Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Jeudi 17 Décembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara11 partages

Crise de 2020 à Madagascar : 1,4 million de nouveaux « extrêmement pauvres », selon la Banque Mondiale

Ceux qui vivent avec moins de 1,9 dollar, soit environ 7.000 ariary par jour, sont considérés comme extrêmement pauvres, selon le seuil fixé par la Banque Mondiale.

La pandémie de Covid-19 a engendré de graves impacts sur l’économie malgache, d’après le rapport de la Banque Mondiale sur les « Perspectives économiques de Madagascar : Tracer la voie de la reprise ». Celui-ci indique une perte de revenus pour 64% des ménages.

Des réformes audacieuses. C’est ce que préconise la Banque Mondiale pour réussir une relance économique forte et durable, après la crise de Covid-19. Selon cette institution, l’économie malgache « s’est contractée de 4,2% en 2020, en raison des perturbations du commerce international et de l’activité domestique liées à la pandémie de Covid-19. L’intensité de la récession est donc comparable à celle de la crise politique de 2009 et a été principalement due à une forte baisse des recettes d’exportation et des investissements privés », a-t-elle publié. D’après les explications, ce choc a causé une augmentation significative de l’extrême pauvreté. Indicateurs alarmants. La Banque Mondiale estime que, durant cette année 2020, près de 1,4 million de personnes sont tombées sous le seuil de la pauvreté et vivent désormais avec un revenu de moins de 1,9 dollar par jour. Cette évolution négative porte le taux de pauvreté à 77,4%, soit le niveau le plus élevé depuis 2012. Dès le premier semestre de 2020, 64% des ménages ont signalé une perte de revenus. 97% des entreprises ont noté une baisse de la demande de leurs produits et services.

Cercle vicieux. Du côté du secteur public, les finances de l’Etat ont également pris un sérieux coup. La crise a, non seulement, causé une baisse considérable des recettes fiscales, mais a également imposé une hausse des dépenses publiques. Selon le rapport, le déficit budgétaire a atteint 5,2% du PIB (Produit intérieur brut) du pays, pour cette année. « Les risques de surendettement ont augmenté ces derniers mois mais restent modérés grâce à une prudence budgétaire observée durant les années précédentes et des sources de financements largement concessionnels », lit-on dans le rapport. En outre, le secteur financier a été touché par l’augmentation des defauts de crédit, mais la solvabilité des banques reste généralement saine. « Au-delà des répercussions de la crise, la croissance économique reste structurellement entravée par l’insuffisance du capital humain, la forte prévalence de l’informalité et de l’agriculture de subsistance, le manque et le mauvais entretien des infrastructures de connectivité, et la faiblesse de la gouvernance. En l’absence de réformes ambitieuses, la crise risque d’exacerber ces contraintes et de freiner durablement le développement du pays », a souligné l’auteur du rapport, Marc Stocker, économiste principal à la Banque mondiale pour Madagascar.

Difficultés. Madagascar n’est pas sorti d’affaire. Selon l’économiste, les effets économiques de la pandémie continueront de se faire sentir en 2021. « La croissance devrait se redresser graduellement pour atteindre 2 % en 2021, avant de rebondir plus sensiblement à 5,8 % en 2022. Le taux de pauvreté restera bien supérieur à ses niveaux d’avant la crise, ne diminuant que modérément pour atteindre 76,6 % en 2022 », a-t-il indiqué, en soulignant que les projections sont particulièrement incertaines, avec la possibilité qu’une deuxième vague de la pandémie ou d’autres chocs économiques et climatiques retardent la reprise. Pour sa part, Marie-Chantal Uwanyiligira, Représentante de la Banque mondiale à Madagascar a noté que le retour à une croissance durable va largement dépendre de la capacité de l’Etat à mobiliser des ressources intérieures pour les investissements prioritaires dans le capital humain et les infrastructures, ainsi que des réformes d’envergure pour stimuler l’investissement privé et la création d’emplois, accélérer la dématérialisation de l’économie, stimuler la productivité agricole, et renforcer la sécurité alimentaire.

Antsa R.

Midi Madagasikara8 partages

Vaccination contre la Covid-19 : La Banque Mondiale prête à appuyer le pays

Madagascar mise sur les produits de recherche locaux pour la lutte contre la Covid-19.

Face à l’évolution de la pandémie liée à la Covid-19, la Banque mondiale a fait savoir qu’elle souhaite appuyer Madagascar dans la tenue d’une éventuelle campagne de vaccination.

La Banque Mondiale recommande de « focaliser les interventions de l’État sur les mesures de mitigation à court terme ». C’est ce qui a été avancé lors de la présentation par visio-conférence du rapport sur la perspective économique de Madagascar. Des recommandations qui prendraient en compte « les risques liés à la crise socio-économique actuelle ». Mais surtout « le risque de résurgence de la maladie comme ce qui se passe dans les pays occidentaux ». Lesdits risques seraient importants et pourraient « continuer à affecter les perspectives du pays ». Ainsi, pour la Banque mondiale, afin d’éviter des vagues de Covid-19, il y a des « besoins de focaliser les interventions de l’État sur les mesures de mitigation à court terme ». Le secteur de la santé a été nommément cité durant la journée d’hier. Ce, dans la mesure où les mesures de mitigation en question devraient, outre « la mise en place d’une stratégie de dépistage et de traçage à grande échelle », correspondre « à la préparation d’une campagne de vaccination quand les vaccins seront disponibles ». Propos qui ont surpris plus d’un, étant donné que le gouvernement a officiellement fait savoir qu’il ne voulait pas importer de vaccins contre la Covid-19. 

Prête. Interrogé sur l’existence de financement destiné à appuyer Madagascar dans une éventuelle campagne de vaccination contre la Covid-19, la Banque mondiale explique avoir « mis en place un programme d’à peu près 12 milliards de dollars destiné aux pays en voie de développement afin de les appuyer dans la quête de vaccin ». Aussi, la Banque mondiale affirme « être tout à fait ouverte à collaborer avec le gouvernement malgache ». Avant de préciser « pouvoir mettre les fonds disponibles dépendamment de la décision du gouvernement ». Par ailleurs, il a été avancé que « le processus de vaccination sera long et va s’étaler sur plusieurs mois, voire une année». « L’immunité collective avec le vaccin ne devant être atteint que vers l’ 2022 », précise-t-on. Et que « le retour à la normale lié à ce processus de vaccination ne sera pas effectif qu’à partir du milieu de l’année 2020 ». Dans ses propos, la Banque mondiale précise qu’elle sera certainement prête à collaborer avec Madagascar dans ce processus de vaccination contre la Covid-19 lorsque le gouvernement sera prêt….Reste à savoir si le gouvernement le sera. Ce qui signifierait un changement de décision sur ce qui est de ne pas vouloir importer des vaccins. 

José Belalahy

Midi Madagasikara3 partages

Eclairages publics Contribution de Vivo Energy, en appui aux efforts de la Jirama

Signature de protocole d’accord entre la Jirama et Vivo Energy.

Le secteur privé soutient la Jirama dans ses actions pour relever les grands défis de l’amélioration de l’alimentation en eau et électricité. Hier, c’est la société pétrolière Vivo Energy Madagascar, qui a manifesté son soutien à l’action « Un jour, une ville : Caravane de la lumière ». En effet, cette société a doté d’éclairages publics COBRAS, les quartiers d’Antananarivo, environnant le canal Andriantany. Elle a également fourni deux citernes de 10m3 chacune, pour renforcer l’approvisionnement en eau dans la ville de Fianarantsoa. Outre Vivo Energy qui commercialise les produits Shell à Madagascar, la société pétrolière Jovenna a également fourni des lampes LED, pour l’éclairage public. « Pour la Jirama, ce genre de partenariat renforce son engagement dans la mise en œuvre du Velirano du président de la République Andry Rajoelina, qu’est de Fournir à tous de l’Electricité et Eau », a déclaré le directeur général de la Jirama, Vonjy Andriamanga, lors de la cérémonie de signature de protocole d’accord avec Vivo Energy, qui s’est tenue hier.

Antsa R. 

Midi Madagasikara1 partages

Elections sénatoriales : « De l’argent pour les électeurs » selon l’observatoire Safidy

La proclamation officielle des résultats est prévue le 7 janvier prochain.

Les observateurs électoraux nationaux poursuivent la publication des premiers résultats des travaux qu’ils ont menés dans le cadre des élections sénatoriales. Dans un rapport relayé à la presse, hier, l’observatoire Safidy a constaté des « irrégularités » durant le processus. Celles-ci sont survenues aussi bien avant et durant le jour du scrutin, selon la déclaration à la presse de l’observatoire. Notamment des tentatives d’influence sur le vote des grands électeurs durant la précampagne et le jour du scrutin, a souligné l’observatoire Safidy. Ces pratiques, illégales en soi, selon toujours cette organisation, ont été observées sous différentes formes dont « le regroupement des grands électeurs dans un endroit spécifique, l’organisation de réunions avec présence obligatoire des maires et des conseillers communaux ou municipaux ainsi que l’organisation de transport groupé des grands électeurs ».

Dotation. Par ailleurs, l’observatoire a également constaté la « persistance de l’activité de pré-campagne sur la récurrence des mauvaises pratiques de pré-campagne avant le délai légal ». Et dans le cadre de l’organisation du tirage au sort, les textes en vigueur n’ont pas été respectés, affirme toujours l’observatoire Safidy qui n’a pas manqué de signaler au passage que « les mauvaises pratiques de dotation en matériels, et/ou en argent pour les électeurs » persistent toujours. A ce sujet, le Kmf-Cnoe a déjà déclaré, la semaine dernière, la distribution d’argent aux grands électeurs durant ces élections sénatoriales. Aussi, l’observatoire Safidy affirme que « la neutralité des agents de l’administration n’est pas encore acquise » pendant ces consultations.  Au niveau des 6% des districts observés par cette organisation, « la campagne effectuée par les candidats s’est encore faite en présence ou avec la participation de fonctionnaires », a-t-elle déclaré.

Boycott. Cette organisation souligne tout de même que les élections sénatoriales se sont déroulées dans le calme, malgré ces « quelques anomalies ». Dans 99% des districts observés, l’observatoire affirme ne pas avoir relevé ni de calomnie ni de diffamation de candidats. En tout cas, le boycott des élections sénatoriales par plusieurs formations politiques a beaucoup affecté l’ambiance générale durant la campagne électorale.

Recueillis par Rija R. 

Midi Madagasikara1 partages

Ambassadeur russe à Madagascar Stanislav Akhmedov : « J’étais témoin des événements décisifs dans...

L’ambassadeur russe à Madagascar, Stanislav Akhmedov, en pleine conversation avec le maire de la capitale Naina Andriantsitohaina. ( Photo Princy)

La mission de l’ambassadeur de la Fédération de Russie à Madagascar, Stanislav Akhmedov, à Madagascar, arrive à son terme. A cet effet, une réception ou un pot d’adieu, c’est selon,  s’est tenue, avant-hier, à l’ambassade de Russie à Ivandry. Lors de son allocution, l’ambassadeur a déclaré « Il est temps pour moi de faire mes adieux à ce merveilleux pays où j’ai passé plus de sept ans très intéressants. Par ma propre expérience, je suis convaincu de l’hospitalité du peuple malgache. Pendant cette période, j’étais témoin des événements décisifs et j’ai gagné plusieurs amis ». Et d’ajouter que « je pars avec la tristesse à l’occasion du départ, mais aussi avec la satisfaction des résultats obtenus ». Le diplomate n’a pas manqué également de toucher mot à la coopération entre les deux pays, notamment dans les domaines de santé, de la pêche et du transport. Ce fut aussi une occasion pour le doyen du corps diplomatique de souhaiter la paix, la stabilité et la prospérité au peuple malgache.

Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Vohipeno : Tanana iray manontolo may kilan’ny afo

Zava-doza ! Mahatratra hatrany amin’ny trano 700 tafo eo ho eo no levon’ny afo tanteraka tao amin’ny kaominina Nato, distrika Vohipeno ny talata lasa teo, araka ny fampitam-baovao nalefana olom-boafidy tany an-toerana. Fianakaviana an’arivony no tsy manan-kialofana vokatr’izay.

Ny tanana iray manontolo mihitsy no levon’ny afo tanteraka, raha ny loharanom-baovao azo hatrany. Tokony ho tamin’ny roa ora latsaka teo no nitranga ny loza. Afo izay niainga avy tamina trano falafa iray teo an-toerana. Koa satria nanampy tosika tamin’ny fahavoazana ny toetr’andro tany an-toerana dia vetivety teo dia niparitaka tsy nisy toa izany ny afo. Saika trano hazo rahateo moa ny any. Ary na dia teo aza ny fiezahan’ireo mponina tamin’ny famonoana ny afo dia very an-jambany fotsiny izany. Hany sisa nataon’izy ireo dia nitazam-potsiny ireto fananana nohariana tao anatin’ny taona maro, potika sy levona tao anatin’ny fotoana vitsy. Raha ny fanazavàna azo hatrany dia vokatry ny « court-circuit » nateraka « panneau solaire » iray efa simba no nahatonga ny loza. Mazava ho azy moa fa mipetraka any ambony tafo izy ireny, kanefa ilay tafo eto dia ravin-kazo maina, hany ka nanamora ny firehetana. Tonga nanampy ireo fokonolona tany an-toerana moa ireo mpitandro filaminana sy ireo tompon’andraikitra isan-tokony.

Teo anatrehan’ny zava-nisy dia nisy ny antso avo nataon’ireo tompon’andraikim-panjakana tany an-toerana sy ireo olom-boafidy mba hitondràna izay voatsirambin’ny tanana ho an’ireo mponina ao Nato ireto. Araka ny hita ao anatin’ny kaonty FB ny solombavam-bahoaka voafidy tao Vohipeno, Atoa Tsabotokay Honoré, dia afaka mandrotsaka izay foy na lamba na kojakoja hafa ho an’ireto fianakaviana an’arivony tra-boina izay terem-panahy amin’ny alalan’ilay hetsika « Antso vonjy ho an’i Nato ».  « Afaka mandray izany aho raha eto Antananarivo ka ato Tsimbazaza misy olona afaka mandray izany. Atao anaty mangarahara izany. Filan-kevitra 0343380373. Azo alefa Mvola ihany koa »

m.L

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Air Madagascar – les salariés ne recevront que la moitié de leur rémunération habituelle

Les problèmes surviennent au niveau de la rémunération des salariés de la compagnie aérienne Air Madagascar. A cause de l’urgence sanitaire, le transport aérien est de moins en moins fréquenté. Air Madagascar n’offre que le minimum de leur services, à savoir les vols spéciaux et les rapatriements, depuis le mois d’Avril 2020.
Ce fait engendre également un gain minime, par rapport aux paies qui devront être réalisées au sein de la compagnie. La décision a été prise que les employés de la compagnie aérienne Air Madagascar ne pourront recevoir que la moitié de leur salaire pour les 3 prochain mois, c’est-à-dire jusqu’en mars 2021, sachant que les salaires du mois de novembre dernier n’ont pas encore été payés.
Ino Vaovao0 partages

RAIM-PIANAKAVIANA NAMPIJALY ZANAKA : Nifona tamin’ireo rehetra tohina sy nitolo-batana teny amin’ny Polisy

Raha ny fanazavana voaray dia niafina ary tsy hita popoka ity raim-pianakaviana ity, taorian’ ireo tranga herisetra fampijaliana nataony an-janany, ka omaly alarobia vao nitolo-batana tany amin’ny mpitandro filaminana . Etsy ankilany dia nandefa horonantsary maneho fialan-tsiny sy fifonana faobe ho an’ireo olona rehetra tohina tamin’ny zavatra nataony tao amin’ny tambazotra  «  facebook  »  moa izy, io omaly io. Mitohy hatrany kosa ny famotorana lalina ataon’ny Polisy azy, ka hatolotra ny Fitsarana tsy ho ela ny raharaha. 

Raha tsiahivina hatrany, ny alatsinainy 14 desambra 2020, vao maraina no niparitaka tamin’ny tambazotran-tserasera «  facebook  » ny horonantsary iray mampiseho herisetra nataon’ity raim-pianakaviana, ka betsaka ireo tezitra sy nalahelo ary koa nampandre ny zandary sy ny Polisy ary ny Fikambanana maro samihafa haingana mba hijery akaiky sy handray andraikitra momba izany. Ny alatsinainy ihany dia noraisin’ny posily an- anana ilay zaza sy ny reniny.

Efa nisy ihany koa ny fitsirihana ara-pahasalamana natao an’ilay zaza niharan’ny daroka sy vono teny amin’ny tobim-pahasalamana. Hatreto moa dia mangataka ity raim-pianakaviana ity mba hamela azy ireo olona izay tezitra tamin’ny toetra tsy mendrika nataony. 

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAMONOANA AFO TAO TOAMASINA : Noafahana vonjimaika ilay nanompa sy nandrahona mpamonjy voina

Raha tsiahivina ny alahady 13 desambra lasa teo, raha nanatanteraka asa famonoan’afo tamin’ny hain-trano nitranga tao amin’ny fokontany Analankininina-Morarano, tokony ho tamin’ny iray ora maraina. Tokantrano enina no kila forehitra ary enina hafa voatery narodana mba tsy hiitaran’ny afo.

Nandritra an’izany, mbola ao anatin’ny fahasahiranana manao izay fomba hifehezana ny afo izay ireo mpamonjy voina dia nisy raim-pianakaviana iray nandalo tamin’ny moto ka nanitsaka ireo fantsona nitondra ny rano hamonoana  afo. Vokany, vaky ny fantsona iray. 

Nampametra-panontaniana sahady hoe avy taiza ralehilahy nandalo amin’ny 2 ora sy sasany marina. Raha notenenina tamin’ izay ity raim-pianakavina ity dia ompa variraraka tsy faseho masoandro no azonay, tsy vitan’ izay fa mbola norahonany fa haka vatan-dehilahy hanafika ny mpamonjy voina eo am-panatanterahana ny asany izy no milaza fa tsy ho ela dia hisy zavatra hahazo anareo tsy misy olana aminy ny mamono fa tsy hisy olona afaka hampiditra azy am-ponja, hoy ny fanazavana nentin’ireo mpamonjy voina ao Toamasina. Midika izao fa tandindomin-doza tanteraka ny asanay, hoy hatrany izy ireo. Aim-bahoaka sy fananam-bahoaka no narovana, hoy ireo mpiasa eo anivon’ny vondron’ny mpamonjy voina teo anoloan’ny Fitsarana, ny andron’ny talata 15 desambra.

 Ankilany, mitombina tokoa ny efa voalazan’ ilay lehilahy, izay notorin’ireto mpamonjy voina ireo fa tsy misy olona afaka hampiditra azy am-ponja tokoa. Nahazo fahafahana vonjimaika na dia ompa sy fandrahonana ho faty aza no nataony tamin’ireo mpamonjy voina. Manahy amin’ny fisian’ny kolikoly mivandravandra eo anivon’ny Fitsarana ao Toamasina ireto mpamonjy voina ao Toamasina ireto noho ny famotsorana nataon’ny Fitsarana an’ilay olona mandrahona ho faty sy nanompa mpiasam-panjakana teo am-panatanterahana ny asany. Ny 19 desambra ho avy izao kosa ny fotoam-pitsarana.

IVT

Ino Vaovao0 partages

AMBATOLAMPY : Mampiahiahy ny mponina ny filazana fa namono tena ireo razana 4 mianadahy

Ny vaovao voaray omaly mahakasika ity raharaha ity raha ny tatitra avy any an-toerana dia telo mirahavavy iray tampo sy lehilahy iray no hita faty tamin’io fotoana io. Tsy fantatra mazava ary toa mampiahiahy ny besinimaro hatreto ny filazana fa namono tena tokoa izy ireo. Nandritra ny fitsirihana nataon’ny tompon’andraikitra teny amin’ny faritra nahitana ny razana mantsy dia voalaza fa nametraka taratasy mirakitra hafatra izy ireo nialoha ny fanapahan-kevitra namono tena niaraka izao. 

Nambaran’ izy ireo tao anatin’izany fa tsy nankasitrahan’ny ray aman-dreny ny fiarahan’ilay tovolahy sy ny tovovavy iray, hany ka izao namono tena izao noho ny alahelo diso tafahoatra izy ireo. Raha nandre izany tsy fankatoavana izany koa ireo iray tampo tamin’ilay tovovavy dia niombona alahelo ka niaraka namoy fo taminy. Ao anatin’ny famotorana lalina momba ity tranga ity moa ny mpitandro filaminana ao an-toerana ankehitriny, raha toa ka somary nampiahiahy ihany ny toe-java-niseho. Manodidina ny 16 ka hatramin’ny 18 taona eo ho eo moa ireto tanora ireto ary efa eo am-pelatanan’ny fianakaviana avokoa ny razana amin’izao fotoana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

KOREA ATSIMO : Nanamafy ny fahavononany hiara-hiasa amin’i Madagasikara

Nandritra ny lanonana izay notanterahina teny an-toerana no nilazany  fa mijoro eo anilan’i Madagasikara hatrany i Korea ary hanohy ireo tetikasa efa misy sy hanamafy ny fiaraha-miasa eo amin’ny Firenena roa tonta.

Marihina fa tamin’ny 14 desambra lasa teo ity masoivoho vaovaon’i Korea Atsimo ity no nanatitra ny dika mitovo ny fanendrena azy tao amin’ny Minisiteran’ny raharaham-bahiny. Tamin’io koa no nilazany fa manohana an’i Madagasikara amin’ny ady amin’ny covid-19 ny Koreana Tatsimo ary hitohy avokoa ny fiaraha-miasa rehetra nisy teo aloha.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FILAMINANA MAHARITRA : Hifampizara traikefa amin’ny firenena Soisy ny FFM

Araka ny fanazavan’ny filohan’ny FFM, Maka Alphonse, hanampy an’i Madagasikara amin’ny fametrahana fitoniana sy filaminana maharitra eto amin’ny Firenena ny fanjakana Soisy.

 Hisy koa ny fifanakalozana traikefa amin’ny fametrahana fitsinjaram-pahefana tena izy, noho i Soisy modely eran-tany amin’ny fametrahana rafitra eny ifotony. “Fotoana niaraha-nidinika mikasika ny zava-misy any amin’ny firenena Soisy sy ny zava-misy eto Madagasikara io. Modely eran-tany amin’ny fampiharana ny fitsinjaram-pahefana ry zareo Soisy, ka izay no nifanatonana. Betsaka ny fiaraha-miasa azo atao fa ny iarahan’ny FFM aminy dia ny fikatsahana filaminana maharitra”, hoy ny fanazavan’ny filohan’ny FFM.

Tsara ny manamarika fa ny 30 isan-jaton’ny tetibolan’ny firenena Soisy dia miompana any amin’ny kaominina avokoa ary ny 40 isan-jato any amin’ny Faritra. Mampizotra sy manamaivana ny andraikitra raisin’ny Fanjakana foibe izany ary manome vahana bebe kokoa ny rafitra eny ifotony. “Fametrahana filaminana sy fitoniana no antom-pisian’ny FFM ka izay no nahatonga ny roa tonta nifanatona. 

Milamina sy mandroso i Soisy ary ikoizana eran-tany ny zava-bitany. Betsaka ny lesona azo tsoahina tamin’ny zava-bitany”, hoy hatrany ny fanazavana.  Nanantitra moa ny filohan’ity rafitra ity fa hisy tantsoroka ara-teknika homen’ny firenena Soisy saingy mbola ao anatin’ny fihibohana isika eto Madagasikara amin’izao fotoana ka tsy afaka mandray azy ireo.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

HCDDED : « Mila hatsaraina ny lisi-pifidianana aha tiana tsy hiverina intsony ny korontana »

Nilaza ny teo anivon’ny HCDDED fa mila hatsaraina foana izany raha tiana tsy hiverina intsony ny korontana eo amin’ny fikarakarana fifidianana.

Manao izay ho afany amin’ny fanentanana ny olom-pirenena mba hanatsara ny lisi-pifidianana ny eo anivon’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana (Céni) saingy tsy mamparisika ny ankamaroan’ny olona izany. Tsy misy afa-tsy ny isam-batan’olona mantsy no tompon’andraikitra amin’izany ankoatra ny hetsika fanisam-bahoaka atao eny anivon’ny Fokontany. Izay olom-pirenena mahatsapa tena no manoratra ny anarany ao anaty lisi-pifidianana.

Ao anatin’ny vanim-potoana fanavaozana isan-taona ny lisi-pifidianana ny Firenena ankehitriny kanefa zara raha azo isaina amin’ny rantsan-tanana ireo olona tonga manamarina na manoratra ny anarany ao anatin’ny lisitra izay efa miparitaka eny anivon’ny Fokontany. Iza no tompon’andraikitra sy homen-tsiny rehefa miseho ny lesoka avy eo  ? Nilaza ny teo anivon’ny Filan-kevitra ambony momba ny demokrasia sy ny tany tan-dalàna na ny HCDDED fa tsy misy afa-tsy ny fahatomombanan’io lisi-pifidianana io no afaka hampitony ireo karazana olana misy isaky ny fifidianana atao eto amin’ny Firenena. Nambaran’ny Filoha, fa tokony hohatsaraina foana io lisi-pifidianana io, raha toa ka mbola mahita tsy fahatomombanana amin’izany ireo tompon’andraikitra isan-tokony dia tsy tokony handroso fifidianana mihitsy aloha. «  Ny eto amin’ny HCDDED dia mampahatsiahy fa tokony hohatsaraina foana ny lisi-pifidianana mba tsy hisian’ny korontana ara-pifidianana amin’ny manaraka. Fa raha sanatria ka io tsy milamina dia aoka tsy hanao fifidianana aloha  », hoy ny fanazavana. Noho izany dia anisany tompon’andraikitra amin’ny fisian’ny fitoniana ara-politika, indrindra ao aorian’ny fiatrehana fifidianana ny olom-pirenena rehetra feno taona. 

Nandritra ny atrik’asa niarahan’ny HCDDED tamin’ny mpanao gazety, omaly no nanambaran’ny filohany izany. Nohamafisiny ihany koa fa mila tena hampiharina eto amin’ny Firenena ny tena demokrasia mba hialana amin’ny olana ara-pôlitika.  «  Isika eto Madagasikara dia manana ny mampiavaka antsika saingy tsy voatrandraka izany. Inona moa izany ny fananantsika ny demokrasia ? Saingy tsy hampiharintsika izany fa miafinafina any ambadika any  », araka ny nambarany hatrany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANDRAHARAHANA NY FONJA : Nanao atrikasa hanamafisana traikefa amin’ny fitantanam-bola

Hamafisina, araka izany, ny traikefan’ireo tompon’andraikitra amin’ny fikirakirana sy fitantanam-bolan’ny fonja avy amin’ny faritra maromaro. Nisy ihany koa ny fifampizaràna traikefa satria mampiasa volam-panjakana ny fandraharahana ny fonja hividianana sakafon’ny voafonja. Ao ihany koa ny fividianana fitaovana ampiasain’izy ireo. 

Tanjona lehibe apetraky ny minisitera ny fampihenana hatramin’ny fanafoanana ny kolikoly. Ny olana tsy maintsy misy fa rehefa mahazo fampiofanana dia afaka manatsara. Tsiahivina moa fa vao tsy ela izay dia tompon’andraikitry ny fonja iray no nahiditra am-ponja noho ny fampiasany tsy ara-drariny sy ho an’ny tombontsoany manokana ny fananan’ny fonja tao Ambatoboeny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

COVID-19 ATY ANTSIRANANA : Hosaziana mafy ireo tsy manaja fihetsika sakana

Nidina ifotony, nitety ireo toerana be olona ny alarobia 16 desambra teo ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny izay notarihan’ny governoram-paritra Diana.Nanambara ity farany fa amin’ny fotoana ankatoky ny fety tahaka izao dia ahitana fifampikasohana maro, ka noentaniny ny vahoaka tsirairay mba hanaja ireo fihetsika sakana rehetra mba hiarovana amin’ny fiparitahan’ny valanaretina coronavirus.

Nanamafy ihany koa ireo amin’ny mpitandro filaminana fa handray fepetra amin’izay tsy manao aro vava raha mivoaka ny trano, aorian’izao fanentanana faobe izao. Raha ity resaka Covid-19 ity no resahina, dia fantatra fa laharana fahatelo ny faritra Diana raha ny eto Madagasikara, aorian’ny faritra Analamanga sy Antsinanana.Araka izany dia tsy mitsahatra ny manao fanentanana ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny, mba hahafahan’ny tsirairay hanao fety am-pilaminana, mba tsy hidirana amin’ny fihibohana indray sanatria.

Araka ny fantatra dia tsy mitsaha-miakatra ny tarehimarik’ireo olona voan’ny coronavirus aty Antsiranana ary efa mihanaka saika manerana ny fokontany 23 amin’ny 25 izany.

Ankoatra ireo toerana betsaka olona nanaovana fanentanana ireo dia fantatra fa hametahana afisy avokoa eo anivon’ny birao rehetra, ny toeram-pivarotana, amin’ireo fiaram-pitaterana sy ny hafa. Hatreto aloha dia mbola ferana amin’ny 10 alina ny fikatonan’ireo toeram-pisotroana sy karaoké, ary koa tsy maintsy manaja ireo fepetra ara-pahasalamana.

 Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

KAOMINA AMBANIVOHITRA AMBATOBOENY : Ho voavaha tsy ela ny olan’ny rano fisotro madio

Nitarika izany Randriatsiferana Simon Robison, sekretera jeneralin’ny Minisiteran’ ny Rano sy fanadiovana ary ny fidiovana sy Tsiambakay André Talem-paritry ny rano sy ny fanadiovana ary ny fidiovana Boeny, izay misolo tena ny Minisitry ny Rano sy fanadiovana ary ny fidiovana.

Nohamafisin’izy mirahalahy nandritra ny lanonana fa ny kaominina no tompon’ ny fotodrafitrasa fa ny Jirama kosa no mitantana izany. Vola mitentina 700 tapitrisa Ariary no natokan’ny fanjakana hanaovana ity fotodrafitr’asa ity, izay efa manomboka amin’ izao fotoana izao, ka 90 andro no faharetan’ny asa fanamboarana. Nandritra ny taona maro satria efa tany amin’ny 1985 tany no nijaly rano fisotro madio ny mponin’Ambatoboeny. 

Tsy rano fisotro madio ihany fa hatramin’ny rano hisehana mihitsy. Ity fotodrafitrasa ity no hamaha ny olan’ny vahoaka any an-toerana satria misy olona efa 30 taona mahery izao mbola tsy nahita rano nandeha tsara ao amin’ny kaominina ambonivohitra Ambatoboeny.

Vanessa

La Vérité0 partages

Tentative de meurtre à Anosipatrana - Le suspect porte une cagoule

Mardi dernier, les éléments de la Police des mœurs et des mineurs ont arrêté un suspect pour une affaire de tentative de meurtre accompagnée d’un viol à Anosipatrana.  Les faits remontent le soir du dimanche 6 décembre dernier où une habitante de ce quartier, âgée de 38 ans, tombait entre les mains de son agresseur, alors qu’elle venait de quitter un restaurant du quartier avant de rentrer chez elle.Là, le suspect dont il était impossible de l’identifier par le fait qu’il portait une cagoule, avait entraîné de vive force la dame dans une ruelle mal famée où il l’avait violée.Après coup, il l’avait battue sans management au point que la victime perd connaissance. Devant cette situation, il avait balancé la femme dans un bac à ordures. Contrairement à ce que l’agresseur avait cru, la victime a survécu à ses coups et autres sévices. Une fois qu’elle a retrouvé ses esprits, la dame a fait des efforts surhumains pour rentrer à son foyer.Après constat des faits, ses proches l’avaient immédiatement emmenée à l’hôpital. Interrogée par la suite à propos de son agresseur, la victime n’a pas hésité à affirmer que celui-ci est un voisin de quartier.La famille de la concernée a alors porté plainte auprès de la PMPM Anosy, le lundi suivant. Alors que la Police a démarré son enquête, les proches de la victime expliquent que le suspect était venu les rencontrer, mardi dernier. Et pas les mains vides. Il a apporté 100 000 ariary comme sa participation dans les soins de la victime. Tant que ça ! Il supplie aussi la famille afin qu’elle ne porte pas l’affaire devant les autorités, et lui propose de la régler à l’amiable. Mais finalement, tout s’est dénoué comme il ne l’avait pas prévu. Car en croyant le problème aplani, il s’est tranquillement attablé dans un bar du coin lorsque la Police l’y avait arrêté. L’affaire aurait dû être déférée hier.Franck R.


La Vérité0 partages

Service militaire - Le recensement prolongé jusqu’à jeudi

 Conscients de l’importance de la position militaire ainsi que leur responsabilité citoyenne, les jeunes se sont rués vers le stade de Betongolo, depuis lundi, pour le recensement. Malgré une attente qui a duré jusqu’à une demie journée, ils ne se sont pas découragés. Si le recensement devait prendre fin, ce jour, comme l’a stipulé la note de service, publiée par le ministère de la Défense nationale, le test sera prolongé jusqu’au jeudi 24 décembre prochain. Les deux premiers jours, c’est-à-dire, les 21 et 22, seront destinés seulement aux femmes tandis que les 23 et 24 pour les hommes.Pour la journée du samedi, le Général de brigade aérienne, Rasolonirina Roger, directeur du Service national et de la gestion des réserves ( DSNGR), a annoncé que c’est une session exceptionnelle, pour les retardataires, plus précisément, ceux qui ne pourront pas venir durant ces 5 jours, à cause du travail, des études ou d’autres occupations. Sans exception, hommes ou femmes, ils pourront venir à Betongolo pour passer le test. Chaque jour, la direction du Service national et de la gestion des réserves distribue jusqu’à un millier de fiches d’inscription.  En rappel, tous les citoyens malagasy, hommes ou femmes âgés de 19 à 31 ans doivent participer au test d’aptitude militaire. Tous les candidats se trouvant dans le District d’Antananarivo- ville sont réunis au stade de Betongolo. Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Bibliothèque nationale de Madagascar - Au diapason des nouvelles technologies

Bibliothèque numérique, la grande réalisation du ministère de la Communication et de la Culture avec ses partenaires, inscrite dans le cadre de la promotion des livres à travers les auteurs jusqu'aux lecteurs. Orange Madagascar en partenariat avec l’ambassade de France à Madagascar y ont particulièrement apporté leur expertise notamment dans le déploiement d’une bibliothèque numérique, en y mettant à disposition une bibliothèque virtuelle qui intègre des milliers d’ouvrages et des supports électroniques sur l’histoire de Madagascar. Selon Christophe Bouchard, ambassadeur de France à Madagascar, 300 abonnements à Culturethèque disposant 230 000 documents en ligne se rapportant à des magazines, autoformations, livre jeunesse y ont été intégrés. « Nous avons voulu ouvrir un espace numérique car nous le savons, nous assistons depuis quelques années à une diversification des usages du livre » s’est réjouie Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture hier. Un espace de lecture publique pouvant accueillir jusqu’à 100 personnes vient également d’être inauguré. A cela s’ajoute la salle portant le nom du grand nouvelliste, dramaturge et poète malagasy Davis Jaomanoro. Il s’agit également d’une zone dédiée aux études et aux recherches. Faut-il mentionner que ces actions ont été appuyées par différents pays à l’instar de la Suisse qui, entre autres, est le premier ayant offert des livres à ce département, a souligné son représentant à Madagascar, Chasper SAROTT. « Nous avons lancé le défi de donner à la Bibliothèque nationale de Madagascar la vrai place qu’elle doit occuper. C’est celle d’un endroit connu de tous pour puiser du savoir, échanger des connaissances, déployer des pensées, se divertir et s’émouvoir entre les lignes», s’est félicité hier le numéro Un du ministère de la Communication et de la Culture en marge de la cérémonie d’inauguration. Ranoe, représentant des auteurs n’a pas caché sa joie dans son discours, hier.  « Le ministère de tutelle nous a valorisés en acquérant nos productions littéraires. La promotion de nos œuvres à travers les médias en est aussi une action louable», a-t-il avancé. Outre ces aménagements, il est à noter qu’un inventaire complet des livres dont dispose cet établissement a été réalisé. Une étape qui s’est poursuivie par une acquisition des ouvrages en vue d’enrichir la collection. A travers une nouvelle politique du livre, un programme de vulgarisation de la lecture « Ndao hamaky boky » a été lancé depuis le mois de mai 2019. Il Une vente-exposition par les auteurs, éditeurs et libraires aura aussi lieu. K.R.

La Vérité0 partages

Soutien de la Banque mondiale - La population du Grand Sud au cœur des priorités de l’Etat

L’époque où les victimes du Kere sont considérées comme des citoyens de seconde zone est désormais révolue. En effet, la population du Grand Sud est au cœur des préoccupations et figure à la tête des priorités de l’Etat.  « Je fais de la lutte contre la famine et la malnutrition dans le Sud de Madagascar, une priorité́ de l’Etat. Un combat que je mène de front avec la mobilisation de tout le Gouvernement malagasy et le concours des différents partenaires internationaux et nationaux, que je remercie vivement. Depuis trop longtemps, l’Etat a été absent de cette Région Sud de l’île et la population a été laissée pour compte et mise de côté. Il est désormais temps que cela change et l'objectif que nous nous sommes fixés est l'éradication totale et complète du Kere dans tout Madagascar à travers la mise en place des solutions médico-sociales d'urgence mais aussi et surtout des solutions économiques sur le long terme ». Ces mots sont ceux du Président, Andry Rajoelina hier au Palais d’Iavoloha à l’occasion de l’annonce d’un appui financier de la Banque mondiale et de la signature de la convention dans ce sens. Des mots qui montrent la détermination du Chef de l’Etat à se débarrasser définitivement du fléau de la famine qui sévit dans le Sud.Déclarations en chaîneSuite à la sollicitation du Président Andry Rajoelina pour venir en aide aux compatriotes frappés de famine extrême, les bailleurs de fonds enchaînent les déclarations de soutien. Après les Etats -Unis, ce fut donc au tour de la Banque mondiale d’annoncer hier un don d’une valeur de 100 millions de dollars pour la population dans le Sud de Madagascar.Le 10 décembre dernier, le Conseil d'administration de la Banque mondiale a approuvé cette aide financière de l’IDA (Association internationale de développement) en vue d’améliorer l'accès aux infrastructures de base et aux moyens de subsistance ainsi que de renforcer la gouvernance locale dans le Sud de Madagascar, en mettant l'accent sur les jeunes et les femmes. Le projet, appelé MIONJO (qui signifie « se lever » dans le dialecte du Sud de Madagascar) couvrira les trois Régions du Sud de Madagascar, à savoir Anosy, Androy et Atsimo-Andrefana.Engagement à long termeHafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Est et australe a souligné le caractère récurrent de la famine dans le Sud. « Chaque année, le Sud de Madagascar souffre d'une grave sécheresse, entraînant une pénurie alimentaire sévère. Cette année, près de 1,3 million de personnes ont été touchées et leur vulnérabilité a été aggravée par la crise de Covid-19 », constate – t – il. Sur cette lancée, il explique l’objectif principal du projet qui, selon lui, est de « briser ce cercle vicieux et à donner aux populations du Sud la possibilité d'améliorer durablement leurs moyens de subsistance. La lutte contre l’insuffisance chronique d'eau et les facteurs d'insécurité alimentaire est au cœur de cet engagement à long terme».La série de projets adoptera une approche intégrée du développement durable, tout en soutenant la réhabilitation des principales infrastructures hydrauliques et en s'appuyant et renforçant la résilience socio-économique des communautés. Le projet approuvé constituera la première phase de cette série de projets et sera mis en œuvre pendant les quatre années suivantes dans la moitié des Districts des trois Régions du Sud. Il utilisera une approche adaptative pour piloter et apprendre, avec l'espoir de l'étendre au reste des Districts au cours de la deuxième phase. La première phase suivra une approche communautaire pour renforcer les institutions locales entre autres.La Rédaction

La Vérité0 partages

RN9 - Le plus long pont de Madagascar va voir le jour

Le projet de construction du pont le plus long de Madagascar d’une longueur estimée à 880 mètres, prend forme. Après l’Assemblée nationale, le Sénat a procédé hier à la ratification de trois projets de loi dont l’une est le projet de loi n°010/2020 du 24 juin 2020 portant projet de construction d’un pont sur la rivière Mangoky d’un montant de 20 millions de dollars à rembourser pendant 30 ans. Le prêt conclu entre l’Etat malagasy et le Fonds saoudien pour le développement économique arabe (FKDEA) correspond à la dernière tranche de financement utile à la construction de la RN9 et le pont au niveau de la rivière Mangoky. Les fonds destinés à la réalisation du projet sont désormais complets. Outre le FKDEA, le projet est donc financé par la Banque arabe pour le développement en Afrique, la Fondation Suisse de déminage, le Fonds OPEP pour le développement international (OFID).  « Ce projet est d’une importance capitale car les travaux de réhabilitation de la RN9 sont déjà en cours entre Analamisampy et Bevoay, ainsi qu’entre Bevoay et Manja. Le nouveau pont permettra de relier définitivement la RN9 », explique le ministre de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo.  Le projet de construction du pont de Mangoky comprend la construction d’un pont de 880 mètres de longueur et 7 mètres linéaires de chaussée à Bevoay, la construction des voies d’accès et de liaison avec la RN9, dont la construction d’un pont de 60 m à Fenoarivo, ainsi que la construction d’une prise d’eau sous le nouveau pont à Bevoay. « La réactualisation des études est en cours. Un appel d’offres sera lancé en juin ou juillet 2021. L’entreprise chargée de la construction sera donc connue l’an prochain », poursuit le ministre des Travaux publics. Le projet de construction du pont sur le fleuve « Mangoky » constitue une composante du projet de la réalisation de la RN9. Il s’inscrit dans le cadre de la stratégie du Gouvernement qui vise le désenclavement de vastes zones d’habitations et des impacts positifs majeurs sur le développement de l’agriculture, du tourisme, de l’économie en général et plus spécifiquement la lutte contre la précarité alimentaire des régions rurales directement sous l’influence de cette infrastructure. Le projet a pour objectif, de promouvoir des échanges commerciaux entre le Sud-ouest et le reste du pays, de contribuer au développement économique et social de la zone du projet, d’améliorer le cadre de vie et de réduire la pauvreté des populations de la zone du projet, d’améliorer les conditions de desserte de la Région Sud-ouest de Madagascar, de réduire le temps et le coût du transport, de valoriser le potentiel touristique et agricole de la Région, de faciliter l’accès de base et la lutte contre la pauvreté. La traversée du fleuve de Mangoky au PK199+700 se fait actuellement par bac, à perche tiré à la corde par les villageois. Le temps de traversée varie de 1 à 4 heures, selon la disponibilité du bac. En saison de pluie, l’usage du bac est arrêté à cause de l’importance de la crue, ce qui entraîne la coupure de la RN9. Pour désenclaver la Région, la construction de ce pont s’avère impérative. La rédaction

La Vérité0 partages

Rendez à la CUA, ce qui est à la CUA !

La ville des Mille croule sous le poids des immondices. Les ordures s’entassent de partout et salissent l’atmosphère. Les odeurs nauséabondes polluent l’air. Bref, Antananarivo n’est plus ! On suffoque ! Les cris au scandale inondent la toile.En l’état gravissime de la situation, le maire de la ville, Naina Andriantsitohaina assisté du ministre de l’Eau et du directeur général du Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo (SAMVA) est descendu sur terrain, en début de semaine, pour constater de visu les dégâts. Il a saisi l’occasion pour enfoncer le clou que la meilleure solution revient à la restitution du SAMVA à la tutelle de la CUA. Bizarre ! On l’a déjà entendu ce son de cloche. En 2017, un certain Marc Ravalomanana, conseiller spécial de son épouse, maire de la cité, l’entonnait déjà. Seulement, la cloche sonnait creux de la part de ce « conseiller très spécial ». En 1995, le régime de l’époque créa par la loi n° 95.035 le Service autonome de maintenance de la Ville d’Antananarivo (SAMVA) dont la mission et l’attribution reposent essentiellement sur les enlèvements des ordures de la Capitale. En 2007, le régime Ravalomanana destitua et relégua la Capitale en collectivité de catégorie 5 qui perdit ainsi son régime de statut particulier. Par conséquent, Antananarivo n’a plus le droit d’avoir la haute main sur les services autonomes. De ce fait, le SAMVA échappait à son contrôle et atterrit sous la tutelle du ministère de l’Eau. Pour une simple raison, la volonté de « punir » le nouveau maire, un certain Rajoelina Andry Nirina. Et voilà, la CUA gérée par le TIM, durement prise à partie par le Premier ministre du régime HVM, en 2017, comme étant un foyer de propagation de la peste de par les saletés, Ravalomanana Marc réclamait le « retour » du SAMVA à l’Hôtel de ville. Quelle ironie du sort tout au moins de l’histoire. Monsieur l’ex devra l’assumer pleinement ! A souligner que la restitution du SAMVA a déjà fait l’objet de requêtes à plusieurs reprises mais elle bute souvent à une fin de non recevoir.Et nous y voilà, le maire de la ville réclame de façon solennelle à qui veut l’entendre la restitution pour de bon du SAMVA dans le giron de la Commune. Seulement, jusqu’à nouvel ordre, laquelle « restitution » tarde à se manifester. Pourquoi ? Quel est le problème ? Ou plutôt, où en est le blocage ? La ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène Voahary Rakotovelomanantsoa, présente sur le lieu, a bien entendu la requête de Naina Andriantsitohaina. Selon le premier magistrat de la ville, il n’y a pas trente-six issues, il va falloir remettre sous la responsabilité de la Commune ce service qui, jusque-là, n’a pu montrer que sa défaillance. La ville des mille est totalement méconnaissable ! L’une des promesses phares du candidat Naina, inscrites royalement dans le Veliranon’Iarivo, consiste à redresser et faire renaitre la cité d’Andrianjaka de ses lustres d’antan dont entre autres la « propreté » et le « plaisir à vivre » !Où est donc le blocage qui empêche la CUA de remettre la main sur cet « outil » qui le permettra d’accélérer le redressement de la Capitale et de rattraper le temps perdu !
Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Noël et Nouvel an - Des offres festives au rendez – vous chez Baolai

Qui dit fête dit cadeaux. Les offres et idées dans ce sens ne manquent pas dans les grandes enseignes commerciales de la Grande île. A l’instar, la société « Baolai », où les appareils en électroménager sont de premier choix. « La marque « Hisense » que nous représentons depuis 10 ans, propose une large gamme de bons articles. Citons entre autres, le laser tv de 100 pouces (garantie 1 an), climatiseurs portatifs, four micro- onde, réfrigérateur, Smart tv et télé Led (garantie 1 an), machine à laver, Gsm », explique un responsable. A part cela, le « bazar de Noël spécial » organisé au 1er étage du « Laibao Center » à Analakely a déjà commencé. Pour les commerçants intéressés, plusieurs stands sont encore disponibles à la location, sans caution à partir de 800 000 ariary le loyer pour 1 mois. En bonus, diverses marchandises sont en promotion auprès de la société « Baolai », jusqu' au 15 janvier 2021. « Tous nos articles dans nos show-rooms de Bazar - be Toamasina, Soarano et Analakely, sont dédiés pour tout type de budgets et goûts. Comme les panneaux solaires mono et polychristalline, synthétiseur, subwoofer, table de mixage, fer à lisser (pour les cheveux), … » d' après toujours un responsable. Les divers renseignements sont visibles sur le site web www.baolai.mg, sur la page Facebook baolai et au 033 37 968 88 (heures de bureau). Les fêtes à venir promettent d’être joyeuses avec la société « Baolai » et ses 17 années d’existence.

La Vérité0 partages

Exportation - Traqués, 18 398 milliards d’ariary de devises rapatriés

Dépréciation de l’ariary et rapatriement de devises. Deux sujets économiques les plus évoqués lors du face-à-face entre les membres du Gouvernement et les députés au Centre de conférence international (CCI) Ivato, lundi dernier. En effet, l’ariary s’est largement déprécié depuis le mois de mars à cause de la crise sanitaire. Le dollar s’approchait même de la barre de 4 000 ariary en octobre et l’euro de 4 800 ariary. Afin de stabiliser l’économie et éviter une éventuelle inflation, le Gouvernement s’est penché sur le rapatriement de devises dans le pays. Le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra a déploré la situation dans laquelle se trouve le secteur minier par rapport à ce sujet. « Le montant de devises issues de l’exportation de produit minier est estimé à hauteur de 280 millions de dollars alors que 1%  de ce montant seulement est rapatrié», déclare-t-il. Le Trésor public a constaté le même fait. A la date du 17 novembre, 3 250 sociétés exportatrices se trouvent en situation d’irrégularité. Ce département a décidé, par la suite, de bloquer le compte des opérateurs dans le Système intégré de gestion des opérations de change (SIG-OC) afin de stopper temporairement leur échange commercial avec l’extérieur. Questionné par les députés sur l’avancement de la situation, le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato, a apporté avec précision le montant total de devises rapatrié depuis la mise en vigueur de cette disposition. « Le ministère déploie actuellement tous les efforts nécessaires pour valoriser l’ariary. Nous suivons actuellement la situation de 2 263 sociétés exportatrices. 1 395 entreprises se sont déjà conformées à la règle contre 868 qui se trouvent dans l’irrégularité.  A noter que 21 326 milliards d’ariary doivent être domiciliés à Madagascar. Nous avons déjà rapatrié 18 398 milliards d’ariary jusqu’à ce jour », annonce Richard Randriamandrato. La valorisation de l’ariary se fait actuellement sentir sur le marché interbancaire de devises (MID). Le dollar passe de 3 900 ariary à 3 735 ariary tandis que l’euro vaut 4 550 ariary contre 4 800 ariary il y a deux mois.Solange Heriniaina

Midi Madagasikara0 partages

Infrastructure devant le stade Makis : Le Malagasy Rugby tire la sonnette d’alarme

Les rugbymen ne sont pas d’accord avec le parking pour la vente de voitures d’occasion devant le stade.

Le Malagasy Rugby (MR) conteste la construction d’un parking dédié à la vente des voitures d’occasion devant le stade Makis. Cela pourrait empêcher l’homologation du stade par l’instance continentale.

 « C’est prévu qu’on abritera la 11e édition des Jeux des Iles de l’Océan Indien en 2023 et les Coupes d’Afrique des Nations du rugby à VII masculin et féminin, mais si la CUA persiste encore sur l’idée de construire cette infrastructure, le stade Makis risque de ne pas obtenir son homologation. Soyons au courant de ce qui s’est passé au stade Barikadimy qui passa d’abord par l’assainissement des riverains autour de la zone avant d’obtenir ce certificat». C’est ce qu’a annoncé le président du Malagasy Rugby, Marcel Rakotomalala, hier, lors de sa rencontre avec la presse face à cette idée d’ériger un parking dédié à la vente des voitures d’occasion dans le territoire du stade Makis à Andohatapenaka. En effet, c’est à cause des difficultés engendrées par le manque de parking dans la capitale et pour désengorger la ville que la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) a pris cette décision, mais cela pourrait créer un autre problème pour le ballon ovale. Les négociations auraient dû être faites bien avant mais le MR n’a même pas été avisé, selon les explications.

 « Le Malagasy rugby a déjà adressé une lettre de doléance à la Présidence, au Ministère de l’Aménagement du territoire et au Ministère de la Jeunesse et des sports, mais n’a pas encore eu de réponse favorable. Pourtant, le remblayage de terrain avait commencé de l’autre côté du stade, depuis la semaine dernière. Pour la sécurité à l’intérieur qu’à l’extérieur du stade, nous n’accepterons pas la mise en place d’une autre infrastructure à l’encontre du principe de ce stade qui est dit « manara-penitra » depuis que le président Andry Rajoelina l’a remis à la Fédération en 2012 », a déclaré le président, qui derrière lui, avait une centaine de joueurs membres de l’équipe nationale qui eux aussi luttent sur cette affaire. 

Entre autres, les Makis dames se préparent au tournoi de repêchage prévu se dérouler en début d’année dans le but d’obtenir le ticket pour Tokyo en 2021. Faute de financement, elles n’ont pas pu rejoindre l’Afrique du Sud pour les matchs de préparation avec la Tunisie et le Kenya. Pourtant, leur stage de 15 jours au Japon en début de l’année 2021 est toujours maintenu. 

Manjato Razafy 

Midi Madagasikara0 partages

Maltraitance d’enfant à Soavimasoandro : Le père de famille s’est rendu hier à la police

En milieu de matinée, le père de l’enfant de 11 ans s’est rendu à la police centrale de Tsaralalàna. Accompagné de son avocat, il est poursuivi pour maltraitance infantile. Vers 16 heures et après l’enquête préliminaire diligentée par la police des mœurs et la protection des mineurs, il a été placé en garde à vue. Il attend son défèrement au parquet dont la date n’a pas été annoncée pour le protéger. C’est une pluie de larmes pour sa famille, notamment sa femme et son enfant adolescent, durant le passage au commissariat central. Dans cette affaire, la police a été saisie par la vidéo partagée par les internautes, montrant le père de famille en train de maltraiter physiquement son enfant. Une vidéo devenue virale qui a choqué les internautes. Contrairement à ce qui a été annoncé sur les réseaux sociaux, le responsable de l’acte n’a pas été arrêté le même jour à Soavimasoandro. Craignant pour sa vie, il a décidé d’attendre que la situation se calme avant de se rendre en compagnie de son avocat au commissariat de police. « Oui, il y avait maltraitance, mais il faut chercher aussi à comprendre ce qui l’a amené à faire un acte pareil. L’enfant a écopé d’une mise à pied par son école pour la seconde fois. Ce qui a mené son père, choqué, à cet acte irréfléchi. Il faut savoir que ce dernier souffre d’un problème cardiaque et porte déjà une valve plastique suite à son opération », s’est exprimé Me Santanavalona à la presse. L’avocat dénonce le lynchage de son client par les internautes. « De nos jours, la clameur publique via les réseaux sociaux prend le dessus sur la justice. Tout le monde est devenu juge et le cas échéant, la présomption d’innocence pourtant disposée par la constitution n’a plus sa valeur », a-t-il expliqué. L’affaire est sur toutes les lèvres et les avis sont quelques fois divisés. Il y a ceux qui sont pour la sanction sévère du père de famille et ceux qui optent pour demander la clémence de la justice en se basant sur l’adage malgache « ny zanaka tiana tsy hitsitsiana rotsa-kazo ».

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Education à la vie en harmonie : Création de 342 écoles des parents dans tout Madagascar

(Photo : MEN)

L’éducation à la vie affective et sexuelle [appelons-la comme cela car c’est ainsi qu’elle est communément connue, Ndlr] est un programme déjà proposé dans beaucoup d’écoles privées du pays. Et dans les efforts de réforme de l’éducation nationale, cette matière sera également introduite dès cette année avec comme dénomination « Education à la vie en harmonie » ou EVH. Selon le ministère de l’Education nationale, 342 écoles des parents seront mises en place dans les 114 circonscriptions scolaires du pays. Le but étant d’impliquer les parents dans l’éducation de leurs enfants. Ils recevront donc une formation organisée par la direction de l’Education de masse et du civisme au sein du MEN. D’ailleurs, vers la fin de la semaine dernière, huit parents de l’EPP Soamandrakizay ont terminé leur formation. 

Un sujet sensible. L’utilisation du terme éducation à la vie en harmonie au lieu d’éducation à la vie affective et sexuelle a été choisie avec soin afin de ne pas choquer l’opinion publique qui considère encore qu’il est inapproprié de parler de sexualité aux enfants malgaches. Même chose dans les établissements privés qui ont opté pour d’autres termes comme EVA (éducation à la vie et à l’amour). Or, ce programme est essentiel selon l’UNESCO qui l’explique ainsi : « l’éducation complète à la sexualité va dans le sens de l’autonomisation des jeunes, grâce à l’amélioration de leurs capacités d’analyse, de communication et d’autres compétences utiles dans la vie, afin d’assurer la santé et le bien-être en termes de sexualité, de droits de l’homme, de valeurs, de relations saines et respectueuses, de normes culturelles et sociales, d’égalité des sexes, de non-discrimination, de comportement sexuel, de violence et de violence sexuelle, de consentement, d’abus sexuel et de pratiques néfastes. ». C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles les parents sont impliqués dans l’introduction de ce programme en classe, car ils sont les principaux freins lorsqu’il s’agit de parler de ce type de sujet à leurs enfants. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Anjiro : Olona efatra natao takalon’aina

Valifaty nitohy tamin’ny fakana takalon’aina tany Anjiro, Moramanga, ny alatsinainy teo. Araka ny fanazavana avy amin’ny zandary, naharay antso avy any amin’ny Ben’ny tanànan’ny Mandialaza ny lehiben’ny brigady Anjiro ny amin’ny tohin’ny fisamborana olona niarahana tamin’ny fokonolona ka nahafaty an’i Benoavy. Ity farany izay nanao herisetra sy fampitahorana olona tamin’ny alalan’ny fitaova-maranitra toy ny sabatra sy antsy ary ody gasy, tany Amberibe, fokontany Ambohimandroso, Kaominina Mandialaza, Distrika Moramanga ny herinandro ambony lasa teo. Nindaosin’ny fahafatesana anefa izy taorian’ny fisamborana azy. Taorian’izagy, dia nisy atao hoe fikambanana Lambamena miisa 10 tonga naka antsokosoko ny fatin’ny Beniavy ny alahady teo tokony ho tamin’ny 6 ora maraina, ary naka olona miisa 4 tao Amberibe, noentin’izy ireo nilanja io fatin’ny namany io ho any Anjiro kaominina Soalazaina, distrikan’ Ambatondrazaka. Norahonan’izy ireo ho vonoina ireo olona ireo raha toa ka tsy tonga any ilay kartie mobily ao Amberobe nanampy ny zandary nisambotra an’i Benoavy. Nandray fepetra avy hatrany ny zandary ka zandary miisa 10 no nalefa any an-toerana nitondrana ilay razana sy ireo olona 4 natao takalon’aina. Nampandre ny PA Soalazaina hanao fisakanana ny zandary. Namantana avy hatrany tany amin’ny fianakaviana nitondrana ny razana ny mpitandro filaminana. Mbola anatin’ny fifampiraharahana amin’ny hakana ireo olona efatra sy ny fanadihadiana momba ity Benoavy ity ny zandary any an-toerana hatramin’ny omaly. Andrasana ny fivoaran’ny toe-draharaha.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

« Ho soa hatrany » : AmbondronA en live demain

/ Pour les fans d’AmbondronA, les occasions de voir leurs idoles se multiplient.

Car toute occasion est bonne à saisir. Si la situation sanitaire actuelle n’est pas favorable aux tenues de grandes scènes, les activités reprennent de plus belles. Pour AmbondronA, le post-confinement est synonyme de promotion. Demain, le groupe suit le courant et se mettra en direct sur Facebook pour faire découvrir les morceaux constituant leur dernière ponte.  Pour ce soir, le showcase aura lieu au  centre commercial Santilo à titre gratuit cependant, en raison du respect des gestes barrières. Les entrées, bien qu’elles soient gratuites, seront très limitées.

Après deux concerts successifs à guichet fermés à l’Ifm Analakely, la bande à Beranto remet le couvercle mais à une plus large diffusion. Comme prévu, le septième album « Ho soa hatrany » a fait l’effet escompté. Après sa sortie en grandes pompes, l’opus connaît un engouement notoire auprès du public et AmbondronA enchaîne dorénavant les mini-concerts de promotion et les showcases.

Parallèlement, la récente sortie de la gamme de parfums Ambondrona a fait du tabac auprès des fans, tout comme l’album collector. Avec la technologie aidant, si les inconditionnels ne peuvent pas se déplacer, l’option digitale pourra combler les lacunes.  Fans d’AmbondronA, à vos écrans!

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Hip-hop : Agrad aligne « Tonga saina »

Agrad, en chef de file du rap new school, signera un nouvel opus bouillonnant

Avec « Tonga saina », en sortie publique dimanche, Agrad s’apprête à envoyer du lourd, probablement le meilleur album hip-hop de l’année. Un rêve de toujours sortir un opus en solo. 

En janvier 2019, Agrad sortait « Tonga saina ». « C’était là le déclic. Avant, j’étais fixé sur Gasyploit, c’est-à-dire le studio et la maison. Maintenant, je suis plus intégré dans la société. Comment pourrais-je chanter que je possède ceci ou cela, si derrière chez moi je sais qu’il y a une famille dans le besoin », expose l’artiste. Presque deux ans après, ce dimanche, il va sortir publiquement son nouvel album en solo, en autoproduction, « Mozika fanafody ».

Agrad regarde maintenant la vie au fond des yeux. « Maintenant j’ai un enfant. Il faut penser à lui, montrer le droit chemin. Moi, je le fais avec mes messages en musique », ajoute-t-il. Dans ce disque, le rappeur chante pour donner espoir. Il s’adressera dans l’ensemble des treize titres, intro et outro inclus, aux âmes blessées et aux cœurs déchirés, pour qu’ils relèvent la tête. La chanson éponyme du produit, « Mozika Fanafody » circule depuis un moment sur les réseaux sociaux.

Si de prime abord, le disque signe l’étape de la maturité, Agrad y voit plutôt la continuité. « Avant, c’était les chansons comme : “Lol”, on était taquin. Du temps où on était étudiants. Maintenant, je baigne vraiment dans la société, je vois ce que vivent les plus jeunes, alors, l’idée est partie de là. Ça se complète », avance l’un des meilleurs rappeurs de sa génération. Dans l’opus se trouvent des titres déjà diffusés comme « Kofboay », « Aleo handeha » et d’autres. Sans oublier les chansons juste sorties du four.

L’environnement rythmique fait le va-et-vient entre le trap, cher au new school, et le boom bap, le dada de la vieille école. Deux styles causant parfois des guerres de générations. Comme il s’agit d’un album « curatif », Agrad joue alors dans la convergence. « Dans mes textes ego trip, j’ai toujours clamé que je suis le leader de la nouvelle école. Et à travers mon image, mon comportement et ma musique, je le réalise », marque-t-il avec un ton assumé. Le disque sera présenté officiellement dimanche et disponible en magasin dès lundi.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Football – Licence C CAF pour entraîneur : Un plateau très relevé

La photo souvenir entre les participants à la formation de licence C CAF d’entraîneur.

La formation des entraîneurs de football de licence CAF a pris fin hier pour 27 stagiaires issus des quatre coins de l’île.

Une fin heureuse avec en toile de fond cette note positive du premier vice-président de la FMF, Victorien Andrianony qui encourageait les nouveaux entraîneurs à prendre leur responsabilité et participer au développement du football dans tous les domaines. Les acquis de ces deux semaines permettront aux stagiaires de devenir des grands acteurs du développement en agissant à la base, formation se plaît à répéter l’instructeur principal, Debon Jean François assistés de deux autres instructeurs en l’occurrence Fidy Andriamampalazasoa et Lemark Andriamahefa ainsi que le Dr Tsihory Andriamanalina pour la partie médicale. Bref, un survol de tout ce qui touche le football allant des fondamentaux aux lois du jeu et à la théorie de l’entraînement. Cette formation, la dixième du genre avec Mahajanga, affiche un plateau très relevé des anciens joueurs de l’équipe nationale notamment ceux de la CNaPS avec Fenosoa Ratolojanahary, Sõla Noroson Patrick, Tahina Randrianarisoa et Jean Ba Julio Razafimahatratra. Il y avait aussi le gardien de l’ASCUM Robin Rakotonirina mais aussi Robson Hubert de Elgeco Plus. On notera également la présence de la seule femme du groupe Participa Razafinirina et l’officier de la Gendarmerie, le lieutenant Jean Claude Rakotonirina et l’instructeur des arbitres, anciens Vivien Anivana. Bref, il y avait un vrai passionné qui a facilité la tâche de l’encadrement, reconnaît Solofo Ramarolahy, le coach du beach soccer qui en faisait aussi partie.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Fête de Noël : Orange Madagascar aux côtés des enfants hospitalisés

(Photo légende SVP)

Dans l’esprit de Noël, Orange Madagascar a voulu rester solidaire envers les enfants malades en renforçant son soutien au personnel de santé. C’est ainsi que l’équipe d’Orange Solidarité composée de salariés bénévoles a rendu visite aux enfants malades dans trois hôpitaux d’Antananarivo le mercredi 17 décembre 2020. Livres, friandises et douceurs ont donc été offerts aux enfants hospitalisés au CHUJRA, au CHU de Befelatanana, et au centre hospitalier de Soavinandriana. Par ailleurs, les trois établissements ont également reçu du gel hydroalcoolique, des masques chirurgicaux, et des paires de gants en latex. Rappelons que chaque année,  des actions similaires sont menées par Orange Solidarité Madagascar. 

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Iavoloha : Présentation de lettres de créance de l’Ambassadeur de Corée

SEM Son Yong-ho, nouvel Ambassadeur de Corée a été reçu par le président Andry Rajoelina hier.

La prise de fonction est effective pour le nouvel Ambassadeur de Corée du Sud accrédité à Madagascar. SEM Son Yong-ho a été reçu par le président de la République Andry Rajoelina au Palais d’Etat d’Iavoloha hier. Une occasion pour lui de remettre au numéro Un malgache ses lettres de créance. À l’issue de son entrevue avec le président Andry Rajoelina, SEM Son Yong-ho a exprimé la disponibilité de la Corée du Sud pour renforcer les relations de coopération avec la Grande île.  » La République de Corée se tiendra aux côtés de Madagascar pour développer les potentialités économiques du pays et poursuivre les projets en cours pour le renforcement des relations de coopération entre les deux pays « , a-t-il soutenu.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Tsararano-Maevatanàna : Lasan’ny jiolahy ny omby iray vala

Jiolahy miisa roapolo  nitondra basim-orina sy zava-maranitra no tonga nanafika tany aminny  kaominina ambanivohitra  Tsararano,  ato anatin’ny disitrikan’i Maevatanàna, ny Alarobia heriny  lasa teo, tokony ho tamin’ny 11 ora alina. Avy hatrany dia niditra an-keriny tao amin’ilay tanàna voalaza etsy ambony ireto jiolahy ireto. Sady nanapoaka basy izy ireo no nitsioka kiriorioka noentina nandemena ny iray tanàna. Tsy nisy sahy nivoaka ny trano ny fokonolona sy ny Zandary telolahy tany an-toerana , rehefa nahare ny poa-basy sy ny fanafihan-dahalo. Ireo jiolahy tety an-danany kosa nandroba ireo omby tao am-bala, ka lasan’izy ireo nandritra ny fanafihana ny omby iray vala. Tsy niandry ela ireto farany, fa nitsoaka nandositra avy hatrany rehefa nahazo ny omby. Efa nanomboka taitra ny mpitandro ny filaminana sy ny  teo amin’ny manodidina raha nandre ny feom-basy. Tsy niandry ela fa niroso avy hatrany tamin’ny fanenjehana ireo malaso izy ireo. Saingy tsy tratra intsony jiolahy nandritra ny fanarahan-dia natao.  Marihina fa tsy nisy naratra na ny aina nafoy nandritra ny fanafihana niseho tao an-tampon-tanànan’ny kaominina Tsararano. Mbola mitohy ny fikarohana ireo dahalo hamin’izao ora sy fotoana hamoahana ny lahatsoratra izao.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

IRD : Deux chefs de parti non casés

Soja Jean André et Norbert Ratsirahonana.

Sur la quinzaine de membres du bureau national de la plateforme « Isika Rehetra Andry Rajoelina », Norbert Ratsirahonana et Soja Jean André semblent avoir été oubliés.

Le leader de Hiaraka Isika, Camille Vital, est ambassadeur à Maurice. Même point de chute à l’extérieur pour le fondateur de Avana, Jean-Louis Robinson, Ambassadeur en Chine.  Pour sa part, le numéro Un du MMM, Haja Andrianainarivelo, occupe le poste clé de ministre de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics dans le gouvernement Ntsay Christian où Lalatiana Andriantongarivo de Freedom détient le portefeuille de la Communication et de la Culture. Tinoka Roberto fait aussi partie du gouvernement en qualité de ministre de la Jeunesse et des Sports.

4 descendantes d’Eve. Quant à Alexandre Georget du parti Vert, il était ministre de l’Environnement et du Développement durable avant de quitter l’équipe gouvernementale pour des raisons de santé, croit-on savoir. De son côté, l’homme fort du TGV, Hery Rasoamaromaka est le chef de la Région Analamanga. Sans oublier les quatre descendantes d’Eve, en l’occurrence, Jocelyne Rahelihanta et Lalao Rahantanirina, toutes les deux vice-présidentes de l’Assemblée nationale ; Irmah Naharimamy, députée et ancienne ministre de la Population ; et Aurélie Razafinjato, conseillère spéciale du président de la République. And last but not least, Holder Ramaholimihasy,  directeur général des Affaires Politiques.

Quota présidentiel. En somme, sur la quinzaine de membres du bureau national de la plateforme IRD ou «  Isika Rehetra Andry Rajoelina »,  seuls deux chefs de parti ne sont pas jusqu’ici casés. Il s’agit du président national de l’AVI Norbert Lala Ratsirahonana et de celui du Liaraike, Soja Jean André dit Kaleta. Bon nombre d’observateurs estiment qu’ils pourraient faire partie du quota présidentiel au Sénat. Une manière de boucler la boucle pour Norbert Ratsirahonana qui aura fait le tour de presque toutes les institutions puisqu’il était successivement président de la HCC, Premier ministre et chef d’Etat par intérim. Quant à Kaleta, il a siégé tour à tour dans les travées des deux Chambres du Parlement à Tsimbazaza et Anosikely. Il est aussi passé par Mahazoarivo en qualité de conseiller de plusieurs PM. Bref, les deux chefs de parti membres de la coalition présidentielle ont une grande expérience politique derrière eux, sans être tout à fait des « has been ».

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Santé : Un essai thérapeutique de la peste en gestation

La signature de cet accord de partenariat permettra d’améliorer la santé publique à Madagascar.

Madagascar prévoit d’adopter un nouveau schéma thérapeutique de la peste autre que les injections. Mais avant, un essai sera mené avec des scientifiques aux Etats-Unis pour déterminer si le traitement que nous utilisons actuellement peut être changé par un traitement oral beaucoup plus efficace et facile à prendre 

Innovation. En collaboration avec l’Université d’Oxford aux Etats-Unis, l’unité d’épidémiologie de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) des chercheurs se mobilisent actuellement pour la mise en œuvre de l’essai thérapeutique de la peste. Madagascar prévoit  de recourir à un traitement beaucoup moins lourd  mais beaucoup plus efficace en termes de guérison.  D’après le directeur de l’IPM, le professeur André Spiegel, il faut trois ans pour recruter le nombre de cas de peste suffisant pour pouvoir comparer les deux traitements et en tirer une conclusion scientifiquement valable. «  C’est la ciprofloxacine qui est utilisé partout dans le monde comme c’est le cas aux Etats-Unis. C’est un médicament qu’on peut utiliser par voie orale donc c’est quand même beaucoup mieux, c’est un médicament particulièrement efficace », a-t-il souligné

Des projets colossaux. Toujours en termes d’innovation, la France via l’Agence française de développement (AFD) , a signé un accord de financement de un millions d’euros soit 4,5 milliards d’ariary. Celui-ci permettra à l’IPM  de renforcer ses capacités d’action et de réaliser une partie de ses investissements prioritaires pour 2021. Il y aura entre autres le financement des travaux d’aménagement et d’extension des locaux de l’unité d’épidémiologie et de recherche clinique. Cette unité est d’une importance capitale car elle conduit des actions de recherche, des appuis  techniques en matière de surveillance épidémiologique des maladies infectieuses, des investigations en cas d’épidémie. Le projet couvrira également l’achat des vaccins , sérums et consommables médicaux nécessaires à la prise en charge gratuite des personnes potentiellement exposées à la rage à Madagascar. « Ce budget servira aussi à appuyer l’IPM à faire face à la Covid-19 mais aussi à faire face à ses autres missions. Nous apprécions tout le travail que vous avez fait, bien qu’une partie de votre personnel ait été contaminé », selon à son tour l’Ambassadeur de France à Madagascar, Christophe Bouchard.

Coûteux. Une attention particulière sera portée à l’achat des vaccins dans ce financement. C’est le cas pour les vaccins contre la rage qui sont assez coûteux et se procurent à huit euros le flacon. Cependant, c’est l’IPM qui les achète pour les mettre à la disposition des centres antirabiques, précise le professeur André Spiegel. Il n’a pas manqué d’adresser son remerciement à l’AFD car grâce à son appui indéfectible, 10 000 à 15 000 personnes mordues ou griffées à Madagascar en bénéficieront pour l’année prochaine.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Vol d’ossements humains : Un homme intercepté avec un sac bien rempli

Dans la commune rurale d’Efatsy, district de Farafangana, un homme a été arrêté par la gendarmerie transportant des ossements humains. L’arrestation a eu lieu grâce à un renseignement venant d’une personne de confiance. Suite à ces informations, les éléments de la gendarmerie ont procédé à la recherche de l’individu. Ils ont pu intercepter le trafiquant hier matin à 8 heures 30 minutes, à l’entrée du village d’Efatsy. Il transportait avec lui un sac contenant des ossements humains dont 35 os longs, un os plat et une mâchoire. Cet homme demeure à Beringiritra fokontany, commune rurale de Fenoarivo, District de Farafangana. Après une enquête préliminaire, ces ossements humains ont été remis aux autorités locales. Ces dernières les ont enterrés en attendant la présentation éventuelle d’une famille propriétaire. L’affaire est entre les mains de la gendarmerie de Farafangana. Durant cette année, aucun cas de violation de sépulture n’a été constaté dans la région Atsimo-Atsinanana. Cependant, la brigade a sensibilisé la population à vérifier ses tombeaux. La violation de sépulture est un crime difficile à cerner. Jusqu’à aujourd’hui, aucun résultat d’enquête n’a montré la destination finale de ces ossements humains. Les familles déjà victimes de destruction ou détérioration de leurs tombeaux se plaignent du non-aboutissement des enquêtes auprès des forces de l’ordre. Alors que les voleurs portent atteinte directe à la dépouille. Les voleurs d’ossements humains dégradent de manière concrète les règles et rituels du sacré dans les tombeaux. Ces actes sont considérés comme une profanation de sépulture. Ce type de profanation marque les esprits car il enfreint le respect et la paix dus aux disparus, une culture malgache bien distincte. Dans la plupart des cas, seuls les voleurs qui ont saccagé les tombes sont capturés, mais aucun acheteur n’a pu être identifié.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Nathy est fière de son quartier dans « Boka lazaret »

Nathy offre un tube pour cette fin d’année

Hier, 17 décembre 2020, est sorti le single de Nathy en featuring avec le jeune rappeur Ric One. Le titre du morceau est « Boka lazaret ». Derrière ce morceau se cache l’histoire d’un quartier de Diégo-Suarez. Nathy tente de raconter à travers la musique un secteur où les jeunes universitaires s’amusent. « On est de Lazaret, on aime danser », chantonne-t-elle avec le rappeur Ric One. 

De lieu historique à pépinière d’artistes. Dans une ville où s’accélèrent les différents aménagements urbains pour une démographie galopante, Lazaret présente un intérêt particulier en tant que lieu à forte valeur historique. Le quartier est doté d’un caractère exceptionnel qui le rend singulier dans la ville d’Antsiranana. Lieu de quarantaine pour les malades pendant la colonisation, Lazaret est à présent un quartier qui abrite des artistes comme Nathy, Ric One ou encore Dalvis. 

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Eddy Ramanirabahoaka diaspora malgache : Pour l’abrogation de la Haute Cour de Justice

Eddy Ramanirabahoaka membre influent du Groupe de Réflexion et d’échanges (GRE).

Eddy Ramanirabahoaka, membre de la diaspora malgache en France et du Groupe de Réflexion et d’Echanges (GRE), a martelé la nécessité d’ignorer les méfaits historiques et d’éviter les conflits afin de peaufiner un avenir meilleur pour Madagascar. Il a concédé que le pays a besoin de réconciliation et de l’effacement dans l’esprit de l’ostracisme de l’Etat, caractérisé surtout par la déficience de volonté politique relative à la continuité de l’Etat et la neutralisation des adversaires politiques dont on redoute la puissance ou les ambitions. Madagascar a vécu cette philosophie politique depuis ses 60 ans d’indépendance.

Divergence d’opinions. Il a lancé un appel focalisé sur deux points essentiels : instauration d’un apaisement et acheminement vers un véritable développement. Et ce malgré les dissensions engendrées par la divergence d’opinions et de vues des politiciens malgaches. La réconciliation est destinée surtout aux quatre Présidents de la Républiques élus démocratiquement à Madagascar encore en vie,  à savoir Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana, Hery Rajaonarimampianina et Andry Nirina Rajoelina. Les conflits entre les citoyens malgaches n’ont jamais existé. Ils n’ont pas besoin de réconciliation. Un deuxième round de réunion de concertation uniquement entre ces quatre chefs d’Etat sans immixtion des pays étrangers s’avère nécessaire.  La FFKM et le  Conseil de Fampihavanam-pirenena (CFM) seront les principaux organisateurs.

Grands dossiers. Les Malgaches sont réputés pour leurs valeurs culturelles, en l’occurrence le concept de « Fahendrena et de Fihavanana ». Les grands dossiers actuellement parvenus à l’Assemblée Nationale concernant les jugements des hautes personnalités au sein de la Haute Cour de Justice (HCJ) ont laissé couler beaucoup d’encre. Pour Eddy Ramanirabahoaka , l’abrogation de la HCJ est une nécessité impérieuse. Et lui d’ajouter que la HCJ pourrait être une source de conflits entre les acteurs politiques. Selon toujours ce membre de GRE, les actes accomplis liés à l’exercice des fonctions des hautes personnalités qualifiés de crimes ou délits au moment où ils ont été commis sont jugés directement par la Cour Suprême ou le Pôle Anti-Corruption (PAC), sans passer par l’Assemblée Nationale. Et ce pour éviter une éventuelle vengeance politique éternelle. A l’issue de cette concertation, ces quatre chefs d’Etat devraient s’entraider afin que les malgaches puissent  vivre dans un climat de paix et jouir la réalisation du Plan pour l’Émergence de Madagascar.  Ce membre de la diaspora malgache a remarqué que certains pays qui ont osé faire un saut de l’histoire ont connu de succès et sont devenus des pays émergents.

Recueillis par Dominique R.  

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la Covid-19 : Une opération de communication de masse à Antsiranana

La délégation dirigée par le gouverneur de la région Diana a fait le tour de la ville pour sensibiliser la population.

Ces derniers jours, la ville d’Antsiranana est animée par la sensibilisation de lutte contre la Covid-19.  De ce fait, les autorités locales travaillent sans relâche  afin que la population ait une bonne santé.

Hier, le gouverneur de la région Diana et son équipe ainsi que le commandement de la gendarmerie de la région Diana ont effectué  une descente.  De bazar Kely jusqu’ à la gare routière en passant par Ambalavola,  la délégation de la région Diana a effectué une opération de communication de masse. En prenant la parole, Daoudo Marisiky a rappelé que les règles d’hygiène et de prévention préconisées demeurent en vigueur.  De son côté, le commandant du groupement de la région Diana a fait savoir que les sanctions seront sévères pour ceux qui ne portent  pas de masques. « Notre devoir est de vous protéger. Alors, nous allons être stricts », a-t-il affirmé avec fermeté.  En effet,  quarante-sept personnes ont été sanctionnées car elles ont oublié de porter leur masque..

Les regroupements de personnes, notamment dans les files dans les lieux d’affluences  publiques et  les transports en commun sont  les premiers facteurs de propagation du virus. Ainsi, les responsables de la santé publique de la région procéderont aux désinfections des places publiques et des voitures de transport afin de casser la chaîne de transmission.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

OECFM : Prestation de serment de dix nouveaux experts comptables

Les dix nouveaux experts comptables inscrits dans l’OECFM.

L’Ordre des Experts Comptables et Financiers de Madagascar (OECFM) compte actuellement 151 membres en activité. Parmi lesquels, dix nouveaux experts-comptables viennent de prêter serment devant la Cour d’Appel à Anosy. A cette occasion, le président de l’OECFM, Andriamisa Ravelomanana, a soulevé que l’expert-comptable tient un rôle clé dans le développement économique. « C’est grâce aux conseils d’Experts compétents et éthiques, et avec des informations de gestion fiables, que les dirigeants prennent des décisions pertinentes pour accroître la valeur des entreprises », a-t-il précisé. On reconnaît pourtant que les métiers de l’Expert-comptable et financier sont peu et mal connus à Madagascar. C’est pourquoi, le Conseil de l’OECFM entend promouvoir cette profession tout en attirant les jeunes à exercer ce métier. En effet, « au-delà des métiers traditionnels d’audit et de tenue de comptabilité, la Profession s’ouvre sur d’autres domaines comme la gestion, la recherche de financement, le social ou le système d’information. Avec cette nouvelle promotion, l’OECFM met à disposition des acteurs économiques, comme à l’accoutumée, des professionnels répondant aux besoins du pays et au service de l’intérêt général de la nation », a conclu le président de l’Ordre.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Conseil d’Etat : Rivo Rakotovao n’a pas eu gain de cause hier

L’audience sur la requête du président du Sénat, Rivo Rakotovao, contre l’Etat malgache, dossier portant le n°69-20-CE/ s’est finalement tenue, hier, au Conseil d’Etat, à Anosy. Ce recours du président du Sénat porte notamment  sur la circulaire du ministère de l’Economie et des Finances. Cette juridiction a tranché, hier, que Rivo Rakotovao n’a pas eu gain de cause.  Selon les explications du directeur de cabinet du président du Sénat qui a assisté notamment à cette audience, il y avait deux principes que l’on devrait respecter à savoir, le traitement égalitaire et le bon fonctionnement des services publics. A lui ainsi de citer qu’il n’y avait eu rien pour les fonds spéciaux et les carburants. Il estime ainsi qu’il y a eu abus de pouvoir de la part du ministère des Finances et du Budget. Comme on l’a déjà annoncé auparavant, le Conseil d’Etat a décidé, lors de cette audience, un non lieu. 

Dominique R.  

Midi Madagasikara0 partages

Une Assemblée très : critique envers l’Exécutif

C’est une Assemblée très remontée contre l’Exécutif  qui a profité de ce face-à-face avec le gouvernement pour  faire remonter les doléances des électeurs.  Les élus ont exprimé  tout haut ce que la population  murmurait tout bas. Les oreilles de certains ministres ont, comme on le dit familièrement , dû siffler quand ils ont entendu les remontrances qui leur ont été faites. Ces propos particulièrement durs donnent un aperçu de la situation que traverse le pays en ce moment. Les problèmes sont réels et ils doivent trouver  des solutions  pour ne pas arriver à une explosion sociale.

Une Assemblée très  

critique envers l’Exécutif

Ce sont  de  véritables  tirs  croisés que les députés ont adressés à certains ministres  lorsqu’ils ont pu intervenir. Les élus en ont profité pour parler de tous les maux dont souffrent leurs électeurs. La jirama  a été la cible de toutes les critiques car les défaillances de la société d’État sont les plus visibles. Le ministre de l’Energie et de l’Eau a écouté sans broncher toutes les remontrances qui lui ont  été  adressées. L’état lamentable des voies de communication,  celle des différentes routes nationales a été ensuite souligné.  La longue litanie des doléances faites a permis de voir que les promesses et les effets d’annonce  ne suffisent pas et que les actions doivent être menées jusqu’au bout. C’est  l’Exécutif dans son ensemble qui a été visé, mais les premiers concernés sont les ministres chargés de l’exécution des décisions prises. Quelle suite sera donnée à cette bronca qui a secoué l’Assemblée avant-hier ?.  La réponse devrait  venir bientôt. Les rumeurs de remaniement se sont faites persistantes depuis un certain temps.  Le changement des titulaires des portefeuilles incriminés suffira-t-il à calmer la grogne de la population ?  Les députés ont parfaitement joué leur rôle, mais  lors de leur retour dans leur circonscription, ils auront fort à faire pour rassurer leurs électeurs. Ces derniers attendent  la résolution de problèmes qui durent depuis longtemps.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Judo – Championnats d’Afrique : 5 malgaches en lice ce jour

Jour J. La 41e édition des Championnats d’Afrique seniors sera lancée officiellement ce jour au Palais des Sports de Mahamasina. 125 judokas participent à cette joute continentale. Cette édition inédite et réduite en terre malgache pour cause de Covid-19 réunit 125 judokas en provenance de 32 pays. Les règles de la Fédération Internationale de Judo (FIJ) sont en vigueur où les entraîneurs sont responsables de ses combattants. Comme 90% des participants sont dans la catégorie moins de 63kg, le tirage au sort se tiendra ce jour au Palais des Sports.  » C’est quelque chose d’extraordinaire d’avoir pu réunir 32 pays malgré la situation et la fermeture des frontières. Aucun pays n’est en mesure d’organiser cette compétition et nous remercions les responsables malgaches pour cette volonté. Ce n’était pas facile de réunir les athlètes en provenance de France, Nairobi et Addis-Abeba », a fait savoir Mohamed Meridja, Vice-président de l’Union Africaine de Judo (UAJ). En moins de 60kg hommes, John Major affrontera le Gabonais, Fernand Nkero. Dans la catégorie des -66kg hommes, Lucas Razafy sera face à Gaye Serge du Sénégal. Chez les dames, en -48 kg, Fanjaniaina Rabeharinirina sera opposée à la Sud-Africaine, Geronay Whitebooi. Et en moins de 52kg, deux judokates seront engagées. Mireille Andriamifehy défiera Taciana Cesar de la Guinée Bissau et Alexandrine Ratsiavy affrontera la Marocaine, Soumiya Iraoui. « Même dans la situation normale sans corona, il n’y a pas autant de pays », a fait savoir Siteny Randrianasoloniaiko. Madagascar en tant que pays hôte est présent dans toutes les catégories.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Foot-Trophée Orange : Ajesaia et Cosfa se détachent

La deuxième éliminatoire du tournoi pré-saison dénommé « Trophée Organe » s’est déroulée hier pour le groupe A au Barikadimy Stadium de Toamasina. Le 3FB s’est incliné face à Cosfa sur le score de 2 buts à 0. Il s’agit d’une deuxième défaite pour les Tuléarois. Avec 0 point, ils ne peuvent plus espérer disputer la finale. L’Ajesaia et le club hôte Tia Kitra se sont neutralisés hier (0-0). Au final, trois points trustent les deux places qualificatives à la finale, à savoir Cosfa, Ajesaia et Tia Kitra. La troisième journée se déroulera ce dimanche. D’un côté Tia Kitra FC, en recevant 3FB Toliara, pourra engranger 5 points et se qualifier pour la finale. De l’autre côté, Ajesaia et Cosfa avec 4 points chacun se découdront pour passer au tour suivant. Cosfa reste sur un siège confortable puisqu’un match nul pourrait le qualifier.

Le tournoi se poursuivra à Mahajanga ce jour avec les affiches du groupe B. FCA Ilakaka jouera contre Fosa Juniors à 13 heures au stade Rabemananjara tandis qu’Elgeco Plus se frottera à l’AS Adema à 15 heures.

Recueillis par Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Fandrahonana ho faty sy fanompana, novotsoran’ny fitsarana i Bira

Tezitra ireo vondron’ny mpamonjy voina sy hain-trano eto Toamasina noho ny fanapahan-kevitry ny fitsarana ny talata maraina teo, nandritra ny fiakaran’ity rangahy antsoina hoe “Bira” ity teny. Raharaham-pitsarana nahakasika ireto mpamonjy voina ny raharaha, satria sady nandrahona ho faty ireto mpamonjy voina, no nanompa azy ireo i Bira, nandritra ny asany ny alahady teo tamin’ny famoana afo teny Analakininina-Morarano. Tamin’ny 01ora maraina no tonga teny ny mpamonjy voina sy trano may, ka trano enina kila forehitra raha ny enina ambiny vitery noravana mba tsy ampihitatra ny afo tamin’izay. Nandritra ny fotoana namonoana ny afo dia nandalo ity raim-pianakaviana iray notondra moto ka nanitsaka ireo fantson’ny mpamonjy voina sy hain-trano ireto, ka vaky ny fantsona tamin’izay. Tezitra ny mpamonjy voina vokatra izany, nefa ny tao an-tsaina aloha hoe avy taiza ny raim-pianakaviana ity andro amin’ny 02ora maraina. Raha niresaka tamin’ireto mpamonjy voina sy hain-trano ireto, dia ompa tsy faseho masoandro ny setreny, ary mbola niampy fandrahonana ho faty koa, satria milaza ny haka tovolahy an-tanana ity raim-pianakaviana ity hidaroka ireto mpamonjy voina manao ny asany ireto. Reharehan’ity raim-pianakavina ity ny nilaza fa tsy misy dikany aminy ny manolo olona sady tsy misy olona ampidirina am-ponja fahatany izany tsy amin’ny antony, ary tsy tafiditrareo am-ponja ny tenako. Milaza ireo mpamonjy voina sy trano may mitaraina ireto fa tena hanjakan’ny kolikoly ny fitsarana, satria olona efa mandrahona ho faty sy manompa mpaiasam-panjakana manao ny asany ara-dalana ireo dia votrotra ho azy, tena marina ny tenin’ity rangahy Alfred Bira ity, fa tsy misy olona afaka mampigadra azy ireny raha mbola fitsarana eto Toamasina arak any teniny.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Beach soccer- Regroupement des Barea : « C’est une première fournée de présélectionnés », explique...

Le regroupement des Barea beach soccer se tient depuis lundi au village touristique de Mahajanga. Une première inhabituelle qui a soulevé des vagues car sans le moindre tournoi, on se permet de faire un premier tri. Le coach Solofo Tsihavahana Ramarolahy s’en explique au cours d’une interview qui n’a guère été tendre. Mais histoire de donner plus de crédit à l’initiative de la commission beach soccer au sein de la FMF, il s’y est prêté de bonne grâce.

Midi Madagasikara : Peut-on savoir sur quelle base repose le choix des membres de cette équipe nationale ? 

Solofo Ramarolahy : « Tout d’abord il y a lieu de préciser qu’il ne s’agit pas encore d’une équipe nationale mais d’une présélection née de la détection au niveau des techniciens des ligues qui pratiquent le beach soccer à laquelle j’ai ajouté mes connaissances personnelles lors du festival Tafaray d’il y a deux ans. »

Midi : Mais cela saute aux yeux que certains ne sont plus dans le coup et n’est-il pas étrange de ne pas voir de Majungais dans le lot ? 

S.R. : « C’est voulu, nous n’avons pas fait appel aux Majungais car nous comptons sur eux pour être nos sparring partners pour samedi. Ceci dit, il y a deux Majungais dans ce groupe en l’occurrence Angeluc et Hery mais nous ne les avons pris que pour suppléer des absences. » 

Midi : À vous entendre, la sélection n’est pas figée ?

 S.R. : « Évidemment qu’elle n’est pas figée. Je peux vous dire que d’ores et déjà, il y aura Ymelda et le gardien Jhorealy qui est à Maurice avec un autre jeune très prometteur du nom de Bõla. »

Midi : Y aura- t-il des recalés dans le groupe actuel ? 

S.R.:  « C’est une certitude et c’est aussi valable pour les sept anciens que pour les treize nouveaux. » 

Midi : À la fin vous estimez vous que nous pouvons nous qualifier de nouveau à la CAF du mois de mai au Sénégal ? 

S.R. : « Tout dépend des moyens qu’on nous donne. Si le beach soccer malgache bénéficie des avantages du football à 11, alors je dirais sans hésitation que Madagascar beach soccer peut envisager une deuxième participation à la Coupe du Monde. »

Propos recueillis par Clément RABARY 

Midi Madagasikara0 partages

LFI 2021 : Adoptée en deuxième lecture par le Sénat

Il ne reste plus que le contrôle de constitutionnalité par la HCC et le Président de la République promulgue la loi de  finances initiale 2021. 

Examen de passage réussi pour le ministère de l’Economie et des Finances. Finalement les deux chambres du parlement ont adopté le projet de loi de finances 2021. En effet, après l’Assemblée Nationale en deuxième lecture, le Sénat a lui aussi donné son feu vert à la LFI.

Régions. C’était hier matin au Palais d’Anosikely où 22 Sénateurs ont voté pour le même texte que celui  déjà adopté par les députés lors de la deuxième lecture samedi dernier. Autrement dit, les amendements proposés par le Sénat  comme le maintien de la TVA sur le gaz domestique ne sont pas passés.  En somme, les propositions du gouvernement dans la LFI 2020 sont passées. Une loi de finances initiale qui  prévoit un taux de croissance de 4,5% et qui se distingue notamment par  une place de prédilection accordée aux régions. Et ce, à travers le renforcement des attributions des gouvernorats et l’augmentation des moyens financiers des districts et des communes. Et ce, par le biais d’un Crédit destiné à l’Appui au Développement (CIAD) ainsi que la mise en place  de subventions annuelles de fonctionnement aux communes.

Projets d’émergence. Bref,  la loi de finances initiale 2021  est le moyen par excellence de réaliser le défi de développement régional lancé par le Président de la République. « Aucune région ne sera laissée pour compte », indique le ministère de l’Economie et des Finances dans un article publié dans son site web.  « La responsabilisation directe des collectivités locales permet en effet d’assurer une bonne appropriation des programmes de développement d’infrastructures locales ». Et dans ses actions « l’Etat entend porter une attention particulière sur la répartition équitable des projets au niveau des districts. Les réalisations dans les districts éloignés seront priorisées afin de lutter contre leurs désenclavements ».  En tout cas, avec cette LFI de la relance post-Covid, le gouvernement va poursuivre les réalisations engagées en 2019, notamment dans les domaines sociaux à l’instar des hôpitaux, et Ecoles Primaires Publiques « manara-penitra », ainsi que les gymnases.  D’autres projets d’Emergence verront également  le jour.  La LFI 2021 prévoit  en effet un budget d’investissement de 421.0 milliards d’ariary pour la mise en œuvre de ces derniers, sur un total de 5 495.5 milliards d’ariary. « Ces investissements publics devront servir de levier économique dans différents secteurs tels que l’infrastructure routière, l’énergie et le développement rural ».  Comme les deux chambres l’ont  donc adopté, il reste encore le contrôle de constitutionnalité par la Haute Cour Constitutionnelle avant sa promulgation par voie réglementaire par le Président de la République.

R.Edmond.