Les actualités à Madagascar du Dimanche 18 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara0 partages

Ladoany Toamasina : Hatao ny 27 aogositra izao ny lavantin’ilay lafarinina efa ho lany andro

Androany hatramin’ny alarobia izao no misokatra ny lavantin’ireo entana tsy navoakan’ny tompony tao anatin’ny fetr’andro ara-dalana eo anivon’ny teoram-pitahirizan’entan’ny Mictsl sy ny Smmc. Sady mitsidika ny entana halainy eny anivon’ny seranan-tsambo ireo manao ny lavanty no afaka avy hatrany dia mandrotsaka ny valopy misy ny tolo-bidy ihany koa. Tsy nampiarahana tamin’izao lavanty mandeha manomboka androany izao ny fivarotan’ny ladoany ireo ny lafaranina efa ho simba, ny volana desambra izao ny fetr’andro farany azo ampiasana azy. Tsy ny rehetra no afaka mandray anjara amin’izany fa orinasa sy vondron’olona manokana izay afaka manodina izany lafarinina izany ho sakafom-biby, ka izay no antony hilana ny fahazoan-dalana manokana avy amin’ny minisiteran’ny fiompiana sy ny minisitera ny jono, ankoatra ireo taratasy ara-ketra sy ny mombamomba ilay mpanao ny lavanty ihany koa. Misy 24 kaontenera ireto lafarinina efa ho lany daty ireto, izay nozaraina ao anatin’ny vondron’entana 5 raha ny fanapahana noraisin’ny ladoany. Ny Me Rakotonindrina Tovohery Adolphe no hisahana ny fanatontosana ny lavanty rehetra, hatao manomboka anio, na ny momba ity lafarinina mila fepetra manokana ity.

Malala Didier

La Vérité0 partages

Sixième édition du « Tagnamaro » - Un salut pour les riverains de Soanierana

Rue inaccessible depuis près d’un an. Le trou béant occasionné par les fortes pluies durant la dernière saison de pluie en 2018 a entraîné la coupure de la route du côté de Soanierana vers le camp militaire du « CAPSAT ». De plus, 49 personnes issues de 7 foyers ont dû être évacuées avec le danger encouru à cause de cet incident. Depuis, les riverains et usagers de la route se sont plaints des problèmes quotidiens qu’ils endurent avec la coupure du passage. « Les personnes vulnérables, dont les malades, les handicapés et les aînés, doivent marcher à pied pendant plusieurs minutes pour rejoindre les arrêts de bus à Ankadimbahoaka ou Tsimbazaza. Ce n’était pas le cas avant, puisque le terminus de la ligne « 142 » se trouvait devant le « CAPSAT », nous confie Voahirana R., mère de famille résidant à Fiadanana Soanierana.

La tenue de la 6è édition du « Tagnamaro, andron’ny olom-pirenena » dans cette localité constitue un salut pour les riverains. « Nous avons lancé plusieurs appels de détresse et suivi diverses démarches pour aviser les responsables, dont ceux de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et des Districts, mais en vain », se désole Emmanuel Razafindramanitra, président du Fokontany Soanierana III I Cité Gare. « Nous voici soulagés et reconnaissants que le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) ait répondu à nos appels », ajoute t-il. Sans une telle intervention, le nombre des maisons écroulées pourrait augmenter et la situation aurait pu s’empirer avec la prochaine saison des pluies.

Deux mois de travaux

« La coupure de cette route impacte sur la vie quotidienne des riverains de Soanierana, notamment les vulnérables, d’où la tenue du « Tagnamaro » sur place. Des ingénieurs et techniciens ont d’ailleurs été dépêchés sur place pour une reconnaissance, avant cette descente », affirme Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture. En tout, les travaux de réparation vont durer 2 mois, dont une partie assurée par la mobilisation des volontaires du « Tagnamaro » et le reste par des machines, dont le trou béant à bétonner. « La collaboration reste ouverte aux responsables, entités ou entreprises qui veulent contribuer aux travaux », précise le ministre de tutelle. « Les travaux seront assurés jusqu’au bout. Je tiens ici à souligner que le but de ces travaux est de venir en aide aux riverains. Il n’y a aucun dessous politique. Je ne compte pas me porter candidate aux prochaines élections communales », a-t-elle souligné. Les travaux préliminaires ont débuté samedi dernier, durant l’habituel rendez-vous du 3è samedi du mois pour une  journée de mobilisation citoyenne. Des employés du MCC et de ses branches avec les riverains et le Fokontany se sont donné la main pour cette sixième édition du « Tagnamaro ».

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Amboditsiry - Un suspect éliminé pendant  son intrusion chez un particulier

Un présumé bandit d’une trentaine d’années a été éliminé, non par les Forces de l’ordre mais par des riverains. Cela s’est produit lors de son intrusion dans l’enceinte du domicile d’un particulier vers minuit samedi dans le quartier d’Amboditsiry.  Selon un premier constat, des blessures occasionnées par un objet tranchant et qui ont été observées dans le dos de la victime, lui étaient donc fatales. L’intrus, lorsque le propriétaire a décelé sa présence dans sa cour, aurait vigoureusement réagi. Rapidement, les deux parties en étaient venues en main jusqu’à l’issue du combat, qui était finalement fatal au suspect.

 

En attendant une version officielle des Forces de l’ordre, qui n’étaient pas encore en mesure de confirmer, ni de donner des explications sur cette affaire, l’information reste encore confuse. Cependant, notre recoupement a permis de lever un coin de voile sur les circonstances  dramatiques ayant débouché sur l’exécution supposée du suspect par le propriétaire. « Après qu’il fut repéré par les locataires depuis leur maison, le suspect se serait caché dans la latrine se trouvant dans la cour, espérant tromper ainsi de vue les premiers. Mais ces derniers étaient déterminés à le retrouver et l’ont débusqué dans le Wc. Tout de suite, le ou les locataires ont voulu le lyncher mais l’intrus, dans un instinct de survie, a riposté. Un combat au corps à corps s’en était suivi au cours duquel le propriétaire a eu le dessus en portant ces coups fatals au suspect », a avancé l’information.

L’individu en question serait venu seul dans ce domicile. Il aurait cherché à y commettre un quelconque forfait mais il n’a donc pas eu le moyen de parvenir jusqu’au bout à son objectif ayant été rapidement repéré. Au cours de la même nuit, les agents du bureau municipal d’hygiène ou BMH a récupéré le corps après un constat de décès et l’ont transporté jusqu’à la morgue.  Informée, la Police a démarré une enquête et était également venue faire une constatation.

Franck R.

La Vérité0 partages

Itasy - Coup de filet sur des faux-monnayeurs et des trafiquants de narcotique

La Force d’intervention de la police (FIP) Antananarivo a donné un coup de main à la Direction régionale de la sécurité publique (DRSP) Itasy pour la sécurisation des localités de la Région Itasy. Cette intervention a permis l’arrestation de 3 individus le 8 août dernier pour une affaire de fausses coupures de banque. Il s’agit de ces suspects de 20, de 26 et de 30 ans. Hormis ces interpellations, du matériel prévu pour la fabrication de ces faux billets ainsi que les substances chimiques nécessaires à cela, ont été saisis. Les trois hommes ont été soumis à une interrogation à la DSRP locale.

 

Le deuxième coup de filet de la FIP a concerné des présumés trafiquants de produits narcotiques le 15 août dernier. Cette fois, un homme de 67 ans et une femme de 60 ans en sont impliqués. Selon une information policière, ces personnes seraient les revendeurs de « rongony » dans tout l’Itasy. Et elles sont dans le bain depuis déjà plusieurs années. A preuve, deux sacs bourrés de chanvre de qualité supérieure auraient été trouvés chez elles au cours d’une perquisition. L’affaire a été confiée à la DSRP Itasy. Actuellement encore, la FIP Antananarivo continue de prêter main forte à la Région Itasy et ses environs en matière de sécurisation.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Loi de Finances 2020 - Une augmentation du budget alloué à l’agriculture

Un grand pilier du développement. 80 % de la population malagasy travaillent dans les domaines de l’agriculture et de l’élevage. Afin de mieux promouvoir ces secteurs, le Gouvernement prévoit une augmentation du budget y afférent dans le projet de loi de Finances 2020. Le dernier Conseil des ministres, publié mercredi dernier, a d’ailleurs mentionné cette volonté du Gouvernement de soutenir le développement rural. « Il faut augmenter le budget alloué au secteur primaire et dans la promotion de l’agriculture », note le communiqué officiel.

En plus de cela, le document budgétaire portant la loi de Finances rectificatives pour 2019 souligne également cette hausse. Pour cette année, le budget général consacré à l’agriculture et l’élevage est de 504 874 565 000 d’ariary en termes de dépense. Le budget de la loi de Finances initiale (LFI) 2020 prévoit une augmentation de ce montant à 699 877 984 000 ariary. Ce qui donne une hausse  d’environ 195 milliards d’ariary.

Il y a peine deux semaines, le ministère de l’Economie et des Finances a organisé une conférence budgétaire pour la Région d’Analamanga. Le numéro 1 de ce département, Richard Randriamandrato a annoncé à cette occasion que l’Etat vise une croissance économique de 6 % pour l’année prochaine si ce taux s’élevait à 5,2 % cette année. Le secteur agricole figure parmi les moteurs de cette croissance économique. Le Président de la République Andry Rajoelina, de son côté, a réitéré son soutien aux paysans lors l’ouverture officielle de la FIER-Mada à Andohatapenaka. Il a souligné que le développement du secteur agricole reste un défi majeur, notamment dans le renforcement des capacités des entrepreneurs afin de mieux intégrer le commerce international. Toutefois, le projet « Fihariana » est déjà mis en place afin de financer les projets des jeunes.

La Politique générale de l’Etat vise une autosuffisance alimentaire d’ici cinq ans. En ce moment, les travaux d’aménagement de terrains cultivables sont déjà en cours, notamment du côté de Bas-Magoky. L’objectif consiste à atteindre 100 000 ha de terrains cultivables dans 5 ans.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Football- Election FMF - Débat à la RNM: deux candidats présents

Seuls deux candidats sur les cinq annoncés ont accordé de l'importance à l'émission-débat sur l'élection de la Fédération malagasy de football (FMF) à la Radio nationale malagasy, qui a eu lieu le samedi 18 aout de 10h à 12h.  Il s'agit du candidat numéro 1 Raoul Arizaka Rabekoto et le candidat numéro 2, Mohamad Abdillah Abdou. Ce sont les deux hommes qui ont pris leur courage à deux mains pour faire face aux journalistes de l'émission attractive « Ainga sy Hery », animée par  Daniel Randriamaro et Ratovoson Edward dit Rawest.

 

Pourtant, les émissaires de chaque candidat ont été prévus durant le tirage au sort sur l'existence de ce droit de parole à la station nationale, il y a plus d'un mois. La présence en personne du candidat lui-même était la seule condition pour y participer. Le candidat numero 3 Doda Andriamiasasoa, le numéro 4 Hery Rasoamaromaka et le numéro 5 Neypatreiky Rakotomamonjy n'ont pas répondu à l'invitation. Avant l'intervention téléphonique du public, les deux candidats présents ont pu faire une courte présentation de leur programme. Les points communs pour les deux hommes sont l'établissement d'une nouvelle formule de compétition et la construction des infrastructures. Ensuite, chacun a dévoilé la particularité de ses projets. Pour Raoul Arizaka Rabekoto, il faut se baser sur l'utilisation de la nouvelle technologie dans l'administration en commençant à la base.

Quant au candidat Abdillah, sa priorité est la réhabilitation du lieu de travail pour la fédération et pour toutes les ligues régionales, et équilibrer toutes les compétitions nationales au même niveau. Enfin, pour lui, la relation internationale vient après.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Foire internationale de l’agriculture - agribusiness - agroalimentaire - Revaloriser tous les métiers du...

Agriculture, élevage et pêche. La revalorisation de ces métiers est impérative pour atteindre l’objectif, à savoir l’émergence de Madagascar. Il ne faut pas oublier que plus de 80 % de la population active travaillent dans le secteur primaire. Ce qui fait que la professionnalisation de ces métiers va permettre l’amélioration de la production sur le plan national, que ce soit en termes de quantité que de qualité. Cette amélioration de la production impactera ensuite sur tous les secteurs rattachés, allant de l’industrie au tourisme, en passant par le commerce.

Consciente de la priorité de cette initiative, la 3ème édition de la Foire internationale de l’agriculture, agribusiness et agroalimentaire (FIA) se focalisera cette année sur le thème générique de l’« Emergence du secteur agricole, moderne et professionnel ». « Aussi, cette prochaine édition de la FIA relayant à l’international les nombreuses initiatives exprimées au fil des années dans les différentes foires et kermesses régionales malagasy est un exercice indispensable pour relier le pays aux exigences de la mondialisation. L’observation des normes alimentaires internationales (Codex Alimentarius) est aujourd’hui une obligation. Pour de nombreux pays avancés, l’enjeu de l’alimentation est crucial et Madagascar est/serait en capacité non seulement d’assurer son autosuffisance alimentaire, mais également d’apporter sa contribution au niveau de la région indianocéanique et de satisfaire une démarche croissante au niveau de nos différents dispositifs régionaux tels que la SADC, le COMESA, la COI jusqu’au marché de l’Union européenne », soutient Michel D. Ramiaramanana, président du Comité d’organisation de l’événement, la semaine dernière, lors d’une conférence de presse.

Dans cet objectif de modernisation et de professionnalisation, durant les quatre jours, la FIA favorisera les échanges entre les différentes entités concernées par la filière agricole, allant de l’Organisation paysanne (OP) à la mécanisation agricole. L’idée étant d’exposer les sujets majeurs pour pousser chacun des participants à la réflexion, surtout les agripreneurs.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Chef de f…arce !

Le « Rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) littéralement Plateforme des partis d’opposition pour la démocratie à Madagascar réuni à Ivandry vient d’élire son président en la personne de Marc Ravalomanana, l’ancien Chef d’Etat. De fait, selon les déclarations de certains participants, il sera le chef de file de l’opposition qui va le représenter  sur l’arène politique nationale. Quelle farce ! A quoi joue-t-on ? La question que se pose tout naturellement n’importe quel observateur sérieux et averti se résume ainsi « Ravalomanana Marc a-t-il réellement l’étoffe ou la stature d’un chef de file de l’opposition ? Existe-t-il vraiment une plateforme de l’opposition digne de ce statut à Madagasikara ? »  C’est toute la question !

 

Marc Ravalomanana, de son entêtement maladif à vouloir occuper le devant de la scène politique nationale, s’entiche à être adoubé chef de l’opposition. Après avoir échoué à plate couture lors de la dernière présidentielle, l’ancien exilé du pays de Nelson Mandela voulait à tout prix redorer le blason en tentant par tous les moyens possibles et imaginables à se laver l’affront. Parviendrait-il à bout de ses fins? That is the question ! Il est difficile d’accorder à Ravalo le statut d’ « opposant ». Par définition, un opposant est quelqu’un qui dispose dans ses … entrailles une force de proposition basée autour d’un projet de société, cohérent et structurant. Apparemment face à l’IEM, le « Manifesto » du candidat Ravalomanana ne pèse pas trop. En termes de pugilat, c’est le « poids- plume ». En effet, il s’agit d’un petit paquet d’intentions qui ne dépasse pas le cadre d’une rêverie d’un homme en mal d’onction populaire! Il serait mieux de lui donner le titre de « rêveur » surtout  « détracteur » ou de « critiqueur » ou encore de « farceur» en lieu et place d’opposant.  Bref, il ne fait pas le poids d’un vrai chef de file de l’opposition.

La fameuse plateforme de l’opposition qui vient d’élire son président en la personne de Marc Ravalomanana fait tiquer plus d’un. En réalité, on a affaire à quelques groupuscules de formations n’ayant aucunes représentations même régionales encore moins nationales. A part les membres de bureau politique, s’il y en a, c’est à vérifier svp, il n’y a pas de membres consistants à la base. Des partis qui n’ont même pas sauf le TIM un seul député à l’Assemblée nationale (AN), le seul et unique cadre légitime du débat politique dans le pays. Sous d’autres cieux, dans tout pays où la démocratie occupe une place de choix, l’AN est le seul cadre de prédilection pour toute action de l’opposition. Donc, celui ou celle qui dirigera l’opposition doit être de fait un parlementaire élu.

En gros, au lieu d’une authentique plateforme d’opposition, on est en face d’un panier à crabes où des « têtes brulées » ou des « zérovirgulistes » gesticulent tels des marionnettes interprétant maladroitement quelques numéros. On a fortement l’impression que quelqu’un tire les ficelles quelque part. En tout cas, il n’est pas difficile d’identifier le probable commanditaire qui serait en tandem avec l’ancien laitier. Il faut se l’avouer que politiquement parlant, le pays se trouve en face d’une grosse comédie orchestrée par un chef de f…arce !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !

Vendredi, le Premier ministre Louis Christian Ntsay a soulevé dans son intervention, lors de la présentation de la Politique générale de l'Etat à l'Assemblée nationale, le trafic de bois précieux. Il a invité les députés à s'éloigner de quiconque impliqué dans une telle infraction. « Personne ne doit protéger les destructeurs de forêt, quel que soit son statut », a souligné le locataire de Mahazoarivo.

 

La destruction abusive à des fins de trafic illicite continue en ce moment en dépit de mesures prises par le ministère de l'Environnement et du Développement durable. Des organisations œuvrant pour la protection de l'environnement et la conservation de la biodiversité au niveau local surveillent de très près les activités des responsables véreux. Elles sont en train de collecter des renseignements à leur sujet et ne se laisseront pas non plus intimider. Pour l'heure, les informations recueillies poussent à la préservation de la présomption de l'innocence.

Sous la précédente législature, certains députés et sénateurs ont profité de leur immunité parlementaire pour se livrer à loisir à des activités détruisant l'environnement et mettant ainsi en danger la survie de la faune et flore de notre île. Malgré les dénonciations dans la presse et les média, ils ont toujours continué leurs forfaits. D'anciens députés même s'y livrent encore et toujours jusqu'à présent.

L'emprisonnement du député de Mahabo, réélu mais toujours détenu à Morondava malgré les tentatives de ses pairs de le faire extraire du milieu carcéral, en est une illustration. Le rappel du Premier ministre semble attirer l'attention sur son cas particulier. Ce n'est pas par coïncidence que, selon de récentes données d'analyse, le Menabe et l'Atsimo Andrefana enregistrent le taux le plus élevé de destruction de la forêt chez nous.

Deux semaines plus tôt, le ministre de la Justice Jacques Randrianony a aussi émis une mise en garde sévère contre les corrupteurs et les trafiquants. Par ailleurs, le règlement intérieur de l'Assemblée nationale sera révisé. La retouche de l'immunité est l'un des points à considérer.

M.R.

La Vérité0 partages

SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

Le directeur général de la Société d’Exploitation du Port Autonome de Toamasina (SPAT), Christian Eddy Avellin, fait l’objet d’un dénigrement via les réseaux sociaux. Une publication criarde sur ces nouveaux supports de communication a retenu l’attention ce week-end. Celle-ci rend compte d’un certain nombre de graves accusations contre le patron de la SPAT. Abus de position, népotisme, gabegie, favoritisme, délit d’initié, manquement aux règles fondamentales de droit du travail et à l’orthodoxie de la finance publique, détournement… sont en résumé les faits qui lui sont reprochés dans la publication. Les détails fournissent une liste des noms des supposés complices du DG.

 

Le rédacteur du texte qui créera certainement des polémiques entend faire passer un message selon lequel le pouvoir central aurait intérêt à mettre fin au mandat du premier responsable de la SPAT. Certes, le concerné a été à ce poste depuis 2008 au moment où son prédécesseur, Pierrot Botozaza, était nommé ministre des Transports sous le second mandat du président Marc Ravalomanana.

Tentatives irrésistibles

Pierrot Botozaza lui-même choisissait Christian Eddy Avellin pour le remplacer à la tête de la SPAT. C’était toujours lui qui le présentait au personnel de la SPAT à l’occasion d’une fête organisée au Foyer social Canada à Toamasina afin de lever les doutes de certains employés. Originaire du Sud, le DG était un peu mal accueilli à Toamasina, il fallait donc une bonne dose de conviction de la part de son mentor pour le faire admettre dans la ville.

Des arguments aux relents raciaux sont en effet mis en exergue dans la publication qui traite du DG de tous les mots. Les réseaux sociaux sont en tout cas devenus un support par excellence pour dénigrer voire diffamer à outrance qui que ce soit, nonobstant la loi sur la cybercriminalité. La SPAT est quand même une des sociétés d’Etat performantes avec une situation financière enviable qui suscite des émules.

La direction générale de la SPAT devrait répliquer aux informations véhiculées à son encontre dans le courant de la semaine. Et si ces informations véhiculées sur les réseaux sociaux s’avèrent diffamatoires, elle devra saisir les autorités compétentes en matière de cybercriminalité pour sanctionner l’auteur. De notre part, la tentative de contacter les responsables dans l’espoir de leur soutirer quelques précisions utiles n’a pas abouti.

La rédaction