Les actualités Malgaches du Mercredi 18 Avril 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara139 partages

Courants marins : Découverte vitale faite par un doctorant malgache

La recherche de Juliano Dani Heriniaina Ramanantsoa apparait dans “Sunday Times”, journal national sud-africain.

Il s’appelle Ramanantsoa Heriniaina Juliano Dani. C’est un natif de Toliara, qui a grandi dans ses eaux, et y a fait toutes ses études jusqu’au DEA. Il a continué ses études universitaires à l’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM) qui lui a inculqué le goôt pour l’océan. Par la suite, il continue sur un Master 2, spécialisé sur la télédétection et risque naturels, affilié à l’Université de la Réunion dont il a pris une option orientée à l’observation de l’océan utilisant les satellites. Toujours poussé par l’ambition de vouloir entreprendre plus sur la connaissance de l’océan, il s’est inscrit à l’Université de Cape Town (South Africa) pour un Ph.D axé sur la dynamique de l’océan.

MIDI Madagasikara : « Qu’est-ce que vous avez découvert exactement ? C’est unique ? A quoi cela sert-il ? Quels en sont les avantages ? » 

Ramanantsoa Juliano : « J’ai découvert pour la première fois un courant côtier, nommé “South-west MAdagascar Coastal Current (SMACC)” coulant au Sud-Ouest de Madagascar. C’est un courant chaud de surface qui s’étend depuis Morombe jusqu’au Cap Sainte- Marie avec une profondeur moyenne de 150 m. Le plus important dans cette découverte est que le nouveau courant (SMACC) influence l’occurrence du système de la remontée d’eau froide (upwelling) qui favorise la productivité de l’océan au Sud de Madagascar. Ce nouveau courant a été perçu comme influençant également le grand courant des Aiguilles à  proximité de l’Afrique du Sud et qui peut affecter le climat mondial. »

M.M. : C’est unique ?

R.J. : Découvrir un courant marin au XXIe siècle est presque impossible.  D’après toutes les avancées technologiques que l’Humanité possède, il reste  une pièce de courant qui a échappé à tout le monde: le SMACC.

M.M. : Quelles en sont les conséquences ? 

R.J. : Premièrement, la carte de la circulation océanique mondiale va être  redéfinie avec l’inclusion de cette nouvelle information. Deuxièmement, la découverte de ce courant va contribuer à la compréhension de la variabilité de la circulation dans la région du Sud-Ouest de l’Océan Indien, et même mondialement.

Pour les conséquences plus locales, la connaissance du nouveau courant permettra également d’anticiper la productivité de l’océan au Sud de Madagascar, autour du Cap Sainte- Marie.

La connaissance du courant marin est  importante pour estimer et anticiper les effets du changement climatique (comme el Nino) qui pourrait frapper les eaux de Madagascar ainsi que les effets cascades sur les êtres qui y vivent.

La découverte de ce courant va également servir de base pour des éventuelles mises à jour du domaine “Marine Spatial Planning” ou future mise en place des “Marine Protected Areas” pour Madagascar.

Les énergies des courants marins.

M.M. : Pourquoi cette passion pour les courants marins ?

R.J. : Premièrement, j’ai l’océan qui coule dans mes veines …Sur l’immense surface de la Zone Economique Exclusive (ZEE) de Madagascar, nous possédons une connaissance très limitée de nos eaux. Les étrangers connaissent nos eaux mieux loin que nous-mêmes. J’avais identifié  ces lacunes dans l’étude de la circulation des eaux autour de Madagascar. Les études déjà entreprises auparavant étaient surtout axées sur la biologie marine, la conservation marine, la pêcherie ainsi que des études des écosystèmes marins. Néanmoins, la dynamique de circulation de l’océan est un important composant de base pour comprendre celle de ces autres domaines cités précédemment. Ayant eu une base sur chacune de ces domaines, j’ai décidé d’entreprendre une étude sur la dynamique de l’océan par  son incontournable importance.

M.M. : Quels sont les publications qui ont sorti cette découverte ?

R.J. : La description du courant a été publiée dans un “Per-Review-Article” sous un journal scientifique réputé “Geophysical Research Letters (GRL)” (https://doi.org/10.1002/2017GL075900). Le papier en question a été également sélectionné par un autre journal réputé “EOS” (plateforme qui sélectionne les “best paper”) en étant un des importants papiers sortis récemment.

Le résultat a fait un boom médiatique après que mon encadreur et moi-même avons accepté de faire une vidéo sur la description du résultat de la publication et d’expliquer l’effet global de cette découverte. Depuis la semaine dernière, on a accumulé des interviews médiatiques dans les plateformes radio, tv et surtout journaux. La plus grandiose de tous était mon apparition sur le “Sunday Time” (National journal-ecrit de l’Afrique du Sud, très réputé en SA et internationalement).

M.M. : Que faites-vous actuellement ? Sur le plan « études » et sur le plan professionnel ? 

R.J. : Actuellement, je suis aux termes de mon PhD ici à l’Université du Cape Town. Mes collaborateurs et moi-même prévoyons d’ouvrir un laboratoire d’océanographie physique pour Madagascar, pour que Madagascar puisse entreprendre les études de ses eaux, par lui-même, et tout en étant connecté et collaborer avec les pays voisins. Mon ambition est de promouvoir la capacité de publication des recherches en océanographie physique pour la recherche malgache, la seule et unique approche de se placer dans le rang international en terme de reconnaissance scientifique.

Il est aussi très important d’anticiper les effets du changement climatique qui frappent les eaux de Madagascar par le biais de l’implantation de ce laboratoire.

M.M. : Quid de la connaissance de votre sujet à Madagascar ?  

J. : Je suis également un doctorant affilié l’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM), et travaille étroitement avec le Centre National des Données Océanographiques (CNDO) sis à Toliara.

M.M. : Y a t-il beaucoup de gens qui sont dans cette filière ?

R.J. : Pour l’instant,  à ce que je sache, il y a encore très peu d’études sur l’océanographie physique qui a été entreprise à Madagascar, et s’il y en a, ce sera entrepris par des institutions étrangères.

Cette filière n’est pas très suivie car elle nécessite une connaissance avancée en dynamique de l’océan et également nécessite un ordinateur avec une puissance de calcul que peu de nos Universités possèdent. Néanmoins, l’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM) prévoit déjà d’inclure cette filière dans son curricula.

Par Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara102 partages

Manif des députés TIM et MAPAR : Le Préfet de Police brandit une menace d’arrestation

Le préfet de Police d’Antananarivo et le chef de Région Analamanga considèrent la manifestation des députés TIM et MAPAR comme un acte de déstabilisation.

Comme à l’accoutumée, l’hôtel de ville d’Analakely sera certainement quadrillé par les forces de l’ordre dès vendredi soir.

Au summum. La tension politique est très élevée en ce moment. Le risque d’affrontement n’est pas à écarter samedi prochain avec la manifestation que les députés issus du « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina », ceux du « Tiako i Madagasikara », ainsi que les parlementaires indépendants envisagent d’effectuer devant l’hôtel de ville à Analakely. Une manifestation que le Préfet de Police d’Antananarivo, le Général Angelo Ravelonarivo considère comme « un acte de déstabilisation pure et simple ». « Que fera Raholdina à Analakely alors qu’il est élu dans le Ve Arrondissement », se demande le patron de l’OMC qui soupçonne les parlementaires de l’opposition de vouloir fomenter un « sakoroka » à Tana. Nul n’ignore pourtant que les membres de la Chambre basse sont appelés « Députés de Madagascar », leur compétence ne se limite donc pas uniquement au niveau de leur circonscription électorale respective. D’ailleurs, l’article 208 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale autorise les députés à effectuer un compte-rendu auprès de leurs électeurs à chaque fin de mandat.

Flagrant délit. Hier, le Préfet de Police a déclaré que « ¾ de la foule qui sera présente sur la place du 13 mai samedi prochain sont des casseurs qui ne chercheront qu’à vandaliser les magasins et piller les maisons ». Face aux risques, l’Organe Mixte de Conception (OMC) décide de réquisitionner les forces de l’ordre et menace d’intervenir si les députés persistent à effectuer leur meeting. A l’issue de la réunion de l’OMC qui s’est déroulée hier à Tsimbazaza, le Général Angelo Ravelonarivo a réitéré qu’ « aucune réunion publique ne pourra se tenir à Tana ». « Le parvis de l’hôtel de ville étant une voie publique, cette manif ne sera donc pas autorisée », a-t-il lancé. Cet Officier Général brandit même une menace d’arrestation contre les parlementaires TIM et MAPAR. Selon ses dires, « leur présence à cette manifestation non autorisée constitue déjà un flagrant délit, il n’est donc pas nécessaire de demander une levée de l’immunité parlementaire auprès du Bureau permanent de l’Assemblée nationale ».

Frappée d’irrecevabilité. Il a aussi évoqué ses 14 années d’expériences au niveau de la Force d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (FIGN). « 14 ans de Force d’Intervention ilay bandy…  Chaque fois qu’il y a eu une manifestation publique, j’ai toujours été le premier largué sur le terrain ». Une manière d’exprimer sa détermination à aller jusqu’au bout de son engagement. Hier, le Préfet de Police, le Général Angelo Ravelonarivo a refusé de recevoir la lettre déposée par une délégation du TIM et du MAPAR qui était venue à Tsimbazaza pour aviser la Préfecture par rapport à leur projet de compte-rendu. Le Préfet de Police de rappeler que les textes prévoient une demande d’autorisation et non une lettre. Pour enfoncer le clou, le numéro Un de l’OMC d’affirmer qu’une éventuelle demande d’autorisation des députés MAPAR, TIM et indépendants sera désormais frappée d’irrecevabilité car d’après les textes sur les manifestations publiques, la demande doit être déposés cinq jours avant la date prévue.

73 députés. Quoi qu’il en soit, la déclaration tenue hier par le Général Angelo Ravelonarivo s’apparente comme une mise en garde à peine voilée contre les Guy Rivo Randrianarisoa, Maître Hanitra Razafimanantsoa, Naivo Raholdina, Lanto Rakotomanga, Rahasimanana Paul Bert (Rossy) et consorts. Faut-il rappeler que mis à part les 11 députés élus au niveau des six arrondissements d’Antananarivo, les autres députés qui ont dit non au vote des lois électorales à l’Assemblée nationale seront également présents à Analakely ce samedi. Ils seront 73 députés au total. Bon nombre d’observateurs accusent désormais la Préfecture de Police d’Antananarivo de faire un deux poids deux mesures. Faut-il rappeler que le député élu dans l’Atsimondrano, Jaona Randriarimalala alias Jaona Elite, connu et reconnu comme étant un fervent défenseur des intérêts du régime HVM, a été autorisé à organiser un meeting à Tanjombato le 11 avril dernier. Ce dernier a pu rassembler ses partisans sur un lieu public, sans aucune intervention des forces de l’ordre. Ce deux poids deux mesures risque de remettre en cause la crédibilité de l’Organe Mixte de Conception en général et la Préfecture de Police en particulier.

Affrontement. En tout cas, l’on s’achemine vers la logique de l’affrontement car de leur côté, les députés TIM, MAPAR et indépendants refusent de faire machine arrière.   Malgré les menaces d’arrestation, ils seront présents à Analakely samedi. « Nous n’avons pas besoin d’une autorisation pour effectuer un compte-rendu auprès de nos électeurs », a martelé le député de Tana V, Guy Rivo Randrianarisoa. Ce jour, ce sont les parlementaires de l’opposition élus à Ambositra qui envisagent de rencontrer la population locale. Une demande d’autorisation a déjà été déposée par le député Razakamady. Pour l’heure, la Préfecture de Police n’a pas encore donné sa réponse. La question est donc de savoir jusqu’où peut aller le régime HVM pour empêcher les manifestations de l’opposition. Histoire à suivre.

Davis R

News Mada82 partages

Foire du livre : cinq jours pour la promotion de la lecture

« Nous sommes prêts », a annoncé Jaona Andrianjaka Razakasoa, président de l’association des éditeurs de Madagascar (Aedim). En collaboration avec le ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine, le Fikambanana mampiely Baiboly malagasy (FMBM) et la Synergie nationale des auteurs, éditeurs et librairies de Madagascar (Synael), l’Aedim organise la 14e édition de la foire du livre qui se déroulera du 23 au 27 avril au jardin d’Antaninarenina, avec la participation de 17 stands.

Le thème de cette année sera «Lire des livres, lire délivre». « Cette citation  a été choisie pour illustrer globalement notre objectif, c’est-à-dire, inciter le grand public à lire parce que la lecture permet d’acquérir des connaissances et des savoirs, donc source de liberté », a-t-il expliqué, hier, lors de la conférence de presse qui s’est tenue à l’Ivont-toeran’ny kolontsiana malagasy (IKM) Antsahavola. Pour rappel, la foire se déroule dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale du livre et des droits d’auteur qui se fête le 23 avril.

Ainsi, le programme s’annonce varié. A part les ventes expositions, il y aura également diverses animations et jeux éducatifs pour le public. Par ailleurs, l’association Opération Bokiko propose déjà un avant-goût de la foire, vendredi prochain, à l’IKM, par le biais d’une rencontre avec Michèle Rakotoson, suivie d’une conférence débat avec quelques écrivains, à savoir, Riambola Mitia, Mossieur Njô, Riso Lalason, Andrea Razafindraibeary et Ranoe. L’association sera ensuite présente durant la foire et offrira même des lectures gratuites. Et enfin, une vente-exposition de livres se tiendra à Mahajanga à partir du 21 au 27 avril.

Holy Danielle

Midi Madagasikara63 partages

Association pour le Développement des Aires Protégées : Pour une gestion durable des forêts limitrophes...

Raobelison Fidy Denis, coordinateur du projet ADAP (1er plan), menant une visite d’échange dans la Haute Matsiatra. Photo Anastase.

Effectif depuis juin 2016, dans la région des « Mikea », le projet ADAP (Association pour le développement des aires protégées) contribue au développement durable du pays grâce à  la préservation de ses ressources naturelles et de son identité culturelle.

Les communautés utilisatrices de la forêt de Bahidy et de Bekiseny qui sont des forêts limitrophes du parc national Mikea et qui se trouvent dans  la commune rurale de Basibasy dans le district de Morombe, région Atsimo-Andrefana, ont demandé la mise en place d’une gestion durable de ces espaces forestiers. Etant donné que les intérêts de ces communautés ont été peu pris en compte, lors de la mise en place du parc national Mikea. De ce fait, les forêts de Bahidy et de Bekiseny se trouvent confrontées à de multiples pressions de la part de l’homme, comme l’extension des terrains de culture de maïs, coupe illicite pour le bois de construction et la production de charbon. D’autre part, les conditions agro-écologiques dans cette partie de l’île sont peu favorables et engendrent l’insécurité alimentaire. De plus, les ressources naturelles sont insuffisamment valorisées, et l’identité culturelle des communautés Mikea menacée.

Appuis aux communautés de base. Le projet ADAP  est mis en œuvre par l’ONG Saha et financé par la Fédération Genevoise de Coopération. Comme l’a spécifié Raobelison Fidy Denis, coordinateur du projet, l’ONG Saha appuie les communautés de base en les impliquant dans la gouvernance des ressources naturelles de ces forêts et de contribuer à une société civile plus forte, capable de défendre leurs intérêts. Les objectifs globaux du projet ADAP sont d’améliorer les conditions de vie des habitants des communes limitrophes du parc national Mikea, de contribuer à la gestion durable des ressources naturelles constituant des zones tampon du parc national Mikea, tandis que, plus spécifiquement, il s’agit de générer de nouvelles sources de revenus pour ces communautés à travers la mise sur pied de filières de valorisation des ressources naturelles (culture d’ignames, apiculture, sériciculture),  de faciliter le transfert de gestion des ressources naturelles de la commune de Basibasy aux communautés, d’appuyer le développement d’un schéma d’aménagement communal (SAC) pour la même commune, et d’appuyer la mise en place d’une structure de concertation entre les parties prenantes. 17 000 personnes bénéficient de ce projet, incluant la population Mikea, les communautés riveraines des forêts de Bahidy et de Bekiseny ainsi que d’autres communautés riveraines du parc national Mikea.

CHAN MOUIE Jean Anastase      

Midi Madagasikara60 partages

Transport aérien : Des doutes s’installent sur le redressement d’Air Madagascar

Le partenariat Air Madagascar et Air Austral est-il réellement, mutuellement avantageux ?

L’Emergence 2030 mise, parmi ses objectifs,  sur un secteur touristique capable de booster l’économie à travers la rentrée de devises.  Or le développement du tourisme passe par l’existence d’une compagnie aérienne nationale fiable.

Raison pour laquelle, d’ailleurs,  l’Etat ne lésine pas sur les moyens pour réaliser le processus de redressement d’Air Madagascar. Dans le cadre du partenariat stratégique entre Air Madagascar et Air Austral, par exemple, les 300 milliards d’ariary déboursés par le gouvernement prouvent que le redressement de la compagnie est une priorité pour l’Etat. Cependant, à un peu plus de cinq mois après la signature du partenariat stratégique,  les doutes commencent à s’installer.

Insuffisance de trésorerie. En effet, dans se communications officielles, le staff dirigeant de la compagnie avance que le  calendrier du redressement est respecté. Lors de la dernière conférence, Les Besoa Razafimaharo, Eric Koller et Marie Joseph Malé, respectivement DG d’Air Madagascar, PCA d’Air Madagascar et PDG d’Air Austral ont affirmé que « le redressement est en bonne voie ». Ce qui n’est apparemment pas de l’avis de certains employés de la compagnie qui affirment que  tout n’est  pas, pour le moment,  dans l’ordre. Au niveau de la maintenance des appareils d’Air Madagascar, par exemple, l’on affirme que  compte tenu d’une insuffisance de trésorerie, les services techniques  ne sont pas capables d’acheter convenablement les pièces détachées. C’est d’ailleurs, l’une des raisons pour lesquelles, la remise en marche des « Twin Otter » et d’un « ATR » tarde à se concrétiser. En effet, aux dernières nouvelles, ces appareils censés renforcer le réseau domestique ne sont pas encore fonctionnels. D’où, d’ailleurs le report de la date de mise en œuvre de Tsaradia, la filiale dédiée aux vols domestiques.

Soupçons. Ces  circonstances malheureuses provoquent, en tout cas, les soupçons  des observateurs dont certains arrivent même à se poser des questions si Air Austral, le partenaire stratégique censé aider à la relance de la compagnie répond réellement à ses obligations. Lors d’une interview sur une radio privée, Serge Zafimahova a carrément indiqué qu’en fin de compte Air Austral n’est pas en mesure d’injecter les 40 millions USD promis. On rappelle d’ailleurs, sur ce point que les dirigeants des deux compagnies ont affirmé lors de leur dernière conférence de  presse, qu’une somme de 25 millions USD a été empruntée par Air Austral auprès d’une banque française pour concrétiser cette participation.  Mais il n’a pas été dit si ces fonds sont actuellement, effectivement versés dans les comptes d’Air Madagascar.  « Si ces fonds sont versés, pourquoi Air Madagascar souffre-t-il encore de manque de trésorerie » s’interroge-t-on, à juste titre.

Par ailleurs, la réponse donnée par le PDG d’Air Austral sur le fait que cette compagnie réunionnaise souffre de la concurrence que lui fait endurer la compagnie « French Blue » inquiète les observateurs. Ce dernier a, en effet affirmé que le partenariat stratégique avec Air Madagascar permet à Air Austral d’augmenter son réseau dans la région et constitue, en conséquence une réponse par rapport à l’offensive de « French Blue ».  C’est comme s’il voulait dire que quelque part, c’est Air Madagascar qui  va aider Air Austral à se maintenir sur le marché. Ce qui est contraire à l’objectif initial qui est de monter un partenariat stratégique pour sauver Air Madagascar. Attention danger.

R.Edmond.

Midi Madagasikara31 partages

Extension du Port de Toamasina : Capacité triplée d’ici à 2030

Le début des travaux d’extension du port de Toamasina sera lancé le 23 avril, selon la SPAT et la JICA.

Environ 2 044,8 milliards Ariary seront alloués au projet d’extension du port de Toamasina. Le lancement officiel des travaux de huit ans, se déroulera le 23 avril. Il s’agit du plus grand projet d’infrastructure mené à Madagascar, depuis le retour de l’indépendance.

 2,7 millions de tonnes ! C’est le poids total des marchandises qui sont passées au port de Toamasina en 2017. Ces flux comprenaient 243 000 containers, d’après le directeur général de la SPAT (Société du port à gestion autonome de Toamasina), Avellin Christian Eddy. « Les trafics augmentent davantage et le port commence à avoir des difficultés à satisfaire la demande. Cette année, on prévoit une croissance des trafics de 7% pour les containers et de 3% les marchandises conventionnelles. Cela dit, il est grand temps de lancer les travaux d’extension du Grand Port. Nous avons initié ce projet depuis presque dix ans. Tout est désormais prêt. La cérémonie de pose de première pierre se fera, lundi prochain, avec le président Hery Rajaonarimampianina. Ce projet d’extension, mené avec les Japonais, s’inscrit dans le cadre du Master Plan de développement du port de Toamasina, ainsi que de la vision à long terme pour le développement du pays », a affirmé le DG de la SPAT, lors d’une conférence de presse, organisée hier à l’Ibis Ankorondrano.

Financements. 639 millions de dollars américains, soit près de 2 044,8 milliards d’Ariary, seront alloués au Projet. Parmi ces fonds, 411 millions de dollars proviennent d’un emprunt concessionnel accordé par la JICA (Agence Japonaise de Coopération Internationale), remboursable sur 40 ans. Le reste, soit près de 228 millions de dollars, sont apportés par la partie malgache. Pour le Japon, ce projet d’extension présente plusieurs intérêts, grâce à la localisation de Madagascar, du point de vue géostratégique. « Ce projet est très rentable, car le Port de Toamasina occupe un rôle majeur, non seulement pour l’économie de Madagascar, mais également pour son potentiel énorme et la place qu’elle pourra occuper dans la région. Le Japon finance quelques projets d’aménagements de ports en Afrique, mais celui du Port de Toamasina figure parmi les plus importants, grâce à ce portefeuille exceptionnel, qui répond essentiellement à l’engagement du Japon au TICAD VI. D’ailleurs, ce projet fait de la JICA, le premier bailleur bilatéral de Madagascar, en termes de financements. Nous avons déjà fait toutes les études, y compris celle concernant l’environnement. Tous les indicateurs sont favorables à la réalisation du projet », a indiqué le représentant résident de la JICA à Madagascar, Murakami Hironobu.

Capacité triplée. 90% des trafics internationaux de marchandises à Madagascar passent par le port de Toamasina. D’après ses promoteurs, le projet d’extension devrait permettre de tripler la capacité du port, d’ici à 2026. Cependant, une partie des réalisations pourra être utilisée, dès l’année 2021 ou 2022. A noter que ce projet prévoit le prolongement et l’approfondissement des quais à containers, la mise en place de 10 ha de terre-plein pour le dépôt de containers et bien évidemment, le prolongement du brise-lames ou digue de protection.

Antsa R.

Midi Madagasikara25 partages

Andohatampenaka : Mpanendaka telolahy voasambotra niaraka tamin’ny sabatra

Ny alatsinainy lasa teo dia mpanendaka telolahy no voasambotra, teo am-panaovana ny asa ratsiny teny amin’iny faritra Andohatapenaka iny. Mbola tratra teny amin’izy telolahy ireto, izay saika ankizy mbola tsy ampy taona ny sasany, ny zava-maranitra fentin’izy ireo mampitahotra ireo lasibatra. Tamin’io fotoana io dia sendra ny nahay azy ireto tontakely ireto, satria dia teo ambany masona pôlisy iray, tsy nanao fitafiana izy ireo no nanao ny ataony. Nandray ny andraikiny avy hatrany ity farany raha vao nahita izany ary avy hatrany dia nisambotra azy ireo. Niantso ny namany nony avy eo, ary ireto farany no nitondra azy telolahy tany amin’ny kaomisaria foibe tetsy Tsaralalàna.

Isan’ny faritra iray, hanjakan’ny asan-jiolahy sy ny fanendahana tokoa iny faritra Andohatapenaka sy ny lala mamorona ny digue iny. Eny fa na dia eo tokoa aza ny ezaka ataon’ireo pôlisy misahana ireo faritra ireo. Mazàna dia ankizy tsy ampy taona ireo mpanao ny asa ratsiny eny amin’iny faritra iny. Ankizy izay manao andiany ary mampihorohoro tokoa, na ireo ao anaty fiara na ireo mpandeha tongotra, indrindra moa fa raha vao manomboka hariva ny andro na ilay vao maraim-be iny.

m.L

Midi Madagasikara23 partages

Nosamborin’ireo Dinabe ny sefo Fokontanin’ Ankililoaka : Raikitra ny korontana sy fanakanan-dalana tami...

Raikitra vao maraina ny korontana tany Ankililoaka, distrikan’i Toliara II, afak’omaly, satria tsy nanaiky hatramin’ny farany ny fisamborana ny Sefo Fokontanin’ Ankililoaka, ny “Assistant parlementaire”-n’ny depioten’i Toliara II, ary ireo vaomieran’ny fokontany maromaro nataon’ireo avy amin’ny Dinabe ny vahoaka tany an-toerana, ka naneho tsy fankatoavana ity fihetsika ity, ary nidina an-dalambe sady nanao sakan-dalana tamin’ny RN9. Noho ny tahotra sy horohoron’ny mponina, dia nikatona avokoa ireo toeram-pianarana sy tsena. Manoloana an’ity fisamborana tsy manara-dalàna sy fandikana ny sata voarakitra ao amin’ny Dinaben’ ny Faritra ity, dia nametraka taratasy fitoriana eny anivon’ny fitsarana ireo niharan’ny herisetra sy ny vahoaka any amin’ny Kaominina Ankililoaka. Raha ny fanazavana azo, niditra an-keriny tao amin’ity fokontany ity ireo Dinabe sady nandraoka ny omby teo an-tanàna no namatotra tamin’ny tady ireo olom-boatendry solontenam-bahoaka, ary nanambana basy ny fokonolona tsy nanaiky Tamin’ny fakana ny ombiny. “ Lasa fitadiavam-bola, fanararaotam-pahefana sy fanaovana valifaty ary miteraka ady ara-pianakaviana/fiaraha-monina ny Dinabe ankehitriny, izay dina nakatoavin’ny Fitsarana tokony hiadiana amin’ny asan-dahalo sy ny fahalovana rehetra, ka  tokony hofohanana any, satria tondro molotra fotsiny dia andoavanay vahoaka omby 25 isa sy lelavola 6 tapitrisa Ariary “, hoy ireo mponina nandritra ny fanadihadiana natao tany an-toerana. Raha ny fanazavana azo, dia ilay raharaha famonoana mpampianatra tany an-toerana ny volana mey 2016 teo no fototr’izao raharaha izao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara16 partages

Atelier sur la refondation de la Nation : Vers la mise en place de nouvelles structures étatiques !

Outre l’évènement du 21 avril, les yeux sont également rivés sur l’atelier national sur la refondation totale de la Nation à Fianarantsoa qui accouchera d’une résolution.

Deux jours de réflexion sur la refondation totale de la nation à Fianarantsoa. Une lueur d’espoir pour la population malgache qui semble désemparée face à la situation chaotique dans laquelle se trouve le pays. Une lueur d’espoir qui, espérons-le, ne se réduira pas à un simple long palabre stérile.

Assainir, épurer, réformer, refonder. Le champ lexical est loin d’être exhaustif quand il s’agit d’amorcer ou de concrétiser (enfin) la refondation totale de la Nation. Une initiative qui tend à s’accomplir avec l’atelier national organisé par le K3F (Komitin’ny Fahamarinana – Fandriam-pahalemana – Fiadanana) de l’Eglise Catholique à Fianarantsoa. Pendant deux jours (hier et aujourd’hui), politiciens de tous bords mis à part ceux du HVM, société civile, hommes d’église, économistes et d’innombrables citoyens se sont donné rendez-vous au collège Saint-François Xavier Fianarantsoa pour « trouver une issue » à l’impasse qui bloque Madagascar. Trouver une issue car le « fanarenam-pirenena tena izy », le thème de l’atelier, impose à ce que « de nouvelles pratiques essentiellement politiques et économiques, soient désormais appliquées ».

Empêchement avorté. D’après les informations qui ont été communiquées, l’atelier national a été interdit par la Préfecture de Fianarantsoa car selon elle « le K3F ne connaîtrait aucune existence légale ». En parallèle, une autre source indique que « c’est le président du Sénat et non moins secrétaire général du parti HVM, Rivo Rakotovao, qui aurait téléphoné le Préfet, la veille de la cérémonie d’ouverture, pour empêcher la tenue de l’atelier ». Mais après une intervention d’un haut responsable de cet atelier auprès de la Présidence, il a pu se tenir. Néanmoins, les forces de l’ordre ont investi les lieux durant la journée d’hier, toujours selon  notre source. A Fianarantsoa comme à Antananarivo, et bien comme dans les autres régions, la mobilisation des préfectures est devenue le modus operandi préféré du régime. Un verrouillage des places publiques ou enceintes fermées traduisant, tout simplement, une certaine crainte de la part des ténors.

Travaux de commissions. Au nombre de 800, les participants à cet atelier ont été répartis en dix commissions et se sont focalisés durant la matinée d’hier sur les améliorations à apporter en terme de « vérité », et sur « la sécurité » durant l’après-midi. Aujourd’hui, ou ce matin, plus précisément, les commissions se penchent sur la question de la paix. D’après le maître de la cérémonie d’hier, qui a fortement insisté à ce que la présidence des commissions ne revienne pas aux politiciens, l’atelier en question n’est pas purement politique mais plutôt axé sur l’économie et la sécurité. Néanmoins, il faudrait signaler que cela impactera toujours sur la politique que l’on veuille ou non.

Résolution. A l’issue, donc, de ces deux jours de réflexion sur la véritable refondation de la nation, une résolution sera mise sur pied. Bien évidemment, nous ne sommes pas en mesure de connaître pour le moment, ni l’ossature ni la stratégie à adopter et encore moins le moment où elle deviendra effective. Il n’y a que des questionnements qui demeurent : comment vont-ils concrétiser cette résolution ? S’agit-il d’une nouvelle feuille de route ou d’une charte qui va régir les partis politiques et toutes les forces vives de la nation durant les élections ? Ou bien  d’une transition en gestation ? D’après notre source, « la décision finale appartiendra aux participants ». A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara16 partages

Ampitatafika : Une maison partie en fumée, la non-maîtrise de l’énergie solaire serait à l’origine

Hier, vers 9 heures du matin, une maison à étage a pris feu dans le quartier d’Angodona dans le chef  lieu de la commune rurale d’Ampitatafika, district d’Antananarivo Atsimondrano. Selon les informations, l’incendie s’est déclaré juste au moment où le propriétaire de la maison n’était pas sur les lieux. Des passants qui ont remarqué la  catastrophe  ont alerté les habitants du quartier ainsi que les autorités communales. Ils ont, tout de suite, appelé la caserne des sapeurs-pompiers de la commune urbaine de Tsaralalàna. Alertés à temps, ils sont intervenus grâce à la collaboration effective entre la commune d’Ampitatafika et la Commune Urbaine d’Antananarivo en matière de secours en cas de catastrophe. C’est pourquoi les soldats du feu  ont pu maîtriser l’incendie quarante minutes plus tard. Ils ont pu sauver le rez-de-chaussée de la maison qui n’a subi aucun dégât. Par contre les deux pièces composant de l’étage ont été totalement consumées par le feu. Le propriétaire déplore avoir perdu 1 200 000  d’ariary, un poste téléviseur et tous ses ustensiles de cuisine.

Plaque solaire. Selon les informations émanant de la gendarmerie qui se charge  de l’enquête, un  court-circuit serait à l’origine de cet incendie. Se servant de l’énergie solaire pour électrifier sa maison, le propriétaire n’aurait pas fait attention en laissant une batterie en charge à partir d’une plaque solaire avant de partir. Cette batterie se trouvait dans une pièce de l’étage où elle était placée sur le plancher. La surtension aurait provoqué le court-circuit qui a généré  cet incendie.  Cet accident qui a coûté cher à la victime devrait faire réfléchir sur l’utilisation de ce genre d’énergie renouvelable dont l’utilisation est fortement  sollicitée.

T.M.

Midi Madagasikara14 partages

Dr Hanta Baraka : «Madagascar avance dans la mise en œuvre de la politique nationale de la protection soc...

Le Dr Hanta Baraka lors du lancement officiel de l’atelier portant sur la protection sociale adaptée aux chocs au Carlton Anosy hier.

La mise en place d’un cercle vertueux composé par les initiatives humanitaires, de résilience/de relèvement et développement est la clé de voûte d’une mise en œuvre de politique de protection sociale répondant aux réalités et besoins de la population malgache. Plus particulièrement pour la population sujette et/ou vulnérable à des chocs et pressions de toutes formes. Le Dr Hanta Baraka, secrétaire général auprès du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme nous livre quelques points clés sur la thématique de protection sociale.

Midi Madagasikara (MM) : Madagascar prépare actuellement un atelier de deux jours relatif à la protection sociale adaptée aux chocs. Qu’en-est-il de la situation actuelle de la protection sociale dans la Grande Ile?

Dr Hanta Baraka (HB) : Des avancées sont actuellement palpables en matière de protection sociale. Il convient de noter que le pays a initié la politique sur la protection sociale en 2015 et que depuis, des actions concrètes ont été menées par le gouvernement, via le ministère de la Population, pour bénéficier la population vulnérable des différentes régions d’une protection sociale adéquate répondant aux réalités existantes. Le cas du programme « Fiavota » initié dans le Sud de l’île en est une parfaite illustration. Si vous allez actuellement dans cette partie du pays, vous constaterez des  réels changements. Ne serait-ce que la hausse du taux de  scolarisation chez les enfants.

MM : Par rapport aux changements, n’est-il pas temps de penser à des actions de développement dans les régions malgaches?

HB : Effectivement, les actions humanitaires seules ne suffisent pas. Elles sont, certes, importantes et peuvent aider les populations vulnérables et sujettes à des chocs mais il ne faut pas s’arrêter là. Il convient de mettre en place un cycle qui commence par des actions humanitaires. La prochaine étape du cercle en question consiste à faire en sorte que les populations qui ont été vulnérables se trouvent en état de résilience et de relèvement. C’est, une fois ces étapes franchies, que l’on passe aux actions de développement. A lui seul, le cycle doit représenter un cercle vertueux devant permettre à la population malgache de se développer.

MM : Quel est le lien avec l’atelier de deux jours qui se tient actuellement à Madagascar ?

HB : L’atelier est l’occasion pour les participants de discuter des points clés de la mise en œuvre de ce cercle vertueux. Il devrait aboutir sur une feuille de route regroupant les axes à suivre pour la mise en place de la protection sociale adaptée aux chocs pour une population plus résiliente.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara14 partages

Le raidissement du pouvoir

Les termes du préfet sont sans  ambiguïté : la manifestation des députés TIM-MAPAR du samedi 21 avril est interdite. Les parlementaires qui sont décidés à rencontrer leurs électeurs sont donc prévenus. Même si l’espoir  existe encore de voir la situation se débloquer, on sent que la situation est en train de déraper. On sent  un climat de révolte s’installer car une partie de la population est à bout. On a l’impression que l’histoire est un éternel recommencement.

Le raidissement du pouvoir

C’est tout un processus qui est maintenant en train de s’enclencher. Le pouvoir qui a pris l’habitude d’imposer ses règles sans risques d’être contredit est maintenant face à une opposition décidée à ne pas se plier devant ses pratiques. Petit à petit, l’opinion s’est sentie concernée par les scandales survenus ces derniers temps.  L’union formée par les parlementaires opposés au régime a réussi à cristalliser le mécontentement qui couvait. La parole s’est libérée et on sent monter une certaine exaspération. Le moment idéal pour  l’exprimer n’est-il pas lors d’une rencontre des députés avec leurs électeurs ? Cette manifestation de samedi 21 avril est donc attendue avec un certain intérêt par une grande partie de la population tananarivienne ayant retrouvé son esprit frondeur. Le lieu où elle devrait se tenir est chargé de symbole. Le parvis de l’hôtel de ville se trouve sur cette place du 13 Mai où ont  débuté les événements de 1972, de 1991, de 2002 et de 2009. Le préfet détenteur du pouvoir d’autorisation de manifestation dans la capitale a décidé de rester inflexible. Il a opposé une fin de non recevoir aux députés venus lui faire part de la tenue de manifestation. Il a même durci le ton et leur adressé des menaces à peine voilée. Il a affirmé qu’aucune autorisation du bureau permanent n’était nécessaire pour procéder à leur arrestation. Voilà où on en est actuellement. Les deux parties sont en train de se raidir.  On s’achemine vers un  samedi sous haute tension.

Patrice RABE

Midi Madagasikara13 partages

Sambava : Lehilahy iray maty tsy tra-drano voahitsaky ny « buldozzer »

Nitrangana loza ara-pifamoivoizana nahafatesana olona indray tany Sambava renivohitry ny Faritra Sava, omaly, ka lehilahy iray no maty tsy tra-drano voahitsaky ny « buldozzer ». Raha ny tati-baovao voaray avy any an-toerana, dia teo am-piampitana tetezana an’ity fitaovana milina goavam-be ity no niseho ny loza tsy nampoizina, satria raha iny teo am-piakarana an’ity « buldozzer » ity ilay raim-pianakaviana avy nanao « guide » an’ity fiarabe ity no nibolisatra tampoka, ka voahitsaka ary namoy ny ainy teo ho eo.

Eric Manitrisa

News Mada12 partages

Extension du port de Toamasina : un investissement de 639 millions USD

Les travaux d’extension du port de Toamasina démarreront officiellement le 23 avril prochain. L’Etat malgache a bénéficié du soutien technique et financier du gouvernement japonais par le  biais de l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica).

En stade de maturité, le projet d’extension du port de Toamasina sera lancé officiellement, lundi prochain. 639 millions de dollars, c’est le coût de l’investissement de ce projet d’envergure, tel annoncé par le directeur général de la Société du port à gestion autonome de Toamasina (Spat), Christian Eddy Avelin, lors d’une conférence donnée à la presse à Ankorondrano. Sur ce fonds, 411 millions USD sont issus d’un emprunt concessionnel accordé par la Jica et les 227 millions USD restants sont fournis par l’Etat malgache. Il s’agit d’un  prêt à taux de remboursement de 0,01% sur quarante ans, dont dix ans de différé. C’est-à-dire que l’Etat malgache ne paiera l’intérêt et le capital qu’à partir de la onzième année de remboursement du prêt. Seuls les intérêts seront remboursés durant les dix premières années.

Appui technique du Japon

A l’instar de l’appui financier, le gouvernement japonais apporte également son expertise dans la mise en œuvre de ce projet. Là-dessus, Murakami Hironobu, représentant résident de la Jica à Madagascar avance que «l’extension du Grand port a réveillé l’intérêt des opérateurs japonais qui ont déjà manifesté leur volonté d’investir à Madagascar. Et l’expertise japonaise dans le domaine est déjà renommée».

En effet, l’étude de faisabilité de ce projet, qui a été lancée en 2009, a été réalisée conjointement par les techniciens malgaches et japonais. Par ailleurs, un bureau de consultance japonais est présent à Madagascar durant huit ans pour accompagner la réalisation du projet. Le directeur général de la Spat a également précisé que «c’est une entreprise japonaise, parmi les trois grandes société en génie maritime, qui est en charge des travaux».

Infrastructure obsolète

«L’extension du port de Toamasina est devenue indiscutable vu l’importante croissance du flux des marchandises au niveau du port. Rappelons que 90% des flux des marchandises dans le pays se passent à Toamasina», a expliqué le directeur général de la Spat. D’après les chiffres avancés par la Spat, le terminal containeurs de Toamasina a chargé et déchargé 243 000 containeurs  en 2017, soit une hausse de 16% par rapport à 2016 qui a enregistré 209 000 containeurs. Par ailleurs, près de 7 millions de tonnes de marchandises sont enregistrées chaque année au niveau de ce port (conteneurs, hydrocarbures, denrées alimentaires…). «Il est évident que la capacité actuelle du port n’est plus adaptée aux flux des marchandises. Cela va sans dire que les problèmes qui se posent en ce moment au niveau du port est en relation avec cette saturation. Notons tout de même que les difficultés rencontrées par les transporteurs ont été alourdies par la suspension des activités au niveau du port pendant plus de dix jours au début de l’année, due au passage cyclonique», a  enchainé  Christian Eddy Avelin. Celui-ci a tenu à préciser que «les activités au niveau du port ne seront pas interrompues par les travaux car la zone d’opération et la zone de chantier sont strictement séparées».

Riana R.

 

Midi Madagasikara12 partages

Tsena Sabotsy : Mpangarom-paosy 5 lahy voasambotra, avy any Antananarivo ny iray

Toerana fieren’ny jiolahy sy tontakely ny tsena lehibe tahaka itony, ary maro ireo lasibatra amin’ny harom-paosy sy fanendahana ao an-tsena Sabotsy ao. Na dia efa nametrahana ireny polisin’ny tsena ireny aza ao Sabotsy dia hita fa tsy mahenika ny toerana izy ireny, midadasika rahateo ny tsena ary tsy kely koa ny ratsy. Isan’ny mampirongatra ny tontakely ihany koa ny fahamaroan’ireo zaza mirenireny tsy manan-kialofana ao an-tsena Sabotsy ao ka miteraka tsy fandriam-pahalemana. Ny harom-paosy hatreto no tena mahazo vahana, ka saika ireo tovolahy kely vao erotrerony avokoa no manao ity asa ratsy ity. Misy aza ny sasany tena mbola zaza mihitsy. Dimy lahy izao no saron’ny polisin’ny tsena ny herinandro lasa teo. manodidina ny 12  sy 14 taona ny salan-taonany, ary ny nanaitra dia avy any Antananarivo ny iray tamn’izy dimy lahy voasambotra ireto. Tsy manan-kialofana koa ry zalahy ireto fa dia mirenireny ao an-tsena no asany, ny sasany miasa mibata entan’olona, ny sasany kosa dia mangarom-paosy tsotra izao. Ny sasany tamin’ireo voasambotra ireo dia teo am-panisana vola no tratra, ny hafa kosa tratra am-bodiomby mihitsy. Efa natolotra ny mpitandro filaminana moa izy dimy lahy kely ireo. Fa tsikaritra fa miverina indray ny fanaovana sinto-mahery eto Antsirabe. Eo Avaratsena Sabotsy sy Antsenakely no toerana tena isehoan’ity sinto mahery ity. Ny vehivavy hatreto no tena sahin’ireo jiolahy ka ireo milalao finday eny ambony posy no tena lasibatra na ireo mpiasa tratra hariva mamonjy fodiana. Marihana anefa tsy hoe andro maizina no isehoan’ity sinto-mahery ity fa mbola mazava ihany. Manomboka mitaintain-dava ihany koa amin’izao ny mponina eto Antsirabe  noho ny tsy fandriam-pahalemana na eny an-dalana izany na an-trano fonenana, satria re matetika fa maro ny trano vaky eto Antsirabe fotoana maromaro lasa izay.

Andry N

Midi Madagasikara12 partages

AV7 : Lutte intestine

Les victimes du 7 février se déchirent actuellement par rapport à l’alliance TIM – MAPAR.

Lutte intestine au sein de l’AV7. La déclaration prévue hier par l’Association des victimes de la tuerie du 7 février s’est soldée par un « sakoroka » général. Les membres se sont venus aux mains. Le ton est monté d’un cran du côté d’Andrefan’Ambohijanahary. Et ce, au vu et au su des journalistes présents sur les lieux pour assurer la couverture médiatique de leur conférence de presse. Les membres de l’AV7 ne partagent pas les mêmes avis par rapport à l’alliance entre le « Tiako i Madagasikara » (TIM) et le « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR). Le bureau est accusé de mercenariat politique. Certains membres soupçonnent également le président de l’association, Bon Jean Pierre d’avoir détourné l’argent que le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » aurait débloqué pour financer cette conférence de presse. Au cours de cette rencontre avec les médias, l’AV7 réclame l’application de la décision judiciaire condamnant l’ancien président Marc Ravalomanana à une peine de travaux forcés à perpétuité pour l’affaire 7 février.

Davis R

Midi Madagasikara11 partages

Zaza tsy ampy taona : Mpifoka rongony sy mpanendaka voasambotra

Ny roa tamin’ireo voasambotra

Miisa telo no nosamborina tamin’ny toerana telo samihafa dia ny kartien’i Tanjombato, Andavamamba ary Mahamasina. Ny iray 14 taona, ny faharoa 17 taona ary ny farany kosa dia nandray 18 taona vao tsy ela akory izay. Asa fanendahana sy fifohana rongony no anton’ny nisamborana azy ireo ary izany dia taorian’ny fitarainana maro izay nampitain’ny olona tamin’ny polisy etsy Mahamasina. Nanomboka teo ary ny vela-pandrika sy ny asa fitsikilovana natao. Rehefa voasambotra ny roa voalohany dia nanazava ny iray tamin’izy ireo fa efa fanintelony izy no nigadra tetsy Antanimora ary vao iray volana monja aza izay no nivoahany ny fonja. Ilay zaza 14 taona kosa, teo am-pikasàna ny hanao sinto-mahery no voasambotry ny polisy izay efa nanaraka azy. Miray tendro amin’ireo namany roa hatrany izy amin’ny fanaovana ny asaratsiny. Ny ampitson’ny nahazoana ireo dia voasambotra ny iray hafa izay nanazava nandritra ny fihainoan’ny polisy azy fa ireo olona vao avy nijery baolina tao Mahamasina, ny harivan’ny alahady teo, no tena nataony sy ny namany lasibatra. Io alahady io ihany, nisy tanora iray 17 taona, sarona nifoka rongony teo Anosy. Ankoatra izay teny am-bavany dia mbola nisy fonosana roa hafa tao anaty kitapony. Vao avy novidiany teny amin’ny faritry IVO etsy 67ha izany, raha araka ny fanazavany, ary vatsiny mandritra ny herinandro ireo sarona teny aminy ireo. Mania tanteraka ny tanora sasany ary tsy matahotra ny fonja intsony ny ankamaroany.

D.R

Midi Madagasikara10 partages

Andraharo : Miady amin’ny fahafatesana ilay mpitondra môtô, nodomin’ny fiara

Nihosin-drà indray ny arabe, omaly teny amin’iny faritra Andraharo iny. Môtô « scooter » iray no nodomina fiara « Mazda » manoloana ny toby fivarotan-tsolika iray teny an-toerana. Mafy ny fifandonana ary avy hatrany dia nipitika mihitsy ilay lehilahy nitondra ilay môtô. Taraiky tao ambanin’ity fiara nandona azy kosa ilay môtô izay potika tanteraka. Araka ny fantatra dia mbola miady amin’ny fahafatesana ity mpitondra môtô ity hatramin’ny ora nanoratanay.

Omaly tokony ho tamin’ny valo ora maraina teo ho eo no nitranga ity loza ity. Matetika tokoa dia saika ireo mpitondra môtô foana no voalaza ho manao ny tsy mety eny an-dalana, ary misy fahamarinana ihany io indraindray. Saingy misy ihany koa anefa ireo mpitondra fiara mihitsy no mila vaniny sy manao fanahy iniana tsy mirahara ireo mpitondra kodiaran-droa indraindray. Tamin’ity loza iray ity dia voalazan’ireo nanatri-maso nandeha mafy ity fiara « mazda » ity, izay handeha hihazo an’Ambohimanarina iny. Ilay môtô kosa dia avy nifanena taminy. Tsy niraharaha izany anefa ny mpamilin’ilay fiara, raha sendra lavaka avy hatrany dia niala azy io. Mazava ho azy fa voatery nangalatra lavitra tany amin’ny lalan’ilay kodiaran-droa. Tetsy andanin’izay koa tsy tafajanona ilay môtô ka dia io tsy tana io intsony ny fifandonana.  Nezahina nentina novonjena haingana tany amin’iny hôpitaly moa ilay niharam-boina. Tsy nisy naninona kosa ireo olona tao anatin’ilay fiara nandona, izay nahitàna fahasimbana ihany koa ny lohany. Efa tonga teny an-toerana nijery ifotony ny zava-nisy moa ireo pôlisy misahana ny faritra iny, ary nanokatra avy hatrany ny fanadihadiana.

m.L

Midi Madagasikara10 partages

Antsirabe : Taxi-be zotra 18, nifatratra tamin’ny tamboho

Nitrangana lozam-pifamoivoizana indray ny taxi-be zotra faha-18 teto Antsirabe tampon-tanana. Tany amin’ny tambohon’ny sekoly fampianarana ny moana sy ny marenina no nifatratra ilay fiara rehefa maty tampoka teo antapom-piakarana. Teo amin’ny fiakarana voirie no nitrangan’ny loza ny alatsinainy tolakandro tokony ho tamin’ny 3 ora sy sasany. Avy any andrefana hitodi-doha hiditra ny ampovoan-tanana ilay fiara. Marihina fa nitondra mpandeha maromaro ihany izy io raha ny filazan’ny nanatri-maso. Tsy fantatra mazava aloha izay nahazo ny fiara, nilamina tsara rahateo izy niala tany amin’ny faran’ny bus. Tsy tonga teo amin’ny faran’ilay fiakarana ilay bus no nijanona tampoka, tsy nahatana intsony ny tsako hisatra ka nisosa moramora nihemotra ny fiara. Nihorakoraka ny mpandeha rehetra, soa aloha fa tsy nisy fiara hafa nanaraka azy. Fiara tsy mataho dalana iray no taoariana somary alavidavitra ihany. Niezaka nitana ny familiana ihany ny mpamily nanao izay nampahitsy ny vatan’ny fiara, saingy noho ny fialany ilay fiara 4×4 dia tsy maintsy naka sisiny izy ary teo no nifaoka fivarotan-kazon’olona iray. Tafatsoaka aloha ny mpivarotra sy mpividy iray, fa raha tsy izay dia potsitra tao. Tsy tafajanona teo  ilay taxi-be nihemotra fa mbola nivilambilana ary tafahodina mihitsy ka tany amin’ny tambohon’olona no nifatratra tsy nampivadika azy. Soa aloha tsy nisy ny naratra mafy na maty fa ilay mpamily no voalaza fa voadona mafy teo amin’ny tratrany. Raha ny tombana lazain’ireo nanatri-maso ny loza dia tsy fahatomombanana ara-teknika no niteraka ny loza. Vahoaka no taterin’ireny fiara ireny ka tsy tokony hatao ambanin-javatra ny fijerena ny fiara alohan’ny hiasa ary tokony ho hentitra ny fanaraha-maso azy ireny mba hialana ny loza tahaka izao.

Andry N.

Midi Madagasikara10 partages

Lancement de micro-business : Appui des Volontaires du MPTDN aux mères célibataires

Les membres de l’association des volontaires du MPTDN, avec les mères-célibataires bénéficiaires.

Un fonds de départ, un téléphone portable, des mobiliers et une formation pour démarrer une affaire de « taxiphone ». C’est l’appui, que l’Association des Volontaires du MPTDN (Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique) offre à une dizaine de mères-célibataires du premier Arrondissement de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Pour l’association, il s’agit d’une action de solidarité envers ces bénéficiaires, pour leur permettre d’avoir une source de revenus. D’après le  point focal de l’association, Rakotozafy Orifiononana Andro, cet appui traduit une action en faveur de  l’autonomisation des mères-célibataires. La cérémonie de remise des matériels s’est déroulée hier, dans les locaux du MPTDN à Antaninarenina, en la présence des représentants du Ministère, conduits par  le directeur du Cabinet, Stéphane Victor Rakotondrainibe. Ces derniers ont précisé que cette action sociale est menée, grâce aux ressources propres de l’Association.

Antsa R.

Midi Madagasikara10 partages

Anosibe an’Ala : Jiolahy nanafika tsy nahazo izay nilainy

Natolotra ny fampanoavana ireo jiolahy dimy niaraka tamin’ilay vehivavy mpampiantrano, ny alatsinainy 16 aprily 2018, niaraka tamin’ireo fitaovam-piadiana teny amin’izy ireo. Efa hatramin’ny alin’ny  faha-3 aprily 2018 no efa tonga nanafika fivarotana tao amin’ny fokontany Androrangabe, kaominina ambanivohitra Niarovana, distrikan’Anosibe An’Ala, ireo dimy lahy, ka nahatonga ny firaisankinan’ny fokonolona rehefa nahare ny antsoantson’ity mpivarotra tafavoaka ny trano nandritra ny fifandonana tamin’ireo jiolahy mpanafika io alina io. Nitondra basy vita gasy 3 sy bala 9mm ary antsy 2 izy ireo. Tsy tanteraka ny alin’ity andro ity ny fanafihana noho ny firaisankinan’ny fokonolona sy ny fiarovan-tenan’ilay mpivarotra. Nampilaza ny zandary tao an-toerana ny niharam-panafihana ka nandray ny andraikiny avy hatrany nanao ny fanarahan-dia izy ireo ny 5 aprily 2018. Tao an-tranon’ilay ramatoa teo am-pananomanana ny teti-dratsiny amin’ny fanafihana hatao manaraka no nahatraran’ireo mpanara-dia azy . Mitohy hatrany ny ezaka ataon’ireo zandary sy ny fokonolona any amin’iny faritra iny hiadiana amin’ny asa ratsy isan-karazany.

Cathy

Midi Madagasikara8 partages

Foire du livre : La lecture pour l’ouverture au monde

La foire du livre arrive à sa 14e édition.

« Lire des livres, lire délivre !» Tel est le thème par excellence de la 14e  édition de la foire du livre.  Une énième occasion de démontrer que la lecture fait partie intégrante de la culture et l`ouverture sur le monde.

La lecture ouvre l’esprit et élargit les horizons. Il est fondamental que chaque individu, chaque enfant puisse avoir accès au livre et voilà maintenant 14 ans que la foire du livre permet des rencontres fructueuses ente professionnels et passionnés. Cette année, les organisateurs ont choisi la conscientisation en avançant que  lire des livres peut être le prélude à l’ascenseur social car lire délivre de l`ignorance. Du 23 au 27 avril, auteurs, éditeurs, lecteurs, professionnels, enfants et étudiants se donnent rendez-vous au Jardin d’Antaninarenina pour vivre de cette passion en commun.

Journée mondiale. Entrant dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale du Livre et du Droit d’Auteur,  des conférences-débats sur le monde du livre et des rencontres d’auteurs rempliront la programmation. Dix-sept stands seront prêts à accueillir les visiteurs durant les cinq jours de la foire. Livres édités localement, importés en différentes langues ainsi que des nouveautés en matière d’édition seront disponibles sur place.

Les organisateurs ne cessent d’interpeller les autorités compétentes quant aux problèmes de l’édition à Madagascar.  « Nous souhaitons voir la mise en place d’une politique claire concernant cette branche, notamment sur la baisse ou l’exonération de taxes sur les matières premières et   le renforcement de réseaux de distribution dans les autres régions. Le soutien de l’Etat sur la vulgarisation des livres nous faciliterait certainement la tâche» lancent-t-ils  lors de la conférence de presse hier.

Outil de conscientisation. A rappeler que les associations organisatrices dont la Synael, l’AEdiM et la Société Biblique Malgache ont mis en place la foire afin de réveiller en tout un chacun l’amour du livre et les conscientiser que grâce à ce merveilleux outil qu’est le livre, on peut défaire les chaînes sous toutes ses formes et s’ouvrir au monde qui nous entoure.  Cette Foire fait partie des moyens utilisés pour renforcer les compétences du milieu de l’édition afin d’en faire une industrie du livre à part entière, tout en contribuant à l’amélioration de l’éducation malgache.  L’idée est de promouvoir l’édition malgache au niveau national, régional et international en valorisant ainsi des auteurs et leurs écrits. Un secteur à voir de près !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara7 partages

Pétanque-Open de Dakar : Ram’s et Liposolubles comme toujours

Après avoir été demi finaliste à l’open d’Abidjan, Ram’s et Lipo se sont également qualifiés pour l’open de Dakar.

C’est le résultat des qualifications du weekend organisées avec brio par Eric Rakotondralambo qui a montré une fois de plus son talent de faiseur d’évènements.

Pour un tournoi censé être réservé aux meilleures formations en doublette Boss-Elite, il a pu réunir 35 formations. Un record si on tient compte du droit d’engagement mais le président du Bemiray l’a fait.

Un climat idéal pour réaliser un grand coup. Et Ram’s l’a fait. Avec l’aide de Lipo,  il a battu en finale Zou et Bond par 13 à 8 après avoir infligé la fanny à Naivo et Jeannie en demie.

Quant à Zou et Bond, ils ont sorti Lalaina et Nanou par 13 à 8 avant de se hisser en finale.

Le verdict de ces qualifications  n’était connu que vers dimanche à 23h. C’est dire que la bataille était au rendez-vous.  Et tout le mérite revenait à Eric Rakotondralambo qui a fait un sévère tri des participants. Encore une fois chapeau !

Clément RABARY

Midi Madagasikara7 partages

« Liberty 32 » : Présentation du projet « Scorecard » demain

Les performances des parlementaires ? C’est une question qui intéresse plus d’un à Madagascar, notamment après les récentes bourdes de quelques- uns d’entre eux, et au sein des deux Chambres, et sur les réseaux sociaux. Madagascar n’a jamais connu un organe qui évalue lesdites performances jusqu’à maintenant. Mais, la société civile « Liberty 32 »  procédera, demain, à la présentation de son projet dénommé « Scorecard » qui fera état, justement, des « performances des parlementaires malgaches par la société civile ». Selon les informations reçues, cette présentation sera axée sur « les grandes lignes » du projet et « l’état d’avancement du projet ».

Recueillis par Aina Bovel           

Midi Madagasikara7 partages

Lutte contre la malnutrition : Marche solidaire « Pousse me baby », ce samedi

Des adeptes du roller figuraient parmi les participants lors des précédentes éditions de « Pousse me baby ».

Ce samedi, la marche solidaire baptisée « Pousse me baby » se tiendra à Toliara, à l’initiative de l’ONG « Bel Avenir » à Toliara. Cette marche solidaire qui en est, cette année, à sa sixième édition, vise à lutter contre la malnutrition chronique. Dès 6 h du matin les quelque 300 participants à la marche prendront le départ au Centre d’Art et Musique, cinéma Tropic à Toliara, pour rejoindre les centres d’éducation environnementale « Mangily Plage » et « Mangily Forêt ». « Pousse me baby » entre dans le cadre de la campagne « Chaque coco compte », une campagne de sensibilisation et de levée de fonds organisée par l’ONG « Bel Avenir » et le réseau international « Eau de Coco » pour mettre en avant la lutte contre la malnutrition. « Chaque coco compte » renvoie ainsi au fait que chaque personne compte dans la lutte contre la malnutrition.

Trois arrêts, respectivement à Belalanda, Tsingoritelo et Tsivonoy sont prévus pour sensibiliser la population à la lutte contre la malnutrition. La marche se terminera donc à Mangily où les participants mèneront des activités plus attrayantes jusqu’au lendemain, en réalisant des activités de sensibilisation toujours dans le cadre du thème de la campagne « Chaque coco compte ». 

Hanitra R.

News Mada6 partages

Hitombo avo roa heny ny vidin’entana

Mampitaraina ireo manan-draharaha ao amin’ny seranan’i Toamasina koa ny fitomboan’ny fandaniam-bolany avo roa heny. Satria lasa mifindra any Maorisy na La Reunion ireo sambo tsy afaka miantsona ao Toamasina, ka ampidinina any ireo entana tokony ho aty Madagasikara. Milaza koa ireo mpandraharaha fa miampy haba hafa “droit d’accises” ny vola aloa amin’ny ladoany, ankoatra ny hetra samihafa. Manampy ireo, ataon’ny mpiasan’ny MICTSL ny tsy amoahana ny entana ao anatin’ny fe-potoana tokony ho izy, mba handoavan’ny tompon’entana ny saran’ny magazay. Hiantraika any amin’ny vidin-javatra ireo ka azo antoka fa tsy maintsy hisondrotra avo roa heny avokoa ny entana hafarana avy any ivelany. Mety ho tonga hatrany amin’ny fipoahana sosialy izany, izay efa tsy zakan’ny Malagasy intsony na ny vidin-javatra sy ny vidim-piainana ankehitriny aza. Mety hanao fitokonana faobe koa ireo mpandraharaha manan-draharaha ao amin’ny seranan’i Toamasina, raha tsy voavahan’ny fitondrana haingana ity olana ity. Voalaza fa ho avy eto Toamasina, anio, ny praiminisitra ka ho hita eo na hionona amin’ny kabary fotsiny na tena hahavaha ny olana.

 Sajo

Midi Madagasikara5 partages

« Mage 4 » : Impatient de retrouver le public du Palais des Sports

« Mage 4 » est impatient de se produire au Palais des Sports.

Ken et ses amis se préparent à l’évènement depuis le mois de février. Pour « Mage 4 », c’est une grande première. Ils ont cependant hâte de retrouver leurs inconditionnels au Palais des Sports, ce 22 avril.

« Si  nous   sommes prêts ? Oui, nous le sommes indubitablement ! Nous appréhendons un peu de nous produire au Palais des  Sports mais à dire vrai, nous sommes également et surtout impatients ». Créé  il y a vingt- cinq ans, grâce à l’initiative de ces amis de longue date (Bema, Lita, Elisé, Hery et Rija) qui habitaient à l’époque à Tuléar, « Mage 4 », depuis son quart de siècle d’existence ne s’est jamais produit qu’à Antsahamanitra. « Nos aînés, ceux qui ont choisi le même genre musical ne se sont jamais aventurés nulle part ailleurs qu’à Antsahamanitra. Nous avons simplement suivi le mouvement. Ces dernières années, nous nous sommes cependant rendu compte que notre public a évolué, qu’il y avait une nouvelle génération de fans qui demandait plus, qui ne se contentait pas d’un Antsahamanitra. Avec Ivenco, nous nous sommes donc lancé le défi ». Le 22 avril, ils comptent mettre le feu au Palais des Sports. « Nous avons préparé plus d’une cinquantaine de morceaux. Le show débutera à 14 heures avec plusieurs animations et la projection de ‘Ny tantaranay’ qui ramènera le public 25 ans en arrière et leur fera revivre notre histoire qui, contrairement à ce que pensent la plupart, n’a pas toujours été rose. Car oui, nous avons vécu des hauts mais surtout des bas mais nous avons toujours gardé le cap ». Ce n’est qu’à 15 heures que le spectacle, le vrai, commencera.

Se faire plaisir. S’amuser avant d’amuser ! Tel a été le mot d’ordre des gars de « Mage 4 » depuis la création de leur groupe en 1992 et c’est toujours le cas aujourd’hui. Le 22 avril, Lita et ses complices de scène comptent vivre intensément ce moment inédit qu’est leur grande première au Palais des  Sports, tout en mettant plein la vue à tous ceux qui seront parmi eux. Ils ont d’ailleurs déjà commencé à se mettre dans cette ambiance de fête et de détente. « Nous avons entamé les répétitions en février. Nous avons terminé vendredi dernier. Place donc dès, maintenant à une toute autre ambiance. Nous avons effectivement l’habitude, avant chaque concert, de rester ensemble, pour nous mettre en condition, nous mettre au vert et rester loin de tout stress qui pourrait nuire à notre humeur. Le jour J, nous  serons à 200% ». Cette fois, c’est à la villa Manjakamihavana que Lita et sa bande vont résider avant de retrouver leurs inconditionnels à Mahamasina ce dimanche.Mahetsaka

Midi Madagasikara5 partages

Ils ont dit :

Serge Zafimahova : « Nous sommes conscients des nombreux dysfonctionnements qui sévissent le pays actuellement. Je citerai, comme exemple parmi tant d’autres, la loi sur les Zones Economiques Spéciales (ZES) qui est grandement en faveur des étrangers. Durant ces deux jours, nous n’oublierons pas de parler économie ».

Guy Maxime Ralaiseheno : « La politique malgache ne se fait plus comme elle se doit ne serait-ce qu’en se référant au cas des lois électorales qui provoquent une grande polémique. J’espère que nous allons en parler lors de ces deux jours de réflexion pour qu’il y ait une résolution qui conduit vers la refondation de la nation ».

Omer Beriziky : « Nous avons des devoirs. Et les dirigeants doivent se rappeler que le pouvoir leur a été emprunté, qu’ils ont été mandatés par le peuple. Ils doivent ressentir ce sentiment de redevabilité pour accomplir ce qui sera décidé ici ».

Edouard Tsarahame : « J’espère que la refondation totale de la Nation sera véritablement concrétisée telle que nous l’envisageons ici  ».

Tabera Randriamanantsoa : « Nous allons reconstruire le pays. Il y aura de nouvelles structures qui permettront de sauver Madagascar, comme il se doit, car il faut reconnaître que c’est l’impasse totale. Ces structures doivent être conformes aux trois composants, en l’occurrence, la vérité, la sécurité et la paix ».

Recueillis par Aina Bovel

News Mada4 partages

K 3F Fianarantsoa : tsy nahasakana ny fikaonandoha ny mpitondra

Miady mafy ny tsy hisian’ny famoriam-bahoaka na fanehoan-kevitra an-kalalahana ny mpitondra. Tany Fianarantsoa, tsy voasakana ny fikaonandoha karakarain’ny K 3F.  

Nofoanan’ny prefet ao Fianarantsoa, faritra Matsiatra Ambony, ny alin’ny alatsinainy, ny fikaonandoham-pirenena « Fanarenam-pirenena tena izy », karakarain’ny Komitin’ny fahamarinana sy ny fandriampahalamena ary ny fiadanana (K 3F) ao Fianarantsoa, omaly sy anio.

Na izany aza, nisy ny fihaonana sy fifandresen-dahatra teo amin’ny arseveka any an-toerana, ny Mgr Rabemahafaly Fulgence, tamin’ny prefe, tamin’ny 11 ora ihany io alina io. Vokany, niova hevitra ny prefet, ary azo atao indray ny fikaonandoha.

 Vaomiera telo lehibe no nikaon-doha

 Nanombohana ny fotoana ny lamesa tao St Fr Xavier, Ambatomena, tamin’ny 7 ora sy sasany maraina, omaly. Nizotra soa aman-tsara ny fikaonandoha, fitadiavam-bahaolana  amin’ny fahasahiranana mahazo ny firenena sy ny vahoaka amin’izao fotoana izao. Na izany aza, feno mpitandro filaminana mivezivezy eran’ny tanàna.

Misy vaomiera telo ny atrikasa: natrehina omaly maraina ny amin’ny fahamarinana; ny fandriampahalemana ny tolakandro; ny fiadanana, anio maraina. Ialohavana tari-kevitra avy amin’ny teknisianina hatrany ny adihevitra. Anio hariva ny fandravonana ny sy fehinkevitra tamin’ny fikaonandoha.

Anisan’ny mpandray anjara, ohatra: ny filoha teo, Ravalomanana; ny Praiminisitry ny Tetezamita, Beriziky Jean-Omer; ny filohan’ny antoko PLD, Rabeharisoa Sahara; ny avy amin’ny CRN, Tabera Randriamanantsoa; ny avy amin’ny RMTF, ny pasitera Tsarahame Edouard…

Avy amin’ny fitondrana foibe ny sakana?

Tamin’ny alina no nivoahan’io fanapahan-kevitra nampiatoana sy nandrarana tampoka ny fikaonandoha io: avy amin’ny fanjakana foibe aty Antananarivo? Miharihary ny tsy fahazakana demokrasia sy fanehoan-kevitra malalaka…

Na iza na iza ary na inona na inona antony, sakana sy ampiasana herim-pamoretana avokoa izay mitady hihetsika rehetra amin’ny famoriam-bahoaka; eny, na ny solombavambahoaka hanao tatitra amin’ny mpifidy momba ny lalàm-pifidianana aza.

Hampitombo hery sy hanamafy orina ary hahamarin-toerana amin’izany ny fitondrana amin’izao famaranana ny fe-potoam-piasana izao? Ho hita eo, fa tsy zaza na adala ny vahoaka…

R. Nd.

 

Midi Madagasikara4 partages

Jeux de la CJSOI : 131 personnes en partance pour Djibouti

La délégation malgache avant le départ, hier à Ivato.

La délégation malgache participante aux 11es  Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien s’est envolée, hier, après-midi à destination de Djibouti.

Tout est fin prêt. Après plusieurs mois de préparation, une forte délégation conduite par le ministre de la Jeunesse et des Sports,  Dr Jean Anicet Andriamosarisoa, a quitté le pays hier pour participer aux 11es Jeux de la CJSOI à Djibouti. Une édition qui verra la participation des sept pays membres dans les volets « sportif » et « jeunesse ». “Madagascar sera au grand complet en terre djiboutienne. En tant que président en exercice de la CJSOI, nous avons un honneur à défendre. L’Etat a fait de cette participation une priorité” a déclaré le ministre de la Jeunesse et des Sports, dr Jean Anicet Andriamosarisoa, hier avant le départ.

Engagement. Une vingtaine de personnes participeront dans le volet « jeunesse » dans plusieurs activités entre autres la danse traditionnelle, le théâtre et l’assemblée des jeunes. « Nous allons montrer les richesses et les diversités culturelles de notre pays. Nous allons transporter les jeunes des autres pays chez nous à travers nos danses qui mettent en valeur les différents ethnies” a fait savoir Ristamine, danseuse. Le gros de la délégation provient du volet « sport ». Madagascar sera représenté en athlétisme, en pétanque, en handball, en football. “Les boulistes participeront au concours de  tir de précision par Tendrifitia Fifaliana et en triplette. On ne connaît pas encore nos adversaires car c’est sur place que le comité d’organisation procédera au tirage au sort” a indiqué Tiana Andriambelosoa, de la Fédération Malgache de Pétanque.

T.H

Midi Madagasikara4 partages

Pétanque / Section : L’ASUT pour une première

Les dames championnes de Tana de pétanque.

L’université de Tana a assuré lors de la dernière compétition de la section de Tana de pétanque. En neuf ans d’existence, ils raflent le titre chez les seniors. Sur 58 équipes, ils sont donc champions de Tana en éliminant du titre le CB Mama qui a été championne en 2017. « Nous avons atteint les objectifs que nous nous sommes fixés a déclaré Rabearizaka Olivier, président de la section. Tous les clubs de la capitale étaient présents comme le CBT, CB MAMA, 3FB, ASUT, CNaPS, CECAM, CBAC, FAM, MIRAM, CAP, CAI, PCAA, UBA, ACBAA ». Chez les jeunes il y a eu 23 équipes avec une finale fratricide entre CBT et CBT. Même topo chez les dames après les 13 équipes inscrites car ce sera du crû 3FB contre 3FB. La section donne rendez-vous à tous, pour les 21 et 22 juillet, un open auquel la section invite tous les clubs de Madagascar.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara3 partages

Résilience face aux chocs climatiques : Feuille de route en cours de finalisation

La population de Madagascar est doublement vulnérable face aux chocs, notamment climatiques, en raison de la pauvreté et de la forte exposition aux catastrophes naturelles tels les cyclones, la sécheresse ou encore les inondations.

 Une feuille de route est actuellement en cours d’élaboration, dans le cadre d’un atelier de deux jours, les 17 et 18 avril, pour structurer un système de protection sociale réactive aux chocs, permettant de renforcer la résilience sociale et économique des ménages vulnérables aux chocs, notamment climatiques, tels les cyclones, inondations et sècheresse. Depuis l’adoption de la Politique Nationale de Protection Sociale (PNPS), en 2015, les embryons d’un système de protection sociale coordonnée, ont pris forme, entre autres, avec la mise en place d’un cadre institutionnel de coordination des interventions en protection sociale, ainsi que le cadre juridique, incluant un décret sur la mise en place d’un annuaire de programmes de protection sociale et d’un registre unique des bénéficiaires.

 Une première africaine. En 2017, plus de 10 partenaires ont soutenu et mis en œuvre 13 différents types de programmes de transferts, ayant ciblé environ 1,2 million de personnes. Des progrès importants ont été enregistrés pour harmoniser les interventions en protection sociale tant dans le développement que dans l’humanitaire, et pour renforcer la capacité du système national de protection sociale de réagir aux chocs. C’est ainsi qu’une série de principes permettant de définir le cadre de collaboration entre divers acteurs, a été élaborée en aout 2017 pour mettre en place une réponse de protection sociale harmonisée en cas de crise. Madagascar est le premier à avoir adopté de tels principes dans la région Afrique.

Coordination. La pauvreté, fortement ancrée dans la Grande Ile – 71% de la population vivent en dessous du seuil national de pauvreté, selon les données de la Banque mondiale, 2017 – rend les ménages vulnérables. S’y ajoute la forte exposition de la population aux catastrophes naturelles, dans la mesure où cinq millions de personnes (environ 25% de la population) habitent dans des zones très exposées aux cyclones, aux inondations ou à la sécheresse. L’élaboration de cette feuille de route constitue ainsi un tournant important dans le renforcement le système de protection sociale face aux chocs. Il s’agit de finaliser la feuille de route précédemment élaborée pour structurer un système de protection sociale réactive aux chocs. « Cette feuille de route permettra également de définir les bases pour une meilleure coordination entre les programmes de la protection sociale et les réponses humanitaires », a-t-il été précisé. Rappelons que les deux jours d’atelier sont soutenus par plusieurs partenaires et le concours de divers organismes nationaux et internationaux qui détiennent l’expertise en matière de résilience et de protection sociale.

Hanitra R.

Midi Madagasikara3 partages

Lutte contre la polio : Le Rotary Club Mahamasina opte pour un trail

Le rendez-vous est fixé pour dimanche 22 avril prochain. Un trail de 6 km ou de 12 km dans la capitale est l’idée trouvée par le Rotary Club Mahamasina pour sensibiliser et participer à la lutte pour l’éradication de la polio. Une façon pour le club de défier la maladie invalidante dont une façon d’y échapper consiste à la vaccination. Une approche qui ne nécessite que 0,5 euro. L’« Urban Trail » qui consiste à des courses à pied à travers des rues de la capitale, se veut également d’être un moyen pour levée de fonds. Par ailleurs, plus de 5 000 participants – soit 2 000 de plus que durant l’«Urban Trail 4 » organisée l’année dernière – sont attendus dans le cadre de l’évènement. Il convient de noter que le gouvernement malgache ainsi que ses partenaires techniques et financiers, appuyés par les organisations de la société civile telle que le rotary club, ont mené des efforts conséquent pour éradiquer le fléau qu’est la polio. Efforts qui se sont manifestés par des campagnes de vaccination à l’échelle nationale ayant touché environ 11 millions d’adolescents. Il convient de noter que l’initiative de la lutte contre la polio via le Trail cadre dans les grands axes majeurs du Rotary International.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Conférence : Vue sur les dessous du théâtre radiophonique

Solofo José a été une grande figure du théâtre radiophonique malgache.

Du temps de la radio nationale malgache, qui ne s’est pas délecté de ces théâtres radiophoniques diffusé le samedi soir et au milieu de la journée, pendant la pause-déjeuner ?  Ces voix qui ont cultivé l’imagination des auditeurs  en mettant un visage sur ces commissaires et policiers, ces amoureux « transit »  ou encore ces parents possessifs qui ont fait la gloire du « tantara gasy ». Histoire de dévoiler la face cachée derrière les postes de radio, une conférence de théâtre radiophonique aura lieu à l’Alliance française d’Andavamamba. Le 26 avril, le public aura le loisir de se pencher sur le sujet. En commençant par  découvrir comment réaliser un théâtre radiophonique connu sous le nom « Tantara amin’ny onjam-peo » ? Avec la collaboration de la « Radio Nationale Malagasy », cette conférence permettra aux amateurs de théâtre, aux étudiants en journalisme et multimédia ainsi qu’aux animateurs à la radio d’approfondir leurs connaissances en théâtre radiophonique. Il y aura également une démonstration en direct avec l’équipe de la RNM. Cette conférence est également ouverte au grand public.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara2 partages

Natation : La DTN dans la ligne de mire de trois ligues

La natation est un sport dont l’adversaire est le chrono et non les nageurs.

La ligue de Boeny,  de Vakinankaratra et celle d’Analamanga ne sont pas vraiment contentes à 100% de la direction technique nationale de la natation. Harivola Razafindrainibe est dans leur ligne de mire actuellement.

 « Des anomalies, des notes perdues, des records qui tardent à être validés et parfois des fiches techniques imprimées qui deviennent des fiches manuelles » telles sont parmi d’autres réclamations ce que reprochent des parents, des clubs et des ligues à la Direction technique nationale. Selon Jaona Rabary du club de natation de Saint-Michel « la plupart n’osent pas réclamer car la DTN est l’instance décideuse de la décision technique, qui peut faire basculer beaucoup de choses. Mais en sport, en tant que sportif, éducateur et surtout pour le fair-play, il faut vraiment faire parler les performances mais non des règlements incroyables et qui sortent souvent juste les veilles des compétitions ».

Meilleure dossiste disqualifiée. Parmi ces anomalies, des nageurs déplorent la disqualification de la jeune Idealy de Cosra meilleure dossiste malgache après Elodie. Ce qui met une nageuse du club de Managing en 2e  position donc en lice pour la course pour les championnats du monde de natation, et évitant l’autre.

De même, une championne du style de nage papillon a été classé 4e alors que tout le monde l’a vu arriver en premier. Et les médaillés devant elle lui ont rendu sa médaille disant qu’ils ont vu ce qu’elle a réalisé ! Tout simplement.

La gestion de la liste des nageurs pour la Chine aussi a été sujette à polémique. La formation en Chine a été déclarée comme un stage de préparation des Jeux des  Iles et ouverte aux nageurs qualifiés de 15 à 25 ans pour qu’on ait le maximum de médailles au JIOI. En vertu de quelle logique enlève-t-on donc des meilleurs nageurs nés de 1999 à 2001 si la sélection est pour les JIOI ? C’est aux techniciens d’éviter ces pleurs de nageurs comme ceux du jeune antsirabéen qui a été enlevé de la sélection ainsi que d’autres nageurs qualifiés de vieux ! Et non de décevoir en permanence les jeunes qui feront la natation de demain.

Sélection de techniciens. La sélection des techniciens pour la Chine a été décidée par la DTN ou validée par elle, prenant sans aviser deux coaches de Saint-Michel pour quatre mois sans aviser la présidence ou la direction de ce club. « On ne veut pas polémiquer dessus mais le fait est là, on manque de coach et on n’a pas été avisé ». Il en est de même pour la ligue d’Analamanga dont le Conseiller Technique Régional Rado Ralambomanana a été sélectionné et envoyé en formation en Tunisie sans aviser la présidente de la ligue qu’après coup, comme ça.

« Nous ne visons nullement la fédération » disent les techniciens déçus de ces agissements. Seulement la Directrice technique nationale. On ne remet nullement ses compétences en jeu. Il s’agit de son objectivité qui est mise en cause. En effet, être DTN, entraîneur national, coach de club, parent de nageur est très très difficile à gérer émotionnellement et surtout objectivement. Les failles sont plus que visibles ».

Anny Andrianaivonirina

News Mada1 partages

Marc gautron : « l’imagination et l’empathie, les secrets d’un bon scénariste »

L’auteur, scénariste et réalisateur Marc Gautron est actuellement au pays, à l’occasion de la 13e édition des Rencontres du film court de Madagascar (RFC). Il anime un atelier sur les scénarios, à l’ Institut français de Madagascar (IFM) jusqu’à vendredi. Ayant reçu le prix du meilleur scénario, respectivement lors des  festivals de San Sebastian et à Ouagadougou, il nous explique en quelques lignes quelques techniques pour devenir un bon scénariste.

(*) Les Nouvelles : Vous avez fait de la philosophie et du scénario. Y a-t-il une relation entre ces deux catégories ?

(-) Marc Gautron : A chaque fois que j’anime un atelier sur le scénario, je commence toujours la séance par des citations philosophiques sur les bases de la dramaturge. Le scénario suit à peu près les applications et règle définies par ces bases. Donc, effectivement, il existe une relation entre la philosophie et le scénario. Aussi, être un bon scénariste, c’est savoir se mettre dans la peau de son personnage et surtout du spectateur, pour que ce dernier puisse s’identifier dans l’histoire. Il faut savoir se projeter en construisant bien sur des suspenses afin d’anticiper la réaction du public. De ce fait, l’imagination et surtout l’empathie sont deux clés essentielles à prendre en compte.

* Est-ce que c’est votre premier voyage à Madagascar ? Comment trouvez-vous les cinéastes malgaches ?

– Oui. C’est la première fois que je suis venu à Madagascar. Depuis mon arrivée, j’ai rencontré deux réalisateurs qui ont produit des films d’animations de haut niveau. Actuellement, je n’ai pas encore eu le temps de visionner les autres films fictions ou documentaires, à cause de l’emploi du temps assez limité avec l’atelier.

* Après les RFC, quel sera votre prochain projet ?

– J’aimerai garder contact avec les participants de l’atelier. Ils sont dynamiques et ont beaucoup d’idées. Ainsi, ils pourront participer à l’écriture d’un scénario d’une série qui se fera l’année prochaine dans deux pays différents, Guinée et Madagascar. Les cinq jours d’atelier ne seront pas suffisants pour effectuer de bons textes. J’aimerai leur fournir davantage de matériels et de méthodes, même après le festival, en gardant contact grâce à Internet.

Holy Danielle

Madaplus.info0 partages

Avec ou sans autorisation : les opposants seront à Analakely

Le rapport que veulent faire les députés de l’opposition à Analakely sur le parvis de l’Hôtel de Ville d’Antananarivo pour samedi prochain est l’actualité très suivie actuellement à Madagascar.
Ils, les parlementaires de l’opposition, ne reculeront pas et sont décidés à faire leur compte-rendu à la population des points négatifs des nouvelles lois électorales nouvellement adoptées dans les deux chambres parlementaires. Ils affirment qu’un rapport pour la population est un simple exercice et ne nécessite aucune autorisation de la part de la préfecture d’Antananarivo. Mais, les députés pro-régies affirment que ce genre d’événement incite la population à descendre dans la rue, en outre, les risques de pillage est à craindre. Hier, les députés de l’opposition ont déposé une lettre de notification de l’événement à la préfecture hier. Mais cette lettre de notification a été rejetée par la préfecture d’Antananarivo. La tension commence à monter à Antananarivo…
News Mada0 partages

Seranantsambon’ i Toamasina : tsy ho voavaha amin’ ity taona ity ny olana

Amin’ny taona 2019 vao mety ho tonga ny fitaovana fibatana entana vaovao ampiasain’ny orinasa MICTSL, mitantana ny kaontenera ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Vao mainka ho sahirana ny manan-draharaha toy ny mpitatitra, ny transitaires”, ny mpandraharaha samihafa, miafara any amin’ny mpanjifa manontolo.

Fandaniam-potoana ! Tsy nitondra vahaolana maharitra ny fivoriana teto Toamasina, ny 12 avrily teo, mikasika ny olana amin’ny kaontenera. Nihaonan’ny minisiteran’ny Fitantanambola, ny Fitaterana, ny faritra Atsinanana, ny Spat, ny Antenimieran’ny varotra sy ny indostria (CCI) Atsinanana tamin’ireo mpandraharaha, toy ny Vondron’ny mpikarakara entana matihanina (transitaires) eto Atsinanana (GTPE), tarihin-dRtoa Andriamihaja Eva sy ny Fikambanan’ny mpitatitra an-tanety matihanina (APTR), tarihin’ i Timbou Alain.

Tsy mahazaka intsony ny toerana

Nilaza ny mpiasa iray ao amin’ny CCI Atsinanana fa anisan’ny olana ny fibodoan’ny Mictsl ny kaontenera lany fetr’andro (15 andro), nefa tokony afindrany any amin’ny CCI Atsinanana mba hampidi-bola ny fanjakana. Vokany, tsy mahazaka intsony ny toerana ao anatin’ny seranan-tsambo ka vao mainka manatara ny fibatana ny entana. Miisa 2.674 ny kaontenera mihitsoka ankehitriny ka tokony hatao lavanty ny 1.400. Misy fiara miisa 500 koa ao amin’ny faritry ny SMMC. Homen’ny Spat velaran-dranomasina azo totofana mirefy 10 ha ny MICTSL ahafahany mametraka ireo kaontenera.

Samy mizaka ny vokany avokoa ny rehetra, satria simba ny entana, tara ny fotoana, tsy mahazo mivoaka ao anatin’ny seranan-tsambo ny kamiao sy ny mpamily mandritra ny telo andro. Nilaza i Timbou Alain, filohan’ny APTR, fa tokony hisy ny toerana fivarotan-tsakafo zakan’ny fahefa-mividin’ny mpamily ao anatin’ny seranan-tsambo, ialana amin’ny fakam-bola ataon’ny mpitandro filaminana sy ny mpiambina sivily eo am-bavahady amin’izy ireo.

Mety hiantraika any amin’ireo asa goavana roa, hanomboka amin’ny 23 avrily, ny fanitaran’ny Fiaraha-miasa japoney (Jica) ny seranan’i Toamasina sy ny fanamboarana arabe migodana ataon’ny Sinoa ity olana ity.

Amin’ny taona 2019 vao ho tonga ny fitaovana

Voalaza fa fototry ny olana ho an’ity orinasa maleziana ity ny fitaovana fibatana entana efa antitra sy tsy manara-penitra intsony. Vahaolana ny fanafarana fitaovana fibatana entana vaovao, toy ny marika RTJ, mahazaka kaontenera aman-jatony ao anatin’ny fotoana fohy. Etsy ankilany anefa, tapitra amin’ity taona 2018 ity ny fe-potoana 15 taona nifanarahan’ny fanjakana amin’ny MICTSL. Tamin’ny volana febroary teo vao nohavaozina hiampy 10 taona ny fifanarahana ka teo vao nohafarana ireo fitaovana fibatana kaontenera miisa dimy ary amin’ny fiandohan’ny taona 2019 vao mety ho tonga aty Madagasikara. Olana koa ny tambajotra informatika tapatapaka matetika

 Sajo

News Mada0 partages

Rendez-vous du 21 avril : le Préfet brandit des menaces

Le Préfet de police de la capitale brandit des menaces d’arrestation en cas de descente des élus sur le parvis d’Analakely. Le droit des parlementaires de faire un rapport auprès de leurs électeurs est bafoué.

Le gouvernement dévoile sa peur. C’est par le biais de la Préfecture de police d’Antananarivo, le général Angelo Christian Ravelonarivo, que le régime a montré son vrai visage. Celui d’un pouvoir incapable d’accorder aux opposants la moindre liberté d’expression. A l’issue de la réunion de l’Organe mixte de conception (OMC) pour la région Analamanga, hier, le Préfet de la Capitale a débouté l’initiative de la coalition des députés de faire un rapport de la dernière session parlementaire auprès de leurs électeurs ce samedi à Analakely.

Pour défendre sa position, le représentant de l’Etat  évoque, entre autres, des questions de procédure comme la non réception d’une copie de la lettre autorisant les élus à se réunir sur le parvis de l’Hôtel de ville de la part de la Commune, ou encore l’inexistence d’ «une autorisation d’occuper cet espace»  dans un quelconque texte réglementaire. Toutes les manifestations sur la voie publique sont illégales », a-t-il  déclaré. A entendre d’ailleurs sa déclaration, les élus n’ont droit à effectuer des rapports que «dans leur circonscription». Et pour couronner le tout, le Préfet de police a même lancé que les élus pourraient faire l’objet d’arrestation. «Il s’agira d’un flagrant délit d’infraction qui ne nécessite plus d’autorisation auprès du bureau permanent. Nous allons prendre nos responsabilités», a-t-il déclaré.

« Députés et sénateurs de Madagascar »

En dépit des menaces du Préfet, les élus de l’opposition s’en tiennent cependant à leur agenda. Ils maintiennent jusqu’ici leur rencontre avec la population de la capitale prévue ce samedi.    «C’est notre devoir de le faire», a assuré Lanto Rakotomanga, élue du 2e arrondissement. L’article 208 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale stipule d’ailleurs qu’il est recommandé à tout député d’informer en permanence et de faire un compte rendu à la fin de chaque session à l’électorat. «Nous avons décidé de le faire communément», a-t-elle ajouté, tout en lançant un appel aux forces de l’ordre à laisser les élus discuter librement auprès de leurs électeurs. «Vous avez le devoir de protéger la population et ses biens».

Il faut noter que, conformément à la Constitution, les parlementaires portent leur titre à travers le pays et non seulement pour leur circonscription. L’article 69, alinéa 3, de la Loi fondamentale dispose en effet que «Les membres de l’Assemblée nationale» portent le titre de «Député de Madagascar». A cela s’ajoute l’article 80 qui dispose que Les membres du Sénat portent le titre de «Sénateur de Madagascar». En d’autres termes, les députés et les sénateurs de Madagascar, quelle que soit leur localité d’origine, peuvent se prononcer sur des quelconques sujets dans n’importe quel lieu dans le pays.

Lettre à titre d’information 

Joint au téléphone, hier, Me Hanitra Razafimanantsoa, élue du 1er arrondissement, a d’ailleurs insisté sur ce point. «C’est la loi qui nous autorise à procéder à la rencontre de la population ce 21 avril. La non réalisation de cette démarche signifie clairement le non respect de loi», a-t-elle plaidé. Elle ajoute au passage que les députés de Madagascar peuvent circuler librement et qu’ils ont le droit d’assister à des réunions à travers le pays.  «Ce sont les 11 élus de la capitale qui vont prendre la parole et non pas tous les députés. Les autres élus seront là pour nous soutenir», a-t-elle poursuivi.

A ce titre, le parvis de l’Hôtel de ville d’Analakely risque d’être le théâtre d’un affrontement ce samedi. D’ autant qu’hier, la coalition des élus au sein du parti Tim, du Mapar et des indépendants sont venus déposer une lettre informant le Préfet de la tenue de la rencontre du samedi. Pour les députés de l’opposition, il s’agit d’une simple lettre «à titre d’information» pour rappeler au représentant de l’Etat qu’ils comptent faire un simple rapport d’activité du Parlement. «Un élu de la capitale a récemment effectué son rapport sans même avoir informé le Préfet de police. Nous avons le même droit et c’est pour cela que nous allons le faire ce samedi», a lancé le député Arnaud Tody. «S’il (le Préfet, ndlr) n’apporte pas de  réponse, cela signifie qu’il accepte», a pour sa part indiqué le parlementaire Tim, Félix Randriamandimbisoa. C’est dire que la capitale risque d’être sous haute tension ce samedi.

Rakoto

 

News Mada0 partages

ENMG : la date du concours en attente

Les enquêtes sont encore en cours auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), mais l’Ecole nationale de la magistrature et des greffes (ENMG) doit poursuivre ses activités, notamment l’ organisation du concours d’ entrée.

Les épreuves de présélection ayant été annulées pour suspicion de corruption, l’ENMG a proposé une nouvelle date auprès du ministère de la Justice pour la tenue dudit concours. Cela, en prenant en compte les aspects techniques et organisationnels. «L’ENMG a proposé une date entre la fin du mois de mai et le début du mois de juin», a indiqué une source au courant du dossier. Une proposition a également été avancée sur la nouvelle composition du jury et sur les nouveaux sujets d’examen.

Cependant, «Le dernier mot appartient à la ministre et les propositions émises  sont susceptibles de changement», a expliqué notre source. Concernant les enquêtes sur la suspicion de corruption à propos du concours, l’ENMG attend encore. «Il semblerait que les enquêtes sont en cours mais le Bianco n’est pas encore passé à l’ENMG depuis les derniers évènements», a-t-elle fait savoir. Pour rappel, les feuilles de copie retenues pour servir de preuves pour les enquêtes ont été brûlées en présence de la ministre de la Justice, un huissier de justice et des responsables auprès de l’institut. Cela, au motif que l’ENMG manque de salle d’études.

T.N

 

News Mada0 partages

Rugby – «Top 6 Aroi 2018» : mila mizatra milalao amin’ny alina ny Cosfa sy ny FTM

 Hiditra amin’ny andro farany, eo amin’ny lalao miverina hiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina “Top 6 Aroi”, ny Cosfa sy ny FTM Manjakaray, ny faran’ity herinandro ity.

 Hotanterahina, ny asabotsy 21 avrily ho avy izao, ny lalao miverina eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina “Top 6 Aroi”, ho an’ireo ekipa tompondaka, taranja rugby. Handray izany fihaonana fifanintsanana farany izany i La Réunion. Hifampitana, amin’ireo solontena reonioney roa : ny St Paul sy ny RC Etang-Salé ny solontena malagasy.  Raha tsiahivina, hifanandrina amin’ny St Paul ny Cosfa ary hifampitana amin’ny Etang-Salé kosa ny FTM Manjakaray.

Araka ny fantatra, amin’ny alina no hanaovana ny lalaon’ireo ekipa efatra tonta ireo. Tokony hizatra amin’izany ny ekipa malagasy. Marina fa efa akaiky ny fotoana nefa mbola afaka mitsapa kely izany etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, roa na iray andro mialoha ny hiaingana hamonjy an’i La Réunion, ireo mpilalao. Ilana fahazarana mantsy ny milalao amin’ny jiro “projecteur”.

Ny mpilalaon’ny FTM Manjakaray, efa niatrika izany filalaovana amin’ny alina izany, tamin’ny taon-dasa, saingy mila fehezina tsara. Ny an-dry zareo Cosfa, tsy mbola nisy nisedra izany.

Efa fantatry ny Reonioney mantsy fa manahirana ny Malagasy ny milalao amin’ny alina sy amin’ny jirobe ka anisan’ny tetikady entin-dry zareo hamotehana ny ekipa malagasy izany. Ilana fanomanana tsara, araka izany, ity lalao farany ity, satria hiankina amin’ny vokatra eo ny hiadiana ny amboara. Hiatrika ny famaranana mantsy izay ekipa mivoaka ho mpandresy eo. Hanan-danja, araka izany, io lalao io ka tsy tokony  hatao ambanin-javatra ny fanomanana.

Raha tsiahivina ny voka-dalaon’ireo ekipa ireo, nandritra ny lalao mandroso, natao teto Madagasikara. Ny St Paul, nandresy ny Cosfa, tamin’ny isa 26 no ho 20, ary nisaraka ady sahala, 20 no ho 20, kosa ny FTM sy ny Etang-Salé.

Tompondaka

News Mada0 partages

Faribolana Sandratra : hanao poa-droa i Avelo-Nidor

Mpanoratra somary mahitsihitsy amin’ny filazan-javatra any anatin’ny sanganasany. Ho tahaka izany ihany koa ve ny hanehoan’i Avelo-Nidor sy ny Faribolana Sandratra amin’ny « Tononkira fananganana ny maty » ?

« Tononkira fananganana ny maty », nosoratan’i Avelo-Nidor. Ny 28 avrily izao, ao amin’ny Cercle Germano-Malagasy tohatohabato Ranavalona I, sady hivoaka boky izy io no holalaovina eny an-tsehatra. Tsy fahita firy io fiakarana an-tsehatra io satria tsy antsa tononkalo tahaka ny fanaon’ny Faribolana Sandratra rehefa mamoaka boky tahaka izao fa hanana endrika teatra poetika. Teatra misy akta 4 ka ny akta voalohany, tantara manokana miresaka ny fiainam-pirenena. Ny akta telo hafa kosa « tantara manokana miresaka fifankatiavan’olon-droa lahy sy vavy, anaty nofy nampihaonin’ny fiainana nefa nisedra olana ka voatery tsy maintsy namono ny fitiavany ilay vehivavy. Mikiribiby hanangana izay fahafatesana izay amin’ny alalan’ny tononkira kosa ilay lehilahy », hoy i Avelo-Nidor.

« Maro ny tokony hovelomina »

Nomarihin’ity mpanoratra manana ny mampiavaka azy ity kosa anefa fa «Endrika maro ny isehoan’ny fahafatesana… Maty ny firenentsika satria anjakan’ny kolikoly, hafetsena, habibiana isan-karazany, ka mila fohazina ny olona hamerina ny fahendrena. Toraka izany ihany koa izao tontolo izao. Mivavaka amin’ny vola. Zary maty fanahy Raolombelona. Mila velomina ireny ».

Tononkalo 30 eo ho eo no handrafitra ity teatra poetika ity. Hoy i Avelo-Nidor : « Ny poezia ihany koa mantsy, mamelona aim-panahy maty ao amin’ny olombelona ». Anisan’ny adidy aman’andraikitry ny mpanoratra rahateo ny manabe ny mpiara-belona aminy ho tonga olom-banona.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

« Eniamparahatokanialanjavatahaka » : hanehoana ny any ambadiky ny hita maso

« Eniamparahatokanialanjavatahaka », lohatenin’ny fampirantiana, etsy amin’ny Is’Art galerie, ny 19 avrily hatramin’ny 9 mey izao. Niainga avy amin’ny angano sy ny lovantsofina malagasy ny tsirin-kevitra tao amin-dRakotoarivony Tahina, mpanakanto araka endrika amam-bika. Notsongainy manokana ireo mahery fo, ireo fanahin’ny zavaboahary ary ireo biby malaza ao anatin’ireny angano ireny. Matetika mantsy, amin’ireo fomba amam-panao nentin-drazana no hiantsana sy hiantsoan’ny mpanazary sy ny ombiasy ireo fanahy “miafina” ireo.

Miisa folo izy ireo, izay hasehon’ny mpanakanto amin’ny sary, hosodoko ary sokitra. Niara-niasa tamina mpanakanto maromaro Rakotoarivony Tahina tamin’ny fanatontosana izany. Tsy iza izy ireo fa Rakotomalala Maherisoa, nanao ny sary, Ratovo Fitiavana, niangaly ny sokitra, Andriamiarintsoa Fabio Thierry, naka sary ary i Mat Li, niantsoroka ny haikanto momba ny kisarisary na “design graphique”.

Ankoatra ireo, hiavaka ny fanokafana ny fampirantiana, rahampitso hariva. Hanamafy ny hatsaran’ny fampirantiana, amin’io fotoana io, ny antsa tononkalo sy ny feon’amponga, iarahana amin’i Vanga Mena sy i Benson. “Eniamparahatokanialanjavatahaka »… Nambaran’ny mpanakanto tompon’izany tsirin-kevitra izany fa io teny io no mahalaza ny zava-misy any amin’ny tsy hita maso. Feno aingam-panahy sy famoronana ary fikarohana ny fampirantiana, izay heverina fa hahaliana ny maro.

Landy R.

News Mada0 partages

CIRGN-Toamasina : tontosa ny famindram-pahefana

Tontosa tao amin’ny birao foiben’ny kaomandin’ny zandarimariam-pirenena faritanin’i Toamasina, ny herinandro teo ny famindram-pahefana teo amin’ny kaomandim-paritany teo aloha, ny Jly Serge Géllée sy ny Kly Hary Manantsoa Justin, kaomandim-paritany vaovao. Ho an’ny Jly Serge Géllé dia mazava ny azy, tsy misy olana ny famindran-toerana satria raha faritany no nosahaniny teo aloha dia ny firenena iray manontolo mihitsy amin’izao andraikitra vaovao sahaniny izao. Nilaza izy fa vonona ny hampanara-penitra hatrany ny fomba fiasan’ny zandarimariam-pirenena Malagasy. Raha ho an’ny Kly Hary Justin , vonona ny hanohy ny ezaka efa vitan’ny kaomandy teo aloha ary vonona hatrany koa amin’ny fanatanterahana ny baiko izay omena azy.

Marihina fa hotanterahina anio eo amin’ny Kianjaben’i Mahamasina koa ny famindram-pibaikoana eo amin’ny lehiben’ny fari-piadidian’ny zandarimariam-pirenena eto amin’ny faritra Analamanga. Lanonana ara-miaramila atrehan’ireo olo-manan-kaja ambony sivily sy miaramila.

Sajo

News Mada0 partages

Mpanao sinto-mahery… : mitombo isa ireo tsy ampy taona tratran’ny polisy

 Mitombo isa hatrany tato ho ato ireo ankizy voasambotry ny polisy noho ny asa fanendahana miharo fifohana zava-mahadomelina teto an-drenivohitra… 

 Raha ny teny amin’ny faritra Tanjombato sy Mahamasina ary Andavamamba, maro ny fitarainana voarain’ny polisy noho ny fahamaroan’ny andian-jatovo mpanao sinto-mahery rehefa fitohanan’ny fiara eo Tanjombato. Ny 13 avrily 2018 lasa teo nanao hetsika ny polisy ka nanao vela-pandrika sy fanarahan-dia ireo jiolahy ireo. Vokany, tratra ny roa lahy raha tafaporitsaka kosa ny namany telo. Nandritra ny famotorana natao azy ireo no nahafantarana fa efa nigadra intelo teny amin’ny fonjan’Antanimora ry zalahy, saingy miverina manohy ny asa ratsiny indray raha vantany vao mivoaka ny fonja.

Tratran’ny polisin’ny PPA Ampefiloha teny Anosy koa ny  jiolahy iray, ny 15 avrily 2018 lasa teo. Manao andiany hatrany koa ry zalahy ireto rehefa manao ny asa ratsiny. Tsy ampy taona ny ankamaroan’izy ireo, araka ny fanazavan’ny polisy.

Ireo mpijery baolina ao Mahamasina no tena lasibatry ry zalahy, raha ny filazan’izy ireo tamin’ny polisy. Maro koa ny fitarainana voarain’ny polisy amin’ny afitsok’ireo olon-dratsy amin’iny faritra Anosy iny noho ny fisian’ireo jiolahy ireo. Noraisim-potsiny teny Ilanivato koa ny tovolahy iray tratra teo am-pifohana rongony. Mifoka rongony kely hatrany ry zalahy mialoha ny hanaovan’izy ireo ny asa ratsiny. Nilaza izy fa mahavita azy mandritra ny herinandro ny rongony iray fonosana 5 000 Ar.

J.C

News Mada0 partages

Mazda sy Scooter nifandona : nifatratra tamin’ny fitaratra sady voahitsaka ilay mpitondra moto

Hatramin’ny ora nanoratanay, mbola miady amin’ny fahafatesana ny tovolahy iray nitondra moto, nifandona tamin’ny Mazda teny Andraharo omaly. Mafy ny fifandonana, nidona tamin’ny lohan’ny mazda, mbola notsenain’ny fiara hafa ilay tovolahy…

Samy nandeha mafy! Nifandona ny moto scooter iray sy fiara « minibus mazda » iray teny  Andraharo manoloana ny toby fivarotan-tsolika Total, omaly maraina, tokony tamin’ny 8 ora. Miady amin’ny fahafatesana ilay lehilahy nitondra Scooter.  Nifatratra teo amin’ny fitaratra anoloan’ny fiara Mazda ilay tovolahy. Nihosin-drà ny lohan’ilay fiara noho ny hamafin’ny fifandonana. Ilay moto kosa voahitsaka tao ambany tao.

 “Hitanay nandeha mafy ilay fiara Mazda avy any Ankazomanga mitodi-doha ho any Ambohimanarina. Niala lavaka ilay fiara no nifanehitra tamin’ilay Scooter avy any Ambohimanarina. Tany amin’ny 20 metatra miala teo amin’ny toerana nifandonany vao tafajanona ilay fiara. Nipitika ilay lehilahy nitondra ny moto ka nidona mafy teo amin’ny lohan’ny fiara. Nipitika izy io ka mbola nodononin’ny fiara iray hafa avy aoriany indray”, hoy ny fitantaran’ireo olona nanatri-maso.

 “Mbola miady amin’ny fahafatesana ilay tovolahy nitondra moto ary nalefa notsaboina haingana any amin’ny hopitaly Hjra. Mety ho nisy tapaka ny tanany sy ny tongony. Araka ny nolazaina taminay, niala lavaka ny fiara Mazda no nifanehitra tamin’ilay moto”, hoy ireo polisy nijery ny zava-nisy teny an-toerana.

Fandehanana mafy

Anisan’ny mahatonga ny loza eto amintsika ny fandehanana mafy na ho an’ny fiara io na moto. Ity farany anefa no anisan’ny mamono olona maro, indrindra ny tanora. Ny setrasetra ambony moto, sns, antony mahatonga izany. Eo ihany koa ny lalana ratsy lavadavaka mahatonga ny loza koa, toy ity nitranga teny Andraharo, omaly, ity.

Misy ny fepetra sy ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana eto amintsika, saingy vitsy ihany ny manaraka izany. Samy tompon’andraikitra amin’ny tenany ny tsirairay, ary samy mitandrina. Manana paikady mety ampihenana ny lozam-pifamoivoizana koa anefa ny mpitandro filaminana ary mametraka izany araka ny tokony ho izy. Na izany aza, sarotra ny misoroka ny loza mety hitranga.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Tetezan’i Bekiraro : raim-pianakaviana hita faty

 Raim-pianakaviana iray manodidina ny 40 tao eo ho eo no hita teny amin’ny tetezan’i Bekiraro, omaly maraina. Ireo olona teo amin’ny manodidina no nahita ny fatiny tao anaty rano ao ambany tetezana. Tsy mbola fantatra ny antony nahafaty azy ity, saingy fantatry ny olona eny Bekiraro sy ny manodidina kosa izy. Nilaza ny olona mahafantatra azy fa manana aretina izy ka nianjera tao anaty rano ary niafara tamin’ny fahafatesany. Ny BMH no tonga naka ny fatiny.

J.C

News Mada0 partages

Miaro ny zaza latsaky ny 5 taona : 5 300 000 ny fatram-baksiny hozaraina

5 300 000 ny fatran’ny vaksiny hotsinjaraina ho an’ny zaza vao teraka hatramin’ny 5 taona mandritra ny « Herinandro afrikanina ho an’ny vaksiny” sy ny fanamafisana ny vaksiny miaro amin’ny aretina lefakozatra hotontosaina ny 23 ka hatramin’ny 27 avrily ho avy izao manerana ny Nosy. “Vola mitentina 600 000 dolara no atokana hanatanterahana ny hetsika ary ampiasana olona hatramin’ny 19 000 mahery mandritra ny hadimiana”, hoy ny minisitry ny Fahasalamana, Andriamanarivo Lalatiana.

Mandritra ny “Herinandro afrikanina ho an’ny vaksiny”, hamafisina ny vaksiny ho an’ny zaza latsaky ny herintaona amin’ny fitadiavana ireo zaza tsy nahavita hatramin’ny farany ny adiam-baksiny tokony ho nataony. Mandritra izany koa no hampirisihana ny vehivavy bevohoka hisafo eny amin’ny tobim-pahasalamana sy hanao vaksiny fanefitry ny tetanosy. Ho hita mandritra ny Herinandro koa ny tolotra fahasalamana ho an’ny zatovo. Ampiarahina amin’ny “Herinandro afrikanina” andiany fahavalo ho an’ny vaksiny ny fanaovana ny vaksiny miaro amin’ny aretina lefakozatra andiany faha-13 eny amin’ny toerana voatokana. Horesena lahatra ny mpitaiza sy ireo reny hampanao vaksiny ny zaza latsaky ny 5 taona. Ao anatin’ny asa koa ny fitadiavana ny tranga fahalemena tampoka eo amin’ny zaza latsaky ny 15 taona.

Tetikasa momba ny fahasalamana tena mahomby misakana ny fahafatesan’ny zaza 3 tapitrisa isan-taona maneran-tany ny fanaovana maimaimpoana vaksiny, araka ny fanazavan’ny mpiray ombon’antoka.

Tanjona ny hahavitan’ny zaza mahatratra 5 tapitrisa latsaka kely ny vaksiny satria salama ny vahoaka vita vaksiny, araka ny lohahevitra nosafidina amin’ity andiany ity.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Vol à la tire : les mineurs, les plus exposés

Des mineurs plongent dans la délinquance. Le nombre d’individus arrêtés par la police durant ses opérations de lutte contre l’insécurité dans les rues de la capitale ne cesse d’augmenter. La majorité d’entre eux sont des mineurs. L’on sait que ces derniers prennent de la drogue avant de commettre leurs actes, notamment le vol à la tire suivi d’agression. Parmi eux figurent des adolescents qui ont déjà passé quelques mois de détention en prison. Mais aussitôt libérés, ils récidivent.

Le résultat de l’opération menée par la police depuis vendredi est une preuve parmi tant d’autres. Deux mineurs ont en effet été interpellés. L’on sait qu’ils ont déjà fait de la prison à Antanimora à trois reprises. Un autre a été appréhendé  par les éléments de la police d’Ampefiloha. Ses acolytes et lui comptaient s’en prendre aux personnes qui venaient d’assister au match de basketball organisé au stade de Mahamasina dimanche soir.

A Ilanivato, un consommateur de drogue a également été arrêté par la police. Selon ses explications, un paquet de cannabis de 5000 ariary lui est suffisant pour sa consommation hebdomadaire.

ATs.

News Mada0 partages

Fiahiana sosialy : apetraka ny tondrozotra

Nanomboka, omaly ary mitohy anio, ny atrikasa etsy Anosy hamaritana ny tondrozotra ho fanatsarana ny rafitra hiarovana ireo sokajin’olona tratry ny  dona vokatry ny loza voajanahary toy ny tondradrano, haintany, rivodoza…

Tanjon’ity tondrozotra harafitra ity ny fanarenana haingana ireo fianakaviana tra-doza  hiatrika ny fiainany andavanandro sy hiarina amin’ny toekarena anatin’ny fotoana fohy.

Mandray anjara amin’ity atrikasa ity ireo mpisehatra maro toy ny BNGRC sy ny mpiara-miasa.

Efa voarafitra tamin’ny taona 2015 ny politikam-pirenena ho an’ny fiahiana sosialy. Nisy ny ezaka natao nandritra izany ary nahitana ny zavatra tokony mbola hampiana hanatsarana ny fomba fiasa amin’ny fanampiana ireo mponina traboina.

Nampifandraisina ny hevitra ary harindra ny fomba fiasan’ireo rantsa-mangaika rehetra hisian’ny fahombiazana sy hiantraika marina any amin’ireo mponina tena mila izany ny ezaka ataon’ny tsirairay izay miantsehatra amin’ny fiahiana sosialy rehetra. Natao hifandraika amin’ny tena filan’ny mponina indrindra koa ny tolotra omena sy ny fikarakarana azy ireo.

Misy, araka izany, ny fikaonandohan’ireo miantsehatra ifotony hampifandray ny rindran-damina azo ampiharina hanampiana ireo marefo vokatry ny dona ateraky ny loza voajanahary ao anatin’ny roa andron’ny atrikasa.

Marihina fa anisan’ny firenena marefo amin’ny fiatrehana ny loza voajanahary i Madagasikara. Mipetraka amin’ny toerana tandindomin-doza ny 5 tapitrisa amin’ny Malagasy ary lasibatry ny loza voajanahary matetika izy ireo.

Tatiana A

News Mada0 partages

Collision à Andraharo : un scootériste lutte contre la mort

Un scootériste a été victime d’un accident de la circulation hier. Inconscient, il a été évacué d’urgence à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) à Ampefiloha.

Deuxième accident de la semaine. Hier, aux environs de 8 h, alors qu’il roulait en direction d’Ankazomanga, sur la ligne droite d’Andraharo, un scootériste est entré en collision avec un minibus Mazda à hauteur de la station Total. La violence du choc a été telle que le scooter s’est retrouvé sous le minibus. Le scootériste a, quant à lui, foncé la tête dans le pare-brise.

En un rien de temps, l’endroit était noir de monde. Bien qu’il portait  un casque, le motocycliste s’en est sorti avec de graves blessures. Il a vomi du sang. Il a été conduit d’urgence à l’hôpital HJRA dans un état comateux. «Il était encore conscient après le choc mais il a perdu connaissance quelques instants après», a indiqué un témoin. Selon les informations reçues, la victime est toujours dans un état critique, du moins hier dans la soirée. Ses proches craignent pour sa vie.

Faute à la Mazda ? 

Alertée, la police s’est déplacée sur le lieu de l’accident pour les constatations d’usage. Les circonstances exactes de l’accident ne seront déterminées qu’après l’enquête. Mais d’après les témoins oculaires, lancé à toute vitesse, le véhicule aurait été surpris par un nid-de-poule sur sa route. Et pour l’éviter, au lieu de s’arrêter sur la même voie, il est passé dans l’autre sans faire attention au scooteur qui venait à vive allure en face de lui. La collision était inévitable.

ATs.

News Mada0 partages

Catastrophes naturelles : une feuille de route de la protection sociale en gestation

Le taux de vulnérabilité de Madagascar face aux catastrophes naturelles ne cesse de prendre de l’ampleur avec les impacts du changement climatique. Le pays compte renforcer la résilience de la population vulnérable via la mise en place d’un système de protection sociale y afférente.

La situation est plus qu’alarmante. Plus de 5 millions de personnes, soit près du quart de la population, habitent dans des zones très exposées aux cyclones, inondations ou à la sécheresse. Ce paramètre géographique, conjugué avec la pauvreté grandissante, qui touche 71% de la population  vivant en dessous du seuil national de pauvreté, d’après l’évaluation de la Banque mondiale datant de l’an dernier, ne fait que renforcer la vulnérabilité face aux catastrophes naturelles.

En vue de réduire ce niveau de vulnérabilité, le pays compte renforcer la résilience sociale et économique des ménages vulnérables aux chocs tels que les cyclones, les inondations et la sécheresse. Une feuille de route, en vue de structurer un système de protection sociale réactive à de tels chocs est actuellement en gestation. Les acteurs dans ce domaine et les partenaires se concertent actuellement sur ce sujet à l’occasion d’un atelier de deux jours qui se déroule depuis hier à l’hôtel Carlton, sous le leadership du ministère de la Population, de la promotion de la femme et de la protection sociale (MPPSPF).  «L’élaboration de cette feuille de route est une étape stratégique vers la concrétisation de la vision de la Politique nationale de la protection sociale (PNPS), adoptée  en 2015, et pour avancer dans la mise à jour de sa stratégie et son plan de mise en œuvre», a indiqué le SG du MPPSPF, Hanta Baraka Charlotte.

Coordination

Cette feuille de route permettra également de définir les bases pour une meilleure coordination entre les programmes de protection sociale et les réponses humanitaires, en vue de poursuivre les efforts entamés dans ce domaine. Dans ce sens, des progrès importants ont été enregistrés pour harmoniser les interventions en protection sociale tant dans le domaine du développement que de celui de l’humanitaire, et pour renforcer la capacité du système national de protection sociale de réagir aux chocs.

Au cours de l’année 2017, plus de 10 partenaires ont soutenu et mis en œuvre 13 différents types de programmes de transferts, ayant ciblé environ 1,2 million de personnes. En outre, en août 2017, le Gouvernement, avec le Groupe thématique Protection sociale, a élaboré 11 principes qui permettent de définir le cadre de collaboration entre différents acteurs pour mettre en place une réponse de protection sociale harmonisée en cas de crise. Madagascar est le premier à avoir adopté de tels principes dans la région Afrique.

Faharanarison

News Mada0 partages

« Culturobus » : une annexe mobile de l’Alliance française bientôt à Antsiranana

Une innovation au sein de l’Alliance française. Une annexe mobile, baptisée «Culturobus» sera accessible à Antsiranana. Cette structure mobile sillonnera tous les quartiers et les villages de brousse environnants afin que les habitants puissent avoir accès à des  cours de langue française, la lecture, des jeux, un espace multimédia, du cinéma ou encore du spectacle. Cette initiative répond à l’attente des quelque 120.000 habitants de la capitale du Nord qui habitent à 80% dans les quartiers périphériques plus au sud de la ville,  dont le plus éloigné se trouve à plus d’une heure de route par rapport au  siège de l’Alliance française locale.

Les responsables ont essayé de pallier la difficulté d’accès de certains usagers au centre, en allant plus près des habitants via l’opération «Hors les murs», depuis 2014, en effectuant un programme de cinéma itinérant en plein air et gratuit, «Le Ciné Quartiers», qui  a vu le jour grâce à une aide financière de la part du Conseil départemental du Finistère. Mais,  en plus,  ces responsables comptent créer une véritable annexe mobile, qui propose les différentes activités citées plus haut.

Le projet,  prévu démarrer le mois prochain, avance bien. L’Alliance française d’Antsiranana vient d’acquérir récemment le véhicule en question avec ses propres fonds, mais la contribution des partenaires, via le financement participatif et d’éventuelles aides publiques, sera toujours la bienvenue pour que le projet puisse voir le jour le plus tôt possible. Selon les informations, ce véhicule serait entièrement autonome grâce à ses panneaux solaires et pourrait ainsi circuler librement à travers la région Diana. Avec la concrétisation de cette initiative, cette structure peut atteindre les principaux objectifs de l’Alliance française qui consistent entre autres au rayonnement de la langue et de la culture française à l’étranger, la promotion de la lecture publique et le soutien à la diversité culturelle locale…

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Analamanga : la démolition du Tranomavo fait scandale à Mahitsy

Une affaire judiciaire portant sur un litige entre héritiers, ayant abouti à la démolition illégale de la villa d’un ancien député-maire de la Première République, secoue de nouveau la commune rurale de Mahitsy, dans le district d’Ambohidratrimo. Les requérants dénoncent le non-respect de l’appel avec défense à exécution provisoire du jugement rendu dans la décision de la commune.

Deux des six héritiers de la propriété «Lovasoa LXI», ayant appartenu à l’épouse de cet élu de la Première République, dénonce la vente des biens laissés par leurs parents par leurs cohéritiers. Ils ont soulevé, pour ce faire, l’existence d’un testament écrit et enregistré légalement par leur mère, dont ils sont les héritiers, interdisant toute vente, partage et hypothèque des biens laissés en héritage mais qui a été violé. La vente effectuée par les quatre autres héritiers à leur insu a d’ailleurs été entachée de plusieurs irrégularités, selon Justin Randrianasolo et Mamy Ranarivelo qui ont dénoncé la falsification de leurs signatures lors de l’enregistrement de l’acte de vente à la mairie de Talatamaty, prouvée par l’aveu de leur auteur.

Une autorisation de démolition douteuse

D’innombrables anomalies constatées au cours de cette affaire ont donc obligé Mamy Ranarivelo et consorts à requérir un pourvoi en suspension d’exécution à l’encontre de l’ordonnance rendue par le Premier président de la Cour d’Appel d’Antananarivo dans le délai légal, le 26 juillet 2016. Mais entre-temps, le maire de la commune rurale de Mahitsy a autorisé la démolition de l’immeuble dénommé «Tranomavo» sur demande du prétendu acquéreur, sans se référer à l’affaire judiciaire en cours. Mamy Ranarivelo et consorts ont ainsi saisi la justice pour demander réparation au maire qui les a déléstés de leur héritage en autorisant cette démolition qui doit dépendre de la décision judiciaire, en plus de la demande d’annulation de la vente qualifiée de frauduleuse et contradictoire au testament de la légataire.

Une nouvelle bombe risque alors d’exploser dans la ville de Mahitsy suite à ce litige doublé de manœuvres floues.

Manou

News Mada0 partages

Alaotra : Problèmes au sein des fokontany

Le limogeage de chefs de fokontany ou de leurs adjoints dans le district d’Ambatondrazaka est contesté. Dans la commune d’Imerimandroso, des concernés s’opposent d’ailleurs à  la décision.

Notifiés de leur limogeage par les autorités locales, les chefs de fokontany de Marovato et d’Ambaniala, dans la commune en question, ont refusé d’obtempérer, arguant la nécessité d’une élection ou, au moins, d’une désignation par la population qu’ils administrent. Le maire Christian Randrianarimanana a actuellement tempéré la situation en annonçant le report de la passation de services entre ces deux récalcitrants. Il a toutefois lancé, en guise d’avertissement, que l’organisation de manifestations n’est pas conseillée pour dénouer le problème puisque des partisans de ces chefs de fokontany ont déjà tenté de descendre dans la rue pour s’opposer à la décision récemment. Leurs cumuls de fonction respectifs de chef de fokontany et de trésorier compliquent la réalisation de leur remplacement, a-t-il souligné.

Manou/Solo

News Mada0 partages

Golf – BNI ringer score : des changements avant le cinquième tour

Le classement général du tournoi BNI Ringer Score a connu quelques modifications après le 4e tour, le week-end dernier, sur le green du golf du Rova à Andakana. La crème de la discipline s’est démarquée par rapport aux 113 golfeurs et golfeuses, dont 37 ont pris le départ samedi si les 76 autres ne sont entrés en lice que dimanche. Kihyeok Nam a brigué la première place avec un score de 65 en première série hommes, devançant Théo Raveloarison qui a rendu une carte de 65 contre 67 pour Hiridjee Djawad.

Tahiana Rabenja continue à maintenir les brides en 2e série avec une carte de 72. En première série dames, Nyvoara Raveloarison reste en tête avec un score de 69 contre 70 pour Hanitra Ratsimbazafy et 72 pour Riana Raveloarison. Christiane Ravon est inébranlable en seconde série avec une carte de 72, laissant derrière elle Holy Razafindrakoto (77) et Danie Akesson (77). On s’attend à de véritables surprises avant le 5e tour, prévu le 13 mai prochain, toujours sur le même parcours.

Rojo N.

News Mada0 partages

Urban trail : la lutte contre la polio sur la bonne voie

Les acteurs engagés dans la lutte contre la polio ne chôment pas. Et ils restent fidèles à la formule gagnante à travers des séances de sensibilisation axées surtout sur le sport pour éradiquer cette maladie invalidante. Le Rotary International via le Rotary club Mahamasina organisera pour la 4e fois l’Urban Trail qui est en quelque sorte une levée de fonds pour financer les activités liées à cette lutte.

Près de 5.000 coureurs seront sur la ligne de départ. Des courses de trail, les inconditionnels de la discipline en ont vu de toutes les couleurs. Cette-fois, ils vont courir en faveur de la lutte contre la polio, grâce à l’initiative du Rotary club Mahamasina qui a accouché de la 4e édition de l’Urban trail, ce dimanche, au cœur de la Ville des Mille. Il s’agit d’une levée de fonds pour tous ceux qui veulent contribuer à l’éradication de cette maladie invalidante. D’après les organisateurs, les participants peuvent choisir entre une course pédestre d’une distance de 6 ou de 12 km à travers les rues de la capitale, selon leurs aptitudes physiques.

«Les épreuves peuvent être parcourues en solo, en famille ou en groupe. La 3e édition de cet évènement a réuni près de 3.000 coureurs l’année dernière et plus de 5.000 participants sont attendus pour cette version 2018. Le coup d’envoi sera donné à 8 heures sur le parking de Jumbo Score Ankorondrano pour rallier Mahamasina. Les inscriptions doivent se faire avant vendredi prochain. Notons que le Gouvernement et les différentes institutions ont assuré la vaccination de près de 11 millions d’enfants dans le cadre de cette lutte appuyée par tous les clubs Rotary et Rotaract de Madagascar. Et ce, depuis 2015», ont expliqué les organisateurs.

Rojo N.

News Mada0 partages

Mage 4 : garder le meilleur pour la fin

Le groupe Mage 4 se sent d’attaque pour clôturer, comme il se doit, la célébration de ses 25 ans de scène au palais des Sports et de la culture Mahamasina, ce dimanche.

Un quart de siècle, ça se fête ! De fil en aiguille, le chanteur de «Sahy minia» a soufflé ses 25 bougies et a décidé de ne dévoiler sa carte maîtresse que pour le clou du spectacle. «Effectivement, nous avons réservé le meilleur pour la fin. Le palais des Sports et de la culture Mahamasina est une grande première pour le groupe en 25 ans de scène. C’est à la fois un défi et une ambition de casser les codes, comme quoi, le rock est toujours réservé à une frange de public. Il est temps de sortir des sentiers battus», argumente cette figure emblématique du soft rock la plus adulée de sa génération.

Tout est fin prêt pour «Best Of Mage 4». A J-5 de l’évènement tant attendu, les répétitions générales se sont déroulées sans embûche pour Ken et ses compères. Durant cette après-midi dominicale, la bande sera composée de Beback à la batterie, Elysé au clavier, Gégé aux riffs, Titan, Lita et Davids aux guitares solos, Tins à la guitare basse et le dernier et non le moindre Ken au micro. Les premières notes de «Taratasy farany»,  «Aza hitserana» et «Valin’ ny ditra» résonneront à partir de 15 heures.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Chronique : autre que la loi du talion

Hors propos que l’argument des zélateurs du régime à prétendre que l’interdiction de la manifestation envisagée par les députés TIM et Mapar trouve légitimité dans le fait que les prédécesseurs ont pratiqué en leur temps les mêmes subterfuges. Plus puéril qu’un tel raisonnement tu meurs ! Ce qui n’est pas nécessairement faux même à prendre à la lettre. Des dirigeants qui réagissent comme de sales mômes méritent des coups de pied là où l’on le pense et à aller au coin (coin à ce niveau peut signifier exil).

Ne sentent-ils donc pas l’odeur de cramé ? Ça chauffe, pire même ça brûle de tous les côtés. Nombreux foyers de tension sonnent l’alarme, point n’est besoin d’en rajouter, il suffirait que souffle un petit vent de colère pour que se lèvent en flammes incontrôlables  les braises ardentes. Le risque est pour le pays, mais les apprentis pyromanes seront les premiers à brûler dans un incendie ravageur. L’interdiction faite à ces représentants du peuple signifie déjà une faiblesse, la peur d’entendre la vérité à propos de ces lois électorales. Ça n’est pas nouveau depuis l’accession de Hery Rajaonarimampianina à la magistrature suprême, son régime s’est fait une spécialité de pondre à chaque fois sur des sujets essentiels à la démocratie, des lois qui soulèvent de fortes vagues de contestation, pour ne rappeler que la détestée ou détestable loi sur la communication avant ces lois relatives à l’organisation des consultations populaires. Les recours à des passages en force ne constituent pas des signes de force, au contraire ils représentent les ultimes solutions auxquelles peuvent s’accrocher les faibles. Comme pour aggraver leur cas, on dirait qu’ils n’en prennent pas conscience et persévèrent à cultiver l’art de multiplier les mécontents. Les opposants même s’ils trouvent leur compte ne peuvent paraitre avoir la satisfaction de boire du petit lait. Ils manifestent le sens de la responsabilité en rappelant qu’un grand boum mettrait le pays en danger. L’opinion réclame une chose simple : des lois justes qui garantissent au peuple la liberté de  choix et la sincérité des résultats.

Léo Raz

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : sao ianao mihevitra ho lahiny

Maro ireo mpanao pôlitika mikasa na efa nanambara mihitsy ny filatsahany ho fidiana amin’ny fifidianana an’izay ho filohan’ny Repoblika. Samy manamboamboatra ny tenany avokoa izy ireo mba isarihana ny mpifidy handatsa-bato ho azy. Aty amin’ny fiaraha-monina, ny olona koa mba samy mamisavisa ny karazandrazan’olona izay iriny ho tafita amin’izany fifaninanana izany. Maro ihany ny olona tonga dia manilika an’itsy na an’iry, sady halany toetra no tsy tiany hojerena. Vitsy ireo tena hoe mamy hoditra amin’ny vahoaka. Izay mipoitra toa ahitana kilema avokoa. Na izany aza, efa misy ireo misongadina izay heverina fa ny roa amin’izy ireo no mety ho tafita amin’ny sivana voalohany ka afaka hikatroka amin’ny fihodinana faharoa.

Tsy mbola any moa ny tena resaka izao fa vinavina fotsiny ny momba izany. Betsaka ny zavatra mbola mety hiseho ary maro ny dingana tsy maintsy diavina ka malalaka ny sehatra hamisavisana an’ilay filoha izay alain’ny tsirairay sary ao an-tsainy. Ao moa ireo maniry filoha teknisiana, ady hevitra ny momba izay. Marina fa sarotra ny fifehezana ny raharaham-pirenena ka mila olona tena matsilo hitantana. Tsy ny manam-pahaizana no tsy misy fa ny tena tsapa fa manam-panahy no tsy tazana firy. Izay eo amin’io toerana tampony io dia tandindonin’ny fivontosan’ny loha. Tototry ny voninahitra sy fandokafana izay mahajambena raha toa marivo salosana. Sangisangy ihany angamba nefa mendrika ho dinihin’ireo mpilatsaka ny filàna fiofanana ho fanomanana azy rehetra amin’ny fiantsorohana izany andraikitra an-tampony antoky ny fiainan’ny vahoaka sy ny hoavin’ny firenena. Izy ireo samy nanana ny fiomanany fa samy nandingana ny fampianarana any amin’ny Sekolin’ny Fanetren-tena. Noho ny adidy lehibe ahankina aminy, na zoky izy na zandry, dia rariny amin’ny maha Malagasy raha tsofin-drano ho Raiamandrenin’ny rehetra. Izany anefa tsy ampy ho hiheverany ny tenany fa izy no tena dadany amin’ny zava-drehetra. Sarotra anefa izany hoe tompon’ny fanapahana farany sady vonton’ny fahafantarana fa tsy tompon’ny fahaizana tampony, sady mitaky fahaizana mametraka didy hentitra sy fanehona fanetre-tena. Iza moa no azo ho lazaina tsy mahay n’inona n’inona afa-tsy izay mieboebo miseho mahay ny zava-drehetra? Tandremo kely lahy sao mihevitra ny tena ho lahiny nefa rehefa mirehitra mitsonika toy ny jabora.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : bâillon sur la démocratie

Permissivité concernant la braderie des terres

Sans besoin de rentrer dans les détails, il suffit de relever dans la loi traitant des Z.E.S. le nombre d’articles portant atteinte à la constitution que dénonce la H.C.C. On voudrait sortir la distribution des terres hors de l’autorité de la Justice que l’on n’aurait pu faire mieux et à la vite qu’en confiant les décisions d’attribution à des tribunaux terriers, survivance d’un système qui date de l’époque coloniale pour mettre de grandes étendues à disposition de concessionnaires.

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Comment les secouer ? (2)

(Suite et fin.)

Il faut porter le chiffre de l’impôt annuel chez les Betsimisaraka à 60 fr. et même à 100 francs.

Ordonner que l’impôt ne pourra être payé que par le prix de journées de travail chez les colons ; que la journée de travail ne consistera pas en un certain nombre d’heures de présence ennuyée et traînante, mais dans l’exécution de tâches fixées par des commissions (fonctionnaires et colons) selon la nature des travaux et les conditions particulières aux localités.

Ensuite, il faudra obtenir de la métropole le principe du travail obligatoire.

Annuellement, l’indigène disposera de 1/7e de son temps en loisirs absolus ; il justifiera de 1 septième à pourvoir à sa subsistance ; il devra les 5 septièmes restants (environ 250 journées par an), employés en tâches fixées, à la Colonisation.

Réformes simples, mais capitales, qui donneront l’essor à l’Est, régénéreront rapidement le moral de nos robustes Betsimisaraka, car les bonnes habitudes se contractent de même façon que les mauvaises.

Comment y arriver ?

Pas par des soubresauts de vaine opposition autour du pouvoir, mais au contraire, en l’aidant – l’avertissant quand il se trompe – par nos Comices, nos Chambres, nos journaux : une action incessante, résolue, mûrie.

Le nouveau Président du Tribunal de Tamatave

C’est M. Camo qui remplace M. Siguier au Tribunal de Tamatave.

Quoique son séjour ici en 1914 fut de courte durée, on put quand même apprécier sa compétence et la droiture de son jugement.

Dans l’intérêt de tous, on ne peut que se réjouir de cette nomination.

Le Tamatave

Ils sont gais à Madagascar

Depuis quelque temps, nous étions sans nouvelles de la Grande Île, mais enfin le courrier vient de nous arriver, et ma foi, la première chose que nous avons apprise n’est pas pour engendrer la mélancolie.

Il paraît qu’à Analakely, un buen-retiro public – le seul que possédait la localité – n’est plus accessible aux… intéressés. Les clefs du compartiment… sacré ont été perdues !

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

Ino Vaovao0 partages

AMBATOMENA FIANARANTSOA : Nanomboka ihany ny atrikasa "fanarenam-pirenena tena izy"

Niala teny Ambatomena ireo mpitandro filaminana maro efa nahatrana teny... Ny komitin’ny fahamarinana fandriampahalemana ary Fiadanana no nikarakara ny hetsika ambany fiahian’ireo raiamandreny ara-pivavahana sy ara-piarahamonina,  nanasana ireo efa nanambara ny filatsahany hofidiana amin’ny fifidianana ho Filohampirenena,  ireo mety hilatsaka,  ireo filohan’antoko, ny fiarahamonim-pirenena, ireo andrimpanjakana misy dia ny mpanatanteraka, mpanao lalàna. 

Tao ihany koa ny solontena avy amin’ny komitin’ny fampihavanam-pirenena. Famaliana ny antson’ny eveka ny 13 mey 2017 nanaitra ireo tsara sitrapo sy tia tanindrazana rehetra hiray hina ho amin’ny fiovam-penitra mahery vaika. Tao koa ny antson’ny Ffkm ny 29 mey 2017.  Mijaly ny vahoaka miaina ao anatin’ny fahalovana,  anjakan’ny tsy fandriampahalemana sy ny tsy rariny... Lohahevitra telo lehibe no nodinihina mandritry ny roa andro dia ny fahamarinana sy fandriampahalemana mitondra any amin’ny fiadanana.

Nandefa iraka manokana ny fiangonana Flm sy ny Fjkm. Nanokatra ny fivoriana tamin’ny fomba ofisialy ny arsevekan’i Fianarantsoa Mgr Fulgence Rabemahafaly. Tazana teny Marc Ravalomanana, Omer Beriziky, Eliana Bezaza, pasteur Mailhol,  Alain Andriamiseza, Saraha Rabearisoa sy tompon’andraiki-panjakana maro teo aloha. Tafakatra 800 mahery ny mpizaika raha 550 teo no nandrasana.  Nozaraina vaomiera 10 izy ireo handinika tsirairay ireo lohahevitra. Ny hafatry ny Arseveka moa dia mba handray an’i Lucien Botovasoa ho modely amin’ny fitiavan-tanindrazana,  hiady amin’ny ratsy ary hiaro ny soa iombonana. Ny 17 sy 18 avrily no nanaovana io atrikasa nasionaly io. 

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANDRY RAJOELINA : Nanampy ny fiangonana Notre Dame de l’Assomption ao Vohipeno

Malala-tanana amin’ny fanasoavana ny mpiara-belona aminy ny lehilahy, tahaka ny efa nataony hatramin’izay dia mbola notohizany indray izany nandritra ny fandalovany tany Vohipeno, ny faran’ny herinandro lasa teo. Anisan’ireo nahazo fanasana manokana tamin’ilay lanonan-dehibe nokarakarain’ny fiangonana katolika noentina nananganana ho olotsambatra an’i Ramose Lucien Botovasoa ny Filoha Andry Rajoelina. 

Taorian’ny Fankalazana ny Eokaristia niarahana tamin’ireo mpisorona marobe sy ny solontenan’ny Papa Ray Masina tonga tany an-toerana dia mbola niara-nivavaka tamin’ireo mpino katolika tao amin’ny fiangonana Notre Dame de l’Assomption ao Vohipeno ny tenany. Tao amin’ity farany no toerana nanaovana batemy an’ity olotsambatra vao nasandratra ity. Raha vaovao voaray dia anisany nangatahin’ireo tompon’andraikitry ny fiangonana ny mba hanaovana ho “carreaux” io tranon’Andriamanitra io, ary tsy nisalasala ny tenany namaly izany. 

Nitondra fanampiana betsaka tamin’ny fanatsaràna io Fiangonana io tokoa ny Filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Nirina Rajoelina. Ankoatr’izay dia nanome anatra ho an’ireo tanora ihany koa ny filohan’ny tetezamita, Andry Rajoelina tamin’ny ohatra tsara navelan’ny olotsambatra Lucien Botovasoa mba ho fakan-tahaka ho an’ny tanora.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITAKIANA SY FITOKONANA : Tsy tsaroan’ny fitondrana ireo mpandraharahan’ny fonja

Raha tsiahivina, tao anatin’ny andro maromaro izy ireo no nisafidy ny hampiato tanteraka ny fandehanan-draharaha rehetra teny anivon’ny fonja. Noho ny fitsinjovana ny vahoaka anefa dia niverina nandray ny asany tamin’ny laoniny ihany izy  ireo taty aoriana na dia tsy mbola nahafa-po aza ny valin’ny fangatahan’izy ireo. Niandry ny valin’ny fitakiana nataony ireo mpiandry fonja taorian’izay, nisy hatrany ny fihaonana niarahana tamin’ny minisitera mpiahy azy ireo kanefa nandamoka tsy hita izay vahaolana nivaingana.

Nilaza izy ireo fa mahatsiaro atao ankilabao tanteraka ary atao tsinontsinona ihany koa ny fitakiany. Nambaran’ny filohan’ny sendika fa misy ny fihaonana mangingina eo amin’ireo lohandohan’ny mpisorona eo anivon’ny mpandraharahan’ny fonja sy ny Filoham-pirenena kanefa vao mainka tsy mahavaha olana izany. “Ny votoatin’io fihaonana io dia mbola tsy misy zavatra fantatra hatreto na iray aza ary dia miandry izay tatitra amin’izany izahay. 

Tsy mbola nahazo fihaonana tamin’ny Filoham- pirenena araka ny nampanantenain’ny ramatoa minisitra  izahay hatramin’izao ora itenenana izao fa ireo olona (staff technique) izay nanana eritreritra an’izay indray no lasa noraisin’ny Filoham-pirenena”, hoy ny fanazavana noentin’ny filohan’ny sendika. Nambarany fa na efa nisy aza ny fampitaovana toy ny fiara ho an’ny mpandraharahan’ny fonja dia tsy miditra any am-paosin’izy ireo velively izany.

Avotra Isaorana 

Ino Vaovao0 partages

FAHARATSIAN’NY LALAM-PIRENENA FAHAENINA : Hitokona tsy hiasa ireo mpitatitra aty Antsiranana

Araka ny voasoratra dia manomboka ny alarobia 18 avrily ny fitokonana ary hotanterahina ao anatin’ny roa andro raha tsy mahazo ny valiny mahafa-po mahakasika ny fitakiana.

Ireo mpitatitra olona, katy, saribao, jia, trondro, kamiao izay mampiasa  ny lalam-pirenena fahaenina dia voalaza fa tsy misy hiasa ny alarobia io. Ny vahoaka no mahita fahasahiranana manoloana izany vokatry ny fampanantenana tsy tanteraka nataon’ny mpitondra fanjakana ankehitriny amin’ny tokony hanamboarana io lalam-pirenena fahaenina io. 

Tsiahivina fa anisany fampanantenana nomen’ny Filoha ankehitriny tamin’ny fampielezan-kevitra nataony ny hanamboarana io lalana io. Tsy vitsy ireo mpitatitra no tsy afaka miampita avy ao Marivorahona. Araka ny fantatra mahakasika ity fitokonan’ny mpitatitra ity dia tsy misy ny fidinana an-dalambe, fa ireo fiara mpitatitra no tsy misy miasa na dia iray aza. Misy ny fanaraha-maso ataon’izy ireo amin’izay sahy hihoa-pefy. Ho fantatra mian-dalana eo izay fizotran’ity grevy ity, indrindra ny fihetsika ataon’ireo mpitondra fanjakana tandrify izany aty an-toerana.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

SERANAN-TSAMBO : Tonga nijery ifotony ny olana ireo vondron’ny mpandraharaha

Fitarazohana izay miteraka fitohanan’ireo fiarabe eny amin’ny Bd Ivondro ka hatrany anaty seranana ary miteraka fatiantoka ho an’ireo mpandraharaha. Manoloana izany indrindra, dia tonga tao Toamasina ny alakamisy lasa teo ireo vondron’ny mpandraharaha avy any Antananarivo nijery ifotony ny zava-misy aty an-toerana.

Nisy noho izany ny fivoriana natao tao amin’ny efitra malalaky ny faritra, nifanaovan’ireo voakasiky ny raharaha rehetra notarihin’ny tale jeneralin’ny minisiteran’ny Indostria sy ny sekretera jeneralin’ny minisitera ny vola sy ny tetibola ary ny lehiben’ny Faritra atsinanana.  Tsy tazana teo kosa ny avy amin’ny minisiteran’ny fitaterana afa-tsy ny talem-paritra atsinanana. Naharitra adiny dimy ny fivoriana natao saingy nandritra izany dia tsy nisy ny zavatra tapaka sy fepetra noraisina, hany ka mbola diavolan-kakafotra hatrany ny zavatra iainan’ireo mpandraharaha sy ireo mpitatitra.

Na izany aza betsaka ny zava-miafina nivoaka nandritra ity fihaonana teo amin’ireo vondron’ny mpandraharaha sy ny fanjakana ity. Fantatra izao fa mihatery ny toerana fametrahana kaontenera eo anivon’ny seranan-tsambo, izay nahatonga ny Spat nanamboatra toerana vaovao mirefy 2.000m3. Ny antony araka ny fanazavana dia misy kaontenera miisa 500 eo sy fiara miisa 400 eo ihany koa tsy nalain’ny tompony hatramin’ny taona 2002 no mankaty, ankoatra ireo kaontenera miisa 2.174 taty aoriana ka ny 1.400 amin’izany efa azo alaina avy hatrany fa tsy raharahain’ny tompony ny maka azy hatramin’izao. Izay no nahatonga ny ladoany mandinika araka ny lalàna izay tokony hatao amin’ireto kaontenera sy fiara manentsina ny seranana ireto.

Ankilan’izay dia ny olana ara-pitaovana eo anivon’ny Mictsl ihany koa no tena olana amin’ny famoahana entana eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Milaza fa efa nahazo fitaovana fibatana entana roa hanampy ireo dimy misy eo aminy ny orinasa, saingy mbola tsy mahavaha olana satria mbola fito andro vao mahazo kaontenera iray ireo mpitatitra, nefa kamiao 350 isan’andro ny milahatra haka entana.

Kamy