Les actualités à Madagascar du Mardi 18 Juillet 2017

Modifier la date
Ino Vaovao672000 partages

FAHARATSIAN-DALANA : Mitoka-monina tanteraka ny any, Antsiranana faharoa

Fambolena vary, tsako-tsako, fiompiagna akoho aomby, bengy ary fanjonoagna, no foto-piveloman’ ireo mponina agny an-toeragna. Tsy ahitagna fampandrosoagna anefa ny ao an-toeragna na dia ahitagna vokatra betsaka tahaka izany.

Ratsy dia ratsy ny lalagna, indrindra amin’ny asara. Lalagna eo amin’ny 52 km miala avy aty Diego no halaviran’ny mihazo an’i Irognony, izay laniagna agnatin’ny ora dimy. Iregny fiara lehibe iregny no manao asa fitateragna ary misy ihany koa ny fagnanaovagna dia vity eo ho eo amin’ny 3km. Araka izegny dia sarotra ny famoahagna ny vokatra avy agny an-toeragna hatrizay ka hatramin’izao.

Araka ny fagnazavagna voaray tamin’ny tantsaha monina agny an-toeragna dia tamin’ny fotoagna nahatsara ny voka-bary dia tafidina hatrany amin’ny 100 Ariary ny vidin’ny iray kapoaka amin’ny vary fotsy, 5000Ariary ny dabam-bary akotry. Mandritra ny main-tany dia anefa amidy 8000Ariary ny iray daba amin’ny vary ary amin’ny asara dia 15000 Ariary.

Tsy ahitagna hopitaly ny ao Irognony raha tsy agny Andranofanjava izay, eo ho eo amin’ny 25km miala ao an-toerana. Matetika koa anefa tsy tratra ao an-toeragna ny mpitsabo ao amin’io CSBII mba akaiky io. Araka ny voalaza hatrany dia tsizarizary koa ny sekoly fianaran’ireo tsaiky. Mpampianatra araiky ihany no mampianatra kilasy 5, izany hoe manomboka ao amin’ny kilasy T1, hatrany amin’ny T5 ary ny Fram no miantoka ny karamany. Ny renin-jaza amin’ny ankapobeny no mampiteraka ireo viavy bevohoka any an-toerana. Mahita fahasahiragnana ireo mponina izikoa faha asara igny satria dia an-tongotra no miasa satria tsy afaka any ireo fiara noho ny faharatsian’ny lalagna izay feno fotaka. Marihina fa tafiditra agnatin’ny lalagna amin’ny «  ceinture de montagne d’ambre  » ny ao Irognony.

Tsiahivina fa efa nagnanaovagna fitsirihana ny fagnamboaran-dalagna mampifandray an’i Namakia, mankany Bobasakoa mahazo an’ Anivorano avaratra igny. Efa nahitagna minisitra tamin’ny fitondragna tamin’ny  tetezamita no nidina tagny an-toeragna mba hagnamboaragna izegny lalagna izegny. Mandraka izao dia nangina tsy nisy tohiny izegny fa mbola miaigny agnatin’ny fahasahiranana ireo mpampiasa lalagna «  ceinture de montagne d’ambre  » ity. Manoloagna izegny dia magniry sady miandrandra fatratra ny hagnamboaragna ny lalagna ireo agny an-toeragna ary mangataka ny mba hitodihan’ny Fanjakana hitsinjo azy ireo amin’ny fanohizagna ny mahakasika ny fitsirihagna efa natao mahakasika izegny fagnamboaragna lalagna izegny.

Mpanjono

Midi Madagasikara454 partages

Le monde culturel en deuil : Régis Gizavo, pris d’un malaise sur scène, tire sa révérence à 58 ans

Régis Gizavo aura laissé un grand vide dans le milieu culturel et artistique malgache.

Contrairement à Dalida, lui n’émettait pas le souhait de « mourir sur scène ». C’est pourtant presque de cette manière que Régis Gizavo tire sa révérence. Lundi matin, l’accordéoniste s’en est allé rejoindre les firmaments, laissant un grand vide dans le milieu culturel, mais surtout dans le cœur de ses proches.

Inéluctable, oui, la mort l’est ! Elle prend tout le monde par surprise. On croit qu’on a le temps et tout d’un coup, on se noie : fin du temps réglementaire ! C’est le cas pour cet accordéoniste malgache qui n’a cessé de porter haut, très haut le flambeau malgache. Encore sur scène avec un groupe corse dimanche soir, Régis Gizavo a été soudainement pris de malaise. Dépêché sur place, les pompiers l’ont évacué en hélicoptère. Malheureusement, son cœur lâche. Il n’atteindra pas Ajaccio. A 2heures du matin, Régis Gizavo rend son dernier souffle. Une nouvelle qui en laisse plus d’un sans voix. Pour ses compagnons de route, ses complices dans l’aventure « Toko telo », le chagrin est indescriptible. D’autant que pour ce mois de juillet, le groupe devrait encore se produire pour trois dates. Pour d’autres, il aura laissé un grand souvenir, non seulement en sa qualité d’accordéoniste mais par son caractère. « Il n’était pas qu’un des meilleurs accordéonistes du monde qui jouait partout avec les Mano Solo, Cesaria, I muvrini, Lenine, Dominguinhos, Christophe Mae, ou Cesaria Evora et Berthoumieux. C’était surtout un être sympa, ouvert et sensible qui ne se comportait jamais comme une star », pouvait-on lire. Un autre hommage qui reflète sa personnalité attachante : « Avant d’être un homme, il fut un Grand cœur ambulant avec son instrument. Il savait faire chanter les notes de musique, pour mettre en avant la si belle culture de notre pays. Il nous aura livré tout l’amour et la joie de passion à travers ses concerts et nos divers moments après concerts».

International. Issu d’une famille de musiciens, Régis Gizavo commence, dès sa tendre enfance, son apprentissage musical de « l’angorodao » (accordéon diatonique), animant diverses céremonies traditionnelles de son quartier, Mahavatse. A l’âge de 14 ans, il débute dans des groupes qui animent des soirées dansantes. En 1986, il rejoint la capitale Antananarivo pour développer une carrière professionnelle. C’est là qu’il enregistre ses premières chansons et se fait un nom auprès du grand public et des médias locaux. L’année 1990 le voit participer au concours Découvertes RFI et remporter le prix Média. Invité à Paris par la Radio française, il fait la connaissance du musicien Francis Lassus et ensemble, ils fondent le groupe Bohecombo, avec Richard Bona (basse), Sally Nyolo (mvet, voix), Jean-Michel Pilc (piano, clavier), Pascal Danaé (guitare) et David Mirandon (batterie, percussions). En 1993 il est auditionné par le groupe corse I muvrini pour remplacer Daniel Mille. Il reviendra vers ses origines malgaches lors de l’enregistrement du premier album et depuis il propose des disques réinventant les contours malgaches et sa propre inspiration emplie de musicalité. Pour Régis Gizavo qui qualifie sa musique comme une musique qui vient de son cœur, « la musique est avant tout un plaisir et un partage d’émotions et d’énergie entre l’artiste et le public ». C’est là tout le secret de sa réussite. Le corps de Régis arrivera à l’aéroport d’Orly à Paris ce jour. Sera-t-il rapatrié au pays ? Rien n’a encore été décidé. La famille et les proches de l’artiste nous en informerons au fur et à mesure. Nos pensées, en tout cas, vont à sa famille.Mahetsaka

L'express de Madagascar207 partages

Vonintsalama Andriambololona à la tête du ministère des Finances et du budget

Vonintsalama Andriambololona a été nommée ministre des Finances et du budget. Aussitôt nommée, la nouvelle ministre a déjà assisté au conseil des minustres, selon l’information publiée sur la page Facebook de la Présidence.

Vonintsalama Andriambololona avait déjà occupé le poste de secrétaire général de ce département ministériel.

Midi Madagasikara196 partages

Gervais Rakotoarimanana : « Se soumettre ou se démettre »

Gervais Rakotoarimanana contraint de prendre la porte de sortie.

140 ans après, presque mois pour mois, la célèbre expression de Léon Gambetta dans son discours de Lille le 15 août 1877 a retrouvé tout son sens hier, au Carlton où le Grand Argentier a opté pour la démission plutôt que pour la soumission au mode de gouvernance – notamment budgétaire et financier – du régime auquel il appartenait.

En fait, le ministre des Finances et du Budget a pris les devants pour ne pas « être démissionné », en raison entre autres, de « divergences de vues et de méthodes de travail ». L’expert-comptable l’a du reste souligné hier dans sa déclaration à travers laquelle il a fait le bilan de ses 2 ans et demi d’exercice à Antaninarenina où il avait, selon ses dires, « fait preuve de transparence, de légalité, de justice, de respect et de souci permanent pour l’intérêt commun des compatriotes ».

Relationnel. Un membre influent du gouvernement qui a requis l’anonymat de faire remarquer que « c’est précisément cette manière de se poser en seul détenteur du « fahamarinana » et de l’orthodoxie financière qui a irrité bon nombre de ses collègues ministres avec qui il avait déjà des problèmes sur le plan relationnel ». Et de rappeler que « le MFB sortant s’était permis de tancer vertement et ouvertement un ministre originaire du Sud. Sans parler de ses remarques cinglantes voire désobligeantes à l’endroit des membres de l’Assemblée nationale lors des face-à-face à Tsimbazaza». En marge de l’inauguration du pont de Kamoro hier, un député élu dans la région Sofia n’a d’ailleurs pas caché sa satisfaction après l’annonce de la démission de Gervais Rakotoarimanana.

Cabinet. Au niveau du ministère des Finances et du Budget, on ne regrette pas non plus ce départ qui entraînera inexorablement vers la porte de sortie, les membres du cabinet. « Certains d’entre eux se permettaient d’interpeller voire de donner des ordres à des DG et directeurs, alors qu’ils n’ont ni leurs expériences ni leurs compétences dans leurs domaines respectifs », a-t-on entendu hier, dans les coulisses du MFB où le personnel souhaite la nomination d’un ministre issu du sérail. Le nom d’une ancienne SG circule d’ailleurs avec insistance. Ce qui serait une ironie du sort car elle avait été limogée par Gervais Rakotoarimanana qui n’avait pas répété hier sa célèbre phrase : « Je suis entré clean, je sortirai d’ici les mains propres ». Il le fera peut-être lors de la passation avec son successeur qui pourrait être nommé dès aujourd’hui en conseil des ministres où le « se soumettre ou se démettre » de Léon Gambetta est valable pour tout le monde et partout dans le monde. A Madagascar et en France où le président Emmanuel Macron vient de montrer qu’il est le chef en recadrant son chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers dont la démission s’annonce inévitable à cause d’une histoire de …budget, comme celle de Gervais Rakotoarimanana.

R. O

Midi Madagasikara188 partages

Hery Rajaonarimampianina : « Pas au courant de la démission du MFB »

Le président Hery Rajaonarimampianina a procédé à une inauguration en grande pompe du nouveau pont de la Kamoro, hier. Après la cérémonie, celui-ci s’est apprêté à donner une interview aux journalistes, mais n’a finalement répondu qu’à une seule question… qui semblait « ne pas lui plaire ». Interrogé sur la divergence de point de vue et de principe de travail avec le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana, et qui a poussé ce dernier à démissionner, le président Rajaonarimampianina a déclaré qu’il n’est pas au courant de cette divergence d’optiques. « Je suis le premier responsable et pourtant, je ne suis pas au courant. Où avez-vous eu cette information ? Attendez le communiqué officiel, car cela viendra tôt ou tard », a-t-il annoncé, avant de quitter la scène. Rappelons qu’avant sa candidature à la présidence de la République, Hery Rajaonarimampianina a montré au personnel du Ministère des Finances et du Budget sa certitude, quant à son élection. « Aucun ministre des Finances et du Budget au monde ne voudrait démissionner de son poste. Si je choisis cette voie, c’est que la route semble toute tracée », avait-il affirmé à l’époque. Ironie du sort, son ministre des Finances et du Budget démissionne aujourd’hui pour des motifs liés au mode de gouvernance…

Antsa R.

Midi Madagasikara148 partages

BAC 2017 : Les candidats tananariviens ont entre 12 et 74 ans !

Précieux sésame pour les études supérieures ou une carrière, le Baccalauréat se prépare sérieusement !

De sources sûres, nous avons obtenu hier des statistiques relatives à la province d’Antananarivo, pour le Baccalauréat 2017. Parmi les informations les plus marquantes concernant cet examen officiel figure la fourchette d’âges des candidats. Nous retiendrons ainsi que parmi les 74 577 candidats d’Antananarivo, le doyen est âgé de 74 ans (en série D) et la benjamine, à peine sortie de l’enfance, en a 12 et concourra dans la série A2. Par ailleurs, 69 539 –dont 52,14% de jeunes filles et 47,86% de jeunes hommes- sur ces 74 577 de ces candidats sont issus de l’enseignement général, si 5 038- dont 33,86% de jeunes filles et 66,14% de jeunes hommes- seulement sont issus de l’enseignement technique.

Luz R.R

Madagascar Tribune109 partages

Le Chef de l’Etat déclare ne rien savoir

Comme annoncé dans l’édition du 17 juillet 2017, Gervais Rakotoarimanana a finalement officialisé sa démission en tant que ministre des Finances et du Budget. Il a tenu un point de presse au Carlton ce 17 juillet vers 11h. Les nombreuses divergences sur la gestion et le mode de travail ont été invoquées par le désormais ex-ministre pour expliquer son départ du gouvernement Mahafaly Olivier. Divergences qui ne lui ont pas permis de mener à bien les réformes qui lui tiennent à cœur pour le bien du pays. Et comme il ne peut pas travailler convenablement et consciencieusement, il préfère quitter le navire du HVM.

Stupeur, étonnement mais aussi et surtout admiration et respect ont suivi sa décision. Car rare pour ne pas dire jamais un ministre ne démissionne. Surtout le grand argentier qui détient le pouvoir de faire marcher ou non la caisse de l’Etat donc du pays. Rappelons le mic-mac incroyable du gouvernement quand les députés ont lancé la motion de censure, Mahafaly Olivier qui était alors ministre de l’Intérieur à l’époque a dansé devant les caméras en pleine assemblée nationale quand la motion de censure a échoué. Donc, Mahafaly Olivier ne démissionnera point quand bien même son gouvernement a échoué sur tous les plans.

Mais plus grande encore est la stupeur quand le Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina lors de l’inauguration du pont Kamory sur la RN4 a répondu aux journalistes qu’il « n’est pas au courant de cette démission ». Gervais Rakotoarimanana a annoncé aux journalistes qu’il a déposé sa démission au Chef de l’Etat le vendredi 14 juillet. Ce dernier adepte de la politique d’autruche pour ne pas dire plus, ose déclarer sans ciller qu’il n’est au courant de rien. Déjà qu’il n’est pas au courant que les Malgaches sont pauvres ! Alors plus rien n’étonne.

Midi Madagasikara99 partages

Ministre des Finances Gervais Rakotoarimanana : Démission pour cause de divergence de vues

Le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana a fait une déclaration hier à l’hôtel Carlton. (Photo : Kelly R.)

Cet ancien Grand Argentier est réputé pour son intransigeance et son rigueur à part son attachement aux valeurs qui lui ont permis de réaliser de nombreuses actions tout en gagnant la confiance des bailleurs de fonds.

C’est confirmé ! Le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana a bel et bien démissionné tout en dressant un bilan. « Depuis ces deux ans et demi que j’ai occupé ce poste, de nombreuses actions ont été réalisées grâce aux respects des valeurs auxquelles je m’attache personnellement. J’ai également sollicité tous mes collaborateurs à s’y atteler. Il s’agit entre autres, de la transparence, du respect de l’orthodoxie financière et de la loyauté ainsi que du respect mutuel et de la recherche de l’intérêt général de la nation. Mais je déplore un manque de soutien pour pouvoir entamer de nombreuses réformes au niveau de la gestion des Finances Publiques. En plus, il y a eu une divergence de vues et de méthode de travail. Les conditions ne sont pas ainsi réunies pour que je puisse poursuivre ma mission à terme. Raison pour laquelle, j’ai déposé ma lettre de démission auprès du Président de la République vendredi dernier », a-t-il annoncé lors d’un point de presse hier matin à la Terrasse de l’hôtel Carlton.

Financement. Parmi ces réalisations, il a cité entre autres, l’aboutissement des négociations avec le Fonds Monétaire International (FMI) en juillet 2016. Ce qui a permis à Madagascar de bénéficier d’un Financement de l’ordre de 304 millions USD au titre du FEC (Facilité Elargie de Crédit) pour la mise en œuvre d’un programme de réforme économique sur une période de trois ans. « La reprise de la confiance des bailleurs de fonds traditionnels n’est pas en reste. A titre d’illustration, le Conseil d’Administration du FMI a approuvé la première évaluation de la performance du gouvernement en matière de réformes budgétaires. D’où, le décaissement d’un financement de 86 millions USD. En outre, le Conseil d’Administration du groupe de la Banque mondiale a approuvé un financement de 1,3 milliard USD pour le Cadre de partenariat stratégique étalé sur une période de 2017-2021. Il en est de même pour le Comité de développement au sein de la BAD qui a poursuivi l’élaboration du Document stratégie pays permettant d’obtenir un financement de 1 milliard USD pour la même période. Et grâce à ces performances, je suis certain que nous allons bénéficier de la 3e tranche du financement du FEC après la prochaine évaluation du FMI en septembre 2017 », a évoqué l’ancien Grand Argentier.

Intransigeance. Notons que l’ancien ministre Gervais Rakotoarimanana est réputé pour son intransigeance et sa rigueur surtout face à l’engagement des dépenses qu’il estime exagérées par rapport aux moyens dont dispose l’Etat. Il a su gagner la confiance des bailleurs de fonds tels que le FMI, la Banque Mondiale et la BAD. Après sa démission, il a encore sollicité ses anciens collaborateurs à poursuivre les réformes économiques entamées depuis ces deux ans et demi afin de contribuer au développement du pays.

Navalona R.

Midi Madagasikara99 partages

Is’Art Galerie : Mboutah revient en force avec « Izaho mbola mankafy »

Mboutah en toute intimité ce vendredi à Ampasanimalo.

Sorti de nulle part, ou plutôt de l’antre d’Antsirabe, le groupe Mboutah a apporté un souffle différent au style pratiqué dans cette ville qui a vu naître tant d’artistes de renom. Un style world music avec comme source d’inspiration la musique malgache, avec des sonorités jazz car chaque membre du groupe voulait, à travers les deux albums qu’ils ont sortis, montrer de quoi ils étaient capables. Mboutah, pour le verlan de Tamboho, c’est un peu cette idée de jouer de la musique entre amis, en toute liberté, sans rien pour se freiner. Et c’est ce qui s’est passé. En deux albums, les compositeurs de Raomily ont conquis tout le monde. Aujourd’hui, chacun des membres du groupe joue dans des formations diverses pour mettre à contribution leurs inspirations, et voyage à travers le monde pour partager cette musique. Et puis, lorsque le temps le leur permet, lorsqu’ils peuvent se rencontrer un peu, ils n’oublient jamais ceux qui les ont suivis depuis le début de leur carrière. Ce vendredi, ils seront en cabaret concert sur la scène de l’Is’Art Galerie à Ampasanimalo, le temps d’une soirée, comme pour rappeler qu’entre eux et leurs inconditionnels fans, « Izaho mbola mankafy » !

Anjara Rasoanaivo

Tia Tanindranaza94 partages

Gervais RakotoarimananaTsy nanaiky natao fitaovana

Ofisialy ny fisintahan’ny minisitry ny vola sy ny tetibolam-panjakana Gérvais Rakotoarimanana ao anaty governemanta, araka ny fanambarana nataony teny amin’ny Hotely Carlton omaly tamin’ny 11 ora antoandro.

Tsy nanaiky notsindritsindriana

Tsy mbola nisy izany minisitra nametra-pialana izany raha tsy izao, ka inoana fa tsy hijanona eo ity raharaha ity fa hisy ny zavatra na resaka hafa tsy hampoizina hivoaka aorian’izao. Azo ambara ho vaky tanteraka ny adin’ny HVM matoa efa aty amin’ny minisitera stratejika tahaka izao no ahitana olana sy fanabaribariana ny tsy fitoviam-pijery. Raha ny resaka efa nivoaka hatrizay, dia maro ny tsindry nataon’ireo lava tanana ao anaty fitondrana tamin’i Gervais Rakotoarimanana, saingy nijoro sy tsy nanaiky lembenana ny tenany, indrindra amin’ny tokony hitantanana amin’ny fomba hentitra sy mazava ny volam-panjakana, ka izay no naharomotra ireo efa zatra manao ampihimamba sy manao izay danin’ny kibony. Akaiky kokoa ny mpamatsy vola anefa ity minisitra ity, ary heverina fa hisy fiantraikany amin’ny tontolo politika eto an-toerana ary hiantraika amin’ny fifandraisana iraisam-pirenena izao toe-javatra izao.

Toky R

 

Midi Madagasikara89 partages

Natation : Michaël Rasolonjatovo de Saint-Michel fin prêt pour Budapest

La natation malgache sera représentée en Hongrie à Budapest pour les championnats du monde de natation en bassin de XXX m. Quatre nageurs feront partie de la délégation.

Du 14 au 31 juillet à Budapest, Mickaël Rasolonjatovo de Saint Michel, Lalanomena Anthony de COSFA, Sarah Valisoa de Cosfa et Elodie Razafy de Managing représenteront la Grande ile pour ce 17e sommet mondial. Après la Russie en 2015, le Mexique devrait accueillir les championnats, mais ils se sont désistés.   Deux piscines et le Lac Balaton accueilleront ces compétitions : le Danube Arena qui vient d’être construite, la piscine Alfred Hajos qui accueille la plus longue des compétitions, le water polo. Et enfin, les épreuves en eau libre sont programmées dans le Lac Balaton. La première semaine du 14 au 22 juillet, Madagascar ne sera pas encore en lice avec le plongeon, la natation synchronisée et en eau libre  ainsi que le water polo. Les nages en bassin auront lieu du 23 au 30 juillet. Seuls Lalanomena Anthony et Sarah Valisoa partiront de Madagascar, car Elodie Razafy évolue en France et Michaël Rasolonjatovo est en stage à Singapour.

 Atteindre le minima pour 2020. En effet, là-bas, Michaël enregistre de bons résultats, ne serait- ce que lors du meeting de Singapour où il a effectué des nouveaux records de Madagascar en 100m dos et 200m nage libre ainsi que des meilleures performances en 100m nage libre. Il a obtenu une bourse de la fédération internationale, durant trois mois, depuis le 30 mars. Il rejoindra directement la Hongrie le 19 juillet. Il est très en forme, suit un rythme d’entraînement trois fois par jour avec deux fois dans le bassin et une fois le midi en salle. Il avait fallu perdre quatre kilos pour retrouver la légèreté mais sinon, son coach pense qu’il peut améliorer ses performances.

L’objectif de ces stagiaires de Singapour, via la FINA est de les emmener à réaliser les minimas exigés par la Fina pour les Jeux olympiques de 2020 et le coach Miguel Angel Lopez Alvarado est assez confiant pour Michaël. Pour la suite, c’est à la FINA de voir s’il pourra concilier sport et études et s’il y a d’autres opportunités. Notons que dans le cadre de ce centre de Thanyapura Health Sports Resort, dans le cadre d’un programme d’études FINA, cinq nageurs ont battu huit records nationaux avec Emily Muteti (Kenya) 50 mètres Papillon, 100m Papillon et 200m Papillon; Sajan Prakash (Inde) 200m Papillon et 1,500m Nage Libre ; Ayman Klzie (Syrie) 200m Papillon Cherantha de Silva (Sri Lanka) 100m Papillon et Michaël Rasolonjatovo (Madagascar) 200m Nage Libre et 100m Dos.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara84 partages

Raharaha Alain Ramaroson : Ho fantatra anio ny marina

Taorian’ny fanemorana in-telo miantoana, anio no tsy maintsy hiatrika Fitsarana eo anoloan’ny Tribonaly Anosy Alain Ramarosn. Ity mpamao politika fantatra hatrmin’izay amin’ny maha mpitari-tolona ho fanoherana izay lazainy fa tsindry hazo-lena atao amin’ny madinika sy ireo mpandraharaha Malagasy manoloana  ny ataon’ny vahiny. Isan’ny nanosika azy ho lohandohany hatrany tamin’ireo tolona niadiana ho fanovana natao teto amin’ny firenena izany. Nametraka ny anarany ho isan’ireo voalaza fa mahery fo hatreto. Saingy, ity raharaha tsy maintsy hiatrehany ny Mpitsara anio ity dia hafa mihitsy. Raharaha ady heloka tsotra, hoy ny filaza azy ao amin’ny lalàna. Hosoka sy fanaovana hosoka tamna varotra tany no anton-draharaha raha araka ny fantatra. Ary ny tena maha sarotra azy dia ity olana ity izay hifanandrianany amin’ny fianakaviany ihany.

Hatreto aloha dia milaza andriamatoa Alain Ramaroson fa tsy meloka satria toa hosoka nataon’ny olona nitokisany no nahatonga izao rehatra zao. Na izany aza anefa, tsy manakana ny rehetra izay mahala ny momba ity lehilahy ity ny hampifangaro izao fanenjehana azy izao amin’ny resaka politika ny zava-misy hatreto.

T.M.

L'express de Madagascar83 partages

Serge Ramiandrasoa – « L’autorité morale elle-même est défaillante »

Serge Ramiandrasoa, ancien président de la Fédération malgache de tennis, musicien bien connu des sorties nocturnes, sera la vedette d’une conférence débat ce vendredi au Village Saint-François a Andrainarivo dont le thème sera «La force ne vaut pas la vertu». Avant ce rendez-vous important, il crève l’abcès.

• Vous n’aviez pas été tendre vis-à-vis de l’Église lors d’une conférence débat à Faravohitra, il y quelques mois. Comptez-vous récidiver vendredi à Andrai­narivo ?

- Il n’est pas question d’être tendre ou pas. Il s’agit plutôt d’oser dénoncer les choses qui ne vont pas au sein de l’Église. Nous sommes un groupe de laïcs depuis plus de 4 ans qui avons tiré la sonnette d’alarme auprès des instances catholiques en haut lieu mais en vain. La situation est devenue déplorable.

• Vous allez donc faire un déballage ?

- Il faut comprendre une chose. Nous sommes arrivés à un stade où les gens n’ont plus aucune peur de Dieu et de la justice divine à travers de nombreux inqualifiables faits d’actualité nationaux et même internatio­naux. L’insécurité est généralisée de par la recrudescence des pillages barbares, des assassinats odieux, des vindictes populaires, des malversations financières impensables sans parler de nombreux attentats atroces à travers le monde et leurs millions de victimes innocentes. Tout cela remet en cause le rôle et la mission de l’Église. Si on en est arrivé là, c’est que l’Église a quelque peu failli à son  devoir.

• Que reprochez-vous à l’Église ? D’avoir caché certaines vérités, d’être figée et secrète ?

– Le pape François lors de sa prise de fonction en 2013, avait prôné « Pour être un bon chrétien, dorénavant le chrétien se doit d’être révolutionnaire ». L’exem­plarité de ce pape jésuite dans sa façon de révolutionner est un modèle unique par des actions et des décisions jamais vues au Vatican comme celles à l’encontre de coupables dans son entourage même de pedophilie et de malversations financières. Il faut suivre l’exemple du pape François et briser la loi du silence. Le système pré-établi accorde les pleins pouvoirs aux curés des paroisses, favorisant ainsi de trop nombreux abus de pouvoir à l’image des pratiques courantes et devenues banales de la non- redevabilité et de la non-transparence dans le domaine financier, l’insuffisance des balises qui fait que les autorités religieuses se soutiennent et se protègent entre elles en se voulant presque intouchables, la culture même de l’impunité en refusant jusqu’à admettre leurs fautes pourtant flagrantes et répandues de notoriété publique. Il nous a été répondu que « l’église catholique est gérée par un système hiérarchique et non démocratique ».

• Vous insinuez que le pape a oublié Madagascar faute d’avoir fait une révolution ?

Pourquoi donc le pape n’est pas obéi quand il prône depuis quatre ans aussi une révolution des pratiques, du système et surtout une révolution des consciences ? Ne pas avoir une nomination de cardinal depuis 7 ans ne signifie-t-il pas un message clair entre les lignes du Vatican ?

• Vous estimez donc qu’une révolution au niveau de l’Église est incontournable pour redresser la situation de pauvreté, d’insécurité du pays ?

– La raison principale de cette disparition de la crainte de Dieu et d’une justice divine en est la défaillance même de l’autorité morale. Le FFKM et de nombreuses autorités religieuses ne sont plus une référence de crédibilité, d’honnêteté et d’intégrité pour de nombreux citoyens et cela est dû à tant de faits divers médiatisés que nous avons tous en mémoire. Elles ont failli à leur mission.

                      « …de par sa nature et son rôle de gardien de la morale, l’Église ne peut pas être dédouanée. »

• L’Église est-elle la seule responsable de cette situation ? Peut-elle suppléer l’État dans des tâches qui ne lui incombent pas ?

– Certes, mais de par sa nature et son rôle de gardien de la morale, l’Eglise ne peut pas être dédouanée. Beaucoup de faits témoignent que l’Église n’assume plus la tâche qu’on lui a assignée. On déplore la perte de la dignité et des valeurs humaines, le non respect des ancêtres, la profanation des sépultures, les assassinats odieux, le viol de religieuses, les magouilles financières indignes. En outre, on constate la dégradation des pratiques, des consciences et de la mentalité. Devenir prêtre ou pasteur équivaut à une promotion sociale, à se confectionner une certaine image dans la société et non plus par vocation. La perte d’exemplarité est également manifeste. La valeur éducative du bon exemple exhorte que vous ne pourrez jamais éduquer convenablement dans les règles de l’art, tant que vous-même n’êtes pas une référence d’exemplarité. C’est ainsi que les diverses déclarations de la Conférence épiscopale des évêques, du FFKM n’influencent plus la conscience du citoyen du fait qu’eux-mêmes devraient d’abord «dégager la poutre de leur conscience avant de vouloir balayer l’étui de paille» chez autrui. La dispersion des chrétiens, qui ne savent plus à quel saint se vouer, vers de nouvelles confessions prouve la nécessité de se remettre en question. Les divers sermons ou homélies débités aussi bien à l’Église qu’en d’autres endroits sont écoutés mais pas entendus.

• Avez -vous pensé à la réaction de l’Église en particulier et des autorités religieuses en général suite à vos propos qui ont de quoi surprendre et qui peuvent choquer certaines personnes ?

- Martin Luther King avait écrit : «Ce qui m’effraie ce n’est pas l’oppression des méchants mais l’indifférence des bons». Abraham Lincoln avait renchéri : «C’est en gardant le silence au lieu de hurler que l’on devient un lâche». J’ai décidé de crever l’abcès une bonne foispour toute et je suis prêt à en assumer les conséquences. Il faut en finir avec un système doté d’une autorité voulue forte et centralisée doublée d’une éducation spirituelle qui encourage la soumission et balise tout esprit frondeur.Je suis conscient de la menace d’épée de Damocles de l’excommunion placée au-dessus des têtes de ceux qui osent braver ou perturber l’Église. Mais si c’est ainsi, c’est le pape François lui-même qui devrait être excommunié par ses manières révolutionnaires de bousculer l’Église par une provocation positive et déclencher une joyeuse pagaille, selon ses propres termes.

• Et si demain vous êtes excommunié…- J’aurai la conscience tranquille. J’aurai le sentiment d’un devoir accompli en disant ce que j’avais  à dire et ce qu’il fallait dire. J’aurai été franc, sincère et direct. Dès qualités qui font défaut chez certains pasteurs, prêtres ambassadeurs du très haut sur terre, considérés comme des olom-boahosotra( sacrés), et qu’il est interdit pratiquement et spirituellement de contrer ouvertement, d’où les oui Mompera, oui Pastera à n’en plus finir et un revirement de langage dès qu’ils tournent le dos. L’hypocrisie demeure, hélas, plus que jamais une compétition nationale. On se plaît à se taire  même si on est dans son droit. «On voit la vérité, on entend la vérité, on sait la vérité mais on continue de croire aux mensonges», disait un auteur inconnu alors que Machiavel avait fort bien conclu «La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples».

Propos recueillis par Herisetra

Midi Madagasikara81 partages

MLE : Mpanao gazety roa hafa indray hampanantsoin’ny zandary

Omaly no tonga ny taratasy fampananantsoina an’ i Fetra Rakotondrasoa izay mpitondra tenin’ny fikambanan’ny mpanao gazety miady amin’ny fahalalàhana maneho ny hevitra. Ao amin’ny borigady misahana ny raharaha heloka bevava ary koa ny raharaha manokana (brigade spéciale) no hanaovana fanadihadiana azy raha araka ilay taratasy. Io sampan’ny zandary izay manana ny biraony ao amin’ny toby Ratsimandrava io dia fantatra kokoa noho ny fisahanany ny raharaha mahakasika mpanao pôlitika miady amin’ny fitondràna, isan’ny kirakirainy ny dosie Lylison sy ny maro hafa. Ny zoma lasa teo no nandalo nohadihadiana tao i Barry Benson, ilay mpisehatra sy manentana ny « #tsy_mahaleo_ny_sampona » izay nalefa tamin’ny haino aman-jery. Raha noheverina fa momba ilay fandaharana no nampiantsoina azy tamin’io, raha araka ny fanazavany taorian’izay, dia noho ny antony nanaovany fanamiana miaramila nandritra ilay fisehoana, no vesatra nanenjehana azy. Talohan’io, raha hiverenana kely, dia nisy naka ny mamany mba hoentina hanerena azy hipoitra. Anio indray, dia mpanao gazety izay isan’ny mpitarika ny MLE sady isan’ny tompon-kevitra tamin’ny famoronana ny fandaharana voalaza etsy ambony no hampanantsoina. Na resaka fanamiana indray na inona no antony hampanantsoina azy, tsy adala akory ny mpanara-baovao ka tsy hahatakatra fa endrika ramatahora sy fanapenam-bava ity mitranga ity. Firifiry moa ny olona manao fanamiana miaramila eny an-dalana, firifiry koa ny mpivarotra an-kahalalahana izany akanjo izany eny an-tsena. Tamin’ny andron’ny jeneraly baomba no tena nalaza ny fandraisana fepetra momba izany ary taty aoriana dia toa niverina nalalaka indray ny fanaovana fanamiana eny an-dalana. Manaraka izay, efa mazava fa « parodie » na endrika fanaovana dika mitovy ny fihetsika sy fiteny no natao, dikany, raha hanao dika mpitandro ny filaminana izany dia akanjo inona no tokony hanaovana? Any ivelany dia ilay olona hanaovana dika mihitsy no atao miendrika saribakoly mihetsika (guignole) ary mahazaka an’izany ny olo-malaza rehetra satria hainy fa endrika iray entina hampitam-baovao ny fampiomehezana. Miverin-dàlana tanteraka isika raha eo amin’ny fahalalahana maneho hevitra. Efa nokianin’ny mpanara-maso iraisam-pirenena izany ary koa nahazoana tsiny tany Genève nandritra ny fanaovana tatitra iraisam-pirenena momba ny fanajàna ny zon’olombelona farany teo. Hitodika etsy amin’ny toby Ratsimandrava indray izany ny mason’ny mpanara-baovao anio

D.R

Midi Madagasikara78 partages

Iavoloha : Conseil des ministres spécial ce jour

Après cette démission du ministre des Finances et du Budget Gervais Rakotoarimanana (lire article par ailleurs) le remaniement s’annonce très proche. C’est la panique en haut lieu, du moins pour certains membres du gouvernement, dont les jours sont comptés concernant notamment les postes qu’ils occupent actuellement. Est-ce en liaison avec ce remaniement, toujours est-il qu’un conseil des ministres spécial aurait dû se tenir, hier, mais finalement c’est probablement  pour ce jour. La raison en est que les chefs de l’exécutif, en l’occurrence le Président Hery Rajaonarimampianina et le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana ont procédé, hier, à l’inauguration du pont de Kamoro, sis sur la RN7, reliant la capitale et Mahajanga et le Nord de l’île. Même s’ils ont été de retour, hier, ils n’ont pas pu tenir le conseil des ministres spécial.

Prise de position. En tout cas, le conseil des ministres de ce jour serait totalement différent du dernier conseil des ministres du 12 juillet dernier qui s’est distingué tout simplement par des séries de communications verbales. En outre, il n’y avait eu qu’une seule nomination aux hauts emplois de l’Etat. Or, à chaque conseil des ministres, il y a toute une multitude de nominations. Mais la question se pose, celui qui va assurer l’intérim du ministre démissionnaire va-t-il être connu ce jour ? En tout cas, ce conseil du 18 juillet serait probablement le dernier pour certains membres du gouvernement.

Dominique R.

Tia Tanindranaza74 partages

Tiako I MadagasikaraVoarara ny hetsika manerana ny nosy ?

Tsy nekena ny didim-pitsarana nanome alalana ny Antoko TIM hankalaza ny faha-15 taonany teny Mahamasina ny 8 jolay lasa teo.

Toky R

 

 

L'express de Madagascar68 partages

Démission de Rakotoarimanana – Le FMI rassure le gouvernement

Cette démission soulève la question de la continuité des négociations avec les bail­leurs. Au FMI de rassurer sur les bonnes relations avec le gouvernement.

Pour les bailleurs de fonds, c’était un homme de confiance. Gervais Rakotoarimanana est l’un des principaux artisans de différents accords avec les partenaires techniques et financiers. En deux ans et demi à la tête du ministère des Finances et du budget, il a réussi à boucler des financements à hauteur de plusieurs milliards de dollars. Plus d’un se demande actuellement quant à la continuité de ces projets.« Comme nous travaillons avec un gouvernement élu démocratiquement et non pas avec une personne en particulier, le départ du ministre ne devrait pas affecter les relations entre nos institutions respectives ainsi que le programme de travail du gouvernement auquel nous apportons notre appui financier et technique. Des progrès notables ont été réalisés jusqu’ici et nous sommes confiants que ce sera le cas avec la nouvelle équipe », a réagi Patrick Imam, représentant résident du Fonds monétaire international (FMI) à Madagascar.Gervais Rakotoarima­nana lui-même l’a confirmé dans sa déclaration faite à la presse hier. Celui-ci reste très optimiste sur la continuité du programme Facilité élargie de crédit (FEC) conclu avec le FMI. « La performance enregistrée par Madagascar au cours de ces derniers mois permettra d’obtenir le décaissement de la troisième tranche du programme FEC après une mission d’évaluation au mois de septembre », a déclaré le ministre démissionnaire dans son discours, hier.

Manque de soutienLe 29 juin, le conseil d’administration du FMI a approuvé le versement de la deuxième tranche du programme dont bénéficie le pays au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC), avec un montant de 86 millions de dollars, soit plus que les 42 millions de dollars convenus initialement. Le ministre des Finances a été l’un des principaux artisans de cet accord. C’est lui qui devait chapeauter la mise en œuvre des principales réformes convenues dans le cadre de cet accord. Mais « le manque de soutien aux reformes qu’il avait menée » l’a obligé à prendre ce départ précipité.La gestion minutieuse de la caisse de l’État, son intransigeance et sa droiture lui ont permis de gagner la confiance des bailleurs de fonds, notamment celle de la Banque mondiale et du FMI. « Les contribuables doivent s’estimer chanceux d’avoir un ministre des Finances qui défend leurs intérêts », soutenait, il y a quelques mois, Patrick Imam dans les colonnes de L’Express de Madagascar. Tout le monde se souviendra de la déclaration de Coralie Gevers de la Banque mondiale devant le choix difficile du gouvernement en privilégiant le social plutôt que d’injecter de l’argent dans les caisses de la Jirama.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara62 partages

Codis de vingt étudiants à Ankatso : Le président de l’Université d’Antananarivo s’explique

L’Université d’Antananarivo, berceau de l’enseignement supérieur.

Des semaines après le conseil de discipline de seize étudiants à l’université d’Ankatso, le président de l’Université d’Antananarivo, Panja Ramanoelina s’explique enfin sur la question. Interviewé hier, il a fait savoir que : « Certains des étudiants qui ont fait l’objet du récent conseil de discipline ne sont même pas venus à l’entrevue à cet effet ». Avant d’ajouter que « Ce refus a conduit au renvoi desdits étudiants ». Panja Ramanoelina de poursuivre que « la majorité des étudiants en question ont écopé d’une sanction stricte qui est l’impossibilité pour eux d’intégrer des établissements universitaires pour une durée d’un à deux ans ». Selon toujours le numéro un de l’Université d’Antananarivo, la publication des résultats dudit CODIS se fait actuellement auprès des universités et IST de la Grande Ile. « Les rapports et les PV relatant le CODIS sont en phase d’être publiés dans les divers établissements universitaires » a-t-il renchéri. Il convient de rappeler que certains étudiants qui ont fait l’objet dudit conseil de discipline ont également fait l’objet de convocation auprès de la gendarmerie. Panja Ramanoelina de s’expliquer que « l’affaire inclue une coloration pénale et que la responsabilité sur la suite de l’affaire n’est plus du ressort de l’Université ».Une façon pour l’Université de se désengager sur une éventuelle incrimination pénale des étudiants. En tout cas, l’université d’Antananarivo s’est montrée sévère concernant le cas des vingt étudiants. Car, à cause des sanctions, ce sont les étudiants du niveau Master qui sont les grands perdants.

Recueillis par José Belalahy

Tia Tanindranaza59 partages

Guy Rivo Randrianarisoa“Efa mikorontana ny fanjakana”

Tsy mahagaga anay antoko Tiako I Madagasikara ny fialan’ny minisitry ny vola Gervais Rakotoarimanana ary efa tsikaritra hatry ny ela tamin’ny fifaneraseran’ny depiote tamin’ity minisitra ity fa tsy mifanaraka amin’ny soatoavina arahiny ny foto-kevitry ny fitondram-panjakana misy azy, hoy ny

Fanovana governemanta

Mikasika ny mety hanovana manontolo na amin’ny ampahany ny governemanta, indrindra fa ny momba ny praiminisitra dia nampahatsiahy ny voafaritry ny lalàmpanorenana ao amin’ny andininy faha-54 i Guy Rivo Randrianarisoa, fa ny vondrona maro an’isa eny amin’ny antenimiera no manendry ny praiminisitra, ka tsy hay na mbola sahy hamorona maro an’isa sadasada indray ny fitondrana HVM na hanaiky fa ny TIM, MAPAR, ary ny MMM no vondrona manana solombavambahoaka maro, ka tokony hajaina izany raha hosoloina olon-kafa I Mahafaly Solonandrasana Olivier. Miandry ny rehetra hoe hanaja ny lalàna ve ny fanjakana sa mbola hanao ny mikimaky sy ny politika malotony ?

Toky R

 

Midi Madagasikara58 partages

Concours sur la robotique : Six étudiants malgaches participent à Washington

C’est le Team Madagascar.

Six étudiants malgaches, âgés entre 16 et 19 ans, représentent  en ce moment Madagascar au First Global Challenge, qui a débuté ce dimanche 16 juillet à Washington DC et prendra fin ce jour. Il s’agit  d’un challenge international mettant à l’honneur les jeunes talents scientifiques du monde entier, notamment dans le domaine de la robotique. L’objectif est d’encourager les deux milliards de jeunes à travers le monde à s’intéresser aux Sciences, Technologies, Ingénierie et Mathématiques (STEM). Concrètement, les créations des jeunes geeks doivent contribuer à la résolution des problèmes les plus pressants du monde et d’améliorer la qualité de vie pour tous. Ainsi cette année, le challenge 2017 du « First global »  consiste à développer un robot qui facilite l’accès à l’eau potable. Un thème particulièrement cher au Team Madagascar qui s’est fortement impliqué dans la création de leur robot depuis des mois. Ce « Team Madagascar » est conduit par Sahaza Ramarosandy, un jeune et brillant scientifique malgache. A Washington, cette équipe malgache va concourir aux côtés de 160 autres équipes venues du monde entier. Notons que c’est grâce au projet CODERBUS initié par le leader de la Team MADAGASCAR, et dont le but est d’apprendre aux enfants dès leurs jeunes âges, à coder ou à programmer, que Madagascar a reçu une invitation à participer au First global Challenge 2017.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara54 partages

Un grand argentier qui démissionne avec dignité

Le malaise couvait depuis longtemps. La démission du ministre Gervais Rakotoarimanana n’a pas surpris les observateurs. Ces derniers se demandent même pourquoi elle n’est survenue que maintenant. Les divergences de vues qui existaient entre le premier argentier et l’équipe entourant le chef de l’Etat ne pouvaient  qu’aboutir à ce divorce prononcé sans éclats de voix, mais lourd de signification.

Un grand argentier qui démissionne avec dignité

Le ministre des Finances Gervais Rakotoarimanana a haussé le ton à plusieurs reprises pour mettre fin à certains abus dans l’administration et dans les hautes sphères de l’Etat. Cette attitude a fortement incommodé dans un milieu où les accommodements étaient nombreux.  Comme il ne pratiquait pas la langue de bois, il s’était fait beaucoup d’adversaires. Il a donc décidé de prendre les devants et a donc démissionné avant qu’on le « démissionne ». Aujourd’hui, ce départ pose de nombreuses questions, car on se demande comment se comportera son successeur à la tête de ce ministère d’une importance capitale. Pour le Grand argentier, c’est aujourd’hui un grand soulagement, car il ne va plus subir ces incessantes pressions auxquelles il était soumis. Il s’était opposé à de nombreuses fois à des personnes haut placées décidées à ne pas payer de taxes. Mais ses prises de position lui ont donc valu de nombreuses inimitiés. Il a dû parfois céder devant les pressions venant du sommet de l’Etat. Il ne pouvait donc exercer son rôle de Grand argentier comme il le voulait.  Ses relations avec les bailleurs de fonds traditionnels étaient excellentes et c’est certainement grâce à lui que les appréciations de ces derniers ont été positives et ont permis les déblocages de crédits annoncés récemment. L’homme avait, dit-on, eu dans un premier temps l’intention de faire des révélations, puis il s’est ravisé. C’est avec beaucoup de dignité qu’il s’est adressé aux journalistes hier.

Patrice RABE

Midi Madagasikara44 partages

Evaluation en douanes : Un instrument de lutte contre la sous-facturation et la concurrence déloyale, selo...

Ces derniers temps, des opérateurs se plaignent de l’application d’une note numéro 145 au niveau des douanes. Le Directeur Général des Douanes, Eric Nary Rabenja nous en parle dans une interview.

Midi : Pouvez-vous nous parler de cette fameuse note N˚145 MFB/SG/DGD du 06/04/2016 dont DGD : Il s’agit, avant tout d’une note d’application et d’interprétation de l’Accord de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) sur l’évaluation en Douanes ainsi que du Code des Douanes national.

Ces deux dispositions juridiques consacrent le principe de la Valeur Transactionnelle qui est définie comme le prix effectivement payé ou à payer pour les marchandises lorsqu’elles sont vendues pour l’exportation à destination de Madagascar. Cette Valeur Transactionnelle est signifiée par la facture commerciale qui dispose d’une présomption simple de véracité qui peut tomber devant la preuve contraire. Par ailleurs, l’article 17 de cet accord consacre le droit de l’administration de s’assurer de la véracité et l’exactitude de tous les éléments de la déclaration avec une disposition spéciale qui n’est autre que le principe du renversement du fardeau de la preuve. En d’autres termes, même si ce sont les Douanes qui refusent la valeur déclarée, il revient à l’importateur de rapporter la preuve de la véracité de cette valeur contestée.

Nonobstant cela, les Douanes peuvent toujours, en cas de doute sur le bien-fondé de la valeur déclarée, rejeter ladite valeur. Et pour éviter toute décision arbitraire de la part de l’administration, les deux parties peuvent se concerter .pour dégager la base correcte de l’évaluation.

Que se passe-t-il si les deux parties ne peuvent pas dégager cette base correcte ?

Dans ce cas, l’usager dispose d’un droit d’ appel à deux niveaux. L’un devant un organe indépendant de la Commission de conciliation et d’Expertise Douanières (CCED), qui est un organe indépendant de l’administration et l’autre devant l’instance judiciaire. Toutefois, il est utile de rappeler que ce droit d’appel est limité par l’existence de preuves matérielles constatées par l’administration. Et c’est à ce niveau qu’il y a une certaine mauvaise interprétation de certains opérateurs. Il s’agira notamment des cas où l’administration constate qu’il y a une incohérence entre les mentions figurées dans les documents présentés (Bill of Lading ou Connaissement, factures, liste de colisage, déclaration d’exportations …). Il peut exister aussi des cas où l’importateur et l’exportateur sont liés et que le prix a été influencé par ce lien. Bien évidemment pour ces cas, l’administration va constater, de plein droit, l’infraction par rapport à ces preuves matérielles et l’opérateur n’aura pas le droit de porter l’affaire devant la CCED.

Certains opérateurs parlent d’abus de la part des vérificateurs qui refusent ce droit d’aller devant la CCED ?

Comme je l’ai souligné tout à l’heure, en cas de doute et que l’opérateur n’accepte pas la position des douanes, ce dernier a parfaitement le droit de déposer une caution sur le droit compromis et emmener l’affaire devant la CCED pour décision. Toutefois, ce droit d’appel est limité par le même Code des douanes sur l’existence de preuves matérielles qui peuvent être constatées par le liquidateur. De ce fait, l’infraction est constatée d’office par le liquidateur lui-même et il a tout à fait le droit de refuser l’arbitrage à la CCED.

Il faut remarquer que ce droit d’appel à la CCED est parfois utilisé par certains importateurs comme manœuvre dilatoire pour échapper au paiement immédiat des taxes encourues et des amendes malgré des preuves évidentes d’existence de sous-facturation. En tant que protecteur de l’intérêt du Trésor public, l’administration des douanes se doit de sécuriser au maximum les recettes au niveau des frontières même lorsqu’ elle constate avec des preuves matérielles qu’il y a une fausse déclaration.

Des opérateurs se plaignent aussi de l’existence de contrat de performance au sein de l’administration, qui explique selon eux, l’augmentation des prix des produits importés sur le marché local

La culture de performance a été adoptée au sein des douanes malgaches depuis janvier 2016, et officialisée par la signature des contrats de performance entre des Inspecteurs des douanes de Toamasina-Port (au nombre de 15 inspecteurs pour 80% de recettes globales douanières) et le Directeur Général. Consciente du rôle et de la place des ressources humaines pour tout développement d’une organisation, les douanes ont mis en place des indicateurs de performance, axés sur l’efficacité des douaniers, leur efficience et leur performance, afin de réduire la corruption en augmentant les recettes douanières, en réduisant le temps de dédouanement des marchandises et en améliorant l’efficacité des contrôles effectué par l’Inspecteur au moment du dédouanement.

Ce contrat se base sur des études économiques appelées statistiques miroirs (comparaison des statistiques d’exportation des pays de départ et les statistiques d’importation à Madagascar). Ces études menées en 2015 ont pu démontrer qu’il existe un gap approximatif de 30% de manque à gagner sur les recettes douanières collectées. L’administration dans sa mission de collecte de recette se doit alors de trouver des solutions pour limiter au maximum ce gap au fil des années.

Chaque inspecteur s’est donc engagé à faire un suivi sur les indicateurs de performance suivants : les recettes recouvrées en moyenne, le temps de traitement des déclarations et l’efficacité des contrôles qu’il effectue. Ce contrat a permis ainsi d’améliorer l’efficacité des contrôles par une détection efficace des fraudes de la part de l’inspecteur. De ce fait, le redressement de la valeur de la marchandise n’est qu’une suite logique d’une fausse déclaration soit sur l’espèce de la marchandise, soit sur la quantité déclarée, soit sur la valeur facturée même de la marchandise. Cette fausse déclaration est constatée si l’importateur n’est pas en mesure d’apporter les justificatifs requis.

D’après ce que vous venez de dire, n’y a-t-il donc aucune incidence sur les prix par rapport à ce contrat de performance?

La mise en place de ces contrats n’influence en aucun cas les prix sur le marché intérieur. Au contraire, avec la réduction significative des temps de traitement des déclarations, le coût de dédouanement est réduit. Avec des contrôles plus efficaces, les douanes essaient en conséquence de réduire considérablement la concurrence déloyale. Depuis la mise en place du contrat de performance, le délai de dédouanement des marchandises au port de Toamasina est de moins de 24h pour 85% des déclarations en circuit jaune (contrôle documentaire). Les recettes douanières hors taxes pétrolières ont connu une augmentation moyenne de 25% et les redressements par rapport au contrôle effectué ont augmenté de 25 %. Nous avons pu constater depuis le début de l’année que suite aux efforts fournis par l’ensemble des Inspecteurs, l’administration gagne du terrain concernant la confiance des opérateurs. Ce qui implique l’augmentation du volume des importations depuis les six premiers mois de cette année. Parallèlement à l’efficacité du contrôle, on a pu constater aussi une augmentation au niveau des revenus moyens collectés par container.

Un mot pour conclure ?

Pour conclure, je dirai que la réforme des douanes malgaches a pris un essor particulier dont une plus grande attention est dédiée à la gestion des ressources humaines .Les résultats sont déjà palpables et bien visibles, car au niveau des recettes collectées, par exemple, un surplus de 69 milliards Ariary est observé en fin du mois de juin par rapport à la Loi de finance initiale.

L’administration est toujours à l’écoute des opérateurs dans le cadre de la mise en œuvre de ses réformes, des réunions ont été organisées avec des opérateurs par secteur pour discuter avec eux des informations de base que l’administration dispose par rapport à la valeur des marchandises sur le marché international. Evidemment, comme dans toutes réformes, certains opérateurs ont du mal à se conformer à ces nouvelles règles établies. Nous constatons aujourd’hui qu’une grande partie des opérateurs reconnaissent le bénéfice de ces nouvelles dispositions avec une concurrence plus saine entre eux.

Certains pays d’Afrique ont eu vent de ces réformes liées au contrat de performance. Récemment, ils ont invité l’Administration des douanes malgaches à participer à une conférence internationale pour un partage d’expérience sur la lutte contre la corruption. Nous pouvons affirmer que tout cela n’est que le début d’une série de réformes au sein des douanes malgaches, réformes visant toujours à mieux servir et toujours satisfaire les usagers.

Propos recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara44 partages

Antsirabe : Trano 20 indray no kilan’ny afo

Saika ho isam-bolana dia itrangana haintrano  hatrany eto Antsirabe sy ny manodidina. Trano tsy latsaky ny 20 indray mantsy no kilan’ny afo tanteraka omaly alatsinainy, tao amin’ny fokontany Atsimontsena. Tokony ho tamin’ny 10 ora maraina teo no nanomboka nisy firehetana nivoaka tao amina tokantrano iray. Voalaza fa afo avy tamina fatampera fanafanana akoho fakana nofo izy io. Izay no nipoiran’ny afo,  raha ny filazan’ny olona teny an-toerana. Vetivety dia nitatra ny afo ary tapitra may avokoa ny trano nifanila taminy, izay marihina fa trano hazo ny 11 tamin’izy ireo. Na dia niezaka namono  sy nanao izay tsy hitaran’ny afo  aza ny fokonolona dia tsy nahefa firy, satria noho ireo trano hazo marobe ireo dia  vetivety foana dia nahazo laka ny afo. Ny hany sisa azo natao dia niandry ny fahalevonan’ny afo. Soa aloha fa tsy nisy ny aina nafoy na naratra fa ny fahavoazana no be dia be. Lasa lavenona tao anatin’ny ora vitsy avokoa mantsy ny voangona hatrizay, ny ankamaroan’ireo niharam-boina moa dia ny fitafiana teny an-koditra sisa niangana. Misy tamin’ireo niharam-boina no manao fiompiana kisoa ka kisoa iray lehibe efa hiteraka no maty  kilan’ny afo. nipoaka hatramin’ny kibony ka niparitaka eraky ny trano ireo zanaka kisoa kely tsy mbola vaky masoandro. Ankoatra izay torana tsy nahatsiaro tena ilay ramatoa mpiompy “poulet de chair” ka voatery nentina tany amin’ny hopitaly. Matetika loatra no itrangana hay trano mahatsiravina toy izao eto Antsirabe. Tsy mbola manana ireny fiara mpamonjy voina ireny moa ny kaominina Antsirabe na dia efa nodradradraina hatry ny ela aza fa hahazo an’io fiara io, saingy tsy hita hatramin’izao.  Nambaran’ny filoha lefitra faharoan’ny ben’ny Tanana fa nisy zavatra tsy nety indray teo amin’ny fikarakarana ny hahazoana io fiara mpamonjy voina io ka voatery miandry kely indray ny fahazoana azy. Na izany aza dia misy fiara vonjimaika fampiasa amin’ireny fanondrahana voninkazo ireny ampiasana hamoana afo, ka mety mahavita izay vitany ihany izy io. Tsy nahafaly ny fokonolona anefa ny fahatongavan’io fiara io. Raha tamin’ny 10 ora no nanomboka nirehitra ny afo dia tamin’ny 12 teo kosa no tonga io fiara io. Fantatra moa fa mbola nanondraka voninkazo tany amin’ny toerana somary lavitry ny nisehoan’ny loza ilay fiara ary  tsy nisy rano intsony koa ka mbola nameno izany teo amin’ny farihin’Andranomafana vao afaka niasa. Horakoraka sy eso no nasetrin’ny olona io fiara io fa nanohy ny asany kosa ireo namonjy voina.

Andry N.

Madagascar Tribune37 partages

Le nouveau pont de Kamoro est fonctionnel

Le nouveau pont de Kamoro est officiellement fonctionnel depuis ce 17 juillet. Il cohabite avec l’ancien qui est maintenant presque centenaire. « Les deux ouvrages symbolisent le passé et l’avenir car nous ne devons pas ignorer ce qui a été fait en écrivant l’histoire de l’émergence de notre pays », a déclaré le président de la République lors de l’inauguration de cet ouvrage, voué à la durabilité, et qui contribuera à fluidifier toujours davantage la communication avec l’Ouest et tout le Nord de Madagascar. Le nouveau pont de Kamoro, situé au PK 406,300 sur la Route Nationale 4, a été construit dans le cadre du Projet d’Urgence pour la Préservation des Infrastructures et la Réduction de la Vulnérabilité (PUPRIV), sur financement de la Banque Mondiale représentée lors de la cérémonie par la Responsable des Opérations de la Banque Mondiale à Madagascar et aux Comores, Coralie Gevers, et de l’Ambassadrice de France, Véronique Vouland-Aneni. Le pont de Kamoro est une prouesse technologique réalisée par le groupe français EIFFAGE TP. Les travaux de construction ont duré 24,5 mois, depuis le 8 Juin 2015, pour un montant de 46.225.614.017,74 MGA. Le nouveau pont, d’une longueur de 265,50 mètres, dispose de deux voies. Tout comme l’ancien, il est prévu être plus que centenaire.

Midi Madagasikara36 partages

Mahamasina : Une rixe entre des boxeurs et des fokonolona

Samedi, Mahamasina était  le théâtre d’une scène qu’on qualifié de ring pour les six pratiquants d’arts martiaux qui venaient de participer à  un challenge au gymnase de Mahasina. Deux d’entre eux se sont vus entrer en confrontation avec des inconnus à la sortie de ce lieu. Selon les informations, ils auraient savouré leur victoire sur le lieu quand l’un d’entre eux avait un besoin d’urgence comme le Malgache dit « olombelo tsy akoho ». En effet, l’attaque dont le motif serait le fait que l’un du groupe d’athlètes a uriné sur un parking gardé d’à côté. Un gardien de ce site l’a alors  attrapé. Sans gêne, il l’a frappé. Ce qui est lamentable dans cette histoire est d’entendre que des membres du fokonolona qui sont venus sur place ont également tabassé la victime. C’est pourquoi, la bagarre a failli tourner mal. Le boxeur acharné a vite alerté ses collègues.

Venu à la rescousse de son protégé, l’entraîneur du boxeur agressé a essayé de calmer la situation. Mais cela aurait aggravé la tension car cette intervention aurait mis le feu dans l’huile. Les six boxeurs ont tout de suite pris en tenaille par une trentaine de personnes, ont réagi. Pour se sauver, les athlètes ont du se servir de leurs talents.  C’est pourquoi, le combat a tourné à leur faveur où des déclarants fokonolona ont été grièvement blessés. Mais ce qui intrigue dans cette affaire est de constater la prévalence du « fitsaram-bahoaka » dans ce pays. Cette histoire s’est passée à Mahamasina. Pour ne pas compliquer la chose, il aurait suffit d’appeler la Police qui se trouve à peine une centaine de mètres de ce lieu.

T.M.

Midi Madagasikara35 partages

Football- CHAN 2018 : C’est maintenant très compliqué pour les Barea

L’espoir d’aller en phase finale de la CHAN 2018 s’amenuise pour les Barea qui ont été tenus en échec par des Mozambicains venus tenter leurs chances pour ensuite ramener un score de parité qui leur est favorable. Largement…

2 à 2. C’est sur ce score bien à l’avantage des Mambas que le duel attendu entre Madagascar et Mozambique a pris fin dimanche dans un stade de Mahamasina partagé entre la joie de n’avoir pas perdu et de poursuivre la belle série de huit matches sans défaite et cette crainte de devoir quitter la compétition alors qu’il ne restait plus qu’une toute petite marche à franchir.

Mini-révolution. Autant le dire, le match retour de dimanche à Maputo s’annonce compliqué pour les Barea, car il leur faut arracher la victoire ou réaliser un score de parité de 3 à 3.

Dans l’un comme dans l’autre cas de figure, ce ne sera pas donné même si le Mozambique du fantasque entraîneur mozambicain, Abel  Xavier, n’est pas un foudre de guerre. Et qu’en tout point, l’équipe reste prenable, mais c’est plutôt les Barea qui n’ont pas su saisir leur chance.

La faute, pourquoi avoir peur des mots, à Raux Auguste qui a voulu improviser en mettant d’abord Tantely sur le flanc gauche de la défense alors qu’il n’a jamais occupé cette place. Aussi bon soit-il, ce choix a laissé des traces surtout que le staff technique n’a trouvé mieux que de changer la composition de la charnière centrale confiée à Johnny Rafelambolasoa et Lanto Andriamanalina, l’appelé de la dernière minute. Un choix qui a renvoyé Ando Rakotondrazaka au poste de sentinelle alors qu’il a toujours été associé dans l’axe avec Johnny.

Cette mini-révolution a fait que même le gardien Leda Randrianasolo n’était pas au meilleur de sa forme se rendant coupable d’une mauvaise sortie sur le second but des Mambas où Johnny n’était pas aussi exempt de tout reproche.

Mais cette mauvaise organisation de Raux Auguste n’était pas la seule faute, car il aurait dû confier le second penalty non plus à Njiva, mais à une autre personne. Psychologiquement, un penalty est une guerre de nerf entre le tireur et le gardien et qu’une seconde échéance dans un match  permet au portier d’avoir le dessus. Tout simplement parce que par expérience, il sait que le tireur devait changer son angle de tir et c’est ce qui est arrivé avec ce tir de Njiva qui échoua sur la barre transversale.

La bourde de Mario. On se gardera toutefois de tirer à boulets rouges sur tous les Barea, car il y a des hommes qui ont largement rempli leur contrat pour ne citer que Toby, le meilleur Malgache de dimanche, mais aussi Dax qui a su distiller de bonnes balles pour les attaquants sans oublier le double buteur Njiva d’abord sur penalty et sur une action individuelle où il a pris à contre-pied le portier mozambicain Victor Timana.

Comme on devait changer une équipe qui n’a pas gagné, Raux Auguste devrait tirer les leçons de ce match aller pour espérer réaliser l’exploit à Maputo. A commencer par faire revenir Ando Rakotondrazaka dans la charnière centrale et intégrer le grand joueur de l’Ajesaia, Rojo Andriamanjato à la place de Johnny qui a eu du mal à terminer la rencontre.

Il reste aussi le poste de défenseur sur le flanc droit qui devrait être confié à Mario Bakary qui a payé au prix fort sa bourde lors du match test de Mahamasina, mais si le courant ne passe plus entre lui et Raux, pourquoi ne pas faire revenir Zénith de l’Ajesaia qui a toujours occupé ce poste avec son grand gabarit en prime.

Dino transparent. Un schéma qui va faire revenir Baggio Rakotoarisoa de Fosa Juniors au poste de demi défensif qui a sa place de titulaire et non pas le faire entrer à la place de Dax pour dégarnir davatange le milieu de terrain malgache.

Passé ce cap, il va aussi falloir réaménager la ligne offensive où seul Njiva est indiscutable avec Bourahim Jaotombo et dans un degré moindre Bela même s’il n’est rentré qu’au cours du dernier quart d’heure.

Comme Dino Raveloarisaona a été transparent tout au long de la partie, il faut lui trouver un remplaçant pour ce match retour dans l’espoir de surprendre les Mambas. Un tout autre joueur en fait car Zola, rentré en cours de jeu, est loin de remplir toutes les conditions.

A charge pour Raux Auguste de remobiliser sa troupe, du moins s’il reste au poste, car sous d’autres cieux, les autres fédérations auraient tiré les conclusions qui s’imposent.

Clément RABARY

La composition des Barea

Voici la composition des Barea pour ce match contre les Mambas mozambicains :

Leda Randrianasolo- Tobisoa Njakanirina, Johhny Rafelambolasoa, Lanto Andriamanalina, Tantely Randrianiaina- Ando Rakotondrazaka, Dax Andrianarimanana  puis Baggio Rakotoarisoa, Ardino Raveloarisoana puis Claudel Fanomezana, Jaotombo Bourahim- Jeannot Vombola puis Zola Raveloarison et Njiva Rakotoarimalala.

Tia Tanindranaza29 partages

Depiote eny TsimbazazaMety hahazo 4x4 amin’izay ?

Nalaza ho lohalaharana tamin’ny fitsipahana ny fanomezana fiara tsy mataho-dalana ho an’ireo solombavambahoaka eny Tsimbazaza ny minisitry ny vola sy ny tetibola vao avy nametra-pialana, Gervais Rakotoarimanana.

J. Mirija

Midi Madagasikara24 partages

Processus électoral : Le KMF/CNOE appelle à la coopération des acteurs

Rabekijana Félix, le président du KMF/CNOE. (Photo d’archives)

A un an des échéances électorales, l’observatoire malgache des élections ou KMF/CNOE s’inquiète du déroulement du processus électoral. Rabekijana Félix, son président, met l’accent principalement sur les prérogatives de puissance publique susceptibles d’être déployées par l’Etat pour ses candidats.  « Nous posons notre doute sur l’utilisation par l’Etat des moyens dont il dispose comme ce qui s’est passé lors des dernières élections sénatoriales et municipales », a-t-il avancé. En effet, la favorisation d’un candidat de l’Etat n’est autre que le synonyme d’inégalité de chance des aspirants qui, pourtant est fortement, prohibé par l’actuel code électoral. Si cela se trouve, les réalisations de la Ceni ou Commission Electorale Nationale Indépendante dégagent une certaine insuffisance et beaucoup d’efforts doivent encore être conjugués. Et cette inquiétude du président du KMF/CNOE rejoint la question posée par l’assistance lors du débat organisé par le MIEL ou Mouvement pour l’Intégrité des Elections et du Leadership  le 7 juillet dernier à l’ENMG (Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes) Tsaralalàna. En effet, le débat a été orienté vers la dissolution de la Ceni et la prise en charge – à nouveau – du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation de l’organisation des élections. Jusqu’à maintenant, ce débat est loin d’être clos. Par ailleurs, Rabekijana Félix remarque nombreux cas de transgressions des textes en vigueur dont la Constitution et le code électoral en question. « La plupart des institutions de la République ne sont toujours pas mises sur pied telles que la Haute Cour de Justice », poursuit-il.

Collaboration. Même si l’organisation des prochaines élections ne fait pas véritablement l’unanimité au niveau de l’opinion publique et de la société politique, l’on souhaite qu’elles soient au moins acceptées par tous. Un des objectifs de la Ceni mais également le souhait du KMF/CNOE. Pour ce faire, « tous les acteurs doivent coopérer et être en harmonie pour que les résultats des prochaines élections soient acceptés par tous et que les contestations soient évitées », a recommandé Félix Rabekijana.

Aina Bovel

Midi Madagasikara24 partages

INISAR : Lancement de son site web

L’INISAR ou Institut National des Informations et de Soutien à l’Amélioration des Revenus se met à la pointe de la technologie et  lance  officiellement son site web. L’adresse www.inisar.gov.mg, contient en effet des informations relatives à : des offres d’emploi précisant le lieu de recrutement et permet une rencontre entre les offreurs et les demandeurs gratuitement ; le monde des entreprises : création, existence, opportunité ; les actualités socio-économiques ; des astuces et la présentation de statistiques régionales.  Sa particularité est de fournir des informations à jour sur les offres d’emploi dans toutes les zones d’intervention de l’INISAR appelées antennes  régionales (région Bongolava, Haute Matsiatra, Atsinanana, Menabe, Vatovavy Fitovinany, Vakinankaratra, Atsimo-Atsinanana, Sofia). Les deux directions techniques composant l’INISAR ont des activités spécifiques répondant à l’objectif de fournir des informations sur le travail et l’appui aux activités génératrices de revenu.

Contenus. La  DIEMT ou Direction d’Information et des Etudes sur le Marché de Travail s’attelle à fournir une banque de données du travail à tous les acteurs stratégiques ; collecter, traiter et diffuser les informations régionales et nationales sur le marché du travail à toutes les parties prenantes, y compris le gouvernement, les investisseurs , les employeurs, les travailleurs, les institutions de formation et le public lui-même ; présenter et vulgariser les informations mobilisables aux différentes étapes de la chaine de prise de décision en matière d’amélioration de revenu, depuis la phase d’amont de préparation de la décision jusqu’à la phase finale de décision ; mettre en place un  système de communication des données sur l’offre et la demande d’emploi. La  DPAGR ou Direction de la Promotion aux Activités Génératrices de Revenus se charge de promouvoir l’entrepreneuriat surtout en milieu rural ; renforcer les capacités techniques, managériales, organisationnelles et institutionnelles des organisations paysannes, d’artisans ; appuyer la recherche de financement pour les promoteurs d’activité génératrice de revenus ; faciliter la mise en relation des acteurs économiques et leurs partenaires respectifs ; contribuer à la formalisation des activités par la constitution des associations et des coopératives ; développer le partenariat public-privé et population.  L’INISAR dirigé actuellement par le nouveau Directeur Général Ratovondrasantsoa Pierrot Bréchard anciennement directeur administratif et financier de ce même institut est prêt à relever les défis et le lancement de ce site web en est la matérialisation et d’ici peu une revue sera également produite pour donner encore plus d’information sur un format physique.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara22 partages

Fenoarivo : Mpitondra môtô maty voahitsaky ny kamiô

Nivaofy tanteraka ny tongony, vaky ny kibony ary potika tanteraka ny valahany, … maty tsy tra-drano ilay lehilahy. Izay vokatry no loza mahatsiravina nitranga tetsy Fenoarivo, omaly vao maraina. Lehilahy iray manodidina ny 30 taona, nitondra môtô no nifatratra tany amina kamiô. Tsy vitan’ny voadona anefa fa mbola voarain’ny kodiarana ary voahitsaka teo amin’ny valahany. Omaly tokony ho tamin’ny fito ora maraina tany ho any no nisehoan’ity tranga ity. Mpiasa amina fivarotam-panafody iray eny amin’iny manodidina ity rangahy ity ary nirahina izy tamin’io fotoana io. Môtô « cross » no nentiny. Araka ny mahazatra ireo mpampiasa an’iny lalana miankandrefana iny moa, izay somary mandeha mafy avokoa dia azo lazaina tamin’izay no sendra ny tsy nampoizina ity namoy ny ainy ity. Handeha hisongona sarety mantsy izy araka ny filazan’ireo nanatri-maso teny an-toerana no sendra an’ilay fiarabe, izay nifanena taminy. Niezaka niala izany ihany ity mpitondra môtô ity raha ny fanazavàna azo saingy, noho izy ireo samy nandeha mafy izay dia tsy afaka nialàna ny loza. Voadona ny môtô nentiny ary avy hatrany dia nipitika tany ambany kodiarana ny nitondra, hoy hatrany ireo teny an-toerana. Voatetin’ireo kodiarana teo amin’ny valahany ilay lehilahy ary maty tsy tra-drano. Nandriaka ny rà ary nitangorona avy hatrany ireo mponina. Samy niezaka namonjy avokoa ireo nahita saingy efa tsy nisy azo natao intsony. Voatery nosokirina teo anelanelan’ireo kodiarana roa lehiben’ity kamiô ity mihitsy moa ny vatana mangatsiakany, ary nentina avy hatrany teny amin’ny tranom-paty. Nomena ny fianakaviany nony avy eo, taorian’ireo fitsirihana isan-karazany. Tonga teny amin’ny toerana nitrangan’ny loza kosa ireo mpitandro filaminana nijery ifotony ny zava-nisy ary nitondra ilay mpamilin’ilay fiarabe natao fanadihadiana.

m.L

Midi Madagasikara20 partages

Réconciliation nationale : « Il faut connaître les causes profondes de la crise avant d’y procéder »...

Après la clôture de la candidature au sein du CFM ou Conseil du « Fampihavanana Malagasy » vendredi dernier, le comité de sélection nationale procède au dépouillement des dossiers et procèdera, suivant les critères requis, à la sélection des 22 membres dont il en a la charge. Pendant ce temps, Bakoly Andrianady, membre de la société civile OSCAR ou Organisation de la Société Civile en Action pour la Refondation, estime qu’il faudrait partir du début, c’est-à-dire des origines de la crise. « Il faut connaître les causes profondes de la crise avant de procéder à la réconciliation nationale », soutient-elle. Car a priori, ceux qui doivent se réconcilier font partie directement des artisans de l’histoire politique du pays en général et des crises successives ou cycliques en particulier. « Si c’est pour favoriser les intérêts de chacun, le processus n’aboutira guère », continue-t-elle.

Biaisé ? Suivant cet angle, le processus risquerait d’être biaisé, car comme le prévoit la loi sur la réconciliation nationale – la loi n°2016-037 du 2 février 2017 – le chef de l’État a droit à la nomination des 11 autres membres. Une fois composée, cette institution – composée de 33 membres au total – est chargée de conduire le processus de réconciliation nationale. Par rapport à cela, Bakoly Andrianady a son mot à dire : « Il y a un petit doute, car l’on s’interroge si le président de la République ne procèdera qu’à la nomination de ses hommes ». Néanmoins, avec les conditions négatives – qui sont loin d’être anodines – l’on ne peut espérer que la transparence et la neutralité du processus.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara20 partages

SMM : Fin de la grève ce jour, nouvelle décision dans une semaine

Le SMM pourrait prendre dans une semaine de nouvelles mesures dans le cadre de ses revendications.

Après une semaine de grève, les magistrats devraient reprendre leur travail à partir de demain.

Le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) termine aujourd’hui sa grève qui a duré une semaine, du 11 au 18 juillet. La grève observée par les magistrats dans tout Madagascar a paralysé l’appareil judiciaire malgré le fait que les autres corps concernés par le fonctionnement de la Justice, pour ne citer  que les greffiers, aient continué d’assurer leur travail. Les magistrats devraient donc reprendre leur travail à partir de demain. Hier, des dirigeants du SMM se sont réunis en vue de la mise en place d’une commission tripartite qui sera composée de représentants de la Primature, de représentants du ministère de la Justice et ceux du Syndicat des Magistrats de Madagascar. Comme il aurait été convenu lors de la rencontre du bureau du SMM avec le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, cette commission aura pour mission de trouver des réponses aux revendications des magistrats qui consistent en la restauration d’une Justice indépendante et non-corrompue. A rappeler que le SMM milite surtout contre l’intervention ou l’ingérence des dirigeants politiques dans les affaires judiciaires.

Grève illimitée. La fameuse commission tripartite aura une semaine à partir de sa mise en place pour présenter les résultats de ses travaux. Dès hier, à l’issue d’une réunion d’un petit comité au sein du Syndicat des magistrats de Madagascar, on a appris qu’une nouvelle décision aura été prise si la commission tripartite n’arriverait pas à trouver des réponses adéquates. Cette nouvelle décision pourrait aller jusqu’à l’observation d’une grève illimitée qui serait fatale pour la Justice malgache. En tout cas, si le SMM décide d’arrêter sa grève à partir de demain, ce n’est pas parce qu’il abandonne son combat. « C’est pour donner la chance de réussite à la concertation avec la Primature te le ministère de la Justice. Les magistrats ne veulent pas être responsables de l’éventuel échec de ce dialogue», a précisé hier un membre du bureau du SMM. Et ce dernier de répondre à leurs détracteurs : « Contrairement au communiqué du ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions, la grève des magistrats a été suivie à presque 100% au niveau de toutes les juridictions de Madagascar. »

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara19 partages

Tribunaux de première instance : 86 huissiers de justice dans toute l’île

Actuellement, pour une population de 23 millions de personnes, Madagascar compte 86 huissiers de Justice et 35 commissaires – priseurs répartis au niveau des 119 Districts. L’accroissement du nombre de la population ainsi que celui du volume d’affaires au niveau des Tribunaux de Première Instance existants ont convaincu le Ministère de la Justice, avec l’avis favorable de la Chambre Nationale des Huissiers de Justice et des Commissaires – priseurs de Madagascar en date du 26 mai 2017, d’augmenter le nombre de charges d’huissiers de Justice et de Commissaires-priseurs afin d’élargir le choix du citoyen quant au professionnel qui se chargera de son affaire.

Ainsi, il est créé au niveau de tout district abritant un Tribunal de Première Instance autant de charges d’huissiers de Justice et de commissaires – priseurs qu’il en faut pour que le nombre de charge existantes y soit au moins de trois pour les huissiers de Justice et au moins de deux pour les commissaires-priseurs.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara19 partages

Toamasina : Le CHU Morafeno fait peau neuve

Les nouveaux matériels.

Le CHU Morafeno, anciennement appelé Hôpital Manarapenitra, a procédé à une double inauguration cette semaine. Avec le soutien du Consulat de Monaco à Madagascar, l’établissement a été doté de matériels médicaux pour son unité de Dermatologie : une cabine de photothérapie, ainsi qu’une table d’examen, une lampe scialytique et un autoclave pour les activités de petites chirurgies. A cela s’ajoute de nombreux consommables et des mobiliers de soins. « Cette cabine de photothérapie est unique à Madagascar, elle permet un traitement d’appoint considérable pour les patients atteints de vitiligo, communément appelé lèpre blanche, et ceux atteints de forme grave de psoriasis », explique le Docteur Ranaivo Irina, Chef de l’Unité de Dermatologie. Ces dons du Consulat de Monaco renforcent la qualité des offres de soins pour la population, car d’après le Professeur Ralandison Stéphane, Directeur du CHU Morafeno, le CHU dispose maintenant de 10 unités cliniques spécialisées et pleinement fonctionnelles, entre autres la Chirurgie Vasculaire, la Chirurgie Orthopédique et la Rhumatologie. Le centre dispose de l’unique appareil de scanner pour toute la région Atsinanana, ainsi qu’un laboratoire biomédical polyvalent rendant énormément service à la population locale.

Groupe électrogène. « Avec tous les matériels de haute technologie qui fonctionnent au sein de notre établissement, l’informatique, l’électronique et l’électricité sont vitales. La panne de notre groupe électrogène constituait une entrave au bon fonctionnement de tout le centre et un réel danger pour les patients, il était plus qu’urgent de le réparer », enchaîne le Directeur de l’Hôpital. Avec le concours de la Société de Manutention des Marchandises Conventionnelles (SMMC), le groupe électrogène a été réparé avec installation d’un inverseur automatique qui garantit une alimentation continue en électricité et limite les interventions humaines aux seuls entretiens périodiques. La réception technique du groupe électrogène s’est tenue en présence du Directeur Général de la SMMC qui a exprimé et confirmé ses engagements dans le soutien à la collectivité, en particulier dans le domaine de la santé et de l’éducation.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara15 partages

Règlement sanitaire international : Objectifs atteints pour l’évaluation externe conjointe

Madagascar a franchi un pas de plus dans le renforcement de son système de santé publique, notamment en ce qui concerne la sécurité sanitaire. Une sécurité sanitaire qui est amenée à être remise en question face à la multiplication des menaces de santé publique avec la globalisation et les effets du changement climatique.

L’atelier d’évaluation externe conjointe (ECC) concernant la mise en œuvre par le pays du Règlement  sanitaire International RSI s’est achevé vendredi sur un fond d’optimisme en dépit de tous les travaux de fond qui restent à faire. Rappelons que cette ECC a été réalisée avec le concours de douze évaluateurs internationaux, l’ expertise des spécialistes nationaux et organisée de concert par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Système des Nations unies (SNU) et le gouvernement, ainsi que tous les acteurs au niveau local. D’ailleurs, Mme Le Représentant de l’OMS à Madagascar, Ndiaye Charlotte a remercié l’implication conséquente de toutes les parties prenantes, dont les partenaires techniques et financiers dans son discours : « L’écho que nous avons eu de l’intensité et de la qualité des débats ainsi que de la participation des responsables nationaux venant de tous les secteurs, a été très favorable et encourageant, témoignant de l’engagement du pays à avancer dans le renforcement de ses capacités en matière de sécurité sanitaire. Ce qui a permis l’atteinte des principaux objectifs de cette ECC. »

Objectifs. Effectivement, comme l’indique Charlotte Ndiyae, les objectifs globaux de cette mission ECC sont atteints. En premier lieu, l’examen des capacités de Madagascar par rapport au minimum requis du RSI, exigences minimales relatives aux 19 domaines techniques revus lors de l’ECC. En second lieu, l’identification des forces et des faiblesses de Madagascar en matière de sécurité sanitaire. Et enfin, cette mission ECC a également permis de déterminer les priorités sur lesquelles toutes les parties prenantes devront plancher dans la réalisation du plan d’action pour le renforcement de la sécurité sanitaire à Madagascar. Sécurité sanitaire rendue possible grâce à l’acquisition à plus ou moins court terme des exigences minimales du RSI, lancé en 2005 et entré en vigueur en 2007, dont notamment : la prévention, la détection, la notification et les méthodes de riposte face aux urgences de santé publique de portée internationale.

Luz R.R

Orange Madagascar14 partages

La Commune d’Anosizato,commune pilote du projet « Open Fokontany »

Habaka, GIZ et Orange Madagascar allient leurs capacités d’innovation pour accompagner la transformation digitale de la Commune d’Anosizato à travers le projet « Open Fokontany ».

 

Portée par Habaka et sa communauté OSM Habaka, « Open Fokontany » prévoit la mise à disposition des données de la Commune en libre accès, et sur une plateforme géospatiale facile d’utilisation. Une innovation qui va permettre aux sept fokontany de la Commune de s’ouvrir sur de nouveaux horizons de développement, et d’accéder à de nouvelles opportunités d’investissement.

 

Les informations seront prioritairement mis à disposition des responsables de la Commune en tant qu’outils devant faciliter les prises de décision et la construction de projets et plans de développement locaux.

 

La mise en place d’un tel dispositif d’accès à des données nécessite des moyens techniques et humains. Acteur de le transformation digitale à Madagascar, Orange contribue pleinement à la réalisation de ce projet.

 

Le Directeur des Relations Publiques d’Orange Madagascar, Francia Ratovo Andriamampionona, a officiellement remis ce mardi 18 juillet 2017, des équipements nécessaires à la réalisation de « Open Fokontany ». Il s’agit de :

 

Ces équipements vont permettre à Habaka d’entamer la phase préparatoire du projet, ainsi que les travaux de terrain au sein des sept fokontany de la Commune d’Anosizato. A termes, le registre d’infrastructure communal (RIC) et la carte des infrastructures communales (CIC) seront numérisés et disponibles à la consultation sur la plateforme.

 

Orange Madagascar soutient les communautés

 

Orange annonce également le lancement d’un partenariat officiel et exclusif entre Orange Madagascar et la Commune d’Anosizato Andrefana, dans le domaine des services de télécommunications et de Mobile Money.

 

Dans le cadre de ce partenariat, le bureau de la Commune va bénéficier d’un point Wi-Fi, et d’un service de push sms afin de permettre une communication plus fluide entre la Commune et les membres de chaque fokontany.

 

Par ailleurs, Orange Madagascar apporte son soutien aux jeunes de la Commune à travers des programmes d'accompagnement des jeunes des quartiers, et sera partenaire des actions de bénévolats organisées par les fokontany de la Commune. 

News Mada9 partages

Analamanga : litige à la Fondation Philibert Tsiranana d’Isotry

Le bâtiment du centre social d’Isotry, anciennement dénommé Fondation Philibert Tsiranana, fait l’objet d’un litige ayant obligé le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la Femme (MPPSPF) en charge de la structure à saisir la justice au mois de mars dernier.

L’inventaire du patrimoine de l’Etat procédé par le MPPSPF après le litige ayant opposé le chef de centre aux riverains a fait apparaître que le bâtiment abritant cette structure serait inscrit au nom personnel de Madame le Chef de Centre qui prétend avoir obtenu l’accord du responsable du service logistique du ministère de la Population de l’époque.  Or, depuis 1980, le bâtiment, le terrain et les matériels de ce foyer social ont été donnés à ce ministère qui est alors censé être le propriétaire de ces biens.

 La situation paraissant frauduleuse et entachée de faits de corruption, le MPPSPF a adressé une  demande d’investigations auprès du Bianco le 28 mars 2017, pour abus de fonction, détournement de biens et de deniers publics par cette chef de Centre  qui a été relevée de ses fonctions. L’enquête devra aussi déterminer la responsabilité de l’ancien agent du Service logistique. Le MPPSPF a aussi fait  une demande d’audit sur la situation des agents du foyer social par l’Inspection générale de l’Etat (IGE) le 28 mars 2017, en plus de la demande d’annulation du titre accordant la propriété du bâtiment à l’ancienne chef de Centre. Le MPPSPF s’est constitué en partie civile dans cette affaire.

Manou

 

News Mada6 partages

Gels et saisies de comptes : Ambatovy à couler ?

Jusqu’où iront les esprits malintentionnés dans leur entreprise d’acharnement contre Ambatovy ? Quelles sont les motivations cachées ?

Rebondissement dans l’affaire opposant Ambatovy, dont le compte fait l’objet d’un gel, à l’ancienne cadre de la compagnie. Cette dernière compte actuellement toucher la somme de 88 millions d’ariary après la condamnation d’Ambatovy au titre d’exécution provisoire d’une partie des dommages-intérêts et l’a fait savoir à la BNI Madagascar.

Avec toutes les difficultés que traverse Ambatovy ces dernières années : la chute des prix du nickel et les diverses tracasseries judiciaires dont elle est victime, on se demande si l’objectif n’est en réalité que de faire couler cette compagnie minière qui est pourtant l’un des piliers du secteur économique de Madagascar.

Faut-il rappeler que la compagnie Ambatovy représente 31.4% des rentrées en devises de l’Etat (chiffres pour l’année 2015). Dans le même régistre, ce projet reverse dans les caisses de l’Etat 50 millions de dollars de taxe par an. Mais en plus, c’est un projet qui apporte beaucoup pour la population à travers les emplois qu’il génère, lesquels se retrouvent ainsi plus que menacés.

Haja R.

 

News Mada5 partages

Lolo sy ny tariny : un concert pour une noble cause

Après avoir investi la scène du Piment Café Behoririka la semaine dernière, Benny, Bebey, Sefo, Sammy, de la mythique formation Lolo sy ny Tariny, renouvellent cet exploit ce samedi à l’occasion d’un grand concert au Dôme Ankorondrano. Un concert en faveur du Centre de formation professionnelle au sein de la FJKM Ankadimbahoaka.

Certes, quelques membres de la formation phare des années 70, Lolo sy ny Tariny, ont évolué sous d’autres cieux, ce qui n’empêche pas pour autant les autres piliers de  partager de la bonne musique avec les inconditionnels admirateurs.  Et avec ces maîtres invétérés de folksong, les mélomanes ne s’en lassent jamais. D’autant que c’est un concert pour une noble cause.

«Une grande partie du fonds récolté à l’issue de cet événement servira au financement des travaux de finition du Centre de formation professionnelle au sein de la FJKM Ankadimbahoaka, mais aussi un nouveau bâtiment en guise de stèle pour le Vondrona fototra laika de la FJKM, qui marque d’une pierre blanche son 25e anniversaire, cette année», confie un responsable.

Ayant toujours bon pied bon œil, le groupe revient ce samedi pour un après-midi tout particulièrement teinté de nostalgie avec ses tubes intemporels et impérissables. On notera tout particulièrement «Raha mankany ialahy», «Tablier manga», «Dimbaka avy any Nazareta», «Ianao mitady» et bien d’autres. Le rendez-vous sera donné à 15 heures tapantes.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara3 partages

Parti Vert : Mise en place de sa base dans le IIIe Arrondissement

Georget Alexandre à la rencontre des militants du parti Vert Hasin’i Madagasikara du IIIe Arrondissement d’Antananarivo samedi dernier à Mangasoavina.

Après le 1er Arrondissement, le parti Vert Hasin’i Madagasikara a inauguré samedi dernier la mise en place de sa base dans le IIIe Arrondissement de la Capitale. La cérémonie de présentation des militants du parti au niveau des 34 « Fokontany » formant cet arrondissement s’est tenu à la grande salle de fête de Don Bosco à Mangasoavina. « Le parti poursuit l’installation et le renforcement de sa base en vue des prochaines échéances électorales. Cela entre également dans la mise en œuvre de sa stratégie visant à sensibiliser les populations locales sur ses valeurs et ses objectifs. », a expliqué son président national Georget Alexandre.

ARMADA. Samedi dernier, Georget Alexandre a réitéré que le parti Vert Hasin’i Madagasikara reste au sein de l’ARMADA (Alliance Républicaine de Madagascar) qui regroupe le Mapar de Andry Rajoelina, le « Hiaraka Isika » de Camille Vital, le « Malagasy Miara Miainga » de Hajo Andrianainarivelo et le parti « Avana » de Jean Louis Robinson. Jusqu’ici, le candidat qui sera soutenu par le parti Vert Hasin’i Madagasikara aux présidentielles de 2018 sera le candidat de cette plateforme politique. Une manière pour Georget Alexandre de faire comprendre que l’ARMADA devrait présenter un candidat unique à ces élections.

Recueillis par R. Eugène

Madagascar Tribune2 partages

Dons de 34 millions d’Ariary en matériels par l’Unfpa

L’Unfpa a remis officiellement au ministère de la Sécurité Publique hier 17 juillet, des équipements et des matériels d’une valeur de 34 380 000 Ariary, dont des ordinateurs de bureau, des imprimantes multifonctions, des tables de bureau et des chaises visiteurs. Ces matériels vont être octroyés aux 4 unités opérationnelles que sont le Service Central de la Police des Mœurs et de la Protection des Mineurs, Anosy Antananarivo ; la Division de la Police des Mœurs et de la Protection des Mineurs, Tsaralalàna, Antananarivo ; le Service Provincial de la Police Judiciaire Toliara, et la Brigade Régionale de la Sécurité Publique, Taolagnaro. Selon les partenaires, ces dons ont été faits afin de faciliter la collecte et le traitement des données sur les cas de violences basées sur le genre (Vbg) traitées au niveau des unités opérationnelles de la Police Nationale et de faciliter et améliorer le rapportage des données sur les Violences Basées sur le Genre traitées par la Police. Rappelons que le Projet Appui à la Réforme du Secteur de la Sécurité à Madagascar (Arssam), notamment le volet lutte contre les Vbg a pour objectif de renforcer la confiance de la population vis-à-vis des forces de défense et de sécurité qui se traduit par l’augmentation de la dénonciation des cas de Vbg. L’atteinte de cet objectif dépendrait en grande partie de l’amélioration de la qualité de services dispensés et le renforcement du système de redevabilité des unités opérationnelles de la Police Judiciaire.

News Mada2 partages

Démission du ministre des finances : qui ment ?

Le Président de la République affirme ne pas connaître l’existence d’une démission. Le ministre des Finances et du budget assure avoir déposé une lettre y afférent le 14 juillet dernier. Qui dit vrai ?

Le Président, déconnecté de la réalité ? En déplacement dans le nord-ouest pour l’inauguration du pont Kamoro, le Chef de l’Etat Hery Rajaonarimapianina a été questionné par les journalistes sur la démission du ministre des Finances et du budget. Ce à quoi il a répondu qu’il n’est pas au courant, tout en appelant les journalistes à bien recouper leurs informations.

Visiblement mal conseillé, le locataire d’Iavoloha ne savait donc pas qu’à ce moment même, le Grand argentier a fait une conférence de presse au Carlton à Anosy, en mettant en avant ses différences de vue avec certains responsables.

Dans tous les cas, démission ou pas, la population ne sait plus à quel saint se vouer. Entre le ministre des Finances et du budget qui déclare avoir déposé sa démission le 14 juillet dernier et le président qui nie être au courant alors qu’il est censé avoir reçu cette démission déjà en fin de semaine, c’est la confusion totale. C’est le vrai visage d’un gouvernement de combat qui s’affiche au grand jour.

Inévitable remaniement

Tous les ingrédients menant vers un remaniement du gouvernement sont désormais réunis. Partiel ou total ? C’est la question qui se pose. Après la démission, très médiatisée, du ministre des Finances et du budget, François Marie Gervais Rakotoarimanana, le gouvernement se trouve désormais privé de l’un de ses «combattants». Le gouvernement de combat, selon l’expression du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, semble en effet boiteux. L’éventualité d’un remaniement, qui a fait couler beaucoup d’encre ces temps-ci, pourrait ainsi devenir réalité dans les jours à venir.

Outre le portefeuille stratégique du ministère des Finances et du budget, d’autres ministres jugés défaillants pourraient en effet être concernés par ce remaniement. Ces derniers temps, plusieurs membres du gouvernement ont été acculés par des dossiers chauds. C’est le cas avec l’insécurité grandissante, la gestion de la manifestation du parti Tim à Mahamasina ou encore le malaise au sein du ministère de la Justice avec les greffiers et les magistrats. Par ailleurs, au niveau international, la situation de Madagascar dans le respect des droits de l’Homme se trouve aussi dans le rouge.

Affaire Claudine R

Sans oublier l’impact que pourrait avoir l’affaire Claudine Razaimamonjy au niveau de l’Exécutif. En effet, depuis que cette affaire a éclaté au grand jour, plusieurs noms au sein de l’actuel gouvernement circulent comme étant des proches de cette dame et qui collaborent en toute discrétion avec cette hôtelière. Et comme l’affaire est devenue embarrassante pour le régime, il est plus que probable que ces ministres soient remerciés dans les jours à venir. Une manière pour le régime de redorer son image auprès du public.

Tous ces faits pourraient a priori accélérer le changement des têtes au sein de plusieurs ministères. Selon les bruits qui circulent en effet, cela pourrait intervenir plus vite que prévu, comme ce fut le cas dernièrement. L’Exécutif pourrait à ce titre opter pour un remaniement partiel. En avril dernier, trois nouveaux ministres avaient intégré le gouvernement respectivement au ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, au ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions et au Secrétariat d’Etat à la Gendarmerie. En plus d’une restructuration du ministère des Affaires étrangères en charge de la Coopération et du Développement.

Dettes impayées

Quoi qu’il en soit, en ce qui concerne le ministre des Finances et du budget démissionnaire,  selon des analystes, il a laissé le pays dans une situation lamentable. A titre d’illustration, le pays est de nouveau entré dans le piège de la dette à outrance, le Trésor public est en cessation de paiement. Il semble d’ailleurs qu’on rembourse même les bons du trésor par des emprunts à l’extérieur actuellement. A cela s’ajoutent les factures impayées au niveau de la société nationale de l’eau et de l’électricité (Jirama).

Rakoto

 

News Mada2 partages

Pancrace : les tournois inter-clubs s’enchaînent

Le pancrace tout comme les arts martiaux mixtes et sports de combats (ndlr, boxe pieds-poings) fait une évolution en tâche d’huile dans les quelques grandes villes, notamment Mahajanga, Antananarivo, Antsirabe ou encore Fianarantsoa. D’ailleurs, rendez-vous est d’ores et déjà pris le mois prochain pour le tournoi de pancrace dans la ville d’Eaux. Et ce, après une (ré)apparition des inconditionnels de la discipline, dimanche dernier, au gymnase couvert de Besarety à l’occasion de la compétition sous la houlette des clubs Tsunami et Yosheikan Budo.

Une occasion pour les techniciens et combattants d’étoffer leurs acquis durant les précédents stages et tests grandeur nature face aux condisciples des îles sœurs. En tout cas, c’est le début d’une saison prometteuse pour le pionnier de cette discipline associée à la fédération malgache de kick boxing, Parfait Rakotonindriana, qui vise haut et loin en mettant l’accent sur le renforcement de capacités des techniciens et des abritres. Notons que les combattants en classe A doivent tous être en possession d’une licence et d’une assurance. Histoire d’évaluer leurs performances respectives en vue des prochaines échéances internationales.

Rojo N.

 

Orange Madagascar2 partages

Vonintsalama Andriambololona aux commandes du ministère des Finances

Avec 40 ans d’expérience dans les domaines du Plan et des Finances, Vonintsalama Andriambololona succède à Gervais Rakotoarimanana à la tête du ministère des Finances et du Budget. C’est la première femme à occuper ce poste à Madagascar.

 

Ancien Directeur général du Trésor Public de 1996 à 2003, et ancien Secrétaire général du ministère des Finances de 2009 à 2015, le nouveau grand argentier se doit de poursuivre la mise en œuvre  de l’assainissement et des réformes du secteur financier exigées par les bailleurs de fonds internationaux. Une mission d’évaluation du Fonds monétaire international est d’ailleurs attendue au mois de septembre prochain. Le décaissement de la  troisième tranche de la Facilité élargie de crédit dépend des performances du pays par rapport à ses engagements.  

 

En tout cas, le nouveau ministre, Vonintsalama Andriambolona,  endosse une grande responsabilité. D’une part, il est en effet nécessaire de préserver la confiance des partenaires financiers, d’autre part,  le régime exige des collaborateurs qui lui sont compatibles et qui partagent avec lui la même vision des choses. L’intégrité et la capacité du nouveau ministre à faire face aux différentes pressions seront soumises à rudes épreuves.

 

ZHN

Tia Tanindranaza2 partages

Vola vaovao 20 000 AriaryManahirana ny fampiasana azy

Nikirakira vola vaovao indray ny Malagasy nanomboka omaly. Nivoaka ary nampiasaina manerana ny Nosy nanomboka omaly mantsy ireo ravim-bola vaovao amin’ny endriny hafa toy ny 2.000 Ar, ny 5.000 Ar, ny 10.000 Ar ary ny 20.000 Ar mitambatra.

Ramatoa Sarobidy, Renim-pianakaviana niteraka roa : Ho anay tantsaha aloha tena tsy mety ilay 20.000 Ar mitambatra e !  100 Ar sy 200 Ar ange  no alaina amin’io lela-vola io mba hividianana kafé sy siramamy ary savony kely satria izay no mba takatray e! Raha betsaka indrindra tsy mihoatra ny 5.000 Ar ny vola lanianay ao an-tokantrano isan’andro.

Ramatoa Miangaly, mbola mpianatra  : Mbola tsy zakan’ny saintsika Malagasy ny fampiasana io lela-vola 20.000 Ar amin’ny ankapobeny. Efa renivola mihitsy mantsy no vakiana amin’izany  rehefa hanakalo azy isika. Ankoatra izay mety hiteraka olana goavana eo amin’ny mpivarotra sy ny mpitatitra ny fanakalozana azy io an ! Ny mamerina ny 5.000 Ar aza amin’izao efa tena manahirana.

Pati

 

 

 

Orange Madagascar2 partages

Vonintsalama Andriambololona, ministre des Finances et du Budget

Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona est la nouvelle ministre des Finances et du Budget. Elle remplace Gervais Rakotoarimanana qui a démissionné.

Le poste de grand argentier n’est pas resté vacant longtemps. La nomination de la nouvelle ministre a été faite aussitôt que Gervais Rakotoarimanana a officialisé son départ du Gouvernement.

Ce mardi 18 juillet, Vonintsalama Andriambololona a participé à son premier Conseil des ministres au palais d’Etat d’Iavoloha.

Au vu de son parcours professionnel, Vonintsalama Andriambololona semble être la bonne personne pour diriger le département des Finances et du Budget.

Parmi ses domaines d’expertise, l’on peut entre autres citer les finances publiques, la programmation financières, la négociation et suivi du Programme, le Cadrage budgétaire, élaboration du Budget de l’Etat, la Gestion de la Trésorerie de l’Etat, la Comptabilité publique, ou encore la Gestion de la dette publique extérieure (statistiques de la dette extérieure, négociation d’emprunts publics extérieurs, de rééchelonnement et réaménagement de dettes).

Titulaire d’un diplôme de Maitrise en Sciences Economique de l’Université d’Antananarivo, Vonintsalama Andriambolona a également obtenu le diplôme de l’ENST de Marnes la Vallée (France) en tant qu’inspecteur du Trésor en 1984. Plus tard, elle complète sa formation professionnelle à l’Institut du FMI (Washington) à l’IIAP (Paris) à l ‘IDLI (Rome) et la CNUCED (Genève).

A partir de 1977, Vonintsalama Andriambololona a passé sa carrière au sein des ministères en charge des Finances et du Budget, de l’Economie, du Plan en ayant été Directeur du Trésor de 1996 à 2003 et Secrétaire Général du ministère des Finances et du Budget de 2009 à 2015.

Elle a par ailleurs mené des missions spécifiques. Elle était Gouverneur suppléant à la Banque Mondiale (2014/2015), Ordonnateur suppléant du Fonds Européen de développement (2014/2015) ou encore Président du Comité de Privatisation des Banques nationales BTM et BFV.

Par ailleurs, elle a administré plusieurs Sociétés d’envergure, dont la Banque Centrale de Madagascar, les Aéroports de Madagascar, la BFV/SG ou encore la Société d’Exploitation du Port de Toamasina.

Avec la ministre Vonintsalama Andriambololona aux Finances et Budget, le Gouvernement compte désormais sept femmes aux plus hautes fonctions de l’Etat.

 

LDV

La Vérité2 partages

Disparition de Régis Gizavo - Le ministre de la Culture sans réaction !

Face à la disparition soudaine de la légende de l’accordéon, Régis Gizavo, dimanche dernier, le ministre de la Culture, de la Promotion de l'artisanat et de la Sauvegarde du patrimoine, Jean Jacques Rabenirina reste bouche bée. Sans aucune réaction, il préfère rester à l’écart de tout ce qui se passe dans le monde de la culture. Tout le monde est en deuil, même ceux qui ne le connaissaient pas vraiment sont attristés par la nouvelle mais apparemment, le ministère ne l’est absolument pas.

Jusqu’à l’heure où nous écrivons aucune publication sur le site web du ministère, ni communiqué officiel ni message de désolation par rapport au décès de l’artiste n’ont été faits. Seul un statut sur la page facebook du ministère a été fait, pourtant il n’est pas très suivi par les internautes et n’est pas  encore accessible par tous les Malgaches. Et comment ? C’est quand même un grand artiste international qui s’en est allé. Les stars internationales notamment Christophe Maé a même pris la peine de publier un statut exprimant son regret sur la mort de son grand ami. Pourtant, le ministre qui a aussi été inévitablement bercé par les œuvres de Régis Gizavo n’a pas exprimé personnellement ses sincères condoléances à la famille et aux proches du défunt. On a entendu dire que le Premier ministre et ses compagnons ont accordé une minute de silence pour rendre hommage à l’artiste, hier au Carlton lors de la célébration de la journée mondiale Nelson Mandela. Mais les fans, sa famille et le grand public n’ont pas vu ça… ces derniers veulent un ministre responsable qui est toujours présent durant les événements qu’ils soient malheureux ou réjouissants. Gestes de solidaritéSelon les observateurs, il devrait avoir son propre blog ou site web où il puisse s’exprimer en son propre nom et pas à travers des modérateurs qui ne font que publier au nom du ministère qu’il dirige. Car ces derniers temps, c’est toujours lors des solennités qu’on voit le ministre mais rarement dans les tristes événements. On attend ainsi des gestes de solidarité de la part de ce département ministériel et espérons qu’il s’impliquera personnellement à aider la famille du défunt à  rapatrier  le corps à Madagascar. Car il faut préciser que Régis Gizavo est mort en France, à Corse durant une tournée qu’il faisait dans le but de porter haut le flambeau de la Grande île partout dans le monde. En tout cas, notre ministre devrait suivre l’exemple de Carolina Cerqueira, ministre de la Culture angolaise qui était toujours présente pour rendre hommage aux grands artistes de son pays qui s’en sont allés comme Papa Wemba entre autres.  On attend donc que le ministre contacte personnellement les journalistes culturels, qui ne sont pas très amis avec lui ces derniers temps, ne serait-ce que pour partager ses émotions ou des anecdotes sur l’artiste, histoire de lui rendre un dernier hommage. Un grand artiste comme Régis Gizavo mérite au moins ça.Publius 

L'express de Madagascar2 partages

Lettre ouverte à la Communauté Internationale

Au nom du devoir de mémoire et de réconciliation, j’adresse cette lettre à la Communauté Internationale. Lors de la crise de 2009, la Communauté Internationale, composée notamment de la France, de l’Allemagne, des USA, du PNUD, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine et de la SADC, la Communauté Internationale a pris une grande part de responsabilité pour aider Madagascar à sortir de la crise.Grâce à vous, l’engagement des acteurs politiques malgaches à signer « la feuille de route de sortie de crise » a été concrétisé le 17 septembre 2011. À partir de là, l’organisation de l’élection présidentielle de 2013 a été enclenchée, notamment par l’installation de la CENIT et la création de la Cour Électorale Spéciale (CES). La décision et la proclamation officielle des résultats ne revient plus à la HCC mais à la CES, et l’organisation de l’élection est confiée à la CENIT.Vous avez imposé le ni…ni, en vue sans doute d’atténuer les tensions électorales, et mis des candidats de substitution à la place des candidats écartés. Pourtant, quatre ans après l’élection du Président de la République, la page de la crise de 2009 n’est pas entièrement tournée. Des blessures anciennes et nouvelles ne sont pas guéries. Des foyers de tension politique et sociale continuent de couver.Bien que Madagascar ait retrouvé sa place dans le concert des nations, bien que les Organisations internationales aient manifesté leur soutien au nouveau régime à travers la réunion du COMESA à Antananarivo en octobre 2016, le XVI° Sommet de la Francophonie à Antananarivo en novembre 2016, et la réunion des bailleurs des fonds à Paris en décembre 2016, des marques de confiance se multiplient à l’extérieur, alors que Madagascar n’arrive  pas à trouver la voie d’une paix durable à l’intérieur.L’État demeure instable et fragile. L’opposition ne jouit pas de ses droits. La société civile et les syndicats ne sont pas écoutés. La liberté de manifestation est strictement supprimée, sauf pour le parti au pouvoir, à cause d’une psychose de coup d’État. L’entreprise privée a du mal à se développer en raison d’une concurrence déloyale. La défaillance de l’État de droit a généré l’incivisme et la corruption. L’insécurité règne, de nouvelles manifestations en sont le signe : le kidnapping et les vindictes populaires. Malgré le soutien de la Communauté Internationale, Madagascar s’enlise dans une pauvreté totale.La célébration du XV° anniversaire du parti politique TIM se heurte à des décisions arbi­traires et provocatrices : autorisation du Préfet de police accordée puis retirée, suivie d’un imbroglio juridique interdisant au TIM de fêter son anniversaire au stade de Mahamasina. Au lieu de chercher l’apaisement, on cultive la méfiance, le soupçon et la haine.À un an d’une compétition électorale inclusive, des observateurs sont inquiets sur le glissement du régime vers une hégémonie autocratique. Pouvons-nous dans ce climat délétère, organiser une élection transparente dont les résultats seront acceptés par tous ? J’invite la Communauté Internationale à aider le peuple malgache à trouver lui-même sa propre voie pour éviter de tomber dans une nouvelle crise, fatale pour l’économie. Plus jamais, une prise du pouvoir par la rue.

Par André Rasolo

Madagate2 partages

Madagascar. Andriambololona Vonintsalama Sehenosoa, ministre des Finances et du Budget

Le Président Hery Rajaonarimampianina n’a pas attendu longtemps pour remplacer son ami du Canada, démissionnaire, Gervais Rakotoarimanana, au poste de Ministre des Finances et du Budget de la IVème république de Madagascar, à un an de la fin de son mandat.

Ainsi, ce mardi 18 juillet 2017 au matin, il a nommé par décret son ancienne Secrétaire générale -entre autres-, sous la Transition, Andriambololona Vonintsalama Sehenosoa. Elle a tout de suite assisté au Conseil des ministres du jour au Palais d’Etat d’Iavoloha.

Jeannot Ramambazafy – 18 juillet 2017

Madaplus.info1 partages

Le Ministre des Finances et du Budget démissionne

Gervais Rakotoarimanana, le Ministre des Finances et du Budget a officiellement déposé sa lettre de démission devant la presse, hier. La divergence d’opinions dans la gestion de la vie publique en est la raison, a-t-il déclaré.
Pendant ses deux ans et demi au régime du Ministère des Finances et du Budget, c’est grâce à Gervais Rakotondramanana que le pays a obtenu des financements auprès du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale en vue de mettre Madagascar sur les rails du développement. Malgré ces réalisations remarquables, l’intéressé a été ferme sur sa décision. D’ailleurs, les Parlementaires ont déjà ressenti une tension entre les dirigeants et le ministre pendant la tenue de rencontre entre les membres du gouvernement. Comme Guy Rivo Randrianarisoa, membre du parti Tiko I Madagasikara l’a exposé, « ce n’est pas une nouveauté si Le Ministre des Finances et du Budget se libère de son pouvoir ». Questionné par les journalistes lors de l’inauguration du pont de Kamoro, le PRM a déclaré qu’il n’est pas au courant de cette démission. Pourtant, l’ex-Argentier a affirmé qu’il a déjà déposé sa lettre de démission vendredi dernier.
Des noms pour remplacer Gervais Rakotoarimanana circulent déjà sur les réseaux sociaux mais rien n'est officiel à l'heure où nous bouclons.
News Mada1 partages

Musique : Régis Gizavo décédé à l’âge de 58 ans

Une des étoiles les plus brillantes dans le monde de la musique malgache vient de s’éteindre ! Victime d’un arrêt cardiaque, Régis Gizavo a redu l’âme, dimanche dernier, après avoir donné un concert en Corse avec le groupe Alba. L’artiste avait pourtant plusieurs projets en gestation.

Des pluies de condoléances ont circulé, hier, sur les réseaux sociaux, depuis que la mauvaise nouvelle a été publiée par sa fille sur sa page officielle. «J’étais ébahi puisqu’il venait juste de poster une photo, dimanche dernier, avant son concert qui s’est tenu en Corse», a annoncé Olombelo Ricky. Le malaise est donc survenu après le spectacle, son cœur a ensuite lâché. Selon sa famille, sa dépouille sera rapatriée, ce jour, à Orly en France.

Régis Gizavo avait plusieurs projets en gestation. A part ses multiples dates et tournées qui devaient se tenir dans plusieurs pays, cette année, il a projeté de présenter un livre sur l’histoire de l’accordéon à Madagascar. Au mois de mai dernier, un film intitulé «Songs for Madagascar» est sorti et est actuellement en pleine projection en salle en France. Réalisé par César Paes et produit par Laterit Productions, le film raconte l’histoire des six grands artistes, membres du groupe Madagascar All Star, à savoir, Jaojoby, Dama, Erick Manana, Olombelo Ricky, Justin Valiha et Régis Gizavo.

Un cursus artistique exceptionnel

Né le 16 juin 1959, Régis Gizavo a été séduit depuis son enfance par le son de l’accordéon de son père. Vers l’âge de six ans, il a commencé à en jouer. Doué, il a été sollicité à animer les soirées du quartier dès l’âge de 12 ans. Après ses études, il a fondé son premier groupe Régis sy Landy. Le duo a tout de suite cartonné. En 1989, il a obtenu le prix Découvertes RFI, et lors de la remise du trophée, le batteur Francis Lassus l’a remarqué et l’a ensuite incité à intégrer un groupe composé d’autres grands artistes tels que Richard Bona, Sally Nyolo, Jean Michel Pilc…

En 1996, il a sorti son premier album «Mikea», une sorte d’alerte pour les divers dangers qui menacent le pays, les dahalo dans «Malaso», la sécheresse dans «Misoholo», et surtout la déforestation dans «Mikea». Il a ensuite présenté son deuxième album «Samy Olombelo», en 2000. Puis, un troisième album intitulé «Stories» a été effectué avec Louis Mhlanga. Et son dernier album solo s’intitulait «Ilakake», sorti en 2012.

Par ailleurs, Régis Gizavo a déjà travaillé avec d’autres grands artistes nationaux et internationaux, tel Chirstophe Mae qui lui a même donné un hommage touchant dans sa page officielle, en lui attribuant un titre de «Magicien des notes».

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza1 partages

Trafika sa atao soronaNalaina ny tranon-jazan’ilay zazavavy kely 5 taona

Habibiana tsy nisy toy izany no nitranga tao Sirama Ambilobe ny sabotsy alina lasa teo. zazavavy kely iray vao dimy taona monja efa nampandrian-dReniny teo am-pandriana no nisy naka an-keriny sy nalana taova raha mbola lasa natsaka rano sy nandro ity farany.

Pati

L'express de Madagascar1 partages

Filière aurifère – Le volume d’or exporté augmente

La réforme mise en place par l’État commence à porter ses fruits. Le volume d’or exporté atteint le double de celle de l’année dernière.

Bilan positif. Le volume d’or exporté pendant le premier semestre de l’année s’évalue à 1 308 940 grammes soit 1, 300 tonnes avec une valeur se chiffrant à plus de 38 330 000 USD d’après les données recueillies auprès du département d’exploitation minière au sein du ministère auprès de la présidence chargé des Mines et du pétrole. Le chiffre a doublé par rapport au premier semestre de 2016, car à cette époque, Madagascar a exporté près de 44 kilos d’or avec une valeur de plus de 1 200 0000 USD. À la fin du premier trimestre de cette année, le volume d’exportation est de  835 kilos d’or.Dubaï est la principale destination de l’or en provenance de la Grande ile. Une dizaine de sociétés sont dans l’exportation de ce métal jaune. Les Sri-lankais et les Indiens s’avèrent les principaux exportateurs de cette matière mais les Chinois et les Européens comme les Italiens et les Français se lancent  désormais dans l’activité. Les  impacts pour la recette minière en termes de ristourne, de droit de redevance et de droit de poinçonnage sont importants. À titre d’exemple, le taux de poinçonnage est de 2 000 ariary / gramme pourune quantité d’or de moins de 5 kilos tandis que pour un volume supérieur, le taux diminue à 1 500 ariary/gramme. À l’échelle internationale, le cours de l’or se trouve aux environs de 39 dollars à 40 dollars par gramme pour l’or de 24 carats, « Madagascar exporte pour l’instant l’or de 18 carats qui se vend à 30 dollars/ gramme selon le cours mondial », explique François Rakotoson, chef de division d’exportation minière.

Une société d’affinageEn ce qui concerne la qualité du produit, la majorité du traitement de l’or se fait artisanalement, surtout dans l’exploitation. L’affinage  de l’or de 18 carats à 24 carats coûte aux alentours de 1 dollar par gramme et cela se fait à Dubai pour l’or en provenance de Madagascar.Une autre perspective est déjà envisagée par les autorités pour que cette filière ait plus d’impact sur l’économie. Mada­gascar reste un pays consommateur alors que ce métal jaune pourrait apporter une valeur ajoutée à l’économie nationale comme pourvoyeurs d’emploi. « Nous envisageons actuellement la création d’une société d’affinage et de traitement de l’or sous le nom de SATO. Cela pourra surement créer des emplois et aussi mettre en valeur le label malgache car Madagascar doit être également un pays producteur et non seulement consommateur vu notre potentialité », explique François Rakotoson. Des améliorations ont été adoptés par les autorités afin de lutter contre l’exportation illicite de l’or mais également dans le but de formaliser la filière. La mise en place d’un cadre agence national pour l’or (ANOR) constitue l’une des principales initiatives adoptées par l’État. Le guichet unique facilite le traitement du dossier avec un délai de traitement plus court.Le suivi de la traçabilité de la filière à travers sa circulation figure parmi les mesures adoptées pour éviter les infractions. « Nous avons apporté des améliorations dans l’exploitation de ce métal jaune par le biais d’un encadrement et d’une orientation desopérateurs au sein de notre département par exemple », rajoute François Rakotoson.  La déclaration de stocks a également engendré une hausse de réserve d’or avec une quantité de 835 kilos d’or, « le volume d’exportation redonne actuellement de l’espoir à la filière aurifère. Les autorités doivent toutefois  renforcer les contrôles pour lutter contre l’exportation illicite et pour augmenter notre stock », avance un économiste au sein du centre de réflexion des économistes de Mada­gascar.

Sandra Miora Hafalianavalona

L'express de Madagascar1 partages

Monnaie – Émission timide des nouveaux billets

Les nouveaux billets ressemblent à quoi exactement. Des gens se pressent devant les guichets de banque pour tâter les nouvelles coupures de la monnaie nationale. Dans une agence d’une banque à Ankorondrano, le guichetier annonce que « ces nouvelles gammes ne sont pas encore disponibles ». Même scénario devant les distributeurs automatiques.« C’est une question de procédure. Ces billets seront certainement disponibles dès mardi », explique un responsable dans une agence à Analakely.Pourtant, du côté de la Banky foiben’i Madagasikara, ces billets poursuivent leur circuit normal. « La mise en circulation de ces nouveaux billets a déjà commencé depuis hier. Les institutions financières s’en procurent déjà, tout comme le Trésor public », a fait savoir Alain Hervé Rasolon­draibe, gouverneur de la BFM, hier, sur la chaîne de télévision TV Plus Mada­gasikara.L’introduction d’une nouvelle coupure de 20 000 ariary a fait polémique. Les opérateurs dans le transport en commun refusent le paiment des tickets de bus avec cette coupure.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Afrobasket U16G – Le Rwanda prend sa revanche 

La victoire Malgache face au Rwanda, la première et l’unique à l’Afrobasket U16 garçons n’a même pas duré deux jours. Lors de la cinquième journée d’hier, ou première journée des matches retour, les protégés du coach Maminirina Razafin­drakoto, alias Kyms, se sont inclinés sur un score de 70 à 73 face aux Rwandais, avantagés par leur gabarit.Samedi, la Grande île a écarté cette formation rwandaise sur un score de 95 à 87 lors de la dernière journée des éliminatoires aller. Hier, la sélection rwandaise a dominé les quatre quarts temps. Elle a mené 20 à 17 à la fin du premier quart temps et a ensuite creusé l’écart à la fin de la deuxième (36 à 26) et troisième période (56 à 45).La formation malga­che a essayé de réduire l’écart lors du dernier quart temps, mais sa réaction est un peu trop tard. La rencontre s’est achevée à un panier et demi d’écart en faveur du Rwanda. Après cette troisième défaite, la qualification est quasi impossible pour l’équipe malgache qui aura encore deux matches contre deux formations maghrébines.Madagascar retrouvera ce jour l’Algérie qui nous a battus (59 à 60) vendredi et en dernier match retour contre l’Égypte, équipe championne en titre. Les Pharaons ont déjà laminé les Malgaches par 117 à 63 en match aller.

S.R.

L'express de Madagascar1 partages

Média – Jeannot Ratsimbazafy fête un double jubilé

Poète et journaliste. Jeannot Ratsimbazafy, le doyen des journalistes qui exercent dans la région Vakinankaratra, célèbre cette année ses quarante cinq ans de métier et ses cinquante cinq années dans la littérature. Agé actuellement de 80 ans, il ne compte pas laisser passer ce double jubilé, soutenu en cela par ses pairs et l’association des poètes d’Antsirabe.

La double célébration se déroulera le samedi 5 août  à la Maison de la culture de la ville d’Eaux. La première partie verra la participation des journalistes locaux qui assureront l’animation, interprèteront de  grands chanteurs et poètes de renom. La  deuxième partie consistera en la présentation des œuvres de Jeannot Ratsimbazafy par des artistes qui ont chanté ses poèmes, comme le célèbre  « Voromahery », tandis   que les membres de l’Union des poètes et des écrivains malgaches, « Faribolana Sandratra »  et l’association des orateurs d’Antsirabe liront certaines de ses œuvres.

Premier journaliste de la capitale du Vakinankaratra, il est très connu pour sa rigueur et son dynamisme. Il a débuté le métier au sein de la Jirama, puis après son départ à la retraite, il a commencé à exercer le travail de correspondant pour quelques maisons de presse jusqu’à ce jour. En tant qu’écrivain, Tonton Jeannot sortira durant cette célébration son quatrième ouvrage intitulé « Sodifafana », et qui se trouve dans la ligne des précédents, « Fampitaha », « Amboara vokatry ny fo » et  «  Talenta roa ».

Angola Ny Avo

Midi Madagasikara1 partages

Airtel Beach Party : C’est parti pour la deuxième édition

Après le succès de la 1re édition qui a conquis le cœur des vacanciers et des natifs de la Cité des Fleurs, Airtel Madagascar donne déjà rendez-vous pour la 2e édition d’Airtel Beach Party pour le 6 août prochain au SOMA BEACH Majunga. Il s’agit du premier grand événement pour commencer les vacances vers la destination préférée des Malgaches. «Nous sommes très fiers du résultat de la première édition d’Airtel Beach Party où nous avons réuni plus de 20 000 jeunes. Nous nous donnons rendez-vous le 6 août au SOMA BEACH Majunga pour commencer les vacances comme il se doit… » s’est exprimé Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel Madagascar

Airtel, FH et DJ Gouty co-organisateurs de l’événement ont mis la barre très haut pour que cette 2e édition soit mémorable. Le célèbre groupe Toofan du Togo, connu par les morceaux « Téré Téré ; Gweta ; Ma Girl… » se produira sur scène à partir de 17h. Jerry Marcoss, Shyn, Odiay, THT et One Lio des grosses pointures de la musique malgache se succèderont sur le podium pour le grand bonheur des spectateurs. Chacun y trouvera son compte dans ce mélange de musique à la fois tropicale et urbaine. Les portes du SOMA BEACH s’ouvriront dès 15h. Airtel proposera la traditionnelle série d’animations avec à la clé de nombreux cadeaux surprises pour tous les participants. L’incontournable DJ Gouty quant à lui se fera le plaisir de chauffer l’ambiance. Les concours de danse sont également prévus pour tous les adeptes du Gweta, Coupé Décallé, Kawitry et Salegy. Coca-Cola et XXL se joignent à cette deuxième édition d’Airtel beach Party en tant que Sponsor.

R.Edmond

Madaplus.info0 partages

Fetra Rakotondrasoa convoqué au Service des Affaires Criminelles

Journaliste d’une station privée de la Capitale et membre actif du MLE, Fetra Rakotondrasoa, a reçu une convocation venant du Service des Affaires Criminelles et Spéciales au Toby Ratsimandrava de la Gendarmerie nationale, hier matin.
L’intéressé ignore complètement l’objet cette convocation, mais les membres du MLE soupçonnent que cet appel est lié à la diffusion de la parodie politique, qui est en train de faire le buzz actuellement sur YouTube. Fetra Rakondrasoa a dit qu’il va répondre à la convocation. De son coté, Joel Ralaivaohita, membre du MLE fait appel aux journalistes à soutenir Fetra Rakotondrasoa, face à cette pression qui porte atteinte à la liberté d’expression. En outre, il a affirmé que ce n’est pas pour la première fois que les journalistes chroniqueurs font des imitations ironiques sur la situation politique, on en voit dans le monde entier.
Ino Vaovao0 partages

BEFANDRIANA AVARATRA : Trano 96 tafo indray kila forehitry ny afo ny sabotsy antoandro lasa teo

Trano 96 tafo mandrafitra Fokontany iray no indray hotohoto tanteraka tsy nisy noraisina. Zato mahery ireo fianakaviana tra-pahasahiranana sy tsy manan-koraisina vokatry ny loza.

Tandrevaka avy amin’ny afo ratsy ambina no fantatra fa nahatonga ny loza. Tokantrano iray no niantombohan’ny firehetana, ka rehefa tsy voafehy izany dia niitatra tamin’ireo trano hafa nifanila vodirindrina taminy. Haingana be ny fiparitahan’ny afo, noho ny tsy fahampian’ny fitaovana noentina namonoana ny firehetana sady nanampy trotraka ihany koa ny fitsoky ny rivotra noentin’ny toetr’andro.

Tao anatin’ny minitra vitsy monja, araka izany, dia levona ny tanàna hatrany amin’ny 96 tafo. Tsy nisy noraisina ihany koa ny fanaka rehetra sy izay tahirim-bokatra kely tao anatin’ireto trano niharan-doza.

Tsy nisy kosa anefa ny aina nafoy fa olona iray no fantatra fa naratra mafy nandritra ny fifanjevoana nandritra ny famonoana ny afo.

An-jatony araka izany ireo olona tsy manan-kialofana ao Befandriana Avaratra tamin’ity loza niseho ity. Efa tonga nizaha ifotony ny zava-niseho tany an-toerana ny mpitandro filaminana sy ny tompon’andraikim-panjakana ao anatin’ny Distrika manoloana ireto tra-pahavoazana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

OLANA ARA-PINOANA : Mpitarika fivavahan’ny fiangonana zandriny naiditra am-ponja

Naiditra am-ponja vonjimaika ilay mpitarika fivavahana avy eo anivon’ny fiangonana zandriny, ny herinandro teo.

Nilaza fa nahita fahitana ity mpitarika fivavahana nogadraina ity, ka tamin’izany no nahitany moara mihantona eo amin’ny vodimanga akaikin’ny hopitaly. Nilaza izy fa nisy fanahy ratsy nilaza taminy fa hisy loza maromaro hahazo an’i Tsaratanàna.

Vantany vao nifoha izy ny marainan’io nahitany fahitana io dia niantso ny mpiara-mivavaka aminy. Noentiny tany amin’ny fiangonana iray ireo mpino ao amin’ny fiangonana tarihiny ireo, ka nilazany fa misy fanahy ratsy horoahiny ao. Tratran’ny mpiambina izy ireo tamin’izany ka noroahiny.

Rehefa niala teo dia namonjy ny fiangonan-dehibe hafa indray ity mpitarika fivavahana ao amin’ny fiaongonana zandriny ity. Somary lavidavitra ny mpiambina ilay fiangonana, ka efa nisy zavatra vitany tao vao tonga nanontany izay ataony eo ilay mpiambina. Namaly ilay mpitarika fivavahana fa misy fanahy ratsy horoahiny koa eo. Niantso ny tompon’andraikitra ilay mpiambina hanontany ny tokony hatao nefa mandra-pandehany tany efa nanohy ny nataony ihany ingahy mpitarika fivavahana. Andro zoma no nisehoan’izany tany an-toerana.

Ny alahady manaraka an’io dia zazavavy miisa 5 no nisehoan’ny ambalavelona. Taorian’io dia misy zaza hafa koa nihe-tsehan’ny ambalavelona isan’andro ka tafakatra 15 izany tao anatin’ny herinandro. Tezitra ireo ray aman-dreny sy ny tompon’andraikitry ny fiangonan-dehibe ka nanapa-kevitry ny hitory. Natao ny famotorana rehetra ary natolotra ny Fitsarana izay nampiditra azy am-ponja vonjimaika ilay nilaza fa nahazo fahitana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FARITRA SOFIA : Omby miisa 62 hafa tsy mazava taratasy indray no sarona ny herinandro teo

Tsiahivina fa tsy nandositra ilay rangahy io fa ny mpiandry ombiny sy ny vadiny ary ny rainy no tratra tao ka nanaovana famotorana. Vinavinaina ho tambajotran’ny halatra sy famotsiana omby ity tratra ity saingy hatreto dia mbola tsy tratra ilay tena tompon’antoka hanaovana fanadihadiana sy hitadiavana fanazavana mikasika ireo omby ireo.

Anisan’ny hetsika ataon’ny Zandary tarihin’ny komandin’ny Zandarimaria ny kolonely Behivoka Fiederch ny ady amin’ny halatra omby sy tsy fandriam-pahalemana isan-karazany amin’ny faritra iadidiany. Mila vokatra tsara, hoy izy, ary tsy maintsy apetraka ny fandriam-pahalemana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MINISITERA : Nametra-pialana tanteraka ny minisitra Gervais Rakotoarimanana

Tetsy amin’ny hotely Carlton Anosy no nanambarany tamin’ny fomba ofisialy io fanapahan-kevitra noraisiny io, omaly maraina.

Ny zoma lasa teo no fantatra fa efa nandefa ny taratasy ho fametraham-pialany tany amin’ny Filohan’ny Repoblika, Rajaonarimampianina Hery ny tenany. Nikasa hanatanteraka valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety izy, ny sabotsy antoandro, saingy tsy tontosa tamin’ny ora farany izany noho ny antony mbola tsy mazava loatra hatreto. 

Natao, omaly, ny tafa nataon’ny mpanao gazety izay nanaovany ny fanambaràna ofisialy tsy ho minisitry ny Fitantanam-bola sy ny teti-bola intsony. Noho ny fomba fijery tsy mitovy sy ny fomba fitantanana samy hafa eo aminy sy ny Filoham-pirenena no anisany antony lehibe nahatonga azy hametra-pialana. 

“Tsy fombako ny manomboka asa, ka mijanona antenantenany indrindra indrindra eo amin’izay dingana efa misy antsika izao fa ny ahy rehefa atao dia ataoko, saingy tsy feno ny fepetra ahafahako manohy am-pahombiazana ny fanavaozana rehetra mbola miandry”, hoy ny fanambaràna nataon’ny minisitry ny Fitantanam-bola sy ny teti-bola teo aloha, Rakotoarimama Gervais nandritra ny fametraham-pialany tamin’ny fomba ofisialy, omaly. 

Nambarany fa noho ny fitiavan-tanindrazana izay niboiboika tao anatiny no antony lehibe nanekeny ny antson’ny Filoham-pirenena hisahana iny minisitera notantaniny iny ary tena nanana vina lavitra ny tenany tao anatin’ izany. “Raha nangatahan’ny Filohan’ny Repoblika aho hitantana ny minisiteran’ny Fitantanam-bola sy ny teti-bola dia tanjoko ny hahatonga ny nosintsika ho toy ireny tany mandroso rehetra ireny satria azo atao tsara noho izy manan-karena. Mila fiaraha-mientana sy fiaraha-miasa amin-kitsim-po anefa izany”, hoy hatrany ny fanazavana nomeny.

Betsaka ny zava-bita

Voafehy ao anatin’ity fametraham-pialana ity fa misy raharaha tsy mazava loatra teo anivon’ny fitantanam-bola teto amin’ny Firenena, ka nahatonga ny fifanolanana izay niafara tamin’ny fametraham-pialan’ny minisitra. Ity farany izay fa nilaza tamin’ny fomba an-kolaka fa misy ny tsy fitoviam-pijery sy ny fomba fiasa tsy mitovy. Nambarany teny am-pamaranana fa nahomby ny fitantanana nataony tao anatin’izay roa taona sy tapany katroka naha minisitry ny fitantanam-bola sy ny teti-bola azy izay.  “Roa taona sy tapany katroka izao no nitantanako ny minisiteran’ny Fitantanam-bola sy ny teti-bola. Fohy ihany izany raha eo amin’ny fiainam-pirenena no heverina kanefa am-panetren-tena lehibe kosa no hilazako fa betsaka ny zava-bia ary maro ny fahombiazana azo”, hoy hatrany ny fanazavana noentiny. 

Misongadina ao anatin’izao fametraham-pialan’ny minisitra izao fa ahiana tanteraka ny fisian’ny gaboraraka eo amin’ny fitantanana ny volam-panjakana. Nahatsapa araka izany ny minisitra teo aloha, Rakotoarimanana Gervais fa tsy mety aminy intsony ny miara-miasa amin’ny Filoham-pirenena. Aorian’ny minisitry ny Fitantanam-bola dia antenaina koa ny hisian’ ireo minisitra hafa ao anatin’ny governemanta Mahafaly handao ny toerany manoloana ny tandrevaka sy tsy fahombiazam-pitantanana eny amin’ireo minisitera hafa.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIFAMEZIVEZEN’NY VOLA : Hiteraka fahasahiranana ny fampiasana ilay roa alina mitambatra

Omaly no nivoaka ary nanomboka niparitaka manerana ny Nosy ireo vola vaovao amin’ny ampahany voalohany.

Miteraka fimenomenonana ho an’ireo mpampiasa vola madinika izany, toy ny eny anivon’ny ireo mpivarotra hani-masaka, ireo mivelona amin’ny fanaovana taksifaonina sy ny fiara fitateram-bahoaka na taksibe. Ireto farany dia nametraka peta-drindrina mihitsy ao anatin’ireny fiara fitateram-bahoaka ireny fa “tsy mandray vola roa alina mitambatra”.

Araka ny fanadihadiana natao dia nambaran’ireo mpamily mpanampy taksibe fa hiteraka fahasahiranana tsy hita pesipesenina ny fitadiavana famerim-bola ho an’ireo mpandeha mitondra vola io kanefa ilay iray alina mitambatra teo aloha aza efa manahirana. Voalaza fa natokana ho an’ireo mpandraharaha ara-toekarena goavana ihany ity vola roa alina vaovao ity saingy manahy amin’ny mety tsy ho fahatanterahan’izany ny sarambabembahoaka. 

Manoloana ny fandavan’ireo sampan-draharaha isan-tokony tsy handray io ravim-bola roa alina Ariary mitambatra io dia nanambara ny mpahay toe-karena fa “tsy manara-dalàna ireny peta-dridrina atao ireny satria matoa ny Banky foibe namoaka ireny vola ireny dia azo ampiasaina eto amin’ny tany sy ny firenena izany ary hatao hifanakalozana soa aman-tsara”. Nambaran’ireo mpahay toe-karena ihany koa fa mety hanimba ny fivezivezen’ ny vola ireny trangan-javatra ireny. Isany lasibatra voalohany amin’ity fivoahan’ity roa alina vaovao ity ireo mpikirakira vola madinika.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITOKANANA NY TETEZAN’I KAMORO : Noentina nanaovana fampielezan-kevitra mialoha

Saika lasa fitaovana hoentina hanaovana propangady mialoha ny fotoana anefa ny lanonana makotroka mandritra ireny fitokanana ireny hoentina hanaporofoana tokoa fa nahatsangan-javatra teto amin’ny Firenena.  

Vita soa amantsara ary notokanana tamin’ny fomba manetriketrika, omaly, ny tetezan’i Kamoro. Tetezam-by lehibe amin’iny lalam-pirenena fahaefatra iny eo anelanelan’i Maevatanàna sy Mahajanga i Kamoro. Nitokana izany tany an-toerana ny Filoham-pirenena Rajaonamari- mampianina Hery. Hita taratra tao anatin’ny fandraisam-pitenenana nataony ny fanasongadinana ny tenany manokana sy ny nanaovany fampielezan-kevitra ho azy sahady.

Nanindry bokotra kely ho an’ireo mpanao politika tsy mitovy firehana aminy izy ary nilaza fa "enim-bolana monja no nanaovana ny tetezan’i Kamoro, ka iza no mahavita tahaka izany". Araka ny loharanom-baovao hafa anefa dia efa tamin’ny volana oktobra tamin’ny taona 2015 no nametrahana ny vato fehizoro hoenti-manorina ny tetezan’i Kamoro vaovao izay manana halavàna 280 metatra. 

Namatsy vola tamin’ny fananganana ny Banky iraisam-pirenena izay nandaniana vola mitentina hatrany amin’ny 10 miliara Ariary ary ny orinasa Eiffage Génie Civil no nandray an-tanana ny asa. Fantatra fa tao anatin’ny 20 volana sy tapany no fetra hanaovana ny asa kanefa ny Filoham-pirenena dia nilaza tao anatin’ny kabary nataony fa tao anatin’ny enim-bolana monja no nahafahana nanangana ilay tetezam-by goavana.

Efa mananika ny zato taona mahery ilay tetezana teo aloha, ka manoloana ny fahanteran’ny fotodrafitrasa no nahatonga ny fanasiam-panamboarana. Ankoatra izay dia nanindry mafy sy nanao fanentanana ny amin’ny fivoahan’ ireo vola vaovao ihany koa ny tenany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIANARANA : Anisany naharatsy ny voka-panadinana Bepc tamin’ity taona 2017 ity ny facebook

Mipoitra avokoa ireo antony mety ho nahatonga izany. Voaresaka ny fandrosoan’ny teknolojia na tambajotra sosialy facebook. Araka ny fitarainana nataon’ireo mpampianatra sendra anay, dia diso mifantoka loatra amin’ny fanaovana facebook ireo ankizy ankehitriny. Ny mpampianatra manazava lesona eny aloha, ireo mpianatra miondrika ao ambany latabatra manao facebook. 

Manamafy ireo mpanabe ao Toamasina nanaovana ny fanadihadiana fa tsy ireo pejy fandalinam-pianarana anefa no tena mahavariana ireo ankizy mpianatra anatin’io tambajotra sosialy io fa resa-pitiavana. Vokatry ny facebook dia tsy mavitrika amin’ny famerenan-desona ny mpianatra amin’izao fotoana izao no sady tsy tia mamaky boky intsony. Tsy mahagaga raha mihena isan-taona ny voka-panadinana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MAMPIKONY : Nobedain’ny kartie mobila iray tsy hihetsika ilay dahalo nitam-basy

Araka ny fanazavana dia dahalo sivy lahy no nanafika tanàna ny 11 jolay io tamin’ny 2ora maraina. Omby miisa 49 no azon’izy ireo. Nampandre ny fokonolona avy hatrany ny fokonolona ary niaraka nanara-dia izy ireo. Nametraka paikady anefa ireo Zandary ka nifampizara. Ny sasany nanaraka tao aoriana, ny sasany kosa nanenjika niandry tany amin’ny kizo. 

Teny am-pandehanana ireo dahalo no nisy nampandre fa efa miambina azy ireo ao aloha ny Zandary ka niverin-dalana, ary nifanehitra tamin’ireo fokonolona. Teo no nampi- sehoan’ilay kartie mobila ny herim-pony ka nitsorahany ary nobedainy ilay dahalo, ka azony sambo-belona. Nirifatra nandositra kosa ireo namany valo lahy raha vao nahita izany. Tsy namelan’ny fokonolona fa dia niharan’ny fitsaram-bahoaka teo ilay dahalo tratra. Tafaverina amin’ny tompony kosa ireo omby nangalarina.

Vanessa

News Mada0 partages

Faritra Bongolava : manome tany ara-dalàna ny tantsaha

Iray ao anatin’ny faritra ametrahana tetikasa ho an’ny fampiasam-bola momba ny fambolena na ZIA (Zone d’investissement agricole) ny faritra Bongolava. Politika iray hoentin’ny lehiben’ny faritra, Rakotonindrina Heriniaina Angelo, ny fanomezana tany ara-dalàna ho an’ireo tantsaha. Misy, araka izany, ny fizarana bokin-tany faobe, rehefa voamarina ny tokony hahazoan’ny mpamboly azy, izany hoe, mahavita mamboly sy mikojakoja ny tany hatramin’ny taona maro, ary mbola mitohy hatramin’izao.

Politikan’ny faritra ny manakaiky ny tantsaha, manampy azy ireo, indrindra amin’izay fahazoana tany izay. Rehefa milamin-tsaina ny tantsaha, azo antoka ny fitombon’ny vokatra sy fifikiran’ny tantsaha amin’ny fambolena sy fiompiana. Izay ihany koa ny vahaolana iray tsy mampifindra monina azy ireo any amin’ny tanàn-dehibe. Tsy ampy anefa izay raha tsy azo antoka ny fandriampahalemana, efa hetahetan’ny mponina rehetra hatramin’ny taona maro.

Manana ny vokatra mampiavaka azy ny faritra Bongolava. Hita any avokoa ireo karazam-boly maro : vary, katsaka, mangahazo, tsaramaso, kafe, voanjo, rofia, legioma sy voankazo samihafa ; miampy vokatry ny jono ary tena mampalaza ny faritra ny fiompiana omby. Tokony hisy seha-pihariana mahakasika ireo karazam-bokatra sy fiompiana rehetra ireo any an-toerana, antony namaritana azy ao anatin’ny ZIA. Manana velaran-tany azo volena 1.083.000 ha ny faritra, nefa 13,9 %  monja amin’izany ny voavoly, izay mbola lavitry ny fomba fambolena sy fiompiana indostrialy.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Lalam-pirenena RN 4 : mahazaka 40 t ny tetezan’i Kamoro vaovao

Notokanan’ny filoha, Rajaonarimampianina Hery, omaly, ny tetezan’i Kamoro vaovao, any amin’ny RN 4, eo amin’ny PK 406 +300. Anisan’ny miantoka ny fifandraisan’ny faritra dimy ny fahavitan’izany tetezana izany, raha miala eto Analamanga, mankany Betsiboka, Boeny, Sofia ary Diana.  4.113 tapitrisa Ar ny nanamboarana izany fotodrafitrasa goavana izany, misy lalana roa, manana halavana 265 m sy sakany 7 m, mahazaka 40 t raha 25 t ilay teo aloha.  Nanao ny asa ny orinasa frantsay, Eiffage, manana ny lazany any Eoropa amin’ny asa vaventy sy famokarana angovo.

Famatsiam-bola avy amin’ny Banky iraisam-pirenena ny nahavitana ny asa, ho an’ny  fandaharanasa mahakasika fotodrafitrasa momba ny asa vaventy. Anisan’ny tetikasan’ny fiadidiana ny Repoblika ny nanaovana io tetezan’i Kamoro io. Efa namboarina  sy vita koa ny tetezan’i Betsiboka, amin’ny RN 4 ihany. Afaka izany ny olana ho an’ny fitaterana entana mandalo amin’iny lalam-pirenena iny. Rehefa tsy nahazaka ireo fiara vaventy ankehitriny intsony ny teo aloha, voatery namindra entana ireo mpitatitra. Nampitombo ny fotoana lany no nampiakatra saran-dalana izany ka lasa nisy fiantraikany amin’ny vidin’entana. Anarivony isan’andro ny fiara mandalo mampitohy ireo faritra voalaza ireo. Afa-pahasahiranana izany izao ireo mpandraharaha sy mpitatitra.

Maharitra 100 taona ny faharetan’izany tetezana vaovao izany, ilay teo aloha, nampidirina ho anisan’ny vakoka iraisam-pirenena ao amin’ny Unesco, izay vita tany amin’ny taona 1828. Nosoritan’ny filoha fa mitaky fotoana maharitra ny fanamboarana fotodrafitrasa toy izao. Niaraka taminy nitokana ny zava-bita ny Praiminisitra Mahafaly Olivier sy mpikambana sasany ao amin’ny governemanta, miampy ny olom-boafidy any an-toerana. Betsaka ny asa miandry toy izao manerana ny Nosy.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Marovoay : midadasika ny lemaka tsy voatondraka

 Malaza ho sompitr’i Madagasikara amin’ny famokaram-bary i Marovoay, aorian’ny faritra Alaotra.  Taona maro anefa izay, tsy mitsaha-mihena ny voka-bary any an-toerana, noho ireo lemaka maro tsy voatondraka, misy fiantraikany amin’ny famatsiam-bary eto amin’ny Nosy izany, ka ilaina jerena akaiky ny tokony hanarenana azy.

Isaky ny fampielezan-kevitra, tsy hadinon’ny mpanao politika ny mampanantena ny mponina any Marovoay ny amin’ny fanamboarana ny fotodrafitrasa manondraka tanimbary manerana ny disitrika. Efa tany amin’ny Repoblika voalohany no nisy fametrahana fotodrafitrasa farany ho an’ny voly vary iny faritra iny. Teo ny Comema tamin’ny Repoblika voalohany, Fifabe Repoblika faharoa. Nanampy nandritra ireo vanim-potoana ireo, ny Genie rurale, sampanasa iray nisy teo anivon’ny minisiteran’ny Fambolena. Betsaka sy tsara ny voka-bary niakatra ary nisy aza karazam-bary iray, “Ali-Combo”, vokatra avy any amin’iny faritra iny, naondrana tany ivelany. Tantara sisa izany, tsy izay intsony ankehitriny ny zava-misy any an-toerana.

Ankoatra ny tanimbary tsy ampy rano, mbola midadasika ny velaran-tany any amin’ireo kaominina ao anatin’ny disitrikan’i Marovoay, tsy voatrandraka. “Mamboly betsaka isan-taona izahay, toy ny vary asara, vary jeby, vary atriatry, … saingy tsy ampy ny rotsak’orana, indrindra ny vary asara, izay miankina tanteraka amin’ny orana. Tsy feno ny tahirin-drano any amin’ireo farihy manodidina, manampy izany ny fahanteran’ireo karazana lakandrano, izay tsy nisy fanajariana intsony”, hoy ny solombavambahoakan’i Marovoay, Navony Sahoby.

Tokony tohodrano sy lakandrano vaovao

Taloha tamin’ny andron’ny Genie rurale, nisy ara-potoana ny fanadiovana ireo lakandrano, amin’izao fotoana izao, ankinina amin’ny tambajotra fotsiny izany, nefa tsy vita.  Vahaolana naroson’ny depiote Navony Sahoby, ny fampiasana Himo ho fanadiovana ireo lakandrano ireo. “Mora izany sady tsy mandany vola ho an’ny fanjakana no vola miditra ho an’ny tantsaha”, hoy izy. Ny tena marina, tokony hanamboarana tohodrano vaovao sy soloina vaovao avokoa ireo lakandrano rehetra amin’iny lemaka iny. Amin’izao fotoana izao, rano efa tsy ampy, vokatra ratsy, manodidina 2,4 t /ha monja. Koa raha vita vaovao ny fotodrafitrasa, homena fiofanana amin’ny fambolena Papriz, ohatra, ny tantsaha, miampy ny fikajiana ny tontolo iainana, hiverina amin’ny lazany tany amin’ny 50 taona lasa i Marovoay.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Alaotra Mangoro : tsenabe « Tangorona »

Mbola ho fahazarana fotsiny indray ve ? Nilaza ny lehiben’ny faritra Alaotra Mangoro, Ranarisoa Désiré, fa “ny fomba hanatanterahako ny andraikitro, fanitarana ny fiaraha-miasa amin’ireo masoivohom-pirenena miasa eto Madagasikara sy ireo mpamatsy vola ngezangeza”.  Indimy novaina ny lehiben’ny faritra Alaotra-Mangoro hatreto. Tokony hahalala ny lalana mitondra fahombiazana ity amperinasa ity satria lesona avokoa ireo teo aloha.

Heverina fa sehatra tokony hisehoan’io sori-dalana heverin-dRanarisoa Désiré hitondrana ny fampandrosoana ao amin’ny fari-piadidiany ity tsenabe “Tangorona” 2017 ity. Satria nilaza koa izy fa “…tsy tokony hianona fotsiny amina hevitra tokana, ny famokaram-bary ny faritra, fa mila mivelatra amin’ny seha-pihariana samihafa ny mpihary harena aty Alaotra-Mangoro”.

Hapetraka mandritra ity fotoan-dehibe ity koa ny vatofehizoron’ny trano lehibe ho fanampin’ny biraon’ny faritra.

Rarivo

News Mada0 partages

Tsy niandry ny fankatoavan’ny filoha : nikiry nametraka ny fialany ny minisitry ny Vola

 Tsy nihemotra amin’ny fanapahan-keviny ny minisitry ny fitantanam-bola, Rakotoarimanana Gervais. Nikiry nametraka ny fialany tsy ho minisitra intsony, ary nanambara izany tamin’ny fomba ofisialy ny tenany, omaly, na tsy mbola nahazo ny fankatoavan’ny filoha Rajaonarimampianina aza.

 

Misy ny tsy fifankahazoana ary tonga hatrany amin’ny tsontsori-mamba isarahana. Navoitran’ity minisitra ity izany tamin’ny mpanao gazety ary nambarany koa fa efa tafapetraka any amin’ny filoham-pirenena,ny zoma 15 aogositra teo fametraham-pialany (lahatsoratra etsy ambany). Mbola nosakanana tsy hametra-pialana ny alahady hariva teo nefa ny tenany saingy tsy maintsy niroso… naka fanapahan-kevitra samirery nanambara izany tamin’ny mpanao gazety. Nahatonga ny filoham-pirenena tany amin’ny fitokanana ny tetezan’i Kamoro nilaza fa tokony hamarinin’ny mpanao gazety ny vaovao. Amin’io fotoana io anefa efa nilaza ny fialany tsy ho minisitra intsony, Rakotoarimanana Gervais, etsy Anosy . Midika izany fa tsy misy ary tsy ampy ny serasera sy fifandraisana eo anivon’ny mpitondra ka zary lasa mampiteniteny foana.

Na izany aza, sambany nisy minisitra nanana fahasahiana nametra-pialana tahaka izao tamin’ny fitondrana Rajaonarimampianina, rehefa nahatsiaro tena sy nahita fa tsy mety aminy ny fiaraha-mitondra, noho toetsaina sy ny fomba fijery tsy mitovy. Ho tonga amin’ny fanovana ny governemanta ny fialan’ny minisitry ny Vola ? Mety ho amin’ny alarobia izao, amin’ny alalan’ny filankevitry ny minisitra ?

Hisolo toerana vonjimaika…

Mandeha koa anefa ny tombana fa ho tonga amin’ny fandravana ny governemantan’i Mahafaly Solonandrasana manontolo izany na fanovana ampahany ihany. Efa fanaon’ity fitondrana ity koa anefa ny mampiaraka minisitera roa rehefa tahaka izao, ka mety hosahanin’ny minisitry ny  Toekarena, ny Jly Raveloarison Herilanto vonjimaika izany, toy ny efa nitantanany ny minisiteran’ny  Angovo tamin’ny nahafaty ny minisitra teo aloha. Tsy azo hadinoina rahateo fa herintaona ihany sisa ny fe-potoam-piasan’izao fitondrana izao…

Tsy mandeha ho azy izao fametraham-pialana izao. Hanao ahoana ny ho fifandraisana amin’ny mpamatsy vola satria anisan’ireo akaiky ny iraisam-pirenena Rakotoarimanana Gervais ? Mitombina koa izany ny feo miely fa hitongilana sy hitodika bebe kokoa any amin’ny tatsinanana, toy ny Sinoa ny fitondrana ka tsy afaka ny hiara-kiasa amin’ny fitondrana ny minisitra Rakotoarimanana Gervais ?

Miahiahy tanteraka ny mpamatsy vola…

Etsy andaniny, ao anaty fandrika, amin’ny fibabena trosa ny firenena. Tsy misy intsony  ny vola na tsy ampy, indrindra ny ao amin’ny tahirim-bolam-panjakana ka tsy misy handoavana ireo vola tokony haloan’ny fanjakana. Tsy mahagaga raha tonga any amin’ny fitrosana amin’ny banky any ivelany ny fitondrana amin’izao fotoana izao. Manampy trotraka izany ny tsy fahaloavan’ny fitondrana ny volan’ny Jirama. Ao anatin’izany rehetra izany, velon’ahiahy tanteraka ny mpamatsy vola sy ny fianakaviambe iraisam-pirenena, amin’ny fitantanana ara-bola eto amintsika. Tsy nanaiky hiray tsikombakomba amin’izany ny minisitra Rakotoarimanana Gervais ?

Randria

News Mada0 partages

Rakotoarimanana Gervais François Marie Maurice : « Tsy mitovy fomba fijery sy ny fomba fiasa »

 « Tsy mora tamiko  ny nanatanteraka ny andraikitra, teo koa ny tsy fitoviam-pijery sy ny fomba fiasa tsy mitovy. Tsy fombako ny manomboka asa ka mijanona antenantenany, indrindra amin’izao dingana efa misy antsika izao fa ny ahy rehefa nekeko ho atao dia ataoko hatramin’ny farany, saingy tsy feno ny fepetra hahafahako manohy am-pahombiazana ny fanavaozana rehetra mbola miandry. Koa noho ireo antony ireo, dia natolotro an’Andriamatoa filohan’ny Repoblika, ny zoma 14 jolay 2017 lasa teo, ny fametraham-pialako tsy ho minisitry ny Fitantanam-bola sy ny tetibola intsony ».

Mazava ny tenin-dRakotoarimanana Gervais, omaly tao amin’ny Carlton, momba ny antony nametrahany fialana tsy ho minisitra intsony. Nialoha izany anefa, notanisainy ireo dingana efa vita nahitam-pahombiazana, nandritra ny roa taona sy tapany nitondrany izany minisitera izany. Anisan’izany ny fahavitan’ny fifanarahana amin’ny FMI, ny volana jolay 2016 ka “nahazoantsika famatsiam-bola 306 tapitrisa dolara, hoenti-miasa mandritra ny telo taona hanarenana ny toekarena sy hanalefahana ny fahantrana”, hoy izy.

Fitokisan’ireo mpamatsy vola mahazatra

Notsiahiviny fa fiverenan’ireo fitokisan’ireo mpamatsy vola mahazatra. Nankatoavin’ny filankevi-pitantanan’ny FMI ny vokatra tombana voalohany, izay nahazoantsika famatsiam-bola 86 tapitrisa dolara. Ireo mpamatsy vola mahazatra, nampanantena, taorian’ny fihaonana tany Paris, desambara 2016, hanome 6,4 lavitrisa dolara, izay nankatoavin’ny filankevi-pitantanan’ny Banky iraisam-pirenena. Toy izany ny fifanarahana amin’ny Bad. “Mino sy matoky aho fa tarafina amin’ireo vokatra hita sy azo ireo, fa ho azontsika koa ny ampahany fahatelo amin’ny famatsiam-bola Fec, rehefa vita ny tomban’ezaka izay hataon’ny FMI manomboka ny volana septambra ho avy izao”, hoy ny minisitra teo aloha.

“Izany rehetra izany no vita, nisy ny fanaovana ny mangarahara, fanarahan-dalàna amin’ny asa atao, fandalana ny fahamarinana, fifanajana, fikatsahana mandrakariva ny tombontsoa iombonana ho an’ny mpiray tanindrazana”, hoy ihany izy.  Eto amintsika, toa zava-baovao tokoa ny nambarany, fa ny olona efa zatra niasa any amin’ny tany mandroso, tsy olana ho azy ny mametra-pialana.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Hetsika ho an’ny fahalalahan’ny asa an-gazety : voaantso eny amin’ny zandary i Fetra Rakotondrasoa

Miala any ny « Ramatahora »… Nampiantsoin’ny zandary etsy amin’ny Toby Ratsimandrava, hiatrika fanadihadiana ny mpanao gazetin’ny Viva, Fetra Rakotondrasoa. Manjavozavo ny raharaha.

 

Tsy misy antony mazava ny  taratasy fiantsoana fa hotampohina ny mpanao gazety Fetra Rakotondrasoa. Na izany aza, tombanana fa mety no ho ilay fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona”,  iarahana amin’ny Hetsiky ny fahalalahana ho an’ny fahafahana maneho hevitra (MLE) ny antony. Amin’ny maha mpanao gazetin’ny Viva azy koa anefa ny fiantsoana… Inona ny tiana hahatongavana ?

Etsy andaniny, anisan’ny nanontanian’ny zandary an’i Barry Benson, ny faran’ny herinandro teo tamin’ny fanadihadiana natao azy, fa i Fetra Rakotondrasoa ny namatsy azy ireny fitafian’ny miaramila, tao anaty fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona ireny” . Midika ve izany fa heloka ny fanaovan’ireo mpilalao sarimihetsika malagasy na ireo rindran-tsary eto amintsika manao izany matetika ? Sa ilay fandaharana mihitsy izany no tena olana ho an’ny mpitondra ? Tsy mifanalavitra amin’ireny sariitatra ireny io fandaharana io, maneho ny mpitondra mievotrevotra…

Maivana sy tsy ampy ny seraseran’ny fitondrana

Ankoatra izany, mety fomba iray hanaovana ramatahora ny eo anivon’ny MLE hanao hetsika ny 22 jolay ho avy izao izany rehetra izany ka hampihorohoroana ny mpitarika sasany. Anisany ny mpanao gazety Fetra Rakotondrasoa ? Voaporofo izany izao fa maivana na tsy ampy ny seraseran’ny fitondrana manoloana ny fanehoan-kevitra na ny fampitam-baovao ataon’ny hafa, indrindra fa ny MLE. Hita taratra izany amin’ireo marika fanomezana fampirisihana sy fitiavana ny fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona”, ao anaty tambajotran-tserasera… Afaka mifanandrina amin’ireo tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny fitondrana… Hany hery, mirona amin’ny fampihorohoroana ? Nisolo toerana an’i Barry Benson rahateo i Fetra Rakotondrasoa tamin’ny fandaharana “Tsy mahaleo ny sampona”.

Randria 

 

News Mada0 partages

Sendikàn’ny mpirakidraharaha fitsarana : « Manohana ny fitokonan’ny mpitsara izahay »

« Miombon-kevitra amin’ny fitokonan’ny SMM ny mpirakidraharaha fitsarana, ary manohana 100 % izany fitokonan’ny mpitsara izany », hoy ny filohan’ny Sendikàn’ny mpirakidraharaha fitsarana (SGM), Andriambololona Haja, teny Anosy, omaly, momba ny fitokonan’ny mpitsara nandritra ny herinandro.

Amin’ny ankapobeny, mikatso ny raharaham-pitsarana manerana an’i Madagasikara tamin’izany noho ny fitokonan’ny SMM. Manana andraikitra lehibe eo anivon’ny fitsarana ny mpitsara. Na izany aza, misy asa mifanandrify amin’ny mpirakidraharaha fitsarana, izay mbola tsy mampitokona azy ireo amin’izao.

Mandeha ny raharaham-pitsarana manandrify amin’ny mpirakidraharaha, fa tsy mandeha izay ikambanan’izy ireo amin’ny mpitsara. Noho ny fanajana ny fitokonan’ny mpitsara, tsy mandeha ny asa iraisana amin’ny  mpitsara.

« Ho anay, eo amin’ny dingana fifampiraharahana izahay sy ny mpitondra izao momba ny fitakianay. Mbola tsy mitokona izahay mpirakidraharaha. Mety ho tonga amin’izany ihany izahay, raha tsy mifanaraka ny fomba fijerinay sy ny mpitondra », hoy izy momba ny fitakian’ny mpirakidraharaha fitsarana hatramin’izay.

Tsy ilaozan’ny karazam-pitokonana etsy sy eroa izao fitondrana izao noho ny fitavozavozana amin’ny famahana olana? Na ny tsy fahazai-mitantana, ny tsy fanajana lalàna sy izay teny  nampanantenaina…

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Mandritsara : voasakana indray koa ny hetsiky ny Tim

Tahaka ny teto an-dRenivohitra ihany. Tsy afa-bela amin’ny antsojain’ny fitondrana. Efa nahazo alalana hanao hetsika hanamarika ny faha-15 taony ny Tim any amin’ny distrikan’i Mandritsara. Efa nipetrapetraka avokoa ny fahazoan-dalana amin’ireo mpitondra isan-tokony any an-toerana. Niova hevitra indray anefa ireo manampahefana ka nanafoana sy tsy namela izany hetsika izany ka tsy ahafahan’ity antoko ity hankalaza ny tsingerintaony.

Etsy andaniny, mikasa hankalaza ny fahatelo taony ny HVM any Boeny, eo antenantenan’ny volana aogositra izao. Malalaka ny lalana ho azy ireo hanao izany. Araka izany, misy ny mizana tsindrin’ila sy ny fanaovana zanak’Ikalahafa ?

Randria 

News Mada0 partages

Nangina ny angorodaony… : maty tampoka teny an-tsehatra i Régis Gizavo

Tsy mety manga ny lanitra ho an’ny tontolon’ny zavakanto. Lasa namonjy ireo kintana ihany koa Régis Gizavo, andrarezin’ny tendry angorodao.

Toy ny vara-datsaka ny vaovao! Tsy niso nino izay nilazana, indrindra ireo namana akaiky azy. Nodimandry tampoka, omaly, teo amin’ny faha-58 taony mantsy i Régis Gizavo. Ora vitsy nialoha izany, mbola nandefa sary misy ny sehatra amoron-dranomasina, izay hilalaovany miaraka ny tarika Alba tany Corse izy. Tsy nisy nanam-po hoe eo ambonin’io sehatra io no nahenoana farany ny angorodaon’ity mpanakanto andrarezina ity.“Tojo tsy fahasalamana tampoka teo am-pitendrena izy, ka avy hatrany dia niantsoana mpamonjy voina. Nentina tamin’ny helikoptera nihazo hopitaly izy, kanefa tsy tonga tany akory dia fantatra fa tapitra ny ainy”, hoy ny fanazavana azo avy amin’ireo akaiky an’i Régis any ivelany any.“Eny nandao antsika ny havantsika Régis Gizavo… Ho an’ireo rehetra maniry hifanotrona amin’ny fianakaviana, ho tonga ao amin’ny seranam-piaramanidina ao Orly Paris ny razana, amin’ny 6 ora sy sasany”, hoy ny nambaran’i Monika Njava.

Kintana mamiratra…Andrarezina… Tena mifanaraka amin’i Régis izay, raha ny zava-bitany ho an’ny zavakanto malagasy. Nahazo ny loka voalohany tamin’ny Découvertes RFI tamin’ny taona 1990 izy. Nanomboka teo koa ny nisokafan’ny lalany teo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. « Niaraka tany Guinée Conakry isika ary izay no nanombohanao, tsaroako tsara… », hoy ny fitantaran’i Berikely.Nialoha izany, vao kely i Régis dia efa nisongadina tamin’ny fifehezany ny angorodao. Nampiana-tena, avy eo nilomano tao anatin’ny mozika vakoka tany ambanivolo tany izy. Nampisongadina azy voalohany ilay hira “Ze hombanao da hombako”, niarahany tamin’i Landy. Nisokatra teo ny fiaraha-miasa tamina mpanakanto maro ho an’i Régis, ka anisan’izany ny nihaonany indray tamin’i D’Gary, mpitendry gitara namany hatramin’ny fahakely, ary anisan’ny niara-nanangana taminy ny tarika Toko Telo, farany teo.Niitatra ny lazan’i Régis, ka maro ireo mpanakanto vahiny no naniry hiara-hitendry taminy, na teny an-tsehatra na tany anaty fandraisam-peo. Anisan’ireny ny tarika Bohé Combo, i Graëme Allwright, Murvini, Césaria Evoria, Lénine, sns.Nivoaka ny taona 1995 ilay rakikira “Mikea”, izay mirakitra ireo hira tena nampalaza an’i Régis. Vao mainka nanokatra ny lalany izany, ka tsy nitsahatra tamina fandraisana anjara tamin’ireny “festivals” isan-karazany ireny, ankoatra ny fiaraha-mitendry amina mpanakanto maro izy. Nanaraka avy eo ny rakikira “Samy olombelo” ny taona 2000Taona 2003, teraka ny tetikasa anisan’ny goavana indrindra eo amin’ny tantaran’ny mozika malagasy: Madagascar All Stars. Tetikasa lasa tarika, niarahan’i Dama, Fenoamby, Eric Manana, Justin Vali ary Régis Gizavo izy ity. Ny taona 2008 kosa vao nivoaka ny rakikiraa voalohany, “Masoala”, izay saika hahenoana ny fiavahan’ny angorodao avokoa ireo hira rehetra.Nitety tany maro ary efa niseho indroa teto Madagasikara ny Madagascar All Stars. Niara-dalana tamin’izay, namoaka ny rakikirany “Ilalake” ihany koa i Régis. Anisan’ny tetikasa teraka faramparany teo ny tarika Toko Telo, niarahany nanangana tamin’i D’Gary sy i Monika Njava. Mbola ao anatin’ny fitetezam-paritra sy firenena tanteraka io tarika io amin’izao fahalasanany tampoka izao.Vao avy nanamarika ny fivoahan’ilay horonantsary “Songs of Madagascar”, miresaka ny mozikan’ny Madagascar All Stars koa izy ny volana jona lasa teo.HIra nahafantarana an’i Régis ny “Ze hombanao da hombako”, “Malaso”, “Tsika holy, “Ho anareo”, “Samy olombelo”,Mpembe”, “Vonjeo”, sns.

Mendrika homem-boninahitraMiraradraraka ireo fanomezam-boninahitra sy fahatsiarovana ary fanehoana alahelo nataon’ireo naman’i Régis. Maniry avokoa ny rehetra, mba homena ny voninahitra sahaza azy toa ireo rehetra namela mamy an-tanindrazana izy.“Vao omaly tsy ela akory, lasa Ra-Donné Sahondrafina. Izao dila koa i Regis Gizavo. Mitomany ny angorodao.Isika malahelo fa tsy hanadino », hoy Ralaindimby Tsilavina. “Veloma Rahavako ô ! Marary zaho nilaozanao, tsy nampilaza ianao fa dia lasa tsy nanao veloma. Mandria Ampiadanana zokiko, anadahiko tiako”, hoy Monika Njava.“Mangidy ny vava, mangovitra ny lohalika, miondrika ny loha, fa lasa nandao tsy hiverina intsony ilay andrarezin’ny mozika malagasy. Very olomanga i Madagasikara”, hoy Rajery.

Nangonin’i Zo ny Aina

News Mada0 partages

Herisetra mihatra amin’ny ankizy sy ny vehivavy : nanolotra fitaovana ho an’ny polisy ny Fnuap

 Mifantoka amin’ny lafiny fitandroana ny filaminana hatrany ny ezaka sy fanampiana omen’ireo orinasa sy ny sehatra iraisam-pirenena ho an’ny polisim-pirenena. Tonga nanolotra fitaovana ho an’ny polisim-pirenena teny amin’ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka indray omaly ny Fonds des Nations Unis pour la population (Fnuap) eto Madagasikara. Fanampiana tafiditra ao anatin’ny tetikasa fanohanana ny fanavaozana ny lafiny filaminana eto Madagasikara izay miantefa indrindra amin’ny ady amin’ny herisetra mihatra amin’ny vehivavy sy ny ankizy, araka ny fanazavan’ny solontenan’ny Fnuap, Constant Serge Bounda nanolotra ireo fitaovana marobe. Nandray izany kosa ny minisitry ny Filaminam-bahoaka, ny Contrôleur général de police, Andrianisa Mamy Jean Jacques. Fitaovana mitentina 34 380 000 Ar, hotsinjaraina amin’ireo sampandraharaha eo anivon’ny polisim-pirenena misahana ny fiarovana ny vehivavy sy ny ankizy tsy ampy taona. Isan’ireo hahazo amin’ity fitaovana ity ny polisy misahana ny zaza tsy ampy taona ao Anosy, Tsaralalàna. Hahazo anjara amin’ireo koa ny Service provinciale de la police judiciaire ao Toliara ary ny Brigade régionale de la sécurité publique ao Tolagnaro.

Jean Claude

News Mada0 partages

Ampefiloha : noraisim-potsiny ireo jiolahy saika hitsoaka tamin’ny taxi

Saron’ny polisy avy ao amin’ny PPA Ampefiloha teny amin’ny lalamby Ampefiloha, ny asabotsy teo ny jiolahy iray antsoina hoe Antoine, 34 taona. Araka ny fanazavan’ny polisy, avy nanendaka raim-pianakaviana iray avy nanatitra fiara teny amin’ny Parking Ampefiloha ity jiolahy ity tamin’io fotoana io. Teny an-dalana hamonjy fodiana no niharan’ny fanendahana nataona jiolahy ilay raim-pianakaviana ka lasan’izy ireo tamin’izany ny vola tany aminy niampy blouson teny an-kodiny. Nitsoaka avy hatrany ireo jiolahy taorian’izay. Nanao fitarainana teny amin’ny biraon’ny polisy ao Ampefiloha kosa ilay niharam-boina. Nanao fanarahan-dia ireo olon-dratsy avy hatrany ny polisy ka tratra teny Ampefiloha teo am-pikasana hitsoaka amin’ny taxi izy roa lahy. Nitsoaka nandositra avy hatrany ry zalahy raha vao nahita ireo polisy. Raikitra ny fifanenjehana ka tratra teny amin’ny lalamby ny iray raha tafaporitsaka kosa ny namany.

Fantatra tamin’ny fanadihadiana fa efa nigadra noho ny fanendahana ity jiolahy ity, saingy nanohy  ny asa ratsiny indray taorian’ny fivoahana ny fonja. Tsy hita tany aminy intsony ireo zavatra nangalariny tany amin’ilay niharan’ny fanendahana.

J.C

News Mada0 partages

Herisetra sy fanolanana : 10 taona sazy an-terivozona no miandry ireo voampanga

 Henjana ny didim-pitsarana miandry ireny mpanolana ireny. Manaporofo izany ny sazy nahazo ireo mpanolona tany Toamasina. Sazy an-terivozana avokoa…

 

Didy manasazy  henjana miisa roa no indray nivoaka tao amin’ny sampam-pitsarana ady heloka bevava efitrano voalohany, Toamasina omaly. Anisan’ny raharaham-pitsarana be mpanaraka any an-toerana ny resaka fanolanana sy herisetra atao amin’ny ankizy tsy ampy taona. Voalohany ny antontan-taratasin’ady niampanga an’ i Marcel 42 taona ho

nanolana ankizivavikely 6 taona izay zana-badiny ihany. Raha ny fandaharana teo amin’ny fitsarana, niaiky ny voampanga ny amin’ny heloka nataony.

Vokany, taorian’ny fotoana fohy nandinihan’ny mpitsara mpamoaka didy sy ireo

mpanampy azy, nilatsaka ny sazy henjana ho an’ny voampanga ka voaheloka hamita sazy sy asa an-terivozona mandritra ny 10 taona sy fandoavana onitra amin’ny niharam-boina ho 6 hetsy Ar izy.

Antontan-taratasin’ady laharana  47-Toa/17 kosa ny faharoa ka i Bemahefa Pierre, 25 taona kosa voampanga tamin’ ity faharoa ho nanolana sy nanao herisetra tamin’ny ankizy vavy kely 4

taona monja. Fanasaziana 5 taona an-tranomaizina sy asa an-terivozona ho an’ ity faharoa. Ny 8 novambra 2014 tao amin’ny kaominina ambanivohitra Mahambo, disitrikan’ i Brickaville kosa  no nisehoan’ ity faharoa ary zanaky ny rahalahiny ihany no nanaovana ny herisetra sy fanolanana.

Anisan’ny tranga miseho matetika any amin’ny faritra ny resaka fanolanana, na eto an-drenivohitra sy ny manodidina aza. “Noho ny tsy fahatsapan’ireo olon-dratsy fa mavesatra ny sazy mety hiandry azy ireo, ny anisan’ny mampirongatra ity asa ratsy ity. Eo ihany koa ny teraky ny fiaraha-monina noho ny zavatra hitan’ny olona amin’ny haino aman-jery”, hoy ny mpandinika fiaraha-monina.

Sajo sy Yves S.

 

News Mada0 partages

Mpitaky haban-tsena : napetraka ny laminasa

Mila miara-miasa akaiky ny lehiben’ny tsena sy ny mpanangona haban-tsena « percepteur », hisian’ny fahombiazana eo amin’ny fitantanana ny tsena eto amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

Tokony manao ny tatitra rehetra momba ny asany isan’andro amin’ny lehiben’ny tsena izay misy azy avy ihany koa izy ireo. Anisan’izany ny filazana ny tapakila nozarainy sy ny laharana ary ny vola miditra. Tsy nohadinoina ny firesahana ny olana mianjady amin’izy ireo mandritra ny fanatontosana ny asany.

Nisongadina izany nandritra ny famoriana ireo mpanangona haban-tsena manerana ny tsena rehetra eto Antananarivo.

Tanjona ny hisian’ny fampandrosoana sy ny asa mangarahara amin’ny fampidiram-bola amin’ny alalan’ireo haban-tsena isan-karazany aloan’ireo mpivarotra ara-dalàna eny anivon’ny tsena.

Mahatratra 30 ny tsena lehibe hivezivezen’ny mponin’Antananarivo ao anatin’ny boriborintany enina. Manodidina ny 70 kosa ireo mpanangona haban-tsena miasa ao anatin’ireo tsena  ireo.

Nifanaraka ny sekretera jeneralin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, Razafimahefa Heriniana sy ireo delege ao amin’ny boriborintany, niampy ireo tale misahana ny vola sy ny mpiasa amin’ny laminasa rehetra napetraka.

Tatiana A

News Mada0 partages

Boriborintany I : raikitra ny didim-poitra faobe

Notohizana ny faran’ny herinandro teo ny didim-poitra faobe karakarain’ny boriborintany voalohany teny amin’ny BMH (Bureau Municipal d’Hygiène) Isotry.Hetsika tafiditra tanteraka ao anatin’ny politikan’ny ben’ny Tanànan’Antananarivo Ravalomanana Lalao, miezaka hatrany hanakaiky ny vahoaka eny ifotony.Haharitra roa volana ny hetsika. Efa nanomboka ny fiandohan’ny volana jolay ka hatramin’ny fiafaran’ny volana aogositra. Miisa 13 ireo zaza natao didim- poitra tamin’ny hetsika voalohany notanterahina ny faran’ny volana jona lasa teo. 12 isa kosa ireo notanterahina ny faran’ny herinandro teo. Niara-nisalahy nanatanteraka ny asa ireo mpitsabo avy eo anivon’ny BMH. Nampiasa fitaovana manara-penitra toy ny « bistourie éléctrique » hanamorana ny fandidiana izy ireo. Nofaranana tamin’ny fizarana kilalao avy any amin’ny ben’ny Tanàna ny hetsika.

Tatiana A

News Mada0 partages

Chronique : ni, ni, ni !!!

Quand les viols de loi par les puissants rattrapent et se rappellent au souvenir en présentant la facture, le système tend à sécréter de lui-même une solution tout aussi pourrie que la situation qui pose problème. D’un tonneau de ce genre sort la formule du ni, ni , ni. Une fois que l’on trempe le petit doigt à parler de cette boue il faut l’assumer jusqu’au bout sans se priver d’appeler chat un chat, si délicat que soit de citer les noms des personnalités de si haut rang concernées par le propos.

Marc Ravalomanana devrait porter comme une croix le poids d’une condamnation infamante prononcée, selon ses partisans, par des procédés plus infamants encore en raison de l’incompétence de la juridiction saisie pour traiter du sort d’une personne non justiciable devant elle : de cette condamnation illégale prononcée dans l‘espace Transition on ne peut exclure de la charge de l’initiative Andry Rajoelina. L’Ex exilé est actuellement déchargé du poids de l’application de cette condamnation alors qu’aucune décision légale n’a disposé en ce sens, Ravalomanana (en désertion d’un statut de condamné) bénéficie ainsi d’une tolérance coupable dont est responsable le système sous la haute autorité de Rajaonarimampianina. Une série de nullités qui annule tout ? Le retour à la case départ, ou plus clairement la liberté faite à tous de prendre le départ se présente comme un pis-aller inévitable mais nul en valeur pure. La politique en bien des domaines ignore le concept même de valeur tant que le droit ne l’exige spécifiquement, en l’espèce par une complicité générale on s’accorde sur un sous-entendu à considérer la loi muette.

Ne reste que le peuple à dire sa loi : il n’est pas interdit de rêver. L’imagination peut envisager l’hypothèse d’un électorat bien inspiré saisi brutalement d’une lucidité pour faire dire aux urnes une série de ni, sans s’arrêter à deux. En supposant même que la loi permette un nombre illimité de redoublement au poste de Président en considération des résultats obtenus jusqu’ici (le pays dans la dèche), les électeurs pourraient recaler tous ceux qui manifestent la prétention de rempiler malgré l’état catastrophique du bilan de leurs prestations antérieures. L’unanimité peut se faire autour d’un refus du ni, ni, dans le principe, alors qu’en même temps une majorité met l’espoir dans une sanction des urnes prononçant une kyrielle de ni à l’endroit de tous ceux qui y ont touché sans avoir été capables de prouver autre chose que la médiocrité à ne produire que nullité.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : torpillage du «Calédonien»

Télégramme officiel n° 312

Tananarive, dépôt le 4 juillet 1917 à 4 h. 30 soir.

Gouverneur Général à toutes circonscriptions.

Le Gouvernement Général a regret porter connaissance public que suivant deux câblogrammes reçus par Agent Général Messageries Maritimes à Tamatave et provenant l’un Consul de France Aden l’autre Agen Général Messageries Maritimes Port-Saïd le paquebot Calédonien destiné à Madagascar a été torpillé en Méditerranée Orientale le 30 juin. Les passagers sauvés ont été transportés à Port-Saïd. Confirmation de cette nouvelle a été demandée par câblogramme à M. le Ministre des Colonies. Elle sera dès réception portée connaissance public.

Merlin

Un câblogramme rectificatif fait connaître que M. Merlin, le nouveau gouverneur général de Madagascar qui était attendu le 15 à Tamatave, n’arrivera dans notre port que vers le 18 courant.

Au sujet de cette arrivée, les corps constitués de Tamatave sont invités à se réunir ce soir à 16 heures à la résidence, pour se concerter sur la réception à faire à ce haut fonctionnaire.

Messageries Maritimes

Le Caucase, ce steamer-tortue qui a quitté la France à destination de Madagascar vers le 28 mai dernier, est signalé comme devant arriver à Tamatave vers le 19 courant.

Il justifie le proverbe : Chi va piano, va sano.

Le buste du général Galliéni

Suivant le Petit Parisien nous dit havas, le paquebot Calédonien coulé dans la Méditerranée emportait à Tamatave le buste du général Galliéni.

Si le paquebot a coulé en eaux profondes, Tamatave peut faire son deuil de ce buste.

Le Tamatave

Santé et assistance médicale

Par arrêté du 9 juillet 1917, l’interdiction absolue de l’exercice de la médecine est prononcée contre les nommés Ravalion et Ratompoarivony, médecins libres établis : le premier, à Antanety, et le second, à Ambohimanana (district de Betafo, province du Vakinankaratra), pour manquement grave au devoir professionnel.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fanidintsidin’ny vidin’entana

Tsy miteny firy intsony ny filazana fisondrotana. Iaraha-mizaka ny fiantefany fa diso misavoana efa mila tsy ho takatra intsony izany fisondrotana izany no sady tsy fantatra izay antony mifehy azy ka ny hany azo iresahana azy dia ny fampitahana azy amin’ny volom-borona tsofin-tadio, manidintsidina ka mbetika lasa avo dia avo dia iny indray eny lavitra eny tazana midina. Vetivety avy eo anefa dia iny indray fa misavoana ambony dia ambony. Mahafanina ny fanaraha-maso sy ny fandinihana ny fisondratam-bidy, mahakenda ny fihatrany amin’ny fiainana andavan’andro.

Tsy ny vidim-bary intsony no hany fetra ahatsapana ny alalin’ny fisondrotan’ny vidim-piainana. Isan’andro izao miahiahy avokoa ny ankamaroan’ny olona raha handeha hiantsena. Tsy fantatra izay anton’ny fisondrotana na inona na inona rehefa anontaniana ny mpivarotra. Mampikaikaika avokoa ny vidin’izay ilaina rehetra. Ny fahenoana ny vidin-tsiramamy moa dia ampy hampangidy vava. Tsy ratsy hono izany araky ny filazan’ny mponina sasantsasany any amin’ny firenena tapi-pandrosoana. Manimba ny toe-pahasalamana hoy izy ireny ny siramamy. Toy izay koa moa ny fihinanana hena. Hany ka mihamaro hatrany ny olona lasa mifady na siramamy na hena any amin-dry zareo efa nitavana tafahoatra. Na inona na inona mety ho fahamarinan’izany, tsy mbola nahatratra ny faritra tsy azo ihoarana angamba ny mponina aty amin’ny tany tsy mbola nandroso toy ny eto amin’ny nosy. Tsy atao resaka akory ilay tolona ataon’ny ampahan’ olona amin’ny fanentanana ny maro hampiato ny fihinanan-kena noho ny fijalian’ny biby vonoina tsy an-drariny, ahafahan’ny olona hihinana ny nofony. Tsy toy izay anefa ny fihetsempon’izy ireny manoloana ny olona tsy tambo isaina, mijaly noho ny hanoanana ao anaty fahantrana, na mahita ny fangirifirin’ireo mponina ianjadian’ny ady any aminy, ady izay fantatra fa  ny ao ambadika dia vokatry ny fifaninanan’ ireo firenena matanjaka eo amin’ny fitrandrahany ny harena misy any amin’ireny firenena an’ady ireny. Matetika moa dia mpamporisika ireo matanjaka na milatsaka an-tsehatra mihitsy, no sady mitango tombony koa amin’ny maha mpivarotra fitaovam-piadiana azy ireny.

Mifanalavitra mba tsy hilazana hoe mifanipaka matetika ny fijerena ny tombontsoa eo amin’ny firenena tapi-pandrosona sy ny firenena mikaroka làlana ho amin’izany. Tsy vitan’ ny hoe noho ny elanelan’ny fari-piainana fa noho ny fomba fisainana tsy mifandray ny any amin’ilany, efa tofoky ny fahavokisana ny aty maro ireo mitrongo tsy voky. Ny harena anefa mifanalavitra hatrany ka raha mbola haka tahaka ny amin’ny fomba entina handrosoana dia ho tavela tsy ankihetsika eo.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : pari désespéré d’un troisième larron

Dans le désordre actuel un groupuscule autoproclamé médiateur propose une troisième voie. Sans économiser de mots sévères pour tacler tant le pouvoir que les opposants, les meneurs de ce mouvement renvoient dos à dos les deux tendances espérant se refaire sur le dos de celles-ci une virginité et récupérer sur ces mécomptes un peu de crédit. Pari perdu à l’avance. Nombre d’entre les dirigeants de cette organisation plus braillarde que brillante, ont mangé leur pain blanc et ne peuvent ronger que l’os d’une réputation de « bons vivants sans foi ni loi ». Sans foi pour n’avoir pu être fidèles à une conviction faute de savoir ce que c’est, sans loi pour avoir servi avant de les avoir trahis, des gens ayant régenté au-dessus des lois dans des systèmes outlaw.

 

News Mada0 partages

Bakalorea-Foulpointe : nolavin’ny kaominina ny fanampiana

Saika hiakatra indray ny hafanam-pon’ny  ray aman-drenin’ny mpianatra tao Mahavelona Foulpointe izay handray fanampiana avy tamin’ny fikambanana Zami, tarihin’ny Praiminisitra lefitra teo aloha nandritra ny fitondrana tetezamita, Botozaza Pierrot, ny zoma teo. Nofoanan’ny ben’ny tanàna ary tsy neken’ny lehiben’ny distrika tampoka indray ny hetsika sosialy entina hanampiana ny mpianatra miisa 122, kandida amin’ny fanadinam-pajakana bakalorea. Fanampiana ihany koa ireo ray aman-dreny miisa enina hiantoka ny fanaraha-maso ‘ ireo mpinatra hamonjy ny ivontoeram-panadinana any Toamasina.

Saika haneho hatezerana  tamin’ny ben’ny Tanàna ny fokonolona,

Tonga nanelanelana kosa ny filoha nasionalin’ny fikambanana Zanaka Ambanivolo Mivoatra (Zami) izay tarihin’i Botozaza Pierrot.

Nitadiavana toerana malalaka nanatanterahana ny lanonana sy nahafahana niara-nisakafo tamin’ ireo ankizy miisa 122. Teo koa ny ray aman-dreniny sy ireo tompon’andrikitry ny lycée ary ny mpikambana Zami avy amin’ny kaominina manakaiky an’i Foulpointe.

Raha iverenana, notolorana volan-tsakafo 24.000 Ar miampy 10.000 Ar saran-dalana mandroso sy miverina ireo mpiadina tsirairay. Toy izay ihany koa ny volan-tsakafon’ny ray aman-dreny miisa enina. Niaraha’ny rehetra ho nofon-kena mitam-pihavanana kosa ny omby iray.

Sajo

News Mada0 partages

Sady nanompa variraraka ireo polisy… : mamo ny saoferan’ilay 4X4 nitrongy pôtôn’ny Jirama

Nambaran’ny talem-paritry ny Jirama Toamasina fa “mandrora mitsilany, manimba ny fotodrafitrasany ihany ny mpanjifa”. Toy izany ny nitaterany ny andrinjiron’ny Jirama, tapaka tanteraka nodonin’ny fiara iray teny Ankirihiry.

Nodonin’ny fiara tsy mataho-dalana (4 x 4) iray ny andrinjiron’ny Jirama ny alin’ny zoma hifoha ny asabotsy 15 jolay teo teny Ankirihiry, manoloana ny biraon’ny polisin’ny Fip. Mafy ny fifandonana, ka nitolefika tamin’ny tany mihitsy ilay andrinjiro, ary tapaka avokoa ny famatsiana herinaratra ny manodidina, teny Ankirihiry Avaratra, Valpinson ary Morafeno.

Olona roa ny tao anatin’ilay fiara, naratra mafy ny teo aloha sady mamo ary nandositra kosa ny mpamily.

Nahazo ompa variraraka tamin’ilay lehilahy efa mamo ireo polisin’ny Fip nahita ity tranga ity. Nandrahona azy ireo koa ary nitonona ho mahalala olona ambony akaiky ny fitondrana. “Nanahirana anay ny fihetsiny nefa tsy maintsy noraisina ny andraikitra ka nasiana rojovy izy, nanamora ny nitondrana azy tany amin’ny hopitaly”, hoy ireo polisy. Nambaran’ireo nanatri- maso fa avy namonjy alim-pandihizana izy roa lahy ireo.

Sarotra ny fanarenana

Nambaran’ny talem-paritry ny Jirama Toamasina, Veloson Léonard, fa sarotra ny fanoloana  ity andrinjiro simba ity. Tsy ahitana karazana tsatobato mitovy aminy intsony ankehitriny. Simba koa ny fiarabe manokana afaka mibata sy mamindra izany ary afaka mametaka ny solony raha mahita vaovao. Tsy afaka manome fe-potoana ny mpanjifa amin’ny fahavitan’ny fanoloana azy, araka izany, ny Jirama Toamasina.

Nomarihiny koa fa hitory ireto nahavanon- doza ny Jirama, na nandrahona sy milaza fa mahalala olona ambony aza ireto farany.

Sajo

News Mada0 partages

Change au noir : l’insécurité tue le métier

Les cambistes informels officiant le long de l’avenue de l’indépendance à  Analakely déplorent la morosité ambiante du secteur.

«Le change au noir ne fait plus vivre son homme comme auparavant», a témoigné l’un d’eux. Selon ce dernier, l’insécurité, tant au niveau de la transaction que de la personne qui effectue le change, est la source de cette décrépitude. En fait, bon nombre des nouveaux venus dans le métier n’hésitent  pas à s’adonner à des actes malhonnêtes quand l’occasion se présente. Ce qui a fait fuir les clients.

Jeux de mains

Les cambistes informels offrent toujours un taux de change plus élevé en ariary que celui des banques, «Et il arrive même que les touristes ont recours à notre service», a affirmé un cambiste. Cependant, comme cette activité est informelle, le client est contraint à effectuer au plus vite ses décomptes, sans prendre le temps de faire une sérieuse vérification.

Et par un incroyable «Jeu de mains», le nombre de 10 000 ariary, dans un paquet de dix par exemple, est escamoté d’un ou de deux billets. A cela s’ajoute aussi le vol interposé soit par hold-up, soit à la tire, soit par pickpockets. «Il y a parmi ces nouveaux cambistes qui s’associent à des malfaiteurs en étant leurs indicateurs. Tout cela ternit notre métier», a souligné notre homme. A cause de cette situation, notre cambiste n’entretient plus ses relations qu’avec ses anciens clients. Des clients dont le nombre s’amenuise de jour en jour.

40 000 ariary de bénéfice

«Je faisais un bénéfice de plus 40 000 ariary par jour, voire un peu plus, dans les jours fastes auparavant», a témoigné un cambiste, notamment depuis la dépréciation de l’ariary. «Mais dans la situation actuelle, il m’arrive de rentrer bredouille durant une semaine», déplore-t-il. Avec le foisonnement du nombre  de ces cambistes informels, une masse monétaire non négligeable circule assurément sur les lieux. Comme le dit l’adage: «l’occasion fait le larron».

Sera R

 

News Mada0 partages

Enseignement technique : l’entreprenariat au programme

Des modules sur l’entreprenariat seront intégrés dans le programme scolaire des lycées techniques et professionnels (LTP). Les documents pédagogiques y afférents feront l’objet d’une validation à l’occasion d’un atelier de cinq jours qui se déroule à Ampefiloha. «L’objectif de ce projet consiste à doter les jeunes lycéens de compétences entrepreneuriales, en savoir, savoir-faire et savoir-être».

C’est  ce qu’a fait valoir le secrétaire général du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP), Solay Georges Rakotonirainy, lors de la cérémonie d’ouverture officielle de cet atelier hier. «Ces compétences permettront aux apprenants d’agir sur les opportunités et les idées et de réaliser de la valeur pour eux-mêmes et pour les autres. La valeur à gagner peut être financière ou économique, culturelle ou sociale» a-t-il poursuivi.

Cette initiative, soutenue techniquement par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi) et financièrement par le Gouvernement du Royaume de Norvège, sera effective dès la prochaine année scolaire dans dix LTP pilotes. A l’issue de cette concertation de cinq jours, les participants doivent sortir le document de développement du module Entreprenariat pour la 1ère , 2ème, et la 3ème année des LTP pilotes, en même temps validé et prêt à être utilisé pour le pilotage. Le guide des formateurs d’entreprenariat pour la 1ère année devrait aussi être validé et prêt à l’utilisation dans les LTP pilotes, tout comme les manuels des apprenants pour cette même classe.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

LCFA : Félicitée Rejo F., nouvelle présidente

Félicitée Rejo Fienena a été nommée présidente du Lion’s Club Antananarivo Farimbona (LCAF) pour le mandat 2017-2018. La passation de marteau entre la nouvelle et la past-présidente Nina Ranaivoarisoa s’est déroulée samedi dernier au Café de la Gare de Soarano.

«Tout au long de ce mandat, mon programme sera guidé par deux objectifs majeurs. Primo, raffermir la convivialité et l’amitié entre les membres et secundo, assurer la continuité des acquis et des actions accomplies par mon prédécesseur dans les domaines concernant l’ophtalmologie, la faim, la jeunesse, et l’environnement, dont nous sommes fières», a-t-elle souligné lors de son allocation à cette cérémonie de passation. Une cérémonie qui a été marquée également par l’intronisation de cinq nouveaux membres au sein du LCAF.

Félicitée Rejo Fienena est membre fondateur du LCAF et non moins Professeur titulaire des universités spécialiste en biodiversité et environnement, Biologie forestière tropicale, Biologie de conservation et gestion durable des ressources naturelles ainsi qu’en Ethnobotanique.

Sera R

 

News Mada0 partages

Baccalauréat : contrôle strict des fraudes et tentatives de fraude Codis

L’Office du baccalauréat d’Antananarivo change de stratégie pour écarter toute tentative de fraude durant les épreuves. Des mesures strictes seront appliquées pour atteindre cet objectif.

Du changement. Amener des cahiers ou autres documents et fiches de révision dans les salles d’examen serait désormais interdit à partir de cette session de baccalauréat qui se déroulera du 24 au 27 juillet prochain pour l’enseignement général, et du 31 juillet au 3 août pour l’enseignement technique. Une option qui était possible durant les années précédentes où les candidats doivent juste déposer leurs documents hors de portée avant le début des  épreuves.

C’est ce qui ressort d’un point de presse organisé hier à Ankatso. Par cette mesure, les candidats qui effectuent des révisions durant les temps de pause entre les épreuves doivent laisser leurs dossiers en dehors des salles d’examen, tout comme les téléphones portables et autres outils numériques, sauf les calculatrices scientifiques. «Pour veiller à l’application de cette disposition, des contrôles stricts qui s’accompagnent de fouilles à l’entrée des salles seront menés», a souligné le président de l’Office du baccalauréat d’Antananarivo, le Dr. Olivier Rakotoarison.

Des lourdes sanctions seront appliquées aux candidats qui enfreignent cette nouvelle consigne, qui traduit déjà une tentative de tricherie, tout comme ceux qui sont pris en flagrant délit de fraude.  Les candidats concernés seront tout de suite convoqués en Conseil de discipline (Codis), dont la suite pourrait aller jusqu’à l’interdiction de passer des examens nationaux durant cinq ans successifs.

A l’occasion de cette rencontre avec la presse, le Dr. Olivier Rakotoarison n’a pas manqué d’interpeller les candidats à respecter les consignes des épreuves, notamment de procéder à la signature de leurs feuilles de copie avant de sortir de la salle d’examen. «Toutes copies qui ne comportent pas la signature du candidat et des membres du jury dans une salle ne seraient pas corrigées», a-t-il lancé.

En guise de rappel, Antananarivo compte 74.577 candidats cette année dont 4.795 pour la série A1, 46.624 pour la série A2, 3.348 pour la série C et 14.792 pour la série D. L’effectif des candidats pour l’option technique est de 5.038. Pour répondre à la hausse de 1,87% du nombre des candidats par rapport à l’année dernière, l’Office du baccalauréat d’Antananarivo a ajouté deux centres d’écrits supplémentaires.

Fahranarison

News Mada0 partages

La Réunion Kely : les habitants ont créé une association

Las d’être utilisés comme tremplin et instrument de propagande par diverses  organisations politiques et sociales, les habitants de La Réunion Kely ont décidé de prendre en main leur avenir en créant leur propre association : l’association «Vahaolana ho an’ny anio sy rahampitso» (Var), littéralement des solutions pour aujourd’hui et demain.

«Nous  ne voulons plus que des politiques s’infiltrent dans notre association, notamment en nous servant de tremplin pour la montée au pouvoir à travers une manifestation dans les rues moyennant une somme dérisoire», a souligné le président de l’association, Radoniaina Ranjalahy, connu sous le nom de Karana.

L’objectif global est de voir de près les conditions sociales de ses habitants, en particulier de leurs habitats. «Nous pensons qu’il faut améliorer nos logements, là où nous sommes actuellement, pour que cet endroit ne ressemble pas à un dépôt d’ordures», a déclaré Radoniaina Ranjalahy. De souligner ensuite que «Nous ne sommes pas contre les dispositions de l’Etat de nous déplacer à Andranofeno ou dans n’importe quel endroit. Toutefois, en raison de l’absence de mesures d’accompagnement, certaines personnes qui n’ont jamais été habituées à la culture ou à l’élevage (manier des bêches pour cultiver la terre…), ont décidé de revenir dans ces lieux».

Des papiers administratifs

Selon toujours Radoniaina Ranjalahy, l’absence de documents administratifs, comme l’acte de naissance ou la copie pour les enfants et la carte d’identité nationale pour les adultes, constitue un handicap pour améliorer leur situation. «Cette situation ne nous permet pas de trouver d’emploi, voire même temporaire, notamment pour les hommes. Or certains d’entre nous sont qualifiés pour des postes de manœuvres ou d’autres fonctions similaires», a-t-il indiqué. De ce fait, l’association est en train de faire actuellement les démarches nécessaires pour l’obtention de ces papiers. D’après les informations recueillies sur place, au plus 40% des occupants possèdent leur carte d’identité nationale. Des occupants dont le nombre est estimé à plus de 2 000 âmes.

Sera R

 

News Mada0 partages

Vakinankaratra : financement des CSB performants

La région Vakinankaratra jouira dorénavant d’une meilleure prestation en matière de santé publique suite à la mise en application de la nouvelle politique de financement basé sur les performances.

Plusieurs centres de santé de base de la région ont bénéficié du financement basé sur les performances (FBP) mis en place au sein du ministère de la Santé pour améliorer son environnement de travail. De nouvelles infrastructures ont été bâties pour l’usage public au sein de ces centres pour embellir leur cadre mais aussi pour motiver les agents à mieux servir les contribuables, selon les explications du ministère qui a révélé que l’initiative est réservée aux performants pour stimuler la course à la qualité de services au bénéfice de la population.

Le manque de moyens matériels et de ressources humaines des services de santé handicape toutefois la population, particulièrement les résidents des zones rurales, à jouir pleinement de toutes les stratégies conçues dans la politique de la santé pour tous dans les régions. Le pouvoir d’achat de la majorité ne permet d’ailleurs pas la participation aux frais de soins exigée dans les centres de soins publics depuis une dizaine d’années.

Manou

 

News Mada0 partages

Patrimoines en péril : la sauvegarde par des photos

L’association malgache «Harena Madagascar» innove dans la méthode de protection des patrimoines en péril en organisant des concours de photographies pour sensibiliser la masse. Les lauréats de la 2è édition ont été primés dans la capitale, samedi.

Cinq photographes amateurs ont été primés par l’association «Harena Madagascar» lors de la 2e édition de son concours sur les patrimoines en péril. Tolojanahary Ranaivosoa a reçu le premier prix avec sa photo représentant l’état de dégradation de la salle de cinéma «Rex» d’Antananarivo qui a dévié de sa destination initiale depuis la suspension des projections cinématographiques pour devenir un lieu de culte. L’auteur a voulu attirer l’opinion sur la nécessité de préserver et de maintenir ces infrastructures qui ont fait leur temps pour les léguer à la génération future par cette œuvre, selon ses explications. Une cinquantaine de clichés provenant de diverses régions ont été adressés au jury du concours lors de cette édition les obligeant à s’ouvrir davantage à toutes les provinces ultérieurement.

Cette association fondée par Yvette Rabetafika-Ranjeva s’efforce de sensibiliser les citoyens à la préservation des patrimoines matériels et immatériels en péril en les faisant connaître par différents supports, d’après ses membres.

Manou

News Mada0 partages

Basikety – «Afrobasket Men U16» : lavon’i Roandà ny Malagasy

Ratsy fanombohana ny Malagasy teo amin’ny lalao mandroso eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika «Afrobasket Men U16», zazalahy. Fihaonana natao omaly, tany amin’ny kianja Vacoas, Phoenix Maorisy. Lavon’i Roandà, tamin’ny isa tery 73 no ho 70 ry Marco.

Afa-bela ry zareo Roandey tamin’ity, izay efa resin’i Madagasikara nandritra ny fihaonana mandroso, natao ny asabotsy lasa teo. Tsy nahavita nanao valin’ady mihitsy ny mpilalao malagasy tamin’ity, satria nanjakazakan’ny Roandey ny tapa-potoana telo voalohany. Nanantombo ry zareo Roandey, na teo amin’ny fakana ny «rebond offensif» na ny «rebond défensif». Niraradraraka ihany koa ny tifi-davitra, nataon’izy ireo.

Efa nitarika tamin’ny isa 36 no ho 26 ny Roandey, teo am-pialan-tsasatra. Niitatra tsikelikely ny isa teny amin’ny solaitra be teo amin’ny 10 mn fahatelo, satria lasa 56 no ho 45. Efa tany amin’ny tapa-potoana farany vao nanovokovoka ny Malagasy, ka nahavita nampifanaiky ny isa ho 68 no ho 66, avy eo 72 no ho 70 tany amin’ny 30 segondra saingy nanao fahadisoana indray ny Malagasy ka nahazo “lancer franc” ry zareo Roandey. Ny iray ihany anefa no tafiditra tamin’izany, ka dia io isa 73 no ho 70 io no nisarahan’ny roa tonta. Sarotsarotra ny toerana misy ny Malagasy amin’ity, mbola hikatroka amin’i Alzeria, amin’ity anio ity.

Torcelin

News Mada0 partages

Raha mbola mikiry hanao amboletra ; hitory an-dry La Pie ny komitin’ny rugby Analamanga

 Miala any ny fampitandremana. Nambaran’ny komity manokana misahana ny rugby Analamanga fa mitohy ny lalao karakarain’izy ireo. Narangarangan’izy ireo kosa anefa fa handray fepetra ny komity raha mikendry hanohintohina izany ny mpitantana ny ligy.

 

“Mazava ny taratasin’ny fitsarana ny 4 jolay teo mampiato an-dry Ravelojaona Andry (La Pie) sy ny ekipany. Mitombina ny sazin’izy ireo avy amin’ny Malagasy rugby (MR) ary manendry anay komity manokana… Hoentinay eny amin’ny fitsarana ny raharaha raha mikiry biby sy mitonona ho mbola ligy izy ireo”, hoy ny eo anivon’ny komitin’ny rugby Analamanga, Randrianarisoa Rija, tetsy Ankadifotsy, omaly.  Momba ny fanehoan-kevitry ny minisitry ny Tanora sy ny fanatanjahantena sy ny taratasy na naoty  nalefany kosa, nohitrikitrihin’ity komity ity fa misy ny an-tanan-tohatra miahy ny taranja lavalava, amin’ny alalan’ny MR. “Nanasazy ny ligin’Analamanga hiato mandritra ny telo taona izany rafitra ambony izany ka tokony hivantana any ny teny sy ny naoty na koa ny taratasy fa tsy aty aminay komity manokana. Rafitra faratampony afaka mampitsahatra ny asanay ny MR… Ka tsy rava ary mbola manohy ny fikarakarana lalao eto Analamanga izahay. Tsy miova ny fandaminana rehetra ary mitohy ny lalao ho an’ireo ekipa efa nisoratra anarana”, hoy ihany izy ireo.

Afaka manohy ny asany ny ligy aorian’ny sazy

 Nohitsin’ny komity manokana fa tsy mbola tonga any amin’ny MR ny taratasy avy amin’ny minisitera, sady tsy manan-kery izany satria natao ho an’ny an-tanan-tohatry ny minisitera, ho an’ny fari-piadidian’ny fanatanjahantena sy ny tanora. “Tsy natao ho anay komity manokana izany. Ekenay tanteraka kosa anefa raha didim-pitsarana na avy amin’ny MR…”, hoy ity komity ity. Notsiahivin’izy ireo fa fampiatoana telo taona ny sazin’ny mpitantana ny ligy. Afaka manohy ny asany izy ireo rehefa tapitra izany ary mamita sy mandany ny herintaona, fe-potoana farany itantanany izany.

Midika izany fa ara-dalàna ny komity manokana ary ny rafitra eo amboniny, amin’ny alalan’ny MR ihany no afaka mampitsahatra ny asan’izy ireo. Hitohy ny faran’ny herinandro izao rahateo ny lalao.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Différence de points de vue : Gervais Rakotoarimanana quitte le navire

Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances et du budget quitte le gouvernement Mahafaly avec un sentiment du devoir accompli. Raisons de son départ : Différences de points de vue et de méthodes de travail.

 «Toutes les conditions ne sont pas remplies pour que je puisse accomplir mes responsabilités avec succès». Ce sont les mots du ministre des Finances et du budget, hier, devant la presse, en annoncant officiellement sa démission de son poste dans le «Gouvernement de combat» d’Olivier Mahafaly Solonandrasana. Les bruits de couloir depuis samedi dernier sont donc confirmés. Gervais Rakotoarimanana  quitte son poste de ministre des Finances et du budget après l’avoir occupé pendant deux ans et demi.

Désaccords

Hier, devant la presse à l’hôtel Carlton, le ministre s’est contenté de faire une simple déclaration et s’est abstenu de répondre à toutes les questions. Le Grand argentier a juste avancé que «Les points de vue et les méthodes de travail ne sont pas les mêmes». Voilà pourquoi il a remis sa lettre de démission au président Hery Rajaonarimampianina  vendredi dernier. Ces derniers temps, des bruits ont circulé qu’entre le ministre et le régime, la relation n’est plus au beau fixe car parait-il que Gervais Rakotoarimanana, un technicien qui connaît les rouages de l’économie malgache, a refusé de participer aux différentes magouilles des dirigeants actuels.

Gervais Rakotoariamanana était pourtant le principal interlocuteur du gouvernement par rapport aux bailleurs de fonds et les Partenaires techniques et financiers (PTF) du pays. Il y a de quoi inquiéter les principaux partenaires de Madagascar après cette démission.

Plusieurs étapes franchies

Par ailleurs, Gervais Rakotoarimanana a résumé les grandes lignes des réalisations durant les deux ans et demi où il a exercé en tant que ministre des Finances et du budget. «Plusieurs étapes ont été franchies. Il s’agit notamment de l’accord conclu avec le Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre de la Facilité élargie de crédit (FEC), le retour de la confiance des bailleurs traditionnels et l’organisation de la Conférence des bailleurs et investisseurs à Paris. L’approbation du cadre de partenariat-pays par le Conseil d’administration de la Banque mondiale. De même pour la Banque africaine de développement qui a approuvé le document de stratégie pays», a-t-il avancé. Celui-ci de préciser que «La troisième tranche de la Fec devrait également être accordée après la mission d’évaluation effectuée par le FMI prévue en septembre prochain».

Riana R.

 

News Mada0 partages

Afrobasket U16 Men : Madagascar à la 3e place

Rien ne doit être laissé au hasard pour les jeunes porte-fanions de la Grande île après le match serré contre les Rwandais, hier, sur le parquet de Vacoas, Maurice. La bataille est loin d’être gagnée pour les basketteurs malgaches qui vont en découdre avec les Algériens ce jour.

Rien n’est joué d’avance et le danger arrive de partout. Qui aurait cru que les jeunes Rwandais allaient faire un retour en force, hier, après avoir été corrigés par Madagascar en match aller de la compétition (95-87). En effet, l’équipe nationale malgache a été prise à contre-pieds par l’ensemble rwandais, hier, sur le score serré de 73 à 70 au terme d’un match palpitant.

Les Rwandais ont manifestement repris du poil de la bête avec l’ambition de prendre le dessus durant ce match retour et ils savaient pertinemment que cela ne se faisait pas en un tour de main. Contrairement au camp malgache qui a confondu vitesse et précipitation tout au long des trois quart-temps. Les Rwandais n’ont pas fait de cadeau aux pivots malgaches avec les rebonds offensifs et défensifs outre les tirs à distance de la part des ailiers. Un vrai festival…

Il a fallu attendre le début du 4e quart-temps pour que la bande à Marco arrive à répondre coup pour coup aux offensives adverses. Ils ont remonté, lentement mais sûrement, la pente à moins de 40 secondes de la partie (68-66) mais une faute, peu ou prou, a anéanti tout espoir de prendre le dessus et assurer ainsi une place pour le prochain tour. En tout cas, Marco Rakotovao et sa bande doivent continuer sur leur lancée pour venir à bout des Algériens ce jour. Ces derniers sont tombés de haut face à l’Egypte, hier, sur le score de 49 à 65.

Rojo N.

Groupe B :

Classement :

1-Egypte : 8 points

2-Algérie : 6 points

3-Madagascar : 5 points

4-Rwanda : 5 points

Résultats :

Rwanda-Madagascar : 73-70

Algérie-Egypte : 49-65

Tia Tanindranaza0 partages

Loza teny FenoarivoMpitondra « moto » maty voahitsaky ny « Camion »

Nisehoana lozam-pifamoivoizana mahatsiravina teny Fenoarivo manakaiky ny toby fivarotan-tsolika Total omaly maraina.

Gaboraraka loatra

Olana eto amintsika ny resaka fitondrana “moto”, indrindra fa ny “scooter” izay indraindray miteraka fimenomenonana sy fifanomezan-tsiny eo amin’ny samy mpampiasa làlana. Maro ireo mahatsapa sy mihevitra fa diso misetrasetra loatra ny mpanamory sasany, kanefa tena isan’ny fitaovam-piteterana mampidi-doza ny moto, izay efa tena be mpampiasa eto amintsika, ka na ny fanaovana ireny aroloha ireny aza, dia tsy vitsy no mihevitra fa fombafomba natao hialana amin’ny sazin’ny mpitandro filaminana no hampiasana azy. Olana ihany koa anefa ny tsy fahafehezana ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana sy ny gaboraraka, ka samy manao izay saim-pantany ny rehetra. Ny resaka fotodrafitrasa toy ny tondro isan-karazany moa dia tsizarizary, ka na misy aza ireny, dia maro no tsy mahay mampiasa azy ireny akory. Tsy resaka tsy fitandremana fotsiny ny anton’ny loza eto amintsika fa eo ihany koa ny toe-tsaina mila hovaina, ka tsy ho zatry ny gaboraraka lava eto.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bakalorea -AntananarivoHivoaka ny 25 aogositra ny vokatra

Ho tanterahina ny 24 jolay ho avy izao manerana ny Nosy ny fanadinana bakalôrea taona 2017. Miisa 74. 577 ireo mpiadina rehetra hiatrika izany , ka 69.539 amin’ireo no ao amin’ny sokajy ankapobeny raha 5.038 kosa ny sokajy teknika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Vola vaovaoHanatsara ny toekarena, hoy ny filoham-pirenena

Nanararaotra niteny mikasika ilay vola 20.000 ariary tokana nivoaka nanomboka omaly ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina,

 nandritry ny fandraisam-pitenenany tamin’ny fitokanana ny tetezan’I Kamoro omaly. Ahitana ny sarin’ity tetezana navaozina ity moa ilay vola. Aza manaiky ho fitahana, hoy ny tenany, fa hitondra fanatsarana amin’ny ady amin’ny hosoka ny vola vaovao ary hitondra fihatsarana eo amin’ny toekarena fa tsy hampiakatra vidim-piainana na ny kely aza. Dia ho hita eo tokoa moa izany raha hisy izay fiatsaran’ny toekarena izay fa indrindra hoe hanao ahoana ny ho fiatrainkany amin’ny fahefa-mividin’ny sarambabem-bahoaka izay efa mimenomenona sahady. Ho toy ilay resaka delestazy nohiraina ho voavaha anaty 6 volana tamin’ny taona 2013 ve sa ahoana?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Miandry fa gasy

Ity tokoa vao tonga amin’ilay fomba fiteny hoe “miandry fa gasy”.

Nandrasana nanomboka tany amin’ny taona 2013 ny nivahan’ny delestazy tao anatin’ny 6 volana fa na ny olana eo anivon’ny orinasa Jiro sy rano Malagasy aza manambana fisavorovoroana hanampy an’ireo mpiraki-draharaha sy ny mpitsara ary ny mpiasan’ny fadin-tseranana sy izay mpiasam-panjakana rehetra manambana hitokona indray. Nampanantena ary nilaza mihitsy ny filoham-pirenena omaly fa tsy hisy fiantraikany eo amin’ny fidangan’ny vidim-piainana ny fivoahan’ny vola vaovao dia andrasana tokoa ary izay ho fahamarinany ato ho ato. Tena hitondra akony tsara eo amin’ny fahefa-mividin’ny sarambabem-bahoaka tokoa ve sa tsia raha toa ka n any mpanara-baovao iraisam-pirenena aza efa miaiky sahady fa miteraka resabe sy fimenomenonana izany. 2 taona monja dia ahavitana fotodrafitrasa goavana, hoy ny filoham-pirenena fa ny fampandrosoana kosa mila fotoana. Hiandry rahoviana ary?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Rasoanoromalala Marie HoraceManohy ny fidinana ifotony mamaha ny olan’ny mpamboly

Taorian'ny fidinana ifotony nataon'ny Dépiote Rasoanoromalala Marie Horace sy ny solotenan'ny mpamboly vary ao Avaratr'Ambohimanarina

  dia nivory nandinika ny vahaolana maharitra niaraka tamin’ireo Komity FMR sy ireo olona vonona hifanome tanana halavorary ny fambolena eny an-toerana ny Depiote Horace, isan'izany ny fangatahana sy fijerena manokana ilay « Canal » mitondra ny rano ao Anosivavaka manondraka tanimbary hanetsana izay notapenan'ireo sinoa izay nividy ny tany ka mety hiteraka fahavoazana lehibe hoan'ny mpamboly. Ny Depiiote Horace mihitsy no hitondra ny fitarainan'izy ireo miainga any amin’ ireo Antokon-draharaham-panjakana mahefa sy mpanatanteraka hiantefan'izany.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Masoivohon’i Afrika AtsimoNanadio sy nanavao ny Centre Fanambinana

Hankalazaina anio talata 18 jolay ny andron’i Nelson Mandela. Hanamarihana ny hetsika dia nanatanteraka asa sosialy teny amin’ny Centre Fanambinana,

Pati

La Vérité0 partages

Ministère des Finances et du budget - Passation de service entre l’ancien et le nouveau ministre

« Faites en sorte de protéger ce qui a été réalisé, et tâchez de poursuivre le processus de redressement que nous avions entrepris ». C’est ce message que le ministre des Finances sortant Gervais Rakotoarimanana a adressé au personnel de ce ministère dans son discours, lors de la passation de service avec la nouvelle occupante du trône de cette entité gouvernementale à Antaninarenina hier.

Gervais Rakotoarimanana, voulant quitter son ministère la tête haute, a allègrement énuméré les différentes réalisations entreprises sous son mandat, à savoir le système de paiement électronique des dépenses en carburant et lubrifiant (Specl) par le Trésor qui selon ses dires, a permis de réaliser des économies considérables de carburant, et la convention d’accord de financement par les bailleurs de fonds. Sur les impôts, il a félicité l’élaboration du guide d’utilisation du Code général des impôts (Cgi ) qui, à son avis, revêt une importance majeure, car permettant d’éviter les interprétations erronées, aussi bien de la part des contribuables que du service des impôts. « Cela a permis d’améliorer d’une manière notable les recettes fiscales », a-t-il révélé. Par ailleurs, l’ex-ministre a évoqué la mise en place de la charte des contribuables, primordiale selon ses dires. Pour la Douane, il a mentionné le contrat de performance dont la mise en application a eu des impacts positifs, surtout au niveau des points sensibles, à savoir le port de Toamasina et l’aéroport d’Ivato. En sus, il a salué l’efficacité de l’observatoire des délits de dédouanement qui a permis de déceler les irrégularités commises au niveau des douanes. A l’endroit de la direction générale du budget, Gervais Rakotoarimanana a exprimé sa gratitude pour l’élaboration par cette entité des lois sur le budget et des lois des finances rectificatives.  « Cette entreprise a nécessité des travaux de jour comme de nuit », a-t-il souligné tout en ajoutant que Madagascar est aujourd’hui à jour en termes de loi de règlement. A la  direction générale de la gestion financière du personnel de l'Etat à Madagascar ou Dgfpe, il a évoqué l’assainissement des hauts emplois qui a permis de générer des milliards d’ariary d’économie, et de déterminer les obligations de chacun. En outre, il a loué les initiatives prises concernant les pensionnés, surtout l’assainissement et la bonne gestion du budget des retraités.  A propos de la Rmp, il a rappelé l’établissement des nouveaux comptes sur la passation de marchés publics, une procédure incontournable. S’adressant au service de contrôle financier, il a exprimé sa satisfaction du fait de la mise en place du texte sur le contrôle financier qui a permis d’améliorer, non seulement ce service, mais également la relation avec les employeurs. Dans la même foulée, il a reconnu l’importance du contrôle a posteriori pour améliorer le service, et connaître l’obligation de chacun. Pour terminer, il a félicité l’audit interne pour l’élaboration de la charte.   En réponse, Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona, le nouveau ministre des Finances et du budget, avec fair-play, n’a pas tari d’éloges sur les réalisations de l’ex-ministre Gervais Rakotoarimanana, tout en soulignant qu’elle est prête à les poursuivre. « Vous pouvez être fiers d’avoir franchi des étapes appréciables dans la contribution au développement du pays », a-t-elle souligné. « Parmi tous les points que vous avez évoqués, j’en  ai particulièrement retenu deux : La facilité élargie de crédit (Fec) accordée par le Fmi et la loi de règlement », a-t-elle fait remarquer.  Rivo S.

La Vérité0 partages

Que de renégats !

Traîtres, par-ci. Félons, par-là. Décidément, des personnalités coupables de trahison pullulent au sein de ce régime. Les « retournements de veste » sont légion et meublent la galerie. Dans le cercle restreint du Chef de l’Etat, on note la présence, en quantité préoccupante, des « caméléons ». Dénués de tout scrupule et n’ayant, nullement, le sens de l’éthique politique, ces rigolos évoluent en orbite dans la haute sphère du pouvoir. Ils arborent, honteusement, les titres de « conseillers » pour certains,  des «conseillers spéciaux » du Président. Des titres qui leur permettent d’extorquer les pauvres concitoyens.

  A l’Assemblée nationale (An), le temple de la démocratie, dit-on ailleurs, c’est l’horreur ! Devenue le repaire des « fauves », elle a complètement perdu son lustre. A l’entame de la mandature, le régime ne disposa à Tsimbazaza aucun représentant élu sous la couleur du parti d’Etat, Hvm. Mais par la magie de la traîtrise et en vertu de la puissance des mallettes, en deux temps trois mouvements, les députés aux cravates bleues inondent l’aréopage de l’An. Ainsi, le pouvoir en place détient la…majorité absolue à la Chambre basse. On y écrasait aux pieds le concept du «mandat impératif ». Certes, il y a quand même une poignée d’élus fidèles à leurs principes, à leurs partis et aux électeurs. Toutefois, ils ne feront pas le poids face à la « marée bleue ».  Ces parlementaires- pirouettes sont condamnables de double trahison.   Ils ont trahi, en premier lieu, leurs électeurs qui, certainement, motivaient leur choix par l’étiquette affichée par le candidat durant la campagne.  Soit par l’étendard d’un parti, soit sous la couleur d’indépendant. Mais, une fois débarqué à Tsimbazaza, le député élu « change » tout et rejoint la formation politique du pouvoir. Une option politique en totale contradiction avec le contrat et les engagements moraux avec la base. Ce qui provoquerait le dépit, voire, l’indignation de l’électorat de sa circonscription d’origine. Et c’est le cas pour beaucoup. Cet élu, sans vergogne, déçoit et irrite aussi la  formation politique qui l’a présenté. En fait, il s’agit d’une honte sur la pratique politique dans le pays. Les acteurs politiques malagasy, dans la grande majorité, font preuve d’une frivolité partisane. Ils sont capables de changer, brutalement, d’un camp à l’autre sans que leur conscience politique les interpelle. Très peu des femmes et des hommes politiques malagasy peuvent se targuer d’avoir un ancrage de principe ou d’éthique politique. Ils voguent au gré du vent au milieu de l’océan. Et attention ! Le risque de naufrage les guette à tout moment. En pleine mer, les tempêtes sont fréquentes.Dans le Gouvernement, des ministres « reptiles » de l’ordre des « lacertiliens »,  du genre caméléons pour les profanes, infestent le milieu. Ils s’accrochent et ternissent l’image de l’Exécutif. La présence, trop marquée, de ces traîtres au sein du régime souille la notabilité de l’Etat. Ces espèces, en voie de disparition, contaminent l’atmosphère et rendent inefficaces les actions des autres. D’aucuns ne s’étonneraient si des éléments, apparemment, sérieux préfèrent quitter le navire, et cela, même en plein circuit, au moment où les vagues torpillent le bâtiment. L’exemple du désormais ex-ministre des Finances, Rakotoarimanana Gervais, risque de faire école. Ils évitent l’éclaboussure prochaine. Que de renégats noyautent ce régime !  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Afrobasket - Madagascar domine l’Algérie

Malmenée (16-22) au premier quart-temps, l’équipe malgache a pris sa revanche en dominant (78-71) l’Algérie pour le match retour du groupe B au championnat d’Afrique U16 à l’île Maurice. Une victoire méritée après les petites erreurs qui se payaient cash lors du match aller.  Par manque de gestion de fin de match, Madagascar a perdu sur le plus petit écart (59-60) à la dernière seconde.

Plus rassuré vers la fin du match, Sitraka Raharimanantoanina, l’homme du match avec 23 points et 9 rebonds a mené les siens vers la victoire.  Le capitaine d’équipe malgache est très suivi par les médias internationaux et les internautes sur Twitter. Poussés jusqu’au bout par la diaspora malgache, les joueurs étaient plus que motivés pour changer la donne. Quant à ce jour, la victoire est de mise contre l’Egypte si les protégés de Maminirina Razafindrakoto alias Kims coach malgache veut accéder sereinement au carré final. L’Algérie a déjà encaissé sa deuxième défaite après l’Egypte (49-65) et disputera son dernier match contre le Rwanda qui réserve aussi d’autres suspens ce jour après sa première victoire.En réussissant 50 points à lui seul contre Maurice samedi soir, le Malien Siriman Kanoute se positionne déjà comme un candidat sérieux au titre de meilleur marqueur de la compétition. Il cumule, depuis le début du tournoi, 86 points, soit 22 de plus que le Malgache Marco Rakotovao.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Audition de Fetra Rakotondrasoa - La grosse artillerie pour une parodie

Le ridicule ne tue visiblement pas. Pour intimider le mouvement pour la liberté de la presse, certains membres du pouvoir actuel sont visiblement prêts à utiliser de tous les artifices possibles à leur disposition. Dans le cadre de l’audition d’un leader de ce mouvement, ces derniers ont ainsi littéralement sorti l’artillerie lourde.  Le journaliste Fetra Rakotondrasoa a ainsi été entendu dans la matinée d’hier dans les locaux du Service des affaires criminelles et spéciales (Brigade spéciale) de la direction de la Police judiciaire au camp Ratsimandrava à Andrefan’Ambohijanahary.

Durant son audition, le leader du Mouvement pour la liberté d’expression (Mle) a été assisté par ses avocats et le président de l’Ordre des journalistes de Madagascar (Ojm) Gérard Rakotonirina. L’enquête menée par une cellule mixte d’enquête constituée de la Brigade spéciale de la gendarmerie au Toby Ratsimandrava, ainsi que de la police criminelle a duré quatre heures. Immédiatement après son audition,  le journaliste et six officiers de la Police judiciaire se sont rendus à Ankadilalampotsy Ankaraobato où une perquisition a été menée au domicile de celui-ci. La maison a été  passée au peigne fin par l’équipe d’enquêteurs venus sur place durant trois quarts d’heure (de 14h15 à 15h05). A la fin de la visite, les avocats du journaliste ont expliqué aux membres de la presse qui ont fait le déplacement à Ankaraobato pour couvrir l’évènement qu’ « un mandat de perquisition a été délivré » et que « la fouille s’est déroulée dans les règles ». Après des fouilles minutieuses, les officiers de Police judiciaire ont quitté le lieu. La descente a donc été infructueuse. Maître Tsiferana Ravoniarison, un des avocats du journaliste précise qu’aucune pièce à conviction n’avait été retrouvée sur place. Fetra Rakotondrasoa a ainsi pu vaquer à ses occupations après la fouille. Il s’agit selon Maître Ravoniarison de l’enquête préliminaire. Une affaire  d’uniforme…Pour l’instant, aucune précision sur les chefs d’inculpation n’a toutefois été divulguée. « Il s’agit d’une affaire d’uniforme », précise simplement la défense du journaliste. Fetra Rakotondrasoa a en toute vraisemblance été entendu dans le cadre de l’affaire autour de l’émission « Tsy mahaleo ny sampona », une parodie du « Rendez-vous, Fotoam-bita » du Président de la République malgache Hery Rajaonarimampianina. Au cours du premier épisode de l’émission parodique « Tsy mahaleo ny sampona », le présentateur Barry Benson était affublé d’un vêtement « qui ressemble à un uniforme de la Gendarmerie ou de l’Armée ». Notons que ce jeune homme affirme avoir été entendu la semaine dernière dans le cadre de cette même affaire pour « port illégal d’uniforme ». Fetra Rakotondrasoa, un des producteurs de l’émission, aurait ainsi été entendu puisque « paraît-il que c’est lui qui a fourni l’uniforme en question », précise Maître Aliarivelo, avocat du journaliste. La perquisition visait selon ce dernier à retrouver le vêtement en question et les accessoires utilisés lors de l’émission. Notons également que l’identité du plaignant dans cette affaire n’a pas été divulguée. « Nous avons sollicité les enquêteurs pour nous donner le nom de la partie civile. Nous n’avons pas obtenu de réponse claire. Il paraît que c’est la Gendarmerie elle- même », indique maître Aliarivelo avec quelques réserves. L’Ojm pour sa part s’insurge contre une nouvelle entrave à la liberté d’expression. Pour Didi Ratsimbazafy, vice-président de l’Ojm, il n’y a aucune raison valable de poursuivre quiconque à la suite d’une parodie puisqu’il s’agit d’une forme journalistique adoptant un ton satirique. Et lui de souligner par ailleurs que l’uniforme en question a été utilisé dans le cadre de cette parodie. « C’est la deuxième fois en un mois que des journalistes sont entendus. A chaque fois, cela s’est inscrit dans des enquêtes criminelles. La première fois c’était à la Brigade criminelle, cette fois-ci c’est la Brigade spéciale chargée des affaires criminelles. Est-ce qu’on est en train de confondre les journalistes avec des criminels ? »,fustige ainsi le vice-président  de l’Ojm.Recueillis par  A.R.

La Vérité0 partages

Affaire Alain Ramaroson - Son avocat demande l’acquittement

Le procès du politicien Alain Ramaroson, accusé de faux et usage de faux, s’est déroulé hier au Tribunal d’Anosy. Le jugement se rapporte à un conflit faisant s’entredéchirer les Ramaroson concernant le partage frauduleux du terrain familial à Andoharanofotsy, en 2013. Après 2 heures et demie de débats houleux, le juge a décidé de rendre le verdict le 25 juillet prochain. Les plaignants ont demandé des dommages et intérêts s’élevant à 2 milliards d’ariary.

 L’avocat d’A. Ramaroson a demandé l’acquittement pur et simple de son client. A défaut, la défense de l’homme politique a plaidé pour sa relaxation au bénéfice du doute. Depuis son box d’accusé, l’homme politique a donc dû répondre au juge sur les principaux griefs des plaignants à son endroit. Pour la défense de son client, l’avocat de Alain Ramaroson a avancé que « cette affaire avait été déjà prescrite et que les principaux acteurs sont tous morts ». L’homme de loi soulève le quiproquo dans l’attitude de la partie plaignante. Faisant écho aux propos de l’accusé, l’avocat ne put s’empêcher de s’étonner sur la décision de celle-ci à ne porter plainte qu’en 2013, alors que la transaction àpropos du terrain sis à Andoharanofotsy a eu lieu en 2008. Il a ajouté que la plainte n’a été formulée qu’après l’incendie qui a ravagé la résidence d’A. Ramaroson, un sinistre qui a réduit en cendres tous les documents domaniaux alors en sa possession.Pour revenir dans les chefs d’inculpation d’A. Ramaroson, évoquons donc le recours à un faux acte de partage mais aussi des fausses procurations de ses défunts frères. Le terrain litigieux d’Andoharanofotsy, la principale pomme de discorde, a été cédé à l’église orthodoxe.  Comme à son arrivée au parvis du palais de la Justice à Anosy, l’accusé, les pas un peu lourds, mais demeuré imperturbable, a rejoint un véhicule 4x4 privé pour le transporter jusqu’à son lieu de détention provisoire, après que le Tribunal a rejeté la demande de liberté provisoire émise par son avocat. C’est ainsi de la prison d’Antanimora que le leader du parti « Masters »attendra le verdict sur ce terrain d’Andoharanofotsy et le procès fixé pour le 1er aôut concernant une autre affaire, à savoir un terrain à Ambohimangakely.Franck Roland

La Vérité0 partages

« Paositra malagasy » - Sortie officielle du timbre Nelson Mandela

Pour marquer d’une pièrre blanche la célébration du « Mandela day », la « Paositra malagasy » vient d’émettre un million de nouveaux timbres sur le territoire national. Le lancement officiel du timbre-poste dénommé « Nelson Mandela » s’est tenu hier au Carlton, Anosy. Madagascar est l’un des pays qui ont bénéficié l’agrément de la fondation Nelson Mandela, pour imprimer ce timbre-poste. Sur ce timbre figure la photo de Nelson Mandela faite avec de l’encre invisible et d’une couleur polychrome.

Ce nouveau timbre-poste ainsi que des cartes postales correspondantes sont mis en vente depuis hier dans tous les bureaux de la Poste, entre autres dans celui d’Antaninarenina et à la vitrine postale des 67 ha. Les philatélistes étrangers peuvent en trouver dans les centres d’approvisionnement en valeur postale. Les commandes de philatélistes nationales peuvent être traitées directement ou envoyées par les récepteurs ou les gestionnaires des points de vente, accompagnées par une garantie de règlement.Nelson MandelaNelson Mandela est né à Mvezo, Afrique du Sud, le 18 juillet 1918. Il avait été l’un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique institutionnel de ségrégation raciale (« apartheid »). Après plusieurs années de lutte contre l’« apartheid », d’arrestations et de procès, Nelson Mandela avait été condamné en 1964 avec sept de ses compagnons à la prison à vie pour sabotage, trahison et complot. Durant toute sa captivité, il refusait d’être libéré contre le renoncement public à la lutte anti-apartheid. En 1986 avaient lieu des rencontres avec les autorités qui le placaient en résidence surveillée à partir de 1988. Nelson Mandela fut finalement libéré le 11 février 1990 après avoir passé 27 ans et demi en prison. Il était devenu le Président de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non ségrégationnistes de l’histoire du pays. En 1999, il avait créé la fondation Nelson Mandela et se consacrait à la lutte contre le Sida après la mort de son fils en 2005. Il décéda le 5 décembre 2013 à l’âge de 95 ans. Nelson Mandela demeure une source d’inspiration pour le monde entier grâce au courage et à la compassion dont il avait fait preuve, ainsi qu’à son engagement en faveur de la justice sociale, de la liberté et de la paix. Pendant les 27 ans qu’il a passé en detention, Mandela ne s’était jamais laissé emprisonner par son passé. Le « Mandela day », célébré chaque 18 juillet, existe depuis 2010, en l’honneur du travail effectué par l’ancien Président sud-africain, en faveur de la paix et de la liberté.Anatra R.

Madagascar Tribune0 partages

Le Premier ministre, Christian Ntsay, tente de sauver les meubles

Le Premier ministre, Christian Ntsay, s’est enfin prononcé sur « certaines situations de blocage qui persistent actuellement » dans le pays. C’est le cas notamment des revendications syndicales au sein du ministère de l’Education nationale, le refus des transporteurs de déménager à Ambohimanambola, les mouvements de contestation aux ministères des Postes et des télécommunications ainsi qu’au niveau de l’Agriculture et de l’élevage. Tout en se disant « conscient » de ces situations, il a indiqué que « la résolution de ces problèmes, essentiellement par la voie de dialogue, est une priorité absolue ».

Concernant les revendications des enseignants au niveau du ministère de l’Education nationale, il a rappelé la mise en place d’un comité technique composé, entre autres, de représentants des syndicats, de techniciens du ministère de tutelle, de ceux des ministères de la Fonction publique et des Finances. Les travaux de ce comité ont permis d’établir sept propositions soumises au sein du gouvernement et acceptées par ce dernier.

Ces propositions portent sur la régularisation des arriérés d’avancement qui sera poursuivie et accélérée. Concernant l’indemnité, à partir du mois d’octobre 2018, tous les fonctionnaires du ministère de l’Education Nationale bénéficieront d’une indemnité spéciale au taux unitaire de 25.000 ariary en 2019, de nouvelles allocations constituées d’indemnités de craie et d’éloignement de 25.000 ariary leur seront également allouées et à partir de 2020, les diverses indemnités, de fonction, d’enseignement, de résidence seront valorisées de 50.000 ariary.

Les propositions font également état du reclassement en catégorie 3 et 4, à compter de janvier 2019, des enseignants sortants des centres régions de l’institut national de formation pédagogique (INPF), la bonification d’avancement en fonction de l’ancienneté des enseignants FRAM recrutés, et enfin le recrutement d’enseignants FRAM en tant que fonctionnaires qui sera porté à 8 000 pour 2019 et pour 2020.

Les impacts budgétaires de ces indemnités accordées aux enseignants de la fonction publique sont de l’ordre de 155 milliards d’ariary, a rappelé le Chef du gouvernement. « Des efforts considérables, aussi bien dans l’intérêt des enseignants que dans ceux des élèves et de leurs parents », a-t-il ajouté avant de manifester sa détermination à mettre en œuvre ces engagements par la signature d’une convention formulée entre le gouvernement et les syndicats.

Concernant le refus des transporteurs de déménager à Ambohimanambola, le Chef du gouvernement a reconnu que « Ces appréhensions s’expliquent notamment par l’inexistence des lignes de transports communs qui devraient desservir cet axe, et le manque de possibilité de restauration à la portée de la bourse de la majorité. Des solutions dans ce sens sont en cours d’études et seront mises en place pour plus de commodités tant pour les usagers que pour les professionnels du transport » a souligné le premier ministre.

Quant aux mouvements de contestation de la nomination de Maharante Jean de Dieu au sein du ministère des Postes, le Premier Ministre regrette qu’« il n’y ait pas assez d’efforts de rapprochement et de dialogue de part et d’autre, et exhorte toutes les parties, les responsables concernés comme les syndicalistes à tout faire pour rendre possible l’amorce d’un dialogue que la Primature soutiendra totalement ».

Pour y remédier, il a organisé une première rencontre entre le ministre Jean de Dieu Maharante et les représentants des employés dudit ministère. A l’issue de cette rencontre, il a été décidé qu’un cadre de dialogue sera mis en place pour trouver des solutions aux revendications des employés de ce ministère. Un dialogue qui risque d’être difficile car la revendication des employés se portent sur le départ de Maharante.

Malgré ses initiatives de résoudre les problèmes relatifs aux revendications syndicales, Christian Ntsay a tenu à prévenir les syndicalistes contre la velléité de certains agents d’orienter le mouvement vers des conflits de factions qui pourraient nuire à des revendications légitimes et sincères.

Madagascar Tribune0 partages

La CENI veut établir un « accord » entre les candidats

Un accord sous forme d’une règle de bonne conduite. C’est ce que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) veut établir entre les éventuels candidats à la présidentielle. L’objectif serait de mettre tous les candidats sur le même pied d’égalité et éviter par la même occasion les risques de conflits pré ou post-électoral. Les tenants et aboutissants de cet accord devraient être rendus publics d’ici peu, mais actuellement les membres de cet organe sont à Toamasina, en train de l’étudier.

Des éventuels candidats ainsi que leurs représentants sont en contact permanent avec les membres de la CENI pour aider cette dernière à la mise en œuvre de cet accord. Certains candidats auraient déjà donné leur avis favorable sur l’établissement de cet accord.

Ce n’est pourtant pas le cas des partis politiques considérés importants dans le pays, à l’instar du Mapar d’Andry Rajoelina qui a déjà pris une avance, comme le TIM de Marc Ravalomanana ou encore le HVM de Rajaonarimampianina, dans la préparation de l’élection. Ils ont une longueur d’avance à travers leur précampagne lancée depuis plus de un an maintenant et ne veulent surtout pas faire marche en arrière, à établir cet éventuel accord.

Madagascar Tribune0 partages

Suspicion de corruption : Seize députés convoqués par le Bianco

Attendue depuis des mois, la suite de l’affaire de suspicion de corruption au niveau de l’Assemblée Nationale pour le vote des lois électorales semble enfin voir le jour. Le directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) Jean Louis Andriamifidy a ainsi annoncé hier que seize députés font actuellement l’objet d’enquête dans le cadre de cette affaire.

Au mois d’avril dernier, au lendemain de l’adoption des lois relatives aux prochaines élections, notamment celle des présidentielles, les députés élus sous les couleurs du Tiako i Madagasikara (TIM) et du Miaraka amin’i Prezida Andry Rajoelina (MAPAR) avaient déposé une plainte au Bianco. Des députés ralliés au régime, confinés en conclave à l’hôtel Paon d’Or, quelques jours avant l’adoption des ces lois, ont été pointés du doigt pour avoir perçu des sommes d’argent dans le but de faire passer sans amendements les projets de lois électorales fortement contestées. La coalition des députés TIM et Mapar avait même déclaré détenir des preuves à ce moment là.

Quatre mois après, sur les 16 députés convoqués dans les locaux du Bianco, seulement sept d’entre eux auraient jusqu’ici répondu à leur convocation. « Il n’y a pas de raison de refuser la convocation du Bianco, les personnes concernés peuvent bien apportées les preuves de leur innocence, donner des explications afin d’être disculper de tout soupçon. Mais s’ils refusent tout simplement de se soumettre à leur convocation, ils seront arrêtés  », a déclaré le directeur général du Bianco.

L’Assemblée Nationale n’étant pas en session parlementaire, une poursuite contre les parlementaires récalcitrants pourrait donc être déclenchée, une autorisation du Bureau de cet hémicycle est cependant requise dans le cas d’une arrestation. Les investigations de la Bianco seront par la suite transmises à la Police et au Pôle Anti-corruption (PAC), la nouvelle juridiction spécialisée dans les affaires de corruption.

Lire aussi : Note sur l’immunité parlementaire

Madagascar Tribune0 partages

La plateforme IRD rafle tous les sièges du Bureau permanent

Le bureau permanent de l’Assemblée nationale se complète. Les six vice-présidents des provinces ont été élus hier, avec quelques surprises. C’est le cas notamment de la vice-présidence d’Antananarivo que le député de Faratsiho, Honoré Rasolonjatovo alias Papasolo a remporté face au député du 5e arrondissement d’Antananarivo-Renivohitra, Naivo Raholdina. Ce dernier pressenti favori pour prendre la place a retiré sa candidature peu de temps avant le vote en arguant vouloir préservé l’apaisement au sein de l’hémicycle.

La députée du district d’Antsiranana I, Jocelyne Rahelihanta est élue vice-présidente de la province d’Antsiranana. La députée de Fénerive Est, Angelica Michelle Bavy vice-présidente de la province de Toamasina. Pas de surprise pour les trois autres postes. L’ancien ministre du Tourisme, Jean Brunel Razafintsiandrofa, député d’Ikongo, a été élu pour la province de Fianarantsoa, Lalao Rahantanirina alias Nina députée de Mahajanga I, pour Mahajanga et l’ancien ministre de la Culture, Jean Jacques Rabenirina, député de Betioky Atsimo pour Toliara.

Avec Christine Razanamahasoa a la tête de la présidence de l’Assemblée nationale et l’élection des six vice-présidents, la majorité présidentielle a raflé tous les postes du bureau permanent de cette institution à part deux postes de questeurs pour le TIM et les Indépendants.

Madagascar Tribune0 partages

La Ceni attend la validation du calendrier électoral

La Ceni avait proposé la tenue des élections communales et municipales pour le 28 octobre prochain. Pour le moment, l’Exécutif n’y a pas donné suite. La Ceni attend ainsi le décret qui devra être pris en conseil du gouvernement pour arrêter la date et pour convoquer les électeurs. Si on veut maintenir le calendrier de la Ceni, il reste 10 jours avant le délai fixé par la loi pour la convocation des électeurs. Ainsi, au-delà du 28 juillet, si aucun décret ne sort, le scrutin devrait être reporté.

Le chronogramme de la Ceni prévoit la réception des candidatures à partir du 20 juillet pour une durée de 15 jours. « Aucune disposition de la loi ne précise que la date de dépôt de candidature soit fixée à un calendrier donné, on pourra le reporter à une date ultérieure, tout en tenant compte des éventuelles difficultés des candidats dans la préparation des dossiers, rassure Fano Rakotondrazaka, rapporteur de la Ceni. Il n’y aurait ainsi que le délai de 90 jours de convocation des électeurs qui soit obligatoire selon la loi.

Une innovation apportée par la Ceni pour les municipales et les communales risque toutefois de poser de difficultés à certaines formations politiques. En effet, le candidat aux communales et municipales doit résider au sein de la commune dans laquelle il se présente. Dans ce sens, des indiscrétions révèlent que le régime actuel peine à trouver des candidats crédibles. Ainsi, la plateforme avec Andry Rajoelina pêcherait des candidats parmi les responsables du TIM auprès de certaines communes. Ce serait déjà le cas dans la commune de Mahitsy, à Ambohidratrimo, où un responsable du TIM aurait fini par céder aux avances de la plateforme présidentielle.

Madagascar Tribune0 partages

La plateforme IRD rafle tous les sièges du Bureau permanent

Le bureau permanent de l’Assemblée nationale se complète. Les six vice-présidents des provinces ont été élus hier, avec quelques surprises. C’est le cas notamment de la vice-présidence d’Antananarivo que le député de Faratsiho, Honoré Rasolonjatovo alias Papasolo a remporté face au député du 5e arrondissement d’Antananarivo-Renivohitra, Naivo Raholdina. Ce dernier pressenti favori pour prendre la place a retiré sa candidature peu de temps avant le vote en arguant vouloir préservé l’apaisement au sein de l’hémicycle.

La députée du district d’Antsiranana I, Jocelyne Rahelihanta est élue vice-présidente de la province d’Antsiranana. La députée de Fénerive Est, Angelica Michelle Bavy vice-présidente de la province de Toamasina. Pas de surprise pour les trois autres postes. L’ancien ministre du Tourisme, Jean Brunel Razafintsiandrofa, député d’Ikongo, a été élu pour la province de Fianarantsoa, Lalao Rahantanirina alias Nina députée de Mahajanga I, pour Mahajanga et l’ancien ministre de la Culture, Jean Jacques Rabenirina, député de Betioky Atsimo pour Toliara.

Avec Christine Razanamahasoa a la tête de la présidence de l’Assemblée nationale et l’élection des six vice-présidents, la majorité présidentielle a raflé tous les postes du bureau permanent de cette institution à part deux postes de questeurs pour le TIM et les Indépendants.

Madagascar Tribune0 partages

La Ceni attend la validation du calendrier électoral

La Ceni avait proposé la tenue des élections communales et municipales pour le 28 octobre prochain. Pour le moment, l’Exécutif n’y a pas donné suite. La Ceni attend ainsi le décret qui devra être pris en conseil du gouvernement pour arrêter la date et pour convoquer les électeurs. Si on veut maintenir le calendrier de la Ceni, il reste 10 jours avant le délai fixé par la loi pour la convocation des électeurs. Ainsi, au-delà du 28 juillet, si aucun décret ne sort, le scrutin devrait être reporté.

Le chronogramme de la Ceni prévoit la réception des candidatures à partir du 20 juillet pour une durée de 15 jours. « Aucune disposition de la loi ne précise que la date de dépôt de candidature soit fixée à un calendrier donné, on pourra le reporter à une date ultérieure, tout en tenant compte des éventuelles difficultés des candidats dans la préparation des dossiers, rassure Fano Rakotondrazaka, rapporteur de la Ceni. Il n’y aurait ainsi que le délai de 90 jours de convocation des électeurs qui soit obligatoire selon la loi.

Une innovation apportée par la Ceni pour les municipales et les communales risque toutefois de poser de difficultés à certaines formations politiques. En effet, le candidat aux communales et municipales doit résider au sein de la commune dans laquelle il se présente. Dans ce sens, des indiscrétions révèlent que le régime actuel peine à trouver des candidats crédibles. Ainsi, la plateforme avec Andry Rajoelina pêcherait des candidats parmi les responsables du TIM auprès de certaines communes. Ce serait déjà le cas dans la commune de Mahitsy, à Ambohidratrimo, où un responsable du TIM aurait fini par céder aux avances de la plateforme présidentielle.

L'express de Madagascar0 partages

Gervais Rakotoarimanana – « Je pars à cause d’une divergence de point de vue »

Sans fracas. Après le rendez-vous annulé de dimanche, François Marie Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances et du budget, a une nouvelle fois, convié les journalistes pour une conférence de presse, hier. Un entretien durant lequel, le grand argentier de l’État a annoncé sa démission du gouvernement.Durant une déclaration d’une poignée de minutes, le ministre Rakotoarimanana, a confirmé l’information ayant fait grand bruit, dimanche. Il a ajouté que sa lettre de démission a été remise à Hery Rajaonarimampianina, président de la République, le vendredi 14 juillet. Immé­diatement après sa déclaration, le grand argentier de l’État, a quitté les lieux.Dans son annonce, il explique, néanmoins, sa décision par une divergence de point de vue et de manière de travailler, entre autres. Rappelant les valeurs qui lui sont chères que sont la transparence, le respect des lois, l’honnêteté, le respect mutuel et le souci permanent de l’intérêt supérieur des compatriotes, le désormais ancien grand argentier de l’État, a avancé comme autre motif de sa démission l’insuffisance de soutien pour s’engager profondément dans les réformes nécessaires.Rien n’indique, pour l’heure, si la démission du ministre Rakotoarimanana, a été acceptée ou non par le locataire d’Iavoloha. En marge de l’inauguration du nouveau pont de Kamory, hier, le président Rajaonarimam­pianina, en réponse à une question des journalistes a affirmé ne pas être au courant de cette démission. « Il n’y a pas de différence de point de vue. Moi qui suis le premier concerné n’est même pas au courant d’une telle information », a-t-il soutenu.

DéclencheurEn officialisant son retrait de l’équipe gouvernementale, l’ancien ministre des Finances, pourrait avoir pris de court les chefs de l’Exécutif. Sa conférence de presse s’est, en effet, tenue au même moment que l’inauguration du nouvel édifice de Kamory. Des indiscrétions indiquent que, le chef de l’État aurait, en effet, tenté de dissuader l’ex grand argentier de prendre pareille décision.Sollicité personnellement par le président de la Répu­blique, François Marie Gervais Rakotoarimanana, a été rapatrié du Canada pour booster la défense du dossier de Madagascar, devant les institutions de Bretton Woods. Durant ses deux ans et demi au ministère des Finances «plusieurs choses ont été réalisées et plusieurs ont eu du succès », a-t-il affirmé, hier. L’ouverture des vannes du Fonds monétaire international (FMI), dans le cadre du programme de Fonds élargis de crédit (FEC), est un exemple de ces succès, soulevé par François Marie Gervais Rakotoari­manana, hier.Malgré un bilan positif, les informations indiquent que la démission du ministre serait une résultante de l’accumulation de plusieurs faits. La rigueur dans le travail et l’attitude qu’il impose l’a rendu impopulaire chez certains fonctionnaires de son département. Une intransigeance qui l’a amené à refuser tout écart dans la gestion du budget de l’État, et à suivre à la lettre les engagements du FEC.« C’est un programme élaboré par Madagascar, et des engagements pris devant les bailleurs de fonds qu’il nous faut respecter, si l’on veut garder leur confiance », martelait-il à ce sujet. Aussi, était-il inflexible face aux diverses revendications sociales, au motif de ne pas augmenter les charges de l’État par les indemnités et avantages. Ce qui lui a valu les critiques de certains de ses pairs au sein du gouvernement.Un quotidien de la capitale a indiqué, hier, que la résistance du ministre Rakotoarimanana, à une demande de « soustraire au contrôle douanier, au port de Toamasina », des containers, lui a valu les foudres de certains hauts responsables. Ce qu’ont confirmé des sources concordantes. Elles corroborent, également, qu’un accord financier conclu en catimini, durant un détour en Chine, par une partie de la délégation ayant accompagné le président de la République, en France dernièrement, serait le déclencheur de la démission annoncée, hier.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Baccalauréat – Le contrôle pour zéro fraude

Les candidats sont avertis. Tout usage de nouvelles technologies dans les salles d’examen est prohibé. 

Les épreuves du dernier examen officiel du second cycle pour cette session 2017 commenceront ce, lundi. Les responsables de l’Office du baccalauréat et de l’Université d’Antananarivo, durant la conférence de presse tenue hier à Ankatso, avisent les candidats qu’ils n’auront pas le droit d’utiliser les outils des nouvelles technologies tels que les machines à calculer non programmables, les téléphones portables qui peuvent archiver des documents numériques ainsi que les fiches et revues contenant des formules et notes usuelles.Dr Olivier Rakotoarison, directeur de l’office, annonce que le contrôle dans les salles d’examen sera très strict et les surveillants resteront vigilants. Une manière de résorber toute tentative de fraude. «Les jeunes ont besoin d’être informés et éduqués pour qu’ils ne succombent pas à la tricherie. Cette mauvaise pratique considérée comme falsification est passible de conseil de discipline et le candidat concerné ne pourra pas se présenter à cet examen officiel pendant cinq ans», poursuit-il.

FouilleD’ailleurs, tous les membres du personnel aux centres d’écrit et de correction ont déjà été formés pour assurer le bon déroulement de l’examen et la bonne coordination jusqu’à la publication des résultats. «C’est la dernière ligne droite et je me suis bien préparée durant les révisions intensives. Je ne crains pas la fouille. Le but est de réussir dans le but de passer le concours d’entrée à l’école polytechnique d’Antananarivo», relate Rojo Nomenjanahary, candidate.À noter que l’office du bac recense cette année soixante quinze mille candidats pour Antananarivo et ses périphéries (enseignements général et technique), dont cinq étrangers, quatre malentendants, neuf malvoyants, un senior âgé de 74 ans et une benjamine de 12 ans.

La série littéraire remise en question

Apparemment, la question de fusion des séries A1 et A2 tourmente les futurs bacheliers. Tarabolamena Haingotiana, professeur d’anglais au lycée d’Ankadikely Ilafy approuve la fusion.  »Ceux qui ont obtenu leur baccalauréat en série A2 éprouvent une difficulté quand ils s’inscrivent à la faculté de médecine et d’économie car ils n’ont pas reçu une bonne base en matières scientifiques. Les uns s’en sortent et les autres échouent. Toutefois, les matières science de la vie et de la terre (SVT) et physique-chimie devraient être obligatoires durant les épreuves car les notions scientifiques aident les jeunes dans leur quotidien », argue-t-elle. Le Président de l’Université, Pr Panja Ramanoelina éclaircit que cette procédure en faveur de l’unité littéraire nécessite différentes orientations. La décision finale appartiendra au ministère de l’Éducation nationale et celui de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui devraient passer un accord ou une convention avant toute mise en application.

Recueillis par Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Betroka – Les guérillas font rage avec le dahalo 

En une journée, une double horde de bandits de grand-chemin a sévi à Betroka. Des affrontements ont fait deux morts. Deux suspects ont été arrêtés. 

Deux fois de suite, une guérilla entre dahalo et forces de l’ordre a secoué  Betroka avant-hier. Le bilan fait état de deux morts et de trois individus arrêtés. Une série d’accrochages est survenue après un vol de cent têtes de bovidés à Benato  Morafeno dans la nuit de samedi à dimanche vers 1heure du matin. Ayant été prise pour cible par la meute de bandits armés de fusils de chasse qui a sévi, la chef fokontany, répondant au nom de Martine a trouvé la mort. Le fokonolona a engagé une poursuite sitôt ses rangs formés. Avertis, vingt éléments des forces armées, en train de mener une opération dans cette zone sensible lui a prêté main forte.Les poursuivants ont tenté de prendre à contre-pied les fuyards en les prenant en tenaille dans la zone tampon d’Iritsoka. Les malfaiteurs ayant déjà exécuté l’une de leurs victimes, les militaires lancés à leurs trousses, appuyés par des gendarmes de la compagnie territoriale de Betroka, ont eu pour consigne de riposter à coups de fusils lance- grenades. Lors de l’accrochage qui s’ensuivit, l’un des fuyards est tombé sous les balles des forces armées.

Affrontement imminentUn deuxième dahalo a été pour sa part pris vivant. Aucune perte n’est à déplorer dans les rangs des villageois, mais les voleurs ont réussi à s’accrocher à leur butin. Dans leur progression, les forces de défense et de sécurité, appuyées par une horde de villageois, sont tombées nez-à-nez avec une trentaine d’autres dahalo prêts à en découdre. Un autre affrontement était signalé, mais le bilan n’est pas encore communiqué.Alors que l’issue des heurts entre le peloton venu livrer bataille et la meute de dahalo qui a sévi n’était pas encore scellée, un autre groupe de voleurs de bétail a frappé à Beapombo, toujours dans le district de Betroka. Face à ce vol naissant, d’autres hommes de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale de Betroka ont remonté la piste de malfaiteurs. Une fusillade a éclaté lorsque les deux camps se sont heurtés de plein fouet. Le troupeau d’une trentaine de têtes de bovidés, a été récupéré en totalité. Parmi les auteurs du méfait, deux ont été arrêtés. Une enquête a été ouverte pour remonter jusqu’à leurs comparses.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Justice – Reprise des activités à Anosy

Au travail. Les magistrats rejoignent leur poste aujourd’hui. Après une semaine de grève qui s’est achevée hier, tous les services de la Justice reprennent. Joint au téléphone, hier, le vice-président du Syndicat des magistrats de Mada­gascar (SMM), Clément Jaona, a affirmé que le travail doit reprendre et que les magistrats attendent la mise en place de la commission avancée par le chef du gouvernement. « Le travail reprend pour tout le monde. Nous attendons aussi la mise en place de la commission tripartite discutée lors de notre entretien avec le Premier ministre », a-t-il déclaré. La commission tripartite sera notamment composée du ministère de la Justice, des représentants du syndicat ainsi que de la Primature et étudiera la faisabilité des revendications du SMM.Le 14 juillet, jour de la fête nationale française, le Premier ministre a reçu le syndicat au palais de Maha­zoarivo dans le but de trouver une certaine faisabilité de la réalisation des revendications du SMM, ce qui a fait naître la proposition de la commission tripartie.

EngagementsMais à part la mise en place de cette commission, le vice-président du syndicat a aussi déclaré que le chef du gouvernement a pris des engagements lors de leur rencontre. « Nous avons demandé au gouvernement de ne pas s’immiscer dans le travail de la Justice », a-t-il déclaré. Toujours selon Clément Jaona, une assemblée générale se tiendra bientôt. « Nous ferons une assemblée générale d’ici la fin du mois pour décider de la suite des évènements », a-t-il soutenu sans plus de précision.Le vice-président du SMM a également déclaré que le syndicat a averti les mercenaires politiques qui l’accusent de perpétrer une déstabilisation politique à travers la grève des magistrats. « Nous savons qui ils sont et nous avons déjà lancé un premier avertissement. En quoi le fait de revendiquer ce qui est bien pour le pays est il mauvais ? », a-t-il martelé.La grève du SMM qui a débuté le 11 juillet est la troisième manifestation du syndicat après le sit-in du 3 mai et les journées d’indignation du 8 et 9 juin. Les affaires Claudine Razaimamonjy et Riana Andriamandavy ont constitué la goutte qui a fait déborder le vase des magistrats.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Habillement – Le  »vert armée » mis au ban 

«Il est formellement interdit de vendre et de porter des habits militaires même si la coupe et la couleur y ressemble. Les policiers ont toujours surveillé les civils portant ces habits, un peu partout, cela n’a pas changé jusqu’à maintenant», affirme Alexandre Ranaivoson, commissaire de police au sein du service de la communication, de l’information et des relations avec les institutions de la Police nationale à Anosy. Il a réitéré qu’il existe une loi régissant les tenues et la commercialisation des tenues militaires. Pourtant les gens ignorent cette loi et optent pour les habits militaires en vogue.Plusieurs personnes commercialisent des tenues de couleur vert armée qui n’ont aucun lien avec les tenues des militaires selon ce vendeur. «Les habits que nous commercialisons ne ressemblent pas au vert armée des éléments de forces de l’ordre. Nous avons différents types de modèle comme des shorts, des jupes, des robes et des salopettes et il en existe aussi pour les enfants», explique Lanto Ravelojaona, un vendeur de confection à Behoririka. Najoro Samuel a témoigné de son attachement pour les tenues dites militaires. «Je suis accro à la couleur vert armée. C’est la mode et la tendance que la plupart des fameux artistes arborent souvent. Et s’il existe encore de nouveaux modèles, j’en achèterai toujours», explique-t-il. Les habillements militaires ont été interdits pour des raisons de sécurité nationale. La gendarmerie et la police appréhendent ceux qui portent ces tenues et les traduisent au tribunal.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Disparition – Le maître de l’accordéon Regis Gizavo s’est éteint

Un artiste devenu mythique avec son instrument de prédilection. Le virtuose de l’accordéon, Regis Gizavo, vient de rejoindre la voûte céleste des plus grands musiciens de notre époque.

Une personnalité exceptionnelle de la scène artistique internationale, dont le talent et la créativité n’ont d’égal que son humilité. Regis Gizavo s’est longtemps affirmé comme l’un des fiers porte étendards de la musique du terroir malgache à travers le monde. Ce qui lui a même valu d’être lauréat du prix RFI découvertes en 1990. Un grand gaillard, constamment jovial et amical, Regis Gizavo, armé de son instrument de musique fétiche qu’est l’accordéon, était avant tout reconnaissable entre tous par ce sourire qui ornait toujours son visage. Autant de qualité qui font que désormais, c’est un vide énorme, que cette légende de la musique laisse suite à sa soudaine disparition.Adoubé par ses pairs comme le grand maître de l’accordéon, Regis Gizavo s’en est allé dans son sommeil à 58 ans, laissant orphelin toute une génération de mélomanes de la Grande île et bien au-delà. Des quatre coins de la planète on loue son talent, sa musicalité singulière qui a fait de lui un artiste hors pair parmi les plus grands de la scène internationale. Ambassadeur de la musique malgache à travers le monde, il s’est éteint dimanche après un concert en Corse. Fort de sa passion et de son enthousiasme intarissables, il aura ainsi joué jusqu’au bout avec grâce les plus belles notes de son accordéon.

Musicien généreuxCeux qui ne le connaissaient pas personnellement diront de Regis Gizavo qu’il était sans doute quelqu’un d’assez timide. Il n’en est pourtant rien, puisque ce musicien de renom était tout ce qu’il y a de plus ouvert, mais par dessus tout des plus généreux. La preuve en est, cette pluralité de collaboration qui a forgé ses expériences sur la scène musicale, mais qui ont aussi permis grâce à lui de contribuer au succès de beaucoup d’artistes internationaux. De Cesaria Evora à Manu Solo, en passant par Monika Njava et D’Gary à Manu Dibango et tant d’autres, il a arpenté tous les festivals de musique internationaux. L’une de ses plus prestigieuses collaborations reste celle avec le chanteur Christophe Mae, notamment sur le morceau « Maman » de ce dernier que Regis Gizavo a sublimé de sa voix et de son accordéon. « Aujourd’hui je suis triste. J’ai perdu un ami mais surtout un des plus grands artistes avec qui j’ai eu la chance de jouer, celui qui m’avait réconcilié avec l’accordéon. Un magicien des notes, merci Regis Gizavo », confie Christophe Mae sur les réseaux sociaux.Une scène musicale endeuillée, pleure la disparition du grand maître de l’accordéon depuis hier. Olombelo Ricky déclare:« Jamais on ne trouvera un accordéoniste à sa hauteur. Regis est un musicien unique et irremplaçable, la preuve en est ces artistes internationaux qui se ruent tous pour collaborer avec lui. Il était pour moi avant tout une personne exceptionnelle et c’était un grand honneur d’avoir joué à ses côtés ». Dama, quant à lui, évoque la perte d’une perle rare de la musique. « C’est le cœur meurtri que je vis désormais son absence, sa dévotion pour son art et sa musique reste à jamais exemplaire pour nous », souligne-t-il.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Championnat de Madagascar – Carton plein du CBT

La finale de la troisième étape du championnat de Madagascar était une affaire entre CBT. Ce club a qualifié cinq équipes de plus à la grande finale.

Cent-quarante-cinq triplettes étaient en lice à la troisième étape qualificative à la grande finale du championnat de Madagascar saison 2017.Cette avant dernière manche de la phase qualificative du championnat national s’est tenue au boulodrome d’Ankatso. La finale était cent pour cent équipes du club bouliste de Tananarive (CBT). À l’issue du duel final, la victoire revient à la triplette constituée du colonel Tahiry, Zigle et Lefa.Cette formation a battu par 13 à 7 le trio Tsilavina, Dezy et Havana. En demi-finales, la bande à Tahiry a écarté une autre équipe de CBT composée de Serge, Miarivola et Harison. Et l’équi­pe de Tsilavina a, quant à elle, défait en demie la formation du club bouliste d’Antsirabe alignant Palin, Billy et Hery.Selon le règlement du championnat, les huit meilleures équipes de chaque étape, quatre en tout, se qualifieront à la grande finale du sommet national. Les quarts de finalistes de cette troisième manche rejoindront donc les seize triplettes déjà qualifiées lors de deux premières manches à Fianaran­tsoa et à Toamasina.Les quatre autres équipes battues en quarts complètent la liste des huit qualifiées de l’étape de ce week-end.

Dernière étapeLe club de CBT a qualifié deux autres équipes de plus, l’une constituée par Lova, Nestor, Falin et l’autre par Jean Jacques, Célestin et Rohy. Et les deux autres triplettes qualifiées viennent des autres régions à savoir celle de l’UNOH Vakinan­katratra composée de Dolys, Bond et Bali, et l’autre équipe de FBI Itasy représentée par Donna, Éric et Nambinitsoa.Vingt-quatre triplettes ont donc jusqu’ici obtenu leur qualification pour la phase finale du championnat national. Il ne reste plus que la quatrième et dernière étape. Ce dernier rendez-vous de qualification aura lieu les 29 et 30 juillet au boulodrome du CBT et au paddock à Mahamasina.En marge de cette étape finale du championnat pour les triplettes hommes, se dérouleront la deuxième étape des dames et celle troisième pour les juniors. La grande finale qui regroupera les trente-deux meilleures équipes des quatre étapes qualificatives aura lieu les 11 et 12 aout à Mahamasina.« L’équipe sacrée championne du sommet national seniors hommes, et non comme auparavant, représentera la Grande île au championnat d’Afrique en Tunisie les 5,6 et 7 septembre… Les équipes championnes dames et juniors rem­por­teront pour leur part les tickets pour les championnats du monde à Taipei Chine en novembre », a rappelé le secrétaire général de la fédération malgache de pétanque, Dadah Robinson.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Diana – La Polyclinique NEXT s’occupe des fonctionnaires

Le centre hospitalier  universitaire vient d’être agréé pour la prise en charge médicale des agents de l’État. Elle porte sur tous les soins et traitements ainsi que l’hospitalisation. 

Une bonne nouvelle en faveur des agents de la fonction publique,  dans la  région Diana. Désormais, la Polyclinique universitaire, aux structures européennes, dénommée « NEXT Antsiranana », installée dans  la  rue  de  la Fraternité- Scama,  est  agréée à  recevoir  les fonctionnaires et  les agents non encadrés de l’État, ainsi que les membres de leurs familles cités à l’article premier du  décret  N° 94-077 du  25 janvier 1994. Ce, suivant  un arrêté interministériel N° 22.446/2016 portant  agrément de la Polyclinique NEXT.

 En vertu de la loi n° 2003-011 du 3 septembre 2003 portant Statut général des fonctionnaires, l’État assure la protection sociale des agents mis à son service. La prise en charge médicale définie par l’article 36 du même texte en fait partie.

Selon les explications, en cas de maladie, les fonctionnaires, les agents non encadrés ainsi que leurs conjoints et enfants légitimes ne dépassant pas l’âge de 20 ans révolus, bénéficient de la gratuité des frais de soins, de traitement et d’hospitalisation. Cela   se présente sous deux formes, à savoir  la prise en charge directe  et  le remboursement. Le premier cas signifie que  l’agent ne débourse aucun frais à sa charge lors de son traitement, de ses soins ou de son hospitalisation. Dans  le deuxième cas, il  règle les frais médicaux par ses propres moyens pendant son traitement  et se fait par la suite rembourser par l’État.

Bon samaritain

Pour bénéficier de cette prestation sociale, l’agent doit avoir été consulté par des médecins d’un établissement public ou privé,  agréé à recevoir les fonctionnaires. Les médecins habilités à les traiter, sont ceux en service dans les centres de santé des institutions et des ministères ainsi que ceux qui sont dans les formations sanitaires publiques et privées agréées.

Sans débourser de l’argent, le concerné peut par la suite bénéficier des soins auprès des formations sanitaires agréées. Le paiement des factures est effectué par le ministère des Finances et  du budget, d’où l’obligation du visa préalable de ce département sur le bulletin de consultation.

Pour le cas des fonctionnaires de la  région Nord, NEXT a ouvert  ses portes en devenant leur Bon Samaritain. « Nous avons ouvert nos portes pour notre collaboration, malgré des difficultés liées à la lenteur administrative. Nous sommes ravis si les fonctionnaires ont  la  possibilité de  bien se soigner et  d’avoir une bonne santé pour assumer leur travail », souligne le Dr Luigi Bellini, président  directeur général de la Polyclinique NEXT.

A cet  effet, les traitements  se feront  dans les domaines d’activités  existant  dans ladite  Polyclinique dont  toutes spécialités en médecine générale, en chirurgie, en maternité. Outre les soins et traitements, la prise en charge peut porter entre autres sur la réalisation de scanner, des examens médicaux, l’échographie générale… suivant  les tarifs proposés en annexe du  décret.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Imprudence à Ambohimangakely – Moto contre taxi-be  font un mort

Des imprudences qui coûtent la vie. Dans la soirée de samedi aux alentours de 20h 30, un motard a trouvé la mort en commettant l’irréparable en roulant à tombeau ouvert avec son deux- roues dont le phare d’éclairage n’est pas fonctionnel. Dans la pénombre totale, la moto a percuté à toute vitesse l’avant d’un taxi-be de marque Mercedes 307, roulant en direction de Mahazo.Le drame est survenu sur la RN 2 au PK 7+800, à la hauteur d’Andohasahalalina Ambohimangakely. Le défunt, âgé de dix-huit ans allaitregagner son foyer lorsque la mort l’a happé. Bien que conduit à l’hôpital militaire de Soavinandriana, il n’a pas survécu. Sa moto a été réduite en amas de ferrailles inextricables.Le chauffeur du taxi-be a été placé en garde à vue à la brigade de gendarmerie à Ambohimangakely.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Tournoi Paparazi Juniors – Des pupilles pétries de talent

Le tournoi par équipes destiné aux jeunes raquettes U8 et U10 organisé par le magasin Paparazi, a réuni cinquante-trois joueurs et joueuses de la capitale. Sous l’égide de la ligue de tennis d’Analamanga, les matches se sont déroulés ce week-end à l’Asut Ankatso.Chaque équipe est composée de trois à six joueurs ou joueuses et a du jouer deux matches en simple et un autre en double. « Selon le règlement international, les joueurs sont seulement classés à l’issue du tournoi mais aucune déclaration des champions ne devrait avoir lieu, et surtout pas de phase finale », a précisé le premier responsable de l’organisation, Thierry Raza­najatovo. Deux équipes chacune étaient en lice chez les U8 garçons ainsi que les filles, et quatre chacune pour les U10 garçons comme chez les filles.Au classement final, l’équi­pe de Venus termine première chez les U8 filles et Ostapenko, à la deuxième place. Et chez les garçons, Flash finit premier devant Les P’tits Malins. Quant aux U10, Adidas se positionne en tête du classement, devant les Étoiles chez les filles et l’équipe de Mada termine première chez les garçons et Balatac en deuxième position. « L’organisation de ce genre de tournoi multiplie les compétitions, un des facteurs qui peuvent rehausser le niveau technique », a souligné le président de la ligue d’Ana­lamanga, Rina Ravoniandro.En vue de l’élaboration du programme d’activités pour la prochaine saison, la ligue compte organiser une réunion pour les organisateurs de compétitions homologuées ou non, le 29 juillet. « Cette réunion a pour objectif de bien coordonner et élaborer ensemble le calendrier pour une saison entière », a-t-il poursuivi.Après les championnats d’Analamanga jeunes et vétérans, ceux toutes catégories et doubles, qualificatifs aux championnats de Mada­gascar, sont actuellement en cours. Les finales de sommets régionaux sont prévues le 6 août, au COT Ilafy.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Processus électoral La CENI encadre des démembrements

Gestion transparente, libre, inclusive et démocratique, et surtout obtention d’une RALE de 8,6%. Tels sont les objectifs de la Ceni.

Dans le cadre de la préparation des prochaines échéances électorales, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) initie un atelier de formation et de renforcement des capacités de ses démembrements à Mahajanga. La même formation se déroule en simultané à Toliara et à Antsiranana. Les villes  de Toamasina et de Fianarantsoa seront les dernières à abriter les mêmes sessions, prévues vers la fin du mois.

Son objectif est de garantir une gestion transparente, libre, inclusive et démocratique des élections à organiser à partir de 2018, et de réaliser une révision annuelle de la liste électorale (RALE) de 8,6% (dix millions d’électeurs) si en 2016 elle était à 6,33%.

Il réunit les soixante quatre membres de la Ceni travaillant dans les régions et districts de Boeny, Betsiboka et Sofia dont Besalampy, dans la salle de réunion du Coco Lodge à Mahajanga-be. Les chefs des CIR et CID sont également présents. L’ouverture officielle de l’atelier s’est déroulée sans la présence des autorités locales de Boeny qui ont rejoint l’inauguration du nouveau pont de Kamoro à Amboromalandy, hier matin.

Collecte périodique

« Les stratégies en matière d’éducation électorale et la sensibilisation des citoyens sont achevées. Des cadres de concertation entre la société civile, l’administration, les politiciens et la presse ont été également mis en place. C’est pourquoi nous entamons maintenant  la sensibilisation et le renforcement des capacités de nos démembrements», explique le commissaire national électoral, Fanomezantsoa Rakotonirina.

La collecte périodique des informations pour la RALE 2017/2018, l’administration des bureaux de vote, la gestion financière et l’exécution budgétaire constituent les quatre thèmes et modules de la formation. Le Programme des Nations unies pour le développement finance l’organisation de l’atelier qui dure jusqu’au 22 juillet.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Fonctionnel

Le nouveau pont de Kamory, a été inauguré, hier, par Hery Rajao­nari­mampianina, président de la République. Le nouvel édifice construit en un peu plus de deux ans, est désormais, fonctionnel et ouvert à la circulation. Proposant deux voies de circulation, le nouveau pont prévu être plus que centenaire, est capable de supporter une charge de 40 tonnes. L’ancien pont n’a pas été détruit. Un dossier devant l’inscrire au patrimoine mondial devrait être soutenu devant l’UNESCO. « Les deux ouvrages symbolisent le passé et l’avenir car, nous ne devons pas ignorer ce qui a été fait en écrivant l’histoire de l’émergence de notre pays », a déclaré le chef de l’État.

L'express de Madagascar0 partages

Débat sur le foncier à Mahajanga

Le réseau de protection des droits des consom­mateurs de Mahajanga, organise le 20 juillet prochain un débat sur la problématique foncière. L’événement qui a pour thème « Le fiha­vanana malagasy et le foncier » se tiendra à la Maison de la Culture de Mahajanga et sera animé par un panel varié tel que le service des domaines, topographique, la direction régionale du ministère de la Justice et la commune urbaine de Mahajanga.

L'express de Madagascar0 partages

D’un 14 juillet à l’autre

La réception du 14 juillet à la Résidence de France s’impose comme un marqueur diplomatico-mondain de l’agenda tananarivien. Chaque détail interpelle et apporte son lot de commentaires. L’officialisation des kakémonos des sponsors du cocktail, l’innovation d’une inscription en malgache («Lafrantsa eto Madagasikara»), l’interminable attente de l’arrivée du Chef du Gouvernement malgache comme si ce rendez-vous n’était pas déjà programmé depuis un an qu’il faille lui inventer un empêchement de dernière minute.Notre «fotoan-gasy», un manque de savoir-vivre érigé en exception culturelle, allait donc me devenir un premier sujet de petite honte. Mais, le contenu du discours français, et sans doute aussi allemand et américain ou japonais (les Russes et les Chinois insistant moins sur les piètres performances des gouvernances locales dont ils n’ont cure), allait, comme chaque année, me plonger dans un embarras dont je ne peux en vouloir qu’aux dirigeants successifs, coupables d’avoir transformé «un pays d’avenir» en Grande île de tous les conditionnels improbables.Quand l’Étranger évoque Madagascar, depuis dix, quinze, vingt, trente ans, s’enchaînent pêle-mêle, les sécheresses qui succèdent aux cyclones, l’extrême pauvreté et la grande précarité dans laquelle survit une part chaque jour grandissante de la population, le feuilleton des promesses de dons et autres aides budgétaires à un État qui vit définitivement au-dessus de ses moyens. Cette année, la recrudescence des kidnappings cochait une case supplémentaire au plus grand embarras de notre susceptibilité insulaire.Je me suis amusé à rechercher, un peu au hasard, les discours des ambassadeurs de France dans d’autres pays, à l’occasion d’un 14 juillet. À Singapour, comme à l’île Maurice, le «Singapour de l’Océan Indien». Au Maroc également, pays où Hubert Lyautey fut Résident général, de 1912 à 1925, après être passé par Madagascar (le Grand Sud, Fianarantsoa, Ankazobe) de 1897 à 1902.À Singapour, 14 juillet 2009, l’ambassadeur de France mit en exergue les 15 milliards de dollars du commerce entre les deux pays. Avant de parler de l’alliance stratégique entre HEC (Hautes Études Commerciales) et NUS (National University of Singapour) Business School. Ou de la coopéeration entre les musées des deux pays.En 2015, l’ambassadeur de France à Maurice évoquait le tricentenaire de l’arrivée des premiers Français sur l’île. Fut également à l’honneur le Campus international de Médine, une plate-forme régionale d’enseignement supérieur réunissant l’Université Panthéon-Assas, l’École centrale de Nantes, l’ESCP-Europe et SUPINFO. Cette année-là, le ministre mauricien de la Culture s’était rendu à Paris pour renforcer la coopération avec les institutions culturelles françaises.De son côté, toujours en 2015, l’ambassadeur de France au Maroc citait en exemple l’usine Renault à Tanger et la future implantation de Peugeot à Kénitra. Et si la mobilité étudiante marocaine en France est forte, avec 34.000 Marocains qui constituent le premier contingent d’étudiants étrangers, des établissements français d’enseignement supérieur allaient s’implanter au Maroc : École centrale de Casablanca, INSA international de Fès.À l’occasion du 60ème anniversaire de l’indépendance du Maroc, une double exposition avait été organisée à Paris : le Maroc médiéval au Louvre et le Maroc contemporain à l’Institut du Monde arabe.Marre de notre clochardise d’État, honte à notre quémandage «androrosy», foin de l’inventaire à la Prévert de toutes les aumônes du sous-développement. La coopération universitaire, l’interaction culturelle, le transfert de technologie : voilà d’autres sujets dont le passage en revue donnerait tellement plus de légitimité à notre nationalisme.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Lôlo sy ny tariny découvre le Dôme RTA

Un quatuor gagnant. Adulé pour ses mélodies folks et acoustiques, la bande à Benny, Bebey, Sefo et Sammy qui constitue t la formation locale de Lôlo sy ny tariny, prévoie de retrou-ver ses inconditionnels ce 22 juillet au Dôme RTA Ankorondrano. Rendez-vous est donné sur les lieux à l’occasion à 15 h tapante pour un concert qui s’annonce fraternel et convivial à l’image du groupe. Organisé d’après l’initiative du FJKM Ankadimbahoaka dans le cadre de la célébration des 25 ans du groupement laïc de l’église, les retrouvailles avec «Lôlo sy ny tariny» sont inédites puisqu’il y découvrira à l’occasion la scène du Dôme RTA Ankorondrano.Piliers indétrônables du paysage musical et populaire du pays, le groupe promet de bercer l’oreille de ses fans  avec les indémodables « Bombô gasy », « Lemizo », « Ilay akanjo fotsy» et « Zakarandaha » le temps d’un après-midi. Infatigable, le groupe enchaînera les cabarets et les concerts tout au long de ce mois-ci.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Nicolas Dupuis – « L’adversaire a montré des défaillances »

Nicolas Dupuis a réagi par rapport au match entre Madagascar et Mozambique. « Des faits de jeu contraires. Un penalty loupé, …, tout ceci arrive. Le football n’est pas une science exacte. Je fais confiance à mon ami et adjoint Auguste Raux et à l’ensemble des joueurs pour aller chercher la qualification (pour le troisième tour) au Mozambique. Du fait du symposium de la CAF, je ne peux être présent mais je suis de tout cœur avec eux. », a-t-il confié.« Maintenant est le temps d’analyser cette rencontre passée pour gommer les erreurs et renforcer les points forts. L’adversaire a su faire mal dans certaines zones… à nous d’anticiper. L’adversaire a montré des défaillances, à nous d’enfoncer le clou», a-t-il conclu. Ce technicien français sera au Mozambique dimanche prochain pour superviser le match retour du second tour de qualification au CHAN 2018 entre les Mambas et les Barea.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Symposium de la CAF – Dupuis parmi les participants

Nicolas Dupuis, le sélectionneur des Barea A qui jouent notamment la qualification pour la CAN Total Cameroun 2019, représentera Madagascar au prochain symposium de la CAF. Il y sera aux côtés de Claude Leroy, Florent Ibenge et Hervé Renard, notamment.Le symposium de la CAF aura lieu au Maroc ce 17 et 18 juillet et rassemblera les présidents et les secrétaires généraux des cinquante-cinq associations membres de cette instance continentale de football. Les dirigeants de clubs et des journalistes mais aussi des anciennes gloires du ballon rond africain tels Hossam Hassan, Jay Jay Okocha ou encore Patrick Mboma seront aussi de la partie.Par ailleurs, les coachs des équipes nationales africaines ont également reçu leurs invitations pour cette grande rencontre. Le Sym­posium touchera huit thèmes entre autres la CAN, compétitions interclubs, développement du football, football des jeunes, partenariats internationaux, communication et médias, Marketing et TV, Rôles et perspectives des footballeurs.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

La Gendarmerie nationale contre les VBG

Le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) a remis, hier, des équipements, matériels informatiques et des mobiliers d’une valeur de 34 380 000 ariary au secrétariat d’État chargé de la Gendarmerie nationale auprès du ministère de la Défense nationale. Cette dotation entre dans le cadre du projet d’appui à la Réforme de la sécurité à Madagascar (Arsam) dans le volet lutte contre les Violences basées sur le genre (VBG). Ils sont destinés aux six unités opérationnelles dont la direction de la Police Judiciaire d’Antananarivo, la section de recherche criminelle de Toliara, le Groupement d’appui à la police judiciaire de Taolagnaro et le groupement d’Appui à la Police judiciaire à Ambovombe.

L'express de Madagascar0 partages

Cinq pyromanes comparaissent au parquet

Cinq auteurs présumés de l’incendie criminel qui a dévasté deux habitations dans le district d’Ambohimahasoa, seront traduits devant le parquet ce jour. Le feu s’est déclaré dimanche 9 juillet et a tué huit individus dont cinq enfants. La traque des autres présumés complices se poursuit toujours.

L'express de Madagascar0 partages

Transport urbain – Fraude des immatriculations des tricycles

Le chef de service du transport urbain au niveau de la commune urbaine de Mahajanga, Nourdine, dénonce les agissements de certains propriétaires de  tricycles. Ils utilisent l’immatriculation de leur taxi-brousse ou de leur voiture pour leur tricycle ou taxi moto.

« Nous avons mis en fourrière plus d’une vingtaine de tricycles jusqu’à hier, qui ne sont pas en règle. Nous avons aussi remarqué qu’une seule plaque d’immatriculation de voiture ou de taxi-brousse est utilisée pour plusieurs bajajs à Mahajanga. Nous mettons en garde contre ces agissements et ils ont déjà été mis en fourrière. C’est un acte de fraude», déplore le chef de service.

La commune urbaine de Mahajanga ne reculera pas dans cette action d’assainissement et de régularisation des papiers des conducteurs et de ces motos, selon le premier responsable du transport de la municipalité.

À Mahajanga, sur plus de 3 000 bajajs qui circulent, seuls 750 sont en règle vis-à-vis de la loi. Le reste sont des clandestins qui sont souvent source d’accidents.

V.A 

L'express de Madagascar0 partages

Airtel Beach Party à Mahajanga

Après le succès de la première édition, Airtel Madagascar donne déjà rendez-vous pour la deuxième édition d’Airtel Beach Party pour le 06 Août prochain au Soma Beach Mahajanga. Il s’agit du premier grand événement pour commencer les vacances vers la destination préférée des Malgaches.« Nous sommes très fiers du résultat de la première édition d’Airtel Beach Party où nous avons réuni plus de 20 000 jeunes », s’est réjoui Maixent Bekangba, directeur général d’Airtel Madagascar. Cet évènement a conquis le cœur des vacanciers et des natifs de la Cité des fleurs.

L'express de Madagascar0 partages

Le Centre du foyer social d’Isotry, objet  de litige

Le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme demande au Bureau anti-corruption de mener des investigations sur le Centre du foyer social d’Isotry, supposé accueillir des jeunes filles. L’ancienne chef de centre se prononce propriétaire du bâtiment alors qu’elle s’en est appropriée sur fond de corruption selon le ministère. Celui-ci a soumis une demande d’audit sur la situation des agents du Foyer social par l’Inspection générale de l’État (IGE) et d’annulation du titre accordant la propriété du bâtiment à l’ancienne chef de Centre, auprès du ministère en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement.

L'express de Madagascar0 partages

Un pharmacien décède sur le coup

Décédé sur le coup, un pharmacien circulant à moto  a terminé sa course sous un poids lourd, hier matin à Fenoarivo. Il aurait tenté de dépasser une charrette lorsqu’il s’est télescopé avec le camion. Il a chuté et est passé sous les roues avant du véhicule.

L'express de Madagascar0 partages

Cinq gangsters sous mandat de dépôt

Le parquet de Betroka renvoie derrière les barreaux cinq individus épinglés dans des affaires de gangstérisme, vendredi 14 juillet. Leurs cinq présumés complices dont une femme encore gardés à vue à la gendarmerie seront bientôt traduits devant le parquet. Cette femme est soupçonnée d’avoir fourni des armes à ce gang.

L'express de Madagascar0 partages

Coup de filet

La police a mis la main sur un pilleur récidiviste lors d’une course-poursuite qui s’est déroulée samedi vers 21h à Ampefiloha. Un autre complice a pu s’échapper des mailles de filet des forces de l’ordre. Les voleurs sont venus de dérober cent mille ariary et deux portables d’un homme qui aurait été sur le point de rentrer chez lui.

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Tsy hanaiky ny famarotana ny zetra, sy ny fihinanana ny vorona ao aminy ny fokonolona

Manomboka avadiky ny olona ho tanimbary ny farihin’Alaotra. Misy mamono  sy mihinana ny vorona sy ireo biby  ao anaty zetra,  toy ny vorondrano, ny fanihy, ny Bandro,  bibilava. Lasa ifandrombahana ny fividianana tany any anaty zetra, satria mamokatra  ary matetika dia olona ambony no manao izany, hoy ny fanazavana. Tsy hanaiky intsony ny fokonolona ka nampiaka-peo ary nivondrona. Fokonolona  marobe no tonga nivory teo amin’ny toerana malalaka tao Ambodivoara  Ambohitsilaozana,  « Point de vue », ao amoron-jetra   amoron’Alaotra, ny faha- 15 jolay 2017 lasa teo, vahoaka tezitra  sy   nitady fanazavana tamin’ireo tompon’andraikitry ny rano sy ala aty Alaotra Mangoro,  niaraka tamin’ny loholon’i Madagasikara  Atoa  Rabenony Day,  izay nohafaran’izy ireo ho eny hitafa aminy , fa raha tsy izany dia hilahatra any Ambatondrazaka ny fokonolona. Araka ny nambaran’ny  fokonolona tamin’ny fandraisam-pitenenana  dia entanina  izy ireo hiandry ny zetra , izay tsy azo kitihana fa faritra arovana, nefa misy ireo olona voalaza fa VOI  sy ireo mpiray tsikombakomba  amin’izy ireo mivarotra ny zetra havadika ho tanimbary. Gaga sy talanjona  ny fokonolona  fa ny olona avy amin’ny faritra hafa, sy tanana hafa ankoatra ireo fokonolona mipetraka manodidina no manana tany ao anaty zetra, efa vita « borne » sy titra aminy. Mitady ny hamerenana ny fitantanana  ny zetra amin’ny fokonolona ny vahoaka  ,ary mangataka  ny mba ho izy ireo no higoka ny tombontsoa amin’ny tany iainan’izy ireo  fa tsy olona ivelany. Tsy manaraka ny lalana intsony ireo VOI, hoy ny fanazavan’ny fokonolona ,fa lasa ny fianakaviana sy ny havany no mahazo tombontsoa ,ka tokony hosoloina. Nanambara ny tompon’andraikitry ny rano sy ny  ala aty Alaotra Mangoro  fa misy ny faritra  arovana ao anaty zetra, ary ny fokonolona ihany no nametraka ireo VOI hiara-kiasa amin’ny fanjakana, ka raha tsy misy ny fahatokiana azy ireo intsony  dia tokony hanao taratasy izy ireo amin’ny ambaratonga rehetra ahafahana manara-maso sy mandray andraikitra  mba hahafahana miaro ireo faritra arovana ao amin’ny farihin’Alaotra . Nilamina sy nanaiky ihany ireo fokonolona rehefa nazava ny fifampiresahana ka hanao taratasy izy ireo ary miangavy ny hanaraha-maso izany,  ary nisaotra ny loholon’i Madagasikara, Atoa Rabenony Andrianirina. Nofaranana tamin’ny fiaraha-misakafo teo amoron’ny ranon’Alaotra moa ny fivoriana ary nisy ny vono omby iray ho mariky ny fihavanana.

Janus R

Midi Madagasikara0 partages

Analamahitsy : Zazakely maty nianjera, nitondra fanazavana ny fianakaviana

Nitondra fanampim-panazavàna mahakasika ilay lahatsoratra teto amin’ny Midi madagasikara, lah. 10308, nivoaka ny alatsinainy teo, tao amin’ny pejy faha-17, izay milaza ny momba ny « Analamahitsy : zaza telo taona maty, nianjera avy eny ambony rihana » ny fianakaviany. Araka ny fanazavàna nomen’Atoa Henri, raiben’ilay zaza namoy ny ainy, izay tonga teto aminay dia nisy fahadisoana tao amin’ilay lahatsoratra, mahakasika ny fomba nahafatesan’ity tsy manan-tsiny ity, izay tsy nianjera avy eny « ambony rihana » akory sy hoe « maty tsy tra-drano » araka ny voalaza ao anaty lahatsoratra. Ho fanajàna ny alahelon’ireo fianakaviana sy tsy hamohazana fota-mandry intsony anefa dia tsy ho lazaina eto ny tena zava-nitranga tamin’io fotoana io, araka ny fangatahan’izy ireo hatrany. Eo anatrehan’izay dia manantitra ny fialàn-tsiny amin’ny fianakaviana manontolo ny amin’ny zavatra mety ho naterak’io hadisoana io.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

RN4 – RN6 : Le nouveau Pont de la Kamoro opérationnel

Le nouveau pont à double voie de la Kamoro, inauguré hier.

Après plus de deux ans de travaux, le nouveau pont de la Kamoro, à double voie, est désormais opérationnel. Le président Hery Rajaonarimampianina était sur les lieux, hier avec des membres du Gouvernement, pour la cérémonie d’inauguration.

Un nouveau pont suspendu à double voie de 265m de long. C’est ce qui a été inauguré en grande pompe hier. Plus de 1 000 voyageurs, par jour, traverseront ce pont, d’après le maire de la Commune Rurale d’Ambondromamy. En effet, le pont de la Kamoro relie Antananarivo à Mahajanga et Antsiranana, c’est-à-dire, toutes les destinations qui sont desservies par les routes nationales numéros 4 et 6. « La partie Ouest et la partie Nord de Madagascar disposent de grandes potentialités en tourisme. Les infrastructures routières sont donc déterminantes, pour le développement des régions concernées », a indiqué le chef de la région Boeny. A noter que l’ancien pont de la Kamoro était à simple voie. Vieux de 83 ans, ce pont nécessite une réhabilitation. « Il y a trois ans passés, le ministre des Travaux Publics de l’époque, Roland Ratsiraka, nous a convaincu que la construction d’un nouveau pont à double voie ne coûterait que 20% de plus, par rapport au coût de réhabilitation de l’ancien pont. Cette infrastructure est pourtant vitale pour l’économie et pour l’approvisionnement en gaz, pour Antananarivo. C’est pour ces raisons que nous avons appuyé ce projet de nouvelle construction », a affirmé Coralie Gevers, représentante résidente de la Banque Mondiale à Madagascar.

Historique. Le nouveau pont de la Kamoro a été construit par la société Eiffage, un des leaders européens du BTP et des concessions ; connue dans le monde pour la construction de la tour Eiffel de Paris. D’après le directeur d’Eiffage pour la zone Afrique, le nouveau pont est l’un des ponts suspendus les plus impressionnants en Afrique. « Ce pont de 265m avec 206m suspendu repousse le record à Madagascar. Il comporte des pylônes de 36m de hauteur au-dessus du tablier. A titre d’exemples, nous avons utilisé 13T de boulons, 80km de câbles, 4600m3 de béton, 380 000 heures de travail sans accident, etc. J’en profite pour dire que lors de la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs qui s’est tenue à Paris en décembre dernier, nous nous sommes engagés à construire un barrage hydroélectrique à Madagascar, pour doubler la puissance sur le réseau interconnecté d’Antananarivo. Nous apporterons 260 millions USD, sur les 600 millions nécessaires pour le projet, afin de produire 200MW supplémentaire », a-t-il déclaré. De son côté, le président Hery Rajaonarimampianina a mis en avant, dans son discours, cette réalisation de projet structurant. D’après ses dires, si la construction d’infrastructure de ce genre dure deux à trois ans, le développement du pays nécessite plus de temps…

Antsa R.