihodinan’ny CSB II kokoa, fihenan’ny asan-dahalo,… Mitohy ny tetikasa PHEDER vatsian’ny Vondrona Eoropeanina vola, ka tokantrano 1580, izay misy olona 77 000 eo ho eo no hahazo tombotsoa. Mba hampihena ny vidin-jiro mampikaikaika ny vahoaka ve ny tahaka izao sa ny omaly tsy miova ihany ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Firaketana ny mombamomba ny tany sy tranoHampiasana “logiciel” raitra ny eto Antananarivo

Nampahafantarina omaly maraina nandritry ny fivorian’ny DMR (Direction de la Mobilisabilité des Réssources) ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) teny Mahamasina ny mahakasika ilay fitaovana raitra sy matihanina dia ny rindram-baiko « Logiciel IFPB-IFT- V.3.0»,

 izay hampiasain’ny CUA tsy ho ela. Anton’ny tetikasaa ny hanafaingainana sy hanamorana ny fanangonana ireo mombamomba ny tany sy ny trano miorina eto an-drenivohitra. Tsy nandeha irery ny kaominina tamin’ny famolavolana azy io fa nanolo-tanana ny fandaharan’asa Allemand momba ny fampandrosoana tamin’ny alalan’ny GIZ. Natoron’izy ireo ny fomba fampiasana io rindram-baiko io sy ny vokatsoa hateraky ny fampiasana azy. Nolazain’izy ireo fa efa eo an-dalam-pahavitana izy io ary azo ampiasaina avy hatrany aorian’ny “validation” na ny faneken’ny mpiara-miasa eo anivon’ny CUA azy. Hisy ny fampianarana fohy hataon’ny GIZ ho an’ireo tena hampiasa azy mba tsy hampisy ny olana any aoriana, ary mba hampahomby ireo asa rehetra izay hatao. Haparitaka sy hampiasaina manerana ny boriborintany enina ilay «rindram-baiko», ka ny “serveur centrale” no hatao ety amin’ny Lapan’ny tanàna Analakely.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mponina eny ambany tananaMiantso ny depioten’i Soanierana Ivongo hiala tsiny amin-dRossy

Nanao fanambara am-pahibemaso omaly ireo mponina eny ambany tanana mikasika ilay tranga nahazo ny solombavambahoaka Rossy tany Soanierana Ivongo, nandritra ny fikasan’ity farany hanatanteraka fampisehoana tany an-toerana ny herinandro teo.

 

 Nambaran’izy ireo  tamin’izany fa manameloka tanteraka ny fikasihan-tanana nataon’ny solombavambahoakan’i Soanierana Ivongo tamin’ny solombavambahoaka Rossy izy ireo. Tafiditra ao anatin’izany ny fandranitaka adim-poko eo amin’ny samy Malagasy hoy izy ireo,   ny famingavingana…Miantso ny solombavambahoakan’i Soanierana Ivongo mba hiala tsiny  tamin’ny tsy nety nataony araka izany ireo mponina eny ambany tanana.  Miantso ny Fitondram-panjakana mba handray andraikitra ihany koa izy ireo  tsy hiverenan’ny tranga tahaka izao intsony.Ankoatr’izay moa araka ny fanambaran’ny ben’ny tanànan’i Soanierana Ivongo omaly dia mahazo manatanteraka ny fampisehoana any Soanierana Ivongo amin’izay daty mety aminy ny tarika Rossy.Naaton’ny fitsarana miady amin’ny fanjakana moa ilay fanafoanana ny fampisehoan’ny tarika Rossy nataon’ny lehiben’ny distrikan’i Soanierana Ivongo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny fizahantany mamoafadyHo avy masiaka ny minisitera

Misy ny fizahantany mamoafady na “Tourisme sexuel” eto amintsika. Ezahina tsy hitombo sy, hoy ny minisitry ny fizahantany Roland Ratsiraka omaly.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy manan-kialofana eto AntananarivoHananganana trano fonenana

Hisy ny tetikasa fananganana trano ho an’ny fianakaviana sahirana tsy manan-kialofana eto an-drenivohitra. Fantatsika tsara ny ohabolana hoe :

 “ jiolahy manan-trano ka sarotra atao olon-daratsy”, hoy ny minisi-panjakana miandraikitra ny tetikasan’ny filoha, ny fanajariana ny tany ary ny fampitaovana Benjamina Ramanantsoa omaly. Io no mampiavaka ny olombelona amin’ny biby, dia ny fananana trano honenana, hoy izy. Hiroso amin’izay isika ary hanokana vola hahafahana miara-miasa amin’ny sehatra tsy miankina hirosoana amin’ny fanomezana trano ho an’ireo fianakaviana sahirana ireo ny fitondram-panjakana. Izay ihany koa no hahafahantsika manakana ny firosoan’ny tanàna tsizarizary na ny “bidonville” ankehitriny. Raha mijery ny eto amin’ny tanànan’Antananarivo, ohatra, dia toerana maro no ahitana izany, toy ny eny Ampefiloha Ambodirano. Manjary lasa olana ho an’ny mpitantana ny tanànan’Antananarivo ireny. Tsy eto ihany fa rehefa mijery ny tanàn-dehibe eto Madagasikara isika dia mahita io toe-javatra io. Fantatsika tsara ihany koa ny fitombon’ny mponina an-tanàn-dehibe eto Madagasikaraka, ka tsy maintsy misy tetika hapetraka dieny izao hahafahantsika mitsena azy. Harafitra ao anatin’ny politikam-pirenena mikasika ny trano fonenana ity tetikasa ity, ary tsy azo adinoina ny fananan-tany. Efa miroso amin’ny lalàna mikasika ny satan-tany vita titra isika. Apetraka hatrany fa ny Malagasy no tompony ary izy no mila misitraka voalohany ny tany. Tsara ny tetikasa tian-kapetraka fa tsara kokoa raha laroina politikan’ny fampananan’asa mazava sy tsara petrapetraka ary sahaza ho an’ny Malagasy rehetra na ambanivohitra na an-drenivohitra izay anisan’ny vahaolana mahomby hisorohana ny fitsoahana mihazo ny tanàn-dehibe. Tsy afa-misaraka amin’izany ny fampandriana fahalemana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jeanne tsy laitram-bala !

Manao ahoana ry Jean a ! Mihetsiketsika mihitsy ianao tato ho ato a ! Fa ny zavatra mahagaga ahy ary efa nanontaniako hatrany dia ny hoe :

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

Teatra MalagasyNofoanana ny hetsika Faha-10 taona nahafatesan’i Victor Solo

Na dia eo aza ny fanapahan-kevitra noraisin’ny Fikambanan’ny Mpanao Teatra Malagasy tarihan’i Mbato Ravaloson hanamarika ny faha-10 taona nahafatesan'i Victor Solo andrarezin'ny teatra malagasy (2007-2017) noho ny fiaraha-miasa tamin'ny tompon'andraikitry ny Ivokolo Cemdlac izay saika ho tanterahina amin’ny alahady 26 novambra 2017 ary namaritana ny hiseharana ny tantara Kapoaka sa Vahoaka ?

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby eny amin’ny kianjan’i MakisHitohy indray ny fifanintsanana

Araka ny vaovao marim-pototra azo dia hanatanteraka fivoriambe na AG ny eo anivon’ny tontolon’ny taranja Rugby à XV araka ny fampiantsoana nataon’ny Malagasy Rugby ka ny zoma faha-24 novambra ho avy izao no hanatanterahina izany.

 

 

Madagascar Tribune0 partages

Encore 209 milliards d’Ariary pour la Jirama

La loi de finances est votée à l’Assemblée Nationale, on connait maintenant les détails des subventions qui seront allouées aux sociétés d’Etat. Et en tête de liste reste la société Jirama qui sera subventionnée à hauteur de 209 milliards d’Ariary pour l’année 2018. C’est en tout cas la prévision de la loi de finances initiale. L’année dernière, la loi de finances avait prévu près de 300 milliards d’Ariary en début d’année pour la Jirama, une somme qui finalement a presque atteint les 500 milliards après rectification. Les explications du ministre des Finances de l’époque, Gervais Rakotoarimanana, soulignait que cette augmentation des subventions de la Jirama était du à la période de sècheresse et au tarissement des cours d’eaux. Alors que la principale production de la Jirama dépend de l’énergie hydroélectrique. Malgré cette diminution plus ou moins conséquente, l’on s’interroge toujours sur l’assainissement des comptes de la Jirama, qui d’ailleurs est une condition sine qua non de l’octroi de la FEC ou Facilité Élargie de Crédit. D’autres raisons ont été évoquées par les responsables de l’exécutif pour justifier la situation de la Jirama, notamment en ce qui concerne les vols d’électricité, quid de l’Administration publique qui ne paye pas ses factures. Aucune action concrète n’est menée jusqu’ici dans ce sens malgré des annonces de mesures de la part du Premier ministre lui-même. La loi de finances de 2018 précise également qu’aucune subvention ne sera plus allouée à la société Air Madagascar à partir de l’année prochaine.

Au cours de cette année, plusieurs ateliers et discussions ont proposé comme alternative l’exploitation des énergies renouvelables à Madagascar, ainsi que la mise en valeur des potentiels internes du pays. Plusieurs spécialistes ont avancé que la transition énergétique serait inévitable à Madagascar et est d’ailleurs déjà mis en œuvre dans les milieux ruraux. Dernièrement, le président de la République s’est lui aussi attelé à l’inauguration de centrales électriques dont la dernière qui fournira 60 mégawatts avec le fuel lourd. Le plus gros des dépenses de la Jirama étant dans l’achat de gas-oil pour faire fonctionner les centrales dans la Grande ile, et dont le ravitaillement dans les régions éloignées est une vraie problématique, l’utilisation des ressources disponibles sur place ne serait pas de trop.

L'express de Madagascar0 partages

Société textile – Cent huit employés mis à la porte

Une société textile a procédé à une compression de personnel. Une centaine de personnes ont été congédiées.

Perdre son emploi du jour au lendemain. Bruno Rakotonirina, salarié dans une société de confection de pulls, sise à Andraharo ne s’y attendait pas. Cela fait un an et demi qu’il se croyait en « sécurité », dans sa boîte et tout d’un coup, on l’a mis à la porte, « sans préavis », le 14 novembre, avec cent sept autres salariés de cette société.« Le mardi vers 16 heures, on nous a regroupés à la cantine pour nous annoncer de ne plus revenir à nos postes, le lendemain. On nous a demandé de récupérer une avance sur notre salaire, le lendemain, et on a retiré notre badge», regrette ce chef de famille.La disproportion de l’offre et de la demande serait la cause de cette compression de personnel. «L’employeur nous a expliqué qu’il y a de moins en moins de demandes avec la saison chaude qui se prolonge et la saison d’hiver qui se raccourcit», soulignent les victimes. D’autres sources avancent la robotisation de la société. « L’employeur aurait déjà discuté avec les employés sur l’arrivée de cette machine, engendrant la compression de personnel», argumente Henri Rémi Boutoudi, secrétaire général de la Confédération chrétienne des syndicats malgaches (SEKRIMA).

Licenciement abusifMalgré ce soi-disant « préavis », l’employeur n’aurait pas respecté la procédure de licenciement. « C’était un licenciement verbal. Et on ne sait pas sur quelle base il a choisi les cibles. Le renvoi a concerné autant les personnes qui y ont travaillé depuis 11 ans, que celles qui n’y étaient que depuis un an. Il y a des mères-célibataires, avec des enfants à charge, qui ont été aussi remerciées. Étrangement, les employés temporaires et d’autres qui ont été mis à pied,  ont été épargnés », poursuivent les victimes.Les syndicats des travailleurs qualifient ainsi de « licenciement abusif » cette compression de personnel. Sur les quatre cent cinquante cas d’irrégularités notifiés dans le domaine du travail, la majorité entreraient dansa le cadre du licenciement abusif. « L’employeur, quel qu’il soit, doit respecter le code du travail », assènent-ils.Ces personnes congédiées ont manifesté à Andraharo, hier, pour réclamer leurs droits. Ils ont été soutenus par les syndicalistes. Ils n’auraient pas encore été reçus par l’employeur, hier. Ils poursuivront leur manifestation, lundi, et déposeront une requête auprès de la direction régionale de l’Inspection du travail d’Analamanga à Antsahavola.En attendant l’issue de cette histoire, Bruno Rakotonirina commence à chercher du travail. «Je dois travailler pour nourrir ma petite famille!», lance-t-il. Seulement, avec le climat économique actuel, trouver un emploi ne sera pas facile. Il y aurait plusieurs milliers de personnes qui cherchent du travail au même titre que lui.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Andranomena – Un élève contracte  la peste bubonique

Une nouvelle qui fait froid dans le dos. Un élève d’une école primaire publique (EPP) à Andranomena Antananarivo-ville serait atteint de la peste bubonique. Le ministère de l’Éducation nationale a publié l’information sur sa page facebook, hier, vers 22 heures. « Le personnel de santé a confirmé la maladie. Il est déjà sous traitement dans un hôpital », a indiqué le ministère.Une opération de désinfection et de désinsectisation devrait être organisée dans cet établissement, ce jour. Les personnes qui ont été en contact avec le malade devront aussi faire une chimio prophylaxie de contact, pour éviter la propagation de la maladie. Si toutes ces procédures sont respectées, la peste ne devrait pas toucher les autres élèves ni le personnel de l’établissement. Par ailleurs, chaque établissement scolaire, privé et public, dispose d’un dispositif, à l’instar de la salle d’isolement et du contrôle de l’état de santé de chaque élève, permettant de déceler un probable cas de peste au niveau scolaire.C’est le dernier nouveau cas notifié à Antananarivo-ville, après quelques jours de silence sur l’épidémie de peste. Il y a douze malades traités dans les hôpitaux de la Grande île. Six d’entre eux se trouvent à Antananarivo, trois dans la région de Haute-Matsiatra, un dans la région de Bongolava et un à Itasy. Fait marquant de la dernière situation de peste, aussi, l’existence d’un malade dans la région d’Atsimo-Andrefana.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Administration – Au moins un guichet foncier par commune 

Vingt régions sur vingt-deux sont actuellement couvertes par les guichets fonciers. Ces derniers ont pour rôle de délivrer un certificat foncier, à celui qui en fait la demande, et de donner des éclaircissements sur tout ce qui concerne le domaine du foncier.  L’Observatoire du foncier (OF), structure rattachée au Secrétariat général du ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE), a retenu le problème des Malgaches sur la différence entre le certificat foncier et le titre foncier, lors de la célébration de son dixième anniversaire, hier, à l’hôtel Panorama.Ayant la même valeur juridique dans les transactions, les Malgaches confondent fréquemment le titre foncier et le certificat foncier. Si le premier est irréversible, le second est opposable. Pour y remédier, la lettre de politique foncière en 2015 a déjà annoncé le rôle central de l’OF dans l’appui au pilotage au Programme national foncier, avec la gestion foncière décentralisée. « Aujourd’hui, près de cent vingt quatre mille certificats fonciers ont été déjà distribués dans tout Madagascar. La région Bongolava vient récemment de recevoir sa part. Nous continuerons cette distribution dans d’autres régions. », affirme Georges Rasoamanana, secrétaire général du M2PATE.La création des guichets fonciers va aussi dans ce sens. Selon Laza Raharo Andriamanjato, directeur de l’Observatoire foncier, « il y a actuellement cinq cent vingt quatre guichets fonciers fonctionnels à Madagascar, 95% sont appuyés financièrement et 5% autofinancés. Nous aspirons à mettre en place au moins un guichet foncier dans les quelques mille six cent communes, d’ici 2030 ».Mais après dix années d’existence, l’OF n’a toujours pas pu implanter ces établissements dans les communes des régions Melaky et Sofia. L’obtention d’un certificat foncier est donc encore assez difficile pour les habitants de ces régions. À juste titre, l’OF a tout de même élaboré une stratégie pour la continuité et le renforcement de la gestion foncière décentralisée. Ce plan sera connu avant la fin de 2017, selon les responsables.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Nosy Be – Une citoyenne d’honneur récompensée

L’Île aux Parfums bénéficie de l’aura d’Elzbieta Dedek. Le titre de « Polonais de l’année » a été décerné à cette pianiste de renommée internationale.

Elzbieta Dedek  vient de recevoir le premier prix du concours « Polak Roku », ou « Polonais de l’Année », organisé par l’ambassade de Pologne en Belgique, en octobre dernier. Les noms des candidats sont proposés par de tierces personnes connaissant les mérites exceptionnels dans la promotion et le rayonnement de la Pologne par ces candidats. Le jury examine alors les dossiers. La proclamation, retransmise à la télévision, s’est déroulée, pour cette dixième édition, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.C’était sous les ovations d’un public nombreux qu’Elzbieta Dedek a remercié les organisateurs pour l’obtention de cette honorifique nomination, en évoquant ses concerts à travers le monde, dont à Madagascar, plus particulièrement à Nosy Be. Une statuette, confectionnée par Halinka Jakubowska, a été remise à la lauréate.ElżbietaDedek, pianiste hors pair née à Varsovie, est diplômée de l’École nationale de musique N°1 de Varsovie, elle vit en Belgique depuis les années 1960.

Ambassadrice de ChopinCette pianiste virtuose internationale qui s’est produite dans des capitales du monde, a débarqué à Nosy Be en avril 2013, à l’initiative de trois opérateurs hôteliers locaux. Elle avait alors accepté l’invitation, pour un récital unique d’œuvres de Frédéric Chopin,  dans le cadre magnifique de l’hôtel Mangasoa Lodge. C’était la  première fois qu’un concert  de  musique classique a été organisé à Nosy Be, une région fidèle au rythme« salegy ». À la fin de  ce récital rempli d’émotion de la centaine d’invités privilégiés, enthousiasmés et subjugués par la grâce et la prestation de cette pianiste de renom, le titre de « Citoyen d’honneur » de l’île, avec la remise d’une récompense ornée des fleurs d’ylang -ylang symbole de l’île, lui a été décerné. Par la suite,« Symphonie de Nosy Be » dont ElzibietaDedek est la marraine, labellisée « Événement officiel des îles Vanille », est devenue le festival de la musiqueclassique de l’océan Indien.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Athlétisme – FMA – Douze rendez-vous internationaux au menu

Vingt-deux évènements, dont douze compétitions internationales figurent dans le calendrier de la fédération malgache d’athlétisme (FMA). Elle ouvrira sa saison comme chaque année par la course ouverte au public dénommée « athlétisme pour tous ». C’est une course pédestre à allure libre autour du lac Anosy, suivie des relais inter établissements et sociétés.Cette manifestation inaugurale de la FMA se tiendra le 28 janvier. Mais avant l’ouverture de la saison, avant même la fin d’année, les athlètes élites procèderont à la rentrée au centre d’Alarobia, et les jeunes pensionnaires du sport-étude à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha.Huit athlètes, normalement, bénéficieront pour cette saison, d’un stage bloqué une saison entière au centre d’Alarobia. Le sport-étude sera cette fois destiné aux présélectionnés pour les jeux de la CJSOI (commission de la Jeunesse et des sports de l’océan Indien). La prochaine édition des Jeux des Iles pour les jeunes se tiendra à Djibouti du 20 au 28 avril. Pas de minima requis, chaque pays aura le droit de présenter trois athlètes par épreuve. Deux catégories d’âge en dessous de 18 ans, les naissances de 2001 à 2002 et de 2003 à 2004 sont concernées.

Trois MondiauxOnze épreuves seront au programme des garçons, en l’occurrence les 100m, 200m, 400m, 800m, 1500m, 3000m, 5km sur route, relais medley, saut en longueur et lancer de poids. Les filles n’auront que sept épreuves à disputer, dont quatre courses, à savoir les 100m, 200m, 800m, relais et deux concours dont le saut en longueur et le lancer de poids.« Nos techniciens sont en train d’établir la liste des présélectionnés. Ceux qui ont brillé dans les épreuves concernées durant les derniers championnats nationaux jeunes seront normalement appelés », a indiqué la présidente de la fédération, Norolalao Andria­mahazo. Après l’ouverture de la saison par la course pour tous, le championnat national de cross country poursuivra les activités de la fédération. Le sommet aura lieu le 24 février dans la capitale ou à Itasy.Quant aux compétitions internationales, trois rendez-vous planétaires, les Mondiaux en salle en févier 2018, les Championnats du monde U20 en Finlande en juillet et les Jeux Olympiques de la jeunesse en octobre en Argentine figurent dans le calendrier de la FMA. Pour les sommets africains, cinq seront au programme en 2018, à savoir le championnat d’Afri­que de cross country en mars, le sommet africain U18 de la région 5 fin mai, les Jeux Africains de la jeunesse du 17 au 27 juin en Algérie, les championnats d’Afrique U20 région 5 en juin et les cham­pionnats d’Afrique senior au Nigeria en août.Serge Rasanda

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Église catholique – Lucien Botovasoa bientôt bienheureux

Lors de la dernière conférence des évêques, il a été décidé qu’un autre martyr serait béatifié en 2018. L’église catholique incite à suivre la vie de Lucien Botovasoa.Les évêques de Madagascar ont annoncé officiellement, dans un message aux fidèles catholiques en date du 15 novembre, la béatification de Lucien Botovasoa. Cet évènement aura lieu le 15 avril 2018 à Vohipeno. Décédé en 1947 à tout juste trente neuf ans, ce père de famille a mené une vie chrétienne exemplaire au sein de sa famille et de tout son entourage. Sa devise était « Tout faire pour mieux glorifier Dieu ».Selon les évêques, la vie de cet homme de foi est à prendre comme exemple, car « sa simplicité lui a valu son statut de personne d’exception au sein de la société ».

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Handball – CCCOI – THBC vise un cinquième titre

Plus qu’une semaine. Quatre clubs représenteront la Grande île à la Coupe des clubs champions de l’océan Indien de handball. La version 2017 aura lieu à l’île Maurice du 25 novembre au 3 décembre. Trois de ces formations malgaches sont toutes de la capitale, à savoir l’Association sportive de Saint Michel et Cosfa chez les hommes, et Tanà Handball club d’Analamanga et AS Tsiky de Boeny du côté des dames.Le THBC, sacré six fois d’affilée champion d’Anala­manga et de Madagascar, et quadruple champion de l’océan Indien vise un cinquième sacre régional. Ce club a, depuis sa création en 2012, remporté le titre de la zone 7 en 2012 et 2013 à Maurice, puis en 2014 et 2016 sur le sol malgache.« Nous avons entamé notre préparation depuis des mois avec un entrainement quotidien au terrain extérieur de Mahamasina… Nous sommes actuellement en phase de pré compétition», a confié Lydia Ranivoarimanana, coach de THBC. Ce club phare du pays a déjà participé pour la première fois à la Coupe d’Afrique des clubs cham­pions en 2016 et a été classé septième.L’équipe championne d’Analamanga, de Mada­gascar et de l’océan Indien en titre défendra d’abord son titre contre le HBCA à la finale retour du sommet d’Analamanga, qui se tiendra ce dimanche au gymnase d’Ankorondrano. Chez les hommes, le duel final opposera les collégiens d’Amparibe aux militaires, les deux clubs représentants du pays à Maurice.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement supérieur – Levée de la suspension des cours

Retour à la normale. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a décidé la levée de la suspension de l’enseignement dans les universités de Madagascar, après un mois de fermeture temporaire des universités, suite à l’épidémie de peste qui a sévi dans les grandes villes. C’était l’une des neuf résolutions sorties lors de la réunion extraordinaire de Conférence des Présidents et des recteurs d’institutions de l’enseignement supérieur (COPRIES) à Fiadanana, jeudi.Certains établissements ont commencé à rouvrir leurs portes, hier. D’autres attendront encore, lundi. Cette interruption temporaire des activités universitaires engendrera certainement une légère modification du calendrier, comme les dates des concours et tests d’entrée à l’université, pour les nouveaux bacheliers. L’année universitaire 2016-2017 devrait s’achever en fin février, pour pouvoir débuter l’année universitaire suivante, en mars 2018. Tous doivent ainsi faire des effort spour respecter ce timing. L’université d’Antananarivo organisera un conseil scientifique, lundi, pour discuter de l’organisation.L’enseignement supérieur reprend, ainsi, deux semaines après que les écoles d’enseignement général ont réouvert leurs portes. Le 3 novembre, le ministère avait encore sorti une note annonçant le maintien de la suspension des cours.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Brickaville – Neuf bandits  de grand chemin piégés

Cueillis en deux jours, à Brickaville, neuf bandits de grand chemin ayant caillassé deux taxis-brousse et un 4×4, ont été neutralisés. Cette arrestation massive opérée par la gendarmerie et les comités de sécurité locale a été réalisée mercredi à jeudi. Une source proche de la brigade de la gendarmerie de Bricka­ville, a signalé que les neuf bandits seront déférés au Parquet de Toamasina, après l’enquête. Deux de ces malfaiteurs seraient les commanditaires du pillage et les receleurs, selon les informations recueillies.Les éléments de patrouille et les gendarmes, à bord des taxis-brousse en caravane, ont réussi à protéger les passagers face à la terreur semée par ces individus malintentionnés, lors de la dernière attaque. « Ils n’ont rien pu emporter. Aucun blessé ni mort n’avait été constaté mais, les dégâts matériels ont été importants », a indiqué un conducteur. Ce dernier et ses collègues ont parcouru de jour en nuit les cinq kilomètres où les bandits ont tendu leur piège.Ce gang est composé d’enfants, sa femmes et d’hommes. « Pour une attaque, chacun perçoit 5000 ariary », selon les précisions de la gendarmerie.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Littérature – Titane Pigny sort  « L’Abécédaire »

Une auteure au caractère bien trempé, pour qui la littérature est un genre pour s’ouvrir à autrui tout en partageant ses expériences de la vie. Titane Pigny a sorti, depuis hier, son nouveau livre qui s’inscrit dans la continuité des précédents, mais cette fois-ci avec des récits plus enrichis. Après, entre autres « Le revers de la médaille », « Premier amour » ou encore « Adultère dites-vous? », Titane Pigny s’expose cette fois-ci avec « L’Abécédaire ».Un titre plutôt modeste, faisant de suite penser à un quelconque livret pédagogique, mais qui regorge de nombreuses histoires courtes toujours inspirées de sa vie. Opérant ainsi un changement de style, l’auteure s’éloigne, pour cette fois, du genre romanesque tiré en longueur sur une seule thématique, pour se concentrer un peu plus sur des récits plus courts. « De A à Z, j’invite les lecteurs à découvrir plusieurs péripéties de ma vie à travers ce livre. Chaque lettre correspond à un récit qui a marqué ma vie, notamment ma vie privée que je livre sans concession » affirme Titane Pigny. Sur deux cent seize pages, « L’Abécédaire » immerge ainsi le lecteur dans l’univers de cette auteure, peintre et docteure à l’âme d’artiste débordant de créativité.Comme à l’accoutumée, elle scande l’amour sous toutes ses formes dans ses écrits, à savoir les coulisses de la vie de couple, le courage d’une mère de famille et le quotidien d’une femme active.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Taekwondo WTF – Un open de redynamisation

L’équipe du clan de Boto Lamina Tsaradia, ancien vice président de la fédération malgache de taekwondo WTF (World Taekwondo Federation) organisera ce samedi sa première compétition. Son objectif est de multiplier les rencontres qui manquent vraiment aux pratiquants ces dernières années.L’organisateur a baptisé cette compétition de « Open de Madagascar », qui se tiendra au gymnase couvert de Mahamasina, le samedi toute la journée. Ce sera un open de combat (kirugi) réservé aux catégories cadet, junior et senior, garçon et fille.Les éliminatoires seront compressées dans la matinée, et la phase finale l’après-midi. Six ligues en l’occurrence Diana, Haute Matsiatra, Atsinanana, Vakinankaratra,  Boeny et bien sûr Analamanga sont invitées, et seront attendues à ce tournoi d’envergure nationale.Deux semaines plus tard, les 2 et 3 décembre, aura lieu le championnat de Mada­gascar organisé par l’équipe de Rivo Rakotobe, vice président de la fédération.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Balances commerciales 

D’après les prévisions de la loi de finances pour 2018, la balance commerciale va se replier jusqu’à -588,1 millions DTS en 2018, contre -584,1 millions DTS en 2017. Cela fait suite aux besoins massifs en biens d’équipement et d’alimentation, mais également, aux coûts des services publics liés aux projets sur financement extérieur.  Le budget 2018 a été adopté à l’unanimité par les députés de Madagascar, mercredi.

L'express de Madagascar0 partages

Haute Matsiatra – Un site pilote de culture  en terrasse à Lalangina

La culture « Kipaha », ou culture en terrasse, sera améliorée. Ampatora, une localité de la commune rurale d’Andrianjato, district de Lalangina, dans la région Haute Matsiatra, en est le site pilote. Vingt-quatre hectares y seront aménagés en terrasses en contre-pente. L’eau de pluie sera retenue et conservée dans des bassins de stockage.Les travaux d’aménagement des terrasses et du réseau d’irrigation seront effectués sous forme HIMO (Haute intensité de main d’œuvre) et ACT (Argent contre travail) pendant quarante jours. La culture « Kipaha », généralement pratiquée dans les régions Haute Matsiatra et Amoron’i Mania, permet de gérer l’irrigation des parcelles afin de réduire l’érosion.« Il est tout à fait possible de pratiquer des cultures pendant toute l’année avec ce système en terrasse améliorée », a indiqué le ministre Harison Randriarimanana, en charge de l’Agriculture et de l’élevage, lors du lancement des travaux au site pilote.La coopérative Ezaka Soamianala, avec ses soixante-huit membres, a été choisie comme principale bénéficiaire des surfaces aménagées d’Ampatora. Ces travaux d’aménagement sont financés par le Programme national Bassins versants et périmètres irrigués-Projet d’urgence pour la sécurité alimentaire et la protection sociale (BVPI-PURSAPS) du ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Quels droits humains ?

À refaire, ce serait le mot qui pourrait résumer le séminaire annuel de la société civile à Madagascar qui a choisi de travailler cette année-ci sur les droits humains. À refaire, non pas dans le sens des maitresses d’école qui nous demandaient de refaire nos devoirs car ils étaient mauvais, au contraire, la qualité des interventions a été superbe, les échanges intéressants et conviviaux. Notons la présentation très pointue et à la fois très accessible des deux dames du Centre d’études et de recherches juridiques au sein de l’Université d’Antananarivo. Elles nous ont livré des analyses de la perception par la société malagasy de leurs droits. Pour résumer en quelques mots, les Malgaches ne connaissent qu’intuitivement leurs droits. Les personnes qui connaissent bien tous les droits humains, qui les défendent éprouvent une profonde gêne à en parler car elles ne jouissent pas elles-mêmes de ces droits.Parmi les moments forts de ce séminaire, à notre avis, furent les travaux par commissions durant lesquels les participants ont eu plus de deux heures pour partager des témoignages, débattre et voir le futur. Quatre thématiques sur la table : l’égalité de genre ; la jeunesse, l’insertion et la réinsertion, l’accès de la population rurale à la santé, et finalement la protection des défenseurs de l’environnement. On a pu lire de nombreux papiers, vu des reportages, des pétitions, des appels sur Clovis Razafimalala. Mais le voir en vrai, raconter avec ses propres termes, Power Point et photos à l’appui, tout ce qui s’est passé et à quoi lui et ses camarades font actuellement face, était tout simplement vibrant. Notre homme a été le porte-parole de l’organisation Lampogno sur le thème « les défenseurs de l’environnement et la nécessité  de l’engagement de la société civile pour leur protection ».Intimidation sur intimidation, pressions, tentative de destruction de ses biens et de sa personne, détention abusive, la liste de ce qu’il a pu endurer est trés longue. Mais l’homme garde le sourire et considère sa mésaventure comme une aventure positive. Il affirme même que quand il était détenu, cela lui a permis de voir par lui-même l’efficacité ou non du système juridique, la puissance effective des trafiquants et le poids qui s’abat sur les bonnes personnes dans ce système. De temps à autre, le bonhomme arrive encore à placer des blagues.Révélation de l’année : il existe bel et bien des Malgaches défenseurs des droits de l’Homme qui sont réfugiés en Europe. Depuis que les efforts de Clovis et des compagnons ont eu une dimension internationale, les trafiquants et leurs complices malgaches ont tout fait pour les éliminer d’une manière directe ou indirecte. La fuite à l’étranger, pour une personne qui défend son pays est pire que l’emprisonnement, voire pire que la mort.Dans la grande salle, des petites voix chuchotent. Beaucoup se posent des questions : a-t-on assez de courage pour aller aussi loin que cet homme et ses compagnons ? Mais quand on y pense bien, la question est plutôt : aura-t-on le même courage car il ne s’agit plus d’aller loin ou pas. Les défenseurs des droits de l’Homme sont de plus en plus exposés à toutes les formes d’élimination dans notre pays.Les arrestations répétitives de lanceurs de boutades en tous genres sur Facebook se multiplient. C’est pour que cette « manière » de répression devienne des « faits divers ». Le premier en la matière l’affaire de Hiary Rapanoelina qui a été comme un petit séisme pour nous les internautes, les médias, et pour le peu de citoyens qui s’intéressent encore à autre chose qu’aux selfies et à la surexposition de leurs petites personnes sur les réseaux sociaux. Petit à petit, les arrestations deviennent banales. Le grand nettoyage a commencé. Notre tour ? Ce n’est juste qu’une question de temps.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Don au Lycée Amepfiloha 

Chaque année, le Groupe STAR se réserve une enveloppe pour réaliser des actions citoyennes ciblées dans les axes de la santé, le social, l’environnement et l’éducation. Afin d’aider et de contribuer à l’éducation des élèves fréquentant le Lycée moderne Ampefiloha (LMA) , le Groupe STAR a fait dons de table-bancs et de chaises, d’une valeur de près de 10 millions ariary, pour équiper les laboratoires de langues et la salle informatique de l’établissement

L'express de Madagascar0 partages

Deux braqueurs  mis à l’ombre

Deux bandits, dont un commanditaire, ont été renvoyés derrière les bar­reaux de la maison centrale d’Antsirabe, hier, après leur comparution au Parquet. Leurs six compli­ces ont obtenu une liberté provisoire. Ce gang a mené plusieurs braquages suivis d’assassinats à Masini­loharano-Antsirabe II.

Midi Madagasikara0 partages

Anosibe An’ala : Olona dimy maty navadiky ny lakana

Mila ho ny antsasaky ny olona nitaingina ilay lakana no indray namoy ny ainy. Ny alarobia teo no nitranga ny loza teo amin’ny reniranon’i Ranomainty, izay mampisasaka an’Anosibe An’ala sy Marolambo, tao amin’ny fokontany Mandroalina, ao amin’ny kaominina Amboasary, distrika Marolambo. Amin’ny andro maraina tokony ho tamin’ny valo ora no nivadika ny lakana. Raha ny tatitry ny zandary dia tsy fahatomombanana teo amin’ny lakana no nahatonga ny loza. Raha vao hiainga fotsiny mantsy dia vaky ilay lakana ka nanomboka dobo rano ary dia nivadika nony avy eo. Olona am-polony avy any Marolambo saika handeha hiantsena tao Sahaofika, ao amin’ny kaominina Ambalaomby, distrika Anosibe an’Ala ireo niharan-doza ireto. Dimy tamin’ireo no namoy ny ainy vokatr’ity loza, raha ny tatitra farany azo omaly hariva. Nisy tamin’ireo mpandeha ireo mantsy no mbola nokarohina tamin’ny fotoana nitrangan’ny loza, ary efa samy hita avokoa omaly. Nisy tamin’izany ny zaza maty teny am-baben-dreniny. Ny sisa kosa dia avotra soa aman-tsara avokoa, araka ny fampitam-baovao hatrany. Isan’ny mahafaty olona betsaka ny loza eny ambony rano, indrindra eny amin’ireny fifandraisan’ny ranomamy sy ranomasina ireny, rehefa mitranga. Matetika mahery mantsy ny onja ary isan’ny nandraràna ny fifamoivoizana an-dranomasina izany any amin’ny toerana maro, rehefa aorian’ny mitataovovonana, mba hiarovana ny ain’ny olona.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires