Les actualités à Madagascar du Mardi 17 Novembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara8 partages

Filière vanille : Des cas de Fusariose dans la Sava et l’Analanjirofo selon la DPV

Et pourtant, la bonne floraison constatée actuellement dans différentes régions laisse supposer une bonne production pour la prochaine campagne de la vanille.

La Fusariose également appelée la « maladie jaune » s’avère encore très difficile à traiter

Une mauvaise nouvelle pour la filière vanille malgache. La Direction de la protection des végétaux au sein du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche annonce que des cas de fusariose sont actuellement détectés à Madagascar.

Une autre menace

Intervenu samedi dernier sur le plateau de la TVM, Rabemiafara Lahatra Herizo, Directeur de la protection des végétaux, a précisé que ces cas se trouvent notamment dans les régions Analanjirofo et Sava. Une autre menace en somme pour la vanille malgache puisque le traitement de la Fusariose, également appelée « maladie jaune » ou « maladie des racines » pose encore problème. Il s’agit d’une maladie provoquée par le champignon dénommé Fusarium oxysporum f. sp. radicis-vanillae qui attaque les racines des jeunes lianes de vanille avant même leur entrée en production. Ce parasite génère une détérioration des tissus externes, empêchant ainsi l’absorption d’eau et de sels minéraux, ce qui entraîne la mort des lianes au bout de quelques années, lesquelles se fanent tout en perdant leurs feuilles avant de mourir.

Prévention

Différents traitements biologiques et agrochimiques ont été déjà essayés mais sans grands résultats. Jusqu’à présent, la meilleure solution est la prévention. Sur ce point justement, et pour les cas actuellement détectés dans la Sava et Analanjirofo, le Directeur de la protection des végétaux a déclaré que des mesures de prévention sont prises. Il s’agit, en premier lieu, d’isoler les vanilliers contaminés. « Seules les vanilles qui ne sont pas contaminées peuvent circuler sur le territoire national », a expliqué Rabemiafara Lahatra Herizo. Par ailleurs, des actions de sensibilisation seront menées auprès des opérateurs de la filière vanille afin d’éviter la propagation de la maladie. Une position classique de la part du ministère de l’Agriculture de l’élevage et de la pêche puisque traditionnellement la solution reste la prévention, combinée avec d’autres méthodes.

Meilleure perspective

On attend, en tout cas, plus de précision de la part de la Direction de la protection des végétaux sur l’étendue réelle de cette maladie. D’autres sources annoncent, en effet, une meilleure perspective de la prochaine campagne de vanille, en termes de production. « On constate actuellement une très bonne floraison des plantations de vanille dans la plupart des zones de production », déclare un opérateur de la filière vanille. Ce qui laisse supposer une autre production record l’année prochaine. En somme, et en espérant qu’il n’y aura pas effectivement cette menace de la Fusariose, Madagascar risque de se retrouver, une fois de plus avec un énorme stock de vanille. Ce qui ira bien évidemment à l’encontre de la politique de fixation d’un prix plancher de 250 dollars le kilo menée par le gouvernement. La perspective d’une surproduction pénalise également les opérateurs qui disposent déjà d’importants stocks de vanille mais qui n’arrivent pas à les écouler car les industriels de l’arôme qui misent déjà sur cette surproduction rechignent encore à acheter à 250 dollars.

R.Edmond.

Midi Madagasikara4 partages

Covid-19 : Aucune crainte d’une 2ème vague chez la population

Le monde affiche à ce jour 54 493 680 cas d’infection au Coronavirus, dont plus de 3,8 millions de guérisons. Cette cinquantaine de millions de cas de Covid-19 ne reflètent pas, toutefois, la situation réelle dans le monde, car ne tiennent compte que des cas officiellement diagnostiqués après les tests. A Madagascar, le dernier bilan du Centre de commandement opérationnel (CCO) fait état de 87 nouveaux cas en une semaine, du 8 au 13 novembre 2020, et de 76 guérisons. A ce jour, 250 décès sont enregistrés dans le pays. Dans la Grande île également, les chiffres, fournis par le CCO depuis le début de l’épidémie concernent les cas confirmés après les tests. De nombreux cas, suspects mais non testés, ne sont pas comptabilisés. Pour autant, ils ne peuvent pas être considérés de manière catégorique comme des sujets non porteurs du Coronavirus.

Quoi qu’il en soit, l’épidémie n’est pas encore complètement vaincue. La crainte d’une deuxième vague ne semble pas, pour l’instant, effrayer la majorité de la population.

Hanitra R.

Midi Madagasikara3 partages

Soirée africaine – 2e édition : Trois grandes villes de Madagascar feront la fête

Les organisateurs de la Soirée africaine sont prêts à satisfaire les visiteurs.

La « soirée africaine » en est à sa deuxième édition. La cérémonie d’ouverture de l’événement sera lancée à Toamasina au Neptune Havana club, samedi 21 novembre prochain à 20 heures.

En effet, le concept souhaite impulser une dynamique de développement axée sur la richesse des identités et la culture africaine. Le but principal des organisateurs est de mettre en place un réseau d’influence de personnalités africaines capable d’agir dans l’avenir.

Depuis sa création, la soirée africaine associe la musique et la mode ainsi que la gastronomie dans un endroit somptueux. Par ailleurs, elle valorise l’identité africaine par des concerts de prestige grâce à une programmation remarquable.

Dans la soirée africaine, ce n’est pas l’animation qui manque! Alors, des activités d’origines diverses comme la cosmétique et des présentations du monde de la mode seront au programme. Des stylistes camerounaises présenteront leurs œuvres à travers un défilé de mode.

La soirée africaine permet la rencontre avec des jeunes dotés de talents. On y entend toutes sortes de musique africaine, des danseurs africains animeront aussi l’évènement. Le petit plus de la soirée est qu’il y aura des DJ de renommée internationale aux platines qui balanceront de belles musiques comme l’Afro house, le Tribal house avec des instruments traditionnels africains.

Pour satisfaire tout le monde, les organisateurs offriront des cadeaux, des goodies africains tout au long de la soirée. Ce sera des souvenirs à ramener à la maison. On y mange aussi africain. Quelques tapas africains seront proposés au menu.

Cette année, les organisateurs mettront la barre plus haut. Si la première édition a été organisée à Antananarivo, la « soirée africaine » sillonera la partie septentrionale de la Grande île, notamment à Nosy-Be et à Diégo-Suarez. « L’objectif de l’événement est d’abord, comme toute soirée, de s’amuser. Mais, cette fois-ci, avec une ambiance différente de celle de l’édition précédente pour que la population malgache puisse se régaler », a clarifié l’une des organisatrices de la soirée, Prisca Maka. Cette dernière est dans le milieu des événements nocturnes depuis une dizaine d’années. Elle a tenu quelques établissements tels que Le Club, Le Pandora, Le Flashback, Le V.I.P, Le Neptune, Le Mak’club. Ensuite, elle a monté son agence de graphisme et de communication. Une société qui excelle dans le graphisme ainsi que la fabrication d’enseignes publicitaires. Mais toujours passionnée par le monde de la nuit, elle a décidé de continuer à organiser des soirées, dont la soirée africaine. La première édition a eu lieu aux Cygnes Ivato avec un énorme succès. Elle a collaboré avec des créateurs locaux et africains tels qu’Afrik style, Kmiss Africa, Sean John Onde, Vice Local. Maka n’est pas à son coup d’essai. L’ambiance sera chaude comme elle l’a promis. Etant donné que la caravane de la soirée africaine sillonnera trois grandes villes, Madagascar sera l’Afrique en miniature.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Ambatomirahavavy : Afaka ireo voarohirohy nanolana

Herintaona taty aoriana, satria ny aprily 2019 no nitranga ilay heloka bevava, dia nisy ny didim-pitsarana nanome fahafahana ny telo tamin’ireo olona efatra izay voarohirohy ho tompon’antoka. Nanao fanafihana izy ireo, raha tsiahivina kely, ary narahiny fanolanana izany. Tsy iza fa ny vady aman-janaky ny pasitera iray izay monina ao an-toerana no niharan’izany asaratsy izany. Ny herinandro lasa teo izy ireo no nanomboka afaka niriaria sy niverina tany amin’ny an-tokantranony avy. Niteraka resa-be ity fanapahan-kevitra ity teo amin’ny fiarahamonina, indrindra koa raha vao haingana no nisy ny baiko avy amin’ny minisitera tomponandraikitra ny amin’ny hamonjana tsy misy fepetra ireo izay voarohirohy ary koa ny hampanaovana asa an-terivozona azy ireo eo imasom-bahoaka. Tezitra tanteraka ny fianakavian’ny niharan’ny asaratsy manoloana ny zava-misy ary nilaza izy ireo fa tsy rariny ilay didy. Ilay pasitera, nanomboka tamin’ny fotoana nitrangan’ny fanafihana sy fanolanana ny ankohonany dia narary ary mbola manohy fitsaboana hatramin’izao. Manahy mafy izy sy ny vady aman-janany fa nisy kolikoly nandeha indray tamin’ity raharaha ity. Nilaza mantsy izy ireo fa ampy tanteraka ny porofo izay natolotra ny fitsaràna ary feno ny fepetra ny amin’ny tokony hanomezana sazy hentitra ho an’ireo izay tompon’andraikitra kanefa dia ny mifanohitra amin’izany indray no miseho ankehitriny. Misy ny firaisamonim-pirenena izay manaraka akaiky ity raharaha ity ary efa nisy sahy nivoaka tamin’ny fahanginana aza ka nilaza fa mifanohitra amin’ny lalan-tsaina izay voizina amin’izao fotoana ny didy toa izao.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Réunion de l’OMC – National : L’apaisement en période électorale au menu

Le Premier ministre a dirigé la réunion de l’OMC – National.

Une réunion qui a duré des heures a été nécessaire pour les membres du gouvernement et certains hauts responsables chargés de la sécurité pour éplucher les dossiers brûlants du moment relatifs à la sécurité.

Le premier ministre Christian Ntsay a dirigé, hier à Mahazoarivo, la réunion de l’organisme mixte de conception national avec la participation de certains membres du gouvernement et tous les hauts responsables en charge de la sécurité dans le pays, notamment ceux au niveau du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, ceux de la Justice et les généraux de l’armée, de la Gendarmerie ainsi que de la Police.

La question liée à la tenue des prochaines élections sénatoriales, prévues ce 11 décembre, a été traitée au niveau de cette instance. Sur ce sujet, la décision prise est ferme : veiller au respect de l’apaisement et au maintien de l’ordre public. Des instructions dans ce sens seront transmises, selon une dépêche de la primature, aux différents responsables.

Mais d’autres dossiers ont également préoccupé ces hauts responsables qui ont tenu une réunion longue de presque six heures d’affilée. Notamment sur les différentes formes d’atteinte à la justice et aux droits d’autrui qui ont connu une proportion inquiétante ces dernières semaines. Comme les cas de viols sur mineurs qui ont agacé l’opinion publique et interpellé, à cet effet, les responsables.

Les membres de l’organisme mixte de conception ont, en effet, convenu de renforcer les mesures nécessaires pour accélérer la mise en accusation des coupables de ces crimes odieux. Ils devront, également, selon la primature, prendre en main la sensibilisation sur les dispositions légales relatives à la violence basée sur le genre et au viol sur mineur au niveau de la justice, des forces de sécurité ainsi qu’auprès de la société.

Par ailleurs, les vols de bovidés, le phénomène dahalo, les violences humaines et les crimes environnementaux n’ont pas été omis de l’ordre du jour de la réunion de l’organisme mixte de conception. Des mesures seront prises, a promis la primature pour endiguer ces crimes afin de promouvoir la sécurité des personnes et de leurs biens ainsi que de maintenir l’ordre public.

Recueillis par Rija R

Midi Madagasikara1 partages

GEW 2020 : 17 événements organisés pendant cette semaine

Toutes les parties prenantes se sont réunies pour la célébration de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat. (Photo : Nary Ravonjy)

Près de 180 pays dans le monde célèbrent le Global Entrepreneurship Week (GEW) ou Semaine mondiale de l’entrepreneuriat qui se tient toutes les 3e semaines du mois de novembre.

Pour le cas de la Grande île, « 17 événements seront organisés par les différents acteurs œuvrant dans le domaine de l’entrepreneuriat pendant cette semaine, soit du 16 au 21 novembre 2020. Ces acteurs sont actuellement au nombre de 24 entités. Des événements se tiendront, entre autres, à Antananarivo, notamment dans l’enceinte de Nexta, à Sainte Marie et à Mahajanga, sans oublier les événements en ligne », a expliqué Arlette Rahajarijaona, GEW Host Madagascar, lors de l’ouverture officielle de la célébration de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat hier au Nexta à Andraharo. En fait, « ce sera une semaine forte en sensibilisations, en renforcements de capacité et en échanges et partages d’expériences entre les jeunes et les moins jeunes entrepreneurs. L’objectif de GEW 2020 consiste à libérer les idées pour permettre aux jeunes de réaliser leur rêve d’entreprendre », a-t-elle poursuivi.

Besoin de référence. Et lui de préciser que le monde met actuellement en avant l’entrepreneuriat étant donné que c’est un facteur de croissance économique contribuant à la création de richesses et d’emplois au pays. Parmi les dix-sept événements qui auront lieu pendant cette semaine, on peut citer, entre autres, une kermesse virtuelle de l’entrepreneuriat ainsi que des conférences et ateliers suivis d’exposition des stands au niveau du village by Nexta. Il y aura également un webinaire visant à présenter le programme Accelere’o Madagascar et une conférence sur le « business plan : ce que l’on ne sait pas ». Des sensibilisations sur les opportunités et les débouchés que l’on peut avoir concernant toujours l’entrepreneuriat seront également effectuées auprès des étudiants et des lycéens. En outre, l’EFOI (Entrepreneurs Femmes de l’Océan Indien) organise la Journée mondiale des femmes entrepreneurs. La célébration de la victoire des jeunes entrepreneurs résilients n’est pas en reste. Dans la foulée, « cette semaine mondiale de l’entrepreneuriat va rassembler tous les acteurs œuvrant dans ce domaine. Nous travaillons ensemble pour développer et améliorer l’écosystème afin d’aider les jeunes et les moins jeunes entrepreneurs. Ces derniers ont besoin de référence, d’encadrement et d’accompagnement voire de financement, pour ce faire », a évoqué Carole Razafindraibe de Nexta.

Acteurs du développement. Par ailleurs, le directeur général de la Jeunesse, pour sa part, a soulevé qu’il faut considérer ces jeunes entrepreneurs comme des acteurs du développement et non pas des bénéficiaires des interventions de ces acteurs œuvrant dans le domaine de l’entrepreneuriat. Il est à noter que le ministère de la Jeunesse et des Sports dispose d’un programme intitulé « Youth Connect Madagascar » qui consiste à connecter les jeunes aux opportunités économiques tout en les aidant à avoir une autonomie. En revanche, la ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala, a fait savoir que l’entrepreneuriat évolue dans un écosystème qui est lui aussi en mutation. « Plus de 70% de la population sont constitués de jeunes de moins de 35 ans. Il faut créer une place et un environnement propice leur permettant d’entreprendre. La communication entre les entrepreneurs s’impose également pour qu’il y ait des modèles d’entrepreneurs qui vont inspirer leurs pairs ou bien inciter les jeunes à entreprendre. La persévérance et la résilience sont les maîtres-mots », a-t-elle enchaîné. Rappelons que le thème de ce GEW 2020 porte sur « Education, Ecosystème, Inclusion et Politique ».

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Foot : Bôlida privé de terrain pendant deux mois

La durée de la convalescence de Bolida est de deux mois.

Une mauvaise nouvelle pour Lalaina Nomenjanahary après la troisième journée des éliminatoires de la CAN. Il sera privé de terrain pendant deux mois après sa blessure douloureuse à la 10e minute du match contre la Côte d’Ivoire. « Le diagnostic est tombé après une IRM : entorse du ligament interne du genou gauche. Cette blessure me privera de terrain durant deux mois », a-t-il posté sur sa page Facebook. Quelques minutes plus tard, il a reçu de nombreux messages d’encouragement des facebookers. « C’est dans les moments difficiles qu’on reconnait les vrais amis. Je suis vraiment touché par tous vos messages d’encouragement. Vous êtes plus que des supporters, vous êtes des amis », leur a-t-il répondu. Après cette blessure, Lalaina Nomenjanahary a dû porter des béquilles comme on peut l’observer sur la photo qu’il a partagée sur les réseaux sociaux. Dans tous les cas, le joueur n’a pas prévu d’aller au match retour contre la Côte d’Ivoire de demain, afin de pouvoir préparer l’accouchement de sa femme. Pourtant, sa blessure sera un coup dur pour le Paris FC, actuellement leader de la Ligue 2. En effet, le club parisien devra faire sans lui pour les deux prochains mois.

Manjato Razafy

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Plus de 80 nouveaux cas de coronavirus lors de cette dernière semaine

Madagascar n’est, actuellement, plus en état d’urgence sanitaire. La situation semble s’améliorer au pays, par rapport à il y a trois mois. Madagascar compte plus de 17 000 cas confirmé, depuis le premier cas enregistré jusqu’à aujourd’hui.
Cette dernière semaine, les statistiques hebdomadaires ont révélés 87 nouveaux cas et un nouveau décès. Le nombre de guéris est monté à plus de 70, donnant un nombre de 16 592 guéris à Madagascar depuis le début de l’épidémie. Plus de 400 personnes sont encore en traitement. La vigilance est toujours demandée, face à cette épidémie. Les différents modes de protection tels que le port de cache bouche ou encore les gestes barrières restent fortement recommandés.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le président de la République sera présent au prochain match des Barea

Le prochain match, pour l’éliminatoire de la coupe d’Afrique des Nations 2021, opposant Madagascar à la côte d’Ivoire est attendu ce mardi 17 novembre prochain, dans 4 heures, (à l’heure durant la quelle nous rédigeons. Les Barea de Madagascar affronteront de nouveau les Eléphants de la Côte d’Ivoire au stade Barikadimy de Tamatave, après une défaite de 1 à 2 lors du match aller.
Pour ce match, le président de la République Andry Rajoelina sera présent pour apporter son soutien à l’équipe nationale. Celui-ci en profitera pour visiter les chantiers des infrastructures en cours de construction dans la province de Tamatave. Plusieurs lieux figurent dans sa liste d’endroit à visiter, selon le gouvernorat.
Madagate0 partages

Madagascar Violences sur enfants. Mialy Rajoelina dépasse les pseudo-tabous des visuels directs

Mialy Rajoelina au milieu des deux figurines grandeur nature

Au-delà des discours souvent interprétés et des démarches classiques sans suivi-évaluation, Mialy Rajoelina, Première Dame de l’État Malagasy, Présidente fondatrice de l’Association Fitia et Ambassadrice de l’UNFPA dans la lutte contre les VBG (Violences basées sur le genre), a décidé d’effectuer une approche nouvelle et novatrice dans une société où une culture du non-dit prime. Comme dans nombres sociétés de l’hémisphère Sud, hélas…

Face à la montée dangereuse des cas de violences sur enfants dont des viols, l’heure n’est plus à savoir le comment ni le pourquoi pas plus que le qui ayant abouti à ces jeux de mains jeux de vilains. Cela, Presque toujours de la part de proches des victimes, malheureusement. Certes, la loi n°2019 relative à la lutte contre les Violences Basées sur le Genre a été votée et promulguée en début d’année 2020, mais il semble bien qu’elle n’a pas dissuadé les criminels. Car c’est un crime que de s’en prendre à des enfants pour assouvir un instinct devenu bestial…

Prenant le taureau par les cornes, Mialy Rajoelina a décidé alors d’utiliser des figurines grandeur nature pour montrer explicitement, avec des croix en rouges dessinées sur de planches de cartons amovibles, les zones que les enfants doivent connaître avant d’appeler à l’aide au moindre attouchement à ces endroits. Il a également été vivement conseillé aux enfants de ne plus avoir peur de dénoncer les auteurs, qu’ils soient oncles, beaux-pères ou même frères car c’est réellement de ce milieu que viennent ces inqualifiables abus sexuels, n’ayons plus peur des mots.

A présent, il importe …d’importer ces séances dans d’autres écoles régionales à travers tout le pays. Et, surtout, de durcir les sanctions sur ces crimes. Et sanctionner sévèrement ceux qui œuvrent dans le laxisme voire la corruption, au sein des forces de l’ordre et de la justice. La Première Dame a promis qu’il veillera au grain sur ce volet…

A présent, trêve de bavardage, place aux photos.

"Mamana ! Tonton Dofa se met à me faire des attouchements"

Une équipe de jeunes dynamiques dont certains sont parents. Ils ont le devoir d'organiser ce genre de démonstrations dans les écoles des régions éloignées des grands centres urbains de Madagascar

Jeannot Ramambazafy – Harilala Randrianarison – Andry Rakotonirainy

La Vérité0 partages

Espagne - Le gouvernement condamne les actes des éléments du polisario

Le gouvernement espagnol a « condamné catégoriquement » les actes de vandalisme commis, ce dimanche, par des éléments du polisario devant le Consulat général du Maroc à Valence.« L'Espagne condamne catégoriquement les actes commis dimanche par certains participants à un rassemblement (…) devant le Consulat général du Maroc à Valence », indique le ministère espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération dans un communiqué.Ces forcenés ont accédé au bâtiment du consulat pour tenter d'y placer l'étendard de la soi disant "rasd", "portant ainsi atteinte à l'inviolabilité, l'intégrité et la dignité du siège consulaire», souligne le ministère espagnol.«Aucune manifestation s'exerçant dans le cadre du droit de réunion ne peut dégénérer en actions illégales, à l’image de la tentative perpétrée ce dimanche, qui constitue une violation flagrante de la législation en vigueur», affirme la même source.«Le gouvernement cherche à avoir plus de clarifications sur les faits et continuera à prendre toutes les mesures appropriées pour assurer le respect de l'intégrité et de l'inviolabilité des missions diplomatiques accréditées dans notre pays », assure le ministère espagnol des Affaires étrangères.«L'Espagne condamne fermement toute action portant atteinte aux principes et aux valeurs des conventions de Vienne sur les relations diplomatiques et consulaires de 1961 et 1963, dont elle est partie et ferme garante», ajoute le communiqué.

La Vérité0 partages

Projet « Miami » à Toamasina - Le couple présidentiel donne le coup d’envoi !

Un « Velirano » de plus en cours de concrétisation. Le projet « Miami » visant à faire de la ville de Toamasina une destination touristique phare vient de débuter officiellement.  Comme son nom l’indique, le projet fait référence à une ville américaine de par les infrastructures modernes et l’attrait touristique qu’il suscitera. Hier, le Président Andry Rajoelina et son épouse ont fait le déplacement à Toamasina pour soutenir l’équipe nationale lors du match les Barea aux Eléphants de la Côte d’Ivoire. Dans la matinée, le couple présidentiel a donné le coup d’envoi du projet Miami avant de visiter quelques sites où se déroulent des travaux de construction de plusieurs infrastructures à Toamasina. « La vue sur la mer dès l’entrée de la ville constitue l’un des principaux atouts de Toamasina, ces chantiers sont donc très importants pour améliorer l’image de la ville », a soutenu le Président Andry Rajoelina. Parmi les chantiers déjà en cours figure aussi la construction de l’axe situé au boulevard Ratsimilaho et qui passe le long du bord de mer de la ville portuaire. Ce boulevard sera complètement réhabilité et sera rehaussé à un niveau de 6 mètres pour éviter tout dommage causé par les catastrophes naturelles comme ce fut le cas auparavant. Première phaseLa plate – forme nord située entre l’Hopitaly Be et l’hôtel Neptune constitue la première phase du projet « Miami », prévue être terminée d’ici cinq mois. Pour le moment, les ouvrages consistent au soutènement et l’aménagement des quais de promenade. Par la suite, ces endroits abriteront des nouvelles infrastructures ainsi que des lieux destinés aux activités ludiques et sportives. Les marchands qui tenaient des petits commerces sur le bord de la mer ne seront pas en reste puisqu’ils bénéficieront d’un programme d’accompagnement professionnel et se verront octroyer des emplacements spécifiques aménagés pour leurs activités respectives.  Le Chef de l’Etat et son épouse ont également pu constater l’avancée du projet de réhabilitation de l’axe entre Morafeno vers l’Hopitaly Be qui contribuera à désengorger la circulation dans la ville de Toamasina. D’après les consignes du Président de la République, cette voie a été construite en béton pour assurer sa pérennisation. Cet axe routier est également bâti conformément aux normes des grandes routes pour une grande capacité de circulation de voitures sans oublier une voie destinée aux piétons.Promesse concrétiséeRappelons qu’au mois de février dernier, l’appel à manifestation d’intérêt à l’attention des entreprises désirant être les prestataires dans la réalisation des ouvrages en était déjà à la phase II. Cette nouvelle phase vient d’être lancée cette semaine et s’adresse aux entreprises de génie civil spécialisées en travaux d’aménagement et en équipement d’infrastructures sportives et de loisirs.Ce projet d’aménagement du bord de la mer de Toamasina ou projet « Miami » figure parmi les promesses de campagne du Président Andry Rajoelina. Une promesse taxée de rêve par ses détracteurs mais qui va bientôt prendre forme. Ledit projet est complémentaire aux travaux d’extension du Port de Toamasina. Outre la visée touristique, le projet ambitionne également la promotion de l’industrie des sports et des loisirs.Durant la même matinée, le couple présidentiel a procédé à l’inauguration du PACT ( Port Academy Center Toamasina) qui dispensera de formations pour les employés dans le secteur portuaire. Il s’agit d’un projet financé par des fonds propres du SPAT.La Rédaction

La Vérité0 partages

Inssa Mohamed - Extradé de Madagascar, en cavale aux Comores

Il est soupçonné d’être derrière l’attentat manqué contre le président de la République Islamique des Comores Azali Assoumani et s’est réfugié à Madagascar après avoir été à Mayotte. Les autorités comoriennes ont lancé un mandat international contre lui et il fut arrêté à Mahajanga avant son extradition aux Comores  dans le courant du mois de juillet dernier.Mais dimanche dernier, Inssa Mohamed alias Bobocha, puisqu’il s’agit de lui, s’est évadé de la prison de Moroni avec quarante autres détenus. Ces prisonniers ont profité de l’absence de vigilance des agents de sécurité pour faire la malle. Ces derniers, comme toute la population des îles des Comores, se sont concentrés sur le match historique de leur équipe nationale contre le Kenya dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2022à l’issu duquel est sorti vainqueur la sélection comorienne. Alors que le monde extérieur est descendu dans les rues pour manifester la joie, Inssa Mohamed et consorts ont enlevé un pan du mur de la vétuste prison de Moroni pour prendre le large. 13 évadés furent repris quelques heures après tandis que les autres dont le supposé cerveau de l’attentat manqué du 18 avril dernier contre le Président des Comores sont toujours en cavale. Les autorités comoriennes se focalisent essentiellement sur cet individu, un opposant du régime, qu’il qualifie de terroriste. Une évasion confirmée d’ailleurs par le ministre de la Justice comorien, Mohamed Housseine Djamalilaili.Le 7 juillet 2020  Inssa Mohamed alias Bobocha, est arrêté à la mosquée de Majunga par deux gendarmes malagasy. Extradé le 15 juillet  à bord d’un avion spécial affrété par l’Etat comorien après un séjour hospitalier de six jours, Inssa Mohamed a été dès son arrivée à Moroni placé sous mandat de dépôt….La rédaction 

La Vérité0 partages

Coupe d'Afrique des Nations 2022 - Les Barea aux portes du Cameroun

Le résultat nul d’hier (1-1) contre la Côte d’Ivoire rapproche Madagascar du Cameroun. La qualification pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations passe par au moins une victoire lors des deux prochaines journées des éliminatoires. Les Barea auront cent quatre-vingt minutes pour de nouveau marquer l’histoire. Au classement du groupe K de ces qualifications pour la prochaine CAN, les protégés de Nicolas Dupuis comptent le même nombre de points que leur adversaire d’hier. Prochain obstacle sur la route de Madagascar vers la grand-messe du football africain, l’Ethiopie a écrasé le Niger sur trois buts à rien et a désormais six points au compteur. Une victoire contre les Walya Ethiopiens dans ce qui ressemble à une petite finale, au mois de mars de l’année prochaine conduirait directement les Barea de Madagascar à la CAN 2022 avec dix points. Dans ce cas, même une défaite lors de la dernière journée contre le Niger à domicile n’aurait plus aucune conséquence, car Madagascar ne pourrait plus être rejoint par l’Ethiopie mathématiquement. Un match nul ou une défaite face aux Ethiopiens au mois de mars prochain ne serait pas fatale aux Malagasy. Dans ce scenarii, tout se jouera lors de la dernière journée. Dans le premier cas, c’est-à-dire un nul face à l’Ethiopie, Madagascar devra alors s’imposer face au Niger ou compter sur un faux pas de l’Ethiopie face à la Côte d’Ivoire pour composter son ticket pour le Cameroun. Une défaite contre les Antilopes Ethiopiens dans quatre mois compliquerait en revanche les calculs pour Madagascar qui n’aurait plus son destin entre ses mains. En effet, même en cas de victoire contre le Niger lors de la dernière journée, il faudra aussi espérer que dans l’autre match les Ethiopiens ne l’emportent pas face aux Ivoiriens.Mais tout cela est encore lointain. Pour les Barea, la meilleure option est de gagner leur prochain match face à l’Ethiopie. Ils pourraient même espérer glaner la première place du groupe en cas de victoire face au Niger, et si dans le même temps, la Côte d’Ivoire ne fait pas le plein de points de son côté également. Le capitaine de la sélection malgache et buteur hier, Ibrahim Amada et ses coéquipiers ne sont qu’à une victoire d’une seconde qualification consécutive pour la CAN. L’objectif est donc clair et connu, les joueurs malagasy viseront la victoire au mois de mars prochain en Ethiopie. La mission est tout à fait possible. Après la défaite la semaine dernière face aux ogres ivoiriens favoris incontestés du groupe, le résultat d’hier face à ces mêmes adversaires aura permis aux joueurs malagasy de retrouver quelque peu la confiance. Comme hier, les joueurs pourront également compter sur le soutien indéfectible de tout Madagascar.L.A.

La Vérité0 partages

Chaise vide ou démission

La politique de chaise vide ou démission de la raison ! Bonnet blanc, blanc bonnet. Du pareil au même. Il est toujours désolant quand on joue de cette façon aux intérêts supérieurs de la Nation.L’absentéisme dont fait preuve les sénateurs de l’Opposition fait couler trop d’encre et crée des vagues de trop. Les sénateurs HVM et TIM désertent la deuxième Session ordinaire (la dernière) du Sénat. Les Raveloson Thierry et compagnie ainsi que les Ramalason Olga et consorts boudent les réunions obligatoires du Sénat. Etant élus ou nommés et payés pour les parlementaires sus-mentionnés manquent à leurs obligations. Le président de la Haute Cour constitutionnelle (HCC), Jean Eric Rakotoarisoa, ramène les sénateurs égarés à leur place. Le juge constitutionnel siffle la fin de la récréation et remet la pendule à l’heure. Le Professeur titulaire en Droit constitutionnel, Jean Eric Rakotoarisoa, rappelle à l’ordre. Les motifs avancés par les fautifs pour se dédouaner résident, en gros, sur le manque de budget qui les empêche, dit-on, à se déplacer. Une excuse irrecevable selon le président de la HCC. Elle ne peut pas être retenue comme raison sérieuse pour justifier des absences prolongées. Tout comme un enseignant qui s’absente longuement parce que, semble-t-il, les moyens lui font défaut. C’est absurde ! Une excuse dénuée de tout sens. Il faut qu’il se débrouille. L’école et les parents d’élèves lui payent afin qu’il puisse s’acquitter normalement de son devoir. Idem pour les parlementaires, députés ou sénateurs, les contribuables leur payent, très cher s’il vous plaît, et donc ils n’ont aucune raison de faire « l’école buissonnière ». Jean Eric Rakotoarisoa, président de la HCC, a bien fait de clarifier le jeu, « c’est une excuse bidon ! ».La politique de la chaise vide correspond à l’incivisme et à l’irresponsabilité. A travers l’ineptie dont les sénateurs de l’Opposition se font l’apanage, il en ressort réellement la démission tout court. Tel un soldat enclin à la traitrise et qui se dirige tout droit vers la désertion en fuyant la bataille. Au moment de la phase la plus dure, les parlementaires d’Anosikely abandonnent sans raison valable leur poste. Et tout le monde le sait quel sort, pendant la guerre, attend tout déserteur. L’Opposition enrôlée au sein du RMDM divague et erre dans le désert de l’insolence et de l’absurdité. Ses membres savent avec pertinence que leur démarche ne rime à rien en termes d’intérêts supérieurs de la Nation. Téléguidés par leur président, Marc Ravalomanana, la raison d’être de leurs actes repose uniquement sur la mise en œuvre des règlements de compte vis-à-vis du numéro Un du pays. Les membres de l’Etat-major politique agissent sans arguments de fond. Comme des marionnettes, le pasteur Tsarahame et compagnie parlent pour ne rien dire. En toute honnêteté, en quoi pourrait-on incriminer les dirigeants en place ? Sur quelle base d’arguments pourrait-on les accuser ? D’après les analystes les plus objectifs et sérieux, la gestion des affaires nationales respecte les normes appliquées. D’ailleurs, les partenaires techniques et financiers y compris les bailleurs traditionnels, étant entendu leur intransigeance, reconnaissent la fiabilité et la transparence en la matière. Et le peuple n’en disconvient pas non plus. La politique de la chaise vide qui prévaut au palais d’Anosikely s’apparente, ni moins ni plus, à la démission de la raison.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Redressement économique à Madagascar - Les grandes enseignes viennent en aide aux PME

Solidarité en temps de crise. Aucun secteur d’activités n’a été épargné par la crise économique causée par la pandémie de coronavirus. Aujourd’hui, les opérateurs tentent tant bien que mal de se redresser et de retrouver un semblant d’équilibre. Toutefois, cette reprise des activités n’est pas évidente pour tous, plus particulièrement les PME (Petites et Moyennes Entreprises), même avec les dispositions mises en place par l’Etat comme le crédit Miarina by Fihariana. De grandes enseignes ont ainsi décidé d’appuyer les solutions déjà proposées pour avoir le plus d’impacts. Dans ce sens, la STAR, par le biais de sa marque THB, organise alors un mouvement sur les réseaux sociaux: #Ndaohifanohana. Ce mouvement vise à soutenir les PME, les opérateurs et les marques locales, en faisant participer les consommateurs. « Nous invitons tous nos abonnés à mentionner en commentaires tous les PME dont le produit ou le service leur a le plus satisfait. Cette mention s’accompagnera notamment du nom de l’entreprise, de son secteur d’activités et de son adresse. Mais surtout, chacun devra argumenter sur le pourquoi de sa satisfaction : qualité de service, prix abordable, etc.» a publié la marque THB, la semaine dernière, sur sa page Facebook. Avec ce mouvement, ce sont donc les clients qui feront la promotion des entreprises. Un concept tout à fait innovant! Qui connaît le mieux le produit que ceux qui l’utilisent ou l’ont déjà utilisé. « Cependant, il faut noter que chaque abonné n’aura le droit de mentionner que trois entreprises seulement », précisent les responsables.Le mouvement prendra alors fin vendredi, à midi. La marque sélectionnera ensuite quatre entreprises les plus mentionnées par les consommateurs. Ces quatre entreprises s’opposeront durant la phase finale, avec à la clé dix millions d’ariary d’appuis matériels. En tout cas, cette publication a généré un tollé de réactions auprès des internautes. En seulement deux jours, la publication enregistre déjà plus de 4 500 commentaires. Pourtant en temps normal, les commentaires ne dépassent pas le nombre de 1 000. Visibilité Outre la partie compétition, #Ndaohifanohana offre également une grande visibilité aux entreprises mentionnées. Dans les réseaux sociaux, il existe en effet, des abonnés passifs. Ils ne font aucun commentaire et ne participent à aucun mouvement. Ils ne sont là qu’en tant que spectateurs. En lisant les commentaires, ils pourraient donc trouver des produits qui les intéressent. De plus, avec l’évolution technologique, il a été remarqué que les produits recommandés sur les réseaux sociaux attirent plus de clients que ceux proposés dans les publicités traditionnelles. Rova Randria

La Vérité0 partages

Pâtes alimentaires - Baisse de la TVA sur les produits locaux

Alors que les pâtes alimentaires importées sont frappées d’un droit de douane additionnel de 29 %, la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de celles fabriquées localement est révisée à 5 % si elle était de l’ordre de 20 % auparavant. Cette stratégie de défense commerciale entre dans la protection de la Branche de production nationale (BPN) face aux importations et rend les produits locaux plus compétitifs sur le marché. Ainsi, en ce qui concerne les pâtes alimentaires de fabrication locale, on pourrait désormais s’attendre à une éventuelle baisse des prix sur le marché. « Nous avons l’objectif de développer les industries à Madagascar. Les pâtes alimentaires sont devenues un aliment de base de la population, juste après le riz. Les dispositions prises dans la loi de Finances serviront à améliorer le climat des investissements et le climat des affaires en général. En tout cas, l’augmentation de la production nationale conduit à l’autosuffisance alimentaire même si le chemin pour y parvenir reste encore long », explique Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanant lors de la table ronde sur les enjeux des mesures économiques et fiscales qui s’est déroulée au Pavé, Antaninarenina. Amiraly Hassim, président du Syndicat des industries de Madagascar (SIM) et fervent défenseur des produits « Vita Malagasy », souligne que « les importations ne créent pas de l’emploi pour la population, contrairement aux industries locales. Il est donc important de privilégier les produits locaux sur le marché ». A rappeler que trois unités de production sont actuellement en cours d’installation à Madagascar. Outre la protection des producteurs nationaux, la baisse des importations entraîne la diminution de la sortie de devises et améliore la balance commerciale du pays.Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Trafic d’héroïne vers l’île Maurice - Un gendarme et ses acolytes condamnés à 12 ans de prison ferme

Ils sont quatre à comparaître devant la Cour criminelle du Pôle anti-corruption (PAC), pour exportation de 2,6 kg d’héroïne, soit une valeur marchande estimée à 4,229 milliards d’ariary vers l’île Maurice. Le verdict tombe : les quatre accusés dont trois agents de manutention au sein d’une entreprise prestataire de services auprès de l’aéroport d’Ivato ainsi qu’un gendarme de première classe, ont été condamnés chacun à 12 ans de prison ferme et une lourde amende. En effet, la douane malagasy qui s’est constituée en partie civile dans cette affaire, a demandé le double du prix initial de l’héroïne, montant auquel devait s’ajouter une amende liée à la confiscation des marchandises, puisqu’il y avait une saisie effective.L’affaire remonte vers début janvier 2020 lorsque les douaniers mauriciens ont mis la main sur l’héroïne dans la soute de l’avion du vol TK61 en provenance d’Antananarivo. L’enquête menée ultérieurement par la douane malagasy, après une demande de la partie mauricienne de l’ouvrir, a permis de surprendre le gendarme d’Ivato répondant au nom d’Idirisa Ahamady en plein forfait. Les images vidéo fournies par une caméra de surveillance le montraient en train de placer le colis suspect dans la soute de l’avion.Depuis leurs box, tous les accusés ont beau se renvoyer la balle. Mais les preuves sont accablantes pour les retenir, entre autres la requisition des conversations téléphoniques entre deux accusés. Durant les débats, le circuit du trafic où les quatre larrons ont été payés à 1 million d’ariary par personne, a été très explicite. Ainsi, c’est l’accusé du nom de Mamy Thierry Rakotonindrainy qui s’est chargé de prendre livraison de la marchandise auprès d’une femme. Pour la parenthèse, jamais les accusés n’ont voulu montrer cette piste, réduisant ainsi à néant toute tentative des enquêteurs pour remonter la filière. Par la suite, Thierry a confié la tâche à son collègue du nom de Bevita Antonio, afin que celui-ci récupère le colis qu’il a caché dans un bac à fleurs, situé dans une salle d’attente de l’aéroport d’Ivato. « Thierry m’a dit de placer l’objet dans un cartable et de le cacher au vestiaire. Je n’avais aucune idée de ce que contenait le colis », explique Antonio, un autre accusé, au juge. Enfin, c’est Ahamady, le gendarme, qui s’est chargé de le mettre clandestinement dans la soute de l’avion. C’était dans des pleurs que les membres des familles des accusés, en particulier leur épouse respective et leurs enfants ont accueilli la sentence, hier.Franck R.

La Vérité0 partages

Interdiction et autorisation des spectacles - Le ministère de la Culture se disculpe !

« Le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) n’est pas en charge de la délivrance d’autorisation pour l’organisation et la tenue d’évènements culturels. De plus, le ministère n’a pas le pouvoir ni d’interdire ni d’annuler une manifestation culturelle et artistique à Madagascar ». A travers ce communiqué signé par le directeur général de la Culture, en date du 16 novembre, le MCC se disculpe de toute responsabilité quant à la situation actuelle, suscitant une polémique et une tension, qui plane dans le domaine. En fait, bon nombre d’artistes et d’organisateurs évènementiels haussent le ton quant à l’annulation des spectacles prévus se tenir dans diverses localités de Madagascar. Ces derniers se sont plaints auprès du ministère de tutelle de cette situation ainsi que de celle d’une artiste sud-africaine qui peut faire librement une tournée dans le pays. « L’arrivée et l’organisation de la tournée de l’artiste étrangère ne sont pas de notre ressort. Seules les autorités auprès des collectivités territoriales décentralisées dans la localité accueillant l’évènement peuvent trancher sur l’octroi d’autorisation ou l’annulation », souligne le communiqué. Lors de sa dernière intervention à la chaîne nationale, le Président de la République a fait part que les responsables de chaque région devraient adopter les mesures nécessaires pour maîtriser la propagation de la pandémie du coronavirus.Des artistes et organisateurs dénoncent…Récemment, l’artiste Big MJ a exprimé son mécontentement sur sa page Facebook quant à l’annulation de son spectacle à Ambalavao, prévu se faire le 15 novembre dernier. « Nous étions déjà sur place quand les autorités locales nous ont informés de l’annulation du spectacle, à cause de la Covid-19. Pourtant, tout était OK depuis septembre, avec toute l’organisation y afférente. Nous avons déjà engagé des dépenses conséquentes dans les publicités, les déplacements et la restauration. Ils auraient au moins dû nous avertir au préalable, au lieu de nous surprendre à la dernière minute », nous confie le manager de cet artiste de renom. Ce dernier prévoit un tour de Mada depuis le 31 octobre jusqu’au 26 décembre, avec plusieurs spectacles à l’affiche. « Nous nous inquiétons pour le reste de la tournée, d’autant plus qu’aucune confirmation ni annulation ne nous a été communiquée jusqu’ici », ajoute le manager. Normalement, Fénerive- Est, Morafeno Vavatenina et Vohipeno sont prévus accueillir les prochains rendez-vous avec l’artiste.A noter que plusieurs spectacles, dont celui de Jean Aimé et Bolo Pixx à Ambatomainty ou encore celui de Jean Aimé et Mijah à Manakambahiny, tous prévus se tenir le 25 octobre dernier, ont déjà été annulés. Il en est de même pour le festival Sôrogno 2020, prévu du 20 au 22 novembre prochain à Ambanja. Pourtant, la tournée de la chanteuse du tube planétaire « Jerusalema » dans le pays s’enchaîne. Elle a déjà pu rassembler des milliers de personnes à Sambava et Toamasina, avant de rejoindre Mahajanga pour finir la tournée au Coliseum Antananarivo. Aucune interdiction n’a eu lieu, malgré le fait que la venue de l’artiste sud-africaine a favorisé le non- respect des gestes barrières, notamment à travers l’absence du port de masque et de la distanciation sociale de un mètre. Les risques de seconde vague semblent imminents…La Rédaction

La Vérité0 partages

Qualification CAN 2022 - Les Barea tiennent en échec les Eléphants

Les Barea de Madagascar ont relevé le défi hier en arrachant un point face aux Eléphants de la Côte d’Ivoire après les avoir tenu en échec (1-1). C’est Franck Kessie qui a ouvert le score à la 13eme minute sur un penalty. Amada égalise le score à la deuxième mi-temps à la 51eme sur un tir missile devant la surface de réparation.En première période, les Barea ont tout de même subi les dures lois du football ivoirien. Les Eléphants ont pris leur aise dès le début de la rencontre tandis que les Barea se sont battus en retraite. La prestation des Barea était très décevante durant la première mi-temps tandis que les Ivoiriens ont su maintenir la balle et profiter de la fébrilité des défenseurs malagasy.  A la 13eme minute, Franck Kessie donne l’avantage à son équipe sur un penalty suite à une main de Jeremy Morel dans la surface de réparation.   Melvin, le gardien de but malagasy a été sauvé par le poteau à la 43eme sur un tir de Pépé. Les Malagasy n’ont réussi qu’un seul tir cadré à la 10e minute sur une tentative de Carolus qui frôlait la cage de Gbohouo Sylvain, gardien ivoirien.       Au retour des vestiaires, les Barea se sont réveillés et ont renversé la vapeur. Les attaques se sont concrétisées. Amada atomise la cage ivoirienne sur un tir missile à la 51eme minute servi par Jeremy Morel.  Le stade Barikadimy a reçu son premier match international tout en respectant toutes les normes exigées par la confédération africaine de football. « C’est une fierté pour nous d’avoir un joyau comme tel dont nous remercions encore le Président de la République, Andry Rajoelina, car une partie des réaménagements respectant le cahier des charges requis par la CAF a été financée par ses propres moyens. D’ores et déjà, nous avons des idées sur les normes recommandées par l’instance africaine de football. Au prochain match des Barea au mois de mars, nous espérons avoir d’autre choix de stade autre qu’Antananarivo et Toamasina », avance Tinoka Roberto ministre de la Jeunesse et des Sports lors de sa visite avant le coup d’envoi de la rencontre.Elias Fanomezantsoa

Midi Madagasikara0 partages

Tianarivelo Razafimahefa : « Il n’y aucune volonté de museler l’opposition »

Les mouvements de l’opposition se trouvent à chaque fois, et dans plusieurs villes, face à une intransigeance des autorités locales qui interdisent la tenue de manifestations dans les locaux de Magro. Ce fut le cas à Toamasina, Fianarantsoa, Mahajanga et récemment à Antsirabe. Les organismes mixtes de conception locaux, dirigés par les préfets, ont choisi tous d’empêcher l’opposition d’accéder dans les lieux prévus pour la manifestation dans leurs circonscriptions respectives. Une situation qui n’a pas plu aux partis de l’opposition, devenus de plus en plus virulents. Mais le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa, rassure qu’« il n’y a aucune volonté de museler l’opposition derrière ces mesures prises. Au contraire, dans une démocratie, l’opposition est utile pour servir de balise ».

Sérénité. « Il faut, pourtant, s’en tenir au contexte auquel le pays en est actuellement. Nous avons actuellement le devoir et l’obligation de veiller au maintien de l’ordre public en cette période électorale », a rappelé le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation qui veut que le processus se tienne dans la plus grande sérénité. « Nos missions consistent ainsi à sécuriser le processus électoral, c’est-à-dire, avant, pendant et après le scrutin », a-t-il souligné devant la presse, hier à Anosy, en marge de l’officialisation de la journée internationale des régions. Aussi, « personne ne trouve aucun intérêt dans la survenue d’un trouble au pays », poursuit-il. A cet effet, Tianarivelo Razafimahefa appelle ainsi à « la prise de responsabilité de tout un chacun dans ce sens ».

Intérêt national. En tout cas, selon ce dernier, « en ces temps où le pays a réellement besoin de toutes ses potentialités pour redresser la situation économique, tous les acteurs doivent promouvoir l’intérêt national et veiller à l’intérêt commun dans leurs actions respectives ». C’est la raison pour laquelle le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation exhorte les acteurs politiques à « faire taire la politique politicienne et à se focaliser, chacun, sur son rôle dans le développement économique du pays et rattraper les décennies de retard ».

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Majeurs et vaccinés

La course aux vaccins contre le Covid-19 est lancée entre les grands groupes pharmaceutiques et les laboratoires. C’est à qui trouvera la meilleure formule en termes d’efficacité.

Majeurs et vaccinés

94,5%. C’est le taux d’efficacité de son vaccin annoncé hier par la société de biotechnologie américaine Moderna. Dépassant ainsi de 2,5 points celui de l’institut russe Gamaleya et de 4,5 points le vaccin préparé par l’autre société pharmaceutique américaine Pfizer en partenariat avec le laboratoire allemand BioNTech. Face à cette concurrence entre ces grands groupes cotés en bourse, les chercheurs et laboratoires des autres pays situés notamment dans l’Hémisphère Sud font figure de petit poucet, même s’ils sont majeurs et vaccinés. Avec une économie se trouvant dans une forme grave à cause de la pandémie de Covid-19, les pays pauvres n’ont pas les moyens d’investir dans des recherches ni de faire des commandes massives par rapport à ces vaccins attendus à la fin de l’année ou début 2021. Tout aussi affectés par le virus, ils ont pourtant peu de chance de faire partie des cibles prioritaires d’une hypothétique campagne mondiale de vaccination. Au mieux, ils pourraient servir de cobayes pour les essais cliniques de ces vaccins qui sont en phase 3, l’ultime étape avant la mise sur le marché qui risque d’être inaccessible pour bon nombre de pays. A la limite, les doses – sous forme de don ou d’aide internationale – pourraient être administrées aux personnes à risque ou vulnérables ainsi qu’aux travailleurs des secteurs clés comme la sécurité, l’éducation, les banques… Sans oublier évidemment les professionnels de la santé qui sont en première ligne dans la lutte contre le virus qui continue de circuler quoique les pays « vulnérables » sur le plan économique et sanitaire soient, jusqu’à présent, épargnés par une deuxième vague. C’est l’accès à ces vaccins et leur répartition entre les pays riches et les pays pauvres qui pourraient faire des vagues dans le monde.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Manakara : Vindicte populaire avortée

Effervescence à Manakara lorsqu’un homme, soupçonné du kidnapping d’un enfant, a été capturé par les riverains d’Andranofasika. Ces derniers ont commencé à rouer de coups l’homme âgé de 34 ans avec l’intention de mettre fin à ses jours. Il a été lynché en public. Fort heureusement, la gendarmerie locale a été rapide dans son intervention. Le concerné a été évacué des lieux avec un grave traumatisme crânien. Il a été hospitalisé et une enquête a été ouverte par la police. Plus de peur que de mal, les riverains se sont calmés après l’arrivée des forces de l’ordre.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Année universitaire 2019-2020 : Raccourcie à sept mois au lieu de neuf

Le coup d’envoi officiel de l’année universitaire 2019-2020 a été donné hier à Mahajanga. Un événement qui marque le retour des activités pédagogiques auprès des universités de la Grande île après quelques mois de perturbation à cause de l’épidémie de Covid-19.

« La rentrée pour l’année universitaire 2019-2020 a été officialisée le 2 novembre dernier pour toutes les universités du pays. Nous sommes ici à Majunga pour marquer ce retour à la vie pédagogique et active dans les universités ». Ce sont là les propos d’Elia Béatrice Assoumacou, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique lors d’un entretien avec les journalistes de la région Boeny en marge de la célébration de la rentrée solennelle de l’année universitaire 2019-2020 auprès du Campus Universitaire d’Ambondrona Mahajanga hier. Une célébration qui souligne la détermination du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à reprendre les activités après la période d’épidémie de Covid-19 mais surtout de ses conséquences dans ce domaine. En effet, à cause de ladite épidémie ainsi que des grèves incessantes des étudiants et des syndicats des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants (SECES) durant des années, les années universitaires ont été perturbées et retardées.

Mesures. Pour faire face au contexte actuel, les acteurs responsables des activités universitaires du pays : ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, présidents des universités, recteurs des Instituts Supérieurs de la Technologie (IST) ainsi que les divers instituts universitaires, ont opté pour la formation hybride. Celle-ci étant une « formule pédagogique qui résulte d’une combinaison d’une séquence de formations en ligne et de formations en présentiel ». « Cette disposition nous permet de satisfaire les besoins du contexte dans lequel se trouve le pays, d’un côté. Mais également, correspond aux mesures sanitaires entrant dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, de l’autre », a expliqué Elia Béatrice Assoumacou. Avant de renchérir « l’année universitaire 2019-2020 a été raccourcie à sept mois au lieu de neuf habituellement. Une décision prise de concert avec tous les acteurs de l’univers de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ». Et qui va ainsi « répondre aux besoins et attentes de la situation actuelle », a-t-on expliqué hier. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, toutefois, de préciser que « l’année universitaire de neuf mois devrait reprendre à partir de l’année universitaire 2020-2021 ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

SIH 2020 : Plus de 100 participants annoncés par les organisateurs

L’esprit de relance pour le redémarrage économique est déjà présent à Madagascar, selon Michel Domenichini Ramiaramanana, président du Comité d’organisation du Salon International de l’Habitat (SIH).

Le secteur privé est prêt pour la relance. C’est ce qu’a soutenu le Comité d’organisation de la 22e édition du SIH, qui a mis en avant un nombre élevé de participants à cet événement, qui se tiendra du 19 au 22 novembre prochain au parc des expositions Forello Tanjombato. « Nous remercions les opérateurs économiques pour cet enthousiasme et cet esprit de relance. Ils seront présents au salon, non seulement pour exposer leurs produits, mais surtout pour faire un déstockage de matériels aux normes, qui seront vendus à des prix bas. J’invite vivement le public et tous ceux qui ont des projets de construction en cours, à venir à cette 22e édition. Pour faciliter la visite de tout le monde, nous avons même prévu un parking spécial pour les scooters », a soutenu le président du Comité.

Plan Marshall. Les organisateurs ont également évoqué l’enveloppe de plus de 1 000 milliards d’Ariary prévue pour le Plan Marshall, qui va générer beaucoup de marchés, dans l’optique « Madagascar en construction ». En effet, le secteur BTP sera le premier concerné par cette opportunité qui touchera tout le territoire national. Si l’on se réfère aux propos des représentants de l’agence Première ligne, le SIH 2020 se veut être une plateforme où se rencontreront tous les acteurs potentiels qui participeront à la réalisation de cette grande ambition de construction pour l’émergence du pays. Par ailleurs, le Comité d’organisation du salon a également mis en avant l’économie de distanciation, dans le cadre de laquelle doivent être respectées les mesures sanitaires. Durant les 4 jours du salon, une Brigade sanitaire sera présente pour assurer le respect de ces mesures. Pour attirer plus de visiteurs, le Comité d’organisation offre des invitations gratuites sur le site web et sur la page Facebook du salon. « Ceux qui ont cette invitation gratuite n’ont plus besoin de payer le ticket d’entrée de 5 000Ar pour accéder au salon. C’est une facilitation mise en place par Première ligne », a indiqué Domenichini Ramiaramanana. Bref, les organisateurs du SIH sont très optimistes quant à la relance économique de Madagascar, déjà entraperçue dans le secteur du BTP et de l’habitat.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Cinéma : “Aza kivy » sélectionné au Festival Ifda

Nantenaina Lova, défendra les couleurs malgaches à l’Ifda.credit photo Laurent Pantaleon

Si le festival panafricain de court métrage aura bientôt lieu à Madagascar, le documentaire « Aza Kivy » de Nantenaina Lova est sélectionné au festival Ifda aux Pays-Bas. Abordant la vie quotidienne des gens dans le Sud, « Aza kivy » est décliné également en Français et en Anglais. Sélectionné en compétition et en première mondiale, le second long métrage du réalisateur fait partie de la collection documentaire « Tany sy olona ». La projection se tiendra le 23 novembre au théâtre de Tuschinski, suivi d’un débat autour du film avec le réalisateur Nantenaina Lova.

L’international documentary filmfestival Amsterdam est le plus grand festival mondial du film documentaire. Créé en 1988, c’est le rendez-vous incontournable des cinéastes dans la catégorie documentaire. Le but de l’Ifda est de promouvoir la création de documentaires et de les présenter au plus large public possible. Actuellement, le festival rassemble plus de 125 000 personnes sur une période de onze jours avec environ 250 films en projection.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Formation « Sport et Entrepreneuriat » : Cap sur le Nord du pays du 23 au 27 novembre

Et de cinq. Après les formations à Antananarivo, Mahajanga et à Toamasina, voilà que les séminaires régionaux sur « Les métiers du sport et entrepreneuriat » reviennent après presque un an de suspension. L’ambassade de France à Madagascar, l’Académie nationale des Sports, en collaboration avec La Maison du Sport, lancent un appel à manifestation d’intérêts à l’intention des jeunes sportifs, filles et garçons de 15 à 25 ans toutes disciplines sportives confondues ou dans une association de jeunes, désireux de renforcer leurs compétences en matière de « métiers du sport et entrepreneuriat » pour leur faire découvrir les différents métiers du sport, comment créer son entreprise, les exemples de métiers du sport. Cet appel s’adresse aux jeunes des régions Sava, Diana et Sofia. La formation se tiendra du 23 au 27 novembre prochain.

Chaque jeune qui souhaite intégrer la formation devra proposer sa candidature selon les formalités suivantes : une fiche de participation à imprimer sur la page Facebook de La Maison du sport, une lettre de motivation justifiant son engagement dans le processus initié. Les formations comprendront différents modules et les participants recevront un certificat de participation. Les candidats retenus seront contactés individuellement selon les modalités de la participation à la formation en matière de «« métiers du sport et entrepreneuriat »

T.H

Midi Madagasikara0 partages

PIAA : Intensification du curage des canaux avant la saison des pluies

Plusieurs quartiers d’Antananarivo font l’objet d’une opération de curage des canaux d’évacuation des eaux usées en ce moment. Ceci est effectué afin de prévenir les montées d’eaux lors de la prochaine saison des pluies qui s’annonce redoutable. Cette opération entre dans le cadre du programme PIAA (Programme Intégré d’Assainissement de la ville d’Antananarivo) qui voit la participation de la CUA et de l’Agence française de Développement. Selon les remarques du maire d’Antananarivo ville, les bouteilles et les sacs en plastique sont, le plus souvent, à l’origine de l’engorgement des canaux d’évacuation. De ce fait, il est important de s’éduquer entre citoyens et surtout d’agir pour l’intérêt commun.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Lalaon’ny Barea ao Toamasina : Mpitandro ny filaminana 600 no hisahana ny tanàna anio

Nanetsika zandary – polisy – miaramila 600 eo no fanjakana amin’ny lalao miverin’ny ekipan’ny “Barea’i Madagasikara” sy ny “Elefantan’i Cote d’Ivoire” eo amin’ny lalao fiandian-toeran’ny CAN 2021 any Cameroun. Nanafatra tamin’ny fampitam-baovao nataony mantsy ny CAF fa tsy maintsy manao izay iarovana ny mpilalao sy ny delegasionina ofisialy rehetra ny Malagasy, sy amin’ny fiarovana azy ireo amin’ny valanaretina Covid-19 izay nadraisana ny lalao tsy misy mpijery na ny lalao mandroso na ny lalao miverina. Efa vonona ny mpitandro ny filaminana rehetra hoy ny Kly Rabemanantsoa, ka ho tapaka ny lalana eo amin’ny “Somalaval” Mangarano sy ny fiangonana Md Paoly Mangarivotra ny talata manontolo ny andro izao. Ireo olona afaka miditra ny kianja rehetra koa anefa dia tsy maintsy manao ny arotava sy manaja ny sakana rehetra lalam-pahasalamana momba ny Covid-19. Ankoatra izay dia ny sabotsy tolakandro teo tamin’ny 4 ora no tonga teto Toamasina ny Barean’i Madagasakara rehefa avy tany Cote d’Ivoire nihatrika ny lalao mandroso, izay naharesy antsika Malagasy 1 no ho 2. Tonga maro ireo olona nitsena azy ary nanao “carnaval” mihitsy nanatitra ireto ekipan’ny Barea ireto teny amin’ny trano fandraisam-bahiny “Calypso” misy azy ireo. Efa vonona tanteraka ny kaominin’i Toamasina handray ity lalao iraisam-pirenena aty afrika eo amin’ny Barea sy ny Elefanta ity, koa na tsy azo jerena aza ny lalao dia efa nanomana “ecran géant” ny kaominina hijera izany ny talata izao. Ao ny eo amin’ny toerana malalaky ny kaominina, ny eny amin’ny kianja Lemalady Ambohijafy, ary ny eo amin’ny kianja lisea teknika Tanambao V.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Forum national des entrepreneurs : Vers la création d’un réseau de professionnels

La Jeune Chambre Internationale (JCI) Antananarivo et le Club des Entrepreneurs de MED (Madagascar Entreprises Développement) organisent la 2e édition du Forum national des Entrepreneurs du 20 au 21 novembre 2020 au campus Sésame à Ambatoroka. « L’objectif consiste à créer un réseau de professionnels dans le domaine de l’entrepreneuriat. Nos cibles sont les entrepreneurs, les start-uppers, les porteurs de projets et les organismes oeuvrant dans le domaine de l’entrepreneuriat », a déclaré Ratsimbaharison Sandy, directeur du projet au sein de la JCI Antananarivo, lors d’une conférence de presse hier au siège du MED à Tsaralalàna. Le thème sera axé sur « Entrepreneurs engagés, acteurs de développement ». Dans le cadre de cet événement, une conférence-débat aura également lieu en vue d’identifier les problèmes rencontrés par les entrepreneurs tout en avançant des pistes de solutions y afférentes.

Renforcement de compétences. En outre, le Club des Entrepreneurs de MED qui regroupe les entrepreneurs bénéficiant de la formation prodiguée par ce dernier, va organiser des échanges et des partages d’expériences entre les membres, en plus de la création de ce réseau. Ce sera également une opportunité de présenter leurs produits au grand public. Parlant de MED qui est le partenaire officiel de ce forum national des entrepreneurs, « c’est une structure d’appui et d’accompagnement des très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) via la mise en œuvre d’un programme d’appui aux TPME dans neuf pays dont Madagascar, en partenariat avec l’Institut européen de coopération et de développement. Notre but est de renforcer les compétences en matière de gestion des entrepreneurs en activité ou des porteurs de projet, formels ou informels. Ils bénéficient ensuite d’un accompagnement pendant un an pour pérenniser leurs activités », a expliqué Landry R. Tsao, directeur exécutif de MED. Pour Maya Razafindrakoto, responsable du partenariat au niveau du programme entrepreneuriat de l’ambassade de France, qui est aussi un partenaire officiel de l’événement, il a annoncé que 22 jeunes entrepreneurs sont actuellement bénéficiaires d’un accompagnement gratuit pendant un an.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Parti Harena : Pour l’accès au crédit de microfinance dans le monde rural

Lezava Fleury président national du parti Harena.

Le parti Harena de Lezava Fleury Rabarison propose des solutions face aux difficultés que traversent les gens actuellement. Ce parti a ainsi mené des enquêtes sur ce point. A cet effet, Harena de constater que seul à Bealanana le prix du kapoaka de riz est de 500 ariary, or cette denrée s’achète à 1 000 ariary le kapoaka dans les autres régions qui sont pourtant réputées pour leur potentiel rizicole, à savoir Ambatondrazaka, Andapa, Itasy et Marovoay. Avec cette hausse du prix du riz, les autres produits suivent cette tendance, tels que le manioc, le maïs et le haricot. Face à cette situation déplorable, les paysans sont obligés de vendre leur bétail pour subvenir à leurs besoins quotidiens. Ainsi, un zébu qui doit se vendre à 1 000 000 d’ariary est liquidé à 400 000 ariary, soit même pas la moitié de son prix habituel. Ce parti estime ainsi que les sommes destinées à acheter des kits scolaires devraient servir à ravitailler les cantines scolaires. Il avance également une importation de riz gérée par l’Etat. Ce dernier devrait aussi promouvoir l’accès au crédit de microfinance dans le monde rural.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Nouveau single : Jazz MMC plonge ses fans dans une sensualité

Jazz MMC est escorté par son manager, Joe Clauddio Rezakanany.

La star malgache présente « tavela », un single sorti à la fin de la semaine dernière. Avec déjà trois albums à son actif, “Papa Waza” s’impose sans difficulté sur la scène musicale malgache. Sa voix mélodieuse et puissante se pose sur un afrobeat influencé par les sonorités typiquement malgaches. Jazz, dans ce nouveau morceau, s’est investi en engageant comme figurante la top modèle Nosy-béenne Adidja. « Jazz MMC est désormais un artiste international. Il est connu dans la région du Sud-Ouest de l’Océan indien. Il faut donc que ce que nous produisons soit de qualité pour que nos fans apprécient davantage nos morceaux », a expliqué son manager, Joe Clauddio Rezakanany. Tourné à Nosy-Be, le clip de Jazz MMC reflète non seulement la beauté de la femme mais aussi la splendeur du paysage. Dans “Tavela” le chanteur déclare sa flamme à une femme. C’est avec une grande émotion qu’il écrit les paroles de ses morceaux. La nouvelle chanson de Jazz MMC est un signe de volupté et de douceur. Une manière pour le chanteur d’exprimer son amour.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Sakaraha : Un évadé de la prison de Toliara abattu durant sa capture

Placé sous mandat de dépôt pour vol suivi de meurtre depuis le 1 octobre de cette année dans la prison de Toliara, le dénommé Mahimba a été capturé mort à Mahaboboka, dans le district de Sakaraha samedi dernier après avoir tenté de s’évader de ce lieu de détention. Il a été abattu suite à l’intervention des gendarmes du poste avancé de Mahaboboka. Ce samedi 14 novembre en début d’après-midi, un agent pénitentiaire est venu auprès de cette unité de la gendarmerie pour signaler le cas d’un prisonnier qui venait de s’échapper de son geôle. Le fugitif est un prévenu qui est poursuivi pour meurtre et vol du fusil de sa victime. Une affaire que le poste avancé de Mahaboboka avait traitée et dont l’enquête a entraîné l’incarcération de cet individu lorsque celui-ci a été remis aux mains de la justice. En effet, le missionnaire envoyé par l’administration pénitentiaire de Toliara a sollicité la collaboration de la gendarmerie afin de rattraper ce détenu. Une fois avisée, la gendarmerie a, tout de suite, ouvert son enquête. Tandis que l’émissaire s’est rendu à Toliara. Vers 18 heures, les limiers de la gendarmerie ont arrêté le fugitif à Mahaboboka et il a été emmené au bureau du poste fixe. Arrivé devant la porte du bureau, il a réussi à échapper à ses accompagnateurs. Pour le rattraper, une course poursuite a été enclenchée durant laquelle, les éléments des forces de l’ordre l’ont sommé de s’arrêter et se rendre par des tirs en l’air, en vain. C’est pourquoi, ces derniers affirment avoir été obligés de tirer sur lui. Il a été tué dans cette fusillade. En effet, la gendarmerie doit suivre la procédure réglementaire relative à ce cas. Après la constatation des faits, effectuée par le médecin légiste et le commandant de la brigade de Sakaraha, le chef du district de Sakaraha, le procureur du Tribunal de Première Instance de Toliara ainsi que le chef d’établissement de la maison centrale de Toliara ont été informés des évènements.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque -« Orange Kanety Be » : Les Miram et l’équipe d’Antsirabe sacrés !

Les finalistes du concours « Orange Kanety Be » chez les U17.

La deuxième édition du tournoi de pétanque dénommé « Orange Kanety Be » a connu son dénouement ce dimanche, après quatre jours de compétition sur le site du Club d’Ampitatafika (P.A.C). Il s’agit d’un concours en doublettes constituées réservé aux jeunes qui a débuté le 7 novembre. En effet, le concours est divisé en deux catégories. 32 meilleures équipes ont été qualifiées pour la deuxième et dernière étape pour chaque catégorie. Pour les U15, la grande finale était une affaire entre deux grandes équipes de la ligue du Vakinankaratra, notamment le club d’Antsirabe et celui de Betafo. Le duo Mick – Ronaldino a remporté la victoire en s’imposant face à l’équipe de Manou et Faniry. Chez les U17, l’équipe Miram composée de Riana et Thierry a remporté le sacre en écrasant le duo Landry – Sylvain de Betafo en finale. Leonard a été élu meilleur joueur. De nombreux lots ont été offerts aux champions. Outre le trophée, ils ont aussi reçu des jeux de boules Obut et des packs de Smartphones Orange. Cette deuxième édition de l’événement sportif organisé par Orange Madagascar a permis à plusieurs jeunes boulistes issus de plusieurs villes, en plus de la capitale, de montrer leurs talents.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Antanifotsy : Olon-dratsy nidaroka zandary, maty voatifitra

Mba sahy zavatra ! Nanararaotra ilay zandary niambina azy, sendra variana tamin’ny fanamboarana ny môtô nentin’izy ireo ity olon-dratsy iray nosamborina ka niezaka ny nidaroka azy tamin’ny vato ary nitsoaka. Namono biby tsy nahafaty anefa ka nifoteran’ny rambony. Tao Ambohitompoina, distrikan’Antanifotsy, ny faran’ny herinandro teo. Dahalo rain-dahiny, voarohirohy tamin’ny karazana halatra maro no voasambotry ny fokonolona tao amin’ny fokontany Ambohijafy. Raha ny fampitam-baovao azo dia toa hoe efa ela no nikarohana azy io saingy izao vao tratra. Nentina natolotra ny zandary tao an-toerana avy hatrany ity farany. Amin’ny toe-javatra tahak’izao, mba hiarovana amin’ny mety ho fiovan-kevitr’ireo fokonolona, izay mety hiafara amin’ny fitsaram-bahaoaka dia nentina niakatra haingana hamonjy ny renivohitry ny distrika ny lehilahy. Hiaraha-mahalala anefa fa somary saro-dàlana raha iny kaominina Ambohitompoina iny ary kodiaran-droa no tena miasa. Zandary maromaro araka izany no nitondra ity olon-dratsy ity hihazo an’Antanifotsy saingy tsy maintsy mandeha tsiroaroa amin’ny môtô moa. Somary lasa lavidavitra talohan’iretsy namany ny zandary iray niaraka tamin’ilay olon-dratsy. Tojo fahasimbana anefa io môtô io teo Ambohikely, Ambodiharana, kaominina Anjamanga ka voatery nidina izy ireo ary nanamboatra izany ilay zandary. Nanararaotra io fotoana fohy nahavariana ilay mpitandro filaminana tamin’ny môtô-ny io ilay olon-dratsy ka naka vato ary niezaka nidaroka ny lohany ary lasa nitsoaka. Soa ihany, hoy ny fampitam-baovao fa nanao aroloha ity zandary ity ka mba tsy naninona. Aroloha izay potika tanteraka moa noho ny dona nahazo. Teo ho no eo ihany dia raikitra ny fifanenjehana ity olon-dratsy. Voatery nampiasa ny fitaovam-piadiana teny aminy mihitsy moa ireo zandary, rehefa nanao tifitra fampitandremana im-betsaka ihany ireo mpanenjika kanefa tsy mety nijanona ilay noenjehana. Voan’ny balan’ny zandary moa ity farany ary maty tsy tra-drano. Tapitra hatreo araka izany ny fanaovany ny asa ratsiny izay nampitondrany ny mangidy tamin’ireo mponina tany amin’iny faritra iny. Mbola mitohy kosa ny fanadihadiana ataon’ireo tompon’andraikitra amin’izany any an-toerana. Heverina mantsy fa tsy maintsy misy namany miriaria any.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Evènement : Le Point d’Exclamation, entre foot et dancefloor

Le Point d’Exclamation s’est forgé une réputation avec ses soirées « Ladies Night ».

Après le sport, le réconfort aujourd’hui à partir de 14 heures au Point d’Exclamation Lounge Bar à Analakely. Au programme, du foot sur trois écrans géants du match tant attendu des Barea de Madagascar contre les Eléphants de la Côte d’Ivoire. En animation, il y aura des ateliers face painting sur place et une fan zone sécurisée à l’intérieur, animée par un Dj. Plus tard, la fête continuera avec la « Ladies night » à 18 heures. La soirée sera alors animée par le célèbre Dj Herwell’s, qui vogue sur des sonorités électros par lesquelles il jongle avec des genres plus nineties… « Tous les cocktails seront offerts aux ladies à partir de 18 heures », met en avant le propriétaire des lieux. L’ambiance sera donc assurée.

Même si le match débute à 16 heures, les portes seront ouvertes dès 14 heures pour permettre aux aficionados sans oublier les fêtards et les fêtardes, d’être prêts à affronter les montées d’adrénaline durant la confrontation. L’occasion aussi de profiter de l’une des meilleures cartes de la capitale, que ce soit pour les pizzas, les grillades, etc… A titre de rappel, l’Hôtel de l’Avenue a été un précurseur dans le domaine du « lifestyle » tananarivien, puisque du temps de la galerie Kamoula, il a été le premier à lancer les pizzas à emporter. Une révolution à l’époque. Rendez-vous cet après-midi pour vivre une ambiance inédite.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Maillots Barea : Les fausses marques inondent Toamasina

La FMF aurait dû déposer la marque Barea au même titre que son nouveau logo à l’Office Malgache de la Protection Industrielle. Car à l’allure où vont les choses à Toamasina, le marché est inondé de maillots des Barea qui sont frappés de l’ancien logo ou qui comportent seulement le nom Barea. Dans les deux cas, cela occasionne un manque à gagner énorme pour la FMF dont on connaît les difficultés financières qu’elle traverse. Comme on utilise encore la marque Garman héritée de la CAN 2019 en Égypte, la FMF ne peut faire grand-chose. Mais c’est tout de même malheureux de voir des gens s’enrichir sur le dos des Barea.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Foot-Fosa : Juniors Théodin promu capitaine

A 24 ans, Théodin Ramanjary entre dans une nouvelle dimension.

Suite logique. Après le départ de Baggio Rakotoarisoa, dont nous n’avons pas encore reçu de nouvelles, c’est Théodin Ramanjary qui portera le brassard de capitaine des Fosa Juniors pour la saison à venir. C’est le nouveau coach italien Salvatore Nobile dit Toto qui l’a officialisé lors d’une conférence de presse la semaine dernière. C’est une récompense pour Théodin qui a toujours été fidèle et honnête avec le club, et ce depuis plusieurs années. Pour rappel, Baggio a porté ce brassard pendant deux ans. Il a commencé à le porter après le départ de Dax pour l’Afrique du Sud en 2018. Le club a profité de cette conférence de presse pour présenter les nouvelles tenues de son équipementier Errea qui habillera l’équipe majungaise tout au long de la saison 2020-2021. Le président a également saisi cette occasion pour souhaiter officiellement la bienvenue à son entraîneur.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Météo : Une autre perturbation cyclonique en formation

La localisation des deux systèmes dans la journée d’hier.

Météo Madagascar a annoncé, hier, la formation d’une autre perturbation cyclonique, en simultané avec la forte tempête tropicale Alicia. Son centre était positionné, hier à la mi-journée, à 2 650 km à l’Est-Nord-Est d’Antsiranana. Cette nouvelle perturbation cyclonique progresse vers l’Est, à une vitesse de 35 km/h. Le vent moyen reste faible, mesuré à 55 km/h, avec des rafales de 70 km/h.

Cet autre système, en état de dépression, selon les spécialistes de la météorologie, évolue dans les parages d’Alicia, et subit des conditions défavorables à son intensification en tempête tropicale, spécifie toujours Météo Madagascar. Ainsi, d’après les données connues, il n’évoluera probablement pas au-delà de son état actuel, bien au contraire, car ce système est prévu se dissiper à compter de ce jour. Très certainement, sa présence n’influera pas sur les conditions météorologiques à Madagascar.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz… : Les Barea de Madagascar en « pop star »

Cette admiratrice prouve que Melvin Adrien, par rapport à ses coéquipiers, reste le chouchou de ces dames.

Un succès ce jour à Toamasina des Barea de Madagascar et la boucle est bouclée, de surcroît sur le dos des éléphants ivoiriens. Toutefois, au-delà des performances d’élites du sport, des victoires éclatantes… l’accueil des footballeurs malgaches dans la ville du Grand port le 14 novembre renforce de plus en plus leur statut de « pop star ».

Tout d’abord, la présence massive de la gent féminine, dont les déclarations enflammées sont captées par inadvertance sur « facebook ». « Ils sont si beaux », clame une demoiselle. « Ils sont beaux comment ? », demande un jeune homme amusé, avec un brin de jalousie. Presque théâtrale mais les réseaux sociaux affirment assez bien l’amour et le respect que voue Toamasina à Melvin Adrien, Voavy Paulin, etc…

Pas seulement Toamasina, mais tout Madagascar. Probablement, Antsiranana, Toliara, Antsirabe, Fianarantsoa et Mahajanga, pour ne citer que les grandes cités, seraient prêts à les accueillir par dizaines de milliers, si un jour les matchs internationaux se jouaient là-bas. Antananarivo ayant déjà été particulièrement gâté après la dernière Coupe d’Afrique des Nations.

« Pop star » puisque les images des paparazzis des Barea sur le balcon de leur chambre d’hôtel rappellent les photos volées des Jennifer Lawrence, Fifty Cents, Prince Harry, Michaël Jackson… dans leur intimité. On imagine les dizaines de personnes devant l’établissement d’accueil, discutant, rigolant, s’amusant avec les petites théories conspirationnistes de fans… Attendant l’apparition ou un petit « coucou » d’un Rayan ou d’un Dimitri. Il faut dire que les Barea sont maintenant au-delà du phénomène de sport.

« Pop star » puisque l’admiration des Malgaches est devenue sans bornes et sans critère de performance. Il faut savoir que les Barea ont été battus lors du match aller devançant le match retour de ce jour à 16 h. L’important pour Toamasina a été de leur réserver un accueil, quelque part, symbolique. Pour prouver l’appartenance nationale de cette équipe à un pays démontrant sa véritable unité.

Du petit poucet, l’équipe nationale malgache est maintenant un ogre à craindre. Symbolique pour un pays où la famine, l’insécurité, la précarité généralisée, la corruption, les disparitions d’enfant, les viols, les abus de pouvoir, les inégalités, les feux de brousse… sont les indices d’un pays meurtri depuis une dizaine d’années.

« Pop star », puisque la classe populaire se retrouve probablement dans ce passé de petit poucet, de laissé-pour-compte. Et que malgré tout, le message des Barea lui apporte l’espoir de tous les possibles dans un esprit où l’individualité est au service du collectif.

Les images et vidéos partagées sur la page Facebook des Barea à Toamasina sont sans doute les plus regardées actuellement. Les réactions se comptent par centaines. Avec l’engouement du 14 novembre, l’arrivée de l’équipe à Toamasina s’est un peu estompée. Ce lundi, comme si Toamasina voulait passer ce message, « Faites ce que vous voulez, vous êtes chez vous. On veille toujours sur vous, même si nous devons vaquer à nos occupations ». Toamasina est décidément dans sa bulle.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Cabaret : Simonda en piste au Bonara Be

Simonda fera danser les noctambules.

Grande habituée des cabarets, Simonda Valera n’est plus à présenter. Vendredi, elle relance sa montée sur scène au Bonara Be 67 Ha. Si elle excelle autant dans les grands spectacles que sur les plus petites scènes, avec la situation actuelle, ce sont les noctambules qui auront le privilège de la voir performer et profiter d’une soirée en toute convivialité. Évidemment, la chanteuse reprendra ses meilleurs titres comme « Mankatia », « Mahatsiaro », « Tia nama » ou encore « Valera » et « Sambatra ». Adepte du positivisme dans la plupart de ses chansons, Simonda Valera clame haut et fort la beauté de l’amour, la confiance en soi, l’encouragement. Loin des éternelles lamentations, Simonda Valera aime partager sa joie de vivre que le public lui connaît depuis ses débuts en tant que danseuse mais aussi quand elle a décidé d’entamer une carrière de chanteuse.

Protégée de Jerry Marcoss, c’est auprès du roi du kawitry qu’elle a fait ses armes en tant que danseuse. On se souvient alors d’une jeune fille aux déhanchées du tonnerre. Plus tard, Simonda prend son envol et se fait un nom grâce à son tube « Valera ». Depuis, son sourire et sa bonne humeur sont devenus sa signature tout au long de ces années d’activités dans le monde du showbiz.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

« Journée internationale des régions » : Encourager les dispositifs de partenariat associant les régions

A l’occasion de la journée internationale de la région Analamanga, le gouverneur et ses collaborateurs présenteront aux différents acteurs leurs priorités à court et moyen terme, ainsi que leurs réalisations pendant ces deux dernières années.

C’est dans le cadre de l’IEM, et en exécution du Programme Général de l’Etat (PGE), que le ministère des Affaires Etrangères et le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation ont lancé la « journée internationale des régions », hier à Anosy. L’initiative a pour objectif de soutenir le développement de chaque région du pays en offrant une plateforme de rencontre et d’échanges entre les acteurs du développement des régions, d’une part, et les missions diplomatiques, les partenaires techniques et financiers, les organismes bilatéraux et les ONGE établis et représentés à Madagascar, d’autre part. Toujours est-il que cette « journée internationale des régions » sera ainsi célébrée à travers toutes les régions de Madagascar afin de préserver leurs potentiels socio-économiques et leur assurer une ouverture sur les opportunités de partenariat international pour le développement.

Coordination. Cette opération rejoint également le mandat du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, qui est de faciliter et encourager les dispositifs de partenariat associant les régions, dans leurs missions de coordination du développement économique et social, et les différents acteurs extérieurs et internationaux. Notons que la première édition de la « journée internationale des régions » est consacrée à la région Analamanga, en collaboration avec les autorités de la région. Elle se tiendra du 26 au 28 novembre sur le thème « Analamanga, pionnier du développement local, moteur de l’émergence de Madagascar ». Cette journée internationale des régions devrait notamment faire ressortir ceux qui s’intéressent vraiment aux régions pour sortir le pays de sa situation actuelle.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Campagne de reboisement : Comdata Madagascar rejoint l’initiative de Bôndy

Le 14 novembre 2020, les collaborateurs de Comdata Madagascar ont décidé de soutenir le projet de reboisement inclusif et durable de Bôndy à Andramasina. L’équipe a ainsi contribué à la reforestation de Madagascar en mettant en terre 1 500 plants durant la journée de samedi. Et elle ne compte pas s’arrêter là puisqu’elle ambitionne de redoubler d’effort pour la prochaine campagne. Notons que les types de plants utilisés ce jour-là ont été choisis selon les besoins de la communauté locale d’agriculteurs.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Football CAN 2022 : Les Barea très confiants !

Lors de l’entraînement des Barea sur la pelouse du stadium de Barikadimy.

Tout Toamasina ne parle que du match des Barea de cet après-midi au stadium de Barikadimy. Un match très important pour espérer se qualifier à la phase finale de la CAN 2022 au Cameroun.

Les nouvelles sont bonnes pour les Barea à qui il ne manquait que Bolida dans le groupe du match aller à Abidjan. Même Zotsara Randriambololona se trouve dans le lot alors que la vidéo de Faneva Ima Andriatsima l’annonçait comme positif au Covid-19. Les résultats des tests à Madagascar ne seront connus que dans la matinée de mardi, précise-t-on du côté de la FMF quasiment injoignable en étant au four et au moulin. Et on le comprend car pour un match à huis clos, elle doit faire face à de nombreuses dérogations, notamment sur une délégation du Président Andry Rajoelina et les personnalités locales, et bien entendu les membres de la FMF et ceux de la Ligue Atsinanana. Même les journalistes, sans les photographes qui sont interdits, sont limités à 10 pour tous les organes de presse. Certains confrères qui ont fait le déplacement doivent se contenter des fans zones avec ce risque réel de contamination au virus. Et c’est bien plus grave que de laisser le public entrer au stade en respectant la distance de 1 mètre. N’empêche, les Barea aborderont ce match avec un bel optimisme. À la lumière du match à Abidjan, Rayan Raveloson et ses amis peuvent tenir tête aux Ivoiriens. Il appartient tout juste à Nicolas Dupuis de trouver un bon amalgame pour que la mayonnaise prenne. C’est d’autant plus vrai que les bribes d’information qu’on récolte, signalent l’absence de trois cadres ivoiriens. Outre Kodjia blessé au match aller, Gervinho et Cornet manquent également à l’appel. Le flanc gauche de la défense ivoirienne offrirait alors un boulevard avec l’absence du Lyonnais Cornet. Et si Dupuis maintient sa logique à lui, Carolus Andria aura l’occasion de marquer ou de faire marquer Voavy Paulin avec cette sensation de déjà-vu. Croisons les doigts!

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Amparafaravola : Du bois de rose camouflé dans un local

Une perquisition effectuée par la police locale a permis de découvrir 87 rondins de bois précieux dans une maison située dans la ville d’Amparafaravola. Une arrestation s’est ensuivie et le gardien de la maison ainsi qu’un chef de quartier ont été embarqués par les enquêteurs. Une enquête est en cours afin de trouver les individus derrière ce trafic de bois précieux en provenance de la commune de Bedidy. Dans un contexte où beaucoup pensent que la lutte contre la coupe et l’exploitation du bois de rose a porté ses fruits, certains trafiquants trouvent encore d’autres issues pour leur soif de richesse.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Pont de Tanjombato : Coupure partielle pour travaux de réhabilitation

Le Pont métallique de Tanjombato est aujourd’hui en cours de réhabilitation.

Des trous, des traces de fissures et de la rouille marquent l’usure du pont métallique de Tanjombato. Suite aux travaux de réhabilitation de cette infrastructure, annoncés par la DRATP (Direction régionale de l’Aménagement et des Travaux Publics) Analamanga, le pont métallique est coupé à partir de ce jour, à 5h du matin, jusqu’au 19 novembre. D’après les explications, les automobilistes peuvent emprunter le pont en béton, qui est donc en double sens, durant les trois jours de coupure. « Une organisation est déjà prévue et mise en œuvre par les forces de l’ordre, avec la Commune de Tanjombato. Les usagers sont invités à bien les respecter, pour que la circulation se passe bien, malgré ces travaux. Pour les grands véhicules et les poids lourds, le mieux est de passer par le By-pass », a communiqué le DRATP Analamanga. A noter que ce pont de Tanjombato compte quotidiennement des milliers d’usagers. Il est de mise que cette infrastructure, sur la route nationale 7, fait l’objet de travaux de réhabilitation, dans le cadre des actions du Gouvernement visant à améliorer le réseau routier dans tout le pays.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Football CAN 2022 : Les Barea très confiants !

Lors de l’entraînement des Barea sur la pelouse du stadium de Barikadimy.

Tout Toamasina ne parle que du match des Barea de cet après-midi au stadium de Barikadimy. Un match très important pour espérer se qualifier à la phase finale de la CAN 2022 au Cameroun.

Les nouvelles sont bonnes pour les Barea à qui il ne manquait que Bolida dans le groupe du match aller à Abidjan. Même Zotsara Randriambololona se trouve dans le lot alors que la vidéo de Faneva Ima Andriatsima l’annonçait comme positif au Covid-19. Les résultats des tests à Madagascar ne seront connus que dans la matinée de mardi, précise-t-on du côté de la FMF quasiment injoignable en étant au four et au moulin. Et on le comprend car pour un match à huis clos, elle doit faire face à de nombreuses dérogations, notamment sur une délégation du Président Andry Rajoelina et les personnalités locales, et bien entendu les membres de la FMF et ceux de la Ligue Atsinanana. Même les journalistes, sans les photographes qui sont interdits, sont limités à 10 pour tous les organes de presse. Certains confrères qui ont fait le déplacement doivent se contenter des fans zones avec ce risque réel de contamination au virus. Et c’est bien plus grave que de laisser le public entrer au stade en respectant la distance de 1 mètre. N’empêche, les Barea aborderont ce match avec un bel optimisme. À la lumière du match à Abidjan, Rayan Raveloson et ses amis peuvent tenir tête aux Ivoiriens. Il appartient tout juste à Nicolas Dupuis de trouver un bon amalgame pour que la mayonnaise prenne. C’est d’autant plus vrai que les bribes d’information qu’on récolte, signalent l’absence de trois cadres ivoiriens. Outre Kodjia blessé au match aller, Gervinho et Cornet manquent également à l’appel. Le flanc gauche de la défense ivoirienne offrirait alors un boulevard avec l’absence du Lyonnais Cornet. Et si Dupuis maintient sa logique à lui, Carolus Andria aura l’occasion de marquer ou de faire marquer Voavy Paulin avec cette sensation de déjà-vu. Croisons les doigts!

Clément RABARY