Les actualités à Madagascar du Mardi 18 Avril 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara787 partages

Affaire Claudine : Le gouvernement mauricien poussé à prendre des mesures

Claudine Razaimamonjy ne pourra pas rester à Maurice au-delà du 26 avril 2017.

Cette affaire risque désormais de prendre une dimension diplomatique après l’interpellation de l’opposant mauricien Paul Bérenger.

La situation évolue à Maurice où la milliardaire Claudine Razaimamonjy se trouve depuis mardi dernier. Samedi dernier, suite à la pression de la communauté internationale quant à la nécessité pour cette « conseillère spéciale » du président de la République, de revenir au pays pour répondre à la justice malgache, l’opposant charismatique Paul Bérenger a demandé au gouvernement mauricien de donner des explications sur la présence à Maurice de Claudine Razaimamonjy.  « Qui a autorisé Mme Claudine Razaimamonjy à entrer sur le territoire mauricien alors que la milliardaire malgache est assujettie à deux interdictions de sortie du territoire en raison de graves faits de corruption qui lui sont reprochés ? », s’est interrogé ce leader du MMM (Mouvement Militant Mauricien) lors d’une conférence de presse. Et lui d’enfoncer le clou : « Le gouvernement mauricien n’est au courant de rien. Même pas le ministre mentor Sir Anerood Jugnauth. Cette femme a été arrêtée par le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), l’équivalent de notre ICAC, sous six charges d’accusation. L’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar a dit que Claudine Razaimamonjy devait répondre à la justice. Les membres du corps diplomatique encourage le Bianco et ici à Maurice, on dit welcome à Claudine Razaimamonjy. »

Note verbale. Suite à cette interpellation de Paul Bérenger et vu le statut de ce leader de l’opposition mauricien, le gouvernement de l’île Maurice devra intervenir sur cette affaire dans les prochaines heures, s’il ne l’a pas fait durant le week end pascal. L’affaire pourrait ainsi prendre une dimension diplomatique. Jointe au téléphone, la ministre des affaires Etrangères malgache Atallah Béatrice a fait savoir : « Jusqu’ici, je n’ai reçu aucune lettre ou note officielle de mon homologue mauricien sur cette affaire. » Normalement, le gouvernement mauricien, par l’intermédiaire de son ministre des Affaires Etrangères, envoie une note verbale à la ministre des Affaires Etrangères de Madagascar, demandant au gouvernement malgache de donner des explications sur la situation réelle de Claudine Razaimamonjy. Et ce serait à partir de la réponse du gouvernement malgache que le gouvernement mauricien prendrait des dispositions sur la présence de la femme milliardaire malgache sur son sol. En fait, Claudine Razaimamonjy n’a que 15 jours à partir du jour de son entrée à Maurice pour y rester. Elle n’est plus actuellement à la Clinique Fortis Darné de Curepipe, mais une IST ne lui permettrait pas de quitter Maurice vers une autre destination. Normalement, Claudine Razaimamonjy devrait rentrer au pays après l’expiration de ce délai de 15 jours. Au-delà de ce délai, il lui faudra un visa pour pouvoir y rester.

L’étau se resserre.  Visiblement l’étau se resserre autour du régime en place sur l’affaire Claudine. Si le président de la République et le premier ministre ont essayé d’éviter de s’exprimer sur cette affaire, cette politique de l’autruche ne va plus durer. Le gouvernement malgache sera tenu dans les prochains jours d’annoncer sa position. L’étau se resserre également autour d’autres proches collaborateurs du président de la République et de la Première Dame qui seraient aussi impliqués dans des affaires de corruption et de blanchiment d’argent. Une source digne de foi a permis de savoir que 7 Interdictions de Sortie du Territoire (IST) seraient actuellement prêtes à être exécutées si les éventuels concernés étaient tentés de s’évader. Bref, le Bianco, qui bénéficie du soutien indéfectible de la communauté internationale, a ouvert la boîte de pandore.

R.Eugène

Midi Madagasikara281 partages

Toamasina : Une tentative de fraudes démasquée par la douane et le BIANCO

Une fois montées, les pièces détachées deviennent une voiture.

Les efforts entrepris par la douane et ses partenaires continuent de produire des résultats encourageants

Le tandem Douane-BIANCO a réalisé un beau coup de filet. En effet, suite à des renseignements émanant du Bianco Toamasina, l’administration des douanes a effectué une descente à Analankininina où des individus étaient surpris en train d’assembler des véhicules. Après vérification, il s’avère que l’importateur a déclaré à la douane un conteneur de lots de pièces détachées d’occasion. Seulement, une fois les pièces d’occasion sorties du conteneur, elles ont été rassemblées et montées. Et le tour est joué puisque l’importateur de pièces détachées devient propriétaire de vraies voitures d’occasion.

Difficile

Pour la douane il s’agit tout simplement d’une manœuvre frauduleuse rondement menée en vue de payer moins de droits et taxes d’importation.  « Ce genre de fraude est très difficile à détecter au moment du dédouanement car les pièces sont éparpillées et mélangées dans le conteneur. Par contre, ces pièces ne sont pas destinées à être montées et rassemblées car la douane ne délivre pas de certificat servant à l’immatriculation » précise-t-on au sein de l’administration douanière. Au total, quatre voitures légères ont été constatées en cours d’assemblage lors de la descente.

Un autre conteneur appartenant au même importateur a été suspecté et visité conjointement par la douane et le Bianco au port dans lequel des pneus d’occasion, des pièces détachées et une cabine de camionnette ont été découverts. La douane est en train de constater l’infraction de fausse déclaration et le Bianco est également sur le dossier pour déceler toute forme de corruption.

R.Edmond

L'express de Madagascar233 partages

Conjoncture – Rajaonarimampianina face à un tournant décisif

L’affaire Claudine Razaimamonjy semble avoir affaibli le régime Rajaoanarimampianina. Ses détracteurs en ont profité pour enfoncer le clou. Quelle carte va-t-il sortir pour reprendre la main ?

La trêve pascale n’aura été que de courte durée pour le président de la République. Pire, elle aura été studieuse à Iavoloha, où la conjoncture n’est visiblement pas en faveur de l’équipe au pouvoir.Loin d’être fortuite, l’arrestation rocambolesque suivie de la mise en détention préventive de Claudine Razaimamonjy, conseillère du président Hery Rajaonarimampianina semble avoir bouleversé l’échiquier politique. Elle a atteint en plein cœur l’appareil présidentiel, qui a eu le tort de réagir maladroitement pour tenter de sauver les meubles. Mal lui en prit, puisque ses adversaires en ont profité pour enfoncer le clou et retrouver un second souffle. Le Bianco, la Chaîne pénale et le Syndicat des magistrats se sont vus grossir leur rang pas d’autres syndicats regroupés au sein d’une plate-forme. Voilà qui donne une autre envergure à la contestation, une autre force étant donné que la machine administrative pourrait désormais échapper au contrôle de l’État.

Comme toute manifestation de rue reste formellement interdite, la grève silencieuse devient une option sérieuse avec les mêmes conséquences. C’est d’autant plus probable que l’arrestation de Claudine Razaimamonjy a été révélatrice de certaines réalités.  » La conseillère du Président a été incontestablement une victime ciblée, vu que ni la personne responsable du marché public qui a décidé de lui donner des marchés, ni l’ordonnateur des dépenses du ministère concerné par les prétendus détournements de fonds n’ont pas été inquiétés, alors qu’a priori ils en sont les véritables auteurs. Au mieux des cas, Claudine Razaimamonjy ne devrait être qu’un complice. » éclaire un spécialiste du marché public.

Il est évident que pour qu’on en arrive ainsi, pour que la Présidence se laisse doubler au nez et à la barbe, il doit y avoir des forces exogènes, des défections voire des mutineries que ne justifie pas la seule honnêteté, le seul patriotisme du Bianco, de la Chaîne pénale et des magistrats. Et c’est le plus inquiétant pour Rajaonarimampianina, vu que la situation a un relent de 2009 dans le fond et dans les fonds. Il n’aurait pas vu ce coup venir, et ne dispose pas d’assez de moyens pour passer à la contre-attaque. Ses performances au niveau socio-économique restent modestes pour convaincre la population, malgré des efforts palpables comme la presque fin du délestage.  Le régime dépend totalement des subsides des bailleurs de fonds. Ces derniers n’ouvrent le robinet qu’au compte-gouttes pour des projets qui n’ont pas d’impact direct sur la condition de vie de la population et soumettent leur aide à des conditions plus ou moins contraignantes.

Tout repenser

 » Il n’y a rien à attendre des bailleurs de fonds qui, en 40 ans, n’ont fait qu’aggraver la misère avec leurs conditionnalités »,  assène un nationaliste bien connu. Il n’a pas tout à fait tort. Pourtant les bailleurs de fonds voient d’un mauvais œil toute autre recherche de soutien pour financer le développement. La récente tournée de Rajaoanarimampianina en Chine, assortie de signature de plusieurs projets de coopération a fait grincer des dents dans certaines chancelleries.  » Là c’est du concret et précis avec une autoroute entre autres projets, contrairement aux 10 milliards de dollars promis par les bailleurs de fonds en décembre à Paris, et qui reste pour le moment de l’argent virtuel », observe Marco, un jeune entrepreneur.

Le traitement de l’affaire Razaimamonjy a certainement aggravé le cas du pouvoir vis-à-vis des bailleurs de fonds, qui y voient un recul de la démocratie, un manque de volonté de lutter contre la corruption. La conjoncture  est ainsi loin d’être favorable à Rajaonarimapianina, qui se trouve à un tournant décisif de son mandat face à la mobilisation qui se forme en face. Il doit trouver une parade pour renverser la vapeur, mais ne dispose plus d’assez de cartes entre les mains. Il lui reste néanmoins le joker d’un vrai remaniement, pour donner un second souffle et surtout un nouveau visage au gouvernement. Une éventualité qui semble inévitable à un an de la présidentielle, pour laquelle sa candidature est sollicitée par son parti, le HVM. Et là vraiment, il lui faudra du hery vaovao (nouvelle force).

Herisetra

L'express de Madagascar218 partages

Barea – Dax et Dina s’illustrent

Trois jours après le début de leur rassemblement à Carion, les Barea ont disputé un premier match amical, samedi. L’occasion pour Auguste Raux et son staff est d’évaluer une première fois le niveau de ce cru 2017 des locaux, en vue des qualifications pour le Championnat d’Afrique des Nations 2018. Les joueurs ont été départagés en deux équipes. L’occasion pour Dax est de s’illustrer une nouvelle fois, en marquant pour la formation « vert », à dix minutes de la fin du temps règlementaire.

Le milieu offensif de Fosa Juniors continue de surnager en équipe nationale, après avoir réussi ses débuts, il y a quelques semaines, face au Sao Tomé et Principe. Dans les arrêts de jeu, Dina, qui avait côtoyé Dax quand celui-ci jouait encore chez Tana Formation, a réussi  à égaliser sur penalty pour l’équipe « blanc ». Et la rencontre s’est conclue sur ce score, d’un but partout. Pour le staff technique, ce premier match sérieux aura été « satisfaisant, mais il reste encore des progrès à effectuer dans plusieurs secteurs du jeu », avant la rencontre face au Malawi, ce samedi à Mahamasina.

H.L.R

Midi Madagasikara176 partages

Ravalomanana dans le Menabe : Contre une vengeance politique

Le couple Ravalomanana a été également reçu à Morondava par l’évêque Fabien Ralamboniaina de l’église catholique.

Ses déplacements lui ont permis d’être à l’écoute des doléances de la population locale.

L’ancien président Marc Ravalomanana a poursuivi durant le week-end dernier  son périple dans la région de Menabe. Samedi, il était dans le district de Mahabo où il a surtout rencontré les militants TIM locaux. Au cours de son intervention, Marc Ravalomanana a réitéré son intention de reprendre le pouvoir par voie démocratique. « Le redressement de notre pays est urgent. J’exclus toute vengeance politique une fois revenu au pouvoir », a-t-il affirmé. Le président national du TIM a également confirmé sa candidature à l’élection présidentielle de 2018. A Morondava, l’ancien président et son épouse Lalao Ravalomanana se sont directement entretenus avec les gens qu’ils ont  trouvés sur leur passage. C’était le cas lorsqu’ils ont effectué une descente au marché de Namahora. Les habitants de Morondava se sont plaints notamment des problèmes de l’insécurité et de la cherté de la vie. Toujours dans la capitale du Menabe, Marc Ravalomanana a rencontré les militants de son parti. Si le couple Ravalomanana a célébré le Jeudi Saint avec les croyants de l’église FJKM Mahagaga, il a été également reçu par l’évêque de Morondava Mgr Fabien Ralamboniaina. Ce dernier l’a même invité chez lui pour un dîner.

Trêve pascale. En fait, alors que les dirigeants sont embourbés dans l’affaire Claudine, l’ancien président a préféré se retirer de la politique pendant une semaine en visitant les belles plages de Morondava. Marc Ravalomanana a particulièrement apprécié la plage de Kimony où il a eu un contact direct avec la population locale qui a exprimé ses doléances quant à la cherté de la vie. Pour certains, en quittant la Capitale et mettant le cap sur Menabe, le président national du TIM voulait observer une trêve pascale. Mais, pour d’autres, c’était une occasion pour lui de mobiliser sa base politique dans cette partie de l’île qu’il ne devrait pas perdre s’il veut reconquérir le pouvoir par les urnes. En tout cas, la trêve politique, qui n’a pas été en fait respectée à cause de l’affaire Claudine Razaimamonjy, devrait prendre fin aujourd’hui. La semaine qui vient de s’ouvrir s’annonce donc chaude en matière politique dans le pays.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara143 partages

IST : « Une énorme faille au Ministère de l’Intérieur », selon la présidente du SMM

La présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar, Fanirisoa Ernaivo dénonce une énorme faille au niveau du Ministère de l’Intérieur par rapport à l’Interdiction de Sortie du Territoire prononcée contre la Conseillère spéciale auprès de la Présidence de la République, Claudine Razaimamonjy. Cette dernière a pu quitter le territoire malgache alors qu’elle est frappée par deux IST. En quelque sorte, le numéro Un du SMM soupçonne le département de l’Intérieur de n’avoir pas transmis auprès de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) la décision prise par le Procureur général près de la Cour d’Appel. Au cours d’une conférence de presse organisée dans son bureau à Ivato jeudi dernier, le Chef de la PAF, le Commissaire Lebiria Ruffin a esquivé la question concernant les deux IST contre Claudine Razaimamonjy. Il a juste encouragé les membres de la presse à vérifier l’information auprès du Ministère de l’Intérieur. D’après Fanirisoa Ernaivo, « l’ouverture d’une enquête est nécessaire justement pour découvrir la responsabilité de chaque entité concernée dans cette évasion, mais aussi pour identifier les véritables fautifs ».

Davis R

Midi Madagasikara132 partages

Fetin’ny Paska : Am-polony no maty, vokatry toaka ny ankamaroany

Azo lazaina ho tsy nandry andro tsy nandry alina ireo mpitsabo tetsy amin’ny sampana vonjy aina eo anivon’ny Hôpitaly Joseph Ravoahangy-Andrianavalona (HJRA), toerana izay natokana handraisana ireo niharam-boina rehefa fety toy ny Paska izay nakalazaina ny faran’ny herinandro iny. Maro dia maro tokoa ireo niharan-doza niditra teny an-toerana nandritra iny fety iny  raha nahatra 109 izany ny Alahady 16 aprily mandra-mariana ka 22 tamin’ireo no tsy maintsy naiditra hopitaly. Nanodidina ny 60 kosa ny  Alatsinainy hatramin’ny 5 ora teo ho eo ary 13 no tsy maintsy notazonina mba haraha-maso akaiky.

Raha teo amin’ny fahafatesana indray, tsy latsaky ny folo no niditra tao amin’ny tranom-paty ny Alahady sy ny Alatsinainy raha ny tranga hita tao amin’ity hopitaly ity, hatramin’ny omaly tamin’ny dimy ora hariva. Telo vokatry ny lozam-pifamoivoizana, ka ny iray voadonan’ny fiara teny an-dalambe, ny iray tapaka lalan-drà tampoka, ary iray navadiky ny fiarakodia tany amin’ny RN1. 5 izay mbola tsy fantatra ny fianakaviany, dia hiverina fa maty vokatry ny fisotroan-toaka ka vehivavy 27 taona ny iray. Iray namono tena nihinana fanafody famonona bibikely.

Amin’ny ankapobeny dia saika vokatry ny adiady sy ny fisotroan-toaka (56) ny ankamaroan’ireo marary tonga  tao amin’ity hopitaly ity ankoatry ny ny lozam-pifaoivoizana izay nahatra 16 , raha ny alahady fotsiny. Teo ihany koa ireo vokatry ny fihapoizinan’ny sakafo sy ny fikasana hamono tena izay tsy dia nisy firy loatra tamin’ity indray mitoraka ity. Tsy nisy kosa anefa ny trangana fihapoizinan’ny sakafo faobe izay mateti-pitranga amin’ny fety aman-danonana raha ny fanazavan’ny  Talen’ny HJRA, Pr Rakoto Alson Olivat.

Nambaran’ity tompon’andraikitra ity fa azo lazaina ho nihena ny isan’ny olona niditra teny amin’ny HJRA raha mihoatra ny tamin’ny taona 2016. Fihenana izay hiverina fa mety ho vokatry ny fitandreman’ny olona noho ireny fanentanana maro sy ny fanamafisana ny fitandroana ny filaminana sy ny fifamoivoizana nataon’ireo polisim-pirenena sy ny zandarimariam-pirenena nialoha, nandritra, taorian’ny fety ireny. Antotan’isa vonjimaika ihany anefa iny fa mbola tsy fantatra izay ho fivoaran’izany satria mbola eo ny fiafaran’ny tolakandro, ora fodian’ireo mpitsangantsangana.

T.M.

Midi Madagasikara132 partages

Pâques à Antsirabe

Période culte qu’est le week-end pascal à Antsirabe. « Autant dire vivre Pâques à Bira et mourir ! ». Cette fois-ci la fête était à son comble, petits et grands ont eu pour leur compte. D’ordinaire, si les grands partenaires tiennent à être présents pour faire de la capitale du Vakinankaratra , la ville du délassement. Les trois derniers jours de fête furent sans ambages marqués par le dynamisme de Comadis, concerts, animations et autres spectacles et comme summum les feux d’artifice n’ont fait que des heureux et beaucoup se souviendront de cette fête de Pâques à Bira de 2017 marquée par le sceau remarqué de la Rhumerie de l’Ile Rouge.

Jamais de l’histoire, la fête pascale dans la Ville d’Eau n’a connu un engouement pareil. Les organisateurs ont apporté chacun de leur côté leur touche personnelle mais le public est unanime à dire que les feux d’artifices projetés par la rhumerie de l’île rouge a été le clou du spectacle. Les milliers de gens ont été émerveillés puisqu’un tel divertissement ne se produise qu’une fois dans l’année, pendant la fête de l’indépendance. La représentation d’une demie heure a ravi petits et grands, les familles venues nombreuses de tous les coins de l’île pour fêter Pâques. Et ce n’est pas vraiment tout puisque cette année, l’organisation de Comadis a été digne d’un vrai festival. A l’intérieur de l’enceinte le Rêve, des milliers de gens ont été émerveillés par des artistes de renom tant locaux que nationaux ou internationaux  … et Rossy égal à lui-même en apothéose.

Les enfants surtout…

La fête n’est pas que pour les adultes. Les enfants aussi ont trouvé leur part de plaisir avec Clochette et compagnie.

 

« Dihan’i Mija » : çà marche partout !

Mija, celui qui a cartonné avec son « dihy » a encore une fois enchanté le public venu nombreux dans la capitale du Vakinankaratra.

 

 

 

 

 

Mafonja, roots à jamais

Mafonja a bien marqué son territoire, il reste le chouchou des Antsirabéens avec son « roots music »

 

 

Embouteillages habituels

A l’égal des autres années, les embouteillages habituels au rendez-vous. Mais cela n’a dérangé en rien les automobilistes avisés. Ils étaient en connaissance de cause. Paques à Antsirabe, c’est aussi çà ! 

 

 

 

 

Du cocktail à flots

Tex, le barman de la rhumerie de l’île rouge a toujours accroché plus d’un avec le mélange dont lui seul détient la formule.

 

Feux d’artifice presque comme les fêtes nationales

Une grande première sans nul doute. Des feux d’artifice ont été projeté durant la soirée de samedi. Et ce sont des produits pyrotechniques manipulés par des artificiers de l’armée qui ont été utilisés. C’était surtout le clou du spectacle puisque la projection pendant plus d’une demi-heure a émerveillé les millions de gens. Une oeuvre bien pensée par Comadis.

 

Rossy et son « tapôlaka »

Il a clôturé en beauté et de façon électrique la fête pascale. Rossy reste égale à lui-même pour faire vibrer le public et chauffer l’ambiance. Le froid hivernal n’a pas eu raison face au tapôlaka de l’artiste.

 

Karaoké

Antsirabe reste une source inépuisable de talents. Ses jeunes l’ont encore une fois confirmé durant le concours de karaoké organisé par Comadis.

 

 

 

 

 

Les églises investies par les chrétiens

Paques est avant tout une fête chrétienne. Il est tout à fait normal que les édifices religieux ont été remplis durant le dimanche pascal. Pour certaines églises, il a fallu plusieurs entrées pour que les fidèles puissent affirmer leur piété envers Dieu à l’occasion de Paques.

 

Monika Njava, cerise sur le gâteau

Accompagné du guitariste international Joël Rabesolo, Monika Njava a fait découvrir sa musique il faut dire hors-pair. Une chance pour les mélomanes de « la Palette ».

Dossier réalisé par D.R

Midi Madagasikara105 partages

La réaction du chef de l’Etat très attendue

On avait parlé d’un silence embarrassé du président de la République à propos de l’affaire Razaimamonjy. Mais plus le temps passe, plus on peut le qualifier d’ « étourdissant ». Le manque de réaction du chef de l’Etat paraît même suspect quand les voix de tous les côtés crient pour qu’il s’explique sur cette affaire qui écorne singulièrement la réputation de son équipe       .

La réaction du chef de l’Etat très attendue

Cela fait plus d’une dizaine de jours que l’affaire Claudine Razaimamonjy a éclaté et les preuves irréfutables qui ont été accumulées n’ont pas pu être réfutées par l’inculpée et ceux qui la soutiennent. Portée sur la place publique et suivie de près par une opinion se sentant partie prenante, elle n’a pas pu être étouffée. C’est en bénéficiant de complicités occultes, que la dame a pu se rendre à l’île Maurice. Le tollé suscité par cette évasion organisée et le soutien des représentants de la communauté internationale à l’action du Bianco ont mis le régime dans une position inconfortable. L’affaire commence elle aussi à faire grand bruit dans l’île sœur où l’opposition dirigée par Paul Bérenger demande des comptes à son gouvernement. A Madagascar, les prises de position se multiplient et cette unanimité des membres de la société civile laisse peu de chance de voir Mme Claudine rester bien à l’abri là où elle se trouve. La contre-attaque, si on peut la qualifier ainsi, a eu lieu dans la presse soutenant le régime qui critique les membres de la communauté internationale, en parlant de leur manque de réaction lors d’un détournement à la banque centrale de Manakara en 2007 et en leur reprochant d’attaquer le président de la République. On serait tenté de dire que le chef de l’Etat n’a pas besoin d’esquiver les questions que tout le monde lui pose et qu’il est temps de faire face à la situation. Plus le temps passe, moins il lui sera loisible d’escamoter une vérité qui est en train de saper la confiance qu’il avait tant bien que mal réussi à installer. Comment va-t-il réussir à se tirer de ce guêpier où il est en train de se fourrer ?

Patrice RABE

Tia Tanindranaza104 partages

Ravalomanana tany MorondavaNanentana ny olona handray andraikitra

Efa tena henjana ny asan-jiolahy sy ny tsy fandriampahalemana any amin’ny faritra Menabe.

RTT

Midi Madagasikara96 partages

Toamasina : Nifandona ny pôlisy sy zandary

Na miteraka lonilony eo amin’ny zandary sy ny polisy aza ilay fidarohana polisin’ny UIR manao ny asany sy fanamiana ara-dalana, nataona zandary roa lahy “tsy nazava” tao Ampasimazava Toamasina, dia fantatra izao araka ny fifandaminana tamin’ilay polisin’ny UIR naratra sy ireo zandary nidaroka ary ny samy lehiben’ny andaniny sy ny ankilany dia tsy hitory ny tenany, saingy mametraka “fiandry” kosa. Raha hiveranana ny nahatonga ny zava-niseho dia nisy ireto zandary roa lahy tsy nanao fanamiana, sy tsy nisy ilay “Badge” efa nambaran’ny komandan’ny fari-piadidian’ny zandary Toamasina tsy maintsy eny amin’ireo zandary mamita ny asany, ary tsy nanana ny taratasy famitana hirana ihany, hitan’ireto polisy ny UIR nanomboka teo Mangarivotra nefa mitondra basy an-tsikinany. Narahan’izy ireo maso hatrany ny Dia nataon’izy roa lahy ireto ary tonga tao Ampasimazava ny hafarany ary nijanona teo akaikin’ny banky iray ao an-toerana. Teo no nahamailo ireto polisy ny UIR ka nisava sy nanontany azy ireo, koa nandritra izay no nilazan’izy ireo fa zandary izy roa lahy. Raha nilaza ny hitondrana azy hanaovana famatarana teo anivon’ny toby na zandary anefa ny polisy dia nanomboka teo ny daroka sy ny fisintonana ny basy kalaky tany amin’ilay polisy nanontany sy nisava azy roa lahy. Nanomboka teo ny sakoroka ary ny fahatongavan’ireo polisy sy zandary izay samy niantso ny ekipany ny andaniny sy ny ankaliny no vao maika saika niteraka fifampitifirana. Nilamina ihany ny raharaha raha samy nandamina ny ekipany ny lehiben’ny zandary, sy ny talen’ny polisy, ary nasaina “niaiky ny helony” ireo zandary roa lahy…

Malala Didier

Midi Madagasikara94 partages

Le Carat : Une visite surprenante au parc Gasikara

A quelques kilomètres de la ville en prenant sur la RN7, l’hôtel Le Carat offre un vrai dépaysement en plein Tanà. Le cadre est calme, pittoresque, avec comme petit bijou un petit îlot qui fait office de musée à ciel ouvert. Le parc s’appelle Gasikara, et vaut le détour, au bord d’une petite vedette qui traverse tranquillement le lac. Et la découverte commence. Un petit museum qui raconte les principaux « Rova » du royaume Merina : une maquette pour montrer la beauté de ces bâtisses, avec un historique de chacun de ces palais. Il y a celui de Manjakamiadana, incontournable, mais aussi Antsahadinta, Ambohimanga et bien d’autres. Puis, place à des objets du quotidien de diverses ethnies. On retrouve les « lamba », ou « kisaly », ou « salovana »… Bref, ces lambeaux de tissus qui servent de vêtements aux Malgaches. Des chapeaux de paille, puisqu’on ne porte pas les mêmes chapeaux dans les différentes régions de l’île, et les perles, qui occupent une place importante dans la culture malgache. Et bien sûr, les instruments de musique traditionnelle qui font la richesse et la variété de la musique malgache.

Lémuriens. La visite se poursuit ensuite sur une ballade à travers un plan de  Madagascar où se trouvent les faunes de chaque province, avec une réplique des maisons traditionnelles de chacune d’entre elles. La visite guidée est empreinte de la passion des propriétaires des lieux, qui a tout construit de son propre chef depuis le début des années 2000. Et le résultat est fabuleux. Vient ensuite le moment tant attendu des visites des lémuriens. Plusieurs espèces y vivent, et son apparemment déjà très habitués à rencontrer les hommes, car les plus malicieux n’hésitent pas à faire quelques sauts périlleux, comme pour impressionner les visiteurs. A part les diverses espèces de lémuriens, il y a également des oies, des faisans, des tortues…

Outre la visite du parc, le Carat a d’autres attractions. Hier, à l’occasion du lundi de Pâques, le restaurant, qui a proposé un grand buffet, a affiché complet. Avec le groupe Voninavoko à l’animation, la journée a été tout simplement remarquable !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara92 partages

Fanondranana olona any Kweit : Vehivavy 8 sarona teny Antsahameva, niaraka tamin’ny lehilahy iray atidoha...

Saron’ny polisy avy amin’ny polisy teny Antsahameva-Ankatso, ny 14 Aprily teo ny lehilahy iray atao hoe Moustapha, voalaza fa mikasa hanondrana vehivavy hiasa any Koweit. Ity firenena ity izay  isan’ireo firenena arabo voararan’ny Fanjakana Malagasy ny fandefasana olona hiasa any, indrindra ireo vehivavy. Voasambotra niaraka tamin’ity lehilahy ity ihany koa ireo vehivavy 8 izay saika haondrana ka avy any amin’ny Faritany avokoa izy ireo.

Araka ny fanazavana, fanomezam-baovao avy tamin’ny tsara sitrapo voarain’ny sampamana misahana ny fanadihadiana manokana sy ny ady amin’ny hosoka amin’ny antontan-taratasy (SCELFD) milaza ny fisian’ity tambazotra ity no nahazoana izao vokatra izao. Araka ny fanadihadiana natao tamin’ireto olona ireto no nahalalana fa ity lehilahy ity no hikarakara ny “passeport”, ny certificate de moralité sy ny antontan-taratasy rehetra hahazoan’ireto olona ireto hivoaka an’i Madagasikara. Izy ihany koa no hiantoka ny saran-dalan’ireo vehivavy ireo, izay marihina fa vao eo amin’ny 25 taona ny zokiny indrindra.

Hosandan’izany kosa anefa, tsy mandray karama mandritra ny 5 volana ireo vehivavy ireo rehefa tonga any Kweit fa tsy maintsy alefa amin’ity lehilahy ity izany. Manarak’izay, tsy maintsy manao fifanarahana antoka trano na tany amin’i Moustapha izy ireo mba hiantohana fa tsy maintsy handefa io karama.

Fantatra ihany koa fa efa manana Agence miara-miasa aminy any ivelany ity lazaina fa mpanondrana olona ity. Izany Agence de placement izany no manome azy 2 tapitrisa ariary isaky ny vehivavy iray voaondrana no raisina amin’io Agence io. Toa manaporofo izany ny nahitana vola 17,8 tapitrisa ariary sy taratasy fanamarinana fandraisam-bola tamin’ny Western Union tao aminy rehefa nosavaina ny tranony. Tratra tao ihany koa ny antontan-taratasy maro (certificat de residence sy certificate de scolarité mbola tsy feno (vierge) ary fitombokasem-panjakana maro.

Toy ireo lehilahy roa mpiasana minisitera no atidoha tratra saika hanondrana vehivavy roa ho any Kweit, ny 11 Aprily lasa teo , mampiasa Facebook ihany koa i Moustapha mba hitadiavany ny olona hokarakarainy.

Efa Natolotra ny Fitsarana ny Asabotsy lasa teo ireto olona valo ireto.

T.M.

Midi Madagasikara77 partages

Port Bergé : Des entreprises portent plainte contre le maire

Le Tranompokonolona qui a fait l’objet de litige.

Les entreprises EBTP et ERM, sises à Port Bergé ont porté plainte contre la maire Fiarema Adolphe de cette localité. Raison évoquée par la société EBTP, elle n’a pas encore perçue la somme 127 858 907 ariary qui lui est due notamment pour la réhabilitation du Tranompokonolona, et ce, suivant la convention n°11-2015/MID/SG/DGD/DCFE du 22 mai 2015. Même topo pour la société ERM qui a également porté plainte à l’encontre de ce maire qui n’a pas encore ordonné le paiement de la somme de 70 500 000 ariary à l’endroit de cette société, notamment pour  l’équipement mobilier de ce Tranompokonolona, et ce, suivant, la convention n°12-2015/MID/SG/DGD/DCFE du 22 mai 2015.      

Recommandation. Ces entreprises déplorent ainsi qu’elles ont déjà eu des entretiens avec le maire portant notamment sur le mandatement des dites sommes et que ce dernier ne s’y est pas opposé mais jusqu’à preuve du contraire, elles n’ont pas encore eu gain de cause. Elles ont ainsi tenu à souligner qu’il y avait eu une recommandation pour mandatement de services faits relatifs à la réhabilitation et l’équipement mobilier du Tranompokonolona de la commune urbaine de Port Bergé le 20 septembre 2016, adressé au maire mais ce dernier ne l’a pas exécuté. De son côté le HVM Port Bergé d’enfoncer le clou en affirmant que la motion de suspension de Fiarema Adolphe initiée par les conseillers municipaux est fondée. Ce parti présidentiel approuve ainsi la décision prise par le pouvoir central de suspendre le maire actuel de ses fonctions.

Recueillis par Dominique R.

News Mada70 partages

Lundi de Pâques : piqueniquer avant tout

Moyens ou pas, beaucoup de Tananariviens ont tenu à sortir pour piqueniquer le Lundi de Pâques. De bon matin, tous les axes des routes nationales ont été encombrés, en particulier les RN1, RN2 et RN7, sans oublier le By-pass.

Les coins et recoins des périphéries de la capitale ont grouillé du monde et de voitures, où le moindre espace de verdure et d’ombrage a été pris. Les différents spectacles organisés dans divers endroits de la capitale ont également drainé la foule et du coup, les taxis-be ont été pris d’assaut.

Si les adultes ont préféré se prélasser à l’ombre sous des chapiteaux improvisés, ou encore former des cercles pour discuter autour d’un verre, les plus jeunes, ainsi que les enfants, ont profité au maximum de ce grand espace mis à leur disposition. Les divertissements ont varié, allant des jeux de société aux sports collectifs comme le mini-foot ou la pétanque, intercalés de goûters et de grillades.

Les ruraux ont également eu leurs loisirs. Les femmes et les plus jeunes se sont occupés de la vente de leurs produits locaux, quant aux hommes ainsi que les vieillards et les enfants, ils ont choisi les hauteurs pour contempler d’un œil curieux cette ruée de citadins. Cela, tout en savourant en même temps leurs propres pique-niques. Le choix d’un bon endroit étant à leur avantage pour cause de proximité.

Une opportunité de revenus pour d’autres

Des marchands d’occasions se sont manifestés un peu partout durant le Lundi de Pâques. Un phénomène qui n’est pas tout à fait nouveau sauf qu’il a attiré beaucoup d’adeptes. En effet, des familles se sont emmenées en voiture avec leurs enfants dans les lieux de pique-nique, laissant la garde de ces derniers aux plus aînés ou à une proche ou une nurse. Leur système est d’ouvrir la malle de leur voiture et d’étaler les boissons et victuailles, comme les brochettes et poulets grillés, dans le but de faire un peu de bénéfice, un geste tout à fait propice en cette période difficile.

Certains taxis-be ont également joui de cette  opportunité. Des associations publiques, privées et cultuelles ont profité de cette journée pour se retrouver ensemble accompagnées de leurs familles respectives. Dans la plupart des cas, elles ont loué ces moyens de transport au détriment des usagers quotidiens.

« Nous préférons de loin être en location plutôt que de subir les embouteillages et les sanctions des agents de la circulation qui ne sont pas tendres en de tels moments », a indiqué un chauffeur. Quant à ceux qui n’ont pas pu trouver preneur, en particulier ceux qui desservent les axes de la périphérie de la capitale, ils ont doublé les frais au grand dam des passagers. Leur effectif très réduit étant à leur avantage.

Sera R

 

Tia Tanindranaza70 partages

Fitondrana HVMTsy misy ilana azy intsony

Tsy tongatonga ho azy ny nisamborana an-dRtoa Claudine Razaimamonjy fa tsy maintsy nisy ny hery ambadika manohana sy mandrisika ny Bianco sy ny Sendikan’ny Mpitsara (SMM),

  izay mety ho ny sehatra iraisam-pirenena sy ireo firenen-dehibe toy ny Frantsay sy ny Amerikanina, raha ny fandalinana ny zava-miseho ankehitriny. Mahalasa saina ny mpanara-baovao ihany mantsy hoe nahoana no izao vao sahy nanao izany ity birao mahaleotena misahana amin’ny ady amin’ny kolikoly ity na dia efa ela ihany aza no nalaza ny raharaha Claudine Razaimamonjy, toy ilay resaka kolikoly mitentina 390 tapitrisa tany Ambohimahamasina, izay efa nampiantsoan’ny Bianco azy ny volana novambra 2016, saingy tsy norarahiany. Niala maina ny Bianco tamin’izay, tsy sahy nisambotra, ka dia nambara ho efa any amin’ny fitsarana ny raharaha fa efa vita ny fanadihadian’ny Bianco, kanefa tsy nisy mihitsy ny raharaham-pitsarana taorian’izay, raha toa ka mampiaka-peo ny Sendikan’ny Mpitsara (SMM) amin’izao fotoana izao.

NIJABAKA NY HVM ?

Tafavoaka soa aman-tsara any ivelan’i Madagasikara i Claudine Razaimamonjy ary misy manampahefana tompon’antoka tamin’ny fampitsoahana azy. Azo natao ny nisakana izany saingy toa navela mihitsy mba ho hitam-poko hitam-pirenena fa ny fitondrana Rajaonarimampianina dia mampihatra ny fanjakan-jiolahy sy ny tsy maty manota ary ny tany tsy tan-dalàna. Mihevitra fa mbola mafy sy tsy azo hozongozonina, ary manantena fa hilamina tanteraka ny raharaha ary hangina vao votsotra ity mpanolotsain’ny filoha ity. Tafajabaka anaty kizo anefa ny HVM ankehitriny, ary nangina sy tsy nandresenesam-peo, taorian’iny fampitsoahana efa voaomana iny. Nihetsika avy hatrany ireo rafi-panjakana sy sendika isan-karazany, izay miha mitombo hatrany, ary efa tena manameloka ny fitondrana. Azo adika izany fa efa miady amin’ny rafi-panjakana isan-tsokajiny sy ny sendika ny fanjakana foibe. Mandeha ny resaka fa efa manomboka mikisaka eny amin’ny Antenimieram-pirenena ihany koa ity resaka ity. Voalaza fa ao an-damosin’ny raharaha hatrany ny sehatra iraisam-pirenena, ka mitana anjara toerana betsaka amin’izany ny Amerikanina sy ny Frantsay. Raha dinihina dia ratsy fifandraisana amin’ireo firenen-dehibe ireo ny fanjakana Rajaonarimampianina. Ireto farany tsy manome vola noho ny kolikoly eto, ka manomboka mitady lalana amin’ny Sinoa sy ny Arabo ary ny firenena tatsinanana toa an’i Tiorkia izay ratsy fifandraisana amin’ny tandrefana. Tratry ny ankivy ny fitondrana Rajaonarimampianina, ary mety ho kihon-dalana mizotra any amin’ny fandrodanana an-kolaka ny fitondrana HVM, izay izao zava-misy izao.

Toky R

Midi Madagasikara70 partages

Ambositra : Mpifaninana ho zandary roa maty nandritrA ny fifaninanana

Mafy loatra ve ny fitsapana ara-batana ireo mpiadina? Mpianatra ho zandary roa, ny marimarina isan’ireo mpifaninana hiditra ho andiany faha-71 eo anivon’ny sekolin’ny zandarimaria ao Ambositra no namoy ny ainy nandritry ny fihodinana faharoa dia ny fitsapàna ara-batana izany. “Ny 14 aprily teo, tokony ho tamin’ny 10 ora sy sasany, nandritry ny taranja hazakazaka no tsy nahatsiaro tena tampoka ny mpiadina lehilahy iray antsoina hoe Randriamahazo Ulrich Edith rehefa nahavita ny taranja 1000m (…) toy izany ihany koa, rehefa tokony ho tamin’ny  telo ora tolakandro dia nisy mpiadina lehilahy hafa indray antsoina hoe Fanomezantsoa Herman Christophe izay torana taorian’ny hazakazaka hatrany” raha araka ny fampitam-baovao ôfisialy avy tamin’ny zandarimarim-pirenena. Ho an’ilay voalohany dia nohazavain’ny sampana seraseran’ny zandary hatrany fa “taorian’ny fizahana maika nataon’ireo dokotera teo an-kianja ihany dia nalefa teny amin’ny hopitalin’Ambositra izy io,  nividianana ireo fanafody rehetra nosoratan’ny mpitsabo tao, kanjo tsy tana ny ainy rehefa tokony ho tamin’ny 12 ora ». Ho an’ilay olona faharoa kosa dia « teny amin’ny hopitalin’Ambositra izy no namoy ny ainy na dia efa nanaovana ny famonjena rehetra tokony ho natao taminy aza izy teo an-kianja ka hatreny amin’ny hopitaly ».Fanehoan-kery diso tafahoatra no nitarika ny fahafatesan’ireo tanora ireo, rehefa nozahana ny razana. Nisy ny fizaham-pahasalamana talohan’ny fifaninana ary  tomombana afaka manao ny adina ara-panatanjahan-tena izy ireo. Mpitsabo dimy sy mpitsabo mpanampy maro no eo an-kianja mandritra ny adina, hoy ny zandary. Na izany aza, raha mpiadina roa no indray namoy ny ainy ao anatin’ny fifaninanana iray, mipetraka ihany ny fanontanina , sao mba mafy loatra ny fisapana ara-batana ?

D.R

Tia Tanindranaza68 partages

Fanondranana olona mankany Koweit9 mianadahy nampidirina am-ponja

Nalefa vonjimaika eny am-ponja ny sabotsy teo ireo olona sivy mianadahy tra-tehaka nanondrana olona an-tsokosoko hiasa any Koweit. Raha tsiahivina, lehilahy iray antsoina hoe

Pati

 

Midi Madagasikara66 partages

Communiqué de Presse : Français du Monde Madagascar condamne avec force les enlèvements de citoyens Fran...

L’enlèvement d’un jeune adolescent français, élève du lycée Français de Tananarive (LFT), mardi 11 avril, à l’arrêt d’un point de ramassage scolaire, devant ses camarades, est venu ponctuer outrageusement la dérive constatée depuis plus d’une année. La liste déjà trop longue des enlèvements ne cesse, en effet, de s’accroître dans la violence.

Français du Monde Madagascar (FdMM) est intervenu, à plusieurs reprises, auprès des autorités Françaises, à Madagascar et à Paris, pour s’inquiéter d’une situation qui s’enracine très dangereusement. FdMM remercie les autorités malgaches pour leur mobilisation et leurs efforts concernant la lutte contre ces faits de caractères mafieux et criminels qui fragilisent la présence de la communauté française dans la grande île.

Français du Monde Madagascar adresse à la famille victime de cet acte barbare son soutien et son entière solidarité. FdMM condamne avec force ces enlèvements qui prennent pour cible des entrepreneurs français impliqués dans le développement de la Grande île. FdMM prendra ses responsabilités face à cette situation.

Le Président de Français du Monde MadagascarJean-Daniel Chaoui

Madagascar Tribune48 partages

L’opposition mauricienne demande des comptes

L’affaire Claudine Razaimamonjy continue de faire des vagues jusqu’à l’île Maurice voisine. Après les citoyens et hommes politiques de l’opposition malgache, c’est au tour de l’opposition mauricienne de monter au créneau. Au cours de la conférence de presse hebdomadaire du parti, Paul Bérenger, chef de file du Mouvement Militant Mauricien (MMM), parti de l’opposition mauricienne demande des comptes à l’Exécutif mauricien. « Qui a accepté de faire entrer à l’île Maurice cette dame qui s’est soustraite à la justice malgache ? demande le politicien. Comment se fait-il que malgré son interdiction de sortie du territoire (IST) émise par la justice malgache, elle a quand même pu entrer à l’île Maurice ? » demande le leader de MMM. Paul Bérenger a brandi les journaux quotidiens malgaches qui mettent à la Une l’appui de la communauté internationale à l’endroit du Bianco (Bureau indépendant anti-corruption) et l’attitude du régime mauricien qu’il estime contraire à la ligne de conduite de cette communauté internationale en faisant entrer sur le territoire mauricien la fugitive malgache. Les responsables mauriciens qui ont permis l’entrée de cette dame se disent en plus n’être au courant de rien, selon l’opposant, ni la police des frontières, ni les douanes, ni personne. Au mieux, ils n’ont pas fait correctement leur travail, au pire ils sont complices constatent les opposants mauriciens.

A Madagascar, les responsables de la PAF (Police de l’air et des frontières) d’Ivato se défendent d’être complices de l’évasion organisée de la célèbre milliardaire. Pour eux, il s’agit d’une évacuation sanitaire avec des documents complets à l’appui et surtout il s’agit d’une assistance de personne à danger, IST ou non. La PAF n’a pas voulu répondre à la question sur la réception ou non des IST à l’encontre de la dame Claudine Razaimamonjy.

Midi Madagasikara44 partages

THB tour : Week-end de Pâques très festif à Antsirabe !

Nina’s au THB Tour.

Pendant trois jours successifs, les 15, 16 et 17 avril,  Antsirabéens et vacanciers ont mis de côté stress et problèmes pour profiter pleinement de cette ambiance de fête au rythme du « Soa ny fiarahantsika ». Monsieur Soleil a d’autant plus honoré la ville de sa présence.

Tout le monde semble s’être donné le mot ! Les fêtes de Pâques, c’est à Antsirabe. Dans un joli brouhaha où se mêlent les odeurs de maskita et de barbe-à-papa,  les gens vont et viennent.  Une forte musique ici, de grandes animations avec de jolies hôtesses en combi-short sprite là, des vendeurs qui préparent déjà les « maskita » pour la soirée, des amis qui s’attablent et se retrouvent autour d’une grande girafe applaudissant un des membres du groupe jouant les stars sur scène avec un titre bien connu de Samoela. Tout autour les autos tamponneuses, manèges, trampolines, chevaux de bois… et bien sûr les dizaines de stands aux couleurs de THB. Ici, on emmène ses enfants se faire dessiner le visage par des spécialistes de la face painting. Là, certains se mettent à courir partout, ne sachant pas quel choix faire, s’attardent autour de cette scène au milieu des diverses animations. Ils apprécient la prestation de ces groupes de danseurs qui se défilent sur scène. Ce samedi-là se tenait effectivement le concours de chorégraphie  qui a finalement été remporté par Ultimate 110. Pas de doute, on est bel et bien à Antsirabe, un week-end de Pâques.

« Show » devant. Les journées sont animées. Les soirées ne le sont pas moins. On est samedi. Il est 19 heures quand l’équipe d’Arnaah s’installe et se prépare à mettre le feu. Dans sa longue robe rouge avec fente dévoilant de très belles et fines jambes, la chanteuse se met à danser au rythme de ses titres enjoués. Le public ne perd ne serait-ce qu’une miette du show. Quand Arnaah change de registre et entonne un slow langoureux, les spectateurs, jouent les chœurs. Big MJ succède à sa moitié. L’ambiance est tout autant enflammée. L’interprète de « Ataoko akory », fait même monter des spectateurs sur scène pour danser avec lui. La température a monté d’un cran. Avec ses plus grands tubes, Nina’s a fait danser les milliers de personnes présentes le soir de dimanche. Pit Leo et Mr Sayda, eux, ont été à la hauteur de leur renommée. Avec Lôla comme affiche, l’ambiance ne pouvait être qu’au rendez-vous. En showman, le chanteur a effectivement enflammé la scène de la Gare hier. Une clôture en apothéose. Avec plus de 100 000 personnes au rendez-vous cette année, THB tour à Antsirabe a une fois de plus réussi son pari.Mahetsaka

Midi Madagasikara43 partages

BFV Société Générale : Appui au secteur privé pour le renouvellement des outils industriels

Bruno Massez, le PDG de la BFV Société Générale et Fredy Rajaonera, le Président du SIM sont tous deux convaincus du rôle primordial de l’industrie dans la relance économique de Madagascar.

Les engagements se concrétisent incontestablement en ce qui concerne la volonté de la BFV Société Générale d’assumer son rôle d’acteur majeur dans le développement économique du pays

L’industrie est un important moteur de la croissance économique. La BFV Société Générale prend au sérieux cette réalité et n’a jamais cessé d’œuvrer pour le développement industriel en étant toujours aux côtés du secteur privé.

Business Breakfast. C’est justement dans cette perspective de croissance industrielle que la banque organise régulièrement des rencontres avec le secteur privé. Jeudi dernier la BFV Société Générale a convié le Syndicats des Industries de Madagascar (SIM) à un Business Breakfast à l’Ibis Hôtel. Une rencontre d’une grande importance dans la mesure où c’était l’occasion pour la banque d’exprimer sa volonté d’appuyer les opérateurs économiques dans le processus de renouvellement de leurs outils industriels. « Dans le contexte actuel, la modernisation des outils industriels est devenue une nécessité pour permettre aux entreprises d’être plus compétitive » a déclaré Bruno Massez, Président Directeur Général de la BFV SG. Et c’est justement pour appuyer cette modernisation de l’industrie que la BFV propose, parmi ses nombreuses offres des produits bancaires spécifiques. « Ce sont des offres adaptées aux besoins des entreprises » a-t-il précisé.

Véritables partenaires. « Vos ambitions grandissent, notre engagement vous suit » Tel était, d’ailleurs le message principal qu’a adressé la BFV -SG aux entreprises que la banque considère, non pas comme de simples clients, mais de véritables partenaires. Confirmant plus que jamais son statut de banque relationnelle de référence et de proximité,  l’établissement bancaire a ainsi réservé aux membres du SIM un accès privilégié à ses services pour leur apporter conseils et expertises. Et ce, pour les aider notamment à faire croître leurs projets, à être à la hauteur de leurs ambitions ; pour répondre à leurs besoins de financement. Bref pour construire des solutions qui permettront aux entreprises de réussir au mieux leurs activités. Pour concrétiser justement cet objectif ambitieux la BFV Société Générale et le SIM ont signé une convention de partenariat. Fredy Rajaonera, le Président du SIM a exprimé sa disposition à œuvrer ensemble avec la banque pour réaliser cet objectif de développement industriel. « La BFV Société Générale a toujours contribuer à la relance des entreprises et elle continue encore de le faire » a déclaré le Président du SIM. Le SIM qui est une entité incontournable du développement industriel quand on sait qu’il regroupe plus de 80 membres répartis dans 10 branches d’activités essentielles pour le tissu industriel malgache.

R.Edmond

Midi Madagasikara37 partages

Lundi de Pâques : C’est la fête partout !

Arnaah partout ! A en croire l’affluence dans tous les spectacles qui ont été organisés durant le lundi de Pâques, on pourrait penser qu’il n’y avait plus personne à la maison. En tout cas, les artistes ont donné un spectacle digne des grands stades, partout où ils étaient. Car plusieurs d’entre eux ont du assurer plusieurs concerts dans divers endroits. C’est le cas d’Arnaah, ici, qui n’a pas manqué de plaire au public autant par sa musique que par son style vestimentaire.

Tif à Tif, en bon girl’s band. Au stade Maki d’Andohatapenaka, le groupe Tif à Tif a offert un vrai régal au public venu les applaudir. Elles ont partagé l’affiche avec d’autres stars malgaches, et ont apporté la touche rock et groove en ce lundi de Pâques. Chorégraphie à la girl power, et en bon girl’s band qu’elles sont, les deux membres, accompagnées de tout un staff, ont plu au public !

Tence Mena, une bête de scène. Une Tence Mena à Antanimenakely, c’est une autre Tence Mena qui est à Alarobia. Non, la diva ne s’est pas clonée, mais a tout simplement assuré les deux prestations qu’elle devait faire hier. Le public ne cesse d’acclamer cette véritable bête de scène, qui sait faire danser et faire chauffer l’ambiance où qu’elle aille. Le public est tout simplement sous son charme.

Shyn, au coliseum. Dans un coliseum plein à craquer, les artistes défilent, et l’ambiance est à son comble. Les artistes proposés par les organisateurs sont ceux qui inondent les radios et les télés, si bien que le public a répondu massivement à l’appel. Shyn, originaire de Toamasina, a apporté une touche soul et r’n’b dans ce grand concert de la musique tropicale. Et le chanteur a été fortement acclamé !

Anjara Rasoanaivo / Photos : Nary R

Midi Madagasikara36 partages

Réponses post-cycloniques : Ambatovy apporte sa contribution

Vue aérienne lors du survol des zones touchées par le cyclone.

Six semaines qu’Enawo a quitté Madagascar, les réponses post-cycloniques battent encore leur plein. Pour accompagner le relèvement des communautés locales dans ses zones d’intervention, Ambatovy a consacré 600 millions Ariary soit 200 000 USD provenant de son Fonds d’investissement social.

Toamasina fait partie des zones les plus gravement touchées par Enawo. 2 371 litres de gasoil et une tractopelle ont été offerts au CRGRC de Toamasina pour faciliter le dégagement des routes. Les travaux d’assainissement des canaux de canalisation du grand port seront également financés par Ambatovy. Quatre EPP du district de Toamasina II bénéficieront aussi du projet de réhabilitation, à savoir : l’EPP d’Antsirabe II, l’EPP d’Ambodibonara, l’EPP de Tananambo et enfin l’EPP d’Ambatorao.

Brickaville. Des infrastructures sanitaires opérationnelles étant essentielles au relèvement des populations vulnérables, le CSB 1 de Ranomainty sera réhabilité à Brickaville. Par ailleurs, Ambatovy financera la réhabilitation d’une infrastructure scolaire, en l’occurrence celle du Collège d’enseignement général (CEG) de Ranomainty. En guise de rappel, Brickaville a déjà bénéficié des aides d’urgence, dont : 80 sacs de riz, 2 400 litres d’huile et 20 fûts d’une capacité de stockage de 20 000 litres d’eau potable. Des camions servant à enlever les débris laissés par Enawo y sont également disponibles. Pour rentabiliser le nettoyage de Brickaville en faveur de la population locale des travaux de Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO) y sont mis en place, comme c’est le cas dans le district de Moramanga et dans le village d’Anivorano.

Moramanga. Andasibe fut la zone la plus touchée dans ce district, raison pour laquelle sa mairie fera l’objet d’une réhabilitation. D’autant plus qu’Andasibe est un site stratégique pour l’éco-tourisme. Concernant le volet éducation, les EPP d’Ambavaniasy, d’Antanambao et d’Androfia retrouveront une seconde jeunesse. Les infrastructures sanitaires, essentielles, ne sont pas en reste : les CSB de Beforona et d’Ambatovola seront fonctionnels sous peu. Ambatovy a également offert trois tonnes de riz pour amortir les pertes induites par les récoltes ravagées dans la zone. Si les réponses cycloniques semblent si bien coordonnées, c’est parce qu’un survol de reconnaissance au-dessus des zones sinistrées à bord de l’avion d’Ambatovy le long de la RN2, entre Moramanga et Toamasina a été effectué en amont. Il a permis l’évaluation des dégâts et la nature des aides et des actions à déployer. 80 employés du projet minier ont également participé activement à l’assainissement et aux travaux de désenclavement à Fanandrana et Vohitrambato.

Luz R.R

Midi Madagasikara28 partages

TAEKWONDO / OPEN SONRANG : 250 combattants présents

La rencontre inter club organisée par Sonrang Taekwondo Club ce samedi 15 avril au gymnase Ankatso fut un franc succès. Inauguré le 11 février 2017 mais ayant vu le jour en juillet 2015, le club de Deborah Rasolofo promet.

Sous l’encadrement de Me Narinja Ramanantsoa ainsi qu’avec les interventions de Me Roty Randriamandrato (vice-président de l’African Taekwondo Union), Me Lee, Me Won, les échanges ont été très riches. En tout, il y eut la participation de 11 clubs dont 9 d’Antananarivo et 2 de Toamasina avec la présence effective de 250 athlètes. Sur les 4 aires de combats mis en place, Me Roty a dirigé l’entraînement d’ensemble avec plusieurs maîtres de salle. Les combats individuels et par équipe de poussin, minime, cadet, junior jusqu’à senior dame et homme ont pu mobiliser les clubs qui ont vraiment envie de participer à des compétitions nationales et internationales. « Ils commençaient à être déçus de l’absence d’activité depuis 2015 et se tournaient vers d’autres disciplines, comme le kickboxing qui participe régulièrement à tous les championnats internationaux et qui obtenait des résultats (champion d’Afrique, champion du monde) avec un président et un DTN actifs et motivés » a déclaré la responsable du jour, Deborah Rasolofo, présidente de Sonrang taekwondo. Pour continuer « ce n’est qu’un début et tous les clubs sont motivés à poursuivre la renaissance du taekwondo à Madagascar après plusieurs années de disette. Deux ans sans compétition de la fédération et sans sortie à l’extérieur et une année 2016 année blanche. Le taekwondo malagasy souhaite vraiment exister sur le plan international en participant à tous les évènements ».

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara24 partages

Teknet Group : Les solutions Evolis sous toutes les coutures

Johanne Raharinosy, DG de Teknet Group.

Intégrateur de solutions matérielles et logicielles allant du conseil à la vente directe ainsi qu’à la formation jusqu’au support et SAV, Teknet Group est devenu leader dans son domaine

Teknet Group joue la carte de la transparence, et de la promotion à travers un contact direct avec le public utilisateur qu’ils soient professionnels ou particulier. C’est dans cette perspective en effet que Teknet Group organise du 20 au 21 avril, les journées portes ouvertes autour des solutions Evolis

Leader mondial. La manifestation qui aura lieu à l’Hôtel Colbert permettra au public de découvrir Evolis le leader mondial des systèmes de personnalisation et d’impression décentralisée pour cartes plastiques. Une aubaine pour les actuels et futurs utilisateurs, puisque dans le cadre de ces journées portes ouvertes, et à travers Teknet Group, Evolis présentera, pour le première fois à Madagascar, une gamme complète d’imprimantes de cartes qui répondent aux besoins des acteurs du secteur privé. Le secteur bancaire sera également bien servi avec les solutions dédiées aux marchés bancaires et gouvernementaux lors de ces deux journées portes ouvertes. Une occasion, en somme, pour les entreprises de découvrir l’efficacité et les avantages des nombreux services et produits d’Evolis, une société française qui développe des solutions d’identification sur cartes plastiques. Des solutions qui permettent, par exemple de délivrer instantanément des cartes personnalisées, encodées et sécurisées pour tous types d’application. Les cartes Evolis sont des merveilles technologiques dans de nombreuses applications comme les cartes nationales d’identité, les cartes de paiement, les badges d’accès sécurisés, les permis de conduire et même les cartes d’électeur.

140 pays. Evolis, leader mondial, conçoit, fabrique et commercialise une gamme complète de solutions de personnalisation pour cartes plastiques. Les imprimantes Evolis intègrent toutes les options nécessaires à la personnalisation graphique, magnétique et électrique (carte à puce, avec et sans contact – technologie RFID) de tous types de cartes (cartes nationales d’identité, cartes bancaires, badges employé, cartes d’étudiant, etc.). Evolis commercialise également un large éventail de produits et services en vue de l’identification des personnes et des biens : des logiciels applicatifs pour la personnalisation de cartes via sa filiale cardPresso, une gamme complète d’accessoires pour cartes au travers de sa filiale Sogedex Accessories, ainsi que des tablettes de signature et des services. Basé à Angers, avec des filiales à Miami (Etats-Unis), Singapour, Bombay (Inde) et Shanghai (Chine), Evolis est coté à la bourse de Paris (Alternext) et a réalisé un chiffre d’affaires de 76,9 millions d’euros en 2016. Le groupe emploie plus de 300 collaborateurs et commercialise ses solutions dans 140 pays à travers le monde.

Applications gouvernementales. En Afrique Evolis domine également le marché, notamment dans le secteur des cartes gouvernementales. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : 65,2 millions de cartes smart livrées par an en Afrique pour des applications gouvernementales. En Tanzanie, en 2015, lors des élections présidentielles et législatives, afin de garantir la plus grande transparence pour cet événement politique majeur, la Commission Electorale Nationale (NEC) a été chargée de recenser la population en âge de voter estimée à 23 millions d’individus, sur une population totale de 48 millions. d’habitants. Pour ce contrat, le plus important jamais signé par un constructeur d’imprimantes à cartes, plus de 8 400 imprimantes à cartes plastiques Zenius ont été livrées en Tanzanie en moins de six mois. Pour en revenir aux journées portes ouvertes Teknet, le jeudi 20 avril sera essentiellement consacré à une série de présentations au gouvernement, au secteur bancaire et à tous les autres secteurs. Des séances d’expositions et de démonstration pour grand public auront également lieu durant les deux journées.

R.Edmond

Midi Madagasikara21 partages

CCI Antsirabe : Ramarijaona Président

La Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antsirabe vient de procéder à l’élection des membres de son bureau. Le scrutin a débouché sur une large victoire du Fivondronan’ny Orinasan’i Vakinankaratra (FIOVA) sur un score de 24 voies contre 10 pour le FIVMPAMA. Ramarijaona, le Président du FIOVA prendra ainsi la présidence de la CCI Vakinankaratra. La nouvelle équipe s’attèlera à améliorer la performance de la CCI en tant qu’outil à disposition des opérateurs économiques pour développer leurs activités.

R.Edmond

Tia Tanindranaza19 partages

AmbositraMpiadina ho zandary roa maty

Andro ratsy tao amin’ny sekolin’ny zandarimaria Ambositra ny zoma 14 aprily 2017. Mpiadina ho zandary roalahy nindaosin’ny fahafatesana tamin’io andro io, rehefa niatrika adina taranja hazakazaka.

 

Nangonin’i Jean D.

 

 

 

Midi Madagasikara19 partages

Retour de fêtes pascales : Embouteillage monstre partout !

Retour difficile pour les Tanariviens qui ont décidé de « sortir » un peu du cadre de la capitale pour terminer le long week-end pascal hier. En effet, toutes les routes d’entrées à Tanà étaient bloquées par d’interminables embouteillages. Une situation prévisible du fait de sa récurrence en fin de fêtes pascales mais qui a pris au dépourvu de nombreux automobilistes de la capitale malgache. Les victimes étaient surtout ceux qui n’ont pas pris la précaution de renter durant le courant de la journée. Ceux-ci étaient, en effet, obligés de rouler aux pas sur des kilomètres.Comme illustration, des personnes ayant roulé du côté de la RN2 où les bouchons remontaient jusqu’à Ambanitsena Carion. Les sons incessants des klaxons démontrant la colère, la frustration et la consternation des personnes « coincées » ne pouvaient, hélas, résoudre le problème. Au grand dam des Tananariviens qui avaient hâte de rentrer chez eux. Par ailleurs, le malaise était égalementressenti du côté de la RN4, plus particulièrement à l’intersection d’Ambohibao où un long fil de voitures en direction du centre-villeétait quasiment bloqué. Idem du côté d’Anosizato où les véhicules ne bougeaient pas durant des trentaines de minutes. Par ailleurs, il aura fallu en moyenne 3 heures aux tananariviens pour pouvoir rentrer chez eux hier. Et comme tout le monde se disait être pressé, les bonnes manières et le respect des codes de la route peinaient difficilementà trouver place. Et ce, malgré la présence massive des éléments des forces de l’ordre qui, eux, circulaient un peu partout.Et qui ont essayé de rendre fluide la circulation dans la capitale d’un côté. Mais aussi d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens de l’autre.

José Belalahy

L'express de Madagascar17 partages

Ambassades malgaches – Nominations possibles cette semaine

Le conseil des ministres nommera bientôt de nouveaux ambassadeurs. Les agréments des pays hôtes sont attendus la semaine prochaine.

Des ambassadeurs, enfin. La nomination de nouveaux représentants de Madagascar est attendue dans les prochains jours. Jointe au téléphone, Béatrice Atallah, ministre des Affaires étrangères, indique que « les accords de principe des pays hôtes, qui ont déjà reçu les demandes d’agrément envoyées par l’État malgache, sont attendus dans quelques jours ». Elle espère que les avis seront favorables. « Pour l`instant, on n’a pas encore reçu les agréments venant de ces pays. Mais certains pays ont déjà manifesté leur volonté de continuer à collaborer avec l`État malgache. On pourra déjà procéder aux nominations des ambassadeurs pendant le prochain conseil des ministres, si ces accords de principe se confirment », souligne le chef de la diplomatie malgache.

RetardLes demandes d`agrément ont été déjà envoyées auprès des pays d`accréditation à la fin du mois de février dernier. Selon des indiscrétions, une dizaine de pays, qui ont déjà soutenu les efforts du gouvernement dans la lutte contre la corruption, sont prêts  a accueillir ces nouveaux ambassadeurs déployés par l`État.Malgré tout, cette vague de nominations de nouveaux représentants diplomatiques de Madagascar pour les pays hôtes a été prévue depuis le mois de mars dernier. Un retard reconnu par le chef de la diplomatie malgache, qui a néanmoins écarté toute forme de désaccord avec les instances étrangères.« C’est normal. Il y a, par exemple, des pays, comme le Japon, qui ont besoin de plus detemps pour répondre à ces demandes. Pour certains pays, il a fallu attendre trois moispour avoir cet agrément », se défend-elle.Cependant, le chef de la diplomatie malgache n’a pas encore révélé le nombre de ces nouveaux ambassadeurs, ni les pays d’accueil. « Presque tous les États hôtes ont déjà reçu les demandes d`agrément », précise encore Béatrice Atallah. Actuellement, il ne reste plus que cinq ambassadeurs en activité. Ils sont en poste à New York auprès des Nations Unies, au Canada, en Chine, en Russie et au Sénégal. Après trois ans et plus de mandat, le président de la République Hery Rajaonarimampianina est contraint de procéder à la nomination de ces nouveaux ambassadeurs pour entretenir sa nouvelle démarche, celle de la diplomatie économique.

Juliano Randrianja

Midi Madagasikara17 partages

CNaPS SPORT : L’adieu à la Coupe de la CAF

Après le score de parité de 1 à 1 contre l’équipe de CRD Libolo de l’Angola à Vontovorona, les protégés de Raoul Rabekoto ont fait un 0-0 en Angola. Ce qui signifie pour les joueurs de la CNaPS Sport l’adieu à la coupe de la CAF. Les buts marqués (non marqués finalement) ne vont pas suffire pour nous propulser plus loin que les 1/16 de finale de la Ligue des Champions. Mais étant donné le niveau, il reste à améliorer ce petit quelque chose qui manque et on reprend confiance pour la saison prochaine.

Anny Andrianaivonirina

Madagascar Tribune16 partages

Le critère des cinq questions.

On dit que quand on veut, on peut. Mais l’inverse est-il vrai ? Depuis l’évasion de Claudine Razaimamonjy, les déclarations de divers responsables se multiplient pour inventorier les actions possibles, les procédures juridiques utilisables et les négociations diplomatiques à entreprendre. Mais jusqu’à ce jour, tout n’est que simple Mur des Lamentations. Si les solutions semblent de prime abord faisables, aucune personne dotée de l’autorité pour ce faire n’a engagé d’intervention officielle auprès du Gouvernement mauricien. De toutes manières, on ne va pas s’étonner de cette inaction. Les pitres qui ont favorisé cette évasion sont les mêmes pitres censés demander son extradition. Alors, à moins d’avoir saupoudré sa cigarette de moquette, qui va espérer qu’ils vont d’eux-mêmes faire marche arrière ?

Hajo Andrianainarivelo, le Président Fondateur du parti Malagasy Miara Miainga, a écrit aux autorités mauriciennes pour leur demander de prendre action. Mais ce n’est qu’une gesticulation sans conséquence : en quelle qualité M. Andrianainarivelo est-il habilité pour faire ce genre de requête ? Il essaye de capitaliser la situation à son profit en affichant un leadership politique, voire diplomatique. Toutefois, la diplomatie, c’est une affaire entre Etats, et par le biais de représentants habilités. Si j’étais le Gouvernement de l’Ile soeur, je lui rétorquerais pourquoi donc serait-ce aux Mauriciens de gérer les turpitudes que les Malgaches eux-mêmes n’ont pas été capables de gérer.

On espère que Jacques Randrianasolo, Procureur général près la Cour d’appel, va enclencher les aspects de procédure qui dépendent de lui. Ce magistrat s’est illustré dernièrement par ses déclarations sur l’affaire Claudine. S’il en a les attributs, il devrait donc mener avec virilité le combat juridique, et ne pas attendre que ce soit le parti des very Mama S qui le fassent à sa place. Qu’il s’agisse des procédures d’extradition (en collaboration avec le Ministère des affaires étrangères) ; des enquêtes contre les différents maillons de la chaine qui ont permis l’évasion (il y a des signatures qui trainent, et qui permettent d’identifier des complices) ; mais aussi du comportement du Sénateur Andriamandavy. Si la magistrature Malgache n’agit pas, alors cela signifierait qu’elle n’a pas plus de poids et d’autorité que Wake Up Madagascar, les éditorialistes de Madagascar-Tribune.com, ou ces fantasques qui croient pouvoir régler les problèmes de l’humanité en pétant des signatures, ou à signer des pétitions inutiles.

Force est de constater que par rapport au dossier Claudine, jusqu’à ce jour on s’agite beaucoup, mais personne n’a encore vu d’action concrète de la part de ceux qui ont qualité à agir. Les malfrats qui ont bénéficié des amitiés sonnantes et trébuchantes de Mme Razaimamonjy ont sans doute espéré que la trêve pascale allait anesthésier les mémoires et soulager la colère. Mais s’ils raisonnent ainsi, ils se trompent. Il n’y aura pas d’affaire Bekasy-bis, et l’affaire Claudine ne va pas retomber comme un soufflé pour disparaître des radars de l’opinion publique dans quelques semaines. L’alliance que nous appelions de nos vœux dans mon dernier édito est en train de se développer entre syndicats, magistrats, société civile, médias, et même communauté internationale. Encore une fois, l’affaire Claudine sera un tournant du mandat de M. Rajaonarimampianina.

Est-ce conforme à la vérité ?

J’imagine que la clique politico-mafieuse qui traine dans les couloirs de la République est en train d’étudier toutes les options possibles et imaginables pour se sortir de ce mauvais pas. La situation est d’ailleurs propice aux auteurs de mauvais scenarii de série B. Par exemple, pour permettre au Gouvernement malgache et aux autorités mauriciennes de sauver la face, l’Etat malgache pourrait envoyer une demande d’extradition le lendemain du jour où l’on s’apercevra du départ de Claudine. La demande pourrait même être portée en mains propres par quelques fonctionnaires véreux (ce sera toujours du per diem de gagné). Avec en musique un titre du style « on a essayé mais on n’a pas eu de chance ». Mais ce sera une mauvaise idée, car on leur demandera immédiatement pourquoi attendre plus d’une semaine avant « d’essayer ».

On pourrait également se demander pourquoi les complices de Mme Razaimamonjy ont laissé l’enquête du Bianco et le déferrement à la Chaine pénale anti-corruption se faire, alors que les trois enquêteurs de l’Inspection générale de l’Etat ont été envoyés devant le Conseil de discipline pour avoir osé s’attaquer à Dame Claudine.

Une hypothèse parmi d’autres est que cette grande manœuvre (enquête, déferrement, mandat de dépôt, puis évacuation sanitaire bidon) est planifiée depuis le début pour permettre à Claudine Razaimamonjy de quitter le pays. Sans doute d’autres dossiers à venir encore plus fumants n’auraient plus permis de la protéger plus tard [1]. Mais en permettant l’évasion de Mama S, ceux qui ont permis cet acte l’obligent à être indéfiniment « redevable ». C’est le genre de situation qui peut intéresser ceux ayant vocation à aimer monter des dossiers pour tenir les gens en respect.

Dans tous les cas, l’opposition, à commencer par le TIM et le MAPAR, devrait se méfier. Car le HVM pourrait se saisir de ce contexte en faveur de l’état de Droit pour lancer des enquêtes à tout va, avec bien entendu en ligne de mire l’obtention d’un « ni-ni » électoral de facto par voie judiciaire, afin de se donner un boulevard aux prochaines présidentielles. Toutefois, dans le contexte d’évasion actuel, cela lui sera difficile, sauf si le HVM se décidait à « lâcher » sa Mama Saosy et à la faire revenir. Cela renforcerait alors la légitimité des dirigeants actuels à s’attaquer de manière judiciaire aux envies de candidature des rivaux dangereux. Car il est évident qu’avec le bilan calamiteux de l’équipe actuelle auquel s’ajoute la désastreuse affaire Claudine, la réélection du Président actuel nécessiterait autre chose que des élections équitables, fiables et transparentes.

Il est sans doute à ce stade utile de rappeler que dans certains milieux prétendant se soucier d’éthique et d’intégrité, les membres s’engagent vis-à-vis de ce qu’on appelle le critère des quatre questions, dont la première est la suivante : "Est-ce conforme à la vérité ?”. A ces quatre questions, on rajoutera une nouvelle cinquième interrogation qui pourrait éclairer ceux qui sont en panne de mémoire : « Servir d’abord » permet-il d’aider à la fuite de ceux qui « se sont servis » ?

En attendant, voici une bonne occasion de se mettre au parfum du créole mauricien...

Midi Madagasikara16 partages

Moramanga : Coup de poucedu MDN aux femmes de l’ASVUM

Joindre l’utile à l’agréable !

Déterminées à prendre leur vie en main, les femmes membres de l’association ASVUMont développé depuis quelques années des activités génératrices de revenus de manière individuelle ou au sein de leur association. Celle-ci vient de bénéficier d’un soutien qui arrive à point nommé.

Le 8 mars, journée mondiale de la femme, était quelque peu perturbée par l’arrivée du cyclone Enawo, mais cette journée n’aurait pas étévaine pour les femmes de l’ASVUM (Asa Sosialin’ny Vehivavy ao amin’ny Usine militaire) qui ont pu célébrer la JMF comme il se doit, quelques semaines après. C’était vendredi dernier, 14 avril, en mettant un accent particulier sur les initiatives féminines en faveur de l’autonomisation des femmes par le biais d’activités génératrices de revenus. En soutien aux efforts des membres de cette association, l’épouse du GalRasolofonirina Béni Xavier, ministre de la Défense nationale (MDN)a remis un lot d’équipements à l’association ASVUM lors d’une cérémonie qui s’est tenue à l’hôtel Bezanozano. Elle leur a été octroyé des machines à coudre et des ustensiles de cuisine pour leur permettre d’échanger leur savoir-faire et leurs expériences en matière de couture et d’art culinaire et ce, afin de développer leurs activités. Par ailleurs, des matériels de soin et d’entretien ainsi que des équipements de protection  individuelle (EPI) au profit des sages-femmes, infirmières et ouvrières de l’usine militaire ont également été remis. Cette démarche traduit ainsi la concrétisation de la promesse duministre, annoncée dans ses messages à l’occasion des vœux du nouvel An et dans lesquels il a souligné sa volonté de chercher les moyens d’améliorer les conditions de travail du personnel de l’Usine. Ainsi, après l’inauguration du CSB II de Sahafitahana en décembre 2016 par le président de la République, rien de plus normal pour les femmes du MDN que d’apporter leur contribution à leur tour. Un geste témoignant de leur soutien à cette maternité où les femmes des « fokontany » environnants peuvent donner naissance à leurs progénitures en toute sécurité car assistées par un personnel qualifié.

Détente.Et pour terminer en beauté cette journée, ces dames se sont fait plaisir en s’offrant un moment de détente au cours duquel près de 270 mamansont partagé la « table de l’amitié » tandis que se succèdent, durant cet après-midi animé par l’orchestre Natural, des « vakodrazana », chorégraphies et diverses autres prestations. Précédant l’animation, l’épouse du ministre, Clarisse Rasolofonirina, n’a pas manqué de partager avec l’assistance l’esprit du thème de la JMF 2017 : « autonomisation des femmes, vecteur du développement », tandis que l’épouse du directeur de l’Usine militaire, Francia Randriamiaramanana, a adressé à tous les invités et notamment aux hôtes de marque, leurs vœux pour la nouvelle année 2017.

C’était ainsi quelques heures debons moments que ces dames promettent de remettre dès que possible. En tout cas, cette journée a permis à ces femmes de sortir de leur train-train quotidien et d’exprimer leur joie de vivre, de mettre entre parenthèses le stress et les tracas de la vie quotidienne.Comme l’exemple vient d’en haut, dit-on, l’épouse du ministre s’est illustrée par une surprise de taille quand elle a chanté le morceau de Dadda: « Samy malagasy, ka mifankatiavazalahy e ! ».

Hanitra R.

Midi Madagasikara16 partages

Vivo Energy Madagascar : Appui à l’éducation primaire

Une aire de jeu pour les écoliers.

Vivo Energy Madagascar, la société qui distribue et commercialise les carburants et lubrifiants de marque Shell à Madagascar a inauguré le mardi 11 avril 2017 les travaux de réhabilitation de l’école Primaire Publique Andranovao Ambohimangakely. Ce projet a été réalisé pour permettre une amélioration de l’environnement scolaire des 500 enfants âgés de 3 à 10 ans de l’école qui bénéficieront de cette infrastructure et qui sont essentiellement issus de familles défavorisées. La réhabilitation incluait les toilettes, la peinture extérieure, le remplacement des portes, des planches de rive, la construction d’une aire de jeux ainsi que la dotation de matériels pour les enfants du préscolaire.

Ce projet a été réalisé en partenariat avec les étudiants du groupe Espoir de l’INSCAE (Institut national des sciences comptables et de l’administration d’entreprises) dans le cadre du programme « Comportement du Manager » ayant pour objectif la mise en oeuvre d’un projet social. L’éducation fait partie des priorités de la politique de responsabilité sociétale de Vivo Energy. A travers cette initiative, Vivo Energy Madagascar démontre sa volonté de contribuer à promouvoir l’éducation à Madagascar.

Dans son allocution, Kader Maiga, Directeur Général de Vivo Energy Madagascar, a déclaré : « L’éducation est une responsabilité collective, par ce geste, nous concrétisons notre volonté d’œuvrer pour l’épanouissement et au développement de nos enfants. L’école est aussi et surtout un lieu de vie dans lequel nos enfants doivent se sentir bien, et nous sommes heureux d’avoir pu apporter notre contribution à ce projet. »

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara15 partages

HANDBALL : THBC battu par trois fois au Maroc

Tout serait apprentissage et ce sera l’apprentissage par la défaite pour THBC qui a enregistré 3 défaites depuis que cette équipe championne de handball est au Maroc. Il s’agit du championnat d’Afrique des Clubs Vainqueurs de Coupe qui se joue à Agadir au Maroc. Au lieu de jouer en deux poules l’absence de TKC du Cameroun a fait qu’il n’y a plus qu’une seule poule de 7 équipes et ce sera la première qui sera championne d’Afrique. Le dernier résultat enregistré par nos championnes est cette défaite de 4 à 39 devant le Primero de Agusto d’Angola. Il leur reste 3 matches à jouer.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara14 partages

JUDO / CHAMPIONNATS D’AFRIQUE : Algérie en tête de classement

Les faiseurs de champions de kata avec la présidente de la ligue de judo.

Pour la première fois que nous accueillons les championnats d’Afrique de judo chez les seniors pour sa 38e édition, c’est l’Algérie qui mène le bal, Madagascar ramène juste une médaille d’or et deux d’argent en kata, même pas en combat individuel. Matière à réflexion« Les jeunes d’aujourd’hui ne sont plus comme avant. Ils ont trop d’excuses, des tas de raisons pour manquer les dures séances d’entraînement que nous avions vécues auparavant » a lancé un responsable technique de la fédération actuelle, pour ne pas le nommer. Une déclaration que partagent la plupart des dires des anciens judokas, combattants de haut niveau lors de notre passage au Palais des Sports pour les championnats d’Afrique de judo. Ce qui fait qu’au combat, aucun malgache n’est monté sur la plus haute marche du podium, ni les autres.

Il faudra remercier les techniciens du kata pour mettre Madagascar au devant de la scène.Ainsi l’or de ce sommet africain nous vient de Tarimy Rabemasoandro et de Rija Ratovona en nage no kata tout comme l’argent nous est offert par Ony Rasamimanana et Zo Ranaivoson . Ajoutons-y la médaille d’argent d’Arsène Randrianitovina et Dera Rasolonirina en katame no kata. Et ce sera tout sur 22 pays participants et 188 combattants enregistrés. Coachés par le japonais Yasuharu Mizuno et le presque japonais Antsa Ranjatoson, les champions de kata avouent « on a été très pris en main et notre niveau en a été plus que boosté ».

Côté organisation, Siteny Randrianasoloniaiko, président de la fédération malagasy de judo a tout de même mis les petits plats dans les grands. Pas beaucoup à dire de ce côté-là : l’accueil, les remises de médailles …ont été respectés et impeccables. Mais la première place ne vient pas de ce genre de choses. Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar11 partages

Agriculture – Hausse des importations de riz

Au cours des deux premiers mois de l’année, Madagascar a importé presque le double pour la même période en 2016.

Presque le double. Les importations de riz, de janvier à février, ont enregistré une hausse. D’après les données publiées par l’Observatoire de riz, le volume des importations a atteint les 41 762 tonnes pour cette période contre 24 000 tonnes pour la même période en 2016. « Ce volume d’importation en hausse est attribuable au gap à combler, pour pallier les éventuelles pénuries et désordre du marché local de riz, alors que la campagne rizicole n’est pas encore achevée cette année », explique, dans ses analyses, cet observatoire.La filière riz a connu un début d’année difficile. Même si le marché entre dans la période de soudure, la situation est très alarmante avec une hausse vertigineuse du prix du riz sur le marché local. Au mois de janvier, le kilo du riz frôlait même la barre de 2000 ariary à Anta­nanarivo. La psychose sur une éventuelle hausse du prix du riz a entrainé cette situation.La spéculation a gagné ainsi du terrain. Ce qui a amené les responsables à prendre des mesures de répression, allant même jusqu’à l’annonce des sanctions à l’endroit des spéculateurs.Les stocks des grossistes ont été surveillés de près. L’importation de riz a permis au gouvernement de maîtriser le prix du riz sur le marché. Voilà pourquoi, plus de 40 000 tonnes ont été importés pour la période de janvier et février.

Hausse« En 2016, Madagascar a importé environ 197 722 tonnes de riz d’après les statistiquse de la Direction des Douanes, une baisse de -28% soit 77 000 tonnes par rapport à l’année 2015 d’une part et le plus bas en termes d’importation sur les 4 dernières années d’autre part », expli­que toujours l’Observatoire du riz dans son bulletin.Et actuellement, la hausse du kilo du riz est très visible sur le marché. Sur les étals, certains types de riz se vendent déjà à près de 3 000 ariary le kilo dans des endroits reculés. A Antananarivo, le riz local ou encore le makalioka dépassent la barre des 2 000 le kilo, et se vendent aux environs de 2.200 ariary. Il faudra attendre quelques semaines pour que les récoltes de la grande moisson arrivent sur le marché.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar10 partages

Taolagnaro – Les nouvelles technologies au service des PME

Créer plus de valeur ajoutée. C’est l’objectif fixé par le Centre d’affaires de la région Anosy (CARA) en organisant un petit déjeuner d’affaires à l’hôtel Kaleta Taolagnaro, mercredi dernier.« Pour cette première édition, nous avons choisi un thème axé sur l’utilisation efficace des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) pour le développement de l’entreprise », a expliqué Sitraka Vavitiana, responsable marketing du CARA.Lors de cette rencontre B to B, les petites et moyennes entreprises (PME) de l’Anosy ont pu appréhender l’importance d’intégrer les NTIC dans leur processus de production et de commercialisation. Force est de constater que la plupart des entreprises sises dans la Cité dauphine manquent de visibilité sur le web et les réseaux sociaux. De même, rares sont celles qui fonctionnent avec les NTIC dans la gestion de leurs bases de données. Par ailleurs, le manque d’information et de compétence oblige les opérateurs à délaisser ces outils. Mais, en les considérant comme supports supplémentaires et non des outils stratégiques, ils n’apportent guère les effets escomptés alors que les coûts engendrés s’avèrent énormes.« Les PME adoptent une attitude frileuse envers les nouvelles technologies en raison des effets négatifs non maîtrisés. Pourtant, avec une utilisation efficace et efficiente, les NTIC augmenteront significativement la rentabilité d’une entreprise. Nous les avons fait savoirqu’elles peuvent  tirer pleinement parti des outils informatiques et numériques », évoque Tombolaza Alison Didier, gérant de Takalou, animateur de cette rencontre.Dorénavant, avec l’accompagnement du centre d’affaires, les PME de la région Anosy peuvent s’appuyer sur des professionnels pour booster les chiffres d’affaires via les NTIC et créer plus d’emplois pour les jeunes.

Moïse Fanomezantsoa

News Mada8 partages

Taxi eto an-dRenivohitra : inona marina no tadiavin’ireo mpitokona ?

Niteraka resabe tato ho ato, ny momba ilay hoe « lanterne » vaovao hampiasain’ny taxi eto an-dRenivohitra. Tsy manaiky ny fampiasana azy io ireto farany. Tsotra ny antony : hoe tsy mahazo tombony amin’izany izy ireo fa ny kaominina Antananarivo-Renivohitra no ho voky. Ity “lanterne” vaovao ity moa tsy ny kaominina velively no tompon-kevitra fa mpandraharaha vao erotrerony iray te hampiasa ny taxi hatao fitaovana dokambarotra, toy ireny fahita any amin’ny tany mandroso ireny. Io “lanterne” io izany sady famantarana ny taksi no hanaovana dokambarotra rehefa misy orinasa na fikambanana, eny fa na antoko politika aza, rehefa andron’ny fampielezan-kevitra, vonona handoa ny sarany amin’izany.

Mazava ho azy fa zaraina amin’ny tompon’ny fiara ny vola azo amin’izany rehefa afaka ny fandaniana rehetra an’ilay mpandraharaha. Misy ampahany ho ań´ny kaominina toy ireo takelaka lehibe fanaovana dokambarotra sy afisy manerana ny tanàna ireny, izay samy hakana sarany avokoa. Misy koa ampahany ho an’ilay mpikarakara ny “lanterne” sy ny mpanjifa ny dokambarotra. Tsy very anjara, mazava loatra, ny taxi mitondra ny “lanterne” hametrahana ny dokambarotra.

Tsiahivina fa talohan’ny nirosoana tamin’io tetikasa izay miteraka asa maro ihany koa ho an’ny tanora io, efa nisy fivoriana maromaro niarahana tamin’ireo mpitondra taxi. Efa tapaka tamin’izany  fa omena 10.000 Ar isaky ny manao “contre-visite” ny taxi. Intelo isan-taona ny hanaovana izany. Nifanarahana ihany koa fa omena “bonus” ny taxi rehefa mandeha ny dokambarotra.

Rehefa tapaka teo anivon’ny mpitondra taksi, ary nanaiky ihany koa ny kaominina Antananarivo Renivohitra, niroso tamin’ny fanamboarana ireo “lanternes” ny orinasa tompon-kevitra. Nisy ny fametrahana fomba fitantanana raitra dia raitra tamin’ny  fampiasana “informatique” sy ny fampidirana mpiasa maro.

Vitsy anisa, tsy mahasolo tena…

Gaga anefa ny rehetra fa nivadika tanteraka tamin’ny fifanekena ny taxi vitsivitsy. Vitsivitsy tokoa, satria raha ny filazan’ireo taxi efa nandray ny “lanterne” vaovao, 100 mahery eo ho eo ireo mpitokona. Ny taxi miasa eto an-dRenivohitra anefa, manodidina ny 7.000 any ho any. Fantatra ihany koa fa nanatrika ireo fivoriana maro samihafa ary nanaiky ny fifanarahana ilay ramatoa milaza ho filohan’ny fikambanan’ny taxi. Mahavariana ny rehetra ny fanakianany sy ny fitsipahana ity “lanterne” vaovao ity. Raha ny filazan’ireo tompona taxi anefa, tsy misy maharatsy ny fampiasana ity “lanterne” vaovao ity mihitsy.Misy anefa ireo tombony azo amin’ny fampiasana izany. Ohatra; ho sarona eo ireo “taxi papango” tsy manana fahazoan-dalana (licence). Tsy hahazo ity “lanterne” ity mantsy ny taxi raha tsy mahavita “contre-visite” any amin’ny kaominina na maimaimpoana aza ny fizarana azy. Tombony hafa koa, ankoatra izay, ny fidiram-bola (na kely aza) ho an’ny taxi sy ny kaominina amin’ny fampiasana ny “lanterne” vaovao. Farany, ho fantatra amin’izay ny tena isan’ny taksi marina miasa ara-dalàna eto Antananarivo amin’ny alalan’ny fampidirana ny tarehimarika rehetra ao anaty solosaina lehibe iray. Ho hita ao anatin’izany ny isan’ny taxi sy ny tompony. Mipetraka àry ny fanontaniana : iza no matahotra inona amin’izany rehetra izany, sa ambadika politika rano fotsiny haminganana ny kaominina Antananarivo-Renivohitra ?

Randria

Madagascar Tribune8 partages

Les opérateurs dans la filière vanille victimes de racket

Nul n’ignore que la vanille et tout ce qui touche à son exploitation est très rentable, la filière étant même l’une des premières sources de devise du pays grâce à son exportation. Aussi, celle-ci suscite énormément d’intérêt, les vols et les meurtres se multipliant d’année en année. Cette fois-ci cependant, ce n’est ni de vol ni de meurtres que les opérateurs et les exportateurs de vanille de la région SAVA se plaignent mais d’un fait tout à fait autre. Ces opérateurs seraient depuis un certain temps victimes de racket de la part de personnes se présentant au nom du ministère du commerce et de la consommation. Ces derniers déclarent être en inspection pour le ministère et demandent à ce que les exportateurs fournissent des pièces et des papiers dans le but d’amener les exportateurs à négocier. Des négociations qui, selon les quelques opérateurs que nous avons joints, se chiffrent à des dizaines de millions d’Ariary. Ces opérateurs en appellent donc aux responsables au sein du ministère du commerce de prendre des mesures ou du moins de clarifier la situation dans le cas où il s’agit effectivement d’agents du ministère. Ils reprochent également à l’Etat de ne pas être présent lorsque la filière fait face à des difficultés liées à l’insécurité et aux intempéries mais sans retard lorsqu’il s’agit d’aller chercher de l’argent.

Nul n’ignore en effet que dans ce genre d’inspection, et dans la majorité des cas, que les opérateurs soient en rège ou non vis-à-vis des lois et règlements en vigueur régissant la profession, les négociations sont la plupart du temps la seule issue. Et la filière vanille n’est pas la seule à connaitre des situations pareilles.

Madaplus.info5 partages

Revivez en images les journées phares de la RNS du 15 / 16 /17 avril dernier à Poitiers.

La 42ème Rencontre Nationale Sportive (RNS) s'est clôturée hier avec la fin du week-end pascal.
Sillonnant les stands, les stades, les matchs.... nous avons suivi Daniel et Feno de la Radio Bitsika qui nous proposent un condensé de souvenirs et de photos de vous durant ces 3 jours de rencontre entre malagasy.
Bientôt les photos ici, restez connectés.


News Mada5 partages

Industrie touristique : Madagascar encore à la traîne

La destination océan Indien compte en moyenne 2,6 millions de touristes internationaux chaque année selon les chiffres avancés par l’organisme officiel Statistics Mauritius. Ce taux ne représente toutefois que moins de 1% de la fréquentation des destinations touristiques mondiales.

La majorité des touristes enregistrés ont choisi l’île Maurice comme principale destination. En 2016, selon les derniers chiffres communiqués par Statistics Mauritius, le nombre total de touristes visitant l’île voisine atteignait 1.206.971 de voyageurs, soit une augmentation de 10,9% par rapport aux arrivées touristiques enregistrées en 2015. A Madagascar, pour la même période, le nombre de touristes était de 289 380, soit moins du quart du nombre d’arrivées à l’île Maurice.

En décembre 2016, l’île Maurice a ainsi accueilli 146.258 visiteurs contre 132.735 voyageurs répertoriés en décembre 2015. Ces derniers se répartissent comme suit : 254.362 visiteurs viennent de la France métropolitaine, 143.834 touristes en provenance de la Réunion, et les voyageurs britanniques arrivent en troisième position avec 129.796 visiteurs enregistrés.

L’industrie touristique mauricienne est l’un des principaux piliers de l’économie de l’île et emploie quelque 100.000 personnes, soit le double de la prévision de Madagascar horizon 2018.

Structure de la dépense

Selon le motif de la visite, la structure de la dépense diffère d’un type de tourisme à un autre. Les touristes d’affaires et d’agrément consacrent un tiers de leurs dépenses à l’hébergement alors que les touristes affinitaires utilisent un sixième de leur budget. Par contre, leur budget consacré aux cadeaux souvenir et aux activités de loisirs est plus important que celui des touristes d’agrément et d’affaires.

Les données recueillies par la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA) dans une étude sur le secteur tourisme montrent que ce taux de croissance à deux chiffres indiquent que d’une part, la demande internationale augmente et que d’autre part, la capacité d’accueil de cette économie insulaire tend à être saturée.

Arh.

 

News Mada5 partages

Tourisme et artisanat : des secteurs interdépendants

Artisanat et tourisme vont de pair. Près du tiers du marché de l’artisanat dans le pays dépendrait effectivement de l’affluence des touristes. Autant même dire que les deux secteurs sont interdépendants. Quand le tourisme se porte bien, l’artisanat prospère également. Pour dire que la baisse du nombre des touristes étrangers au pays, comme il a été le cas durant la crise politique, handicape largement le marché de l’artisanat.

La relation entre ces deux secteurs capitalise l’image et l’identité culturelles qui sont des arguments essentiels pour le développement. Il s’agit d’une relation à double sens car une destination touristique prisée draine une clientèle quasi captive pour l’artisanat local. Dans l’autre sens, l’artisanat accroît l’attractivité de l’offre touristique d’un pays.

Les dernières statistiques en date font état que dans l’ensemble du pays, le secteur de l’artisanat emploie près de 2 millions d’individus, soit le quart de la population active de l’île. La contribution de l’artisanat au PIB du pays est estimée à 15%. La disponibilité des matières premières dans les différentes régions fait apparaître une multitude d’œuvres d’art.

Arh.

News Mada5 partages

Sur « Hery Filohanay» : Claudine Razaimamonjy lâchée par les siens !

Rebondissement dans l’affaire Claudine Razaimamonjy. Son statut de « conseillère spéciale du président » (CSP) est remis en cause par les proches du président.

Même si le président national du HVM Rivo Rakotovao a maintes fois souligné le soutien indéfectible du parti à Claudine Razaimamonjy, apparemment ce n’est plus le cas car le conflit interne entre les partisans du président Hery Rajaonarimampianina commence à être étalé au grand jour. L’affaire Claudine Razaimamonjy divise les opinions.

A l’heure actuelle, des messages et des communiqués ayant comme sujet principal le statut de la conseillère spéciale du président (CSP) sont partagés sur les réseaux sociaux, administrés par de proches du président, notamment sur le compte « Hery filohanay« .

« Claudine Razaimamonjy n’est pas la CSP. Aucun décret n’est sorti officialisant ce statut. Elle est une opératrice et est un membre au sein du parti« . Voilà ce que l’on peut lire sur ces publications. Des manifestes qui semblent être appréciés par les partisans du régime qui accusent alors Claudine Razaimamonjy d’usurper ce titre.

Lâchée par le régime !

L’on s’interroge alors sur ce revirement de situation. Pourquoi « Hery filohanay » a d’un seul coup changé son fusil d’épaule et de ne plus reconnaître Claudine R comme conseillère spéciale du président. Est-ce vrai que la propriétaire de l’hôtel AC n’a jamais arboré officiellement son titre alors que depuis toujours, à travers des différentes cérémonies officielles, elle a été présentée comme étant la CSP ? Devant les condamnations et pressions venant de toutes parts, on se demande si le régime est en train de «lâcher» Claudine R. L’union au sein du parti HVM et des proches du président est mise à rude épreuve.

Sans conteste, l’affaire Claudine Razaimamonjy continue de susciter la polémique non seulement au niveau national mais également à l’échelle internationale. Le corps diplomatique, en l’occurrence les Etats-Unis et la France ont déjà émis leur avis sur le sujet qui met dans ce sens l’Etat devant ses responsabilités.

Rakoto

 

La Vérité4 partages

Plantation Bemasoandro - Les solutions environnementales pour un développement durable

Instaurée depuis plusieurs années dans la Grande île, la Plantation Bemasoandro est une société privée qui œuvre pour des solutions environnementales. Dans ce cadre, cette entreprise propose plusieurs services dont des solutions pour protéger les terres contre l’érosion,

et cela grâce à une stabilisation des talus, l’aménagement, le paysagisme. « Au cœur des métiers, nous œuvrons pour la protection des sols contre l’érosion », a souligné Yoann Coppin, fondateur et directeur de la Plantation Bemasoandro.  Cette entreprise propose également une location de plantes. Elle fabrique également du vetiver et des produits dérivés de cette plante. Elle produit aussi du charbon économique, des produits d’artisanat et des huiles essentielles. Localisée à Anjiro sur la Route nationale 2, à proximité de Moramanga, l’entreprise s’étend sur une dizaine d’hectares. Elle emploie 25 employés malagasy. En dernière liste, les activités de la plantation ont été basées sur le reboisement du pipeline d’Ambatovy durant un an. Une initiative encourageante et un exemple pour les grandes sociétés industrielles investissant à Madagascar et qui recherchent des solutions environnementales. « Nous sommes convaincus que le secteur privé est le moteur du développement de la Grande île », a affirmé Yoann Coppin. La société a également décoré le parterre de fleurs se trouvant sur la route conduisant au Forello Expo Tanjombato, sur l’itinéraire des lignes 154 et 199. Elle a été présente au salon Asia-Io qui s’est également tenu du 23 au 26 mars dernier à Tanjombato. En 2014, la Plantation Bemasoandro avait été une partenaire officielle lors de cet évènement. 

T.Samantha

Tananews3 partages

Si vous ne supportez pas l’alcool, pourquoi vous buvez comme ça ?

Au vu de tous ces ivres morts sur la voie publique pendant ce lundi de Pâques, la question est pertinente : si vous ne supportez pas l’alcool, pourquoi vous buvez comme ça ?

Boire comme un trou, s’engueuler avec sa femme, se bagarrer avec tout le monde, marcher au milieu de la route en titubant : quel intérêt à tout ça ?

Si vous avez envie de vous soûler, restez chez vous, buvez y comme un trou et n’emmerdez personne !

C’était le coup de gueule du jour.

Tananews3 partages

Une IST pour Voahangy ?

A ce rythme là hein ?

Apparemment sa Seignhery est mal partie pour rester jusqu’en 2018.

On lui a déjà fait plein de remarques sur sa chose ananassée là.

Il a voulu s’entêter, c’est son choix.

Bonne chance.

Tananews3 partages

Alors cette évasion sanitaire ?

Ça va, tout se passe bien ?

Une semaine après l’évasion de l’année, ça va, tout va bien pour Claudine ?

Une évasion crapuleusement préparée au plus haut sommet de l’Etat, qui peut donc dorénavant carrer son « tan-dalàna misy fanjakana » dans son c** puisqu’il vient lui même de démontrer que tout le système Rajaonarimampianina est crapuleusement articulé autour  de Claudine Razaimamonjy.

Une belle petite mafia.

Mais qui cette fois semble avoir affaire à forte partie : magistrats, communauté internationale, etc.

Hery Rajaonarimampianina s’est mis tout seul dans le pétrin comme un grand.

 

L'express de Madagascar3 partages

Entrepreneuriat – La technologie à l’honneur

L’évènement startup dating technologie de vendredi a été un franc succès. Près de deux cents startups, baignant dans le métier du web, ont répondu présents au rendez-vous.

Innovant, tant dans la forme que dans le fond. C’est de cette manière que pourrait se définir la troisième édition de l’évènement Startup Dating qui s’est déroulée vendredi soir au café de la gare Soarano. Rappelons-le, l’objectif de cette initiative de l’agence de communication événementielle Mercatis Co, a pour objectif de servir de plateforme de rencontre entre les jeunes porteurs de projets avec de potentiels investisseurs, communément appelés dans lemilieu comme les business angels. Ces derniers, qui pour cette dernière édition du Startup Dating, ont pu constater de visu le potentiel des jeunes startupeurs qui ont fait de la nouvelle technologie, leur cheval de bataille.En effet, essentiellement axés sur la thématique technologique, cette troisième édition a pu rassembler près de 200 startups baignant surtout dans les métiers du web. Un domaine d’innovation qui intéresse de plus en plus les investisseurs classiques, à l’instar du patron du Groupement du patronat malgache (Fivmpama), Erick Rajaonary, qui, pour l’occasion a revêtu sa casquette de business angel, en soulignant qu’il est toujours prêt à investir dès lors qu’il voit dans le concept, un réel potentiel.« L’initiative a été pour nous une véritable opportunité, une occasion de présenter, en direct, notre produit devant de réels investisseurs potentiels », explique Andry Randriamanamihaja, Manager de Ariary.net, une plateforme de paiement en ligne, via la monnaie nationale et qui était parmi les quatre startups présélectionnés sur les 200, pour assurer la première partie de l’évènement.

RéseautageUne première qui a été composée par les pitch (petite présentation) des quatre startupeurs présélectionnés. Notamment kiakoi.mg, ariary.net, e-tsena.com ou encore tonda trade. Ce dernier se présentant comme étant un logiciel de gestion de stock en ligne et qui a instantanément convaincu un acheteur mauricien lors de sa présentation. Sans mentionner la marque ariary.net qui, selon certains avis du public, aura été la plus grande source d’interaction entre les pictheurs et le public, notamment en termes de feed-back mélioratif.Pour ce qui est de la deuxième partie de la soirée, le concept standard du speed dating a été repris afin de renforcer les échanges, les partages ainsi que le réseautage entre les investisseurs et les porteurs de projets. « Nous nous efforçons toujours de parfaire le concept afin de créer de réelles opportunités d’investissement pour les startups malgaches », souligne Mino Andriamijoro de MercatisCo en concluant « la prochaine édition aura lieu au mois de juin, lors de laquelle nous essayerons de mettre en avant, soit le thème de l’entrepreunariat au féminin, soit la thématique des startup au niveau international ».

Harilalaina Rakotobe

Tananews2 partages

Orange Money : 2000 milliards ar de transactions en 2016

Ah oui ça claque ça comme chiffre

News Mada2 partages

Démarche administrative : la Douane se modernise avec Sydonia World

La douane malgache concrétise son projet de mettre en place le logiciel Sydonia World au sein de l’administration. C’est un système plus polyvalent par rapport à la dernière version Sydonia++.

La direction générale des Douanes (DGD) lance cette année l’opérationnalisation du logiciel Sydonia World. Il s’agit d’un système polyvalent qui apporte certaines améliorations par rapport aux lacunes et autres insuffisances constatées dans la dernière version Sydonia++. Une séance de présentation a été organisée à la fin du mois de mars sur les capacités améliorées de ce système d’information douanière en termes de gestion de manifeste, enregistrement des déclarations, risque et traçabilité des transactions, système de paiement et surtout la sécurité, l’authenticité et la confidentialité des données.

Dans cette démarche de modernisation de l’organisation et de son système d’information, la Douane malgache bénéficie du soutien de la  Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) à travers l’appui technique d’Idris Elmi Doubed, inspecteur principal des Douanes et expert de la Cnuced.

Nouvelle plateforme web

Pour l’usager, le déclarant particulièrement, Sydonia World sera plus ouvert et surtout plus facilement accessible étant donné qu’il n’exige pas de module spécifique car on peut y accéder directement par Internet (plateforme web). Le logiciel Sydonia permet de gérer efficacement les opérations douanières en permettant à l’usager de faire les déclarations et le suivi des déclarations.

En plus des évolutions technologiques apportées par la nouvelle plateforme web et pour faciliter des échanges entre les différents partenaires de la Douane, Sydonia world pourrait désormais, en plus des échanges de fichiers classiques au format XML, faciliter l’échange des données de système en système sans intervention humaine. En plus de sa souplesse à faire évoluer ce nouveau système, la Douane est en train de mettre en place la totalité du métier douanier en termes d’échange et de procédure du commerce internationale.

Cette initiative de la DGD marque encore plus un pas dans son objectif de modernisation et de professionnalisme. Cela  rejoint les démarches de dématérialisation des procédures douanières qui facilitent et sécurisent encore plus les opérations. Ce sont en tout cas des projets de réforme engagés depuis 2015 par la Douane malgache  afin de se conformer au contexte actuel marqué par la modernisation, l’adéquation des procédures et infrastructures aux normes internationales et surtout à l’évolution du commerce et échanges internationaux.

Arh.

 

Madagascar Tribune2 partages

Le préfet met en garde les députés de l’opposition

Le préfet de la ville d’Antananarivo, le Général de Brigade Ravelonarivo Angelo, accompagné par le Chef de région Analamanga a tenu une rencontre avec la presse hier. Une rencontre destinée à faire passer le message selon quoi toute manifestation sur Analakely de quelque nature qu’elle soit sera interdite le 21 avril prochain étant donné qu’aucune autorisation de manifestation publique n’a été octroyée pour cette date. D’autre part, selon le préfet, les textes en vigueur proscrivent toute manifestation publique actuellement. Aussi, Tous les moyens seront déployés et aucun débordement ne sera toléré, a affirmé le préfet. Dans le cas où les députés persistent, des arrestations auront lieu. Et s’agissant de flagrant délit d’entrave à la loi, il n’y aurait pas besoin de lever quelques immunités parlementaires que ce soit, a-t-il souligné.

Cette conférence de presse s’est déroulée après que les députés issus du TIM et du MAPAR se soient rendus auprès de la préfecture d’Antananarivo hier pour déposer une « lettre à titre d’information » sur leur projet de faire un compte-rendu public des différents sessions parlementaires, notamment sur les lois électorales. Ces derniers n’ont toutefois pas été reçus par le préfet mais par sa secrétaire particulière qui, après plusieurs tergiversations, a finalement accusé réception de la lettre.

Selon l’explication des députés TIM et MAPAR, il s’agissait uniquement d’informer la préfecture de la tenue de cette manifestation. L’autorisation ayant déjà été reçue par le maire de la Capitale et non moins maitre des lieux où se déroulera la manifestation à savoir le parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely. Les députés de l’opposition pensent qu’il n’y ait aucun besoin d’autorisation de la préfecture. Le député élu à Atsimondrano et appartenant à la majorité présidentielle ayant effectué un meeting similaire sans avoir eu à demander une quelconque autorisation auprès de la préfecture, et a cependant pu l’effectuer.

Les députés de l’opposition seraient-ils de bonne foi en informant le représentant de l’Etat de l’événement ?

Malgré cette mis en garde du préfet, l’opposition semble quant à lui bien déterminer à se retrouver sur l’ancienne place du 13 mai. Tout un symbole !

Madaplus.info1 partages

Collectif TANY



Au milieu de l’engouement et de la frénésie des dirigeants dans la recherche d’investisseurs étrangers tous azimuts, le Collectif TANY tient à soulever deux principes fondamentaux relatifs à la gestion des terres déjà évoqués mais dont le rappel s’avère indispensable dans le contexte actuel : la vente de terre aux sociétés à capitaux majoritairement étrangers devra être interdite et la transparence vis-à-vis des citoyens sur les contrats, leur contenu et leur application devra être assurée.

Dans le passé, les lois malgaches ont toujours interdit la vente de terrains aux étrangers. Mais la loi 2003-028 a entr’ouvert la possibilité de vente de terres aux étrangers investissant plus de 500 000 dollars US. Cette restriction a été supprimée par la loi 2007-036 et ses articles 18 et 19 rendent légale la vente de terres à toute société utilisant un prête-nom malgache. (1)
Le décret d’application de cette loi n’aurait pas encore été pris. C’est la seule réponse apportée aux protestations de la population et du Collectif TANY à travers ses publications. Même si aucune vente n’aurait encore été réalisée dans le cadre de cette loi, ce qui reste à prouver, un décret d’application ne saurait aller contre la Loi et sa non-publication ne constitue en aucun cas une garantie pour l’avenir.
La seule garantie possible est la modification de cette loi en supprimant toute possibilité de vente de terres aux étrangers ou sociétés étrangères dans les lois. Les raisons majeures sont le caractère sacré des terres des ancêtres dans la culture malgache et l’inégalité criante des capacités financières entre la majorité des citoyens malgaches et les sociétés étrangères. Laisser les sociétés à capitaux étrangers entrer en concurrence libre avec les simples citoyens malgaches fait courir un risque de disparition définitive de parties du territoire national pour les Malgaches.
La version 2-0.1 de 2016 du projet de loi sur la propriété foncière titrée va aussi dans le même sens. Des organisations de la société civile ont émis des critiques sur ce projet de loi (2) et ont vainement demandé aux autorités un débat national sur le sujet.
Le processus d’investissement doit être transparent vis-à-vis de tous les citoyens
La transparence est nécessaire pour augmenter la probabilité d’une bonne gestion des terres. Dès le début des négociations, l’information préalable du public sur les échanges en cours devrait être la règle. Ceci favorisera les Malgaches dans le rapport de forces et donnera l’opportunité de vérifier préalablement la fiabilité des investisseurs potentiels. Rendre publics les contrats et ses différentes clauses diminuera également les risques d’abus et tromperie.
La mise à disposition du public de tous les contrats de bail sur les terres permettra à tous les citoyens de s’informer sur la gestion des terres, de contribuer au suivi de la réalisation des contrats, et de connaître leurs impacts positifs et négatifs. Le partenariat de la société civile et de l’Etat dans la mise à jour régulière d’un « registre public » consultable par tous les citoyens par divers moyens, dont internet, permettra aux membres des commissions foncières de chaque commune de collaborer dans la réception et l’envoi vers les structures de l’Etat de toutes les données relatives aux terres, à leurs locations et à leurs ventes éventuelles. Cette commission correspond à une proposition d’élargissement de la composition et des fonctions de la commission de reconnaissance locale existant actuellement dans la loi 2006-031 (3). Une généralisation à toutes les communes est proposée car la commission de reconnaissance locale existe seulement dans les communes munies d’un guichet foncier, qui sont au nombre de 523 actuellement, donc plus de 1.000 communes ne disposent pas encore d’une telle commission. Par ailleurs, l’insuffisance des échanges et coordination des informations sur les plans locaux d’occupation foncière entre les services fonciers et les guichets fonciers a probablement affecté la fiabilité des informations sur les registres des services fonciers alors que la méthode suggérée permettra une circulation plus limpide des informations entre le local et le central, dans les deux sens bien évidemment. De plus, les décisions souvent prises au niveau central sur l’attribution de terres seront ainsi plus facilement accessibles aux structures décentralisées et aux citoyens.
Cette méthode de travail évitera en particulier la situation inouïe vécue ces dernières années qui a amené l’Etat malgache à ne pas être en mesure, semble-t-il, de connaître l’état des lieux des terrains de l’Etat attribués à d’autres entités, sous forme de location ou de vente. L’Etat a ainsi eu recours à plusieurs organismes internationaux pour réaliser cet inventaire, non achevé selon nos informations. Comme de nouveaux terrains de l’Etat ont sûrement été attribués entretemps à des investisseurs ou autres entités, la méthode préconisée permettra une mise à jour plus régulière et à moindre coût.
Ce cas constitue un exemple évident de l’existence de méthodes de travail qui permettraient aux Malgaches de gérer leurs biens par une collaboration entre l’Etat et les citoyens sans attendre ni quémander des financements extérieurs.
Le Collectif TANY réitère aussi fortement sa proposition de création d’une nouvelle structure de réflexion, mise en œuvre, coordination et évaluation par la société civile et les citoyens, de la politique de gestion des terres et des investissements sur les terres, dénommée CREDES ou Comité pour le Respect de l’Environnement et du Développement Economique et Social (4) , dont les fonctions ne se chevaucheront pas avec celles du Commissaire général de l’Organisme de Coordination et de Suivi des Investissements et de leurs Financements (OCSIF).(5)
En effet, les dirigeants malgaches sont en train de prendre des décisions très importantes qui engagent le pays et les futures générations sur le long terme, certaines de ces décisions sont liées aux investissements étrangers que tous les citoyens ont la responsabilité de connaître, mieux approfondir et surveiller.

Puisque les dirigeants et hauts responsables de l’Etat malgache appellent les investisseurs à venir à Madagascar, de multiples pays venant de tous les continents commencent à signer des memoranda, ententes préalables, accords, etc… avec eux. Malheureusement, les citoyens ne sont pas informés du détail des engagements à long terme signés en leur nom. Quelques sujets ont retenu particulièrement l’attention du Collectif TANY :
La création de zones économiques spéciales (ZES) dans diverses régions de Madagascar est envisagée et l’attribution de celle de Fort-Dauphin aux Mauriciens a provoqué une levée de boucliers notable de la part de groupes habituellement favorables aux investissements, ce qui a accru la curiosité et la méfiance de nombreux citoyens sur ce sujet. Le contenu d’un mémorandum signé entre l’EDBM (l’Economic Development Board of Madagascar) et le Board Investment of Mauritius en mars 2016 pour favoriser l’arrivée des entreprises mauriciennes et de l’accord-cadre visant à promouvoir la coopération technique dans divers secteurs dont l’agriculture, la pêche et le tourisme mérite notamment davantage de transparence. (6) Le projet de loi sur les ZES devrait également être diffusé au grand public.
Un projet de loi sur les zones d’investissement agricole (ZIA) est également en cours d’élaboration. Ces zones sont « destinées aux exploitations agricoles et économiques des investisseurs ‘privés nationaux et étrangers’ dans le cadre du Programme National Foncier (PNF) et du Programme National d’Investissement Agricole, Elevage et Pêche (PNIAEP) et prévoient de créer 2 millions d’hectares de ZIA en 10 ans » (7). Une première vague de ZIA d’environ 1000 ha mise en place dans le Vakinankaratra avec le slogan « Zéro Expulsion » - se distingue par une contestation des communautés locales à cause des nombreuses annonces d’expulsions tout à fait contraires aux promesses (8).
Parmi les nombreux accords signés avec les dirigeants chinois fin Mars 2017 à Beijing, figure un mémorandum pour la « mise en place d’une zone économique exclusive (ZEE) par la Chine à Madagascar et la construction d’un grand port, prévue dans la baie de Narinda, sur la côte nord-ouest de la Grande Ile ». Sachant que la ZEE malgache recouvre environ 1,4 million voire 4 millions de km2 (9), le domaine maritime fait donc aussi désormais l’objet de contrats gigantesques.
En réaction à une citation rapportée par la presse concernant « la volonté réitérée du président malgache de voir Madagascar intégrer la « Ceinture et la Route » de la Soie, initiative économique du président chinois (10), le Collectif TANY ne peut que partager l’expérience du Sri-Lanka pour nourrir les réflexions et alerter tous les citoyens : « après avoir fait appel à la Chine pour lancer de grands travaux (autoroutes, ports et aéroports sur toute l'île), le gouvernement sri-lankais a du mal à payer ses emprunts et se retrouve contraint d’offrir aux entreprises chinoises plus de terrains et d’avantages. Ceci réjouit Pékin, qui veut faire de cette île de l'Océan indien l'un de ses ports stratégiques dans la région. Mais cela effraie la population locale qui pourrait être expulsée de ses terres pour laisser places aux ambitions chinoises ». (11)

Si l’objectif des dirigeants malgaches est réellement d’assurer une amélioration des revenus et du bien-être de la majorité des habitants, l’adoption de la modération, de la prudence et de la transparence parmi les principes de travail dans le cadre des investissements s’avère indispensable, en plus de la gestion raisonnée des terres et des ressources naturelles pour en préserver suffisamment pour les futures générations.
Le partage préalable d’informations dans le cadre des projets d’investissements par les techniciens et décideurs de l’Etat central nécessite la reconnaissance effective par les dirigeants et agents de l’Etat
- des droits fondamentaux à l‘information de tous les citoyens et notamment des structures décentralisées comme les communes
- et de la responsabilité de tous et du devoir de chacun de participer à la gestion du pays, l’implication citoyenne.
Le Collectif TANY réitère avec force que, avant toute prise de décision, les projets importants engageant les Malgaches sur plusieurs générations, doivent faire l’objet d’une transparence particulière de la part des dirigeants et d’un débat public impliquant tous les citoyens, car les conséquences à court et long terme peuvent provoquer des désastres sur la majorité des habitants déjà en difficulté.
Paris, le 17 avril 2017
Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY
Madaplus.info1 partages

Antsirabe a rythmé avec la fête pascale

Comme nous l’avons rapporté la semaine dernière, Antsirabe reste la ville la plus visitée pendant l’événement de Pâques. Nous allons essayer de vous faire vivre sommairement ces moments à travers cet article.
Une marée humaine, voilà l’expression qui pourrait qualifier l’innombrable de personne venue de villes différentes pour assister à la fête pascale dans la ville d’eau. Les aires récréatives ont foisonné un peu partout, manèges, cheval en bois,…. En attendant les montagnes russes et les grandes roues, on se contente du « vita gasy ». Cette fête est aussi une opportunité de booster les affaires, à l’instar du groupe TIKO de l’ancien président qui avait occupé un large stand pour montrer ces produits, surtout la réapparition de certains produits comme le jus Classiko… Mais TIKO n’était pas le seul, il aussi Dzama qui a fait une promotion de leurs produits et bien d’autres entreprises encore. Différents spectacles ont animé l’avenue de l’indépendance, de tous les gouts qui plus est.
Quand on parle d’Antsirabe, on ne peut pas oublier de parler des pousse-pousse, mais lors de cette fête pascale, les tireurs de pousse-pousse affirment qu’ils avaient peu de clients. Nous avons l’occasion de parler avec « Ramisely », lui de confirmer que les clients qui prennent ce moyen de locomotion étaient rares. Il n’a pas pu profiter de cette fête pour faire un plus que tous les jours. Rappelons, qu’à Antsirabe, les cyclo-pousses commencent à desservir toute la ville, en plus c’est rapide que les pousse-pousse tractés par des humains.
Mais malheureusement, un incendie a ravagé une partie du marché de Mahazoarivo, un fokontany d’Antsirabe. De plus, les pompiers, qui appartiennent à une entreprise textile n’ont pas pu venir éteindre le feu même s’ils avaient dit qu’ils allaient venir. Ce sont les riverains qui se sont entraidés pour éteindre le feu, mais il a fallu un temps fou et cela a engendré des pertes colossales.
Côté sécurité, des policiers ont été postés à chaque coin de rue. En gros, la fête s’est déroulée dans un calme parfait, sauf les pickpockets qui ont rempli leur poche pendant cette fête. En effet, les fêtes où il y a une forte affluence sont toujours une opportunité pour ces malfaiteurs de faire leurs mauvaises besognes.
Tananews1 partages

Une robe verte beaucoup plus sobre

Enfin une tenue où personne n’y trouvera à redire.

Enfin presque rien à redire.

Le vert on aime. Ou pas hein.

Tananews1 partages

Tiens un nouveau Cosmos

Cosmos c’est ce qui remplace les anciens magasins Courts.

Tiens ça tombe bien nous cherchons un canapé lit clic clac.

Et Cosmos semble en avoir un à 400 000 ar. On va donc attendre l’ouverture de ce nouveau magasin, encore en travaux.

Et où sommes nous ?

News Mada1 partages

Paul Berenger : «Qui a autorisé Claudine R à entrer à Maurice ?»

La situation réelle de Claudine R à Maurice reste encore floue. Les uns disent qu’après son hospitalisation, elle est retenue par le gouvernement mauricien, les autres annoncent le contraire et qu’elle est encore sur son lit d’hôpital. Sur ce sujet, le leader du parti « Mouvement militant mauricien » Mouvement militant mauricien (MMM) de l’île sœur, Paul Bérenger, a demandé des comptes au gouvernement mauricien lors de son point de presse hebdomadaire samedi dernier. «Qui a autorisé Claudine Razaimamonjy à entrer à Maurice, étant donné qu’elle est assujettie à deux interdictions de sortie du territoire en raison de graves faits de corruption qui lui sont reprochés» s’est-il interrogé.

Et de continuer, «Le gouvernement mauricien n’est au courant de rien. Même pas le ministre Mentor Sir Anerood Jugnauth. Cette femme a été arrêtée par le bureau indépendant anti-corruption (Bianco), l’équivalent de notre ICAC sous six charges d’accusation. Les membres du corps diplomatique encourage le Bianco et ici, à Maurice, on dit «welcome» à Claudine Razaimamonjy».

En ce moment, des rumeurs vont bon train à l’île Maurice à propos de cette affaire. A prendre au conditionnel, on annonce que Claudine R ne se trouve plus dans l’île sœur depuis le 12 avril en prenant le premier vol à destination de Dubaï afin de rejoindre ses enfants qui sont déjà sur place.

Recueillis par Nadia

 

News Mada1 partages

Vokatry ny hamamoana, lozam-pifamoivoizana… : paska tsy ilaozan-doza, fito ireo namoy ny ainy

Tsy ilaozan-doza ny fankalazana ny fetin’ny Paska eto an-drenivohitra sy ny manodidina. Olona fito no fantatra fa namoy ny ainy, araka ny tarehimarila azo tetsy amin’ny sampana vonjitaitran’ny HJRA, omaly alina. Vokatry ny lozam-pifamoivoizana, hamamoana tafahoatra… no nahatonga izany.

Raha mitaha amin’ny isan-taona, azo lazaina fa hendry ny mpanao fety tamin’ity taona ity raha  ny tarehimarika, saingy na teo aza izany nahatratra fito ny isan’ireo olona namoy ny ainy nandritra ny fankalazana ny fetin’ny Paska sy ny alatsinain’ny Paska. Miisa 190 kosa ireo olona nandalo fizahana tao amin’ny sampana vonjy taitran’ny HJRA sy tao amin’ny sampana famelomana aina. Ny 25 tamin’ireo kosa tsy maintsy naiditra hopitaly hahafahana manara-maso ny fahasalamany”, hoy ny fanazavan’ny talen’ny hopitaly HJRA, ny profesora Rakoto Alson Olivat raha nanao tatitra momba ireo olona nandalo tao amin’ny hopitaly nandritra ny fankalazana ny fetin’ny Paska teo iny. Hatramin’ny ora farany nanoratanay omaly hariva io antontanisa io fa mbola mitombo tsikelikely ihany ireo olona tonga tao amin’ny hopitaly.

Lozam-piarakodia sy hamamoana diso tafahoatra ny nahazo ireo olona fito namoy ny ainy ireo, araka ny fanazavany hatrany. Vehivavy vao 27 taona ny iray amin’ireo olona namoy noho ny fisotroana toaka ka tsy nahatsiaro tena intsony ka niafara tamin’ny ainy. Teo koa ilay P.206 nivoaka ny lalana ka nivarina tany an-tanimbary tao Analavory RN 1, omaly antoandro tamin’ny 11 ora izay namoizana ain’olona roa. Fianakaviana iray ihany ny tao anatin’ilay fiara, saingy vokatry ny fandehanana mafy no voalaza fa nahatonga ny loza. Saika hisongona fiara iray teo alohany ny mpamilin’ilay P.206, saingy tsy tafasongona ka nifatratra tany an-tanimbary. Teo koa ilay lozam-pifamoivoizana nahafatesana mpitondra moto teny Ambavarano Ambohidratrimo, omaly tamin’ny 8 ora maraina. Moto Scooter iray avy any Mahitsy hihazo ny Renivohitra no nianjera tao anaty fiolahana ka tafatsofoka tany ambany  fiara Super Goelette SC2 iray nifanena taminy. Tsy nahafehy ny familiana vokatry ny fandehanana mafy ilay mpitondra moto ka izao niharan-doza izao. Vokany, maty tsy tra-drano ilay mpitondra moto.

Nahazo vahana ny adiady sy ny tsindron’antsy…

Araka ny antontanisa nomen’ny talen’ny hopitaly HJRA hatrany, nahazo vahana ny adiady sy  ny tsindron’antsy ary olona niady avokoa ny ankamaroan’ireo (miisa 56) nandalo tao amin’ny sampana hery vonjy taitran’ny hopitaly HJRA. Nisy koa ireo olona nikasa hamono tena, saingy tsy maty fa mbola velomina ao amin’ny sampana famelomana aina. Nisy zazakely koa nihinana fanafodin’ny raibeny, saingy tsy hitan’ny ray aman-dreniny. Avotra kosa ilay zazakely satria mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly.

Ankoatra izay, nisy kosa ireo olona tratran’ny fikorontanana ara-tsaina vokatry ny adin’ny samy mpivady.

Amin’ny ankapobeny, nilamina ny fety satria niezaka nanao izay tratrany tamin’ny fandaminana ny mpitandro filaminana, araka ny baiko sy ny fandaminana mialoha ny niatrehana ny fety. Tsikaritra kosa ny fitohanana teny amin’ny lalam-pirenena mivoaka ny renivohitra hatramin’ny omaly alina.

Jean Claude

News Mada1 partages

Zandarimariam-pirenena : mpiadina ho zandary roa namoy ny ainy

Mpianatra ho zandary roa indray namoy ny ainy tamin’ny fihodinana faharoa amin’ny fifaninanana hidirana ho mpianatra ho zandary tao amin’ny sekolin’ny zandarimariam-pirenena Ambositra, ny zoma 14 avrily 2017 lasa teo…

 

Notanterahina nanomboka ny 10 avrily 2017 lasa teo ny dingana faharoa amin’ny fifaninanana hidirana ho isan’ireo 1 200 mianadahy ao anatin’ny andiany faha-73-n’ny mpianatra ho zandary. Ao amin’ny sekolin’ny zandarimariam-pirenena Ambositra ny nanatontosana izany ka ho an’ireo afaka tamin’ny dingana voalohany no miatrika indray ity dingana faharoa ity. Ny zoma teo tamin’ny 10 ora sy 30 mn nandritra ny taranja hazakazaka, mpifaninana iray tsy nahatsiaro tena rehefa nahavita ny halavirana 1 000 metatra. Nalefa tao amin’ny hopitalin’Ambositra avy hatrany izy taorian’ny fizahana nataon’ny fizahana nataon’ny dokotera teo an-kianja. Nanao izay ho afany ny mpitsabo tamin’ny famonjena azy, saingy tsy avotra intsony ny ainy tamin’ny 12 ora antoandro. Mpiandina lehilahy iray hafa namoy ny ainy tao amin’ny hopitalin’Ambositra ihany koa taorian’ny hazakazaka 1 000 metatra na efa nanaovana famonjena rehetra aza teo an-kianja sy teny amin’ny hopitaly.

Nohazavain’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny zandarimariam-pirenena fa rehefa nozahana ny anton’ny fahafatesan’izy roa lahy ireo, hita fa noho ny fanehoan-kery diso tafahoatra izay tsy eran’ny aina, noho ny ezaka tafahoatra loatra tsy voalanjalanja mba ho afaka amin’ny fifaninanana. Dokotera miisa dimy sy mpitsabo mpanampy maro no eo an-kianja mandritra ny adina. Manaraka ny fitsipika mifehy toy ny amin’ny fanadinam-panjakana BEPC na BAC ny fitsipiky ny adina ara-panatanjahantena, raha ny fanazavana voaray hatrany.

Miisa 162 ireo efa niala tamin’ireo 1 564 tany am-boalohany ka 1401 sisa afaka nifaninana ka amin’ireo no hakana ireo mpianatra ho zandary miisa 1 200.

Jean Claude

News Mada1 partages

Lanonan’ny Paska : tsara tsena ny mpanakanto malaza

Efa fomba fanao ihany, saingy tamin’ity taona 2017 ity, nitombo isa ! Mpanakanto na tarika iray, tazana niaka-tsehatra tetsy, namonjy teroa indray avy eo. Saika feno hipoka avokoa ny kianja malalaka nanaovan’izy ireny fampisehoana.

 

Feno Antsonjombe. Voaporofo hatrany ny maha mpanakanto goavana an-dry Wawa, Black Nadia, sns.

« Tsinjaka be », araka ny lohatenin’ny seho tokoa ny natolotry ry Arnaahn BIG MJ, sns teny amin’ny Club Nautique Ivato.

Hain’i Dadi Love tsara ny nampitotorebika ny tetsy amin’ny Stade annexe Mahamasina. Toraka izany koa ny teny amin’ny kianja maitso Antanimenakely.

Tananews1 partages

Pâques : Foulpointe et Antsirabe blindés de vacanciers

Prouvez-moi que les Malgaches sont pauvres.

Quand on a vu les embouteillages hier soir jusqu’à tard dans la nuit non les Malgaches ne sont pas pauvres.

Par contre en y regardant de près, les centaines de milliers de piéton de sortie hier sur les grands axes de Tana eux par contre ne semblent pas rouler sur l’or, même un billet de 100 ou de 200 ar était difficile à sortir.

Tananews1 partages

IST pour Claudine à l’île Maurice ?

Information au conditionnel.

Mais si avéré c’est mal barré pour la crapule car l’île Maurice c’est pas comme les potes Premier Ministre, Ministre de la Santé, Ministre de la Justice ni comme la passoire d’Ivato.

Dans les films dramatiques, on aurait déjà donné un pistolet à la crapuldine en l’enfermant dans une pièce sans fenêtre.

On se demande ce qu’il en sera dans la vraie vie.

L'express de Madagascar1 partages

Filière or – Les opérateurs miniers en conclave

Comment maîtriser la traçabilité de l’or, depuis l’extraction jusqu’à l’exportation   C’est un casse-tête jusqu’ici pour le gouvernement. Même si des efforts sont entamés dans ce sens. C’est pourquoi, l’agence nationale de la filière or (ANOR) organise un atelier les 20 et 21 avril à Antana­narivo dans le but de définir une meilleure stratégie de gouvernance de la filière or.À part les opérateurs miniers, la participation du gouvernement et ses structures administratives, les maires des communes à fortes activités aurifères, des membres de la société civile et des organismes non gouvernementaux, la Chambre des Mines de Madagas­car et le Comité national des mines est annoncée. « Depuis l’Indépendance, le Secteur aurifère malagasy est dominé par des trafics et des exploitations illicites et caractérisé par des phénomènes de ruées jusqu’ici mal maîtrisés et ce, malgré les efforts successifs entrepris. Certes, des résultats ont été enregistrés mais demeurent insuffisants et les retombées de ce produit aussi bien pour les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) et l’État restent dérisoires », indique un communiqué de l’ANOR.Pas plus tard qu’à la fin du mois de mars, la gendarmerie a mis la main sur une tentative de trafic illicite de 2,240 kilos d’or à l’aéroport international d’Ivato. En janvier, l’administration douanière a découvert 18 kilos d’or  d’une valeur marchande de 700 000 dollars américains sur des passagers dans le même aéroport. Ces deux cas illustrent bien le trafic d’or en partance de Madagascar.

RéactualisationEt ils ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan. Selon un document de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI), « malgré l’interdiction d’exportation de ce métal jaune, les Nations Unies  évaluent la valeur des exportations de Madagascar à 18 millions de dollars en 2012, ce qui équivaudrait  à 600 kg  d’or et pourrait représenter plus de 790 millions MGA de redevances ».Mais ce chiffre a été réactualisé plus tard par la conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED)  qui estime pourtant que la valeur des exportations d’or vers le reste du monde est estimée à 75,21 millions de dollars en 2012.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Cercle Germano-Malagache – « Anja Vidy » relate les valeurs de la poésie

Deux visions différentes qui se rencontrent, qui s’interposent et s’entrechoquent. Toutefois, elles se complètent, s’agissant de la valorisation de la littérature et de la poésie. La fraternité et la compréhension d’autrui à travers les divergences d’opinions ont été à l’honneur lors de cet énième rendez-vous mensuel avec le cercle des poètes « Faribolana Sandratra », samedi dernier. La scène du Cercle Germano-Malgache (CGM) a été le théâtre d’une joute verbale constructive et enrichissante. Intitulé « Anja Vidy », l’événement a pris comme à l’accoutumée les traits d’une lecture poétique traditionnelle.L’événement s’articule autour de deux poètes de talents reconnus et membres actifs du « Faribolana Sandratra » : Zo Sitrakiniavo et Tsy Avahana Rahely.« Anja Vidy » relate aussi bien l’amour que la solitude, la joie comme la colère. « À chaque instant, je pense à ce sourire qui manque à mon existence et me fait dépérir. .» affirme le poème de Zo Sitrakiniavo. Tsy Avahana Rahela répond « Je ne peux me résigner à la perdre ainsi.». À travers leurs écrits, ils exposent deux personnalités différentes tout en illustrant la richesse de la poésie malgache dans toute sa splendeur.Les vraies valeurs de la poésie résident autant dans la douceur des mots que dans la détresse des poètes eux-mêmes. « Anja » signifiant  arbre sacré et « Vidy » sa valeur, les deux poètes se sont relayés à leur côtés pour illustrer cet arbre sacré de la poésie malgache, dont les fruits sont inépuisables. Outre la lecture scénique de leurs poèmes, un recueil de poésies éponymes était également disponible sur place. Le public n’a pas tardé à épuiser les récueils. Édité exclusivement par le « Faribolana Sandratra » pour l’occasion, ce recueil sera prochainement réédité pour ceux qui souhaitent l’acquérir.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Handball – Championnats de Madagascar Jeunes – ASE Ihorombe s’offre un joli doublé

Deux belles consécrations au bout du tunnel. Les championnats de Madagascar « jeunes » se sont soldés sur une véritable démonstration de force, de la part de l’ASE Ihorombe, samedi, au gymnase couvert d’Ankorondrano. Ce club s’est permis d’effectuer un joli doublé en gagnant le titre de champion de Madagascar chez les cadettes, mais aussi chez les juniors filles.

Les cadettes de l’ASE, tenante du titre, ont été à la hauteur de leur prestige en battant en finale le HBCI, sur le score de 11 buts à 9. Une rencontre très équilibrée où on a vu deux équipes décidées à ne rien lâcher. Le score témoigne aussi de la capacité trop moyenne des attaquantes, à marquer sur des actions offensives placées. La moitié des buts ont été marqués suite à des contre-attaques. Les pertes de balles, aussi ont été nombreuses aussi bien pour l’ASE que pour le HBCI.  Le positif par contre a été l’exploitation des intervalles où on a eu à de belles fixations pour libérer les attaquantes.

Chez les juniors filles, l’ASE Ihorombe a surclassé le HCJB Boeny sur le score de 18 buts à 14. Plus physique et plus technique, ASE Ihorombe s’est juste fait quelques frayeurs durant la première mi-temps, mais par la suite a su jouer convenablement en restant toujours devant au score.

En cadets, ASS Atsimo Andrefana et ASRB Boeny ont livré une finale à sensation. Les deux équipes ont montré qu’elles ont mérité leur place en finale. Un rythme fou où les séries de contact étaient au rendez-vous. Même constat pour le Groupe Siteny en juniors garçons est parvenu à s’imposer devant l’ASS Atsimo Andrefana. Ce dernier a faibli durant les sept dernières minutes et s’est incliné sur le score de 17 buts à 20.

Rideau donc pour ce sommet national des jeunes où on a pu voir une assez bonne relève du handball malgache. La fédération malgache de handball s’attèlera maintenant à organiser un regroupement national en vu de l’IHF Trophy des jeunes. Le dit regroupement recensera  les meilleurs joueurs du moment dans deux semaines.

Dina Razafimahatratra

 

L'express de Madagascar1 partages

Muay Thaï – Double victoire malgache

Les stars du kick boxing et du muay thaï malgaches ne cessent de briller à l’étranger. Deux combattants de la Grande Ile ont pu prouver leur suprématie, en combat semi-pro de muay thaï ce week-end. En France, l’expatrié de l’hexagone, Yannis Ralaikera Randriamanantena, malgré son épaule gauche déboitée, s’est imposé lors d’un challenge semi-pro. Le Black Zébu a remporté la victoire par KO en deuxième round contre Nail Djezzar de Team Apash, un grand club dans la ville de Lyon.

L’auteur de la deuxième victoire malgache en combat international de ce week-end s’agit d’Elfazar Fazaraly, un habitué de combat régional et continental. Fazaraly a battu par points Luidji Mithridate. Ce combat s’est tenu à la Réunion dans la nuit du samedi dernier.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Vakinankaratra – Présentation des besoins en eau

Des enquêtes ont été effectuées pour connaître les infrastructures en eau, assainissement et hygiène. De celles-ci découleront les projets sur les besoins de la population.

Afin de pouvoir identifier les besoins de la population, le ministère de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène vient d’effectuer une campagne de recensement de toutes les infrastructures y afférentes dans toutes les régions de Madagascar. Quatre-vingt-dix jeunes ont donc effectué des enquêtes sur l’état des infrastructures et sur le taux d’accès à l‘eau potable dans les 1 050 fokontany des 90 communes de la région Vakinan­karatra.Grâce à l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, ces jeunes ont pu obtenir le maximum d’informations sur les infrastructures existantes, le système d’utilisation ou de gestion de ces infrastructures et enfin les besoins de la population en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène. Les données obtenues ont été, tout de suite, transférées au ministère concerné qui a également pu les traiter immédiatement.

BailleursLes résultats des enquêtes ont donc indiqué que le taux d’accès en eau, hygiène et assainissement au sein de la région Vakinankaratra n’est, actuellement, que de 27% alors qu’il y a quelques années, ce taux était encore de 40%. Cela ne peut s’expliquer par la vétusté ou la destruction des infrastructures déjà existantes.« Les besoins de la population de chaque fokontany et de chaque commune ont été donc présentés aux responsables, afin que le budget et le projet concernant leurs collectivités puissent avoir une légitimité auprès de ces responsables », spécifie Fanantenana Rakotonirina, directeur du système d’information, de suivi et évaluation auprès du ministère de l’Eau, hygiène et de l’assainissement.Ce responsable ministériel est venu spécialement à Antsirabe pour valider, avec les maires, le budget des projets prioritaires en la matière, pour leurs communes respectives. Ce budget-programme par objectif de la région Vakinankaratra servira, par la suite, comme outil pour convaincre les bailleurs.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar1 partages

C’est la foire (haute en couleurs) au pays !

L’un des spectacles qui frappent et charment le plus les nouveaux arrivants à Madagascar, est bien celui des foires. Comme le dit le chroniqueur Maurice Fleurial en 1935, « rien en France ne saurait être comparé à ces manifestations qui tiennent à la fois des nécessités économiques et de l’irrésistible besoin que possède en soi l’habitant de la Grande ile, de se divertir et de trouver la joie ».La foire revenant à des périodes fixes de l’année, Maurice Fleurial peut y assister et en fait  une description très truculente. En commençant par les préparatifs auxquels les « fonctionnaires indigènes » apportent presque toujours un grand zèle. « Et il suffit qu’ils sachent que l’administrateur-chef de district ou toute autorité de même plan doit venir pour que toutes les ressources de l’ingéniosité malgache soient mises en œuvre » : arcs de verdure et fleurs à profusion sur le chemin d’accès, petits drapeaux, banderoles de calicot où sont écrites des protestations d’attachement et de fidélité à la France.Et si l’administrateur tient sa promesse et vient, revêtu de son uniforme, « un télégraphe invisible, pourvu de deux jambes agiles », annonce l’arrivée du petit cortège officiel, bien avant que le fonctionnaire ait, de sa voiture, aperçu le village. Saluts et battements de mains sans fin l’accueillent, puis de la foule « se détachent des bambins habillés de vestes roses ou rouges et coiffés du traditionnel bonnet de paille tressée ». Ayant dans une main une inoffensive sagaie, ils dansent « comme des diables dans un rythme parfait ».Tout s’arrête et « une Marseillaise à laquelle on ne s’attendait », s’élève dans le silence, jouée par des flûtes de bambou, des tambours et des instruments de cuivre «dénichés d’on ne sait où. Bien sûr, il faut parfois quelque effort pour reconnaitre l’œuvre de Rouget de Lisle, mais l’administrateur est indulgent et il lit dans les regards une telle bonté, un tel respect, un tel espoir d’être compris et aimés, qu’il se prend à sourire avec bienveillance sans dissimuler son attendrissement et son bonheur de voir des gens si accueillants ».Quant à la foule, c’est un spectacle en lui-même. Les hommes presque tous uniformément vêtus de pantalons courts et d’un lamba « qu’on a voulu, ce jour-là, plus blanc qu’à l’habitude », sont coiffés d’un vaste chapeau de paille tressée ou de feutre à larges bords, tandis que les plus riches, les plus distingués portent des vêtements européens sous leur lamba. Les femmes, elles, sont d’une coquetterie infinie : pendants d’oreilles, colliers de corail ou de verroterie au cou, robes d’une grande diversité, mais toutes de couleurs vives, chevelure bien ordonnée qui « représente à elle seule un travail de patience tel que les Parisiennes qui se livrent au supplice de l’indéfrisable, estimeraient qu’on ne les tourmente guère, s’il leur fallait subir la préparation compliquée d’une coiffure malgache ».« Le Malgache, en général, a un sens extraordinaire des couleurs. Il compose avec elles les ensembles vestimentaires les plus imprévus. Mais sous le ciel brumeux de Paris, ces palettes vivantes feraient  hurler de douleur.» Mais à Madagascar, sur fond verdoyant des eucalyptus, jaune des  « bozaka » et chaud d’un soleil clair, « elles mettent des taches d’une note et d’un charme indéfinissables ».La foire commence par la visite officielle des produits, denrées, étoffes, ustensiles et instruments en fer, animaux domestiques qui ont subi « une toilette achevée ». « Quelle satisfaction » sur le visage de l’exposant lorsque l’administrateur se penche pour s’intéresser à son étal ! Vient ensuite un court déjeuner composé de beignets de bananes, l’administrateur étant parti, et la véritable fête commence : luttes, courses et amusements pour enfants… Tout le monde plaisante, rit, bat des mains. Et sur tout cela règnent une « musique infernale » et pourtant captivante ainsi qu’un « tintamarre assourdissant ».« Décidément, nous ne savons plus rire et nous amuser en France. Il faut venir à Madagascar pour retrouver, chez l’être humain, la joie de vivre et le plaisir sain. Et cependant, tous ces gens en lamba se nourrissent de peu et habitent des cases modestes, ils n’ont que d’humbles besoins. »La foire se termine le soir par un bal « respectueusement demandé » : les femmes et les jeunes filles y viennent vêtues de leurs beaux atours, les jeunes gens sont empressés, polis, font des courbettes et « tous, stylés par un instituteur qui sait ne pas limiter son rôle aux heures de classe, constituent, à un certain moment, un quadrille que je voudrais bien, ne vous en déplaise, que l’on dansât partout en France avec autant de grâce et d’ingénuité ».Et Maurice Fleurial de conclure : « Ah ! Comme nous avons raison, à Madagascar, de ne pas vouloir  inculquer l’indigène à notre façon  à la fois si étroite et si rapide de vivre… Laissons-le vivre dans ses coutumes les plus chères et les plus belles, dans son désir d’être heureux ! »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar1 partages

Elle est libre, pas toi petit frère

Moult revirements, interventions, prises de positions, indignation dans l’affaire Madame Claudine. Une chose est sûre, c’est elle et ses compères qui mènent la danse et nous autres sommes finalement des spectateurs impuissants de cette grande mascarade.Il faut savoir qu’à Madagascar, les évènements se gèrent pas étouffement. C’est-à-dire qu’un évènement s’oublie avec un autre qui a été créé de toutes pièces pour que nos esprits oublient la gravité de ce qui s’est passé avant.Depuis que la dame a pris son envol pour on ne sait où, ou plutôt pour une destination que l’on ne nous dit pas, plusieurs « évènements » se sont bizarrement tenus. Procès de l’ancien directeur de cabinet du ministère de la Communication à la Cour criminelle. Rivo Ratiarison mis sur la sellette pour  détournement de fonds auprès de l’Office de la radio et de la télévision malgache (ORTM). Condamné à 5 ans de travaux forcés, on a l’impression qu’il paie plus pour détourner l’attention de tous. Mais visiblement, le crucifié n’approuve pas d’être le cobaye.Un autre fait qui semblerait hors contexte mais qui n’est pas fortuit. Firoze Nourbhay, un Français d’origine indienne, âgé de 16 ans, a été enlevé de force il y a quelques jours. Il y a plus d’un an, un certain Arnaud et sa sœur ont été propulsé dans un monde terrible qui s’est soldé par le meurtre sordide de la petite. Heureusement, Arnaud est vivant. Mais la vérité, on ne sait plus vraiment ce qu’il en est. En reprenant le texto pour Arnaud, on retient quelques lignes : « Petit frère, te voilà propulsé d’un coup dans un monde ou la turpitude des grandes personnes règne sans limite. En quelques semaines, tu as été la victime de tous les maux de ce pays qu’est le nôtre : la corruption, le non-respect des droits humains, la violence à outrance, l’esclavagisme, l’état de non-droit. Certes, petit frère, trop malheureusement, tu es loin d’être le seul. Car ils sont des milliers à être quotidiennement traités comme des bêtes, sous nos yeux. Des enfants qui sont kidnappés et que l’on ne retrouve jamais, des enfants qu’on retient comme esclaves des familles, en ville comme dans les campagnes, des enfants que l’on prostitue, des enfants que l’on vend et achète pour leurs organes. Et j’en passe ». Et depuis, qu’est ce qui a été fait à part les pressions des familles qui ont les moyens pour retrouver vivant leur enfant ?Depuis quelques jours, l’annonce du renouvellement des billets de banque vient également bousculer les esprits. Les explications sur les impacts économiques de cette décision est un autre sujet de discussion. Mais pourquoi maintenant, au moment où la crise sociale risque d’éclater. À la veille d’une élection, la logique de nouveaux billets en dit long sur l’intention de ceux qui détiennent les clés du coffre.Un fait tue un autre. Si ces trois évènements n’arriveront pas à tuer l’affaire Claudine, ne soyons pas étonnés que dans les jours qui viennent, certains seront chair à canon. Car le Malgache oublie et se tait devant la mort.« Poa, poa, aza hitako, aza mahita ahy » diraient mes ancêtres.

Précision : La pièce d’opinion sur l’extradition parue dans nos colonnes le 13 avril dernier est un Texto de Ravel, écrit par Mbolatiana Raveloarimisa et non une Humeur de Soanina comme indiquée par erreur. Elle n’a donc pas été écrite par Mialisoa Randriamampianina. Toutes nos excuses aux intéressées et à nos lecteurs.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Tananews1 partages

Andranomena : un garde du corps très spécial

On en apprend chaque jour un peu plus sur ce qui s’est passé à Andranomena, il y a un peu plus d’une semaine.

On apprend ainsi que le jeune Firoze Nourbhay avait un garde du corps.

Ledit garde du corps ce jour, en voyant les ravisseurs, a tiré en l’air.

Puis s’est enfui.

Madagate1 partages

Vatican. Le Pape François et la lutte contre la plaie de la corruption

Les dirigeants malgaches actuels sont-ils des croyants? Ont-ils la Foi? Croient-ils en un seul Dieu (monothéisme comme le judaïsme, le christianisme et l’Islam) ou bien à d’autres plus matérialistes (villa, 4X4, argent mal acquis)? Toutes ces questions se posent en regard de leur comportement amorphe face à ce qui est mondialement connu comme étant, désormais, l’affaire Claudine Razaimamonjy.

CLIQUEZ ICI

La Communauté internationale, le Bianco (Bureau indépendant anti-corruption), les magistrats dans leur ensemble, la société civile, les politiciens, les journalistes, l’homme de la rue… tous se sont levés comme un seul homme, vis-à-vis de ces subventions exceptionnelles en centaines de millions d’ariary -sinon en dizaines de milliards- détournés pour tout un réseau mafieux, la dame Claudine n’étant qu’un maillon de la chaine. Et cela ne date pas d’hier…

L’écho de l’évasion de Claudine Razaimamonjy vers l'île Maurice, organisé au plus haut niveau,  est certainement parvenu jusqu’au Vatican.

Voici des extraits du message Urbi et Orbi du Pape François pour Pâques 2017.

"(…) Qu’on puisse construire des ponts de dialogue, en persévérant dans la lutte contre la plaie de la corruption et dans la recherche de solutions valables et pacifiques aux controverses, pour le progrès et la consolidation des institutions démocratiques, dans le plein respect de l’État de droit". (…)

En langue malgache, cela donne:

"(...) Mba hahazoana manorina tetezan’ny fifanakalozan-kevitra amin’ny fanohizana ny ady amin’ny ratra amin’ny kolikoly izao fitsanganan’ny Mpiandry ondry tsara izao, ary ho fikarohana vahaolana azo antoka sy milamina amin’izay tsy mampitovy hevitra. Mba hahazoana miroso sy manamafy ny andrimpanjakana demokratika ao anatin’ny fanajana tanteraka ny fanjakana tan-dalàna koa". (...)

Recueillis par Jeannot Ramambazafy – 18 avril 2017

Tananews0 partages

« 3 élèves gendarmes décédés sur un 1000 mètres »

Aïe c’est triste ça.

Nous on a une autre interrogation : sur tous les généraux étoilés de la gendarmerie, combien arriveraient à terminer un 1000 mètres ?

Simple question sans aucune perfidie. Enfin, un tout petit peu.

Orange Madagascar0 partages

Des médicaments pour le CHRR d’Antsirabe

 Le Groupe Star et l’équipe du THB Tour font dons de médicaments et de matériels médicaux à la maternité de l’Hôpital de Référence Régionale d’Antsirabe.

Dans le cadre de l’organisation de la 12ème édition du THB Tour, et en tant qu’entreprise responsable, le Groupe Star a tenu à associer dans le cadre de l’action citoyenne les jeunes mamans et des nouveaux nés de la maternité de l’hôpital de référence régionale d’Antsirabe.

Cet hôpital, qui fut le premier établissement médical implanté dans la ville d’Antsirabe en 1905 était à l’origine un Poste Médical d’Indigence et a, au fil des années, pu étendre ses services pour ainsi être doté en 2005 du statut de « Centre Hospitalier de Référence Régionale (CHRR) ».

Ainsi, le CHRR est l’établissement de référence pour les habitants d’Antsirabe et des régions alentours. Le Groupe Star, soucieux du bien-être de la population malagasy, s’est intéressé de plus près au service de maternité de cet hôpital, qui a actuellement une capacité d’accueil de 51 personnes. Durant la journée de donation, 35 jeunes mamans étaient présentes dans le service gynécologique et néo-natal de l’Hôpital, et en moyenne 3 jeunes mamans par jour intègrent le service. Suite à la requête formulée par les responsables de la maternité, le Groupe STAR a répondu positivement à la demande de médicaments et de matériels médicaux. A cet effet, six cent (600) plaquettes d’amoxicilline 500mg, quarante(40) plaquettes de métronidazole 500mg comprimés Winthrop, deux cent quatre-vingt-dix-sept (297) plaquettes de métronidazole 250mg comprimés, six cent (600) plaquettes de fer sulfate 200 + AC folique 0,4 comprimés, deux (2) tensiomètres poignets électroniques Spengler SPG320 et dix (10) thermomètres médicaux à mercure ont été remis au CHRR. Outres ces médicaments et ces matériels, le Groupe Star a également fait dons de kits bébé aux nouveaux nés présents ce jour ; kit comprenant chacun un doudou, deux lingettes, un sac Eau-Vive, une trousse Eau-Vive et un pack d’Eau-vive. Ces donations d’une valeur de 1.568.000 Ariary ont été remis en présence du Président Directeur Général Adjoint du groupe Star, le Directeur d’Agence du Groupe STAR à Antsirabe, ainsi que du Responsable du Secrétariat général du Groupe STAR auprès des responsables du CHRR, représentés par le Directeur Régional de la santé, le Chef de Service Maternité, l’Adjoint Technique, le médecin de garde ainsi que le gestionnaire de l’Hôpital.

« Contribuer même de manière modeste à l’amélioration des conditions de vie des plus démunis est pour nous un devoir, en reconnaissance de la confiance que nous porte chaque jour nos consommateurs malagasy » a tenu à expliquer José Andriamboavonjy, Directeur d’Agence du Groupe Star lors de son allocution.

(Source : Groupe Star)

News Mada0 partages

Ladoany : nitombo ny fanafarana entana avy any ivelany

Nahatratra 468,6 miliara Ar ny hetra nampidirin’ny sampandraharahan’ny haban-tseranana na ny ladoany, nanomboka ny janoary hatramin’ny marsa 2017 raha toa ka 417,4 miliara Ar ny vinavina. Izany hoe, nitombo 112 % io tahan’ny fampidiran-ketra io raha oharina ny vinavina napetraka, ary nitombo 39% raha oharina ny telovolana voalohany ny taona 2016.

Araka ny fanazavana nomen’ny sampandraharan’ny ladoany, midika ireo tarehimarika ireo fa nitombo ny lanjan’ny fanafarana entana avy any ivelany niditra eto Madagasikara. Niteraka harena sy fidiram-bola ho an’ny eto an-toerana ihany koa izany.

Eo koa ny fanatsarana ny fitaovana enti-miasa, toy ny fampiasana ny niomerika amin’ny fandoavan-ketra, iarovana ny fivezivezen’ny vola, sy antoka ho an’ny fandoavana haban-tseranana ary ny fanamorana ny fikirakirana ny antontan-taratasy.

Manamafy ny fanaraha-maso ny tahan’ny fampidiran-ketra ny vokatra, ankoatra ny solika koa izany. Mikasika ity farany (solika), nampisy elanelana teo amin’ny haba voaray sy ny novinavinaina, ankoatra ny fiantraikan’ny vidin-tsolika ny fahatongavan’ny solika nentin’ny sambo niditra eto Madagasikara ny tapaky ny volana marsa teo.

Njaka A.

News Mada0 partages

Ampasindava-Nosy Be : hanapotika ny tontolo iainana ny fitrandrahana « terre rare »

Manangona sonia ny fikambanana Coillectif Tany, hanoherana marindrano ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany, “terre rare” ataon’ny orinasa TREM any amin’ny Nosy Ampasindava, mialoha ny hidirana an’i Nosy Be. Fanapotehana ny zavamananaina sy ny rano any an-toerana ny fitrandrahan’ilay orinasa sinoa ity toerana ity.

Manangona sonia, ankehitriny, ny fikambanana Collectif Tany, halefa any amin’ny filoha Rajaonarimampianina hanoherana ny fitrandrahan’ilay orinasa sinoa, Tantalum Rare Earth Madagasikara (TREM), harena an-kibon’ny tany antsoina hoe “terre rare” (karazan-tany tsy fahita) any amin’ny Nosy Ampasindava, toerana akaikin’ny fidirana any Nosy Be, any avaratra andrefan’i Madagasikara. Ho an’ny Collectif Tany, tsy mazava ny fomba nahazoan’ny TREM fahazoan-dalana, nomen’ny fanjakana fony fitondrana Tetezamita, hitrandraka “terre rare” ny toerana mirefy 300 km2. Tsy nisy koa ny “tena” fakan-kevitra ny vahoaka.

Nambaran’ity fikambanana ity anisan’ny tena mampidi-doza indrindra ny fitrandrahana ity harena an-kibon’ny tany ity. Mila mampiasa akora simika chlorure de sodium, sulfate d’ammonium, na asidra oxalique. Ampiasana rano betsaka ihany koa, mitarika ny fandotoana ny rano sy ny tsiron’ny tany manodidina rehetra ary indrindra ho zava-doza ho an’ny mponina. Andaniana sulfate d’ammonium 7 t, asidra oxalique 1,5 t ny ahazoana “terre rare” 1t.

Hanapoizina rano 1.000 t ny « terre rare » 1t avy amin’ny sulfate d’ammonium sy ny akoram-by aterany, miampy fako simika 2.000 t. Mihevitra ny hanondrana “terre rare” 10.000 t isan-taona anefa ny orinasa TREM mandritra ny 50 taona! Izany hoe, vinavinaina hatrany amin’ny 500 tapitrisa t ny rano ho voapoizina, sy fako simika 1 miliara t ao anatin’ny 50 taona.

Eo koa ny tsy fisian’ny toerana azo antoka hanatobiana ny akoram-potaka avy nosivanina ny « terre rare ».

Olombelona sy harena voajanahary maro

Anisan’ny toerana manana harena voajanahary tsy hita pesimpesenina ny any Ampasindava. Ahitana karazam-borona monina sy mandalo maro, biby mandady sy mikisaka tsy fahita raha tsy aty Madagasikara na any an-toerana ihany. Eo koa ny karazan-gidro lépilemur mittermeieri tsy hita raha tsy any Ampasindava. Mahatratra 15 ny karazana hazandranomasina mampinono, toy ny rorqual d’Omura, ny trozona, ny antsantsa trozona, ny trondra samihafa ary ny akorandriaka.

Manodidina ny 33.000 ny mponina any an-toerana, miaina amin’ny jono sy ny fambolena, indrindra ny lavanila, ny cacao, ny kafe, sns. Iaraha-mahalala koa ny lanjan’ny fizahantany any Nosy Be, akaikin’ity toerana tadiavin’ny fitondrana hopotehina ity, nefa tsy hitondra fampandrosoana ara-toekarena ho an’ny mponina any an-toerana akory.

Koa manoloana ireo rehetra ireo, manainga ny rehetra hanao sonia ny fanoherana ity tetikasa ity tsy hahita masoandro akory ny Collectif Tany.

Randria

(Tahirin-tsary)

 

News Mada0 partages

Tsy voafehy ny vidiny : manaraka ny fisondrotana koa ny vary « stock »

Na teo aza ny baikon’ny filoham-pirenena hanerena ny vidim-bary tsy hihoatra ny 2.000 Ar ny kilao, ny mifanohitra amin’izany no hita eny an-tsena. Raha ny eto an-dRenivohitra, manodidina ny 2.100 Ar hatramin’ny 2.200 Ar ny kilaon’ny makalioka. Maro koa ireo mpaninjara tsy mivarotra io karazam-bary io intsony. “Lasa mifamaly amin’ny mpanjifa izahay satria tsy manambola ny isan-tokantrano ka maro ireo mimenomenona”, hoy ny mpivarotra iray etsy Anjanahary.

Vahaolana hitan’ny fitondrana ny hanafarana vary avy any ivelany. Araka ny loharanom-baovao navoakan’ny Fanaraha-maso ny vary (Observatoire du riz), laharana faha-65,  nahatratra 41.000 t ny vary “stock” nohafarana avy any ivelany nankaty Madagasikara, ny volana janoary sy febroary 2017 teo. Nentina nanentsina ny banga amin’ny vary eto an-toerana ireo. Ny mahavariana, misondrotra manaraka ny vidim-bary eto an-toerana koa ny vary “stock”. Voalaza fa tsy nihetsika firy anefa ny vidim-bary eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ny fiandohan’ny taona 2017. Nitombo 1,2% ihany koa ny voka-bary ny taona 2016, nahatratra 749 tapitrisa t. Manodidina ny 344 dolara/t ny vidin’ny vary tonga eo amin’ny seranan-tsambo (vidiny FOB) ho an’ny vary avy any Pakistan ary 345 dolara/t ny vary avy any Thailandy.

Raha hiverenana ny vary avy eto an-toerana, manomboka miakatra ny vary (tsipala, botra, …) avy any amin’ny faritra hafa, ankoatra ny any Alaotra (mpamokatra makalioka).

Njaka A.

News Mada0 partages

Rakotoarison Jean Jacques : « Voahitsakitsaka ny lalàna… »

Nitondra ny heviny manoloana ny raharaham-pirenena ny mpampianatra mpikaroka ao amin’ny oniversite Toamasina, Rakotoarison Jean Jacques. Niompana amin’ny tsy fanajana ny lalàna ny fanehoan-keviny. « Tena efa tafahoatra ny fisian’ny tsimatimanota. Tsy voahaja ny lalàmpanorenana ary voahitsakitsaka ny lalàna. Mahazo laka ny tsimatimanota », hoy izy. Nohitsiny fa ambonin’ny lalàna hatrany ny mpitondra. Tsy misitraka ny tokony ho tombontsoany ny olom-pirenena sy ny vahoaka. Tsy manaja ny fianianany ireo nanao izany amin’ny sehatra rehetra sy ny ambaratonga samihafa mihitsy. Tsy miaro ny tombontsoan’ny vahoaka nifidy azy ireo depiote amin’ny fandaniana ny lalàna, araka ny nambarany ihany.

Afa-bela ny trondro vaventy…

 Tsy vitan’izany. “Mbola lavitra ezaka ny ady amin’ny kolikoly. Tratra farany hatrany ireo madinika fa afa-bela kosa ireo trondro vaventy. Tsy hita taratra ny fampiharana ny lalàna. Ohatra ny « Raharaha andramena » sy ireo vato sarobidy ary ny « Raharaha Claudine ». Tena tsy tan-dalàna ny eto”, hoy ihany ity mpampianatra any amin’ny oniversiten’i Toamasina ity. Miitatra hatrany amin’ny toekarena izany. Manan-karena isika nefa tsy misitraka izany ny mponina amin’ireny faritra ireny. Ohatra ny any Maroantsetra sy Melaky na ny hafa. « Mitanila ny fampandrosoana. Tsy mijery ny laharampahamehana ny mpitondra », hoy izy.  Notsindriny fa tsy hanome vola antsika ireo mpamatsy vola raha mampanjaka ny tsimatimanota ny mpitondra, tsy mipetraka ny tany tan-dalàna. Manoloana ireo rehetra ireo, nitondra vahaolana ny tenany. « Ilaina ny fitiavan-tanindrazana eo amin’ny sosialy sy toekarena ary politika », hoy ity mpampianatra mpikaroka ity.

Synèse R.  

 

News Mada0 partages

Mpitarika mpanohitra MMM, Paul Berenger : « Takinay ny marina nahatongavan’i Claudine aty Maorisy »

Manjavozavo tanteraka. Mitaky ny marina amin’ny nahatongavan-dRazaimamonjy Claudine atsy amin’ny Nosy Maorisy ny mpitarika mpanohitra MMM any an-toerana, Paul Berenger. « Manana zo hahalala vaovao marina momba izany ny vahoaka maorisianina. Iza nanome alalana azy hiditra eto ? Tsy misy mahalala ny fidirany eto na ny polisy na ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny maorisianina… Omeo vaovao marina ny vahoaka », hoy izy ny asabotsy teo, tamin’ny valandresaka nataony amin’ny mpanao gazety tatsy Maorisy.  Notsiahiviny ny nambaran’ny ambasadaoro amerikanina, Robert Yamate, ny herinandro teo, ny amin’ny tokony hiverenan’ity tandapa ity an-tanindrazana sy ny hitsarana azy. Teo koa ny fanohanan’ny sehatra iraisam-pirenena ny ezaka nataon’ny Bianco. « Efa nahazo ny didy tsy fahazoana mivoaka any ivelany (IST) indroa izy io nefa mbola tafiditra sy nahazo alalana ho aty Maorisy ihany », hoy ihany ity lehibe mpitarika mpanohitra atsy Maorisy ity.

Nialoha izany anefa, nilaza ho tsy manana vaovao ofisialy momba ny fitsaboan-tenan’ity mpanolotsain’ny filoha Rajaonarimampianina ity ny governemanta maorisianina.

Efa any Dubai Razaimamonjy Claudine

 

Ankoatra izany, nambaran’ny gazety « lexpress.mu » atsy Maorisy, araka ny loharanom-baovao nalain’izy ireo amin’ny mpitandro filaminana eto amintsika ny faran’ny herinandro teo, fa efa tafaverina an-tanindrazana ny sasany amin’ireo niaraka amin-dRazaimamonjy Claudine.

 « Efa tokony ho tonga aty Madagasikara ny alarobia 12 avrily teo ny iray amin’ireo efatra nandeha tany Maorisy. Ny loholona Andriamandavy Riana io. Ny hafa, ilay vehivavy mpiandry fonja sy ny mpitsabo azy, tokony ho tonga ny alahady teo », hoy ny nambaran’ity loharanom-baovaon’ny gazety atsy Maorisy ity.

Ny nalehan-dRazaimamonjy Claudine izany, hatreto, tsy fantatra hoe lasa aiza ? Niely ny feo fa efa lasa any Dubai ity tandapa ity, taorian’ny tatsy Maorisy. Matoa rahateo efa nody avokoa ireo niaraka taminy, efa tsy any amin’ity Nosy ity intsony izany izy ? Tsy mazava koa ny antony tsy nampihetsika ny fitondrana maorisianina manoloana ity raharaha ity. Miray tendro amin’ny fitondrana Rajaonarimampianina noho ny resaka tombontsoa manokana ? Anisan’izany ilay tetikasa  Faritra ara-toekarena manokana (ZES) kasain’ny mpitondra atsy Maorisy hapetraka eto amintsika ?

 

Tokony hadihadiana ny loholona Andriamandavy Riana

 

Efa eto an-toerana koa izany ny loholona Andriamandavy Riana ka tokony hohadihadina momba io raharaha io. Manomboka amin’ny nitarihany ireo andiana olona teny amin’ny Bianco sy ny fanohintohinana narahina tora-bato teny an-toerana nandritra ny fihazonana sy fanadihadiana an-dRazaimamonjy Claudine. Efa nitaky ny hanadihadiana azy ny fiarahamonim-pirenena. Tokony hohadihadiana tahaka izany, koa ilay mpiandry fonja sy ny mpitsabo nanaraka azy tany Maorisy, hahalana ny mety ho nalehan’ilay tandapa…

 Tsiahivina fa tokony hotanana am-ponja vonjimaika (MD) eny Antanimora,  nanomboka ny 7 avrily teo, ity tandapa ity, saingy lasa nihazo an’i Maorisy tampoka ny 10 avrily maraina. Tsy hita hatramin izao hoe nankaiza.

Randria  

 

News Mada0 partages

Fampandrosoana eny ifotony : nahazo rano ny ao Amboanana

Nahazo rano madio fisotro madio ny fokontany Alarobiakely sy Ambohimanambola, kaominina Amboanana,  Arivonimamo. Fotodrafitrasa niarahana niasa tamin’ny misionera amerikanina izao notokanana ny herinandro teo izao. Teo koa ny anjara birikin’ny fokontany sy ny kaominina amin’ny fanamboarana izany. « Anisan’ireo fokontany mijaly rano eto anivon’ny kaominina  ireto fokontany roa ireto. Samy nahazo izany avokoa izy ireo. Mbola niampy efitrano fidiovana miisa telo ho an’ ny EPP Ambohimanambola aza izany… Lavitra ny fantsakana rano. Na misy akaiky aza, eny an-tanimbary… Tsy azo antoka ny fahadiovana ary manjaka ny aretim-pivalanana », hoy ny ben’ny Tanàna ao Amboanana.

Nambaran’ny depiote Rakotomanjato Rodin kosa fa mbola maro, antapitrisany, ireo mponina mivelona amin’ny rano tsy azo antoka, manerana ny Nosy. « Miantso ny fitondrana izahay mba hijery akaiky izany », hoy izy.

Tsiahivina fa mitentina 240 tapitrisa Ar  ny fanorenana ny fotodrafitrasa ka ny 10 %,  avy amin’ny mponina mpahazo tombontsoa.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Papa François : « Mba hifanakalozan-kevitra ny ady amin’ny ratran-kolikoly »

Anisan’ny ady lehibe ny ady amin’ny kolikoly. Mba hifanakalozan-kevitra fanohizana ny ady amin’ny ratra ami’ny kolikoly, raha ny hafatry ny papa François.

 

« Mba hahazoana manorina tetezan’ny fifanakalozan-kevitra amin’ny fanohizana ny ady amin’ny ratra amin’ny kolikoly izao fitsanganan’ny Mpiandry ondry tsara izao, ary ho fikarohana vahaolana azo antoka sy milamina amin’izay tsy mampitovy hevitra. Mba hahazoana miroso sy manamafy ny andrimpanjakana demokratika ao anatin’ny fanajana tanteraka ny fanjakana tan-dalàna koa. »

Hafatra Paka avy amin’ny papa François, afakomaly, io. Ankehitriny, mandray eo an-tsorony ny rahalahy sy anabavy mijaly noho ny ratsy amin’ny endriny samihafa ny Mpiandry ondry tsara, izay nitsangana tamin’ny maty. Mitady ireo mijaly noho ny fitokana-monina sy ny fanilihana Izy.

Raisiny an-tanana ireo iharam-pahavoazana noho ny fanandevozana amin’ny endrika taloha sy vaovao: fampiasana tsy araka ny maha olona, fanondranana an-tsokosoko, fitrandrahana sy fanavahana… Miara-dalana amin’ireo mandao ny taniny noho ny ady Izy, na noho ny fanafihan’ny mpampihorohoro, ny hanoanana, ny famoretan’ny mpitondra.

Miara-dalana ny fahamarinana sy ny fandriampahalemana

Miara-dalana amin’izay mitady ny fahamarinana sy ny fandriampahalemana Izy, ary mankahery ireo tomponandraiki-pirenena hialana amin’ny fiitaran’ny ady ary ny hampiatoana ny fanondranana fitaovam-piadiana. Amin’ny fomba manokana, tohanany ny ezak’ireo mitondra fankaherezana ho an’ireo mponina sivily any Syrie iharam-pahavoazana noho ny ady, omeny fandriampahalemana ny any Moyen Orient, toa an’i Iraka sy Yémen.

Tsy mandao ny mponina any Soudan Atsimo Izy. Eo koa ny any Somalia, Repoblika demokratikan’i Congo, mijaly noho ny ady ary mihamafy noho ny hanoanana mamely ny faritra sasany any Afrika. Nasian’ny papa François teny koa ny any Amerika Latinina, Ukraine…

Hameno ny tsodrano ho an’ny kaontinanta eoropeanina anie Izy, ary hanome fanantenana ho an’ireo mandalo fahasahiranana, indrindra ireo tsy manana asa ho an’ny tanora.

« Efa nitsangana tokoa ny Tompo, araka izay nolazainy. Nandresy ny haizin’ny fahotana sy ny fahafatesana Izy, ary manome fandriampahalemana amin’ny fotoantsika« , hoy ny hafatra.

R. Nd.

News Mada0 partages

Tolona fanorenana ifotony : « Ny fitondrana no voalohany tsy tan-dalàna »

« Dradradradraina hatramin’izay fa tany tan-dalàna i Madagasikara. Nefa ny fitondrana no voalohany tsy tan-dalàna. « Very fahatokisana ary tsy mankasitraka an’io fitondrana io intsony ny vahoaka malagasy. »

Io ny nambaran’ny mpitarika ny Tolona fanorenana ifotony (TFI), Rasolofo René, tamin’ny atrikasa fakan-kevitra momba ny fanorenana ifotony teny Tsiadana, ny faran’ny herinandro teo.

Mijoro ankehitriny ny komity mpanomana ny paika sy ny zotrasa fanorenana ifotony. Tsy maintsy ampahalalana ny vahoaka malagasy manerana ny Nosy izany, fa tsy vitan’ny mpanao politika mivory eto Antananarivo irery. Tsy maintsy tsinjovina sy henoina ny hevitry ny Malagasy manerana ny Nosy.

Tsy misy olona mahomby, raha tsy teny ierana izay atao. Hivory indray ireo komity mpanomana miaraka amin’ireo fikambanana tratra antso, rahampitso. « Aoka tsy hitazam-potsiny fa tandindomin-doza ny firenena », hoy izy. Potika ny firenena sy ny toekarena, tsy zarizary ny fiainam-bahoaka. Tsy mivaky loha amin’izany ny fitondrana.

Noho izany, entaniny hijoro ny vahoaka malagasy, ary sahy hiaro ny tanindrazana sy ny tombontsoa iombonana.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Fanondranana olona hiasa any Koweit : voasambotry ny polisy i Moustafa sy vehivavy valo

 Natolotra ny fampanoavana, ny asabotsy teo i Moustafa voarohirohy ho nanao fitadiavam-bola amin’ny fanondranana olona hiasa any Koweit sy ireo vehivavy valo saika hiondrana an-tsokosoko. Saron’ny polisy ao amin’ny Service central des enquêtes specialisées et la lutte contre les fraudes documentaires teny Antsahameva Ankatso i Moustafa, ny 14 avrily 2017 teo. Araka ny fanazavan’ny polisy, nahazo loharanom-baovao momba ny fisian’i Moustafa izay mitady vehivavy halefa hiasa any Koweit amin’iny faritra Antsahameva Ankatso iny ny polisy ka nidina teny an-toerana avy hatrany. Hita tao an-tranon’ity lehilahy ity tokoa ireo tovovavy miisa valo izay niandry ny fotoana handehanana any Koweit niaraka tamin’ny antontan-taratasy maro samihafa. Araka ny fanazavan’ny polisy hatrany, manamboatra antontan-taratasy hosoka izy hahamora ny fahavitan’ny pasipaoron’ireo tovovavy halefa hiasa any Koweit. Hita tao an-tranony rahateo ireo taratasy hosoka samihafa sy fitombokasem-panjakana hosoka. Momba ny fifanarahana, izy no miantoka ny lany rehetra amin’ny fanaovana pasipaoro, Visa ary saran-dalana amin’ny fiaramanidina ka manefa ny volany amin’ny karama dimy volana ireto tovovavy ireto rehefa tonga any Koweit. Manao antoka trano sy tany aminy ireto tovovavy ireto mialoha ny hialana eto Madagasikara. Tsy vitan’izay fa mbola mahazo 2 tapitrisa Ar isaky ny olona alefany amin’ilay agence any Koweit izy.

Jean Claude

News Mada0 partages

Antsirabe : nijoalajoala ny afo, trano 20 kilan’ny afo

 Nitrangana haintrano mahatsiravina indray tao Mahazoarivo Avaratra Antsirabe, ny asabotsy tolakandro teo. Trano hazo fivarotana akondro ity kila hotohoton’ny afo ity. Mitentina antapitrisany maro ny fahavoazana vokatr’ity haintrano ity. Manodidina ny trano hazo 20 eo ho eo ireo kila forehitra ary tsy mbola fantatra izay antony nahatonga ny  firehetana fa ny afo efa nijoalajoala no nahataitra ireo olona teo amin’ny manodidina. Voalazan’ireo olona nahita ny fitrangan’ny loza, misy amin’ireo tranon’olon-tsotra ankoatra ny trano fivarotana akondro. Nalaky ny fiitaran’ny afo satria trano hazo avokoa ireo teo amin’ny manodidina, nampian’ny hafanana. Somary tara ihany koa ny fahatongavan’ny mpamonjy voina ka izay no isan’ny nampanano sarotra ny famonjena ireo traboina. Manginy fotsiny ny tsy fisian’ny firaisankina teo amin’ireo mponina satria nitazana ny fahavoazan’ny hafa fotsiny ny sasany amin’izy ireo fa tsy nanampy tamin’izao voina goavana izao.

Tampoka ny fiavian’ny loza ka tokony hitandrina hatrany ny tsirairay hialana amin’ny loza mety hitranga tampoka toy izao.

J.C

News Mada0 partages

Chronique : maladresse éhontée se fout de l’habileté

Classer la politique dans la catégorie des disciplines artistiques parait aventureux, cela n’empêche de reconnaitre une valeur à la vocation de s’y consacrer surtout si l’exercice s’accompagne d’une élévation d’esprit, lui faisant épouser parfois la forme d’un apostolat. L’activité en milieu fangeux requiert doigté. Un maître en la matière, François Mitterrand, plaidant en faveur de l’usage de la ruse en politique en a justifié la légitimité, sous réserve d’un savoir la revêtir des habits de l’habileté. Nombre de maladresses prélude à la dernière boulette de n’avoir pas su empêcher une image scabreuse à l’évasion de Claudine Razaimamonjy, ne témoignent pas d’une grande habileté. Souvent de leur suffisance ces gens du pouvoir donnent l’impression de n’accorder à l’habileté aucune considération, détenir le pouvoir semble leur suffire à se croire la liberté de faire avaler toutes les couleuvres à toute une population. Cynisme et mépris se mêlent à les pousser à la gageure de poser en postulat la triviale boutade « plus c’est gros mieux ça passe ».

 Cette fois-ci l’os était trop gros, l’opinion le garde en travers la gorge. Certains chroniqueurs font de cette affaire la menace de braises qui couvent promises à se raviver incandescentes en 2018. Séduisante hypothèse minimisant les ravages actuels d’un incendie pas près de s’éteindre. Vouloir ruser n’y parviendrait pas, surtout pas à la manière de pompiers chaussés de gros sabots adoptant le style de chirurgiens à gros doigts essayant de suturer les plaies sans dextérité. Suite à l’évasion de la fugitive qui a échappé au destin de servir de sacrifice pour la bonne cause, reste à faire amende honorable en procédant à une grande purge, et en immolant sur le bucher des pénitents les hauts exécutants de l’exfiltration. Certes y procéder ne saurait totalement abuser le public, tant est forte la conviction à propos du largage de complices même ayant rang de ministre pour servir de fusible, n’ayant d’intention qu’à court-circuiter une dangereuse remontée des soupçons. La perspective 2018 cesse d’être la préoccupation prioritaire, il y a plus urgent : on suffoque dans le palais, tous toussent de la fumée du feu qui brûle les rideaux à toutes les ouvertures. Ultime chance de salut, concéder sa part au feu. Sans gage de réussite, signe de contrition en sanction d’une culpabilité par légèreté avec une insouciance désormais disparue.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : cartes messages

Le Gouverneur Général a l’honneur de porter à la connaissance du public que des cartes messages destinées à la correspondance avec les pays envahis sont mises à la disposition des intéressés qui pourront se les procurer : à Tananarive, dans les bureaux du directeur du cabinet du Gouverneur Général ; dans les autres circonscriptions, au bureau du chef de province.

L’échange de cette correspondance est soumis aux formalités suivantes sous peine de voir refuser la transmission :

1° Les cartes destinées à la correspondance ne pourront être délivrées qu’aux chefs de famille, de nationalité française ou alliée, qui justifieront qu’ils ont des parents en pays envahi ;

2° Les expéditeurs ne peuvent adresser qu’une carte tous les deux mois ;

3° Les cartes ne doivent pas contenir plus de vingt mots, non compris la signature et l’adresse ;

4° Elles ne doivent comporter aucun renseignement d’ordre militaire ou économique et ne traiter que d’affaires exclusivement privées ;

5° Chaque carte doit être adressée à une personne déterminée demeurant dans telle commune ;

6° Les cartes doivent être écrites très lisiblement, les noms, les prénoms et adresses des destinataires très exactement libellés et comprendre, sauf s’il s’agit d’un village, l’indication de la rue et du numéro ;

7° Les cartes doivent être remises au bureau de poste, au guichet, et non jetées dans les boîtes. Le timbre à date y sera apposé aussi nettement que possible.

Afin d’éviter l’encombrement et pour distribuer aussi rapidement que possible à tous les intéressés les nouvelles qu’ils attendent depuis si longtemps, il est recommandé de ne pas multiplier la correspondance. Les membres d’une même famille doivent donc s’abstenir, autant que possible, d’envoyer chacun des messages particuliers, laissant au chef de famille le soin d’entrer seul en communication avec la portion de famille restée en pays occupé.

Mort au champ d’honneur

Rouquette (Gabriel), soldat au 3e Zouaves, déjà titulaire de la Croix de guerre. – Tué, à l’âge de 35 ans, à Nieuport le 7 janvier 1917 par un éclat d’obus.

Rouquette (Gabriel) était le frère de feu M. Rouquette, vétérinaire, décédé à Analalava en 1915, et de M. Rouquette (Paul), adjoint des services civils, mobilisé au bataillon de l’Émyrne à Tananarive.

Journal officiel de Madagascar et Dépendances

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : provisoire de longue durée, signe de faiblesse

La Région n’a jamais été, pourtant 22 existent et vivent de fausseté. Elles traversent les régimes qui, insultant ainsi la décentralisation, se targuent faire de celle-ci un point d’appui cardinal du développement. Les dirigeants des 3ième et 4ième en passant par ceux de la Transition (qui n’ont eu d’idée qu’à durer en pérennisant les tares), n’ont jamais manifesté velléité à remédier à cette «incorrection» aussi  trompeuse que budgétivore. Tous ont souffert et souffrent d’un budget à l’étiage, impropre à un bon fonctionnement de l’Etat, mais aussi apte à assurer aux hauts dignitaires l’indignité de vivre sur grand pied, que suffisant pour entretenir les vices recelant une potentialité de contribuer au maintien au pouvoir. On ne s’ampute pas d’une incongruité estimée à tort gage de longévité.

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : ala-nenina

Asa izay fanaovana tsirambina nanome vahana ny fanenjehan’olona manana mpiaro mahefa toy I Claudine Razaimamonjy. Sa kosa efa vontom-pinoana amin’ny filazana azy mahefa ary tsy miankina eo am-panatanterahana ny andraikitra nankinina aminy ireo sampana voatondro hiady amin’ny kolikoly sy amin’ny asa maloto fanodikodinam-bola ary amin’ny fanadiovana vola maloto. Tongotra mby an-dakana izao sarotra ny fiverenan-dàlana. Ny tany ama-monina sy ny solontenan’ireo fikambanana sy firenena avy any ivelany izay monina eto an-toerana nohon’ny fiaraha-miasa dia efa samy sendaotra avokoa ary nisy aza tsy nifehy tena intsony tamin’ny fanehoana fampitandremana. Tsy vitan’ny hoe rano raraka tsy azo raofina iny raharaha Claudine Razaimamonjy iny, fa karazana fisantarana tatatra vaovao ampikoriana rano fanadiovana. Araky ny fahatazanana azy dia be ireo mpanosika ka mety ahery ny onja isarika ny loto sy andrendrika an’izay maloto. Voahotsankontsana avokoa amin’ izany ireo lakanjejo mivesatra zava-tsoa maramara fihaviana. Nofinofy ny vokatry ny fampisehona hery amin’ny fitadiavana hivoy anoherana ny onja, manaraka ny onja sy manamorona sisiny alohan’ny fivarinana any Farahantsana sisa fiala-nenina ahazona anavo-tena.

Ahiana hitaky fandeferana be izany fomba fanavotan-tena izany. Ho tonga hatrany amin’ny famelana an’ireo mpiray dia teo aloha ho sorona. Mety amparofy anefa izany raha mangadihady ny manodidina, rehefa jerena tsara naman’ny tsy fahaizan’ ny tena ihany ny nahafahan’ireo hazo feno lay teo ankilan’ny tena niroboboro nefa tsy hita iankinana fa boboka avokoa.

Toy ny tena ihany ireo fahavalo mpifaninana miandry kendry tohina, tsy mamindra fo amin’ny malemy, tsy mijery an’izay farofy na lavo voahitsakitsaka raha sakatsakana eo amin’ny làlana diavina. Maro ireo ohatra mahazatra amin’ny fitenenana mitory ny fisehon’ny toe-draharaha amin’izao fotoana izao, na mikasika ny fandraofana voankazo diso masaka na fitsimponana kitapo latsaka. Tsy mila akory fandrombana fa lasa toy ny fanefana adidy sy fanaovan-tsoa ny fandraofana fitondrana nirodana ho azy. Tsy mbola tonga amin’izay akory, fa efa manamoron-kady izay mety hivarinana raha mikiry tsy hiova famindra amin’ ny fanamparan-kery ka na efa tafitohina aza dia tsy tia ahalala afa-tsy ny bao tsy mivily. Maro ireo mpanararaotra miandry paiso latsaka, tsy latsak’izany koa ny isan’ireo mpanoro vohana manodidina, tsy mitsinjo lavitra jambenan’ny fitiavan-kely maimaika.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Ossements humains : le vol sévit à Fieferana

Les voleurs d’ossements humains frappent aux portes de la capitale. Des familles de la commune de Fieferana, dans le district d’Antananarivo-Avaradrano, en furent victimes lors des fêtes pascales.

Les habitants du village de Kilonjy, dans la commune rurale de Fieferana, appellent à une plus grande implication des autorités dans la sécurisation rurale suite à une série de violations de sépultures doublées de vols d’ossements humains dans leur village, samedi. Quatre caveaux situés dans un même secteur ont été fracturés, selon la population qui a révélé que tous les restes mortels ont disparu dans l’un des sites cambriolés si les autres ont été partiellement épargnés. L’un des membres de la famille propriétaire d’un de ces caveaux a rapporté que les malfaiteurs trient leur butin en portant leur préférence sur les os décharnés plutôt que les cadavres récents.

Manou

 

News Mada0 partages

Dimanche de Pâques : «Les gens se tournent vers le Créateur»

Une foule de chrétiens ont fêté dimanche avec ferveur la résurrection du Christ dans les églises et temples.

Comme à chaque grande fête religieuse, les chrétiens malgaches ont célébré Pâques dans la communion. Toutes les églises étaient pleines à craquer à tel point que dans certains temples, plusieurs messes ont été célébrées dans la matinée à des horaires différents. «En cette période difficile, les gens se tournent vers le Créateur, leur repère moral est le Christ», a noté un pasteur d’un temple FJKM.

«Pour les Malgaches, comme la Nativité, la résurrection du Christ est également porteuse d’espoir et d’amour. Il s’agit d’un acte de foi qui l’emporte sur la mort. En ce bas monde, les Malgaches ne savent plus à quel saint se vouer. C’est pourquoi, les Malgaches affluent à l’église lors du Dimanche de Pâques», a-t-il souligné.

C’était aussi une occasion pour de nombreux prêtres et pasteurs d’inclure, dans leurs sermons, à leurs ouailles, la vraie signification de la célébration de Pâques, pour que celle-ci ne reste pas un simple rituel. La première est la Pâque juive qui commémore la sortie d’Egypte et la naissance d’Israël en tant que peuple, ainsi que la fin de l’asservissement de l’homme par l’homme.

Quant à la deuxième, c’est la Pâque chrétienne qui est marquée par la mort du Christ et de sa résurrection. Le triomphe du bien sur le mal et de la justice sur l’injustice. Il appartient ainsi aux fidèles de suivre leur voie décrite dans les Saintes écritures, si on veut avoir comme récompense la vie éternelle au paradis. « Il se peut qu’on jouisse déjà de cette récompense dans sa vie terrestre, en suivant l’exemple donné par le Christ », a fait remarquer un prêtre dans son sermon.

   

Sous le signe d’austérité   

Vu que l’événement est tombé au beau milieu du mois, plusieurs familles ont affirmé avoir fêté Pâques dans l’austérité. Le faible pouvoir d’achat oblige. « Par rapport à l’année précédente, on est réduit d’un tiers le budget alloué à chaque membre de la famille, aussi bien celui du dimanche que pour le piquenique du lundi », a témoigné une mère de famille.

Malgré cette situation, tout le monde a quand même avoué que le menu a sorti de l’ordinaire. Quand même il s’agit de la plus grande fête chrétienne.  Ceux qui ont les moyens ont concocté des plats à base de poulet, de canard. En guise d’ entrée, la salade de spaghetti ou de macaroni, mélangée avec des légumes, de la mayonnaise ou d’autres ingrédients  fait toujours recette.

Sera R

 

News Mada0 partages

Accès à l’emploi : un éternel défi pour les handicapés

Les Personnes en situation de handicap (PSH) font face depuis des années au problème d’accès à l’emploi. Selon les constats, pas plus de 10% des PSH occupent un emploi décent en dépit des efforts fournis dans ce domaine. Le Centre national de formations professionnelles des PSH, en collaboration avec ses partenaires, compte renverser cette tendance via un nouveau projet de formations professionnelles et d’accès à l’emploi, dénommé « Mihary ».

Mené en partenariat avec  les ONG Akama, Fofama et les partenaires qui mettent en œuvre des projets de réhabilitation à base communautaire comme Fanilo et Merci, ce projet de trois ans (2O17-2019) est soutenu financièrement, à hauteur de 155.000 euros, et techniquement par Christoffel-Blindenmission (CBM), une organisation internationale chrétienne d’aide aux personnes souffrant de handicap. Il vise à faciliter l’accès des jeunes en situation de handicap aux formations professionnelles et au travail décent  à Madagascar, et à appuyer les centres de formations professionnelles à offrir des formations répondant aux normes de qualités et en adéquation avec les besoins du marché de travail.

Un premier  atelier a été organisé il y a six mois, pour créer des échanges entre les personnes en situation de handicap, les secteurs privé et professionnel, les institutions de micro-finances, les institutions publiques concernées et les organismes internationaux. La semaine dernière,en présence du ministre de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP),  Marie Lydia Toto Raharimalala, ces organismes rattachés se sont attelés à la présentation d’analyse de la situation relative aux formations professionnelles et à l’emploi des PSH dans les régions Analamanga et Vakinankaratra pour pouvoir mesurer le projet après trois ans.

Fahranarison

News Mada0 partages

Bilan des fêtes pascales : sept morts autour de la capitale

L’opération « Pâques sans accident » annoncée par la gendarmerie nationale a eu son effet cette année avec une réduction importante du nombre des victimes d’accidents durant ce long week-end.

Sept décès ont été enregistrés durant les fêtes pascales dans la région Analamanga suite à des accidents de la circulation et de coma éthylique dont une jeune femme de 27 ans a succombé. Deux personnes ont perdu la vie suite à la sortie de route d’une voiture Peugeot 205 sur la RN1, au niveau d’Analavory, hier, tandis qu’un motard n’a pas survécu à la collision de son engin avec un véhicule à Ambavarano, dans la même journée.

Le service des urgences du Centre hospitalier Joseph Ravoahangy-Andrianavalona (HJRA) et son service de réanimation médicale ont enregistré durant la même période 190 entrées dont 25 en admission, selon le directeur de l’établissement, le Professeur Olivat Rakoto Alson.

Sécurité sur la route

L’omniprésence des éléments de la gendarmerie sur les routes à grand trafic, les points sensibles et les grands sites de rassemblement a influé sur les statistiques selon le commandant Hery Lala, responsable de la communication au sein de la gendarmerie nationale. Sept cent cinquante-neuf gendarmes, appuyés de 25 voitures légères et 34 motos ont été déployés dans la province d’Antananarivo durant les fêtes pascales, a-t-il révélé, pour assumer le rôle de la gendarmerie dans la protection des biens et des personnes.

Manou

 

News Mada0 partages

Paka an-tsary

Nanakoako teny amin’ny FJKM Tranovato Ambatonakanga ny antsa Paska niarahana tamin’ny antoko mpihira Orimbato. Tanteraka ny « Hihira ny herinao aho ». Seho nitondran’izy 30 mianadahy aim-panahy vaovao ho an’ireo tonga teny an-toerana.

Ankoatra ilay feo tena kanto sy fantatra eo amin’ny filalaovana tantara amin’ny Radio, anaty sarimihetsika, sns, babon’ny fihetsik’i Clara sy i Gégé Rasamoely avokoa ireo izay nijery ny « comédie musicale » notontosain’izy mianadahy tetsy amin’ny CCEsca.

Raha ny mpijery tonga nanatrika, somary nangina Antsahamanitra ! Tsy nanakana ireo mpanakanto toa ny tarika Les Adeline tsy hanolotra ny talenta tsara indrindra avy any aminy anefa izany.

Nanatontosa : HaRy sy Fanou ary Mamiherison.

News Mada0 partages

Pâques à Antsirabe : entre festivité et découverte, le THB Tour a toujours la cote

Un vif succès. C’est ce qui résume la 12e édition du THB Tour qui s’est tenue à Antsirabe, sur la Place de l’Indépendance, du 15 au 17 avril dernier. Entre détente, festivité et découverte, cet événement culturel d’envergure n’a rien perdu de son influence ni de son aura dans la ville thermale.

Antsirabe s’enflamme, à la manière de THB Tour

Sans conteste, la ville d’Eaux est la capitale de Pâques. Durant trois jours, les festivités ont battu leur plein. Comme à l’accoutumée, la grande caravane a investi les rues de la ville d’Eaux, traçant sa route de l’usine Brasseries Star jusqu’à la gare. La caravane, avec ses annonces, sa sonorisation, ses haut-parleurs, ainsi que les vingtaines de cyclopousses et de voitures multicolores remplis de pom-pom girls, ont été accueillies par une foule immense, massée sur les trottoirs de l’avenue. L’après-midi a été consacrée au concours de danse et à l’animation avec le duo humoristique Fou Hehy.

Les artistes se sont surpassés

Attendu de pied ferme par le public, le show a commencé avec Arnaah qui a ouvert le bal, vers 19 heures 30, avec un répertoire étendu où se sont succédé ses meilleurs titres comme «Ngoma ngoma», «Fa tara», «Henoy za» et notamment l’incontournable «Magneva».

La «Beyoncé» malgache et sa bande ont fait sensation, sans trop chercher à faire participer le public mais plutôt à le convaincre. Objectif réussi pour le groupe vu les longues salves d’applaudissements pour accompagner sa sortie de la scène. «Il faut reconnaître que notre tâche ne sera pas de tout repos, notamment tout au long de ce week-end pascal, mais nous avons un timing bien géré», confie-t-elle en marge de sa prestation.

La prestation de Big MJ a, par contre, été plus animée. Les paroles de «No limit», «Machiro», «Halako» ou encore «Mikisaha» ont été instantanément captées et partagées par la foule présente. Les flammes des briquets dansaient au bout des bras de ses inconditionnels lors de ce concert tandis qu’une profusion d’écrans ont illuminé et remplacé les flammes des briquets sur l’avenue.

La nouvelle génération à l’honneur

L’après-midi du dimanche, ce fut une ambiance jeune avec Pit Leo et Mr Sayda représentant la nouvelle scène malgache avec des paroles percutantes reprises par le public. Dans la soirée, Nina’s accompagnée de ses danseurs a mis une ambiance tout particulièrement tropicale avec une vraie mise en scène. Lundi, place au roi du batrelaky, avec Lôla sur scène.

Les noctambules ont été gâtés.  DJ Nicky et DJ Sniper ont transformé l’avenue de l’Indépendance en dancefloor géant chaque soir après les spectacles. Comme annoncé, Dame pluie a été rendez-vous en début de soirée mais  l’engouement et la passion du public semblaient sans limite.

Lauréats du concours de chorégraphie :

– 1er : Ultimate 110

– 2e :  Sang’art

Lauréats du concours de Cover :

– 1er :   Kiady et Jojo

– 2e :  Andry et Manda

Rassembler dans la bonne humeur et la convivialité

Qui dit festivités pascales à Antsirabe dit THB Tour. C’est devenu une tradition immuable pour la capitale du Vakinankaratra d’accueillir cet événement culturel d’envergure. Au-delà d’un simple slogan, «Soa ny fiarahantsika» s’est concrétisé au fil des éditions du THB Tour, qui s’est fixé comme mission principale de rassembler les Malgaches dans la bonne humeur et la convivialité. Ce qui a d’ailleurs valu à la ville d’Eaux le sobriquet de «Bira», qui se traduit par «Beer» en d’autres termes.

A l’instar d’Orange et de Canal +, une bonne poignée de partenaires ont grossi le rang de THB Tour cette année dans l’optique d’améliorer l’organisation, au plus grand bonheur des Antsirabéens.  Chacun a trouvé son compte d’autant qu’un «Espace Famille» a été aménagé sur l’avenue de la gare, outre l’habituel «Espace THB Tour».

Au fil de ses éditions, THB Tour a toujours su répondre aux attentes des spectateurs en proposant une affiche truculente. «Concernant le critère de sélection des artistes, nous avons effectué un sondage auprès de la population locale 6 mois avant l’événement en question. C’est ce qui a permis de réaliser cette affiche», a fait savoir Setra Ramanankoraisina, responsable évènements et sponsoring du groupe Star.

ACTION CITOYENNE  : le groupe Star soutient le CHRR à Antsirabe

Le groupe Star n’a de cesse d’œuvrer dans le social et notamment en matière de santé. Dans ce dessein, le Centre hospitalier de référence régionale (CHRR) d’Antsirabe a reçu un don en médicaments et équipements médicaux, samedi dernier.  Ces donations d’une valeur de 1.568.000 ariary vont contribuer au renflouement du stock de produits pharmaceutiques de l’hôpital.

En fait, suite à la requête formulée par les responsables de la maternité, le groupe Star a répondu généreusement à la demande à travers des médicaments et équipements médicaux comprenant 600 plaquettes d’amoxicilline, 40 plaquettes de métronidazole comprimés Winthrop, 297 plaquettes de métronidazole, 600 plaquettes de fer sulfate, 2 tensiomètres poignets électroniques et 10 thermomètres médicaux à mercure.

«Le groupe Star a conscience de ce devoir envers ses concitoyens, face au contexte social actuel. Contribuer, même modestement, à l’amélioration des conditions de vie des plus démunis est pour nous une bonne manière de témoigner  la reconnaissance et notre confiance que nous portent chaque jour nos consommateurs malgaches», confie José Andriamboavonjy, directeur d’agence du Groupe Star à Antsirabe.

La santé de la mère et de l’enfant compte parmi les domaines dans lequel le groupe investit sans relâche.  Outres ces médicaments et ce matériel médical, il a également fait don de kits bébé aux nouveaux- nés présents ce jour-là. «Ces dons arrivent à point nommé. Cette action de solidarité et d’humanisme permettra surtout de sauver encore plus de vies, en l’occurrence celle des jeunes mamans et des nouveaux- nés de la maternité de l’hôpital», s’est réjouie Anja Harisoaniaina, chef de service maternité au CHRR Antsirabe.

Page réalisée par Joachin Michaël / Photos fournies par THB Tour

 

News Mada0 partages

Antananarivo : les festivités pascales dans l’allégresse

La ville des Mille a célébré les festivités pascales avec faste. Allant du Coliseum d’Antsonjombe au stade d’Alarobia, en passant  par le Kianja Makis Andohatapenaka et Le Club Nautique Ivato, les spectacles du Lundi de Pâques ont remporté un succès record.

Goavambe, Baomba be, Masaka be, Ça va be… L’en-tête de chacune des affiches des festivités pascales parle déjà de lui-même. Cette année, les artistes malgaches ont fait le bonheur des amateurs de spectacle diurne.

Fort du succès de sa longue tournée aux îles soeurs, Wawa a réitéré cet exploit, hier, au Coliseum d’Antsonjombe. Avec cette grosse pointure à l’affiche, le plus grand amphithéâtre de l’océan Indien est devenu «La Mecque» pour les Tananariviens qui ont répondu massivement à l’appel. Pour cette occasion, le prince du salegy s’est entouré d’une ribambelle d’artistes comme Black Nadia, Shyn, Khélène, Ajah’reo, Big Mj et Martiora Freedom.

«Compte tenu des différents spectacles qui se sont déroulés dans la même journée et dans la même ville, les artistes qui ont animé les festivités ont été, quand bien même, à la hauteur des attentes des organisateurs et notamment des personnes présentes pour faire la fête», s’est réjoui Wawa en coulisse.

Les spectacles se suivent et se ressemblent

Même engouement du public au stade Alarobia.  A l’affiche Princia, Jess Flavi One, Kapitsany et Mijah ont représenté la nouvelle génération qui ne finit pas de démontrer l’étendue de ses talents. Les artistes incontournables tels que  Dadi Love, Tence Mena, Lyanah ont également grossi leurs rangs. «Cette année, nous avons décidé de rester au même endroit pour satisfaire les inconditionnels admirateurs», a confié Lyanah en marge du spectacle.

Barinjaka a fait une véritable démonstration de force avec son «kilalaka» et ses danseurs-acrobates dans un Kianja Makis rempli comme un œuf. Khélène, BigMj, Arnaah, Tif à Tif, Mijah et Jess Flavi ont également chauffé la scène.

Les spectacles se suivent et se ressemblent. Le stade annexe Mahamasina a accueilli Dadi Love, Black Nadia, BigMj et Princia. Presque la même affiche mais dans un tout autre endroit, le Club Nautique Ivato a fait un carton avec Mijah, Arnaah, Odyai, Black Nadia et Big MJ.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Handball – «Mada Jeunes» : mbola mpanjaka ho an’ny sokajy zandriny Ihorombe

Noporofoin’ny ligin’Ihorombe indray fa mbola mpanjaka izy ireo, ho an’ny sokajy zandriny, eo amin’ny taranja handball. Fihaonana, natao teny amin’ny kianja mitafon’Ankorondrano, ny asabotsy 16 avrily lasa teo. Porofon’izany, lasan’izy ireo ny teo amin’ny «cadette» sy ny «junior», vehivavy izay norombahin’ny ASE Ihorombe avokoa.  Adin’ny samy Ihorombe ny teo amin’ny «cadette». Tamin’ny isa, 11 no ho 8, ny nandresen’ny tovovavin’ny ASE ny HBCI Ihorombe.

Ho an’ny “junior” indray, lavon’izy ireo, tamin’ny isa 18 no ho 14, ny HCJB Boeny, izay hita fa manana mpilalao tsara, saingy lesoka ny tsy fahampian’ny fihaonana. Ny ASS Toliara kosa ny nahazo izany, ho an’ny sokajy “cadet”, izay nanilika ny ASRB Boeny, tamin’ny isa tery 20 no ho 18. Niady hatramin’ny farany ny fihaonana ary nifanenjehana hatramin’ny farany ny isa teny amin’ny solaitrabe. Baolina very teo amin’ireo fanafihana farany no naharesy an’i Boeny.

Voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara ihany koa ny GRP Siteny Toliara, izay anaram-boninahitra voalohany azony. Tamin’ny isa 20 no ho 17 ny nandresen-dry zalahy ny ASS Toliara. Nisongadina ny fahaizan’i Faniry sy i Belanto ary i Romario, ho an’ny GRP. “Azo antoka ny hoavin’ny handball, noho ny fisian’ireto mpilalao niatrika fifaninanam-pirenena ireto. Mahavelombolo ny toe-batana sy ny taona. Ambony koa ny lentan’ny teknika misy eo amin’izy ireo”, hoy Razafintsalama Fidèle, filohan’ny federasiona malagasin’ny handball.

 Tompondaka /Sary : Mamiherson

 

News Mada0 partages

Judo – «Afrique 2017» : nanjakan’ny Arabo ny fifaninanana

Nanjakazakan’ny firenena arabo ny andiany faha-38, tamin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja judo. Fifaninanana, notanterahina tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny 14 – 17 avrily lasa teo.  Lasan’izy ireo avokoa mantsy ny toerana efatra voalohany, tamin’izany. «Efa nampoizina ny vokatra ary tsy tokony natao hahagaga satria telo na efa-taona lasa izy ireo no niomana. Ny antsika Malagasy, efa-bolana ny nampivondronana ireo mpikatroka ka tsy hitovy mihitsy, saingy afaka nakana traikefa tsara », hoy Andrianasoloniaiko Siteny, filohan’ny federasiona malagasin’ny judo.

Anisan’ireo nandrombaka medaly volamena betsaka, tamin’ity, ry zareo Alzerianina, izay nahazo 7. Tena nandrombahan’izy ireo fandresena betsaka ny teo amin’ny sokajy mavesatra. Matetika mantsy, adin’ny samy Arabo ny famaranana, tamin’izany. Na izany aza, tsy nitsanga-menatra i Madagasikara satria nitazona ny laharana faha-13, nahazo medaly volamena iray sy volafotsy 2, teo amin’ny fihetsika mirindra na “kata”.

Ankoatra izay, nilaza ireo mpandray anjara rehetra fa anisan’ny tsara teo amin’ny fanomanana sy fandraisana  indrindra hatramin’izay ity fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, notontosaina teto Madagasikara, ity. “Misaotra an’i Madagasikara afaka nampiantrano iny fifaninanana iny. Mankasitraka ny zava-bitan’ny federasiona sy ny fanjakana malagasy fa tena afa-po ny delegasiona rehetra”, hoy i Marius Vizer, filohan’ny kaonfederasiona afrikanina.

 Tompondaka

Filaharan’ireo firenena dimy voalohany :

1-Alzeria : volamena fito ; volafotsy dimy ; alimo enina

2- Tonizia : volamena telo ; volafotsy dimy ; alimo iray

3-Egypta : volamena roa ; volafotsy roa ; alimo enina

4-Maraoka : volamena roa ; volafotsy aoatra ; alimo enina

5-Kameronina : volamena iray ; volafotsy iray ; alimo dimy

 

News Mada0 partages

Kitra – «Amboaran’ny Caf» : tsy resy, saingy tsy tafakatra ny Cnaps Sport

Nisaraka ady sahala samy tsy nisy nitoko ny Cnaps Sport sy ny La Recreativo do Libolo avy any Angola, teo amin’ny lalao miverina amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny kaonfederasiona”, taranja baolina kitra. Fihaonana, natao tany amin’ny kianja Calulo, ny asabotsy lasa teo.

Na tsy resy aza ny Cnaps Sport, tsy ampy hiakaran’ny ekipa malagasy ny isa azony. Nanome tombony ho an’ny La Recreativo ny baolina maty taty Madagasikara (1 – 1), nandritra ny fihaonana mandroso ka nahazoan’izy ireo manohy ny fifaninanana dia ny fifanintsanana ao anaty vondrona.

Niady ary nanao izay ho afany ny mpilalaon’ny Cnaps, nandritra ny 90 mn, saingy tsy nety nahatafiditra baolina ry Njiva sy Niasexe. Anisan’ny nanavotra ny ekipa angoley ny mpiandry tsatoby an-dry zareo. Voasakany avokoa mantsy ny dakan-dry Francis sy ry Njiva.

Na izany aza, nanindry ary tena nanao totoafo ihany koa ny fanafihan-dry zareo La Recreativo ary imbetsaka no tafiditra tao anaty faritra tsy azo ivalozana ireo lohalaharany, saingy nahay ry Ando sy ry Toby teo amin’ny fanakanana azy ireo.

Tapitra hatreo izany ny fifaninanana afrikanina ho an’ny Cnaps Sport, ho an’ity taom-pilalaovana ity. Dingana manaraka ho azy ireo ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (CCCOI). Hatreto anefa, tsy mbola fantatra ny daty sy ny fotoana hanatontosana izany. Raha ny heno, tokony hovitaina amin’ity taona 2017 ity izany.

Tompondaka

(Sary tahiry)

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe – «Mondiaux 2017» : tsy nisy namokatra ny ekipa malagasy

Ratsy ny vokatra ho an’i Madagasikara, teo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, taranja tsipy kanetibe, ho an’olon-droa sy olon-tokana. Tsy nisy nihoatra ny ampahefa-dalana mantsy ireo solontena malagasy.

 

Tsy nisy nihoatra ny ampahefa-dalana ny ekipa malagasy niatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, taranja tsipy kanetibe, ho an’olon-droa. Fihaonana, notanterahina tao Topsporthal Vlaanderen, any Gand, Belzika, ny 13 ka hatramin’ny 16 avrily lasa teo.

Raha ho an’ny “double mixte” iarahan’ny lahy sy vavy, nahitana an’i Jean sy i Tatie aloha, nihintsana tao anaty vondrona satria laharana faha-18 ary tsy nahazo afa-tsy fandresena roa. Marihina fa nandrombaka ny teo amin’io sokajy io i Tonizia, tamin’ny alalan’i Nadia Ben Abdessalem sy Khaled Lakhal. Resiny teo amin’ny famaranana, tamin’ny isa 13 no ho 7, i Kambodza.

Ho an’ny olon-droa miaraka lehilahy kosa, nihintsana teo amin’ny ampahavalon-dalana i Jean sy Ram’s. Lavon’i Thaillande, nisy an’i Thanakorn Sangkaew sy i Sarawut Sriboonpeng, tamin’ny isa 13 no ho 5,  ry zalahy.  Ny Frantsay nisy an’i Henri Lacroix sy i Philippe Suchaud kosa ny nahazo ity sokajy ity rehefa nandresy an’i Thaillande, tamin’ny isa 13 no ho 10. Lavo teo amin’ny ampahefa-dalana i Tatie sy i Fafah ho an’ny olon-droa vehivavy. Nomontsanin’i Espaina, tamin’ny isa 13 no ho 1, izy mirahavavy. Lasan-dry zareo Thaillandais kosa ny tompondaka eran-tany, rehefa nanintsana an’i Belzika 1, tamin’ny isa 13 no ho 10, izy ireo. Nifarana teo amin’ny ampahefa-dalana kosa ny lalan-dRam’s, ho an’ny olon-tokana. Ilay Italianina, Diego Rizzi, ny nandresy azy, tamin’ny isa 13 no ho 9. Ilay Frantsay, Henri Lacroix, kosa no voahosotra ho tompondaka eran-tany.

Farany, ho an’ny olon-tokana vehivavy, resin’i Frantsa, teo amin’ny ampahavalon-dalana i Fafah. Tompondaka eran-tany, ho an’ity sokajy ity, ilay teratany kambodzianina, Sreymom Ouk, izay nandavo an’ilay Tonizianina, Mouna Beiji, tamin’ny isa 13 no ho 7.

Torcelin

News Mada0 partages

Judo-Championnat d’Afrique : le kata malgache sur le premier plan

Présent sur tous les tableaux, le kata malgache a réussi à tirer son épingle du jeu lors du championnat d’Afrique qui a pris fin dimanche au palais des Sports de Mahamasina.

Grâce à ses trois médailles dont une en or et les deux autres en argent, la Grande île a pu placer des judokas sur le podium du judo africain par le biais de l’équipe nationale de kata. Après la domination outrageante des Malgaches au Nage no kata en ouverture de la compétition, qui a vu le sacre de Tarimy Rabemasoandro et Rija Ratovona  ainsi la deuxième place d’Anaivoson Zonyaina  Ony Rasamimanana, le duo Arsène Randriannitovina – Henidera Rasolonirina a ajouté une autre médaille d’argent dans l’escarcelle de Madagascar lors de la compétition de katame no kata dimanche dernier.

Une belle moisson qui ne s’est pas prolongée dans les combats où les judokas malgaches ont failli dans leur conquête du podium africain. Si la plupart d’entre eux se sont heurtés au mur et n’ont pas franchi la première étape, d’autres ont réussi à passer un cap avant de trébucher au repêchage. Mais il y a eu quelques têtes qui ont raté de peu les demi-finales, à l’image des judokates Haingoniaina D. Ramiandrisoa (-78 kg), Tatiana Andrianaivoravelona (-60 kg), Daniella Nomenjanahary

(-63 kg) et Elisabeth Nomenjanahary (Open).

Si côté filles, la prestation augure de bonnes choses, chez les garçons, beaucoup reste à améliorer. Tellement, leurs résultats ne sont pas ce qu’on attendait d’eux. L’absence de Fetra Ratsimiziva a laissé un grand vide que la nouvelle génération devra combler tôt ou tard.

 L’Algérie en démonstration

Si l’Algérie termine à la première place de cette joute continentale, c’est grâce en partie à l’exploit du légendaire Nadjib Temmar (+100 kg). A lui tout seul, il a ramené trois médailles d’or dans l’escarcelle de son pays chez les +100 kg, Open, et combat par équipe. Au total, l’Algérie totalise neuf médailles d’or dont cinq chez les hommes et quatre dans la catégorie féminine. Ce pays n’a laissé que des miettes à ses adversaires dont la Tunisie, deuxième, qui ne compte que quatre médailles d’or dont une en katame no kata.

Naisa

Les Champions :

-60 kg : Fraj Dhouch (Tunisie).

-66 kg : Houd Zourdani (Algérie).

-73 kg : Mohamed Mohyedin (Egypte).

-90kg  Snoussi Oussama Mahmoud (Tunisie)

-81kg Abdelaal Mohamed (Egypte)

-100kg : Bouyacoub Lyes (Algérie)

+100kg : Nadjib Temmar (Algérie)

– Open : Nadjib Temmar (Algérie).

Les Championnes :

-48 kg : Cesar Taciana (Guinée Bissau).

-52 kg : Moussa Meriem (Algérie).

-57 kg : Khelifi Ghofran (Tunisie).

-63 kg : Soufia Belattan (Maroc)

-70kg : Niang Assmaa (Maroc)

+78kg : Asselah Sonia (Algérie)

 -78kg : Ouallal Kaouthar (Algérie)

-Open : Atangana Mballa (Cameroun)

Katame-No-Kata :

Trabelsi Ramzi – Trabelsi Ferid (Tunisie)Arsène Randriannitovina – Henidera Rasolonirina (Madagascar)Schultz Gerhard – Venter Bernard (Afrique du Sud)

News Mada0 partages

Foot – coupe de la CAF : CRD Libolo passe, Cnaps Sport trépasse

La campagne africaine s’est achevée samedi dernier à l’Estadio do Calulo, Angola. Les Caissiers ont emprunté la voie de sortie de la Coupe de la Confédération (Caf) après le deuxième match nul face à CRD Libolo (0-0). Les Angolais se qualifient en phase de groupe grâce au but marqué à l’extérieur (1-1).

Les éléments de Patrick Randriambololona ont beau rêver en grand mais le sort en a décidé autrement. Accrochés par leurs adversaires à domicile (un but partout), soit au complexe de la Cnaps à Vontovorona, les Caissiers de l’Itasy n’ont pas fait le poids face à CRD Libolo Angola. Ces derniers n’ont donné aucune chance aux protégés de Patrick Randriambololona dit Tipeh de mettre en œuvre le schéma idéal pour prendre le dessus sur les Angolais prêts à tout pour garder l’avantage obtenu au match aller (1-1).

Un but marqué à l’extérieur est synonyme de qualification pour la phase de groupe de la Coupe de la Caf. Cependant, les Caissiers de l’Itasy n’ont pas démérité et ont largement gagné en expérience par rapport aux autres clubs de la Grande île. Le résultat des deux matchs n’était pas suffisant avec le second match qui s’est soldé sur un score nul et vierge.

Njiva et Niasexe ont beau lancer de lourdes offensives mais CRD Libolo s’est montré inébralanble, défensivement, tout en bénéficiant de la qualité d’un gardien de but qui a été toutefois très décisif sur sa ligne. Les buteurs comme Francis Rafaralahy et Njiva Rakotoharimalala ont gôuté à la sauce.

CRD Libolo ne s’est pas contenté de mettre en place une défense solide. Le club angolais a répondu coup pour coup aux attaques des Malgaches avec des contre-offensives qui ont donné du fil à retordre aux défenseurs malgaches. La Cnaps Sport sera encore sur les fronts lors de la Coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) pour ce qui est de la saison 2017.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Pétanque : Madagascar rate le coche

Le championnat du monde doublettes et tête-à-tête hommes et dames a pris fin dimanche dernier à Gand, Belgique. Et les efforts des boulistes malgaches ont fait chou blanc si l’on se réfère au dernier bilan de ce plateau relevé qui a vu la participation de  la  crème de la discipline. Aucun des porte-fanions malgaches n’a pu franchir le cap des quarts de finale. Et ce, dans toutes les catégories.

En mixte, Jean et Tatie ont été éliminés au 4e tour avec deux victoires à leur compteur. En doubles hommes, Jean et Ram’s ont trébuché en huitièmes de finale face aux boulistes thaïlandais, Thanakorn Sangkaew et Sarawut Sriboonpeng sur le score sans appel de 13 à 5. Ces derniers ont été ensuite battus par le duo français, Henri Lacroix-Philippe Suchaud qui a remporté la finale par 13 à 10. Chez les dames, Tatie et Fafah ont été battues à plate couture par les boulistes espagnoles sur le score sans appel de 13 à 1.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Handball-Jeunes : ASE fait sensation

Là où l’ASS d’Atsimo andrefana a échoué, l’ASE d’Ihorombe a réussi ! Présentes chacune en finale dans deux catégories différentes, les deux équipes ont terminé le championnat de Madagascar des jeunes d’une manière différente. Seule l’ASE a fait un exploit de réussir un beau doublé en ayant remporté les titres chez les cadettes ainsi que chez les juniors filles.

Une écrasante domination de cette équipe au niveau du handball féminin dans la catégorie des jeunes suite à son succès face à HBCI lors de la finale des cadettes sur la marque de 11-09. La seconde moisson s’est avérée moins ardue que la première. HCJB de Boeny n’a pas fait le poids malgré les efforts que cette formation a fournis. Une victoire claire des handballeuses d’Ihosy par 18 à 14.

Une mainmise d’Ihorombe qui n’occulte en rien la prouesse d’Atsimo andrefana chez les garçons. En effet, si Ihorombe a tout raflé dans la catégorie féminine, grâce aux succès de Groupe Siteny et ASS, Toliara a affiché sa supériorité.

La preuve de la bonne santé de la discipline dans cette partie sud de l’île, notamment chez les jeunes. Les équipes absentes ne peuvent que s’en mordre les doigts face aux enjeux de cette compétition. Puisque les absents ont toujours tort, la non-sélection dans l’équipe nationale va peser pour certains d’entre eux, surtout ceux qui visent une participation à l’IHF Trophy.

Seuls ceux qui ont brillé durant cette joute nationale ont validé leur ticket pour cette compétition africaine, que ce soit chez les juniors garçons ou chez les juniors filles.

Naisa

Résultats garçons :

Juniors :

Groupe Siteny-ASS :

20-17

Cadets :

ASS-ASRB : 20-18

Résultats filles :

Cadettes :

ASE-HBCI : 11-09

ASE-HCJB : 18-14

Ino Vaovao0 partages

HAZAKAZA-PIARAKODIA : Fahombiazana tanteraka ny Gymkhana andiany voalohany

Ny fikambanana Go Janga no nikarakara ny hetsika Mahajanga mifety ka anisan’izany ny Gymkhana sy fampirantiana fiara tranainy.

Betsaka ireo mpitia fiarakodia no nandray anjara, ka anisan’izany ny an’ny Ben’ny tanànan’i Mahajangan izay nahazo ny laharana fahavalo teo amin’ny fotoana vita, niaraka tamin’ny Hyundai 4x4. Mini Cooper nentin’i Haja kosa no nahazo ny laharana voalohany tamin’ny fe-potoana 2 minitra 11 segaondra 18. I Nanou mbola niaraka tamin’ny Mini cooper ihany no nahazo ny faharoa tamin’ny fotoana 2 minitra 13 segondra 13.

I Michel nitondra ny Peugeot 505 kosa no nahazo ny laharana fahatelo tamin’ny fotoana 2 minitra 16 segaondra 56. Vehivavy roa koa no nandray anjara dia i Taly tamin’ny peugeot 307 sy tamin’ny quad. Fiara tsy mataho-dalana telo koa no nifaninana, ka ankoatra ny ny fiaran’i Mokhtar dia nisy koa ny fiara marika Mazda b2200 sy Samouraï. Nizara roa ny lalao, ka nisy ny natao ny maraina ary nisy koa natao tamin’ny tolakandro.

Nahazo fankasitrahana tamin’ny mpijery iny hetsika iny. Nanamafy izany ny Ben’ny tanàna izay nisaotra ny mpikarakara. « Mbola kely aho no nahenoako izany Gymkhana izany farany teto Mahajanga » hoy izy. Noho ny fahombiazan’ ny hetsika dia efa misy sahady vina hikarakarana hetsika hafa amin’ny fanatanjahantena amin’ny fiarakodia amin’ny volana jolay izao... Na dia sambany aza ny hetsika dia nampiseho fahamatorana ny mpikarakara ka voafehy tanteraka ny tsy fiarovana tamin’ny loza ho an’ny mpijery.

Nisy koa ny fanomezana zana-bonikazo nataon’ny Go Janga ho an’ny tanànan’i Mahajanga.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

BASKET N1B ZAZALAHY : Lasan’ny BBCA ny amboaran’ny ligin’Alaotra Mangoro

Ny sabotsy 15 avrily 2017 lasa teo no nanaovana ny lalao famaranana tao amin’ny kianja Maitre Zaka Ambatondrazaka. Lavon’ny BBCA tamin’ny isa 68 noho ny 61 ny ekipan’ny St Pierre, izay tarika avy ao anatin’ny seksionan’ Ambatondrazaka ihany.

Ny zoma teo no efa natao io lalao famaranana io saingy tsy tontosa hatramin’ny farany noho ny fahamaizinan’ny andro ary dia io naverina ny sabotsy io. Isan’ny nanamarika ny lalao natao tamin’ny zoma io ny sakoroka tany amin’ny fiafaran’ny lalao, izay nisian’ny fikasihan-tanana mpitsara nataon’ny avy ao anivon’ny mpomba ny A.S.St Pierre. Niteraka resa-be tokoa izany ka efa nisy ny fepetra noraisin’ny tompon’andraikitra noho io fihetsika tsy voahevitra.

Nilamina kosa ny lalao natao ny sabotsy ka nandresen’ny B.B.C.A mazava ny ekipan’ny A.S.St Pierre. Fantatra fa samy handray anjara amin’ny fiadiana izay ho tompon-dakan’ i Madagasikara eo amin’ny sokajy N.1.B avokoa ireo ekipa roa ireo ary hisolo tena ny ligim-paritra Alaotra Mangoro.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

FANATANJAHANTENA : Raikitra ny fikaonandoha notarihin’ny Loholona Rabenony Day sy ireo filohan’ny Ligy

Isan’ny vontoatin-dresaky ny roa tonta tamin’izany ny fomba hoentina mampitraka na manatsara indray ny seha-panatanjahantena aty an-toerana. Soso-kevitra napetraky ny Loholona ny tokony hijerena fomba manokana hanatsarana ny ao anatin’ny kianja Rasolonjatovo ao, ka hametrahana karazana kianja maromaro ahafahan’ny rehetra manao fanazaran-tena. Isan’izany ny fanorenana kianjan’ny basket-ball sy volley-ball ary ireo taranja izay tokony hiara-dalana amin’izany.

Eo ihany koa ny hijerena manokana ny fanatsarana ny toeram-panaovana ny taranja fototra atletisma ao anatin’ity kianja ity ihany. « Azo atao tsara ny manatanteraka izany, hoy ny Loholona, fa mila ny firaisan-kinan’ny rehetra fotsiny ». Noentanina ireo filohan’ny Ligy mba hanangana fikambanana ahafahana mitady famatsiana hoentina manatanteraka ny tetik’asa rehetra izay atao, kanefa tsy manitsy misy ny teny hifampierana amin’ny Ben’ny tanàna satria izy no tompon’andraikitra voalohany eto Ambatondrazaka renivohitra, ka tsy maintsy hajaina hatrany ny antanan-tohatra rehefa misy zavatra kasaina hatao, hoy ihany ity Loholona.Niaraka niaiky ny rehetra fa tsy mbola nisy ny tompon’andraikitra namory ny filohan’ny Ligim-paritra niaraka tahaka izao taty Alaotra Mangoro hikaroka hevitra hoentina mampandroso hatrany ny fanatanjahantena.

Nisaotra manokana ny Loholona Rabenony Andrinirina na i Zama Day izy ireo, araka izany, noho izao finiavana hitady ny tombontsoan’ny mpanao fanatanjahantena izao.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

SEKOLIN’NY ZANDARIMARIA : Mpiadina roa lahy maty teo am-panaovana adina ara-panatanjahantena

Nandritra ny fanatanterahana ny fanadinana ara-panatanjahantena izy roa lahy ireo tratran’ny tsy fahasalamana tampoka. 

Rehefa nahavita ilay fitsapana hazakazaha mirefy 1 000 m izy ireo no avy hatrany dia safotra tsy nahatsiaro tena intsony, araka ny vaovao voaray. Nikoropaka avokoa ny teo anivon’ny sekoly nitondra azy ireo nankany any amin’ny hôpitaly kanefa na natao aza ny fialana nenina rehetra samy tsy tana ny ain’izy ireo roa lahy. Tsy vao sambany fa efa fanindroany izao no nisiana mpiadina maty teo am-panaovana ny fifaninanana hidirana mpianatra ho Zandary.

Tamin’ny taon-dasa dia tovolahy iray isan’ireo mpiadina ihany koa no nitambotsotra tampoka teo am-pilaharana. Nialana nenina noentina toeram-pitsaboana ihany koa izy tamin’izany saingy tsy tana ny ainy. Ity farany dia nambaran’ny fianakaviany fa efa nanana aretina nitaiza azy hatramin’izay ka izay no heverina no nitarika ny fahafatesany. Ny an’iretsy roa lahy eo ambony kosa, tsy mbola fantatra mazava izay antony nahatonga ny loza. Andrasana ny tatitra avy amin’ny fianakavian’izy ireo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

AKON’NY FANKALAZANA NY FETIN’NY PASKA : Olona enina no maty, 55 hafa naratra

Nitombo ihany koa, hoy izy, ny isan’ireo olona namoy ny ainy satria tafakatra hatrany any amin’ny enina no fantatra fa maty.

Nanomboka ny sasak’alin’ny Paska nitohy hatramin’ny omaly, andro fitsangantsanganana dia tsy nifanaretsaka ireo olona tonga nila fitsaboana tetsy amin’ny Hjra Ampefiloha. Tao anatin’ireo telo andro nifanesy ireo mahatratra hatrany amin’ny 150 ireo marary nandalo fizaham-pahasalamana teo anivon’ny sampana vonjy taitran’ny hôpitaly. Nisy tamin’ireo no nalefa nody avy hatrany rehefa nahazo fitsaboana ary ny 53 tamin’ireo kosa no tsy maintsy notazonina.

Raha ny tatitra vonjimaika voaray hatramin’ny omaly maraina dia olona enina no fantatra fa namoy ny ainy. Ny telo tamin’ireo no namoy ny ainy vokatry ny hamamoana tafahoatra ka tsy nahatsiaro tena ary tsy tafarina intsony na dia efa nialana tao amin’ny hôpitaly aza. Ny telo ambiny kosa maty tsy tra-drano vokatry ny lozam-pifamoivoizana, ka isan’izany ilay lehilahy maty nazeran’ny môtô teny By-Pass, omaly hariva.

Hatrany any amin’ny 53 kosa ireo naratra. Tsy dia nisy goavana ny ratra nahazo ireto farany fa saika vokatry ny adiady, ny fanendahana ary ny lozam-piarakodia madinidinika niseho teto an-drenivohitra sy ny manodidina.

Tamin’ny ankapobeny azo lazaina ho nilamina ihany ny nanatanterahan’ny vahoaka ny fetin’ny Paska sy ny alatsinain’ny Paska lasa teo iny. Tamin’ity taona ity mantsy dia nihena ny isan’ireo loza niseho. Nihena ihany koa ny isan’ireo olona maty vokatr’izany raha hampitahaina ny tamin’ny taona lasa teo iny. Niara-nihetsika ny mpitandro filaminana rehetra, nandritra ny fifamoivoizana manerana ny lalam-pirenena rehetra sy ny toerana maro teto Antananarivo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

VALO NO VOASAMBOTRA : Sarona i Moustafa atidoha amin’ny fanondranana vehivavy malagasy any Koweït

Tratra niaraka taminy ihany koa ny vehivavy valo izay efa teo am-panomanana ny hiondrana any amin’ity firenena ity.  Araka ny vaovao voaray ny polisy miasa ao amin’ny “Service Central  des Enquêttes et la lutte Contre les Fraudes Documenatiares  » Anosy na SCECFD, dia misy lehilahy iray manao fitadiavam-bola amin’ny fanondranana olona any Koweït, eny Antsahameva Ankatso.

Tra-tehaky ny Polisy i Moustafa, ny zoma lasa teo. Voatazon’ny Polisy ihany koa ny vehivavy valo izay niandry fotoana handehanana fotsiny, tao an-tranon’ity lehilahy ity. Mba hahamora ny fahavitan’ny pasipaoron’ireo tovovavy hiasa any ivelany ireo, dia nanamboatra “certificat de moralité” hosoka io lehilahy io. Tamin’ny fisavana ny tranon’ity farany no nahitana taratasy hosoka maromaro, toy ny fanamarim-ponenana   sy “certificat de scolarité” ary fitombokasem-panjakana hosoka.

Momba ny fifanarahana indray, dia io lehilahy io no miantoka ny lany rehetra amin’ny fahavitan’ny pasipaoro, «  Visa  » ary saran-dalana amin’ny fiaramanidina. Ka rehefa tonga sy miasa any Koweit ilay olona dia manefa ny karamany dimy volana ireo tovovavy. Mialoha ny hialana eto Madagasikara anefa dia manao antoka tany sy trano amin’ireo tovovavy ireo i Moustafa, ka rehefa tsy alefa ny karama dimy volana nifanarahana dia lasany ny antoka.

Ankoatra izay, dia mahazo vola 2 tapitrisa Ariary isaky ny olona alefany any amin’ny “agence” any Koweït ihany koa izy. Nahatrarana lelavola mitentina  17 800 000 Ariary tany amin’ity lehilahy ity sy “quittance western union” nandefasan’ilay “agence” any Koweït vola taminy. Natolotra ny Fampanoavana ny sabotsy lasa teo ilay lehilahy sy ireo voasambotra.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

« FESTIVAL DES FRUITS DE MER » : Niavaka ny tolotra nomen’ ireo trano fisakafoanana

Ny Préfet-n’i Mahajanga kosa no nanokatra ny fotoana niaraka tamin’ny Talem-paritry ny fizahantany sy ny Talem-paritry ny jono ary ireo tompon’andraikitra amin’ny fizahantany eto Boeny. Anisan’ny angady nananana ny hetsika ny Ofisimparitry ny fizahantany. Betsaka koa ireo mpandraharaha no nanohana ny hetsika ka anisan’izany ireo orinasa lehibe mpanjono.

Nomena maimaim-poana ny trano fisakafoanana ireo hazandranomasina isan-karazany. Raha efatra izy ireo no nandray anjara tamin’ny taon-dasa dia efa nahatratra valo kosa tamin’ity taona ity. «  Entanina hatrany ireo mpandray anjara mba hivelatra kokoa amin’ny taona manaraka  », hoy ny Talem-paritry ny jono. Ity farany izay nanome toky ny hifandresy lahatra amin’ireo orinasa lehibe mpanjono amin’ny hanomezana hazandrano- masina amin’ny vidiny mirary ireo trano fisakafoanana fa tsy misitraka izany vokatra eto izany akory ny ankamaroany mponina, araka ny filazany. Nambaran’ity tompon’andraikitra ity sahady fa hifantoka amin’ny jono sy ny fitaizana hazandranomasina ny Foarabem-paritr’i Boeny amin’ity taona ity.

Niarahaba ny Ofisim-paritry ny fizahantany kosa ny Préfet amin’ny fahombiazan’ny hetsika sy ny 3P. Ny fandraisana andraikitra sy ny fanaovan-javatra no lehibe, hoy izy, fa tsy ny maro olo sy vitsy olo. Ny tanjona manaraka dia ny hampiditra ny fiaraha-miasa fahefatra (4P), izay tsy iza fa ny vahoaka.  Marihina fa tsy hifarana raha tsy amin’ny 22 avrily izao ity «  Festival des fruits de mer  » ity ka amin’ny vidiny mirary avokoa ny hazandranomasina amin’ireo trano fisakafoanana mandray anjara.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

FIFANINANANA DIHY : Norombahin’ny "Ultimate 110" ny 400 000 Ariary avy amin’ny Coca cola

Ny tarika Ultimate 110 no nibata ny loka goavana izay vola mitentina hatrany amin’ny 400 000 Ariary miampy finday, avy any amin’ny orinasa Orange izay niara-niasa tamin’ny orinasa Star tamin’ity Paska 2017 ity.

B’art, Dan’art, Ultimate 110, Revolution Crew no nifanintsana teo amin’ny lalao manasa-dalana ka ny Revolution  Crew sy ny Ultimate 110 no nifandona tany amin’ny famaranana. Tamin’ny alalan’ny tehaka azo avy amin’ireo mpijery sy ny isa nomen’ireo mpitsara no nanomezana isa ireo mpandray anjara rehetra. Tany amin’ny lalao manasa-dalana dia ny Revolution Crew no nahazo ny isa ambony indrindra satria dia 114 ny fitambaran’ny isa azon’izy ireo raha 78 kosa no azon’ny Ultimate 110. 

Nitsimbadika anefa io isa io satria dia tsy nahafa-po ny mpitsara ny seho nataon’ny tarika Revolution Crew tamin’ny lalao famaranana raha nisongadina kosa ny seho naton’ny Ultimate 110.

Vola mitentina 200 000 Ariary sy finday kosa no azon’ny laharana faha-roa tamin’ity fifaninana dihy ity. Marihina fa dihy mirindra no nitsarana ireo mpifaninana ka azo atao ny mampifangaro ny dihy nentin-drazana sy ny dihy an-tanàn-dehibe.Nilaza ny tompon’andaikitra ara-barotra eo anivon’ny Vondron’ny orinasa  Star, Vania Rasamimanana, fa hiezaka ny hanatsara isan-taona ny fifaninanana mandihy tahaka izao izy ireo ary tsy atao iray andro intsony ny fifaninanana.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

FETIN’NY PAKA : Nifanitsa-kitro tanteraka ny renivohitr’i Vakinankaratra

Miverina miha malaza sy mivoatra hatrany indray mantsy ny Fetin’ny Paka eto an-drenivohitr’i Vakinankaratra ary miha mahasarika ny mpivahiny manodidina sy ny avy any ivelan’Antsirabe hatrany izany.

Isan’ny nahafantarana an’Antsirabe hatramin’izay ny fetin’ny labiera, izay ataon’ny Orinasa goavana iray hatrany hatramin’izay ary io no tena mifehy ny fety eo anoloan’ny gara, saingy amin’izao fotoana dia niova izany ary efa isan-karazany ireo orinasa Malagasy misehatra amin’ny fanafanana ny fety, ka mameno toerana maro manerana an’Antsirabe ihany koa.

Isan’izany ohatra ny Orinasa “L’ile Rouge-Comadis”, ny “Dzama-Za Malagasy” sy ireo orinasa maro to an’ny Sodeam izany, ankoatra ny Orinasa Star izay mahazatra hatramin’izay. Tanjon’izy ireo amin’izany hetsika izany ny fampahafantarana ny vokatra vokariny. Ho an’ny Orinasa Dzama avy any Nosy be kosa ireo vokatra efa nahafantaran’ny maro azy no narantiny.

Afomanga goavana

Samy manao izay mampalaza ny toerana misy azy amin’ny fanafanana ny sehatra anaovany hetsika ireo orinasa ireo amin’ny alalan’ny fitondrana mpanankato malaza. Samy nahavory vahoaka ny sehatra goavana nanaovan’ireo orinasa hetsika fa niavaka kosa ny an’ny Orinasa “L’ile Rouge-Comadis”, tamin’ny fandefasana afomanga tao amin’ny “Kianja Le Rêve”. Ankoatra ireo seho an-tsehatra, dia zavon-tany ihany koa ireo kilalao isan-karazany natokana ho an’ny kilonga, ka isan’ny nahavorian’ny vahoaka maro be.

Ny fanadihadiana ihany koa no nahafantarana fa saika feno avokoa ireo trano fandraisam-bahiny rehetra isan-karazany teto Antsirabe nandritra ity fetin’ny paka ity, izay ilazana fa vory olona ny fetin’ny paka tamin’ity taona ity, teto Antsirabe.

Ny alatsinainin’ny paka dia mifamadika ny zava-misy satria ny avy any ivelany manatona ny sehatra misy ireo fampisehoana maro manodidina ny gara sy ny lapan’ny tanàna ary ny avy eto Antsirabe indray mivoaka ny renivohitra mba mitsangantsagana, ka saika feno olona ny manamorona ny lalam-pirenena.

Tiaray R

Tia Tanindranaza0 partages

Fetin’ny PaskaTomefy olona Antsirabe

Miha malaza sy mivoatra hatrany ny fetin’ny Paska tany Antsirabe ary miha mahasarika ny mpivahiny manodidina sy ny avy any ivelan’Antsirabe hatrany.

 

 Teo aloha dia orinasa goavana iray hatrany no mifehy ny fety eo anoloan’ny gara. Amin’izao fotoana, efa zavon-tany ireo orinasa Malagasy misehatra amin’ny fanafanana ny fety ka mameno toerana maro, toy ny orinasa “L’ile Rouge-Comadis”, ny “Dzama-Za Malagasy”, ny Sodeam, ny Star, mahazatra hatramin’izay. Anisan’ny nampalaza ny fety ny fisian’ireo mpanakanto malaza. Ankoatra ireo seho an-tsehatra dia maro be ireo kilalao isan-karazany natokana ho an’ny kilonga toy ny fifaninanana karaoke sy ny Smile Party nokarakarain’ny haino aman-jery iray tany Antsirabe. Nampiavaka ity fetin’ny paska 2017 ity ny fisian’ny afomanga goavambe natolotry ny orinasa Comadis. Feno avokoa ireo trano fandraisam-bahiny isan-karazany tao Antsirabe nandritra ny fetin’ny paska.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandosirana an’i Claudine A&COlona ambony maro tokony hosamborina

Olona ambony maro eto amin’ny firenena no ahiana ho tompon’antoka tamin’ny fampandosirana an’i Claudine Razaimamonjy.

  Na mety ho vita ihany aza ny mamerina azy eto an-tanindrazana, dia tsy tokony ho afa-maina ireo niara-nikotrika iny fampitsoahana ny olona efa namoahana didy fampidirana am-ponja vonjimaika iny. Efa nilaza rahateo ny teo anivon’ny Sendikan’ny Mpitsara (SMM) fa fitsoahana efa voaomana no niseho, izay midika fa nisy ny fandikan-dalàna. Nisy ny didy fandrarana azy tsy hivoaka an’i Madagasikara in-droa misesy. Ny tena loza dia taratasy avy tamin’ny mpitsabon’ny hopitaly miaramila teny Soavinandriana (HOMI) no naseho teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato raha teny amin’ny hopitaly CHU-JRA Ampefiloha no nampidirana ity vehivavy ity hotsaboina. Tompon’andraiki-panjakana ambony maro ao anatin’ny fitondrana no voatonona ho tao ambadiky ny fampitsoahana azy, ka anisan’ny niverimberina ny anaran’ny praminisitra Solonandrana Mahafaly Olivier, ny minisitry ny fitsarana Charles Andriamiseza, ny minisitry ny fahasalamana Mamy Lalatiana Andriamanarivo, ny minisi-panjakana misahana ny fiompiana sy ny fambolena Rivo Rakotovao, izay nilaza mihitsy tany Toamasina fa vonona hiady ho an’i Claudine Razaimamonjy satria nahavita be tao anatin’ny HVM izy… Tokony hisokatra ny fanadihadiana, ka rehefa hita sy voaporofo fa nisy ny firaisana tsikombakomba dia hampiharina ny lalàna, raha tena misy marina ilay hoe fampanjakana ny tany tan-dalàna, izay tsy tokony hatao resaka fotsiny, fa tena hampiharina araka ny tokony ho izy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ampanjaka eto MadagasikaraHanangana tranombakoka manerana ny nosy

Afa-po tamin’ny fampirantiana fampahafantarana ny kolontsaina sy ny vakoka Mahafaly ny herinandro lasa teo teny amin’ny tranombokim-pirenena Ampefiloha ny FCRTM (Fédération des Communautés Royales Traditionnelles de Madagascar).

 Hetsika fanentanana sy fiantsoana ny mpiray tanindrazana sy ireo mpiara-miombon’antoka ara-teknika, ara-bola sy ara-pitaovana amin’ny fanavaozana ny mozea Mahafaly ao Ampanihy izy io. Minisitera maro no nilaza hanohana amin’ny famitana tanteraka ity mozea ity. Toraka izany ny fikarohana mpamatsy vola sy mpiara-miasa nampanantenan’ny lehiben’ny delegasionin’ny vondrona eoropeanina Jean Claude Boidin nandritra ny fitsidihana nataony tany an-toerana ny taona 2008, hoy ny filohan’ny fikambanana ny printsy vavy Zoendreniny Elakovelo Etsiosa. Manodidina ny 400 tapitrisa ariary hatreto ny tetibola ilaina hamitana ny tranombakoka mirakitra ny fomban-drazana Mahafaly. Tanjon’ny federasionin’ny Ampanjaka eto Madagasikara moa ny fanabeazana sy fitaizana ny tanora miaraka amin’ny fiarovana ny kolontsaina sy ny vakoka Malagasy ho fampandrosoana ny firenena. Fanamby napetrak’ity farany nandritra ny kongresy nasionaliny kosa ny fananganana ireo mozea fitahirizam-bakok’ireo foko 18 manerana ny nosy.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ho rendrika ny sambo !

Vita iny ny fankalazana ny fetin’ny paska ary hitodika any amin’ny resaka politika indray ny mason’ny rehetra.

Anisan’ny mbola hifantohan’ny sain’ny mpanara-baovao ny raharaha mikasika ilay mpandraharaha sady mpanolotsain’ny filoha voarohirohy tamina kolikoly avo lenta saingy nampandosirina. Tsy vita hatreo ny raharaha fa mety hiitatra na dia mihevitra aza ny fanjakana HVM fa ho vitavita mora foana izy ity. Manomboka mitombo ny tsindry amin’ny fanerena ny famerenana azy eto an-tanindrazana mba hizaka ny saziny. Manomboka mitombo ireo herivelona mamondrona hery hiady amin’ny tsimatimanota. Ao ny mety resy lahatra amin’ny hampanjakana ny tany tan-dalàna, ao ny mety ho mpanaty ran-kena hoy ny fitenenana, ary ao ihany koa ireo mety ho mpikarama an’ady sy mpitady vola amin’ny raharaha tahaka izao. Ny hita taratra dia mety tsy ho vita moramora toy ny efa nisy rehetra teo aloha ity raharaha ity. Tsy hijanona amin’ny resaka olona iray ihany ihany koa, fa hiitatra hatrany anaty lapa rehetra any, ary mety tsy ho afa-bela ihany koa ny lohany faratampony eto amin’ny firenena dia ny filoha, izay toa misitri-belona mihitsy ankehitriny. Mbola hiezaka hiantso fitoniana sa hiova fomba fiady, ka hitady hevitra hafa hamonoana ny afo ? Efa mitady ho rendrika ny sambo ka na ireo lohany milaza azy ho mafy ao anatin’ny HVM aza toa efa nipirina ihany koa. Efa mitady ny lalan-kitsoahana sy hanavotan-tena angamba dia ny tsy mbola rendrika ny sambo !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fieferana AvaradranoFasana efatra no indray vaky

Taorian’ilay zazalahy kely nanjavona ary hita tao anaty lava-bato ny vatana mangatsiakany ny herinandro teo dia nitrangana vaky fasana indray ny faran’ny herinandro teo tany amin’ny kaominina Fieferana, distrikan’Avaradrano. Tsy fantatra mazava izay fotoana nitrangany.

 

Mpiandry ondry sendra nandalo no nampandre ny fokontany ka ireto farany indray no nampiantso ny tompom-pasana. Araka ny vinavina dia efa andro maromaro no nivoha ireto fasana efatra ireto saingy tsy nisy mpahita. Tena lavitry ny tanàna rahateo no misy azy. Taolambalo maromaro no very izay marihina fa efa tranainy avokoa. Tsy nisy nokasihan’ireo mpanao ratsy kosa ireo razana vao nalevina enim-bolana taty aoriana. Tany amin’ity kaominina ity ny sasany tamin’ireo tompom-pasana no nankalaza ny fetin’ny Paska namono ireo razana sisa tsy lasa sy nanidy ny fasany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny asan-jiolahyNohamafisina ny fisavana scooter

Nanao hetsika manokana fisavana ireo moto tao Toamasina ny polisim-pirenena notarihan’ny tale iraisam-paritra ny kaomisera Rakototiana Laubel Valisoa.

 Ny fampihenana ny fanafihana mitam-piadiana ataon’ireo jiolahy amin’ny alalan’ny fitaingenana moto izay nifanesy tao ho ao tao an-tampon-tanànan’i Toamasina no tena antony. Olona telo sahady no azo ary ny iray dia tratra teo am-pidorohana rongony tamina toeram-pisotroana iray tao Mangarano. Fanamby goavana napetraky ny tale iraisam-paritra ny filaminam-bahoaka ny hamerina amin’ny laoniny ny lafiny fahaleman’ny tanàna sy hampihena na hanafoana mihitsy ny fanendahana sy ny fidorohana rongony ary ny vaky trano satria efa andraikitr’izy ireo ny fiarovana ny vahoaka sy ny fananany.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vahoakan’Ambohimanarina Nitondra am-bavaka ireo sedra sy vokatra tsara niotazana

Niara-niombom-bavaka fisaorana an’Andriamanitra tao amin’ny Fiangonan’i Jesoa Kritsy eto Madagasikara Ambohimanandray Filadelifia ny sabotsy teo ny solombavambahoakan’i Madagasikara

Rasoanoromalala Horace sy ireo mpiara-miasa rehetra niaraka tamin’ny vahoakan’Ambohimanarina. Lohahevitra nofinidy noho ireo zavatra vita sy kinasa ao amin’ny boriborintany faha-6 ny «Misaora amin’ny zavatra rehetra» ao amin’ny Tesaloniana I, 5 : 18a izay mifanindran-dalana amin’ny iraky ny FJKM dia ny hoe «Vontosy Filazantsara ny nosy Madagasikara». Nandalo sedra tokoa ireo fokontany 31 ao amin’ny distrika faha-6 fa nioty vokatra tsara ihany koa amin’ny ankapobeny raha tsy hilaza afa tsy ny lafiny fambolem-bary izay mampiavaka ity faritra ao anatin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ity. Fotoana ihany koa anefa namoahana ireo mpianatra miisa 51 nahavita fiofanana zaitra, informatika, fahandroan-tsakafo ary zaridaina. Tetikasa fampandrosoana iray izy io fitsinjovana ny sosialim-bahoaka nosantarin’ny depiote voafidy ao an-toerana nanomboka tamin’ity taona ity.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lehilahy maty teny Besarety Efa rotidrotika ny tarehiny

Lehilahy iray hita faty teny Besarety omaly alatsinainy vao maraina. Potika tanteraka ny tarehiny ary niparitaka teo amin’ny toerana nahitana ny razana ny ra vokatry ny ratra mafy nahazo azy.

  Raha ny fitantaran’ny manodidina dia tamin’ny 3 ora maraina tany ho any, dia naheno olona niantso vonjeo ny teo amin’ny manodidina saingy tsy nisy nahasahy nivoaka noho ny tahotra. Ny maraina vao samy gaga sy talanjona ny rehetra fa efa ny vatana mangatsiakany sisa no hita. Tsy fantatra mazava izay tena antony mety ho namonoana azy. Voalaza ihany koa fa efa nisy ny fiantsoana mpitandro ny filaminana saingy tsy nahitam-bokany. Tsy dia misy intsony ny fifamonjena sy fifanavotana amin’izao fotoana noho ny tahotra. Matetika no hary fitaovana ny olon-dratsy, ka samy matahotra ny ainy ny rehetra. Ilaina ihany anefa ny mamolavola paikady hoenti-mampandry fahalemana isaky ny fokontany tsirairay. Voasoroka ihany ny famoizana ain’olona tahaka izao raha mahay mifanentana sy miray hina ny rehetra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha Claudine RazaimamonjyManambany ny rafi-pitsaboana Malagasy

Fantatry ny fitondrana ankehitriny, hoy ny filohan’ny fikambanana politika Asandratro ny tanindrazako, Andrianina Rajoharison, fa ahiana tsy ho lany intsony izy ireo amin’ny fifidianana.

 Be loatra ny tsy fanajana ny lalàna sy ny fiandrianam-pirenena nasehon’izao fitondrana izao. Anisan’ireny, ohatra, ny fanjavonan’ny raharaha Antsakabary sy ny sinema nitranga tamin’ny raharaha Razaimamonjy. Ho an’ny Asandratro ny tanindrazako dia sinema no ataon’izao fitondrana izao. Ny 26 novambra teo no efa nosakanana tsy hivoaka ny fari-dranomasin’ny nosy ity mpandraharaha ikoizana ity ary tokony ho tamin’izay fotoana izay izy no nosamborina fa tsy aty amin’ny manakaiky fifidianana aty. Tsy mahay na inona na inona ve ny mpitsabontsika ka na resaka fiakarana sy fidinana tosidra aza dia ilana famindrana marary any Maorisy ? Azo lazaina ho fanambaniana ny rafi-pitsaboantsika ny tranga toy ireny. Mamorona sinema sy resabe isarihana ny sain’ny olona tsy hifantoka amin’ny tsy fihetezan’ny raharaham-pirenana sisa ny fitondrana ankehitriny, hoy izy.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanPaska sandoka ?

Miarahaba Jean a ! Dia tena novetavetainareo mihitsy mantsy ny hasin’ny fety masin’olona a ? Inona mihitsy moa izany no tianareo ahatongavana e !

Tamin’ny voalohany aloha ianareo mody natao vedety be eran’ny tanàna hoe tsy nanao na inona na inona kanefa dia nohelohina. Moa va tsy toy ilay tao anaty testamenta mihitsy ? Nizaka ny tsy eran’ny aina, hono ianareo, rehefa notazonina 3 andro teny amin’ny mpihaza lavatanana kanefa tsy nahalala ota akory. Izany koa, hono, no napikaolapisa anareo teo anatrehan’i Pilato ka nampidirana anareo hopitaly e ! Mody novainareo ho hopitaly fotsiny ny fasana dia ny 3 andro novaina 1 andro. Ny tsy tao anatin’ny kajinareo angamba dia hoe fahasorenana no nateraky ny nataonareo fa tsy fahagagana tahaka ny an’ilay tena izy a ! Nahoana no aty amin’ny hopitaly, hoy ianareo, no hitadiavanareo ny tsy marary ? Ivazivazio tahaka izany ihany ry Jean ny zava-masin’olona a ! Mihevitra ny tsy ho tratry ny aloka mihitsy mantsy ianareo ka hatramin’ny paska avy no tadiavina hosandohana.

Marco

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Enawo : 415 millions USD de pertes

Les pertes dues au passage du cyclone de catégorie 4, Enawo, à Madagascar au début du mois de mars sont estimées à 415 millions USD. Cette estimation a été établie sur la base d’une modélisation quantitative des risques par une équipe de la Banque mondiale. Ces pertes représentent 4% du Produit Intérieur Brut et correspondent à des dégâts directs sur les bâtiments et les infrastructures ainsi que des pertes agricoles.

« Les dégâts causés par le cyclone Enawo sur les bâtiments et les infrastructures sont estimés à 208 millions USD. Point d’entrée du cyclone Enawo le 07 mars 2017, la région SAVA est la plus affectée avec des pertes évaluées à 168 millions USD, suivie de la région Analanjirofo qui enregistre des pertes de l’ordre de 30 millions USD. Les plantations de vanille dans les régions de Sava et Diana ont le plus souffert du passage du cyclone Enawo. Les dommages directs causés à la culture de la vanille et la perte de productivité y associée sont estimés à 164 millions de dollars dans ces deux régions » selon le communiqué transmis par le Ministère des Finances et du Budget.

Cette évaluation correspond aux recommandations de la mission du Fonds Monétaire International au mois de mars. Les dommages causés par le passage d’Enawo auront sensiblement des impacts sur les financements et le programme de cette année. L’estimation permet ainsi d’identifier les besoins.

« Même s’il s’agit d’une première estimation sur la base d’un modèle de risque, cette évaluation offre une estimation rapide des pertes et dommages que le gouvernement va prendre en compte dans le processus de relèvement», souligne Gervais Rakotoarimanana, Ministre des Finances et du Budget.

Au 20 mars 2017, les évaluations menées sur le terrain par les pouvoirs publics et les partenaires estiment à près de 434 000 le nombre de personnes touchées par le cyclone. Le bilan humain s’élève à 81 morts et 250 blessés. Les rapports indiquent que les dégâts causés aux infrastructures sont importants, avec plus de 40 000 maisons, 3 300 salles de classe et 100 dispensaires endommagés.

La Vérité0 partages

Kidnapping à Andranomena - Aucune nouvelle du jeune Firoze

 

Alors que l’opinion a cru que durant Pâques, ses ravisseurs auraient la clémence de relâcher le jeune Firoze Nourbhay (16 ans), la situation est loin encore de connaître un dénouement heureux. La victime, de nationalité française, demeure toujours donc entre leurs mains, du moins à ce qu’une source policière l’a fait savoir, hier.

Une situation qui ne manque pas d’alarmer les proches de la victime mais aussi les observateurs locaux et internationaux, en particulier en France. Tout le monde ignore donc totalement le sort réservé au malheureux malgré les voix qui s’élèvent un peu partout vis-à-vis du régime en place. « Il semble que les ravisseurs cherchent à jouer le cache-cache avec nous. De son côté, la famille de l’ado retenu en otage n’a pas écarté la perspective de travailler avec la Police. Mais concrètement, rien n’y fait. On est tous dans l’expectative », assure-t-on du côté de la Police. Néanmoins, tout cela semble ne pas écarter l’hypothèse comme quoi des négociations secrètes seraient en cours, en vue de la remise en liberté de l’otage, comme cela est devenu la coutume dans pareille situation, ces temps-ci. En attendant, le peu d’espoir qui reste s’est pour le moment volatilisé, notamment après la tournure inattendue qu’a prise le défèrement des 5 suspects dont 2 femmes vendredi soir, ces derniers ayant été relâchés faute de preuves pour les retenir. Même la Police n’a pas caché sa surprise en apprenant cette nouvelle. Les trois suspects se sont passés successivement de mains la Renault Espace, qui a été utilisée par le gang, le jour de l’enlèvement de Firoze à Andranomena tandis que les deux femmes ont été soupçonnées d’être leurs complices. Cette affaire a instauré une véritable psychose chez les parents des élèves des établissements scolaires français de la Capitale. La peur de connaître le même sort que Firoze est plus que jamais vive chez ces adolescents et leurs parents, qui ne savent plus à quel saint se vouer.  « Maintenant, à qui le tour ? », tel est le genre de question qui est sur les lèvres en ce moment. Mais elle ternit de plus en plus également l’image du pays où règnent les assassinats et les enlèvements touchant des étrangers. Puisque l’enlèvement de Firoze a fait le tour du monde, la réputation des tenants actuels du pouvoir a pris un rude coup. La sérieuse mise en garde du conseiller consulaire de France et du représentant des ressortissants de ce pays à l’endroit du régime, a été très explicite à ce sujet. Unissant leurs voix à l’ambassadeur de France, les premiers ont exigé des actions et des résultats, côté Gouvernement malagasy. Pour eux, il ne devrait avoir aucune excuse et aucun prétexte pour que cette entité n’agisse pas.

 

Franck Roland

 

La Vérité0 partages

Infrastructures routières - De plus en plus en mauvais état

Une nécessité des grands travaux de réparation. Les infrastructures routières à Antananarivo se détériorent, les routes sont abîmées. Les rues de la Capitale deviennent de plus en plus impraticables. Les divers endroits concernés sont ceux qui agglomèrent de nombreuses populations,

mais également les quartiers où la circulation est dense. Il s’agit notamment de Tsaralalàna et d’Ambodin’Isotry. Outre ces quartiers, 67ha, Antanimena, Besarety, vont s’ajouter à cette liste, ou le seront déjà dans quelques temps. Les désagréments causés par ce problème s’avèrent être inévitables. Les embouteillages en sont les principales conséquences.  Selon un conducteur de véhicule de transport en commun, l’ennui ne s’arrête pas à ces bouchons. Par ailleurs, il doit recourir à des réparations de son véhicule toutes les semaines. Les dégâts sont de plus en coûteux durant la saison des pluies où les trous sont naturellement dissimulés. Ainsi, les usagers dont les automobilistes et les piétons se plaignent de cette situation déplaisante. Les requêtes qu’ils ont faites ne sont même pas considérées.  « Que des demandes en vain, la Commune ne fait aucun effort de les réaliser », ajoute un piéton. D’après ses explications, il préfère aller à pied que de prendre le bus. Même si cette pratique entraîne plus de fatigue, les dépenses financières diminuent. Les usagers de la route requièrent ainsi la prise de responsabilité de la Commune urbaine d’Antananarivo.  Notons que le Gouvernement malagasy s’est assuré de bonnes infrastructures routières dans la Capitale avant la tenue du haut Sommet de la Francophonie en novembre dernier. Or, il ne s’agissait que des travaux à court terme comme la route qui relie Tsarasaotra et Ivato, faisant l’objet du projet présidentiel. En dépit de sa fermeture depuis, cette route se trouve en ce moment dans un état de détérioration avancée, voire totale. 

Kanto R. 

La Vérité0 partages

« Donagasy » - Faire revivre à la génération actuelle les chants d’antan

La musique est une tradition populaire autrefois omniprésente dans toutes les activités de la vie quotidienne, notamment les fêtes. Pour promouvoir la musique traditionnelle malagasy, la troupe  « Donagasy » a vu le jour récemment. Le groupe a pour mission de diffuser et de promouvoir les musiques, les danses,

les chants traditionnels et folkloriques de la Grande île.  « Donagasy »  regroupe des artistes et musiciens de renom tels que Donné Sahondrafina (accordéon, violon), Daniel Ramaroson (« Valiha »), Doda du « Kabôsy Spirit »   (« Kabôsy »), Jerry (guitare), Fabrice de Rakoto Frah Junior  (« Sodina »), Rainitelo du  « Tambour Gasy »  (« Amponga lava »),  Zo (Percussion), Nestor  du Rakoto Frajh Junior (batterie )), Vy (Chant et danse), Rijakely du  « Tarika Madafeo » (chant), Rajery (chant et directeur artistique), ainsi que Mamina, issu du concours de chants « Feo tokana, gitara iray » (guitare). L’objectif est non seulement de promouvoir la musique de chaque région, de même que les instruments typiquement malagasy, mais également leur transmission aux générations suivantes. Pour entamer le projet, un grand spectacle aura lieu durant la prochaine étape du festival  «  Mampiray tour 2017 ». Un événement qui aura lieu dans la ville d’Antsirabe, le vendredi 28 avril.  Le concept « Donagasy » consiste à interpréter les œuvres des grands noms de la chanson malagasy tels que Rakotozafy ainsi que les arts oratoires, le « Vakisôva » ou encore le « Horija Bestileo », le « Banaiky ». Des arts qui sont en train de perdre leur valeur dans la génération actuelle.  « A part les interprétations, les membres du groupe "Donagasy" ont mis en place une discipline concernant la rédaction des textes et la composition des chansons. Tous les membres peuvent écrire des paroles, mais qu’elles deviennent des musiques vivantes et servent à éduquer la population, particulièrement les jeunes. Pour nous, nous avons comme devise "les représentants d’un peuple" », a avancé Rajery, l’initiateur de ce projet.

 Anatra R 

La Vérité0 partages

Groupe Star à Antsirabe- Donations à la maternité du centre hospitalier

Action citoyenne. Le Groupe Star et l’équipe du Thb Tour ont fait un don composé de médicaments et de matériels médicaux à la maternité du Centre hospitalier de référence régionale (Chrr) d'Antsirabe, la semaine dernière.

Il s’agit d’une donation effectuée suite à la requête d’une somme de 1 568 000 ariary, formulée par les responsables de la maternité. A cet effet, 600 plaquettes d’Amoxicilline 500mg, 500 milligrammes de comprimés Winthrop, 297 plaquettes de Métronidazole, 250 milligrammes de comprimés, 600 plaquettes de fer sulfate 200 + Ac folique 0,4 comprimés, 2 tensiomètres poignets électroniques Spengler Spg 320 et 10 thermomètres médicaux à mercure ont été remis au Chrr. Outres ces médicaments et matériels, le Groupe Star a également offert des kits bébé aux nouveau-nés présents. Des kits comprenant chacun un doudou, deux lingettes, un sac Eau Vive, une trousse ainsi qu’un pack Eau Vive. Ces dons ont été remis en présence du président-directeur général adjoint du Groupe Star, de son directeur d’agence à Antsirabe, ainsi que du responsable du secrétariat général du Groupe auprès des responsables du Chrr, représentés par le directeur régional de la santé, le chef de service « maternité », l’adjoint technique, le médecin de garde ainsi que le gestionnaire de l’hôpital.  « Contribuer même de manière modeste à l’amélioration des conditions de vie des plus démunis est pour nous un devoir, en reconnaissance de la confiance que nous portent chaque jour les consommateurs malagasy », a tenu à expliquer José Andriamboavonjy, directeur d’agence du Groupe Star, lors de son allocution. Cette remise de dons a été effectuée dans le cadre de l’organisation de la 12e édition du Thb Tour. En tant qu’entreprise responsable, le Groupe Star a tenu à associer dans le cadre de l’action citoyenne les jeunes mamans et les nouveau-nés de la maternité de l’hôpital de référence régionale d’Antsirabe. 

Chrr Antsirabe

 Le Chrr fut le premier établissement médical implanté dans la ville d’Antsirabe en 1905. Il était à l’origine un Poste médical d’indigence et a, au fil des années, pu étendre ses services pour ainsi être doté en 2005 du statut de « Centre hospitalier de référence régionale ».  Ainsi, le Chrr est l’établissement de référence pour les habitants d’Antsirabe et des régions alentours.  Le Groupe Star s’est intéressé de plus près au service de maternité de cet hôpital, qui a actuellement une capacité d’accueil de 51 personnes. Durant la journée de donation, 35 mères étaient présentes dans le service gynécologique et néo-natal de l’hôpital. En moyenne, chaque jour, 3 jeunes mamans ont recours à ce service. 

Tiasoa Samantha

La Vérité0 partages

Nuance, s.v.p. !

Panique générale à bord. En cause, des chancelleries étrangères condamnent, d’un seul bloc, la dérive du régime vis-à-vis de l’affaire Claudine Razaimamonjy. La France et les Etats-Unis dénoncent la méthode cavalière affichant l’impunité des dirigeants du pays. Les tenants du régime voient de mauvais œil cette intervention et qualifient d’ « ingérence coupable » la démarche. En fait, les quotidiens à la solde de l’Etat-Hvm rejettent d’un seul revers le comportement « indélicat ou coupable », selon eux, de ces partenaires qui non seulement condamnent, en public, la pratique du régime mais clament ouvertement leur soutien aux organismes (Bianco, Cpac) chargés de mener la lutte contre la corruption et la traque du blanchiment d’argent. Une ingérence inadmissible, disent-ils !

Seulement, il y a ingérence et ingérence. Nuance, s’il vous plaît ! L’ambigüité de la position de nos responsables étatiques sur ce concept d’ingérence rend difficile la visibilité de la conduite des affaires nationales. Que lesdits responsables exposent, une bonne fois pour toute, leur point de vue sur ce sujet, étant donné le lien étroit qui nous unit avec ces partenaires qui sont, au fait, incontournables. Leur contribution nous est, pour le moment, utile. Aussi faut-il bien définir, quand est-ce qu’ils peuvent intervenir et à quel moment doivent-ils se taire ? Leur rôle consiste-t-il, uniquement, à subvenir à nos besoins et pas plus ! 

Sur le plan général, le concept d’ingérence fait débat depuis toujours. En gros, les pays nantis qui peuvent se permettre le luxe de se suffire, à eux-mêmes, pourraient brandir le rejet de l’immixtion de l’extérieur dans la gestion interne de leurs propres affaires. Aux Etats-Unis, le Président républicain James Monroe (1817-1825), rejeta l’interférence des autres, surtout les Européens, dans leurs affaires internes. Ce qu’on appelait ainsi la « doctrine de Monroe » ! Le même topo, finalement, pour les pays riches de l’Occident ou du Nord. Les pays pauvres du Sud n’ont aucune chance de pouvoir s’interférer dans la gestion interne de leurs affaires. Dans les relations internationales, l’Organisation des Nations unies (Onu), en vertu des principes de la déclaration universelle des droits de l’Homme (1948), impose une nouvelle manière de concevoir l’idée d’ingérence à travers les pays membres. Un nouveau concept basé sur le droit à l’ingérence ou d’une ingérence positive. Autrement, il s’agit d’une intervention à l’intérieur d’un pays membre où les droits humanitaires sont lourdement menacés à cause des dérives autoritaires, sinon des errances ou des irrégularités à répétition des régimes en place.

Ainsi, les Nations unies décidèrent, sans forcément demander l’avis des pouvoirs en place, de dépêcher des missions militaires dans divers points chauds du globe dont notamment en Afrique. La France, sous couvert du Conseil de sécurité de l’Onu, intervenait militairement dans certains pays du Continent noir, et cela, pour neutraliser des factions armées mettant en danger la vie des populations locales. Les récentes frappes américaines en Syrie ou en Afghanistan entrent bien dans le cadre de cette nouvelle vision du concept de l’ingérence. Si les Partenaires techniques et financiers (Ptf), à Madagascar, s’interféraient dans certains cas préoccupants du pays, pour rappeler à l’ordre les dirigeants, leurs actes s’inscrivent bien dans la ligne droite de cette nouvelle version de l’ingérence. Il importe ainsi de concevoir qu’il existe une nuance, s’il vous plaît, à rétablir. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Dossiers Claudine R. - Les plus graves restent à venir

La procédure judiciaire engagée contre la conseillère spéciale du Président de la République, Claudine Razaimamonjy ne concerne que deux dossiers sur les 6 déjà entre les mains du Bianco. Les quatre autres, déjà en cours, seraient plus complexes et de loin plus graves que les deux premiers qui, on le sait, ont pourtant déjà conduit au placement sous mandat de dépôt de la concernée. Autant dire que, si le Bianco et la Chaîne pénale anti-corruption maintiennent leur logique, cette proche du couple présidentiel  est loin d’être sortie de l’auberge.

Jusqu’ici en effet, tels qu’ils sont listés par le service de l’administration pénitentiaire, les chefs d’inculpation qui pèsent sur Claudine Razaimamonjy sont les suivants : détournements de deniers publics, complicité de détournements de deniers publics, abus de fonction, recel, favoritisme, complicité de favoritisme et blanchiments de capitaux. On aura remarqué que tout ceci repose sur des faits. Des documents qui circulaient depuis quelques mois déjà sur cette baronne du Hvm font état de cas encore plus aberrants que les susmentionnés. Il s’agirait en effet de marchés publics purement fictifs mais qui auraient  pourtant fait l’objet de décaissement effectif d’argent public de montants colossaux. Il en est ainsi par exemple de la construction d’un pont que les descentes sur terrain n’arrivent pas à situer.

Ou encore des marchés dont les communes bénéficiaires ne sont mentionnées nulle part. L’on ignore quelles auraient pu être les artifices utilisés pour pouvoir attester du « service fait », sésame requis pour pouvoir décaisser la somme, contrepartie de tout marché public. Toujours est-il que, si l’on se réfère au mode opératoire mis en œuvre pour les autres irrégularités déjà débusquées jusqu’ici, les auteurs des malversations ne s’embarrasseraient nullement de la moindre procédure pour se contenter tout simplement de faire pression sur le maire de la Commune ayant bénéficié du virement de la somme convoitée.

Dans tous les cas, c’est sûrement la panique actuellement auprès de ceux qui, moyennant un pourcentage, ont accepté d’être les prête-noms dans de tels marchés fictifs. Leur culpabilité est en effet établie du simple fait de l’absence de service fait. Difficile dans ce cas de faire valoir une quelconque absence de mauvaise foi. Le seul moyen de bénéficier d’une éventuelle circonstance atténuante, si minime soit-elle, est de collaborer avec la Justice en « balançant » le(s) donneur(s) d’ordre. Hery M.

La Vérité0 partages

Nivo Ratiarison / Claudine Razaimamonjy - Même cause, effets différents ?

Tous les deux sont empêtrés dans des histoires de détournements de deniers publics. Mais Nivo Ratiarison et Claudine Razaimamonjy ne sont pas sur les mêmes barreaux de l’échelle pour les tenants du régime. 

 

Malgré les accusations de détournements de deniers publics qui pèsent contre elle, Claudine Razaimamonjy continue de disposer d’un soutien sans faille du pouvoir actuel. A l’inverse, les dirigeants actuels sont restés relativement discrets dans l’affaire Nivo Ratiarison, accusé lui aussi de détournements de deniers publics… L’ancien directeur de cabinet du ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions a été jugé par la Cour criminelle ordinaire, la semaine dernière et a écopé de 5 ans de travaux forcés et de 80 millions d’ariary d’amende. Une peine qu’il partage avec Simonette Raharimalala, responsable commercial et marketing. Les deux sont accusés d’avoir détourné un montant d’environ 400 millions d’ariary qui devait être versé dans la caisse de l’Office de la radiotélévision malagasy (Ortm) en 2015-2016. Ils sont coupables de détournements de deniers publics et d’abus de fonction, entre autres.  Avant son procès, l’ex-journaliste avait été entendu par les enquêteurs du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) l’an dernier, puis déféré à la Chaîne pénale anti-corruption. Inculpée elle aussi dans des affaires de détournements de deniers publics, d’une valeur de 500 millions d’ariary, Claudine Razaimamonjy est restée intouchable. Cette conseillère du Président de la République Hery Rajaonarimampianina s’est même permise de snober deux convocations du Bianco avant d’être interpellée manu militari il y a deux semaines. Loin de la mise au ban, la richissime propriétaire de l’hôtel AC est et reste une icône des bleus et personne au sein de la sphère dirigeante ne s’en offusque. Pire, l’Etat ne l’a jamais lâchée, il l’a même protégée. Notamment en permettant l’« évasion » sanitaire de la Dame vers l’île Maurice.  Mais alors, pourquoi ce traitement de faveur ? Y a-t-il un deux poids, deux mesures entre deux personnalités, empêtrées toutes deux dans des affaires de détournements de deniers publics ? Pourquoi respecter le fait que Nivo Ratiarison soit condamné, et refuser que Claudine Razaimamonjy, présumée innocente jusqu’à preuve du contraire, passe par la case « prison » en attendant son procès ?

L.A.

Madagascar Tribune0 partages

Le critère des cinq questions

On dit que quand on veut, on peut. Mais l’inverse est-il vrai ? Depuis l’évasion de Claudine Razaimamonjy, les déclarations de divers responsables se multiplient pour inventorier les actions possibles, les procédures juridiques utilisables et les négociations diplomatiques à entreprendre. Mais jusqu’à ce jour, tout n’est que simple Mur des Lamentations. Si les solutions semblent de prime abord faisables, aucune personne dotée de l’autorité pour ce faire n’a engagé d’intervention officielle auprès du Gouvernement mauricien. De toutes manières, on ne va pas s’étonner de cette inaction. Les pitres qui ont favorisé cette évasion sont les mêmes pitres censés demander son extradition. Alors, à moins d’avoir saupoudré sa cigarette de moquette, qui va espérer qu’ils vont d’eux-mêmes faire marche arrière ?

Hajo Andrianainarivelo, le Président Fondateur du parti Malagasy Miara Miainga, a écrit aux autorités mauriciennes pour leur demander de prendre action. Mais ce n’est qu’une gesticulation sans conséquence : en quelle qualité M. Andrianainarivelo est-il habilité pour faire ce genre de requête ? Il essaye de capitaliser la situation à son profit en affichant un leadership politique, voire diplomatique. Toutefois, la diplomatie, c’est une affaire entre Etats, et par le biais de représentants habilités. Si j’étais le Gouvernement de l’Ile soeur, je lui rétorquerais pourquoi donc serait-ce aux Mauriciens de gérer les turpitudes que les Malgaches eux-mêmes n’ont pas été capables de gérer.

On espère que Jacques Randrianasolo, Procureur général près la Cour d’appel, va enclencher les aspects de procédure qui dépendent de lui. Ce magistrat s’est illustré dernièrement par ses déclarations sur l’affaire Claudine. S’il en a les attributs, il devrait donc mener avec virilité le combat juridique, et ne pas attendre que ce soit le parti des very Mama S qui le fassent à sa place. Qu’il s’agisse des procédures d’extradition (en collaboration avec le Ministère des affaires étrangères) ; des enquêtes contre les différents maillons de la chaine qui ont permis l’évasion (il y a des signatures qui trainent, et qui permettent d’identifier des complices) ; mais aussi du comportement du Sénateur Andriamandavy. Si la magistrature Malgache n’agit pas, alors cela signifierait qu’elle n’a pas plus de poids et d’autorité que Wake Up Madagascar, les éditorialistes de Madagascar-Tribune.com, ou ces fantasques qui croient pouvoir régler les problèmes de l’humanité en pétant des signatures, ou à signer des pétitions inutiles.

Force est de constater que par rapport au dossier Claudine, jusqu’à ce jour on s’agite beaucoup, mais personne n’a encore vu d’action concrète de la part de ceux qui ont qualité à agir. Les malfrats qui ont bénéficié des amitiés sonnantes et trébuchantes de Mme Razaimamonjy ont sans doute espéré que la trêve pascale allait anesthésier les mémoires et soulager la colère. Mais s’ils raisonnent ainsi, ils se trompent. Il n’y aura pas d’affaire Bekasy-bis, et l’affaire Claudine ne va pas retomber comme un soufflé pour disparaître des radars de l’opinion publique dans quelques semaines. L’alliance que nous appelions de nos vœux dans mon dernier édito est en train de se développer entre syndicats, magistrats, société civile, médias, et même communauté internationale. Encore une fois, l’affaire Claudine sera un tournant du mandat de M. Rajaonarimampianina.

Est-ce conforme à la vérité ?

J’imagine que la clique politico-mafieuse qui traine dans les couloirs de la République est en train d’étudier toutes les options possibles et imaginables pour se sortir de ce mauvais pas. La situation est d’ailleurs propice aux auteurs de mauvais scenarii de série B. Par exemple, pour permettre au Gouvernement malgache et aux autorités mauriciennes de sauver la face, l’Etat malgache pourrait envoyer une demande d’extradition le lendemain du jour où l’on s’apercevra du départ de Claudine. La demande pourrait même être portée en mains propres par quelques fonctionnaires véreux (ce sera toujours du per diem de gagné). Avec en musique un titre du style « on a essayé mais on n’a pas eu de chance ». Mais ce sera une mauvaise idée, car on leur demandera immédiatement pourquoi attendre plus d’une semaine avant "d’essayer".

On pourrait également se demander pourquoi les complices de Mme Razaimamonjy ont laissé l’enquête du Bianco et le déferrement à la Chaine pénale anti-corruption se faire, alors que les trois enquêteurs de l’Inspection générale de l’Etat ont été envoyés devant le Conseil de discipline pour avoir osé s’attaquer à Dame Claudine.

Une hypothèse parmi d’autres est que cette grande manœuvre (enquête, déferrement, mandat de dépôt, puis évacuation sanitaire bidon) est planifiée depuis le début pour permettre à Claudine Razaimamonjy de quitter le pays. Sans doute d’autres dossiers à venir encore plus fumants n’auraient plus permis de la protéger plus tard [1]. Mais en permettant l’évasion de Mama S, ceux qui ont permis cet acte l’obligent à être indéfiniment « redevable ». C’est le genre de situation qui peut intéresser ceux ayant vocation à aimer monter des dossiers pour tenir les gens en respect.

Dans tous les cas, l’opposition, à commencer par le TIM et le MAPAR, devrait se méfier. Car le HVM pourrait se saisir de ce contexte en faveur de l’état de Droit pour lancer des enquêtes à tout va, avec bien entendu en ligne de mire l’obtention d’un « ni-ni » électoral de facto par voie judiciaire, afin de se donner un boulevard aux prochaines présidentielles. Toutefois, dans le contexte d’évasion actuel, cela lui sera difficile, sauf si le HVM se décidait à « lâcher » sa Mama Saosy et à la faire revenir. Cela renforcerait alors la légitimité des dirigeants actuels à s’attaquer de manière judiciaire aux envies de candidature des rivaux dangereux. Car il est évident qu’avec le bilan calamiteux de l’équipe actuelle auquel s’ajoute la désastreuse affaire Claudine, la réélection du Président actuel nécessiterait autre chose que des élections équitables, fiables et transparentes.

Il est sans doute à ce stade utile de rappeler que dans certains milieux prétendant se soucier d’éthique et d’intégrité, les membres s’engagent vis-à-vis de ce qu’on appelle le critère des quatre questions, dont la première est la suivante : "Est-ce conforme à la vérité ?”. A ces quatre questions, on rajoutera une nouvelle cinquième interrogation qui pourrait éclairer ceux qui sont en panne de mémoire : « Servir d’abord » permet-il d’aider à la fuite de ceux qui « se sont servis » ?

En attendant, voici une bonne occasion de se mettre au parfum du créole mauricien...

Madagascar Tribune0 partages

L’épidémie de rougeole a fait 693 décès depuis septembre

L’épidémie de la rougeole fait plus de victimes qu’on ne l’aurait imaginé. Le point de la situation fait par le ministère de la santé publique hier, indique 693 décès notifiés dans les formations sanitaires, 567 décès communautaires dont 191 liés à la rougeole et 376 non qualifiés par les agents communautaires entre le 3 septembre 2018 et le 7 avril 2019, période pendant laquelle 124 514 cas ont été enregistrés. Ces statistiques démontrent que les victimes de l’épidémie de rougeole sont trois fois supérieures à celle de la peste en 2017.

Le précédent bilan qui s’étalait entre le 3 septembre et le 3 avril, fait pourtant état de 640 décès notifiés dans les formations sanitaires. Autrement dit, l’épidémie de rougeole a encore fait 53 décès en mois d’une semaine.

Le bilan publié hier par le ministère de la santé précise que 10 districts sur 9 régions de Madagascar représentent 33% du total des cas rapportés au niveau national de ces 4 dernières semaines. « Une analyse plus approfondie de la tendance de l’épidémie dans les régions concernées s’avère nécessaire pour identifier les tranches d’âge affectées et les actions correctrices à mettre en œuvre », indique le ministère.

Malgré tout, la riposte vaccinale se poursuit et la campagne est désormais à sa troisième phase. Le ministère de la Santé publique affirme que le taux de couverture vaccinale des dernières campagnes s’élève à 85,72% pour un taux de complétude de 77,60% des Centre de santé de base à la date du 11 avril.

Le ministère essaie de sensibiliser ainsi les citoyens sur le fait que «  la rougeole est une maladie très contagieuse ». Néanmoins, elle peut être évitée en faisant vacciner tous les enfants à partir de six mois et avant leur premier anniversaire. Il insiste par ailleurs sur la nécessité de « déclarer tout cas de décès lié à la rougeole qu’il soit détecté dans une formation sanitaire ou en communauté ».

L'express de Madagascar0 partages

Migration – un trafiquant de personnes écroué

Un acteur principal soupçonné de trafic de personnes et huit migrantes ont été arrêtés, vendredi 14 avril.

Un père de famille et huit femmes ont été arrêtés, vendredi 14 avril. Des plaintes portées par des victimes du réseau mafieux sont à l’origine de ce coup de filet. Les huit jeunes femmes ont été relâchées après avoir été déférées devant la justice, samedi. Par contre, l’homme est placé en détention préventive pour escroquerie et trafic clandestin de personnes vers des pays interdits.Afin d’accélérer la délivrance des visas de ces femmes, cet homme leur a fourni des certificats de moralité, selon les explications reçues. Lors de la perquisition, de faux documents tels que  des certificats de résidence et de scolarité vierges et de faux tampons officiels ont été découverts chez lui, selon la police chargée de l’enquête.

Gage« Il a garanti à ces femmes les frais de leurs dossiers et du voyage vers la destination. La somme équivaut à cinq mois de salaire au Koweït. Ensuite, elles vont devoir la lui rembourser», a indiqué le chef du service central des enquêtes spécialisées et de la lutte contre les fraudes documentaires. « Avant de quitter Madagascar, elles devraient signer un contrat. Elles proposent comme gage leur appartement ou leur terrain, au cas où elles ne pourraient pas rembourser les frais mentionnés», a-t-il ajouté.Le prévenu gagnait deux millions d’ariary par migrante, d’après l’enquête de la police. Plus de 17 millions d’ariary et une quittance via Western Union ont été encore retrouvés chez lui. Emprisonné, il attend alors son procès, dont la date n’a pas encore été annoncée par le tribunal. « Rappelons que l’expédition de femmes malgaches vers le Koweït et Liban est interdite par la loi et ce, depuis l’année 2013 », a souligné une source judiciaire.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Fêtes de Pâques – Marée humaine dans tous les coins

Fête de Pâques rime avec long week-end. Une aubaine pour s’évader un peu, sans oublier les anicroches qui peuvent survenir.

Rien ne sert de courir, il faut partir à temps. Dimanche, il ne fallait pas rater les offices religieux pour se remémorer la résurrection du Christ. L’après-midi, les uns ont opté pour une pause et la préparation du pique-nique du lendemain. Les autres ont tout de suite emballé leurs petites affaires pour se rendre quelque part dans le but de respirer l’air frais de la campagne. Le lendemain des Pâques, des familles ont quitté tôt leur domicile pour rejoindre les périphéries.Dès six heures du matin, des véhicules particuliers ont fait leur première halte à Ambanitsena. Des groupes y ont pris leur petit déjeuner et se sont ravitaillés en victuailles car il leur faut encore du temps pour arriver jusqu’à la destination finale. Des transports en commun de la coopérative urbaine ont profité de la journée d’hier pour contracter des contrats de location afin de ramener des clients en dehors de la Commune urbaine d’Antananarivo. Ceux n’ayant pas de moyens de locomotion ont dû aller à proximité, à pied ou se contenter des attractions en plein centre ville. « Nous avons juste préparé notre pique-nique de très bonne heure et nous avons opté pour le parc du Marais Masay pour que les enfants sortent de la maison et passent une journée en famille », a rapporté Germaine Razafin­dranto, mère de famille ayant dirigé une dizaine de personnes.Les endroits de spectacles, les parcs et les aires de jeux ont été combles, d’Ivato, à Alarobia, à Antsonjombe, au By-Pass (Iavoloha-Ambohi­manambola) jusqu’à Mahama­sina. Il n’y a que les marchés qui ont été presque désertés puisque les manèges et les kermesses ont attiré grands et petits. Peu importe les coins ombrés et la verdure des jardins et des bords de route, les familles, amis et amoureux s’y installent et savourent sans complexe leur pique-nique.Hormis les espaces ouverts, les salles de cinéma, le Parc botanique et zoologique de Tsimbazaza a enregistré une grande affluence. Il a y eu une foule immense au portail puisque les visiteurs sortis cèdent leur place à ceux qui veulent entrer vers 15h30.« Que de monde ! Bref, nous avons choisi le parc puisque c’est le plus proche et cela nous évite la bousculade et la mêlée dans le taxibe », a indiqué Verohanitra Randriamanantena.Vers 16h, la longue file au niveau des arrêts commence à se former du côté d’Anosy. Les parents accompagnés de leurs enfants en bas âge ont préféré quitter les espaces de fête avant que le désordre ne commence.

ImprévusLes accidents et les petits bobos ne se séparent jamais des fêtes. Le Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona a recensé 122 consultations durant le week-end pascal. Le service d’urgence chirurgical a notifié 87 consulations, 22 cas d’hospitalisation et deux cas de décès en 24  heures. « Mais cela n’empêche pas certains patients de s’évader, pour plusieurs raisons. Nous en avons enregistré trois. Soit, elles ne peuvent pas payer les soins, soit, elles ont peur des injections et préfèrent quitter le service », a témoigné un urgentiste.Quant au service de réanimation médicale treize personnes y ont été consultées. « Nous avons déjà eu trois cadavres en dépôt outre les suicidaires et ceux qui succombent au coma éthylique. Nous avons également eu des patients atteints d’accident vasculaire cérébral et trois autres victimes de crise émotionnelle en raison d’un conflit conjugal », a exposé le Pr Alson Olivat Rakoto, directeur de l’établissement.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy – Paul Bérenger dénonce le mutisme des autorités mauriciennes

De part et d’autre, des voix s’élèvent contre l’inaction des autorités sur l’évacuation de Claudine Razai­mamonjy à l’Île Maurice. Samedi dernier, Paul Bérenger s’est exprimé lors de son point de presse hebdomadaire sur le séjour du conseiller auprès de la présidence de la République à l’Île Maurice. Dans ses propos, le chef du Mouvement militant mauricien (MMM) dénonce l’aphonie des autorités, alors que cette affaire provoque un tollé à Mada­gascar. « Malgré deux interdictions de sortie de territoire, pourquoi a-t-on autorisé cette dame à entrer dans le territoire mauricien. Tout le monde se tait », s’insurge-t-il.Dans l’échiquier politique à l’île Maurice, le parti MMM fait partie de l’opposition. Une des plus vieilles formations politiques mauriciennes, le MMM bénéficie d’une reconnaissance notoire auprès de l’opinion publique. De ce fait, Paul Bérenger est écouté par l’opinion publique mauricienne. Fort de cette notoriété, il interpelle le gouvernement mauricien sur son mutisme par rapport au séjour de Claudine Razaimamonjy dans son pays. « La population a le droit de savoir » exige-t-il. Une affirmation qui interpelle également les autorités malgaches sur les mesures prises, ou à prendre sur cette affaire.Au moment où nous écrivons, il est difficile d’identifier la localité dans laquelle la patronne de l’hôtel AC se trouve. À défaut de versions officielles venant des autorités mauriciennes et malgaches, l’opinion publique reste dans la conjecture. Quoi qu’il en soit, le retour de Claudine Razai­mamonjy à Madagascar est très attendu d’autant plus que son visa touristique à l’île Maurice expire exactement dans sept jours.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Football – Coupe de la CAF – Les Caissiers s’arrêtent en seizièmes

La CNaPS Sport et le Recreativo do Libolo se sont séparés sur un score nul et vierge, samedi en Angola. Un résultat synonyme d’élimination.

 Clap de fin. La campagne africaine de la CNaPS Sport s’est conclue, samedi dernier en Angola, avec un match nul et vierge, face au Recreativo do Libolo. Rencontre comptant pour les seizièmes de finale retour de la Coupe de la CAF, avec comme enjeu une qualification pour la phase de groupes de la compétition. Avec un tel résultat, le Recreativo est qualifié grâce à la règle des buts marqués à l’extérieur. A l’aller, les Caissiers avaient été tenus en échec sur leur pelouse de Vontovorona. Un but de Kaya avait permis aux Angolais de faire la course en tête. Mais dans les arrêts de jeu, Njiva avait alors réussi à égaliser in-extremis.

La donne était simple pour le club quadruple champion de Madagascar, lors de cette deuxième confrontation entre les deux équipes. Il fallait à tout prix marquer au moins une fois, pour espérer poursuivre son chemin dans cette Coupe de la CAF, où il a été reversé après son élimination en seizièmes de finale de la Ligue des Champions de la CAF. Tipeh a aligné d’entrée un quatuor offensif composé de Njiva et Boura sur les ailes, ainsi que Francis et Niasexe en pointe.

Six buts marqués, sept encaissés

Mais aucun n’aura réussi à trouver la faille dans la défense adverse. En face non plus, le Recreativo do Libolo n’a jamais percé l’arrière-garde des Caissiers. Toby, Ando, Lanto et Tantely ont tenu bon du début jusqu’à la fin.

L’heure est maintenant au bilan pour la CNaPS Sport, qui aura disputé six matchs internationaux depuis le mois de février. Face au Township Rollers FC du Botswana, au tour préliminaire de la Ligue des Champions, les Caissiers ont marqué à quatre reprises et concédé quatre buts également. Contre le Coton Sport du Cameroun, en seizièmes de finale de cette C1, ils ont inscrit un but et en ont encaissé deux. Et si l’on ajoute le résultat de la double-confrontation face au Recreativo, l’on débouche sur six buts marqués et sept encaissés. Lors des matches contre les Camerounais et les Angolais, l’efficacité offensive aura été l’un des points à améliorer, sachant que la CNaPS Sport n’avait besoin que d’un petit but samedi dernier, pour se qualifier.

Haja Lucas Rakotondrazaka

 

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – « La THB Tour » confirme sa notoriété

« La THB Tour » était un rendez-vous incontournable. Devant plus de cent mille personnes, elle réussit le pari de créer des affinités et de rassembler de grandes stars Malgaches.

Soa Ny Fiarahantsika» a une fois de plus drainé la foule à la grande Avenue de la Gare durant le week-end pascal. Le public a bien festoyé, comme à l’accoutumée. Les féstivités se sont déroulées du 15 au 17 avril. Un programme riche en animations, en jeux, en concours et en concerts gratuits avec plusieurs artistes locaux. La grande caravane qui a sillonné toute la ville a ouvert les festivités. Le public a vu défiler les cyclo-pousses, les chevaux, les différents partenaires , les pom-pom girls…Comme à chaque édition, l’événement organise de nombreux concours. À l’issue de la finale du concours de chorégraphie, le groupe « Ultimate 110 » a remporté le concours de dancehall. Le duo Andrianasolo Kiady et Jojo est reparti avec les 200 000 ariary de la première place  du concours de cover acoustique. «Nous avons tenu le pari de l’organisation. Ce succès a été rendu possible grâce à de nouveaux  partenaires tels que Orange, Salto et Canal+. Chacun a reçu sa part de satisfaction. », confie Setra Ramanankoraisina, responsable évènementiel de la compagnie Star.Les artistes, venus animer cette douzième édition du THB tour Antsirabe, ont répondu aux attentes du public. Tous les soirs, les deux humoristes Eric et Honorat de Fou Hehy ont assuré l’animation.

PerpétuéLes artistes se sont succédé sur scène: Arnaah et Big Mj le samedi, puis Pit Leo, Mr Sayda (les représentants de la nouvelle scène malgache) et Nina’s, le dimanche, le roi du batrelaky Lola le Lundi de Pâques. Pour accompagner les noctambules, l’Avenue de la Gare s’est également transformée en discothèque géante avec le DJ Nicky Di Manu et Dj Snipper.« La THB Tour » est considérée comme la fête la plus importante et la plus joyeuse dans la région de Vakinakaratra, voire à Madagascar. Elle entraîne dans un tourbillon d’émotions, les habitants et les visiteurs de la ville d’Eaux. Cette année, cet événement a occupé l’avenue de l’Indépendance, depuis la Gare jusqu’au-devant de l’Hôtel des Thermes, en plus de l’habituel espace THB: un espace adjacent dédié à la famille.Une fois de plus, les organisateurs ont démontré que « la THB Tour » est restée une fête magique, envoûtante, joyeuse et mythique. La musique, la danse et la lumière s’y côtoient.Durant cette fête pascale, la ville d’Eaux avait également accueilli d’autres animations qui sont restées toutefois présentes dans les rues de la ville.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Transport routier – Le laxisme des taxis-brousse épuise

Fatigant. Voyager en taxi-brousse n’est pas de tout repos dans le pays. Les fêtes pascales qui constituent une opportunité de sortie en dehors de la capitale pour les Tananariviens ont été, au final, éprouvantes. « Voulant aller au stationnement de Fasan’ny Karana, j’ai attendu le bus à Anosy. J’ai entendu quelqu’un appeler Antsirabe, Antsirabe, aussi, ai-je tout de suite décidé de prendre le taxi-brousse qui était garé là », témoigne Ialy Rasoanaivo qui voulait rejoindre la Ville d’Eaux pour le week-end. Le taxi-brousse n’a pas été pris au stationnement officiel de la ligne reliant la capitale à Antsirabe, le voyageur n’a droit ni à un billet, ni à des choix de place et est obligé de s’asseoir avec trois autres personnes sur la même banquette, comme pour prendre un taxi-be.Une famille entière s’est rendue à Mahajanga, bien qu’ayant réservé à l’avance, elle n’a pu avoir les places réservées le jour du départ. De plus, elle affirme avoir payé 10 000 ariary de plus par personne pour les frais, soit 40 000 ariary par personne pour rejoindre Maha­janga, au lieu des 30 000 ariary, affichés au bureau de la coopérative. « Nous sommes obligés d’augmenter un peu le tarif car c’est la haute saison et nous devons mobiliser plus de voitures », c’est la seule explication qu’on pouvait obtenir de la coopérative de renom reliant Antananarivo à Mahajanga.Le directeur général de l’Agence de transport terrestre (ATT), le colonel Andry Rakotozafy, a annoncé, jeudi dernier que des mesures strictes seront prises pour le week-end pascal comme le respect des charges des bagages.« Les bagages ne devraient pas excéder le 0,80 mètre de hauteur, pour éviter les accidents de circulation », a-t-il précisé. « Il n’y a même pas de suivi dans ces mesures annoncées par l’ATT », déplore Fredinard Rakotondrafara, président de l’Association des transporteurs malagasy (ASTRAM). « Le règlement régissant les transports régional et national n’est respecté nulle part », continue-t-il. « Quand la demande est en hausse, les transporteurs ont tendance à vite oublier le règlement. Les surcharges de passagers, des bagages, la fatigue des chauffeurs, le coté mécanique des voitures, ne serait-ce que les pare-brise cassés ou les feux arrière manquants semblent être tolérés partout, sans parler de la corruption  qui est déjà monnaie courante sur les routes», surenchérit ce responsable, à la fois transporteur  en zone nationale.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Kidnapping – Les cinq prévenus libérés

Cinq personnes, dont trois hommes et deux femmes, épinglées dans l’enlèvement du fils du propriétaire d’Eden textile à Andranomena la semaine dernière, ont obtenu une liberté provisoire. Les trois hommes sont les propriétaires successifs du véhicule utilisé lors du rapt. Les deux femmes sont présumées être complices.Suite à une vérification auprès du centre d’immatriculation à Ambohidahy et une série d’enquêtes effectuées, le numéro d’immatriculation de cette Renault Espace a été changé. Le dernier revendeur a indiqué qu’il a vendu cette voiture à une dizaine de millions d’ariary, sans papiers. La police aurait du mal à identifier le vrai propriétaire. Néanmoins, le prélèvement du numéro du châssis et celui de la carrosserie de cette Renault leur a permis de continuerl’enquête.« Il s’agit d’un kidnapping contre rançon. Quelques renseignements sur les ravisseurs sont déjà entre les mains de la police saisie de l’affaire», a communiqué la brigade criminelle.Le fameux réseau des kidnappeurs du nom de Djaffar et Mohib serait toujours derrière cet enlèvement de Firoze Nourrbhay.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Les boues de vidange de latrines traitées

La Cité des Fleurs possède la première station de traitement de boues de vidange de latrines. Le projet, appuyé par l’IRCOD et L’Union européenne, est évalué à 900 000 euros. 

Une solution adéquate pour l’assainissement de Mahajanga. Selon les études réalisées à partir de 2010, la zone constituée par le bassin versant du vallon Metzinger et des parties basses de la ville interne de Mahajanga (environ 110 000 habitants) se trouve dans une situation sanitaire critique. En effet, cette zone conjugue plusieurs facteurs défavorables. On y enregistre une très forte densité de population, un espace souvent saturé, et de plus l’évacuation des matières fécales issues des latrines au sein même des quartiers est inexistante.La nappe phréatique est haute, voire affleurante, la population est plus pauvre que la moyenne, et il y a stagnation importante de l’eau (les précipitations et la marée conjuguée avec une topographie plate). Bref, l’ensemble génère la formation de cloaques pendant la saison des pluies.La zone est également à risque d’épidémies de choléra et de peste, réapparus à partir des années 1990.La forte demande sociale de la population et des autorités, l’existence d’un précédent service de vidange à la fin des années 1990, la structuration favorable des quartiers de la zone-cible constituent autant de facteurs favorables pour que le projet soit réalisé.Il s’agit spécifiquement d’une station de traitement des boues de latrines. Elle s’inscrit dans le cadre du projet d’Assainissement de Mahajanga (ASSMA) cofinancé par l’Union européenne dans la cadre d’une Facilité-Eau, qui vise à mettre en place une chaine pérenne et complète de l’assainissement dans la ville.

Une partie de la station de traitement des boues de vidange des latrines, à Marohogo Mahajanga II.

Technologie adaptéeDe plus, la commune urbaine de Mahajanga, appuyée par l’Institut régional de coopération développement (IRCOD) de Strasbourg France, s’est engagée depuis plusieurs années dans l’amélioration du traitement des eaux usées et des excrétas, principalement à travers la réalisation, en 2010, d’un zonage d’assainissement sur l’ensemble de la ville afin d’éclaircir les problématiques actuelles et dégager des priorités d’action.Cette première étude générale a démontré l’intérêt et la faisabilité d’une action prioritaire dans les quartiers vulnérables de la ville (zone du vallon Metzinger), via la mise en place d’un service de collecte, de transport et de traitement des matières de vidange issues des latrines traditionnelles et des fosses septiques.En 2011, une seconde étude a permis de préciser la quantité et les caractéristiques des boues de vidange en saison sèche, ainsi que de connaître le consentement à payer de la population pour ce service de gestion des boues de vidange.Ces données ont finalement été complétées, en 2013, par une évaluation de la capacité des boues à être déshydratées dans les conditions climatiques locales. Cette dernière étude a recommandé la méthode du « Lit de Séchage Non Planté » comme technologie la plus adaptée localement et en propose des bases de dimensionnement.

Principe et traitement de séchage

Le transport vers le site de traitement se fera exclusivement au moyen du camion-citerne hydrocureur. Les études réalisées en 2011 démontrent que plus de 70% des quartiers de Mahajanga sont accessibles en camion. Pour les 30% restants, du matériel intermédiaire (pompe manuelle et citerne tractable) sera utilisé afin de fournir une qualité de service accrue pour les ménages et des conditions de travail améliorées pour les vidangeurs.Compte tenu du climat plutôt sec de Mahajanga, le procédé de séchage doit fonctionner dans une atmosphère sèche la plupart de l’année, avec un potentiel d’évaporation élevé, ainsi que pendant les quelques mois de saison des pluies. La solution du lit de séchage non planté semble la plus adaptée à la situation, à condition que son dimensionnement lui permette de fonctionner aussi en saison des pluies.Un lit de séchage planté présenterait un risque élevé de déshydratation des macrophytes, demandant une exploitation de la station beaucoup plus délicate.Les lits de séchage non plantés sont des massifs drainants dans lesquels sont déversées les boues de vidange. La déshydratation s’opère par filtration et drainage gravitaire des eauxlibres à travers le massif filtrant, et par évaporation.Après plusieurs jours de séchage, les boues se détachent du massif et peuvent être ramassées. Elles demandent encore à être stockées pendant quelques mois pour que l’élimination des pathogènes soit conséquente. Une fois les boues séchées ramassées sur un lit, celui-ci peut être à nouveau utilisé pour recevoir de nouvelles boues en provenance des latrines.

Les autorités régionales et communales ont été présentes à l’inauguration de la station de traitement.

Organisation – Une collecte payante

L’évacuation des boues des latrines existantes par camion-citerne et leur traitement sont la solution prioritaire qui, couplée à une augmentation des infrastructures et une amélioration des pratiques dans la zone concernée, s’est imposée dans le contexte économique et infrastructurel actuel de la ville de Mahajanga, autant pour améliorer la situation existante à court terme que pour accompagner son développement futur.La mise en place de la filière collecte-transport-traitement est basée sur un partenariat public-privé. Un cahier des charges, à négocier, précise les droits et obligations de chaque partie prenante.  La collecte des boues de vidange de latrines est assurée, par une société privée, au niveau des ménages qui la sollicite.Le coût du service, prélevé directement auprès des ménages devra comprendre le coût de la collecte du transport et du traitement des boues de vidange. Le prix du service sera fonction du volume évacué et un tarif social sera appliqué pour les familles défavorisées se trouvant dans la zone du vallon de Metzinger. Le service est à l’échelle de la ville de Mahajanga. Ainsi, les 26 fokontany comprenant environ 250 000 habitants et l’ensemble de la population, les opérateurs économiques et les administrations pourront solliciter l’entreprise. Un camion hydrocureur a été remis officiellement à la station le 4 avril dernier pour le projet.Ainsi, le coût de collecte d’un mètre cube de matières fécales utilisant le camion hydrocureur pour les entreprises et hôtels est de 190 000 ariary,  contre 90 000 ariary pour les quartiers aisés, et 60 000 ariary pour les fokontany des bas quartiers.

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Morts pendant la phase d’admis­sion

Deux élèves gendarmes, de 22 ans et de 28 ans ont trouvé la mort, vendredi dernier, à Ambositra. Cela est survenu après une épreuve sportive d’un kilo­mètre, pour la phase d’admission. Ils ont eu du mal à respirer après la course, selon la gendarmerie. Ils ont été conduits à l’hôpital. Ils ont succombé après quelques minutes.

L'express de Madagascar0 partages

Cartographie

L’ouverture d’un atelier de formation sur la cartographie des espaces côtiers grâce à l’imagerie satellitaire a débuté hier au siège de l’Institut d’océano­graphie de Maurice (MOI) dans le cadre du programme panafricain de surveillance de l’environnement et de la sécurité en Afrique (MESA) financé par l’Union européenne. La Commission de l’océan Indien est responsable, avec l’appui technique du MOI assure la mise en œuvre et la mise en place du volet « suivi de l’environnement marin et côtier », aux Comores, à La Réunion, au Kenya, à Maurice, à Madagascar, au Mozambique, aux Seychelles et en Tanzanie. Le volet océan Indien du projet vise à valoriser, utiliser et exploiter les données d’observation de la terre pour en faire des outils d’aide à la gestion durable des pêches et à la lutte contre l’érosion côtière.

L'express de Madagascar0 partages

Afrique – Troisième défaite pour THBC

Aucune victoire en trois matchs pour Tanà handball club, porte-fanion malgache au championnat d’Afrique des clubs vainqueurs de coupe à Agadir Maroc. Léa Vololonjatovo et consorts viennent d’encaisser leur troisième défaite dimanche, face au club champion en titre, Primero de Augusto d’Angola. Les Angolaises ont écrasé les Malgaches sur un score fleuve de 39 à 4, lors de la quatrième journée de ce sommet continental. Lors de leur première rencontre, l’équipe du head coach, Seth Fanantenana Ramiandrasoa s’est inclinée sur un score de 15 à 22 contre le club hôte, Al Nouasser, le 13 avril. THBC a ensuite perdu sur un score de 25 à 20, face au HC Vainqueurs RD Congo, le samedi 15 avril.

Avec seulement six équipes chez les dames, le championnat se joue en poule unique et le premier club au classement final sera champion de cette saison. En repos, l’équipe malgache n’a pas joué hier. Les handballeuses de la Grande Ile auront encore trois autres matchs, contre les FAP de Cameroun ce jour, face à Cara de Congo demain 19 avril et elles seront opposées à Kada Queens de  Nigeria, le samedi 22 avril.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Groupe de pick­pockets

Des pickpockets ont pris la clé des champs après avoir attaqué une femme dans la nuit du jeudi 13 avril, à Analakely. La victime a été menacée avec un sabre, selon la police. Deux d’entre eux ont été interceptés un peu plus loin, mais le sac n’était plus sur eux. Ils ont été déjà incarcérés plusieurs fois pour cause de vols à la tire perpétrés dans la ville.

L'express de Madagascar0 partages

Beau temps

D’après la prévision du service météorologique, du 16 au 30 avril 2017, les précipitations continueront à se concentrer sur le littoral Est de Madagascar et pourront y être localement abondantes. Sur le reste de l’île, les précipitations resteront  faibles. Apparemment, les familles ont pu profiter du soleil lors du week-end pascal. Leur pique-nique a été épargné puisque le beau temps a été au rendez-vous.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Mondial – Rams tombe en quarts de finale

Rams en tête-à-tête, ainsi que la paire féminine Fafah-Tati, auront réalisé les meilleurs parcours, au Mondial de pétanque du weekend dernier, en Belgique. En individuel, Rams a impressionné lors des qualifications. Il a remporté ses quatre duels au programme, pour terminer à la troisième place du classement général. En huitièmes de finale, il a enchainé avec une nouvelle victoire, face au porte-fanion Danois (13-7). Toutefois, il est tombé sur un os en quarts de finale. Il s’agit de l’Italien Diego Rizzi, qui l’a sorti sur le score de 9-13.

Pour leur part, Fafah et Tati ont aussi montré de belles choses lors des éliminatoires, avec trois succès en quatre matchs et une cinquième place au général. Après avoir éliminé la Tunisie (13-4), lors de leur entrée en matière en phase à élimination directe. Elles ont malheureusement essuyé un revers cuisant, face aux Espagnols en quarts (1-13).

Dans les autres tableaux, Jean et Rams se sont inclinés devant les Thaïlandais en huitièmes de finale du double masculin (5-13). Il en fut de même pour Fafah, en tête-à-tête féminin, face à la Française Audrey Bandiera (10-13). Tandis que Jean et Tati n’ont pas réussi à se qualifier pour la phase à élimination directe, en double mixte, puisqu’avec seulement deux victoires lors des qualifications, ils ont terminé à la dix-huitième place du général.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Week-End – Le calme pour les marchands de rues

Les commerçants de rue d’Analakely et de Behoririka ont pu exercer leur métier durant ces jours de fête de Pâques. D’après l’explication du délégué au Maire du 1er arrondissement de la commune urbaine d’Anta­nanarivo, Marie Gérard Ndremahery Razafindra­tsima, « la commune a diminué le contrôle des commerçants de rue pour la fête de Pâques ». Les marchands de rue gagnent plus lors des fêtes qu’au quotidien. D’après Lova Rakotonirina, marchand d’Analakely, « avant et pendant la fête, nous gagnons plus d’argent qu’au quotidien car tous les jours nous recevons peu à cause du déplacement lorsque le minibus de la police communale rôde dans les parages ».La chasse au marchand de rue se poursuivra. « Nous sommes conscients de la situation des marchands mais ces derniers ne comprennent pas qu’il s’agit à la fois de tenir compte de la sécurité et de la santé publique », ajoute le délégué au maire du 1er arrondissement. Les gens n’arrivent plus à faire la différence entre un pickpocket et un marchand d’or car ils ont augmenté récemment. Sept cent marchands ont été déjà déplacés dans une rue d’Analakely entre le Cisco Analakely et l’arrêt bus pour Andohalo. La commune pense envoyer les autres marchands de rue dans les marchés comme celui de Namontana et des 67 ha. « La rue d’Analakely a été réhabilitée car il s’agit d’une route principale que les autorités et les touristes traversent de temps en temps. Afin d’éviter l’embouteillage, nous devons enlever les marchands de rue dans cette zone », affirme le  délégué au maire du 1er arrondissement.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

CCESCA Antanimena – « Sous le ciel bleu de Tana » conjugue musique et saynètes

Une exception dans toute cette frénésie festive a animé la capitale tout au long de ce week-end. « Sous le ciel bleu de Tana » a réveillé la nostalgie chez le public mélomane, hier après-midi au CCESCA Antanimena.S’annonçant comme une pièce théâtrale qui s’illustrerait telle une comédie musicale inédite, les fameux comédiens Gégé Rasamoely et Clara Razaiarinosy en sont les piliers.Au final, ce rendez-vous s’est illustré comme un concert musical à part entière de la part de la troupe « Diarin’ny kintana ». Les saynètes des deux comédiens espacaient le tout. Tout en amusant et en émerveillant de ses douces mélodies d’antan le public, le concert raconte l’amour sous toutes ses formes, en musique.Les diverses techniques de drague, aussi bien anciennes que contemporaines, sont illustrées sur scène.Une charmante combinaison de romantisme et de mélodies enchanteresses, le concert emmené par le « Diarin’ny kintana » rend hommage aux grands tubes de l’Imerina à travers son répertoire.Les mélomanes nostalgiques ont ainsi été parfaitement gâtés grâce aux interprétations des compositions de Ludger Andrianjaka, Julien Rasman, Mr Razafy, Barijaona et Ny Voanio. De même, Gégé Rasamoely et Clara Razaiarinosy ont amusé l’auditoire en retranscrivant sur scène une histoire d’amour taquine.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Ferveur chrétienne à Pâques

Les festivités pascales ont toujours fait la renommée de la ville d’Antsirabe. Outre la population locale qui fête l’évènement avec beaucoup d’enthousiasme et sous différentes couleurs, de nombreux visiteurs nationaux et même étrangers y viennent chaque année pour admirer et pour vivre l’ambiance des nombreuses activités à la fois commerciales et culturelles organisées par différents opérateurs économiques.« Malgré le fait que Pâques soit une fête chrétienne, beaucoup des gens ne la célèbrent plus que d’une manière peu orthodoxe. Face à cette déviation en activité  profane, nous avons décidé depuis l’année dernière de sensibiliser les Antsirabéens à revenir dans le vrai sens des Pâques », note Solohery Ranivombahoaka, organisateur de « Paska famonjena ho anao » qui est actuellement à sa deuxième édition.Des activités basées sur l’évangélisation et les louanges ont été donc organisées durant la Semaine sainte devant la place de la Culture de la Ville d’Eaux. Outre les artistes évangéliques bien connus comme Antsa an’i Kristy et Ndriana Ramamonjy, beaucoup de chorales et des talentueux en matière de chant évangélique ont également participé à cette manifestation. Celle-ci a été ouverte par la remise des prix à la chorale Trompetra Famonjena d’Androvakely et au groupe Miarifinoana, les gagnants du concours de chant évangélique organisé au mois de mars. Dans le cadre de l’évangélisation de masse, l’organisateur, en collaboration avec l’association pour la propagation de  la bible à Antsirabe, a initié, samedi dernier, un grand carnaval de Pâques à travers la ville d’Antsirabe.Par ailleurs, dans l’objectif de construire le « toby Fifohazana » au sein du Synode régional FJKM d’Andrefana Atsimon’Ankaratra Miaradia, la section locale du « Réveil », Fifohazana, a aussi organisé trois concerts évangéliques avec la chorale Ampifitia, du vendredi saint jusqu’au dimanche de Pâques. C’était aussi une occasion pour le Fifohazana de sensibiliser les gens à fêter Pâques à la manière chrétienne.

A. N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Attaque à main armée

Des bandits armés ont braqué un magasin à Ambohibao, la nuit de samedi dernier. Des coups de feu successifs ont retenti sur les lieux, selon les témoins. Ils ont menacé la famille avec leurs armes pour ensuite dérober leur argent, téléphone et d’autres matériels informatiques. La police déjà ouvert l’enquête sur cette attaque.