Les actualités Malgaches du Mercredi 18 Octobre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara638 partages

Destination Surprise : La mer d’Emeraude Un lieu paradisiaque dans le nord de Madagascar

C’est la mer d’émeraude.

Elle fait partie des plus belles plages du monde, avec les kilomètres de sable blanc qui la bordent et ses eaux turquoises.

D’une beauté surnaturelle due à la faible profondeur de l’eau et d’un fond sablonneux, la mer d’Émeraude est un site exceptionnel. C’est un lieu paradisiaque situé à une heure de traversée de Ramena ou de Diégo-Suarez, dans la partie nord de Madagascar. C’est une des plus belles plages de la Grande Ile permettant d’effectuer une multitude d’activités nautiques et terrestres en famille ou entre amis. On peut citer, entre autres, la plongée, le « snorkeling », les surfs, kit surfs et windsurfs ainsi que de nombreuses croisières en boutre ou en voilier.

Accessible par bateau. C’est un site d’une beauté surnaturelle grâce à ses eaux cristallines d’un bleu turquoise fascinant. La faible profondeur de l’eau ajoutée à un fond sablonneux très clair, lui donne cette couleur si particulière. C’est ce qui lui a d’ailleurs valu son nom « la mer d’Emeraude ». Elle fait partie des plus belles plages du monde, avec les kilomètres de sable blanc qui la borde et son eau turquoise. Accessible par bateau, vous ne manquerez pas de vous arrêter dormir à la belle étoile sur les petites îles vierges qui s’étendent aux alentours, selon les promoteurs. En outre, les touristes aussi bien nationaux qu’étrangers auront bien l’opportunité de visiter des villages de pêcheurs traditionnels. Et à part les activités nautiques, ils peuvent également effectuer des visites plus culturelles dans des fortifications coloniales et à l’ancien camp militaire aujourd’hui en ruine à Antsiranana ou Diégo-Suarez. C’est d’ailleurs la plus grande ville du nord de Madagascar, regorgeant des paysages plus incroyables. La plage de Ramena en est la preuve la plus flagrante.

Découverte extraordinaire. Par ailleurs, on recense de nombreux autres sites aux paysages grandioses à admirer comme les « tsingy » rouges constitués de pointes acérées aux couleurs ocres. Une découverte extraordinaire et surprenante à travers les montagnes n’est pas en reste. Des canyons érodés constitués de gré, de marne et de calcaire, on trouvera à leur pied   l’unique bassin sédimentaire de l’île, constat de l’équilibre fragile qui y règne. Née sous la mer il y a des millions d’années, la réserve naturelle de l’Ankarana vous promet aussi un spectacle de paysages plus incroyables les uns que les autres. Des espèces uniques au monde y ont évolué, s’adaptant au climat parfois très sec et à l’obscurité qui règne dans le fond des cavités de « tsingy ». On peut citer, entre autres, les chauves-souris, les lémuriens et les crocodiles. Ce n’est pas tout ! La richesse de la région de Diégo-Suarez offre de nombreuses autres excursions possibles.

Recueillis par Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar548 partages

Ripeste

Des journalistes parmi les victimes de la peste. Quoi de plus naturel et normal. Le contraire aurait étonné alors que des personnes que l’on croyait définitivement à l’abri figurent parmi les malades. Il fallait s’y attendre comme on s’attendait à ce que des journalistes soient tués en Afghanistan ou au Mali. Cela n’a rien d’exceptionnel et fait partie des éventualités et risques pris par ceux qui ont fait le choix d’informer la population avec sérieux et professionnalisme, d’embrasser ce métier sacré. On ne peut pas aller au bout d’un canon et espérer en sortir vivant ou intact.Les journalistes n’ont pas de combinaisons de cosmonautes imperméables à toutes les bactéries pour être absolument immunisés. Le tout est de prendre les précautions nécessaires avant, pour limiter les risques, pendant, pour avoir des soins appropriés et après, pour éviter les rechutes. Si dans ces conditions un journaliste a eu le malheur de figurer parmi les victimes de la peste, c’est tout simplement parce qu’il a fait son travail de la manière la plus professionnelle possible en allant sur le terrain, côtoyant les malades, comptant les morts pour mieux informer l’opinion. C’est leur travail, comme soigner est celui des médecins exposés au même risque mais qui n’ont pas fait un scandale quand leurs collègues ont été contaminés par la maladie. Ils n’ont même pas cherché à connaître lequel des malades est le coupable.Et le devoir de son entourage familier et surtout professionnel et de lui donner les meilleurs soins comme l’a fait L’Express. Et la peste se soigne  parfaitement. Les journalistes reprendront leur travail quand ils auront terminé leur traitement, sans la moindre crainte de stigmatisation. Ils font notre fierté et le total soutien du journal.On ne voit pas pourquoi cela vaut un communiqué d’une page à moins de vouloir dénigrer pour le plaisir ou par désir de nuire. Si l’effet recherché est de tenter de traiter en paria un titre ou des journalistes, on peut dire que la cible est ratée.  Le journal et les journalistes gagnent en crédibilité, étant donné que les faits prouvent qu’ils ne se contentent pas des communiqués ou de l’internet pour pondre un article digne de ce nom.Accuser quelqu’un d’avoir transmis la bactérie sans en avoir la certitude ni la preuve relève d’une déplorable bassesse. Elle est d’ailleurs caractéristique d’une presse friande d’affirmations gratuites et écervelées.La transmission peut se faire de mille manières, dans mille endroits. Les restaurants, les gargotes, les spectacles, les marchés, les bus, les mariages, les cultes, les exhumations, les enterrements sont autant de cadres favorisant la propagation de la bactérie.Personne n’est à l’abri de cette maladie qui qu’il soit, où qu’il soit. Même les patrons de presse sont des victimes potentielles. On se demande qui va signer les communiqués si tel était le cas. On n’en est pas encore là et on ne le souhaite pas. Pour le moment on met en place la… ripeste pour juguler la propagation de ce genre de comportement lamentable.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara237 partages

Peste : 805 cas notifiés et 74 décès depuis le début de l’épidémie

Les centres de traitement de la peste ne chôment pas !

Depuis la semaine dernière, aucun autre district n’a été touché par la peste, ce qui maintient le nombre de districts concernés à 38.

A ce jour, toujours 38 districts ont été affectés par l’épidémie de peste à Madagascar dans 17 régions sur 22. Actuellement, du moins, au jour du 16 octobre 2017, d’après les données sur la situation épidémiologique émanant du Ministère de la Santé publique et transmises à la presse par le BNGRC (Bureau national de Gestion des Risques et Catastrophes), 805 cas de peste ont été notifiés, dont 595 cas de peste pulmonaire et 210 cas de peste bubonique. On déplore 74 décès jusqu’ici, soit 11 de plus que le week-end dernier. Quant au taux de létalité national (nombre de décès par rapport au nombre total de cas notifiés), il est de 9,2%. Les 805 cas notifiés incluent 62 cas confirmés (sur la base des résultats d’analyses effectuées par l’Institut Pasteur de Madagascar) ; 367 cas probables selon le test de diagnostic rapide et 377 cas suspects.

 Mesures. Afin de réduire les risques de propagation de l’épidémie, un contrôle sanitaire a été mis en place dans 13 sur 38 districts touchés par la peste. La mobilité par voie routière fait, en effet, partie des facteurs favorisant la transmission de la peste pulmonaire. Une fourniture en équipement de protection individuelle (EPI) s’avère nécessaire pour une meilleure efficacité de ce dispositif. Les autres mesures déjà appliquées depuis le début de l’épidémie de peste demeurent en vigueur : le ministère de la Santé publique a renforcé la désinfection, la désinsectisation et les contrôles par le biais du thermomètre flash à distance dans les districts affectés dans 10 régions, à savoir : Vatovavy Fitovinany, Boeny, Atsinanana, Analamanga, Itasy, Bongolava,  Betsiboka, Atsimo Andrefana, Alaotra Mangoro et SAVA. De même, l’envoi des dotations d’équipements et de matériels spécialisés dans les 38 districts concernés, au profit des responsables et du personnel de santé au niveau local, se poursuit.

Enterrement digne. Par ailleurs, l’OMS appuie la direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE) dans la gestion des données de l’épidémie et des suivis de contacts. Au total, 2 838 contacts sur 93 cas de pestes pulmonaires ont été enregistrés dans les régions Analamanga, Atsinanana et Haute Matsiatra. L’organisation vient également de conclure un accord de partenariat avec la Croix Rouge Malagasy pour assurer aux personnes décédées de la peste, un enterrement à la fois digne et sécurisé. Rappelons que quatre centres de traitements de la peste sont déjà opérationnels, dont trois à Antananarivo et un à Toamasina.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara195 partages

Rivo Rakotovao nommé Sénateur : Vers la destitution d’Honoré Rakotomanana

Actuellement en voyage à Rome, le désormais ex-ministre de l’Agriculture et de l’Elevage sera présent au Palais de Verre d’Anosikely dès son retour au pays.

Le président du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » Rivo Rakotovao vient d’être nommé Sénateur de Madagascar. Le décret n°2017-954 relatif à sa nomination a été publié hier par le Secrétaire général auprès de la Présidence de la République au cours d’un point de presse qui s’est tenu au Palais d’Etat d’Iavoloha. Il remplace ainsi l’ex-Sénateur Ahmad Ahmad élu à la tête de la Confédération Africaine de Football au mois de mars dernier. La nomination du numéro Un du HVM au Sénat risque de provoquer des polémiques. Faut-il rappeler que la démission du nouveau patron de la CAF a déjà été déposée auprès du Bureau permanent de la Chambre haute le 20 mars 2017 et la vacance du siège de celui-ci a été constatée par la Haute Cour Constitutionnelle dans son arrêt rendu le 30 mars. Dans l’article 2 dudit arrêt, la HCC ordonne au président de la République de « procéder à la nomination d’un nouveau sénateur avant la session ordinaire du Sénat ». C’est-à-dire avant le 2 mai 2017, puisque l’article 84 alinéa 2 de la Constitution stipule que « la première session commence le premier mardi du mois de mai ». L’ex-Sénateur Ahmad Ahmad n’a donc pas été remplacé que sept mois plus tard, ou enfin presque. La question est également de savoir pourquoi un décret qui a déjà été signé par le président de la République le 12 octobre n’a été rendu public qu’hier 17 octobre, c’est-à-dire, une semaine après. Le SGP a expliqué ce retard par le décès de l’ancien président Zafy Albert qui est pourtant décédé à La Réunion le 13 octobre. A noter aussi que le président Hery Rajaonarimampianina n’a quitté le pays pour son voyage à Rome que le 14 octobre.

« Plan B ». Désormais donc, le numéro Un du parti au pouvoir n’occupe plus aucun poste ministériel. Il va être remplacé par Randriarimanana Edmond Harison à la tête du Ministère auprès de la Présidence de la République en charge de l’Agriculture et de l’Elevage. Le décret n°2017-953 portant nomination de celui-ci a également été publié hier (Voir article par ailleurs). Bon nombre d’observateurs soupçonnent un calcul politique du HVM à travers cette nomination de Rivo Rakotovao au Sénat. Il s’agit en effet du « Plan B » du régime qui a prévu de faire un forcing sur la tenue d’un référendum constitutionnel afin de faire en sorte que le président Hery Rajaonarimampianina puisse rester au pouvoir pour s’assurer un second mandat. A l’allure où vont les choses, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » va abandonner l’option du référendum constitutionnel et décide de sacrifier l’actuel président du Sénat Honoré Rakotomanana. Celui-ci s’installe désormais sur un siège éjectable. Les tenants du pouvoir ne font-ils pas confiance à ce dernier pour assurer l’organisation de l’élection présidentielle après la démission du président Hery Rajaonarimampianina ?

« Kravaty manga ». En tout cas, bon nombre d’observateurs estiment que le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » est en train de préparer une manœuvre politique visant à confier la gestion du pays à un fidèle partisan de l’actuel homme fort du pays en cas de démission de celui-ci. Rivo Rakotovao n’est pas seulement le président national du HVM, mais il est aussi un des plus proches et fidèles compagnons de lutte du Chef de l’Etat. On voit mal un ancien numéro Deux du gouvernement devenir un simple sénateur alors qu’il bénéficie toujours de la confiance entière du Chef de l’Etat. D’autant plus que depuis plusieurs mois, Honoré Rakotomanana, ancien baron du parti AREMA, considéré par certains observateurs comme un spécialiste du retournement de veste, ne fait plus l’unanimité au sein des partisans du HVM. Et ce, même s’il ne cesse de faire l’effort de porter la « kravaty manga » à chaque évènement officiel. Durant la première session ordinaire du Parlement, des sénateurs élus sous les couleurs du parti au pouvoir, en l’occurrence le Sénateur Riana Andriamandavy VII, ont déjà lancé un lobbying en vue de sa destitution, mais la manœuvre n’a pas abouti. A l’allure où vont les choses, la procédure de destitution de Honoré Rakotomanana pourrait figurer à l’ordre du jour de la deuxième session ordinaire qui a débuté hier. A suivre.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza179 partages

Pastera Mailhol“Notambazana 5 miliara Ar aho mba tsy ho kandida”

Tambatambazan’ny fanjakana HVM tsy hirotsaka hofidiana ho Filoham-pirenena i Pastera Mailhol satria atahoran’ny fitondrana mafy, raha ny fanambarana nataony omaly.

Noraviravizana volabe 5 miliara ariary mihitsy izy fa nanda, araka ny avy aty ambony ihany koa ny HVM tany an-toerana hihetsika sy handrangaranga hery. Minisitra iray ao anatin’ny governemanta no tao ambadika raha ny fanazavany. Tsy nisalasala izy naneho ny heviny fanazavany. Nisy fotoana nidinan’ity mpitondra fivavahana ity tany Mahajanga nihaona tamin’ny mpanohana azy, ka nomena toromarika fa ny antokon’ny fitondrana no tena mifarirotra sy matahotra mafy amin’ny firotsahan-kofidiany, ka io nahavita nanambitamby volabe io saingy tsy nanaiky ny pasitera Mailhol, izay manana fahatokisan-tena tokoa fa ho voafidy ho filoham-pirenena atsy ho atsy. Mitatao ao an-damosin’ny pasitera sy ny olony ihany koa ny antsojay sy ny fananganam-pahafavalo ataon’ny fanjakana HVM. Anisan’ny nanohana an’i Hery Rajaonarimampianina ny Apokalipsy tamin’ny fotoan’androny. Mbola te hitazona an’izany ve ny HVM hoe hatao tohatra fiakarana izy ireo ? Mitohy ny fisetrasetrana sy ny fanjakazakana, indrindra ny kajikajy politika hisakanana ireo kandida tsy hirotsaka amin’ny taona 2018. Ho vitan’ny fanjakana HVM tokoa ve izany ? Hanaiky mora foana ve ny hafa ? Mety hisy ve ny famondronan-kery handavoana ny HVM amin’ny fifidianana ? Mitohy ny tantara.

Toky R

Midi Madagasikara168 partages

Besarety : Voalaza fa voan’ny « pesta », hita faty tanaty tatatra

Lehilahy iray, manodidina ny 35 taona teo ho eo no hita faty tao anatin’ny tatatra, omaly maraina tetsy Besarety. Isan’ny nampisahotaka ny rehetra tamin’ity zava-nitranga ity dia voalaza fa toa hoe voan’ny pesta izy ireo tamin’ny fahavelomany, ary dia izao hita faty navalan’ny rano izao. Nanao ny ataony indray mantsy ny fiakaran’ny rano, izay toy ny hita mahazatra isaky fotoanan’ny fahavaratra, teny amin’iny faritra Besarety iny omaly, taorian’ilay orambe ny alin’ny alatsinainy teo. Ary toa efa tsy zava-mahagaga teo amin’ireo mponina intsony ny mahita vatana mangatsiaka mitsikafina anaty tatatra. Olona nazeran’ny onjan’ny rano mahery dia mahery vaika tokoa izy ireny mazàna ka tsy tafarina intsony ary dia maty an-drano. Saingy tamin’ity indray mitoraka ity dia nampisahotaka ny mponina ny fahitàna io razana io. Olona fantatry ny rehetra eny an-toerana mantsy ity rangahy hita faty ity, izay voalaza fa irony mpanamboatra « briquet » mandehandeha sy mitety tanana irony. Ny nahitàna azy farany, iray andro talohan’io, araka ny filazan’ireo mponina dia izy toa marary izany. Izy tenany mihitsy aza no nilaza tamin’io fotoana io fa hoe « ohatry ny mararin’ny pesta » izy. Ary dia izao izy niafara tamin’ny fahitàna ny vatany mangatsiaka tanaty tatatra izao. Pesta sa fahafatesana tsotra ? Tsy mbola voafaritra mazava ny mahakasika izany hatreto. Na izany na tsy izany aloha dia efa lasa horohoro eo amin’ny mponina tokoa ity resaka fiparitahan’ny valan’aretina pesta ity. Hany ka raha vao hafahafa ilay olona ka nitarika tany amin’ny fahatesana tampoka dia tondroina avy hatrany fa voan’ny pesta. Efa nantsoina avy hatrany ary nidina teny an-toerana moa ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy nijery ny zava-nisy. Tonga teny an-toerana ihany koa ny BMH, naka ny razana.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza109 partages

Hery RajaonarimampianinaNila vonjy tamin’ny Papa François

Niteraka adihevitra na teo anivon’ny fiarahamonina na tany anaty etamazaoro politika isan-karazany tany ny antony tsy maintsy nandehanan’ny filohampirenena Hery Rajaonarimampianina tany Roma Italia nanatrika ilay fankalazana ny andro iraisam-pirenena momba ny sakafo ny 16 oktobra lasa teo.

 

Midi Madagasikara66 partages

« Kayak » : Frantsay iray maty an-drano tao Nosy-Be

Teratany frantsay iray no namoy ny ainy ary hatreto dia ny fanaovany « kayak » no heverina ho nitarika ny fahafatesany. Hita faty niaraka taminy ihany koa ny malagasy iray nanara-dia azy tamin’io karazam-panatanjahan-tena io. Nisy nampandre ny zandary, ny amin’ny tsy fahitana popoka ny olona roa dia ilay frantsay antsoina hoe Grand Franco C.R, 85 taona, sy ilay malagasy antsoina hoe Tombo Assany. Nandeha namonjy ranomasina ary nitondra ny lakana famoy (kayak) no nahitàna azy ireo farany. Andro hariva io, manodidina ny tamin’ny efatra ora sy sasany. Rehefa tsy tafaverina ny alin’iny dia nanomboka nikorontan-tsaina amin’izay ny olona nipetrahany. Natao ny fampandrenesana ny zandary ka iny alina iny ihany, dia natao ny fikarohana rehetra ny moron-dranomasina sy ny manodidina ny ranomasina izay nahitàna azy ireo farany. Tokony ho tamin’ny 10 ora alina, raha araka ny tatitry ny zandary, dia hita ilay vazaha izay efa tsy nisy aina intsony. Teo amin’ny tora-pasika Baobab no nahitàna ny razana. Nitohy ihany ny fikarohana ny marainan’iny ary tamin’ny fito ora no nahitàna ilay malagasy namany. Faharendrehana ambony ranomasina no nambaran’ny dokotera izay nijery ifotony ny razana. Raha ny marina dia efa nisy didin-dalàna izay nivoaka, taona vitsy lasa izay, mahakasika ny fandraràna ny fivezivezen’ny sambo manomboka ny mitataovovonana amin’iny fari-dranomasina oseana indiana iny. Ny antony dia satria manonja be ny ranomasina ary tsy mifidy vanim-potoana. Noraisina izany fepetra izany noho ny fisesin’ny sambo izay rendrika tamin’izany fotoana. Azo raisina ho tsy fitandremana ihany ity zava-nitranga farany tao Nosy-Be ity raha oharina amin’ny fepetra izay efa noraisin’ny fanjakana. Marina, fa fanatanjahan-tena izay mila onja ny « kayak » ary izany rahateo no tena filalaovana azy, saingy matoa olona roa no indray namoy aina, dia efa loza mihatra tanteraka ny fampiasana ny ranomasina amin’ny alina. Na izany aza, satria nisy ain’olona nafoy ary roa no isan’izany tao anatin’ny alina iray, dia nisy fanadihadiana nosokafan’ny zandary.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara65 partages

Andilamena : Zandary maty nokapain’ny jiolahy tamin’ny antsy

Nitombo iray indray ireo zandary lavo an-tanim-piadiana. Tany amin’iny faritra Alaotra Mangoro iny, ny faran’ny herinandro lasa teo, zandary iray avy nanara-dia omby very no tsy popoka niaraka tamin’io namany nony niverina. Rehefa natao ny fikarohana dia hita tsy lavitra ny tanana antsoina hoe Bekoranga, ny vatana mangatsiakan’ity maherin’ny fo ity. Didy antsy teo amin’ny tendany no voalaza fa nahafaty azy. Efa tsy hita teny aminy intsony ihany koa ny fitaovam-piadiana nentiny, ny basy sy ny bala. Raha ny zava-nitranga, araka ny fampitam-baovao azo dia nisiana fanafihan-dahalo tao amin’ny tanana iray tao amin’ny distrikan’Andilamena. Raikitra ny fanarahan-dia nataon’ireo zandary sy ny fokonolona ka tsy ela dia hita ireo omby, izay efa tany amina kaominina iray tany amin’ny distrikan’Amparafaravola. Teny an-dalam-piverenena no nifanehatra tamin’ireo dahalo am-polony maro ireto mpanara-dia ary dia velona teo ny fifandonana. Tamin’io fotoana io, raha ny fampitam-baovao azo hatrany no tsy nahitàna intsony io zandary io. Nentina namonjy tobin’ny zandary moa ny vatana mangatsiaka an’ity mahery fon’ny firenena ity, izay noraisin’ireo tompon’andraikitra ambony, sivily sy miaramila tany an-toerana, alohan’ny hampiakarana azy aty an-drenivohitra. Tato anatin’ny herinandro vitsy izay dia fantatra fa telo ireo zandary namoy ny ainy teny an-tanim-piadiana, ny voalohany tany Maevatanana, ny faharoa tany Betroka, ary izao ity tany amin’ny faritra Alaotra Mangoro ity.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Ino Vaovao62 partages

SOAHAZO – TOLIARA II : Lehilahy iray maty tsy tra-drano novonoin’ny Dinabe miisa 10 lahy

Tsy vitan’izany ihany fa lasan’izy ireo daholo ny entana rehetra tao an-tranony, araka ny fitantaran’ny havan’ny maty. Milaza ireto nahavanon-doza fa mamo ilay ranamana io, ka namoaka vava izay voalaza fa tsy nanisy hajany ny Dinabe sady mbola niteny ratsy azy ireo no antony nahatonga ny famonoana ity lehilahy ity. Manoloana izany dia milaza ny tsy hanaiky ny havan’ny maty satria tsy zon’ireo mpikambana ao amin’ny Dinabe ny mandatsaka ain’olona ary tsy voaraikitra ao anatin’ny fitsipika sy fepetra mifehy ny Dinabe koa ny mamono olona.

Miezaka mandamina ity raharaha ity ny tompon’andraikitry ny Dinabe any an-toerana, raha ny loharanom-baovao. Araka izany dia hokabariana na hotenenina ampahibemaso ireo mpikambana Dinabe nahavanon-doza.

Raha ny loharanom-baovao avy any an-toerana dia hampanonerana omby miisa 32 amin’ny fianakavian’ny maty noho izany ireo nandatsaka aina ilay lehilahy. Tsy mbola fantatra anefa hatreto na hanaiky an’io onitra io ny havan’ny maty na mbola hampakatra ny raharaha eny amin’ny Fitsarana ao Toliara.

Andrasana ny fandraisana andraikitra hataon’ny mpitandro filaminana mikasika ity raharaha ity.

R. Natacha (Stagiaire)

Midi Madagasikara62 partages

Attaque avortée à Itaosy : Les gendarmes sont intervenus à temps

Cette fois-ci, on dirait que nos forces de l’ordre, en particulier la Gendarmerie nationale, ont gagné un point d’avance par rapport à ses pairs de la police nationale et les militaires. Hier, le colonel Ravoavy, commandant du groupement d’Analamanga affirme que partager les résultats des interventions de la gendarmerie vis-à-vis de l’insécurité accrue presque sur tout le territoire national s’avère être primordial pour rassurer les Malgaches quant au fait qu’il y ait encore des forces de l’ordre dans ce pays.

Pour soutenir son argumentation, le commandant de groupement a cité le cas d’une tentative d’attaque à main armée que la gendarmerie a réussi à neutraliser récemment à Itaosy. Selon ses dires et confirmés par les témoignages de la famille qui a vécu le fait, le pire a été évité grâce au passage de la patrouille de la gendarmerie sur les lieux. Une bande de malfaiteurs était sur le point de dévaliser le logement d’un opérateur privé dans le quartier quand des gendarmes qui faisaient la ronde de nuit sont passés dans les environs. Ces derniers auraient, selon les explications du colonel, aperçu le mouvement suspect des bandits et sont tout de suite intervenus. Des bandits auraient déjà réussi à escalader le mur de clôture de la propriété, à en croire les témoignages du gardien des lieux. Ce dernier qui a affirmé avoir vécu un vrai cauchemard en entendant des échanges de tirs pendant près d’un quart d’heure. «Heureusement, nous avons retrouvé le calme quand des bruits de bottes se font entendre devant notre porte. Nous étions soulagés en entendant que des gendarmes sont venus à notre secours », s’exclame le gardien. Le colonel Ravoavy a ajouté que les gendarmes en patrouille ont dû riposter, car les malfrats ont tenté de leur résister.  Malheureusement, ces derniers ont pu s’échapper.

Un agent pénitentiaire arrêté. Un résultat fort louable que la gendarmerie a également révélé : l’arrestation d’un agent pénitentiaire impliqué dans le braquage d’un établissement commercial à Andravoahangy, commis il y a exactement un an. Le suspect a été arrêté le 13 septembre, suite aux images enregistrées par les caméras de surveillance de la scène de l’attaque. Cette arrestation a permis selon toujours la gendarmerie, de surprendre un autre suspect de cet acte. Il s’agit d’un certain Mika Beloha dont le nom figure, selon toujours les informations dans la liste des grands criminels de ce pays. D’après le commandant de groupement d’Analamanga, quatre individus impliqués dans un kidnapping et arrêtés par la gendarmerie la semaine dernière devront faire l’objet d’extraction pour des nouvelles enquêtes d’ici peu. Outre l’affaire de kidnapping pour laquelle la police nationale les a traînés devant le parquet- parce que cette dernière est la première à s’être saisie de l’affaire-  Ils devront répondre à trois chefs d’inculpation, à savoir la détention d’arme illégale, l’assassinat et l’association des malfaiteurs.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara60 partages

Conférence Economique de Rome : Participation massive des opérateurs italiens

Le président Hery Rajaonarimampianina avec des membres de la diaspora malgache en Italie.

Coup d’envoi hier dans la ville éternelle, des assises organisées conjointement par l’EDBM (Economic Development Board of Madagascar), le ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé (MIDSP) et la Chambre de Commerce et d’Industrie Italie – Madagascar.

« Discuter et promouvoir les projets prioritaires du Plan National de Développement (PND), en mettant particulièrement l’accent sur les projets potentiels PPP et privés. Fournir des informations substantielles sur les opportunités d’investissement et de commerce à Madagascar. Sensibiliser les investisseurs étrangers sur le processus d’affaires à Madagascar. Définir le cadre politique, économique et juridique orientant les investisseurs lorsqu’ils font des affaires à Madagascar ». Tels sont les objectifs de la Conférence Economique de Rome qui a débuté hier dans la capitale italienne. Plus précisément à l’Ambassade de Madagascar qui a abrité le premier jour de cette conférence organisée conjointement par l’EDBM, le MIDSP et la Chambre de Commerce et d’Industrie Italie-Madagascar.

Un million USD. Le premier jour de la conférence a commencé par une visite de l’Ambassade de Madagascar Via Riccardo Zandonai où a retenti pour l’occasion l’hymne national. Après le discours de bienvenue de la Chargée d’Affaires Tianamahefa Helinoro, il a été procédé à la signature d’un protocole d’accord en matière de télé-enseignement entre la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Monique Rasoazananera et l’Université Populaire de Milan qui octroiera des bourses d’un montant total de un million USD pour les étudiants malgaches concernés par le projet. Pour sa part, le président Hery Rajaonarimampianina a été fait docteur honoris causa. Il a tenu à rassurer les investisseurs italiens par la mise en place d’« un environnement de travail plus sécurisant et un taux de croissance de 5% en 2018 selon les prévisions du FMI ».

1 490 Malgaches. Quant au représentant de la diaspora, il pense que la Conférence Economique de Rome va relancer la coopération et les relations entre les deux pays. Il a aussi annoncé la participation au forum de la diaspora prévue du 26 au 28 octobre prochain à Tana, d’une délégation des Malgaches établis en Italie. Lesquels sont actuellement au nombre de 1 490 personnes dont une centaine sont des religieux et religieuses. « 39% d’entre eux sont à Rome », a précisé la Chargée d’Affaires auprès de l’Ambassade de Madagascar à Rome.

Plus de 160 entrepreneurs. Participent à cette conférence, plus de 160 entrepreneurs et hommes d’affaires italiens issus de plusieurs secteurs d’activité. De grands travaux d’ingénierie au génie civil, en passant par le commerce du textile, l’exploitation minière, l’aéronautique, la communication, les finances, l’assurance, l’informatique, l’industrie mécanique, l’énergie, l’agroalimentaire, l’écologie, l’industrie pétrolière, la médecine, la fonderie, la logistique, l’industrie pharmaceutique… Autant de domaines qui constituent des opportunités d’affaires pour les 49 opérateurs malgaches qui ont fait le déplacement à Rome pour prospecter le marché italien où les exportations malgaches se chiffraient à 22,9 millions de dollars en 2016. Les IDE (Investissements directs étrangers) en provenance de l’Italie étant également faibles avec 19,6 milliards d’Ar. en 2013. D’où l’intérêt de la conférence qui vise à attirer davantage d’investisseurs italiens dans la Grande Ile. Pour ne citer que Camera Madagascar qui a offert hier soir un cocktail dînatoire à l’occasion duquel, il y a sans doute eu un avant-goût des rencontres B2B prévues aujourd’hui à l’Hôtel Parco dei Principi où se tient la deuxième partie de la Conférence Economique de Rome.

Effectif du Sénat. Au programme ce jour, plusieurs interventions. Entre autres et non des moindres, celles de hauts responsables italiens comme Laura Mazza, secrétaire générale de UNIMPRESA et Amedeo Teti, DG du ministère du Développement économique. Côté malgache, outre le DG de l’EDBM, Eric Andriamihaja qui parlera du climat des affaires et des opportunités d’investissement à Madagascar et le président de la République qui prononcera un discours, trois ministres vont faire des exposés. En l’occurrence, Lantoniaina Rasoloelison et Ramanantsoa Benjamina qui traiteront respectivement du secteur de l’Energie et des projets prioritaires et PPP. Pour sa part, Rivo Rakotovao développera les opportunités d’investissement dans le secteur Agribusiness même s’il n’est plus le ministre de tutelle de l’Agriculture puisqu’il vient d’être remplacé et nommé sénateur. « Je n’en disconviens pas, car il pense sans doute bien faire », a répondu le désormais ancien ministre. Il, c’est évidemment le chef de l’Etat qui a juste déclaré qu’« il était temps de compléter l’effectif du Sénat ».

R.S (Rome)

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara60 partages

Assemblée nationale : La peste et l’insécurité évoquées

Jean Max Rakotomamonjy prononçant son discours d’ouverture hier à Tsimbazaza. (Photo Yvon RAM)

La deuxième session ordinaire du Parlement s’est ouverte hier à l’Assemblée nationale pour les 151 députés de Madagascar. Selon la Constitution, la session sera principalement consacrée à l’adoption de la Loi de Finances Initiale de 2018. Ce qui n’empêchera pas les « Solombavam-bahoaka » d’examiner d’autres projets de loi que le gouvernement a déjà déposés. Jusqu’ici, on en a enregistré 12 à l’Assemblée nationale dont celui relatif au Planning familial qui suscitera certainement des vifs débats, étant donné que les parlementaires seraient amenés à se prononcer sur la légalisation de l’avortement.

Problèmes sociaux. Dans son discours d’ouverture d’hier, le président de la Chambre basse Jean Max Rakotomamonjy a touché mot à des problèmes sociaux auxquels sont actuellement confrontés les Malgaches dont la peste et l’insécurité. L’homme au perchoir a lancé un appel à la prise de responsabilité de tout un chacun. La session parlementaire va durer 60 jours au maximum.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Orange Madagascar59 partages

Un SAMU Peste à mettre en place à Antananarivo

En réponse à la demande d’assistance des autorités malgaches pour structurer un «Samu Peste» à Antananarivo, la France, forte de son expérience, dépêche sur la Grande île une équipe pour contribuer à la création de ce nouveau service.

Sollicitée par l’Ambassade de France à Antananarivo, la cellule de crise et de soutien (CDCS) du Ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères a établi un examen rapide de la requête de Madagascar et réagi promptement pour rendre la riposte à l’épidémie la plus efficace possible.

Une équipe composée du Dr Yves Poncelin De Raucourt et du Dr Alban Forel, médecins urgentistes, accompagnés de Mme Thérèse Darmedru, infirmière en anesthésie-réanimation, sera placée sous la gestion directe du Ministère de la Santé de Madagascar afin de constituer un dispositif de type SAMU. Essentiel pour la qualité et l’efficacité de la riposte dans la capitale et déterminant pour parvenir à enrayer la progression de l’épidémie, ce dispositif permettra de contribuer à une prise en charge plus rapide et structurée des cas suspects et au contingentement de l’expansion de la maladie.

La mise en place d’un «Samu Peste» vise à donner une cohérence à l’ensemble des mesures déjà prises par les autorités malgaches concernées, notamment la mise en service d’un nouveau numéro centralisé «urgence peste 910» et la coordination à Tananarive par le ministère malgache de la santé d’un dispositif de 6 cliniques mobiles (ambulances) pour prendre en compte les cas suspects.

L’équipe rencontrera l’Ambassadeur de France à Madagascar, Mme Véronique Vouland-Aneini, le 20 octobre.

Madagascar Tribune50 partages

Rivo Rakotovao affecté au Sénat

Le président du parti présidentiel Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) et non moins ministre auprès de la Présidence en charge de l’agriculture Rivo Rakotovao vient d’être nommé sénateur de Madagascar hier 17 octobre 2017. L’annonce a été faite par le secrétaire général de la Présidence de la République, le général Ralala Roger, avec la nomination d’un nouveau ministre de l’agriculture en la personne de Randriarimanana Harison Edmond. Rivo Rakotovao, l’un des hommes de confiance de Hery Rajaonarimampianina vient donc de porter une autre casquette et remplace pour le coup le sénateur Ahmad qui a lui été élu à la présidence de la Confédération Africaine de Football (CAF) au mois de Mars 2016.

Pour rappel, Rivo Rakotovao a toujours été présent dans les gouvernements successifs de Hery Rajaonarimampianina, tout d’abord en étant ministre en charge des projets présidentiels, ensuite en tant que ministre de l’agriculture. Outre bien évidemment sa fonction au sein du parti au pouvoir.

En ce qui concerne son successeur, Randriarimanana Harison Edmond a déjà été ministre de l’économie au sein du gouvernement Rabemananjara du temps du régime Ravalomanana. Il a également occupé d’autres fonctions dans des entreprises appartenant à l’Etat malgache telles que la SECREN.

Cette nomination de Rivo Rakotovao étonne d’autant plus que lui-même et le président de la République est en voyage à Rome. Selon nos informations, le décret a déjà été préparé et signé avant son départ, datant du 12 octobre dernier mais n’a été annoncé qu’hier.

Toujours des calculs

Cette affectation de Rivo Rakotovao intervient alors que le projet d’une révision constitutionnelle afin de garder Hery Rajaonarimampianina au pouvoir lors des élections devient de plus en plus difficile à défendre pour le régime. En effet, la société politique et la société civile ont dénoncé à tour de rôle ce projet qui ne profiterait point à la population mais uniquement aux tenants du pouvoir. Outre cela, l’interprétation de la notion de « nécessité jugée impérieuse », seul motif valable pour la révision constitutionnelle n’est pas une tache aisée pour la Haute Cour Constitutionnelle, et encore plus difficile à trouver pour le régime. Il faudra donc se conformer à ce que dit l’article 46 de la Constitution de 2010 qui dispose que « Le Président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste (…). Dans ce cas, le Président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau Président. ». D’où il est obligatoire qu’un homme du régime soit à la tête du Sénat le jour venu. Dans cette logique, Honoré Rakotomanana sera démis de ses fonctions ou déclaré inapte à assurer sa tache pour n’importe quel motif pourvu qu’il laisse la place. D’ailleurs, le motif de la santé de ce dernier semble être l’excuse idéale, notamment suite à son malaise lors de la célébration du 14 juillet. Ce ne sont là que des suppositions mais les calculs semblent déjà faites et Rivo Rakotovao assurera sans aucun doute l’intérim durant les élections pour s’assurer que le pouvoir reste entre les mains du HVM. Qui vivra verra.

Midi Madagasikara48 partages

Non-respect des droits du travail : Des écoles privées d’Antsiranana haussent le ton

Le directeur régional de la FOP Diana, Tahina Bedimasy lors de la séance de sensibilisation.

« Nous recevons de nombreuses plaintes et doléances d’enseignants issus d’établissements privés sur le non-respect de leurs droits ». Ce sont là les propos de Tahina Bedimasy directeur régional de la Fonction publique (FOP) Diana  lors de l’atelier de formation sur les droits du travail, mardi 10 octobre dernier à Antsiranana. Selon toujours les dires de cet inspecteur du travail, le non-respect des droits se manifeste surtout sur « un salaire non motivant, la non-affiliation à la Caisse de prévoyance sociale (CNaPS)».  Initié par la direction régionale de la Fonction publique, du Travail et des Lois sociales Diana, ledit atelier a été l’occasion pour les inspecteurs du travail de sensibiliser quarante directeurs d’écoles privées sur l’importance du respect desdits droits.  Ont donc été discutées les questions relatives au contrat de travail, au salaire des employés, les cotisations à la CNaPS, ou encore les cotisations devant être allouées au Service Médical Inter-Entreprise de Diégo-Suarez (SMIDS). Un rappel spécifique a été effectué par le directeur régional de la Fonction publique, notamment sur les processus que doivent suivre les responsables des établissements lors des embauches. Processus correspondant aux droits des employés. Message reçu par les responsables des écoles privées qui ont demandé un délai pour « régler la situation de leurs employés ».  Par ailleurs, le Directeur Régional de l’Education nationale (DREN) et le chef de CISCO d’Antsiranana ont saisi  l’occasion pour rappeler les conditions à remplir pour avoir l’autorisation d’ouverture d’écoles privées.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara47 partages

Peste : une réalité à laquelle Il faut se confronter

L’existence de la peste est une réalité à laquelle on ne peut plus échapper. Les statistiques données par le BNGRC montrent la gravité de la situation, mais elles semblaient jusqu’à présent pour de nombreux Malgaches plutôt abstraites. Aujourd’hui, cependant, l’inquiétude est palpable dans tous les milieux, car la maladie n’épargne personne. La lutte contre ce fléau sera longue et nécessitera beaucoup de moyens.

Peste : une réalité à laquelle Il faut se confronter

Pour les journalistes, rendre compte de la propagation de la peste fait partie du travail habituel d’information du public. Ils l’ont fait avec la distanciation habituelle, décrivant la réalité. Les efforts déployés par les autorités sanitaires n’ont pas réussi à circonscrire la maladie et le bilan énoncé par le BNGRC, chargé de communiquer les statistiques officielles, n’a cessé de s’alourdir. Ces chiffres paraissaient jusqu’à présent bien abstraits. Mais aujourd’hui, ils revêtent toute leur signification quand on voit ses collègues ou ses amis contaminés et envoyés dans les centres spécialisés. Le milieu de la presse est lui aussi aujourd’hui touché comme toutes les autres couches de la société. Dans chaque rédaction, l’alerte a été donnée et les mesures ont été prises pour préserver les journalistes. Certains confrères ont reçu un traitement et leurs camarades ont reçu des médicaments par mesure de précaution. Plus que jamais, il est nécessaire d’appliquer les mesures de prévention. Dorénavant, il ne faut faire preuve d’aucune négligence. Les autorités sanitaires veulent cependant stopper toute réaction de panique. Les symptômes de la maladie ont évolué et elles demandent à tous ceux qui ressentent des malaises de ne pas s’alarmer et de les approcher. Des équipes médicales viennent même sur les lieux de travail lorsque des cas de peste ont été signalés. On vit la réalité de l’épidémie d’une toute autre manière quand on se sent concerné. La peste est bel et bien là et on ne peut pas se cacher derrière des statistiques pour en parler. Il faut donc éduquer tout le monde et pousser l’Etat à renforcer encore plus les efforts pour éradiquer ce fléau.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara41 partages

Trafic aérien : Une forte croissance en Afrique

Le deuxième Airbus A 340 d’Air Madagascar cloué au sol à Ivato, depuis des mois est le symbole de la crise de l’aérien malgache.

Alors qu’à Madagascar c’est encore l’inconnu quant à l’avenir de la compagnie aérienne nationale, dans certains pays africains, le secteur aérien est en pleine croissance.

Air Madagascar aura-t-elle sa place dans le futur visiblement prometteur du secteur aérien africain ? C’est ce qu’espèrent en tout cas, les dirigeants actuels qui ont décidé de céder à Air Austral, la majorité des actions de la compagnie nationale aérienne. En devenant le partenaire stratégique, Air Austral qui est une compagnie d’envergure régionale aura le dernier mot sur la gestion de la compagnie. Besoa Razafimaharo le nouveau D.G de la compagnie est en tout cas bien placé pour mener à bien le redressement conformément au Business Plan. Il est condamné à réussir si l’on vient à constater qu’Air Madagascar ne soit pas à la traîne des autres compagnies du continent africain, lesquelles connaissent actuellement une forte croissance.

Performance. « Les nouvelles destinations et l’optimisme en Afrique ont contribué  à une forte croissance des arrivées de vols internationaux sur le continent en 2017 » lit-on notamment dans un article de l’Agence Ecofin qui cite les dernières données du cabinet d’analyse des voyages, ForwardKeys. Les chiffres ont été rendus publics, mercredi dernier, lors de l’Aviation Africa forum 2017 qui s’est tenu du 10 au 12 octobre dernier à Kigali, la capitale rwandaise. Les données de ForwardKeys révèlent en effet,  « une augmentation de 13,3% des arrivées en 2017 (janvier à septembre), par rapport à la même période, l’année dernière. Cette performance s’explique essentiellement par une croissance nette de 82 lignes et une forte augmentation des vols provenant du continent américain, en hausse de 17,8%, de l’Europe (12,7%), et de l’Asie-Pacifique (16,4%). Les vols entre pays africains ont, quant eux, augmenté de12,5% ».

Moteurs. «Je suis très heureux de constater une croissance aussi forte du trafic aérien vers l’Afrique. Cependant, il est à noter que la demande des consommateurs et l’investissement des compagnies aériennes ont été plus importants dans les voyages en provenance des autres continents que ceux entre les pays africains. Je voudrais penser que les discussions d’AviaDev encourageront les compagnies aériennes à lancer plus de vols sur le continent.», a déclaré Jon Howell, directeur général d’AviaDev. L’Egypte, la Tunisie, le Maroc, la Tanzanie, l’Afrique du Sud sont les principaux moteurs de cette croissance. Selon Olivier Jager, directeur général de ForwardKeys, l’aviation africaine affiche une croissance extrêmement saine. La tendance devrait s’améliorer pour le reste de l’année. Les chiffres montrent que les réservations de voyage en Afrique du 21 septembre à la fin de l’année, sont de 15,2% supérieures à celles de l’année dernière, en raison des réservations anticipées aux Etats-Unis, en Europe et en Asie-Pacifique.

Recueillis par R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar40 partages

De Sankara à Sennen

À la Une de Jeune Afrique, une image mythique de Sankara en treillis. Les activistes du monde entier et surtout ceux du continent africain se passent le mot : il faut à tout prix avoir cette édition car il consacre son dossier à cet homme, cette légende. « Qui a tué Sankara ? Retour sur une affaire d’État, 30 ans après… » Quoi de plus alléchant ?Première page du grand dossier, un nom qui me fait sursauter. Je feuillète, je cherche dans tout le magazine sans avoir plus de réponse. Sennen Andriamirado. Au premier coup d’œil, je me disais que c’est vraiment super, que ce soit un Malgache qui a fait tout le dossier. Mais je me rends compte que ce n’était pas Sennen. Il a « juste » été l’auteur des premiers paragraphes. Mais qui est donc ce Malgache qui est une référence quand on parle de « captain Africa » ? Inculte que je suis, je ne connais même pas ce « mien » qui est pourtant dans la bouche de tous les Sankaristes.« Thomas Sankara : derniers instants, derniers témoins, derniers secrets… » une photo du leader de la révolution burkinabè assassiné le 15 octobre 1987 avec un homme mince, cigarette à la main. C’est lui Sennen Andriamirado rédacteur en chef de Jeune Afrique à cette époque. Il aurait été un intime de l’icône. En tapant ce nom sur le net, l’ignorante que je suis, tombe des nues.Sennen, un malgache connu partout dans le monde pour avoir écrit de magnifiques ouvrages sur Sankara.Ndèye Fatou KANE une grande écrivaine décrit si bien ses œuvres : « Qu’a donc pu écrire Sennen Andriamirado sur Sankara que je n’aie déjà lu ? Sans avoir la prétention d’avoir lu tous les livres écrits sur le célèbre capitaine burkinabé (et Dieu sait qu’il en existe une pléthore !), je peux dire que j’en ai lu une bonne quantité, curieuse que j’étais – et je le suis toujours – d’en savoir plus sur la vie et l’œuvre de Sankara. » Puis elle brosse, elle met l’accent sur la différence, le plus que Sennen a, le plus que Sennen a donné. « Toutes les biographies écrites sur Thomas Sankara ont ceci de commun qu’elles ne brossent pas le portrait d’un homme dépourvu de défauts, lisse et exemplaire … Comme on peut le voir dans certaines bio­graphies, qui omettent délibérément certaines phases de la vie du “sujet”. Chacun des livres que j’ai eu à lire sur le Capitaine Sankara mettent l’accent sur l’objectivité, au cœur de la narration. Sankara, le rebelle ne déroge pas à cette règle. (…)Sennen Andriamirado s’attelle à nous dépeindre un homme mû par un idéal – la Révolution – mais avec ses failles et manquements. »Sennen a au moins à son actif deux grands ouvrages. « Il s’appelait Sankara » édition Jeune Afrique Livres, 1987 ; « Sankara, le rebelle » de la même édition, 1987 et réédité en 1989. À la fois heureuse et triste de connaître ce grand nom Malgache. Heureuse de savoir que l’un de « nous » a un jour côtoyé et très sûrement influencé ce rebelle de Sankara. Triste de voir que nul n’est prophète en son pays. Nous qui sommes en manque de héros, nous ne connaissons même pas Sennen. Triste de savoir que nos jeunes ne connaissent que très peu Sankara et encore moins Andriamirado.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Tia Tanindranaza38 partages

Rivo RakotovaoAtosika ho filohan’ny Antenimierandoholona

Nesorina tsy ho minisi-panjakana eo anivon’ny fiadidian’ny Repoblika misahana ny fiompiana sy ny fambolena intsony i Rivo Rakotovao, araka ny didim-panjakana novakian’ny Jeneraly Ralala Roger, sekretera jeneralin’ny fiadidian’ny Repoblika teny Iavoloha omaly.

Notendrena hisolo toerana azy kosa Randriarimanana Harisson Edmond, izay efa nitazona io departemanta io tamin’ny fitondrana Ravalomanana. Nitana ny toeran’ny mpanolotsaina manokan’ny filoham-pirenena ihany koa izy, ary efa filohan’ilay rafitra ara-toekarena EDBM (Economic Development Board of Madagascar). Tsy niandry ela fa vao voavaky iny didim-panjakana iray iny dia nirosoana ihany koa ny famakiana ny didy faharoa manendry an’i Rivo Rakotovao ho loholona, hisolo ny toeran’i Ahmad, izay voafidy ho filohan’ny Kaonfederasionina Afrikanina momba ny baolina kitra na ny CAF. Ny filoham-pirenena no nanasonia ireo didim-panjakana ireo, izay ahafahana milaza fa efa vita mialoha izany, fa ny andro omaly sisa no nandrasana.

Hapetraka ho filohan’ny Antenimierandoholona

Ora vitsy tsy hisokafan’ny fivoriana ara-potoana faharoa eo anivon’ny Antenimiera roa tonta no namoahana iny fanapahan-kevitra, izay tsy tongatonga ho azy iny. Efa nisy ny famakafakana sy ny vaovao nivoaka teto amin’ny Gazety Tia Tanindrazana ny 4 oktobra lasa teo, fa hapetraka ho eo amin’ny toeran’ny filohan’ny antenimierandoholona hisolo an’i Honoré Rakotomanana i Rivo Rakotovao. Toa efa mizotra tsikelikely mankany amin’izany tokoa ny zava-misy ankehitriny. Mba ho fanomanana ny kajikajy politika amin’ny 2018 avokoa no antony satria tsy maintsy mametra-pialana 30 ka hatramin’ny 60 andro mialoha ny datim-pifidianana ny filoha am-perinasa raha toa ka kandida, araka ny voafaritry ny lalàmpanorenana. Azo tarafina avy amin’izao fanapahan-kevitra izao fa tsy azon’ny HVM antoka i Honoré Rakotomanana, izay tokony handray ny toeran-dRajaonarimampianina. Tsy mbola nanatrika ny lanonam-panokafana ny fivoriana ara-potoana faharoan’ny antenimierandoholona omaly teny Anosikely moa ny senatera vaovao Rivo Rakotovao satria mbola any Roma Italia. Andrasana amin’ny fiverenany an-tanindrazana ny mety ho tohin’ity raharaha ity satria maro no resy lahatra fa atosika ho filohan’ny antenimierandoholona ity filoha nasionalin’ny HVM ity. Tsy fantatra kosa anefa ny fomba hanilihana an’i Honoré Rakotomanana.

Toky R

 

Midi Madagasikara32 partages

Photographie : Meja Miangola à la rencontre photo du Xe arrondissement de Paris

Meja Miangola, installant ses photos.

Ils sont huit photographes, mais elle est la seule Malgache. Meja Miangola, étudiante en photographie à l’Ecole des Métiers de l’Image et du Design, expose elle aussi, à partir de ce jour ses photos.

Pour son projet personnel (pour ses études), Meja Miangola a décidé d’axer son reportage photo sur les Potterheads. « J’ai suivi la saga depuis 1999. Cette année, on fête également la sortie du premier livre Harry Potter à l’école des sorciers. Du coup j’ai voulu répondre à une question qui démange certainement les fans d’Harry, comme moi : que sont devenus ces enfants fans d’Harry Potter d’il y a 20 ans ? Il lui a fallu cinq mois pour réaliser son reportage ». A partir de ce jour, ses photos seront exposées dans une Bibliothèque en plein cœur de Paris. Une expérience qui sera certainement suivie de beaucoup d’autres encore plus enrichissantes pour l’ancienne stagiaire de Midi Madagasikara.

A 12 ans, avec son père Ndranto, lui aussi photographe, Meja Miangola s’initie à cet art qui la passionne tant avec des appareils argentiques. Poussée par son défunt oncle Stéphane Jacob, alors Directeur de la Rédaction chez Midi Madagasikara, elle améliore ses techniques et cherche à se perfectionner, encore et toujours. « Ma passion atteindra son summum lorsqu’en 2008, mon père m’emmena au Labomen du renommé Pierrot Men à Fianaransoa ». En 2011, elle a eu son propre appareil photo reflex numérique qui ne la quitte plus désormais et qu’elle emmène d’ailleurs avec elle quand elle suit un stage en photoreportage au sein de Midi Madagasikara en 2012. Licence en Communication Multimédia et Journalisme en poche, elle continue de nourrir sa passion pour la photographie en participant à divers concours. Aujourd’hui, c’est avec son fiancé Miary Mathieu, qu’elle partage sa passion.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara29 partages

Présidence du CSM : Les débats de nouveau lancés !

L’élection des membres du CSM (Conseil Supérieur de la Magistrature) aura lieu le 7 novembre prochain. La propagande commencera à partir de la semaine prochaine et durera deux semaines. Des côtés des deux chambres parlementaires, l’on soulève ou concrétise (c’est selon) la question relative à la révision de la Constitution lors de cette session budgétaire sans pour autant axer les débats sur la présidence du CSM. Et pourtant, si l’on devait procéder à la révision de la Constitution, il faudrait supplanter les dispositions qui portent atteinte à l’indépendance de la Justice dont la présidence par le chef de l’Etat de cet organe. En effet, nul n’est sans savoir que l’article 107 la Constitution actuelle confère au chef de l’Etat – relevant de l’Exécutif – le droit ou plutôt le pouvoir (c’est selon) d’être à la tête de CSM qui entre en lien avec les magistrats, appartenant au pouvoir judiciaire. De là naît la transgression pure et simple du principe constitutionnel – qui plus est universel – de la séparation des pouvoirs.

Desiderata. A l’aube de l’élection des nouveaux membres du CSM, les débats relatifs à la présidence du CSM refont surface. « Voir le chef de l’Etat ne plus être au sommet du CSM, c’est notre desiderata », a confié Tiaray Fanahimanana, ancien vice-président du SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar) et candidat au CSM. Mais pour ce faire, il faudrait la révision de la disposition constitutionnelle « polémique ». Mais par rapport à ce point, le magistrat reste dubitatif quant à l’aboutissement de cette conception. « Si nous voulons mettre en place un système juridique fort, il faut enlever cette prérogative accordée au chef de l’Etat. Mais je doute fort que les dirigeants actuels s’y mettront », lance-t-il. D’ailleurs, le CSM – selon toujours les explications de Tiaray Fanahimanana – s’occupe de la carrière de magistrat et des attributions y afférentes. Le chef de l’Etat est donc loin d’être le bienvenu dans cet organe.

Appui du SMM. La bataille s’annonce herculéenne pour les magistrats d’autant plus que lesdits débats ne datent pas d’aujourd’hui. « Le SMM devrait amplement s’investir dans cette lutte », a continué Tiaray Fanahimanana. Rappelons au passage que l’indépendance de la Justice constitue l’ossature des revendications du syndicat des magistrats. Dans cette même optique, le SMM a d’ores et déjà martelé dans un communiqué en date du 19  septembre que si la révision de la Constitution doit avoir lieu contre vents et marées, il faut considérer et le cas de la Justice et celui des magistrats. A suivre.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara26 partages

Renforcement des mesures contre la peste : 264 jeunes bénévoles prêts à rejoindre les hôpitaux de trai...

Une séance de formation avec des responsables de l’Unicef.

Sélectionnés par le Ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, les jeunes fraîchement formés vont raffermir les rangs des agents de la Santé publique.

La situation actuelle de la peste est plus que préoccupante. Avec le nombre de cas enregistrés qui ne cesse de croître, les agents de santé au sein des hôpitaux de traitement de la maladie sont submergés. Les semaines précédentes où l’on a vu des responsables d’hôpital se plaindre du nombre des personnes venues demander des soins. L’action de renforcement du personnel des huit hôpitaux de traitement de peste (six à Antananarivo, un à Toamasina et un à Fénérive-Est) entreprise par l’Unicef, en collaboration avec Médecins sans Frontières, l’Organisation Mondiale de la Santé, du Ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures en appui au Ministère de la Santé publique arrive à point nommé. A cet effet, l’action en question a consisté en la formation de 264 jeunes, issus du monde professionnel, paramédicaux et étudiants sur le renforcement du contrôle de l’hygiène, de l’assainissement et l’accueil dans lesdits hôpitaux de traitement. Une nouvelle qui va apporter une bouffée d’oxygène ainsi qu’une amélioration importante quant à la gestion du travail dans les centres de traitement de la peste pour les prochains trois mois.

Dispatching. Opérationnelle, la nouvelle équipe sera attribuée à des tâches spécifiques auprès des hôpitaux de traitement. 160 hygiénistes vont dans ce cas être affectés dans les fonctions relatives aux techniques d’hygiène dans la zone d’isolation, les activités de nettoyage de surfaces, des lits, des douches, des latrines ainsi que le traitement des déchets hospitaliers. 72 autres personnes se chargeront quant à eux de l’accueil et de l’orientation des familles. Leur mission consiste également à la limitation des accès. Et pour finir, 16 blanchisseurs vont spécifiquement s’occuper du nettoyage des équipements de protection du personnel médical et hygiéniste. Par ailleurs, il convient de rappeler que la formation des 264 jeunes bénévoles s’est déroulée les samedi et dimanche 7 et 8 octobre dernier pour Antananarivo et Toamasina. La session pour Fénérive-Est s’est déroulée hier. Le manque d’hygiène est un facteur qui favorise la propagation de la peste qui sévit actuellement. Les gestes citoyens se sont toutefois arrêtés à des séances de nettoyages ponctuels. Les ordures, comme à Ambodinisotry, s’entassent toujours.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Orange Madagascar25 partages

La Jirama va procéder à des coupures et des poursuites judiciaires

La Jirama entend procéder prochainement à la coupure d’eau et d’électricité au niveau des clients, particuliers ou entreprises, n’ayant pas respecté les échéances de paiement d’arriérées de factures. D’éventuelles poursuites judiciaires peuvent également être envisagées lorsque les relances restent sans réponse ou lorsque les accords ne sont pas respectés, selon une communication officielle de la Jirama.

La compagnie d’eau et d’électricité soutient que de nombreuses démarches sont actuellement entreprises pour améliorer la gouvernance de la Jirama. Les différents services de cette société travaillent notamment au recouvrement des nombreuses créances liées aux factures impayées et à la lutte contre les fraudes. Ce travail concerne tant les particuliers que les entreprises. Aussi, des procédures amiables avec la plupart des clients qui ont des dettes envers la Jirama ont été enclenchées.

Selon la Jirama, ses « services recherchent donc préalablement à dialoguer et négocier avec les clients, dans l’optique d’aboutir à l’établissement d’un échéancier ».

En tout cas, ces procédures s’appliquent à tous, sans distinction, martèle la Jirama. Pour ce qui concerne les cas particuliers des industries et des opérateurs économiques, la Jirama prend en compte les conséquences socio-économiques liées à un arrêt soudain de la fourniture en eau et en électricité.

La Jirama de souligner qu’elle poursuit un double objectif, recouvrer les créances encore impayées et permettre aux opérateurs endettés de poursuivre leurs activités.

 

Mécontents

 

Malgré de nombreux efforts entrepris, le service offert par la Jirama est loin de satisfaire la plupart de ses abonnés.

Les coupures d’électricité, causées par des pannes techniques ou des vols de courant, entraînent souvent d’importants préjudices matériels et financiers, aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises.

De nombreux abonnés se plaignent également des coupures d’eau. Dans certains quartiers, l’eau courante de la Jirama n’est disponible que très tôt le matin et très tard la nuit.

Et la dernière hausse des tarifs opérée par la compagnie d’eau et d’électricité n’arrange pas les choses. En effet, alors que la hausse devrait être de 7,5% en moyenne pour les particuliers et 15% pour les industries, certains abonnés ont vu leur facture augmenter de 50%, voire même doubler, ce alors que leur consommation a baissé.

Mécontents, certains abonnés de la Jirama ont laissé entendre qu’ils ne paieront leur facture, que quand la compagnie d’eau et d’électricité leur offrira un meilleur service.

 

LDV

Midi Madagasikara23 partages

Maevatanàna : Valo lahy nitondra basim-borona nanafika tobim-bolamena

Valo lahy tsy nisaron-tava nitondra basim-borona no nanafika tobim-bolamena, tao Antafian-drazaozy, fokontany Antafia,Kaominina Maevatanàna faharoa, ny Alatsinainy 16 lasa teo, tokony ho tamin’ny valo ora alina. Lasan’ireo jiolahy ny  vola iray hetsy Ariary, ary Ramatoa efa lehibe no voadaroka, ka naratra mafy. Araka ny fanazavana voaray avy tamin’Atoa Ramarson sefom-pokontany ao Maevarano, nitondra basim-borona sy fitaovam-piadiana maranitra ireo mpanafika. Ankoatra ireo vola, dia noroban’izy ireo koa ny fitaovana fiasana rehetra izay zakany tao an-toby. Voalaza fa tsy nanapoaka basy ireo olon-dratsy, fa ny fitsofana kiririoka no nasesin’ny eran’ny tobim-bolamena, ary nandeha nitsoaka nizotra ho any Atsimo ny dian’izy ireo. Fa Ramatoa iray moa no naratra voadaroka nanadritra ny fanafihana,ary efa nahazo fitsaboana aty Maevatanàna eny hopitaly.

Ratantely

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara23 partages

Tensions à l’Université de Mahajanga : Soubassements financiers et ethniques

Le campus d’Ambondrona, côté « moderne » à Mahajanga.

Les tensions et les violences qui ont agité le campus d’Ambondrona récemment puisent leur origine de problèmes de bourses impayées, mais également de difficultés de « vivre ensemble » (au sens anthropologique du terme), notamment à cause de considérations ethniques.

Tout a commencé avec la revendication des bourses impayées (du mois de septembre au mois de décembre 2017), ainsi que l’établissement d’une connexion wifi-laquelle si elle existait était de piètre qualité. A ces revendications pour le moins légitimes vint s’ajouter l’exigence de la démission d’un haut responsable au sein de la filière « Géologie Paléontologie Muséologie ».  Pour manifester leur insatisfaction et exprimer leur colère suite à ce qu’ils appellent la non-satisfaction de leurs revendications, des membres du Bureau des étudiants de l’Université de Mahajanga (Bédum) ont commencé à ériger des barrages à l’entrée de l’université. Pourtant, des promesses quant au paiement proche des bourses des mois de septembre et d’octobre ont été émises par les responsables concernés.

Différents et différends. C’est là que les divergences d’opinion ont eu raison du « vivre ensemble » des étudiants, car certains ont été calmés par cette promesse et ont décidé de reprendre les cours. Tension et frustration aidant, les étudiants du Bédum et du Conseil exécutif des étudiants(Cee) en sont venus aux mains. Mais d’autres causes-faiblement relayées-sont également entrées en jeu, celles d’ordre ethnique- « ayant notamment opposé les originaires de la région Sofia, les étudiants du Sud-Est et ceux de Toliara », selon les dires de William, un étudiant. Des considérations ethniques incitant à la haine qui en principe, devraient être dépassées actuellement…Mais qui demeurent pourtant humainement et empiriquement compréhensible, car de la théorie à la pratique, il y a tout un monde ! De leur côté, les autorités ont essayé de calmer le jeu, avec plus ou moins de résultats. La ministre Monique Rasoazananera et le ministre des Travaux publics Eric Razafimandimby sont en  effet venus dans la Cité des Fleurs pour rencontrer les autorités locales concernées, dont le préfet de la ville Fitiavana Lahiniaina Ravelomahay, à l’Hôtel Roches rouges et les étudiants, premiers concernés, sur le terrain.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada18 partages

Bambou : une trentaine d’espèces à Madagascar

Madagascar est le plus riche pays du continent africain en termes de diversités d’espèces endémiques de bambou. L’île en possède plus d’une trentaine, selon les données du Réseau international sur le bambou et le rotin (INBAR).

Le bambou offre, en effet, une gamme d’utilisations très large. Toutefois, à Madagascar l’usage de cette matière première, qui est surtout exploitée dans la fabrication de meubles, est limité au secteur de l’artisanat. Le bambou est encore mal connu par la population qui continue à le voir comme une simple plante ou encore, selon les idées reçues, comme l’ «arbre des pauvres».

La Chine en exploite actuellement sur 3,2 millions d’ha, en vue de fabriquer des matériaux de construction, des produits artisanaux, des produits cosmétiques et des boissons énergisantes. Les déchets industriels servent ensuite à la production de charbon. On peut même fabriquer des tissus à base de bambou et même dans le domaine des nouvelles technologies. On trouve aujourd’hui sur le marché asiatique du matériel informatique (clavier ou souris d’ordinateurs…) fabriqué à partir de lamelles de bambou.

Un bambou planté est exploitable au bout de 4 ans alors que les arbres nécessitent beaucoup plus de temps. C’est une propriété que les producteurs tentent d’exploiter pour la promotion de la filière, vu la qualité du bambou pour la protection du sol contre l’érosion et comme alternative face à l’utilisation du bois.

Arh.

 

News Mada18 partages

Vakok Arts Trano : à l’affiche, «Anonymement je…»

Le centre culturel Vakok Arts Trano de Toliara accueillera, vendredi, un spectacle multidisciplinaire intitulé  «Anonymement je…», qui verra la participation de chorégraphes, dont Harivola Rakontondrasoa, de Haja Saranouffi, et de la slameuse Caylah.

Une prestation alliant danse, cirque et slam, «Anonymement je…» est une pièce qui «dénonce anonymement une perpétuelle dégénérescence politique, sociale, environnementale, corruption effarante, népotisme, marasme économique…»,  d’après la lettre d’information de l’Alliance française de Toliara. «La danse, étant vecteur de message, participe au développement de son pays et a pour objectif de créer l’étonnement et inciter à la réflexion». «Sur une danse libre, un code commun a été créé mais chacun s’exprime à travers un texte engagé brut du slam…un semblant de révolution est en train de naître», y poursuit-on.

En prélude, la Cie Dihy animera ce jour et demain des ateliers pour tout public.

Mahenina

Midi Madagasikara18 partages

Constitution : Projet de révision en « stand by » ?

« Le président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste 60 jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président ». Ces dispositions de l’article 46 alinéa 2 de la Constitution posent problème pour le régime HVM qui ne fait visiblement pas confiance à l’actuel président du Sénat pour exercer « les attributions présidentielles courantes » au lendemain de la démission du président candidat.

Référendum. Ce qui pourrait expliquer la nomination à Anosikely de Rivo Rakotovao qui est appelé probablement à remplacer Honoré Rakotomanana sur le perchoir de la Chambre haute lors de la présente session ordinaire. Force est alors de se demander si le projet de révision de la Constitution est en « stand by », puisque le pouvoir n’aurait plus rien à craindre avec la possible accession du numéro Un du HVM à la présidence du Sénat ou s’il n’est pas sûr de la victoire du Oui à un éventuel référendum constitutionnel.

R. O

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara15 partages

Fiangonana Loterana eto Madagasikara : Convention avec la Caisse nationale de Prévoyance sociale

Une poignée de main fraternelle et conviviale lors de la signature de convention.

Dans l’optique d’offrir à tous les travailleurs de l’Eglise luthérienne une protection sociale efficace et le respect de leurs droits, la FLM et la CNaPS ont signé une convention vendredi dernier.

Un objectif qui répond à certaines préoccupations des employés de la FLM, traduits en mots par le président national de cette église, pasteur Dr Rakotonirina David : « La plupart des retraités au sein de la FLM se plaignent de leur vieillesse et de leur vulnérabilité, alors ils viennent vers moi. En tant que « ray aman-dreny » (traduction littérale : parents)  de l’Eglise je pense que la collaboration avec la CNaPS est nécessaire pour rassurer nos collaborateurs et les motiver ». En effet,  la FLM a créé des milliers d’emplois, dont 1 500 pasteurs et 250 théologiennes, auxquels s’ajoutent le personnel de 40 dispensaires,  de 10 grands hôpitaux, des employés des filiales agricoles et des éducateurs et enseignants travaillant dans 700 établissements luthériens répartis dans tout Madagascar. Sans oublier ceux qui sont dans l’accompagnement des porteurs de handicap, notamment, les sourds et les aveugles. Puisque l’église relève du secteur privé, ces travailleurs chrétiens sont donc pris en charge par la CNaPS. Par ailleurs, le pasteur David Rakotonirina a également annoncé lors de cette cérémonie, que la FLM compte offrir à son personnel, un régime de retraite complémentaire ; projet qui a reçu un écho favorable, autant de la part dudit personnel que de la C         aisse nationale de prévoyance sociale, représentée par son directeur général, Arizaka Rabekoto Raoul.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara14 partages

Harison Randriarimanana : Nouveau ministre de l’Agriculture

Harison Edmond Randriarimanana remplace Rivo Rakotovao à la tête du Ministère auprès de la Présidence de la République en charge de l’Agriculture et de l’Elevage. Le décret n°2017-953 relatif à sa nomination a également été rendu public hier par le Secrétaire Général auprès de la Présidence de la République. Harison Edmond Randriarimanana fait donc son « come-back » au sein de ce département. Faut-il rappeler qu’il a déjà été ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche du temps du régime Ravalomanana. Il était particulièrement connu pour l’importation de 1 000 vaches de Nouvelle-Zélande. Avant cette nouvelle nomination, Harison Edmond Randriarimanana est Chef du Collège des Conseillers du président Hery Rajaonarimampianina.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune13 partages

Possible révision des attributions de la CENI

De nombreux projets de lois, essentiels et clés en vue des prochaines élections, passeront devant le parlement pour cette seconde session ordinaire qui a débuté hier mardi 17 octobre 2017. Mis à part le vote de la loi de finances 2018 qui se trouve normalement au programme du fait qu’il s’agit de la session budgétaire, l’on sait également que le Code électoral passera entre les mains des deux chambres.

En ce qui concerne l’Assemblée Nationale, la conférence des présidents est prévue se tenir aujourd’hui. Sauf que pour l’heure, aucun texte ne semble être arrivé à Tsimbazaza, notamment en ce qui concerne la loi de finances et le projet de révision constitutionnelle. Selon les indiscrétions, l’on pourrait également voir arriver une révision des attributions de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Vu les efforts déployés par la CENI jusqu’ici, notamment avec les cadres de concertations des parties prenantes aux élections, cette commission semble s’être procuré un rôle clé dans la réalisation des élections. Ce qui ne peut ne pas être du goût de tout le monde. Malgré tout, l’on ne sait pas également s’il s’agit d’une révision à la hausse ou d’une révision à la baisse des dites attributions. Tout compte fait, cette deuxième session ordinaire peut réserver de nombreuses surprises.

Midi Madagasikara11 partages

Rallye International de Madagascar : Réunionnais et Français sur la liste des engagés !

Le rallye international de Madagascar comptant pour la 5e manche des Championnats de Madagascar 2017 aura lieu du 10 au 12 novembre prochain. Des pilotes étrangers dont des Réunionnais et Français vont prendre part à la compétition.

Avec la situation qui prévaut actuellement au pays, toutes les activités ont été annulées jusqu’à nouvel ordre. Comme le football, le golf, la 38e édition du Rallye International de Madagascar (RIM) aura bel et bien lieu. Sauf changement de dernière minute, la 38e édition du Rallye International de Madagascar se disputera les 10, 11 et 12 novembre 2017. « Jusqu’à aujourd’hui (ndlr hier), ce RIM se tiendra à la date prévue aux environs de la capitale. Aucune annulation n’est envisagée par l’équipe organisatrice. Les préparatifs avancent à grands pas » a annoncé, Sanjy Rajaonarivelo, organisateur, joint au téléphone hier soir. Initialement prévue comme la 6e manche des Championnats de Madagascar des rallyes 2017, ce RIM compte désormais pour la 5e manche après le report du Rallye Helix au début du mois. Comme son nom l’indique, Rallye International, des pilotes étrangers vont prendre part à l’évènement. Des Réunionnais et Français feront partie des engagés à ce 38e RIM. « Ces pilotes étrangers n’ont pas encore désisté, mais, cela dépend de l’évolution de la situation surtout avec la campagne médiatique sur cette épidémie» continue Sanjy Rajaonarivelo. En attendant, une conférence de presse sera organisée ce lundi par l’organisateur pour les détails techniques.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Syndicat des administrateurs civils : Le CRAC contre toute forme de pression

Le CRAC devant la presse hier aux 67 ha.

Les administrateurs civils sont appelés aux urnes le 27 octobre prochain pour élire le président du SYNAD.

Les administrateurs civils éliront le nouveau président de leur syndicat (SYNAD) le vendredi 27 octobre prochain.  D’après le comité électoral en charge de l’organisation de cette élection, quatre candidats sont en lice, en l’occurrence de Razafindrainony Beril, Rakotondrasoa Tseheno, Andriamanana Ramahavokatsoa et Paolo Raholinarivo. La campagne électorale s’ouvre aujourd’hui. Les administrateurs civils membres du CRAC ou Cercle de Réflexion des Administrateurs Civils revendiquent une élection libre, juste et en dehors de toute pression. « Nous sommes contre toute forme de pression avant et pendant l’élection. Laissez les administrateurs civils élire librement le président de leur syndicat.», a martelé hier  Andrianavomanana Tsitohaina. Pour sa part, Najarhoussein Michel de mettre les points sur les « i » : « Le CRAC n’a pas de candidat à soutenir. Notre rôle consiste uniquement à superviser les préparatifs et le déroulement de l’élection. »

Retard d’un an. Le renouvellement du bureau national du syndicat des administrateurs civils devrait se tenir en 2016 après l’expiration du mandat du président sortant Thierry Rakotonarivo, actuellement vice-président de la CENI. Cette fois-ci, l’élection sera organisée à Tana, plus précisément à l’Espace Salohy à Iavoloha. « Nous sensibilisons tous les administrateurs civils travaillant au niveau des ministères et des Institutions de l’Etat à s’acquitter de leur devoir électoral ce 27 octobre, et ce pour le bien de notre syndicat. », a lancé hier les membres du CRAC. A noter que le renouvellement du bureau national du SYNAD se tient à un an de la prochaine élection présidentielle où les administrateurs civils auront un grand rôle à jouer, notamment au niveau des districts.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Football – Poule des As : L’élimination d’Elgeco en coupe relance les débats !

La formation du HZAM d’Amparafa tentera simplement de brouiller les cartes.

Veillée d’armes pour les quatres équipes qualifiées pour la Poule des As dont la phase aller se tient à Ampasambazaha. Une veillée toute particulière, car l’élimination d’Elgeco Plus en Telma Coupe de Madagascar relance les débats. En effet, désormais aucun club n’a plus droit à l’erreur.

La première journée de la Poule des As qui verra la participation des quatre derniers clubs encore en course pour la THB Ligue des champions servira tout juste de galop d’essai depuis la Fédération Malgache de Football a opté à faire jouer entre les deux premières équipes de chaque site.

C’est ainsi qu’on verra en première heure Elgeco Plus face au COSFA. Un match placé sous le signe d’une revanche à prendre pour Johnny et ses camarades battus par les militaires par 3 à 1 lors de leur dernière rencontre.

CNaPS fin prête. Mais c’était dans un autre contexte où Elgeco Plus se savait déjà qualifié. Maintenant, le problème est bien différent dans la mesure où chaque match se présente comme une finale directe et qu’il ne faut pas lâcher prise pour espérer ravir le titre. Du coup, on aura tort d’enterrer les hommes d’Alfred Randriamanampisoa très tôt, car ils vont naturellement se battre et faire comme si leur vie dépendait de l’issue de la rencontre.

Une remarque également valable pour le HZAM Amparafa battu sèchement par le CNaPS Sport sur le score éloquent de 5 à 0 lors de la dernière journée de la phase 2 de Mahajanga.

Besona qui retrouve la pelouse et le public d’Ampasambazaha saura-t-il relever le niveau de son jeu pour tenter de faire douter la CNaPS ? C’est toute la question même si on sait qu’après sa contre-performance en coupe, Ando et ses camarades ne vont rien lâcher pour tenter de garder leur titre de champion de Madagascar. C’est une certitude que la CNaPS est fin prête pour ces confrontations.

Sur ce point, on salive déjà à l’idée de vivre ce duel de titan de vendredi qui mettra aux prises Elgeco Plus et CNaPS – Sport. Une petite finale en quelque sorte même si une défaite ne serait pas encore la mer à boire. Mais à ce stade, rien ne vaut la victoire. Celle qui permettrait ensuite de voir venir…

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Flash Eco

Deux missions régionales ont été effectuées par le GOTICOM (Groupement des Opérateurs de la Technologie de l’Information et de la Communication) à l’île Maurice et à l’île de La Réunion. Celles-ci s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de l’action « Démarche Cluster TIC », appuyé par le PROCOM (Programme d’Appui à l’Emploi et à l’Intégration Régionale) de l’Union européenne. Ce jour, une réunion de restitution de ces missions se tiendra à la salle de réunion de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA) à Analakely.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

BAD : Promotion de l’agriculture pour endiguer la migration

« Nous devons faire venir les jeunes à l’agriculture et y voir une activité entrepreneuriale lucrative, non pas un signe de manque d’ambition ». C’est ce qu’a soutenu le président du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi Adesina, à l’occasion de la Journée mondiale de l’Alimentation, le 16 octobre dernier. Celui-ci soutient que le secteur agricole a le potentiel de créer de la richesse et des emplois pour les jeunes.  A noter que la célébration de la Journée mondiale de l’Alimentation rappelle la nécessité d’assurer une sécurité alimentaire pour tous et un régime alimentaire nutritif. Le thème de cette année met d’ailleurs l’accent sur la nécessité de « changer l’avenir des migrations – Investir dans la sécurité alimentaire et le développement rural ».

Actions. Pour la BAD, son programme ENABLE Youth, qui prépare une nouvelle génération de jeunes “agripreneurs”, est en bonne voie pour y parvenir. Pour le président Akinwumi Adesina, l’objectif est de faire émerger 10 000 jeunes entrepreneurs agricoles par pays, au cours des dix prochaines années. « En 2016, la BAD a fourni 700 millions USD pour appuyer ce programme dans huit pays et nous avons aujourd’hui des demandes en provenance de 33 pays », a-t-il indiqué. Pour cette institution financière africaine, les investissements dans l’agriculture sont essentiels pour que les jeunes Africains puissent prospérer et Ahmad Ahmad partant, endiguer les flux de migration. Cet objectif et le thème de la Journée mondiale de l’alimentation 2017 sont bien alignés sur deux des Cinq grandes priorités de développement de la BAD, notamment « Nourrir l’Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations », d’après Jennifer Blanke, vice-présidente chargée de l’Agriculture et du développement social à la BAD. « Le manque d’opportunités économiques, d’infrastructures, d’opportunités d’emploi et les changements climatiques imprévisibles dans ces pays sont des sources majeures de fragilité, qui conduisent souvent à la migration forcée de populations dans une quête désespérée d’opportunités. La Banque adopte, le cas échéant, des approches fondées sur les risques au niveau national et régional pour lutter contre la fragilité », a-t-il ajouté.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar7 partages

Balita -Teddy –  Prezeau – L’oncle et son neveu sur la même scène

Un concert en famille. Balita (l’oncle) et Teddy Prezeau (le neveu) seront réunis le temps d’un concert afin de fusionner la voix de Balita avec les chansons de Teddy Prezeau. Intitulé « Tenim-pitia », le spectacle sera présenté le 4 novembre au Cercle germano-malgache à partir de 16 heures. Ce concert était prévu se tenir au début du mois d’octobre mais, vu le contexte qui prévaut actuellement au pays, l’évènement a été reporté au 23 octobre puis aujourd’hui au 4 novembre. Sur ce, les fans peuvent dorénavant être rassurés puisque le concert se tiendra ce jour. Ce sera également un grand moment pour le jeune chanteur de dévoiler son premier album intitulé «Tenim-pitia».Teddy Prezeau, pour l’occasion, sera accompagné de sa fine équipe, à l’instar de Rybota à la basse et au piano, Ralph au sax, Nix à la batterie et Jz Rabibisoa à la guitare et au piano. Son tonton montera aussi sur scène pour interpréter avec lui « Veloma ianao ». Un instant qui s’annonce d’ores et déjà émouvant, pour cette rencontre entre l’oncle et le neveu. Les adulateurs qui ont leur place pour les concerts au Cercle germano-malgache sont donc assurés d’assister à plus qu’un moment exceptionnel.

Sitraka Rakotobe

Midi Madagasikara6 partages

Gadra tratran’ny zandary saika hanao fanafihana : “Tsy voafonjanay eto Ambalatavoahangy” hoy Atoa Ral...

Isany vaovao nahoraka tamina haino aman-jery sy sampana fampahalalam-baovao samy hafa, ilay raharaha fahatrarana zandary tao Vatomandry ity tovolahy iray mbola mamita ny saziny am-ponja, nefa tratra niaraka tamina basy teo am-piketrehana fanafihana mitam-piadiana tany Mahanoro. “Tsy voafonjanay eto Ambalatavoahangy izany tratran’ny zandary izany, satria mazava ny fanazavana nomenay ny zandary ny herinandro nivalona teo, fa voafonja efa nafindra toerana tany Soanierana Ivongo ary misy taratasy ara-dalana mamindra toerana azy”, hoy Atoa Ralay Christian lehiben’ny fonjam-ben’i Toamasina tamin’ny fiantsoany mpanao gazety nanazavany ny zava-misy omaly maraina. Araka ny taratasy milaza ny zava-misy voarain’ny mpanao gazety dia voafonja voasazin’ny fitsarana dimy taona ny 19 aogositra 2016 noho ny halatra vitany ity olona ity izay tratran’ny zandary tao Vatomandry ity, saingy ny 10 may 2017 araka ny taratasy famindrana azy tao amin’ny fonjan’i Soanierana Ivongo laharana 003-MJ/DGAP/DRAP/ATS, dia tsy izy irery no niaraka tamin’izany fa teo ihany koa ireo namany telo, Ralison Theodore misazy 05 taona sy Tsimanosy ary Geralda izay samy misazy 06 volana avy. Ny fanazavana hafa kosa no nahafantarana fa voafonja mpanao asa ivelan’ny fonja eny anivon’ny “camp penal” ny fonjan’i Soanierana Ivongo ingahy io no izao nitsoaka nikasa hanao fanafihana mitam-piadiana izao. Tamin’izao toe-javatra niseho izao anefa dia mitsabo tena noho aretina mitaiza azy teto Toamasina ny lehiben’ny fonja tao Soanierana Ivongo, ka ny lefiny no nisahana ny asa rehetra. Efa misokatra ny fanadiadiana nisian’ny gaboraraka teo anivon’ny fandraharahana ny fonja ataon’ny tale provinsialin’ny fonja eto Toamasina, ka ho hita eo ny nahatonga ny tranga nisy izao.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

FIBA 33 – Championnat d’Afrique 2017 : L’équipe nationale en regroupement

En cette période de pause, la fédération s’attelle à la préparation et participation du Championnat d’Afrique FIBA 3×3. Cette joute africaine se tiendra du 3 au 5 novembre à Lomé, Togo. Les techniciens au sein de la fédération malgache de basket-ball ont publié la liste des présélectionnés. Trois joueurs de l’Association Sportive et Culturelle de Boeny” à savoir Ahmed, Elly et Ricky, un joueur respectivement du 2 BC, Arnold, de la GNBC, Fabrice et du COSPN (Claudio) ont été appelés pour le regroupement. Il est à signaler que la majorité de ces joueurs sont tous habitués de l’équipe nationale. Ils auront quelques jours pour la préparation avant le début des hostilités en terre togolaise.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar5 partages

Session parlementaire – Le référendum en toile de fond

Même si le sujet principal de cette session parlementaire est le budget de l’État, tout le monde est rivé sur la validation ou non d’un référendum.

La deuxième cession parlementaire ordinaire a été officiellement ouverte à l’Assemblée Nationale et au Sénat, par leurs présidents respectifs, Jean Max Rakotomamonjy et Honoré Rakotomanana. Si cette cession est qualifiée principalement de « cession budgétaire », l’opinion publique est surtout focalisée sur la soumission du projet de référendum aux deux chambres parlementaires. Cependant, aucun des discours des deux chefs parlementaires n’a mentionné ne serait-ce que l’éventualité d’un débat à ce sujet.Pour pouvoir se lancer dans un référendum, le projet doit être validé en conseil des ministres et en conseil de Gouvernement avant d’être soumis aux députés et aux sénteurs. Les trois-quarts des deux chambres parlementaires doivent voter en faveur du référendum pour qu’il puisse être lancé.

AlternativeToutefois, le Président de la République semble vouloir engager un vrai débat à ce sujet. Selon le chef du Gouvernement, Olivier Mahafaly Solonandrasana, lors d’un entretien avec la presse, en marge de cette rentrée parlementaire, les citoyens doivent discuter des enjeux et des risques couru en se lançant dans un référendum. Selon lui, le rôle du Président de la Répu­blique est mettre en garde sur les risques encourus.« Le Président sonne l’alarme sur les risques que l’on court à travers certains articles relatifs à l’élection », a-t-il déclaré. Toujours selon le Premier Ministre, « le Président encourage la tenue d’un débat public à ce sujet ».La « soudaine » nomination en tant que sénateur de Madagascar du président national du parti Hery Vaovao ho an’i Madagasi­kara (HVM), à savoir Rivo Rakotovao, laisse supposer certains scénarios. À défaut d’un référendum, il semble que le régime veuille proposer une autre alternative. Selon la Constitution, en cas de vacation ou dans l’impossibilité d’exercer ses fonctions, le président du Sénat sera remplacé suite à un vote au sein de cette chambre du parlement. Il n’est pas improbable que le nouveau sénateur se lance dans la course.En tout cas, Rivo Rako­tovao, en voyage à Rome avec le chef d’État Malgache, a déclaré à l’antenne de la TV Plus qu’il reconnaît Honoré Rakoto­manana comme le seul président du Sénat.

Loïc Raveloson

Tia Tanindranaza4 partages

Fifandonan’ny jiolahy sy zandary teny Ampitatafika3 voasambotra, tratra ny basy poleta

Andian-jiolahy miisa 5 mitam-basy nikasa hanafika teny Ankadivory Ampitatafika no voasambotry ny zandary nanao fisafoana ny alakamisy alin’ny 12 oktobra tokony ho tamin’ny 12 ora. Efa tafahanika ny tambohon’ny tokantrano saika hokendreny, ary efa tany anaty efitrano aza no tsikaritry ny zandary, ka raikitra ny sakoroka.

Tsy nisalasala ireo olon-dratsy fa nitifitra avy hatrany, ka voatery namaly ny zandary. Tsy nahavoka ireo olon-dratsy, ka tra-tehaka ny 3 ary tafaporitsaka ny 2. Nanentana ny fahamalinan’ny tsirairay sy ny fangatahana fampitam-baovao haingana ny zandary tamin’ny alalan’ny Lehiben’ny CIRGN Kolonely Ravoavy Zafisambatra, rehefa misy zavatra mampiahiahy ny tsirairay ka hahafahan’ny mpitandro ny filaminana manao ny asany avy hatrany. Azon’ny isam-batan’olona atao rahateo ny maka ireo laharana hahafahana miantso ny zandary akaiky azy. Raha ny fampitam-baovao hatrany, dia jiolahy malaza antsoina hoe  Mika Beloha no lavon’ny bala, tafaporitsaka kosa ny iray. Tompon’antoka tamina fanafihana niseho teny Andravoahangy izy ireo. Ny horonantsary fanaraha-mason’ilay orinasa no niaingana, ary nahafahana namantatra sy nisambotra ireo olon-dratsy.

Toky R

 

Madaplus.info3 partages

Journée mondiale du Pain: L’ADN au rendez-vous

L’Arche de la Nation, le parti d’Edgard Razafindravahy n’a pas manqué de célébrer la journée mondiale du Pain. En effet, le 16 octobre est une journée qui a été instaurée par la fédération internationale des boulangers, mais en parallèle c’est aussi la Journée mondiale de l’alimentation célébrée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation (FAO).
Pour marquer cette journée d’une pierre blanche, les jeunes du parti AND se sont rendus au centre d’accueil de l’Akany Fihavotana sis à Ambohimanarina. Ces jeunes ont eu l’obligeance de distribuer du pain pour plus de 1000 enfants. C’est une initiative louable de la part de ces jeunes dirigés par le fédéraliste Razafindravahy. Elle entre dans les actions sociales du parti qui s’éparpilleront dans les recoins de l’île.
News Mada3 partages

Plaine de Fenoarivo : les rizières inondées

Les quelques pluies de ces derniers jours ont suffi pour que les dizaines d’hectares de rizières de la plaine de Fenoarivo, du district d’Antananarivo Atsimondrano, soient complètement submergées d’eau. Cette situation s’explique par la rupture d’une digue située au niveau Ambohijafy, lors du passage du cyclone «Enawo» au mois de mars dernier, et pour laquelle aucune réparation n’est intervenue jusqu’ici. Ce qui a réduit à néant les efforts des riziculteurs de la région dans le repiquage du riz au début de ce mois.

En effet, de peur de rater le calendrier cultural, ces derniers se sont mis aux travaux de repiquage dès la venue des premières pluies. D’autant qu’ils sont déjà en retard de deux mois, car cette activité doit s’effectuer habituellement au mois d’août. Comme ce repiquage a été dicté par l’urgence, les salariés agricoles en ont profité pour augmenter le coût de leur main-d’œuvre. De 3 000 ariary auparavant, le montant journalier n’est désormais pas moins de 4 000 ariary, en sus du repas  de midi. Soit une hausse de l’ordre de 50%. Ce qui constitue une charge supplémentaire importante pour ces riziculteurs. «Nous savons que nous avons effectué ce repiquage à nos risques et périls à cause de l’insuffisance de pluie, mais nous ne nous attendions pas à cette inondation», déplore l’un d’eux, en voyant les jeunes pousses de riz totalement inondées par les eaux de la rivière Sisaony.

Sera R

News Mada2 partages

Honoré Rakotomanana : sur la sellette ?

L’actuel président du Senat, Honoré Rakotomanana, pourrait faire les frais de la nomination du président du HVM au Sénat. Elu le 9 février 2016 par la majorité présidentielle, il a été considéré comme un candidat d’ouverture, de par son appartenance politique à l’Arema. Sauf que, ces derniers temps, il semble avoir difficilement accompli ses responsabilités. A titre d’exemple, le 14 juillet dernier, il a été pris d’un malaise lors de la célébration de la fête nationale française à Ivandry. Un «fait» qui n’a pas échappé aux yeux des observateurs. D’ailleurs son discours, lors de l’ouverture de la seconde session extraordinaire du Sénat, hier, a sonné tel un testament.

Un discours fleuve dans lequel il a évoqué les efforts accomplis par les sénateurs pour faire connaître cette instance dans les collectivités décentralisées, les déplacements à l’extérieur ou encore leurs attentes devant l’Exécutif.

 

News Mada2 partages

Vatovavy-Fitovinany : incendies à répétition à Ambahatrazo

Les incendies font rage dans plusieurs localités depuis quelques mois. La  commune rurale d’Ambahatrazo (districte de Manakara, région Vatovavy-Fitovinany) est particulièrement touchée par ce genre de sinistre à maintes reprises et seulement en quelques jours.

Ambahatrazo a été plusieurs fois la proie des flammes. A tel point que le député élu du district de Manakara, Benja Urbain Andriantsizehena, suspecte des incendies criminels dans cette commune rurale où la série noire continue puisque le fokontany de Manakana en a déjà été la proie avant celui d’Ambalavolo. Un autre incendie a aussi ravagé le fokontany de Vohitrandriana dans la  nuit de dimanche, selon le député qui a déclaré s’être ouvert de ses hypothèses aux autorités locales pour que des mesures soient prises à l’encontre des prédateurs.

Face à l’ampleur des dégâts, le fokontany d’Ambalavolo vient de bénéficier d’aides d’urgence, constituées de 115 sacs de riz, de couverures et fournitures scolaires ainsi que des ustensiles de cuisine. Ces dons ont été remis aux  2.372 sinistrés de l’incendie, en début de semaine.

Pratique locale

Aucune perte en vie humaine n’a été déplorée mais les 232 foyers dévorés par le feu ont effectivement tout perdu dans le cataclysme. Le député Benja Urbain Andriantsizehena et le préfet de Manakara ont été chargés de l’acheminement des dons par le BNGRC vers leurs destinataires en les sensibilisant sur la nécessité des précautions particulières pour maîtriser l’incendie dès le départ de feu.

Dans tous les cas, les notables de la commune d’Ambahatrazo souhaitent restaurer une pratique locale, délaissée au début de l’Indépendance,  pour lutter contre l’incendie consistant en des appels à vive voix procédés par des adolescents du village tous les soirs pour rappeler les précautions sur l’extinction d’un feu.

Manou

 

L'express de Madagascar2 partages

Mines – Des connaissances s’acquièrent en Australie

Se professionnaliser. C’est l’objectif de la session assistée par cinq Malgaches à l’Université de Queensland en Australie. Vingt trois participants africains, provenant notamment de pays anglophones, ont suivi le programme de bourses du gouvernement australien. Les cinq Malgaches, dont des cadres et professionnels issus de divers domaines, ont approfondi leurs connaissances de la langue anglaise afin de suivre ce programme dans ce pays lointain. Professionnels en Mines, juristes et environnementalistes ont participé auprogramme portant spécifiquement sur « l’Économie locale et le développement durable dans le secteur des Extractives » pendant deux mois. La première partie des modules  s’est déroulée en Australie et la deuxième à Madagascar afin de cerner les enjeux du secteur en Afrique. Aussi, les vingt trois participants ont effectué des visites dans les deux grandes compagnies minières, Ambatovy et QMM, à l’université de Toamasina et auprès de l’Office national de l’Environnement (ONE). L’accent a été mis sur l’environnement des Petites mines dans le pays lors de ces visites.Les modules ont été adaptés au modèle australien, tout en tenant compte du contexte local des pays riches en ressources naturelles en Afrique, comme Madagascar. « Un plan de réintégration à travers  des modules d’évaluation et d’interaction avec les communautés locales et des professionnels du secteur des extractives a été, entre autres, demandé aux participants », précise Lynda Lawson, une des formatrices.La session a été officiellement clôturée vers la fin de la semaine dernière par une cérémonie de remise de certificats à tous les participants à l’Hôtel le Louvre. Un événement marqué par la présence de Mme l’ambassadeur d’Australie accréditée auprès de Madagascar. « Le renforcement des capacités est primordial pour le développement socio-économique  en Afrique », souligne l’ambassadeur, Jenny Dee. « À travers son programme de bourses Australia Awards, le gouvernement australien cible les secteurs clés de l’économie, offrant ainsi l’opportunité à des professionnels africains d’accéder à une formation de qualité internationale », renchérit-elle.Fenosoa Razanakolona, une des participantes  est convaincue du potentiel minier de la Grande île au service du développement durable. « Mais pour cela, il faut la collaboration de toutes les parties prenantes du secteur », fait-elle remarquer. « Ces échanges d’expériences renforcent la coopération entre l’Australie et Madagascar », précise pour sa part Ying Vah Zafilahy, ministre en charge des Mines et du pétrole.On apprend en aparté que les appels à candidature sous le programme Australia Awards sont actuellement ouverts aux professionnels Malgaches pour des bourses de cycle Master ou de courte durée dans les domaines des politiques publiques, des extractives et de l’agriculture.

Mirana Ihariliva

Madagate2 partages

Madagascar. Le médicament Hvm est périmé mais Hery vaovao insiste à en devenir sophiste

La volonté flagrante et manifeste -malgré des avocats du diable comme Rachidy Mohamed (PCA de la Jirama nommé et dégagé de là comme un malpropre)- du président Hery Rajaonarimampianina à prolonger la date limite de son mandat avec des arguments fallacieux, me fait penser à un médicament et sa date de péremption.

Le 24 janvier 2014, le médicament Hvm est mis sur le marché à Madagascar. Il était censé améliorer la vie au quotidien de tout le peuple malgache, surtout dans le domaine social impliquant une sécurisation durable dans les volets suivants : habitat-logement ; accès à l’eau potable ; sécurité urbaine et rurale ; énergie électrique ; pouvoir d’achat ; santé ; travail ; sports et loisirs. Près de 4 ans plus tard, Madagascar est devenu le 5ème pays le plus pauvre du monde -assertion vérifiée de et par la Banque mondiale- et ses habitants, à l’heure actuelle, sont menacés par une épidémie de peste pulmonaire jamais vécue, apportant son lot de décès au quotidien malgré les déclarations de tous les médecins après la mort du gouvernement. Le Premier ministre en tête qui a affirmé toujours que la situation est maîtrisée alors que la doctoresse représentante de l’OMS à Madagascar a révélé exactement le contraire.

Le régime a eu beau utiliser toutes sortes de médicaments génériques, la situation s’est aggravée de jour en jour, avec des solutions indignes même d’un rafistoleur. Et pas seulement en ce qui concerne la peste. Car le pays, surtout le peuple qui le compose, est aussi économiquement à l’agonie. Et plus il prendra de ce médicament, plus il tombera plus malade à en devenir moribond. Le pire est que si le peuple malgache continue à en prendre après le 24 janvier 2019, ce médicament Hvm se transformera en véritable poison avec effet immédiat vers la mort.

Pourquoi, malgré une notice claire et précise, le toubib Rajao insiste-t-il à vouloir utiliser son mauvais médicament après sa date de péremption? Or, ses arguments émanent du sophisme qui, par définition, est une argumentation à la logique fallacieuse. Et c’est de là que réside le danger pour un peuple qui n’en pleut plus. En effet, le sophiste désigne une personne utilisant des sophismes, des arguments ou des raisonnements spécieux pour tromper ou faire illusion. Dans la Grève antique, le premier détracteur des sophistes était Platon.

Pour ce philosophe (Grec évidemment), « un sophiste n'a en vue que la persuasion d'un auditoire. Que ce soit dans les assemblées politiques ou lors des procès en justice, le sophiste développe des raisonnements dont le but est uniquement l'efficacité persuasive, et non la vérité, et qui à ce titre contiennent souvent des vices logiques, bien qu'ils paraissent à première vue cohérents ». C’est tout cela les sophismes! Et Platon ajoute en révélant que: «les sophistes ne s’embarrassaient pas de considérations quant à l’éthique, à la justice ou à la vérité».

Il n’est nul besoin de donner des exemples ici concernant ce régime Hvm. Mais à court d’auditoire local, Hery vaovao s’apprête à aller en Italie pour tenter de convaincre les Malgaches d’ailleurs, la fameuse diaspora. Franchement, ceux-ci vont-ils avaler la pilule?Certains craignent déjà que le Hvm ne vienne leur apporter la peste. Moralité de cette constatation? Le peuple malgache s’est trompé de spécialiste qui, lui, a fait un mauvais diagnostic et a appliqué, ainsi, un très mauvais traitement. Donc, Doc Rajao, premier valet des Malgaches («mpiasam-panjakana» signifie littéralement valet du peuple, «le fanjakana» étant réellement le peuple qui compose la nation malgache et, donc, les dirigeants sont au service de ce peuple), a plus fait un serment d’hypocrite qu’un serment d’Hippocrate, le 24 janvier 2014, sur la Constitution de la IVème république de Madagascar qu’il veut, à présent, toiletter. A quel prix?

Juste en passant, vraiment: le Professeur Zafy Albert nous a définitivement quittés hier –paix à son âme de 90 ans- et, aujourd’hui, paradoxalement, le pays aurait dû fêter l’anniversaire de la naissance de la République de Madagascar. La Première, née le 14 octobre 1958. Autres temps, autres mœurs?…

Jeannot Ramambazafy - Publié dans le quotidien "La Gazette de la Grande île" du 14 octobre 2017

 

News Mada1 partages

Kajikaky politika ny fanoloana minisitra : hatao filohan’ny Antenimierandoholona Rakotovao Rivo?

Mitohy ny kitsapatsapa sy ny kajikajy politikan’ny mpitondra. Izay hatrany no tena zava-dehibe sy mahamaika? Nesorina tamin’ny toerany ny minisitra ao amin’ny fiadidiana ny Repoblika miandraikitra ny Fambolena sy ny fiompiana, Rakotovao Rivo, araka ny didim-panjakana, ny 12 oktobra lasa teo, izay novakin’ny sekretera jeneralin’ny fiadidiana ny Repoblika teny Iavoloha, omaly.

Notendrena ho loholona, hisolo toerana ny loholona teo aloha Ahmad, io filohan’ny antokom-pitondrana HVM io. Haingana be ny fanendrena  ary amin’ny fotoam-pisokafan’ny fivorian’ny Antenimierandoholona… Banga efa tamin’ny marsa anefa io toerana iray tetsy Anosikely io… Fanapahan-kevitra sy kajikajy politika? Hatramin’izao koa tsy mbola misy minisitra misahana ny Atitany fa bodoin’ny praiminisitra… Kajikajy hiatrehana fifidianana avokoa izany ? Efa resaka tamin’ny haino aman-jery sasany talohaloha teo ny amin’ny tsy fahatokisan’ny filohan’ny Repoblika ny filohan’ny Antenimierandoholona, Rakotomanana Honoré, nilaza ho ratsirakista. Tsy nijerena lavitra ny nifidianan’ny HVM azy ho filoha?

Nisy ny fitsapatsapana ny hevitra amin’ny fanitsiana ny lalàmpanorenana? Teo ny resabe momba ny And. 46 amin’ny lalàmpanorenana ny amin’ny fametraham-pialan’ny filoha am-perinasa roa volana mialoha ny fifidianana, raha hirotsa-kofidina izy. Tsy azo ihodivirana.

Nambara ny hoe tsy olana ny And. 46, fa ny And. 47 momba ny fanatanterahana fifidianana filoha 30 andro farafahakeliny ary 60 andro farafahabetsany, alohan’ny fiafaran’ny fe-potoam-piasan’ny filoha am-perinasa. Tsy misy manaiky fanitsiana lalàmpanorenana, afa-tsy ny mpitondra sy ny mpomba azy. Efa naneho ny heviny ny mpahay lalàna, mpanao politika, firaisamonina sivily, na ny sehatra iraisam-pirenena aza.

Eo hatrany ny tahotra fanonganam-panjakana

Tsy azo ihodivirana koa ny fandavan’ny « besinimaro »? Na tsy afa-manoatra ka misoroka mialoha izay mety ho fanonganam-panjakana na ny tahotra tsy ho tafaverina eo amin’ny fitondrana, raha mametra-pialana eo. Izay ny kajikajy hanendrena ny filohan’ny HVM ho loholona? Ho filohan’ny Antenimierandoholona… Tsy hanahirana izany fa maro anisa izy ireo, afa-manao izay tiany hatao.

Handeha ho azy izany amin’ny Fitsarana avo amin’ny lalàmpanorenana (HCC) akaiky  ny fahefana mpanatanteraka hatramin’izay, fa tsy misy izay fisaraham-pahefana. Mbola fanamafisam-pahefana ialokalofana amin’ny hoe fahamarinan-toerana sy fitoniana politika hatrany no zava-dehibe mahamaika, fa tsy izay ady amin’ny pesta, tsy fandriampahalemana, fidangan’ny vidim-piainana, ady tany… ?

R. Nd.

Tia Tanindranaza1 partages

Mpanakorontana ny asa fanaovan-gazetyNampitandrina ny minisitry ny serasera

Ny vadina mpanao gazety dia tsy mpanao gazety, hoy ny minisitry ny fifandraisana, Harry Laurent Rahajason na Rolly Mercia, omaly raha naneho hevitra tetsy Tsimbazaza manoloana ny fisiana vadina mpanao gazety iray izay nolazainy fa tato ho ato dia nanao fihetsika sy teny manomboka manakorontana ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety eto amintsika.

Manao teny mahery vaika io vadina mpanao gazety io ary mandrahona. Misy mihitsy aza, hoy ny tenany sary maneho ity nolazainy ity mitondra basy am-balahana. Miantso io vadina mpanao gazety io aho, hoy izy, amin’ny maha tompon’andraikitra voalohan’ny serasera ahy mba hipetrapetraka kely fa manomboka manamaimbo ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety. Raha mbola manohy ny ataony kosa izy dia hohenjanina amin’ny lalàna. Noho ny fisian’ny lanonam-panokafana ny fivoriana parlemantera omaly moa dia anio maraina no hamangy ireo mpanao gazety nahitana soritr’aretina pesta ny minisitra tompon’andraikitra, raha ny nambarany. Ny vadin’i Lalatiana Rakotondrazafy (Free FM) moa ity nahazo fampitandremana tamin’ingahy minisitra ity.

J. Mirija

Tia Tanindranaza1 partages

Loholona LylisonMbola misitraka hatrany ny tombontsoany

Fivoriana ara-potoana faha-4 teo anivon’ny antenimierandoholona tsy natrehin’ny loholona Lylison René de Roland ny nosokafana tamin’ny fomba ofisialy omaly.

Nangingina ny resaka, volana maro izay ary efa ho 1 taona atsy ho atsy. Na ny loholona Kolo Roger nanontaniana ny momba azy omaly aza nametra-panontaniana hoe aiza izy ankehitriny ? Efa nisy ny didim-pitsarana mikasika azy iny saingy tsy ho avy aty aminay mihitsy no afaka manenjika azy. Misy ny antsoina hoe firaisankinan’ny samy loholona, ka tsy anjaranay ny manenjika ny loholona Lylison fa anjaran’ny lalàna raha misy hadisoana nataony, hoy izy. Tsy misy voakasika hatreto moa ny tokony ho tombontsoa noraisin’ity loholona tsy hita popoka ity, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

Madagate0 partages

InSPNMad. C’est la rentrée pour cette Université internationale professionnalisante

InSPNMad : Institut Supérieur des Paramédicaux Novateurs de Madagascar

La prochaine rentrée universitaire marque la célébration du 10è anniversaire de la Mention paramédicale Inspnmad, et celle du 5è anniversaire du Master Paramédical et du Master Polytechnique,

InSPNMad, c’est donc 10 années d’expériences dans le domaine de la formation paramédicale, niveau licence (Bac+3) : L1, L2 et L3

InSPNMad, c’est une Grande école paramédicale formant des infirmiers, sage-femmes (maieutique), techniciens de laboratoires, masso-kinésitérapheutes

Cours préparatoire : 17 octobre 2017

RENTRÉE : 06 novembre 2017

Inscription ouverte à Tsiadana et à Itaosy. Attention : places limitées

Contacts : 034 35 175 21 – 033 11 555 02

InSPNMad, c’est aussi un Institut supérieur dans la formation en droit et technique des affaires ; gestion et administration d’entreprises ; marketing et commerce international ; banque et institution de micro-finance ; agronomie (parcours : agriculture et élevage) ; transit et douanes ; communication et journalisme

Inscription ouverte à Ambaranjana. Attention : places limitées

RENTREE : 03 novembre 2017

Contacts : 034 41 088 39- 033 08 116 75

News Mada0 partages

Rivo Rakotovao – Objectif : la présidence du Sénat ?

Le président national du parti présidentiel, Rivo Rakotovao, vient d’être «transféré» du gouvernement au Sénat. Les  observateurs estiment qu’il sera probablement le futur président de cette institution.

Une manœuvre qui a étonné plus d’un. En déplacement à Rome actuellement, le chef de l’Etat a choisi de muter le ministre auprès de la présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage, Rivo Rakotovao au Sénat. Il prend ainsi le siège vacant laissé par Ahmad, qui est devenu entretemps président de la Confédération africaine de football. Tandis que Edmond Harrison Randriarimanana, conseiller spécial du président chargé des affaires économiques, reprend du service dans un ministère qu’il a déjà occupé du temps de l’ancien président Ravalomanana, le ministère de l’Agriculture.

Quoi qu’il en soit, le jeu de chaises musicales n’a pas échappé aux yeux des observateurs avertis de la situation politique actuelle. Le président national du «Hery vaovao hoan’i Madagasikara» (HVM) pourrait atterrir, dans les jours ou semaines à venir, à la présidence de la Chambre haute. D’autant que le changement intervient au moment où les parlementaires débutent leur seconde session ordinaire.

A côté de la plaque

Joint au téléphone hier, un acteur politique de premier plan a  confirmé cette thèse, tout en acculant le régime. «C’est clair, il y a une idée électorale derrière ce changement. Pour autant, il s’agit d’un colmatage de brèche (…) cela ne résout pas grand-chose, ni l’épidémie de peste qui sévit actuellement, ni l’augmentation du prix du riz. D’ailleurs, la particularité de ce régime, c’est qu’il est toujours à côté de la plaque», a plaidé cet acteur politique.

L’article 46 de la Constitution, en son alinéa 2, dispose que «Le président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le président du Sénat exerce les attributions Présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président». A ce titre, le futur président du Sénat sera probablement l’actuel numéro un du parti présidentiel.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Filohan’ny Antenimierampirena : « Aretin-dratsy ary mora fehezina ny pesta »

« Na aretina tsotra sy azo sitranina tsara aza ny pesta, mety mamono ao anatin’ny fotoana fohy koa raha tsy voatsabo haingana. Aretin-dratsy ary mora fehezina ny pesta, raha manaraka ny toromariky ny mpitsabo isika. Raha vao misy ny mampiahiahy, manatona ny toeram-pitsaboana. »

Io ny nambaran’ny filohan’ny Antenimierampirenena, Rakotomamonjy Jean-Max, nanomboka ny fivoriana ara-potoana faharoa, eny Tsimbazaza, omaly. Manainga ny rehetra mba ho tony hatrany izy. Tsy misy raharaha ho vanona ao anatin’ny fisavoritahana. Tokony hatao laharam-pahamehana eto amin’ny firenena ny famongorana tanteraka ny aretina. Mba hiara-mientana ny rehetra… Henatra ho an’ny firenena io aretina io.

Mandany fotoana ny fifanomezan-tsiny

 

Fotoana lany amin’ny famongorana ny aretina ny fifanomezan-tsiny sy ny fifanilihana andraikitra. Azo eritreretina ny fampijoroana tahirim-bola manokana ho amin’ny fanadiovana maharitra. Ilaina ny hamongorana haingana ny valanaretina, fa misy fiantraikany amin’ny fianaran’ny mpianatra.

Fotoana izao hanamafisana ny fifanentanana amin’ny fitandroana ny fahadiovan’ny tanàna.Tsy raharahan’ny fanjakana samy irery izany, fa mitaky fahatsiarovan-tena sy fandraisana andraikitry ny isam-batan’olona.

 

Aleo handeha ny adihevitra momba ny lalàmpanorenana

 

« Aleo hisy ny adihevitra, ary samia mandray anjara », hoy izy momba ny fanitsiana ny lalàmpanorenana. Misy ny fepetra arahina raha misy ny fanitsiana na fanovana tiana hatao. Mifandresy lahatra amin’ny alalan’ny porofon-kevitra mafonja, manandratra hatrany ny tombontsoa ambonin’ny firenena sy ny vahoaka. Tsy mitera-boka-tsoa ny fanapahan-kevitra amin’ny fitanilana bontolo.

 

Vao mainka mihamahery vaika ny asan-dahalo

 Be ny ezaky ny fanjakana amin’ny fiahiana ny filaminana sy fandriampahalemana, nefa mbola manjaka ary vao mainka mihamahery vaika ny asan-dahalo sy ny asan-jiolahy. Na any ambanivohitra izany na an-tanàn-dehibe. Tsy misy tsy mikaikaika ny vahoaka…

« Fototra nahatonga ny krizy mifanesy sy nanimba zavatra maro ary nanimba ny toe-tsaintsika ny tendrim-po tsy mba namana », hoy kosa izy momba ny fampihavanam-pirenena . Ny tsy miady olom-bodo, fa izay to fo mamosavy. Natao ho fanamby ny hampahomby ny fampihavanam-pirenena.

Hifantoka amin’ny fandinihana sy fandaniana ny volavolan-dalàna mifehy ny tetibolam-panjakana, taona 2018, izao fivoriana izao.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Boriborintany I : nanolotra fitaovana fanadiovana ny faritra

 Mitohy ny hetsika. Nahazo fitaovana fanadiovana avy amin’ny fitondrana, natolotry ny faritra Analamanga ny eo anivon’ny boriborintany I. “Efa nanao ny fanadiovana faobe isan-kerinandro izahay. Teo ny fanadiovana toeram-ponenana, ny fanesorana ny lobolobo, ny fisavana ny lakan-drano. Manampy izany ny fanentanana ny eny anivon’ny vakim- paritra hanadio ny manandrify azy ho fiatrehana ny pesta sy ny fotoam-pahavaratra”, hoy ny lehiben’ny distrika I, Rafalimanantsoa Mirana, omaly, tetsy Anatihazo Isotry. Notsiahiviny fa manampy ny fitaovana efa ananan’ny fokontany 44 ireto vao nomena ireto. Samy hahazo ny anjarany avokoa ireo fokontany rehetra ireo. Mbola hahazo koa ny hafa…

Synèse R.

News Mada0 partages

Filohan’ny FJKM, Andriamahazosoa Irako : « Aoka hanova fisainana sy fomba fiasa isika”

Nampahatsiahy. Nanao antso avo amin’ireo zanaky ny fiangonana misehatra amin’ny ambaratongam-pitondrana rehetra ny filohan’ny FJKM, Andriamahazosoa Irako, omaly. Nisongadina amin’izany ny hafatrafatra manoloana ny fiainam-pirenena.

Aoka hanova fomba fisaina sy fomba fiasa isika ka, eo anoloan’ny maha olom-pirenena antsika, ny zanaky ny FJKM rehetra, mahatsiaro fa nantsoin’Andriamanitra ho amin’izany, handray anjara mavitrika amin’ny fiainam-pirenena amin’ny sehatra rehetra sy amin’ny toerana rehetra ilana olona eo amin’ny fitondram-panjakana”, hoy izy tao amin’ny tranonkalam-pifandraisana. Nambarany fa mba ho tena kristianina sahy miavaka, sahy madio, ho fitahiana ho an’ny firenena sy fanasin’ny tany tokoa ny zanaky ny FJKM mandray andraikitra eo amin’ny fitondram-panjakana rehetra. “Hanao izany amin’ny toe-panahy kristianina ireo mirotsaka eo amin’ny sehatra politika ho fanasoavana tokoa ny sarambabem-bahoaka ary tsy hitenenan-dratsy ny anaran’i Jesoa Kristy”, hoy izy. Nohitsiny fa politika hoenti-manompo ny vahoaka tokoa ary atao amin’ny fahatahorana an’Andriamanitra izany mba ho mendrika ny maha zanaky ny FJKM.

Tsiahivina fa anisan’ny nivoitra tamin’ny synaoda tany Antsirabe tamin’ny taon-dasa ny momba izany. “Ny fitaizana ireo zanaky ny FJKM manana andraikitra eto amin’ny firenena. Amin’ny maha mpaminany sy mpitily ho an’ny firenena ny fiangonana ka tsy misalasala ny synoda lehibe manaitra anareo mpitondra fanjakana, mba hijery akaiky ny lafiny ara-tsosialim-bahoaka sy ny zon’ny olom-pirenena , mba hisitraka ny harena nomen’Andriamanitra azy ny vahoaka Malagasy”, hoy ny fehinkevitra.

Synèse R.

News Mada0 partages

Iraimbilanja : mitohy ny fitetezana an’i Frantsa

Fahombiazana ny seho voalohany tao Paris… Hafakely tokoa mantsy ny fiarhana an-tsehatra nataon’ny tarika Iraimbilanja sy i Bodo, ny 7 oktobra lasa teo tao amin’ny Le Millénaire. Nitohy avy hatrany tamin’ny fitetezana ireo faritra efa ela niandrasana ny tarika Iraimbilanja any Frantsa izany, toy ny tany Orleans ny asabotsy teo. Niavaka kokoa izany, satria tonga ihany i Papay, izay tsy tafara-dia tamin’ireo rahalahiny tamin’ny voalohany noho ny fikarakarana ny taratasy. Hitohy any Lyon, Annemasse ary Toulouse ny dian’ny tarika, avy eo hiverina ao Paris ihany, noho ny fangatahan’ny maro. Marihina fa tafaraka amin-dry Batata, Niry, Roger, Papay ary Dera any an-toerana koa Ra-Gerd, izay mpikambana taloha tao amin’ny tarika.

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : handray ny fifaninanana i Maraoka

Tinapaky ny fivoriamben’ny kaonfederasiona afrikanin’ny baolina kitra (Caf) fa esorina teo am-pelatanan’i Kenya  ny fampiantranoana ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo mpilalao tsy matihanina (Chan 2018), ka nomena an’i Maraoka. Fifaninanana, hotanterahina ny 12 janoary ka hatramin’ny 4 febroary, amin’io taona ho avy io. Noho ny korontana misy atsy Kenya ny anton’izany.

I Maraoka no efa manana fotodrafitrasa vonona handraisana ny lalao, ka natolotra azy izany. Nanao fangatahana ihany koa i Etiopia, saingy tsy nanome antoka, amin’ny fandraisana izany,  ny fitondram-panjakana Etiopianina, ka nolavina ihany koa ny kandidatioran-dry zareo.

Marihina fa efa fantatra avokoa ireo firenena 16 tafita hiatrika ity dingana famaranana, amin’ity Chan 2018, ity.

Tompondaka

Ireo ekipa rehetra tafita :

 

-Egypta ; Lybia ; Maraoka– Etiopia ; Oganda– Kameronina ; Kongo ; Ginea Ekoatorialy– Ginea ; Maoritania– Burkina Faso ; Côte d’Ivoire ; Nizeria– Angola ; Namibia ; Zambia

 

News Mada0 partages

Mahajanga : jiolahy roa saika hanafika nosamborina

Tratry ny vela-pandriky ny polisy teo am-pikasana hanafika ireto roa lahy ireo rehefa nahazo loharanom-baovao marim-pototra izy ireo. Ny alatsinainy 9 oktobra teo no nisy nampandre ny polisy fa misy roa lahy mampiahiahy ao amin’ny fokontany Mahatsinjo. Rehefa nandeha ny fandihadiana lalina, fantatra fa mikasa hanakana ramatoa iray mitondra vola 40 tapitrisa Ar, karaman’ny mpiasa amina orinasa iray, izy ireo. Nandeha ny fikarohan’ny mpitandro filaminana ary tratra tokoa ireo roa lahy voalaza niaraka tamina kitapo babena iray. Nosamborina, saingy namaly tamin’ny antsy izy ireo. Raikitra ny fifandonana ka naratra ny polisy iray. Voatery nanapoaka basy ireo polisy noho izany vao tratra ireo.

Tratra tany amin’izy ireo ny basy PA efa tsy misy bala intsony, antsy maranitra ary ody gasy, niaraka tamina fanamiana mpitandro filaminana. Niaiky ireo jiolahy fa izy ireo no tompon’ antoka tamin’ny fanafihana teratany karana teny amin’ny fokontany Manga sy Mangarivotra ary efa tonga hatrany Maevatanana sy Port Berger izy ireo. Dimy lahy izy ireo no miaraka ary mbola karohina ny namany. Efa nisazy ihany koa ary mpamerin-keloka ireo jiolahy ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Fanafihana mitam-basy : jiolahy efatra tratra, mpiandry fonja ny iray

Saron’ny zandary avy ao amin’ny kaompania Tanà Ville teny Analamahitsy, ny 13 oktobra 2017 lasa ilay mpiandry fonja iray isan’ny tompon’antoka tamin’ny fanafihana tranombarotra iray teny Andravoahangy, ny 17 septambra 2017. Jiolahy efatra izy ireo no tompon’antoka tamin’ilay fanafihana ka maty voatifitra ny iray, araka ny fanazavan’ny zandary…

 

Mpiandry fonja ny iray amin’ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana orinasa iray eny Andravoahangy. Tamin’ny alalan’ity mpiandry fonja tratra ity no namandrihana ny namany ka nantsoina tamin’ny alalan’ny telefaonina. Nifanao fotoana teny Alakamisy Fenoarivo ireo jiolahy taorian’izay ka narahan’ireo zandary. Tratra teo ireo jiolahy, saingy nisy ny tafaporitsaka raha maty voatifitra kosa ny iray antsoina hoe Mika Beloha.  Nitrangana fanafihan-jiolahy miisa efatra nitondra basy Kalachnikov iray sy PA roa  tao amin’ny orinasa iray eny Andravoahangy, ny 17 septambra 2017 lasa teo. Nisy caméra de surveillance maromaro tao amin’io entreprise io ka voarakitra  tao ny fihetsik’ireo jiolahy efatra ireo. « Tamin’ny alalan’io horonantsary io no nahafahana nanangom-baovao sy ny fikarohana ireo olon-dratsy. Ny zoma lasa teo tratra teny Analamahitsy ny mpiandry fonja iray isan’ny nanatanteraka io fanafihana io », hoy ny fanazavan’ny lehiben’ny vondron-tobim-pileovanan’ny zandarimariam-pirenena Analamanga, ny Kly Ravoavy Sambatra, omaly teny Ankadilalana. Nohamafisin’ny zandary fa isan’ireo jiolahy raindahiny ity lavon’ny balan’ny zandary ity satria tompon’antoka tamin’ny raharaha fakana an-keriny teratany Karana teto an-drenivohitra izy. Gadra nitsoaka ny fonjan’Antanimora ny taona 2010 izy  kanjo izao nifanehatra tamin’ny zandary izao.

Noho ny fisafoana nataon’ny zandary koa no nahafahan’izy ireo nisoroka mialoha ny fanafihan-jiolahy teny amin’ny faritra Itaosy. Nohamafisin’ny zandary fa efa tany anaty tamboho mihitsy ireo jiolahy no tonga ny zandary ka lasa nitsoaka ry zalahy. Nisy ny fifampitifirana teo amin’ireo jiolahy sy ny zandary.

J.C

News Mada0 partages

Vohitromby – Farafangana : olona telo nahatrarana taolam-paty dimy gony

 Voasambotry ny zandary tao amin’ny kaominina Vohitromby Mahafasa Farafangana, ny herinandro teo ireo olona telo voarohirohy ho nanao trafikana taolam-paty. Araka ny fampitam-baovao voaray, nandritra ny hetsika fampandrian-tany no nahasamborana ireto mpanao trafikana taolam-paty ireto. Nohamafisin’ny zandary fa isan’ny manano sarotra amin’ity raharaha ity ny hoe avy aiza marina ny fiavian’ireo taolam-balo ireo noho ny fahamaroan’ireo fasana vaky. Mbola mitohy, araka izany, ny fanadihadiana momba ny fiavian’ireo taolam-balo ireo sy ireo mety ho mpividy izany.

Taolan-dava avokoa ny ankamaroan’ireo taolam-paty tratra ireto. Olana goavana amin’ny raharaha toy izao, ny fahantarana hoe iza marina ny tena atidoha mikotrika ny fanaovana itony trafikana taolam-paty itony. Mitovy laharana amin’ny fanaovana trafikana andramena koa ny trafikana taolam-paty. Efa maro ihany ireo tratra, saingy tsy mbola fantatra kosa hatreto ny ambadik’izany sy ny anaovana ireny taolam-paty ireny. Mijanona ho tombantombana fotsiny sisa ny an’ny mpanara-baovao fa hatreto tsy fantatra mazava ny marina momba izany.

J.C

Ino Vaovao0 partages

ANKAZOTOKANA - ANOSIMAHAVELONA : Lehilahy notolomin’ny mpamosavy, nindaosin’ny fahafatesana

Lehilahy iray izay voalaza fa notaingenan’ny mpamosavy no nindaosin’ny fahafatesana noho ny ratra sy ny daroka nanjo azy. Araka ny loharanom-baovao avy teny amin’ny manodidina dia nitaraina io lehilahy io tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo fa notolomin’ny mpamosavy ny tenany rehefa handeha hody avy niandry faty teny amin’ny manodidina ny tanàna misy azy ireo ihany.

Talanjona tokoa ny rehetra ny maraina raha nahita azy naratra sy feno mangana ka avy hatrany dia nitondra ity rangahy ity tany amin’ny tobim-pahasalamana mba hatao fizahana. Nandritra ny fitsaboana natao taorinan’izay tranga izay dia nanamafy ilay lehilahy fa mafy dia mafy loatra ny kapoka nahazo azy tamin’ny fotoana nivelesan’ny mpamosavy ny vatany. Porofon’izany mivaingana ny fahitana ny tenany iray manontolo feno dianà karavasy.

Nanao ezaka ny fianakaviany nanao ny fitsaboana hitazomana ny ainy saingy nindaosin’ny fahafatesana tamin’ny alatsinainy hariva teo izy raha ny fanampim-panazavana voaray hatrany. Vaky vava ny fianakavian’ity ranamana ity tao anatin’ny fisehoan’ny loza ary nananatranatra ny taranaka faramandimby mba tsy ho sahisahy ratsy intsony. Marihana fa fony fahavelon’io rangahy io dia nilaza ny tsy matahotra izany mpamosavy izany velively ny tenany. Sendra ny taolana anefa ralehilahy tamin’ity indray mitoraka ity ka nanaraka hatramin’ny ainy mihitsy ary nijalijaly vao tapitr’aina.

Voalaza fa mpody alina matetika teo an-tanàna ny tenany fa tsy nampoizin’ny maro ny fiafaran’ny fahasahiany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I MAINTIRANO : Sefo Fokontany Antsanaloky hita faty tao an-tranony

Olona sendra nitady azy tao amin’ny tranony no nahita ny fatiny nitsirara sady tapa-doha. Hatairana ny an’ity farany raha vao nahita izany ka nikoropaka nampandre ny mpitandro filaminana tao an-toerana sy ny manodidina avy hatrany.

Voalaza fa manana trano roa ny lehilahy, ny iray fatoriany fa ny iray kosa magazay fampirimana vary. Rehefa nojeren’ny mpitandro filaminana ny magazay dia vary folo gony eo ho eo nanjavona, nisy naka araka ny filazàn’ny fianakaviany. Araka ny fampitam-baovao voaray dia ny zoma alina no nanaovan’ireo olon-dratsy ny famonoana io Sefo Fokontany io. Nofiraina tamin’ny antsy ny tendany ary tapaka ny lohany.

Voalaza ihany koa fa sarety no nitondran’ireo olona nahavanon-doza ny vary nangalariny satria hita teny an-toerana ny dian’ny kodiarana. Tsy nisy entana lasa kosa tao amin’ny trano nahitana ny vata mangatsiakan’ity sefo fokontany ity.

Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana dia mahazo vahana tanteraka ny tsy fandriampahalemana any amin’ny Distrikan’i Maintirano iny ankehitriny. Saika ho isan’andro dia itrangana fanafihan-dahalo sy famonoana olona amin’ny fomba feno habibiana any amin’ireo kaominina ambanivohitry Maintirano iny.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FANJIFANA AO ANTSIRANANA : Ovain’ireo mpivarotra ny anaran’ny vary nohafarana

Faritra isany ahitana izay vidim-bary tsy araka ny tokony izy izay ny any amin’iny tapany avaratry ny nosy iny ka nanatanterahana fivoriana manokana. Tapaka nandritra izany fivoriana fifanakalozan-kevitra teo amin’ny mpivaro-bary sy ny mpitondra fanjakana ao Antsiranana izany àry fa ho ferana hatramin’ny 450 hatramin’ny 460 Ariary ny kapoaka ny vary izay hafarana avy any ivelany eny an-tsena, arakaraka ny karazany. 

Ary 70 000 hatramin’ny 72 000 Ariary kosa ny iray gony amin’izany. Nisy ny fepetra noraisina mba hitsinjovana ireo mpanjifa amin’ny mety hisian’ny fanararaotana ataon’ireo mpivarotra, hoy ny tompon’andraikitra. Ireo tompon’andraikitra any amin’iny faritra iny dia nanentana ireo mponina mba hividy vary amin’ny gony na amin’ny kilao mba tsy hamoahana vola be amin’ny resaka vary.

Nambara mantsy fa maivana kokoa ny mividy vary amin’ny gony noho ny mamoaka vola isanandro amin’ny kapoaka. Etsy ankilany dia misy amin’ireo mpivaro-bary amin’ny kapoaka any Antsiranana no mamitaka ny mpanjifa amin’ny fanovana ny anaran’ireo vary hafarana ho lasa vary gasy. Tanjon’izy ireo amin’izany ny mba hampiakarana amin’ny ambonimbony kokoa ny vidiny. Manoloana izany dia hisy ny fampiaharana ny lalàna hentitra amin’ireo izay tratra manao izany. Voalazan’ny tompon’andraikitra any an-toerana fa mampigadra ny fampitahana ny vahoaka tahaka izany, ary miaraka amin’ny fandoavana lamandy ihany koa. Ireo mpivaro-bary kosa dia  nilaza fa ny tsy fahampian’ny voka-bary tamin’ity taom-pambolena ity no mahalafo ny vidim-bary eny an-tsena, indrindra ho an’ny vary gasy, izay tsy voaresaka loatra nandritra ny fihaonana.

Efa tafakatra 620 Ariary ny kapoaka

Araka ny voalaza dia tsy any Antsiranana ihany fa manerana an’I Madagasikara mihitsy no amin’izao fotoana izao no efa saika ahitana izay vidim-bary miakatra izay avokoa. Eto andrenivohitra dia saika ho isan-kerinandro no ahitana izany fiakarana izany raha ny tsikaritra eny an-tsena. Raha toa ka 550 Ar ny kapoakan’ny vary teo aloha, ankehitriny dia efa tafakatra 600 hatramin’ny 620 Ar izany. Ny karazam-bary Makalioka sy ny vary gasy no tena iharan’io fisondrotana io.

Raha ny fanazavan’ireo mpivaro-bary hatrany dia efa mahatratra hatramin’ny 100 000 hatramin’ny 120 000 Ariary ny iray gony amin’ireo karazam-bary ireo amin’izao fotoana izao. Nambara ihany koa fa ny vary “Stock” ihany sisa no hany mora eny anivon’ireo tsena samihafa. Tsara anefa ny mampahatsiahy fa nisy ny fanambaràna nataon’ny ministeran’ny varotra sy ny fanjifana fa alohan’ny hiafaran’ity taona ity dia tokony hidina hatramin’ny 65 000 Ariary ny gony iray amin’ireo vary hafarana mba hahafahan’ny Malagasy misafidy izay tian’izy ireo ho jifaina.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

VIDIM-PIAINANA : Tsy latsaky ny 600 ariary ny vidin’ny vary iray kapoaka manerana ny tsena

Tsy latsaky ny 600 ariary avokoa  araka izany  ny kapoakan’ ny vary  hita teny an-tsena  sy teny amin’ny fivarotana rehetra teny. Saika hita taratra teny amin’ny tarehan’ireo mpiantsena  ny fimenomenonana sy ny fitarainana. Mibaribary hatreto fa tena tsy mahavaha olana maharitra ireo tompon’andraiki-panjakana  raha toa ka miaka-midina hatrany ny vidin’entana, indrindra fa ny vary. 

Na dia milaza aza ny eo anivon’ny  minisiteran’ny Varotra sy fanjifana fa efa mandray andraikitra amin’ny fitadiavam-bahaolana   amin’ny fanamorana  ireo entana ilaina amin’ny fiainana andavanandron’ny mponina dia hita taratra hatrany fa  miha midangana  ny vidim-piainana ankehitriny. Manoloana izany dia mamerina manao antso avo amin’ny fanjakana  ireo mpikambana ao amin’ny mpiaro ny zon’ny mpanjifa mba  hijery akaiky ity fiakarana tsy misy fiafarany ity.   Vahaolana maharitra no tanjona kendrena.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANJIFANA AO MAINTIRANO : Tsy ahitana vary gasy ao ao amin’ny renivohitry Melaky ankehitriny

Ny vary avy any ivelany no miparitaka eny an-tsena ao Maintirano amin’izao fotoana ary 550 ariary ny iray kapoaka. Ny alatsinainy teo, nanao fitetezana tsena ny minisiteran’ny Varotra any an-toerana nanontaniana tsirairay ireo mpivarotra ny antony mampiakatra ny vidin’ny vary gasy io.

Nilaza izy ireo fa misy ny mpivarotra ambongadiny mbola manana tahiry amin’io vary gasy io fa tsy mamoaka ary izany ihany koa no mahatonga ny ampiakaram-bidy ataon’ny sasany. Nitaky ny hampidinan’ireo mpivarotra ny vidim-bary ho 600 ariary ny solontena avy amin’ny minisiteran’ny Varotra any an-toerana saingy tsy nanaiky izany izy ireo. 

Mbola 700 ariary ny kapoaka raha ny vaovao voaray avy any an-toerana omaly. Voalaza fa 400 ariary ny kapoakan’ny vary tao Maintirano teo aloha, izany hoe niakatra avo roa heny izany ankehitriny. Nanamafy kosa ireo mpivarotra fa ny mpanangom-bokatra ambongadiny no manimba ny tsenan’ireo mpivarotra madinika eny an-tsena mahatonga ny tsy fisian’ny vary gasy any an-toerana.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

NIVERINA NIASA TAORIAN’NY FITOKONANA : Nivaly ny fitakian’ireo mpirakidraharaha

Araka ny fanazavana noentin’ny filohany, Randriambololona Haja dia tsy voavalin’ny fanjakana zato isan-jato akory ny fangatahan’izy ireo fa nisy ny marimaritra iraisana. Manoloana izany no nandraisan’ireo mpirakidraharaha ny fanapahan-kevitra hampiato ny fitokonana amin’izay ka hiverina handray ny asany.

Nanamafy anefa ny sendikan’ny mpirakidraharaha fa hanohana hatrany ny fitakian’ny mpitsara izy ireo na dia niverina nanohy ny asany aza. « Ny fiarahana miasa amin’ny Smm dia ambaranay mazava ho ren-tany, ho ren-danitra ary ho ren’ireo mpitondra anay ireo fa manohana zato isan-jato ny fitokonanan’ny Smm izahay ary miara-miady amin’izy ireo mba hahatanteraka ny fitakiany. Na dia miverina miasa aza izahay dia tsy ho vato misakana ahafahanay manohana ny fitakiany », hoy ny filohan’ny Sgm.

Mahakasika ny fitakian’ny sendikan’ny mpitsara kosa indray dia voalazan’ny loharanom-baovao iray fa hiverina hiasa tsy ho ela izy ireo. Fantatra fa efa mizotra tsara amin’ny tokony ho izy ny famaliana ny fangatahan’izy ireo mikasika ny filan-kevitra faratampon’ny mpitsara.

Araka ny vaovao voaray ihany koa dia nisy omaly ny fivoriana niarahan’izy ireo tamin’ny fanjakana izay heverina ho mifandraika amin’izay famaliana ny fangatahan’izy ireo izay.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAHASALAMANA - VAVATENINA : Tafiditra ny pesta, tovolahy 30 taona namoy ny ainy

Tovolahy 30 taona monina ao amin’ny fokontany Ambolofotsy 3 km miala an’i Vavatenina tampon-tanàna izy io. Ny fanazavana voaray avy any an-toerana hatrany no nahalalana fa voan’ny pesta avy tany Toamasina ilay olona fa tsy nanatona tobim-pahasalamana mihitsy noho ny tahotra tsindrona marobe fa nanao dokotera tena. Niezaka nanafina izany koa ny havany akaiky. Rehefa tsy mety sitrana, dia namonjy fodiana ny alakamisy 12 oktobra ka namoy ny ainy tao Ambolofotsy Vavatenina ny alatsinainy 16 oktobra teo.

Rehefa maty izy dia nisy tamin’ireo havany no nihorohoro amin’izay ka niantso ny mpiasan’ny fahasalamana. Ny mpiasan’ny fahasalamana tao Vavatenina indray avy eo no niantso ny mpiasan’ny Oms avy any Toamasina. Tonga tany an-toerana ireto farany. Natao ny fanamarinana : tena pesta no nahafaty azy. Nalain’ny mpiasan’ny fahasalamana avy hatrany ny razana ary nalevina ny andron’io alatsinainy 16 oktobra io ihany. Nomena fanafody ny olona rehetra nitankosina tamin’ny razana. Norarahana fanafody ny trano nivoahan’ny razana. Karohina ihany koa ny fiara sy ny olona rehetra niray fiara tamin’ilay marary ny alakamisy 12 oktobra io.

Vantany vao naheno io tranga io ireo tompon’andraikitry ny fampianarana ao Vavatenina dia nampiato ny fampianarana rehetra aloha. Mihorohoro amin’izao tranga misy izao ireo mponina ao Vavatenina. Mandray ny andraikitra kosa ny mpiasan’ny fahasalamana.

Arahi-maso ireo mpandeha ao Sainte Marie

Na dia mbola tsy nahitana soritr’aretina pesta aza ny ao Nosy Boraha, dia manao ny ezaka rehetra ho fisorohana ireo mpiasan’ny sampan-draharahan’ny fahasalamana any an-toerana tarihan’i Dokotera Dadare Anatole. Misy ny fisavana an’ireo sambo sy fiaramanidina migadona ao Sainte-Marie.

Tsy maintsy atao ny fijerena maripana. Tsy maintsy mameno takelaka mirakitra ny mombamomba azy ireo mpandeha vao tonga mba hanamora ny fanaraha-maso raha sanatria misy soritr’aretina.Tsy ny fahasalaman’ny mponina irery ihany no tandindomin-doza raha tafiditra ao Sainte-Marie ny valanaretina pesta fa tena lasibatra koa ny ara-toekarena amin’ny maha tanànan’ny fizahantany azy.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FIRONGATRY NY PESTA ETO AN-DRENIVOHITRA : Mihavitsy ireo mpandeha ao amin’ny Fasan’ny Karàna

Raiki-tahotra loatra ireo vahoaka satria mitombo hatrany ny isan’ireo olona voa sy matin’ny aretina ankehitriny. Hany ka tsy sahy mivezivezy etsy sy eroa mba hisorohana ny fiparitahan’ny tsimok’aretina. Manoloana izany anefa dia mahatsiaro ho voatohitohina ny fidiram-bolan’ireo mpitatitra, efa iray volana mahery izay.

Mihena isa ireo olona mandeha ary kely ny vola miditra. Vokatr’izay dia “tafalatsaka ao anatin’ny fatiantoka tanteraka izy ireo hatreto”, hoy ny Lehiben’ny Mpitantana ny tobim-piantsonanana Fasan’ny karana, Fredinà Rakondrafara. Marihana fa vanim-potoana tokony hahabetsaka ny mpandeha ny fotoana manakaiky ny fety sy faran’ny taona tahaka izao saingy tsy izany no zava-miseho .

Raha toa ka fiara miisa 150 no tokony hivoaka ao amin’izy ireo isan’andro dia zara raha misy 50 na 60 izany. Ny antsasak’ireo fiara aza, hoy izy ireo dia mandeha tsy feno avokoa. Tsy maintsy handray fepetra araka izany ny tompon’andraikitra ao amin’ity tobim-piantsonana ity ary mety hiafara amin’ny tsy fiasana sy fanakatonana ny birao fandraisan’olona aloha mandra-piverin’ireo olona mpivezivezy.

Miandry ny fandraisan’andraikitry ny mpitondra fanjakana izy ireo ankehitriny mba hamehezana faran’izay haingana ny valanaretina. Raha izao no mitohy dia hanimba zavatra be dia be eto amin’ny firenena ny fiparitahan’ny aretina. Ohatra velona ihany koa izao ny fihenan’ireo mpizahatany tonga mitsidika eto amintsika noho ity aretina tsy voafehy ity.

Tatianà R.

News Mada0 partages

Vao manomboka ny rotsak’orana : tafakatra 20.000 Ar ny saribao iray gony

Nambaran’ny mpivarotra mpaninjara saribao fa lasa aloha ny fisondrotry ny vidin’ny saribao amin’izao fanombohan’ny oram-pahavaratra izao. Manamafy ny fidangan’ny vidim-piainana, toy ny vary efa tsy voafehy intsony.

Misondrotra tsikelikely koa ny vidin-javatra ilaina andavanandro (PPN). Anisan’izany ny saribao, tena fampiasan’ny tokantrano malagasy. Tafakatra 20.000 Ar ankehitriny, ny vidin’ny iray gony, raha namidy 17.000 Ar sy 18.000 Ar teo aloha. Mitovitovy amin’ireo voalaza ireo avokoa ny eny Andravoahangy, Anjanahary, Amboditsiry, Ambohitrarahaba, Ambohimanarina, sns.

Tsotra ny navalin’ny mpaninjara, “ratsy ny lalana vokatry ny rotsak’orana nilatsaka, ka nasondrotry ny mpamongady sy ny mpamatsy satria nisondrotra ny saran-dalan’ny kamiao”.

Ho an’ny antsinjarany, nihena ny fatran’ny iray tokon’ny 200 Ar na tsy ahazoana intsony fa saika 500 Ar avokoa ny amidin’ny mpaninjara. “Tsy manam-bola ny mpanjifa ka voatery ahena ny fatran’ny 200 Ar”, hoy ihany ny mpivarotra.

Lasa aloha ny fisondrotana

Tena mamatsy saribao an’Antananarivo ny any Manjakandriana, Moramanga, Talata Volonondry, Ankazondandy, Mangamila, Anjozorobe, …. Tsy an-tampon-tanana anefa ny hakana ny saribao, fa mbola mandeha lalan-tany, ary ratsy ny ankamaroany indrindra rehefa avy toy izao ny orana.

Vao manomboka ny orana, manahy ny mpanjifa sy ny mpaninjara fa mety mbola hisondrotra ihany ity vidin’ny saribao ity raha mbola mitohy. Nambaran’ny mpivarotra antsinjarany iray, fa lasa aloha loatra ny fiakatry ny vidina saribao. Ny volana janoary na febroary na marsa, mandritra ny fotoana tena hisian’ny ora-mikija na fotoan’ny rivodoza vao tena lafo sy vitsy ny saribao, satria tsy tafakatra aty an-dRenivohitra. Vitsy rahateo ny olona miasa manao saribao satria fotoana fikarakarana ny tanimbary vakiambiaty rahateo io ka manararaotra ny orana.

Fehiny, ahina tsy ho latsaka ny 20.000 Ar intsony ny vidin’ny saribao iray gony, manamafy ny fidangan’ny vidim-piainana efa tsy voafehy intsony, toy ny vary.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Kitra – «Poule des As» : hanohitra ny Cnaps Sport ny Hzam

Hitodika any Fianarantsoa avokoa ny sain’ny mpitia fanatanjahantena, indrindra fa ny mpankafy baolina kitra, amin’ity anio ity. Hiditra an-tsehatra mantsy ireo ekipa efatra, hiatrika ny “Poule des As”, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara.

Hanomboka, anio ao amin’ny kianja Ampasambazaha, Matsiatra Ambony, ny andro voalohany amin’ny lalao mandroso, ho an’ny “Poule des As”, hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja baolina kitra. Hangotraka avy hatrany ny fihaonana fa tsy hisy kajikajy intsony eo amin’ireo ekipa efatra hiatrika izany.

Anisan’ny andrasan’ny rehetra, amin’ity, ny lalaon’ny Hzam Amparafaravola sy ny Cnaps Sport avy any Itasy. Ekipa azo lazaina fa tsy nampoizina ny Hzam ary nahavita dingana lehibe rehefa nanilika ireo klioba goavana, tamin’ity fifaninanam-pirenena ity. Tsy mbola nihaona ny roa tonta, raha tsy amin’ity.

Tsy maintsy hiady mafy ihany koa ny Cnaps Sport, satria ity fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara ity sisa ny hany fanantenan’izy ireo. Miandry ny fiverenan’i Lucien Kassimo (Foroche), lohalaharan’ny Cnaps, ihany koa ny rehetra. Heverin’ny maro fa hitondra aina vao ho an’ny Cnaps Sport  ny fiakarany kianja, amin’izao dingana farany izao.

Ankoatra izay, mbola hafana vay ihany koa ny fihaonan’ny Cosfa sy ny Elgeco Plus. Adin’ny ekipa samy Analamanga izy ity. Ekipa efa diso mifankahalala tsara ny roa tonta, satria efa nikatroka, nandritra ny fifanintsanana isam-bondrona, tamin’ity fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara ity. Nandresy tamin’ny isa, 3 no ho 1, tamin’izay, ry zareo Miaramila. Ry zareo Cosfa irery ihany koa sisa ny hany ekipa mbola manohy amin’ny fifaninanana roa : ny “Fiadiana ny ho tompondaka” sy ny eo amin’ny “Amboaran’i Madagasikara”.

Toy ny famaranana kely, araka izany, ity fifandonany amin’ny Elgeco Plus ity.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Evénements économiques : touchés par une épidémie de reports et d’annulations

Quoique l’épidémie de la peste touche plusieurs régions, essentiellement à Antananarivo, sa propagation impacte sur les activités économiques dans le pays. Plusieurs évènements prévus dans la capitale ont été reportés ou annulés depuis quelques semaines en raison de cette situation qui prévaut dans le pays.

Les annulations de manifestations économiques à Antananarivo se succèdent depuis le début du mois à cause de  l’épidémie de la peste.  A l’instar des deuxièmes assises de la Coopération internationale des collectivités malgaches et françaises, prévues du 24 au 26 octobre, qui seront reportées en février 2018, le ministère des Transports et de la météorologie a annoncé, hier, l’annulation de la cérémonie relative à la célébration des Journées de l’aéronautique prévue les 20 et 21 octobre prochains à la base aéronavale d’Ivato.  Il en est de même pour le Salon de l’habitat prévu cette semaine. Sans parler du Salon de la microfinance, des banques et des assurances, initialement programé les 4 et 5 octobre dernier à Mahamasina, qui n’a pas eu lieu non plus. Il est évident que l’épidémie de la  peste, jusque- là  non maîtrisée par le pouvoir en place, entrave de plus en plus les activités économiques dans le pays. A noter que le premier cas de peste à Madagascar, pour cette année, a été enregistré le 1er août dans la région Analamanga.

Le tourisme  de nouveau  touché

Les opérateurs du secteur du tourisme ont déjà émis leurs doléances à ce sujet, même si le ministère du Tourisme a essayé de relativiser la situation  lors d’une conférence récemment donnée à la presse. Car, en effet, des touristes ont pris la décision d’annuler leur séjour réservé auprès des agences de voyages et tours opérateurs en raison de la peste. Alors que la haute saison touristique à Madagascar s’étend encore jusqu’au mois de décembre. Rappelons également que la compagnie aérienne seychelloise a décidé de suspendre ses liaisons aériennes avec Madagascar, depuis le 4 octobre, après qu’un ressortissant seychellois a succombé à la peste durant son séjour à Madagascar.

Mesures préventives

Néanmoins, les industriels indiquent que la situation dans le pays par rapport à l’épidémie de la peste n’a pas eu d’impact sur leurs activités jusque- là. Questionné à ce sujet, Fredy Rajaonera, président du Syndicat des industries de Madagascar (Sim) souligne que «pour le moment, la situation n’a aucune répercussion sur les activités industrielles. Il est  évident que nous prenons les mesures préventives adéquates par rapport à la peste».

Riana R.

 

News Mada0 partages

Permis miniers inactifs : l’assainissement se poursuit

Le ministère des Mines et du pétrole poursuit l’assainissement dans la gestion des permis miniers. Voilà pourquoi l’octroi de nouveaux permis miniers reste suspendu, comme l’a précisé le ministre des Mines et du pétrole Ying Vah Zafilahy, vendredi dernier, à l’occasion d’une rencontre avec la presse à Antaninarenina.  «90 % des  opérateurs détenant un permis minier ne font que spéculer, d’après notre constat. Ce ne sont pas des réels opérateurs vu qu’ils n’effectuent aucune activité liée à l’extraction minière, mais ils revendent leur permis à d’autres investisseurs. Il est évident que ce processus n’apporte aucun avantage ni pour les communautés locales ni pour le pays», a avancé le ministre.

Celui-ci a mis l’accent sur la filière or qui a fait l’objet de plusieurs réformes depuis l’an dernier. Les exportations légales d’or de Madagascar atteignent les 900 kilogrammes cette année. Mais force est de constater que «ce sont surtout les petits exploitants qui procèdent à une  déclaration auprès de l’Agence nationale de l’or (Anor). Seul un opérateur détenant un permis minier a effectué une déclaration au niveau de l’agence jusque- là», a expliqué Ying Vah Zafilahy.

Pour rappel, près de 4 000 permis miniers ont été délivrés par le Bureau des  cadastres miniers de Madagascar (BCMM)  jusqu’à présent. Cela, avant la suspension de l’octroi des permis depuis la sortie de la note gouvernementale en date du 6 avril 2011.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Rakotomanana Honoré : « Isaorana ny fitondrana… »

Nidokadoka sy nanasohaso ny fitondrana ny filohan’ny Antenimierandoholona. “Efa nahavita fotodrafitsara marobe ny fitondrana… Isaorana izy ireo”, hoy ny ampahany amin’ny lahatenin-dRakotomanana Honoré, tetsy Anosikely, omaly. Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy izany fivorian’ny loholona izany. Notanisainy avy eo ireo ezaka vitan’ny loholona, toy ny fidinana ifotony, ny fiofanana nataon’izy ireo. Teo koa ny fivahiniana tany ivelany… Narahabaina tamin’izany koa ny filohan’ny CFM, Maka Alphonse, sy ny nanendrena ny loholona vaovao, Rakotovao Rivo, nisolo toerana an’i Ahmad, lasa filohan’ny Caf. Nanome lesona ny mpanao gazety ny tenany avy eo momba ny fahalalahana, mitaky andraikitra. Amin’ny ankapobeny, tsy nisy nivoitra ny lahatenin’ny filohan’ny Antenimierandoholona.

Synèse R.

News Mada0 partages

Jean Max Rakotomamonjy sur la peste : « Qu’on prenne nos responsabilités…»

Le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, lors de son discours  en marge de la cérémonie d’ouverture de la deuxième session ordinaire hier à Tsimbazaza a fait un tour d’horizon des maux qui minent le pays actuellement.

Il en  appelle à la responsabilité de chacun, surtout en ce qui concerne la lutte contre la peste. Pour  le président de la Chambre basse du Parlement, la lutte contre cette maladie qui est une honte pour la Nation malgache devrait être une priorité. «Prenons chacun nos responsabilités. Nous devons suivre les directives des responsables de la santé. Et ces derniers devront éradiquer par tous les moyens cette épidémie».

Le président de l’Assemblée nationale a également suggéré la mise en place d’un fonds spécial pour l’assainissement qui aidera à lutter contre la peste.

Par la même occasion, Jean Max Rakotomamonjy a rappelé les projets de loi étudiés et adoptés lors de la première session. Selon ses explications, deux projets de loi n’ont pas été étudiés sur les 16 soumis.

Durant cette deuxième session, les députés procèderont à l’étude du projet de Loi de finances initiale ( LFI). «Les députés sont ouverts à toute discussion se rapportant à cette LFI», a-t-il conclu.

Nadia

 

News Mada0 partages

Nation : le Roi du Maroc priorise la jeunesse

‘A l’instar de l’Initiative nationale pour le Développement humain, Nous appelons à l’élaboration d’une nouvelle politique intégrée dédiée aux jeunes. Axée fondamentalement sur la formation et l’emploi, celle-ci devrait avoir le potentiel nécessaire pour proposer des solutions réalistes aux problèmes réels des jeunes, notamment ceux qui vivent en milieu rural et dans les quartiers périphériques et pauvres’’. Une déclaration du Roi Mohammed VI lors de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la 10ème Législature, vendredi dernier.

Et  selon ses suggestions, “pour que cette nouvelle politique puisse réussir et répondre à l’exigence d’efficacité, Nous recommandons que les dispositions de la Constitution servent de source d’inspiration pour son élaboration, et que la parole soit donnée aux jeunes pour qu’ils y contribuent”.

Pour ce faire, la mise en place du Conseil consultatif de la jeunesse et de l’Action associative est recommandée par le Souverain.

Ce dernier de faire savoir que la jeunesse marocaine représente plus d’un tiers de la population mais leur situation reste insatisfaisante. «Parmi eux, nombreux sont ceux qui souffrent de l’exclusion, du chômage et se trouvent dans l’impossibilité de finir leurs études, parfois même d’accéder aux services sociaux de base. Le système d’éducation et de formation ne remplit pas efficacement son rôle dans la mise à niveau et l’insertion socio-économique des jeunes», a-t-il fait remarquer.

Pour remédier à la situation précaire des jeunes, le roi propose une innovation par par des initiatives et des projets concrets, susceptibles de libérer leur énergie, de leur assurer un emploi, un revenu stable.  »Alors seulement, ils seront aptes à apporter leur concours actif au développement du pays’’, a-t-il conclu.

Recueillis par Nadia

 

News Mada0 partages

CGM : hanamarika ny fiverenany i Baba

Rehefa tsy hita an-tsehatra, nandeha irery, tato anatin’ny dimy taona, hiverina ka hitondra ny kanto hatrany i Baba, mpanakanto avy any avaratra atsinanan’ny Nosy, mpamoron-kira sady mpihira ary anisan’ny kalaza amin’ny fitendrena gitara. Baba, manandratra ny mozika nentim-paharazana, ny bahoejy, mifangaro amin’ny fironana hafa, toy ny folk.

Tokony hotanterahina ny 27 oktobra izao, etsy amin’ny Cercle germano-malagasy (CGM) etsy Analakely, ny fampisehoana hanamarihana izany fiverenany izany. Noho ny fahalasanan’ny talen’ity foibe ity, izay mbola isaonan’ny mpanakanto mpifanerasera ao, nahemotra amin’ny 10 novambra izany. Tsy miova kosa ny toerana.

Marihina fa tarika iray, ahitana mpikambana fito mianadahy (vavy tokana) ny Baba. Azo lazaina ho efa vonona tanteraka izy ireo amin’io fihaonana indray amin’ny mpankafy io, araka ny nambaran’ny « manager » na ny mpitantana ny tarika. Hisy fizarana roa ny fampisehoana fa  entina hampahafantarana ireo hira vaovao ny ampahany voalohany. Hamerenana ireo hira nahalalana an’i Baba hatramin’izay kosa ny fizarana faharoa.

Tsy hijanona hatreo fa hitohy amin’ny famoahana hira vaovao, izay handrafitra ny rakikira faharoa, ny fiverenan’i Baba an-tsehatra. Ao anatin’ny fikarakarana izany indrindra izy ireo, amin’izao fotoana izao. « Na dia lavitra » ny lohatenin’io vokatra vaovao io, izay ahitana hira sivy. Vinavinaina ny hamoahana io « album » io amin’ny volana febroary 2018.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Musée Sakalava : une réouverture pour promouvoir la culture de l’ethnie

Le musée Sakalava a été inauguré officiellement à Malaikolemby à Nosy Be, en l’an 2000. 4 500 visiteurs environ ont été enregistrés. Malheureusement, quelques années après, Abdoul Bastoui, le responsable des lieux, a décidé de fermer ses portes. Depuis le 14 octobre dernier, le musée Sakalava est de nouveau ouvert au grand public.

Le musée présente plusieurs objets d’arts : des tableaux, des sabres appartenant à des anciens rois… Il recèle aussi d’impressionnants documents sur le passé de notre pays. On y retrouve également un arbre généalogique retraçant l’histoire de la royauté du Sakalava. C’est dire l’importance des lieux, non seulement pour les touristes mais surtout, pour les locaux qui souhaitent en savoir un peu plus sur leur histoire.

Notons qu’il existe actuellement une vingtaine de musées publics et privés répartis dans différentes régions de Madagascar. Malheureusement, la plupart d’entre eux sont mal exploités et rencontrent un sérieux problème de développement. Selon les responsables, ils manquent généralement d’appui et d’entretien.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Nonoh Ramaro : «Masonjohany» à l’AFT

Il y a plusieurs mois, un aperçu des œuvres de l’artiste Nonoh Ramaro a circulé sur les réseaux sociaux et en a donné un avant-goût. Cette fois, le peintre les expose enfin.  Le vernissage de l’exposition, baptisée «Masonjohany», s’est tenu lundi dernier à l’Alliance française d’ Andavamamba (AFT).

Habitant actuellement à Toamasina, Landry Richard Ramaroniaina, connu sous le pseudo de Nonoh Ramaro, s’exprime rarement dans la capitale. Pour expliquer le thème de l’exposition, l’artiste indique que la beauté des femmes malgaches, s’affichant avec du «masonjohany» sur le visage dans leur vie quotidienne, l’a beaucoup séduit. «Au-delà du fait d’être un simple masque de beauté, celui-ci est vecteur de traditions et de culture», a annoncé l’artiste.

 «Normalement, le masque est un outil destiné à dissimuler la réalité. Pourtant, il permet de connaître l’identité de chacun», a-t-il poursuivi. C’est dans ce sens que quelques œuvres de l’artiste – onze portraits plus précisément – sont exposées et seront visibles à l’AFT jusqu’au 28 octobre.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Politique du cinéma : quid des productions étrangères ?

La frontière entre le légal et l’illégal reste floue à Madagascar, en ce qui concerne la diffusion des œuvres cinématographiques étrangères sur les chaînes de télévision locales.

A l’ère de l’internet, c’est devenu monnaie courante, voire anodin, pour les stations de télévision locales de s’approprier des nouvelles œuvres cinématographique étrangères. Et pourtant, d’aucuns n’ignorent que Madagascar a adhéré à la Convention de Berne depuis 1966 en ce qui concerne la protection internationale des œuvres littéraires et artistiques dans leur diversité. Nos chaînes surfent sur la vague des nouveautés dans le souci d’atteindre un nombre record d’audiences et par la même occasion, de satisfaire les sérivores et les cinéphiles en tout genre.

«En France, lorsque qu’on télécharge un film sur les sites de téléchargement, on peut s’attendre à ce que les policiers débarquent chez soi pour le simple fait que c’est une pratique illégale. Mais à Madagascar, le système juridique n’est pas encore assez avancé pour régir les droits d’auteur», reconnaît le rédacteur en chef d’une chaîne privée de la capitale.

Principale mission

Fraîchement adoptée à l’ Assemblée nationale, la Politique nationale du cinéma et de l’image animée stipule dans son article 4 qu’elle vise, entre autres, à «Assurer le respect des droits relatifs à la propriété intellectuelle sur les œuvres issues du cinéma et de l’image animée par l’intensification de la lutte contre les contrefaçons et la protection des droits d’auteur». Dans son article 60, il est également mentionné que «Toute exploitation publique d’œuvres issues du cinéma et de l’image animée, protégées par les conventions internationales et la loi mentionnée à l’article précédent, est soumise à l’autorisation préalable de l’Office malgache du cinéma et de l’image animée».

L’Omaci devrait en ce sens consacrer comme principale mission l’application de la présente loi.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Chronique : ennemis à tous les bords

La peste un ennemi de  passage, il n’en était pas besoin pour que nos gouvernants soient débordés, d’ennemis à demeure il en est suffisamment pour que les gouvernants ne sachent où donner de la tête. Certes ils ne s’avouent jamais être dépassés par les événements  et plus piteux encore le fait qu’ils ne prennent même pas conscience de leur inanité face à la gravité des problèmes, au point que les situations pourrissent d’elles-mêmes. Pourriture ? Voilà un ennemi au quotidien, qu’il s’agisse de celle des ordures qui polluent l’environnement, ou de la pourriture qui envahit les esprits et favorise le cancer corruption. De ce mal, la gouvernance n’est pas épargnée, gangréné jusque dans ses moindres rouages le système sans avoir érigé la corruption en méthode, sans non plus l’avoir adoptée, s’y est adapté et son mécanisme fonctionne de ce mélange dans le carburant. Nul besoin de douter de l’honnêteté de ceux que l’on a chargés de mener la lutte pour éradiquer la corruption, pour désespérer de leur victoire, tant l’hydre hideuse possède multiples têtes dont de surcroît certaines, à défaut d’être sacrées, sont inaccessibles, elles ne sont justiciables que devant une juridiction mythique, Haute Cour de Justice, Arlésienne qui se fait désirer depuis des décennies.

En pareilles circonstances, quelle hypocrisie que de sensibiliser en ce 17 Octobre à propos des deux pires ennemis, pauvreté et misère, contre la première mener une lutte pour l’éradiquer, contre la misère opposer un refus. Des slogans au sein d’un vaste spectacle pour  donner beau rôle à la pieuvre planétaire et à ses filiales nationales dans l’œuvre de cultiver la pauvreté, engrais indispensable à l’épanouissement des riches. La méthode de vouloir  sortir de la pauvreté les miséreux en appauvrissant les riches promet d’aboutir à un échec, la pratique d’une politique de restriction en demandant sacrifice et patience aux moins nantis a conduit depuis des années à creuser toujours davantage le fossé qui sépare riches et pauvres, les uns et les autres progressent mais en des sens opposés. Sans le préalable de remettre en question le fonctionnement dans le même schéma, oser espérer éradiquer la pauvreté et effacer les traces de misère ne relève plus d’une naïve crédulité, fait preuve d’un coupable égarement.

Léo Raz

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1907) : la peste

Samedi dernier, 3 août, on a enfin commencé la période des mesures énergiques. Depuis, toute case contaminée et dont la désinfection n’est pas jugée praticable par la Commission de salubrité est rasée de fond en comble. Les meubles vermoulus, les vieux effets d’habillement et de literie et tous les détritus, matières ou objets suspects de pouvoir véhiculer les germes morbides sont impitoyablement voués à l’incinération sur les places publiques, soigneusement gardées. Aussi n’a-t-on constaté cette semaine aucune recrudescence inquiétante de l’épidémie. En moyenne, deux ou trois cas au plus se déclarent quotidiennement et un ou deux décès seulement les suivent.

Si les médecins avaient été pourvus de sérum frais, la peste aurait déjà été vaincue. Figurez-vous que l’hôpital ne possédait que du sérum de 1902, dont on n’osa pas se servir, et celui que Tananarive vient d’envoyer date de… 1903 !!! La haute administration a de terribles responsabilités à endosser. Signalons en passant qu’un Anglais qui fut empêché de partir avec son boutre le 28 juillet, à sept heures du matin, par l’autorité sanitaire – alors que le Gouverneur Général put quitter la rade le même jour à 9 heures – intente un procès à la colonie, procès susceptible de complications diplomatiques.

La population européenne et bourbonnaise n’a pas été atteinte jusqu’à ce jour : le fléau choisit ses victimes dans les quartiers où la malpropreté règne en souveraine maîtresse.

les Indiens se sont empressés d’organiser, contre les précautions d’ordre public, un système de réaction qui veut être ingénieux et qui n’est que criminel. Dès qu’un des leurs tombe malade, tous ses congénères, comme lui-même, observent un religieux silence. Quand le mal leur paraît irrémédiable, le patient quitte sa demeure et se traîne dans quelqu’endroit public où la police vient le ramasser tandis que des parents et amis charitables s’évertuent à cacher ses effets et son mobilier.

Quand la victime décède avant de pouvoir évacuer son habitation, les mêmes parents et amis cherchent même à faire disparaître et enterrer subrepticement le cadavre ! La police est sur les dents pour déjouer ces misérables combinaisons.

L’Action à Madagascar (Majunga)

Samedi 10 août 1907.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : very hevitra ny maro

Ny hoe very mpitahy dia efa ela no namoy fo ny momban’iny ny mponina, toy ny kamboty velon-dray tsy maintsy mionona ary mitsikaraka irery, nefa olona ihany ka maneho ny  alahelony noho izany dia midongy nanapaka fihavanana amin’ny raharaha pôlitika. Mitranga ity ny sedra noho ny loza mananontanona amin’ny fielin’ny pesta. Samy feno ahiahy avokoa ny olona, nefa very hevitra tsy mahafantatra an’izay tokony ho ataony.

Hany fantatra ety anivon’ny fiarahamonina dia ny fanatonana tobi-pahasalamana raha misy tranga mampiahiahy eo amin’ny toe-pahasalamana. Ivelan’ny fitanisana isan’andro ny isan’ny marary sy maty noho io aretina io, dia ny fampaherezana ny vahoaka hanatonana toera-pitsaboana no hany fanentanan’ny fanjakana ? Samy miandry fotsiny an’izay fidonan’ny aretina izany ny mponina, fa tsy manan-katao ho fiarovana ny tenany na ho fisorohana ny fiparitahan’ny aretina ?

Ny mpitsabo aza anie dia tsy tena mahita ho lazaina rehefa mangataka fanafody ny olona. Tsy mbola mikotrika an’ilay aretina dia efa mihinana « antibiôtika », angamba anefa toy ny menaka ahoso-bato izany. Ireny karazana fanafody ireny, araka ny fahalalana azy dia tsy natao ho fiarovana ny fahatongan’aretina, toy ny vaksiny samihafa izany, fa fanafody fanasitranana ny aretina efa mikotrika. Toy izay koa  ny famafazana na rano na vovo-panafody ho fanadiovana mialoha ny tontolo iainana, fahamalinana tsy mahavita fiarovana izany raha misy fidiran’ilay otrik’aretina eo amin’ireny tontolo nanaovana azy ireny.

Tsy ny dokotera sy ny mpitsabo no ampianarina an’

izany. Tsapan’izy ireo ankehitriny fa ny fomba fototra mikasika ny fiarovana mba tsy hiparitahan’ny aretina no tsy nampiharin’ny fitondrana. Araka ny fiheveran’izy ireo moa dia ny fifehezana an’ny fivezivezena ho any ivelan’

izay faritra nisy fitrangan’ny aretina no fepetra tsy maintsy raisina voalohany. Ao amin’ny faritra tratry ny voina no anaovana fanadiovana mahery vaika, sy fitilina ny olona rehetra sy fitsaboana arak’izay an’izay mitondra an’ilay otrik’aretina. Raha tsy izay fomba fiady izay no raisina dia hitohy amin’ny fanaovana fangala-piery toy izao ataony izao ny pesta.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : un jeu de mauvais goût

État d’urgence à Antananarivo ? Rarement on a vu autant d’unités de police se poster aux endroits stratégiques. La première réflexion des badauds a été d’ironiser en prétendant que la police, pour manifester son implication dans la lutte contre la peste, se prépare à faire une chasse miraculeuse en arrêtant les pesteux considérés ennemis pestiférés. Erreur ! L’urgence était de mener une guerre musclée contre les véhicules aux vitres opaques. On ne saura pas si la moisson a été belle à l’égal de la gesticulation, manifester son autorité ayant peut-être été la vraie raison de ce branle-bas de combat. Coup d’épée dans l’eau si l’on en juge par le nombre de ces véhicules qui continuent à sillonner la cité.

News Mada0 partages

Vao manomboka ny orana : dibo-drano sahady ireo faritra iva

 Tsy maintsy nirobo-drano ireo mpiasa nirava hariva  ny alatsinainy teo, vokatry ny ora-mikija. Vao manomboka dia mijoboka.

Nikija ny orana ny harivan’ny alatsinainy teo teto Antananarivo sy ny manodidina. Niteraka rano miakatra tamin’ny faritra iva sahady izany fiandohan’ny orana izany. Dibo-drano teny Besarety, Behoririka ary Antanimena sy hatreny 67 ha iny.

Sahirana ireo mpiasa tsy maintsy nody hariva ary nitsapatsapa tanaty rano maloto. Natahotra ny holatsaka tany anaty dalina mihitsy satria betsaka ireo tatatra tsy misarona eto Antananarivo ka mampidi-doza rehefa avy ny orana.

Manaporofo ny tsy fisian’ny fahadiovan’ny tanàna ny rano miakatra. Re ihany ny fanadiovana ataon’ny kaominina saingy tsy mahasahana ny filana amin’ireo tatatra marobe tsentsin’ny fako izany.

Tsy henoheno koa ny Apipa mikarakara ny lemak’Antananarivo amin’ny fanadiovana ny lakandrano nandritra ny haintany mba hitsenana ny fahavaratra sy hampikoriana tsara ny riaka amin’ireny lakandrano ireny.

Velon-taraina ny mponina eto Antananarivo. Mbola ho avy ny tena orambe misesy sy ny rivodoza handalo eto Madagasikara. Vao manomboka anefa ity ny orana, efa miseho sahady ny lesoka eto Antananarivo.

Nodiovina ny lakandranoTaoriana ny orana mikija teto an-dRenivohitra, nanadio sy nanala ireo fasika sy fako teny Manakambahiny sy ny manodidina indray ny ekipan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Nilaza ny tompon’andraikitra fa fako sy fasika avy any anaty tanàna sy elakelan-trano no nentin’ny riaka ka nanjary nanentsina sy niparitaka tamin’ny arabe.

Mandrora mitsilany ny mponina satria manary fako sy poti-kanina anaty tatatra ka manentsina azy ireny. Na izany aza, betsaka ihany koa ny fako miparitaka ivelan’ny tobim-pako ka entin’ny riaka any an-tatatra. Tompon’andraikitra ny rehetra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Mobilisation d’hygiénistes

264 jeunes professionnels, paramédicaux et étudiants ont été sélectionnés par le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures pour renforcer le contrôle d’hygiène, l’assainissement et l’accueil dans les huit hôpitaux de traitement de la peste dont six à Antananarivo, un à Toamasina et un à Fenoarivo Atsinanana.

A ce titre, les recrutés ont suivi une formation samedi et dimanche sur les différentes fonctions des centres de triage et de traitement de la peste. Celle-ci suit le format d’un atelier pratique afin de permettre aux participants d’avoir une connaissance des protocoles nécessaires à la prévention et au contrôle des infections dans un centre de traitement accueillant des malades de la peste. 160 hygiénistes ont pu acquérir les techniques d’hygiène dans la zone d’isolation, les activités de nettoyage de surfaces, des lits, des douches, des latrines et le traitement des déchets hospitaliers. Tandis que six blanchisseurs ont pu s’initier aux activités de nettoyage des équipements de protection du personnel médical et hygiéniste, et 72 personnes se chargeront de l’accueil et l’orientation des familles, des limitations d’accès, du lavage des mains et de la désinfection des chaussures.

La formation a été organisée par l’Unicef, conjointement avec Action contre la faim (ACF), Médecins du Monde, Médecins sans Frontières, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’USAID. Et ce, avec l’appui du ministère de la Santé publique, celui de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Peste – 805 cas et 74 décès depuis aout : des statistiques record depuis ces trois dernières années

Les lueurs d’espoir de contenir l’épidémie de peste, suite à la diminution des cas au niveau des foyers pesteux depuis ces trois dernières années, se sont effondrées. En seulement deux mois et demi, l’effectif des cas a déjà doublé par rapport à celui enregistré durant les saisons pesteuses de 2014 à 2016.

La situation se dégrade. Les images des efforts entamés dans la lutte contre la peste, qui ont connu des améliorations significatives depuis 2014, sont ternies.  La Grande île devrait repartir à zéro si l’on se réfère aux statistiques actuelles, alors que la saison pesteuse a à peine débuté. Le bilan en date d’avant-hier fait état de 805 cas de peste, dont 595 de forme pulmonaire et 210 bubonique, dont 74 décès depuis le 1er août, soit en deux mois et demi. Alors que l’ensemble des cas notifiés pendant les trois dernières saisons pesteuses ne dépassait pas les 400.

Selon les données du ministère de la Santé, les cas ont diminué significativement dans les foyers pesteux. 335 cas ont été enregistrés, dont 19 décès lors de la saison pesteuse 2014-2015. Un bilan qui a quelque peu augmenté lors de la saison 2015-2016, durant laquelle 380 cas et 68 décès ont été notifiés. Malgré l’apparition de cas dans des zones non pesteuses depuis des années en 2016-2017, notamment dans l’Atsimo-Atsinanana, à  Befotaka, Iakora et Midongy…on peut dire que l’épidémie a été maîtrisée comme il se doit, dans la mesure où le nombre de cas et de décès n’a pas connu de flambée particulière par rapport à la situation des deux saisons précédentes, avec 326 cas.

Le niveau 2 d’alerte reste maintenu

Jusqu’ici, la propagation de l’épidémie n’est nullement maîtrisée comme l’attestent les statistiques. Et ce malgré l’empressement des responsables, dont les principaux dirigeants de l’Exécutif qui avaient annoncé le contraire, dans leur déclaration au début de ce mois, puisque le nombre de cas de décès et celui des districts touchés (38) ne cessent d’augmenter.

L’indice de propagation de l’épidémie, maintenu jusqu’à hier au «niveau 2» selon l’OMS, contrairement aux rumeurs qui circulaient sur les réseaux sociaux et selon lesquelles le pays était passé au «niveau 3» depuis avant-hier. Il n’empêche que cela suffit à réjouir le gouvernement si l’on se réfère aux communications rapportées à l’issue du Conseil de gouvernement d’hier. Tout comme le fait que, ces derniers jours, les cas de décès enregistrés au niveau d’Antananarivo ont tourné autour de 2 à 3 par jour. Alors que cette classification implique un risque de propagation nationale très élevé, bien que la contamination au niveau international soit limitée.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Itaosy : la gendarmerie déjoue une attaque

Une tentative d’attaque de bandits armés a été déjouée par la gendarmerie à Ambohimamoro Itaosy jeudi dernier vers minuit. En fait, cinq bandits armés de fusil de chasse ont pris pour cible une villa dans ce fokontany. Les assaillants étaient déjà sur les murs de la propriété quand les gendarmes sont passés. Au moment où les malfaiteurs ont remarqué la présence des éléments de la gendarmerie en patrouille sur place, ils se sont enfuis en tirant. Les gendarmes ont dû riposter par des tirs et ont engagé une poursuite mais les malfaiteurs ont réussi à leur échapper.

«J’ai remarqué un des bandits mais je n’ai pas pu prévenir mon patron car l’autre était déjà dans la cour de la maison muni de fusil. Si les gendarmes n’étaient pas passés dans notre secteur, nous serions peut-être déjà morts à l’heure actuelle», a expliqué le gardien de la villa. Personne n’a été blessé et les bandits sont repartis bredouilles.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Politique nationale du sport : le projet renvoyé aux calendes grecques ?

La dernière session ordinaire du Parlement a débuté, hier, et s’étalera sur 90 jours. Dernière chance aussi pour le sport malgache pour que la Politique nationale du sport (PNS) soit adoptée cette année. Toutefois, cette requête semble d’ores et déjà mal engagée…

Cette année sera-t-elle la bonne ? Grand a été l’espoir, au début de cette année, de voir la Politique nationale du sport adoptée après de longues années d’attente. Mais au fur et à mesure que la fin de l’année approche, cette vision s’envole peu à peu.

Pour cause, le ministre de la Jeunesse et du sport, Jean Anicet Andriamosarisoa, n’a pas joint ses paroles à ses actes. Bien qu’il ait déclaré la priorisation de ce dossier parmi tant d’autres, la réalité est toute autre. Le projet tarde à prendre forme.

La deuxième session ordinaire du Parlement, ouverte hier, sera la dernière occasion de finaliser le dossier. En effet, le projet de texte devra être envoyé par l’Exécutif aux deux chambres du Parlement pour consultation suivie d’une adoption.

Or, pour qu’il puisse suivre ce processus, le MJS doit finaliser son élaboration à temps. Ce qui semble peu évident au vu de la posture adoptée par les responsables. Depuis belle lurette, ils ont omis de communiquer les avancées qu’ils ont réalisées, relatives à ce dossier à la fois sensible et salutaire pour les acteurs.

Inévitable

La saison sportive 2017 risque de se terminer sur une mauvaise note pour le MJS. Malgré les efforts que ce ministère a consentis, les résultats ne sont pas au rendez-vous. La reconnaissance des acteurs majeurs du sport malgache par l’octroi de mérites sportives ou l’appui aux athlètes lors des sorties à l’étranger ne suffit pas.

C’est la raison pour laquelle la mise en place d’une politique nationale est inévitable. La balle est dans le camp du MJS, le comité olympique national et le ministère de l’Education nationale. Trois acteurs importants dans son élaboration.

JR.

 

News Mada0 partages

Volley-CCZ7 : les Seychelles risquent gros

Dorénavant, les Malgaches ne sont plus tellement les bienvenus aux Seychelles à cause de l’épidémie de la peste. Par conséquent, la présence des clubs malgaches au championnat des clubs de la Zone 7 en Afrique, du 2 au 9 décembre, est quasi-impossible.

Une absence qui n’est pas du tout au goût du monde du volley-ball de l’océan Indien. Ainsi, d’après les informations émanant de la Fédération malgache de volley-ball (FMVB), les Seychelles pourraient perdre l’accueil de ladite compétition si elles maintenaient cette restriction.

Les autres pays membres de la Zone 7 cherchent actuellement une solution de rechange pour permettre à  tous les clubs qualifiés de participer. Cela passe par le changement du pays organisateur de ce CCZ7. Maurice semble en bonne place pour l’accueillir.

«Nous serons fixés cette semaine», a déclaré le président de la FMVB, Jocelyn Andriamandimbisoa.

En tout cas, le chamboulement organisationnel de cette saison n’impactera pas sur le calendrier zonal de la saison prochaine. En 2018, Madagascar sera le pays hôte du CCZ7.

Naisa

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Max Rakotomamonjy« Asio adihevitra mazava ny fanovana lalàmpanorenana »

Niakatra 4,1% ny harinkarena faobe na teo aza ireo sedra nolalovan’ny firenena, toy ny rivo-doza. 5,1% izany ny taona 2018 raha mitombo ny fampiroboroana fambolena, hoy ny filohan’ny Antenimieram-pirenena Jean Max Rakotomamonjy nandritra ny kabariny tamin’ny lanonam-panokafana ny fivoriana ara-potoana faharoa teny Tsimbazaza omaly.

Tahaka ny te hilaza sy haneho izy fa tena miasa sy mahavita azy ny fitondrana HVM. Ny resaka fifandraisana amin’ny mpamatsy vola dia noresahiny ny famatsian’ny Banky iraisam-pirenena vola ny kaominina miisa 1000 amin’ny alalan’ny famatsiam-bola momba ny fampandrosoana ifotony na ny FDL. Nambarany fa tena miezaka ny fitondrana amin’ny lafiny fambolena, ny fizahantany, ny ady amin’ny jono tsy ara-dalàna. Efa misy vokatra ny ezaka tamin’ny orinasa JIRAMA, efa misy ny ezaka amin’ny firosoana amin’ny angovo azo havaozina. Ny resaka toekarena moa dia ampaherezina ny mpamokatra lavanila sy jirofo, na dia mandala sedra toy ny fitotongan’ny vidim-bokatra aza. Mikasika ny pesta, manainga antsika ho tony fa tsy misy zavatra ho vanona ao anatin’ny fikoropahana. Aoka tsy ho diso fahavalo, ary hatambatra ny hery satria ny fahavalo iraisana izao dia ny aretina. Halavirina toy ny fasam-bao ny fifampihantsiana sy ny fisaratsarahana, hoy izy. Momba ny resaka fanovana lalàmpanorenana kosa dia nilaza i Jean Max Rakotomamonjy fa samy mandray anjara amin’ny adihevitra, ary asio hasina ny demokrasia, hoy ity filohana andrim-panjakana ity. Mila mifandresy lahatra amin’ny alalan’ny porofon-kevitra mafonja ihany koa. Fanadiovana sy fandokafana fitondrana ranoray no nataon’ity filohana andrim-panjakana ity. Mipasoka sy miezaka manadio ny fitondrana ao anatin’ny zavatra hita fa tsy mety sy tsy mahomby, ka toa tsy mba misy mihitsy ny lesoka. Izao tokoa angamba ilay hoe mpiasa be vonton’anatra, hany ka toa tratry ny tsindry sy ny baiko avy any ambony hanasohaso ny fanjakana. Efa kabarin’ny mpitady fiara tsy mataho-dalana kosa, hoy ny olom-pirenena sasany.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Honoré RakotomananaEfa mitanisa tantara sisa

Na malaza aza ny resaka mivoaka fa hoesorina tsy ho filohan’ny antenimierandoholona i Honoré Rakotomanana, dia fandokadokafana ny fitondram-panjakana HVM no tena nivoitra tao anatin’ny kabariny nandritra lanonam-panokafana ny fivoriana ara-potoana faharoa omaly.

Nahavita fotodrafitrasa be dia be ny fanjakana. Tsy azo hanina ireny saingy hisy vokany afaka fotoana fohy, hoy izy. Notanisainy ihany koa ny asa nataony sy ny andrim-panjakana tarihiny ka nilazany fa tsy nitandro hasarana izy ireo na teto Madagasikara na tany ivelany. Napetraka ny hoe andrim-panjakana manakaiky vahoaka, ka nisy ny fidinana maro be hatrany ambany ravinkazo. Mikasika ny dian’ny filoha na ny olona ambony mankany ivelany matetika, dia mampahafantatra an’i Madagasikara ireny raha ny fanehoan-keviny. Nandritra io fotoana io no nitsofany rano ny filohan’ny filankevitry ny fampihavanana Malagasy (CFM) vao lany, dia i Maka Alphonse. Notsindriany fa ny fihavanana no zava-dehibe. Tsy adinony ny nankasitraka ny mpanao gazety amin’ny fitsinjovana ny olom-pirenena amin’ny fampahalalam-baovao. Nanome toromarika anefa izy fa misy fetra ny fahalalahana. Toa nampahatsiahy ny zava-drehetra vitany tao amin’ity andrim-panjakana ity i Honoré Rakotomanana. Efa mandeha ny resaka fa hoesorina amin’ny toerany ity mpahay lalàna ikoizana ity. Mety tsy ho sarotra io fanesorana azy io, fa alefa fotsiny ny fifidianana momba ny fahatokisana na tsia ny birao maharitry ny antenimierandoholona (vote de confiance ), dia tapitra hatreo ny maha filohana andrim-panjakana azy. Ny 2/3 no mandany ny fitsipahana. Raha misy iray mametra-pialana ihany koa ao anaty birao maharitra dia hiverenana fidiana avokoa ny birao. Maro ny fanehoan-kevitra politika amin’izao fa tsara kokoa ho an’i Honoré Rakotomanana ny mametra-pialana sy manaja tena, mba tsy ho tratry ny hoe naongana. Vita izany ny nilana azy dia atsipitsipy toy ny vato natsindry hahazana ?

Toky R

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pavillon vaovao - Esplanade AnalakelyHo vita amin’ny faran’ny volana novambra ny asa

Ny 90 %-n’ny asa fanamboarana ireo pavillon vaovao etsy amin’ny esplanade Analakely amin’izao fotoana no efa vita tanteraka. Mandalotra sy mandoko ireo efitrano miisa 33 sisa no asa hiantsorohan’ireo tompon’andraikitra misahana izany, araka ny vaovao azo teo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

Ezahina hovitaina amin’ny faran’ny volana novambra ny asa ka ireo mpivarotra nifanaiky tamin’ny kaominina fa hanamboatra ny tsena  no hahazo ny toerana ary aorian’ny fahavitan’ny vola lanin’izy ireo  vao hiverina handoa haban-tsena sy hofan-tsena amin’ny kaominina izy ireo. Ankoatra ity esplanade etsy Analakely ity moa dia efa miroso ihany koa ny asa fanamboarana  ireo tsena vaovao eny Anosibe, ao anatin’ny Boriborintany fahefatra.  Mbola eo an-dalam-piketrehana  ny ao ambadiky ny tsenan’Ankatso kosa ny kaominina ankehitriny hahafahana manome toerana ara-dalàna ny mpivarotra rehetra.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mahavoky BesaretyRazana roa no natsingevan’ny rano

Olona roa sahady izao no maty natsingevan’ny rano maloto tao amin’ny fokontany Mahavoky Besarety vokatry ny firotsahan’ny rotsak’orana. Lehilahy ny iray tokony ho tamin’ny 8 ora maraina ary tsy nisy naka raha tsy efa folakandro.

Raha araka ny fanazavan’ireo mponina eny an-toerana dia avy any amin’ny La Rotonde no nentin’ny riaka be izy lehilahy afak’omaly alina ka tsy afaka nanavotra ny ainy intsony. Tafiditra avy hatrany tany anaty tata-drano izy, ny andro rahateo maizina. Ankoatra izay, zazakely iray ihany koa no maty nentin’ny rano hitan’ny mponina teny an-toerana ihany ny sabotsy maraina teo ary efa antoandro vao nalain’ny BMH. Mahatsiaro ho sahirana tanteraka  ireo tompon’andraikitra eo anivon’ity fokontany iray ity.  Afak’omaly alina, ohatra, dia  tsy  nisy natory mihitsy  ireo mponina  eny an-toerana  satria tafiditra tany an-tokantranony avokoa ny rano maloto rehetra ka voatery nandroaka izany izy ireo ankoatra ny fampiakarana ny ankizy madinika sy ny olon-dehibe tamina toerana avo. Tsentsina mantsy ny lakan-drano ao Mahavoky Besarety sady tsy misy matetika ny asa fanadiovana. Efa mivonona ny hiasa hitatitra ireo mponina ao an-toerana sahady ny sarety, indrindra amin’ny fotoana tsy hahafahan’ny fiara mampiasa iny lalana iny intsony. 200 Ar isan’olona, raha tsiahivina, ny saran-dalana izay mety ho tafakatra hatrany amin’ny  500 Ar.

Pati

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - Un « Samu » en gestation pour Antananarivo

Une riposte à l’épidémie de peste la plus efficace possible. C’est ce que la France veut prescrire en réponse à la demande d’assistance des autorités malgaches. Un service d’aide médicale urgente ou « Samu peste » sera bientôt opérationnel à Antananarivo. « Ce nouveau dispositif permettra de contribuer à une prise en charge plus rapide et structurée des cas suspects et au contingentement de l’expansion de la maladie », communique l’Ambassade de France.

Pour sa mise en place, une équipe composée de 2 médecins urgentistes à savoir le Dr Yves Poncelin de Raucourt et du Dr Alban Forel ainsi que d’une infirmière en anesthésie-réanimation, Thérèse Darmedru, sera placée sous la gestion directe du ministère malgache de la Santé publique (Msp). L’opérationnalisation du « Samu Peste » vise à donner une cohérence à l’ensemble des mesures déjà prises par les autorités malgaches. La mise en service du numéro vert « 910 » ou encore les 6 cliniques mobiles pour prendre en compte les cas suspects en font partie. D’après le Directeur de la Promotion de Santé auprès du ministère de tutelle, le Dr Manitra Rakotoarivony, des hygiénistes français seront aussi envoyés à Madagascar pour partager leurs expériences, notamment en matière de transport des malades depuis les Fokontany jusqu’aux centres de traitement. Ceci sans oublier les premiers soins donnés dans les cliniques mobiles qui servent d’ambulance. Leur envoi figure parmi les collaborations avec l’Ambassade de France. Pour information, le dernier bilan émanant du Msp mais rapporté par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes fait état de 74 décès sur 805 cas de peste pulmonaire et bubonique notifiés depuis le mois d’août jusqu’au 17 octobre. Pour sa part, l’Institut Pasteur de Madagascar (Ipm) notifie 793 cas de peste entre le 1er août et le 15 octobre, dont 538 de formes pulmonaires, 152 buboniques, 1 septicémique et 102 non précisés. 354 cas sont enregistrés dans la ville d’Antananarivo contre 127 à Toamasina. Depuis le 27 septembre dernier, l’Ipm a distribué 2074 tests de diagnostic rapide dont 205 à Toamasina, 719 dans les Centres hospitaliers d’Antananarivo et 367 au Service Peste du Ministère de la Santé Publique. Les centres de santé de base (Csb) de la Capitale n’en disposent plus depuis cette semaine tandis que les centres de traitement sélectionnent ceux qui doivent faire le test.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Blueline Madagascar - Une nouvelle formule proposée aux entreprises

Une réorganisation de la formule dédiée aux entreprises. Depuis plus de 20 ans, le Groupe Blueline accompagne les entreprises en leur offrant des services relatifs au numérique. Toutefois, avec l’évolution explosive des technologies de l’information et de la communication (Tic) et de leur usage, le groupe s’est donné comme défi d’améliorer ses services afin de compenser cette évolution, ainsi que de satisfaire au mieux les attentes et les besoins de ses clients entrepreneurs. Ainsi, Blueline Madagascar a lancé hier la nouvelle formule « Blueline Business ».

Il s’agit d’une formule revisitée et améliorée selon les évolutions technologiques du moment. Celle-ci s’affirme alors en tant que partenaire privilégié pour la mise en place des meilleures stratégies en rapport avec les Tic et les télécommunications. Le numérique est devenu aujourd’hui un accompagnateur incontournable des entreprises dans l’accomplissement de leurs fonctions. Pourtant, certaines sociétés, faute de moyens et plus particulièrement à cause des coûts exorbitants que cela requiert, n’arrivent pas à investir dans la mise en place de tout le système numérique nécessaire. C’est dans cette optique que la formule « Blueline Business » est proposée par le Groupe Blueline, comme l’affirme son directeur commercial, Christophe Chapotin : « " Blueline Business" s’organise aujourd’hui pour pouvoir amener le meilleur de l’IT et du digital à nos clients en prenant à notre charge cet investissement et en l’apportant sous forme d’abonnement mensuel à la consommation ainsi qu’à l’usage auprès de nos clients de toute taille ».« Blueline Business » renforce donc sa position sur 3 pôles de compétence à l’encontre des entreprises malgaches. Le premier pôle se concentre sur les offres de connectivité afin d’offrir une connexion Internet haut débit aux entreprises ainsi qu’un réseau privé pour les clients possédant plusieurs sites. Ensuite, il y a le service d’intégration et d’infogérance. Ce pôle s’occupe particulièrement de l’accompagnement en matière de transformation digitale des entreprises avec l’hébergement de leurs serveurs dans des « Data centers » sécurisés et la mise à leurs profits des infrastructures « As A Service ». Enfin, le dernier pôle est axé sur les services hebergés qui sont des systèmes d’information en mode « Software As A Service » pilotés par « Blueline Bussiness ». Ce sont des options flexibles et plus optimisées pour une meilleure expérience professionnelle des entreprises.  Rova R. 

La Vérité0 partages

Alasora - Une femme devant le Parquet pour escroquerie

Quelques mois après qu’on l’eut recherchée, une femme qui prétendait avoir la largesse de dédouaner des marchandises, était finalement arrêtée du côté d’Alasora. Motif : une affaire d’arnaque dont la somme détournée s’élève à 68 millions d’ariary, soit l’équivalent de 2 conteneurs de marchandises au port de Toamasina. Sa victime, ayant porté plainte dans cette affaire, est un opérateur spécialisé dans l’importation de pièces détachées.

La femme suspecte a mordu à l’hameçon après que la Police lui a tendu un piège et en l’appâtant toujours avec de l’argent, mardi dernier.  L’enquête a révélé que l’accusée aurait un lien de parenté avec la victime. « La Police l’a repérée et l’a arrêtée dans une zone très isolée d’Alasora », avance-t-on. L’incriminée qui a dû être présentée hier devant le parquet, aura donc à répondre de ses actes devant le juge d’instruction.  « La première fois où elle nous a eus, c’est en demandant une somme afin de faire un deuxième dédouanement au port de l’Est, sous prétexte que quelqu’un a volé les documents », explique la victime.  Finalement, il y a bien pire. Des inconnus auraient réussi à voler la marchandise dans le port, a-t-elle expliqué devant l’importateur de plus en plus dupé. Et toujours dans la version de la suspecte, la marchandise volée aurait fait un long périple qui a dû la mener de Toamasina à Antsiranana, aux Comores et même en Afrique du Sud, sans oublier l’île de La Réunion pour la retrouver dans ces villes et autres pays voisins. Or, l’enquête qui s’en était suivie a bien démontré que la dame n’a jamais bougé d’un pouce du pays.  Dans ses histoires montées de toute pièce, car il fallait récupérer à tout prix la cargaison,  l’arnaqueuse a même parlé de sa coopération avec un Général et qu’il fallait également payer sa part pour finaliser et accélérer les formalités de dédouanement. Toujours dans ses mêmes sornettes, à l’apparence tantôt cohérente, parfois dissonante, elle a aussi expliqué que le bateau qui a transporté les conteneurs a sombré en mer. Bref, des excuses banales dont l’objectif final est d’endormir debout l’opérateur économique. Ce dernier qui n’a plus cru à ces histoires, a fini par porter plainte.Franck Roland

La Vérité0 partages

Sarah Rabearisoa - Rajaonarimampianina, responsable devant l’histoire

Sarah Rabearisoa, présidente nationale du Parti démocrate libéral, s’oppose farouchement au projet du régime Rajaonarimampianina de retoucher la Constitution une année avant les échéances électorales. Juriste de formation, elle met même le chef de l’Etat et son parti Hvm devant leur responsabilité historique au cas où ils persisteraient à y aller de leur propre chef au détriment de la volonté générale. La politicienne est aussi prête à relever le défi face à la velléité des tenants du pouvoir de monopoliser les manœuvres électorales. Interview (réalisée la semaine passée).

La Vérité (+) : Vous avez une position assez ferme par rapport à la conjoncture actuelle ?Sarah Rabearisoa (=) : Le président est là pour un mandat de 5 ans. Il doit le respecter. Les expertes en droit parmi les crédibles se sont exprimées sur l’infondé du projet de retouche constitutionnelle. De plus, un comité préparatoire au sein de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a publié un rapport selon lequel il n’est nullement besoin de toucher à la Constitution à la lumière des dispositions du Code électoral. Pour nous, il est inopportun de réviser la loi fondamentale une année avant l’élection présidentielle. Une telle initiative reviendra au futur président élu. La consolidation de la démocratie doit partir des électorales sereines.+ : Si jamais il signe et persistent à le faire ?= : Il est responsable devant l’histoire pour la décision qu’il  va prendre.+ : Et qu’en est-il de votre préparation quant aux prochaines élections ?= : Puisque nous sommes un parti, nous nous tenons toujours prêts à une participation active.+ : Vous avez alors des candidats ?= : Il nous est un impératif et catégorique de présenter des candidats aux élections.Propos recueillis par Manou Razafy

La Vérité0 partages

Commune de Betsiaka - Rajaonarimampianina face à la réalité

En cette fin de semaine, la commune rurale de Betsiaka revient au devant de l’actualité nationale. C’est dans cette localité située entre Ambilobe et Vohémar dans la partie nord de Madagascar que l’ancien Chef d’Etat malagasy, le Professeur Zafy Albert sera inhumé ce samedi. Sauf changement, le Président de la République, de retour de son séjour en terre romaine, devrait assister aux obsèques, à la tête d’une forte délégation étatique. Un déplacement longtemps attendu par les villageois.  Des firmes chinoises exploitent depuis plusieurs mois de l’or dans cette localité, en expropriant les résidents locaux.  Certaines rumeurs laissaient également entendre que des prospections étaient menées par les chinois dans le périmètre où est situé le caveau où l’ancien chef d’Etat sera enterré… 

A l’époque, les villageois de Betsiaka, en désarroi, peinaient à faire entendre leurs craintes et appels au secours des hauts dirigeants malagasy. Jusqu’à dernièrement, de nombreuses voix laissent entendre que des quantités énormes d’or sortent régulièrement des mines de Betsiaka.  Longtemps enfermé dans sa tour d’ivoire, le Président de la République aura l’occasion de faire face à la réalité à l’occasion de son déplacement dans cette partie de l’île. Près d’une tonne d’or a été déclarée pour le premier semestre 2017, selon les chiffres officiels.  Une dizaine de tonnes d’or sortent illicitement de nos aéroports, de l’aveu même du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, récemment.  L’or de Betsiaka figurerait-il dans ces 10 tonnes ? Alertés par citoyens d’Ambilobe sur l’existence d’exploitation aurifère hors de contrôle, des journalistes du Mouvement pour la liberté d’expression avaient mené des investigations dans cette commune rurale de la Région du Diana, à la pointe Nord de l’île.. C’était au mois de novembre 2016...Betsiaka-AmbilobeSur la piste des pirates de l’orComme ce qui s’est passé pour le cas de Bealanana, ce sont des sonnettes d’alarme, émanant des gens originaires d’Ambilobe et faisant état d’exploitations aurifères en dehors de tout contrôle, qui ont amené les journalistes du Mouvement pour la liberté d’expression (Mle) à mener des investigations dans la Commune rurale de Betsiaka, située dans Région de Diana, à la pointe Nord de l’île. Sur place, il est apparu que tous les ingrédients étaient réunis pour parler de l’existence de véritables « pirates de l’or », ces derniers non seulement exploitent un périmètre attribué à autrui, mais se livrent aussi à de véritables rackets sur les petits exploitants locaux. Les produits ainsi collectés sont alors embarqués périodiquement par hélicoptère pour une destination inconnue. Encore une fois, des opérateurs chinois se retrouvent mêlés à ce scandale, mais aussi une société malgache du nom de « Madagascar Mining » dirigée par un certain T.B., un originaire de la région qui semble être le grand manitou dans l’affaire.Une fois à Ambilobe, localiser l’endroit où l’on peut trouver l’exploitation en question ne présente aucune difficulté, la population locale sait d’emblée de quoi il s’agit dès qu’on aborde le sujet en quelques mots. Le campement des Chinois est repérable de très loin, avec leurs gros engins prêts à s’ébranler. Comme il fallait s’y attendre, la récolte d’informations n’a pas été des plus faciles car même les prises d’images et de son ont été interdites. C’est donc en caméra et micro cachés que s’est effectué l’entretien avec la Dame V., l’interprète des exploitants chinois. L’on ne sait s’il s’agissait d’une consigne qui lui a été donnée ou c’était par simple crainte, mais cette dernière a refusé catégoriquement de donner le moindre renseignement sur la société qui l’emploie (dénomination, effectif). Malgré les évidences, elle a soutenu que l’exploitation n’a pas encore commencé. Ce qui sera contredit par la réalité sur le terrain.C’est sur indications des habitants que la carrière proprement dite a été repérée et c’est là qu’ont été surpris des matériels d’extraction tournant déjà à plein régime. L’employé rencontré sur place, plus coopératif que sa collègue interprète, a alors révélé l’existence de « problèmes » avec la population locale, celle-ci s’opposant à l’installation des Chinois sur les terrains qu’elle exploite depuis longtemps. L’on apprend en effet que, il y a environ trois mois, des manifestations en ce sens s’étaient déjà tenues et c’est ce qui explique que l’exploitation mécanique se limite, pour l’instant, sur une surface limitée en bordure d’un cours d’eau. Ce, en attendant que « les habitants se calment »… Quant aux ressortissants chinois qui ont pu être croisés aux environs, ils prétendront ne parler ni le français, ni l’anglais et encore moins, bien évidemment, le malgache. Chose curieuse cependant, lorsqu’il leur a été annoncé  -  dans la langue de Rabearivelo  -  que le reportage qui est effectué va être diffusé partout dans le monde, ces descendants de Mao ont tout de suite compris et se sont empressés d’essayer d’amadouer l’équipe de journalistes.Si, à ce stade, il est bel et bien établi que l’entreprise chinoise se livre à une exploitation aurifère à Betsiaka, jusque-là, les recherches menées en son sein en vue de connaître la manière dont elle a pu s’y installer sont restées infructueuses. Visiblement, le mot d’ordre semble être « pour vivre heureux, vivons cachés ». Il a donc fallu orienter les investigations vers les notables du fokontany d’Andrafialava, la petite localité abritant la carrière exploitée. Et ce n’est que là que certains points, mais pas tous, se sont éclaircis. Comme à Soamahamanina et Bealanana, les impacts sur le plan social et celui environnemental sont dramatiques.         

La Vérité0 partages

Percée de la plume

Les professionnels de la plume, journalistiquement parlant, ont le vent en poupe. Ils percent le monde quasi fermé du pouvoir. Au Gouvernement, le département de la Communication reste l’apanage des hommes de la presse. Quoiqu’on dise de leurs parcours respectifs, parfois sinueux et obscurs pour certains, ils demeurent des confrères, anciens ou en cours. L’actuel locataire de Nanisana (ex-Ambassade de Chine), Harry Laurent Rahajason, alias Rolly Mercia, fut bel et bien un ancien collègue du Journal. Il faisait équipe en occupant un poste de dirigeant et pas n’importe lequel, mais pour des raisons dont lui seul en sait la teneur, il quitta le navire.

La récente élection des membres du bureau du tout nouveau Conseil du Fampihavanam-pirenena Malagsy (CFM) portait à la barre Maka Alphonse, journaliste de son état. Parmi les cinq candidats en lice qui ne sont pas des moindres, entre autres, un professeur titulaire d’université, un général de Corps d’Armée et des notables respectés, les membres l’ont préféré, par-dessus tout. Un journaliste qui, soulignons en passant, fut également un ancien confrère de votre journal. Le CFM, appelé à tenir un rôle de premier plan dans le règlement des conflits, longtemps larvés et qui minent l’unité nationale, aura du pain sur la planche. Souhaitons que Monsieur le Président sache porter haut le flambeau de la plume. Encore dans le CFM, un autre confrère a été choisi, cette fois-ci pour le quota des journalistes, Oliva Razaka. C’est un honneur pour les gens du média de se faire représenter chacune de ces Instances, mais non pas Institutions, prévues dans la « Feuille de Route », porte de sortie de la crise de 2009, et inscrites en Annexe dans la Constitution de la IVè République.Les élections générales de 2015 furent l’occasion à certains hommes du média de ravir le poste de Maire. Le cas de Penjy Andrianarisoa, journaliste titulaire de la station radio Aceem de son état, nous fait tirer le chapeau. En effet, il sortait vainqueur à Ivato Aéroport. Deux Communes (Ivato Aéroport et Ivato Tanàna) jumelées en une Collectivité Territoriale Décentralisée (CTD), la Commune d’Ivato qui est la vitrine de tout le pays. En fait, elle se trouve à la « porte d’entrée » de Madagascar. Donc, une Commune d’avant-garde ! C’est un immense plaisir et grand honneur de tous les professionnels de la presse ! Et apparemment, notre ami et confrère s’en sort bien ! Le Premier Ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, un résident de la Commune, s’est fait un honneur particulier de se déplacer, en personne, pour patronner une cérémonie d’inaugurations, des réalisations à mettre au crédit de Monsieur le Maire et son équipe.Réussir de tels exploits pour un journaliste, dans ce monde hostile, en particulier face à un régime oppresseur comme celui en place, s’apparente à un parcours de combattant. Un itinéraire truffé d’embûches que les hommes et femmes aguerris du métier doivent, à tout moment, surmonter. Le Code, liberticide, de la Communication médiatisé que les barons au pouvoir avait imposé ne donnait aucune chance aux professionnels de la presse de pouvoir s’émanciper et de rayonner. Il y a toujours cette épée de Damoclès, interpellation arbitraire ou autre, trop menaçante sur la tête de chacun.On ne peut que se féliciter de la percée de la plume.    Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Taekwondo : Fédération Malagasy - Lamina Bototsaradia pour la continuité

Sollicité par les ligues, Lamina Bototsaradia, le numéro un du Samifin, vient de prendre les commandes  de la fédération Malagasy de Taekwondo. Ceinture noire en Taekwondo,  mais aussi karatéka, le nouveau président de la fédération de taekwondo n’est pas un novice dans la discipline.  Il a été élu par 5 ligues présentes sur 7 à savoir, Analamanga, Haute Matsiatra, Vakinankaratra, Atsinanana et Vatovavy lors d’une élection tenue le 16 septembre 2017. Deux ligues, à savoir Betsiboka  et Diana, étaient absentes. A noter que deux sur les neuf ligues officielles présentes à l’élection de 2014 ne sont plus en activité.  

La présentation du nouveau comité exécutif n’attend que l’aval du ministère de la Jeunesse et des Sports. Ce dernier devra valider le Procès verbal de l’élection avant de délivrer un  nouveau certificat de conformité. La nouvelle équipe n’attend que cette occasion pour mettre la machine de nouveau sur les rails. Le président a été présenté devant les médias, hier au Dojan Sonrang à Andavamamba. Le Taekwondo malagasy se trouve dans un cul de sac depuis quelques mois. Quant à l’ancien président élu en 2014, Andry Ramanantsialonina, il n’était plus dans les parages. Et ce, depuis 2015 lorsqu’il a eu des embrouilles avec la direction technique. Il a quitté le pays et même cas pour son trésorier laissant la caisse de la fédération vide. Lui-même a déchu son vice-président et son secrétaire général, ne laissant personne prendre le relais.  Il ne reste plus que le Directeur technique national, Rivo Rakotobe, qui a tenté de tenir la barre. Mais cela n’a pas empêché la discipline de se trouver en mode veilleuse. Sous l’initiative du secrétaire général, les ligues ont tenu une assemblée générale extraordinaire (AGE) le mois de novembre 2016 sous la présence d’un représentant du ministère. C’est durant l’AGE que les 7 ligues ont sollicité sa candidature pour le  poste.  « J’ai été sollicité par les ligues et elles ont voté », a-t-il expliqué. Et d’ajouter que « Les sanctions internationales planent sur la Fédération malgache. Effectivement nous allons agir par le dialogue, mais aussi par les activités techniques ». Des formations technique et arbitrale sont prévues prochainement. Par ailleurs, un Open national sera organisé par la nouvelle fédération le 18 novembre à Antananarivo.Elias Fanomezantsoa

Midi Madagasikara0 partages

Mahafaly Olivier : Un débat sur les lois électorales le 27 octobre 2017

La révision ou non de la Constitution a focalisé l’attention de bon nombre d’observateurs, ces derniers temps. En marge de l’ouverture de la deuxième session ordinaire du Sénat, hier, à Anosy, le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana a déclaré qu’un débat sur les lois électorales aura lieu le 27 octobre prochain à l’hôtel Carlton. Ce serait également pour le comité interministériel l’occasion de procéder à la restitution des travaux portant notamment sur les lois électorales. Selon toujours le Premier ministre, ce débat verra la participation de la société civile, de politiciens et de simples citoyens.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Honoré Rakotomanana : Pour la solidarité des sénateurs

Comme c’est prévu, la deuxième session ordinaire du Sénat s’est tenue, hier, au Palais de verre à Anosy. Lors de son allocution, le président du Sénat Honoré Rakotomana a retracé les activités de cette institution pour cette année 2017, tant sur le plan national qu’international, notamment à travers ses diverses activités. Il a par ailleurs fait éloge au Président de la République sur les différents déplacements que ce dernier a fait, à travers le monde pour faire connaître la Grande Ile. Ce sont des déclarations qui parlent d’elles-mêmes. Dans tous les cas, il a fait appel aux sénateurs de faire preuve de solidarité. « Comme si ce qui s’était toujours passé auparavant », a-t-il souligné. En outre, il n’a pas manqué de féliciter le nouveau sénateur fraîchement nommé, en l’occurrence Rivo Rakotovao. Une nomination qui a soulevé bon nombre de commentaires. Sur un tout autre sujet, le président du sénat a félicité le nouveau sénateur ainsi que le président du comité « du conseil du Fampihavanana Malagasy», Maka Alphonse  tout en souhaitant plein succès à ce dernier notamment sur la concrétisation de la réconciliation nationale.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Hery Rajaonarimampianina : Reçu par son homologue italien Sergio Matterella

Poignée de main entre le Président Hery Rajaonarimampianina avec son homologue italien, Sergio Matterella.

Madagascar et l’Italie partagent la même volonté de relance de leur coopération économique et commerciale. Le sujet était à l’ordre du jour au Palais du Quirinal, hier, à Rome, lors de la rencontre du Président Rajaonarimampianina avec son homologue italien, Sergio Matterella, une rencontre suivie d’un déjeuner de travail. Pour la redynamisation de la coopération entre les deux pays, il a été question de réactiver la commission mixte, dont la dernière réunion remonte en 1985. Les secteurs concernés par la relance sont, entre autres, celui des énergies renouvelables, l’agriculture et l’agrobusiness, les infrastructures et le tourisme. Par ailleurs, l’Italie a octroyé une aide financière en ce qui concerne la lutte contre l’épidémie de peste à l’heure actuelle. Madagascar et l’Italie entretiennent des relations diplomatiques depuis 56 ans. Outre leurs relations commerciales, le secteur minier malgache est appelé à se renforcer du fait que la Grande Île figure parmi les plus importants pays producteurs de pierres précieuses de couleur dans le monde.

Expertise. A cet effet, le Gouvernement malgache projette un partenariat entre l’IGM, l’Institut de Gemmologie de Madagascar et une agence gouvernementale italienne œuvrant dans le même domaine, compte tenu de l’expertise italienne dans ce secteur. Par ailleurs, il a été aussi question de la coopération dans le domaine de la sécurité maritime. Le Président Rajaonarimampianina a ainsi évoqué un partenariat entre les deux pays, à travers le RFIM, le Centre Régional de Fusion des Informations Maritime, dont le siège se trouve à Madagascar, en particulier l’appui technique dans l’opérationnalisation du Centre, pour ce qui est de l’échange d’expertise, la formation et l’équipement. Le Chef de l’Etat s’est déclaré satisfait de son entretien avec son homologue italien Sergio. Il a formulé les vœux que cette rencontre impulse un nouvel élan aux relations de coopération entre les deux pays.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Faratsiho Zaza roa nararin’ny pesta

Fantatra izao, fa efa tafiditra eto amin’ny faritra Vakinankarara koa ny valan’aretina Pesta. Raha ny voalaza  hatrizay, dia tsy mbola nahitana ity aretina ity teto Vakinankaratra hatramin’izay nampirongatra ny aretina izay. Tao amin’ny distrika Faratsiho no fantatra fa nahitana zaza roa nararin’ny pesta ny herinandro lasa teo. Raha ny angom-baovao hatrany dia pesta “bubonique” no nahazo ireo zaza mianadahy.  Vavy kely 6 taona ny iray ary zazalahy 9 taona ny iray. Avy any amin’ny kaominina Valabetokana sy Ambohiborina ny fiavian’izy mianadahy ireo. Soa fa tonga aloha tao amin’ny toeram-pitsaboana ireo zaza ireo ka  afaka nanaraka fitsaboana tsara. Ny faha-11 oktobra lasa teo no fantatra fa naiditra hopitaly ny iray raha toa ka ny 13 oktobra kosa ny iray hafa. Tsy misy atahorana intsony ny ain’ireo zaza amin’izao sy ny fianakaviany niara-nitakosona taminy fa efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy daholo. Marihina moa fa, distrika ahitana valan’aretina pesta hatrany ao Faratsiho isan-taona, saingy voafehy hatrany izany.

Andry N. 

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Pesta eto toamasina : Marary nitsoaka teto Toamasina maty tany Vavatenina

Ny tolakandron’ny alatsinainy 16 oktobra teo dia tovolahy iray 30 taona no matin’ny pesta tao amin’ny fokontany Anbolofotsy, telo kilometatra miala ny tampon-tananan’i Vavatenina. Raha ny angom-baovao natao dia efa hita miabo teto Toamasina ity tovolahy ity ny alakamisy 12 oktobra saingy nitsoaka tsy nanaraka ny fitsaboana azy ka izao nandositra tany Vavatenina maty izao no niafarany. Nahalala tsara izany ny havany sy ny fianakaviany saingy samy nanafina avokoa ary tsy nisy namporisika azy mba hitsabo tena, fa ny hampitsoaka azy hody an-tanindrazana noho tahotry ny “very faty” no nataon’izy ireo, nefa izao mitatao amin’izy mianakavy izao ny valan’aretina pesta izay mety hamindra amin’ny mpiara-monina amin’izy ireo ao amin’ny distrikan’i Vavatenina ihany koa. Ireo ekipan’ny mpitsabo misahana ny pesta avy eto Toamasina no tonga tany Vavatenina nijery ity raharaha ity, ka avy hatrany nandray an-tanana ny fandevenana azy araka ny lalan’ny fahasalamana amin’ny valan’aretina pesta tahaka izao. Avy hatrany koa dia nomena fitsaboana sahaza avy avokoa ireo olona nifanosiosy tamin’ity tovolahy matin’ny pesta ity rehetra; ifampitadiavana sy nanaovana antso avo koa ny taksibrosy sy ireo olona niray fiara taminy, mba hozahana ara-pahasalamana sy homena ny fanafody mifanaraka amin’izany ihany koa. Vokatra ity tranga na pesta tao Vavatenina ity dia nandray fanapahan-kevitra nampitsahatra ny fampianarana rehetra misy any an-toerana ny Cisco ny Vavatenina isorohana ny mpianatra any an-toerana. Ankoatra izay dia nohamafisin’ny faritra analanjirofo ihany koa ny barazy ara-pahasalamana napetrany ho fanaraha-maso ireo mpampiasa ny lalam-pirenena faha-5, ka tsy maintsy savaina sy araha-maso ara-pahasalamana avokoa na fiara mpitatitra na fiara manokana na ireo mpandeha moto sy bisikileta miditra ny faritra Analanjirofo taorian’ity tranga tao Vavatenina ity.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar0 partages

Insécurité urbaine – Trois criminels écroués à Tsiafahy

Le parquet d’Anosy a placé trois criminels dont un pénitencier sous mandat de dépôt, hier. Ils ont été pris au piège de la gendarmerie, vendredi.

Trois criminels pris en filature, un est tombé sous les balles et un autre s’est échappé avec un kalachnikov. Cette scène d’arrestation s’est déroulée vendredi à Analamahitsy, à Andravoahangy et à Vontovorona. Traduits devant le parquet, hier, les trois bandits dont un gardien de prison ont été écroués à la maison de force de Tsiafahy. Un pistolet automatique chargé, de fabrication locale a été saisi sur le célèbre kidnappeur Mika Belo, tué par balle lors d’une tentative de fuite. « Son comparse et Belo sont entrés dans un bar à Vonto­vorona qu’ils auraient déjà prevu d’attaquer. Le coauteur armé et à moto s’est échappé dès qu’il a vu les gendarmes », aindiqué le commandant de brigade d’Itaosy, Olivier Raniriarison, pendant une conférence de presse, hier à Ankadilalana.Le pénitencier, un chauffeur de taxi et un gardien, les complices de Mika ont été cueillis à la suite d’un traitement de vidéos captées par les caméras de surveillance dans un grossiste dernièrement attaqué à Andravoahangy. Le dimanche 17 septembre, les victimes ont déposé plainte à la gendarmerie de Tanà-ville et à la brigade criminelle (BC) à Anosy. « Notre fin limier connaît le geôlier. Ce dernier a été poursuivi jusqu’à Anala­mahitsy-Cité où il s’est fait arrêter », raconte un enquêteur.

RançonneursCe réseau des malfaiteurs est l’auteur principal d’une dizaine d’attaques à main armée perpétrées depuis quelques mois dans la capitale, selon les explications reçues. « Mika Belo et Dida Vazaha sont toujours signalés dans des affaires d’enlèvement contre rançon », a évoqué le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, chef de service de communication et des relations publiques (SCRP) de la gendarmerie.Au moins, deux individus sont activement recherchés. D’après les premiers éléments de l’investigation, le traitement de renseignements se poursuit à présent pour débusquer ces braqueurs et kidnappeurs. Le chauffeur de taxi et le gardien du grossiste se sont fait passer pour des victimes dans le dernier hold-up. Ils ont été ligotés, mais le pot aux roses a été finalement dévoilé. Le maton travaillait à la maison centrale d’Antani­mora avant d’être affecté au ministère de la Justice. Il aurait aidé Mika Belo à s’évader de la prison en 2010, selon une source sécuritaire.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Institutions – Rivo Rakotovao parachuté au Sénat

Le président du parti HVM quitte le gouvernement pour siéger au Sénat. Il y est nommé en remplacement d’Ahmad, devenu président de la CAF.

Plan B. Il est 11 heures, lorsque la presse est invitée à venir prestement au palais d’État d’Iavoloha. Le général Roger Ralala, secrétaire général de la présidence de la Répu­blique, fera une déclaration, selon la note d’information.À Iavoloha, l’officier général a lu un décret révoquant Rivo Rakotovao, du ministère auprès de la présidence chargé de l’Agri­culture et de l’Élevage.À ce poste est nommé Harison Edmond Randriari­manana. Un autre décret lu par le secrétaire général de la présidence de la Répu­blique, hier, nomme Rivo Rakotovao, sénateur. Au titre du quota présidentiel au Sénat, le président national du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM), siègera à la Chambre haute, en remplacement d’Ahmad. Ancien vice-président du Sénat, l’actuel président de la Confédération africaine de football (CAF), a démissionné de l’institution d’Anosy, pour cause d’incompatibilité de fonction.« C’est comme pour une équipe. Il y a toujours des modifications à apporter à l’effectif. Il est nommé au Sénat pour affirmer son statut de chef de parti. Ce n’est pas le poste qui est important, mais la réalisation de la mission confiée par le Président de la République », a déclaré Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, en marge de la cérémonie d’ouverture de la session de l’Assemblée nationale, à Tsimbazaza, hier.À l’issue de la déclaration du général Ralala, les observateurs ont été unanimes. Le remplacement au sein de l’effectif du Premier ministre Mahafaly, et son transfert au Sénat, pourrait être un choix tactique. Le capitaine des Bleus, pourrait remplacer Honoré Rakoto­manana, président du Sénat, au perchoir de cette institution.

RenforcementUn remplacement en vue de l’intérim à la présidence de la République, dans le cas d’une candidature de Hery Rajaonarimampianina, à la présidentielle, tel que prescrit à l’article 46 de la Consti­tution. En marge du forum économique de Rome, le chef de l’État a déclaré qu’il s’agit d’une nomination pour compléter le siège vacant, à Anosy. Que sur les liens avec les élections tout le monde peut penser ce qu’il veut. Pour l’État, il s’agit d’un renforcement des institutions, nécessaire, pour plus de stabilité.Certains estiment, néanmoins, qu’Honoré Rakoto­manana, la personne ayant les épaules assez larges pour tenir la baraque jusqu’à un éventuel retour du sélectionneur. « (…) Il n’est, nullement, question de ne pas avoir confiance en quiconque. Je ne suis qu’un simple sénateur et le président du Sénat est Honoré Rakoto­manana », a réagi Rivo Rako­tovao, à Rome. Cette question de confiance ou non envers le numéro un du Sénat, a déjà été posée au président de la République, durant un petit déjeuner de presse, à Iavoloha, le 16 septembre.Une des raisons probables de l’initiative de révision des dispositions consti­tu­tionnelles concernant les élections, que le Chef de l’État, a éludée. Le juriste a épuisé la trentaine de minutes de son discours d’ouverture de la session ordinaire du Sénat, à exposer le rayonnement national et international acquis par le Sénat depuis son arrivée au perchoir et féliciter le pouvoir pour les projets structurants réalisés.Sauf démission, un remplacement d’Honoré Rakoto­manana, nécessitera l’accord des deux tiers des sénateurs pour motifs graves, selon la loi organique sur la Chambre haute. Le projet de retouche de la loi fondamentale afin de réaménager le prescrit sur la démission présidentielle préalablement à une candidature à l’élection, entre au­tres, fait, par ailleurs, face à une forte contestation par la société civile et la circonspection de la communauté internationale. L’initia­tive pourrait, aussi, avoir des difficultés à recueillir les faveurs des trois quarts des députés.Hery Rajaonarimam­pianina, soutient que le débat sur la révision de la Consti­tution s’impose et que son rôle est de l’initier. Durant le petit déjeuner de presse de septembre, le chef de l’État, a laissé entendre que si tous contestent l’opportunité d’une retouche, l’initiative sera mise au placard. Placer le sénateur Rakotovao au perchoir afin qu’il assure l’intérim suite à une éventuelle candidature du Président de la République, pourrait alors être l’alternative, pour écarter les risques de déconvenues.

Garry Fabrice Ranaivoson 

L'express de Madagascar0 partages

Archéologie – Des ruines romaines découvertes à Jérusalem

Une découverte enthousiasmante. Un chantier de fouilles a a permis de découvrir à Jérusalem un théâtre datant de l’époque romaine 

Une nouvelle partie du mur des Lamentations récemment mise au jour ainsi que les vestiges du premier bâtiment public romain découvert dans la vieille ville de Jérusalem ont été présentés lundi par des archéologues israéliens.L’archéologue Joe Uziel, qui a participé aux fouilles, a affirmé que ses collègues et lui connaissaient l’existence d’une partie non découverte du Mur des Lamentations et s’attendaient à trouver une rue romaine à sa base.«Mais, au fur et à mesure que nous creusions, nous nous sommes rendu compte que n’arrivions pas à trouver la rue. A la place, nous avons découvert un bâtiment circulaire», a-t-il déclaré sur le site à des journalistes.«Nous avons réalisé en fait que nous mettions au jour une structure de type théâtre (romain)», a ajouté l’archéologue.Le recours au carbone 14 et à d’autres méthodes de datation ont permis de déterminer que ce bâtiment avait été érigé au IIe ou IIIe siècle de notre ère, mais que sa construction n’avait pas été achevée.L’Autorité israélienne des Antiquités, qui a mené deux ans de fouilles, a précisé que des sources historiques évoquaient ce bâtiment, mais qu’il n’avait pas été trouvé durant le siècle et demi de recherches archéologiques modernes.La partie du Mur des Lamentations, vieux de 2.000 ans, qui a été mise au jour est large de 15 mètres et haute de huit mètres. Les pierres utilisées pour sa construction sont très bien préservées, bien que l’ensemble soit resté sous huit mètres de terre pendant 17 siècles, a précisé l’Autorité.

VestigeLe Mur des Lamentations est le seul vestige d’un mur de soutènement du deuxième Temple juif détruit par les Romains en l’an 70. Au dessus s’étend le Mont du Temple, le site le plus sacré du Judaïsme et l’esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l’Islam.La vieille ville se trouve à Jérusalem-Est, c’est à dire dans la partie de la ville conquise en 1967 par Israël et annexée.Une autre partie du Mur des Lamentations avait été mise au jour en 2007, a rappelé Youval Baruch, l’architecte en chef pour Jérusalem de l’Autorité.« Exposer ces parties du mur des Lamentations est bien sûr extrêmement excitant, mais nous n’avions aucune idée de la présence du bâtiment » romain, a ajouté Joe Uziel en montrant un auditorium de 200 places.«C’est sans doute le site archéologique le plus important du pays, la première structure publique de la période romaine découverte à Jérusalem», a pour sa part relevé Youval Baruch.Dans un communiqué, l’Autorité des Antiquités a précisé qu’il n’avait pas été possible de déterminer si ce bâtiment servait à organiser des réunions de l’administration romaine ou comme lieu de spectacles…

AFP

L'express de Madagascar0 partages

Football - Poule des As – Elgeco Plus-Cosfa en ouverture

Les quatre clubs engagés en Poule des As entrent en lice ce mercredi, à Fianarantsoa. Elgeco Plus et Cosfa ouvriront le bal, suivi du duel entre la CNaPS Sport et HZAM.

Sur une mauvaise pente. Elgeco Plus vient de concéder deux défaites lors de ces deux dernières sorties en compétitionsnationales.Dimanche, le champion d’Analamanga a été éliminé en quarts de finale de la Telma Coupe, par l’AS Adema(3-3, 1-4 tab), à Fianarantsoa. Il y a dix jours, il s’était incliné devant le Cosfa Analamanga (1-3), lors de la dernière journée de la phase II, en THB Cham­pions League, également à Fianarantsoa.L’équipe de Careca était déjà assurée de sa qualification pour la Poule des As, à ce moment-là, d’où un certain relâchement durant la rencontre, d’après les propos de l’entraîneur.Ce mercredi, toujours au stade Moderne d’Ampa­sambazaha, Dino et ses coéquipiers retrouveront, encore une fois, les militaires du Cosfa, lors de la première journée de la phase aller, en Poule des As (Ndlr: troisième et dernière étape de la THB Champions League).La donne sera différente cette fois-ci, par rapport à leur précédente confrontation. Elgeco Plus doit impérativement se reprendre durant ce match.

Les Caissiers invaincusEn parlant du Cosfa, il est désormais le seul club encore en lice pour le doublé championnat-coupe nationaux, puisqu’il s’est qualifié pour les demi-finales de la coupe, dimanche. Ndimby, Nonot et leurs coéquipiers jouent les trouble-fêtes cette saison.Dans l’autre rencontre de cette première journée de la phase aller, la CNaPS Sport Itasy sera aux prises avec le nouveau venu HZAM Alaotra Mangoro. Un adversaire que le tenant du titre avait écrasé lors de la dernière journée de la phase II, sur le score sans appel de cinq buts à rien.Jusqu’à présent, les Caissiers sont les seuls à être invaincus depuis le coup d’envoi de la THB Cham­pions League et sont en bonne voie pour décrocher un cinquième sacre de rang. Précisons que la CNaPS Sport et HZAM ne sont plus en lice en Telma Coupe. Et donc, les deux formations ont eu plus de temps de repos avant le coup d’envoi de la Poule de AS. Un plus considérable par rapport à Elgeco Plus et Cosfa.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – Baisse des malades de peste traités

La grande affluence des Tananariviens au niveau des centres de traitement de la peste s’est atténuée. De moins en moins de cas suspects de peste sont hospitalisés.

Les centres de traitement de la peste reprennent leur souffle. Le nombre de malades admis et traités au niveau des hôpitaux a baissé, depuis quelques jours. « Autour de quatre-vingt personnes par jour ont été enregistrées au triage, la semaine dernière. Entre hier et ce matin (ndlr : lundi et mardi matin), elles n’étaient qu’une vingtaine, et huit d’entre elles, des cas suspects, ont été retenues pour le traitement», explique le professeur Luc Rakotovao, directeur adjoint technique de l’hôpital Befelatanana, hier. Dans cet hôpital, il n’y a plus qu’une cinquantaine de malades suspects de peste traités. La semaine dernière, la capacité d’accueil a été largement dépassée avec ses soixante-dix malades.Les médecins traitants au centre hospitalier anti-peste à Ambohimiandra (Chapa) ont aussi constaté cette baisse des malades.« Nous n’avons répertorié que quatre nouveaux cas, ce jour. Hier, ils étaient deux et les jours précédents, trois. Il nous est arrivé d’accueillir jusqu’à plus de dix cas par jour, auparavant», expliquent-ils. Au centre hospitalier de Soavinandriana (Cenhsoa), ses neuf lits ont été tous occupés, hier. Un responsable de l’hôpital a reconnu toutefois, une légère baisse de la grande affluence des malades.En tout, vingt-deux nouveaux cas ont été répertoriés et cent quarante-six malades traités dans les centres de traitement  d’Antananarivo hier, selon une source concordante.

DissimulerCette épidémie commencerait à être contrôlée, d’où l’explication de la baisse des malades hospitalisés. Ce serait le fruit de plusieurs activités à savoir, le renforcement de la sensibilisation ou encore la recherche active des cas. Des équipes de surveillance, de riposte, d’investigation sont mobilisées au niveau des quartiers, pour identifier et surveiller l’état de santé de toutes les personnes contact des victimes. En outre, une synergie d’action de quelques ministères et des partenaires techniques et financiers a permis la formation des chefs fokontany, des scouts et des volontaires, pour la sensibilisation des leaders d’opinion et des chefs d’association dans la lutte contre la peste.La vigilance ne devrait pas encore être baissée. Au contraire, elle devrait être renforcée. Cette baisse des malades traités peut dissimuler des cas non pris en charge et qui restent chez eux. A Toamasina, par exemple, aucun nouveau cas n’a été signalé en quelques jours. Hier pourtant, huit nouveaux cas ont été admis à l’hôpital. L’installation de cordon sanitaire pour surveiller de plus près les cas, est cruciale.

Deux décès dans la ville

Deux décès suspects de peste, l’un à Ampefiloha-Ambodirano et l’autre dans un hôpital des enfants, devraient être inhumés à la fosse commune d’Anjanahary, hier. Une fois encore, le bureau municipal de l’hygiène au sein de la commune urbaine d’Antananarivo, en charge de l’enterrement des pestiférés, a eu du mal à avoir le corps de la défunte à Ampefiloha-Ambodirano. Sa famille refuse d’admettre qu’elle a succombé de la peste. Elle serait malade depuis quelques temps. Hospitalisée dans un hôpital d’Antananarivo, elle serait rentrée chez elle, de peur de contracter la bactérie de la peste. Depuis l’apparition de cette épidémie, en août, jusqu’au 16 octobre, soixante-quatorze décès et huit cent cas de peste ont été enregistrés, selon la dernière statistique du ministère de la Santé publique.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Sédition à Itaosy – prison avec  sursis pour trois manifestants

Le verdict vient de tomber, lundi soir, pour trois prévenus pour manifestation et tentative de putsch. Deux d’entre eux écopent d’une peine sursitaire de six mois, et le troisième d’un mois à la suite d’une descente dans la rue contre le délestage à Itaosy, samedi 7 octobre. L’un des accusés est encore mineur. Lors de cette mutinerie, neuf individus attrapés dans les mailles du filet des Emmo/reg ont été embarqués pour enquête. Ces marcheurs se sont massés devant la maison de leur maire et auraient tenté de forcer le portail. Aucun blessé n’a été pourtant constaté, ce jour-là. Le maire a immédiatement eu recours aux unités anti-émeutes pour maîtriser la situation, selon les explications de la présidente de fokontany d’Antanety-Itaosy, hier.Six interpellés ont été relâchés en arrivant à la brigade de la gendarmerie locale et au parquet à Anosy. «Le troisième soulèvement populaire, prévu la semaine passée a été suspendu dès que nos frères ont été renvoyés derrière les barreaux. Le tribunal leur a infligé dix jours de placement sous mandat de dépôt à Antanimora », a indiqué un proche des prévenus.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Morondava – Oléanna, élue reine de beauté du Menabe

Jeune, belle, intelligente et prête à servir une noble cause sont autant de critères demandés pour porter la couronne de Miss. Un vrai défi pour les prétendantes au titre de Miss Menabe.

Face aux six finalistes issus du premier casting qui s’est tenu le 6 octobre, à l’Eden Rock, Oleanna Gaétan a impressionné dès sa première apparition en public. Son physique svelte avec de grandes jambes telle une liane, son port de tête de princesse, sa démarche féline, son sourire radieux et sa capacité à répondre brillamment aux questions sur les connaissances générales lui ont valu le titre de Miss Menabe 2017.En classe terminale au lycée Immaculée Conception de Morondava, du haut de son mètre soixante treize, très bien proportionnée par rapport à son poids, cinquante kilos, Oleanna a su mettre en valeur la tenue traditionnelle qu’elle a portée durant la première sortie. Sa peau nette a été dévoilée par l’ultime épreuve des maillots de bain. L’imprimé fauve en noir et blanc de ses deux pièces, subtilisées par un foulard sur les hanches, lui a valu l’admiration de toute l’assistance au Kimony Resort de Morondava.Élégante dans une robe noire tachetée de blanc sur la partie supérieure, elle a répondu avec conviction et sans faute aux séries de questions posées par les membres du jury, y compris la célébration mondiale correspondant à la date de la finale de ce concours. C’était le mercredi 11 octobre, la Journée mondiale de la jeune fille. La bonne réponse d’Oleanna a été fortement applaudie par le public, venu nombreux à cette soirée toute en beauté.  Un billet d’avion aller et retour Antananarivo-Morondava figure parmi les lots qu’elle a gagnés.

Mannequin professionnelOleanna va représenter le Menabe au concours de Miss Madagascar, qui se tiendra au mois de novembre dans la capitale. « J’ai franchi la première étape. Je vais faire de mon mieux pour obtenir la couronne nationale. Je rêve de devenir un jour, un mannequin professionnel», laisse-t-elle entendre.  Un rêve qui va vite se réaliser, vu les atouts qu’elle a.L’organisateur de Miss Menabe, Romule Andriamihaja, ne cache pas sa satisfaction pour le succès de cette deuxième édition de Miss Menabe. Ce concours s’adresse à toutes les jeunes filles de 18 à 24 ans, mesurant un mètre soixante au minimum, et connaissant bien la région Menabe dans l’ensemble. L’artiste Matsubara a mis de l’ambiance durant la suite de cette soirée finale.« Je profite de cette occasion pour remercier vivement les autorités et les partenaires locaux qui ont contribué à la réussite de cette édition. J’espère qu’ils seront plus nombreux pour celle de 2018. Et je souhaite fort que le titre national revienne à la représentante du Menabe », conclut Romule Andriamihaja.

Ricky Ramanan et Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Essai – Le Satelis allie classe et fonctionnalité

Dévoilé au Salon de l’Auto, le Peugeot Satelis se présente comme un scooter sobre et classe. Parmi ces principaux atouts figurent son comportement et sa maniabilité.

Quand on parle de scooters de grosse cylindrée, on a tendance à penser à une machine lourde et difficile à manœuvrer dans les petits espaces. Un a priori que le Peugeot dément complètement avec son nouveau Satelis, présenté sur le stand de Madauto au Salon de l’Auto à Ivato, que nous avons essayé la semaine dernière. Sur la balance, le Satelis affiche 213 kg. Au niveau dimensions, il mesure 2 152 mm et dispose d’un empattement de 1 500 mm. Durant notre essai, nous avons pris un malin plaisir à le tortiller dans tous les sens, histoire d’évaluer sa maniabilité. Et le bilan est nettement positif, voire bluffant pour un scooter d’aussi grande taille, tellement la prise en main et facile et son agilité agréablement surprenant.On est ici en présence d’une machine au design sobre et classe. Les scootéristes chevronnés, qui veulent se séparer des petites cylindrées, sans pour autant investir une somme considérable dans un maxiscooter sportif, figurent parmi ses principales cibles. Il mise ainsi sur un tarif compétitif de 26 millions d’ariary. Le Satelis suit la tendance actuelle avec sa robe noire mate. La signature lumineuse se démarque par ses phares imposants et des feux arrière à LED en position verticale. On remarque également la bulle Ermax Sport dont le prolongement pointu domine le museau.

L’instrumentation typée automobile comprend deux compteurs et un écran.

Instrumentation typée automobileAu niveau moteur, le monocylindre 4T de 399 cm3 offre une bonne souplesse sur toutes les plages de la variation. Il délivre une puissance maximale de 37 CV à 7 000 tr/min, ainsi qu’un couple maximal de 38 Nm à 5 250 tr/min. Et pour arrêter son gros scooter, Peugeot a mis le paquet, en installant deux disques de 260 mm à l’avant et un disque de 240 mm à l’arrière.La selle, bien large, est perchée à 784 mm. Ce qui permet de bien poser les deux pieds à terre à l’arrêt. À bord du Satelis, le tableau de bord, typé automobile, comprend deux compteurs analogiques, séparés par un écran électronique au milieu. Horloge, jauges à segments, température extérieure, charge de la batterie font notamment partie des suppléments visibles sur celui-ci, en plus des informations habituelles. Question équipements, on retrouve une boîte à gants, une prise de 12V, un dosseret intégré pour le pilote, ainsi que des repose-pieds repliables et des poignets ergonomiques pour le passager. Tout a été pensé pour une meilleure fonctionnalité et un meilleur de confort.

La bulle Ermax Sport domine la face-avant.

Une bulle Ermax Sport d’origine

Le Satelis est livré avec une bulle sur mesure en provenance de chez Ermax Sport, un équipementier connu et reconnu dans le monde des scooters de grosse cylindrée. Celle-ci protège bien le torse du scootériste à haute vitesse. Cependant, on aurait préféré qu’elle soit réglable comme sur le Metropolis, la version trois-roues du gros scooter de Peugeot.

Le coffre volumineux peut accueillir un casque et d’autres bagages.

Un grand coffre sous la selle

Comme tous les scooters de grosse cylindrée, le Satelis dispose d’un coffre volumineux. Il peut notamment accueillir un casque intégral, en réserve pour un éventuel passager. Et encore, il reste de la place à côté du casque. Le coffre se débloque via la clé de contact et on apprécie son ouverture automatique.

Fiche technique du Satelis

Moteur    Monocylindre 4T à refroidissement liquideCylindrée    399 cm3Puissance max    37,3 CV à 7000 tr/minCouple max    38 Nm à 5 250 tr/minAlimentation    Injection électroniqueSuspension avant    Fourche télescopique 40 mmSuspension arrière    Double amortisseursRoue avant    120/70-14Roue arrière    140/70-14Frein avant    Double disques 260 mmFrein arrière    Simple disque 240 mmHauteur de selle    784 mmLongueur    2 152 mmEmpattement    1 500 mmPoids    213 kgCapacité réservoir    13,5 L

Kymco fête son cinquantenaire avec l’AK550

Le nouveau maxiscooter sportif de Kymco a débarqué à Antananarivo, la semaine passée. L’AK550 a été produite à l’occasion du cinquantième anniversaire du constructeur taiwanais.

La signature visuelle de l’AK-550 le distingue de ses rivaux.

Après plusieurs semaines d’attente, nous sommes finalement montés à bord du Kymco AK550. AK pour« Anniversairy Kymco », sachant que la firme célèbre son cinquantenaire, et 550 pour la cylindrée. Le maxiscooter taiwanais a débarqué chez CT Motors vendredi, et nous l’avons essayé dans la foulée. En approchant la machine, nous sommes d’emblée interpellé par la signature visuelle unique qui la distingue de ses rivaux, avec notamment les feux à LED au dessin particulier. L’attention s’arrête aussi sur le mono amortisseur arrière en position latérale, relié au bras oscillant. L’AK550 est assemblé autour d’un cadre en aluminium. Le moteur est fixe et solidaire de ce cadre. D’où l’installation du monoamortisseur sur le bras. Le nouveau maxiscooter de Kymco est poussé par un bicylindre en ligne, calé à 270 degrés. Avec une telle configuration, il offre le fonctionnement d’un bloc horizontal, mais avec un gain de place tel un bloc en V. Tout ceci confère ainsi à la machine un centre de gravité rabaissé. Ce qui influe positivement sur son comportement général. Un comportement cohérent qui permet d’enchainer très facilement les courbes.Le bicylindre DOHC huit soupapes affiche 550 cm3 et offre le fonctionnement d’un moteur en V, ainsi qu’une sonorité plus grave. Nous apprécions au passage l’absence des à-coups à bas régime. Il développe une puissance maximale de 53,5 CV à 7 500 tr/min et un couple maximal de 53,5 Nm à 5 500 tr/min. De quoi dépasser les 180 kmh en termes de vitesse de pointe.

Le mono amortisseur arrière est monté sur le bras oscillant.

Deux modes de conduiteÀ haute vitesse, la bulle protège bien le haut du corps. Pour éventuellement régler sa position, il est nécessaire de recourir à des outils. Nous aurions préféré un réglage manuel plus facile, comme c’est le cas avec le dosseret de selle. La position de conduite est correcte. Les suspensions traitent bien le dos. Des suspensions travaillées, qui contribuent aussi à la bonne tenue de route. Tout est fait pour faciliter les grandes randonnées, puisque l’AK550, affiché à trente-neuf millions ariary, est plus tourné vers le segment touring-sport. Comme en témoignent les enveloppes en provenance de Metzeler, 120/70-15 à l’avant et 160/70-15 à l’arrière, définitivement destinées à un usage sportif.Le nouveau Kymco est livré avec un tableau de bord digital ultra complet, muni de trois écrans. Nous regrettons cependant le manque de visibilité de celui-ci en temps ensoleillé. Nous y naviguons notamment pour choisir entre les deux modes de conduite disponibles. D’un côté, il y a le mode Normal et de l’autre, le mode Rain, quand on roule sous la pluie. La sélection peut se faire en roulant, en dessous de 20 kmh. Au niveau électronique comme au niveau moteur, Kymco a néanmoins fait d’énormes progrès.

Le chauffage des poignées s’active via le bouton rouge du commodo gauche.

Des poignées chauffantes bien pratiques

Le Kymco AK550 est doté de poignées chauffantes, comme sur plusieurs modèles de deux-roues de dernière génération. Le chauffage s’active via le bouton rouge sur le commodo de gauche. Cette option est bien pratique en hiver, quand on sait que les mains sont les parties les plus exposées au froid pour le pilote. Question praticité, le volume du coffre est satisfaisant et celui-ci dispose d’un éclairage d’origine, sans oublier l’utilisation d’une smart key pour le contact.

Le tableau de bord digital est personnalisable via l’application Noodoe.

Connectivité via l’application Noodoe

L’achat du maxiscooter taiwanais s’accompagne impérativement du téléchargement de l’application Noodoe. Celle-ci permet de connecter son smartphone au tableau de bord électronique via Bluetooth. Ainsi, ce dernier affiche les appels rentrants et autres informations. Elle permet également de personnaliser l’écran central du tableau.

Fiche technique de l’AK550 

Moteur    Bicylindre en ligne 4T à refroidissement liquideCylindrée    550 cm3Puissance max    53,5 cv à 7 500 tr/minCouple max    55,6 Nm à 5 500 tr/minAlimentation    Injection électroniqueSuspension avant    Fourche télescopique 41 mmSuspension arrière    Mono amortisseur latéralRoue avant    120/70-15Roue arrière    160/70-15Frein avant    Double disques 280 mmFrein arrière    Simple disque 260 mmHauteur de selle    785 mmLongueur    2 165 mmEmpattement    1 580 mmPoids    227 kgCapacité réservoir    12,5 L

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Reprise des cours  dans certaines zones

Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé ce lundi, la reprise des cours pour une dizaine de zones d’administration pédagogique (ZAP) de huit circonscriptions, auparavant touchées par l’épidémie de peste. Dès ce jour, les établissements scolaires de certaines ZAP dans les Cisco de Manjakandriana, Arivonimamo, Miarinarivo, Soavinandriana, Lalangina, Ambohimahasoa, Fandriana et Antsirabe I rouvriront leurs salles de classe. « Il n’y a plus de risque propagation de l’épidémie au niveau de ces ZAP », rassure le Dr Todisoa Andriamampandry, directeur général de l’Éducation fondamentale et de l’alphabétisation, hier.Par ailleurs, six nouvelles ZAP ont été fermées lors de cette semaine, suite au signalement de nouveau cas dans ces zones. Ce sont les ZAP Ambohimalaza, Ambatolampy Tsimahafotsy, Ankazondandy, Soalandy et toutes les ZAP de la Cisco de Vavatenina .La prévention a été renforcée pour prévenir la propagation de la maladie au niveau des établissements scolaires. Un contrôle systématique de la température corporelle de chaque enseignant et élève est effectué au portail de l’établissement.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Karting - Rotax – Maintien du quatrième Grand Prix

Le quatrième et dernier Grand Prix du championnat de Madagascar de karting rotax est maintenu pour ce dimanche, au Total Karting Madagascar Imerintsiatosika. Pas de report donc, contrairement aux autres événements sportifs prévus en ce mois d’octobre.Il s’agira de la dernière joute dans la course au titre, qui promet avec deux pilotes encore en lice pour le titre. D’un côté, Tommi Rajoe­lison (Kosmic) est en ballotage favorable, puisqu’il occupe le fauteuil de leader du classement général avec 280 points. Une septième place, synonyme de 20 points supplémentaires, lui suffirait pour s’assurer la couronne nationale, ce dimanche.De l’autre, Haja Nirina Rakotomalala (Sodikart) le suit avec 200 unités à son compteur. Ce dernier doit impérativement gagner et espérer la faillite du leader du général.Pour cet ultime Grand Prix du championnat, la piste sera en configuration 1 350 m. Les pilotes l’emprunteront dans le sens normal. Ces derniers devront faire preuve d’endurance, puisqu’ils devront tenir la distance sur trois courses en plus des essais, soit la première manche de sept tours, la pré-finale de neuf tours et la finale de douze tours.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Erratum sur un trafic d’armes

Contrairement à ce qui est paru dans notre quotidien, vendredi dernier, corres­pondant à un trafic d’armes dans lequel deux policiers en service sont impliqués, le service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI) de la police nationale tient à affirmer que ces deux inculpés sont seulement des membres des forces de l’ordre, mais non des policiers.

L'express de Madagascar0 partages

Antsoniandro Randrianorosoa – « On peut aller très loin en rugby à VII »

Le directeur technique national de Malagasy Rugby, Antsoniandro Randrianorosoa revient sur le parcours des Makis en Africa Sevens. Pour lui, finir troisième reste très encourageant.

Madagascar a effectué l’Africa Sevens en Ouganda il y a quelques semaines. Quel bilan pouvez-vous dresser ?En général, au niveau de Malagasy Rugby, on est assez satisfait des résultats des matchs qu’on a pu faire en Ouganda durant l’Africa Sevens en rugby à VII. On a fait sept matches et on a pu enregistrer six succès contre une défaite en demi-finale contre le Zimbabwe sur 10 à 21. On avait préparé l’équipe nationale sans avoir eu des rencontres internationales durant cette année. On a fait appel à vingt-six joueurs issus des compétitions inter-clubs. C’est après qu’on a pu avoir un effectif de douze joueurs en équipe nationale. De ce fait, finir troisième de la compétition reste une performance très honorable pour les Makis de Madagascar.

Finir troisième est quand même synonyme de non-qualification à la Coupe du monde qui va se jouer en 2018. Quelles étaient les failles des Makis de Mada­gascar pour ne pas avoir pu briguer les deux premières places ?Effectivement on n’a pu se qualifier à la Coupe du monde qui va se jouer à San Francisco aux Etats-Unis en 2018. Je tiens à rappeler que les Makis avaient déjà battu le Zimbabwe en match de poule. La faille était d’abord le fait d’avoir eu trois joueurs blessés, Mika, Hery et Tinelah Tsivery. Ceux-là n’ont pu hélas disputer la demi-finale, ce qui nous a vraiment handicapés. Après la seconde faille reste la maitrise des règlements du jeu. À un moment donné du match, nos joueurs ont commis des fautes qui ont été sévèrement sanctionnées, alors que d’habi­tude, elles passaient inaperçues ou n’étaient même pas sifflées à Madagascar.

Ratant de peu la Coupe du monde, les Malgaches ont-ils une meilleure chance de briller en rugby à VII qu’en rugby à XV ?C’est même cette idée qu’on veut transmettre au monde du rugby malgache tout entier. On est trop focalisé sur le rugby à XV et on néglige et délaisse le rugby à VII, une discipline qui pourrait faire notre prestige sur le plan mondial. Il faut savoir qu’en rugby à VII, on parle de rugby d’évitement, donc pas trop de contact. Les Makis ont un réel avantage au niveau de l’explosivité et le gabarit n’as pas trop d’importance. La preuve, l’Afrique du Sud est championne du monde avec des joueurs qui ne diffèrent pas trop des Makis de Madagascar sauf au niveau de la musculature, qui selon moi se travaille. L’effort qu’on va faire au niveau de Malagasy Rugby sera d’organiser des compétitions de rugby à VII à chaque trimestre. Le fait d’avoir plus de rencontres sur le plan national ne fera qu’améliorer davantage notre prestation sur l’échelon international.

Propos recueillis par Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Jets de pierre et lacrymogènes au stade Rabemananjara

Les quarts de finale du championnat de Madagascar Telma Coupe ont été illustrés par des jets de pierre, dimanche après-midi, au stade Rabemananjara. Les rencontres devaient se dérouler à huis clos, pour éviter d’amplifier l’épidémie de peste. Mais grande fut la surprise des spectateurs qui ont aussi voulu regarder les rencontres, car la tribune était déjà remplie alors qu’aucun spectateur n’était autorisé à y pénétrer.Ils ont commencé à se jeter des pierres et les forces de l’ordre ont dû intervenir à coup de gaz lacrymogènes pour les disperser. Mais les militaires n’ont pas pu résister au forcing des centaines de frondeurs. Ils ont grimpé sur les murs et secouer le portail métallique, puis ont été finalement vaincus. Du coup, l’entrée était gratuite. Le premier match a même été arrêté un moment à cause de gens qui ont atterri sur la pelouse.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

France – La Foire d’art contemporain de retour à Paris

Trente pays, 193 galeries: la Foire internationale d’art contemporain de Paris est de retour, toujours plus internationale et bien décidée à tenir son rang face à la concurrence d’Art Basel et de la Frieze de Londres.41 nouveaux exposants participent à cette 44e édition de la Fiac (19-22 octobre), où sept pays font leur entrée (Égypte, Kosovo, Norvège, Portugal, Suède, Singapour, Tunisie). La présence européenne reste majeure (deux-tiers des exposants) et les galeries françaises constituent le quart des participants. Les poids-lourds du marché, principalement anglo-saxons, ont répondu présents : Gagosian, Paula Cooper, David Zwirner, Marian Goodman, Pace… «Ils sont devenus des fidèles de la Fiac et je m’en réjouis», confie Jennifer Flay, directrice de la foire.L’Asie sera également représentée avec des galeries japonaises (Tomio Koyama, Scai The Bath House), chinoise (Vitamin Creative Space) et coréennes (PKM Gallery, Kujke Gallery).«Nous aurons aussi deux galeries africaines», souligne Jennifer Flay,en citant Gypsum (Égypte) et Selma Feriani (Tunisie)..

AFP

L'express de Madagascar0 partages

La vaccination polio annulée 

La vaccination de polio prévue se dérouler, ce jour, dans chaque foyer, a été annulée. Cette décision a été prise par le ministère de la Santé publique à cause de l’épidémie de la peste qui se propage actuellement. La semaine pour la mère et l’enfant (SSME) n’est pas encore reportée, et se déroulera le 23 au 27 octobre.

L'express de Madagascar0 partages

Attaque avortée

Une troupe des braqueurs armés de kalachnikovs est tombée nez à nez avec les éléments de la gendarmerie d’Itaosy jeudi 12 octobre vers 23h. Des échanges de tirs ont retenti sur les lieux. Les bandits ont tenté d’atta­quer une maison à Ankadi­vory lorsqu’ils ont été dissuadés par les gendarmes. Ces assaillants courent toujours.

L'express de Madagascar0 partages

Taolagnaro – Le projet « Grassroots » s’invite dans le Sud

Théorie et pratique. Vingt cinq éducateurs de jeunes, hommes et femmes confondus, des régions Anosy et Androy sont formés par un expert de la FIFA et un directeur technique national de la Fédération malgache du football (FMF) depuis hier. C’est dans le cadre du projet « Grassroots », un projet mis en œuvre par la FMF et la FIFA. En ciblant des enfants âgés de 6 à 12 ans, le projet souhaite que, issus de milieux scolaires ou des quartiers, ils évolueront dans le football avec l’aide des éducateurs formés.« Une formation pratique avec les élèves de certaines écoles suivront la formation théorique de lundi. En revanche, un festival sera organisé vendredi. Tout au long du projet, il y aura des suivis-évaluations », explique Cyrille Reboza, vice-président de la FMF, lors de l’ouverture officielle à Ampasamasay.

Moise Fanomezantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Des indigènes astreints à avoir un passeport sanitaire

Faranirina V. Esoavelomandroso,  dans une étude sur l’épidémie de peste urbaine dans la capitale, en juillet 1921, souligne les différentes mesures prises pour circonscrire la maladie. Un cordon sanitaire est établi autour des grandes villes, surtout d’Antananarivo et des peines d’emprisonnement décidées pour ceux qui essaient de sortir « clandestinement » des zones contaminées (lire précédente Note).« À l’intérieur de la capitale, les quartiers touchés par l’épidémie sont isolés par un réseau de fil de fer. Mesure gênante, car il est impossible aux autres membres de la famille de rendre visite à leurs malades ou de leur apporter une aide matérielle alors que l’administration ne se révèle pas toujours efficace sur ce plan. » Dans les campagnes, sous des aspects moins stricts, les dispositions sont en réalité beaucoup contraignants. « Les membres du fokonolona doivent assurer la surveillance du cordon matérialisé par un simple fil de raphia. »Parallèlement, durant l’épidémie de juillet 1921, si indigènes et Asiatiques sans exception se voient interdire toute sortie de la capitale, les Européens bénéficient d’une autorisation de circuler après dix jours d’observation. « La pression des négociants européens de Tananarive est plus déterminante que les considérations d’hygiène dans la mise au point du contrôle des déplacements en pleine période d’épidémie. » Ce que l’élite malgache constate sachant les démarches entreprises par la Chambre de commerce de Tananarive, et l’information risque de se propager rapidement par une population en état d’alerte, et d’y créer un malaise.Une fois que le cordon sanitaire est levé en août 1921, les Européens peuvent se déplacer librement. « Les indigènes, eux, doivent être munis d’un passeport sanitaire délivré sur présentation d’un certificat de vaccination antipesteuse. » Et pour les Malgaches, ce document ressemble à la carte de paiement des impôts ou le livret individuel.  « Il s’agit d’un papier supplémentaire qui permet à l’administration de dépister les irréguliers et les vagabonds. »Ce contrôle est maintenu dans les années suivantes. Le Malgache qui veut se déplacer en train, subit toute une série de tracasseries administratives. Il doit se faire vacciner (refusé en général par la population locale), passer au bureau du chef de canton muni de certificat de vaccination pour obtenir le passeport qui mentionne le lieu de résidence, l’itinéraire et le lieu de destination. À la gare, le guichetier reçoit l’ordre de ne délivrer le billet que sur présentation du certificat de vaccination et du passeport.Une fois encore, pour échapper à ce contrôle, les Malgaches recourent à différents subterfuges, « les contradictions du système colonial leur en offrant la possibilité ». Payant plus cher, ils achètent un billet de 2e classe, le certificat médical étant exigé des seuls travailleurs de 3e classe. Sinon, ils se déplacent plus souvent en auto, se soustrayant ainsi à l’obligation du passeport administratif. « Et d’ailleurs, les responsables directs constatent une diminution extrêmement sensible des indigènes transportés par train et réclament un assouplissement des mesures. »À partir d’octobre 1930, le passeport administratif n’est plus exigible des personnes venant des régions contaminées, ni de celles circulant entre la capitale et les localités d’Ambohidratrimo, Manjakandriana, Ambatolampy. En décembre 1931, la libre circulation entre Antananarivo et Antsirabe est instituée. En 1932, « tous les indigènes, en bon état de santé, peuvent  se déplacer librement entre les districts de Tananarive-ville et banlieue, Ambatolampy, Antsirabe, Manjakandriana, Ambohidratrimo, ainsi qu’à l’intérieur de ces districts ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Football - Ligue Europa – Ludogorets se déplace chez Braga

La Ligue Europa attaque sa troisième journée cette semaine. Le Ludogorets Razgrad d’Abel Anicet Andrianantenaina se déplacera à cette occasion sur la pelouse du Sporting Club Braga, au Portugal, pour le compte du groupe C. La rencontre se jouera demain à 22h heures malgaches.Le Ludogorets Razgrad compte quatre points à l’heure actuelle et occupe la deuxième place. Et ce, après un match nul (0-0) sur le terrain du Medipol Basaksehir (Turquie), lors de la première journée, puis une victoire à domicile (2-1) contre Hoffenheim (Allemagne), lors de la deu­xième journée. Quant au Sporting Club Braga, il a enregistré deux succès contre Basaksehir et Hoffenheim jusqu’à présent.Le club portugais est crédité de six unités et caracole en tête de la poule C. En d’autres termes, le duel de ce jeudi constituera le choc du groupe, entre les deux meilleures équipes du groupe.Après son succès sur Hoffenheim, le Ludogorets a enchainé avec deux nouvelles victoires en cham­pionnat de Bulgarie. Il en est de même pour le Sporting Club Braga. Comme quoi, les deux formations sont en forme et on devrait avoir un affrontement de qualité pour ce jeudi.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Equipe spécialisée en assainissement 

Dès les premières gouttes de pluie d’un soir, les eaux montent dans la capitale surtout dans les bas quartiers. Une équipe spécialisée en assainissement a été dépêchée par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) pour enlever les ordures et le sable à Manakambahiny. Les canaux d’irrigation sont complètement bouchés par les ordures et du sable. Plusieurs parties de la ville nécessitent également une prise de responsabilité non seulement de la Commune mais surtout des fokontany.

L'express de Madagascar0 partages

Un Français et un Malgache noyés

La disparition inquiétante de deux kayakistes français et malgache à Antanami­tarana-Nosy Be a été annon­cée dimanche vers 16h. Leurs corps sans vie ont été retrouvés l’un après l’autre au large de la plage de Baobab.