Les actualités Malgaches du Jeudi 18 Janvier 2018

Modifier la date
L'express de Madagascar48000 partages

Un père tue son propre fils

Un homme a été arrêté et placé en garde-à-vue à la brigade de la gendar­merie d’Amborimalandy pour le meurtre de son fils de 2 ans. Ce drame familial s’est produit samedi 13 janvier à Andra­nohobaka-Ambarindahy, commune de Marosakoa, district de Marovoay. Le père a violemment balancé l’enfant à la porte.

L'express de Madagascar5694 partages

Conjoncture – Le tourisme relève la tête

Après avoir fléchi à la suite de l’épidémie de peste au dernier trimestre 2017, le secteur touristique se porte nettement mieux. 

Après la pluie, le beau temps. Destination boudée durant l’épidémie de peste, Madagascar commence maintenant à regagner sa place auprès des croisiéristes. L’arrivée des paquebots ces derniers temps en témoigne. «Le bateau de croisière Aida Aura  avec plus d’un millier  de passagers fera escale à Nosy Be demain (ndlr : ce jour), avant de rejoindre le port d’Antsiranana», a déclaré le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka hier, à son bureau à Tsimbazaza.Le secteur touristique peut être soulagé à l’annonce de cette nouvelle. L’embargo imposé par les îles voisines comme les Seychelles ou l’île Maurice a obligé les compagnies de croisière de s’éloigner des côtes malgaches. Maintenant la donne à changé. Ces îles de l’océan Indien ont levé cette interdiction et les touchers de paquebots commencent à se faire sentir dans les ports d’escale. Les touchers d’un paquebot de croisière sont une véritable manne financière pour ces villes touristiques. C’est une réelle fête qui attend les croisiéristesdans ces lieux d’escale comme Nosy Be, Antsiranana ou encore Toamasina. Toute la population est mobilisée pour accueillir les croisiéristes.

Toamasina exclue«Ces touristes sont là pour dépenser. Au moins, leur arrivée générera une recette allant jusqu’à 200 000 euros», soutient le patron du tourisme à Madagascar. Ce sera ainsi le cas pour les deux villes du Nord. Mais cette fois-ci la ville de Toamasina sera absente de la carte de ces touristes. «Les plaies laissées par le passage du cyclone Ava ne permettent pas encore à la ville de Toamasina d’accueillir ces touristes internationaux. De nombreuses infrastructures d’accueil ont été endommagées. L’alimentation en électricité n’est pas encore rétablie à 100%», regrette l’ancien maire de  Toamasina devant la presse.L’épidémie de peste a beaucoup impacté le secteur touristique. De nombreuses annulations ont été observées auprès des professionnels du secteur touristique. Le ministère parle de 10% des cas. Bien que l’année 2018 commence plutôt bien pour le secteur touristique avec cette nouvelle, les opérateurs, quant à eux, affichent leur déception. Pour la saison 2018, Madagascar n’aura droit  qu’à onze paquebots, jusqu’au mois de mars, au lieu de dix huit ou vingt.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara802 partages

Ankazobe : La peste bubonique refait surface

Un exemple d’état de psychose observé lors de la récente épidémie de peste.

La peste a de nouveau frappé. Un cuisinier de l’ECAR du district d’Ankazobe a contracté la maladie cette semaine.

La saison pesteuse n’est pas encore finie ”. Une phrase qui prend tout son sens lorsqu’on apprend qu’une personne a contracté la peste bubonique dans le district d’Ankazobe. Interrogée sur la question, une source auprès du ministère de la Santé publique de faire savoir que “ l’apparition de la peste chez le cuisinier de l’ECAR d’Ankazobe a été observée cette semaine même “. La source d’ajouter que “ des actions de réponse ont été directement menées par les responsables de la Santé publique sur les lieux ”. Entre autres, la prise en charge immédiate du pestiféré, des actions de désinfection et de désinsectisation du domaine de l’ECAR en question (deux salles de classe et d’autres salles). Ce, pour “ contenir une éventuelle propagation de la maladie “ selon toujours notre source. La situation a toutefois alerté la population locale étant donné que le district figure parmi les foyers pesteux de la Grande Ile. Un fait qui – s’ajoute à la saison pesteuse qui suit son court – fait que l’apparition de la peste bubonique n’est pas étonnante.

Rappel. Il convient de noter que les statistiques enregistrées lors de l’atelier de la revue à mi-parcours de l’épidémie font état de plus de 2.417 cas toutes formes confondues. Les dernières statistiques de démontrer également que l’épidémie a causé plus de 200 morts (chiffres notifiés entre le mois d’août et en fin novembre 2017). Outre les faits qui ont marqué l’épidémie, la chasse aux pestiférés observés dans toutes les régions du Pays, la course aux Cotrim puis aux masques précédés d’un vent de panique qui a fait plus que secouer les villes concernées. Les épisodes de troubles ont été ensuite suivis des “ vacances de peste “ qui ont contraint de nombreux écoliers, collégiens et lycéens des régions concernées à interrompre les cours durant cinq semaines. Par ailleurs, si on se réfère toujours au rapport de l’atelier de la revue à mi-parcours du mois de décembre 2017, “ 13 districts ruraux sont encore touchés par la peste de type bubonique “. Le cas récent observé tend à confirmer cette déclaration. Face à cette nouvelle apparition de cas de peste, revoir les conseils et principes préventifs à suivre est plus que recommandé.

José Belalahy

Madagate776 partages

Antananarivo. Réaction d’un Karana à la suite du rapt de Kalidas à Antanimena

Photo prise à partir d'une fenêtre de la villa Pradon

Une semaine après la libération de John Razaly (enlevé le 20 décembre 2017 à Ankorondrano), c’est Kalidas, homme assez âgé dont le nom est synonyme de bijouterie qui a été enlevé le 17 janvier 2018 par quatre motards dont deux armés de kalachnikov ou AK 47. Ce rapt a eu lieu en début de soirée, juste en face de l’immeuble dénommé Villa Pradon, sis à Antanimena. Pris dans un embouteillage, Kalidas a été littéralement extirpé de sa voiture par l’un des individus qui, auparavant, avait fracassé la vitre de la portière avant avec la crosse de son arme de guerre. Cela s’est passé tellement vite que les gardes du corps de la victime n’ont rien pu faire. La réaction d’un autre Karana (d’origine indienne ou pakistanaise) à la suite de cet énième enlèvement d’un des siens est à méditer…

« Quand on n’a aucune pudeur à s'afficher et étaler sa richesse dans un pays ou 90% sont des crève-la-faim, qui bossent dur, et dont les enfants ne sont même plus scolarisés pour la plupart, c'est normal que ça arrive. Et qu'on se le dise: je suis Karana, et je peux vous dire qu'en public on crie au scandale, mais en privé dans ces chaumières cossues, la plupart d'entre eux crachent sur les Malgaches en les traitant de moins que rien. Allez leur demander de marier l'une de leurs filles à un chocolat, c'est scandale tout de suite, et pourtant les messieurs sont les premiers à abuser des jeunes filles locales dont certaines encore mineures à coups de quelques milliers d'ariary... Et SVP les Karana, arrêtez un peu avec vos associations à crier au scandale dès qu'un kidnapping survient.

Depuis plus de trente ans d'appauvrissement de ce pays, on n’a jamais entendu aucun d'entre vous crier au scandale de la corruption, de la faim, de l'exploitation sexuelle, du manque d'eau, d'électricité, d'éducation, de routes, d'hôpitaux... Ce n'est pas avec quelques actions coups de poings maquillées par des Ong ou des associations, pour se redorer un blason terni que ça va changer les choses... Quand on dit qu'on aime un pays, on le prouve, on ne le ruine pas... Le plus navrant, c'est que nos politiques et la bourgeoisie dorée sont entrés aussi dans l'ère du remplissage de poches à outrance.... Alors, je le répète encore : quand ce genre de choses arrive, acceptez-le et ne criez pas au scandale, parce que c'est le lot des pays pauvres d'être comme ça.

A bon entendeur salut ».

A. K. D.

Pour ma part, vu l'armement et leur manière d'opérer, il est évident que ces kidnappeurs ne sont pas de simples quidams. Ils sont si bien ordonnés qu'il est impossible qu'ils n'aient pas reçu un entrainement "spécial". Cet énième rapt a-t-il, dès lors, un rapport avec les révélations d'Hourcine Afa de Toussus-Le-Noble-, à propos de grosses sommes d'argent? Quelque part, "on" veut aussi avoir une part de cette manière aussi spectaculaire que navrante pour l'image même de Madagascar? Du coup, les pistes se multiplient: règlement de comptes entre Karana; moyen d'être milliardaire par des gens haut placés en utilisant des robots; initiative personnelle d'éléments des forces armées déçus... Mais la finalité est la même: avoir des centaines de millions d'euros qui deviendront des dizaines milliards d'ariary. Mais est-ce vraiment impossible de retracer tout çà ou bien l'Omertà (la loi du silence) est la plus forte? en tout cas, il ne fait pas bon d'être riche à Madagascar devenu l'Amérique du Sud des années 1970 en matière de rapt, enlèvement, kidnapping.

Jeannot Ramambazafy

L'express de Madagascar443 partages

Antanimena – Le chef des Hindous kidnappé en pleine rue

Le propriétaire de la bijouterie Kalidas s’est fait kidnapper hier par six bandits armés roulant à moto. Le rapt a été commis en public, dans un embouteillage.

Une audace nourrie d’une fougue criminelle. Hier, en début de soirée, le propriétaire de la bijouterie Kalidas à Antaninarenina, père du président de l’association des hindous de Madagascar, s’est fait kidnapper en pleine rue à Antanimena par une escouade de ravisseurs lourdement armés. Prise en filature à moto par le gang armé, la Hyundai Sonata à bord de laquelle se trouvait le sexagénaire, est tombé dans ses griffes lorsqu’elle s’est retrouvée immobilisée dans un embouteillage en face de la villa Pradon aux alentours de 18heures et quart. Des témoins oculaires indiquent que cet enlèvement a été perpétré par six individus munis de Kalachnikov. Pris par surprise, deux policiers armés, assurant la sécurité rapprochée de la victime ont été impuissants face aux assaillants.Ayant surgi à moto depuis le trafic, les ravisseurs ont, en un éclair, quadrillé le véhicule et braqué leurs armes de guerre sur ses occupants.Se heurtant à des portières verrouillées, les malfaiteurs ont tiré deux coups de semonce et fracassé la vitre arrière droite de la Hyundai Sonata ainsi que celle du côté conducteur, pour ensuite tirer leur proie dehors. Empoigné, le sexagénaire a été d’emblée traîné de force jusqu’à une grosse-cylindrée prête à démarrer en trombe, sur laquelle il a été installé, pour être aussitôt emmené en triple montée.Des unités d’intervention de la police nationale se sont dépêchées sur les lieux du crime mais les kidnappeurs s’étaient déjà évanouis dans la nature lorsqu’ils ont débarqué.

Gardés à vueLe véhicule attaqué a été conduit au commissariat central de Tsaralalàna où des équipes de permanence de la brigade criminelle ainsi que de la Police scientifique et technique (PST) l’on passé au peigne fin pour prélèvement d’indices. Outre une douille provenant d’un fusil d’assaut AK47 relevée sur les lieux du crime, la police a, dans la foulée, mis la main sur un casque de motard que les bandits ont fait tomber dans leur précipitation. Des poignées ont été arrachées lorsque les bandits ont tenté de forcer les portières arrière. De nombreuses empreintes digitales sont susceptibles d’être prélevées sur la carrosserie mais leur comparaison reviendrait  à chercher une aiguille dans une  botte de foin, faute d’informatisations de la base de données de la PST.Le chef de famille enlevé est diabétique sous insuline. L’inquiétude ronge les siens  du fait que celui-ci a été embarqué dare-dare, sans les médicaments qui lui sont vitaux.Ni revendication ni  demande de rançon n’étaient encore signalées hier soir, deux  heures après les faits. Les deux gardes du corps policiers sont placés en garde à vue.

Andry Manase

Tia Tanindranaza208 partages

Vazaha mpiray afera amin’ny HVMVaky koa ny afera Ciro Visone

Mivoaka ny resaka kimaizimaizina momba ny dian’ny delegasionina Malagasy notarihin’ny filoham-pirenena tany Italie ny volana oktobra 2017.

 

Volabe 27 000 000Euros

Nisy ny resaka famoahana volabe 27 000 000 Euros na 102 600 000 000Ar eo raha 3800Ar ny Euro tao amina minisitera iray navoaka tamin’ny dia tany Italie, ka voalaza fa nampiasana izany ny fanofana fiara, indrindra fa ho an’ny vadin’ny filoha. Fitsidihana tamim-pomba ofisialy anefa no natao tany, ka ny firenena mampiantrano no tokony hiantoka. Natao inona io vola io ? Sa nanaovana “shopping”? Ny Malagasy anefa etsy an-daniny mahantra fadiranovana. Ny mpitondra kosa tsy menatra fa miliba ihany miliba hatrany.

 

Toky R

 

Midi Madagasikara184 partages

Affaire Antsakabary : L’ANM a déposé une plainte à Genève

La présidente de l’association « Nosy Malagasy » (ANM) et non moins ancien juge international, Arlette Ramaroson refait surface. Cette dernière a notamment déclaré que l’association a porté plainte à Genève concernant l’affaire Antsakabary. Sans donner plus de détails. Elle n’a pas manqué également de parler de la restitution des îles éparses à Madagascar. Il s’agit des îles de Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin. La présidente de l’ANM pense, en outre, qu’avec l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir la position de la France sur ces îles éparses pourrait changer. Faut-il rappeler que les résolutions prises par l’Assemblée générale des Nations-unies du 12 décembre 1979 font état que les îles éparses appartiennent à Madagascar.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara165 partages

Antsiranana-II : Un « vazaha » séquestré par son épouse

Incroyable, mais vrai. Ce fait prouve que la violence conjugale ne vient pas seulement des hommes. La gente féminine aussi en est capable. Des éléments de la compagnie de la Gendarmerie d’Antsiranana II a dû arrêter l’épouse d’un ressortissant français après avoir constaté qu’elle a séquestré son mari. Ce dernier a été retrouvé enfermé dans une maison isolée dans le « fokontany » et commune rurale d’Antananamitaraina. Agé de 75 ans, ce ressortissant français a disparu depuis quelques jours. Informés de cette disparition suspecte suite à la plainte déposée par les proches parents de la victime, les limiers de la gendarmerie ont ouvert une enquête qui a débouché sur la découverte du lieu où le malheureux était emprisonné, le 15 janvier. L’enquête a révélé que c’était sa femme elle-même qui était l’auteur de cette séquestration dont le mobile reste encore à déterminer. Pour ce faire, elle s’est fait aidée par une complice qui fut également appréhendée. Une fois libéré, le mari a été remis au Consulat de France de  la localité.

T.M.

Midi Madagasikara140 partages

Affaire Houcine Arfa : 3 agents pénitentiaires comme boucs émissaires

Pour l’heure, la minisitre Rasolo Elise Alexandrine ne s’est pas encore prononcée sur les accusations lancées à son encontre.

Rebondissement inattendu dans l’affaire Houcine Arfa. Contre toute attente, les syndicats des agents pénitentiaires sont sortis de leur silence et font désormais pression sur la ministre de la Justice et les responsables au niveau du ministère. Au cours d’un point de presse qui s’est tenu hier à Antanimora, les agents pénitentiaires réclament la libération de leurs trois collègues placés sous mandat de dépôt à Tsiafahy suite à cette affaire. Soupçonnés de complicité dans l’évasion de ce ressortissant français inculpé d’avoir préparé un attentat contre le président Hery Rajaonarimampianina, trois gardes pénitentiaires sont incarcérés à Tsiafahy depuis le 4 janvier dernier. Pour leurs collègues, membres des syndicats SPAPM et SNIAP, « les trois agents pénitentiaires ne sont que de simples boucs émissaires dans cette affaire ». « Ils n’ont fait que suivre les ordres », a-t-on martelé, tout en se défendant de révéler de qui venaient les ordres.

Liberté provisoire. En tout cas, pour les leaders syndicaux, leurs collègues ont été victimes d’une attaque survenue entre Ambohitrarahaba et Ampasampito alors qu’ils étaient en service dans la nuit du 28 décembre 2017. Le prisonnier aurait profité de cette attaque pour prendre la fuite. Les leaders du SPAPM et du SNIAP estiment en effet que leurs collègues étaient victimes du manque, voire l’inexistence de matériels et d’équipements au sein de leur Corps, entre autres, voiture, téléphones cellulaires, armes… Aussi, les syndicalistes de l’Administration pénitentiaire lancent un appel à l’endroit du ministère de la Justice afin d’accorder une liberté provisoire à leurs trois collègues. « Leur adresse respective étant connue, il leur sera impossible de prendre la fuite et de disparaître », a-t-on indiqué. Les agents pénitentiaires n’ont également pas manqué de rappeler que Tsiafahy est une prison réservée uniquement aux détenus qui ont déjà fait l’objet d’un jugement définitif. Nul n’ignore pourtant que nombreux sont les simples citoyens qui passent un long séjour en prison en attendant leur procès. Pour ce qui est de l’affaire Houcine Arfa, le SPAPM et le SNIAP sont en train de mettre la pression sur la ministre de la Justice. Cette dernière est accusée par le prisonnier évadé d’avoir touché un pot de vin de 70.000 Euros pour lui permettre d’échapper à la Justice malgache et de quitter le pays. Pour l’heure, Rasolo Elise Alexandrine n’a pas encore réagi à cette accusation grave lancée à son encontre. On attend également sa réaction par rapport à cette revendication des agents pénitentiaires. A suivre.

Davis R

Midi Madagasikara139 partages

Nanie an-XXV : Clôture en beauté à l’espace Riantsoa

Nanie clôturera ses 25 ans de scène à l’espace Riantsoa ce samedi.

En toute intimité ! Pour clôturer la célébration de ses vingt-cinq ans de carrière musicale, Nanie remontera à nouveau sur scène. Ce sera ce samedi 20 janvier à l’espace Riantsoa, Andrefan’Ambohijanahary à 21 heures. Pour marquer l’évènement d’une pierre blanche, l’interprète de « Ianao sy zah» va se surpasser et faire de ce moment avec ses inconditionnels, un évènement inédit qui restera longtemps dans les mémoires. Pour ce moment de communion et d’intimité qui clôturera son quart de siècle de scène, les amoureux de bonne musique peuvent donc être sûrs de retrouver leur idole comme ils l’avaient vue et entendue il y a des années, peut-être même en mieux. Car comme l’a précisé la chanteuse : « Je maîtrise mieux ma voix et les techniques vocales aujourd’hui ». Ces retrouvailles à l’espace Riantsoa ne sont à rater sous aucun prétexte, car ce sera probablement le dernier concert de la chanteuse à Mada pour cette année. En février, elle sera de retour dans son pays d’adoption : la France, pour une autre et merveilleuse aventure musicale.Mahetsaka

Midi Madagasikara135 partages

Ravalomanana – Rajoelina : Alliance vouée à l’échec

Impossible ! Jusqu’ici, l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina n’a donné aucune suite à l’appel lancé par Marc Ravalomanana qui propose une alliance. Un silence qui signifie, peut-être que la réponse est « non ». En effet, aux yeux des observateurs, une éventuelle alliance entre les deux principaux protagonistes de la dernière crise est vouée à l’échec. Si Marc Ravalomanana tend la main au numéro Un de la Révolution orange, c’est parce que la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine a remis sur le tapis la décision de Justice le condamnant à une peine de travaux forcés à perpétuité pour l’affaire 7 février. Une condamantion qui risquerait de remettre en cause sa candidature à l’élection présidentielle qui aura lieu cette année. Bon nombre d’observateurs dénoncent un calcul politique derrière cet appel pour une alliance avec Andry Rajoelina. Sinon, pourquoi aura-t-il besoin d’une collaboration avec celui que lui et ses partisans ont toujours traité de « putchiste ».

« Contre nature ». Connaissant la personne, cette collaboration ne sera jamais franche. Quoi qu’il en soit, le peuple malgache qui, actuellement subit de plein fouet les effets néfastes d’une mauvaise pratique politique qui a duré plus de 50 ans et des crises politiques à répétition, ne peut rien espérer d’une éventuelle aliance « contre nature » entre les deux personnalités, notamment en termes de résultat. Certes, une association Ravalomanana – Rajoelina pourrait provoquer un « tsunami » contre le régime actuel. Nul n’ignore cependant que cela risquerait de provoquer une crise sans précédent qui plongera de nouveau le pays au fond du gouffre, car une lutte acharnée sera déclenchée par la suite entre les deux personnalités pour reprendre les rênes du pays. De son côté, Marc Ravalomanana cherche à tout prix des moyens pour reprendre son « business ».

Davis R

L'express de Madagascar134 partages

Projet international – Dotation de kits scolaires et matériel sportif

Les deux établissements scolaires pilotes du projet IBF gâtés. Dans le cadre du projet de l’International Basket Foundation de la Fiba de 2016 à 2019, dénommé « Madagascar Action Developpement », la Fédération malgache de basketball a doté  deux écoles de la capitale de kits scolaires ainsi que des équipements sportifs. Deux établissements pilotes ont été choisis pour bénéficier de la première phase du projet, à savoir l’école primaire publique de Tsararay Ambohimanarina et le collège d’enseignement général des 67ha nord.Deux cent cinquante enfants du projet mini basket dont une moitié des garçons et l’autre des filles, âgés de 6 à 12 ans pour l’EPP et moins de 17 ans le CEG seront dotés de ces kits. Ils comportent entre autres des sacs, des trousses, des paquets de feutres, des stylos quatre couleurs et des cahiers. Quant au matériel sportif, cinquante ballons de basketball, trois chacun de football, de volleyball et de handball, deux chronomètres, dix plots et une pompe de ballon ont été remis au CEG 67ha et cinquante ballons de basket et une pompe pour l’EPP Tsararay.Les instituteurs ont également reçu leur part de kits de matériel pédagogique dans le but d’améliorer la qualité de l’enseignement. La remise des kits s’est tenue dans la matinée pour l’EPP Tsararay et dans l’après-midi pour le CEG des 67ha. Pour ce dernier, l’inauguration de la salle de laboratoire qui vient d’être réhabilitée a aussi été marquée à cette occasion.Après un processus de sélection depuis 2015 entre dix neuf pays en Afrique, Madagascar a été sélectionné pour une phase de test avec deux autres pays, à savoir le Rwanda et l’Ouganda. Actuellement, seul le projet de la Grande Ile a été mis en œuvre selon les prévisions définies alors que ceux des deux autres pays n’ont pas été retenus. « Ce projet de IBF, une structure au sein de la Fiba, s’occupe plutôt des volets éducation et social, vraiment en dehors du sport» explique le président de la fédération, Jean Michel Ramaroson. Les enfants bénéficiaires du projet suivent un entraînement bi-hebdomadaire, tous les mardis et vendredis sous l’encadrement technique de deux coaches et d’un chef de centre par établissement. Ces élèves jouissent également d’une cantine scolaire après chaque entraînement.En championnat scolaire, l’EPP Tsararay a été sacrée championne de la DREN Analamanga sept fois (2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2016, 2017), championne nationale trois fois (2010-2011-2012)et le taux de réussite à l’examen CEPE/6e était de 99%.

S. R.

Midi Madagasikara118 partages

Tourisme : Relance réussie, des croisiéristes attendus ce jour à Diego et Nosy-Be

La relance du secteur tourisme avance bien, selon le ministre Roland Ratsiraka.

Les activités et la situation dans le secteur du tourisme sont revenues à la normale, malgré les graves impacts de l’épidémie de peste et du cyclone Ava, selon le ministre de tutelle, Roland Ratsiraka.

 70% des infrastructures des hôtels et restaurants du littoral Est ont été détruites par le cyclone Ava. Mais les travaux de réhabilitation avance à grands pas, d’après le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka, qui a organisé une conférence de presse hier à son bureau à Tsimbazaza. « C’est l’électricité qui pose encore problème, mais les responsables ont déjà affirmé que tout reviendra à la normale bientôt », a-t-il noté. Pour soutenir cette reprise du secteur du tourisme, le ministre a annoncé l’arrivée des croisiéristes qui ont programmé des touchées à Diégo et à Nosy-Be. Outre les recettes pour les ports, plusieurs filières bénéficieront également de cette arrivée en masse de touristes. Pour ce jour, 300 tuk-tuks à Diégo sont déjà réservés pour servir les croisiéristes, d’après les informations. Pour cette ville, 200.000 euros de recettes issues des croisiéristes sont prévues pour les opérateurs touristiques et les transporteurs, d’après le Ministère.

Reprise. Cette relance rapide du tourisme a déjà été constatée, après les deux mois de galère causée par l’épidémie de peste, en octobre et novembre 2017. Dès le mois de décembre, les statistiques ont affiché une reprise intense des activités. Par rapport à décembre 2016, le nombre de touristes étrangers accueillis à Madagascar a augmenté de 10% durant le mois de décembre 2017, avec plus de 40.000 touristes enregistrés. D’après le ministre Roland Ratsiraka, des efforts sont menés pour renforcer le tourisme aussi bien au niveau local qu’international. « Des formations sont déjà organisées pour les chômeurs pour améliorer les services touristiques et faciliter la recherche d’emplois pour ces personnes. En ce qui concerne la promotion des sites touristiques, plusieurs activités sont en vue. La Journée d’assainissement du 10 janvier dernier en fait partie, car il s’agissait, entre autres, de sensibilisation pour la préservation de l’environnement, la propreté et la lutte contre les maladies épidémiques », a indiqué le ministre. Pour les touristes étrangers, l’obtention de visa à Madagascar est également facilitée, avec la mise en place de l’e-visa, conformément aux recommandations de l’OMT (Organisation Mondiale du Tourisme), d’après les explications du ministre Roland Ratsiraka. Bref, les perspectives 2018 sont bonnes pour le secteur du tourisme.

Antsa R.

Midi Madagasikara114 partages

Kignapping à Antanimena : Le propriétaire de la bijouterie Kalidas enlevé hier soir

Des coups de feu ont retenti à Antanimena hier. Une bande de kidnappeurs s’est servie d’armes pour enlever le propriétaire de la bijouterie Kalidas sise à Antaninarenina. L’acte a eu lieu vers 18 heures 30 sur la rue devant la villa Pradon quand la voiture noire de marque Hyundai  transportant cet Indo-pakistanais était bloquée dans des embouteillages. Selon les témoins   ayant  assisté à la scène, quatre individus armés de deux fusils d’assaut Kalachnikov et sur deux scooters ont soudainement encerclé la voiture avec trois personnes à son bord, le propriétaire de la bijouterie Kalidas et ses deux gardes de corps. Les bandits ont tiré en l’air. Puis, deux hommes se sont approchés de la portière derrière laquelle se trouvait leur cible. L’un a frappé la vitre de la portière avec la crosse de son arme, puis il tire dessus pour la briser. Ainsi, ils ont réussi à ouvrir la portière pour embarquer la victime sur leurs deux roues. en triple montée.. Tout s’est passé en un rien de temps. C’est pourquoi, les gardes du corps de l’Indopakistanais n’ont pu rien faire. D’autant plus que les assaillants ont réussi à subtiliser l’arme d’un des gardes de corps. Selon toujours des témoins, les deux motos ont pris la bifurcation menant vers le CEG Antanimena. Alertés de ce fait, des éléments de l’Unité d’intervention rapide de la Police à Tsaralalàna ont débarqué sur les lieux quelques minutes plus tard. Ainsi, la course poursuite est lancée. Immobilisée sur  les lieux du crime, la voiture de la victime a été amenée au commissariat central de Tsaralalàna. Selon les informations, la victime appartiendrait à la communauté hindoue à Madagascar. Il en serait le Président. Les « Karana » opérant dans la bijouterie dans la capitale sont presque membres de cette communauté.  Les observateurs ont  constaté  que cette affaire de kidnapping  a pris de l’ampleur depuis la mise en place de la cellule mixte regroupant la gendarmerie et la Police nationale pour lutter contre ce fléau. Ce qui  s’est passé  hier a lieu juste une semaine après la libération de John Razaly, l’employé de la société Ucodis qui a été séquestré par ses ravisseurs pendant 23 jours.

T.M.

Midi Madagasikara112 partages

Mananara Avaratra : 18 000 Ariary ny iray litatra amin’ny lansatsy

Anisan’ny nitondra takaitra mafy tamin’ny fandalovan’ny rivodoza Ava ny Distrikan’ i Mananarana Avaratra, ka mbola tsy mety tafarina hatramin’izao. Araka ny tati-baovao voaray avy any an-toerana, noho ny tsy fisian’ny famatsiana dia manjaka ny varo-maizina, tafakatra 18.000 Ariary ny iray litatra amin’ny lasantsy ankehitriny ao Mananara. Velon-taraina ihany koa ny vahoaka fa nahitam-piakarany avokoa ny vidin’ entana rehetra ilain’ny mponina any amin’ity distrika saro-dalàna ity : 18.000 Ariary ny kilaon’ny hen’omby eny an-tsena, anana iray tsongo vidina 1.000 Ariary, raha 8.000 Ariary ny kilaon’ny ovy sy karaoty. Arivo Ariary ny atody iray, 500 Ariary ny akondro iray, . . .

Eric Manitrisa

Tia Tanindranaza97 partages

Ravalomanana sy RajoelinaNihaona tany Frantsa ?

Asa na fifanandrifian-javatra fa samy tany Fratsa ny filoham-pirenena teo aloha Marc Ravalomanana sy ny filohan’ny tetezamita teo aloha Andry Rajoelina ny herinandro lasa teo.

 

L'express de Madagascar95 partages

Évasion d’Houcine Arfa – Levée de boucliers des pénitentiaires

Les syndicats du personnel des services pénitenciers réclame la mise en liberté provisoire de leurs collègues. Il affirme que les prévenus ont été victimes des aléas de l’exécution d’un ordre.

Défense. « Sur l’affaire concernant l’évasion d’un ressortissant français ayant entrainé la détention préventive de trois agents pénitentiaires, les syndicats au sein de l’administration pénitentiaire se lève et fait cette déclaration ». C’est par cette phrase que les organisations syndicales au sein de l’administration pénitentiaire que sont le SPAPM et SNIAP ont introduit leur annonce d’hier. Devant les journalistes, à Antanimora, hier, ils ont appelé à la mise en liberté provisoire de leurs collègues.« Ils n’ont fait qu’exécuter le travail qu’on leur a demandé de faire lorsqu’ils ont été victimes d’une agression ayant permis au détenu de s’évader », est l’un des arguments soulevés pour motiver la requête pour la libération de trois agents pénitentiaires. Bien que le nom du fugitif n’ait pas été prononcé dans la déclaration d’hier, la sortie des deux syndicats est une réaction à l’évolution de l’affaire Houcine Arfa.Ce ressortissant français aurait profité d’une évacuation sanitaire pour se faire la malle. À s’en tenir au texte lu par Pierrot Razafin­dranamana, chef de file de l’un de deux syndicats, le fugitif aurait donc pris la poudre d’escampette à la suite d’une agression du convoi pénitentiaire dont la précarité et la vulnérabilité ont été soulignées, hier. La thèse de l’existence de complices au sein de l’administration pénitentiaire, entre autres, ayant facilité l’évasion d’Houcine Arfa, est pourtant privilégiée par les enquêteurs.L’enquête sur les circonstances de cette évasion a, pour l’instant, mené au placement sous mandat de dépôt des trois gardiens de prison ayant escorté le détenu.

Sur ordreOutre réclamer la libération provisoire de leurs collègues, le SPAPM et le SNIAP tennent à souligner qu’au sein de cette administration, les agents sont les derniers maillons de la chaîne. Il se chuchotait durant la rencontre avec la presse d’hier, à Antanimora, que «ce détenu n’aurait jamais été transféré. Seulement, il s’agissait d’un ordre».La déclaration déplore que « nous constatons que ce sont systématiquement les agents pénitentiaires qui subissent les conséquences de l’exécution des ordres qui leur sont donnés malgré les risques et l’insuffisance matérielle comme les véhicules cellulaires et les armes ». La déclaration ajoute, par ailleurs, «nous encourageons la poursuite des enquêtes sur cette affaire pour mettre en lumière toute la vérité et rétablir la justice ». Le SPAPM et SNIAP insistent sur le point que leurs collègues n’ont fait qu’exécuter les ordres.Également suspecté d’avoir attenté à la vie du Président de la République, voir un criminel présenté comme «dangereux», n’être escorté que par trois agents, bien qu’il soit supposé malade, prête à suspicion.  Désormais réfugié en France, mais sous la coupe d’un mandat d’arrêt international, Houcine Arfa, pour tenter d’échapper à un nouvel emprisonnement, use de l’arme médiatique.Il affirme avoir obtenu l’aide de hautes personnalités étatiques. Dernièrement, il a affirmé avoir payé plusieurs milliers d’euros à des responsables pour permettre son évasion. La somme de 70.000 euros qu’il aurait versée à la ministre de la Justice a été, notamment, citée. L’implication de hauts responsables de l’administration pénitentiaire a, également, été dit par le fugitif. Sur Radio France internationale (RFI), il a parlé d’aide d’anciens ministres, ou encore, d’officiers généraux.«Il ne faut pas oublier que ces déclarations sont ceux d’un évadé de prison», a souligné Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, hier. L’affaire ébranle néanmoins le système judiciaire et de sécurité. Sauf changement, le procureur de la République fera une déclaration officielle sur cette affaire aujourd’hui. Les circonstances de l’évasion restent jusqu’ici opaques. Après les accusations faites par le fugitif, la transparence ne serait pas de trop, en attendant les résultats de l’enquête.

Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza75 partages

Raharaha volabe 70 000 EurosTsy mety miloa-bava ilay minisitra

Niandry izay fanambarana ofisialin’ny minisitry ny fitsarana Rasolo Elise Alexandrine ny rehetra manoloana ny raharaha mafana momba ilay fanambaran’ilay Frantsay Houcine Arfa nilaza fa nandoa volabe 70 000 Euros taminy ho saran’ny fanafahana azy, saingy tsy nisy izany hatramin’izao.

Toky R

News Mada72 partages

Croisière : premier toucher de la saison à Nosy Be

Les touchers de croisières reprennent après plusieurs annulations d’escales. L’arrivée du paquebot de la compagnie Aïda Aura à Nosy Be ce jour, avec à son bord plus de 1.500 touristes, marque le début de la saison des croisières et touristique de cette année pour Madagascar.

Aida Aura fera également une escale à Antsiranana après son passage à Nosy Be. Le bateau restera plus longtemps que prévu à Madagascar à cause du cyclone Berguita qui sévit encore dans la partie est de l’île actuellement. Cependant, l’escale à Toamasina a dû être annulée étant donné la destruction de plusieurs infrastructures hôtelières dans la ville du Grand port après le passage du cyclone Ava.

Chacune des escales devrait rapporter pas moins de 200.000 euros pour chaque destination, comme l’affirme le ministre du Tourisme. Outre la rentrée en devises, les touristes qui visitent Madagascar, seront également les ambassadeurs de la Grande île dans leurs pays respectifs.

A rappeler que l’épidémie de peste et l’embargo imposé par les îles voisines, entre autres, les Seychelles et l’île Maurice, étaient les principales causes des reports de l’arrivée des paquebots à Madagascar. Après une première annulation le 7 novembre 2017, les paquebots Costa neoRiviera et Aida Aura ont reculé d’un mois les dates de leurs débarquements à Madagascar. Mais un second report au début du mois de décembre a changé le calendrier. Ils ont été contraints de modifier leurs itinéraires.

Pour cette saison de croisière 2018, la Grande île devrait ainsi accueillir une douzaine de paquebots jusqu’au mois de mars, encore si un certain nombre de conditions sont réunies.

Arh.

 

Midi Madagasikara72 partages

Centrale hydroélectrique de Volobe : Un grand chantier de 300 millions d’euros dès 2019

La transition énergétique est en marche. A terme, l’objectif est de réduire les coûts de fourniture de l’électricité à la JIRAMA et aux consommateurs finaux.

Le projet de centrale hydraulique de Volobe figure parmi les promesses d’investissements annoncés par le groupe Axian lors de la conférence des bailleurs et des investisseurs à Paris en décembre 2016.

Décisive. Le projet suit son chemin avec la tenue récemment d’un séminaire de travail des promoteurs Jovena (filiale du groupe Axian) et Colas Madagascar avec les responsables du ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures et ceux de la Jirama. Le séminaire qui a également vu la présence des bailleurs de fonds a permis aux participants de faire le point sur l’avancement du projet et de convenir des prochaines étapes à franchir pour l’ensemble des participants. En tout cas, l’année 2018 sera décisive pour ce projet avec les étapes des autorisations administratives. Une fois les paperasseries bouclées, les travaux débuteront normalement dès 2019, pour une période de  quatre ans avec un investissement de 300 millions d’euros. Une aubaine en somme pour la population de Toamasina et ses environs ainsi qu’aux entreprises locales qui bénéficieront des retombées positives de ce grand chantier hydroélectrique développé par la Compagnie Générale d’Hydroélectricité de Volobe (CGHV) dont les actionnaires sont Jovena (groupe Axian) et Colas. « Cette production hydraulique « verte », avec une puissance de 120MW et une production de 750 GWh/an, permettra dès 2022 de se substituer à la production d’électricité à base de diesel ou de fuel lourd. Avec un fonctionnement au fil de l’eau, mais pouvant néanmoins réaliser un stockage journalier de l’eau pendant la période d’étiage les impacts de la retenue en amont du barrage seront mineurs » précise Jovena dans un communiqué.

Abaissement des coûts. Mais le plus grand avantage de ce projet c’est qu’il permettra à la fois une réduction des gaz à effet de serre et un abaissement important des coûts de fourniture de l’électricité à la JIRAMA et aux consommateurs finaux. Par ailleurs, le CGHV et ses partenaires montreront à travers ce projet leur ambition en matière de politique verte, durable et respectueuse de l’environnement. La centrale de Volobe sera tout simplement une révolution énergétique. « Une véritable autoroute de l’énergie » dans la mesure où elle assurera la liaison haute tension entre les réseaux interconnectés de Tamatave et d’Antananarivo et permettra d’évacuer une partie de l’électricité produite vers la Capitale.

Groupe familial. A noter qu’Axian est un groupe familial franco-malgache appartenant à la famille Hiridjee implantée à Madagascar depuis 150 ans. Axian est présent sur plusieurs secteurs économiques moteurs dans le développement et la croissance de Madagascar, à travers des entreprises leaders dans leur domaine d’activité : l’énergie avec Jovena et EDM, les services financiers avec BNI Madagascar et MVOLA, l’immobilier avec First Immo; et les télécommunications avec Telma, TOM, TRM et TELCO SA. Avec 700 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2017, 900 millions de dollars d’investissements depuis dix ans et plus de 4.000 salariés dans l’Océan  Indien, Axian privilégie des secteurs structurants et réalise des transformations en profondeur avec le souci constant de répondre aux préoccupations et aux besoins du pays, des entreprises, et des citoyens. Jovena, quant à lui, est le plus grand réseau de distribution pétrolière à Madagascar avec ses 85 stations-service réparties dans toute l’île. Un ambitieux plan d’investissement de plus de 50 millions USD lui a permis d’augmenter sa part de marché de 25% en 1999 à 37% en 2017. Jovena est également le premier producteur d’énergie thermique à s’être engagé dans un programme d’engagement environnemental pour le respect des normes applicables.

R.Edmond.

Midi Madagasikara52 partages

Antananarivo : Des panneaux publicitaires ne respectant pas les normes

Les intempéries de ces derniers temps ont démontré la limite des panneaux publicitaires récemment installés par des opérateurs ayant eu l’autorisation de la Direction de l’Urbanisme et du Développement (DUD) de la Commune urbaine d’Antananarivo. Pour rappel, la DUD a octroyé ces derniers temps des autorisations à des entreprises pour installer et exploiter des panneaux publicitaires ainsi que des espaces commerçants dans certaines rues de la Capitale. Des travaux visiblement faits par des non professionnels, puisque pour ne prendre que le cas des panneaux publicitaires par exemple, ils sont apparemment montés avec des tôles d’une petite épaisseur qu’au premier coup de vent, ils ont été froissés. Des opérateurs commencent en tout cas à dénoncer cette attitude du DUD de confier des travaux à des régisseurs amateurs. Qui plus est, ces infrastructures étant installées sur des lieux publics très fréquentés, leur fragilité risque de provoquer des accidents. Il s’agit, en somme d’installations faites sans respect des normes et qui risquent de mettre en danger la vie d’autrui.

R.Edmond.

News Mada47 partages

Rugby : le Grand Sud au devant de la scène

Les férus du ballon ovale malgache font parler d’eux sur la scène internationale, que ce soit sur le terrain ou sur le petit écran. En effet, le projet «Rugby solidaire» de l’association Terres en Mêlées, dirigée Pierre Gony, ancien joueur et entraîneur du Stade Toulousain, commence à porter ses fruits, surtout dans le Grand Sud de Madagascar. Pour preuve, un film documentaire réalisé par Christophe Vindis (ndlr, les Docs du Nord) intitulé «La jeune fille et le ballon ovale» a été diffusé dimanche dernier sur la chaîne France O a fait beaucoup d’échos à Madagascar.

Un reportage inédit qui retrace de long en large l’histoire d’une jeune maman de 16 ans, Marcelia, résidant au lieudit Antsepoka, sur la Côte Saphir, dans l’Atsimo Andrefana. Une bénéficiaire du projet initié par les éducateurs de l’association Terres en mêlées. Le documentaire met en avant la détermination de Marcelia qui veut à tout prix faire régner la parité du genre à travers la pratique de ce sport. Ainsi, elle a été nommée capitaine de la première sélection féminine de rugby à 7 de la Côte Saphir. Une histoire qui met en exergue la révolution portant sur les liens inter-communautaires et les échanges culturels dans cette partie de l’île.

Rojo N.

Midi Madagasikara46 partages

Annulation de vols avec Ewa Air, les passagers s’interrogent !

Plus de 70 passagers attendent leur vol, beaucoup commencent à stresser car parmi eux ils sont nombreux ceux qui dont leur visa va expirer. L’agence n’a pas pris en charge les jours supplémentaires où les passagers doivent patienter le temps que le service reprenne. Tout les passagers censés voyager dimanche 7 janvier sont resté sur place, l’agence avait annuler ce vol sans plus d’explication. Quand aux passagers, ils n’étaient pas informer de la cause de l’annulation de vol ni quand le prochaine vol aura lieu. Ils sont obligés de rester à l’aéroport au cas où l’agence reprend le vol. le 10 janvier les passagers sont restés dès 7 h du matin jusqu’à 17h à l’aéroport en espérant qu’ils vont enfin partir. Le moment où l’avions de l’Ewa Air a atterri à l’aéroport Diego, au lieu d’embarquer leur passagers, l’avion a amené des passagers d’Air Madagascar à Antananarivo ! Les voyageurs étaient déçus, fatigués sans être informés de la situation. Pendant ce long moment d’attente à l’aéroport ils n’ont reçu ni à boire ni à manger, c’est un moment difficile pour ces voyageurs surtout pour ceux qui ont des enfants. Jeudi le 11 janvier c’était comme la foire à l’agence Ewa Air, des voyageurs fortement stressés et même les personnes sur place dans le bureau criaient de plus en plus fort. Des clients posaient des questions par rapport au programme de vol sauf qu’ils leur fallait attendre des information de l’agence mère à Tana. Selon le communiqué d’Ewa Air , voici le point sur la situation à Diego Suarez. En raison des mauvaises conditions de météorologiques actuellement sur la région de Diego Suarez la compagnie Ewa Air a dû procéder à des modifications de son programme de vols sur la ligne Mayotte-Diego Suarez pour les journées des 9 et 10 janvier 2018. En effet, des vents fort dépassant les limites autorisées subsistent sur Diego Suarez, et rendent quasi impossible l’atterrissage. L’évolution de la situation est ainsi suivi en temps réel, les équipes d’Ewa Air sont mobilisées et peuvent être en mesure de déclencher des vols dès que les conditions le permettent de nouveau. A noter qu’en parallèle des vols Diego Suarez (Tana) Diego avaient été programmés en janvier pour venir soutenir la compagnie Air Madagascar et permettre d’acheminer sur Tananarive des passagers de la compagnie malgache restés en souffrance Diego suite au passage de cyclone AVA.

Angeline
L'express de Madagascar43 partages

La réalité, en face

Quel serait le contraire de «pays de merde» ? To be or not to be : c’est une question. Une hypothèse à supposer même que ce pays presque idéal existe. Or, il se trouve que plusieurs d’entre nous ont déjà vu et pratiqué ce pays. Comme disait Platon, Saint-Paul ou Augustin, repris par Belloiseau, citant lui-même Pascal, comme lui fit dire Marcel Pagnol dans «Manon des sources», où j’aurai donc retrouvé la maxime : «Tu ne me chercherais pas, si tu ne m’avais déjà trouvé».Un pays que ses natifs ne fuiraient pas à n’importe quel prix, fût-ce à celui de leur vie. Un pays où pour chacun, les libertés d’opinion, d’expression, de religion, seraient garanties. Un pays où chacun, sinon la plus grande majorité de la population, mangerait à sa faim, quantitativement et nutritionnellement. Un pays où chacun, et surtout les plus démunis, auraient accès à des soins de qualité. Un pays où chacun aurait une chance égale d’accéder à une éducation de qualité. Un pays où tous auraient droit à la justice.Pourquoi des millions de gens quittent là où ils avaient toujours vécu, là où leurs ancêtres étaient nés, là où ils auraient eux-mêmes voulu mourir, sinon parce que les infrastructures de base n’existent pas. Ou que derrière le décor de beaux mobiliers urbains, le goulag de la persécution en constitue l’envers. Et que, là où les ancêtres avaient vécu, là où eux-mêmes ont vu le jour, les enfants n’auraient plus aucun avenir.En 2018, qui s’offusquerait que les livres d’histoire traitent les pays communistes de derrière le «rideau de fer» de «pays de merde» ? Combien furent-ils à avoir payé de leur vie la tentative de s’échapper de la prison de Berlin-Est ? Ils furent encore des milliers et des milliers, devant les télévisions du monde entier, à vouloir s’échapper du «paradis socialiste» par une trouée dans les barbelés hongrois. Ce n’était jamais qu’en 1989.Le choix des pieds conduit ailleurs : qui pour la SéCU, qui pour une université, qui pour s’affranchir d’un burka, qui pour l’insolence d’une caricature, qui pour le confort d’ordures ramassées et de routes sans nids de poule.Bien sûr, après quatre heures d’une réunion d’urgence pour arracher une unanimité sans doute pas tellement évidente, les 54 pays du «Groupe Africain» auprès de l’ONU sont parvenus à exprimer leur indignation vertueuse d’une seule voix après les propos supposés de Donald Trump. «Supposés» parce qu’aucun enregistrement n’existe pour en attester de la véracité sinon de la simple réalité.Cependant, ceux qui se seraient reconnus dans cet épithète, devraient d’abord, et surtout, s’atteler à équiper des hôpitaux, assurer une éducation de qualité, garantir une justice équitable, assurer la sécurité des biens et des personnes, construire des ponts qui ne s’effondrent pas à chaque brise, ne laisser aucune famille mourir de faim, rendre confiance en la démocratie des libertés. Sinon, et pas besoin de Donald Trump, leurs administrés savent bien que ce sont des dirigeants de merde.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Tia Tanindranaza38 partages

Hery RajaonarimampianinaInona marina no tena anton-diany tany amin’ny faritra Zafimaniry ?

Manomboka mahalasa eritreritra ankehitriny ny antony marina nanosika ny filoha Hery Rajaonarimampianina hitsidika an’Ambohimitombo, renivohitry ny faritra Zafimaniry tamin’ny fiandohan’ity herinandro ity. Nihaona mivantana tamin’ny vahoaka izy,

 

 nampanantena fanorenana fotodrafitrasa tahaka ny fanaony. Nijery ny tsena ary nihaona tamin’ireo olobe tao amin’ny lapa ihany koa. Fanta-daza maneran-tany amin’ny fahaizany manao asa tanana amin’ny alalan’ny voamboana ny mponina Zafimaniry. Nampidirina ho vakoka iraisam-pirenena sy haren’ny zanak’olombelona ny taona 2003 ny ala Zafimaniry izay tsy misy afa tsy 800 Ha amin’izao fotoana raha toa ka nanodidina ny 8000 Ha izany 45 taona lasa izay. Iray sokajy amin’ny Andramena (bois de rose) sy ny hazo mainty (bois d’ébène) ny voamboana (palissandre) ary araka ny fanangonam-baovao natao teo anivon’ny minisiteran’ny tontolo iainana dia hazo tsy azo ahetsika na afindrafindra na inona na inona mety ho antony. Mafy ny voamboana ary sarotra inoana hoe hiongotra ho azy na dia misy rivodoza aza. Mandeha ny resaka fa misy miketriketrika fitrandrahana io ala Zafimaniry io, izay azo antoka fa hahazoana vola be tokoa. Efa misimisy ihany izay olona nanondrana manodidina ny filoham-pirenena izay. Koa mampiahiahy noho izany ity fitsidihana tampoka tao anaty orana tany amin’ny faritra Zafimaniry ity. Sao lahy misy mampijabaka indray i Hery Rajaonarimampianina ka handeha hikitikitika ny ala Zafimaniry any atsimo mba hahazoam-bola, rehefa mamay be ka tsy voatrandraka intsony ny andramena any avaratra atsinanana sy any amin’ny faritra SAVA. Efa iaraha-mahalala fa sahirana ara-bola ny fitondrana HVM sady tsy mahazo famatsiam-bola matevina avy any ivelany, ka mety hiroboka amin’izay zavatra hita fa mety ho voa haingana.

J.Mirija  sy RTT

Midi Madagasikara36 partages

Ambohidratrimo : Andian-jiolahy rain-dahiny, voasambotry ny zandary

Nisesisesy tokoa ny asan-jiolahy tany amin’iny faritra Ambohidratrimo sy ny manodidina iny. Izay indrindra no nanosika ireo zandary any amin’iny faritra iny tsy hikely soroka hiady sy hikaroka ireo mpanao ratsy. Ny faran’ny herinandro lasa teo ary, dia andian-jiolahy raindahiny ary efa ela nokarohina no voasambotry ny zandary tany Ambohijanaka. Telolahy izy ireo. “Efa ho herin-taona no nikarohana ny iray tamin’izy ireo, izay fantatr’ireo voatafika sy ny fokonolona ka re fa nandalo tao amin’ny trano izay efa nilaozany ela indray izy ny 11 janoary teo. Nandefa ireo mpanao fisafoana teny Ambohimanjaka ny Komandin’ny brigady Mahitsy mba hanamarina izany ka indro fa tena tao tokoa ity jiolahy ity ka noraisim-potsiny. Nanoro ireo namany hafa mpiara-manafika aminy izy rehefa natao ny famotorana ka voasambottra koa ireo lehilahy 2 hafa tany Ambohidratrimo. Mbola tratra tao amin’izy ireo koa tamin’izany ny entana nangalarin’izy ireo tamin’ny taona lasa sasantsasany, toy ny radio, panneaux solaires sns”, hoy tatitry ny zandary. Ny alatsinainy lasa teo no natolotra teny anivon’ny fampanoavana ireo olon-dratsy ireto ka nampidirina am-ponja vonjimaika miandry ny fotoam-pitsaràna azy. Marihana fa efa fitairanana tsy latsaky ny valo no tonga eny anivon’ny zandamariam-pirenena mahakasika ireto fanetriben’ny firenena ireto. Ny talata lasa teo aza dia mbola nisy tokantrano telo hafa indray nametraka fitoriana mahakasika azy ireto, rehefa nandre fa tratra ry zalahy ireo.

m.L

Midi Madagasikara35 partages

Etudes supérieures : Jour-1 pour le Salon des Etudes en France

La troisième édition du Salon des Etudes en France débute ce jour à l’Alliance française de Tananarive à Andavamamba.

Rencontres et orientations. A travers les 23 stands, les visiteurs, attendus nombreux pourront rencontrer des établissements français correspondant à leur filière ou l’orientation professionnelle qu’ils prévoient. Pour d’autres, le salon peut même être l’occasion de découvrir ou de revoir leur orientation professionnelle. Sachant qu’à Madagascar, dans le milieu professionnel, les diplômes internationaux sont toujours plus reconnus, à tort ou à raison, que les diplômes nationaux. Par ailleurs, des informations utiles sur les procédures à suivre dans la perspective d’étudier dans l’Hexagone seront également disponibles durant le salon. Alors rendez-vous au Salon des Etudes en France pour tous ceux qui s’y intéressent, ceux qui en rêvent, ou ceux qui l’envisagent sérieusement. L’entrée est gratuite et les portes ouvertes de 8h30 à 17h30.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara28 partages

ONTM : Remise des lots aux lauréats du concours de photos

Les gagnants du concours et les partenaires de l’ONTM

Dans le cadre du lancement de la stratégie digitale notamment le site web de l’ONTM (Office national du Tourisme de Madagascar), visant à promouvoir la destination Madagascar, un jeu-concours de photos a été organisé durant un mois. Il est dédié aux résidents nationaux qui sont photographes amateurs ou professionnels. Et le thème a été axé sur « Voyage à Madagascar ». Les participants ont capté et partagé avec les internautes leurs plus belles photos de la Grande Ile. « L’objectif a été atteint, car le nombre de visiteurs de notre site web a augmenté avec plus d’intérêts sur certaines pages. Le jeu a également remporté un franc succès avec 108 participants ayant posté leurs photos. En revanche, un peu moins de 3 000 internautes ont fait un « Like », a déclaré Joël Randriamandranto, le PCA de l’ONTM, lors de la remise des lots aux trois lauréats du concours photos qui s’est tenue hier à l’hôtel Sakamanga. Les partenaires de l’ONTM, notamment Air Madagascar, Air France et Air Austral y ont été présents. Ainsi, le premier lot composé d’un billet aller-retour Tanà-Paris-Tanà est attribué à Gisela Razafindrakoto. Le 2e lot constitué d’un billet aller-retour Tanà-La Réunion-Tanà, est remis à Djavad Laldjee tandis que le 3e lot qui est également un billet aller-retour mais reliant Tanà-Nosy-Be-Tanà est offert à Andry Razafindrazaka.

Navalona R.

Midi Madagasikara26 partages

Jugements supplétifs d’actes de naissance : « Les travaux au niveau des districts seront accélérés ...

L’opération dite jugement supplétif d’acte de naissance prendra fin le 2 février prochain.

Mardi dernier, un cadre de concertation de la Ceni avec les chefs de partis a eu lieu à Alarobia. Il s’en est sorti que le cap des dix millions d’électeurs inscrits sur les listes électorales pour cette année est probablement difficile à atteindre. Par conséquent, le Premier ministre et ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID), Olivier Mahafaly Solonandrasana, a convoqué hier au Palais de Mahazoarivo, la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante), les responsables au sein du MID et les membres de la société civile pour discuter des efforts encore à fournir. Il a été décidé, lors de cette réunion que « les travaux au niveau des districts seront accélérés pour que les dix millions d’électeurs ou peut-être plus inscrits sur les listes électorales soient atteints », a déclaré le chef du gouvernement. Ces travaux concernent bien évidemment les jugements supplétifs pour ceux qui n’ont pas leur acte de naissance. D’ailleurs, l’opération y afférente, dite « jugement supplétif d’acte de naissance » se poursuit. « Durant cette opération, les concernés ne paieront aucun droit. Par contre, ceux qui sont inscrits dans le livret de famille et qui préparent leur carte d’identité nationale s’acquittent des 200 ariary », précise le Premier ministre.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara25 partages

« Amour’ rire » : Francis Turbo et Goth réunis au Palais des Sports !

Goth et Francis Turbo seront réunis sur la scène du Palais des Sports le 16 février.

« On ne change pas une formule qui marche. On ne peut que l’améliorer ! ». Un propos de Luc Hervé de « LH pro » qui confirme la tenue, comme chaque année, du traditionnel spectacle d’humour qu’organise la production à l’occasion de la Saint-Valentin qui se tiendra cette fois-ci au Palais des Sports.

En amoureux ? Certainement. Mais si au lieu du traditionnel dîner romantique, les couples assistaient à un spectacle d’humour ? L’évènement de « LH Pro » pour qui amour rime avec humour est tout indiqué. Cette année, Luc Hervé ne faillira pas à la tradition. Il attend les tourtereaux pour un « amour’rire » au Palais des Sports le vendredi 16 février. Un stand-up qui ne mettra pas seulement une, mais deux grosses pointures de l’humour malgache à l’affiche. « Le public est en perpétuelle quête de nouveauté. Il attend toujours  à ce qu’on le surprenne et c’est ce qu’on espère avec un Francis et un Goth réunis sur une même scène ».Deux styles d’humour. Avec son humour décalé, souvent salé et ses tenues de scène hors du commun, Francis Turbo a marqué les esprits et le paysage humoristique de son empreinte. Jamais à court d’idées et toujours dans l’air du temps,  chaque fois, il concocte des sketches, des monologues tout aussi drôles que réalistes, dans lesquels chacun se reconnaît, les couples surtout. Certes un peu « trop populaire », voire vulgaire au goût de certains, mais c’est ce qui fait sa singularité et c’est ce qui fait son succès. D’ailleurs, on ne l’appellerait plus Francis Turbo s’il agissait autrement.Un spectacle absolument et politiquement incorrect, avec des gags en rafales, en rapport avec l’actualité brûlante du moment. C’est ce qu’offre souvent Goth au menu ! Aimant également se glisser dans la peau d’autres personnages, il ne manquera pas de reprendre certaines personnalités et de les dévoiler d’une manière différente. Oui, Francis et Goth vont préparer et présenter, chacun à leur tour, leurs créations, mais il y aura également un moment pendant lequel, les deux humoristes vont travailler ensemble et dévoiler des sketches qu’ils auront concoctés ensemble. Ils ont déjà collaboré dans le passé et ça a toujours été un succès. On espère que ce sera encore le cas cette fois-ci. L’humour sous toutes les coutures, c’est au Palais des Sports avec Francis Turbo et Goth ce vendredi 16 février.Mahetsaka

Midi Madagasikara22 partages

« Mem’s Family » : Le « gasy pop world » de nouveau en live

Pour faire de la musique et de la bonne, on peut s’adresser à « Mem’s Family ». A découvrir par le grand public et à redécouvrir par les mélomanes.

Sa musique aussi éclectique soit-elle, « Mem’s Family » la partage généreusement. Cette formation dans laquelle se rejoignent plusieurs artistes issus de différents horizons musicaux. Ils retrouveront à nouveau le public à l’Is’art galerie Ampasanimalo demain soir.

Son premier opus, « Tsy fantany… » est le fruit d’un travail d’équipe entreprenant dans le dessein de partager du bon son, de bons résultats, mais surtout de bons principes d’humanité. De par ses textes riches en devises et en dessins, ses chansons et ses cadences envoûtantes remémorent la diversité et la multitude de couleurs de la musique de Madagascar, la musique de « Mem’sFamily » ne se raconte pas. Elle se vit tout simplement.

Mémé étant connu dans le milieu rastafari a voulu s’ouvrir à d’autres genres de musique. Toubih, chanteur a capella et batteur rejoint l’initiateur du projet dans l’aventure avec Donnah chanteur de « hira gasy ». Manou vient grossir les rangs en apportant son expérience au sein du groupe « Krutambul » tandis que Bruno intègre le groupe en tant que percussionniste.

Ce beau monde dans le même moule se met au diapason pour former une seule et même famille, d’où le nom du groupe. Chacun contribue à sa manière dans chaque composition. Apportant sa part, sans éclipser les autres, tel est le défi relevé haut la main par ces musiciens. Depuis le style « gasy pop world » est né grâce à ces fusions musicales et la conjugaison des talents. Un kaléidoscope musical qui ne laisse pas les mélomanes indifférents.

Maharindra

Midi Madagasikara21 partages

Diégo : Encore des victimes d’intoxication due aux fruits de mer

A Diégo, 14 personnes de la même famille ont été victimes d’intoxication alimentaire due à la consommation de viande de tortue de mer. Tout a commencé ce mercredi 10 janvier, toutes ces personnes vivent à Ambavarano commune rurale de Mahavanona. Dès qu’elles ont mangé de la viande de tortue de mer, le même jour, deux petites filles et un garçon ont trouvé la mort. Le jeudi 11, cinq autres individus sont décédés dont deux femmes et trois hommes. Au total huit personnes ont perdu la vie. Malheureusement elles ont dû marcher pendant plusieurs heures avant d’arriver à l’hôpital de Mahavanona et l’intoxication s’était aggravée et les avait affaiblies. Rappelons que seules quatre d’entre ces 14 personnes ont pu être évacuées au CHU de Tanambao Diégo. Les deux autres ont refusé de voir un médecin et sont restées chez elles.

C. Angeline
Midi Madagasikara20 partages

« Rallye Mathématiques » Va pour la XVII édition

Lancé en 2002, le « Rallye mathématiques » revient cette année avec la même ambition de faire des mathématiques et des matières scientifiques des sujets de prédilection des jeunes malgaches. Initiée par le GEMMA ou Groupe pour l’Enseignement des Mathématiques à Madagascar avec le partenariat des Lycées français de Madagascar, l’édition de cette année a également vu la collaboration du ministère de l’Education nationale. A cet effet, l’idée – de toujours et pour cette année – consiste à “ initier chez les candidats l’envie de faire des mathématiques en jouant ”. L’édition de cette année se veut dans ce cas être un moment aussi bien de détente que d’apprentissage pour les élèves du niveau lycée et collège des établissements scolaires malgaches. Les inscriptions courent donc de ce jour jusqu’au 7 février. Les candidats seront dispatchés en quatre catégories. Entre autres, la catégorie A réservée aux élèves des classes de 6e et 5e. La catégorie B qui regroupe les élèves des classes de 4e et 3e, la catégorie C pour les élèves des classes de secondes, premières et terminales non scientifiques. Et enfin, la dernière catégorie, la D, réservée aux séries scientifiques. Côté organisationnel, les phases éliminatoires devront se dérouler le 17 février 2018, suivies des phases finales régionales qui elles vont avoir lieu le 4 avril 2018. La phase finale nationale quant à elle va se tenir le 26 mai 2018.

José Belalahy

Midi Madagasikara17 partages

Conjoncture : L’incertitude du contexte économique reste un frein à la croissance

La Banque centrale a présenté les résultats de l’Enquête de conjoncture économique pour le troisième trimestre 2017, mardi dernier à l’Ibis Ankorondrano.

Une demande plus forte indiquée par les producteurs ; une offre de crédit en augmentation annoncée par les banques… Tels sont les résultats marquants de l’Enquête de conjoncture économique (ECE) menée par la Banque centrale de Madagascar (BFM) pour le troisième trimestre 2017. « 215 entreprises sélectionnées ont été questionnées et 122 ont répondu. La majorité des chefs d’entreprises a été unanime sur l’avis que la demande s’est améliorée durant cette période. Ce progrès est reflété à travers leurs soldes d’opinion au sujet du volume des ventes et du volume des carnets de commande. Le nombre d’employés recrutés a également augmenté. Cependant, certaines entreprises, particulièrement les plus petites ont connu une diminution de leurs bénéfices à cause de la hausse du coût unitaire de production engendré par l’augmentation des coûts de matières premières et des charges salariales », a évoqué la BFM dans son rapport. En ce qui concerne le secteur bancaire, malgré l’augmentation des offres de crédit, l’incertitude du contexte économique demeure un frein, tout comme dans le secteur réel. Pour améliorer la situation, le secteur privé propose la lutte contre le secteur informel, l’amélioration de la gouvernance et de l’Administration publique, la promotion du financement et des accompagnements des PME, le maintien de la stabilité politique et l’assainissement du système judiciaire.

Antsa R.

Tia Tanindranaza16 partages

Nahemotra ny fanadinam-panjakanaHihemotra koa ny fifidianana 2018…

Sanganehana ny rehetra nandre ny vaovao amin’ny hanemorana ny fanadinam-panjakana eto amintsika amin’ity taom-pianarana ity. Raha ny tetiandro napetraka tany am-boalohany dia toy izao :

 

Midi Madagasikara14 partages

CNIDH : Une deuxième descente à Antsakabary en gestation

La CNIDH a reçu trois ordinateurs portables de la part de l’Ambassade de Suisse en guise d’appui aux activités de la commission des droits humains.

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) n’en a pas fini avec l’affaire Antsakabary. Elle envisage d’effectuer une descente sur les lieux dans les semaines qui viennent.

Moins d’un an après les faits, les auteurs des crimes odieux perpétrés à Antsakabary restent impunis et les réparations y afférentes sont loin d’avoir vu le jour. C’est dans cette optique que la CNIDH envisage d’effectuer une deuxième descente sur les lieux pour le suivi de l’affaire. Entend-elle, la CNIDH, par « suivi de l’affaire » tout ce qui a trait à « l’évolution de la situation, à la réparation des victimes et aux travaux de réhabilitation des foyers incendiés » pour reprendre ses termes. Effectivement, toujours d’après ses explications hier aux 67 hectares, les huit présumés auteurs du meurtre des deux policiers – élément déclencheur des représailles – demeurent en cavale.

Aucune suite. Mais ce n’est pas tout. La CNIDH a rappelé ou informé (c’est selon) que les cinq prévenus ont été remis en liberté « pour expiration du délai légal de mise en détention préventive » mais n’ont pas encore été jugés. Et pire ! Tout porte à croire que la date du procès est renvoyée aux calendes grecques. Aussi, a-t-on appris que la plainte de la population pour incendie criminel et maltraitances n’a connu aucune suite. « La poursuite est mise en sourdine pour la quarantaine de policiers incriminés », affirme la CNIDH, avant de poursuivre que le tribunal de Mandritsara s’est dessaisi de l’affaire « au profit du tribunal de première instance d’Antananarivo ». Néanmoins, « aucune audition » n’a été concrétisée « sept mois après le transfert des dossiers et un an après les faits ».

Lanceurs d’alerte. Outre l’affaire Antsakabary, la CNIDH projette également de suivre de près la situation des lanceurs d’alerte. Tel est le cas, par exemple, de Raleva – activiste environnemental, opposant farouche à l’exploitation aurifère des Chinois à Mananjary. Nous  savons qu’il est, depuis le 3 octobre de l’année dernière, incarcéré arbitrairement en prison en attendant son procès. Une détention arbitraire qui ne lui a pas permis de préparer et présenter sa défense. Par rapport à ces faits, la CNIDH compte effectuer également dans le courant de cette année une descente à Vohilava Mananjary aux fins « de voir les risques auxquels est exposée la population locale face à l’exploitation aurifère chinoise et d’enquêter sur le droit à la défense et à un procès équitable » en se référant au cas de Raleva.

Aina Bovel

L'express de Madagascar12 partages

Antsiranana – Un septuagénaire français séquestré

Fin du calvaire pour un ressortissant français. Séquestré pendant une quinzaine de jours, cet homme de 75 ans a échappé au pire. La fatigue avait déjà envahi le vieil homme, dont le moral  était sapé par un long cauchemar, lorsque les gendarmes de la compagnie territoriale d’Antsiranana l’ont libéré avant-hier de la maison où il a été retenu. Plus exactement à Antani­mitaraina, une localité enfouie sur la route nationale N°6, à environ 6 km de l’agglomération d’Antsiranana.Deux personnes ont été arrêtées. Il s’agit d’une jeune femme de 22 ans qui a partagé la vie du septuagénaire et un jeune homme avec lequel elle l’a trompé. Le mobile privilégié de la séquestration porte sur une extorsion de fonds.D’après la gendarmerie, les deux suspects ont confisqué le passeport et utilisé la carte bancaire du Français.

Strict minimumAyant planifié de couler des jours tranquilles en couple, aux dépens des ressources financières du Français, ils l’ont jeté dans le «cachot» pour ne lui donner que le strict minimum afin de le maintenir en vie.La malversation a tourné court lorsque le septuagénaire, privé de liberté, n’a plus donné signe de vie sur l’application en ligne de l’ambassade de France, conçue pour veiller sur la sécurité de ses ressortissants. La jeune femme et son amant se sont aussitôt fait cueillir lorsque le consulat de France à Antsiranana a saisi la gendarmerie.

Andry Manase

Midi Madagasikara12 partages

Les travailleurs de l’ombre : Boto Gilbert, le faiseur de champion

Ses apparitions se raréfient ces derniers temps, mais il reste toujours actif dans cette discipline. Boto Gilbert est un technicien chevronné du kick-boxing malgache. Il a baigné dans cette discipline depuis environ 17 ans. Après plusieurs années à avoir occupé le poste de coach, il vise un nouveau palier. C’est un travailleur de l’ombre, un grand faiseur de champion dans le monde de la boxe pied-poing malgache.

Boto Gilbert a commencé le kick-boxing en 2001 avec le club du CKTS au RTS Fiadanana. A l’époque, la fédération était en veilleuse où les combattants manquent de tournois et de rencontres. En 2009, il a décidé de créer le club Lion Force. En 2016, le club dispose d’un nouveau dojo de 300m² au sous-gradin Mahamasina dédié à la musculation, un vestiaire avec douches, des toilettes, des bureaux et une grande salle pour les séances d’entraînement. Si auparavant, le club s’est spécialisé uniquement pour le kick-boxing, avec l’ouverture de cette nouvelle salle, plusieurs activités seront proposées entre autres la boxe thaï, la musculation, la cardiographie, le zumba, le fitness, la remise en forme, la danse et bien d’autres. En neuf ans d’existence, le Lion Force figure parmi les clubs phares du pays. Il a produit des champions de Madagascar, de l’Océan Indien, d’Afrique et a remporté des titres mondiaux. Les combattants vedettes du club sont Jakoba Gilbert, médaillé de bronze au Championnat du monde, Herinirina Jean Christian alias Menavolo, vice-champion du monde et double champion d’Afrique, plusieurs fois champion de Madagascar, Mahery Rakotonirina, vice-champion d’Afrique et champion de l’Océan Indien. Depuis 2013, il est devenu entraîneur national. Ses protégés en tant que coach figurent les champions du monde Justin Zafy Mariamo dit Lavakely chez les -47 kg au kick-light et de Faratiana Razanabahoaka, sacrée chez les -52 kg au low-kick. Avec l’élection du nouveau président de la fédération malgache de kick-boxing et disciplines associées, Boto Gilbert fera partie des candidats. « Je me prononcerai la semaine prochaine sur mes programmes » a-t-il déclaré.

T.H

Midi Madagasikara11 partages

Athlétisme : Une année bel et bien chargée

Les coureurs et amateurs d’athlétisme sont servis comme d’habitude cette année, surtout pour les compétitions sur place.

A entendre la présidente Norolalao Andriamahazo, l’athlétisme bouge et il faut suivre le mouvement. Même si dans beaucoup de pays, la journée mondiale d’athlétisme ne sera pas fêtée, Madagascar va la fêter. Et avec l’arrivée de ces séries de compétitions de la confédération africaine d’athlétisme de la région australe, l’international nous invite aussi à sortir de notre île. Le budget suivra-t-il ? A 100% non. Mais les férus de sport savent faire de la magie. Le Ministère de la Jeunesse et des Sports est en pleine réunion pour concocter ces budgétisations. Mais comme d’habitude, il n’assurera pas toutes les compétitions de toutes les disciplines, car il faut l’admettre, la priorisation est exigée tout comme les possibilités financières et les chances de médailles, sans oublier les rencontres internationales à enjeux « politiques ».

Le programme donné par le Directeur technique nationale Tsiry Andriamanantena est susceptible de changement et est donné à titre indicatif. Il faudra aussi tenir compte des vacances scolaires. N’empêche, les vacances étant reportées tout comme les examens, cela arrange beaucoup de choses.

Le calendrier 2018

28 janvier : Course ouverte au public « Athlétisme pour tous  » : relais inter-établissements scolaires (Antananarivo)

17 février : Championnat de Madagascar de Cross country à Arivonimamo (ligue Itasy)

1er au 4 mars : Championnat du Monde en salle à Birmingham

3 mars : Championnat d’Afrique région 5 de cross country à Maurice

28 mars : Série de compétitions Championnat d’Afrique australe en Afrique du Sud

mars ou avril : Course pour les femmes, « rodobe », =10km + relais inter écoles Diégo

20 au 28 avril : Jeux de la CJSOI Djibouti

Avril : Meeting de Maurice

Avril : Meeting de la Réunion

Début mai : Championnat de Madagascar trail 65km avec UTOP

12-13 mai : « World athletic day » Tana

8-9 juin : Série de compétitions Championnat d’Afrique australe à Maurice

12 au 27 juillet : Jeux africains de la Jeunesse à Alger.

13-14-15 juillet : Championnat de Madagascar jeunes sur piste à Alarobia Antananarivo

20- 21- 22 juillet : Championnat de Madagascar open à Alarobia Antananarivo

10 au 15 juillet : Championnat du monde U 20 à Tampere Finlande

1 au 5 août : Championnats d’Afrique senior au Nigeria

Mi- septembre : Championnats de Madagascar de semi-marathon à Majunga

6 au 18 octobre : Jeux Olympiques des jeunes en Argentine

Mi- octobre : Marathon international de Tana

11 novembre : Relais marathon de Saint-Benoît à La Réunion

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara11 partages

Double affaire

Depuis le premier cyclone de l’année, ç’Ava mal pour le régime en place qui est secoué par deux dossiers aussi sulfureux l’un que l’autre parce que relevant des monopoles régaliens qui est indissociable de la souveraineté nationale.

Double affaire

La première affaire, car c’en est une, au propre comme au figuré, concerne l’Agence Malgache d’Edition de Titres et de Timbres Sécurisés ou AMETIS. Une société privée qui s’est vu attribuer le monopole de la perception du droit de timbre pour l’obtention de visa de séjour auprès de tous les ports et aéroports internationaux du pays. Ebréchant du …coût le caractère monopolistique du pouvoir de l’Etat à lever l’impôt. Et mettant à mal le principe d’unité de caisse en vertu duquel seul le trésor public est habilité à encaisser les recettes des impôts. Cette externalisation ou privatisation d’une fonction régalienne risque de porter atteinte au pacte démocratique en ce sens que cela peut avoir des conséquences sur la légitimité de l’Etat et pour l’intérêt général. La question qui se pose est de savoir dans quelle mesure l’Etat peut-il exercer son contrôle sur cette société privée qui marche sur sa plate-bande. Une question qui appelle, sinon une réponse, du moins des éclaircissements de la part du pouvoir au lieu de laisser un ministre faire son coup de com habituel. En sa qualité, prétend-il, de porte-parole du gouvernement quoique le dossier AMETIS n’ait pas été à l’ordre du jour du dernier conseil à Mahazoarivo. Le gouvernement a d’ailleurs une autre porte-parole issue également du monde des médias et juriste de surcroît parce que titulaire d’une maîtrise en droit et diplômée de l’IEJ. Mais aussi du CEDES qui ne lui donnerait sans doute pas le …droit, contrairement à son collègue, de parler de l’affaire Houcine Arfa. Un second dossier qui a aussi trait aux pouvoirs régaliens de l’Etat en ce qu’il concerne à la fois la Justice et la Sécurité. En tout cas, l’histoire de ce Franco-algérien qui aurait assuré ou devrait diriger au palais d’Iavoloha un stage de formation « dans le but de relever fortement le niveau de protection et de sécurité du Président de la République de Madagascar et de sa famille », témoigne des risques de dérive que peut entraîner le recours à un privé – national ou étranger – dans un domaine relevant de la souveraineté nationale.

R. O

Midi Madagasikara10 partages

Reboisement : Lancement prévu le 26 janvier pour Analamanga

De source auprès du ministère de l’Environnement, la campagne de reboisement pour la région Analamanga sera ouverte officiellement le 26 janvier prochain au « fokontany » Andranonahoatra, Commune rurale Ambohitromby, district d’Ankazobe.

Régional vs National. Par ailleurs, une erreur s’est glissée dans notre article d’hier concernant l’ouverture de la campagne de reboisement ; et nous présentons nos excuses aux intéressés. Il s’agissait d’une ouverture régionale et non nationale, car celle-ci s’est déjà effectuée le 9 décembre dernier dans le district de Moramanga. Le lancement s’est tenu au « fokontany » d’Analatsara, Commune rurale d’Ambohibary en présence du premier ministre Olivier Mahafaly et de la ministre Johanita Ndahimananjara. Il a été annoncé pour l’occasion qu’à partir de cette année, 40.000 ha de surface sont prévues être reboisées tous les ans.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara8 partages

Moramanga : AMOR récompense les meilleurs élèves du pays Bezanozano

Des primes conséquentes et d’autres présents pour les lauréats aux examens officiels dans la circonscription scolaire de Moramanga. C’est ce que l’association « Amis de Moramanga » ou AMOR a pu remettre, le 31 décembre 2017, à ces meilleurs élèves qui ont réussi haut la main leurs examens au terme de l’année scolaire 2016-2017. Dans le cadre de la célébration de son 5e  anniversaire, en effet, l’association a organisé le 31 décembre une soirée de la Saint-Sylvestre au cours de laquelle elle a procédé à la remise de primes à ces jeunes méritants et ce, après plusieurs mois d’opérations de levée de fonds en vue de concrétiser l’un de ses projets : remettre des récompenses aux meilleurs élèves du pays Bezanozano.Trois millions d’ariary ont alors pu être collectés. Une somme qui a permis de remettre à chacun des trois premiers au baccalauréat de l’enseignement général et de l’enseignement technique, une prime de 700.000 ariary, tandis que le lauréat au BEPC (Brevet d’études du premier cycle) s’est vu remettre une récompense de 400.000 ariary. Sans oublier les plus jeunes qui n’ont pas démérité au CEPE (Certificat d’études primaires élémentaires). Chacun des deux lauréats à ce premier examen officiel de l’éducation nationale a ainsi reçu une prime de 250.000 ariary.

Culture de l’excellence. L’action, visant à prôner la culture de l’excellence, a été très fédératrice car a obtenu l’adhésion de divers acteurs de tous horizons, ainsi que des personnes de bonne volonté dans la ville de Moramanga. Et pour couronner le tout, cette action a également obtenu le soutien du directeur général de la société d’Etat Fanalamanga, Augustin Rakotonirina, qui a promis lors de la soirée de la Saint-Sylvestre de remettre à chacun de ces jeunes lauréats, une tablette PC. Et comme chose promise est chose due, la remise de ces tablettes a eu lieu samedi dernier, 13 janvier 2018. Rappelons que l’AMOR, fondée en février  2012 par le directeur de l’usine militaire de Moramanga et non moins président fondateur de cette association, Emma Randriamiaramanana et son épouse, regroupe des cadres supérieurs, opérateurs économiques, hauts fonctionnaires et notables de la ville de Moramanga, animés par une volonté de témoigner leur reconnaissance envers leur ville et sa population, à travers des actions sociales. Un « valim-babena » que l’AMOR entend pérenniser. L’association, qui marche cette année sur ses six années d’existence, espère ainsi faire de ce coup de pouce aux jeunes méritants de Moramanga une véritable tradition qui obtiendra toujours l’adhésion de la population de la ville, comme elle l’a déjà fait lors de la première levée de fonds de l’année dernière et dont l’enthousiasme n’a pas manqué d’être soulignée par l’association. « Un grand merci à tous ces anonymes qui ont contribué à la concrétisation de cette action sociale », ont conclu ses membres. Cet appui aux jeunes lauréats sera ainsi réédité, et pourrait se faire, peut-être, sous d’autres formes, à l’avenir.

Hanitra R.

Midi Madagasikara6 partages

Concert classique du Midi : « Ny Andovy » affiche complet

« Ny Andovy », la pléiade de musiciens classiques.

Pour la énième fois, la salle de l’Institut français à Analakely a été remplie par les passionnés de musique classique. « Ny Andovy » à l’affiche, les inconditionnels se sont abreuvés de la musique classique le temps d’un après-midi.

Si le répertoire s’est fait avec le concerto in D Minor de Bach, Concerto in D Minor de Quantz et du « Grandebourgeois » No.4 de Bach, les huit musiciens ont eu le loisir de partager cette passion pour la musique classique. Mettant en exergue flûte, piano, violon, violoncelle et viola, la ribambelle d’artistes s’est accordée harmonieusement tels les membres d’un seul corps.

Effectivement, « Ny Andovy » est formé de huit musiciens issus de plusieurs formations. Vitou Razafitrimo au piano, Lalasoa Rajoelisolo et Agnès Joignerez aux flûtes, Joachim Rakotoniaina, Samuthiah Andrianarivelo et Ravo Raboanarison aux violons, Kiady Rakotomalala au violoncelle et Heravais Rabarison au violon, l’équipe trouve sa force dans la diversité de ses membres. Pour le mois prochain, place à l’ensemble Laka et le pianiste Hery Andrianirina.

Maharindra

L'express de Madagascar5 partages

Zones économiques spéciales – Le FMI dans l’incompréhension selon le M2PATE

Douze jours après, le gouvernement réagit sur l’article intitulé « Le FMI émet des doutes sur les ZES », et apparemment ne veut pas se laisser abattre par les critiques du Fonds monétaire international (FMI). Le FMI  dans son rapport sur la deuxième revue de la mission au titre de la FEC (Facilité Élargie de Crédit) émet des doutes quant à l’efficacité de la nouvelle loi sur les ZES (Zones économiques spéciales). Ce doute n’est pas fondé pour le ministère auprès de la présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE). Le FMI a fait savoir que les avantages fiscaux offerts par la loi ZES n’attirent pas beaucoup d’investisseurs supplémentaires mais profitent aux investissements déjà existants. « Les avantages fiscaux et les facilitations d’investissements des ZES s’appliquent à des nouvelles zones géographiquement délimitées et non pas aux investissements déjà existants », réplique alors le M2PATE. La création des ZES veut, entre autres, profiter de l’extension du port de Toamasina et de l’aéroport d’Antananarivo pour développer  un axe économique majeur favorable à la mise en place des ZES. « Le FMI ne doit pas parler de pertes de recettes fiscales car on ne peut  perdre quelque chose qui n’existe pas encore. Les investissements  actuels peuvent se déplacer dans les ZES mais pas de manière automatique », précise le M2PATE. Mada­gascar a, en outre, décidé d’abaisser certains impôts comme l’Impôt sur les Sociétés afin de concurrencer les autres pays comme Maurice, la Mozambique, ou la RDC.

ModèleL’élaboration de cette loi ZES a vu l’intervention du meilleur expert international en ZES qui existe, en la personne de Jean Paul Gauthier. « L’incompré­hension est du coté du FMI car dans l’analyse du secteur textile par exemple, Madagascar, pour satisfaire les marchés de l’AGOA et de l’Union européenne doit construire 600 000 m2 à 800 000 m2 d’usines et c’est une opportunité à saisir ». En effet, le Textile city de Moramanga ou de Toamasina apportera deux cent mille emplois, 160 millions de dollars d’investissements dans la construction,  plus de 900 millions de dollars de masse salariale cumulée pour la première phase de 5 ans.« L’expor­tation totale d’un milliard de dollars pour un renversement de la balance commerciale de Madagascar à 125% d’excédent,  n’est pas non plus à négliger », estime le gouverne­ment. Les points forts des ZES de Mada­gascar reposent surtout sur  l’intégration de ces zones dans le schéma d’aménagement et de développement national. «Cette loi se distingue par le développement du concept “incubateur d’emploi et d’entreprise” dans les sites ZES pour assurer le transfert de compétence aux jeunes Malgaches», relatent encore les précisions. « Rappelez vous que le modèle économique de  ZEF (Zones Franches) cautionné par le FMI n’a pas pu apporter les résultats attendus autres que l’emploi et il faut un modèle plus intégré pour relancer l’économie nationale », sont la réponse du berger à la bergère.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara4 partages

Carte des journalistes : Contestation de l’OJM

Alors que le ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions persiste sur la mission de la controversée commission de délivrance des cartes professionnelles des journalistes, les membres du bureau de l’ordre des journalistes élus dans la province d’Antananarivo vient d’affirmer encore une fois que l’article 55 du nouveau code de la Communication est bafoué. « Il incombe à l’Ordre de s’occuper de la délivrance des cartes professionnelles des journalistes, et non au ministère de tutelle. », précise un communiqué en date d’hier. Par ailleurs, Didi Ratsimbazafy (vice-président d’Antananarivo) et Zoelson Randrianindrina (conseiller) soulignent dans leur communiqué qu’ils ne cautionnent pas non plus le comité de suivi et de contrôle mis en place par le ministère.

R. Eugène

Midi Madagasikara4 partages

Toliara-« Fokontany » Tanambao 1 : Modèle inédit d’élection

De g. à dr. le membre du CENI, la représentante du préfet et le nouveau chef « fokontany » Tanambao, Jean Claude.

C’est bien la première fois, depuis la troisième République de Zafy Albert, soit une trentaine d’années après, qu’une élection en bonne et due forme, s’est tenue dans l’un des 41 « Fokontany » de Toliara1, celui de Tanambao1. L’élection s’est tenue samedi 13 janvier 2018, suite au décès du chef de « fokontany », le regretté Taher Ateifa qui a servi cet illustre quartier, composé de « mpiavy », des gens qui viennent des quatre coins de Madagascar. En fait, le défunt avait déjà un dauphin, mais devant la polémique, il a fallu procéder à une élection pour contenter trois autres prétendants, pour servir un « fokonolona » d’à peu près 900 personnes.

Le jour du scrutin, certains pessimistes pensaient à une pagaille. Au contraire, tout s’est bien déroulé, après un début quelque peu bruyant : chaque responsable montrant avec zèle, qu’il connaissait mieux que tout autre comment s’y prendre. Le vote s’est bien terminé vers 17h00. Des volontaires ont procédé au comptage des voix : Jean-Claude, le dauphin pressenti a obtenu 219 voix sur 358 venus voter et Rakiks, 79 voix. Enfin, Mme Nicolas et Bienvenu respectivement 34 et 25 voix. « Une bonne élection en toute transparence, sans aucun incident ni mécontentement », a dit avec satisfaction la représentante du préfet de Région, sous les applaudissements des riverains venus nombreux pour connaître l’issue du scrutin et féliciter le nouveau chef de « fokontany » élu.

Charles RAZA, correspondant

News Mada3 partages

Chronique : Égalité des chances

Dans l’outback australien, on est loin de tout ou presque. En 1944,

Adelaide Meithke se rendit compte que la radio HF pourrait être utilisée pour scolariser les enfants qui vivent sur une station d’élevage loin des grands centres urbains. Son idée était de créer une salle de classe sur les ondes en utilisant le réseau radio du Royal Flying Doctor Service (RFDS). Depuis 1951, plusieurs générations d’enfants ont suivi une scolarité par correspondance et par radio grâce à la School of the Air (l’école par les ondes).

Dans le grand Nord norvégien, les enseignants ont longtemps été nomades : ils enseignaient deux semaines dans un village où se retrouvaient les enfants des alentours puis ces derniers avaient deux semaines sans classe. Dans certaines régions de Sibérie, les enseignants suivent les familles et leurs troupeaux dans leurs pérégrinations. Partout il a fallu trouver des solutions pour scolariser le plus d’enfants possible.

A Madagascar, l’administration coloniale avait mis en place un réseau d’internats qui a permis à un nombre important d’enfants de poursuivre leur scolarité. Ce réseau, quand il existe encore, est insuffisant pour le nombre croissant d’enfants en âge d’être scolarisé. Sans aller jusqu’aux villages les plus reculés, il y a aujourd’hui très peu de chances qu’un enfant né à la périphérie des villes termine le cycle du lycée.

Quand on vit à Manambato par exemple, station balnéaire toute proche pour les Tananariviens, aller au lycée de Brickaville est une expédition qui demande la participation de toute la famille. Seuls les plus ambitieux et les plus téméraires parviennent au terme de leur scolarité.

Les moyens de notre éducation nationale ne nous permettent pas de dispenser un  enseignement de qualité égale dans les villes, dans les campagnes ou dans les villages de brousse. Il est illusoire de croire en l’égalité des chances quand dès le départ les dés sont pipés. Inspirons-nous de la School of the Air et des enseignants nomades du grand Nord : peut-être inventerons-nous un modèle qui pourra enfin porter le titre d’éducation nationale.

Kemba Ranavela

La Vérité2 partages

Environnement et développement - 28 milliards d’ariary pour la Région de Diana

L’Agence française de développement (Afd) octroie 24 milliards d’ariary à Madagascar afin de soutenir ses efforts dans la mise en œuvre du projet « Kobaby ». Actuellement, la biodiversité de la Grande île subit une réelle pression de la population locale, étant donné que cette dernière ne dispose pas de sources de revenus convenables pour subvenir à ses besoins. Par manque de travail mais également par manque de connaissances, les habitants finissent ainsi par exploiter illicitement les aires protégées pour survivre, entraînant ainsi la destruction de l’environnement et le changement climatique. C’est pour y remédier que le projet  « Kobaby » (qui veut dire  « prendre soin ») sera mis en place dans neuf aires protégées dont  six sont encore de nouvelles aires protégées ou Nap dans la Région de Diana.

  La convention de financement relative à la réalisation de ce projet a donc été signée hier, entre l’Afd et le ministère des Finances et du Budget à Antaninarenina, en présence de l’ambassadeur de France à Madagascar, Véronique Vouland-Aneini, ainsi que de la ministre de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts, Johanita Ndahimananjara. Cette somme s’ajoutera à la contribution de l’Etat qui s’élève à plus de 4 milliards d’ariary. Pour la ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona, « la complémentarité entre la protection de l’environnement et le développement des différentes activités économiques est un grand défi à réaliser pour le pays, mais c’est également un impératif étant donné qu’il s’inscrit dans le Plan national de développement ».  Par conséquent, le projet « Kobaby » visera à protéger les aires protégées dans la Région de Diana, tout en redirigeant la population locale vers des secteurs d’activité exploitables comme l’agriculture, l’élevage, la pêche ou encore l’éco-tourisme et l’artisanat. Les fonds affiliés à ce projet ne se concentreront pas seulement sur l’entretien et la construction des aires protégées, mais aussi et surtout sur la valorisation des secteurs d’activité afin de sécuriser les sources de revenus des habitants. Des sources de revenus qui engendreront des bénéfices pour la population et entraîneront ainsi un développement de la localité. Pour la réalisation de ce projet, plusieurs ministères vont alors collaborer avec le ministère de l’Environnement comme le ministère de la Pêche ou encore celui de l’Agriculture et de l’Elevage.      

 Rova R. 

News Mada1 partages

Promotion du tourisme :l’ONTM dispose d’un million d’euros

Le budget déployé pour la promotion du tourisme cette année reste insuffisant par rapport aux grands défis qui attendent le pays.

Un millions d’euros, c’est le budget à la disposition de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) cette année pour la promotion de la destination Madagascar, comme l’a annoncé le président de l’office, Joel Randriamandranto. D’après ses explications, «Le budget propre de l’ONTM est de 350 000 euros. Il s’agit du budget de fonctionnement et de promotion. Mais avec l’appui des bailleurs et des opérateurs, nous disposons d’un million d’euros, à peu près, pour la promotion du tourisme dans le pays».

Ce budget est largement insuffisant pour redorer l’image de la destination Madagascar. A titre de comparaison, La Réunion dispose d’un budget de 17 millions d’euros pour la promotion du tourisme, celui de l’île Maurice est entre 12 à 15 millions d’euros.

Un secteur fragile

En dépit des efforts fournis par les professionnels du secteur ces dernières années, le tourisme reste un secteur fragile. «Tout ce qui est question d’insécurité, d’instabilité politique, de santé et même les conditions météorologique peuvent nuire à une destination touristique», a poursuivi Joel Randriamandranto.

Nul besoin de rappeler que ce secteur a été victime de la peste urbaine qui a sévi dans le pays au dernier trimestre de l’année dernière. Du coup, 10 à 15% d’annulations ont été enregistrés, sans parler celle des croisières. Certaines compagnies aériennes ont également suspendu leurs des vols à destination Madagascar. Toutefois, «Il s’agit d’incident normalement de courte durée qui ne devrait par entacher l’image du pays», a précisé le président de l’ONTM.

Développement digital

Cette année, les professionnels dans le secteur sont d’attaque pour assurer la prochaine saison. L’ONTM a choisi d’axer sa stratégie sur le développement digital. C’est-à-dire, renforcer la communication au niveau des réseaux sociaux et de son site web. Voilà pourquoi, l’office a totalement renouvelé son site depuis le 19 décembre dernier.

Et les travaux réalisés semblent déjà porter leurs fruits. D’après Joel Randriamandranto, «On a pu constater depuis le lancement de ce nouveau site que les visiteurs restent beaucoup plus longtemps qu’auparavant dans un endroit. Toutefois, nous ne pouvons pas encore avancer combien de visiteurs ont pris une décision de venir à Madagascar».

Concours photo

A l’occasion du lancement officiel du nouveau site de l’ONTM, un jeu-concours photos dédié aux résidents nationaux a été lancé en décembre dernier. Le thème a été axé sur «Voyage à Madagascar». Gisela Razafindrakoto a remporté le premier prix tandis que Djavad Laldjee et Andry Razafindrazaka ont reçu respectivement le deuxième et le troisième prix. L’ONTM et ses partenaires leur ont remis les lots, hier, à l’occasion d’une rencontre organisée à Ampasamadinika.

Riana R.

News Mada1 partages

Us et coutumes : epi ici, pas de chichis`

On connaît tous les épi-bars où on peut s’offrir un rafraîchissement en faisant quelques achats pour le dîner. Les premiers étaient de ces curiosités qu’on regarde avec circonspection mais pour les commerçants, cette trouvaille était une telle aubaine qu’ils ont vite pris le pli de faire voisiner sur les rayonnages soupes en sachet et boissons qui réchauffent le gosier.  On connaît moins les épi-bouffes. C’est une version plus élaborée de l’épi-bar, elle vous retient et pour la boisson revigorante et pour la restauration sans façon. Pas de chichis à l’épi-bouffe, on s’y remplit la panse pour être rassasié. Poètes et gourmets s’abstenir.

Tia Tanindranaza1 partages

“Kidnapping” teny AntanimenaFanodinkodinana saim-bahoaka…

Nitrangana fakana an-keriny na “Kidnapping” indray teny Antanimena manoloana ny Villa Pradon omaly takariva tokony ho tamin’ny 6ora sy sasany.

 Araka ny vaovao, jiolahy efatra nitondra “Moto” no nahavanon-doza. Notifirin’izy ireo ny fitaratra ary nambanana ny mpamily, avy eo nentin’izy ireo tamin'ny moto avy hatrany ilay lehilahy nalaina an-keriny, izay teratany karana. In-droa nipoaka ny basy, ary nihazo an’Ankazomanga ny lalan’ireo naka an-keriny sy ny hazany. Araka ny vaovao azo ihany dia ny tompon'ny Bijouterie Kalidas eny Analakely, mpisehatra amin’ny tontolon’ny vato sy firavaka sarobidy izy io. Tsy nisy ny naratra na maty nandritra ity tranga ity. Mafampana tanteraka ny raharaha politika eto amin’ny firenena, indrindra taorian’ny nipoahan’ilay ampamoaka mombana minisitra iray nambaran’ilay Frantsay Houcine Arfa fa nomeny 70 000Euros ho saran’ny fahafahany. Lasa resabe sy tena fahafaham-baraka ho an’ny mpitondra iny, koa mety mba mitady ny fomba hoenti-mampangina haingana ny raharaha aloha ny fanjakana, zavatra efa nahazatra teto hatramin’ny fitondrana tetezamita io. Tsy fantatra na fifanandrifian-javatra ihany na misy ambadika politika iny toe-javatra teny Antanimena iny, saingy maro no mandray izany ho fanodinkodinana saim-bahoaka tsotr’izao. Mety ho ambadika politika hafa ihany koa ny fitakiana volabe hoenti-manao propagandy satria akaiky izao ny fifidianana. Amin’ny ankapobeny dia toa tsy mba mety mivoaka ny marina momba ireny fakana an-keriny nisesisesy ireny, izay azo adika ho fisian’ny fanarontsaronana noho ny ambadika avo lenta. Mifanandrify amin’izay resaka fakana ankeriny izay ihany moa, dia tovovavy iray antsoina hoe N G ihany koa no nisy naka an-keriny tao amin’ny “bar” iray tany Morondava ny talata alina tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany, ary nentin’izy ireo tamin’ny sambo haingam-pandeha. Nitaky vola 18 tapitrisa ariary ireo naka azy sady nanolana.

Toky R

 

L'express de Madagascar1 partages

Semences améliorées – De nouvelles variétés de riz découvertes

La deuxième édition du catalogue national des espèces et variétés cultivées révèle des découvertes sur de nouvelles variétés de riz.

Seize variétés de riz résilientes ont été repérées depuis les cinq dernières années. Des chercheurs issus du Fofifa, Fifamanor  ont découvert des variétés pouvant résister au changement climatique, à de l’eau abondante, à la sècheresse.  Ces nouvelles variétés viendront aux cotés des «Fofifa X 265» ou les «Tsipala», «Dista» et «Rojomena», entre autres, très connus par les paysans. Elles sont insérées dans le catalogue national des espèces et variétés cultivées, deuxième édition, produite par le projet Papriz II de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) pour être vulgarisées.Un document qui décrypte les espèces et les variétés de semences d’une dizaine d’espèces variétales telles que le manioc, le maïs, le riz, la patate douce, le haricot ou les cultures fourragères.  La première édition du catalogue de 2010, a fait état de vingt-deux variétés de riz. «L’objectif de cette deuxième édition est de faire connaître l’importance de l’utilisation de semences améliorées et certifiées dans le but d’augmenter la production rizicole et agricole»,  a expliqué Ruyzo Habara, coordinateur du projet Papriz II, à la remise officielle du catalogue national au ministère de l’Agriculture et de l’élevage (MPAE) au Cneagr Nanisana. « Les semences sont dites certifiées quand elles ont franchi les étapes de ce que nous appelons, la distinction, l’homogénéité et la stabilité », précise Ketamalala Randriamilandy, directeur de l’Agence nationale de contrôle officiel des semences (Ancos), auprès du MPAE. Cette agence se charge également de l’homologation des variétés de semences avant de les envoyer auprès des établissements semenciers, aux centres multiplicateurs de semence, aux groupements de paysans et agriculteurs.

FaibleSix cent exemplaires seront envoyés, dans un premier temps, aux directions régionales de l’agriculture, dans les universités et bibliothèques. Toujours est-il que le taux d’utilisation de semences améliorées et certifiées pour toutes variétés agricoles cultivées n’a pas évolué depuis 2012. Il avoisine les 8%. Pour le cas du riz, des constats avancent qu’il manque de mesures d’accompagnement pour les semences alors que le riz est un produit stratégique  et qu’il y a peu de renouvellement des semences pour la denrée nationale. « L’objectif d’ici 2020 est de produire dix mille tonnes de semences en riz en supposant que les paysans renouvellent leurs semences tous les trois ans », indique pourtant le document afférant à la stratégie nationale de Développement de la filière semences riz.Des études ont également démontré que l’environnement et le contexte d’utilisation des semences par les paysans ne leur sont pas toujours favorables et motivants, si on tient compte de l’absence de politique de prix, du faible revenu des paysans. « Les actions marketing ne sont pas assez développées auprès des établissements semenciers, les infrastructures et équipements tels que magasins de stockage ou laboratoires sont vétustes ou inexistants », souligne encore le rapport.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

RN4 – Une portion ensablée à Ankarafantsika

La circulation sur l’axe de l’Ouest est de nouveau dérangée. Tous les véhicules, des gros camions aux petites berlines ont du mal à passer le village d’Andranofasika.

Les usagers de la portion de la route nationale 4 entre Mahajanga et Ankarafantsika, environ 115 km, rencontrent des difficultés depuis le début de la saison des pluies, surtout ces deniers temps.Le problème se situe à l’entrée d’un village à Andranofasika, où les véhicules s’enlisent, perturbant totalement la circulation. Il se trouve après le radier réhabilité qui était aussi le cauchemar des conducteurs il y a cinq ans.Du sable de 50 cm de haut submerge l’asphalte sur une distance de plus de 70 m, depuis plusieurs années. En période de pluies, la chaussée se transforme en sable mouvant d’après les usagers.Les petites berlines ont du mal à y passer. Même les gros camions y sont immobilisés. Durant le week-end qui a vu passer le cyclone « AVA », des voitures y ont été bloquées.«Nous avons dû payer aux villageois riverains 10 000 ariary pour pouvoir passer car la chaussée était embourbée », déplore lundi, un chauffeur de taxi-brousse reliant la capitale à Mahajanga. Un autre est resté cloué pendant toute une nuit alors qu’il devait rejoindre Maevata­nàna la veille.Les responsables du ministère des Travaux publics ont  répandu, sur cette portion dégradée de la RN4, des gravillons, mais les villageois ont tout ramassé selon des témoins.

Grandes crevassesEn fait, la seule solution est d’élever un mur de soutènement comme dans la commune d’Ambalabongo à Tsaramandroso 5/5 sur la RN4. Si les responsables des Travaux publics ne réagissent pas rapidement, ce tronçon finirait comme celui qui se trouve tout près où de grandes crevasses-un mètre de profondeur sur 50m de largeur- se formeraient. Ou encore, la même dégradation qu’à Ambala­bongo se reproduirait.Ces deux tranches de la nationale 4, Ambalabongo et Ankarafantsika, ont longtemps perturbé la circulation sur cet axe très fréquenté de la Grande île.Et voilà que dans ce « nouveau village », on subit le même scénario. La situation est devenue une source d’argent pour les riverains. Ils sont plus d’une vingtaine de personnes à attendre toute la journée et toute la nuit que des pannes se produisent pour intervenir. Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Vero Andrianarisoa

Madaplus.info0 partages

Police nationale : bilan positif de la sécurité en 2017

Les modes d’opération d’attaque utilisés par les malfaiteurs ne cessent d’évoluer, mais la police nationale de son côté s’y adapte et trouve toujours les moyens pour ne pas plier face à cela.
D’après les explications, un bilan positif de la Police Nationale a été dressé pour l’année 2017. 95422 patrouilles ont été effectuées, des attaques à mains armées, et 4 tentatives d’attaque ont été contrecarrées. 45 armes à feu ont été saisies par les policiers, 22 malfaiteurs abattus et 120 arrestations, 83 ossements humains ont été également saisis selon le rapport du Directeur général. De plus, la Police Nationale a souligné que le maintien de la sécurité pour le deuxième semestre se doit d’être efficients pour cause de la ténue de l’élection. Les diverses stratégies de la Police Nationale reprendront afin mieux lutter contre les attaques à mains armées.
Madaplus.info0 partages

Affaire Houcine Arfa : SPAP et SNIAP réclament la libération provisoire des trois agents pénitenciers

Le SPAP ou syndicat du personnel de l’administration pénitentiaire ainsi que le SNIAP ou syndicat national des inspecteurs de l’administration pénitentiaire revendique la libération provisoire de ces trois collègues incarcérés après l’évasion rocambolesque du ressortissant français Houcine Arfa.
D’après les faits, ces trois agents se sont chargés de l’escorte du détenu lors de son transfert pour ses soins médicaux. Le SNIAP de déclarer qu’il est purement inconcevable que ce soient uniquement ces trois agents ont pu orchestrer l’évasion. Mais ils servent de bouc émissaire dans cette affaire. La difficulté des travaux des agents pénitenciers ainsi que le manque des logistiques n’ont jamais été prise en compte par les responsables judiciaires selon toujours leurs dires. Les deux syndicats s’opposent également du fait que les trois agents soient détenus à Tsiafahy alors qu’ils n’ont même pas été jugés. La maison de force de Tsiafahy étant réservé au condamné.
News Mada0 partages

Morondava : tovovavy 17 taona nisy naka an-keriny, avotry ny zandary

“Votsotra noho ny paik’ady napetraky ny zandarimariam-pirenena, tao anatin’ny adiny fito monja, ny vehivavy iray 17 taona, nisy naka an-keriny, ny talata teo tamin’ny 11 ora alina tao amin’ny fokontany Nosikely Morondava”, hoy ny zandary. Nanao izany fakana an-keriny izany ny telo lahy nitondra poleta vita tanana iray, ary nitondra ilay tovovavy nitsoaka.  Niantso ny havan’ilay tovovavy io ireo mpaka an-keriny ary mitaky vola 9.000.000 Ar ho solon’ny ain’io vehivavy io izay manambady vazaha, saingy tsy teo an-toerana  ity farany.

Araka ny fanazavana, tao anatin’ny fitetezana ny « quartier » tamin’ny fisafoana amin’ny alina no nandrenesan’ireo zandary tamin’ny sefo fokontany ny tranga raha toa ka efa avy nampandre efa elaela ny polisim-pirenena izy io ny mikasika izany.

“Nanao ny paik’adiny sy nametrapetraka tamin’ny faritra iandraiketany ny komandin’ny kaompania ka nanantona ilay vehivavy izay nenitoan’io nisy naka an-keriny io, iray trano aminy ihany”, hoy ny zandary.

Tamin’ny fihainoana ny antson’ireo olon-dratsy no nahalalana ny toerana tokotokony ho misy azy ireo ka nandefasana zandary maromaro. Tany anaty alan’i Kokondolo Betania io toerana io ka nandritra ny alina no efa nanomboka nanantomotra izany ireo zandary, saingy mbola natao izay nampitarazoka ny fifanakalozana tamin’ny ady varotra mandra-pahazavazava ny andro hahamora ny fisamborana ireo jiolahy ireo. Tamin’ny 6 ora maraina vao nilaza ireo jiolahy ny hanaterana ny vola 2.000.000 Ar. Tsikaritr’ireo jiolahy tamin’ny segondra farany anefa izany fisiana zandary teo izany ka vaky nandositra izy ireo ary tsy voatondrany intsony ilay tovovavy. Tsy tratra ireo na nanao izay ho afany tamin’ny fanenjehana aza ireo zandary noho ny fahasarotan’ny atiala sy ny fahafehezan’ireo jiolahy izany. Avotra soa aman-tsara kosa ilay vehivavy ary nentina tany amin’ny hopitaly. Mitohy, noho izany, ny fikarohana ireo jiolahy mpaka an-keriny.

Yves S.

News Mada0 partages

Antsofinondry : tovolahy iray hita faty

Hita faty natsingevan’ny rano teny Ambodivondava Antsofinondry, Sabotsy Namehana, omaly maraina, ny tovolahy iray manodidina ny 20 taona eo ho eo. Araka ny fanazavan’ireo olona akaiky ity tovolahy niharam-boina ity, efa hatramin’ny alahady no tsy hita izy ary efa samy lany haiky nitady azy ny fianakaviany rehetra, saingy tsy hita mihitsy izy. Ny fatiny natsingevan’ny rano no nahataitra ny olona sendra nandalo teny an-toerana, omaly maraina. Tonga nanao fanadihadiana teny an-toerana ny zandary niaraka tamin’ny dokotera. Fantatra, taorian’ny fanadihadiana, fa mipetraka any Sabotsy Namehana ity tovolahy niharam-boina ity. Efa nampandrenesina ny fianakaviany ary tonga naka ny razana. Tsy mbola fantatra mazava ny antony nahafaty ity tovolahy niharam-boina ity. Mbola hita teny aminy ny fitafiany rehetra tamin’ny fotoana nahitana ny razana. Tsy nahitana ratra koa anefa ny vatany, saingy efa mangana noho izy nilona ela tao anaty rano. Ny fanadihadian’ny zandary no hamantarana ny marina rehetra momba ity fahitana fatin’olona ity.

J.C

News Mada0 partages

Nirefotra ny basy, nisahotaka ny olona… : karana mpanao volamena nalain’ny jiolahy an-keriny

 Tena misy ve ny fandraisan’andraikitry ny fanjakana amin’ny firongatry ny fakana an-keriny (kidnapping) ? Karana lahy tompona trano fivarotana firavaka etsy Analakely indray mantsy, omaly hariva, no nalain’ny jiolahy an-keriny tetsy Antanimena.

Toy ireny amin’ny horonantsary mihetsika ireny ny zava-nitranga. Nirefotra ny poa-basy teny Antanimena manoloana ny villa Pradon, omaly hariva tamin’ny 6 ora sy 30 mn. Nalain’ny jiolahy miisa efatra nirongo basy Kalachnikov sy PA an-keriny ny teratany karana iray tompon’ny tranombarotra fivarotana firavaka volamena eo Analakely. Avy any amin’ny tranombarotra ary hamonjy fodiana eny Ivandry niaraka tamin’ny mpiambina roa lahy izy no narahin’ireo jiolahy tamin’ny moto. Somary nitohana ny fifamoivoizana teo Antanimena ka nanararaotra naka ilay teratany karana teo ireo olon-dratsy. Ilay teratany karana no nitondra ny fiara niaraka tamin’ny mpiambina roa lahy : ny iray nipetraka teo akaikiny raha tao amin’ny seza aoriana kosa ny iray, araka ny fanazavan’izy roa lahy. Niala tamin’ny moto ireo jiolahy ka nanambana basy sady namaky ny fitaratry ny fiara nifanandrify teo amin’ny toeran’ny mpiambina. Nitondra basy ireo roa lahy mpiambina ilay Karana, saingy tsy afa-nanao na inona na inona noho ny tahotra ireo olon-dratsy. “Nanangan-tanana avy hatrany ny nataoko ary tsy afaka namoaka ny basy tety am-balahiko intsony aho satria efa mifanandrify amiko ny vavabasin’ireo jiolahy”, hoy ny fanazavan’ilay mpiambina nipetraka teo akaikin’ilay teratany karana. Nalain’ireo jiolahy ilay Karana ka noteren’izy ireo nipetraka teo amin’ilay moto ary nentin’izy ireo nihazo ny lalana mankany Ankazomanga. Tavela kosa ny aroloha an’iray amin’ireo mpaka an-keriny. Nanao tifi-danitra indroa ry zalahy rehefa avy naka an-keriny ilay teratany Karana. Lasan’ireo mpaka an-keriny ny basin’ny mpiambina iray. Araka ny vaovao voaangona teny an-toerana, omaly, polisy ary manana karatra maha polisy azy ity mpiambina iray tompon’io basy lasan’ireo jiolahy io.

Somary niteraka fifanjevoana ihany ity fakana an-keriny karana, omaly ity satria tao anatin’ny fotoana firavan’ny mpianatra sy ny mpiasa no nitranga izany. Nitohana rahateo koa ny fifamoivoizana. Nitaintaina tsy nisy toy izany ny ankamaroan’ireo nahita ny zava-nitranga teny an-toerana.

Tohivakana ny fakana an-keriny teratany karana…

Hatramin’ny omaly hariva, tsy mbola fantatra mazava ny toerana nametrahan’ireo jiolahy ity teratany karana nisy naka an-keriny ity. Vao herinandro lasa izay, votsotra ilay tovolahy teratany karana nalain’ny jiolahy an-keriny efa herinandro maromaro izay, kanjo izao miseho sahady izao koa ity ny fakana an-keriny teratany Karana hafa. Tsy misy fandraisana andraikitra matotra avy amin’ny fanjakana indrindra fa ilay hoe « gouvernement de combat ». Efa maro ireo Karana nalain’ny jiolahy an-keriny, saingy toa vitavita ho azy izany rehefa mifanaraka ambadika ireo jiolahy sy ny fianakaviana. Tsy misy fanadihadiana intsony aorian’izay. Tamin’ny taon-dasa, efa nanao hetsika fanairana ny fanjakana Malagasy ireo teratany Karana monina eto amintsika manoloana ity raharaha fakana an-keriny ity. Nahazo vahana rahateo ny fakana an-keriny Karana tamin’iny taon-dasa iny. Ny mpitondra, variana amin’ny adilahy politika sy ady seza ary ny fifandrangitana nefa ny jiolahy, manao ny ataony hatrany.

Tonga teny an-toerana nanao fanadihadiana, omaly, ny polisin’ny UIR. Nalain’ny polisy ilay fiaran’ilay Karana niaraka tamin’ireo mpiambina roa lahy. Hita teny an-toerana koa ny vodim-bala nampiasain’izy ireo. Andrasana ny tohin’ny fanadihadiana.

J.C

News Mada0 partages

Sendikan’ny mpandraharaha fonja : mitaky ny amoahana ireo mpiandry fonja telo lahy eny Tsiafahy

Nanao fanambarana ny sendikan’ny mpandraharaha fonja mivondrona ao amin’ny SPAPM sy ny SNIAP, omaly, teny Antanimora, nitaky ny amoahana vonjimaika ireo mpiandry fonja telo lahy naiditra eny Tsiafahy.

« Tsapa fa ny fandraharahana fonja hatrany no tratra farany amin’ny voka-dratsin’ny fanatanterahana ny baiko na dia fantatra aza ny fisian’ny loza mitatao mandrakariva amin’ny fanatanterahana ny asa », hoy ny fanambarana. Mangataka amin’ny fitsarana izy ireo noho izany mba hanafaka vonjimaika azy telo lahy ireo. « Nanatanteraka asa nampandraiketina azy izy ireo no tratran’ny herisetra ka nahatafavoaka ilay voafonja. Tsy misy antony hitsoahan’izy ireo amin’izay fanadihadiana atao azy ireo”, hoy ihany ny sendika.

Nanamafy ireto farany fa tokony hojeren’ny fitondrana akaiky ny momba azy ireo, indrindra eo amin’ny fampitaovana toy ny fiara sy fitaovam-piadiana. Raha tsiahivina, tamin’ny taxi no nitondrana ilay vazaha io, ka tamin’ny fotoana nitondrana azy avy eny amin’ny hopitaly nankeny Antanimora no nitrangan’ny fampitsoahana azy. Voasakana ny taxi ka tsy afa nihetsika. Voaambana basy ireo mpiandry fonja ary nitsoaka tamin’ny fiara 4×4 ilay vazaha Houcine Arfa sy ny vadiny raha ny fanazavana efa nataon’izy ireo. Rehefa nandeha tokoa ny fanadihadiana, ireo mpiandry fonja telo lahy no tratra farany ary nalefa eny am-ponja.

Nivoaka ny ampamoaka

Taorian’ny ampamoaka nataon’i Houcine Arfa tany ivelany, teo ihany koa ireo taratasy maneho baiko avy amin’ny tompon’andraikitra ambony niparitaka tamin’ny fampielezana vaovao. Niandry ireo toe-javatra ireo vao niteny ireto sendikan’ny mpandraharaha fonja. Efa nilaza ihany izy ireo fa ho avy ny fotoana hitenenan’izy ireo. Fotoany izao, ary miandry zavatra mafimafy kokoa noho ny fanambarana androany ny rehetra. Misy tompon’andraikitra maromaro tsy afa-bela ao, hatrany amin’ny minisitry ny Fitsarana. Mandrisika ny hanohizana ny famotorana ny sendika, ka asa raha hisy vokany izany, na hampanginina eo ny raharaha.

Yves S.

News Mada0 partages

Ho feno herintaona ihany… : ahin’ny CNIDH ho very an-javony ny “Raharaha Antsakabary”

 Vitavita ho azy amin’ny hoe “Efa mandeha ny  fanadihadiana” . “Herintaona amin’ ny volana ambony ny tranga niseho tany Antsakabary. Eo ny famonoana ireo polisy roa lahy nirahina hamita iraka. Fa  eo  koa ny fandoroana tranon’ olon-tsotra sy fampijaliana olona. Tsy mbola hita be ihany anefa ireo nahavita heloka tamin’ ireo tranga roa samy hafa ireo”, hoy ny eo anivon’ny  Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny zon’olombelona (CNIDH), tetsy 67  ha,  omaly. Na  izany aza, niezaka  nanao ny adidiny  izy ireo amin’ ny fanaraha-maso iny raharaha iny mba  hivoahan’ny marina. Anisan’izany ny nandefasana ny tatitra teny anivon’ ny Antenimierampirenena, Antenimierandoholona ary tonga hatrany amin’ ny minisitry ny Fitsarana, ny praiminisitra ary ny filoham-pirenena. Trary ny bemarenina koa  izany izao ny CNIDH fa karazan’ny vitavita ho  azy sy ho  very an-javony io raharaha iray io. Nisehoana fanitsakitsahana ankitsirano ny zon’olombelona tsotra izao anefa ny “Raharaha Antsakabary”.

Vahiny tsy manara-dalàna…

Ankoatra izany,  niaiky ny CNIDH fa voahitsakitsaka ny zon’ ny vahoaka.  Anisan’ny notanisain’izy ireo, ohatra, ny momba ireo vahiny manao asa fitrandrahana eto amintsika. Eo ny fitrandrahana volamena any Vohilava Mananjary, ny grafita ao Brickaville ary ary ny any Ambatolampy. “ Samy tsy nahazo fahazoan-dalana mitrandraka ireo orinasa vahiny kanefa mirotsaka avy hatrany manao ny asa. Simbain’ izy ireo ny fananan’ olona, ny voly ary voaloto ny rano fisotro”, hoy ihany ny CNIDH. Nohitsin’izy ireo fa miray  tendro amin’ireo vahiny ny manampahefana sasantsany aty ambony sy ny amin’ireny  toerana ireny.

“Raharaha Claudine », « Villa Elisabeth »,  « loholona Andriamandavy… »

Tsy vitan’izany. “Iharan’ ny antsojay  sy fisamborana tsy ara-drariny  ireo mba miaro ny zon’ ny vahoaka amin’ireny toerana ireny”,  hoy ihany izy ireo.

Araka izany,  maromaro ireo  raharaha hanara-dia  an’Antsakabary raha mitohy izao. Anisan’izany ny “Raharaha Claudine”, ny “Raharaha Villa  Elisabeth”,  ny momba ny loholona Andriamandavy Riana…

Randria

News Mada0 partages

Fanemorana ny datin’ny fanadinana : mampiahiahy ny mpianatra fa mahafaly ny Ray aman-dreny

 Analiny ny mpianatra hiatrika ny fanadinana CEPE sy BEPC amin’ity taona ity. Nahatohina ny ankamaroan’ny ray aman-dreny io fanapahan-kevitry ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena io.

Ramanantsoa Noely,

Hanala fanadinana BEPC ny zanako amin’ity taona ity. Mpianatry ny St François Xavier izy ary efa nomanina ny saina aman’eritreriny fa  ny 3 ka hatramin’ny 6 septambra izao no hanatanterahany ny fanadinana. Izao izany, hiova indray ilay daty ka mety handemy ny sain’ny ankizy izany na hahatonga azy halaindaina satria mihevitra fa mbola manam-potoana hamerenan-desona ka hanao ambanin-javatra ny fianarana.

Rasolofonomenjanahary Fidélis

Mianatra amin’ny sekoly tsy miankina ny zanako lahy. Ny tena mampanahy ahy dia ny hafitsoky ny sekoly hitaky saram-pianarana volana aogositra indray. Efa fatiantoka e nany an’ny ray aman-dreny na ny an’ny mpianatra nandritra ny volana oktobra teo izay nandoavana saram-pianarana kanefa tsy nianaran’ny mpianatra akory. Izao indray ve hampandoavina vola mihoatra ny tokony ho izy indray?

Ramanoelina Prisca:

Tsy hanaiky izany izao ny sekoly fa tsy maintsy hitombo iray volana koa ny saram-pianarana? Sao dia tsy rariny eee!! Tokony hojeren’ny fanjakana ny akon’ny fanapahan-kevitra raisiny fa tsy atao ankamehana fotsiny. Tsy aleo ve nasaina nanao fanadinana manokana ireo ankizy tsy naharaka vokatry ny rivodoza toy izay manakorontan-javatra toy izao? Ho hita eo fa tsy mety amiko aloha fara ha 4.000 ny ankizy lasibatry ny rivodoza ny analiny ve no hatao sorona?

Mahazo tombony ny mpianatra

Tsy toy ny ahiahin’ny ray aman-dreny fa nahafaly ny mpianatra kosa ny fanambaran’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena fa hahemotra ny datin’ny fanadinana BEPC sy CEPE. Anisan’ny mahafaly ny ankizy ny mbola hananana tombony hahafahana manao famerenana. Mitombo tapa-bolana be izao ny fotoana hianaran-desona sy manontany ny mpampianatra izay zavatra tsy mbola azo.

Ankoatra izay, tsy enjikenjika intsony ny famitana ny fandaharam-pianarana. Manaraka ny tokony ho izy ihany ka tsy tokony hiverina asabotsy intsony manenjika lesona sy famerenana. Ampy tsara io 15 andro io hamenoana ny fotoana very nandritra ireny rivodoza sy androm-panadiovana sy vakansin’ny pesta ireny”, hoy ny mpianatra nanontaniana nanamafy ny heviny.

Afaka mivonona tsara ny mpianatra hiatrehana ny fanadinam-panjakana ao anatin’ireo 15 andro ireo. Betsaka ireo mpianatra feno tebiteby sy tahotra rehefa hiatrika fanadinana satria heveriny ho zava-tsarotra ny miandry azy amin’ny fotoam-panadinana. Anjaran’ny ray aman-dreny sy ny mpampianatra ny manomana ny sain’ny mpianatra hanana fitoniana hiatrika izany fanadinana izany ka hampahomby ny fianarana hatao.

Ny indro kely hoy izy ireo, fohy ny fotoam-pialalan-tsasatra raha oharina amin’ny ankizy hafa.

Tatiana A

News Mada0 partages

Amin’ny andiany fahadimy : nahena ho 4 000 ny Fram raisina ho mpiasam-panjakana

« Noho ny filana amin’ny fandraisana mpiasa hafa amin’ny sampanasam-panjakana, nifandamina ny fanjakana foibe fa ahena ho 4 000 ny isan’ny mpampianatra Fram horaisina ho mpiasam-panjakana amin’ity taona ity”, hoy ny tale misahana ny mpiasa ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, Rabeandalana Sandrot, omaly teny Anosy. Andiany efatra samy nahitana mpampianatra 10 000 avy no efa noraisina ho mpiasam-panjakana  nanomboka ny taona 2014 no ho mankaty. Ho an’ny andiany fahadimy, nahena ny isa vokatry ny laharam-pahamehana amin’ny sehatra hafa toy ny fitandroana ny filaminana. “Hifototra kokoa amin’ny diplaoma sy ny mari-pahazaina ananan’ny mpampianatra Fram ny fandraisana azy ho mpiasam-panjakana mialoha ny fanaraha-maso ny faharetany tamin’ny asa fanabeazana”, hoy ny fanazavany. Hametraka fampianarana manana ny kalitao takina ny tanjona ary hampiavaka ity andiany ity.

Fanavaozana iray hapetraka ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana koa ny fandraketana anaty solosaina ny anaran’ny olona rehetra nahazo ny diplaoma BEPC tao anatin’ny 40 taona farany. “Rehefa matanjaka ny “bases de données” momba ny lisitry ny olona manana io mari-pahaizana io, mora kokoa ny mamantatra ny olona mampiasa diplaoma sandoka rehefa mitady asa izy eny amin’ny sehatry ny fanjakana na ny sehatra tsy miankina”, hoy ny talen’ny serasera Tsitoara Serge. Tsapa fa betsaka ny mampiasa diplaoma sandoka indrindra ny BEPC nandritra ny fifaninanana samihafa nokarakarain’ny fanjakana na ny sehatra tsy miankina.

Vonjy A.

Ino Vaovao0 partages

FITAZONANA OLONA AN-KERINY : Lehilahy iray teratany frantsay nafenin’ny sakaizany an-tsokosoko

Lehilahy iray teratany frantsay  antsoina hoe “Bernard Charles” 75taona no nafenina  an-tsokosoko tao an-trano. Araka ny loharanom-baovao voaray avy amin’ny mpitandro filaminana dia fantatra fa  i Mourina Mahmoudou no nanidy azy io an-keriny tao an-tranony nandritra ny andro maromaro. 

Tamin’ny fanadihadiana rehetra natao dia voalaza fa sakaizany ity ramatoa nanafina azy ity. Noho ny tsy fahitan’ny havany ity lehilahy ity tamin’ny andro maromaro dia nampandre ny mpitandro filaminana izy ireo  ka nanomboka teo ny fikarohana. Nidina tany an-toerana avy hatrany  ny zandary tamin’izany ka tratra tao amin’ilay trano izay fantatra fa nanafenana ity rangahy ity ilay ramatoa voalaza etsy ambony. Raikitra ny savahao ka  sarona tao tokoa ity  vazaha lahy ity. 

Avy hatrany dia  naterina   teny amin’ny kaonsilin’i Frantsa” tao an-toerana itsy farany ka avotra soa aman-tsara ihany ny ainy ary salama tsara izy. Nandray fepetra hentitra  ny tompon’andraikitra teo anivon’ny Zandary taorian’izay tranga izay ka efa notazomina  ity nahavanon-doza  sy ny olona iray niaraka nitsikombakomba taminy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MORONDAVA : Renim-pianakaviana voafira famaky, vola 250 000 Ariary lasan’ny jiolahy

Ankoatra izany dia mirongatra ihany koa ny vaky trano sy fanakanan-dalana ireo mpandeha an-tongotra. Tokantrano iray no lasibatra nisy namaky ny talata alina teo tokony ho tamin’ny 10 ora. Vokany renim-pianakaviana iray no naratra mafy nofirain’ireo jiolahy  tamin’ny famaky teo amin’ny lohanyka torana. 

Enin-dahy nirongo fitaovam-piadiana no niditra an-keriny tao amin’io tokantrano io ary ilay renim-pianakaviana sy ireo zanany ihany no tao, raha ny vaovao voaray. Nitaky vola sy izay zavatra lafo vidy ireo olon-dratsy ka vola mitentina 250 000 Ariary, decodeur canal sat sy entana mora bataina rehetra dia lasan’ireo mpangalatra avokoa. Vao tafaporitsaka ireo jiolahy dia niantso vonjy avy hatrany ireo ankizy ary dia taitra avokoa ny manodidina nandre izany. 

Nanjavona tsy nisy nahita kosa ny lalana nandosiran’ireo nahavanon-doza enin-dahy, araka ny fampitam-baovao ihany. Raha ny fitantaran’ilay ramatoa niharan-doza dia misy tarehy fantany ny iray tamin’ireo jiolahy nanafika ny tranony satria tsy nisaron-tava izy ireo.   Manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly be Morondava amin’izao ilay niharan-doza. Manjaka hatrany ny tsy fandriampahalemana ao amin’ny Distrikan’i Morondava ankehitriny.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

HALATRA LAVANILA : Nafenina tao amin’ny tranon’ny Sefo Fokontany ilay tovolahy

Voatery nafenina tao amin’ny trano fonenan’ny Lehiben’ny Fokontany ity farany hiarovana ny ainy satria nitaky fampiharana fitsaram-bahoaka ny fokonolona. Ny alatsinainy alina teo tokony ho tamin’ny 9 ora no nitrangan’izany tany an-toerana ary dia tena nentin-katezerana tokoa ny vahoaka. Notoratorahan’izy ireo ny tranon’io tompon’andraikitra io nialoha ny fahatongavan’ny mpitandro filaminana. 

Voalaza fa tsy nahasakana ny hamaroan’ny vahoaka ny Zandary miasa ao amin’io Kaominina io. Ny kaompanian’ny Zandary avy tao Sambava tonga nameno laharana ireo mpitandro filaminana tany an-toerana vao voasoroka ny fikasana hanao fitsaram-bahoaka saika nataon’ny vahoakan’Anjagnoveratra tamin’ilay tovolahy. Araka ny fampitam-baovao dia tokony tamin’ny 10 ora sy sasany teo vao nilamina tany an-toerana ary voaaro ny ain’ity tratra nangalatra ity. 

Noentina ary voatazona any amin’ny Biraon’ny zandarimariam- pirenena ao Sambava ny tenany ankehitriny. Voalaza fa olona nitondra lavanila hamidy no nosakanan’ity tovolahy ity ary norobainy ka izany no nanenjehan’ny vahoaka azy saingy mba hiarovana ny zon’olombelona dia votery nafenina ity farany. Raha ny vaovao azo dia mirongatra loatra ny halatra lavanila any amin’ny Faritr’i Sava ankehitriny ka efa feno hatezerana tanteraka ny vahoaka. 

Hatreto mbola tsy fantatra na firy kilao ny lavanila nangalarin’ity tovolahy saika niharan’ny fitsaram- bahoaka ity satria mbola ao anatin’ny fanaovana famotorana azy ny zandary any an-toerana tamin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

VAROTRA SY FANJIFANA : Manaramaso akaiky ny ronono sy sakafon-jaza vokarin’ny lactalis ny minisitera

Voamarin’ny laboratoara mpitsirika ny sakafo fa mitondra tsy fahasalamana ho an’ny zaza ireo ka nesorina eo amin’ny tsena ireo vokatra novokarina nanomboka ny 15 Janoary, vokatra maromaro no voakasik’izany. Nandray anjara ny minisitera mpiandraikitra hanara-maso ny tsena eto Madagasikara sao misy amidy eto amintsika ireo rononon-jaza vokarin’ny orinasa lactalis ireo. 

Ny ronono picot aloha no voalaza fa tena arahin’ny sampan-draharaham-panjakana misahana ny varotra sy ny fanjifana eto Mahajanga. Ireo laharana lots no arahina maso amin’izany ka raha sanatria misy tafiditra eto dia giazana avy hatrany. Tsy voalaza mazava kosa ny mikasika ny ronono milumel sy Carrefour izay samy misy amidy eto amintsika avokoa.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TSARATANANA - TAFAKATRA 1 000 ARIARY : Tsy mitsaha-miakatra ny vidim-bary

Araka ny nambaran’ny mponina tsy maintsy ahitana fiakarany ny vidim-bary amin’ny fotoam-pahavaratra fa hatramin’izay dia tsy mihoatra ny 200 ariary izany fiakarana izany. Izany hoe tokony ho 750 ariary ny kapoakan’ny vary fa tsy 1 000 ariary. Tsy fantatra loatra ny tena antony mahatonga ny fidangan’ny vidim-bary tahaka izao any Tsaratanàna. 

Ao ny milaza fa misy amin’ireo mpivarotra ambongadiny manafina vary mba hahafahana mampiakatra ny vidin’ity farany. Tena marina, hoy ny mpanara-baovao any an-toerana fa tsy mitombina loatra ny filazana fa misy manafina vary. «  Ahitana trangan-javatra hafahafa tato ho ato eto amin’ny distrikan’i Tsaratanàna. Lasibatry ny fanafihan-jiolahy ireo sarety mitatitra vary avy any ambanivohitra ary ny omby no voaroba. 

Manoloana izany toe-javatra izany dia lasa matahotra ny tantsaha ka vitsy amin’izy ireo no  mivarotra vary ka mahatonga ny fidangan’ny vidin’ity farany  », hoy izy ireo. Raha izay no izy inona ary no tena asan’ny mpitandro filaminana any Tsaratanàna  ? Ary maninona no tsy mandray fepetra ny mpitondra fanjakana any an-toerana manoloana izany toe-javatra izany  ? Sa hiandry ny vahoaka hitroatra vao hihetsika  ? Izay foana ny an’ny fanjakanan’i Hery Rajaonarimampianina. Tara lava, tsy mandray andraikitra firy, tsy miraharaha ny fahorian’ny vahoaka madinika dia mbola milaza azy mahafaoka foana e e e  !

A.Lepêcheur

News Mada0 partages

Sehatra tsy miankina : maivana ny fanodinam-bokatra “Vita malagasy”

Ezahina omen-danja ho amin’ny fampandrosoana ny fananganana indostria ao anatin’ny sehatra tsy miankina. Nandritra ny “Vitrine de l’industrie” ny volana novambra 2017 nohamafisin’ny minisiteran’ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina izany torolalana izany hanomezan-danja ny vokatra “Vita malagasy” amin’ny fifaninanana rehetra. Hita mantsy izao, raha eto Madagasikara, ny fitombon’ny fanafarana entana avy any ivelany any amin’ny sehatry ny varotra. Midika izany fa tsy misy ny fampirisihana hanolorana ny “Vita malagasy” hiatrehana ny fifaninanana amin’ny vokatra avy any ivelany.

Tsy hita taratra eto an-toerana ny fitrandrahana ataon’ny indostria, hiatrehana ny fifaninanana ny avy any ivelany na hamerana izany. Tokony ho hita taratra izany amina sehatra maro, ohatra, ny amin’ny fananganana indostria momba ny fambolena ho an’ny famokaram-bary, siramamy, menaka, lafarinina, sy fanodinana ireo vokatry ny fiompiana samihafa. Amin’izao taonjato faha-21 izao, mbola tsy miova ny fomba fambolena sy fiompiana taloha fanaon’ny isam-paritra sy ny isam-pianakaviana. Tsy miafina izany raha tsy ampy ny voka-bary, izay 2,5 t /ha  ihany amin’ny ankapobeny.

Karazam-bokatra maro ny avy any ivelany

Toy izany koa ny tsy fahampian’ny vokatry ny fambolena hafa, tombony ho an’ireo mpandraharaha mpanafatra entana. Misongadina izany amin’ny fahamaroan’ny karazam-bokatra avy any ivelany, toy ny vary, siramamy, menaka, karazan-tsakafo vita amin’ny lafarinina, ronono, sns. Tsy hita firy koa ny “Vita malagasy” hiatrehana ny tsena eto an-toerana, ny faritra Afrika (Comesa, Sadc), sy ny ranomasimbe Indianina (COI). Ny vokatra avy amin’ny indostrian’ny jono an-dranomasina sy ny fiompiana makamba ihany no tsara toerana any ivelany.

Manaiky ny minisitera mpiahy fa mbola mandalo fotoan-tsarotra ny « Vita malagasy ». Koa vonona hatrany ny fanjakana miara-miasa amin’ny tsy miankina hanomezan-danja izany. Ireo fototra ao amin’ny Lalàna momba ny fampandrosoana ny indostria (LDI) manome tombony ny mpandraharaha rehetra hiditra ao amin’ny fanarahan-dalàna, hahitan’izy ireo tombontsoa hiatrehana ny fifaninanana.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Harena voajanahary : miady amin’ny fanondranana an-tsokosoko ny USAID

Ho an’ny rafitra amerikanina ho an’ny fampandrosoana, USAID, manamora ny famonoana ny biby anaty ala sy ny bibidia ny fandringanana ny ala haondrana an-tsokosoko any ivelany. Tanteraka izany vokatry ny fahantrana, ny fanjakana malemy ary ny kolikoly.

Anisan’ny voalohany eo amin’ny tsena tsy ara-dalàna iraisam-pirenena ny fanondranana an-tsokosoko ny biby sy ny zavamaniry. Araka ny tatitra navoakan’ny rafitra amerikanina ho an’ny fampandrosoana (USAID), karazana zavamananaina tena tandindomin-doza eto Madagasikara ny hazo sarobidy (andramena, ohatra) aondrana tsy ara-dalàna nefa amidy lafo any ivelany, ny biby mandady sy mikisaka (sokatra), ny varika, ny biby anaty ranomasina (soavalindriaka, trondro miavaka), hompiana na hohanina na atao fanafody.

Zava-dehibe amin’ny USAID ny ady amin’ireo satria mampirongatra ny tsy fandriampahalemana, ny fampihenana ny fahantrana, ny fametrahana ny fanjakana tsara tantana. Miary tendro amin’ny tambajotra iraisam-pirenena ireo mpanao trafika harena voajanahary, toy ny asan-jiolahy, ny varotra fitaovam-piadiana an-tsokosoko, ny zava-mahadomelina, ny varotra olona, sns. Mampihena ny harena voajanahary, sakana ho an’ny fampandrosoana maharitra, ny fizahantany ary ny toekarena.

Fandaharanasa Scapes

Nanohana fandaharanasa goavana ny USAID, ny taona 2013 hatramin’ny 2016, miompana amin’ny “fiarovana ny harena voajanahary eto Madagasikara”, nomena ny anarana hoe “Scapes”.. Notanterahan’ny rafitra sy fikambanana ONG iraisam-pirenena, ny World wildlife fund (WWF), ny Wildelife conservation society (WCS), ny Conservation internatnional (CI) ary ny Traffic. Niara-niombon’antoka tamin’izy ireo koa ny fiarahamonina sivily teto amintsika sy ny fanjakana.

Anisan’ny asa natao ny fanadihadiana lalina nataon’ny mpanao gazety mikasika ny fandripahana ny harena voajanahary, ny fanofanana sy fampitaovana ny vondrona olona ifotony (VOI) sy ny mpisafo ala, ny fananganana ny Fiombonan’ny fikambanana miaro ny tontolo iainana (Coalition) miisa telo, ny Lampogno, ny Cocaz ary ny TMTI. Nofanina mikasika ny lalàna koa ny mpiambina ala, ny tompon’andraikitry ny fitsarana sy ny minisitera voakasika. Na izany aza, tsy foana ny fanondranana an-tsokosoko any ivelany, indrindra ny sokatra.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Énergie Réunion de travail autour du projet Volobe

Le projet d’une centrale hydroélectrique à Volobe est sur les rails. Hier, un séminaire de travail a eu lieu entre la société Jovena, Colas Madagascar (les deux sociétés forment avec Grands Travaux International le consortium en charge de l’exploitation du site), le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, la Jirama et les représentants des bailleurs de fonds. La rencontre a porté essentiellement sur l’avancement du projet et les prochaines étapes à entreprendre.

Situé dans la province de Toamasina, Volobe faisant partie des projets prioritaires annoncés lors de la conférence des bailleurs et investisseurs, tenue à Paris en décembre 2016, est idéalement placé entre Antananarivo et Toamasina.

«Cette liaison haute tension entre les réseaux interconnectés de Toamasina et Antananarivo constituera la véritable colonne vertébrale du réseau électrique malgache et permettra d’évacuer une partie de l’électricité produite par la centrale de Volobe vers la capitale», indique-t-on auprès de la société Jovenna.

Développée par la Compagnie générale d’hydroélectricité de Volobe (CGHV), dont les actionnaires sont Jovena (groupe Axian) et Colas, cette production d’une puissance de 120MW appuyée par 750 Gigawattheure par an, permettra, dès 2022, de se substituer à la production d’électricité à base de diesel ou de fuel lourd.

Avec un fonctionnement au fil de l’eau, mais pouvant néanmoins réaliser un stockage journalier pendant la période d’étiage, les impacts de la retenue en amont du barrage seront mineurs. Outre une réduction des gaz à effet de serre, elle permettra un abaissement important des coûts de fourniture de l’électricité à la Jirama et au consommateur final.

R.R.

 

News Mada0 partages

Conjoncture économique : relance des enquêtes au sein de la BFM

Après trois ans d’interruption, la série d’enquête de conjoncture économique (ECE) est relancée par la «Banky foiben’i Madagasikara (BFM) en octobre 2017. BFM a également mené une enquête auprès du secteur bancaire, qui est à son premier essai depuis 2017.

Ces deux enquêtes menées en parallèle permettent notamment de voir la cohérence entre l’évolution du financement de l’économie et son développement. La séance de restitutions des résultats y afférents a eu lieu, mardi dernier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano.

L’enquête auprès des entreprises a été réalisée au sein de 215 établissements répertoriés dans l’agglomération d’Antananarivo et dans les grands centres urbains du pays. Elle a porté sur les réalisations du troisième trimestre 2017 et les prévisions du quatrième trimestre 2017. Parmi ces 215 entreprises sélectionnées, 122 ont répondu, soit un taux de réponse de 56,7%. Par ailleurs, l’enquête auprès du secteur bancaire a été réalisée dans 11 établissements existant à Madagascar.

Dans son ensemble, les résultats de l’enquête de conjoncture auprès des entreprises montrent que la situation économique au troisième trimestre 2017 a été relativement favorable, plus particulièrement pour les grandes entreprises, malgré la hausse des coûts des intrants et des charges salariales.

Toutefois, quelques- unes, particulièrement les petites entreprises, affirment que leurs bénéfices ont diminué par rapport à l’année précédente. Pour elles, la hausse du coût unitaire de production qui a pesé sur leurs marges de production, en est la cause.

4e semestre

Quant aux perspectives au quatrième trimestre, il en ressort que tous les indicateurs d’activité des entreprises évolueraient positivement par rapport au trimestre précédent, indiquant un climat de confiance plus amélioré. Les résultats de l’enquête montrent aussi que les facteurs limitant leurs activités sont notamment l’incertitude du contexte économique, les conditions de la concurrence et la fiscalité.

«En termes de propositions pour la relance économique, les entreprises proposent, en premier lieu, des mesures d’ordre financier, telles que l’appui et la promotion au secteur privé, la baisse des impôts et l’accès au crédit», a rapporté à ce sujet Hervé Alain Rasolofondraibe, gouverneur de la BFM.

Le secteur bancaire

Au sujet de l’enquête auprès des banques, la plupart des établissements ont déclaré avoir augmenté leurs offres de crédit. Néanmoins, la concurrence, l’incertitude du contexte économique, le coefficient de réserves obligatoires et l’insuffisance de la demande constituent, selon eux, les facteurs limitant le développement de leurs activités. Dans un objectif de relance économique, les banques proposent la lutte contre les activités informelles, la stabilité politique, l’assainissement du système judiciaire et la sécurité des investissements.

En tout cas, après la loi sur les microfinances, la BFM ambitionne également de finaliser la réforme sur la loi bancaire. «Dans ce sens, le défi serait de renforcer la question de sécurisation mais aussi de voir comment mettre en place une structure du secteur bancaire adaptée à l’économie nationale», comme l’a expliqué Alain Rasolofondraibe.

D’autres séries d’enquêtes

L’ECE sera désormais effectuée à un rythme trimestriel afin d’obtenir une série d’indicateurs avancés afin de suivre constamment l’évolution du secteur réel, qui est en lien étroit avec la mise en œuvre de la politique monétaire. Ainsi, le gouverneur de la BFM exhorte les entreprises à apporter leur contribution, à partir de la deuxième collecte de la série ECE prévue débuter le 12 février prochain, pour une publication des résultats dans le courant du mois d’avril.

Arh.

 

News Mada0 partages

Investissement : echange d’idées autour de la loi ZES

Un atelier autour de la loi relative aux Zones économiques spéciales (ZES) a été tenu, hier au DLC Anosy. Il s’agit d’une rencontre organisée par l’Economic development Board of Madagascar (EDBM) et le ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate).

A cette occasion, Benjamina Ramanantsoa, ministre de l’Aménagement, a apporté plus de détails sur ce qui pourrait être les avantages apportés par la création d’une ZES dans le pays. «Les avantages fiscaux et les facilitations d’investissements des ZES s’appliquent à des nouvelles zones géographiquement délimitées et non pas pour les investissements déjà existants. Certes, les investissements  actuels peuvent  se déplacer dans les ZES mais pas d’une manière automatique», a-t-il avancé.

Avant de poursuivre que «Madagascar va miser sur les sites favorables aux investissements qui détiennent  des avantages majeurs en terme d’accessibilité, d’évacuation de produits vers les ports, de meilleures connexions avec les pôles économiques et démographiques importants …»

En effet, le projet ZES a été lancé pour répondre aux exigences du marché mondial, notamment en termes de norme et de quantité. «Prenons l’exemple du secteur textile où la construction d’usine entre 600 000 m2 et 800 000 m2 est nécessaire pour satisfaire les marchés de l’Agoa et ceux de l’Union européenne. Il s’agit d’une opportunité à saisir alors que les sites de production existants ne peuvent plus se développer efficacement, d’où le besoin de création de nouveaux pôles industriels plus attractifs», a conclu le ministre de l’Aménagement.

R.R.

News Mada0 partages

Analamanga : bientôt une nouvelle monographie La Chambre de commerce

et d’industrie d’Antananarivo (CCIA) appuie l’élaboration d’une monographie de la région Analamanga, à travers le cabinet Madagascar Développement Placement (MDP). Cela permet de consolider les services d’appui que la CCIA offre, en disposant notamment de données et d’informations utiles aux opérateurs, en réponse aux nombreuses questions et demandes relatives aux opportunités d’affaires et d’investissement.

Sept districts de la région Analamanga sont concernés par la monographie, à savoir: Antananarivo Avaradrano, Ambohidratrimo, Anjozorobe, Ankazobe, Manjakandriana, Andramasina, Antananarivo Atsimondrano ainsi que la Commune urbaine d’Antananarivo, soit 143 communes au total.

Par définition, la monographie a pour but de définir une étude approfondie limitée à un fait social particulier et fondée sur une observation directe qui, mettant en contact les faits concrets, participe à l’expérience vécue. Une phase de collecte de données à travers des enquêtes sur terrain a été menée et les travaux y afférents sont arrivés à leur terme. Les données collectées sont regroupées ainsi dans six secteurs principaux dont l’administration, l’occupation des sols, le social, l’économie, la sécurité et les médias. Par la suite, ces données collectées constitueront les couches à superposer sur les fonds de cartes.

Un atelier sur l’élaboration de ladite monographie s’est déroulé le 19 décembre dernier et initié par la CCIA. L’objectif principal est de promouvoir le développement territorial et de mettre en exergue les potentialités de la région.

Arh.

News Mada0 partages

Razakanirina Mahafaritsy S. : « tsy afa-miala tsiny ny mpitondra »

« Rehefa manaiky hitondra fanjakana ianao, manaiky hamaha ny olana eo amin’ny vahoaka nifidy anao, manaiky hampandroso ny firenena tantaninao ianao. Tsy manana fialan-tsiny atao amin’izany intsony ianao. » 

Io ny fanehoan-kevitry filohan’ny Antenimierampirenena teo aloha sady filohan’ny antoko Malagasy iray, Razakanirina Mahafaritsy Samuel, manoloana ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny, indrindra amin’ny fiatrehana ny fahasahiranam-bahoaka.

« Alohan’ny hahatongavanao eo amin’ny fitondrana: fantatrao fa misy olana eo amin’ilay firenena. Manaiky hanompo sy hiasa ho an’ny firenena izany ianao », hoy izy. Hitany hoe tsy ampy ny fandraisana andraikitra amin’ny mpitondra amin’izao fotoana izao, satria tsy mipetraka tsara ny fahefam-panjakana.

Tratra aoriana amin’ny ataony ny mpitondra

Na tratra aoriana amin’ny fanapahan-kevitra ny mpitondra amin’izay fandraisana andraikitra izay, na tratra aoriana eo amin’ny fandraisana andraikitra, tratra aoriana eo amin’ny fanomezana fanazavana zava-misy eto amin’ny firenena…

Indraindray aza, misy tarehimarika mivoaka mampieritreritra. Raha miteny, ohatra, ny fitondram-panjakana hoe efa niala ny 22%-n’ ny mahantra fa lasa 70 % sisa izany fa tsy 92% intsony. Mampanontany tena izany hoe: inona avokoa ny zava-mivaingana nahazoana nanome io salanisa io, aiza avokoa ireo vahoaka nahazo fihatsaram-piainana ireo?

R. Nd.

News Mada0 partages

Hanohana ny minisitera : miditra amin’ny andiany faha-17 ny “Rallye mathématique”

Hanohana ny fifaninanana “Rallye mathématique” andiany faha-17 ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena. “Nisokatra anio ary hifarana ny 7 febroary ho avy izao ny fisoratana anarana ho an’ny sekoly rehetra vonona handray anjara amin’izany hetsika izany, hoy ny filohan’ny vondron’ny mpampianatra ny taranja matematika eto Madagasikara (Gemma), Ramahazosoa Irrish Parker, omaly teny Mahamasina. Tanjon’ny fifaninanana ho an’ny ankizy manomboka amin’ny kilasy 6 ème ka hatramin’ny kilasy famaranana ny handrisika ny mpianatra hitia ny matematika sy hampihatra azy amin’ny fiainana andavanandrony. Miendrika kilalao samihafa ny fifaninanana ka miaraka tsiefatrefatra ny mpandray anjara  isaky ny “catégorie”. 18 taona ny Gemma izay manana tanjona telo ho fanatsarana ny fampianarana ny taranja matematika. Eo ny fampahafantarana ny “logiciel” manamora ny fampitanana ny fahalalana eny amin’ny ankizy. Manampy izany ny fanoratana boky ho an’ny mpianatra sy ny mpanabe indrindra ho an’ny sekolim-panjakana manerana ny Nosy. Farany ny fikarakarana tsy tapaka ny Rallye mathématique miaraka amin’ny “réseau des lycées français de Madagascar” mpanohana ny fifaninanana hatramin’izay.

Hifanintsana isaky ny sekoly ny mpandray anjara ny 17 febroary, hiditra amin’ny famaranana isaky ny faritany ny 4 avrily ary ny 26 mey ny famaranana nasionaly hanomezana loka ny telo mendrika amin’ny sokajy A-B-C-D. Fitaovam-pianarana ny ankamaroan’ny loka nozaraina isan-taona.

Vonjy A.

      

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : resin’ny Demony menan’i Kongo ny Lionan’i Kameronina

 Tsy voahaja mihitsy ny lojika, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, eo amin’ny baolina kitra ho an’ireo mpilalao tsy matihanina “Chan 2018”, tanterahina any Maraoka. Lavo avokoa mantsy ireo ekipa lehibe.

 Mitohy ny vokatra tsy ampoizina, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika “Chan 2018”, taranja baolina kitra. Taorian’ny faharesen’ny Elefantan’i Côte d’Ivoire nanoloana ny Namibianina, mbola lavo ihany koa ny Liona tsy voafolaka avy any Kameronina, ho an’ny sokajy “D”.

Sazy goavana no nahazo ny Kamerone, izay resin’ny Demony menan’i Kongo, ny talata lasa teo, tao amin’ny kianja Agadir. Niondrika tamin’ny isa tokana, 1 no ho 0 ry zareo, tamin’io lalao voalohany ho an’ny sokajy “D” io. Baolina tokana, tafiditr’i  Junior Makiesse Mouzita, tamin’ny alalan’ny «pénalty», teo amin’ny minitra faha-72 nilalaovana, rehefa nanao fahadisoana tamin’ny lohalaharana Kongole ny mpiandry tsatobin-dry zareo Kamerone.

Nanjakan’ny Liona tsy voafolaka ny 90 mn nilalaovana tamin’ity saingy tsy nitsiky tamin-dry zareo mihitsy ny vintana.

Betsaka ireo fanafihana nataon’izy ireo saingy tsy nety tafiditra mihitsy ny daka nataon’i Patrick Moukoko sy ny an’ny kapitenin’ny ekipa, Junior Awono. Teo amin’ny fihaonana iray ho an’ity sokajy “D” ity ihany, nisaraka ady sahala samy tsy nisy nitoko i Angola sy i Borkina Faso. Mitarika aloha izany ny Demony menan’i Kongo hatreto.

Hiditra amin’ny andro faharoa kosa ny sokajy “B” amin’ity anio ity.

Tompondaka

Vondrona «B»

Kianja Grand stade de Marrakech

18 janoary

16h30: Côte d’Ivoire # Zambia

19h30: Oganda  # Namibia

News Mada0 partages

Ady totohondry : mampiantso fivoriambe ireo ligim-paritra

Nandefa taratasy any amin’ny tale jeneralin’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena ireo filohana ligim-paritra miisa 10 amin’ny ady totohondry : Analamanga, Amoron’i Mania, Atsimo Andrefana, Atsinanana, Diana, Matsiatra Ambony, Itasy, Vatovavy Fitovinany, Menabe ary Sofia, mangataka ny hanaovana fivoriambe tsy ara-potoana eo anivon’ny federasiona. Fivoriana, hangatahin’izy ireo, hatao ny 25 janoary ho avy izao, ao amin’ny “sous-gradin” Mahamasina.

Takin’ireo filohana ligy ireo amin’izany ny hanaovan’ny filohan’ny federasiona, Rabarisoa Hery Mamy, ny tatitra amin’ny vola sy ny teknika ary ny moraly sy ny fifandraisana iraisam-pirenena, tamin’ny taona 2017.

Marihina fa nandefasan’izy ireo taratasy fampahafantarana mitovy dika ihany koa ny minisitry ny Fanatanjahantena sy ny sekretera jeneraly ary ny tale fanatanjahantena federaly. Tsiahivina fa mitaky ny fametraham-pialan’ny filohan’ny federasiona ihany koa ireto filohan’ny ligim-paritra ireto.

Tsiahivina fa tsy mbola milamina ihany koa ity tontolon’ny ady totohondry ity, hatreto satria misy disadisa sy tsy fitovian-kevitra eo amin’ny filohan’ny federasiona sy ny filoha lefitra.

Torcelin

News Mada0 partages

Kitra Hanazatra ny Elgeco Plus i Hery Be

Nantsoin’ny komity mpitantana ny Elgeco Plus, hanazatra ny ekipany, Rabeharisoa Herimanitra (Hery Be). Vaovao nohamarinin’ny tomponandraikitry ny klioba izany. Fifanarahana herintaona, azo havaozina, izany fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta izany. Efa nanambara io fanovana eo amin’ny mpanazatra io Andriamanampisoa Alfred, nandritra ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety, ny herinandro lasa teo.

Tsiahivina fa mpanazatra efa manana ny traikefany eo amin’ny lalao iraisam-pirenena i Hery Be. Efa nandrombaka amboara maro, nandritra ny fotoana nitondrany ny Cnaps Sport. Izy no nitondra ny Top Dom, Matsiatra Ambony, nandritra ny fifaninanam-pirenena farany teo.

Torcelin

News Mada0 partages

Tennis : le tournoi ITF/CAT U14 en ligne de mire

Après avoir mené une rude bataille au championnat d’Afrique australe U14 et U16 filles et garçons à Gaborone, Botswana, les sélections nationales ne sont pas qualifiées pour le championnat continental par équipe. Les yeux sont donc dorénavant rivés sur le tournoi ITF/CAT U14 qui se tiendra pour la première fois dans la ville des Mille.

Les membres de la délégation malgache, engagés au championnat d’Afrique Australe  U14/U16 filles et garçons, ont certes gagné en expérience mais ne pourront pas disputer la joute continentale par équipe. Il est donc temps de revoir sa copie et d’affûter les armes en vue des prochaines échéances. Le rendez-vous le plus proche étant le tournoi ITF/CAT U14 filles et garçons Grade 2 qui se tiendra pour une grande première sur les courts de l’Acsa à Ambohidahy du 22 au 25 février.

En attendant, les jeunes tennismen et tenniswomen malgaches de cette catégorie peuvent prendre leur élan pendant le championnat national qui s’étalera du 14 au 18 février. Par ailleurs, la Direction technique nationale a annoncé que Finaritra Andriamadison, Mialy et Narindra Ranaivo ainsi que Sampras Rakotondrainibe porteront les couleurs nationales durant trois semaines, à partir de dimanche, au Kénya. C’est un tournoi avec un enjeu important car il permet d’engranger d’importants points au classement ITF, vu qu’il s’agit d’un circuit mondial des juniors.

Pour rappel, Randy Rakotoarilala, Miotisoa Rasendra et Maholy Razakaniaina ont terminé à la 3e place chez les U14 filles au championnat d’Afrique Australe par équipes. Chez les garçons, Sampras Rakotondrainibe, Angy Rasolomanana et Finoana Rakotomalala se sont placés à la 6e position après la défaite contre le Zimbabwe (1-2). En U16 garçons, Toky Ranaivo, Lanja Rakotozandriny et Tsiory Rakotoarilala ont ravi la 3e place après le désistement de la Namibie. Un parcours mi-figue mi-raisin pour les protégés du coach Harivony Andrianafetra mais ils peuvent encore se rattraper pour améliorer leur classement sur le circuit ITF/ CAT pendant les prochaines compétitions continentales.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

ONTM : manana « siteweb » vaovao

 Natao, omaly, ny fizarana ny loka tamin’ny fifaninanana sary famantarana ny « siteweb »-n’ny Ofisim-pirenena misahana ny fizahantany eto Madagasikara (ONTM). Niisa 851 ny mpandray anjara tamin’ny fifaninanana, nifidy tamin’ny alalan’ny « internet ». Nahazo ny voalohany  Rtoa Razafindrakoto Gisela (nahazo vato 1.000) avy eto Antananarivo, nomena tapakila mankany Paris mandroso sy miverina. Faharoa, i Djavad Laldjee (vato 851) avy any Toliara, nahazo tapakila mankatsy La Réunion. Fahatelo, i Razafindrazaka Andry (vato 804) avy eto Antananarivo, nomena tapakila mankany Nosy Be. Nifantoka tamin’ny famoahana sary nalain’ny mpifaninana mikasika ny hakanton’i Madagsikara ny fifaninanana.

Njaka A.

News Mada0 partages

Enseignants a recruter : le nombre réduit à 4.000

Les postes budgétaires pour les enseignants sont très limité cette année. Le nombre d’enseignants à recruter prochainement comptant pour la 5e vague, sera limité à 4.000 si 10.000 ont été recrutés à chacune des quatre précédentes vagues.

Les diplômés sont priorisés. Ce sera le cas lors du prochain recrutement d’enseignants au niveau du ministère de l’Education nationale (Men). Ils ne seront plus que 4.000 à pouvoir intégrer la Fonction publique,  pour le compte de cette année, conformément aux postes budgétaires disponibles pour ce département ministériel.

«Cette disposition entre dans le cadre de l’amélioration de la qualité de l’éducation, étant donné que le critère de recrutement se base sur les diplômes académique et pédagogique des enseignants candidats mais pas sur l’ancienneté de service comme cela a été le cas lors de ces quatre précédentes vagues de recrutement», a fait savoir, hier, le directeur des ressources humaines du Men, Sandrot Rabeandalana, à l’occasion d’une rencontre avec la presse à Anosy.

 A cette occasion, les responsables ont présenté les perspectives de ce département ministériel pour cette année. La régression de l’effectif des nouvelles recrues, pour cette année, s’explique également par le fait que le Men tient compte des besoins en ressources humaines des autres ministères, comme celui de la sécurité publique.

Qualité de l’éducation

Toujours dans le cadre de l’amélioration de la qualité de l’éducation, le Men envisage d’améliorer davantage les infrastructures scolaires, en prévoyant de construire 2.054 salles de classe, de réhabiliter 711 autres et de mettre sur pied huit  centres d’alphabétisation et de ressources, notamment dans les régions Anosy, Ihorobe, Analamanga, Atsinanana, Amoron’i Mania, Menabe, Alaotra Mangoro et Androy.

Dans la foulée, 96 bibliothèques de lycées seront à équiper de documentations techniques, de manuels scolaires et de guides pédagogiques. Pareil pour les 29 laboratoires au niveau des lycées dont 7 laboratoires dédiés aux sciences dans les lycées pilotes. Cela pour pallier la diminution de la capacité des élèves dans les matières scientifiques.

A cela s’ajoute la poursuite de la vulgarisation du numérique dans les écoles, via la distribution de 4.640 tablettes, 1.304 ordinateurs portables dont 1.200 pour les établissements publics, 700 panneaux solaires pour électrifier les établissements scolaires, 600 vidéo-projecteurs ou encore 300 pico serveurs Raspberry Pi3. La formation des enseignants et les directeurs d’écoles ne sera également pas en reste.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Véhicules a conduite a droite : rappel à l’ordre du ministère de tutelle

Les mesures relatives à l’interdiction de la mise en circulation des véhicules à conduite à droite dans le pays et par ricochet, l’importation de ce type de voiture, adoptées le mois de février 2012, demeurent toujours en vigueur. Le ministère des Transports et de la météorologie (MTM) a rappelé cette disposition dans une circulaire diffusée, hier, aux concernés.

Toutefois, suite aux réclamations de certains importateurs, le MTM a accordé l’importation de véhicules à conduite à droite préalablement transformés dans leur pays d’origine. Une mesure qui va sans doute faire des heureux parmi les opérateurs dans le domaine. Mais, en gage de l’assurance de l’application d’une telle condition, les propriétaires de ces véhicules sont tenus de présenter, en plus des pièces exigées à l’importation, l’attestation de transformation des véhicules.

Toujours est-il qu’en guise de mesures d’accompagnement à cette disposition, le ministère de tutelle a déjà autorisé la transformation des véhicules à volant à droite importés et mis en circulation dans le pays avant 2012. L’objectif d’une telle initiative, rappelons-le, consiste à renforcer la sécurité routière dans la mesure où le code de la route malgache privilégie le système de la circulation à droite, souligne un responsable auprès du MTM.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Kidnappings : c’en est trop

Trop c’est trop. Le patron de la bijouterie Kalidas a été kidnappé dans la soirée d’hier à Antanimena.

Grosse frayeur à Antanimena. Le patron de la bijouterie Kalidas a été enlevé par des hommes armés à Antanimena, en face de l’immeuble Pradon. L’action n’a duré que quelques secondes.

Aux environs de 18h30, les kidnappeurs circulant à moto et en scooter ont cassé les vitres latérales de l’Hyundai Sonata à bord de laquelle se trouvaient l’Indien et ses deux gardes du corps.

«Ils ont tiré deux coups en l’air. Puis, ils ont embarqué notre patron sur leur deux-roues. Tout s’est déroulé très vite si bien que nous n’avons pas eu le temps de réagir. D’autant plus, ils m’ont délesté de mon arme. Ils m’ont également forcé à m’agenouiller», a expliqué l’un des gardes du corps. Les ravisseurs sont par la suite partis en trombe en direction du magasin Chic de Paris avant de se fondre dans le décor.

L’autre body guard a indiqué qu’ils étaient sur le point de rentrer à Ivandry quand les malfaiteurs ont sévi.

«J’ignore d’où ils sortaient. Ils nous ont peut-être déjà suivis depuis un certain temps mais nous ne les avons pas remarqués. Ils sont entrés en action alors que nous étions bloqués dans un embouteillage. J’ignore si ça a aussi quelque chose à voir avec l’enlèvement mais des individus se disant être des policiers sont venus déposer une lettre de convocation à notre magasin cet-après-midi», a-t-il précisé.

Notons au passage que, dans la précipitation, l’un des bandits a fait tomber son casque. Sitôt sur les lieux, les éléments d’intervention du commissariat central de Tsaralalàna ont emmené avec eux les deux gardes du corps.

Premier cas

L’enlèvement du patron du magasin Kalidas est survenu quelques jours seulement après la libération de John Raza, le jeune cadre de la société Ucodis. Il s’agit du premier cas de kidnapping signalé depuis le début de l’année mais le cinquième cas enregistré en moins de trois mois. Pour dire que les kidnappeurs n’ont plus peur de braver les forces de l’ordre. Ils dictent leur loi à tel point que tout le monde doit se résigner à se taire et obéir. De leur côté, les autorités semblent être complètement dépassées par les évènements. Cette série d’enlèvements s’apparentent en effet à un défi lancé à leur encontre.

Interrogé au sujet de ce énième kidnapping, le président du Collectif des Français d’origine indienne à Madagascar a fait savoir que la Cellule mixte anti kidnapping est déjà saisie de l’affaire.

Mparany

News Mada0 partages

Cyclone berguitta : vigilance forte houle à l’Est du pays

Le service de la météorologie tient à rassurer la population que le cyclone tropical «Berguitta», qui se situait, hier, à 9h, à 1.121km à l’Est sud-est de Toamasina, ne touchera pas Madagascar. Toutefois, ce système se rapproche des îles voisines et ne manquera pas d’avoir des impacts, voire minimes, sur le temps qu’il fait dans la Grande île.

Selon les prévisionnistes, des houles cycloniques vont progressivement atteindre les côtes est du pays, qui viennent d’être placées en vigilance forte houle depuis hier. Ainsi, les usagers maritimes sont appelés à faire preuve de vigilance, tout en évitant de s’aventurer en mer à partir de demain.

Une zone de basse pression dominera le pays si le temps est régi depuis le début de cette semaine par un régime de mousson, notamment dans la partie nord-ouest, et un régime d’alizé sur le reste du pays. Ainsi, la pluie s’installera principalement sur le Nord-ouest de Madagascar.

Ailleurs, on note un temps venteux sur la pointe nord, sur les côtes centre-est, sud-est et sud de Madagascar. Les températures maximales subiront une légère baisse sur le centre du pays. Quant aux minimales, on n’y note aucun grand changement.

Dans cette optique,  Antsirabe affichera ce jour une température se situant entre 15° e 24°C, le thermomètre indiquera 15° à 25°C pour Antananarivo, contre 14° à 24°C pour Fianarantsoa. Dans ces endroits, une hausse des températures maximales est prévue vers la fin de la semaine pour la partie centrale du pays.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Rallye mathematiques : la XVIIe édition sur la ligne de départ

Le Groupement des enseignants en mathématiques de Madagascar (Gemma) et ses partenaires renouvellent leurs engagements visant à promouvoir le goût et l’intérêt de l’apprentissage des mathématiques chez les élèves des classes secondaires et des lycées. Chaque année le concours dénommé «Rallye mathématiques» est réédité et le ministère de l’Education nationale (Men) vient s’ajouter à la liste des partenaires de la XVIIe édition cette année.

L’inscription à ce concours, destiné aux élèves des collèges et des lycées, aussi bien publics que privés, a débuté hier, après la cérémonie de lancement officiel au CEG Antanimbarinandriana. Les intéressés auront jusqu’au 7 février pour déposer leur candidature.

L’inscription pour les élèves issus des établissements publics s’effectuera auprès des Circonscriptions scolaires (Cisco). Quant à ceux des établissements privés, ils sont invités à envoyer leurs dossiers à l’adresse e-mail : ranaivosonmurphy@yahoo.com, ou encorehasina.ravelonahina@ egd.mg. Selon les informations, la phase éliminatoire au niveau des établissements se déroulera le 17 février, la phase finale régionale, le 4 avril, et la phase finale nationale, le 26 mai.

Curiosité, goût de la recherche…

Le concours se présentera sous forme de jeux et de défi qui engagent un groupe composé de quatre élèves par catégorie, à résoudre un certain nombre d’énigmes mathématiques très variées en un temps imposé.

«Cette initiative a pour objectif de développer chez les élèves la curiosité, le goût de la recherche et du travail en équipe et de les aider à construire une image positive de la culture scientifique, en particulier les mathématiques», a fait entendre le président de Gemma, Irrish Parker Ramahazosoa.

Ce responsable a souligné que le Gemma, qui célèbre cette année ses 18 ans d’existence, se fixe trois visions pour atteindre son défi. Parmi lesquelles figure la vulgarisation du logiciel facilitant le transfert de connaissances chez les apprenants. A cela s’ajoute l’édition de livres qui serviront de guide pour les enseignants, surtout ceux des écoles publiques et la réédition chaque année et sans interruption du concours «Rallye mathématiques», en collaboration avec le réseau des lycées français de Madagascar, qui  n’a pas omis de soutenir cette initiative depuis sa première édition.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Analanjirofo : un mois de pénurie en carburants

Fin du calvaire pour les clients des stations-services du district de Maroantsetra avec l’arrivée d’une cargaison de carburants, le 14 janvier, après un mois de pénurie. Les utilisateurs du produit craignent une crise cyclique pour les consommateurs, en l’absence de dispositions particulières sur l’approvisionnement de la zone.

En rupture de stocks de carburants depuis  le 21 décembre 2017, les deux stations-services chargées de l’approvisionnement en carburants du district de Maroantsetra ont été obligées de fermer boutique, durant un mois environ, en attendant une livraison hypothétique qui n’y a débarqué que le 14 janvier de cette année.

La situation de pénurie engendrée par ce retard a favorisé la recrudescence de la vente au marché noir, suivant la logique commerciale des zones enclavées de Madagascar gangrenées par les spéculations. Le prix du litre de l’essence, le carburant le plus demandé dans la circonscription où le nombre de motocyclettes et de groupes électrogènes compte parmi les plus élevés de la Grande île, grimpe jusqu’à 15.000 ariary à la contrebande durant ces périodes de manque répétitives.

Des solutions pérennes souhaitées

La situation se répercutant négativement sur le développement socio-économique du district, les autorités locales, particulièrement l’Organe mixte de conception (OMC), ont organisé une réunion de travail avec les gérants des stations-services  de la localité, le 15 janvier, pour déterminer des solutions destinées à réduire la fréquence de telles pénuries portant préjudice à la population. La panne du caboteur chargé du transport de carburants vers Maroantsetra a été à l’origine de cette pénurie, selon les acteurs de la filière. Ils ont précisé, par ailleurs, que le bateau devant acheminer des matériels pour une entreprise privée chargée des travaux de réfection de la RN5 a été affrété pour transporter ce lot de carburants.

Appel a donc été lancé à l’endroit des autorités hiérarchiques pour affecter des caboteurs au ravitaillement en carburants du district de Maroantsetra ou de diversifier le mode d’approvisionnement de la circonscription. Les participants à la réunion souhaitent aussi une augmentation conséquente du quota de carburants alloués à ce district pour éviter ces problèmes.

Manou

 

News Mada0 partages

Atsinanana Dons aux sinistrés de Brickaville

Les aides pour les sinistrés du cyclone Ava arrivent au compte-goutte dans les zones les plus touchées. Le quota du district de Brickaville vient d’être remis en présence des autorités, hier.

Les sinistrés du district de Brickaville auront leur part de dons dans les prochains jours, après le passage du cyclone Ava qui a occasionné des ravages dans leur secteur.  5 tonnes de riz, 25 sacs de grains secs, 19 cartons d’huile alimentaire et des ustensiles de cuisine ont été remis au bureau du district par le vice-président de l’Assemblée nationale, Benoît Malo, en présence du chef de région Atsinanana, à cet effet. Un comité local assurera la transparence de leur répartition, ont affirmé les autorités locales. Le bilan officiel fait état de 9 décès, 1 disparition, 22 blessés et 121.943 sinistrés dans 30.753 familles dans ce district actuellement.

Durement touchée par le cataclysme pourtant, la commune rurale de Mahajamba-Usine dans le district de Mahajanga II, est occultée par les autorités jusqu’à présent. Toute la ville est encore inondée actuellement suite à la rupture de la digue de la rivière Mahajamba, isolant entièrement la circonscription en passe de manquer d’approvisionnement.

Manou

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ;Resaky ny mpitsimpona akotry : fanambanimbaniana ny toe-pahasalaman’ny vahoaka

Voatonontonona any ivelan’i Madagasikara ho anisan’ireo firenena nanondranana vovo-dronono ho an’ny zaza izay misy poizina tsy nahy. Resabe ny momban’io tranga io any Frantsa sy any amin’ny firenena afrikana izay nanafatra vovo-dronono vokatr’ilay vondrona Lactalis mpamokatra lehibe indrindra eran-tany. Eto an-toerana anefa mangingina be ihany, toa atao toy ny tompon-trano mihono ny mponina, mitatao loza tsy ampahafantarina azy. Asa na variana amin’ny zavatra hafa ny mpitondra toy ny fandinihana sy ny fanomanana tetika ho entiny amin’ny fiatrehana ny fifidianana. Mety koa anefa ho ny fahanginana mihitsy ny safidiny mba tsy hampikorontana ambony ihany ny sain’ny vahoaka, izay efa iaraha-mahita fa tototry ny fahasahiranana. Marina moa fa hatramin’izao na maro aza ireo boati-na vovo-dronono  mampiahiahy, vitsy ny zaza voapoizina. Safidy moa ny fomba raisiny rehefa mitantana firenena : ankizy vitsy no tandindonin-doza vahoaka manontolo be no mikorontan-tsaina noho izay ? Na ain’ankizy iray aza anefa no mety ho voavonjy na mety hafoy dia afaka heverina ho zava-dehibe manan-danja ! Mety ho miteraka nenina toy ny fanaovana heloka bevava ny famelana ho sorona zaza iray noho ny fitsinjovana filaminam-bahoaka.

Mizarazara moa ny hevitra rehefa ity filaminana ity no anton-draharaha. Tsy atao resaka intsony amin’izany ny fandriampahalemana, efa toy ny seho mahazatra ny tsy fisiny izay tsy maintsy zakaina, sanatria karazana tandra vadin-koditra, anjara noho ny lahatra. Izany angamba ny anton’ny fanaovana baranahana amin’ny famelana hivarotra fanafody sandoka an’arabe toy ny eny Ambohipo sy ny manodidina. Ireo fanafody ireo anefa fantatra fa tsy manara-penitra. Anaovana famitaham-bahoaka akalamanjana, tsy mandaitra fara fahatsarany no mety ho poizina mihitsy ny sasantsasany. Dia azo saintsainina ve fa tsy mahafantatra izany ny fanjakana ? Tsy tompon’andraikitra amin’izany ve ny ministeran’ny Fahasalamana, ny ministeran’ny Varotra, ny ministeran’ny Filaminana, ny ministera izay miseho ho mpiahy ny Mponina…? Ny fihetsiketsehana be dia be ! Ny fery eo ambany maso mody tsy jerena. Mbola hitohy ihany na tsy lazaina aza ny fiheveran’ny mpitondra mikasika ny fandairan’ilay hoe “minoa fotsiny”, na ilay fananarana hoe “aza ny ataoko no hitsarana fa izay voalazako no hany ametraho fitokisana”.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

C’est peut-être une explication

Dans un de nos derniers numéros, en parlant des indigènes malgaches qui repoussaient le papier-monnaie, nous signalions la raréfaction constante de la piastre, c’est-à-dire de la pièce de cent sous.

Notre confrère le Tamatave raconte une histoire qui expliquerait, au moins pour une part, le mystère de cette volatilisation.

Un indigène, à qui on avait volé sa malle, dut faire la déclaration de son contenu au magistrat instructeur et dit qu’outre ses effets, elle renfermait 1 500 francs en pièces de 5 francs.

Curieux par métier, le juge demanda au volé comment il avait en sa possession cette somme d’argent et le Malgache, tout penaud, lui confia son secret.

Il se procurait ces pièces de 5 francs grâce à des rabatteurs à qui il faisait une petite remise, puis il les revendait avec 10 % de bénéfice ; la différence entre le prix d’achat et le prix de vente constituait son profit.

Un jour vint où ses occupations ne permirent plus à ce naïf boursier de continuer son agiotage et il passa la suite de ses affaires à un autre indigène qui prit 20 % de commission, jugeant impossible de s’en sortir à moins !

Notre confrère ajoute que le magistrat a dressé procès-verbal contre ces deux trafiquants de monnaie.

Le bassin de radoub de Diégo-Suarez

Les journaux de Madagascar constatent avec enthousiasme le succès du bassin de radoub de Diégo-Suarez dont certains prévoyaient la faillite ; on l’avait dit inachevable et lorsqu’en 1916, le Gouvernement général manifesta la volonté de le terminer, quelques-uns crièrent à l’argent perdu.

Notre confrère, la Tribune, ne cache pas sa satisfaction et énumère complaisamment les navires qui, en novembre, ont passé au bassin. Ce fut d’abord un grand cargo anglais, en charge sur la côte Est, qui vint y faire

« une grande toilette », puis le Bagdad, cruellement éventré dans la baie d’Antongil, qui vint s’y faire réparer. « D’autres navires, écrit notre confrère, y avaient pris leurs numéros. »

Garbit, à qui revient l’honneur d’avoir réalisé cette œuvre, peut en être fier ; le bassin de radoub de Diégo-Suarez est maintenant connu et apprécié des navigateurs, ce qui prouve que pour réaliser un travail, il suffit simplement de savoir vouloir.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Fampandrosoana : taom-pifidianana ho an’ny kolontsaina ny 2018

Telo na efa-taona nitondrana… Ao ny mbola te hitazona ny andraikitra efa notanany fa tsy vitsy koa ireo te hampita fanilo. Fikambanana mikirakira kolontsaina maro no hiatrika fifidianana. Manana adidy goavana izay ho lany eo !

 Tsy ny tontolo politika ihany no hiatrika fifidianana amin’ity taona 2018 ity fa ny sehatry ny kolontsaina ihany koa. Tazana any anaty seha-kanto maro izany. Anisan’ireny ny tantara an-tsary. Hanatanteraka fifidianana izay hitondra ny fikambanana indray ny Tantsary. Eo amin’ny asa soratra, hifidy izay hitantana ny Havatsa-Upem ao anatin’ny telo taona indray ny mpikambana, ny volana febroary izao. Toraka izany koa ny kabary, hanatanteraka fifidianana izay hitondra ny Fikambanan’ny mpikabary malagasy maneran-tany (Fimpima maneran-tany) ity fikambanana zokiny indrindra eo amin’ny sehaty ny kabary ity. Tsy ireo ihany fa maro ny fikambanana mikirakira ny kolontsaina hiatrika fifidianana amin’ity taona ity.

Na nahomby na tsia ny mpitantana isan’ambaratongany any anivon’ireny sehatra mikirakira ny kolontsaina sy ny zavakanto hiatrika fifidianana ireny, zava-dehibe ny fananana tanjona iombonana.

Mitaky firaisankina

Ny fiainam-pikambanana eo ihany, fa ny « ady » iraisan’ny kolontsaina sy ny zavakanto malagasy, goavana ihany koa. Raha tsy izany, mbola ho « Faralahinjaza » eto hatrany ny zavakanto sy kolontsaina malagasy. Mila miray hina, ohatra, ny fikambanana  rehetra hanaitra ny fanjakana handray ny andraikiny amin’ny fiarovana sy fampivelarana ny tontolon’ny kolontsaina sy ny zavakanto malagasy. Mba tsy hatao ho fialokalofana ny hoe « kely loatra ny tetibola omena ity minisitera ity ». Mila miray hina ihany koa ny fikambanana rehetra hitaky ny hampidirana ny kolontsaina malagasy (fanorona, kabary, valiha, dihy…) ho anisan’ireo taranja hianarana any an-tsekoly.

Ampahany ihany ireo fa ny heverina fa ho zava-dehibe ho an’izay maniry ny hitantana ireny fikambanana ireny, tsy mijanona fotsiny amin’ny fahaiza-mitantana anatiny fa mila fahaiza-mampandroso ny kolontsaina malagasy mihitsy. Io no efa takin’izao vanim-potoana izao.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

“Cirque” : any Frantsa Ranaivoson Maheriniaina

L’Aléa des possibles, hany sekoly mampianatra “cirque” sy ireo karazan-javakanto fanao an-dalambe, eto amintsika. Tsy vitsy ireo ankizy sy tanora efa nampitombo talenta sy naka traikefa tao. Anisan’izany Ranaivoson Maheriniaina. Azo lazaina ho efa matihanina ny tovolahy, ankehitriny. Misokatra ny varavaran’ny fahombiazana ho azy, hatrany ampitan-dranomasina any.

Manomboka anio, hiaka-tsehatra amina hetsika maro, any Frantsa any, izy haneho ny “Lenga”, famoronana hafakely, ahenoana mozika sy ahitana karazam-pihetsika, mifono aingam-panahy lalina.

Hisantaran-dRanaivoson Maheriniaina sy ny ekipany izao fitetezam-paritra any Frantsa izao ny ao amin’ny Transversales ao Verdun ( Kaominina iray any amin’ny faritra Grand Est). Hitohy any Béziers izany, ny 25 hatramin’ny 27 janoary. Ny volana febroary kosa, hihazo ny Le Grand Tour any Bédarieux sy Portiragnes ary Nantes izy ireo. Toerana telo kosa no hiakarana an-tsehatra, mandritra ny volana marsa : ny any amin’ny Scènes croisés de Jura, L’Apostrophe de Cergy ary any amin’ny Théâtre de la renaissance any Mondeville.

Araka izany, tsy ny mpanakanto Malagasy mpilalao mozika sy mpihira ihany no tafita amin’ny sehatra ambony kokoa, any ivelany any, fa eo koa ireo manan-talenta amin’ny soradihy, ny mpanao “cirque”, mpanoratra, sns.

Landy R.

News Mada0 partages

AFT : nouvelle année, un nouveau programme innovant

L’année culturelle de l’Alliance française s’annonce diversifiée et riche. Toujours dans le cadre de la promotion de la langue française, de la musique, de la danse, des animations, et surtout du slam, seront ainsi proposés. 

Le principal objectif de l’AFT est de promouvoir la langue française. A part les diverses formations et cours, cette entité propose aussi de nombreux évènements culturels. En effet, l’art et la culture sont des outils les plus efficaces pour apprendre une langue étrangère.

«Dorénavant, tous les troisièmes samedis du mois, nous allons mettre à l’honneur le slam avec l’association Madagaslam», a déclaré un des responsables de l’AFT à Andavamamba. En effet, cet art oratoire intéresse de plus en plus les jeunes et permet aussi de stimuler leur création en utilisant la langue de Molière. La première séance se tiendra le 20 janvier. Les organisateurs ont choisi le thème «ça claque».

10 ans du Chœur d’hommes de Madagascar

Le programme se poursuivra, le 27 janvier, par un concert lyrique animé par le Chœur d’hommes de Madagascar. Ce groupe célèbre cette année ses 10 ans d’existence. Créé en 2007 par Ando Ny Aina Razananaivo et le Cercle germano-malgache (CGM), il est composé de douze membres. Actuellement, ils sont une trentaine de chanteurs lyriques.

Ainsi, pour ce spectacle, le baryton –basse Ando Ny Aina propose un répertoire hors du commun. Ils vont interpréter des morceaux standards malgaches, des titres de Mahaleo ou Lolo sy ny tariny… qui seront revisités. L’objectif est de démontrer au public que la musique classique peut rimer avec d’autres styles.

Jaojoby clotûrera le jubilé de l’AFT

La célébration du 70e anniversaire de l’AFT continue également cette année. Si en 2017, elle a débuté par une soirée spéciale animée par Théo Rakotovao, cette année, la commémoration sera clôturée en beauté avec Jaojoby. Ce roi du salegy a non seulement une quarantaine d’années de carrière artistique mais il a su s’imposer dans les scènes et festivals internationaux, en choisissant de rester fidèle à sa mission qui est de promouvoir la culture malgache à travers sa musique. Le cabaret-concert se déroulera donc le 24 février.

Mais avant cette soirée, la journée sera chargée d’animations, entre autres, une séance d’écoute, des jeux de société ou encore une séance de création de carnet de voyage…

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

KAMARY En pleine préparation de son retour

Avec Jess Rakoto comme nouveau manager, le groupe Kamary envisage de multiplier ses apparitions publiques, cette année. «Nous allons préparer d’abord un retour fracassant», a lancé Jess Rakoto. Ainsi, il projette de donner un grand spectacle bientôt. «A chaque prestation, nous essayerons d’être toujours au grand complet», a-t-il poursuivi.

En 2017, le groupe a célébré ses vingt ans d’existence. Cette année, il essaie de reconquérir de nouveau ses anciens fans. Fondé en 1997, Kamary est composé d’une dizaine de membres, dont Martin Rakotondrabe, le leader du groupe. Adoptant le genre variété, le groupe préfère surtout déclarer l’amour dans ses compositions, ou révéler les scènes quotidiennes malgaches.

Rappelons que le groupe a proposé une composition dans le cadre de la célébration des 50 ans de l’Indépendance nationale. Il a aussi assuré l’hymne pour lutter contre le Sida en 2014. Actuellement, il est en pleine étude sur le Vakisôva, un genre musical typiquement malgache.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Concert classique de midi : l’époque baroque revisitée par Ny Andovy

La 86e édition du Concert classique de midi a laissé la part belle à la musique baroque, hier, à l’Istitut français de Madagascar (IFM) Analakely, avec le groupe Ny Andovy à l’affiche.

L’amour de la musique a été à l’origine de la formation du groupe Ny Andovy, un nom qui désigne un oiseau rare. Et à chaque édition, son lot d’éclectisme. En fait, l’oiseau rare de la musique classique a offert un véritable festival en mettant au diapason les instruments à cordes, à vent et à clavier tout au long du concert.

Dans la première partie,  le pianiste Vitou Razafitrimo et les flûtistes Lalasoa Rajoelisolo et Agnès Joignerez ont rendu un vibrant hommage à l’un des précurseurs du genre concerto, en interprétant le «Concerto in D Minor» de Johann Sebastian Bach. Le violoncelliste Kiady Rakotomalala ainsi que les violonistes Samuthiah Andrianarivelo, Hervé Rabarison, Ravo Raboanarison et Joachim Rakotoniaina sont montés sur scène pour étoffer la formation et laisser place à un dialogue musical hors de commun avec le «Concerto in G minor» du célébrissime flûtiste Johann Joachim Quantz. Pour couronner le tout Ny Andovy a exécuté avec aisance le «Brandebourgeois No 4» de Johann Sebastian Bach.

Formidable échange d’énergie

Le souffle incandescent de ce groupe, singularisé par sa richesse mélodique inépuisable et l’ardeur constante de son inspiration, a émerveillé une salle électrisée et reconnaissante. «Il faut reconnaître que la préparation de ce concert n’a pas été une sinécure. Ce fut un long travail de coordination et d’harmonie autant pour chaque musicien que pour les instruments», reconnaît Patricia Lalasoa Rajoelisolo, en marge du spectacle. Ceci étant, cette pause de midi enchanteresse a occasionné un formidable échange d’énergie entre le public de l’IFM et les musiciens.

Même lieu, même concept, la prochaine édition laissera libre cours à la création de l’Ensemble vocal Kanto, accompagné au piano par Hery Andrianirina, le 21 février prochain sur les planches de l’IFM.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Nature : WWF Madagascar lance un concours de photo

WWF Madagascar lance un concours de photographie portant sur le thème «Les zones humides comme levier du développement urbain durable» à l’endroit des passionnés de la nature, jusqu’au 29 janvier.

Cette activité entre dans le cadre de la Journée mondiale des zones humides, célébrée le 2 février  aux quatre coins du globe. Le concours consiste à prendre en photo, avec un smartphone, un sujet en lien avec la thématique mentionnée supra.

«L’année 2017, cinq nouveaux sites malgaches viennent d’être désignés à la 53e réunion du comité permanent de la convention Ramsar à Gland, en Suisse. C’est une excellente nouvelle pour la conservation de la biodiversité de Madagascar», rapporte un communiqué.

A noter que WWF est l’une des plus importantes ONG environnementalistes mondiales avec plus de 5 millions de soutiens à travers le monde, travaillant dans plus de 100 pays et supportant environ 1300 projets environnementaux.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Basket-projet : les écoliers au centre des actions

La première phase du projet «Action et développement», initié par la Fédération malgache de basket-ball (FMBB) en partenariat avec la Fédération internationale de basket-ball (Fiba) et l’International basket foundation (IBF), poursuit son cours. Une journée chargée pour l’équipe de la FMBB, hier, durant laquelle elle a remis des kits scolaires composés de sacs, trousses et fournitures aux 200 élèves, ayant répondu aux critères, issus du Collège d’enseignement général (CEG) de 67 Ha et de l’Ecole primaire publique (EPP) d’Antsararay Ambohimanarina.

Pour ce projet, en effet, 100 enfants, dont 50 garçons et autant de filles par école, âgés de 10 à 17 ans, ont été choisis pour en être les premiers bénéficiaires. Les objectifs spécifiques consistent à développer et à promouvoir l’aspect sportif de la discipline dès le jeune âge, via les écoles, ainsi que l’amélioration de l’aspect social des enfants et des jeunes vulnérables. Pour que cette initiative aille dans le bon sens, le recrutement d’une équipe encadrant a été nécessaire. Ainsi, pour chaque école, 3 coachs, un chef de site et un coordinateur technique ont été investis dans cette mission.

A noter que les deux écoles ont également obtenu des kits composés de ballons de sport de diverses disciplines ainsi que de matériels techniques pour le CEG 67 ha, tandis que la part de l’EPP Antsararay Ambohimanarina est constituée, en général, de fournitures scolaires pour les instituteurs.

Naisa

 

News Mada0 partages

JUDO : Fetra Ratsimiziva au Grand Prix de Tunisie

Début de saison chargé pour le judoka Fetra Ratsimiziva. Pour son entrée en la matière, le champion malgache vise grand, en s’engageant à la première compétition internationale de l’année qu’est le Grand Prix de Tunis, du 19 au 21 janvier.

Faisant partie des tournois du World judo tour 2018, le Grand Prix de Tunis ne sera pas une partie de plaisir bien qu’il fasse office de mise en jambe après le break de la fin d’année. Les participants veulent démarrer du bon pied la saison, y compris notre porte-fanion. Et après avoir terminé l’année 2017 sur une bonne note avec une médaille de bronze lors de la joute italienne par équipe, Fetra Ratsimiziva poursuit sur sa lancée en tâtant pour la première fois la campagne tunisienne.

Se trouvant au 253e rang mondial dans sa catégorie de poids des -81 kg, il fait partie des 26 premiers au classement à monter sur le tatami tunisien sur les 35 judokas présents, en compagnie du grand favori qu’est l’Iranien Saeid Mollaei, numéro trois mondial.

Enchainement

La machine de guerre est relancée après les deux dernières saisons perturbées par les blessures. En effet, cette saison Fetra Ratsimiziva compte titiller les meilleurs mondiaux en s’engageant dans les meilleures compétitions du circuit mondial.

Ainsi, après le Grand Prix de Tunis, retour vers la capitale française. Pour cause, il aurait annoncé sa participation au Grand Slam de Paris les 10 et 11 février. Toutefois, le conditionnel est de mise étant donné que son nom ne figure pas encore dans la liste des engagés.

Naisa

 

News Mada0 partages

Hetsika Rohy : « hiaraha-mijery ho ara-potoana ny fifidianana »

« Tratra tsara ny hanaovana ny fifidianana eo anelanelan’ny 25 novambra sy ny 25 desambra, araka ny voalazan’ny lalàmpanorenana manankery amin’izao fotoana izao. Tena zava-dehibe ny fanajana ny lalàna misy. »

Izay ny nambaran’ny filoha nasionalin’ny firaisamonina sivily Voifiraisana/PFNOSCM eo anivon’ny hetsika Rohy, Ndriandahy Mahamoudou, teny Nanisana, omaly, momba ny fiatrehana ny fanatanterahana ny fifidianana amin’ity taona ity.

Raha vao sokafana ny lisitry ny mpifidy, ho be dia be ny lisitra hafa izay mety hiteraka lonilony. Izay no mahasarotiny azy ireo hoe: tokony hohajaina ny lalàmpanorenana, ary tokony hiaraha-mijery izay fomba hahazoana mifehy ny fifidianana ao anatin’ny fe-potoana voalazan’ny lalàmpanorenana.

Mila tohizana ny fifampidinihana…

« Tokony mbola hisy fiantsoana ataon’ny primatiora miaraka aminay, manohy ny fifampidinihana efa natao », hoy izy. Efa indroa izay ny fiaraha-nivory tamin’ny komity iraisan’ny minisitera, notarihin’ny praiminisitra, momba ny lalàna mifehy ny fifidianana. Tokony mbola hitohy izay. Mbola maro ny teboka tokony hiaraha-mijery. Eo, ohatra, ny lalàna momba ny daty anaovana ny fifidianana.

Nisy ny fanaovaon-tsonia fiaraha-miasa eo amin’ny hetsika Rohy sy ny Ceni. Tsy ho vitan’ny Ceni irery ny fanomanana sy fanaraha-maso ary fanatanterahana fifidianana mangarahara sy eken’ny rehetra, araka ny nambaran’ny Ceni, Rakotomanana Hery. Izay no niantsoany ny mpiara-miombon’antoka toy ny firaisamonina sivily, firaisamonina politika, mpanao gazety…

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Ralambomahay Toavina : « efa ela no tsy miraika amin’ny politika ny Malagasy »

 Araka ny fanadihadiana nataon’ny Afrobarometre, mihemotra ny finiavan’ny Malagasy hanao politika « Un recul très important de la politisation »(1). Maneho ny fijeriny ny mpamakafaka ara-politika, Ralambomahay Toavina. « Tokony hanao politika ve izany ny olom-pirenena rehetra? Raha ny Malagasy no anontaniana, « Tsia » no havaliny. Efa voa mafy ny toe-tsaina. » Dinidinika…

 Gazety Taratra (*): Ny fijerinao ny toe-draharaha tato ho ato, toa leo na tsy miraika na tsy tia politika ny ankamaroan’ny Malagasy?

 Ralambomahay Toavina (-): Efa ela… Talohan’ny naha zanatany antsika: ny mpanjaka no mitondra, na ny fiarahamonina. Tsy nisy aloha ny fifidianana toy ny ankehitriny. Avy eo, tonga ny Frantsay. Matetika, niady tamin’ny Frantsay ny Malagasy nanao politika: nitaky Fahaleovantena, ohatra. Izay tratran’ny mpanjanaka tamin’izany: darohiny, gadrainy, maro no vonoiny. Niteny tamin’ny Malagasy ary ny Frantsay hoe: « Aza manao politika fa matimaty foana ianareo ». Teo no nanomboka ilay izy (2).

* Na izany aza, nanao politika ihany ny Malagasy?

– Marina izay. Nisy hatrany ny tsy fifandeferana amin’ireo tsy mitovy hevitra. Nony lasa lehiben’ny governementa, ohatra, ny jeneraly Ramanantsoa, mey 1972, hoy izy: « Avela aloha ny politika ». Toy ny hoe tena ratsy ny politika. Nanaratsy ny politika koa ny minisitra tamin’izany.

Nilaza, ohatra, Ratsiraka fa maharikoriko ny politika (« la politique est déguelasse »). Nosoratany ao amin’ny bokiny io. Ratsimandrava indray, nikabary hoe: « Tandremo ny antoko politika, fa mampizara ireo » (3). Marihina fa iny no governemanta teknisianina voalohany, nametra-pialana telo taona taty aoriana.

* Fa niverina ny fanaovana politika tamin’ny andron’ny sosialisma.

 – Marina koa izay… Nony injay nirodana ny sosialisma teto amin’izao tontolo izao, nihena koa ny ady politika ideolojika. Nihena ho azy ny fitiavana politika. Ary niseho ny hoe « firaisamonina sivily ». Manandra-tena ho mendrika izy ireo, ary tena manaratsy ny politika. Tsy eto Madagasikara ihany izany, fa amin’ny tany tsy tandrefana rehetra. Manazava tsara izany, ohatra, ny mpandinika ara-politika, René Otayek, fa petra-kevitry ny firaisamonina sivily aty Afrika ny hoe manana ny ara-drariny izy ireo, ary tsy manana izany ny firaisamonina politika. (4)

* Iza no tena nivoy an’izay fomba fijery izay?

– Ry zareo vazaha… Manao politika lalina na mpanao politika avokoa ny mpikambana ao firaisamonina sivily any aminy: sendikà, fikambanana… Fa rehefa aty amintsika, tsy asainy manao politika. Manaiky koa ireto « rajakom-bazaha », azafady, amin’izany.

Manohana ny firaisamonina sivily ny vazaha. Eo amin’ny hevitra, vola, fitaovam-piadiana, fandefasana ireo mpikambana mijoro any amin’ny tany tandrefana… Ireo mpanohana ny firaisamonina sivily ireo ihany no mamatsy ny firenena mahantra: ny Vondrona eoropeanina, ny Amerikanina, ny Japoney…

Nandray ny firaisamonina sivily teto Madagasikara ny sekretera jeneralin’ny Firenena mikambana (ONU) teo aloha, Ban-Ki Moon, taona 2016, fa tsy nandray ireo mpanohitra na vitsy aza. Tena mahay lesona ny Malagasy, mihevitra hoe tsy tokony hanao politika toy ny any amin’ny tany tandrefana ny firaisamonina sivily.

Ny Wake-up, ohatra, any ivelany: misy anarana maro any ivelany: « Indignez-vous », « coup de balai », « ça suffit »… Matetika, avy amin’ny hery ankavia izy ireo: mpanohitra fitondrana. Ary misy efa nandresy ka lasa mpitondra fanjakana ny olona ao. Aty amintsika: mitaky sy mitabataba fotsiny ihany, na manaratsy aza.

Marobe ny ny firaisamonina sivily milaza ho tsy manao politika, nefa tsy miresaka afa-tsy politika; avy eo, mamoaka olona maka toerana politika. Ny tena loza, ilay fanaratsian-dry zareo ny politika: maharikoriko… Tsy mijanona manome lesona toy ny hoe olona ambony ny ao amin-dry zareo.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Affaire Houcine Arfa : silence radio de la ministre de la Justice

Beaucoup attendent avec impatience la version des faits de la ministre de la Justice, Elise-Alexandrine Rasolo, suite aux révélations et accusations fracassantes de Houcine Arfa à son encontre par rapport à cette fameuse évasion bien préparée.

Alors que ses proches collaborateurs prennent sa défense en soulignant qu’il s’agit des jeux de coulisse de la haute politique, la ministre de la Justice qui a été très sollicitée par les Médias, se mure dans le silence, pas un mot. Ce motus bouche cousue étonne maintenant l’opinion publique car en temps normal, elle devait apporter des éléments tangibles contredisant les dires de Houcine Arfa en l’accusant d’avoir joué un rôle important dans cette affaire.

En attendant, les interventions non officielles se multiplient. Le Premier ministre, par exemple, s’est exprimé sur le sujet sans entrer dans les détails face aux journalistes, hier, à Mahazoarivo.

«Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un condamné et un évadé. Chacun est libre d’interpréter, d’émettre des déclarations et d’y croire ou non. Mais, Madagascar poursuivra les procédures. Nous avons demandé l’entraide judiciaire dans cette affaire», a-t-il déclaré.

Le directeur de cabinet du ministre, Andry Rabarisoana a également partagé son avis auprès de quelques presses choisies. «Ce que raconte Houcine concernant Mme la Ministre et moi-même est absolument faux ! C’est sa manière de décrédibiliser la justice malgache qui l’a condamné et le mandat d’arrêt international lancé par Mme la Ministre. Nous démentons catégoriquement et nous ne nous laisserons pas salir de cette manière. Au contraire, on va poursuivre jusqu’au bout la procédure internationale. Il doit être arrêté en France selon les accords de coopération, purger le rester de sa peine là- bas et jugé en France pour évasion», pouvait-on lire dans certains quotidiens.

Le Gouvernement a donc annoncé la poursuite de la procédure en vue du mandat d’arrêt international de ce ressortissant français. Contactée hier, une source auprès de l’ambassade de France a indiqué que cette affaire relève désormais de la Justice française et malgache. «Elle ne ressort plus de l’ambassade de France mais de la Justice entre les deux pays», a souligné notre interlocuteur.

Libération sans condition

Le Syndicat des agents pénitentiaires s’est également exprimé. En effet, les agents qui ont escorté Houcine Arfa durant son transfert, sont actuellement en prison car soupçonnés d’être ses complices. Il s’agit de deux agents pénitentiaires et  d’un infirmier major.

Le syndicat réclame ainsi leur libération. «Il est malheureux de constater que les agents pénitentiaires soient toujours victimes des ordres à exécuter», a indiqué le président du syndicat, Pierrot Razafindranamana, hier, lors d’un point de presse à Antanimora.

«Nous avons été contre le transfert mais notre devoir est de respecter les ordres». A présent que le mal est fait et que le détenu s’est évadé, «Les trois agents de l’escorte en payent le prix», s’est-il désolé. D’après le président du syndicat, l’escorte a été attaquée par des hommes armés, ce qui a permis l’évasion du détenu. Un scénario qui, d’après lui, devrait innocenter les trois individus en prison.

Rakoto

 

Ino Vaovao0 partages

MIHARATSY NY LALANA ETO MAHAJANGA : Vita ny asara vao hatomboka ny fanamboarana

Hita, hoy ny rehetra fa tsy manara-penitra mihitsy ny fanamboarana lalana natao. Feno ranom-potaka ny lalana rehetra  ; manomboka eo mazava huile ka hatreny amin’ny cinq étages Mahabibokely. 

Toy izany koa iny lalana avy eo amin’ny Antsika beach hatreo amin’ny croisement Bloc iny, ny eo amin’ny rond point hotel de ville, ny eo amin’ny Saint Gabriel, lalana maro ao Mahajanga be, Ny lalana Ambondrona moa dia efa kiloadoaka sahady… Eo Amboaboaka dia potika tanteraka ka tsy misy manaraka  ny laoniny intsony ny fifamoivoizana fa samy manao ny saim-pantany ny rehetra, tsy misy voahaja intsony ny lalanan’ny fifamoivoizana. 

Eny an-kavia amin’ny mahamety azy ny fiara no mandeha miala lavaka, ny mpandeha an-tongotra eny ampovoan-dalana, nefa dia lalam-pirenena faha 56 iny lalana mihazo an’Amborovy iny. Ahiana ny hisian’ny lozam- pifamoivoizana satria dia any amin’ny trottoirs ny fiara sasany no mandeha. Misy ny misongona an-kavanana. Vao manomboka ny orana dia efa fahapotehana sahady no hita nefa mbola misy roa volana farafahakeliny vao ho tapitra ny asara.

Nanambara kosa ny ben’ny tanànan’ny kaominina fa tsy hitazam-potsiny ireo lalana simba eto an-tanàna. Tsy maintsy hiditra amin’ny fanamboarana izy ireo. Mizara roa ny lalana eto an-tanàna dia ny “route nationale”, hoy izy fa andraikitry ny ministera ny mikarakara azy ireo, raha misy fiaraha-miasa ilaina dia vonona ny kaominina ary misy ny “route communale” sahanin’ny kaominina, izay iarahany miasa amin’ny minisitera ihany koa  ; mila miaritra kely isika, hoy izy fa tsy maintsy miandry ny faran’ny asara vao afaka maminavina ny fanamboarana. 

Mialoha izany anefa dia tsy maintsy miandry ny fankatoavan’ny mpanolotsaina monisipaly ihany koa fa tsy azo avoaka ny volan’ny kaominina ao amin’ny kitapom-bolam-panjakana raha tsy nahazo fankatoavana ny tetibola 2018. Izay vao maminavina tsikelikely ny fanamboarana ny kaominina. Misy ny karazana akora vaovao ezahina hampiasaina eto Mahajanga, tsy goudron izy io fa akora hafa sy teknolojia hafa mihitsy. Vetivety dia vita izy io  ary handramana eto Mahajanga ny fampiasana azy satria efa nahitana soa tamin’ny firenena hafa.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FANANGANANA TRANO FIVOAHANA AFOVOAN-TANANA : Mihenjan-droa ny tady ao Vohipeno

Araka ny fanazavana voaray mahakasika ny raharaha dia  manamorona ny tobim-piantsonan’ny fiara mpitatitra sy manodidiana trano fonenana loatra ny toerana hasiana azy ka betsaka ireo tsy manaiky ny fametrahana izany. Nanomboka teo ny hatezeran’ny mponina ka nitroatra sy tsy nanaiky ny hanombohana ny asa raha ny tatitra voaray teo am-panoratana. 

Nilaza ireo mponina fa toerana fivezivezen’ireo mpandeha sy  tsy ara-pahasalamana ny fofona   aterany  eo an-tampon-tanàna. Vokatr’izay dia tokony hitady toeran-kafa ireo tompon’andraikitra sy tompon-kevitra  tamin’ny  fotodrafitrasa mba tsy hisian’ny disadisa eo amin’ny fiarahamonina. Tabataba sy horakoraka no re nandritra ny ora maromaro ka voatery tsy maintsy najanona aloha ny tetikasa. Nilaza ny heviny ihany koa ny filohan’ny filan-kevitra Kaominaly  fa mba hamahana ny olana dieny izao dia tokony hitady toerana avy hatrany ireo namolavola ny tetikasa mba hiverenan’ny filaminana ao an-toerana. 

Hatramin’ny nanoratana aloha dia mbola nohamafisin’ny solontenan’ny mponina avy any an-toerana fa mbola mihenjan-droa ny tady hatreto.

Tsy manaiky ny ben’ny tanàna, tsy maintsy hatomboka  ny fotodrafitrasaVokatry ny fanoherana nataon’ny mponina, omaly maraina mahakasika ity fanorenana trano fivoahana ity hatrany dia  namoaka ny heviny ihany koa ny ben’ny tanàna tao an-toerana ary nanambara fa ”ezaka fanatsarana ny tanàna ny antony hananganana azy io ka tokony tsy hanahirana ireo mponina ny fisiany eo amin’io toerana io ».

Etsy andanin’izany ny fandraisana vahiny aman’aliny amin’ny volana avrily ho avy izao indrindra no antony anaovana haingana ity  trano fivoahana ity. Manaraka izany ny fampandrosoana ny tanàna, hoy hatrany ny tenany. Manoloana izay dia tsy maintsy mandray fepetra  ny tenany  ka noho izany dia tsy maintsy atao ny fanorenana. Raha ny tokony ho izy aza dia natomboka omaly  avy hatrany ny asa saingy noho ny tsy fitovian-kevitra dia naato kely. Tsy maintsy hanohy asa izy ireo araka izany ka mila tony sy miverina amin’ny laoniny daholo ny rehetra. 

Tamin’ny fotoana nifampiresahana dia niaiky ihany koa ireo olona tao amin’ny fiadidian’ny Kaominina  fa tsy  maintsy atomboka izany fotodrafitrasa izany  mba hoentina handraisana vahiny ato ho ato. Hatreto anefa dia mbola tsy resy lahatra amin’ny fankatoavana izany ny ankamaroan’ny mponina  ka andrasana ny fivoaran’ny toe-draharaha.

Nanohitra hatramin’ny farany ny mponina, niditra an-tsehatra ny mpitandro filaminana Nanoloana ny savorovoro niseho nandritra ny ora maromaro dia voatery tsy maintsy  nandray andraikitra ny mpitandro filaminana ka niditra an-tsehatra  nampitony ny korontana. Tsy nanaiky ny hanombohana ny fotodrafitrasa ireo mponina tamin’io fotoana io ka niezaka nandrava izay vita izy ireo. Noho izay antony izay dia niambina ny teo amin’ny manodidina aloha ireo mpitandro filaminana ka nilamindamin-dratsy ihany ny farany. 

Na izany aza anefa dia mbola hita taratra  fa  tsy manaiky ny fanaovana ity fotodrafitrasa ity ny anka- beazan’ny mponina. Mangataka fifampiraharahana amin’ny ben’ny tanàna izy ireo ny amin’ny fitadiavana toerana ka andrasana aloha ny vaovao farany mahakasika ny raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA AMIN’NY RN4 : Ireo mpamily tsy za-dalana no matetika mamoa-doza

Mahajanga sy Antananarivo no ampifandraisin’izany lalam-pirenena izany, saingy eo anelanelan’Ankazobe sy ny renivohitra hatrany no isehoan’ny loza. Ny distrikan’Ankazobe anefa dia vao 100Km miala an’Antananarivo fotsiny. Raha ny elanelan-tany no jerena dia tokony ho mbola ao amin’ny heriny sy ny tanjany tsara ny mpamily hihazo an’i Mahajanga raha tonga any amin’izany distrika izany. Tsy arakarak’izay anefa fa ao Ankazobe hatrany no mamoa-doza ireo fiara mandeha amin’iny lalam-pirenena iny. 

Araka ny hita dia antony vitsivitsy no mahatonga izany, saingy antony lehibe voalohany ny tsy fahazarana ny lalana. Araka ny fanadihadiana natao tamin’ireo lozam- pifamoivoizana rehetra niseho mantsy dia saika mpamily vahiny amin’iny lalana iny avokoa ireo tra-doza. Manaporofo izany ny niseho tamin’ny taon-dasa izay namoizana ain’olona maro, tamin’ilay fiara lehibe iray nihemotra tao anaty hantsana. Tsy vitsy ihany koa ireo fikambanana maro samihafa izay mitondra fiara manokana (spécial) hamonjy zaika be na fihaonam-be any Mahajanga na Diego. Matetika dia fiara tsy mpanao ilay zotra no entin’izy ireo mihazo ny toerana, hany ka miseho ny loza rehefa tonga eo Ankazobe. Ny lalana ao amin’ny faritr’Ankazobe rahateo be fiolahana ka maro no voafitaka.

Amin’ny ankapobeny dia ny olana ara-teknikan’ny fiara hatrany no avy dia ambaran’ny mpamily rehefa miseho ny loza. Kanefa ny ampahany vitsy amin’ireo loza miseho ihany no mety ho izay fa ny ankamaroany dia noho ny tsy fitandreman’ny mpamily sy ny tsy fahaizana ny lalana. Raha tsiahivina ny niseho farany tamin’ny alatsinainy alina teo tao amin’ny Pk77, izany hoe kilometatra vitsy dia hidirana an’Ankazobe, dia fiara sprinter iray indray no namono olona dimy. 

Fiara nitondra olona avy any Antanifotsy izy io no tra-doza teo. Antony nahatonga ny loza, araka ny fanazavana, ny fifampisongonan’ity farany tamin’ny fiara niara-dalana taminy. Niala lavaka tampoka anefa ilay fiara nosongonany ka izy no lasa tany amin’ny hantsana. Tranga izay manam-porofo ny tena zava-misy marina eny amin’iny lalam-pirenena fahaefatra iny. Tsy misy afatsy ny fitandremana avy amin’ny tsirairay ihany araka izany no hisorohana ny loza ary manana andraikitra tsy afa-miala hatrany ny mpamily izay mitondra ain’olona maro.

Lucien R.   

News Mada0 partages

Kianjaben’i Mahamasina : hampihaonin’ny FJKM indray Rajaonarimampianina sy Ravalomanana

Hanamarika  izao faran’ny herinandro  izao  ny fotoam-pivavahana hotanterahin’ny FJKM  etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina. Hifamotoana eny indray ireo mpanao politika sy ny mpitondra isan-tokony.

Tsy vao voalohany.  Raha  tsy misy ny fiovana, anisan’ny ho avy hanatrika ny fotoana hitondrana am-bavaka ny  taom-piasana ho an’ny FJKM any Mahamasina,  ny alahady izao  io, ny filoha Rajaonarimampianina. Eo  ny  maha filoham-pirenena azy.  Fa eo koa  ny maha mpino azy eo anivon’ity fiangonana ity. Tahaka izany koa  ny filoha  teo aloha, Ravalomanana. Tombanana fa ho avy  hanatrika izany amin’ny maha filohan’ ny  jobily faha-50  taon’ny FJKM azy. Efa nampihaonin’ ny fiangonana matetika ny roa tonta.  Anisan’izany ny  tany Antsiranana niarahana amin’ny FJKM   ihany.  Ny tany Morondava tamin’ ny Vovonan’ny ankizy eo anivon’ ny Ekar. Manampy  izany ny tany amin’ireo Toby samihafa. Nisehoana lahateny tsindrom-paingotra ny sasany  tamin’ireo fotoana ireo.  Teo  koa anefa ny tsy fitovian’ny fandraisan’ny mpino azy ireo  tamin’ireo fotoam-pivavahana ireo. Hatramin’ny fampahalalam-baovao sasany  aza,  nitongilana sy  tsy tena naneho ny  tranga niseho marina.

Vola 1 000 Euros hanamboarana ny kolejy teolojika

Andrasana na mety samy handray  fitenenana na tsia ny filoham-pirenena amperinasa sy ny teo  aloha. Na izany aza, mety hanana hambara  ny filohan’ny jobily faha-50  taona , Ravalomanana amin’ny  nahazoany vola 1 000 Euros avy amin’ny FJKM Wagner, any Frantsa ny herinandro teo. Natao hanamboarana trano hianaran’ny mpitandrina eny amin’ny kolejy teolojika Ivato  izany.

Etsy andaniny, tombanana  fa mety hanamafy ny efa nambarany ny filohan ‘ny FJKM, ny mpitandrina Andriamahazosoa Irako.  “Aoka hanova fomba fisaina sy fomba fiasa isika ka, eo anoloan’ny maha olom-pirenena malagasy antsika, ny zanaky ny FJKM rehetra, mahatsiaro fa nantsoin’Andriamanitra ho amin’izany, handray anjara mavitrika amin’ny fiainam-pirenena amin’ny sehatra rehetra sy amin’ny toerana rehetra ilana olona eo amin’ny fitondram-panjakana”, hoy izy tao amin’ny tranonkalam-pifandraisana ny volana oktobra teo.

Politika hanompoana vahoaka

Nambarany fa mba ho tena Kristianina sahy miavaka, sahy madio, ho fitahiana ho an’ny firenena sy fanasin’ny tany tokoa ny zanaky ny FJKM mandray andraikitra eo amin’ny fitondram-panjakana rehetra. “Hanao izany amin’ny toe-panahy kristianina ireo mirotsaka eo amin’ny sehatra politika ho fanasoavana tokoa ny sarambabem-bahoaka ary tsy hitenenan-dratsy ny anaran’i Jesoa Kristy”, hoy izy. Nohitsiny fa politika hoenti-manompo ny vahoaka tokoa ary atao amin’ ny fahatahorana an’Andriamanitra izany mba ho mendrika ny maha zanaky ny FJKM.

Tsiahivina fa ho entina am-bavaka amin’io fotoana io  koa  ny filohan’ny FJKM sy ny fianakaviany.

Randria

Tia Tanindranaza0 partages

Arabia SaoditaNanome 2 miliara dolara ny Banky foiben’i Yemen

Noho ny antso avo nataon’ny filoham-pirenena sy praiminisitra Yemenita ary ny fitotonganan’ny vola riyal any Yemen dia nandrotsaka vola mitentina 2 miliara dolara mahery ao amin’ny Banky foiben’i Yemen ny fanjakana Saodianina. Natao izao fanapahan-kevitra izao noho ny fanohizana ny fanohanan'ny fanjakana Saodianina ireo vahoaka Yemenita, hoy ny fanambarana ofisialy nivoaka tany Riyadh

 

 Handefa delegasiona miisa 550 any Korea atsimo ny Korea Avaratra, ka ny 230 amin’ireo dia “pom pom girl”. Amin’ity lalao ity dia hitambatra iray ny Korea atsimo sy avaratra ary faneva iray no hoentiny mandritra ny fanokafana ny lalao Olimpika amin’ny andro ririnina ity, izay tanterahina ny 9 febroary izao any Korea atsimo.

Tia Tanindranaza0 partages

RESAKA 70 000EUROS

Raha izaho no hanontaniana, dia sadaikatra sy sahirana ny tenako satria ny minisitra amin’izao fotoana izao, dia olona fantatro tsara mihitsy ary tadidiko tsara, fa niteny taminy aho ary isan’ny olona tena mpidera azy hoe olona tena mahitsy,

MINISITERAN’NY FAMBOLENA

Mametraka ny olony ao anatin’ny minisiteran’ny fambolena sy ny fiompiana ny Minisitry Randrinarimanana Edmond amin’izao fotoana izao, ka olona 19 be izao no indray notendrena nandrena ao anatin’ny departemanta iadidiany nandritra ny filan-kevitry ny minisitra omaly. Notsoahina tao izany ny ankamaroan’ny olona napetrak’I Rivo Rakotovao na ny tao alohany. Aiza ho aiza ny resaka fitohizan’ny raharaham-panjakana? Resaka fifindrana trano angaha izy ity, ka hoe hoentina avokoa ny fianakaviana? Izay ilay olana sy isan’ny tsy mampandroso antsika fa toa ny hihinana hatrany no tanjona.

FIZAHANTANY

Handalo eto Madagasikara, dia ao Nosy be anio 18 janoary 2018 amin'ny 7 ora maraina ilay sambo lehibe izay mpitondra ireo mpizaha tany mitety izao tontolo izao. Sambo izay mitondra anarana hoe Aida Aura izay hitondra mpizaha tany 1223 ary hikasa hitety faritra 52 eto Madagascar mandritra ny taona iray izy ity. Sambany sambo ity hiditra eto Madagasikara, ka manoloana izany dia hilaina ny filaminana sy fahadiovana mba hialana amin'ny fahazarana andavanandro ary misy ny lamina manokana hatao eto Seranantsambon’I Nosy be Hell ville mandritra ny fandraisana ity sambo lehibe ity.

AMBODIVONDAVA SABOTSY NAMEHANA

Tovolahy iray no hita faty an-tanimbary tetsy amin’ny fokontany Ambodivondava, kaominina Sabotsy Namehana, androany tokony tamin’ny 8 ora sy sasany maraina. Tovolahy sahabo ho 20 taona ity namoy ny ainy ity. Nisy ireo niahiahy fa hoe nisy namono ilay tovolahy. Rehefa natao nefa ny fanadihadiana dia maty an-drano mihitsy izy. Efa natolotra ny fianakaviany ny razana.

 

MPIASAM-PANJAKANA

Mbola hitohy ny fanapahana karama ho an’ireo mpiasam-panjakana tsy ara-dalàna na tsy nahafeno araka ny tokony ho izy ny taratasy notakiana taminy, hoy ny eo anivon’ny minisiteran’ny vola sy ny tetibola.

POLITIKA

Mahoraka hatrany anaty governemanta fa tena tsy mifankahazo ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly sy ny filohan’ny antenimierandoholona ary ho sarotra ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta raha toa ka miala noho ny maha kandida azy ny filoha Hery Rajaonarimampianina ka i Rivo Rakotovao no filoha misolo toerana azy.

Mety hisy ny fikitihana indray ny mpikambana ao anatin’ny governemanta mba ho tena government de combat 100% hanao izay hampandany an-dRajaonarimampianina amin’ny fifidianana no mijoro manaraka eo, raha ny sioision-dresaka re.

AMBATOVY

Nisy ny fahasimbana eo anivon’ny orinasa Ambatovy ao Tanandava Toamasina ary eo am-pijerena ny atao mba hanarenana izany ny orinasa. Efa niverina niasa daholo ihany koa ny mpiasa taorian’ny fiatoana kely noho ny fandalovan’ny rivodoza tao Toamasina.

MASOIVOHO FRANTSAY

Andrasan’ny rehetra izay mety hambaran’ny masoivoho Frantsay eto Madagasikara momba ny raharaha Houcine Arfa, gadra nitsoaka ary efa tonga any Frantsa ny fiandohan’ny volana janoary teo. Mitabataba ny minisitry ny serasera sy ireo olona akaiky ny fitondrana fa hoe manala baraka ny firenena Malagasy ity Houcine Arfa ity. Ny mahagaga anefa dia tsy sahy miantso ny masoivoho Frantsay ary mangataka fanazavana aminy, tahaka ny fahita any amina firenena maro amina tranga tahaka izao, ny fitondram-panjakana Malagasy.

CNIDH

Tsy mbola nisy fivoarana mihitsy ny fanadihadiana momba ny raharaha Antsakabary, hoy ny CNIDH na ny vaomiera mahaleotena momba ny zon’olombelona, ary tsy nisy mihitsy ny fandraisan’andraikitra avy amin’ny fitondram-panjakana. Hiverina hijery ny zava-misy marina any Antsakabary ny CNIDH.

Hopitaly, sampandraharahan’ny fananan-tany, polisim-pirenena, zandarimariam-pirenena, fitsarana no sehatr’asa nahazoan’ny CNIDH fitarainana betsaka indrindra amina trangana tsindry hazo lena sy kolikoly. Manampy ireo ny fanadinana fifaninanana samihafa hidirana ho mpiasam-panjakana.

 

SERANAM-PIARAMANIDINA IVATO

Mbola tena hentitra ny eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato fa dia ireo olona tena handeha fiaramanidina ihany no mahazo miditra ao anaty trano. Mitazantazana ety ivelany ny mpanatitra. Tsikaritra anefa fa misy ihany ireo mpanatitra tafiditra, indrindra fa rehefa misy manampahefana na olona ambara fa manana ny maha izy azy tonga eny.

 

 

JIRAMA

Kaonteran-jiro 8500 amin’ilay antsoina hoe “Compteur intelligent” no efa vonona ary miandry ireo mpanjifa lehibe, izany hoe ny orinasa .Afaka mampiasa azy koa ireo mpanjifa mandany jiro mihoatra ny 500 kwh isam-bolana. Azo 3 herinandro aorian’ny fanaovana taratasy fangatahana ity kaontera ity, misy ny endriny Pré-Payé sy Post-Payé tahaka ny efa fanao mahazatra amin’ny fahana ampiasaina amin’ny finday.

Hisy ny fahatapahan-jiro amin’ireo faritra sasany eto Antananarivo renivohitra sy ny manodidina azy manomboka anio alakamisy 18 ka hatraminy alarobia 24 janoary.Anisan’ny voakasik’izany ohatra Amparibe, Antanimena, Isoraka, Ankatso, Ambohidratrimo, Alarobia, Anosivavaka, route digue Ambohimanambola…Fikojakojana sy fanamboarana ny fitaovana no anton’ny fahatapahana.

FANADIOVANA

Nidina teny Anosibe ambadiky ny COLAS ny ekipa mandrafitra ny boriborintany fahefatra sy ny ekipa avy tao amin’ny DAS (Direction de l’Action Social) omaly maraina, nampilaza sy nanaitra ireo olona izay mipetraka sy manangana trano gony manodidina ny faritra izay misy ny lakandrano andriantany iny. Nolazaina izy ireo mba hiala eo amin’ny toerana ka hahafahan’ilay fiara lehibe mpanadio na ilay « tractopelle » hanatanteraka ny asany an-tsakany sy an-davany, dia ny fanadiovana ny lakandrano. Ary mba hanamora ihany koa ny asa sy hisorohana ny loza mety hitranga

TOEKARENA

Na dia taom-pifidianana aza ny taona 2018, dia miandrandra fitoniana ny sendikan’ny indostria eto Madagasikara (SIM) Freddy Rajaonera. Tokony hieriteritra ny fanjkana amin’ny fampiaharina ny lalàna momba ny indostria. Asa be io satria nandritra ny 3 taona no nivondrona ny SIM nandravona ilay izy. Ny lafiny fandraharahana dia eo amin’ny 90 izy ireo amin’izao fotoana izao, ary mitana ny 15% ny PIB, ary 25% ny fampidiram-bolan’ny fanjakana. Manimba ny tsena ny “concurrence deloyale” na fifaninana tsy ara-dalàna. Betsaka ny entana miditra eto no tsy mandoa haba, kanefa tokony handoha hetra mafimafy kokoa satria manimba ny eto.

SOSIALY

Manomboka mampandray anjara ny vahoaka traboina amina asa tanàmaro ny FID, ka olona 150 no misantatra izany, izay karamaina 5000 isan’andro. Ny banky iraisam-pirenena sy ny governemanta. Aorian’ny 10 andro dia hentanina hatrany amin’ny fanadiovana ireo olona na dia efa tsy misy tambiny intsony aza.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitehirizana fanafodim-baksinyMila hatsiaka 2° C ka hatramin’ny 8°C

Natomboka omaly alarobia 17 janoary manerana ny Nosy, haharitra hateloana ny fanaovam-baksiny faobe iadiana amin’ny aretina lefakozatra ho an’ireo ankizy latsaky ny dimy taona.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gare routière vaovaoNanaiky hifindra ny mpitatitra rehetra

Tsy moramora ny fandaminana hatrehin’Atoa Rakotondrafana Fredinard filohan’ny ASTRAM amin’ny famindrana ireo mpitatitra amin’ireo tobim-piantsonana vaovao eto amintsika amin’izao.

 

 Ny 22 janoary izao no tokony hifindra etsy Andohatapenaka ireo mpitatitra mihazo iny lalam-pirenena fahenina (RN 6) sy fahefatra (RN 4) ary voalohany (RN 1) iny dia voatery nahemotra amin’ny faran’ny volana febroary, fanapahan-kevitra niara-notapahina tamin’ny minisitera tompon’andraikitra sy ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety. Antony dia mety hitarika korontana eo amin’ny samy mpitatitra, hoy Rakotondrafara Fredinard.  Misy amin’ireo mpitatitra sasany mantsy hoy izy no mbola hitrandraka ny zotra ary afaka mijanona eo amin’ny toerana nisy azy taloha izay efa nahazatra ny olona, raha efa lasa eny Andohatapenaka kosa ny sasany, toerana mbola vaovao be ka  zary mifamono ny roa tonta. Tsy maintsy miandry ny fahavitan’ny tobim-piantsonana eny Ambohimanambola izy ireo vao hiara-kifindra hisorohana ny olana mety hitranga. Ankoatra izay dia fantatra ihany koa fa mbola betsaka ny fikarakarana sy fandaminana tokony hatao amin’ireo toby fiantsonana vaovao ireo hanomezana hafahafam-po ny mpitatitra sy ny mpandeha. Mikasika ny feo mandeha ny amin’ireo koperativa sasany tsy mety miala moa dia nanambara Atoa Fredinard fa tsy marina izany. Ekena fa misy amin’ireo koperativa ireo toy ny Cotisse, ny Vatsy no manana tobim-piantsonana manokana mihitsy ary araka ny lalàna dia afaka mijanona eo amin’ny toerana nisy azy ihany izy ireo. Ho tombontsoan’ny besinimaro dia nanaiky ny hiala izy ireo. Na izany aza anefa dia fantatra fa nametraka fepetra hentitra izy ireo ho fampandrosoana ny asa fitateram-bahoaka eto amintsika.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mila harenin-kasina !

Misy ilay fomba fiteny frantsay izay hoe “Sahaza antsika izay mpitondra azontsika.” Ireo mpanandro sy mpanao hatsarana na mpisikidy na mpimasy hatramin’ny mpitondra fivavahana dia samy mino ny fisian’ny ozona avokoa.

 Mitsotsorika hasina, hono, ny firenentsika  ankehitriny raha ny fandinihan’ny mpikabary sy mpandala fomban-drazana iray. Raha tsy nivaha tamin’ny Volambita farany teo, hono, ny olana dia taraiky loatra, hoy kosa ny mpanoratra sady mpandinika tontolo tsy hita maso. Ho an’ny ankabeazan’ny olona izay tsy te hiasa saina loatra dia finoanoam-poana daholo izany rehetra izany. Ho an’ireo niaina tao anatin’ny fandinihana azy kosa dia siansa sy lojika io. Fa nahoana tokoa isika no nahazo mpitondra nanondrana tato ho ato ? Raha tsy lazain’ny olona hoe tsy misy kalitao dia hahariharin’olona ho be kolikoly indray ankehitriny. Enga anie mba ho diso ny fampitam-baovao iray fa dia hitokana fotodrafitrasa efa niasa efa ela indray, hono, rahampitso ny filoha. Ny praiminisitra koa etsy an-daniny safononoky ny fiampangana ny tenany tamina firaisana tsikombakomba maro momba ny varo-pananam-panjakana tsy ara-dalàna. Ny dingam-pitsarana ireo raharaha mafampana rehetra nisambadidaka ambony ambany raha tsy hitanisa afa-tsy ny raharaha Andriamandavy sy Razaimamonjy ary Antsakabary. Ankehitriny dia ny minisitry ny fitsarana mihitsy no hitrikitrihin’ny olona. Mila harenin-kasina tokoa ny firenentsika !

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina Kitra MalagasyHaato ny fifidianana, hoy ny FIFA

Araka ny fampitam-baovao voaray avy eny amin’ny “Maison du Foot-ball Malagasy” eny Isoraka dia nangatahan’ny rafitra iraisam-pirenen’ny baolina kitra eran-tany na ny FIFA haaton’ny FMF aloha ny “Processus electoral”

Tia Tanindranaza0 partages

Matsiatra Ambony sy Vatovavy FitovinanyTsy tanteraka indray ny fifidianana filohan’ny Ligy

Vita soa aman-tsara tahaka ny tany Boeny ihany koa ny fifidianana izay ho filohan’ny ligin’ny baolina kitra tany Bongolava ka nahalany an-dRakotonirina Mamonjisoa.

Tia Tanindranaza0 partages

EPP Antandrokomby Anosizato andrefanaSaika tsy nety niala ireo traboina sasany

Saika tsy nety niala ireo traboina sasany natoby tetsy amin’ny EPP Antandrokomby Anosizato Andrefana, indrindra fa ireo nipetraka tao amin’ny trano natokana hianaran’ny préscolaire.

 Omaly maraina vao tazana nangoron’entana  niala tao izy ireo, traboina vokatry ny  firodanan’ny trano nipetrahany tao amin’ny fokontany Antandrokomby. Ny sefom-pokontany ao an-toerana  mihitsy, raha araka ny fantatra no nanentana azy ireo tsy nitsahatra ny amin’ny tokony  hitadiavany trano  hahafahan’ny mpianatra miverina mianatra. Omaly vao niroso tamin’ny asa fanadiovana ny tranon-tsekoly ny  tompon’andraikitra ho fitandroana ny fahasalaman’ny mpianatra. Raha tsiahivina, nahatratra dimy ireo trano nianjera tao Antandrokomby nandritra ny fandalovan’ny rivodoza AVA.  An-jatony kosa ireo tratran’ny rano, antony nahafeno traboina ny EPP Anosizato Andrefana. Na izany aza anefa dia efa  afaka namonjy ny toeram-ponenany tamin’ny herinandro avokoa ny ankamaroan’izy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Didy mikasika ny raharaha SygmmaAndrasana amin’ny 26 janoary

Mitohy ny fifandonana eo anivon’ireo tantsambo mpikambana eo anivon’ny Sygmma na ny sendikan’izany eto Madagasikara tarihin’ny sekretera jeneraliny Lucien Razafindraibe an-daniny sy Basola Nomenjanahary, an-kilany.

 Nanamafy tetsy amin’ny Telozoro Andrefanambohijanahary omaly ilay voalohany sy ny mpanara-dia azy fa tsy maintsy hitory ireo nanenjika ny olona tohanany satria tsy ara-dalàna ireo sady vitsy an’isa. Nanamafy kosa ilay faharoa fa tsy misy mpikambana ara-dalàna mampiantso mpanao gazety ivelan’ny biraon’izy ireo etsy Ankadivato izany. Tsy maintsy mitondra ny raharaha eny anivon’ny fitsarana koa izahay, hoy izy ireo, ary marihina fa efa nanao fanavaozana ny karatra maha mpikambana ny 27 novambra 2017 teo ary efa nivoaka ny 4 janoary 2018 ny fanomezan-dalana (attestation) manambara fa ny anay no tena izy. Ny 26 janoary izao moa no andrasana ny didy hivoaka mikasika ity raharaha ity, raha ny voalaza omaly. 

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarahamonim-pirenenaHandrakotra ny biraom-pifidianana rehetra

Tontosa omaly tetsy amin’ny foiben’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana na ny CENI etsy Nanisana ny fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasa eo anivon’ity vaomiera ity sy ny fivondronan’ireo fiarahamonim-pirenena na ny Rohy.

 Niaiky ny Rohy fa hatreto dia marobe ny lesoka hita tamin’ireo fifidianana rehetra nanomboka tany amin’ny fanomanana ka hatramin’ny fanatanterahana. Tanjona amin’izao, hoy izy ireo, ny hahatongavana amina fifidianana milamina sy mangarahara mifanaraka amin’ny lamina demokratika. Adidy makadiry no miandry ary saropady ny fifidianana satria miantoka ny aim-pirenena, hoy ny filohan’ny CENI, Hery Rakotomanana, ka ilana ny fisokafana amin’ny fiaraha-miasa amin’ny sehatra rehetra toy ny antoko politika, ny fiarahamonim-pirenena ary mpanao gazety. Araka ny nambaran-dry zareo avy eo anivon’ny Alliance Voahary Gasy, izay anisan’ny mpikambana ao anatin’ny Rohy kosa dia fanambin’ny Rohy ny handrakotra ireo biraom-pifidianana rehetra manerana ny nosy ary hiezaka izy ireo hahazo ny valim-pifidianana mialoha ny fitondram-panjakana amin’ny alalan’ny fampiasana ny teknolojia.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tsory rehefa tsy vita e !

Miarahaba anao ry Jean be fikafika a ! Manadala saim-bahoaka tsotra izao ianareo nama a ! Fa tsy hainareo mihitsy ve ny mandamina ity tanàna ity e ? Im-piry ianao no efa nanoratako teto hoe

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Tomban’ezaka momba ny lisi-pifidianana9 500 000 no voasoratra anarana

Nitarika fivoriana teny Mahazoarivo ny praiminisitra lehiben’ny governemanta, Mahafaly Solonandrasana Olivier, mahakasika ny tomban’ezaka vita amin’ny fanatsarana ny lisi-pifidianana.

 Nandray anjara tamin’izany ny avy ao amin’ny minisiteran’ny atitany sy ny fitsinjarampahefana, ny CENI, ny Fiarahamonim-pirenena izay miara-miasa amin’ny minisiteran’ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana amin’ny fanatanterahana ny fitsarana mitety vohitra, ary ny solontenan’ireo mpiara-miombon’antoka anivon’ny Firenena Mikambana. Nojerena ny fomba hanafainganana ny asan’ny distrika hanatrarana ny isa nokendrena. “Tanjona ny hahatrarana ny 10 tapitrisa na maherin’izay amin’ny mpifidy ho voasoratra anarana ao amin’ny lisi-pifidianana”, hoy ny Praiminisitra. Mpifidy 9 500 000 no efa voasoratra ary mbola mitohy ny fitsarana mitety vohitra any anivon’ny distrika samihafa, ka heverina fa hiakatra io isa io atsy ho atsy. Nohamafisiny koa fa maimaimpoana tsy andoavam-bola ny fanaovana ny fitsarana mitety vohitra mandritra ny fe-potoana izay hifarana ny 02 febroary izao”. Marihina etoana fa ho an’ny olona ao anatin’ny fitsarana mitety vohitra dia tsy misy vola aloa amin’izay taratasy rehetra ilaina anaovana izany manomboka amin’ny taratasy fanamarinam-ponenana hatrany amin’ny kara-panondrom-pirenena. Ho an’ireo olona efa voasoratra ao anatin’ny sora-piankohonana, izay manao kara-panondrom-pirenena kosa dia mbola mandoa 200 ariary. Efa nomena toromarika manokana araka izany ny distrika 6 eto Antananarivo fa tsy misy mandoa 5000 ariary ny olona manao kara-panondrom-pirenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Filan-kevitry ny fampihavanana malagasyTsy te hiresaka Ravalomanana

Hidina ifotony izahay eto anivon’ny komisionin’ny fahamarinana sy famelana ary fifamelana (vérité, pardon et amnistie) ato anatin’ny filan-kevitry ny fampihavanana malagasy na CFM, hoy izy ireo tetsy amin’ny biraony etsy Ampefiloha.

 

 Any amin’ny fokontany sy kaominina manerana ny faritra, hoy izy ireo no tena ahitana ny mampiraviravy ny fihavanana sy ny heloka ibabohana mody rariny. Vonona hidina sy hiara-kiasa amin’ny rehetra izahay. Hanatona ny zokiolona sy ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny any. Miantso fifanoloran-tanana izahay, hoy izy ireo. Tsy fantatra ny fanombohan’ny fidinana ifotony sy ny fetran’ilay antsoina hoe « vérité et pardon » araka izay hirahiraina. Raha nanontaniana mikasika ny resaka fisamborana ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana izay nanomboka niely indray tato ho ato ireto mpikambana eo anivon’ny CFM ireto dia tsy nety nilaza mazava ny tena heviny.

J. Mirija

La Vérité0 partages

Peste bubonique - Psychose à Ankazobe !

Un nouvel épisode. Après quelques semaines de calme, la peste bubonique refait surface à Ankazobe. Les habitants de ce District de la Région Analamanga, localisé à 100km d’Antananarivo, sur la Rn4, sont en panique depuis le début de cette semaine. Une angoisse suite à l’existence d’un cas suspect de peste touchant un cuisinier auprès des ecclésiastiques de l’école Saint- Jean. « Cet homme de 40 ans a présenté tous les symptômes de la peste bubonique, entre autres la fièvre, la grande fatigue et le ganglion en bas du pubis. Depuis sa consultation au centre de santé niveau II d’Ankazobe, mardi dernier, le patient y suit un traitement dans le service isolé », informe Andriamanantena Rakotoarivony, adjoint technique au sein du Service de District de santé publique (Sdsp) d’Ankazobe.

L’établissement où il travaille a dû fermer ses portes pendant  2 jours, avec l’angoisse grandissante des parents à y envoyer leurs enfants. Mais les cours y ont repris depuis hier, après les opérations de désinfection et désinsectisation dans l’enceinte et aux alentours de l’école. Ces mesures ont été prises à la fois pour la prévention et la riposte face à la peste bubonique. Pourtant, la population locale ne semble pas être rassurée, au point de redoubler de vigilance. Les campagnes d’assainissement y ont repris en force.

Foyer pesteux

Ankazobe constitue l’un des foyers pesteux à Madagascar, c'est-à-dire que des cas de peste bubonique ou pulmonaire y apparaissent souvent pendant la saison, entre le mois d’août jusqu’en avril. Depuis le début de la saison, ce District a enregistré 9 cas dont 4 décès. Le premier cas apparu au mois d’août 2017 serait un étranger de passage dans cette localité. Actuellement, 13 Districts sont encore considérés comme foyers pesteux habituels, dont Tsiroanomandidy, Andilamena, Arivonimamo, etc. « Malgré la déclaration de la fin de l’épidémie de peste pulmonaire urbaine, des nouveaux cas de peste bubonique continuent d’apparaître en cette saison. Toutefois, aucun décès n’est enregistré puisque les habitants ont pu assimiler les sensibilisations, notamment la consultation immédiate des centres de santé en cas d’apparition de signes suspects », souligne le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la promotion de la santé auprès du ministère de tutelle. Dans tous les cas, la population doit rester prudente pour mieux prévenir et faire face aux nouveaux cas. En ce moment, la mobilisation des agents communautaires pour les sensibilisations se poursuit, tout comme le renforcement des capacités du personnel de santé, y compris les médecins.

 Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Réhabilitation des routes - Le ministère des Travaux publics procède au « Tip top »

 Un entretien de routes un peu tardif. En marge de quel événement questionnent les usagers de la route.  Cela fait des mois que les routes se dégradent presque dans toute la ville mais aucune réaction. Et voilà qu’en pleine saison de pluie et de cyclones, des équipes se mobilisent jour et nuit pour réparer les grands trous et les nids-de-poule En effet, depuis quelques semaines, les travaux de réhabilitation des routes s’aperçoivent dans la Capitale Antananarivo. Plusieurs quartiers où les infrastructures routières se trouvent dans un état de délabrement total sont affectés par ce projet « Tip top » du ministère des Travaux publics.  Cela se constate au niveau  de la route située au By-pass, sur le chemin d’Ampasika vers Itaosy, Anosizato à Ampitatafika, Iavoloha-Anosy ainsi que Anosy- Ampasika. A cela s’ajoutent  les voies situées entre Mahazoarivo, Ampandrana et Ankadivato. Les travaux de réaménagement constituent une bonne initiative. 

 

Un grand dérangement s’éperçoit au niveau de la circulation à cause de ces travaux de réfection. Les bouchons s’intensifient notamment  à Itaosy. En outre, il a été annoncé que pour les bas -quartiers, qui sont victimes d’une inondation à chaque saison pluvieuse, les routes ont été bâties en béton. 

Quant aux autres quartiers concernés, les responsables se sont servis des goudrons pour faire durer les routes. Par ailleurs, d’après les informations communiquées par le ministère des Travaux publics, le budget y afférent a été tiré de sa propre caisse. Le but de cette prise de responsabilité, indique cette entité, se focalise sur l’amélioration de la circulation, la fluidité du trafic pour éviter les  embouteillages monstres retardant les Tananariviens quotidiennement. 

Recueillis par  K.R.

La Vérité0 partages

Qui ment… ?

Qui ment, qui dit vrai ? Telle est l’imminente question que se posent observateurs de la vie politique nationale, l’opinion et les simples citoyens.  Les ondes de choc provoquées par la spectaculaire évasion de Houcine Arfa, un ressortissant français, sèment la pagaille dans l’opinion aussi bien dans le cercle du pouvoir. Une affaire sulfureuse,  intrigante et surtout nébuleuse qui cloue les attentions et les curiosités. N’en déplaise aux hauts responsables de l’Etat, des points noirs nécessitent des éclaircissements et ils ont, grandement, intérêt à ce que la lumière soit faite. L’unique voie pour y parvenir consiste à diligenter une enquête indépendante par le soin d’une Instance autonome et neutre. Jusque-là, le magistrat Jean-Louis Andriamifidy, premier responsable du Bianco a fait ses preuves. On peut très bien lui confier la tâche.

Autrement, les dignitaires du régime s’empêtreraient dans un sale pétrin et se trouveraient dans de beaux draps. L’opinion nationale et, pourquoi pas internationale, souhaitent être fixée sur les tenants et aboutissants de ce brûlant et incendiaire dossier. Etant un ancien conseiller « spécial » ou prétendant l’être, Mr Arfa sème le trouble, sinon, le doute. Ainsi, de leur plein droit, les citoyens contribuables exigent des comptes clairs et fiables. Ils aimeraient savoir qui ment ou qui dit vrai dans cette saga de second degré. Sur terrain, c’est le cafouillage total ! Houcine Arfa, relayé par la presse étrangère ou internationale, lance des boulets rouges, voire, des boules puantes sur la figure des notables du régime, en place. A tort ou à raison, il les coinçait dans des allégations de corruption. En effet, pour pouvoir quitter le pays en…douceur et échapper aux « pires conditions des prisons malagasy » selon les termes du journal français, « Le Parisien », il avait dû monnayer, ou bien, graisser les pattes de certains dirigeants haut placés. Des chiffres ont été avancés, une cagnotte 70 000 euros pour le ministre de la Justice, 30 000 pour le procureur, etc. Du coup, les journaux, proches du pouvoir, à la solde du régime, visiblement outrés, s’insurgent et l’accablent de tous les…maux. Le ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions, porte-parole du Gouvernement, Harry Laurent Rahajason, allias Rolly Mercia, alla tout droit au but en fustigeant, de la façon la plus virulente, les accusations de l’évadé Houcine Arfa portées contre les dignitaires du pays. Il le traita de  « minable » et qualifia les accusations de sans fondement, gratuites ou farfelues.

De son côté, la presse indépendante locale, se trouve dans l’expectative. A qui croire ! Selon elle, il n’y a qu’une solution pour départager : le déclenchement d’une enquête libre. Le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) existe justement pour une telle nécessité. De toutes les façons, quels que soient les résultats de l’enquête, on ne peut pas s’empêcher de ne pas s’étonner de la manière avec laquelle un supposé  criminel dangereux, écroué dans une Maison  de force à haute sécurité de type Tsiafahy puisse s’évader et sortir du territoire et atterrir, en fin de parcours, en France sans avoir été intercepté. Qu’on le veuille ou non, l’ « exploit » laisse planer le doute.  Alors, qui ment, qui dit vrai ? L’avenir nous le dira. A moins que l’affaire ne soit pas étouffée en cours de route!

 Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Visas aux frontières - Levée de boucliers contre Ametis

Tollé. Dans le cadre de la mise en place de l’eVisa, l’attribution de la perception du droit de timbre pour l’obtention de visa de séjour à partir de tous les aéroports et ports de Madagascar (visa aux frontières) a été cédée à la société privée Agence malgache d’édition de titres et de timbres sécurisés (Ametis). Une concession qui suscite un flot de critiques. Simples citoyens et opérateurs font une véritable levée de boucliers. 

 

Depuis que l’affaire a éclaté, les membres de l’Exécutif ne donnent pas d’explications préférant se focaliser sur des détails, notamment sur la présence ou non de Mbola Rajaonah, le conseiller du Président  de la République, dans la société Ametis. Cette révélation faite par la Lettre de l’Océan Indien (loi) et reprise par les journaux locaux ne constitue pas le fond du problème qui  intéresse les malagasy. Jusqu’ici ainsi c’est le silence au niveau de l’Exécutif au sujet du non- respect des procédures dans la mise en place du visa électronique  « eVisa » et l’attribution  du droit de timbre sur visa aux frontières à la société Ametis.  

Une décision critiquée 

Présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar, Fanirisoa Ernaivo a, en tout cas, vivement critiqué l’attribution de ces visas aux frontières à la société Ametis. « En tant que simple citoyen, nous sommes étonnés de voir que le droit de visa, assimilé à un impôt et qui devrait donc être perçu par les agents des impôts car étant une fonction régalienne de l’Etat, soit cédé  à une société privée » s’étonne la magistrature, au cours d’une émission sur une radio privée de la Capitale hier dans la matinée.  En outre, la présidente du Smm d’émettre des questionnements quant au respect des procédures de passation de marchés. « Où est l’appel à manifestation d’intérêt ? », s’interroge-t-elle. La juge craint fort ainsi l’existence de favoritisme dans cette affaire et interpelle ainsi les responsables à se pencher sur cette affaire de près. « Nous prônons l’Etat de droit et la lutte contre la corruption et le favoritisme étant une infraction assimilée à la corruption », soutient Fanirisoa Ernaivo, appelant ainsi le Bureau indépendant anticorruption à se saisir du dossier et l’Autorité de régulation des marchés publics à prendre ses responsabilités.

Des réserves 

 La transparence de la concession de ces visas de séjour à Ametis fait également jaser les analystes. L’on émet en effet de sérieuses réserves sur la manière dont la concession de la collecte des droits de visa à cette société privée a eu lieu. Il faut en effet savoir que la perception des droits et taxes est une fonction régalienne de l’Etat. En ce sens, la transmission de cette prérogative de l‘Etat à une personne morale privée devrait se faire dans le cadre d’une loi organique et non d’un simple décret.  Or, c’est par un simple décret que l’Exécutif a transmis la prérogative de la collecte des droits de visa aux frontières à la société Ametis.  L’instauration de l’e-visa et l’attribution de son traitement à la société privée Ametis constituent également une entorse aux principes de comptabilités publiques, selon l’avis d’un certain nombre d’observateurs. En effet, il est admis que l’impôt collecté doit directement atterrir dans les comptes du trésor public or avec Ametis l’impôt collecté transite par le compte d’une société privée avant d’atterrir dans celui de l’Etat… 

Des critiques pleuvent également par rapport à la légalité de la surfacturation pratiquée par Ametis. En effet, comme relaté dans nos colonnes, la société applique des tarifs largement supérieurs à ceux autorisés par la loi de finances 2018. Un surplus à payer qui représente les coûts des prestations d’Ametis et la Tva… Faut-il pourtant souligner que le droit de timbre sur les visas de séjour est ni plus ni moins un impôt, tel que défini dans la loi. Logiquement  Ametis devrait simplement être rémunérée à travers un pourcentage prélevé sur les montants perçus, ceux qui ont été définis par la loi, et ne devrait pas taxer un surplus de la sorte...  Les dirigeants étatiques devraient communiquer répondre à ces nombreuses critiques et tenter de lever les doutes et les inquiétudes. 

 La Rédaction

La Vérité0 partages

Affaire Houcine Arfa - Trois tentatives de corruption de la Procureure de la République

 

Première sortie médiatique du côté de la Justice à propos de l’affaire Houcine Arfa. Trois jours après les révélations fracassantes de l’évadé, la Procureure de la République, Odette Balsma Razafimelisoa est sortie de son silence hier. Elle a tenu une conférence de presse aux côtés du directeur de la Police judiciaire qui était en charge des enquêtes sur cette affaire. De prime abord, la Procureure a reconnu avoir reçu entre les mains les deux dossiers d’Houcine Arfa. Usurpation de titre, extorsion de fonds et détention d’armes sans autorisation constituent les charges contre lui dans le premier dossier. Quant au second dossier, Houcine Arfa est poursuivi pour association de malfaiteurs. Un dossier qui implique deux autres individus qui font également l’objet de procédures judiciaires. Arrêté le 20 juin puis condamné au début du mois de novembre, ce quinquagénaire obtient donc un transfert à la prison d’Antanimora le 28 novembre 2017. 

 

A la question selon laquelle elle aurait perçu un pot- de -vin de la part de ce prisonnier, la Procureure répond par trois non catégoriques. Elle révèle également que « lors de sa détention à Tsiafahy, il a effectué une tentative de suicide ainsi qu’une grève de la faim depuis le 1er août selon le compte rendu du médecin chef au sein de la prison. C’est pour cette raison qu’il aurait perdu beaucoup de poids ». Et de poursuivre que « en voyant son état après chaque visite, les représentants de l’ambassade (Ndlr : ambassade de France) blâmaient les  pénitentiaires comme quoi les prisons malagasy ne respectaient pas le droit des prisonniers ». D’où la demande de transfert pour visite médicale formulée à l’attention de la Procureure.

 

Un malfaiteur récidiviste en France

 « J’ai refusé car le fait de soudoyer les gens m’a choquée car il m’a soudoyée, trois fois même mais j’ai toujours refusé », assure toujours la Procureure. Elle aurait donc demandé de formuler la demande à la ministre de la Justice.  « Elle a pu accepter pour des raisons humanitaires et compte tenu des pressions venant de l’ambassade », poursuit – elle. Concernant les nombreux transferts d’Houcine Arfa à l’hôpital qui précédait son évasion, la Procureure soutient qu’il s’agit d’initiatives des pénitentiaires. « Il a fait l’objet d’une arrestation et son domicile a été perquisitionné. Plusieurs preuves ont confirmé les soupçons à son encontre », assure le directeur de la Police judiciaire, Andrianirina Alain. Selon ses propos, des armes, des tenues militaires, ainsi que deux valises comportant des sommes d’argent importantes ont été retrouvées chez le suspect. La première valise contenait 180 millions d’ariary, tandis que la seconde renfermait 32 millions d’ariary et des devises d’une valeur de 25 335 euros. Il faisait également de l’usurpation de fonction en « prétendant tenir un rôle de conseiller d’un haut responsable de l’Etat », explique – t – on. Le directeur de la Police judiciaire soutient aussi qu’Houcine Arfa est fiché par la Police française. Il serait un récidiviste qui a déjà fait de la prison pour enlèvement et vol à main armée, entre autres.

 Saisie du Bianco

 Rappelons que dans ses révélations publiées dans la presse française, ce ressortissant français avait clairement pointé du doigt le ministre de la Justice ainsi que le procureur en charge de son dossier à qui il aurait remis respectivement les sommes de  70 000 et 30 000 euros. Suite à ses révélations qui acculent la Justice malagasy sans la moindre preuve, le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) a saisi le Bianco en vue d’une enquête.  « Seule une enquête peut révéler la vérité sur cette affaire ainsi que les personnes impliquées en vue d’éventuelles sanctions », peut – on lire dans le communiqué signé par la présidente, Fanirisoa Ernaivo. Questionnée par les journalistes hier également, l’ambassadeur de France à Madagascar, Valérie Vouland – Aneini s’est contenté de déclarer que « l’affaire est entre les mains de la Justice malagasy ».

 Sandra R.

 

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Baisse des enseignants recrutés

Les postes budgétaires alloués aux enseignants sont en baisse. Ils seront quatre mille à être recrutés dans la Fonction publique, cette année.

Le quota des enseignants recrutés à la Fonction publique diminuera pour cette cinquième vague. Il passera de dix mille à quatre mille, dans le but de rééquilibrer les besoins au niveau de tous les ministères. « Effectivement, c’est ce qui est indiqué dans la loi de Finances, mais les personnes à recruter ne seront pas limitées à ce quota. Dans la note circulaire, la réutilisation des postes budgétaires n’est pas indiquée. Elle a été bloquée pour satisfaire les besoins impératifs de chaque ministère afin d’assurer son bon fonctionnement » explique Ihanta Sahondra Razafintsalama, directeur général de la Gestion Financière du personnel de l’État (DGGFPE), auprès du ministère des Finances et du budget, hier.Le déblocage et l’attribution des postes budgétaires s’effectueraient ainsi, suivant les urgences. « Il se peut par exemple, qu’il y ait un besoin urgent de médecins, d’enseignants de la matière Mathématiques ou encore de  militaires », ajoute-t-elle.Quarante mille enseignants ont été embauchés dans la Fonction publique, depuis la première vague de recrutement des enseignants non fonctionnaires, en 2014.

QualitéLe ministère de l’Éducation nationale priorisera la qualité, en cette cinquième vague, pour améliorer la qualité de l’enseignement. « Nous allons sélectionner les élites parmi les sortants de l’Institut National de Formation Pédagogique (INFP) et de l’École normale supérieure (ENS). Quant aux enseignants rémunérés par les parents d’élèves (FRAM), ce seront les titulaires du Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) et du Certificat d’Aptitude à l’Enseignement (CAE) qui seront recrutés », souligne Paul Rabary, ministre de l’Éducation nationale.Autour de mille deux cent cinquante enseignants sortants de l’Institut National de Formation Pédagogique (INFP) et de deux cent enseignants sortant de l’École normale supérieure (ENS) seraient recrutés, cette année. Le reste des postes serait attribué aux maîtres FRAM.Plus de quarante mille maîtres FRAM attendent encore d’être recrutés. Dans le Plan sectoriel de l’Éducation (PSE), le recrutement des maîtres FRAM se tient jusqu’en 2022.

Perspectives dans l’enseignement

Le ministère de l’Éducation nationale envisage de construire deux mille salles de classe et d’en réhabiliter sept cent, cette année. Quatre-vingt-dix bibliothèques des lycées seraient équipées de documentations techniques, de manuels scolaires et pédagogiques. Vingt-neuf laboratoires au niveau des lycées seraient également équipés, pour améliorer les conditions d’apprentissage. La dotation de matériel informatique se poursuivrait. Quarante mille enfants vont bénéficier de cours de remise à niveau pour leur insertion scolaire.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Poliomyélite – Du porte à porte pour  la vaccination

Des équipes de mobilisateurs et de vaccinateurs font du porte à porte, depuis hier et jusqu’à demain, pour vacciner contre la poliomyélite tous les enfants âgés de 0 à 59 mois, dans la région d’Analamanga. Le ministère de la Santé publique et ses partenaires misent sur ce porte à porte, pour augmenter à plus de 95 % le taux de couverture vaccinal, afin d’immuniser les enfants contre le virus de la poliomyélite.Le chef de Région d’Analamanga, Ndranto Rakotonanahary a persuadé les parents de l’importance des deux gouttes de vaccin oral, administrées à l’enfant, lors du lancement officiel de la 12e édition du FAV polio dans la région d’Analamanga, à Ambatomaro. Les parents ne sont pas convaincus. Certains agents de santé se sont vu fermer la porte au nez, d’autres ont été menacés. « L’éradication à Madagascar est proche, mais  la répétition des campagnes de masse, les rumeurs et les efforts constamment renouvelés, ont lassé la population. Nous devons nous mobiliser pour protéger nos enfants, surtout dans les grandes villes,  , a indiqué Enrique Paz, Chef de la section santé auprès du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef).

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Morondava – Une mineure enlevée et violée

Une fille âgée de 16 ans a été kidnappée puis violée par quatre braqueurs armés, mardi à 22h, à Nosikely-Morondava. 

Triple crime abominable à Morondava. Un gang de quatre individus armés de pistolet automatique et de hache a commis un braquage, un kidnapping et un viol à Nosikely en une nuit. Les faits ont commencé, mardi à 22 heures précises, dans un bar, selon la police. Le bistrot était encore ouvert lorsque ces bandits, dont deux cagoulés, ont fait irruption. À l’intérieur, ils ont menacé les clients avec leurs armes, ne laissant personne sortir. « Ils ont tenté de nous dépouiller l’un après l’autre, mais n’ont pas réussi. Cela avait pris beaucoup de temps. Ils ont alors emporté une baffle et un ordinateur portable du buffet », a témoigné un client au commissariat.Le commando a saisi la fille du propriétaire du comptoir et l’a emmenée avec eux. Pris de panique au moment des faits, les noctambules n’ont pas eu l’idée de poursuivre la trace des ravisseurs. Quelques minutes plus tard, les parents de la victime ont avisé les forces de l’ordre. Une poursuite des malfaiteurs a été, dans la foulée, engagée. Une dizaines d’éléments d’intervention a été déployée un peu partout pour l’opération de ratissage durant toute la nuit.

Laisser faireVers minuit, les kidnappeurs ont passé un coup de fil aux parents de la fille et leur ont réclamé une rançon de 8 millions d’ariary, menaçant la vie de l’otage. Les nerfs à vif, la famille a cherché par tous les moyens à compléter cet argent, mais n’a pu réunir que 4 millions d’ariary.Le commissaire s’est fait passer pour le père de la fille et a essayé de piéger les bandits lors du paiement de la rançon en pleine nuit. « L’un des malfrats est sorti de la forêt de Betania, près du port où ils ont séquestré l’otage, mais ils se sont tous enfuis dès que le fokonolona les a aperçus », a rapporté un policier. La tentative d’arrestation s’est avérée infructueuse.La fille n’a pu quitter la forêt que le matin à cause de la marée haute. La police et les villageois l’ont retrouvée, hier à 5h du matin, épuisée, blessée et souffrant atrocement. « Elle a pris des coups et a été sexuellement agressée », a confié un médecin de l’hôpital principal de Namahora où elle se trouve toujours. Des indices et renseignements sur les fuyards ont été déjà traités par les enquêteurs et une arrestation aura bientôt lieu, selon les informations recueillies.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Droits humains – Edgard Razafindravahy fédère les principaux acteurs

Edgard Razafindravahy a rencontré les associations et Organisations non gouvernementales œuvrant pour la promotion des droits humains. Membre du comité des droits de l’Homme au sein du Liberal International, il propose une entraide avec les acteurs locaux.

Ouverture. La promotion des droits de l’homme à Madagascar prend un nouveau départ. Edgard Razafindravahy, chef de file nationale du parti Antoka sy dinan’ny Nosy/ Arche de la Nation (ADN) a rencontré hier des organisations de la société civile œuvrant dans ce domaine. Élu à Johannesbourg en tant que membre de la Commission des droits de l’Homme (CDH) du Liberal International en octobre, il a poursuivi sa mission à La Haye (Pays Bas) en décembre dans une réunion de haut niveau sur les droits humains. Conjuguant le global et le local, il a invité les acteurs malgaches à la promotion des droits de l’Homme évoluant dans leurs secteurs de prédilection respectifs. «Vous écouter est pour moi d’une importance particulière. Notre mission est à la fois sacrée et grandiose. Je pense que les discussions, pendant cette séance, vont nous permettre d’avancer», souligne le commissaire des droits de l’Homme du Liberal International.À travers les échanges, les participants ont effectué un tour d’horizon sur la situation à Madagascar. Il s’agit, entre autres, des droits de l’enfant, des femmes, des personnes en situation de handicap, des personnes âgées ou des sujets brûlants comme l’affaire Antsakabary ou l’incarcération de Clovis Razafimalala ainsi que les Iles éparses. Pour sa part, Edgard Razafindravahy a également partagé son vécu. «A travers mes tournées politiques, j’ai également constaté que la violation des droits de l’Homme est banalisée. Cette situation a motivé ma candidature dans cette commission pour que je puisse agir à la fois avec vous et à l’échelle internationale», a-t-il souligné.

Main tendueDans cette optique, le chef de file nationale du parti ADN propose une main tendue à tous les acteurs œuvrant pour la promotion des droits de l’homme. «Ensemble, nous pouvons agir d’une manière plus efficace», continue-t-il. Une idée qui a suscité l’adhésion des participants présents. «Je salue cette initiative de rassembler tous les acteurs dans ce domaine», répond Sammy Rabenirainy du SOS Village d’Enfants. «C’est une bonne initiative. Nous allons unir nos idées pour nous rendre plus forts», continue Arlette Ramaroson de l’Association Nosy Malagasy. «Vous êtes déjà au sommet, vous pouvez nous servir de relais dans les hautes instances», poursuit Jean Cadet Randriantsarazoky de la FTMM.À l’issue de la première rencontre, les participants ont décidé de s’entraider pour faire face aux différentes contraintes évoquées dans chaque domaine d’intervention. Pour confirmer cette adhésion, les participants se sont accordés un nouveau rendez-vous au mois de février. La réunion avec les organisations de la société civile d’hier est, ainsi, la première d’une série de rencontres. «Des milliers d’associations et ONG font des efforts inestimables pour promouvoir les droits de l’Homme. Parfois, elles travaillent de manière localisée. Ainsi, je les invite à nous rejoindre afin que nous puissions unir nos forces», conclut Edgard Razafindravahy.Son agenda est fourni pour 2018. Edgard Razafindravahy assistera et prendra part à ces grands rendez-vous. Les plus proches sont ceux de février et mars à Genève.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Matières scientifiques – L’enseignement des mathématiques s’améliore

Promotion des matières scientifiques. Une amélioration de l’enseignement de la matière mathématique aurait été constatée depuis le lancement de la première édition du concours Rallye Mathématique, en 2002.« Notre mission ne se limite pas au concours. Il y a eu aussi, des formations pour les enseignants en mathématique. Un logiciel est maintenant disponible. Nous avons aussi écrit et édité des livres pour les classes de seconde, première et terminale C », explique Irish Parker Ramahazosoa, président du Groupe pour l’enseignement des mathématiques à Madagascar (GEMMA), hier, lors du lancement de la 17e édition du Rallye Mathématique au Collège d’enseignement général (CEG) à Antanimbarinandriana.Les activités entretenues par le GEMMA ne présenteraient qu’une petite partie des efforts à déployer pour rehausser le niveau des élèves dans la maîtrise des mathématiques. « Beaucoup d’enseignants devraient encore bénéficier de formation », poursuit-il.L’inscription à la 17e édition du Rallye Mathématique,  est ouverte ce jour, et sera clôturée le 7 février, au niveau des circonscriptions scolaires.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Cercle Germano-Malgache – Solomiral revient pour un concert unique

Depuis les années 80, il enchante et séduit autant par sa musique. La fratrie Solomiral, solidaire à travers la mélodie, annonce des retrouvailles chaleureuses.

Un retour très attendu, car il est rare de le retrouver au grand complet sur scène, ces dernières années. Solomiral nous revient pour un concert inédit, ce 26 janvier au Cercle Germano-Malgache (CGM) à Analakely à 19h30. Un moment unique où un public de toutes les générations pourra, de nouveau, jouir de ces chansons du groupe qui respirent douceur, sensualité, mais également la convivialité.Tel le bon vin, la musique de Solomiral s’est bonifiée avec le temps. Toujours aussi savoureuse et onctueuse de mélodies diverses où le jazz et le blues, sublimés d’une touche de « bà gasy » se conjuguent. Emmené par les frères Rasolomahatratra, à savoir Hajazz à la guitare et au chant, Fanaiky à la basse, Ny Ony également à la guitare et Mendrika à la batterie, Solomiral se démarque par la créativité et le talent propre de ses membres.Chacun des frères Rasolomahatratra a su se forger une identité musicale propre à lui-même dans le milieu artistique, depuis près de quatre décennies, chacun excellant à travers son instrument de prédilection. Au-delà d’être une fratrie musicale, Solomiral est ainsi devenu un groupe « All stars» à lui tout seul. D’autant plus qu’il fédère aussi en son sein les meilleurs musiciens de jazz de la Grande île.

NostalgiqueÀ l’instar du saxophoniste Seta Ramaroson, mais aussi Andry Kely et Rivo au piano, qui seront aussi de la partie au CGM Analakely.Les inconditionnels de Solomiral le savent déjà, ce concert sera tout à l’image du groupe. Enjoué et convivial, mais surtout avec un zeste d’humour propre à ses membres. D’autant plus que de belles surprises seront au rendez-vous, car Solomiral, c’est aussi cette proximité intarissable entre lui et le public. Le groupe se plaira à revisiter son répertoire intemporel où les ballades enchanteresses comme « Mahatsiaro » et « Sasa miandry » se marieront avec des titres entraînants comme « Malala » et « Bako ». Le tout rehaussé de quelques improvisations qui surprendront toujours autant les fans de la première heure que la nouvelle génération.Le groupe, fort de cet esprit fraternel qui l’anime, affiche continuellement aussi la complicité de ses membres. Ainsi, on peut d’ores et déjà s’attendre à de multiples prouesses musicales de la part des frères Rasolo-mahatratra, habitués depuis toujours à communiquer entre eux par le biais de leurs instruments. Au bout de quatre décennies de carrière, Solomiral n’a pas pris une seule ride, toujours aussi dynamique et fougueux, le groupe promet un concert transcendant, unique et fraternel. Hajazz s’est aussi plu à partager avec les membres du Jazz club CGM, au tout début du mois, pour un masterclass exclusif, sûrement prometteur de belles collaborations riches en découvertes avec la jeune génération dans un avenir proche. En attendant, on a hâte de retrouver Solomiral.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Golf – Championnat de Madagascar – Des billets d’avion pour les champions

Le championnat de Madagascar de golf abrité pour la deuxième fois successive par l’Azura Golf de Foulpointe a connu un franc succès. Les champions ont été gâtés par les sponsors .

Franc succès. L’équipe de la Fédération de golf de Madagascar est satisfaite de la pleine réussite de la deuxième édition du championnat de Madagascar de golf. Repoussé d’un mois à cause de l’épidémie de peste, le sommet national s’est déroulé à l’Azura Golf Ressort et Spa de Foulpointe entre Noël et la fin d’année, les 27, 28 et 29 décembre 2017. La Fédération a tenu à remercier son comité d’organisation en la personne de son président, Michel Morizot, le directeur technique, Johary Raveloarison ainsi que le site hôte, l’Azura Golf de Foulpointe représenté par le manager de son golf club, Billy Narraina.Le succès de l’organisation est tout simplement le fruit de partenariats car l’événement a largement bénéficié du soutien de nombreux partenaires et sponsors. La réussite d’une telle manifestation sportive nécessite des moyens humains et logistiques importants.

Sportif et festifParmi ces soutiens, Air Mauritius, sponsor officiel du championnat, a offert treize billets d’avion pour les champions de différentes catégories. Entre autres deux billets pour Hong Kong pour le champion, Maverick Faber et la championne Ony Marchand. Cette compagnie a aussi offert sept autres billets pour l’île Maurice pour le champion en 2e série brut, Rina Zo Rapenomanjato et la championne, Emerentienne Rasoanirina, le champion chez les juniors, Rajena Andriamirado Timoty ainsi que le joueur professionnel Johary Raveloson et Billy Narraina de l’organisation. Et enfin quatre billets pour la Réunion, pour le champion et la championne en 3e série stroke play brut. Jovenna a offert des cartes de carburant, Huawei et Telma des smartphones, des bons d’achat pour Sharp, et une douzaine d’autres partenaires ont donné d’autres lots.En pleine période de fêtes de fin d’année, les quatre vingt dix golfeurs ayant participé au championnat se disent satisfaits de l’accueil de l’Azura Golf Foulpointe et l’organisation de la Fédération de golf de Madagascar. Côté technique, ce club hôte du championnat s’est équipé d’un arrosage automatique des greens, le seul à Madagascar, dans le but de proposer un parcours agréable, très apprécié par tous les golfeurs présents à cette occasion. En marge du championnat et pour le plus grand bonheur des participants, trois soirées thématiques ont été organisées durant les trois nuits de l’événement. Une soirée marine lors de la première nuit, puis une soirée Océan Indien et en guise de bouquet final pour clôturer en beauté l’événement, la soirée de Gala animée par Shyn et Denise durant laquelle les trophées et récompenses ont été remises aux lauréats par les sponsors et les autorités sportives.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Maroantsetra – Deux morts dans une vengeance populaire

Œil pour œil dent pour dent. Le fokonolona a lancé une chasse à l’homme à Anjahana Maroantsetra. Montrés du doigt d’être les auteurs d’une attaque meurtrière contre un collecteur de girofle, deux individus ont été tués.Appréhendé lundi, le premier, un homme de trente-neuf ans, résidant dans la commune théâtre-même du crime, a été aussitôt lynché à mort par une foule en furie.Dès le lendemain, un autre individu, soupçonné d’être son complice a subi le même sort.Les informations sur ce dernier sont encore insuffisantes. Alertée, la gendarmerie était intervenue tant bien que mal mais c’était le corps inerte du suspect qui l’ attendait.L’acte de banditisme ayant mis le feu aux poudres a été perpétré jeudi. Battu à mort en pleine nuit chez lui, le collecteur a été dépouillé de 700 000 ariary ainsi que de 9 kilos de girofle selon les préjudices déclarés aux gendarmes.Après avoir  mené sa propre investigation, le fokonolona a identifié les deux hommes victimes d’acte de vindicte populaire.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Collaboration – L’Etat et les opérateurs se rapprochent

Soutien d’intérêt. L’Alliance pour l’industrialisation,  comprenant le FIVMPAMA ou Groupement du patronat malgache, le Syndicat des Industries de Madagascar appelé SIM, la Conférence des Travailleurs de Madagascar ou CTM, la Solidarité Syndicale de Madagascar ou SSM et le Cercle de réflexion des économistes malgaches dit CREM, manifeste beaucoup d’intérêt pour le développement durable de Madagascar par l’industrialisation. Le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé appuie leur conviction. Et dans l’objectif du développement durable via le secteur industriel, des points ont été discutés par les deux entités, entre autres pour le financement, la politique commerciale à appliquer et bien sûr le nettoyage del’économie malgache en général.Priorité à l’agriculture. L’État, de par le ministère et l’Alliance pour l’industrialisation partagent la même vision d’un meilleur avenir pour l’économie de la Grande île, où l’industrie est un des moteurs de développement économique et favorise aussi la valeur ajoutée du pays.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Aménagement du territoire – Betsimitatatra, l’éternel recommencement

En termes journalistiques, cela s’appelle un marronnier. À chaque saison des pluies, la possibilité d’une crue dans la zone basse d’Antananarivo est évoquée. En cause, les remblais, illicites ou non, et la pression démographique.

Le soleil est revenu. Trois jours après le passage du cyclone « Ava », le quartier d’Andranomahery-Ankorondrano se remet doucement de ses émotions. La capitale n’a pas eu l’honneur de la visite de la tempête, qui a surtout longé la côte Est de la Grande île, mais elle n’en n’a pas moins subi sa colère. Il y a eu du vent, mais surtout beaucoup, beaucoup d’eau. Et de la montée des eaux, les habitants d’Andranomahery peuvent en témoigner.En ce mardi matin particulièrement ensoleillé, Alain Ramanantana, chef de fokontany, donne ses directives : « Ne t’éloigne pas, le responsable de la motopompe va arriver d’un instant à l’autre ! » Son principal souci : « Ces eaux qui ne cessent de monter. » Il héberge en ce moment dans les locaux de son fokontany, quatre vingt trois familles sinistrées soit deux cent quarante personnes. Ils y dorment, à même le sol, le plus souvent sur un simple tissu. Ce sont les plus chanceux, car tous n’ont pas pu « bénéficier » de ce « statut » de sinistrés. Comme Noëline, par exemple, qui se demande depuis une semaine si elle ne devrait pas quitter son quartier de la Cité Vorona. « L’eau effleure ma cour, mais elle n’est pas encore entrée dans ma maison. Chez ma belle-sœur, juste à côté par contre, c’est déjà fait. Et le chemin qui mène à nos maisons est lui aussi déjà inondé. » Elle n’est pas allée le signaler au chef du fokontany parce qu’elle n’est pas sûre d’être déclarée sinistrée.

Fifaliana montre sa maison inondée par les eaux.

Même souci pour Fifaliana pour qui la maison est en ce moment envahie par les eaux. « Les critères pour être déclaré sinistré ont l’air très stricts. Je crois qu’ils ne choisissent que ceux qu’ils connaissent. » Ce qui est sûr, c’est que les locaux pouvant accueillir les sinistrés ne sont pas suffisants. Les autres habitants d’Andranomahery qui n’ont pas pu rejoindre le fokontany, ont été placés à l’école primaire publique.Les problèmes que connaissent aujourd’hui les administrés d’Alain Ramanantana ne datent pas du passage d’Ava. « Nous avons commencé à accueillir les gens depuis décembre, lorsque les curages des canaux ont commencé. » À chaque saison des pluies, le jeune chef du fokontany ne manque pas d’accueillir dans ses locaux des familles chassées momentanément de leurs maisons par les fortes crues. Andranomahery est bâti au bord et sur les eaux. Mais cette année est un peu différente, constate Alain Ramanantana. L’eau met plus de temps à baisser. « Je vais vous montrer pourquoi », dit-il en nous entraînant au bord du grand bassin d’Ankorondrano. « C’est cette bande de terre que vous voyez à l’horizon qui nous pose problème. Elle se situe près du canal C3 à Anosivavaka-Ambohimanarina. C’est un remblai. C’est lui qui réduit considérablement le passage des eaux. Il y a même une clôture en pierre qui empêche l’eau de passer. »

 

Un  grand soulagementAlain Ramanantana est venu avec les autorités compétentes- du ministère de l’Aménagement du territoire et de la commune- constater de visu le problème. « Ils se renvoient la balle », se contente-t-il de dire, un rien désabusé. Lui pare au plus pressé. «  Nous avons déjà une motopompe pour faire évacuer l’eau dans le canal Andriantany. Il nous en faut une autre. » Le ministère de l’Eau et de l’énergie a également effectué un pompage des eaux dans les parties inondées pour les reverser dans le canal GR. Quatre jours après le passage du cyclone, l’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo (APIPA) a annoncé que l’alerte, au niveau de la plaine d’Antananarivo, est passée de rouge (danger imminent) à jaune (menace de danger). Il y a décrue.À Andranomahery, Fifaliana elle aussi est plus rassérénée, mais pour d’autres raisons. Elle revient de chez le médecin et son bébé a enfin reçu les soins qu’il faut. Depuis que les eaux ont envahi sa maison, l’enfant a été pris de fièvre. « Ils sont trois bébés dans ce cas », affirme-t-elle.Comment les habitants d’Andranomahery-Ankorondrano ont-ils été autorisés à habiter dans cette zone inondable ? « Ils n’ont pas à demander la permission, ils sont sur leur terre », affirme Alain Ramanantana. Comme Noëline, installée depuis quatorze ans à cité Vorona. « La sœur de ma belle-mère nous a appelés. Il y avait un terrain où il n’y avait pas encore de maison, alors nous nous sommes installés là. » À aucun moment, elle ne pense partir.«  Si par malheur on nous obligeait de le faire, nous allons faire bloc. Deux cent cinquante toits ont été érigés à cité Vorona. » Fanja, sa collègue, a habité un temps à Andranomahery. Sa mère y vit toujours. Elle, elle a déménagé à Soavimasoandro avec sa famille. « J’en avais assez d’être sinistrée. »

Le canal C3, bloqué par un remblai dont l’autorisation est plus que douteuse.

Les remblais, la menace tranquille

Il a été mis à jour par les récentes pluies drainées par le cyclone « Ava ». Au niveau d’Anosivavaka-Ambohimanarina, un remblai a considérablement réduit le lit du canal C3, chargé au même titre que le canal Andriantany, de drainer les eaux de la plaine d’Antananarivo. Résultat, dans certaines zones basses d’Antananarivo, l’eau ne passe plus ou très difficilement comme c’est le cas au niveau du marais d’Ankorondrano. Une saignée, six ouvertures perforées à la base de la clôture, a été effectuée pour essayer de la faire évacuer. Un étroit petit canal a également été creusé tout le long. Mais l’eau passe difficilement.D’après les explications d’Edison Razafintsihoarana, dans un premier temps, la commune urbaine d’Antananarivo a émis un avis favorable sous réserve du plan d’urbanisme définitif du quartier d’Andraharo. Début janvier, elle a émis un avertissement à l’encontre du propriétaire et lui a ordonné une cessation immédiate des travaux ainsi qu’une remise en l’état naturel.Du côté du département de l’Aménagement du territoire, les explications ont été données par Gérard Andriamanohisoa, directeur général. En matière de remblai, il faut se conformer au plan d’urbanisme. Seul le plan d’urbanisme, après étude cohérente et sectorielle, est habilitée à déterminer que telle zone est une zone de rizières, une zone de service, une zone bassin tampon, ou une zone industrielle. La seule zone industrielle que possède Antananarivo est la zone Forello, mais elle est saturée. Cette zone industrielle s’est étendue par la suite à Andraharo et Ankazomanga. À partir de 2006, la zone d’Ankorondrano a été redéfinie zone industrielle et des remblais ont pu y être autorisés. Les environs du By-pass connaissent également le même cas de figure. Après la construction de la route, les gens ont vu une opportunité d’urbanisation. Comme il s’agit d’une zone prévue accueillir les eaux de crue en cas d’inondation, 600 hectares aux alentours de la voie ont été interdites de construction. D’une manière générale, tout remblai ou construction non conforme au plan d’urbanisation est interdit. Le permis de remblayage est délivré par le maire lorsqu’il s’agit d’intérêt privé et par le ministère lorsqu’il s’agit de route ou de gare routière par exemple.

L’eau du bassin d’Ankorondrano, gênée aux entournures, peine à sortir.

Betsimitatra au gré des vagues

Située au sud de la capitale, bordée des autres côtés par une ligne de colline, la plaine alluvionnaire du Betsimitatara est arrosée par l’Ikopa et ses affluents : Sisaony, Mamba, Andromba. Aménagée par le roi Andrianjaka d’abord, par Andrianampoinimerina surtout, grâce à d’importants travaux hydrauliques, confortés au temps de la colonisation, portée par ses eaux, elle fait à la fois le malheur et le bonheur d’Antananarivo. Car avec ses six mille hectares de rizières, elle est le grenier à riz de la région de la capitale nationale.La culture du riz s’y fait en fonction des saisons. Il existe deux périodes de culture du riz : le « vary aloha » planté en saison sèche, repiqué en aout-septembre et récolté avant les premières inondations de janvier. Le « vakiambiaty » est cultivé en saison des pluies, repiqué en décembre-janvier et récolté à la fin des pluies, à partir d’avril-mai. Ce système savamment mis en place depuis plus de cent ans, décrit par F. Ciolina dans son « Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée » publié en 1946, est aujourd’hui menacé par les aléas du climat et la pression démographique. Les remblais avancent sur les rizières et les 200 km de canaux construits parviennent de plus en plus difficilement à contenir les eaux qui menacent d’inonder la ville basse à chaque saison des pluies.

S’étendre vers le nord pour créer de nouvelles zones industrielles où il n’y a pas de problème de remblai.

Extension vers le nord

La pression foncière est indéniable, consent Gérard Andriamanohisoa, directeur général de l’Aménagement du territoire. Il cite, pour illustrer ses propos, les chiffres de l’Organisation des Nations unies pour l’habitat : 1 500 000 personnes recensées dans la zone de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA), et 1 700 000 personnes en dehors de la CUA. Six cent mille personnes vivent dans la zone basse, c’est-à-dire en-dessous de 1 250 mètres, niveau du canal Andriantany.  La population de la capitale et de ses environs double en l’espace de vingt ans. Le défi, pour la capitale, dit-il, est d’allier les solutions économiques aux solutions techniques. Antananarivo a besoin de zones industrielles pour créer de l’emploi. D’où cette « vision large » d’un Grand Tana qu’il voit s’étendre plutôt vers le nord, « car il n’y a pas là de problème de remblai ». Il parle également d’une vision polynucléaire de la région de la capitale où il s’agira de dynamiser l’Atsimondrano, l’Avaradrano et Ambohidratrimo en les connectant entre elles pour désengorger le centre urbain.

 Textes : Rondro Ramamonjisoa - Photos : Rondro Ramamonjisoa, Mamy Mael

L'express de Madagascar0 partages

Droits de l’Homme – La CNIDH poursuit les enquêtes

Du pain sur la planche. Les dossiers chauds sur les droits de l’Homme survenus l’année dernière ne connaissent pas d’évolution dans leur traitement. Selon la Commission Nationale Indépendante pour les Droits de l’Homme, lors d’une conférence de presse, à son quartier général aux 67ha, des mystères planent sur l’affaire Antsakabary, ainsi que d’autres affaires qui ont marqué l’année 2017. Selon la présidente de cette institution, Mireille Rabenoro, la CNIDH prévoit de suivre les activités et investigations menées en 2017. Malgré la soumission d’un rapport auprès des différentes institutions, aucune avancée majeure ne semble être observée dans l’enquête. «Un an après les faits, on ne connaît pas encore les identités de ceux qui ont lynché les deux policiers à Antsakabary… Des maisons ont été incendiées et des personnes, maltraitées. Et jusqu’à maintenant on ne connaît pas non plus où en est l’affaire», a soutenu la présidente de la CNIDH. Le fait est qu’il est intolérable que des cas comme cela restent sans suite. «Il est inadmissible que des policiers soient lynchés ou des maisons brûlées et des personnes martyrisées sans que cela reste sans suite», a souligné Mireille Rabenoro.Autre dossier sans suite, à Ambatolampy, Brickaville ou encore Vohilava, des entreprises exploitent la terre sans en avoir une autorisation préalable. «Sans avoir de permis minier, ces entreprises exploitent les pierres précieuses et détruisent les biens publics, les plantations, polluent l’eau…», a expliqué la présidente de la CNIDH.

DifficultéLa commission pour les droits de l’Homme projette, entre autres, de poursuivre une enquête sur le droit à la défense et à un procès équitable, ainsi que se lancer dans la protection des lanceurs d’alerte.À part ces affaires, la CNIDH pourrait ajouter à ses listes de suivi l’exploitation humaine. Dernièrement, la capture d’une femme qui participait à la traite de femmes malgaches en Chine pour le prix de plus de vingt millions d’ariary par femme.Cependant, la commission pour le droit de l’Homme admet déjà rencontrer une difficulté dans ce domaine. «Il s’avère que des femmes victimes de cette exploitation sont en difficulté. Les agences de placement profitent de cette vulnérabilité pour allécher leurs clientes en leur promettant une meilleure situation, une fois à l’étranger», a-t-elle expliqué. Pour ces nombreuses tâches, la commission aura besoin de matériel pour poursuivre son travail. L’ambassade de Suisse a profité de ce moment pour faire un don symbolique de trois ordinateurs portables afin de permettre aux commissaires de mener à bien leur travail.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Concert classique – Ny Andovy envoûte par  une prestation symphonique

Des retrouvailles avec tous les férus de musique classique de la capitale furent transcendantes. Une fois encore, le concert classique de midi initié par l’association Madagascar Mozarteum a fait carton plein à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely hier. Ce grand moment de communion musicale a ouvert de manière officielle, la saison 2018 des artistes de musique classique.Pour sa 86e édition, c’est tout un groupe de musiciens talentueux et débordants de créativité que le Madagascar Mozarteum a convié sur la scène de l’IFM. « Ny Andovy» désignant un oiseau rare, s’est ainsi découvert au public, sublimant la salle de sa poésie rehaussée par la maîtrise du genre classique de la part des huit musiciens qui le composent. Un concert symphonique de bout en bout, affichant une complicité innée entre eux. Le rendez-vous d’hier a enivré le public aux rythmes de chaque note que les musiciens ont jouée. Vers 13 heures, Ny Andovy prend ainsi son envol avec Lalasoa Rajoelisolo et Agnès Joignerez jouant de la flute, Joachim Rakotoniaina, Ravo Raboanarison et Samuthiah Andrianarivelo aux violons, Hervais Rabarison au viola, Kiady Rakotomalala aux violoncelles et enfin Vitou Razafitrimo au piano.  Comme il est d’usage, c’est un vibrant hommage à la musique classique en général que le concert classique de midi propose. Ainsi, pour cette occasion, les œuvres du compositeur allemand Jean-Sébastien Bach étaient à l’honneur, à savoir, son « Concerto in D minor » interprété exclusivement en piano et à la flute pour ce concert,

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Deux duels de choc  en perspective

Dernière ligne droite. Les finales masculine et féminine de la deuxième édition de l’Open Ady Omby Ambohimanarina se tiendront ce samedi 20 janvier. Les matches se dérouleront sur le terrain du VIe arrondissement à Ambohi­manarina. En finale des dames, JSCA jouera à domicile contre Bad Team. Et du côté des hommes, le club d’Andraisoro Tia Basketball ou AT2B qui souffle cette année ses dix bougies, sera opposé à Unite. En demi-finales, ce dernier a écarté Audacious d’un écart d’un demi-panier, 66 à 65. Et le club d’Andraisoro a, pour sa part, défait Astar sur le score de 78 à 70. Chez les dames, JCSA a éliminé l’AT2B d’Andraisoro sur le score de 57 à 54, d’une part. Et Bad Team s’est imposé de son côté 58 à 52 face à la formation de STK Ambodihady, d’autre part. Cette version 2017 de l’Open Ady Omby Ambohimanarina a vu la participation de vingt équipes chez les hommes et neuf chez les femmes. Un zébu et un mouton sont à gagner respectivement pour l’équipe championne chez les hommes et celle des dames.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Madagascar sous le blocus anglais

La Grande Île vit paisible, oubliée, à l’époque. « Au point que le gouverneur général Léon Cayla, qui exerçait alors son pontificat, la qualifiait, pour glorifier sa gestion, d’ile heureuse » (A.P. Marion, 1945).Septembre 1939 : Madagascar mobilise ses forces militaires et diminue, par contre coup, son activité économique. Puis dès juin 1940, c’est l’incertitude : divers courants contraires l’entrainent vers le désordre et… l’histoire.Car pour la première fois, les stations radios occidentales commencent à la mentionner, même si à l’époque (1940-1942), « hormis quelques petits clans, quelques isolés sonores, il n’y a pas, sur la terre du moramora, d’union concrétisant une opinion politique susceptible de canaliser des idées identiques, de constituer un élément dynamique et non une force statique ».  Et si l’appel du général de Gaulle, le 18 juin 1840, ses « vibrantes objurgations » au cours des mois qui suivent, ont des échos, cela reste des échos.Madagascar, comme tant d’autres colonies, vit « en tutelle avec une administration sacrosainte, infaillible, omnisciente ». Du reste, en juillet 1940, une grande revue militaire métropolitaine précise le rôle que doivent désormais jouer les colonies sur l’échiquier international : rester aux côtés de « Vichy-Allemagne ».Face à ce conflit franco-français, le vécu quotidien des populations se détériore et l’on constate une recrudescence des actes de banditisme. Les brigandages, souvent à main armée, s’étendent à de vastes régions de l’Ouest. Les cambriolages dans les villes atteignent leur apogée. À Antananarivo, à la faveur de la nuit, dans les coins écartés, on peut se faire dévêtir en un tour de main et laisser nu, tandis que le voleur, « pauvre bougre à court de linge, s’efface dans l’ombre. »En parallèle, sur le plan économique, les produits ne s’exportent plus que très difficilement, les lois de protection créent  de cours fictifs et la France paie plus cher que pour les États-Unis pour des produits qu’en temps de paix, elle n’importe presque pas. Les magasins doivent vendre jusqu’à épuisement de leurs stocks « pour faire croire que tout est normal et, peut-être aussi, que l’on est toujours approvisionné». On exclut tout contrôle, on bannit longtemps toute idée de bon ou de carnet, on endigue trop tard les hausses.Cette politique illogique et imprévoyante crée le marché noir. « Il devait fleurir et fructifier au-delà des plus belles folles espérances au point de faire accroire que le pays est spécialement adapté à ce genre particulier d’exploitation indirecte du pauvre par les profiteurs et les aigrefins. » On fait des« battues » dans les campagnes lointaines, sous prétexte de protéger le paysan. « Les agents d’exécution se muent en super aigrefins et leurs razzias, au nom de la loi, ne sont pas prêtes d’être oubliées. »Il semble qu’un régime collectiviste s’ébauche. Mais en fait, l’enrichissement « éhonté » des uns a, pour « lugubre » contrepartie, une régression marquée des populations éloignées des centres et due à la mévente et au marché noir.Le résultat ne doit pas tarder à apparaitre et doit persister longtemps. Le goût du travail disparait, le laisser-faire, le laisser-aller reprennent aisément leurs droits. « Le dépouillement des humbles doit être encore parachevé par ces vestiges d’une époque désuète : les chefs de canton, ces vautours, se basent sur les possédants les plus modestes tantôt pour forcer la main pour des billets que l’on ne remet jamais de la loterie dite malgache !»Sur le plan social, les postes médicaux sont vides : les médecins et infirmiers se contentent de remplir du papier. Les petits enfants, faute de mieux, sont couchés dans la cendre encore chaude du foyer, dans les zones froides où la mort guette ceux qui ne sont pas suffisamment protégés. Du reste, les Malgaches revêtent les tissus en raphia, comme l’ont fait leurs ancêtres cent cinquante ans plus tôt.Enfin, il y a les files de gens qui attendent, des heures interminables, devant le « bureau », qu’on veuille leur délivrer une autorisation d’acheter un peu de riz, de sel, de sucre… Bref, un peu de produits de première nécessité».

L'express de Madagascar0 partages

Reprise du vol Nosy Be – Antsiranana

La compagnie Air Madagascar annonce la réouverture de la ligne Nosy Be-Antsiranana après avoir suspendu cette liaison en 2015.  Le vol inaugural de cette destination s’est effectué le 16 janvier. Le poids de Nosy Be dans le secteur touristique n’est plus à présenter. Cette mesure serait ainsi bénéfique au développement du secteur touristique et économique de cette partie nord de Madagascar.

L'express de Madagascar0 partages

Une BMW télescope un îlot séparateur

Le chauffeur ayant perdu le contrôle de sa BMW a fini par faire une sortie de route et a percuté un îlot séparateur, près d’une station-service à Antani­nandro, dans la nuit de mardi à hier. Aucun blessé ni mort n’est toutefois à déplorer. Le véhicule a été amoché.

L'express de Madagascar0 partages

Une nouvelle agence BNI Madagascar

L’ouverture de la 72ème agence BNI MADA-GASCAR située au centre du quartier populaire d’Anosibe clôture en beauté le palmarès 2017 de la banque en matière d’extension de son réseau. C’est la 15e agence à ouvrir ses portes en 2017. Celle-ci confirme le position-nement de cette institution financière comme banque de référence en matière de proximité et d’accessibilité. Elle ambitionne d’être présente dans toute la Grande île et dans les quartiers d’Antananarivo, afin d’apporter à la population les solutions et services bancaires les plus innovants et adaptés à tous types de besoins.

L'express de Madagascar0 partages

Un jeune homme noyé

Un jeune homme qui n’avait pas donné signe de vie depuis mardi a été retrouvé noyé dans un fleuve à Ambodivondava, commune d’Antsofinondry, hier matin. Ses proches ont avisé le fokontany, ainsi que le comité de vigilance locale après sa disparition. Aucune trace de violence n’a été constatée sur la dépouille.

Midi Madagasikara0 partages

Conseil des ministres : Une trentaine de nominations

Comme à l’accoutumée, le conseil des ministres d’hier a procédé à une vague de nominations. Soit une trentaine. Le ministère auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage vient en tête avec 19 nominations. Le ministère du Commerce et de la Consommation arrive en seconde position avec sept nominations. En troisième position, la Présidence de la République avec trois nominations. Le ministère de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration, du Travil et des Lois Sociales occupe la quatrième place avec une seule nomination.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ampandrana : Des voleurs à la tire dans les arrêts de bus pris sur le fait

Ce n’est pas la première fois qu’on entend l’existence des voleurs à la tire qui rôdent dans les arrêts de bus afin de commettre leur forfait. Agissant en groupe, ces gangs profitent du moment où un taxibe s’arrête pour prendre et déposer des passagers. Mais, les policiers du commissariat du 3è arrondissement de la Sécurité publique ne baissent pas les bras pour lutter contre ces malfrats. Des policiers en tenue civile surveillent en permanence ces lieux. Cette stratégie a démontré son efficacité. La preuve, deux de ces gangs ont été pris sur le fait à l’arrêt dit Tranobe à Ampandrana, à quelques mètres du Collège Rasalama, samedi dernier. Des policiers en tenue civile les ont surpris alors qu’ils s’apprêter à agir. Déférés au Parquet du tribunal Anosy le 15 janvier, les suspects sont placés sous mandat de dépôt à Antanimora.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Iavoloha : Valse diplomatique hier

Poignée de main entre le Président Hery Rajaonarimampianina et l’ambassadeur de la Corée du Sud, Lim Sang-woo.

Trois ambassadeurs ont été nouvellement accrédités auprès de la République de Madagascar.

Les nouveaux ambassadeurs de la Corée du Sud, de la République Tchèque et du

Rwanda ont présenté successivement leurs lettres de créance au Président Hery Rajaonarimampianina, hier matin, à Iavoloha. Valse diplomatique en sorte. Il s’agit notamment de l’ambassadeur de la République de Corée, SEM Lim Sang-woo. Notons que l’établissement de la relation diplomatique entre Madagascar et la Corée remonte en 1962, mais il y a eu une petite rupture. C’etait en 1993 que le Pays du Matin calme a de nouveau renoué sa relation avec la Grande Ile. Cette année 2018 est ainsi celle du 25e anniversaire du rétablissement des relations diplomatiques entre Antananarivo et Séoul. Il a été souligné que l’arrivée du nouvel ambassadeur coréen va accélérer la réalisation de nombreux projets, plus particulièrement dans le domaine des infrastructures et celui de l’énergie. Avant sa nomination à Madagascar, l’ambassadeur de la Corée du Sud, Lim Sang-woo était conseiller d’ambassade au Brésil.

République tchèque. Le nouvel ambassadeur de la République tchèque, SEM Michal Kral s’attellera à donner un nouveau souffle aux relations diplomatiques entre les deux pays, et à renforcer la coopération, notamment dans les domaines des investissements, de l’énergie et du développement social. Par ailleurs, l’appartenance de la République tchèque à l’Union européenne contribuera au renforcement de cette coopération. Avant sa nomination à Madagascar, le Dr Michal Kral était  l’ambassadeur de la République tchèque en Afrique du Sud.

Rwanda. Quant au nouvel ambassadeur du Rwanda, SEM. Vincent Karega, il s’est réjoui des perspectives de renforcement de la coopération entre les deux pays, en particulier dans les domaines de l’agriculture, des infrastructures, du tourisme et de la gouvernance. Par ailleurs, cette coopération est appelée à se renforcer dans le cadre de l’Union africaine, d’autant plus que le Chef de l’Etat rwandais, Paul Kagame, assure actuellement la présidence de l’UA. Le Rwanda, après le génocide et la guerre civile du début des années 90 est devenu aujourd’hui un modèle de développement et de gouvernance en Afrique. Notons qu’avant sa nomination à Madagascar Vincent Karega était le Haut Représentant du Rwanda en Afrique du Sud.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Antsofinondry Sabnam : Lehilahy efa tsy hita telo andro, maty natsingevan’ny rano

Tovolahy iray sahabo ho 20 taona any ho any no hita faty tetsy Ambodivondava, Antsofinondry, omaly maraina. Raha ny fanazavàna azo dia efa tsy hita hatramin’ny alahady ity ranamana ity, ary efa nikaroka azy hatraiza hatraiza ireo fianakaviana. Olona sendra nandalo teny amin’izany faritra izany no nahita ity razana natsingevan’ny rano ka niantso avy hatrany ireto tompon’andraikitry ny filaminana teny an-toerana. Tonga avy hatrany teny moa ireo zandary niaraka tamin’ny mpitsabo. Tamin’ny fizahana ny razana no nahafantarana fa olona mipetraka eny amin’iny faritra Sabnam iny ihany ity tovolahy ity. Nampandrenesina teo no ho no eo ihany moa ireo fianakaviana ka tamin’izany no nahafantarana io fanjavonany io. Hatreto dia mbola eo am-panaovana fanadihadiana tamin’ny antony nahafaty ity lehilahy ity ireto tompon’andraikitra amin’izany. Ny azo lazaina fotsiny, hoy izy ireo, dia maty an-drano tsotra izy io fa tsy nisy namono akory, raha ny fijerena ny razana am-boalohany. Mbola teny aminy avokoa mantsy ny fitafiany rehetra. Tsy nahitàna marika na ratra na mangana ihany koa ny tenany iray manontolo taorian’ny fitsirihan’ny mpitsabo azy. Ny fanontaniana lehibe kosa dia ny hoe tamin’ny fomba ahoana ny nahatongavany tao anatin’io farihy io ? Taorian’ireo fitiliana sy fizahana moa dia efa nomena ireo fianakaviana ny razana. Misokatra kosa ny famotorana ataon’ny zandary.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

RN4 : Sprinter roa nifandona, olona iray maty tsy tra-drano

Efa matetika no andrenesana trangana lozam-pifamoivizana amin’ny lalam-pirenena fahefatra ary takisiborosy no tena mamoa-doza. Ny Zoma 12 Janoary lasa teo, tokony ho tamin’ny 01 ora maraina, dia takisiborosy roa samy marika « Mercedes Sprinter» Mampitohy an’Antanànarivo amin’Antsohihy, no nifanehatra tao anaty fiviliana na « Tournant.» Ny fiara avy any atsimo moa niala lalana nitsivala teo afovoan’ny arabe, ary ny fiara iray avy any avaratra kosa tonga dia nitrotrongy satria nandeha mafy. Teo amin’ny toerana antsoina hoe Marotaolana PK+ 266 no nitrangan’izany. Olona 21 niaraka tamin’ny mpamily no tao antin’io fiara avy any avaratra io, tamin’ny fotoana nisehoan’ny voina ka enina tamin’izy ireo no naratra mafy, fa ny iray tao afaran’ny Mpamily moa no maty tsy tra-drano. Ny tena nahagaga anefa dia voalaza fa tsy naninona ilay mpamily sy ireo mpandeha tamin’ilay fiara avy any Antanànarivo. Azo heverina araka izany fa nandeha mafy dia mafy io Sprinter saika nivarina tanaty antsana io, saingy tsy fantatra mazava izay antony, na ny haratsian’ny lalana na saika hiala mpandeha an-tongotra tampoka, na alika, na tapaka hitsaka, izay angamba no nahatonga azy nitsivala teo afovoan’ny arabe. Raha ny fanampim-panazavana voaray hatrany dia nandeha mafy io fiara io, no sady mihaotra ny refy ny entana ambony tafo nentiny, ka izay koa no mety nahatonga ny loza. « Efa nahazo fitsaboana teny amin’ny hopitalibe Morafenokely avokoa ireo olona naratra ireo izay samy mbola atahorana avokoa ny ainy, fa ilay maty kosa efa nentina any Antanànarivo. Somary mafimafy ihany mantsy ny fidonan’ilay fiara avy any Antsohihy tamin’io fiara iray nitsivalana teo amin’io arabe io, raha ny fijery azy teny an-toerana,» hoy ny nambaran’ny tompon’andraikitry ny Zandary avy eto Maevatanàna. Nidina teny an-toerana ny mpitandro ny filaminana nijery ny zava-nitranga, saingy mbola ao amin’ny toerana iandraiketan’ny Zandary avy ao amin’ny « Brigade de Police de la Route,» no nisehoan’ny loza, ka izy ireo no mandray an-tanna ny famotorana sy ny fanadihadiana.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Maroantsetra : Roalahy voalaza fa mpanafika, maty niharan’ny fitsaram-bahoaka

Olona roa, izay voalaza fa nanafika tanana sy nangalatra jirofo indray no maty, niharan’ny fitsaram-bahoaka tany Maroantsetra. Tsy namelan’ireo fokonolona nahasambotra azy, izy roalahy ireto raha tsy tapitra ny ainy. Ny alatsinainy sy talata lasa teo no nitrangan’izany tao amin’ny fokontany Anjahana, kaominina ao ihany. Raha ny zava-nitranga, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandarimariam-pirenena dia nisy fanahafihan-jiolahy tao amin’io tanana io ny herinandro lasa teo. Olona iray no namoy ny ainy vokatr’izany fanafihan-jiolahy izany ary vola mitentina eo amin’ny fito hetsy ariary teo ho eo no lasa, niampy jirofo sivy kilao. Vetivety dia niely eran’ny tanana ny feo. Roalahy izay teo an-toerana ihany no niantefan’ny ahiahian’ireo mponina rehetra ka raikitra teo ny savahao sy ny fisamborana. Ny alatsinainy lasa iny no voasambotra ny lehilahy iray, izay isan’ireo noahiahiana. Tsy nisy alaharo alaharo nataon’ireo mpisambotra fa avy hatrany dia daroka sy vono, ka tsy namelan’izy ireo raha tsy namoy ny ainy ilay lehilahy. Ny talata lasa teo indray kosa no hitan’ireo fokonolona ilay namany. Nitovy tsy nisy valaka tamin’ny nahazo ilay voalohany ihany no nahazo ity farany, ary dia maty ihany koa no niafaràny. Tamin’ity iray farany ity moa dia efa nahazo antso mialoha ireo zandary, ary niezaka  nidina haingana teny an-toerana, saingy efa tsy nisy azo natao intsony nahakasika ilay ranamana. Fantatra fa ambonin’ireo zandary ireto dia mbola nisy hafa nalefa nidina tany amin’io faritra io, nanatevin-daharana iretsy namany amin’ny famotorana sy ny fanafidihadiana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Affaire Houcine Arfa : Silence du ministre Henry Rabary-Njaka

La version officielle du MAE sur l’affaire Houcine Arfa est très attendue par l’opinion publique.

Le silence des autorités gouvernementales susceptibles d’être concernées par cette affaire intrigue bon nombre d’observateurs.

S’il y a deux ou trois personnalités du régime qui doivent réagir sur cette affaire Houcine Arfa, c’est le ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka. Or, si un mandat d’arrêt international a été déjà délivré à l’endroit de ce Franco-algérien, ce mandat devrait passer par un canal diplomatique avant d’atterrir à Paris, via l’Ambassade de France à Madagascar. Le ministère des Affaires étrangères de Madagascar est donc bel et bien au courant de cette affaire que l’Etat malgache ne voudrait pas jusqu’ici porter sur le terrain diplomatique. Jusqu’à présent, c’est le ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions Harry Laurent Rahajason qui assure aussi bien le rôle de la ministre de la Justice Rasolo Elise Alexandrine que celui du chef de la diplomatie malgache. Débordé, le porte-parole du gouvernement est allé jusqu’à verser dans le ridicule lorsqu’il a brandi des menaces contre la presse et a affirmé qu’il y a un lien entre les révélations de Houcine Arfa et la présence à Paris de l’ancien président Marc Ravalomanana.

Remaniement. D’après des indiscrétions, Henry Rabary-Njaka ne voudrait pas prendre les risques de s’exprimer sur cette affaire en cette période où un remaniement du gouvernement se précise. Nos sources indiquent que la plupart des membres du gouvernement ne connaissent pas le dessous de cette affaire Houcine Arfa. La preuve, même le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a pris toutes les précautions possibles lorsqu’il a été interrogé hier par les journalistes. Le locataire de Mahazoarivo s’est contenté d’expliquer qu’en vertu de l’accord de coopération judiciaire entre Madagascar et la France et qu’à cause du fait que la France n’extrade pas ses ressortissants, c’est au gouvernement malgache de trouver un moyen juridique permettant de poursuivre Houcine Arfa sur le sol français. Du côté français, un responsable à l’ambassade de France à Ambatomena a fait savoir que l’affaire Houcine Arfa se trouve déjà entre les mains des autorités judiciaires de deux pays.

Désaccord. Quoi qu’il en soit, force est de constater que le ministre Henry Rabary-Njaka semble préoccupé par ses mésententes avec le secrétaire d’Etat en charge de la Coopération et du Développement Rafatrolaza Bary Emmanuel. D’après nos sources, le désaccord entre ces deux membres du gouvernement atteint actuellement un degré tellement élevé qu’il a un impact néfaste sur la diplomatie malgache. Le prochain remaniement pourrait départager Henry Rabary-Njaka et Rafatrolaza Bary Emmanuel. Nos sources ont permis de savoir que le secrétariat d’Etat en charge de la Coopération et du Développement risque d’être supprimé du futur gouvernement. Ce qui conduirait au redressement de l’organigramme du ministère des Affaires étrangères.

R. Eugène