Les actualités à Madagascar du Lundi 18 Mai 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara18 partages

Andry Rajoelina : Un laboratoire de dépistage pour les Malagasy

Le président Andry Rajoelina est revenu sur les 67 cas controversés de l’IPM.

Alaotra Mangoro est la quatrième région soumise aux mesures de confinement. L’annonce a été faite hier soir par le président Andry Rajoelina lors de sa déclaration à la Nation diffusée sur la TVM. Plusieurs cas de coronavirus ont été découverts ces derniers jours, notamment à Moramanga. Désormais donc, l’Alaotra Mangoro est aussi considérée comme une région à risques, tout comme Analamanga, Atsinanana et Haute Matsiatra. Pour ces quatre régions, toutes les mesures annoncées précédemment dans le cadre de l’Etat d’urgence sanitaire sont maintenues.  » Les autorités vont veiller au respect de ces dispositions et les sanctions seront sévères pour les récalcitrants « , a averti le Chef de l’Etat, avant de soutenir que toutes les dispositions vont être prises pour empêcher la circulation au niveau des routes nationales. Ainsi, il n’a pas manqué de lancer un appel pour la conscientisation et la prise de responsabilité de tout un chacun, en l’occurrence les élus, les autorités étatiques et les simples citoyens. Hier, le président de la République a haussé le ton contre l’indiscipline et l’insouciance des Malagasy face aux risques qu’engendre cette pandémie. La province de Toamasina, considérée par le président de la République comme l’épicentre du COVID-19, a particulièrement été pointé du doigt. Andry Rajoelina a cité l’exemple des employés de l’entreprise Ambatovy qui ont contaminé des gens, entre autres, à Antananarivo, Moramanga et Antsirabe, malgré la décision des autorités de les mettre en quarantaine.  » C’est le respect ou non des mesures annoncées qui déterminera les mesures que nous allons prendre d’ici 15 jours « , a-t-il lancé. Durant cette intervention, le président Andry Rajoelina a confirmé que Madagascar vient d’enregistrer son premier cas de décès de coronavirus. Il s’agit d’un homme de 59 ans résidant à Toamasina et qui, selon le Chef de l’Etat, souffrait de diabète et d’hypertension artérielle. D’après ses explications, à cause de ces maladies, cet homme n’a pas pu bénéficier d’un traitement à base de Covid-organics. Il a aussi fait savoir que toutes les personnes dont la contamination au coronavirus a été confirmée ces derniers temps n’ont pas été épargnées car ils n’ont pas bu le Tambavy CVO. Une manière à lui de confirmer que ce remède traditionnel amélioré est efficace pour prévenir et guérir le coronavirus et que tous les Malagasy devraient en prendre pour éviter la contamination. Andry Rajoelina est aussi revenu sur les 67 cas controversés de l’Institut Pasteur de Madagascar. 10 cas de COVID-19 seulement ont été confirmés après les contre-tests.  » On se demande si c’était de simples erreurs ou des manipulations effectuées délibérément pour déstabiliser « , a déclaré le Chef de l’Etat qui n’a pas hésité à affirmer qu’actuellement, le pays ne fait pas uniquement face au combat contre le coronavirus mais aussi contre les actes de déstabilisation venant de l’extérieur, mais aussi de l’intérieur. Face à cette situation, Andry Rajoelina appelle au patriotisme de tous les Malagasy. Il estime que Madagascar entre désormais dans une nouvelle ère pour confirmer son indépendance mais aussi pour dire non à toute sorte d’ingérence.  » Nous sommes ouverts à toute collaboration mais il est hors de question qu’un pays ou une quelconque organisation s’ingère dans nos prises de décisions « , a-t-il soutenu. Une pique lancée à l’encontre de la France et de l’OMS qui disent non au Covid-organics. Dans le cadre de cette initiative, le numéro Un d’Iavoloha a annoncé hier l’inauguration avant la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance, le 26 juin prochain, d’un laboratoire médical et d’une usine pharmaceutique qui seront réalisés par et pour les Malagasy. Face aux pressions, Andry Rajoelina décide de réaffirmer sa détermination.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Covid-19 à Madagascar : Un taux de positivité de 9 % en général

L’Institut Pasteur de Madagascar affirme avoir satisfait toutes les demandes faites par l’Etat malgache dans le cadre des diagnostics du Covid-19.

Plus de 5 500 tests PCR ont été faits depuis le début de l’épidémie de Covid-19 à Madagascar. L’épidémie évolue et la fin semble encore loin pour la Grande île.

« Le taux de positivité est de 25 à 30 % dans certains pays. Madagascar afficherait en général un taux de 9 % jusqu’à présent ». Un taux obtenu grâce à des tests PCR effectués auprès de l’Institut Pasteur de Madagascar depuis le début de l’épidémie de Covid-19 à nos jours. Des tests complexes à faire selon les explications des responsables auprès dudit institut lors d’une conférence de presse organisée à Avaradoha, vendredi dernier. Les explications faisant également savoir que le taux de positivité de 20% obtenus lors des 67 cas de Covid-19 signalés le 6 mai dernier n’était pas incompatible avec l’évaluation de l’épidémie dans sa globalité. Interrogé si le taux de positivité de 9% était une bonne chose ou non pour Madagascar, Jean Michel Héraud, chef du service virologie auprès de l’Institut Pasteur de Madagascar, fait savoir qu’il « faut toujours respecter les consignes et les mesures de protection ». Si l’importance des tests PCR n’est plus à démontrer, les informations officielles font savoir que les tests effectués jusqu’à présent concernent en majorité des « personnes en cas-contacts ». La nécessité de mener des tests globaux a souvent été avancée par les observateurs pour connaître la situation réelle de l’épidémie. Ce qui constitue « Une perte de temps étant donné que le plan de contingence épidémiologique appliqué à Madagascar depuis l’apparition de l’épidémie se basait sur le traçage et l’isolement aussi bien des personnes confirmées positives au virus mais surtout de leurs contacts », avance une source qui a préféré taire son nom.

20 $. Une autre raison qui empêcherait le pays d’effectuer des tests PCR à grande échelle serait d’ordre financier. En effet, un test PCR coûterait aux environs de « 20 dollars américains » selon les affirmations de l’Institut Pasteur de Madagascar. « C’est un coût d’analyse qui ne prend pas en compte le temps ni le salaire du personnel, encore moins le coût des nettoyages, etc. », a tenu à noter Jean Michel Héraud, chef du service de la virologie auprès de l’Institut Pasteur de Madagascar. Ce dernier d’avancer également que « l’Institut Pasteur de Madagascar a, jusqu’à présent, avancé les frais liés aux tests PCR ». Cette conférence de presse organisée vendredi dernier a également permis de connaître que l’Institut en question « n’a jamais eu de financement direct de la part du fonds souverain de l’Etat malgache sur tous les tests PCR effectués depuis l’épidémie ». Il y aurait également le fait que « tous les pays du monde s’efforcent d’avoir le plus de tests possibles en stock ». Compte tenu de l’évolution de l’épidémie, le risque est à craindre.

José Belalahy

Midi Madagasikara4 partages

Circulation sur les routes nationales : Le Pr Vololotiana dénonce la corruption

Sur les 21 nouveaux cas positifs annoncés depuis hier par le professeur Vololontiana Hanta, 6 résident à Toamasina et les 15 autres y ont séjourné. Ces dernières personnes sont soupçonnées d’avoir emprunté illicitement la RN2 pendant la période où l’Etat a annoncé la fermeture de toutes les liaisons terrestres. Le porte-parole officiel du CCOC a même révélé l’existence d’actes de corruption dans la circulation des personnes sur les routes nationales. Selon elle, une autorisation spéciale s’achèterait entre 150 000 et 1 million d’ariary. Si cette information est confirmée, les autorités devraient prendre les mesures nécessaires pour sanctionner les responsables. L’ouverture d’une enquête est fortement réclamée afin de faire la lumière sur la situation. Depuis quelque temps, les responsables sanitaires ne cessent de pointer du doigt l’indiscipline et l’insouciance de la population de la région Atsinanana. Plusieurs malades venant de Toamasina, dont des employés d’Ambatovy ont, en effet, réussi à se rendre à Antananarivo ou à Antsirabe. D’où la transmission du Coronavirus à d’autres concitoyens. Par ailleurs, d’après les informations, d’autres personnes auraient également réussi à se rendre à Mananjary et dans la région Atsimo Antsinanana via le Canal des Pangalanes.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Covid-19 à Madagascar : Premier décès à Toamasina, 66 cas confirmés en deux jours

Avec 45 nouveaux cas annoncés samedi et 21 autres rapportés, hier dimanche, la progression du coronavirus à Madagascar s’accélère avec 66 nouveaux cas en deux jours, et un total de 304 cas.

 Le scénario le plus redouté vient de se produire. Madagascar enregistre son premier décès, survenu durant le week-end. Un homme de 57 ans, employé au centre hospitalier de Morafeno à Toamasina, en charge du gardiennage du parking, vient de succomber après avoir développé une forme grave du Covid-19. Ce patient étant diabétique et souffrait également d’hypertension artérielle. Ce premier décès était appris avec consternation par l’opinion publique malgache, hier, si jusqu’à présent, le pays a réussi à éviter le pire avec plus d’une centaine de guérisons enregistrées depuis le début de l’épidémie.

Antananarivo et Toamasina enregistrent la majorité des cas confirmés des derniers jours : 66 nouveaux cas en deux jours, dont 45 annoncés le samedi 16 mai et 21 autres, annoncés hier, 17 mai 2020. Ces deux localités restent toujours au cœur des actions de riposte, face à une accélération de l’épidémie. Sur les 45 nouveaux cas annoncés samedi dernier par la porte-parole du centre de commandement opérationnel (CCO), le Pr Vololontiana Hanta, 16 sont des cas contact localisés à manarintsoa Isotry, contaminés par une seule personne. Hier, sur 21 cas annoncés, 16 ont été confirmés positifs à Antananarivo, mais tous sont venus de Toamasina en parvenant à rejoindre Antananarivo en dépit des mesures d’interdiction d’entrée et de sortie, en vigueur dans les districts touchés par le coronavirus. La corruption n’est ainsi pas étrangère à cette situation. Selon la porte-parole du CCO, des autorisations spéciales de déplacement sont vendues jusqu’à 150.000 ariary, voire 200.000 ariary.

 Barre des 300 cas. Les regards restent à présent rivés sur les deux autres patients présentant des complications du Covid-19, dont un à l’hôpital de Morafeno, à Toamasina, et un autre à l’hôpital d’Anosiala à Antananarivo. Les prochains jours seront peut-être décisifs pour ces malades dont l’état est pour le moment, stabilisé. Avec les dernières statistiques rendues publiques, hier, Madagascar dépasse désormais la barre des 300 cas de Covid-19. Au jour du 17 mai 2020, le nombre de cas confirmés se chiffre à 304, dont 190 en cours de traitement tandis que le nombre de guérisons est de 114. Face à la menace que représente toujours le coronavirus, la porte-parole du CCO de réitérer alors l’importance du respect des mesures barrière, non sans souligner que les personnes vulnérables doivent redoubler de vigilance. Cette catégorie inclut les personnes présentant des maladies cardio-vasculaires (incluant l’hypertension artérielle), les diabétiques, les individus souffrant d’obésité morbide, les malades du cancer, ou encore les personnes souffrant de maladies du foie.

Distanciation sociale. Avec l’augmentation rapide du nombre de cas positifs depuis une semaine, les habitants d’Antananarivo et de Toamasina principalement, mais également ceux de Moramanga, sont tenus de respecter de manière plus stricte, les mesures barrière. Si port de masque est mieux respecté, la distanciation sociale reste largement ignorée, ou négligée dans les espaces publics où le quotidien, avant 13h, ressemble en tous points au train-train d’avant la pandémie. En effet, face à la menace, les comportements des populations dans les zones touchées par le coronavirus, demeurent paradoxalement à risque notamment au niveau de la distanciation sociale d’au moins 1 mètre. Les consignes qui consistent à éviter toute situation de promiscuité sont particulièrement peu respectées dans les marchés et sur les lieux de distribution des aides d’urgence, notamment dans les bureaux de poste où les bénéficiaires perçoivent leurs aides sous forme de transfert monétaire. Un déconfinement qui ne dit pas son nom, alors que le pays est toujours en état d’urgence sanitaire, pour encore 15 jours de plus.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Football – Barea : Une vingtaine de joueurs détectés par Nicolas Dupuis

Kevin Théophile Catherine pourrait-il renforcer les Barea ?

Tout en respectant les mesures de confinement et les gestes-barrière imposés, le sélectionneur Nicolas Dupuis a choisi de ne pas chômer mais de travailler sur plusieurs volets pour le bien de l’équipe nationale et du football malgache en général. En effet, il a publié, pour la première fois, sur sa page Facebook, une vidéo sur son confinement, l’avenir des Barea, le projet Barea académie et la Pro League. En premier lieu, Nicolas Dupuis a parlé de la mise en place d’une grande équipe en France en charge de la détection des jeunes joueurs malgaches. Et selon ses explications, une vingtaine de joueurs d’origine malgache susceptibles de renforcer ou de compléter l’équipe nationale de football sont déjà sur leur piste. Il n’a pas encore précisé les noms de ces joueurs. Par contre, deux noms ont déjà envahi les réseaux sociaux, notamment celui de Kevin Théophile Catherine et de Loïc Lapoussin. Le premier joue dans l’équipe de Dinamo Zagreb et est habitué aux Ligues des Champions. Il pourrait remplacer Jeremy Morel qui a déjà pris de l’âge. Quant à Loïc Lapoussin, ce coéquipier de Ramalingom dans la deuxième division Belge a confirmé son identité génétique malgache. En plus, son profil ressemble visiblement à ce que Nicolas Dupuis exige.

Penser aux adversaires. Ensuite, il a annoncé également avoir pu profiter de cette période pour travailler sur la préparation des séances qui attendent les Barea. « Je fais des visionnages de nos futurs adversaires, à savoir la Côte d’Ivoire, l’Ethiopie et le Niger. Et ce n’est pas tout mais il y a aussi les adversaires dans le cadre de la Coupe du Monde », affirme-t-il, avant d’ajouter qu’il faut d’abord être patient puisqu’ « on ne jouera pas en juin, c’est sûr, et sans doute pas en septembre ou novembre, rien n’est sûr. Le primordial pour le moment c’est de vaincre ce virus avec de bonnes tactiques. Je me rends compte qu’ici la crise est plutôt gérée. J’ai mes enfants, ma famille et mon épouse en France, mais enfin quand on compare la situation en France à ce qu’on vit ici à Madagascar, on aperçoit qu’il y a moins de cas confirmés donc je tiens à féliciter tout le monde. Pourtant, peut-être qu’on oublie parfois les gestes-barrière et le confinement. Il faut qu’on reste très sérieux même si on a de la chance d’être dans un pays qui gère plutôt bien la crise. Enfin, on doit être vigilant pour qu’on puisse vaincre ce virus afin de pouvoir regarder le football et voir les Barea rejouer à la CAN et, pourquoi pas, à la Coupe du Monde ».

Nicolas Dupuis n’a pas non plus manqué de parler de la future académie Elite des Barea. D’ailleurs, il affirme beaucoup travailler sur ce projet. « On va pouvoir, une fois cette crise passée, lancer toutes les détections. Sachez qu’on aura beaucoup de travail à accomplir. Cette académie va nous permettre de créer les futurs Barea et d’avoir une équipe compétitive de façon durable », poursuit-il. Enfin, il a donné son avis sur la Pro League, qui a déjà connu sa première année de réussite même si cette épidémie l’a obligée d’arrêter ses activités. « En tout cas j’en suis fier et je suis convaincu qu’avec ce type de championnat, les joueurs vont être plus compétitifs, on aura de meilleures équipes nationales. Je pense aussi à toutes les équipes locales : CHAN, filles, garçons… qu’elles puissent obtenir de bons résultats et porter haut les couleurs malgaches », a-t-il conclu.

Recueillis par Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Ils ont dit

-Pierre Lenoble Narivony, président du HCDDED : « Les aides alimentaires ne doivent pas être exemptées de bonne gouvernance, de redevabilité et de transparence. Le contrôle de la circulation des personnes et des véhicules doit respecter les Droits humains et la réquisition des médias ne doit pas piétiner l’Etat de Droit tel qu’il est stipulé dans la Constitution, et la liberté d’expression ».

-Roland Ratsiraka, député élu à Toamasina I : « Les véhicules 4 x 4 affectés à la lutte contre le Covid-19 ne doivent pas être concentrés dans la capitale. Il faut en envoyer dans les autres régions touchées par l’épidémie ».

-Mamihaja Charlot, député élu à Mananjary : « C’est le moment de légaliser le « toaka gasy » qui peut remplacer le gel désinfectant qui n’est pas à la portée de la population dans les zones reculées. C’est d’ailleurs un produit « vita gasy » comme le Covid-Organics ».

-Pr. Ahmad Ahmad, ministre de la Santé publique : « En plus de la lutte contre le Covid-19, le personnel de la Santé prend soin des patients atteints d’autres maladies comme le paludisme et la dengue ».

-Fidiniavo Ravokatra, ministre des Mines et des ressources stratégiques : « En raison de du risque industriel représenté par l’ammoniac, 150 personnes doivent assurer un service minimum sur le site d’Ambatovy ».

Recueillis par R. O

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Un homme s’est évanoui à Ankazomanga

Dans la matinée de ce lundi 18 mai, la panique a eu les riverains de la pharmacie d’Akazomanga. En effet, un homme s’est évanoui près de la pharmacie, en faisant la queue. Cela a immédiatement alerté ceux qui se trouvaient aux alentours, mais aussi les médias.
Cette personne a perdu connaissance, après avoir eu du mal à respirer. Le centre de commandement opérationnel CCO- Covid-19 a été directement mis au courant et est venu immédiatement. L'homme, ayant déjà repris connaissance, a été rapidement emmené à l'hôpital.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : L’Ambassadeur de France à Madagascar convoqué par le MAE

Le Ministre des Affaires Etrangères, Djacoba Tehindrazanarivelo, a convoqué ce jour l'ambassadeur français à Madagascar Christophe Bouchard. La raison de la convocation que la ministère a envoyée pour ce dernier porte sur le projet de la France de faire une consultation pour la mise en place d’une réserve naturelle sur les îles glorieuses .
Djacoba Tehindrazanarivelo a affirmé l'opposition totale de Madagascar face à ce projet envisagé par la France. Il s'agit, selon la communiqué que le ministère a délivré ce jour, non seulement un non respect pour Madagascar en outre, cette décision bafouille les négociations entre les deux Etats qui sont toujours en cours.
Tia Tanindranaza0 partages

Covid 19 eto MadagasikaraLojika ny fiakaran’ny isa

Ny fidirana amin’ny fialana tsikelikely amin’ny fihibohana kanefa tsy hita mazava izay fepetra tena hentitra hampifanarahana izany fa ny fitondram-panjakana

 

 mihitsy aza no toy ny mamboly ilay aretina amin’ny alalan’ny famoriana olona etsy sy eroa hilahatra karazana fanampiana. Tsy misy izay tsy voasarika hifampitakosikosina na ireo mpilahatra eny amin’ny tsena mora na ny eny amin’ny tosika fameno ary ny paositra fameno sy ny hafa rehetra. Iny herinandro lasa iny no tena tsikaritra ho nahabetsaka indrindra izay fitangorongoronana izay. Isan’ny nalaza tamin’izany ny hita teny Mahamasina sy teny Anosy ka hatrany Ambohimanambola. Hita ho lojika ihany, araka izany, ny fiakaran’ny isan’ireo voan’ity areti-mandripaka Covid 19 raha toa ka 45 be izao ny sabotsy teo. Nampivarahontsana ny naheno fa mponina amina fokontany tokana eto Antananarivo daholo ny 16 isa tamin’izy ireo.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fidiran` ny CVO any FrantsaMisy fanangonana sonia hitsipahana azy

Maro ireo teratany vahiny no mitsikera ny tambavy CVO, fanafody fanefitry ny aretina Covid-19. Misy mihitsy ny fanangonana sonia hitsipahana izany toy any Frantsa. Hita ao anatin` ny rohy https://www.leslignesbougent.org/petitions/artemisia-annua-vente-libre/

ny mahakasika izany ka sonia 14 000 isa no voaangona mba tsy hidiran` ny tambavy CVO ao aminy. Amin` izao fisian` ny olona iray namoy ny ainy vokatry ny coronavirus izao eto Madagasikara dia azo antoka fa ho mafy kokoa ny tsikera ka mety hanaratsy endrika indray ny firenena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsiambaratelon'ny Covid Organics« Ny IMRA sy ny fitondram-panjakana ihany no mahalala azy »

Efa niteny foana aho fa tsy maintsy hitohy ny fikarohana momba ny tambavy Covid organics na CVO, hoy ny Dr Marius Ramaroson, talen’ny Klinika Saint Thomas eto Antananarivo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

AlasoraOlona 20 tratra tsy nanao arotava

Olona miisa 20 no tratra tsy nanao arotava ny faran’ny herinandro teo teny amin’ny kaominina Alasora, distrikan’Antananarivo Avaradrano.

 

 

Nandritra ny fisafoana nataon’ny mpitandro ny filaminana niaraka tamin’ny tompon’andraikitry ny kaominina no nahatrarana azy ireo izay nosaziana nasaina namafa lalana avy hatrany no sady nentanina mba hanao aron-tava ihany koa ho fitsinjovana ny fahasalaman’ny mpiara-belona. Ankoatra izay dia mpivarotra maromaro ihany koa no mbola tratra nivarotra teny amin’ny By-pass na dia efa dila aza ny fotoana tokony hanaovana izany, ny sabotsy hariva teo. Nandraisana fepetra manokana ihany koa moa izy ireo, araka ny vaovao azo hatrany. Hohamafisina araka izany ny fanaraha-maso ao anatin’ity kaominina ity mandrapahafoanan’ny tsimokaretina coronavirus tanteraka eto amintsika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa Ambatovy ToamasinaTsy misy mivoaka, tsy misy miditra

Ny minisitry ny harena ankibon'ny tany sy Loharano stratejika Fidinarivo Ravokatra no nitarika ny delegasionina nidina ifotony izay niaraka tamin’ny Governoran’ny Faritra Atsinanana ,

ny talem-paritry ny asa sy ny fampananan'asa Atsinanana ary ny ao amin'ny serasera sy kolontsaina Atsinanana . Isan’ireo teboka nojerena ny tsy maintsy hanibohana na " mise en quarantaine " tanteraka ireo mpiasa miisa 150 tsy maintsy miasa eo anivon'ity orinasa ity .Tsy mahazo mivoaka ny faritry ny orinasa intsony izy ireo. Noraisin'ny orinasa an-tanana ny mombamomba azy ireo, ary misy tsara ny trano hipetrahan'izy ireo ao. Hita ho voahaja ny fepetra mikasika ny fisorohana ny COVID 19 ao anatin'ny orinasa, hoy ny fanazavan’ny tompon'andraiki-panjakana. Isany ny elanelana 1 metatra na aiza na aiza. Eo koa ny fizahana maripàna eo ampidirana sy fivoahana ny site ka izay olona manana maripàna mihoatra ny 38° C dia alefa avy hatrany manatona mpitsabo ao ihany . Efa misy mpiasan'ny fahasalamana eo am-pidirana sy fivoahana. Rarana ny tsy fitondrana arotava ary efa misy akora fanasana tanana ary fandomana faladian-kiraro ihany koa mivoaka sy miditra ny toeram-pitrandrahana. Manoloana ny fitakiana nataon’ireo sendikan’ny mpiasan’Ambatovy na FISEMA ny amin’ny tokony hampitoviana ny marary rehetra omaly ihany moa dia nanambara ny avy eo amin’ny minisiteran’ny harena an-kibon’ny tany fa tsy mandray an,Ambatovy ho fahavalo akory izy ireo fa miezaka kosa ny hampanaraka ny rehetra ny fepetra iadiana amin’ity COVID 19 ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry Rajoelina"Ho henjana ny sazin'ireo tsy manaja toromarika"

Roa volana katroka ny fahamehana ara-pahasalamana. 117 no voa tao anatin'ny iray volana. Voafehy ny fiparitahana rehefa nanaja ny toromarika.

HANANGANA LABOARATOARA SY FAMOKARANA FANAFODY

 Miatrika ny fahavalo avy any ivelany sy ato anatiny isika, fizarazarana, fomba fiasa, hoy i Andry Rajoelina. Nanakiana ilay valim-pitilian’ny IPM 6 mey. 32/33 ny tapak'andro maraina, niampy 35 no nitondra ny tsimokaretina, ka 67 ny iray andro, kanefa 10 no tena voa rehefa naverina. Na inona na inona antony dia tsy azo ekena ny trangan-javatra tahaka izao, hoy i Andry Rajoelina. Tonga ny fotoana hiainantsika ny tena fahaleovantena marina… Hakana lesona sy hanamarina ny lalana hodiavintsika izao zavamisy izao; vonona hiara hiasa isika saingy tsy baikoan’ny avy any ivelany amin'izay safidintsika, hoy i Andry Rajoelina. Hanokatra toeram-pitiliana ho an'ny Malagasy eto Madagasikara isika, hanangana orinasa lehibe mpamokatra fanafody, ka hotokanana mialohan'ny 26 jona ny tetikasa. Tanjona ny mba haha maodely aty amin'ny ranomasimbe Indiana sy Afrika ary manerantany i Madagasikara indrindra fa amin'ity ady amin'ny coronavirus ity, hoy ny filoha Andry Rajoelina.

 

Tsy nisy resaka nandritra ny kabarin'ny filoha ny momba ny datim-panadinana, ny fiahiana ireo sekoly tsy miankina.Tsy fantatra mazava ihany koa ny mety ho tohin'ny tohana ara-tsosialy ho an'ireo sahirana.Niandry vasoka ihany koa ny orinasa amin'ny sehatra tsy miankina fa na fehezanteny iray aza tsy nisy miantefa amin'izy ireo.

Toky R sy Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Manarintsoa Isotry Olona 100 natao fitiliana

Fidinana ifotony eto Manarintsoa Isotry izay nahitana olona 16 vaovao mitondra ny tsimokaretina. Solotenan'ny Governemanta miisa 7 notarihin’ny minisitry ny

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voan’ny covid-19 tonga aty IarivoHanjakan’ny gaboraraka sy kolikoly ny RN2

Mahatalanjona ny fisiana olona 15 avy any Toamasina tratry ny coronavirus tonga aty Antananarivo Renivohitra.

 

Fepetra noraisin’ny fanjakana anefa ny tsy fahafahana mivezivezy miala amin’ireo faritra 3 misy ny coronavirus dia Analamanga, Matsiatra Ambony, ary Antsinanana. Mbola tafiditra aty an-dRanivohitra ihany ny olona am-polony mahery avy any Toamasina, izay heverina fa mbola mihoatra an’ireo fa ireny aloha ny tratra. Iza no tompon’andraikitra tamin’ny goragora? Efa niaka-pofona ny Filoham-pirenena ny resaka fivoahana avy ao Ambatovy fony izy tany Toamasina ny 7 mey. Inona no andraikitra ny mpitandro filaminana amin’io resaka goragora any amin’ny RN2 io. Ny tao Moramanga dia nalaza ny resaka jono botry ataon’ny fiara sasany izay 30 000Ar no saran-dàlana, ary ahiana ho nisy tahaka izany ihany koa avy any Toamasina, izay samy tao anatin’ny RN2 rahateo. Ny Pr Vololontiana Hanta omaly dia naneho 150 000 Ar hatramin’ny 200 000 Ar ny famarotana ny fahazoan-dàlana manokana hivezivezy, izany hoe tena misy kolikoly lehibe. Asa hisy ve ny fanasaziana ho an’ireo tompon’antoka na ny mpanao kolikoly na ny mpanara-maso tsy nahavita ny andraikiny?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

MahajangaNiaka-bidy ny henomby

Samy mikaikaika avokoa ny isan-tokantrano any Mahajanga fa niakatra ny vidin` ny sakafo an-tsena amin` izao fotoana izao.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamboarana ny kianjaben’i MahamasinaHo vahana haingana ny olan'ireo mpiasa

Nidina ifotony nijery ny fivoaran’ny asa momba ny famadihana ny kianjaben’i Mahamasina ho lasa kianja manara-penitra ny 13 mey teo ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny asa.

Tsikaritra taorian’ny fihainoana ny hetahetan’ireo mpiasa sy ny mpampiasa na CSCOD fa mila fanatsarana ao anatin’ny fotoana fohy ny toerana hatorian’ireo mpiasa. Toy izany koa ny toeram-pivoahana sy fidiovana. Ny resaka fahasalamana sy ny fanaovana fitaovam-piarovana na EPI. Niaiky moa ny mpampiasa na CSCOD fa nisy tsy fahatomombanana teo amin’ny fitondran’izy ireo ny mpiasa vokatry ny tsy fahafaha-niomana noho ny fidiran’ny valan’aretina COVID 19, raha ny tatitra voaray ny sabotsy teo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mila 301 tapitrisa dolara ny fanjakanaHoloarana ny volan'ny CNaPS, SONAPAR, Banky Foibe…

Navoakan’ny fampahalalam-baovao vahiny Africa Intelligence ny 15 mey lasa teo, fa miketrika « Plan Marshall » mitentina 301 tapitrisa dolara ny fanjakana, hoenti-manavotra ny toekarena.

 

 Tsy ampy antsasak’io anefa ny vola hoenti-manana satria 143,4 tapitrisa no azo vatsiana, ka ny antsasany eo avy amin’ny mpamatsy vola iraisam-pirenena. Miketrika mafy ny tsy maintsy hanentsenana an’io tsy fahampiana io ny Kabinetran’ny Filoha tarihin’ny Sekretera Jeneraly Atoa Valéry Monjavelo, hoy io fampahalalam-baovao io. Mihevitra ny hitondra anjara 25 tapitrisa Euros ny governemanta, saingy tsy ho avy amin’ny volam-panjakana tantanan’ny Minisitry ny Richard Randriamandranto, fa amin’ny alalan’ny volan’ny CNaPS izay efa midingin-drambo amin’ny fikotrehana hakana vola hanarenana ny Air Madagascar amin’izao fotoana izao. Efa tany amin’ny hoe hakana vola hanamboarana ny Tanà-masoandro no nampiaka-peo ny sehatra samihafa, toy ny mpiasa mpandoa latsakemboka fa tsy azo ekena io. Eo ihany koa ny volan’ny SONAPAR izay efa nisy ampahany namidy tamin’ny orinasa STAR ny taona 2018. 60 tapitrisa dolara ihany koa no kendrena halaina ao amin’ny Banky Foibe,… Ny fehiny, dia tsy ampy na tsy manam-bola hoenti-mihetsika ny fanjakana. Mila ny vola avy any ivelany, raha tsy te handoatra amboletra an’ireo vola amin’ny orinasam-panjakana tadiavina hatao tantely afa-drakotra, izay ahiana ho faty avy eo. Ny 75% amin’ny tetibola ho an’i Madagasikara dia avy any ivelany avokoa. Mazava aloha io fa toa mampamangy na mbola any an-kibon’ny omby ny vola ho ana tetikasa goavana, toy ny Tanà-masoandro. Ny fanavaozana ny Rova tsy nisy tetibola mazava sy vonona fa avy any amina departemanta samihafa no noloarana,… Vola 77 tapitrisa dolara na 280 miliara ariary eo kosa anefa no hanaovana ny Kianjan’i Mahamasina, izay tsy hisy vokany velively amin’ny toekarena sy ny sosialim-bahoaka tena mampikolay.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fokontany Antohomadinika AfovoanyManjavozavo ny fandraisana andraikitra

Hitarainan’ireo komity loharano ao amin’ny fokontanin’ Antohomadinika Afovoany notarihan’ ny mpandrindra ankapobeny ao aminy, Atoa Ranivoarison

 

 

Rija niaraka tamin’ny loholona Razanajatovo René sy ny mpikambana Jean Fidelis ny tsy fandraisan’ireo komitim-pokontany tarihan’ny filohany ao amin’ity fokontany iray ao amin’ny boriborintany voalohany eto Antananarivo-renivohitra ity. Hatramin’ny niandohan’ny fizarana ny vatsy tsinjo voalohany mbola tsy nahateo anay izay 5%-n’ireo zokiolona monja no mba nisitraka izany tety aminay, nandalo tamin’ny fizarana an’ireo fanampiana ho an’ny sahirana avy amin’ny malala-tanana izy olom-bitsy nofidifidiana manokana no nahazo tamin’izany ka hatramin’izao fizarana ny tosika fameno avy amin’ny fanjakana izay ny manana “mobile money” ihany no homena azy dia hita, hoy izy ireo, dia tena hita taratra io tsy fandraisana andraikitry ny filoham-pokontan’i Antohomadinika Afovoany sy ny ekipany io nefa tsy havelan’izy ireo hisahana ny asa nankinina aminy ny komity loharano eny an-toerana izay vonona ny handray izany andraikitra izany tanteraka mba hanalefahana ny fahasahiranam-bahoaka amin’izany fiatrehana ny ady amin’ny covid-19 izao. Niainga avy eny ifotony ny nananganana an’io komity loharano io, hoy Atoa Rija, ary ahitana sokajin’olona maro (dokotera, mpampianatra sns… ) sy avy amin’ny antoko samihafa ihany koa (Arema, Mfm, Tgv, Tim). Efa nahavita boky mirakitra ny lisitry ny olona rehetra mpetraka ao amin’ny fokontanin’Antohomadinika Afovoany izahay sy ny asan’izy ireo avy, hoy hatrany ity mpandrindra ny komity loharano eny an-toerana ity, ka efa vonona avy hatrany hampiasaina amin’ny resaka “digitalisation” ny fifidianana satria efa voarakitra ao anaty solosaina. Tsy avelan’ny lehiben’ny fokontany hiasa anefa izahay fa hoe tsy mbola ara-dalàna hono ka takianay marindrano io fandraisana andraikitra marina eo amin’ity fokontany misy anay ity hampandroso ny tanànanay fa vonona ny amin’izany izahay komity loharano raha ilaina.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

HAFARI Malagasy Hampiroborobo ny fitsaboana nentim-paharazana

Hampiroborobo ny fitsaboana nentim-paharazana amin’ny alalan’ny fampiasana ny zava-maniry ny Fikambanana Hafari Malagasy miaraka amin’ilay mpitsabo nentim-paharazana ( Tradi-praticien) Rakotondranaivo Jean Pierre.

 Raha araka ny fantatra dia nolovain’ity farany tamin’ny dadabeny tany amin’ny 70 taona lasa io fitsaboana hataony io ary mety sy azo hatao eto Madagasikara. 11 taona teo ho eo izy izay no nanomboka nanatsara sy nanova ny asany amin’ny alalan’ny fampiasana ireo milina manara-penitra toy ny lambika fandroahana sy ny zavatra takian’ny fivoaran’ny toetr’andro ankehitriny ny tenany hanodinana ireo zava-maniry. Efa vita andrana tany amin’ny 70 taona lasa avokoa araka izany ireo ravinkazo hampiasainy ary nety teto Madagasikara izay fehezin’ny lalana 2011/002 tamin’ny 15 jolay taona 2011 ary nahazo fampiharana tamin’ny 22 Aogositra taona 2011 ihany. Tamin’ny andron’ny tetezamita no nivoahan’io lalana io araka ny artikla laharana faha-100 mikasika ny fitsaboana nentim-paharazana. Hanofana olona 200 eo ho eo araka izany Rakotondranaivo Jean Pierre. Isaky ny foiben’ny hafari manerana ny Nosy araka izany dia hisy an’izay avokoa. Na izany aza dia tsy mivarotra fanafody izy ireo fa manamboatra hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina. Maro no efa sitrana tamin’izany ary nanaovana fanandramana toy ny diabeta sy ny homamiadana. Na ireo dokotera manam-pahaizana be sy ambony aza dia fantatra fa efa nandefa marary hotsaboina tao amin’izy ireo. Tsiahivina moa fa Rakotondranaivo Jean Pierre dia voasoratra ao amin’ny laharana 2878 tao amin’ny ANTM ary nahazo chevallier de l’ordre national tamin’ny 15 novambra taona 2015. Mpikambana tao amin’ny astrama izy taloha saingy noho ny disadisa nisy dia efa ao amin’ny Fitsaboana Traditionnel Malagasy ankehitriny miaraka amin’ny Hafari Malagasy.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sabotsy NamehanaTratra ilay vehivavy mpamatsy rongony

Vehivavy iray mpamatsy sy mpivarotra rongony eny Sabotsy namehana sy ny manodidina no voasambotry ny polisy.

 

 Nahazo fampitam-baovao avy amin'ny olona tsara sitrapo ny polisin'ny "Commissariat Central" Avaradrano eny Sabotsy Namehana fa misy olona mamatsy rongony eny amin'iny faritry iny ka ankoatra ireo tanora dia maro ireo olona voasarika hividy izany. Natao ny famarinam-baovao sy ny vela-pandrika ka fantatra fa eny Ankorondrano no alaina ny entana. Rongony 06 gony no saron'ny polisy teny amin'ity toerana ity ka vehivavy iray no tompon'antoka tamin'izany. Efa miroso amin'ny fanadihadihana azy ireo ny polisy ka anio alatsinainy no hatolotra ny fitsarana Ramatoa .

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana cash-point, grossiste...Matin'ny polisy i Tovo Brown

Roa andro taorian'ny fanafihana cash-point nisy tetsy Nanisana ny zoma 15 mey lasa teo dia lavon'ny balan'ny Polisy teny Ambohijanaka ny iray tamin'ireo

jiolahy nanao ilay fanafihana izay fantatra amin'ny anarana hoe "Tovo brown". Tao anatin'ny famotorana no nahalalana fa eny Ambohijanaka (Lohanosy) no misy ity jiolahy ity, ka nanaovan’ny polisy bemidina avy hatrany. Vao nahita ny mpitandro ny filaminana i Tovo brown dia nitifitra avy hatrany ka teo no nisy ny fifampitifirana teo aminy sy ny Polisy ary nitarika ny fahafatesany. Nomarihin’ny mpitandro filaminana fa isan'ireo jiolahy mpanao fanafihana mahery vaika eto an-drenivohitra i Tovo Brown ka isan’izany ny cash-point tetsy Ampasapito, Grossiste FOFIFA, famonoana olona tao anatin'ny fiara sprinter teny Malaza, fanafihana mitam-piadiana teny Ambohijanaka sy ireo fanafihana hafa nahavoatonona azy. Azo hatao avy hatrany ny miantso ny polisy raha misy ny toe-javatra ilàna izany maika, toy ny asan-jiolahy ka 034 05 517 21 ho an’ny USI Unite Speciale dIintervention; 034 05 998 90 ho an’ny UIR Unité d’Intervention Rapide, ary 034 05 517 22 ho an’ny SAG n any “Service Anti-Gang”.

Toky R sy Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Vaky trano teny Ankasina Lehilahy roa nampidirina am-ponja vonjimaika

Lehilahy miisa roa, 27 sy 30 taona no voasambotry ny polisy miasa ao amin'ny kaomisaria 67 ha ny zoma 15 mey teo noho ny resaka vaky trano.

 Lehilahy iray 56 taona no tonga nametraka fitoriana tao amin'ny biraon'ny polisy 67 ha ny 15 aprily lasa teo fa nisy namaky ny tranony fitehirizany entana tao Ankasina. Araka ny fanambarana nataon'ity lehilahy ity dia ny marainan'ny alatsinainy 11 aprily teo tokony ho tamin'ny 09 ora teo ho eo izy no nahatsikaritra fa nisy fahabangana ireo entany tao nefa ny trano mihidy. Lasa tamin'izany ny kojakojana fiara maromaro mitentina 2 tapitrisa Ar. Rehefa nohadihadiana ity lehilahy ity dia nanondro lehilahy mpitarika sarety iray izay nahiahiny fa nahavita izao asa ratsy izao. Ny 15 mey teo dia nampanantsoina tao amin'ny biraon'ny polisy ity lehilahy mpitarika sarety ity natao famotorana. Niaiky avy hatrany moa ity farany vao nohadihadian'ny polisy ary mbola nanondro ny namany iray izay nanampy azy tamin'ny famoahana ireo entana nangalarina. Nosamborina ny sabotsy maraina 16 may teo ity lehilahy namany ity. Samy niaiky ny heloka nataony izy roa lahy ireo. Natolotra ny fitsarana ny sabotsy teo izy ireo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famerenam-bola eny amin’ny bankySahirana ireo mpanao asa tena

Efa tena manomboka mahazo vahana ary mihalalina ny krizy aterak’ireo fepetra tsy maintsy ampiharina nohon’ny aretina coronavirus.

Miha-mitombo hatrany ireo olana sahirana amin’ny famerenam-bola eny amin’ny Banky sy ny orinasa mpampindram-bola madinika ireny, indrindra ny mpanao asa tena. Raha ny teo anivon’ny Orinasa mpampindram-bola madinika APEM-PAIQ (Association pour la Promotion des Entreprises à Madagascar- Programmes d’Appui aux Initiatives des Quartiers) dia nanambara ny tompon’andraikitra ny fitantanana, Rtoa Ravelonarivo Warda Sojnackie fa nihena 60% ny tahan’ny vola miverina tamin’ny Orinasa nohon’ny krizy ara-pahasalamana misy eto Madagasikara. Antony hoy izy ny tsy fandehanan’ ireo asa aman-draharaha amin’ny laoniny intsony. Voakasika mafy amin’izany ireo olona misehatra amin’ny asa madinika izay tena misedra olana ankehitriny. Maro amin’izy ireo no tsy mahatafaverina ara-potoana intsony ny vola tokony aloha ary misy mihitsy aza ny tsy mandoa intsony. Amin’izao fotoana izao dia nanapa-kevitra ny APEM-PAIQ fa haato aloha ny fampindramam-bola amin’izao hamehana ara-pahasalamana izao. Etsy andaniny dia tsy misy ny fakana ny sazy ho an’ireo tsy mahaloa vola ara-potoana izay tsy mahafeno ny vola tokony haloa. Ho an’ireo izay tsy tonga mandoa mihitsy kosa dia misy ny taratasy natao hametrahan’ireo mpanjifa ny fepotoana eritreretina hahafahana mandoa ny trosa.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaFeno marary ny hopitaly manarapenitra

Tena feno marary ankehitriny ny hopitaly manarapenitra CHU Morafeno ao Toamasina ka voatery novana ho toerana fandraisana an’izany indray ankehitriny ny « Foyer Canada », ahitana fandriana 50.

Tao ho ato dia navoakan’ny foibe CCO covid-19 eny Ivato fa saika ahitana olona avy any Toamasina hatrany ireo vaovao voatily fa mitondra an’ity tsimokaretina ity. Efa hentitra dia hentitra aloha ny any an-toerana ankehitriny , raha ny tati-baovao voaray, ny fanaraha-maso an’ireo fepetra ho fiarovana amin’ny fihanaky ny covid-19 toy ny fitondrana « masque » na « cache-bouche » sns…

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Claude RaharivoatraTsy mampaninona ny taona fotsy, saingy ...

Mbola miaina tanteraka ao anatin’ny ady amin’ny fiparitahan’ny tsimok’aretina coronavirus isika ankehitriny.

 

 

Mbola ireo mpianatra hiatrika ny fanadinam-panjakana ihany hatreto no afaka manohy ny fianarany saingy mbola amin’ny ora voafetra ihany koa. Manahy ny amin’ny mety hisian’ny taona fotsiny araka izany ny Ray aman-dReny sy ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny. Nanazava ny mikasika izany Raharivoatra Claude filohan’ny Sempama tamin’ny faran’ny herinandro teo. Nambarany fa na ho tonga amin’izay taona fotsy izay aza amin’ity taona 2020 ity dia tsy maninona saingy tokony hifanarahana kosa. Tokony hisy hoy izy ny fifampidinihina hiarahan’ireo mpisehatra rehetra ka lohalaharana amin’izany ireo Ray aman-dRenin’ny mpianatra noho ireto farany mampandeha ny fiainan’ny sekoly tsy miankina, ny sendika, ny mpampianatra… hotronin’ny fanjakana. Nomarihiny manokana moa fa valan’aretina tsy nampoizina ny coronavirus ary tsy mbola fantatra hatreto izay fotoana handresena azy noho izany aleo mahita ny ankizy salama na tsy mianatra aza toy izay ho lasibatry ny aretina.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiaram-panjakana sy fiarana parlemantera Misy fepetra ny fahafahany mivezivezy

Anisan` ireo fiara afaka mifamezivezy amin` ireo fatitra telo vokasik` ny aretina Covid-19 ireo fiaram-panjakana sy an` ireo parlementera dia anisan` ireo fiara afaka mivezivezy malalaka amin` ireo faritra telo voakasiky ny aretina Covid-19.

 

Ho an` ireo fiaram-pankajana, dia tsy maintsy manana takelaka mena sy taratasy ara-dalàna. Tsy maintsy kosa manana “ordre de mission” sy karatra maha mpiasa (carte professionnelle) ireo mpandeha ao anatiny. Ho an` ireo fiaran` ireo depiote na loholona indray dia tsy maintsy misy ny “cocarde”. Tsy maintsy ao anatiny ihany koa ny parlementera (présence physique) ary tsy maintsy manana ny karatra maha mpikambana azy ao anaty parlemanta ka mampiseho izany an` ireo mpitandro filaninana izay misahana ny fifamezivezena amin` ireo lalàm-pirenena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Milalao afo

Efa hita, hono, ny fanafody kanefa ny marary rehefa jerena vao miha mitombo. Ilay fanentanana tsy hivoaka ny trano moa izany efa naman’ny tantara sisa.

 

Efa nirosoana rahateo koa moa ny fialana tsikelikely amin’izany ka tsy dia atao mahagaga ihany. Ny filoham-pirenena misarika hanoy lalana miankavanana, ny mpandray baiko kosa mizotra miankavia. Izay hatrany aloha no sary nisongadina tao anatin’izay 2 volana nametrahana ity ahamehana ara-pahasalamana ity izay. Rehefa ny vahoakanao, hoy ilay filoham-pirenena teo aloha izay, no tsy manaraka izay lazainao intsony dia mba tongava saina ihany. Miharihary ankehitriny fa tsy voafehin’ny fitondram-panjakana ny fitantanana ity ahamehana ity sy ny fitsinjovana ny fahasalamam-bahoaka mba tsy hilazana hoe ny ainy. Ny tena tokony ho laharam-pahamehana hamaivanina, hoy ny solombavambahoaka iray izay, raha mahita ny tsy firaharahiana loatra ny aretina Dengue, izay efa nahafaty malagasy an-jatony, sy ny tsy firaharahiana loatra ihany koa ny Tazomoka, izay efa nahafaty maherin’ny 400 isa. Fihetsiketsehana koa anefa Ambohimamory, ara-bakiteny, hany ka ny vokany dia vao miha mitombo ireo mitondra ilay otrikaretina izay tena hankalazaina fa ady iombonana. Fepetra sady mampikatso ny toekarena no vao miha mampitombo ireo marariny, araka ny voalazan’ilay solombavambahoaka iray hafa, no hita fa apetraky ny fitondram-panjakana hatreto. Soa ihany tokoa ary hisaorana Ny Avo fa tsy mbola nisy maty aloha izany, raha ny tarehimarika ofisialy. Na izany aza dia azo lazaina ho milalao afo hatrany isika sy ny mpitondra antsika amin’ity fihetsika samy maka tsy taitra sy tsy mivaky loha ity. Ny mpitondra moa, arak’ilay vazivazy zaritenany efa fandre matetika saingy toa tsy raharahiany, dia mampirisika hanao tsy hazoto hivoaka ny trano na hijanona ao an-trano mihitsy saingy miantso isan’andro hitangorona hilahatra karazana fanampiana kosa. Ny vahoaka anefa iaraha-mahalala.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitateran’olona an-tsokosoko Tompon’andraikitra iray no naiditra am-ponja

Naiditra am-ponja vonjimaika ao Antsirabe ny tompon'andraikitry ny fitaterana an-tanety ao amin'ny faritry Vakinakaratra ny zoma 15 mey teo noho ny fanararaotam-pahefana sy fampiasana ary fanamboarana taratasy hosoka.

 

 

Araka ny vaovao voaray dia fantatra fa nampiasain'ity tompon'andraikitry ny fitanterana an-tanety ity nitondrana olona an-tsokosoko ireo fiarany no izao tra-tehaky ny polisy izao. Rehefa nosavaina anefa ny taratasin'ireo fiara ireo dia hita fa hosoka avokoa. Taorian'ny fanadihadiana nataon'ny polisy dia natolotra ny fitsarana ity farany ary notazomina am-ponja vonjy maika niaraka tamina olona iray. Mbola entina hiakatra eto an-drenivohitra ity talem-paritry ny fitaterana ity hanaovana famotorana ao amin'ny "pole anti-corruption".

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondram-panjakanaManao pi-maso amin'ireo firenena miteny Anglisy

Sambany nahitana fanehoan-kevitra tamin’ny teny anglisy ny faran’ny herinandro teo ny rindrin’ny Facebookn’ny filoham-pirenena malagasy, Andry Rajoelina.

 

Taorian’izay moa dia nisy koa ny fivahinianan’ny minisitry ny serasera malagasy sady mpitondra tenin’ny governemanta, Lalatiana Andriatongarivo, tao amin’ny haino aman-jery anglisy.Raha fintinina fohy ny resany tao dia nifantoka betsaka tamin’izay azo lazaina momba ny tambavy Covid organics na CVO. Ankoatry ny filazana fa Artemesinine no kasinga fototra ao anatiny dia naverina nazavaina koa fa tsy mila miandry ny atao hoe fanandramana klinika izy io fa fitiliana na “observation” dia ampy. Nangataka fanazavana mikasika ny maha samihafa ireo moa ny mpanao gazety ka dia novalian-dramatoa minisitra arak’izay fahazoany azy toy ny mahazatra izany. Amin’ny ankapobeny dia tsikaritra ho nisarika ny be kintana sy ireo firenena miteny anglisy mba hanjifan’izy ireo ity tambavy malagasy ity ny resakay. Paikadin-tserasera izay hita ho natodika kokoa any amin'ireo firenena miteny Anglisy fa tsy nionona intsony tamin'ny firenena Frankofonina. Anisan'ny fanontaniana mipetraka any an-tsain' ny olona ny  hoe ho sahy hanapaka tanteraka ny tady amin’ny frantsay tokoa ve ny fitondrana ankehitriny sa inona no mety ho anton'izao ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Vahoaka MalagasyHeverin'ny filoha fa mandeha amin'ny herin'ny masoandro ve ?

Mitohy ny hamehana sy ny fepetra rehetra mifanaraka amin’izany. Ho henjana ny sazy ho an’izay manao tsirambina, hoy ny Filoham-pirenena.

 Tsy nisy na kely monja aza ny resaka sosialy. Ny tena vahaolana ara-toekarena voazava. Adinon’ny Filoham-pirenena tanteraka ny fahasahiranam-bahoaka efa roa volana. Heveriny fa efa ampy angamba ny tosika fameno ho ana ampahan’olona tsy ampy 5% akory amin’ny vahoaka sahirana. Mihantra ny fepetra hentitra mametra ny fahalalahan’ny isam-batan’olona sy ny asa fihariany. Voageja tsy afaka mamokatra araka ny tokony ho izy ny orinasa sy ny sehatr’asa samihafa. Tsy misy vahaolana mafonja avy amin’ny fitondram-panjakana anefa fa dia hoe mila mihafy na maty noana aza ny valalabemandry. Ny hoenti-manana ara-bola tamin’ny alalan’ireo fanampiana sy fampindramam-bola tamin’ny anaran’ny Malagasy, toa manjavozavo tanteraka ny fitantanana. Ny fanazavana nentina minisitra iray ao anatin’ny governemanta aza moa, dia toa nambara fa hampifandanjana ny volam-panjakana ny 444 tapitrisa dolara avy any ivelany. Tsy vitan’i Madagasikara ny hanao fihibohana tahaka ny any ivelany, izay misy ny tetibola goavana haompana amin’io, saingy tokony hahavita izay vitany ilay efa voasoratra ho an’ny toekarena sy sosialim-bahoaka, saingy toa lasa any amin’ny làlan-kafa. Na izany aza tsy vitan’ny hoe mihiboka na hamafisina ny fepetra dia milamina. Sao sanatria heverin’ny Filoha ho mandeha amin’ny herin’ny masoandro ny olombelona ka velombelom-poana?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaLehilahy iray matin'ny Coronavirus

Lehilahy iray antsoina hoe Kasaona Roger, 59 taona no namoy ny ainy noho ny coronavirus voalohany teto Madagasikara ny takarivan’ny 16 aprily teo, araka ny tatitra nataon’ny Pr Vololontiana Hanta omaly.

 

 

Ny 9 mey izy no niditra hopitaly. Mpiasan’ny fahasalamana mpiambina ny “parking” ao amin’ny Hopitalin’i Toamasina izy io. Nisy tosidrà sy diabeta izy, izay iray tamin’ireo “forme grave” roa tao Toamasina. Tao amin’ny Hopitaly Morafeno no nitsaboana azy, ary izao tsy tana izao ny ainy. Ny mpiasan’ny fahasalamana no miantsoroka ny fikarakarana ny razana fa ny vata hasiana no hiantohan’ny fianankaviana. Efa voalevina omaly ihany itompokolahy araka ny vaovao voaray, afaka nanatrika ny fianakaviana saingy voafetra kosa ny isa. Taorian’ny fahafatesana iray, dia roa ny “forme grave” na tena « forme critique » atahorana. Efa mihatony ireo marary roa ireo izay any Toamasina sy eny Anosiala, ary tsy manavy intsony saingy mbola misy “oxygène”, hoy ny Pr Vololontiana.

45 VOA TAO ANATIN'NY IRAY ANDRO

Ho an’ny 15 mey kosa, dia ny 11 ambiny tamin’ireo 67 nanaovana “contre-test” nataon’ny CICM dia nahitana 5 mitondra ny tsimokaretina, miampy ireo 5 tamin’ireo 55 efa vita, izany hoe 10 tamin’ireo 67 no voa. Nanao fitiliana vaovao miisa 120 ny CICM ka 16 tamin’ireo no voamarina fa voa. Olona nifandray akaiky (cas contacts) tamina olona efa naiditra hopitaly tamin’ny 10 mey izay monina teny Manarintsoa Isotry ireo 16 ireo. Nahitana tranga 3 ihany koa tany Toamasina. Miisa 24 izany voa voatilin’ny CICM. Ny an’ny IPM indray misy ny fitiliana eto Antananarivo sy any amin’ilay Laboratoire mobile any Toamasina ka 5 tamin’ny fitiliana 34 teto an-dRenivohitra no “positif”. Ny 16 tamin’ny fitiliana 40 natao kosa no voamarina fa voa tany Toamasina. 21 izany tranga vaovao voamarin’ny IPM ho an’ny andron’ny zoma 16 mey, ka 45 ny fitambarany miampy ny an’ny CICM.

 

 

TAFIAKATRA 304 NY VOA

Tranga vaovao 21 ihany koa no notaterina omaly, ka tamina fitiliana 103 no nahitana an’ireo. 61 ny fitiliana teto Antananarivo ka 15 tamin’ireo no voa, saingy olona avy any Toamasina avokoa ireo. 42 ny fitiliana tany Toamasina nahitana olona 6 vaovao. Fitiliana natao ny 16 mey ireo. Miisa 304 ny tranga rehetra nanomboka ny 19 martsa, ka 114 no sitrana ary 190 no mbola tsaboina, ary iray no namoy ny ainy.

Toky R

Ino Vaovao0 partages

FITATERANA OLONA AN-TSOKOSOKO : Naiditra am-ponja vonjimaika ny tompon’andraikitry ATT Vakinankaratra

Hentitra ny mpitondra Fanjakana sy ny mpitandro filaminana ary mahazo ny sazy tandrify azy avy ireo izay olona tratra manao izany. Ao anatin’ny ady sarotra ny Firenena ankehitriny noho ny aretina coronavirus ka hentitra ny fanaraha-maso ny lalam-pirenena, ny fiara mpitatitra izay mbola tsy mahazo mivezivezy amin’izao fotoana. Misy ihany ireo zatra minia mandika lalàna. 

Araka ny tatitra voaray avy amin’ny Polisim-pirenena DRSP Vakinankaratra àry dia voalaza fa naiditra am-ponja vonjimaika ao Antsirabe ny tompon’andraikitry ny fitaterana an-tanety ao amin’ny Faritra Vakinankaratra, ny zoma faha 15 mey 2020 lasa teo. Ny antony dia noho ny fanararaotam-pahefana sy fampiasana ary fanamboarana taratasy hosoka. Ny fanazavana no nilaza fa ampiasain’ity tompon’andraikitry ny Fitaterana an-tanety ity nitondrana olona an-tsokosoko ny fiarany ka tra-tehaky ny Polisy.

Rehefa natao ny fisavana ireo antontan-taratasy tany aminy dia hita fa hosoka avokoa. Taorian’ny famotorana lalina nokarakarain’ny Polisy no natolotra ny Fitsarana ny raharaha ary notazomina vonjimaika aloha izy sy ny olona iray hafa namany hatreto. Mbola hoentina eto an-drenivohitra ihany koa ny fanohizana ny fanadihadiana ny tranga izay tanterahin’ny “Pole anti-corruption” raha ny tatitra hatrany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA CASH POINT TENY NANISANA : Maty voatifitry ny polisy i Tovo Brown, jiolahy ikoizana

Roa andro taty aoriana dia efa nahazo vokatra tsara ny teo anivon’ny Polisim-pirenena, jiolahy fantatra tamin’ny anarana hoe Tovo Brown ity sarona ity ary koa namoy ny ainy. Ny famotorana natao no nahafantarana ny toerana nisy azy izay teny Ambohijanaka Lohanosy, ka nidina ifotony avy hatrany ny Polisy nikaroka azy. Raha vao nahita ireto Polisy i Tovo Brown dia nitifitra, ka raikitra ny fifamaliana tifitra teo amin’ny roa tonta izay nahavoatifitra azy ka nitarika hatramin’ny fahafatesany. 

Nomarihin’ny mpitandro filaminana mpanao ny fanadihadiana moa fa jiolahy raindahiny amin’ny fanaovana fanafihana mitam-piadiana mahery vaika teto an-drenivohitra Antananarivo ity farany. Fanafihana “cash point” teny Nanisana Ampasapito, fandrobana ny “Grossiste FOFIFA”, famonoana olona tao anaty fiara “Mercedes sprinter” teny Malaza, fanafihana mitam-piadiana tao Ambohijanaka, ireo no anisany nampisongadina azy tamin’ny asa ratsy vitany.

Hatreto dia mbola mitohy hatrany ny fikarohana ireo jiolahy mpiray tsikombakomba aminy miaraka manatanteraka ireo asa ratsy ireo. Mbola maro rahateo koa ireo jiolahy mihaodihaody eto an-drenivohitra sy ny manodidina manohy fanafihana amin’ny toerana maro saingy tsy milavo lefona ireo Polisy miaro ny vahoaka sy ny fananany, miady amin’ny tsy fandriam-pahalemana, raha ny fanazavana voaray mandrakariva.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAKANA AN-KERINY : Narodana ilay trano fanafenana olona teny Ambohimahitsy

Tamin’ity fotoana ity no nahafantarana ny mombamomba ilay trano teny Manankasina Ambohimahitsy fa fanafenan’ireo olon-dratsy ireo olona nalaina an-keriny. Marihina hatrany fa lasibatr’ireto farany ireo teratany karana monina eto amintsika. Anisany nafenina tao amin’ity trano ity koa izao i Navaz Veldjee, ny 13 desambra 2019. Fantatra tao anaty fanadihadiana natao fa ity trano naorina teo amin’ity toerana ity dia tsy nahazoana fahazahoan-dalana akory ary nanana olana tamin’ny Fiangonana Katolika ihany koa ny milaza ho tompony satria voamarina fa an’ny Katolika ny tany, raha ny loharanom-baovao. 

Na ireo nanorina ity trano ity aza dia anisany tafiditra tao anatin’ny mpiray tsikombakomba tamin’ireo jiolahy. Ankehitriny moa dia efa narodana tanteraka ity trano ity. Tonga teny an-toerana ny bildozera nandrava izany sy ireo Zandary manara-maso akaiky ny raharaha. Raha ny nambaran’ny Minisiteran’ny fanajariana ny tany dia nanamafy izy ireo fa tsy tokony ho lasan’ireo olon-dratsy mpanao “kidnapping” intsony io tany io ary tsy ananany zo hanorenana trano intsony fa miverina soa aman-tsara amin’izay tena tompony dia ny Fiangonana Katolika.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY « CORONAVIRUS » : Hotokanana alohan’ny 26 jona ny labôratoara manokana ho an’ny Mala...

Izany dia tafiditra indrindra ao anatin’ireo paikady hiadiana amin’ny mety ho fihanahan’ ilay tsimok’aretina “Covid 19” eto amintsika.Mitohy hatrany ny ezaka ataon’ny fitondram-panjakana Malagasy manoloana ny ady hatao amin’ny tsimok’aretina “Covid 19”. Manodidina ny roa volana mahery teo izay no niatrika izany ny firenena ary, hatreto dia tsy mitsahatra ny manatsara an’ireo fomba rehetra hoentina hiatrehana izany ny fanjakana. 

Tafiditra indrindra ao anatin’ireo paik’ady mba hahafahana mifehy ny valanaretina ao anatin’ny fotoana fohy ny ahavitana fitiliana marobe isan’andro. Anisany olana sedrain’i Madagasi-kara amin’ny fiatrehana ny “oronavirus” anefa ny tsy fahampian’ny labôratoara hoentina hanaovana an’izay fitiliana izay. Hatramin’izao dia mbola mitana ny laharana voalohany amin’ny fanaovana fitiliana an’ireo ahiahiana ho tratran’ny tsimok’aretina ny “Institut Pasteur de Madagascar”.

Raha tsiahivina anefa ny zava-nitranga dia nampiteraka savorovoro teto amin’ny firenena ny antontan’isa diso navoakan’ity ivon-toerana fanaovana fitiliana ity, herinandro mahery teo izay. Nolazaina tamin’izany fa misy 67 indray mitondra ny tsimok’aretina tao anatin’ny iray andro. Nametraka ahiahy tamin’io antontan’isa io ny fanjakana satria sambany no nisy tarehimarika ambony be tahaka izany hatramin’izay nahatafidiran’ilay valan’aretina teto amintsika. Tapaka fa naverina ny fitiliana an’ireo olona voalaza io ary hita fa tsy nisy afa-tsy ny folo tamin’izy ireo ihany no voaporofofa mitondra ny tsimok’aretina. Hentitra ny Filoha, raha nilaza omaly, fa tsy azo ekena ny trangan-javatra tahaka izany. Tranga izay tsy fantatra, hoy izy, fa niniana natao mba hanakorontanana saim-bahoaka sy hahatonga ny vahoaka tsy hatoky ny fitondram-panjakana intsony.

Manoloana iny tranga iny no nanaovan’ny Filoha fanamby ny hananganana ivon-toerana lehibe fanaovana fitiliana izay ho an’ny Malagasy madiodio. Mialoha ny fankalazana ny fiverenan’ny faha-60 taona nahazoan’i Madagasikara ny fahaleovan-tena, ny 26 jona izao no hanaovana ny fitokanana izany, raha ny fanambaràna nataony. Tanjona apetraka, hoy ny Filoha, dia ho lasa maodely aty Afrika sy aty amin’ny ranomasimbe Indianina i Madagasikara indrindra manoloana izao ady amin’ny valan’aretina “coronavirus” izao. Iantsoany fanohanana avy amin’ny vahoaka Malagasy izany, iantsoany ny hananan’ny vahoaka hambom-pirenena, ka ho saropiaro amin’izay vokatra rehetra misy eto an-toerana fa tsy ireo any ivelany no hankasitraka izany noho isika. “Mila mahatoky sy mifampatoky isika”, hoy ny Filoha nanamafy.

Mitohy ny hamehana ara-pahasalamana, isan’ireo Faritra mena i Alaotra Mangoro

Mbola mitohy ao anatin’ny 15 andro manaraka indray ny fiatrehana ny hamehana ara-pahasalamana eto Madagasikara. Hatreto, tsy mitsaha-mitombo ny isan’ireo olona voamarina fa mitondra ilay tsimok’aretina «  Coronavirus  ». Araka ny antotan’isa ofisialy navoakan’ny foibem-pibaikoana misahana ny ady hatao amin’ny valan’aretina «  Covid 19  » eny Ivato omaly dia efa tafakatra 302 ny isan’ireo olona voamarina fa mitondra ny tsimok’aretina «  Coronavirus  » eto Madagasikara. Manoloana izany dia mitohy ny fandraisan’andraikitry ny fitondram-panjakana. Nohamafisina ireo fepetra ara-pahasalamana efa napetraka hatramin’izay. Notohizana ao anatin’ny 15 manaraka indray ny fiatrehan’i Madagasikara ny hamehana ara-pahasalamana mba hanohizana an’ireo ezaka rehetra efa natao ho entina hifehezana an’ity areti-mandoza ity tsy hihanaka eto Madagasikara. Ankehitriny, tafiditra ao anatin’ireo faritra mena amin’ity valan’aretina ity ny Faritra Alaotra Mangoro. Ny Distrikan’i Moramanga izay efa nahitana trangan’aretina tamin’ny alalan’ny fifampikasohana, raha ny tatitra navoakan’ny Ccoc. 

Araka izany, ankoatra ny Faritra Analamanga, Atsinanana ary Matsiatra Ambony dia mihatra any Alaotra Mangoro ihany koa ireo fepetra ara-pahasalamana rehetra. Isan’izany ny tsy fahafahana mivoaka amin’ny alina, ny fitondrana aro-tava isaky ny mivoaka ny trano ary ny tsy fahafahana mamory olona mihoatran’ny 50 isa. Mbola maro ny dingana holalovan’ny firenena mandritra sy ao aorian’ny fiatrehana an’ity valan’aretina ity. Efa namolavola ny tetik’ady ho entina hanarenana ny toe-karem-pirenena sahady anefa ny Filoha,  nambarany fa vonona ny tenany hanarina ny firenena ary vonona hiara-hiasa sy misokatra amin’ireo firenena any ivelany.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY VALANARETINA CORONAVIRUS : "Aoka isika samy hanaja ny fepetra napetraky ny Fanjakana"

Tamin’ny sabotsy 09 mey lasa teo izy no nampidirina tao amin’ity hopitaly ity rehefa avy notsaboina nandritra ny efatra andro tao amin’ny hopitaliben’i Toamasina. Manoloana ny tranga tahaka izany indrindra dia niantso ny rehetra hanaja ny fepetra napetraky ny Fanjakana hisorohana ny fiparitahan’ny valanaretina Coronavirus ny Depiote Rajaobelina Lova, filohan’ny vaomieran’ny fahasalamana eo anivon’ny Antenimieram-pirenena. 

Nambaran’ity Depiote ity fa tokony ho samy handray ny andraikitra tandrify azy ny rehetra hahafahana manakana sy manafoana io aretina io ao anaty fotoana fohy. "Samy tompon’andraikitra amin’ny fiarovan-tena sy ny fiarovana ny hafa ny rehetra. Tokony ho samy mailo satria mbola misy ihany ireo tsy mino fa tena misy io aretina io no sady mahafaty raha tsy voatsabo ara-potoana", hoy ny nambarany.

Nanentana ireo rehetra voan’ny sery na mikohaka na koa misy fambara hafa mifandraika amin’ny valanaretina coronavirus koa ny Depiote Lova Rajaobelina mba hanatona Hopitaly faran’izay haingana hahafahan’ny mpiasan’ny fahasalamana mandray an-tanana ny fahasalaman’izy ireny. "Aretina tsy mahamenatra ny coronavirus satria efa azo tsaboina tsara eto amintsika. Tokony hanatona Hopitaly faran’izay haingana ireo izay miahiahy ny fahasalamany hahafahana mandray an-tanana azy. Sarotra ny fitsaboana raha sanatria ka tara vao manatona Hopitaly, indrindra ho an’ireo olona marefo sy misy aretina hafa mitaiza azy", hoy hatrany ny nambarany.

Nohamafisin’ny Dr Lova Rajaobelina koa fa efa mandray ny andraikitra rehetra tandrify azy ny Fanjakana amin’ny fiarovana ny fiparitahan’ny valanaretina sy ny fijerena ny sosialim-bahoaka. Ho zava-poana anefa izany rehetra izany, hoy hatrany izy raha toa tsy miara-mientana ny rehetra. Ho an’ny Distrikan’i Moramanga manokana, niantso ny mponina any an-toerana izy hanaraka an-tsakany sy an-davany ny fepetra efa napetraka. Ao anatin’izany ny fanaovana aron-tava rehefa mivoaka ny trano, fanasana tanana amin’ny rano sy savony, fanajana ny elanelana iray metatra sy ireo maro hafa. Tsiahivina fa isan’ireo faritra ahitana trangan’aretina betsaka i Moramanga noho izy manakaiky an’Ambatovy, toerana voamarina fa nahitana olona mitondra ny tsimok’aretina Covid-19.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FANAKANANA NY FIPARITAHAN’NY COVID-19 : Nanaovana fitiliana faobe ny teny Manarintsoa-Isotry

Nanatanteraka fitiliana faobe  tao amin’ny fokontany miisa efatra tao Isotry Manarintsoa indray omaly ny teo anivon’ny Minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Tonga teny an-toerana nitarika izany ny Minisitry ny fahasalamana Ahamad Ahamad sy ireo mpiara-miasa aminy eo anivon’ity Minisitera ity. Tsiahivina fa tao amin’ireto fokontany ireto no nahitana trangan’aretina coronavirus miisa 16 tamin’iny harinandro lasa iny. 

Nisy koa ny fizaràna aron-tava sy tambavy "Covid-Organics" ary savony ho an’ireo fianakaviana tao amin’ireo fokontany ireo. Nanao antso avo ary nanamafy hatrany ny amin’ny tokony hanarahana ny fepetra hisorohana sy itandrovana amin’ny valanaretina ny Minisitry ny Fahasalamam-bahoaka nandritra ny fidinany teny an-toerana. Nambarany fa mihamafy hatrany ny fihanaky ny valanaretina coronavirus eto amintsika noho ny tsy fitandremana. Nanteriny teto koa fa tokony hahena araka izay azo atao ny fivezivezena hisorohana ny fifampikasohana amin’ny marary. Izay voatery tsy maintsy mivoaka ny trano ihany sisa no tokony hivoaka ny trano, hoy ny Minisitra.

Ankoatra izay, nohamafisina nandritra ity hetsika ity koa ny fanarahana antsakany sy andavany ny fepetra napetraky ny Fanjakana hisorohana ny valanaretina coronavirus. Ao anatin’izany ny fanasana tanana amin’ny savony, fanajana ny elanalena iray metatra, fanaovana aron-tava raha toa ka tsy maintsy mivoaka ny trano. "Mila mitandrina isika ety amin’ity faritra ity indrindra ireo nifanerasera tamin’ireo marary satria olona 16 no voamarina fa nitondra ny tsimokaretina tety. Aza misalasala manatona toeram-pitsaboana sy manao fitiliana raha sanatria ka mampiahiahy ny fahasalamanao.

Maimaimpoana ny fitsaboana ny aretina ary iantohan’ny Fanjakana manontolo izany. Mety hahafaty anefa ny aretina raha sanatria ka tara vao manatona toeram-pitsaboana indrindra ho an’ireo olona misy aretina mitaiza sy olona marefo. Aleo misoroka toy izay mitsabo. Ny fiarovanao tena dia efa antoka iray hiarovanao ny hafa", hoy ny Minisitra Ahmad Ahamd nanentana ireo mponina teny an-toerana.

N.A

La Vérité0 partages

Exploitation minière - Onze sites pollués par du mercure

Un produit toxique. Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Baomihavotse Vahinala Raharinirina a recensé onze sites d’exploitation minière avec un taux de pollution élevé en mercure. Selon ses dires, ces zones sont toutes gérées par des Asiatiques. Ces opérateurs combinent le mercure avec d’autres métaux, notamment l’or et l’argent pour pouvoir les extraire facilement. Force est de constater que 90 % des orpailleurs utilisent les méthodes artisanales à Madagascar. Ils utilisent souvent des méthodes simples ne nécessitant pas beaucoup de dépenses. Toutefois, certains exploitants recourent quand même à l’amalgamation en mercure. Durant le processus, un dixième du mercure seulement se combine avec l’or et le reste est excédentaire. Si ce dernier n’est pas recyclé, il sera rejeté. Cette pratique entraine ainsi 10 à 15 % de rejet de mercure dans l’environnement. Il faut noter que l’importation de marchandises dont la nature et leur qualité peuvent constituer une menace pour la santé humaine et l’environnement, peut être applicable aux produits contenant du mercure. Le ministre a ainsi lancé un avertissement et un appel à l’enquête vis-à-vis de ces opérateurs. SanctionMalgré toutes ces situations, le Code minier en vigueur affiche une grande lacune en matière de sanction. Certaines industries extractives ne respectent pas la clause du contrat. Non seulement, ces opérateurs miniers tirent profit du sous-sol malagasy, mais en même temps ils détruisent l’environnement, polluent l’eau et laissent des gros dégâts sur leur passage. Pour l’heure, aucun texte n’apporte de précision concernant les amendes lorsqu’un tel cas se produit. C’est pourquoi le ministre des Mines et des Ressources stratégiques a proposé à l’Assemblée nationale, en février dernier, l’ordonnance 2019-009 sur le secteur minier. L’Etat aura le pouvoir de faire payer une amende pour les infractions minières. Les autorités évalueront les pertes et l’opérateur concerné paiera l’équivalent. Cette ordonnance est en attente d’être votée par les sénateurs.Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

" Stade Barea " - Le ministère du Travail à la rescousse des ouvriers

Ces derniers temps, une vidéo sur les ouvriers malagasy a fait le tour des réseaux sociaux, concernant les conditions de travail que les Chinois leur infligent. Certains d’entre eux ont même dénoncé l’esclavage. Etant un projet présidentiel, des représentants du ministère du Travail et des lois sociales, dirigés par son directeur général, Jerson Razafimanantsoa, ont été dépêchés sur place pour constater de visu la situation. Ces représentants de l’Etat ont aussi procédé à l’écoute des deux parties : les travailleurs chinois et ceux malagasy qui ont exprimé respectivement leurs doléances. Plusieurs points ont été évoqués durant cette rencontre comme la nécessité d’améliorer dans les plus brefs délais à savoir, l’amélioration des dortoirs des ouvriers et les sanitaires ainsi que les matériels de protection comme le casque Epi. Il a été rappelé aux ouvriers aussi les règlements internes qui régissent les travailleurs dans les chantiers. « Les travailleurs ont le droit de réclamer et exprimer leurs doléances sur les conditions de travail et il est dans la responsabilité de l’Etat de le faire respecter.» Par ailleurs, les travailleurs étrangers de la société CSCOD ont reconnu les imperfections dans la gestion de la main-d’œuvre ouvrière, vu le contexte du Covid-19. Les premiers ne s’attendaient pas à héberger à l’intérieur du chantier les ouvriers locaux mais la société était contrainte de les prendre en charge pour la protection de tout le monde face à la pandémie du Covid-19.Les représentants de l’Etat, de leur côté, ont insisté sur la dotation d’un contrat de travail pour chaque ouvrier et le ministère de tutelle a accentué sur la présence d’un registre de l’employeur pour y enregistrer toutes les informations concernant les travailleurs, leur nombre et leurs conditions de travail et avec le respect du personnel malagasy. En contrepartie, l’employeur a promis de faire tout son  possible pour veiller au respect de la loi sur le travail à Madagascar. Un communiqué rappelle aussi que c’est inclus dans le contrat avec le CSCOD d’avoir une assurance durant l’ouvrage.Après cette initiative, une visite inopinée est prévue prochainement par le ministère pour le suivi si tout est bien respecté, conclut le communiqué.Recueillis par E.F.


La Vérité0 partages

Détournement de fonds à Port-Bergé - 170 millions d’ariary disparaissent des caisses de la JIRAMA

L’instigateur toujours recherché. L’équipe de contrôle de la JIRAMA a effectué récemment une descente au niveau de sa branche à Port-Bergé. Après une vérification menée sur place, elle a ainsi confirmé qu’une somme de près de 170 millions d’ariary a disparu des caisses de la JIRAMA de Port-Bergé. « Les investigations ont également permis l’identification du principal auteur de ce délit qui n’est autre qu’un agent de la JIRAMA. Malheureusement, cette personne a déjà abandonné son poste depuis le 4 mai dernier. Et il reste introuvable jusqu’à aujourd’hui. Toutefois, nous continuons les recherches », a expliqué un responsable au niveau de la JIRAMA, hier. Une enquête a notamment été ouverte pour avoir le fin mot de toute cette histoire et mettre la main sur les personnes impliquées. Jusque-là, après les auditions menées par la Police mais aussi suite aux instructions du procueur de la Région, le premier responsable de la branche de Port-Bergé a été placé sous mandat de dépôt. Il aurait notamment dû remarquer toute transaction ou document suspect. Effectivement, d’après les informations fournies par la société nationale d’eau et d’électricité, ce détournement ne date pas d’hier. L’initiateur a opéré depuis plusieurs mois. « Ce détournement a pu être démasqué sur la base de plusieurs documents. Tout au long de l’enquête, notre équipe de contrôle a en effet découvert à partir de ces documents des encaissements journaliers non versés à la banque, des virements inférieurs aux encaissements journaliers, des retraits de chèques de la banque, des dépenses non encaissées dans la caisse, mais aussi des virements et des transferts de fonds fictifs, sans parler des pièces comptables non signées par le chef secteur », a-t-il détaillé. Dans tous les cas, la Direction générale de la JIRAMA ne fera preuve d’aucune tolérance envers ceux qui commettent de tels actes, en partie responsables des difficultés que rencontre la société actuellement.En moins d’un an notamment, le cas de Port-Bergé est le troisième cas de détournement de fonds appréhendé par l’équipe de contrôle de la JIRAMA. La dernière en date a été recensée au mois d’octobre 2019 où un milliard d’ariary a été détourné dans des malversations et des embrouillements au niveau des frais de location de voitures, entre septembre 2018 et septembre 2019. Plusieurs cadres supérieurs de l’entreprise ont été impliqués dans cette affaire. Mais dans tous les cas, la JIRAMA doit s’appliquer pour punir sévèrement les coupables, et éviter que tout cela se reproduise à l’avenir. Rova Randria

La Vérité0 partages

Majunga - Un employé du ministère de la Justice testé positif au coronavirus

Premier cas de coronavirus à Majunga. Un homme âgé de 34 ans, employé du ministère  de la Justice, basé à Antananarivo et envoyé en mission à Mahajanga, a été testé positif au Covid-19. Arrivé dans la ville des fleurs le 11 mai dernier, il s’est avant tout présenté au niveau du Centre de commandement opérationnel (CCO) - Covid-19 Boeny. Et en suivant les procédures locales, un prélèvement lui a été effectué par l’hôpital Manarapenitra de Mahajanga et dont les échantillons ont été envoyés à Antananarivo. Toutefois, le résultat dudit test PCR n’est parvenu au CCO Boeny que dimanche dernier, soit 6 jours après son arrivée. Malencontreusement, il s’est avéré positif. Pire encore, cet homme a déjà fait le tour de la ville tout en côtoyant pas mal d’habitants. « Il est parti d’Antananarivo le 10 mai dernier. Lors de son voyage, il s’est arrêté pour le déjeûner à Maevatanàna. Une fois arrivé à Majunga et jusqu’à dimanche dernier, il a fréquenté différentes circonscriptions. Il a été par exemple présent à Mahabibo, du côté de "Bazar Be", au bord de la mer », raconte une autorité sanitaire locale. D’après ses explications, suite à une réunion d’urgence au niveau du CCO Covid-19 Boeny dimanche soir, cette personne infectée par le coronavirus mais ne présentant pas de forme symptomatique, a pris hier vers 4  heures du matin, le départ pour rejoindre la Capitale. Il est actuellement hospitalisé au Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Anosiala. Une enquête épidémiologique en coursDès lors, des équipes du CCO se déploient dans plusieurs quartiers de la ville de Majunga. Une investigation est menée afin de trouver tous les cas contacts afin d’être testés. A la dernière nouvelle, 10 personnes étant en contact professionnel avec ce fonctionnaire, des sujets contacts directs, ont passé par des prélèvements dont les échantillons vont être envoyés ce jour dans la Capitale. « Ces individus potentiellement contaminés sont rentrés en même temps que le porteur du coronavirus. Ils ont été par contre placés au Village Voara Andohatapenaka en attendant les résultats des analyses en laboratoire », avance une source locale. Entre-temps, une enquête est menée dans tous les endroits que ce fonctionnaire a visités au cours de son passage. Et d’ajouter que « c’est assez complexe de délimiter les zones d’intervention, notamment au marché où des milliers de gens circulent quotidiennement. Légalement, ce sont les personnes effectuant le rapatriement des dépouilles, ou celles en mission qui disposent d’une autorisation spéciale de circuler. Toutefois, elles doivent d’abord passer par un test. Et en attendant les résultats des analyses réalisées en laboratoire, elles doivent être mises en quarantaine. Or, cet individu testé positif au coronavirus n’a pas respecté ces recommandations », précise-t-elle. K.R.

La Vérité0 partages

Resserrer la vis

Au terme de deux mois (quatre quinzaines) d’état d’urgence sanitaire national durant lequel le pays a été soumis au confinement (partiel), le Gouvernement renouvelle la « situation d’exception » et reconduit les mesures drastiques dont le confinement en mettant en relief le caractère obligatoire voire impérieux. Le Chef de l’Etat Rajoelina déplore dans son discours du dimanche 17 mai l’indiscipline générale de la population. Panique à bord ! Péril en la demeure. Madagasikara enregistre la première  victime en vie humaine de la contamination du Covid-19. L’effectif des personnes contaminées franchit bien au-delà la barre des 200 et à cela s’ajoute le décès d’un patient, un quinquagénaire, parmi les trois cas graves annoncés la veille. De ce fait, la Grande île intègre la phase 2 de la bataille contre ce virus de la malédiction.Depuis un certain temps, on sent le vent du malheur souffler. Eu égard du bilan, sans cesse inquiétant alarmant, de la contamination du Covid-19 à Toamasina, Région Atsinanana, la frappe a été prévisible. Et pour cause, la négligence et l’indiscipline de la population de Toamasina vis-à-vis du respect des mesures préventives. Lors de la dernière descente que le Chef de l’Etat Rajoelina effectua dans le Grand Port de l’Est, il n’a pas pu retenir la fureur noire qui l’envahit contre l’insouciance ou l’irresponsabilité qui frise au final l’insolence des tamataviens à l’endroit des mesures de base pour contenir la contamination du Covid-19 dictées par les autorités. Mais attention, le cas de Toamasina est loin d’être isolé. A Antananarivo, la Capitale, l’impression générale qui se dégage à travers le comportement de la population se traduit par un certain laxisme, mépris. A la rigueur, on est tenté d’en déduire qu’on se moque du respect des mesures incontournables, entre autres, le confinement, le port de masque à bouche/oreille et le geste barrière. Bref, le relâchement général saute aux yeux. Conséquence directe, la pandémie gagne en puissance. On dirait que nous en sommes encore à la phase montante de la pandémie. Le pic de la courbe, semble-t-il, n’est pour demain ?Compte tenu de la gravité mortelle de la situation et de la dangerosité du péril qui pèse sur nos têtes, nous n’avons aucun choix en dehors du respect strict des consignes. Il faut même oser aller au-delà. Par la force des choses, les autorités ne doivent pas avoir peur ni hésiter à durcir le ton.L’interférence des acteurs politiques évoluant dans les rangs de l’opposition rend la bataille plus compliquée. Quand un élu parlementaire s’aventure à réclamer, tout bêtement,  mettre un terme au confinement dans la localité où il fut élu député, le geste dépasse l’entendement. Personne n’est en mesure de déterminer exactement le vrai mobile qui l’a poussé à agir ainsi et dire de telle énormité. Cet élu du Grand Port, un natif de la région, fait preuve d’un acte de non-sens.Le phénomène de la corruption qui gangrène le système pénalise lourdement le processus du contrôle de la pandémie. La persistance des éléments corrompus dans les rangs des Forces de l’ordre et parmi ceux des représentants de l’Etat sur terrain rend ridicule les efforts entrepris. Une autorisation spéciale qui s’obtiendrait contre le paiement de 200.000 Ar échappe l’esprit.Le Président Rajoelina a bien fait de resserrer la vis.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Fausse panique à Ankazomanga - Un chef de famille en état de crise en pleine rue

Photo facebook

En ce temps où la pandémie du Covid-19, qui venait de faire une victime, crée la psychose dans la Capitale, le moindre fait suspect ayant trait à une quelconque maladie, suffit à provoquer la panique. C’était le cas à Ankazomanga, vers 8h, hier matin. Un chef de famille de 62 ans, chauffeur de son état, a subitement perdu connaissance juste tout près d’une pharmacie du quartier. Mais avant de s’écrouler ainsi, il a d’abord fait une crise se traduisant par une dyspnée aiguë. Du coup, les passants se sont affolés. Personne n’a osé s’approcher de la victime, les gens lui soupçonnant d’être contaminé par le coronavirus. D’ailleurs, les directives recommandent de s’abstenir de tout contact avec une personne soupçonnée d’avoir été contaminée. De guerre lasse,  ils ont informé des policiers qui se tenaient à un carrefour situé non loin de l’endroit. A leur tour, les agents des Forces de l’ordre ont appelé le 913, le numéro vert du CCO - Covid-19. Mais là, l’inquiétude a atteint son paroxysme lorsque l’équipe d’intervention de ce centre de commandement, semblait avoir été retardé dans son intervention. « Nous attendons une heure avant qu’une équipe d’intervention n’arrive afin d’embarquer le malade », déclare en substances un élément des Forces. Puisqu’il s’agit d’un cas suspect (Covid-19), le malade fut évacué d’urgence au village Ivoara d’Andohatapenaka, ce centre étant prévu à accueillir les personnes soupçonnées d’être contaminées par le coronavirus. Pour le moment, rien n’a filtré encore du résultat de l’observation médicale, sinon du test de positivité sur le sexagénaire.Ce dernier n’aurait jamais subi une telle crise, du moins selon un membre de sa famille. D’ailleurs, cette personne n’a pas caché sa surprise lorsqu’on l’eut informé sur la crise qui a fait s’effondrer le sexagénaire. Seulement, ses proches expliquent qu’il aurait un problème de tension artérielle mais aussi de goutte. Sans doute, sa subite difficulté à respirer aurait un lien à ces maladies. Mais même le concerné semble ne pas bien comprendre ce qui venait de lui arriver, n’ayant pas l’habitude de connaître une quelconque crise. « J’avais conduit mon employeur à l’usine lorsque j’ai commencé à respirer difficilement. Je suffoquais tellement qu’ils m’ont transporté à cette pharmacie, mais je m’étais évanoui », raconte-t-il, d’une voix un peu haletante. La balle est donc dans le camp des médecins pour apporter la lumière sur le cas de ce père de famille.Franck R.

La Vérité0 partages

Réserve naturelle nationale sur les Glorieuses - Opposition ferme de l’Etat malagasy

L’Etat malagasy, par le biais du ministre des Affaires étrangères, Liva Djacoba Tehindrazanarivelo, s’oppose fermement à la création d’une réserve naturelle nationale par le gouvernement de la République française. Il invite la France à poursuivre les négociations dans le respect mutuel.L’ambassadeur de France Christophe Bouchard a été convoqué par le ministre des Affaires étrangères, Liva Djacoba Tehindrazanarivelo, en son bureau à Anosy, hier après-midi. La rencontre entre les deux diplomates a eu lieu bien évidemment à huis clos. A l’issue de la rencontre, l’ambassadeur de France s’est abstenu de tout commentaire. Il n’a pas non plus répondu aux questions des journalistes qui voulaient s’enquérir de la position de l’Hexagone face à ce différend sur les Nosy malagasy. Il a de suite rejoint sa voiture et est parti.Arbitraire. Par contre, le ministre des Affaires étrangères a fait un point de presse au cours duquel il a lu un communiqué. Il a affirmé que le ministère des Affaires étrangères a « convoqué » l’ambassadeur de France « pour lui exprimer l’opposition ferme de l’Etat malagasy au projet du gouvernement de la République française de créer une réserve naturelle nationale sur l’archipel des Glorieuses ». il a ajouté que « ce projet de l’Etat français est de nature arbitraire et non respectueuse du processus de négociation en cours entre les deux Etats sur la question des Iles Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India, et constitue une violation manifeste des Résolutions 34/91 et 35/123 de l’Assemblée Générale des Nations unies ».Respect de la décision de l’AGRéintégration des îles. Le ministre Liva Djacoba Tehindrazanarivelo rappelle les tenants de la résolution 34/91 adoptée le 12 septembre 1979 par l’Assemblée Générale des Nations unies. Cette résolution prise en Assemblée générale « invite le gouvernement français à entamer sans tarder des négociations avec le gouvernement malgache en vue de la réintégration des îles précitées, qui ont été séparées arbitrairement de Madagascar » et « demande au gouvernement français de rapporter les mesures portant atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de Madagascar et de s’abstenir d’en prendre d’autres qui auraient le même effet et pourraient affecter la recherche d’une solution juste au présent différend.»Etant membre à part entière des Nations unies, la France a accepté, dès son intégration à ce système, de respecter toutes les décisions qui sont et qui seront prises. Mais la France est plus qu’un simple membre, elle est membre permanent du Conseil de Sécurité ayant un droit de veto. Comment fera-t-elle respecter à d’autres pays membres des Nations unies les décisions prises si elle-même ne respecte pas une résolution prise dans le respect des procédures ? Et si la France ne respecte pas une résolution prise, comment faire confiance aux décisions prises à l’avenir ? Résolution pacifiqueLe ministre des Affaires étrangères malagasy qualifie donc le projet du gouvernement français de créer une réserve naturelle nationale sur les Glorieuses d’ « acte de défiance envers Madagascar ». Ce projet « va à l’encontre de l’engagement des deux parties à poursuivre le dialogue dans un esprit positif », tel qu’indiqué dans le communiqué conjoint signé à Antananarivo le 18 novembre 2019 rappelle le ministre des Affaires étrangères.« L’Etat malagasy s’oppose fermement au projet de création d’une réserve naturelle nationale sur l’archipel des Glorieuses par le gouvernement de la République française ainsi qu’à tout autre acte unilatéral susceptible de porter atteinte de manière directe ou indirecte au droit souverain de Madagascar sur ces îles », a affirmé le ministre des Affaires étrangères malagasy. Il rappelle que « les discussions entre les deux parties devraient se poursuivre dans le cadre d’une négociation de bonne foi, constructive et mutuellement respectueuse.»

La Vérité0 partages

Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

« Nous sommes en guerre », n’a cessé de répéter le Président Andry Rajoelina durant ses nombreuses interventions médiatiques, dans le cadre de la crise sanitaire actuelle. Une guerre que Madagascar, au même titre que les autres pays du monde, mène contre un ennemi commun et invisible : l’épidémie du Covid-19. Malgré cette situation de crise, certaines revendications se font encore entendre. Dernièrement, les bruits concernant la demande de dotation en véhicules 4x4 pour les députés ont circulé depuis l’Assemblée nationale de Tsimbazaza. Ces bruits ont été démentis par certains parlementaires mais n’en restent pas moins hypothétiques. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ce genre de revendications émergent au niveau de la Chambre basse. Quoi qu’il en soit, demande ou pas, l’heure n’est certainement pas encore à la dotation de ce genre de privilèges. Il est clair que dans un pays en guerre, aucun Etat ne peut prendre le risque de débourser de l’argent pour des dépenses qui ne sont pas nécessaires et ce, au détriment des contribuables.Révision des priorités Dans la gestion du budget de l’Etat actuellement, les priorités changent. En ce moment, l’Etat doit faire abstraction sur les dépenses en misant davantage sur les urgences du moment. Des urgences liées notamment au domaine social et sanitaire. A preuve, l’exécution du plan d’urgence social qui se traduit par la distribution de « Tosika Fameno » et des « Vatsy Tsinjo ». La Grande île ne fait pas exception aux autres pays qui ont complètement révisé leurs priorités. Dans le volet sanitaire, la priorité des priorités est la réhabilitation des laboratoires ainsi que la mise en place d’une usine de fabrication locale de médicaments. A cela s’ajoutent les nombreuses dépenses exigées dans la prise en charge des malades du coronavirus qui sont accueillis dans les différents centres hospitaliers comme à Anosiala, à Andohatapenaka, etc. La recrudescence des cas de paludisme enregistrée dans la partie sud de Madagascar appelle également à d’autres prises en charge. L’on peut citer, à titre d’exemple, la construction des stades « manara – penitra » qui est, certes, utile mais encore non prioritaires pour le moment. Bien que le début des chantiers dans plusieurs parties de l’île ait été annoncé vers la fin de l’année 2019 et ce pour une durée de quelques mois, la situation actuelle ne permet pas encore leur concrétisation. Plusieurs projets présidentiels pourraient souffrir de décalage au niveau du calendrier à cause du Covid-19.La Rédaction

Madagate0 partages

Ny Filoha Andry Rajoelina. Fanambarany tao amin’ny TVM, ny 17 May 2020

Ry vahoaka malagasy,

Tompokolahy sy Tompokovavy.

Am-pitiavana hatrany no itsidihiko ny tokan-tranonao amin’izao takaraiva izao. Roa volana katroka androany no nidiran’ny firenena tao anaty vanim-potoana manokana na ny famehana ara-pahasalamana, ilay antsoina hoe « Etat d’urgence sanitaire ». Tamin’ny faha roapolon’ny volana marsa tokoa mantsy no nahitana ny olona telo voalohany nitondra ny tsimok’aretina coronavirus teto amin’ny firenena, ary nandraisan-tsika ny fepetra fijanonan’ny tsirairay avy any an-trano izany sy ny fampiantona ny fivezivezena sy ny fivoriana rehetra.

Tao anatin’ny iray volana voalohany nidiran’ny valan’aretina teto amin’ny firenana sy nanomboana ny fampiarana ny fepetra, dia 117 ny isan'ny olona voan’ny coronavirus teto Madagasikara. Ary rehefa nanaja ny toro-marika rehetra isika dia voafehy ny fiparitahan’ny valan’aretina dia afaka niroso tamin’ny « déconfinement partiel » isika tamin’ny 17 aprily 2020. Ny « déconfinement » anefa dia mitaky ny fifehezan-tenan’ny tsirairay avy sy ny fitandremana toa ny anakandriamaso ny fahasalaman’ny rehetra ary, indrindra indrindra, mitaky fifampitokisana izany fampiarana ny « déconfinement » izany.

Tao anatin’ny herinandro roa voalohany, tamin’ity « déconfinement partiel » ity, dia nisy andro toa ny tamin’ny talata 2 May lasa teo, dia 135 ny olona voamarina fa voan’ny coronavirus teto Madagasikara. Ka ny 38 tamin’izy ireo sisa no notsaboina fa ny 97 kosa dia sitrana soa aman-tsara avokoa, 15 andro lasa izay.

Ny roa herinandro lasa farany teo kosa, noho ny tsy fitandremana, noho ny tsy fanajana ny fepetra isan-karazany, dia tafiakatra 283 indray no voamarina fa voan’ny coronavirus. Ary vao omaly sabotsy aza, dia 45 be izao ny olona vaovao voamarina fa mitondra ny tsimok’aretina ankehitriny.

Ary ny mampalahelo dia, indrisy fa nisy iray tamin’izy ireo, izay efa taiza ana aretina « diabète » sy aretim-po no namoy ny ainy. Rehefa niakatra mantsy ny tahan’ny « diabète » an’izy io dia nampidirina tao amin’ny Hopitaly Be tao Toamasina izy. Ary andro vitsy taty aoriana, rehefa nitranga ny soritr’aretina, nikohaka ary niakatra ny afanany dia natao fitiliana PCR izy ary voamarina fa mitondra ny tsimok’aretina coronavirus ary izao nidaosin’ny fahafatesana izao. Izy dia isan’ireo « formes graves » voalaza tany Toamasina ary efa nampiasana ny « respirateur », nanaovana ny « protocoles » rehetra saingy tsy afaka kosa nomena ny Tambavy Organics noho ny toe-pahasalamany izay efa niasarotra. Izy no Malagasy lavo voalohany an’ity valan’aretina coronavirus ity teto an-tanindrazana. Koa ny tenako dia mitondra ny teny fampiononana sy fiombonana alahelo ho an’ny fianakaviany iray manontolo ary mankahery azy ireo, indrindra indrindra eo anatrehin’izao voina miatra izao.

Etsy andanin’izay dia olona 21 indray no voamarina androany fa mitondra ny tsimok’aretina coronavirus, ka ny enina dia monina ao Toamasina ihany ary ny 15 kosa dia avy any Toamasina ka tonga eto Antananarivo ary rehefa natao ny fitiliana dia izao voan’ny coronavirus izao.

Izao trangan-javatra izao indrindra no nahatonga ny tenako ho entitra amin’ny tsy maintsy hanarahana ny fepetra rehetra, mba tsy fisian’ny fifamezivezena amin’ny avy any amin’ny faritra miditra eto Antananarivo, na avy eto Antananarivo mankany amin’ny faritra izay misy an’ity valan’aretina ity, izay mety hampiakatra aingana dia aingana ity valan’aretina ity ny famezivezena, araka ny nolazaiko ombieny ombieny.

Satria, fantatrareo tsara fa zava-dehibe amiko loatra ny aina sy ny fahasalaman’ny vahoaka malagasy. Mila mifampitaiza sy mitandrina isika rehetra ary samy mandray ny andraikitra tandrify azy ny tsirairay avy. Na io ny olom-boafidy na ny olom-boatendry na ny vahoaka iray manontolo izay voakasika izany.

Satria efa nolazaiko ombieny ombieny fa mora mifindra ity tsimok’aretina ity. Mora miparitaka ity tsimok’aretina ity raha toa ka mitandrevaka isika mianakavy. Isika anefa dia efa nahita ilay fanefitra. Ny olona rehetra maneran-tany ankehitriny, fa indrindra aty Afrika, dia miazakazaka, milahatra ny aka sy hisotro ny anjarany mba ho entina arovana ny tenany mba tsy ho tratran’ity valan’aretina ity. Ary efa miaiky ny zava-tsoa entin’ny Artemisia arovana ny vatan’olombelona ireo profesora rehetra maneran-tany mba ahafahana hitsaboina ary hiarovana ny tenan-tsika tsirairay avy.

Firenena maro, ankehitriny, no miroso amin’ny fikaroana sy ny andrana amin’ny Artemisia. Ary ny ankamaroan’ny mpikaroka maneran-tany dia manaraka ny lalana nosoritan-tsika ankehitriny. Ary tokony ho reharehan-tsika Malagasy izany. Koa tsy hisasatra hiteny aho fa tokony arovan-tsika ny tenan-tsika, ny fianakavian-tsika ary ny mpiara-belona amintsika amin’ny tokony hisotron-tsika an’ity Tambavy Covid-Organics ity.

Mba tsy hisiany intsony ny fanomezan-tsiny fa indrindra tsy hisiany intsony ny aina afoy eto amin’ny firenena. Voamarika ihany koa izao fa ireo olona vaovao rehetra tratry ny coronavirus dia tsy nisotro ny Tambavy CVO avokoa. Na dia efa nozaraina maimaim-poana aza izany teny anivon’ny fokontany rehetra manerana ireo faritra telo eto Madagasikara (Ttf : Analamanga, Matsiatra Ambony, Atsinanana).

Araka ny efa nolazaiko ombieny ombieny, dia ny fahatongavan-tsainan’ny tsirairay avy, ny fifehezan-tenanao no afahanao miaro ny tenanao sy miaro ny afa ihany koa. Efa nilaza ny tenako fa mbola tsy vita ny ady amin’ity covid-19 ity. Kanefa, mbola tsikaritra fa nisy ny gaboraraka teo amin’ny fanajana sy ny fanatanterahana ny fepetra rehetra izay napetra-tsika.

Ohatra amin’izany izao ny tranga any Toamasina. Efa fantatra fa nisy « cas contacts » maro tao amin’ny orinasa Ambatovy ary nomena toro-marika entitra sy mazava ny tompon’andraikitra rehetra, izay efa napetraky ny fitondram-panjakana. Fa tokony tsy hisy intsony ny famezivezena ao amin’io orinasa io. Nefa ankehitriny dia miara-mahita isika fa misy ireo mpiasa amin’io orinasa io izay tokony nijanona tao amin’io orinasa io na tany amin’ny faritra misy azy nefa ninia nivoaka noho ny fampiantoana ny fampiodinana ny orinasa. Izany dia niteraka zavatra maro toa ny fiparitahan’ny valan’aretina tany amina toerana maro teto Madagasikara. Anisan’izany, ohatra, ny tany Moramanga, ny teto Antananarivo ary ny tany Antsirabe. Ankehitriny dia ao Toamasina no lasa foiben’ny aretina coronavirus ahitana ny tarehimarika avo indrindra eto Madagasikara. Ary izay indrindra no nahatonga ny tenako nakany Toamasina tamin’ny herinandro lasa teo niaraka tamin’ny minisitra tomponandraikitra izay nanome ny toro-marika izay tsy maintsy anaovana ny fitiliana faobe.

Ry vahoaka Malagasy,

Eo anatrehan’izany rehetra izany, dia mbola mitohy ny famehana ara-pahasalamana manerana ny Nosy. Mitohy ihany koa ny fepetra rehetra miatra amin’ny fatitra telo, dia ny faritra Analamanga, ny faritra Atsinanana ary ny faritra Haute Matsiatra. Ary manomboka androany, dia miatra ihany koa izany ho an’ny faritra Alaotra Mangoro ireo fepetra mifehy ireo faritra telo voalazako teo ireo.

Tsy maintsy, ary ho amafisina ny fanarahana ireo fepetra rehetra amin’ny fifamezivezena sy ny mba tsy hisian’ny fifampikasoana ao anatin’ny 15 andro manaraka. Ary ho entitra ny famaizana ho an’ireo izay minia manao tsirambina satria tsy miaro ny ain’ny vahoaka malagasy. Miankina amin’ny fifehezan-tenan-tsika mantsy no afahana mifehy tanteraka ity valan’aretina ity. Izay mety hanamafisan-tsika na hanalefahan-tsika ny fepetra aorian’ny 15 andro manaraka indray.

Hiditra amin’ny vanim-potoana ririnina rahateo isika koa tsy maintsy atao avo roa eny ny fitandremana sy ny ezaka rehetra hiarovana ny aina sy ny fahasalamanan’ny vahoaka nalagasy.

Tompokolahy sy tompoko vavy,

Ao anatin’izao ady atrehin-tsika izao dia tsy ny fahavalo tsy hita maso ihany na ny coronavirus no atrehin-tsika. Fa misy ny fahavalo avy any ivelany sy ny ato anatiny ihany koa. Toa ny fomba fisainan-tsika, ny fizarazaran-tsika na ny fifampizarazarana antsika mihitsy aza, na koa ny fomba fiasan-tsika izay manao tsirambina ny zavatra izay apetraka amintsika.

Toa izany, ohatra, dia -raha iresaka isika ny valim-pitiliana izay nampisavorovoro ny sain-tsika rehetra andro vitsy lasa izay- raha namoaka ny valim-pitiliana tokoa mantsy ny Institut Pasteur de Madagascar (IPM), tamin’ny faha-6 ny volana May teo, dia voalaza fa ny tapak’andro maraina dia 33 ny olona natao fitiliana ka ny 32 tamin’ireo dia nolazaina fa nitondra ny tsimokaretina avokoa. Ary ny tapak’andro hariva dia nolazaina fa niampy 35 indray ireo nitondra ny tsimokaretina tamin’io andro io. Izany hoe : olona vaovao 67 no voalaza fa nitondra ny tsimokaretina tamin’io andro io.

Nanaitra ny fahitana ny fiakaran’izany sahalan’isa izany. Ary indrindra indrindra ny nahatsapana fa olona lasa maro be teo no nitondra ny tsimokaretina teto Madagasikara. Ny zavatra nampitolagaga dia niakatra ambony be ihany koa ny sahalan’isan’ny fitiliana natao izay be indrindra hatramin’izay. Izay indrindra no nahatonga antsika namerina ny fitiliana izay nivaly ankehitriny. Koa ny 10, ny 10 fotsiny tamin’ireo 67 izay voalaza fa nitondra ny tsimokaretina no tena mitondra ny tsimokaretina ankehitriny. Koa mampametra-panontaniana ny hoe : nisy tsy rambiny ve sa dia sanatria fanahy iniana natao ho entina ampisavorovoro sy hanakorontan-tsaina, ny saim-bahoaka izany. Sa fahadisoan’olombelona ihany ? Na inona na inona nefa antony, dia tsy azo ekena ny trangan-javatra toa izao. Ary tsapako tsara ny niainan’ireo olona rehetra voasokajy tsy fidiny ho nitondra ny tsimokaretina nefa tsy marary akory. Anisan’izany ireo mpianatra. Ary tsapako ny tebiteby niainan’ireo ray aman-drenin’izy ireo.

Manoloana izany tranga rehetra izany dia mila mailo isika amin’ny dingana rehetra rehetra izay ho ataon-tsika ato ho ato.

Ry Malagasy namako,

Afaka iray volana sy tapany dia hankalaza ny niverenan’ny Fahaleovantenan’i Madagasikara isika. Zava-dehibe loatra ho an’ny firenena izany satria dia hankalaza ny faha-60 taona no niverenan’ny fahaleovantena isika. Ary tonga izao ny vanim-potoana vaovao hijoroan-tsika amin’ny maha-Malagasy antsika sy ny hiainan-tsika ny tena fahaleovantena marina eto amin’ny firenena.

Hitondra voka-tsoa hipaka eo amin’ny fiainan’ny vahoaka malagasy sy ny fiainam-pirenena ny zavatra rehetra hataon-tsika manomboka amin’izao vanim-potoana vaovao izao. Ary nisy koa ny fiainana talohan’ny coronavirus ary tsy maintsy miatrika isika ny aorian’ny valan’aretina coronavirus ary hisy ny fijerena manokana momba ny hanarenana ny toe-karena noho izany.

Ny tena fahaleovantena dia amin’ny fandraisana fanapahan-kevitra no hampisehoan-tsika azy, sy indrindra indrindra ny asa rehetra entina hampandrosoana ny firenena. Izao sedra iainan-tsika izao dia akana lesona sy anamarina ny làlana izay ho diavin-tsika manomboka anio.

Isika dia vonona ny hiara-hiasa amin’ny rehetra, na ny eto an-toerana na ny any ivelany amin’ny fanarenana ny firenena. Saingy tsy baikona na fikambanana na firenena isika amin’izay safidin-tsika na làlana ho entin-tsika ampandrosoana an’i Madagasikara.

Ny zavatra rehetra kasaina na hatsangana dia ho an’ny Malagasy ary mitaky ny firaisan-kina izany, ny firaisan-tsaina ary ny firaisam-po.

Tonga izao ny fotoana anatanterahan-tsika izany asa rehetra izany. Ankehitriny isika dia nandray ny fanapahan-kevitra ny hanokatra toeram-pitiliana na « laboratoire » manokana ho an’ny Malagasy eto Madagasikara. Ary hanangana ihany koa orinasa malagasy famokarana fanafody ihany koa isika.

Ho apetra-tsika ary ho tokanan-tsika izany tetikasa izany mialohan’ny fankalazana ny faha-60 taona niverenan’ny fahaleovantenan-tsika. Ny zavatra rehetra niainan-tsika tamin’ity vanim-potoana manokana ity dia hanova ny fiainan’ny firenena fa indrindra indrindra hanova ny Tantara ihany koa.

Ny tanjona apetraka dia mba ho modely i Madagasikara aty amin’ny Ranomasim-be Indianina sy aty Afrika ary maneran-tany mihitsy aza eo amin’ny lafiny maro. Ohatra amin’izany ity fiadiana amin’ity valan’aretina coronavirus ity.

Ry Malagasy namako,

Mila mahatoky, mila mifampatoky isika ary mila ihany koa ny fahaizan-tsika sy ny fahafahan-tsika mampandroso ity Tanindrazana malalan-tsika ity.Tonga ny fotoana tokony hahasaropiaro antsika amin’ny maha antsika antsika. Tsy maintsy tafita i Madagasikara.

Masina ny Tanindrazana,

Misaotra Tompokolahy, mankasitraka Tompokovavy »./.

Nandray ny feo mivantana avy tao amin’ny onjam-peon’ny RNM (Radio Nasionaly Malagasy) : Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

Défendre l’indéfendable

L’actualité commande de parler peut-être du covid-19, et avec, de cette première victime de ce virus sur notre territoire, loin de minimiser cette nouvelle combien affligeante mais malheureusement prévisible et sans se mettre à la place d’un oiseau de mauvais augure, avec notre désinvolture collective, cette victime ne sera hélas que la première d’une liste à venir.

Oui, un autre sujet a fait la “une” des journaux, il s’agit de la fin tragique de l’illustre kidnappeur dénommé Lama. Tragique, pourquoi ? Puisqu’il y a mort d’homme et toute vie de qui que ce soit est à déplorer de la même manière. S’il n’est pas passé de vie à trépas, il y aurait eu normalement un procès et donc un avocat pour sa défense. Au vu des lourdes charges qui lui sont sûrement attribuées, à savoir des séries d’enlèvements contre rançons, séquestrations… son jugement aurait été retentissant. On y parlerait sûrement du film de ses actes, de ses sources d’information, de ses éventuelles protections à la suite des verdicts auxquels il aurait par la suite su toujours se soustraire, ainsi de suite…

Mais notre propos est de nous demander si nous avons « un avocat du diable », un défenseur du droit d’un individu que la presse, l’opinion a déjà accablé d’avance avant l’instance judiciaire. Une personnalité qui ose dénoncer qu’il y a quelque part une déviation du code de procédure pénale si on ne parlait que de ces aveux obtenus avant sa mort due à une blessure à la jambe. Avons-nous un maître Vergès qui va à l’encontre d’une vindicte populaire avortée? Heureusement pour l’Etat de droit dont nous favorisons la promotion.

« Défendre quelqu’un, même si c’est un animal, est une bénédiction, tout le monde a le droit d’être défendu, mais ces accusés ne sont ni des humains ni des animaux », a-t-on entendu.

Comment les avocats peuvent-ils défendre « l’indéfendable » ? Si les avocats peuvent être admirés quand ils défendent des causes nobles comme les droits de la femme ou, au contraire, montrés du doigt quand ils défendent des « Assassins d’enfants », à quelles questions éthiques et déontologiques sont-ils confrontés lorsqu’ils doivent assurer la défense de causes qui pourraient paraître indéfendables ? selon Maître Delphine Meillet du barreau de Paris. Et elle de continuer: « Il ne s’agit pas d’acquiescer à un acte commis ou de considérer que ce n’est pas un acte grave. Il s’agit de retranscrire la parole d’un prévenu, d’un accusé ou d’une victime. Les avocats ont en charge le respect des règles du procès équitable en droit pénal et participent au débat contradictoire du procès. Ils assurent un équilibre entre l’acte commis et la punition. »

Oui, mais parfois, on use de l’article premier du règlement intérieur national de la profession d’avocat qui prévoit que celui-ci exerce ses fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité. Il lui est donc possible de refuser de défendre un client au seul motif qu’il ne se sente pas en mesure de défendre les intérêts de celui-ci. C’est ce que l’on appelle la clause de conscience. Or, si la justice d’Etat n’est plus en mesure de défendre l’équité aux yeux des hommes, c’est la justice privée qui pourrait prendre le relais et on laisse la porte ouverte à la vindicte populaire.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Fetison Rakoto Andrianirina : « Il y a des critiques sans proposition de solution, et c’est un problème »

La crise sanitaire, qui a beaucoup impacté l’économie, inspire les politiciens. Certains tentent de se démarquer et explorent une nouvelle approche. Fetison Rakoto Andrianirina répond aux questions de Midi Madagasikara.

 Midi Madagasikara : Pourquoi avez-vous lancé un appel pour une consultation élargie afin de relancer l’économie ?

Fetison Rakoto Andrianirina : Animé d’une conscience de devoir et de prise de responsabilité dans cette lutte commune, je me dois d’apporter ma contribution. D’où l’initiative de cet appel. S’agissant des conséquences néfastes du Covid-19, le pouvoir ne sera pas le seul à être confronté aux difficultés; la population tout entière les subira tout autant. J’ai donc une obligation citoyenne de proposer. Concernant les volets économique et social, le pouvoir se concentre sur la lutte contre l’épidémie, il réfléchit également sur les moyens d’en limiter les impacts sur la société. D’où par exemple la mise en place de 4 plans à savoir le plan de mitigation, le plan d’urgence, le plan d’appui au secteur privé et le plan de mise en place d’un fonds de soutien. L’élaboration de ces plans n’a pas été précédée d’une consultation élargie. Aurait-ce été fait pour recevoir le financement des PTF ? Je crains que cela ne corresponde pas aux aspirations réelles du peuple. Les contestations et plaintes ici et là en sont la preuve. Il y a probablement des points à revoir. Nous devons nous entraider. Il n’est pas nécessaire d’être au sein du pouvoir pour apporter des suggestions.

Midi Madagasikara : Donc, en quoi consiste ce plan exactement ?

Fetison Rakoto Andrianirina : Mon appel est destiné à savoir réellement quelles sont les attentes du peuple malgache. Nous ne savons pas, par exemple, les difficultés endurées par les tireurs de pousse-pousse. Comment ses derniers font face à la situation actuelle? Nous devons recueillir les avis de tous, c’est-à-dire les paysans, agriculteurs, chômeurs etc. En effet, les 93% de ces derniers exercent dans l’informel. Nous n’avons aucune visibilité quant aux emplois, à combien s’élèvent leurs chiffres d’affaires et les impôts qu’ils devraient verser ? Dans les 7% restants, il y a 330 000 entreprises dont 800 grandes entreprises selon l’EDBM. Comment les accompagner pour relancer l’emploi. Il y a un risque de trouble social dû à ces difficultés. Madagascar ne pourra supporter une autre crise en plus de celle-ci.

Midi Madagasikara : Qu’est-ce qui diffère votre initiative de celle des autres qui ont déjà œuvré dans cette démarche ?

Fetison Rakoto Andrianirina : En effet, il y a eu beaucoup d’appels à la solidarité, auparavant, pour trouver des solutions politiques, et cette fois-ci pour une relance économique et sociale. On doit même aller plus loin en ajoutant le volet environnement. La différence avec les appels précédents c’est que ce plan d’appel est assorti d’un plan d’action. Si Transparency International et la société civile ont demandé à rencontrer les PTFs, ces demandes sont restées vaines jusqu’à ce jour. D’autres personnes ont suggéré une collaboration mais cela n’a pas marché. Ce que je propose, c’est de rassembler les idées, de mutualiser les ressources puis mettre sur pied une commission – je précise que cela reste une proposition qui peut être ajustée. Il y a des critiques sans proposition de solution et c’est un problème. La commission étudiera comment effectuer la relance économique sociale et environnementale. Elle sera composée d’experts malgaches issus de tous les domaines..

Midi Madagasikara : Le président de la République est déterminé à promouvoir la tisane améliorée covid-organics pour endiguer la propagation du coronavirus. Qu’en pensez-vous ?

Fetison Rakoto Andrianirina : Le Président de la République a mis en avant Madagascar sur le plan international. La première obligation du président est de défendre l’image de Madagascar devant le monde, il est l’image du pays. Personne ne peut le lui reprocher. Concernant le CVO, destiné à limiter la propagation du virus et à guérir les patients, si au début il y a eu des réserves sur son efficacité, cela est une affaire interne au pays; mais quand on en a fait don aux pays africains convaincus, c’est tout à notre avantage. Le Sénégal a, par exemple, commencé la réflexion sur l’introduction du CVO dans son protocole pour prévenir et guérir le Cov-19. Ce volet diplomatique est une bonne chose pour l’essor de Madagascar. Que notre pays ne soit pas toujours considéré comme l’un des plus pauvres.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Technologie : La cherté des Smartphones entrave les efforts d’inclusion numérique

Le chef de la GSM Association pour l’Afrique subsaharienne, Akinwale Goodluck milite pour une facilitation de l’accès aux Smartphones en Afrique.

Les pays africains doivent encore faire des efforts pour permettre à leurs citoyens d’avoir un meilleur accès aux nouvelles technologies de la télécommunication.

La cherté des Smartphones reste l’un des principaux facteurs qui rendent difficile l’inclusion numérique dans certains pays africains. S’exprimant lors d’une discussion en ligne sur l’inclusion du haut débit mobile organisée par Huawei, il y a quelques jours, le chef de la GSM Association pour l’Afrique subsaharienne, Akinwale Goodluck, a déclaré que la question de la tarification des Smartphones restait un obstacle à l’adoption d’Internet.

Initiatives en cours. Akinwale Goodluck a déclaré que si les consommateurs du continent souhaitaient avoir accès à des Smartphones de qualité, avec une connectivité Internet rapide, l’abordabilité restait un problème. « Il y a beaucoup d’initiatives en cours. Certains tentent de vendre un Smartphone à 50 dollars et d’autres même à 20 dollars » a-t-il déclaré en ajoutant que « les gouvernements ont un grand rôle à jouer, pour y parvenir en particulier avec les politiques fiscales plus incitatives », a-t-il déclaré. Bien que la réduction de la taxation des Smartphones soit un moyen évident de rendre plus accessible, d’autres stratégies peuvent également réduire ces coûts pour les citoyens à faible revenu. Une des stratégies consiste à inciter le gouvernement à s’impliquer dans le circuit de distribution des Smartphones, au niveau notamment du marketing, de la distribution et de la vente au détail. « Cela réduirait les coûts directement supportés par les fabricants de Smartphones en réduisant le nombre d’acteurs au sein de la chaîne d’approvisionnement ». Alors que la lutte contre la pandémie de Covid-19 se poursuivait, Goodluck a déclaré que la connectivité numérique était cruciale, ajoutant qu’il est important de «mettre un Smartphone entre les mains de tout le monde».

L’exemple kenyan. Le Kenya veut faire office de pionnier dans ce projet de Smartphone à bas prix. En effet, afin de surmonter cet obstacle à l’accès au Smartphone, le réseau mobile kenyan Safaricom, en collaboration avec Google et Teleone, déploie un programme de financement qui permettrait aux « bas revenus » d’acheter des téléphones 4G moins chers. Bien qu’un certain nombre de citoyens aient accès à la technologie mobile, un grand nombre d’entre eux utilisent toujours des téléphones 2G. Le programme permettrait aux Kenyans de payer aussi peu que 20 Shillings kenyans (environ 720 ariary) par jour pour acheter des téléphones intelligents 4G.

Cette initiative permettrait à 1 million de Kenyans d’accéder à Internet. A noter qu’à Madagascar, les acteurs de l’inclusion numérique ont, à maintes reprises, réclamé l’appui de l’administration pour faciliter l’accès aux outils connectés à Internet. Un appel, pour le moment, non suivi d’une réponse favorable. Et pourtant la Grande île a cet avantage d’avoir l’une des vitesses de connexion les plus rapides et la moins chère en Afrique.

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana « cash point » teny Nanisana : Jiolahy iray lavon’ny balan’ny polisin’ny « UIR »

Jiolahy rain-dahiny iray fantatra amin’ny anarana hoe « Tovo brown » no maty voatifitry ny pôlisy avy eo anivon’ny sampana hery vonjitaitran’ ny kaomisaria foibe etsy Tsaralalàna, omaly, teny amin’iny faritra Ambohijanaka iny. Marihina, araka ny fampitam-baovo avy tamin’ny pôlisim-pirenena, fa isan’ny jiolahy nandray anjara tamina fanafihana mitam-piadiana maromaro teto an-dRenivohitra ingahirainy ka anisan’izany ilay fanafihana « cash point » vao nitranga ny zoma lasa teo, teny Ampasampito, fanafihana « grossiste Fofifa », ary ilay famonoana olona tanaty « sprinter » tetsy Malaza.

Voalaza, fa taorian’iny fanafihana iny, dia nisy avy hatrany ny fanadihadiana natao ka tamin’izany no nahalalana fa izany « Tovo brown » izany no isan’ny tao ambadik’ilay fanafihana. Nisy ny fikarohana ity farany ka fantatra, fa eny amin’iny faritra Ambohijanaka « Lohanosy » no mipetraka ity farany. Nidina avy hatrany teny an-toerana ireo pôlisy kanjo vantany vao nahita izany ny lehilahy iray, avy hatrany dia nitsoaka. Raikitra ny fanenjehana. Tsy vitan’ny nitsoaka anefa io lehilahy io, fa mbola nitifitra ihany iretsy mpitandro filaminana. Nisy ny fifamaliana tifitra ka tamin’izay no nahalavo azy. Teo moa no fantatra, fa io no « Tovo brown » aminy. Inoana araka izany fa mba hilamindamina indray hatreto aloha ity fanafihana mitam-piadiana, izay toa lasa nihanahazo vahana teto amintsika, indrindra fa tato anatin’ny herinandro vitsivitsin’ny fihibohana izay.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Hopitaly manara-penitra Toamasina : Rangahy iray 59 taona matin’ny covid-19

Ny alahady 10 may teo no niditra hopitaly teo amin’ny hopitaly manara-penitra ity rangahy iray mpiasan’ny talem-paritry ny fahasalamana Atsinanana eo anivon’ny hopitaly kely, manao asa fandrindrana fiara sy bisikileta ary moto ity; taorian’ny fitiliana ny covid-19 ny tenany izay tsy mbola nivaly hatramin’izao hoy ny fianakaviany; izay voamarina anefa fa miabo ity rangahy 59 taona ity hoy ny mpitsabo. Talohan’io herinandro nampidirana azy teny amin’ny hopitaly manara-penitra io anefa, dia efa notsaboina noho ny diabeta sy tosidrà nitaiza azy ilay rangahy teny amin’ny hopitaly be Analakininina; ilay fisian’ny fiakaran’ny hafanana taminy no nampidirana azy teny Morafeno hoy hatrany ny fianakaviny. Herinandro notsaboina teo anivon’ny hopitaly manara-penitra izy; izay fanafody diabeta hatrany no notakian’ny mpitsabo tamin’ny fianakaviany hitsaboana azy, saingy ny sabotsy 16 may nifoha ny alahady 17  dia maty ity rangahy ity; izay mbola nasain’ny mpitsabo nividy fanafodina diabeta hatrany ny fianakaviny nefa efa tsy nampiasaina intsony ny alahady teo. Raha ny angom-baovao natao izay tena sarotra raha teo anivon’ny mpitsabo misahana ny fitsaboana eo anivon’ny hopitaly manara-penitra, dia isan’ny olona narary tao anatin’ny “cas grave” tratry ny fahasemporana sy famelomanaina noho ny aretina diabeta sy tosidrà nitaiza azy ity rangahy notsaboina tao Morafeno ity. Nefa nilaza ny fianakaviany, fa efa nihatsara ny fahasalamany ny faramparan’ny herinandro teo, satria efa nangataka ny hihinam-bary sosoa ny tenany teny amin’ny hopitaly na tsy azo novangiana aza, tampoka teo anefa ny sabotsy alina dia nantsoina izy ireo nilazana fa maty ny havan’izy ireo. Ny tena alahelo ho an’ny fianakavian’ny maty dia ny tsy nahafahan’izy ireo nandevina ny havany teny amin’ny fasan-drazany, fa ny fanjakana no nanao izany. Ny olana amin’ireto fianakaviana ireto koa, dia ny tsy fahalalan’izy ireo ny naha-miabo ny covid-19 ny havany taorian’ny fitiliana natao taminy nefa efa tao anatin’ny “cas grave” ny havany tamin’ilay fitiliana nivaly. Nomarihan’ireo mpiara-miasa aminy maty koa tsy tsy mpiambina “parking” izy ny tenany, fa sekretera ny talen’ny fahasalamana no tena asany, fa noho fahanterany dia nafindra ho mpiandraikitra ny taratasy sy fandefasana izany ny tenany ka izay no ahitana azy eo amin’ny parking foana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Journée internationale des musées : Le Musée de la Photo ouvre gratuitement ses portes

Chaque année, la Journée internationale des musées à travers le monde entier est célébrée le 18 mai afin de sensibiliser l’importance des missions muséales. Après la première participation du Musée de la Photo à cette célébration, organisée par l’ICOM Madagascar (International Council of Museums), le 17 mai de l’année dernière au Tahala Rarihasina Analakely, malgré cette crise sanitaire, le Musée de la Photographie tient à marquer cette commémoration ce jour. À cette occasion, fidèle à sa mission d’éducation citoyenne à travers le partage de l’histoire de Madagascar, il ouvrira ses portes gratuitement au grand public ce jour de 9 heures à 13 heures. Effectivement, les consignes de sécurité comme le port de masque, la distanciation sociale de 1 mètre, le lavage des mains… seront strictement respectées.

Conscient de son rôle sur le plan culturel, le Musée de la Photographie multiplie ses initiatives pour son importance dans la vie sociale et ne cesse de diversifier sa programmation pour renforcer l’appropriation par les Malgaches de leur histoire. Pour cette période de confinement, la présence du Musée de la Photographie sur les réseaux sociaux est renforcée. Depuis sa réouverture le 5 mai après un mois et demi de fermeture compte tenu du coronavirus, le Musée enregistre une moyenne cinq visiteurs par jour, contre une quarantaine par jour auparavant.

Dans le contexte actuel entourant la pandémie de coronavirus, le Musée de la Photographie à Anjohy reste sur ses gardes et maintient les dispositifs de précautions sanitaires nécessaires dans son site.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Electricité : Plusieurs coupures dans la Capitale, la semaine dernière

La Jirama accélère davantage les travaux d’intervention pour la réparation des pannes signalées par les usagers.

Bien que la Jirama ait amélioré sa production et commence à renouveler une bonne partie de son réseau de distribution, les mécontentements des usagers persistent. Cela est dû aux multiples coupures dans divers quartiers de la ville d’Antananarivo. C’était le cas pour les quartiers d’Ankorondrano, Alarobia, Soavimasoandro, Ambohijanahary, Ivato Horizon, Antalamohitra jusu’à Laniera lorsqu’un problème s’est produit sur la ligne électrique, le 15 mai dernier, causant une coupure. Outre les pannes de ce genre, les travaux d’amélioration en cours engendrent également des coupures, comme celles survenues à Antovotany Ambohijanaka, lorsque la Jirama a mené des travaux de remplacement de support pour moyenne tension, suivis du raccordement en électricité d’un poste transformateur. Hier encore, la Jirama a réparé en urgence un transformateur alimentant la zone d’Ambohimandroso à Ambohimanarina, ce qui a causé des coupures d’électricité dans ces localités, durant la matinée. Des mini-coupures ont également été évoquées par les usagers à Ankaraobato, Andoharanofotsy et à Behoririka. Bref, le redressement de la Jirama avance à grands pas, mais les usagers sont encore très loin d’être satisfaits par la qualité du service de cette société d’Etat.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

The Voice Afrique Francophone : Miandry est qualifié pour les live

Miandry a du talent à revendre (crédit photo : The Voice Afrique).

Incontestablement, les talents malgaches font sensation dans le continent noir. Après les D-Lain et Denise, c’est au tour de Miandry de faire figure de proue. Dans le télécrochet the Voice Afrique Francophone, l’étoile malgache brille de plus belle. Samedi dernier s’est tenue l’épreuve des K.O opposant Miandry à une Myriador déterminée. Mais une fois de plus, Miandry a su séduire son coach avec une prestation des plus brillantes. Avec un niveau aussi élevé soit-il, le talent malgache n’en démord pas et décroche un ticket pour le grand live dans l’équipe de Charlotte Dipanda. Même si, pour le coach, le choix a été difficile à ce stade de la compétition, il a décidé de garder le talent malgache. C’est avec la chanson « Amassen » de Soul Bangs que Miandry a définitivement gagné le passage au niveau supérieur. Prochaine étape: le grand show, un live en direct dans lequel les candidats auront à convaincre le public qui donnera son avis sur chaque prestation. Ayant commencé dans le monde du gospel, Miandry Rabenaivo est un habitué des scènes. Véritable challenger, il s’est fait une certaine notoriété dans des concours de chants dans lesquels il a déjà montré passion, zèle et charisme. Cette fois, c’est la couleur de Madagascar qu’il porte haut dans ce concours panafricain. Gardons les yeux braqués sur ce chanteur prometteur à suivre de près !

 Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

“Autorisation” : M.D ny talen’ny ATT ao Vakinankaratra

Nosamborin’ny polisy ary nanokafana fanadihadiana avy hatrany. “Naiditra am-ponja vonjimaika ao Antsirabe ny tompon’andraikitry ny fitaterana an-tanety ao amin’ny faritra Vakinankaratra ny zoma lasa teo. Fanararaotam-pahefana sy fampiasana ary fanamboarana taratasy hosoka no antony nanenjehana azy”, raha araka ny fampitam-baovaon’ny polisim-pirenena. Notohizan’io loharanom-baovao io, fa nampiasain’ilay tompon’andraikitry ny ATT nitondrana olona an-tsokosoko ireo fiarany ny fahazoan-dàlana izay namboariny avy tamin’ny alàlan’ny hosoka. Saron’ny polisy anefa izany fanararaotam-pahefana izany. “Rehefa nosavaina ny taratasin’ireo fiara ireo dia hita fa hosoka avokoa. Taorian’ny fanadihadiana natao, dia natolotra ny fitsarana ity farany ary notazomina am-ponja vonjimaika niaraka tamin’ny olona iray hafa”, hoy hatrany ny vaovao ofisialin’ny polisim-pirenena; izay nanipika fa mbola hoentina hiakatra eto an-dRenivohitra ilay tompon’andraikitra. Io farany dia tsy iza, fa ny talem-paritry ny fitaterana an-tanety izay hotohizan’ny « pole anti corruption » ny fanadihadiana azy. Manomboka mivoaka tsikelikely amin’izay ankehitriny ny anton’ny mbola nisian’ireo afaka nandia faritany na dia efa nisy aza ny fandraràna momba izany. I Vakinankaratra no isan’ny nalaza tamin’izany noho ny mbola fisian’ny fiara nivezivezy, indrindra ny vao maraina. Mazava izany, fa nisy ny tompon’andraiki-panjakana izay nanao bizina ny fahefany mba hahafahana mitatitra olona izay hangalana saran-dàlana lafo dia lafo izany. Raha 10.000ariary mantsy ny saran-dàlana tamin’ny mbola tsy nisy Covid-19, nisy sahy ny nandoa avo dimy heny ka hatramin’ny avo folo heny teny amin’ny jonobotry. Jonobotry izay ny tompon’andraiki-panjakana ihany izany ny tao ambadiny raha araka ny fanamarihan’ny polisy; izay deraina ny fahasahiany  niroso tamin’ny fisamborana. Manodidina izay fanaovana hosoka amin’ny fanomezan-dalana izay hatrany, isan’ny naneho ny hatezerany sy ny ahiahiny ihany koa ny Profesora Hanitra Vololontiana, mpitondra teny ofisialy eo anivon’ny CCO eny Ivato, omaly. Tafakatra 150 000 ariary ka hatramin’ny 200 000 ariary ny fanomezan-dalana manokana na ahazoana mivezivezy eny amin’ny lalam-pirenena amin’ireo mpanao kolikoly amin’izany, hoy izy. Antony ho tena nampiparitaka ny Coronavirus avy any amin’ny Faritra Atsinanana nakany Vakinankaratra izany ka tokony handraisana fepetra hentitra sy haingana, hoy ihany izy nanamafy.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Décès : Sefo Nonoh rejoint les immortels

Nirina Bruno Ramamonjisoa, disparu à l’âge de 53 ans, une perte énorme pour la musique malgache.(crédits photos : Tarika Johary)

Le décès de Nirina Bruno Ramamonjisoa à tout juste 53 ans, annoncé la nuit de vendredi, a mis tout le milieu de la musique dans l’émoi. Ses funérailles se tiendront ce jour à partir de 9 h où la dépouille quittera à jamais sa demeure familiale à Ankadindravola. Une messe aura ensuite lieu à l’église protestante Tranovato Faravohitra. Il rejoindra le tombeau familial à Bejofo Mahitsy Hopitaly.

Avec la disparition de Sefo Nonoh, pour les coulisses et la scène, c’est d’abord la famille qui est la première à être affectée, mais, le groupe Johary dont il est un membre fondateur a perdu un pilier. Ensuite, des groupes comme Farakely, avec qui il s’est musicalement engagé sont endeuillés. Il a travaillé aussi avec des dizaines de pointures comme Lôlô sy ny Tariny et bien d’autres. Une institution de la musique, un professionnel solide, un virtuose de la guitare, Nirina Bruno Ramamonjisoa a réussi à graver son nom dans le patrimoine musical malgache.

Les hommages se sont ainsi multipliés depuis la disparition de Sefo Nonoh. Simplicité et humilité, ces mots reviennent souvent de la bouche de ses pairs. Pour l’avoir connu, cela est littéralement vrai. Cet artiste était accessible comme monsieur tout le monde. Jamais d’ostentation, toujours ce regard avec une étincelle joyeuse… Sa musique, réservée, élégante, simple, inspirante, se retrouvait dans sa personnalité. Un immortel désormais.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimahitsy : Le bunker de Lama et ses complices démoli hier

Après la capture de Ramandehamanana Norbert dit Lama, le roi du kidnapping qui a enlevé l’opérateur économique Anil Karim le 27 avril dernier, l’enquête menée par la gendarmerie sur cette affaire ne cesse de révéler des informations sur le mode opératoire de ce grand bandit. On sait maintenant que la maison utilisée par Lama et son équipe pour séquestrer leur victime à Manankasina-Ambohimahitsy est construite sur un terrain domanial et le propriétaire est encore en litige avec l’Eglise Catholique Romaine qui l’a déjà exploité avant lui. D’après les informations émanant de la gendarmerie, une complice des ravisseurs a construit illicitement un mur et une maison en briques. C’était un véritable bunker, dans la mesure où elle contient une pièce souterraine servant de cellule conçue pour garder les personnes victimes de kidnapping. Navaz Veldjee, l’opérateur Karana qui était enlevé le 13 décembre 2019 y était également séquestré. Cette cache est vraiment stratégique car elle donne une vue panoramique sur la ville d’Antananarivo, permettant de surveiller les alentours. Puisqu’il s’agit d’une construction illicite qui n’a pas obtenu un permis de construire (ni pour le mur ni pour la maison), celle-ci a été démolie à l’aide d’un bulldozer, hier, après avoir eu l’accord du Maire. Les travaux se sont déroulés sans incident et ont fait l’objet d’un procès-verbal réglementaire. Puisque le terrain en question est encore en litige, le Ministère de l’Aménagement du Territoire est tenu de prendre des mesures pour qu’aucun des complices des kidnappeurs n’ait la possibilité de s’en approprier. Appelé Ramahefa, la personne qui a occupé les lieux a été arrêtée et devra être livrée au Tribunal.

Moustafa, Ra-Jim et Man « wanted ». Comme il était déjà promis par le commandant de la gendarmerie ainsi que le Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar, la prime de 200 millions d’ariary destinée à ceux qui ont contribué de près ou de loin à la capture de Lama a été déjà remise au commandant de la circonscription interrégionale de la Gendarmerie Analamanga, le Général Andry Rakotondrazaka, qui se chargera de sa distribution aux bénéficiaires. Il est à rappeler que Lamal a été touché par balles lors de son arrestation puis a succombé de ses blessures lors de son évacuation à l’hôpital, Lama a encore eu le temps de dénoncer trois autres personnes présumées être ses principaux complices dans les actes de kidnapping qu’il a commis durant des années. Il a cité trois noms. Appelé Dilavarhoussen Raza dit 4K ou Moustafa, le premier est un ressortissant indien qui se trouverait actuellement aux îles Comores, selon l’information émanant de la gendarmerie. De nationalité malgache, les deux autres sont connus sous les noms de Ra-Jim et Herman ou Man. Pour ces trois fugitifs, une prime des 200 millions d’ariary est également promise à quiconque peut fournir des renseignements permettant de les arrêter.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque- Rinah Mahefa Andriamampiadana :  » On ne peut pas tourner le dos à la fédération internatio...

Rinah Mahefa Andriamampiadana, un champion pas comme les autres.

Établi depuis 2018 à Montréal, l’ancien champion du monde junior de 2003 à Brno (République tchèque) Rinah Mahefa Andriamampiadana, ne perd pas une miette du quotidien de la pétanque à Madagascar. Sans en faire un interdit, l’ancien DG de Sky One Télé et Radio continue de jouer à la pétanque à Montréal. Juste pour le plaisir.

Midi Madagasikara : Le champion du monde que vous êtes a-t-il décroché ou votre fonction actuelle et le Master en Business Administration que vous avez eu en Malaisie vous oblige à vous détourner des boulodromes ?

Rinah Andriamampiadana :  » C’est vrai que le travail me prend beaucoup de temps mais cela ne m’empêche pas de jouer le week-end avec d’autres Malgaches qui sont nombreux à Montréal. La pétanque c’est ma passion depuis tout petit quand je suivais mon oncle Solofo qui fut aussi un grand champion. Il y a eu ensuite ce championnat du monde où j’ai été appelé en renfort aux côtés de mon frère Sitraka, de Toutoune et de Lahatra. Avec le recul, je mesure mieux le travail exceptionnel du président de la Fédération de l’époque, Bruno Ravoaja, ainsi que de l’entraîneur Jocelin Rajaonarison. Je suis convaincu que sans de bons dirigeants, on ne peut pas avoir de bons résultats. »

Midi : Justement, il y a cette guerre intestine qui oppose l’ancienne FMP écartée par la fédération internationale et la fédération malgache de Sports Boule ?

R.A.: « C’est très délicat de gérer la pétanque à Madagascar. Je le sais car j’ai été un moment SG de la fédération en 2015. Ceci dit, il ne faut pas tourner le dos à la fédération internationale. Ce serait suicidaire pour cette discipline qui n’a pas malheureusement ce qu’elle mérite vis-à-vis de l’Etat ».

Midi : Mais vous avez été élevé au rang de Chevalier du mérite sportif ?

R.A.: « C’est vrai mais ce n’est pas tout. Savez-vous qu’il y a 14 boulistes champions du monde à Madagascar mais où est-ce que cela nous a menés ? On n’a même pas un boulodrome national alors qu’ici au Canada, chaque parc possède un boulodrome. Même le terrain du CBT a été rayé de la carte. La pétanque est pourtant une discipline avec laquelle Madagascar peut briller et se faire connaître du monde entier. Il serait grand temps de lui donner la place qu’elle mérite. »

Propos recueillis par Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Ambatovy : Interdiction de sortie pour 150 employés

Le ministre des Mines, Fidiniavo Ravokatra, visitant les locaux d’Ambatovy.

Six membres du gouvernement ont effectué, tout récemment, une descente à Ambatovy à Toamasina.

En effet, plusieurs cas confirmés de covid-19 y ont été identifiés par l’Etat depuis ces dernières semaines. « On a constaté que 150 employés y travaillent encore malgré le fait que l’usine ait déjà procédé à un arrêt de production depuis un mois. Ils assurent le service minimum en vue de surveiller en permanence les installations contenant, entre autres, de l’ammoniac, qui est un produit chimique potentiellement dangereux compte tenu de ses risques d’explosion. Et ces 150 employés rejoignent encore leurs familles respectives tous les soirs après leur travail alors que le Président de la République a déjà ordonné que tous les travailleurs d’Ambatovy doivent être mis en quarantaine dans l’enceinte de l’usine. Dorénavant, ces 150 employés sont interdits de sortie de l’enceinte d’Ambatovy à Toamasina », a déclaré le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, lors de son intervention diffusée sur la chaîne nationale samedi dernier.

3 500 employés directs. En fait, « cette compagnie minière dispose de toutes les infrastructures nécessaires permettant à ses travailleurs de survivre. On peut citer; entre autres, des camps d’hébergement, des sites de restauration et de loisirs ainsi qu’une clinique médicale », a-t-il poursuivi. Il est à noter que 3 500 employés travaillent directement à l’usine à Toamasina et sur le site de la mine à Moramanga. « Près de 6 000 employés indirects travaillent au sein des entreprises sous-traitantes d’Ambatovy. Bon nombre d’entre eux sont déjà au chômage technique, et ce, depuis le début de la crise sanitaire au pays. En effet, l’usine ne tourne plus et le site à Moramanga est également fermé. Plus aucun employé n’y travaille en ce moment. Mais je tiens à signaler que ces employés ne sont pas licenciés. Ils retourneront au travail une fois qu’Ambatovy reprendra ses activités », a-t-il précisé.

Renforcer la vigilance. Par ailleurs, « nous allons relever auprès de la compagnie minière tous les noms et les coordonnées de ces employés afin de procéder au test et au suivi de leur état sanitaire. J’espère qu’Ambatovy acceptera de collaborer avec l’Etat et l’équipe du personnel médical à Toamasina en vue de contenir la propagation du covid-19 surtout dans la ville du Betsimisaraka », a enchaîné le ministre de tutelle. Il a également soulevé que les employés de la compagnie ne sont pas tous atteints du coronavirus. « Leur entourage doit ainsi arrêter de les stigmatiser », d’après toujours ses explications. Pour le cas de la population de Toamasina, le ministre Fidiniavo Ravokatra a annoncé que 50 000 tambavy CVO et des masques de protection sont distribués à toutes les familles qui résident notamment à Toamasina I. Il n’a cessé de réitérer qu’il faut toujours renforcer la vigilance tout en respectant les gestes-barrières face aux manipulations de certains politiciens alors que le nombre des cas confirmés de coronavirus monte en flèche à Toamasina et à Moramanga. « Notre défi est de n’enregistrer aucun décès et de réduire le nombre des contaminés du covid-19 », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Sabotsy Namehana : Saisie de six sacs de cannabis, une femme arrêtée

Coup de filet pour les policiers du Commissariat central d’Avaradrano. « Une indication précieuse venant d’une source anonyme nous a permis de mettre la main sur une importante saisie de drogue» lit-on dans un communiqué émanant du Service de la communication de la police nationale. En effet, samedi dernier, six sacs d’herbe de cannabis que l’on pourrait qualifier « de supérieur » ont été mis à découvert dans une demeure du côté d’Ankorondrano. D’un poids total de près de quelques centaines de kilos, cette drogue aurait une valeur marchande de plusieurs millions d’ariary selon nos informations. Dans la foulée, une femme a été interpellée et aussitôt embarquée pour une enquête d’usage dans les locaux de la police de Sabotsy Namehana, où elle est placée en garde à vue.

Toujours d’après ce communiqué, ce coup de maître résulte d’une longue investigation menée par les limiers de la police d’Avaradrano après qu’ils ont été mis au parfum d’un important trafic de stupéfiant qui grouillait dans cette partie nord de la capitale. Ainsi, après plusieurs filatures, les policiers ont découvert que les drogues venaient du centre-ville. L’enquête les a alors dirigés vers une maison bien camouflée dans les dédales des ruelles du quartier d’Ankorondrano, où une quantité faramineuse d’herbes a été stockée. La maîtresse du lieu, prise en flagrant délit, a fait tout de suite l’objet d’une arrestation. L’on nous a fait savoir ensuite qu’une autre recherche sera menée pour déterminer la provenance de ces drogues ainsi que les personnes qui pourraient être impliquées dedans.

Quant à l’individu arrêté, il sera présenté devant le Parquet d’Anosy aujourd’hui, si aucun changement de dernière minute ne fera obstacle, a-t-on appris.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Manarintsoa- Isotry : 16 personnes contaminées par un porteur du virus

Le “fokontany” de Manarintsoa Isotry compte le plus grand nombre de cas positifs à Tana.

16 cas-contact ont été enregistrés à Manarintsoa Isotry le samedi 16 mai 2020, d’après les résultats des tests effectués le vendredi 15 mai de 8h à 18 h par le centre d’infectiologie Charles Mérieux et l’Institut Pasteur de Madagascar. A l’origine de ces cas, un habitant de Manarintsoa Isotry en observation à l’hôpital depuis le 10 mai. Après Ankadifotsy, Ivandry ou encore Soavimasoandro, Manarintsoa Isotry rallonge la liste des quartiers ayant enregistré de nombreux cas positifs de Covid-19, ce mois-ci. Face à la recrudescence des cas-contact dans ce quartier d’Isotry, le ministère de la Santé publique a fait une descente sur terrain, hier, pour un dépistage de masse. Et par la même occasion, le ministre et son équipe ont distribué des morceaux de savon, des masques et du Covid-Organics tout en renforçant la sensibilisation de la population au sujet de l’importance des mesures barrières.

Par ailleurs, malgré les nombreux cas enregistrés dernièrement dans la capitale, les Tananariviens semblent avoir retrouvé leurs vieilles habitudes. La semaine dernière, très tôt le matin, les rues d’Analakely, des 67 ha et de Behoririka étaient noires de monde. Les gestes-barrières ne sont plus respectés, les bars ont commencé à retrouver leurs fidèles clients, les marchands, de nouveau, ont investi les trottoirs, seul le port de masque est nouveau dans le décor. Mais peut-être est-ce dû au fait qu’aucun décès n’a été enregistré à Madagascar avant dimanche. Maintenant que la donne a changé, le changement de comportement des habitants de la ville des Mille est-il envisageable ? Pour le savoir, nous allons attendre la suite des événements cette semaine.

Anja RANDRIAMAHEFA