Les actualités Malgaches du Vendredi 17 Novembre 2017

Modifier la date
News Mada17000 partages

Us et coutumes : Bourse de la boucherie – Décote de la viande humaine

La vie humaine n’a plus grande valeur quand se mêle à la pauvreté une mentalité d’où ont disparu les repères. Pour deux cochons volés, perte de trois vies humaines. Brutalités extrêmes, explosions de violence au cours d’une bataille rangée entre les habitants de deux bourgs voisins qui s’accusent de vols de bestiaux. L’expédition punitive s’est soldée par le paiement d’une facture très lourde :  fatalement au prix fort le cochon quand il faut s’acquitter du prix en monnaie de vies humaines.

 

L'express de Madagascar609 partages

Formation militaire des douaniers

Après la sortie officielle avec brio des cent vingt trois élèves agents des douanes qui ont terminé leur formation le 10 novembre à l’École supérieure de la Gendarmerie à Moramanga, c’est au tour de la deuxième vague de reprendre le parcours pour une durée de trois semaines et trois jours. Depuis le 12 novembre, quatre vingt treize élèves contrôleurs de douanes et les vingt six agents des douanes professionnels issus des services de la direction des affaires juridiques et de la lutte contre la fraude et du service de la lutte contre la contrefaçon ont rejoint cette école de la gendarmerie pour élargir leurs connaissances dans le camp militaire. Ces derniers sont intégrés dans le groupe pour renforcer leur capacité.

L'express de Madagascar513 partages

Média – La FDJ sort son cru 2017

Et de cinq. Le programme de Forma­tion des jeunes journalistes (FDJ), mis en œuvre par la fondation allemande Friedrich Ebert Stiftung (FES), a sorti sa cinquième promotion, hier, lors d’une cérémonie à l’hôtel Colbert Antaninarenina.Quinze jeunes journalistes issus de divers organes de presse, formés en journalisme d’investigation, servant de cadre d’apprentissage se sont vu remettre leur certificat. Durant les sessions de formation, « se construire », était le mot d’ordre. À côté des partages sur les techniques journalistiques, l’accent a, également, été mis sur le développement personnel de chacun. Pour que le journaliste « puisse se construire, se démarquer et faire évoluer un journalisme visionnaire, engagé et moderne ».

Passion et déterminationL’objectif du programme est, également, d’ouvrir la porte à des journalistes de référence, professionnels, res­pectueux de l’éthique afin que le citoyen puisse jouir pleinement de son droit d’avoir des informations vraies et complètes. Ce qui implique, certes, d’avoir l’expertise nécessaire pour fouiner, creuser mais, aussi, d’avoir le courage de publier les informations.Comme l’a dit Gérard Rakotonirina, président de l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM), dans son discours, hier, « le métier de journaliste est difficile et ingrat. Aussi, l’exercer nécessite-t-il de la passion, du courage et de la détermination ». De la passion et de la détermination, le cru 2017 de la FDJ en a et les a affirmés, hier. Cette cinquième promotion, par ailleurs, a eu l’opportunité de découvrir ce qu’est le webjournalisme.Le webjournalisme qui est devenu un genre journalistique à part entière et incontournable avec l’évolution des nouvelles technologies et la démocratisation de l’internet. La cérémonie de sortie de promotion d’hier, a justement, été précédée d’une conférence portant sur « Les Libertés, propriétés et éthique dans le webjournalisme ».

Garry Fabrice Ranaivoson 

L'express de Madagascar168 partages

Études supérieures – Manque chronique d’enseignants

Les universités publiques souffrent d’insuffisance d’enseignants. Les jeunes sont encouragés à assurer la relève.

L’état de l’enseignement dans les universités publiques, inquiète. On constate une insuffisance importante d’enseignants. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres) a dénombré six cents besoins, en 2014. Ceux-ci auraient probablement augmenté depuis, face à l’augmentation du nombre de la population et des jeunes qui ont en poche le diplôme du baccalauréat, selon le professeur Panja Ramanoelina, président de l’université d’Antananarivo, hier.L’université de Toa­masina est celle qui souffrirait le plus de ce problème d’effectif. Elle ne dispose que de quatre-vingt-dix enseignants. Celle d’Anta­nanarivo en a à peu près dix fois plus, avec ses huit cent soixante-dix enseignants. « Pour les écoles, ça peut aller, contrairement à la faculté de Droit, de l’économie, de la gestion et de la Sociologie (DEGS) qui peine à remplir son effectif. En outre, à la faculté des Lettres et des sciences humaines (FLSH), on compte très peu de professeurs. Nombreux sont ceux en position de maintien d’activité. Ce sont surtout les assistants qui assurent les activités », enchaîne le professeur.

SuspensionCe manque d’enseignant devient plus préoccupant avec l’extension des universités. On compte actuellement, plus d’une dizaine d’universités annexes dans toute l’île, à l’instar de celle d’Itasy, du Vakinankaratra, de Manakara, ou encore de Morondava. Ce sont, souvent, les enseignants des universités mères qui sont chargés d’y dispenser les cours. Leurs transports et leur hébergement devraient être à la charge des autorités locales, malheureusement, certaines n’honorent pas leurs devoirs. Cela devient, ensuite, une charge de plus pour le ministère.Le ministère a décidé de suspendre la délivrance d’autorisation d’ouverture d’universités de proximité, face à ces difficultés. « Les demandes d’ouverture d’université de proximité affluent pour déconcentrer les études supérieures auprès de la population. Toutefois, il vaut mieux améliorer celles qui existent déjà. La priorité est pour l’instant, d’équiper ces établissements et d’y affecter des enseignants », a expliqué la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la professeur Marie Monique Rasoa­zananera. C’était dans le cadre de la réunion de la Conférence des présidents ou recteurs d’Institution d’Enseignement Supérieur (Copries) à Fiadanana, hier.Le Mesupres fait déjà de son mieux pour colmater ce problème d’effectif, principalement, pour les universités de proximité. Il a procédé au recrutement d’enseignants pour ces établissements, depuis l’année dernière. Ce dernier est maintenu pour cette année. Les jeunes sont encouragés à assurer la relève, notamment, pour les filières de la faculté de DEGS et des lettres. La relève serait assurée pour les filières scientifiques, contrairement, aux filières sciences sociales, lettres et sciences humaines.

Miangaly Ralitera

Ino Vaovao160 partages

HAIN-TRANO TAO TSARARIVOTRA NOSY BE : Nitondra fanampiana ho an’ireo traboina miisa 45 ny lion’s club

Ny talata 14 novambra teo dia nidina tao Tsararivotra dar-es salama Dzamandzar nitondra fanampiana toy ny vary, savony ary labozia nozaraina tamin’ireo traboina ireo mpikambana ao amin’ny Lion’s Club ny Nosy-Be.

Raha tsiahivina dia nitrangana haintrano tao an-toerana tamin’ny herinandro lasa iny. Araka ny fampitam-baovao voaray dia fifamaliana teo amin’ny samy mpivady no nitarika ny fahamaizana. Voalaza fa nitady handoro ny vadiny tao an-tranony ilay rangahy iray fa ilay ramatoa kosa indray dia tafatsoaka nitsambikina tamin’ny varavarankely.

Araka ny fanampim-baovao hatrany dia nohidiana tao anaty trano, rehefa avy eo norarahany lasantsy ny sisin’ny trano ka nodorany. Nipitika nahazo ireny tafon-trano ny afo ary niitatra ka nahanaka tamin’ny trano miisa 13 tafo teo amin’ny manodidina. Na dia niezaka namono ny afo aza ireo fokonolona tamin’ny manodidina dia tsy nahatana ny fiitaran’izany.

Taorian’ny fahamaizana tamin’ny talata 7 novambra izay nitrangan’ny loza io ihany no voalaza fa nitsidika ny tranga nisy ny ben’ny tanànan’i Nosy-Be sy ny sefo fokontany fa mbola tsy nahitana hetsika fanampiana hatramin’izao araka ny vaovao voaray hatrany. Ankoatra izany dia efa voasambotra ny mpitandro filaminana sy nandalo fanadihadihana ary niafara tamin’ny fampidirana am-ponja vonjimaika azy ilay rangahy nahavanona ny loza taorian’ny nanolorana azy ny fitsarana ny herinandro lasa iny ihany. Efa tsy lazaina intsony ny fahasahiranana mahazo ny vahoaka nefa mbola tratran’ny voina tsy nampoizina tahaka izao.

Azo heverina fa mendrika hoampiana ireo traboina ireo nefa ny mpitondra fanjakana ohatra ny mitazam-potsiny. Andrasana araka izany ny fandraisan’andraikitry ny fanjakana manoloana ny fihetsika nataon’ireo avy amin’ny fikambanana Lion’s Club Nosy-Be izao.

Mpanjono

Tia Tanindranaza131 partages

Afera Claudine RazaimamonjyTapitra hatreo ny raharaha ?

Tsy nisy tohiny intsony ny raharaha Claudine Razaimamonjy, izay voasaringotra tamina kolikoly avo lenta.

 Efa naman’ny samy vita izy ity, ary nampanginina tanteraka. Sarimihetsika sisa no misy raha hisy, fa izay fanenjehana toa efa foana tanteraka. Miteraka adihevitra ny hoe mbola any am-ponja ve izy ? Tsy misy mahalala izany intsony ny rehetra, saingy maro no mihevitra fa hanamorana ny tsy fahafahana manara-maso azy na migadra na tsia ny namindrana azy tany Manjakandriana. Ny hany fantatry ny maro fotsiny dia hoe nangina sy nampanginina ny raharaha ary sarintsarim-panenjehana no atao raha misy. Na nidrikina aza ny Bianco, dia tsy afa-nanoatra tamin’ny gejan’ny fanjakana HVM. Niaraha-nahita ireny fihetsika mamoafady nataon’ny olon’ny HVM tamin’ny Bianco ireny, saingy mbola miriaria eny ihany ny loholona Riana Andriamandavy, izay nanao fandikan-dalàna ampahibemaso. Notorian’ny sendikan’ny mpitsara fa toa niala maina ireto farany. Ny minisitry ny fitsarana Charles Andriamiseza, izay nanameloka ny Bianco ho manampatra fahefana tamin’ny fitazonana an’i Claudine Razaimamonjy tamin’izany, na nesorina tamin’ny toerany aza efa nomena andraikitra ambony ao amin’ny fitsarana indray. Ny praiminisitra izay voatonona ho mpiray tsikombakomba taminy ary efa notorian’ny vovonana politika DFP (Dinika Fanavotam-Pirenena) tarihin-dry Maharavo Tolojanahary aza tsy mbola voakitika hatreto. Tsy nisy tohiny hatramin’izao. Mbola tsara fiarovana i Claudine Razaimamonjy, ary tsy ho amin’ity fitondrana HVM ity mihitsy no mety hilentehany. Vava efa navoakany rahateo ny aleo aloha hiala ny filoha Rajaonarimampianina, izay vao mikitika azy satria azy ireo izao ny fahefana. Tsiahivina fa anisan’ny vesatra nanenjehana azy ny fanodinkondinana volabe mitentina 500 000 000Ar tamina kaominina roa tany Matsiatra Ambony. Teo ihany koa ilay 390 000 000 mikasika ny raharaha Ambohimahamasina any Matsiatra Ambony hatrany, izay tsy nisy tohiny. Mbola misy dosie 4 hafa, raha ny efa nambaran’ny  Bianco.

Toky R

 

Midi Madagasikara104 partages

Naïf : Pièce à la mémoire de Rudi Rehava

Gad Bensalem en pleine répétition.

Jour j-2, les répétitions vont bon train. « Naïf » de Gad Bensalem, à la mémoire de Rudi Rehava,  est à retrouver demain à l’Institut français de Madagascar.

Comme tout artiste, Gad Bensalem s’inspire de tout. Pour « Naïf », le slameur a trouvé sa muse en la personne du Professeur Albert Rakoto-Ratsimamanga. « C’est l’histoire d’un homme… l’histoire d’un pays, l’histoire d’un gars. » Ces mots reviennent comme un leitmotiv dans cette déclaration d’amour,  tout feu tout slam, à un père, une mère, un pays. Si le retour aux sources était le plus grand pas vers l’avenir, invoquer le nom d’un des plus grands de notre nation sonnerait comme un devoir. Ou une échappatoire en réalité. Naïf, c’est à la fois un requiem pour le passé et une danse pour le futur. » Une représentation qui se tiendra demain à l’Institut français à Analakely  en hommage au chorégraphe Rudi Rehava, disparu récemment.

Pièce pluridisciplinaire. De magnifiques mots traduits en gestuels, donnant ainsi vie à une pièce chorégraphique dans laquelle poésie, théâtre, musique et danse s’entremêlent. Les rôles principaux s’attribuent à Gad Bensalem, slameur, poète et comédien. Infatigable, persévérant et vif, il est sur tous les fronts depuis ces dernières années à travers divers projets artistiques. A ses côtés, Judith Olivia Manantenasoa, chorégraphe et non moins collègue de feu Rudi Rehava. A la mémoire de ce dernier, le spectacle lui est dédié. Cette dernière pièce à laquelle il a apposé sa signature. A l’autre bout du monde, et grâce aux miracles de la technologie moderne, Le cinéaste français,  Thomas Lesourd jouera par écrans interposés dans la pièce. Sous la direction artistique de Fela Razafiarison, Linda Volahasiniaina s’attellera à l musique et à l lumière, sans oublier les notes de Dorian Zapata.

Historique. A titre de rappel, depuis 1983, une petite fenêtre de notrequotidien Midi Madagasikara est réservée au « Naïf ». A l’origine, l’image d’Albert Einstein, ce  savant allemand, a illustré une pensée chaque jour. Des jeux de mots qui nous rappellent des choses spirituelles et en même temps faussement naïves. Plus tard, la photo du Professeur Albert Rakoto-Ratsimamanga prend le relais pour relater ce trait d’esprit toujours en rapport à l’actualité. Une figure qui, apparemment, aiguise la créativité de nos artistes.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara87 partages

Tourisme et voyage : Lutte renforcée contre l’exploitation sexuelle des mineurs

Signature de convention entre le Ministère du Tourisme malgache et l’ECPAT France, hier à Tsimbazaza.

Une convention a été signée hier entre le Ministère du Tourisme malgache et l’association ECPAT France (End Child Prostitution And Trafficking) afin d’intensifier la lutte contre le tourisme sexuel à Madagascar.

 Les touristes étrangers ne sont pas les seuls acteurs de l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme et le voyage. La lutte contre ce fléau considère également les voyageurs locaux, les missionnaires, les hommes d’affaires, etc. d’après le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka. En effet, ce dernier a signé une convention hier avec ECPAT France, représentée par Guillemette Vuillard et Andriamaro Annick directrice du bureau de l’association à Madagascar. Selon les deux parties, cette convention est le signe d’une riche collaboration à venir pour lutter contre l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme et les voyages, qui se développe à Madagascar. « Cette signature prouve l’engagement de l’Etat malgache à lutter contre cette situation et à agir pour le développement d’un tourisme durable et respectueux des droits des enfants », a soutenu le ministre du Tourisme. A noter que l’ECPAT est une association née dans les années 90 en Thaïlande. A l’époque, ce pays de l’Asie du Sud a subi une forte prolifération de l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme et les voyages. Une grande campagne de mobilisation est alors née, portée par des professionnels du tourisme qui s’est intitulée ECPAT et signifiait « End Child Prostitution in Asian Tourism ». Peu à peu, ECPAT signifiant aujourd’hui « End Child Prostitution And Trafficking » s’est développé à travers le monde.

Destination de rêve. D’aprèsl’ECPAT, Madagascar est un paradis sur terre qui regorge de merveille, ce qui lui a valu l’appellation « île de beauté ! ». En effet, les attractions touristiques de la GrandeIle ne sont plus à citer. Mais loin de la carte postale idéale, certaines visions laissant parfois un goût amer au voyageur. Il s’agit de très jeunes filles malgaches, parfois très jeunes avec des hommes beaucoup plus vieux, parfois très âgés. « Certaines personnes qui sont revenues de Nosy-Be, pourtant un des endroits les plus beaux sur terre, écœurés du fait de cette situation… Les constats soulignent aujourd’hui que les abuseurs ne sont pas toujours des « Vazaha », mais qu’il y a également des voyageurs malgaches ; et les conséquences pour les enfants et le développement du pays sont terribles », a fait remarqué la directrice de l’ECPAT à Madagascar. Cette association et le ministère du Tourisme s’accordent à dire que la lutte contre l’exploitation sexuelle des mineurs est l’affaire de tous. Pour les deux parties, il faut encourager toute la population à se mobiliser et à signaler pour que les cas soient jugés, qu’il y ait enfin des condamnations et pour lutter contre la tolérance sociale du phénomène et l’impunité.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar73 partages

Énergie – Une centrale hydroélectrique à Farahantsana

Le chantier de construction d’une centrale hydroélectrique à Farahantsana a démarré officiellement hier. Le projet va produire 22 mégawatts d’électricité pour le réseau de la Jirama.

La transition énergétique en marche. La société Tozzi Green va installer à Farahantsana Mahitsy, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale, une centrale hydroélectrique. Le lancement officiel des travaux a eu lieu hier sur le site en présence du Président Hery Rajaonarimampianina. « Avec une puissance installée de minimum 22 mégawatts dont la capacité pourra être augmentée dans le futur, cette infrastructure offrira suffisamment d’électricité pour alimenter environ deux cent mille foyers d’ici 2019», selon Alessandro Berti, administrateur général.La Jirama et ses abonnés seraient ainsi les premiers bénéficiaires de ce projet. Les énergies produites depuis cette centrale de Farahantsana seront vendues à la Jirama. C’est pourquoi, le projet va favoriser la réduction du coût de production de l’électricité à Madagascar. « Contrairement à Andekaleka, cette centrale de Farahantsana disposera d’un stockage d’eau permettant de faire face au problème d’étiage. Elle fournira 15% des besoins en électricité du réseau interconnecté d’Antananarivo », a expliqué Olivier Jaomiary, directeur général de la Jirama.

Technologie de pointeLa société Tozzi Green est une holding italienne œuvrant principalement dans les énergies renouvelables. Bien que la société soit très connue dans l’agribusiness dans le Sud du pays, elle exploite deux autres centrales hydroélectriques dont une à Sahanivotry, avec une puissance installée de 16 mégawatts et une à Maroantsetra, avec une puissance installée de 2.5 mégawatts.Le projet de Farahantsana, selon les explications du premier responsable de la société à Madagascar, est financé entièrement par fondspropres avec le support en capital de la banque de développement du gouvernement italien (SIMEST). « 30 millions d’euros seront investis dans la mise en place de ce projet. Il s’avère être une centrale moderne, comme nous avons l’habitude d’installer dans d’autres pays. Orange Madagascar vient d’installer une infrastructure de télécommunication de haute technologie sur le site pour répondre aux besoins de technologie de pointe dans la réalisation et la future exploitation de cette centrale hydroélectrique », a souligné Alessandro Berti.Annoncé depuis maintenant deux ans, le projet a été confronté à de nombreux défis, dont l’enclavement de la commune d’Ambohimasina. La société Tozzi Green a construit, par la suite, un pont qui faisait l’objet d’une inauguration, hier. Cette infrastructure est indispensable dans la construction de la centrale.

Lova Rafidiarisoa

News Mada50 partages

Fahasalamana : mila manaraka fitsipika ny famokarana sakafo

Hotanterahina etsy amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina manomboka androany ary hitohy rahampitso ny fanamarihana ny Androm-pirenena ho fampiroboroboana ny antoka ara-pahasalamana sy ny kalitaon’ny sakafo. Andiany faharoa ity hetsika ity izay nampitondraina ny lohahevitra “sakafo madio sy azo antoka, fahasalamana ho an’ny rehetra”.

Tanjon’ny hetsika ny fampahafantarana ny lalàna, ny fitsipika ary ny fenitra sy ny fomba amam-panao eo amin’ny famokarana, ny fitaterana, ny fitahirizana, ny famarotana ary ny famatsiana ny sakafo.

Mila arahina ireo rehetra ireo mba hisorohana ny fahapoizinana ara-tsakafo sy ny aretina azo avy amin’ny fihinanana sakafo tsy zarizary na efa simba. Tanjona ny hiarovana amin’ny fomba maharitra ny fahasalamam-bahoaka sy hahazoan’ny vahoaka misitraka sakafo madio sy azo antoka ary ara-pahasalamana”, hoy ny talen’ny ivontoerana fanaraha-maso ny kalitao n’ny sakafo eto Madagasikara, Rakotovao ravahatra Joely.

Mandritra ny roa andro, hisy ny fitsirihana maimaimpoana ireo aretina azo avy amin’ny fomba fihinanana sakafo toy ny hatavezana, ny fiakaran’ny tosidra ary ny diabeta.

Tatiana A

Midi Madagasikara48 partages

Kristel Ratri : A la conquête de l’international !

Kristel Ratri, à la conquête de l’international.

Après avoir ébloui les mélomanes mauriciens, Kristel et ses complices de scène ont fait parler d’eux au festival MaMA, à Paris. Ils seront à nouveau sous les feux des projecteurs des scènes françaises.Non, elle n’a pas encore gagné ! Les votes pour le concours « Rêve africain » sont encore ouverts. D’ailleurs, il reste quatre jours avant la clôture des votes. 4 000 personnes ont déjà pris le temps de supporter leur « pépite favorite ». Pour soutenir le projet qui, selon vous, mérite d’être largement diffusé, faites un tour sur le site du « Rêve africain ». L’annonce des gagnants se fera le 30 novembre en direct de la soirée d’ouverture du Festival « Only French » à la Boule Noire à Paris. En attendant la proclamation des résultats, Kristel Ratri ne reste pas les bras croisés. Elle est actuellement en tournée à Nosy-Be et reviendra prochainement sur les scènes françaises. Grâce à sa participation au « Rêve africain », le groupe fut effectivement remarqué.

Déclaration. Mounir Kabaj a eu un vrai coup de cœur pour la formation : « Au dernier MaMA Festival Convention, et à l’occasion de ma participation au jury du concours ‘Le rêve africain’, j’ai découvert une voix unique, un groupe et un univers qui m’a replongé dans mon adolescence de rockeur fou amoureux des voix féminines, de ces groupes mythiques aux chanteuses charismatiques et puissantes, dans des formations pop-rock historiques comme Skunk Anansie, Anouk, K’s Choice et autres Guano Apes The Gossip (Beth Ditto). Je ne pensais jamais retrouver cette odeur de soufre sonore, cette puissance de la voix féminine dans le rock, si singulière et si riche, cette énergie scénique hors du commun, cette rage qui caractérise les grandes âmes et les grandes rockeuses. Et là, tout droit de Tana, arrive Kristel qui s’inscrit avec une modernité confondante dans cette veine et qui vous propose un renouveau, un son frais autour de sa voix à la puissance rare. J’ai pris une gifle et j’ai retrouvé une part de mon adolescence qui a forgé la personne que je suis aujourd’hui ». Aujourd’hui, Mounir Kabaj fait donc partie de l’équipe de l’agence « booking » de Kristel Ratri Band. Les 9 et 13 décembre, il programme le groupe pour des concerts en France. Pour la « jeune maman » et sa bande, ce n’est qu’un début.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune39 partages

Le collectif Tany demande des précisions

« Un grand nombre de ZES créées ne sera pas un signe de « développement » du pays et de la population malgaches. L’expérience des autres pays dont s’est inspiré le projet de loi a aussi montré que toutes les ZES n’ont pas apporté les bienfaits escomptés. Et dans tous les cas, le lien de cause à effet entre la création de ZES et le développement n’est ni automatique ni « magique » mais résulte de stratégies et méthodes de travail rigoureuses de la part des responsables du pays. Face aux nombreuses exonérations de taxes et impôts mentionnées, les avantages économiques attendus pour l’Etat d’une part, pour la population de l’autre devraient être mieux explicités dans la loi. ». Une remarque pertinente qu’a faite le Collectif Tany dans une « Adresse au sénateurs » après que l’Assemblée Nationale ait fait passer le projet de loi sur les Zones économiques spéciales (ZES) sans aucun amendement. Aussi, il serait primordial que des précisions soient apportées à cette loi lorsqu’elle sera présentée à la Chambre haute du parlement. La première concerne l’octroi de terrain aux investisseurs dans les ZES afin de protéger les intérêts et les droits des communautés locales où s’implanteront les ZES. L’article 6 du projet de loi précise que « la surface minimale d’une ZES sera fixée par voie réglementaire ». Selon le Collectif TANY, la précision d’une surface maximale à ne pas dépasser est aussi primordiale pour ne pas priver les familles malgaches et les générations futures des biens communs que sont les terres de l’Etat, pour d’autres projets. « Le cas du Parc d’Ehoala qui rencontre des difficultés depuis plusieurs années à trouver des investisseurs pour travailler dans la zone malgré toutes les facilités accordées nous amène à proposer la superficie de 450 ha supérieure à celle de ce Parc comme surface maximale. Cette surface maximale devrait apparaître dans la loi pour que son respect fasse partie de la réglementation. La superficie totale maximale à accorder à l’ensemble de toutes les ZES devrait également être fixée par la loi » précise le collectif. Outre cela, le prix d’achat des terrains aux communautés locales ou le montant des indemnités qui leurs seront dues en cas d’expropriation pour utilité publique devrait être mentionné dans la loi. Ces mesures devraient être prises pour assurer un développement partagé et en ce sens garantir le développement au profit de la population malgache.

Suivi et sanctions

L’Etat devra également jouer la transparence dans les revenus acquis à travers les ZES, comme ce qui est déjà de mise en ce qui concerne les sociétés minières à travers l’EITI ou Initiative pour la transparence dans les industries extractives. Cela sera « nécessaire pour prouver aux citoyens la réalité et le montant de l’apport des ZES, ainsi que l’utilisation qui est faite des sommes ainsi obtenues. ». Outre cela, la mise en place d’une autorité indépendante composée par la société civile devrait être instituée par la loi. Une autorité qui s’assurera du contrôle et de l’évaluation, du respect du programme de développement et du calendrier et des obligations financières des activités au sein des ZES. Des dispositions à insérer dans la convention prévue par l’article 26 de la loi. Notons que cet article 26 dispose que la convention du développeur précise « une disposition autorisant le développement et/ou l’exploitation d’une ZES ; les limites physiques exactes de la ZES ; la nature des activités exercées par le développeur ZES ; la durée de la convention de développeur et ses modalités de renouvellement ; les droits fonciers exercés par développeur dans la ZES ; les termes et conditions régissant la création, le développement, l’exploitation et l’entretien de la ZES, y compris les exclusivités ou monopoles accordés au développeur ; les rapports du développeur avec ses sous-traitants ; les modalités de limitation et d’exonération des responsabilités contractuelles du développeur ». Le collectif Tany propose également d’autres dispositions telles qu’une évaluation-bilan systématique dans tous les domaines après la création de 4 ZES et avant l’ouverture d’une série de 4 nouvelles zones. « Les différents types d’infractions et de sanctions liées aux conventions et les délits qui peuvent amener le non-renouvellement de la concession gagneraient à être précisés davantage dans l’article 113, dans un but préventif. »

Madagascar Tribune37 partages

Le régime se jette la responsabilité

Après la mise au point de la famille de Zafy Albert à travers la chronologie détaillée établie par Serge Zafimahova, les responsables au sein du régime actuel se jettent la pierre. Serge Zafimahova avait disculpé le régime de Transition et avait souligné que l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina n’avait rien à voir avec la vente du terrain « Sainte Antoine IV ». Et qu’au contraire, le M2PATE ou ministère auprès de la présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, ainsi que le ministère des finances et du budget (MFB) en sont les responsables et ne peuvent s’y déroger. Suite à cela, le ministre de l’aménagement du territoire Benjamina Ramanantsoa a réagi et a décidé de jeter la pierre sur ses prédécesseurs au sein du M2PATE. Sans toutefois indiquer lequel d’entre les ministres qui y sont passés avant lui. Ce dernier a en effet déclaré hier 16 novembre que la vente pourrait être imputable aux « responsables » du M2PATE avant lui et que l’enquête du Bianco à ce sujet tend à confirmer cette hypothèse. Avant de souligner que le régime ne fait aucun cinéma à travers cette affaire car il s’agit de la vente d’un bien public appartenant à l’Etat. Les accusations sont donc portées contre soit Julien Reboza qui était signataire de l’acte de vente soit contre Narson Rafidimanana. Ce dernier qui pourrait aussi être impliqué si l’on se réfère à la chronologie établie par Serge Zafimahova.

Décret et Bianco

En ce qui concerne la suite à donner à cette affaire, le ministre Benjamina Ramanantsoa a insisté sur le fait que l’acte de vente a été annulé par l’arrêté pris avec le ministère des finances. Une démarche qui fait encore penser à un cinéma de la part du régime. Le fait est que juridiquement, un arrêté ne peut annuler un titre de propriété. Le ministre pour sa part insiste sur le fait que l’arrêté vaut bien annulation du titre de propriété. En ce qui concerne la saisine du Bianco, l’enquête avancerait déjà et certains responsables seraient déjà connus. On attend donc de voir la suite et si des hauts responsables seront réellement inquiétés dans cette affaire. Ce qui étonne, c’est le fait que si auparavant les accusations ont été portées contre Andry Rajoelina et son administration, le ministre Benjamina Ramanantsoa vient maintenant de mettre en cause deux dignitaires du parti présidentiel Hery Vaovao ho an’i Madagasikara, sans toutefois préciser les noms.

Midi Madagasikara35 partages

Communauté musulmane sunnite de Madagascar : Appuis des victimes d’incendies de Manakara et de Mananjary

Les familles de Manakara et de Mananjary ont été gâtées par les membres de la SMSM.

« Fihavanana ». C’est le mot qui résume le mieux l’action sociale et solidaire effectuée par la Communauté musulmane sunnite de Madagascar (CMSM) les 3 et 4 novembre dernier. 250 familles de Mananjary ont été bénéficiaires de produits de première nécessité tels que le riz, ainsi que des sceaux et des couvertures. Toujours dans le cadre des actions sociales, 109 autres familles de Manakara ont reçu de la part de la communauté, les mêmes produits le 10 novembre dernier. Il convient de noter que la CMSM n’est pas simplement une communauté religieuse. Elle s’ouvre à d’autres activités, surtout sociale et les efforts menés pour l’entraide citoyenne depuis l’année 2015 en sont les preuves ; entre autres, l’aide aux victimes dans les différentes régions de l’île. La construction d’infrastructures scolaires et de dispensaires figurent également dans la liste des activités effectuées par la communauté.

Recueillis par José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara34 partages

Ambohimanarivo – Antsirabe : Mpianaka, maty novonoin’ny jiolahy

Tsy nisalasala ireo jiolahy nanindrona antsy sy nitifitra azy mianaka, rehefa namaly ireto farany fa tsy nanaiky mora ny hakana ny fananany. Roa no maty, mpianaka izy ireo, ilay raim-pianakaviana tokony ho 60 taona raha 30 taona eo kosa ilay zanany lahy. Maty voatsindrona antsy ilay rangahy, maty voatifitra ny basy kosa ilay zanany. Araka ny fanazavana, dia  niezaka ny namaly izy mianaka ireo saingy be noho ny vitsy no basy sy lefona  no teny an-tànan’ny jiolahy. Avy hatrany dia namono nahafaty ireo jiolahy raha nahita ny fihetsik’izy mianaka ireto. Noraofiny avokoa izay entana azo noraofina ankoatra ny vola lasan’ireo jiolahy rehefah itany fa tsy nisy aina intsony izy mianaka. Voalaza fa tokantrano roa no nasesin’ireo jiolahy notafihana tamin’io fotoana io. Tao amin’ny tanana antsoina hoe Ambohimikambana kaominina Ambohimanarivo  no nisehoan’ny fanafihana tamin’ny fiandohan’ity herinandro ity. Voalaza fa am-polony maro ireo jiolahy no nanao ny fanafihana ary tsy nisy nisaron-tava izy ireo.

Andry N.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar30 partages

Mahajanga – Des vandales s’en prennent aux fleurs 

Condamnation du maire de la commune urbaine de Mahajanga. Mokhtar Andriantomanga blâme l’acte de vandalisme qui a ciblé le jardin de Mahabibo, dans la nuit de mercredi. Une vingtaine de fleurs, fraîchement plantées, ont été arrachées puis piétinées et jetées sur la chaussée. «C’est un crime », déplore-t-il.Lundi, un homme de 65 ans a été pris en flagrant délit par le Groupe d’intervention de contact, GIC, ainsi que la Police municipale de Mahajanga, pour avoir « volé » quelques fleurs. Il a été retenu au poste de police. Hier matin, la destruction a continué sur l’avenue de Mahabibo. Les actions d’embellissement de la cité des Fleurs ne font pas l’unanimité parmi la population. On continue de mettre des bâtons dans les roues du premier magistrat de la ville, même s’il a été investi officiellement par le nouveau président du Sénat, il y a quinze jours.La municipalité souhaite que Mahajanga redevienne la Cité des Fleurs et c’est dans cette optique que des opérations d’assainissement et d’embellissement sont initiées depuis quelque temps. De nouveaux espaces verts apparaissent pour contrer la dégradation de l’environnement.

Texte et photo : Vero Andrianarisoa

Midi Madagasikara30 partages

IGL : Outil d’évaluation des performances des communes

Ouverture hier au Carlton de l’atelier de restitution des travaux techniques IGL.

Ouverture d’un atelier hier, au Carlton, avec au menu l’Indice de Gouvernance Locale et la « valisette » d’auto-évaluation.

« Mise en œuvre de la décentralisation effective, raffermissement de la démocratie et de l’Etat de droit, promotion de la bonne gouvernance ». C’est l’un des axes du Plan National de Développement comme l’a rappelé hier au Carlton, le Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation lors de l’ouverture officielle de l’atelier de restitution des travaux techniques IGL ou Indice de Gouvernance Locale.

Performances. Mahafaly Olivier de souligner que « l’objet de cet atelier est de restituer, de faire connaître et de promouvoir l’appropriation de l’outil IGL comme instrument de référence nationale, destiné à mesurer objectivement et de manière participative les progrès accomplis dans la promotion de la gouvernance locale ». L’IGL sert, a-t-il ajouté, à évaluer les performances des communes en matière de gestion des affaires locales. Il a expliqué que « l’IGL est conçu pour décrire, analyser et comprendre la qualité de la gouvernance au niveau des communes avec l’objectif de définir les démarches pour aider les municipalités à adopter les normes de bonne gouvernance et fournir de meilleurs services au public ».

« Valisettes ». Le chef du gouvernement a fait savoir que cet outil a été développé et testé par son département (celui de l’Intérieur et de la Décentralisation) sur un échantillon de communes. Ce qui a permis l’obtention de score IGL pour les communes d’expérimentation. « L’objectif étant de disposer de ces scores IGL pour toutes les communes de Madagascar », selon le PM qui a remercié les partenaires techniques et financiers pour leur appui à la politique de l’Etat malagasy dont le PREA (Programme de Réforme pour l’Efficacité de l’Administration), la Banque Mondiale à travers le PAPSP (Projet d’Appui à la Performance du Secteur Public) et la coopération allemande par le biais du Projet de Développement Communal inclusif et de décentralisation. A été remis officiellement hier, l’outil d’auto-évaluation continue de l’IGL appelé « valisette » aux communes. Rien à voir avec les fameuses « mallettes » des députés.

Recueillis par R. O

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune28 partages

Le bureau permanent contraint de faire un rapport financier

Lors d’une réunion à huis clos hier, les députés de l’Assemblée nationale ont décidé d’obliger les questeurs 1 et 3 de la Chambre basse à effectuer un rapport financier prochainement. Quatre vingt signatures de députés ont été récoltées dans ce sens et les questeurs 1 et 3, responsables de la gestion financière au sein de l’Assemblée devront donc bel et bien y passer. Notons que ces deux personnalités n’ont pas été présentes lors de cette réunion.

Ces derniers jours, les informations circulaient selon lesquelles une destitution du bureau permanent ou du moins une recomposition partielle de celui-ci au sein de l’Assemblée Nationale serait en discussion. La raison étant une gestion des finances de la Chambre Basse qui serait loin de la transparence. L’équipe de Jean Max Rakotomamonjy n’ayant pas respecté le règlement intérieur de la Chambre qui stipule que le rapport financier doit être effectué deux fois par an. Les députés posent également la question de savoir les avantages et indemnités touchés par le bureau permanent dont les membres seraient à plusieurs reprises partis en mission à l’étranger. Selon certains députés, au début de l’année 2016, l’Assemblée Nationale avait reçu une enveloppe de 2 milliards d’Ariary qui aurait dû aller dans les caisses de celle-ci. Or, jusqu’à maintenant, on ne sait pas si l’argent est toujours là ou s’il a été employé et à quoi.

News Mada28 partages

Filatex immobilier : le projet Malaga en plein essor

En tant que promoteur immobilier, le groupe Filatex met en œuvre divers programmes de promotion en la matière. Après la résidence Alhambra et les résidences jumelles Le Patio et Turron, ou encore La Casa, Malaga constitue le nouveau fleuron du groupe. Filatex Immobilier propose une visite virtuelle en mapping 3D de ses projets durant le Salon de l’Habitat qui se tient, depuis hier jusqu’à dimanche, au Forello Expo Tanjombato.

Nichée dans un écrin de verdure et attenante au lac Masay, Malaga est idéalement située dans le quartier urbain d’Ankorondrano, à proximité des grands centres commerciaux, hôtels et lieux de culte. Ce développement immobilier propose un large choix d’appartements spacieux et modernes, allant de 67 à 175 m2, mais aussi des villas de haut standing disposant d’espaces verts et espaces de loisirs aménagés. Ce projet, inspiré des dernières tendances mondiales, reflète la dynamique évolutive du marché de l’immobilier à Antananarivo.

Le projet est constitué de cinq niveaux de bureaux d’une surface totale de 1.500 m2. En fait, Malaga se compose également d’un bâtiment destiné à l’usage de bureaux comme Malaga Offices qui jouit d’une situation idéale, au cœur d’un environnement paisible qui, lui-même, est au centre du quartier d’affaires d’Antananarivo, permettant ainsi à ses occupants de profiter du dynamisme économique du quartier d’Ankorondrano.

Réalisations et projets d’avenir

Le projet Malaga est ainsi lancé et les constructions se poursuivent pour les deux années à venir. Des facilités sont effectivement proposées dans le package. A cela s’ajoute le projet sur la Résidence Casa et les Villas traditionnelles, situées toujours dans le quartier.

« Nous proposons des investissements locatifs à travers des ventes sur plan. Puis, nous entamons les constructions. Le groupe présente ce concept dans la mesure où la demande augmentera, notamment du côté d’Ankorondrano où la résidence Malaga est construite », a expliqué Hasina Ranaivoarisoa, responsable commerciale chez Filatex.

« Aujourd’hui, une soixantaine d’appartements, une trentaine d’entrepôts et une vingtaine de villas sont sur pied et tous ont été vendus depuis 2014. Par ailleurs, 48 appartements, tous aussi vendus, sont en cours de construction », a-t-elle indiqué. Mais la demande ne cesse d’accroître et Filatex a décidé de lancer d’autres produits.

Le résultat fructueux de ces projets est obtenu grâce aux avantages liés à l’emplacement et au cadre presque situé à proximité de grands axes routiers. Et dans son élan de développement et soucieux de contribuer au développement de Madagascar, le groupe maintient le cap en vue de ses futurs projets, en offrant des résidences de qualité, des projets d’engagement solidaire et des projets immobiliers industriels répondant aux besoins de tous les opérateurs présents à Madagascar.

Arh.

News Mada21 partages

« Festival Mampiray » : homena sehatra ireo vao mirotsaka amin’ny dihy

Hotanterahina, eny Ampitatafika ny alahady tontolo andro ho avy izao, ny hetsika atao hoe « Festival Mampiray ». Miompana tanteraka amin’ny tontolon’ny dihy izy ity ary karakarain’ny fikambanana Mirza Iray, miaraka amin’ny kaompania maromaro, toy ny Rary, Pikadrila, Diarivelo, Olon-dihy. Eo koa ireo tarika eny an-toerana : ny Zazadago sy ny All Dance.

Manome sehatra ho an’ireo tanora vao mirotsaka eo amin’ny tontolon’ny dihy ny « Festival Mampiray ». Amin’io alahady io, haneho ny talentany izy ireo. Fa ankoatra izany anefa, nizara ny traikefany tamin’ireto tanora « vao misondrotra » ireto ireo zoky, azo lazaina ho efa matihanina eo amin’ny dihy.

Nanomboka ny 16 septambra teo, nisy ny atrikasa manokana natao ho azy ireo. Miisa 20 ny mpiofana tamin’izany, izay nahitana ny sokajy rehetra : ireo mbola tsy niditra amin’ny tontolon’ny dihy mihitsy sy ireo efa nanomboka, saingy mila tohana sy fanamafisam-pahalalana.

Misy karazana telo ny dihy nampahafantarina sy nampianarina ireo mpiofana : ny dihy miaraka amin’ny amponga, ny dihy an-tanàn-dehibe ary ny dihin’olon-droa. Nanampy izany ny fanofanana mikasika ny filatroana. Niantsoroka ny fanofanana kosa ry Ariry, Ravelomanantsoa Eric ary Ratsimisetra Bruno.

Ankoatra ny fanofanana, fotoana nanamafisana ny firaisana eo amin’ny samy mpandihy koa io. Izay, rahateo, no nahatonga ny hetsika nampisalorana ny anarana hoe « Festival Mampiray ». Araka izany, ny vokatr’ireo fizarana traikefa ireo no haseho ny mpankafy, ny alahady izao eny Ampitatafika.

Tanjon’ireo tanora mpandihy, eny an-toerana, moa ny hanakaiky kokoa ny tanora amin’ny fampahafantarana ity zavakanto iray ity sy ny hampiroboroboana izany. Vinavina sy fanamby apetrak’izy ireo ny hanangana foibe eny an-toerana ho an’ny zavakanto, araka ny nambaran’Andriamboavonjy Herinotahiana, mpitarika sady mpanorina ny Mirza Iray.

Landy R.

News Mada21 partages

Centrale hydroélectrique : début des travaux à Farahantsana

Deux ans après l’annonce pour la construction de la centrale hydroélectrique à Farahantsana (commune de Mahitsy) sur le fleuve d’Ikopa, les travaux ont été lancés officiellement, hier. La centrale alimentera le Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA) avec une capacité de 22 MW.

Ce projet est le fruit  d’un Partenariat public privé (3P),  entre l’Etat et le groupe Italien Tozzi Green, dont l’investissement destiné à la construction et l’exploitation s’élève à 30 millions d’euros. Le groupe Tozzigreen se charge de la construction de l’infrastructure et la production de l’électricité pour la vendre ensuite à la société Jirama. Les  22 MW ou l’équivalent de 110 millions de KW d’électricité produite par la centrale permettront en effet d’alimenter le Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA).

D’après les explications apportées par Alessandro Berti, directeur général de Tozzi Green à Madagascar, «l’électricité produite à Farahantsana sera transportée sur une ligne de 38 km pour alimenter le RIA à hauteur de 22 MW. L’approvisionnement de Tana Sud sera privilégié, c’est-à-dire, du côté du pôle industriel qu’est la ville d’Antsirabe».

Celui-ci de préciser que «le coût du KW vendu à la Jirama est à 400 ariary, c’est-à-dire,  la moitié de prix du KW acheté par la société d’Etat aux autres fournisseurs. Si tout se passe bien, les investissements de 33 millions d’euros seront amortis dans quatre ans».

Retard de deux ans sur le  lancement des travaux

Le décalage de deux ans du lancement des travaux relève en fait de quelques soucis fonciers et administratifs que l’opérateur a dû régler. Là-dessus, Alessandro Berti  a avancé qu’ «aucune construction de centrale hydroélectrique n’a eu lieu à Madagascar ces quinze dernières années. Ce qui explique la lenteur des procédures. Il y eu également un problème foncier relatif à l’indemnisation de la population riveraine. Toutefois, le retard de deux ans a permis d’augmenter de 20% la capacité de la centrale».

Concrètement, la centrale de Farahantsana permettra d’alimenter en électricité 200 000 foyers d’ici 2019.

L’inauguration du  pont de Farahantsana, reliant les communes  d’Ampanotokoana et Ambohimasina, a également marqué la journée d’hier dans la ville de Mahitsy. Le pont est fonctionnel depuis fin octobre. Ce qui a permis le lancement du chantier de la future centrale hydroélectrique de Farahantsana. Il s’agit de la troisième centrale implantée à Madagascar par le groupe italien après celles de Maroantsetra et de Sahanivotry.

Riana R.

 

L'express de Madagascar20 partages

Bonne gouvernance – Les communes se mettent au régime IGL

L’ouverture officielle de l’atelier de restitution des travaux techniques IGL (Indice de Gouvernance Locale) s’est déroulée, hier, à l’hôtel Carlton sous l’égide du Premier ministre et  ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Olivier Solonan­drasana Mahafaly. Lors d’un entretien avec la presse, le numéro un du gouvernement a déclaré qu’un objectif devait être atteint dans un délai imparti avec les partenaires concernés.« Les arriérés des subventions dues aux communes doivent être réglés d’ici fin 2018 », selon le Premier ministre.L’une des manières qui permettraient d’aboutir à ce résultat est la mesure de l’IGL selon certains critères. D’après le directeur général du Fonds de développement local, Hanitra Raharinjatovo, ces critères sont, notamment, l’efficacité des services publics, la transparence des services, ou encore la participation citoyenne. Lors de la cérémonie, un outil d’auto-évaluation a été remis aux communes, pour leur permettre de mesurer en permanence leur propre performance.Lors de son allocution, le chef du gouvernement a mis en relief l’importance de cet atelier sur la mise en place de la décentralisation effective. « L’objet de cet atelier est de restituer, de faire connaître et de promouvoir l’appropriation de l’outil IGL comme instrument de référence nationale, destiné à mesurer objectivement et de manière participative les progrès accomplis dans la promotion de la gouvernance locale. L’IGL sert à évaluer la performance des communes en matière de gestion des affaires locales », a-t-il expliqué.

DémarchesL’Indice de gouvernance locale est conçu pour décrire, analyser et comprendre la qualité de la gouvernance au niveau des communes avec l’objectif de définir les démarches pour aider les municipalités à adopter les normes de bonne gouvernance et fournir de meilleurs services au public. « Cet outil a été développé et testé par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation sur un échantillon de communes, ce qui a permis l’obtention de score IGL pour les communes d’expérimentation. L’objectif étant ainsi de disposer de ces scores IGL pour toutes les communes de Mada­gascar », a soutenu le chef du gouver­nement.Différentes entités ont contribué à l’élaboration et à la finalisation de cet outil IGL, à savoir le PREA (Programme de Réforme pour l’Efficacité de l’Administration), la Banque mondiale par le biais du Projet d’appui à la performance du secteur public (PAPSP) et  la Coopération allemande à travers leProjet de Développement Communal inclusif et de décentralisation.

Loïc Raveloson

Tia Tanindranaza18 partages

GovernemantaMinisitra maromaro miozongozona

Mananontanona indray ny fanovana governemanta. Ny volana desambra izao no mety hanatanterahana azy io raha ny loharanom-baovao iray akaiky ny fitondrana.

 Anisan’ny ratsy toerana sy mety handao ny sezany ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier. Miezaka manamafy orina ny sezany ny HVM, ka fehezina mafy ireo andrim-panjakana lehibe hanamorana ny kajikajy politika. Natomboka tamin’ny antenimierandoholona tamin’ny fanalana an’i Honoré Rakotomanana izany. Betsaka ny resaka nandeha nialoha iny, ary nambara sy nalamindamina tamin’ny hoe tsaho, saingy ireny tanteraka ireny taty aoriana. Efa am-bivitra ny hitazonan’i Jean Max Rakotomamonjy ny toerana maha filohan’ny antenimieram-pirenena azy eny Tsimbazaza fa hosoloina tena olon’ny HVM. Izy aza efa mampionon-tena amin’ny hoe “toerana ifandimbiasana no eto”. Ho tonga hatrany amin’ny governemanta io raharaha io. Ny rafi-panjakana matanjaka no hanaovana an’io. Efa ireny niaraha-nahita ireny ny teo anivon’ny fitsarana tamin’ny alalan’ny fanesorana ny Tonia mpampanoa lalàna eo anivon’ny fitsarana ambony, Jacques Randrianasolo, izay tsikaritra ho tsara fifandraisana tamin’ny Sendikan’ny mpitsara (SMM) tamin’ireny fifanolanana teo amin’ny mpitondra ambony sy ny SMM ireny.     Ny ao anaty governemanta kosa efa mijery tsimoramora ny HVM tena mpiady sy azo antoka tsara amin’ny kajy rehetra hampandaniana ny kandidam-panjakana amin’ny 2018. Tsy fomba fiasa na fahaiza-manao io fa politika maloto mihitsy, toy ny famotehana ny mpifanandrina. Re fa tsara toerana sy mety tsy hailika ny minisitry ny Indostria, Tazafy Armand izay nanakatona ny Tiko AAA sady tsara fifandraisana amin’ny karana. Manjavozavo ny mikasika an-dry Roland Ratsiraka, izay toa efa namafa ny MTS ka mety efa HVM tanteraka mba hifikirana amin’ny seza. Olona manana hambom-po politika ihany koa anefa ireny ary efa nirotsaka hofidiana ho filoha in-droa, ka heverina fa mety hisy ny fanintelony, araka ny fitenim-bazaha. Ratsiratsy toerana kosa ny minisitry ny varotra sy fanjifana noho ity resaka tsy fahafehezana ny vidim-bary ity. Ao koa ny minisitry ny fahasalamana Mamy Lalatiana Andriamanarivo noho ny raharaha pesta, izay tsy voafehin’ny fanjakana. Raha misy anefa ny fanovana, tsy hikaro-bahaolana ho an’ny firenena no tanjon’ny HVM fa ho vono afo amin’ny fimenomenon’ny vahoaka sy hanamafisan-toerana amin’ny 2018 ihany.

 

Toky R

 

Midi Madagasikara17 partages

Vente illicite de terrains de l’Etat : 55 dossiers à traiter par le Bianco

D’autres scandales seront publiquement dénoncés d’après le vice-président du CRN.

L’affaire « Villa Elizabeth » va enclencher une série de scandales, relative à la vente illicite de patrimoines et de terrains de l’Etat. Les couleurs ont été annoncées hier par le vice-président du CRN (Comité pour la Réconciliation Nationale) Tabera Randriamanantsoa qui se prépare, dossiers à l’appui, à procéder à de grands déballages. « Les conditions sont réunies pour accuser les dirigeants actuels de haute trahison. », a-t-il affirmé. Avant d’enfoncer le clou : « Pour ne parler que de la Capitale et après des investigations menées auprès des services des Domaines à Anosy, les plaines qui avaient fait la réputation d’Andrianampoinimerina sont toutes déjà vendues à des étrangers. » Lundi dernier, à en croire Tabera Randriamanantsoa, le CRN a déposé auprès du Bianco (Bureau Indépendant Anti-Corruption) des plaintes sur la vente illicite de trois patrimoines et de terrains de l’Etat dont la propriété « Saint Antoine IV » (Villa Elizabeth), le terrain des Travaux Publics à Alarobia-Ivandry et Nosy Ankoay à Vohémar. « Nos investigations ont permis de savoir que le terrain des Travaux Publics sis à Alarobia-Ivandry a été cédé à un étranger avec un prix dérisoire de 9 600 000 Ar. Le ministre des Travaux Publics de l’époque s’est opposé à cette vente, mais le ministère de l’Aménagement du Territoire a fait forcing. », a révélé hier Tabera Randriamanantsoa.

Tout un îlot et une plage de 30 km. Le vice-président du CRN d’enchaîner : « Le Nosy Ankoay est également vendu à un étranger. Pire, les oiseaux endémiques de Madagascar qui habitent cet îlot étaient obligés de quitter l’endroit. En plus de tout cela et d’après nos informations, le Nosy Ankoay servirait d’un port informel d’exportation de l’or de Madagascar. Les trafiquants illicites d’or ne seraient plus obligés d’utiliser le port et la douane de Vohémar. A Tuléar, une plage de 30km est cédée à un autre étranger. Pire, il est actuellement interdit à la population locale de traverser ou de fréquenter cette plage. » Tabera Randriamanantsoa a par ailleurs révélé: « Nous sommes actuellement en possession de 52 autres dossiers que nous allons porter devant le Bianco. » Le vice-président du CRN de lancer un appel : « Il faut mettre fin à la vente de notre patrie. Je demande aux gens de bonne volonté à se regrouper pour dire non à cette pratique dont les responsables doivent être traduits devant les juridictions compétentes. On n’est pas obligé d’attendre la mise en place de la Haute Cour de Justice. Les auteurs de ces actes, qu’ils soient président de la République, ministres ou cadres de l’Etat, doivent être jugés par la juridiction de droit commun. ». A suivre.

Recueillis par R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza15 partages

ORINASA HAZOVATOMay ny toerana fitobian-kazony, an-tapitrisany ny fatiantoka

May omaly folakandro tokony ho tamin’ny 2 ora ny toerana fitobian-kazon’ny orinasa Hazovato etsy amin’ny Forello Tanjombato.

 Resaka “court circuit” hatreto aloha fa fantatra hoe niandohan’ny afo ; ireo mpiasa nahita ny fidedadedan’ny afo no niantso vonjy ka nifandrimbona  nifanampy ny rehetra tao anatin’ity orinasa iray ity namono ny afo. Manakaiky ny parking  hitobian’ny fiaran’ireo mpitsidika ny Salon de l’habitat rahateo ilay toerana nitrangan’ny loza,  izany hoe be olona ka vetivety foana dia maty ny afo, tsy tonga akory ireo fiara mpamonjy voina dia efa maty. Tsy nisy  ny aina nafoy na ny fiara may saingy nahatratra an-tapitrisany kosa ny fatiantoka. Tsy nisy ihany koa ny naratra. Mbola somary misintaka kely ilay toerana handraisana ny Salon de l’habitat moa ity hain-trano nitranga tao amin’ny orinasa Hazovato omaly ity. Na izany aza, marobe ireo mpandray anjara no nikoropaka sy ireo mpitsidika nanavotra ny ainy. Tsiahivina fa anisan’ny mandray anjara feno amin’ny Salon de l’habitat ny orinasa Hazovato izay tsiahivina fa mikirakira ny hazo sy ny vato hanjary ho karazana fanaka tsara tarehy.

Pati

Midi Madagasikara14 partages

Avec la chute de Mugabe, ouverture d’une nouvelle ère

Celui que la communauté internationale surnommait « le despote mégalomaniaque » a résisté à toutes les pressions exercées contre lui et est resté au pouvoir trente- sept ans, devenant ainsi le chef d’Etat africain vivant resté le plus longtemps au pouvoir. Mais il n’a pas résisté à la volonté de changement de la classe politique de son pays. Heureusement pour lui, son renversement a eu lieu sans effusion de sang et il va devenir un ancien président placé en résidence surveillée, dépouillé de tous les honneurs de la fonction. Le cas « Mugabe » est un exemple à méditer pour tous les dictateurs encore au pouvoir en Afrique.

Avec la chute de Mugabe, ouverture d’une nouvelle ère

L’homme politique irritait la communauté internationale par son intransigeance et par la manière dont il dirigeait son pays. Robert Mugabe, pourtant, inspirait le respect à ses pairs du continent africain. Ses prises de position aussi dérangeantes qu’elles soient  n’avaient  pas été contestées, car elles apparaissaient comme la manifestation d’un esprit d’indépendance. Il est devenu au fil des ans le chef de file de la SADC et était considéré comme un leader écouté et respecté. Il jouissait de l’appui de l’Afrique du sud et des pays de l’Afrique australe. Ses réélections à la tête du Zimbabwe ont été entachées d’irrégularités, mais les contestations des opposants ont été réprimées dans le sang. Il a écarté ses adversaires sans ménagement, faisant fi de toutes les condamnations des organisations de droit de l’Homme. Le vieux despote a gouverné d’une main de fer, s’appuyant sur l’armée qu’il a su ménager. Mais à presque 100 ans, il n’a pas senti la nécessité de lâcher du lest et il n’a donc pas vu le changement qui s’est opéré dans le pays. Le complot qui l’a destitué était en préparation depuis un an. Le premier ministre qu’il avait limogé et les cadres de l’armée ont sapé petit à petit les bases de son pouvoir. Son éviction en douceur a été opérée de main de maître et a surpris tout le monde. Les chefs d’Etat de la SADC n’ont pas caché leur embarras à l’annonce de cette éviction, mais n’ont pas l’intention de voler au secours de Robert Mugabe. C’est une page de l’histoire de l’Afrique qui vient de se tourner. Avec la chute de ce dictateur, c’est une nouvelle étape qui a été franchie.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza10 partages

Raharaha Villa ElizabethMadio ny fitondram-panjakana, hoy i Benjamina Ramanantsoa

Hentitra omaly ny minisitra misahana ny fanajariana ny tany Benjamina Ramarcel Ramanantsoa momba ny raharaha famarotana ny tany St Antoine VI misy ny Villa Elizabeth fonenan’ny fianakavian’ny Pr Zafy Albert.

 Ny mpitantana teo aloha no mety ho tompon’andraikitra amin’ny famarotana io tany io, hoy izy fa tsy ny fitondrana amin’izao fotoana mihitsy. Miantso ireo mpanenjika sy mpanakiana aho, hoy ny minisitra Benjamina Ramanantsoa mba hanaraka tsara ny tohin’ny raharaha satria efa niantso ny birao mahaleotena miady amin’ny kolikoly (Bianco) ny fitondram-panjakana mba hanadihady lalina io raharaha io. Miaro ny fananam-panjakana fa tsy mivarotra no ataon’ny fitondram-panjakana, hoy hatrany izy ary aleo handeha ny fanadihadiana dia ho hita eo izay vokany. Manizingizina moa ireo mpiara-dia amin’ny Pr Zafy Albert fa misy tsy mazava ity raharaha ity. I Serge Zafimahova izay ambara fa mpitondra teny ofisialin’ny fianakaviana, ohatra, dia efa nanambara fa sinema fotsiny ilay hoe fanafoanana ny famarotana ny tany “St Antoine IV”. Ny CRN tarihan’i Tabera Randriamanantsoa moa dia efa nitory ny fitondram-panjakana eny amin’ny Bianco mihitsy. Manizingizina anefa ny fitondram-panjakana ankehitriny fa tsy misy idirany mihitsy io raharaha io. Tantara mitohy.

 

RTT

Midi Madagasikara9 partages

Nouvelle centrale hydro-électrique : Farahantsana alimentera 200 000 ménages en électricité d’ici à ...

Les autorités officielles et les représentants de Tozzi Green ont lancé la première pelletée pour la construction de la nouvelle centrale de Farahantsana. (Photo : Yvon Ram)

Près de 30 millions d’euros. Tel est le montant du financement alloué par Tozzi Green, une holding italienne œuvrant dans la production des énergies renouvelables et de l’agro-business, pour la réalisation de ce projet.

Il s’agit de la construction d’une nouvelle centrale hydro-électrique à Farahantsana et la réalisation d’un pont reliant les communes d’Ampanotokana et d’Ambohimasina, qui est déjà opérationnel depuis fin octobre. « Les travaux de construction vont durer 22 mois. Cette centrale de Farahantsana produira une puissance minimum de 2 Mégawatts dont la capacité pourra être augmentée dans le futur. Ce qui permettra d’alimenter en électricité environ 200 000 ménages dans le Réseau Interconnecté d’Antananarivo d’ici à 2019, et ce, à moindre coût, soit à 400 Ar/kwh », a déclaré Alessandro Berti, Adminitrateur Général de Tozzi Green Madagascar, lors de l’inauguration de ce pont et du lancement officiel du chantier de la future centrale hydro-électrique hier à Farahantsana.

Contrôle à distance. « Ce projet est financé entièrement par un fonds propre, avec le support en capital de la banque de développement du gouvernement italien, SIMEST, qui accompagne Tozzi Green dans le développement de ses projets à l’étranger. Cette participation peut d’ailleurs être comptée parmi les résultats de la visite du Président Hery Rajaonarimampianina à Rome, qui a relancé la coopération entre Madagasar et l’Italie de manière concrète », a-t-il poursuivi. En outre, cetteentreprise travaille en partenariat avec Orange Madagascar qui investit dans ses sites de production comme à Ihorombe pour améliorer la capacité de transmission des données et le réseau internet. « Cette infrastructure de télécommunication servira à contrôler les travaux à distance et l’exploitation de la centrale hydro-électrique. Et toute la population locale en profitera également. A titre d’illustration, il y a désormais la 4G à Farahantsana si avant il n’y avait même pas de réseau », a-t-il enchaîné.

300 emplois. Notons que la centrale de Farahantsana sera la 3e centrale hydro-électrique construite par Tozzi Green, après celle de Maroantsetra et de Sahanivotry. « Il faut installer une ligne de câbles de 38km pour la connecter avec le Réseau Interconnecté d’Antananarivo. Ce qui permettra indirectement de redresser la situation de la Jirama », selon toujours Alessandro Berti. De son côté, le Président Hery Rajaonarimampianina a évoqué que le pays est en train de passer à une transition énergétique vers les énergies renouvelables. « Les travaux de construction de cette centrale hydro-électrique contribuent à la création de 300 emplois. En fait, l’énergie est indispensable pour le développement socio-économique du pays », a-t-il conclu lors de cette cérémonie.

 Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Escroquerie et usurpation de fonction : Un faux commandant de l’Armée recherché

Il s’appelle Andrianaivo Ainatiana Raymond Danny. Fils de Andrianaivo Raymond et Razanajafy Emilie, il est né le 9 juin 1978 à Soavinandriana Itasy. Cet homme fait l’objet d’un avis de recherche émis par la police nationale pour divers délits et infractions. Il est poursuivi pour escroquerie, usurpation de fonction et port d’arme illégal. Selon les informations émanant de la Sûreté Urbaine d’Antananarivo qui a lancé ce « Wanted », le fugitif se dit être en mesure de dédouaner des marchandises au Port de Toamasina. Il a escroqué plusieurs personnes dans des ventes de terrains par lesquelles il a réussi à soutirer près de 130 millions d’ariary. Pour commettre ses forfaits, Andrianaivo Ainatiana Raymond Danny est toujours en treillis militaires et porte le grade de commandant de l’Armée « malagasy ». Selon toujours les informations, il s’agit d’un récidiviste, car auparavant, il a déjà séjourné en prison pour escroquerie et usurpation de fonction. La police ajoute qu’il y a un moment, il a été repéré à Analamahitsy. Ainsi, ceux qui ont de renseignements sur cet homme sont priés d’informer immédiatement les forces de l’ordre les plus proches, ou contacter la Sureté Urbaine d’Antananarivo aux numéros suivants : 034 49 130 32, 034 02 130 32, 034 05 998 47.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara8 partages

Allemagne : Lalao Ravalomanana reçue en haut lieu

Une importante rencontre au ministère fédéral allemand en charge de la Coopération.

En marge de la COP23 qui se termine ce jour à Bonn (Allemagne), le maire d’Antananarivo et son conseiller spécial Marc Ravalomanana cherchent toujours à trouver des partenaires pour le développement de la CUA. Hier, la délégation a été reçue au ministère fédéral allemand en charge de la Coopération économique et du Développement (BMZ). La rencontre s’inscrivait dans le cadre du renforcement du partenariat qui permettra à la commune urbaine d’Antananarivo de réaliser ses projets. Marc Ravalomanana profite de ses bonnes relations avec l’Allemagne pour aider sa femme à relever le défi du redressement de la Capitale de Madagascar. A rappeler que le maire d’Antananarivo, à l’instar des maires de grandes villes du monde et son conseiller spécial ont été invités à la Conférence sur le Climat de Bonn.

Recueillis par R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada6 partages

Equip’pro : le nouveau showroom de la SMIE

La Société malgache import-export (SMIE) ouvre son nouveau showroom sous le nom d’Equip’Pro (Equipements professionnels HoReCa). Une cérémonie conviviale a marqué, hier, l’ouverture officielle de ce nouveau magasin dans l’enceinte Golden Business Center, à Morarano Alarobia.

Forte de ses 23 années d’expériences, la SMIE n’a cessé d’opérer pour fournir aux opérateurs professionnels malgaches une large gamme de produits et de matériels offrant un panel représentatif de la qualité et de la tradition italienne.

Boulanger, pâtissier, pizzeria, boucher, restaurateur, hôtelier, cafetier, glacier, GMS (Grande distribution)… Bref, tous les professionnels de l’alimentaire à Madagascar pourront trouver chez Equip’ Pro tout ce dont ils ont besoin pour faire prospérer leurs activités, grâce aux divers produits venant des plus grandes marques italiennes.

Arh.

 

L'express de Madagascar6 partages

Boeny – Les journalistes initiés  au concept de la nutrition 

Faire connaître le cadrage de la malnutrition. L’Office national de nutrition (ONN) organise hier et aujourd’hui,   à Mahajanga-be, une formation des journalistes locaux. Elle consiste surtout à leur présenter les mille premiers jours de l’enfant et les dangers qui le guette à cause de la malnutrition .«La malnutrition génère un retard de croissance chez l’enfant et des conséquences irréversibles sur sa vie, mais aussi pour le développement économique et social du pays. La réduction du taux de malnutrition chronique chez les femmes enceintes et les enfants de moins de5 ans, de 47% à 38% en 2021, est l’un des objectifs du pays face à cette situation dangereuse. Car cela impacte sur la scolarité et la capacité de l’enfant», explique le responsable de la communication de l’ONN, Doda Andriamanantena. À l’heure actuelle, le pourcentage des enfants atteints de malnutrition jusqu’à leur deuxième année est de 45,3% tandis que la malnutrition chronique est de 8 à 9 %.Les journalistes seront aussi initiés à la multisectorialité et la coordination des activités, l’intervention de base en matière de nutrition spécifique et sensitive. De même, la terminologie de la nutrition est détaillée aux participants. Une projection de films institutionnels et une descente sur le terrain illustrent les deux journées.La lutte contre la malnutrition implique non seulement le gouvernement, mais aussi les agents du développement, les fondations, les membres de la société civile le secteur privé, la communauté scientifique et les partenaires techniques et financiers.

Texte et photo : Vero Andrianarisoa

Midi Madagasikara3 partages

Sortie du premier numéro : Revue de l’école doctorale de Fianarantsoa

(1977-2017), l’université de Fianarantsoa a 40 ans. Probablement dans le cadre de ce 40e anniversaire, l’université sort son premier numéro de la revue de l’école doctorale gouvernance et sociétés en mutation. Le directeur de cette école, en l’occurrence, le Pr Rasamoelina Henri a tenu ainsi à remercier les enseignants-chercheurs de Fianarantsoa, Toliara, Antananarivo et de Strasbourg avec un cinéaste qui ont accepté de faire connaître en primeur leur thèse. Cette revue comporte, entre autres, de l’«Approche ethnographique du tantara chez les Betsileo du Sud » du Pr Rasoamampionona Clarisse et de « le lynchage à Madagascar : un mal- être social » du Dr Rasoamananjara Mélina Henriette.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Carte des journalistes Le Ministère fait machine arrière

Le Ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions cède aux pressions des journalistes quant à la commission mise en place pour la délivrance des cartes professionnelles. Après la déclaration commune des cinq vice-présidents de l’Ordre des Journalistes de Madagascar qui ont dénoncé l’interférence du Ministère de tutelle et l’illégalité de la création de ladite commission, le Secrétaire général de l’OJM et non moins Directeur régional de la Communication à Analamanga, convoque une réunion extraordinaire des membres du bureau de l’Ordre. Si l’on se réfère au communiqué, l’ordre du jour de cette AGE prévue se dérouler soit le 24 novembre, soit le 30 novembre, sera axé sur la commission de délivrance de carte. En quelque sorte, le Ministère de tutelle qui prévoyait de faire un forcing en désignant d’une façon unilatérale les membres de la commission de délivrance des cartes, va faire machine arrière.

« Kiantrano an-trano ». Faut-il rappeler que le Bureau de l’OJM n’a pas été consulté avant la mise en place de ladite commission. Aucune Assemblée générale des journalistes n’a pas non plus été organisée. C’est la raison pour laquelle, les professionnels des médias contestent cette entité et dénoncent le « kiantrano an-trano » et un calcul en vue de la prochaine élection des nouveaux membres de l’OJM. D’autant plus que parmi les membres désignés figure un proche du ministre de la Communication. Réagissant à ce problème, l’ancien ministre Vonison Andrianjato a rappelé l’article 55 de la loi portant Code de la Communication médiatisée, prévoyant la création au sein de l’Ordre des Journalistes, d’une commission paritaire composée de représentants du Ministère, des représentants des journalistes et des organisations patronales de la Communication médiatisée. Selon ses explications, « toute prise de décision concernant la formation de la commission paritaire et l’octroi des cartes professionnelles revient à l’OJM. Le Ministère quant à lui joue uniquement le rôle de vérificateur du respect du cadre légal ».

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Vendredi joli

# Samoela ramène ses chansons à texte

L’enfant terrible revient pour la énième fois au Trass Tsiadana. Samoela, le prince du « vazo miteny » privilégie les cabarets, histoire de partager des moments plus intimistes avec ses inconditionnels. Au programme, les titres phares qui ont forgé sa notoriété, mais aussi quelques-  unes de ses compositions les moins connues.

# Jazz de famille à l’Is’art galerie

Père et fils, le trio Raoelison investit l’Is’art Galerie Ampasanimalo ce soir. Les trois compères partageront leur complicité avec Bim aux percussions. Au menu, du jazz, à la sauce malgache  et les improvisations à n’en plus en finir. Evidemment, les compositions du père sont toujours à l’honneur.

# Place au rock des années 80

Du rock au Piment Café Behoririka. Les habitués des lieux auront le groupe Iraimbilanja sur scène. Une soirée nostalgique pointe à l’horizon pour les amateurs de bon souvenirs, sans exclure l’ambiance bon enfant qui fait le bonheur des passionnés de rock des années 80.

#  « Soirée cover » avec « Ry Kala Vazo »

Elles se sont fait connaître grâce aux interprétations, aujourd’hui encore « Ry Kala Vazo continue de monter sur scène. Cette fois, c’est au  complexe Villa Pradon Antanimena que le trio retrouvera les noctambules. Au programme, de la musique moderne, mélangée avec celles du terroir, donnant ainsi un cocktail plutôt sympathique.

# Le temps d’un trio au « Telozoro »

Luc, Mahery et Nini Kolibera sur la même scène, ce beau petit monde s’armera de guitares et de micros pour reprendre les meilleurs du folk malgache. L’idée : ramener en salle l’ambiance des « Tendry-tamboho, gitara-gitara ».

# Du « salegy » d’un autre genre

En bon chanteur de musique tropicale, Fandrama animera la tanière du roi du « salegy » ce soir. Les habitués du Jao’s Pub auront donc du salegy awoe au programme. Ce sera l’occasion de revoir ses tubes, mais surtout, de découvrir les nouveaux morceaux. A l’approche des fins d’années, Fandrama compte rajouter des titres à son répertoire, un projet qu’il est en train de peaufiner avant de présenter un « salegy » d’un nouveau genre,  fruit d’un feeling qu’il a reçu à Analanjirofo.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Pétanque : Accueil triomphal pour les vice-championnes du monde

Les vice- championnes du monde avec de gauche à droite Cicine, Hasina et Mirana posant pour la photo souvenir avec le staff de la mairie d’Ambohimangakely.

La mairie d’Ambohimangakely a accueilli, hier, en grande pompe les nouvelles vice- championnes du monde de pétanque. Une joie légitime, car Hasina était une native de cette localité et le maire Naina Andrianarison n’a pas pu s’empêcher de fêter l’événement, car c’en était en effet un.

Ambohimangakely est fier de Hasina et de cette place de vice-championne du monde et que cette ville vivrait désormais dans l’attente d’une prochaine échéance, car « notre fille » et toute son équipe méritent de revivre la même expérience, affirme le maire durant son discours avant de remettre des colliers de fleurs à Hasina, Cicine et Mirana, puisque la quatrième joueuse, Tita, était déjà partie dans son Antsirabe natal.

Exploit contre Thaïlande. Comme Hasina fait partie du club du 3FB avec Mirana, elle a également remercié dans la foulée le ministère de la Santé, mais aussi la Fédération et les mécènes qui ont apporté leur part d’eau au moulin pour permettre ce déplacement en Chine plus précisément à Kaihua où se tenait les championnats du monde de pétanque du 4 au 12 novembre.

L’équipe malgache a réalisé un exploit lors des quarts de finale où elle a sorti la Thaïlande, une formation habituée aux places du podium mondial, sur le score de 13 à 12.

Le plus dur en fait pour Hasina et ses amies qui ont facilement éliminé en demies les Italiennes sur le score éloquent de 13 à 5.

Malheureusement pour ce quatuor d’exception, elles sont tombées sur un os en finale en l’occurrence les Françaises conduites par la championne du monde, Angélique Papon. Un vrai coup de massue, puisque Madagascar s’est incliné sur le score de 6 à 13.

Cicine, la plus expérimentée du lot, avoue cependant qu’en bossant à max, Madagascar peut très bien surprendre cette équipe française. Encore faut-il, estime-t-elle, que l’équipe restera unie, car avant d’arriver à ce stade, il a fallu asseoir le collectif où Mirana se trouve en pointe et Hasina au milieu tandis que Tita et Cicine se relayent aux tirs.

 Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada2 partages

Smartfish (COI) : manohana mpanjono madinika ho matihanina

 Manana ny fandaharanasa Smartfish ny ao amin’ny COI, ho fikajiana ara-pahasalamana ny vokatry ny jono madinika aty amin’ny ranomasimbe Indianina. Fandaharanasa nahazoana famatsiam-bola avy amin’ny Vondrona eoropeanina, nanomezana fiofanana ireo mpanjono madinika aty amin’ny faritra, hahamatihanina ny asan’izy ireo sy hampitombo ny vola miditra aminy ny Smartfish. Nahazo fiofanana sy fanohanana betsaka avy amin’io Smartfish io ny Nosy Comores, Anjouan, Mohéli ary Madagasikara.

Arahina, araka ny torolalana avy amin’ny Smartfish, ny dingana rehetra tsy maintsy tandrovina eo amin’ny fitandrovana ny fahadiovana, manomboka ny vokatra miala any an-dranomasina ka hatreny an-tsena. Hatsaraina sy homen-danja ny vokatra rehetra azon’ireo mpanjono madinika ireo hatreny amin’ny fitsinjarana azy.

Tanjona izany ny fanampiana ireo mpanjono  madinika hanome vokatra araka ny andrasan’ny mpanjifa izay eto an-toerana avokoa, izany hoe, mamaly ny tinady amin’ny varotra anatiny, hisorohana ny fatiantoka aorian’ny jono. Anisan’ny tokony hahazo tombontsoa betsaka amin’izany ny vehivavy, maro anisa amin’ireo mpivarotra eny an-tsena.

Tsy voahaja ny fepetra eto Madagasikara

Eto Madagasikara, tohanan’ny fandaharanasa ny ady atao amin’ny jono tsy ara-dalàna mamongotra ireo vokatra fanondrana, toy ny akamba sy drakaka (crabes), tsy misy anjaran’ny mpanjono madinika intsony. Fehin-kevitra efa noraisina hatramin’ny 2014, ohatra, ny fisian’ny fikatonan’ny fotoam-panjonoana, famerana ny haben’ny vokatra, fanadiovana ny fanomezana fahazoan-dalana, fiarovana ny ala honko. « Hatramin’izao anefa, tsy voahaja ireo fepetra ireo noho ny ataon’ireo mpanjono vaventy », hoy ny feon’ireo mpanjono any amin’ny faritra avaratra andrefana.

Tsy mampino ny zava-misy fa raha 2 t monja ny drakaka naondrana ny taona 2009, efa tafakatra 800 t izany ny taona 2013, ary mitombo hatrany ny tarehimarika hatramin’izao (antontanisa COI-2014). Ny ratsy kalitao sisa no ho an’ny mpanjifa eto an-toerana.

R.Mathieu

News Mada2 partages

Lalao fanorona : tafatsangana ny federasiona, raikitra ny famaranana

Anisan’ny kolontsaina mampiavaka ny Malagasy eto anivon’izao tontolo izao ny fanorona, noho izy sady fanabeazana no paikady hiatrehana ny fiainana. Efa misy ny rafitra ara-panjakana hiahy ity lalaon-tsaina.

Fantatra fa tafatsangana tamin’ny alalan’ny didim-pitondrana navoakin’ny minisiteran’ny tanora sy ny fanatanjahantena  laharana : 076 2017/MJS ny federasiona miahy ity lalao ity na ny « Fédération malagasy de fanorona ». Anisan’ny asa hiandraiketan’ny federasiona sy ireo mpitantana azy mandritra ny efatra taona ijoroany ny fampivelarana ny lalao fanorona. Hametraka ny rafitra ho fanapariahana ity lalaon-tsaina ity. Handrindra ny asan’ny federasiona. Hamolavola ny satan’ny federasiona sy ny lalana anatiny hifehy. Hiantoka ny fandraisan’anjaran’ny mpilalao fanorona eo anivon’ny fifaninanana nasionaly. Hanatanteraka ihany koa ny fivoriambe hoenti-mifidy.

Tsy miandry ela ity rafitra tafajoro ity fa hanatanteraka avy hatrany ny lalao antsasa-dalana sy ny famaranana izay ho tompondakan’i Madagasikara eo amin’ny lalao fanorona. Hetsika hotontosaina rahampitso tontolo andro, ao amin’ny Cercle mess Fiadanana.

Ireo mpikambana ao anatin’ny « comité exécutif transitoire »

– Filoha : Rapelanoro Rabenja Aimé

– Filoha lefitra : Rakotovao Fanomezantsoa Olivier

– Sekretera jeneraly : Ramarijaona Jean Yves

– Talen’ny fifandraisana sy ny serasera sady mpitahiry vola : Razanajafy Emilien

– Tale teknika nasionaly : Randrianasolo Jean Pierre

– Lefitra voalohany : Randriamampianina Lanto Harifetra

– Lefitra faharoa : Rakotondraibe Patrick

– Ireo mpanolontsaina : Randrianarivo Hary, Rajeriarison Jean Fleury, Razafimahatratra Jean de Dieu, Randriamampionona Joseph.

HaRy Razafindrakoto

Ino Vaovao2 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Anjaranao sisa no misafidy izay metimety aminao

ROCK

Iraimbilanja etsy amin’ny Piment Café Behoririka

Hiaka-tsehatra hanafana ny sehatry ny Piment Café Behoririka ny tarika Iraimbilanja anio. Hanomboka amin’ny 8 ora hariva ny lanonana iarahan’ireo mpankafy gadona rock amin’ity tarika manana ny lazany ity. Tsy mitsahatra manolotra ny mahafinaritra ho an’ireo mpankafy, izay ho tonga hanotrona azy ny mpanakanto. Hitondra ireo hira nampisongadina ny tarika izy efatra mirahalahy ao anatin’ny tarika mandritra ity seho takariva miavaka ity, toy ny “Adama sy Eva” sy “Fahazavana”. Haharitra ora maro ny fety hiarahana amin’ity tarika manana ny lazany ity anio.

VAZO MITENYHitondra ny vazony etsy amin’ny Trass Tsiadana i Samoela

Hitondra ny hira an-gitara amin’ny alalan’ny vazo miteny, etsy amin’ny Trass Tsiadana i Samoela. Anio, manomboka amin’ny 9 ora alina dia hiaka-tsehatra indray koa ny mpanakanto hivazo ireo hirany mivatambatana ka ankafizan’ny maro azy. Haveriny amin’io fotoana io avokoa ireo hira efa nahafantarana sy nitiavan’ny mpankafy azy hatramin’izay. Hafana araka izany ity seho takariva hatolotr’i Samoela ity.

GOUMA SALEGY

Hampitsinjaka etsy amin’ny Jao’s Pub Ambohipo i Fandrama

Hafotaka ny toeram-pilanonana Jao’s Pub Ambohipo anio, manomboka amin’ny 9 ora alina. Hampitsinjaka ireo mpankafy mozika mafana eny an-toerana i Fandrama, mpanakanto mivoy ny gadona salegy gouma ity hanafana ny sehatra ity. Raha tsiahivina dia ny zoma lasa teo no efa nampifety tetsy amin’ny Le Glacier Analakely ny lehilahy ka feno tanteraka ny sehatra. Mitohy hatrany ny fanomezany fahafaham-po ireo mpankafy azy ka mandritra ity alim-pandihizana goavam-be ity dia hitotorebika hiaraka amin’ireo mpankafy ny mpanakanto. Mampanantena ambiansy ho azy ireo i Fandrama amin’io fotoana io ary tsy voafetra ny fotoana. Ny masoandro miposaka indray no hampalahelo amin’io fotoana io.

TAINGI-TAMBOHO

Mahery, Luk, Nini Kolibera hampiala voly ao amin’ny Telozoro Andrefan’Ambohijanahary

Mpanakanto telo manana ny lazany indray no hitondra ny taingin-tamboho an-gitara anio etsy amin’ny Telozoro Andrefan’Ambohijanahary. Manomboka amin’ny 9 ora alina ny seho. Samy hitondra ny talentany i Mahery, Luk ary Nini Kolibera mandritra ity seho takariva tsy fahita ity. Hivazo sady hitendry izy telo lahy ireto ary ny hira milamindamina nahafantarana azy ireo no hatolotr’izy ireo ny mpankafy izay ho tonga amin’io fotoana io. Hifandimby hiaka-tsehatra ny mpanakanto ka samy hanome fahafaham-po ireo mpankafy hatramin’ny ela. Ho re eny an-toerana avokoa ireo hira nahafantarana azy telo lahy ireto amin’io fotoana io.

RNB

Hampifety ireo tanora etsy amin’ny Bonara-be 67ha i Basta Lion

Hahazo laka etsy amin’ny Bonara-be chez Sa-Yah 67ha ny gadona Rnb anio. Mpanakanto avy any amin’ny faritra avaratry ny Nosy indray no hitondra ny “Malandy” manomboka amin’ny 9 ora alina. Io lohatenin-kira iray io no nampisongadina an’i Basta Lion teo amin’ny sehatry ny mozika sady nahafantaran’ny maro azy ihany koa. Ny tanora tahaka azy sy ireo ankizy kely no tena mpankafy ity mpanakanto. Hanafana ny sehatr’io toeram-pilanonana malaza etsy 67ha io ny tovolahy amin’io fotoana io. Ambiansy tropikaly no hanjaka mandritra io alim-pandihizana io.

SEHO TAKARIVA

Hampilanonana ireo mpankafy etsy amin’ny Le Complexe Restaurant Villa Pradon Ry Kala Vazo

Anio manomboka amin’ny 11 ora alina, hampiala voly ireo mpankafy tonga hanotrona azy telo vavy. Fantatra eo amin’ny mozika milamindamina sy Varieté Ry Kala Vazo ary hita matetika amin’ireny seho takariva ireny izy ireto tato ho ato. Hitondra ireo hira nahafantarana azy ny mpanakanto amin’ity alim-pandihizana hotanterahina etsy amin’ny Le Complexe Restaurant Villa Pradon ity. Andriambavilanitra manandratra ny mozika arahin’ny zava- maneno nentin-drazana ary miangaly hiran’olon-kafa Malagasy sy vahiny ihany koa no tena mampiavaka azy telo vavy ireto. Mampanantena ambiansy ho an’ireo mpanara-dia azy hatramin’izay Ry Kala Vazo amin’io fotoana io.

Pounie

News Mada2 partages

Imposture et escroquerie : un faux commandant de l’armée recherché

Impliqué dans une série d’actes de banditisme, Raymond Danny Ainatiana Andrianaivo est activement recherché par la police actuellement.

Poursuivi pour escroquerie, usurpation de fonction, détention illégale d’armes, Raymond Danny Ainatiana,  39 ans, a été arrêté par les éléments de la Sureté Urbaine de Tananarive (Sut).

Ici et là, des terres sont remblayées dans divers quartiers de la capitale, et l’on assiste peu après à une ruée de bétons. Le secteur de l’immobilier commence à gagner du terrain dans le pays. C’est là une belle opportunité pour des arnaqueurs de tout acabit de profiter de la naïveté de son prochain pour se remplir les poches illégalement.

C’est ainsi qu’un avis de recherche a été lancé contre Andrianaivo Ainatiana Raymond Danny, né le 9 juin 1978 à Soavinandriana Itasy, fils de Raymond Andrianaivo et d’Emilie Razanajafy.  Se prétendant commandant de l’armée, cet individu persuade ses victimes qu’il peut faciliter le dédouanement des marchandises au port de Toamasina. Il a déjà fait de nombreuses victimes dans une escroquerie immobilière dont le préjudice s’élève jusqu’à 130 millions d’ariary.

Appel à témoins

D’après les explications de la police, Danny est toujours vêtu d’une tenue militaire lorsqu’il entre en relation avec ses proies. Aussi, l’on sait qu’il a déjà été impliqué dans une affaire d’escroquerie et d’imposture.

La police fait appel à toute personne en possession de renseignement concernant cet individu de bien vouloir l’ informer aux numéros 034 49 130 32 – 034 02 130 32 – 034 05 998 47.

Ando Tsiresy

La Vérité2 partages

Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?

Deux mois jour pour jour après le titre de docteur honoris causa remis à Rome au Président de la République malgache Hery Rajaonarimampianina, l’affaire continue de faire parler dans le microcosme politique local. Remis le 17 octobre dernier à l’ambassade de Madagascar  dans la capitale italienne, la valeur de ce titre décerné au numéro Un malgache continue d’être remis en doute par un certain nombre d’observateurs malgaches. A l’instar de l’association Wake Up Madagascar qui s’est notamment posé des questions sur « l’établissement que la communication présidentielle a qualifié ‘d’Université de Milan’ ».  Cette association a ainsi mené ses petites enquêtes.  Des investigations qui ont ainsi mis en relief le fait que l’Université qui a décerné le docteur honoris causa au locataire d’Iavoloha n’était pas la réputée Université de Milan mais l’Université populaire de Milan. 

D’après Wake up Madagascar, dans une publication sur les réseaux sociaux, l’ « Université populaire des études de Milan semble être un établissement privé d’enseignement supérieur aux contours pas très clairs », rappelant ainsi que le ministère de l’enseignement supérieur italien ainsi que l’autorité italienne de la concurrence et du marché ont intenté des procès contre l’établissement pour « faux ». Par ailleurs, la publication a laissé entendre que les  diplômes décernés par l’Université populaire n’étaient pas reconnus en Italie « mais plutôt délivrés au nom d’un autre établissement auquel l’Université populaire de Milan est affiliée ».  En somme, la publication détaillée tend à remettre en doute la crédibilité du diplôme décerné au Chef de l’Etat.  De là à parler d’un diplôme « bidon » il n’y a qu’un pas que la presse locale a franchi. Ceci étant dit, la question est donc de savoir si la Présidence était en connaissance de cause.  Certainement que s’il avait été au courant de la polémique à bord de laquelle il allait s’embarquer, le Chef de l’Etat aurait sans doute évité de se voir remettre ce titre, préfèrent penser bon nombre d’observateurs  qui espèrent que la Présidence ne se serait pas abaissé à « acheter » le titre. La question est donc de savoir qui donc a induit le chef de l‘Etat en erreur aux yeux du monde entier ?  Cette affaire rappelle pour bon nombre de personnes, l’histoire du discours prononcé par le Chef de l’Etat lors de sa prestation de serment. Quid d’ailleurs des sanctions contre ceux de ses collaborateurs qui lui ont remis ce discours qui n’est autre qu’une pâle copie d’un précédent discours prononcé par le Chef de l’Etat français Nicolas Sarkozy ? Le discours avait fait le tour du web et fait parler jusqu’à l’étranger. En tout cas, jusqu’ici ni la Présidence, ni le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique malgache n’ont apporté d’explication ou de démenti officiel suite à la publication de Wake Up Madagascar.  Par principe de redevabilité, les citoyens ont le droit de savoir qu’en est-il réellement.  C’est dans cette optique visiblement que l’association Wake Up Madagascar a effectué et publié ses investigations… 

 Recueillis par  A.R.

Midi Madagasikara2 partages

Madagascar-UE : Pour une meilleure démarque qualité

« Nous devons plus que jamais augmenter nos productions et améliorer la qualité de nos produits »  Une fois de plus, le ministre du Commerce et de la Consommation a réitéré que la démarche qualité est un des meilleurs moyens pour relancer l’économie du pays.

C’était hier, au Carlton lors de l’ouverture de l’atelier de restitution de la 6e réunion du Comité APE (Accord de Partenariat Economique) et de l’atelier préparatoire à la 11e conférence ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qui se tiendra à Buenos Aires, en décembre prochain. C’était une occasion pour le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine de rappeler les efforts entrepris par le gouvernement malgache pour booster le commerce extérieur. Grâce notamment à des outils de coopération efficace comme l’APE, des résultats probants ont été enregistrés. Les échanges avec l’Union européenne  sont par exemple excédentaires en faveur de Madagascar. En effet, les exportations de Madagascar vers l’Union européennesont passées de  499 millions d’euros en 2012, à 870 millions d’euros en 2017, soit une croissance de 31% en cinq ans. Une belle performance quand on sait que le marché européen est très exigeant surtout en termes de qualité.

Mais, comme l’a indiqué Antonio Sanchez Benedito, Chef de la Délégation de l’Union européenne, des efforts doivent être encore entrepris. Car pour le moment, la grande majorité des exportations vers l’UE est encore constituée par le textile. Du coup, une diversification des produits d’exportation s’impose. Pour y arriver, il faudrait bien évidemment surmonter les barrières, surtout au niveau de la qualité des produits. Sur ce point, d’ailleurs, le ministre Chabani  Nourdine de rappeler que l’Etat s’efforce de trouver des financements  pour réaliser ses objectifs. C’est le cas, notamment des 10 millions d’euros du Programme d’Appui au Développement des Exportations et à l’Intégration Régionale (PADEIR).

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

ISCAM : Sensibilisation contre la corruption

Plusieurs intervenants ont développé face au public plusieurs aspects de la corruption et les pistes nouvellement proposées pour lutter efficacement contre ce phénomène.

La corruption. Ce thème plus que jamais d’actualité à Madagascar a été au centre des discussions lors d’une journée de sensibilisation qui s’est tenue avant-hier 15 novembre à l’ISCAM (Institut supérieur de la communication, des affaires et du management). Une journée « Génération sans corruption » au cours de laquelle des entités œuvrant dans le domaine de la lutte contre la corruption ont partagé leurs convictions et leurs engagements ainsi que les moyens mobilisés et nouvellement proposés face à l’ampleur de la corruption et l’étendue de ses méfaits sur le pays. Les étudiants et les jeunes, plus vulnérables face à ce fléau, tout en étant, cependant, moteurs de changement, ont été particulièrement ciblés. A travers cet événement, l’institut a mis en avant l’importance de l’esprit sans corruption pour que les futurs diplômés soient conscients de la valeur de l’intégrité dans la vie professionnelle et personnelle. L’occasion a, par ailleurs, été saisie pour primer les gagnants du concours de vidéo, de photo et d’illustration lancé quelques semaines auparavant, sur le thème « Méfaits de la corruption sur l’économie et le social ». Les meilleures œuvres ont été exposées durant la journée.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Tapatapany

Tanjombato, may ny Hazovato. Azo lazaina fa nieren-doza ihany ny orinasa Hazovato etsy Tanjombato raha ny zava-nitranga omaly  hariva no jerena. Nirehitra ny ozinina fandrafetana fanaka, isan’ny antoky ny asa atao ao amin’ity orinasa ity. Firehetana tampoka teo amin’ny tariby mpitondra herinaratra no nahatonga ny loza, raha ny fanazavana azo avy eo anivon’ny Mpamonjy voina etsy Tsaralalàna. Ireto farany izay nanao ny asa famonjena teny an-toerana. Avy hatrany dia nitatra ny afo ka nandoro ny ampahatelon’ilay toeram-piasana. Soa fa tonga haingana ny mpamonjy voina izay afaka namoaka ny entana tamin’ny ilany tsy nirehitra. Araka ny fanazavana ihany, tsy naharitra ora iray akory dia voafehy ny afo.

Very ny dosien’ilay Karana tao amin’ny Fitsarana. Omaly no tokony hiakatra Fitsarana tao Toamasina ilay karana voampanga fa nidaroka mpiambina toeram-pitehirizana entan’olona manan-draharaha aminy tao amin’ny tanànan’Ankirihiry volana maromaro lasa izay. Tsy tanteraka anefa na dia efa teo daholo na ny mpitsara na ny mpisolovavan’ny mpitory satria nolazaina fa nanjavona tsy hita ny taratasin’ady mikasika ity raharaha ity. Tsy vitan’izay, mbola tsy eto an-toerana ihany koa ilay Karana voampanga fa mialokaloka any La Réunion. Fantatra fa efa nisy Fitsarana natao an’ity lehilahy ity noho ny resaka vono ihany ka nahavoaheloka azy higadra 1 taona talohan’izao. Araka izany, tsy mbola niditra am-ponja akory ity olona ity hatramin’izao nefa dia sazy mihatra no nomena azy.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Maires ruraux : Contre les pressions portées à leur encontre

L’association des communes rurales de Madagascar ou AKAMA (Aingan’ny Kaominina Mitambatra eto Madagasikara) a tenu une conférence de presse, hier, à l’hôtel Colbert. Ce fut une occasion pour les maires desdites communes de s’insurger contre les pressions portées à leur encontre. Un des intervenants a fait notamment allusion à ce qui s’est passé tout récemment à Soanierana-Ivongo où un des leurs a subi la pression d’un parlementaire. De ce fait, l’association invite ses membres à faire preuve de solidarité. Par ailleurs, l’AKAMA  revendique que la gestion du Comité local de Développement (CLD) devrait revenir aux communes. Il invite également les bailleurs à se pencher sur leur cas. Notons que sur les 1 685 communes que compte le pays, 1 619 d’entre eux sont des communes rurales. Faut-il rappeler que l’AKAMA a vu le jour le 3 février 2017 et qu’il a été légalement constitué le 4 octobre de cette année.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Toamasina : Un couple Karàna a pu s’enfuir avant d’être déféré au Parquet

Poursuivi pour arnaque pour vente de terrain, un couple Karana a pu s’enfuir alors qu’il aurait du être présenté auprès du Parquet du Tribunal de Première instance de Toamasina, hier. Surnommés Be matelas, les suspects sont des opérateurs très connus dans la capitale du Betsimisaraka. Ils ont vendu un terrain fictif à un Tuléarois duquel ils ont déjà perçu la somme convenue. La victime de l’arnaque a alors réclamé le remboursement de la somme avancée. Pour répondre à cette revendication, le mari a proposé des chèques au nom de sa femme, un compte qui n’existe pas. C’est pourquoi, la victime a porté plainte auprès de la section criminelle de la Gendarmerie. Comme réplique, le « Karàna » lui a proféré des menaces comme quoi si la victime ne retire pas sa plainte, les kidnappings et règlements de comptes sont à la mode et qu’il serait protégé d’en haut-lieu d’où son surnom Be matelas. Effrayée, la victime a dû obtempérer. Puisqu’il y avait retrait de plainte, les suspects ont été laissés libres après avoir été entendus auprès de la Gendarmerie. Quoi qu’il en soit, ils devaient se présenter devant le Parquet, hier. Ils n’ont pas répondu à la convocation du ministère public en ayant comme prétexte leur état de santé. Affaire à suivre.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Ambinina Aniana Malalaharisoa et Hajatiana Rakotozafy, finalistes au concours « Voix Nouvelles »

Ambinina Aniana Malalaharisoa.

Ils ont tenté leur chance et ne sont pas rentrés bredouilles. Ambinina Aniana Malalaharisoa et Hajatiana Rakotozafy font partie des neuf candidats à s’être lancés dans l’aventure « Voix nouvelles ». Ils se sont illustrés à La Réunion et représenteront donc la zone Océan Indienles 25 et 26 janvier 2018 à l’Opéra de Massy. Les deux chanteurs lyriques seront en compétition avec d’autres artistes venus de France, Belgique, Suisse, Canada, Comores et Maurice. S’ils convainquent le jury, ils participeront à la grande finale qui aura  lieu, par contre, le 10 février 2018, à l’Opéra Comique, avec l’Orchestre Colonne et se produiront devant tous les directeurs d’opéra, ainsi qu’un certain nombre de personnalités du monde lyrique. En attendant, zoom sur le parcours de ces deux talentueux jeunes gens.

Hajatiana Rakotozafy.

La force tranquille. Débutante ? Elle ne l’est aucunement. Ambinina Aniana Malalaharisoa compte neuf ans de carrière à son actif. Passion, délicatesse, force, agilité : quatre mots qui résument la chanteuse de musique classique « coloratura ». En 2009, elle participe au concert d’adieu du Directeur général de la société Holcim. Un premier pas réussi qui lui donne l’envie d’aller plus loin et de se découvrir davantage dans le monde lyrique. En 2010, elle prend part à la célébration du Cinquantenaire de la chorale de la Sainte Trinité Avaratranjoma. Célébration durant laquelle elle a interprété l’œuvre de Mozart « Exsultate Jubilate K 165 » à l’IFM. Un évènement pendant lequel elle fait mouche. La même année, elle est donc invitée pour un récital au profit des activités des jeunes de la paroisse de l’Eglise Luthérienne dans la Ville d’Eaux. De plus en plus passionnée, elle ne lâche plus rien. En 2012, Ambinina était donc la soliste soprano du concert de levée de fonds pour la réhabilitation de l’église Sainte Trinité Avaratranjoma, où elle interprète des extraits de « Judas Maccabaeus » d’Haendel à l’Hôtel Carlton Anosy. Remarquée pour son sérieux et son audace, elle est invitée, en 2013, pour un concert de promotion des élèves du Centre Régional d’Education de Musique d’Antsirabe en tant que Soliste Soprano, « Litaniae de venerabili altaris sacramento in B flat major (KV 125 Mozart) ». A l’aube de ses dix ans de carrière, cette surdouée du classique a donné une représentation à la Bibliothèque nationale. Accompagnée de Mirana Randria au piano, elle en a tout simplement été magistrale.

Hajatiana Rakotozafy ? Il y a vingt ans, il intègre le Chœur d’enfants Tambatra de l’église FJKM Ambatonakanga. Il prend goût à la musique classique. En 2013, Il intègre lui aussi l’Anglican Music Institute (AMI) pour suivre des cours de chant avec Oksun KIM et a participé à des Master Class avec des professeurs tels que Kyung Sun Choi et Peter Terry. La virtuosité et l’agilité de sa voix le placent dans la catégorie ténor léger. Il a une préférence pour le répertoire baroque et bel canto comme Rossini, Donizetti et Bellini. Il répond aux exigences de cet art comme la recherche de timbre, les vocalises et les ornements. Le jeune Ténor a fait ses preuves en tant que soliste dans « la Messe en D mineur » de Haydn, dans « la Veuve Joyeuse de Lehar » avec « l’Ensemble Vocal Hiraitra » et figure parmi les artistes à l’affiche de la deuxième édition du festival Nosy-Be Symphonie (2015). Il chante également avec des ensembles de la Capitale dont le Chœur d’Homme de Madagascar et le « Taninketsa d’Ambonin’Ampamarinana ». Passionné d’instrument, Hajatiana suit des cours de violon et joue de l’orgue au sein de son église en étant également professeur de piano à « l’AMI’s Children Music Class ». Aujourd’hui, Hajatiana Rakotozafy tout comme Ambinina Aniana Malalaharisoa se préparent pour une nouvelle page de leur carrière. Ils passeront les demi-finales du concours Voix Nouvelles les 25 et 26 janvier 2018 à l’Opéra de Massy. S’ils convainquent le jury et espérons que ce sera  le cas, ils participeront à la grande finale qui aura par contre lieu le 10 février 2018, à l’Opéra Comique, avec l’Orchestre Colonne.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

BFV- SG : Des offres spéciales au SIH

Les visiteurs s’intéressent aux offres spéciales de la BFV SG.

La BFV-Société Générale répond toujours présente aux grands événements. C’est encore le cas au Salon International de l’Habitat où la banque propose aux visiteurs des offres spéciales. On peut citer, notamment pour les professionnels, la gratuité du -Pack Power Pro » pour toute nouvelle souscription. Les particuliers ne sont pas en reste, puisque la  BFV-SG leur propose, durant le Salon sa gamme de crédit Soahonenana pour l’acquisition de terrains, la construction ou l’achat de maison ou pour des travaux de rénovation, d’extension et de réparation. Tout cela avec des taux réduits jusqu’à -3%.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Salon de l’habitat : Trois stands en Un pour Spider

Spider est le sponsor officiel du Salon de l’Habitat.

Le Salon de l’Habitat a débuté, hier au Parc des Expositions Forello Tanjombato. Une occasion de plus pour les entreprises malgaches de démontrer leur savoir-faire et la qualité de leurs produits. A l’instar de Spider qui a opté pour une formule originale « Trois stands en Un ». En effet, le grand stand de Spider est divisé en trois compartiments où l’entreprise présente trois de ses plus grands secteurs.  Airwell pour les climatiseurs, Legrand pour l’électricité et enfin Vtac pour les luminaires.  «  Ce sont tous des produits de marque européenne dont nous garantissons la qualité »  explique Jimmy Rakotoarivelo, Business Représentative Manager de Spider qui figure parmi les fidèles participants du Salon de l’Habitat. « C’est une manifestation qui  permet  en effet de mettre en exergue la qualité de des  produits qui sont très appréciés par les visiteurs.  « Pendant le salon, nous pratiquons jusqu’à 30% de remise » selon toujours ce responsable de Spider, qui est d’ailleurs le sponsor officiel du Salon de l’Habitat qui ne prendra fin que dimanche prochain.  Notons que l’ouverture officielle du Salon de l’Habitat a eu lieu hier matin en présence de nombreuses personnalités.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada1 partages

Teza : « Tsy mahay mitantana ny mpitondra »

« Efa nilaza ombieny ombieny ny Teza fa raha fitondrana roa volana mialoha ny fifidianana filohan’ny Repoblika vao fantatra hoe hirotsa-kofidina, nefa tsy manana na inona na inona akory no mitondra firenena: izao no vokany. » Izay ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny antoko Teza, Rakotoamboa Jean-Louis, manoloana ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny noho ny fomba fitantanan’ny mpitondra.

Momba ny pesta izao, ohatra, tao anatin’ny fitondrana Rajaonarimampianina: tsy nisy fampiasana fanafody famonoana bibikely natao tany amin’ny tokantrano tsirairay any ambanivohitra. Nijanona fotsiny amin’izao ny fitondram-panjakana. Vokany, mirongatra ho azy ny parasy izay mitondra valanaretina pesta.

Tsy nisy politika amin’ny famonoana voalavo natao teto. Fa efa tonga sy mihatra izany vao mikoropaka ny fitondram-panjakana. « Tsy fahaizana mitantana izany », hoy izy. Izao indray, tsy misy famonoana  voalavo: inona no dikan’izany? Vao mainka hijanona sy hiely ihany io aretina io.

 

Mila omena hasina ny fokonolona

 « Mametraka ny Teza manokana fa mila omena ny hasina sy lanja ary vahana ny fokonolona manerana an’i Madagasikara handray an-tanana io fandriampahalemana io », hoy izy ny amin’ny firongatry ny tsy fandriampahalemana tsy misy fiatoany tato ho ato.

Manome tantsoroka fotsiny ny mpitandro filaminana amin’ny fanomezan-danja ny fokonolona izay. Mila apetraka tsara ny dina isam-pokontany, arovana ho isam-piraisampokontany, avondrona ho dinam-paritra. Amin’izany, mifampifehy ny olona, ary misy fifanarahana moraly izay afa-mifehy tsara ny fiarahamonina any ambanivohitra: misy famaizana fa tsy famonoana ataon’ny fokonolona, ohatra.

Amin’izay fotoana izay, hamboarina avokoa ny lalàna rehetra mba hifanaraka amin’izay hetahetan’ny fokonolona sy ny fomba handaminana ny any ifotony izay, hilamina ny fandriampahalemana eto Madagasikara amin’izany.

R. Nd.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Mpanakanto nanaratsy ny reniranon’i NilHiakatra fitsarana any Egypte

Novidian’i Sherine Abdel Whab lafo ny vava navoakany momba ny reniranon’I Nil, izay manan-tantara sy manana ny maha izy azy ho an’ny firenena Egiptianina.

 Renirano isan’ny malaza indrindra sy lava indrindra eran-tany io renirano io, izay mirefy 6 700 km sy mandala amina firenena maro toa an’i Ouganda, Kenya, Tanzanie, Soydan, Egypte,… Nandritra ny fampisehoana nataon’ny mpihira pop sady mpilalao sarimihetsika malaza Egiptianina Sherine Abdel Wahab anefa tany Emirats Arabes Unis anefa, dia nisy ny fanaratsiany io renirano io, ka nolazainy fa mankarary ny fisotroana ny ranon’I Nil, izay nahatezitra olona maro. Vokatr’izany dia nandray fepetra amin’ny fandrarana azy tsy hanao fampisehoana any Egypte ny fanjakana any an-toerana ary tsy vitan’izay fa mbola hiakatra fitsarana izy ny 23 desambra noho io fanaratsiana ny reniranon’I Nil, izay manana ny lazany sy mifamantotra amin’ny tantaran’ny zanak’olombelona.

Toky R

 

La Vérité1 partages

Construction - Du financement à la décoration

« Tao-trano tsy efan’irery ». Et c’est vrai ! Construire une maison n’est pas chose simple qu’on peut réaliser tout seul.  La construction résulte d’un bon travail d’équipe. De ce fait, si une personne rêve d’avoir son petit nid douillet, il faut qu’il franchisse les étapes une par une. Effectivement, il faut d’abord avoir le  financement nécessaire à la réalisation du grand projet, puis avoir un plan d’ensemble, de ce qu’il pourrait être, peut-être une construction tout en bois ou avec une baie vitrée, des constructions en aluminium ainsi que des escaliers en verre, avant de faire appel au service des professionnels pour transformer le rêve en réalité. Toutefois, pour être vraiment douillette, la maison doit être finement décorée avec des meubles de premier choix. Dans tous les cas, des experts dans ces domaines existent, et ne veulent qu’une chose, rendre possible le rêve de leurs clients. 

 

Pour le financement…

Bfv-Société générale : pour un accompagnement financier sûr

« Développons ensemble l’esprit d’équipe ». Ce slogan reflète vraiment la volonté de la Bfv-Société générale d’offrir un accompagnement financier sûr à toute personne désirant construire une maison. En effet, depuis sa création, la banque a toujours été aux côtés de ses clients  afin de leur apporter tout le soutien nécessaire dans la réalisation de leur projet en répondant à leurs besoins financiers respectifs. 

Dans cette optique, la Bfv-Sg a instauré la gamme de crédits immobiliers « Soahonenana ». Il y a donc « Soahonenana Tany » pour l’acquisition de terrain, « Soahonenana Trano » dédié à la construction ou à l’achat de maisons et « Soahonenana Travaux » consacré aux travaux de rénovation, d’extension ainsi que de la réparation des différents biens immobiliers. Les deux premiers ont un taux de – 2 points et le dernier avec un taux de – 3 points. Exclusivement pour le Salon international de l’habitat, le taux des prêts immobiliers sera réduit. Mise à part cela, toute nouvelle souscription pour les « Pack Power Pro » et « Pack Ebene Or » bénéficiera de 3 mois gratuits. A travers ses offres, la Bfv-Sg appuie durablement tous ses clients pour que leurs projets voient le jour.

Pour la construction…

Europ’Alu : investir sur le long terme

Quand une personne construit une maison, elle ne s’attend pas à ce que cette dernière se dégrade au bout de deux ou cinq ans. Elle investit dans ce projet pour qu’il puisse perdurer sur le long terme. Et c’est dans cet axe que les produits d’Europ’Alu sont réalisés. Des produits de qualité répondant aux normes européennes et satisfaisant les besoins de la clientèle. Effectivement, en 12 années d’existence dans la Grande île, Europ’Alu a réalisé bon nombre de projets de construction, notamment la partie menuiserie en aluminium et dans l’habillage de façade. Depuis, elle a étendu ses activités en développant « Alu » un service de menuiserie en aluminium et d’habillage de façade également mais pour la gamme économique. Il y a également «  Vert’tec » qui est un spécialiste du verre. Il n’est donc pas un simple fournisseur mais il conçoit aussi des ouvrages en verre comme des escaliers ou encore des meubles. Europ’Alu défend la qualité et souhaite accompagner tous ses clients dans la réalisation de leurs projets de construction pour que ces derniers soient une exception.

Actuellement, Europ’Alu ne dispose que de deux agences, l’une dans la Capitale et l’autre à Mahajanga. Toutefois, elle prévoit d’ouvrir d’autres agences dans les différentes provinces de Madagascar. En tout cas, en matière de services, elle a une couverture géographique nationale et peut réaliser des constructions n’importe où, n’importe quand et n’importe comment. Et avec le développement du secteur de l’immobilier et à l’occasion du Salon international de l’habitat, Europ’Alu tient à montrer sa potentialité au grand public, comme l’affirme son Directeur commercial et marketing, Nicolas Blanchais, « l’idée c’est de conforter notre présence sur le marché la menuiserie en aluminium et de l’habillage de façade, (…) nous avons donc travaillé sur le design de notre stand pour montrer l’étendue des possibilités d’exploitation et d’utilisation de ces produits.  »

La Vérité1 partages

Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu

 

Une semaine à peine après le discours cinglant de l’Archevêque d’Antananarivo, Monseigneur Odon Razanakolona à l’Université Catholique de Madagascar à Ambatoroka, la conférence des Evêques de Madagascar vient de lancer une nouvelle offensive à travers un message destiné à tous les malagasy, et qui date de jeudi dernier. 

 

Une politique basée sur le mensonge et de la démagogie, c’est ainsi que les Evêques catholiques résument la réalité dans le pays en ce moment.  « Le recherche permanente de richesses et la corruption de haut niveau règnent. L’argent et le pouvoir sont devenus maîtres. Ce ne sont plus la connaissance et la sagesse qui sont utilisées pour  le développement du pays », reprochent les Evêques. La question foncière qui échappe complètement au contrôle de l’Etat est particulièrement soulevée car, selon eux, les terrains ancestraux ont été vendus aux étrangers. Une situation qui crée des tensions voire des confrontations au sein des familles. En effet, les litiges fonciers figurent parmi les problèmes sociaux qui tiennent à cœur l’Eglise catholique.

Faut – il rappeler que l’Ekar, à travers la branche « Justice et Paix », a été parmi les premiers à dénoncer l’occupation d’une société d’exploitation minière chinoise à Soamahamanina. Beaucoup de riverains avaient protesté face à l’accaparement de leurs terrains dans ce sens. Après l’affaire Soamahamanina, d’autres situations similaires ont également été constatées dans plusieurs parties de l’île. A cela s’ajoutent les litiges fonciers qui font la une des actualités quotidiennes dans le pays et qui opposent le plus souvent des citoyens démunis à des sociétés ou ressortissants étrangers.

Un exemple à suivre

Concernant les difficultés sociales, les Evêques catholiques soulignent particulièrement la pauvreté, l’insécurité, l’inflation, la corruption. Autant de fléaux qui gangrènent la société malagasy et entretiennent la méfiance entre les citoyens. « La vérité est morte à Madagascar », selon le constat sans appel de la Cem. Sur un tout autre sujet en rapport à l’approche des élections, les Evêques catholiques redoutent déjà le retour en force des mauvaises pratiques politiques. « Les fausses promesses et les antagonismes créés volontairement entre différentes catégories de personnes vont – ils encore marquer les campagnes électorales ? », s’interroge la Cem. Notons que le message de la Cem annonce dans son entête la prochaine béatification de Lucien Botovasoa, un instituteur originaire de Vohipeno. Un martyr qui a mené une vie de chrétien exemplaire. C’est donc par rapport aux qualités de ce futur bienheureux de l’Eglise catholique que les Evêques ont formulé ce message.  « Y aura – t – il encore un malagasy qui osera se lever pour la vérité et pour l’amour de la patrie », s’interrogent les Evêques catholiques.  La Conférence des Evêques a ainsi lancé un vibrant appel à tous les malagasy pour sauver la patrie et suivre l’exemple de ce bienheureux.

Recueillis par Sandra.R

L'express de Madagascar1 partages

Bealalana – La foule lapide trois braqueurs

Trois bandits, ayant opéré un hold-up mardi à Ambatoriha-Est, district de Bealalana, ont succombé à une vindicte populaire, hier matin à 5h.

Devenu Far-West. Ces derniers mois, la terreur d’un commando de huit individus armés a élu domicile à Ambatoriha-Est, dans le district de Bealalana, région de Sofia. Fixés sur leur sort, trois d’entre eux ont été frappés d’une vindicte populaire, hier matin à 5 heures précises. Démarqués au cours de tentative d’une nouvelle attaque, environ trois cents personnes se sont abattues sur eux, selon le commandant de groupement de la gendarmerie de cette région. Passé à tabac, le trio n’a pas survécu à ses blessures.D’après les renseignements de l’autorité publique locale, il s’est avéré que les victimes avaient pris part à une attaque à main armée qui s’est produite mardi en plein jour. Ils ont fait irruption chez un opérateur économique et ont mis le grappin sur vingt millions cinq cent mille ariary. Aucun blessé ni mort n’avait été, toutefois, constaté, lors de ce vol aggravé.Opérant ainsi à visage découvert, ils n’ont pas, cette fois-ci, échappé à la mémoire des villageois. Ces derniers n’ont plus attendu le coup de filet des gendarmes minoritaires du poste fixe d’Ambatoriha mais, ont pris une longueur d’avance pour faire disparaître les trois malfaiteurs.

DésarmésCes victimes ne portaient ni carte d’identité nationale ni carte de résidence du fokontany. Un fin limier de la gendarmerie de Bealalana a, pourtant, indiqué qu’ils venaient d’une commune voisine.Les gendarmes n’ont pas remarqué si les bandits étaient armés ou désarmés lors de cette justice populaire. « Ils étaient munis de fusils de chasse pendant qu’ils ont pris d’assaut l’opérateur. Nous ne savons pas pour cette fois », a précisé une source proche de l’enquête. Un renfort depuis Antsohihy et le groupement de la gendarmerie de Sofia a été mandé pour intervenir afin d’apaiser la tension chez les habitants excédés par les actes de banditisme.Cinq fuyards sont encore recherchés, d’après les premiers éléments de l’investigation. La population a dicté sa loi, celle d’en finir avec les trois criminels. « Les gens en ont ras-le-bol face, notamment, à l’incapacité des forces de sécurité à réfréner le fléau créé par ces individus malintentionnés », a soulevé un notable du fokontany local.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

Média – La FDJ sort son cru 2017

Et de cinq. Le programme de Forma­tion des jeunes journalistes (FDJ), mis en œuvre par la fondation allemande Friedrich Ebert Stiftung (FES), a sorti sa cinquième promotion, hier, lors d’une cérémonie à l’hôtel Colbert Antaninarenina.Quinze jeunes journalistes issus de divers organes de presse, formés en journalisme d’investigation, servant de cadre d’apprentissage se sont vu remettre leur certificat. Durant les sessions de formation, « se construire », était le mot d’ordre. À côté des partages sur les techniques journalistiques, l’accent a, également, été mis sur le développement personnel de chacun. Pour que le journaliste « puisse se construire, se démarquer et faire évoluer un journalisme visionnaire, engagé et moderne ».

Passion et déterminationL’objectif du programme est, également, d’ouvrir la porte à des journalistes de référence, professionnels, res­pectueux de l’éthique afin que le citoyen puisse jouir pleinement de son droit d’avoir des informations vraies et complètes. Ce qui implique, certes, d’avoir l’expertise nécessaire pour fouiner, creuser mais, aussi, d’avoir le courage de publier les informations.Comme l’a dit Gérard Rakotonirina, président de l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM), dans son discours, hier, « le métier de journaliste est difficile et ingrat. Aussi, l’exercer nécessite-t-il de la passion, du courage et de la détermination ». De la passion et de la détermination, le cru 2017 de la FDJ en a et les a affirmés, hier. Cette cinquième promotion, par ailleurs, a eu l’opportunité de découvrir ce qu’est le webjournalisme.Le webjournalisme qui est devenu un genre journalistique à part entière et incontournable avec l’évolution des nouvelles technologies et la démocratisation de l’internet. La cérémonie de sortie de promotion d’hier, a justement, été précédée d’une conférence portant sur « Les Libertés, propriétés et éthique dans le webjournalisme ».

Garry Fabrice Ranaivoson 

L'express de Madagascar1 partages

La collection de Jean Baptiste Razafimamonjy – Un vibrant hommage au groupe Mahaleo

De fan passionné, il devient membre émérite de la grande famille de ce groupe mythique. Nous voulons parler de Jean Baptiste Razafimamonjy, qui s’est transformé en archiviste officiel du groupe.

Jean Baptiste Razafimamonjy, archiviste et fan absolu du groupe Mahaleo depuis les années 80.

Près de quarante ans d’histoire du groupe légendaire et intemporel Mahaleo, le tout gardé jalousement par un homme. Personnage atypique, doté d’une patience et fort d’une passion qui lui sont propres, Jean Baptiste Razafimamonjy, Jean-Bà pour les intimes et les inconditionnels du groupe Mahaleo, se découvre.Son histoire débute dans les années 80, à l’époque où il n’est qu’un jeune mélomane, fan de la première heure de la bande à Dama, Raoul, Nono, Dadah, Fafah, Charles et Bekoto. C’est alors un véritable coup de foudre qu’il a pour le groupe. Puis,  l’idée brillante lui vient d’intégrer l’univers même de Mahaleo pour en faire partie intégralement. Jean-Bà entame alors un travail délicat qui deviendra l’une des plus belles collections qui reflètent l’épopée artistique de ce groupe mythique qui lui tient à cœur.Il est fou de Mahaleo et il ne lésine pas sur les moyens pour étoffer  au fil des ans, sa collection. Une dévotion qui finit par être remarquée par ses idoles, qui décident alors de l’adouber en tant qu’archiviste officiel du groupe. Ils marquent ainsi leur respect, et à travers eux, celui  des fans pour cette collection unique en son genre complétée par des T-shirts, casquettes, banderoles, affiches, disques vinyles et autres cassettes audio, voire des tickets d’entrée.Mahaleo clôturera, le 1er et le 3 décembre, la célébration de ses quarante cinq ans de scène, l’occasion pour le public de (re)découvrir cette collection exclusive de Jean-Bà.

Jean-Bà veille à ce que ses archives soient entrede bonnes mains et préservées comme il se doit.

« Une passion dévorante… »

« Le groupe, j’en suis littéralement tombé amoureux, car il illustre pour moi l’amitié, la fraternité et l’amour dans toute leur splendeur. Sans parler de l’élan patriotique que chacune de ses chansons éveille en moi chaque fois que je l’écoute. À mes débuts, tout le monde se souvenait de moi comme ce fan persévérant qui tenait coûte que coûte à avoir des autographes des membres du groupe. Mon amour pour le groupe finit alors par se transformer en une passion dévorante au fil des ans, et une fois mon cahier rempli d’autographes, je me suis senti l’envie d’entreprendre une collection plus large », raconte Jean Baptiste Razafimamonjy. À l’époque, même les responsables de sécurité l’ont surnommé « l’homme à la bible » à cause de ce cahier qu’il transportait partout. « Je voulais absolument avoir les autographes et la biographie de tous les membres. Chaque concert était une occasion à ne pas rater », résume-t-il.

Une collection d’albums, en compact disc cette fois-ci,des pièces rares également.

Une collection, une consécration

Au début des années 90, Jean-Bà fonde le fan club du groupe Mahaleo et finit enfin par côtoyer ses idoles, qui saluent son initiative et sa passion. C’est en 1991 que le groupe et ses illustres membres adoubent son travail et l’introduisent comme l’archiviste officiel de Mahaleo. Depuis, Jean-Bà ne rate plus, ou presque, un seul concert du groupe, quitte à conjuguer sa passion avec sa vie de famille.« Partout où se produira le groupe, je ferai tout mon possible pour être présent. Ne serait-ce que pour mémoriser ou immortaliser cet instant et que j’ajouterai dans ma collection », conclut Jean-Bà dont la collection orne très souvent les concerts de Mahaleo, aussi bien au pays qu’à l’étranger.

Les posters des concerts de Mahaleo, comme pour mieux figer, dans le temps, l’histoire du groupe.

Textes: Andry Patrick RakotondrazakaPhotos: Mamy Maël

L'express de Madagascar1 partages

Circulation urbaine – Installation de plots sur plusieurs rues

Se garer dans les rues de la ville d’Antananarivo deviendra difficile, d’ici peu. La commune urbaine d’Antananarivo (CUA) installera des plots sur les trottoirs de quelques quartiers. Cette mesure concernera principalement les rues où le stationnement sur les trottoirs pullule comme à Amba­tonilita, Iso­raka, Ankazo­manga, Tsara­masay, Ampandrana ou encore Antsakaviro.  Les travaux commenceront en décembre. « Les trottoirs sont pour les piétons et non pour les véhicules. Nous recevons de plus en plus de demandes d’installation de plots, ces derniers temps », a annoncé Landy Raveloson, directeur du Transport au sein de la CUA, hier.La CUA procédera à la sanction dès ce mois-ci. Elle commencera par la sensibilisation, en affichant des notes sur les lieux concernés. Les véhicules des récidivistes seront mis en fourrière.La CUA a commencé à implanter ces plots depuis 2016. Cela a créé le mécontentement du côté d’Amba­tonakanga. Les plots y ont été rasés fin août, trois mois après leur installation.Les parkings sont défail­lants dans la ville d’Antana­narivo, autant au centre-ville que dans les autres quartiers de la commune. Un projet d’extension des parkings payants serait en étude. Ce projet ne va pas résoudre définitivement ce problème de stationnement, selon une source auprès de la CUA.

M.R.

Midi Madagasikara1 partages

Pêche illicite dans l’espace Océan Indien : Des infractions majeures sanctionnées

La patrouille a accueilli, pour la première fois, une majorité de femmes-inspecteurs. Photo COI.

Après 19 jours en mer, le patrouilleur des affaires maritimes OSIRIS est rentré au port de La Réunion avant-hier, 15 novembre, au terme d’une mission régionale – la 52e  du genre – dont les résultats sont plus que satisfaisants.

Un boutre avec cinq pirogues, surpris en pleine activité de pêche illégale par le patrouilleur OSIRIS, en transit dans la ZEE malgache dans le cadre de sa dernière mission en mer. Le Centre de surveillance des pêches de Madagascar, en contact avec le patrouilleur, a ordonné à ce navire de quitter les lieux. Un autre palangrier seychellois appartenant à un armateur taïwanais, dérouté vers Mahé après un constat de pêche non déclarée de 729 kg d’ailerons de requins, l’équivalent de 14,5 tonnes de requins. Les autorités seychelloises ont pris le relai suite à la notification de l’infraction et une amende de 50 000 € a été dressée au contrevenant. Un refus de contrôle par un palangrier chinois en ZEE seychelloise, sanctionné…

Tous ces faits sont à mettre à l’actif du patrouilleur des affaires maritimes OSIRIS dans le cadre d’une mission régionale de 19 jours dans les zones des Comores, Madagascar, France (La Réunion), Seychelles et Tanzanie. Une mission entrant dans le cadre du Plan régional de surveillance des pêches (PRSP) de la Commission de l’Océan Indien (COI) et au cours de laquelle des infractions majeures ont été constatées par l’équipe d’inspection régionale. Les quatre inspections réalisées ont abouti, entre autres, au déroutement de deux navires de pêche portant le pavillon des pays de la région.

Rôle majeur. Cette patrouille maritime a été combinée avec deux patrouilles aériennes effectuées par un avion de la République de Maurice parti de la Tanzanie pour détecter d’éventuels navires en action de pêche illégale. A cela s’ajoute l’analyse des données AIS (Automatic Identification System) effectuée par le CROSS Réunion, en complément du suivi par satellite des navires de pêche. Rappelons que l’OSIRIS est le patrouilleur maritime qui a commencé la première mission régionale de la COI en 2007. Il a à son actif près de 422 jours en mer sur le compte de la surveillance régionale. L’OSIRIS a joué un rôle majeur dans la conservation de la ressource thonière, dans le combat contre la pêche illicite, non déclarée et non règlementée (INN), dans la surveillance des mers australes et la protection de la biodiversité.  Il pourrait être à nouveau mis à contribution pour une mission régionale en 2018 avant qu’il ne soit retiré de la flotte de surveillance.

PRSP. Quant au PRSP dans le cadre duquel cette mission de l’OSIRIS a été menée, il s’agit un mécanisme régional de la Commission de l’Océan Indien fondé en 2007 et cofinancé par l’Union européenne et les pays participants. En 2014, trois Etats côtiers (Kenya, Tanzanie, Mozambique) ont rejoint le PRSP, élargissant ainsi la zone de surveillance de 5,5 millions de km² à 6,4 millions de km². Le PRSP mutualise les moyens humains, matériels et financiers des huit pays participants pour protéger la ressource commune, de manière dissuasive et répressive. Second fournisseur de thon au niveau mondial, l’Océan Indien est particulièrement convoité par les opérateurs de pêche illégale : un poisson sur cinq est pêché illégalement, selon la FAO, soit une perte estimée à près de 400 millions de dollars. La protection de la ressource est donc une priorité pour les pays de la région.

Recueillis par Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Fitsaram-bahoaka : Jiolahy telo, matin’ny fokonolona

Miverina indray. Na dia teo aza ny ezaka nataon’ireo mpitandro filaminana sy ny fanjakana hanafoanana ny fitsaram-bahoaka dia manomboka miverina indray izao tato ho ato izay. Nihanirongatra tokoa mantsy tato anatin’ny fotoana vitsy izay ny tsy fandriampahelamana manerana ny Nosy. Hany ka tsy miandry intsony izay mpitandro filaminana ny olona, fa avy hatrany dia misambotra, midaroka sy mamono aloha, alohan’ny hanomezana azy ny tompon’andraikitra, raha tonga any. Ny vao haingana izao, dia ity nitranga tany Bealalana ity. Jiolahy telo avy nanafika tanana tao  Anjiameva, kaominina Ambatoriha-Atsinanana, no voasambotry ny fokonolona. Ary tsy namelan’ireto farany raha tsy maty namoy ny ainy mihitsy. Raha ny zava-nitranga, dia nisy trangam-panafihana mitam-piadiana tao amin’io tanana io, ny alin’ny talata lasa teo. Valo lahy ireo jiolahy tamin’io fotoana io, no sady nirongo basy. Vola mitentina eo amin’ny 19 tapitrisa ariary teo ho eo kosa no lasa. Nisy avy hatrany ny firaisan-kina teo amin’ireo fokonolona niezaka nikaroka ireto olon-dratsy ireto. Ny iray tamin’izy ireo no fantatra fa tadidin’ireo voatafika ka avy hatrany dia nosamborina, rehefa tazana teny amin’ny manodidina ihany. Noteren’ny fokonolona hilaza ny namany ity farany, ary dia nanondro olona roa. Nosamborina ireto farany, saingy nisy iray tamin’izy ireo no namaly ireo mpisambotra ka dia notaperin’izy ireo ny ainy. Nisy tamin’ireo fokonolona ihany koa no tsy nahatana intsony hatezerany ka nanjera izany tamin’ireto roa lahy hafa mbola velona. Tsy namelan’izy ireo ihany koa raha tsy tapitra tanteraka ny ain’ireto jiolahy ireto. Taorian’izay moa vao tonga tany an-toerana ireo tompon’andraikitra.  Na any amin’ny faritra na eto an-drenivohitra dia ahitana izay fitsaram-bahoaka  izay. Toy ny nitranga, tetsy 67ha vao andro vitsivitsy izay, raha nahatratra mpanendaka teo am-panaovana ny asa ratsiny ireo mponina. Niainga teo avokoa ny daroka sy ny vono, saingy soa ihany fa tsy tonga hatrany tamin’ny fanaperana ny ain’ity olon-dratsy ity izany. Nalaky nifompona moa ity farany ary nalefa tany amin’ny biraon’ny mpitandro filaminana nony avy teo.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

FES : Sortie de la cinquième promotion de jeunes journalistes

La cinquième promotion de jeunes journalistes avec leurs encadreurs. ( Photo Nary Ravonjy)

La Friedrich-Ebert-Stiftung (FES) réalise sa mission de promotion de la culture démocratique et de la relève et continue son appui aux jeunes journalistes. A cet effet, la sortie de la cinquième promotion de la formation des jeunes journalistes qui s’est tenue, hier, à l’hôtel Colbert et qui a été suivie également d’une conférence- débat portant sur le thème « Libertés, propriétés et éthique dans le Webjournalisme ». Avant la conférence-débat proprement dite, des explications ont été données sur ce qu’on entend par Webjournalisme ainsi que la différence entre blogueur et journaliste web. Ont été aussi abordés les risques encourus en publiant sur le Web et les infractions liées au journalisme. Sur ce dernier point, citons, entre autres, l’atteinte à la vie privée, l’atteinte au droit à l’image, l’incitation à la haine et le plagiat.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Football – Elections Analamanga : La messe est presque dite pour Tota Rakotoarimanana

Les six nouveaux présidents des sections de football d’Analamanga entourant le président Tota Henintsoa Rakotoarimanana (au centre).

On attendait une conférence de presse de la Ligue d’Analamanga, on avait eu droit à une démonstration de force du président sortant, Tota Henintsoa Rakotoarimanana, qui a déroulé le tapis rouge aux six nouveaux présidents des sections composant la ligue d’Analamanga. Dans le cadre douillet du Carlton qui plus est.

La messe est dite pour la reconduction de Tota Henintsoa Rakotoarimanana qui a convié la presse pour assister à cette déclaration des six présidents des sections d’Analamanga qui ont pris fait et cause pour lui.

Tota élu ? En clair et si ces présidents sont sincères, il n’y aura plus de raison d’attendre le verdict des urnes, car Tota serait élu avec une majorité absolue, car il reste à attendre le résultat des élections au niveau de la section Avaradrano. Le conditionnel est tout de même de rigueur car dans un monde où les coups bas sont monnaie courante, on peut s’attendre à tout.

Prudent, Tota invoque en tout cas le bon Dieu pour que tout aille au mieux pour lui permettre de briguer un troisième mandat qu’il affirme comme étant une nécessité pour parfaire sa politique de relève.

« Nous avons commencé à organiser des compétitions chez les jeunes en 2010, mais c’est en 2013 que nous avons pu mettre véritablement une compétition pour les moins de 13 ans et que si tout va pour le mieux, ces mêmes jeunes formeront l’équipe Espoirs dans deux ans et c’est en ce moment qu’on peut véritablement mesurer la portée de tous nos efforts », plaide Tota.

Changer son fusil d’épaule. Il met toutefois l’accent sur la nécessité d’un vent de changement pour mener à bien sa politique de développement du football. « Nous avons besoin d’un vent nouveau pour relever les défis et régner sans partage sur le football national avec ce que cela suppose de doublé Coupe et Championnat pour Analamanga ». Une situation qui n’est plus arrivée depuis ces dernières années avec la percée du football d’Itasy, mais aussi la remontée du football majungais. Autant de paramètres qui vont obliger Tota à changer son fusil d’épaule.

« Pour ce nouveau mandat, nous nous sommes fixés comme but de redorer le blason du football d’Analamanga tant au niveau des équipes seniors, hommes et dames, que chez les jeunes avec en ligne de mire une vaste campagne médiatique pour faire revenir le public », explique-t-il, précisant au passage que l’absence du public constitue un principal handicap tout comme l’absence d’un terrain propre à la ligue d’Analamanga, puisque celui de Mahamasina se loue à prix d’or.

Il n’oublie pas au passage de remercier la maire Lalao Ravalomanana qui a accepté pour que le siège de la Ligue d’Analamanga reste à Mahamasina contrairement aux affirmations de certains hommes de son entourage.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Fanafihana tetsy Andavamamba : Nisy olona roa hafa nosamborina omaly

Olona telo izany izao no efa eo am-pelan-tanan’ny polisy, taorian’ilay fandrobana amin’ny andro antoandro izay nitranga ny alatsinainy teo, tetsy Andavamamba. Ny iray dia ilay lehilahy izay azo ny andron’iny ihany, taorian’ny fijerena ny horonan-tsarimihetsiky ny « vidéo surveillance » tao amin’ilay toerana. Omaly indray, raha araka ny vaovao azo teo anivon’ny polisim-pirenena, dia nisy roa lahy hafa izay nosamborina. Ahiana ho nandray anjara mivantana tamin’ilay fanafihana izy ireo. Raha tsiahivina, dia amin’ny antoandro amin’ny 11 ora no nisy nanafika ny fivarotana iray, mpamongady eny Andavamamba, ilay hihazo an’Anosipatrana iny. Tsy voafaritra isa izy ireo fa tsy latsaky ny dimy kosa, raha ny filazan’ny olona. Notaterina tamin’ny gony ny vola nangalarina tao ary toa efa voafehin’ireo jiolahy tanteraka ny ora nisian’ny vola tao. Raha ny fantatra mantsy, dia vao avy nisy nanao « versement » tao amin’io toerana io. Fotoana fohy taorian’izay, dia ny jiolahy no naka izany, miampy izay vola rehetra maty hatramin’ny marain’andro. Amin’ity tranga ity, dia azo raisina ho lesona fa manampy betsaka ny toerana izay mahasarika ny jiolahy ny fampiasana ireny « vidéo surveillance » ireny.  Porofo mitohoka amin’ny tenda aloha izany voalohany indrindra, rehefa misy ny olona voasambotra. Manarak’izany, efa misy koa amin’izao fotoana ny teknolojia izay mampandre ny mpitandro ny filaminana, avy amin’ny alàlan’ny bokotra potserina fotsiny, rehefa misy ny fanafihana. Mila ampiasaina sy hararaotina ny teknolojia amin’izao vanim-potoana iainana izao na izany ho an’ny olon-tsotra na  ho an’ny mpitandro ny filaminana. Heverina aza fa , tokony handeha amin’izany ny fandresen-dahatra izay ataon’ny mpitandro ny filaminana rehefa miserasera amin’ny mpivarotra na ny toerana maro mety manintona ny mpanafika.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Education nationale : Interventions intensifiées du MPTDN dans la Capitale

Contribuer au développement de Madagascar à travers le renforcement du capital humain et l’amélioration de la capacité pour l’utilisation des technologies digitales. C’est l’un des objectifs martelés par le MPTDN (Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique) qui poursuit ses actions  sociales. Hier, des représentants de ce département ministériel, conduits par le directeur du Cabinet Rakotondrainibe Stéphane, ont procédé à l’octroi de kits scolaires pour les élèves des classes de 7e des EPP Soarano et Isotry. « Suivant la consigne du Président de la République, il est du devoir du Gouvernement de s’investir dans des actions sociales et de participer à l’amélioration du bien-être social de la population. Dans ce sens,  nous entreprenons ce genre d’action pour appuyer les écoliers, pour faire face à cette rentrée 2017-2018 », ont indiqué ces représentants du ministère.

Continuité. A noter que cette aide vient s’ajouter à celle déjà faite par le MPTDN à l’EPP Anatihazo Isotry au mois de septembre dernier. « Le MPTDN, prend à cœur l’appui aux parents d’élèves dans la préparation de la rentrée scolaire pour alléger les dépenses liées à la scolarisation. Chaque kit est composé de cartable, de cahiers, de crayons de couleurs et de règle. », a affirmé le directeur du cabinet du MPTDN. Pour les parents et éducateurs, ces fournitures encouragent davantage les élèves en classe d’examen. Il est à rappeler que tous les enfants du personnel du MPTDN dans toutes les régions ont également bénéficié d’un important  appui en fournitures scolaires pour cette nouvelle rentrée. En s’alignant à la déclaration du président Hery Rajaonarimampianina, les représentants du MPTDN soutiennent également que l’éducation n’est pas une propagande politique, car il s’agit d’un devoir de l’Etat envers les enfants malgaches qui sont l’avenir du pays.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Pétanque – Mini Masters : Bemiray optimiste !

Le staff dirigeant du club Bemiray avec de droite à gauche, Eric, Bena, Sisa et Vonjy. Un quatuor de poids en fait…

Tout va pour le mieux pour la suite à donner au Mini Masters de pétanque du club Bemiray qui entame ce jour, à Mahamasina, la troisième étape de ce concours qui en comporte six.

Un Mini Masters qui reste pourtant un grand événement, car constituant une première dans les annales de la pétanque malgache.

Comme chaque étape permet de qualifier huit triplettes, on aura au bout et à l’issue de six étapes un lot de 48 équipes qualifiées pour ce que Bemiray appelle la grande finale, l’équivalent du « Final Four des Masters » en France, mais avec une formule plus démocratique.

Chaque vendredi donc, une étape se tient à Mahamasina avec comme point fort l’arrivée des équipes de nos provinces. Ce qui augure évidemment des lendemains qui chantent pour Bemiray résolument optimiste, car c’est que ce club voulait.

Un concours à dimension nationale qui pourrait se parer plus tard de l’habit international pour peu que les organisateurs parviennent à avoir l’onction des férus de cette discipline.

Et sans comparer que ce qui est comparable, Bemiray estime aujourd’hui de la bouche de son président, Eric Rakotondralambo, qu’avec la bénédiction de la fédération malgache, il lui est possible de suivre les traces des Masters thaïlandais puisque les Masters en France sont d’un autre calibre avec l’aide des sponsors de poids dont Quaterback et Obut.

Mais Eric Rakotondralambo reconnaît que ce ne sera pas facile et qu’il faudrait faire la preuve pour quatre ou même plus de Mini Masters avant d’espérer inviter des équipes étrangères.

En clair, Bemiray aura intérêt à soigner son image et ce, à partir des étapes dont celle de ce jour à Mahamasina où il espère pouvoir franchir la barre de 30 triplettes participantes.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info0 partages

Financement de 10 millions d’Euros de l’UE pour l’amélioration du secteur d’exportation

Depuis quelques années, le secteur d’exportation malgache a connu un essor économique selon l’Ambassade de l’UE hier. La progression économique est le résultat de la hausse des quantités de marchandises envoyées sur le marché européen. Pourtant, il reste des marchandises malgaches refusées par l’UE. Ainsi, cette dernière dotera un financement de 10 millions d’Euros afin d’améliorer la qualité et la quantité des produits locaux destinés au marché européen.
D’après Antonio Benedito-Sanchez, Ambassade de l’UE, cet appui financier servira à améliorer le secteur d’exportation, la compétitivité et la qualité des produits malgaches. De son côté, Chabani Nourdine, ministre de Commerce d’affirmer qu’il est très important que les opérateurs économiques des secteurs privés soient au fait des négociations commerciales internationales et que ces derniers pourront en profiter des intérêts issus des accords économiques.
Madaplus.info0 partages

CRN : une plainte contre l’État pour des affaires de détournement de propriété publique

Tabera Randriamanantsoa et ses consorts ont déposé une plainte contre l’État auprès du Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO). À part l’affaire de la Villa Elizabeth du feu Zafy Albert, d’autres affaires de vente illicite des patrimoines publique ont été constatées.
Ces derniers temps, le CRN ou le Comité pour la Réconciliation Nationale aurait reçu plusieurs dossiers de ventes illicites des biens publics. A Vohémar, dans la Région SAVA, une île de refuge des aigles regorgeant des ressources naturelles auraient également étaient vendus, tandis que dans le Sud de l’île, une partie des plages du littoral serait devenue une propriété privée selon toujours le récit de Tabera Randriamanantsoa.
News Mada0 partages

MPTDN : hoavin’ny ankizy ny fanabeazana

Mandray anjara amin’ny fanatrarana ny tanjona « Fanabeazana niomerika ho an’ny rehetra » sy ny fanabeazana ankapobeny ny minisiteran’ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny fampiroboroboana ny niomerika (MPTDN). Nidina teny amin’ny sekoly EPP Soarano sy Isotry, omaly, ny talen’ny kabinetran’ny minisitera, Rakotondrainibe Stéphane, nanolotra fitaovam-pianarana ny mpianatra ao amin’ny kilasy fahafito, omaly, teny amin’ny sekoly EPP Soarano sy Isotry.

Fanampiny ho an’ireo kojakoja efa nomena ny EPP Anatihazo Isotry, ny volana septambra teo, ireto nomena ireto. Nambarany fa tsy ataon’ny MPTDN ambanin-javatra ny fanohanana ny ray aman-dreny hiatrehana ny fidiran’ny mpianatra sy hampihenana ny fandaniana. Nahitana kitapo, kahie, pensilihazo miloko ary fitsipika ireo fitaovana ireo. Ho an’ny ray aman-dreny, hanamora ny fiatrehan’ireo ankizy hiatrika fanadinana tokoa ny fanampiana toy izao. Nampitain’ny talen’ny kabinetra koa ny hafatra avy any amin’ny filoham-pirenena, milaza fa tsy fampielezan-kevitra velively ny fanabeazana, fa adidin’ny fanjakana ho an’ny ankizy Malagasy hoavin’ny firenena.

Njaka A.

News Mada0 partages

Federation Malagasy Motocyclisme : Klioba scooter efatra niditra ho mpikambana

Ho fanatsarana ny tontolon’ny taranja mekanika mandeha amin’ny kodiarana roa, nisy ireo klioba scooter nanaiky ny hiara-kiasa amin’ny federasiona malagasy misahana izany. Hotanterahina amin’ny taona 2018, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara.

Nambaran-dRazafindrakotohasina Solofoniaina (Dadou), filohan’ny federation malagasy motocyclisme (FMAM), nandritra ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety, tetsy amin’ny La Rotonde Besarety, omaly, fa nisy ireo klioba na scooter, nanaiky ny hanaraka ny rafitra ara-dalàna ka hiditra ho mpikambana ao anatin’ny federasiona. Anisan’ireny ny MCM Boeny, ny avy any Manakara, ry zareo avy any Toamasina ary ny eto Antananarivo. Nomarihiny fa tsy natokana ho an’ny moto cross irery araka ny nivoizan’ny sasany azy ihany ny FMAM fa misahana ireo mekanika rehetra mandeha amin’ny kodiarana roa. Noho izany, tsy ara-dalàna fa misandoka ny filazana fa misy ny federasiona scooter, araka ny nambaran’i Dadou.

Nohamafisiny fa ny 14 marsa 2014 no niforona ny federasiona ary manana ny « certificat de conformité » ary nahazo alalana mitondra ny laharana 015/14-MJS-SG, tamin’ny 30 may 2014. Araka izany, hanenjika sy hitory ireo olona mbola minia, manao izany ny federasiona. Na izany aza, nilaza ny filohan’ny federasiona fa tsy manakana ny fisian’ny fifaninanana, mihitsy ny tenany sy ny ekipan’ny federasiona fa tokony haka fahazoan-dalana ny klioba sy izay rehetra maniry ny hikarakara hazakazaka.

Nambaran’ireo klioba efatra, fa ny fahitan’izy ireo fa tsy mitombina ny fisian’ny federasiona scooter, no naha tapa-kevitra azy ireo hiditra ao anatin’ny federasiona, izay hany rafitra ara-dalàna.

Hapetraka ny fitsipika

Hisy komisiona hisahana manokana ny scooter, ao anatin’ny federasiona ka izy ireo no hametraka ny fitsipika ankapobeny,  hitondrana ny fifaninanana rehetra, ho azy ireo. Ireo klioba no ho mpikambana ao anatin’izany, saingy nomarihin’i Dadou tsara fa izay klioba manana ny fahazoan-dalàna ara-dalàna ihany no afaka miditra ao. Fantatra àry fa hotanterahina amin’ny taona 2018 ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madgaasikara. Marihina fa efa mpikambana ao anatin’ny federasiona iraisam-pirenena (FIM), ny federasiona malagasy. Izany indrindra no nahafahan’ny mpifaninana malagasy nandray anjara tamin’ireo fihaonana iraisam-pirenena, toy ny natao tany Gabon, ka nahazoana fandresena, ny tany Afrika Atsimo, ny tatsy La Réunin, ary ny tany Frantsa, farany teo.

Tsiahivina fa tapitra amin’ny herintaona ny taom-piasan’ny federasiona ankehitriny.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe : nankasitrahana izy efa-bavy

Zanaky ny kaominina Ambohimangakely ary mpilalaon’izy ireo, i Hasina. Iray tamin’ireo mpilalao nandrafitra ny ekipam-pirenena vehivavy, tsipy kanetibe, niatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, tany Sina, ny 9 ka hatramin’ny 12 novambra lasa teo izy. Raha tsiahivina, tompondaka lefitra isika ary nibata ny medaly volafotsy, tamin’ny fihaonana. Araka izany, nanolotra fisaorana sy fankasitrahana azy efatra mirahavavy, ahitana an’i Hasina, Mirana, Tita ary i Cicine, ny ben’ny Tanànan’Ambohimangakely, Andrianarison Naina,  omaly. Nambarany fa mendrika ny vokatra vitan’ny tovovavintsika, ka rariny raha hankasitrahana. Nomarihiny manokana i Hasina fa ohatra ho an’ny ankizy eny an-toerana. Tsiahivina fa tompondakan’i Madagasikara sady tompondakan’ny seksiona ary mbola tompondakan’ny ligin’Analamanga, taom-pilalaovana 2017 i Hasina. « Tsy nampoizinay ary nampihetsi-po tokoa  ny nataon’ny kaominina. Misaotra !« , hoy i Hasina. Nomarihin’izy ireo fa hiezaka ny hitazona ary hanatsara ny zava-bitany hatrany izy ireo.

Tompondaka

News Mada0 partages

Lahiantitra 60 taona ny iray… : jiolahy telo matin’ny fitsaram-bahoaka

Tsy niandry ny zandary na ny fitsarana ny fokonolona, tao Ambatoria Atsinanana, distrikan’i Bealanana. Nampiharin’izy ireo avy harany tamin’ireto telo lahy tratra nangalatra ireto ny fitsaram-bahoaka ka maty tsy tra-drano ireto farany.

Notafihin-jiolahy miisa sivy ny trano iray any amin’ny fokontany Anjiameva, kaominina Ambatoria Atsinanana, distrikan’i Bealanana, ka rehefa raikitra ny fanenjehan’ny fokonolona ireo olon-dratsy, tratra tamin’izany ny telo lahy, omaly. Voalaza fa lahiantitra 60 taona ny iray tamin’ireo.

Tsy natolotry ny fokonolona teny am-pelatanan’ny zandary anefa izy ireo fa niharan’ny hatezeram-bahoaka avy hatrany. Tsy nisy ny indrafo fa niharan’ny daroka hatramin’ny fatotra ary notaritarihin’ny fokonolona izy telo lahy ireo. Tsy namelan’ny olona raha tsy tapitra ny ainy, ary mbola navelan’ny olona teo an-tanàna ny fatiny. Nitohy nikaroka ireo jiolahy ambiny ny fokonolona taorian’izay.

Fantatra fa efa tonga tany an-toerana ny zandary ary nanao ny famotorana. Hatramin’ny omaly aloha, tsy mbola nisy ny olona nanaovana famotorana na nosamborina mikasika ity fitsaram-bahoaka ity. Voararan’ny lalàna ny fitsaram-bahoaka, ary misy hatrany famotorana mandeha rehefa miseho ny tranga tahaka izao. Olana anefa, tsy voafehy hatrany io tranga io ary miitatra amin’ny rotaka rehefa misy ny olona samborina. Tsy misy rahateo ny fanentanana momba ny fanarahan-dalàna, indrindra any amin’ny faritra any.

Vonona hiady amin’ny dahalo ny Zazamainty

Resaka asan-dahalo ihany, mijoro ny Zazamainty any amin’ny faritr’i Bongolava, any Maroharona, distrikan’i Tsiroanomandidy amin’izao fotoana izao. Mahatratra 500 ny isany, ka vehivavy ny 150 amin’ireo. Mitam-piadiana toy ny antsy lava sy kalaza izy ireo ary mivonona hiady amin’ny dahalo. Nisy ny fivoriana nataon’izy ireo tany an-toerana ary voalaza fa hiaro ny tanàna ary hanohitra ny asan-dahalo.

Tsy mbola mazava kosa anefa ny rafitra momba azy ireo raha ara-dalàna na eken’ny manampahefana ny fisian’ny Zazamainty. Ny toe-javatra tahaka izao, mety hitarika amin’ny ra mandriaka na koa fitsaram-bahoaka.

Yves S.

News Mada0 partages

Vangaindrano : vola sandoka 3 tapitrisa Ar saron’ny zandary

Nahasarona vola sandoka mitentina 3 tapitrisa Ar indray ny zandary tao Vangaindrano, afakomaly hariva. Tambajotrana andian-jatovo ampolony ireto tratran’ny zandary niaraka tamin’ny vola sandoka ireto. Araka ny fanazavan’ny zandary, olona teo an-tanàna ihany no nanome loharanom-baovao momba ny fisian’ireo tambajotrana mpanao vola sandoka ireto. Fantatra fa mivorivory amin’ny trano iray ry zalahy ireto ka nampiahiahy ny olona ny fihetsik’izy ireo. Sady toerana fivorian’izy ireo rehefa hanao asa ratsy ity toerana ity. Tsy vitan’izay fa sady fisotroana sy fidorohana zava-mahadomelina ihany koa.

Tonga haingana tao amin’ilay trano ny zandary rehefa avy nanao ny vela-pandrika rehetra mba hahafahana misambotra azy ireo. Tratran’ny zandary nandritra ny fisavana ireo vola sandoka antapitrisany. Mbola nahitana fonosana rongony sy toaka gasy koa tao amin’izy ireo niaraka tamin’ireo fitaovana fanamboarana vola sandoka.

Mitohy ny fanadihadiana ataon’ny zandary satria mbola misy olon-kafa karohina mpiray tsikombakomba amin’ireto tambajotrana mpanao vola sandoka ireto.

J.C

News Mada0 partages

Fisolokiana, fisandohana andraikitra… : kaomandà sandoka iray karohin’ny polisy

 Namoahan’ny polisy eo anivon’ny Surete Urbaine de Tananarive fampilazana fikarohana i Andrianaivo Ainatiana Raymond Danny teraka tamin’ny 09 jona 1978 tao Soavinandriana Itasy, zanak’i Andrianaivo Raymond sy Razanajafy Emilie. Karohin’ny polisy ary hadihadiana mahakasika ny fitondrana fitaovam-piadiana tsy nahazoana alalana sy fisandohana andraikitra ary fisolokiana ity lehilahy ity. Ny toerana nahitana azy farany, tao Analamahitsy tanàna. Milaza ity lehilahy ity fa mahatafavoaka entana ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ary misoloky olona maro ihany koa amin’ny resaka tany. Efa mahatratra hatramin’ny 130 tapitrisa Ar ny vola azony tamin’ireo olona nosolokiany. Marihina koa fa manao fanamiana miaramila foana izy amin’ny andavanandro ary misoloky ho kaomandà eo anivon’ny tafika. Efa nigadra tamin’ny resaka fisandohana andraikitra sy fisolokiana ihany koa izy teo aloha, saingy niverina nanohy ny asa ratsiny indray nony tafavoaka ny fonja.

Koa ho an’izay mahita ity lehilahy ity na manam-baovao momba azy dia aoka hampandre ny mpitandro filaminana akaiky na koa hiantso avy hatrany ny polisy avy eo anivon’ny Surete Urbaine de Tananarive amin’ny laharana telefaonina 034 49 130 32 na 034 02 130 32 na 034 05 998 47.

Jean Claude

News Mada0 partages

Lycée lehibe indrindra : nanome fitaovana ny LMA ny STAR

 Manana vina lavitra hampivelarana ny tontolon’ny fanabeazana koa ny orinasa Star. Anisan’ny nahazo tombondahiny amin’ny fanampian’ity orinasa mitandro ny fitiavam-pirenena ity ny Lycée Ampefiloha.

 

Efa maherin’ny 50 taona izao no nisian’ny Lycée Moderne d’Ampefiloha, fantatra amin’ny hoe LMA. Izy no lycée lehibe indrindra eto Madagasikara, satria manana kilasy 65, mpampianatra sy mpandraharaha miisa 220 ary mpianatra any amin’ny 3200 any isaky ny taom-pianarana, manomboka eo amin’ny kilasy faharoa hatramin’ny kilasy famaranana.Nisy ireo foto-drafitrasa vaovao naorina tao amin’ny LMA, toa ny laboratoara ho an’ny tenim-pirenena sy ny efitrano hoan’ny informatika, saingy tsy mbola manana fitaovana ireo.Noho izay indrindra no nahatonga ny STAR hanome dabilio sy seza mitentina 10 tapitrisa Ar, hampiasaina amin’ireo foto-drafitrasa vaovao ireo, sy hanoloana ihany koa ireo efa simba.“Kely ireo fanampiana ireo raha oharina amin’ny ezaka sy ny asan’ny mpampianatra sy ny mpandraharaha amin’ny fitarihana ireo mpianatra mankany amin’ny fahombiazana. Na izany aza, mahafaly anay hatrany ny manohana ireo tanora mpianatra, mba hahatongavany any amin’ny ho avy mamiratra kokoa”, hoy ny fanambaran’ny sekretera jeneralin’ny orinasa Star, Rabary Anna, nandritra ny fanolorana ireo fitaovana.Tsiahivina fa anisan’ireo mandranto fianarana ao amin’ny LMA ireo mpianatra avy amin’ny faritra sahirana, izay tsy mba manana fahafahana mikirakira ny informatika. Hanampy betsaka azy ireo ny fisokafan’ny toerana natokana ho an’izany ao amin’ny fianaran’izy ireo.

Zo ny Aina

Ino Vaovao0 partages

FANOMANANA NY FETIN’NY NOELY SY FARAN’NY TAONA : Hisava ireo entana amidy eny an-tsena ny eo anivo...

Ny fanomanana fety tahaka izao matetika no ahitana karazana entana amidy izay saika avy any ivelany avokoa ka manoloana izay dia ho hentitra amin’ny fisavana ny eo anivon’ny ministeran’ny fahasalamana.

Ireo karazana sakafo efa lany daty no tena atahorana hiparitaka mandritra ny fanomanana ka mba hisorohana izay mialoha dia hisy sampana manokana hiandraikitra izany eto an-drenivohitra, izay tsiahivina fa efa nanomboka tamin’ny fiandohan’ity herinandro ity. Marihana fa toy ny isan-taona izao dia manodidina ny valo arivo eo ireo karazan’entana azo jifaina izay efa nandalo fitiliana ara-dalàna. Izany hoe ny eo amin’ny lafiny ara-tsakafo mihitsy no tena atao fitsirihana be indrindra mandritra ny fidinana ifotony ataon’ireo olona efa voatendry hanatanteraka izany. Efa nametraka sazy henjana ho an’ireo olona mbola minia hivarotra izany sahady ny eo anivon’ity ministera ity ka tsy handefitra ireto farany ho an’izay tratra.

Tsara ho fantatra ihany koa fa anisany hanamarika ny andro iraisam-pirenena momba ny fampiroboroboana ny kalitaon’ireo sakafo ara-pahasalamana isika eto Madagasikara ka zava-dehibe maro hoentina hanatsarana izany no tena hodinihana amin’izany. Manomboka anio 17 novambra 2017 no hanombohana ny hetsika ka haharitra telo andro ao amin’ny lapan’ny kolontsaina Mahamasina ary azo atrehin’ny rehetra.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

DREN VAKINANKARATRA : Nampifamadihan’ny orinasa ny ...

Ka raha ny Epp any ambanivohitra no tokony hasiana fanamboarana dia nivadika tany amin’ny sekoly miorina eto an-drenivohitra Antsirabe indray izany.

Samy Fokontany Ambohipeno no anaran’ireo sekoly fanabeazana fototra ireo fa ny iray miorina ao amin’ny kaominina Ambonivohitra Antsirabe fa ny iray kosa miorina any amin’ny koaminina Ambanivohitra Vinaninkarena Antsirabe II. Tamin’iny taona lasa iny dia nitsidika ity sekoly miorina ao amin’ny fokontany Ambohipeno ao anatin’ny Kaominina ambanivohitr’i Vinaninkarena ity ny minsiteran’ny Fanabeazam-pirenena Rabary Paul. Niaiky ny tenany tamin’izay fotoana izay fa tsy zarizary tokoa ny fotodrafitrasa ianaran’ny kilonga madinika.

Tsy vitan’izany fa mbola tsy ampy handraisana ny mpianatra ny efitrano fianarana. Nanapa-kevitra tamin’izay fotoana izay ny Ministera fa handray an-tanana ny fanatsarana ny sekoly sy hanamboatra efitrano vaovao ka natao ny tolotr’asa. Orinasa iray eto anivon’ny kaominina ihany no nandrotsaka ny antontan-taratasy ilaina mikasika izay tolotr’asa izay saingy nolavin’ny minisitera izany fa izy ireo indray no nanolotra ny orinasa hanamboatra sy hanatsara ny sekoly. Amin’izao fotoana izao anefa dia sekoly hafa miorina ao amin’ny kaominina ambonivohitr’Antsirabe indray no namboarina fa tsy ilay efa novinavinain’ny Ministera.

Niandry vasoka fotsiny ny ray aman-drenin’ny mpianatra sy ny mpanabe ary ny ben’ny tanànan’ny Kaominina ambanivohitr’i Vinaninkarena Antsirabe. Nalefa teny anivon’ny sampandraharam-paritry ny fanabeazam-pirenena eto amin’ny faritra Vakinankaratra (DREN) ny fitarainana ka teo vao samy gaga ny rehetra. Tsy fantatr’ilay orinasa hanamboatra sy hanatsara ny sekoly akory ny toerana hiasany fa resak’olona no nahafantarany fa eto Antsirabe renivohitra no misy izany sekoly Ambohipeno izany. Amin’izao fotoana izao dia nandray ny andraikiny ny Dren Vakinankaratra ka nampiato avy hatrany ny asa fanamboarana ary noterena hanamboatra ny eny amin’ny Kaominina Vinaninkarena izy ireo. Olana ho an’ireto orinasa ireto anefa ny vola efa laniny tamin’ny fanamboara ilay sekoly iray.

Manahy ny tsy hahavitan’ny asa ara-dalàna sy araka ny tokony ho izy kosa ny ray aman-drenin’ny mpianatra sy ny lehiben’ny fokontany eny Ambohipeno kaominia Vinaninkarena !

Pounie

News Mada0 partages

Reforme des lois électorales : vers un coup de force institutionnel

Sous la pression de la société civile et des partis politiques quant à la publication publique des lois électorales et ce, conformément aux différentes consultations déjà entreprises, l’Exécutif ne semble pas aller dans ce sens en examinant hier lors du conseil de gouvernement et des ministres, trois textes portant sur le référendum, la présidentielle et les législatives.

Si l’Exécutif n’a pas encore officialisé le type de consultation populaire auquel les Malgaches participeront en premier l’année prochaine, il se prépare, toutefois, à toute éventualité qui n’aspire pas confiance à la société civile et notamment aux partis politiques.

A la lecture du communiqué du conseil de gouvernement de mardi dernier, trois avant-projets de loi ont fait l’objet de « débats en profondeur ». Il s’agit respectivement de l’avant-projet de loi organique relative au régime général électoral et du référendum, de l’avant-projet de loi organique relative à l’élection du Président de la République ainsi que l’avant-projet de loi organique relative à l’élection des députés de l’Assemblée nationale. Par ailleurs, ces trois textes ont été aussi discutés lors du conseil des ministres d’hier, en attendant leur passage devant le Parlement.

A cette allure, plus d’un se demande si l’Exécutif profite de la tenue de la session parlementaire pour faire passer sans amendement comme à l’accoutumée ces textes, au grand dam des autres parties prenantes qui ont été sollicitées et consultées pour apporter leurs propositions et recommandations. Du coup, d’aucuns s’attendent à des lois taillées sur mesure en faveur du régime au même titre que le nouveau code controversé de la communication.

Délai à respecter

Ces textes devront en tout cas passer devant le Parlement durant cette deuxième session ordinaire. Car, comme l’explique le juriste Sahondra Rabenarivo, le projet (ou proposition) de loi ne peut être voté qu’à l’expiration d’un délai de quinze jours après son dépôt. Sur ce point, les avant-projets de loi  (s’agissant d’une loi organique) doivent être soumis au parlement avant le 23 novembre pour permettre de respecter ce délai, en tenant compte du va-et-vient entre les deux chambres du Parlement.

Une vaine concertation !

La réforme du cadre légal des élections, fait actuellement l’objet d’un vif débat entre les acteurs politiques et le pouvoir. Et pour cause, les travaux de la commission consultative  initialement mise en place pour scruter de près les lacunes des textes électoraux n’ont pas été pris en compte par le comité interministériel présidé par le Chef du gouvernement. C’est d’ailleurs la principale raison de la mise en place, récemment, d’un comité de vigilance démocratique pour les élections. Celui-ci est composé de partis politiques et des organismes de la société civile.

Question de confiance

Dans la conclusion de ses travaux, la commission consultative avait en effet noté que « La nouvelle législation électorale malgache doit tout d’abord contribuer au rétablissement de la confiance (…) qui demeure la condition sine qua non d’un processus électoral fiable et accepté par tous ».

Sauf que, à la lecture des démarches de l’Exécutif, jusqu’ici, il semble que ce ne sera pas le cas. Pour parer à cette éventualité, le comité de vigilance récemment mis en place avait exigé à ce que ce texte soit mis à la disposition de la population qui est la seule détentrice du pouvoir démocratique. Le comité avait aussi « invité » la communauté internationale à soutenir ses efforts dans l’instauration de la vraie démocratie au pays.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Filankevitry ny minisitra : hanao amboletra amin’ny fitsapan-kevi-bahoaka ny fitondrana

 Hisisika hanao amboletra hanitsy lalàmpanorenana ny fitondrana Rajaonarimampianina. Anisan’ny nisongadina amin’ny filankevitry  ny governemanta,  omaly teny Mahazoarivo ny fanolorana ny volavolan-dalàna momba ny fifidianana faobe sy ny fitsapan-kevi-bahoaka, ialohavan’ny fanitsiana lalàmpanorenana. Eo koa  ny lalàna hifehy ny fifidianana filoham-pirenena  sy ny solombavambahoaka. Handalo ny filankevitry ny minisitra izany ary halefa eny amin’ny Antenimiera avy eo… Ho lany ho azy, tahaka ny tetibola teo.

Midika  izany fa tsy azo ihodivirana ny hikitihina ny lalàmpanorenana.  Anisan’izany ny momba ny resaka fokontany,  hanjonoana ny  vahoaka hifidy  izany  lalàmpanorenana izany. Hikitika andininy hafa koa  izy ireo satria efa milamina ny eny amin’ny Antenimierandoholona.  Efa eo an-tanan’ny HVM, amin’ny alalan’ny filohany,  Rakotovao Rivo ny lapan’Anosikely ka  hahafahany miantoka ny fitantanana ny firenena rehefa lasa  kandidà ny filoha amperinasa, Rajaonarimampianina.

 

Hailika tanteraka Ravalomanana sy  Rajoelina

Fa mety hoketrehina ao amin’ny fanitsiana lalàmpanorenana io  koa anefa ny fomba hanilihana an-dRavalomanana  sy  Rajoelina amin’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona ho avy.

Tsy hihemotra izany ny mpitondra. Nanambara ombieny ombieny anefa ny filoha fa misokatra ny adihevitra momba ny lalàmpanorenana. Tsy nisy akory anefa izany hatramin’izao fa mivonona  ny hanao tery vay  manta ho any amin’ny fitsapan-kevi-bahoaka izao izy ireo.

Etsy andaniny anefa, efa samy naneho  hevitra ny eo anivon’ny fiarahamonim-pirenena sy  ny mpanao  politika fa tsy mankasitraka  ary mitsipaka izany  tanteraka.

Tsy ankasitrahan’ny sehatra iraisam-pirenena

Tahaka  izany koa ny fianakaviambe  iraisam-pirenena. Tsy te hahalala afa-tsy  fifidianana filoham-pirenena izy ireo na amin’ny fomba fiteny diplaomatika aza  ny  nanehoan’izy  ireo hevitra. Efa tonga  teto  ny iraka manokan’ny Firenena mikambana (ONU),  Haile Menkerios, ny fiandohan’ny oktobra teo.  Niompana amin’ny  resaka fampihavanana sy fifidianana ary ny fitoniana politika ny diany teto . Tahaka izany koa ny nambaran’ny solontena  lefitry ny Pnud, Marie Dumond.  “Mifantoka amin’ny ffidianana filoham-pirenena ny fanampiana  ataonay fa tsy amin’ny fifidianana hafa na  fametrahana f anontaniana ny  vahoaka”, hoy izy. Tsy mifanalavitra amin’izany ny nambaran’ny Amerikanina, tamin’ny alalan’ny masoivohony, Robert Yamate. “Tsy azo atao ambanin-javatra ny fifidianana  filoham-pirenena. Fa eo  koa  ny fampihavanana sy ny fanisam-bahoaka”,  hoy izy. Anisan’ny efa naneho  hevitra koa ny Frankofonia  (OIF), tamin’ny alalan’ny Jly Siaka Sangare,  ny 11 oktobra teo nilaza fa  anton-diany teto ny fanomanana ny  fifidianana filoham-pirenena amin’ny 2018.

Midika izany fa hanao di-doha sy hametrapetraka ny paikadiny hanitsiana ny lalàmpanorenana ny mpitondra ary hanilika ireo heverin’izy  ireo fa ho mpifaninana matanjaka  aminy ?

Randria

News Mada0 partages

Fampandrosoana eny ifotony : ho azo tsy ho ela ny volan’ny kaominina sy ny sefo fokontany

 Nivaly ny hetehatan’ireo mpitantana eny ifotony.  Nampanantena  ny fitondrana fa hahazo ny anjara volany ny eny anivon’ny kaominina sy ny sefo fokontany. Anisan’ny niteraka  olana  sy nampimenomenona azy ireo  ny tsy nahazoana izany tanatin’ny volana na taona maromaro.

 

« Efa misy ny ezaka amin’ny handoavana ny  vola  fanampiana (subvention) ho an’ny kaominina. Anisan’izany ny fiaraha-miasa amin’ireo mpiara-miombona antoka ka  ho azo mialoha ny faran’ny taona ny vola rehetra  tany aloha tokony ho azy ireo sy ny an’ny  sefo fokontany”, hoy   ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana, omaly  tetsy Anosy. Nanokatra ny  atrikasa ho an’ireo ben’ny Tanàna ny tenany  ary nanolotra ny boky “I-gouvernance  locale”  (IGL) ahitana torolalana ho an’ireo kaominina. Anisan’ny hiofanana amin’ny alalan’izany fitaovana izany ny fijerena ny fihatsaran’ny fitantanana eny amin’ny kaominina. “Anisan’izany ny fahombizan’ny asa ho famaliana ny filàn’ny vahoaka. Ny tamberin’andraikitra sy fanaovana tatitra amin’ny vahoaka ny nampiasana ny volam- panjakana. Manampy  izany ny fampandraisana anjara ny daholobe amin’ny fampandrosoana. Eo koa ny mangarahara amin’ny fitantanana”, hoy ny eo anivon’ny Tahiry ho an’ny fampandrosoana ifotony (FDL).

Handrefesana  ny  fampandrosoana

Natao  hanampiana ireo ben’ny Tanàna  izany nefa koa hahafahan’ireo tompon’andraikitra sy mpiara-miombon’antoka manohana sy mijery ny  fampiharana izany. “Nomena fitaovana izy  ireo hahafahany mandrefy ny fampandrosoana eny ifotony. Tafiditra amin’ny dingana fametrahana ny fitsinjaram-pahefana izany  ka anisany ny ben’ny Tanàna. Kitro  ifaharan’ny fampandrosoana ny fitsinjaram-pahefana ka tokony  hitondra  ny anjara birikiny ny ben’ny Tanàna amin’ny adidy masina andrasan’ny vahoaka aminy” , hoy  ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana.

Anisan’ny hanampy ireo ben’ny Tanàna ity torolalana  ity handrefesana ny fitantanana. Tsy mitovy  rahateo ny  hafainganam-pandehan’ireo kaominina.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Boky “Vol à vif” : taorian’ny “Prix Ivoire”, hitety faritra maro any Frantsa

Tsy mitsanga-menatra ny Malagasy ary manana ny lazany hatrany ivelany any. Ny eo amin’ny tontolon’ny literatiora no tian-kambara eto. Johary Ravaloson, mpanoratra sy mpanonta boky ary mpahay lalàna; izy no nandrombaka ny loka voalohany, antsoina hoe “Prix Ivoire”.

Fifaninanana karakarain’ny fikambanana Akwaba Culture, any Abidjan, ny anolorana ny “Prix Ivoire”. Andiany faha-10 ny tamin’ity taona ity ary marihina fa ireo asa soratra amin’ny teny frantsay na frankofona avy amin’ireo mpanoratra aty Afrika no isafidiana amin’ity fifaninanana ity.

Notanterahina ny 11 novambra lasa teo ny lanonana fanolorana ny loka ho an’ireo mendrika indrindra tamin’izany. Ilay boky mitondra ny lohateny hoe “Vol à vif”, natontan’ny Dodo Vole, no nentin’i Johary Ravaloson nambabo ny fon’ny mpitsara, izay nahita fa miavaka sy “vaovao” ity asa soratra iray ity ary mendrika ny laharana voalohany. Raha fintinina, mitantara ny mahakasika ireo dahalo sy ny tranga manodidina izany ity boky ity.

Mihamidadasika hatrany ny sehatra hanehoan’i Johary Ravaloson ny asa sorany noho ny fahazoany loka toy izao. Fantatra, ohatra, fa anisan’ireo hasaina manokana amin’ny “Salon du livre et de la presse” any Genève izy, amin’ny taona ho avy. Mandra-piandry izany, mitohy hatrany ny diany, mandritra ity volana novambra ity ka hibahan-toerana amin’izany ny fihaonana amin’ny mpankafy boky.

Singanina amin’ireny ny hetsika « Festival des îles et des livres », any amin’ny faritra Grand Est (Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne), any Frantsa, manomboka rahampitso hatramin’ny 26 novambra. Mandritra ity « festival » ity, entina mitety toerana maro ny mpanoratra, izay nosinganina manokana. Tanjona ny hihaonan’izy ireo mivantana amin’ny mponina sy hifanakalo hevitra aminy.

Tsy vao izao akory i Johary Ravaloson no namiratra, tany ivelany tany, tamin’ny alalan’ireo asa sorany. Efa nandrombaka ny “Prix du livre insulaire”, tany Ouessant, izy tamin’ny taon-dasa ary tamin’ny alalan’ity boky “Vol à vif” ity koa.

Landy R.

News Mada0 partages

Hira vaovao, « cabaret » : mitohy ny dian-dry Fandrama

Fantatra izao fa hamoaka hira roa ny tarika Fandrama hiatrehana ny faran’ny taona. Ilay hira voalohany, hiresaka momba ny fitiavana. Ny faharoa kosa, « Bonne année », tahaka ny mahazatra hatramin’izay. Tolotra fanaon’ny tarika Fandrama ho an’ny mpankafy. Nomarihin’i Fandrama fa tamin’ny taona 2010 ihany no tsy nisy io « Bonne année » io vita rindrantsary satria tany Frantsa ny tarika. Ho an’ny taona 2018 kosa, hianoka anaty salegy mafana tanteraka ny mpitia zavakanto. Ho an’ilay hira voalohany kosa, hanana endrika « salegy accordéon ».

Ankoatra ny famokarana sanganasa vaovao, fantatra izao fa hanatanteraka « cabaret » eny amin’ny Jao’s Pub Ambohipo ny tarika Fandrama. Fotoana izay hanehoan-dry zareo ny fahaiza-mampihetsika sy mampitsinjaka ireo olona rehetra ho tonga eny an-toerana.

Fantatra rahateo fa manana traikefa matanjaka amin’ny fanentanana sy fanafanana hetsika sy lanonana ary « cabaret » tahaka izao ry Fandrama.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Oniversite Ravelojaona : Bodo, Rija… eny amin’ny Dôme

 Manomboka amin’ity faran’ny herinandro ity, hiverina tsikelikely amin’izay ireo seho ankalamanjana, eto an-dRenivohitra sy ny manodidina. Anisan’ny hiavaka amin’ny maro ny hotanterahina etsy amin’ny Dôme Ankorondrano, rahampitso tolakandro.

Manolotra « Rindrin-kira lehibe » ny oniversite FJKM Ravelojaona, ho fanohanana ny asa fampianarana sy fanabeazana izay sahaniny. Hanafana izany ny mpanakanto fanta-daza, miaraka amin’ireo antoko mpihira tsy zovina intsony eo amin’ny fitoriana ny Filazantsara an-kira.

Eo amin’ny sokajy voalohany, nasaina haneho ny talentany sy hamelombelona ny fanahin’ny mpanotrona i Bodo sy i Rija Ramanantoanina ary i Dadah Rabel, samy efa mpandray anjara matetika amina seho toy izao, ankoatra ny maha mpanao hiramadinika azy ireo.

Hifandimby hiaka-tsehatra ihany koa ny Hosana (FJKM Ambohijatovo Fitiavana), ny Koraita (FJKM Manarintsoa Finoana) ary ny Ampifitia (FJKM Isotry Fitiavana), izay samy antoko mpihira manana ny lazany. Araka izany, ny adidy ho vita, ny aim-panahy sy ny fahafinaretana ho azo, mandritra ity fampisehoana ity.

Landy R.

 

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY FIZAHANTANY MAMOAFADY : Tontosa ny fifanaovan-tsonia

Manoloana  izany dia any amin’ny fototra  no tena ilaina fiarovana sy fikolokoloana mba ho voahaja ny zo maha olona ny ankizy tsirairay, ka tsy hanahirana ny fananganana ny hoaviny.

Fikambanana iray lehibe manana ny maha izy azy eo amin’izay sehatry ny asa sosialy izay ny Ecpat (End Child Prostitution Asian Traffiking). Mifototra amin’ny fiarovana ny zo sy ny hasin’ny ankizy ity vondrona ity. Izany hoe ny fiarovana ny zo sy hasin’ny zaza latsaky ny 18 taona manoloana ny fizahantany mamoafady. Eo anatrehan’izany dia miara-miasa amin’ny minsitera maro izy mba hiako tsara any amin’ny vahoaka ny ezaka ataon’izy ireo, iray amin’ireny ny ministeran’ny fizahantany. 

Nisy àry, omaly, ny fifanaovan-tsonia fanavaozana ny fiaraha-miasan’ny Ecpat sy ny minisiteran’ny fizahantany. Nanatanteraka izany ny minisitry ny fizahantany sy ny Talen’ny Ecpat eto Madagasikara, natrehan’ny ny solotenan’ny Ecpat avy any Parisy. Izany fiaraha-miasa izany dia mifototra indrindra amin’ny ady atao amin’ny fizahantany mamoafady izay mihatra amin’ny zaza tsy ampy taona. Azo lazaina fa mahazo laka eto Madagasikara izy ity ankehitriny, ka ireo zaza tsy ampy taona no tena lasibatra amin’izany ka mahatonga ny Ecpat miady mafy amin’ny fiarovana ny zo sy ny hasin’ny zaza Malagasy, indrindra mba ho foana ny fanararaotana mamoafady mihatra amin’izy ireo.

Na eo aza anefa izany ezaka ataon’ny fikambanana Ecpat izany dia tompon’andraikitra ny tsirairay manoloana ny fiarovana ny zo sy ny hasin’ny tsirairay. Nambaran-dramatoa Andriamaro Annick, talen’ny Ecpat eto Madagasikara àry fa “tsara raha miara-mientana amin’ny ady atao amin’ny fiarovana ny zo sy ny hasin’ny ankizy ny tsirairay manoloana ny fizahantany mamoafady izay mihatra amin’izy ireny”. 

Miteraka ny fahasimban’ny hoaviny izany, hoy hatrany izy. Rehefa mahazo laka koa manko io sehatra iray io dia variana any ny ankizy ka tsy ho tompon’andraikitra amin’ny fiainany intsony ka tsy ho tafavoaka amin’ny fiainana sady tsy ho tompon’andraikitra ihany koa. Araka izany raha misy mahita herisetra mihatra amin’ny zaza, indrindra eo amin’ny tontolon’ny fizahantany dia tokony handray andraikitra ary tsy hisalasala amin’ny fampandrenesana ny tompon’andraikitra misahana izany, hoy izy namarana ny fanazavany.

Tahirisoa F.

Ino Vaovao0 partages

POLITIKA MALOTO : Ketrehin’ny mpitondra ho olon’ny Hvm daholo ny filohan’ireo andrim-panjakana

Anaran’olona roa no mihodinkodina eny an-toerana amin’izao fotoana izao dia ny solombavambahoaka Milavonjy Philobert sy ny solombavam-bahoaka Randriarimalala John na i John Elite. Ireto farany no misy ketriketrehina ho eo amin’ny toeran’ny filoha ao amin’ny lapan’ny Antenimierampirenena, izy roa lahy ireto anefa dia iaraha-mahalala fa samy olon’ny Hvm ary miara-dia amin’ny fitondrana mijoro ankehitriny avokoa. Miseho masoandro ary tsy takona afenina intsony ny politika maloton’ny fitondram-panjakana ankehitriny, izay mampiharihary fa tian’izy ireo hofehezina ho eo ambaniny avokoa ireo andrim-panjakana roa tonta ireo mba ahafahan’izy ireo mifehy ny fahefana fara-tampony eto amin’ny tany sy firenena.

Araka ny loharanom-baovao voaray dia efa ny 75 isa tamin’ireo Depiote amin’ny 151 isa no nanao sonia manaiky an’io fanalàna an’i Jean Max Rakotomamonjy amin’ny toerany io. Raha atao ny kajikajy tsotsotra dia efa mirona amin’ny fialan’i i Jean Max Rakotomamonjy ny raharaha, ka hahatonga ireo olon’ny Hvm ho lasa filohan’ny Antenimierampirenena eny Tsimbazaza. 

Tahaka ireny kajikajy politika tamin’ny nanendrena an’i Rivo Rakotovao ho lasa loholon’i Madagasikara ireny, ka niafara tamin’ny fahalasan’ity farany ho filoha ao amin’ny Lapa maitso Anosy, dia azo eritreretina ihany koa fa tsy maintsy ho tonga amin’izay tanjona kendreny ny Hvm amin’ity fanoloana ny filohan’ny antenimierampirenena ity. Manoloana ny zava-misy ankehitriny dia maro amin’ireo olom-pirenena mpanara-baovao ihany koa ny manahy amin’ny fanoloana ny Praiminisitra lehiben’ny governemanta. Ity farany dia ahiana hataon’ny Filoham-pirenena ho olony tena mahatoky sy akaiky azy.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO MMM : « Fanabadoana ny Malagasy ny fampitarazohana ny lalàna mifehy ny fifidianana »

Hentitra ireo mpikambana ao anatin’ity antoko ity raha nanao fanambarana izay nilazan’izy ireo fa tsy hitondra ho amin’ny filaminana mandritra  ny fiatrehana ny fifidianana ny endrika fanabadoana ny vahoaka malagasy izay ataon’ny mpitondra.Nisy ny famakafakana ny toe-draharaha politika nataon’ny teo anivon’ireo mpikambana ao anatin’ny birao maharitry ny antoko Malagasy Miara-Miainga.

Rehefa nivoaka ny tsoa-kevitra dia namoaka fanambaràna izy ireo, ny talata 15 novambra lasa teo. Anisany voarakitra tao anatin’ity farany ny mahakasika ny lalàm-pifidianana izay miteraka resabe amin’izao fotoana izao. Nambaran’ny antoko MMM tamin’izany fa iray feo amin’ireo antoko politika maro sy fiaraha-monim-pirenena ao anatin’ny CVDE na ny «  Comité de Vigilance Démocratique pour les élections  » sy ireo kaomity nandray anjara feno tamin’ilay fikaonan-doha am-bolana maro tamin’ny famolavolana ny lalàna mifehy ny fifidianana. 

Manoloana ny mbola fitarazoan’ny fivoahan’ny lalàm-pifidianana hatramin’izao dia efa maro tamin’ireo antoko politika no nitondra ny fanehoan-keviny, izay nilazan’izy ireo fa ahiana hiteraka ho any amin’ny tsy fisian’ny filaminana raha tsy ilay lalàna eken’ny rehetra no tanteraka eo. Nanatevin-daharana izany ihany koa ny antoko Malagasy Miara-Miainga izay nilazan’izy ireo tamin’ny fomba ofisialy tao anatin’ity fanambaràna navoakany fa tsy eken’izy velively izay tetika rehetra hoentina hamoahana tolo-dalàna hafa izay tsy mifanaraka amin’izay efa voahevitra niaraka tamin’ireo kaomity mpamolavola.

Nilaza ihany koa ity antoko tarihan’i Hajo Andrianainarivelo ity fa mahatsapa izy ireo fa ho very an-javony fotsiny ny ezaka  fikaonan-doha tsy nifanarahana teo anivon’ny kaomity mpamolavola, ka endrika sarisary zaritenany fotsiny ny fampivoriana taty aoriana satria nangatahan’andro ny kaomity iraisan’ny minisitera kanefa efa antomotra ny fotoam-pifidianana, araka ny voalaza tao anatin’ilay fanambaràna hatrany. Nilaza ny MMM fa tsy ho tanteraka mihitsy ny fitoniana eto amin’ny Firenena raha tsy tafapetraka amin’ny toerana ireo mpanohitra eny anivon’ny Antenimiera roa tonta izay inian’ny Filoham-pirenena tsy hotanterahina. 

« Tsy ny avonavona sy ny fanambaniana ary fanabadoana ny vahoaka malagasy toy izao ataon’ireo mpitondra ambony eto amin’ny tany sy ny fanjakana izao no fomba ahatongavana amin’ny fahatoniana hiatrehana ny fifidianana azo antoka  », hoy  hatrany ny voarakitra tao anatin’ilay fanambaràn’ny MMM.

Avotra Isaorana

News Mada0 partages

Moto : la commission scooter voit le jour

Le sujet planait dans l’air depuis un certain temps. C’est désormais officiel. La Fédération malgache de motocyclisme (FMAM) a décidé de mettre en place une commission scooter afin que les passionnés puissent prendre part à un championnat de Madagascar dans un cadre légal. L’annonce a été faite, hier, à la Rotonde Besarety, par les têtes pensantes au sein de la FMAM ainsi que le numéro un de la nouvelle commission. De bon augure pour les passionnés de scooter qui seront donc sous le feu des projecteurs à partir de la saison 2018.

D’après le président de la FMAM, Dadou Andrianjaka Razafindrakotohasina : «Plusieurs membres de différents clubs de passionnés de scooter d’Antananarivo et des autres régions ont soumis la proposition à la fédération. Ils ont exprimé leur désir d’intégrer la FMAM et j’en suis vraiment reconnaissant. D’où l’idée de créer une commission spéciale pour les passionnés de scooter. Et ce, en vue d’organiser un championnat de Madagascar dans les normes à partir de 2018. Rappelons que la FMAM, créée en 2014, est la seule entité légale qui régit toutes les compétitions de deux-roues à Madagascar».

Pour Dyrnès Razafindrakoto, membre de la commission scooter : «C’est un vœu qui se réalise car les passionnés de scooter ont déjà souhaité d’intégrer la fédération en vue de placer les courses de scooters dans un cadre légal. A partir de 2018, on aura un championnat dans les normes. Les pilotes auront un objectif précis et l’enjeu est de taille car le titre de champion de Madagascar est en jeu». Selon les responsables au sein de la FMAM, aucun autre organisme ne peut utiliser l’appellation officielle «Championnat de Madagascar» sous peine d’usage de faux. Par contre, toute entité peut organiser des courses de scooters à titre privée après avoir le feu vert de la fédération.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Open international : Aina Razanamaly à l’assaut de Johannesburg

La quête du sacre international bat son plein pour le badminton malgache.  A l’issue de l’Open international de Maurice où elle a affiché un taux de réussite de 66%,  Keman Randriamalala est  l’unique badiste malgache figurant dans le classement mondial. La badiste numéro 1 au niveau national, Aina Razanamaly, va tenter de lui emboiter le pas mais cette fois-ci, à l’Open international d’Afrique du Sud, du 7 au 10 décembre, à Johannesburg.

Une opportunité également pour elle de graver son nom dans la hiérarchie mondiale. Imbattable depuis 6 ans sur le plan national, la jeune badiste de 22 ans fera ses premiers pas dans l’un des plus grands tournois africains de la discipline.

Subventions

Le vice-président de la Fédération malgache de badminton, Claire Ratiazafy, a rappelé les dires du directeur du sport fédéral au niveau du ministère de tutelle, soulignant que «chaque discipline doit faire ses preuves pour pouvoir bénéficier des subventions du ministère de la Jeunesse et des sports».

A ce titre et, suite aux efforts déjà entrepris, sans oublier les résultats obtenus,  la Fédération malgache de badminton estime qu’elle mérite d’être soutenue. «Nous avons prouvé et prouverons encore notre engagement pour la promotion de la discipline», a-t-il poursuivi. Cette saison, le badminton malgache a montré aux yeux du monde de quoi il est capable à l’échelle internationale.

Naisa

 

News Mada0 partages

Marathon de Tana : la nouvelle date fixée

La 17e édition du Marathon international de Tana aura bel et bien lieu cette année à Antananarivo. Après la levée de l’interdiction générale des activités sportives par le ministère de la Jeunesse et des sports, World Trade Center Antananarivo a arrêté une nouvelle date pour la tenue de la compétition. Et ce sera le 3 décembre prochain.

D’après les informations émanant de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA), l’événement débutera le 2 décembre avec l’inauguration du Village marathon sur le parvis de l’Hôtel de ville, qui sera également le point de départ de toutes les courses au programme.

Le dimanche, place à la compétition proprement dite du marathon international d’une distance de 42, 195 km. Le départ se fera à 7 heures et 15 minutes après, la course de 10 km prendra le relais. Les autres courses suivront selon le timing établi.

Interrogés sur la présence ou non de coureurs étrangers, suite au report de la compétition, les organisateurs ont fait savoir que les invitations viennent d’être relancées.

Naisa

 

News Mada0 partages

Handicapes – soutiens de l’Etat : les impacts ne sont pas encore significatifs

La société civile a organisé hier au Solimotel Anosy, son séminaire annuel sur le respect des droits humains à Madagascar. En marge de la session, Josoa Robinson Radafiniantsoa, président de l’Union nationale des associations des handicapés de Madagascar (Unahm), non moins coordonnateur de projet au sein de la plateforme des Fédérations des personnes handicapées (FPH), a fait savoir que, « Malgré les efforts déployés par l’Etat ces derniers temps au profit des personnes handicapées, les impacts ne sont pas encore très significatifs ».

Selon ses dires, l’Etat devrait s’engager davantage sur trois points, à savoir le respect, la protection et l’application des droits des personnes handicapées, comme le fait de jouir le droit à l’éducation entre autres.

5% seulement de leur effectif ont du travail

Beaucoup de personnes handicapées ont la capacité de travailler, mais « Leur effectif ne dépasse pas les 5%, et 3% d’entre elles travaillent à leur propre compte », a déploré le président de l’Unahm. De souligner ensuite que celles qui ont eu la chance d’être embauchées sont encore exploitées, car leur salaire ne correspond pas à leur valeur. « Des chômeurs déguisés », a-t-il noté.

D’après les dernières statistiques de l’Unahm, 15,5% de la population malgache sont des personnes handicapées.

Sera R

 

News Mada0 partages

Stationnement sauvage : rappel à l’ordre de la CUA

Voir des voitures qui se garent n’importe où n’est pas un fait nouveau dans la capitale. La Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) entend renforcer les mesures de contrôle pour mettre fin à une telle gabegie.

Anarchisme. Des manquements au respect des lois régissant le stationnement des véhicules, aussi bien ceux des transports en commun que les voitures particulières ont été constatés ces derniers temps dans différents quartiers de la capitale. C’est ainsi que

la municipalité a tenu à rappeler  à l’ordre les contrevenants. Ce sujet figure parmi les trois points soulevés par le premier responsable de la Direction de transports et de la mobilité  urbaine (DTMU) en vue d’améliorer la circulation dans la capitale au sein de la CUA, Landy Raveloson, lors d’un point de presse organisé hier à l’Hôtel de ville à Analakely.

Ce rappel à l’ordre est destiné notamment aux habitués du stationnement sauvage, qui se placent n’importe où. Le fait que des trottoirs servent d’endroit pour garer des voitures dans différents quartiers en dit long sur cette mauvaise habitude.

« Pour maîtriser cette situation, la municipalité compte reprendre l’opération consistant à installer des plots pour empêcher les voitures d’encombrer les trottoirs », a soulevé le numéro un de la DTMU. Une telle opération, menée depuis l’an dernier dans quelques quartiers, sera de nouveau  effectuée dès le prochain mois, notamment à Ambatonilita, Isoraka, Ankazomanga, Tsaramasay, Antsakaviro et Ampandrana. Des sanctions attendront les récalcitrants, après une campagne de sensibilisation qui débutera dès la semaine prochaine.

Mis en garde spéciale envers les taximen

Cette mise en garde, vise à améliorer l’usage des parkings dans la capitale, notamment ceux dédiée aux taximen (254 places). A ce sujet, suite aux nombreuses plaintes déposées à la CUA face à la difficulté d’accéder aux stationnements dédiées aux taxis, la DTMU ne manque pas d’inciter les responsables de voir de près cette situation.

Une note s’y rapportant a été déjà diffusée dans toutes les « stations » pour interpeller les responsables  à mettre fin à toute sorte d’exclusion entre les taxis, quelle que soit leur conviction dans la mise en œuvre de la réforme sur le transport en commun, initiée par la CUA.

Toujours dans le même objectif, la municipalité organise ce samedi une deuxième rencontre avec les taxis professionnels, réunis au sein de l’association  des taximen VTM ou

« Vondron’ny taxi matihanina » pour discuter les manières de concrétiser les « Visites de conformité » à mettre en vigueur à partir de l’année prochaine. Les membres du VTM disposent déjà d’une ébauche de cahier des charges qu’ils vont proposer aux responsables de la CUA.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Malnutrition à Toliara : une affection qui traverse les siècles

Malgré une lutte menée contre la malnutrition depuis l’époque coloniale, cette affection nutritionnelle continue toujours de sévir, notamment dans l’Atsimo Andrefana.

«La malnutrition continue toujours de sévir à Toliara et le nombre de victimes ne cesse d’augmenter de jour en jour», a fait savoir Marie Ainjara Joséphine Ravaomalala, médecin en urgence pédiatrique du Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Antanambao Toliara.

Et elle de préciser que, «du temps du Pr. Randrianasolo, déjà parti en retraite, et du pédiatre Soanomena Valikara, jusqu’à maintenant où nous avons pris la relève, cela fait plus de 70 ans qu’on lutte contre cette affection dans la région, en particulier au sein du CHU d’Antanambao». Selon ses dires, la malnutrition sévère demeure toujours préoccupante.

Dominance de la diarrhée

En cette saison humide, la diarrhée suivie de vomissements, est la principale maladie qui frappe les enfants soignés à la pédiatrie du CHU d’Antanambao. Sur une vingtaine de consultations réalisées au moins par jour, presque la moitié souffre de cette maladie.

D’après le Dr Marie Ainjara Joséphine Ravaomalala, l’absence et l’insuffisance d’hygiène en sont les causes principales. A cela s’ajoute le peu de temps consacré par la mère aux soins de sa progéniture, étant trop occupée à la recherche de moyens pour nourrir la famille. De ce fait, les enfants sont laissés à la charge d’un tiers ou d’un proche qui, eux aussi, se trouvent démunis.

Après la diarrhée, il y a aussi l’infection des voies respiratoires à cause de la présence du «Tioka Atimo», un vent fort qui souffle actuellement dans cette partie de la Grande île.

Sensibilisation à outrance

Devant cette situation et à travers le soutien des Agents communautaires de santé (ACS), la pédiatre du CHU d’Antanambao lance un appel à sensibilisation  sur l’importance  de l’Eau, l’assainissement et l’hygiène (EAH).

Dans la foulée, le Dr Marie Ainjara Joséphine Ravaomalala a aussi noté l’insuffisance de personnel de santé dans son service ainsi que la vétusté des appareils dont plus de la moitié sont hors service. «Certains de ces appareils remontent à l’époque coloniale», a-t-elle déploré.

Sera R

 

News Mada0 partages

Ambohidratrimo : les paysans vendent à perte

Les agriculteurs du district d’Ambohidratrimo sont confrontés à des problèmes de débouchés actuellement. Les oignons sont ainsi bradés dans la commune rurale d’Avaratsena.

Les paysans déplorent l’impact négatif de l’inflation galopante dans leur quotidien par le déséquilibre de leur budget ménager. Faute de débouchés, ils doivent écouler leur production d’oignons à 500 ariary par kilogramme en moyenne, c’est-à-dire, à un prix plus bas que le kapoaka de riz blanc, à cause du monopole des collecteurs. Le maire de cette commune rurale de la région Analamanga  attire l’attention des opérateurs mais aussi des responsables étatiques à épauler ces agriculteurs dans la commercialisation de leurs produits pour redresser leurs conditions de vie.

Dans le même district, les planteurs de tomates de la commune de Mahitsy appellent le pouvoir à aiguiller des investisseurs vers leur localité, pour la mise en place d’unité de transformation des tomates qu’ils produisent à longueur d’année.

Manou

 

Madonline0 partages

Salon de l’Habitat: Vingt ans de soutien au secteur de la construction

Cela fait vingt ans que l’idée de lancer un salon de l’Habitat est née. Actuellement, l’agence Première Ligne organise la 19e édition du Salon international de l’Habitat, car comme l’a spécifié Michel Domenichini Ramiaramanana, le secteur de la construction et du BTP est «un secteur qu’il faut animer et soutenir au maximum », étant donné que «d’une manière générale, quand le secteur de la construction marche bien, ça sert de locomotive pour les autres secteurs ».

Durant quatre jours, du 16 au 19 novembre, une centaine d’exposants issus du secteur de la construction, de l’immobilier et de l’habitat sont réunis à Tanjombato en occupant l’équivalent de 500 stands sur quelques dizaines de milliers de mètres carrés d’espace d’exposition.

Le comité d’organisation du salon est convaincu qu’au fil des années, le Salon international de l’Habitat (SIH) est devenu le salon numéro 1 dans la région de l’Océan Indien.

« D’année en année, le Salon international de l’Habitat est devenu un événement qui n’a eu de cesse de progresser même dans les années difficiles que le pays a dû traverser. Cet événement est désormais le numéro 1 dans notre région.  Le salon de la Maison qui se déroule à La réunion dure, certes, 15 jours, mais pour le SIH nous avons un visitorat plus important », a soutenu Domenichini Ramiaramanana qui a joute que « la notoriété du Salon a largement dépassé les frontières de la Grande Ile ».

Les initiateurs du salon sont également convaincus que l’événement a eu un certain impact sur le secteur de la construction à Madagascar. « Pratiquement en 20 ans, la consommation de ciment à Madagascar dépasse dorénavant celle de La Réunion et de l’île Maurice », a affirmé Domenichini Ramiaramanana.

Comme chaque année, on peut remarquer à l’occasion du SIH la présence d’acteurs majeurs issus de toutes les activités et de toutes les branches de la chaîne BTP, pour ne citer que les architectes, les décorateurs, les promoteurs immobiliers, les équipementiers et les financiers qui pourraient soutenir les porteurs de projets etc.

News Mada0 partages

Jean-Baptiste Razafimamonjy : être archiviste est plus qu’une passion

Depuis plus de quarante ans jusqu’à ce jour, Jean-Baptiste Razafimamonjy est l’archiviste du groupe Mahaleo. Il possède tous les goodies, albums, photos, affiches du groupe depuis les années 70. Malgré sa maladie, il arrive encore actuellement à exercer ce métier.

A ses débuts, Jean-Baptiste Ramamonjy n’était qu’un simple fan du groupe. «Je les ai connus même avant 1972, lorsqu’ils étaient encore des lycéens», a-t-il annoncé. Ensuite, comme tous les fans, il a commencé à collectionner leurs photos sans oublier les affiches. Les objets qui lui tiennent à cœur parmi ces archives, sont les billets lors des concerts du groupe. «A chaque concert, je demande aux responsables de ne pas déchirer mon billet. Ainsi, sous leurs yeux, je le colle dans un cahier spécial», a-t-il raconté.

En 1991, avec l’aide des autres fans du groupe, Jean-Baptiste a créé le club de fans Mahaleo. «Ainsi, dans le cadre de la célébration de son 20e anniversaire, nous faisions partie des organisateurs. Nous étions devenus en quelque sorte les responsables administratifs du groupe. Et depuis, nous avons eu accès aux coulisses», a-t-il ajouté. Grâce à ses collections, il allait organiser une exposition spéciale à l’étranger, lors du 35e anniversaire du groupe.

Mahaleo avant tout

Jean-Baptiste Razafimamonjy possède  en fait des photos, des affiches depuis 1976, des cassettes, des CD, des articles de presse, des billets, des dépliants, des goodies, toutes les paroles des chansons… Par ailleurs, le métier d’archiviste exige de grands investissements de temps et d’argent. «Il y a eu un temps où j’étais en pleine dialyse mais dès que le traitement a pris fin, j’ai mis le cap sur Mahajanga pour assister à leur concert», a confié notre interlocuteur.

Bref, Jean-Baptiste Razafimamonjy a ce métier dans le sang. Il a aussi été archiviste à la présidentielle. «Et depuis ma retraite, en 2013,  je me consacre davantage à cette passion», a-t-il ajouté. Ainsi, des projets ont commencé à se mettre en place. «Nous avons eu l’idée de créer un musée privé ou encore d’instaurer une fondation, malheureusement, les membres du groupe n’ont pas tellement le temps de s’y consacrer», a expliqué l’archiviste. Actuellement, il projette de numériser tous les objets de collection.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Chronique : Mugabe s’invite dans l’histoire internationale

On ne va pas lui enlever ses mérites pour le rôle qu’il a assumé dans la lutte de libération du Zimbabwe. La considération d’estime qu’il a acquise dans toute l’Afrique lui donnant une stature sinon à l’égal au moins de dimension à peine inférieure à celle de Mandela, l’en a récompensé. Parallèlement on ne saurait faire l’impasse ni sur la régression du pays, ni sur les difficultés qui affament la population, ni sur le système dictatorial qui foule les droits des personnes : constat d’une réalité qui épingle la méthode de gouvernance à la fois qu’il sert à en dresser un bilan désastreux. Depuis pas mal de temps, Mugabe constitue une gêne pour ses pairs chefs d’état africains. Entre eux, ceux-ci jouent la solidarité. A parier qu’aucun d’entre eux n’est vraiment kleen, et qu’un pacte tacite les lie, interdisant à chacun de plonger le nez dans les affaires «particulières» puantes des autres. Petite musique au rythme d’hypocrisie sur laquelle dansent toutes sortes d’organisations de la dite communauté internationale. Chacune de celles-ci obéissent à la règle de rester sourdes aux jérémiades des populations qui crient leur douleur de vivre sous les bottes de régimes voleurs des richesses et violeurs des droits humains. Toutes ces organisations rivalisent pourtant à pousser des cris d’orfraie à la moindre apparition d’une menace sur la constitution. Plus nuancé que ça le cynisme de la communauté internationale : elle ferme les yeux sur les coups de serpe que peut porter sur la loi constitutionnelle n’importe quel pouvoir en place, seuls les coups qui déstabilisent le système l’incommodent. «Souffrez vos affameurs la gueule ouverte, mais pas touche au système constitutionnel». Ainsi les peuples entendent les ordres de la communauté internationale. Ici on se rappelle les muscles exhibés par les agents spéciaux  missionnés par la SADC et notamment d’un ministre Sud-Af qui ne s’était pas gêné à pousser de la voix et donner des ordres pour imposer leur «feuille de route». Aucune des têtes couronnées africaines n’ignorent ni les actes de gouvernance condamnables au compte de Mugabe et de sa clique, ni les souffrances qu’endurent les populations du Zimbabwe, mais le pays n’a pas été mis stricto sensu au ban de la communauté internationale, même si jouant les fines bouches les occidentaux réservent le statut d’indésirable à Mugabe.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : vanille et vanilline (2)

(Suite.)

La tôle manque, alors construisons des navires en bois, comme le fait l’Angleterre. Rien qu’en Cochinchine, il est possible de construire des navires à l’arsenal de Saïgon, aux chantiers des Messageries Fluviales, aux ateliers de construction mécanique de la Société de dragages de Mytho dont le directeur général, M. Dessoliers, est mobilisé en France.

En Annam, le port de Cam-Ranh, œuvre de l’actif marquis de Barthelemy, se prêterait également à la mise en chantier de bateaux de petit tonnage.

Madagascar, la Réunion, les Antilles, l’A. O. F., l’A. E. F., Cap Lopez en particulier, peuvent également construire des navires si le sous-secrétaire d’État aux transports maritimes, M. de Monzie, qui y paraît d’ailleurs résolu, demande à ces colonies de le faire.

Ainsi se créerait cette flotte marchande coloniale que nous réclamons depuis si longtemps avec tous les esprits avertis. Jamais elle ne fut plus nécessaire, jamais aussi l’occasion ne fut plus favorable pour doter nos possessions d’outre-mer des moyens de transport indispensables à leur développement.

Pour mieux faire toucher du doigt à nos lecteurs l’acuité de la crise des transports entre la métropole et nos lointains territoires, nous laisserons de côté les doléances de nos colons dont les produits sont encombrants et occupent une place considérable dans les cales des navires, pour ne nous occuper que des lamentations des planteurs de vanille dont les produits – tout le monde le sait – exigent le minimum de place à bord.

Or, la vanille elle-même de la Réunion, de Madagascar, des Antilles, de Tahiti, etc., ne peut être amenée en France, ou, si elle l’est, elle arrive avec une telle lenteur que les producteurs éprouvent de ce fait le plus sérieux préjudice !

Cependant, la vanille est une des cultures particulièrement précieuses de notre empire d’outre-mer ; de toute nécessité il faut la protéger, l’encourager.

Or, le croirait-on ? La rivale de la vanille, la vanilline, ce produit essentiellement boche contre lequel le Courrier Colonial mène depuis bientôt dix ans une inlassable campagne, a conservé chez nous tous ses débouchés d’avant-guerre.

(À suivre.)

Jean Peyraud.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : filalaovana aretina

Fantatra fa ny fahantrana dia anisan’ny antony mitarika ny tsy fisian’ny fandriampahalemana. Tsapa koa fa raha mbola toy izao fitavezavezana izao ny fomba fiady anoherana an-dRafahantrana dia mbola ho lava andro izy io. Ny tsy fahaiza-manao izany ady izany tsy manakana kosa ny fandraiketana ny ady amin’ireo jiolahy na tontakely na dahalo sy karazany hafa, izay samy olon-dratsy avokoa manangana vondrona sy mirongo fitaovam-piadiana, mampitombo ny fampihorohoroana noho ny fampisehoany hatrany fahasahiana tsy manam-petra sy habibiana tsy mahalala fady.

Resaka ka resaka fa raha momba ny vondron’olona sy tahirim-pitaovam-piadiana, moa misy ho sahy hifampitaha amin’ny Tafika ? Inona ary ny antony ahazoan’ireo olon-dratsy vahana toy izao ? Dia izy ireo indray anie tsy vitan’ny manani-bohitra fotsiny fa miseho azy ho tompon-daka tsy hay tohanana tonga manafika tobin’ny mpitandro filaminana ! Efa milaza loza, misikotra biby an-davaka. Biby kerisay angamba ny fiheveran’izy ireo ny fanjakana sy ny forongony toy ny Tafika. Any anie no mila kokoa ny fampiasana hery fa tsy amin’ny fitsitokotokoan’ny vahoaka izay tsy mitana fitaovam-piadiana fa miray hina fotsiny haneho ny tsy fankatoavany an’ity fanapahan-kevitra ity na an’itsy fomba faneriterena itsy, na ny fanaovana tandrevaka sy filibalibana eo amin’ny fampiasana ny volam-panjakana…

Araky ny lalàna tsy manana fahefana hirotsaka amin’

ny sehatry ny fiarovana fandriampahalemana iadidian’ny “police judiciaire” ny miaramila ao amin’ny Tafika.

Ity lelo mitarozaka ity anie tsy resaka sery intsony fa aretina efa ela nikiky. Tsy vitan’ny fitaizatezana intsony amin’ny sakamalaho fa mitaky fitsaboana mahery vaika. Atavezina fotsiny ao am-bala ve ilay vantotr’akoho lahy lazaina ho mpiady? Toy izany ireo Arivolahy an-dakazerina! Sanatria ve ho voky am-pitoerana fotsiny ? Sarin’ady aza foronina atao ho fanazarana azy ireo. Tonga amin’ilay fitenena hoe nitady toko ka sendra vato, na tsy misy maniry ny fidirana an’ady aza, na tsy fidiny aza tonga izao ny fotoana tokony hakana izany andraikitra izany. Tsy ny vahoaka midina an-dalabe no fahavalom-pirenena na tokony atao fanazarana ny hery fiarovana, ireo ny andian’olon-dratsy izay mendrika hosorana ny anaran-dratsy hoe fahavalo ka ilaina anangana ady tena izy. Fahasahiana pôlitika no hany andrasana.

Léo Raz

 

Tia Tanindranaza0 partages

BE VAOVAO

Mbola betsaka amin’ireo ankizy ao an-drenivohitr’i Mahajanga no tsy voasoratra anaty bokim-pianakaviana ny anarany.

 

Tovolahy iray nangalatra finday no saika matin’ny fitsaram-bahoaka omaly tany Tolagnaro. Raha ny vaovao azo, efa isan’andro ity tovolahy iray ity no manao ny hataony ary tsy mitsahatra ny misintona findain’olona na dia amin’ny andro antoandro aza.

 

Mampitaraina ny  fiarahamonina ny fisian’ireo 4-mi mitoby etsy sy eroa. Anisan’ny naharaisan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny ao amin’ny  fokontany Ankadifotsy, Ambodifilao, Analakely izay fantatra fa sady manao maloto  eny amin’ny toerana tsy tokony hanaovana izany no manakorontana sy mangalatra ihany koa. Antony nanosika ny kaominina  hanao fidinana ifotony nijery ny teny amin’ireo toerana ireo. Nambaran’ny  tompon’andraikitra  avy eo anivon’ny fari-piadidiana ny tanànan’Antananarivo Renivohitra fa voarara ny matory an-dalambe sy manao maloto eny rehetra eny.

 

Tafakatra 1.000 Ar ny kapoakam-bary ao Toliara. Ireo karazam-bary toy ny makalioka sy ny madrigal no tena voakasika. Vokany, betsaka amin’ireo mpanjifa no voatery mividy vary stock izay efa mananika ny 600 Ar ihany koa ny iray kapoaka ary manampy izany amin’ny alalan’ny hanikotrana.

 

-

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarovana ny ain’ny mpianatraNanolotra fitaovana ny Airtel

Mitohy hatrany ny ezaka tanterahin’ny orinasam-pifandraisana Airtel entina hampiroboroboana ny sehatry ny fampianarana eto amintsika.

  Taorian’ny nizaran’izy ireo Kits scolaires maimaimpoana dia nanolotra fitaovana hiarovana ny ain’ny mpianatra amin’ny fiampitana ny arabe toy ny  takelaka misy soratra STOP sy fanamiana hanaovan’ireo tompon’andraikitra ho ana sekoly ambaratonga fototra miisa 50  eto  an-drenivohitra izy ireo omaly. Tanjona ny hahafahana miaro ny ain’ireo mpianatra amin’ny lozam-pifamoivoizana, izay marihina fa tena mateti-pitranga  tokoa tato ho ato.  Tafiditra tao ny fanentanana sy fampianarana ny mpianatra sahady mba hahay hiaro tena rehefa miampita arabe.  Tena zava-dehibe loatra izao fanolorana fitaovana izao, hoy ny tale jeneralin’ny Airtel Maixent Bekangba satria ilana fahamailoana tanteraka ny fiampitana ny arabe, eny fa na ho an’ny olon-dehibe aza. Sambany moa no nanolotra fitaovana iarovana ny ain’ny mpianatra amin’ny fiampitana ny arabe tahaka izao ity orinasam-pifandraisana iray ity. Samy niaiky izao ezaka goavana nataon’ny Airtel ho fiarovana ny ankizy mpianatra izao ireo talen-tsekoly miisa 50 sy ireo ray aman-drenin’ny mpianatra niantefan’izany.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

BNI MadagascarHanampy ireo maniry hanana tany sy trano

Vonona hanampy ireo fianakaviana Malagasy maniry hanana trano ny banky BNI Madagascar. Anisan’ny antony manosika azy ireo ho mpanohana ofisialy ny “Salon de l’habitat”

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Salon de l’habitat 2017Omena toerana manokana ny asa tanana vita Malagasy

Nosokafana tamim-pomba ofisialy omaly eny amin’ny Forello Expo Tanjombato, haharitra efatra andro, ilay hetsika Salon de l’habitat karakarain’ny agence de communication la premiere ligne.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kalitaom-bokatra aty AfrikaLasa aloha ny Malagasy

Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy tetsy amin’ny hotely Carlton Anosy omaly ny atrikasam-panarenana mikasika ny fivoriana fahenin’ny komity fifanarahana ekonomika na ny APE sy ny atrikasa fanomanana ny fihaonambe faha-11

 an’ny rafitra iraisam-pirenena momba ny varotra na ny OMC izay samy tohanan’ny vondrona eoropeanina amin’ny alalan’ilay tetikasa Procom. Tanjona, raha ny fanazavana, ny hihazona sy hanamafy ny rafi-barotra misy eto hifandrindra amin’ny fenitry ny OMC.  Araka ny nambaran’ny minisitry ny varotra, Chabani Nourdine, dia lasa aloha ny Malagasy, raha kalitaom-bokatra ary betsaka ireo vokatra aondrantsika. Ny sehatry ny lamba no tena fanondrantsika eo amin’ny vondrona APE ka mitentina 986 tapitrisa euro no miditra raha 565 tapitrisa euro kosa no mivoaka. Misy moa ny tohana ho an’ny tantsaha izay mitentina 10 tapitrisa euro avy amin’ny vondrona eoropeanina ho amin’ny taona ho avy ary voakasika manokana ireo vokatra fanondrana mampalaza antsika, toy ny Lavanila sy ny Jirofo.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara mibahana lalan’ny mpandehaHo saziana amin’izay

Nampahatsiahy tetsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely omaly ny tale misahana ny fitaterana eo anivon’ny kaominin’Antananarivo, Landy Raveloson, fa misy ny fepetra tokony ho efa narahana hatry ny ela mikasika ny fifamoivoizana eto Antananarivo renivohitra na ho an’ny mpandeha an-tongotra io na ho an’ireo mpivarotra ary ireo mpitatitra.

 Nanome toerana tsy mialonjafy ho an’ny mpisehatra matihanina rehetra taxi ville sy taxi be ary tsy nanilika an’iza na iza ny CUA, hoy ny fanazavany, ary efa nisy naoty enti-mandamina naparitaka erak’ireo toeram-piantsonana. Niangavy ireo fiara tsotra tsy hijanona amin’ireny toerana voatokana ireny moa ity tomponandraikitra ity. Efa maro ireo fitarainana voaray ary nisy ny ezaka natao toy ny fametrahana Plot nanomboka ny taona 2016 sy ny fanomezana ny sisin’arabe ho an’ny mpandeha an-tongotra. Nezahina ihany koa ny nanome toerana voatokana ho an’ny mpivarotra na dia mbola tsy tena lavorary aza, hoy hatrany ny fanazavana. Manentana ireo fiara zatra miantsona amin’ny lalan’ny mpandeha an-tongotra aloha, noho izany, ny CUA mba hiala amin’io fomba ratsy fanaony io satria manosika ireo mpampiasa lalana hidina ety amin’ny arabe ka sady manelingelina ny fifamoivoizana no mety hampidi-doza. Entanina toy izany ihany koa ireo mpivarotra amoron-dalana. Hiezaka hanohy ny fametrahana ireo Plot moa ny CUA ary nampitandrina fa ho avy ny sazy ho an’izay mbola minia tsy manara-dalana. Hitohy moa ny fifampidinihan’ny eo anivon’ny CUA sy ireo mpitatitra momban’ny fitsirihana fampanaraham-penitra ho atao etsy amin’ny lapan’ny tanàna ny sabotsy izao manomboka amin’ny 2 ora tolakandro.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Aiza ny vahaolana ?

Mbola fampanantenana aloha no betsaka fa izay azo tsapain-tanana tsy misy manoloana ny famahana ny olam-bahoaka amin’izao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ivato – AmbohidratrimoNivaly ny hetahetan’ireo mpandray fisotroan-dronono

Hanokafana toerana fizarana fisotroan-drononon’ny zokiolona eny Ivato. Hanomboka amin’ny volana janoary 2018 izany raha ny fanazavan’ny ben’ny tanàna Randrianarisoa Penjy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vahiny tonga etoMila manaja ny soatoavintsika, hoy ny praiminisitra

Notontosaina tetsy amin’ny Carlton Anosy omaly ny atrikasa famaritana ilay antsoina hoe famantarana ny fandehan’ny fitantanana anatiny na IGL izay tohanan’ny rafitra alemana GIZ.

  Tanjona ao anatin’ny tetikasa, raha ny fanazavan’ny praiminisitra sady minisitry ny atitany, Solonandrasana Mahafaly Olivier, ny hametrahana ny antsoina hoe fitsinjaram-pahefana tena izy ka ezahana hampitoviana tantana ireo kaominina efa mandroso sy mbola marefo. Mizara 4 ny fenitra jerena, raha ny nambaran’ny tale mitantana ny FDL, Hanitra Raharinjatovo, dia ny famaliana ny filan’ny eny ifotony, ny tamberin’andraikitra hahalalan’ireo mponina ny lalan-ketrany sy ny fandraisan’anjaran’ny olom-pirenena amin’ny fampandrosoana ary ny fangaraharaham-pitantanana. Mikasika ny resaka firongatry ny fidiran’ireo vahiny eto amintsika kosa dia nanazava ny praiminisitra fa na isika koa aza mety misy manaotao foana rehefa tonga any an-tanin’olona any ary misy ny vahiny ilaintsika, toy ireo mpandraharaha sy mpizahatany. Ny takiana amin’izy ireny dia aoka izy hanaja ny lalàna misy eto sy ny soatoavintsika.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Vita ny tetezan’i FarahantsanaHamokatra herinaratra ihany koa

Notokanana omaly ny tetezana any Farahantsana Mahitsy izay mampitohy ny kaominina Ampanotokana sy Ambohimasina.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanHenoina fotsiny sisa

Mankasitraka anao hatrany aloha ry Jean mba mody miaro anay isan’andro amin’ny haino aman-jery hoe sahy miatrika ny sedra rehetra sady tsy matahotra vozongo aa !

  Izahay moa izany eto tsy mahita intsony izay azo atao fa henoina fotsiny sisa ny tatatatanareo sy ny rediredinareo. Mila manaja ny ribantsika izay vahiny mandalo eto ! Mila manaja ny dina eto amin’ny tanàna ! Raha jerena anefa ny fihetsikareo rehefa tonga eto ry zareo toa izay tsy ho lelafinareo eny aminy no manenina. Fomba fiteny ihany izany fa miala tsiny. Hitako hoe toy izay mihitsy ilay sary azo ampiasaina amin’ny zava-mitranga mantsy. Tsy vitan’ny vava be anie izy ity e  ! Ianareo indray ve moa no andeha hatoro an’izany ? Tsy haiko aloha izay mba fitiavanareo anay na lasan-ko vavany fotsiny koa na mba tena vokatry ny fonareo araka ny lazainareo isan’andro. Soa ihany fa na efa reraka sy tsy afa-mihetsika aza izahay dia mbola misy ny tody hiaro anay.

Marco  

Tia Tanindranaza0 partages

Ben’ny tanàna ambanivohitraMivondrona hifanohana sy hitaky ny zony feno

Betsaka ireo tsindry hazo lena mihatra amin’ ireo ben’ny tanàna eny anivon’ny kaominina ambanivohitra amin’izao.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2018Tsy tokony hijabahan’ny fanjakana

Mamboatra ny kajy politikany ny HVM ankehitriny ary anisan’ireny ny fifehezana ny andrim-panjakana.

 Mikasika ny fanendrena ilay loholona, amin’ny maha mpitondra fanjakana sy amin’ny maha HVM azy ireo dia izay no fiainany, izay no hitany. izay ny fomba fitondrany, izany hoe tsy manana olona ny HVM afa tsy i Rivo Rakotovao, hoy ny pasitera Edouard Tsarahame. Raha nanana olona izy, tsy iny no natao nitety ny minisitera rehetra hatramin’ny andrim-panjakana, hoy izy. Manome ny hevitray izahay satria efa akaiky ny fifidianana. Miresaka lalàmpanorenana isika, ary tsy voahaja indray izany. Iza ary no natao hanaja an’io ? Olona avy aiza no hantsointsika hanaja azy ? Ny ilana ny fifidianana dia handaminana ny tany. Hatreto, tsy nisy fifidianana izany ka nandamina ny firenena. Hentitra ny fanehoan-keviny nilaza fa tsy mendrika ny hitantana intsony izao fitondrana izao. Antomotra tokoa ny fifidianana, saingy mbola maro ireo zavatra mampanahy, toy ny hoe tena mahaleotena tanteraka ve ny Vaomiera misahana ny fifidianana na ny CENI, izay mbola mangataka izany ? Mazava ny tsy hanomezana ny tena fahaleovantenan’ity vaomiera ity, dia hahafahan’ny mpitondra mifehy azy na mitaky fifidianana mangarahara sy tsy misy fanilihana aza ny sehatra iraisam-pirenena. Miandry ny rehetra hoe mbola hisy zavatra hiova ve ato ho ato sa ho toy izao hatramin’ny farany ny rivotra politika iainana mandritra ny fifidianana ? Inona no hiseho mialoha sy mandritra ary aorian’izay ? Samy miandry izay ho figadony ny rehetra !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko TIM - AmbohimanarinaNitrotro am-bavaka ireo asa ho tanterahina

Fanompoam-pivavahana ho fisaorana sy fiderana an’Andriamanitra ary fametrahana ny asa rehetra tanterahina eny amin’ny Vohitr’Ambohimanarina Boriborintany faha-6 na an-tsaha na an-tanàna notarihan’ny mpitandrina Rabemanana Tojo no nisantarana an’ireo hetsika 5 ho tanterahan’ny TIM

 Ambohimanarina miaraka amin’ny depiote Rasoanoromalala Horaceteny amin’ny efitrano fisoratam-panambadian’ny Boriborintany faha VI Anosisoa Ambohimanarina ny faran’ny herinandro  lasa teo. Tao ny  hetsika fanokafana ofisialy ny fifaninanana « Fonenana Madio » miaraka amin’ny mpifaninana 45 avy amin’ny fokontany 31 ka nanolorana azyireo seau sy kifafa natolotr’i Rtoa Depiote hiatrehana izany . Hetsika faharoa ny fitondran’ny vehivavy niisa 30 avy amin’ny hetsika “Mitsinjo ny hoaviny” andiany faha-2 ny Boaty vilany tany hitehirizana vola hanatanterahana tetikasa efa voafaritra mialoha ka ny anjaran’ny depiote Horace amin’izany no nefainy tamin’io andron’ny sabotsy io. Hetsika faha-3 ny fanokafana indray ny fianarana “informatique” (bureautique sy dactylographie) maimaimpoana andiany faha-4 fanao isan-taona ka mpianatra 50 mianadahy no hisitraka izany.

Hetsika faha-4 dia ny fandraisana ireo vehivavy hianatra « Coupe Couture”  maimaimpoana andiany faha-3 efa nahazo « machine à coudre » natolotry ny ben’ny tanànan’Antananarivo-renivohitra, Lalao Ravalomanana.

Hetsika faha-5 farany dia ny fandraisana an’ireo vehivavy tanora na lehibe hanao Zumba Fitness hitaizana vatana.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Firaisamonim-pirenenaAtaovy mazava ny lalàm-pifidianana

Zava-dehibe ny firosoana amin’ny fifidianana saingy tsy zavatra hatatao fahatany ohatr’izao fa tsy maintsy mitaky zavatra betsaka, ary hajaina ny lalàmpanorenana, hoy ny Firaisamonim-pirenena tamin’ny alalan-dRandriamihavana.

 Nisy ny fanambarana niombonana tamin’ny SEFAFI (Sehatra Fanarahaha-maso ny Fiainam-pirenana) momba izany noho ny fahatsapana fa sarotiny amin’ny fanajana ny lalàmpanorenenana . Tokony efa mipetraka ny lalàm-pifidianana mba hahafahan’ny mpisehatra rehetra na mpandray anjara hiombona tanteraka, fa ny zavatra tapotapohina sy zavatra tsy mandeha amin’ny tokony ho izy, ny fiheveranay firaisamonim-pirenena dia misy kolikoly ao anatin’izay ary misy zavatra tsy mandeha araka ny tokony ho izy, arak any fanambarany. Izahay dia mangataka ny fanajana ny lalàmpanorenana satria mazava tsara fa 60 andro mialohan’ny fifidianana dia tokony hametra-pialana ny filoham-pirenena, ka izay fametraham-pialana izay dia efa mipetraka ny lalàm-pifidianana mazava hahafahan’ny mpiantsehatra rehetra hitovy zo amin’ny fifidianana izay atao, ary hitakiana ny volavolan-dalàna. Raha  jerena ny zavatra nisy teo tamin’ny lalàm-pifidianana teo aloha, izay nahitana fanovana dia niteraka fatiantoka be dia be sy korontana. Betsaka ny nanao fitarainana, ka ilana ny famoahana ny volavolan-dalàna mialohan’ny fotoana ary tsy atao mihafinafina. Mila zavatra mangarahara araka izany fa tsy ilaina ny ankinafinafina. Zavatra fahita eto amintsika rahateo ny mody fakan-kevitra, saingy efa mandeha any ambadimbadika any ny fikononkonona samirery, ka arakarakaraka ny tombotsoan’ny manokan’ny mpitondra no zavatra soratana, fa tsy izay nifanarahana. Efa nisy izany tamin’ny zavatra maro, raha tsy hilaza afatsy ny lalàna ny mifehy ny fifandraisana, izay hafa no nifanarahana ary hafa ny navoaka ho lalàna, ka tsy atao mahagaga raha mipetraka ny ahiahy isan-karazany amin’izao fotoana izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’i Betioky AtsimoMilamina noho ny fampiharana ny Dinabe

Taorian’ny fankatoavan’ny fanjakana ny Dinabe sy nampiharana azy tany aminay dia efa milamina ny fandriampahalemana any amin’ny distrikan’i Betioky Atsimo, hoy ny depiote avy any an-toerana,

 Andriamoratia Ludovic Edmond. Efa miverina amin’ny laoniny ankehitriny ny filaminan-tsain’ny mponina fa tsy misy hatahorana intsony ny fandriampahaleman’ny tanàna amin’ny alina. Efa miverina tsikelikely indray araka ny fahefa-mividiny ny fiompiana omby any an-toerana ary mandroso tsara ny fambolena isan-tokony. Ankasitrahana tanteraka ny nametrahana vondron-tafika ho an’ny Faritra Atsimo ao Ihosy, hoy ny depiote Ludovic Edmond. Tena nasongadiny mazava tsara  ny fankatoavan’ity solombavambahoaka ity ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny filazany fa diso ny filazana fa manao propagandy mialoha ny fotoana ny filoham-pirenena raha miroso amin’ny  fanaovana asa sosialy fanaony. Olona mankahala sy manasoketa fahatany ny mitsikera an’izany, hoy izy.

Tia Tanindranaza0 partages

Kintan’ny Fanatanjahantena Malagasy Rina Narindra Harimbola Randrianarisoa

Ny fanatanjahantena tsy misy fianarana dia zava-poana Kintan’ny fanatanjahantena Malagasy miaraka amintsika eto amin’ity pejy ity anio ny kalaza amin’ny filalaovana basikety baolina, Randriranarisoa Rina Narindra Harimbola fantatry ny maro amin’ny fiantsoana azy an-kianja hoe :

La Vérité0 partages

Séjour irrégulier à Madagascar - Les 12 Pakistanais regagneront leur pays ce jour

Après leur courte période de détention provisoire à Antanimora, les 12 Pakistanais incriminés pour séjour irrégulier au pays, mais avec possession de visas de tourisme, vont devoir regagner leur pays ce jour. C’est ce qu’a affirmé la police, hier. Cette dernière a expliqué que chacun d’eux a contacté sa famille au Pakistan qui leur a envoyé le billet retour. Autre mesure de répression, ils sont désormais interdits d’entrée sur le territoire malagasy.  Rappelons que ces individus ont commencé à faire parler d’eux et se faire remarquer dans les rues de la capitale avec leur comportement équivoque. S’ils se disaient donc touristes, ces étrangers, qui ne parlent ni le malagasy, ni le français arpentent les rues d’Analakely, notamment pour vendre des téléphones portables hi-tech.

 Non seulement, ces vendeurs à la sauvette fraîchement débarqués au pays n’ont donc l’autorisation d’y exercer aucune activité commerciale. Mais la plupart des produits   proposés s’avéraient généralement  faux. A preuve,  ils cassaient leurs  prix et écoulent un portable d’une valeur de 3 millions d’ariary pour le tiers seulement. Ce genre d’arnaque, puisqu’il s’en est agi d’une, a d’ailleurs valu une plainte d’un client dupé auprès de la gendarmerie. Et un Pakistanais fut placé en garde-à-vue à Betongolo. Depuis, ce fut  la goutte qui a fait déborder le vase. On a assisté à cette vague d’arrestations et presque tous ses compatriotes en situation irrégulière dans la capitale ont eu maille à partir avec les autorités malagasy. Néanmoins, il y a des failles au niveau des ministères concernés.  Pour se disculper, le ministère des Finances et du budget qui est traditionnellement chargé de régulariser la situation d’immigrants, voulant s’implanter au pays pour se consacrer à une quelconque activité professionnelle telle que la création d’entreprise, a rejeté les responsabilités à celui de la fonction publique ou celui du tourisme de ne pas bien veiller au grain  des dossiers de ces candidats à l’immigration. 

Franck Roland 

La Vérité0 partages

Madame, s’il vous plait !

Lors de la grand’messe du mercredi 15 novembre 2017 à Atsonjombe, la Première Dame de la République, Voahangy Rajaonarimampianina était absente. La « une » du journal du jeudi n’hésitait pas à  qualifier de « snoberie » le comportement. Dans les affiches de « publicité » ou d’encart dans les journaux, il a été bien stipulé, entre autre, « le couple présidentiel » ! Elle avait fait faux bond et laissait seul le Chef de l’Etat pour une attribution, normalement, dévouée à la « Mère de la Nation », assistée par les hauts responsables de l’Education Nationale, du fait qu’il s’agissait de distribuer des fournitures scolaires à certains élèves de la Capitale et environs. Sinon l’inverse, une tâche réservée aux agents du Men honorée par la présence de la première Dame, s’il le faudrait ! Pour sa part, le patron du Men peut, très bien, se faire déléguer aussi par les responsables au niveau des démembrements de l’Etat dans les Régions, les Districts, etc. On n’a jamais vu un Chef d’Etat patronnant la cérémonie de distribution de kits scolaires. Et encore, faire un discours, hautement ou…bassement, politique devant les enfants ! Un geste qui dépasse l’entendement. 

 

Pour en revenir au sujet qui nous turlupine autant, d’aucuns s’interrogent sur la résidence exacte de notre chère Première Dame. Les absences fréquentes lors des cérémonies officielles où sa présence est vivement sollicitée se font trop remarquer. Fallait-il souligner que la Première Dame malagasy dispose d’un Cabinet officiel ou public, spécialement affecté à son service, auprès de la Présidence. Qui dit Cabinet dit au moins trois points indissociables et nécessaires pour le faire tourner. Primo, un Cabinet est doté d’un budget propre à son fonctionnement et prévu dans la Loi des Finances. Secundo, un Cabinet est dirigé par un Directeur tout au moins un Chef. Tertio, un Cabinet est composé de membres, autrement dit, des conseillers. Un bon paquet d’hommes et de femmes, tous assimilés à l’échelle des fonctionnaires hors-catégorie, aux Hauts Emplois de l’Etat. Sans insister sur le personnel d’entretien et des agents de sécurité rapprochée. On n’a pas besoin d’un niveau intellectuel élevé pour comprendre les lourdes dépenses publiques fixes causées ainsi. Des charges, en sus, sur les épaules des misérables contribuables.  Madagascar, le dernier des pays les plus pauvres de la planète, peut-il se permettre le luxe de doter à la première Dame un Cabinet ? Michèle Obama, la First Lady d’un Etat le plus puissant du monde, n’avait pas eu ce privilège, en son temps. De même, Bernadette Chirac et bien d’autres !

Madame, s’il vous plait ! Les citoyens contribuables ont le droit de savoir sur l’utilisation des impôts qu’ils payent à la sueur de leurs fronts. En réalité, le fait d’avoir un cabinet n’est pas, en principe, forcément répréhensible si il est utilisé à bon escient.D’après les informations, dignes de foi, la première Dame ne résiderait pas à temps plein dans le pays, elle ferait la navette entre Tanà et Paris. Quel coût pour la minable Caisse de l’Etat représenterait-il le va-et-vient ? On s’apprête à nous rétorquer quelque part qu’il s’agit d’une vie privée de nos  dirigeants. Désolés pour eux, les citoyens contribuables ont le droit de savoir sur le train de vie nos princes.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Entreprise franche à Andraharo - Une centaine d’employés licenciés abusivement ?

Tension à Andraharo. 108 employés mécontents se sont hier attroupés à l’entrée de leur lieu de travail pour tenter d’avoir une rencontre avec leur patron. Ceci dans le but de demander des explications sur leur situation, notamment après le congé forcé, exigé par les employeurs de l’entreprise franche où ils travaillent depuis des années. « Mardi dernier en fin d’après-midi, ils nous ont fait part verbalement d’une compression de personnel faute de commandes. Ceci avant de nous imposer des congés illimités depuis le 15 novembre, du moins jusqu’à ce que la lettre déposée auprès de l’Inspection du travail soit validée », témoigne le porte-parole des employés congédiés. Ces derniers s’inquiètent sur leur sort, notamment concernant  le paiement de leur salaire du mois de novembre. « Nos droits de congé pourraient être expirés le temps de cette attente de la validation du licenciement. Les employeurs auraient dû nous avertir et œuvrer dans la sincerité, au lieu de nous faire ce genre de coup bas », se désole une employée, sous contrat depuis 11 ans. 

 

Confus, les personnels concernés par la compression ont demandé une audience auprès des employeurs pour en savoir plus, mais en vain. En effet, ils ont fait appel au syndicat « Fisemare » pour intervenir. « Les employeurs n’ont pas respecté les procédures inscrites dans l’article 25,26 et 27 du Code du travail concernant le congé et le licenciement des travailleurs. D’abord, le licenciement des employés sous contrat indeterminé doit se faire à l’écrit, et non verbalement. De plus, les employeurs auraient dû en parler au préalable au comité ou délégué du personnel. Celui-ci a toujours son mot à dire dans une telle situation, avant que les employeurs passent à l’acte. Bref, l’on peut dire qu’il s’agit d’un licenciement illégal et abusif », fait part la représentante dudit syndicat. Cette responsable et d’autres membres du Fisemare étaient présents sur les lieux hier matin en espérant décrocher une audience avec les patrons. Ils ont attendu plus de 3 heures mais au final, aucun rencontre ni dialogue n’a pu avoir lieu. « Nous allons passer à l’étape supérieure à partir de la semaine prochaine. L’inspection du travail sera la première entité interpellée, suivie par la Justice si besoin est », avance la responsable syndicale. Pour sa part, une source auprès de l’Inspection du travail nous a confié n’avoir reçu aucune lettre concernant cette affaire, du moins jusqu’à jeudi dernier. « Une fois une lettre ou une plainte déposée, nous allons contrôler de près la légalité de l’acte de l’employeur avant de trancher et d’intervenir, si besoin est », précise notre source. Affaire à suivre !

 Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Athlétisme- CAA - Nouvelle formule de compétition ajoutée au calendrier de championnat

L’Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) a décidé de réformer son système de qualification pour les Championnats du monde (à Doha en 2019) et les jeux Olympiques (à Tokyo en 2020), en créant des classements mondiaux, sur le modèle de l'ATP et de la WTA en tennis. C'est une petite révolution à laquelle la IAAF  a décidé de procéder. Jusqu'à présent, pour participer aux grands événements, les athlètes devaient réaliser des minima, établis chaque saison par l'IAAF. Désormais,« les classements mondiaux IAAF, qui entreront en vigueur en 2018, vont dicter l'ensemble du système de qualification des compétitions, dont les Mondiaux et les JO », a expliqué le président de l'IAAF, le Britannique Sébastian Coe, cité dans un communiqué de l'instance. Vu l’évolution de la situation au sein de la Confédération Africaine d’Athlétisme (CAA), cinq Régions  de la Confédération Africaine d'Athlétisme (CAA) essayent d'innover son système de compétitions en organisant des compétitions d'une journée. 

 

La région Afrique australe a dévoilé sa nouvelle formule de compétition, appelée série d'athlétisme CAA SR.  Ce système, lancé en 2018 en format d'une journée pour les juniors et seniors, sera accueilli à Maurice, au Zimbabwe, (24 février), au Botswana, en Afrique du Sud (28 mars) et en Zambie.

Pour l’Ile  Maurice, sa fédération incorporera sa version dans ses championnats nationaux pour les dates du 8 et 9 juin. Des confirmations de dates sont en attente pour le Botswana et du Zimbabwe, et CAA SR annoncera bientôt le calendrier finalisé de la série. « Nous réinventons notre région pour l'amener à de nouveaux sommets avec une restructuration fondamentale pour les jeunes, les juniors et les zones d'élite », a déclaré le président de la CAA, Moses Bantsi dans un communiqué de la CAA.  « Cela fait suite aux réunions des Etats membres lors des Jeux Olympiques à Rio, lors du championnat du Monde de Londres, au Congrès CAA de Rabat et aux organisateurs de la compétition Réunion à Johannesburg la semaine dernière, où nous avons convenu collectivement d'une nouvelle approche pour prendre notre sport dans la région du Sud à un nouveau niveau », a-t-il ajouté. Une occasion pour la Fédération malgache d’athlétisme (FMA) d’inclure une de ces compétitions dans son programme d'activité pour la saison 2018. Cela afin d'améliorer le niveau technique des athlètes.

Recueillis par E.F.

Madagascar Tribune0 partages

Le collectif Tany demande des précisions

« Un grand nombre de ZES créées ne sera pas un signe de « développement » du pays et de la population malgaches. L’expérience des autres pays dont s’est inspiré le projet de loi a aussi montré que toutes les ZES n’ont pas apporté les bienfaits escomptés. Et dans tous les cas, le lien de cause à effet entre la création de ZES et le développement n’est ni automatique ni « magique » mais résulte de stratégies et méthodes de travail rigoureuses de la part des responsables du pays. Face aux nombreuses exonérations de taxes et impôts mentionnées, les avantages économiques attendus pour l’Etat d’une part, pour la population de l’autre devraient être mieux explicités dans la loi. ». Une remarque pertinente qu’a faite le Collectif Tany dans une « Adresse au sénateurs » après que l’Assemblée Nationale ait fait passer le projet de loi sur les Zones économiques spéciales (ZES) sans aucun amendement. Aussi, il serait primordial que des précisions soient apportées à cette loi lorsqu’elle sera présentée à la Chambre haute du parlement. La première concerne l’octroi de terrain aux investisseurs dans les ZES afin de protéger les intérêts et les droits des communautés locales où s’implanteront les ZES. L’article 6 du projet de loi précise que « la surface minimale d’une ZES sera fixée par voie réglementaire ». Selon le Collectif TANY, la précision d’une surface maximale à ne pas dépasser est aussi primordiale pour ne pas priver les familles malgaches et les générations futures des biens communs que sont les terres de l’Etat, pour d’autres projets. « Le cas du Parc d’Ehoala qui rencontre des difficultés depuis plusieurs années à trouver des investisseurs pour travailler dans la zone malgré toutes les facilités accordées nous amène à proposer la superficie de 450 ha supérieure à celle de ce Parc comme surface maximale. Cette surface maximale devrait apparaître dans la loi pour que son respect fasse partie de la réglementation. La superficie totale maximale à accorder à l’ensemble de toutes les ZES devrait également être fixée par la loi » précise le collectif. Outre cela, le prix d’achat des terrains aux communautés locales ou le montant des indemnités qui leurs seront dues en cas d’expropriation pour utilité publique devrait être mentionné dans la loi. Ces mesures devraient être prises pour assurer un développement partagé et en ce sens garantir le développement au profit de la population malgache.

Suivi et sanctions

L’Etat devra également jouer la transparence dans les revenus acquis à travers les ZES, comme ce qui est déjà de mise en ce qui concerne les sociétés minières à travers l’EITI ou Initiative pour la transparence dans les industries extractives. Cela sera « nécessaire pour prouver aux citoyens la réalité et le montant de l’apport des ZES, ainsi que l’utilisation qui est faite des sommes ainsi obtenues. ». Outre cela, la mise en place d’une autorité indépendante composée par la société civile devrait être instituée par la loi. Une autorité qui s’assurera du contrôle et de l’évaluation, du respect du programme de développement et du calendrier et des obligations financières des activités au sein des ZES. Des dispositions à insérer dans la convention prévue par l’article 26 de la loi. Notons que cet article 26 dispose que la convention du développeur précise « une disposition autorisant le développement et/ou l’exploitation d’une ZES ; les limites physiques exactes de la ZES ; la nature des activités exercées par le développeur ZES ; la durée de la convention de développeur et ses modalités de renouvellement ; les droits fonciers exercés par développeur dans la ZES ; les termes et conditions régissant la création, le développement, l’exploitation et l’entretien de la ZES, y compris les exclusivités ou monopoles accordés au développeur ; les rapports du développeur avec ses sous-traitants ; les modalités de limitation et d’exonération des responsabilités contractuelles du développeur ». Le collectif Tany propose également d’autres dispositions telles qu’une évaluation-bilan systématique dans tous les domaines après la création de 4 ZES et avant l’ouverture d’une série de 4 nouvelles zones. « Les différents types d’infractions et de sanctions liées aux conventions et les délits qui peuvent amener le non-renouvellement de la concession gagneraient à être précisés davantage dans l’article 113, dans un but préventif. »

L'express de Madagascar0 partages

Edgard Razafindravahy – «La bonne gouvernance constitue un choix délibéré»

Les débats stériles ont peu d’impacts sur le quotidien de la population. Les élections, la santé publique, l’inflation ou tout autre sujet brûlant reposent sur la bonne gouvernance impliquant tout un chacun.

Clair. Le parti Antoka sy dinan’ny Nosy/Arche de la nation (ADN) affirme la nécessité de la participation de tous pour le développement de Madagascar. Lors de son interview à la radio Antsiva hier, Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti ADN, a souligné l’importance de la bonne gouvernan­ce pour le progrès du pays.Ce thème a été discuté à Johannesburg pendant le 199e meeting du comité exécutif de l’Internationale Libérale auquel Edgard Razafindravahy a participé vers la fin du mois d’octobre. Les échanges pendant cette réunion ont fait ressortir que la bonne gouvernance avait contribué au développement de plusieurs pays et il appartient aux Malgaches de choisir sa voie.Le parti ADN pense local mais agit de façon globale. Dans le local, le parti ADN est à l’écoute du peuple à travers ses multiples déplacements même dans les zones enclavées. Des fokontany à l’échelle régionale, des contrats sociaux dinam-piarahamonina ont été érigés suite à diverses consultations et réflexions avec les acteurs à la base. Tout récemment, le parti a marqué sa rentrée politique à travers la grande marche pour la refondation à Ambongamarina Anjozorobe. Ces expériences visent la refondation de la Nation à travers le federalisma sahaza et servent d’arguments pour asseoir la notoriété du parti au niveau international. Ainsi, le parti ADN est, désor­mais, membre à part entière de la grande famille de l’International Libéral, un regroupement des libéraux du monde entier. Une marque de confiance à tel point que le chef de file du parti a été choisi parmi les vingt-deux membres constituant le comité de la défense des Droits de l’Homme au sein de cette grande organisation.Dans son intervention à la radio Antsiva, Edgard Razafindravahy a insisté sur la nécessité de la refondation de la Nation. « Le monde est en pleine mutation. Ainsi, la façon de faire de la politique aussi doit suivre ce changement », affirme-t-il. Pour illustrer ses propos, il a pris l’exemple du mouvement La République en marche qui a reconfiguré totalement l’échi­quier politique en France. Cela permet l’apaisement et la stabilité politique.

TransparenceÀ Madagascar, la bonne gouvernance est un choix possible et faisable. « La bonne gouvernance veut dire servir et partager le meilleur de soi-même au lieu d’attendre et se servir. Elle traduit la volonté des dirigeants, des fonctionnaires, des magistrats, de la société civile,… et le peuple en général de refuser la corruption, de promouvoir le développement, d’agir dans la droiture et le respect. C’est un choix possible d’autant que le parti ADN a développé une stratégie pour y arriver», a-t-il continué.La révision du cadre juridique des élections alimente les débats depuis quelques semaines. Dans son intervention, et dans le respect du principe de la professionnalisation de la politique, le parti ADN à travers son chef de file national, Edgard Razafindravahy, plaide pour la transparence des règles de jeu. « Cela conduira à l’apai­sement et la crédibilité des élections donc à la stabilité politique, clé du développement », a-t-il martelé. Ainsi, il exhorte chaque partie prenante à faire des concessions pour l’intérêt supérieur de la nation. « On ne peut pas être satisfait à cent pour cent. Je pense qu’il y avait suffisamment de consultations dans l’élaboration de ce cadre juridique des élections. Le pays ne survivra pas à une nouvelle crise postélectorale donc j’invite toutes les parties prenantes à réfléchir sur cette question », affirme Edgard Razafindravahy.Le parti ADN continuera à faire l’interface entre le local à travers ses différentes tournées politiques et le global dans les réunions de haut niveau à l’international. Fin novembre, Edgard Razafindravahy, en sa qualité de membre du comité des droits de l’Homme à l’International Liberal, assistera à La Haye, à une réunion de haute importance sur les droits de l’Homme. C’est un pas de plus pour le parti ADN et pour Madagascar dans la défense des sans voix.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Salon – Le secteur immobilier en bonne santé

Le salon international de l’habitat a ouvert ses portes hier à Tanjombato. Pour cette 19e édition, les organisateurs ont mis une petite touche technologique

Quand le bâtiment va, tout va. L’immobilier affiche un bon état de santé malgré le contexte économique que traverse le pays. L’organisation du salon international de l’habitat en témoigne. Lors de sa première journée d’ouverture, hier, les stands des cent vingt participants ne désempilent pas. Et tous les domaines, touchant de près ou de loin à l’habitat sont représentés au Forelo Expo Tanjom-bato. Les promoteurs immobiliers, les banques et finances, le télécom, la construction, les équipementiers, les spécialistes de l’entretien et de la décoration, le mobilier ont répondu présent.« Pan important et incontournable de la vie économique nationale, nous constatons que les secteurs constitutifs de la filière de l’habitat ont fait à Madagascar une progression qualitative tout à fait perceptible par les consommateurs. Mélangeant produits nationaux et produits d’importation, nous devons admettre que le respect des normes est de plus en plus au rendez-vous dans la Grande île », a déclaré, hier, Michel Domenichini Ramiaramanana de l’agence Première Ligne, l’organisateur de l’évènement.Pour cette 19e édition, le salon a mis une petite touche technologique. Outre les différents produits proposés par les sociétés de télécommunication pour une maison connectée, le stand du Groupe Filatex donne une ère de nouveauté à l’événement.

Visite virtuelleCette entreprise, connue dans le secteur immobilier de luxe, propose, aux visiteurs, une visite virtuelle de ses projets immobiliers. Grâce au casque Gear VR, les visiteurs peuvent s’immerger dans ce qui pourra être leur futur bien immobilier. L’utilisateur peut visiter et personnaliser sa future maison ou appartement en accord avec le cahier des charges définis par le promoteur.Pour mettre au point cette visite virtuelle, le groupe Filatex a travaillé de concert avec Prodcom. Cette agence de communication est connue surtout pour la projection d’une vidéo mapping à l’Hôtel du  Louvre lors du sommet de la Francophonie l’année dernière.Pour leur part, les banquiers ne veulent pas laisser passer cette opportunité. À part d’être un carrefour des investisseurs et consommateurs, le salon est aussi le lieu de rencontres de l’offre et de la demande. C’est un endroit propice pour eux de proposer leur soutien financier dans l’acquisition de biens immobiliers. La banque BNI Madagascar, par exemple, propose une offre très alléchante. Toute sa gamme de crédits immobiliers est proposée à 9,95%, par an, un taux spécial salon.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Refonte des lois électorales – La Constitution se pose en obstacle

Trois avant-projets de textes électoraux ont été adoptés au conseil du gouvernement, mercredi. Des barrières constitutionnelles ont jalonnés leurs rédaction.

Incontournable. La dernière ligne droite de la réforme du cadre juridique des élections a été engagée par le conseil du gouvernement de mercredi. Lors de sa réunion hebdomadaire au palais d’État de Mahazoarivo, l’équipe de Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a adopté trois avant-projets de lois organiques.Le texte relatif au régime général des élections et des référendums, celui relatif à l’élection du président de la République et celui concernant l’élection des députés de l’Assemblée nationale, sont les avant-projets de loi organiques ayant reçu l’aval du gouvernement. Aucune information ne filtre, pour l’heure, sur le contenu de ces lois. Il a juste été dit que la dénomination du premier texte n’avait rien à voir avec les débats actuels.Il s’agirait de s’en tenir à l’article 5 de la Constitution qui dispose que la souveraineté du peuple s’exprime par le suffrage universel ou le référendum. Une source avisée indique, néanmoins, que des obstacles constitutionnels auraient compliqué la tâche du comité interministériel, les rédacteurs de ces textes. « Chaque fois qu’il fallait entamer l’étude du sujet devant amener des textes à valeur législative, les débats ont été enfermés par la hiérarchie des normes, donc par la  Consti­tution », a expliqué la source.L’élaboration d’un code électoral serait un processus long et ardu. Étant donné la contrainte temps, le comité interministériel a alors opté pour l’élaboration de textes de forme législative organique, notamment. « Comme les barrières constitutionnelles sont incontournables, il a fallu s’en tenir à élaborer des textes concernant les points concernant les élections, que la Loi fondamentale renvoie directement à des lois organiques », indique la source informée.

Conciliation difficileSelon l’article 88 de la Constitution, les règles relatives à l’élection du président de la République et celles des députés relèvent respectivement d’une loi organique. La Loi fondamentale renvoie également, à une loi organique, les modalités d’application de son article 47. « Là encore, la rédaction s’est heurtée à un problème car, il a été difficile de concilier les délais prescrits par la Constitution avec les réalités de l’organisation des élections », déclare la source.L’article 47 de la Consti­tution prévoit, notamment, que l’élection du chef de l’État, a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat de celui en exercice. Afin de respecter les impératifs constitutionnels, les rédacteurs de l’avant-projet de loi organique relative à l’élection du président de la République, auraient alors « raccourci », tous les délais prévus dans les anciens textes électoraux.Il en serait ainsi, par exemple, des deadlines sur la publication des résultats provisoires et la proclamation des résultats officiels. Les débats au sein du comité interministériel auraient soulevé le fait que d’autres points concernant les élections nécessitent l’élaboration de texte qui définirait les contours de leur application. Cela vaut, entre autres, pour l’article 46 de la Constitution qui prévoit la démission préalable du Président candidat et son intérim par le président du Sénat.Dans un communiqué en avril, l’Observatoire de la vie publique (SEFAFI), avait souligné qu’« il existe un vide juridique en ce qui concerne les règles applicables à l’intérim assuré par le président du Sénat ». Questionné sur ce sujet, la source avisée indique, cependant, que « la Constitution ne prévoit aucun dispositif pour cela. Nous nous sommes tenus aux articles qui renvoient directement à l’application par des lois organiques. Notre mandat ne concernait pas non-plus la retouche de la Constitution ».Pour certains courants, la révision de la Constitution serait la voie idoine pour combler ce vide. D’autres tendances s’y opposent farouchement, toutefois. Si l’on s’en tient au projet de loi de finances qui ne prévoit pas de budget pour le référendum, le pouvoir semble résigné à mettre au placard ses intentions de retouche de la Loi fondamentale.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Événement – « Rima sy mozika » conjugue poésie et chansons d’antan

Une épopée musicale à travers les âges qui promet d’émerveiller les mélomanes de toutes les générations, « Rima sy mozika » fédère des artistes talentueux à la voix intemporelle. 

Un rendez-vous inédit et exclusif, se voit su-blimé des douces mélodies du « Bà gasy» et du « Kalon’ny fahiny», ainsi que d’une bonne dose de nostalgie et de poésie.« Rima sy mozika » est à découvrir sur la scène du CCESCA Antanimena, le 26 novembre à 15h30. C’est un moment mélodieux initié par Gasy Events qui s’annonce également très convivial et prometteur d’une bonne ambiance chaleureuse, à travers une mise en scène exceptionnelle.Gothlieb, Luc, Salomon, Zozo, Lily et Lilie, accompagnés de leurs musiciens s’y illustreront dans leurs plus beaux apparats pour faire revivre les chansons des années 50 aux années 2000. Laissant la part belle aux émotions du public mélomane qui aura le privilège d’y assister, « Rima sy mozika », comme l’indique son intitulé, aura la particularité de conjuguer mélodieusement musique et littérature au-devant de la scène.À l’occasion, le concert embarquera le public pour un voyage musical à travers le temps, porté par cette thématique intemporelle du « Patriotisme » propre à ces chansons d’antan, dites« Kalon’ny fahiny ». Au-delà d’un public nostalgique, le concert s’ouvre aussi à un public de tous âges, chez qui les artistes à l’affiche éveilleront un esprit patriotique et romantique à la fois.Le temps d’une après-midi, ces genres musicaux, d’une qualité inégalable qu’est le « Bà gasy », propre à l’identité culturelle et artistique des Hauts-plateaux, sera ravivé à travers le talent de cette belle brochette d’artistes. En outre, la poésie y occupera aussi une grande place, notamment grâce à la contribution de trois poètes dotés de belles plumes, à savoir, Elisoa Andrandraina, Ankoay Mikolo Hasina et Hanitry Ny Aina qui se relayeront sur scène pour sublimer de leurs poésies chaque interlude, ainsi qu’à l’introduction de chaque histoire narrée à travers le répertoire du concert.« De cet amour qu’on a pour notre mère patrie, en passant par ces diverses péripéties du quotidien qui font que l’on s’attache à cette terre de nos ancêtres, jusqu’à cet amour qu’on ressent pour autrui, ce sont autant d’histoires, à travers ces quelques thématiques que l’on chantera sur scène », confie Zozo. Par ailleurs, « Rima sy mozika » se verra également embelli d’une mise en scène unique en son genre.Le passage de chaque artiste s’apparentera à une véritable saynète musicale, le concert s’affichera telle une pièce de théâtre à part entière. « C’est un événement inédit qui promet d’enchanter grands et petits que l’on proposera au public, à l’occasion. Un concert qui va, sans aucun doute, émouvoir l’auditoire », souligne Liva Ramanan-dratosoa de Gasy Events. « Rima sy mozika » proposera un répertoire populaire au public avec des chansons représentatives du folklore malgache à l’honneur.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football - Ligue Analamanga – Tôta brigue un troisième mandat

En place depuis 2010, Tôta vise un troisième mandat à la tête de la Ligue d’Analamanga de football. Il a dévoilé ses projets, hier matin, au Carlton Anosy.

Jamais deux sans trois pour Henin­tsoa « Tôta » Rakotoarimanana. L’actuel président de la Ligue d’Ana­lamanga de Football, ou ALFA, brigue un troisième mandat. Il a annoncé sa candidature et présenté ses projets à venir devant la presse, hier matin, au Carlton Anosy.En place depuis 2010, il entend poursuivre ses projets orientés vers les jeunes. « Depuis le début, nous nous sommes grandement penchés sur la formation des jeunes, à partir de la catégorie U13, à savoir la génération 2000. Je veux poursuivre ce projet, d’où mon choix de me représenter. Cette génération 2000 compte aujourd’hui six équipes, avec un effectif d’environ cent trente éléments, que nous connaissons déjà tous très bien. Ils seront en lice en championnat espoirs pour les U20. Nous récolterons les fruits de nos efforts d’ici deux ans, en obtenant des joueurs de haut niveau, qui pourront intégrer les grands clubs de Madagascar », a-t-il lancé.Tôta rempile avec pratiquement la même équipe que lors de ces précédents mandats, avec néanmoins quelques renforts. Entre autres, l’on retrouve toujours Avotra Razafindrakoto au poste de SG, Patrique Razafi­mandimby à la CRA ou encore Abel Andriamosy à la trésorerie. « Ce qui démontre une volonté de s’inscrire dans la continuité », a souligné Avotra.« Il faudra augmenter les tournois au niveau des sections, surtout les compétitions pour les plus jeunes à partir des U13. Par la suite, la ligue organisera des rencontres inter-sections. Concernant la promotion du football féminin, nous nous tournerons vers les écoles de la Capitale pour identifier les relèves, en collaboration avec Orange Kitra », a rajouté Tôta, à propos de ses projets.

Victoire déjà acquisePrésents à la conférence de presse d’hier, les dirigeants de six sections sur les sept qui constituent l’ALFA ont d’ores et déjà affirmé leur soutien au président sortant. Citons Ambohi­dratrimo, Tana ville, Atsi­mondrano, Manja­kandriana, Anjozorobe et Andramasina. La victoire semble ainsi déjà acquise, avant même l’élection prévue 9 décembre.Deux candidats se présenteront à ce scrutin. En plus de Tôta, Avotra Andria­mosa se présente également à la présidence. Il s’agit du président sortant de la section Sabotsy Namehana, qui est désormais jumelée avec celle d’Atsinanana, pour former la section Avaradrano.

«La FMF a besoin d’un nouveau souffle»

Henintsoa « Tôta » Rakotoariamanana s’est penché sur le prochain scrutin présidentiel de la Fédération malgache de football (FMF), hier. «La FMF a besoin d’un nouveau souffle», a-t-il martelé. En vue de cette élection, la ligue d’Analamanga de football prévoit d’organiser une sorte de forum, une fois que les candidats à la présidence de la fédération seront connus. L’idée est de débattre du programme de chacun avec les clubs et sections, afin de définir quel candidat l’ALFA va soutenir.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Sûreté urbaine – Un faux comman-dant extorque  130 millions d’ariary

La police chargée de sûreté urbaine de la ville (SUT) s’active à rechercher un homme âgé de 39 ans pour détention et port d’armes illégaux, escroquerie et usurpation des signes de l’autorité publique. Danny Raymond Ainatiana Andria­naivo, s’est fait passer pour un commandant de l’armée et porte toujours un uniforme de ce grade. Sa dernière adresse connue était à Analamahitsy-Cité avant qu’il s’évanouisse dans la nature.Cet homme recherché est originaire de Soavinan­driana Itasy. Une dizaine de plaintes, à son égard, ont été reçues à la SUT, comme quoi il est capable de dédouaner facilement les marchandises confisquées au port de Toamasina. Il a également fait parler de lui dans l’arnaque dans l’immobilier en proposant aux acheteurs de terrain des documents fonciers falsifiés.« Il est parvenu à soutirer plus de cent trente millions d’ariary à plusieurs acquéreurs de terrain », a signalé une source policière. Ce faux chef d’escadre a déjà écopé des années de prison pour des actes similaires, d’après les explications du même interlocuteur.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Manapatanana – Les ordures enfin enlevées

Zone tampon, la route qui mène vers Amborovy est enfin débarrassée des déchets qui l’encombraient depuis quelques mois.

Il était temps ! La commune urbaine de Mahajanga a procédé à l’enlèvement des ordures sur la décharge dite «provisoire» de Manapatanana, hier matin. Des personnes malveillantes ont, depuis des mois, déchargé des détritus et autres déchets sur cette route qui mène vers Amborovy.Hier, le service de la voirie a décidé, après quelques mois de retard, de dégager l’endroit appelé « zone mangroves » ou « zone tampon ». Lieu où l’environnement commençait à se dégrader et les mauvaises odeurs à se dégager. Le désordre régnait aussi sur une centaine de mètres. Le tourisme était également menacé car la route d’Amborovy est la porte d’entrée de la ville de Mahajanga.  Plusieurs touristes rejoignent la cité des Fleurs par l’aéroport d’Amborovy.

Participation privéeDes partenaires privés ont participé à l’enlèvement de ces ordures en mettant à la disposition de la voirie des camions et une pelleteuse. Le camion benne de la commune n’est pas suffisant pour ce genre d’opération car le ramassage des ordures ménagères dans les vingt six fokontany de Mahajanga doit être assuré régulièrement.À Tanambao Sotema, la route nationale est également submergée par des tas d’ordures. Les habitants ne jettent pas leurs déchets dans les bacs. En outre, le ramassage n’est pas régulier. Avec la saison des pluies qui est là, l’épidémie de la peste qui n’a pas épargné les Majungais, l’on craint une autre épidémie si le nettoyage ne se fait pas en des fréquences rapprochées.L’éducation de la population est une autre paire de manches, car c’est un travail ardu sinon impossible que de lui demander de déposer les ordures à l’intérieur des bacs et non n’importe où.

Texte et photo : Vero Andrianarisoa

 

L'express de Madagascar0 partages

Concours de beauté – « Miss et Mister Malagasy » tient ses finalistes

L’événement phare de la diaspora malgache dans l’Hexagone, la grande finale du concours « Miss et Mister Malagasy » se tiendra, comme prévu, en Île de France sur la péniche de Boreas, demain soir. Un rendez-vous très attendu par la communauté malgache basée en Europe, puisqu’il verra la consécration de deux jeunes représentants de la Grande île illustrer la beauté et les valeurs de leur patrie. C’est ainsi un travail de titan que le comité d’organisation de ce concours prestigieux a entrepris, cette année. En effet, il a réellement gagné en ampleur, allant fédérer les jeunes concurrents dans plusieurs villes de l’Hexagone où « Miss et Mister Malagasy» se déroule depuis sept ans, de Montpellier à Bordeaux, en passant par Toulouse, Lyon, Grenoble, Marseille, Nice, Reims,  Nimes, Bourges et Strasbourg. Cette fois-ci, il est allé au-delà de ses frontières, dans plusieurs pays voisins, en Italie, Allemagne, Suisse et aussi en Russie où la diaspora malgache est de plus en plus présente.C’est toute une épopée que « Miss et Mister Malagasy» a entreprise pour trouver ses finalistes. C’est désormais chose faite, et la soirée de demain sera l’occasion de découvrir ces jeunes porte-étendards de Madagascar. En tout, trente-deux candidats, jeunes et sérieux, ambitieux et attentifs, ont tous comme point commun l’envie de vouloir contribuer à l’épanouissement de Madagascar, selon les organisateurs.

Cinq cent invitésLa péniche de Boreas accueillera près de cinq cents invités à l’occasion pour jouir d’une soirée où grâce et volupté à la malgache seront à l’honneur. La soirée commencera à 21 heures par le défilé des candidats et se poursuivra en soirée dansante après 1 heure du matin pour se terminer à l’aube. Seize jeunes gens commenceront le défilé avant les seize candidates en tenue de présentation, puis en tenue traditionnelle, ensuite en tenue de plage, pour se terminer en tenue de soirée.Après élimination du jury, six candidats resteront chez les hommes et six chez les femmes. La créatrice, d’origine malgache Jeanny Leap, se chargera d’habiller les candidates finalistes avec une collection faite à partir des matières collectées par l’école d’art “Abel Auvray ». Les garçons, quant à eux, défileront en tenue traditionnelle de leurs régions respectives et feront un discours en malgache pour éveiller la nostalgie du pays auprès du public.

A. P. R

L'express de Madagascar0 partages

Natation – Ouverture tardive de la saison

Le coup d’envoi reporté d’un mois. Prévue fin octobre, suite à la note ministérielle interdisant toute manifestation sportive, l’ouverture officielle de la saison 2017-2018 est finalement fixée pour le 26 novembre.À la piscine de l’Aca­démie nationale des sports à Ampefiloha, la fédération inaugurera sa saison par une compétition ouverte non seulement aux licenciés mais aussi aux non-licenciés, aux masters et aux paralympiques. « Comme c’est l’ouverture de la saison, toutes les ligues existantes seront au rendez-vous… Tous les participants auront au menu des courses de différents styles de nage sur 50m », a souligné le directeur technique national de la fédération, Harivola Razafindrainibe.La veille, le 25 novembre se tiendra dans la matinée l’assemblée générale ordinaire de la fédération et l’après-midi sera consacrée à la réunion des techniciens. Quelques changements de programme ont été inévitables pour ce dernier trimestre, la formation des entraî­neurs prévue en fin octobre, la descente du DTN à Manakara prévue à la mi novembre ainsi que le premier test de classement programmé en début décembre ont été tous annulés ou reportés. La deuxième compétition de la saison qu’est la Coupe de Noël est programmée pour le 17 décembre à l’ANS Ampefiloha.La formation pour les entraineurs est repoussée du 18 au 22 décembre. Prévu en début décembre, le test de classement n’aura lieu que le 14 janvier 2018 à l’ANS Ampefiloha, suivi après seulement une semaine, le 21 janvier de la compétition d’évaluation, au même endroit. « Comme chaque année, la fédération reçoit des invitations pour des compétitions dans la région et les envoie auprès des clubs qui ont la possibilité de faire le déplacement », a confié le DTN, Harivola Razafindrainibe.Des courses internationales en eau libre sur deux distances différentes à savoir celle 5km et celle 10km auront lieu à l’ile Maurice le 3 décembre. Et le Meeting de l’Océan Indien à la Réunion se tiendra, comme d’habitude, entre Noël et la fin d’année. Dans la foulée, trois compétitions internationales figurent dans le calendrier la FMN en 2018, dont la première sortie à la troisième édition des Jeux africains de la jeunesse en Algérie du 4 au 17 juillet. Les Jeux olympiques de la jeunesse se dérouleront ensuite du 6 au 18 octobre en Argen­tine et les Mondiaux sur petit bassin en Chine du 3 au 8 décembre.Les championnats nationaux seront, quant à eux, programmés du 23 au 25 février au bassin de 25m à l’ESCA Antanimena et les sommets nationaux sur grand bassin du 29 au 31 mars à la piscine couverte de Vontovorona.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Production – La filière cacao fait un grand pas en avant

Un centre d’analyse de qualité de cacao, est actuellement en train d’être mis en place à Ambanja dans la région Diana, au Nord de la Grande-île. Le ministère du Commerce et de la consommation veut maintenir la filière du cacao dans une filière de qualité via le Conseil national du cacao (CNC). La mise en place de ce centre de contrôle est déjà un premier pas pour atteindre une meilleure qualité, voire une quantité compétitrice. Le gouvernement a fait beaucoup d’effort avec le projet Pôles intégrés de croissance (PIC), mais cela n’a pas encore suffi. La qualité du cacao malgache est actuellement en baisse à cause des vieilles racines, comme les cacaoyers de la région Diana qui ont aujourd’hui presque 50 ans.En phase. Ce laboratoire sera chargé de tester, classifier et certifier la qualité des cacao produits à Madagascar selon les normes avant de les exporter. « Nous sommes encore dans la phase de mise en place du laboratoire qui va travailler avec d’autres services du ministère. Ce centre devrait être opérationnel d’ici le premier semestre de 2018 », confirme Phillipe Fontayne, vice-président du CNC, lors de la quatrième réunion du conseil, hier au Tana Hôtel sis à Antaninarenina. Mais Eric Ranaivosoa, membre du groupement des acteurs de cacao de Madagascar, s’inquiète « La mise en place de ce laboratoire ne va pas affecter directement le prix du cacao, mais juste augmenter la qualité de ce dernier ». Dans une vision à long terme, Phillipe Fontayne rassure « Nous essayerons d’accroître le volume pour augmenter les revenus des paysans ».Petite production. Selon le ministre du Commerce et de la consommation, Chabani Nourdine, « il faut protéger la filière cacao, la concurrence internationale est très rude ». Le cacao malgache n’arrive pas à concurrencer celui des pays africains, faute de quantité et de qualité, ou encore d’infrastructures. Des problèmes qui touchent directement les producteurs-planteurs, les récolteurs et les transformateurs. Actuellement, la production de cacao malgache est très faible, 7000 tonnes par année, par rapport à celle du Ghana à un million de tonnes ou de la Côte d’Ivoire, deux millions de tonnes.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Conférences mines – Les infrastructures publiques en question

Les opérateurs miniers interpellent l’État. À Madagascar, ils sont impliqués dans la construction des infrastructures publiques comme les routes, les écoles, les centres sanitaires ou encore l’accès à l’électricité… Ils appellent ainsi le gouvernement à investir davantage dans ces infrastructures. Pour eux, c’est une condition des investissements. « De bonnes infrastructures publiques font partie des conditions d’investissement », a déclaré Ny Fanja Rakotomalala, président de la Chambre des mines lors de la conférence annuelle de cette chambre consulaire, hier, à Mamory Ivato.L’État aura fort à faire à mettre en place des infrastructures adéquates. Il ne devrait pas être trop dépendant des « actions sociales » de ces opérateurs miniers. Ces derniers veulent laisser cette place à des sociétés spécialisées afin de mieux se concentrer sur leurs activités. « Les sociétés minières ne souhaitent pas réaliser elles-mêmes les infrastructures et délivrer des services publics : ce n’est pas leur métier », a déclaré Maître Marc Frilet, un avocat d’affaires lors de la conférence annuelle de la Chambre des mines tenue à Ivato.L’avis de cet homme de loi est partagé par Ny Fanja Rakotomalala. Lors de cette conférence, le président de la Chambre des mines avait évoqué que « vous ne trouverez plus, dans le monde, des sociétés minières prêtes à financer des routes et des ports. Ce n’est pas leur métier. Il faut laisser cela à ceux dont c’est le travail. Cela doit être financé par les banques », a soutenu Ny Fanja Rakotomalala, président de cette chambre.Actuellement, la plupart des sociétés minières consacrent une bonne partie de leurs budgets à la construction des infrastructures publiques. La société Quit Mineral Madagascar (QMM), par exemple, a investi dans l’achat de groupe  électrogène pour approvisionner en électricité la ville de Tolagnaro. Plus du tiers de son investissement est dédié aux infrastructures publiques. « Sur les 931 millions de dollars d’investissements, 350 ont étés dédiés aux infrastructures publiques. 256  ont été consacrés au Port d’Ehoala. L’État en a mis 35  à travers un financement de la Banque mondiale », précise Hugues Razafindramosa de la société QMM. Elle n’est pas la seule. C’est à peu près le même topo pour la société Ambatovy.Par ailleurs, l’homme de loi propose de revoir la forme de partenariat public privé. « Les sociétés minières sont prêtes à payer pour un service public de qualité si celui-ci est économiquement réaliste  comme l’eau, l’électricité, le chemin de fer, le port, la route, La décision d’investir est subordonnée à la garantie d’un service public assuré sans défaillance par le secteur privé. Il est donc important d’aboutir à des partenariats publics privés équilibrés et adaptés, appelés partenariat pour opérer », a suggéré Marc Frilet hier.

L. R.

L'express de Madagascar0 partages

Communes rurales et FDL – Le secteur immobilier en bonne santé

Officialisée, hier, à l’hôtel Colbert, l’association des maires des communes rurales demande à participer aux différentes prises de décision concernant la gestion des fonds de développement locaux.L’association des maires des communes urbaines, connue sous l’appellation « Aingan’ny kaominina ambanivohitra mitambatra eto Madagasikara » ou Akama a officiellement été mise en place, hier, à l’hôtel Colbert. À peine érigée, elle revendique déjà ce qu’elle estime lui revenir de droit. L’Akama demande à ce qu’elle puisse participer aux prises de décision dans la gestion du Fonds local de développement octroyé aux collectivités locales décentralisées. Le fait est que cette gestion se fait d’une manière conjointe entre le chef de district, le député et le sénateur.Plusieurs communes rurales, les plus faibles, survivent grâce aux subventions que l’État leur octroie. D’autres peuvent s’auto-subvenir assez longtemps avant l’arrivée de leurs subventions. En marge de l’inauguration de l’association au Motel Anosy, le 4 octobre, Noelison Rakotomalala, maire de la commune rurale d’Ampari-bohitra et président de l’Akama, a expliqué que la gestion des fonds propres dépendait du maire. « Dans notre cas, ce sont les fonds propres de la commune qui font fonctionner notre commune jusqu’à l’arrivée des subventions », a-t-il expliqué.Néanmoins, l’association fait preuve de persévérance pour le bien de ses membres. On a, notamment, observé la présence du président de l’association, Noelison Rakotomalala, au forum de la diaspora du 26 au 28 octobre. « Il ne faut pas uniquement attendre que l’on nous aide. Il faut aussi savoir se débrouiller pour aboutir à un résultat satisfaisant », a-t-il soutenu.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Mondial dames – Ambohimangakely honore les vice-championnes du monde

La sélection malgache de pétanque était à Ambo­himangakely, hier, en fin de matinée. Et ce, à l’occasion d’une cérémonie organisée au bureau de la commune. L’occasion pour le maire,Naina Andrianarison, et son équipe, de féliciter les trois joueuses qui ont disputé le Mondial, la semaine dernière en Chine, à savoir Hasina Malalaharison, Mirana Razafinikanga et Cicine Randriambahiny. La quatrième, Lalatiana Nirina­niaina, alias Tita, est déjà rentrée à Antsirabe et n’a pas assisté à la cérémonie.Parmi elles, Hasina Malalaharison réside à Ambohimangakely. D’où cette initiative des dirigeants locaux, qui ont souligné que Hasina mérite tous les éloges et se présente comme un modèle à suivre pour les jeunes. Elle vit à Ambohimangakely depuis toute petite. Derniè­rement, elle s’est illustrée au plus haut niveau, en remportant plusieurs compétitions majeures, dont le championnat de Madagascar.« On a l’habitude de jouer au Rallying Point, à côté de la station Jovenna… Cette année, j’ai gagné le titre au niveau de la section Tana ville, le titre à Analamanga, ainsi que le titre de championne de Madagascar. On s’est préparé depuis très longtemps pour ce Mondial. Je tiens à remercier les dirigeants communaux pour cette cérémonie. Nous sommes très honorées », a-t-elle lancé, hier.Avec la sélection féminine malgache, Hasina Malalaharison a décroché la médaille d’argent, à l’issue du Mondial, le weekend dernier à Kaihua. Le quatuor Mirana-Hasina-Cicine-Tita a terminé le sommet planétaire avec sept victoires et trois défaites à son compteur. En phase à élimination directe notamment, elles ont enchainé quatre succès de rang, contre le Canada en match de cadrage (13-6), contre la Chine 1 en huitièmes de finale (13-7), contre la Thaïlande en quarts (13-12) et contre l’Italie en demies (13-4).Malheureusement, elles ont perdu contre la France lors de l’ultime rencontre(6-13). « Il nous a manqué un peu de chance durant cette finale. En face, la réussite était plutôt du côté des Françaises », a regretté Hasina à ce propos.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Androhibe – Un réfectoire pour  les Orchidées Blanches 

Le Centre Médico-Éducatif de l’Organisation non gouvernementale (ONG), les Orchidées blanches à Androhibe, s’agrandit. Il dispose, désormais, d’un nouveau réfectoire servant de salle de réception, de conférence ou encore de salle de formation pouvant accueillir jusqu’à deux cents personnes. L’ancien a été élargi et rénové. Ce bâtiment servira à subvenir aux besoins du centre, principalement, dans la poursuite de ses activités et de ses interventions dans la prise en charge des enfants et des jeunes en situation de handicap.La réception de cette nouvelle infrastructure s’est tenue, hier, à Androhibe. Le coût des travaux est évalué à 63 millions d’ariary. La rénovation du bâtiment a été financée par l’ambassade Suisse. L’équipement des meubles intérieurs, à savoir, les chaises et les tables, a été assuré par la Principauté de Monaco, à hauteur de 5 millions d’ariary. L’ONG Orchidées Blanches a aussi participé, avec un financement de 8 millions d’ariary.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Tué par balle

Quatre dahalo armés ont fait irruption dans une maison et ont fusillé le locataire avant de repartir avec un butin, un fusil de chasse de marque Baïkal. Les faits se sont déroulés dans la nuit de lundi, à Andranomanintsy dans le district de Mahabo, région de Menabe. Les gendarmes se sont rendus sur les lieux, mais les bandits étaient déjà hors de portée.

L'express de Madagascar0 partages

Indépendance de façade et souveraineté fictive

Dans le même temps, nous nous éloignons dangereusement des réalisations et des créations authentiquement malagasy. Nous avons oublié que la France n’a fait sa Révolution qu’en 1789. Elle fût très sanglante. À Madagascar ou le pays qui existait déjà à ce moment-là, appelons-le comme on veut, cela faisait déjà deux ans qu’un «roturier» est arrivé au pouvoir au centre de l’Île. Le «roturier» a détrôné pacifiquement la «noblesse» en 1787 par la magie de la première expression libérée du choix de celui à même de bien diriger le royaume. Ce royaume qui s’est étendu pour faire de ses limites la mer. Le pouvoir en place en 1787 n’avait pas besoin de l’assistance internationale pour bien asseoir son autorité. On s’en souvient encore, heureusement, jusqu’à aujourd’hui que des vrais sages, un peu partout dans l’Île ont conseillé le Souverain. La bouse de vache que vous pouviez voir sur votre chemin, si elle est retournée, elle ne vous appartient pas. N’est-ce pas merveilleux que les gens se souviennent encore de cela, des siècles plus tard ? Mais, ne dit-on pas que la culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié ?J’espère de tout cœur que ce qui doit rester authentiquement malagasy en chacun de nous sera plus que du folklore. Les bonnes choses, en tout cas, et surtout… J’entends de plus en plus que la lutte contre le tabagisme s’installe au pays, de plus en plus comme c’est le cas également dans d’autres pays, soucieux du bien-être de leur population. Mais, nous semblons avoir complètement oublié que chiquer du tabac était une offense au Souverain depuis 1787 à Madagascar. La question de santé et de salubrité publique n’est donc pas un concept nouveau pour Madagascar. Comme l’étaient plusieurs aspects de la vie au sein de Madagascar. Mais nous l’avons oublié au fil du temps qui passe et qui ne revient plus.Nos gouvernants, si on ne regardait que la période de l’indépendance retrouvée depuis 1958 mais d’une très mauvaise manière, semblent avoir oublié pas mal de choses qui ont fait la grandeur de ce pays qu’est Madagascar. Ils/elles se sentent tellement intelligents au point de ne plus sentir la population qu’ils ont réussi à asseoir en 2017 une indépendance de façade et une souveraineté fictive. Ils ont tellement bien fait cela depuis 1958 que le symbole le plus sacré pour les Malagasy, la terre, se brade de plus en plus aux plus offrants. Ils/elles (les gouvernants) ont tellement réussi dans leur entreprise malfaisante que la principale richesse du pays s’est appauvrie : la population. Et le carnage se poursuit et n’est pas du tout près de cesser. Madagascar a actuellement un chef d’institution qui est, dans la même foulée, président du parti au pouvoir après avoir été ministre de la République. À croire ce qu’on en dit, c’est tout à fait normal car aucune loi ne l’interdit.Parlez-moi donc plutôt de la dernière grande réalisation du génie malagasy authentique. Je parle ici d’une réalisation ayant eu un impact bénéfique, à long terme, sur la population de Madagascar. Elle date de plusieurs siècles, je vous le jure. N’en déplaise à ceux et celles qui gouvernent le pays. Nous avons eu le temps de la détruire, depuis. Tant mieux si des gens se sont enrichis dans tout cela, quand bien même, ce n’est qu’une infime minorité. Mais à quoi cela sert-il d’être à l’abri du besoin si la misère est la chose qui prospère le plus autour de soi ? Et ce, à la grandeur du pays ? Moi, en tout cas, je ne vois qu’une population qui peine à survivre, dans sa grande majorité. Cela ne veut-il pas dire que, quelque part, il y a bel et bien ceux et celles qui vivent aux dépens de la majorité ?C’est fou de penser ainsi. Mais c’est ce que je ressens en ce matin de novembre.

Par Jean Razafindambo

 

L'express de Madagascar0 partages

Un roi plein de mansuétude et de tolérance

«Extrêmement affable, de conversation agréable, d’une grande richesse, manifestant beaucoup de curiosité, Rakoto-Radama a  environ 5 pieds de taille (environ 1m52), son allure est engageante. Il a des yeux perçants, de couleur olive. Il n’est ni hautain, ni orgueilleux, ni vaniteux. Il déteste la flatterie. » Après avoir esquissé le portrait de Ranavalona Ire,  Simon Ayache présente celui de son fils unique, le prince Rakoto. Portrait, non signé, mais accompagné d’une lettre de Rahaniraka, le jumeau de Raombana, datée du 5 février 1862, et paru dans The Antananarivio Annual and Madagascar Magazine  de Noël 1900.Le prince Rakoto monte sur le trône, le 16 aout 1861, quand sa mère tourne le dos. « Il fut couronné par l’amour des Malgaches », car ses sujets le saluent comme leur libérateur du tanguin « introduit en Imerina et utilisé en justice par Andriamasinavalona qui régna vers la fin du XVIe siècle », précise Lucile Rabearimanana. Les premières décisions du nouveau roi sont de soulager ses sujets des « dures corvées », de promulguer une loi par laquelle il renonce à tout droit de douane sur les marchandises importées et exportées afin d’encourager la production et le commerce « dans son beau pays ».L’auteur du portrait estime ainsi que, comme  Radama ne perçoit aucun droit de douane d’où il tire ses principaux revenus, il serait juste que le gouvernement et les commerçants britanniques lui offrent une compensation. Car « son principal but, en agissant ainsi, est d’encourager les métiers et le commerce dans son pays et de permettre aux étrangers de tirer profit de sa décision ».En outre, « toutes les différentes tribus qui détestaient les Hova et ne s’étaient jamais soumises aux souverains précédents, éprouvent une telle confiance en lui qu’elles s’empressent maintenant de faire acte d’allégeance, car un tel souverain mérite, à juste titre, le surnom de Grand pour avoir libéré son pays de l’ignorance, de la misère qui le hisse au rang des  nations civilisées », poursuit l’auteur du panégyrique.Et d’enchainer que sous un tel roi, « Madagascar bientôt fourmillera d’innombrables  étrangers venus de tous pays qui, avec ses sujets, le salueront comme leur père et leur protecteur ». Son attitude vis-à-vis  des pays étrangers se traduit par une confiance en l’Europe, trompée mais moins naïve cependant qu’il ne parait, dans la mesure où l’auteur éloigne toute idée de colonisation en supposant, selon une tradition malgache séculaire, assimiler à son peuple et sujets du roi de Madagascar, les étrangers accueillis dans le pays.L’auteur du portrait donne un autre exemple de mansuétude du « grand Radama II », en évoquant lecomplot de Ramboasalama. Neveu de Ranavalona Ire, ce dernier est d’abord désigné par celle-ci comme son successeur dans les premiers jours de son règne. La reine cache longtemps sa décision de céder le trône à son fils unique. Ainsi, Ramboa­salama et ceux que l’on soupçonne d’être ses complices sont tout simplement éloignés d’Antananarivo après jugement. Car sans son intervention, ils seraient tous exécutés et leurs biens confisqués pour trahison et par crainte de troubles, selon les réclamations des officiers supérieurs et notables.Commentant ce portrait qui, pour lui, est l’œuvre de Rahaniraka, Simon Ayache met l’accent sur l’exagération. « Somme énorme de flatteries ? Document de propa­gande ? », ces éloges partent de sentiments très profonds, spécifie-t-il. Le but étant d’attirer la sympathie des étrangers à l’égard d’un prince qui a déjà gagné l’amour de ses sujets. C’est pourquoi, continue-t-il, Rahaniraka insiste si fortement sur la bonté de Radama II, sa générosité, sa tolérance, son amour de la paix et de la justice,sa haine de la tyrannie et de toute cruauté.Et « c’est pourquoi, il rappelle aussi bien son dévouement à la cause des chrétiens persécutés que son engagement en faveur du libéralisme économique ». Ce qui expliquerait la Charte Lambert, une des raisons qui le conduisent à sa perte, à sa mort précoce.La Charte, si avantageuse pour le commerce français, est signée en septembre 1862, même si ses dispositions sont connues bien avant. Et en fait, estime Simon Ayache, la compensation suggérée par l’auteur devrait être réclamée au gouvernement français. Mais pour l’auteur, le gouvernement britannique étant « champion de toutes les vertus morales ou économiques », il peut offrir à Radama II pour son libéralisme commercial comme il en a accordé à Radama Ier pour l’abolition de la traite d’esclaves.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Cinq coups de feu

Cinq maisons ont été prises pour cibles de douze individus armés, lundi vers 20h, à Ankerana, district d’Arivonimamo. Cinq coups de feu ont retenti sur les lieux, faisant un blessé. Neuf cent quatre-vingt-dix mille ariary ont été dérobés. La filature des malfaiteurs est infructueuse.

L'express de Madagascar0 partages

Élargissement du Projet Papriz

Onze autres régions, outre les actuelles régions d’intervention du projet Papriz, bénéficieront des techniques de culture Papriz. Haute Matsiatra, Sud- Ouest Androy, Anosy,  Ihorombe ,Sud Est Vatovavy fitovinany , Melaky ,Diana, Sava, Sofia  ont été formés sur les stratégies pour le système de vulgarisation du paquet technique Papriz. Une série de formations s’est déroulée, hier et avant-hier, au CNEAGR Nanisana..

L'express de Madagascar0 partages

Motocyclisme – Création d’une commission « scooter » à la FMAM

La Fédération Malgache de Motocyclisme, ou FMAM, a annoncé la création d’une commission « scooter », hier en conférence de presse, au restaurant Gregoire Besarety. Cette commission se chargera d’organiser un cham­pionnat national de courses de scooters, dans les normes, à partir de 2018.« Plusieurs membres de différents clubs, d’Antananarivo et des provinces, ont approché la Fédération. Ils ont exprimé leur désir d’intégrer la FMAM. Je tiens à leur exprimer ma reconnaissance pour ce geste. Il a été décidé de créer une commission ‘scooter’ au sein de la Fédération », a affirmé Andrianjaka Razafindra­kotohasina, dit Dadou, président de la FMAM, hier.« Notre souhait est d’intégrer la FMAM et d’organiser une compétition nationale dans un cadre légal », a, pour sa part, rajouté Dyrnès Raza­findrakoto, membre de la commission. L’intégration de la discipline au sein de la Fédération Malgache de Motocyclisme s’inscrit dans une logique imparable.« La FMAM régit toutes les compétitions de deux-roues dans la Grande île, motocross, scooter ou autre. Aucun autre organisme ne peut utiliser l’appellation de championnat de Madagascar, sous peine d’usa­ge de faux », a tenu à préciser le numéro un de la Fédé­ration. Par contre, toute entité peut organiser des courses de scooters à titre privé, après avoir sollicité une autorisation auprès de la FMAM.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un suspect suc­combe à ses blessures

Un suspect appréhendé par le fokonolona d’Amba­tomipaka, à Vavatenina a succombé à ses blessures, mardi. Les villageois se sont rués sur lui pour le passer à tabac après un cambriolage constaté dans ce fokontany. Ligoté, il n’a pas survécu sur le chemin vers la gendar­merie, selon les informa­tions recueillies.

Midi Madagasikara0 partages

Asa fisolokiana : Tsy mitsaha-mitombo ireo karohina eny amin’iny pôlisy

Nivoaka ny fampilazana fikarohana izay nataon’ny polisy eto Antananarivo, mahakasika ny fikarohana ny lehilahy iray izay misandoka ho manamboninahitra. Manao fanamiana miaramila izy ary mitondra fitaovam-piadiana. Revo tanteraka izay andalovany, satria tena mpitandro ny filaminana mahavita kolikoly avo lenta ny firesany sy ny fihetsiny. Manginy fotsiny ny fiakanjony. Eto amintsika moa, zary efa raiki-tampisaka ny kolikoly ary lasa mandeha hoazy ny fanaovana namana izay olona mahavita izany. Toe-javatra izay mampalahelo sy mampikorosy hatrany ny firenena. Ity rangahy ity ohatra dia milaza ho mahavita mamoaka entana ao amin’ny seranan-tsambo. Efa betsaka no voasolokiny tamin’izany. Tsy mijanona eo anefa, fa mbola miitatra hatrany amin’ny varotra tany ny ataony. Tany izay tsy misy akory kanefa nahazoany vola an-jatony tapitrisa maro. Raha ny filazan’ny pôlisy, dia tafakatra hatrany amin’ny 130 tapitrisa ariary no efa azony tamin’izany fisandohana sy fisolokiana izany. Marobe arak’izany ny vesatra izay miandry ity rangahy ity. Ankoatra ny fisandohana andraikitra, dia mbola eo koa ny fitazonana basy tsy ara-dalàna. Rehefa vita izay, dia miditra amin’izay ny fisolokiana samihafa ; izay mety mbola hiampy fandrahonana olona, noho izy mitondra basy hatrany.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Belo Tsiribihina : Raim-pianakaviana tsy hita nandritra ny herinandro, hita faty voatetitetika

Noho ny firongatry ny tsy fandriampahalemana (vono olona amin’ny fomba feno habibiana sy ny halatr’omby) manao sesilany tato ho ato any amin’ny Distrikan’i Belo Amoron’i Tsiribihina, Faritra Menabe, dia miaina ao anatin’ny tebiteby ny mponina, ka misy amin’ ireo olona mihorohoro no tonga dia mifindra toerana miala ny tanàna. Ny talata teo, lehilahy iray tsy hita popoka nokarohina efa ho valo andro, hita faty voatetitetika tao anaty lobolobo, tao an-tampon-tanànan’i Belo Amoron’i Tsiribihina. Araka ny tati-baovao voaray, dia ny marainan’ny alatsinainy 6 novambra lasa teo ity raim-pianakaviana ity no niala tao an-tranony handeha hamboly any amin’ny fokontanin’i Soanafindra, saingy tsy niverina intsony ny tenany, raha ny filazan’ny fianakaviany nandritra ny famotorana nataon’ny mpitandro filaminana azy ireo. Raha ny fantatra,dia novonoina tamin’ny fomba feno habibiana  R.A izay lehilahy tsy mba nanana olana tamin’ireo mpiara-monina taminy,  fony fahavelony. Ahian’ny fianakavian’ny maty fa mety ho olon-dratsy mpandroba no nifanehitra sy nahavita nanao ny famonoana. Ary hatreto aloha dia mbola tsy fantatra mazava izay nahavanon-doza, satria mbola eo am-panaovana fanadihadiana ny zandary mandray an-tànana ny raharaha.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate0 partages

Antananarivo. CJD sy ny Raharahampirenena. Adihevitra arahin-tsakafo

Ny Filoha SOLO NORBERT ANDRIAMORASATA eo faran'ankavia eo amin'ny sary

VONDRON’NY MPANAO GAZETY ZOKIOLONA

FANASANA

Voninahitra ho an’ny Vondron’ny Mpanao Gazety Zokiolona na Club des Journalistes Doyens izay tarihin’ny Filoha SOLO NORBERT ANDRIAMORASATA ny manasa antsika rehetra hanatrika ny Adihevitra arahin-tsakafo ao amin’ny INPF Mahamasina ny atoandron’ny Sabotsy 25 Novambra 2017.

Hifantohan’ny Adihevitra ny Raharahampirenena amin’ny alalan’ny fifanakalozankevitra hiainga amin’ireto fanontaniana ireto :

- Inona no andrasan’ny Vahoaka amin’ny Mpitondra Fanjakana ?

- Inona no andrasan’ny Mpitondra Fanjakana  amin’ny Vahoaka ?

Hanafana ny fotoana ombieny ombieny ny Tarika TAFASIRY KOLO KANTO izay vao nanamarika ny fahadimy taonany.

Koa tongava maro fa miandry antsika ny Firenena.

SOLO NORBERT ANDRIAMORASATA

FILOHAN'NY VONDRON’NY MPANAO GAZETY ZOKIOLONA

ANTANANARIVO faha - 14 Novambra 2017