Les actualités Malgaches du Mardi 18 Juin 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara219 partages

Lakan-dranon’Andriantany : Nentin’ny gardien ny fiaran’ny masoivoho kômôriana dia nivadika tao

Telo lahy izy ireo. Mpiambina avokoa. Napetraka tao amin’ny garazy iray tao Anosipatrana ny fiara toa ny mahazatra ary izy ireo no miandraikitra ny fiambenana ilay toerana. Navoakan’ireo anefa ilay fiara ary nentiny nandehandeha. Asa izay nitranga fa nivarina tao amin’ny lakan-dranon’Andriantany izany ny alin’ny alahady teo. Tsy nisy tsy nahita ilay fiara Peugeot 206 izay nitsoraka tao amin’io rano maloto io izay nandalo tamin’iny toerana iny. Ny mby tao an-tsain’ny olona avy hatrany dia ny hoe mamo ny vazaha izay tompon’ny fiara ka nivadika tao. Rehefa natao anefa ny fanadihadiana tsotsotra dia hay zavatra hafa mihitsy no tao ambadik’izany. Raha ny fantatra dia nitsoaka ireo telo lahy rehefa nitranga ny lozam-pifamoivoizana nahazo ity fiara, izay misy takelaka maitso, izay famantarana fa an’ny masoivoho vahiny. Iny alina iny ihany dia efa nisy nampandre ny polisy ary niezaka namantatra ny zava-nisy. Niafara tamin’ny fahafantarana ireo telo lahy izay tompon’andraikitra izany. Natao ny fikarohana rehetra ka ny marainan’iny (omaly) no sarona tetsy Ilanivato ny roa lahy, mbola karohina kosa ny iray ambiny. Nalefa teny amin’ny borigady misahana ny heloka bevava izy ireo (BC) rehefa notorian’ny tompon’ny fiara izay mpanolotsain’ny masoivoho kômôriana eto amintsika. Halatra fiara no anton’ny fitoriana. Omaly hariva tamin’ny fotoana nanoratana dia mbola nitohy ny fanadihadiana tao Anosy. Ny fantatra anefa dia niangavy indray ny tompon’ny fiara ary nangataka fandaminana ny amin’ny hamotsorana ireo telo lahy. Nosintominy ny taratasy fitoriana.

D.R

Midi Madagasikara125 partages

27 militaires à Tsiafahy : Des magistrats victimes de menaces et de pressions

Le président du SMM prêt à défendre l’indépendance des magistrats dans l’exercice de leurs fonctions.

Un bras de fer vient d’être engagé entre le Syndicat des Magistrats de Madagascar et ceux qui exercent des pressions pour la libération de ces militaires incarcérés à Tsiafahy.

Les magistrats n’entendent pas céder aux pressions. Le message a été délivré hier par Clément Jaona, président du SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar), qui a tenu hier une conférence de presse à Anosy. Il a ainsi dénoncé les pressions dont les magistrats font actuellement l’objet sur le traitement du dossier pénal relatif à l’affaire impliquant 27 militaires, qui sont depuis le 09 juin 2019 placés sous mandat de dépôt à la Maison de force de Tsiafahy. « Laissez les juges faire leur travail. Si ces militaires sont incarcérés à Tsiafahy, c’est parce que les charges sont suffisantes pour ce mandat de dépôt. Ces militaires ont commis des actes répréhensibles par la loi. S’ils ont appréhendé trois individus qu’ils ont soupçonnés de détention illégale d’armes, ils devaient se conformer à la procédure prévue par la loi, au lieu d’avoir eu recours à l’exécution sommaire de ces trois individus. En tout cas, ce n’est pas la première fois que des éléments des forces de l’ordre ont commis des bavures. Ils ont perpétré des meurtres à Tsaratanàna et dans d’autres endroits de Madagascar, sans rappeler les cas de viol et de cambriolage dont certains d’entre eux ont été responsables », a fulminé le président du Syndicat des Magistrats de Madagascar.

Mutinerie. D’après Clément Jaona, les magistrats en charge de l’instruction du dossier relatif à l’affaire impliquant les 27 militaires incarcérés à Tsiafahy font même l’objet de menaces de mort. « Pire, des militaires menacent qu’ils vont organiser une mutinerie si leurs frères d’armes ne sont pas libérés », a révélé hier le numéro Un du SMM. La question qui n’a pas été abordée lors de la conférence de presse d’hier et dont les observateurs veulent avoir la réponse, porte sur l’identité de ceux ou celles qui exercent ces pressions sur la justice. Hier, Clément Jaona s’est contenté d’affirmer que des membres d’institution et du gouvernement feraient partie des auteurs de ces pressions. A rappeler que des proches des 27 militaires placés sous mandat de dépôt à Tsiafahy ont crié l’innocence de ces derniers en estimant qu’ils n’ont fait qu’exécuter des ordres. Quant à lui, le ministre de la Défense Nationale, Richard Rakotonirina, a réitéré l’instauration de l’Etat de droit et le respect de la discipline au sein des forces de l’ordre. Les 27 militaires incarcérés à Tsiafahy sont accusés d’enlèvement, de séquestration et d’assassinat des trois individus exécutés sommairement et jetés dans le fleuve d’Onive, dans la commune d’Ampitatafika, district d’Antanifotsy. Soupçonnés de détention d’armes illégale, ces trois individus ont été arrêtés à Ambohimahasoa le 20 mai 2019.

R.Eugène

Midi Madagasikara43 partages

Musique urbaine Mixtape : une émission pour les adeptes du rap malgache

Don Smokilla et son équipe, lors de la première émission Mixtape, le 1er juin dernier.

Même s’il a pris sa retraite en tant que producteur, Don Smokilla n’arrête pas de partager son expérience à la jeune génération. Désormais, il a créé une émission : Mixtape.

Cela fait quelques jours que Don Smokilla diffuse sur les réseaux sociaux la nouvelle émission de hip-hop, Mixtape. L’objectif principal est de partager la connaissance de la culture urbaine à la jeunesse, et publier des vidéos et des podcasts audio qui seront disponibles sur le site. Tous les rappeurs de Madagascar sont invités à performer dans l’émission. Le coté technique est confié au rappeur Bab’s. Travailleur, ce dernier a gagné la confiance du réalisateur. « Je connais bien Bab’s et j’ai confiance en lui », a-t-il certifié. Inspiré par le site Booska-P en France, et celui du WorldStarHipHop aux États-Unis, l’émission retrace l’histoire du rap malgache depuis les années 90 jusqu’à nos jours.

Du rap à Mixtape. Longue et périlleuse est la voie qu’a choisie Hery Rahaingomanana, alias Don Smokilla. Il a découvert le rap vers la fin des années 80. Il débute en tant que rappeur en 1993 avec le groupe Urbann Jam. Ce dernier faisait partie des premiers groupes à rapper en français à Madagascar. En 1996, Don Smokilla quitte le pays et atterrit à La Réunion pour poursuivre ses études. En même temps, il évolue au sein du hip-hop réunionnais où il apprend petit à petit le métier. Le rappeur malgache travaille avec des groupes comme TRK, SudKonscient et Saint-Pierre Click. Il a eu l’occasion d’effectuer plusieurs concerts à travers toute l’île jusqu’en 2000. Pour renforcer sa capacité, le jeune homme débarque en France. Au début, il rencontre des difficultés. Courageux, il ne baisse pas les bras. « Ça m’a servi d’expérience » a-t-il dit. Au fil du temps, il a collaboré avec plusieurs artistes français et américains. La collaboration a porté ses fruits. Entre 2008 et 2011, Don Smokilla réalise plusieurs projets comme l’album l’hery-Tier volume 1 et volume 2. En 2012, le rappeur décide de devenir producteur et monte le label Gasy Ploit. Dès lors, il lance la carrière du groupe Agrad Skaiz, Odyai, Tsota. Pour cultiver les talents des jeunes malgaches, il organise des évènements comme Click Jam et Fantsy Line Session. A vrai dire, Don Smokilla n’a pas encore pris sa retraite, il est toujours derrière les jeunes rappeurs. Il les aide à gravir les échelons.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara6 partages

Rencontre Rajoelina – Pétroliers : Des points de convergence trouvés

Rencontre Rajoelina – Pétroliers

Des points de convergence trouvés

En bonne voie. Comme prévu, la rencontre entre le président de la République Andry Rajoelina et les opérateurs pétroliers s’est déroulée hier au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra. Pendant un peu plus de trois heures, les deux parties ont débattu, entre autres, sur le coût du transport et les marges bénéficiaires trop élevées perçues par les pétroliers… Conformément à ce qu’il a toujours annoncé, le Chef de l’Etat, assisté lors de cette entrevue par le Premier ministre Ntsay Christian, le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, Vonjy Andriamanga et le ministre de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, reste intransigeant sur cette affaire. « Le prix des carburants doit baisser quoiqu’il advienne ». Dès le début de la rencontre, Andry Rajoelina a remis sur la table les résultats des études sur la structure des prix des carburants menées entre autres, par la Banque mondiale et par des consultants privés. Des résultats ayant démontré l’existence de superprofits perçus par les opérateurs pétroliers. L’Etat malgache a surtout insisté sur la nécessité de l’obtention d’un juste prix établi sur une base factuelle, solide et complète.

Structure de prix. De leur côté, les membres du Groupement Pétrolier de Madagascar « GPM » ont avancé une note de synthèse présentant l’historique des efforts qu’ils auraient fournis depuis la privatisation de la SOLIMA, en termes d’investissements et sa proposition de réduction tarifaire. En tout cas, d’après les informations, les deux parties ont pu exposer leur position respective. D’après les indiscrétions, quelques points de convergence auraient été trouvés durant cette première journée d’intenses négociations. Hier soir même, l’Etat malgache aurait envoyé une proposition de structure de prix. A noter qu’une nouvelle rencontre est prévue ce jour entre le ministre de tutelle et les opérateurs pétroliers. La rencontre de mercredi pourrait donc être décisive. Dans le camp du régime, l’on fournit tous les efforts afin d’obtenir un consensus dans les prochains jours.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Faratsiho : Mpitondra môtô voasakan-dalana, maty voatifitry ny jiolahy

Tsy nisy afa tsy vola kely, aman’arivony no lasan’ireo olon-dratsy kanefa dia aina iray no nafoy vokatry ny fanakanan-dalana tao Faratsiho ny zoma lasa teo.

Raha ny zava-nitranga tamin’io fotoana io, araka ny angom-baovao azo dia an-dalana hamonjy tsena ireto mpivady, izay nandeha môtô. Nony tonga teo amina toerana iray somary mangingina anefa, no nisy andian’olona nahatratra teo amin’ny dimy teo nanakana ny lalan’izy ireo. Mazava ho azy, nihevitra ireto farany fa olona handeha hamonjy tsena ihany koa kanjo namoaka basy ny iray tamin’ireo andian’olona ka nitifitra avy hatrany. Voa teo amin’ny faritry ny lohany ilay lehilahy ka nipitika. Nianjera niaraka tamin’izay ihany koa ny môtô nentiny, nisy ny vadiny tao aoriana. Vantany vao tafajanona moa izy ireo dia norobain’ireo olon-dratsy ny vola sy ny zavatra azo nalaina tany aminy. Ary nitsoaka ireto farany rehefa azony izay nilainy, namela ireo naratra teo. Fotoana elaela taty aoriana vao nisy nahita ny fahavoazana nihatra tamin’ireto mpivady ireto ary teo vao niezaka niantso vonjy. Ilay raim-pianakaviana voatifitra moa, raha ny vaovao voaray no tsy avotra intsony noho ny ratra nahazo azy. Fantatra fa efa eny am-pelan-tanan’ny mpitandro filaminana amin’izao ny raharaha ary efa manomboka ny fikarohana ireo nahavanon-doza. Marihana fa toa hoe.

Raha somary nangingina tokoa ity resaka fanakanan-dalana eny amin’ny lalam-pirenena ity tao ho ao dia toa lasa niverina indray izany. Ankoatra io tany Faratsiho io mantsy dia fantatra ihany koa nisy taxi-brousse iray niharan’ny fanafihan-jiolahy tamin’iny lalan’i Miandrivazo iny, ny alin’ny alahady hifoha alatsinainy lasa teo. Tifitra variraka no nihatra tamin’ilay fiara. Soa ihany anefa, raha ny angom-baovao azo fa afaka tamin’izany fanakanan-dalana izany ity farany niaraka tamin’ireo mpandeha tao anatiny, izay tsy nisy naninona ihany koa. Ny fitaratry ny fiara no potika tanteraka rotiky ny bala niaraka tamin’ny vatany. Efa mandeha ihany koa ny fanadihadiana mahakasika izany.

m.L

Midi Madagasikara2 partages

Kilalao mampidi-doza : Zaza telo naiditra hopitaly teto Tanà

Namoaka filazàna avy hatrany ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka manoloana ny zava-nitranga. Izany dia mahakasika ny fisian’ny kilalao miparitaka etsy sy eroa kanefa mety mampidi-doza ho an’ny zazakely, indrindra ireo izay latsaky ny enin-taona. Tsy voafaritra mazava ny momba ireo entana ireo fa kosa raha ny zava-nisy dia nahatelina tsy nahy ny ampahany amin’izany ireo zaza. Telo no naiditra hopitaly teto an-drenivohitra ary nandalo sampana famelomana aina talohan’ny nandidiana azy ireo. Mitovy ny fahavoazan’ireo zaza. Samy sempotra izy ireo rehefa tsentsina ny lalan-drivotra taorian’ny fihinanana ny piesin’ireo kilalao mapidi-doza. Fanentanana telo karazany avy hatrany no nataon’ny minisitera voakasika manoloana ity loza mitatao ho an’ny zazakely ity. Ny voalohany dia miantefa any amin’ny manam-pahefana mpanara-maso ny fenitry ny entana amidy. Mila mametraka fenitra iraisana momba ny kalitaon’ny kilalao amidy ary izany dia vokatry ny fikarohana siantifika manaporofo fa tsy misy atahorana ho an’ny zaza ny filalaovana ireo entana amidy, raha araka ny hita tao anatin’ny filazàna. Nahazo hafatra koa ny mpanamboatra kilalao na ireo mpivarotra na koa ireo mpanafatra an’izany : « mila farafaharatsiny mba hasiana toromarika miraikitra amin’ireo kilalao…izany dia mba hahafantarana fa tsy tokony hiditra am-bava na hohanina ilay entana. » Nitohy tao anatin’ilay taratasy fa ilaina ametrahana sampana izay handraiketana ny tarehimarika mahakasika ny tranga toy izao mba hahafahana mandray fanapahan-kevitra ara-panjakana. Ho an’ny mpanjifa indray dia nanentana ilay filazàna ny mba tsy hametrahana irery ny zaza latsaky ny efa-taona manoloana ny kilalao izay mety ho voateliny. Isan’ny nohazavaina tao fa ilaina ny fahaizan’ny olona ny farafaharatsiny tokony hatao amin’ny fanavotana zaza sempotra rehefa mitranga ny toy izany. Tao anatin’ny telo andro no nisian’ny zaza telo sempotra. Izany hoe iray isan’andro raha atao ny kajy tsotsotra. Mila mitandrina ary tsy mividy kilalao tsy fanta-piaviana sy tsy manaraka ny kalitao ilaina. Indrisy anefa fa izany dia miparitaka etsy sy eroa…

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Fête de l’Indépendance : Nully Ratomosoa ramène son GaFunk au KUDéTA

Nully Ratomosoa honorera la soirée traditionnelle de l’Indépendance au KUDéTA Anosy.

On ne déroge pas aux traditions du KUDéTA ! Après les traditionnels feux d’artifice à Anosy, Nully Ratomosoa signera un retour attendu avec impatience par les inconditionnels.Mardi 25 Juin, 59e Fête de notre Indépendance, Nully GaFunk mettra le feu dès 20h au KUDéTA Urban Club, après les feux d’artifice traditionnels au lac Anosy. Plus en forme que jamais, Nully Ratomosoa se fait une soirée musicale à la GaFunk. Evidemment, le jeune homme sera accompagné de ses complices de scène. Nully Ratomosoa reprendra encore les morceaux de « Misarangotra ». Signifiant simplement « s’accrocher », ou plus précisément, « s’accrocher à la musique », afin de pouvoir se dégager un peu des routines de ce monde sans pitié,  tout en inclinant les  oreilles des mélomanes vers un suave mélange de jazz-funk ; avec de la musique traditionnelle malgache épicée par le gros son de la basse, qui va assurer certainement une nouvelle couleur de fusion musicale pour une ambiance exceptionnelle.

Pour rappel, Nully Ratomosoa est un bassiste chanteur et compositeur de jazz fusion. Ayant démarré sa carrière dans les salles de cabaret de la capitale, il a joué auprès de ses amis et collègues de musique de son quartier. Petit à petit, son talent et sa grande performance sont remarqués par les grands artistes et musiciens de Madagascar, tels que DinRotsaka, Tence Mena, Tsiliva, Silo … ce qui lui a permis de voyager en leur compagnie dans presque tout Madagascar et dans différents pays comme Mayotte, La Réunion, la France et le Kenya. Nully a également participé à des festivals d’envergure comme Donia, le Festival des baleines, Libertalia Music ou encore Madajazzcar.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara1 partages

Cyclisme – Analamanga : L’équipe nationale domine

La préparation aux JIOI démarre bien pour la ligue de cyclisme d’Analamanga. Les coureurs nationaux, sur la liste des présélections pour cette joute internationale, ont brillé lors du championnat régional, ce dimanche, sur la RN1. A la première place, Sandaniaina Randriamaharitra du CCPAM a été sacré champion. Il a terminé la distance de 100 km en 3h12’06’’ et Nambinintsoa Randrianantenaina a remporté la distinction de Roi du sprint, en réalisant un temps total de 3h12’06’’. Jean Marc Rakotonirina de l’ECSA a également fait ses preuves. Il a terminé à la troisième place avec un temps de 3h 12’5’’. Ces trois premiers sont parmi les dix coureurs de l’équipe nationale. Cinq d’entre eux vont partir à l’Ile Maurice en juillet. Pour les cadets : 50km, le club du MBM a dominé le podium, avec en l’occurrence Safidy Rakotoarisoa (1h45’06’’) et Justin Randriatahiana (1h49’02’’).

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Club des électriciens de la COI : Concertation sur les énergies renouvelables, hier à Isoraka

Réunion du Club des électriciens de la Commission de l’Océan Indien, hier à Isoraka, Antananarivo.

Les représentants des sociétés nationales productrices et fournisseurs d’électricité des Etats membres de la COI (Commission de l’Océan Indien) se sont réunis hier à Antananarivo. Composée de Madagascar, de La Réunion, des Seychelles, des Comores et de l’Île Maurice, cette association a identifié des défis communs. « L’évènement a été riche en partage de bonnes pratiques et d’expériences sur la transition énergétique afin d’améliorer la qualité de l’électricité à fournir », a soutenu Olivier Jaomiary, Directeur général de la JIRAMA. Celui-ci de réitérer la vision de Madagascar de basculer davantage dans l’exploitation des ressources d’énergies renouvelables, compte tenu de leur potentiel énorme dont dispose la Grande  Île. « D’ailleurs, le plan stratégique du domaine Energie de la COI tient compte des quatre axes suivants qui sont tous au cœur de la transition énergétique : l’Efficacité énergétique – la Valorisation de l’énergie solaire – le Développement de la Biomasse énergie, et la Contribution à l’aménagement du territoire », a-t-il indiqué. En effet, ces axes importants s’inscrivent naturellement dans le plan d’action de chaque Etat-membre de la COI. Les autres domaines, plus spécifiques à tel ou tel pays, ne sont pas toutefois oubliés ou estimés moins importants. Ainsi, l’hydraulique est bien un secteur-clé pour Madagascar ; la Géothermie pour les Comores ; l’éolien aura sa place dans les pays membres de la COI, même si les conditions climatiques ne sont pas toujours favorables.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Pétanque – Championnat d’Afrique : Madagascar remporte la Coupe des Nations

Mieux vaut tard que jamais. C’est le cas des boulistes malgaches sortis par deux fois, notamment au championnat d’Afrique en triplette, mais aussi au concours de tirs de précision par les Béninois qui éliminent tout le monde à la Coupe des Nations.

« On ramène la Coupe des Nations à la maison ». C’est le cri de cœur de la délégation malgache, conduite par Dolys Randriamarohaja, qui a retrouvé le sourire mais aussi quelques regrets. Car si les boulistes malgaches avaient joué comme ils l’ont fait dans cette Coupe des Nations, aucune formation n’aurait pu résister à cette machine à gagner.

Éliminant d’entrée le Tchad par 13 à 8 avec Ali, Mamy et Tafita, Madagascar a abordé les demi-finales en pleine confiance.

La rentrée de Bond permit à cette sacrée troupe de montrer sa puissance de feu.

En un rien du temps, les Malgaches bouclèrent la partie par un cinglant 13 à 3.

On croyait alors qu’Ali et ses amis allaient mettre les Algériens en miettes au cours de la finale, que beaucoup de monde voyait se solder par une victoire malgache. Mais la réalité du terrain allait être tout autre, puisque la machine malgache a mis du temps à s’allumer. Pire, réussissant tous les coups, les Algériens menèrent par 7 à 0. L’instant choisi pour Dolys Randriamarohaja de montrer tout son talent d’entraîneur, et faire entrer Mamy au poste inhabituel de tireur, et le tour est joué.

A la suite d’une remontada, Madagascar revient dans la partie pour mener à son tour par 10 à 8, puis se faire rattraper 10 à 10. Mais faisant preuve d’une adresse incroyable, Bond réalisa deux carreaux mortels pour remporter la partie, au grand bonheur de la colonie malgache présente dans les tribunes.

Clément RABARY 

Midi Madagasikara1 partages

Faire d’Antananarivo une capitale digne de ce nom

Antananarivo sans embouteillage et où il ferait bon vivre. C’est un rêve que l’on peut caresser, mais le chemin qui y mène est long et tortueux. Tous les habitants de la Capitale aspirent à avoir un environnement calme et sans ce stress permanent. Remettre de l’ordre dans une ville qui a été longtemps livrée à l’anarchie est un travail de longue haleine. Les autorités se sont mis à l’ouvrage, mais restaurer la discipline et amener les citoyens à plus de civilité requièrent de la détermination et de la patience.

Faire d’Antananarivo une capitale digne de ce nom

Les autorités veulent donner des airs de fête à la capitale à une semaine de la célébration du 59e anniversaire de l’indépendance. Ils ont pris le problème à bras le corps, mais pour le moment, on est encore loin du compte. Les embouteillages ne cesseront pas de sitôt, l’étroitesse des rues et l’indiscipline des automobilistes étaient devenues une tare dont il est difficile de se débarrasser. Les agents de la circulation sont totalement dépassés par l’ampleur du problème. Les règles édictées par la commune concernant les charrettes et les pousse -pousse sont allégrement bafouées. La sévérité dont font preuve les forces de l’ordre n’a que peu d’effet sur les concernés. Ces derniers bénéficient même de la commisération d’une partie de la population qui vient en eux des pauvres hères. Ce qui est vrai d’ailleurs. Mais il faut un commencement à tout. Les forces de l’ordre imposent petit à petit leur autorité. Cela ne se fait pas sans grincement de dent, mais les récalcitrants obtempèrent à la longue. Ce que l’on espère, c’est que tous ces efforts ne soient vains. Antananarivo n’a pas encore l’aspect d’une capitale digne de ce nom. Elle ressemble plutôt à une petite ville surpeuplée où  l’on suffoque. A huit jours de la Fête de l’Indépendance, elle essaie de reprendre des couleurs. Mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Filière vanille : Du blanchiment d’argent pratiqué par des pseudo-touristes

Des collecteurs achètent la production de vanille à un prix supérieur au cours sur le marché international. (Photo d’archives)

Même le Service de Renseignements Financiers (SAMIFIN) se déclare avoir reçu des déclarations de suspicion de blanchiment d’argent dans cette filière juteuse, depuis ces dernières années.

La campagne de collecte de vanille va bientôt commencer dans la région de la SAVA. C’est une filière juteuse dans la Grande Île, puisque le prix d’un kilo de vanille préparée a atteint les 1 400 000 ariary lors de la campagne précédente. Mais des opportunistes s’y mettent également pour déréguler le marché de la vanille. Ce sont des pseudo-touristes étrangers qui pratiqueraient du blanchiment d’argent dans cette filière à Sambava, d’après les sources concordantes locales. Il s’agit notamment d’étrangers indo-pakistanais, français, chinois et pakistanais. En fait, ils viennent à Madagascar en obtenant le visa tourisme. Mais dans la pratique, ils deviennent des opérateurs-investisseurs par le biais de leurs concubines qui se chargent de toutes les paperasses administratives. Des planteurs ainsi que des sous-collecteurs de vanille les rejoignent ensuite dans leurs hôtels, où ils s’installent durant leur séjour pour pouvoir effectuer les transactions. Et à la fin de la campagne de collecte de vanille, ces pseudo-touristes disparaissent en quittant le pays. Ils échappent ainsi à tout contrôle fiscal. Soit un manque à gagner énorme en matière de recettes fiscales pour l’Etat, si aucune mesure n’est appliquée d’une manière effective, surtout à l’approche de l’ouverture de la prochaine campagne.

Plafond d’investissement. Dans la même foulée, l’EDBM (Economic Development Board of Madagascar), qui est une agence de promotion des investissements à Madagascar, devrait revoir le mode d’octroi d’un agrément à tout investisseur étranger désirant s’implanter dans le pays. Certes, cette entité se charge de fournir un service d’accompagnement dans les démarches d’implantation des nouveaux investisseurs, mais elle devrait quand même mettre un plafond d’investissement un peu plus haut pour bien discerner les vrais investisseurs des faux. Il en est de même pour le ministère de l’Intérieur qui délivre un visa pour des soi-disant investisseurs. En effet, ce sont les entreprises locales qui en souffrent beaucoup à cause de tous ces abus, a-t-on dénoncé. L’Etat devrait ainsi prendre des mesures drastiques pour mieux réorganiser la filière vanille. Des établissements hôteliers à Sambava ont déjà pris des responsabilités à leur niveau, en interdisant toute forme de commercialisation de vanille dans les chambres.

Grosse perte. Rappelons que le SAMIFIN (Service de Renseignements Financiers) a révélé à plusieurs reprises des cas de suspicion de blanchiment d’argent  dans la filière vanille, depuis ces dernières années. Il y a, entre autres, des barons des trafics de bois de rose qui ont injecté leurs fonds dans l’exportation de girofle et de vanille, et ce, en se passant de la domiciliation bancaire. Des opérateurs étrangers importent des marchandises telles que des balles de friperies ou des produits de première nécessité. Puis, ils se lancent dans l’exportation de la vanille. Il n’y a pas ainsi de rapatriement de devises car ces opportunistes ne reviennent plus dans le pays, une fois que la campagne est terminée. Encore une fois, cela constitue de grosses pertes pour l’Etat en matière de recettes fiscales, et jusqu’ici, aucune suite n’a eu lieu au niveau de la justice, malgré les déclarations du SAMIFIN.

Vente à perte. Par ailleurs, il a été dénoncé par des acteurs locaux à Sambava que des collecteurs se sont enrichis d’une manière considérable avec ce mécanisme de blanchiment d’argent. D’ailleurs, plus de 90% d’entre eux sont informels, a-t-on appris. Le Service de Renseignements Financiers le confirme, en soulevant que des collecteurs achètent la production de la vanille à un prix supérieur au cours sur le marché international. C’est une situation anormale puisqu’un vrai opérateur rationnel ne pourra pas effectuer une vente à perte. Et en dépit de tout cela, ces collecteurs réalisent des fortunes colossales en investissant dans des constructions ou bien dans l’acquisition de nombreux Bajaj, d’après toujours les sources locales à Sambava. En plus, ils échappent au contrôle de l’administration fiscale. Les services déconcentrés chargés du contrôle fiscal sur place ont ainsi du pain sur la planche pour les formaliser, surtout que la campagne de collecte de vanille sera bientôt ouverte.

A part cela, des acteurs locaux réclament l’intervention de l’Etat en prenant des dispositions concernant la fixation de la date de la campagne et la maîtrise des prix de ce produit de rente. Une des priorités du gouvernement actuel est également la transformation des produits locaux avant de les exporter. Ce qui permet de créer une plus grande valeur ajoutée et d’emplois locaux. A titre d’illustration, les extraits de vanille sont plus rentables sur le marché international, a-t-on conclu.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Rencontre entre Andry Rajoelina et les opérateurs pétroliers de Madagascar.

Une réunion sur la négociation sur le prix du carburant a eu lieu ce 17 Juin au palais d’Etat d’Ambotsirohitra, dans l’après-midi. Le Président ainsi que les quatre principaux opérateurs présents à Madagascar ont été les intervenants. Les annonces incessantes faites par le Président sur la possibilité de réduction du prix du carburant et de l’électricité de la JIRAMA ont été le principal sujet.
Le Président a martelé que l’Etat a le plein pouvoir d’intervenir dans le cas où les prix à la pompes sont très élevés. Notons que ceci est dans le cadre de la réalisation du programme VELIRANO du Président et du changement en 100 jours.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Clôture du salon de l’ITM avec un avenir promettant du secteur tourisme à Madagascar.

Le salon International Tourism fair Madagascar au CCI Ivato a fermé ses rideaux le 16 Juin 2019. Le salon a été fructueux et a permis de favoriser encore plus les opportunités de collaboration entre l’office nationale du tourisme à Madagascar et les agences touristiques. Grâce à sa visibilité, le salon a offert un avenir prometteur au secteur tourisme.
Une réunion B2B entre des agents provenant de différents pays a eu lieu: Madagascar, France, Allemagne, Indonésie, Royaume-Unis, Chine. Pendant tout le salon, plusieurs exposants avec environs une soixantaine d’agences de voyages nationales et internationale ont participé à cette huitième édition.
Ino Vaovao0 partages

ASAN-JIOLAHY TOAMASINA : Tratra ny mpamily kamiao nitondra entana halatra milanja 8 taonina

Rehefa nahare an’izany ny Polisy dia nidina tany an-toerana avy hatrany ka namantatra sy nisambotra an’ireo jiolahy ireo. Tamin’io fotoana io dia tratra ny kamiaobe nitondra ny entana halatra milanja eo amin’ny 08 taonina  eo  mahatratra 160 lasaka  niaraka tamin’ny mpamily.

Nentina tany amin’ny kaomisaria avy hatrany  ilay kamiao  misy ny entana niaraka tamin’ny mpamily mba hatao fanadihadiana. Tamin’io fotoana io dia ny mpamily irery ihany no tao anatin’ilay kamiao nitondra ny entana. Nahavitan’izy ireo taratasy hosoka anefa ity entana ity mba hahafahana mitondra izany eny an-dalana. Nilaza ny mpamily fa nisy nanakarama izy hitondra ireo entana ireo ka  dimy alina sy iray hetsy  no karamany amin’izany. Mitohy ny fanadihadiana hamatarana ireo niara-niasa tamin’ity mpamily ity hatramin’ izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FISOLOKIANA : Telo mianadahy efa nahazo 160 tapitrisa Ariary nadoboka am-ponja vonjimaika

Naharay antso avy amin’ny olona tsara sitrapo ny Polisy miasa ao amin’ny boriborintany fahaenina ity  fa misy lehilahy  iray  ahiana ho misoloky olona ao amin’ny  “Accèss banque” eny Antsahavola. Nidina avy hatrany teny an-toerana nanamarina izany trangan-javatra izany ny Polisy ka tratra ambodiomby ilay lehilahy, niaraka tamina taratasy hosoka hakana vola mitentina 40 tapitrisa Ariary. Nentina avy hatrany tany amin’ny birao ny tenany nanaovana fanadihadiana ka tamin’izay no nanoroany ireo namany mpiara-manao io asa ratsy io. Vehivavy  miisa roa  izay mipetraka eny Andoharanofotsy eny  ka teny Antsahavola no voasambotry ny Polisy tamin’izany. 

Tamin’ny fanadihadiana natao tamin’izy ireo no nahalalana fa ireo roa vavy ireo no mpanome ny mombamomba feno ny olona hosolokiana sy ny antontan-taratasy fanaovana izany. Rehefa natao ny fisavana ny toeram-ponenan’izy telo ireo dia nahitana tombokase marobe fampiasany hanamboarany ireo karapanondro hosoka, titra, fakitiora hosoka … . 

Eny amin’ny Accèss banque Antsahavola  eny no tena fanaovany ity asa ratsiny ity  raha ny tatitra voaray  hatrany ary efa maro no efa voany, vola mitentina 160 tapitrisa Ariary ny vola efa azony ary efa nividianan’izy ireo fiara sns izany vola izany. Notazomina vonjimaika eny am-ponja izy  telo  ireo amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HALATRA MOTO SY KAONTERAN’NY JIRAMA TOAMASINA : Sarona ilay jiolahy raindahiny efa ela nokarohina

Tamin’ny alalan’ny vela-pandrika nampiasain’ny Polisy no nahafahana nisambotra azy taorian’ny fisamborana ny vehivavy ny andron’io zoma io tokony ho tamin’ny 09 ora teo ho eo. Ity vehivavy ity indray no nofotorana dia nanondro ny toerana misy an’ity jiolahy raindahiny ity ary tsy niandry ela fa avy hatrany dia notratrarina tany amin’ny toeram-ponenany ka tra-tehaka tao ity jiolahy ity. 

Tratra niaraka taminy tao an-tranony ny basy vita gasy miisa telo izay ity jiolahy ity ihany no mpanamboatra azy ireo niaraka amin’ny bala PATT miisa fito, balana basy Kalachnikov miisa 16, môto Yamaha AG 200 iray sy môto Scooter miisa efatra ary  kaonteran’ny Jirama  izay vao avy nangalariny ihany koa. 

Tamin’ny famotorana natao azy no nahalalana fa isan’ny jiolahy efa karohina izy sy ny namany hafa noho ny asa fanafihana mitam-piadiana maro tao an-tampo-tanànan’ i Toamasina. Ireo basy ireo kosa dia ampanofainy amin’ireo jiolahy ka  telo hetsy Ariary eo  ho eo  ny hofan’izany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTEMIERAM-PIRENENA : Depiote teo aloha miisa 50 no ho tafaverina raha tsy miova tamin’ny voka-p...

Ho an’ireo boriborintany eto Antananarivo renivohitra manokana dia saika tafaverina avokoa ireo kandidà miara-dia amin’ny fitondrana. Tao anatin’ny vondrona politika Mapar izy ireo tamin’ny taona 2013 ary natolotry ny vovonana Ird kosa tamin’ny fifidianana 27 mey 2019 farany teo isan’izany, ohatra, i Lato Rakotomanga avy amin’ny boriborintany faharoa, i Anyah avy amin’ny boriborintany fahatelo, i Rossy avy amin’ny boriborintany fahaefatra. 

Ny 121 tamin’ireo efa solombavambahoaka teo aloha no niverina nilatsaka tamin’iny fifidianana iny saingy izy 50 ihany no lanim-bahoaka, raha ny vokatra vonjimaika avy amin’ny Céni. Ankoatr’izay dia maro tamin’ireo olona efa tsisy vina amin’ny maro tamin’ny andraikitra ambony nosahaniny teto amin’ny firenena ihany koa no nitarika vonjimaika. Isan’izany ny minisitry ny varotra teo aloha Chabanu Nourdine, ny fampianarana ambony teo aloha Rasoazananera Marie Monique, ny minisitra teo aloha Fienena Richard. 

Mahakasika ireo kandidà manana raharaham-pitsarana kosa indray dia fito ny isan’izy ireo ka ny roa tamin’ireo no fantatra fa mitarika vonjimaika. Marihana fa ho an’ireo kandidà na ny mpanohana azy nahita tsy fahatomombanana tamin’iny vokatra vonjimaika navoakan’ny Céni iny dia 48 ora taorian’ny namoahan’ny Céni no ahafahan’izy ireo mametraka fitoriana. Afaka 15 andro eo kosa no hiandrasana ny famoahan’ny Fitsarana avo momba ny Lalàmpanorenana ny vokatra ofisialy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA DEPIOTE ANTSIRABE II : Natontongan’ny IRD ny TIM tao Vakinankaratra

Rehefa namoaka ny voka-pifidianana vonjimaika ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana na ny Céni tamin’ny sabotsy teo dia niharihary toy ny vay an-kandrina fa niova ho volomboasary tanteraka ny vahoakan’i Vakinankaratra. Nandresy tamin’ ny salan’ isa ambony dia ambony ny kandidàn’ ny Isika rehetra miaraka amin’ i Andry Rajeolina, andriamatoa Alfrèd Andriamanampisoa, raha ny tao amin’ny Distrikan’Antsirabe II no resahina. Araka ny fanazavan’ ity farany, “toerana nanjakan’ ny antoko Tiako i Madagasikara, Antsirabe, Manjakandriana, ary Arivonimamo, ka amin’ ireo toerana ireo dia tsy mitombina velively ilay fomba fiteny hoe :  ratsy tarehy mangata-bady, ka ny anaran-dray no enti-mangataka ”. 

Mahatsapa aho, hoy izy fa ny isam-batan’ olona mihitsy no efa resy lahatra amin’ ny asa fampandrosoana ka manomboka mijery lavatra. Nomarihiny mazava ihany koa fa “ tsy mitovy amin’ ny fifidianana Filoham-pirenena ny fifidianana Solombavam-bahoaka. Satria manakaiky ny vahoaka kokoa itsy farany ary izay maharesy lahatra ny vahoaka no fidian’ ny olona. Taty amin’ ny Kandidà miaraka amin’ ny Filoham-pirenena sy ny Elgeco plus no nitambatra ka nahazoana ny vokatra ambony tao amin’ ny Distrika Antsirabe II ”. Resy lahatra ity kandidà nibata fandresena tao Atsirabe II ity fa “ tonga ny fotoana tokony hitondrana ny anjara  biriky amin’ ny fampandrosoana ny tanindrazana. Hitako fa marobe ny lesoka amin’ ny fampandrosoana eto amin’ ny Distrika misy anay ka aleo hampandrosoana amin’ izay”, hoy ny fanazavany,  izay vonona hanoratra pejy vaovao ho an’Antsirabe II.  

N.A

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana vokatra fanondranaJirofo halatra 8 taonina tratra niaraka amin’ny taratasy hosoka

Mbola karohina ireo atidoha nikotrika ny taratasy hosoka saika hitondrana ilay voly fanondrana halatra 8.000 kg na 160 kitapo.

Miainga amin’ny nahatrarana ny mpamily voakarama ny fanadihadian’ny mpitandro filaminana. Ny sabotsy alina 15 jona teo, nahazo loharanom-baovao ny polisy tao amin'ny kaomisaria boriborintany voalohany  ao Tanambao, Toamasina fa nisy andian'olona nikasa hamaky magazain-jirofo eny amin'ny faritra RN5. Rehefa nahare an'izany ny polisy dia nidina tany an-toerana avy hatrany ka namantatra sy nisambotra an'ireo jiolahy. Tamin'io fotoana io dia tratra ny fiarabe nitondra ny entana halatra 8 taonina na 160 kitapo niaraka tamin'ny mpamily. Nentina tany amin'ny kaomisaria ny fiarabe izay misy ny entana niaraka amin'ny mpamily mba hatao fanadihadiana. Nahavitan'izy ireo taratasy hosoka anefa ny entana mba hahafahana mitondra azy eny an-dalana. Nilaza ny mpamily fa  nisy nanakarama 150.000Ariay  izy hitondra an’ireo entana ireo. Mitohy ny fanadihadiana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanafika môtô sy “compteur”an’ny Jirama300.000 Ariary no hofan’ny basy ao Toamasina

Tratra niaraka tamin’ny jiolahy raindahiny tao an-tranony, tao Toamasina ny basy vita gasy miisa telo izay heverina ho io olona io ihany no mpanamboatra azy.

 Hita niaraka tao koa ny bala PATT miisa fito, Balana Kalachnikov miisa 16, Môto Yamaha AG 200 iray sy Môto Scooter miisa efatra ary Compteur JIRAMA izay vao avy nangalariny. Ireo basy ireo dia haofany amin’ireo jiolahy 300.000 Ariary. Ny zoma 14 jona teo, tamin’ny 11 ora, tao Tanambao, Verrerie Toamasina no nahasamboran’ny polisy avy ao amin’ny kaomisarian’i Mangarano Toamasina azy. Tamin’ny alalan’ny vela-pandrika nampiasain’ny polisy no nahafahana nisambotra azy taoria’ny fisamborana vehivavy iray io  zoma io tamin’ny 9 ora. Ity ramatoa ity indray no nofotorana dia nanondro ny toerana misy azy ary notratrarina tany amin’ny toeram-ponenany. Tamin’ny famotorana natao no nahalalana fa anisan’ny jiolahy efa karohina izy sy ny namany hafa noho ny asa fanafihana mitam-piadiana maro tao an-tampon-tanànan’ i Toamasina.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fisondrotam-bidim-piainanaVahaolana ny fahaiza-mifehy ny baingam-bola

Tsy misy afa-tsy ny fahaiza-mifehy ny vola mivoaka mivezivezy ivelan’ny Banky na ny baingam-bola ankapobeny (Masse Monetaire) no ahafahana mifehy ny fidangam-bidim-piainana.

Io baingam-bola io foana matetika no mitondra fiakaran’ny vidim-piainana, araka ny fanadihadiana ataon’ireo mpahay toekarena. Mety mitondra fisondrotam-bidim-piainana anatin’ny fotoana fohy (court terme) ny vidin’ny barilana solitany any ivelany, ny lalana tapaka izay miteraka fisondrotan’ny vidin’entana saingy tsy maharitra. Io baingam-bola io ihany, hoy ny mpahay toekarena no fehezina ny fiovaovany dia handeha araka ny tokony ho izy ny fampandrosoana. Rehefa tsy voafehy io dia mikatso ny tombantombana ataon’ny mpandraharaha hanaovana famokarana. Rehefa izay anefa dia midina ny vola miditra ka miteraka fitarazohan’ny fahantrana. Antom-pisian’ny Banky Foiben’i Madagasikara (BFM) ny hahamarin-toerana ny vidin-javatra ary hitazona ny tahan’ny fisondrotam-bidim-piainana ho ambany ary tsy hiovaova be. Ankoatra izay, miezaka ny BFM hampatanjaka hatrany ny Ariary hahatsara ny toekarena. Izany anefa dia miankina amin’ny fahamarinan-toerana ara-bola eto amin’ny firenena izay himatimatesan’ny BFM hatrany.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalam-pirenena faha-34Taksibrosy iray tratry ny tifitra variraraka

Omaly alatsinainy 17 jona tokony ho tamin’ny 1ora maraina no nisy taksibrosy tany amin’ny RN34 avy any Miandrivazo hihazo an’Antananarivo no notifirin'ny dahalo.

Tsy nisy ny aina nafoy fa nitefotefotefoka tamin’ny vatan’ny fiara kosa ny bala tamin’ny tifitra variraraka. Raha ny fahitana azy, balana Fusil de chasse/calibre 12 izay chevrotine, tsy dia mahaloaka vy no nampiasain’ireo jiolahy. Mahafaty anefa io bala io raha miantefa amin’ny vatana, indrindra fa amin’ny faritra saropady. Miverina indray ny fanafihana amin’iny lalàm-pirenena faha-34 iny raha somary nangingina tato ho ato.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaham-pihavanana efa nandoavana 5 tapitrisaMiandry fitsarana any am-ponja ilay mpamily nahafaty tovolahy

Maty momoka ny fifanarahana. Tsy misy idiran’ny fitsarana sy ny mpitandro filaminana ny raharaham-pihavanan’ny lozam-pifamoivoizana ny 9 jona teo, izay efa nandoavana 5 tapitrisa ariary manoloana ny fahafatesana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Herinaratra azo avy amin`ny ranoManana tombony i Madagasikara

Nosy efatra eto amin`ny ranomasimbe indianina miaraka amin`i Madagasikara no miara-midinika sy mizara traikefa ny amin`ny lafiny herinaratra.

 

Tsy iza izany fa ireo mpikirakira herinaratra mivondrona ao amin`ny “club des electriciens de l`Ocean Indien” ahitana an`i Maorisy, La Réunion, Seychelles, Comores ary Madagasikara. Miisa 13 izy ireo no mikaondoha. Tombony ho an’i Madagasikara amin`ny herinaratra ny fampiasana rano raha mihoatra amin`ny herin`ny masoandro, hoy ny tale jeneralin`ny JIRAMA, Jaomiary Olivier. Mijery ny ho avy amin`ny fampiasana angovo azo havaozina satria tsy mitovy ny fandrosoana amin`ny jiro, fandotoana tontolo iainana na “pollution”. Marina fa ny herinaratra azo avy amin’ny masoandro foana no omena tombony kanefa tsara ho antsika ny herinaratra azo avy amin`ny rano. Manana renirano betsaka ka  tombony ho antsika izany ka tokony harovana. Maro eto ambonin’ny tany no miditra amin`ny herinaratra azo avy amin`ny masoandro saingy ny rano no tsara ny vokatra sady ambany ny vidiny. Marihina fa i Madagasikara dia alohan`ny farany amin`ireo firenena dimy voalaza ireo amin`ny fampiasana angovo azo havaozina. Antony, hoy ity tale jeneraly ity, nisy paikady sy fampiasana vola tsy nety toy ny firenena afrikanina maro. Manana rano sy masoandro isika ka manana tombony amin’ireo nosy hafa. Nomarihany fa fanadiovana ny tsy nety teo aloha no tokony hatao amin`izao. Misy paikady manokana iarahan`ny fanjakana amin`ny JIRAMA entina hanatsarana ny toe-bola eo anivon`ity orinasam-panjakana ity. Tokony hihena ny vola mivoaka raha mihatra izany ary efa ny 90%-n`ny asa no efa vita. Mahakasika ny fiatrehana ny CAN sy ny fetim-pirenena dia nanome toky ny tale jeneralin`ny JIRAMA fa hisy ny ezaka manokana amin`ny fampandehanana ny jiro sady hihena ny fahatapahana manerana ny nosy.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Kilalao mampidi-doza eny an-tsenaAnkizy telo no efa nampidirina hopitaly

Ahitana karazana kilalao mampidi-doza miparitaka eny an-tsena amin’izao ankatoky ny fankalazana ny fetim-pirenena 26 jona izao.

 

Zaza telo samihafa  no kendan’izany ka voatery naiditra tao amin’ny hopitaly CENHOSOA eny Soavinandriana ny herinandro teo. Araka ny fanavazan’ny sampandraharaha misahana ny aretina tsy mifindra eo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka dia latsaky ny enin-taona avokoa ireo zaza ireo, nifanesy  naiditra hopitaly tao anatin’ny telo andro. Kenda avokoa izy ireo ary tsentsina ny taovam-pisefoany vokatr’ilay kilalao nolalaoviny. Mety hitarika fandidiana amin’ny tratra ny fampiasana ity kilalao ity raha sanatria ka tafiditra any anaty tenda sy tratra ilay singa madinika ao anatiny, raha  ny fantatra hatrany. Miantso ny ray aman-dreny ho mailo sy ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny voakasika ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Narahin’ity sampandraharaha iray ity torohevitra ho an’ireo ankizy efa mampiasa ity kilalao ity ka sanatria tojo olona ny fanambarana navoakan’izy ireo. Fady ny mikapoka lamosin’ilay ankizy, ny  miandrandra be, ny misotro rano,  ny manainga tanana ambony ary ny manao bouche à bouche. Entina haingana manatona hopitaly kosa ilay zaza.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina IvatoTsy afaka handefa maimaimpoana ny CAN indray

Ho fanajana ny fifanarahana manokana teo amin'ny fitondram-panjakana Malagasy sy ny CAF, momba ny fandefasana ilay lalao fifaninanana baolina kitra CAN 2019 hatao any Egypta,

 

hanomboka ny zoma 21 jona  dia fantatra fa tsy afaka handefa izany maimaimpoana ho an’ireo mponina ao aminy indray ny  kaominina Ivato. Maneho ny fialan-tsiny amin’ireo izay efa nanantena  ny ben'ny tanàna, Penjy Randrianarisoa. Tsiahivina fa   saika hotontosaina  ao amin'ny tranompokonolona Ivato  sy ny fokontany samihafa ao an-toerana ity fijerena mivantana ny CAN 2019 ity ho fitsinjovana ireo tsy manana fahitalavitra sy ireo te hanatrika miaraka amin’ny namany. Miantso ny rehetra anefa izy hiara-kientana sy hanohana am-po ny ekipam-pirenena Barea tsy handraraka ilo mby an-doha ny voninahi-pirenena.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

EgyptaMaty teo am-pitsarana azy i Mohamed Morsi

Afaka namaly ny fanontanian’ireo mpitsara nandritra ny 20 minitra ary dia nitambotsitra tampoka avy eo i Mohamed Morsi.

Izay no nitranga tao amina lapam-pitsarana iray tany Egypta omaly, nodimandry teo amin’ny faha 67 taonany ity filoha voafidy tany Egypta ny taona 2012 ity ary nirodana herintaona taorian’izay moa.Voalaza fa krizy noho ny aretim-po no nahavoa azy.Efa nararin’ny diabeta no sady miakatra tosi-dra matetika i Mohamed Morsi.Izy no sivily voalohany nitondra ny fireneny taorian’ny revolisionina nandrodanana an’i Hosni Moubarak ary voalohany voafidy ara-demokratika ihany koa.Nipoitra avy ao amin’ny “Les Frères Musulmans” izy, nantenaina hanova ny fomba fitantanana kanefa nandiso fanantenana ny mponina satria tsy nahavita namerina ny filaminana sy ny fandriampahalemana tany Egypta.Ny jeneraly Abdel Fattah al-Sissi izay filoha am-perinasa amin’izao fotoana no nanohitra mafy azy ary nitarika  ny fandrodanana azy.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomezan-draMihena hatrany ireo mazoto manao azy

Mbola tena ambany ny tahan’ireo olona mazoto manome ra maimaimpoana eto amintsika.

Raha araka ny tatitry ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka tamin’ny taona 2018 mantsy dia ny 15 %-n’ireo olona tena mpanome ihany no manome. Anisan’ny antony nanosika ireo mpiasan’ny orinasa Star hilatsaka an-tsitrapo hanome ny rany maimaimpoana izany, tsy sandaina vola. Miisa 52 mianadahy avy amin’ny toerana misy ny orinasa Star efatra izy ireo no nanao ny hetsika tao amin’ny toeram-piasany ny 13 sy ny 14 jona lasa teo niaraka tamin’ny CNTS na ny « Centre Nationale de transfusion sanguine ». Tsiahivina fa in-droa isan-taona no manome ra maimaimpoana tahaka izao ireo mpiasan’ny orinasa Star eto amintsika ho fanampiana ireo mpiara-belona aminy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

FATY HITA TEO AMORON-DRANO

Fatim-behivavy tokony ho eo amin’ny 18-20 taona eo no hitan’ny fokonolona teo amin’ny

morona iray lehibe manasasaka an’Andrere any Ambohimiadana Andramasina omaly. Tsy fantatra ny momba azy ka ampandrenesina izay mety mahafantatra azy na nanana havana tsy hita mba hampita any amin'ny fianakaviany, hoy ny fampitam-baovao. 

Tia Tanindranaza0 partages

Herisetran’ny polisy tany Phoenix EtazoniaMangataka onitra 10 tapitrisa dolara ilay fianakaviana

Niala tsiny noho ny fihetsika mahery nataon’ny polisy tamina fianakaviana mainty hoditra efa-mianaka ny ben’ny tanànan’i Phoenix any Etazonia.

 

Nanompa sy nanambana basy azy mianakavy izay misy zazakely , ilay ramatoa bevohoka ireo polisy, izay fotsy hoditra  teo amina fiantsonana fiara tamina magazay lehibe iray. Niparitaka tamin’ny tambajotra sosialy ny horonantsary mirakitra ny zava-nitranga. Noheverin’ireto polisy ireto fa nangalatra zavatra tao amin’ilay magazay ny iray tamin’ireo zaza ka nahatonga azy ireo hanao izao fihetsika izao. Nametraka fitoriana ireo niharam-boina ary mangataka onitra 10 tapitrisa dolara noho ny fampihorohoroana ara-tsaina sy ara-batana nanjo azy ireo.

Tia Tanindranaza0 partages

IKALA STEMManampy ny vehivavy ho tia ny taranja siantifika

Vitsy ireo vehivavy liana amin’ny taranja siantifika eto amintsika. Amin’ny ankapobeny, lehilahy avokoa no tena mirona sy milona bebe kokoa ao anatin’izany, antony nanosika ny fikambanana Ikala Stem hanatanteraka atrikasa etsy amin’ny le pavé Antaninarenina nanomboka, omaly.

 

Fikambanana iray avy any Etazonia antsoina hoe : lemur love no mifanome tanana aminy amin’izany ao anatin’ilay lohahevitra hoe : “raiso an-tanana ny hoavinao”. Anisan’ny hohazavain’ny roa tonta ao ireo karazana asa azon’ny vehivavy misafidy ny taranja siantifika hatao aorian’ny fahavitan’ny fianarany. Eo ihany koa ireo karazana traikefa sy fahaiza-manao tokony hananan’izy ireny. Mpandray anjara manodidina ny 50 isa no hahazo tombony amin’izany. Araka ny fanazavan-dRtoa Seheno Andriantsarazala, sekretera jeneraly eo anivon’ny fikambanana Ikala Stem dia asa miompana amin’ny fiarovana ny tontolo iainana no nozarain’izy ireo omaly izay mbola hitohy anio sy rahampitso.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

FahasalamanaMarary fo ny 30 ka hatramin’ny 40 %-n’ny Malagasy

Ny 30 ka hatramin’ny 40 %-n’ny olona eto amintsika no fantatra fa tratry ny aretim-po, izay tsy hanavahana taona. 10 ka hatramin’ny 20 isan’andro ho an’ny dokotera iray ny marary tonga manatona ny Institut d’hygiene social etsy Analakely.

Dokotera manampahaizana momba ny fo miisa roa no miasa ao an-toerana. Iray na roa isan’andro amin’ireo no fantatra fa miditra hopitaly nefa mety tsy misy ihany koa indraindray. Antony maro no mahatonga ny aretim-po izay ilay fo mihitsy no misy aretina na misy tsy fetezana raha araka ny fanazavan’ny dokotera Rakotoarisoa Hery Lanto, cardiologue ao an-toerana. Mety ho vokatry ny sakafo be menaka izany. Misy ihany koa ny avy any am-bohoka mihitsy ankoatra ny  fifohana sigara sy ny fisotroan-toaka be loatra, ny aretina hafa toy ny goitre, ny kolesteroly izay manentsika ny lalandra. Mety hiteraka aretim-po ihany koa ho an’ny ankizy ny aretin-tenda  matetika sy ny nify simba tsy namboarina. Mahafaty ny aretim-po raha tsy voatsabo raha ny fanazavan’ity dokotera ity ihany. Misy ny fambara mampahafantatra izany toy ny faharerahan’ilay olona, sempotra izy, manaintaina ny tratrany sy ny lamosiny…. ka ny fanatonana mpitsabo ihany no hany vahaolana.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoInona indray no kajy ?

Tontosa indray aloha iny ny fanambarana ny voka-pifidianana tsy ofisialy fanindroany nataon’ny vaomiera misahana izany na ny CENI.

 

 Vaovao goavana nanaitra ny maro ny fiaiken’ity vaomiera ity fa be ireo hosoka nitranga tamin’ny fifidianana depiote farany teo raha toa ka nolazainy fa nangarahara tsy nisy toy azy kosa ny fifidianana filoham-pirenena. Niova fo ve ity rafitra ity sa inona indray no kajiny ? Hatreto, sarotra ny hanala ahiahy aminy sy ilay rafitra mpiara-miasa aminy etsy Ambohidahy na teo aza iny fiaikena nanaitra iny. Ity no tonga amin’ilay filazana hoe fiovam-penitra mahery vaika no takiana amin’ny CENI sy ny HCC raha tiany ny hiverenan’ny fitokisan’ny vahoaka azy. Ho hita eo tokoa moa izay hafitsoky ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana afaka andro vitsivitsy. Inoana fa mba hisihisy kosa amin’izay angamba ireo fitoriana sy fitarainana ho azo raisina sady mitombina. Mahalasa saina ihany koa anefa ilay elanelana diso makadiry eo amin’ireo kandidam-panjakana sy ny hafa ary mbola mampamerina ilay fanontaniana hoe inona indray no kajy ? Sarotra mantsy ny hino fa ho maro ireo kandidam-panjakana hosaziana ka ho lasan’ny mpanohitra tampoka ny maro an’isa.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fampihorohoroana tany Syrie12 no namoy ny ainy tao Alep

Hatreto, miisa 12 no namoy ny ainy ary 15 no naratra mafy nandritra ny asa fampihorohorona nitranga tany Al Wadihi Alep, any Syrie, ny alahady alina hifoha alatsinainy teo.

 

 Ahiana ny mety mbola hitomboan’ireo maty satria maro amin’izy ireo no mbola miady amin’ny fahafatesana. Vatan-dehilahy maromaro nitam-piadiana mahery vaika no tonga tao Alep ka nitoraka baomba sy nitifitra ny tanàna tao amin’ny tanàna kelin’i Al Wadihi. Miteraka fahasimbana goavana ho an'ireo sivily toy ny toeram-ponenana sy ny trano fitsaboana ary tsena maromaro ilay fanafihana. Misy ny famindrana toerana ireo mponina ao amin`ity tanàna ity ataon’ny fanjakana amin’izao fotoana izao.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby « Roi du Quartier »Nahery ny Ftm Manjakaray

Rugby « Roi du Quartier »Nahery ny Ftm Manjakaray

Tia Tanindranaza0 partages

Arabe Andrianampoinimerina AnalakelyVoadio ny tatatra lehibe

Tontosa ny fanadiovana sy fanamboarana tatadrano lehibe na ovoïde tao ambanin’ny Arabe Andrianampoinimerina eo Analakely.

 

 Nanomboka teny Andohanan’Analakely ary nifarana teo amin’ny  Lycée J.J Rabearivelo ny asa izay tafiditra tao anatin’ny tetikasa PIAA (Programme Integré d’Assainissement d’Antananarivo). Manomboka eto, heverina hihena ary tsy ho tonga eny amin’ny arabe intsony ny fiakaran’ny rano rehefa fahavaratra. Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitry ny PIAA eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, Hariravo Andrianarivelo, dia omena ny CUA, APIPA ary ny SAMVA ny fitantanana sy fikojana ity fotodrafitrasa ity. Efa manomboka misokatra bebe kokoa amin’ny fifamoivoizana noho izany ity Arabe Andrianampoinimerina ity ary manentana ny mponina mba tsy hanary ny fako any anatin’ireny lakandrano ireny intsony ho fikojakojana ny fotodrafitrasa ireo tompon’andraikitra.

J. Mirija

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampidinana ny vidin-tsolikaNandamoka ny fifampidinihana hatreto…

Nifampidinika teny amin’ny Lapan’Ambohitsorohitra ny filoham-pirenena Andry Rajoelina sy ireo mpandraharaha ny solika omaly alatsinainy 17 jona.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko sy vondron’antokon’ny filohaOvaovaina isaky ny misy fifidianana

Tsy manao hoe IRD intsony ny fampahalalam-baovao sasany miaraka amin’i Andry Rajoelina fa hoe IRMAR mantsy ireo depiote lany vonjimaika ho depiote araka ny valim-pifidianana navoakan’ny CENI.

 

Sao dia efa fanasana atidoha amin’ilay hoe Rtoa Irmah Naharimamy no mety ho filohan’ny Antenimieram-pirenena eny Tsimbazaza ? Voamarika  ihany koa fa miovaova isaky ny mihetsika ny anarana hoentina saika isaky ny fifidianana fa tsy mahatombin-tsiraka ary tsy mahatoky valera. Tsy maintsy mitady hirika, ary tena tsy fahamatorana ara-politika. Ny TGV no nahalany an-dRajoelina ho filoham-pirenena, saingy tsy sahy nitondra ny anaran’io antoko io izy ireo fa namorona ny vovonana IRD izany hoe naman’ny maty sy tsy misy lanjany ara-politika ireo antoko. Na ny vovonana aza, dia niainga tamin’ny MAPAR, IRD, IRMAR,… ary asa atsy ho atsy amin’ny fifidianana ben’ny tanàna mety hivadika zavatra hafa mihitsy. Vonoina hatrany ny anarana mba tsy hahatsiarovan’ny maro ny fahadisoana ara-politika nanome endrika ratsy.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny fanaovan-gazety MalagasyVonon-kanampy amin’ny famahana azy ny CAREA

Hatramina mpisolovava dia mahamenatra fa misy tsy mahafantatra ny atao hoe Compagnie des arbitres rapporteur et expert agrée pour les cours et tribunaux de Madagascar na CAREA, izany hoe mpahay ny sehatra misy azy avy ary vita fianianana hatramin’izao, hoy ny mpikambana ao anatin’izany, Razaka Oliva.

 Raha sanatria misy olana eo amin’ny fitsarana mikasika ny didy tokony ho avoakany dia izahay no mpanazava azy na « éclaireur du juge ». Ny mpitsara, ny mpisolovava ary ny CAREA no toko 3 mahamasa-nahandro ny fitsarana. 60 taona izao no nisian’ity rafitra ity saingy tsy fantatr’olona, raha ny fanazavany, satria tsy avelan’ny lalàna manao dokambarotra. Satria moa manam-pahaizana (bacc+4 fara fahakeliny) no ao dia manao tatitra siantifika mikasika ireo tranga ara-pitsarana nataonay izahay, hoy hatrany ny tenany. Maro ireo raharaham-pitsarana izay efa nanampian’ny CAREA ireo mpitsara ny fandraisana fanapahan-kevitra momba azy, hoy ity solontenan’ny mpanao gazety ao anatin’izany ity, saingy hatreto aloha dia mbola tsy voakasik’izany ny asantsika, hoy izy. Miandry izahay hoe raha sanatria misy olana ny mpanao gazety dia mba hanampy amin’ny famahana ny raharaha izahay, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo RenivohitraAhoana ny hoaviny ?

Mialoha ny faran`ny volana septambra ho avy izao no tokony hanatanterahana ny fifidianana ben`ny tanàna sy mpanolotsaina.

Tia Tanindranaza0 partages

Solontenan’ny mponin’AnalalavaMitaky ny fangaraharan’ny valim-pifidianana

Misy ny taratasy misokatra nalefan’ireo solontenan’ny mponin’ny distrikan’Analalava ho an’ny filoham-pirenena manoloana ny hoso-pifidianana niseho tany an-toerana.

Efa ny vaomieram-pirenena misahana ny fifidianana na CENI mihitsy, hoy ity fitarainana ity, no nanamafy fa tafahoatra ny hala-bato tany amin’izy ireo. Amin’izao fotoana izao dia mbola misy kandida mirehareha fa baikon’ny filoham-pirenena mihitsy ny fandaniana azy. Miantso ny tompon’andraikitra, araka izany, izy ireo mba hanao fanadihadiana manoloana ny zava-misy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandaniana volam-panjakanaMamahan-dalitra vahoaka ny mpitondra

Ny vavan’ny minisitry ny serasera sy ny kolontsaina Rtoa Lalatiana Rakotondrazafy no nilaza rehefa nandeha ny kiana tamin’ny fandaniam-bola be nataon’ny mpitondra tamin’ny dian’ny filoha tany Sénégal ny volana martsa,

 

 fa ny mpampiantrano no miantoka ny lany amin’ny maha vahiny manokana sy manan-kaja an-dRajoelina, eny fa hatramin’ny fiaramanidina aza. Hatrany amin’ny 12 000 Euros (48 000 000Ar) ny hofan’ny fiaramanidina tamin’ireny ka ny Malagasy izany no hamoaka vola sy hiantoka ny fampiantranoana rehetra amin’ny fahatongavan’ny filohan’i Rwanda Paul Kagame eto araka ny raikipohin-dRamatoa minisitra ? Serasera mipoapoaka hakana fom-bahoaka sy hanakonana ny filibana toy ilay dia tany Frantsa nanofana hotely 25 tapitrisa isaky ny iray alina tany Frantsa ny fanafoanana ny fiaraha-misakafo eny Iavoloha. Ny karaman’ireo mpiasa tsy raikitra (ECD) eny amin’ny minisitera, efa 6 volana tsy nandray karama. Nahita vola 500 000 Euros (2 000 000 000 Ar) anefa ny fanjakana mba hampitana mivantana ny lalaon’ny CAN 2019, izay nambara fa volam-bahoaka. Misy vola ihany izany ao fa ireo mpiasa kosa ampandeferina sy tsy raharahiana ? Sa kosa loharanom-bola hafa mihitsy no nipoiran’ilay 500 000 Euros fa ny mpitondra no miezaka mamahan-dalitra ny vahoaka ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaTsy afa-miala bala intsony

Nitombina tanteraka ny tenin-dRajoelina, roa andro monja taorian’ny latsa-bato natao ny 27 mey tany Frantsa, fa nahazo solombavambahoaka 80 ka hatramin’ny 90.

 

 Iny tokoa fa toerana 84 eo no azon’izy ireo, raha ny vokatra vonjimaika avy amin’ny CENI. Manana ny maro an’isa tsy azo hozongozonina izany ny filoham-pirenena, izay midika fa malalaka amin’ny vina sy fampandrosoana tian-katao. Tsy manana fialana bala intsony Rajoelina, ka hanilika ny tsy fahombiazany amin’ny hafa, fa dia miandry izay hafitsony ny rehetra. Haharesy lahatra ny mpiara-miombon’antoka na eto an-toerana na ny iraisam-pirenena tokoa ary ve i Andry Rajoelina ? Mason-tsivana maro no jerena amin’io, ary anisan’ireny ny tontolon’ny demokrasia. Na tsy miteny aza ny mpamatsy vola dia mahita ny tena zava-nisy marina teto na tamin’ny fifidianana filoha izay nampandresena an-dRajoelina na ilay fifidianana depiote teo. Torak’izany ihany koa ny ady amin’ny kolikoly, izay hisian’io fanenjehana sy fanagadrana io. Fantatry ny olona ihany koa fa ny ekipan’ny filoha, izay voarohirohy amina afera maloto, dia saika tsy voakitika ny ankamaroany raha tsy hilaza afa tsy ny olona iray ananan’ny fampanoavana Frantsay dosie. Mbola mangeja ihany koa ny tantaran’ny 2009 sy ny fanjakana tetezamita. Ny resaka tetikasa IEM, dia toa mitsefotra hatreto ka na ireo nambara fa mpamatsy vola naseho tany Frantsa aza tsy misy hita. Ny tetikasan’ny hafa tsy voasoratra anaty IEM no ezahina hosarontsaronana ambara fa velirano.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainam-pirenenaMbola mitohy ny zarazarao hanjakana !

Ankatoka ny fankalazana ny faha-59 taona nahazoan’ny Malagasy ny fahaleovantena. Mino aho, hoy ny filoha lefitry ny komitin’ny fampihavanana Malagasy,

 

 Gerard Ramamimampionona fa fahaleovantena amin’ny lafiny rehetra no notakian’ireo raiamandreny nitolona ho antsika. Rehefa jerena amin’ny fiainantsika anefa izany zavatra izany dia tsapa fa tsy mahaleotena isika. Niala tamin’ny fanjanahantany mivantana isika fa mbola miaina fanjanahana an-kolaka ary tsy mahaleotena amin’ny lafiny rehetra. Tsy mbola tafaverina ireo soatoavina nopotehin’ny olona izay nametraka ny maha izy azy antsika toy ny fihavanana. Mbola mitohy foana ny zarazarao hanjakana eo anivon’ny fiarahamonina tao anatin’izay 59 taona izay ary tsy hifanomezan-tsiny io fa miantso ny fahatsapan-tenan’ny rehetra hanao ezaka mba hanana fahadiovana ara-tsaina, ara-pitantanana, ara-batana sy ny hafa. Azo avadika ny tantara, hoy hatrany ny tenany, ary ohatra amin’izany i Rwanda sy Afrika Atsimo. Ny an’ireny moa hita maso be ilay endriky ny ady sy ny tsy fihavanana dia mora naravona fa ny antsika feno ady mangatsiaka maro karazana, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vina IEM Lasa vono HVM

Toy ny manondraka rano an-damosin’ny gana daholo ankehitriny ireo vondrona sy antoko politika ary rafitra hafa miantso fifamelana amin’ny fitondrana ankehitriny ary tsy mahagaga raha miaiky

Tia Tanindranaza0 partages

27 lahy eny TsiafahyHampiady ny Miaramila sy ny Mpitsara

Ampihorohoroana ny mpitsara mba hamoaka ireo miaramila 27 naiditra am-ponja noho ny raharaha famonoana olona miisa 3 avy any Ambohimahasoa natsipy tao amin’ny reniranon’i Onive teny Ampitatafika distrikan’Antanifotsy hita ny 31 mey teo.

Toa misy fampiantsoana “procureur” na lehiben’ny tonia mpampanoa lalàna sy Filohan’ny Fitsarana mihitsy, hoy ny Filohan’ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara na ny SMM Clément Jaona omaly. Mivoaka hatramin’ny resaka fa misy andiana miaramila hikomy sy tsy handray anjara amin’ny fetim-pirenena, ka misy io matoa tonga hatrany anaty fesiboky, raha ny heviny. Tsy manaiky fampihorohoroana izahay aty amin’ny Fitsarana, ary avelao ny fitsarana hanao ny asany, hoy ity mpitsara ambony ity hentitra dia hentitra. Tokony hoesorina ihany koa, hoy izy, ny “autorisation de poursuite” na alalana hahafaha-manenjika olona ambony izay angatahana alalana amin’ny lehibe vao azo henjehina satria hafa raha heloka ara-miaramila, fa rehefa heloka manitsakitsaka ny maha olona, tonga dia azo samborina. Ohatra ny olona namono olona rehetra ireo, ary efa nankato sy nanasonia ny fanafoanana ny fanamelohana ho faty na ny “peine de mort” isika. Re fa nisy ny baiko hoe: avotsory saingy tsy navotsotra. Ahiana ny ho fivoahana tsiambaratelo mombana aferana basy, ka izay no namonoana azy ireo, raha ny fahitan’ny filohan’ny SMM azy.

Olona 10 indray no maty

Tany Amparihitsiritra, Kaominina Ankeliloha any Tsaratanana, dia olona 10 indray no maty novonoin’ny miaramila, nolazaina fa dahalo ka ny 3 mpirahalahy. Any Mahatsinjo Kaominina Betrandraka, dia fanolanana fotsiny indray ao no ataon’ny miaramila. Any Ambanjabe sy Ambatomitsangana, dia vaky trano indray satria ny olona mandeha miasa any an-tanimbary mandidy vary, ka alaina ny vola sy ny firavaka na koa zavatra sarobidy. Araka ny fitarainan’ny olona, aleony mihaona amin’ny dahalo toy izay mihaona amin’ny mpitandro filaminana, raha ny vaovao azo, hoy ity mpitsara ity.

Toky R

 

 

La Vérité0 partages

OTIV Tana - OTIV Boeny - Même nom, même logo mais aucun rapport

OTIV Tana tient à rassurer ses clients. Les problèmes rencontrés par l’institution de microfinances, OTIV Boeny, commencent à avoir des répercussions sur les activités des autres OTIV (« Ombana Tahiry Ifampisamborana Vola » ou épargne mutuelle), plus particulièrement pour l’OTIV Tana présent dans les Régions de Boeny et de Betsiboka depuis 2015. « Les gens ont tendance à confondre l’OTIV Boeny avec l’OTIV Tana Boeny. En effet, nous avons à peu près le même nom, le même logo mais il n’y a aucun rapport. Au début, dans le cadre de la mise en place des institutions de microfinances, le Gouvernement a reçu un appui de la part de la Banque mondiale. Mais c’est à Toamasina que la première OTIV a vu le jour. Vu son succès, le concept s’est vite répandu dans différentes Régions pour arriver à Antananarivo en 1997. Puis, en 2001, l’OTIV Tana a reçu son agrément, et a donc continué toute seule sa route mais avec le même nom », explique le directeur  d’exploitation et de développement de l’OTIV Tana, Andrianjaka Andrianomenjanahary, la semaine dernière, à l’occasion d’un forum dédié aux entrepreneurs qui s’est tenu à Mahajanga, dans la Région de Boeny.  Ainsi, les deux institutions sont complètement indépendantes. C’est pourquoi, l’OTIV Tana a sa propre filiale dans la Région de Boeny. « Nos clients n’ont donc rien à craindre face à la délicate situation par laquelle passe actuellement notre égal, étant donné qu’ils ne sont aucunement concernés », rajoute-t-il.

De plus, avec son agrément, l’OTIV Tana a donc son propre plan d’affaires, ses techniciens et même ses propres méthodes de gestion adaptées à chaque besoin de sa clientèle. Et ce système de fonctionnement lui permet aujourd’hui d’être présente dans dix Régions du pays. « Nous comptons à ce jour plus de 300 000 clients qui nous ont fait confiance. De ce fait, nous essayons d’améliorer nos produits au fil du temps pour ne pas les décevoir », soutient  Andrianjaka Andrianomenjanahary. L’organisation de la 5ème édition du Forum des entrepreneurs, à Mahajanga, fait donc partie de cette initiative de satisfaction. Cette institution veut effectivement appuyer financièrement le développement des PME (petites et moyennes entreprises) malagasy.  Rova Randria

La Vérité0 partages

Quid de l’immunité !

Les services de la Police firent parvenir, pour tout public, un alarmant communiqué selon quoi l’ancienne députée élue dans la Circonscription d’Antsirabe II de la législature précédente fait l’objet d’un avis de recherche depuis le 9 avril 2019. L’ex-parlementaire en cavale, réputée proche ou très proche du régime HVM, est accusée d’abus de confiance et d’escroquerie. Délits lourdement punis par la loi ! L’affaire remontait quelques années auparavant. Mais par la magie … noire du concept de l’immunité parlementaire, elle réussit à se faufiler entre les mailles des autorités compétentes. A elle seule, l’ex-députée d’Antsirabe II, Nirina Ravelohanitra car il s’agit précisément d’elle, illustre en grandeur nature les failles du régime de Rajaonarimampianina et remet sur le tapis, pour la énième fois, le débat sur la pertinence de l’ « immunité », ce privilège délétère accordé, entre autres, aux élus du Parlement. En effet, élue lors des législatives de 2013 sous l’étendard du parti Vert, Nirina Ravelohanitra changeait de camp en optant le chemin du pouvoir et ce pour grossir les rangs des semblants-députés HVM, le parti d’Etat, à l’Assemblée nationale. D’abord, la parlementaire foulait aux pieds le principe du « mandat impératif ».

Une disposition dont le non-respect est formellement condamné par l’esprit de la Constitution et expose le « fautif », reconnu coupable, à une sanction extrême : la déchéance. En effet, selon l’article 72 alinéa 1, du Texte fondamental, « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe … » Et dans l’alinéa 2, « en cas d’infraction … la sanction est la déchéance qui est prononcée par la Haute Cour constitutionnelle. » Mais, en dépit de la faute avérée et malgré la démarche de destitution engagée par son parti d’origine, la sanction n’avait pu être prononcée et pour cause le pouvoir HVM parvenait à dicter ses lois même à la Haute Cour d’Ambohidahy. Ensuite, Mme la députée ne se suffit point à ignorer la loi …fondamentale mais elle se moque aussi du principe sacro-saint de l’honnêteté et de l’intégrité morale exigé à tout dignitaire d’un régime plus particulièrement aux élus du peuple. Elle se comportait comme un vulgaire malfrat sans foi ni loi. Abus de confiance et escroquerie, des erreurs complètement indignes d’un parlementaire de la République. Pratiquement, elle abusait de son statut d’élu à l’Assemblée nationale bénéficiant d’une immunité dans l’exercice de son mandat pour se livrer à des actes éhontés. Pire, le Bureau permanent de Tsimbazaza, dans un esprit de corporatisme mal placé, refuse de lever l’immunité de l’un ou de l’une de ses pairs impliqués dans des affaires louches ou compromettantes et entrave les actions de la Justice. Le cas de Nirina Ravelohanitra est loin d’être isolé au niveau des deux Chambres à tel point que les deux palais (Tsimbazaza et Anosikely) se transforment en véritables antres où se réfugièrent les brebis galeuses voire les « jiolahy » ou « jiombavy » du système en déliquescence de l’ancien régime HVM. En somme, l’immunité favorise l’emprise de l’impunité et de la corruption.Il faut oser remettre en cause l’ordre établi dont la finalité consiste à protéger les coupables. Le nouveau pouvoir sous la bannière de l’IEM a intérêt à revoir sérieusement la situation.

La Vérité0 partages

Pack voyages Dubaï et Etats-Unis - Un vendeur de vent s’invite dans la filière

Ces derniers temps, un business consistant à vendre des packs de voyage en groupe (incluant les frais d’avion, l’hébergement, une partie de la restauration et des activités ludiques) vers des destinations telles que Dubaï et les Etats-Unis, a le vent en poupe. Plusieurs agences qui se sont spécialisées dans la formule font leur publicité sur la toile et jusqu’ici, ce ne sont que des échos favorables qui inondent les réseaux sociaux. Il y a cependant un fait inquiétant. L’on apprend de source avisée que J.W.R, un jeune homme qui a déjà roulé dans la farine des milliers de gens il y a quelques années à Madagascar en leur vendant ce qui se révèlera être finalement du…vent, s’est invité dans la filière à travers une agence dénommée S.V. L’individu en question s’est d’abord illustré avec une première société -  qui a été liquidée depuis  -  ayant commercialisé un gadget censé assurer l’équilibre et le bien-être du porteur. Racolés par une publicité tapageuse, ceux qui y croyaient (et ils étaient nombreux) se sont précipités dans les pharmacies dites « agréées » lesquelles semblaient aussi être tombées dans le panneau. C’est ce qui, d’ailleurs, a crédibilisé la tromperie aux yeux de la population.Il se trouve pourtant que, quelques mois auparavant, le gadget en question avait déjà été qualifié dans de nombreux pays d’ « arnaque du siècle », en n’étant qu’un vulgaire bout de silicone. Dans certains de ces pays, l’entreprise fabricante a été condamnée à de lourdes peines pour publicité mensongère, ainsi qu’au remboursement des millions victimes de la supercherie, le tout assorti d’une obligation d’excuse publique à l’égard de ces dernières. A Madagascar, les clients trompés, de peur sans doute d’être ridicules aux yeux du public, se sont contentés d’avaler la couleuvre sans engager la moindre action en justice.

Endormir la méfianceForte de cette impunité et nullement en panne d’idées, cette même première entreprise de J.W.R lança pompeusement en 2013 une opération particulièrement alléchante pour le grand public, en particulier pour les jeunes. Elle consiste à vendre des ordinateurs portables, non seulement à un prix défiant toute concurrence mais aussi avec une facilité de paiement confortable. L’offre, appuyée encore une fois par une publicité très agressive,  ne tarda pas à connaître un succès fulgurant et les acquéreurs se bousculèrent aux portes de la boutique de l’entreprise, alors située à Antanimena.Personne ne se doutait de rien lorsqu’il a été annoncé qu’il fallait payer une avance et que le matériel ne sera pas livré immédiatement car il doit encore être importé de Chine. Les jours, les semaines et les mois se succédèrent cependant sans que les commandes ne soient honorées ou les avances remboursées. De guerre lasse, les victimes ont fini par se liguer en association pour mieux affronter J.W.R. L’on a su par la suite  que la société de ce dernier a été mise en liquidation et c’est dans ce cadre qu’auraient dû être remboursées les victimes de la tromperie. A l’heure qu’il est, l’on ignore si cela est effectif ou non.Perte de confiancePour en revenir à la question des packs voyage Dubaï et Etats-Unis, il faut reconnaître, jusqu’ici, qu’on n’a eu connaissance d’une quelconque plainte de la part de ceux qui en ont fait l’expérience avec l’agence S. V. de J.W.R. D’aucuns craignent que ce dernier ne reste provisoirement correct que pour endormir la méfiance et attirer le maximum de candidats au voyage. Autrement dit, il attend que le pactole soit suffisamment conséquent pour frapper un grand coup et disparaître dans la nature, comme il l’a fait lors de l’escroquerie de l’ordinateur portable.A côté des éventuelles victimes directes -  lesquelles risquent, dans le meilleur des cas de perdre leur argent et dans le pire, d’être laissées en plan dans les Emirats ou aux Etats-Unis  -  un nouvel « exploit » de J.W.R. portera également préjudice aux agences sérieuses qui verront leur carnet de commande se remplir difficilement, du fait de la perte de confiance des clients potentiels.La Rédaction

La Vérité0 partages

Code de la Communication - Lancement des consultations à Mahajanga

Mahajanga a accueilli, hier, la première série d’une large consultation en vue de la réforme du Code de la Communication médiatisée lancée à l’initiative du ministère de la Communication et de la Culture. Une quarantaine de journalistes issus des Régions du Boeny, Betsiboka et de Sofia ont participé à cette première consultation qui a également vu la présence du directeur général de la Communication du MCC, du directeur des affaires juridiques du MCC, du vice-président OJM Mahajanga, des responsables des directions régionaux de Boeny, Betsiboka et Sofia ainsi que de la municipalité de la ville. La réforme du Code de la communication est un élément du contrat-programme de la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, qui consiste à présenter au Parlement une nouvelle loi élaborée de manière participative et consensuelle par les parties prenantes de la communication en tenant compte des desiderata des acteurs et des nouvelles réalités du secteur, notamment l’échéance sur le basculement vers la Télévision numérique terrestre ou TNT, tout en protégeant les acquis de l’avant-projet de code consensuellement validé en 2015.

Ces consultations prendront la forme d’audience populaire et se poursuivront ainsi à Toamasina, à Antsirabe, à Antsiranana, à Fianarantsoa et à Toliara. Les directions régionales de la Communication et les branches territoriales de l’Ordre des Journalistes de Madagascar sont mis à contribution au niveau régional pour sensibiliser les acteurs sur les enjeux de ces consultations et collecter les premiers commentaires sur la révision du code de la communication médiatisée. Ces éléments seront consolidés lors de l’audience populaire. Un atelier national de restitution sera organisé vers fin juillet, à l’issue des consultations régionales, aux fins de présenter un avant-projet de loi intégrant les recommandations validées. Cette initiative est soutenue par le Système des Nations Unies à Madagascar à travers les appuis techniques et financiers du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme, du PNUD, de l’UNICEF, de l’UNESCO, de l’UNFPA et du Centre d’information des Nations Unies, en tenant compte de son engagement à soutenir Madagascar dans la promotion et le respect de l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme stipulant que « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

La Vérité0 partages

Maison centrale de Nosy Be - Les mineurs incarcérés avec les adultes

Aucun quartier spécial, faute d’infrastructures. Une vingtaine de mineurs sont actuellement incarcérés au sein de la prison de Nosy Be. Ils font partie des 320 détenus enregistrés auprès de cet établissement pénitentiaire. « Les normes internationales disent qu’il faut séparer les adultes des enfants, mais dans la plupart des prisons à Madagascar, ce n’est pas le cas, notamment à Nosy Be, où la prison enregistre le plus d’enfants détenus dans la même cellule avec les adultes. Heureusement qu’ils ont leur propre dortoir », s’exprime Nicolette Moodie, chef de la section Protection de l’enfant au sein de l’UNICEF. « On s’inquiète surtout pour les mauvaises influences de ces adultes, des criminels notoires qui entourent les jeunes. Peut-être qu’il y a aussi des risques de violence envers les jeunes dans un tel lieu. On espère qu’il y ait assez d’encadrement un jour afin qu’ils soient mieux protégés », ajoute cette responsable. Gaëlle Morason, chef d’établissement par intérim et non moins éducatrice spécialisée d’administration pénitentiaire, confirme les doutes de la responsable de l’UNICEF. « La surveillance pose souvent des problèmes puisqu’il se peut que les mineurs fréquentent les adultes, lesquels pourraient leur donner des mauvais conseils. Comme issue, elle avance le projet de construction d’un quartier annexe, actuellement en cours d’élaboration, dans le quartier de Fascene. Ce projet résulte de la collaboration avec une ressortissante italienne établie sur place.

Pour information, 7 mineurs détenus sont condamnés tandis que les 13 autres restent des prévenus. En général, ils y sont incarcérés pour coups et blessures volontaires ou meurtres ou encore en étant des malfaiteurs. En tant que mineurs, ils bénéficient d’un traitement de faveur par rapport aux adultes, avec diverses activités supplémentaires pour leur réinsertion scolaire et sociale. Ils sont aussi plus chouchoutés et mangent à leur faim, ce qui pourrait expliquer le fait que certains préfèrent rester en prison au lieu de retrouver la liberté. Grâce à la collaboration avec la ressortissante italienne, les prisonniers de Nosy Be mangent du riz avec des mets tous les jours, dont de la viande deux fois par semaine. Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara0 partages

Taekwondo – ITF : Viser la participation au championnat du monde

La grande famille du taekwondo ITF (International Taekwondo Federation) s’était réunie, ce dimanche, au gymnase couvert de Mahamasina, à l’occasion du trentième anniversaire de cette discipline à Madagascar. Plus de 300 taekwondoïstes issus des ligues Analamanga, Itasy Atsinanana et Atsimo-Andrefana ont assisté à ce grand événement. Un stage était au programme sous l’égide du grand homme du taekwondo malgache, Mampisanjy Michel, 8e dan et les trois grands experts que sont Sabum Mampisanjy Tokiniaina, Ramahefanirina Herilaza et Rabarisendrason. La journée a commencé par une assemblée générale des comités. A la suite de cette AG, Rahobison Vololoniaina Alda a été élue présidente. « Malgré la situation difficile que l’ITF a traversée depuis sa non-reconnaissance par le ministère de la Jeunesse et des Sports, notre activité avance toujours. Cette fois-ci, nous allons nous focaliser sur l’encadrement des enfants à mieux maîtriser cette discipline dès leur jeune âge. La préparation des championnats nationaux et internationaux est en cours cette année. La plus importante est le championnat du monde en Ecosse en novembre » a déclaré Cyprien Raheriharimahefa, Pionnier du Taekwondo ITF à Madagascar.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de l’Economie et des Finances : de nouvelles infrastructures installées à Toamasina

Le ministre Richard Randriamandrato, lors de l’inauguration du nouveau bâtiment de la DGFAG à Toamasina.

La réalisation des objectifs du Programme Général de l’Etat passe aussi par l’amélioration des services publics régionaux.

Triple événement hier pour le ministre de l’Economie et des Finances. Richard Randriamandrato a fait le déplacement à Toamasina pour inaugurer un nouveau bâtiment de la Direction générale des Finances et des Affaires générales de la région Atsinanana ; lancer officiellement le nouveau guide de l’exécution budgétaire et enfin inaugurer le nouveau scanner de l’aéroport de Toamasina.

Meilleur accueil. Les usagers des services publics de Toamasina, plus particulièrement ceux des services régionaux de l’Economie et des Finances ont dorénavant droit à un meilleur accueil. Et ce, grâce au bâtiment flambant neuf de la Direction générale des Finances et des Affaires générales de la Région Atsinanana situé en plein cœur de la ville de Toamasina. Des services aux usagers plus rapides y seront dispensés avec le nouveau matériel informatique et le nouveau mobilier de bureau. Plus précisément 8 ordinateurs, un scanner, 4 switches, deux imprimantes, une photocopieuse, 16 chaises, 6 tables de bureau, 2 armoires et un climatiseur. Financés sur fonds propres du ministère de l’Economie et des Finances, ces nouveaux bâtiments et matériels donnent un confort et une meilleure ambiance de travail pour les fonctionnaires des services régionaux de l’Economie et des Finances. « Ce genre d’infrastructures que nous inaugurons aujourd’hui témoignent de notre volonté de se conformer aux directives du Président de la République et du Premier ministre de développer les régions en les dotant de services publics de qualité et de mieux gérer les finances de l’Etat » a déclaré le ministre Richard Randriamandrato, dans son discours.

Etape importante. Le ministère de l’Economie et des Finances a également lancé hier le nouveau guide d’exécution budgétaire. Fruit d’un partenariat entre le ministère d’une part et l’USAID et du Bureau d’Assistance Technique (OTA) du Trésor américain de l’autre, ce document marque une étape importante dans la mise en œuvre des nouvelles réformes entrant dans le système de gestion des finances publiques malgaches. Le ministère de l’Economie et des Finances (MEF) a en effet procédé à la simplification des démarches pour optimiser la fluidité de l’exécution budgétaire, et pour renforcer les efforts portés dans l’accompagnement des Ordonnateurs et des organismes publics à s’initier progressivement au concept de budget de programme. La mise à jour du Guide de l’exécution budgétaire (version Ordonnateur secondaire édité en 2015) a été ainsi jugée nécessaire, afin de permettre à ces derniers d’améliorer l’exécution budgétaire, et de jouer pleinement leur rôle dans l’exécution du budget.

Bonne gouvernance financière. A noter qu’une meilleure appropriation des règles et procédures relatives à l’exécution budgétaire est primordiale pour asseoir une bonne gouvernance financière. Les budgets contribuent efficacement à réaliser les objectifs de politique publique mais aussi à fournir au public des services de bonne qualité. Ils permettent également la mise en œuvre des projets dans les délais impartis à condition qu’ils reposent sur des Cadres Budgétaires à Moyen Terme crédibles et fiables, qu’ils soient exécutés tel que prévu et que les recettes et les dépenses soient minutieusement contrôlées. Par ailleurs, la performance en matière budgétaire doit faire l’objet d’un suivi attentif au moyen de rapports périodiques sur la situation. Disposer d’un système de gestion active de la trésorerie est aussi indispensable pour honorer tous les engagements financiers dans les délais requis.

Eclaircissements. Associé au nouveau programme de formation, le nouveau guide concerne le budget de l’Etat hors EPN (Etablissements Publics Nationaux) et les CTD (Collectivités Territoriales Décentralisées). Il comprend trois grandes parties portant sur les procédures de l’exécution des dépenses, les procédures de l’exécution des recettes et les procédures de clôture de gestion. De cette manière, il vise à apporter des éclaircissements sur les règles et les procédures pratiques d’exécution du budget, optimiser la gestion des crédits et responsabiliser davantage les ordonnateurs secondaires (ORDSEC) dans l’exercice de leurs fonctions. « Les nouvelles directives de l’exécution du budget constituent une réalisation importante. Il s’agit du résultat clé d’un partenariat de 3 ans entre l’USAID, le bureau d’assistance technique du Trésor américain et le Ministère. Ce projet vise à améliorer les procédures budgétaires et mener à bien la mise en place du Compte Unique du Trésor. » A déclaré John L. Dunlop, Directeur de mission de l’USAID à Madagascar.

Un nouveau scanner à l’aéroport de Toamasina.

Scanner. Le ministre de l’Economie et des Finances a clôturé la journée d’hier par l’inauguration d’un nouveau scanner, HI-SCAN 100100T, installé au niveau de l’aéroport de Toamasina. Cette dotation entre dans le cadre de la poursuite de la modernisation et du renforcement du dispositif de contrôle aux frontières. Dans son allocution, le Directeur général des Douanes, Zafivanona Ernest Lainkana a indiqué que la mise en place du scanner va appuyer fortement à la protection des richesses naturelles ainsi qu’à la lutte contre la contrebande.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Trésorerie générale de Toliara : Des titres de paiement de pension dérobés

Des missionnaires de la Trésorerie générale de Toliara ont été victimes d’un acte de banditisme samedi dernier. Croyant que ces missionnaires transportaient de l’argent, les bandits les ont attaqués alors qu’ils sortaient du stationnement de taxis-brousse de Sanfily Toliara. En fait, ces missionnaires transportaient les titres de paiement de pension de retraite pour le mois de juin 2019 pour toute la région Atsimo Andrefana. Cet incident est, en tout cas, susceptible de perturber le paiement des pensions pour les régions concernées.

Heureusement que le ministère de l’Economie et des Finances, par le biais de la Direction générale des Finances et des Affaires Générales et la Direction générale du Trésor, a déjà pris les mesures qui s’imposent afin de payer à temps les retraités. Par ailleurs, le ministère de l’Economie et des Finances poursuit le processus de dématérialisation du système de paiement afin justement d’éviter ce genre d’incidents.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Sainte-Marie : Fiangonana nisy namaky, lasan’ny olon-dratsy ny fanamafisam-peo rehetra

Ny alin’ny asabotsy hifoha ny alahady teo, dia nisy namaky ny fiangonana katolika ao Sainte-Marie, ka lasan’ny olon-dratsy tamin’izany ny fanamafisam-peo rehetra, toy ny « Baffle », « Table mixeur », « Ampli », . . . Tsy vitan’izay fa mbola naparitak’ireo tsy mataho-tody eraky ny trano ny Ostie (mofo masina vatan’ny Kristy). Raha ny vaovao voaray, dia fanindroany ity Eglizy voalohany teto Madagasikara ity no nisy namaky, ka tamin’ny voalohany dia lakolosy no nalain’ireo jiolahy. Hatreto, araka ny tati-baovao azo hatrany, dia mbola tsy misy olona tratra na voarohirohy tamin’izao fandrobana sy fametavetana tranon’ Andriamanitra izao. Raha ny fantatra, dia mitohy hatrany ny fikarohan’ny mpitandro filaminana an’ireo mpanao ratsy.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Football – Elgeco Plus : A la recherche de nouveaux talents

Les futurs nouveaux joueurs d’Elgeco Plus pour la saison 2020.

Nombreux sont ceux qui sont venus au test qu’Elgeco Plus a organisé sur le terrain du By-Pass, hier. A la préparation de la nouvelle saison, cette équipe d’Analamanga est à la recherche de nouveaux footballeurs.

La préparation de la nouvelle saison commence déjà pour Elgeco Plus. Ce club d’Analamanga a tiré des leçons cette année de ses résultats sportifs lors des championnats nationaux. Avec pour ambition de renouer avec le titre régional et national pour la saison prochaine, le club est à la recherche de nouveaux talents. Et les footballeurs sont venus en masse, hier, lors de la première journée du test au stade « Elgeco Plus Stadium », By-Pass. Le nombre de candidats était d’environ 200,  issus de différents coins d’Analamanga. « Les Malgaches aiment cette discipline. Espérons que nous pourrons aller loin avec une telle volonté. Ils sont tous âgés  de 21 ans. En plus, 75 % de ces joueurs répondent  aux critères exigés par les techniciens, notamment sur les conditions physiques » a déclaré le staff technique. Les séances de match test vont durer trois jours successifs et auront lieu dans la matinée. C’est le maître Robson Hubert, alias Bob, en personne qui effectuera la sélection.

 Viser loin. Pour ceux qui veulent intégrer ce club, il va y voir une seconde vague de sélection qui se déroulera le 1er et le 2 juillet prochain, au même endroit. « C’est l’occasion car le club ouvre grand sa porte. Tout le monde peut tenter sa chance. On proclamera les résultats des deux tests durant la semaine du 10 juillet » a-t-il ajouté. Selon les explications, les nouvelles recrues renforceront la première division pour la saison 2020. L’Elgeco Plus vise loin et un dernier test est au programme au mois d’août pour les jeunes, toujours dans le cadre de la préparation de la relève. Rappelons que l’Elgeco Plus a réalisé une saison blanche cette année.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Baolai : Promotion CAN 2019 et Fête de l’Indépendance

Baolai propose une gamme de téléviseurs de qualité.

Baolai fête cette année ses  22 années de présence  sur le marché malgache de l’électroménager et de l’audiovisuel

Un événement que ce magasin spécialisé dans  les produits haut de gamme chinois compte célébrer avec la population malgache en cette période des fêtes de l’indépendance.

« Pour satisfaire au maximum les consommateurs, nous continuons nos promotions sur certains de nos produits » explique Ren Yuje, PDG de Baolai.  Plus particulièrement sur les les TV LED à écran plat des grandes marques chinoises à savoir Changhong, Hisense et Skyworth qui sont célèbres partout dans le monde. « Nous vendons nos téléviseurs à prix cassés afin de permettre  à un maximum de foyers de suivre les matchs de la CAN 2019 et les festivités du 26 juin » ajoute-t-il. C’est ainsi par exemple qu’un poste téléviseur à écran plat « Changhong » 32 pouces multi optionnel est proposé à seulement un peu plus de 500.000 ariary. Il y a même moins chers, puisqu’à partir de 19 pouces un TV Led est vendu à moins de 300 000 ariary.

Garantie

Ces produits sont assortis d’une garantie d’un an et le service après-vente est assuré par  Baolai  qui dispose d’un atelier et de techniciens formés à ce genre de travail. Outre les téléviseurs, Baolai  fait également la promotion d’autres produits… « Dans l’objectif de satisfaire au maximum les consommateurs, nous nous sommes diversifiés et proposons beaucoup d’autres produits d’utilité courante, et ce, toujours avec un rapport qualité-prix imbattable ». Parmi les produits les plus prisés figurent entre autres les réfrigérateurs et lave-linge « Hisense » qui sont bien évidemment des appareils authentiques.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Escroquerie : Trois personnes arrêtées pour avoir extorqué 160 millions d’ariary dans une banque

Trois individus, dont deux femmes, se trouvent actuellement en prison après avoir extorqué 160 millions d’ariary à l’Accès banque d’Antsahavola. La police a réussi à les épingler suite au signalement fait par des personnes de bonne volonté, qui ont remarqué quelque chose de suspect dans les gestes d’un homme venu demander service à l’agence de cette banque primaire à Antsahavola, le 03 juin 2019. Un geste a montré que cet homme aurait été en train d’usurper l’identité d’une tierce personne pour se procurer de l’argent auprès de cette banque. Alertés de ce fait, des policiers du commissariat du 6è arrondissement de la Sécurité publique à Ambohimanarina  sont descendus sur place. Le suspect a été arrêté sur le fait. Ce dernier était en possession de faux documents qu’il comptait utiliser pour retirer de l’argent, avec une valeur totale de 40 millions d’ariary. Emmené au commissariat pour enquête, il a dénoncé deux femmes qu’il affirme avoir été ses complices. Habitant respectivement à Andoharanofotsy et à Antsahavola, les deux personnes concernées ont été arrêtées le jour suivant. L’enquête a révélé que ces deux femmes s’étaient chargées de l’identification de personnes à escroquer, ainsi que de la fourniture de faux documents. La perquisition de leurs domiciles a permis à la police de découvrir plusieurs faux cachets de l’administration publique permettant de confectionner de fausses cartes d’identité et titres fonciers, et de factures falsifiées. En somme, des pièces à conviction prouvant que les suspects seraient des escrocs bien organisés. L’enquête a également révélé que plusieurs personnes ont été déjà victimes de ce réseau de malfaiteurs auprès de cette banque dont le préjudice est évalué à 160 millions d’ariary.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Littérature à l’Université : UCM Ambatoroka, le point de rencontre des étudiants

La deuxième édition de la Littérature à l’Université a débuté hier et se terminera ce jour à l’Université catholique de Madagascar (UCM) Ambatoroka. Il s’agit d’un évènement littéraire et scientifique organisé par le club Ecopolis, en partenariat avec l’association Opération Bokiko. Pour valoriser les ouvrages universitaires et littéraires, une vente-exposition s’est  déroulée sur la place du jardin de l’UCM, avec la participation de nombreuses maisons d’édition et  librairies telles que le Centre Malgache pour la Lecture Publique (CMLP), l’édition Tsipika, la librairie Luthérienne ainsi que l’association Opération Bokiko.

Recueilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

« International Youth Society-Madagascar » : Le projet « Manangana » pour accompagner les jeunes entrep...

Après le lancement du projet présidentiel « Fihariana », va pour « Manangana » de « l’International Youth Society » (IYS) Madagascar. En effet, vu le taux de chômage enregistré, et compte tenu du fait que les jeunes représentent 65% de l’ensemble de la population, IYS-Madagascar fait de l’entrepreneuriat sa priorité et encourage fortement les jeunes à se lancer dans cette aventure.

Formation de base. C’est dans cette optique que « Manangana » trouve tout son fondement. Il s’agit de la première activité du Pôle Entrepreneuriat au sein de la branche IYS-Madagascar, pour cette année. La première édition aura lieu au mois de juillet et comprendra deux séances hebdomadaires. L’objectif est de dispenser une formation intensive sur les bases nécessaires requises pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Pour ce projet qui se tient deux fois par an, vingt participants, âgés de 18 à 35 ans, sélectionnés seront encadrés par de jeunes entrepreneurs compétents dans leurs domaines respectifs, issus de divers secteurs d’activité. A l’issue, un concours de pitch sera organisé et les trois meilleurs projets bénéficieront d’un « mentorship » intensif d’un an avec un accompagnement de mentors nationaux et internationaux.

ODD. À titre d’information, IYS – lancée en 2017 au Népal – est présente aujourd’hui dans plus de 90 pays du monde entier, dont 30 en Afrique. Historiquement, elle a été fondée dans le dessein d’apporter du soutien aux jeunes, assoiffés d’accompagnement, aspirant à devenir des leaders entrepreneurs pour un épanouissement dans  leur vie professionnelle. IYS s’engage également dans les Objectifs du Développement Durable (ODD) 2030 des Nations  unies. En février dernier, Madagascar a eu l’opportunité d’avoir le poste de « Country Director », par le biais d’Anita Volatsara alias Anita Soayarta pour un mandat de deux ans renouvelable. Depuis, elle concocte, dynamiquement, avec son équipe la réalisation des activités principales de l’organisation afin d’atteindre les objectifs globaux. Pour la branche à Madagascar, 50% des activités d’IYS se focalisent sur la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, tout milieu confondu, et 50% sur l’éducation, l’environnement, les sujets relatifs aux changements climatiques et l’autonomisation des femmes en milieu défavorisé.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la violence basée sur le genre : Le Centre Social ARUPE préconise de mieux orienter les actions

Le projet Lutte contre les Violences à l’égard des Femmes et des Filles a été officiellement lancé samedi dernier au Centre Social ARUPE.

Des recherches vont être menées dans le cadre du Projet LVFF, ou Lutte contre la Violence à l’égard des Femmes et des Filles, du Centre Social ARUPE pour mieux orienter les actions.

Les cas de violences basées sur le genre font encore de nombreuses victimes à Madagascar. Les statistiques recueillies auprès du FNUAP, ou Fond des Nations Unies pour la Population, font, en effet, savoir que 26 % des femmes subissent actuellement des violences physiques, 24 % des violences psychologiques et 39 % abandonnées par leurs conjoints. 11% des femmes seraient abandonnées par leurs conjoints d’après toujours les statistiques du FNUAP. Les conséquences sont visibles. Pour les victimes, la violence constitue une entrave à l’épanouissement, au développement personnel, et constitue un danger pour la vie lorsque cela concerne la violence physique. Les violences à l’égard des femmes et des filles auraient également des conséquences sur le plan économique. Dans toutes les communautés malgaches, il a été démontré que les femmes et les filles occupent une place-clé, notamment pour la gestion de la vie courante. Constituant plus de la moitié de la population, les femmes et les filles correspondent donc à des atouts majeurs dans le processus de développement du pays. Les violences à leur égard ne constituant que des obstacles audit développement. Le lancement du projet Lutte contre la Violence à l’égard des Femmes et des Filles par le Centre Social ARUPE (CSA) arrive à point nommé.

Lent. Le constat est unanime, les initiatives de lutte contre les violences à l’égard des femmes et des filles tardent à venir à bout du fléau. D’où le lancement du projet LVFF qui « entend mener une étude qui permettra à l’avenir de mieux orienter les actions en faveur de la lutte ». Comme l’a expliqué Tahirindray Patricia, Coordinatrice de Projet auprès du Centre Social ARUPE : « Nous allons mener une étude pour connaître les points de blocage des initiatives de lutte contre les violences à l’égard des femmes et des filles. Les résultats de l’étude pourraient ensuite être utilisés par les acteurs dans leur stratégie de lutte respective ». Outre l’étude, le projet entend également mettre en œuvre des formations d’accompagnateurs et des formations de formateurs. Ciblant précisément des multiplicateurs auprès de 25 associations réparties dans les cinq régions d’intervention, les formations en question devraient permettre de changer la donne. Les statistiques recueillies auprès du FNUAP interpellent sur l’ampleur de la situation de la violence à l’égard des femmes et des filles à Madagascar. Beaucoup de projets ont toutefois été menés pour faire face aux problématiques. Les faits sont palpables, beaucoup de femmes restent encore des victimes du fléau. Le projet du CSA va-t-il faire la différence ?

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Peinture : Trente tableaux malgaches seront exposés à Dzaoudzi

La « peinture sous-verre » de Natoa Rasolonjatovo.

Du 23 au 31 juin, Natoa Rasolonjatovo exposera plus de trente tableaux au parvis de la Place de l’Indépendance de Mayotte. Le peintre gaucher illustrera la tradition et la vie quotidienne malgache à travers la «peinture sous-verre»… Issu d’une famille d’artistes, Natoa Rasolonjatovo s’est facilement plongé  dans l’univers artistique. Il a commencé à peindre dès son plus jeune âge. Talentueux, il a appris aisément les bases de la peinture à l’huile au Cercle Germano-malgache.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Voatafika ny iraka mpitondra taratasina fisotroan-dronono

Mbola fanakanan-dalana ihany koa. Tamin’ity indray mitoraka ity indray mpiasam-panjakana, iraka mpitondra ireo aton-taratasina fizarana fisotroan-dronono « Titres de paiement pension » no notafihan’ny jiolahy ny sabotsy lasa teo. Raha ny fampitam-baovao azo dia iny izy niala teo amin’ny toeram-piantsonan’ny taxi-brousse teo Sanfily Toliara, ho any amin’ny Tahirim-bolam-panjakana ao Toaliara no niharan’izany fanafihana izany. Araka izany lasan’ireo olon-dratsy avokoa ireo antonta-taratasy rehetra tany aminy : ny « Titres de paiement Pension Juin 2019 » sy ny « Bons de caisse Pensions Alimentaires Juin 2019 », izay an’ny faritra Atsimo Andrefana iray manontolo (Toliara, Ampanihy Andrefana, Ankazoabo-Atsimo, Benenitra, Beroroha, Betioky Atsimo, Morombe, Sakaraha, ary Manja). « Marihina fa taratasy ahafahana mandoa ny fisotroandronono sy ny « pension alimentaire » ireo very ireo fa tsy lelavola akory » hoy ny vaovao. Nihevitra angamba ireo olon-dratsy fa nisy volabe tany amin’ity iraka ity. Teo anatrehan’izany dia efa nisy fepetra haingana noraisin’ny eo anivon’ny Ministeran’ny Toekarena sy ny Fitantanam-bola, amin’ny alalan’ny Direction Générale des Finances  et des Affaires Générales sy ny Direction Générale du Trésor ny amin’ny fanontana ny « duplicata »-n’ireo taratasy very ireo. « Ny tanjona dia ny mba handoavana faran’izay haingana ny “pensions” » raha ny fampitam-baovao hatrany. « Tsara ho fantatra fa efa fotoana maromaro izay ny  Minisiteran’ny Toekarena sy ny Fitantanam-bola no efa mandinika ny fomba hanafoanana ny fikirakirana ny antontan-taratasy amin’ny alalan’ny fametrahana ny “dématerialisation” sy ny firosoana amin’ny “Système de paiement éléctronique” amin’ny fandoavana ny fandanian-panjakana. Izany no natao dia ny mba tsy hiverenan’ny tranga toy izao intsony »

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Réfection des routes : L’Etat exige la qualité et le respect des normes

Descente sur terrain des représentants du MAHTP, hier à Andranonahoatra.

Suivi strict  des travaux de réhabilitation des routes. C’est ce qu’entreprend, jour et nuit, le Ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics (MAHTP), depuis déjà plusieurs semaines. Selon les responsables, la façon de travailler change désormais. « On ne peut plus accepter que les travaux soient faits à travers et à la va-vite. Nous avons reçu des plaintes émanant des usagers de la route vers Itaosy. C’est la raison qui nous a poussés à faire cette descente sur terrain pour constater de visu ce qui se passe. En effet, les travaux sont bloqués par une infrastructure sur le croisement d’Andranonahoatra. Il faut démolir cet élément qui gène la circulation des eaux usées et qui cause la dégradation rapide de la route. Nous avons vu que le canal d’évacuation s’arrête au niveau du bâtiment des  « Assurances Mama » à Andranonahoatra. Outre la dégradation de la route, les usagers doivent supporter la mauvaise odeur que cela produit. En ce qui concerne la dalle en béton sur le canal devant le bar Nounousy, il est déjà confirmé que l’exploitant de ce commerce a consenti à ce qu’on enlève cette dalle pour que les travaux se poursuivent. Tout est déjà bien organisé avec l’entreprise CRCC, chargée de réaliser les travaux. Les travaux vont reprendre ce mardi ou mercredi » ont indiqué les responsables hier, lors de la descente de la délégation conduite par le directeur régional des Travaux publics d’Analamanga.

 Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Golf – Ringer Score BNI : Bouleversement en tête des classements

Le 6e tour du tournoi de golf BNI Ringer Score 2019 s’est disputé dimanche sur le green de l’International Golf Club d’Andakana. L’alternance du froid et du chaud n’a pas empêché les férus de golf de croiser les fers pour la compétition. Le weekend dernier a été surtout marqué par des bouleversements en tête des classements chez les hommes. Hiridjee Djawad, Casier José et Rajaonary Erick, respectivement chez les 1re, 2e et 3e séries, sont passés en tête de leur catégorie respective. Hiridjee Djawad est crédité d’un score de 63 points contre 64 pour Rens Faber et Andrianjo Razanamasy. Chez les dames, à part le passage de Rabeninary Eugénie en tête chez la 3e série, la hiérarchie se maintient car Raveloarison Riana et Béal Haingo ont pu scorer pour garder la tête respectivement chez les 1re et 2e série. Riana totalise 67 points, Hanitra Ratsimbazafy 68 points, et Christiane Ravon 72 points. Chez les juniors, pas de changement en tête car Rakotonjanahary Tamby maintient le cap et laisse son premier poursuivant à 3 longueurs derrière lui. Le prochain rendez-vous aura lieu au mois de septembre après la trêve hivernale.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Lu pour vous : Pour en finir avec la colonisation : L’Europe et l’Afrique, XVe-XXe siècle

Une couverture aux belles couleurs de « Pour en finir avec la colonisation ».

Ce livre montre que durant la brève parenthèse coloniale, les pays colonisateurs n’ont pas pillé l’Afrique, et que les colonies étant un boulet économique, politique et social, la décolonisation était une urgente et impérieuse nécessité. Les Européens d’aujourd’hui, et à plus forte raison ceux de demain, n’ont de dette ni à l’égard de l’Afrique, ni à l’égard des Africains. Le mythe de la culpabilité coloniale est une arme permettant de désarmer moralement l’Europe face à la contre-colonisation de peuplement qu’elle subit actuellement, et que la culture de repentance-soumission risque de faire des Français de nouveaux « colonisés ». Ce livre montre également que la colonisation fut d’abord une grande idée de gauche reposant sur les idéaux universalistes de 1789. Il souligne aussi que pour résoudre les insolubles problèmes liés à l’immigration venue de nos anciennes colonies, seules sont proposées les recettes éculées d’assimilation-intégration venue qui y furent inapplicables, et les mêmes impératifs du « toujours plus de subventions » qui firent capoter banlieues où il est impossible de procéder par amputation territoriale, comme l’avait fait le général de Gaulle. Ce livre montre enfin que l’histoire n’est jamais écrite. Les Français, après 130 ans de présence en Algérie ; les Portugais après 400 ans en Angola ; et les Arabes après 700 ans en Espagne, tous ont appris à leurs dépens que la colonisation n’est pas éternelle dès lors que les indigènes ne sont plus disposés à subir. Ce livre est illustré par de nombreuses cartes et contient un index. Bernard Lugan, universitaire, est conférencier à l’IHEDN et expert auprès du TPIR (Tribunal Pénal International pour le Rwanda-ONU). Il édite la revue par internet l’Afrique Réelle. Membre de l’Action française (parti d’extrême droite) dans sa jeunesse, il se retire du militantisme politique au début des années 1970 pour se consacrer à sa carrière de l’extrême droite dans les années 1980, via notamment des entretiens sur la situation africaine, et continue à se dire de tendance monarchiste. Il reçoit en 1988 le prix Louis-Marin de l’Académie française pour son livre Huguenots et Français, ils ont fait l’Afrique du Sud.

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Filaminam-bahoaka eto Toamasina : Jirofo 160 lasaka sy basy vita gasy 02 saron’ny polisy

Nahazo vaovao tamin’ireo mpanome vaovao azy sy ireo andrimasom-pokonolona mpiara-miasa aminy ny polisim-pirenena ao amin’ny boriborintany faha-02 Tanambao II ny faramparan’ny herinandro teo. Milaza ny vaovao azon’ny polisy fa misy andian’olona te-hangalatra ny jirofo ao anaty magazay eto Toamasina.

Raha nohamarinina izany dia tratra ny zoma alina ity kamiao iray hafahafa, ka rehefa nosakanana dia taratasy hosoka momba ny entana nentiny no nasehony. Rehefa nosavaina ny tao anaty kamiao dia ireo tokoa ireto jirofo 160 lasaka milanja 8.000kgs efa vonona haondrana. Nosamborina avy hatrany ilay mpamily, satria izy ireo aloha no sarona nandritra izao raharaha izao. Taorian’ny fakana am-bavany azy no nilazany fa fifanarahana ara-barotra tsotra ny azy, ka 150.000 ariary ny sandan’ny fitaterana ireto jirofo. Raha natao kosa ny fanadihadiana rehetra dia ny sefon’ilay magazay, Ingahy Kiki Ferdinand, misy ilay jirofo ihany no lehiben’izao halatra izao. Mbola karohina ny tenany amin’izao satria nitsoaka. Efa tafaverina tamin’ny tompony kosa ilay jirofo 160 lasaka, satria efa vonona haondrana any Inde ireto jirofo nisy nangalatra tratra ireto.

Ankoatra izany dia saron’ny polisy avy ao Mangarano misy ny boriborin-tany faha-02 tao Tsarakofafa Botanique iny, ny zoma lasa iny, ny tovolahy iray atao hoe Edson Charles na Eddy. Raha mikasika resaka halatra moto sy vaky trano no nanenjehan’ny polisy azy tamin’izay, dia tratra tao an-tranony koa ny basy roa vita gasy sy basy iray eo am-panamboarana, ankoatra ilay moto halatra sy ireo entana halatra amin’ireo tranon’olona vakiany. Niaiky Ingahy Eddy fa tena mpanamboatra basy vita gasy, saingy tsy basy amidy no tena ataony fa basy entin’izy ireo sy ny ekipany manao ny asa ratsiny, araka ny fanazavany. Araka ny fanazavana nataon’Ingahy Eddy hatrany dia izy sy i Mainty ary ny ekipany avokoa no manao ireo fanafihana mitam-piadiana nitranga tao Tsarakofafa sy Botanique ary Tsararivotra iny hatramin’izay. Fitoriana 07 no efa miandry an’i Eddy eo anivon’ny polisy amin’izao, araka ny fazavana. Eo am-pikarohana ny namany ny polisy izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Coopération Allemagne – Madagascar

La délégation malgache lors de la visite officielle en Allemagne.

Madagascar a été invité à participer à la conférence annuelle des fonds de la « GIZ » pour la coopération. Un événement important qui s’est tenu à Berlin le 5 juin dernier, et qui entrait dans le cadre d’une première visite au niveau ministériel en Allemagne. Cette dernière ayant été organisée dans l’optique des « concertations bilatérales et du dialogue politique en matière de coopération technique et financière relative à la Décentralisation, au développement local, aux finances locales et à la bonne gouvernance ». Conduite par le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, la délégation malgache était composée du Directeur général en charge des Affaires Politiques auprès de la Présidence de la République,  de hauts responsables du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation et du ministère de l’Economie et des Finances ; et de deux maires de communes rurales. Elle avait pour mission de positionner Madagascar en tant que partenaire-clé dans la région de l’Afrique  subsaharienne, au sein du réseau d’échanges d’expertises et de mobilisation de financements, dans le cadre de la décentralisation des finances locales, de la bonne gouvernance, du développement des collectivités, et dans l’atteinte des Objectifs de Développement Durable. La visite était également l’opportunité pour la délégation malgache de « raffermir la coopération germano-malgache et d’aligner les actions de la coopération aux priorités nationales », notamment dans le cadre des projets de la KFW et de la GIZ en appui au secteur de la Décentralisation, et qui vont entrer dans leur deuxième phase pour le cycle 2019-2023. Par ailleurs, outre les visites, partages et entrevues, la visite était l’occasion pour Tianarivelo Razafimahefa, ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, de procéder à l’ouverture officielle de la conférence.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Intoxication alimentaire : La vigilance est de mise

La fête de l’Indépendance arrive à grands pas et comme à l’accoutumée, des gargotes ambulantes vont fleurir dans les rues de la capitale. Certes, ce type de commerce offre une solution de restauration rapide, mais les consommateurs doivent rester vigilants, surtout au niveau de la salubrité de la nourriture proposée. En effet, c’est devenu une (mauvaise) habitude que des cas d’intoxication alimentaire fassent l’actualité après les fêtes. Et pourtant, cela pourrait être évité si chacun y mettait du sien. Le ministère de la Santé  publique, dans une  publication sur sa page Facebook,  a donc rappelé les bonnes habitudes à adopter lorsqu’on prépare un repas quelconque ; à savoir se laver les mains, bien nettoyer les ustensiles de cuisine ou encore conserver les aliments dans des lieux adaptés.

Il convient également de préciser l’existence d’un numéro vert qui reste ouvert au public en cas d’intoxication alimentaire. Ce numéro permet de joindre rapidement un responsable du service de toxicologie pour bénéficier de conseils. Ainsi, si un cas d’intoxication devait se présenter pendant les fêtes, un interlocuteur resterait joignable au 080 423. Sinon, se rendre aux services d’urgences des hôpitaux dans les plus brefs délais reste un bon réflexe.

Anja Randriamahefa

Midi Madagasikara0 partages

Cabinet du PM : Effectif réduit par souci d’austérité

Passation de commandement à la tête du BSP cette semaine.

Comme chaque lundi matin, la semaine a débuté hier au Palais de Mahazoarivo par la traditionnelle cérémonie de levée de drapeau.

 « Le drapeau national symbolise l’identité du pays. Il est sans pareil dans le monde. C’est le signe de l’unité et de la souveraineté nationales », a rappelé Ntsay Christian devant l’ensemble du personnel de la Primature. Mais aussi à l’adresse des élèves du lycée catholique de Marovoay venus effectuer un voyage d’études. Le PM les a invités spécialement à la levée des couleurs pour qu’ils puissent s’approprier le sens et l’importance de la cérémonie. Qui plus est, à quelques jours du 26 juin.

Tonga saina. « C’est une date importante qui marque le retour de l’Indépendance », a souligné le Premier ministre. Estimant que point n’est besoin d’appeler tout un chacun à hisser le drapeau « maintso, fotsy, mena » à l’occasion de la fête nationale puisque « si nous n’y mettons pas nous-mêmes, qui va respecter notre drapeau à notre place ». Faisant un jeu de mots, le chef du gouvernement de poser à l’assistance la question suivante : « Tonga saina ve isika ? »

Kermesse de l’Armée. Concernant justement la célébration de la fête nationale, le chef du gouvernement d’expliquer que les festivités dans les Régions seront décalées par rapport à celles prévues dans la capitale pour que tout le pays puisse voir en direct à la télé ce qui se passera un peu plus tard à Tana. En particulier le défilé et les démonstrations effectués par les forces armées qui sont « en première ligne » pour représenter l’indépendance de la Nation. Le PM d’annoncer dans la foulée que « la kermesse de l’Armée sera ré-instituée ». Une manière de dire que « ce qui était positif dans le passé, devrait être repris » et réactualisé par rapport au vent de changement qui souffle dans le pays.

Avant le 02 juillet. « Changement de mentalités, de pratiques politiques », préconise le PM. S’adressant notamment à la classe politique qu’il appelle au « respect de la démocratie, des valeurs malagasy et à la préservation de la paix sociale ». Et d’enchaîner que « le changement ne peut pas s’opérer en un mois ou en trois mois ni être mené par une seule personne ou par les dirigeants uniquement, mais par tout le monde pour que Madagascar ne figure pas toujours en queue de peloton ». Il a également invité les politiciens à un climat d’apaisement et à faire confiance aux institutions. Tout particulièrement à l’endroit de la HCC qui va proclamer les résultats officiels des législatives « avant le 02 juillet prochain » après avoir examiné toutes les requêtes. Pour Ntsay Christian, « il n’y pas de problème qui n’ait pas de solution ».

Abrogation en bloc. Le PM a aussi saisi la cérémonie d’hier pour toucher mot de son nouveau cabinet. « On n’a pas besoin de beaucoup de membres qui sont juste présents pour la forme à la Primature. Laissons-les travailler là où ils sont. Il vaut mieux un cabinet à effectif réduit qui travaille réellement pour le pays ». Une mise au point faite par le locataire de Mahazoarivo qui a effectivement abrogé en bloc les membres de son précédent cabinet avant de procéder à de nouvelles nominations. Un cabinet fortement restreint qui s’inscrit dans le cadre de la politique d’austérité suivie par le régime, mais aussi par souci d’efficacité. Par ailleurs, le PM a fait savoir que « la passation de commandement au niveau du Bataillon de Sécurité de la Primature (BSP) aura lieu cette semaine ».

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Circoncision à l’américaine : La saison est ouverte

L’hiver est bel et bien là, la présence de nombreuses familles, qui font la queue dans les cabinets médicaux spécialisés dans la « circoncision à l’américaine » de la capitale, témoigne que c’est la période pour les jeunes garçons malgaches de devenir des « lehilahy ».

Selon la tradition malgache, un jeune garçon non circoncis n’est pas considéré comme un homme, et parfois même, ce dernier ne peut être enterré dans le tombeau familial. Mais outre les « fomba », le Docteur Rahaja Rafalimanana évoque aussi l’importance de la circoncision du point de vue médical. Selon lui, le fait d’être circoncis éloigne les éventuelles maladies sexuellement transmissibles et le SIDA. Il ajoute même qu’une femme qui a des rapports sexuels avec un homme circoncis réduit les risques de cancer du col. Ainsi, décider d’aller circoncire son petit garçon est avant tout un gage de propreté. Pour ce qui est de la saison, l’hiver est jugé propice pour une telle opération puisque la cicatrisation de la plaie est rapide pendant cette période. Toutefois, la méthode de circoncision très en vogue, appelée aussi « circoncision à l’américaine », peut se faire tout au long de l’année. Malgré cela, les Malgaches sont attachés à leur tradition et préfèrent l’hiver, contrairement aux ressortissants étrangers qui considèrent que la période importe peu. Ensuite, pour ce qui est de la durée de l’opération, la « circoncision à l’américaine » ne dure généralement pas plus de deux minutes, grâce à l’utilisation d’un appareil fonctionnant avec un système de compression pour retirer le prépuce. Aucune goutte de sang n’est versée pendant l’opération et les risques d’hémorragie sont très faibles selon les dires des spécialistes. Et côté douleur, les médecins utilisent diverses anesthésies locales afin de l’atténuer pendant la circoncision.

Pour tous. La « circoncision à l’américaine » est accessible à n’importe quel âge. Dans son cabinet, le Docteur Rahaja Rafalimanana reçoit différents patients de tous âges. « Il m’est déjà arrivé de circoncire un monsieur de 72 ans », a-t-il déclaré. Et d’ajouter, « dès son deuxième jour au monde, on peut circoncire un garçon ». Cependant, une consultation est nécessaire avant l’opération. En effet, le médecin doit d’abord déterminer si le garçon peut subir une telle opération, car si ce dernier est hémophilique, le circoncire serait trop dangereux. Ainsi, cette consultation est inévitable et c’est aussi l’occasion pour les parents de bien préparer son enfant en prenant connaissance de toutes les indications du médecin (médicaments à acheter, les linges nécessaires, etc.).

Le prépuce à manger. A Madagascar, la coutume veut que le père ou le grand-père avale le prépuce du jeune garçon circoncis. Cette pratique est toujours d’actualité d’après le Docteur Rahaja Rafalimanana. Selon lui, 99 % des familles qui viennent le consulter réclament le prépuce « lohatsitsy » après l’opération, cela afin de le faire manger à un parent du jeune homme.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Assemblée nationale : La mise en place de l’opposition officielle plus qu’impérative !

Après la proclamation officielle des résultats officieux des élections législatives par la Ceni (Commission électorale nationale indépendante), la balle est désormais dans le camp de la HCC (Haute Cour Constitutionnelle). Mais en attendant, la question est de savoir si, à l’issue de ces législatives, l’opposition officielle requise par le droit positif va être (enfin) effective ou comme à l’époque de l’ancien président de la République, Hery Rajaonarimampianina, sera éparpillée et impuissante.

A titre de rappel, la Ceni a révélé que la plateforme IRD (Isika Rehetra Miaraka amin’i Andry Rajoelina), pro-régime, a obtenu 84 sièges sur les 151 à pourvoir, le Tim (Tiako i Madagasikara) de l’ancien président Ravalomanana en acquiert 16, les indépendants en occupent 46 et les autres partis se départagent les cinq derniers. Avec ce schéma, et comme l’avait annoncé au préalable le président de la République, Andry Rajoelina, à Paris bien avant la sortie de ces résultats officieux, la plateforme qui soutient le régime actuel rafle la majorité et écrase les « opposants ». Il est donc, évident que les projets et les propositions de loi à soumettre soient avalisés par cette majorité, sans la moindre difficulté. A côté, les indépendants eux-aussi joueront un rôle majeur dans l’équilibre des rapports de force au sein de l’Assemblée nationale.

Etonnant. Quid, de ce fait, des opposants et de la mise en place effective de l’opposition officielle à Tsimbazaza ? Toavina Ralambomahay, analyste politique, en donne quelques réponses. «L’opposition aurait dû se proclamer dès le lendemain de l’investiture du Président. Elle aurait pu porter le statut de l’opposition et avoir un peu plus d’envergure lors des législatives. C’est d’ailleurs l’utilité de cette loi, pour faire face à la puissance des tenants du pouvoir. Mais vu la pratique politique à Madagascar, très peu vont oser se proclamer opposant alors que le Président a encore cinq ans devant lui…Ce serait refuser toute opportunité de goûter aux postes gouvernementaux. Et ce serait étonnant de voir une opposition officielle », s’alarme-t-il. Cela revient à écrire que ce sont les dirigeants qui changent et qui se succèdent, mais les mauvaises pratiques et mauvaises habitudes restent. Et la démocratie malgache sera, de nouveau, mise à l’épreuve. Déjà, avec cette majorité, laquelle sera confirmée par la HCC, les médias qui « accompagnent » le président de la République, et cette opposition qui n’arrive pas à se constituer, aucun changement majeur n’est à espérer durant ces cinq prochaines années, sur le plan politique ou démocratique.

Débat démocratique. N’oublions pas que non seulement le chef de l’Opposition officielle siège à l’Assemblée nationale mais surtout, il participe au fameux débat démocratique (qui n’a jamais eu lieu sous Rajaonarimampianina) sur les chaînes publiques, qui l’oppose au Premier ministre, tous les troisièmes vendredis du mois de janvier et le premier vendredi du mois de juillet. (Article 23 de la loi n°2011-013 portant statut de l’Opposition et les partis de l’opposition). De tout ce qui précède, tout porte à croire qu’il est plus que jamais opportun de mettre en place cette opposition officielle et d’appliquer (enfin) les dispositions légales y afférentes en vigueur. Pour Toavina Ralambomahay, « le résultat est assez normal vu que le dispositif juridique et politique, c’est-à-dire les deux avis de la HCC et la loi électorale, est en faveur du Président ». A suivre.

Aina Bovel