Les actualités Malgaches du Mardi 17 Octobre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara580 partages

Kick-boxing – Défi du Sud : Les Malgaches punissent les Réunionnais

Tafita Randriamanampisoa (Fianarantsoa) a pris le dessus sur Emmanuel Perrault.

5 victoires sur 6. Les kickboxeurs malgaches ont dominé le gala international « Défi du Sud » au Gymnase Casabona de Saint-Pierre de la Réunion samedi soir.

Missions accomplies. Comme lors de la phase aller, les Malgaches ont gardé leur supériorité. Les kickboxeurs de la zone Sud malgache ont totalement étrillé les Réunionnais au gala international « Défi du Sud » disputé samedi dernier au Gymnase Casabona de Saint-Pierre. Sur les six Malgaches engagés à la compétition, cinq ont remporté la victoire. Les protégés de Morasoa Flonardin dit Maitre Black Jim ont démontré aux Réunionnais, qu’ils n’étaient pas là pour de la figuration ou les vacances, mais, pour les victoires.

Les deux combattants déjà vainqueurs de la joute aller au Gymnase d’Ambatomena à Fianarantsoa ont une fois de plus confirmé leur hégémonie. Il s’agit de Rojolalaina Ranaivoson (60 kg) et de Tafita Randriamadiniaina (63,5 kg). Le champion d’Afrique Rojo Lalaina a battu Brice Vallant. Techniquement, il évolue d’un cran au dessus par rapport à son adversaire. Toujours dans cette catégorie, Vladis Randriamadiniaina s’est imposé face à Grondin Jason. Dans la catégorie des moins de 63, 5 kg, Tafita Randriamanampisoa (Fianarantsoa) a dominé Emmanuel Perrault du KBB de La Réunion. Comme les Malgaches sont connus dans cette discipline, Séverin Razafimandimby en moins de 57 kg n’a pas tremblé devant William Bedan du club ASCE Vincendo. Pour cette première participation, ce fut un coup de maitre pour le combattant junior, Séverin Razafimandimby. Une des valeurs sûres de la délégation malgache engagée en K1 dans la catégorie des moins de 57 kg en la personne de Justin Zafy Mariamo alias Lavakely a étrillé Alexis Armand du club BDN. L’unique revers du clan malgache était Joël Randrianjafy dans la catégorie des moins de 63,5 kg. Il n’a pas tenu tête au combattant de l’ASCE Vincendo de la Réunion, Kevan Sala. Les résultats sont satisfaisants pour le clan malgache et ne font que des heureux à l’image du président du Zanakala Mamy Be Rasolotafika et le président de la zone Sud, Arina Botomanirisoa.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara540 partages

Epidémie de peste : De nombreux « porteurs sains » circulent librement

Le centre Hospitalier Anti-Pesteux d’Ambohimiandra accueille les personnes venues faire des tests de diagnostic rapide.

D’un côté, certaines personnes infectées refusent la réalité et ne suivent pas les consignes. De l’autre, les porteurs sains circulent jusqu’à ce qu’ils soient déclarés positifs à la peste.

La remarque a été faite par des personnes ayant des membres de familles hospitalisés au Centre Hospitalier Anti-Pesteux d’Ambohimiandra.  « Toutes les personnes qui se présentent pour un test de Diagnostic Rapide dans ce centre sont déclarées positives », a fait savoir Hantanirina. Interrogé sur la question, un médecin traitant auprès dudit centre, mais qui a préféré l’anonymat, a apporté des explications. La première explication concerne « les cas présentant des symptômes atypiques ». « En médecine, toutes les maladies peuvent se présenter sous une forme atypique. Il n’est donc pas étonnant que des gens ne présentant pas les symptômes classiques de la peste soient déclarées positives après un test de diagnostic rapide », a fait savoir le médecin. Avant d’ajouter que « pour le cas de l’épidémie de la peste actuelle, des gens présentent les signes évocateurs – la forte fièvre, la toux, dyspnée (difficulté à respirer) et crache du sang – mais d’autres non. Ce qui ne les empêche pas d’être positifs au test ».

Dangers. Selon toujours le médecin auprès du CHAPA, la seconde explication fait référence au cas des porteurs sains. « Ils ne présentent pas les symptômes de la peste, ne sont pas malades mais ont été contaminés », a-t-elle fait savoir. Avant d’enchérir que « les porteurs sains peuvent présenter les signes évocateurs de la peste après des jours suivant leur contamination. Ce qui constitue des risques pour toutes les personnes en contact avec eux. Car une fois leurs défenses immunitaires affaiblies, les porteurs sains tombent facilement malades ». Le danger est donc réel. Outre ceux qui refusent catégoriquement qu’ils sont infectés par la peste, les porteurs sains circulent librement sans que l’on sache qui est pesteux et qui ne l’est pas. Par ailleurs, nous entrons enfin dans la saison pesteuse actuellement et que la circulation n’est pas du tout maitrisée (à l’instar de la peste). Des mesures ont, certes, été prises mais sont-elles efficientes ? Dans le cas où la réponse est négative, d’autres mesures plus strictes et plus de réactivité de la part des responsables dans la prise de décision (la population est témoin de la tergiversation de ceux-ci depuis le début de l’épidémie) est plus que nécessaire. Dans cette situation, le dicton « il vaut mieux prévenir que guérir » tient tout son sens.

Bilans. A l’heure où nous rédigeons, il nous est, impossible de communiquer le bilan actuell. En effet, la récente coordination mise en place a mis comme point focal le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC). Ce qui signifie que ce bureau est seul habileté à donner des informations – statistiques – relatives à chaque situation. Obtenir les informations nous a été impossible étant donné que les responsables de la communication dudit bureau  restaient injoignables au téléphone. Nous nous en tenons donc au bilan du 14 octobre dernier qui fait état de 610 cas (dont des personnes guéris et sorties de l’hôpital, des cas probables, confirmés et suspects) et 63 décès dans tout le territoire national. Par ailleurs, le même bilan démontre actuellement que 38 districts sont touchés par l’épidémie.

 José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara400 partages

RN 7- Ivato-centre-Ambositra : L’état précaire du pont, un danger imminent

Le pont en question.

Le pont reliant Ivato-centre à Ambositra, sur la RN7 est devenu si vétuste que l’emprunter pourrait être dangereux.

A quelque chose malheur est bon, il a fallu l’affaissement du pont de Vohiposa-Camp Robin, il y a de cela quelques semaines, sur la RN 7, pour que les responsables du ministère des Travaux Publics se décident à s’occuper également du pont reliant la ville d’Ivato-centre à Ambositra, qui se trouve en piteux état. Les matériels nécessaires ont été envoyés sur place.

Poids lourds. Malheureusement, des semaines se sont écoulées, constatent les usagers de cette route,  les travaux ont à peine commencé et  les tracés ont cessé, si l’on se réfère à la route servant de déviation à peine achevée sur le bas côté du pont.  A l’allure où évoluent les choses avec les passages fréquents des poids lourds, le pont risque de ne plus tenir pour longtemps et occasionner par la même occasion des dégâts considérables tant matériels que corporels. Aussi, si les travaux ne sont pas faits dans l’immédiat, l’arrivée de la saison des pluies risque également de compliquer les choses et d’engendrer des frais supplémentaires par la complexité des tâches et de pénaliser l’économie facteur de la hausse des prix.

Etant donné que l’arrivée de la  saison des pluies n’est pas synonyme de tout  repos pour le ministère des travaux publics et il est dans son intérêt de bien gérer les travaux à faire selon le planning déjà préétabli et d’éviter des chevauchements de chantiers. Autrement, les travaux risquent d’être  pénibles et le ministère risque de se trouver lui aussi sous le pont.

Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar284 partages

Industrie – AAA Tiko doit 4.7 milliards d’ariary à la Jirama

Officiellement, la société ferme ses portes pour motif de non respect de l’environnement. Cependant, d’autres facteurs sont aussi à considérer.

Flou. La récente fermeture de la société AAA soulève tant de questionnement que d’indignation. Officiellement, la société AAA n’aurait pas en sa possession un permis environnemental et un certificat de consommabilité. Principale raison pour laquelle le gouvernement, par le biais du ministre de l’Industrie et du ministre de l’Environnement, a procédé à la fermeture des unités de production de la société sise à Andranomanelatra Antsirabe. En principe, reprenant les activités de Tiko SA, la société AAA n’aurait rien à voir avec cette dernière à part l’infrastructure. Cela laisse, ainsi, derrière elle tous les arriérés de Tiko SA par rapport à certains fournisseurs, dont la Jirama. Cette dernière qui, selon les informations fournies, affiche un montant total d’arriéré s’élevant à près de 4.7 milliards d’ariary à l’endroit du Tiko SA. Des créances du groupe réparties dans toutes les zones de production de la Jirama à travers le pays mais qui se concentrent aussi presque essentiellement dans la région d’Antsirabe, entre les années 2006 et 2015. Cependant, les responsables de la société AAA soulignent que : « les problèmes de Tiko SA avec l’administration ne doivent concerner triple A dans la mesure où cette dernière est juste sous contrat de partenariat avec la première, sans aucun lien administratif ».

RégularisationEffectivement, « AAA ne doit rien à la Jirama. Cependant, en principe, la Jirama ne peut fournir quoi que ce soit à une maison s’il reste des impayés. On se demande alors comment ils ont fait pour redémarrer les activités malgré ces impayés », explique notre source à la société nationale. Ainsi, suivant cette logique, la société AAA n’aurait même pas pu redémarrer les machines des unités de production d’Andranomanelatra en 2015, et ce, au-delà des facteurs environnementaux prônés par les autorités à présent.D’un côté comme de l’autre, le mystère est entretenu et les principaux concernés se rejettent les responsabilités pendant que les quelques centaines d’employés, les producteurs de la région, s’inquiètent de leur sort dans l’immédiat. Cette situation, par conséquent, affectera directement sur la santé économique de la région ainsi que du secteur industriel. « L’énergie étant la première source de fonctionnement de l’industrie, elle ne devrait pas être négligée », indique Freddy Rajaonera, président du syndicat des industries.Ce dernier, joint au téléphone, conseille aux deux parties de « voir le côté positif d’un dialogue entre le secteur public et le privé dans la mesure où c’est tout de même une industrie qui fait vivre l’économie malgache ». Le concept de régularisation prend donc tout son sens dans cette situation.

Harilalaina Rakotobe

News Mada227 partages

Foot – Madagascar-Comores : le match amical homologué par la Fifa

C’est officiel ! Le match amical opposant les Barea de Madagascar aux Coelanthes de Comores comptera pour le classement Fifa. De bon augure pour l’équipe nationale qui est en train de travailler d’arrache-pied afin d’obtenir une qualification pour la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019. Au dernier classement publié par la plus haute instance du football, Madagascar se positionne à la 103 e place tandis que les Comores sont à la 127e place.

Et ce, avant d’affronter les Lions de la Teranga du Sénégal à l’occasion du second match de qualification. Notons que cette rencontre est prévue se dérouler au stade de Paris, le mois prochain, mais aucune date précise n’a encore été dévoilée. Par ailleurs, le match amical contre l’Iran a été annulé contrairement à ce qui a été annoncé auparavant.

Rojo N.

 

Tia Tanindranaza181 partages

Ny firenena sahiranaNy mpitondra miliba

74 no efa matin’ny pesta hatramin’izao. Ao anatin’ny fisaonana tanteraka ny firenena noho ny nahalasan’ny Pr Zafy Abert, Raiben’ny demokrasia sy ny fampihavanam-pirenena. Ny delestazy miha mahery vaika andro aman’alina kanefa ny faktiora lasa avo roa heny

Afa-baraka Rajaonarimampianina

Miteraka adihevitra lehibe hatramin’izao ny tsy nanatrehan’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina ny fanomezam-boninahitra ny vatana mangatsiakan’ny Profesora Zafy Albert, filoha telo aloha, izay nodimandry. Any Rome Italie ny tenany, ary nilaza fa amin’ny fotoam-pandevenana no hiezaka ny ho avy. Ireo filoham-panjakana teo aloha 3 mirahalahy (Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina) kosa teo hatrany nanome voninahitra ity zokibe Rain’ny demokrasia sy ny fampihavanana. Mazava ho azy fa naleon’ny filoha am-perin’asa nanohy ny programa efa nomaniny, ka nambarany fa, fa “Asa no atrehina aty Roma ary hanamafy ny fiaraha-miasa amin’ny governemanta Italianina”. Nanatrika ny lanonana fankalazana ny andro iraisam-pirenena ho an’ny sakafo tany amin'ny foiben'ny FAO ny tenany. Fanontaniana mipetraka hatramin’izao ny hoe zavatra tsy azo nampandeferina mihitsy ve ny tany tany Rome ? Tena hisy fiantraikany amin’ny fiainan’ny Malagasy mihitsy ve ny zava-nisy tany, ka toa natao tsinontsinona sy tsy norarahiana tsotr’izao ny momba ilay Ray aman-dreny be teto amin’ny firenena izay sokajiana ho tsy manam-paharoa kanefa nandao sy lasan-ko razana? Efa firifiry ny tany ivelan’ny nataon-dRajaonarimampianina sy ny ekipany saingy ny volam-panjakana fotsiny no lany nilibana. Isan’ireny, ohatra, ny Fikaonan-doha tamin’ny mpamatsy vola tany Parisy ny 1-2 desambra 2016, izay nampanantenana volabe 10,6 miliara dolara, ary nireharehan’ny HVM fatratra kanefa tsy nipotsaka ny vola satria fanjakana tsy atokisana no eto.

Toky R

 

Midi Madagasikara162 partages

Pesta eto Toamasina : Olona telo tafatsoaka teo amin’ny barazy ara-pahasalamana

“Efa manomboka voafehintsika ny aretina pesta izao, saingy mbola mitohy hatrany ny ezaka sy ny fampirisihana ny olona hamonjy toeram-pitsaboana hatrany raha vao misy mampiahiahy azy ireo ny fahasalamany, satria tsy aretina mahamenatra sy aretina azo tsaboina tsara ny pesta”, hoy ny prefen’i Toamasina Benandrasana Cyrille, nandritra ny fidinana ifotony nataony omaly nijery sy nanara-maso ary nametraka baiko tamin’ireo bazary ara-pahasalamana misy amin’ny lalam-pirenena faha-02 ao Sarimasina, sy ny lalam-pirenena faha-02 ao Ambalamanasy, ary ny ao amin’ny “port fluvial” misahana ireo lakana mampiasa ny lakandranon’i pangalana. Raha ny zava-misy eo anivon’ny hopitaly misahana ny fitsaboana sy fanaraha-maso ireo olona voa sy mararin’ny pesta eto Toamasina dia efa hita taratra ny fahombiazan’ny ezaka natao rehetra. Tamin’ireo voa sy mararin’ny pesta miisa 139 notsaboana tamin’ireo marary 195 niditra hopitaly sy nanaraka hatramin’ny farany ny fitsaboana azy no sitrana soa aman-tsara izao ka afaka namonjy ny tokantranony sy ny fianakaviany. Ny 15 tamin’izy ireo dia nivoaka ny alahady teo, raha tsy nisy afa-tsy 05 no niditra hopitaly rehefa fantatra fa marary.  Nohamafisin’Atoa Benandrasana Cyrille nandritra izao fitsidihana ifotony natao izao fa “tsy azo ekena ny tandrametaka ataon’ny tsirairay amin’izao fepetra noraisin’ny fanjakana izao. Mila mahita vokatra isika mba hilamin-tsaina amin’ity resaka pesta ity ny vahoaka”. Tamin’izao fidinana ifotony izao mantsy no nahafantarana fa ho an’ny barazy ara-pahasalamana tao Sarimasina ny alahady teo dia nisy zotra Kofito hiazo an’i Brickaville nisy olona 03 nampiahiahy ny fahasalamany ka nasaina namonjy toeram-pitsaboana. Nitsoaka anefa izy ireo ka ifampitadiavana. Ankoatra izany, tao amin’ny barazy ara-pahasalamana Ambalamanasy kosa omaly maraina dia nisy mpandeha hiazo an’i Fenerivo atsinanana tamin’ny kaoperativa Kofifen ihany koa, nisy olona nampihaihay ny fahasalamany; saingy navelan’ny tomponandraikitra tao nandeha ihany, ka manahy ny loza hateraka izany ny prefen’i Toamasina raha pesta ihany no mahavoa azy.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar135 partages

Trafic maritime régional – Les exportations risquent d’être suspendues

Fermeture des portes. Suite aux conjonctures sanitaires affectant la Grande île en ce moment, certains opérateurs maritimes envisagent de suspendre les exportations de marchandises en provenance de Madagascar. La situation devient inquiétante pour les exportateurs et presque insoutenable pour ces compagnies. « Depuis quelque temps, la traversée depuis Madagascar jusqu’à d’autres ports de l’océan Indien est devenue un véritable calvaire dans la mesure où la durée du voyage a doublé, voire triplé, depuis que Madagascar a été déclaré pestiféré par l’Organisation Mondiale de la Santé », indique un responsable de transit d’une de ces compagnies.Ce même responsable d’expliquer avec un exemple que : « si un gros-porteur part du port de Toamasina en direction de la région Moyen Orient, il sera dans l’obligation de faire escale dans des ports des petites îles de l’océan Indien, notamment au port Victoria, aux Seychelles ». Cette escale durerait au minimum une demi-douzaine de jours pour des raisons de précaution sanitaire. Si auparavant, ces escales ne prenaient pasaussi longtemps, à présent, les compagnies maritimes pâtissent largement de cette lenteur des procédures.« Les bateaux restent carrément en rade pendant plusieurs jours, le temps que les inspecteurs d’hygiène vérifient l’état de santé de l’équipage », explique ce responsable. Un cas de figure qui risquerait de pénaliser le fragile marché de l’exportation malgache déjà en difficulté en ce moment.

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara124 partages

Funérailles du Pr Zafy : La réconciliation nationale à enterrer à jamais ?

Le cortège funéraire du Pr Zafy a mis le cap hier sur Ambilobe.

Tana a dit adieu hier au Pr Zafy, une véritable réconciliation nationale est plus que jamais devenue une utopie.

Les dirigeants religieux, les anciens présidents de la République, les politiciens de différentes tendances, les parlementaires, les hommes au pouvoir, les militaires et le corps diplomatique se sont trouvés sous le même toit et au même moment hier au Palais des Sports lors de la levée du corps du Pr Zafy Albert. Les chefs d’églises du FFKM étaient présents. Les anciens présidents Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Andry Rajoelina y étaient également. Les gens au pouvoir, conduits par le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier ont aussi marqué leur présence, et ce malgré l’absence du président de la République qui se trouve actuellement à Rome (Italie) et des barons du HVM dont le président national Rivo Rakotovao et le secrétaire général Henry Rabary-Njaka qui ont assisté la nuit du samedi à Paris au spectacle donné par le Groupe Mahaleo. Sans parler des politiciens de convictions différentes et les diplomates en poste à Madagascar. Les parlementaires (députés et sénateurs) qui votent les lois et les forces de l’ordre qui sont censées assurer l’exécution de ces lois étaient aussi représentés hier au Palais des Sports. Bref, en termes de présence, les conditions étaient réunies hier pour une véritable réconciliation nationale.

Orpheline. « Papa, tu n’es pas mort, Papa… tu es un grand homme, humble, droit… ». Malgré ce vibrant message prononcé au Palais des Sports de Mahamasina par Dr Sylvie Zafy, la fille de l’ancien président, Tana a dit adieu hier au Pr Zafy Albert, considéré comme le précurseur de la réconciliation nationale à Madagascar. Pour bon nombre d’observateurs, cette réconciliation nationale devient orpheline depuis la disparition du Père de la Démocratie. Le Pr Zafy Albert n’a de cesse de revendiquer une vraie réconciliation depuis la crise politique de 2002. S’il a refusé d’adhérer à la feuille de route de sortie de crise de 2009, c’est parce qu’il était convaincu que la méthode adoptée à l’époque par la communauté internationale n’était pas la bonne pour réconcilier les Malgaches après les crises politiques cycliques qui avaient pris en otage le développement du pays. Et il y a quelques mois, le Pr Zafy Albert a dénoncé la mise en place du CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy). En tout cas, le cortège funéraire de l’ancien président a quitté hier la Capitale. Il a mis le cap sur Ambilobe, dans la partie nord du pays, où les obsèques sont prévues se tenir samedi prochain. Reste à savoir si la réconciliation nationale sera également à enterrer avec le corps de son précurseur.

Trêve précaire. La trêve politique a été respectée durant les jours où la dépouille mortelle du Pr Zafy Albert a été veillée à Tana. D’ailleurs, le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a officiellement proclamé un deuil national sur tout le territoire de la République. Mais, à voir l’ambiance qui a régné au Palais des Sports où la TVM, qui a retransmis en direct certains moments forts de l’événement, a censuré l’image de certaines personnalités politiques d’opposition, force est d’anticiper que cette trêve politique est précaire. D’ailleurs, c’est la rentrée aujourd’hui à l’Assemblée nationale et au Sénat. Les débats et les polémiques sur la révision de la Constitution et les 4×4 des députés vont certainement reprendre. Et on ne sait pas si le CFM dont le bureau permanent vient d’être mis en place va être impartial dans l’accomplissement de sa mission. Bref, les risques d’une grave instabilité politique sont gros à un an de la prochaine présidentielle.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara111 partages

Tombola Salon de l’Auto: La voiture neuve à Virginie Rakotondrina

Viriginie Rakotonindrina, gagnante du premier lot, a opté pour une Renault Duster .

Ils sont trois grands gagnants de la tombola Salon de l’Auto organisée par Telma. Mais la plus heureuse est sans conteste Virginie Rakotonindrina qui a gagné le premier lot, en l’occurrence une Renault Duster. Il s’agit du premier lot constitué d’une voiture neuve qu’elle avait à choisir parmi plusieurs marques proposées par les concessionnaires qui ont participé à la dernière édition du Salon de l’Auto : Continental Auto – Madauto – Malgamobile – Materauto – Ocean Trade – Sicam – Sodiama – Sodirex – Toyota Rasseta.

Niaina Gérard Ratsimbazafy a, de son côté, ravi le second lot. L’heureux gagnant a fait son choix entre un scooter et une moto d’une valeur de Ar 4 000 000 chacune. « Le jeu en valait la chandelle », a-t-il fait savoir. « Je choisis le scooter pour son confort » ajoute-t-il. Le 3e et dernier lot, en l’occurrence un Smartphone Huawei P8 d’une valeur de 1  500 000 ariary offert par Telma, sponsor officiel du Salon de l’Auto a été remis à Sylvain Andriamananaiky.

Ayant honoré son engagement de mettre les Malgaches à la pointe de la technologie, Telma félicite le franc succès de cette 11e édition du Salon de l’Auto. Evénement ayant regroupé les concessionnaires de renom représentés à Madagascar et les fans de l’automobile, ce fut également l’occasion de mettre à l’honneur les offres by Telma pour un accès au Très Haut Débit Mobile, entre autres la Clé Wingle 4G qui permet d’avoir une voiture connectée 4G partout à Madagascar. A noter que BNI Madagascar et Total, partenaires officiels du Salon ont également été présents au cours de cette remise de lots qui s’est déroulée sur le parking du Galaxy Andraharo.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara102 partages

Fisolokiana amin’ny SMS : Misy lany an-tapitrisany maro

Efa betsaka no voasoloky saingy mbola maro koa ireo olona no roboka. Faran’izay tsotra anefa ny paik’adin’ireo olon-dratsy. Mandefa sms izy ary milaza ny fisian’ny fisarihana iray. Voalohany dia asainy mandefa sms marobe mba hampitombo ny vintana aminy hahazoana loka. Eo aloha izy dia efa mihinam-bola, asa izay mety ho fifanarahany amin’ny orinasan-tserasera any ambadika any. Eo mantsy dia efa misy olona roboka an-tapitrisany, te-hanankarena tampoka. Rehefa izany dia mbola mitohy ihany ny fisolokiana. Lazaina indray, amin’ny sms hatrany io, fa nahazo ilay loka ary arahabaina sy ny sisa. Misy kosa anefa ny fepetra hahazoana ny loka dia ny fitaterana azy ary hasaina alefa aminy « mobile banking » izany. Dia mbola misy hatrany ny roboka. Ny farany amin’ilay asaratsy dia ny fandefasana ilay olona any amin’ny fahitalavitra tsy miankina eto an-drenivohitra mba hanomezana ara-pomba ôfisialy ny loka. Rehefa tonga eny anefa ilay olona, feno hafaliana, dia akory ny hagagana, na ho azy na ho an’ilay fahitalavitra izay tsy mahafantatra na inona na inona momba ny fikarakarana fisarihana sy fanomezan-doka. Eo vao fantatra ny fisolokiana nahazo ilay olona. Mila mailo hatrany ny mpampiasa finday ka tsy ho roboka mora foana amin’ireny sms tonga ireny. Mora fitahina kokoa mantsy rehefa te-hanankarena tampoka.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara101 partages

BIANCO à Ambatondrazaka : 17 dossiers traités en 20 jours

17 dossiers ont été traités en 20 jours par l’antenne mobile du Bureau Indépendant Anti-corruption (BIANCO) Toamasina, en mission à Ambatondrazaka dernièrement. Ainsi, du 16 septembre au 5 octobre 2017 dernier, cette antenne mobile a pu travailler sur, entre autres, trois volets de la mission du BIANCO : l’éducation, la prévention et l’investigation. Pour ce dernier volet, 60 doléances ont été reçues, dont une très large majorité (98%) concernent spécifiquement les litiges fonciers. Durant ces 20 jours, les investigateurs du BIANCO Toamasina ont pu traiter 17 dossiers et ont pu établir 12 procès verbaux. Ils devraient être déferrés à la juridiction d’Ambatondrazaka, mais vu les circonstances actuelles, notamment la grève du syndicat des magistrats (SMM) et celui des greffiers (SGM), les déferrements seront reportés à une date ultérieure.

Concernant la déclaration de patrimoine, 38 lettres de rappel ont été lancées aux assujettis, qui n’ont pas encore remis la leur. Par ailleurs, 22 déclarations de patrimoine ont pu être collectées à Ambatondrazaka.

Parallèlement à ces activités d’investigation, des activités d’éducation et de prévention ont également été réalisées durant cette mission de l’antenne mobile. Des séances de sensibilisation et d’appropriation de la lutte contre la corruption aux membres de l’organisation de la société civile et aux agents publics ont eu lieu, ainsi que des revues des dispositifs anti-corruption, des appuis des cellules anti-corruption, etc. Les éléments du BIANCO ont travaillé dans les chefs lieux de districts et dans les localités rurales.

Recueillis par Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada89 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : aretina ateraky ny fitiavana fahefana

Ny fahatongavana eo amin’ny fitondrana no ahafahana hampiharana ny rindran-kevitra tsara rafitra izay inoan’ny tena fa hany fomba hanazavana ny làlana eo amin’ny fikatsahana soa ho an’ny firenena. Ao anatin’izay toe-tsaina izay dia rariny raha mahery vaika ny fifaninanana hahazoana ny fitondrana. Mety ho zavatra hafa anefa no fonosin’ilay fifaninanana raha tsy eo ilay rindran-kevitra ka mivarina any amina  ady fandrobana fotsiny ny fitondrana. Taratra amin’izany ny fahamaizana amina fahazoana toerana sy ny hetaheta ho an’ny fahefana. Eto Gasikara, vitsy ny olona na antoko nandalina rindra-kevitra afaka haroso hitantana ny lamin’asa ho tanterahana raha mandray anjara ao amin’ny fitantanana raharaham-pirenena. Ny fifaninanana tazana  lasa miankina amina olona fa tsy mikasika ny hevitra aroso. Raha tena dinihana amin’ny fijery sy fisainana tsy miangatra dia afaka ho lazaina ve fa manana na nanaraka rindra-kevitra nanankinana ny asa nataony na tsy vitany ireo olona sy vondron’ny maro an’isa nifandimby teo amin’ny fitondrana ? Izay tafakatra iray miseho tapi-pahaizana feno fahalalana an’izao zavatra miseho rehetra izao, tsy ela dia votom-pinoana fa izy no tena kalazalahy nandrasan’ny firenena ka  mihevitra ho rariny ho an’ny soa-pirenena raha mijanona maharitra eo amin’ny fahefana izy.

Rehefa mitady handresy lahatra ny vahoaka dia mahay manambara daholo ny tanjona fitrandrahana lamina hahafahan’ny mponina rehetra hisitraka mamy arakaraky ny sahaza azy. Tsy nisy nahomby arak’izany anefa rehefa tafakatra, fihafiana hatrany no anjara atokany ho an’ny maro, miova ny kabary lasa fampitoniana ny vahoaka sisa sy ny fitakiana faharetana. Izay no miverimberina.  Ela izay no nitsakoan’ny maro ny mangidy, tsy nanandramany an’izany hoe mamy izany.

Lainga izany hoe tsy misy ny vola, ny lalan’izy io no tsy mirafitra araka ny rariny tokony ho izy ka miafina amin’ny maro. Tazana ny fisiany, tsy mitsahatra ny fananganana trano mijoalajoala, mitombo an’isa isan’andro ny fiara lafo vidy manerana ny arabe. Ny olona ao amin’ny fitondrana sy ny namana, tsy miafiafy fa manampatra ara-bola sy amina fanjakazakana, tsy mahatsapa fahasahiranana eo amin’ny fisedrana ny fidangan’ny vidi-piainana.

Sarotra no hinoana fa ilay fanefitefena maimaika ny lalampanorenana kasaina no hitondra fiovana eo amin’ny fitrangan’ny tsy rariny. Mety izay aza no hanamafy orina ny fomba fitantanana toy izao.

Léo Raz

Tia Tanindranaza81 partages

Robain’ny sinoa ny harem-pirenenaGadraina izay sahy mijoro…

Tsy nisy akony intsony ny tohin’ny raharaha momba an-dRaleva, lehilahy iray sahy nijoro sy niteny ny zavatra hitany fa tsy mety amin’ny fanaovana ampihimamba ny fitrandrahana ny harena ankibon’ny tany ataon’ny sinoa any Vohilava Mananjary. Ny fanehoan-kevitra nataony kosa no antony fa niteraka ny fisamborana sy ny fanagadrana azy.

Nitonona ho mpikambana avy amin’ny firaisamonim-pirenena iray ny tenany tamin’ny fanehoan-kevitra nataony. Efa nanao fanambarana mandiso ny maha mpikambana azy ao aminy kosa ny Vaomieran’ny fahamarinana sy ny fandriampahalemana na ny “Justice et Paix” eo anivon’ny fiangonana katolika. Tsy hiadian-kevitra lalina intsony ny momba an’iny na mpikambana ao izy na tsia. Tsy azo hamavainina kosa ny fijoroany hijoro manoloana ny fanaovana ny tantely afa-drakotra ny harem-pirenena, saingy ny varavaran’ny fonja no niandry azy. Tsy vao izao no niseho ny raharaha tahaka izao, fa efa nisy ihany koa ny fanagadrana an’i Clovis Razafimalala tany Maroantsetra noho ny fijoroany hiaro ny tontolo iainana sy ny famoahany ny marina momba ny fanondranana andramena tsy ara-dalàna. Izay miteny sy mijoro hampibaribary ny tsy rariny ny fangoronana ny haren’ny Malagasy izany, dia ny fonja no miandry azy. Ny sinoa sy ny vazaha lasa inoan-teny sy toa mibaiko ny mpitondra fanjakana na eny ifotony na ny fanjakana foibe satria ireny no mahatolotolotra. Na tsy misy fiantraikany amin’ny fiaianam-bahoaka eny ifotony aza ny fitrandrahana dia tsy misy olana rehefa voatolotolotra ny mpitondra. Tombontsoan’iza no harovana eto Madagasikara ? Izay mijoro hiaro ny tanindrazana indray no potehina sy gadraina ? Marihina fa ny vahiny tamin’ny alalan’ny Amnesty International indray no nangataka ny hanafahana an-dRaleva fa ny fanjakana kosa nangina sy tsy niraharaha.

Toky R

 

 

Madaplus.info80 partages

Live Fanaovam-beloma ny Filoha Pr ZAFY Albert tao Palais des Sports


Midi Madagasikara77 partages

Palazzo del Qurinale : Le président malgache reçu par son homologue italien ce jour

Le président de la République a tenu à son arrivée, une séance de debriefing avec ses collaborateurs .

Sitôt arrivé dans la ville éternelle le dimanche 15 octobre dernier, le président de la République a tenu une séance de travail (debriefing) à l’hôtel Roma Cavalieri avec des membres du gouvernement et des responsables de l’ambassade sur place. Et ce, en vue du programme d’hier 16 octobre qui était très chargé avec dans la matinée, la participation à la célébration de la Journée Mondiale de l’Alimentation au siège de la FAO sis Vialle di Terme di Caracalla ; le déjeuner offert par le DG de la FAO aux chefs de délégation au 8e étage du Building B du siège de l’organisation onusienne ; la rencontre l’après-midi avec Gilbert F. Houngbo, président du FIDA au siège du Fonds International de Développement Agricole ; la rencontre avec le directeur exécutif du PAM, Davis Beasley au siège du Programme Alimentaire Mondial; et enfin la rencontre avec le DG de la FAO, José Graziano da Silva.

Conférence Economique de Rome. Aujourd’hui de 9h à 10h30, des audiences privées à son hôtel figurent dans l’agenda de Hery Rajaonarimampianina. A 13 heures, il sera reçu au Palazzo del Quirinale par le président de la République italienne Sergio Mattarella. L’audience va être suivie d’un déjeuner de travail dans le même palais présidentiel. Une rencontre avec le Secrétaire d’Etat du Vatican à son hôtel se trouve aussi dans l’agenda du président qui est attendu à l’Ambassade de Madagascar, située Via Riccardo Zandonai, pour la première partie de la Conférence Economique de Rome qui verra la participation de la délégation malgache, de la diaspora, d’opérateurs italiens et partenaires économiques de Madagascar. Un cocktail dinatoire offert par La Caméra Madagascar clôturera le programme de ce jour avant la journée de demain pour la deuxième partie de la Conférence Economique de Rome qui se tiendra à l’Hôtel Parco dei Principi. La délégation présidentielle quittera Rome demain après-midi.

Recueillis par R.S

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza75 partages

Mitombo ireo matin’ny pestaVoafetra ny afaka manao fitiliana

Nambaran’ny filoham-pirenena nandritra ny fitsidihany ny toeram-pitehirizana fanafody SALAMA eny Tanjombato ny 10 oktobra teo, fa ampy tsara ny tahirim-panafody hiatrehana ny valan'aretina pesta. Efa misy rahateo ny fanaganana ny "cellule de crise" eo anivon'ny minisiteran'ny fahasalamana, mba mifehy sy miatrika ny valan’aretina.

Raha ny fanazavana natan’ny mpitondra fanjakana dia azo hiatrehana tsara ny marary hatrany amin’ny 5 000 ny tahirim-panafody. Efa nilaza kosa anefa ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka tamin’ny alalan’ny talen’ny fampiroboroboana Dr Manitra Rakotoarivony, fa tsy ampy ireo fitaovana hahafahana manao ny fitiliana haingana na ny TDR (Test de Diagnostic Rapide), ka ireo efa tena ahiana ho voan’ny  pesta ihany no azo anaovana izany. Tsy misy ny fahafahana manao fitikiana ho an’ny sarambabem-bahoaka na ireo mety hanana ahiahy manokana. Manjavovozavo tanteraka ny zavatra rehetra, eny fa hatramin’ny fikirakirana ny antontan’isa aza. Nomena ny Biraom-pirenena misahana ny fitantanana ny loza voajanahary (BNGRC) ny fampahalalam-baovao, saingy re fa miandry ny tarehimarika avy amin’ny minisiteran’ny fahasalamana hatrany izy ireo. Toa hampitarazohana sy hafenimpenina hatrany ny fanomezam-baovao, ka omaly izao dia tsy nahitana izany na ny tranokalan’ny minisiteran’ny fahasalamana na ny an’ny BNGRC. Raha ny antontan’isa efa ny faran’ny herinandro teo dia 63 no efa maty ary 610 ny trangan’aretina. Fanontaniana hafa ihany koa hoe manao ahoana ny lafiny ara-bola ? Ny BNGRC ve no mitantana ny fanampiana avy any ivelany sa ny fanjakana HVM ? Maro ireo volabe azo, izay tsy misy fangaraharana ny fitantanana azy, ary hilana fanazavana amin’ny antsipitrihany. Nisy, ohatra, ny volabe 9,5 tapitrisa Euros avy amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Misy mangarahara ve mikasika azy ireny ?

Toky R

 

Madagascar Tribune51 partages

Le Gouvernement en face de Ravalomanana et Rajoelina

L’ancien président de la République Zafy Albert a eu droit aux derniers hommages hier au Palais des Sports et de la Culture à Mahamasina. Toute la société politique malgache y est passé à quelques exceptions près, et la foule n’a pas manqué ce dernier rendez-vous avec l’homme au chapeau de paille, l’accompagnant depuis Mahamasina jusqu’à la sortie de la ville et même jusqu’à Ankazobe alors qu’il partait rejoindre sa terre natale d’Ambilobe.

Durant cette dernière cérémonie publique à Mahamasina, les politiciens ont donc défilé. Et mis à part le président de la République actuel Hery Rajaonarimampianina qui a brillé par son absence, étant à Rome, les anciens présidents ont été parmi la famille. En effet, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana s’étaient placé du côté de la famille, des « vangina », des « mana-manjo », en malgache. Comme pour démontrer que le Professeur Zafy Albert était un de leurs proches, de leurs parents. Cela n’aurait été rien si le Gouvernement conduit par Mahafaly Solonandrasana Olivier n’avait pas été du côté des « mpamangy », c’est-à-dire des simples connaissances venu réconforter la famille et les proches du décès. Les membres du gouvernement dirigé par le Premier ministre Mahafaly Olivier étaient en face des politiciens de l’opposition (au sens propre comme au figuré), les parlementaires et corps diplomatiques, les membres du FFKM, les politiciens de l’opposition, les universitaires notamment les professeurs de médecine.

Zafy Sylvie, la fille de Zafy Albert, a quant à elle rendu un émouvant hommage à son père : « Papa, tu n’es pas mort, tu es parti, les Grands Hommes ne meurent pas », cet ultime hommage de la fille à son père résume le sentiment général lors du dernier hommage national rendu à l’homme au chapeau de paille à Mahamasina hier. La ferveur de la foule immense tout au long de la route qui salué la dépouille mortelle de l’ancien président Zafy témoigne aussi ce sentiment.

A part le secrétaire général du parti de l’ancien Président, le secrétaire général de l’UNDD Manoro Régis, ce sont surtout les universitaires et le Premier ministre Mahafaly Olivier qui ont retracé la vie politique, sociale et professionnelle de l’ancien Chef de l’Etat. Tous ont reconnu qu’il e a été le premier et le seul qui a appliqué la démocratie dans tous les sens du terme, la liberté d’expression a été totale pendant son régime ce qui lui a peut-être valu son empêchement mais il l’a fait. Comme disait le Président Ratsiraka lors de son interview sur les ondes de RFI « Zafy Albert était entier, on ne négocie pas avec lui ». « Cela ne t’a pas toujours servi, mais tu es parti la tête haute ! » selon sa fille Sylvie Zafy. La dépouille mortelle va effectuer un dernier mada-raid de la capitale jusqu’à Betsiaka Ambilobe jusqu’au 21 octobre où auront lieu l’enterrement.

Midi Madagasikara49 partages

Fanafihana mitam-piadiana : Misintona lakolosy fanairana ny zandary momba ny MOP

Intelo izay no nisintona ny lakolosy fanairana ny zandary na dia tsy nataon’izy ireo mivantana aza izany. Ny farany dia ny fisian’ny mpanafika mitam-piadiana izay saika nanohy ny asany tao Mahanoro raha avy nanafika tany Soanierana-Ivongo. Telo lahy izy ireo no voasambotra ary noporofoin’ny zandary fa olona voafonja tokony hamita ny saziny, ao Ambalatavoahangy-Toamasina, ny iray. Nefa dia nitondra poleta miaraka amin’ny bala miisa valo (7,65mm) ary niray tendro tamin’ny mpanao heloka bevava. Ny faharoa indray dia ilay tany Bejofo Ambatondrazaka ary mbola voaporofon’ny zandary fanindroany fa gadra (tsy nitsoaka akory) fa nampanaovina MOP (main d’oeuvre pénale) ilay nanao fanafihana ka voasambotr’izy ireo. Ny voalohany, izay niatombohan’ny fanahiana dia ny fisian’ny gadra tao amin’ny « camp pénal » Mandalahy izay nanao fanakanan-dàlana ka nandroba taxi-brousse teny amin’ny RN7. Fifampitifirana be tamin’io tranga io ary nitohy tamin’ny fifanenjehana tany anaty ala tany, satria sendra ireo zandary nanefa iraka manokana hiady amin’ny mpanakan-dàlana no nifanehatra tamin’ireo olon-dratsy. Raha ny fanamarihan’ny zandary dia ireo jiolahy indray no miditra ao anaty fonja ka lasa naman’ireo voafonja. Miitatra ny hevitra ary dia tonga amin’ny fanafihana. Tsy vao izao no hanafenana ny mpanao ratsy ity resaka MOP ity. Fanafihana telo samihafa izao dia manaporofo ny gaboraraka momba azy.D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara48 partages

FIZAFATO : Dernier hommage hier au Pr Zafy

Les membres de la FIZAFATO hier au Palais des Sports.

Les différentes entités politiques, étatiques, associatives, religieuses et de la société civile se sont succédées hier au Palais des Sports de Mahamasina pour présenter leurs condoléances à la famille du Pr Zafy Albert. La FIZAFATO ou Fikambanan’ny Zanaky ny Faritany Toliara eto Antananarivo n’était pas en reste. En effet, une forte délégation de cette association, conduite par son président Maharante Jean De Dieu, s’est acquittée de son devoir de solidarité envers la famille du défunt. Après celle de la FIZAFATO, Maharante Jean De Dieu était également à la tête de la délégation du ministère de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales, pour le même devoir de solidarité. A noter que les membres de la FIZAFATO étaient presque au grand complet hier au Palais des Sports de Mahamasina.s

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune44 partages

Sept personnes arrêtées pour vol de riz destiné à des dons

La Gendarmerie au sein du grand port de Toamasina a procédé au cours de la semaine dernière à l’arrestation de 7 individus pour vol de riz. En tout et pour tout, ces malfrats s’étaient emparé 97 sacs de riz appartenant à la BNGRC (Bureau National de la gestion des risques et catastrophes). Ces sacs de riz étaient destinés à des dons pour les districts de Sakaraha, d’Ihosy, d’Ambalavao et d’Ambatofinandrahana.

Selon les explications émanant de la Gendarmerie, les camions transportant ces sacs de riz avaient été suspecté du fait qu’il avait pris plus que le poids normalement indiqué pour sa sortie du port. Après enquête, les camions avaient alors été interceptés et fouillés à Mangarano Toamasina. Les éléments de la Gendarmerie ont alors constaté que dans le premier camion se trouvait 747 sacs au lieu de 700 sacs et dans le second 750 sacs au lieu de 700. Les voleurs avaient prévu de décharger ces excédents à Toamasina même avant de partir livré la vraie quantité de marchandises à destination. Notons que parmi les personnes arrêtées figurent un magasinier du BNGRC. Ce genre de trafic de dons n’est pas nouveau et les vols de riz donnés par les partenaires de Madagascar sont assez fréquents sans qu’aucun responsable ne soit jamais inquiété.

A titre de rappel, il y a quelques mois de cela, des sacs de riz portant clairement les inscriptions « dons du gouvernement chinois » avaient été retrouvés sur les marchés de la Capitale. Les responsables étatiques avaient alors déclaré que des enquêtes seraient ouvertes pour connaitre les auteurs de ces vols, sans qu’il n’y ait de résultats jusqu’à ce jour. Toutefois, on peut d’ores et déjà avancé que ces trafics ne peuvent être fait par de simples citoyens.

Midi Madagasikara41 partages

Union européenne : Présentation de condoléances à la famille Zafy

La Délégation de l’Union européenne a appris avec tristesse le décès de l’ancien Président de la République de Madagascar, Pr. Albert Zafy. L’Ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito, ainsi que l’ensemble de la Délégation de l’Union européenne dans la Grande Ile exprime ses sincères condoléances aux autorités et au peuple malgache, et plus particulièrement à la veuve et aux enfants du défunt, à ses plus proches parents et amis, ainsi qu’aux membres de son parti politique. Le Président Zafy restera dans le mémoire du pays par son grand empathie et son honnêteté, ainsi que son engagement en faveur du développement, de la démocratie et des droits de l’Homme, qui lui ont apporté beaucoup d’estime de la population et de la Communauté Internationale.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar29 partages

Un corps sans vie découvert

Une découverte macabre a été annoncée, samedi, à Ambohimandroso centre, commune de Malaim­bandy. Il s’agit d’un homme âgé de 36 ans. Il n’a pas donné signe de vie depuis quelques jours. Des traces de couteau ont été constatées dans plusieurs parties de son corps. Les tueurs restent jusqu’à présent non identifiés, selon la gendarmerie locale.

Midi Madagasikara27 partages

Politiques éducatives des Etats francophones : Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation

Photo de famille lors de la Conférence des Nations Unies pour l’Education des Etats et gouvernement de la Francophonie (Photo OIF).

La Conférence des Nations Unies pour l’Education des Etats et gouvernement de la Francophonie (Confémen) s’est tenue la semaine dernière à Dakar, au Sénégal. La Grande Ile y a été représentée par la ministre de l’Emploi, de l’Enseignement technique et et de la formation professionnelle, Toto Raharimalala Lydia. Elle a été notamment marquée par l’inauguration de l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation (IFEF). L’institut est placé sous la présidence conjointe du Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaelle Jean et Macky Sall. L’IFEF entend œuvrer de manière innovante pour rendre l’inclusivité de l’éducation plus effective dans l’espace francophone ; mais aussi pour booster l’employabilité aux jeunes en mettant l’emphase sur la formation professionnelle prodiguée par les meilleurs experts de la Francophonie. Plus qualifiés et mieux formés, ces jeunes intégreront, en principe, assez vite le marché du travail en y dénichant un emploi stable et décent, propice à leur épanouissement et développement personnel. Michaelle Jean de rajouter : « Cet institut va mettre en cohérence les programmes phares de la Francophonie dans les domaines de l’éducation et de la formation ; il a été pensé, de bout en bout, avec la volonté de s’inspirer de ce que nos pays font de mieux en la matière »

Recueillis par Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune26 partages

Les greffiers reprennent le service

Les membres du Syndicat des greffiers de Madagascar (SGM) ont cessé leur grève et ce depuis hier, pour reprendre leurs fonctions respectives. Ce syndicat s’est joint il y a quelques semaines de cela au Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) afin de les appuyer mais également de satisfaire leurs revendications.

Selon les explications, cet arrêt de la grève pour le SGM résulte du fait que leurs revendications ont été satisfaites par l’Etat, plus précisément, un compromis aurait été trouvé entre eux et l’Exécutif. Le SMM et le SGM sont entrés en grève le 27 septembre dernier et avaient alors déclaré une grève illimitée jusqu’à satisfaction des revendications des deux corps concernés. Les greffiers avaient comme revendications l’amélioration de leurs conditions d’avancement ainsi que le règlement de leurs émoluments, ce qui semble donc être fait vu la cessation de grève.

Toutefois, le SGM a déclaré qu’il soutenait encore et toujours le SMM dans sa grève pour réclamer l’indépendance de la justice. Et cela malgré le fait qu’ils reprennent du service. Les membres du SMM quant à eux se sont réunis hier pour décider des prochaines démarches à suivre dans l’accomplissement de leur grève illimité. Etant décidé à ne point fléchir face à l’Exécutif, une énième rencontre serait prévue aujourd’hui avec la Ministre de la Justice, Rasolo Elise, pour arriver à un terrain d’entente. L’on sait toutefois que ces rencontres n’ont jusqu’ici rien donné. En effet, le SMM avait déjà entamé des discussions avec l’ancien ministre de la Justice, Charles Andriamiseza, sans que cela n’aboutisse à rien. Le Premier ministre lui avait initié un dialogue et érigé une commission afin de répondre aux attentes et réclamations de ce syndicat. Toutefois, les discussions ont tourné court lorsque le syndicat a déclaré que rien de concret n’avait été produit par cette commission.

La question est donc maintenant de savoir quelle démarche le SMM entamera-t-il dans le cas où cette nouvelle discussion ne répond pas à leurs exigences. Le fait est que le syndicat ne devrait pas opérer un blocus indéfiniment, sachant que leurs tâches consistent également à faire fonctionner un Service public.

Midi Madagasikara21 partages

Pétanque : Le CBF renaît de ses cendres !

Comme un sphinx, le Club Bouliste de Fianarantsoa va renaître de ses cendres après une année sabbatique. Le temps pour Bassir Karmaly d’occuper le fauteuil présidentiel et le club reprend le devant de la scène, fort il est vrai, de la construction d’un boulodrome dans l’enceinte même du stade moderne d’Ampasambazaha.

Sollicité par ses amis, Bassir a accepté de bonne grâce à revenir pour prendre les rênes de ce club mythique et de composer une nouvelle équipe. Celle qu’il estime qui l’aidera à fonctionner normalement et vaquer à ses obligations telles l’organisation du traditionnel Grand Open du CBF.

Sur ce chapitre d’ailleurs et outre les petits tournois de tous les week-ends, le CBF donne rendez-vous pour son Grand Open 2017 qui aura lieu le samedi 28 et dimanche 29 octobre au boulodrome d’Ampasambazaha.

Un très grand rendez-vous en somme car la seule personnalité de Bassir suffit pour ramener tout le monde et plus particulièrement tous les champions du Monde ainsi que tous les champions d’Afrique bien entendu malgaches. Ce qui offre à l’événement un plateau exceptionnel avec la présence de Dollys, Bema, Tina Tonnerre, Ny Havana, Toutoune, Yves, Nanou et Radoko sans oublier les autres grands noms de cette discipline tels le député Rastany, le Colonel Tahiry et Jacquit Be.

Il y aura trois TV Fujita et une enveloppe de 300.000 ariary en sus des coupes pour les vainqueurs contre trois sub-woofers Fujita et une enveloppe de 150.000 ariary pour les seconds tandis que les 3es et les 4es auront droit à des coffrets de verre de marque Duralex et une enveloppe de 40.000 ariary.

A noter que pour cette occasion, le CBF a bénéficié du soutien de Tafita Fianarantsoa, de Pascal et de Ratsimba Rajaonary.

Rendez-vous est alors pris pour les 28 et 29 octobre prochains.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara21 partages

Dépenses sociales : Hausse continue depuis quatre ans

Séance de formation et d’information sur le budget des secteurs sociaux, vendredi dernier à Antaninarenina.

Madagascar prévoit 1 468 milliards Ariary de dépenses sociales pour cette année, dont 185 milliards Ariary proviennent des partenaires techniques et financiers. Cette somme reste insuffisante, malgré une grande évolution depuis 2014, selon l’UNICEF.

Les secteurs sociaux bénéficieront de dépenses publiques équivalentes à 4,6% du PIB (Produit intérieur brut), en 2018. C’est ce qu’a indiqué le DG du Budget auprès du Ministère des Finances et du Budget, Mialy Lanto Razanajato Razafinimanana, lors d’une séance d’information et de formation sur le budget des secteurs sociaux, qui s’est tenue vendredi dernier à la salle de conférence Le Pavé Antaninarenina. Cet indicateur est bien au dessus de ceux de la période 2009-2014, qui étaient aux alentours de 3,7%. Mais il reste insuffisant si l’on se réfère aux niveaux préconisés par les partenaires au développement. En effet, l’UNESCO soutient que les dépenses pour l’éducation devraient représenter 6% du PIB ; l’OMS (Organisation mondiale de la santé) indique que les dépenses dans le secteur de la santé devraient atteindre 5% du PIB, etc. Pour la représentante de l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance), présente à la séance de vendredi dernier, la part des secteurs sociaux dans les dépenses publiques à Madagascar connait une amélioration, depuis 2014, grâce à la mise en œuvre de la politique sectorielle de l’éducation, du plan sectoriel de la santé, du plan national de la sécurité sociale et de la politique sectorielle de la nutrition.

Partenariats. Les représentants de la société civile et des médias ont assisté à la séance d’information et de formation de la semaine dernière. Il s’agit d’une troisième rencontre organisée avec l’UNICEF, selon le secrétaire général du Ministère des Finances et du Budget, Falihery Rajaobelina. « Cela fait trois ans que nous collaborons avec l’UNICEF pour la promotion de la transparence budgétaire. Pour l’Etat, les secteurs sociaux sont priorisés pour leurs importances. Cela concerne l’eau potable, l’assainissement, l’éducation, la santé, la sécurité sociale, etc. Cette priorisation est d’ailleurs visible à travers les réformes sur la gestion des finances publiques, qui touche l’amélioration des dépenses », a indiqué le SG. Pour l’UNICEF, cette coopération vise à appuyer le Gouvernement malgache pour avoir un budget suffisant, efficace, efficient et équitable. Pour les deux parties, la promotion des secteurs sociaux conditionne la participation de la population aux activités économiques.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune19 partages

Sans être Zafiste

Par Toavina Ralambomahay

Quoiqu’on dise, il a battu un président de la République sortant au deuxième tour (1993). Avec le perdant, il a montré la voie à toute l’Afrique que gagner via des élections est bien possible. Bien sûr, après six mois de grève dont un « 10 août » et un « 31 octobre » 1991 et même si tout le monde, y compris Zafy Albert lui-même croyait que Didier Ratsiraka allait encore gagner. Seul Richard Andriamanjato était d’avis contraire (lire Eric Revel). Mais bien sûr, ayant qualifié le vaincu de tous les noms, Zafy Albert l’élu, a refusé de faire une passation et même n’a pas voulu habiter le Palais d’Etat. Sa modestie y était aussi pour quelque chose.

Quoiqu’on dise, empêché par l’Assemblée nationale, il n’a pas manipulé la HCC pour se maintenir et ayant démissionné peu après dans une petite cacophonie, il a repris le combat.

Quoiqu’on dise il a alors démontré –toujours et sans blague encore avec l’autre- qu’il était possible d’accéder au deuxième tour (1996) sans être au pouvoir et même en battant celui qui a organisé les élections (Norbert Ratsirahonana). Il était le premier encore avec l’autre qui a démontré qu’il est possible en Afrique de s’affronter en face-à-face dans les médias officiels.

Quoiqu’on dise, il a démontré qu’il était possible de résister. Opposant de 1975 à 1991, de 2002 à 2009 il n’a jamais reconnu Marc Ravalomanana comme étant un président de la République à cause du coup d’Etat de 2002.

Quoiqu’on dise, il a démontré avec d’autres que des opposants déclarés pouvaient être élus (députés de 1998-2002) même s’il qualifiait le président de dictateur.

Enfin, il faudra peut-être faire « la Vérité » sur 2002 et 2009 car si les pro-Ravalomanana qualifient 2009 de coup d’Etat, Zafy Albert en est bien aussi l’un des artisans :   L’Express de Madagascar : Vous donnez plutôt l’impression de faire du sur place, ce qui n’est pas sans rappeler la manière dont l’opposition avait agi sous le régime Ravalomanana. • Zafy Albert : C’est une idée que les partisans de Rajoelina essaient de véhiculer. Ils affirment que pendant sept ans, je n’ai rien réussi contre Marc Ravalomanana. Mais ils se trompent. Ce sont les actions que j’ai menées durant ces sept années qui ont facilité le renversement de Marc Ravalomanana. J’ai fait un travail de base. In « Nos élections dépendent toujours de l’extérieur » (20 janvier 2010).

Midi Madagasikara16 partages

Association humanitaire Babakoto-France : Don d’un ordinateur portable à la brigade de gendarmerie d’...

L’association humanitaire Babakoto-France, lors de sa visite dans la commune rurale d’Antoetra-Zafimaniry , district  d’Ambositra, le 11 octobre dernier, durant l’inauguration de l’adduction d’eau et  du panneau solaire, a profité de l’occasion pour offrir gracieusement un ordinateur portable à la brigade de gendarmerie d’Ivato-centre. Lors de cette remise officielle, Jean Pierre Errot, secrétaire exécutif de l’association humanitaire Babakoto-France, s’est dit être  satisfait des services rendus par les éléments de la brigade de la gendarmerie d’Ivato-centre, notamment dans la sécurité des membres de l’association  chaque fois, durant leurs missions à Antoetra et ce,  depuis plus d’une quinzaine d’années. Que cet ordinateur va pouvoir contribuer à améliorer le travail des gendarmes. Cette remise a eu lieu en présence du commandant de groupement de la gendarmerie d’Amoron’i Mania qui a recommandé au chef d’unité de cette brigade à prendre soin de ce matériel en bon père de famille. Aussi, l’on a appris du commandant de groupement de la gendarmerie d’Amoron’i Mania que des individus ont été appréhendés tout dernièrement en possession d’armes et de munitions. Un beau coup de filet de la gendarmerie en collaboration avec la population locale. Dans le sens que la prolifération des armes à feu, notamment des armes de fabrication locale dans la région constitue un fléau et portant atteinte à la sécurité.

Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar16 partages

Palais des Sports Mahamasina – Les adieux d’Antananarivo à Albert Zafy

La capitale a fait ses adieux au professeur hier. L’ensemble de la classe politique a égale­ment rendu un dernier hommage au premier Président de la troisième République.

Il est 14 heures. Au rythme de la fanfare de l’armée, les enseignants chercheurs de la faculté de médecine procèdent à la levée du corps du professeur Albert Zafy, ancien Président de la République, après un service funèbre conduit par les chefs des églises du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM).Ultime hommage rendu par ses pairs, les professeurs de la faculté lui ont fait une haie d’honneur. Les officiers issus des armes des Forces armées ont, ensuite, pris le relais, pour transporter le cercueil de l’ancien Chef d’État. Durant une dizaine de minutes, tout le Palais des sports de Mahamasina s’est tu, jusqu’à ce que la dépouille de l’ancien Président, ait été hissée à bord du camion de l’armée. Auréolé d’une dizaine de couronnes de fleurs, il est près de 14 heures 30, lorsque le chirurgien cardiologue entame son dernier « mada-raid ».Un dernier voyage, qui le conduira à Betsika, Ambilobe, lieu où il a vu le jour, un 1er mai 1927 officiellement, mais cinq ans plus tôt en vérité, pour y être inhumé, samedi. Jour de deuil national, la nation lui fera, à cette occasion, ses derniers adieux. « Tu es un grand homme. Et les grands hommes ne meurent jamais. Tu resteras toujours dans nos cœurs, dans le cœur des Malgaches », a déclaré la chirurgienne Sylvie Zafy, rendant hommage à son père. Les éloges funèbres prononcés hier ont été unanimes sur la grandeur d’esprit et de cœur de l’ancien chef d’État.

RéunionQue ce soit en famille, dans le milieu académique et professionnel, ou encore politique, tous ont souligné la droiture, l’abnégation, la probité et le souci de son prochain de « l’homme au chapeau de paille ». Le professeur Ange Andrianarisoa était le premier à prendre la parole, au nom du corps professoral de la médecine, suivi du professeur Panja Rama­noelina, recteur de l’université d’Antananarivo, portant le dernier adieu des six universités de Madagascar.Des qualités soulignées par Régis Manoro, secrétaire général du parti Union nationale pour le développement et la démocratie (UNDD), formation politique fondée par Albert Zafy. Sa famille politique a entonné une chanson que l’ancien Président  tenait à cœur, chanson intitulée « Samy Malagasy », dont les couplets prônent la réconciliation nationale. Parlant au nom de l’État, Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a mis en exergue cette quête du professeur qui serait matérialisée par la mise en place du Conseil du « fampihavanana Malagasy » (CFM).Les adieux au professeur Zafy ont également réuni l’ensemble de la classe politique. Dirigeants et opposants ont pu se tolérer, le temps de rendre hommage au premier Président de la République. Ses anciens compagnons politiques, mais aussi, ses adversaires d’hier étaient présents. Les jeunes partis politiques, comme le parti Antoka sy dinan’ny Nosy – Arche de la nation (ADN), ont également honoré celui qui est considéré par tous comme « le père de la démocratie » à Madagascar. Un titre que la famille de la presse et la société civile n’ont pas oublié.L’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM) a rappelé la contribution pour la liberté de la presse de celui qui a été l’un des fondateurs du comité national pour la défense des droits de l’Homme à Madagascar en 1976. Hormis Didier Ratsiraka, ancien président, absent pour des raisons de santé, les anciens chefs d’État ont tous été présents durant le service funèbre, au Palais des sports. Pour la première fois, depuis plusieurs mois, les Norbert Lala Ratsi­rahonana, Marc Ravaloma­nana, et Andry Rajoelina ont été présents ensemble, à un même évènement.Portant les mots de remerciement de la famille, le professeur Raymond Ranjeva, président de l’Académie malgache, a remercié la nation malgache et toute l’assistance. Soulignant, qu’en toute circonstance, « l’homme au chapeau de paille », n’a jamais manqué de demander la bénédiction divine aux Présidents malgaches, le professeur Ranjeva a adressé les vœux de la famille à Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, absent pour l’occasion. « Les prières parviennent toujours, à qui elles sont dédiées, même s’il est loin », a déclaré l’académicien.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar16 partages

Une semaine orageuse en vue.

Les techniciens du service de la prévision météorologique, à Ampandrianomby, présagent des pluies orageuses tout au long de cette semaine, dans plusieurs localités. Le Nord-Ouest et le Sud-Est de la Grande île seront touchés, Antananarivo ne sera pas non plus épargné. Dans le Sud-Ouest de la capitale, vers l’Ankaratra, des grêles pourront tomber. Le climat, chaud, serait favorable à la formation de l’orage.

Midi Madagasikara15 partages

Akinwumi Adesina, président de la BAD : Lauréat 2017 du Prix mondial de l’alimentation

Akinwumi Adesina, lors de sa visite officielle à Madagascar en 2016.

Le président du groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) recevra le trophée du Prix mondial de l’alimentation 2017, le 19 octobre prochain, à l’occasion de la conférence Norman Borlaug pour la Journée mondiale de l’alimentation.

 Le président de la BAD sera l’orateur de la conférence Norman Borlaug dans le cadre de la semaine de célébrations qui ponctuent le Prix mondial de l’alimentation, du 16 au 20 octobre 2017, à Des Moines, dans l’Iowa, aux États-Unis. Intitulée « Parier sur l’Afrique pour nourrir la planète », cette conférence Norman Borlaug a été lancée hier, afin de coïncider avec la Journée mondiale de l’alimentation. Le Prix mondial qu’il recevra à l’occasion, est à l’agriculture ce que le prix Nobel est à la paix, aux sciences ou encore à la littérature. Le choix du président Adesina comme lauréat avait été dévoilé en juin dernier par le Conseil d’administration du Prix mondial de l’alimentation, en reconnaissance de son œuvre pour assurer aux agriculteurs africains une meilleure disponibilité des semences, des engrais et des financements et pour les jalons qu’il a posés pour faire en sorte que les jeunes d’Afrique voient en l’agriculture une activité lucrative dans laquelle s’investir.Engagements. Créé par Norman Borlaug, qui fut lui-même récipiendaire d’un prix Nobel, le Prix mondial de l’alimentation est la plus importante récompense internationale à couronner les accomplissements d’individus qui ont contribué au progrès du développement humain, en améliorant la qualité, la quantité et la disponibilité des denrées alimentaires à travers le monde. Quand il était ministre de l’Agriculture et du Développement rural du Nigeria, Akinwumi Adesina avait introduit un système de « portefeuille électronique » pour les agriculteurs, une innovation qui a instauré une transparence dans le circuit de distribution des engrais, qui par le passé, avait été enrayé quarante ans durant par la corruption. Les mesures qu’il a prises à ces fonctions ont permis d’accroître de 21 millions de tonnes la production alimentaire du Nigeria, qui a ainsi pu attirer 5,6 milliards USD d’investissements du secteur privé. Ce qui a valu à Akinwumi Adesina, outre un respect considérable, d’être appelé « le ministre des agriculteurs ». Sous son égide, la BAD est en train d’accélérer le développement de l’agriculture grâce à sa Stratégie « Nourrir l’Afrique », et compte y investir 24 milliards USD dans les dix ans.

Transformer le continent. La stratégie « Nourrir l’Afrique » de la BAD a pour objectifs de contribuer à éliminer l’extrême pauvreté en Afrique d’ici à 2025 ; de mettre fin à la famine et à la malnutrition en Afrique d’ici à 2025 également ; de transformer l’Afrique en exportateur net de denrées alimentaires ; et de faire passer le continent au premier rang des chaînes de valeur mondiales axées sur l’exportation, dans les secteurs où il jouit d’un avantage concurrentiel. À Des Moines, plus de 1 200 participants en provenance de plus de soixante-cinq pays débattront d’enjeux de premier plan liés à la sécurité alimentaire mondiale et à la nutrition au Symposium international du dialogue de Borlaug, du 18 au 20 octobre 2017. « Pour m’être moi-même extrait de la pauvreté, je sais qu’elle n’a rien de réjouissant. Sortir des millions de personnes, notamment les agriculteurs du monde rurale, de la pauvreté, est le combat de ma vie… Nous devons apporter l’espoir et transformer l’agriculture pour la muer en succès commercial », a déclaré le président de la BAD. Cette conférence Norman Borlaug, qui réunit un vaste éventail d’experts scientifiques, de décideurs, de dirigeants d’entreprises et d’agriculteurs, est dite « la plus importante conférence au monde sur l’agriculture ». Grâce au dialogue de Borlaug, la Fondation du Prix mondial de l’alimentation permet de nouer des alliances à même de lutter contre la faim et la malnutrition dans le monde.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara13 partages

Assainissement : Remise des matériels et équipements pour les CTD

Tous les « fokontany » à Antananarivo en sont bénéficiaires. (Photo d’archives )

Afin de lutter contre la propagation de l’épidémie de peste, l’Etat par le biais du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement a remis des matériels et équipements pour les Collectivités Territoriales Décentralisées la semaine dernière. Il s’agit notamment de brouettes, de fourches, de balais et de pelles comptant en tout au nombre de 35 197. Les bénéficiaires sont les 924 fokontany à Antananarivo et les 65 communes au niveau des neuf districts périphériques. « Les autorités locales à tous les niveaux doivent chacun prendre leurs responsabilités dans le cadre de l’assainissement de toutes les localités », a évoqué Benjamina Ramanantsoa, le ministre auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement, lors de cette cérémonie qui a eu lieu au village Voara à Andohatapenaka. Quant au ministre de l’Eau et de l’Energie, Lanto Rasoloelison, il a réitéré que les inspections sanitaires doivent être appliquées au niveau des « fokontany » qui ne prennent pas encore des mesures d’assainissement.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara13 partages

Expatriés malgaches :Le forum de la diaspora pour esquisser le développement

Plus que neuf jours et le forum de la diaspora malgache sera ouvert. Prévu s’effectuer du 26 au 28 Octobre de cette année, le forum en question n’est autre, pour les expatriés malgaches, que des opportunités à ne point rater aux fins de renouer les liens entre Malgaches et de se partager des expériences dont le but étant d’amorcer le développement de Madagascar. Le ministère des Affaires Etrangères (MAE) n’a pas mis un terme aux interrogations de ces expatriés malgaches. Jusqu’à maintenant, des interviews sont effectuées et ont permis de connaitre à quel point la diaspora malgache veut faire quelque chose pour le pays. Brigitte Groleas en est une. Une professeure d’Informatique, née d’un père Malgache et d’une mère Française mais qui se revendique être une Malgache. « Je suis consciente des enjeux de la contribution de la diaspora au développement de son pays », a-t-elle avancé. Propos appuyés par, Rado Andrianarijaona – un consultant financier de profession en France. « Madagascar est très présent dans notre vie quotidienne avec notre culture technologique et numérique », soutient-il.

Valibabena. Les deux personnes que le MAE a pu interroger partagent le même sentiment envers la patrie : le « give-back » ou le « valibabena » en malgache. Et comme cette valeur fait qu’il faut faire preuve de redevabilité envers cette patrie, ils estiment impératif de faire quelque chose pour le pays. « Je m’évertuerai à ce qu’il y ait des étudiants malgaches en fin d’études qui viennent faire leur thèse en France pendant une période de trois ans après laquelle ils retournent à Madagascar pour transmettre leur savoir et remonter le niveau d’études sur place », a confié Brigitte Groleas. Rado Andrianarijaona a quant à lui, réitéré qu’il est «très actif dans le milieu de la diaspora de Madagascar en France ». Quoiqu’il en soit, le forum aura lieu les 26, 27 et 28 octobre prochains durant lequel environnement des affaires et investissements seront au menu.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada12 partages

Peste : Madagascar, de plus en en plus isolé

Les 2èmes Assises de la coopération internationale des collectivités décentralisée entre Madagascar et la France ont été annulées en raison de l’épidémie de peste qui sévit au pays. La Grande île semble de plus en plus isolée.

Les Malgaches vivent au ralenti. Un grand nombre de rendez-vous sportifs, économiques, culturels ou encore politico-diplomatiques qui auraient pu se tenir dans la Grande ile viennent d’être reportés ou, dans certains cas, annulés.  Dernier en date : les deuxièmes «Assises de la coopération internationale des collectivités malgaches et françaises» qui  devraient avoir lieu du 24 au 26 octobre au Carlton Anosy. Cette rencontre qui aurait pu permettre aux responsables locaux d’acquérir plus d’expériences de leurs pairs de l’Hexagone, en matière de gestion des collectivités et de budget, a été ajournée, selon notre source, au mois de février prochain.

Dans ce même registre, si certaines rencontres ont été annulées, d’autres sont sujettes à interrogations. C’est le cas du «Forum pour la diaspora» malgache qui devrait se dérouler du 26 au 28 octobre prochain, soit dans un peu plus d’une semaine. A l’allure où l’épidémie évolue, ce rendez-vous risque aussi d’être reporté. Sans oublier que les Malgaches semblent pour l’instant «indésirables» dans les iles voisines, pour des manifestations sportives ou autres.

Intention

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déjà classé l’épidémie au «grade 2».  Ce qui signifie que, même si le pays n’est pas encore en «quarantaine», il y a un risque de propagation à l’échelle nationale. Les mesures prises par les autorités devraient être ainsi à la hauteur de ce risque. Sauf que, en dépit des déclarations tendant à rassurer la population, la réalité est loin d’être réconfrortante.  La riposte annoncée par le gouvernement reste au stade des intentions et les mesures prises tardent à se concrétiser.

Cela étant, les îles sœurs prennent leurs précautions et c’est ainsi qu’à la Réunion et Mayotte, les autorités se montrent vigilantes. Tandis qu’aux Seychelles, les écoles ont été fermées. A ce titre, le 11 octobre dernier, la députée de La Réunion, Huguette Bello, a interpellé le gouvernement français sur l’épidémie de peste à Madagascar, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée Nationale. Elle avait évoqué une «propagation inquiétante»  de cette épidémie.

Rakoto

Midi Madagasikara12 partages

Centre SOAMADA : Un co-working avec des ingénieurs en informatique en France

Le centre de formation SOAMADA est aussi un co-working space.

L’ASASOA (Association d’Aide de Solidarité et d’Action) France-Madagascar, créée en 2003 à l’Hexagone, a mis en place un centre de formation en informatique dénommé SOAMADA à Nanisana.

Plus de 450 jeunes y ont été formés depuis ses huit ans d’existence. Et à part le domaine de l’informatique, ce centre de formation propose des filières linguistiques et de guides écotouristiques ainsi que de la restauration. « Notre objectif est de réduire la fracture numérique en proposant aux jeunes Malgaches de se former aux outils bureautique et informatique. Certains d’entre eux sont devenus des entrepreneurs de cybercafés tandis que d’autres se professionnalisent dans le domaine du dépannage en informatique », a expliqué Achille Rajerison, président de l’ASASOA.

Projets. Ce n’est pas tout ! L’association prévoit de mettre en relation des techniciens et ingénieurs en informatique membres de la diaspora malgache en France avec des jeunes sortants du centre SOAMADA en vue des échanges d’expériences et de co-working. En fait, « le centre prodigue également des formations spécialisées en matière d’intelligence artificielle, de big data et d’électronique, sans compter les formations en informatique bureautique basique leur permettant de présenter leurs mémoires de fin d’études ainsi que les formations en programmation et en matière de création de site web », a fait savoir Ambinintsoa Santatriniaina Alain, gérant de SOAMADA. En revenant sur le projet de co-working entre les deux parties, l’ASASOA prévoit de bien identifier les besoins des techniciens et des ingénieurs en informatique opérant en France et ceux de leurs pairs poursuivant des formations au niveau du centre SOAMADA. « Il y a des membres de la diaspora malgache qui travaillent dans une grande boîte comme Bull, qui peuvent promouvoir des projets de délocalisation des services d’entreprise ou bien des projets de création d’entreprise à Madagascar. Par contre, des jeunes Malgaches sont bien formés pour les démarrer ensemble », a souligné Achille Rajerison.

Energie verte. Et du côté logistique, l’ASASOA a mis en place de l’énergie verte par le biais de l’installation de panneaux solaires pour faire fonctionner le centre de formation depuis l’an dernier, et ce, dans le contexte où l’accès à l’électricité devient difficile dans le pays. « Notre objectif prochain est de former les jeunes à devenir des techniciens spécialisés dans la pose et la maintenance de panneaux photovoltaïques », a-t-il poursuivi. Il faut savoir que cette association envisage de mettre en place ce genre de centre de formation dans d’autres régions comme à Maevatanàna où l’énergie solaire se développe et à Fianarantsoa où il y a une université spécialisée dans le domaine de l’informatique.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara11 partages

Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale : Le Secrétaire exécutif était à Madagascar

Une première en matière de protection sociale. Le Secrétaire exécutif (SE) de la Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES) dont Madagascar fait partie, M. Innocent Makoubou s’est rendu dans la Grande Ile la semaine dernière et est reparti vendredi dernier.

Rappelons que le contrôle de la compatibilité et de la gestion des prestations au sein de la Caisse nationale de prévention sociale (CNaPS) revient au CIPRES. Durant son passage à Madagascar le S.E de la CIPRES, Innocent Makoubou a apprécié le respect des normes et des qualités de la gestion financière de la CNaPS en visitant le siège de cette caisse nationale à Ampefiloha. Il a particulièrement apprécié le fait que la CNaPS fasse l’objet d’un audit externe, garant -selon lui- de plus de transparence au niveau du budget. Toutefois, Innocent Makoubou, a également émis une suggestion à l’endroit du Directeur général de la CNaPS, Arizaka Rabekoto Raoul : celle d’adopter le modèle de comptabilité du CIPRES. Un modèle qui différencie et sépare la gestion des prestations familiales, de celle des actions de travail et des maladies professionnelles, ainsi que de la pension. Le SE du CIPRES a également touché mot sur la création prochaine d’une « école régionale qui va former tous les Etats panafricains sur la sécurité sociale. »

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Amoron’i Mania : Appui de la coopération allemande à la pisciculture

« La promotion de la pisciculture dans l’Amoron’i Mania, gage du développement »

Le développement de la pisciculture rizicole a été quelque peu occulté dans la région, au profit d’autres spéculations et nonobstant les potentialités existantes et mal exploitées, comme les vastes superficies rizicoles. La pisciculture, comme l’affirment, les acteurs de la filière offre de nombreuses opportunités de développement face aux besoins d’un marché sans cesse croissant. Aussi, la pisciculture contribue significativement à la lutte contre la malnutrition.

G I Z. Face à ce contexte et de source émanant de la direction régionale de la pêche et des produits halieutiques d’Amoron’i Mania, on a appris que la coopération allemande à travers le GIZ va contribuer à la promotion de la pisciculture dans cette région à travers un projet de cinq ans et dont le coût s’élève à un million d’euros. Ce projet tant attendu des pisciculteurs est prévu débuter avant la fin de l’année, pour un objectif de production annuelle de 16 000 tonnes. Les prix de cession de ces variétés de poissons d’eau douce, actuellement sur le marché local oscillent entre 10 000 et 12 000 ar le kilo.

ADRA. Toujours dans l’Amoron’i Mania, l’Ong ADRA œuvre également dans la pisciculture depuis 2015 à travers 18 communes pour la promotion de la filière carpe. Une variété très prisée des consommateurs locaux. La direction régionale de la pêche et des produits halieutiques d’Amoron’i Mania est actuellement à pied d’œuvre pour sensibiliser les pisciculteurs sur les innovations à apporter en matière d’élevage, selon un modèle chinois. Un handicap majeur freine cependant l’essor de ces producteurs face à ces partenaires avec l’insécurité qui prévaut dans la région et dont la pisciculture n’est pas épargnée. Face à l’inertie des autorités locales, ces pisciculteurs farouchement déterminés, n’entendent pas se laisser faire et tendre le filet pour du moins à défaut des poissons, avoir ces malfaiteurs à la place.

Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Football- CNaPS Sport : Retour aux sources pour Forosy !

Lucien Kasimo est finalement revenu au sein de la CNaPS Sport après ce, pourquoi avoir peur des mots, coup de tête de quitter le navire qui s’apprêtait pourtant à participer à la ligue des champions d’Afrique.

Sanctionné par la Fédération Malgache de Football, Forosy, comme on l’appelle, sans doute pour rappeler ce côté baroudeur des jeunes antsiranais, est donc revenu et voit du coup blanchi sans doute à la demande de la CNaPS. On le verra donc à l’œuvre à Ampasambazaha après qu’il ait été pris en charge par le staff technique de la CNaPS Sport.

C.R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara6 partages

La disparition d’une certaine conception de la démocratie

Avec la disparition du professeur Zafy Albert, c’est une page de l’histoire politique malgache qui s’est tournée. Il était l’une des dernières grandes figures de la génération ayant mis en place les institutions de la 1re République. Il figure aux côtés de Philibert Tsiranana, Jacques Rabemananjara, Calvin Tsiebo, Monja Jaona, Gabriel Ramanantsoa ou Richard Ratsimandrava au Panthéon de ces personnalités qui ont marqué les premières années de l’Indépendance de Madagascar.

La disparition d’une certaine conception de la démocratie

Même si sa carrière politique n’a véritablement commencé que dans les années soixante-dix avec son entrée au gouvernement du général Gabriel Ramanantsoa, le professeur Zafy Albert a profondément marqué tous ceux qui l’ont côtoyé auparavant par son sens du devoir et sa rigueur. Le grand chirurgien qu’il était, mettait son savoir-faire au service de ses patients avec une certaine abnégation. C’est cette volonté de servir les autres qui l’a amené à entrer en politique. Sa perception de la chose politique l’amènera à ne pas céder aux sirènes socialistes de Didier Ratsiraka. Il défendra ses idées avec une certaine opiniâtreté et se présentera contre ce dernier aux élections présidentielles. Il sera bien évidemment largement battu dans le contexte socialo-marxiste de l’époque. La roue de l’histoire a cependant tourné et le régime de l’amiral s’effondre à cause des manifestations populaires de 1991. Il se retrouve aux côtés de Richard Andriamanjato, une autre grande figure politique des premières années de l’indépendance et de la deuxième République. Mais c’est lui que les forces vives désignent comme président. C’est son incarnation de la droiture et de l’honnêteté qui fera l’unanimité. Sous sa présidence, régnera cette liberté d’expression que l’on loue encore aujourd’hui. Il respectera à la lettre les termes de la constitution de la troisième République et c’est à cause de cela que les politiciens arriveront à le destituer. Avec lui, disparaît une certaine conception de la démocratie que n’incarne pas la classe politique actuelle. Il est un modèle pour la jeune génération qui porte peu d’estime à ceux qui sont au pouvoir maintenant ou à ceux qui aspirent à y arriver.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada5 partages

7E art : l’OIF soutient les productions malgaches

Soucieux de l’épanouissement du 7e art dans sa diversité, le Fonds image de la Francophonie a retenu dix projets dont quatre documentaires malgaches.

Réunie au mois de septembre dernier à Paris sous la présidence de Marguerite Abouet, la Commission documentaires et séries du Fonds image de la Francophonie, a jeté son dévolu sur les productions cinématographiques malgaches.

Sur le volet documentaire, «Rencontre avec…» de Lova Nantenaina a encaissé 20 000 € pour sa réalisation. «Confidences malagasy» de Michaël Andrianaly figure également dans cette liste et rafle la somme de 13 000 €. Dans la catégorie court-métrage, l’on note «Du riz blanc aux dogues noirs» de Ludovic Randriamanantsoa qui bénéficie de 5 000 €.  S’y ajoutent «Razana (Ancêtre)», un film de Ratovoarivony Haminiaina qui a reçu un montant de 10 000 € et, dans le même registre, «Madagascar 1947, sur les traces des soldats malgaches» de Marie-Clémence Adriamonta-Paes qui a obtenu 15 000 €.

Pays éligibles

Dédié aux productions des pays francophones du Sud, le Fonds image de la Francophonie est mis en œuvre par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en collaboration avec le Conseil international des radios et des télévisions d’expression française (Cirtef). Il dispose d’un montant annuel d’un million d’euros, répartis à parts égales entre deux commissions – «Cinéma – fiction» d’un côté et «Documentaires / Séries» de l’autre. A cet effet, deux appels à projets ont lieu aux mois de janvier et  juin. Les commissions de sélection correspondantes se sont réunies par la suite au mois d’avril et en septembre pour trancher sur les projets.

L’OIF se fixe comme mission principale, la professionnalisation et l’autonomisation des structures de production des pays francophones éligibles.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara5 partages

“Tenim-pitia” : L’album de Teddy Prezeau, en live au CGM

Teddy Prezeau va jouer « Tenim-pitia » en live au CGM. Balita Marvin sera son invité spécial.

Plus que quelques jours à patienter ! Le 4 novembre, le chanteur va enfin accoucher de son premier-né. Telle une maman, portant son enfant, il a fallu neuf mois à Teddy Prezeau pour préparer et peaufiner son premier album. « Je me suis penché sur ‘Tenim-pitia’ pendant neuf mois. Les enregistrements et tout le travail autour de la réalisation et l’exécution nous a pris une semaine pendant laquelle nous avons travaillé d’arrache-pied pour avoir un résultat au top », confie Teddy Prezeau. Composé de douze titres, « Tenim-pitia » a entièrement été imaginé et créé par le jeune homme de A à Z. Musicien à l’origine, et ayant toujours baigné dans le milieu artistique depuis son enfance, car étant le neveu de Balita Marvin et d’Olombelo Ricky, Teddy Prezeau a ajouté des cordes à son arc. Il est donc passé de percussionniste à compositeur, arrangeur et parolier. « J’ai écrit moi-même toutes les chansons dont la plupart parlent d’amour ». Des chansons que le public pourra apprécier sur scène le 4 novembre au CGM Analakely. « Le concert était prévu se tenir au début du mois d’octobre. Vu le contexte actuel qui prévaut au pays, l’évènement a été reporté au 23 octobre puis aujourd’hui au 4 novembre ». Une date que les fans espèrent être cette fois la bonne. Teddy Prezeau, pour l’occasion sera accompagné de Rybota à la basse et au piano, Ralph au sax, Nix à la batterie et Jz Rabibisoa à la guitare et au piano.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar5 partages

Ouverture de session

Les cérémonies d’ouverture de cette seconde session ordinaire se dérouleront cet après-midi à 14 heures, à l’Assembée nationale Tsimbazaza, ensuite au Sénat, Anosy. Selon les informations, une douzaine de projets de loi et trois propositions de loi attendent déjà les parlemen­taires. Les soixante prochains jours sont aussi qualifiés de session budgétaire. Seulement, le projet de loi de finances 2018 ne serait pas encore parvenu aux deux Chambres parlementaires. Pareillement pour les projets de texte devant définir le nouveau cadre juridique des élections, et un éventuel projet de révision de la Constitution.

Midi Madagasikara4 partages

DE CI… DE LA

# Trio jazz blues au Fara West. Peste ou pas, aucunement question de rester les bras croisés et laisser les artistes et le milieu culturel mourir à petit feu. Pour ce samedi, Eric Rakotoary recevra donc dans son café musical Toky Ramasimanga, Datita Rabeson et Nali Rabarison pour une soirée jazz et blues joyeusement pimentée.# Joelle Claude au No comment bar. Pas de Madajazzcar pour cette année, mais du jazz quand même ! Après avoir enchanté les mélomanes de Tuléar, la fille de Claude Bass investira demain soir, le No comment bar pour une soirée qui s’annonce exceptionnelle.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Vatomandry : Gadra mbola mamita sazy, saika hanafika mpandradraha

Lehilahy iray izay mbola migadra sy mbola mamita ny saziny ao amin’ny Fonjan’Ambalatavoahangy Toamasina no tra-tehaky ny zandary, tany Vatomandry ny herinandro teo. Araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandarimariam-pirenena dia teo am-pikasàna ny hanatanteraka fanafihana mitam-piadiana, tany amin’iny faritra Soanierana Ivongo, ity lehilahy ity, izay sarona niaraka tamin’ny basy PA calibre 7.65mm rahateo, izao voasambotra izao. Nisy roalahy namany ihany koa voasambotra niaraka taminy. Ireto farany dia mbola nahitàna basim-borona sy bala maromaro tany aminy. Raha ny zava-nitranga dia « nandre tamin’ny fikaroham-baovao nataony ny zandary avy ao amin’ny kaompania Vatomandry fa misy andian-jiolahy mitam-piadiana hanao fanafihana mpandraraha lavanila any Mahanoro. Ny roa tamin’izy ireo, araka ny re, dia efa tany Mahanoro tamin’izay fotoana izay ary ny iray kosa vao niala tany Toamasina, hamonjy ireo namany ireo », hoy ny vaovao. Teo dia napetraka avy hatrany ny vela-pandrika, ka « tratra tao anaty fiara fitaterana izay mampitohy an’i Toamasina – Mahanoro ny lehilahy iray 32 taona izay voatonona ». Tamin’ny famotorana an’ity farany no nahafantarana fa « misy namany roa hafa any Mahanoro efa nialoha lalana azy ». Natao avy hatrany ny fikarohana ka voasambotra ireto roalahy ireto, izay mbola nahatratrarana fitaovam-piadiana tsy ara-dalàna tany amin’izy ireo. « Ny iray tamin’ireo jiolahy moa dia gadra mbola tsy nahavita sazy izao tratra izao, izay nohamarinina teny amin’ny fonja. Voalaza fa navoaka nanao MOP (mains d’œuvres pénales) izy io ary ny zandary nisambotra azy no nahalalan’izy ireo fa mangala-dia izy io ka izay no tsy mbola nisian’ny filazana fikarohana gadra nandositra », hoy hatrany ny fampitam-baovao azo avy eny anivon’ny zandary.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar4 partages

La psychose collective de 1921 à Antananarivo

ET si nous revenons sur la première apparition de la peste dans la capitale et la réaction des Merina au phénomène d’endémie surles Hautes-Terres centrales ? Les Notes, du samedi 2 au jeudi 7 septembre, en ont déjà parlé, en présentant l’étude de Faranirina V. Esoavelo­mandroso (1980). L’historienne commence par les définitions et précisions données par le Dr Coulanges, alors directeur de l’Institut Pasteur de Madagascar, sur la maladie.Celle-ci se présente chez l’homme sous deux aspects bien que déterminée par le même germe, explique-t-il. La première est la forme bubonique quand le virus pénètre par la voie cutanée. « Elle est transmise par la piqûre des puces infectantes, généralement celles du rat (à Madagascar, le seul rongeur en cause est le Rattus rattus) et ne peut se propager que par l’intermédiaire des ectoparasites.» La deuxième forme est la peste pulmonaire quand il y pénètre directement par les voies respiratoires. « C’est le fait de la contagion directe interhumaine et les insectes n’y participent en aucune façon. »En général, poursuit le Dr Coulanges, la peste a un caractère essentiellement rural, mais en juillet 1921, l’épidémie éclate dans la capitale (comme aujourd’hui). Ainsi, à partir de 1921, « les Merina se trouvent confrontés à une maladie nouvelle et implacable qui les gêne dans leurs coutumes », précise l’historienne. Et « la terreur de la peste, la crainte du châtiment des ancêtres, le poids des traditions se conjuguent pour créer une psychose collective », ajoute-t-elle.Dans cette ambiance de terreur et « dans le contexte précis de la colonisation » (inégalités, oppression), l’idée d’une maladie inventée par l’administration française « pour renforcer sa domination sur les indigènes » s’impose assez vite dans l’esprit des Merina. Cette crédulité mise à part, Faranirina V. Esoavelomandroso rappelle l’espoir pour ces derniers « de pouvoir acheter un bon diagnostic ». Car ils pensent que si la peste existe- « ce dont les Malgaches ne sont pas convaincus »- la maladie ne peut être dangereuse étant donné « la comédie des mesures prophylactiques » (Paul Dussac dans le journal d’opposition « Nation Malgache »).C’est pourquoi, indique l’historienne, si l’une des raisons officielles de leur présence dans l’ile est d’assurer le bien-être des indigènes par une « politique sociale » efficace, « la lutte antipesteuse reflète les incohérences, le caractère arbitraire et les limites de l’action médicale et sanitaire ». Bref, « vivant dans une société fondamentalement inégalitaire, les Malgaches ne manquent pas d’interpréter certaines mesures prophylactiques légitimes comme des prétextes saisis par le pouvoir colonial pour mieux leur faire sentir leur entière sujétion ».Et, poursuit l’historienne, les dispositions prophylactiques relatives à la peste rendent encore plus pesant le contrôle exercé sur les Malgaches par les autorités coloniales. Cela se traduit ainsi : « Accompagnés d’agents de police européens, représentant l’autorité supérieure, mpiadidy et gouverneurs indigènes contribuent au dépistage de la maladie et reçoivent l’ordre de parcourir leurs quartiers respectifs, questionner les habitants, visiter les maisons et signaler aux médecins toutes celles où se trouvent des malades ainsi que tous les décès qui leur paraissent suspects. » Contrôle qui porte atteinte à « l’intimité familiale » !Les déplacements sont aussi étroitement surveillés et des miliciens assurent la garde du cordon sanitaire qui entoure les centres importants. Parlant de celui  établi autour d’Antananarivo, Emmanuel Razafindrakoto (leader nationaliste communiste qui, à l’époque, aenviron 15 ans) compare la capitale à « une ville assiégée » (atao fahirano) tenue par des soldats « sénégalais » (« la terreur des Malgaches de l’époque coloniale ») armés, prêts à tirer sur les « évadés » de la zone contaminée. Il en arrive même à voir dans cette mesure « une volonté des colonisateurs d’empêcher les contacts entre Malgaches ». Aussi exagérée que soit cette opinion, en tout cas des condamnations sévères et arbitraires (« de quelques mois de prison à des années de travaux forcés ») sinon la répression immédiate frappent ceux qui tentent de sortir clandestinement de la zone contaminée.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

News Mada2 partages

Exposition : Is’art galerie présente Loris Behanzin

De passage au pays, le peintre Loris Behanzin a envie de partager ses expériences artistiques aux Malgaches. Sur ce, il a décidé d’exposer à l’Is’art galerie, sis à Tsiadana, à partir de 9 novembre jusqu’à 30 novembre. Il y présentera sa collection baptisée «Les couleurs qui parlent» qui a également été exposée au Bénin, au Togo et en Allemagne.

Loris Behanzin adopte un genre contemporain. Pour plus d’émotions, il utilise plusieurs matériels naturels, entre autres, du papier, de l’argile, du sable… Son objectif est d’acquérir une autre dimension à ses œuvres. Cette exposition permet donc de voir cette maîtrise en la matière et surtout de dévoiler sa vision sur la culture africaine.

A ses débuts, l’artiste s’est lancé dans diverses techniques de décoration intérieure et de menuiserie. Peu à peu, il a découvert sa vraie passion pour l’art contemporain, en choisissant de peindre des tableaux abstraits. Depuis, plusieurs collections ont été créées dont «Les couleurs qui parlent».

L’artiste est originaire du Bénin mais habite actuellement en Allemagne. Ce mélange de culture lui a permis d’enrichir ses expériences. Par ailleurs, il est surtout séduit par les cultures africaines, dont celle de son pays natal. Ainsi, ses œuvres sont à l’image de ses voyages et découvertes. Selon le communiqué relatif à l’évènement, «les couleurs qui parlent, invitent les visiteurs à développer leur propre interprétation».

Holy Danielle

Midi Madagasikara2 partages

VOLLEY-BALL : Vers un rapprochement clubs de volley-écoles

La vulgarisation du volley-ball est une des missions d’une entité sportive qu’elle soit section, ligue ou fédération. Et surtout les clubs. La fédération malgache de volley-ball est actuellement à ce stade de vulgarisation.

Ils en sont à l’identification des établissements scolaires qui ont des terrains pouvant servir de terrain de volley-ball, les équiper et  donner un formateur en volley. Ils, ce sont les techniciens de la fédération malgache de volley-ball. Car le rapprochement entre club et école est incontournable si l’on veut aller loin. Si les écoles publiques comme les CEG (Collège d’enseignement Général) ont des terrains de volley-ball, les clubs qui évoluent autour de ces écoles peuvent s’y entrainer. Les élèves verront ce qu’est cette discipline sportive. Indirectement, chacun participe à la vulgarisation du volley-ball. Le club aura comme devoir de prendre en main la formation des jeunes de ces écoles et de les inclure dans un club quand les jeunes se sentent prêts. « Il y aura des compétitions inter-établissements afin de lancer la discipline entre les écoles » dixit Andriamandimbisoa Jocelyn, président de la FMVB. Cette année même, ils en sont à la mise en place d’un centre spécial volley offert par la FIVB.

Par ailleurs, la FMVB veut mobiliser le public, les spectateurs pour aimer leur discipline. Un club de supporteur sera mis sur pied. En trois ans de présence, le président pense que le volley peut aller mieux avec l’adhésion de tous.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate1 partages

Zafy Albert. Lapan’ny Kolontsaina Mahamasina. Fanaovam-beloma. SARY 1

Alahady 15 oktobra 2017, Lapan’ny Fanantanjahantena sy ny Kolontsaina, Mahamasina: Lamesa fanaovam-beloma an'ny Profesora Zafy Albert, Filoham-pirenena malagasy teo aloha (1993-1996). Sary dingana voalohany. Ny adidy, Tompoko, tsy an'olon-dratsy. Marihina fa tsy misy fepetra ny fampiasana ny sarinay ato aminy madagate.org satria ny Profesora Zafy Albert dia Olom-bahoaka ao anatin'ny Tantaram-pirenena malagasy).

Jeannot Ramambazafy - Harilala Randrianarison - Russel Andrianarivelo

Madagate1 partages

Zafy Albert. Lapan’ny Kolontsaina Mahamasina. Fanaovam-beloma. SARY 2

Alahady 15 oktobra 2017, Lapan’ny Fanantanjahantena sy ny Kolontsaina, Mahamasina: Lamesa fanaovam-beloma an'ny Profesora Zafy Albert, Filoham-pirenena malagasy teo aloha (1993-1996). Sary dingana faharoa. Ny adidy, Tompoko, tsy an'olon-dratsy. Marihina fa tsy misy fepetra ny fampiasana ny sarinay ato aminy madagate.org satria ny Profesora Zafy Albert dia Olom-bahoaka ao anatin'ny Tantaram-pirenena malagasy).

Jeannot Ramambazafy - Harilala Randrianarison - Russel Andrianarivelo

EN ROUTE VERS BETSIAKA PAR VOIE TERRESTRE

Orange Madagascar1 partages

264 jeunes professionnels mobilisés pour renforcer l’hygiène et prévention d’infections dans les hô...

News Mada1 partages

Mihira ny fiainana : hamoaka ny sanganasany ny Maggik Mada

Niforona tamin’ny taona 2015 ny tarika Maggik Mada. Ankehitriny, an-dalana ho amin’ny famoahana ny rakitsariny sy ny rakikirany voalohany ry zareo. Raha ny lamina efa napetraky ny tarika Maggik Mada hatramin’izay, hivoaka amin’ny faran’ity taona 2017 ity io vokatry ny kanto nampitondraina ny lohateny « Mandeha ny resaka » io. Sanganasa 9 no ho voarakitra ao anatiny. Tanjona ho an’ny Maggik Mada ny hanambara sy haneho amin’ny endrika kanto (hira, dihy, sns) ny zava-misy eny anivon’ny fiarahamonina (Fitiavana, fiainam-pirenena, fivavahana…), raha ny fanazavan-dRambola lehiben’ny tarika. Manao ny gadona milamindamina toy ny « slow », kanefa mahafehy tsara ny mampitsinjaka tahaka ny « reggae », ny « sud’af », ny fampiarahana ny horija betsileo amin’ny tsapiky, sns, ny Maggik Mada.

Tsetsatsetsa tsy aritra no ilazana fa samy ankohonana iray (ray aman-dreny sy zanaka) ireo mpikambana anivon’ny tarika.

Nanangona: HaRy Razafindrakoto

 

News Mada1 partages

Antsiranana : tratra ireo mpamongady rongony

Voasambotry ny zandary ao amin’ny kaompania Antsiranana, ny herinandro teo ireo efa-dahy voarohirohy ho nanao trafikana rongony milanja 5 kg sy sasany tany an-drenivohitr’Antsiranana. Araka ny fampitam-baovao voaray, nisy hetsika manokana nataon’ireo zandary avy ao amin’ny kaompania momba ny ady amin’ny zava-mahadomelina. Taorian’ny fikaroham-baovao, tokantrano iray nahatrarana ireto zava-mahadomelina ireto niampy ireo olona voarohirohy. Fantatra fa mpamongady rongony ao Antsiranana mihitsy ny iray amin’ireo olona tratra ireo raha mpifoka kosa ny ambiny. Niaiky ny heloka vitany ireo efa-dahy tratra ireo nandritra ny famotorana nataon’ny zandary.

Mirongatra indray  ny trafikana zava-mahadomelina amin’izao. Tsy mikely soroka fa manao izay ho afany amin’ny fanenjehana ireo mpanao trafika ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ary mangataka fiaraha-miasa matotra amin’izay manana loharanom-baovao. Misy ifandraisana amin’ny tsy fandriampahalemana rahateo itony zava-mahadomelina itony.

Natolotra ny fampanoavana avy hatrany izy efa-dahy ireto.

J.C

Madonline1 partages

Rivo Rakotovao quitte le gouvernement et rejoint le Sénat

Le président du parti présidentiel HVM, Rivo Rakotovao, est nommé Sénateur de Madagascar et quitte le ministère de l’Agriculture qu’il a occupé au cours des dernières années.

C’est un autre ancien ministre de l’Agriculture, Harison Randriarimanana, conseiller spécial du président Hery Rajaonarimampianina, en charge des affaires économiques, depuis octobre 2014, qui regagne ainsi le département de l’Agriculture en remplacement de Rivo Rakotovao.

Le nouveau ministre de l’Agriculture est rompu pour les fonctions administratives pour avoir servi en tant que ministre sous la présidence de Marc Ravalomanana et pour avoir occupé divers postes de responsabilité sous la deuxième République Socialiste de Didier Ratsiraka.

La décision du chef de l’Etat relève d’un fin calcul politique, car Rivo Rakotovao, en devenant Sénateur à la place d’Ahmad, qui a été élu, il y a quelques mois, président de la Confédération africaine de football, pourrait être incessamment propulsé à la présidence du Sénat. Ce qui lui permettra de devenir le numéro 1 de l’Etat quand Hery Rajaonarimampianina, conformément à la Constitution de la Quatrième République, sera appelé à démissionner avant l’élection présidentielle de fin 2018.

Le mini-remaniement a été annoncé la matinée du 17 octobre alors que le président de la République est absent du pays. Ce qui laisse penser à une certaine urgence aux yeux de l’équipe au pouvoir.

Le président actuel du Sénat, Honoré Rakotomanana, 84 ans, a la santé plutôt fragile et ce sera sans doute une raison valable de le supplier à céder la place à un autre prétendant.

Cette initiative du régime HVM laisse penser aussi que, compte tenu des diverses réactions au cours des dernières semaines sur une éventuelle révision de la Constitution, les dirigeants ont choisi une autre option. Les membres de l’opposition et les acteurs de la société civile ont, en effet, subodoré une velléité de modifier les dispositions obligeant le président à démissionner avant la tenue de l’élection présidentielle.

La Vérité1 partages

Karaté - Club Maka International - Les 80 ans du grand maître célébrés

Sensei René Ramanitrandrasana. Voilà un nom très connu dans le milieu du karaté malagasy et considéré d'ailleurs comme le pionnier de  la discipline à Madagascar. Résidant en France, ce plus haut gradé de l'histoire de la Grande île, 9e Dan de karaté-do Goju Ryu, a célébré ses 80 ans samedi dernier  avec les membres du club Maka International.  En dépit de son âge avancé, Sensei René Ramanitrandrasana est l'un des rares grands maîtres encore en activité. Représentant officiel en Europe de la prestigieuse école Jundokan d'Okinawa, il dirige deux clubs de karaté dans la région parisienne, à savoir le Maka International (Paris 14e),  présidé par maître Ninel  Rasamoely, 6e Dan, et le Shorei Ryu Karaté-Do de Cachan.

Considéré comme une icône vivante du karaté et une fierté pour toute une génération, c'est tout à fait normal que des membres du Maka basé en Europe, particulièrement en France, sont venus célébrés le 80e anniversaire de leur idole. Ils étaient plus d'une centaine à honorer la cérémonie dont entre autres maître Clarck Ramanantsoa, 5e Dan, et maître Zafitsiory Randrianindrina, 7e Dan Kyoshi. Cet événement fut l'occasion de régulariser les grades de quelques anciens, au nombre de 14, par la délivrance de certificats, allant du 3e au 5e Dan.  Maître Jean-Christian Randriamalaza, pour sa part, le septuple champion du monde de boxe chinoise full contact, accompagné de son staff au complet, le président Jean-Claude Rafilibera et le chargé de communication, Dany Rakotoarimalala, a reçu de Sensei René Ramanitrandrasana le certificat de grade du 4e Dan en karaté-do, acquis en 2016.

Rata

Midi Madagasikara1 partages

Développement économique local : Le 4e Forum Mondial ce jour à Praia Cap-Vert

« Les contributions du développement économique local à la mise en œuvre du programme de développement de 2030 », tel est le thème du quatrième Forum mondial sur le Développement économique local (DEL), qui se tient du 17 au 20 octobre à Praia, une ville du Cap-Vert. Durant cette rencontre, les représentants des collectivités territoriales d’Afrique se penchent, entre autres, sur l’économie informelle et le changement climatique. En effet, près de 1 500 participants issus de 120 pays participent à cet événement organisé par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement), les CGLU (Cités et Gouvernement Locaux Unis), l’OIT (l’Organisation International du Travail), le FAMSI (Fonds andalou des municipalités pour la solidarité internationale) et l’ORU-FOGAR. Selon ces organisateurs, le forum constitue un lieu d’échange sur le développement économique local. Il vise en particulier à proposer des orientations et des principes d’action pour concrétiser la mise en œuvre de l’ODD 8 (Huitième objectif de développement durable), qui consiste à promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous et l’ODD 17qui promeut les partenariats pour la réalisation des objectifs.

Multisessions. Un accent particulier sera mis sur « la réduction des inégalités par le développement économique local », précise la fiche de présentation du comité d’organisation. Au cours du Forum, CGLU Afrique organise deux sessions le 18 octobre 2017. La première intitulée« Changement climatique et DEL : Comment atténuer les effets du changement climatique tout en favorisant le développement économique local ? », se focalisera sur les opportunités économiques qu’offre la lutte contre les changements climatiques pour les populations y compris les plus pauvres, en prenant appui sur les bonnes pratiques de certaines villes africaines. La seconde session intitulée « Economie informelle entre régularisation et accès pendant des phases de transition », mettra en lumière les questions à se poser quant à la prise en compte du secteur informel dans les stratégies de développement économique local et les réponses qui y sont apportées par les collectivités locales d’Afrique et d’ailleurs.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

La Vie des Entreprises – Investissements chinois : Plus de 5000 employés au sein de l’ACECMA

Cai Guowei, Président de l’ACECMA.

En cette célébration du 45e anniversaire des relations diplomatiques entre Madagascar et la Chine, les opérateurs économiques chinois renforcent leur position en termes d’investissements et de projets.

Ils ne communiquent pas beaucoup et on n’a pas encore une idée précise de l’importance des opérateurs économiques chinois à Madagascar. Mais la célébration du 10e anniversaire de l’Association Générale des Commerçants et Entrepreneurs Chinois à Madagascar (ACECMA) qui s’était déroulée au Carlton dans la soirée de vendredi dernier, était une occasion de constater que les investissements privés chinois jouent quand même un rôle non négligeable pour le développement du pays. L’ACECMA qui fête, donc, cette année, ses dix années de présence à Madagascar compte environ 150 entreprises membres. « Nos membres sont très variés, en commençant par les entreprises familiales, en passant par les petites et moyennes entreprises, jusqu’aux grandes sociétés de renommée internationale », explique un membre de l’ACECMA.

Grandes marques. En tout cas, si on connaît avant tout les entrepreneurs chinois à travers les commerçants de Behoririka, ils sont également actifs dans des domaines plus visibles au niveau du commerce international. Et ce, notamment, à travers la représentation de grandes marques comme Changhong, Hisense, Skyworth pour les téléviseurs. Sur ce point, d’ailleurs, Baolai qui représente ces marques figure parmi les membres les plus actifs de l’ACECMA. Des entreprises qui représentent ou commercialisent la grande marque de Smartphone, Huawei sont également membres de l’ACECMA qui compte aussi dans ses rangs des entreprises franches textiles. « Les entreprises membres de l’ACECMA comptent pas moins de 5000 employés » selon toujours ce membre de l’association. Des employés qui jouissent pour la plupart de bonnes conditions de travail. En effet, contrairement aux idées reçues, les opérateurs économiques chinois suivent les réglementations du travail à Madagascar. « Nos membres sont respectueux du droit de travail malgache et les conditions de travail sont conformes aux normes exigées » selon toujours notre interlocuteur qui a cependant reconnu qu’il y a quand même quelques cas de conflits entre patrons chinois et travailleurs malgaches. « Ce sont des cas rares mais qui sont souvent relayés par la presse » selon toujours ce représentant de l’ACECMA qui a tenu à préciser que les Chinois ne sont pas racistes.

Gagnant-gagnant. Pour en revenir à la célébration du 10e anniversaire de l’ASECMA, vendredi dernier au Carlton, la soirée était honorée de leur présence par le Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly et l’Ambassadeur de Chine Yang Xiaorong. Cai Guowei, l’actuel Président de l’Association a profité de l’occasion pour faire état de la détermination des opérateurs économiques chinois de développer davantage les relations entre la Chine et Madagascar. En effet, ce ne sont pas les potentiels qui manquent et les deux parties ont à gagner grâce à une coopération qualifiée de gagnant-gagnant. Sur ce point, d’ailleurs, le Premier ministre Olivier Mahafaly a indiqué que Madagascar ne fait pas une exclusion en ce qui concerne les relations avec l’extérieur. « Tous les partenaires économiques et commerciaux sont les bienvenus, mais la seule condition est le respect de la souveraineté nationale », a-t-il notamment indiqué. L’Ambassadeur de Chine Yang Xiarong, a pour sa part rassuré quant à cette volonté de la Chine de renforcer encore plus la coopération entre les deux pays. Des relations diplomatiques qui, précisons-le, fêtent cette année leurs 45 années d’effectivité. Et ce, sous le signe de nombreux projets aussi bien publics que privés qui vont probablement booster l’économie malgache.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar1 partages

Pestimiste

Le pire est à venir. Aucun bilan de l’épidémie de peste, hier, du côté du Bngrc désormais l’organe unique chargé de gérer la communication sur la maladie. Un mauvais signe qui serait synonyme de velléités d’entretenir le mystère sur l’épidémie et qui serait très dangereux car à force de vouloir cacher la vérité pour ne pas entamer le moral de la population, on finit par faire croire que la peste n’est qu’une affabulation. Une épidémie inventée de toutes pièces pour pouvoir quémander les mannes internationales en vue de l’élection présidentielle en 2018, entendait-on dans un quartier où la population s’est liguée contre les autorités sanitaires venues récupérer une soi-disant victime de peste. La tentative a failli tourner à l’émeute et les agents du BMH ont dû battre en retraite.Depuis hier, les centres de santé sont à court de réactifs pour pouvoir procéder au test de diagnostic rapide pour ceux qui présentent des symptômes de la maladie. La rupture de stock indique l’importance du nombre de personnes venues  se faire tester à la moindre toux, dès qu’on se sent «en chaleur». Les derniers chiffres publiés samedi indiquent six cent dix individus consultés pour soixante-trois décès. Les médecins, dont on salue le courage et l’abnégation, sont visiblement débordés par l’afflux des personnes envahissant les hôpitaux et centres de santé. Certains commencent à hausser le ton face à la tâche herculéenne qu’il faut affronter tous les jours depuis deux mois. Les mesures prises jusqu’ici sont assez superficielles pour être efficaces et avoir des résultats probants dans la lutte contre l’épidémie.Imaginons que la moitié de la population d’Antananarivo soit touchée par la peste, ce qui est tout à fait probable à l’allure où vont les choses. Toutes les capacités des hôpitaux et centres de santé seront dépassées. Le nombre de médecins sera nettement insuffisant, et il va falloir, peut-être, recruter des médecins Fram pour combler le trou.Avec la pluie qui entre dans la fête, les risques augmentent inévitablement. Dès la première averse, Tana a été submergée par un flot d’immondices excavées par les torrents des canaux d’évacuation défaillants. Les efforts de nettoyage ont été anéantis par la meilleure ennemie d’Antananarivo qu’est l’eau.Il y a ainsi tout lieu d’être …«pestimiste» devant les réalités et les demi-mesures prises par l’État. Il est tout à fait débile d’interdire les spectacles et les rencontres sportives alors qu’on autorise les cultes religieux, les veillées mortuaires et d’autres rassemblements populaires.Les dérogations douchent les efforts entrepris par des personnes de bonne volonté et ébranlent ceux qui prennent des risques énormes pour éradiquer la maladie. Si tout le monde n’est pas logé à la même enseigne, tout effort sera vain.On risque de passer le dernier trimestre et les fêtes de fin d’année avec la peste comme partenaire fixe. C’est le ministre de l’Éducation nationale qui se frotterait les mains, étant donné que la rentrée pourrait avoir lieu l’année prochaine. De la peste, on passerait directement au Pse. Deux maux de la même famille et peut-être avec les mêmes conséquences.

Par Sylvain Ranjalahy

Madaplus.info0 partages

Nuzéjouls: Une soirée caritative pour un orphelinat malgache

Dans le cadre d'une mission humanitaire d'enseignement du français, une administrée et conseillère municipale de Nuzéjouls, Joëlle Parisot, était partie cinq semaines, en 2016, dans un orphelinat de Madagascar, «Compassion Mangoraka».
Samedi 7 octobre, une soirée caritative a été organisée pour recueillir des fonds afin de soutenir l'action de ces religieuses malgaches qui s'occupent d'une trentaine d'orphelines. Elles dirigent également une école élémentaire/collège qui accueille plus de 450 enfants des villages voisins en externat.
C'est en présence de Sœur Clarisse, responsable de cet orphelinat, qu'une quarantaine de personnes ont répondu présent à cette invitation. Après le repas malgache concocté par Joëlle et Sœur Clarisse, les participants ont pu acheter bracelets, paniers en osier et différents objets fabriqués par les pensionnaires de l'orphelinat. 500 € ont été récoltés qui serviront à améliorer le quotidien de ces enfants.
Certains convives ont pris l'engagement de parrainer des orphelines, leur permettant ainsi de poursuivre une scolarité plus facile, grâce à l'achat de matériel scolaire qui leur fait tant défaut ou de payer des frais liés à leurs études. Une soirée de partage et de solidarité envers des enfants particulièrement démunis.
La dépêche.fr
Madaplus.info0 partages

Rivo Rakotovao remplacé, pour être nommé Sénateur

Rivo Rakotovao, ministre auprès de la Présidence Chargé de l'Agriculture et de l'Élevage est déni de ses fonctions. Selon le communiqué du Secrétaire d’État le General Ralala Roger.
Cet ancien Ministre est nommé sénateur remplaçant Ahmad qui est devenu le Président de la CAF (confédération Africaine de Football) depuis Mars 2017. Rappelons que Rivo Rakotovao a été ministre d'État chargé des Infrastructures, de l'Équipement et de l'Aménagement du Territoire durant le gouvernement Kolo Roger et Jean Ravelonarivo. C’est depuis qu’Olivier Solonandrasana Mahafaly est devenu le numéro un de Mahazoarivo que Rivo Rakotovao a été assigné au poste de ministre auprès de la Présidence Chargé de l'Agriculture et de l'Élevage. Randrianarimanana Harisson, qui est l’ancien ministre de l’Économie à l’époque de Charle Rabananjara succède à Rivo Rakotovao.
Ino Vaovao0 partages

ASAN-DAHALO AO MANDOTO : Lehilahy iray maty nandritra ny fanarahan-dia

Toy ny zava-nitranga tao Ampasimpotsy Fokontany Mandritsara, ny faran’ny herinandro teo, lehilahy iray no namoy ny ainy nandritra ny fanarahan-dia nataon’ny fokonolona. Nitrangana halatr’omby tao an-tanàna tamin’io fotoana io, ka omby miisa 25 izay voalaza fa an-dRakotondratsimba no lasan’ ireo dahalo tamin’izany.

Nampandre ny ben’ny tanàna avy hatrany ireo mpiara-monina, ka nampanantsoina avokoa ireo mpitandro filaminana eo an-tanàna taorian’ izay fandrobana izay.

Andro alina tokony ho tamin’ny 9 ora sy sasany tany ho any no nitranga ny fanafihana, ka tsy ela ihany koa dia tonga nanao ny fanarahan-dia ny Zandary miisa dimy miampy ireo fokonolona. Tamin’izay fotoana izany no nahalavo ny mpanara-dia nanditra ny fifandonana nahery vaika. Nisy olona anankiroa hafa ihany koa voalaza fa naratra mafy ka nalefa notsaboina tao amin’ny CSB II Antanimiandry. Na izany aza anefa dia mba tafaverina soa aman-tsara tamin’ny tompony daholo ny omby saingy mbola tafatsoaka hatrany ireo malaso.

Karohina fatratra ireo andian-dahalo nandositra ireo amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAHAFATESAN’NY ZANDARY IRAY TANY BETROKA : Nijanona tampoka ny fon’ny reniny

Fantatra fa vao nilazana ny fahafatesan’io zanany lahy io ity renim-pianakaviana ity dia tsy nahazaka izany ny fony ka torana tampoka. Voatery nampidirina hopitaly tao Nasandratsony Fianarantsoa, tsy nahatsiaro tena nanomboka tamin’io fotoana nandrenesany ny vaovao ratsy momba an-janany io izy ka hatramin’ny ora nahafatesany io, araka ny loharanom-baovao.

Raha tsiahivina dia maty amperinasa i Germain, ny alakamisy hariva teo no nitrangan’ny fanafihan-dahalo tao amin’ny Kaominina Evaho, Distrikan’i Betroka.

Nisy ny fifandonana teo amin’ireo mpitandro filaminana sy ireo andian-dahalo ary voatifitra nandritra izany ity farany ka naratra mafy. Mbola noentina namonjy toeram-pitsaboana tao an-tampon-tanànan’i Betroka i Germain saingy ora vitsy taty aoriana dia tsy tana ny ainy.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Sarona ireo jiolahy nisaron-tava naka an-keriny sy nangalatra lavanila 50 kilao

Tao amin’ny Fokontanin’Antanifotsy no nahatraran’ny zandary miisa roa azy ireo rehefa nanao fisafoana sy fampandrian-tany isakYny alina. Fantatra àry fa i Boto 32 taona sy i Jickot 29 taona no jiolahy nanao ny fandrobana ka mbola hita tany amin’izy ireo ny lavanila avy nangalarina rehefa nohalalinina ny fanadihadiana azy ireo.

45kilao sisa ny ambin’ny lavanila rehefa nolanjaina ary efa tafaverina amin’ny tompony. Marihana fa efa tafaverina tao amin’ny trano fonenany ihany koa ilay niharan’ny fanafihana izay nalaina an-keriny tamin’io fotoana io . Efa nahazo fitsaboana ny tenany, hoy ny fianakaviany na dia somary mafy ihany aza ny vono nahazo azy.

Mbola mitohy ny famotorana ataon’ny mpitandro filaminana ireto jiolahy ireto ka aorian’izay dia hampiakarina amin’ny fampanoavana avy hatrany izy ireo raha ny fanampim-panazavana voaray. Mitohy ny fiambenana ataon’ny zandary mikasika ity halatra lavanila ity hatramin’izao satria raha ny fitarainana voaray matetika tato ho ato dia mbola misy ihany ireo jiolahy mangalatra lavanila sy mampihorohoro ny vahoaka ao an-tampon-tanàna.

Tatianà R.

News Mada0 partages

Fambolena : tsy mitsaha-mihena ny voka-bary eto Madagasikara

 Noho ny fankalazana ny Andro eran-tany ho an’ny sakafo, nasian-teny fa tsy ampy ny vokatra eto amin’ny Nosy, betsaka ny Malagasy tsy ampy sakafo. Noho izany mila hovàna ny fomba fiasa any amin’ny fambolena. Fanadihadiana.

Foto-tsakafon’ny Malagasy ny vary. Betsaka ny fanadihadiana momba io vary io. Samy nanao izany avokoa ny mpikaroka, ny fikambanana eto an-toerana sy iraisam-pirenena, ny minisitera, samy manana ny fomba fijeriny. Fantatra amin’izao taonjato izao ny fitombon’ny mponina, ny foto-tsakafony, ny vary, tsy mitsaha-mihena raha ny vokatra eto an-toerana. Voatery manafatra isika hamenoana ny banga.

Mihinam-bary intelo isan’andro ny Malagasy. Ahitana fiovana betsaka ihany izany izao amin’ny tanàn-dehibe, lasa indroa isan’andro. Araka ny salanisa, 138 kg/taona/olona ny any ambanivohitra ; 118 kg/taona/olona amin’ny tanàn-dehibe. Eo amin’ny fambolena, mitana anjara toerana lehibe ny voly vary. Mpamboly vary avokoa ny 90 % -n’ny tantsaha. Ny salanisa, roa tapitrisa t. isan-taona ny vokatra amina velaran-tany 1.300.000 ha. Ny taona 1999 no nisy vokatra tsara indrindra, 2,637 tapitrisa t. Mihena hatrany ny vokatra taorian’io, izay mbola tsy ho tratra ny taona 2020, mety hisy 2,193 tapitrisa t.

Efa 60 taona mahery izao, tsy ahitana fivoarana ny fomba fambolem-bary eto amin’ny Nosy, na eo aza ny vanim-potoana samy hafa sy karazam-bary maro. Misy ihany ny fampiharana fomba fambolena vaovao, saingy 20 % monja. Fotoam-pambolena iombonan’ny maro, manelanelana ny avrily hatramin’ny jona. Any Marovoay, ohatra, eo anelanelan’ny janoary hatramin’ny marsa ny fotoam-pijinjana “vary jeby”. Io karazam-bary io ny maro indrindra, 67 %. Any Alaotra indray, ny « vary vakiambiaty », 91 %, miakatra manomboka ny avrily hatramin’ny jona.

Fitaovana sy fomba fiasa tranainy

Fitaovana fampiasan’ny maro, tsara indrindra hita hatramin’izao, manerana ny faritra rehetra,  ny angadin’omby miampy izay omby misarika azy. Mahalana ny ahitana milina (tracteurs na motoculteurs). Any Alaotra, malaza fa sompitr’i Madagasikara, 2,5 % amin’ny tantsaha ihany ny manana izany ; any avaratra andrefana, 0, 6 %.

Ny fambolem-bary indroa isan-taona amin’ny ankapobeny, iraisan’ny maro. Ankoatra ny “vary jeby” sy « vary vakiambiaty », mbola misy ny “vary aloha”,vary asara”, “vary gasy” na karazam-bokatra hafa, manome 12 % eo ho eo. Miankina betsaka amin’ny fifehezana tsara ny rano sy fahaizana manajary tany ireo voly ireo.

Mamely ny fiovan’ny toetr’andro

Ankoatra ny fomba fiasa tsy miova sy fitaovana tsy ampy, taona maro izao, misy fiantraikany lehibe amin’ny fambolena ny fiovan’ny toetr’andro. Isan-taona, ny any avaratra, tojon’ny tondra-drano ; mifanohitra amin’izany ny tapany atsimon’ny Nosy, izay tsy ampy rano, mitarika ny tany volena ho lasa karankaina. Faritra maro ankehitriny, tsy mahavita afa-tsy fotoam-pambolena iray ihany. Tsy maintsy jerena, noho izany, izay fomba fambolena vaovao mifandraika amin’izao fiovan’ny toetr’andro izao.

 R.Mathieu

 

News Mada0 partages

Budget des secteurs sociaux : toujours le parent pauvre des dépenses publiques

Le budget affecté aux secteurs sociaux devrait représenter 4,6% du PIB national en 2018, selon les prévisions. Ce chiffre est cependant insuffisant pour assurer une bonne couverture sociale dans le pays.

Les dépenses liées aux secteurs sociaux devraient représenter 4,6% du Produit intérieur brut (PIB) de Madagascar, selon la Direction générale du budget. Ce chiffre reste toutefois insuffisant en se référant aux statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui affirme que la  part de budget alloué aux secteurs sociaux dans un pays devrait représenter,  au minimum, 5% de son PIB, pour assurer une bonne couverture sociale. Par ailleurs, l’Unesco avance que le budget consacré au secteur de l’éducation devrait au moins équivaloir à 6% du PIB de chaque pays.

Lors d’une séance d’information et de formation sur les budgets sociaux à Madagascar, qui s’est tenue la semaine dernière à Antaninarenina, la Direction générale du budget a annoncé l’effectivité de plusieurs réformes dans la gestion financière de l’Etat dont  la priorisation des secteurs sociaux en fait partie. La séance réunissant  le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), le ministère des Finances et du budget et la Direction générale du budget (DGB) fait suite à celles organisées  en mai 2016 et février 2017 pour asseoir la transparence dans la gestion du budget de l’Etat.

17,6% du PIP

Alors qu’en 2009 les dépenses liées aux secteurs sociaux  à Madagascar se sont élevées à 6,9% du PIB National, durant la Transition, elles ont chuté de moitié jusqu’à 3,7% du PIB. Une amélioration a été constatée depuis la Quatrième République. Selon la répartition des financements du Programme d’investissement public (PIP) dans la Loi de finance rectificative (LFR) 2016,  14,4% du PIP du pays porte sur  les projets sociaux, concernant notamment l’accès à l’eau potable, la santé, l’éducation, la protection sociale et la nutrition. Cette part des secteurs sociaux dans le PIP est ensuite passée à 17,6% dans la Loi de finances initiale (LFI) 2017. Par ailleurs, 77% du budget alloué au secteur social proviennent des aides et des financements des Partenaires techniques et financiers (PTF) du pays, la part de l’Etat s’élève à 23% du budget total consacré à ce secteur.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Informations météorologiques : enjeu majeur pour la productivité agricole

Un accord vient d’être signé entre la Direction régionale des transports et de la météorologie Analamanga (DRTMA) et la Direction régionale de l’agriculture et de l’élevage (DRAE) Analamanga, portant sur la valorisation des informations météorologiques pour l’amélioration de la productivité agricole. Cet accord fait suite à un atelier de concertation pour la valorisation des informations climatologiques et météorologiques pour une meilleure adaptation au changement climatique, qui s’est tenu à Antananarivo, le 7 août dernier.

En effet, la Direction de la météorologie, par le biais de son service régional Analamanga, s’engage à faciliter la lecture des bulletins et informations hydrométéorologiques pour qu’ils soient mieux compris et plus accessibles aux paysans agriculteurs. Cette direction prévoit d’envoyer régulièrement les informations hydrométéorologiques, agro météorologiques et climatologiques aux usagers locaux. Pour leur part, les  services techniques, notamment les tels DRAE,  les Centres de services agricoles (CSA), s’engageront à traduire les informations météo, en «langage paysan», c’est-à-dire, fournir aux agriculteurs les itinéraires d’adaptation en fonction des informations météorologiques données.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Veloma farany tetsy Mahamasina : nomen’ny FFKM lesona momba ny Pr Zafy ny mpanao politika

 Tsy nihafahafa ary nahazo ny anjarany avy amin’ny FFKM ny mpitondra sy ny mpanao politika. « Mahatsiaro ny nataony isika. Ny fahamarinana niainany. Tokony handray lesona amin’izany isika. Aoka hohajaina ny fahamarinana…”, hoy ny pastora avy amin’ny FLM, Randrianasolo Jeannot, tamin’ny teny fampianarany, nitondrana am-bavaka ho fialan-tsasatry ny fanahin’ny Pr Zafy, tetsy Mahamasina, omaly. Tsy vitan’izany fa mbola nahitsy ny toriteniny. “Tsy misy izany fifankatiavana izany eto. Mifampitsikera etsy sy eroa. Mifanome tsiny isika rehetra”, hoy ihany izy. Notsiahiviny avy eo fa samy tokony hipetraka amin’ny toerany ny tsirairay. Ny mpitondra, hijanona amin’ny maha mpitondra azy. Ny mpitondra fivavahana, hitory ny Vaovao Mahafaly…

Ravalomanana sy Rajoelina teo anilan’ny fianakaviana

Ny vahoaka, hanaja ny ametrahana azy mba hirindran’ny fiarahamonina, araka ny fampianarany. “Samia manatanteraka ny andraikitra sy ny adidy ny tsirairay. Mahita hafaliana sy fahafahana ny vahoaka rehefa tsy mifampitsabaka”, hoy ihany izy. Nitarika ny fotoam-pivavahana tamin’izany ny eo anivon’ny FFKM, Antananarivo Renivohitra. Anisan’ireo nanatrika kosa ny lehiben’ny fiangonana eo anivon’ny fiangonana efa-tonta na ny solontenany. Anisan’izany ny filoha am-perinasan’ny FFKM, ny Mgr Razanakolona Odon, sy ny avy amin’ny anglikanina (EEM), Ranarivelo Samoela Jaona, ary koa ny eo anivon’ny FLM, ny Rev. Rakotonirina David.

Tazana teny an-toerana avokoa ireo filoham-pirenena sy filoham-panjakana teo aloha, toy ny filoha teo aloha, Ravalomanana, sy ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina. Samy nipetraka teo anilan’ny fianakavian’ny mana-manjo; ankavia sy havanana, izy ireo.

Nampihetsim-po ny lahatenin’i Zafy Sylvie, zanany

 Teo koa ny avy amin’ny masoivoho vahiny miasa sy monina eto amintsika. Ohatra, ny avy amin’ny Vondrona eoropeanina (UE), Antonio Sánchez-Benedito. Ny ambasadaoro isany, i Robert Yamate ho an’ny Amerikanina, sy i Véronique Vouland-Aneini, ho an’ny frantsay…

Nampihetsi-po ny maro ny veloma farany nataon’ny zanaky ny Pr Zafy, ny dokotera  mpandidy, Zafy Sylvie, miasa any Frantsa. Zary fandrotrarana an-tanàna haolo. “Veloma Papa… Tsy hohadinoinay ny hafatrao… ”, hoy ny ampahan’ny lahateniny notronin’ny anadahiny mirahalahy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Horaisin’ny ao Maevatanana ny Pr Zafy

Anjaran’ny eo Maevatanana ny mandray ny nofomangatsiakan’ny Pr Zafy. Samy hiaraka any an-toerana hanao ny fombafomba rehetra ny eo anivon’ny faritra Betsiboka sy Boeny. Tahaka izany koa ireo tanàna hafa mangataka ny hijanonan’izany andiana fiara marobe mitondra ny tranovorona sy ny delegasiona ary ny fianakaviana hihazo an’Ambilobe. Aorian’izany, hoentina any Betsiaka, 28 km miala io Renivohitry ny distrika io ary halevina ny asabotsy izao. Tsiahivina fa niala teto an-dRenivohitra, omaly, tokony ho tamin’ny 1 ora sy sasany ny razana, nialohavan’ny fombafomba ara-miaramila tetsy Mahamasina, taorian’ny fotoam-pivavahana. Nitsofana ny mozikan’ny tafika izany sady nanaovan’ny Foloalindahy veloma ity filoha teo aloha ity. Nihazo ny araben’ny Fahaleovantena sy Antanimena izany avy eo ary nizotra amin’ny lalam-pirenena fahafito (RN7). Tomefy olona nikopakopa-tanana sy malahelo ny lalana nizorany… Filoham-pirenena voafidim-bahoaka nodimandry farany ny filoha Tsiranana Philibert, nitondra ny Repoblika I ary nodimandry ny 16 avrily 1978 teo amin’ny faha- 67 taony.

Synèse R.

News Mada0 partages

Manoro Régis : « Tsy hangoronan-karena ny politika tamin’ny filoha Zafy A. »

Nanana izay nampiavaka azy ny Pr Zafy Albert tamin’ny fanaovana politika. Tsy natao hanangonana harena ho an’ny tena ny fanaovana politika, raha ny fijoroana vavolombelona nataon’ny mpiara-dia taminy, Manoro Régis. 

« Nisongadina tamin’ny fampianarana azonay, ny zavatra niainanay mivantana, ny fitaizana azonay ny hoe: tsy natao hanangonana harena ho an’ny tena sy ho an’ny ankohonan’ny tena ny fanaovana politika, fa natao ho fitaovana entina mikatsaka sy hanatsarana araka izay azo atao ny fari-piainan’ny vahoaka. »

Izay ny fijoroana vavolombelona nataon’ny mpiara-dia tamin’ny Pr Zafy Albert teo amin’ny sehatry ny politika, ny sekretera jeneralin’ny antoko UNDD, Manoro Régis, teny Mahamasina, omaly. Tsy natao hampisara-bazana ny fanaovana politika, fa tokony hikendry lalandava ny hampihavana sy hampiray ny samy mpiray tanindrazana. Mba hahazoany faritra sy ny rehetra mandroso amin’ny fomba mirindra izany amin’ny lafiny politika, tokarena, sosialy, koltoraly sy amin’ny maha olona.

Izany no tsy nitsitsian’ny Pr Zafy Albert herim-batana sy herin-tsaina hitory ny fampihavam-pirenena, nanomboka ny taona 2002. Eo koa ny fandalana ny demokrasia sy ny fanajana ny lalàna velona. Izay no nahazoany ny anarana hoe « Rain’ny demokrasia ».

 

Nanaja ny asany izy, ary tsy nanilikilika…

 « Ny fikarakarany marary no nahatsapako voalohany ny fanajany ny asany sy ny fanaovany izany an-kitsim-po », hoy ihany ity mpanao politika ity. Eo koa ny tsy fanavakavahany sy ny tsy fanilikilihany ny sarangan’olona madinika, ny fahamarinany amin’ny fanatanterahany ny asany sy amin’ny fiainany andavanandro, ny tsy fanompoany vola amin’ny asany.

Anisan’ny fampianarana azony sy zavatra niainany mivantana ary nitaizana azy koa ny tokony hanakaikezana lalandava ny vahoaka madinika, ny famantarana ifotony ny olana mianjady amin’ny vahoaka, ny hetahetany sy izay heveriny ho vahaolana amin’izany. Izay no nahatonga ny fitsidihana hatrany amin’ireny faritra lavitra mpitondra ireny ho vaindohan-draharaha, araka ny fanazavany.

R. Nd.

News Mada0 partages

Pr Andrianarisoa Ange : « Tsy nanavakavaka olona ny Pr Zafy Albert »

« Tiany ny asany, ary tsy nanavakavaka olona izy fa mitovy avokoa izay marary teo aminy. Amin’izany toe-panahiny izany: toy ny lefona tsara varombo izy, atomboka tsy mba milefitra. Natokany ho an’ny marary ny ampahan’ny fotoan’ny Pr Zafy Albert. »

Io no nambaran’ny avy amin’ny mpampianatra mpikaroka niara-niasa tamin’ny Pr Zafy Albert  tao amin’ny fakiolite fitsaboana ny Pr Andrianarisoa Ange, oniversite Antananarivo, tamin’ny filazalazana ny momba azy tamin’ny fanaovam-beloma teny amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena, Mahamasina, omaly.

Nanatanteraka ny andraikiny amin’ny maha filohan’ny Repoblika azy izy, nataony izany tamin’ny fitetezana an’i Madagasikara tamin’ny fiarakodia. Nandritra ireny fotoana ireny, nandidy sy nampiteraka ny olona nila an’izany izy. Hainy koa ny nampita ny fahaizany ho an’ireo mpianatra teo ambany fiahiany.

Mitovy ny marary eo anoloan’ny aretina

 « Amin’ny maha mpampianatra mpikaroka azy, zavatra telo no singaninay amin’ny zavatra tsara marobe nanehoany izany toe-piainany izany: fahazotoana mianatra, fomba fampianarana hentitra nefa fitsarana marina, mitovy ny marary eo anoloan’ny aretina », hoy ny Pr Andrianarisoa Ange momba azy.

Anisan’ny mpiara-miasa akaiky tamin’ny profesora frantsay fanta-daza, ny Pr Cabrol, izy, teo amin’ny fandidiana sy famindrana fo. Tsy mba nentiny nirehareha ny mari-pahaizana ambony nananany, fa nampihariny ny velirano nataony teo anoloan’ny sarin’i Hippocrate hoe: « Manome toky sy mianiana aho hanaja lalandava ny etika hitandroana ny voninahitra sy ny fahamarinana eo am-panatontosana ny raharaha ».

« Tsy maty akory ianao fa matory. Tsy afaka ato am-ponay ianao sy ny fampitanao fahaizana taminay », hoy ihany izy. Toetra fakan-tahaka izany, ka tsy hadino. Ny fitsaboana, ny fahaiza-mampianatra, ny fanajana marary, natao antoka lehibe teo amin’ny raharaha fitsaboana. Tsy teny fotsiny ihany fa tena niainany tokoa.

R. Nd.

News Mada0 partages

Leader Fanilo : « Nametraka soatoavina ho antsika ny Pr Zafy »

Naneho fiaraha-miory. “Soatoavina lehibe nitoloman’ny Pr Zafy sy nokatsahiny hatramin’ny farany ary voarakitra ao am-pon’ny Malagasy ny fahamarinana sy ny demokrasia. Fa eo koa ny fampihavanana eo amin’ny samy Malagasy sy ny firaisam-pirenena”, hoy ny fanambaran’ny antoko Leader Fanilo, tarihin’ny filohany, Rakotomamonjy Jean-Max. Navoitran’ny fanambarana fa fampiononana sy hery lehibe indrindra hahatanteraka izany eto amin’ny tanindrazantsika ny tarigetran’ny filoha Zafy Albert.  Naneho fiaraha-miory sy miondrika am-panajana amin’ny fianakaviana eo anatrehan’ny fahalasanan’ny Pr Zafy, filoham-pirenena sady raiamandreny eto amin’ny firenena ity antoko ity. “Maneho fiaraha-mitondra ny mavesatra sy fankaherezana tanteraka izahay”, hoy ihany izy ireo.

Efa eto an-tanindrazana rahateo ny filohan’ny antoko sady filohan’ny Antenimiera, Rakotomamonjy Jean-Max ary tonga nitsapa alahelo ny fianakaviana, omaly.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Kitra – Filaharan’ny Fifa : nilatsaka faha-103 ny Barea de Madagascar

 Tsy tafiditra ao anaty “Top 100” intsony ny Barea de Madagascar fa nivarina eo amin’ny filaharan’ny federasiona iraisam-pirenena (Fifa). Ankehitriny, any amin’ny faha-103 indray no misy ny ekipam-pirenena malagasy.

 

Namoaka ny filaharan’ireo firenena mpikambana ao aminy, omaly alatsinainy 16 oktobra, ny federasiona iraisam-pirenen’ny baolina kitra (Fifa). Very toerana roa indray ny Barea de Madagascar. Raha faha-101 no nisy azy, iray volana lasa izay, lasa faha-103 indray ny ekipam-pirenena malagasy, ankehitriny.

Eo amin’ny faha-26 indray kosa anefa ny Barea de Madagascar, raha ho an’ny eto Afrika. Marihina fa mbola ny Mannschaft, ekipam-pirenen’i Alemaina, hatrany ny eo amin’ny laharana voalohany eran-tany, arahin’i Brezila ary mamarana ny lampihazo i CR7 sy i Portugal. Fahefatra kosa i Messi sy ny Albiceleste Arzantina.

Manomboka mahazo toerana ihany koa ny Frantsay, izay tafiditra ao anaty “Top 10” satria mitana ny laharana fahafito  ry zareo, amin’izao fotoana izao. Faha-65 ny Rosianina, izay hampiantrano ny “Mondial 2018”.

Tsiahivina fa  faha-32 i Sénégal, izay hifanandrina amin’ny Barea de Madagascar eo amin’ny fifanintsanana, hiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can 2019). Fihaonana, hotanterahina ny 17 marsa 2018, etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina. Voalohany amin’ny Afrikanina ry zareo Tonizianina, izay eo amin’ny faha-28, arahin’ny Faraonan’i Egypta, faha-30.

Mbola, voalohany aty amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina kosa ny Barea de Madagascar. Any aoriany avokoa mantsy i Maorisy, izay faha-158 ary faha-156 i Maldives, raha faha-188 i Seychelles. Mitana ny laharana faha-127 kosa i Kaomoro. Ry zareo Kaomorianina, izay hanao lalao ara-pirahalahiana amin’ny Barea de Madagascar ihany koa, ny volana novambra ho avy izao. Fihaonana, hotanterahina any Paris, Renivohitr’i Frantsa. Mbola mitana ny laharana faha-206 farany ry zareo Tonga.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra any Eoropa – Real sy Tottenham : tsy afaka hilalao i Gareth Bale, anio

Hiditra amin’ny lalao mandroso, andro fahatelo, amin’ny fifanintsanana isam-bondrona, hiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa na ny “Ligue des champions”, taranja baolina kitra, ireo ekipa tompondaka, manomboka anio talata.

Lalao enina no voalahatra amin’izany ka anisan’ireo be mpiandry ny fifandonan’ny Real de Madrid sy ny Tottenham.

Fantatra fa mpilalao telo mirahalahy izay tena tompon-toerana ao amin’ny Real de Madrid no tsy afaka hiakatra kianja, amin’ity anio ity. Anisan’izany i Gareth Bale, izay tsy mbola tena ao anatin’ny fahasalamany tanteraka. Toy izany koa i Dani Carvajal sy i Mateo Kovacic. Hiverina haka ny toerany kosa, etsy ankilany, i Keylor Navas, mpiandry tsatoby, amin’ity fihaonana ity. Raha tsiahivina, naratra i Navas, ny voalohan’ity volana oktobra ity, ka voatery najanon’ny mpitsabo azy.

Marihina fa hotontosaina ao amin’ny kianja Bernabeu, ao Madrid, ity lalao ity. Samy manana isa enina avy ny roa tonta, taorian’ireo lalao roa vitany ka hiady izay ho lohany ao amin’ny sokajy “H” izy ireo, amin’ity.

Torcelin

Toy izao ireo fandaharan-dalao hafa :

-Manchester City # Naples

-Feyenoord  # Shakhtar

-Maribor # Liverpool

-Spartak Moscou # Séville

-Apoel # Dortmund

News Mada0 partages

Kick-boxing – Défi du sud : mission accomplie pour les Malgaches

Le gala international de kick-boxing, dénommé Défi du Sud, ayant opposé les tireurs malgaches aux Réunionnais, samedi dernier, a été couronné de succès pour les protégés de Morasoa Flonardin alias Maître Black Jim. Ces derniers ont effectivement enflammé le ring du gymnase Casabona à Saint-Pierre, La Réunion.

Et de deux ! Le talent des kick-boxers malgaches n’est a priori plus à démontrer, aussi bien à domicile qu’à l’étranger. En effet, Madagascar a remporté cinq victoires sur les six défis au programme. Chez les 60 kg, Rojo Lalaina a fait forte impression lors de son combat contre Brice Vallant. Preuve que ce natif de Fandriana est à la hauteur des attentes de Maître Black Jim qui a déjà misé sur sa performance lors du premier défi à Ambatomena Fianarantsoa.

Le seul combattant malgache engagé en K1 a encore prouvé qu’il reste l’un des meilleurs espoirs de la boxe pieds-poings à Madagascar. Il s’agit de Justin Zafy Mariamo, plus connu sous son nom de guerre Lavakely. Ce dernier a donné du fil à retordre au représentant du club BDN Alexis Armand chez les -57 kg. Quant à William Bedan (ASCE Vincendo), il n’a pu rééditer son exploit de Fianarantsoa. L’homme qui a battu Tolotra (Manakara) est tombé sur un os. Il a encaissé une lourde défaite face à Séverin Razafimandimby chez les 57 kg.

Grands absents

Le spectacle a été au rendez-vous à Saint-Pierre. Seul bémol, des visages connus de la discipline n’ont pas pu monter sur le ring. A l’image de Yannick Carpaye, Dylan Clerville, Fabien Manouere, Eddy Payet…qui ont déclaré forfait. Une absence d’ailleurs déplorée par les organisateurs. L’adversaire de Joël Randrianjafy, Kevan Sala, aurait pu manquer la rencontre puisqu’il était également sur la liste des absents. Mais il peut s’estimer heureux car il a pris le dessus sur Joël chez les 63,5 kg, la seule défaite malgache.

Rojo N.

Résultats :

60 kg : Rojo Lalaina bat Brice Vallant

60 kg : Vladis Randriamadiniaina bat Grondin Jason

63,5 kg : Tafita Randriamanampisoa bat Emmanuel Perrault

57 kg : Séverin Razafimandimby bat William Bedan

63, 5 kg : Joël Randrianjafy battu par Kevan Sala

K1: -57 kg : Justin Zafy Mariamo alias Lavakely bat Alexis Armand

 

News Mada0 partages

Chronique : l’héritage d’Albert Zafy

Albert Zafy s’en est allé avant la fin du combat. Il a bataillé sur plusieurs fronts pour défendre des idées et des valeurs enchainées les unes aux autres par souci de cohérence. Aucune ne peut triompher en solo sans la victoire de l’ensemble. L’amputation de l’une d’entre elles suffirait à produire un effet domino. De toutes ces valeurs, tous les acteurs politiques se font les chantres. Cela ne signifie pas que ces valeurs n’ont pas d’ennemis : démocratie, état de droit, république,…autant de concepts qu’en apparence personne n’ose s’abstenir de vanter les mérites et que pourtant nombreux en secret combattent tant elles constituent des gênes pour gouverner avec l’idée d’exercer le pouvoir en ayant derrière la tête l’intention de privilégier des intérêts particuliers.

Des partisans de la lutte pensent que Zafy n’a pas utilisé les bonnes armes, intolérance qui méconnaît la liberté de chacun à s’investir dans une lutte avec ses moyens. Toutes les bonnes intentions sont les bienvenues. Zafy a investi le terrain politique, a combattu les travers et les adeptes de ces vices. Il a peut-être insuffisamment éclairé directement le peuple, sachant pourtant que les adversaires restaient volontairement imperméables à ces valeurs. Personne ne saurait toutefois reprocher à Zafy l’échec actuel de la démocratie et consorts. En général, la progression de nombre d’idées pour élever la mentalité nécessite du temps. La persévérance d’Albert Zafy malgré les déboires, laisse en message un devoir d’ardeur à poursuivre le combat.

Depuis la crise de 2009, Albert Zafy a eu la révélation de la nécessité d’une réconciliation, condition pour sortir le pays de l’impasse. Il ne s’est pas économisé d’effort et d’humilité pour convaincre les protagonistes d’élever l’esprit au-delà des vils marchandages pour défendre des intérêts partisans… Cela fait huit ans que l’idée de réconciliation fait son chemin. Serait-ce un signe que le jour où Albert Zafy décède coïncide avec le jour où l’organe en charge de la réconciliation désigne son président. Alphonse Maka hérite là d’une obligation brûlante. On a parfois le sentiment qu’à vouloir embrasser trop de responsabilités, ce comité finit par ambitionner à se placer au-dessus des lois, et risque de laisser échapper l’essentiel : proposer aux institutions compétentes de prendre les dispositions pour encadrer la pratique des activités politiques et pour enfermer dans l’état de droit l’exercice du pouvoir. Faire à l’activité politique l’obligation de servir l’intérêt de la nation conditionne la réconciliation du peuple avec la politique.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1901) : fin de l’épidémie de peste

J’avais raison de vous dire dans ma dernière correspondance que l’épidémie de peste de Tamatave touchait à sa fin, puisque, le 3 novembre, aucun autre cas n’ayant été constaté depuis une période de douze jours, un arrêté du gouvernement général replaçait la ville sous le régime de la patente nette et levait le cordon sanitaire. On peut se féliciter de la bénignité qu’a revêtue cette fois la terrible maladie, et l’on est fondé à espérer que, les travaux d’assainissement devenant de plus en plus complets, nous pourrons, dans un avenir prochain, considérer l’éventualité de sa réapparition comme définitivement écartée. N’étaient les proportions redoutables que risque, à un moment donné, de prendre une pareille épidémie, on serait tenté de trouver exagérées les précautions prises pour l’enrayer. C’est tout au plus, cette fois, si on a enregistré à Tamatave une douzaine de cas, dont certains même sont restés douteux ; c’est là beaucoup moins de victimes assurément que n’en fait la banale malaria, surtout aux mois chauds de décembre, janvier et février.

L’île Maurice est, au point de vue sanitaire, bien plus mal partagée que nous ; car une information récente de notre consul à Port-Louis signalait que, du 13 au 27 octobre dernier, 117 cas de peste bubonique avaient été constatés, dont 65 suivis de mort. Cette situation tient vraisemblablement à ce que l’élément asiatique éminemment exposé aux atteintes de la maladie est fort nombreux à Maurice. La main-d’œuvre sur les plantations est exclusivement composée d’Indiens et de Chinois. Les Célestes sont, en outre, répandus, comme commerçants et boutiquiers, dans toute l’étendue de la petite île ; enfin, les relations fréquentes avec l’Inde suffisent, malgré toutes les mesures sanitaires qu’on ait pu prendre, à expliquer l’acharnement avec lequel le fléau sévit ; il faut d’ailleurs tenir compte aussi que Maurice est, pour son riz, tributaire de l’Inde, et que cette denrée est le véhicule le plus propice à la propagation de la peste.

La Revue de Madagascar

Jeudi 10 janvier 1901.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : loi du silence, rançon du tout-fric

Le monde du cinéma adapte le scandale du moment en en réalisant un mélo planétaire hollywoodien. Pour préserver leur privilège et se maintenir dans le cercle des salariés avec des cachets en millions de dollars toutes et tous ont respecté l’omerta. Dure loi que celle du tout-fric ! Tous à sa solde, réduits à un choix cornélien, entre être beaucoup esclave ou un peu pute, qu’il y ait à la clé quelques millions de plus ou le prix d’une kapoaka de riz en prime.

Le scandale d’un moment là-bas révolterait-il davantage que le spectacle local permanent ? Sur paysage d’une spoliation des richesses du pays, une population miséreuse, bâillonnée par une interdiction de descendre dans la rue, privée du droit à crier famine et à réclamer dignité ? Vis pauvre et boucle ta gueule.

 

News Mada0 partages

Dihy « kizomba » : namiratra ny Malagasy tatsy La Réunion

Voaporofo hatrany fa mahay mandihy ny Malagasy. Tsy eto an-toerana ihany fa hatrany amin’ny sehatra iraisam-pirenena, samy maneho izany avokoa. Santionany ny zava-nisy tatsy amin’ny Nosy La Réunion.

I Roddy sy i Geneviève, tanora avy any Antsiranana, mpandihy dihin’olon-droa. Izy ireo no nandrombaka ny laharana voalohany tamin’ny fifaninanana dihy « kizomba », natao tany La Possession, Nosy La Réunion, ny 13 oktobra lasa teo. Reonioney ny faharoa (i Ginot sy i Dana) ary mbola Malagasy avy any Toamasina, i Elysée sy i Ludmilla, kosa ny nahazo ny laharana fahatelo. Araka izany, namirapiratra ny mpandihy malagasy.

« Kiz with me show » ny lohatenin’izany fifaninanana izany ary efa andiany faharoa ny tontosa tamin’iny herinandro iny. Mikarakara ny hetsika ny fikambanana antsoina hoe Vien Bougé. Ankoatra ny fifaninanana dihy, nanafana ny fotoana, tamin’io alin’ny 13 oktobra io, ny dihin’olon-droa samihafa, toy ny salsa, bachata ary kizomba.

Marihina fa karazan-dihy, iarahan’olon-droa, mahazo vahana sy be mpankafy maneran-tany ny « kizomba », izay karazan-dihy avy any Angola. Ny mampiavaka azy, zara raha misy elanelana ny vatan’ireo mpandihy roa. Toy ny mifampiraikitra mihitsy aza, saingy malefaka sy afaka miara-mihetsika. Malefaka sy miadana kokoa, noho ny dihy hafa, ny fihetsiky ny rantsam-batana, rehefa mandihy « kizomba ». Niainga avy amin’ny dihy antsoina hoe « semba », ahitana fihetsika haingana sy mahery vaika kokoa, ity karazan-dihy efa mihamalaza eto amintsika ity.

Landy R.

News Mada0 partages

Nakatona mihitsy ny oniversiten’i Mahajanga : mpianatra telo voasambotra nandoro ny Bloc 15

Anisan’ny antony nahatonga ny savorovoro ao amin’ny oniversiten’Ambondrona Mahajanga ny olana momba ny trano fonenan’ny mpianatra. Ny zoma teo anefa dia mbola nisy nahavanon-doza, nandoro indray ny Bloc 15. Mpianatra telo no voasambotry ny Emmo/Reg.

 

Nakatona tanteraka ny onivesiten’i Mahajanga taorian’ny fanapahan-kevitry ny filankevi-pitantanana noho ny antony roa. Ny savorovoro sy ny fanadiovana ny toeram-ponenan’ny mpianatra.  Nanamafy ny filohan’ny oniversite any Mahajanga, ny profesora Rakotoarivony Andrianony Emmanuel, fa tsy misy ny taona fotsy eny amin’ny oniversiten’i Mahajanga. Araka ny fanapahan-kevitra noraisin’ny filankevi-pitantanana, mikatona ny oniversite ary miala amin’ny trano avokoa ny mpianatra rehetra. Anton’izany ny fanadiovana sy fandrarahana fanafody hamonoana ny bibikely mety hampisy valanaretina pesta. Efa niroso tamin’ny fanesorana ireo mpianatra mbola tavela eny amin’ny oniversite ny tomponandraikitra, ny zoma lasa teo, niaraka amin’ny mpitandro filaminana avy amin’ny Emmo/Reg. Nandritra izany no nisy nandoro indray ny bloc 15 misy ireo mpianatra avy any Nosy Be. Voasambotra ny mpianatra telo mpikambana amin’ny Bedum, voatonontonona ho nanao izany fandoroana izany. Misy mpianatra roa hafa mbola karohina.

Tonga any Mahajanga, ny zoma lasa teo, ny delegasiona avy amin’ny ninisiteran’ny Fampianarana ambony hamaha ny olan’ny oniversite ao Ambondrona. Anton’ny fitokonan’ny mpianatra ny fitakiana ny vatsim-pianarana efa-bolana (septambra- desambra 2017 ) sy ny Wifi. Eo koa ny tranon’ny mpianatra ary farany ny fitakiana ny fialan’ny mpiandraikitra iray eo anivon’ny “Géologie paléothologie muséologie”. Vokatry ny fitokonana, nasian’ny mpianatra avy amin’ny fikambanana Bureau des étudiants de l‘université de Mahajanga (Bedum) sakana ny vavahadin’ny oniversite. Nisy koa ny fifandonan’ny mpianatra samy mpianatra niteraka faharatrana mpianatra efatra avy amin’ny Conseil consultatif des etudiants (CCE). Potika sy voaroba vokatr’izany  “bloc universitaire” maromaro.

 

Tsy maintsy samborina ny mpandika lalàna

Nisy tamin’ireo mpianatra vonona ny hiverina hianatra no nifanandrina tamin’ny mpianatra avy amin’ny Bedum. Nisy ny fihaonana tamin’ireo tomponandraiki-panjakana sy ny Emmo/Reg ary ny avy amin’ny fitantanana ny oniversite . « Tsy maintsy ampiharina ny lalàna ary samborina izay mandika lalàna. Ampy izay fanakorontanana ny oniversite izay na iza izy na iza”, hoy ny minisitra Rasoazananera Marie Monique. Nijery ny zava-nisy tany amin’ny campus Ambondrona ny delegasiona avy eo. Nanazava ny minisitra fa nanao ezaka ny fanjakana nanarina ny oniversiten’i Mahajanga nefa korontana no valiny avy amin’ny mpianatra.Andrasana amin’ity herinandro ity ny fehinkevitra iraisana hamahana ny olana.

Vonjy A.

 

News Mada0 partages

Etrotroka – Farafangana : tratran’ny zandary ny orinasa mpanamboatra basy sy bala

Vokatry ny fiaraha-miasa eo amin’ireo zandary avy ao amin’ny vondron-tobim-pileovan’ny zandarimaria faritra Atsimo Atsinanana sy ny vondron-tobim-paritra Farafangana no nahasamborana tovolahy iray vao 19 taona tompona orinasa mpanamboatra basy sy bala ary zava-maranitra fitondran’ny malaso manao ny asa ratsiny. Tratra niaraka taminy ny basy iray vita gasy sy ireo fitaovana maromaro fanamboarana basy. Manohy ny fikarohana ireo fitaovana sisa ny zandary. Manentana hatrany ny mponina ny zandarimaria amin’ny fanomezam-baovao hanamorana ny fisamborana ireo olon-dratsy.

Voasambotry ny zandary ao Farafangana koa ireo dahalo roa lahy malaza ratsy amin’ny famonoan’olona sy halatra omby ary fanaovana ody ratsy. Fiaraha-miasa teo amin’ny fokonolona sy ny zandary ao amin’ny kaominina Etroroka no nahasamborana azy ireo. Nanamafy ny zandarimariam-pirenena fa tanjona napetrak’izy ireo ny hifehezana ny fandriampahalemana indrindra any amin’ireo faritra mena amin’ny asan-dahalo.

J.C

News Mada0 partages

Taitra tampoka naheno ny fahafatesan-janany… : namoy ny ainy ny renin’ilay zandary voatifitry ny dahalo

 Namoy ny ainy tao amin’ny hopitaly Fianarantsoa, ny alahady teo ny renin-dRalaivao René Germain, zandary G2C maty voatifitry ny dahalo teo Betroka, ny zoma maraina teo. Voalazan’ny fampitam-baovao fa torana tampoka noho ny hatairana teo am-pandrenesana ny fahafatesan-janany ka voatery naiditra hopitaly. Tsy avotra intsony anefa ny ainy na efa nentina notsaboina teny amin’ny hopitaly ka izao namoy ny ainy izao.

Tsiahivina fa namoy ny ainy teo am-perinasa vokatry ny fifandonana tamin’ny dahalo, ny 12 oktobra 2017 tao Voromihantsa distrikan’i Betroka, ny G2C Ralaivao Réné Germain miasa ao amin’ny borigadin’ny zandary ao Betroka. Niantso zandary ao Betroka ny mponina tao amin’ny kaominina ambanivohitr’Ivahona fa lasan’ny dahalo miisa 40 eo ho eo miaraka amin’ny basy ny omby miisa 50. Nihazo ny toerana avy hatrany ny kaomandin’ny kaompanian’i Betroka sy ny lefiny niaraka tamin’ny zandary maromaro ka nanao fanarahan-dia ireo dahalo niaraka tamin’ny mponina. Nizotra nankany Voromihantsa ny lalan’ireo malaso. Nisy ny fifandonana tao amin’io toerana io ka dahalo efatra lavo raha voatifitra kosa ilay zandary. Tonga nanampy ireo zandary tany an-toerana ny helikoptera avy amin’ny BIA Ihosy sy ny Usad Mahabo. Henjana fifandonana tao Voromihantsa ka dahalo maromaro ny naratra, saingy nentin’ireo namany nitsoaka.

J.C

News Mada0 partages

Fonjaben’ Ambalatavoahangy : miteraka kolikoly ny tsy fahafahan’ny fianankaviana mamangy

Lasa any amin’ny kolikoly ny resaka, taorian’ny tsy fahazoan’ny fianakaviana mamangy ny havany voafonja any Toamasina any. Mitaraina ny olona fa tsy maintsy manome kely aloha…

Taorian’ny fepetra noraisin’ny fitondrana foibe amin’ny tsy fahazoana mamangy havana voafonja mba  ho fisorohana ny tsy hidiran’ny valanaretina amin’ ireny fonja ireny, miteraka kolikoly ataon’ny mpiandry vavahady mandray sakafo ho an’ny voafonja indray ny raharaha. Samy mitaraina avokoa na ny fianakaviana te hamangy sy mandefa komisiona amin’ny havany voafonja na koa ny voafonja.

Nandritra ny fanadihadiana nataon’ny mpanao gazety nandritra ny vanim-potoana famangiana ny alahady teo, ny nahenoana ny fitarainan’ny havan’ny voafonja fa tsy tonga ara-dalàna any amin’ny havany ny sakafo raha tsy manome vola 1.000 Ar ny mpanatitra ilay sakafo any anatiny. 5.000 Ar  kosa raha te hihaona amin’ny voafonja ny havany, ary miresaka 5 mn. « Amiko manokana aloha, tokony hametrahana fizahana ara-pahasalamana ihany eto akaikin’ny fonja ka manao fizaham-pahasalamana izay fianakaviana hamangy ny havany voafonja.

 Toy izay koa ny voafonja, asiana fizaham-pahasalamana ao anatiny fa toa tsy mety aminay ny fanakanana ny zon’ny voafonja tokony hovangin’ny havany sy zonay ny ho afaka hamangy ny havanay« ,  hoy ny mpamangy iray tetsy anoloan’ny vonjaben’ Ambalatavoahangy.

Tsy nisy fanazavana avy amin’ny tompon’andraikitra fonja tamin’ity raharaha ity. Efa didim-panjakana rahateo ny tsy fahazoana mifandray amin’ireo voafonja, mba hisorohana ny fihanaky ny pesta. Sarotra ho an’ny olona anefa ny hanaiky izany. Ireo fianakaviana izay maniry ny hahita ny havany any am-ponja, te hahalala ny vaovao momba azy ireo. Tsy mahagaga raha teraka ho azy ny kolikoly. Ny mpandray, misy ; ny mpanome, etsy andaniny. Raha tsy tiana hitranga ny kolikoly, izay vao maika hiteraka ny fifindran’ny pesta amin’ireo voafonja, anisan’ny zava-dehibe mahavaha izany ny fihainoana ny hevitry ny olona.

Sajo

 

News Mada0 partages

Aretina pesta : misavorovoro ny saim-bahoaka

Mbola betsaka ireo tsy resy lahatra amin’ny fisian’ny aretina pesta eto Madagasikara. Efa mandeha ny fanentanana ataon’ny ekipan’ny fanjakana amin’ny alalan’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Manao fanentanana hatramin’ny pasitera sy mompera any am-piangonana rehefa alahady kanefa mbola maro ireo misalasala ny amin’ny tena fisian’ny aretina tokoa na tsia.

“Lazaina fa vokatry ny loto ny aretina pesta izay voizina amin’izao fotoana izao kanefa tsy misy tratran’izany ireo mponina eny La Réunion Kely”, hoy ny renim-pianakaviana iray naneho hevitra. “Raha tena vokatry ny loto tokoa, ireny 4’mi ireny no ripaka voalohany kanefa nahoana izy ireny miaina tsy misy ahiahy”? hoy izy nanamafy.

Miteraka savorovoro  amin’ny saina eo amin’ny olona koa ny filazana fa matin’ny pesta avokoa ireo maty sasany tato ho ato. Mipetraka ny olana satria na efa lazoin’ny aretina efa ela na tapaka lalandra na aretina hafa no fantatra fa nitaiza ilay olona ka nitarika ny fahafatesany, toa lasa amoahana porofo tampoka avy any fa matin’ny pesta. Eo no mahatonga ny olona hilaza fa misy resaka politika ity raharaha ity ka tsy mahatafita ny fanentanana.

Ny sasany indray mihevitra fa efa misy harembe miondrana any ambadika any fa fandrebirebena saim-bahoaka ny hatao amin’ity resaka pesta voizina hatrany sy hatao biby fampitahorana ity.

Anisan’ny mampieritreritra ny mpanara-baovao koa ny fanavakavahana eo amin’ireo olona matin’ny pesta. Misy ireo razana avela entin’ny havany hitsoaka, tsy misy fanenjehana. Ny sasany anefa toa atao toy ny fandevenana amboa, sanatrian’ny vava ny fatin’ny havany ka lasa mampitroatra ny fianakaviana izany.

Betsaka ny resaka mandeha fa mila mitandrina ihany anefa. Tsy miandry fahavoazana vao ho taitra.

Randria

News Mada0 partages

Sakana ara-pahasalamana : misy fiara mitondra mararin’ny pesta mandositra ihany

Nandritra ny fidinana ifotony nataon’ny delegasiona ao Toamasina, fantatra fa mbola misy minia mandositra tsy manaraka ny fepetra ny fiara mitondra mpandeha. “Nisy fiara “mini bus” mena laharana faha- 5075 AG an’ny kaoperativa Kofito mampitohy an’ i Toamasina sy Brickaville, nitondra olona ahiahina ho voan’ny pesta nefa nitsoaka tsy nanaiky”, hoy dokotera Rivo etsy amin’ny sakana Antsarimasina, lalam-pirenena faharoa.

Nohamafisin’ny dokotera Eulalie izay misahana ny sakana ara-pahasalamana eo amin’ny Port Fluvial, misy ny lankandranon’ny Pangalana, fa manda ny hanaovana fizahana fahasalamana avokoa ireo olona tonga amin’ny lakana. Saika tantsaha avy any amin’ny toerana nitondran’ny fianakaviana ilay razana nangalarina tao Manangareza anefa izy ireo izay nahatonga fiakaran’ny tahan’ny olona voan’ny pesta avo roa heny tamin’ izay. Tsy nahafaly ny prefet-n’ i Toamasina, Benandrasana Cyril, izany tatitra izany ka nomena baiko ny mpitandro filaminana hanara-maso ny fandikan-dalàna.

 

Tsapaina avokoa ny hafanana 

Mivoatra hatrany ny fomba entin’ny tomponandrikitra miady amin’ny fihanaky ny valanaretina pesta eto Toamasina sy ny manodidina. Napetraka ny sakana ara-pahasalamana amin’ny lalam-pirenena faharoa sy fahadimy, sy amin’ny lakandranon’ny Pangalana ary eny amin’ny seranantsambon’ i Toamasina ho an’ireo lakana na sambo mampitohy ny tapany avaratr’ i Toamasina. Ny olona hivoaka an’ i Toamasina na hiditra, tsy maintsy mandalo fizahana ara-pahasalamana toy ny hafanana, izay arahin’ny fanentanana fiarovana ny pesta. Raha misy ny ahiahina, omena fanafody avy hatrany izy ary havoaka ny fiara ka entina mamonjy ny sampana misahana ny aretin-tratra etsy amin’ny Hopitalibe.

Nanomboka ny alahady lasa teo no ho mankaty, tamin’ny lalam-pirenena roa miditra an’ i Toamasina, mpandeha 53 nahina ary mpamily amin’ny kaoperativa ny iray amin’ ireo. Noraisina haingana ny andraikitra hiarovana ireo mpandeha. Ankoatra ireo, nametrahana ivontoerana ahafahana mitily toe-pahasalamana avokoa ny fiantsonan’ny taksiborosy sy eny anivon’ny fokontany hanamora ny fanatonan’ny vahoaka ny toeram-pitsaboana. 191 ny olona voatily nahiahina. Ny alahady, 139 ny olona nivoaka ny toeram-pitsaboana ka tsy misy afa-tsy 48 sisa miandry fotoana hivoahana ny hopitaly.

Sajo

News Mada0 partages

Natolotry ny Rotary Ainga : nahazo fitaovana ny EPP Antanetikely

Nanolotra fitaovam-pianarana ho an’ny mpianatra ao amin’ny EPP Antanetikely, ao amin’ny Zap Arivonimamo, ny mpikambana ao amin’ny  Rotary Antananarivo Ainga, ny faran’ny herinandro lasa reo. 130 ny kilonga nisitraka ny fitaovana nahitana kahie sy ny fonony, penina… Nahazo tsaoka 25 boaty sy akanjo koa ny mpanabe sy ny sekoly. Notolorana zana-kazo fihinamboa ny mpitantana ny EPP hikoloana ny tontolo iainana sady manatsara ny tokotanim-pianarana. Nilaza ny solontenan’ny ray aman-dreny, Razanakolona Suzane, fa afa-pahasahiranana ny ray aman-dreny amin’ny tohana tahaka izao manamaivana ny vola mivoaka. “Mandrisika ny ankizy hianatra izahay amin’ny hetsika  fampitaovana”, hoy ny filohan’ny fikambanana, Ravalisaona Eliette.

Natsatoka avy hatrany ny zana-kazo ka niarahan’ny mpitantana ny fikambanana sy ny gouverneur ny district 9220, Shelly Oukabay, ary ny mpanabe.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fiara mpitondra mpianatra : norarahana fanadody

Ho fiatrehana ny fidiran’ny mpianatra izay tsy mbola voafaritra mazava, nodiovina ary norarahana fanafody mamono otrikaretina sy bibikely ireo fiara mpitatitra mpianatra avy amin’ny sekoly tsy miankina maromaro eto Antananarivo.

Niisa 22 ireo fiara mpitatitra mpianatra ireo. Niandraiketan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny fandrarahana izany.

Nanambara ny tale misahana ny fitaterana sy ny fifaneraserana an-dRenivohitra eo anivon’ny kaominina fa natao izao ho fitsinjovana ny fidiran’ny mpianatra amin’ny fahadiovan’ny toerana izay lalovany sy ny ady hatao amin’ny fiparitahan’ny valanaretina pesta.

Misokatra amin’ny fiaraha-miasa amin’ny rehetra kosa ny kaominina amin’izany famendrahana ranom-panafody izany.“Tsy mijanona hatreo ny ady amin’ny pesta fa mbola hitohy sy hihamafy hatrany manerana ireo faritra rehetra eto Antananarivo Renivohitra”, hoy ny tompon’andraikitra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Analamanga : appuis aux communautés à Andranomena

La mobilité urbaine dans le 6e arrondissement d’Antananarivo-Renivohitra. La députée élue d’Ambohimanarina, Marie Horace Rasoanoromalala, a appuyé les communautés locales dans les travaux de réhabilitation des infrastructures.

La députée Marie Horace Rasoanoromalala et ses collaborateurs du Distim du 6e arrondissement de la capitale ont remis une dizaine de sacs de ciment à la population du village d’Amparafara, dans le fokontany d’Andranomena, samedi, pour la finition des ruelles destinées au désenclavement de la localité. La parlementaire a déjà fourni auparavant 500 kilogrammes de ciment et de gravillons pour débuter les travaux de réhabilitation. La plupart des 31 fokontany de la circonscription ont reçu des dotations similaires en prévision de la période des pluies, a révélé la députée d’Ambohimanarina. Une dotation de 20 sacs de ciment a aussi été remise à la FJKM Ambatolampy Antehiroka Fitiavana à l’occasion, en contribution à l’extension du temple.

Manou

 

News Mada0 partages

Peste : craintes de rupture des stocks de TDR

Des personnes en contact avec des malades de peste, voulant s’assurer de leur état de santé n’ont pas eu la possibilité de se faire tester. Cette situation amène plus d’un à douter de la disponibilité de Test de diagnostic rapide (TDR) en quantité suffisante, permettant de couvrir les besoins en cette période où l’épidémie continue de se propager.

Les craintes n’en finissent pas. Conformément aux directives du ministère de la Santé, les gens commencent à se ruer vers les Centres de santé les plus proches d’eux ou à faire appel aux équipes ambulantes du ministère pour connaître leur statut face à l’épidémie de peste, notamment ceux qui ont présenté l’un des signes cliniques de la peste, pulmonaire ou bubonique, comme la fièvre, la toux ou encore un état de fatigue…

Toutefois, une bonne partie d’entre eux, notamment ceux qui étaient en contact direct avec des malades, déjà testés positifs  et qui suivent les soins nécessaires, n’ont pu bénéficier d’une analyse via le TDR pour savoir s’ils portent la bactérie de peste ou non. Ce qui amplifie l’inquiétude au sein de la population déjà en panique, d’autant que le nombre de cas et de décès ne cesse  d’augmenter de jour en jour.  Selon les dernières statistiques du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), 610 cas ont été notifiés, dont 69 décès depuis le 1er août. « Les médecins se contentent juste de livrer les médicaments de traitement préventif ou « chimioprophylaxie » sans avoir pris la peine de prendre les températures tout en refusant nos demandes pour se faire tester, alors que nous avons côtoyés des patients malades de peste avant leur admission au sein du centre de  traitement », a souligné l’une de nos sources.

L’IPM rassure

Cette situation ne manque pas de susciter des interrogations quant à une éventuelle rupture de stock des TDR permettant de couvrir les besoins. Un responsable auprès d’un établissement hospitalier dans la capitale, ayant requis anonymat, n’a pas nié que « la production de cet outil de premier test peine à satisfaire la demande. Nous ne recevons que 20 TDR par jour alors que les besoins se situent à plus d’une cinquantaine à en juger la ruée de la population vers cet hôpital », a-t-il souligné.

De son côté, un responsable à l’Institut pasteur de Madagascar (IPM), qui produit ces tests, a rassuré les usagers que, « les TDR arrivent à satisfaire les besoins à travers le pays. Pour assurer le maintien de la chaîne d’approvisionnement, on envisage d’augmenter la production à plus de 6.000 unités au mois de novembre ». Une situation confirmée par le directeur général de la Santé au sein du ministère de tutelle qui a fait savoir lors d’une conversation téléphonique que, « les plus de 2.000 unités de TDR, qui ont été distribuées à travers le pays, arrivent largement à couvrir les besoins ».

Rakoto

 

News Mada0 partages

Enseignement : le parascolaire comme matière à l’école

Former des intellectuels et en même temps de vrais citoyens responsables, un des objectifs du Plan national de développement (PND) qui accorde une place importante à la capitale humaine. Ce n’est nullement utopique si l’on se réfère aux fruits de l’innovation dans des écoles à Abu Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, qui intègrent les études parascolaires dans le programme d’enseignant. Un enseignant malgache, qui se situe dans le Top 50 des meilleurs enseignants à travers le monde, dans le cadre du concours « Global teacher prize » en 2015, en la personne de Faly Rafierana, a eu l’opportunité de figurer parmi les témoins oculaires de la réussite d’un tel concept. Ce, à l’occasion d’une visite sur les lieux au début de ce mois en tant qu’invité  au Forum des enseignants « Qudwa 2017 ».

« Ledit concept consiste à enseigner les élèves de manière ludique tout en promouvant le bon comportement, la tolérance, ou le sens de la responsabilité, via les activités parascolaires, comme la danse, le dessin… », a-t-il fait savoir au cours d’une rencontre avec la presse en fin de semaine à Ankadifotsy. L’impact de cette approche, dont son application ne date pas seulement d’aujourd’hui dans ce pays, se reflète sur la vie socio-économique locale, caractérisée par une harmonie et le  niveau de vie élevé de la population.

Faly Rafieferana, en tant qu’enseignant, compte partager ses acquis aux enseignants malgaches, à commencer par ceux qui exercent au sein de l’école privée à Ambohitriniadriana, dans la Circonscription scolaire (Cisco) d’Avaradrano, qu’il a lui-même fondée en 2003. Le périple de cet enseignant, passionné par son métier, en vue de contribuer à l’amélioration du système éducatif malgache, notamment via l’acquisition d’expériences d’autres pays, ne s’arrêtera pas là dans la mesure où il participera également à la rencontre des enseignants au niveau mondial qui se tiendra au mois de mars 2018 à Dubaï.

Fahranarison

News Mada0 partages

Maniement du français : les enseignants du primaire rencontrent des difficultés

Les enseignants des écoles primaires rencontrent des difficultés de maniement de la langue française.

C’est ce qu’on a pu conclure suite à l’évaluation des connaissances académiques des enseignants du primaire au niveau de neuf Directions régionales de l’éducation nationale (Dren) du programme Passoba-Education, qui a fait l’objet d’une présentation à Morondava la semaine dernière.

En effet, à l’issue de cette évaluation, sur une centaine d’enseignants testés, la moitié a obtenu la note de 4,6/10, si le maximum est de 8,9/10. «La compréhension de l’écrit est la moins réussie avec un taux de 20,6 % seulement, si l’outil de la langue a connu du succès à 81,9 %», a indiqué le chargé d’études d’évaluation (CEE) de la Direction générale de l’éducation fondamentale et de l’alphabétisation (DGEFA) du ministère de l’Education nationale (Men), Harrison Andrianivomanana.

L’épreuve du français est composée d’une trentaine d’exercices, qui ont été présentés sous forme de QCM.

Faibles aussi en mathématiques

Les mathématiques font également partie des disciplines testées. «En général, les enseignants sont aussi faibles dans cette discipline car plus de la moitié n’ont pas eu la note de 5/10. La majorité a un score compris entre 2,4 et 5,6 sur 10», a souligné le CEE du DGEFA.  Si les enseignants sont plus à l’aise avec les exercices de niveau 1 et 2 des exercices d’arithmétiques basés sur la connaissance et la compréhension, ils sont faibles en géométrie du primaire et en activités numériques.

A noter que 67% des enseignants des 9 régions sont des enseignants non fonctionnaires (ENF). Au niveau de chaque région, la proportion des ENF varie de 60 à 77%. L’évaluation a été menée dans 103 écoles avec 629 enseignants.

Quant aux neuf Dren, il s’agit de Analanjirofo, Anosy, Atsimo Andrefana, Menabe, Sava, Atsinanana, Betsiboka, Boeny et Vakinankaratra.

b

News Mada0 partages

Axe Morondava-Belo sur Tsiribihina : l’UE propose l’asphalte

A travers un financement à hauteur de 4 millions d’euros, l’Union Européenne (UE) s’occupe de l’entretien ponctuel de l’axe Morondava-Belo sur Tsiribihina depuis 2014, en particulier aux alentours de l’Allée des baobabs de par son intérêt touristique. Dans le cadre de pérenniser cette activité, l’UE est en train de chercher des partenaires pour transformer la route en asphalte. D’après le chef de section infrastructures et transports de l’UE, Cristobal Delgado Matas, à Morondava la semaine dernière, «A mon avis, il faut penser à effectuer l’étude de goudronner cette route, car à part son intérêt touristique, Belo sur Tsiribihina est aussi renommée dans sa production de riz dans la région».

En effet, l’intervention de l’UE reste actuellement au terrassement ponctuel des portions de route qui sont qualifiées de points noirs. Or, il s’avère que cette intervention est limitée en raison du coût de l’entretien, au bas mot, de 100 000 euros par kilomètre. De plus, les passages fréquents des camions sur cet axe, transportant les produits de la région, ne permettent pas de le garder éternellement en bon état, d’où également l’augmentation de la fréquence des réhabilitations.

Sera R

 

News Mada0 partages

Ilaka-Centre : 195 litres de «Toaka gasy» interceptés

Durant ces 3 derniers mois de l’année, la lutte contre les violations de la loi s’intensifie au sein de la Gendarmerie nationale.

Les éléments de la gendarmerie d’Ilaka-centre ont arrêté dimanche dernier cinq individus en détention d’une grande quantité de «Toaka gasy».

A la suite des recherches de renseignement et d’interventions effectuées par les gendarmes de la brigade d’Ilaka-centre dans la localité, une source a informé que des individus transportent dans deux véhicules, en l’occurrence une voiture Toyota et une Mercedes Sprinter  Taxi-brousse, des litres de Toaka gasy sur la Route Nationale 7 (RN7) en provenance d’Ambositra. Les gendarmes se sont rapidement déployés sur les lieux sitôt informés des détails. Précisément, au PK 222 situé à Ampahatsimbala dans le fokotany d’Ambalantany vers 9h 30mn, le convoi a été arrêtés par les gendarmes. A la suite de la fouille des 2 véhicules, les limiers ont intercepté 195 litres de «Toaka gasy». Le fameux alcool prohibé d’Ambositra, dont la commercialisation est interdite, était réparti dans plusieurs bidons en plastique par 5 jeunes garçons d’une vingtaine d’années tout au plus.

Pour rappel, selon la loi en vigueur, cette infraction est punie dans le cadre de la lutte contre les stupéfiants et sanctionnée par la police fiscale et économique mais également la police sanitaire. De ce fait, l’individu interpelé dans ce genre d’infraction est  condamné à payer une amende établie par rapport à la quantité d’alcool interceptée. S’il n’est pas en mesure de payer l’amende, il fera l’objet d’un défèrement au parquet du tribunal. Les stupéfiants sont détruits ou brulés en présence des autorités locales.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Sabotsy Namehana : les 3P pour écarter la peste

La commune rurale de Sabotsy Namehana, dans le district d’Antananarivo-Avaradrano, se met en quatre pour préserver sa population de l’invasion de la peste. Une dotation en matériel et intrants, entrant dans la lutte contre l’épidémie, a été reçue par le maire, samedi dernier,  suite à un partenariat public-privé initié par son équipe.

Du matériel de nettoyage constitué de brouettes, pelles, balais, râteaux et corbeilles a été remis par l’ONG Direct aid à la commune rurale de Sabotsy Namehana pour renforcer sa lutte contre la peste, en plus des pulvérisateurs et accessoires nécessaires à l’épandage des désinfectants qu’il a fournis.  Le maire Mary Thomasson Avotraina Andriamosa  a révélé à l’occasion que les dons seront utilisés pour l’intensification des travaux de nettoyage général débutés le 11 octobre dernier dans les 17 fokontany de la commune. L’opération de désinfections sera concentrée toutefois sur les bâtiments administratifs, les établissements scolaires et les lieux publics cette fois-ci, selon le programme planifié par la mairie de Sabotsy Namehana, chargée de la coordination de la campagne dans sa circonscription. Il a été aussi annoncé au cours de cette cérémonie de remise de dons que la commune s’efforce de sécuriser ses habitants au moyen des différentes opérations de nettoyage et d’assainissement pour réduire la psychose et leur permettre de se focaliser sur leur vie quotidienne.

Le premier responsable de l’ONG Direct aid, Benaïssa Allaoui, a promis de diversifier le partenariat avec cette commune de la banlieue de la capitale pour accélérer son développement  vers le niveau des grandes agglomérations.

Manou

 

News Mada0 partages

Rallye virtuel : Hoby prend les devants

Le classement officiel du championnat de Madagascar de rallye virtuel a été dévoilé par la Fédération du sport automobile à Madagascar (FSAM), hier, au grand bonheur de Hobimalala Ralahy alias Hoby (Mitsubishi evo X). Il est au top du classement général des pilotes licenciés, devançant ainsi Serge Rakotobe (Mitsubishi Lancer evo X Go BB). Les deux hommes sont respectivement crédités de 103 et de 99 points.

Vladimir Andrianarison complète le trio gagnant avec 74 unités. Une performance honorable avec trois podiums en quatre manches. La tâche ne fut pas aisée car 10 pilotes sur 16 licenciés ont rallié la ligne d’arrivée. Hoby a signé un temps de 01 : 41 : 01, 70 contre 01 : 42 : 10,85 pour Vlad. Et seuls ceux qui ont su limiter la casse, même en sacrifiant quelques précieuses secondes, ont pu terminer le rallye et engranger quelques points.

Rojo N.

 

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE - SENATERA : Hiatrika ny fivoriana ara-potoana faharoa ireo parlemantera

Hiatrika izany avokoa na ny eo anivon’ny antenimierandoholona na ny antenimieram-pirenena eny Tsimbazaza. Ho an’ity farany manokana dia volavolan-dalàna maro no tsy maintsy hasiam-pandinihina. 

Anisan’izany, ohatra, ny mahakasika ny tetibolam-panjakana ho amin’ity taona 2017 ity, ao ihany koa ireo lalàna mikasika ny fampihavanam-pirenena, ny sehatry ny harena an-kibon’ny tany, tsy azo hadinoina fa mety horesahina mandritra ity fivoriana ara-potoana faharoa ity ihany koa ny mahakasika ireo fiara tsy mataho-dalana ho an’ireo solombavambahoaka tsirairay avy. 

Ankoatr’ireo dia fantatra ihany koa fa mety hasiam-pandinihana amin’ity fivoriana ara-potoana faharoa ity ny mahakasika ny kaody mifehy ny serasera. Mitodika eny anivon’ireo parlemantera avokoa ny mason’ny rehetra amin’izao indrindra fa ireo mpanao politika. Andrasan’ny vahoaka amin’izy ireo ny fandraisana andraikitra mba ho an’ny tombontsoan’ny firenena tanteraka fa tsy ho an’ny tombontsoa manokana na ho an’ny tombotsoan’olon-tokana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MPIARO NY ZON’OLOMBELONA : Tsy fahaiza-mitantana ...

Io no nambaran’ireo mpiaro ny zon’olombelona manoloana ny fihanaky ny valan’aretina pesta izay mandripandripaka ny vahoaka malagasy ankehitriny. Voalazan’izy ireo fa mariky ny tsy fahaiza-mitantana eo amin’ireo mpitondra ny tsy fisian’ny fandraisan’andraikitra eo anatrehan’ izao sosialim-bahoaka ianjadian’ny fahoriana izao.

Efa loza mihatra ho an’ny firenena malagasy ny fisian’ny valan’aretina pesta eto an-toerana. Fandraisan’ andraikitra arahina asa ho fiarovana ny aim-bahoaka no andrasana amin’ny fitondram-panjakana satria izy no tompon’andraikitra voalohany amin’ny fiahiana ny vahoaka ao aminy, io raha fehezina ny voalazan’ireo mpiaro ny zon’olombelona. Raha ny zava-misy ankehitriny anefa dia ny mifanohitra tanteraka amin’izany no miseho satria tsy mbola  hita hatreto izay fepetra mivaingana noraisin’ny fitondrana. 

Fifanilihana andraikitra teo amin’izy ireo sy ny Kaominina Antananarivo no hita nibahan-toerana teny am-piandohan’ny fihanak’ity valan’aretina ity teto an-drenivohitra. Hentitra ireo mpiaro ny zon’olombelona raha nilaza fa mariky ny tsy fahaiza-mitantana eo amin’ny mpitondra izay fifanilihan’andraikitra izay. Ankilany, nanamafy izy ireo fa adidin’ny mpitondra ny miaro ny vahoaka amin’ny maha tompon’andraikitra voalohany azy amin’ny zava-mitranga eto amin’ny firenena. 

«  Ny fanilihana andraikitra dia mariky ny tsy fahaizana satria ny valan’aretina efa eo an-tokonam-baravaranao dia tokony handray ny andraikiny ny fanjakana satria ny fanjakana no tompon’andraikitra voalohany, anjarany ny mandamina  », hoy ny fanazavana avy amin’ny solotenan’ny mpiaro ny zon’olombelona. Mahakasika ny disadisa misy eo amin’ny Kaominina Antananarivo renivohitra sy ny fanjakana mahakasika ny raharaha «  subvention  » tokony ho azon’itsy voalohany kosa dia nilaza ny mpiaro ny zon’olombelona fa tokony   omena ny anjara volany ny Kaominina ho entiny hanadiovana ny tanana satria anisany mam- piparitaka ny pesta ny loto tsy voafehy eto amin’ny tanana. 

Ankoatran’ny mpiaro ny zon’olombelona dia antoko politika maro ihany koa no efa nitondra ny fanehoan-keviny manoloana ity trangan-javatra ity,  nitovy ny fanehoan-kevitr’izy ireo izay nilaza fa ataon’ny fanjakana ambanin-javatra tanteraka ny sosialim-bahoaka.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAHAFATESAN’NY PROFESORA ZAFY ALBERT : Fandevenana vao hidodododo ny Filoham-pirenena

Araka ny vaovao voaray dia amin’ny sabotsy 21 oktobra ho avy izao, amin’ny andro hanatanterahana ny fandevenana ny nofo mangatsiakany any Betsiaka-Ambilobe vao ho avy hanatrika izany ny tenany.

Nandritra ny fotozana nahateto Antananarivo ny razana dia saika ireo solotenany hatrany no nijoro, ary tany Italy toerana izay namitany iraka no nitondra ny teny fampiononana ho an’ny fianakaviana navelan’ny maty ny filoha. Gazety mpiseho isan’andro iray no nitondra fanakianana mahakasika izay tsy nahateo ny filoham-pirenena nandritra ireo lanonam-panaovam-beloma farany an’i Profesora Zafy Albert teto Antananarivo izay. Ny tenany no tokony ho lohalaharana amin’ny trangana fahoriana tahaka ireny. Raha tsiahivina dia nandrasana teny amin’ny trano fonenany teny amin’ny villa La Franchise Ivandry ny vatana mangatsiakany taorian’ny fahatongavan’ny razana teny Ivato. 

Nandrasana tao amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena ny alahady ary omaly no niainga nihazo an’Ambilobe toerana hanatanterahana ny fandevenana. Tsikaritra fa anisany nampiray sy nampiombom-po an’ireo mpanao politika tsy nitovy hevitra ny nahalasana ny profesora Zafy Albert. Saika tonga niaraka naneho alahelo tamin’ny fianakaviany avokoa ireo mpanao politika eto an-toerana ary nisongadina tamin’izany ireo filoham-pirenena telo teo aloha dia ny Amiraly Didier Ratsiraka, i Marc Ravalomanana ary ny filohan’ny tetezamita Andry Rajoelina.

Tsikaritra teny amin’ny lalana sy ny toerana nandalovan’ny fiara nitondra ny vatana mangatsiakan’ity  filoham-pirenena teo aloha ity ny alahelon’ny vahoaka Malagasy. Nanakoako ny hoe «  tsy misy mahasolo ny rain’ny Demokrasia  ».

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAMPIOFANANA TAO MAINTIRANO : Ny fiparitahan’ny solika no miteraka fahasimban’ny tontolo iainana

Manoloana izany dia an’arivony isanandro ireo sambo mifamezivezy aty amin’ny fari-dranomasin’i Madagasikara. Ka ireo sambo mitondra solika mavesatra no isan’ny manamaro isa amin’izany. Raha ny fantatra dia mahatratra 700 tapitrisa taonina eo izany no mandalo aty Madagasikara isan-taona. 

Izany antontan’isa izany dia maneho fa misy dia misy tokoa ny loza mandindona amin’ny fahalotoan’ny ranomasina vokatry ny fahaverezan-tsolika entin’ireny sambo ireny. Noho izany àry dia miezaka manome fampiofanana ny sokajin’olona maro hiatrehana izany ny ministeran’ny tontolo iainana, ny ekolojia ary ny ala, amin’ny alalan’ny Olep. Tao amin’ny seran-tsambon’i Maintirano indray araka izany no notanterahana ny fanetsehana ireo fitaovana maro fampiasa amin’ny trangana fahaverezana solika. 

Ny ben’ny tanàna any an-toerana dia nanipika ny maha zava-dehibe izao hetsika fampiofanana izao mba hitandroana ny tontolo iainana. Ity farany izay nangataka ihany koa ny mba hananana fitaovana mipetraka maharitra, mba hahafahany miditra an-tsehatra avy hatrany raha sanatria misy loza mitranga. Nanazava ny tompon’andraikitra fa ato ho ato dia efa ho avy ireo sambo hitondra ireo solika mavesatra ilain’ireo orinasa malagasy eto an-toerana. Manoloana izany dia ilaina ny fandraisana ny fepetra matotra mba hisorohana ireo voka-dratsy miseho raha tonga tampoka ny loza. 

Tsara ho fantatra mantsy fa maro ny olana mitranga raha sanatria misy tampoka ny fahavakisan’ny sambo. Olana lehibe indrindra amin’izany ny fahasimban’ny tontolo iainana, indrindra any amin’ireo faritra hisehoan’ny tranga. Mazava ho azy araka izany fa ny tanjona amin’izao fampiofanana izao dia ny mba tsy hisian’ny loza. Ny 90%n’ny asan’ny Olep rahateo dia miompana amin’ny fisorohana ny loza, raha ny 10% kosa no fidirana an-tsehatra raha sendra misy ny loza, hoy ny tale jeneraliny raha nanazava. 

Ankoatr’izay dia nisy ihany koa ny fampahafantarana ireo didy aman-dalàna sy ny toetoetry ny solika an-dranomasina nandritra izao fampiofanana izao. Araka ny fanazavana hatrany dia hitohy any amin’ny faritra avaratra ny  hetsika.

Lucien R.   

Ino Vaovao0 partages

AMBALAMANASY - TOAMASINA : Tra-tehaka ireo mpiasan’ny Jirama mpamatsy jiro halatra

Ny zoma lasa teo no vaky ambatolampy ity halatra jiro avo lenta tao Ambalamasy ity. Fantatra fa mamatsy trano maherin’ny 50 ilay herinaratra halatra. Ampanofaina 30 000 Ariary ka hatramin’ny 50 000 Ariary isam-bolana izany. Arakaraka ny haben’ny trano sy fitaovana ampiasaina ao anatiny ny ofany.

Ny zoma 13 oktobra io ihany, dia tonga teny an-toerana ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny orinasa Jirama niaraka tamin’ny vadintany nanapaka ireo herinaratra halatra. Taroby an-drivony metatra no nesorina. Notapahina ny herinaratra amin’ilay andrin-jiro niaingan’ny halatra.

Fatian-toka ho an’ny orinasa Jirama tokoa izao halatra jiro izao. Fantatra mantsy fa efa an-taonany maro io halatra herinaratra nataon’ny mpiasan’ny Jirama tao Ambalamanasy Toamasina io.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY PESTA AO TOAMASINA : Mitohy ny tolo-tanana ataon’Ambatovy

Ny alakamisy 12 oktobra lasa teo, natolotr’Ambatovy tao amin’ny ivon-toerana fampianarana mpitsabo mpanampy sy mpampivelona mifanila amin’ny ivo-toerana fitsaboana ireo mararin’ny pesta, Toamasina ireo fitaovana marobe araka ny fangatahan’ny Unicef sy ny Oms ary ny fanjakana malagasy mba hoenti-miady sy mandresy ary ifehezana ny valan’aretina pesta ao Toamasina.Mitentina 15 tapitrisa Ariary ireto fanampiana fahaefatra natolotr’Ambatovy ireto.

Fitaovana entina hamatsiana ireo trano lay hapetraky ny Unicef sy ny Oms ary ny fanjakana hitsaboana ireo mararin’ny pesta arahi-maso izay tsy tsara mifangaro amin’ireo mbola vao miditra mitsabo tena.Nahagaga ny mpanao gazety tonga teny an-toerana ny tsy fahitana ny solontenan’ny Faritra Atsinanana. Ireto farany araka ny angom-baovao natao izay anisany nahazo fanasana tamin’izao fanolorana fanampiana niarahan’Ambatovy sy ny Oms ary ny Unicef izao.

Fantatra fa noho ny tahotra pesta no tsy nahatongavan’ny ekipan’ny Faritra Atsinanana tamin’ny lanonana. Mifanila amin’ny Pph mantsy ilay toerana nanatanterahana ny fanolorana ny fampitaovana.

Kamy

La Vérité0 partages

Veillée funèbre de Albert Zafy - Cri d’un citoyen écœuré

Ce scénario aurait pu être celui d’un court métrage, mais malheureusement, il s’agit de faits authentiques que j’ai vécus samedi dernier, au Palais des sports où les gens se sont rendus pour présenter leurs condoléances à la famille de l’ex-président défunt, Albert Zafy.

Comme tout le monde, je me suis présenté à l’entrée de la grande salle du palais des sports pour rendre  hommage à l’ex-président Albert Zafy, puisque c’est là que sa dépouille a été emmenée pour les présentations de condoléances. Des responsables de la détection de la peste y grouillaient, brandissant les pistolets thermomètres, si l’on peut l’appeler ainsi, qui servent à prendre la température des gens. A mon passage, une dame m’a visé avec l’instrument dont elle tenait le bout  du canon à environ cinq centimètre de ma tempe. Puis, après quelques secondes, elle l’enleva et consulta l’écran d’affichage de ma température. Elle m’annonça 37°5C. Après une petite hésitation, alors que j’ai déjà fait quelques pas pour entrer, elle me rappela pour me signifier que ma température est suspecte et que je devais me présenter dans la salle de dépistage. Là, un médecin m’a reçu, et m’a fait savoir que ma température est en dessus de la normale et que de ce fait, je devais passer une enquête. Ce qui fut fait. A toutes ses questions sur les éventuels maux et signes susceptibles de faire partie de ceux de la peste, j’ai répondu par la négative, selon la réalité. Toux, fièvre, crachats sanguinolents et bien d’autres signes effrayants, le médecin en question me les demandait avec un regard brillant et intéressé, visiblement à l’affût du moindre cas suspect, comme s’il avait un quota à atteindre. Puis soudain, une de ses collègues s’approcha avec le « pistolet-thermique » à la main. Le médecin qui m’a reçu s’empressa de lui annoncer la « bonne nouvelle d’un cas suspect » qu’est le mien, tout en me précisant qu’à ma température de 37°5C, il fallait ajouter 5°C car parait-il, le petit instrument censé être infaillible, n’a pas été bien étalonné. A cette suggestion, la dame lui a fait savoir que ce n’était plus le cas car cet inconvénient a été réglé, et que le pistolet affichait la température réelle et précise. Cependant, pour se rassurer, la dame lui proposa de refaire le test. Le premier, elle l’effectua au niveau de ma tempe. Résultats : 36.8°C . Puis elle le refait au niveau de mon cou. 37°C pile ! J’ai observé le médecin qui affichait manifestement un air apparemment dépité, tout en me grommelant de manière à peine audible et inintelligible, pour ne pas reconnaître son erreur : « Il faut quand même nous prévenir au cas où vous sentirez un ou plusieurs de ces signes… ». Des « invulnérables » de la pesteMais l’histoire ne s’arrête pas là car, comble de la coïncidence, une équipe de la Primature conduite par le Premier ministre en personne, est entrée dans la salle de dépistage. J’ai saisi l’occasion pour lancer au médecin « Et eux, pourquoi vous ne leur faites pas passer le test ? ». Il m’a répondu : « Ce serait quand même assez difficile… ». Et là, surpris par cette réponse aussi irréfléchie que déplacée, je lui ai dit « Monsieur, que ce soit un balayeur ou une haute personnalité, un humain reste un humain, susceptible d’attraper une maladie, et il faut le tester ». Par la suite, j’ai appris par ces responsables de la santé même, que toute personne présentant une température plus élevée que la normale lors du test, devait être refoulée, et n’est pas autorisée à entrer dans la grande salle du palais des sports. Et là, j’ai compris la gravité de la sanction qui sera infligée à celui osant annoncer qu’une personnalité de l’Etat - à plus forte raison, si c’était le Premier ministre - a été testé positif. Cela aurait été de l’ « indélicatesse », voire de l’ « offense », passible de « sanctions regrettables », non seulement pour l’agent de la santé concerné, mais également le corps du ministère de la Santé toute entière. Nandrianina

La Vérité0 partages

Président Zafy Albert - Vibrant et émouvant hommage de tout un peuple

Le Palais des sports et de la culture Mahamasina a accueilli une cérémonie d'hommage vibrant au Professeur Albert Zafy hier. Après le culte œcuménique, plusieurs personnalités issues de la famille, du corps enseignant de l'Université d'Antananarivo, du corps médical et du monde politique se sont succédé à la série de discours. Du Premier ministre aux proches collaborateurs, tous ont rendu un vibrant hommage au défunt chef d'Etat, saluant la mémoire d'un patriote hautement intelligent au parcours académique et à la carrière professionnelle aboutie.

Selon son ami et proche Manoro Régis, le père de la démocratie demeurera gravé à l'esprit collectif des malagasy pour son intégrité et sa droiture. « Le professeur Zafy Albert avait l'habitude de dire que le pouvoir ne devait pas servir à amasser les fortunes », a affirmé le secrétaire général du parti Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) fondé par Albert Zafy. L'accessibilité, la disponibilité permanente du professeur ont également été mises en avant.  L'accent a été mis hier sur le rôle de précurseur de la réconciliation nationale qu'a été le défunt chef d'Etat. Mais l'intervention qui fut la plus marquante et la plus émouvante fut sans doute l'hommage de sa fille aînée, Sylvie Zafy. Cette dernière entourée de ses deux frères Aimé Zafy (l'aîné) et Titus Zafy (le cadet), a tenu un discours retraçant les qualités de leur père.« Papa, pour nous, tu n'es pas mort. Tu es un grand homme et les grands hommes ne meurent pas. Tu resteras à jamais dans nos cœurs et dans les cœurs de tous les malagasy », a-t-elle affirmé. Elle n'a pas oublié de citer les qualités de son père « humble, droit, honnête, généreux ». Des qualités qui ont quelquefois desservi au Professeur mais qu'il a su garder tout le long de son parcours politique. Pour bon nombre d'observateurs politiques, ce fut son honnêteté que certains politiciens malintentionnés ont profité pour lui faire un coup bas aboutissant à son empêchement par le parlement en 1996.Des talents de magicien« Tu avais des convictions et des principes auxquels tu n'as jamais dérogé », poursuit encore sa fille, Sylvie Zafy. Ayant marché sur les traces de son défunt père, elle a également suivi des études en médecine et exerce actuellement en France. « Papa tu peux être fière de moi », a - t  - elle encore déclaré. Elle a également évoqué les « talents de magicien » de son père dans le domaine de la chirurgie qui lui ont valu les intarissables éloges du défunt Professeur Christian Cabrol, une illustre figure de la médecine française et non moins chirurgien cardiaque de renom dont il a eu l'occasion d'assister à plusieurs reprises dans de nombreuses opérations chirurgicales. « Tu peux partir la tête haute », a conclu Sylvie Zafy.En quittant le palais des Sports de Mahamasina, la dépouille mortelle de l'ancien président Zafy Albert a été amenée en direction de Betsiaka, son village natal où il sera inhumé, samedi prochain.  Sur son passage hier, notamment dans le centre de la Capitale, le peuple malagasy était au rendez-vous pour un dernier hommage à celui que beaucoup considèrent aujourd'hui comme étant le père de la démocratie à Madagascar. Le passage de l'ancien président à été marqué par un arrêt des activités. Quelques « aurevoir » fusaient des balcons des immeubles. Beaucoup ne comprennent d'ailleurs pas pourquoi la journée d'hier, ou à tout le moins la demi -journée, n'a pas été déclarée chômée et payée par le gouvernement…Notons que la communauté internationale s'est également jointe aux hommages rendus à l'ancien président. Outre l'Union africaine, dans un communiqué rendu public hier, l'Union européenne  a salué « l'empathie » et « l'honnêteté » ainsi que « son engagement en faveur du développement, de la démocratie et des droits de l'homme ».Il est toutefois dommageable que ce soit simplement à sa mort que certains reconnaissent la valeur de l'homme au chapeau de paille. Sandra R.

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa hiarahana amin’ny MaraokaninaHanomboka tsy ho ela ny asa ao Antsirabe

Raikitra ary hatomboka tsy hoe ela intsony ny tetikasa roa sosona hiarahan’ny kaominina Antsirabe amin’ny firenena Maraokanina. Delegasionina nafonja no tonga tao Antsirabe avy amin’ny firenena Maraokanina omaly alatsinainy, nijery ny pitsopitsony amin’ny hanombohana ny asa amin’izay.

Vao tonga ireto vahiny, avy hatrany dia nidina teny amin’ny toerana hanorenana ireo fotodrafitrasa roa goavana ho an’ny tanànan’Antsirabe sy i Vakinankaratra manontolo ary nanamarina farany ireo refin’ny tany sy toerana hanorenana ny asa. Raha ny fanazavana nentin’ny ben’ny tanàna, Paul Razanakolona dia tenahanomboka ny asa satria efa nampahafantarina azy ireo hatramin’ny orinasa nahazo ny tolo-bidy, izay niara-nidina tamin’ireo delegasionina Maraokanina ihany koa ary izy ireo no nisafidy azy. Ilay toeram-panofanana moa no hatomboka voalohany ary hitohy amin’ny fanorenana ilay toeram-pitsaboana ho an’ny reny sy ny zaza. Nitondran’ny ben’ny tanàna fanazavana fa hentitra amin’ny fametrahana fotodrafitrasa ny Maraokanina no nampitarazoka ny asa satria nasiana fitiliana hatramin’ny nofon-tany hanorenana ny fotodrafitrasa izy ireo. Mikasika ny tsaho miely fa mbola misy ny fanitarana ny tany alain’ny Maraokanina dia nitondrany fanazavana fa diso. Efa voaloa avokoa ny volan’ireo rehetra nanana tany voakasiky ny tetikasa ary vola ana miliara no efa nozarain’ireo komitin’ny fitantanana ilay tany, izay natsangana. Araka ny fantatra dia voalaza indray fa lasa tetikasan’ny filoham-pirenena ity fanomezana avy amin’ny Maraokanina ity, izay tsy dia nasian’ny ben’ny tanàna olana izay ilazana azy fa ny tany dia an’ny kaominina ary ny asa dia avy amin’ny Maraokanina ary ho an’Antsirabe, dia izay no zava-dehibe aminy.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahatapahan-jiro lavarenyLasibatra hatrany Itaosy sy ny manodidina

Efa maro ihany izay fitraorana sy fitokonana nisy teny Itaosy sy ny manodidina izay noho ny fahatapahan-jiro matetika loatra eny an-toerana saingy tsy voavaha hatramin’izao ny olana.

Omaly dia nisy fahatapahana nanomboka tamin’ny 4 ora sy sasany maraina ary tsy niverina raha tsy tamin’ny 11 ora antoandro, hoy ireo mponina sy mpanjifa ny jiro teny Vinany , Andranonahoatra, Beravina, Ambavahaditokana, Itaosy hopitaly iny. Nezahana nantsoina ihany ny tompon’andraikitra teo anivon’ny orinasa Jiro sy rano Malagasy (Jirama) hanome fanazavana mikasika ny antony nahatonga ny fahatapahana saingy tsy nety tratra antso. Efa sangy mihoatra ny loha, hoy ny fanehoan-kevitr’ireo mponina ny zava-misy. Ireo mpivarotra entana ilaina amin’ny fiainana andavanandro izay tsy maintsy mitahiry ny entan’izy ireo anaty vata fampangatsiahana moa no tena mahatsiaro matiantoka rehefa sendra ny toy izao satria dia simba avokoa ireo entana amidy vokatry ny fahatapahana tsy nisiam-pampandrenesana mialoha. Tsy ny herinaratra ihany fa ny rano koa dia tapaka matetika eny amin’iny faritr’Itaosy iny, araka ny fitarainan’ny mponina hatrany.

 

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Aretin’ny voaLafo loatra ho an’ny Malagasy ny fitsaboana azy

Ankoatra ny aretina homamiadana dia anisan’ny areti-mandoza iray tena atahoran’ny olona ihany koa amin’izao ny aretin’ny voa. Mahatratra 5 tapitrisa Ar isam-bolana mantsy ny vola ilain’ny marary iray mba hanaovany “dialyse” in-telo isan-kerinandro raha miandry fahafatesana kosa rehefa tsy manana.

250.000 Ar isaky ny manao dialyse no vola ilaina hanoloana ireo ra maloto ao anatin’ny marary hanjary ho ra madio. Ny olana anefa raha araka ny fanazavan-dRasohanta Pascaline, filohan’ny federasionan’ny marary voa eto amintsika (FMMIR) dia 130 monja amin’ireo marary miisa 10.000 manerana ny Nosy no mba afaka manao izany raha 20 monja amin’ireo ihany koa no afaka manolo voa any ivelany. Mahatratra 80 tapitrisa Ar mantsy ny vola ilaina raha any Inde no hatao ilay “transplantation”. Ankoatra io dia mbola ilay marary no miantoka ny fandaniana hatao amin’ilay ray na reny niteraka na koa iraitampo izay hakana ilay voa. Raha misy fitaovana anefa eto amintsika eto Madagasikara, hoy hatrany Rasohanta Pascaline  dia 50 tapitrisa Ar  dia efa mahavita ilay “transplantation” satria efa be dia be ireo dokotera malagasy manana traikefa amin’izany. Miantso ny fitondram-panjakana mba hijery akaiky ity aretin’ny voa ity ny filohan’ny FMMIR. Aretina misoko mangina mantsy izy io ary tena mamono olona marobe tokoa. Efa-taona no zandriny indrindra voany raha mihoatra ny 60 taona no zokiny. Tsiahivina fa vokatry ny fiakaran’ny tosidra tsy voatsabo, ny fihinanana menaka be loatra, ny fihinanana tambavy na fanafody  be loatra no mahatonga ny aretin’ny voa. Hankalazaina anio talata 17 oktobra ny andro maneran-tany ho an’ny fanomezana taova.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

EditoSamy Malagasy

Nampihetsi-po ny maro ny famerenana ilay hira « Samy malagasy » nandritry ny fanomezam-boninahitra farany an’ny Profesora Zafy Albert tetsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina omaly.

Noraisiny ho toy ny fanevan’ny fampihavanana fony fahavelony ity hira ity, raha ny fitantaran’ny mpiara-mitolona aminy tamin’ny fotoan’androny. « … Na samy hafa tany fiaviana na tsy mitovy foto-pinoana, samy malagasy… ka mifankatiava… », hoy ny tononkira. Antenaina fa tsy ho kisendrasendra ny fifanandrifian’ny fahalasanan’ity nalaza ho Rain’ny Fihavanana ity tamin’ny fahalanian’ny filoha vaovao hitantana indray ny filankevitry ny fampihavanam-pirenena (CFM) ankehitriny miaraka amin’ireo birao hitantana izany. Mety hahakely finoana ny maro ihany ny trangan-javatra misy amin’izao fotoana toy ny fisomparana ny mpandraharaha malagasy miseho miharihary ankehitriny, saingy ny hirariana dia ny hisokafan’ny masom-panahin’ny tsirairay ka ho tonga saina fa samy malagasy tokony hifamelona sy hihavana fa tsy sanatria hiha hifamono sy hifandrafy hatrany toy izay miseho ankehitriny !

 

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kick BoxingResin’ny Zanakala 7-6 i La Réunion

Mbola noporofoin’ny mpiangaly ny taranja Kick Boxing Malagasy avy ao amin’ny Club Zanakala indray mandeha indray fa mafy ary mahafehy tsara io taranja io izy ireo raha ny eto amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina.

Resin’i Madagasikara tamin’ny isa 7 – 6 ny nosy La Réunion nandritra ny Gala International de Kick Boxing notanterahana tany St Pierre – La Réunion ny 12 ka hatramin’ny 16 oktobra lasa teo. Resin’i Rojo Lalaina i Brice Vaillant teo amin’ny sokajy 60 kg; resin’i Vladis Randriamadiniaina i  Grondin Jason teo amin’ny 63,5 kg. Niondrika teo anatrehan’i Tafita Randriamanampisoa i Emmanuel Perrault teo amin’ny  sokajy 57 kg. Lanin’i Séverin Razafimandimby i William Bedanteo amin’ny 57 kg ihany. Nandrombaka ny fandresena i Lavakely na Zafy Mariamo teo amin’ny 63,5 kg raha nifanandrina tamin’i Alexis Armand. Resin’i Keva, Sala kosa i Joel Randrianjafy. Nampiseho fahavononana sy fahamatorana amin’ny fiatrehana ady iraisam-pirenena ireo kick boxer Malagasy nandritra ity fihaonana tatsy amin’ny nosy La Réunion ity ary tsara homarihana fa niantoka manontolo ny lany tany an-toerana Atoa Mamy Be filohan’ny Zanakala.

RTT                                                   

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kick BoxingResin’ny Zanakala 7-6 i La Réunion

Mbola noporofoin’ny mpiangaly ny taranja Kick Boxing Malagasy avy ao amin’ny Club Zanakala indray mandeha indray fa mafy ary mahafehy tsara io taranja io izy ireo raha ny eto amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina.

Resin’i Madagasikara tamin’ny isa 7 – 6 ny nosy La Réunion nandritra ny Gala International de Kick Boxing notanterahana tany St Pierre – La Réunion ny 12 ka hatramin’ny 16 oktobra lasa teo. Resin’i Rojo Lalaina i Brice Vaillant teo amin’ny sokajy 60 kg; resin’i Vladis Randriamadiniaina i  Grondin Jason teo amin’ny 63,5 kg. Niondrika teo anatrehan’i Tafita Randriamanampisoa i Emmanuel Perrault teo amin’ny  sokajy 57 kg. Lanin’i Séverin Razafimandimby i William Bedanteo amin’ny 57 kg ihany. Nandrombaka ny fandresena i Lavakely na Zafy Mariamo teo amin’ny 63,5 kg raha nifanandrina tamin’i Alexis Armand. Resin’i Keva, Sala kosa i Joel Randrianjafy. Nampiseho fahavononana sy fahamatorana amin’ny fiatrehana ady iraisam-pirenena ireo kick boxer Malagasy nandritra ity fihaonana tatsy amin’ny nosy La Réunion ity ary tsara homarihana fa niantoka manontolo ny lany tany an-toerana Atoa Mamy Be filohan’ny Zanakala.

RTT                                                   

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kick BoxingResin’ny Zanakala 7-6 i La Réunion

Mbola noporofoin’ny mpiangaly ny taranja Kick Boxing Malagasy avy ao amin’ny Club Zanakala indray mandeha indray fa mafy ary mahafehy tsara io taranja io izy ireo raha ny eto amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina.

Resin’i Madagasikara tamin’ny isa 7 – 6 ny nosy La Réunion nandritra ny Gala International de Kick Boxing notanterahana tany St Pierre – La Réunion ny 12 ka hatramin’ny 16 oktobra lasa teo. Resin’i Rojo Lalaina i Brice Vaillant teo amin’ny sokajy 60 kg; resin’i Vladis Randriamadiniaina i  Grondin Jason teo amin’ny 63,5 kg. Niondrika teo anatrehan’i Tafita Randriamanampisoa i Emmanuel Perrault teo amin’ny  sokajy 57 kg. Lanin’i Séverin Razafimandimby i William Bedanteo amin’ny 57 kg ihany. Nandrombaka ny fandresena i Lavakely na Zafy Mariamo teo amin’ny 63,5 kg raha nifanandrina tamin’i Alexis Armand. Resin’i Keva, Sala kosa i Joel Randrianjafy. Nampiseho fahavononana sy fahamatorana amin’ny fiatrehana ady iraisam-pirenena ireo kick boxer Malagasy nandritra ity fihaonana tatsy amin’ny nosy La Réunion ity ary tsara homarihana fa niantoka manontolo ny lany tany an-toerana Atoa Mamy Be filohan’ny Zanakala.

RTT                                                   

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kick BoxingResin’ny Zanakala 7-6 i La Réunion

Mbola noporofoin’ny mpiangaly ny taranja Kick Boxing Malagasy avy ao amin’ny Club Zanakala indray mandeha indray fa mafy ary mahafehy tsara io taranja io izy ireo raha ny eto amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina.

Resin’i Madagasikara tamin’ny isa 7 – 6 ny nosy La Réunion nandritra ny Gala International de Kick Boxing notanterahana tany St Pierre – La Réunion ny 12 ka hatramin’ny 16 oktobra lasa teo. Resin’i Rojo Lalaina i Brice Vaillant teo amin’ny sokajy 60 kg; resin’i Vladis Randriamadiniaina i  Grondin Jason teo amin’ny 63,5 kg. Niondrika teo anatrehan’i Tafita Randriamanampisoa i Emmanuel Perrault teo amin’ny  sokajy 57 kg. Lanin’i Séverin Razafimandimby i William Bedanteo amin’ny 57 kg ihany. Nandrombaka ny fandresena i Lavakely na Zafy Mariamo teo amin’ny 63,5 kg raha nifanandrina tamin’i Alexis Armand. Resin’i Keva, Sala kosa i Joel Randrianjafy. Nampiseho fahavononana sy fahamatorana amin’ny fiatrehana ady iraisam-pirenena ireo kick boxer Malagasy nandritra ity fihaonana tatsy amin’ny nosy La Réunion ity ary tsara homarihana fa niantoka manontolo ny lany tany an-toerana Atoa Mamy Be filohan’ny Zanakala.

RTT                                                   

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kick BoxingResin’ny Zanakala 7-6 i La Réunion

Mbola noporofoin’ny mpiangaly ny taranja Kick Boxing Malagasy avy ao amin’ny Club Zanakala indray mandeha indray fa mafy ary mahafehy tsara io taranja io izy ireo raha ny eto amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina.

Resin’i Madagasikara tamin’ny isa 7 – 6 ny nosy La Réunion nandritra ny Gala International de Kick Boxing notanterahana tany St Pierre – La Réunion ny 12 ka hatramin’ny 16 oktobra lasa teo. Resin’i Rojo Lalaina i Brice Vaillant teo amin’ny sokajy 60 kg; resin’i Vladis Randriamadiniaina i  Grondin Jason teo amin’ny 63,5 kg. Niondrika teo anatrehan’i Tafita Randriamanampisoa i Emmanuel Perrault teo amin’ny  sokajy 57 kg. Lanin’i Séverin Razafimandimby i William Bedanteo amin’ny 57 kg ihany. Nandrombaka ny fandresena i Lavakely na Zafy Mariamo teo amin’ny 63,5 kg raha nifanandrina tamin’i Alexis Armand. Resin’i Keva, Sala kosa i Joel Randrianjafy. Nampiseho fahavononana sy fahamatorana amin’ny fiatrehana ady iraisam-pirenena ireo kick boxer Malagasy nandritra ity fihaonana tatsy amin’ny nosy La Réunion ity ary tsara homarihana fa niantoka manontolo ny lany tany an-toerana Atoa Mamy Be filohan’ny Zanakala.

RTT                                                   

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zandary lavo tany BetrokaMaty noho ny hatairana ihany koa ny reniny

Maty voatifitry ny dahalo tany Betroka ny 13 oktobra lasa teo ny zandary iray kilasy faharoa Ralaivao René Germain, vao erotrerony tokoa. Nandritra ny fifanenjehana tamin’ny dahalo tany Betroka no nahalavo azy, ka raha ny fanazavana azo teo anivon’ny seraseran’ny zandarimariam-pirenena, dia mody nifangaro tamin’ny fokonolona ireo dahalo ka nodidiny ho eo afofoany ity zandary ity avy eo.

Notsatotsatohina ny lefona ny tongony, ary rehefa nahita an’iny ny namany dia nitifitra, ka dahalo 3 no maty. Fotoana vitsy taorian’io dia nisy indray ny fifandonana ka dahalo iray no maty satria tonga ny USAD (Unité Special Anti-dahalo) avy any Betioky nitondra angidim-by nanampy tamin’ny fifehezana ireo malaso. Navotana ilay zandary naratra mafy, ary nentina tamin’ny angidim-by mihitsy namonjy toeram-pitsaboana saingy be loatra ny ra very, ka tsy tana ny ainy. Rehefa nandre ity vaovao ratsy nahafaty ny zanany ity kosa ny renin’ilay zandary, dia narary tampoka sy safotra. Nentina teny amin’ny toeram-pitsaboana saingy omaly vao maraina, dia tsy tana ny ainy. Fahoriana roa sosona, araka izany, no nahazo ny fianakavian’izy mianaka ireo. Mampiteny ny moana ny resaka asan-dahalo ao Betroka amin’izao fotoana. Maro ny resaka mivoaka momba ny fisian’ny firaisana tsikombakomba eo amin’ny manampahefana sy ny dahalo, ary efa nisy fotoana namaky bantsilana izany ny mpitandro filaminana. Efa nilaza ihany koa ny Filohan’ny Mpanolontsaina Monisipaly ao amin’ny Kaominina Betroka fa tsy afa-miala amin’ny raharaha mikasika ny tsy fandriampahalemana any an-toerana ny Depioten’i Betroka Nicolas Randrianasolo satria olona akaiky azy no nahatrarana akora simika fanamboarana bala hamatsiana ny dahalo milanja 211 kg. Ny iray “madco” amin’io akora io dia hahavitana bala 70, ka manodidina ny 250 000 ny bala azo amin’ny 211kg, raha atao ny kajikajy. Tsy atao mahagaga raha mahery vaika ny dahalo satria mety ampahany amin’ireo ampiasainy ihany iny sarona iny. Nangina ny raharaha ary nilaza ny tsy hipetra-potsiny amin’ny zavatra ambarany ho fanasoketana azy ny ilay depiote akaiky ny HVM.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zandary lavo tany BetrokaMaty noho ny hatairana ihany koa ny reniny

Maty voatifitry ny dahalo tany Betroka ny 13 oktobra lasa teo ny zandary iray kilasy faharoa Ralaivao René Germain, vao erotrerony tokoa. Nandritra ny fifanenjehana tamin’ny dahalo tany Betroka no nahalavo azy, ka raha ny fanazavana azo teo anivon’ny seraseran’ny zandarimariam-pirenena, dia mody nifangaro tamin’ny fokonolona ireo dahalo ka nodidiny ho eo afofoany ity zandary ity avy eo.

Notsatotsatohina ny lefona ny tongony, ary rehefa nahita an’iny ny namany dia nitifitra, ka dahalo 3 no maty. Fotoana vitsy taorian’io dia nisy indray ny fifandonana ka dahalo iray no maty satria tonga ny USAD (Unité Special Anti-dahalo) avy any Betioky nitondra angidim-by nanampy tamin’ny fifehezana ireo malaso. Navotana ilay zandary naratra mafy, ary nentina tamin’ny angidim-by mihitsy namonjy toeram-pitsaboana saingy be loatra ny ra very, ka tsy tana ny ainy. Rehefa nandre ity vaovao ratsy nahafaty ny zanany ity kosa ny renin’ilay zandary, dia narary tampoka sy safotra. Nentina teny amin’ny toeram-pitsaboana saingy omaly vao maraina, dia tsy tana ny ainy. Fahoriana roa sosona, araka izany, no nahazo ny fianakavian’izy mianaka ireo. Mampiteny ny moana ny resaka asan-dahalo ao Betroka amin’izao fotoana. Maro ny resaka mivoaka momba ny fisian’ny firaisana tsikombakomba eo amin’ny manampahefana sy ny dahalo, ary efa nisy fotoana namaky bantsilana izany ny mpitandro filaminana. Efa nilaza ihany koa ny Filohan’ny Mpanolontsaina Monisipaly ao amin’ny Kaominina Betroka fa tsy afa-miala amin’ny raharaha mikasika ny tsy fandriampahalemana any an-toerana ny Depioten’i Betroka Nicolas Randrianasolo satria olona akaiky azy no nahatrarana akora simika fanamboarana bala hamatsiana ny dahalo milanja 211 kg. Ny iray “madco” amin’io akora io dia hahavitana bala 70, ka manodidina ny 250 000 ny bala azo amin’ny 211kg, raha atao ny kajikajy. Tsy atao mahagaga raha mahery vaika ny dahalo satria mety ampahany amin’ireo ampiasainy ihany iny sarona iny. Nangina ny raharaha ary nilaza ny tsy hipetra-potsiny amin’ny zavatra ambarany ho fanasoketana azy ny ilay depiote akaiky ny HVM.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsanganan’ny biraon’ny CFMMisy politika maloto sahady

Tafapetraka soa aman-tsara ny Biraon’ny Filan-kevitry ny fampihavanana Malagasy na ny CFM. Mipetraka dieny aty am-piandohana ny mety ho fiantraikan’ny fisain’ity rafitra ity hoe ho tonga amin’ny tanjona tratrarina sa hitsefotra toy ny teo aloha hatrany ?

Loharanom-baovao iray kosa no nahalalana fa antony lehibe tsy nahalany ny kandida iray nifaninanana ho filohan’ity rafitra ity ny nanambarany fa hamela ny Kolonely Lylison hiaina sy hivoaka an-kahalalahana ary hangataka ny hahafahan’ny orinasa Tiko AAA hiodina an-kahalalahana izy raha lany ho filoha. Isan’ny tafiditra ao anatin’ny fampihavanam-pirenena rahateo ny famelana ny mpanao politika tsirairay hiaina an-kahalalahana tsy misy henjikenjika ara-politika sy famotehana an-kolaka. Nandeha kosa anefa ny toromarika tany ho any amin’ny tsy hamelana io olona io ho lany satria mety hanohintohina ny tombotsoan’ny mpitondra na ny herivelona hafa ny fahalaniany. Mipetraka araka izany ny fanontaniana hoe hahavita ny fampihavanana ve ity rafitra iray sokajiana ho isan’ny andrim-panjakana vao najoro eto amin’ny firenena ity ? Inona no fanamby sy fanomezan-toky homena fa tsy hisy ny tombo sy hala ? Afaka manome antoka ve fa hisokatra tokoa ny orinasa iray izay mamelona Malagasy an’aliny, izay nambaran’ny kandida iray fa himasoana ny fandravonana ny olana raha lany izy? Mbola baraingo ihany koa ny fanenjehana ara-politika mahazo ireo olona tsy mitovy foto-kevitra amin’ny mpitondra. Marihina fa tsy mbola nisy ny fanapahan-kevitra noraisin’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana, saingy niroso tamin’ny fifidianana birao ny CFM. Resaka efa nandeha ny fanambazan’ny filoha vola 1 tapitrisa avy ireo mpikambana, ka tsy hay aloha na inona no tanjona tamin’izany na inona fa miandry ny ho fizotry ny fampihavanam-pirenena ny rehetra. Andrasana ny fanazavana momba izay raharaha iray sy ny fanomezan-toky arahina porofo mivaingana fa tsy hisy ny tombo sy hala.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Manda S.A Madagascar - « L’étiquette des gourmands »

Manda S.A Madagascar se spécialise dans les produits halieutiques. Cette société se focalise dans les produits de la mer depuis les collectes, en passant par les traitements et les conditionnements jusqu’à la vente et l’exportation. Fondée en 1995 par Razakanavalona Bakoly, elle a été connue sous le nom de Poissonnerie Manda. La poissonnerie a survécu à l’embargo des crevettes en 1999 et elle continue d’étendre ses activités dans tout Madagascar et à l’international. La société est devenue Société anonyme à revenu limité (Sarl) en l’an 2000 avec une autorisation à exporter vers des pays régionaux et asiatiques. Avec son usine de traitement sise à Ivato, elle peut travailler sur des produits vivants, frais et surgelés. Manda S.A collabore avec des pêcheurs traditionnels dans toute l’île. Et ce sont ces pêcheurs qui assurent l’approvisionnement en matière première de la poissonnerie.

Avec le slogan « l’étiquette des gourmands », l’entreprise de Razakanavalona Bakoly entretient des relations de qualité avec ses clients. Elle donne des conseils pour préserver les aliments et nourritures en provenance de la mer. Mais également en matière de cuisson, comme la façon de préparer les mollusques et crustacés selon leurs variétés. A l’écoute de ses clients, Manda S.A leur apporte la meilleure offre et le meilleur service en respectant les règles d’hygiène et aussi en leur offrant des produits haut de gamme et suivant les normes en question de santé. La société accueille les clients dans un environnement convivial avec des pratiques commerciales professionnelles de la part des vendeurs. Manda SA Madagascar est également soucieuse de la nature et adopte une manière de travailler qui respecte les richesses de la mer.Propos recueillis par Andrea Razafi.

La Vérité0 partages

Photographie - « Hoby Rajamarison Photography », à la quête de l’évolution

Le domaine de la photographie est aujourd’hui devenu un secteur générateur d’emplois. En effet, tout évènement a maintenant besoin d’une couverture que ce soit une fête familiale comme un anniversaire ou un baptême ou encore un évènement d’entreprise mais plus particulièrement les mariages. Ces photographes ont donc essayé de développer leur passion pour en faire une profession. Certains travaillent pour de grandes firmes ou des Pme tandis que d’autres ont pris des risques en se lançant dans leurs affaires et monté leurs propres entreprises. Ces « entreprises » sont, pour la plupart, toutes des entreprises individuelles. « Hoby Rajamarison Photography » en est un exemple concret. Il est passionné par la photographie depuis sa tendre enfance, depuis l’époque de l’argentique, sauf que faute de moyens, il n’a pas pu s’acquérir son propre appareil qu’en intégrant le milieu professionnel.

Au début donc, il a travaillé pour le compte d’autres photographes, ce qui a facilité son intégration ainsi que l’acquisition de diverses expériences. Sa carrière professionnelle n’a donc pas cessé d’évoluer parce qu’en un instant, il est passé du statut d’employé à celui d’employeur. Comme il le cite : « A un moment donné, j’ai dû m’investir et acheter des appareils pour faire de ma passion une profession. » Depuis son intégration dans le monde professionnel, Hoby Rajamarison fait en sorte de renforcer sa passion en poussant sa curiosité à perfectionner ses œuvres. Quant à ses spécialités, il a déclaré qu’ : « il essaie toujours d’avoir l’esprit ouvert », c’est-à-dire qu’il ne se limite pas à une spécialisation en particulier. Toutefois, son travail est axé surtout vers la photographie de mode, de paysage pour des banques de données d’illustrations ou de support de communication. Mais cela ne l’empêche pas de couvrir un mariage ou autre évènement, « tout dépend des besoins et des demandes de mes clients, ils sont mes priorités », affirme-t-il. Il a également ajouté que « comme l’art de la photographie évolue avec le temps, chaque jour, je fais de nouvelles découvertes, j’essaie de rectifier mes erreurs et d’évoluer en conséquence. »  Pour les années à venir, le photographe projette d’investir dans du matériel plus performant afin d’offrir des services de qualité et créer une banque de données composée d’images pour promotionner le tourisme dans la Grande île.

Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Trafic illicite de bois de rose à Singapour - Mbola Rajaonah, commanditaire !

Silence complet depuis le mois de mais 2017 où une plainte pour faux et usage de faux a été déposée au tribunal de première instance d’Anosy, par la direction de la législation et du contentieux, représentant le gouvernement malgache dans le cadre de son engagement à poursuivre les trafiquants malgaches complices de l’homme d’affaires  Wong Wee Keong, directeur général de la société Kong Hoo, basée à Hong Kong, qui était importateur de la cargaison illicite de 3.000 tonnes de bois de rose. C’était suite au verdict prononcé par la Haute Cour Singapourienne, condamnant à trois mois de prison le hongkongais et au paiement d’une amende de 500.000 dollars. On en sait plus actuellement sur la raison de ce silence, c’est essentiellement parce qu’un des barons du régime Rajaonarimampianina est impliqué dans cette exportation illicite de bois de rose, qui devait avoir comme destination finale Hong Kong en Chine, mais qui a été intercepté au port de Jurong à Singapour, alors que la cargaison devait juste y transiter. Et ce baron du régime n’est autre que le conseiller spécial du Président de la République, Mbola Rajaonah, très proche du couple présidentiel.

 

De source  sûre , on nous a appris que Mbola Rajaonah avait participé à l’envoi de ces 30.000 rondins de bois de rose, au tout début du mandat de Hery Rajaonarimampianina. Le bateau les ayant transportés avait quitté le port de Toamasina le 15 février 2014, soit quelques semaines seulement après l’arrivée du Chef de l’Etat à la tête du pays. Ce qui prouve tout l’intérêt que ce genre de personnage trouve à fricoter avec les gens du pouvoir. C’est ainsi que lorsque la cargaison avait été saisie à Singapour le 14 mars 2014, c’était le branle-bas de combat pour les complices locaux de l’homme d’affaires chinois. « Mbola Rajaonah était resté au pays tandis que son compère, lui était parti en catastrophe à Singapour pour tenter d’intervenir afin de régler dans la mesure du possible les problèmes », a confié notre source au courant du déroulement de l’affaire. « Le conseiller du président était constamment au téléphone jusqu’au petit matin afin de s’assurer que le bateau puisse repartir », a-t-elle continué avant d’ajouter qu’il était surtout question pour les complices malgaches d’être payés par l’importateur pour pouvoir se débarrasser au plus vite du problème. Malheureusement sur le coup, la douane Singapourienne avait maintenu sa décision de saisir les bois de rose jusqu’à ce que toute la lumière soit faite sur le caractère illégal ou non de son importation.  Le conseiller spécial n’en est donc pas resté là, il y était encore pour quelque chose dans le fait que le gouvernement malgache a tenté de dépêcher une mission d’urgence sur place, conduite par le ministre de l’environnement de l’époque Anthelme Ramparany, peu après l’arrivée de Kolo Roger au gouvernement. « Il était urgent pour les autorités malgaches de préciser à la justice Singapourienne que les documents d’importation de ces rondins de bois de rose sont authentiques et qu’ils sont sortis légalement du port malgache parce qu’il fallait absolument que le contrat avec l’opérateur hongkongais soit rempli », a révélé encore notre source, en indiquant que derrière le gouvernement malgache qui s’était mobilisé pour justifier l’importation, il y avait les pressions de la présidence de la République, Mbola Rajaonah avait commencé de plus en plus à prendre de l’influence au sein du cercle restreint de Hery Rajaonarimampianina. Il avait réussi dans un premier temps, parce que sur le témoignage du ministre Anthelme Ramparany en personne, l’homme d’affaires Wong Wee Keong avait été acquitté une première fois.  Par la suite, notre source de révéler que « les sources de la mésentente entre Mbola Rajaonah et son autre compère étaient justement cette affaire de bois de rose de Singapour. Le premier soutient que l’argent avait été déjà touché par son compère qui l’a lâché une fois que l’affaire avait donc été réglée en ce moment-là. Le second quant à lui affirme qu’il n’a jamais touché cet argent, parce que de toutes les façons, les problèmes n’étaient pas résolus comme on pouvait le voir par la suite ». On avait appris, selon nos sources, que les deux « partenaires », qui étaient pourtant très proches en faisant ensemble des affaires à l’époque avaient fini par s’éloigner l’un de l’autre, à cause du scandale de bois de rose de Singapour.  Il a fallu l’arrivée de Jean Ravelonarivo à la tête du gouvernement pour que les donnes changent enfin. Ce dernier n’était pas d’accord que Madagascar lâche aussi facilement autant de bois de rose, évalués au bas mot à plus de 47 millions d’euros à l’époque. Il avait ainsi envoyé une lettre à la Haute Cour de Singapour pour indiquer clairement la position du gouvernement. La cargaison de bois de rose était partie illégalement du port de Toamasina et les documents d’importation sont faux. On connait toute l’histoire, le gouvernement ne parlait pas d’une seule voix. Anthelme Ramparany, alors affecté à la tête du département de l’élevage, avait continué à dire que l’importation était légale, tandis que son successeur, Ralava Beboarimisa, lui disait le contraire, appuyé par son chef du gouvernement, Jean Ravelonarivo. Bizarrement, la présidence était pendant tous ces temps-là restée totalement muette, sans doute parce qu’elle connait la vérité sur qui était réellement derrière toute l’affaire. Sur pressions de la CITES ou  la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore en voie d’extinction qui a même brandi de menaces à l’encontre de Madagascar, le gouvernement a dû changer de langage pour dire que finalement, les bois de rose ont été illégalement importés de Madagascar et que les documents ne sont pas authentiques. Ce revirement avait foutu la honte à tout le pays, comment était-ce possible que les autorités malgaches avaient soutenu pendant plus de deux ans, de 2014 à 2016, que la cargaison de bois de rose était légale, permettant l’acquittement de l’homme d’affaires par deux fois en 2015 et 2016 avant de déclarer le contraire ? Il était clair qu’en haut lieu, on cherchait à faire en sorte que les bois de rose atterrissent entre les mains de son importateur chinois, au lieu de les protéger comme étant des ressources naturelles pourtant illicitement exportées à l’étranger.  En tout cas, la communauté internationale devrait être vigilante, comprenant sans doute mieux pourquoi la plainte contre X pour faux et usage de faux dans les documents d’importation de ces bois de rose déposée par le gouvernement –à contrecœur donc -  n’aboutisse pas ? Elle devrait normalement relancer sous peu les autorités malgaches sur la suite de cette affaire. Presque quatre années se sont écoulées depuis le jour de la saisie des 30.000 rondins de bois de rose à Singapour et cinq mois maintenant que la plainte a été déposée ? Etait-ce donc juste de la gesticulation de la part du gouvernement pour duper la communauté internationale qu’il a vraiment pris des mesures ? L’avenir proche nous le dira. D’autant plus que ce n’est pas la première fois que le nom de Mbola Rajaonah est cité dans des affaires de trafic de bois de rose, un député élu sous l’étiquette « indépendant », mais qui a eu entretemps retourné sa veste pour le parti HVM, en sait quelque chose, lui-même avait avoué avoir été dupé par ce conseiller spécial dans ce « business ». Mais nous en reparlerons. 

 Mouvement pour la Liberté d’Expression (MLE)

 

La Vérité0 partages

Dans l’œil … !

 La Commission nationale électorale joue un rôle-clé dans un processus démocratique. Elle est au centre de tous les litiges et de toutes les convoitises. Courtisée par ici, critiquée par-là, la Commission marche sur des œufs. Une moindre maladresse risquerait de tout mettre en péril. François Mitterrand, dans un dessein de moraliser la pratique politique et démocratique auprès des anciennes colonies d’Afrique réunies à La Baule (1989), pesait de tout son poids à imposer un train de mesures s’inscrivant dans la ligne droite d’un processus irréversible en faveur de la démocratie. Entre autres, l’instauration du multipartisme, le respect des droits élémentaires humains, une alternance démocratique par le biais des élections libres et transparentes, l’obéissance absolue à la Constitution démocratiquement adoptée, etc. La France profitant de cette occasion, dictait la nécessité de mettre sur les rails une commission nationale indépendante pour s’occuper, à la place du Gouvernement local, des votes. A souligner que Madagascar, en plein régime socialiste de Didier Ratsiraka, snobait cette fameuse Conférence de la Baule.

François Mitterrand conditionna toutes les aides de la France à l’application effective et à la lettre des « Accords » de la Baule. Et les Institutions de Bretton Woods lui emboitaient le pas, plus tard. En fait, c’est autour de la Commission électorale que les véritables enjeux vont se…jouer. Certains dirigeants de ces pays, ensorcelés par le démon du pouvoir, usent de toutes les ficelles pour contourner La Baule. L’objectif principal consisterait à phagocyter la Commission et on ne s’en prive point de tous les moyens pour y parvenir. Ce qui mettrait la Commission dans une position délicate, au prix de son indépendance effective et de sa notoriété. Dans l’œil de la tempête, elle attirait les foudres des parties en présence notamment des partis d’opposition. En République Démocratique du Congo, la Commission Nationale Electorale (CNE) est tiraillée de tous les côtés. D’une part, le régime de Kabila qui voulait à tout prix s’accrocher au pouvoir et de l’autre, la plate-forme de l’opposition qui n’en démord point. Prise en tenaille, en même temps, accusée d’être à la solde de Joseph Kabila, la CNE perd totalement le Nord. Et la crise perdure !Au Kenya, la Commission électorale sème le trouble. Elle se trouve à l’origine du branle-bas politico-judiciaire qui secoue durement le pays. Le principal opposant, Raila Odinga, refusa jusqu’à son dernier souffle d’admettre l’intégrité, la notoriété et l’autorité de ladite Commission. D’ailleurs, il a décidé de se retirer du processus électoral. Dans les rues, les violences s’intensifient. Au final, le Kenya, pays de Jomo Kenyatta, est plongé dans l’incertitude absolue. En cause, une Commission électorale frivole.A Madagascar, partis et Société civile, à l’approche des échéances de 2018, redoutent de la réelle indépendance de la CENI, mais surtout, de la sincérité des tenants du pouvoir à se plier au verdict des urnes. Des symptômes semblent, déjà, indiquer que les hommes aux cravates bleues seraient tentés par le diable pour traficoter les résultats. Le fait qu’ils persistent à maintenir, sous l’aisselle, la « garde » de l’argent de la Commission et l’obstination à retoucher la Constitution en dit long.  Dans l’œil de l’ouragan, la Commission électorale fera mieux, aux risques et périls de sa vie, de bien rassurer tout le monde. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Présidence du Sénat - Les jours d’Honoré Rakotomanana, comptés

 

Un calcul politique. C’est ainsi que bon nombre d’analystes politiques ont interprété la dernière nomination de l’ex – ministre d’Etat en charge de l’agriculture et de l’élevage, Rivo Rakotovao au poste de sénateur de Madagascar.  En principe, le président nationale du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » est censé remplacer l’ex – sénateur Ahmad, élu à la tête de la confédération africaine du football (Caf) depuis déjà plusieurs mois. Mais pour les observateurs politiques avertis, cette nomination est surtout synonyme d’éviction imminente du président du Sénat, Honoré Rakotomanana.

Les jours de cet ancien juge international sur le fauteuil de président du perchoir d’Anosikely seraient donc bel et bien comptés. Selon les indiscrétions, le principal concerné n’aurait même pas été averti sur les tractations qui se sont opérées en haut lieu. Il n’aurait donc découvert le pot  aux  roses qu’au moment de la nomination, hier. Pourtant, il aurait dû être dans la confidence d’autant plus qu’il a été nommé sous le quota présidentiel et a été élu, presque à l’unanimité, à la présidence de la chambre haute par la majorité de sénateurs aux cravates bleues au sein du palais d’Anosikely. Une élection qui lui conférait le statut d’homme de confiance du Président Hery Rajaonarimampianina mais visiblement, les donnes ont changé. Cette « mauvaise » surprise se devinait d’ailleurs dans le discours – bilan de plus d’une heure du numéro un de la chambre haute hier à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle session parlementaire. Il a particulièrement souligné l’importance du  « fihavanana » qui devrait primer sur tout autre intérêt financier selon lui. Faut – il rappeler que le doyen et président du perchoir d’Anosikely était déjà au cœur d’une tentative de destitution à deux reprises dans le courant de cette année. Son éviction pouvant survenir à tout moment, il n’aura pas dépassé les deux années à la tête du Sénat. Si l’on se réfère à l’article 46 de la Constitution malgache, Honoré Rakotomanana aurait dû assurer « les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président »  étant donné que  Hery Rajaonarimampianina en tant que futur candidat aux élections présidentielles doit démissionner de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Une disposition que le régime Hvm a voulu contourner voire exclure à tout prix par le biais d’une révision constitutionnelle qui a soulevé un tollé général chez  les partis de l’opposition et la société civile.

Sandra R.

 

La Vérité0 partages

Betroka - L'ultime adieu au gendarme tombé sur le champ de bataille et sa mère

L'inhumation de Germain René Ralaivao, gendarme de 2e classe et de sa mère a été prévue hier. Si le premier meurt fauché sous les balles des  « malaso » au cours d'une opération le 12 octobre à Betroka, sa mère le fut après une attaque cardiaque causée par la tristesse liée à la disparition tragique de son fils. En apprenant la triste nouvelle, elle a momentanément perdu connaissance et n'a donc plus émergé du coma. L'affrontement meurtrier qui a ainsi coûté la vie à la victime mais aussi à 4 assaillants est survenu vers 1h du matin, le 13 octobre dernier à Voromiantsa, District de Betroka. A côté du commandant de compagnie de la Gendarmerie locale, son adjoint et 14 autres gendarmes, celui qui allait devenir héros en perdant sa vie a donc participé à l'opération visant à récupérer les 50 zébus emportés par 40 « dahalo » à Ivahona.

En cours de chemin, quatre bandits de grand chemin les ont accueillis par des jets de lance, touchant ainsi Germain à la jambe gauche. Aussitôt, les compagnons de la victime ont ouvert le feu sur les agresseurs dont trois ont été mortellement fauchés par les balles. Or, un « dahalo » a encore réussi à répliquer aux tirs des gendarmes et a fait mouche, touchant une nouvelle fois le malheureux Germain, toujours à la jambe. Ses compagnons d'armes ont alors sollicité l'envoi d'urgence d'un hélicoptère auprès du Bataillon inter-armes d'Ihosy et du Groupement de la gendarmerie d'Anosy, tandis que l'unité spéciale anti-dahalo encadrée par le colonel Nixor Tsitambala de la Force d'intervention de la Gendarmerie nationale (Fign) de Betroka, a envoyé des renforts. L'affrontement a éclaté entre les gendarmes et les « dahalo » quand ces derniers ont été rattrapés à l'entrée de Voromiantsa.  Un jour avant le drame qui a emporté le gendarme Germain, il y eut aussi les agressions meurtrières de deux opérateurs économiques, tués par les balles des assaillants alors qu'ils ont circulé en moto sur une route à 50 kilomètres de Betroka. Ces faits montrent parfaitement l'échec flagrant de la politique de sécurisation tant claironnée par un député pro-régime de Betroka. L'on se demande ainsi quels résultats palpables apportent toutes les réunions auxquelles il participe lors de ses fréquents déplacements à l'étranger. Plus d'un s'interroge d'ailleurs sur la suite de l'affaire de poudre explosive découverte sur l'assistant de ce député…

Franck Roland

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - Onze décès et 195 nouveaux cas en 2 jours

Des chiffres alarmants. Le bilan officiel émanant du ministère de la Santé publique mais rapporté par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes demeure inquiétant. Ceci non seulement à cause de son retard de diffusion mais surtout avec le nombre de cas et de décès enregistrés. Le dernier bilan fait état de 805 cas de peste notifiés ainsi que de 74 décès depuis le mois d’août jusqu’au 16 octobre derniers. Le dernier bilan en date du 14 octobre a avancé 610 cas et 63 décès. Autrement dit, l’on enregistre 195 nouveaux cas et 11 décès en 2 jours. Cette épidémie affecte actuellement 38 Districts issus de 17 régions de Madagascar. 80% des cas sont de formes pulmonaires, les plus mortelles avec un fort risque de contamination.

Les 20% restants sont d’origine bubonique ou septicémique. La Grande île reste au grade 2, c'est-à-dire que l’isolement du pays n’est pas encore de rigueur. Toutefois, plusieurs entités, institutions et sociétés ont déjà pris des précautions pour protéger les employés et leurs familles. La désinfection de leurs locaux, la distribution de cache-bouche ou encore le renforcement des sensibilisations internes font partie des mesures adoptées. 264 jeunes professionnels à la rescousse Pour renforcer le contrôle d’hygiène et d’assainissement ou encore l’accueil des patients. Le ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures ont sélectionnés 264 jeunes professionnels, paramédicaux et étudiants pour effectuer ces activités dans les 8 hôpitaux de traitement de la peste. Ils seront ainsi répartis dans les 6 centres hospitaliers d’Antananarivo ainsi que celui de Toamasina et de Fénérive-Est. Ces jeunes ont suivi une formation dispensée par l’Unicef et autres partenaires sur les différentes fonctions au sein des centres de triage et de traitement de la peste. Ainsi, 160 hygiénistes ont pu acquérir les techniques d’hygiène dans la zone d’isolation, les activités de nettoyage de surfaces, des lits, des douches, des latrines et le traitement des déchets hospitaliers.16 blanchisseurs ont, quant à eux, pu s’initier sur les activités de nettoyage des équipements de protection du personnel médical et hygiéniste. 72 personnes se chargeront de l’accueil et l’orientation des familles, des limitations d’accès, du lavage des mains et de la désinfection des chaussures. Ces agents sont opérationnels depuis le début de cette semaine, après leur formation le week-end dernier à Antananarivo et Toamasina. Une autre session sera organisée le mardi 17 octobre pour Fénérive Est.

 Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara0 partages

Ambohidratrimo : Un “Karana” arrêté pour détention d’arme

L’agissement d’un Karana a semé la panique chez des habitants de la commune d’Anosiala, district d’Ambohidratrimo, l’après-midi de dimanche 15 octobre. A bord d’une voiture 4X4, un pistolet au poing, il a tiré deux coups de feu. L’acte a été commis vers 15 heures 30 dans le village de Beravina, fokontany d’Ambohimpamasina alors que les habitants se reposaient dans leurs maisons. Terrorisés, beaucoup ont pensé à l’existence d’une attaque à main armée dans les environs. C’est pourquoi, l’alerte a été lancée et des éléments de la gendarmerie ont été dépêchés sur les lieux. Débarqués sur place, les gendarmes ont tout de suite maîtrisé le fauteur de troubles et ont pris son arme. Interpelé sur son acte, le Karana a répondu qu’il a fait cela pour son exercice de tir. L’enquête a permis de savoir que le tireur habite à Anosibe, à Antananarivo-ville et propriétaire d’une quincaillerie dans la commune d’Anosiala. Il a une autorisation de première détention d’arme et une autorisation de port d’arme. Pourtant, l’arme qu’il a utilisé ce jour-là, à savoir un pistolet automatique de marque MAB calibre 7,65, ne correspond pas à ce qui est indiqué dans ces documents. Ainsi, il fut arrêté et conduit à la brigade de la gendarmerie d’Ambohidratrimo. L’enquête est ouverte.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Session parlementaire : Coup d’envoi ce jour

L’adoption de la LFI 2018 devrait passer comme une lettre à la poste.

Coup d’envoi ce jour de la deuxième session ordinaire du Parlement. La cérémonie d’ouverture se déroulera à 14 heures pour l’Assemblée nationale et à 16 heures pour le Sénat. Si l’on se réfère à la Constitution, cette nouvelle session de 60 jours devrait être axée sur l’adoption de la Loi de Finances 2018. Bon nombre d’observateurs estiment que son adoption devrait passer comme une lettre à la poste, vu la promesse faite par le gouvernement concernant l’octroi de véhicules 4×4 pour les députés. Et ce, même si officiellement, ce sont les parlementaires qui vont payer l’achat de leur 4×4 par leurs propres moyens. Les parlementaires vont certainement valider quel que soit le contenu du texte proposé par l’Exécutif. Comme à l’accoutumée, il ne faut pas s’attendre à un débat technique sur la Loi de Finances Initiale 2018. Les députés et sénateurs pro-HVM vont imposer leur diktat. D’après la Constitution, la deuxième session ordinaire du Parlement qui débute le 3e mardi du mois d’octobre « est consacrée principalement à l’adoption de la Loi de Finances ». Pourtant, une source proche de l’Assemblée nationale a fait savoir que pour l’heure, le projet de Loi de Finances n’est pas encore parvenu à Tsimbazaza. On sait également que l’Exécutif prévoit d’envoyer au Parlement plusieurs autres projets de loi.

Révision constitutionnelle. La semaine dernière, le président du Groupe parlementaire HVM, député élu dans l’Atsimondrano, Jaona Randriarimalala alias Jaona Elite a annoncé que 14 projets de loi et trois propositions de loi sont déjà parvenus à l’Assemblée nationale pour être étudiés durant cette nouvelle session ordinaire. Pour l’heure, aucune information sur les tenants et aboutissants de ces textes n’a été divulguée. Le site-web de l’Assemblée nationale et celui du Sénat ne publient aucune info y afférente. Pour le moment, on ignore si les débats autour de la révision constitutionnelle figureront à l’ordre du jour de cette session d’octobre. La question a fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps. Une source proche du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » a laissé entendre que le régime envisagerait de faire machine arrière. Histoire à suivre.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Trafic de cannabis : Le ressortissant français devant la barre ce jour

Poursuivi pour tentative de trafic de stupéfiant, le ressortissant français arrêté à l’aéroport international Ivato dimanche sera jugé ce jour au tribunal de première instance à Anosy. Cette audience a lieu juste le lendemain de son audition devant le Parquet, à l’issue de laquelle il a été placé en détention préventive à la Maison centrale d’Antanimora. Le suspect était arrêté alors qu’il s’apprêtait à prendre le vol de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines à destination de Paris lors du contrôle de routine effectué par des gendarmes sur le parking de l’aéroport. Les gendarmes s’en sont pris à cet individu qui se trouvait encore dans une voiture quand ils ont remarqué une réaction suspecte en voyant les hommes en treillis passer devant lui. Ainsi, ils ont décidé de le fouiller. Ainsi, ils ont découvert la drogue qui était soigneusement cachée dans un paquet de cigarette. Pour ce faire, il a changé le tabac de chaque tige de cigarette par du cannabis. L’enquête a révélé que le suspect est âgé de 32 ans. Il est né à Pilate. Son passeport est en règle et devra expirer au mois de 2021. La quantité de drogue saisie sur lui fait penser que cet homme ne serait qu’un simple consommateur mais non pas un « dealer ». Quoi qu’il en soit, la consommation de cannabis qui est qualifié de drogue douce dans certains pays est prohibée à Madagascar.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Hery Rajaonarimampianina – Pape François : Même profession de foi à Rome

Le président Hery Rajaonarimampianina et le DG de la FAO, José Graziano da Silva hier à Rome.

Le locataire d’Iavoloha et le Souverain pontife ont assisté hier à Rome à la célébration de la Journée Mondiale de l’Alimentation sur le thème : « Changeons l’avenir des migrations : investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural ».

Le numéro Un malgache a été accueilli au siège de la FAO par le Directeur général José Graziano da Silva. Il a remercié l’organisation spécialisée des Nations Unies de l’avoir invité à cette cérémonie. En sa triple qualité de président de la République de Madagascar, président en exercice du COMESA et président de la Francophonie, Hery Rajaonarimampianina a mis en exergue le déséquilibre dans la répartition des richesses entre les pays du Nord et ceux du Sud. Il a ajouté que les conflits et les changements climatiques ont aggravé la situation. « Les guerres, l’insécurité, l’instabilité et la pauvreté dans leurs pays d’origine, poussent les personnes à migrer », a-t-il expliqué. En signalant dans la foulée que ce sont surtout les jeunes et les femmes qui sont concernés par ces déplacements massifs. « Si l’on veut changer le paradigme des migrations, il faudrait trouver les solutions dans les pays d’origine des migrants », a-t-il suggéré. Pour lui, « financer l’accueil des émigrés dans les pays d’accueil, c’est bien, mais financer des projets structurants dans les pays d’origine, c’est mieux ».

Appel. « Trouvons et mobilisons les moyens pour investir dans la sécurité alimentaire et le développement rural ». C’est l’appel lancé hier à la tribune de la FAO par le chef de l’Etat malgache qui a attiré l’attention sur nombreux potentiels dans les pays en développement comme Madagascar. Il a aussi insisté sur la nécessité de mettre en œuvre les résolutions de la COP 21 à Paris face aux changements climatiques qui se traduisent par la sécheresse récurrente dans le Sud et les inondations dans d’autres régions de la Grande Ile. A son avis, investir dans la nutrition et le développement est un gage de stabilité durable dans le monde. Et de faire savoir que Madagascar adhère entièrement aux objectifs de la FAO, notamment la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté rurale, l’utilisation durable des ressources naturelles.

OSR 2016. Le président malgache est sur la même longueur d’ondes que le Pape François pour qui les conflits et les changements climatiques sont des obstacles qu’il faut surmonter. « Il faut faire preuve de bonne volonté, d’engagement total en faveur de la paix », a prêché le Saint-Père. Et de remettre aussi sur le tapis l’accord de Paris sur le climat. Le Pape des pauvres n’a pas manqué non plus de toucher mot de la répartition inéquitable des richesses en déclarant qu’ « il faut que les richesses de la terre soient à la disposition de tous ». Il a aussi mis l’accent sur « un ordre social plus juste » au siège de la FAO où il était le premier Souverain Pontife à se déplacer personnellement. C’est dire que le numéro Un du Vatican et le locataire d’Iavoloha ont partagé les mêmes convictions et fait la même profession de foi hier à la tribune de la FAO à Rome où Hery Rajaonarimampianina a tenu, par ailleurs à remercier la FAO, le FIDA et le PAM d’avoir décerné à Madagascar l’OSR 2016 ou le Prix d’Excellence des agences de l’ONU basées à Rome. Il a n’a pas omis non plus de féliciter la FAO qui va présider avec l’Organisation Internationale de la Migration, le Groupe Mondial des Nations Unies sur la migration en 2018.

R.S (Rome)

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Union africaine : Sa solidarité à la famille du professeur Zafy Albert

Suite à la disparition subite du professeur Zafy Albert, le Bureau de Liaison de l’Union Africaine à Madagascar n’est pas en reste. Il a ainsi présenté, au nom du Président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat, et au nom de la Représentante Spéciale de l’Union Africaine à Madagascar, Hawa Ahmed Youssouf, ses sincères condoléances et exprime son soutien et sa solidarité à la famille du défunt, au peuple et au Gouvernement malgache.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Prix de l’innovation pour l’Afrique 2018 : Investir dans les écosystèmes d’innovation inclusifs

La septième édition du Prix de l’Innovation pour l’Afrique (PIA) vient d’être lancée officiellement après l’annonce, le 10 octobre 2017 par l’African Innovation Foundation (AIF) de l’appel à candidature panafricain, avec à la clé, un grand prix de 185.000 dollars à se partager entre les dix meilleurs innovateurs africains. Ceux-ci devront présenter des innovations qui répondent aux défis africains, ayant un impact social, un potentiel commercial et pouvant être développées à plus grande échelle. Ce prix annuel qui célèbre l’innovation locale sur le continent africain récompense ainsi les innovations remarquables qui proposent des solutions pratiques, commercialisables et durables aux problèmes africains. Cette 7e édition est placée sous le thème « Investir dans les écosystèmes d’innovation inclusifs ».

Culture d’innovation. L’objectif du PIA est de renforcer les écosystèmes d’innovation en Afrique en soutenant une culture d’innovation et de compétitivité tout en stimulant la croissance de solutions africaines, innovantes et orientées vers le marché, aux défis africains. Plus précisément, le PIA honore et encourage les réalisations pionnières qui contribuent au développement de nouveaux produits, à l’accroissement de l’efficacité ou à la réduction des coûts en Afrique. Suite au nombre record de femmes africaines inscrites à l’édition précédente, l’édition 2018 du PIA encourage une plus grande participation des femmes innovatrices qui jouent de plus en plus un rôle clé dans la promotion des économies africaines à travers les affaires et l’entrepreneuriat.

Réseaux. « Nous sommes convaincus que cette édition sera encore plus grande et meilleure en termes de participation et de qualité des candidatures », a affirmé Pauline Mujawamariya Koelbl, Directrice du PIA. Et à elle d’ajouter que « le PIA prend de plus en plus d’ampleur à chaque édition, attirant des innovateurs issus de toutes disciplines et avec des solutions exceptionnelles aux défis africains. Pour cette septième édition, il est attendu un élargissement du réseau de partenaires, d’innovateurs et autres acteurs de l’innovation pour construire des écosystèmes d’innovation plus solides et plus durables qui propulseront le Continent vers l’avant ».

Cinq catégories. Les candidatures, à soumettre du 10 octobre 2017 au 10 janvier 2018 avant minuit (23h59 GMT), seront évaluées conformément aux thèmes du PIA qui visent à promouvoir l’innovation sociale et économique dans cinq catégories : industrie manufacturière et services ; santé et bien-être ; agriculture et agro-industrie ; environnement, énergie et eau ; et enfin, technologie de l’information et de la communication (TIC). Tous les Africains y compris ceux vivant dans la diaspora sont éligibles. Les gagnants seront annoncés lors d’une cérémonie de remise des prix qui aura lieu en juillet 2018. Elle réunit les innovateurs et les entrepreneurs les plus inspirants d’Afrique, les leaders d’incubateurs, des investisseurs providentiels et de capital-risque, des institutions de développement, des membres de gouvernements, des médias et de nombreuses autres personnalités.

L’après PIA. Au cours de l’édition précédente, le PIA a reçu plus de 2 500 candidatures de tout le continent. Cette année promet d’être encore plus grande. A ce jour, le PIA a attiré plus de 7 500 innovateurs issus de 52 pays, avec 55 des meilleurs innovateurs du Continent et plus de 400 acteurs de l’innovation, ce qui en fait une véritable initiative panafricaine. L’AIF a jusqu’ici soutenu les anciens lauréats et les finalistes à hauteur de plus d’un million de dollars US qui ont permis de faire progresser leurs innovations. De plus, grâce à la visibilité générée par le PIA, les anciens lauréats ont obtenu des investissements de plus de 30 millions de dollars pour développer et étendre leurs activités.

Recueillis par Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

International Academy of Madagascar : L’autorisation d’ouverture leurrée par l’ONEP !

Au statu quo. La situation ne s’est point améliorée pour les responsables de l’International Academy of Madagascar (IAM), l’école qui a pris les rennes de l’ancien collège Lumière Internationale sis à Talatamaty. Hier, l’avocat, Eric Rafitoson et le Directeur général de l’IAM, Rakotoarimanana Tahiriniaina Andriamampianina ont affiché leur désespoir par rapport à la situation. « Nous nous sommes conformés à la recommandation de l’Etat selon laquelle il faudrait changer de local pour obtenir l’autorisation d’ouverture. Là nous l’avons trouvé mais l’autorisation n’est toujours pas octroyée », a dénoncé le Directeur général de l’établissement. Et toujours d’après ses explications, l’Etat, à travers l’ONEP (Office National de l’Enseignement Privé) « ne cesse pas d’exiger d’autres pièces à fournir ». Les zones d’ombre autour de cette affaire persistent toujours et les élèves de l’IAM n’ont pu entamer ne serait-ce que la séance de prise de contact. Leur année scolaire est incertaine avec ou sans la peste et avec ou sans les mesures prises pour la lutte contre la peste. Toutefois, le DG de l’IAM a indiqué que « désormais leur revendication est appuyée par le Mouvement National à l’Education Pour Tous ou MNEPT ».

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar0 partages

Aéroport Ivato – Un Français dealer de cannabis interpellé

Un individu s’est fait arrêter par les gendarmes à l’aéroport d’Ivato avec seize cigarettes de cannabis. Le parquet l’a placé sous mandat de dépôt à Antanimora.

Rastaman dealer. Agissant sur renseignements, ce trafiquant de drogues a été pris au piège tendu par les gendarmes à l’aéroport d’Ivato, dimanche aux alentours de 13 heures 30. Il aurait tenté de s’envoler avec l’Ethiopian Airways lorsqu’il a été intercepté. Seize cigarettes de cannabis étiquetées de marque « Good Look » ont été découvertes sur lui.D’après les premiers éléments de l’enquête, ce dealer achète ces cannabis à un fournisseur à Diégo. Il n’a pas réussi à franchir jusqu’au tarmac, selon les informations de la gendarmerie saisie de l’enquête. Cet homme serait déjà surveillé depuis la salle d’embarquement à cause de son étrange comportement. Il a été alors placé en garde-à-vue à la brigade locale pendant vingt-quatre heures pour enquête.

Deux arrestationsIl a avoué avoir commercé des drogues dans la capitale et a tenté, cette fois-ci, d’en exporter en Afrique, selon un gendarme à l’aéroport d’Ivato.Ce trafiquant a été traduit devant le parquet d’Anosy, hier. Fixé sur son sort, il a été placé en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora jusqu’à sa comparution à la barre du tribunal. Les cannabis saisis ont été confisqués par la gendarmerie.En un mois, deux dealers de drogues ont été arrêtés à l’aéroport d’Ivato. « Le premier était un Chinois extirpé du vol de Guangzhou, à destination de Chine. Ce Français est le deuxième », a indiqué le commandant de brigade (CB) de la gendarmerie à l’aéroport d’Ivato. Le Chinois a essayé de s’empoigner avec les éléments des forces de l’ordre lorsqu’il est tombé dans le piège. Deux cent cinquante grammes de cocaïne ont été saisis sur lui. Déféré, il a été également écroué à Antani­mora. « Les faits se sont produits, il y a deux semaines », a signalé le CB adjoint.La chasse aux trafiquants de drogues se poursuit à travers la mission de renseignements qu’établit la brigade locale en ce moment. Ce dernier dealer a avoué avoir fumé et tenté d’exporter clandestinement du cannabis.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Sécurité – Une cellule anti-kidnapping sur pied

Une convention relative à la mise en place d’une cellule anti-kidnapping a été signée hier. La promptitude dans la riposte aux rapts, par la coopération avec les opérateurs téléphoniques, est l’objectif.

Célérité. Le ministère de la Justice a annoncé sur sa page Facebook, hier, la signature d’une convention de partenariat », mettant en place une cellule en cas de kidnapping, de menace, ou de tentative. À la lecture de la publication, l’objectif est d’alléger les procédures pour permettre plus de rapidité dans les répliques à ce type d’acte de banditisme.« La procédure pénale exige un ordre de réquisition émanant des autorités judiciaires par le biais duquel les officiers de police judiciaire, chargés des enquêtes, peuvent obtenir des informations auprès des opérateurs pour être recevables devant la justice. La lourdeur administrative qui accompagne le système actuel retarde la mise en œuvre de ces actions, et influe sur les éventuelles mesures qui auraient pu être prises », explique la publication du ministère de la Justice.Le ministère de la Justice, celui de la Sécurité publique, ou encore le secrétariat d’État chargé de la gendarmerie nationale, l’Autorité de régulation des technologies de la communication (ARTEC), et les opérateurs téléphoniques étaient les entités présentes à la convention signée hier. Ceci, selon toujours la publication, afin de conjuguer les efforts et assurer une coordination des actions, pour obtenir des résultats  dans les plus brefs délais.Contacté, Jérémie Napou, directeur de la communication auprès du ministère de la Justice, indique que cette convention permettra de lutter contre les kidnappings en utilisant tous les moyens technologiques à notre disposition. Le constat serait que les ravisseurs utilisent toujours des téléphones cellulaires pour contacter les familles des victimes afin de demander des rançons.

Référent« La plupart du temps, lorsque les enquêteurs demandent des informations sur les puces téléphoniques utilisées par les ravisseurs, aucun propriétaire n’est répertorié », a déclaré le général Andriama­havalisoa, secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, hier lors d’un entretien téléphonique. L’officier général ajoute ainsi, que la convention signée, hier, renforce l’obli­gation des opérateurs en téléphonie à répertorier les propriétaires de toutes les puces téléphoniques qu’ils ont mis en vente.Mais elle aurait surtout pour effet d’alléger la procédure de réquisition de ces entreprises afin qu’elles fournissent les informations nécessaires aux enquêteurs, pour retracer l’utilisation des réseaux téléphoniques ou internet par les ravisseurs, dans l’objectif de faciliter les recherches. L’officier général s’est, toutefois, gardé de donner des précisions quant au délai imparti. Seulement, à entendre ses explications durant l’entretien téléphonique d’hier, cela devrait prendre moins de 48 heures. D’après le secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, auparavant, les résultats des demandes faites par les enquêteurs ne sont donnés par les opérateurs que 48 heures, voire une semaine après. La convention créant la cellule interministérielle, en collaboration avec le secteur privé, entre dans le cadre des démarches entreprises pour renforcer la lutte contre les actes de kidnapping. Dans le schéma figure également la désignation d’un magistrat référent.Une information déjà révélée par Véronique Vouland-Aneini, ambassadeur de France, lors de son discours durant la célébration de la fête nationale française, le 14 juillet à Ivandry. Un point focal dans le traitement des dossiers de kidnapping souhaité, notamment par les pays dont les ressortissants sont, fréquemment victimes des rapts, dont la France. Si l’on s’en tient aux explications du secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, toutefois, un flou existe sur le territoire de compétence de cette personnalité.« Nous souhaiterions que le magistrat référent ait compétence sur tout le territoire malga­che, afin que les dossiers ne se dispersent pas. Dans la plupart des cas en effet, les affaires de kidnapping qui s’enchevêtrent, ont des liens entre eux », indique le général Andriamahavalisoa.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Épidémie de peste – Les tests de diagnostic rapide suspendus

L’approvisionnement en tests de diagnostic rapide ne répondrait pas aux besoins. Les centres de traitement en souffriraient.

Des personnes alarmées par l’épidémie de peste et croyant présenter des signes cliniques de la peste n’ont pas pu passer le test de diagnostic rapide (TDR), hier. «Je voulais faire un test pour connaître mon état de santé et prendre les précautions adéquates. Mais on m’a dit qu’il n’y avait pas assez de tests pour tout le monde, donc je suis rentré bredouille. Apparemment, je présente un état grippal et non la peste », déplorait Herizo Randrianarivony, un père de famille rencontré dans un centre de traitement, hier.Les centres de traitement de la maladie souffriraient d’un manque important de ce test. Le nombre de demandes augmenterait, suite à la hausse du nombre de personnes qui viennent se faire diagnostiquer. «Nous ne pouvons effectuer le test que sur les malades suspects et les personnes décédées. Il n’y a pas assez de réactifs pour tout le monde », confie le responsable d’un centre de traitement à Antananarivo-ville, hier. Dans cet hôpital, les besoins dépasseraient la trentaine, en une journée. Et sur une cinquantaine de commandes passées journalièrement, il n’en bénéficierait que d’une vingtaine, voire moins.

Problème de disponibilitéLe côté organisationnel de la prise en charge semble être chamboulé, par ce manque de TDR. Un responsable au sein du ministère de la Santé publique a affirmé qu’ils avaient été suspendus au niveau des CSB qui ne diagnostiqueraient plus désormais que les signes cliniques. « Tous leurs intrants ont été affectés au niveau des centres de traitement pour éviter les ruptures », indique-t-il.Ce problème de disponibilité des TDR pourrait avoir de l’impact sur le nombre de personnes décédées. « On ne pourra pas affirmer sur des signes cliniques si une personne a contracté la bactérie ou pas», révèle un autre médecin. Mais ce n’est pas le seul risque.L’Institut Pasteur de Madagascar, principal fournisseur, a précisé sur son site-web, le 13 octobre, qu’il avait distribué mille neuf cent trente sept TDR depuis le 27 septembre. Au niveau du ministère de la Santé publique, on ferait appel à l’implantation de laboratoire d’analyse au niveau des six provinces.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Laza Randriamifidimanana – « On découvre de nouveaux horizons à l’étranger »

Laza Randriamifidimanana disputera trois rallyes en France, l’année prochaine. Il sera au volant de son habituelle Peugeot 106 DHL.

D’où est venue l’idée de courir en France ?Avant d’être champion de rallye en 2011, j’avais arrêté pendant près cinq ans. Et puis, j’ai encore observé une longue pause avant le titre de 2016, en slalom. Je ne me vois pas arrêter encore cinq ans. Des amis en France m’ont proposé de rouler là-bas et j’ai trouvé que c’était une bonne idée. La première course est fixée pour le mois d’avril. Il s’agira du Rallye Terre des Causses. Je vais commencer avec ma Peugeot 106 actuelle. En 2019, soit je passe à une deux-roues motrices plus puissante genre 208 R2, soit à une quatre-roues motrices.

Votre projet va certainement ouvrir la voie à d’autres pilotes Malgaches ?Aujourd’hui, beaucoup de jeunes pilotes montent au créneau. Des jeunes que j’ai vus grandir et qui sont déjà très bon, à seulement quatorze ou quinze ans. C’est une manière de leur donner un bon exemple à suivre. En courant à l’étranger, on découvre ainsi de nouveaux horizons et on continue à évoluer.

Dans quelle catégorie évoluera la 106 ?Elle dispose d’un bloc 1,6L 16S, qui développe 175 chevaux. Elle évoluera dans la catégorie F2000-13, qui est l’équivalent de la classe M10 qu’on a à Madagascar. Je garderai toujours ma boîte de vitesses séquentielle. Par contre, il faudra modifier la cartographie du moteur. La F2000-13, c’est la catégorie la plus humaine, avec des têtes d’affiche comme Vital, l’homme à battre avec sa Saxo.

Avec quelles ambitions abordez-vous ce projet ?Déjà, si on monte sur le podium dans notre catégorie, je serai très content. On n’y va pas pour faire de la simple figuration en tout cas. On a le drapeau malgache à défendre. C’est un cham­pionnat relevé avec de bonnes voitures. Mais la 106 sera d’un bon niveau. Il reste aussi à travailler sur le châssis.

En France, les passages de reconnaissances sont très restreints. Comment s’y adapter ?Effectivement, on boucle les reconnaissances dans la matinée, avec un seul passage durant un temps imparti très court. Puis les épreuves spéciales se courent dans l’après-midi. J’utilise une caméra embarquée sur mon casque, qui est branchée sur un micro. Je débite ainsi les notes et mon copilote les prendra. On aura une deuxième caméra à côté. Durant le regroupement, on revoit les vidéos pour faire des rectifications, avant d’attaquer les spéciales.

Justement, à propos du copilote, qui évoluera à vos côtés ?Pour l’instant, je suis en pourparlers avec plusieurs éventuels équipiers. Il faut impérativement un coureur chevronné. Et surtout, il faut qu’il y ait une confiance mutuelle entre nous pour que le tandem fonctionne.

Propos recueillis par Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Trafic d’armes – Des centaines de munitions importées confisquées

Les deux prévenus écroués à Tsiafahy, incriminés pour trafic d’armes à Itaosy, appartiennent à un autre corps que celui de la police nationale. Celle-ci vient de démanteler une « bande de sept », dans le quartier d’Itaosy, la semaine dernière. Près de cinq cents munitions de fusil de chasse de calibre douze sont, pour l’instant, gardées à la police judiciaire, selon une source au Service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI). Ces balles avec deux fusils flambants neufs ainsi que deux canons importés ont été saisis lors du coup de filet opéré par l’Unité spéciale d’intervention (USI), à Itaosy. Ces armes seront transférées au parquet pour servir de pièces à conviction, d’après les informations d’un enquêteur à la brigade criminelle (BC), section 4, à Anosy.Sept membres du réseau des trafiquants, âgés entre 18 et 47 ans, ont été renvoyés au parquet, jeudi. Quatre d’entre eux, dont deux femmes, ont été retenus à la maison centrale d’Antanimora et à Tsiafahy. Trois autres complices épinglés dans cette affaire retrouvent la liberté.Aucun policier ni suspicion l’impliquant n’a été confirmé par l’USI dans cette arrestation massive. L’enquête s’étend actuellement vers Bongolava où les marchandises auraient té acheminées. Une source sécuritaire locale signale avoir déjà reçu des renseignements sur lespreneurs de ces armes dans leur district.

H.L

L'express de Madagascar0 partages

Campus d’Ambondrona – Trois étudiants arrêtés

L’heure est à l’apaisement. Les étudiants, victimes de saccages, seront pris en charge, et les fauteurs de trouble seront poursuivis.

Les arrestations ont commencé, vendredi dernier, au campus d’Ambondrona, ce après le passage des membres du gouvernement dont la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Minesupres). Ainsi, trois étudiants, qui ont tenté de mettre le feu au bloc 15 de la cité universitaire, ont été appréhendés.« Ils ont déjà mis le feu à une partie du bloc quand les forces de l’ordre les ont pris en flagrant délit. Les pyromanes ont été emmenés à la brigade de la gendarmerie nationale à Mahajanga be. Ils ont été interrogés jusqu’à samedi après-midi », a déclaré le président de l’Université de Mahajanga, le Pr Emmanuel Rakotoarivony Andrianony. « Nous allons aussi déposer des plaintes nominatives à l’encontre de ceux qui ont érigé un barrage à l’entrée du campus d’Ambondrona et ceux qui ont détérioré les infrastructures de l’université », a-t-il ajouté.Par ailleurs, le ministère de tutelle avec la présidence de l’Université de Mahajanga ont pris en charge les étudiants victimes du saccage de leurs logements dont les blessés de jets de pierre, ainsi que ceux qui ont perdu leurs effets personnels, tels que vêtements et cahiers.

Comité consultatif« Un recensement des étudiants sera effectué, mais le plus urgent est le cas de ceux admis au CHU Androva. Ils seront pris en charge jusqu’à leur complète guérison tandis que ceux qui ne possèdent aucune ressource financière seront aussi recensés afin de subvenir à leur besoin en nourriture. Nous appelons aussi au calme et à la sérénité », a exhorté le directeur de cabinet du Minesupres, le Pr Jean-Louis Rakotovao.Samedi, il a réuni les différents Raiamandreny, des étudiants issus des régions, les Tangalamena et les Hazomanga afin de mettre en place un comité consultatif en vue de la résolution durable du litige entre les étudiants au campus d’Ambondrona. Ce comité de 55 membres sera composé d’étudiants, de deux représentants des 22 régions et de onze représentants du Boeny.L’Organe mixte de conception (OMC), des enseignants et les autorités locales feront aussi partie de cette structure. La prochaine réunion du comité se tiendra demain à 9h au siège de l’Université à Mahajanga be. En attendant, les cités universitaires seront tous évacuées afin de procéder à la réhabilitation des logements détruits ou incendiés.« Le ministère est encore prêt à restaurer le campus pour l’intérêt des étudiants », a souligné le directeur de cabinet du Minesupres.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – « L’art de la terre rouge » présente une nouvelle collection

Continuant à émerveiller les amateurs de peinture et d’art pictural, la série d’exposition initiée par la galerie Les Goyaviers se redécouvre au Louvre ce mois-ci.

Calme et sérénité, tout en contemplant plusieurs œuvres de peintres émérites de la Grande île. C’est à travers ce leitmotiv que la galerie d’art Les Goyaviers en étroite collaboration avec la galerie Le Grand Bay sis à l’île Maurice a initié cette belle série d’expositions enchanteresses et transcendantes à travers lesquelles les visiteurs seront embarqués dans un voyage en peinture colorée et chaleureuse dans tout Madagascar. Sobrement intitulé « L’art de la terre rouge s’ouvre au monde », il s’agit d’une exposition-vente, qui affiche une belle brochette d’artistes peintres de tous horizons, chacun fort d’un imaginaire et d’un style propre à lui-même, conjuguant portraits et paysages.Proposant ainsi, entre autres, les plus beaux tableaux de la collection privée du peintre Chan, du grand Léon Fulgence ou encore de Georges Rakotomanana, ainsi que de plusieurs jeunes peintres talentueux, dont le jeune aquareliste Dzery et ses toiles abstraites et envoûtantes. Lancée pour la première fois au mois de septembre 2016, elle entame sa deuxième édition à l’Hôtel le Louvre Antaninarenina jusqu’au 31 octobre en exposant cette fois une collection plus garnie et comportant de nouvelles exclusivités.

Exposition en hommage« Il importe de valoriser continuellement la créativité de nos artistes, de les soutenir de la meilleure des manières pour qu’ils puissent s’épanouir. C’est un devoir qui nous incombe à tous, soutenons nos artistes et pérennisons l’art de notre Grande île » confie Nirina Seurin, responsable de la galerie Les Goyaviers sise à Ambatonakanga. Chaque année, « L’art de la terre rouge s’ouvre au monde » s’affirme comme un vibrant hommage à la culture de la Grande île dans toute sa splendeur. Une épopée picturale que Nirina Seurin a pris le soin de peaufiner durant toute une année en collectionnant selon elle, « La crème de la crême de l’art pictural du pays»  Cette exposition reflètera plus la personnalité de cette galeriste passionnée d’art et qui a passé sa longue carrière au service de toute une génération d’artistes de part et d’autre du pays, mais aussi au-delà de ses frontières.Un service qui lui a valu d’être honorée au rang de Commandeur de l’Ordre National des Arts par l’État. En outre, en collaboration avec la galerie Le Grand Bay à l’île Maurice, depuis le lancement de cette série d’expositions, Nirina Seurin entretient également un échange culturel constant entre les deux îles.Permettant aux artistes nationaux d’échanger et d’aller à la rencontre du public mauricien au-delà de la durée de l’exposition à Madagascar. De quoi accentuer encore plus cette dite ouverture au monde de l’art de la terre rouge donc. Des produits d’artisanat exclusivement en raphia, de la créatrice Tsu-Tsu y sont aussi à découvrir, des créations qui sont majoritairement des sacs et des chapeaux, mais aussi des tapis, ainsi que des maquettes de bateaux et divers bijoux associés aux pierres de Madagascar.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Taekwondo WTF – Le DTN Rivo Rakotobe nommé vice-président

Redynamisation au sein de la fédération. Le président de la fédération malgache de taekwondo WTF (World Taekwondo Federation), Andry Ramanatsialonina est à l’étranger depuis des mois. Et pour bien coordonner et accomplir la mission de la fédération dans l’organisation de ses activités, une réorganisation a été faite au sein du comité directeur.Le président en exercice occupe toujours son poste, mais trois autres membres du comité viennent d’être nommés. Le directeur technique national, Rivo Rakotobe occupe désormais et jusqu’à la fin de mandat de la fédération en 2018, le poste de vice président. Celui de directeur technique national a été confié à Gilles et Jacky Randriamanga a été désigné secrétaire général.« La modification de ces quelques membres de la fédération a été validée par le ministère de la Jeunesse et des sports, le comité olympique malgache et la fédération internationale », souligne le nouveau vice président, Rivo Rakotobe. Quant aux prochaines activités de la fédération, le cham­pionnat de Madagascar, précédé d’un examen de passage de grade, se tiendra les 2 et 3 décembre dans la capitale.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Assainissement – Nouvelle stratégie dans  la collecte des ordures

La gestion de la collecte des ordures ménagères dans la capitale a été réorganisée. Depuis la nuit dernière, les camions enchaînent leurs voyages par itinéraire et non par zone, ce qui était le cas auparavant. «Tous les bacs à ordures sur l’itinéraire Ambohimanarina et Analakely devront être vidés si nos camionneurs passent sur cet axe, par exemple. Cela permettra de contrôler de plus près les travaux faits », explique le colonel Marie William Rakotoarivony, le nouveau directeur du Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo (Samva), hier. Il a précisé que le contrôle de la collecte des ordures avait été insuffisant, ce qui aurait expliqué, en  partie, l’entassement des ordures.La mise en place des GPS au niveau des camions, annoncée par le ministre de l’Eau, de l’Énergie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison sera, en outre, effective cette semaine. Il en a déjà discuté avec l’opérateur Telma. Ces stratégies devraient accélérer la collecte des ordures ménagères.Par ailleurs, il est sorti de l’étude de l’état des lieux des bacs, menée en cette fin de semaine, que les Tananariviens ne respectent pas l’horaire du dépôt des ordures dans les bacs. D’autres y jetteraient des briques et des moellons, ce qui engendrerait la destruction rapide de ces infrastructures. Le Samva compte en faire un rapport à l’instance supérieure.

Aucun décès déclaré

Le bureau municipal de l’hygiène (BMH), responsable de l’inhumation des personnes pestiférées décédées, a été calme, hier. Aucun enterrement n’a été programmé. On ne leur aurait pas rapporté des cas de décès de peste dans la ville d’Antananarivo, hier. Les statistiques sur cette épidémie sont floues. La dernière situation officielle date de 14 octobre, lorsque le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) a rapporté six cent dix cas et soixante trois décès sur un bulletin flash. Depuis, aucun rapport n’a été fait.

M. R.

 

L'express de Madagascar0 partages

Justice – La grève des magistrats et greffiers bientôt révolue

Le Syndicat des Greffiers de Madagascar (SGM) a tenu parole. La totalité des greffiers a repris le travail, hier, au tribunal Anosy. Selon le vice-président du SGM, Jean Jacques Rakotondrasoa, joint au téléphone hier, c’est une marque de remerciement à l’égard du ministère de la Justice et du Gouvernement. « Nous sommes conscients que le gouvernement fournit des efforts. Nous avons donc décidé de reprendre le travail en guise de reconnaissance », a-t-il déclaré. « Cela n’exclut pas l’éventualité d’une nouvelle grève, dans le cas où aucune évolution palpable ne serait observée d’ici là », a soutenu le vice président du SGM.Du côté des magistrats, ils doivent bientôt reprendre du service. Également joint au téléphone hier, le vice-président du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM), Clément Jaona a confié que la grève prendrait fin bientôt. « Nous voudrions également faire un geste en reprenant du service », a-t-il déclaré. La raison en est que leur revendication à propos du statut du Conseil Suprême de la Magistrature (CSM) observe une bonne évolution jusqu’ici. « La Commis­sion de réforme doit commencer à travailler demain », selon Clément Jaona.Le ministère de la Justice se dit soucieux du bien-être de ses employés. Selon Jérémie Napou, directeur de la communication du ministère de la Justice, celui-ci attache de l’importance à ses ressources humaines. « Si les employés de la Justice rencontrent des problèmes, leur résolution est notre priorité », a-t-il affirmé.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Kick boxing – Gala International  – Cinq victoires malgaches à la Réunion 

Les porte-fanions de la Grande île cartonnent à la Réunion. Les kick-boxers malgaches ont brillé au Gala International Défi du Sud ce samedi soir au gymnase Casabona de Saint Pierre.Sur les six combattants en lice, cinq ont remporté la victoire. En combat de K1, catégorie -57kg le cham­pion du monde cadet de light contact, Justin Mariamo, alias Lavakely, a confirmé sa suprématie en battant le Réunionnais, Alexis Armand du club BDN. Dans la même catégorie mais en kick boxing, Severin Razafimandimby a battu le Réunionnais William Bedan du club ASCE Vincendo.Madagascar a aligné deux combattants dans la catégorie -60kg et a ravi deux victoires. L’expérimenté en compétition internationale, Rojo Lalaina a renversé sans complexe Brice Vallant et Vladis Randriamadiniaina a défait Grondin Jason. La cinquième victoire est signée Tafita Randriamanampisoa de Fianarantsoa qui a écarté Emmanuel Perrault du KBB.La seule et unique défaite malgache était celle de Joël Randrianjafy chez les -63,5kg, qui s’est incliné face au Réunion­nais, Kevan Sala du club ASCE Vicendo. La délégation dirigée par le coach Morasoa Flonardin, alias maître Black Jim, vient donc de prouver encore une fois la domination malgache dans la région océan Indien.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Début des travaux du projet marocain

Des projets promis par le royaume chérifien se concrétisent. La construction d’un centre de formation et d’un hôpital mère-enfant a démarré. 

C’est parti ! Après la signature de convention et la pose de la première pierre en novembre 2016, la fondation Mohamed VI, en collaboration avec la commune urbaine d’Antsirabe, vient de lancer le début des travaux pour la  construction d’un centre de formation professionnelle et d’un centre hospitalier spécialisé mère-enfants à Ambohimanarivo et Verezambola, sis au bord de la RN7.Le bureau d’études malgache et marocain, accompagné d’architectes, est venu sur place, lundi, pour finaliser le plan des travaux de construction.« Afin de mener à bien les travaux, le bailleur, par le biais de l’entreprise, va tout d’abord réaliser les canaux d’irrigation qui constituent, d’ailleurs, un problème pour les riverains durant la saison des pluies », note Paul Razanakolona, maire de la commune urbaine d’Antsirabe. Prévu en mars dernier, le démarrage de ces grands projets touchant particulièrement les jeunes, les femmes et les enfants, a accusé du retard à cause des procédures administratives.

Rôles importantsOn peut aussi mentionner les différentes études du sol et autres que le bailleur devait effectuer avant de se lancer dans les travaux proprement dits.Estimée à environ 26 millions d’euros, la construction de ces infrastructures modernes va durer plus d’un an et sera assurée par une entreprise marocaine.« Ce centre de formation qui pourra accueillir mille jeunes et cet hôpital d’une capacité de 70 lits vont jouer des rôles importants dans le développement social de la population du Vakinankaratra tout entière et même de celle du pays », s’est réjoui, le maire qui n’a pas oubliéde mentionner que le monde professionnel d’Antsirabe bénéficiera également de ces projets.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Run – L’East Coast Drag Racing en novembre

Pas de run non plus à la fin de ce mois d’octobre. Le club Runmada a décidé de reporter l’East Coast Drag Racing, prévu le dimanche 29, soit dans deux semaines. L’information a été officialisée durant la réunion d’information de samedi en fin d’après-midi, au Skatepark Antanimena.« Suite à la suspension provisoire des compétitions sportives sous l’égide du ministère des Sports, le club Runmada vous informe que la sixième et avant dernière manche du championnat, dénommée East Coast Drag Racing 2017, sera reportée pour le dimanche 19 novembre à Toamasina », a-t-on annoncé du côté du club organisateur.Cette année, Runmada a décidé de réitérer l’événement dans la capitale de la région Atsinanana. Et ce, suite à la réussite de la première édition en 2016. Cependant, il a fallu prendre cette décision vu l’interdiction de toute manifestation par le ministère de la Jeunesse et des Sports, en raison de l’épidémie de peste pulmonaire qui sévit actuellement.Le calendrier s’en trouve donc modifié avec cette sixième manche fixée pour le dimanche 19 novembre. Par la suite, il restera encore une ultime échéance pour le dimanche 10 décembre.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Football – Poule des As – Bénédiction pour HZAM Amparafaravola

Le chef de la région Alaotra-Mangoro, Désiré Ranarisoa, en compagnie de son staff et de ses collaborateurs, a reçu, jeudi dernier, une délégation du club de football HZAM Amparafara­vola, qualifié dans la Poule des As. Outre la bénédiction, il lui a remis la somme de 2,5 millions ariary et cent kilos de riz pour son séjour à Fianarantsoa.La phase aller de ce tournoi se tiendra à Fianarantsoa du 22 au 29 octobre, tandis que la phase retour se déroulera au stade Rabemananjara de Mahajanga du 12 au 19 novembre, là où les joueurs de HZAM Amparafaravola avaient surpris tous les footeux en éliminant une à une ses adversaires avant de tomber dans le piège fou tendu par la CNaPS Sport.« Cinq à zéro, c’est lourd, certes, mais c’était tout simplement à cause de la fatigue due aux efforts lors des matches précédents et à lachaleur étouffante de Mahajanga. Cette fois-ci, nous sommes prêts à faire subir un gros échec aux Caissiers », a rassuré Tanjona, le capitaine d’équipe.De fait, HZAM Amparafaravola rencontrera en premier la CNaPS Sport à Fianarantsoa, une sorte de revanche … avant tout.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Vente d’alcool en pleine rue à  Ambaton­drazaka

Ouvertement, la vente de boissons alcoolisées (artisanales ou industria­lisées), sur des étals installés publiquement, se fait dans la rue principale de la place du marché municipal d’Ambaton­drazaka pendant la nuit. Face à cette pratique vieille de plusieurs dizaines d’années dans une ville où l’on ne cesse d’annoncer  la lutte contre l’illégalité, les propriétaires de boutiques et de bars, qui suivent à la lettre les lois en vigueur régissant ce genre d’activité, se demandent si cela est destiné à favoriser les soulards.

L'express de Madagascar0 partages

Sortie – Vendredi 13 ou la superstition autrement à La Terrace

Du rouge et du noir. Avec ces couleurs, le personnel de services est arrivé à intriguer tout en étant chaleureux au niveau de l’accueil. Chapeaux haut de forme, maquillage charbonneux et coiffure ébouriffée ; des accessoires qui accentuent le suspens. Et la décoration dans la salle appuie l’ambiance.Une grosse toile d’araignée au coin du plafond ,des cocktails présentés dans des verres à pied dont la bordure a été givrée par du chocolat fondant sur la surface du cristal avec deux noix blanches formant deux yeux presque ahurissants, arrivent à donner une légère frisson. Même la proposition du chef à présenter des produits tels que les nymphes, les escargots et les crabes.Pour un vendredi 13, La Terrace a fait fort. Sous le thème de la superstition associée à de l’humour presque macabre, le mystère restait entier dans la soirée intitulée « Vendredi 13 Di ». À la fin du repas, madame Claire Voyante, une femme sexagénaire de noir vêtue au regard transperçant, vînt avec ses cartes pour prédire de bonnes aventures. Elle n’oublia pas de lire les lignes des mains. Sous la pluie torrentielle du vendredi soir, les clients présents se sont prêtés à ce« jeu». « Jamais mon avenir ne m’a fait autant rire. Avec son air sérieux, elle arrive à me capter. Et tout ce qu’elle a dit sur moi n’a rien de méchant. Au contraire, ça a fait rigoler mes amis. Mais, il y eut une part de vérité dans ses propos. Ce fut une soirée hors du commun. On à hésité à venir, mais finalement on n’a pas regretté », a constaté Jean-Yves tout content.À la fin de chaque prestation sur chaque table, Madame Claire Voyante fait lancer trois dés par les clients. Ceux qui arrivèrent à former un tri ont gagné des boissons surprises au grand bonheur des chanceux. Décidément, le vendredi 13 peut être un jour de malheur pour certains, ou un jour de chance pour d’autres.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Football -  classement fifa – Madagascar perd deux places

Madagascar occupe la 103è place mondiale, dans le nouveau classement publié par la Fédération Interna­tionale de Football Asso­ciation, hier. La Grande île est créditée de 332 points. Elle a régressé de deux positions par rapport à son précédent classement. Devant, l’on retrouve le Kenya, avec 345 points. Et derrière, on a le Zimbabwe, avec 329 points.Au niveau africain, la Tunisie, 28e nation mondiale, occupe la tête avec 834 unités. Madagascar se trouve, quant à lui, au 26e rang au niveau de la CAF.La prochaine sortie de la sélection malgache, enregistrée en bonne et due forme à la FIFA comme étant un match amical, est prévue pour le mois de novembre, à Paris, France. Il s’agira d’une confrontation avec la sélection comorienne, dans le cadre de la préparation de la suite des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Ambatovy apporte sa contribution pour endiguer l’épidémie

Faisant suite aux demandes des autorités locales et des Agences des Nations-Unies, à savoir l’OMS et l’UNICEF, Ambatovy a, pour la quatrième fois, remis des équipements et du matériel pour soutenir la lutte contre la peste à Toamasina, le 12 octobre. Cette donation est composée, entre autres, d’équipements de protection individuelle, de mobiliers (tables, bancs, lits picot, étagères), d’équipements  de nettoyage (bacs à ordures, seaux, brouettes…) et de matériel d’éclairage. Elle augmentera la capacité de prise en charge des malades dans le service de Pneumonie et Phtisiologie du Centre Hospitalier Universitaire d’Analakinina, à Toamasina. Cet objectif sera atteint par la mise en place d’un nouveau centre de traitement doté de vingt lits supplémentaires où la prise en charge est totale aux fins de limiter la propagation de ladite maladie.

L'express de Madagascar0 partages

Sans être Zafiste

Quoiqu’on dise, il a battu un président de la République sortant au deuxième tour (1993). Avec le perdant, il a montré la voie à toute l’Afrique que gagner via des élections est bien possible. Bien sûr, après six mois de grève dont un « 10 août » et un « 31 octobre » 1991 et même si tout le monde, y compris Zafy Albert lui-même croyait que Didier Ratsiraka allait encore gagner. Seul Richard Andriamanjato était d’avis contraire (lire Eric Revel). Mais bien sûr, ayant qualifié le vaincu de tous les noms, Zafy Albert l’élu, a refusé de faire une passation et même n’a pas voulu habiter le Palais d’État. Sa modestie y était aussi pour quelque chose.Quoiqu’on dise, empêché par l’Assemblée nationale, il n’a pas manipulé la HCC pour se maintenir et ayant démissionné peu après dans une petite cacophonie, il a repris le combat.Quoiqu’on dise il a alors démontré –toujours et sans blague encore avec l’autre- qu’il était possible d’accéder au deuxième tour (1996) sans être au pouvoir et même en battant celui qui a organisé les élections (Norbert Ratsirahonana). Il était le premier encore avec l’autre qui a démontré qu’il était possible en Afrique de s’affronter en face-à-face dans les médias officiels.Quoiqu’on dise, il a démontré qu’il était possible de résister. Opposant de 1975 à 1991, de 2002 à 2009, il n’a jamais reconnu Marc Ravalomanana comme étant un président de la République à cause du coup d’État de 2002.Quoiqu’on dise, il a démontré avec d’autres que des opposants déclarés pouvaient être élus (députés de 1998-2002) même s’il qualifiait le président de dictateur.Enfin, il faudra peut-être faire « la Vérité » sur 2002 et 2009 car si les pro-Ravalomanana qualifient 2009 de coup d’État, Zafy Albert en est bien aussi l’un des artisans : L’Express de Madagascar : Vous donnez plutôt l’impression de faire du sur place, ce qui n’est pas sans rappeler la manière dont l’opposition avait agi sous le régime Ravalomanana.Zafy Albert : C’est une idée que les partisans de Rajoelina essaient de véhiculer. Ils affirment que, pendant sept ans, je n’ai rien réussi contre Marc Ravalomanana. Mais ils se trompent. Ce sont les actions que j’ai menées durant ces sept années qui ont facilité le renversement de Marc Ravalo­manana. J’ai fait un travail de base. In « Nos élections dépendent toujours de l’extérieur » (20 janvier 2010).

Par Toavina Ralambomahay

L'express de Madagascar0 partages

L’intégration régionale est en marche

En janvier, le Groupement des Operateurs de la Technologie de l’Information et de la Communication (GOTICOM) et le Programme d’Appui à l’Emploi et à l’Intégration Régionale (PROCOM), un programme de l’Union européenne en appui au secteur privé malgache, ont signé une convention de subvention en vue du financement de la mise en œuvre de l’action « Démarche Cluster TIC ». Dans le cadre de la mise en place de cette « Démarche Cluster TIC » à Madagascar, deux missions régionales ont été effectuées par le GOTICOM à l’île Maurice en septembre et à l’île de La Réunion le début du mois d’octobre.

L'express de Madagascar0 partages

Protocole militaire

Le transport de la dépouille d’Albert Zafy, ancien président de la République, sur un camion militaire en a étonné plus d’un. Sur les réseaux sociaux, les questions fusent de partout. Selon les explications, il s’agit d’un protocole militaire dès l’annonce du décès de l’ancien chef d’État. En tant qu’ancien chef suprême des forces armées, l’ancien Président a droit aux honneurs militaires. Un décret entérinant ces instructions devrait être adopté incessamment.

L'express de Madagascar0 partages

Ambato Boeny – De nouveaux prédicateurs de la FJKM

La deuxième rencontre du Synode régional de la FJKM Boina vaovao SP17, d’une durée d’une semaine, a été l’occasion de consacrer une centaine de nouveaux prédicateurs et catéchistes à Ambato Boeny, le dimanche 8 octobre dernier.Quatre pasteurs, ou révérends, dont deux femmes, ont également été présentés officiellement. Il s’agit de Ony Razafindrajery, de Domoinamalala Njaratiana, de ;Olier Randrianaivo et de Fidelice Razanadraibe.Le directeur exécutif du Département Foi au sein du Bureau central de la FJKM, le pasteur Jaona Rakotonindrainy, a prononcé l’homélie lors du culte dirigé par le président synodal du SP17, le pasteur Jean-Olivier Rakotomalala, au stade Gabriel Razafintsalama.À cette occasion, les certificats des nouveaux « Mpiandry », formés au Toby du Fifohazana d’Amboro­malandy, leur ont été remis.Par ailleurs, les « volontaires » de la SP17 ont été présentés officiellement, à Ambato Boeny. Ils seront impliqués dans la gestion des cataclysmes naturels et des cyclones dans la région.

V.A.

L'express de Madagascar0 partages

Nettoyage général contre la peste

Afin de  parer à toute éventualité de propagation de la peste à Ambaton­drazaka, la Préfecture a ordonné le nettoyage général, le vendredi6 octobre dernier. L’opération entre dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale contre cette épidémie qui fait trembler la masse populaire jusqu’aux fins fonds de la brousse. Des bureaux ont fermé leurs portes pendant cette journée tandis que la plupart des écoles sont ouvertes dans cette localité où aucun cas de peste ni de suspicion n’est déclaré jusqu’ici. En tout cas, les instructions émanant du ministère de l’Éducation nationale soulignent que la fermeture des écoles est obligatoire seulement dans les localités où la peste est déclarée.

L'express de Madagascar0 partages

Réclamation des parents d’élèves. 

Les parents d’élèves des écoles privées à Antananarivo réclament aux responsables des établissements privés de ne pas exiger les frais de scolarité durant les jours sans école. Cela va faire trois semaines que les cours ont été suspendus à Antananarivo, suite à l’épidémie de peste qui sévit. La reprise des cours est prévue pour le 23 octobre si tout se passe bien.

L'express de Madagascar0 partages

Un cycliste écrasé

Un camionneur a écrasé un cycliste de 14 ans, samedi soir, sur la RN34, dans la commune rurale d’Antanimandry, district d’Antsirabe. Un défaut au niveau du système de direction du poids lourd est à l’origine de cet acci­dent mortel. Le chauffeur s’est enfui et s’est réfugié à la brigade de sécurité routière d’Antsirabe.