Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Jeudi 18 Février 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara83 partages

Rajoelina contre Ravalomanana : La ville de Tana de nouveau un « champ de bataille » politique

La ville d’Antananarivo n’est plus étrangère à ce genre de confrontation.

Les deux camps campent respectivement sur leur position. L’opposition refuse de céder face à l’intransigeance des autorités qui ne veulent pas entendre parler d’une manif dans le centre-ville pour ce samedi. 

Les autorités civiles et militaires brandissent des mesures sévères si les députés de l’opposition persistent à accéder à Ambohijatovo ce samedi. Or, le camp de l’opposition ne compte pas reculer et a déjà appelé à la mobilisation générale de leurs partisans pour « répondre en masse » à l’appel des députés du parti Tiako i Madagasikara qui organise une manifestation à Ambohijatovo pour faire un rapport parlementaire. Cet appel attise davantage la tension et nourrit la fermeté des responsables de la sécurité qui n’ont de cesse mis en garde contre la tenue d’une telle manifestation. « J’invite la population à ne pas venir à Ambohijatovo ce samedi au risque de faire face aux forces de l’ordre »,  a déjà averti le général Andry Rakotondrazaka, commandant de la circonscription régionale de la gendarmerie nationale à Antananarivo et non moins, patron de l’Emmo-far.

Alternative. Le maire de la capitale, lui aussi, ne veut pas que les députés de l’opposition accèdent à Ambohijatovo mais avance une alternative. « Les députés devraient faire leur rapport public au niveau des arrondissements respectifs et non pas à Ambohijatovo », a soutenu Naina Andriantsitohaina, hier, en marge de la conférence de presse donnée à l’occasion de l’officialisation du transfert de la gestion de parking vers la municipalité. Car le site ne sera plus, selon le maire d’Antananarivo, destiné à des manifestations politiques mais sera muté en espace vert pour la « valorisation de la ville ». L’accès à ce site devient, depuis l’année dernière, très contrôlé à cause des travaux qui y sont déjà en cours, a justifié la mairie. « Même les employés de la commune n’y ont pas accès depuis le lancement du projet », a affirmé Naina Andriatsitohaina.

Confrontation. Pourtant, l’opposition ne veut rien entendre sur ces décisions des tenants du pouvoir. À ce rythme, la situation risque d’être explosive et la ville pourrait de nouveau en payer le prix fort dans cette bataille politique. Si chaque camp ne cède pas dans leur démarche respective et fonce sur le projet, l’affrontement serait inévitable ce samedi. Et la confrontation politique, entre le régime dirigé par Andry Rajoelina et l’opposition menée par Marc Ravalomanana, qui est déjà à son comble, depuis le début de l’année, dans le débat pourrait se traduire de nouveau sur les rues de la capitale. Puisque les deux protagonistes ne sont pas à leur premier match à Antananarivo.

Rounds. Ils sont actuellement au 5ème round d’une rivalité qui a commencé depuis 2007 lors des municipales à Antananarivo. Andry Rajoelina, alors candidat de l’opposition pour briguer le poste stratégique de maire d’Antananarivo, a emporté haut la main les élections, face à Hery Rafalimanana, soutenu par le régime en place dirigé par Marc Ravalomanana. Deux ans après, ce dernier a été emporté par une vague de contestation menée par Andry Rajoelina, qui devient, à son tour, président d’une Transition longue de 5 ans. La compétition s’est toujours déroulée dans la capitale avec son lot de saccage qui a accéléré la dégradation de la ville. En 2015, les urnes ont parlé et donnent une première victoire au camp Ravalomanana après l’élection de Lalao Ravalomanana pour prendre les commandes de la ville. Quatre ans après, les deux camps s’affrontent de nouveau aux élections. Et à l’issue des municipales de novembre 2019, le camp Rajoelina reprend alors l’avantage et Naina Andriantsitohaina se hisse au poste de maire d’Antananarivo. Ce samedi, les deux protagonistes comptent de nouveau s’affronter dans la capitale.

Rija R. 

Midi Madagasikara10 partages

CVO curatif : Essai clinique dans le silence

L’annonce du projet de production du CVO curatif a été effectuée durant l’inauguration officielle de la société Pharmalagasy.  

À l’instar de nombreux pays du monde, Madagascar s’active dans la recherche de la molécule miracle contre la Covid-19. C’est dans cet esprit que serait mené actuellement la phase d’essai clinique du CVO Curatif. Une étape clef dans la production d’un médicament et qui serait « opérée auprès du centre de traitement covid-19 Village Voara ». «Cela fait des semaines, trois ou quatre, que nous nous sommes lancés dans la phase d’essai clinique du CVO curatif. Nous continuons d’effectuer le recrutement auprès des personnes atteintes de la maladie qui viennent auprès du centre de traitement d’Andohatapenaka en vue d’avoir le plus de données possibles », nous explique une source qui a préféré taire son nom. Joint au téléphone pour de plus amples informations concernant la question, un responsable auprès du ministère de la Santé publique nous a orienté vers le «Village Voara». « Il y a effectivement un box où l’on effectue le recrutement de personnes dans le cadre d’un essai clinique au centre de traitement Village Voara mais je me demande si c’est la suite de celui mené auparavant ou si c’est un tout autre essai. Comme je ne dispose pas d’informations sur la question, je vous invite à venir là-bas et à y interroger les responsables », nous concède notre interlocuteur.

Dans l’expectative. Si aucune information sur la question n’est actuellement donnée par les sources officielles, la réponse du responsable auprès du ministère de la Santé publique tend à confirmer les propos de notre source. L’on se demande ainsi combien de personnes ont déjà effectué le test, si l’initiative est boudée ou non par les malgaches, pour combien de temps l’essai va-t-il être mené? Quoi qu’il en soit, une chose est à retenir concernant la question, additionné à la phase d’essai clinique, le côté curatif du produit supposerait que toutes les procédures scientifiques et techniques dans l’élaboration du médicament auraient été respectées. Ce qui devrait mettre en avant le savoir-faire des scientifiques malgaches mais surtout la richesse naturelle de la Grande Île. Et dans cet esprit de promotion du «vita gasy», comme le monde entier fait tout pour trouver le produit clé pour lutter contre la covid-19, qu’est-ce-qui nous dit que le CVO malgache n’a pas les capacités de le faire ?

José Belalahy

Midi Madagasikara4 partages

5ème édition du Prix Paritana : Les artistes accompagnés dans la préparation de leurs dossiers

Madame Zo, artiste tisserande, qui nous a quittés le 14 juillet 2020, est la lauréate de la dernière édition du Prix Paritana. (Archives)

Dans le cadre de la cinquième édition du Prix Paritana, les artistes locaux bénéficient de deux modules d’accompagnement dans la préparation de leurs dossiers. Des modules qui sont offerts gratuitement en étroite collaboration avec la Fondation H. Le premier porte sur le thème : « Qu’est-ce qu’un prix d’art contemporain et comment penser à son projet artistique ? », et se tiendra à la Fondation H à Antananarivo le 27 février 2021 de 9 h à 12 h. Pour y participer, l’artiste doit s’inscrire auprès de l’association avant le 23 février 2021. À noter que ce premier module sera suivi d’une visite de l’exposition de Christian Sanna à la Fondation H. Pour le second module proposé, il s’agit de la rédaction d’un appel à projet. Il se tiendra au même lieu que le précédent le 13 mars 2021. Même procédure pour les artistes locaux qui souhaitent y participer, il faut s’inscrire en envoyant un e-mail à l’association avant le 03 mars 2021.

Pour petit rappel, le Prix Paritana a été créé en 2016 dans le but de soutenir la scène artistique malgache à travers un prix d’art contemporain. Depuis sa création, ce prix a récompensé trois artistes par édition. Le concours est ouvert à tous les artistes évoluant à Madagascar et issus de toutes les disciplines (peinture, sculpture, vidéo, photographie, installation, etc.). L’objectif principal est d’encourager le dialogue entre les cultures et de rendre possible la construction et la diffusion de projets artistiques à Madagascar et à l’international. Pour cette cinquième édition, les candidatures sont ouvertes depuis le 11 février 2021 jusqu’au 30 avril 2021.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Agronomie : Une nouvelle technique de reboisement lancée

Les dirigeants et les étudiants de l’ES-DES avec les paysans locaux en pleine pratique de cette nouvelle technique de reboisement.

Depuis plusieurs années, le reboisement consiste tout simplement à mettre en terre des jeunes plants après avoir effectué une trouaison, sans se soucier de l’environnement. 

À titre d’illustration, des espèces sèches envahissantes peuvent provoquer des feux de forêt avec une moindre étincelle. « Pour y remédier, nous avons lancé pour la première fois une nouvelle technique de reboisement. Les étudiants en 2e Année ou L2 issus de la Mention Agronomie à l’ES-DES (Ecole Supérieure de Développement Économique et Social), ont pu les mettre en application après avoir reçu une formation théorique, et ce, sur un site à Ambohimpananina, commune de Manandriana Avaradrano », a expliqué Bruno Ramihone, ingénieur agronome, qui plus est un enseignant au sein de cette école de développement. « Nous avons promu des espèces de légumineuses comme l’Arachis Pintoï ou « voanjodia » qui procurent de nombreux avantages aux jeunes plants à reboiser et aux sols », a-t-il poursuivi.

Planification de projet. Les étudiants ont vite compris la leçon en travaillant sur le terrain. « Les avantages de la plantation de ces espèces de légumineuses permettent entre autres, à absorber gratuitement de l’azote atmosphérique qui contribue à la fertilisation des sols grâce à leur richesse en protéine ainsi qu’à la croissance d’une autre plante. Ces espèces rampantes se dispersent également d’une manière plus rapide afin de dominer l’espace de reboisement. Ce qui empêche ainsi le développement des mauvaises herbes. En outre, les légumineuses se propagent vite et peuvent atteindre une hauteur de 1,50m.  Il faut ensuite les faucher pour éviter un abri pour les rongeurs et donner à manger au bétail », a exposé Nandrianina, une étudiante en L2 au sein de l’ES-DES. Elle est bien fière de choisir la Mention Agronomie au sein de cette école de développement et compte bien mener un projet d’exploitation agricole aux termes de ses études. « Nous avons d’ailleurs été formés en matière de planification de projet depuis la 1ère Année », a-t-elle enchaîné

Une grande première. Quant à David, un autre étudiant de la même classe, il témoigne avoir bien maîtrisé la technique de pralinage qui consiste à enrober les boutures de plantes de légumineuses et leurs racines dans une solution composée de terre, de fumiers et d’eau avec une quantité d’un tiers chacun. « Ce qui permet d’assurer le renouvellement rapide des végétaux, et partant, la couverture permanente du sol », a-t-il ajouté. Son projet est de développer la transformation de l’agriculture, une fois qu’il décrochera le diplôme d’ingénieur agronome. Les paysans d’Ambohimpananina tirent également profit de cette formation pratique des étudiants de l’ES-DES. « Cette nouvelle technique de reboisement contribue non seulement à la lutte contre l’érosion des sols mais aussi à leur fertilisation. Nous n’avons plus besoin de dépenser ni en engrais ni en herbicides. En plus, ce type de légumineuses servira d’alimentation à nos bétails. C’est une grande première dans l’histoire », a raconté Nelson, un paysan.

Par ailleurs, la directrice de l’ES-DES, Hanitriniaina Eléa Chilo, a réitéré que l’école oriente les étudiants à créer leurs propres projets de développement tout en les accompagnant durant leurs formations, via un stage pratique. Le Professeur Bruno Ramihone, quant à lui, confirme qu’il faut une agronomie de terrain pour mettre en pratique les formations tout en prônant la méthode naturelle pour booster le rendement. « Les étudiants doivent s’imprégner de la réalité en milieu rural en côtoyant les paysans. C’est une grande lacune à Madagascar », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre la Covid-19 : Les dispositifs de lavage des mains à pédale se démarquent

Ces DLM à pédales seront dispatchés dans les endroits à forte affluence.

Simples, pratiques et faciles à manipuler. C’est ce que l’on peut dire des 40 dispositifs de lavage des mains (DLM) à pédales remis hier par WaterAid pour la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Ce dispositif ne nécessite aucune manipulation manuelle pouvant mettre en danger son utilisateur. Tout simplement parce que l’activation du robinet se fait par l’appui de cette pédale à l’aide du pied évitant ainsi toute forme de contamination des mains. « Cette dotation entre dans le cadre de notre projet d’urgence pour limiter la propagation de la Covid-19. Toujours dans le cadre de ce projet, deux blocs sanitaires ont été aussi construits dans les EPP Anosibe et Namontana ainsi que deux dans les marchés d’Anosiala et Mahitsy », selon le directeur de programme de WaterAid, Hantaniaina Rabesandratana.

De l’autre côté, la CUA n’a pas manqué de féliciter cette initiative. Le maire de la ville des Milles, Naina Andriantsitohaina a indiqué à la réception de ces dons que ces équipements arrivent à point nommé, surtout dans le contexte actuel. Selon sa déclaration, ces équipements seront acheminés dans les endroits à forte affluence comme les marchés, les établissements administratifs ainsi que les écoles. Le responsable de l’Eau et l’Assainissement et Hygiène auprès de la CUA, Dr Allyre Razanakombana, a également réitéré ses propos en faisant savoir que la collaboration de ces deux entités n’est pas une première et se poursuivra.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara1 partages

Ambohijatovo : Le Groupe Panorama sera présent

Les déclarations se suivent et se ressemblent. Ainsi, après le RMDM, c’est au tour du groupe Panorama de se prononcer sur le meeting organisé par l’opposition samedi prochain à Ambohijatovo. Comme il fallait s’y attendre, cette plateforme estime également qu’il faudrait laisser les députés présenter leurs rapports d’activités à la population tananarivienne. Ce groupe lance ainsi un appel aux forces de l’ordre pour la protection des biens et des personnes, notamment des députés qui vont prendre la parole à Ambohijatovo et non pas à ce que les forces de l’ordre agissent en tant que forces répressives. Le groupe sera également présent à ce meeting à Ambohijatovo. Selon Olivier Rakotovazaha, président national du MFM, et non moins membre de ce groupe, « les pressions et les chasses aux sorcières n’emmèneront rien de bon au pays ». Il s’insurge aussi contre ce qu’il qualifie d’intimidations portées à l’encontre de l’équipe du « Miara-manonja ». 

Recueillis par Dominique R. 

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les étudiants de Vontovorona en grève

Apres les étudiants de la Faculté de Médecine et les étudiants de l’Ecole Normale Supérieur (ENS), ce sont les étudiants à l’Ecole Supérieur Polytechnique Antananarivo (ESPA) qui entre en grève. Ce mardi 16 février, une manifestation a eue lieu, une manifestation ou les étudiants de l’ESPA étaient confrontés aux forces de l’ordre.
Ces étudiants demandent le payement de leurs bourses d’études, non payées depuis 4 mois maintenant, ainsi que la réhabilitation des cités universitaires. Des lacrymogènes et des jets de pierres, ayant abouti à des blessures dont trois civils et quatre gendarmes. Une discussion à l’amiable a eu lieu mercredi 17 février entre les étudiants et le Centre Régional des Œuvres Universitaires d’Antananarivo.
Ino Vaovao0 partages

AMBODIMITA : Tovolahy mpangarom-paosy tokony ho 28 taona saika matin’ny fitsaram-bahoaka

Teo am-panaovana ny asa ratsiny izy izao tra-tehaka izao. Raha ny fitantaran’ireo nanatri-maso, nikasa hangarona ny paosin-kitapon’olona ity lehilahy ity saingy voatazon’ny tompony ilay kitapo sy ny tanany nangarona tao ka tsy afa-nitsoaka intsony. 

Avy hatrany dia niantso vonjy no sady nidaroka azy koa ity olona saika hanaovany ny asa ratsiny ity. Fotoana vitsy taorian’izay, tomefy olona nihorakoraka sy nidaroka azy ny arabe. Nohorakorahin’ny fokonolona, novelesina ary naratra mafy ny lehilahy. Vaky ny vavany, nandeha ra ny orony ary nisy faritra maromaro naratra teny aminy.Tsy lavitra teo amin’ny toerana nisian’ny tranga ny mpitandro filaminana, ka nentin’ny fokonolona tamin’ny fiarakaretsaka nankeny an-toerana izy. 

Izay fihetsika izay rahateo no tsy nahafaka ny ainy. Efa tao anaty fiarakaretsaka aza izy io omaly io mbola nidongian’ny fokonolona sasantsasany havoaka hodarohina ihany. Nalaky afaka ny fiara nitondra azy ho any amin’ny manam-pahefana. Nahazo vahana tato ho ato ny trangana sinto-mahery sy fanendahana teny amin’iny faritra iny, raha ny fitantaran’ny mponina ka izay no antony nampisafoaka ny vahoaka avy hatrany dia nandaroka ity lehilahy iray tratra ity.

N.A  Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANDILAMENA : Mpanafika taksimoto iray maty voatifitra, valo azo sambo-belona

Saika mampiasa izany avokoa, hatao fitaovam-pitanterana ny ankamaroan’ny mponina ka anisany mampiroborobo ny asa ratsin’ireo olon-dratsy. Ny faran’ny herinandro teo tratran’ny patsa iray tsy omby vava ireto mpanao asa ratsy. Andian-jiolahy mpanafika taxi-moto no nifanehitra tamin’ny mpitandro filaminana ka tsy nisy afa-bela. Izay tsy maty voatifitra azo sambo-belona. Fantatra fa taxi-moto iray no nisy nandroba tao amin’ny Fokontany Ampamoizamaso, eo an-tampon-tanànan’Andilamena, ny faran’ny herinandro teo.

Nisy teo amin’ny folo lahy teo ireo mpanafika ka rehefa tratran’ny be noho ny vitsy ilay voaroba dia tsy sahy nanohitra. Taorian’ny voina nihatra taminy dia nampandre ny Zandary ny tenany. Ireto farany avy hatrany dia nanao ny fikarohana ka tao Anony, anatin’ny Kaominina Vohimena sy tao Fiadanana anatin’ny kaominina Amparafaravola no tra-tehaka ireto tompon’antoka. 

Raikitra ny fisamborana, sivy lahy no voasambotra izay mbola nikasa hitsoaka ihany raha iny teny an-dalana hihazo an’Andilamena iny. Tsy maintsy nampiasa basy ny Zandary vokatr’izany ka maty voatifitra ny raikalahy tamin’izy ireo. Ny ambiny kosa efa voatazona ao amin’ny biraon’ny Zandary. Mahatsiaro ho afa-doza ireo mpanao taxi-moto tamin’ny faharavan’ity tambajotra iray ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANODINKODINANA VOLAM-PANJAKANA : Ho fantatra tsy ho ela ny anaran’ireo olona ambony voarohirohy

Tsy ho efa dia hampahafantarina am-pahibemaso ny anaran’ireo olona nahazoana dosie ireo mba hisian’ny mangarahara, hoy ny fanazavana.

Taratry ny fampanjakana ny Fitondrana tsara tantana sy ny ady amin’ireo tsy matimanota ny tsy fanavahana ny fanasaziana ho an’izay rehetra nanao ny tsy nety teto amin’ny Firenena. Miroso amin’ny fanatanterahana izany ny Fitondram-panjakana ankehitriny. Tsy misy ho afa-bela fa na Filoham-pirenena teo aloha, na Praiminisitra sy ireo nitana andraikitra ambony rehetra teto amin’ ny Firenena dia tsy maintsy hotsaraina ka handray ny valin’ny nataony avokoa.

Antontan-taratasy miisa 12 mirakitra ny fitoriana an’ireo olona ambony nitondra teto amin’ny Firenena no efa voadinika teo anivon’ilay Kaomisionin’ny Fitsarana misahana olona ambony eo anivon’ny Antenimieram-pirenena. Raha tsy misy indray ny fiovana dia hampahafantarina am-pahibemaso mandritra ny fivoriana ara-potoanan’ny Antenimieram-pirenena, ny volana mey, ho avy izao ny anaran’ireo olona ambony ireo izay voarohirohy tamin’ny fanodinkodinana volam-panjakana, hoy ny nambaran’ny filohan’ity vaomieran’ity. Mba hisian’ny mangarahara eo amin’ny Firenena no anton’izany, hoy izy, ary matoa efa vita fanadihadiana teny amin’ny Bianco sy ny Pac dia azon’ny vahoaka fantarina tsara izany. Marihina fa efa indroa nahemotra ny tokony handinihan’ireo Solombavambahoaka ny amin’ny hanenjehana na tsia an’ireo nahazoana dosie saingy nahemotra hatrany izany noho ny tsy fahafenoan’ny fetran’isa.

Ilaina ny fandanian’ny antsasa-manilan’ireo Solombavambahoaka mantsy vao manan-kery ny fahafahana manohy ny fanenjehana an’ireo olona ambony ireo. «  Ny asanay Kaomisionina efa vita fa miandry ny fivoriana izay handaniana azy isika. Ny lalàna mametraka fa tsy maintsy ao anatin’ny fivorian ara-potoana irery ihany no ahafahana mandinika izany dosie izany. Eto aho dia miantso ny Depiote rehetra mba ho tonga hivory handany sy hahafantarana ny hevitsika. Ny fandaniana an’io dia mila ny antsasa-manilan’ny Depiote ka isaky ny mivory izahay dia ampy foana ny isa  », hoy hatrany ny fanazavana. Ankoatra ny raharaha fanodinkodinana volam-panjakana dia anisany nahazoana fitoriana ihany koa ny raharaha fanondranana andramena an-tsokosoko.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

HETSIKY NY MPANOHITRA : Miantso ny vahoaka tsy hanaiky horebireben’ny mpanakorontana ny FMIEM

Araka ny voalazan’izy ireo, tsy azo ekena satria mety hamerina ny krizy politika eto Madagasikara indray ny tranga tahaka izany. «  Niaraha-nisedra ny covid-19, tsy zakan’ny Malagasy ny zava-nitranga tamin’ireny kanefa mbola hovolena krizy vaovao indray ve  ?  », hoy ny fanontaniana napetraky ny FMIEM. Nitaona ny vahoaka tsy hanaiky hatao fitaovana politika koa ity fikambanana ity.

“Efa misy ny radio, efa misy ny haino aman-jery ary maro ny efitrano azo anaovana tatitra fa tsy voatery midina an-dalambe. Maninona no midongy ho eny Ambohijatovo ? Mazava fa fitarihana olona hirotsaka an-dalambe hanongana izao Fitondrana izao no tanjon’ireto mpanohitra ireto. Manameloka tanteraka izany fikasana ratsy izany izahay nisafidy ny Filoha” , hoy ny fanambaràn’ny FMIEM.Hita maso, ary azo tsapain-tanana ny fampandrosoana napetraky ny Filoham-pirenena, eto amin’ny Firenena, hoy hatrany Rasoanaivo Andry Arilala, filoha nasionaly, mpitarika ity fikambanana ity. 

Hatramin’ny nitondrany, nilamina ny fampandriam-pahalemana, fotodrafitrasa maro manerana ny Nosy nitsangana, (lalana, sekoly, tsena, trano, building, hopitaly...). Nanavao ireo lohamasinina tsy nisy niraharaha nandritra ny taona maro koa ny Filoha, nijery ny fahasahiranam-bahoaka ary namaha ny olana ara-tsosialy vokatry ny covid-19. Araka ny fomba fijerin’ny FMIEM, tsy maharesy lahatra velively ny fitaoman’ny mpanohitra olona hidina an-dalambe saingy tokony handray andraikitra hatrany ny mpitandro filaminana hitsinjovana ny tombontsoa ambonin’ny Firenena.

“Zon’ny mpanohitra ny mitsikera fa ny asa fanakorontanana kosa, lavinay marin-drano. Miantso ny vahoaka tsy hanaiky hatao sorona izahay ary manamafy fa izahay dia ao an-damosin’ny Filoham-pirenena hatrany manohana azy”, hoy hatrany ny filohan’ny FMIEM.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

RANARIVELO NARCISCE ETIENNE : “Mitaiza zafikely sisa no tokony hataon-dRavalomanana”

Ny talata 16 febroary lasa teo, nisy ny fanehoan-kevitra izay nentiny. Fotoana izay nilazany fa tsy mila an-dRavalomanana intsony ny vahoaka malagasy maro an’isa. Tsy hadinon’ny Malagasy maro ny ampihimamba sy vono olona izay nataon-dRavalomanana ny taona 2002 sy 2009 ireny, hoy hatrany ny fanazavany. 

Nanambara Ranarivelo Narcisce fa anisan’ireo noenjehin’ity Filoha teo aloha ity ny tenany tamin’ireny krizin’ny taona 2002 ireny. Tsy manana herijika politika hoentina miverina mandrombaka fahefana intsony Ravalomanana, ka tokony hitaiza zafikely sisa no tokony hataony, hoy hatrany ingahy Narcisce Ranarivelo.

Minia mikimpy tsy mahita ireo asa fampandrosoana

 Mahakasika ireo fanenjehana maro samihafa ataon’ny mpanohitra ny Filoha Rajoelina, dia nanan-kambara ihany koa ity mpamakafaka politika monina ao Soanierana-Ivongo ity. Nanitrikitrika ny tenany fa teo amin’ny tantaran’i Soanierana-Ivongo dia ity Fitondrana ity no tena nahavita fotodrafitrasa maro indrindra tao Soanierana-Ivongo.

Eo ny lalana, ny toho-drano, sekoly, hopitaly… Minia mikimpy ireo rehetra milaza fa tsy misy asa fampandrosoana entin’izao Fitondrana izao. Nankahery ny Filoham-pirenena Ranarivelo Narcisce ary nanamafy hatrany ny fanohanany tsy misy fepetra an’ny Filoha Andry Nirina Rajoelina. Miantso ny vahoaka malagasy indrindra ny vahoakan’i Soanierana-Ivongo ihany koa ny tenany mba tsy hanaiky ireo fandrebirebena ataon’ny mpanao politika.

INVT

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE MPANOHITRA : « Anaty efitrano malalaka no fanaovana tatitra »

Nambarany ihany koa fa isaky ny Distrika avy izay nahalany an’ireo Solombavambahoaka no manao tatitra fa tsy mitombina ny fanaovana tatitra tambabe. Araka izany, fandikan-dalàna tanteraka no katsahin’ireto Solombavambahoaka Tim hatao, ny sabotsy izao. Hetsika am-pitaka indray izay ilazana fa hanaovana tatitra kanefa fikononkononana korontana sy fanonganam-panjakana. Ankilany, ireo mpikambana ao amin’ny RMDM dia nilaza ny hanotrona azy ireo, izay vao mainka manampy trotraka ny endrika fanakorontanana ao anatin’ilay hetsika hatao.

Nilaza ny filohan’ny Antenimieram-pirenena fa fotoanan’ny hamehana ara-pahasalamana izao ka ilaina fahazoan-dalana manokana. Tsy tafiditra ao anatin’ny lalàna mifehy ireo Solombavambahoaka ihany koa amin’ny fanaovana tatitra, ka tsy maintsy ilaina ny fankatoavana avy amin’ny mpitandro filaminana sy ny tompon’andraikitra. 

«  Raha hivorivory indrindra amin’izao fotoana misy ny hamehana ara-pahasalamana izao dia tsy maintsy mangataka alalana amin’ny tompon’ andraikitra na any amin’ny fahasalamana na any amin’ny fandriam-pahalemana. Eo ny fitandremana ny ara-pahasalamana amin’ity valanaretina «  Covid-19  » ity ary eo ihany koa ny toerana izay hanaovana izany tatitra izany, samy any amin’ny Distrikany avy izy no manao izany ary io tatitra io no voalaza fa dia hatao anaty efitra malalaka », hoy ny filohan’ny Antenimieram-pirenena. Ireo mpanohitra dia nilaza ny tsy hihemotra na mahazo alalana na tsia. Ankilany anefa ny zaridainan’Ambohijatovo dia ao anatin’ny fanamboarana tanteraka izay efa nikatona nandritra ny tapa-bolana izay ka tsy azo anaovana hetsika, raha ny nambaran’ny teo anivon’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra.

Ny fanoratana

Ino Vaovao0 partages

ANTANANARIVO RENIVOHITRA : Nafindra amin’ny Kaominina ny fitantanana ny “Parking”

Araka ny tapaka, ny kaominina manomboka izao no mandray an-tanana ny fitantanana ny toeram-piantsonana eto an-drenivohitra. Tsy ny “Easy park” iray manontolo akory no afindra amin’ny kaominina fa ny fitaovana, ny fahaiza-manaony, ny olona ary ny rindrambaiko nampiasain’ity orinasa ity. Marihina fa efa nandritra ny 5 taona no nisy ny fiaraha-miasa teo amin’ny CUA sy ny Easy park ary 1 500 teo ho eo ny isan’ireo toeram-piantsonanana notantanan’ity farany tao anatin’izay. 

Nisy fifanarahana natao, hoy ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina, ka ny fitaovana rehetra dia novidian’ny kaominina avokoa. Tsy avy hatrany dia mifindra amin’ny kaominina ireo voalaza etsy ambony fa mbola iaraha-mitantana mandritra ny volana vitsy. “Tsy mora ny famindrana izao fitantanana izao ary mbola hisy hatrany ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta mandra-pahavita ny fandaminana sy ny famehezana tanteraka ireo fitaovana sy fahaiza-manao mba ho mangarahara sy tena hampitombo ny kitapom-bolan’ny Kaominina Antananarivo renivohitra tokoa ny “parking”, hoy ny voalaza.

Tsara ny manamarika fa hanampy eo anivon’ny fitantanana ny tsena  

amin’ny “digitalisation” ihany koa ireo fitaovana ara-teknolojia avy amin’ny “easy park” Nanome toky ny Ben’ny tanàna, Naina Andriantsitohaina fa hisy fanatsarana noho ny teo aloha ny fitantanana ny toeram-piantsonana eto Antananarivo sy ny manodidina amin’izao fandraisan’ny kaominina azy izao. Horaisin’ny kaominina avokoa ireo mpiasa tao amin’ny “easy park” manaiky fifanarahana. Tsy maintsy hampihena ny mpiasa ao aminy mantsy ity orinasa ity atsy ho atsy. 

Tsy hisy fitomboana kosa ny saram-piantsonana eto Antananarivo. Ny isan’ny toeram-piantsonana no mety hitombo arakaraka ny filana sy ny fangatahana tonga any amin’ny kaominina. Na eo aza anefa ny fiovan-drafitra, tsy ho voafafa, tsy maintsy aloa hatrany ny lamandy ho an’ireo fiara nosazian’ny easy park noho ny tsy fanarahan-dalàna teo aloha.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBANIVOHITRA MANTALY : Notoloran’ ny depiote Assimo Bruno fitaovana

Ny alatsinainy teo notoloran’ny solombavambahoaka voadidy tao amin’ ny distrikan’Ambilobe fitaovana maro samihafa izay nahitana solosaina miaraka amin’ny «  imprimante  », «  onduleur  » ary seza plastika  maromaro  ny kaominina ambanivohitra Mantaly mba ho fanampiana ireo tompon’andraikitra eo anivon’izany kaominina amin’ny adidy sy andraikitra sahaniny. 

Notolorana «  panneaux solaires  » ihany koa ny kaominina satria ilaina herinaratra ny fampiasana solosaina sy «  imprimante  ». Nisaotra ny depiote Assimo Bruno ny Ben’ny tanànan’ny kaominina Mantaly sy ny ekipany tamin’ny  nanolorana ireto fitaovana ireto ary nanome toky izy ireo fa hampiasa izany am-pahendrena ary hoentina hatrany hanasoavana ny kaominina sy ny vahoaka ao aminy.

Nahazo ny anjarany ihany koa ny«  Asa  »

Ankoatra ny kaominina dia nahazo ny anjarany ihany koa ny fikambanana antsoina hoe «  Asa  » tao Mantaly. Notoloran’ny depiote Assimo Bruno  fitaovana entina hanatsarana ny sosialim-bahoaka toy ny siny, lovia, vilany, sns, ary fitaovana  hahafahana manatanteraka ny asa fambolena toy ny «  râteaux  », angady, sns ity fikambanana ity. Fikambanana izay vao naorina tsy ela akory nefa manana ny maha izy azy satria ahitana  azy ireo kaominina miisa 17 mandrafitra ny distrikan’Ambilobe.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

AMPITOLOVA : Tsy manaiky ny fampidirana am-ponja an’ i Fulgence ny fokonolona ao Bealoy

Manamarina izy ireo fa tsy olon-dratsy no sady tsy mpiray tsikombakomba amin’ny dahalo i Fulgence sy ireo namany roa naiditra am-ponja. Nanamafy ny sojabe fa tsy mpangalatra io olona io fa nohosoram-potaka. “Mahafantatra tsara an’io havanay nampidirina am-ponja io izahay satria olobe amin’ny tanàna izy io. Nadoboka am-ponja amin’ny tsy rariny ny havanay ireo satria voamarina fa tsy nanao io fanafihana io i Fulgence fa namonjy raharaham-pianakaviana tany Tsararano tamin’ny fotoana nisehoan’izany fanafihana izany ary voamarin’ny sary izany”, hoy izy. 

Nanamarina izany ihany koa ny rain’ireo olona nanao fanambadian’ny zanany tany Tsararano fa tamin’ny 10 ora alina vao vita ny fety, ary naman’izy ireo nanao kabary i Fulgence. Tokony hojerenareo Fanjakana akaiky ilay raharaha satria misy porofo, hoy hatrany izy, fa tsy marina ny fiampangana. Olona telo izy ireo no naiditra am-ponja amin’ny tsy rariny, hoy ny fanazavan’ny fokonolona hatrany. Tsy nohenoin’ny mpitsara anefa, tsy natao fanadihadiana akory ny voampanga sy ny vavolombelona, hoy hatrany izy ireo, fa nampidirina am-ponja avy hatrany i Fulgence.

Ny alarobia no nisy fanafihana mitam-piadiana tany Ampitolova ka tokantrano telo no voatafika. Nanara-dia avy hatrany ny fokonolona ka rehefa izany dia nandalo tao Bealoy ny dian-tongotry ny jiolahy, nahazo ny tao amin’ny tokantrano iray tao Bealoy ary mbola nitohy niatsinanana nahazo ny ranobe. Tsy nahefa nanara-dia intsony ireo fokonolona avy any Ampitolova fa ilay tokantrano tao Bealoy no notanan’izy ireo. Rehefa niverina izy ireo dia nisy olona roa niambina teo an-tokotany notanan’ireo fokonolon’ Ampitolova ho dahalo avy hatrany. 

Manao antso avo amin’ny mpitsara sy ny tompon’andraiki-panjakana eto Mahajanga ireo sojabe sy ny fokonolona ao Bealoy, indrindra amin’ireo mpitsara vao napetraka tsy ela eto Mahajanga satria nadoboka am-ponja ny alatsinainy teo ireo olona ireo. Teo izahay tamin’ny nametrahana anareo filohan’ny Fitsarana sy mpampanoa lalàna, hoy izy ireo, ary napetraky ny Fanjakana eo ianareo hamerina ny fitokisan’ny vahoaka amin’ny Fitsarana. Jereo io raharaha io fa misy zavatra tsy mazava, hoy hatrany izy ireo. Efa nomena ny Zandary ny porofo manamarina ny tsy maha-dahalo ireo olona ireo.

Vanessa

La Vérité0 partages

Projet de manifestation à Ambohijatovo - Détermination des Forces de l’ordre face à l’entêtement de...

L’opposition va aller jusqu’au bout de son idée. Elle n’entend pas reculer devant son projet de manifestation à Ambohijatovo. En face, les autorités sont sorties de leur mutisme. Le Préfet de police, le général Angelo Ravelonarivo affirme que la tenue d’une manifestation à Ambohijatovo serait illégale d’un point de vue de la procédure car n’ayant par exemple pas l’autorisation d’occupation du lieu par la Commune urbaine d’Antananarivo, propriétaire du lieu. Cette dernière, dans une correspondance à la Préfecture, refuse d’ailleurs d’accorder le lieu au projet de manifestation de l’opposition en raison de travaux dans l’enceinte de la « Place de la démocratie ».

La manifestation serait également illégale du point de vue « sécurité publique » car elle est propice à engendrer des troubles selon la Préfecture. Le général Angelo Ravelonarivo se base sur l’émission Miara-manonja, dans laquelle les organisateurs de la manifestation profèrent des discours incitant à la haine et à la révolte ou encore des propos diffamatoires. A ce propos, les deux animateurs de l’émission Miara-manonja, Vonison Andrianjato Razafindambo et Guy Maxime Ralaiseheno sont toujours attendus au niveau de la section de recherche criminelle de Fiadanana. Les deux personnages continuent de snober leurs convocations. Et ce, contrairement aux deux journalistes animateurs de l’émission « Tambatra » qui avaient eux aussi été convoqués. Selon les responsables, des convocations continueront à être émises et remises aux concernés mais cela ne saurait durer indéfiniment. A un moment donné, un procès-verbal signifiant leur refus de soumettre aux convocations sera dressé et les autorités passeront à l’étape suivante de la procédure à savoir l’émission d’un mandat d’amener.

Pour revenir à la journée de ce samedi, « Le rassemblement prévu par l’opposition pourrait porter atteinte à l’ordre public », estime ainsi

le Préfet qui rappelle d’ailleurs que les manifestations politiques sont interdites à Antananarivo. Raison pour laquelle elle n’a obtenu aucune autorisation. De son côté, l’Etat-major mixte opérationnel au niveau national (EMMONAT), durant sa réunion hebdomadaire, soutient que des mesures spéciales seront prises, sans pour autant communiquer la teneur de ces mesures. Les Forces de l’ordre insistent que les troubles n’apporteraient rien de bon pour le pays. Ils affirment leur détermination face à toute volonté d’abus ou de casse. « Ces personnes seront considérées comme des ennemis de la Nation. Nous ne l’accepterons pas et des mesures seront prises », indique le commandement de la Gendarmerie. Face à l’entêtement de l’opposition, malgré l’absence d’autorisation, le général Njatoarisoa Andrianjanaka n’exclut aucun scénario même les arrestations. « Les mesures que nous prendrons dépendront de l’évolution des évènements sur le terrain », affirme-t-il. Reste à savoir si l’opposition ira braver l’interdiction formulée par les autorités au risque de créer un affrontement. En tout cas, pour beaucoup, cette manifestation constitue une énième tentative de l’opposition de mettre des bâtons dans les roues du Président Andry Rajoelina. Cela avait commencé avant même les élections présidentielles de 2018. Les actuels opposants composés du TIM et des dirigeants de l’époque, avaient demandé un report des élections, par peur de se faire battre par l’actuel Chef de l’Etat. Aujourd’hui, ils continuent en tentant de saborder la marche en avant du TGV vers un second mandat présidentiel.

La rédaction

La Vérité0 partages

Non-paiement de bourses et équipements à Toamasina - La responsabilité du président de l'université en...

 Hier, vers la fin de matinée, Johnelie Jacques Michel, 23 ans, en 2e année d'études économiques à l'université de Toamasina, natif de Mampikony, a perdu sa vie des suites d'une grave blessure au cours d'un affrontement avec les Forces de l'ordre.

 

La principale victime a reçu une balle qui lui a transpercé le corps. Quelques autres étudiants ont aussi été blessés. Profitant de la confusion régnante, un groupe d'étudiants en colère s'en est également pris au bâtiment R+3 sur le campus de Barikadimy en pillant des biens communs et installations diverses.

Une fois de plus, le dynamisme éruptif a fait les siens sur le site universitaire du Grand port qui n'a jamais connu une sérénité. Cette fois-ci, les étudiants, dont certains sont en plein examen, ont réclamé le paiement des quatre mois de leurs bourses d'allocation d'études plus les équipements.

La réclamation des étudiants ne devait pas avoir lieu si tout s'est passé comme prévu. En réalité, le transfert des fonds destinés à payer les bourses d'études pour toutes les universités, sauf celles d'Antananarivo et de Fianarantsoa, était terminé en avril 2020. L'université de Toamasina aurait reçu sa part dans le courant du mois de juillet dernier.

Puisque les universités jouissent toutes de l'autonomie administrative et financière, c'est à chacune d'elles d'arranger les affaires relevant de leur ressort. Mais personne ne comprend pourquoi le paiement des bourses a été retardé. Il a été difficile d'obtenir une réponse précise à cette question. Sauf que, des voix officieuses avancent que le fonds a été utilisé à d'autres fins… Mais quoi qu'il en soit, Johnelie Jacques serait encore en vie aujourd'hui si les bourses et équipements ont été payés une fois effective la rentrée universitaire au mois de novembre dernier ou dans le courant du mois de janvier.

Lundi, des représentants des étudiants sont allés rencontrer des responsables à la présidence de l'université. Ces derniers leur ont promis le paiement d'un mois de bourses plus les équipements. Ils ont alors annoncé l'effectivité de cette décision pour le 18 février. La proposition n'a pas satisfait les intéressés qui s'en tiennent mordicus à leur requête.

Ils ont alors donné un ultimatum de 48 heures à la présidence de l'université pour régler le problème. Mercredi soir, à la veille de l'expiration de l'ultimatum, les résidents de Barikadimy se sont organisés pour la manifestation du lendemain. Le jour venu, tout le campus a été réveillé à coups d'appels insistants envoyés par mégaphone.

En tout cas, ce n'est pas pour la première fois que les étudiants de l'université de Toamasina se sont levés contre le président de celle-ci, Dr Conscient Zafitody. L'an passé, le confinement est advenu comme un deus ex machina pour temporiser l'ambiance chaude à Barikadimy dès mars.

Aussitôt les mesures sanitaires adoucies, les étudiants ont repris leur mouvement en arborant dans la rue des banderoles avec des inscriptions du genre « Inconscient dehors ». Le sort réservé à Zafitody doit être matière à réflexion en haut lieu.

La rédaction

La Vérité0 partages

Talon d'Achille !

Décidément, les stupides agissements des acteurs politiques revendiquant le statut d'opposants ne cessent de nous interpeller. Des pêcheurs encore plus des nageurs en eau trouble et sale, ils perturbent l'ambiance et polluent l'atmosphère. Agités, énervés, surexcités et radicalisés, les Hanitra Razafimanantsoa et consorts, par « radio miara-manonja » interposée, foncent dans le tas et persistent et signent. Ils ne dévient point de leur funeste objectif initial à savoir plonger le pays dans le chaos.

Et pour ce faire, ils organisent des réunions en public avec ou sans autorisation. Ainsi, en leur qualité, dit-on, de députés élus dans les six Circonscriptions de la Capitale, Me Hanitra et acolytes projettent de présenter ce samedi des rapports d'activités en tant que parlementaires au sein de l'Assemblée nationale auprès de leurs électeurs à Ambohijatovo, Place de la démocratie. Apparemment, l'intention affichée est bonne et judicieuse. Mais, allez voir ! Ce n'est qu'un leurre. Il ne s'agit qu'une occasion de manifestation purement politique. Un marché de dupes ! Et on voit mal la Préfecture d'Antananarivo autoriser la tenue d'une telle « réunion ». Rien que de la gaminerie ! Des sautes d'humeur d'enfants dérangés ou … mal élevés ! D'ailleurs, la CUA par la voix du maire Naina Andriantsitohaina, ayant saisi le piège et la tromperie en jeu, oppose son veto. Désormais, la Place  d'Ambohijatovo est inaccessible à toute manifestation à caractère politique. L'ambiance et le contexte ne s'y prêtent pas.

Le contexte hyper tendu et délicat que traverse le pays exige à tout un chacun un comportement responsable. Encore en pleine bataille contre la Covid, personne n'a le droit d'agir comme bon lui semble. Certes, l'escalade de la pandémie s'estompe un tant soit peu mais la vigilance et la prudence sont toujours de rigueur. Le respect des consignes sanitaires tient sans relâche et doit être renforcé.

Notre combat, à nous tous, pour la relance de l'économie nationale ne doit souffrir d'aucune inattention de notre part. Il en faut des efforts soutenus. Fragilisé sinon précarisé par la pandémie de la Covid-19 et ce durant huit mois de suite, le pays n'a plus la force à résister ou à subir une autre crise. Certainement, le pays succombera.

Les responsables étatiques, garants de la paix civile, de la sécurité des citoyens et de leurs biens, bref de la souveraineté nationale, ne concèderont jamais à toute velléité de perturber la concorde nationale. Les Forces de l'ordre, principaux responsables du maintien de l'ordre, ont fait savoir qu'elles ne toléreront toute tentative à semer des troubles sur la place publique. En effet, pour pouvoir avancer, le pays a besoin fondamentalement d'une stabilité. Aucun pays, pauvre s'entend, ne pourra prétendre lutter contre la précarité de son économie et contre la misère de son peuple dans un contexte de trouble.

En apparence, le RMDM et toute la clique de l'opposition affichent un semblant force de frappe voire une solidité d'attaque mais en réalité, rien que de la façade. Ils sont fragilisés et décrédibilisés par le rejet systématique de l'opinion à toute démarche plongeant le pays à une grave crise. En fait, la population dans sa grande majorité désavoue la manigance de l'opposition. Et c'est là le point faible du mouvement. Un talon d'Achille que Ravalo et ses sbires ne peuvent pas nier.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Développement du Sud de Madagascar - La connexion du port d’Ehoala avec les Régions productrices est n...

La Région Sud de Madagascar possède du potentiel, et ce dans plusieurs secteurs comme le tourisme, la logistique ou encore l’agriculture. Toutefois, l’exploitation à bon escient de ce potentiel repose sur le développement des infrastructures, plus particulièrement les routes. « Connecter le port d’Ehoala, grâce aux infrastructures routières, aux Régions productrices de l’ouest, du centre ainsi que du Sud-est de Madagascar offrirait des opportunités économiques significatives pour le Sud du pays.

De plus, la synergie entre l’investissement public et privé reste critique pour apporter un changement palpable pour la population», a évoqué le président-directeur général de Rio Tinto QMM, Fanja Rakotomalala, lors d’une descente de l’ambassadeur du Japon à Madagascar, Higuchi Yoshihiro, sur les lieux.  Ce dernier a en effet visité l’usine de Rio Tinto QMM cette semaine, ainsi que le port d’Ehoala.  « Unis par la même décision d’avoir investi dans le secteur minier à Madagascar, Rio Tinto QMM et l’ambassade du japon ont entériné encore plus leur collaboration. Le Japon, à travers l’entreprise japonaise Sumitomo, est actionnaire majoritaire du projet d’Ambatovy, et en ma qualité d’ambassadeur, il est alors de mon rôle de soutenir les compagnies minières à Madagascar», a soutenu l’ambassadeur du Japon.

En effet, le port d’Ehoala occupe une place stratégique en termes de transport maritime et de logistique. Il pourrait alors être développé et faciliter ainsi les échanges commerciaux tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, mais aussi au niveau de l’exportation que de l’importation. Jusque-là, tous les échanges sont concentrés à Toamasina. Pourtant, la liaison entre le port de Toamasina et toute la partie Sud du pays n’est pas toujours évidente, sachant la qualité des routes. De ce fait, les revendeurs doivent retenir les frais de transport sur les prix de vente des produits. Ces derniers reviennent alors plus coûteux que la normale, alors que le pouvoir d’achat des consommateurs ne peut pas augmenter avec les prix. Une bouteille d’eau peut par exemple s’acheter à 2 000 ariary dans la Capitale, contre 3 000 ou 3 500 ariary à Toliara, soit près de 1 500 ariary de différence. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. C’est pourquoi l’amélioration de cette connexion n’aura alors que des avantages, et ce à plusieurs niveaux socio-économiques.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Recensement des artisans à Madagascar - Vers la formalisation de tous les acteurs

482 929. Tel est aujourd’hui le nombre total d’individus exerçant l’artisanat comme activité principale. Ces personnes se répartissent notamment dans les 22 Régions du pays, mais la majorité partie se localise dans les Régions d’Analamanga, de Vakinankaratra mais aussi de Haute Matsiatra et d’Atsinanana. Ces chiffres sont les résultats du recensement général des artisans réalisé par l’Institut national de la statistique (INSTAT) dans le cadre du troisième Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH-3).

« Cette base de données sera un atout dans le développement du secteur de l’artisanat. C’est en effet un pas vers la digitalisation de la gestion du secteur. Nous savons désormais le profil socio-économique de chaque artisan. Cela va nous permettre de mieux adapter les appuis à fournir aux opérateurs tels que les formations, les financements ou encore les marchés » soutient Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, hier, à la direction générale de l’artisanat, aux 67 hectares, lors de la présentation officielle des résultats du recensement. Cette identification du profil de chaque artisan contribuera également à la formalisation du secteur. «Ces artisans recensés ne travaillent pas tous dans le milieu formel. Toutefois, nous connaissons désormais tous les acteurs informels, nous avons leurs coordonnées détaillées. Nous veillerons alors à les formaliser dans les mois à venir», rajoute cette responsable.

En tout cas, ces chiffres sont loin de correspondre aux estimations de près de deux millions du ministère. « Il faut retenir que ces artisans recensés sont seulement les opérateurs qui vivent exclusivement de l’artisanat. C’est leur activité principale. Pour les autres, l’artisanat reste une activité supplémentaire. C’est pourquoi ils n’ont pas été comptabilisés», précise Isaora Zefania Romolahy, directeur général de l’INSTAT.  Une enquête supplémentaire sera bientôt réalisée afin de mesurer l’impact du métier d’artisan sur l’économie du pays.

Rova Randria 

La Vérité0 partages

Paiement des indemnités des paramédicaux - La signature du déblocage du fonds attendue !

 Le procès-verbal qui rapporte le contenu de la réunion entre les paramédicaux et des membres de la Présidence de la République va être signé ce jour. Le paiement de l’indemnité de réquisition et celle de l’éloignement spécial ainsi que le recrutement massif sera donc accordé, mettant ainsi fin à la grève du Syndicat des infirmiers et sages-femmes de Madagascar (SISFM).

 

Problème résolu. A en croire les différentes publications du président du SISFM, Paramed Ralibera sur son compte personnel Facebook, il a fallu l’intervention de la Présidence de la République afin de résoudre leurs problèmes. Suite à une rencontre programmée ces deux derniers jours, les revendications du SISFM seraient résolues. Commet il a été toujours précisé, sur les 16 000 employés de la santé mobilisés, il n’y a pas eu plus de 2 000 primés. Cette fois-ci, ils toucheraient leur indemnité de réquisition s’étendant sur les 228 jours durant lesquels ils ont travaillé d’arrache-pied dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Cette compensation est évaluée à environ 30 000 ariary.

Suivant le décret d’application de 2017 portant sur l’Indemnité d’éloignement spécial (IES) fixée, il aurait été également convenu que les paramédicaux vont commencer à percevoir 40 000 ariary tous les mois sur leur salaire à partir du mois de mars. « Nous sommes actuellement en train de vérifier la liste des paramédicaux qui n’ont pas encore joui son IES. Entre-temps, notre département se mobilise pour accélérer les formalités administratives avec le ministère de l’Economie et des Finances », a expliqué la secrétaire générale auprès du ministère de la Sécurité publique, le docteur Rasamoelina Fanjambololoniaina Dominique avant-hier. Outre le paiement des arriérés, le sujet portant sur le recrutement massif des sortants des écoles et des bénévoles aurait été également remis sur la table de discussion.

 K.R.

La Vérité0 partages

Réfection des routes à Antananarivo - Les travaux s’accélèrent…

10 jours à 2 mois. Telle est la durée des travaux de réhabilitation des routes dans la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Les travaux sont déjà achevés pour les axes des 67ha et Ambondrona. Les chantiers de route seront bientôt terminés du côté de Behoririka, Ambohijatovo et Namontana. Si les travaux de réfection ont débuté la semaine dernière sur les axes Ankadilalana et Ambohipo, ils vont commencer d’ici quelques jours à Antohomadinika, Andraisoro et Nanisana. « La réhabilitation des routes dans la ville d’Antananarivo s’accélère en ce moment, grâce à la collaboration entre la CUA, la Région d’Analamanga et le ministère des Travaux publics », avance le maire Naina Andriantsitohaina. C’était hier lors d’une descente pour visiter les routes déjà réhabilitées aux 67ha, Ambondrona et Antaninandro.

 

Les citadins se sentent soulagés des travaux entrepris. « La dégradation des routes favorise les embouteillages et les accidents. Leur réhabilitation constitue ainsi une issue pour la fluidité de la circulation et la sécurité routière », constate Mampionona A., un habitant de Tsimbazaza. Pour les travaux entrepris à Ankadilalana, les taxis-be et véhicules venant de Mahamasina empruntant cet axe font un détour du côté de Fort Voyron et Fiadanana avant de rejoindre Tsimbazaza. L’axe Tsimbazaza- Ankadilalana- Mahamasina reste toutefois accessible.

Système de suivi mis en place

Les techniciens de la Municipalité mobilisés. Ils s’activent non seulement pour les travaux de réhabilitation des routes au sein de la ville d’Antananarivo mais aussi dans la détection des axes en dégradation. En fait, la CUA n’attend plus qu’une route soit en état de délabrement avancé avant d’agir. De plus, un système de suivi sera mis en place, notamment pour l’entretien des routes. Les entreprises en charge des chantiers les font sous garantie, pour assurer la qualité et la durabilité des infrastructures construites. « L’eau constitue le premier ennemi des routes. Les riverains ne doivent pas y jeter leurs eaux usées », souligne Hery Rasoamaromaka, gouverneur de la Région d’Analamanga, présent hier lors de la visite des chantiers. Le gouverneur d’ajouter que l’évacuation des eaux usées est actuellement en cours d’étude. Pour sa part, le maire a avancé que la CUA a financé des travaux de Haute intensité de main d’œuvre pour le curage et l’assainissement des canalisations, afin d’éviter toute obstruction. Dans tous les cas, les riverains et les utilisateurs des routes sont invités à en prendre soin.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Emeute à l’université de Toamasina - 1 mort, 8 arrestations, l’accès dans la ville interdit

L’université de Barikadimy, à Toamasina, a été le théâtre d’une émeute estudiantine vers 9h, hier matin. Une information de dernière heure, reçue sur place, avance que des mesures de sécurité ont été prises par les autorités. L’entrée et la sortie de la ville de Toamasina sont interdites jusqu’à nouvel ordre. Dans l’après-midi d’hier, 8 autres étudiants furent arrêtés, selon une source locale de la Gendarmerie.  Les concernés auraient été soumis à un interrogatoire dans les locaux de la Gendarmerie à Toamasina, du moins jusque dans la soirée, hier.

 

Revenons dans les faits. Il y eut un affrontement entre les étudiants grévistes et les Forces de l’ordre, et dont le bilan est assez significatif : un étudiant fut mortellement touché d’une balle. Il a succombé des suites d’une importante hémorragie au cours de son évacuation à l’Hopitaly be de la cité portuaire, selon des sources convergentes. Agée d’une vingtaine d’années, la victime qui est originaire de Sainte-Marie, a étudié l’économie. Dès hier même, sa famille a récupéré sa dépouille. “Un gendarme fut pris au piège derrière le portail du campus et les étudiants l’ont encerclé. Du coup, ses collègues ont dû ouvrir le feu pour le dégager de ce dangereux piège. C’était dans ces circonstances que l’étudiant en économie aurait reçu une balle perdue, qui l’atteignait à la cuisse. Les Forces ne l’ont donc pas personnellement visé”, selon une source. Plus tard, la Gendarmerie a expliqué que : “C’était le fait d’une balle perdue !”.  

Parallèlement à cela, trois autres manifestants ainsi que trois éléments des Forces furent blessés.

Rapidement, la grève a dégénéré en une escalade de violence, surtout lorsque la manifestation a débordé sur la RN2 où les étudiants ont érigé des barricades non loin de l’accès au campus.  Par deux fois, ils ont été sommés de réintégrer le campus chaque fois qu’ils ont voulu manifester sur la Nationale bordant le local.  Là, les grévistes ont lancé des projectiles constitués essentiellement de débris de pavé, ou autres briques sur les Forces de sécurité. Un gendarme fut pris au piège près du portail du campus. Pour tenter de l’y dégager, mais aussi disperser les émeutiers, les Forces de l’ordre composées à la fois des éléments de la Police, de la Gendarmerie et de l’Armée, ont fait usage de bombes lacrymogènes et des tirs de semonce.  C’était dans ces circonstances que l’étudiant en économie a reçu cette balle perdue en pleine cuisse. Mais pendant que les deux camps se sont ainsi affrontés, des individus à l’intention malveillante ont profité de voler des matelas qui jonchaient le secteur, et appartenant aux universitaires.  Dès le début de l’après-midi d’hier, le gouverneur de la Région Est s’était personnellement dépêché sur les lieux pour constater de visu la situation, qui s’est progressivement normalisée, depuis. L’enquête se poursuit.

Franck R. 

La Vérité0 partages

Gare routière de Fasan’ny Karana - La vigilance contre la Covid maintenue

Comme le taxi-brousse est le moyen de transport le plus prisé pour se déplacer d’une ville à une autre, le risque de propagation de la Covid-19 par voie terrestre est énorme pour le cas de Madagascar. En tenant compte de cette situation, il est primordial de s’assurer du respect méticuleux des dispositions sanitaires.

 

A la gare routière régionale de Fasan’ny Karana, tout semblait être en ordre. Prise de la température corporelle avant chaque embarquement, port du masque, lavage obligatoire des mains, utilisation des solutions hydroalcooliques, présence des agents de propreté et d’hygiène, etc. En ce qui concerne les normes établies en matière de répartition des passagers dans chaque véhicule de transport, seulement trois personnes par rangée pour les modèles minibus et quatre personnes par rangée pour la gamme Sprinter. La gare routière de Fasan’ny Karana dessert une dizaine de villes sur la route nationale 7 (RN7). La fixation d’un prix unique pour chaque destination constitue l’un des principaux changements qui ont été apportés durant cette urgence sanitaire. Cela s’observe par des tableaux où les frais de transport sont affichés comme suit : 5 000 Ar pour Ambatolampy, 6 000 Ar pour Ambohimandroso, 7 000 Ar pour Antanifotsy, 8 000 Ar pour Antsiriribe, 8 000 Ar pour Ambohibary, 10 000 Ar pour Antsirabe, 12 000 Ar pour Antsampanimahazo, 12 000 Ar pour Betafo, 12 000 Ar pour Vinaninony, 15 000 Ar pour Soanindrariny, 15 000 Ar pour Tsinjoarivo, 17 000 Ar pour Sahanivotry, 20 000 Ar pour Mandoto et 25 000 Ar pour Ambolotompoina. Le premier responsable de la gare, connu sous l’appellation de président Tiana, nous a présenté la fiche à remplir impérativement avant que le véhicule quitte les lieux. Ladite fiche mentionne les nom et prénom des passagers, le numéro de la carte d’identité nationale de ceux-ci, le numéro de téléphone du voyageur et celui d’un membre de sa famille qui est à contacter en cas de besoin, l’adresse exacte de la personne et celle de son lieu de destination, la date et l’heure de départ, le nombre de passagers, sans oublier le nom de la coopérative de transport. Environ cent-vingt à cent-cinquante véhicules à destination des villes susmentionnées quittent chaque jour la gare routière, d’après ce que nous a indiqué le président. Ce dernier tire la sonnette d’alarme face à cette saison de pluie qui fait que le sol dans l’enceinte de la gare de Fasan’ny Karana soit de plus en plus boueux. « Je pense qu’un revêtement de bitume est nécessaire pour ce faire », affirme-t-il.

Bakary (stagiaire)

 

La Vérité0 partages

Prévision météorologique - Pas de cyclone en vue, retour au temps sec !

La dépression tropicale dans le Canal de Mozambique s’est intensifiée en tempête tropicale et a été baptisée Guambe. Hier, la Direction générale de la météorologie (DGM) à Ampandrianomby a confirmé que son virage prévu vers le Sud-sud-est puis Sud devrait laisser Madagascar en dehors de danger potentiel. « Il n’y a pas d’alerte cyclone à Madagascar.

La Grande île assiste désormais au retour à un temps classique d’été. Le risque des fortes pluies est écarté », ont rassuré les prévisionnistes. Effectivement, le soleil était présent hier ayant offert de la bonne onde positive à tous les travailleurs de terrain entre autres. Notons qu’ hier vers 15 heures locales, son centre a été localisé à 651 km à l’ouest-nord-ouest de Morombe. Elle s’est déplacée vers le sud à raison de 05 km/h. Le vent moyen a été de 65 km/h avec des rafales de 100 km/h autour du centre de la circulation.

Selon les services de prévision météorologique, les températures connaîtront une hausse progressive sur Madagascar pour les trois prochains jours sauf sur la partie nord-est. L'augmentation sera significative sur les Hautes terres, Boeny et Melaky. Pour cette matinée, Météo Madagascar prévoit que des averses orageuses aborderont Sambirano, les côtes de Sofia et Boeny. Le temps reste partiellement nuageux sur Antalaha, Analanjirofo et Atsinanana. A cela s’ajoute le temps peu nuageux sur le reste après la dissipation des brouillards ou brumes matinaux sur les Hautes terres et Alaotra - Mangoro ainsi qu'à l’intérieur de la SAVA. Et pour cet après-midi, un temps partiellement nuageux est attendu sur Atsimo -Andrefana, Androy, Anosy, Toamasina I-II, SAVA et la partie ouest de DIANA. Un ciel gris gagne Mangoro, Vatovavy- Fitovinany, Atsimo –Atsinanana, la partie est des Hautes terres y compris la ville d'Antananarivo avec des orages la nuit sur Menabe et la partie ouest d’Amoron'i Mania, Haute- Matsiatra, Ihorombe. Pour demain, les brumes ou brouillards matinaux continueront de persister sur les Hautes terres. Les nuages seront assez denses avec des risques de pluie sur la partie ouest de l'île à savoir Melaky, Boeny et la moitié nord de Menabe. Et dimanche, les averses orageuses se focaliseront sur la partie nord- ouest du pays, même type de temps mais sans orage sur la partie nord-est. Météo Madagascar a précisé que le temps sec gagnera du terrain sur le reste des Régions.

Recueillis par K.R.

Midi Madagasikara0 partages

Cabarets : Retrouvailles entre Eusebia et ses fans

Avec Eusebia, des soirées conviviales et rythmées sont au rendez-vous.

Digne fille de ses parents, Eusebia n’est plus à présenter. La jeune femme aux sourires rayonnants reprend le chemin de la scène. Après la période de soudure, Eusebia enchaîne deux soirées pour ce week-end. Vendredi, elle sera au Louvre Antaninarenina avec Jaojoby en personne en qualité d’invitée. Honorant ainsi le talent de sa fille, ce duo avec le roi du salegy sera plus que la crème de la crème. Samedi , c’est au Jao’s Pub que la belle signera les retrouvailles avec les inconditionnels de l’antre du roi du salegy. Evidemment, la belle chantera ses meilleurs tubes, mais aussi les plus récents. Entre les « Madagasikara », « Mamy fitiavagna » et « Ravady», les soirées s’annoncent rythmées. Ces deux rendez-vous  marqueront les présentations de vœux du nouvel an et la célébration de la Saint-Valentin avec ses fans. La chanteuse s’appuie sur son équipe au grand complet pour le show. Promettant un moment inoubliable jusqu’au petit matin. Ce sera un moment de communion et de grande émotion qui profile à l’horizon, étant donné que Eusebia chantera à la maison. Inconditionnels, soyez aux rendez-vous !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Gestion des parkings : La CUA prend les rênes

Le contrat qui liait la société Easy Park à la Commune urbaine d’Antananarivo a pris fin. Cela s’est traduit par la signature du transfert de la gestion de parking qui s’est déroulée hier à l’Hôtel de ville Analakely. « L’un des principaux objectifs que je me suis fixé était que la municipalité prenne le contrôle de ces parkings. L’objectif principal est d’améliorer le service et de régler le stationnement et la circulation dans la Capitale », annonce le maire de la ville des Milles, Naina Andriantsitohaina. A l’entendre, il souhaiterait apporter des réformes dans le secteur suite à la grogne des usagers. Durant cette signature, il a dès lors annoncé la couleur de ces changements comme le renouvellement numérique de nombreux secteurs de la commune. Autrement dit, les équipements utilisés par Easy Park seront disposés dans d’autres domaines comme la gestion des marchés. Cependant, ce transfert ne se fera pas dans l’immédiat selon les précisions de Naina Andriantsitohaina. Dans un premier temps, il y aura tout d’abord la formation des ressources humaines pour qu’elles puissent se familiariser avec ces outils numériques. En attendant, il  y  aura donc une sorte de cogestion entre Easy Park et la CUA. Les tarifs ne subiront pas de hausse mais les usagers  ayant commis des infractions ont été invités à payer leurs amendes.  

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Diaspora malgache : Participation au processus électoral envisagé par le gouvernement

Le Conseil des ministres d’hier a approuvé la nouvelle lettre de politique nationale destinée à la diaspora malgache. Elle développe les axes prioritaires du gouvernement qui seront à mettre en œuvre dans le cadre d’un plan décennal. Cette nouvelle politique est fondée sur la base de la protection et la coopération avec ces communautés de ressortissants du pays qui vivent à l’extérieur. Elle donne ainsi, selon le communiqué du conseil, de l’importance à la culture, us et coutumes, aux échanges sociaux, économiques et financiers. Le document décrit également le projet pour une participation future de la diaspora au processus électoral du pays. Une innovation qui sera graduelle et nécessite, au préalable, un dialogue et une coordination, a précisé, pourtant, le communiqué de la présidence.

En outre, le conseil a donné son feu vert pour qu’un militaire dirige la nouvelle agence nationale anti-fraude. Il s’agit du général Voahangy Andriamanalinarivo qui se trouve, en effet, et depuis hier, à la tête de cette nouvelle structure au niveau de la présidence de la République qui a pour mission de traquer et de réprimer toutes formes de fraudes que ce soit, entre autres, au niveau des services des douanes, des impôts, des passeports, ou dans d’autres branches de service public.

Par ailleurs, la création d’un bureau du service régional de la sécurité intérieure au niveau de la police nationale, dans la région du Haute Matsiatra, a été approuvée par le conseil des ministres. Le nouveau bureau devrait être érigé sur le site de l’ancien terrain de Somacodis à dans la commune urbaine de Fianarantsoa. Il en va de même pour la construction du bureau régionale de la sécurité intérieure à Ivato qui devrait sortir de terre sur le site actuel du « building Manara-penitra » dans la commune d’Ivato.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Pro League : Mamisoa Razafindrakoto débarque à la CS-Disciples

Du nouveau à la CNaPS Sport – Disciples avec l’arrivée d’un entraîneur, expérimenté qui plus est. Aux dernières nouvelles en effet, Mamisoa Razafindrakoto prendra le club en main. L’ancien capitaine des Scorpions et néanmoins entraîneur des Barea CHAN contre la Namibie, va apporter toute son expérience à une équipe qui a grand besoin de renforcer ses lignes défensives. « Nous avons besoin de son expérience même si notre objectif à court terme reste le maintien », confie le président du club, Andriamiariniriantsoa. Mamisoa Razafindrakoto ne sera pas seul dans cette nouvelle fonction car il sera épaulé par un autre ancien joueur de l’équipe nationale notamment l’ancien de la CNaPS Sport, Rija Juvence Rakotomandimby. Ce duo d’exception sera aux commandes du CSA-DFC de dimanche au Stadium d’Elgeco Plus pour affronter l’USCAFoot dans un match avec un enjeu de taille pour le maintien. Pour une septième journée réduite à sa plus simple expression, on aura deux autres matchs à Ampasambazaha. D’abord pour samedi où Zanakala et le public très chauvin tenteront de bousculer l’Ajesaia, ensuite pour dimanche où on aura droit à un derby du Sud avec le face-à-face entre le FCA Ilakaka et le 3FB toujours à la recherche de son premier point. 

Clément RABARY 

Midi Madagasikara0 partages

Contrôle financier: Le DG dans la région Melaky

Le DG du contrôle financier avec les responsables régionaux du Melaky.

Le directeur général du contrôle financier et l’inspecteur général d’Etat Rasahavelo,  ont effectué  une visite de travail dans la région Melaky. Ils ont profité de cette rencontre avec les fonctionnaires de la délégation  régionale du contrôle financier pour rappeler les objectifs du Plan Stratégique du Contrôle Financier. A savoir : l’amélioration du contrôle des dépenses publiques, l’amélioration des matériels de travail, ainsi qu’une meilleure coordination des relations avec les partenaires techniques et financiers.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : Début de la préparation pour la CAN 2021

Le Malagasy Rugby est en train de constituer les Makis sénior.

La qualification pour la Coupe du Monde 2023 est toujours dans le viseur. Pour cela, les XV Makis devront arracher leur ticket à travers la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Le test de présélection est en cours. 

Tout recommence pour l’équipe technique du Malagasy Rugby. Le test de sélection de l’équipe nationale en vue des matchs de poule de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2021 a débuté cette semaine au temple du rugby Andohatapenaka. En effet, la Fédération a convoqué 146 joueurs issus de différents clubs de la capitale. Après les tests physiques et médicaux en début de cette semaine, les candidats ont passé hier le test technique. « On ne veut pas limiter le nombre des joueurs en faisant intégrer ceux des autres ligues. On devrait élargir cette liste des présélectionnés afin de détecter les joueurs ayant le gabarit. Cependant, le test est basé sur le physique et la technique des joueurs. La date de regroupement n’est pas encore fixée mais pas moins de 60 joueurs seront retenus pour continuer », a fait savoir le directeur technique national (DTN), Antsoniandro Randrianorosoa.

Tout comme la première détection des Makis U20, les gabarits des candidats pour les Makis Seniors n’étaient pas aussi encourageants surtout au niveau de leur taille et poids, selon les explications. De base, la détection des joueurs doit se faire à travers un Championnat national, mais par défaut de compétition, le Malagasy Rugby n’a pas d’autre choix que d’opter pour ce plan B. « Le match à huis clos ne serait pas possible, nous n’avons pas encore eu l’aval du ministère de la Jeunesse et des Sports. Par ailleurs, les adeptes ne résisteront pas à cette situation. Des matchs sans notre autorisation ont démarré ce week-end. Bref, on ne les a plus maîtrisés », a-t-il ajouté. Pour rappel, les Makis ont remporté à domicile leur ticket pour la phase de poule de la Rugby Africa Cup. Madagascar évoluera dans la poule A avec la Namibie et la Zambie. Les matchs de poule étaient prévus se dérouler en juin 2020 mais ont été décalés d’un an en raison de la Covid-19. Cette compétition servira aussi de qualification pour la Coupe du monde 2023 en France.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Olona roa nalain’ny daholo an-keriny, zandary iray maty voatifitra

Nivaivay ny fifandonana teo amin’ireo zandary sy fokonolona ankilany ary andian-dahalo nirongo fiadiana, andaniny, ny talata lasa teo, tao Antsira, kaominina Belo-sur-mer. Vokany, lavo teo am-panantaterahana ny asany ny « gendarme hors classe » Rakotonirina Alain Patrick. Tetsy ankilan’izay kosa dia nisy olona tao amin’ireo fokonolona, lasan’ireo andia-malaso nataon’izy ireo takalon’aina niaraka tamin’ny basin’ilay zandary maty voatifitra.

Teo anatrehan’ny zava-nisy dia nisy avy hatrany ny baiko nidina nomen’ny teo anivon’ny Fibaikona ny zandary ny hanaovana hazalambo ireo nahavanon-doza fa indrindra ny hanavotana ireo olona nalain’ny dahalo an-keriny. Zandary maromaro avy amin’ireo tobim-paritra manodidina,  no nanao ny fanarahan-dia ireto andian’olon-dratsy ireto, ny tontolo andron’ny talata teo. Teny am-panenjehana dia nisy hatrany ny fifandonana lavareny, hoy ny fampitam-baovao azo, ary tao anatin’izany no avotra ilay lehilahy iray, isan’ireo teny am-pelatanan’ireo dahalo. Azo torak’izay ihany koa ny basin’ilay mahery ny fon’ny zandary nanao ny ainy tsy ho zavatra ho fiarovana ny vahoaka sy ny fananany. Araka izany mbola misy vehivavy iray eny an-tanan’ireo dahalo. Tsy nijanona hatreo anefa fa mbola mandeha ny hazalambo any an-toerana ary nitohy hatramin’ny omaly. Heverina, hoy ny vaovao fa tsy hisy vokany tsy ho ela izany. Nahetsika mba hanampy hery sy tosika ireo mpitandro filaminana efa eny an-kianja moa ireo zandary avy ao anivon’ny Hery vonjy taitra rehetra manodidina, raha ny vaovao hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Festival sar’nao : La ville des fleurs, décorée par des clichés

Le Festival « Mois de la photo Sar’nao » est un rendez-vous des photographes et du public passionné de photographie.

Après  Antananarivo, Ihosy, et Toamasina, Majunga a accueilli le festival Sar’nao  du 09 au 12 février dernier: 9 au 10 février, l’EPP et le CEG Charles Renel ont abrité une vingtaine de photos. Ensuite le Lycée Philibert Tsiranana a hébergé les clichés du 11 au 12 février. 

Démocratisation du secteur culturel, sensibilisation au coronavirus par le biais de la photographie pour éviter la deuxième vague et valorisation de la culture Sakalava, tels sont les objectifs de l’événement.

Durant quatre jours, la ville des fleurs  a été animée d’une « ambiance photographique ». Une occasion pour les artistes locaux d’exposer leurs œuvres et de rencontrer des passionnés de la photographie. 

Le Festival « Mois de la photo Sar’nao » est un rendez-vous des photographes et du public passionné de photographie. Une occasion d’échanger et de partager des expériences. Cet événement est un tremplin de promotion pour les photographes en herbe et de mise en valeur d’œuvres artistiques qui suscitent le marché du huitième art.  Sar’nao planifie alors de créer une ambiance très forte à travers la photographie pour garantir les droits culturels de toutes et tous, tout en interpellant les gens à relater en image leur vie sous la menace du Coronavirus et leur émotion au port de masque durant les périodes de la crise.

Maminirina Rado 

Midi Madagasikara0 partages

Jovena : La centième station-service à Amborovy Mahajanga

La nouvelle station-service Jovena d’Amborovy.

Energique. Jovena, leader dans la distribution de carburants, continue d’étoffer son réseau de stations-service partout à Madagascar. La centième station-service Jovena vient d’ouvrir ses… pompes à Amborovy, Mahajanga. Inaugurée le 16 février dernier, cette station dénommée « Zato » est pourvue de pompes à haut débit pour les poids lourds, d’une pompe spéciale pour les deux roues, d’un grand parking pour les poids lourds, et d’une aire de lavage extérieure. En somme, chaque usager y trouve son compte puisque la nouvelle station comporte tous les services utiles dont une boutique de 600m2 avec un large choix de produits de qualité. « Offrir des produits et services de qualité est un engagement que Jovena tient à honorer  et nous tenons à ce que nos clients puissent trouver tous les produits dans nos boutiques », indique un communiqué de la compagnie pétrolière. «  Nous souhaitons que nos clients retrouvent un quotidien serein et le plus agréable possible après cette année difficile due au contexte de pandémie mondiale. Les gérants de nos stations-service, nos partenaires fournisseurs et nos équipes vont se plier en quatre pour honorer cette promesse. L’ouverture de cette nouvelle station-service « Zato » est entièrement dans cette perspective », précise le responsable commercial de Jovena. Des actions commerciales impliquant les fournisseurs seront initiées dans cette nouvelle station-service d’Amborovy du 22 au 28 février prochain.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Ankadilalana : Le domicile d’un particulier attaqué par deux bandits armés

Ce serait un défi lancé contre les forces de l’ordre. Hier au petit matin, le domicile d’un particulier situé près du camp de la circonscription interrégionale de la gendarmerie nationale d’Antananarivo (CIRGN Antananarivo) a été la cible d’une attaque à main armée. Ce camp abrite une unité spécialement destinée à intervenir en cas d’urgence. Malgré tout, cela n’a pas pu empêcher les malfaiteurs de sévir. Ayant agi en toute quiétude, ils ont dérobé plusieurs objets de valeurs, dont un téléphone portable, un ordinateur et une somme de 80 000 ariary en liquide. L’acte a été commis vers 2 heures 30 du matin, à ce moment un appel téléphonique signalant ce fait est parvenu à la gendarmerie d’Ankadilalana. Sitôt avisés, des éléments de patrouille se sont dépêchés sur les lieux pour intervenir. C’est à cette occasion que la victime a pu raconter ce qui s’est passé. Les malfaiteurs se seraient introduits dans sa maison en escaladant le mur alors qu’elle dormait. Une échelle en bois a été retrouvée sur place. Un écho de bruit l’aurait réveillé et l’a amené à allumer la lumière. C’est à ce moment qu’elle a remarqué un homme portant un sabre en train de s’enfuir. Selon les témoignages de la victime et les circonstances de cet acte, ils étaient deux à avoir perpétré cette attaque. Après le constat de routine, les forces de l’ordre sont parties à la poursuite des malfaiteurs tout en appelant la brigade de gendarmerie de Tana-ville. Ils ont également fait recours à un chien pisteur de la brigade canine d’Ivato. Malheureusement, cette recherche qui a pourtant été entreprise jusqu’à la levée du jour a été vaine. La brigade de Tana-ville se charge de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Huawei Madagascar : Appui aux femmes détenues à Moramanga

Cérémonie de remise de machines aux détenus de la maison centrale de Moramanga

Entreprise socialement  responsable. Huawei Madagascar a fait le tour de la région Alaotra pour témoigner de son soutien inconditionnel aux actions liées à la réinsertion sociale des femmes et des enfants.

Premier passage. Menées  en partenariat avec l’association Vehivavy Andrin’ny Firenena, ces actions  ont débuté avec un premier passage dans le centre de détention de Moramanga, avec la distribution de machines à coudre pour  les femmes détenues. Ces dernières ont  également  bénéficié d’une formation  en couture afin qu’elles puissent en faire une activité économique à leur sortie et trouver leurs places dans la société. Par ailleurs,  les mineurs du centre de détention ont été encouragés à leur tour à poursuivre leurs études, et pour cela Huawei Madagascar leur a distribué des fournitures scolaires.  « Huawei est présent à Madagascar depuis 15 ans, avec une part de marché non négligeable aussi bien pour les particuliers  que pour les entreprises », explique Quesiah Botoale la Directrice de la Communication et des Relations Publiques de Huawei Madagascar. Et d’ajouter que « notre compagnie  tient également à cœur sa responsabilité sociétale qui se manifeste notamment par le soutien aux femmes et aux jeunes. Nous prévoyons différents projets, surtout dans le domaine de l’éducation. Nous croyons au potentiel de chacun et contribuons activement dans le but de les interconnecter pour multiplier les opportunités et créer un avenir meilleur. »

Réinsertion sociale. L’association Vehivavy Andrin’ny Firenena se concentre sur la réinsertion sociale des femmes et des enfants dans les régions Atsinanana et Alaotra Mangoro. « Nous restons présents dans la réalisation des actions d’entraide avec toutes les femmes et enfants qui en ont besoin », a déclaré pour sa part Mme Mamitiana, Présidente fondatrice de l’association VAF. Elle a assuré que l’association veillera à une bonne utilisation des matériels offerts. « Nous sommes reconnaissants de cette collaboration avec le groupe Huawei Madagascar et espérons sa continuité dans les projets futurs », a-t-elle conclu.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Fanakanan-dàlana : Jiolahy iray maty voatifitry ny zandary, 11 azo sambo-belona

Tamin’iny lalam-pirenena mampitohy amin’ny faritra Alaotra iny, sivy ireo tra-tehaka. Tamin’ny lalam-pirenana fahenina kosa, telo ireo olon-dratsy no voapaingotra tamin’izany. Tao anatin’ireto olon-dratsy mpanakan-dàlana ireto kosa dia nisy iray maty voatifitra rehefa niezaka nitsoaka, teo am-pelatanan’ireo zandary nahatratra azy, ny faran’ny herinandro teo.

Tao amin’ny distrik’Andilamena, izay nampikaikaika ireo mpanao taxi-môtô dia fantatra fa saron’ny zandary tao amin’ny kaominina Vohimena sy Amboavory, ireo andian-jiolahy tompon’antoka tamin’izany. Sivy lahy izy ireo, araka ny fampitam-baovao azo no tra-tehaka taorian’ny fikarohana nataon’ny teo anivon’ny zandary tany an-toerana, ary samy noraisim-potsiny tao amin’ireo kaominina roa voalaza ireo. Nandritra ny fisamborana anefa, ary tamin’ny fotoana nitondrana azy ireo hiakatra an’Andilamena dia nanapa-kevitra ny hitsoaka ny sasantsany tamin’izy ireo, nanararaotra ny fotoana nahaseriny ireo mpiambina azy. Raikitra teo indray ny fanenjehana ary voasambotra ihany no niafaràny. Nisy iray tsy nety nijanona mihitsy anefa, na dia teo aza ny tifi-danitra sy fampitandremana nataon’ireo mpitandro filaminana ka voatery nandray fepetra ny hitifitra ireo zandary. Voan’ny bala ity farany ary namoy ny ainy, noho ny ratra nahazo azy. Ireo sisa namany moa dia nentina natao famotorana ary raha tsy nisy ny fiovàna dia efa natolotra teny anivon’ny Fampanoavana.

Fa tamin’iny lalam-pirenana fahenina, izay nisehoana fanakanan-dàlana nisesisesy tato ho ato izay dia nisy ihany koa ny fikarohana nataon’ireo zandary ka telolahy, izay fantatra fa mpandroba ireo fiara amin’izany lalana izany no voasambotra, tao Analalava, ny talata lasa teo. Taxi-brousse avy aty an-drenivohitra, hihazo an’Ambanja no norobain’izy ireo tamin’izany. Tsy nahatanteraka ny fikasan-dratsiny anefa ry zalahy noho ny fampandrenesana haingana nataon’ireo fokonolona nahita. Tafaporitsaka ihany moa izy ireo tamin’io fotoana io. Nanomboka teo ny fikarohana nataon’ireo mpitandro filaminana ary izao niafara tamin’ny fisamborana azy ireo izao.

Manoloana ny antsoavo ataon’ireo mpampiasa lalana fa indrindra fa ireo mpindrana ireo lalam-pirenena eto amintsika, ny amin’ny fiverenan’ireo mpanakan-dalana indray dia nandray ny andraikitra ary tsy nikely soroka tamin’ny fanadihadiana sy ny fikarohana ireo olon-dratsy ireo mpitandro filaminana, ary dia izao nahitam-bokany izao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Vontovorona : Mbola nitohy ny grevin’ny mpianatra

Tsy nahafa-po ireo mpianatry ny Polytechnique Vontovorona ny fihaonan’izy ireo tamin’ny ministeran’ny fampianarana ambony, ka nanohy ny hetsika izy ireo omaly. Nivoaka ny faritry ny oniversite izy ireo noho izany, izay efa nivonona teny amin’ny manodidina ny mpitandro filaminana. Somary nafampana aza ny hetsika teny an-toerana. Araka ny fanazavan’ny mpianatra, nangataka ny hanomezana ny vatsim-pianarana efa-bolana izy ireo, saingy iray volana sy fampitaovana ihany no efa vonona eny anivon’ny minisitera. «Ny ambiny kosa mbola miandry ny fampiasana ny karatra nomerika », hoy ny filazan’ny mpianatra. Nanambara moa ny teo anivon’ny minisiteran’ny fampianarana ambony fa vatsim-pianarana iray volana sy fampitaovana no efa vita sonia. Entina eny anivon’ny governemanta kosa ny momba ny fampiakarana ny vatsim-pianarana. Nilaza ny mpianatra fa hanohy ny hetsika izy ireo mandra-pahitana vahaolana mifanaraka amin’ny fitakian’izy ireo.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Intempéries : Un décès et 1387 sinistrés dans quatre régions

La zone de convergence intertropicale a engendré des inondations dans plusieurs localité.

Les pluies incessantes , ces derniers jours, ont fortement impacté quelques localités du pays provoquant des inondations. Le bilan provisoire fait état d’un mort et plus d’un millier de sinistrés.

Les intempéries ont fait des dégâts. Une perte en vie humaine a été déplorée suite à la dégradation des conditions météorologiques engendrée par la zone de convergence intertropicale (ZCIT). Outre ce décès, 1387 sinistrés sont aussi recensés par le Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). Ils sont localisés dans la commune d’Ambohijanahary, district d’Amparafaravola, région Alaotra Mangoro où sont recensés 514 sinistrés. La commune urbaine d’Antananarivo, district Tana II ainsi qu’Antananarivo Atsimondrano en ont répertorié 801. Maintirano en a signalé 50, sept pour Morondava et 15 pour Miandrivazo.

Bien que la ZCIT ne soit plus d’actualité, le BNGRC a tout de même fait savoir que 22 personnes sont actuellement déplacées portant le cumul à 860. Outre les dégâts humains, 199 cases sont aussi inondées à Amparafaravola et Anosizato Andrefana. Ce rapport provisoire du BNGRC a aussi fait état de 21 cases détruites dont deux dans le district de Tana II, 10 pour Maintirano, trois pour Morondava, cinq pour Miandrivazo et un autre dans Tana II.

Concernant la menace d’inondation dans le district d’Atsimondrano à cause de la montée du niveau de la rivière de Sisaony , l’alerte rouge est actuellement levée. D’après l’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo (Apipa) , la vigilance est passée de rouge à jaune ce qui est synonyme de menace de danger. Malgré tout , des descentes avec les autorités concernées comme le corps de protection civile, le corps des sapeurs pompiers  et le ministère de la Population sont effectuées quotidiennement pour surveiller de près l’évolution de la situation.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Miara-manonja vs Tambatra : Guerre de propriété entre les deux émissions rivales

« Tambatra » revendique la propriété du label « Miara-manonja »

En plus de la guerre sur les ondes, il n’est pas exclu que les deux émissions rivales se retrouvent devant la Justice à propos de la propriété du nom de l’émission.

Incompétent. Le tribunal des référés a botté en touche par rapport à la procédure d’urgence engagée par MBS après sa suspension sur les chaînes satellitaires. Sans pour autant verser dans le déni de justice, il n’est pas exclu que la Cour d’Appel s’abstienne à son tour de connaître du dossier sauf si elle infirme ou confirme l’ordonnance judiciaire interdisant la station inféodée à l’opposition sur les bouquets de Canal Plus, Parabole et Startimes. Par ailleurs, MBS pourrait se voir interdire l’utilisation du label « Miara-manonja » dont la propriété, à tout le moins la paternité est revendiquée par la radio d’en face qui se dit « Miara-manonja tena izy ». 

Korontana. « Miara-manonja » encourt même d’être réduite au silence radio (et télé) pour incitation à l’insurrection et/ou à la haine contre le régime en place. Afin de ne pas faire deux poids, deux mesures, l’émission « Tambatra » pourrait également faire l’objet d’une mesure de suspension ou d’interdiction. Deux de ses journalistes viennent d’ailleurs d’être entendus par la Brigade de Recherches de la Gendarmerie qui a déjà convoqué auparavant deux animateurs de l’émission rivale « Miara-manonja » qui n’ont pas daigné se rendre à Fiadanana. Il y a peu de chance de les voir samedi à Ambohijatovo où des « korontana » voire des affrontements suivis ou pas de casses, ne sont pas à écarter à l’intérieur et/ou aux alentours de la « Place de la Démocratie ».  

Fermeture. En voulant à tout prix pénétrer sur le « site interdit », les députés de l’opposition risquent effectivement de …semer des troubles dans le futur parc botanique. Si elle venait à mettre de l’huile (Tiko) sur le feu, MBS s’exposait carrément à une mesure de fermeture, pour des raisons d’ordre public, comme le régime Ravalomanana l’avait fait à l’endroit de certaines stations privées en 2002. Pour ne rappeler que la radio Ny Antsika de Dadapasy à Toamasina qui a été fermée par l’Etat TIM. Ou encore la radio pro-Ratsiraka à Tana, en l’occurrence Tsioka Vao qui devait être incendiée par les partisans du KMMR et du KMSB en 2002, quasiment à la même époque qu’en ce mois de février. 

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Deci… Delà

Après un concert à Toamasina la semaine dernière, la bande à Mahalia, Loharano retrouvera la capitale pour un concert de promotion de leur nouveau single « Fototra » ce vendredi 19 février 2021 à partir de 19 h à La Teinturerie Ampasanimalo.

Le groupe de punk The Dizzy Brains est en studio pour la préparation de leur prochain album. Selon Eddy, le chanteur du groupe, les paroles sont majoritairement en malgache de même que le son qui intégrera une touche de musique malgache, tout en restant très  rock sur la forme.

« La langue malgache figure parmi les 12 langues les plus puissantes en Afrique »,  a affirmé le Dr. Oliva Ramavonirina lors de la célébration de la journée internationale de la langue maternelle à l’IKM hier.

Les organisateurs de l’événement « Teny malagasy, antsika rehetra » qui s’est tenu hier à l’IKM Antsahavola se disent satisfaits de cette journée de célébration de la langue Malagasy.

Pour le concert d’Eusebia à l’hôtel Louvre Spa prévu pour ce vendredi 19 février 2021 à partir de 19h, les organisateurs laissent entendre que le père de la jeune fille, Jaojoby, partagera la scène avec sa fille.

Actions Médias Francophones et le GEPIMM ont offert une formation à 13 journalistes culturels  malgaches depuis le début de cette semaine. Une formation qui s’étendra sur 9 mois.

La chanteuse Farakely annonce deux autres dates pour ce mois de février. Elle sera notamment au restaurant Jacaranda ce vendredi 19 février 2021 et au Kabaka Analakely pour un afterwork le vendredi 26 février 2021.

Le groupe Olombelo Ricky, après son cabaret au Piment Café Behoririka de ce vendredi 19 février 2021, prendra la route pour assurer une autre prestation au Neptune Toamasina le 26 février.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Entre pouvoir et opposition, une véritable joute verbale

Si on voulait faire référence à un  jeu, on pourrait qualifier ce qui se passe ces derniers temps en une partie d’échecs  où chacun avance ses pions ? Entre le pouvoir et l’opposition, c’est une véritable bataille qui s’est engagée. Chacun avance ses pions et prend tour à  tour l’avantage, mais personne ne veut céder. Les députés TIM de Tana font pour le moment preuve d’une détermination sans faille et déclarent contre vents et marées qu’ils vont faire leur rapport d’activité  au jardin d’Ambohijatovo. Les autorités multiplient les écueils et brandissent l’utilisation de la force pour les dissuader.

Entre pouvoir et opposition, une véritable joute verbale

Les animateurs de la radio mira-manonja maintiennent le rendez-vous de samedi à Ambohijatovo. Le pouvoir avance des arguments plus ou moins solides pour dissuader la tenue de cette manifestation organisée dans cet endroit qui avait baptisé « kianjan’ny demokrasia ». Le refus du préfet n’a pas encore été signifié expressément, mais on devine qu’il mettra son veto. Le communiqué du maire est explicite et il interdit l’entrée du jardin. Le général commandant du CRGN emploie un langage sans détour et dissuade la population tananarivienne de venir à la manifestation de samedi. L’opposition, elle n’a pas cessé de dire ces derniers jours qu’elle n’avait pas l’intention de se laisser intimider. Les propos qu’elle tient depuis le début de la semaine ne changent pas et c’est un discours bien charpenté que ses représentants prononcent sur les ondes et lors de leur rencontre avec la presse. Ils n’adoptent pas de ton belliqueux, mais font appel à la raison de tous ceux qui vont les empêcher de présenter leur rapport d’activité. À deux jours de cette échéance,les joutes verbales se multiplient, mais rien d’irrémédiable n’est accompli. La situation peut encore évoluer dans un sens ou dans l’autre.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Afrobasket Men 2021 –Match amical : Madagascar perd face à l’Egypte

Défaite. Les Ankoay de Madagascar se sont inclinés devant les Pharaons d’Egypte par 70 à 90, à Monastir, mardi soir, à l’occasion d’un match amical en prélude de la deuxième fenêtre des éliminatoires de l’Afrobasket Men 2021 du 19 au 21 février. Un résultat encourageant pour la sélection nationale face aux géants Égyptiens. Hier matin, l’équipe a procédé à l’analyse du match avant les entraînements. Après un début fracassant, les Égyptiens ont été vite rattrapés par les Malgaches, mais, ont vite repris leur avance. Le tableau affichait un score de 28 contre 14 à l’avantage des Pharaons à la fin du premier quart-temps. Plus techniques, les Égyptiens ont de nouveau imposé leur jeu au deuxième quart-temps en menant par 14 longueurs, 44 à 30. Une démonstration que les Égyptiens ont maintenue à la reprise malgré une belle révolte des protégés de Tojo Hery Rasamoelina. Les Égyptiens ont marqué 46 points contre 40 pour les joueurs malgaches. Une très belle résistance face à une vaillante équipe égyptienne habituée à ce rendez-vous continental. L’expatrié, Kiady Razanamahenina a brillé lors de ce match test en marquant 21 points. Les autres joueurs n’ont pas démérité également à l’image de Sitraka et Mory, crédités de 9 points respectivement et de Elly (10 points). Ce match a permis aux Malgaches surtout des nouvelles têtes de l’aventure qui les attend et qui ne s’annonce pas facile. Madagascar évoluera dans la poule E aux côtés de la Tunisie, hôte, de la République démocratique de Congo et la République centrafricaine.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

67ha : « Fusil à pompe » afenin’ny jiolahy

Olona saika hihazo ny toeram-piantsonana taxi-brousse no nataon’ny jiolahy lasibatra tetsy 67ha. Efa voatatitra an-gazety ihany ny momba izay, indrindra rehefa voasambotra ilay olon-dratsy. Vola mitentina an-tapitrisany maro no lasany ary hita ny trano fonenany rehefa nisy olona tsara sitra-po nanondro. Rehefa nosavaina dia nahitàna basy roa tao amin’ilay toerana. Teo dia voamarina fa mpiandry fonja izay nendahin’izy ireo ny zoma lasa teo no tompon’ireo. Ireo farany izay vao avy nanatira voafonja teny Tsiafahy kinanjo voaendaka tamin’ny fiverenany teto an-drenivohitra. Momba ilay jiolahy izay voasambotra indray dia mandeha ny feo fa mbola misy basy hafa afeniny any ho any. Fitaovam-piadiana mahery vaika, « fusil à pompe » no ahiana ho mbola napetrany any ho any. Inoana fa hizotra amin’ny fitadivana an’izany ny fanadihadiana izay efa mandeha ankehitriny. Efa ela no nikarohana ity jiolahy ity teto an-drenivohitra saingy havanana amin’ny fiafenana ny mpitandro filaminana izy. Voamarina fa mpikamban’ny « foroche » na ireo zatovo maditra tany Avaratra izy tany aloha tany ary nivadika ho jiolahy tanteraka rehefa nifindra teto an-drenivohitra. Izy no isan’ny tompon’antoka amin’ny fanendahana olona anaty fiara anaty fitohanana ary ampiasainy basy ny fanantontosana an’izany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Navony Pierre Lenoble : « Personne n’aura intérêt à ce qu’il y ait des troubles »

Le magazine trimestriel « DEMOKRASIA », publié par le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED), en est aujourd’hui à sa neuvième édition. Pour cette première édition de l’année 2021, le magazine fait focus sur la gestion de la Covid-19. Sa sortie officielle a eu lieu, hier, au siège HCDDED à SoanieranaOutre la présentation de ce magazine, son président national Navony Pierre Lenoble, de reconnaître que le HCDDED n’est pas parfait mais à lui de déplorer que cet organe est qualifié de jouer le rôle de « pompier » mais aussi de se pencher du côté de l’opposition. A la question des journalistes sur le meeting organisé par l’opposition à Ambohijatovo, il estime que « personne n’aura intérêt à ce qu’il y ait des troubles ».

Saisine. Sur un tout autre plan, la HCC a sorti sa décision n°03-HCC/D3 du 17 février 2021 relative à une saisine du HCDDED aux fins de contrôle de constitutionnalité du décret n°2020-013 du 15 janvier 2020 portant restructuration du Bianco et ses textes subséquents. La HCC a ainsi décidé en son article premier, que la saisine du président du HCDDED, aux fins de constitutionnalité du décret n°2020-013 du 15 janvier 2020 portant restructuration du Bianco est recevable. En son article 2, la discrimination instaurée entre candidats internes et externes par la décision n°2020-001/Bianco/DG fixant les modalités d’application des dispositions transitoires du décret n°2020-013 du 15 janvier 2020 n’est pas conforme à la Constitution. En son article 3, la requête en inconstitutionnalité du décret n°2020-013 et ses textes subséquents par rapport aux dispositions de l’article 95.I.24° de la Constitution n’est pas fondée. Et en son article 4, la requête en inconstitutionnalité du décret n°20200-013 et ses textes subséquents par rapport aux dispositions de l’article 95.II.3° de la Constitution n’ est pas fondée.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimangakely : Un bloc de pierre de 100 tonnes s’est effondré

Les habitants du fokontany de Sarahasina Vohitra à l’Est d’Andralanitra, dans la commune d’Ambohimangakely sont passés tout près du drame hier. Un bloc de pierre pesant 100 tonnes s’est en effet effondré sur place dans la mâtiné. Par miracle, il n’y a pas eu de blessés et aucun dégât matériel n’a été enregistré. Les responsables du BNGRC se sont rendus sur les lieux pour comprendre la raison de cette chute, et pour détecter d’autres pierres éventuellement fragilisées. D’après les premiers éléments de l’observation, les intempéries des dernières semaines seraient à l’origine de l’effondrement. Ce bloc se trouvait dans une carrière de pierres et s’est détaché de son emplacement habituel sur la colline et est ainsi tombé sur un sentier. Le BNGRC d’expliquer que ce site est classé à risque depuis l’année 2019. Un danger pèse sur une quarantaine d’habitations qui sont occupées par 291 individus. Par précaution, les occupants de ces maisons devront quitter les lieux. Le général Elack Andriankaja indique que des tractations sont en cours en vue d’évacuer les habitants sur les lieux. Les locaux ont été surpris que ces rochers qui ont toujours été là leur soient tombés dessus. Pour eux, reloger ailleurs est un coup dur.   D’autant plus que leur situation nécessite un grand nombre de démarches qui ne sont, à l’heure actuelle, pas encore terminées. Les habitants sont inquiets. Ravao témoigne, « Nous n’avions jamais vécu avec ce danger et nous voulons rester ici,  je m’inquiète maintenant pour notre maison. « Et si d’autres rochers tombaient? ». Une mère de famille se demande « En ce temps de crise, qu’est-ce qu’on va faire sans maison? ». Ces habitants demandent à l’État de voir de près leur situation.

Yv Sam