Les actualités Malgaches du Vendredi 18 Août 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara6448 partages

Ambohibao : Nifandrombahana ny labiera nianjera tamin’ny arabe

Tapaka tanteraka ny làlana omaly tokony ho tamin’ny folo ora, tetsy amin’ny fiakaran’Ambohibao raha avy aty an-drenivohitra. Kamiao lehibe nitondra labiera, mazava hoazy an’ny orinasa Star izay hany tokana mamokatra izany, no nisy olana rehefa niditra tao anaty fiolahana. Be loatra ny labiera nentiny tao aoriana (surcharge) raha araka ny tombana voalohany. Rehefa tafiditra tao anatin’ny làlana somary nivily, dia tsy zakan’ny labasy intsony ny nitaty ireo « cageot » marobe ary dia nilatsaka tamin’ny tany. Feno tavoahangy ny arabe. Nihoraka ny olona raha nahita izany. Toy ireny mana nianjera avy tany an-danitra ireny ny fahitan’ny besinimaro ny zava-nisy. Ary dia samy nandraoka izay zaka. Raikitra ny fety teo Ambohibao : na antitra na tanora dia samy nanokatra labiera ary nisotro. Ny tena nampalahelo aza, dia ny fisian’ny zazakely nisotro izany koa. Vetivety dia niely ny vaovao satria ny mpampiasa iny làlana iny dia saika naka sary ary nizara tamin’ny namany, iaraha-mahalala ihany ny hafainganan’ny tambajotra sosialy ankehitriny. Raha ny fantatra, dia kamiao hizotra ho any Mahajanga io tsy niala kilaometatra vitsy akory niala tamin’ny foiben’ny Star  io, dia tra-doza. Niezaka ihany ny mpitandro ny filaminana nandrindra ny fifamoivoizana fa tsy nahasakana ny làlana tsy ho tapaka izany. Efa ny folakandro mihitsy vao niverina tamin’ny laoniny ny fifamoivoizana. Betsaka arak’izany ny nanana olana tamin’ny famonjena fotoana, ny asa ary izay mety ho antony hafa. Tao ny nidina taxi-be dia nandeha an-tongotra, tao ny tsy afa-niala satria sady tsy afa-nandroso no tsy afa-niverina fa dia nijery ny fifalian’ny sasany nigoka labiera sisa azo natao. Ny fifalian’ny sasany tokoa mety ho fahorian’ny hafa…

D.R

News Mada2249 partages

Tennis – Vintage Cup : 30 équipes se sont déjà manifestées

Les habitués au rendez-vous annuel du Country club Ilafy ont un mois pour être au top de leur forme pour disputer l’édition 2017 du tournoi The Allianz Vintage Cup qui se déroulera les 30 septembre et 1er octobre sur les courts du Country club Ilafy. Les inscriptions sont déjà ouvertes depuis la fin du BMOI Premium Challenge en mai et seront clôturées le 20 septembre. Une trentaine d’équipes se sont déjà engagées et les organisateurs ont limité le nombre de participants à 50 duos. Le premier responsable de Country club, Josoa Rakotonindriana, reste fidèle à la formule de compétition.

«Les joueurs et joueuses seront toujours vêtus de blanc pour revenir aux valeurs du tennis. La tenue a une grande importance. Un trophée spécial sera remis à l’équipe qui illustre cet esprit vintage de l’évènement», a-t-il indiqué. L’année dernière, ce trophée de l’élégance a été décerné au couple Burban, Frédéric et Fabienne. Notons que Frédéric Burban a joué avec une raquette en bois comme les tennismen d’antan. Quant à Nantenaina Rakotobe et Fitia Randriamifidimanana, ils remettent leur titre en jeu cette année et la tâche est loin d’être facile pour cette équipe de choc vu l’engouement des participants.

Rojo N.

 

Midi Madagasikara381 partages

Kickboxing : Briand Andrianirina démissionne

Deux mandats à la tête de la Fédération de kickboxing, après mûres réflexions Briand Andrianirina, président, démissionne.

Il vient de se marier avec Onitiana Realy, la ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme. Il, c’est le président actuel de la Fédération malgache de kickboxing qui nous a annoncé sa démission de ce poste de président. « Deux mandats, une nomination en tant que responsable du développement Afrique du judo, il y a non compatibilité d’emplois et j’ai choisi de démissionner du kickboxing ». Il est également le 4è vice-président de la Fédération malgache de judo et dans cette optique, il pense aussi à la présidence du judo. Car du côté de Siteny Randrianasoloniaiko qui est déjà chairman de la Fédération internationale de judo, la présidence au sein du Comité olympique ne peut plus se renouveler. Et il faudra préparer la relève. Briand Andrianirina en a l’ambition et pourquoi pas du comité olympique ? « Nous avons déjà organisé tous les niveaux de compétition de kickboxing. Les trophées affluent aussi. Peut-être qu’il est temps de passer la main ? Ce n’est pas une décision prise à la légère mais toujours pour le bien du sport ». Quant au monde du judo qu’il rejoint en tant que vice-président, il en est le 4è. A en voir cette organisation de ceintures noires à presque 100%.

Président : Siteny Randrianasoloniaiko

Vice président 1er : Tsilavo Ranarison

2e vice président : Berthin Ramandimbisolo

3e vice président : Hery Manoelina

4e vice prsident : Briand Andrianirina

SG : Bruno Eric Said

Trésorière : Vololoniaina Domoina

Directeur exécutif : Ashik Houssein Mamodaly

DTN : Jean Jacques Rakotomalala

Directeur de l’éducation : Mamy Dongoza Rasolondraibe

Directeur Handisport : Antsa Ranjatoson

Doyens : Me Andriamasy et Me Victor

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara303 partages

Ministère des Transports : Sortie d’un nouveau code de la route

La Loi portant « code de la route » date de 1970. Le ministère des Transports a effectué une mise à jour en publiant un nouveau code de la route le 06 juillet 2017 étant donné que celui d’avant était inadapté au contexte actuel. L’objectif est de renforcer la sécurité routière en mettant aux normes des dispositions par rapport aux nouvelles exigences technologiques, économiques, environnementales tout en préservant la santé publique et les infrastructures routières. C’est ainsi un des instruments pour lutter contre les accidents de la route. Ce nouveau code de la route est composé de 9 titres, 26 chapitres et 77 articles composé de quatre décrets de 442 articles. Il concerne entre autres, les règles d’usage des voies ouvertes à la circulation publique, les règles de circulations des véhicules, les infractions à la Loi et aux règlements de la circulation routière et le décret relatif au fonds d’urgence pour les victimes des accidents de circulation routière. Sur le fond, il se distingue par la mise en exergue des compétences et des responsabilités de tous les ministères et entités concernés. La décentralisation des compétences n’est pas en reste. L’adoption de la politique de dépénalisation et le renforcement des sanctions administratives et pécuniaires en cas d’infraction font aussi partie des mesures prises. A titre d’illustration, en cas de conduite en état d’ivresse, le conducteur est puni d’une amende de Ar 100 000 à Ar 400 000. On peut également y trouver la réglementation de la circulation des véhicules non motorisés comme l’exigence d’une autorisation et d’un permis de conduire pour les cyclomoteurs pourvus d’un moteur thermique cylindré y compris les moins de 50 centimètres cubes. La prise en charge des victimes d’accidents de la circulation par la mise en place d’un Fonds d’urgence est une nouvelle disposition par rapport à l’ancien code de la route.

Navalona R.

Midi Madagasikara266 partages

Cocardes, vitres fumées : L’Etat décidé à stopper les abus

Pour mettre fin à ce désordre et rétablir l’Etat de droit, le ministère de la Sécurité Publique envisage d’observer une semaine de campagne de sensibilisation et de conscientisation.

Le conseil des ministres d’hier a été marqué par la communication verbale relative à une opération pour rétablir les règles sur l’usage de certains privilèges en matière de circulation routière, et ce, au titre du ministère de la Sécurité Publique..  Selon cette communication verbale, la voie publique constitue l’un des principaux secteurs d’activité des acteurs de la sécurité publique. Pourtant, ce secteur est de nos jours devenu le théâtre d’ostentation et d’abus de marques du privilège de priorité et d’autorité, provoquant des confusions quant à l’application des lois et règlements. Tel est le cas des véhicules soi-disant d’autorité faisant usage de marques extérieures particulières comme les gyrophares, les cocardes et les vitres teintées ou fumées, c’est selon, annonçant la présence de hautes personnalités à bord. Au vu de ces déclarations, l’Etat est décidé à stopper les abus.

Hautes personnalités. Toujours d’après la communication verbale, « Cette situation commence à être ressenti par la population qui dénonce un usage abusif des prérogatives de la puissance publique, allant jusqu’à persiffler l’autorité de l’Etat ». Pas plus tard qu’hier après-midi, vers 15h, on a vu la nouvelle ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona, arrivée à Antaninarenina précédée d’une voiture ouvreuse avec gyrophare. L’autre jour, on a vu un ministre précédé d’une 4X4 double cabine appartenant aux forces de l’ordre. Sans parler des voitures de «hautes personnalités » qui roulent à contre sens perturbant ainsi la circulation routière. Et ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres. Mais que disent les textes ? « L’usage de véhicule à vitres fumées est strictement prohibé sur tout le territoire national. Sauf pour les véhicules de représentation des chefs d’Institution, des parlementaires, des membres du gouvernement, des corps diplomatiques et consulaires, des officiers généraux en activité ainsi que les chefs de Région. Les vitres teintées d’origine constructeur de couleur sombre sont également autorisées, conformément à l’arrêté n°11825/2007 du 16 juillet 2007 ».

 Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar173 partages

Roland Ratsiraka – « Les redevances handicapent la destination Madagascar »

La haute saison touristique bat son plein, aussi bien au niveau international que national. La destination Madagascar reprend du poil de la bête, comme en témoignent les chiffres en hausse en 2016. Mais les efforts du ministère du Tourisme sont hypothéqués par le coût exorbitant des redevances. Le point avec Roland Ratsiraka, ministre du Tourisme.

• On parle beaucoup de la réussite du «Mada­gascar promotion Tour», mais on oublie d’évoquer ce qui se passe dans le pays. Comment va le tourisme intérieur ?- En effet, la promotion de la destination Madagascar réussit. On a enregistré près de deux cent quarante quatre mille touristes étrangers en 2015. Deux cent quatre vingt treize mille en 2016, soit une augmentation de 20%, et on passera sûrement le cap des trois cent mille cette année.  C’est un exploit, vu qu’après la crise politique de 2009, le chiffre de trois cent soixante quinze mille de l’année 2008 est tombé à cent soixante mille. En 2014-2015 par exemple, soixante mille Français sont venus alors que d’habitude, ils n’étaient pas moins de cent soixante mille, soit cent mille de moins. Mais on a remonté la pente, et je peux dire que la situation va mieux.

• Qu’est-ce qui a contribué à cette nette évolution ?- C’est surtout la suppression des droits de visa pour les croisiéristes qui a fait augmenter les chiffres. C’est une demande que mon département a effectuée auprès du ministère des Finances et du budget en 2016. Beaucoup de touristes ont évité de venir à Madagascar, en raison de ce droit de visa, ce qui a quelque peu handicapé la destination Iles Vanille, Maurice, Seychelles, La Réunion. La venue des croisiéristes, faisant le tour des îles de l’océan Indien, notamment à Morondava, a grandement contribué au développement du tourisme. Quarante mille touristes de plus sont venus, suite à cette mesure. Les différentesrencontres internationales telles que le sommet de la Francophonie, ou le cham­pionnat du monde de Pétanque vers la fin de l’année 2016 n’ont pas amené tellement de touristes, seulement quelque quinze mille au grand maximum. Ce sont les road show dans diverses capitales du monde qui ont boosté la destination Madagascar.

• Et le tourisme à l’intérieur du pays ?- On ne parle pas souvent du tourisme intérieur en effet, mais je suis en mesure de confirmer que les Malgaches voyagent et contribuent au développement du tourisme intérieur. Dernièrement, j’ai pris la route pour rejoindre Mahajanga, au départ de la capitale. J’aperçois des cars de touristes, des taxis-brousse et des véhicules particuliers en mouvement vers la capitale de la région Boeny. Je ne parle pas du monde qu’il y a à Mahajanga, surtout le soir. On me rapporte également des déplacements importants du côté de Foulpointe et Mahambo, malgré le mauvais état des routes et le mauvais temps. Beaucoup rejoignent également la région Menabe et la région Sud-ouest, longeant la route nationale 9 reliant Toliara à Morombe. Les voyages de groupe arrangent beaucoup de vacanciers, afin de profiter des périodes de vacances à moindre coût. Les établissements hôteliers sont presque de 90 à 100% de taux de remplissage.

• Cent cinquante mille vacanciers ont rejoint Mahajanga depuis le mois de Juillet. Beaucoup dorment dans les voitures, sur les plages. Comment résoudre le problème ?- Jusqu’ici, la commune et les autorités locales arrivent tant bien que mal à gérer la situation en proposant des lieux d’hébergement. Je reconnais que ce n’est pas encore assez, car même toute la capacité d’accueil de tout le pays ne dépasse pas soixante mille chambres. Les opérateurs et autres offices régionaux d’autres localités doivent proposer des destinations intéressantes autres que Mahajanga. Les opérateurs de Mahajanga s’activent pour attirer d’autres cibles que les touristes nationaux. Nous nous attelons actuellement à une politique de promotion des investissements dans le tourisme. Les opérateurs déjà en activité, ainsi que ceux qui sont intéressés sont sollicités à investir dans les infrastructures d’accueil.

             « Nous nous attelons actuellement à une politique de promotion des investissements dans le tourisme. »

• Comment y parvenir financièrement ?- Mon département est en train d’analyser des  possibilités de partenariats avec les banques, afin que celles-ci proposent des prêts à taux réduit qui permettront aux opérateurs de niveau moyen de construire par exemple deux à trois bungalows de plus par an. Ce sont les infrastructures d’accueil qui manquent, car c’est désolant de voir des vacanciers cuire le riz par terre, à défaut d’endroit adéquat pour le faire.

• Outre ces incitations à investir, que proposez-vous pour mener le tourisme intérieur à la qualité ?- Pousser le tourisme durable et le tourisme communautaire. Travailler plus et mieux avec les collectivités, et pour gérer le flux, et pour éduquer les touristes nationaux. Éduquer dans le sens où  il faut leur faire comprendre que voyager se prépare. Les éduquer à respecter l’environnement. Je dénonce les exploitations abusives dans les parcs nationaux perpétrées par des gens haut-placés, et qui détruisent l’environnement et le paysage qu’on essaie de faire connaître au reste du monde. Le ministère du Tourisme avance également dans la labellisation des infrastructures durables et des repas bio.  Et enfin, exploiter au mieux les réalités locales. Je vous donne quelques exemples d’actions qu’on peut entreprendre à court terme pour le tourisme durable. Créer des aires de repos aux alentours du pont Kamoro, nouvellement construit par exemple, pour faciliter les prises de photos et autres.  Créer des circuits touristiques dans les zones d’exploitation aurifère de Maevatanàna. Des actions qui n’attendent pas toujours forcément le ministère du Tourisme.

• Quelque part, Mada­gascar est victime de sa renommée, et doit bien gérer le développement du tourisme. Cela demande la participation effective d’autres départements et entités. Où en êtes-vous dans les lobbyings ?- Les touristes étrangers et nationaux exigent d’abord la sécurité. La première impression pour les touristes étrangers est ce qu’ils ressentent à l’aéroport. Des travaux sont en chantier dans le réaménagement de nos aéroports. C’est déjà une bonne chose. Par contre, il est ennuyeux d’apprendre que des touristes ont été refoulés à la frontière pour des raisons insignifiantes. Les touristes sont trop fouillés à l’arrivée. Ce sont ceux qui sortent qui sont à craindre de peur d’emmener or, tortues et autres. On demande  également plus de collaboration de la part des agents de la douane et de la police des frontières, pour éviter les vols de bagages et d’argent dans les aéroports. Les redevances perçues aux aéroports de la capitale et de Nosy be sont déjà un fait, auquel je n’adhère pas trop, mais le processus est déjà lancé. 100 euros de redevances aéroportuaires en effet sont beaucoup pour un billet qui a coûté 198 euros par exemple, alors que Madagascar est déjà l’une des destinations les plus chères au monde. La construction des routes et l’assurance de la disponibilité en énergie sont primordiales pour faire venir les touristes, et pour faire aimer le paysage du pays par nos concitoyens. Mon département déploie beaucoup d’efforts dans la collaboration avec les autres départements. L’aboutis­sement du partenariat Air Madagascar- Air Austral contribuera bien sûr à la bonne marche de toutes les stratégies de développement du tourisme à Mada­gascar.

Propos recueillis par Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar146 partages

Opposition – Le DFP à l’épreuve du préfet de police

Le « Dinika ho Fanavotam-Pirenena » (DFP) et la préfecture de police effectueront en même temps un point de presse aujourd’hui, chacun de son côté. Le thème concernera sans doute la manifestation que les membres des forces du changement et du DFP prévoient pour le22 août dans les rues de la capitale. Joint au téléphone hier, Maharavo Ratolo­janahary, porte-parole du DFP, a confirmé ce rendez-vous avec la presse pour ce matin à 10h30, sans plus de précisions. Par téléphone hier également, le préfet de police a annoncé qu’un point de presse se tiendra à la préfecture de police à 10h aujourd’hui.Maharavo Ratolojanahary a annoncé, le 10 août à l’Hôtel Panorama, que les membres du DFP projettent de descendre dans la rue et invitent le peuple à suivre le mouvement. L’objectif de la manifestation est d’inciter la population à s’exprimer par rapport à la situation politique dans laquelle Mada­gascar est embourbée ces derniers temps. Il a affirmé que des demandes ont été envoyées auprès de la commune urbaine d’Anta­nanarivo et de la préfecture de police. « Nous avons envoyé une demande auprès de la mairie. Une demande préalable sera également déposée auprès de la préfecture, suivant la réponse que la CUA nous donnera », a affirmé Maharavo.Apparemment, tout s’est bien passé auprès de la CUA puisque le préfet de la police a confirmé que la préfecture a reçu la demande de manifestation du DFP. En cas de refus de la préfecture, le porte-parole du DFP a d’ores et déjà annoncé qu’il saisira le tribunal administratif et le conseil d’État pour avoir gain de cause coûte que coûte.

L.R.

Midi Madagasikara138 partages

Ambato-Boeny : Niakatra tao an-tanàna ny dahalo 50 lahy nirongo basy, lasa avokoa ny omby

Omby 30 mahery no lasan’ny dahalo, ny Talata lasa teo. Tao amin’ny fokontany iray atao hoe Ampamofo kaominina ambanivohitry Sitampika, isan’ireo kaominina 12 mandrafitra ny distrikan’ Ambato-boeny.  Araka ny tatitra nataon’ny lehiben’ny distrika, dahalo  40 lahy izy ireo no niakatra nanafika tao an-tanàna. Niaraka tamin’ny fitaovam-piadina samihafa ary nirongo basy  9. Nirefodrefotra ny basy tamin’io fotoana io, noraofin’izy ireo avokoa ny omby tao an-tanàna. Nentin’izy ireo natao takalonaina niaraka tamin’izay ihany koa ny lehiben’ny fokontany sy ny vadiny ary niharan’ny herisetra mafy. Navotsotr’izy ireo ihany anefa ireto farany rehefa niala lavidavitra ny tanàna. Tsy nitsahatra teo, fa ny Alarobia maraimbe, nisy ihany koa  andian-dahalo hafa niakatra nanafika ny fokontany iray atao hoe Sarodrano akaikin’io Sitampika io ihany. Raha ny fantatra, 10 lahy izy ireo no nanao ny fanafihana ka omby maromaro ihany koa no lasan’izy ireo tamin’izany.  Vokatr’ireo rehetra ireo, miaina ao anaty tebiteby sy tahotra ireo mponina any an-toerana ankehitriny. Mandry tsy lavo loha, manahy lava ny amin’ny ho avy rahampitso, ny amin’ny tsy fisian’ny fandriampahalemana. Mampametra-panontanina ihany ny momba ity tranga ity raha ny zava-misy no jerena. Voalohany, ny Talata alina teo dia efa nahafantatra ny zavatra hiseho ka nanao fanairana, antso avo sy vonjy tao amin’ny tambajotra sosialy “facebook” ny iray amin’ireo mponina tany an-toerana. Efa nilaza izy fa “Hiakatra an-tanàna  ny dahalo izao alina izao, io no resaka mandeha aty aminay “croisement-n-dRazaka, kaominina ambanivohitra Andranofasika Distrikan’ Ambato-boeny. Mitebiteby ny ho very fananana sy ho faty. Antso vonjy, raha mahita ity ianareo mpitandro ny filaminana tsy lavitra ny faritra misy anay mba hanampy anay na dia ody tahotra monja aza”. Maraina ny andro, tompon’omby tao amin’ny fokontany iray tao Sitampika no lasibatra. Faharoa, vao ny Alatsinainy lasa teo koa no nanao fivoriambe mahakasika ny tsy fandriampahalemana tao Anjiajia ireo tompon’andraikitry ny filaminana rehetra teto Mahajanga notarihan’ny prefet. Nodinihana tamin’iizany ireo paikady rehetra hiadina amin’io asan-dahalo lasa mateti-piseho ao Ambato-boeny io. Napetraka avokoa ny toromarika, nefa dia andro vitsy taoriana no niseho ireo tranga samihafa ireo. Amin’izao moa, mialaza ho efa mandray an-tànana ny raharaha ireo mpitandro ny filaminana isan’ambaratongany ireo ka andrasana izay mety ho vokatry ny fanarahan-dia sy ireo tetika voalaza fa matipaika napetraka.

Tantely Vandriam

Midi Madagasikara128 partages

Bord de mer Mahajanga : Circulation interdite aux véhicules de plus de 3,5T

Le « bord » de Mahajanga est quasiment désert à la mi-journée, mais devient noir de monde à la nuit tombée. Photo d’archives.

Noir de monde tous les soirs, le bord de la mer à Mahajanga est peut-être victime de son succès et ce, à chaque période des vacances.

Lieu très fréquenté des vacanciers le soir, le « bord » pour désigner le bord de la mer à Mahajanga, est particulièrement animé, entre « brochettes party », manèges et jeux divers pour les enfants ainsi que d’autres activités d’animation et de divertissement. Les visiteurs sont malheureusement peu soucieux de la propreté de l’endroit où ils passent pourtant de bons moments. En effet, il est courant de voir des individus uriner un peu partout, jetant des déchets divers à même le sol, rendant le lieu particulièrement sale et malodorant. S’y ajoutent les véhicules transportant des vacanciers qui, au lieu de rejoindre des lieux d’hébergement, une fois la soirée terminée, passent la nuit au « bord », et leurs occupants vident leurs vessies dans les petits recoins alors que des infrastructures telles les blocs sanitaires publics sont mises à disposition des usagers. Ces pratiques aggravent la situation en matière d’hygiène et de propreté du bord de la mer.

Réglementations. Par ailleurs, le flux de plus en plus important de véhicules circulant dans la ville de Mahajanga durant les vacances rend la circulation de moins en moins fluide. Celle-ci est particulièrement dense dès la nuit tombée. Afin de remédier à tout ceci, la commune urbaine de Mahajanga, de concert avec la préfecture de Mahajanga, la région Boeny, ainsi que l’Agence des transports terrestres (ATT) Boeny et la police nationale et municipale, a décidé de mettre en place des mesures concernant l’hygiène publique et la circulation dans la ville. Sur ce dernier point, il s’agit de rappeler les réglementations déjà en vigueur, interdisant aux véhicules de plus de 3,5 tonnes de circuler le long du bord de mer à Mahajanga. Quant à la propreté du lieu, les autorités municipales misent sur la sensibilisation du public, et à défaut de pouvoir construire de nouveaux sanitaires publics, proposent de laisser les trois structures existantes à la disposition des usagers, jour et nuit.

Hanitra R.

Midi Madagasikara128 partages

Fanendahana anaty taxibe : Hanao hetsika manokana ny Polisim-pirenena

Mba hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana izaymahazo vahana eto Antananarivo sy ny manodidina, Nanambara nyPolisim-pirenena omaly  fa misy ankehitriny ny hetsika manokana ataon’izy ireo. Momba ny fisian’ireo jiolahy manendaka any anaty taxibe manokana. Nanome toky ny talen’ny Filaminam-bahoaka, Rakotoarimanana Herilala,izay nitafa tamin’ny mpanao gazety omaly, fa efa misy ny fepetra noraisina amin’izao fotoana izao. Isan’izany ny fandefasana polisy manao fanamiana sivily any anaty fiara fitanterana any. Eo ihany koa ny fametrahana polisy manao fanamiana eny amin’ireo toeram-piantsonana  na « arret-bus » amin’ireo faritra heverina ho mafampana toa ny eo: Anosy, Ampefiloha, Andavamamba, 67 ha, ary Namontana. Koa manentana ny mponina ity tomponandraikitra ambony ao amin’nyPolisim-pirenena ity mba tsy hanana ahiahy amin’ny famendrofendroana ataon’ny olona sasany mikasika ny tsy fandriampahalemana eto Andrenivohitra sy ny manodidina.

Eo amin’ny lafiny fifamoivoizana ihany, Nanambara ihany koa ny avy ao amin’ny Polisim-pirenena fa ho hentitra amin’ny fanaraha-maso ireo fiara mampiasa famantarana manokana natao ho an’ny mpitondra fanjakana Ambony toy ny«gyrophare», ny«concarde», ny fitatra mainty na «vitre fumée». Ampiasain’ny olona sasany izy ireny hanafenana nyzavatra tsy mety sy tsy hanajana ny lalanan’ny fifamoivoizana na koa hanaovan-dratsy fotsiny izao aza. Tsy maintsy hisy,noho izany,ny fisavana hatao amin’ireo fiara izay mitondra ireny fitaovana ireny. Hojerena ihany koa hatrany amin’ireo mpivarotra azy ireny. Koa miangavy ny rehetra voakasika amin’izany nyTalen’ny Filaminam-bahoaka mba tsy ho sarotiny raha sendra voasavan’ireo polisy eny an-dà lana. Nomarihiny fa fanentanana aloha izao no atao  mialoha ny hampiharana ny sazy ho an’izay minia tsy manaja ny lalàna.

T.M.

Madagascar Tribune105 partages

Scandale dans la famille

Le HVM ne chôme point, chaque jour son lot de scandale. Après la liste de délégation familiale du Premier ministre pour assister au Sommet du SADC, c’est au tour de la Présidence de faire la sienne pour démontrer sa force. L’équipe de la Présidence a délogé manu militari le couple Marc Ravalomanana et sa suite de l’hôtel où ces derniers logeaient à Antsiranana. Ceci en raison de la prochaine arrivée du Chef de l’Etat en exercice et dont la présence du couple Ravalomanana dans le même hôtel que lui ne lui convient pas. Pareil pour les proches de Marc Ravalomanana dont le député Guy Rivo Randrianarisoa. Donc, acte. Le retour à l’hôtel leur a été interdit, non pas par le propriétaire de l’hôtel mais par les militaires. L’équipe de Hery Rajaonarimampianina a manqué une occasion de montrer que le Chef de l’Etat en exercice est bien placé pour mener à bien la réconciliation nationale et qu’il est un homme d’Etat digne de ce nom.

Et dire qu’ils sont tous à Antsiranana pour assister au 50ème anniversaire de l’église réformée FJKM. On n’attend plus qu’une déclaration du genre, ils font cela au nom de Dieu.

L’équipe de Ravalomanana explique que le couple et sa suite ont réservé depuis le 26 juillet et sont sur place depuis le 16 août sans oublier que l’hôtel en question est une société privée. Mais surtout que Marc Ravalomanana, en tant que haut dignitaire de l’église FJKM, figure parmi les organisateurs de ce jubilé.

Ino Vaovao105 partages

TOAMASINA : Mitaky fanoloana tompon’andraikitra ireo Tantsambo tranainin’ny MSC

An-taonany maro no tsy voantso hiondrana an-tsambo ireto mpiasa tranainy ireto. Nisy noho izany ny fametrahan’izy ireo sora-baventy teo anoloan’ny biraon’ny Msc Toamasina, ny alatsinainy 14 aogositra lasa teo. 

Sora-baventy mitaky ny fanoloana ny tompon’andraikitra misahana ny fandefasana tasambo. Nambaran’izy ireo mantsy fa lasa anjakan’ny kolikoly io sampan’asa io ankehitriny ka izay manambola ihany no lasa. Nanome 72 ora ny orinasa Msc ireto mpiasa tranainy ireto. Tapitra ny talata 15 aogositra lasa teo io 72 ora io. Mbola tsy namaly izany fangatahana izany kosa ny birao Msc ao Toamasina na ny birao Msc foibe any Italia.

Kamy

Midi Madagasikara102 partages

Tobim-piantsonana nasionaly Mahajanga : Nisahotaka ny mpandeha fa tsy nisy fiara, ny vola anefa efa voaloa ...

Manodidina ny mpandeha 50 eo izy ireo no tsy maintsy najanona. Tabataba sy menomenona no nameno ny tobim-piantsonana nasionaly teto Mahajanga, omaly alina. Vokatry ny tsy fahaiza-mandamina nataon’ireo mpitatitra vitsivitsy tao an-toerana. Nanomboka tamin’ny alatsinainy no efa nanao famandrihan-toerana sy nandoa vola ny maro, omaly anefa raha hanainga dia nambara fa tsy misy fiara indray. Vao naheno ny fitarainan’ireo mpandeha ny tompon’andraikitry ny ATT teto Mahajanga, avy hatrany dia nidina teny an-toerana nijery akaiky ny zava-misy. Araka ny tatitra nomena azy raha nitafa tamin’ny mpanao gazety izy, dia nisy fahasimbana ilay fiara tokony handeha ka voatery namboarina no fototry olana. Nanamafy anefa ireo mpandeha sasany, fa tsy izay akory ny zava-misy, satria efa tamin’ny 4 ora tolakandro izy mianakavy no nasaina ho tonga nefa amin’ny 6 ora tsy mbola nisy fiara nidirana akory satria hoe tsy ampy ny fiara. Ireo mpandeha tamin’ny koperativa sasany indray, nilazana fa haverina ny vola raha toa ka tsy manaiky ny fandaminana amin’ny fanampiana kely ny saran-dalana 5.000ar na 10.000ar.  Tsy ekena velively io fanararotana io, hoy ny tomponandraikitra. Tsy izay akory no nifanarahana hoy izy. Misy ny lalàna tsy maintsy arahina ato amin’ny tobim-piantsonana hoy hatrany izy ka tsy maintsy handraisana fepetra ireo koperativa mihoa-pefy amin’ny tokony ho izy ireo.

Tantely Vandriam

Midi Madagasikara66 partages

Analakely – Andravoahangy : Fanafihana mitam-piadiana, vola an-tapitrisany maro no lasa

Tamin’ny toerana roa samihafa, ary saika tamin’ny ora nitovy ireo fanafihana. Ny iray tranombarotra iray malaza amin’ny fivarotana valonan-damba no lasibatry ny jiolahy nitondra fitaovam-piadiana omaly, tokony ho tamin’ny 11 ora tany ho any, tetsy Analakely. Vola roa tapitrisa ariary teo ho eo no lasan’izy ireo, araka ny fanazavana azo avy tamin’ny mpitandro filaminana. Fa fotoana fohy taorian’izay, dia tranombarotra lehibe iray indray ihany koa no lasibatra teny amin’iny faritra Andravoahangy tsena iny. Vola tamin’ny gony no lasa. Kisendrasendra sa efa nomanina ? Mpinamana ihany ve ireo ?

Ny zava-nitranga tetsy Analakely, araka ny fitantaran’ireo nanatri-maso, dia teo amin’ny telolahy teo izy ireo, toy ireo mpanjifa  ireny. Nandrahona ny tompon’ny fivarotana, ary naka ny vola rehetra tao amin’ny fitoeram-bola, izay manodidina ny roa tapitrisa any ho any. Nivoaka tsimoramora toy ny tsy nanao n’inona n’inona ihany koa. Fikoropahan’ireo tao am-pivarotana sy ny fahatongavan’ireo pôlisy maromaro no nanaitra ny manodidina. Araka ny fanazavana azo hatrany, dia efa hita tao anaty « camera de surveillance » ny endrik’ireto olon-dratsy ireto ary nandeha avy hatrany ny fikarohana. Fa raha mbola nisomebiseby teny ny polisy, dia fantatra ihany koa fa nisy tranombarotra iray voatafika teny Andravoahangy Tsena. Efa-dahy indray ireo, izay samy nitondra basy PA tsirairay avy. Tamin’ny gony mihitsy ny vola lasa, izay tombanana any amin’ny dimampolo tapitrisa any ho any. Tsy nisy fanapoahana basy ihany koa teny. Nisy nahafantatra ihany koa ny mombamomba ireo olon-dratsy ka raikitra ny fisavana sy ny savahao. Ary raikitra ny fifanenjehana nony avy teo. Nihazo an’Anjanahary sy Manjakaray iny izany, ary tonga hatrany Andraisoro mihitsy. Efa nisy iray ihany saika voasambotra, raha ny fanazavana azo, saingy tafaporitsaka izy io. Hatramin’ny omaly hariva, ora nanoratanay dia mbola manatanteraka fisafoana sy savahao ho fikarohana ireo olon-dratsy, na izany ireo nandroba teo Analakely na ireo nanafika tetsy Andravoahangy, ireo hery rehetra avy amin’ny pôlisy.

m.L

Tia Tanindranaza60 partages

Jadon’ny fitondrana HVMNoroahana tao amin’ny Hotely i Ravalomanana

Voaporofo hatrany fa misy mpitondra jadona sy mpanararao-pahefana eto Madagasikara.

Omaly hariva tokony ho tamin’ny 7 ora latsaka folo, nobahanana miaramila mirongo basy sady nohodidinin’ny mpitandro ny filaminana avy amin’ny Emmo reg efa ho 50 lahy mahery ny Grand Hotel ao Antsiranana. Tsy navela niditra tao intsony Ramatoa Lalao Ravalomanana izay sendra nivoaka ka nikasa ny hiditra. Hentitra ny toromarika, nasaina navoaka avy hatrany ny entany rehetra fa ilain’ny filoham-pirenena mivady, hono, ilay efitrano « Suite présidentielle » ao amin’ity hotely kintana 5 ity. “Baiko ny anay ka tsy maintsy tanterahana”, hoy ireo lehiben’ny mpitandro ny filaminana raha niresaka tamin-dRamatoa Lalao Ravalomanana teo ivelany izy ireo. Atoa Marc Ravalomanana moa tamin’io fotoana io mbola nivory niaraka tamin’ireo mpiara-miasa sy mpiara-dia aminy ao Antsiranana. Marihina fa efa tamin’ny alarobia 26 jolay 2017 no namandrika ny efitrano Atoa Marc Ravalomanana satria fantatra hatry ny ela fa hanomboka ny 18 aogositra 2017 ao Antsiranana ny fankalazana ny faha-50 taona niorenan’ny FJKM izay izy no filohan’ny komity mpitarika; ny alarobia 16 aogositra kosa no nanomboka nipetraka tao izy ireo. Izao anefa dia tery vay manta ny hoe tsy maintsy miala ao ianareo fa ny filoham-pirenena mivady no mipetraka ao. Asa aloha izay tena resaka tao ambonimbony tao fa ny re tany Antsiranana halina dia hoe mivantana avy amin’ny praiminisitra Solonandrasana ny baiko nalefa tany amin’ny Prefen’Antsiranana. Io indray no niteny tamin’ny mpitantana ny hotely saingy namaly ity farany hoe tsy afaka mandroaka « client » izahay. Teo no nohetsehina ny mpitandro ny filaminana dia io nandroaka ny fianakaviana Ravalomanana miaraka amin’ny entany io. Avy aiza marina ny baiko ? Avy any amin’ny filoham-pirenena ve ka nampitainy any amin’ny praiminisitra ? Sa ingahy praiminisitra no nanapa-kevitra samirery noho ny antony tsy fantatra ka nanao izao fanamparam-pahefana izao amina filoham-pirenena teo aloha sady olona hitarika ny lanonan’ny Fjkm manomboka rahampitso amin’ny maha filohan’ny komitin’ny jobily faha-50 taona azy ? Tsy fahalalana ve sa tena loham-boto mihitsy no fomba fiasan’ity fitondrana HVM ity ?

RTT

Tia Tanindranaza53 partages

Zandary any Fitampito IkalamavonyMitaky 70 tapitrisa ariary

Velon-taraina noho ny afitsoky zandary avy amin’ny paositra Fitampito, distrikanin’Ikalamavony ny mponina sy ny fianakaviana mbola manana omby betsaka ao Betabika, 8 km miala ny renivohitry ny kaominina Fitampito.

 

 Tonga tao an-toerana ny zandary ary nitaky vola 70 tapitrisa ariary tamin’ireo fianakaviana be omby ao an-toerana, raha ny fitarainan’ireo mponina. Antony ny fanendrikendrehana natao tamina lehilahy avy amin’io tanàna io, izay nolazaina fa nangalatra omby. Mba handaminana ny raharaha ny antony nitakiana ny vola, raha ny fitarainana. Tsy nisy akory anefa ilay halatra fa tsindry bokotra sy ramatahora hakana ny volan’ny olona fotsiny. Anisan’ny toerana ahitana fianakaviana manana omby betsaka sy sokajiana amin’ny “mpagnarivo” na manankarena io toerana io. Mitaraina amin’ny fanararaotana ataon’ny zandary, araka izany, izy ireo satria ny natao hiaro ny vahoaka sy ny fananany indray no mitady handroba azy amin’ny fomba avo lenta. Sady mampalahelo no mahamenatra ny kolikoly sy ny fanamparam-pahefana, ka manao antso avo amin’ny tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny fitandroana ny filaminana sy manam-pahefana mahefa eto amin’ny firenena ireo olona, izay mahatsiaro ho hiharan’ny antsonjay sy ny tsindrihazolena. Ny toe-javatra tahaka izany rahateo no lasa fandoto iray tandroka manaratsy ny mety ho ezaka misy amin’ny resaka fanadiovana ny asan’ny mpitandro ny filaminana, izay matetika mahazo kihana amin’ny fiarahamonina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza53 partages

Praiminisitra SolonandrasanaEfa manao izay hanesorana azy

Fahafaham-baraka tsy roa aman-tany ho an’ny praiminisitra Mahafaly Solondrasana Olivier sy ny fanjakana Rajaonarimampianina manontolo ny nivoahan’ilay taratasy,

Toky R

 

Midi Madagasikara50 partages

Boriboritany voalohany : Mpanedaka 5 lahy sarona, gadra afaka ny 3

Manoloana ny fahamaroan’ny fitarainana voarain’ny Polisy miasa ao amin’ny Boriboritany voalohany etsy Analakely mahakasika ny fisian’ny mpanendaka mandritra ny fitohanan’ny fiara etsy amin’ny tonelina Ambohidahy dia nanatanteraka hetsika manokana izy ireo hamongorana izany. Vokany, mpanendaka sy mpanao sinto- mahery 5 lahy no voasambotra ny alatsinainy, 14 sy ny talata, 15 aogositra 2017. Ny roa lahy tratra tao anaty tonelina Ambohidahy teo am-pisintonana findain’olona tao anaty fiara. Ny roa lahy hafa voasambotry ny fokonolona teo akaikin’ny Pharmacie Pergola Antaninarenina rehefa avy nanendaka ramatoa iray nandalo teny an-toerana . Ny farany dia tovolahy iray tratran’ny Polisy kaominaly teo am-pangaronana paosy teo ampitan’ny Honey Analakely ary naterin’izy ireo tao amin’ny Biraon’ny Polisy. Nandritra ny famotorana natao azy ireo no nahafantarana fa efa nigadra noho ny resaka fanendahana sy sinto-mahery ny telo lahy amin’izy ireo. Fantatra ihany koa fa saika monina eny Antohomadinika sy Antsalovana iny ny ankamaroany. Natolotra ny fampanoavana ny alarobia 16 aogositra 2017 izy dimy lahy ireo ka nampidirina vonjy maika eny amin’ny Fonjaben’Antanimora.

T.M.

Tia Tanindranaza46 partages

Ministeran’ny paositra sy ny fifandraisan-davitraManome « connexion » maimaim-poana ho an’ireo tsy af...

Tafiditra tanteraka ao anatin’ny vakansy lehibe isika ankehitriny. Na izany aza anefa dia betsaka amin’ireo ankizy sy tanora no tsy mba afaka mivoaka ny renivohitra,

 

 noho ny antony maro samihafa, antony  nanosika ny Ministeran’ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra hanome “connexion” maimaim-poana ho azy ireo. Etsy amin’ny CMDELAC Analakely no toerana hanatanterahana izany, nanomboka afak’omaly alarobia, hifarana ny 15 septambra ho avy izao, isan’andro manomboka amin’ny 09 ora  maraina ka hatramin’ny 04 ora sy sasany hariva. Solosaina miisa dimy sy tablette folo ary lap top maromaro  no azo ampiasaina amin’izany.  Tsy voafetra ny ora hahafahan’ireo ankizy sy tanora mampiasa izany, saingy rehefa tena milahatra be kosa dia ferana hatramin’ny 30 minitra isaky ny olona iray ihany, araka ny fanazavan’Atoa Andrianjafy Dina, teknisiana iray avy eo anivon’ity Ministera ity. Misy moa ny fanaraha-maso ataon’ireo tompon’andraikitra avy eo anivon’ny Ministera, mandritra izany, mba hahatonga ireo ankizy sy tanora ireo tsy hihoa-pefy ka hanararaotra hijery ireo karazana cite hafa. Tsy mijanona ho an’Antananarivo irery izao hetsika izao fa miparitaka manerana ny faritra mihitsy.

Pati

 

Midi Madagasikara45 partages

Vendredi joli

# Revy Lôlô sy ny tariny au Piment Café. Quand Benny, Bebey, Sammy et Sefo se retrouvent, l’ambiance ne peut être qu’exceptionnelle. Ce ne sont pas les irréductibles de Lôlô sy ny tariny qui diront le contraire. Ce samedi 18 août, ces amis de toujours vont à nouveau embarquer le public dans un rendez-vous inédit au Dôme rta. Comme au bon vieux temps ! Benny et sa bande vont replonger leurs inconditionnels dans les années 70.

# Marion à l’HDA Analakely. Marion en concert un vendredi soir dans un cadre très convivial, une aubaine à ne rater sous aucun prétexte. D’ailleurs, le chanteur, ce soir, ne sera pas accompagné de Dj. Ses titres seront joués en live. Il sera accompagné par coach Lanto co. Spy D sera le guest de la soirée.

 

 

 

# Elodie au Glacier Analakely. La chanteuse continue son opération de charme ! Ce soir, elle sera à l’affiche du Glacier pour faire danser les noctambules au rythme de ses plus grands tubes, entre « Allô allô » et « Mama ».

# Farakely au CCesca. La minute vérité, c’est ce soir ! Après des semaines et des semaines de répétition, Farakely va enfin passer aux épreuves. C’est effectivement ce soir qu’elle va présenter et jouer sur scène en grande première « Tafaray isika roa ». Un concert en deux parties. La première va mettre en avant Farakely et son groupe. Dans la seconde, elle partagera la scène avec ses guests. Il y aura le groupe Randrantelo, dont elle fait d’ailleurs toujours partie, mais aussi Dama, Laza et Alain Rabetrano. La chanteuse sera accompagnée d’Andry Tsitohaina, Hoby et Manitra aux guitares, Tiana Rainitelo, Andry et Naina Zanaray aux percussions et Sefo à la basse.

# Elsie au Café de la Gare Soarano. C’est une touche-à-tout. Soul, jazz, blues… elle joue et chante de tout. Ce soir, elle émerveillera sans aucun doute ceux qui seront au Café de la Gare Soarano. Avec sa voix exceptionnelle, c’est sûr, le vendredi sera vraiment joli.

# Nully Ratomosoa au Jamaïca Chill Bypass. Battant, Nully Ratomisoa n’a jamais baissé les bras ! Bien qu’à ses débuts, personne n’ait parié sur lui, le jeune bassiste a fait preuve d’une grande persévérance et a poursuivi son petit bonhomme de route, sans jamais rien lâcher. Aujourd’hui, il continue son combat : celui d’aller le plus loin possible et de se faire connaître dans le milieu du jazz. Demain soir, il revient donc sur le devant sur la scène pour faire résonner sa musique. Nully Ratomosoa et sa bande attendent de pied ferme les mélomanes au Jamaïca Chill Bypass dès 19h.

# Iary au Trass Tsiadana. Elle est une star du rock malgache, mais au fil du temps et avec la maturité musicale acquise, elle est devenue une grande dame de la chanson tout court. Iary peut reprendre les standards des grandes vedettes féminines de la variété internationale. Elle l’a fait avec succès à plusieurs reprises. Ce soir, elle pourrait en surprendre plus d’un au Trass Tsiadana.Mahetsaka

Midi Madagasikara34 partages

Madagascar- Indonésie : L’abaissement des taxes douanières envisagé

SEM Heru Wicaksono nouveau chargé d’affaires en pied de l’Indonnésie et son épouse.

L’Indonésie a célébré hier le soixante-douzième anniversaire de son indépendance. Le personnel de l’Ambassade d’Indonésie et les anciens stagiaires de ce pays ont fêté avec faste cet heureux évènement.

« Les relations économiques et commerciales entre l’Indonésie et Madagascar s’intensifient de jour en jour ; mais les divers taxes qui sont très élevés empêchent les deux pays d’en tirer avantage et profit », a déclaré le nouveau chargé d’affaires en pied d’Indonésie à Madagascar SEM Heru Wicaksono lors de la célébration de ce soixante-douzième anniversaire d’indépendance. Pour renforcer les liens économiques entre les deux nations, l’Indonésie voudrait augmenter l’importation de girofle malagasy et envisagerait d’accroître le commerce de la viande de zébu. Pour concrétiser cet élan, la discussion entre les deux parties est nécessaire. Les relations diplomatiques entre les deux pays sont au beau fixe mais il faut les exploiter. La situation géographique des deux pays contribuerait à la réduction des prix des produits. Tous les facteurs pour développer les relations économiques et commerciales existent donc bel et bien, mais il faut que les dirigeants aient une volonté réelle de faire en sorte que les populations des deux pays aient un niveau de vie équivalent. Rappelons que le gouvernement indonésien a déjà offert plusieurs stages et bourses pour les étudiants et fonctionnaires malgaches et ils jouent un rôle important dans le développement économique de notre pays.

NARY Ravonjy

Midi Madagasikara31 partages

Grande Braderie : Une trentaine de secteurs d’activité

Les sponsors et partenaires de la GBM lors d’un point de presse, hier.

L’événement pour la fin des vacances sera sans conteste, la troisième édition 2017 de la Grande Braderie de Madagascar qui aura lieu au Palais des Sports du 30 août au 3 septembre prochain. Une édition qui sera bien évidemment consacrée à la rentrée scolaire puisque plusieurs stands parmi les 300 prévus proposeront des fournitures scolaires à des prix abordables. Mais il n’y aura pas que les fournitures scolaires. Tout le monde sera servi avec la trentaine des secteurs d’activité qui seront proposés au Palais des Sports. On peut citer, entre autres, les habillements et accessoires qui représenteront 40% des marchandises proposées. Mais il y aura également d’autres produits d’utilité courante comme l’alimentaire, la cuisine et la gastronomie, le cosmétique, les chaussures et sacs, les accessoires pour voiture, les bijoux, les plastiques, l’énergie solaire, l’électroménager, la télévision par satellite, les téléphones portables, l’informatique… Bref, tout ce dont le public a besoin sur la même place. Au grand bonheur évidemment des participants qui pourront une fois de plus réaliser un bon chiffre d’affaires. Mais surtout des visiteurs qui auront toujours droit aux 15% de remise. « On a un dispositif pour contrôler si les participants appliquent ou non cette obligation » a déclaré, hier Harilala Ramanantsoa de Madavision.

Rentrée scolaire oblige, la Grande Braderie sera notamment sponsorisée par l’Etudiant, distributeur de cahiers et de fournitures scolaires de grande qualité. Des remises exceptionnelles seront appliquées par l’Etudiant. Bref, la Grande Braderie sera, une fois de plus l’événement incontournable pour les visiteurs qui veulent des produits de qualité au meilleur prix.

R.Edmond.

Midi Madagasikara30 partages

10.335 numéros en 34 ans

18 août 1983 – 18 août 2017. Midi Madagasikara souffle aujourd’hui ses 34 bougies et entame sa 35e année de présence dans le paysage médiatique malgache. Un anniversaire qui est l’occasion de retracer le passé pour mieux …écrire l’avenir.

10.335 numéros en 34 ans

Tout au long de ces 34 ans, le journal s’était efforcé d’informer au quotidien ses lecteurs et de satisfaire au mieux ses annonceurs, malgré les vicissitudes de la vie nationale et les aléas de l’international. Trois décennies et demie, enfin presque, durant lesquelles Midi avait effectivement fait face à toutes sortes de difficultés, pour ne rappeler que la période sombre de la censure où il fallait même soumettre la veille à la pré-censure les articles susceptibles de ne pas faire les affaires – au propre comme au figuré – du pouvoir de l’époque. 34 ans marqués par 10.335 numéros mais aussi et surtout par le passage obligé vers les NTIC et le numérique qui devaient reléguer dans les musées l’argentique, les machines à écrire et bien d’autres outils qui restent indissociables de l’histoire écrite en noir et blanc de Midi qui est passé depuis à la quadrichromie. 34 ans qui ont permis à Midi de traverser trois Républiques – de la Seconde à la Quatrième – et de couvrir trois crises politiques. Celles de 1991, 2002 et 2009. 34 ans jalonnés également par des plumes connues et reconnues dans le milieu de la presse écrite au sein duquel Midi est un ancien parmi les anciens sans pour autant revendiquer un quelconque droit d’aînesse. Tout comme il n’a jamais prétendu donner des leçons à d’autres organes ou confrères ni à en recevoir du reste, au cours de ses 34 ans d’existence, quand bien même Midi aurait été et serait encore une pépinière de grands commis de l’Etat à travers ses journalistes qui ont réussi au mérite tel examen ou tel concours d’entrée pour ne citer aucune école. Sans compter ceux qui ont pu se faire une place sous d’autres cieux comme un ancien collègue – récemment de passage au pays – titulaire d’un PhD qui est professeur de science politique dans une université de Caroline du Sud. Ou encore un autre en poste aux Nations Unies à New York après avoir décroché le premier rang parmi de nombreux journalistes africains. Enfin, Midi n’aurait pas tenu 34 ans sans la volonté et la pugnacité de ses dirigeants et tout particulièrement de sa fondatrice qui a su toujours garder la foi.

R. O

Midi Madagasikara29 partages

70è anniversaire du 29 mars 1947 : L’expo photo itinérante de l’ANTA à Mahajanga

La ville de Mahajanga accueille, depuis hier, l’exposition photo des archives de l’ANTA (Agence nationale d’information Taratra) dans le cadre du 70e  anniversaire des événements du 29 mars 1947 pour l’indépendance de Madagascar. Un anniversaire placé sous le thème « Mba hiampita ny fanilo, ny lasa tsy fanadino ». L’exposition photo qui s’étalera sur trois jours, se tient dans les locaux de l’hôtel de Ville de Mahajanga. Il s’agit d’une exposition  itinérante qui fait escale dans les grandes villes de Madagascar. Outre Antananarivo, les villes de Toliara,  Moramanga et Manakara, l’ont déjà accueillie ces derniers mois.

Hanitra R.

Madagascar Tribune28 partages

Le ministère de la Sécurité publique fait un rappel à l’ordre

A travers une communication verbale dont l’objet consiste à une « opération pour rétablir les règles légales sur l’usage de certains privilèges en matière de circulation routière  », le ministre de la Sécurité publique Andrianisa Mamy Jean Jacques vient d’annoncer une fin possible des abus d’autorité sur la voie publique. En effet, les passages à toute vitesse des véhicules portant des cocardes ou encore des gyrophares ou simplement des vitres fumées sans que ces derniers ne se soucient des autres usagers de la voie publique font désormais partie du quotidien des Malgaches surtout tananarivien. Une situation que les citoyens ont pourtant du mal à accepter, du fait que certains véhicules utilisent ces marques afin tout simplement de se soustraire aux règles régissant la voie publique au détriment des autres usagers. Dans cette communication verbale, le ministre de la Sécurité publique de déclarer que «  cette situation commence à se faire ressentir par la population qui dénonce un « usage abusif » des prérogatives de puissance publique, allant jusqu’à persiffler l’Etat. D’autant plus que dans la majorité des cas, certains automobilistes y ont délibérément recours sans avoir le statut de « hautes personnalités » pour se soustraire des contrôles routiers et/ou pour camoufler des actes répréhensibles  ». Etant donné que ces écarts et abus sont prévus et punis par la loi, des mesures seront donc dorénavant prises. En premier, une campagne de sensibilisation qui durera une semaine sera effectuée par le ministère, notamment en ce qui concerne les dispositions que comporte la loi 2017-002 portant nouveau code de la route à ce propos. Par la suite, le ministère effectuera des contrôles rigoureux sur la voie publique à l’endroit des véhicules porteurs des insignes distinctifs cités ci-dessus. Ceci afin de « mettre fin à ce désordre et rétablir l’Etat de droit » selon le ministère. L’on s’attend donc d’ici peu à ce que les véhicules qui usent de ces signaux, notamment les gros 4x4 qui foisonnent de partout, soient remis dans le droit chemin. Pour rappel, des cas se sont déjà présentés mais n’ont connu aucune suite. Notamment celui du véhicule tout terrain d’un député sur lequel se trouvait une cocarde mais qui a été arrêté transportant du chanvre et du cannabis. Une affaire dont la suite malheureusement n’a plus été communiquée au public.

Midi Madagasikara25 partages

Ex-militaires : Rassemblement à Tana le 26 août

Une semaine mouvementée en vue. Les partisans des Forces de changement envisagent d’organiser une manifestation le mardi 22 août prochain pour interpeller les dirigeants actuels à propos des maux sociaux auxquels la population fait face au quotidien et pour réclamer la liberté d’expression. A entendre les explications de Ratolojanahary Maharavo (Doudou), une demande y afférente a déjà été déposée auprès des autorités compétentes. Aux dernières nouvelles, la CUA aurait proposé le gymnase couvert de Mahamasina pour cette manif. Au cas où la Préfecture de Police d’Antananarivo rejette cette demande d’autorisation, les Forces de changement prévoient de saisir le Conseil d’Etat. Quatre jours seulement après cette manifestation des partisans des Forces de changement, ce sera au tour des anciens militaires d’exprimer leur colère. En effet, les membres de l’Association des Anciens Militaires (AAM) envisagent d’organiser une grande mobilisation à Andrefan’Ambohijanahary le samedi 26 août prochain.

Alignement d’indice. Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue hier, le président de l’AAM, Randrianasimanana Jean Solo a annoncé que 4 000 ex-militaires, réservistes et veuves des militaires et gendarmes morts en service commandé, venant de toutes les régions de Madagascar vont faire le déplacement à Tana pour cet évènement. Environ 30 représentants par districts, selon ses dires. A noter que l’Association des Anciens Militaires compte 6 000 membres sur toute l’étendue du territoire. Hier, le président de l’AAM a évoqué la possibilité d’une descente dans la rue. Le président Hery Rajaonarimampianina est accusé de ne pas tenir sa parole. Une délégation des ex-militaires a été reçue par le Chef de l’Etat et le Secrétaire général de la Présidence de la République le 18 mai dernier. 4 mois après, les responsables étatiques n’ont donné aucune suite à leurs revendications. Pourtant, au cours de cette rencontre, le numéro Un d’Iavoloha se serait engagé à payer l’alignement d’indice et le rappel de moins perçus impayés depuis l’année 2006. Il convient de rappeler l’existence de l’arrêt n° 120 rendu en 2010 par le Conseil d’Etat qui ordonne à l’Etat malgache le paiement de l’alignement des pensions de retraite des anciens gendarmes et militaires, suite à une requête déposée en 2008.

Davis R

Midi Madagasikara25 partages

Jhonny Rovanantenaina, l’ascension d’un surdoué

Jhonny dans ses actions.

A 12 ans, Jhonny a déjà à son palmarès trois titres de champion de Madagascar U10 en 2015, U12 en 2016 et 2017.

Un surdoué. Jhonny Rovanantenaina est la relève par excellence de la petite balle jaune malgache. Il est le meilleur joueur du pays dans sa tranche d’âge, celle de l’année 2005. Le petit joueur du Country Club Ilafy avec ses 1,38 m et 40 kg est ce qu’on appelle communément un enfant surdoué. A 12 ans, il fut sacré champion d’Afrique de tennis par équipe au mois de mai sur les courts de l’ASUT à Ambohitsaina. Très jeune, il a accroché une étoile à son palmarès et fait partie des plus jeunes sociétaires de l’équipe nationale. Une qualification assurée pour les Championnats d’Afrique par équipe à Casablanca, Maroc du 09 au 17 septembre.

Le trio qualifié pour les Championnats d’Afrique par équipe au Maroc.

Pourtant, le tennis n’est pas une discipline familiale. Ayant vécu à la campagne, il a rejoint son père dans la Capitale en 2014, celui-ci travaillant déjà au Country Club à Ilafy. A neuf ans, Jhonny a commencé à s’initier au tennis en assistant aux séances d’entraînement des joueurs du Country Club. « Au début, il a regardé les joueurs s’entraîner, puis j’ai décidé de lui donner une raquette. Mais à ma grande surprise, il a appris vite et est même arrivé à dépasser les plus chevronnés. Il suffisait de lui expliquer une seule fois et il assimilait », a indiqué Josoa Rakotonindriana, son coach. Et sans attendre, cette même année en 2014, il a été sacré champion d’Analamanga. Depuis, il n’a cessé de gravir les échelons en dominant les compétitions sur place. En 2015, en U10, il a été champion de Madagascar en battant en finale Andy Robinson en 5/3, 3/5 et 10/5. En 2016, il a été sacré en U12. Cette année, sur les courts de l’ACSA, il s’est imposé devant Mahefa Rakotomalala en finale et s’est offert un titre national. « Ses coups droits court croisé monstrueux et ses attaques sont ses atouts » affirme son père, Jean Claude Rakotoarisoa. Comme le jeune garçon est numéro Un dans sa catégorie, il pourrait être surclassé en U14, U16 et même en 4e série en 2018. Pourtant, dans le monde du tennis, participer aux compétitions internationales est plus que primordial. « Il a du potentiel, techniquement, il n’y a rien à dire mais qu’en est-il de ses perspectives d’évolution ? L’objectif est de faire en sorte qu’il devienne n° 1 national », confie Josoa. Actuellement, il est en classe de 3e au Petit Leader Ambohitrarahaba, il va passer son BEPC en 2018. Quand on lui demande qui est le joueur qu’il admire, il répond sans hésiter : Rafael Nadal.

T.H

Midi Madagasikara20 partages

Vontovorona : Quand l’adduction d’eau rime avec promotion du genre

Lors de l’inauguration des lavoirs samedi dernier

Les mères de famille de ménages vulnérables sont nombreuses à opter pour le métier de lessiveuse. Un métier qui dans la pratique ne ménage ni les muscles ni les neurones, encore moins le moral, notamment en raison du caractère fluctuant de son rendement. Ces difficultés deviennent encore plus pressantes en milieu rural. Pour survivre et subvenir aux besoins de leurs familles, elles n’ont pourtant pas le choix.

Pour aider ces femmes à leur échelle, les initiatives des diverses organisations et de la société civile ne manquent pas. L’association humanitaire VAHAFAM opérant dans les zones environnant Vontovorona, a par exemple fait front commun avec l’association des femmes de cette zone rurale dénommée Soafiafara pour mener des projets d’adduction d’eau, dont les lessiveuses sont les principales bénéficiaires. Leurs enfants ne sont pas non plus en reste, car avoir de l’eau potable à proximité, de surcroît en zone rurale, est un luxe pour beaucoup trop de Malgaches. Samedi dernier, VAHAFAM et Soafiafara ont ainsi inauguré conjointement deux lavoirs qui sont maintenant opérationnels pour les lessiveuses d’Ampanefy 2 et Ambohibary, fokontany intégrant Vontovorona. Satisfaites et reconnaissantes, les femmes concernées n’ont pas manqué de remercier chaleureusement Eliane Gourdon, fer de lance du projet. L’une d’elles, Maman’i Vero a notamment reconnu : « Désormais, nous ne sommes plus obligées de parcourir des kilomètres à pied qui usent littéralement nos mollets, avec notre enfant sur notre dos et nous pratiquerons également notre métier dans des conditions non seulement plus agréables, mais également plus saines, avec l’eau potable et les lavoirs. »

Luz R.R

Midi Madagasikara20 partages

Le chiffre de la semaine : 40

Tel est, en mégawatts, la puissance électrique produit désormais par les installations de « Symbion Power », société américaine qui assure la gestion de la centrale thermique de Mandroseza. Officialisée cette semaine lors de l’inauguration de la centrale réhabilitée, cette capacité de production est effective depuis la réhabilitation des quatre groupes de Mandroseza. Installés en 2008, ceux-ci ont été défaillants, seulement quatre à cinq ans après. Fonctionnant au fuel lourd, la centrale est approvisionnée par la JIRAMA, la société américaine étant chargée d’assurer la production électrique. Rappelons que les besoins du réseau interconnecté d’Antananarivo en matière d’énergie s’élèvent à 230MW en période de pointe. Le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison, a assuré, à l’occasion de l’inauguration de la centrale thermique de Mandroseza, que le délestage est derrière nous. En revanche, les coupures de courant qui pourraient encore subsister, ne sont pas liées au volume de production électrique, mais sont plutôt dues à la vétusté des installations sur les réseaux de distribution de l’électricité. Tel était sans doute le cas, le week-end dernier, lorsque les habitants d’Andranonahoatra Itaosy sont descendus dans la rue pour protester contre les longues coupures de courant dont ils étaient victimes, deux jours de suite. Venus sur place pour disperser les habitants mécontents, les éléments des forces de l’ordre n’ont finalement pas eu à intervenir puisque le courant a été rétabli juste au moment où ils investissent les lieux !

Notons, enfin, que le ministre Rasoloelison a assuré, à l’occasion de l’inauguration de la centrale de Mandroseza, qu’il n’y aura plus de nouvelle hausse des tarifs de l’électricité. Et lui d’ajouter que les usagers qui consomment moins de 25KWh n’ont pas subi de hausse de tarifs depuis des années. Il est à signaler, en revanche, que des changements ont été observés par les consommateurs, au niveau de diverses taxes, revues à la hausse.

Hanitra R.

Midi Madagasikara19 partages

Communautés des pêcheurs : Réclamation de l’application du « Dina »

Leurs captures sont en baisse en raison de la pression croissante sur la pêche.

Plus de 500 000 personnes résidant dans les zones côtières de Madagascar vivent de la pêche à titre d’activité de subsistance. Regroupés au sein des communautés issues des différentes régions, leurs représentants comptant plus de 400 pêcheurs ont uni leur voix afin de réclamer à l’Etat leur droit fondamental de pêche exclusif le long de la bande littorale. Leur zone de pêche doit être ainsi bien délimitée et sécurisée. « C’est l’une des recommandations émises lors du 4e Forum national organisé dernièrement par le réseau MIHARI à Taolagnaro », a rapporté Hermany Emoantra, Président du bureau national MIHARI, lors d’une conférence de presse hier.

En compétition. En effet, « ces communautés de pêcheurs subissent une pression des bateaux de pêche industriels qui entrent en compétition directe avec l’exploitation de leurs ressources et contribuent largement à la dégradation des écosystèmes fragiles en utilisant des engins et des méthodes de pêche non-réglementées comme les sennes de plage, les harpons et les cyanures. A cet effet, elles demandent également d’appliquer des mesures strictes visant à réduire les engins de pêche destructeurs qui sont à l’origine de la baisse de leurs captures de pêche suite à la dégradation des écosystèmes marins », a-t-il rajouté. Mais de leur côté, ces pêcheurs reconnaissent qu’ils sont aussi responsables de cette baisse de leur production. « Certains d’entre nous utilisent encore des moustiquaires et des préservatifs pour pêcher alors que c’est interdit par la loi. C’est pourquoi, nous revendiquons l’homologation et l’application du « Dina » visant à surveiller et contrôler nos zones de pêche, et ce, en collaboration avec le Centre de Surveillance de Pêche. En outre, l’Etat doit appliquer effectivement les lois car il y a des bouteilles de plongée saisies en 2015, qui sont saisies de nouveau en 2016 et en 2017 suite aux infractions commises par des pêcheurs », a soulevé Eric, un pêcheur à Atsimo Andrefana.

Surveillance. Il faut savoir que le ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche travaille en partenariat avec le réseau MIHARI pour assurer une meilleure gestion communautaire des ressources marines. Ce réseau réunit les associations de gestion locale des aires marines et leurs ONG partenaires. « Une formation des communautés de pêcheurs en matière de surveillance communautaire de pêche est en vue. La mise en place des plans d’aménagement de la pêcherie se poursuit également », selon le directeur général de la Ressources Halieutiques et de la Pêche.

Navalona R.

L'express de Madagascar18 partages

Code de la route – Considérable amende aux infractions

Intransigeant. Désormais, conduire en état d’ivresse est puni d’une importante amende. Elle peut aller de 100 000 ariary jusqu’à400 000 ariary, selon le nouveau code de la route, promulgué en juillet 2017. Si le conducteur refuse de se soumettre aux vérifications, il sera contraint de verser une amende de 200 000 ariary à 800 000 ariary. Les répressions peuvent aller jusqu’à un emprisonnement d’un mois à un an et/ou au paiement d’une amende de 200 000 ariary à 800 000 ariary, pour les non titulaires de permis de conduire. L’accompagnateur d’élève conducteur est soumis à ces sanctions.Dans un accident de circulation, un conducteur, auteur de l’accident, qui prend la fuite sera  puni d’un emprisonnement de deux mois à un an et/ou d’une amende de 500 000 ariary à 2 000 000 ariary. Les conducteurs obtempérant à tout ordre des agents habilités ou qui refusent de se soumettre aux vérifications du véhicule ou de la personne seront également punis d’une amende allant de 200 000 à 800 000 ariary.

M.R.

Midi Madagasikara17 partages

Francis Turbo : Cabaret Dorent’s pour un amusement total

Francis Turbo, pour une soirée délirante le 25 août prochain au CFM Anosy.

Francis Turbo sera la vedette du vendredi joli le 25 août lors d’un cabaret unique qu’il donnera au CFM Anosy à  partir de 21h. Le public est prévenu, la soirée s’annonce festive.

Il est animateur, chauffeur d’ambiance, comédien, il chante par moment, mais c’est surtout un humoriste hors pair qui a ce génie de faire rire n’importe qui, n’ importe où. Partout à  Madagascar, il plait et ses sketchs font rire le public, c’est Francis Turbo, qui, depuis qu’il n’arbore plus son short mille bandes, continue de raconter des histoires d’ici et de là-bas, de tous les jours et d’ordinaire pour arracher un fou rire aux spectateurs. Avec des spectacles à guichets fermés tout au long de l’année, sur la scène du CCEsca et à Antsahamanitra pour Tana, le voilà dans un cadre plus intimiste au CFM a Anosy pour un cabaret Dorent’s qui sent déjà les belles blagues à des kilomètres. La soirée aura lieu le vendredi 25 août prochain à partir de 21h et se divisera en trois parties. Francis Turbo y interprètera des sketchs d’avant et de maintenant, car de ses histoires, on ne s’en lasse jamais.

Tabou. Ce cabaret Dorent’s, c’est probablement la dernière apparition de l’artiste pour Tana, en tout cas pour cette année 2017. Car l’artiste, qui est souvent en tournée dans tout le pays, donne des représentations un peu partout. Et c’est bien là tout son génie, car dans la Capitale comme dans les provinces, au nord comme au sud, il arrive à faire rire le public. Souvent avec des histoires inspirées du quotidien de la population, car il observe la société pour en écrire des sketchs. Et puis, il y a bien sur toute la particularité de chaque région, des peuples de l’île qui ont chacun leur culture et leur tradition. Et bien évidemment, tout ce qui tourne autour du tabou et de la sexualité que l’on tait mais qu’il sait traiter de manière humoristique. En tout cas, on est prévenu. Ceux qui l’affectionnent et qui veulent se défouler pour ce vendredi 25 août bien joli peuvent déjà acheter les tickets au Nect’art Ankaditapaka ou mieux, réserver au 034 98 00 259. Faites vite !Anjara Rasoanaivo

News Mada16 partages

Formation LIPSS/MISEI : nampiranty ny sanganasan’ny mpianatra ny fikambanana

Nanao varavarana misokatra omaly teny Ankatso, ny Association des étudiants en éléctronique et informatique d’ Ambohitsaina (AEEIA). Tanjona ny fifanakalozana eo amin’ny samy mpianatra ao anatin’ny lalam-piofanana formation LIPSS/MISEI, Mention physique et application ao amin’ny oniversiten’Antananarivo. Niavaka koa ny fampirantiana ny sanganasan’ny mpianatra taona fahatelo (L3) avy amin’ny famoronana vitan’izy ireo manokana nandritra ny fianarana. Santionany amin’izany ny « système de sécurisation » amin’ny alalan’ny « réconnaissance faciale » azon’ny isan-tokantrano ampiasaina hiarovana ny fananana. Tsy afaka misokatra ny varavaran’ilay trano rehefa tsy ao anatin’ny sarin’ny endrika voarakitry ny mémoire ilay olona. Faharoa, ny fitaovana afaka mamantatra ny refin’ny hamandoana, hafanana ary ny tsindrin’ny atmosfera ampiarahina amin’ny drone (asa tanan’ny mpianatra ihany koa) hisidina amin’ny toerana iray haka ireo mari-drefy ilaina amin’ny famantarana ny toetry ny andro ireo.

« Ny hetsika tahaka izao koa hisarihana ny mpandraharana malagasy na vahiny amin’ny vokatry ny fikarohan’ny mpianatra havadika ho tetikasa azon’izy ireo hotrandrahina », araka ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanana, Andriananjanavalona Vanona, omaly teny Ankatso.

30 isaky ny « niveau » ny isan’ny mpianatra, niforona ny taona 2005 ny LIPSS/MISEI fa ny taona 2014 vao nisokatra ny M1 manomana ny diplaoma masters. Hatramin’izao, andiany roa no efa nivoaka nahazo io mari-pahaizana io. Mivoatra haingana ny teknolojia ka tsy sarotra amin’ny fitadiavana tsenan’asa ny mpianatra. « Nampianarina hahaleo tena rahateo izy ireo ka afaka manangana tetikasa ho azy manokana », hoy ihany izy.

 

Hametraka laboratoara vaovao ny fikambanana

Fanamby lehibe hotanterahin’ny fikambanana ny fametrahana laboratoara « éléctronique » vaovao ahitana fitaovana avo lenta ahafahan’ny mpianatra manao fikarohana sy fampiharana. Amin’izao fotoana izao, 60% amin’ny fitaovana hampihodinana ny laboratoara efa tomombana fa miandry ny mpanohana ny 40%. Tombanana hisokatra amin’ny taona 2018 ny laboratoara vaovao.

Vonjy A.

Midi Madagasikara16 partages

Handicaps et transports collectifs : 635 cartes de mobilité réduite déjà opérationnelles

Avec cette carte qui leur est dédiée, les porteurs de handicaps opteront pour les transports collectifs avec un peu plus de sérénité !

Prendre le bus n’est pas évident pour les personnes porteuses de handicap et encore plus à Madagascar avec le manque de civisme caractéristique des usagers et des…receveurs.

Le « misisika bus » ou l’art de se glisser dans le bus, étant devenu la règle et non l’exception, surtout le matin et le soir, les handicapés sont le plus souvent laissés pour compte et se contentent du dernier peloton et des places inconfortables, faute de places qui leur soient consacrées, de respect et d’organisation adéquate. Pour essayer d’atténuer les désagréments subis par ces personnes porteuses de handicaps dans leur mobilité, le projet LAMINA a été initié au mois de mars. Avec la collaboration notoire et la prise de responsabilité de la Police nationale et des acteurs majeurs des transports collectifs, notamment les propriétaires de lignes de « taxi-be ». Actuellement, 635 personnes porteuses de handicaps détiennent déjà leur carte spéciale, qu’elles doivent impérativement emmener et présenter lorsqu’elles optent pour les transports collectifs dans leur déplacement. Elles bénéficieront ainsi des considérations et des dispositions qui leur reviennent de droit.

Usage et acquisition. Sur présentation de cette carte, les concernés pourront par exemple solliciter l’aide des agents de la police de la circulation lorsque d’une traversée peu évidente, surtout que sur Tana, les passages cloutés ne sont pas respectés ! En outre, les porteurs de handicap peuvent également présenter cette carte au receveur et aux usagers, pour faciliter l’entrée et la descente du bus d’un côté et bénéficier d’une place dédiée de l’autre. Et détail important, la queue interminable ou le « fisisihana bus » leurs seront épargnés sous présentation de cette carte, comme les femmes enceintes -en principe- ils passeront devant tous les autres ! Pour acquérir ce précieux sésame qui facilitera significativement leur vie quotidienne, les porteurs de handicap sont invités à solliciter la « Plate-forme de Fédération de Personnes Handicapées » qui les accompagnera dans leur démarche.

Luz R.R

Madonline15 partages

Antananarivo : Les autorités tentent de déplacer des sans domicile fixe

Démantèlement d’abris de fortune par la police municipale à Antananarivo

Le Quatrième arrondissement de la capitale, Antananarivo, déploie des efforts particuliers pour tenter de déplacer des sans domicile fixes qui occupent certaines rues de l’arrondissement.

C’est la rue située non loin du bureau de l’Arrondissement et du palais du Sénat, à Andrefan’Ambohijanahary, qui est visée par l’opération pour le moment, « pour des raisons d’hygiène et de sécurité » d’après un agent du Quatrième arrondissement.

La police municipale et les sapeurs pompiers sont mobilisés durant la nuit pour inviter les occupants des rues à s’en aller.

« Nous faisons face à une insécurité grandissante dans le quartier, et nous sommes aussi dans l’obligation de veiller à la salubrité de nos rues », explique le délégué du Quatrième arrondissement.

Ce n’est pas la première fois qu’une opération en vue de déplacer les sans domicile fixe, communément appelés « 4’Mis » à Antananarivo, est menée de la sorte. Mais toutes les actions dans ce sens n’ont jamais permis d’endiguer le phénomène.

Pourtant, le code pénal malgache en son article 269 considère le vagabondage comme étant « un délit ». C’est même un acte passible de « trois à six mois d’emprisonnement » comme spécifié à l’article 271 du même code pénal. Mais l’application de ces dispositions n’a jamais été une réalité.

On dénombre quelques milliers de sans domicile fixe à Antananarivo et dans les principales grandes villes de Madagascar, notamment depuis la crise économique engendrée par la Révolution socialiste malgache dans les années 80.

A Antananarivo, deux centres d’accueil pour les sans-abris sont à peine occupés par une centaine de personnes, pour une capacité d’accueil d’un peu plus de mille individus. La plupart des sans domicile fixe choisissent ainsi délibérément, pour diverses raisons, de rester dans la rue. Et ce ne sont pas les opérations fréquentes menées par les autorités qui y ont apporté du changement. D’autant que les opérations musclées sont souvent vertement critiquées par certains médias et par des organisations de défense des Droits humains. Le choix de la fermeté est naturellement difficile pour les autorités communales.

Midi Madagasikara14 partages

Hery Rajaonarimampianina : Opération de charme à Andralanitra

Clin d’œil du régime à l’Akamasoa.

Le couple présidentiel s’est rendu, hier, au centre d’accueil Akamasoa. Plus précisément dans le Fokontany Manantenasoa. Il a remis à cette occasion dix tonnes de riz, de couvertures, de l’huile alimentaire ainsi que 20 millions d’ariary aux habitants de la dite localité. C’est en quelque sorte une opération de charme, à l’endroit des pensionnaires du père Pedro. L’on se demande si c’est déjà une précampagne en vue de l’élection présidentielle de 2018 ? Faut-il rappeler que cette association humanitaire a été créée en 1989 pour venir en aide aux personnes démunies de la campagne, qui vivaient sur la décharge d’Andralanitra et arpentent les rues de la capitale. L’objectif du père Pedro est de sortir ces gens de lamisère afin qu’ils puissent vivre dignement comme ses compatriotes.

Lettres de créance. Toujours dans la matinée d’hier, la nouvelle ambassadrice de l’Australie à Madagascar, Jenny Dee, a présenté ses lettres de créance au Président Hery Rajaonarimampianina. Pour la nouvelle ambassadrice, les priorités seront le renforcement de la coopération entre les deux pays dans les domaines extractifs, de l’autonomisation des femmes et de l’égalité des genres. Notons qu’après Iavoloha, la diplomate a rallié Tsimbazaza pour rendre une visite de courtoisie au président de l’Assemblée nationale, Jean- Max Rakotomamonjy.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara11 partages

NATATION : « Je suis optimiste, ça va encore progresser »

Dixit Bako Ratsifandrihamanana

Compétitrice de haut vol en natation, Bako Ratsifandrihamanana ne cesse de travailler pour sa discipline. Elle en fait le point en ce moment.

Midi Madagasikara : « Comment est le niveau international actuel ? »

Bako Ratsifandrihamanana, championne de natation « le niveau international est de plus en plus fort, et tous azimuts. Brésiliens, Américaines noires, Hongroises, Japonais, Chinois, Africains, il n’y a plus de pays très dominant. Ce sont bien sûr des pays très développés en termes d’infrastructures sportives, piscines chauffées idéales pour les entraînements, des niveaux de vie très élevés, permettant un rythme d’entraînement de 6h par jour, une politique du sport basée sur l’excellence et le star système et le sport de haut niveau »

M.M. : et face à cela, la natation malgache? »

B.R. : « La natation malgache, on n’a pas encore le niveau mondial, c’est le chrono qui le montre, car aucun nageur n’atteint le minima des JO ni du championnat du monde. Mais on progresse. La preuve, il y a des records de Madagascar battus tous les ans, et je suis optimiste, ça va encore progresser. Il y aura encore d’autres records, mais la progression ça doit aussi toucher l’ensemble des nageurs et non pas un nageur expatrié par exemple. La natation malgache, c’est la synergie de toute une nation, sport d’élite ou sport de masse, je veux dire, c’est tout un ensemble ».

M.M. : « Quels conseils apporteriez-vous ? »

B.R. : « Je n’arrête pas de le dire, une piscine chauffée pour la Capitale car les deux tiers des nageurs sont de Tana, et la Capitale est une sorte de hub pour les grands événements nationaux, très pratique pour les déplacements des nageurs des provinces. Il ne s’agit pas de moteurs de chauffage, de décoration comme ce qui existe à l’ANS Ampefiloha mais des moteurs qui marchent. Là aussi, il faut de la volonté politique car les huit moteurs pour le chauffage d’une piscine sont l’équivalent de huit voitures 4 X 4 utilisés par les députés, donc  à nous de juger si cela en vaut la peine, de les avoir pour le bien-être de toute une population. A part cela bien sûr, il y a l’effort personnel de chaque nageur, ensemble avec toutes les parties prenantes, les parents, le club, les ligues et fédération, le COM et le ministère, le public, les journalistes… tout cela formant un tout contribue pour la réussite de la carrière de nageur, la culture de toute une nation »

M.M. : « Quels messages voulez-vous passer ? » 

B.R. « La natation nécessite des mesures d’accompagnement, comme tant d’autres disciplines. Le sportif de haut niveau investit en temps et en moyens, mais il n’y a pas de retour sur investissement donc peu incitatif. Les jeunes préfèrent des activités comme les concours de chants « copie-collé », zumba, danse, plus attractifs que les entraînements étalés sur des années voire 16 ans de natation compétitive pour moi, par exemple, mais au final peu de reconnaissance, et même l’ingratitude en fin de carrière. Normalement, un ancien sportif de haut niveau doit avoir sa place en tant que dirigeant dans sa discipline de prédilection, ce qui n’est pas le cas en natation, allez savoir pourquoi. Comme je dis souvent : Rendez à César ce qui est à César ».

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara11 partages

Football Analamanga : Un sulfureux CNaPS-Fosa ce dimanche

C’est fou mais jamais de mémoire une finale de la deuxième division de football d’Analamanga n’a suscité autant d’engouement que celle qui oppose, dimanche à Mahamasina, Fosa Juniors à la CNapS Sport.

Les deux formations, qui ne s’apprécient guère, ont choisi d’intégrer l’élite tananarivienne par la voie légale en disputant le championnat de la Ligue 2 d’Analamanga et les voilà face à face dans un duel qui promet même s’ il ne s’ agit pas des équipes premières.

Les rivalités, heureusement sportives, poussent les deux clubs à faire de cette finale une de leurs priorités, prestige oblige.

Logique donc si la CNAPS a fait venir d’Itasy ses seconds couteaux moyennant un transfert en règle pour renforcer davantage un bloc solide sous la houlette de deux grands techniciens, Jeremia Randriambololona et Parfait Rakotoasimbola.

Pour sa part, Fosa Juniors misera sur les membres de l’équipe nationale U17 notamment le grand défenseur Mamisoa mais également l’un des meilleurs demi défensifs, André Rafizy.

Franck Rajaonarisamba qui dirige le groupe est assez confiant et prend déjà certaines dispositions pour cette nouvelle saison chez l’élite.

C’est presque une certitude qu’on aura un très beau match surtout après une entrée somptueuse qui verra aussi la finale des moins de 16 ans entre Fosa et St Michel. Une autre bagarre en perspective…

Clément RABARY

Ino Vaovao10 partages

FIKASANA HANAKORONTANA NY SEHON’I WAWA : Tanora miisa 46 voasambotra tany Antalaha

Nisy tamin’ireo farany no fantatra fa nikasa hanakorontana tao amin’ny kianja nanaovan’ny tarika Wawa fampisehoana tany an-toerana, ny faran’ny herinandro lasa teo iny.

Nahitam-bokany indray ny hetsika nataon’ny mpitandro filaminana tao Antalaha. Ny faran’ny herinandro lasa teo nanao fampisehoana goavana tao an-toerana i Wawa sy ny ekipany. Nahazo loharanom-baovao avy hatrany ny Polisim-pirenena fa misy andian’olona mikasa hiditra ao anatin’ny kianja ary mitetika ny hanao asa fanakorontanana ao anatin’ny fampisehoana. 

Avy hatrany dia nandray andraikitra izy ireo, natao ny fiambenana ka andiana tanora am-polony maro no niara-voasambotra tamin’izany. Voasoroka araka izany ilay fikasan-dratsy ary tontosa soa amantsara tsara ny fampisehoana izay noentin’i Wawa noentina nanomezana fahafaham-po an’ireo mpankafy azy ao Antalaha. 

Nandritra izany kosa dia nitohy hatrany ny fanaraha-maso ny fandriam-pahalemana nataon’ireo mpitandro filaminana. Hatramin’ny misasak’alina dia nahatratra hatrany amin’ny 46 ny isan’ireo tanora voasambotra. 

Tafiditra ao anatin’ny famerenana ny filaminana ao an-tampon-tanànan’Antalaha avokoa izao hetsika izao, araka ny vaovao voaray. Ankoatra ireo nikonona ny hanao fanakorontanana dia nisy tamin’ireo voasambotra ihany koa no tsy nahitana kara-panondro teny aminy rehefa natao ny fisavana. Tovovavy iray mpiasana hotely kosa no tratra ambodiomby teo am-pangalarana. 

“Nitondra ireny kidoro be ireny ilay vehivavy izay nolazainy fa azy hoentina mody. Rehefa natao anefa ny famotorana dia fantatra fa an’ilay hotely lehibe fiasany io fitaovana io ary nangalariny an-tsokosoko”, hoy hatrany ny fanazavana voaray. Notazomina nanaovana fanadihadiana tany amin’ny biraon’ny Polisy izy 46 mianadahy ireto. Nisy tamin’izy ireo no nalefa nody ary misy kosa ireo tsy maintsy hiakatra  Fitsarana.

Avotra Isaorana

Midi Madagasikara10 partages

«Tana in rock» : Les plus grandes rockstars locales sur la même scène

La deuxième édition du «Tana in rock» se tiendra au Dome de la RTA à Ankorondrano le 1er septembre prochain, et à Antsahamanitra le dimanche 3 septembre. Les plus grandes rockstars locales seront au rendez-vous pour faire vivre un spectacle purement rock au public.

Prenez les leaders vocaux des groupes de rock les plus connus de ces trois dernières décennies, ajoutez les musiciens les plus cotés de la scène rock locale, mélangez le tout dans une soirée cabaret prestige ou dans un Antsahamanitra qui connait bien les riffs de ces groupes et laissez faire la magie. La formule a marché une fois, aucune raison de douter qu’elle échoue pour cette deuxième édition. Best Pro, qui a fait de la musique rock sa spécialité parmi les organisateurs événementiels de la place propose pour le 1er septembre au Dôme de la RTA à Ankorondrano et le 3 septembre au théâtre de verdure Antsahamanitra deux spectacles avec les plus connus du rock: Nini, Ken, Jacquot, Abasse, Batata, Niry, Lija, Rheg et Iary qui partageront la scène pour ce «Tana in rock» qui s’annonce déjà très festif. Pour les accompagner, des musiciens de talent qui font les beaux jours de cette scène métal : Deba, Poun, Eric, Zôzô et Rojo. Tous des stars dans leurs domaines respectifs.

Revy sy Vola ary Rock’n’roll. Dans les années 90, le rock avait déjà le vent en poupe et des collectifs d’artistes se mettaient à chanter en medley. Les grands festivals comme « Big Rock » qui récompensaient les rockers locaux étaient des événements incontournables qui rendaient sa lettre de noblesse au rock local. C’est à cette époque qu’est né le titre « Revy sy vola ary rock’n’roll » écrit par Randy Donny, composé par Pov avec une maquette signée Vain. « Les organisateurs sont venus me voir pour demander mon aval pour revisiter cette chanson. J’ai plutôt été enchanté » dit-il. D’ailleurs, sur cette reprise, seuls Doudh (du groupe LA Doudh) et Pov (du groupe Vain) n’y figurent pas, les autres sont encore tous là. Et la reprise est un vrai joyau. En tout cas, les mordus de rock s’impatientent. Il ne reste plus que quelques jours avant le grand rendez-vous, le décompte est lancé!Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara10 partages

Coopération régionale : Vers une adhésion de Madagascar à la TDB

Le ministre Chabani Nourdine s’associe toujours aux initiatives pour le développement du pays

Les opérateurs économiques ont toujours souhaité la présence d’une banque de développement à Madagascar.

Madagascar adhérera à la Banque de Commerce et de Développement (Trade and Development Bank, TDB). C’est presque une certitude après le passage au pays de Mabouba, Directeur Deal Structuring and Financial Modeling de la TDB. Sa mission consistait en effet à convaincre les hauts responsables nationaux d’accepter cette adhésion de Madagascar. Il a notamment rencontré la ministre des Finances et du Budget.

Opportunités offertes. Hier, c’était au tour du ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Chabani Nourdine de le recevoir. Une audience qui a permis aux deux personnalités de parler des opportunités offertes par la TDB qui est en fait la banque du COMESA. Une vingtaine de pays africains, membres du COMESA sont déjà clients de la TDB. Parmi lesquels figurent les pays qui ont connu une forte croissance comme Maurice, le Rwanda, le Kenya, le Zimbabwe et le Rwanda. A Maurice notamment, la présence de la TDB qui y a d’ailleurs son bureau régional, est considérée comme une manifestation de la confiance des milieux d’affaires internationaux et régionaux et la capacité de ce pays à agir comme un centre crédible pour les activités du marché des capitaux. En tout cas, le mandat de la TDB est de financer et de promouvoir le commerce, le développement socio-économique et l’intégration économique régionale dans tous les États africains, notamment les membres du COMESA.

Novateurs. En somme, une éventuelle adhésion de Madagascar à la TDB sera une belle opportunité de développement. « Madagascar dispose d’immenses potentialités que la TDB peut financer à travers des projets » a notamment déclaré Mabouba Diagne. Il a notamment cité des secteurs porteurs à financer comme l’agriculture, l’agro-industrie, l’énergie, le textile, le tourisme. « Avec un financement de la TDB, on peut développer ces secteurs, 10 fois, voire 100 fois plus » selon toujours Mabouba Diagne. Pour devenir membre de la TDB, un pays doit réaliser un dépôt de 2 millions de dollars, par tranche de 330.000 dollars sur une période six ans. Un investissement qui a la chance d’être rentable quand on sait que la mission et les objectifs de la TDB sont de fournir du capital de développement et des services dans la région, par le biais d’instruments de financement novateurs et ciblés par les clients. La Banque de Commerce et de Développement offre également aux investisseurs la possibilité de s’intéresser aux économies à croissance rapide grâce à des investissements étrangers directs rentables avec un bilan solide et de fortes perspectives de croissance. En somme, la TDB vise à devenir une institution de financement du développement régionale privilégiée en Afrique orientale et australe.

R.Edmond.

Midi Madagasikara10 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo 2017 : Dernière ligne droite !

Tous les feux sont maintenant au vert pour permettre la tenue de ce qui serait aujourd’hui la meilleure édition des Jeux Corporatifs d’Antananarivo sur ce site 5 étoiles du complexe sportif de la CNaPS à Vontovorona.

Le seul fait de fouler une pelouse synthétique ou de jouer au tennis sur une surface rapide sans parler du relais qui va se tenir sur une piste également en synthétique de huit couloirs, semble avoir réussi à séduire les participants qui viendront en masse comme l’attestent les nombreuses sollicitations auprès de CRO, l’organisateur de cet événement avec la CNaPS.

Inscriptions à Mahamasina. Dans cette dernière ligne et pour éviter les embouteillages lors de la séance de travail du 24 août à 14h30, le CRO recevra les inscriptions le 21, 22 et 23 août au bureau de la Ligue de football à Mahamasina de 8h à 16h en non stop.

Pour l’instant, le nombre des inscriptions tourne autour de 30 sociétés si on y inclut les sociétés qui se sont déjà manifestées et qui vont s’acquitter du droit dans les prochains jours.

On citera la CNaPS, Midi Madagasikara, SICMA, North South Connexion, E-Tech Consulting, Loxea Avis, Kraomita, Value IT, Out Sourcia, Epsilon, Total Madagascar, BOA, Jirama, les Ateliers du Capricorne, Assurances Aro, TELMA, Ambatovy, Aviation Civile de Madagascar, Direction Générale du Trésor, Direction Générale des Impôts, Ordre des Avocats, Materauto, Brasseries Star, Institut Pasteur, OSTIE, Air Madagascar, Ambatovy Moramaga, Accès Banque, Savonnerie Tropicale, Jovenna et Assurances Ny Havana.

Clément RABARY

L'express de Madagascar9 partages

Tennis – Championnat de Madagascar – Tsilavina, Lanja, Toky et Lucas en première série

À l’issue de la journée d’hier, on connait les noms des demi-finalistes de la deuxième série, au cham­pionnat de Madagascar. Il s’agit de Tsilavina Joharim­boahangy, Lanja Rakotozan­driny, Toky Ranaivo et Lucas Raoily, qui sont également qualifiés pour le premier tour du tableau première série.Hier après-midi sur la terre battue de l’Acsa Ambo­hi­dahy, Tsilavina était opposé à l’un des joueurs qui a animé la semaine, à savoir Roméo Rakotomalala. Ce dernier vient de la quatrième série et a réalisé un parcours remarquable dans la formule de tableaux progressifs de la compétition. Malheureu­sement, il a été éliminé aux portes de la première série (6/4, 3/6, 6/2).Pour sa part, Lanja Rako­tozandriny a écarté Stéphane Razafimahatratra en deux manches (6/4, 7/6), tout com­me Toky Ranaivo face à Rado­nirina Fanantenantsoa (7/6, 6/2). Enfin, Lucas Raoily, tête de série numéro un de la deuxième série, a disposé de Fenosoa Rasendra (6/0, 6/3).Du côté des dames, les quatre qualifiées pour la première série sont Miantsa Rako­tonirina, Mialy Ranaivo, Narindra Ranaivo et Steffy Razafimahatratra. Hier, Mian­tsa a battu Iantsatiana Rato­vondrahona (6/3, 6/1), Mialy et Narindra ont respectivement sorti Ylona Andrianaja­harivelo (6/3, 6/2) et Maholy Razakaniaina (6/2, 6/0). Et enfin, Steffy, la sœur cadette d’une certaine Zarah, s’est imposée devant Daniela Tafangy (6/4, 6/4).

H.L.R.

Midi Madagasikara8 partages

Jeux de la Francophonie : Les artistes malgaches ont fait sensation !

A Abidjan aux Jeux de la Francophonie, Madagascar a été représenté dans plusieurs concours culturels dont la danse de création et les Marionnettes géantes. Les artistes malgaches ont séduit le public, mais, le jury en a décidé autrement. Les talents des Malgaches sont reconnus par ses pairs de l’espace francophone et ont fait sensation.

Tahala Company séduit Abidjan. Même si le groupe n’a pas obtenu de médaille aux Jeux de la Francophonie, il a quand même reçu l’ovation du public. « Tahala Company » a séduit les spectateurs de la salle Kodori Ebouclé du Palais des Sports de Treichville, Abidjan à travers le spectacle « Tsingy ». La troupe de Zoé a transporté les spectateurs et téléspectateurs au fin fond du Tsingy de Bemaraha, un patrimoine mondial de l’UNESCO. « Il est injuste que Madagascar n’ait pas obtenu la médaille d’or au vu des prestations des autres groupes médaillés. Au-delà de l’histoire racontée, les Malgaches ont tout donné, du son, de la musique, une prestation scénique époustouflante » ont expliqué les spectateurs à la sortie de la salle. La Compagnie Tahala a vu le jour, il y a plus de 14 ans, en juillet 2003 à Antananarivo à l’initiative de Zoe Johnson Randrianjanaka et cinq autres personnes dont l’administrateur Misere Ambroise. L’association TAHALA a été créée en juillet 2003 qui a pour principaux objectifs de promouvoir le développement de l’art de la danse dans la région Atsinanana tout en tissant des liens de partenariat et/ou de coopération avec les institutions publiques ou privées. Leur expérience de danseurs et leur sens de la dérision donnent naissance à l’esprit piquant des spectacles de la compagnie.

La compagnie s’est fait connaitre lors de la rencontre chorégraphique Sanga devenue aujourd’hui « Danse l’Afrique danse ». En 2005, la compagnie a décidé de créer une école-centre de formation DIHY Mahavelona à Foulpointe. Cette année-là, Tahala Company a créé le Festival International « Mitsaka » à Toamasina. En 2008, la Compagnie a fait parler d’elle lors du festival I-Trotra. Leur spectacle « Temple Magique » remporte le Grand prix du jury. Un prix qui a conduit la troupe à Zoé dans une tournée nationale et dans la région Océan Indien. Tahala Company, à travers Zoé, est membre du Conseil International de danse (CID). Depuis son existence, Tahala Company, ne cesse de créer, des chorégraphies tel que « Sambo Fotsy», « Maso Fahatelo », « Anophel », « Randria », « Temple Magique » et de les présenter dans des différentes manifestations artistiques nationales (KARAJIA, ANKISOMA.) et internationales (Scène Nationale Théâtre Le Grand Bleu en 2004) « Danse l’Afrique danse » en 2008, Festival Maoré danse (Mayotte) en novembre 2010. Tahala Company a participé au concours « Danse l’Afrique Danse » à Tunis en 2008. Une rencontre chorégraphique de l’Afrique et de l’Océan Indien, organisée à l’époque par Culturesfrance (qui est devenu Institut Françaisactuellement) et Ness El Fen. En quête d’une notoriété internationale, Tahala Company a postulé pour le concours danse de création pour les Jeux de la Francophonie. Elle a été sélectionnée aux côtés de 24 autres compagnies issues du monde francophone. « Mon objectif est d’amener la troupe dans une nouvelle aventure. J’ai créé le spectacle Tsingy pour donner un aperçu aux spectateurs de la beauté et de la richesse de Madagascar » a fait savoir Zoé. Au départ, l’objectif de la compagnie était de figurer dans le Top 5 parmi les finalistes. Mission accomplie pour les Malgaches à Abidjan. Aujourd’hui, Tahala Company est reconnue dans le monde francophone à travers « Tsingy ».

La Compagnie Zolobe enflamme le public

La Compagnie Zolobe d’Antsiranana a participé aux Jeux de la Francophonie sur la scène du Canal aux bois à Treichville. Le spectacle raconte l’histoire d’un homme infidèle qui veut avoir deux femmes à la fois. Un spectacle à travers lequel les grandes marionnettes célèbres Monique et Jeannot ont émerveillé le public. Un spectacle tout en musique qui déclenche les premiers fous rires. Dans l’histoire, avec l’arrivée de Cléopâtre, Jeannot était séduit, mais, a été surpris par Monique. Il a fallu de longs moments de négociation pour que sa femme lui pardonne. Le public était conquis. Mais comme la danse de création, le jury en a décidé autrement au grand désespoir du public. D’autres compagnies qui n’ont même pas respecté le règlement du concours ont été médaillées. Pour rappel, la Compagnie Zolobe de Diégo participe pour la première fois aux Jeux de la Francophonie, si toutefois, elle est habituée au festival. Zolobe a été créée en 2002 regroupant une quinzaine de comédiens malgaches qui sont aussi musiciens, danseurs, clowns ou marionnettistes professionnels et amateurs. Les spectacles proposés associent le jeu des comédiens à la musique, à la danse, au chant, à la manipulation de marionnettes ou d’objets.

Dossier réalisé par Tanjona

Ino Vaovao6 partages

LOKINTSY ANY SAINTE-MARIE : Nandidian’ny mponina ilay trozona dia naverin’izy ireo an-drano

Nakan’ireo mponina teo amin’ny manodidina nahita ity hazandrano ity ny nofony ary natosik’izy ireo niverina any anaty rano izany avy eo.

Raha ny fanazavan’ireo mponina ao Sainte-Marie, rehefa ngeza loatra ny trozona, dia tsy mahazaka vatana intsony ka atopatopan’ny rano ka miafara eny amin’ny sisin-tany. Rehefa analana ny taviny amin’ny alalan’ny fandidiana ny nofony dia atosika miverina an-dranomasina indray izy avy eo, ka miverina mahazaka ny vatany indray aorian’ny fakàna ny nofony. Ataon’ny olona sakafo, atao menaka, atao fanafody no ilan’ny olana ny nofon-trozona.

Namonjy tao anaty mosary

Manana anjara toerana lehibe amin’ny kolontsaina Antenosy ny trozona. Zagnaharibe koa  no iantsoan-dry zareo azy. Ara-tantara, nanavotra ny razamben’ Antenosy tao anatin’ny mosary ny trozona. Nisy fotoana nandalo mosary ny mponina tao Sainte-Marie. Tamin’iny fotoana iny indrindra, nisy trozona fefika teny amoron-dranomasina, ka nakan’ny olona nofony natao sakafo.

Izany no nahatonga ny trozona nomen’ny Antenosy anarana hoe Zagnaharibe, noho izy nanavotra ny razambe Antenosy tao anatin’ny sarotra. Misy ny fombafomba ara-drazana fanaon’ny Antenosy ho an’ny trozona. Iray amin’ireny ny fanaovana antsa amoron-dranomasina miantso ny hivoahan’ny trozona amin’ilay hoe  : «  Mivoavoaha zagnaharibe fa zahay to mbola tsy nahita  !  ». Raha mivoaka milalao ny trozona amin’io fotoana io dia tsy maintsy miteny hoe «  Rary e  !  » ho fisaorana ny zagnaharibe.

Nangonin’i Kamy

L'express de Madagascar6 partages

Assosciation Akamasoa – Le chef d’État soutient Manantenasoa

Hery Rajaonarimampianina, président de la République, est au chevet des démunis de l’association Akamasoa. Il met en exergue sa volonté de lutter contre la pauvreté.

Ovation chez Père Pédro Opéka. Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, vient de promettre aux protégés de ce philanthrope argentin, des solutions aux problèmes quotidiens qui les submergent. Ils en sont ravis. « Vous avez besoin de policières pour régler l’insécurité? Vous les aurez ! Des équipements médicaux vous seront remis, bientôt. Nous allons également  trouver les solutions à vos problèmes d’approvisionnement en eau. Vous avez fourni tant d’efforts dans la lutte contre la pauvreté, qu’on vous tend naturellement la main », a indiqué le chef d’État. C’était au fokontany Manantenasoa,  de la commune rurale d’Ambohimangakely, hier, dans le cadre de la remise de dons par le couple présidentiel aux bénéficiaires de l’association humanitaire Akamasoa.Le religieux a souligné dans son discours, entre au­tres, que 20% des occupants du village  sombrent dans l’alcoolisme. Ils font régner la terreur et l’insécurité. « Nous souhaitons travailler avec les autorités. Nous ne pouvons pas tout gérer », fait-il appel. Il n’a pas oublié de mentionner le problème d’adduction en eau potable.

Lutte contre la pauvretéLa citerne d’eau d’un volume de 250 cm3 étant vide, la population doit parcourir des kilomètres pour chercher de l’eau. Les infrastructures sanitaires n’arriveraient plus à répondre aux besoins de la population. « À part les habitants de nos villages qui consultent nos formations sanitaires, nous accueillons des patients des quatre coins de l’île », avance-t-il.À cet effet, le Père Pédro a demandé des équipements médicaux : un scanner et une radiographie.Le nombre des bénéficiaires ne cesserait d’augmenter dans ce hameau. « Actuellement, nous avons cinq cent bénéficiaires dans notre centre et vingt cinq mille habitants en tout. Certains cherchent à habiter ici, malheureusement, il n’y a pas assez de maison car nous n’en construisons que cent par an », indique ce prêtre.Le couple présidentiel n’est pas venu les mains vides. Des sacs de riz, de légumes secs, des bidons d’huile, des balles de couvertures et une somme de 20 millions d’ariary ont été remis à cette association humanitaire.Hery Rajaonarimam­pianina a remercié le Père Pédro Opéka de la lutte contre la pauvreté qu’il mène. « Le combat ne se fait pas en un jour. Nous avons déjà réalisé plusieurs infrastructures et il nous reste beaucoup à faire, selon les priorités. Je vous invite à vous concentrer sur l’avenir et le développement du pays », lance-t-il.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara6 partages

Rugby : Toamasina bouge

Juste après le Tohana Beach rugby qui a été une vraie fête de cette discipline dans la ligue Atsinanana, Toamasina sort d’une formation d’éducateurs et d’arbitres actuellement. Cela a eu lieu du 11 au 13 août dernier. On remarque que le rugby semble s’installer de plus en plus dans cette région.

Anny Andrianaivonirina

News Mada4 partages

Carine R. : valoriser les savoir-faire des artisans

Du 17 août au 6 septembre, à l’Is’Art galerie à Ampasinimalo, Carine Ratovonarivo présentera la troisième édition de l’exposition de design intitulée «Collaborations créatives en Île Rouge : de l’artisanal à l’éco-design».

«A Madagascar, les artisans sont des recycleurs nés», a annoncé Carine Ratovonarivo dans son communiqué de presse. En effet, cette exposition a pour objectif de valoriser les savoir-faire des artisans malgaches et surtout, de favoriser les échanges pour que leurs produits répondent à la règle des 3R de l’éco-design, à savoir réduire, réutiliser et recycler. Ainsi, chaque objet sera fait-main et deviendra une pièce unique.

Carine Ratovonarivo est diplômée en Arts appliqués en France. A la fin de ses études, elle a créé sa propre entreprise baptisée Carine Homme Célibataire Riche ou Carine H.C.R, inspirée de son nom de famille Ratovonarivo. Elle s’est ensuite spécialisée dans l’éco-design et a donné plusieurs expositions en France, aux Etats-Unis et à Madagascar. Elue artiste francophone par l’Alliance française de San Francisco en 2014, elle a créé cette exposition de design.

Holy Danielle

 

News Mada3 partages

Handicap : 635 PSH dotées de cartes d’identification

Le projet « Lalan-jotra mampiaty ny namana », en abrégé « Lamina », qui consiste à faciliter l’accès des personnes en situation de handicap (PSH)  au transport public, est en train de se concrétiser. Quelque 635 bénéficiaires, issus des différentes associations de PSH, viennent d’être dotés de cartes d’identification – des outils déjà approuvés par le commissariat central – traduisant leur demande d’assistance aux parties prenantes du projet, dont les chauffeurs et les receveurs des taxis-be ou encore les agents de la circulation…

Chaque bénéficiaire peut avoir recours à sa carte lorsqu’il a besoin d’aide, notamment, lors de la traversée d’une route principale, en bus lors de la montée ou la descente ou lorsqu’il veut accéder à une place réservée. L’usage de ces cartes est surtout recommandé lors des heures de pointe où les bousculades aux primus ou terminus des taxis-be s’accentuent.

Il faut pourtant noter que ces cartes ne sont pas faites pour doter les PSH d’une gratuité de transport, elles payent pour un trajet le même tarif que les autres passagers. Les PSH qui ne sont pas inscrites dans la liste des bénéficiaires sont invitées à  rejoindre le bureau de la Plateforme de fédération des personnes handicapées (PFPH) sis à Behoririka.

Fahranarison

 

News Mada3 partages

Trade and development bank : l’intégration de Madagascar sollicitée

Le directeur pour la structuration et les investissements de la Trade and developement bank (TDB) faisant office de la banque régionale du Comesa est en visite à Madagascar.

L’intégration de Madagascar à la Trade

and development bank (TDB), une institution du Marché de l’Afrique orientale et australe (Comesa), est fortement sollicitée actuellement. Le directeur  pour la structuration et les investissements auprès de cette Banque, Mabouba Diagne, est en mission dans la Grande île pour engager les discussions avec le gouvernement malgache. Ce responsable a eu une audience avec le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Nourdine Chabanni, hier, durant laquelle il a présenté les opportunités qui se présentent à Madagascar en étant membre de cette Banque.

Vingt pays africains sont membres de la TDB actuellement, outre, les deux membres non-régionaux, à savoir le Bélarus et la Chine, ainsi que les dix actionnaires institutionnels dont la Banque africaine de développement (Bad).

D’après Mabouba Diagne, «Devenir membre de la TDB pourrait être une opportunité pour Madagascar afin de répondre aux priorités prévalant dans le pays. Le partenariat avec cette Banque a permis à plusieurs pays d’Afrique, comme le Rwanda ou le Kenya, de développer les infrastructures dans leur pays par exemple. Madagascar peut ainsi développer les secteurs clés du pays, entre autres, le commerce et le tourisme en étant membre de la Banque».

Un dépôt de 2 millions de dollars

Par ailleurs, il existe des conditions pour devenir membre de la TDB, notamment, un dépôt de deux millions de dollars payables sur six ans. Le ministère de l’Industrie a cependant rassuré que «Madagascar peut développer l’industrie et d’autres secteurs clés à travers l’appui de la Banque».

Depuis plus de 30 ans, la TDB a accordé environ 10 milliards de dollars de financement aux pays membres. Elle a financé de nombreux projets agro-industriels dans l’ensemble de l’Afrique orientale et australe, notamment, au Malawi et au Soudan et a fourni des facilités de financement au secteur du transport aérien avec Air Rwanda et Ethiopian Airlines. TDB a également assuré le paiement des projets d’énergie renouvelable comme l’énergie éolienne dans le cadre du projet Turkana au Kenya, Hydromax Minihydro en Ouganda et des projets industriels tels que les usines de ciment et d’acier en RD Congo, Djibouti, Zambie, Rwanda, Éthiopie et Zimbabwe.

Riana R.

 

Midi Madagasikara3 partages

Développement local : Les maires des grandes villes se mobilisent !

L’Association des Maires des Grandes Villes ou AMGV se réunit pendant deux jours, hier et aujourd’hui, à Antsirabe. Le but étant d’effectuer des échanges de compétences entre les maires mais aussi et surtout d’amorcer le développement national en partant du développement des collectivités territoriales décentralisées de base que sont les communes. Lors de la cérémonie d’ouverture de cette réunion des maires des communes urbaines, Paul Razanakolona – le premier magistrat de la ville d’Antsirabe qui est également le président de l’AMGV – a fait savoir que « le développement local voire national dépend en grande partie de l’indépendance des communes au niveau administratif et surtout au niveau financier et budgétaire ». Notons que les maires des communes d’Ambilobe, de Sainte-Marie, de Nosy-Be, de Tuléar, de Fianarantsoa, d’Ihosy et de Taolagnaro ont rehaussé de leur présence cette réunion. Les maires des communes urbaines d’Antananarivo et de Toamasina y ont envoyé leurs représentants. L’on note, par ailleurs, la présence des cinq maires des Seychelles et de Rwanda. Le tout constituant l’Association des Villes et Collectivités de l’Océan Indien.

Recueillis par Aina Bovel

News Mada2 partages

Varotra sy fampandrosoana : tokony hiditra ho mpikambana TDB i Madagasikara

Noraisin’ny minisitry ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina, Chabani Nourdine, omaly teny Antaninarenina, ny tompon’andraikitra iray avy amin’ny banky Trade and Development Bank (TDB), Mabouba Diagne. Bankin’ny Comesa io TDB io, ary mpikambana ao amin’ny Comesa i Madagasikara, saingy tsy mpikambana ao amin’ny TDB, banky natao ho an’ny varotra sy ny fampandrosoana. Tsy manana renivola miasa ao amin’io TDB io i Madagasikara, izay tokony hahazoana fanampiana maro ho an’ny asa fampandrosoana.

Koa ny fandalovan’i Mabouba Diagne, tale mitana andraikitra lehibe momba ny famatsiam-bola ho an’ny varotra sy ny tetikasa fampandrosoana, mandresy lahatra ny mpitantana eto an-toerana. Tokony hiditra ho mpikambana ao amin’ny TDB ihany, toy ireo firenena 20 mpikambana ao amin’ny Comesa, manana ny toerany ao amin’izany banky izany. “Betsaka ny sehatra ara-toekarena tokony hotohanana eto Madagasikara, toy ny fambolena, indostria, fizahantany, sns. Izay mpikambana ao aminay, mahazo fanohanana avokoa, toy ny hita any amin’ireo efa mpikambana hafa”, hoy i Mabouba Diagne.

Fepetra takina ho mpikambana ny mandrotsaka renivola, roa tapitrisa dolara ny ambany indrindra, azo aloa tsikelikely mandritra ny enina taona. Tambin’izay anefa, avo folo heny ny tombontsoa mety ho azo avy amin’ny famatsiam-bola. “Hita, ohatra, ny famatsiam-bola azon’i Kenya, i Rwanda, izay nahazoan’ireo firenena ireo nanamboatra fotodrafirasa any aminy”, hoy ny minisitra Chabani Nourdine. Maro ireo sehatra tokony hitondra fampandrosoana eto an-toerana, koa tokony hohararaotina ny fidirana ao amin’io TDB io.

R.Mathieu

L'express de Madagascar2 partages

Des journalistes autonomistes au sang bleu

«Journalistes, politiciens, entre 1945 et 1956, la distinction est souvent difficile surtout pour ceux qui militent pour l’indépendance. » L’historienne Lucile Rabearimanana écrit plusieurs textes sur la presse malgache dans différentes revues. C’est ainsi qu’elle développe le cas des « journalistes autonomistes » tananariviens de 1945 à 1956 » (Omaly sy anio de janvier-juin 1982). Elle introduit son étude sur l’éveil des peuples colonisés à la vie politique de leur pays, au lendemain de la Seconde guerre mondiale.Dans les colonies françaises comme Madagascar, les premiers partis politiques se créent à partir de 1946, à l’occasion desélections législatives. « Ils sont aidés par une presse débordante d’activité, qui pénètre partout où elle peut, pour sensibiliser les autochtones aux problèmes surtout politiques. » Mais, spécifie l’historienne, le rôle de cette presse se trouve encore accru lorsque, après l’insurrection de 1947, « les partis sont soit dissous soit pratiquement réduits au silence et que la répression s’abat sur les politiciens ».Toutefois, les journalistes nationalistes poursuivent leurs revendications de l’indépendance « contre vents et marées ». Leurs journaux constituent presque les seules structures de lutte du nationalisme et ils sont « les porte-parole de mouvement et contribuent à la formation politique des autochtones, dont la plupart ont beaucoup à apprendre dans ce domaine».  Bref, jusqu’en 1956, année d’application de la loi-cadre, les journalistes nationalistes se trouvent au premier plan sur la scène politique de la capitale, voire du pays.Ils assument un rôle difficile à remplir à une période encore proche de l’insurrection où « les auteurs de toute activité anticoloniale sont inlassablement poursuivis par l’Adminis­tration ».D’après l’historienne, il s’agit surtout de politiciens, mais sous la pression des évènements au lendemain de l’insurrection, pour pouvoir militer et s’exprimer, ils deviennent journalistes. Et ils ont des points communs. Par leur origine commune et la formation reçue, d’une part, « ils forment un groupe social homogène ». D’autre part, l’idéologie globale qu’ils développent et diffusent, montre aussi leur appartenance à un groupe commun qui recherche « le statut d’État libre au sein de l’Union française pour Madagascar ».Ils sont donc attachés à la civilisation française, contre le communisme. Toutefois, l’auteure précise que dans son étude, elle occulte volontairement le groupe des journalistes communisants de « Fraternité-Fihavanana », « Tenimiera », « Lalam-baovao », « Imongo Vaovao ».À l’époque, les journalistes qui forment la rédaction des quotidiens et des hebdomadaires les plus répandus (Fandrosoam-baovao,Fahaleovantena, Gazetin’ny Malagasy, Malagasy Vaovao, Antson’ny Nosy, Maresaka, Kintan’i Madagasikara) sont issus de milieux sociaux très restreints. L’historienne cite ainsi Charles Rajoelisolo, un des rédacteurs du Fandrosoam-baovao, le Dr Maurice Andriamampianina et Arsène Ramahazo­manana, respectivement directeur de publication et directeur politique des journaux Fahaleovantena, Gazetin’ny malagasy et Malagasy Vaovao, le Dr Lala Rasamoely, responsable du Kintan’i Madagasikara. Ils sont tous « des descendants de grandes familles aristocratiques de l’ancienne monarchie merina, et comptent aussi parmi leurs aïeux d’illustres intellectuels d’avant la colonisation ».Les autres ne viennent pas non plus de couches sociales plus modestes en général : ils sont fils de médecins, d’hommes d’affaires ou de fonctionnaires de la capitale et ils sont eux-mêmes intégrés dans les milieux d’affaires. Ces journalistes « autonomistes » appartiennent aux milieux sociaux aisés sinon riches d’Antananarivo. Certains sont de gros commerçants se livrant au trafic de toutes sortes de produits à travers le pays, s’associant parfois à des Français. D’autres sont membres de professions libérales ou médecins, vivant dans l’aisance grâce à la clientèle qu’ils ont pu acquérir.Lucile Rabearimanana précise que « ces journalistes autonomistes sont des « politiciens nationalistes », aisés dans leur ensemble qui, pour pouvoir mieux s’exprimer et influencer le public, s’adonnent au journalisme avec tous les risques que cela comporte pour eux.

Texte : Pela Ravalitera - Photo: Archives personnelles

News Mada1 partages

Délégation Malgache – SADC : la famille du PM au cœur d’une polémique

La liste d’une délégation conduite par le Premier ministre  Olivier Mahafaly pour assister à l’investiture du président rwandais à Kigali et au Sommet de la Sadc en Afrique du Sud fait actuellement l’objet d’une polémique. En cause, la présence de ses enfants parmi la délégation officielle.

Un déplacement officiel à caractère familial. C’est la première impression des internautes qui a vu la liste de la délégation de la Primature pour assister à l’investiture de Paul Kagamé au Rwanda ainsi qu’au Sommet de la Communauté de développement économique de l’Afrique australe (Sadc) les 19 au 20 août prochains. La délégation en question est en effet composée du Premier ministre en tant que chef de délégation, de sa femme, d’une conseillère, d’un aide de camp, de la directrice de communication et deux journalistes issus des médias publics, ainsi que ses deux filles et son fils. Autant dire que le régime s’offre une nouvelle polémique qui va à coup sûr faire couler beaucoup d’encre.

Favoritisme !

C’est l’apparition du nom de ces trois derniers qui a provoqué un tollé sur la toile depuis mercredi dans la soirée. D’emblée, les soupçons de favoritisme sont évoqués. La Primature a réagi dans une note intitulée : « Complément d’information et explications concernant les missions du premier ministre à Kigali et à Pretoria ». Il a été alors soutenu par la Primature que la délégation représente le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, pour une double mission, à savoir assister à l’investiture du Président Rwandais  à Kigali et participer au 37e Sommet de la SADC qui aura lieu à Pretoria.

Raison de sécurité

S’agissant de l’apparition du nom des enfants du Premier ministre dans la délégation, la note de la Primature a simplement indiqué qu’Ils ne sont pas pris en charge par l’Administration et que la liste de la délégation qui circule sur les réseaux sociaux n’était « qu’une simple formalité pour assurer la sécurité de toutes les personnes composant la délégation ».

Quoi qu’il en soit, pour bon nombre d’observateurs, il s’agit en effet d’une pratique pour le moins peu orthodoxe en matière de mode de gouvernance. D’autant que  le pays devait se serrer la ceinture. « Le fait de mettre les noms de tous les membres de la famille sur une liste de délégation officielle est tout sauf la preuve d’une bonne gouvernance », s’insurge, par exemple, un internaute.

Et comme il s’agit d’un Sommet de haut niveau, les observateurs se demandent en quoi la présence de la famille du Chef du gouvernement serait indispensable à ce rendez-vous. « Les personnalités politiques, comme tous les citoyens peuvent très bien se déplacer avec leur famille mais comme il s’agit d’un Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement,  cela fait tiquer », ajoute un autre internaute.

Rakoto

 

News Mada1 partages

Cram : « Mila vahaolana maharitra ny amin’ny lisi-pifidianana »

 Efa manmana ny fiatrehana ny fifidianana sahady ny sasany. Amin’izany: mila vahaolana maharitra ny amin’ny lisi-pifidianana, raha ny fijerin’ny Cram

« Mahatalanjona ity resaka lisi-pifidianana ity. Hiandrasana manam-pahaizana avy any ivelany indray afaka volana vitsivitsy.«  Io ny fanambaran’ny Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (Cram), omaly, soniavin’ny filohany, Joël Harison Marie René. Lazainy àry fa tokony hofidin’ny fokonolona ny filoham-pokontany sy ny lefiny ary ireo mpikamban’ny vaomiera handrafitra ny Antenimieram-pokonolona.

Mila ny fiofanan’ny minisiteran’ny Atitany ny eo anivon’ny vaomieran’ny fanisam-bahoaka sy ny fanomanana ny fifidianana. Hampitoviana ny “logiciel” hampiasaina amin’ny fanisana ny mponina manerana an’i Madagasikara. Amin’izany, fantatra mialoha ny isan’ny mpifidy isaky ny dimy taona.

Tafiditra avy hatrany ao anatin’ny lisi-pifidianana isam-pokontany izay olom-pirenena feno taona mahazo karapanondro. Voasoratra anarana amin’ny Ivontoeram-piofanana eo anivon’ny distrika amin’ny fanompoam-pirenena ivelan’ny tafika (revolisiona maitso sy ekolojika) izy ireo, araka ny vinan’ny  Cram.

Tsy ho olana ny fampitaovana ordinatera isam-pokontany

Raha tsara tantana ny firenena, tsy ho olana ny mametraka ao anatin’ny tetibolam-panjakana ny fampitaovana ordinatera isam-pokontany. Fampandraisana andraikitra ny fokonolona amin’ny lafiny rehetra ny hoe fanorenana ifotony.

Mila voafaritra ao anatin’ny lalàm-pifidianana vaovao ny daty fanaovana ireo fifidianana isaky ny dimy taona. Karapanondrom-pirenena  “biométrique” no entina mifidy, hasolo ny kara-pifidianana izay miteraka olana hatramin’izay: tsy voazara na nalatsaka ny anaran’ny mponina tsy mitovy hevitra na antoko politika amin’ireo filoham-pokontany notendren’ny mpitondra.

Hitombo ny taha-pahavitrihan’ny mpifidy

Hitombo ny taha-pahavitrihan’ny mpifidy, satria foana ny hala-bato samihafa. Hanao ahoana  ny ho voka-pifidianana amin’ny manaraka eo, raha handray anjara ireo tena tompon-toerana: Rajoelina Andry sy Ravalomanana Marc? Raha misy ny kandidà vaovao tia tanindrazana hirotsaka, mety hirona amin’izany ve ireo maro an’isa tsy nifidy?

R. Nd.

 

News Mada1 partages

Mitohy ny disadisan’ny ligy sy ny Malagasy rugby

Tsy mbola manangasanga ny vahaolana. Nohamafisin’ny sekretera jeneralin’ny ligy Analamanga eo amin’ny taranja rugby fa tsy nahazo taratasy fiantsoana izany izy ireo. “Vonona ary miandry lalandava ny firesahana hirosoana amin’ny vahaolana hivoahana amin’izao disadisa izao izahay. Gaga ihany izahay nahita ireny vaovao nivoaka tamin’ny gazety ireny ary tsy nahafantatra na inona na inona akory”, hoy izy. Midika izany fa mbola mifanenjana ny ligin’Analamanga sy ny Malagasy rugby (MR). Tsy nisy vokany izany ny vahaolana sy ny fandravonana notakin’ny Komity olympika malagasy (Kom) hovahan’izy ireo ao anatin’ny herinandro. Tsiahivina fa nilaza ho nampiantso ireo voasazy, ahitana ny ligin’Analamanga sy seksiona Antananarivo Renivohitra tamin’ny alarobia lasa teo ny MR. Nitondra valin-kafatra anefa izao ny ligy fa tsy naharay izany fiantsoana izany. “Tsy miady amin’iza na iza izahay saingy tokony hatao mazava fotsiny ny fitsipi-dalao”, hoy ihany ny eo anivon’ny ligy. Efa hifarana afaka andro vitsy anefa ny fe-potoana nomen’ny Kom. Andrasana ny ho tohiny.

Synèse R.

Tia Tanindranaza1 partages

AmbodifilaoZazavavy kely iray nisy naka an-keriny

Nitrangana toe-javatra nampalahelo teny Ambodifilao afak’omaly Alarobia hariva.

 

 Renim-pianakaviana iray nitondra ny zanany handeha hiantsena no lasibatry ny fakana an-keriny tampoka ka saika niraoka ahitra mihitsy. Vao folo taona monja io zanany vavy nisy naka an-keriny io.  Nofaohana fiara mazda iray sendra nandalo ilay zaza izay fantatra fa efa nisoka-baravarana hatrany amin’ny toerana niaingany.  Izy mianaka kosa teo an-daniny tsy nanam-po na inona na inona fa nandeha an-tongotra toy ny mpiantsena rehetra. Rehefa tonga teo anoloan”izy ireo anefa ilay Mazda dia  nisy lehilahy roa matanjaka nipoitra tampoka nandrirotra ilay  tsy manan-tsiny. Avy any Andohananalakely  hihazo an’i Soarano io fiara mazda  io. Nihazakazaka nanenjika ilay fiara sady nikiakiaka mafy niantso vonjy ilay renim-piankavina sy ireo mpivarotra  nangoraka azy saingy tafatsoaka ihany ilay fiara. Tsy mbola  hita popoka moa io zazavavy kely io hatramin’ny omaly hariva. Lasa mandry tsy lavo loha avokoa  ireo mpiantsena eny Ambodifilao sy ny manodidina. Tsy mijanona amin’ny asa fanendahana sy ny fanaovana sinto-mahery intsony mantsy ireo mpanao ratsy fa efa mirona amin’ny fakana an-keriny ihany koa.

Pati

Tia Tanindranaza1 partages

Fiara manararao-pahefanaHenjana ny fepetra horaisina

Mampimenomenona ny olona ny fihetsiky ny manampahefana amin’ny fanamparam-pahefana eny an-dalambe.

Toky R

 

Tia Tanindranaza1 partages

Ady amin’ny fanondranana andramena“Afaka mirehareha ny fanjakana”

Nihaona sy nifampiresaka tamin’ireo delegasionina avy amin’ny kongresy Amerikanina notarihin’ny filohan’ny kaomisionina momba ny raharaha ara-pitsarana Bob Goolate ny minisitry ny fiarovam-pirenena Rasolofonirina Béni Xavier,

omaly. Efa miroborobo ny fampianarana teny anglisy eo anivon’ny foloalindahy mba hanamorana ny fifandraisana sy ny fiaraha-miasa, raha ny fanazavan’ny minisitry ny fiarovam-pirenena. Noresahina ihany koa ny ady amin’ny asa fampihorohoroana sy ny asan-jiolahy. Nolazain’ny tompon’andraikitra fa hatodika mivantana amin’ny tafika an-dranomasina sy ny ady amin’ny asan-dahalo ireo miaramila vao horaisina. Nomarihiny kosa fa ny polisy sy zandary ihany no manana tetibola manokana handraisana olona vaovao fa ny an’ny tafika dia ny very ihany no azo soloina, izany hoe ireo maty sy voaroaka ary nisotro ronono. Raha misy 200 ny mandeha misotro ronono, ny 75% dia hatodika amin’ny tafika an-dranomasina sy halefa amin’ny faritra mena. Haompana amin’ny fitsirihana sy ny ady amin’ny fampihorohoroana ihany koa. Efa afaka mirehareha ny fanjakana Malagasy amin’izao fotoana fa nihena ny fanondranana boaderozy mitaha amin’ny teo aloha, hoy ny minisitry ny fiarovam-pirenena. Tsiahivina kosa fa tsy nisy tohiny intsony ny momba ny fahatrarana andramena tany Masoala sy Toamasina ny volana febroary, izay mety efa adinony na hodiany tsy tsaroana. Olona ao an-dapa sy efa tao an-dapa rahateo no voatonona. Tsy mikely soroka amin’ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana izahay, saingy fitaovana sy hery ara-dalàna fotsiny ihany, fa isika rehetra no miara-miady, hoy izy. Manomboka any amin’ny fianakaviana sy ny fanabeazana izany satria zanaka Malagasy sy olom-pirenena Malagasy ihany ireo olona mivaona, raha ny fanehoan-kevitr’ity minisitra ity.

Toky R

 

La Vérité1 partages

Antsiranana - Quid de la résidence présidentielle ?

L'expulsion de Ravalomanana et de son épouse de leur hôtel le soir du jeudi dernier à Antsiranana  continue d'alimenter les discussions dans les foyers. De l'avis de certains observateurs politiques, cette mesure  maladroite de la part du pouvoir  aurait pu être évitée si le président Hery Rajaonarimampianina a tenu compte de l'existence de la résidence présidentielle au sein de  l'Amirauté réhabilitée du temps de Ravalomanana.

On se souvient que du temps de l'amiral Ratsiraka, à chaque fois que ce dernier  descendait à Antsiranana, il habitait à l'époque  une autre résidence présidentielle située à Orangea. C'est la Secren qui se chargeait de son entretien. Pour ainsi dire qu'on peut être président de la République sans avoir besoin d'expulser des gens de leur hôtel pour un soi-disant raison de sécurité. Si c'est le véritable motif de cette expulsion musclée du couple Ravalomanana jeudi dernier d'un hôtel de la capitale du Nord et bien l'Omc (Organe mixte de conception) a eu tort puisqu'il n'existe pas un endroit mieux sécurisé que la résidence présidentielle de l'Amirauté dans la capitale du Nord. Mais non, ce serait mal connaitre les tenants du pouvoir actuel qui, pour tenter de cacher leur échec sur tous les plans, n'ont trouvé rien de mieux que d'abuser de leur pouvoir. « Ravalomanana s'attendait à tout lors de son déplacement à Antsiranana sauf à ça », a déclaré un enseignant retraité de la localité. Dans la foulée, ce dernier a quand même fait part de ses doutes  sur ce qu'il appelle «  feuilleton Rajaonarimampianina et Ravalo ». Et  pour étayer ses dires, il a rappelé les mesures prises par le pouvoir actuel à l'endroit de Ravalomanana quand ce dernier est rentré au pays après son exil forcé en Afrique du Sud. « Ravalomanana a été placé en résidence surveillée  à l'Amirauté mais au final ce n'était que du cinéma et le premier a bien joué son rôle. En fait, ils se ressemblent tous les deux », a-t-il indiqué. A son époque, le président Philibert Tsiranana construisait des résidences présidentielles dans certaines villes de la Grande île. Elles sont destinées, comme leur nom l'indique, au Président et hauts dirigeants de l'Etat. Antsiranana, Antsirabe, Mahajanga, Mantasoa, Ampefy et bien d'autres abritent des résidences présidentielles qui, actuellement, ne sont que peu utilisées ou pas du tout. Des travaux de réhabilitation ont été entrepris du temps de Didier Ratsiraka et de Marc Ravalomanana mais leur entretien a été délaissé rendant ainsi certaines résidences dans un état délabré. Leur utilisation à bon escient aurait pu éviter ce genre de désagrément à Antsiranana ayant entrainé l'expulsion de l'hôtel de Marc Ravalomanana et sa suite. A noter que le président Hery Rajaonarimampianina se trouve à Antsiranana depuis hier après-midi et est logé au Grand Hôtel tandis que Ravalomanana et son épouse sont casés à l'hôtel Allamanda. Attendons de connaitre la suite de ce feuilleton. A.Lepêcheur

La Vérité1 partages

Présidentielle 2018 - Hery Rajaonarimampianina mal barré !

Il n’a pour l’heure pas annoncé officiellement, ni officieusement déclaré qu’il se portait candidat pour briguer un second mandat. Même si Hery Rajaonarimampianina commence plus ou moins discrètement à poser les bases d’une potentielle candidature pour 2018,  les multiples déplacements et inaugurations menées tambour battant ces derniers mois sont autant d’indicateurs de ce tournant. Pour beaucoup, si l’actuel Chef de l’Etat se décidait à plonger dans la course, il ferait bien de se retrousser les manches et prendre les mesures adéquates s’il souhaite regagner la confiance des Malgaches. Bon nombre de malgaches estiment en effet que pour l’instant, l’actuel Chef de l’Etat est mal parti pour être réélu. 

Hery Rajaonarimampianina est à la tête du pays depuis trois ans et demi. Pour beaucoup, le bilan de sa première partie du mandat reste plutôt négatif, avec une courbe de la pauvreté qui peine à s’inverser, la recrudescence de l’insécurité, la hausse des prix des Ppn, l’injustice sociale. La majorité des malgaches vivent toujours dans une situation de précarité extrême et l’insécurité prend de l’ampleur, que ce soit en ville ou dans la campagne.  Le régime Rajaonarimampianina ne semble être décidé à lutter contre le phénomène que ces dernières semaines, 18 mois avant la fin de son mandat. La réalité de la population est également marquée par ces délestages, ou coupure, c’est selon, de l’électricité. Le candidat numéro trois lors de la campagne électorale de 2013 avait pourtant une promis la fin du délestage six mois après son investiture. Autre engagement non tenu, la concrétisation de la réconciliation nationale. Dix huit mois avant la fin du mandat de l’actuel chef de l’Etat, le Comité pour le fampihavanana malagasy censé remplacer le Filankevitry ny fampihavanana malagasy n’est toujours pas opérationnel. L’instauration d’une justice indépendante, l’Etat de droit et la bonne gouvernance parmi les engagements du chef de l’Etat, restent un vain mot. Le Syndicat des magistrats de Madagascar aurait des choses à redire sur le sujet. Parlant toujours de gouvernance et d’administration, certains indicateurs ne jouent pas en faveur du Président de la République.  En trois ans et demi, Hery Rajaonarimampianina a nommé trois premiers ministres. En ce laps de temps, les ministères ont changé plusieurs fois de titulaires, et les secrétaireries d’Etat sont inventées, créées, recréées, destituées sans aucune logique. Les directions générales, c’est tout simplement une situation désastreuse. Au parquet, n’en parlons pas…Des remaniements effectués dont les résultats se font encore attendre. A part les bavures dans la gestion du pays, les coups bas contre les opposants ne font qu’attiser la haine envers le régime. L’instauration d’un Etat fort et un développement inclusif basé sur la décentralisation effective, l’apaisement politique sont autant d’engagements loin d’être concrétisés à l’heure actuelle.  Et peu espèrent encore qu’il puisse renverser la tendance. Pour certains observateurs, Rajaonarimampianina ne serait pas réélu dans le contexte actuel. Pour le bien du peuple malgache, il devrait suivre la voie tracée par François Hollande.L.A.

L'express de Madagascar1 partages

Import-Export – La douane dématérialise les procédures

Les méthodes se simplifient. Un protocole a été signé, hier, entre le ministère de l’Agriculture et de l’élevage et différents parties concernées.

Étape franchie. Le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage rejoint le module Midac. Ce dernier concerne également la facilitation de processus de dédouanement dans les opérations d’importation et d’exportation. L’objectif est la dématérialisation progressive de l’octroi d’autorisation, de certificat et/ou d’attestation aux opérateurs. Une intégration qui leur permet d’obtenir en ligne le certificat d’origine.C’est également une plateforme d’échange d’informations entre les opérateurs, les ministères impliqués et les différentes agences de contrôle concernées, ainsi que le ministère des Finances et du Budget. Une signature du protocole entre le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage , le ministère des Finances et du budget ainsi que Gasy Net s’est tenue dans les locaux de la direction générale de l’Élevage à Ampan­dria­nomby hier.« L’intégration du ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage  reflète l’importance de la modernisation de l’administration pour une bonne gouvernance. Avec le système Tradenet, le traitement et l’émission en ligne des autorisations et permis d’importation renforce également la sécurisation des données en améliorant les performances par un gain de temps », affirme Rivo Rakotovao, ministre de l’Agriculture et de l’élevage.

Procédure indispensableLa direction de la protection des végétaux et celle des vétérinaires assurent la délivrance des certificats sanitaires et phytosanitaires à l’importation et l’exportation.La délivrance en ligne des autorisations de dédouanement et d’importation de produits agro-pharmaceutiques par la direction de la protection des végétaux a déjà été lancée depuis le mois d’octobre 2016.   En ce qui concerne les échanges commerciaux, Madagascar exporte des produits de rente comme le litchi et la vanille, tandis que le pays importe des produits laitiers, par exemple, qui nécessitent la procédure.À part le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage qui vient d’intégrer ce module, plusieurs institutions ont déjà rejoint la plateforme. « Près de 26 institutions ont désormais intégré le module Midac à Madagascar. Nous sommes satisfaits de la collaboration avec les douanes », affirme Cédric Catheline, Président directeur général de GasyNET, la société qui met en œuvre les facilitations de procédures au bénéfice de l’administration, du secteur privé et des usagers.

Sandra Miora Hafalianavalona

L'express de Madagascar1 partages

Développement – Nouvel investisseur en vue

Soutenir les pays membres de la Comesa est l’un des axes prioritaires de la Trade Development Bank (TDB). L’institution effectue en ce moment un plaidoyer auprès des autorités malgaches. Hier, lors d’une audience au ministère de l’Industrie à Antaninarenina, les représentants de cette banque ont exprimé leur projet d’intégration de la Grande île parmi ces clients.En effet, étant membre de la Comesa, Madagascar devrait tout naturellement bénéficier des avantages que la TDB offre. Par ailleurs, cette institution fait office de banque régionale du Marché commun de l’Afrique orientale et australe, constitué de 19 pays. Depuis plus de 30 ans, elle a accordé environ 10 milliards de dollars de financement. Des financements dont la Grande île peut profiter, si cette dernière décide d’intégrer la communauté TDB.« À rappeler que la banque propose des financements pouvant atteindre les deux millions de dollars en six ans pour un pays membre. Soit un prêt à hauteur de 333 mille dollars à l’année », explique Mabouba Diagne, directeur de la structuration et des investissements de la TDB.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Servir mais pas se servir

C’est un scandale. Et la Primature n’a pas nié les faits : pendant son déplacement officiel au Rwanda (investiture du président réélu) et en Afrique du Sud (Sommet de la SADC), le Premier Ministre et son épouse voyageront accompagnés de leurs trois enfants. Le communiqué de tenter de préciser que «les enfants ne sont pas pris en charge par l’administration». Mais, le mal est fait.Madagascar est un des pays les plus pauvres du monde. Ses dirigeants successifs n’ont réussi ni miracle économique ni exploit social. Il est donc particulièrement sensible que lesdits dirigeants ne soient pas, de surcroît, soupçonnés d’abuser de l’argent public à des fins personnelles.La forme participe du fond : personne ne peut comprendre que dans le contexte actuel, d’insécurité non maîtrisée, de pillages sans fin des richesses nationales, de prolétarisation de tout un pays, la famille du Chef du Gouvernement donne l’impression de voyager aux frais du contribuable. Quels que soient les détails d’organisation ou de prise en charge dont l’opinion publique n’aura cure.Dans la série télévisée «Borgen», du surnom que les Danois donnent au château de Christianborg où siège leur Parlement, on voit comment dans un pays prospère comme le Danemark, le Chef du Gouvernement se déplace à bord d’une limousine sans ostentation, et avec une seule berline d’escorte, tandis que le moindre déplacement des autorités d’un Madagascar classé parmi les PMA (pays les moins avancés) mobilise une flotte de voitures grandes consommatrices de CCAL (cf. Chronique VANF, «C’est dans Borgen», 20 août 2015).Madagascar n’est pas le Danemark. Madagascar n’est pas non plus la France et sa flotte présidentielle de 10 avions dont l’usage fait tiquer régulièrement la Cour des Comptes : un Airbus A330-200 (20.776 euros de l’heure de vol), 2 Falcon 7X (4.742 euros de l’heure de vol), 2 Falcon 2000 (4.251 euros de l’heure de vol), 2 Falcon 900 (3.998 euros de l’heure de vol), 3 hélicoptères Super Puma (6.411 euros de l’heure de vol). Madagascar est encore moins l’Amérique où il en coûte 186.000 euros pour une heure de vol du Boeing 747-200 d’Air Force One. Pour chaque déplacement de «POTUS» (President Of The United States), le Boeing 747 officiel est toujours précédé d’une flottille d’avions-cargos assurant notamment le transport de la limousine présidentielle, d’une ambulance et des hélicoptères présidentiels, tandis que l’autre 747 de rechange se tient réserve.En Scandinavie (Danemark, Finlande, Suède, Norvège), on parle de «socle moral nordique», «subtil cocktail de confiance mutuelle, de rigueur protestante, de sens du devoir civique, d’égalitarisme et de peur du qu’en dira-t-on». En 1995, pour une affaire de tablette de chocolat payée avec une carte de crédit de fonction, la vice-Premier Ministre de Suède, Mona Sahlin, avait été balayée par le «scandale Toblerone». En Norvège, la Maire de Bergen avait été obligée de démissionner suite à la révélation d’une croisière de 48 heures à bord d’un paquebot dont elle était la marraine, et d’un voyage de trois jours à Venise payé par l’armateur pour lequel elle faisait du lobbying.Dans ces pays, qui figurent aux meilleures places dans tous les classements et autres indices de développement humain durable, les déplacements ministériels s’effectuent dans l’anonymat et la discrétion de la classe économique. L’efficacité de leur mission vaut à leur pays d’être cités en exemple et à leur population de profiter d’infrastructures confortables, de sécurité publique idoine, de système de santé parfait, d’organisation scolaire exemplaire, d’économies prospères. Max Weber parlait de l’éthique protestante. C’est sans doute déjà compliqué et trop ambitieux et il suffirait que nos dirigeants se soucient simplement de servir plutôt que d’abord se servir.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara1 partages

Experts internationaux dans le processus électoral : Le CRAM met les points sur les « i » !

Suite à la décision de la Ceni ou Commission Electorale Nationale Indépendante de dépêcher des experts internationaux pour effectuer un audit international des listes électorales, le CRAM ou le Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar n’a pas attendu cent sept ans pour réagir. « C’est un signe que les étrangers affichent déjà leur méfiance par rapport au déroulement du processus électoral. Pourquoi des experts internationaux pour l’audit international des listes électorales ? Et pourquoi ces sénateurs Américains qui débarquent à Madagascar ? », s’interroge Joel Harison, le président du CRAM – joint au téléphone. Par ailleurs, il propose à ce qu’une convention soit signée par les partis politiques afin d’éviter les crises postélectorales et les vengeances politiques. « En amont, ce sont tous les partis politiques existants qui doivent signer cette convention pour qu’en aval, un code de bonne conduite les régissant voit le jour », poursuit-il. Il a tout de même souligné que ce n’est pas le même code de bonne conduite conceptualisé par la Ceni et quelques partis politiques et qui, notons-le au passage, demeure en gestation.

E-gouvernance. Pour ce qui est du fichier électoral qui recevra, en Octobre, des améliorations de la part desdits experts internationaux, le CRAM se disant « sidéré »  par cette décision propose la solution qu’il a d’ores et déjà mise à la connaissance du public : l’e-gouvernance. « Au niveau du recensement, par exemple, il suffit d’utiliser le même logiciel pour toute la population de Madagascar. Avec ce système, on arrivera à connaître le nombre de populations tous les cinq ans car ceux qui ont atteint l’âge de 18 ans auront la carte d’identité nationale et seront automatiquement inscrits sur les listes électorales », explique Joel Harison.

Aina Bovel

Madaplus.info0 partages

Fiesta de bière inattendue à Ambohibao

Aux environs de 10 h de la matinée du 17 août 2017 à Ambohibao Andranomena, un camion semi-remorque surchargé de bière a déversé, par accident, plus de la moitié de sa cargaison.
Les boissons ont rempli tout le passage, causant rapidement un embouteillage, durant plusieurs heures. Les passants se sont alors rués vers les cageots et ont profité pour se saisir des boissons. Petits et grands, hommes et femmes, sans hésitation, il y en a même qui ont consommé sur les lieux. Sans doute, c’était le buzz de la journée d’hier pour Antananarivo et ses alentours. Perdu par le propriétaire et trouvé par terre.
Madaplus.info0 partages

Production d’électricité : Réhabilitation de 4 machines fonctionnant à l’huile lourde

Délestage et hausse de facture de la JIRAMA, on verra maintenant s’il y aura du changement grâce à la réhabilitation de quatre machines centrales thermiques, fonctionnant à l’huile lourde de Tsimiroro.
Ces machines, de marque Wartsila, ont été inaugurées le 16 août 2017à Mandroseza en présence des différentes autorités, y compris le Président de la République et le Ministre de l’Eau de l’Énergie et des Hydrocarbures. Elles produisent plus de 40 Megawatts, comblant désormais la consommation en énergie d’Antananarivo, qui s’élève jusqu’à 230 Mgw. C’est la société américaine Symbion Power qui exploite ces machines et qui en assure la production, la JIRAMA de son côté assure l’approvisionnement en huile lourde. Notons que dernièrement, le taux de hausse de tarif pour les clients qui utilisent plus de 25 Kilowattheures est de 2.8%. Cependant, le prix reste stable pour ceux qui utilisent moins de 25 Kilowattheures. Selon les dires du Ministère, le délestage ne sera désormais que du passé, mais les coupures de courant peuvent toujours se présenter, car les réseaux interconnectés ne sont pas toujours fiables, dues à leur vétusté.
Madaplus.info0 partages

Environnement : étude sur la mangrove malgache par des chercheurs japonais

Trois chercheurs japonais présenteront ce lundi 21 août 2017 à l’Ambassade de Japon, un rapport d’étude sur des recherches qu’ils ont effectuées dans la forêt de Mangrove. Cette dernière qui constitue une richesse écologique de faune et de flore de la grande île.
Notons qu’il existe sept espèces de mangroves dans le pays, ils sont concentrés particulièrement à Mahajanga, Tuléar et Morondava. Cependant ces mangroves sont de plus en plus menacées par le Changement Climatique et par les activités de l’Homme. Durant les 40 dernières années, une dégradation importante a été constatée, en effet, la mangrove de Madagascar a perdu 10% de sa surface dû aux érosions, aux déforestations mais il y a aussi les exploitations de bois dans ces régions. Cette rencontre avec la presse sera donc une occasion de mettre à jour les informations sur la mangrove malgache.
Madaplus.info0 partages

Observatoire de Jeunesse à Madagascar : Perception des jeunes sur la paix

Les résultats provisoires du sondage sur la perception des jeunes sur la paix ont été présentés hier 18 août 2017 à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antaninarenina.
La séance a été animée par des acteurs experts dans le domaine social, économique et politique dont le sociologue Rivonala Razafiarison, l’expert anti-drogue Haja Placide Ramamonjisoa, le syndicaliste Mbola Nomena et le député Jean Brunelle Razafafitsiandraofa, ainsi quel’économiste Rado Ratobisaona. Ce sondage a été effectué par l’Observatoire de la Jeunesse de Madagascar au mois de septembre 2016. Une publication qui s’est déroulée dans le cadre de la conférence sur « Jeunesse et la Paix à Madagascar ».
News Mada0 partages

La Grande Braderie de Madagascar : maherin’ny 300 ireo tranoheva

Hanomboka ny 30 aogositra izao ary haharitra dimy andro ny hetsika La Grande Braderie de Madagascar ( GBM) izay tanterahin’ny orinasa Madavision, etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina.

Manodidina ny 300 ireo tranoheva misy ny entam-barotra ho an’ny mpanjifa. “Hentitra ny fanaraha-maso ny vidina entana ary afaka manao fitarainana ny mpanjifa raha toa ka tsy misy ny fihenam-bidy izay efa nifanarahana tamin’ny mpivarotra  mpandray anjara rehetra”, hoy ny mpikarakara, Ramanantsoa Harilala.

Omena sehatra ny fitaovam-pianarana amin’ity indray mitoraka ity hanomanan’ny ray aman-dreny ny fidiran’ny zanany an-tsekoly. Na izany aza, ahitana ny karazan’entana samihafa ny 40%-n’ireo tranoheva ao an-toerana.

Sehatra hivelaran’ireo mpandraharaha malagasy ihany koa ny hetsika La Grande Braderie de Madagascar raha ny fanazavana hatrany. Manana ny lanjany ny vokatra malagasy avy amin’ireo indostria malagasy.

Efa betsaka ny Malagasy manjifa ny vita malagasy ary sarotiny amin’izany. Mitady ny kalitao tsara sy tsy mamitaka koa anefa ny ankamaroan’ny mpanjifa, ka izany indrindra no tena hifaninanan’ireo mpandraharaha malagasy mandray anjara ao anatin’ny La Grande Braderie de Madagascar.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fahaiza-mitantana, demokrasia, ady amin’ny kolikoly : mitaky ezaka amin’ny mpitondra ny iraisam-pirenena

Miverina indray ny fampahatsiahivana ireo fepetra amin’ny fiaraha-miasa eo amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena. Totoafo izany tato anatin’ny andro vitsy. Eo ohatra ny nanasongadinan’ny masoivohon’i Inde, Subir Dutta, tamin’ny lahateniny tetsy Analamahitsy, afakomaly. « Tokony handray fepetra haingana ato anatin’ny fotoana fohy ny fitondrana hampihenana ny fahantrana sy hanaingana ny toekarena… Ilaina ny fitoniana politika fa eo koa ny fanjakana tsara tantana. Fepetra ahafahana misarika ireo mpampiasa vola izany », hoy izy.

Tsy hanilihana kandidà amin’ny fifidianana

Etsy andaniny, tsy mandehandeha ho azy ny fahatongavan’ireo delegasiona amerikanina eo anivon’ny kongresy eto amintsika izao. Avy amin’ny antoko demokraty sy ny repoblikanina izy ireo. Misy dikany ara-politika ny fitsidihan’izy ireo eto fa saronany resaka toekarena. Tsy azo hamaivanina ny nihaonan’ireto delegasiona ireto tamin’ny tale jeneralin’ny Bianco, Andriamifidy Jean Louis.

Eo amin’ny lafiny politika indray, mijery sy manaraka akaiky sahady ny fiomanana amin’ny fifidianana 2018 izy ireo. Ao ambadik’izany ny tsy tokony hanilihina kandidà sy ny hanaovana fifidianana azo antoka eken’ny rehetra.

Amin’ny ankapobeny, mitaky ezaka amin’ny fametrahana ny fanjakana tsara tantana ireo vahiny roa samihafa ireo. Eo koa ny ady amin’ny kolikoly, ny fahaiza-mitantana ary ny fanjakana tan-dalàna.

Fanakanana ny Tim amin’ny fomba rehetra…

 Manampy izany  ny resaka demokrasia sy ny fahalalahana maneho hevitra. Voahajan’ny mpitondra avokoa ve izany raha miainga amin’ny zava-misy iainan’ny firenena tato ho ato ? Ohatra, ny nanakanana hatramin’ny farany sy amin’ny fomba rehetra ny antoko Tim, tsy afaka nankalaza ny faha-15 taony, tetsy Mahamasina sy ny tany Toamasina farany teo. Sady tsy voahaja ny demokrasia no voahitsakitsaka ny tany tan-dalàna… Tsy mahagaga raha tsy manampy mivantana izao fitondrana izao ireo mpiara-miombona antoka amintsika. Na alefany tsikelikely fa tsy bolongam-bola avy hatrany. Na omeny ireo sampandraharahan’ny firenena mikambana sy ny fikambanana tsy miankina ny fitantanana izany… Tokony hampandinika ny mpitondra izany fa efa midika ho tsy fitokisana sy tsy fahatanterahan’ny fepetra  avokoa.

Synèse R.

News Mada0 partages

Reflets – Les clichés de la semaine

Un troupeau de zébus en pleine ville

Prestation de serment du nouveau Bâtonnier au Palais de justice d’Anosy

Exposition de photographies intitulée « la culture pluraliste de l’Inde »

Porte ouverte organisée par des étudiants en physique de l’université d’Ankatso

La centrale thermique de Mandroseza est opérationnelle

Le directeur pour la structuration et les investissements de la Trade and developement bank (TDB) faisant office de la banque régionale du Comesa est en visite à Madagascar

Cérémonie de remise de dons pour l’association Akamasoa

La bière coulait à flots à Ambohibao, après l’accident d’un semi-remorque. Photos : Mamiherison et Fanou.

News Mada0 partages

Conseil pour le Fampihavanana Malagasy : la balle est dans le camp du comité

Les 220 candidats postulants à des postes au sein du Conseil pour le Fampihavanana Malagasy (CFM) ont tous passé les épreuves orales, achevées mercredi dernier.

Les membres du comité de sélection national vont alors s’atteler à la délibération finale. Et, le nom des élus sera transmis incessamment au président de la République. Il faut savoir que ce CFM sera composé de 33 membres dont un par région et 11 désignés par le président de la République. A cela s’ajoute les 22 suppléants à raison d’un suppléant par région.

Ce nouveau CFM aura pour mission d’établir la vérité sur les violences et les allégations de violation des droits de l’Homme en relation avec les faits liés aux évènements de 2002 jusqu’à la fin de la transition.

Nadia

 

News Mada0 partages

Real Madrid : impito tompondaka fito hatramin’ny naha mpanazatra an’i Zidane

Tompon’ny fandresena tanteraka ny ekipan’ny Real Madrid nandresy an’i FC Barcelone, teo amin’ny Supercoupe tany Espaina. Efa ity ekipa ity koa no nandrombaka ny Supercoupe any Eoropa.

Efa nandresy 3 sy 1 ny mpilalaon’i Zidane tamin’ny lalao nandroso, ny 13 aogositra teo, raha nivahiny tany amin-dry zareo Barça. Tamin’ny lalao niverina kosa, natao ny 17 aogositra, montsana tanteraka ny Barça, 2 sy 0. Io ny fandresena nahazoan’ny Real Madrid anaram-boninahitra tompondaka faha-7 izao, hatramin’ny naha mpanazatra an’i Zinedine Zidane  ity ekipa ity, vao herintaona sy tapany monja izay.

Hatramin’ny taona 2012, dimy taona izany izao, tsy mbola nahazo izany Supercoupe any Espaina izany ny Real Madrid teo anatrehan’ny FC Barcelone. Efa azon’io ekipan’i Zidane io koa ny Supercoupe any Eoropa, nandreseny an’ny Manchester United, 2 sy 1, vao herinandro lasa izay. Anisan’ny nisongadina tamin’ireo lalao ireo i Benzema, i Lucas Vasquez, i Varane. I Zidane izany izao, mpanazatra frantsay, nitondra avo indrindra ny fanevan’ny Real Madrid tao anatin’ny fotoana fohy.

Voaroaka i Cristiano Ronaldo

Nanamaloka ny fandresen’ny ekipa ny nahavoaroaka an’i Cristiano Ronaldo tamin’ny lalao famaranana nandroso. Voasazy tsy mahazo mandray anjara amin’ny lalao dimy i CR7, araka ny sazin’ny mpitsara aminy. Efa tsy nahazo nandray anjara tamin’ny lalao famerenana izy. Nambarany fa henjana loatra ny sazy mahazo azy, tsy rariny. Nentin-katezerana ny lehilahy tamin’ny nahazoany karatra mavo fanindroany ka somary nanosika kely ny mpitsara. Na ny mpanazatra azy aza, i Zidane, nahita fa mafy loatra ny sazy ampiharina amin’ny mpilalaony.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Nanangana ny Taniko Production : miroso amin’ny famokarana i Erick Manana

“Tsy hoe hanao fety fotsiny fa nahatratra ny 40 taona an-tsehatra. Mba fotoana mahatonga saina koa izao… Inona ny vita? Inona ny mbola azo hatao? Izany rehetra izany no nanosika ahy hanangana ny Taniko Production”, hoy i Erick Manana. Nambarany tamin’ny mpanao gazety fa maro ireo manan-talenta any rehetra any, saingy tsy voakarakara ka tsy mahita ny lalana tokony hizorana eo amin’ny tontolon’ny mozika. “Te hanome tosika amin’izay vitako aho, ho an’ity mozika malagasy ity”, hoy hatrany izy.Ankoatra ny fikarakarana mpanakanto hafa, mazava loatra fa mandray an-tanana ny hetsika rehetra hataon’i Erick Manana eto sy any ivelany koa ny Taniko Production. Anisan’izany ny fitetezam-paritra eto Madagasikara, izay efa natombony tany Mahajanga ary hotohizany any Moramanga sy Toamasina amin’ity faran’ny herinandro  ity.Goavana indrindra amin’ireo anefa ny seho izay ivon’ny fankalazana ny faha-40 taona, hotontosaina ny alahady 27 aogositra izao, etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina. “Hizara telo ny fampisehoana ka ny roa voalohany, hiarahako aminny ekipako. Ny fahatelo kosa, hampiakarana ireo mpanakanto maromaro izay nasaiko manokana hanaingo io fiarahana io”, hoy hatrany i Erick Manana.Fantatra fa hanaraka an’i Erick Manana an-tsehatra ry Kolibera sy Nini eo amin’ny gitara sy feo, Solofo Bota (angorodao), Titi (saxophone), Donné sy Sata (amponga) ary Tsanta (trompetra). “Ny azoko ampanantenaina, hisy zavatra hiseho tsy fahita firy ao”, hoy i Erick Manana namarana.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Tanora advantista : hanao lasim-pianakaviana ireo kilonga

Raha miala sasatra ny saina, mila omena vatsy kosa ny fo amam-panahy. Anisan’ny tafiditra ao anatin’izany ny fanatanterahana lasim-pianakaviana. Hiatrika izany ry zareo tanora advantista.

« Ndao isika ho any an-danitra ». Izay ny lohahevitry ny lasim-pianakaviana hataon’ireo kilonga, sampana Mpisantatra (zandriny indrindra) amin’ny Tanora advantista, miaraka amin’ny ray aman-dreniny, ny 30 aogositra hatramin’ny 2 septambra izao eny amin’ny lycée teknika eny Alarobia.

Sambany no hisy lasy lehibe toy izao, hataon’ireto ankizy madinika (efa-taona) ireto, araka ny fanazavan’ny sefo Randriarimanana Marc, talen’ny lasy. Fotoan-dehibe ihaonan’ireo Mpisantatra, avy amin’ny fiangonana advantista ao anatin’ny federasiona Madagasikara afovoany, ahitana faritra fito, io. Miisa 3.000 ireo ankizy heverina fa hanatrika izany.

Ankoatra ny fihaonana, tanjon’ny lasy ny hanatevina ny fitaizana ireo ankizy amin’ny fieritreretana hatrany ny fiainana any an-danitra. « Izay, rahateo, no nahatonga io lohahevitra io », hoy ny sefo Joël, mpiara-mikarakara ny lasy.

Matevina ny fandaharam-potoana, izay handraisan’ny ankizy sy ny ray aman-dreny anjara, mandritra ireo hefarana ireo. Mazava ho azy, ho maro ny lalao, saingy tsy  ho  vitsy koa ny fampitana fahalalana sy fahaiza-manao, toy ny fanaovana asa tanana. Eo koa ny fanadinana Baiboly. Ny tena miavaka, hanatanteraka asa soa ho an’ny fiarahamonina ireo ankizikely.

Marihina fa hatao eny amin’ny lycée teknika eny Alarobia ny fanokafana ity lasim-pianakaviana ity. Hofaranana eny amin’ny Coliseum Antsonjombe kosa izany, ny 2 septambra. Hanotrona izany famaranana izany ny mpino advantista avy amin’ny fiangonana rehetra ao amin’ny federasiona Madagasikara afovoany.

Landy R.

News Mada0 partages

Nitohana tanteraka ny fifamoivoizana : niparitaka nameno arabe ny “cageot”n-dabiera

 Asa izay nahazo ity kamiaobe nitatitra ny vokatry ny orinasa Star, omaly tetsy Ambohibao. Navesatra loatra angamba ny entana, ka nitosaka niparitaka nameno arabe ireo ”cageot”n-dabiera marobe nentiny. Nitohana nandritra ny ora maro ny fifamoivoizana. Tsy tara tamin’ny zava-nitranga ireo mpanararaotra.

Tapaka nandritra ny ora maro ny lalana teny Ambohibao, amin’ny lalana miakatra avy any Andranomena, omaly tokony ho tamin’ny 10 ora maraina, vokatry ny entana nianjera avy eny ambony kamiao. Labiera anjatony maro nianjera avy eny ambony kamiao sémi-remorque teo amin’io fiakarana io. Araka ny fanazavana, kamiao handeha ho any Mahajanga nitondra labiera io kamiao io, ary nitriatra tampoka ny labasy nifonosany ka nianjera ireo kazo marobe ary niparitaka teo afovoan’arabe. Tapaka tanteraka mihitsy ny lalana teny an-toerana. Nifandrombahana avy hatrany rahateo ireo labiera niparitaka, indrindra izay tavoahangy tsy vaky. Na hatramin’ireo mbola tsy nianjera aza nisy naka. Voatery nanafatra mpitandro filaminana ny tompon’andraikitry ny orinasa tompon’ny labiera niambina ny entany.

Tsy nahasakana ny olona tsy hifarombaka teny anefa izany, ary maro ireo nisotro teny an-toerana sy nitondra nody.

Anisan’ny tena nifandrombaka ireo labiera ireo ny olona mpangataka ary nisy tamin’ireo no mamo teny an-toerana.

Tsy ilaozan’ny mpanararaotra rahateo ny zava-mitranga tahaka ity teny Ambohibao ity.  Tsy ny fanampiana ireo niharam-boina no mahamaika fa ny fakana ny fananan’olona. Endriky ny krizy iainan’ny olona ankehitriny izao, ary mampahatsiahy ny zava-nitranga tamin’ny taona 2009 tamin’ireo karazana fandrombana sy fanararaotana nisy teto amin’ny firenena. Tarazon’ny krizy 2009 ary tsy afaka hatramin’izao.

Fitohanana lavareny…

Vao mainka nampitombo ny fitohanan’ny fifamoivoizana teny Ambohibao iny zava-nisy omaly iny. Tapaka nandritra ny ora maro ary sahirana ny mpandamina ny fifamoivoizana nandritra izany. Nisy tamin’ireo olona niala avy any Ivato no nandany ora telo vao tafavoaka teny an-toerana. “Tara tany am-pianarana mihitsy izahay. Efa tamin’ny 9 ora maraina niala tany an-trano, izao amin’ny 1 ora izao vao tonga vokatr’io fitohanana io”, hoy ny tovolahy mpianatra iray.

Fahateren’ny lalana, fahamaroan’ny fiara mivezivezy amin’iny lalana iny ny mahatonga ny fitohanana mandavan-taona. Tsy misy andro tsy misy fitohanan’ny fifamoivoizana eny. Tsy ny eny ihany fa toy ny eny Analamahitsy, Anosizato, Ambanidia, sns… Inona ny paikady mahomby anafoana ny fitohanana? Eo ihany koa ny vesatry ny entana hoentin’ny fiara, tsy misy fanaraha-maso izy ireny? Na kamiao, na taksiborosy, samy manao izay saim-patany, kanefa mety hitera-doza mahatsiravina, toy ny tany Ankazobe.

Yves S.

News Mada0 partages

Firindrana ao anatin’ny fahasamihafana : manana kolontsaina marolafy i Inde

Tanterahina etsy amin’ny Tranombokim-pirenena Anosy ny fampirantiana iray maneho ireo kanto sy toerana manan-tantara any Inde. Sehatra ahatarafana fa manana sy miaina ao anaty kolontsaina marolafy ry zareo Indianina. Na misy aza ny fahasamihafana, tsy miteraka fifanoherana akory izany fa vao mainka aza mampirindra ny fiarahamonina any an-toerana.

Tazana ao amin’ny efitrano Gisèle Rabesahala ireo sary manasongadina ny endrika kanto ananan’ny kolontsaina indianina, ireo karazam-pivavahana misy any Inde. Anisan’ny mampiavaka ity ranty ity ny fahitana an-tsary ireo tsangambato manan-tantara anisan’ny tranainy (tany amin’ny taonjato faha-VIII sy faha-IX) indrindra any an-toerana.

Ilay mpaka sary malaza, Benoy K Behl, no naka ny sary. Raha ny tazana amin’ity fampirantiana ity, manana ny lanjany eo amin’ny tantara sy kolontsaina indianina ireto toerana ireto : « Temple de Shiva », « Palais de Mattancherry », « La grotte d’Ambika », « Temple de Pattadakal ».

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Efa intelo nigadra : saika matin’ny fitsaram-bahoaka ilay jiolahy

Tsy mety fay! Efa intelo nigadra teny amin’ny fonjan’Antanimora noho ny asa fanendahana ity jiolahy iray saika matin’ny fitsaram-bahoaka teny Ampantsakana, ny alarobia lasa teo. Araka ny fanazavan’ny polisy avy ao amin’ny PPA Ampefiloha, avy nanendaka renim-pianakaviana iray teny Ampantsakana ity jiolahy ity no nifanehatra tamin’ny vaomieran’ny fandriampahalemana eny an-toerana. Raikitra ny fifanenjehana. Tonga hatreny amin’ny farihin’Anosy ka teny vao tratra ilay olon-dratsy. Samy nanampatra ny hatezerany taminy avokoa ny ankamaroan’ireo olona nahita azy. Vokany, niharan’ny fitsaram-bahoaka avy hatrany izy. Nisy nampilaza ny polisy ao Ampefiloha ka tonga haingana teny an-toerana naka azy fa raha tsy izany namoy ny ainy teo ilay jiolahy. Nilaza izy,  nandritra ny famotorana nataon’ny polisy fa roa lahy no miara-manao ny asa ratsy, saingy tafaporitsaka ilay namany tamin’io fotoana io. Eo amin’ny fiantsonan’ny taxi-be eo Anosy  ny tena fanaovan’izy ireo ny asa ratsiny, raha ny filazany tamin’ny polisy hatrany.

Jean Claude

News Mada0 partages

Analakely sy Andravoahangy : andian-jiolahy nanafika mpivarotra

Nisehoana asan-jiolahy nisesisesy omaly teto an-dRenivohitra. Omaly antoandro, Notafihina telo lahy nitondra basy ny tranombarotra karana iray. Niditra tao an-tsena ireo ary nandrahona ny mpivarotra. Tsy afa-nihetsika ireo nanoloana izany ka namoaka ny vola mitentina 2 tapitrisa Ar. Niala moramora teny an-toerana ireo jiolahy. Nilaza ny nahita maso fa tena nitondra basy ireo jiolahy ary nanao akanjo somary miafinafina. Tsy nisy sahy nanakana. Efa lasa elaela ireo jiolahy vao tonga ny polisy. Voalaza fa azo camera ireo olon-dratsy ireo ary efa mandeha ny fanadihadiana.

Nitohy teny Andravoahangy ny fanafihana, ka notafihina efa-dahy nitondra basy ny tranombarotra ambongadiny iray. Voalaza fa nahalasa vola tamin’ny gony mihitsy ireo jiolahy ireo ary nitsoaka nihazo an’Anjanahary ireo. Nisy poa-basy nandritra ny fitsoahan-dry zalahy ireo.

Tonga teny an-toerana ihany koa ny polisy nanao ny fanadihadiana. Voalaza fa efa fantatra ireo jiolahy ireo, ary nisy avy hatrany ny fanarahan-dia natao. Nisy ny fidinana tampoka tamin’ireo faritra mafana toy ny eny Anjanahary sy i Manjakaray hatrany Andraisoro.Nahetsika avokoa ireo hery vonjy taitran’ny polisy toy ny UIR, ny Usi, ny Sag, omaly. Nivezivezy tamin’ny fiara 4×4 maro mihitsy ireo polisy. Tsy nisy tratra aloha ireo jiolahy raha ny omaly. Efa nisy rahateo ny baiko avy amin’ny minisitry ny Filaminam-bahoaka ny amin’ny hanetsehana ireo hery ao amin’ny polisy hiadiana amin’ny asan-jiolahy. Raha ny omaly, toy ny efa nifanarahana mihitsy ireo fanafihana indroa teto an-dRenivohitra ireo. Miandry vokatra avy amin’ny polisy ny rehetra fa efa mihatra aman’aina izy ity.

Yves S.

News Mada0 partages

Efa nahazoany vola 8 tapitrisa Ar… : jiolahy nahatrarana menaka “dragon de mer” hosoka

 Nidoboka am-ponja omaly ilay jiolahy voarohirohy ho nivarotra menaka « Dragon de mer » hosoka. Saron’ny polisy avy ao amin’ny kaomisaria boriborintany fahenina eny Ambohimanarina, ny talata teo teny Ankorondrano, ny talata 15 aogositra 2017 teo ity jiolahy mpisoloky ity. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy, nisy olona tonga nametraka fitoriana ao amin’ny polisy eny Ambohimanarina fa voasoloky noho momba ny “huille essentiel Dragon de mer”. Tonga nanatona ity olona niharan’ny fisolokiana ity ilay jiolahy ary nilaza fa manana io menaka Dragon de mer io izay nomarihiny mihitsy fa tena be mpitady ary lafobe ny vidiny. Nolazain’io mpisoloky io fa misy vahiny hividy ilay menaka ary mahasahy mividy lafo, saingy mbola tsy eto an-toerana io vahiny io tamin’io fotoana io. Mody miantso amin’ny telefaonina izy ka lazainy fa ilay vahiny hividy ilay menaka io mifampiresaka aminy io. Mody asainy mifampiresaka amin’ny telefaonina eo ilay olona hosolokiny ka nanaiky avy hatrany. Tsy vitan’izay fa hoe mbola hitondrany olona hafa koa milaza fa manam-pahaizana afaka mijery ilay menaka. Matoky tanteraka ilay voasoloky ka nahazoany vola 8 tapitrisa Ar ka iny izy no tsy hita.

Jean Claude

News Mada0 partages

Fanendahana anaty fitateram-bahoaka : hisy polisy manao fanamiana sivily ao anaty taxi-be

 Manoloana ny firongatry ny fanendahana anaty taxi-be mampitaraina ny mpandeha tato ho ato. Hisy ny fepetra manokana noraisin’ny polisim-pirenena amin’ny fametrahana polisy manao fanamiana sivily eny amin’ny fiantsonan’ny taxi-be sy anaty taxi-be…

 

Nampitaraina ny ankamaroan’ireo mpandeha taxi-be teto an-drenivohitra ny fisian’ireo andian-jiolahy manafika sy miditra an-keriny any anatin’ireny taxi-be ireny. Manoloana izany indrindra, nanao fanambarana tamin’ny alalan’ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety ny teo anivon’ny polisim-pirenena momba ny fisian’ireo mpanendaka anaty taxi-be. Nambaran’ny talen’ny filaminam-bahoaka eo anivon’ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka, ny Commissaire divisionnaire Rakotoarimanana Herilala fa misy ny fepetra manokana efa noraisin’ny polisim-pirenena amin’ny fandefasana ireo polisy manao fanamiana sivily any anatin’ireny taxi-be ireny. Eo koa ny fisian’ireo andiana polisy hafa miparitaka amin’ireo toerana faritra mafampana isaky ny boriborintany ka misoroka dieny mialoha ny asan-jiolahy. Isan’izany ny eny amin’ny fiantsonan’ny taxi-be eny Ambohijatovo, Analakely, Anosy, Ampefiloha, Namontana ary 67 ha. Noraisina izany fepetra izany mba hahafahana misoroka mialoha ny tsy fandriampahalemana, raha ny fanazavany.

Na teo aza anefa izany, nambaran’ny talen’ny filaminam-bahoaka hatrany fa misy koa ireo olona minia manely tsaho momba ny filazana hoe misy mpanendaka any anaty taxi-be. “Maro ary voizina ny famendrofendroana ny sain’ny olona amin’ny tsy fandriampahalemana. Misy fandrebirebena alefa eto momba ny tsy fandriampahalemana mba hampisavorovoroana ny saim-bahoaka. Aoka isika vahoaka tsy ho mora andairan’ny tsaho”, hoy izy.

Jean Claude

News Mada0 partages

DHL Madagascar sy SOS Villages : mitohy ny ezaka amin’ny tetikasa Go Teach

Miara-miasa akaiky ny orinasa DHL Madagascar sy ny SOS Villages d’enfants Madagascar hatramin’ny taona  2009, amin’ny alalan’ny tetikasa Go Teach. Tanjon’ity tetikasa ity ny fampahafantarana ny tanoran’ny SOS Villages ny fiainana eny anivon’ny orinasa. Efa miparitaka amin’ny firenena 26 ny tetikasa Go Teach.

Mampianatra asa ireo tanora ao amin’ny orinasany ny DHL. Mampahaleo tena ny tanora ihany koa hiatrika ny sehatry ny asa eny anivon’ny orinasa. Tao anatin’ny fito taona nisian’ny fiaraha-miasan’ny roa tonta, efa maherin’ny 30 ireo tanora miasa amin’ny tetikasa Express Easy sy Warehousing ao amin’ny DHL.

Miantsehatra amin’ny asam-barotra, fanentanana sy miandraikitra ny fitoeran’entana ireo tanora ireo. Amin’izao fotoana izao, telo ireo tanoran’ny SOS Village miasa ao anatin’ity tetikasa ity efa ho efa-taona izao.

Hatramin’ny tapaky ny volana jolay teo, nandray tanora roa tao amin’ny SOS Village indray ny tetikasa Warehousing. Hitombo isa ireo tanora horaisina amin’ity volana aogositra ity.

“Tany am-piandohana, nianatra asa ireo tanora saingy hita fa matotra amin’ny asa izy ireo ka noraisina ho mpiasa raikitra mihitsy”, hoy ny tale jeneralin’ny DHL Rakotondraibe Mamy.

Tatiana A

News Mada0 partages

Vitres fumées, cocarde et gyrophare : la police sera intransigeante

Afin de redorer son blason et en vue de rassurer la population face à l’insécurité, la police nationale a mis en place un important dispositif de sécurité. Une opération spéciale sera également menée face à l’usage abusif de gyrophare, cocarde et vitres fumées.

Le commissaire divisionnaire de police Herilala Rakotoarimanana, directeur de la sécurité publique, n’y est pas allé par quatre chemins pour dénoncer le comportement de certains conducteurs qui font une entorse au code de la route avec comme passe-droit les vitres fumées, cocarde et gyrophare.

«Nous allons mener une opération spéciale afin de mettre fin à cette pratique. Tous les véhicules aux vitres teintées et ceux munis de gyrophare ou de cocarde, seront contrôlés. Par conséquent, nous demandons la compréhension de ceux qui sont légalement autorisés à les utiliser et de coopérer afin de séparer le bon grain de l’ivraie», a-t-il déclaré au cours d’une rencontre avec la presse, hier, à Anosy.

Concernant les vitres teintées, la police a précisé que des sanctions sévères seront appliquées aux contrevenants. Un haut responsable de la police a indiqué hier que, selon le texte, seuls les parlementaires, les membres d’institution, les officiers généraux sont autorisés à les utiliser. «Les civils qui veulent mettre du film sur les vitres de leurs voitures doivent demander une autorisation spéciale», a-t-il expliqué.

Des textes opaques ?

L’initiative de la police est louable mais les responsables ministériels concernés doivent préciser quelles sont les personnes ou autorités habilitées à utiliser les gyrophares ou sirènes, afin d’éviter certains abus. «A ma connaissance, outre celles des présidents et des membres d’institutions ainsi que des parlementaires, seules les voitures prioritaires, à savoir les ambulances, les véhicules d’intervention des services de police et de gendarmerie, des services de lutte contre l’incendie peuvent être équipés d’avertisseurs spéciaux mais il faut reconnaître que les textes ne sont pas assez clairs sur ce point», a expliqué un agent de la circulation.

Par ailleurs, le DSP a indiqué, qu’afin de lutter contre l’insécurité grandissante, la police effectuera une descente dans les zones à risques de la capitale. «Des éléments en civil et en uniforme seront déployés, surtout près des arrêts de bus où sévissent en permanence les voleurs à la tire et les pickpockets», a-t-il fait savoir.

Mparany

 

News Mada0 partages

Ambohibao : un semi-remorque perd sa cargaison de bière

Un spectaculaire accident de la route s’est produit hier à Ambohibao. Une partie de la cargaison d’un transporteur routier s’est répandue sur la chaussée. Les cageots étaient semble-t-il mal arrimés.

Il était aux environs de 10 h quand l’accident est survenu. Le cachalot chargé de cageots de bière venait du centre-ville et roulait en direction d’Ambohibao.

«L’accident s’est produit dans un virage légèrement incliné vers la gauche. Les cageots de bière ont commencé à glisser, entraînant le basculement du poids lourd. Les sangles qui maintenaient la cargaison et la bâche ont lâché. Sous le poids des cageots, les ridelles latérales gauches se sont ouvertes. Des milliers de bouteilles se sont écrasées sur la chaussée», a expliqué la source.

Les casiers et les bouteilles se sont éparpillés sur la chaussée, paralysant ainsi la circulation pendant au moins deux heures. Du coup, une longue file a été observée dans les deux sens.

La circulation alternée sur l’accotement a été mise en place en attendant le nettoyage de la chaussée parsemée de tessons de bouteilles.

Des éléments du poste avancé d’Ambohibao et du Commissariat de la sécurité publique d’Ambohimanarina sont arrivés sur les lieux afin de sécuriser le reste de la cargaison mais cela n’a pas empêché certaines personnes malintentionnées de subtiliser quelques bouteilles.

Mparany

 

News Mada0 partages

Exhumation : les dépenses sont réduites au maximum

Malgré l’importance accordée aux morts par les Malgaches et sa portée dans les us et coutumes, les inconditionnels de l’exhumation, ou « Famadihana », se voient obligés de réduire leurs dépenses, en raison du coût élevé de la cérémonie, vu le contexte actuel.

La crise économique et l’inflation obligent. Auparavant, plusieurs jours sont consacrés à la cérémonie d’exhumation. Actuellement, l’événement ne dure qu’une seule journée. Même le nombre de faire-part à distribuer est limité au strict minimum. Pour certaines familles, la prestation d’un groupe de « Hira gasy » qui singularise la cérémonie, mettant en valeur la cérémonie est pratiquement supprimée. D’ailleurs, les membres de la famille qui n’ont pas participé aux dépenses sont quasiment exclus de la cérémonie.

Le « Famadihana » qui constitue une occasion de se rassembler perd ainsi une grande partie de sa raison d’être. C’est pourquoi, de nos jours, la pratique du « Famadihana » tend à se raréfier. A part son coût élevé, l’impact de la mondialisation et l’influence occidentale, surtout de la religion chrétienne, sont cités parmi les causes.

Des linceuls à petit prix

Selon les témoignages des marchands de linceuls, devant l’HJRA Anosy, les rares partisans du « Famadihana » n’osent plus acheter les linceuls, ou « Lambamena », de qualité. Cela, malgré l’importance que portent les Malgaches envers leurs morts.

Les clients n’achètent actuellement que les linceuls à moindre prix et de basse qualité. A l’exemple du « Lambatavoahangy » qui s’obtient à partir de 10 000 ariary la

pièce. Cependant, on peut dire qu’un linceul peut être acquis selon les bourses car son prix varie de 10 000 à un million d’ariary.

Pour les marchands, malgré l’attachement des malgaches à leur coutume, l’effritement du pouvoir d’achat est palpable, auquel s’ajoute la profanation des tombeaux pour vols d’ossements humains qui sévit encore au pays.

Sera R

La première journée de la cérémonie du

« Famadihana », appelée journée d’ouverture, marque l’arrivée de tous les membres de la famille qui vivent en dehors de la région, la préparation et la cuisson des repas pour le festin ainsi que la construction du « Lapa » pour les convives. Elle est suivie d’une veillée accompagnée de danses et de musiques où les boissons, notamment alcoolisées, coulent à flots toute la nuit. La deuxième journée est consacrée au grand festin où, à part la famille, tout le quartier est invité à prendre part au « Vary be menaka » et à l’exhumation proprement dite. Quant à la troisième journée, c’est le moment du spectacle de

« Hira gasy » qui est offert à la population environnante. Cela, à titre de compensation aux gens qui ne sont pas invités durant les deux jours de festivités.

News Mada0 partages

« Go teach » : l’insertion professionnelle des jeunes se concrétise

DHL Madagascar renouvelle ses engagements relatives à l’insertion professionnelle et l’autonomie des jeunes, via le programme « Go teach » mené an partenariat avec SOS Villages d’enfants Madagascar. Se focalisant essentiellement sur les stages ou parrainages professionnels depuis son lancement en 2009, ce programme a permis depuis quelques années aux jeunes bénéficiaires de décrocher un emploi stable au sein de cette société leader dans le transport et la logistique à Madagascar.

Le directeur général de DHL International Madagascar, Mamy Rakotondraibe, l’a soulevé en soulignant qu’ «Au début, DHL a accueilli les jeunes pour effectuer des stages professionnels ou un parrainage professionnel, mais au fil du temps, nous avons constaté que ces jeunes sont sérieux et compétents et nous avons décidé de les recruter ».

Depuis le début du partenariat, une trentaine de jeunes de SOS Villages d’Enfants ont travaillé ou travaillent encore au sein de DHL pour leurs projets Express Easy et Warehousing. A ce sujet, les jeunes occupent des postes de commerciaux, d’animateurs, de magasiniers… Actuellement, trois jeunes de SOS Villages travaillent dans ces projets depuis plus de quatre ans.

En sus, le projet warehousing a recruté deux jeunes de SOS Villages d’Enfants depuis le 13 juillet dernier. Un nombre qui va encore augmenter à partir de ce mois. En tout cas, une centaine de jeunes ont pu bénéficier du programme sous ses différents aspects : parrainage, stage professionnel, organisation du forum des métiers depuis 2011, visite d’Air Madagascar ou encore visite de sites historiques…depuis les huit ans de partenariat entre les deux parties.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Ambohijatovo : les sans-abri sont de retour

Au mois de juillet dernier, la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a délogé  tous les sans-abri dans différents lieux de la capitale. Mais sur le terrain, la réalité est tout autre car  des récidivistes occupent actuellement les hauteurs d’Ambohijatovo. « Certains d’entre eux ont même construit des habitations en tôle qu’ils utilisent comme maisons de passe », selon les précisions  du chargé de mission de la CUA, Ivon Rakotomalala.

Ce qui a amené la municipalité à descendre sur place, hier, pour les expulser. L’objectif est de sécuriser ces hauteurs et leurs environs où plusieurs escaliers servent de raccourcis aux riverains pour joindre Andohalo ou Faravohitra. En effet, selon Ivon Rakotomalala, « Leur présence inquiète les habitants qui les accusent d’être une des sources de leur insécurité ».

Ces nouveaux squatters sont ainsi invités à rejoindre les centres d’accueil d’Isotry qui sont actuellement opérationnels pour les héberger la nuit. Dans ces centres, ils commencent à occuper les lieux à partir de 17 h pour ne les quitter que le lendemain à 8h, afin de vaquer à leurs occupations quotidiennes, celles de subvenir aux besoins familiaux. Et de revenir de nouveau au centre le soir venu.

Sera R

 

News Mada0 partages

Boeny : succès du tourisme national à Mahajanga

La ville de Mahajanga étouffe sous le poids de ses touristes. Les autorités locales ont dû prendre des dispositions temporaires depuis quelques jours pour gérer la situation.

Suite à une séance de travail tenue avec les responsables communaux et le préfet de Mahajanga, le chef de région Saïd Ahamad Jaffar a décidé de confirmer les notes de services publiées antérieurement par les collectivités décentralisées, concernant  la circulation des véhicules sur le boulevard longeant le bord de la mer de la ville.

L’interdiction de circulation des véhicules de plus de 3,5 tonnes sur le tronçon compris entre le Jardin Damour et le bâtiment de l’Ecole nationale d’enseignement maritime (Enem) a été ainsi renforcée depuis le 10 août dernier pour fluidifier le trafic sur cet axe.

Une aire de stationnement est actuellement réservée à cette catégorie de véhicules et les agents de la police nationale, appuyés des éléments de la police municipale de Mahajanga, auront à charge de faire appliquer les nouvelles dispositions. Des panneaux de signalisations y ont été récemment installés d’ailleurs pour informer les usagers.

Renforcement des mesures de propreté.

Les autorités de Mahajanga ont aussi ordonné la mise en fonction  permanente des blocs sanitaires publics dans les zones d’affluence pour préserver la propreté des lieux. Des sensibilisations ont été lancées à l’endroit des touristes et visiteurs dans ce sens pour les inciter à contribuer à ce devoir citoyen.

Faisant preuve d’une action citoyenne, les scouts ont donné un coup de pouce à la ville de Mahajanga, qui a accueilli leur assemblée générale, à restaurer la propreté du bord de mer. Plus de 800 membres ont nettoyé et lavé cette partie de la ville avec l’aide des sapeurs-pompiers locaux après la clôture officielle de l’assemblée «Tendro».

Manou

 

News Mada0 partages

Chronique : ardeur sans présomption de patriotisme

Les grosses pointures fourbissent déjà leurs armes sans négliger les  nécessaires pour faire aux adversaires les pires coups pendables. Seuls les naïfs croient encore pouvoir se présenter à des élections normales en projetant de déposer leur candidature à la prochaine présidentielle. Le combat se fera sans pitié.

Les quelques-uns qui vont investir 100 milliards d’ariary ne le font pas pour jouer à la baballe, dans un climat de guerre les balles sont réelles. Les perdants, forcément il y en aura, se résoudront mal à n’avoir que leurs yeux pour pleurer et à devoir assister au spectacle de leurs 100 milliards partir en fumée au compte des pertes et profits sans possibilité d’amortir la somme.

Se pose pourtant aussi une question similaire à propos de l’élu : cette somme colossale, représente-t-elle la valeur de son sentiment patriotique ? Il n’existe en effet aucune voie légale qui lui permette de se rembourser un investissement de ce niveau, les dépenses de campagne se font à fonds perdus, argument supplémentaire outre le fait d’une sélection par la fortune, plaidant en faveur d’un seuil sensé  pour fixer le plafond des dépenses de campagne.

Circonstances aggravantes, on peut voir en la charge qu’ils se disputent une fonction de prestige, mais l’échec de l’exercice à ce poste menace de réduire en poussière ce prestige. L’échec n’est pas loin, aucun des prédécesseurs y compris « les revenants » n’ont su l’éviter. La succession ne présente que du passif, situation socio-économique catastrophique, Etat en délabrement, solution difficile pour un héritage honteux.

Concernant les motivations le doute n’est pas simplement permis, il n’apparait pas non plus comme béatement raisonnable, il devient indispensable pour alimenter une réflexion citoyenne. Evidemment par cette démarche on en arrive aux pires suspicions qui n’ont de référence que les 100 milliards, misés pour amorcer des sources particulières d’abondances, ayant en pendant le tarissement des fluides de richesses du pays.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : la main-d’œuvre indigène (1)

Un ami est venu nous conter ce qui suit avec prière de le porter à la connaissance de M. qui de droit. Nous nous empressons de lui donner satisfaction.

Il y a trois jours, je revenais de la brousse avec mes porteurs et mes bourjanes, lorsque, arrivés près de Tamatave, l’un de ces derniers tombe malade. Ayant remarqué un village tout proche, vers lequel d’ailleurs les sons d’une musique malgache attiraient notre attention, je conçus l’espoir d’y trouver une aide pour finir d’arriver à Tamatave, dont à peine deux kilomètres nous séparaient.

Dans la case où avait lieu le concert, j’ai trouvé une demi-douzaine de jeunes gens de dix-huit à trente ans qui, assis en rond sur des nattes, s’évertuaient à tirer de leurs instruments primitifs des sons plus ou moins harmonieux, destinés à frapper l’ouïe de deux dames qui devaient être les propriétaires de la case. Celles-ci, assez proprement vêtues, écoutaient avec une satisfaction visible le concert qui leur était donné.

Je demande un homme de bonne volonté pour nous aider à gagner Tamatave, l’affaire d’une demi-heure tout au plus, et en payant bien entendu. Un éclat de rire homérique accueillit ma proposition. Eux, travailler !…

Allons donc !… Et le plus dégourdi de la bande, s’exprimant en français assez correct, me fit connaître qu’ils étaient allés à l’école, par suite ils ne pouvaient se commettre à remplir l’office de bourjane, que pour son compte il briguait un emploi de planton, etc., etc.

Piqué au vif, j’ai pris des renseignements.

Ces dames avaient leurs maris ?… au front et à ce titre recevaient une allocation de la colonie, et ces Messieurs venaient les consoler de l’absence du mari, tout en prenant leur part dans l’allocation.

C’est là la moralité malgache la plus pure.

Réfléchissant, je me suis souvenu que tout le long du chemin, nous avions entendu des concerts semblables dans les villages que nous avions traversés. En revanche nulle part nous n’avions trouvé d’indigène travaillant son champ ou préparant son terrain pour une culture quelconque.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : ny didim-pitsarana ekena tsy azo anaovana resabe

Maro ny olona no mahay lalàna no sady mahafantatra ny rariny. Na izany aza, rehefa nametraka didy ny fitsarana mikasika ny raharaha iray, na inona na inona iheverana ilay izy ho tsy an-drariny sy ho tsy ara-dalàna, tsy vitan’ny hoe manan-kery sy tsy maintsy ekena ary tsy maintsy ampiharina fa tsy azo idohifana ihany koa. Tsy misy fiafarana  ny raharaha iray raha toa samy afaka hitsara ny didy efa mipetraka. Izany anefa aty amin’ny firenena mifototra amin’ny demôkrasia dia toy ny momba ny fitondrana ny tany. Afaka manambara ny heviny ny tsirairay ary afaka manasoketa mihitsy aza raha toa ilainy mikasika ny fanatanterahan’ireo tompom-pahefana ny andraikitra sahaniny. Tsy afaka amin’

izay fahafahan’ny mponina mitsara azy ireo mpitsara (magistrat).

Tsy azo lazaina ho manaram-penitra amin’izao fotoana izao ny fitateran’olona. Eo ny tsy fandriampahalemana, andaniny koa ny fanaovan’ireo mpitatitra tsirambina, na noho ny fiara tsy harifomba na noho ny tsy fanarahan’ny mpamily ny fepetra sy ny tsy fahampiana fitandremana. Raha nandalo fitsarana haingana ilay raharaha mikasika Boeing, dia samy maka ho azy ny rehetra mandinika mangina ny rariny azo raisina momba ny fitandremana na ny fahazoan’ny tandrevaka bahana.

Ain’olona no iantohan’ny mpitatitra, tsy azo atao ambanin-javatra noho ny fitadiavana. Amin’izao vakansy izao maro ny mpandeha, manao izay mety iatrehany izany ireo kaoperativa. Adinodino noho izany ny fitandremana. Misy izao amin’ny zotra makany Mahanoro ny mpamily izay tsy nitsahatra efatra alina misesy. Miala hariva miditra maraina miandraikitra ain’olona 18 isak’izay mandeha. Kely ny ain’

ny mpandeha rehefa tazany matory ambony familiana ilay mpamily izay mikiry mandra-pahatsapany fa tsy zakany intsony ny fiara sy ny làlana. Azo heverina fa na hafa kokoa aza ny fisehon’ny fanaovana tsirambina dia misy tsy fahampiana fitandremana ihany koa any amin’ny zotra tsy ahafahana manao lavalina noho ny fisian’ny “dahalo mpanapaka ny làlana”.

Adidin’ny fanjakana no miantoka ny filamin-tsainan’ny olona eo amin’ny fivezivezeny. Ny fitondrana no mametraka ny fitsipika sy manaramaso ny fanajana izany. Ny fitsarana no milaza ny antony nisehoan’ny loza sy ny didy apetrany noho izany. Ny mpitsara moa manana fahefana amin’ny fanenjanana na fanamaivanana ny sazy ampihariny. Ny vahoaka tsy afaka mitsikera ny didy iray, fa afaka kosa manameloka ny ankapoben’ireo didy na diso mareforefo na lasa mienjana tsy an-drariny.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : votre Excellence leur va si bien

Ambassadeur ou ambassadrice ? Le titre d’ambassadrice étant utilisé pour désigner les femmes des ambassadeurs, le protocole hésite à décliner le titre au féminin lorsqu’il s’agit de femmes diplomates de plus en plus nombreuses à représenter au plus haut niveau leur pays en terre étrangère. Plus épineux le problème pour donner une appellation appropriée aux conjoints de leurs excellences. Heureusement emplis d’élégance diplomatique ces messieurs tiennent leur rôle en toute discrétion évitant souvent que ne se produise un trouble en conséquence de leur position. Avec le temps des conventions apporteront une solution à ce genre de malaise, sans qu’il ne soit plus besoin pour les « consorts » de rester dans l’ombre.

 

Ino Vaovao0 partages

AMBATOLAMPY : Jiolahy maty voatifitry ny tompon-trano ny alin’ny talata lasa teo

Ny alin’ny talata lasa teo, tranom-barotra lehibe iray tao an-tanànan’i Morafeno ao anatin’ny Distrikan’Ambatolampy no notafihana andian-jiolahy nirongo basy.

Niditra an-keriny tao amin’ilay mpivarotra ireo olon-dratsy, ary avy hatrany dia nangorona sy nibata izay zavatra azo nalaina. Ny kotaban’ireo mpanafika nandritra ny fandravana no nanaitra tampoka ny tompon-trano ka nahatonga azy ireo nijery ifotony ny zava-nisy.

Teo am-pitsoahana ireo jiolahy no raikitra ny fifampitifirana ka raika lahy tamin’izy ireo no avy hatrany dia niantefan’ny balan’ny tompon-trano raha tafatsoaka kosa ireo namany hafa. Ny feom-basy nipoaka mafy avy eo no nanaitra ny fokonolona teo amin’ny manodidina saingy efa tafatsoaka ireo jiolahy.

Matetika no isehoana fanafihan-jiolahy tahaka izao eo an-tampon-tanànan’Ambatolampy, anisany olana ny tsy fahatongavan’ireo mpitandro filaminana raha tsy efa vita ny fanafihana ataon’ireo jiolahy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANJANAHARY - ANTANANARIVO : Mpiantsena voaroba vola mitentina telo tapitrisa Ariary

Toy ny zava-nitranga, afak’omaly maraina, dia mpividy entana handeha hamonjy ny tsenan’Andravoahangy no voaroba ka vola mitentina telo tapitrisa Ariary no lasan’ireo jiolahy.

Vao mangiran-dratsy no niseho ity trangana fanafihana ity, ka niisa telo lahy ireo mpandroba ary nitondra zava-maranitra. Marihina fa ramatoa anankiroa izy ireo no tafaraka tamin’io fotoana io, ka nanararaotra nandrahona ireto jiolahy noho ny hery tsy mitovy teo amin’izy ireo. Somary mangingina ihany koa ilay elankelan-trano nandehanana ary mbola vitsy ireo olona mpandalo.

Niezaka namaly ilay ramatoa iray saingy nodarohan’ireto olon-dratsy ny lohany ka naratra. Nitsoaka avy hatrany izy ireo niaraka tamin’ny kitapo nisy ny vola, ka olona sendra nandalo vao maraina no nahita ireto mpangalatra somary kaodikaody sy vaky nandositra. Talanjona ireo mponina teo amin’ny manodidina raha nahita azy roa vavy nitanondrika teo amin’ny tany. Tsy misy ny azo natao satria tafatsoaka ireo mpanendaka ireto, ka niezaka ireo mponina nampandre tany amin’ny Fokontany ny zava-nitranga.

Nalefa teny amin’ny Hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona avy hatrany izy roa voaroba ireto noho ny fahavakisan’ny lohan’ilay vehivavy iray. Somary natahorana, hoy ireo nanatri-maso, satria be loatra ny ra very. Manoloana izay tsy fandriam-pahalemana izay dia mihorohoro ireo mponina eny amin’ity tanàna ity satria matetika loatra ny fanafihana na fanendahana manodidina ny tanàna. Vao tsy ela akory izao no nisehoana vaky trano tao an-tanàna ka vola mitentina roapolo tapitrisa Ariary no lasan’ny jiolahy. Efa misokatra ny fanadihadiana ity raharaha ity ary fantatra fa vehivavy anankiroa niara-nitsikombakomba tamin’ny fanatanterahana ny halatra hatreto no efa nidoboka am-ponja.

Mbola karohina mafy kosa hatramin’izao ilay lehilahy ati-doha nikotrika nitondra ny lelavola nitsoaka.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

KAMIAOBEN’NY STAR TSY AFAKA FIAKARANA : Niparitaka manerana ny arabe ny “cageot”

Tsy fantatra mazava ny antony niavian’ny loza fa ny tatitra voaray teo am-panoratana dia teo amin’ny tampon’ny fiakarana lalana mankany Ambohibao no niseho ny loza. Tapitra nianjera ireo labiera ireo raha ny fanazavana voaray. Vokatr’izay dia nitohana izay tsy izy ny fifamoivoizana noho izay fifanjevoana izay. Nisy ireo nanararaotra ny fahavoazana, ka nitatitra ireo zava-pisotro mbola tsy vaky. Ny nahatsikaiky dia tapitra nigoka ny zava-pisotro noentin’ity fiarabe ny olona manodidina hatramin’ny ankizikely.

Tsy nisy ny aina nafoy na ny naratra fa ny fahasimbana fiara no hita teny an-toerana. Ny mpitandro filaminana any an-toerana no misahana ny raharaha amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MPIKATROKA TGV TOAMASINA : Miantso ny filoha Andry Rajoelina ho kandidà amin’ny 2018

Anisany mitafa mivantana sy mamondrona ireo tanora mpikambana ny solombavambahoaka Naharimamy Irmah. Taorian’i Mahanoro sy Marolambo dia ny renivohitry ny Faritra Betsimisaraka indray no nanohizany ny fanentanana ifotony ho an’ireo mpikambana TGV. 

Nibahan-toerana nandritra ny fihaonany tamin’ireo mpikatroka tao Toamasina ny fangatahan’ireo mpikambana ny mba hilatsahan’ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina ho anisan’ireo hofidiana ho filoham-pirenena amin’ny taona 2018. Amin’izy ireo dia ity farany ihany no mahavita azy eto amin’ny firenena ary angatahin’izy ireo ny hitohizan’ny fampan- drosoana izay efa nataony hatramin’izay. 

Tsy ny any Toamasina irery ihany anefa fa hatramin’ireo mpikambana ao anatin’ny vondrona Mapar dia samy miantso ny hilatsahany avokoa mba hofidiana amin’ny fifidianana Filoham-pirenena ho avy izao. Hatreto dia mbola mijanona ao anatin’ny fahanginany tanteraka ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina ary tsy mbola naneho ny heviny ihany koa na hilatsaka hofidiana na tsia amin’ny fifidianana ho avy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO FREEDOM : Hanangana rantsana ao amin’ny faritra Atsinanana sy Analanjirofo

Ny sabotsy 19 aogositra ao amin’ny Espace La Famille Salazamay manomboka amin’ny 10 ora maraina no hifamotoana amin’ny mponin’i Toamasina ny antoko Freedom. Ny filoha mpanorina azy, Lalatiana Rakotondrazafy, no ho avy ao amin’izany. Fandaharam-potoana amin’izany ny fampahafantarana ny Freedom  ; eo koa ny fanolorana amin’ny fomba ofisialy ireo mpitarika ny antoko ao anatin’ny faritra Atsinanana sy Analanjirofo.

Ao amin’ny efitrano mihidy an’olon-tsotra no anatanterahana izao fihaonana izao ka ho hita eo indray ny afitsok’ireo tompon’andraiki-panjakana ao Toamasina na ho sahy hanakana izao hetsika karakarain’ny Freedom izao tahaka ny natao tamin-dRavalomanana ny sabosty 12 aogositra teo iny.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

VAHAOLAN’NY DELESTAZY : Tara vao mandray andraikitra ny fitondram-panjakana

Vahaolana izay heverina ho misy kajikajy politika hatrany hoentina hambaboana ny fon’ny vahoaka amin’izao fotoana fohy tsy ahatongavan’ny fifidianana izao.  Anisany fanamby napetraky ny Filoham-pirenena, Hery Rajaonari- mampianina tamin’ny fotoan’andro nanaovany fampielezankevitra ny hanafoanana ny fahatapahan-jiro ao anatin’ny telo volana monja. Samy nahita anefa ny rehetra fa mandraka ankehitriny dia saika mbola miaina ao anatin’ny haizina ny ankamaroan’ny Faritra maro manerana ny Nosy. Efa-taona nahatongavany teo amin’ny fitondrana anefa vao mikofoka mitady vahaolana hampihenana ny delestazy lavareny izay iainan’ny mponina eto an-drenivohitra isan’andro ny tenany.

Omaly maraina no notontosaina teny amin’ny foibem-pamokarana herinaratra eny Mandroseza ny fitokanana ireo fotodrafitrasa lehibe nasiam-panavaozana hoentina mamatsy herinaratra ny mponina eto an-drenivohitra. Mahatratra hatrany amin’ny 45Mgw ny herinaratra vokarin’ity milina vaovao ity, ary ny menaka mavesatra no mampihodina izany. 

Tanjona ny hampihenana ny fahatapahan-jiro mateti-piseho izay mampikaikaika ny mponina amin’ny fiainana andavanandro, araka ny fanazavana nataon’ny Filoha nandritra ny lanonam-pitokanana. “Fanatanterahana ny fanamby ny fampiakarana ny herinaratra eo amin’ny fiainan’ny vahoaka sy ny orinasa mba hitondra fampandrosoana eto amin’ny firenena izao”, hoy ny nambarany nandritra ny fitokanana. Tara loatra anefa vao misy ny fandraisana andraikitra ataon’ny fitondram-panjakana. Andrasana miaina ao anaty fahasahiranana lalina ny vahoaka vao mikoropaka mitondra vahaolana ny Fanjakana, vahaolana izay efa nandrandrain’ny mare, roa taona lasa izay.

Raha tsiahivina, anisany tena niteraka korontana sy savorovoro teny anivon’ny fiarahamonina ny fahatapahan-jiro lavareny  tamin’ireo faritra maro teto Antananarivo. Maro tamin’ny mponina no nitroatra nidina an-dalam-be mihitsy naneho ny hatezerany vokatry ny delestazy raha tsy hilaza fotsiny toy ireo niseho teny Itaosy, Ambohipo ary Andohan’i Mandroseza. Nahavelon-taraina ny mponina ny fahatapahan-jiro izay mateti-piseho loatra, amin’izao anefa raha ny fantatra dia mety tsy hahafoana tanteraka ny olan’ny fahatapahan-jiro akory ny fanarenana io foiben-toeran’ny famokarana herinaratra io. 

Nandritra ny lanonam-panokanana io dia nilaza ny filoha fa tsy  maintsy misy ny fametrahana ny fotodrafitrasa ifotony tahaka izao mba hisitraka izany ny vahoaka eo amin’ny sarany izay zakan’ny rehetra. Araka ny fantatra anefa amin’izao fotoana izao dia miakatra hatrany amin’ny 100% ny vidin-jiron’ny Jirama ary mampikaikaika ny mpanjifa mihitsy, izay mifanohitra tanteraka amin’izay voalaza etsy ambony.  

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

BETSIAKA : Hatsangana ny komity mpanatanteraka ny dina amin’ ny fitrandrahana volamena

Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra ao amin’ny Faritra Diana dia tsy misy afa-tsy ny fampiharana ny dina no ahafahana mandrindra ny fitrandrahana volamena ao Betsiaka sy miady amin’ny tsy fandriampahalemana. 

Mbola ity tompon’andraikitra ity ihany no nampahafantatra fa efa nankatoavin’ny Fitsarana ny dina niarahana namolavola tamin’ny vahoaka ary  hatsangana amin’ny 22 aogositra ho avy izao ny komity mpanatanteraka.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA ANTSAKABARY : Mbola tsy mety tafarina mihitsy ny fiainan’ny mponina

Hatramin’izao tsy mety miverina amin’ny laoniny ny seha-piharian’izy ireo ary tsy mety tafarina mihitsy ny fiainan’ny mponina any an-toerana, araka ny loharanom-baovao voaray.

Enim-bolana aty aorian’ilay trangana habibiana niseho tao an-tanànan’Antsakabary ao anatin’ny Distrikan’i Befandriana Avaratra dia saika mbola miaina ao anaty fahasahiranana lalina ireo mponina. Maro amin’ireo niharan-doza no tsy nahatafaverina intsony ireo fananany lasa lavenona hatramin’izao. 

Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana dia tsy mitsahatra miaka-bidy ihany koa ny vidim-piainana kanefa ny vola eo am-pelatanana zara raha misy iainana. “Mahatratra hatrany amin’ny 500 Ariary ny vidin’ny iray kapoaka amin’ny vary fotsy amin’izao fotoana izao, ambany dia ambany anefa ny fahafahan’ireo mponina kanefa tsy ny vary irery fa saika ahitana izay fiakarana izay avokoa ireo zavatra ilaina amin’ny fiainana andavan’andro”, hoy ny nambaran’ny solotenan’ny mponina. 

Nambaran’izy ireo ihany koa fa tsy misy tonga any amin’ireo tena iantefany akory ilay fanampiana izay nampanantenain’ny fitondram-panjakana tamin’ireo niharan- doza. Ny Ben’ny tanànan’Antsakabary, Andriatsilahosana Franck Lemont kosa ankilany dia nilaza fa “misy ampahany amin’ireo fanampiana tokony ho an’ireo niharam-boina no mbola taraiky ao amin’ny tetezan’i Sofia hatramin’izao noho ny faharatsian’ny làlana”. Vokany, miaina ao anaty tsy fahampiana tanteraka ireo mponina, izay miandrandra mafy ny hahazo ireo fanampiana amin’ny fanjakana ireo. Iaraha-mahalala fa mbola tsy hita hatramin’izao izay tena marina mahakasika an’iny raharaha iny, mbola tratra ireo izay tena tompon’antoka tamin’ireny zava-niseho ireny. 

Mbola mijanona fampanantenana ambony latabatra fotsiny ny filazan’ny mpitondra fanjakana amin’ny hisian’ny fanadihadiana. Nandritra ny fandaharana fotoam-bita andiany fahadimy ny alahady lasa teo dia mbola nanantitrantitra ny  Filoham-pirenena fa mbola mitohy ny fanadihadiana saingy hatramin’izao dia mbola tsy hita izay mangirana. Ny Ben’ny tanànan’Antsakabary kosa dia nilaza fa nisy olona roa hafa indray niakatra fitsarana tany Antsohihy ny faran’ny herinandro lasa teo. Raha tsiahivina dia tamin’ny 18 febroary lasa teo no nisehoana doro trano nataona andian’olon-tsy fantatra tao Antsakabary izay nahamaizana trano 487 tamina tanàna miisa dimy. Hatramin’izao mbola miaina ny takaitra navelan’io habibiana io ny mponina.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAHAZOAN-DALANA MAMILY BIOMETRIKA : Sahirana amin’ny fikarakarana ireo nifindra any Mahajanga

Maro tamin’izy ireo no efa nankany Antananarivo saika hamadika io fahazoan-dalana hamily io ho biometrika saingy ela loatra ny fanaovana izany no sady misy olana hatrany. Ny filaharana dia isaka ny dingana ary mila tonga eny Ambohidahy amin’ny efatra maraina nefa tsy voatery ho voaray, hoy ny fanazavana azo.

Tsy vitan’izany fa tsy misy koa ny taratasy dia karazana ‘reçu’ izay no omen’izy ireo nefa tsy maintsy havaozina isam-bolana mandra-pisy ny taratasy hanaovana ny biometrika. Ny ankamaroan’ny olona anefa miasa aty Mahajanga ka tsy afaka mipetraka maharitra ao an-drenivohitra ao, no sady lafo ny saran-dalana Mahajanga Antananarivo, mandroso sy miverina miampy ny fiantranoana sy ny sakafo. Hany ka miveri-maina ny ankamaroan’ireo efa tonga tany.

Fantatra kosa fa efa tany amin’iny Faritra Sava sy Sofia iny ireo teknisianina avy any Antananarivo. Vinaniana izany fa ho tonga eto Mahajanga koa izy ireo hanamboatra ny eto. Araka ny loharanom-baovao azo dia an’arivony maro ireo manana fahazoan-dalana mamily avy any Antananarivo monina eto Mahajanga.

Miandry ny anjaran’i Mahajanga amin’ny fahatongavan’ny tompon’andraikitra sy iraka avy any Antananarivo izy ireo satria,alin’ny faran’ny taona izao no fe-potoana farany ahafahana mampiasa ilay fahazoan-dalana taratasy mavokely. Ny olana eto dia vonona ny hanova ny olom-pirenena na lafo aza izy io saingy ny fanjakana mihitsy no tsy maharaka ary tsy mahavita mametraka drafitra tsy manahirana ny mpanjifa.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

AMBODIRIANA TOAMASINA II : Vita ny fakan-kevitra amin’ny dinam-pokonolona

Volavolan-kevitra ahitana vaomiera miisa enina no nodinihina tamin’izany.Tafiditra ao anatin’izany ny vaomiera sosialy. Eo ihany koa ny vaomiera toe-karena sy ny fandriam-pahalemana. Vaomieran’ny tontolo iainana, kolontsaina ary ny serasera miady amin’ny fivoizana tsaho. Ny Ben’ny tanàna Feno Benjamin Felix no tompo-marika tamin’ny fikarakarana izao fihaonana natao ho fakan-kevitra ifotony izao.

Nisongadina indrindra tamin’ireo ny fakan-kevitra momba ny dina izay nankatoavin’ny vahoaka any an-toerana ny ametrahana azy. Mbola handalo an-tanan-tohatra maro anefa izany mialohany tena hampiharana ilay dina novolavolaina, izay tsy maintsy mbola ampandalovina eo anivon’ny Fitsarana.

Taorian’ny fakan-kevitra, dia omby iray no novonoina ho nofon-kena mitam-pihavanana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

BELO TSIRIBIHINA - TSY FANDRIAMPAHALEMANA : Mangataka mba harovan’ny Jamà ireo mponina

Isanandro tsy tapaka dia aharenesana fanafihan-dahalo hatrany any an-toerana ary miharo fandatsahana aina hatrany izany.

Tena mampitaintaina fatratra ireo fokonolona any an-toerana ny fahamaroan’izy ireo rehefa manafika sady mampiasa fitaovam-piadiana mahery vaika izy ireo amin’izany. Na mahazo na tsy mahazo izay zavatra ilainy ireo malaso ireo dia mitifitra avy hatrany ka izany no mahatonga ny fisian’ny aina latsaka ary tena kendren’izy ireo ny mpitandro filaminana.

Araka ny vaovao avy any an-toerana, tao anatin’ny tapa-bolana monja dia zandary iray sy miaramila iray no maty ary zandary iray no naratra mafy voatifitra. Mampiseho ny heriny sy ny tanjany tanteraka ny dahalo any an-toerana.

Tsy misy tahotra izay mpitandro filaminana intsony fa ireto farany indray aza no tena ataon’izy ireo mahita faisana. Manoloana izany dia mangataka ny harovan’ny jamà ny fokonolona. Ireto farany no hokaramain’ny mponina hanampy ny mpitandro filaminana mba hiambina ny tanàna sy hiaro ny ain’izy ireo . Mangataka ny eo anivon’ny Distrika ihany koa izy ireo ny amin’ny fanomezana alalana ireo jàma ireo hampiasa basy ho fiarovan-tena satria tena ary fitaovana ireo malaso . Nanamafy izy ireo fa hanolotra izay dahalo voasambotra ka tsy hanao fitsaram-bahoaka fa ny mpitandro filaminana no hanatanteraka ny asany araka ny lalàna.

Araka izany hisy ny fifanomezan-tanana eo amin’ny fokonolona, ny jamà ary ny mpitandro filaminana hanoherana ireo dahalo izay tena fahavalom-bahoaka any amin’ny distrikan’i Belo Tsiribihina.

Tahirisoa Y.

News Mada0 partages

Indonésie – Madagascar : place aux études stratégiques

Heru Wicaksono, le nouveau chargé d’affaires en pied pour Madagascar vient de s’installer au pays. Dans le cadre de la célébration du 72e anniversaire de la proclamation de l’Indépendance de la République d’Indonésie, il a ainsi invité des hautes personnalités et quelques Indonésiens, hier, à la résidence Wisma Indonesia à Ivato.

Dans son discours, Heru Wicaksono a déclaré que la relation bilatérale entre les deux pays continuera et se focalisera surtout sur des études stratégiques afin d’améliorer davantage l’économie et le commerce des deux pays. «Nous réduirons les taxes d’exportation des produits et nous espérons que Madagascar fera la même action», a-t-il expliqué.

Toujours dans le cadre de l’amélioration de la relation bilatérale entre l’Indonésie et Madagascar, le gouvernement indonésien propose également diverses bourses ainsi que des renforcements de capacités destinés aux techniciens et étudiants malgaches. Environ 200 personnes en ont déjà bénéficié. «Ils joueront un rôle important pour la coopération dans le domaine de l’économie et du commerce», a-t-il conclu.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Boxe – Mondiaux : Madagascar jette l’éponge

Le championnat du monde de boxe olympique qui débute dans une semaine dans la ville allemande d’Hambourg se fera sans Madagascar. L’argent a fait défaut.

Rêve brisé pour la boxe olympique malgache. Récemment, le retour de la Grande île sur la scène africaine, notamment au championnat d’Afrique, s’annonçait comme la renaissance de la discipline, après 10 ans de léthargie. D’autant plus qu’elle a été ponctuée par deux médailles de bronze pour le camp malgache, synonyme de qualification aux Mondiaux d’Hambourg en Allemagne. D’ailleurs, la préparation a été engagée depuis quelques semaines pour notre porte-fanion, Marco Jérôme. Et, cela, après la promesse du ministère de la jeunesse et des sports (MJS) de prendre en charge ce voyage en terre allemande.

Mais à une semaine de ce rendez-vous majeur de la boxe olympique mondiale, coup de tonnerre, la délégation malgache reste à quai car le MJS n’a pas tenu parole. D’après les informations émanant de la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO), le MJS a signifié l’impossibilité de financer le voyage faute d’argent.

En fait, c’était une issue prévisible après que le ministère s’est muré dans un silence suspect depuis le début de la préparation. Laissant la FMBO se débrouiller toute seule. Or, les dépenses y afférentes auraient dû être assumées par le MJS d’après sa promesse.

Retour sur terre

Comme les autres disciplines sportives, la boxe olympique malgache est de nouveau rattrapée par la réalité, propre au sport malgache après une petite envolée en terre africaine. Du coup, la fédération malgache n’a pas le choix que d’organiser au mieux le championnat de Madagascar qui se tiendra finalement dans la capitale du 21 septembre au 1er octobre en lieu et place de Mahajanga, pour des raisons financières.

Comme les autres fédérations, celle de la boxe souffre également du problème chronique de moyens. Il est loin le temps des 7000 dollars alloués par le MJS au vice-président de la FMBO. Actuellement, la confiance ne règne plus entre les deux parties.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Masters de pétanque : Christian, meilleur joueur

Actuel leader du classement général après la cinquième étape des Masters de pétanque à Tignes, l’équipe Fazzino a montré qu’elle a toutes les cartes en main pour décrocher le trophée de cette tournée 2017. Pour preuve, le pointeur Christian Andriantseheno a été élu meilleur joueur pour la deuxième fois par Quarterback, l’organisateur de l’évènement.

«Le pointeur de l’équipe Fazzino est plus que jamais dans la course pour le titre de MVP des étapes et son top 3 en atteste», ont commenté les médias français. Les amateurs malgaches de la discipline, surtout les pointeurs, le considèrent comme le numéro un malgache en termes de technique et de comportement. «Il n’est pas du genre à abandonner facilement avant la fin de la partie et il sait donner l’avantage à ses coéquipiers sans leur mettre la pression», a renchéri un bouliste malgache. Cet ambassadeur du talent malgache a encore du pain sur la planche. Et ce, à partir de la 6e étape, prévu le 23 août à Castelsarrasin.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Spectacle : Tana in rock s’annonce électrique

Quand les plus grands artistes du courant rock s’allient sur scène pour partager leur passion commune, cela donne «Tana in rock». Ce sera le 1er septembre au Dôme RTA et le 3 septembre à Antsahamanitra.

Avec de nouvelles recrues et plusieurs dates de concert à l’affiche, «Tana in rock» signe son retour pour offrir aux aficionados un show capital et inoubliable. Cette nouvelle formation musicale est composée de leads vocaux de groupes de rock malgaches, comme Ken de Mage 4, Nini de Kiaka, Abass d’Apost, Jacquot de Green, Batata et Niry d’Iraimbilanja, Rheg, Lija et Iary. Angaroa, Allkiniah, Dark inside et Iniah et bien d’autres vont également se relayer sur scène en tant qu’invités.

«L’idée est vraiment d’impliquer différentes générations d’artistes partageant le même feeling d’un rock énergique, grinçant et rageur, tout en gardant toujours à l’esprit,  l’indispensable dimension de solidarité», argumente Mbinintsoa Rakotoarivelo de Best Pro.

Un cabaret fera office d’inauguration de cet événement, début septembre, au Dôme Ankorondrano. Après cette mise en bouche, la deuxième édition de «Tana in rock» sera clôturée en apothéose le 3 septembre à Antsahamanitra avec de véritables bêtes de scène qui donneront des concerts exceptionnels.

Manifestation d’envergure 

«Lentement mais sûrement, «Tana in rock» compte bien remettre sur les rails le rock malgache», confie Jacquot. «C’est une initiative des plus louables de mettre un point d’honneur à la solidarité des rockeurs malgaches», poursuit Abasse. Chaque groupe interprétera ses propres œuvres, accompagné par les mêmes musiciens tout au long du show.

«Ceci étant, un vibrant hommage à de grands artistes, à l’instar de Doc Holliday, sera rendu sur scène», promet Ken. «Ce sera le meilleur du rock malgache», commente tout simplement Lija. «On va s’en donner à cœur joie pour offrir au public un spectacle de qualité avec un rock pur et puissant», renchérit Niry. Reg de conclure que «C’est toujours un plaisir renouvelé pour le groupe Rheg de pouvoir participer à cette manifestation d’envergure».

La diaspora ne sera pas en reste. Après ces deux dates, ces figures de proue de la musique malgache vont s’envoler pour une tournée française jusqu’au mois de novembre.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Badminton : le tournoi interclubs pour continuer

La discipline se distingue par son dynamisme ces derniers temps. Les compétitions s’enchaînent au profit des badistes et du développement de la discipline.  Au programme prochainement, la tenu d’un championnat interclubs au petit palais des Sports de Mahamasina les 19 et 20 août prochains.

Il s’agit d’une première compétition initiée par la Fédération malgache de badminton  cette saison après celles organisées par les différents clubs de la capitale. Cette fois, les épreuves de double (double hommes et double dames) et par équipe mixte (simple homme, simple dame et double mixte) sont privilégiées.

A cette allure, le badminton battra le nombre de compétitions organisées en une saison. En effet, depuis le début de l’année, presque chaque mois, les badistes se retrouvent sur le terrain de compétition. Un d’entre eux a même participé à une compétition hors de Madagascar contrairement aux années précédentes.

Naisa

News Mada0 partages

Exposition : la culture pluraliste de l’Inde en photos

Une exposition atypique signée Benoy K Behl et intitulée «Culture pluraliste de l’Inde – Harmonie dans la diversité», s’installera dans la salle Gisèle Rabesahala à Anosy, jusqu’au 22 août.

Un foyer de civilisations parmi les plus anciennes du monde, l’Inde est un pays chargé d’histoire et de culture. L’exposition photographique, visible depuis hier

à la Bibliothèque nationale Anosy, en témoigne largement. Une bonne dizaine

de photos rassemblent les grands monuments historiques et les diverses croyances religieuses qui caractérisent ce grand pays d’Asie. Un patrimoine dont le plus ancien date du 8e siècle.

Parmi ces monuments, on citera le palais de Mattancherry, la grotte d’Ambika, le temple de Shiva et de Pattadakal. Différents types de religions comme le bouddhisme, le jainisme, le christianisme, le sikh, l’hindouisme, l’islam, le judaïsme font également l’objet de cette exposition.

Rappelons que l’Inde a accédé à son Indépendance le 15 août 1947, il y a 70 ans de cela. C’est justement dans le cadre de ce grand événement marquant que son ambassade à Madagascar a tenu cette manifestation. Dans la même foulée, une série de spectacles de danses folkloriques typiquement  indiennes marqueront les festivités dans la Ville des Mille et la Cité des Fleurs samedi et dimanche prochains.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Francis Turbo : le dernier show de l’année

Francis Turbo donnera son dernier cabaret de l’année, le 25 août, au Cercle franco-malgache (CFM) sis à Anosy. Il a ainsi choisi

de le nommer «Cabaret Dorent’s», qui signifie cabaret original. Organisé par My Studio Films, le spectacle ne sera composé que de sketchs et quelques interprétations réalisées par l’artiste lui-même. Plein de fous rires et d’histoires hilarantes, il durera plus de trois heures.

Par ailleurs, Francis Turbo réserve aussi quelques surprises pour les spectateurs présents. «Je me produis rarement dans la capitale. Ainsi, je peux leur offrir des nouveautés», a-t-il annoncé. En effet, l’artiste a déjà plusieurs animations à assurer dans son agenda. Donner un show lui demande davantage de temps de préparations. «Tous mes fans connaissent presque tous mes sketchs», a-t-il précisé. Ce cabaret «Dorent’s» sera donc inédit et spécial. Les billets sont déjà disponibles à Nect’art Ankadifotsy.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza0 partages

DIPLOMASIA

Rtoa Jenny Dee no masoivoho vaovaon’i Aostralia eto amintsika. Nandritra ny fihaonany tamin’ny Filoha Hery Rajaonarimampianina dia nanambara izy fa manam-piniavana hiara-kiasa amin’i Madagasikara i Aostralia,

 indrindra eo amin’ny sehatry ny fambolena, ny fanjariana ara-tsakafo ary ny fikarohana. Hatramin’ny nankalazana ny "ANZAC day" teto amintsika farany teo dia nihamafy hatrany ny fifandraisana tamin’ny firenena Aostralianina raha tsy hilaza hafa tsy fanomezany vatsim-pianarana sy ny fanampiany amin’ny fanatanterahana tetikasa eny amin’ireo faritr’i Madagasikara izay miompana amin’ny ady amin’ny fahantrana, ny fahazoana rano fisotro madio, ny fanabeazana, ny fampiroboroboana ny vehivavy ary ny fampandrosoana ifotony.

TRANGAM-PIARAHAMONINA

 

Tamin'ny 11 ora antoandro omaly no voatafika ny karàna mpivaro-damba antsoina hoe Fasal, etsy Ambodifilao. Telo lahy nitam-basy no tompon'antoka ary lasa tao ny vola, ny firavaka volamena ary koa ny finday. Malagasy mpianatra ao Nimes no tompon'antoka tamin'ilay famarotana "clips" gasy malaza amin'ny internet. Nampiteraka korontana be teo anivon'ny artista izany raha hiverenana kely. Omaly izy dia naneho ny fialan-tsininy ary nilaza fa mba hanampiany ny solon-tsakafony any an-toerana no antony.

 

Niaiky ny polisy fa tena hanjakan'ny jiolahy ankehitriny ny taksibe. Nisy ny fepetra noraisina nanomboka omaly dia ny fametrahana polisy isaky ny fiantsonana ary ny Emmo ho an'ny faritra manodidina an'Antananarivo. Ho hentitra kokoa ny fanaraha-maso amin’ny fiantsonan’ny taksibe eo Anosy, Ampefiloha, Andavamamba, R5+ 67Ha atsimo, Vatobe , Ambodifilao ary Analakely.Mitohy hatrany ny ezaka fandaminana ataon'ny CUA mahakasika ireo tsena eto an-drenivohitra. Ho an'ny Pochard dia hafindra ny toeram-piantsonan'ny moto ary hasiana zavatra hafa eo. Ho an'ny hafa kosa dia laharam-pahamehana ny fampidirana ireo mpivarotra ho ao anaty tsena.

Lasa trano fampiasan'ny mpivarotena ireo trano sachet sy trano fanitso etsy Ambohijatovo ambony. Ahiana ho lasa fieren’ny jiolahy manendaka sy manao sinto-mahery amin’ny hariva sy alina ihany koa. Nitohy omaly ary ny fanesoran'ny kaominina ireo olona mampiahiahy sy fandravana ny trano.

Nitrangana toe-javatra mampalahelo teny amin’ny fokontany Ampamarinana teny, ny herinandro teo. Raim-pianakaviana iray vao 34 taona monja mantsy no nilatsaka avy eny ambony ary notatazan’ny vato avy aty ambany, ka namoy ny ainy teo no ho eo. Vaky tanteraka ny lohany, araka ny fanazavan’ny lehiben’ny fokontany. Tokony ho tamin’ny 8 ora alina no nitrangan’izany, raha ny fitantaran’ity farany hatrany, fotoana efa tsy nisian’ny mpandalo intsony.

POLITIKA

Hotanterahina ny sabotsy 19 aogositra izao ny fametrahana ny sampan’ny antoko Freedom, tarihin’i Lalatiana Rakotondrazafy any Toamasina. Ao amin’ny Espace La Famille Salazamay any an-toerana no hanaovana ny lanonana. Marihina fa tamin’ny fotoana nirotsahan’i Lalatiana Rakotondrazafy hofidiana ben’ny tanàna teto Antananarivo no nitsanganan’ny antoko, izay resin’ny Tiako I Madasigasikara tamin’ny alalan’i Lalao Ravalomanana.

Tsy hisy ny fialan-tsasatra ho an’ny mpikamban’ny governemanta raha tsy ny volana desambra. Efa manomboka miala ny renivohitra kosa ny vady aman-janaky ny minisitra, ary misy mihitsy ny mankany ampitan-dranomasina. Misy ny vola dia manao fiainana e !

Olona 2 no voatazona am-ponja tamin’ny raharaha famonoana an’i Tsiandopy Jacky, ka nadoboka eny Tsiafahy ilay zanaky ny mpiray tampo aminy, izay voasambotra tany Nosy Be Hell Ville. Voalaza fa efa voarohirohy tamin’ny famonoana teratany vahiny tany Atsiranana izy io, ary efa lehiben’ireo zatovo mania fantatra amin’ny anarana hoe « Fôrôsy » mihitsy.

Lehilahy iray no mbola karohin’ny zandary amin’izao fotoana.

Tonga tokoa izany ilay hoe rehefa tsy mahavita azy dia hangatahana hametra-pialana mialoha ny hanesorana azy izay nambaran’ny filoham-pirenena tamin’ny fotoam-bita andiany faha-15. Ny nahagaga anefa dia ilay minisitry ny fitaterana sisa tafajanona fa voailika avokoa ny tale miisa 4 be izao. Mampahatsiahy ny talen’ny kabinetran’ny minisiteran’ny angovo teo aloha izay niara-nalana tamina tompon’andraiki-drantsana maromaro rehefa niala teny Soamahamanina ireo Sinoa teny an-toerana saingy tafajanona tamin’ny toerany kosa ny minisitra Zafilahy Ying Vah.

FANAOVAN-GAZETY

Efa eo am-panomanana ny karatra maha mpanao gazety matihanina ny holafitry ny mpanao gazety amin’izao fotoana. Mifarana amin’ity taona ity rahateo ny maha manan-kery ny karatra teo aloha. Efa mandeha ny fanisana manerana ny Nosy, ka manodidina ny 1200 amin’izao fotoana izao ireo mpanao gazety. Manentana ny rehetra hanara-maso hisorohana ny mpisoloky sy ny mpisandoka ny holafitra tarihin’i Gérard Rakotonirina. Aorian’ny fahavitan’ny karatra kosa no hanatanterahana ny fifidianana ny birao vaovao hitantana ny holafitra.

SOSIALY

Nitsidika ny Mining Business Center, izay natsangana eny Mamory Ivato ny Ben'ny tanàna Randrianarisoa Penjy sy ny mpiara-miasa aminy ary ireo mpiasa ao amin'ity Mining Business Center ity omaly. Raitra tanteraka io fotodrafitrasa vaovao vao natsangana eny an-toerana io. 

Tapaka indray ny jiro teny Itaosy, Vinany, Ambavahaditokana,… omaly, raha toa vao ny alarobia teo ny minisitry ny angovo no nilaza fa tsy misy intsony ny delestazy. Na mandeha aza ny jiro dia mitsilopilopy sy manimba zavatra, hoy ny mponina. Manoloana ny fimenomenon’ny mpanjifa amin’ny resaka fiakaran’ny vidin’ny herinaratra, dia fiakarana 2,8% no nisy ho an’ny mpanjifa mandany mihoatra ny 25kw. Tsy nisy kosa ny fiakarany ho an’ireo latsak’io, izany hoe ny sarambabem-bahoaka, tsy dia mandany. Matoa mitombo ny faktiora, dia nanao fandaniana mihoatra, hoy ny minisitry ny angovo Lantoniaina Rasoloelison.

Hanatanteraka varotra fampirantiana voninkazo etsy amin’ny tranombokim-pirenena Anosy indray, manomboka ny 23 aogositra ho avy izao, ny fikambanana Ceinture Verte hivondronan’ireo renim-pianakaviana mpamboly voninkazo matihanina eto an-drenivohitra. Haharitra telo andro izany ka anisan’ny hampiavaka ny hetsika, araka ny fantatra, ny fisian’ny fihenam-bidy amin’ny voninkazo rehetra, manomboka amin’ny 2-3 ora folakandro, mandritra ireo telo andro ireo.

Betsaka amin’ireo mponina eto an-drenivohitra sy ny manodidina tato ho ato no misedra olana amin’ny fakana rano fisotro madio eny amin’ny paompy. Anisan’izany ny eny Anosizato sy ny manodidina eny izay handaniana ora roa na telo isan’andro mihitsy vao mahafeno ny rano  rehetra ilaina ao an-tokantrano mandritra ny tontolo andro. Vokany, mahatsiaro ho sorena ny mponina nefa tsy mihena fa vao mainka midangana aza ny vidin-dranon’ny JIRAMA.

FAHASALAMANA

Hofongorina ny aretina lefakozatra na “polio” mba hahazoana fankasitrahana avy amin’ny LMS ny taona 2018. Miisa 35.600 ireo zaza latsaky ny 5 taona vita vaksiny polio tao Maevatanana raha toa ka 31.700 no natao tanjona, hoy ny tompon’andraikitry ny fanatontosana ny Fav polio andiany faha 10. Tanjona hapetraka ihany koa moa ny hanafoanana tanteraka azy io amin’ny taona 2020, raha ny fanazavana.

Nanatanteraka atrikasa momba izay ady amin’ny lefakozatra sy ny fanohizana ny hetsika Fav polio izay kosa ny tao Toliara tetsy andanin’izay. Maherin’ny 5 tapitrisa ireo zaza latsaky ny 5 taona kendrena ho vita vaksiny polio manerana ny nosy amin’ity taona ity, raha ny fanazavana hatrany. Ny volana oktobra sy novambra izao no hanatontosana ny andiany faha-11 amin’izy ity ary nanentana ireo ray aman-dreny mba hanatona tobim-pitsaboana hatrany ireo dokotera rehefa farofy ny zaza na koa hoe hiteraka satria isan’ny fisorohana ity aretina ity koa izany, raha ny nambara.

FIANARANTSOA

Nivoaka omaly ny valim-panadinana bakalorea ho an’ny Faritanin’i Fianarantsoa. 49,95% ny taham-pahafahana ho an’ny sokajy rehetra. Nahitana fihenana 3% mitaha ny tamin’ny taon-dasa, izay nahatratra 53% ka 12776 tamin’ireo kandida maherin’ny 19000 nandray anjara ihany no afaka. Anisan’ny nahitana ny taham-pahafahana tsara indrindra ny tao Ikalamavony, izay nahatratra  77,04. Manomboka ny 4 septambra no afaka mangataka ny “relevé de note” ao ofisin’ny bakalorea ireo afaka.

ZAVA-KANTO

Mankazala ny faha-40 taona niakarany an-tsehatra i Eric Manana amin’izao fotoana izao, ka hisy ny seho isan-karazany hataony, ary amin’ny endriny samihafa toy ny hoe Eric Manana sy ny mpitendriny, Eric Manana sy ny vahininy,…. Manomboka anio ny fitetezam-paritra hataony. Hanampy tosika ireo mpanakanto sy talenta vao misondrotra amin’ny alalan’ny trano famokarana “Ny taniko” izay vao natsangany i Eric Manana.

Hatao ny 1 septambra izao eny amin’ny Dome RTA Ankorondrano ny hetsika hanandratana ny mozika Rock na ilay antsoina hoe “Tana in Rock” ary hitohy eny Antsahamanitra ny 3 septambra. Miisa 8 ireo mpandray anjara. Hampivondronana sy hametrahana ny Rock eo amin’ny toerany no tanjona. Hisy ny mpanakanto tsy hampoizina amin’ireo hetsika ireo.

FINOANA

Tanterahina any Tolagnaro ny fihaonamben’ny fikambanan-dehilahy Kristianina ho an’ny Fiangoanan Loteranina amin’izao fotoana. Hitarika izany ny Filohan’ny fiangonana Loteranina ny Dr Rakotonirina David.

ANJOZOROBE

Potika tanteraka ny lalana any Betatao Anjozorobe (RN3) amin’izao fotoana. Kamio iray mpitatitra hazo no nivadika tany an-toerana vokatr’izay haratsin-dalana efa tena mampitaraina ny mpampiasa azy izay. Tsy nisy kosa ny aina nafoy. 

FANDRIANA

Ela ny ela fa nahazo  Lycée Technique Professionnelle ny any amin’ny kaominina Miarinavaratra, distrikan’i Fandriana. Natao ho fanatonana ifotony ny vahoaka no antony izay tsy tokony hijanona amin’ny fampianarana ankapobeny fotsiny. Nitsidika izany tany an-toerana ny minisitry ny Fampianarana Teknika sy ny Fanofanana arak’asa ary ny Fampananan’asa, Toto Raharimalala Lydia. Araka ny fanazavan’ity  minisitra  ity dia efa am-perinasa tanteraka amin’izao fotoana ny Lycée Teknika Professionnelle ao amin’ny faritra ambadik’i Manangana ao anatin’i distrika Fandriana izay hitambaran’ireo kaominina efatra dia Soanakambana- Imiarinavatra Renivohitra, Tatamalaza sy Betsimihositra.

MAHAJANGA

Nifampitaona tao amin'ny CEG Ampisikina ny ekipan'ny DREN sy ny CISCO-n’i Mahajanga I nanao fanadiovana faobe ny tokotany rehetra sy ny ao anatiny. An-jatony izy ireo no niara-nanao izany ka Andriamatoa Hoavy Sandy, Talem-paritry ny Fanabeazam- pirenena ao Boeny sy Andriamatoa Ndeha Patrice, lehiben'ny Faripiadidiam-pampianarana Mahajanga I no nitarika azy ireo.

ANTSIRABE

Nandritra ny fivoriambe fanao isam-bolana ho an’ny faritra Vakinankaratra dia  nampatsiahy ireo voakasika ny teo anivon’ny Prefektiora amin’ny tokony hanaovana ny fanambaram-pananana eny anivon’ny Bianco. Eo amin’izay ady amin’ny kolikoly izay ihany dia nisaorany ireo sampandraharaha izay efa mampiasa ireo “dispositif anti-corruption” rehetra, sy efa mametraka izany, toy ny efa ataon’ny eo anivon’ny sampandraharahan’ny fampianarana eto Vakinankaratra.

 Hisokatra tsy ho ela ny seranam-piaramanidina ao Antsirabe raha ny fantatra ka ny ADEMA no hintantana azy amin’izao fotoana. Ho afaka handray fiaramanidina lehibebe kokoa noho ny hatramin’izay ity seranam-piaramanidina ity rehefa hiasa ka amin’izao fotoana dia miato ny fanomezana tany eny amin’ny manodidina ny seranana noho ny mbola mety hisian’ny fanitarana azy.

 Mitohy ny ady amin’ny haromotana ao Vakinankaratra noho ny fisian’ny tranga nisesisesy tao Behenjy sy Ambatolampy ary Betafo sy Andranomanelatra. Distrika 4 no efa nahavita ny hetsika famonoana alika mirenireny ankehitriny dia Antsirabe I sy II, Ambatolampy sy Mandoto.Mbola hitohy kosa ny any amin’ireo distrika hafa ambiny.

Nasiam-panarenana ny fonjan’Antsirabe ankehitriny ary efa vita. Misy fivarotana eo anoloan’ny fonja ankehitriny, entina mivarotra ny asa tanana vitan’ireo voafonja ao anatiny ihany sady loharanom-bola ho azy ireo ihany koa. Efa maro ankehitriny ireo lahasa madinidinika ataon’izy ireo ao anatin’ny fonja, izay azo avadika ho vola ho azy ireo ihany.

FAMPIANARANA

Mahazo vahana ny fitsoahana an-daharana an-tsekoly any amin’ny Faritra Atsinanan’ny Nosy. Ireo tokony hianatra  koa, eo an-daniny, tsy manana kopia mari-pahaterahana, araka ny vaovao azo, nanosika ny Faritra hikarakara hetsika fanomezana kopia mari-pahaterahana faobe, nanomboka ny fiandohan’ny herinandro teo. Ankizy vao teraka ka hatramin’ny 18 taona miisa 1.000 no ezahina hahazo tombontsoa amin’izany, raha 400 no efa nahavitana soa aman-tsara ny fitsarana mitety vohitra.

 

TOEKARENA

Tonga eto Madagasikara ny tompon’andraikitra avy amin’ny Trade Development Bank amin’izao, ka handresy lahatra an’i Madagasikara hiditra ho mpikambana. Hijery ny fomba hampidirana an’i Madagasikara izy ireo. Maro ny famatsiam-bola azon’izy ireo atao, indrindra ho an’ny sehatra tsy miankina toy ny angovo, fambolena. 2 tapitrisa dolara isaky ny 6 taona no hamatsian’ity banky ity ireo firenena mikambana ao anatiny.

Nanomboka ny 16 aogositra ka hatramin’ny 15 septambara ny tolotra antsoina hoe “Vacance numérique” hizarana ny teknnolojia amin’ny alalan’ny tolotra “internet” maimaimpoana eny amin’ny CEMDELAC Analakely. Misy ihany koa ny fampianarana momba ny teknolojia toy ny fikirakirana ny solosaina. Tsy misy fanavahana fa natao ho an’ny rehetra.

Manomboka izao dia hatao amin'ny alalan'ny “internet” avokoa ny famenoana ny taratasy izay mahakasika ny fanafarana entana avy any ivelany. Minisitera roa no nanao fifanaraham-piaraha-miasa amin'ny Gasynet omaly.

KOLONTSAINA

Nisokatra nanomboka omaly ny famadihana an’Andriatsihanika sy Nenibe Rabotovola eny Ankatsaoka. 3 ka hatramin’ny 7 taona ny famadihan-drazana. Efa tamin’ny andron’Andrianampoinimerina Andriantsihanika, ka ny taranany izay efa miditra amin’ny taranaka faha-8 antsoina hoe “Zanak’antitra”, no mpikarakara. Ao anatin’ny 4 andro ny famadihana, ka omaly ny famongarana ny razana, arahin’ny hetsika ara-javakanto sy hiragasy. Eo anelanelan’Ambatomirahavavy sy Imeritsiatosika no misy ny an’Akantsaoka hilevenan’ny taolambalon’Andriantsihanika, izay hanaovana famadihana ankehitriny.

FANATANJAHANTENA

Taorian’i Neymar, izay novidiana 222 tapitrisa Euros ny fialany tao amin’ny FC Barcelone, dia mbola mandeha amin’izao ny adihevitra sy ny fifandresendahatra amin’ny hividianan’ny Klioban’ny PSG an’ilay teratany Frantsay Kylian M’bappé milalao ao amin’ny AS Monaco. Efa naneho hevitra amin’ny tsy faharisihany hilalao ao amin’ny kliobany intsony rahateo ny tenany, ary efa nanipy teny ny fahavononany hiditra ao amin’ny PSG na mikitikitika azy ihany koa aza ny Real de Madrid. 150 tapitrisa Euros no mety ho vidin’ity mpilalao ity.

Tsy afaka ny hilalao mandritra ny 5 herinandro I Louis Suarez lohalaharan’ny FC Barcelone taorian’ny faharatrany nandritra ny lalao miverina teo amin’ny “Super coupe d’Espagne” ny alarobia alina teo. Tsiahivina fa mbola resin’ny Real de Madrid tamin’ny isa 2-0 izy ireo, tao amin’ny Kianjan’i Santiago Bernabeu. Efa resy 3-1 tao amin’ny taniny ihany koa anefa tamin’ny lalao mandroso natao tao Camp Nou. Midika izany fa mandalo fotoan-tsarotra tanteraka ny FC Barcelone.

ANY IVELANY

Nitrangana asa fampihorohoroana tany Barcelone Espagne omaly. Fiara iray ireny no nanavatsava nanitsaka izay sendra azy, ka olona 13 farafahakeliny no maty, ary 32 ireo naratra, misy ireo tena voa mafy. Efa nilaza fa tompon’antoka tamin’izany moa ny vondrona mpampiorohoro Daesh.

Tia Tanindranaza0 partages

Antontanisa tsy mazavaMampiahiahy ny mpamatsy vola

Ezahin’ny eo anivon’ny ivontoerana nasionaly mikirakira ny antontanisa ho vita mialoha ny faran’ny taona ny volavolan-dalàna hoenti-manatsara sy hanavaozana ny antontanisa,

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asan’ny mpampivelonaMisedra olana noho ny tsy filaminana

Mahatratra 3.500 isa ireo mpampivelona voasoratra anarana ara-dalàna ao anatin’ny holafitry ny mpampivelona amin’izao fotoana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tale jeneralin’ny ATTNesorina tamin’ny toerany

Tompon’andraikitra ambony miisa 6 teo anivon’ny minisiteran’ny fitaterana sy ny famantarana ny toetr’andro no nesorina tamin’ny toerany nandritra ny filankevitry ny minisitra omaly.

  Lohalisitra ny tale jeneralin’ny fitaterana an-tanety, ny kolonely Andry Rakotondrazaka, nosoloina an’i Sendradilifera Eluidoni Masimbonjy. Nalana ihany koa ny mpandrindra ankapobeny ny tetikasa teo anivon’ity minisitera ity, ny talen’ny raharaha ara-bola, ny talen’ny fitaterana manerana ny Nosy, ny talen’ny fenitra sy ny fandaminana ary ny talen’ny sampandraharaha momba ny fikarohana sy fandrindrana hoenti-manatsara ny fitaterana. Azo antoka avy hatrany fa vokatry ny toe-javatra nanamaloka sy nanaratsy endrika ny tontolon’ny fitaterana tato ho ato no anton’izao fanesorana tompon’andraikitra maro izao. Anisan’ireny ny loza mahatsiravina namoizina ain’olona maro tany Ankazobe sy ireo kararazana sehon-javatra mety ho vokatry ny tsy fisian’ny lamina maty paika avy amin’ny manampahefana sy tompon’andraikitra isan-tsokajiny. Tompon’andraikitra mivantana na tsy mivantana amin’ny zava-doza eto amin’ny firenena rahateo ny fanjakana noho ny mety ho goragora, ny tsy fahavitana andraikitra, ny kolikoly. Na azo hialana bala ihany aza fa mety lavitra ny rohy mampifandray ny loza mahatsiravina na trangan-javatra mamohehitra hafa izay mahazo vahana ankehitriny amin’ny andraikitry ny tale jeneraly na tale iray, dia mifameno tsara izany rehefa tena halalinina. Mitotongana ho azy io ary manjaka ny gaboraraka sy ny kolikoly rehefa tsy manana paikadim-pirenena mazava hoenti-mandrindra sy mandamina ary mampivoatra ny tontolon’ny fitaterana ny fanjakana, ary izao efa zakain’ny rehetra izao ny vokany. Tsy hijanona eto ny fanesorana faobe, raha ny vaovao azo, ka maro ireo olona ambony eny anivon’ny minisitera sy sampandraharaha isan-karazany no efa mihorohoro sy toran-kovitra ny ho very seza, ary miezaka maka ny fon’ny lehibe noho izy.

 

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Didin’ny be sandry hatrany !

Miakatra hatrany ny daozin’ny hetraketraky ny fanjakana kanosa sy tsy misy atokona.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Centre ManantenasoaTsara tohana avy amin’ny filoham-pirenena

Mankalaza ny faha-28 taona nijoroany ny Ny Association Akamasoa izay natsangan'i Père Pedro.

 

RTT

.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Madagasikara sy AostraliaHiara-kiasa ny parlemanta

Taorian’ny fifampiresahany tamin’ny filoham-pirenena dia nitsidika ara-pomba fifanajana ny filohan’ny Antenimieram-pirenena, Jean Max Rakotomamonjy

 

RTT

La Vérité0 partages

Filière « lait » - Une production et une consommation moindres

5 litres. Telle est la consommation moyenne de lait d’un Malgache annuellement. Le lait est encore un produit de luxe pour les Malgaches alors que c’est un aliment indispensable pour la croissance et le renforcement du système immunitaire. Et le manque ne se remarque pas seulement au niveau de la consommation mais également au niveau de la production. En effet, Madagascar importe plus de 200 millions de litres de lait par an parce que la qualité de la production locale n’arrive pas à suivre la demande que ce soit en quantité ou en qualité. D’après Mira Rakotondrandria, la Directrice exécutive du « Malagasy Dairy Board », une structure mise en place pour gérer la filière lait, « les entreprises de transformation et les usines ont beaucoup de difficultés à collecter du lait de qualité.

Il y a les collecteurs qui ajoutent des additifs, de l’urine, du bicarbonate de soude pour la conservation et du manioc pour augmenter la densité du lait ». Ce qui fait que le lait produit n’est pas conforme aux normes requises pour être transformé. Par ailleurs, les éleveurs de vaches laitières ont encore des difficultés dans leur production, vu que les vaches sont sous-alimentées et ne produisent que 2 600 litres de lait par an, mais aussi le fait qu’ils ne suivent pas les normes surtout en ce qui concernent l’hygiène à respecter pour traire une vache correctement. Par conséquent, garantir une production de lait de qualité et de quantité reste encore un grand défi pour les éleveurs. Pourtant, la filière « lait », si elle est développée, pourra générer beaucoup d’avantages que ce soit dans le domaine de l’économie qu’au niveau de la santé. Propos recueillis par Rova R. 

La Vérité0 partages

Sport scolaire 2017 - Mahajanga dans une ambiance de fête

Les plus grandes vocations sportives naissent souvent dans le cadre scolaire. Auprès d'enseignants sachant leur transmettre le respect des règles, le goût de l'effort et la passion du sport, de nombreux élèves se sont ainsi épanouis jusqu'à parfois devenir des références dans leur discipline. Avant d'en arriver là, ces illustres champions ont fait leurs premières armes en tant que licenciés.

Les jeux nationaux de sport scolaire ont été créés en 1994. Pour la première fois, c’est la ville de Mahajanga qui accueille la 24ème édition des jeux nationaux mais cette fois-ci devenus en championnats nationaux de Sport scolaire, organisé par le Ministère de l’Education nationale (MEN) et celui de la Jeunesse et des Sports (MJS).  La ville des Fleurs était en fête hier lors de la cérémonie d’inauguration. L’inauguration a été marquée par un grand carnaval qui a traversé la ville en prenant départ au  Village touristique avant de rejoindre le Grand mythique Baobab. Les participants sont passés devant l’Ecole primaire publique (EPP) Barday, devant le Marché Mahabibo avant de terminer le défilement devant l’Hôtel de Ville où le Maire de Mahajanga, Mokhtar Salim Andriantomanga,  a saisi l’occasion pour souhaiter la bienvenue à ses hôtes. Ils sont 1400 athlètes et cadreurs  issus d’établissements publics et privés des 22 régions afin de disputer la compétition et tenter ainsi d'allier le beau jeu aux beaux gestes. Au programme, les disciplines sportives collectives à savoir Basketball (U15 filles et garçons), Handball (U18 filles et garçons), Football (U14 filles et garçons) et celles individuelles, comme l’Urban cross, la nouveauté de cette année, de 5,5km et les différentes épreuves d’athlétisme.  Après le carnaval d’hier, la cérémonie d’ouverture officielle est prévue ce samedi 19 août et la compétition commencera le dimanche 20 août. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Espace conquis

L’échéance de 2018 approche, les grandes formations politiques, dignes de l’être, enclenchent la vitesse supérieure et entament directement ou indirectement les opérations de marquage au sol. Tout comme le géomètre-expert, on s’active au travail de « bornage ». Il faut bien tamponner le cachet du parti sur terrain. L’essentiel consiste, bien entendu, à occuper l’espace et d’y installer un piquet signalant : « propriété privée ». Il s’agit, à l’échelle nationale, d’une entreprise politique d’envergure exigeant des travaux de fourmis.

Les partis ayant des représentants élus locaux ou régionaux ou au niveau national ne lésinent pas sur les moyens et les efforts consentis pour « confirmer » leur emprise. D’autres, par des procédés, peu catholiques, tentent de saper à la base les assises de leurs adversaires. Pour ce faire, ils font carrément appel à des mercenaires politiques.Le Mapar, l’une de ces grandes formations entreprend, sans relâche, d’entretenir la flamme. Etant le seul parti capable de couvrir l’espace national de par ses élus, maires et députés, il n’entend point se laisser faire. Ainsi, les dirigeants et les élus Orange sillonnent et quadrillent le pays. Une histoire de cultiver leur jardin. Les militants à la base ont besoin qu’on prenne soin du feu de leur enthousiasme et de la fierté d’appartenir et de militer au sein de leur parti. Il faut bien leur donner du courage à affronter les réalités, les vicissitudes de la vie. Ceci est valable aussi bien à Antananarivo, la Capitale, que dans les coins et recoins les plus reculés de la Grande île. Les Roberto Tinoka ou les Irma Naharimamy, respectivement, député élu à Sakaraha, pour le premier, et à Mahanoro pour la seconde, en tant que « députés de Madagascar », n’hésitaient pas à étendre leurs actions par des visites ou tournées dans d’autres Circonscriptions et apportent leur assistance aux populations locales démunies, en prise à des angoisses indescriptibles dues aux difficultés innommables de tout genre. Il ne faut pas s’étonner si on réclamait, partout où ces représentants du Mapar passèrent, la candidature d’Andry Rajoelina à la prochaine élection présidentielle de 2018. Les maires arborant la couleur Orange bougent aussi. A Toamasina, Elysée Ratsiraka, le premier magistrat de la ville, ne ménage pas les efforts. Il ne se laisse pas impressionner par des détracteurs à la solde du Hvm. A Mahajanga comme à Antsiranana ou à Toliara comme à Morondava, les lieutenants de l’ancien Président de la Transition se mobilisent. Ils sont prêts à relever le défi. Apparemment, ils se trouvent dans un espace conquis !En proie à une panique viscérale, les ténors du parti d’Etat, le « Hery vaovaon’ny Madagasikara », se livrent à des manœuvres diaboliques. Tellement, l’approche irréversible de l’échéance de 2018 fait son bonhomme de chemin que les hommes du pouvoir tentent par tous les moyens de stopper la marche vers la victoire du porte-flambeau de la révolution orange. Des mercenaires, de l’espèce d’un certain Bob Denard et de toutes les couleurs, sèment la pagaille. En vrais rigolos, ils jouent les ridicules. En effet, dirigeants d’association cultuelle, d’association para-sportive et de partis politiques fantoches s’égosillent et demandent au Chef de l’Etat de se représenter. On n’est pas dupe à ce niveau-là !Certes, la bataille sera rude, mais, gare à ceux qui croient tout permis.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Boucherie musulmane - Des textes règlementaires sur le label « Halal »

Un marchand florissant. Les consommateurs musulmans ne cessent de se multiplier autant que les boucheries. Beaucoup de clients se trompent pourtant sur leur consommation « Halal ». Ainsi, les viandes sont vendues dans les boucheries sans aucun étiquetage. La plupart des boucheries « Halal » ne sont pas certifiées. De plus, l'abattage de zébus nécessite un rituel. Certains ne le pratiquent pas tandis que d'autres le conjuguent avec l'abattage conventionnel.

« Les musulmans consomment massivement de viandes. C'est pour cette raison que les boucheries pratiquent des fraudes sur le label "Halal". D'autres sont mal informés concernant le rituel », avance un gérant d'une boucherie certifiée « Halal ». D'après un client, ils tolèrent les viandes qui ne sont pas certifiées « Halal », à condition que l'abattage soit réalisé avec des pratiques animistes. Afin de maintenir le label « Halal » crédible et satisfaire les clients, un comité spécial sera mis en place. Outre l'octroi du label, le comité se chargera de l'élaboration des normes pour les produits « Halal », ainsi que des textes réglementaires pour les boucheries concernées. Ce comité sera composé par des experts en « Halal », des techniciens au sein du ministère du Commerce et de la Consommation, des techniciens de l'élevage ainsi que le comité musulman. L'alimentation « halal » est conforme à la religion musulmane. Selon le rite, l'animal ne doit pas être étourdi mais égorgé vivant. Puis, on le laisse se vider de son sang.Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Camp Robin - 80 bandits prennent d’assaut un convoi de taxis-brousse

Le sang a de nouveau coulé hier vers 3h du matin dans le nord du Camp Robin, sur la Rn7. 80 assaillants, équipés d’armes hétéroclites, y ont attaqué un convoi de plus de dix taxis-brousse qui faisaient route vers Fianarantsoa. Une passagère fut sérieusement touchée suite à un coup de machette. Les bandits l’ont ensuite dépouillée d’une somme de 5 milllions d’ariary.

D’après les passagers, les assaillants se sont acharnés sur la voiture en tête du cortège, bravant du coup la présence et l’entrée en action des gendarmes de l’escorte. Les bandits ont attendu que le convoi s’est arrêté et que les chauffeurs ont mis pied à terre pour voir la cause de cet arrêt brusque. C’est ainsi qu’ils ont commencé à utiliser leurs armes. Mais las d’être traités de froussards, les gendarmes ont riposté et utilisé leurs grenades afin de repousser les coupeurs de route. « Les assaillants, très nombreux, n’ont finalement dû se replier qu’après que les gendarmes les eurent chargés à coups de grenades ! », affirme un des chauffeurs du convoi. Les échanges de tirs ont duré tout de même plus d’une demi- heure, témoignant la détermination des voleurs ainsi que la quantité de munitions entre leurs mains. Et surtout, ces derniers narguent ouvertement les forces de l’ordre. A preuve, la proximité du Camp Robin de la Gendarmerie qui semble tomber dans la torpeur totale, ne semble nullement les empêcher à sévir. Plus grave, un changement marque le mode opératoire des assaillants en opèrant de plus en plus en très grand nombre.
Un accident lié à cette attaque a fait 4 autres victimes. Cela est dû à la tentative d’un véhicule du cortège d’échapper au piège. Le chauffeur du minibus de la coopérative Fimpima a donné des coups de volant, le véhicule étant sorti de sa trajectoire avant de tomber dans un fossé qui se trouve en contrebas de la chaussée. Franck Roland

L'express de Madagascar0 partages

Justice – Le Président met fin à l’épisode SMM

Le chef de l’État aurait indiqué à des membres du bureau du Syndicat, une fin de non recevoir à leur demande de rencontre. 

Refus. Pour le Syndicat des magistrats de Mada­gascar (SMM), les portes du palais d’État d’Iavo­loha pourraient rester closes. Durant un échange informel, en marge de la prestation de serment du bâtonnier de l’ordre des avocats mercredi, Hery Rajaonarimampianina, président de la République, aurait indiqué à des mem­bres du bureau du Syndicat une fin de non recevoir à leur demande de face-à-face.« Le Président et des membres du bureau du SMM se sont rencontrés durant la cérémonie de prestation de serment du bâtonnier de l’ordre des avocats. Ils en ont profité pour lui rappeler notre souhait de le rencontrer. Il leur a toutefois répondu qu’il ne souhaitait pas nous rencontrer », a affirmé Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM, lors d’un échange hier. Le locataire d’Iavoloha aurait indiqué qu’il ne souhaite pas entrer dans le remue-ménage entre le Syndicat et l’administration.À l’issue d’une assemblée générale extraordinaire le 4 août, au siège de la Cour suprême Anosy, le bureau du Syndicat a déclaré à la presse que les négociations avec le gouvernement pour trouver une réponse consensuelle aux revendications des magistrats a échoué. Brandissant la menace d’une grève illimitée, le SMM a pourtant affirmé rester ouvert au dialogue. L’organisation syndicale a ainsi réaffirmé une demande de rencontrer le président de la République.À cette demande, le chef de l’État, jusqu’ici, n’a pas répondu de manière officielle, ni publique. Ses propos durant l’échange informel en marge de la prestation de serment de mercredi pourraient alors être considérés comme une réponse. À entendre les explications de la présidente du SMM pourtant, le syndicat estime « nécessaire » un face-à-face avec le locataire d’Iavoloha. « Cette rencontre est importante », a répliqué Fanirisoa Ernaivo.

RéformeSelon les explications de la magistrate, le SMM souhaiterait soumettre et « convaincre » le président Rajaonari- mampianina de l’opportunité d’une initiative de réforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). « Cette réforme fait partie de nos revendications. Il y a des disfonctionnements qui permettent des représailles contre les magistrats au sein du CSM. Aussi, en tant que président du CSM et garant de l’indépendance de la Justice, le chef de l’État peut déclencher cette réforme », a expliqué la leader syndicale.Le mandat des mem­bres actuels du CSM approchant de son terme, « ce serait une bonne occasion pour engager les réformes », a ajouté Fanirisoa Ernaivo. Le Syndicat serait en pleine cogitation d’une proposition de texte concernant cette mise à jour du Conseil supérieur, ainsi que le statut de la magistrature. Dans l’épisode 13 de son rendez-vous hebdomadaire, Hery Rajaonarimampianina a toutefois touché mot concernant sa position vis-à-vis de l’indépendance de la Justice.« Le président de la Répu­blique accepte et respecte l’indépendance de la Justice. C’est la raison pour laquelle j’ai gardé le silence face aux affaires judiciaires où mon avis avait été demandé (…). C’est une question qui ne se pose même pas, le fait que le Président soit le garant de l’indépendance de la Justice est inscrit à l’article 107 de la Constitution », a déclaré le chef de l’État.À entendre la réaction de la présidente du SMM hier, la réponse du locataire d’Iavoloha est considérée comme « évasive ». À l’écoute de l’épisode 13 du rendez-vous du chef de l’État toutefois, un refus de rencontrer le Syndicat cadre avec la ligne qu’il a gardée depuis le début quant aux antipathies entre le pouvoir Exécutif et les magistrats. Selon Fanirisoa Ernaivo, le SMM compte mener à terme l’élaboration des propositions de texte concernant la réforme du CSM et du statut de la magistrature. « Si personne n’y fait obstacle, tant mieux. Dans le cas contraire, nous ne nous laisserons pas faire », a-t-elle conclu.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Ruisseau de bière à Ambohibao – Un camion éventré déverse dix mille bouteilles

Plein à craquer de bouteilles de bière, un poids-lourd s’est éventré en pleine chaussée, renversant la moitié de sa cargaison. 

Un ruisseau de bière a inondé le bitume sur la montée d’Ambohibao, dans la matinée d’hier, vers 10 heures. Éventré en plein sur son flanc gauche, un camion chargé de près de 25 000 bouteilles et cannettes de bières, réparties dans plus d’un millier de cageots et packs, a renversé au beau milieu de la chaussée, la moitié de sa cargaison. En un éclair, des pilleurs ont fourmillé autour du mastodonte blessé, pour faire main basse sur les bouteilles rescapées. Une guérilla a commencé lorsque le transporteur de la marchandise établit une défense de fortune autour du poids-lourd.Recrutés à la hâte, une dizaine de gaillards armés de matraques ont dressé un rideau de fer improvisé, pour parer aux assauts répétitifs des vandales. Cherchant coûte que coûte à se frayer un chemin, les plus téméraires reviennent aussitôt à la charge et multiplient les offensives éclair. Avec de simples sandales au pied, certains s’aventurent dans les flaques de bière jonchées d’éclats de verre coupants ceci à leurs risques et périls.

BouchonsPendant près de trois heures, la circulation était obstruée dans la banlieue Ouest. Du centre ville, le bouchon a commencé sur la route digue, depuis le croisement menant à Abohitrimanjaka. Dans l’autre sens, un embouteillage monstre, dont la queue se termine à Antanetibe Ivato, a immobilisé les automobilistes, au grand dam des plus pressés.En fait, la route n’était pas complètement bloquée à l’endroit où l’accident est survenu. Le camion étant immobilisé au milieu de la route, les véhicules circulant  dans deux sens pouvaient emprunter un passage étriqué de chaque côté. En revanche, les environs étaient noirs de monde.Désemparés, des gendarmes ont tenté tant bien que mal de libérer la voie mais ils n’ont pas fait le poids face à la marée humaine.« La cargaison a été chargée la veille. Tout s’est bien passé en route lorsque nous avons quitté Tanjombato aux alentours de 9 heures. Le pire s’est produit sur la montée d’Ambo­hibao pendant que je progressais avec lenteur vers la crête, étant ralenti par un embouteillage. Sollicités par des à-coups d’embrayage qui ont apparemment fait balloter les cageots, les poteaux d’armature des ridelles ont cédé, ce qui a éventré la remorque », confie le conducteur.« Près des 50% de la cargaison sont irrécupérables. Les pertes sont évaluées à près de trente millions d’ariary. Pour limiter la gêne que le sinistre a causé aux usagers, nous avons très vite mobilisé des paires de bras pour sécuriser les lieux, enlever les cageots ainsi que les morceaux de verre et dégager le camion pour que la circulation revienne à la normale. Malgré cela, des vandales ont réussi à dérober une partie de ma marchandise. Il est impardonnable de voir des mineurs profiter d’un tel sinistre pour boire de l’alcool », déplore le propriétaire de la cargaison.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Sécurité publique – Les cocardes, gyrophares et vitres fumées réglementés

Désormais, l’usage des cocardes, des gyrophares et des vitres fumées par un civil fera l’objet d’un strict contrôle qu’effectuera la police nationale.

De nouveau un rappel à l’ordre. Les cocardes, gyrophares et les véhicules aux vitres teintées sont interdits aux civils. Une sensibilisation et une conscientisation des automobilistes aura d’abord lieu d’ici la fin de la semaine prochaine. C’est ce qu’a déclaré le commissaire divisionnaire Herilala Rakotoarimanana, Directeur de la sécurité publique (DSP) lors d’un point de presse, hier à Anosy. Cette mesure prise entre dans le cadre d’un renforcement d’un dispositif de sécurité pour faire face à l’insécurité urbaine et aux usages abusifs des voitures d’« autorité ». « Il n’y aura plus de laisser-aller. Il faudra pour les citadins une autorisation particulière pour se permettre de les utiliser. Les vitres fumées sont parfois exploitées par des malfaiteurs », précise le DSP. Ces appareils qu’utilisent la police, l’ambulance, les pompiers et les chefs d’institution « en activité » ne sont pas censés se trouver sur les véhicules des privés, selon toujours les explications.La police nationale passera ainsi au contrôle de ces appareils auprès des vendeurs et importateurs dans la ville. Une confiscation pourrait avoir lieu lorsqu’une absence de licence d’exploitation est constatée.

Vitres teintéesConcernant principalement la réglementation routière, les voitures aux vitres teintées sont, à rappeler une nouvelle fois, interdites de circulation dans le pays. Une opération mixte spécialisée est déjà en cours, si l’on se tient aux informations des forces de l’ordre. « La capitale est divisée en quatre zones où des  éléments de l’État major mixte opérationnel de la région d’Analamanga (Emmo-reg) en tenue civile et militaire sont déjà déployés », a signalé un commandant d’une unité d’intervention.Le communiqué publié par les services des douanes, le 13 mai 2014 stipule que « l`usage de véhicule à vitres fumées est strictement prohibé sur tout le territoire national. Sauf pour les véhicules de représentation des chefs d`institutions, des parlementaires, des membres du gouvernement, des corps diplomatiques et consulaires, des officiers généraux en activité ainsi que les Chefs de Région. Les vitres teintées d`origine de couleur sombre sont également autorisées ».

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Fianarantsoa – Le nombre des admis au baccalauréat baisse

Sortie des résultats du baccalauréat à Fianarantsoa. Le taux de réussite à l’examen du baccalauréat a connu une baisse par rapport à la dernière session, pour l’ex-province de Fianarantsoa. 49,95% des vingt cinq mille cinq cent inscrits ont été admis à l’examen cette année, contre 52,93% en 2016. « Les épreuves de langues ont bloqué les candidats. Certains ont eu 03/20 en français et en anglais. Le problème d’insécurité dans les milieux ruraux et la pauvreté des familles compromettent, également l’enseignement », explique le professeur Ratsimbazafy, directeur de l’Office du baccalauréat à Fianarantsoa, joint au téléphone, hier, lors de l’affichage des résultats dans les centres d’examen.Le taux se répartit comme suit : 47,85% pour la série A2, qui représente le plus grand nombre de candidats, 51,66% pour la série D, 58,50% pour la série C, 60,71% pour la série A1, 56,58% pour la série technique et 58,82% pour la série technologie.La proclamation du résultat est attendue le 25 août, pour Antananarivo. La délibération se tiendra la veille.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vtt - Dago descente – Course downhill à Mahatorana Ilafy

L’association Dago Descente organise la troisième édition de sa course downhill, ce dimanche, à Mahatorana Ilafy. Au programme, deux manches éliminatoires et une finale.

La dernière course de downhill en date s’est tenue à la fin du mois de janvier, à Antsirabe. Depuis, il y eu des enduros et des cross country. Mais les amateurs de véritables descentes ont dû ronger leur frein durant six mois.Ce dimanche, ils pourront à nouveau se défouler, à l’occasion de la troisième édition de la course downhill de l’association Dago Descente. Comme son appellation l’indique, la formule consiste à dévaler une pente à grande vitesse en contre-la-montre, sur un court tracé.La piste justement, mesurera environ 1,7 kilomètres, du côté de Mahatorana Ilafy. Pour y accéder, il faut em­prun­ter la montée vers Ambatobe. « Les inscriptions se feront sur place, à partir de 7 h du matin. Par la suite, le coup d’envoi sera donné à 9 h. Le circuit est plutôt technique, par rapport à celui d’Antsirabe en janvier notamment. Elle comprend des virages relevés, sauts, escalier et autres difficultés habituelles en downhill », souligne un membre de Dago Descente.La course sera divisée en trois parties. Soit deux manches éliminatoires, à l’issue desquelles les dix coureurs ayant réalisé les meil­leurs chronos seront qualifiés pour la finale.

Équipements adéquatsLes vététistes seront séparés en quatre catégories, soit minimes (-17 ans), séniors (+17 ans), master (+45 ans) et dames. Tous auront le droit d’effectuer une reconnaissance à pied, avant le départ.Contrairement aux au­tres formules, le downhill présente plus de risque, vu les vitesses atteintes et la configuration de la piste. Le port d’équipements adéquats est de ce fait conseillé. « Bien évidemment, les coudières et genouillères sont de rigueur, sans oublier les gants. Le port d’un casque de type tout-terrain comme en motocross constitue également un meilleur gage de sécurité, ainsi qu’une protection dorsale », explique un vététiste chevronné qui prendra part à l’événement de ce dimanche.La dernière course de downhill en date s’était déroulée à Antsirabe, comme cité précédemment. Tiaray Rasoa­vatsara l’avait emporté. Si sa participation est confirmée pour cette troisième édition de Dago Descente, il se présenterait alors comme le principal favori encore une fois.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

IKM Antsahavola – « Black and white, like a rainbow » s’expose

Se présentant sous son blase « JO », le jeune photographe passionné se découvre à travers une exposition sobre et chaleureuse à la fois. 

La vie est teintée de couleurs, de joie et d’allégresse. Elle se voile également de noirceur, ainsi que de tristesse. L’on est, ainsi, continuellement en quête d’un certain équilibre entre les deux facettes, un juste milieu où le regard se perd dans le temps et dans l’espace. C’est ce que le jeune photographe, Aina Jo Harimanjato ou JO de son nom d’artiste, a tenu à immortaliser le temps d’une exposition exclusive au centre culturel IKM Antsahavola. Elle s’intitule « Black and white, like a rainbow » et est à découvrir dès ce jour jusqu’au 25 août.Un intitulé évocateur d’une personnalité propre au genre humain, en général, retranscrivant une thématique bien ancrée dans la société. « Il m’importait particulièrement de représenter à travers mes clichés cette ambiguïté de la vie. Je la perçois comme un arc-en-ciel, sublimé de belles couleurs, mais qui peut, paradoxalement, être en noir et blanc également », confie JO. En tout, une bonne centaine de photos inédites sans retouche et exclusivement en noir et blanc y seront à apprécier, toutes évoquant majoritairement des émotions.Aina Jo Harimanjato poursuit actuellement un cursus pédagogique à l’École Supérieure d’Art de la Réunion. Ce dernier se focalise généralement sur l’art et la photographie. Actuellement en 2ème année, et tout juste âgé de 19 ans, il lui importait de passer au pays pour partager le fruit de son travail.

« Un style urbain »À l’instar de l’une de ses idoles émérites, Pierrot Men, JO expose une collection de photos resplendissant de vie. Il s’attarde surtout sur un style plutôt « urbain » à travers ses clichés, du sport urbain comme le « skateboarding » à une immersion au sein d’un millier de spectateurs d’un concert, en passant par un moment intime entre deux individus lambda.JO convie le public à s’immerger dans son univers, dans son quotidien bicolore. « Mon amour pour la photographie, je le tiens de mon père qui était peintre et qui a su m’inculquer les valeurs de l’art en général. La passion est pour moi héréditaire, c’est pourquoi je me plais surtout à faire parler mes photos, à capturer l’instant pour pouvoir au mieux évoquer une histoire ou une émotion », souligne-t-il. Pour sa première expérience publique, JO se redécouvre à travers une nouvelle vie. Passant de jeune étudiant en art à acteur culturel confirmé, se forgeant lui-même sa propre identité au devant de la scène. « J’invite tous les photographes à éveiller leur talent et à outrepasser cette étiquette commerciale que l’on nous colle à tous actuellement », clôt-il.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

67 ha Sud – La vengeance des détrousseurs plane

La vengeance des bandits plane sur les 67 ha Sud. Depuis près de deux semaines, des patrouilles policières sont déployées dans les parages, dès la tombée de la nuit. Cette mobilisation des forces de l’ordre a été préconisée après que des détrousseurs ont menacé de sévir. Des représailles qui surviennent après que l’un de leurs comparses, appréhendé par les riverains, en a eu pour son grade. Ayant pris les jambes à son cou après avoir chapardé le téléphone portable d’une jeune femme, le suspect s’est fait coincer au cœur de la cité des 67 ha Sud, bien qu’il ait tenté de s’évanouir dans la nature, dans le labyrinthe de ruelles des environs. Tombé dans les griffes du fokonolona, il a été passé à tabac. Le smartphone s’est, en revanche, volatilisé en un tour de passe-passe. Les coups que le fuyard a encaissés ont entraîné sa mort.Bien que la sévère correction lui ayant été infligée ait défrayé la chronique, d’autres détrousseurs sont revenus à la charge. Même scenario, un autre suspect a été appréhendé et roué de coups, à la différence près que la police, intervenue in extremis, l’a arraché de justesse à la foule furieuse.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Is’Art Galerie – L’artisanat et l’éco-design se conjuguent 

Mettre en valeur les techniques artisanales traditionnelles par une approche contemporaine qu’est l’art du recyclage, tout en travaillant l’esthétique. Ce concept est celui de Carine Ratovonarivo, une éco-designer, lors de sa création d’objets. Le résultat trouve son originalité dans la matière utilisée, la forme proposée et la fonction dont l’objet sera désormais destiné. Elle exposera ses nouvelles créations sous le thème «Collaborations créatives en Ile Rouge: de l’artisanat à l’éco-design» à l’Is’Art Galérie, à partir de jeudi 17 août. Cette exposition va durer trois semaines.Des pièces uniques, faites à la main et réalisées à Madagascar la composeront, fruits d’une collaboration avec des artisans locaux, à partir des ateliers de partage de compétences. Chaque projet participatif favorise la création d’un objet, obéissant à la règle des trois «R» proposée par l’éco-designer : réduire, réutiliser et recycler.Ses études et Ses voyages lui ont permis d’avoir une solide compétence en design. Elle a remarqué que les artisans malgaches sont des recycleurs nés par définition ou par nécessité. Elle a fait le tour de l’Ile pour des échanges d’expériences avec les artisans afin de trouver une complémentarité dans leurs pratiques respectives. Ses œuvres ont été présentes lors de plusieurs expositions, à Madagascar et à l’étranger. Ces nouvelles créations suivront certainement le même parcours.

R.R.

L'express de Madagascar0 partages

Toliara II – La lutte contre le palu s’intensifie 

Une campagne de riposte et de prévention contre le paludisme a été déclenchée. Il s’agit d’affronter le prochain pic de transmission de cette endémie.

La meilleure défense c’est l’attaque. Cela a été le cas dans la lutte contre le paludisme à Toliara II. En effet, contrairement àd’autres zones paludéennes de l’Île, son taux de prévalence reste stable durant toute l’année dans ce district. Une situation qui rend difficile la lutte contre ce fléau. Aussi, le ministère de la Santé publique, par le biais des autorités sanitaires du district de Toliara II, a-t-il initié une campagne de riposte et de prévention pour mieux affronter l’imminente saison de haute de transmission du paludisme, généralement entre les mois d’octobre et d’avril.Six communes, près de 8 000 ménages soit plus de 76 000 personnes dans le district de Toliara II, ont été ciblées dans le cadre de la campagne d’aspersion intra-domiciliaire d’insecticide de riposte et de prévention (CAID).

Anticipation« En lançant cette opération, du 31 juillet au 15 août dernier, nous avons réussi deux objectifs à la fois, à savoir riposter contre les poussées permanentes de la maladie dans cette zone et surtout prévenir la transmission du palu à la veille de la saison des pluies », a expliqué Raphaël Hotahiene, médecin-inspecteur du district sanitaire de Toliara II. Et d’ajouter que « cette fois-ci, nous avons devancé la prolifération de l’endémie en déployant nos agents pour effectuer cette opération qui a pour but de tuer les moustiques et de protéger les ménages contre ces insectes ».Lors de cette campagne, 70 agents aspergeurs et 264 sensibilisateurs ont été mobilisés pour 88 fokontany. Le paludisme est la première cause de consultation, d’hospitalisation et de mortalité chez les enfants en bas âge dans ce district sanitaire.De janvier à juillet 2016, 17 209 cas y étaient enregistrés, tandis que pour la même période de cette année, 20 735 cas confirmés de paludisme sont déjà comptabilisés, soit une augmentation de 20,5%. Le ministère de la Santé publique souligne que si les cas de paludisme enregistrés à Madagascar ont nettement reculé ces dernières années, le district de Toliara II demeure toujours une zone d’endémie quasi-permanente pour ce fléau. Ce qui justifie les actions multipliées par les responsables locaux pour anticiper les assauts permanents des moustiques dans cette zone.

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le couple Ravalomanana éjecté du Grand Hôtel

Manu militari. La scène s’est déroulée hier, en milieu de soirée, à Antsiranana. Une horde d’éléments de l’État major mixte opérationnel (EMMO) de la capitale de la région Diana, a quadrillé toutes les voies d’accès au Grand Hôtel. Selon les indiscrétions, « ils ont reçu l’ordre de l’OMC [Organe mixte de conception] de barrer l’accès de l’hôtel à Marc Ravalomanana ».Tandis que l’ancien chef d’État, qui préside le comité d’organisation du 50e anniversaire de l’église protestante FJKM était encore en réunion, Lalao Ravalo­manana, ancienne première dame a fait face, avec notamment le député Guy Rivo Randrianarisoa, à l’interdiction d’accès au Grand Hôtel. Résultat des courses, la maire d’Antananarivo à Antsira­nana, également pour prendre part à une réunion des maires des grandes villes, n’a pas pu avoir accès à sa chambre.« Nous n’avons pas pu entrer, même pour prendre nos affaires », a pesté le député Randrianarisoa, joint au téléphone. Selon les explications qu’il a partagées sur son compte Facebook, cette « expulsion » aurait un lien avec l’arrivée de Hery Rajao­na­rimampianina, président de la République.

ConfirmationLe chef de l’État, sauf changement, devrait débarquer à Antsi­ranana ce jour, pour assister au jubilé du 50e de l’église FJKM. Durant son séjour, il serait logé au Grand Hôtel.Affirmant son ressentiment sur les réseaux sociaux, le député Randrianarisoa a soutenu que la réservation de la suite occupée par le couple Ravalomanana, et deux autres chambres standard, a été faite « le 26 juillet ». À l’appui, le membre de l’Assemblée nationale a publié une capture d’écran du mail de confirmation par le Grand Hôtel, où l’ancien couple présidentiel séjourne depuis mercredi.

G.F.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vintage Cup – Création d’un tableau parent-enfant

Pour la troisième édition de la Vintage Cup, le Country Club Ilafy innove avec la création d’une catégorie parent-enfant. Au BMOI Premium Challenge, autre tournoi annuel à Ilafy, le lancement du tableau père-fils a été un franc succès depuis plusieurs années.Ce qui a certainement entrainé le Country Club à en créer un du même genre, pour son tournoi rétro en double mixte. Ainsi donc, il sera possible de monter un duo père-fille ou bien mère-fils.Les inscriptions sont déjà ouvertes depuis le mois de mai. Jusqu’à aujourd’hui, trente équipes se sont déjà engagées. Les engagements seront clôturés le 20 septembre, avec un plafond de cinquante duos, sachant que la compétition se tiendra le 30 septembre et le 1er octobre.Il s’agira de la troisième édition de l’événement qui est en passe, de devenir un rendez-vous incontournable du tennis dans la Capitale, vu que le nombre d’équipes participantes augmente chaque saison. Soit vingt-cinq en 2015, quarante en 2016 et probablement cinquante cette année.« La première édition a été une réussite et les sponsors ont rempilé pour une deuxième année. Cette fois-ci, ils ont encore amplifié leur soutien. En plus des apports de BMOI, Orange, DHL et Arabesque, le tournoi portera une nouvelle appellation, à savoir The Allianz Vintage Cup », souligne Josoa Rakotonindriana du Country Club.L’an dernier, la victoire finale était revenue à Nante­naina Rakotobe, dit Benaivo, et Fitia Randriamifi­dimanana. À côté, un Trophée d’Elegance avait été promis aux joueurs les plus en phase avec l’esprit rétro du tournoi. Et ce trophée était revenu à Frédéric Burban, qui a joué avec une raquette en bois, et Fabienne Burban, qui était vêtue d’une belle robe à l’ancienne.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – L’Inde dévoile tous ses atouts

La célébration de la soixante-dixième indépendance de l’Inde est marquée par une série d’événements, en Inde et à l’étranger. Exposition de photos et spectacle de danses folkloriques indiennes ponctueront cette célébration dans la Grande Ile. Une cinquantaine de photos sont exposées  à la salle Gisèle Rabesahala de la Bibliothèque nationale, du 17 au 22 août. Elles montrent les divers monuments culturels et la diversité des croyances en Inde.Elles illustrent le parcours que l’Inde a traversé tout au long de son existence, les différentes religions que sa population pratique, du Bouddhisme au Christianisme, en passant par le Jainisme, l’Hindouisme, l’Islam, le Sikh, le Parsi et le Judaïsme. Tout cela a donné naissance à une culture pluraliste. «Culture pluraliste de l’Inde. Harmonie dans la diversité» est le thème de cette exposition qui ponctue le premier volet de la célébration de la soixante-dixième indépendance de l’Inde.L’ambassadeur de l’Inde à Madagascar, Subir Dutta, a assisté au vernissage de l’exposition avec le représentant du ministre de laculture malgache. Un spectacle de danses folkloriques indiennes par les artistes de Roop Kala Kendra de Mumbai marquera le second volet de cette célébration. Une prestation réservée uniquement aux invités se tiendra le samedi 19 août au Centre Culturel Américain. Le dimanche 20 août, au dôme Rta, elle sera ouverte à tout public, comme celle qui aura lieu à Mahajanga. Ces événements culturels précéderont les actions sociales qui rentrent dans le cadre de cette célébration.  Tous les citoyens malgaches y sont conviés.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Ouverture du jubilé  de la FJKM

Du 18 au 20 août, environ 35 000 chrétiens protestants, venant de toutes les régions et unis par la foi en Jésus Christ, sont attendus dans la capitale du Nord  pour célébrer les cinquante ans d’existence de l’Église protestante réformée FJKM et le 200e anniversaire de l’entrée de l’évangile à Madagascar, par le biais de la London Missionary Society (LMS). Un événement sans précédent dans l’histoire de cette église en général, et pour la ville d’Antsiranana en particulier. Ces pèlerins, représentant le quart de la population antsiranaise, vont vivre la réalité de la ville et son quotidien  pendant leur séjour. La célébration est placée sous le thème tiré du verset biblique « Koa aza menatra ny ho vavolombelon’ny Tompontsika » (2 Timoty 1 :8), ou « N’aies donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur ».De fait, la ville est déjà en effervescence depuis le début de cette semaine. Des autobus venant de la capitale, des taxis-brousse, des voitures particulières ou de location ont commencé à envahir les rues de la ville. Les hôtels et les chambres d’hôte sont tous réservés et les retardataires ont du mal à trouver un local d’hébergement.« Nous sommes obligés de mettre quatre personnes par chambre », affirme une délégation venant d’Ambohijafy.On a aussi constaté que des salles dans les établissements scolaires sont occupées par des jubilaires à  faibles moyens pécuniaires. En outre, un séminaire de  recyclage pastoral a précédé toutes les festivités liées à cette célébration. Selon le Pasteur Rivoarison, président du comité régional du jubilé, 2 300 couples de pasteurs sur 3 000 prévus sont déjà enregistrés depuis hier. Ils suivent leur formation au gymnase couvert d’Antsiranana. Le président national du 50è anniversaire de la FJKM, Marc Ravalomanana, et son épouse ont assisté au culte d’ouverture du séminaire, hier.Le temps fort de la célébration sera ce jour au stade municipal d’Antsiranana, où une séance de prière et une série d’enseignements  bibliques constitueront les ingrédients de ce moment de louanges. Un grand carnaval précèdera cette manifestation. Pour samedi, les pèlerins effectueront une sortie à la plage mythique de Ramena avant de se retrouver autour d’agapes du jubilé dans la soirée. Le dimanche sera marqué par un grand culte ouvrant officiellement l’année jubilaire qui s’étalera jusqu’au 18 août 2018.Le comité d’organisation compte bien marquer ce jubilé d’une pierre blanche par la construction d’une école pastorale à 7,5 millions de dollars.Pour la Diana, un tel rassemblement aura des retombées économiques non négligeables, ne serait-ce que pour la nourriture des jubilaires pendant ces trois jours de célébration.

Raheriniaina 

L'express de Madagascar0 partages

Blanchiment d’argent – Le Samifin propose un renouveau

À l’occasion d’un entretien lundi, le directeur général du service de renseigne­ment financier (Samifin), Boto Tsara Dia a expliqué les obstacles dans la lutte contre le blanchiment d’argent. Selon lui, il y a des faiblesses dans ce combat. « Les normes internationales, en matière de lutte contre les malversations financières requièrent un cadre juridique adapté », a-t-il déclaré. D’après le DG de la Samifin, des projets de loi ont été proposés et n’attendent que l’adoption lors des sessions de l’Assemblée nationale. « Nous avons proposé trois projets de loi dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption », a-t-il soutenu. Ce projet de loi englobe notamment le recouvrement des avoirs illicites, ou encore la lutte contre la corruption.Le fait est que les cas de blanchiment sont plus souvent présents dans le secteur de l’immobilier. La loi en vigueur exige que toute transaction de plus de dix millions d’ariary soit déclarée. Pourtant, aucune déclaration de ces agences immobilières n’a été enregistrée à ce jour. Et cela, malgré la constatation des dimensions des immeubles qu’elles proposent et des transactions qui dépassent largement la barre des dix millions d’ariary mentionnés.Au début, ces projets de loi étaient des avant-projets de loi. Déposés il y a quelques mois, ils avaient fait l’objet d’un « blocus » au niveau de l’Exécutif. Le motif de ce blocage serait « la contestation de la part de certains membres du gouvernement » par rapport à l’article 37 de l’avant-projet de loi.Selon une source proche du dossier, cet article prévoit notamment « la saisie et le gel des avoirs illicites sans condamnation pénale ». Toujours selon cette source, « même si, par exemple, le prévenu a été relaxé au bénéfice du doute, dès qu’il n’a pas pu justifier l’origine de ses avoirs, ceux-ci peuvent être saisis ». Ce qui constitue une certaine gêne pour certains tenants du pouvoir.Quoi qu’il en soit, le Samifin présentera aujourd’hui son rapport annuel au Golden Building, 67ha. Un rapport qui recouvre toutes les investigations effectuées par ce service en 2016.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Spectacle – Francis Turbo présente  « Doraints! »

Pour sa dernière montée sur scène cette année, c’est tout un spectacle inédit qui conjuguera originalité et nostalgie que l’humoriste Francis Turbo présentera au public. À l’instar de ses mythiques spectacles lors de ses débuts sur scène, c’est un rendez-vous convivial et jovial tout à son image que Francis Turbo affiche ainsi pour ce 25 août au Cercle Franco-Malgache (CFM) Anosy. Desretrouvailles se réservent à ses inconditionnels noctambules puisque, à l’occasion, il se mettra en scène à partir de 21h.Porté par ce style, ainsi que par cet humour taquin et salé qu’on lui reconnaît, il présente à l’occasion « Doraints!», un terme populaire signifiant « D’origine » ou « Original » dont il a tenu à étiqueter ce spectacle inédit. Un humoriste apprécié par le public aussi bien pour sa modestie que son franc-parler, l’illustre Francis Turbo ne cesse de se rénover et d’évoluer à travers son art. Cette fois-ci, Francis Turbo se plaira à mettre en avant quelques nouveautés. Autrement dit, des sketchs seront remis au goût du jour, plus contemporain et resplendissant de jeunesse.Tantôt sérieux, tantôt taquin, il ravira également son auditoire de sa palette de personnages bien garnie, qui, au fil des années, a su bercer toute une génération de public avec ses sketchs. Aussi bien acteur que compositeur et interprète, Francis Turbo cultive aussi bien son image de farceur que celle d’un intellectuel créatif et innovateur avec, toujours, le mot pour rire. Humoriste original en soi, il promet de surprendre une fois encore au CFM Anosy.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Un scooter percute un piéton

Un scooter a fauché un piéton près d’une station-service à Andravoahangy, hier vers 18h. Ce dernier est sorti d’une épicerie lorsqu’une moto roulant à fond sur la chaussée, a foncé droit sur lui. Il a été grièvement blessé. Les badauds l’ont immédia­tement conduit à un hôpital à proximité. Le motard a glissé avant de s’étaler également au sol un peu plus loin.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Échange d’expériences entre maires issus de trois pays

Les membres de l’Association des maires des grandes villes de Madagascar (AMGVM) participent avec des premiers magistrats de villes, du Rwanda et des Seychelles à un atelier d’échanges, à Antsirabe hier et aujourd’hui. Cette rencontre est soutenue par l’organisation Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGUA), laquelle assure la représentation des collectivités locales du Continent noir et rassemble, actuellement, 40 associations nationales de collectivités locales de toutes les régions d’Afrique.Cet atelier vise l’échange et le partage d’expériences entre les maires issus des trois pays en matière de gestion urbaine, de gestion financière et de plaidoyer, ainsi que de tous les aspects relatifs à la capacité institutionnelle.« Cet atelier, qui entre en  partie dans la réponse aux attentes des maires consultés par l’organisation au cours de l’année dernière, vise également à créer le partenariat entre les trois pays », note Jérôme Byukusenge de la CGUA.« Nous sommes dans la phase d’analyse de la réalisation de tout ce qui est en relation avec le transfert de compétences et le renforcement de capacités afin que les collectivités territoriales de Madagascar puissent offrir des services de qualité à la population », poursuit-il.Cette mise en relation des trois pays vise aussi à créer un partenariat durable entre Africains. Mais pour avancer, les maires ont besoin d’une certaine indépendance surtout en matière de gestion financière car les formalités et les procédures très sévères bloquent parfois le partenariat et la réalisation de leurs projets de développement. C’est ce que le maire de la commune urbaine d’Antsirabe, Paul Razanakolona, président le l’AMGVM, a souligné dans son discours.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Une dame succombe à ses blessures

Une dame agée de 69 ans est décédée à l’HJRA, hier. Elle a été percutée par une moto à Imerintsiatosika, mercredi. Hospitalisée dans un état critique, elle n’a pas survécu à ses blessures. La dépouille a été déjà remise à sa famille hier vers midi. La gendarmerie a mis la moto qui a provoqué le drame, à la fourrière, après constat.

L'express de Madagascar0 partages

Une foire pour la ren­trée scolaire

La troisième édition de la Grande Braderie de Madagascar sera consacrée à la rentrée scolaire. À part les articles d’habil­lement et chaussures, 40% des produits provien­nent d’autres secteurs, y compris les fournitures et équipements scolaires. Près de trois cent stands seront implantés au Palais de sport Maha­masina pendant cinq jours succes­sifs, avec des remi­ses d’au moins 15%. La troisième édition de cet évènement organisé par Madavision débutera le 30 août.

L'express de Madagascar0 partages

Problème technique

Des coupures d’électricité frappent souvent certains quartiers de la capitale, dont les ménages et divers industries en sont victimes. Ces coupures sont dûes à des problèmes techniques, comme le cas du quartier d’Itaosy qui subit souvent l’explosion du transformateur. Selon les explications du ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures à Mandroseza mercredi, la puissance de ces composants électriques ne suffit pas à la demande des usagers, et conduisent à la panne.

L'express de Madagascar0 partages

Trois blessés dans un affrontement

Trois blessés ont été constatés suite à un affrontement violent entre fokonolona et une troupe de vingt bandits armés de fusils de chasse à Ankerambe, commune de Bemahatazana, district de Tsiroanomandidy. Les faits se sont déroulés dans la nuit de mardi.

Midi Madagasikara0 partages

Fisolokiana avo lenta : Voavidy am-pitsanganana ireo lasibatra, lasa ny volabe

Amin’izao fotoana izao, dia manao izay fomba rehetra mihitsy ireo mpisoloky entina hangalana vola amin’ireo lasibatra. Ary ny mahagaga dia mazàna mampiasa tambajotra izy ireo, miara-misalahy amin’izany asa ratsy izany. Toy ity olona  voasambotra tetsy Ambohimanarina ity, ny talata lasa teo, izay malaza amina fisolokiana amina resaka « menaka Dragon de mer ». Ity vokatra ity be mpitady tokoa kanefa lafo dia lafo ny vidiny. Vola mitentina eo amin’ny valo tapitrisa ariary teo ho eo no efa azony tamin’ilay olona lasibatra. « Nolazainy fa misy vahiny hividy ilay izy ary mahasahy mividy lafo saingy mbola tsy ento an-toerana. Mody miantso izy ka lazainy fa ilay vahiny hividy ilay menaka, mody ampiresahany amin’ny finday eo ilay olona hosolokiana ka dia manaiky avy hatrany. Mbola itondrany olona hafa koa milaza fa “expert” ka mijery ilay menaka ka dia matoky tanteraka ilay voasoloky. Rehefa nojerena ilay zavatra, kay tsy izy akory », hoy ny fampitam-baovao. Efa maro ny olona voany tamin’ity resaka ity, saingy izao izy tratra izao ihany. Fa mbola resaka fisolokiana hatrany, tetsy Ankorondrano indray. Mpivarotra fiara iray no lasibatr’ireo mpisoloky ka nahazoan’izy ireo vola iray tapitrisa ariary any ho any. Ny fihetseham-pon’ilay olona lasibatra indray lalaovin’izy ireo amin’izany. Milaza fa avy lavitra ireto mpisoloky ka hividy an’io fiara io ihany no hiakarany aty Andrenivohitra. Teny an-dalana anefa dia miantso amin’ny finday izy ireo fa nandona sy nahafaty olona ny fiara nentiny, kanefa misy fifampaharahana azo atao ihany tamin’io fianakaviana. Milaza ho tsy ampy anefa ny vola any amin’izy ireo ka mangataka fanampiana izay mitentina eo amin’ny iray tapitrisa ariary eo ireo farany. Misy olona maromaro mihisy asain’izy ireo miresaka amin’ilay olona hosolokiana mba handresy lahatra azy handefa ilay vola. Ny tomany sy fiangaviana amin’io mandeha ihany. Entanim-po amin’izay lasibatra ka dia mandefa ilay vola takiana, kanjo any dia tsy hita intsony iretsy farany. Tsy kely làlana tokoa ny ratsy amin’izao ka tokony hitandrina foana ny tsirairay.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ampatsakana : Mpanendaka vao nivoaka ny fonja, saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Tovolahy iray tokony ho 25 taona eo ho eo no tratran’ny fokonolona no saika niharan’ny fitsaram-bahoaka tetsy Ampatsaka rehefa tratran’ny fokonolona. Soa fa tonga ara-potoana ny mpitandro ny filaminana izay efa nisy nampandre mialoha fa misy mpanendaka enjehin’ny fokonolona eny an-toerana ; Ny harivan’ny Alarobia 16 Aogositra tokony ho tamin’ny 7ora no nisehony raharaha. Tovovavy iray nandalo teo manoloana ny « Cité des assureurs » eo Ampatsakana no niantso vonjy fa nisy bandy roalahy nanedaka ny findainy. Nandray andraikitra avy hatrany ny manodidina ka nanejika ireto jiolahy. Tonga hatreny amin’ny farihin’Anosy ny fifanenjehana ka tratran’ny fokonolona tao anaty rano ity lehilahy ity. Noho ny hatezeran’ireo mpanenjika dia efa voadaroka ranamana notonga teny an-torena ny polisy ka nitondra azy tao amin’ny Biraon’izy ireo ao Ampefiloha. Ny fanadihadiana natao azy no nahalalana fa efa in-telo nigadra ranamana ary vao nivoaka ny fonja tamin’iny herinandro lasa iny noho ny resaka fanendahana ka eny amin’iny faritraAnosy iny no tena anavaony izany. Mazavaloatra fa naverina any am-ponja ity jiolahy ity rehefa natolotra ny fampanoavana omaly Alakamisy 17 Aogositra.

T.M.

Madagate0 partages

USAID. Mark Green, nouvel Administrateur depuis le 3 août 2017

Nommé par le Président Donald Trump en mai 2017, l’ambassadeur américain en Tanzanie, Mark Green, a été confirmé au poste de 18ème administrateur de l’USAID, le 3 août 2017. Faites connaissance avec cet ancien membre du Congrès américain (1999-2007), qui a été volontaire au Kenya et dont la famille a des origines en Afrique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni.

Mark Green est né le 1er juin 1960 à Boston, mais il a fait ses études secondaires et universitaires au Wisconsin. Il est sorti diplômé de l’université du Wisconsin-Eau Claire (anglais et sciences po) et a été nommé dans l’équipe de natation "All-America" de la National Association of Intercollegiate Athletics (NAIA). Il est également diplômé de la faculté de droit de l’université du Wisconsin.

Avec son épouse, Sue, l’ambassadeur Green s’est porté volontaire, en passant par l’ONG WorldTeach, pour travailler comme professeur du secondaire à Kakamega. Fondée à Harvard, cette organisation recrute des personnes qui veulent enseigner bénévolement à l’étranger.

En 2007, Mark Green a été nommé ambassadeur des États-Unis en Tanzanie par le président George W. Bush. À ce titre, il a dirigé plus de 350 employés américains et tanzaniens représentant 11 entités du gouvernement des États-Unis. Il  a été une voix influente pour les intérêts américains et la démocratisation ainsi que pour la lutte contre la corruption et le VIH/sida. Il parle encore kiswahili kidogo ku (« juste un peu »).

Le père de Mark Green est sud-africain, et sa mère britannique. Ses parents sont fiers d’avoir été naturalisés américains il y a plus de 20 ans. Il a également de la famille proche en Afrique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni.

En 1999, Mark Green a été élu pour représenter le 8è district du Wisconsin au Congrès, pour lequel il a rempli quatre mandats à la Chambre des représentants. Il a participé à la rédaction des lois qui ont mis en place la Millennium Challenge Corporation (MCC), une agence indépendante d’aide étrangère du gouvernement des États-Unis, et le Plan présidentiel pour l’aide d’urgence contre le sida (PEPFAR), une initiative interagences qui a transformé la réponse mondiale au VIH/sida dans plus de 60 pays. Le président Barack Obama l’a nommé au conseil d’administration de la MCC.

Jusqu’à une date récente, Mark Green était président de l’International Republican Institute. L’IRI est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de promouvoir la liberté et la démocratie à travers le monde. Auparavant, il avait été président-directeur général de l’organisation Initiative for Global Development (IGD), directeur principal du réseau U.S. Global Leadership Coalition (USGLC) et directeur général de l’organisation "Malaria No More".

Lors de son audience de confirmation devant la commission sénatoriale des relations extérieures, l’ambassadeur Green a reçu les éloges de sénateurs tant républicains que démocrates. La délégation du Wisconsin, qui voit en lui un enfant du pays, se montre particulièrement solidaire de Mark Green dans ses nouvelles fonctions. « Il combine une profonde passion personnelle et un engagement hors pair pour faire ce travail, comme le montrent ses années de travail consacrées à l’avancement du bien commun sur la scène internationale », a déclaré la sénatrice démocrate Tammy Baldwin.

« Il a le don de rapprocher les gens d’opinions différentes [et] de milieux différents, et de les mettre sur la même longueur d’ondes », estime le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, député républicain qui représente lui aussi le Wisconsin. « C’est quelqu’un qui sait comment s’y prendre pour améliorer et transformer la vie des gens ».

Nic Corbett, rédactrice au blog officiel de l’USAID