Les actualités à Madagascar du Jeudi 18 Juin 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara174 partages

Beach soccer :  « Madagascar touche le fond », confie Solofo Ramarolahy

L’entraîneur des Barea Beach Soccer, Solofo Ramarolahy.

La situation du beach soccer à Madagascar est devenue intenable. Cette discipline est en train de disparaître de la circulation au point de faire ressortir de son silence l’ancien entraîneur national, Tsiavahana Solofo Ramarolahy. Ce dernier se confie avec une certaine amertume au cours d’une interview.

Midi Madagasikara : Le beach soccer a disparu de la circulation. Vous avez une explication ?

Solofo Ramarolahy : « L’explication en est malheureusement bien simple: il n’y a plus personne pour s’occuper de cette discipline. Pire, le beach soccer est le grand oublié de la conférence nationale de janvier dernier alors qu’il y a une commission en charge de cette discipline au sein de la FMF. Le dernier match de beach soccer à Madagascar remonte au mois de mai 2019, à Mahajanga, avec les membres des Barea au sein d’une nouvelle équipe du nom de Gasikara Beach Soccer contre une sélection réunionnaise conduite par Barrabé. On a dû utiliser ce nouveau nom car il s’agit d’une initiative qui ne vient pas de la fédération. Nos joueurs ont gagné par 5 à 0. »

Midi Madagasikara: En évoquant le nom de Barrabé, qu’avez-vous en mémoire ?

S.R. :  » Claude Barrabé laisse pour moi le souvenir d’un grand homme qui s’est investi énormément pour les Barea, autant pour les joueurs qu’à l’encadrement technique. Personnellement, j’ai beaucoup appris avec lui. Il ne faut pas oublier que cet instructeur de la fédération internationale avait permis aux Barea de se préparer à la Réunion et à Marseille juste avant le Mondial au Portugal.  »

Midi : Ce championnat du monde au Portugal est peut-être à oublier pour vous ?

S.R. : «  C’était une expérience très enrichissante. Et si les résultats ne suivaient pas, c’est parce que nous étions dans un groupe difficile avec la Russie, championne du monde, mais aussi le Tahiti, le finaliste contre le Portugal. Mais au-delà de cet échec, je retiens surtout notre titre de champion d’Afrique 2015 aux Seychelles et les promesses non tenues comme quoi tous les joueurs qui n’ont pas de travail vont intégrer la fonction publique. C’était dur pour ces joueurs dont la majorité était là depuis 2011 quand nous avons échoué en demi-finale face au Maroc. »

Midi : Vous avez des propositions pour sauver ce qui peut encore l’être ?

S.R.: « Le beach soccer malgache a du potentiel. Aujourd’hui, je regrette que mes joueurs ne soient pas parvenus à faire comme les Sénégalais qui jouent en ce moment en Allemagne, en Russie et en Ukraine alors qu’en valeur pure, les Del, Ymelda et Dada sont au même niveau, voire plus. Mais tout n’est peut-être pas perdu si on décide de remettre nos pendules à l’heure en organisant des championnats jeunes et seniors dans chaque ligue pour ensuite tenir un sommet national où le vainqueur disputera le championnat d’Afrique des clubs. »

Propos recueillis par Clément RABARY

Midi Madagasikara14 partages

Toaka gasy légalisé : Des milliers de familles attendent d’intégrer le secteur formel

Le projet de loi sur la libéralisation de la filière « toaka gasy » (ou plus précisément l’alcool de fabrication locale) soumis à l’assemblée nationale, a été voté par la chambre basse. Ce projet de loi suscite un vif intérêt à travers toute l’île, dans la mesure où la production de toaka gasy est une activité courante dans tout le territoire national, sous diverses appellations locales.

Longtemps appelée production d’alcool frelaté, et restée très longuement dans l’informel, cette filière mérite sa place quand on sait que ses retombées sur l’économie locale ne sont pas négligeables. A titre d’exemple, l’Amoron’i Mania produit plusieurs milliers de litres de ce produit pour le marché hebdomadaire de ses régions environnantes.

Il sied cependant de souligner que même si la production et commercialisation du toaka gasy ont toujours été dans l’informel, de son côté, la corruption au détriment des caisses de l’Etat n’a fait que détériorer cette image. En effet, sur les gros montants en jeu dans la filière, l’Etat n’en n’a perçu que quelques miettes. C’est ce qu’a présenté le député Brunel, un des concepteurs de ce projet de loi qui va booster les produits « vita gasy ». La balle est donc dans le camp de la chambre haute.

Anastase

Midi Madagasikara13 partages

Ambohipo : Flagrant délire d’un DG de ministère

La voiture de l’Etat bien garée devant un bar.

Mardi vers 18 heures, si les endroits commerciaux sont censés être fermés pour respect des mesures sanitaires, un Directeur général d’un ministère et ses acolytes débarquent dans un bar sans souci aucun. Il gare la voiture portant une plaque d’immatriculation rouge juste devant le débit de boisson. Le haut fonctionnaire, de surcroît très bien accompagné, y a passé une soirée bien arrosée. Pour un “afterwork”, il n’y a rien à lui reprocher car c’est de son droit de passer la soirée avec ses amis. Mais utiliser le véhicule de l’État pour ses parties de plaisir et se faire voir à cet endroit… ce n’est pas digne de son statut, rappelons-le, nommé sur conseil des ministres. Et puis, avec le contexte actuel de l’état d’urgence sanitaire, un tel flagrant…délire nuit rapidement à l’image de l’administration publique. C’est comme si le concerné n’était pas en mesure de comprendre que ce genre de circonstances génère une perte de confiance des citoyens envers l’administration. Il est censé être strict pour le respect des mesures sanitaires mais il a prouvé le contraire au public du bar et des riverains d’Ambohipo, témoins des faits. Par ailleurs, les curieux n’ont pas manqué de prendre discrètement en photo l’ambiance au bistrot et la voiture de l’État devant le bar pour balancer les clichés aux médias. Après vérification, il s’agit d’un véhicule de ministère, et le responsable, l’un des directeurs généraux de ce département. Les observateurs se souviennent eux-mêmes de l’histoire d’une « plaque rouge » qui a servi de tête de cortège à un mariage. Un abus de fonction qui a coûté le siège du directeur général du Trésor. Également, la diffusion sur les réseaux sociaux du cliché d’une voiture 4X4 de l’État faisant un dépassement abusif dans un embouteillage a été à l’origine de l’affectation d’un autre haut fonctionnaire. Pour ces deux cas, les décisions d’abrogation ou de sanctions ont été rapidement prises en conseil des ministres. Quid de ce cas à Ambohipo ?

D.R

Midi Madagasikara10 partages

Revendication des îles éparses : Manif devant l’ambassade de France demain

Le projet français sur les îles Glorieuses crée des vagues.

Malgré la situation qui prévaut dans le monde avec le Covid-19, le parti Otrikafo persiste et signe quant à la restitution des îles éparses à Madagascar. Un point de vue partagé par l’ensemble des Malgaches.

Le parti Otrikafo a l’intention de tenir un meeting devant l’ambassade de France demain. Une manifestation qui a pour objectif la restitution des îles éparses à Madagascar. Selon les explications de son Secrétaire général, Elia Rabevahiny, une demande a été déjà déposée auprès de la Préfecture d’Antananarivo. Et la réponse devrait être obtenue ce jour. Mais l’on se demande toutefois si ce mouvement aura l’aval de la Préfecture avec l’état d’urgence sanitaire encore en vigueur ? Sur ce point, le Secrétaire général a tenu à souligner que « malgré le confinement, la lutte doit continuer». Et lui de déplorer qu’ « après 60 ans d’indépendance, nous nous trouvons encore dans une période néo-coloniale».

Réserve naturelle. Otrikafo s’insurge également contre la récente déclaration du président français Emmanuel Macron sur les îles Glorieuses. En effet, le chef de l’Etat français a fait une déclaration sur lesdites îles le 13 février dernier, à Chamonix (Mont-Blanc). Lors de son discours, il a confirmé ce qu’il avait annoncé lors de sa visite à Mayotte en octobre 2019 : la création d’une réserve naturelle nationale sur les îles Glorieuses d’ici juin prochain. Tout en soulignant au passage que « c’est une présence scientifique indispensable». Notons que lors de la cérémonie de clôture de la concertation nationale sur les îles Eparses qui s’est tenue au centre de conférences international d’Ivato, le président Andry Rajoelina a réitéré que les îles Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India sont des îles malgaches. A ce sujet, le chef de l’Etat avait soutenu que « ces îles appartiennent à Madagascar. D’ailleurs, l’histoire confirme qu’auparavant, elles avaient des noms malgaches dont Nosy Sambatra, Nosy Kely, Nosy Bedimaky et Nosy Ampela ». Le Chef de l’Etat de souligner également que « géographiquement, ces îles figurent dans la Zone Economique Exclusive (ZEE) de Madagascar car Juan de Nova se trouve à 150km seulement de Tomboarano (région Boeny), les Glorieuses à 200km de Cap d’Ambre, Europa à 300km des côtes malagasy et Bassas da India à 380km de Nosy-Be ».

Source de polémique. Faut-il rappeler qu’il est là question d’application de la résolution 34/91 du 12 décembre 1979 et de la résolution 35/123 du 11 décembre 1980 de l’Assemblée générale des Nations Unies de procéder à la restitution immédiate et sans condition des îles malgaches détenues arbitrairement par le gouvernement français. Cela suppose alors le balayage de toute autre solution, notamment celle d’une cogestion de ces îles malgaches par le gouvernement français avec le gouvernement malgache. Un sujet qui est devenu source de polémique. Malgré tout, les deux parties restent d’accord sur la poursuite des négociations concernant ces îles. Un sujet qui reste toujours d’actualité.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara8 partages

Covid-19 : 61 nouveaux cas annoncés hier, Sainte-Marie, à son tour touchée

L’île de Sainte-Marie compte deux cas confirmés : un soignant présentant des signes suspects de Covid-19 a été confirmé positif quelques jours plus tard, après les tests, mais il a entretemps basculé dans une forme grave et a été évacué à Toamasina. Le second cas est l’enfant de ce soignant.

A Antananarivo également, quasiment tous les quartiers sont désormais déjà affectés par le Coronavirus. Les derniers cas annoncés, hier, sont localisés à Ambanidia, Ampitatafika, Bemasoandro Itaosy, Ambodiafontsy, Morarano, Alakamisy Fenoarivo, Andohatapenaka et Tsaramasay.

Dans son bilan quotidien de l’évolution de l’épidémie, la porte-parole du CCO, le Pr Vololontiana Hanta, a annoncé 61 nouveaux cas dont 28 identifiés par le Centre d’infectiologie Charles Mérieux (CICM) qui a réalisé des tests sur 52 prélèvements effectués entre le 5 et le 11 juin. Les résultats font état de 15 cas positifs dont 1 à Moramanga et 14 à Antananarivo. Le CICM a, par ailleurs, effectué des tests sur 39 prélèvements recueillis le 6 juin et provenant de l’hôpital Befelatanana. Les résultats, obtenus seulement le 17 juin, font état de 13 cas positifs, soit un total de 28 cas identifiés par le CICM. De son côté, l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) à Antananarivo a effectué des tests sur 84 prélèvements à l’issue desquels 9 cas positifs ont été identifiés. Ils sont localisés respectivement à Antananarivo (5 cas), Antsirabe (3 cas) et Tsiroanomandidy (1 cas). Le laboratoire mobile à Toamasina a, quant à lui, identifié 2 cas positifs après les tests réalisés sur 40 prélèvements. Ceci amène à un total de 11 cas positifs identifiés par l’IPM. Pour sa part, le laboratoire du HJRA a réalisé des tests sur 74 prélèvements et a identifié 22 cas positifs dont 20 à Antananarivo et les deux autres à Sainte-Marie. Le bilan fait également état de 8 cas graves actuellement, dont 3 à Befelatanana, 1 à l’hôpital d’Analakininina Toamasina, 3 au CHU Morafeno Toamasina et 1 à l’hôpital d’Andohatapenaka.

A ce jour, 1 378 cas ont été confirmés à Madagascar (sur 16 402 tests PCR) dont 917 en traitement, 450 guérisons et 12 décès.

Hanitra R.

Midi Madagasikara5 partages

Programme de résilience climatique : Les ingénieurs formés sur la norme nationale de construction

Echanges avec les ingénieurs en BTP et génie civil durant 2 jours à Anosy. (crédit photo : Princy)

Depuis hier, 17 juin 2020, jusqu’à ce jour, les ingénieurs en génie civil ont suivi une formation technique organisée par la Cellule de Prévention et Gestion des Urgences de la primature et le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’habitat, et des travaux publics au CFDM à Anosy. L’objectif de ce programme est d’informer et de sensibiliser les ingénieurs sur le contenu, l’application, l’interprétation correcte et commune de la nouvelle Norme nationale de construction de bâtiments résistants aux aléas naturels adoptée en conseil du gouvernement le 16 octobre 2019.

La standardisation et l’amélioration de la résistance des infrastructures n’ont connu aucune réforme officielle depuis des dizaines d’années. Or, les contextes national et international ne cessent d’évoluer ces temps-ci. C’est ainsi qu’après évaluation de l’efficacité des règles para-cycloniques en 2010, il a été décidé de mettre à jour les normes de construction au pays afin de répondre aux exigences actuelles et de garantir la durabilité et la pérennité. En collaboration avec le cabinet GERCO, la CPGU et le MATHTP ont pu formuler une nouvelle « Norme nationale de construction de bâtiments » sur la base de normes européennes « Eurocodes structuraux », mais adaptées à la situation à Madagascar.

S’applique au Plan Marshall. Le gouvernement qui envisage la construction de nombreuses infrastructures de grande envergure (centres hospitaliers, salles de classe, bureaux dans les régions et les communes, etc.) dans le cadre du plan Marshall s’appuiera sur cette nouvelle norme. Selon les explications des responsables au niveau de la CPGU, cela aura pour effets directs de diminuer les dégâts énormes, les dommages physiques et les pertes économiques dans le secteur de l’infrastructure. En effet, les derniers chiffres montrent que les aléas naturels ont engendré des pertes considérables à hauteur de 75% de dommage. Mais la norme en question ne s’applique pas uniquement aux bâtiments publics, elle est également valable pour toutes les constructions en dur ou semi-dur à usage d’habitation ou collectif. Il reste à voir si les nouveaux bâtiments tiendront compte des indications fournies dans cette « norme de construction ».

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

CNIDH sur le Covid-19 : Les droits sociaux ne sont pas respectés

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) a présenté ses rapports d’activités pour l’année écoulée, hier, devant l’Assemblée nationale. En ce qui concerne le Covid-19 qui sévit dans le pays, selon le porte-parole de la CNIDH, les droits sociaux ne sont pas respectés, vu que bon nombre de gens n’arrivent plus à subvenir à leurs besoins à cause, notamment, du confinement. Sans parler de la mauvaise répartition des « Vatsy Tsinjo » et « Tosika Fameno» étant donné que certaines personnes vulnérables ont été reléguées au rang des laissés-pour-compte. La commission n’a pas non plus manqué de souligner qu’elle a eu l’accréditation de l’Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l’homme pour livrer les rapports de ses observations.

Recueillis par Dominique R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Orange Madagascar offre des équipements de protection pour les responsables en première lig...

La situation des responsables sanitaires à Madagascar n’est pas à cacher. Les personnels de la santé, qui sont en première ligne dans ce combat contre l’épidémie du Coronavirus, sont dans de situations délicates. Le manque d’équipement de protection a toujours fait partie des problèmes majeurs rencontrés dans le secteur, mais devient plus important encore en ce moment de crise sanitaire.
A l’occasion, Orange Madagascar fait un don d’équipement sanitaire pour le Centre de Commandement Opérationnel du Covid- 19 (CCO-Covid-19). La remise des dons s’est faite le mardi 16 juin 2020, contenant des surchaussures, des visières, des calots, des gants et des masques de protection pour les centres hospitaliers de Tamatave et Antananarivo.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le président rencontre les opérateurs économiques

Le président de la République, Andry Nirina Rajoelina, a organisé une réunion avec les opérateurs économique. Il s’agit d’une réunion concernant le plan d’urgence multisectoriel et comment l’Etat peut aider le secteur privé en cette période de crise, qui n’est pas seulement sanitaire.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le projet « Sahofika » a été approuvé par le ministère de l’Environnement et du Dév...

Le projet « Sahofika » est un projet développé par la société NEHO ou Nouvelle Energie Hydroélectrique de l’Onive. Il s’agit de la mise en place d’un centre de production hydroélectrique, pouvant produire jusqu’à 192 MW d’électricité. L’objectif de ce projet est de pouvoir concevoir de l’électricité à partir d’énergie renouvelable pour la liaison Antsirabe-Antananarivo.
Le 16 Juin 2020, le projet « Sahofika » a reçu l’approbation du ministère de l’Environnement et du Développement Durable. La mise en place du centre durera 5 ans et l’exploitation, jusqu’à 35 ans. Un barrage sera installé sur le fleuve d’Onive. La JIRAMA participera dans le départage de l’électricité produit.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Une aide financière de 21 millions d’euros de la part de l’Union Européenne

L’Union Européenne a annoncé aider Madagascar, avec une somme de 21 millions d’Euros. Il s’agit d’une aide financière, qui selon elle, permettra à Madagascar de se relever après cette crise sanitaire, afin de ne minimiser les conséquences sur le plan sanitaires et sur le plan socio-économiques.
L’octroi sera divisé en deux parties, comprenant d’une somme de 10 millions d’euros pour la première partie, dont le déboursement est en cours de négociation afin de pouvoir être payée cette année 2020. La deuxième partie, comprenant la somme restante sera déboursée en 2021. Cet appui s’additionne aux appuis déjà fournis par l’union européenne pour aider Madagascar dans la lutte contre le covid-19.
Tia Tanindranaza0 partages

Alakamisy FenoarivoVoahilikilika ireo voan’ny coronavirus

Tena misedra olana tanteraka ireo mponina ao Alakamisy Fenoarivo, distrikan’Antananarivo Atsimondrano amin’izao.

 Ankoatra ny aretina izay tsiahivina fa namely olona 42 isa mantsy hatreto dia miaina fanilikilihana ihany koa ireo mponina ao an-toerana. Ho an’ireo mpiasa dia misy ireo nomen’ny orinasa hiasany congé forcé na asa hafa mihitsy mba tsy hifangaro amin’olona vokatry ny fisian’ity areti-mandoza COVID 19 ity. Ankoatra izay dia betsaka amin’ireo mpianatra hiatrika ny fanadinam-panjakana toy ny CEPE sy BEPC ihany koa hoy ireo mponina mitaraina no natsahatra avy hatrany tamin’ny fianarany aloha na dia salama aza sao mamindra, hono,…. Miantso ny Fitondram-panjakana mba hijery akaiky izany olana iainany izany araka izany ireo mponina eny Alakamisy Fenoarivo. Tsiahivina moa fa tsy afaka miasa araka izany ireo mponina sasany ao amin’ity kaominina ity nefa ny fanampiana tsy misy, indrindra fa ny sakafo koa hanaovany antso amin’ireo tompon’andraikitra isanisany. Toraka izany koa ireo marary izay efa ireo mpilatsaka an-tsitrapo no niantoka azy hatramin’izay.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Governora rehetraNanavao fepetra iadiana amin’ny COVID 19

Rehefa avy nivory teto Antananarivo ny Governora rehetra miaraka amin’ny filohan’ny CCO foibe dia tapaka fa sokafana ny fifamezivezena malalaka ho an’ny rehetra ankoatran’ny Faritra Antsinanana sy Analamanga ary ny distrikan’i Moramanga.

 

 

Malalaka ny fifamoivoizana ho an’olon-tsotra fa Tsy maintsy hajaina ny elanelana 1 metatra ao anaty fiara. Tsy maintsy manao arotava daholo eny an-dalana. Ho an’ny fiara mpitatitra kosa dia misokatra ny fifamoivoizana manomboka eo amin’ny Faritra Vakinakaratra mianantsimo sy miankandrefana ary miatsinanana iray manontolo rehefa tsy mandalo an’Antananarivo. Atao « désinfection » daholo ny fiara rehetra tsy an-kanavaka alohan’ny hiaingana. Tsy maintsy misoratra eo amin’ny « manifold » ny anarana feno an’ireo mpandeha sy ny laharan-tariby ary soratana eo ihany koa ny sarandalana. Tsy Tokony hisy fanararaotana fa ny seza banga ihany no hamenoana ny tsy ampy eo amin’ny sarandalana talohan’ny fihibohana. Tsy maintsy manao arotava ny mpandeha rehetra. Hisy fijerena maripana alohan’ny hiaingana. Tsy maintsy mametraka fanasana tanana ny koperativa tsirairay ary manasa tanana matetika ny mpandeha. Raha Sprinter ny fiara dia Olona 4 isaky ny seza. Raha Mazda minibus kosa dia olona 3 isaky ny seza. Ny tsy fanarahana ireo fepetra ireo dia miteraka sazy avy hatrany, hoy hatrany ny fehin-kevitra.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

AmbohitompoinaSarona ireo dahalo mpanadio omby halatra

Nahazo vaovao avy amin’olona tsara sitrapo ny zandary avy ao amin’ny Poste Avancé Ambohitompoina Antanifotsy Kompania Ambatolampy ny 13 Jona teo fa misy ombilahy roa tsy mazava tazomin’olona ao amin’ny fokontany

 

Antamiana kaominina Ambohitompoina Distrikan’Antanifotsy. Nidina tany an-toerana ireo zandary notarihin’ny lehiben’ny toby ny 14 Jona teo nanamarina izany ka tratra noho ny fikarohana maty paika ireo omby ireo sy ny olona nitazona azy. Rehefa nosavaina ny taratasy dia fifanarahana fivarotan’omby tamin’ny datin’ny 05 sy 06 Aprily lasa teo no hita tany amin’ilay olona nitazona ireo omby izy misy ny mpivarotra avy ao Vohitrambo. Rehefa nantsoina anefa ireto roalahy mpivarotra dia nandà mafy fa tsy nivarotra omby tamin’io daty io. Nosokafana avy hatrany ny fanadihadiana. Teo indrindra no tonga ny olona telolahy nitondra vola 500 000 Ar . Nolavin'ireo zandary mpanao famotorona io vola io izay tambin’ny hanajanonana ny fanenjehana ireo namotsy taratasin'omby halatra ka tsy hiakaran’ny raharaha eny amin’ny Fitsarana.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

BelalandaTokantrano 3000 ho vatsiana herinaratra

Napetraka omaly ny vato fototr’ilay ivotoerana famokarana herinaratra ao Mangily, kaominina Belalanda, distrikan’i Toliara-II. Tokantrano miisa 3 000 tafo no hisitraka ny herinaratra 400 KW vokarina avy amin’ity toerana ity, raha ny fanazavana.

 

 

Efa manomboka ny asa ka afaka enim-bolana dia hotokanana izany. Ankoatr’izay dia fokontany miisa 50 no hananganana fotodrafitrasa famokarana herinaratra azo avy amin’ny herin’ny masoandro tahaka izao amin’iny Distrikan’i Toliara faharoa iny amin’ity taona ity. Ny Talen’ny fampandrosoana sy ny fotodrafitrasa avy eo anivon’ny Faritra, ny Dr Risite Heriarivelo no nisolontena ny Governoram-paritra Atsimo andrefana, ny Dr Ranoelson Edally Tovondrainy, izay nitarika ny delegasiona nametraka izany ny alatsinainy teo, hoy hatrany ny fanazavana.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rovan’AntananarivoMisy dikany avokoa ny singa rehetra ao

Miha lalina hatrany ny fanambarana momba ny rovan’Antananarivo izay mbola tsy mety matin’ireo mpisehatra momba ny vakoka lolo efa ho 1 volana izao. Ny taranak’Andrianonitompononitany,

 

 mpanjakan’Imerina atsimo na Vakinankaratra ankehitriny, indray no namoaka fanambarana fa miombom-po amam-panahy amin’ireo taranak’andriana merina enin-toko momba ny fiarovana sy fanomezan-kasina ireo vakoka rehetra naorin’Andriamanjaka tamin’ny fotoan’androny. Isany ny rovan’Antananarivo. Misy dikany sy heviny avokoa ny singa rehetra hatramin’ny endrika sy fitodik’io lapa io, raha ny fanazavana, na dia ny refiny sy haavony aza. Hatramin’ny akora nanorenana azy, eny ny volamena nanaovana ny satroboninahitry ny mpanjaka tao. Lavin’izy ireo, noho izany, ny fanorenana zavatra hafa ao na manala singa ao ihany koa satria tena fady izany, hoy ireto zanak’Andriana ireto. Aoka ny hetsika rehetra atao mba tsy hisy hampalahelo vahoaka fa feom-bahoaka feon’Andriamanitra, hoy hatrany izy ireo.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa FanalamangaMbola ny “DG par interim” no mitantana ao

Fantatra izao araka ny fanadihadiana natao fa mbola ny Tale Jeneraly vonjimaika notendrena hatrany no mitantan-draharaha ao amin’ny orinasam-panjakana Fanalamanga ao Moramanga ankehitriny taorian’ny fametram-pialana nataon’ny

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Seha-pihariana lavanilaHatsangana ny “World of vanilla”

Lohalaharana maneran-tany amin’ny lavanila Madagasikara: voalohany amin’ny fambolena sy amin’ny fanondranana lavanila eran-tany izy nandritry ny taona maro.

 

 Mitana ny laharana voalohany amin’ny vokatra fanondrana izay mampidi-bola vahiny ho an’iMadagasikara ny lavanila (710 Tapitrisa dolara tamin’ny 2017; 855 Tapitrisa Dôlara tamin’ny 2018). Ny taona 2008 kahatramin’ny 2017, miisa efatra ireo firenenana nanondranan’i Madagasikara ny 85,8% ny lavanila novokariny dia Frantsa (34,2%), Etazonia (28,8%), Alimaina (13,4%) ary Kanada (9,4%) raha ny antontan-isa avy amin`ny Banky iraisam-pirenena. Mikajy hatrany ny hahatsara ny kalitaon’ny lavanila izay hita fa tsy mitsahatra mitombo ny hatsarany ny Fitondram-panjakana. Raha 0,7 teo aloha dia 1,8 ny tahan’ny lavanila amin’izao. Hatomboka amin’ity taona 2020 ity ny fananganana ny ivo-toerana lehibe any Antalaha “World of vanilla” hihaonan’ireo mpandraharaha sy hampivoarana ny fandraharahana amin’ny sehatry ny lavanila.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa FanalamangaMbola ny “DG par interim” no mitantana ao

Fantatra izao araka ny fanadihadiana natao fa mbola ny Tale Jeneraly vonjimaika

 

notendrena hatrany no mitantan-draharaha ao amin’ny orinasam-panjakana Fanalamanga ao Moramanga ankehitriny taorian’ny fametram-pialana nataon’ny Tale Rakotoniriana Augustin DG teo aloha tamin’ny volana jolay 2019 raha tapakevitra ny hirotsaka ho fidiana ho solombavambahoaka izy ary lany soamantsara amin’izany toerana izany ka efa nifindra lasy eny amin’ny Lapan’i Tsimbazaza. Hatreto izany dia miandry ny “Appel d’offre” vaovao havoakan’ny fanjakana hifidianana an’izay ho mpitantana vaovao hitantana an’ity orinasa ity.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Seha-pihariana lavanilaHatsangana ny “World of vanilla”

Lohalaharana maneran-tany amin’ny lavanila Madagasikara: voalohany amin’ny fambolena sy amin’ny fanondranana lavanila eran-tany izy nandritry ny taona maro.

 

Mitana ny laharana voalohany amin’ny vokatra fanondrana izay mampidi-bola vahiny ho an’iMadagasikara ny lavanila (710 Tapitrisa dolara tamin’ny 2017; 855 Tapitrisa Dôlara tamin’ny 2018). Ny taona 2008 kahatramin’ny 2017, miisa efatra ireo firenenana nanondranan’i Madagasikara ny 85,8% ny lavanila novokariny dia Frantsa (34,2%), Etazonia (28,8%), Alimaina (13,4%) ary Kanada (9,4%) raha ny antontan-isa avy amin`ny Banky iraisam-pirenena. Mikajy hatrany ny hahatsara ny kalitaon’ny lavanila izay hita fa tsy mitsahatra mitombo ny hatsarany ny Fitondram-panjakana. Raha 0,7 teo aloha dia 1,8 ny tahan’ny lavanila amin’izao. Hatomboka amin’ity taona 2020 ity ny fananganana ny ivo-toerana lehibe any Antalaha “World of vanilla” hihaonan’ireo mpandraharaha sy hampivoarana ny fandraharahana amin’ny sehatry ny lavanila.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Sakana ara-pahasalamanaSomary nalefahana ny fepetra eny Ampitatafika

Efa tsikaritra ho malaladalaka avokoa ny ankamaroan’ireo sakana ara-pahasalamana eto amintsika amin’izao na dia tsy mitsaha-miakatra aza ny isan’ireo olona marary tratry ny coronavirus.

 

 

Ho an’ny kaominina Ampitatafika dia efa nafindra eny Ambodisaha izany, lalana miazo ny lalam-pirenena voalohany raha teo akaikin’ny kaominina mihitsy teo aloha. Noho ny havitrihan’ny olona nitondra arotava no fantatra fa anton’izany ka nampihena ny fanaraha-maso ihany koa. Na izany aza anefa hoy ny Ben’ny tanana Rado Ramparaolina dia mitohy hatrany ny fanentanana sy ny fampianarana ny mponina ho fisorohana ny aretina na mivantana izany na amin’ny alalan’ny haino aman-jery. Efa nisy hoy izy ny olona iray nahiahiana teny amin’ny faritra hiadidiany saingy olana tsy voafaritra mazava ilay toerana nisy ilay nahiahiana na tao Ambohimamory Ampitatafika na Ambohimamory Andranonahoatra izay toerana tsy mifanalavitra. Mikasika ny fanampiana hiatrehana ny COVID 19 kosa dia fantatra fa anio alakamisy amin’ny 09 ora maraina no handeha ny fizarana ny tosika Fameno ho an’ireo mponina tokony hisitraka izany ao an-toerana. Ny fampitaovana ny anjaran’ny kaominina raha tsy misy idiran’ny Ben’ny tanana kosa raha araka ny fanazavany ny isan’ny olona hahazo izany fanampiana izany….

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahanana resaka !

Tsy krizy ara-pahasalamana fotsiny no eto fa efa miditra lalina amin’ny krizy ara-toekarena, sosialy, ary hatramin’ny demokrasia no tratry ny krizy, hoy ny mpanao politika iray.

 

 Tena voafehy araka ny ambaran’ny Filoham-pirenena ve ny valanaretina ? Ny isa mitombo hatrany, ny zavatra ambaran’ny mpitondra mifanipaka. Ny valanaretina mandindona, fa ny krizy ara-toekarena sy sosialy mbola raharaha goavana ilam-bahaolana. Zava-dehibe ny fifampidinihana amin’ireo mpandraharaha samihafa, ary ireny niaraha-nahita ireny ny hetaheta sy ny fitarainana samihafa. Efa misy aloha ny vahaolana amin’ny ampahany nivoaka, ary misy ny hetaheta mbola tsy voavaly. Mpandraharaha firy no hisitraka vahaolana satria maro ihany koa no milaza hoe: izahay anie ka tsy ao anatin’io “cercle” na faribolana io? Aleo tara tokoa angamba toy izay tsy misy satria mahalasa saina tokoa ny hoe vahaolana hoentina hanarina ny fiainana ara-toekarena sy sosialin’ny Malagasy no noresahina ny alahady lasa teo. Voafahana resaka ny Malagasy, niraradraraka ny fampanantenana, noresahina ny sora-bola narahina voambolana mipoapoaka dia ny “Plan marshall”, fa ny fiantraikany mbola andrasana ny fahaterahany. Noresahin’ny filoha ny hitsinjarana ny fahefana sy ny andraikitra, saingy raha raisina ny fanapahan-kevitra nataon’ny fitondrana dia ny teny midina sy miainga amin’ny revirevin’ny mpitondra hatrany ny zavatra hatao. Ireo hitondrana ny vahaolana, toa efa natao izay natao, nosoratana izay vina masaka an-tsain’ny fahefana faran-tampony vao hoe antsoina hiresaka. Na izany aza samy manana ny fomba fiasa heveriny fa mety tokoa angamba. Miandry hatrany isika izao ny vahaolana ara-tsosialy miantraika amin’ny Malagasy tsy an-kanavaka: rahoviana ihany vao hisy fiantraikany aty Madagasikara ny vidin-tsolika iraisam-pirenena nitotongana? Rahoviana vao mba hidina ny vidin’ny herinaratra? Voafehy ny aretina, hoy ny filoha, fa ny Malagasy aloha izao dia voafehy tanteraka ihany koa ny kibo !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Herisetra tany ToamasinaPolisy iray no efa hanaovana fanadihadiana

Tsy mbola nangina ilay raharaha nampitaraina olona maromaro tao Toamasina nisiana polisy nanao herisetra tamin’izy ireo.

 

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanjono vehivavy amin’ny facebookEndahiny sy aolany izay tratrany…

Tovolahy iray 26 taona no voasambotry ny sampan-draharaha miady amin'ny resaka Cybercriminalité teo anivon'ny Polisim-pirenena teny Ankadikely Ilafy ny 15 jona teo noho ny resaka fanendahana,

 

fandrahonana ho faty amin'ny antsy ary fanolanana. Manana kaonty facebook maromaro ity tovolahy ity ary sarina lehilahy mihaja tsara tarehy ranjanana izay alainy any anaty kaonty facebook fananan'olona no entiny manjono ireo tovovavy na vehivavy kendreny. Resaka fitiavana na resaka fiaraha-miasa no entiny handresena lahatra azy ireny ary rehefa mipetraka ny fifampitokisana dia mangataka fihaonana izy ka rehefa tonga io fotoana izay tokony hihaonana io dia milaza tsy afaka amin'ny ora farany izy ka ny mpanampiny no alefany. Toerana mangingiana no hitarihany lalana ireo vehivavy tratrany ka dia mihafara amin'ny fanendahana sy fanolanana hatrany izany. Marihana fa nanomboka ny volana jona 2019 no efa nikarohana io tovolahy io ary miisa efatra no fantatra fa efa niharan'ny asa ratsy ka tonga nametraka fitoriana. Mbola misy vehivavy hafa ihany koa niharan'izao herisetra sy fanolanana izao saingy mbola tsy nametraka fitoriana izy ireny. Manao antso avo ny avy ao amin'ny sampan-draharaha misahana ny ady amin'ny Cybercriminalite mba hametraka fitoriana mahakasika izany asa ratsiny izany. Anisany nitory azy ihany koa moa ilay lehilahy izay tompona sary nampiasainy. Ny anaran'ireo kaonty fampiasany entiny hanjonoana ireo vehivavy ireo moa ireto manaraka ireto : Tojovalera, Rado Rafetrason, Jerry Jerry Jerry. Omaly no niakatra fitsarana ny raharaha.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Canal des PangalanesEo am-pamaranana ny asa fanajariana

Ny fambolena eto Madagasikara dia miankina betsaka amin'ny orana latsaka, satria tsy manana fotodrafitrasa hifehezana sy handrindrana ny rano, ka dia manantona ny faritra misy rotsak'orana hatrany ny Malagasy.

Manorana hatramin'ny 3500mm/taona amin'ny faritra atsinanana, raha 600-400mm/taona fotsiny aty andrefana sy aty atsimo, ka dia mipetraka amin'iny faritra mora ambolena sy hiompiana avokoa ny Malagasy. Manana tombony iny faritra Atsinanana iny ka zava-dehibe ny asa fanamboarana ny lakandranon’i Pangalana Tsy ny fizahan-tany ihany no hisitraka tombotsoa fa hanome tosika sehatra maro toy ny indostria, ny fambolena, ny fiompiana, ny fitrandrahana harena ankibon` ny tany… io lakan-drano io. Eo am-pamaranana ny asa fanajariana ny Canal des Pangalanes avy any Toamasina ka hatrany Mananjary amin` izao fotoana izao , mba hitondrana fanampiana amin’ny fampivelarana ny seha-pihariana amin’iny faritra iny. manomboka amin’ity taona 2020 ity. Santionany ihany ireo voatanisa ireo fa maro ny fotodrafitrasa sy paik’ady hoentina hampandrosoana ny fizahantany eto amintsika.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’i FandrianaMisokatra amin’ny any Atsimo sy any Vakinankaratra

Noho ny fepetra noraisin’ny fitondrana farany mikasika ny fiadiana amin’ny tsimokaretina covid-19

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Anosizato sy Andohatapenaka.Hatsangana amin` ity taona ity ny Fly over ?

Eo amin’ny lafin’ny asa vaventy sy ny fanajariana ny tany dia maro ny ezaka natao tamin`ny taona 2019.

 

 Lalana 800 kilaometatra no narenina. Natomboka ny fanamboarana ny RN44 mampitohy an’i Marovoay sy Vohidiala. Natomboka ihany koa ny fanamboarana ny RN5A mampitohy an’i Ambilobe sy Vohémar.Miroso ihany koa ny fanamboarana ny RN9 mampitohy an’Analamisampy sy Manjary ny fanorenana ny tetezan’i Bevoay amin’ny reniranon’i Mangoky. Efa miroso ihany koa ny fanomanana sy fandinihina ny fanarenana ny RN12A sy ny fanorenana ireo tetezana 08 mampitohy an’iny lalana iny izay mahasehika distrika telo dia Farafangana, Vangaindrano ary Taolagnaro. Ankoatra ireo, lalana mampifandray kaominina sy distrika maro eto Madagasikara no nasiam-panamboarana . Ho amin` ity taona ity, ho vitaina ireo lalam-pirenena samihafa toa an` ny RN14 Ifanadiana –Vohipeno, ampahan’ny RN12 miditra ny tananan’i Farafangana, RN11 Mahanoro-Marolambo, RN23A Anosibe An’Ala…. Ho an` Antananrivo Renivohitra dia ho laharampahamena ny tetik’asa fananganana fly-over eo Anosizato sy eo Andohatapenaka mba hanatsarana ny endriky ny Renivohitr’i Madagasikara sy hampihenana ny fitohanana lavareny dia atomboka ilay tetik’asa fananganana fly-over eo Anosizato sy eo Andohatapenaka. Ho vahaolana amin` ny fitohana tokoa ity tetikasa ity saingy efa maro ihany izany fampanantenana izany kanefa mbola tsy nisy tanteraka hatreto.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanjono vehivavy amin’ny facebookEndahiny sy aolany izay tratrany…

Tovolahy iray 26 taona no voasambotry ny sampan-draharaha miady amin'ny resaka Cybercriminalité teo anivon'ny Polisim-pirenena teny Ankadikely Ilafy ny 15 jona teo noho ny resaka fanendahana, fandrahonana ho faty amin'ny antsy ary fanolanana

 

. Manana kaonty facebook maromaro ity tovolahy ity ary sarina lehilahy mihaja tsara tarehy ranjanana izay alainy any anaty kaonty facebook fananan'olona no entiny manjono ireo tovovavy na vehivavy kendreny. Resaka fitiavana na resaka fiaraha-miasa no entiny handresena lahatra azy ireny ary rehefa mipetraka ny fifampitokisana dia mangataka fihaonana izy ka rehefa tonga io fotoana izay tokony hihaonana io dia milaza tsy afaka amin'ny ora farany izy ka ny mpanampiny no alefany. Toerana mangingiana no hitarihany lalana ireo vehivavy tratrany ka dia mihafara amin'ny fanendahana sy fanolanana hatrany izany. Marihana fa nanomboka ny volana jona 2019 no efa nikarohana io tovolahy io ary miisa efatra no fantatra fa efa niharan'ny asa ratsy ka tonga nametraka fitoriana. Mbola misy vehivavy hafa ihany koa niharan'izao herisetra sy fanolanana izao saingy mbola tsy nametraka fitoriana izy ireny. Manao antso avo ny avy ao amin'ny sampan-draharaha misahana ny ady amin'ny Cybercriminalite mba hametraka fitoriana mahakasika izany asa ratsiny izany. Anisany nitory azy ihany koa moa ilay lehilahy izay tompona sary nampiasainy. Ny anaran'ireo kaonty fampiasany entiny hanjonoana ireo vehivavy ireo moa ireto manaraka ireto : Tojovalera, Rado Rafetrason, Jerry Jerry Jerry. Omaly no niakatra fitsarana ny raharaha.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko OtrikafoNahoana no mangina ny governemanta ?

Hiverina hanao fihetsiketsehana manoloana ny masoivohon’i Frantsa rahampitso zoma ny avy eo anivon’ny antoko politika Otrikafo sy ireo mpiara-dia aminy noho ny tsy fahazavan’ny resaka Nosy manodidina.

 

 

 Araka ny fanambaran’izy ireo tetsy amin’ny foibeny etsy Andravoahangy omaly dia mampametra-panontaniana azy ireo ny fahanginan’ny governemanta ankehitriny manoloana ny toe-draharaha. Fa naninona hoy ny Otrikafo no nangina ny governemanta Malagasy kanefa ny frantsay namoaka didim-pitondrana sy manohy ny fankan-kevitra amin’ny vahoakany ary tsy mihemotra amin’ilay fikasana ny hamadihana ho valan-javaboahary arovana ny Nosy Sambatra na Iles Glorieuse? Manaitra hatrany ny mpitondra Malagasy noho izany izy ireo mba handray ny andraikiny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fihaonan’ny Filoha sy ny mpandraharahaHohalefahan’ny fanjakana ny fandoavan-ketra

Vonona ny fitondrana hanamora ny resaka fananan-tany, tsy hisy intsony ny manjaka tokana eto amin’ny firenena, ary vonona izahay hifanome tànana, hoy ny filoham-pirenena.

 

 

 Hanohana sy hanampy hatrany ny sehatra tsy miankina ny fanjakana. Isan’ireo paikady napetraka ny fanenana ireo hetra sy haba aloan'ny mpandraharaha mba hahafahan'ireo orinasa mihodina, eo ihany koa ny fanamorana ny fahazoana famatsiam-bola sy fanamaivanana ny fampandehanan-draharaha ifandraisana amin'ny fanjakana. Nambaran’ny Praiminisitra fa miantona avokoa ny hetra amin’ny fidiram-bola, TVA, IRSA, malalaka hatramin’ny 15 aogositra ny hetra tambatra ho an’ny mpandraharan’ny fizahantany, fitaterana ana habakabaka, ny orinasa afaka haba, Tsy hisy intsony ny teritery na fanerana fandoavana ireny vola tokony haloha hatramin’ny 15 aogositra 2020,...

CNaPS sy JIRAMA

 Hojerana ihany koa ny lafiny mahaolona, ka hisy ny fifanantonana eo amin’ny CNaPS sy ny Jirama mahakasika ny vola tokony aloa sy ny adidy tokony hataon’ny orinasa. Isan’ny nangatahan’ny mpandraharaha ny fampidinana ny vidin-tsolika. Ny tena andrandrain’ny mpandraharaha dia ny fanampiana ara-bola tsy misy tamberina na “subvention” avy amin’ny fanjakana, hoy izy ireo. Raha tsy azo antenaina io, dia tokony hamoraina ny fampindramam-bola madinika: hampidinina ambany ny zana-bola amin’io izay tokony ho latsaky ny 5%,…

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Praograman’ny fitondram-panjakanaMiampy indray ny baraingo

IEM, Velirano, PGE, IGE.Nahafanina ny vahoaka malagasy na dia ny manavaka an’ireo fotsiny aza hatramin’izao.

 Misy ihany ny fanazavana isan-karazany natao fa rehefa mijery ny asa ataon’ny fitondrana ankehitriny na eo amin’ny lafiny fotodrafitrasa io na eo amin’ny lafiny sosialy, indrindra moa, ny lafiny toekarena sy ny hafa rehetra dia iaraha-mahita ankehitriny fa antony mahavoatsikera izao fitondrana izao ny tsy fahitana ny filaharan’ny tokony ho laharam-pahamehana anatin’ny asany. Maro ny very asa, very fitadiavana, noana ny vahoaka kanefa dia fananganana kianja masoandro anaty rova no tetikasa nisongadina. Fandravana tsena sy toeram-pivarotana no hita teto Andrenivohitra. Ankehitriny moa izany dia voalaza indray ny hametrahana ny atao hoe “Plan Marshall” amin’ny alalan’ny tetibola 1043 miliara ariary. Raha tsiahivina ny tantara dia paikady nentin’ny amerikanina nanorenan’izy ireo ny fahavoazany taorian’ny ady lehibe faharoa izany “Plan Marshall” ary tao anaty 4 taona no nanatontosana azy. Io ve izany no ho tanterahin’ity fitondrana ity mandrapaha tapitry ny taom-piasany sisa ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Rina Randriamasinoro« Tsy mifanaraka amin’ny zavamisy io tetibola io… »

Tena tsisy resaka fisokafana mihitsy ilay vahaolana ara-toekarena. Nisy ny fihaonan’ny Filoha Rajoelina tamin’ny mpandraharaha omaly. Androany ny fihaonana tamin’ny mpandraharaha,

 

Efa 598 miliara euros ny vola fanampiana. Tolo-tànana no nataonay, fa tsy nitaky hoe ampidiro ao. Zavatra mangarahara no notakiana hoe tena ataovy tonga sy mipaka amin’ny Malagasy. Nankaiza sy nampiasaina tamin’ny inona? Io no azontsika, fa misy Firenena Afrikanina mahazo betsaka noho izay misy antony ny maha io ny antsika. Firenena Afrikanina isan’ny lehibe isika, fa nisy firenena kely noho isika nahazo betsaka lavitra noho isika. Mijery ny firenen-dehibe hoe nanao ahoana ny fitantanana? Ny vahoaka no nahazo tombony sa vondron’olona? Hoy ny fanontanian’i Rina Randriamasinoro.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Naivo Raholdina « Aleo ny Depiote hanao ny asany »

Nisy ny fanapenan’ny mpisolovava izay manambady mpitsara ny lalam-pokonolona nampiasana an-taonany maro teny Tsarahonenana ka nametrahan’ny fokonolona fitoriana teny anivon’ny fitsarana Ady Maika sy fitarainana teny anivon’ny Kaominina Antananarivo renivohitra.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Miparitaka be ny Coronavirus Ambanidia, Ampitatafika, Itaosy, Ambodiafotsy, Andohatapenaka

Tranga vaovao 61 no notaterina omaly, ka nampiakatra ny isa hatrizay ho 1378. Nanao fakana singa miisa 52 ny CICM 5-10 jona lasa teo, ka ny valin’ny fitiliana niara-natao dia 15 tamin’ireo no voamarina fa voa.

 Avy eto Antananarivo sy Moramanga ireo. Tena miparitaka amina toerana samihafa ireo teto Antananarivo ary efa be dia be ilay toerana mety hoe olona tsirairay avy amina toerana iray (Ambanidia, Ampitatafika, Morarano, Bemasoandro Itaosy, Ambodiafotsy, Alakamisy Fenoarivo, Andohatapenaka, Tsaramasay) ary iray tany Moramanga, hoy ny Pr Vololontiana Hanta. Nisy ny fakana singa 39 natao tao amin’ny Hopitaly Befelatanana ny 6 jona, ka azo afak’omaly ny valiny manontolo. Ny 13 tamin’ireo 39 ireo no voamarina fa voa. Ny fitilana voalohany miisa 84 nataon’ny IPM kosa dia nahitana tranga vaovao 9 (5 Antananarivo, 3 Antsirabe, 1 Tsiroanomandidy). Fakana singa 20 kosa ny an’ny Laboratoire Mobile tany Toamasina, ka 2 ny tranga vaovao izay avy any avokoa. Nanao fitiliana 74 kosa ny HJRA, ka 22 no voamarina fa voa. Ny 20 teto Antananarivo, ary 2 tany Sainte Marie. Raha aravona, dia 15 ny tranga hitan’ny CICM, 28 an’ny IPM, ary 22 an’ny HJRA. Ny 52 dia teto Antananarivo avokoa ary 56 aza io miampy ireo tranga tany Tsiroanomandidy sy Antsirabe, rehefa atambatra ny isa. 33 ny sitrana (7 Toamasina, 26 Antananarivo). Ny 6 tamin’ny 7 tany Toamasina sy ny 9 sitrana teny Anosiala dia nisotro CVO. 16402 ny fitiliana rehetra voatily hatrizay, ka 1378 no voamarina fa voa, 450 ny sitrana, 12 ny maty, 917 no mbola tsaboina, 8 ny marary mafy amin’ireo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Vaksiny COVID 19Tsy terena ny olona hanaovana ny fampiharana

Niteraka resabe tao anaty tambajotran-tserasera facebook tato ho ato ny fisian’ny resaka mandeha fa terena ireo olona hanaovana ilay andrasana vaksiny iadiana amin’ny aretina COVID 19 izay mbola eo am-pikarakarana. Ho antsika eto

Madagasikara dia ireo voafonja no voatondro fa hanaovana izany izay nahitsin’Atoa Imbiky Herilaza, sekretera jeneraly eo anivon’ny Ministeran’ny Fitsarana avy hatrany. Nambarany fa na ireo voafonja aza dia manana ny zony feno noho izany tsy azo terena toy ny olon-drehetra izy mba hanaovana izany andrana izany. Malalaka ny safidy ho an’ireo maniry ny hanaovana ny fampiharana, hoy izy. Tsiahivina moa fa mahatratra 166 hatreto ny andrasana fanaovana vaksiny iadiana amin’ny COVID 19 maneran-tany. Ao anatin’ny fikarohana ireo manam-pahaizana rehetra amin’izao ka amin’ny volana Septambra any ho any no kasaina ho vita soamantsara ity vaksiny iray ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarovana sy fanaraha-maso Omby 2400 no nametrahana “puce”

Fomba iray natao hamantarana manokana ny omby sy ny fihaviany ary hanarahana ny diany ny marika voaraadia na « puce électronique ».

 

Manampy ny tompon’omby amin’ny fitadiavana ny ombiny raha very na misy mangalatra. Raha ny antontan-isa voaray dia mihoatra ny 2 400 ireo omby no nametrahana io fitaovana io mba hiarovana andian’omby eo amin’ny 250 000 ao Bongolava sy Menabe. Raha tsiahivina dia famerenana indray ny fandriam-pahalemana eo amin’ny tontolo ambanivohitra. Faritra miisa telo, Bongolava, Melaky ary Menabe, no nanombohana ny hetsika satria faritra mena amin’ny asan-dahalo. Notanterahina ny alakamisy 16 may 2019 tao amin’ny tsenan’ombin’ny kaominina Tsiroanomandidy, Faritra Bongolava, ny fanombohana amin’ny fomba ofisialy ny fametrahana ny “puce electronique » amin’ny omby.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Amboasary AtsimoMpampianatra iray maty notifirin’ny dahalo

Mpampianatra iray vao 35 taona monja no maty notifirin’ny jiolahy omaly tao kaominin’i Tsivory any amin’ny distrikan’Amboasary Atsimo. Omaly maraina tokony ho tamin’ny 8 ora sy sasany dia nandeha moto niaraka tamina vehivavy iray,

 hamonjy tsena ao amin’ny kaominina Marotsiraka ity mpampianatra ity saingy nosakan’ireo olon-dratsy mitam-piadiana. Tsy lavitra ny kaominina Ankilitelo no niseho ny fanafihana. Notifirin’ireo jiolahy, tamin’ny basy Baïkal calibre 12, avy hatrany ilay raim-pianakaviana ka voa teo amin’ny sorony havia. Ilay vehivavy kosa voadaroka, ka naratra. Nentin’izy ireo ny firavaka volafotsy niaraka tamin’ny kitapo nisy ny vola sy entam-barotr’ireo niharam-boina. Raha ny vaovao voaray dia mpanam-bola iray no nokendren’ireo jiolahy, kanefa dia izy mianadahy mianaka indray no lasibatra. Tsy tana ny ain’ilay mpampianatra na dia nentina namonjy hopitaly aza. Efa nalain’ny fianakaviana omaly ihany moa ny razana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana an-dranomasinaNatsaraina ny politikam-pirenena ho tombony ara-toekarena

Efa vita tanteraka ny atrikasa fakan-kevitra farany tamin’ireo mpiantsehatra amin’ny fitaterana an-dranomasina rehetra. Atrikasa izay fankatoavana ny tetikasa momban’ny Politika Nasionalin’ny Fitaterana an-dRanomasina (PNTM) eto Madagasikara.

 

 Rehefa izay dia natolotra afak’omaly teo anivon’ny Ministeran’ny Fitaterana, ny Fizahantany ary ny Famatarana ny Toetrandro ny antotan-kevitra mirakitra izany. Sehatra 5 no tsy maintsy nojerena sy niasana ka anisan’izany ny politikam-pitantanan-draharaha izay hohatsaraina ary hampiasaina ireo teknolojia avo lenta ankehitriny. Natao laharam-pahamehana amin’io lafiny io ihany koa ny ady amin’ny kolikoly sy ny fanatsarana ny lalàna misy. Mahakasika ireo mpiantsehatra mpanatanteraka ny asa (ressources humaines) kosa dia hisy ny fampiofanana mba ho fanatrarana ny fenitra iraisam-pirenena. Tafiditra ao anatin’ny antontan-kevitra ihany koa ny momban’ireo seranan-tsambo izay mila fampivoarana hahatsara ny toekarena manga. Tokony hisy seranan-tsambo lehibe azo ianteherana tahaka ny ao Toamasina raha tojo sakana tahaka ny zava-misy ankehitriny hoy ny fanazavana. Voarakitra ao ihany koa ny fivezivezena an-dranomasina sy ireo sambo mivezivezy ary ny manodidina izany tahaka ny fanamboarana sy ny fanarahana ireo fenitra mba tsy hitera-doza. Ary ny farany izay tena ilaina filofosana dia ny fiarovana ny tontolo iainana mifandraika amin’ny fitaterana an-dranomasina. Ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-dranomasina sy an-ranomamy (APMF) no anisan’ny tompon’andraikitra nijery ireo pitsopitsony rehetra nahalavorary ity PNTM ity. Nanambara ny Tale Jeneralin’ny APMF, Capitaine de Vaisseau, Randrianantenaina Jean Edmond fa tombony lehibe ho an’i Madagasikara ny maha-Nosy azy ary ezahina hampiainga haingana ny toekarena ireo politika napetraka izao.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lozam-pifamoivoizana teny AntsahabeNidoboka am-ponja vonjimaika ilay mpamily

Taorian'ny lozam-pifamoivoizana niseho tetsy Antsahabe ny sabotsy hariva lasa teo izay naharatrana olona roa sy namoizana ain’olona roaizay tovolahy sy tovovavy

 

vao herotrerony nataona fiara peugeot 301 iray dia natolotra ny fitsarana ny alatsinainy 16 jona teo ilay mpamily nahavanon-doza. Fantatra taorian’ny didy navoakan’ny Fitsarana fa nidoboka am-ponja vonjimaika eny Antanimora ny lehilahy ary eo am-panefana ny saziny ankehitriny. Tsiahivina moa fa efatra ireo olona ireo no niara-dalana, ka vehivavy ny roa raha lehilahy ny roa ambiny. Nofaohana fiara avy any aoriana anefa izy ireo ka maty avy hatrany roa raha vantany vao tonga tany amin’ny hopitaly. Nanaraka ny fitsaboana eny amin’ny hopitaly kosa ny roa ary fantatra fa tsy misy ahiana intsony ny ainy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Barean’i MadagasikaraVaovao mikasika an’ireo mpilalao sasantsasany

Nahazoana vaovao ankehitriny ny mikasika an’ireo mpilalao sasantsany mandrafitra ny Barean’i Madagasikara. Fantatra ary fa i William Gros dia nifindra ao amin’ny klioban’ny FC Fleury Frantsa.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fifandraisan-davitra« Smart village » 50 no hatsangana

Fitaovana tsy afaka amin` ny besinimaro intsony ny aterineto. Efa tsy afaka miasaraka amin` ny fiainana andavanandron` ny mponina mihitsy izany.

 

 

Manoloana izany, maro ireo asa hotanterahin` ny ministeran` ny Paositra, ny Fifandraisan-davitra ary ny Fampiroboroboana ny haitao ara-kajy mirindra. Hananganana Smart Villages 50 isa amin’ny faritra 22 manerana ny Nosy ka distrika 45 isa no hanokafana “Hotspots” tsy andoavam-bola na “Wifi gratuit”. Fanombohana ihany ny amin’ity taona ity amin’ireo distrika ireo fa hahenika ny distrika rehetra maneran’ny Nosy ny ezaka atao, hoy ny ministera tomponandraikitra.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Haino aman-jeryMiantso tolo-tanana ny Radio fahazavana

Manoloana ny hahamehana ara-pahasalamana mandalo eto amin’ny firenena dia nanao antsoavo ireo mpino Kristianina ny eo anivon’ny radion’ny fiangonan’ny Jesoa Kristy eto Madagasikara na ny Radio Fahazavana (88.6 FM).

 

Isan’ny misedra izany fahamehana izany koa ny radio ka mba hahafahana manohy ny fandrenesana azy araka ny tokony ho izy no nanaovan’izy ireo antsoavo ny amin’ny mba hidiran’ireo mpino ao anatin’ilay rafitra antsoina hoe “Fikambanana Radio Fahazavana maneran-tany”. Io no fomba ahafahana mifanao tolo-tanana, hoy ny fanazavan’ny avy eo anivon’ny AFIFAB na asa fifandraisana sy fampahalalam-baovao eo anivon’ny FJKM. Ny tolo-tanana moa dia azo alefa MVola amin’ny laharana 0349841039, hoy hatrany ny fanazavana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fambolen-kazoHampiasa “drone” hamafazana voa ny fanjakana

Eo amin’ny sehatry ny tontolo iainana, dia efa nataon` ny fanjakana laharam-pahamehana ny fiarovana ny ala sy ny tontolo iainana ary ireo harena voajanahary toy ny biby sy zava-maniry miavaka izay tsy misy afa tsy eto amintsika.

Ny taona 2019, natao tanjona ny fambolen-kazo ho an’ny velaran-tany 40 000 hekitara isan-taona eran’i Madagasikara. Velaran-tany 41.065 Ha no voavoly ny taona 2019 ka 38.609 Ha no ala tsotra ary 2.457 Ha ny ala honko (mangroves). Ho fiarovana ny ala dia natao laharam-pahamehana ny fanomezan-danja ny toekarena maitso (économie verte) sy ny toekarena mifampitsinjo (économie circulaire). Noho izany, natomboka tamin’iny taona 2019 iny ny tetikasa miisa telo fanodinana ny fako hasolo arina ao Toamasina, Antsiranana ary Antananarivo Avaradrano. Mbola mitohy amin’ity taona 2020 ity ny famitàna ireo fanorenana ireo sy ny fampitaovana azy ireo. Mametraka tanjona ny hanomana zanakazo 60 tapitrisa isan-taona mba ahafahana manatratra ny tanjona fandrakafona ala efatr’alina hektara isan-taona an’i Madagasikara. Handrakotra ala 20 hektara amin’ny paulownia, acacia, sy ny hazo mitombo malaky ny MEDD amin’ity mba hatao fitaratra (vitrine), noho ireo hazo ireo mandray anjara amin’ny fanadiovana haingana ny rivotra. Hividianana ireo drônes folo ampiasana hamafazana ireo voa hanatrarana ireo toerana saro-dalana.

Marigny A.

La Vérité0 partages

Andry Rajoelina à Ivato - « Madagascar prêt à concurrencer les Big Pharma »

David contre Goliath ! Tel pourrait - on qualifier le défi du Président Andry Rajoelina dans la mise en place d'une usine pharmaceutique à Madagascar. Un défi ambitieux mais pas impossible à entendre les déclarations du Chef de l'Etat hier à Ivato. Le numéro Un de l'Exécutif a fait le déplacement à l'aéroport d'Ivato pour constater de visu l'arrivée des matériels destinés à la mise en place de l'usine « PHARMALAGASY ». Au total, une centaine de tonnes de ces matériels sont arrivés par cargo à bord d'un avion spécial. Ainsi, la production de médicaments « made in Madagascar » sera sur les rails d'ici peu.

« Désormais, nous sommes prêts à concurrencer les Big Pharma », a affirmé haut et fort le Président de la République au cours d'une interview accordée à la presse. Plus d'un n'ignore la renommée des grandes compagnies de production de médicaments dans le monde qui forment les « Big Pharma ».

Il rappelle qu'autrefois la Grande île avait déjà l'OFAFA (Orinasa Fanamboarana Fanafody) qui renaîtra donc de ses cendres à travers l'usine « PHARMALAGASY ». Créée en 1981, l'OFAFA a été privatisée il y a une douzaine d'années avant d'être reprise en main par l'Etat aujourd'hui. Le 20 mai dernier, le Conseil des ministres a pris une décision portant restitution de cette société à l'Etat. D'après toujours le Chef de l'Etat, cette unité de production de médicaments sera parmi les plus sophistiquées. D'ailleurs, les matériels d'équipement sont en provenance d'Allemagne et de la Chine.

12 nouveaux médicaments

L'usine emploiera de nombreux scientifiques malagasy qui s'attèleront d'ici peu à l'élaboration et la production de nouveaux médicaments. Le numéro Un de l'Exécutif annonce qu'une douzaine de nouveaux produits seront fabriqués dans les 3 prochaines années. Dans un premier temps, les travaux se focaliseront sur la fabrication de médicaments destinés à lutter contre le Covid-19. A ce sujet, un remède appelé « Covid- Organics (CVO) plus » est prévu naître très bientôt avec des vertus à la fois préventives et curatives.

Quant aux matières premières, une coopération avec la société BIONEXX, spécialisée dans la production d'Artemisia, est déjà en cours. L'Artemisia qui constitue l'élément de base dans l'élaboration du Tambavy Covid - Organics. Le Chef de l'Etat précise également qu'une version de ce remède en forme de gélules est déjà sur le point de voir le jour. Une version différente de celle actuelle qui est sous forme de tisane bio.

Dans ses promesses de campagne inscrites dans l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar (IEM), le Président Andry Rajoelina avait mis l'accent sur  la promotion de l'industrie pharmaceutique dans le pays.  Outre la visée à l'échelle nationale, les activités du « PHARMALAGASY » pourront dépasser les frontières à travers une conquête du marché international.

Sandra R.

La Vérité0 partages

La relance sur les rails

 Tel un patient atteint d'une insuffisance rénale aiguë ayant besoin d'urgence d'une dialyse, l'économie malagasy exsangue comme partout ailleurs dans le monde nécessite qu'on lui injecte du sang nouveau. Ereintée au stade final par les effets dévastateurs du Covid-19, l'économie est admise en soins d'urgence dans la salle de réanimation.

 

La réunion du mercredi 17 juin au Palais d'Etat d'Iavoloha au cours de laquelle le Maitre des céans conviait les grands opérateurs économiques de la place aux fins de débattre ensemble la mise sur les rails de la relance de l'économie nationale a permis de dégager, pour la première étape, les grandes lignes du redressement.

D'une part, ce fut une occasion inespérée offerte par les dirigeants étatiques aux grands acteurs économiques réunis dans la plate-forme patronale, le FIVPAMA, de faire entendre leurs peines subies par la pandémie du Covid-19 et par la même occasion de soumettre auprès du locataire d'Iavoloha les solutions qu'ils jugent efficaces pour redémarrer, à nouveau, leurs activités au terme de cette douloureuse épreuve vécue durant le confinement.

Les dirigeants d'entreprise au sein du FIVPAMA représentés à l'occasion par leur président Andrianavomanana Razafiarisoa préconisent, entre autres, la suppression des taxes et impôts au titre de cette année, la distribution d'aides sociales aux employés notamment ceux qui ont perdu leurs emplois, dépistages à grande échelle du nouveau coronavirus, distribution du remède traditionnel amélioré (RTA) au niveau de chaque société, la facilitation de l'accès aux prêts bancaires avec un taux d'intérêt de moins de 5%, remise en marche de la Banque nationale de développement et la révision à la baisse des prix, à la pompe, du carburant. Bref, un train de mesures aptes à sauver selon  leur point de vue l'économie en général.

Non sans mésestimer les propositions des membres du FIVPAMA, le Président Rajoelina, en guise de réponse, entouré par les proches collaborateurs et les membres du Gouvernement dirigés par le PM Christian Ntsay, exposa les grandes lignes de la stratégie globale à mettre œuvre. Avec ou sans requêtes, le maitre d'Iavoloha a déjà mis en selle les tenants et aboutissants des solutions à adopter et cela avec en toile de fond la « refondation de l'entrepreneuriat » à Madagasikara.

Ainsi, l'Etat met en avant un Plan multisectoriel d'urgence (PMU) comportant trois axes principaux relatifs au renforcement de la gouvernance de la lutte contre l'épidémie de Covid-19, à  l'amplification des mesures en lien direct avec la protection sociale et au soutien en vue d'une résilience économique. Des mesures fiscales et financières sont prévues pour atténuer les impacts négatifs de la pandémie. Les secteurs les plus touchés à savoir le tourisme, le transport aérien et les zones franches vont bénéficier des dispositions particulières. En sus, trois lignes spéciales de crédit seront mises à la portée de ces acteurs  petits et grands de l'économie.

En somme, l'Etat met la main dans la pâte et  ne ménage pas les efforts. D'énormes investissements soutenus par le pays malgré les faibles moyens dont il dispose débarqueront pour sauver le meuble.

Le Chef de l'Etat espère la mobilisation générale de la Nation en particulier les « nantis » disposant des potentialités, mieux que les autres, à capitaliser leurs ressources. En tout cas, la rencontre du mercredi à Iavoloha a permis sans doute la relance sur les rails de l'économie.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Lutte contre le coronavirus - Le Premier ministre dans l'Analanjirofo

Au contact. Le Premier ministre Christian Ntsay, a effectué une descente dans le District de Fenoarivo Atsinanana, dans la Région Analanjirofo sur la partie Est de Madagascar hier dans la journée. Le chef du Gouvernement était à la tête d'une délégation qui comptait notamment la ministre de la Population, Irmah Lucien Naharimamy et le ministre de la Santé publique, le Professeur Ahmad Ahmad. L'occasion pour le numéro Un du Gouvernement de constater de visu la situation sur place mais également de s'enquérir des éventuels problèmes rencontrés dans la lutte contre la pandémie.

 

Durant cette descente, une somme de 10 millions d'ariary a été remise au comité local en charge de la coordination de la lutte contre la pandémie de Covid-19. 150 000 masques et 50 000 doses du tambavy Covid-Organics ont été remis aux autorités locales, tout comme des lots de matériels d'assainissement dont du savon, devant notamment servir au niveau des barrières sanitaires dans les 6 Districts de la Région Analanjirofo.

Le Premier ministre, durant un discours prononcé lors de cette descente, a insisté sur le fait que personne n'a intérêt à la propagation de cette pandémie. Il soutient également que la politique doit passer au second plan, car l'important est aujourd'hui la lutte contre le Covid-19.  L'Etat dirigé par le Président de la République Andry Rajoelina est à pied d'œuvre pour tenter de mettre un cran d'arrêt à cette pandémie, dit le locataire de Mahazoarivo.

Touchant mot par rapport au domaine du développement dans la Région Analanjirofo, le Premier ministre Christian Ntsay a indiqué durant sa descente hier la réhabilitation de l'avenue de l'Indépendance de Fenoarivo Atsinanana. Cette route est l'une des attractions principales de cette capitale de la Région Analanjirofo.

Notons notamment que les six députés élus dans cette Région orientale de la Grande-île, à savoir, la vice-présidente de l'Assemblée nationale, Bavy Angelica Michelle, le député Mohamad Ahmad élu à Fenoarivo Atsinanana, ainsi que les députés élus respectifs de Soanierana Ivongo, Vavatenina et Mananara Avaratra, ont été présents lors de cette descente du numéro Un du Gouvernement.

L'occasion pour ces élus de Tsimbazaza d'adresser les doléances de leur population locale. Ils ont notamment, unanimement, insisté sur la nécessité de terminer entièrement la réhabilitation de la route nationale 5 vers Maroantsetra.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Météo - Forte pluie attendue !

Une dégradation pluvieuse attendue. Selon le service météorologique de Madagascar, la fin de  cette  semaine est marquée par une dégradation pluvieuse en particulier sur  la partie Nord et le Nord-est de Madagascar. Ce mauvais temps est associé à un faible système dépressionnaire ramenant des conditions humides et instables. « Selon les dernières simulations, les pluies associées à cette faible circulation commenceraient à arroser le Nord-est de la Grande île à partir de vendredi (ndlr : aujourd’hui). Elles baisseraient en régime en journée de dimanche. Les premières estimations de Météo-France envisagent des cumuls de 200 à 250mm entre vendredi et lundi, voire 300mm localement », avance  le site cycloneoi.

 

Une forte pluviosité est prévue du côté de   Diana, Sava, Analanjirofo, Toamasina I et II, Brickaville, Bealanana, Befandriana Nord ainsi que Mandritsara. La montée des eaux  est à prévoir suivant la localisation géographique.

Ailleurs, la population doit également se préparer à  des pluies moins abondantes mais conséquentes.

En outre, du vent et de la houle  sont espérés sur certaines Régions côtières de la Grande île. Une vigilance forte pluie  est également lancée à l’endroit de Diana, Sava, Analanjirofo, Toamasina I et II, Brickaville, Bealalana, Befandriana avaratra ainsi que Mandritsara. Les conditions en mer y sont dangereuses et présentent des risques pour les usagers de la mer. Le service météorologique met en garde contre des précipitations pouvant potentiellement engendrer des inondations.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Dépistages du Covid-19 - Des appareils plus performants entrent en scène

Auparavant utilisés pour dépister la tuberculose. Les appareils « GeneXpert » seront désormais utilisés pour dépister les charges virales du Covid-19. « Il s’agit d’une machine plus performante puisque les résultats des tests PCR faits avec peuvent être disponibles en seulement une heure. Son utilisation facilitera les dépistages, y compris ceux de masse, surtout en cas d’urgence », explique Tiavina Rasolofoarison, technicien de laboratoire auprès du Centre d’infectiologie Charles Mérieux (CICM). D’après cet expert, l’utilisation de cet appareil reste le même que celle des autres machines, c'est-à-dire y mettre les échantillons et obtenir des résultats.

Toutefois, elle renforcera la détection précoce du coronavirus, à travers les dépistages de masse, selon la nouvelle stratégie proposée par les partenaires. « Désormais, les dépistages massifs peuvent se faire dans les Régions, où les échantillons y seront traités. Avec les 12 000 réactifs Covid cartouches spécifiques disponibles, des kits de dépistage dotés par les partenaires onusiens, les contacts très sains dans les Régions pourront facilement être testés », informe le docteur Raphaël Hotahiene, directeur de lutte contre la maladie transmissible au sein du ministère de la Santé publique.

Des techniciens formés

Issus des centres de diagnostic et de traitement d’Antananarivo. Des prestataires bénéficient d’une formation sur la manipulation des appareils GeneXpert pour le dépistage du Covid -19, dans le but de rendre opérationnel les 15 laboratoires utilisant ces machines dans 12 Régions de Madagascar.  Elle vise également à décentraliser les tests de dépistage du Covid-19 et à renforcer davantage la prévention et le contrôle de l’épidémie sur toute l’étendue du pays. Ces laboratoires GeneXpert s’ajouteront à ceux de l’Institut Pasteur de Madagascar, du CICM et de l’HJRA, se chargeant des dépistages du coronavirus. L’atelier du renforcement des capacités de ces techniciens a débuté hier à Analakely pour Analamanga, en présence des responsables du MSP ainsi que du représentant Bureau de pays de l’OIT pour Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles, en la personne de Coffi Agossou et du Dr Moussa Sanou de l’OMS. 3 autres villes des Régions touchées par les cas recensés de Covid-19, à savoir Toamasina pour l’Atsinanana, Fianarantsoa pour la Haute Matsiatra et Antsohihy pour Sofia, accueilleront également la formation.

Selon la 4è édition de l’observatoire de l’OIT - Covid-19 et le monde du travail, il y a un lien étroit entre le dépistage et de la recherche des contacts avec la réduction des pertes d’heure de travail, le maintien de la confiance publique et la minimisation des perturbations des activités sur les lieux de travail. Cette activité constitue ainsi une contribution concrète à la mitigation des impacts de la pandémie à Madagascar.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Infrastructures - Les déficits seraient résorbés d’ici 2024

Une croissance inclusive. Le Gouvernement accorde une attention particulière à l’infrastructure. Le projet de loi de Finances rectificative (PLFR) 2020 a d’ailleurs mis l’accent au développement équitable de chaque Région. Dorénavant, aucun District ne sera plus jamais mis de côté dans la mise en place d’infrastructure grâce à la possibilité aux entreprises locales de participer à la construction des ouvrages.

 

Selon la direction générale des finances et affaires générales auprès du ministère de l’Economie et des Finances,  les prévisions de dépenses sont programmées sur des dépenses pluriannuelles. Cette initiative démontre que d’ici 2024, les déficits en termes d’infrastructures socio-économiques seront entièrement résorbés au niveau des 22 Régions. Madagascar aura ainsi résolu les problèmes d’accès à l’énergie et à l’eau potable. Chaque malagasy aura la possibilité d’accéder à un service de santé et d’éducation de base de qualité. Par ailleurs, l’interconnexion des différentes Régions de Madagascar sera assurée, facilitant la libre circulation des personnes et des marchandises. Le tissu industriel sera également suffisamment diversifié et solidifié pour satisfaire les besoins locaux et pour affronter la concurrence mondiale. Grâce au budget rectificatif de l’année en cours ainsi qu’à la poursuite des actions qui ont été initiées, d’ici 2024 Madagascar sera un pays pré-émergeant et aura instauré les éléments fondamentaux à son développement économique.

4932 milliards d’ariary

D’après le projet de loi de Finances rectificative, les dépenses d’investissement occupent une place prépondérante dans le budget de l’Etat, soit 46.5% des dépenses totales et représentent en l’occurrence 8.9% du Produit intérieur brut, soit un total de 4 932.4 milliards d’ariary, contre 5 048.3 milliards d’ariary dans la Loi de finances initiale (LFI). Malgré une légère baisse de 2.3%, des efforts importants ont été portés pour intensifier la mise en oeuvre des investissements. Il faut noter que les projets d’investissements publics internes des années successives ont augmenté substantiellement. Ils étaient de 826.7 milliards d’ariary en  2019 et ils sont à 2 351.0 milliards d’ariary dans la LFI 2020. Ce montant connait néanmoins une baisse dans la LFR 2020 et sera fixé à 2 095.3 milliards d’ariary. Par ailleurs, l’Etat a procédé à une sélection minutieuse des différents programmes d’investissements publics pour s’assurer de leurs pertinences, de leurs tangibilités, de leurs répartitions géographiques et de leurs efficiences. Il en est ainsi des projets facilitant la relance post-pandémie.

Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Détournement et menace de mort - Liberté provisoire pour les 6 employés d’une banque

L’affaire qui a soulevé des vagues, et qui concernait 7 employés d’une banque sise à Ankorondrano, était déférée au Parquet d’Anosy mercredi dernier. Le dossier avait été traité d’abord au niveau du commissariat du 1er arrondissement avant qu’il ne soit transmis au Parquet.  Ils sont soupçonnés d’avoir détourné une somme de 20 millions d’ariary en mai dernier. Mais ils ont été également incriminés pour menace de mort. A l’issue de leur audition par le juge d’instruction, tous les suspects en cause, sauf un, ont obtenu une liberté provisoire. Concernant ce dernier, il est placé sous contrôle judiciaire.

 

L’affaire a démarré le 13 juin dernier lorsque ladite somme d’argent a atterri dans le compte d’un particulier. Pourtant, le fonds en question ne lui appartiendrait pas mais plutôt à une entreprise locale. Quelques heures après que l’argent a été ainsi versé, un inconnu a appelé le propriétaire du compte bancaire pour lui informer que le circuit du versement utilisé était erroné. Par conséquent, il lui faudrait, c’est-à-dire le client de cette banque dont son compte venait d’être approvisionné, tout rembourser, et cela, en espèces. Rendu à la fois prudent et méfiant, l’abonné a demandé une lettre prouvant l’existence de cette erreur à son interlocuteur se trouvant à l’autre bout de la ligne, avant qu’il n’accepte à se plier à cette invitation à rembourser le tout. Depuis lors, le curieux interlocuteur en question n’a plus cessé d’appeler le premier, mais avec différents numéros de téléphone. Parfois, il adoptait un ton menaçant en disant de tuer le client de cette banque si jamais celui-ci cherche à se défiler de ses exigences. De guerre lasse, ce dernier, de sa posture de victime, a porté plainte auprès de la Police. En même temps que lui, le patron d’entreprise, en d’authentique possesseur de la somme, a fait autant.

Pour sa part, ce dernier n’a pas hésité à affirmer que son compte en banque avait été simplement la cible, donc manipulé par des arnaqueurs. Sitôt informée, la Police a démarré une enquête. Dès le 19 mai dernier, ses investigations l’ont menée sur la piste de deux employées, puisqu’il s’agit de femme, de cette banque. Il a été révélé que ce sont elles qui ont versé les 20 millions d’ariary dans le compte de cet abonné. Parallèlement à cela, quatre hommes, tous soupçonnés d’être les complices ayant participé pour débloquer tacitement le fonds du compte bancaire de ladite société privée, ont été arrêtés à leur tour le 27 mai dernier. Un autre suspect est un préposé de taxiphone sis à Talatamaty. C’est auprès de lui que ses complices supposés ont contacté le client de cette banque au téléphone. D’ailleurs, une réquisition des numéros d’appel, effectuée par la Police, a permis de le confirmer.

Franck R.

La Vérité0 partages

Plan multisectoriel d’urgence - Le secteur privé en conclave !

« Nous sommes encore en réunion ». Telle est la réponse fournie par le président d’un groupement du secteur privé, hier, contacté au téléphone. Il n’a en effet pas souhaité émettre de réactions ou d’opinions suite à la rencontre des membres du secteur privé avec le Président de la République et les membres du Gouvernement, concernant le plan multisectoriel d’urgence. Il a préféré réserver son avis. Et il n’est pas le seul. Les présidents des groupements se sont abstenus d’exprimer leurs avis sur ladite réunion. Ils ne s’exprimeront alors qu’aujourd’hui lors d’une conférence de presse organisée pour l’occasion. Avant de réagir, ils ont choisi de se conforter entre eux pour établir les points marquants et autres, autant les négatifs et les positifs concernant cette rencontre avec l’Exécutif.

 

Le seul à s’être exprimé sur le sujet est Rivo Rakontondrasanjy. Il a en effet publié sur sa page sur les réseaux sociaux ses ressentis après la discussion avec le Président et les membres du Gouvernement. Toutefois, il a tenu à préciser qu’il ne s’exprime pas en tant que président de l’Alliance pour l’industrialisation de Madagascar ou encore en tant que vice-président de FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy) mais en tant que directeur d’une entreprise productrice d’éthanol combustible.  

« Sur le principe, l’initiative du Président de la République est louable, même si le timing ne convenait pas du tout. Il aurait été plus intéressant de discuter pour finaliser la LFR 2020, et le plan multisectoriel d’urgence, et non pour sa présentation. En ce qui concerne les idées et les propositions, c’était le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche qui m’a le plus convaincu, (…) notamment sur l’utilisation des terrains domaniaux. Ensuite, c’était le Gouverneur de la Banky Foiben’i Madagasikara, qui était le plus en phase avec le contexte et l’esprit de la relance dans ses propos et ses propositions, surtout avec la mise à disposition de la ligne de crédit de l’équivalent de 40 millions USD, et du taux de base de 4,97%. Reste à savoir si les banques commerciales et les institutions de microfinance vont jouer le jeu », a soutenu ce chef d’entreprise.

Toutefois, il a tenu à préciser que « ce n’est pas un report des paiements des obligations fiscales dont certains secteurs d’activité ont besoin, mais une annulation purement et simplement », concernant les mesures fiscales mises en place par les autorités. Un avis, qui d’après lui, est partagé par la grande majorité de ses pairs. Mais cela restera encore à vérifier durant la conférence de presse de cet après-midi avec tous les représentants de tous les groupements du secteur privé.

Rova Randria

Midi Madagasikara0 partages

Election du vice-président de la CENI : Décision attendue ce jour à l’Assemblée nationale

Les candidats au poste de vice-président de la Commission électorale.

Après l’ajournement du vote du prochain vice-président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) par les locataires de Tsimbazaza, le sujet sera remis sur la table aujourd’hui. La conférence des présidents auprès de la Chambre basse, qui va avoir lieu aujourd’hui, devrait décider de la suite à donner à propos de cette élection qui fait polémique. La date du scrutin et la question sur l’ouverture ou non du dépôt des candidatures devraient être résolues aujourd’hui, a-t-on appris. La semaine dernière, la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, a affirmé devant la presse que « le dépôt des candidatures reste toujours ouvert jusqu’au jour du scrutin ». Mais cette annonce ne semble pas faire l’unanimité et certains candidats l’ont vu d’un mauvais œil. Cette déclaration de la députée d’Ambatofinandrahana ne tient pas compte des dispositions de l’appel à manifestations d’intérêt lancé par l’Assemblée nationale qui a précisé que les dépôts de candidature sont terminés le 1er juin dernier. Les députés de la majorité, quant à eux, demandent encore plus de temps pour apprécier les candidatures avant d’organiser un vote. Reste ainsi à savoir si la conférence des présidents au sein de l’Assemblée nationale compte alors remettre en question les dispositions de l’acte publié par cette institution qui détermine les termes de référence de la candidature au poste de vice-président de la commission électorale au titre de l’Assemblée nationale. En attendant, les onze candidats poursuivent les actions de lobbying auprès des députés pour conquérir le poste stratégique laissé par Thierry Rakotonarivo.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : Njiva et Thomas Fontaine reprennent les entraînements

Njiva et Fontaine sont contents de retrouver leurs coéquipiers.

Avec le déconfinement et la reprise des championnats dans plusieurs pays, les joueurs commencent à retrouver le chemin des stades, y compris les joueurs des Barea de Madagascar évoluant à l’extérieur.

C’est l’heure de la reprise. En Thaïlande, l’international malgache Njiva Rakotoharimalala a repris les entraînements, mardi avec son club, le Nong Bua Pitchaya. « Je suis content de retrouver le groupe sur le terrain », a-t-il publié sur son compte Facebook. Après un petit passage de huit mois avec FC Fleury en France, Njiva a rejoint cette équipe de la deuxième division thaïlandaise. En France, après trois mois sans entraînement collectif et compétition en raison de la pandémie de Covid-19, Thomas Fontaine a annoncé aussi la reprise de l’entraînement avec le FC Lorient, hier, avec les mesures sanitaires au centre d’entraînement à l’Espace FCL de Kerlir. Les joueurs ont effectué, comme tous les ans, des tests médicaux et physiques à l’Espace FCL et sur certains sites hospitaliers. Le groupe, dans sa globalité, sera convoqué lundi 22 juin avec des sollicitations progressives sur le terrain, toujours en respectant les consignes sanitaires et des séances à huis clos. « Ça fait du bien de retrouver le vestiaire après tant de semaines », a-t-il posté sur les réseaux sociaux. Le dernier match des merlus remonte au 7 mars avec une défaite 1-0 face à Ajaccio lors de la 28e journée. Avec 54 points au compteur et sa première place, le FC Lorient était sacré champion de Ligue 2 et promu en Ligue 1, avec son dauphin le RC Lens (53 points). Un retour parmi l’élite tant espéré par le club, descendu en 2017 après onze années parmi l’élite nationale. Un autre Malgache en la personne de Jeremy Morel fera son come-back avec les merlus pour la prochaine saison. Deux Barea feront alors le bonheur des footeux malgaches cette saison en ligue 1.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Plan Marshall : « Il faut plus de fonds pour favoriser la production », selon Cédric L. Ratsironkavan...

Lucka Cédric Ratsironkavana, économiste spécialisé dans la Protection sociale.

L’intervention de l’Etat est indispensable pour que l’économie reprenne rapidement son processus de développement, selon Lucka Cédric Ratsironkavana, économiste spécialisé dans la Protection Sociale, et membre du CREM. Interview.

Midi Madagasikara (MM). Le président de la République a parlé d’un Plan Marshall. En quoi consiste ce type de plan ?

Lucka Cédric Ratsironkavana (LCR). Historiquement, le plan Marshall était un plan élaboré par les Etats-Unis en 1947, pour redresser l’Économie européenne après la seconde guerre mondiale. Si l’on se réfère à notre crise actuelle, le Plan Marshall conçu par le président de la République est un plan de relance économique qui consiste à redresser l’économie, suite aux effets néfastes engendrés par la pandémie de Covid-19. Plus précisément, il s’agit d’un Plan axé sur le secteur des infrastructures (BTP) au profit des 22 régions de Madagascar pour un budget de 1 043 milliards d’Ariary, inscrit dans la loi de finances rectificative (LFR) 2020.

Quels seront les effets attendus ?

LCR. Comme le président de la République l’a martelé, plus aucun district ne sera laissé à l’abandon. Chaque région bénéficiera de ce fonds pour ses projets d’investissement, à l’exemple des 1 250 km de routes et de ponts ; des 44 immeubles d’habitation et des bureaux ministériels ; des 174 bureaux communaux, de districts, régionaux ; des 1 100 salles de classe ; des 8 campus universitaires régionaux… la liste est longue. Si tout se déroule bien, les impacts socio-économiques seront énormes. Sur le court terme, il y aura de vastes créations d’emplois dans le BTP, mais également dans les autres secteurs. Sur le moyen long terme, une amélioration du capital humain sera constatée, corroborée par un meilleur accès aux services sanitaires et à l’éducation de qualité. Les études faites ont montré que 1 USD investi dans le secteur de la Santé, en particulier dans la vaccination infantile, représente un investissement qui permet de réaliser un gain de 16 USD pour des frais médicaux évités. Dans le secteur éducation, une augmentation de 10 % de l’effectif dans le primaire améliore de 3,5 % le PIB réel. Tout cela pour illustrer les retombées économiques de ces projets d’investissements, bénéfiques pour la population malgache. Ce plan Marshall pourra améliorer la productivité individuelle, qui, par la suite, augmentera le revenu national en améliorant la production nationale du pays.

En tant qu’économiste, pensez-vous que ce plan pourrait réussir, compte tenu des défis à relever et des moyens à disposition?

LCR. Le budget dont dispose chaque région est alloué suivant plusieurs paramètres. Mais si l’on suppose un partage égal du fonds Marshall, cela fait 47 milliards d’ariary par région pour accomplir les différents projets d’investissements mentionnés ci-dessus. Ce qui se révèle insuffisant compte tenu des défis à relever. La construction de routes à elle seule nécessite, en moyenne, 1 milliard d’ariary par km. Avec 1 250 km de routes à construire, les coûts seront colossaux. Dans un second temps, afin d’atteindre l’objectif de développement durable (ODD) qui vise une éducation nationale de qualité pour tous, un montant total additionnel de 174 millions USD par an reste à mobiliser. Il est clair que le fonds du Plan Marshall est minime par rapport aux besoins. Il faut accroître massivement ce budget si l’on veut que le Plan réussisse. Le point positif qu’il faut tirer, par contre, est que chaque région verra un budget d’investissements plus important par rapport à celui indiqué dans la loi de finances initiale.

MM. Face à la double crise, notamment celle des recettes publiques et celle du secteur productif, comment pourrait-on gagner sur les deux fronts?

LCR. Depuis la pandémie de Covid-19, un ralentissement des activités économiques est constaté. Le secteur productif se détériore. Les mesures sanitaires ont impacté toutes les forces productives, entraînant la baisse de la production. L’intervention de l’Etat est nécessaire pour relancer la machine productive. Il peut octroyer aux agriculteurs et entrepreneurs des prêts garantis pour reporter ou alléger les charges fiscales des sociétés privées, etc. Dans le secteur public, les recettes fiscales et douanières ont connu une importante diminution de l’ordre de 29 % par rapport à la loi de finances initiale. Afin de soutenir l’équilibre budgétaire et la viabilité des finances de l’Etat, Madagascar a bénéficié d’appuis financiers venant des différents partenaires techniques et financiers. Cependant, l’Etat doit vraiment favoriser la bonne santé de l’économie productive, pour pouvoir espérer plus de recettes internes, vers la fin de l’année fiscale.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : Six Man raconte son parcours dans « Tandrignesa bôka »

L’auteur de “Good feeling” animera les grandes villes de Madagascar après le confinement.

Après trois ans de répétition, Six Man sort son premier album qui retrace sa vie et sa carrière musicale. Entre conscientisation et motivation, l’extrait de l’œuvre du chanteur est déjà dans les playlists des adeptes du ragga.

« Tandrignesa bôka » est l’album de Six Man, sorti cette année. Il s’agit d’une première jaquette de ce talent de Toamasina. L’opus est proche des sonorités des chanteurs jamaïcains admirés par ce jeune chanteur depuis sa jeunesse. Les fans de ragga dance hall auront droit à huit titres dont certains clips ont été déjà diffusés sur les réseaux sociaux et sur les ondes. Tandrignesa bôka est également une occasion pour l’auteur d’inviter le pontife de la musique urbaine, Kougar, et les étoiles montantes comme Pit Léo d’Ambanidia record et “Shadow Bangz”, membre du label “Makua Entertainment”.

Né de parents musiciens pratiquant le Horija betsileo dans les années 1990, Six Man devient naturellement chanteur. Il commence à chanter à partir de 2014. À l’époque, sa musique n’était pas encore connue du grand public. « Au début, il n’y avait que mes amis qui m’écoutaient dans le hall de Barikadimy à Toamasina », a-t-il avoué. Il a fallu attendre trois ans pour que le jeune homme soit écouté par le grand public à Toamasina avec son titre “Feeling”. Dès lors, il devient une petite star de la région orientale de la Grande île.

Outre son parcours solo, Six Man a réalisé des duos avec les grosses pointures de ragga, comme Joudas, « Oh zandry eh ». Une musique qui dénonce la violence perpétrée par les jeunes délinquants de la ville de Toamasina. « Oh zandry eh », sorti en 2017, a conscientisé quelques jeunes. « Cette chanson nous pousse à travailler dur, et à ne pas commettre des délits », a expliqué Sandy, un fan de Six Man. A part ses textes engagés, ce dernier a un autre atout qu’il a hérité de ses parents: l’animation. La plupart de ses mélodies sont motivantes comme Good Life, Tsy mifidy.

La voix rocailleuse de Six Man commence à résonner dans la ville des Mille. Une ville où des jeunes admirent le “ragga dance hall”. D’ailleurs, bon nombre d’artistes de cette région adoptent ce genre de rythme pour gagner le cœur de leurs inconditionnels. Alors, Six Man devrait multiplier ses efforts pour sortir du lot car la concurrence fait rage !

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

De longs mois d’efforts en perspective pour redresser l’économie

Madagascar a réussi à vivre avec le Coronavirus et a accepté le fait que l’épidémie ne soit pas complètement maîtrisée pour le moment. Malgré les cas de contamination qui sont annoncés tous les jours, la situation permet ce déconfinement plus large, mais encadré. C’est un desserrement du carcan dans lequel se trouvaient les Malgaches, leur permettant de commencer à revivre. Mais il nécessite un véritable sens des responsabilités. Le relâchement de ces derniers jours va certainement revenir à de plus justes proportions. Maintenant, c’est une étape tout aussi importante qu’il va falloir franchir, celle du sauvetage d’une économie sinistrée.

De longs mois d’efforts en perspective pour redresser l’économie

Après la mise au chômage technique de plusieurs dizaines de milliers de travailleurs, les entreprises du secteur privé ne pourront plus continuer à assurer leurs charges et risquent de mettre la clé sous la porte si le plan de relance de l’économie qu’elles réclament n’est pas mis en place. La rencontre du chef de l’Etat avec le secteur privé a donc eu lieu, et l’argent injecté et annoncé par le président pour ce qu’il appelle un “plan Marshall bis” est peut-être important, mais il ne couvrira pas les besoins de refinancement de toutes les entreprises en cessation d’activités durant cette crise. Il va falloir innover et faire preuve de créativité pour ne pas sombrer. De nombreuses petites et moyennes entreprises vont être en faillite, mais certains de leurs dirigeants vont rebondir et essayer de s’engouffrer dans de nouveaux créneaux. Il y a déjà les travaux de construction d’infrastructures dans les différentes localités de Madagascar qui seront confiés à des entreprises ayant un véritable savoir-faire. Le secteur du tourisme, qui a beaucoup souffert de la fermeture des frontières, est en train de s’organiser et présentera ses solutions qu’il espère pouvoir être appuyées par les pouvoirs publics. La sortie du tunnel dans lequel l’économie est engagée ne se fera pas de sitôt.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Tsivory : Mpampianatra maty voatitry ny dahalo

Fitaintainan-dava ! Omaly maraina dia mpampianatra iray, niaraka tamin’ny olona iray, nandeha môtô indray no lasibatry ny jiolahy teo anelanelan’ny kaominina Elonty sy Marotsiraka, any amin’iny distrik’Amboasary Atsimo iny. Maty tsy tra-drano norarafan’ireo olon-dratsy ny bala moa Ingahy mpampianatra. Ilay olona nentiny kosa naratra mafy, voavelin’ny vodibasy.

Mandry tsy lavo loha tanteraka ireo mponina any amin’iny faritra Anôsy iny noho ny afitsok’ireo andian’olon-dratsy maro. « Saika ho isan’andro, hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny namana any an-toerana no handrenesana fanafihana mitam-piadiana aty ». Vao omaly maraina tokony ho tamin’ny valo ora sy sasany tany ho any, araka ny vaovao azo hatrany no nitrangan’ny fanafihana niharo vono olona indray tao amin’ny tanan’Ankilitelo, kaominina Tsivory, distrika Amboasary. Mpampianatra iray amin’ny sekoly ambaratonga fototra any amin’ny kaominina Elonty no lasibatra teto, niaraka tamin’ny ramatoa iray nentiny tamin’ny kodiaran-droa. Marihana fa saika handeha hamonjy tsena ao amin’ny kaominina Marotsiraka izy ireo no nifanehatra tamin’ireo andian-dahalo nirongo fiadiana. Tsy nisy alaharo alaharo fa tifitra variraraka avy hatrany no nitsenain’ireo olon-dratsy azy ireto. Voa teo amin’ny tanany sy teo amin’ny sorona ingahy mpampianatra ka nianjera niaraka tamin’ny môtô nentiny. Nohararaotin’ireo dahalo izany, nidarohany tsy nananany antra ilay vehivavy nentin’ity mpanabe ity. Fantatra fa lasa tamin’io fanafihana io ny vola rehetra tany amin’izy ireo sy ny firavaka sarobidy teny amin’ilay ramatoa. Ilay môtô kosa najanon’izy ireo teo. Taorian’ny fanafihana vao afaka niantso vonjy ilay ramatoa, izay naratra mafy ihany vokatry ny vono nahazo azy. Ilay mpanabe kosa, na dia noezahina novonjena tany amin’ny toeram-pitsaboana aza dia tsy avotra intsony ny ainy, noho ny fahabetsahan’ny rà very taminy. Ilay ramatoa nentiny kosa efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy ary efa tsy misy atahorana ny ainy, hoy hatrany ny vaovao azo.

Voalaza fa eo amin’io toerana nahavoa ity mpampianatra ity dia efa karazan’ny faritra mena amin’ny asan-jiolahy any amin’iny faritra iny. Efa nandray an-tanana ny raharaha avy hatrany moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana any an-toerana ary efa mandeha ny fikarohana ireo nahavanon-doza.

m.L / Haja P.

Midi Madagasikara0 partages

Toliara–Andranomena : 56 lampadaires solaires installés par Enelec

De la lumière pour Toliara.

La campagne d’éclairage des différentes villes du pays se poursuit pour le groupe Filatex. Après Morondava, Mahajanga, Antsiranana, c’est au tour de la cité du Soleil d’en bénéficier. Ainsi, le groupe Filatex, à travers Enelec, vient d’installer des lampadaires solaires dans la Commune urbaine de Toliara et dans la Commune rurale d’Andranomena Toliara 2. Ces deux communes viennent de bénéficier de 56 lampadaires solaires dont 20 pour la ville de Toliara et 36 pour Andranomena au grand bonheur de leurs habitants respectifs. Ces dernier, qui sont habitués aux ambiances nocturnes peuvent pousser un ouf de soulagement en ce qui concerne leur sécurité. «Nous sommes convaincus de l’importance de l’éclairage public dans la vie quotidienne, notamment pour la sécurité publique. En plus de leur rôle en termes de sécurité, les lampadaires contribuent à l’embellissement des quartiers. Outre l’avantage de ne pas payer de facture mensuelle, cela permettra aussi de limiter l’utilisation de l’énergie fossile qui a des conséquences néfastes sur l’environnement », a souligné Tanteraka Rakotoarisoa, directeur de la Responsabilité Sociétale des Entreprises au sein du groupe Filatex. A ce jour, plus de 512 lampadaires (soit près de 30 km couverts) ont été installés par Enelec un peu partout dans l’île. Ce qui témoigne de l’engagement de la société à être redevable envers les communautés et à s’activer pour le développement durable de Madagascar.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Musique : L’anniversaire de Dadah Mahaleo fêté in memoriam

Dadah Rabel, ou Dadah Mahaleo, c’est selon, un monstre sacré de la musique malgache.

Un événement assez particulier pour marquer, à la fois, l’anniversaire du défunt membre fondateur du groupe Mahaleo, Dadah Rabel, la fête de la musique et la fête des pères avec « Dadah Mahaleo in Memoriam », le 21 juin. Ainsi, les organisateurs lancent un appel à tous ceux ou celles qui souhaitent « partager un cover d’une chanson de Dadah, une photo souvenir avec lui, ou … laisser un mot ». Pour ce faire, les participants et participantes peuvent les envoyer par messagerie privée sur la page « Dadah Mahaleo in Memoriam ». Cela, au plus tard le 18 juin à 23 h 59, heure malgache. C’est nécessaire de le préciser puisqu’il faut s’attendre à une participation de la diaspora.

D’ailleurs, il suffit de naviguer sur la page pour retrouver de plus amples informations concernant cette initiative. Décédé le 3 novembre 2019, Dadah Rabel a laissé un grand vide dans le monde de la musique malgache. Membre fondateur du groupe Mahaleo, il a aussi été un auteur/compositeur dont les créations ont propulsé ce groupe au firmament de la notoriété. Des titres comme « Ao izy e », « Tsara tsodrano », « Ilay nosy » et bien d’autres resteront à jamais dans le patrimoine musical malgache. Ce « Dadah Mahaleo in Memoriam » n’est pas uniquement un concours mais surtout un travail de mémoire.

Il faut aussi rappeler que le décès de Dadah Rabel a eu lieu environ deux semaines à peine après la disparition de Fafah, également membre fondateur du groupe Mahaleo. Deux départs presque successifs qui ont bouleversé les fans du groupe. De mémoire de simple amateur de musique, jamais une formation musicale locale n’a connu ce genre de drame dans un intervalle aussi court. Comme il faut toujours avancer, l’important est de ne pas laisser partir avec lui ses œuvres mais de les rappeler aux générations futures à travers des partages, des « covers »…

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

« Facebook » : Mpanendaka sy mpanolana, miafina ambadikana « compte fake »

Ity no anisan’ireo « compte fake » fampiasan’ity olon-dratsy ity.

Ela nitoratorahana ity tovolahy iray, olon-dratsy miafina ambadiky ny « compte fake » ao amin’ny tambajotra sosialy « Facebook », ka voasambotry ny pôlisy ihany. Efa maromaro ireo olona lasibatr’ity tovolahy ity, ary saika vehivavy avokoa izy ireo.

« Tojovalera » na « Rado Rafetrason » na i « Jerry Jerry Jerry ». Ireo no anarana entin’ity olon-dratsy ity amin’ny tambajotra sosialy entiny hanjonoana ireo olona ataony lasibatra. Teny amin’iny faritra Ankadikely Ilafy iny no fantatra fa voasambotry ny pôlisy misahana ny « cybercriminalité » ny alatsinainy lasa teo izy. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena  dia sady endahin’ingahirainy ireo olona voajonony anaty FB ary tsy vitan’izay fa raha vehivavy dia iharan’ny fanolànana sy voarahona ho faty. « Manana kaonty facebook maromaro ity tovolahy ity ary sarin-dehilahy mihaja tsara tarehy ranjanana izay alainy any anaty kaonty « facebook » fananan’olona no entiny manjono ireo tovovavy na vehivavy kendreny. Resaka fitiavana na resaka fiaraha-miasa no entiny handresena lahatra azy ireny ary rehefa mipetraka ny fifampitokisana dia mangataka fihaonana izy, ka rehefa tonga io fotoana izay tokony hihaonana io dia milaza ho tsy afaka amin’ny ora farany izy ka ny mpanampiny no alefany ». Mazava ho azy fa maro ireo vehivavy tafaroboka ary rehefa mihaona amin’izay dia asehony ny mahabiby sy olon-dratsy azy. « Toerana mangingiana no itarihany lalana azy ireo ary dia miafara amin’ny fanendahana sy fanolanana hatrany izany », hoy hatrany ny vaovao. Voalaza fa efa ela ihany ity tovolahy ity no efa nokarohin’ireo mpitandro filaminana fatratra, saingy izao izany vao tratra. Araka izany, efa maro dia maro ireo olona voany.  « Miisa efatra no fantatra fa efa niharan’ny asa ratsy ka tonga nametraka fitoriana. Mbola misy vehivavy hafa ihany koa niharan’izao herisetra sy fanolanana izao, saingy mbola tsy nametraka fitoriana izy ireny ». Asaina araka izany, izy ireny ho tonga eny amin’ny sampan-draharahan’ny pôlisy misahana ny « cybercriminalité » eny Anosy, mba ho tonga hametraka ny fitoriany, tsy amin’ny ahiahy intsony. Omaly no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ity olon-dratsy rain-dahiny ity ary heverina fa efa nadoboka am-ponja vonjimaika.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

SIRAMA : Les plaintes se poursuivent, la démission du DG réclamée

Les enfants des employés de la SIRAMA à Antananarivo renforcent le mouvement de leurs parents. (photo fournie)

La semaine dernière, nous avons parlé des 5 employés de l’industrie sucrière SIRAMA de Nosy-Be et de Brickaville venus à Antananarivo pour se plaindre auprès de la direction centrale de la société. Le problème ne semble toujours pas résolu puisqu’hier, les enfants des salariés de la société ont exprimé, à leur tour, leur indignation. Et cette fois-ci, ils ne se sont pas contentés d’énumérer les problèmes au sein de la société, ils demandent que le directeur général actuel de la société démissionne. « Quatre employés de l’entreprise ont déjà perdu leurs vies au sein de cette société à Nosy-Be et à Brickaville parce qu’ils n’ont pas obtenu des frais médicaux qui auraient pu leur permettre de se faire soigner », ont tonné ces étudiants à l’université d’Antananarivo, enfants de salariés au sein de la SIRAMA. Par ailleurs, les mouvements de contestation continuent dans les deux usines de la société avec des pancartes et des réunions presque quotidiennement. Pour l’heure, aucun compromis n’a encore été trouvé entre les salariés et la direction. Situation qui n’arrange pas les manifestants qui ont déjà menacé de faire une grève générale si jamais leur demande n’est pas satisfaite bientôt.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Tentative de corruption : Des « dahalo » en col blanc pris en flagrant délit

Ce cas qui s’est produit à Ambohitompoina, district d’Antanifotsy, dans la région Vakinankaratra devrait servir d’exemple à suivre pour lutter contre ce fléau minant jusqu’à présent la société malgache, à savoir la corruption. Saisie d’une affaire de vol de bovidés, des gendarmes de cette localité ont refusé de recevoir une somme de 500 000 ariary proposée par des proches d’une personne impliquée dans un vol de bovidés en échange de l’abandon de la poursuite à l’encontre de l’inculpé. Ce dernier est accusé de blanchiment de bovidés. Cette affaire remonte au 13 juin 2020 quand la gendarmerie du poste avancé d’Ambohitompoina-Antanifotsy était alertée au sujet de l’existence de bœufs suspects détenus par une tierce personne dans la localité. Depuis, les gendarmes ont ouvert leur enquête. Cela a permis de constater que ces zébus n’étaient pas du tout en règle aussi bien sur leur origine que sur leurs fiches d’identification. Le contrat de vente de ces zébus, établi les 5 et 6 juin, indiquent que le déclarant propriétaire de ces animaux les ont achetés auprès d’un marchand de bovidés en provenance de Vohitrambo. Une déclaration que ledit vendeur a niée lors de la vérification de cette information. Les gendarmes étaient en train d’approfondir leur investigation quand trois individus se sont présentés afin de les soudoyer avec 500 000 ariary pour ne plus continuer cette enquête et surtout pour ne pas la porter devant le tribunal. Une tentative de corruption que ces derniers, déjà disposés de ne plus verser dans cette pratique qui ternit l’image de leur corps d’appartenance et surtout pour l’intérêt supérieur de l’Etat, ont évidemment dénoncée. C’est pourquoi, les trois corrupteurs ont été arrêtés sur-le-champ. Ils ont été déférés au Parquet avec l’impliqué qu’ils ont tenté de protéger. Actuellement, ces quatre individus se trouvent en prison en attendant leur procès.

T.M.

 

 

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Histoire : Les années de Marcel Olivier à Madagascar

Marcel Olivier, gouverneur général de Madagascar de 1924 à 1929.

Marcel Olivier est un fonctionnaire colonial français. Ayant beaucoup écrit sur les colonies françaises en Afrique, il était gouverneur général de Madagascar de février 1924 à Janvier 1929.

Sous sa direction, alors que le monde traverse l’euphorie des « années folles », il a créé la banque de Madagascar et favorise de grandes compagnies commerciales ainsi qu’une organisation agricole. Il met au point un nouveau code domanial et veut résoudre l’enregistrement des terres grâce au cadastre élaboré à l’aide de photos aériennes. La direction de Marcel Olivier est marquée par l’effervescence du nationalisme.

Comme ses prédécesseurs, il se heurte à des mouvements anticolonialistes des élites malgaches notamment Jean Ralaimongo, Jules Ranaivo et Ravoahangy. Leurs méthodes restèrent toutefois légalistes, malgré la constance de la répression. Olivier promulgue en septembre 1927 un décret qui réprime la mise en vente et la distribution d’écrits ou d’ imprimés et images susceptibles de porter atteinte au respect de l’autorité française jusqu’à l’abrogation, par un vote du Parlement en 1929, de ce « décret scélérat ». Les journaux sont muselés. « De ce fait, ces journalistes eurent sans cesse maille à partir avec les tribunaux. Ralaimongo accumule amendes et répressions : il est incarcéré dès le 31 octobre 1927. Ravoahangy et Dufestin sont inculpés puis condamnés. Dussac, qui vient de s’installer à Diego, se voit retirer sa patente d’agent d’affaires. Emmanuel Razafindrakoto, un sympathisant de Tamatave, est, pour cette raison, licencié par son employeur. Puis Dussac est inculpé à son tour. Et quand Ralaimongo sort de prison le 27 octobre 1928, Dussac et Dufestin sont coffrés: le premier à 10 mois de prison, le second à quatre mois », J.P Domenichini, in Jean Ralaimongo (1884-1943) ou Madagascar au seuil du nationalisme.

En 1928, il met en place le SMOTIG (Service de la Main-d’Œuvre des Travaux d’Intérêt Général). Ce système a été l’objet de nombreuses critiques, et qualifié d’esclavage déguisé. Le SMOTIG permit d’effectuer de grands travaux dans des conditions très difficiles, tels que le chemin de fer Fianarantsoa – Côte Est, tout en évitant la dramatique mortalité précédemment rencontrée sur d’autres chantiers.

Après avoir été gouverneur général de Madagascar, Marcel Olivier part pour la France. Il est chargé d’assister l’officier militaire Hubert Lyautey pendant les guerres coloniales dans l’organisation de l’exposition coloniale internationale.

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Chômages dus au Coronavirus : Un Plan multisectoriel d’urgence proposé par l’Etat

Comme prévu, la rencontre entre le président Andry Rajoelina et le patronat s’est déroulée hier à Iavoloha.

 » Ce ne sont pas uniquement une dizaine de milliers d’employés qui ont perdu leurs emplois durant cette période de confinement…  ce sont une centaine de milliers de Malgaches qui se retrouvent au chômage à cause de cette pandémie « . C’est ce qu’a fait savoir le président du FIVMPAMA, Andrianavalomanana Razafiarison. Selon ses dires,  » toutes les entreprises souffrent de la situation actuelle et bon nombre d’entre elles sont actuellement au bord de la fermeture « . Comme prévu, la rencontre du président Andry Rajoelina avec le patronat s’est déroulée hier au Palais d’Iavoloha. Une rencontre qui a vu la présence des membres du gouvernement dirigés par le Premier ministre Ntsay Christian et le staff de la Présidence. Une occasion pour l’Etat et les opérateurs économiques privés de concerter  et de mettre en place ensemble une stratégie pour faire face à la période d’après-crise sanitaire. Selon le numéro un du FIVMPAMA, le secteur privé et le salariat mettra entre 6 mois à un an pour se remettre de cette crise. Lors de cette rencontre, le secteur privé a avancé plusieurs requêtes en vue d’atténuer les impacts du Coronavirus sur l’économie. Parmi ces requêtes figurent la suppression des taxes et impôts, la distribution d’aides sociales pour les employés (surtout ceux qui ont perdu leur emploi), la vulgarisation du dépistage du Coronavirus et la distribution de Covid-Organics au niveau de chaque société, la facilitation de l’accès aux prêts bancaires avec un taux d’intérêt de moins de 5%, la restauration de la Banque nationale de développement, la révision des prix du carburant, mais aussi la suppression des taxes et impôts pour cette année 2020, surtout pour les PMI-PME.

Sans pénalité. En réponse à ces demandes, l’Etat avance le Plan multisectoriel d’urgence. Le document a été présenté hier aux opérateurs du secteur privé par le Premier ministre Ntsay Christian. Un document présentant trois axes stratégiques, à savoir le renforcement de la gouvernance de la lutte contre la pandémie, l’amplification des mesures relatives à la protection sociale et le soutien en vue d’une résilience économique pour une relance efficiente. Ce Plan multisectoriel d’urgence prévoit plusieurs mesures fiscales et monétaires permettant d’atténuer les effets néfastes du Coronavirus sur l’économie. Aussi, les secteurs du tourisme, le transport aérien et les entreprises franches vont-ils bénéficier d’une suspension du paiement des acomptes provisionnels pour les IR, IRSA et TVA ; d’un report au 15 août prochain des déclarations de paiement; d’un report des déclarations de paiement jusqu’au 15 août aussi de l’impôt synthétique ; d’une suspension des contrôles fiscaux et des avis aux tiers détenteurs jusqu’au 15 août ; d’une autorisation de rapatriement de devises à hauteur de 80% sans pénalité ; d’un recours à des conditions de paiement amiable pour les cotisations sociales dues pour le premier et deuxième trimestre de l’année 2020 ainsi que d’une possibilité de négociation pour le report du paiement des factures de la JIRAMA.

Lignes de refinancement.  » Nous veillerons à ce que la relance économique soit inclusive et qu’elle ait des impacts concrets sur la vie quotidienne de la population malagasy « , a martelé le président Andry Rajoelina lors de sa prise de parole. Et lui de faire savoir dans la foulée que personne n’a été laissé-pour-compte dans cette démarche visant à soutenir les sociétés malagasy pendant et après la crise sanitaire. Pour ce faire, l’Etat Malagasy a adopté trois lignes de refinancement, à travers le projet Fihariana et la Banque centrale. Il s’agit du  » Prêt Miarina » d’un montant de 50 milliards d’Ariary qui consiste à accorder un prêt de 24 mois avec un taux privilégié de moins de 8 à 9% et un différé pouvant aller jusqu’à 6 mois. La deuxième ligne met à la disposition des PMI-PME une somme de 150 milliards d’Ariary soit 40 millions de dollars pour accorder un emprunt à un taux bonifié à moins de 10%. 20 000 PMI-PME sont prévues bénéficier de cette deuxième option. La troisième ligne, pour sa part, met à disposition un budget de 80 milliards d’Ariary et consiste à accorder un taux d’intérêt concessionnel de 4,97% aux institutions de microfinances. Un taux largement inférieur à leur coût de ressources habituelles auprès des banques commerciales.  » Ceci leur permettra d’accorder des crédits à des intérêts plus abordables », a déclaré le président Andry Rajoelina. L’objectif est d’appuyer environ 980 000 opérateurs malagasy comprenant des petits exploitants et des distributeurs agricoles ainsi que des opérateurs individuels œuvrant dans les secteurs tourisme, commerce, artisanat et manufacturier. Hier, ce fut au tour des grands investisseurs et industriels de rencontrer le Chef de l’Etat. D’après les explications, les patrons des PMI-PME seront, quant à eux, reçus à Iavoloha la semaine prochaine.

Davis R

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Single : « Alao », la dernière ponte de D-Lain

D.Lain sort un single pour bercer ses inconditionnels inquiets de la situation actuelle.

Chose promise chose due ! Décidément, le chanteur de charme qu’est D-Lain ne cesse d’émerveiller. Chaque sentiment et émotion décuplent à travers sa musique. Pas plus tard que vendredi, l’artiste sort son single « Alao » en featuring avec Quatuor Squad. Et heureusement qu’il s’agisse d’une chanson d’amour car c’est en homme amoureux qu’il se place. Un texte poignant aux sons des cordes de la bande à Ravo Raboanarison, combinés avec une mélodie de trompette de Stéphane Hasina qui déchire littéralement, et avec le génie de Sanda Ranaivosoa à la guitare. Le « dream team » pour les rêveurs justement.

En à peu près quatre minutes, il chante un amour perdu qu’il tente d’oublier tant bien que mal. Une situation que bon nombre de gens qui ont surfé sur les vagues de l’amour ont déjà connue. « Les moments forts me reviennent aux sons de ce titre. Ses mélodies me rappellent tes mots d’amour et tes caresses. Mais je ne veux plus remémorer ces instants à jamais perdus ». Des bribes du passé qui font chavirer ce qui se trouve tout au fond des pensées amoureuses. « Oh mon cœur arrête! Je ne supporte plus cette mélancolie, efface de mon esprit ces souvenirs douloureux que tu persistes tant à m’envoyer en pleine figure… » De quoi rendre toute chose les fleurs bleues. Cependant, les avis semblent tout de même mitigés. Évidemment, techniquement, il n’y a rien à redire quant à la qualité du son. Si D-lain a habitué ses inconditionnels à s’attendre au meilleur, cette fois encore il n’y déroge pas. Mais musicalement, cependant, « Alao » sonne plus européen que malgache.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Football féminin : Sophie Irène Farafanirina termine son contrat avec Racing Club

Sophie Irène a tout l’avenir devant elle.

En fin de contrat ce mois de juin, l’internationale malgache Sophie Irène Farafanirina s’active déjà pour trouver un autre club. En effet, elle ne jouera plus avec Racing Club où elle était depuis 2019, malgré ses exploits au sein de cette équipe. A 26 ans, l’heure de la retraite est encore loin de sonner pour Sophie Irène. Elle n’arrête pas de s’entraîner durant ce confinement et elle est prête à donner un nouveau sens à sa carrière. « Je n’arrête pas de travailler mes abdos et faire des exercices avec une corde à sauter pour maintenir la forme », nous a-t-elle confié. Pour rappel, l’ancienne capitaine des Barea féminins est encore en période de convalescence suite à une déchirure au niveau de sa cuisse droite, en janvier. Avec cette blessure, elle n’a pas encore une idée en tête en ce qui concerne le nouveau club avec qui travailler pour la prochaine saison. D’ailleurs, elle se concentre sur son traitement afin de retrouver au plus vite le chemin du terrain.

Ces derniers temps, Sophie Irène a accordé une interview avec « La minute foot », durant laquelle elle a partagé son avis concernant le football féminin malgache. « Le football féminin à Madagascar n’est pas encore très réputé, voire méconnu. Il manque de compétition ainsi que de soutien alors que beaucoup de joueuses ont un véritable talent et un grand potentiel pour réussir. Le football n’est pas réservé au genre masculin, tous ceux qui ont un but et qui sont déterminés peuvent réussir », affirme-t-elle, avant d’ajouter: « Si vous aimez le football et que vous avez un rêve, poursuivez-le en travaillant sur le plan tactique et physique. En plus, il faut avoir un bon mental. Une bonne dose de concentration et un bon comportement sont importants pour arriver jusqu’au bout ».

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Représentation française : Les services de l’ambassade se déconfinent

La vie dans la capitale reprend son allure normale après l’allègement des restrictions sur les horaires de travail, prolongés jusqu’à 17 heures. Les services publics ont terminé les services minima et sont désormais disponibles en accueil physique tout en respectant les règles sanitaires qui restent, cependant, en vigueur. Au niveau de l’ambassade française, les services des visas auprès du centre TLS rouvrent leurs portes mais « uniquement sur rendez-vous », précise-t-on. Cette réouverture est programmée à partir de lundi 29 juin et ne traiteront, en effet, que les « catégories de demandes de visas de long séjour dont étudiants, conjoints et enfants de Français, regroupement familial, introduction de travailleurs salariés, visas de retour en France ». Les services du consulat de France reprennent aussi progressivement et il est conseillé de prendre rendez-vous pour les demandes de passeport et de carte française d’identité nationale. Le gouvernement français, quant à lui, poursuit l’organisation du rapatriement de ses ressortissants vers l’Hexagone. Un autre vol spécial de la compagnie Air France est prévu quitter la capitale ce dimanche prochain, a-t-on affirmé, pour embarquer des Français qui ont déjà manifesté auprès de l’ambassade française leur souhait de quitter la Grande île.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Transports régionaux et nationaux : Reprise des activités sauf pour Analamanga, Atsinanana et Moramanga

Le transport régional reprend sauf pour Analamanga, Atsinanana et Moramanga. (Source Facebook)

Les mesures-barrières comme le port de masque ou encore la distanciation sociale d’un mètre sont exigées pour toutes personnes qui veulent se déplacer via les modes de transports régionaux.

Les particuliers peuvent circuler librement et sortir de leurs régions respectives à condition qu’il ne s’agisse pas d’Analamanga et Atsinanana ainsi que du district de Moramanga. Une décision prise suite à une réunion qui a vu la participation des gouverneurs des régions et le président du centre de commandement opérationnel ou CCO, peut-on lire sur la page Facebook officielle du gouverneur de Haute Matsiatra hier. Une publication qui entend permettre un retour à la normale des activités dans le secteur du transport public régional. Une liberté qui est toutefois conditionnée par le port de masque mais surtout par le respect stricte de la distance physique d’un mètre dans les véhicules de transport. Voulant plus de précisions sur cette décision ô combien importante pour des milliers de familles malgaches mais surtout pour le secteur du transport public, nous avons essayé de contacter les premiers responsables du centre de commandement opérationnel mais ceux-ci étaient indisponibles. Ce qui est tout à fait compréhensible étant donné les devoirs et responsabilités qui leur incombent.

Manifold. Les activités reprennent également pour les coopératives de transports publics desservant les régions et districts du pays. Ainsi, les lignes sont ouvertes pour tous les axes de la région Vakinankaratra, à condition de ne pas passer par Antananarivo. Des conditions sont toutefois prévues comme la désinfection des voitures, le port de masque pour les passagers ainsi que pour les conducteurs. La distance physique d’un mètre étant impérative, le nombre des places est limité à quatre personnes par rangée pour les Sprinter et trois passagers par banquette pour les minibus. A cela s’ajoute l’inscription dans les manifolds des noms, contacts et adresses de tous les passagers. Cette dernière mesure devant permettre de suivre à la trace toutes les personnes qui ont voyagé d’une région à une autre. Le retour à la normale semble être lancé. Le respect des mesures-barrières est primordial pour limiter la propagation incontrôlée de la maladie.

José Belalahy