Les actualités à Madagascar du Lundi 17 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara227 partages

Sul-K : « Merci Barea » rend hommage à nos footballeurs

Sul-K et le capitaine Anicet aux commandes.

Après une année de folie, la fièvre Barea n’est pas encore prête à s’arrêter. Pas plus tard qu’hier, le rappeur Sul-k vient de sortir « Merci Barea » pour le bonheur des inconditionnels. Un hommage fulgurant aux footballeurs malagasy et particulièrement au capitaine Abel Anicet  Andrianantenaina qui n’hésite pas à s’adonner à des pas de danse au rythme de la musique de Sul-k.  « Malagasy attitude et ça c’est la base. J’arrive vénéré comme un Barea…La puissance de l’île venue vous chicoter… Malagasy et fier de ses origines… ». De quoi booster la fierté et  renforcer le sentiment d’appartenance des Malagasy. Le morceau à lui tout seul suffit à entraîner autant  les amateurs de bonne musique que les adeptes de bonne « vibe » à  se trémousser comme il se doit.  Sous le soleil estival  en France, la musique rappelle quand même la chaleur des tropiques de la Grande Ile. « Merci Barea » suit le rythme en vogue du moment. De l’afro trap avec un soupçon de « dombolo » revisité dans le beat, une bonne fusion  qui va tout à fait avec la tendance du moment.  Dans le clip, on peut voir Lalaina Nomenjanahary,  l’attaquant star de Barea, mais aussi Arena Rajoelina, la coqueluche de ces demoiselles arborant fièrement le maillot de l’équipe nationale. Un clip qui vaut le détour.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara50 partages

Football – FIFA : Fanja Andriamampandry reçue par Fatma Samoura

Rare sont les férus du football qui arrivent à visiter le siège de la FIFA et qui plus est, rencontrer sa secrétaire Générale. Fanja Andriamampandry alias Ketaka a réalisé son rêve les plus fous selon ses dires. «  Je n’aurais jamais cru que je vais mettre les pieds à la maison mère du football international qu’est la FIFA», a-t-elle expliqué. Activiste connue pour son franc-parler, Fanja  une ancienne dirigeante de club de football à Ampefy et membre de la commission football féminin au sein de la fédération malagasy de football, de 2010 à 2012, a été reçue par le numéro 2 de la FIFA, Fatma Samoura, le mercredi 12 août dernier à Zurich. Les deux dames se sont entretenues pendant presque une heure pour parler de football et surtout de la situation au sein de la fédération malagasy de football. « Notre échange a été axé sur la FMF surtout qu’il s’agit d’une institution et il y a un président élu en la personne de Raoul Arizaka reconnu par les instances supérieures, entre autres la CAF et la FIFA. Le comité exécutif de la FMF qui ne voulait plus travailler avec le président peut démissionner. Il ne faut pas aussi mêler affaire politique et administration du football. Il faut que tout un chacun joue son rôle. Le football est plus qu’une passion pour moi et je n’accepterais pas tous ceux qui entravent au développement du ballon rond malgache. Je ne défends pas une personne, mais, l’institution », a-t-elle continué. Fidèle à ses principes, elle s’est opposée au manœuvre des présidents des ligues et quelques personnes pour déstabiliser la FMF du temps de Doda Andriamiasasoa, lors du Comité de normalisation et maintenant de certains membres du comité exécutif. « La FIFA a déjà mis en garde les membres du CE que s’ils n’acceptent pas de coopérer ou d’autres problèmes surviennent, la mise en place d’un nouveau comité de normalisation pour une longue durée n’est pas à écarter », a conclu Fanja.

T.H

Midi Madagasikara33 partages

Riposte au Covid-19 : 200 000 bénéficiaires pour l’opération Tsinjo Fameno-CNaPS

La décision d’octroyer 50 milliards d’ariary d’avance remboursable pour les employés du secteur privé, via la CNaPS, est tout à fait réglementaire car elle a reçu l’autorisation du Conseil d’administration et l’aval du gouvernement, à travers un décret.

Ils seront 200.000 employés du secteur privé, régulièrement affiliés à la CNaPS, à pouvoir bénéficier de l’avance d’un montant compris entre 200.000 ariary et 500.000 ariary. Selon les explications fournies par les dirigeants de la CNaPS, lors d’une conférence de presse donnée vendredi dernier, les inscriptions pour cette opération dénommée Tsinjo Fameno, débutent ce lundi.

En ligne

Comme le traitement des dossiers se fera, en principe pendant 7 jours, les premiers bénéficiaires seront connus d’ici, au plus tard, la semaine prochaine. Les inscriptions se feront en ligne par le biais du site web de la CNaPS, a expliqué Mamy Rakotondrainibe, directeur général de la CNaPS. Il suffit pour l’employeur des salariés postulants d’entrer dans l’espace employeur et la procédure d’inscription se fera en ligne, sans déplacement physique ni manipulation de dossier papier. Un système destiné à la fois à accélérer la procédure et à éviter les risques de contamination par contact. La procédure comporte notamment l’accord de l’employeur et l’engagement de l’employé à rembourser. Un remboursement facilité puisqu’il se fera à raison de 8,5% du salaire avancé, à payer mensuellement à partir de janvier 2021. Et pour garantir le remboursement, ce pourcentage sera retenu à la source comme les cotisations de la CNaPS, via un compte bancaire dédié. A noter que le prêt Tsinjo Fameno est complètement gratuit dans la mesure où il n’est assorti d’aucun taux d’intérêt, outre celui de la banque. Le paiement de l’avance peut également se faire par mobile banking ou post money.

Circuit économique

Dès leur entrée sur le site du CNaPS, les employeurs peuvent savoir si leurs employés sont éligibles ou non à cette avance. En principe, les employés des entreprises du circuit vert, c’est-à-dire celles qui paient régulièrement les cotisations de la CNaPS, sont automatiquement bénéficiaires. Ceux du circuit orange, c’est-à-dire ayant payé mais avec quelques anomalies, en bénéficieront une fois les irrégularités rectifiées. Enfin, le circuit rouge, n’ayant pas du tout payé les cotisations, ne bénéficiera pas de ce prêt qui aura par ailleurs, son poids sur le plan économique. En effet, les 50 milliards ariary injectés dans l’opération seront injectés dans le circuit économique puisque les bénéficiaires vont les dépenser. A noter que les entreprises ont jusqu’au 30 septembre pour procéder à l’inscription à ce projet d’avance remboursable sans intérêt.

R.Edmond

Midi Madagasikara19 partages

Rapatriement : 265 Malgaches ont débarqué ce week-end

Des malgaches venus d’Europe, hier à Ivato.

Les premières vagues des vols spéciaux organisés par l’Etat pour rapatrier les Malgaches bloqués à l’extérieur depuis le début de la crise sanitaire sont arrivées ce week-end à Ivato. Samedi dernier, 32 Malgaches venus d’Afrique ont débarqué à bord d’un vol de la compagnie Ethiopians Airlines. Hier, 233 autres Malgaches venus d’Europe sont transportés par la compagnie nationale Air Madagascar et sont arrivés à l’aéroport international d’Ivato dans l’après-midi. Suivant le protocole sanitaire mis en place par le gouvernement, les arrivants ont subi un test PCR et sont mis en quarantaine, pendant « 3 jours au maximum », au niveau des sites d’hébergement  dans la périphérie de la ville en attendant les résultats des tests réalisés. Une autre vague est prévue ce samedi 22 août pour les Malgaches qui ont souhaité rentrer depuis l’Europe.  La liste des bénéficiaires de ces vols de rapatriement est établie, a-t-on indiqué, au niveau de ministère des Affaires étrangères sur la base des signalements reçus et acheminés à Antananarivo par les ambassades, représentations diplomatiques et consulats du pays à l’extérieur. Les plus vulnérables seront priorisés, a aussi précisé, la semaine dernière, le ministère des Affaires étrangères.

Rija R.

Midi Madagasikara2 partages

CCO : Un dossier de 216 millions ariary circule sur internet

Le CCO a fait le buzz

Les publications sur les réseaux sociaux mettant en cause des personnalités se suivent mais ne se ressemblent pas, ces derniers temps. Pour ne rappeler que le cas de l’ex-ministre de l’Education nationale sur l’affaire de “bonbons sucettes”.

Des suspicions fondées ou pas, pèsent à son tour sur le président du Centre de Commandement Opérationnel (CCO) concernant un marché de 1.080 millions de Fmg, soit 216 millions ariary.  Le présumé dossier circule sur les réseaux sociaux depuis vendredi dernier. Il porte sur la gestion de la crise sanitaire dans le pays et tout particulièrement sur le marché de matériels informatiques au CCO Ivato. Ce marché aurait été attribué à une proche de l’intéressé et dont la facture porterait leurs signatures respectives.

Fake news. Le CCO se serait aussi doté de 10 écrans (65 et 75 pouces), surfacturés à plus de 20.000 euros.  D’après toujours ce qui est véhiculé sur internet, “pendant que les dirigeants se livrent à toutes sortes d’abus de pouvoir et de conflits d’intérêt de ce genre, le peuple enterre ses morts, soigne ses malades et continue de patauger dans la misère”. Pour les uns, il ne faut pas faire de conclusion hâtive puisqu’il s’agit visiblement de “fake news”. “Difficile de croire qu’un homme assumant de responsabilités si importantes puisse commettre pareil acte. C’est un document falsifié” . En revanche, d’autres estiment que la passation de marchés publics durant le Covid-19 devrait faire l’objet d’une enquête.

Commentaires. En tout cas, le dossier a fait, à tort ou à raison, le buzz et a affolé la toile avec d’innombrables commentaires. Il y en a ceux qui fustigent le premier responsable du CCO, d’autres qui prennent sa défense. L’opinion qui reste divisée, attend la réaction de l’intéressé par rapport à ce présumé dossier qui sort juste après l’affaire MBS. Est-ce une coïncidence ?

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Préparation pour la reprise des transports en commun : L’ATT invite les coopératives à une réunion ce...

(Photo d’archives)

Plus de cinq mois de non-activité pour les transporteurs reliant les régions en raison de la pandémie de Covid-19. Une situation très mal vécue par les opérateurs dans le secteur du transport de passagers. Maintenant que le pic est atteint et que les chiffres s’annoncent moins alarmants, la reprise des activités semble sur la bonne voie. Aussi, afin de préparer ce retour sur les routes, l’Agence des Transports Terrestres (ATT) organise une réunion des coopératives ce mercredi 19 août 2020 à 09h30, dans la grande salle de Cotisse à Ambodivona. Cette première réunion sera consacrée aux transporteurs qui assurent des voyages au départ d’Antananarivo vers les autres régions. Le lendemain, c’est-à-dire le jeudi 20 août 2020, ce sont les coopératives qui opèrent des liaisons suburbaines qui seront invitées au même endroit et à la même heure.

Zone urbaine. Quant au retour du transport en zone urbaine, la question n’a pas encore été abordée et tout le monde attend la prochaine intervention télévisée d’un membre du gouvernement. Pour l’instant, les tananariviens se rendent au travail à pied ou via les nouveaux moyens de transport comme les taxis-bicyclettes et les taxis-moto qui exercent sans en avoir encore le droit. Quelques altercations entre les autorités et ces nouveaux transporteurs ont eu lieu la semaine dernière dans   certains quartiers de la capitale. Question transport en centre-ville, seuls les taxis-ville sont libres de circuler jusqu’à nouvel ordre.

Anja RANDRIAMAHEFA

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly AmbohibaoMaherin’ny 40 ireo mararin` ny Covid 19 ao

nandalo tao aminy Isan` ireo hopitaly mandray ireo mararin` ny Covid 19 ny hopitaly loterana etsy Ambohibao (TPLA).

 

Manodidina ny 40 eo ho eo ireo marary izay efa voamarina tamin` ny alalan` ny fitiliana fa mitondra ny tsimokaretina. “Misy ny toerana manokana handraisana ireo marary saingy tsy afaka tazomina ireo marary voasokajy ho “forme grave” noho tsy fampian`ny fitaovana. Nisy kosa no azo notazomina ary nisy ireo nisafidy ny ho tsaboina any an-tranony” hoy Feno Rasolofomamonjy, talen` ny TPLA. Isan` ireo fanafody nitsaboina ireo marary nandalo tao amin` ity hopitaly ity ny tambavy CVO. Tonga nanolotra fampitaovana, izay nahitàna “concentrateurs d`oxygène”, fitaovana fiarovana ara-pahasalamana sy fanafody handraisana an-tanana ireo marary, izay nitentina 37 tapitrisa ariary, mba ho fanampiana ny hopitaly ny fikambanana ny Fikambanana Christopher Blinden Mission tarihin-dRamatoa Lila Ratsifandriamanana ny zoma lasa teo.

Marigny A sy Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Vanim-potoan’ny fahamehanaAfaka manao tolo-barotra mivantana ny CCO

Tsy tratra antso ny Minisitry ny atitany rehefa saika hanaovana fanadihadiana mahakasika ilay raharaha fividianana fitaovana ho an’ny CCO Covid-19 mitentina 216 tapitrisa ariary,

 hoy ny fampahalalam-baovao iray ny sabotsy teo. Ny PNUD na ny Sampan-draharahan’ny Firenena Mikambana momba ny fampandrosoana no niandraikitra ny fividianana izany, ka sarotra ny hisian’ny kolikoly, raha ny fanazavana voalaza fa nataon’ny Mpandrindra ankapoben’ny CCO Jeneraly Elack Olivier Andriankaja. Manao fanambarana filàna sy mankatoa ary mandray ny entana kosa ny CCO. Afaka manao tolobaro-panjakana mivantana ny CCO amin’izao fotoanan’ny hamehana izao, raha ny fanazavana hatrany. Mahagaga ihany anefa hoe fifandrifian-javatra ihany ve ny nahazoan’ny orinasa misy ny vadin’ny Minisitra ny tsenan’asa? Na mitombina na tsia ny fisian’ny kolikoly avo lenta sy ny kiantranoantrano, dia tokony hisokatra avy hatrany fanadihadian’ny Bianco sy ny SAMIFIN. Matoa vaky ambatolampy ny resaka tahaka izao, dia mazava fa avy ao anaty fanjakana ihany no ipoirany. Hatry ny ela no nisian’ny adihevitra sy fitakiana ny mangarahara momba ny fitantanana ny covid-19, indrindra ny ara-bola, ary isan’ny mampitombo ny ahiahy ny toe-javatra tahaka izao. Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Village Voara AndohatapenakaNihena be ny olona manao fitiliana

Nihena ireo olona tonga manao fitiliana Covid 19 etsy amin’ny Village Voara Andohatapenaka amin’izao fotoana izao. Raha nahatratra 800 isan’andro izany teo aloha dia efa nihena 300 eo ho eo kosa ankehitriny.

Nanampy izany ny fisian’ireo CSB II izay mandray olona eny anivon’ny boriborintany eto amin’ny faritra Analamanga raha ny filazan'ny tompon'andraikitra teny an-toerana. Mazava sy lojika araka izany, raha mihena ihany koa ny tranga isan’andro, ary mihena mazava ho azy ireo olona misy soritr’aretina ka manao fitiliana. Tsy dia misy firy rahateo ny fitiliana faobe na ho an’ny olona tsy misy soritr’aretina aza, fa saika ireo sampan-draharaham-panjakana no manao izany amin’ny ankapobeny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Famokarana “CVO géllule”Tsisy tohiny intsony roa volana aty aoriana

Tsy re feo sy tsy re tsaika intsony hatreto ny tohin’ilay ozinina Pharmalagasy nambara fa hamokatra ny fanafody CVO+

 

 izay CVO amin’ny endriny “GELLULE”, izay ny 18 jona no notsenain’ny Filoham-pirenena ny fitaovana ambara fa hananganana izany. Fanafody karazany 12 no novinavinaina hovokarin’ity orinasa ity ato anatin'ny 3 taona, ary anisan'izany ny CVO+ (CVO géllule) izay nambara tamin’izany, fa efa andrasana atoato ny fahavitany. Roa volana aty aoriana isika izao, saingy tsy re intsony ny akony. Ny 06 Aogositra no naneho Atoa Holijaona Rabaonarijaona, fa eo am-pandaminana ny lafiny varotra momba ny CVO+ "géllule" ny fitondram-panjakana ankehitriny, ka tsy ho ela dia hiparitaka eny amin'ny tsenan'ny fanafody izany. Isan’ny adihevitra teto Madagasikara sy tonga teo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ny mahakasika ny CVO, izay isan’ny nanaovana dokam-barotra betsaka. Ny hita taratra dia nikendry ny tsena iraisam-pirenena i Madagasikara ankoatra ny tsena anatiny, saingy teo amin’ny dingana ara-tsiantifika sy ny andrana natao no isan’ny namelezan’ny vahiny antsika. Toa nanatontona vola tsy toko tsy forohana tamin’ny CVO ny fitondram-panjakana, saingy mbola mafy ny serasera ara-barotra sy ara-tsiantifika ataon’ny vahiny, ka toa takona tanteraka. Ny Rosianina, ohatra, dia voalaza fa 1 miliara doses ny kaomandy mialohan’ny fotoana ny vaksiny « spoutnik V » vokariny ary ny antsika mba manao ahoana ny CVO+ sy ny CVO ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Rafanomezantsoa Jean NirinaHiala tsy ho filoha mpitantana ny FI.TRA.MA intsony

Anisan’ny nitana ny sain’ny maro sy niteraka resabe teto amintsika ny faran’ny herinandro teo ny olana nisy teo amin’ireo mpikambana sy mpitantana eo anivon’ny FI.TRA.MA izay niseho tamin’ny haino aman-jery mihitsy. Na izany aza anefa dia niravona sy nilamina ihany izany, raha araka ny fanambarana nataon-dRafanomezantsoa Jean Nirina.

 

Mba hahatsara zavatra anefa dia hiala tsy ho filoha mpitantana izany intsony ity farany. Ny hisavorovoroana rahateo hilatoana hoy ny tenin-drazantsika izay ohatra tsara azon’ireo mpanao politika halain-tahaka tsara hahafahana mampandroso ny firenena. Vonona ny hamondrona ny heriny indray ny roa tonta araka izany ho tombontsoan’ny mpiara-belona.

MPIANAKAVY IHANY

Tsy olon-kafa fa mpianakavy ihany Rafanomezantsoa Jean Nirina. Filohan’ny FITRAMA sy Rakotondranaivo Jean Pierre sekretera jeneralin’ny FITRAMA izay zokin’ny vady andefimandriny. Na dia nisy aza ny disadisa teo amin’ny roa tonta dia nisy ny fifanatonana sy ny fifampiresahana ka niravona ny zava-drehetra. Tsy vitana lolom-po ny firenena hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina ary tsy azy sy Rakotondranaivo Jean Pierre izay zaodahiny irery ny tombontsoa jerena. Misy ny tombontsoan’ny marary hoy izy, misy ny tombontsoan’ny mpiasa ary indrindra indrindra ny tombontsoan’ny firenena. Tokony hianaran’ny mpanao politika ny fihetsika tahaka izany hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina. Na ny mpivady aza hoy izy dia miady sy mifamaly ka tahaka izay ihany koa izy ireo. Samy nahatsapa tena ny roa tonta nandritra ny fifampiresahana hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina, fihaonana izay natao tao anatin’ny firahalahiana tanteraka ary samy nahatsiaro tena ho nanao zavatra ihany koa tamin’ny fanandratana ny vita Malagasy.

MIFONO ANATRA

 Betsaka ny anatra azo tsoahina tamin’ity tranga iny hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina. Anisan’izany ny mpitaty ran-kena, toe-tsaina mbola misy eto Madagasikara nefa mifampihinana ny manta sy ny masaka saingy mitady tombontsoa manokana kosa ka manimba ny firenena. Betsaka ny te-hivadika hoy izy rehefa te-hanana tombontsoa manokana na dia ny namana akaiky aza. Izany toetra izany hoy ity filohan’ny FITRAMA ity dia toetra mahamenatra koa mino izy fa ho menatra ary hahatsiaro tena hangasihasy ary handini-tena ny tsirairay izay voakasik’izany. Tsy ho an’ny FITRAMA irery izany hoy izy fa na ho an’ny orinasa hafa ihany koa aza dia tsy maintsy misy ny tsy fifankazahoana eny hatrany amin’ny mpivady, ny mpiara-miasa….Anjaran’ireo mpamporisika na mieritreritra haka ny zatsy na zaroa hoy izy ny mandinika satria izy ireny no tena fanetriben’ny firenena. Misy ny te-hijapy masinina hoy izy, misy ny ory hava-manana ary hatambany ny alahelony ka zary lasa mamotika zavatra maro.

NISAOTRA AN’ANDRIAMANITRA

Nisaotra an’Andriamanitra Rafanomezantsoa Jean Nirina nanoloana izany. Nisaotra ny rehetra ihany koa izy. Mety maro hoy izy ireo manontany ny anton’ireny tranga ireny saingy ny zavatra tahaka izany dia hakana traikefa hatrany. Ny traikefa tiany hozaraina amin’ny mpiray tanindrazana aminy amin’ny maha-fiaraha-monim-pirenena azy araka izany manomboka izao dia ny hoe : fadio ny mampiady olona. Fadio ihany koa ny miditra amin’ny adin’olona hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina, indrindra fa ny mitady tombontsoa manokana. Izahay zao hoy izy mihavana ihany dia ho aiza no alehan’ireny olona ireny. Vitan’izy ireny ve hoy izy ny mbola hanitsaka ny tokontaniko ary vitan’ireo olona taty amiko ve ny hanitsaka ny tokontanin’ny mpitsabo nentim-paharazana Rakotondranaivo Jean Pieerre ? Izahay anefa hoy izy tsy hilaozan’izay tsy ho mpihavana sy mpiray anaka. Mila tonga saina ireo olona rehetra izay tafiditra tao anatin’ireny disadisa ireny hoy izy ka anisan’izany ny fanalam-baraka. Tokony lanjalanjaina ny vava havoaka hoy izy fa Rafanomezantsoa Jean Nirina tsy hanaotao foana izany na araka ny lalana na ara-drariny. Tsy vao izao aho hoy izy no nitantana fikambanana ary haiko tsara izany andraikitra sahaniko izany.

FAMORONANA ORINASA

Tsy mbola nisy teto Madagasikara hatramin’izay hoy izy ny famoronana orinasa toy ny an’ny FITRAMA. Ny an’ny FITRAMA mantsy hoy izy dia nofaniny ireo manam-pahaizana dia nasainy namokatra ka iny no tonga lasa fivelomany. Izay no nampiroborobo azy haingana manerana an’i Madagasikara hoy izy. Nomarihin-dRafanomezantsoa Jean Nirina moa fa tsy niandry na iza na iza ny tenany sy Rakotondranaivo Jean Pierre nampihavana azy fa avy hatrany dia nifanatona ary samy nahatsapa fa betsaka ny soa niarahana. Zavatra efatra loha moa no hojeren’ny FITRAMA manomboka izao, indrindra manoloana ireo olona efa sitrana miisa 32.000. Lohalaharana amin’ireny ny fijerena ny tombontsoan’ireo mpiasa miisa 475, izay mivelatra manerana ny Nosy. Ny firosoana amin’ny fampanarahan-dalana ny taratasy ara-panjakana. Ny fandoavan-ketra ary ny fanatsarana ny fampitaovana arahin’ny fizarana andraikitra izay nomarihiny fa mety nampalahelo ny sasany. Hojerena maika ihany koa ny fampidinana ny vidim-panafody izay saika nampisy disadisa teo anivon’ny mpikambana mihitsy. Ho an-dRafanomezantsoa Jean Nirina manokana dia nomarihiny fa ilaina ny didy jadona, indrindra amin’ny fitantanana orinasa izay toetra nekeny fa tena hananany tokoa ary nitondrany ny hafari hatramin’izay. Notsiahiviny moa fa namorona zavatra ngeza sy lehibe hatrany ny tenany teto amin’ny firenena toy ny tetikasa fifindra-monina, ny FITRAMA, ny fiarovana ny zon’olombelona ary raha mbola misy ny azony hatao dia mbola hamorona hatrany izy amin’ny maha-olon’ny ady azy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetezan-dramala Isotry Tratra teo am-panendahana izy roalahy

Lehilahy miisa roa no voasambotry ny Polisy miasa ao amin'ny kaomisaria Isotry nanao fanamiana sivily omaly Alahady teny an-toerana ihany.

 

 Raha araka ny fantatra mantsy dia diso be loatra ny fitarainan’ny mponina mikasika ny asa fanendahana mitranga eny amin’ity faritra ity ka nidina ifotony nanao fanaraha-maso izy ireo. Tsy hanavahana sokajin’olona na ora intsony izany fa misy fanendahana miseho hatrany ka ny vehivavy sy ny ankizy no tena lasibatra. Teo amin’i Tetezan-dramala mihitsy moa izy roalahy ireo no tratra teo am-panaovana ny asa ratsiny. Na izany aza tsy nisy zavatra azon'ireo jiolahy. Nentina namonjy ny birao avy hatrany izy roalahy ireo natao fanadihadiana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusTafiakatra 170 ny maty

Olona miisa 8 no lavon’ny covid-19 teto Madagasikara tao anatin’ny 72ora ka roa avy ny zoma sy sabotsy, ary 4 kosa omaly alahady, ka nampiakatra ny isa hatramin’izay ho 170.

 

Teto Analamanga avokoa ny 06 tamin’ireo maty, 01 Diana, ary 01 Ihorombe. Miisa 305 ny tranga vaovao tao anatin’izay telo andro izay, ka 121 ny zoma, 81 ny sabotsy, ary 105 omaly alahady. Mahatratra 13827 ireo tranga rehetra hatramin’izay. Mahakasika ireo tranga 105 omaly dia teto Antananarivo ny 70 (69 Faritra Analamanga, 01 Tany Miarinarivo Faritra Itasy), 04 Faritra Amoron'Imania (Ambositra, 12 Toamasina (07 Ambatondrazaka, 05 Moramanga); 03 Mahajanga tao Maevatanana Faritra Betsiboka. 01 Antsiranana I Faritra Diana ; 13 Toliara (11 Morondava, 01 Miandrivazo). Misoko miadana hatrany ny isa any amin’ny faritra, raha efa somary nidina kosa ny eto Analamanga. Mitotaly 13827 izany ireo mitondra ny tsimok'aretina ireo hatreto.

90% LATSAKA KELY NY TAHAM-PAHASITRANANA

192 ireo nambara fa sitrana omaly. 12 424 no sitrana hatramin’izay, izay manome salan’iza 89,85%. 1233 na ny 8,91% tamin’ireo voa kosa no mbola manaraka fitsaboana. 93 ny "forme grave", ka 64 ato amin’ny Faritra Analamanga, 04 Faritra Vakinankaratra (Antsirabe) ; 16 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa); 03 Faritra Atsimo Andrefana (Toliara), 05 Faritra Boeny. Efa ambony be ny taham-pahasitranana mitaha amin’ny olona mbola tsaboina, ary nidina ny isan’ny tranga vaovao isan’andro. Na izany aza, mbola 52 321 ny isan’ny fitiliana PCR vita hatramin’izay, ary 4532 ny “Genexpert”, izay tena mbola ambany, ka tsy hananana antoka betsaka amin’ny fifehezana ny valanaretina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Vami“Hanao ahoana indray izany ny lanjan’ny diplaoma 2020 ?”

Mizotra any amin’ny lalan-dratsy ny firenena, hoy ny sekretera jeneralin’ny antoko politika, Vahoaka miray na Vami, Gaby Vakiniadiana.

 Manizingizina ny fanjakana fa tsy maintsy atao ny fanadinam-panjakana kanefa mitohy ny fihibohana. Efa tsy ao amin’izany fanadinana izany intsony ankehitriny ny lohan’ny ankizy. Hanao ahoana indray izany ny lanjan’izany diplaomam-panjakana 2020 izany? Vahaolana hitanay ato amin’ny antoko Vahoaka miray dia aleo sertifika no omena ho marika fa nahavita kilasy fahatelo sy kilasy famaranana ireo ankizy tokony hanala fanadinana. Ataovy fifaninanana ny fidirana eny amin’ny lisea sy oniversitem-panjakana mba tsy hisian’ny taona fotsy amin’ity taona ity. Raha handeha io fanadinana io dia tsy maintsy hiala ilany, araka ny fitenin’ny tanora, ny fitondram-panjakana ka hanao izay hahabe ny ankizy afaka fotsiny indray. Ny mikasika ny tosika fameno moa dia ampatsiahivina hatrany, hoy izy, fa ny Malagasy iraimanontolo ankehitriny no miroso any amin’ny fahantrana ka inona no antony mbola hifidianana ny tokony omena izany? Avadio ariary, hoy aho, iny 500 tapitrisa dolara mahery iny fa fara-faha ratsiny tokony hahazo 9 tapitrisa ariary ny olona tsirairay. Sa ho atao any am-paosin’iza ny ambin’io? Aleo tsy afenina ny marina, hoy hatrany izy, fa tsy nahavita nitaona marary iray akory ireo fiara tsy mataho-dalana fa nahazoan’olona ao anaty fanjakana ihany tsena fotsiny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinam-panjakana CEPE Nihena ireo mpiadina hiatrika izany amin’ity taona ity

Mbola voatazona ny datin’ny 01 septambra fanambarana nataon’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina hanatanterahana ny fanadinam-panjakana CEPE manerana ny Nosy amin’ity taona ity.

 Na izany aza dia nihena ho 521.879 ny isan’ny mpiadina voasoratra anarana raha nahatratra 525.000 tamin’ny taon-dasa. Efa vonona tanteraka amin’ny fiatrehana izany ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena na dia mbola ministra mpisolo toerana ihany aza no miahy azy ireo ankehitriny raha araka ny fanazavan’ny sekretera jeneraliny Herimanana Razafimahefa. Laza adina tokana ihany araka izany no hanadinana ny mpianatra manerana ny Nosy. Izay fandaharam-pianarana vita hatramin’ny volana Martsa lasa teo ihany koa no hampidirina anaty laza adina raha efa vita efa roa volana lasa izany ny fifanentanana izany laza adina izany. Dingana manaraka hotanterahin’ny Ministera sisa araka izany ny fanontana ny laza adina. Mbola mihatra avokoa moa raha araka ny fanadihadiana natao hatrany ny fampiharana ireo fepetra ara-pahasalamana ho an’ny mpiadina toy ny fanaovana aron-tava, ny fanasan-tanana amin’ny savony mialohan’ny hidirana ny foibem-panadinana, mpianatra iray amin’ny dabilio iray ho fanajana ilay elanelana 1 metatra…. Mbola hisy moa ny toro-marika omena ny Ray aman-dRenin’ny mpianatra amin’ny fijerena ny efitranom-panadinana….mba hialana amin’ny fitangoronana mety hanaparitaka ny valan’aretina Covid 19 hoy hatrany ny fanazavana.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fividianana fitaovan’ny CCOAhiana ho nisy kolikoly avo lenta

Niparitaka tany anaty tambazotran-tserasera nanomboka alin’ny zoma 14 aogositra lasa teo ny faktiora voalaza mahakasika ny fividianana fitaovana informatika ho an'ny ivontoeram-pibaikoana momba ny ady amin'ny Covid 19 na CCO Covid 19.

Faktiora tsy dia milamina firy, satria misy vidin'entana hita hoe nabontsina, raha ny voalazan’io loharanom-baovao io. Misy sonian'ny minisitry ny atitany izay lehiben'ny CCO ny faktiora, ary voatondro fa ny vadin'ity minisitra ity ihany no nahazo ny tsenambaro-panjakana. Tale ara-barotry ny orinasa TED namatsy ireo fitaovana ny vadin’ny minisitra, raha ny voalazan’io taratasy niparitaka io, izay misy ny sonia amin’ny anaran-dRtoa Tsanta Razafimahefa sy Atoa Tianarivelo Razafimahefa. Mitentina 216 281 400Ar (1,080 milliards fmg) io tsenambarom-panjakana io. Misy ny fanabontsinana faktiora na “surfacturation” raha dinihina amin’ny vidin’ny fitaoavana, toy ny “écran plat” manana hadiry 86 pouce, dia mahatra 23 995 000Ar; mahatratra 46 179 000Ar ny vidina “écran plat” 75 pouce miisa 4 izany hoe 11 544 750Ar ny iray; 6 kosa manana hadiry 65 pouce, izay 36 508 50 izany hoe 6 084 750Ar ny iray,…. Ampahany amin’ireo entana miteraka adihevitra ireo. Ahiana ny kolikoly avo lenta na teo amin’ny fanomezana ny tsenambaro-panjakana na tamin’ity raharaha ity. Tsy nisy aloha tao anatin’ny 48 ora ny fanazavana sy famoaham-baovao ofisialy momba ity raharaha iray ity.

TSY MANGARAHARA NY TETIBOLAN’NY CCO

Vao nitsangana ny CCO dia efa tsy mangarahara hoe ohatrinona marina ny tetibola hanodinana izany? Efa nisy ny fitakian’ny Firaisamonim-pirenena ny mangaraharaha momba ny tsenambaro-panjakana mikasika ny covid-19. Nesorina avy hatrany tsy niandry fanadihadiana lalina ny Minisitry ny fanabeazana tamin’ilay raharaha “bonbons sucettes” 8,4 miliara ariary ka hanao ahoana ny mahakasika ny Minisitry ny atitany sady Filohan’ny CCO ? Tamin’io raharaha “bonbons sucettes” io dia efa nisy fankatoavan’ny Minisitry ny atitany sady Filohan’ny CCO fa tsy voakitika izy ka asa izay ho tohin’ity afera iray ity.Maro no mihevitra fa tsara ny hanaovana fanadihadiana lalina kokoa momba ity raharaha ity fa tsy vitan’ny hoe afaka manao tolobarotra mivantana ny CCO sy ny hoe ny PNUD no mpamatsy vola dia avela hatreo ; efa fantatra rahateo fa anisan’ireo firenena manana tahan’ny fanaovana kolikolyy ambony i Madagasikara.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanadio ny lakan-dranon’andriantany2 volana tsy nandray karama

80.000 Ar isam-bolana isan’olona no ambany indrindra amin’ny karaman’ireo mpanadio ny lakan-dranon’Andriantany hivarinan’ny rano maloto karamaina orinasa iray izay mpiara-miasa akaiky amin’ny APIPA.

 

 Nisedra olana anefa izy ireo tao anatin’ny 2 volana mahery izao. Tsy mbola nisy nandray ny tambin-karamany mantsy izy ireo, nefa milalao rano maloto isan’andro. Rehefa nanontaniana ny sefo hoy ny fijoroana vavolombelona nataona Raim-pianakaviana iray dia amin’ny herinandro amin’ny herinandro hatrany ny valin-teny azon’izy ireo. Tsy nahatanty izany intsony ireto farany ny zoma teo ka tonga nanao be midina teny amin’ny APIPA nitondra izany fitarainany izany. Nohamafisin’izy ireo moa fa mety ilay orinasa manakarama azy mihitsy no manodinkodinina ny karamany izay mety tsy fantatry ny APIPA eny Anosizato akory. Efa nahavita fifanarahana arak’asa avokoa moa izy ireo raha ny fantatra hatrany

. Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo Nampiseho ny heriny ireo taxi bisikileta

Nanao fitokonana teny Anosibe ireo mpitondra bisikileta an-jatony izay mitaky ny hamoahana ireo bisikileta nogiazan’ny mpitandro ny filaminana ny zoma lasa teo.

 

Naneho fa tsy rariny ary tsindrihazolena atao amin’ny madinika ny fanagiazana ny bisikiletany, ka namondrona ny heriny. Nisy mihitsy ny fanapahana ny fifamoivoizana. ”Ny bisikileta dia tsy natao hitondrana olona roa” hoy ny talem-paritry ny filaminam-bahoaka Analamanga, Hector Razafindrazaka. Rehefa nisy ny fampiresahana teo amin'ny roa tonta dia naverina amin'ny tompony avokoa ireo voatazona teo anivon’ny polisy Anosy. Araka ny fanambaran'ny avy ao amin'ny Filaminam-bahoaka tamin'ireto mpanao fihetsiketsehana "raha te hiasa hitondra olona ianareo noho izao fahasahiranana noho ny aretina izao, araka ny fitarainanareo dia, haverina ny bisikileta saingy mila mifampiresaka amin'ny kaomina ianareo mangataka alalana hahafahanareo miasa mitatitra olona. Rehefa vita izay, tsy misy olana ny aty aminay polisy fa avela malalaka ianareo mikarama mitatitra olona", hoy ny avy amin’ny mpitandro filaminana. “1000Ar ny lamandy aloa amin'ny bisikileta iray miditra fourrière" hoy hatrany ny polisy. Mpamily sy mpanampy mpamily fiara fitateram-bahoaka ny maro amin'ireo mpitondra bisikileta ireo. Nirohotra hihazo an’Anosipatrana ireo mpitondra bisikileta avy eo, ary nisy mihitsy ny fanakanana ny fifamoivoizana, toy ny teny Anosizato.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana Hivory ny ATT sy ny mpitatitra ?

Misy ny loharanom-baovao mivoaka amin’izao fotoana izao, fa hisy fivoriana amin'ny 19 aogositra manomboka amin'ny 9 ora sy sasany ao amin'ny efitrano malalaky ny Cotisse Ambodivona.

Manasa ny filohan'ny koperativa zotra rezionaly sy nasionaly amin'izany ny Agence des Transports Terrestres (ATT), raha ny voalazan’io fampitam-baovao io hatrany. Ny 20 aogositra kosa ny fivoriana miaraka amin'ny filohan'ny koperativa miasa amin'ny zotra "suburbaines", manomboka amin'ny 9 ora sy sasany, ao amin'io toerana io ihany. Lohaveitra amin’io mazava ho azy ny mety ho fisokafan'ny zotra rezionaly, nasionaly miainga eto Antananarivo ary manodidina an'Antananarivo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Monseigneur Patrick Chauvet30%-ny mpiangona no mbola tsy miverina an-deglizy

Raha ny tombana nataon'ny “Monseigneur” katolika Frantsay, Patrick Chauvet, dia 30%-n'ny mpivavaka no tsy miverina miangona

 any amin'ny eglizy hatreto hatramin’izay nisian’ny fihanaky ny coronavirus tao Frantsa izay.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

FampodianaMalagasy 230 no tonga teny Ivato omaly

Omaly dia Malagasy avy any Eoropa sy Afrika miisa 230 no nigadona teny amin`ny seranam-paiaramanidina Ivato. Marihana hatrany fa ny minisiteran` ny raharaham-bahiny no manapaka ireo Malagasy hampodiana.

 

 Raha ny fantatra dia ireo marefo, ireo lany visa no misantatra ny fampodiana amin` izao. Tsy maintsy avy hatrany kosa dia nandalo toeram-pitsirihana miisa telo izy ireo ka isan` izany ny fanaovana fitiliana PCR. Natoka-monina mandritra ny 04 andro iandrasana ny valin` ny fitiliana izy ireo. Raha ho an` ireo Malagasy nihitsoka tany Afrika nialohan` ny nialana tany Addis Abeba dia tsy maintsy natao fitiliana izy ireo ary ihany koa tsy mitondra ny tsimok` aretina, hoy ny Jeneraly Elack Olivier Andriankaja, mpandrindra ankapobeny ny CCO-Covid 19. Mikasa hanatanteraka sidina manokana isan-kerinandro ny fanjakana malagasy amin` ny fampodiana an` ireo teratany Malagasy mihitsoka any ivelany, hoy Liva Djacoba Tehindrazanarivelo. Mbola Malagasy 300 hafa no ho tonga eny Ivato omaly, ary raha ny tetiandro manaraka dia 20 aogositra ny fampodiana ireo Malagasy any Inde. Ny 27 aogositra kosa dia anjaran` ireo avy any Chine sy Thailande

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Filankevitry ny minisitry ny SADCNodinihana ny fihaonana an-tampony sy ny fanarenana toekarena

Nandray anjara tamin` ny filankevitry ny minisitry ny SADC tamin` ny alalan` ny “visioconference” i Madagasikara ny 13 aogositra lasa teo.

Isan` ireo teboka nodinihana dia ny fanomanana ny fihaonana an-tampony faha-39 eo anivon` ny SADC sy ny fanarenana tsy maintsy atao vokatry ny aretina Covid 19. Mahakasika ny teboka voalohany dia hijery manokana ny fampivoarana indostrialy mahomby sy maharitra, ny varotra eo anivon` ny faritra sy ny famoronana asa. Manampy izany ny fanamafisana sy ny fametrahana ny filaminana, ny fitantanana ary ny fanomanana ny tetiandro aorian` ny taona 2020 eo anivon` ny SADC. Notsindrina manokana ihany koa ny lavitr` ezaka amin`ny taona 2050 hahafahan` ny rehetra migoka ny voka-tsoa ara-toekarena ary ny rariny sy ny fahafahana. Hahafahana manatratra izany dia ho hatsaraina ny sehatry ny indostria, ny tsenam-barotra, ny fanatsarana ny fotodrafitrasa sy ny fampiofanana ireo mpisehatra rehetra. Marihana fa ity no filankevitry ny minisitry ny SADC handaminana ny fivoriana ara-potoanan` ireo filoham-pirenena sy ireo governemantan` ny SADC izay atao ny 17 aogositra izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Honoré Tsabotokay “Tsara havaozina ny INSTAT”

Ny Instat mihitsy no tena manao atsirambina adidy ankinina aminy ka tsy mahatanteraka izany, hoy ny depioten’i Vohipeno,

Honoré Tsabotokay, naneho ny heviny mikasika ny fanisam-bahoaka teto amin’ny firenena. Hany ka manimba ny antontanisa ho ampiasaina eto amintsika. Isan’ny lesoka nambarany ny tsy fahampian’ny fiomanana sy tsy fijerena ny zava- misy isam-paritra mba tsy hilazako hoe isaky distrika, hoy izy. Ny « agent recenseur » tsy olona avy ao amin’ny faritra ka tsy mifankazo resaka sady tsy atokisan'olona. Tsy ampy fanentanana ary lany vola amin’ny peta-drindrina nefa vahoaka firy no mahay mamaky teny sy manoratra, hoy ny fanontaniany? Ny vahaolana dia mba olona any ifotony jerena, hoy izy. Diplaoma mitovy nefa olona ivelany no antsoina. Misy faritra azo ovana fomba fanisana satria mbola misy distrika mbola mipetraka rafitra ara- bakodrazana . Moramora kokoa raha miara- miasa amin’ireny. Tahaka izany koa ny fanentanana mialoha, mandritra ary aoriana. Tsara raha havaozina ny sampan-draharaha misahana ny antontan’isa na INSTAT, hoy izy, satria raha diso hatrany Io antontan’isantsika na « base de données » io dia ho eo hatrany isika amin’ny fampandrosoana. Raha manodidina ny 170.000 ny isan’ny mponin’i Vohipeno ny taona 1999, ohatra, dia izao 2020 izao mbola manodidina ny 195.000 ihany satria mijanona eto vohipeno ny mpanao fanisana fa tsy midina ifotony satria matahotra handeha tongotra, ny resaka fandriampahalemana, na hakamoana tsotr'izao sy ny maro hafa, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dany Rakotoson« Mampatahotra fa miha tsy mankato mpitondra ny vahoaka »

Efa tara ny famahana ny fihibohana saingy hisaorana aloha fa mba efa nisy an’izay, hoy ny mpandraharaha sy mpandinika raharaham-pirenena, Dany Rakotoson.

Efa ela ny mpanao politika no nilaza fa tokony efa novahana ela izany. Tsy fantatra mihitsy moa ny tena antony nanaovana ilay fihibohana satria na ny fitondram-panjakana aza dia nilaza fa efa nisy aretina teto, nahatratra 294 ny isan’ny olona maty tamin’ilay izy. Tsy nisy fihibohana. Izao 100 mahery ny resaka Coronavirus kanefa efa 4 volana ny fihibohana. Izay no mahatonga ny zava-miseho eny amin’ny fiarahamonina vao miha mampahantra azy. Madagasikara efa firenena faran’ny mahantra dia mbola hampahantrana hatrany koa ny vahoaka ao aminy noho ilay fihibohana dia ataoko hoe misy andraikitry ny fanjakana lehibe mihitsy nahatonga izany. Ny fahitana ny vahoaka miha tsy mankato mpitondra tao anatin’izay fihibohana izay, hoy hatrany ny fanazavany, dia tranga mampatahotra ary vahaolana ho an’ny mpitondra ny fahaizany mihaino sy misokatra. Anarana fotsiny no hoe fihibohana, hoy izy, fa na ny mpitandro filaminana aza dia hitako hoe nanao izay tsy fankatoavana na “désobeissance civile” izay ihany koa. Hita tamin’ireny sakana ireny izany. Tadidintsika ireny tamin’ny 26 janoary 2009 ireny, izay nisian’ilay hoe Alatsinainy mainty, fa tsy nahitana mpitandro filaminana intsony eraky ny tanana kanefa dia nandroba fotsiny ny olona. Sanatria hiverina amin’ireny ve isika, hoy hatrany ny tenany ?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fetison Rakoto Andrianirina “Tena zava-dehibe ny tohana iraisam-pirenena”

Manohy ny ady amin’ny covid-19 i Madagasikara. Mivoatra hatrany ny valanaretina, kanefa somary mihena ny tranga mitaha ny tamin’ny herinandro lasa, raha jerena amin’ny antontan’isa ofisialy.

 Na izany aza, mila mailo sy mitandrina ary manaja ny fepetra hatrany ny vahoaka Malagasy, raha te hanatratra ny fanafoana tanteraka ny covid-19, hoy ny Roso ho amin’ny Demokrasia Sahaza na ny RDS tarihin’I Fetison Rakoto Andrianirina. Singa lehibe tsy azo hamaivanina ny tohana entin’ny Mpiara-miombon’antoka ara-teknika sy ara-bola eo amin’ny ady atao, izay ahafahana miroso lavitra kokoa na eo amin’ny fifehezana ny valanaretina na ny fanamaivanana ny fiantraikany ara-tsosialy sy ara-toekarena. Tsy azo hamaivanina ny sora-bola atontona amin’izany sy ny tokony ho vokatra entiny. Raha tena mitady fitoniana ny governemanta ary eo anatrehan’ny fitakiana ny mangaraharaha amin’ny fampiasana ny vola azo sy ny antso avo nataon’ny Firaisamonim-pirenena na ny sehatra politika, dia tena mila apetraka ny fitantanana mangarahara sy mahomby. Voizin’ny RDS ny hoe:“Miray hina, mandresy ny covid-19 sy hiatrika ny ho avy miaraka amin’ireo mpiara-miombon’antoka, ary ao anatin’ny fangaraharana”. Miankina amin’izany ny fahombiazana sy ny tohiny aorian’ny krizy ara-pahasalamana, hoy ny RDS. Naneho fisaorana sy fiombonana alahelo eo anatrehan’ny fisian’ireo mpiasan’ny Mpiara-miombon’antoka, izay nanome ny ainy ho an’i Madagasikara tamin’ity ady sy sedra iaraha-mizaka ity antoko ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona EoropeaninaTokony apetraka mazava ny laharampahamehan’ny fanjakana

Tontosa ny zoma 14 aogositra lasa teo ny fanatrehana ” ny fikaonan-doha politika andiany faha-8 eo amin` i Madagasikara sy ny Vondrona Eoropeanina teny amin` ny lapam-panjakana etsy Ambohitsorohatra.

Natrehan` ny masoivohon` ny Vondrona Eoropeanina (VE), Alemaina, Frantsa sy ireo delegasionina niaraka tamin` izy ireo izay fivoriana izany ka nandray anjara tamin` ny alalan` ny visioconférence” kosa ireo masoivoho tsy afaka nanatrika. Noresahina nandritra ny fivoriana ny tetikasa maro tohanan’ny VE ary nasehoan ny fanjakana ny faniriana hanafaingana ireo asa indrindra ireo asa mahakasika mivantana ny fiainan` ny mponina toy ny tetikasa Water Free hanatsarana ny famatsiana rano eto an-drenivohitra. Marihana fa tafiakatra hatramin` ny 230 tapitrisa euros mikasika ny fampiasam-bola amin` ireo tetikasa. Milaza ho vonona hanohana hatrany ny VE amin` ireo tetikasam-pampandrosoana samihafa. Teboka maro kosa no nitsindrian` ny Masoivohon`ny Vondrona Eoropeanina eto Madagasikara, Giovanni Di Girolamo, teo amin` ny lafiny politika. “Tianay tsindriana ny momba ny fikarakarana fifidianana. Nisy ny fanaraha-maso nataonay nandritra ny fifidianana 2018 ary nisy soso-kevitra fanatsarana narosonay. Tianay hanjaka ny demokrasia. Tsindrinay ihany koa ny tokony ho fanatsarana ny lafiny fandriampahalemana izay tena zava-dehibe rehefa fotoanan` ny krizy. Fanontaniana mipetraka ihany koa ny fampidirana diplaomaty sy mpiasan` ny vondrona iraisam-pirenena amin` ny vonjy aina izay mihitsoka any ivelany noho ny tsy fisian` ny sidina avy aty Madagasikara mankany Eoropa. Manampy betsaka amin` ny fiaraha-miasan` ny roa tonta ny fampodiana azy ireo eto Madagasikara. Hamafisiko fa ao anatin` ny fanajana ny fiandranam-pirenena ny firenena Malagasy no hanaovana izany fangatahana izany.” Ho an` ny vondrona eoropeanina, zava-dehibe ny hahafantatra ny fomba fijery sy laharampahamena ara-politikan` i Madagasikara mikasika indrindra ny fiarahamiasa amin` i Afrika. Amin` ny volana oktobra, any Bruxelles, no hanatanterahina ny dinika an-tampony eo amin` ny vondrona afrikanina sy ny vondrona eoropeanina ka manana anjara lehibe amin` izany i Madagasikara. Nanambara hatrany ny VE fa mandritra ny fivorian` ny Vondrona Afrikanina ny volana septambra izao dia tokony ho fantatra io fomba fijery sy laharampahamehana ara-politikan` i Madagasikara io. 60 taona ny fiaraha-miasa eo amin` ny VE sy Madagasikara ka maro ireo tetikasa no dinihana sy nandritra ity fivoriana ity toy ny eo amin`ny sehatra fitantanana raharaham-panjakana, ny fampndrosoa ara-toekarena, ny tontolo ambanivohitra amin` ny fananganana fotodrafitrasa izay ahitam-voka-tsoa mipaka mivantana amin` ny fiainana andavandron` ny mponina. Ohatra ny fanohanan` ny Vondrona Eoropeanina ny fifidianana solombavambahoaka ny taona 2019, ny fanamboarana ny RN5 mampitohy an` Maroantsetra sy Mananara, ny fanamboarana ny RN6 Ambanja-Antsiranana ary ny RN13 Taolagnaro-Ambovombe izay hanomboka amin` ity taona ity ny tolo-bidy amin` ny asa. Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifandonana nahery vaikaDahalo 10 maty, zandary 3 naratra

Dahalo 10 maty, ary 7 no voasambotry ny zandarimariam-pirenena tany Beteva Ampanihy ao ny faran’ny herinandro teo vokatry ny fifandonana teo amin’ny andaniny sy ny ankilany.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny Coronavirus any FandrianaNaresaka ny tao Soanakambana-Vohitrambo

Nitohy tany amin’ny kaominina ambanivohitra Soanakambana-Vohitrambo ny fanentanana mikasika ny ady sy fanarahana fepetra hanalavirana ny coronavirus sy fanaterana ny bokin’ny mpianatra nataon’ny solombavambahoakan’i Fandriana sy ireo mpiara-miasa aminy tamin’ny herinandro lasa teo.

 

 Nanararaotra ny fandalovana tany an-toerana koa Rtoa depiote nanatanteraka dinika maro ho an’ny fampandrosoana an’ity kaominina ity ka voatsidika tamin’izany ny fitsidihana ny fahavitan’ny tafon’ny GEG ao an-toerana ary vinavinaina koa ny hanampiana efitrano an’ity sekoly ity. “Nahavelom-bolo kosa, hoy Rtoa solombavambahoakan’i Fandriana ny fahavononan’ireo fikambanam-behivavy ao amin’ity kaominin’i Soanakambana ity fa na dia aty ambanivohitra be aty aza dia niala tamin’ny fangatahan-dava ry zareo ka nanapa-kevitra nanao asam-pamokarana samihafa hahazoana vola hoenti-miatrika ny fiainana”.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran`ny fampianarana ambonyMisy tsy mazava ny fomba fitantanana

Anisan` ireo nisedra olana vokatrin` ny aretina Covid 19 ihany ny mpianatra eto Madagasikara na ireo katikely na koa ireo eny anivon` ny anjerimanontolo. Ho fanampiana ho an` ireto farany dia nisy ny “cotisation”

 

natao tamin` ireo tale hividianana vatsy ho an` ny mpianatra tafahitsoka eny anivon` ny “campus universitaire” raha ho an` Antananarivo manokana kanefa maro dia maro ny antson` ireo mpianatra milaza fa noana ary mijaly. Misy mantsy ny atao hoe “rubrique” izay mazava tsara eny anivon` ny minisiteran` ny fampianarana ambony sy ny fikarohana siantifika mikasika ny vatsy tokony omena ny mpianatra saingy toa tsy fantatra hoe nankaiza ny vola. Torak` izany ihany koa ny mikasika ny “location et déplacement”afaka nomena ny mpiasa ahafahana manofa fiara sy nanomezana tambin-karama ho azy ireo, hoy ny loharanom-baovao iray. Mahavariana ny toe-javatra toy izao satria dia tsy mipaka amin` ireo mpiasam-panjakana izany “rubrique” manokana izany indrindra amin` izao vanim-potoanan` ny valanaretina izao. Marihana fa tsy mbola miasa ny fiara fitateram-bahoaka kanefa ny mpiasam-panjakana dia miverina miasa avokoa saingy samy manao izay ahatongavany any amin` ny birao ny tsirairaiavy araka ny loharanom-baovao iray. Tsara no manamarika fa ny minisiteran` ny mponina izay kely tetibola indrindra aza dia nanao ezaka fanofana fiara hitaterana ny mpiasa ao aminy kanefa ny eo anivon` ny fampianarana ambony dia tsy toy izany, hoy hatrany ny loharanom-baovao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny fidiran’ny mpianatraHo mafimafy ny miandry ireo ray aman-dreny

Mahereza daholo ny Ray aman-dreny rehetra fa hiatrika sahady ny fidiran'ny mpianatra, hoy ny mpandraharaha sady raim-pianakaviana iray. Vola be no ilaina amin'io.

 Eo ny resaka fisoratana anarana, ny « droit et frais généraux », ny fampitaovana, ny aronakanjo, ny boky, ny akanjo vaovao sy ny hafa maro, indrindra moa rehefa tsy iray intsony ny zaza mianatra. Tena Mbola tsy nisy nangidy toy ity raha tranga teto amin'ny firenena. Ny asa potika, ny kely nangonina ritra, tsy fantatra hoe rahoviana vao hilamina ny fiainana. Mahereza daholo fa ny adidy amin'ny zanaka indray tsy maintsy vitantsika foana. Miady mafy isika fa tsy misy manaiky ho resy izany, hoy izy. Ho mafimafy amin’ireo ray aman-dreny tokoa, raha ny fanadihadiana natao, ny hiandry azy ireo ao anatin’izao akatoky ny fidiran’ny mpianatra izay nialohavana krizy lavareny izao. Enjana fa tsy maintsy hatrehina, hoy ny renim-pianakaviana sasany. Ny mahagaga dia mangina tanteraka ny fanjakana na inona na inona ataon’ireo sekoly tsy miankina, hoy koa ny ray aman-dreny hafa.

Nangonin’i J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Sasatry ny mamono afo…

Sahirana tanteraka ny fitondram-panjakana ankehitriny eo anatrehan’ny trangan-javatra manala baraka ny mpitondra.

 

Maro ny endrika tsy fahaiza-mitantana sy mandrindra, kolikoly sy kiantranoantrano, tsy fahafehezana ny fitantananan-draharaham-panjakana, fivoahan’ny tsiambaratelom-panjakana,… Ny eo tsy miravona, dia mipoitra indray ny raharaha hafa. Niainga tany amin’ny “panier garni” ho an’ny mpiasam-panjakana, bakalorea nisavoritaka, nitohy tamin’ny raharaha vatomamin’ny minisiteran’ny fanabeazana, ilay tsenambaro-panjakana nampiahiahy mitantina 8 miliara teo momba ny fanamboarana ny rova, ny raharaha fangatahana fanampiana nataon’ny minisitry ny fahasalamana,… dia io ihany koa fa miteraka ahiahy ny tsenambaro-panjakana mitentina 216 tapitrisa tao amin’ny CCO Covid-19. Misavoritaka tanteraka sy sasatry ny mamono afo ny fanjakana. Toa vitavita ho azy ireny afera ireny avy eo. Mby aiza, ohatra, ny tohin’ny raharaha “bonbons sucettes”? Isan’ny lokaloka nataon’ny Filoham-pirenena ny fahadiovan’ny tsenambaro-panjakana, kinanjo toa hararaotina ny hamehana ankehitriny. Maro ny fitakiana nataon’ny ankolafin-kery samihafa teto amin’ny firenena, saingy toa noraisina ho fankahalana bontolo. Isan’ny nihazakazahan’ny manam-pahefana ankehitriny ny mampisambotra sy manenjika ny mpitondra teo alohany ka tokony hipetraka ho filamatra izy ireo, saingy toa hafahafa ny zava-misy ao anaty fitondrana ankehitriny. Toa lany andro hamono afo sy hiady amin’ny mpanohitra, ka tsy misy zavatra tena mandeha amin’izay laoniny. Ny fampanantenana natao anefa betsaka no tsy vita, ary ny serasera atao toa efa fanomanana fifidianana manaraka sahady.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Kitra Eoropeanina – LigaMieritreritra handao ny Barça i Messi

Nambaran’ilay mpanao gazety Brezilianina Marcelo Bechler ao amin’ny gazety ara-panatanjahantena malaza Esporte Interativo, izay namoaka ny taona 2017 ny hialan’i Neymar ho an’ny amin’ny PSG

 

, fa te hiala ao amin’ny FC Barcelona i Lionel Messi taorian’ny taona fotsy ho an’ny kliobany tamin’ity taom-pilalaovana ity. Mandalo krizy tanteraka, indrindra fa ara-pitantanana ny FC Barcelone, fa isan'ny manan-tantara ihany koa ny nanamontsanan’ny Bayern de Munich azy 8-2 teo amin’ny ampahafeha-dàlan’ny Ligue des champions ny faran’ny herinandro teo, kanefa efa tsy nahazo ny amboaran’ny « Liga » tao Espagne. Loharanom-baovao avy ao anatin’ny klioba omaly 16 aogositra io, hoy Marcelo Becheler, ary efa mahalala izany ny mpitantana ny Barcelone, izay mikorapaka tanteraka. Maro mantsy ny mpilalao voalaza fa hamidy, saingy tsy ao anaty lisitra i Messi. Ny taona 2017 nifindrany dia nilaza i Neymar fa tokony hamiratra kokoa noho izao ny FC Barcelone, fa ny mpitantanana no fositra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Vami“Hanao ahoana indray izany ny lanjan’ny diplaoma 2020 ?”

Mizotra any amin’ny lalan-dratsy ny firenena, hoy ny sekretera jeneralin’ny antoko politika, Vahoaka miray na Vami, Gaby Vakiniadiana.

 Manizingizina ny fanjakana fa tsy maintsy atao ny fanadinam-panjakana kanefa mitohy ny fihibohana. Efa tsy ao amin’izany fanadinana izany intsony ankehitriny ny lohan’ny ankizy. Hanao ahoana indray izany ny lanjan’izany diplaomam-panjakana 2020 izany? Vahaolana hitanay ato amin’ny antoko Vahoaka miray dia aleo sertifika no omena ho marika fa nahavita kilasy fahatelo sy kilasy famaranana ireo ankizy tokony hanala fanadinana. Ataovy fifaninanana ny fidirana eny amin’ny lisea sy oniversitem-panjakana mba tsy hisian’ny taona fotsy amin’ity taona ity. Raha handeha io fanadinana io dia tsy maintsy hiala ilany, araka ny fitenin’ny tanora, ny fitondram-panjakana ka hanao izay hahabe ny ankizy afaka fotsiny indray. Ny mikasika ny tosika fameno moa dia ampatsiahivina hatrany, hoy izy, fa ny Malagasy iraimanontolo ankehitriny no miroso any amin’ny fahantrana ka inona no antony mbola hifidianana ny tokony omena izany? Avadio ariary, hoy aho, iny 500 tapitrisa dolara mahery iny fa fara-faha ratsiny tokony hahazo 9 tapitrisa ariary ny olona tsirairay. Sa ho atao any am-paosin’iza ny ambin’io? Aleo tsy afenina ny marina, hoy hatrany izy, fa tsy nahavita nitaona marary iray akory ireo fiara tsy mataho-dalana fa nahazoan’olona ao anaty fanjakana ihany tsena fotsiny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona eoropeanina“Mila fanavaozana ny fanaovana fifidianana eto”

Nisy fifampidinihana teo amin’ny fanjakana Malagasy sy ny vondrona eoropeanina namarana iny herinandro teo iny.

 

Raha ny fantatra dia nilaza ny faniriany ny amin’ny tokony hanavaozana ny rafi-pifidianana eto amin’ny tanin’ny repoblikan’i Madagasikara ity vondrona iraisam-pirenena ity. Mila fanavaozana azo tsapain-tanana, hoy hatrany ny vondrona eoropeanina, ny fomba fifidianana eto. Efa nisy moa ny toromarika nomena momba izany, raha ny fanazavan’ny masoivoho eoropeanina, Giovanni Di Girolamo, hatrany. Ilaina io fanavaozana io, hoy ity ambasadaoro ity, mba hametrahana ny tena demokrasia eto Madagasikara.

J. Mirija

 

La Vérité0 partages

Transfert - Rayan Raveloson en contact avec un club italien

Rayan Raveloson est en contact très avancé avec Lecce (Série B), deuxième division italienne. Le club était en série A mais après l’officialisation de la décision de l’UEFA, a été rétrogradé en Série B. Selon nos informations, plusieurs clubs sont venus aux renseignements pour attirer le joueur. Un club de Ligue 1 mais également deux clubs allemands. A un an de la fin de son contrat, il sera difficile pour l'ESTAC de conserver le joueur lors de ce mercato d'été. Malgré son statut de cadre au sein de son club actuel.Apparu à vingt-six reprises cette saison en Ligue 2, le milieu de terrain tourangeau Rayan Raveloson (22 ans) a paraphé un bail de trois ans avec Troyes. Capable de jouer dans l’entrejeu ou en défense centrale, l’international malagasy sera en fin de contrat avec le club dans un an. Aujourd’hui, il est prendra le risque de changer de championnat pour d’autre horizon. Pour le moment, le vent semble se diriger vers l’Italie. Formé à Tours, l'international malagasy de l'ESTAC, Rayan Raveloson vient d'enchaîner une quatrième saison pleine en Ligue 2 à tout juste 23ans. Le milieu de terrain est logiquement convoité lors de ce mercato d'été. Mais son club semble encore se trouver dans une situation ambiguë. Repartir de zéro avec un nouveau projet et de nouvelles ambitions, tels était les mots d’ordre au mois de juin pour ses dirigeants. Avec plusieurs cadres encore présents, notamment Jimmy Giraudon (DC), Rayan Raveloson (MDEF), Bryan Mbeumo (AC), Yoann Touzghar (AC) et Kévin Fortuné (AC), l’ESTAC disposait déjà d’une base solide, à laquelle il fallait ajouter bon nombre d’éléments pour la compléter. En ce moment, on peut dire que le recrutement est bon, mais encore un peu juste pour l’ESTAC.Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Eglise FJKM - Célébration de son 52e anniversaire ce jour

L’Eglise de Jésus Christ à Madagascar ou la FJKM a exactement 52 ans ce mardi 18 août. Chaque paroisse célèbrera cet anniversaire et organisera un culte pour le marquer, en observant scrupuleusement les consignes sanitaires. C’est certainement une des raisons pour lesquelles le président de cette grande entité cultuelle d’obédience chrétienne, le pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi, a annoncé la reprise des services de toutes les paroisses sur le territoire dès que les autorités ont décrété l’assouplissement des mesures dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.Chaque année, les mois d’août et de septembre sont aussi une saison faste pour presque toutes les paroisses qui organisent à cette occasion la « fête de la diaspora » (fetin’ny taranaka). Il s’agit d’un moment de communion et de rassemblement annuels des gens d’une même origine et ayant en commun la foi selon l’enseignement de l’église protestante réformée. C’est aussi un moment d’encourager les membres de la diaspora à soutenir des œuvres locales de l’église.La lutte contre la Covid-19 étant, la FJKM entend distribuer des aides sociales à quelque 4 000 personnes ou ménages nécessiteux comme les orphelins et les veuves. Pour cela, elle procède à une levée de fonds et une collecte d’objets susceptibles d’être réattribués aux ciblés. La valeur unitaire du don – comprenant, entre autres, des cache-bouches, des produits de première nécessité, des tracts éducatifs – est estimée à l’équivalent de 40 000 ariary. Un appel au jeûne a aussi été lancé par-delà la nécessité de prier pour le salut du pays.Ecoles de type européenLa FJKM est née de la fusion des héritages des trois entités historiques à savoir, la London Missionary Society (LMS), la Friends Foreign Mission Association (FFMA) et la Mission protestante française (MPF). Le 18 août 1819, la délégation déployée par la LMS, conduite par David Jones et Thomas Bevan, a débarqué à Toamasina avec comme missions principales d’évangéliser l’île et d’apporter les lumières. Les missionnaires ont fait fonctionner les premières écoles de type européen à Madagascar avec l’accord du souverain Radama I. Ils sont autorisés à ouvrir des églises en même temps.L’expansion de leurs interventions a été telle qu’il a fallu demander de l’aide auprès d’autres missions en Angleterre. La FFMA a été la première à y donner une suite immédiate. Elle a alors dépêché à Madagascar Joseph Sewell et Louis Street accompagné de son épouse Sarah. Ils sont arrivés à Antananarivo le 1er juin 1867. Ils se joints à l’équipe de la LMS en place pour l’œuvre éducatrice. Ils ont également contribué à la consolidation des activités de l’église protestante.Le rapport entre le pouvoir colonial et l’église protestante sous la férule des Anglais a connu des moments sombres au début de l’ère coloniale. Pour contourner les tracasseries administratives, la LMS et la FFMA ont demandé à la Société des missions évangéliques de Paris l’envoi des missionnaires. La toute première mission protestante française à la suite de cette sollicitation comprenait Henri Lauga et Frédéric Kruger. Ils ont débarqué au début de février 1896. Puis, ils ont été reçus par la reine Ranavalona III le 1er mars de cette même année. Les missionnaires français ont aussi pris une part active à l’éducation des Malagasy et à l’œuvre de l’église.MalgachisationLors du Comité annuel de la FFMA le 11 mars 1950, celle-ci a écrit à la LMS et à la MPF en leur faisant savoir que le temps est venu, pour les trois entités indépendantes les unes des autres, de s’unir en vue de former une seule et unique entité. La constitution du Comité de l’union qui s’est réuni pour la première fois du 7 au 8 novembre 1950 est l’aboutissement de la démarche. Mais le résultat de son travail n’a été porté à la connaissance du public que 18 ans plus tard.La malgachisation des trois missions-mères est incontournable à la longue. En 1953, le pasteur Titus Rasendrahasina, père du pasteur Lala Haja Rasendrahasina – le past president de la FJKM – est arrivé à la tête de la congrégation de la LMS qui est devenue Fiangonan’i Kristy eto Madagasikara (Eglise du Christ à Madagascar, FKM).La FFMA a été rebaptisée Fiangonana Frenjy Malagasy ou FFM à partir d’avril 1958. Andrianaly Ratavao en est le président l’année suivante. En avril 1958, la direction de la presbytérienne MPF est remise entre les mains de Jean Baptiste Ralambomahay. Son appellation est changée en Fiangonana ara-pilazantsara eto Madagasikara (FPM).Précurseur de l’œcuménismeConformément aux préparatifs du Comité de l’union, les trois missions sont convoquées au premier Grand Synode qui s’est tenu du 13 au 17 août 1968 à Toamasina, désormais pris pour le « Portail de l’Evangile à Madagascar ». La naissance de la FJKM à partir de l’union des trois différentes missions a été solennellement déclarée le dimanche 18 août 1968.Le 30e anniversaire de la FJKM a été célébré à Antananarivo et à Toamasina en août 1998. La célébration du 50e a eu lieu à Antsiranana et à Antananarivo en 2017-2018. Le jubilé a également coïncidé avec la commémoration du 200e anniversaire de l’arrivée de l’Evangile à Madagascar.Les historiens des églises chrétiennes considèrent la formation de la FJKM en un seul bloc comme le prototype sinon le précurseur de l’œcuménisme à Madagascar. Le pasteur Titus Rasendrahasina en est même le principal instigateur de la création en novembre 1979 du Conseil des Eglises chrétiennes de Madagascar ou FFKM. Celui-ci réunit en son sein l’Eglise catholique romaine, l’Eglise luthérienne (FLM) et l’Eglise épiscopale malgache (EEM, anglicane) et la FFKM.M.R.

La Vérité0 partages

Covid-19 à Madagascar - En phase de décroissance totale mais…

L’épidémie de Covid-19 est-elle en voie d’être totalement maîtrisée à Madagascar ? Les chiffres confirment en tout cas que le pic épidémique est passé depuis quelques semaines. Par ailleurs, les statistiques sont cohérentes et concordantes pour confirmer que l’épidémie est entrée dans une phase de décroissance totale. Pour la troisième fois en une semaine, Madagascar est sous la barre des 100 nouveaux cas de Covid-19. 59 nouvelles infections ont été confirmées par le Centre de commandement opérationnel – Covid-19 hier, suite à 371 dépistages menés. Au plus fort de l’épidémie, un pic de 614 nouvelles infections en un jour avait été enregistré dans la Grande île. Il faut également noter que du 11 août au 17 août, 684 cas de contamination ont été confirmés. Les semaines précédentes, ce chiffre était doublé voire triplé. Tout cela pour dire que l’épidémie régresse à Madagascar. Un constat conforté par les données de la prestigieuse Université américaine Johns-Hopkins. Selon les études menées par cet établissement de référence pour le suivi des infections dans le monde, Madagascar fait partie d’une cinquantaine de pays dans le monde où il est constaté un recul de l’épidémie. Mais, parce qu’il y a un mais, le risque d’une inversion de la dynamique est toujours présent. Un relâchement de la vigilance de la population pourrait entraîner une nouvelle hausse du nombre de contamination. Le risque d’une deuxième vague reste ainsi plus que jamais présent. Dans des pays tels que l’Espagne, la France, l’Allemagne, la Corée du Sud ou la Nouvelle Zélande, on est d’ailleurs en train de connaître une recrudescence au moins relative de l’épidémie, selon les données de l’Université Johns-Hopkins. Ces pays, qui ont pour la plupart atteint leur pic entre fin mars et le début du mois d’avril, en parvenant à faire baisser le taux de reproduction du virus, se préparent à une seconde vague actuellement. Les autorités malagasy rappellent ainsi la population à l’importance de poursuivre les mesures de préventions essentielles. Le port du masque et le lavage des mains doivent être systématiques, tout comme la distanciation sociale. Bien qu’en baisse, sur les dernières semaines, la quasi-totalité de l’île reste concernée par une circulation virale. La Covid-19 continue également de faire des morts à Madagascar. La Rédaction

La Vérité0 partages

Coopération malgacho-indonésienne - Un exemple de relations dynamiques

La République d'Indonésie a célébré hier le 75e anniversaire de son indépendance ayant pour thème « L'Indonésie Émergente ».  Une célébration sobre qui s’est tenue dans un contexte de crise épidémiologique dans les deux pays, en raison de la pandémie de Covid-19. La commémoration de cette date a été présidée par le chargé d’affaires a.i, M.Muhammad Abdullah. Une cérémonie de levée du drapeau a lieu au sein de l'ambassade à Ivandry.  Divers événements de divertissement ont été organisés après la cérémonie de levée du drapeau, en l’exécutant en live pour animer cette célébration. Les citoyens indonésiens et les anciens de l’Indonésie à Madagascar ont pu participer à cette cérémonie de levée du drapeau en direct sur le compte Facebook officiel de l'ambassade. La célébration a été l’occasion de promouvoir davantage la coopération entre les deux pays. Durant 45 années de relations diplomatiques entre l'Indonésie et Madagascar, les relations bilatérales entre les deux pays n’ont cessé de se développer ouvrant plusieurs domaines. Le Gouvernement indonésien a offert plusieurs formations académiques et renforcements de capacité en Indonésie aux techniciens et étudiants malagasy dans plusieurs domaines, entre autres, le maritime et pêche, la défense nationale ainsi que la culture. A ce jour, l’effectif des anciens étudiants et stagiaires malagasy, ayant effectué des formations en Indonésie, est d’environ 300 personnes et une centaine d’autres y poursuivent encore leurs études. Dans le domaine de la coopération économique, la balance commerciale entre l'Indonésie et Madagascar, pendant la période janvier-juin 2020, a atteint 38,1 millions USD en faveur de l’Indonésie alors que ladite balance en 2019 de la même période est de 56,6 millions USD, en baisse par rapport à l’année 2018 qui s'élève à 144,6 millions USD. Les principaux produits d'exportation de l'Indonésie vers Madagascar en 2020 sont entre autres l'huile de palme, le savon, les agents tensioactifs organiques (sauf le savon), les pâtes et les produits en papier. Alors que l'Indonésie importe certains produits de Madagascar tels que les clous de girofle, les huiles essentielles, le cacao et le coton ...Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Remaniement, il faut oser … !

La Primature concocte. La Présidence consulte. Quelque chose se préparerait à Mahazoarivo et Iavoloha ! Les bruits d’un éventuel remaniement ou d’une possible retouche du Gouvernement se confirment au fil du jour. Le remaniement du Gouvernement Ntsay est incontournable. Le contexte qui prévaut, en ces temps-ci, semble conforter l’assertion. Au moins trois départements nécessitent des changements de tête dont certains cas présentent des caractères urgents.Le portefeuille du MENETFP, dont le poste de ministre reste vacant depuis le 20 juin 2020, attend désespérément le titulaire. Andriamanana Iarintsambatra Rijasoa l’ancienne occupante, embourbée sérieusement dans une opaque affaire d’achat de « bonbons sucettes » d’un montant total de 8 milliards d’Ar, n’a pas pu « sauver » son poste. Sept de ses proches collaborateurs firent l’objet d’un mandat de dépôt le 19 juin. Quant à elle, la HCJ tranchera sur son sort. Mais avec l’impasse qui impose sa loi à Tsimbazaza, tout est remis aux calendes grecques. La date du premier examen officiel du 1er septembre approche à grands pas par conséquent, la présence effective du ministre titulaire se fait pressante. L’attente n’a que trop duré. Il faut oser entamer une nouvelle démarche en sortant, s’il le faut, du sentier battu. Le futur patron de la « Trano Boribory » ne doit pas être forcément un grand technicien de l’éducation ou de la pédagogie. Quelqu’un ayant une vision claire et disposant d’une base intellectuelle suffisante pour cerner la mission qui l’attend et enfin capable de se faire entourer de vrais techniciens maîtrisant les arcanes de gestion de l’éducation suffit largement. L’essentiel consiste à oser franchir le Rubicon.Naharimamy Irma Lucien, ministre de la Population et de la Condition féminine, députée élue dans la Circonscription de Toamasina I, vient de se marier à un diplomate américain. De ce fait, elle doit  incessamment et logiquement se démettre de ses fonctions au nom du concept d’incompatibilité de fonctions. Vu l’état d’urgence sanitaire que traverse le pays, la nomination du nouveau patron relève d’une urgence.Le cas du portefeuille de la Santé publique interpelle les deux chefs de l’Exécutif. D’une part, l’actuel titulaire du poste d’Ambohidahy a commis l’irréparable d’avoir pris une initiative personnelle au détriment du sacro-saint « principe de la solidarité gouvernementale » en brûlant le protocole hiérarchique. D’autre part, vu le rôle stratégique dévolu au département de la Santé dans cette rude bataille contre la pandémie de Covid-19, la nomination d’un nouveau titulaire à ce poste clé est  prioritaire. Une nouvelle tête, fraîche émoulue, apte à redémarrer à plein régime le ministère. Iavoloha et Mahazoarivo doivent oser et sans trop attendre nommer, contre toute considération ethnique ou régionale, le nouveau titulaire. Le poste de ministre de la Santé n’est pas l’apanage uniquement d’un médecin. Un bon administrateur sachant bien choisir de bons et compétents collaborateurs fera bien l’affaire. Seulement, il faut oser le faire !Des observateurs notent que dans l’ensemble, le Gouvernement donne l’impression d’un certain essoufflement. Certains ministres semblent plafonner. Ou bien, on devrait les fouetter un peu plus sinon le Patron doit oser se passer de leur service.Compte tenu de l’urgence de situation et des obligations prioritaires qui attendent, un vrai toilettage de l’équipe gouvernementale n’est pas de trop. Seulement, il faut oser à le faire !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Fin du onzième Fonds européen de développement - Un nouveau programme de sept ans en gestation

Le onzième Fonds européen de développement (FED) touche à sa fin cette année. Le programme a débuté en 2014 et financé à hauteur de 518 millions d’euros. Le huitième dialogue politique entre l’Union européenne et le Gouvernement malagasy, vendredi dernier, fut l’occasion d’aborder les axes de coopération à venir entre les deux parties. Un nouveau programme à la suite du Fonds européen de développement est déjà en gestation. Lors de la rencontre qui s’est tenue au palais d’Iavoloha, « les deux parties ont passé en revue les nombreux projets en cours financés par le Fonds européen pour le développement (FED) qui commencent à porter leurs fruits dans les secteurs de la gouvernance, du développement rural, des infrastructures et du développement économique. Une nouvelle période de programmation de sept ans s’ouvrira en 2021 », note le communiqué de la délégation de l’Union européenne à Madagascar. Une partie de l’échange s’est alors focalisée sur les projets du Gouvernement afin de connaître les besoins immédiats du pays et orienter les financements. Dans le contexte de crise sanitaire actuelle, l’ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, Giovanni Di Girolamo, a annoncé également l’arrivée d’un supplément de financement à hauteur de 5 millions d’euros sous forme d’aide alimentaire. « On est prêt à repartir dans beaucoup de chantiers dès que la crise sera derrière nous. Durant cette crise, on a pris des mesures spécifiques à la crise comme la mobilisation d’un appui budgétaire de 21 millions d’euros en deux tranches. La première est débloquée cette année et la seconde l’année suivante. On a aussi établi un fonds de 3 millions d’euros à titre d’aide alimentaire et financière pour les familles en difficulté. Un autre paquet d’aide humanitaire de 5 millions d’euros est prêt à arriver. Les actions se concentreront sur les régions particulièrement frappées. L’Union européenne vise aussi les questions d’alimentation, sanitaires et en général le soutien à la population plus défavorisée », déclare Giovanni Di Girolamo, ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar. D’après ce dernier, les dons accordés à l’endroit de la Grande île au cours des vingt dernières années atteignent un milliard six cent millions d’euros. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Air Madagascar - L’Airbus 340 enfin opérationnel

Après un semestre d’intervention technique. Suite à la directive 2019-0146 du 21 juin 2019 édictée par l’Autorité de l’aviation civile européenne (EASA) pour toutes les compagnies exploitant des appareils de type Airbus 340 et Boeing 737 équipés de moteurs CFM56-5B, CFM56-5C et CFM56-7B, Air Madagascar a dû procéder, au mois de juillet de l’année dernière, à une intervention technique obligatoire sur ses deux A340 composant sa flotte. Pour l’occasion, la compagnie aérienne a été obligée de mettre en place des alternatives de transport pour assurer ses vols long-courriers. Un Airbus A380 de la compagnie Hilfy a ainsi été affrété. Par la suite, cette intervention a duré plus de temps que prévu pour l’un des appareils, le clouant au sol durant plusieurs mois. Selon les responsables au niveau de la compagnie, « cet appareil a subi deux opérations. La première est notamment le A-Check. Et la seconde a été le changement de moteur pour se conformer aux exigences de l’Autorité de l’aviation civile européenne. Il ne faut pas oublier que l’Europe figure parmi nos principales destinations. De ce fait, si nous refusons de nous conformer à ses exigences, nous risquerons de ne plus pouvoir y desservir. En tout cas, notre appareil est de nouveau opérationnel pour effectuer les prochains vols de rapatriement et autres ». Le check A est notamment une visite de l’avion permettant de déceler les éléments abîmés voire les remplacer. Cette opération peut être particulièrement coûteuse car elle remettra l’usure de l’avion à un taux de 0% prévenant toutes pannes pour un certain temps. Les travaux faits à l’appareil ont pris fin juste avant la fermeture des frontières en Europe mais aussi dans la Grande île. Air Madagascar n’a donc pas eu les moyens financiers pour le ramener au pays. Effectivement, l’avion était bloqué à l’étranger jusqu’à l’organisation du premier vol de rapatriement en Europe. C’est pourquoi, il n’y a pas eu de vol au départ de Madagascar comme le vol « spécial étudiants » de vendredi prochain. L’appareil a décollé directement de la France. En tout cas, notre compagnie aérienne se prépare d’ores et déjà pour le prochain vol de rapatriement, prévu le 22 août prochain. Rova Randria

La Vérité0 partages

Fidy Manantsoa Randrianarivelo - Dix ans au service des personnes sourdes

Un visage familier pour les téléspectateurs de la chaîne nationale. Un fidèle compagnon des personnes sourdes et malentendantes. Il est jeune, avec les yeux attentifs et les cheveux soignés. Il est toujours bien vêtu, un vrai gentleman. Il, c’est Fidy Manantsoa Randrianarivelo, l’un des traducteurs en langue des signes au sein de la Télévision malagasy. « J’ai rejoint la chaîne nationale en tant que traducteur en langue des signes en 2010. Ceci après avoir été sélectionné par la Fédération des sourds et malentendants de Madagascar (FMM) afin d’appuyer son plaidoyer sur l’accès des personnes sourdes à l’information auprès de la TVM », se souvient le jeune interprète. Il a suivi des formations en tant que facilitateur et interprète en langue des signes dispensées par la FMM en 2008-2009. D’ailleurs, Fidy Manantsoa est la seule personne qui a suivi les deux formations à la fois, selon nos sources auprès de ladite Fédération. « Un interprète en langue des signes est un professionnel qui met en lien la culture des personnes sourdes à la culture des sons », informe notre jeune star de la télévision. Dix ans après son recrutement, il continue à faire son métier avec beaucoup de volonté et de passion, au grand plaisir des citoyens sourds et malentendants.Employé de courte duréeFidy Manantsoa n’a pas touché de salaire lors de ses débuts à la TVM. C’était en 2011 qu’il a pu être embauché en tant qu’employé de courte durée (ECD), un contrat valable jusqu’à maintenant. « J’ai failli arrêter au début de cette année. La TVM m’a toutefois rappelé vers le mois de mars pour traduire les informations relatives à la Covid-19. Je fais face à beaucoup de pressions et des tonnes de travail depuis la pandémie, nécessitant un maximum de concentration pour assurer la traduction des informations en langue des signes », nous révèle l’interprète. « Le statut d’ECD ne me confère aucune sécurité en termes d’emploi. J’ai besoin d’une situation stable », ajoute-t-il. Effectivement, les différentes organisations de personnes handicapées mènent un plaidoyer pour l’intégration de Fidy dans le corps des fonctionnaires de l’Etat, un genre de reconnaissance en sa faveur. Divers ministères peuvent assurer son recrutement, entre autres celui de la Communication et de la Culture, celui de la Population ou encore le ministère de l’Education nationale. Ces derniers temps, la majorité des bailleurs misent sur l’inclusion, et cela à travers l’accès des personnes en situation de handicap à l’information.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Drame à Ambodivona - Un octogénaire périt dans un incendie

Vers 6h hier matin, un incendie a éclaté dans le quartier d’Ambodivona, plus précisément dans les parages de la station-service Galana, touchant ainsi deux bâtiments dont l’un servant comme un établissement scolaire privé. Le sinistre a fait une victime, en la personne d’un homme âgé de 85 ans. Le malheureux se trouvait dans son appartement se trouvant à l’étage supérieur de l’un des bâtiments, lorsque les flammes l’ont pris au piège. Les observateurs s’étonnent du fait de la rapidité du feu pour atteindre cet endroit-là, haut perché de sa maison. Personne n’a donc pu secourir cet homme âgé au moment de l’alerte. Effectivement, il y avait d’autres personnes présentes à l’intérieur de ces bâtiments au moment du drame. Mais elles ont pu se sauver à temps lorsque le sinistre a éclaté.Quant aux dégâts, ils sont particulièrement lourds. Les flammes ont complètement ravagé les salles de classe situées au rez-de-chaussée de l’un des bâtiments touchés.  De même, la cabane accolée à cette construction était réduite en cendres. Enfin, l’autre construction en dur semble être mieux épargnée. Les dégâts observés sur les lieux, semblent être plutôt minimes eu égard à l’ampleur apparente des flammes.Cependant, les secours ont été assez rapides. Quelques minutes à peine après l’alerte, les fourgons-pompes des sapeurs-pompiers, au nombre de cinq, ont déjà pointé sur place. Malheureusement, ces derniers ont dû se heurter à un problème d’un tout autre ordre. Ils ont éprouvé le plus grand mal à se frayer un passage dans le secteur, exiguïté du chemin conduisant vers l’endroit du sinistre oblige ! Pour l’heure, l’origine du drame n’a pas été encore élucidée. Toutefois, des bruits circulent comme quoi un court-circuit en serait le responsable. Une thèse qui  - pour le moment - n’a été confirmée, ni infirmée par cette source auprès des pompiers. « Il appartient à la Police de mener une enquête à ce propos. Notre mission se cantonne uniquement à combattre les flammes », précise cette source.  Franck R.

La Vérité0 partages

CIM Ambohidahy - Reprise de la délivrance des cartes biométriques

De nouveau opérationnel. Deux fois interrompues suite aux mesures liées à l’urgence sanitaire, les activités auprès du Centre immatriculateur de Madagascar (CIM), sis Ambohidahy et son annexe située à l’Alhambra Ankadimbahoaka vont reprendre à partir de ce jour. Selon Rakotonandrasana Velonjara, chef CIM Antananarivo, les opérations auprès dudit centre ont été restructurées d’une  manière à respecter les gestes de barrières sanitaires. D’après ses explications, le Centre immatriculateur annexe sis à Ankadimbahoaka se charge de distribuer les cartes grises prévues être délivrées durant les précédentes périodes de confinement. Les équipes déployées vont également apporter plus d’éclaircissement concernant  les dossiers rejetés. A Ambohidahy, la délivrance des attestations de non-gage, la radiation de gage et quelques documents s’y rapportant demeurent actuellement prioritaires. A cela s’ajoute la délivrance de visa pour la Carte violette et en guise de préparation des dossiers pour les candidats préparant l’examen de conduite au niveau des auto-écoles. « Les activités entreprises auprès du CIM Antananarivo se limitent à ces avancées jusqu’à nouvel ordre. La délivrance de permis de conduire reste ainsi en suspens. Concernant le remplacement gratuit des faux permis de conduire biométriques en vrais, le calendrier a été perturbé par le confinement et l’opération s’est arrêtée à la terminaison 0. Actuellement, le Centre aurait dû être en cours de traitement des permis dont le numéro se termine par 1. Or, compte tenu de cet arrêt du travail, un prolongement de la première vague de livraison va certainement avoir lieu. Les dates seront communiquées ultérieurement », précise ce responsable. Joint au téléphone hier, Dieudonné Razafindrazaka, directeur général de l’HEPHALU Mada, fournisseur en produits biométriques auprès des Centres immatriculateurs à Madagascar, a affirmé que dans les autres provinces, le service minimum - tout en respectant les mesures sanitaires - a été toujours maintenu, à l’exception d’Antananarivo et de Toamasina. Par contre, cette dernière zone vient de rouvrir son centre après l’annonce des nouvelles mesures liées à la pandémie de coronavirus, il y a environ une semaine. K.R.

Midi Madagasikara0 partages

Dialogue politique UE – Madagascar : Discussions autour de la gestion du COVID-19, lutte contre la corrup...

 » Le huitième dialogue politique entre Madagascar et l’Union Européenne reflète la solidité d’un partenariat mature, engagé et loyal, particulièrement important dans le contexte de la pandémie.

L’Union Européenne a renouvelé son soutien et son assistance à la démocratie et au développement socio-économique de Madagascar et de sa population « . C’est ce qu’affirme le communiqué conjoint relatif à la rencontre entre l’Union Européenne et le Gouvernement Malagasy qui s’est déroulée vendredi dernier au Palais d’Etat d’Iavoloha. Une occasion pour les deux parties de faire le tour d’horizon de la coopération. Actuellement, la relation UE – Madagascar est au beau fixe. Force est de noter que dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, l’Union Européenne a déjà mobilisé et / ou réorienté près de 40 millions d’Euros pour aider la Grande île à faire face à la crise. En effet, l’action de riposte de Madagascar face au COVID-19 était au centre des discussions. L’Union Européenne a notamment demandé des éléments d’éclaircissement sur le Plan Multisectoriel d’Urgence et le Plan de relance économique post-COVID initiés par le Gouvernement. Les pays européens ont réaffirmé leur disponibilité à soutenir Madagascar dans la mise en œuvre de ces plans. Par rapport à cette crise sanitaire, l’UE encourage le Gouvernement malagasy à orienter ses efforts de relance économique vers des investissements verts qui sont essentiels pour renforcer la résilience future, pendant et après la pandémie. La  » Team Europe  » recommande en effet la mise en œuvre effective des mesures prévues en termes de pilotage, de revue et de contrôle.  » Ce sont des éléments-clés pour renforcer la confiance dans la bonne gestion des fonds dont bénéficie Madagascar dans la lutte contre la pandémie « , selon l’UE.

 

Plaidoyer. Ce dialogue politique était surtout une occasion d’engager des discussions sur les grands programmes de réformes initiés par l’Etat Malagasy, à savoir la Gouvernance, la Sécurité, les Droits de l’Homme, et la situation économique. Le Gouvernement a notamment présenté un plaidoyer concernant les activités liées à la lutte contre la corruption, notamment à travers la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de lutte contre la corruption, et les succès obtenus dans l’amélioration de la gestion des marchés publics. L’Union européenne a exprimé sa volonté de continuer à soutenir le gouvernement dans ce domaine. A ce sujet, les deux parties ont discuté de la récente proposition de réforme des Pôles Anti-Corruption (PAC) qui a provoqué des polémiques au niveau des acteurs concernés. En outre, ayant contribué pleinement à l’organisation des dernières élections à Madagascar, l’Union européenne a fait part de son souhait d’effectuer une mission de suivi après la mission d’observation électorale qu’elle a déployée lors des élections présidentielles de 2018 et les recommandations de cette mission pour la consolidation des acquis et l’amélioration de la gouvernance électorale.

 

Gestion plus durable. En ce qui concerne la lutte contre l’insécurité, l’UE affiche un satisfecit par rapport aux réformes engagées dans ce sens et encourage la mise en œuvre de la restructuration de l’Armée. Même remarque concernant la question environnementale.  » L’Union européenne a salué la volonté de Madagascar à s’engager vers une gestion plus durable pour (re)faire du pays une île verte, en ce qui concerne les ressources naturelles, notamment ses objectifs ambitieux de reboisement « . Toutefois, l’UE a exprimé sa préoccupation sur la situation actuelle du secteur, fortement aggravée par la pandémie de COVID-19, et a de ce fait encouragé le pays à prendre des engagements forts dans ce secteur et à les concrétiser de façon visible. L’UE qui s’est engagée dans un agenda ambitieux pour l’environnement et le changement climatique avec le Pacte Vert, a offert son plein soutien.

Examen périodique. Pour ce qui est des Droits de l’Homme, l’Union européenne a félicité le Gouvernement malagasy d’avoir accepté les recommandations formulées lors de l’examen périodique universel, en novembre 2019, et a encouragé Madagascar à saisir cette opportunité pour assurer un progrès concret avant le prochain examen de 2024. L’UE a d’ailleurs exprimé sa volonté d’accompagner Madagascar dans ce travail.

La partie malagasy a informé les partenaires européens que Madagascar déploie ses efforts pour la promotion de la liberté d’expression, mais a souligné qu’il est utile de rappeler les dispositions réglementaires particulières en vigueur au pays durant l’État d’urgence. C’est dans ce cadre que les restrictions en temps de crise et de situation d’urgence s’appliquent tout en respectant les dispositions légales ainsi que les critères de légitimité et les mesures prises dans le respect des Droits de l’Homme tels que prévus par les règles internationales applicables. Lors de la rencontre, l’Union européenne a aussi salué et encouragé le Gouvernement à continuer à s’engager sur l’avant-projet de loi sur l’accès à l’information, garanti par la Déclaration universelle des droits de l’Homme et inscrit dans la Constitution de Madagascar. En quelque sorte, l’Union européenne interpelle le Gouvernement malagasy sur les questions de la liberté d’expression, les Droits de l’Homme et l’accès à l’information.

Davis R.

Midi Madagasikara0 partages

Antsobolo : Un homme trouvé mort par strangulation sur le bord de la rue

Hier vers midi, des photos du corps inanimé d’un homme, au pied d’un arbre bordant la nouvelle rue reliant Ambatomaro à Alasora au niveau du quartier d’Antsobolo, circulaient sur le mur d’un facebooker. Cette publication rapporte que cet homme se serait suicidé. Il se serait étranglé par les lacets de ses chaussures et sa ceinture. Ce qui est étonnant, dans cette publication, c’est de constater que le reporter n’a donné aucune information sur la victime ainsi que sur les circonstances de cette découverte macabre. Il n’a, également, pas mentionné les autorités qui devraient être alertées pour ce genre de fait. Contactés par notre Rédaction hier dans l’après-midi, la gendarmerie (Section de recherche criminelle Fiadanana, Brigade et compagnie Tana ville) et la police nationale (Commissariat du IIIe Arrondissement de la Sécurité publique à Antaninandro, Brigade criminelle Anosy, Commissariat de la Sécurité publique Alasora) ainsi que les sapeurs-pompiers de Tsaralalàna ont affirmé ne pas être saisis de cette affaire. On attend alors la suite. S’agit-il vraiment d’un suicide ou d’un meurtre ? Laissons l’enquête répondre à cette question.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Sécurité des denrées alimentaires : Contrôle inopiné des gargotes à Ampefiloha

(Photo : Ministère de la Santé publique)

Après la publication par le ministère de la Santé publique d’un nouveau plan stratégique pour garantir la sécurité des denrées alimentaires à Madagascar, les inspecteurs de l’ACSQDA (Agence de Contrôle Sanitaire des Qualités des Denrées Alimentaires), les agents du service d’hygiène de la BMH (Bureau municipal de l’hygiène), et la police municipale ont fait une descente surprise dans les gargotes du côté du lycée moderne Ampefiloha (LMA) le 14 août 2020. L’objet de ce contrôle était de vérifier la qualité des produits alimentaires proposés, de faire un point sur la propreté des lieux et des ustensiles utilisés. Comme ces restaurants sont très fréquentés, il semblait important pour les autorités de procéder à un contrôle afin d’éviter que les consommateurs y contractent des toxi-infections alimentaires.

Après enquête, les inspecteurs ont déclaré qu’une partie des établissements respectent les consignes de propreté et une autre partie semble imperméable aux indications des autorités. De ce fait, quelques gargotiers ont été sanctionnés. A noter que chaque année, les inspecteurs de l’ACSQDA procéderaient à un contrôle de ce type d’établissement. Pour cette année 2020, 197 entreprises alimentaires ont été contrôlées dans tout Madagascar. Et si l’on se fie au plan stratégique national sur la sécurité sanitaire des denrées alimentaires, cette campagne va encore se durcir durant les prochains mois, surtout à Antananarivo où les gargotes et les restaurants pullulent. En effet, comme dans la plupart des grandes villes du monde, les services de restauration sont toujours très intenses en raison de la forte demande.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Danse : In–Out Dance Festival 2021 lance un appel à candidature

Le continent africain brille de mille danses avec « In–Out Dance Festival »

L’« In–Out Dance Festival 2021 » a lancé un appel à candidature à tous les « chorégraphes professionnels ou compagnies de danse professionnelle du monde entier ». La date limite est fixée au 30 septembre 2020, à 23h59. L’objectif est de proposer une ou plusieurs pièces chorégraphiques destinées à être dansées dans un espace public. D’ailleurs, depuis sa création, le festival se tient toujours dans un espace public.

« Créé à Bobo–Dioulasso, par la compagnie Tamadia en 2014, In–Out Dance Festival s’est ensuite étendu dans cinq villes du Burkina Faso et rassemble chaque année environ 80 000 acteurs et spectateurs. Avec l’objectif de démocratiser la danse, de la rendre accessible à un large public, les compagnies viennent des quatre coins du monde – Bénin, Mali, Sénégal, Indonésie, Etats–Unis, Mexique, Corée du Sud, Chine, Taiwan, France… ».

Pour pouvoir postuler, les artistes chorégraphes doivent proposer une œuvre de vingt minutes, au minimum, datée de moins de deux ans. Entre autres, elle doit être présentable dans des lieux comme les prisons, les camps militaires, en extérieur, etc. Selon les organisateurs, « les compagnies portées par des femmes sont encouragées », tout comme les compagnies qui bénéficient de bourses de mobilité internationale.

En 2019, le thème du festival était « Danser pour exister ». En 2020 le thème était « Affronter ses peurs ». L’année prochaine, le thème sera « (Re)inventé ». Il sera ainsi décentralisé sur des villes comme Bama, Banfora, Orodara, Hondé, etc. Pour celles ou ceux qui voudraient tenter leur chance, toutes les informations sont disponibles sur leur site web ou sur leur page « facebook ».

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Football – Ambatondrazaka : Le stade Rasolonjatovo presque prêt

Les férus de football à Ambatondrazaka poussent un soupir de soulagement après la pose de la pelouse synthétique au stade Rasolonjatovo. Ayant fait l’objet de sarcasmes de la part notamment de certains, l’Etat a fini par couper court à toutes les rumeurs en décidant d’accélérer les travaux. Il ne reste plus qu’à finir les travaux des tribunes pour faire de ce stade un des plus beaux de cette région connue pour sa passion pour le football. Outre le mythique Voromaherin’Alaotra qui a enfanté Sese aujourd’hui cadre à la Réunion, sans oublier le latéral des Scorpions, Tigana, on citera également les gars d’Amparafa avec des joueurs qui sont passés en équipe nationale dont Tanjona ou encore Besna, l’attaquant de Fosa Juniors. On citera aussi Datsiry, le tour défensif de l’AS Adema. C’est dire qu’Ambatondrazaka regorge de joueurs de talent et que l’avenir reste très prometteur avec ce stade Rasolonjatovo remis au goût du jour.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

LFR 2020 : Un budget rectificatif basé sur une planification pluriannuelle

Anticiper la politique budgétaire pour la relance post-pandémie. C’est l’un des objectifs de la loi de finances rectificative 2020. Il s’agit en somme d’un budget à la fois destiné à parer aux urgences sanitaires et à se préparer pour la relance économique. Un budget rectificatif qui se distingue car il est le premier à être basé sur une planification pluriannuelle.

 

Pour répondre aux conséquences de la pandémie sur la société, les actions continuent à travers, par exemple, des dotations en équipements de soin contre la Covid-19, ou encore des distributions gratuites de vivres pour les plus démunis.

 

13 velirano

 

L’opération actuellement en cours, en l’occurrence l’avance octroyée aux agents du secteur privé via la CNaPS, témoigne de cette volonté du gouvernement de préserver la population d’une crise sociale sans précédent. En résumé, tout en attendant la victoire finale contre la Covid-19, les autorités continuent de s’atteler aux efforts pour la relance économique, et ce à travers les investissements socioéconomiques prévus par les 13 velirano du président de la République. « Dans le secteur social, la résilience de la population sera renforcée via des programmes à caractère humanitaire, telles que le ravitaillement des points de vente de produits subventionnés (Tsena mora), la mise en œuvre des transferts monétaires inconditionnels (Tosika fameno), des travaux HIMO et Argent-Contre Travail, la mise en place des comités « Loharano », l’allocation de primes pour les personnels soignants, la réhabilitation des systèmes de captage, de traitement et de distribution d’eau, la dotation aux ménages vulnérables de kits de désinfection, etc. Cette LFR soutiendra par ailleurs la mise en place des restaurants sociaux dénommés « Kaly Tsinjo » consistant à la distribution gratuite de repas en faveurs des plus vulnérables de quelques districts. La distribution à grande échelle de manuels scolaires (classes T1, T5, T9 et Terminale), sandales spéciales, kits, tabliers et tablettes sera également effectuée ».

 

Infrastructures sociales

 

De plus, le Gouvernement poursuivra ses efforts en matière d’infrastructures sociales en priorisant la construction et l’équipement de centres hospitaliers, de centres de santé de base, de bâtiments et complexes sportifs, de campus universitaires, d’établissements scolaires, etc. Une grande importance a été portée sur la répartition équitable de ces installations au niveau des districts et des communes. Afin de solutionner le déficit en matière d’éducation, suivant les engagements de l’Etat, et en supplément aux objectifs fixés avec la Banque Mondiale ainsi qu’aux quotas propres aux gouvernorats, 476 salles de classe d’EPP réparties sur les 119 districts seront construites via cette LFR 2020. De même, la construction de 30 nouveaux EPP, 8 CEG, 6 lycées « manara-penitra » est prévue, ramenant le total des salles de classe au nombre de 1 100, supportées par ce budget. De plus, plusieurs dispositions innovantes seront entreprises au niveau du secteur de l’éducation afin d’alléger les charges des parents d’élèves et de garantir le fonctionnement des établissements scolaires, même dans les zones les plus reculées. Pour la santé publique, 10 centres hospitaliers « manara-penitra » seront achevés dès cette année, outre les nouveaux CSB et les autres réalisations telles que les rénovations et les extensions opportunes. Leurs équipements sont prévus dans la présente LFR, dont l’installation de système d’alimentation en énergie solaire afin de promouvoir l’utilisation des énergies vertes.

 

Développement régional

 

Ce budget d’anticipation se caractérise par ailleurs par une priorisation du développement régional. « En matière de décentralisation, chaque région sera dotée des moyens nécessaires à la construction de routes pavées, de marchés et de salles de classe. Chaque région sera également dotée de lots d’engins de travaux publics, pour prendre en main la réhabilitation des routes dans son ressort territorial. En ce qui concerne la modernisation « manara-penitra » des communes, 30 communes rurales ainsi que 20 communes urbaines bénéficieront de ce projet dans un premier temps pour cette année ». En tout cas, même si on ne peut pas encore s’attendre à un miracle, ce budget rectificatif peut être considéré comme un point de départ vers l’émergence de Madagascar. Dans une récente présentation faite par le ministre de l’Economie et des Finances, cette LFR constitue une véritable planification pluriannuelle pour Madagascar. « Grâce au renforcement de la qualité des investissements publics, à une meilleure répartition spéciale, à une solide programmation pluriannuelle des dépenses, l’Etat a décidé de lancer un vaste chantier national de construction d’écoles, d’universités, d’hôpitaux, de barrages hydroélectriques, de routes, d’usines, sans oublier les infrastructures sécuritaires. Le budget rectificatif 2020 est le premier à se baser sur une véritable planification pluriannuelle à Madagascar. Il accorde une importance particulière au développement équitable en ne laissant aucun district de côté dans la mise en place d’infrastructures de développement. Il est également le premier à mettre en place les bases d’une croissance inclusive en déconcentrant les investissements publics et en donnant la possibilité aux entreprises locales de participer à la construction des ouvrages », selon cette présentation du ministre, Richard Randriamandranto.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

On l’appelait «Ephémère »

C’était un horloger installé précairement à l’angle de l’avenue de Mahabibo, à Majunga, dans le début des années 70, en permanence, du matin au soir. Les moins jeunes ricaneront peut-être, mais on peut dire qu’en ce temps–là c’était un savant. Il détenait le savoir-faire des nouvelles technologiques, tels les fervents informaticiens actuels. Il bichonnait et entretenait les montres de grandes marques de l’époque. Il connaissait tous les secrets et mécanismes des Lip, Omega, Thalès et autres… Il faut dire qu’en ces temps-là, les montres étaient des bijoux, au même titre que les colliers ou les bracelets de valeur. Elles duraient toute une vie, ou même plusieurs puisqu’on se les léguait de grand-père au père et puis au petit-fils. Bref, elles traversaient les générations et on était fier de montrer « l’héritage ».

Puis sont venues ces bidules qu’on appelle montres à quartz, ou montres électroniques, qui coûtent trois fois, rien et qu’on porte le temps d’une tendance ou d’une mode. Pour vivre, il fallait bien qu’il les répare. Réparation qui ne consistait, en réalité, qu’à changer les piles.

Mais il ronchonnait à longueur de journée « Que sont ces pacotilles éphémères ? », mot que peu d’individus connaissaient, tant et si bien que les gens de cette ville, habitués aux « kalizy » (palabres), finirent par le surnommer Ephémère. Ces objets brillants sans valeur, il ne les aimait pas, ce n’était pas des bijoux. Lui chérissait les beaux cadrans qu’on montrait fièrement et qu’on nettoyait (soufflage) régulièrement chez Monsieur l’horloger.

En fait, Éphémère avait raison. Ces téléviseurs LED, ces téléphones portables et autres commodités d’aujourd’hui que nous colportons un temps seulement, parce que fragiles et vite devenus obsolètes, sont aussi éphémères. Quand ils sont hors d’usage, égarés ou démodés, nous n’en sommes pas affectés le moins du monde, parce qu’ils sont sans âme, parce qu’éphémères. Il est loin le temps où le poète clamait : « Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? »

M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 6 décès, 184 nouveaux cas et 413 guérisons durant le week-end

2 décès, 81 nouveaux cas et 221 guérisons ont été rapportés le samedi 15 août par le Pr Vololontiana Hanta, tandis que 4 décès de plus, 103 nouveaux cas, 192 guérisons ont été signalés, hier dimanche, soit un total de 6 décès, 184 nouveaux cas et 413 guérisons durant les dernières 48h.

Les 4 derniers décès ont été annoncés hier dimanche, dont 3 sont survenus à Analamanga et 1 à Antsiranana, dans la région DIANA. Ces derniers décès portent à 170 le nombre actuel de décès liés au coronavirus, enregistrés depuis le début de l’épidémie. La journée d’hier, 16 août 2020, a également vu 103 nouveaux cas relevés parmi 826 tests dont 762 PCR et 64 tests geneXpert réalisés dans diverses régions de l’île. Ces nouveaux cas d’hier sont localisés comme suit : Analamanga 69 ; Itasy : 1 (Miarinarivo) ; Amoron’i Mania 4 (Ambositra) ; Alaotra Mangoro 12 dont 7 à Ambatondrazaka et 5 à Moramanga ; Betsiboka 3 (Maevatanana) ; DIANA 1 (Antsiranana) ; Menabe 12, dont 11 à Morondava et 1 à Miandrivazo ; Anosy 1 (Tolagnaro).

Cas actifs et formes graves. Les formes graves sont au nombre de 93 actuellement, dont 64 à Analamanga, pris en charge dans divers hôpitaux et centres de traitement Covid-19 (CTC-19) de la région : HJRB 30 ; HJRA 9 ; Anosiala 6 ;  CHU Andohatapenaka 8 ;  CTC-19 Mahamasina 9 ;  hôpital militaire 1 ; CHU Fenoarivo 1. Le reste des formes graves sont localisées dans d’autres régions : Vakinankaratra 5 (tous à Antsirabe) ; Haute Matsiatra 16 (tous au CHU Andrainjato Fianarantsoa); Atsimo-Andrefana 3 (tous à Toliara) et Boeny 5. Rappelons que le nombre de cas actifs dans le pays, au jour du dimanche 16 août, est de 1233 (incluant les formes graves), soit 93 de moins que la veille.

 Guérisons. Quant aux guérisons, elles sont au nombre de 192 pour la journée d’hier, et sont localisées somme suit : Analamanga 165 ; Alaotra Mangoro 6 (tous à Moramanga) ; Boeny 12 ; Betsiboka 1 ; DIANA 1; Anosy 2 et Atsimo-Andrefana 5. Ces dernières guérisons annoncées hier, portent à  12.424 le nombre de personnes ayant déjà vaincu le coronavirus à Madagascar parmi les 13.827 cas confirmés positifs depuis le début de l’épidémie. A noter que le total des tests réalisés dans le pays est de 56.853 dont 52.321 tests PCR et 4.532 tests geneXpert.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Voatery nanapoaka basy ny polisy nisambotra jiolahy

Nisavoritaka ny teny amoron-dranomasina ny 15 aogositra tokony ho tramin’ny 11 ora antoandro  noho ny poa-basy izay nanakoako teny an-toerana. Izany dia nitranga satria  tsy maintsy nanapoaka basy ireo polisy avy ao amin’ny « commissariat central » Toliara raha nanenjika jiolahy teny an-toerana. Io andro io dia nahazo loharanom-baovao ny polisy tao an-toerana ny amin’ny fisiana olona mampiahiahy tsy fantam-pihaviana, teo amin’ny manodidina ny moron-dranomasina Amorondriake. Nidina teny an-toerana avy hatrany ireo mpitandro filaminana ka nahatsikaritra lehilahy  telo nampiahiahy izay nandositra avy hatrany vao nahita ireo Polisy. Nitsoaka nihazo ny ala honko izy telo lahy ireo. Niezaka nanenjika ireo Polisy, saingy nanohy ny diany ihany ireo telo lahy ireo. Tsy maintsy nanapoaka basy ary ireo polisy mba hampitahorana azy ireo ka hijanona, saingy tsy namokatra izany.  Nandritra ny fifanenjehana teo amin’ny roa tonta dia tsikaritr’ireo Polisy fa nisy basy vita gasy iray latsaka avy amin’ny iray tamin’ireo olon-dratsy ireo ka nogiazana avy hatrany izany. Ireto farany izay tsy tratra fa tafaporitsaka. Nanokatra fanadihadiana avy hatrany ny Polisy nanoloana ny raharaha mba hahafahana mitady ireo telo lahy nandositra ireo. Marihina moa, fa tsy nisy aina nafoy na naratra nandritra izany fanenjehana izany.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

ES-DES : Vers la digitalisation de la formation

Hanitriniaina Eléa Chilo, la directrice de l’ES-DES prône la digitalisation de la formation afin de suivre l’évolution technologique dans le monde. (ESDS)

L’Ecole Supérieure de Développement Économique et Social (ES-DES), mise en place par l’ONG ACDM (Actions concrètes pour le Développement de Madagascar), se veut être en phase avec l’évolution technologique.

En effet, après la vulgarisation de la formation en ligne suite à la demande des étudiants surtout dans les régions, cette école supérieure se lance actuellement vers la digitalisation de sa formation.  « Des innovations technologiques seront ainsi apportées dans notre approche pédagogique, et ce, à compter de la prochaine reprise de l’enseignement après le confinement. Dès lors, nous avons organisé diverses réunions entre la direction et les membres de l’équipe pédagogique de l’ES-DES durant ces cinq mois de suspension des cours  suite à cette crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19.  Nous avons misé sur les projets d’amélioration des modules de formation après cette crise sanitaire », a évoqué Hanitriniaina Eléa Chilo, la directrice de cette école supérieure de développement lors de sa rencontre avec la presse vendredi dernier à son siège à Behoririka.

Outils pédagogiques digitalisés. Rappelons que l’ES-DES se démarque par son système de formation orienté principalement vers le développement. Autrement dit, elle forme notamment des étudiants pour que ceux-ci puissent créer leurs propres entreprises ou monter leurs propres projets de développement.  Dans le cadre de cette amélioration de l’approche pédagogique basée sur des innovations technologiques, cette Ecole supérieure de développement va investir en matière d’outils pédagogiques digitalisés, ainsi que dans la formation du capital humain. Plus concrètement, « nous allons prodiguer des formations en salle via la projection des cours sur un écran géant. Tous les exercices se feront entre-temps sur ordinateur.  Les enseignants peuvent toujours assister les étudiants durant la formation. Certes, nous utilisons déjà des logiciels dans le cadre des exercices pratiques comme la comptabilité ou la mathématique appliquée, mais cette digitalisation de la formation nécessite encore une préparation psychologique pour les étudiants. C’est pourquoi, nous allons y procéder de manière progressive », a fait remarquer Tantely Ratsimbazafy, membre de l’équipe pédagogique au sein de l’ES-DES.

Session de réintégration des étudiants. Parlant des conséquences du covid-19 sur l’enseignement, la directrice de cette école supérieure de développement économique et social tient à rassurer les étudiants qu’il n’y aura pas d’année blanche pour cette année universitaire. D’autant plus, « nous n’avons pas suspendu les cours durant ces cinq mois de confinement. Les professeurs ont toujours été en contact avec leurs étudiants via une formation en ligne. En revanche, des sessions de réintégration et une remise à niveau des étudiants seront organisées avant d’entamer les examens officiels, et ce, une fois que les cours pourront reprendre à la normale », a-t-elle soulevé. Par ailleurs, « des diplômes de DTS seront délivrés aux étudiants ayant terminé deux années de formation si jamais ceux-ci ne pourront plus poursuivre leurs études compte tenu de la conjoncture actuelle. Ce seront des techniciens supérieurs qui auront la qualification professionnelle répondant aux exigences des entreprises. A titre d’illustration, ils pourront être un assistant en Ressources Humaines, un assistant comptable, un agent de crédit ou un commercial de banque, ou un technicien agricole ou bien un assistant social pouvant travailler dans des hôpitaux ou centres de réinsertion sociale », a fait savoir Tantely Ratsimbazafy, membre de l’équipe pédagogique de cette école supérieure de développement.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Orange Pro League : Arrêt définitif de la saison 2019-2020

Lors de la réunion de la CFEM ce samedi.

Il n’y aura plus de 16e journée pour l’Orange Pro League. Le championnat de première division de football malagasy s’est arrêté définitivement. Le contexte actuel n’a pas permis aux CFEM d’avoir une visibilité sur sa poursuite.

C’est terminé. L’association des Clubs de Football Elite de Madagascar (CFEM) a annoncé, par le biais d’un communiqué que le championnat de première division de football à Madagascar ou « Orange Pro League » s’achèv là, que la saison 2019-2020 s’est arrêtée à la 15e journée qui a eu lieu en mars, avant l’apparition du Covid-19 à Madagascar. Les membres avaient effectué une réunion à Andraharo ce samedi.

En effet, plusieurs points ont été discutés durant ce rendez-vous. Et après avoir évalué l’environnement actuel du football local et leurs propres situations sous l’effet de la suspension des activités sportives due à la pandémie de Covid-19, le CFEM était obligé de prendre cette décision. L’association a soulevé les quatre raisons de cet arrêt définitif. « La CFEM n’a pas de visibilité jusqu’ à ce jour concernant une éventuelle date pour la reprise des activités sportives sur le territoire malagasy. Elle n’a pas de visibilité à ce jour sur le calendrier et les dates officielles d’engagement et de retour de compétitions de la Confédération Africaine de Football. Sur le plan sportif, le temps imparti pour organiser un retour sur terrain ne permet pas aux clubs d’Orange Pro League de revenir à un niveau compétitif. Sur le plan financier, les clubs d’Orange Pro League sont sérieusement en difficulté ; les charges de fonctionnement (salaires, indemnités des joueurs et du staff etc.) ont dû être honorées même durant l’arrêt des activités et l’absence de matchs à organiser équivalant à un manque à gagner », peut-on lire dans la communiqué.

Aucun champion

Suite à cette décision, aucune équipe n’a pu être déclarée championne sur les douze clubs en lice. Pourtant, un ou plusieurs clubs représentant Madagascar devraient participer à la prochaine campagne de la compétition interclubs de la Confédération Africaine de Football (CAF). Mais comme la pandémie de Covid-19 a sérieusement impacté le volet financier et sportif des clubs des CFEM, l’association a indiqué que, pour le moment, elle n’est pas en mesure d’en nommer aucune. Elle a précisé que « Néanmoins, si la Fédération Malagasy de Football (FMF) entend désigner un ou des clubs au sein de l’association, elle estime qu’une concertation devrait avoir lieu entre les parties concernées ».

Par ailleurs, la CFEM doit se préparer pour la nouvelle saison. De ce fait, un tournoi de pré-saison est envisagé avant la première journée de la prochaine saison d’Orange Pro League. Au début de la saison 2020-2021, il faudra prendre en considération les mesures prises sur le territoire national par rapport à la pandémie, mais également les clubs concernés. Mais compte tenu de la situation des clubs et de la CFEM, l’organisation de la saison prochaine est tributaire de l’aide financière de la FMF et des subventions des instances internationales de football (FIFA, CAF). Ainsi, une réunion avec la FMF est également sollicitée par la CFEM pour collaborer sur l’application de la Licence des clubs, obligatoire pour évoluer dans la compétition à partir de la prochaine saison. L’Assemblée générale 2020 de l’association est prévue pour le samedi 31 octobre.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Histoire : Ambiance politique à Befandriana-Nord après la Seconde Guerre mondiale

Philibert Tsiranana était considéré comme l’homme fort de la première République était la fierté de la région Sofia.

Dans la société Tsimihety, les sojabe disposent un pouvoir important. La prise des décisions restent à leurs mains et aux hommes. Les colonisateurs s’appuient avec l’organisation traditionnelle pour faire passer les ordres. La colonisation provoque un grand changement dans cette société. La Seconde Guerre mondiale marque un grand tournant dans la vie politique malagasy. La liberté démocratique s’ouvre aux colonies et ces dernières disposent des représentants au niveau de l’Assemblée nationale française en 1945. Le gouvernement provisoire dirigé par De Gaulle est formé en France et appelle les Français et les colonies à élire leur représentant au Palais Bourbon en octobre 1945.

A Madagascar, le vote est encore réservé à une catégorie restreinte de la population. Le pays doit envoyer quatre députés, deux français et deux Malagasy. Entre novembre 1945 et 1946, Raseta Joseph est élu député sur le plan national. Toutefois, la tendance de vote dans le district de Befandriana-nord bascule vers les candidats Tsimihety. Le vote régional domine l’échiquier politique de cette localité jusqu’en juin 1946. Les manœuvres de l’administration continue pour faire passer les candidats du PADESM. La province est dotée d’une assemblée et dispose de plusieurs circonscriptions. Les arrestations à la veille des élections provinciales orientent les résultats des élections. En effet, les candidats du PADESM sont élus dans la circonscription de Befandriana. Le parti a remporté la majorité des sièges au niveau de l’assemblée provinciale de Majunga. Le nationalisme n’arrive plus à renforcer son influence dans ce district.

L’indépendance préoccupe les nationalistes, et les membres du PADESM s’intéressent également à l’indépendance de Madagascar mais de façon progressive. Menacée par la montée du mouvement nationaliste, l’administration coloniale fait tout pour barrer la montée de la route au nationalisme. Pour masquer ses manœuvres, elle élargit le corps électoral, qui profite à l’administration. Le MDRM fondé en février 1946 et le PADESM en juillet de la même année. Le PADESM est le premier adversaire politique des nationalistes. Ce parti mène des propagandes à base régionaliste. Le PADESM connaît une grande défaite aux élections en général causée par l’insuffisance des préparations techniques, politiques et l’inexpérience des dirigeants. Le PADESM est devenu le seul parti du pays, il remporte toutes les élections partielles et générales aux assemblées. A partir de ce moment- là, le parti domine l’échiquier politique malagasy. L’insurrection du 29 mars 1947 entraîne des conséquences, plusieurs personnes sont arrêtées malgré la non participation de la population de Befandriana-nord. Les victimes sont des nationalistes et des protestataires. En effet, le parti PADESM n’a plus d’adversaire potentiel et il devient le premier parti de Madagascar. L’adhésion dans ce parti est l’un des moyens pour participer à la vie politique dans ce district. Et plus tard après l’éclatement du PADESM, PSD son héritier domine la politique malagasy et de l’AKFM. Toutefois, le PSD reçoit une large audience à Befandriana-nord et ses environs. La liberté de vote est remise en cause après l’insurrection. Les résultats électoraux nous montrent toujours le succès des candidats de l’administration dans cette région.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Il était temps…

Enfin le bout du tunnel pour les transporteurs des lignes nationales, régionales et suburbaines ? En tout cas les réunions auxquelles l’ATT convie les transporteurs en activité dans ces trois secteurs, mercredi et jeudi prochains, pourraient dessiner les contours d’une prochaine reprise des activités.

Il était temps…

Pour les transporteurs, il était temps ! Ou plutôt, il EST temps pour eux de retrouver enfin les routes nationales et celles des périphéries. Il est temps pour eux de récolter enfin quelques recettes pour renflouer des caisses restées vides pendant cinq mois. Il est temps pour eux, ainsi que leurs chauffeurs, de retrouver ces chers voyageurs et passagers – ou plutôt, leurs « frais », comprenez le coût des billets ou tickets de transport – qui leur ont tant manqué ! Il est temps pour eux de recevoir à nouveau ces montagnes de colis – et encore une fois, leurs « frais », cette fois indiquant les commissions pour leur envoi  –  à expédier vers d’Antananarivo vers les provinces ou dans le sens inverse.

Mais il est temps aussi pour les voyageurs bloqués à Antananarivo, comme dans les régions, de rejoindre enfin leur lieu de résidence. Temps pour les uns et les autres de circuler enfin librement, ou presque. Mais à quel prix ? Car dans d’autres pays, et pas loin de chez nous, le déconfinement a déjà enregistré quelques couacs avec le retour du Covid-19 via quelques clusters comptant plusieurs centaines de nouveaux cas. Cette éventualité est à considérer au plus haut point.

De leur côté, les usagers estiment peut-être qu’il est également temps pour eux de retrouver enfin la liberté de se mouvoir et de voyager dans de bonnes conditions et sans danger. Temps pour eux de ne plus avoir à voyager dans des véhicules défaillants, ou croulant sous 1,5m de bagages sur les porte-bagages. Temps pour eux de ne plus avoir à subir les hausses intempestives des « frais » pendant les périodes des fêtes ou des vacances. Temps pour eux de ne plus avoir à subir les indélicatesses et les incivilités des rabatteurs dans les gares routières. Il est donc temps pour ce secteur du transport de voyageurs d’adopter enfin l’approche gagnant-gagnant et mettre l’intérêt des usagers en bonne place car après tout, sans les usagers, point de recettes pour les transporteurs, et sans les transporteurs, les usagers se retrouvent bien dans l’embarras. Quant aux taxi-be, rien ne bouge encore. Pour eux aussi, il est peut-être aussi temps. Mais vu les maux, ou plutôt la gangrène qui ronge ce secteur du transport urbain, on dira simplement que ceci est encore une autre paire de manches !

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Kamiao nirehitra : May tao anatiny ny mpiambina

Natao avokoa ny fomba rehetra nentina namonoana ny afo, saingy nanano sarotra izany. Nahazo vahana izany noho ny rivotra izay nifofofofo. Poa toa izay, dia kila tanteraka ilay kamiao ary may tao anatiny ny lehilahy iray. Io farany dia sady mpamily mpanampy no mpiambina ilay kamiao koa. Izany hoe ao izy no matory isan’alina. Raha ny siosion-dresaka izay mandeha, dia odimoka izay nampirehetina tao anatin’ilay fiara no nitarika ny firehetana. Ny fanadihadiana no hamaritra ny mety ho fahamarinan’izay na tsia. Ny solika mavesatra toy ny « gas oil » rahateo dia tsy mirehitra amin’ny afo amin’ny ankapobeny raha tsy hoe nisy entana hafa na rano/entana mety mirehitra tao anatin’ny fiara. Tao amin’ny fokontany Ambohimitsinjo, ao Antsiranana voalohany no nitranga ny loza; izay nitarika fahafatesan’olona iray. Izany dia vao maraimbe, manodidina ny amin’ny roa ora sy sasany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Deux bandits coupeurs de route sur la RN7 arrêtés par la Police

Mercredi dernier, deux bandits reconnus comme étant des coupeurs de route sur la RN7 ont été appréhendés par des éléments de la Force d’intervention de la Police (FIP) de Toliara. Les policiers sont parvenus à ce résultat grâce à des renseignements reçus qui les ont prévenu de de la présence de ces individus sur la RN7, du côté d’Andatabo, une commune située à l’entrée de la ville de Toliara. Puisque les suspects sont réputés dangereux, des éléments de force spécialisée ont été dépêchés sur place. Arrêtés sur le champ, les malfrats ont été remis directement à la brigade criminelle de Toliara qui devra se charger de l’enquête. Leur arrestation pourrait constituer une piste pour traquer leurs complices et éradiquer ce type d’acte de banditisme qui terrorise les usagers de cet axe depuis des années.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Jirama : Des postes transformateurs pour 4 quartiers d’Antananarivo

La Jirama poursuit le remplacement des infrastructures vétustes, sur son réseau de distribution d’électricité.

La Jirama poursuit la mise en œuvre des solutions pour lutter contre les coupures d’électricité. Dans le cadre du projet « Une semaine = Un quartier », cette société d’Etat a dépassé ses objectifs fixés. En effet, la semaine dernière, ce sont quatre quartiers de la ville d’Antananarivo et ses environs, qui ont bénéficié de nouveaux postes transformateurs, pour l’amélioration de l’alimentation en électricité. Il s’agit d’Ankaraobato Ankadilalampotsy, Soamanandrariny, Vontovorona et Belanitra. « Les travaux entrent dans le cadre du projet de renforcement des réseaux, « une semaine = un quartier ». D’autres localités classées “rouge écarlate” en terme de coupures vont en bénéficier. En outre, les travaux ont nécessité la suspension de l’alimentation en électricité dans les quartiers cibles. La Jirama présente déjà ses excuses pour le désagrément engendré, et remercie la patience de ses clients », ont déclaré les représentants de la société d’État, dans une communication officielle. Bref, après de nombreuses années de calvaire, les usagers de la Jirama dans la Capitale peuvent enfin espérer une amélioration de la qualité de service, grâce aux nombreux investissements pour la production d’énergie à faible coût, et le remplacement des infrastructures vétustes, sur le réseau de distribution.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Prefektiora Toamasina : Didim-pitondrana ho fampanajana ny « déconfinement »

Tsapa eto Toamasina  taorian’ny fanambaran’ny filoha, fa miditra amin’ny « deconfinement » i Toamasina, dia betsaka ireo nanararaotra izany nanaovana gaboraraka amin’ny fiarovana ny valanaretina Coronavirus. Ny alatsinainy hariva sy ny talata teo ohatra dia raikitra ny fitangoronana sy ny fisotroana zava-pisotro mahamamao teny amoron-dranomasina. Vokatra izany tsy fanajana ny fialana amin’ny fihibohana nolazain’ny filoha ny alahady teo izany, dia namoaka didim-pitondram-paritra laharana 23/20/MID/PREF/TOA ny 10 aogositra teo saingy nampahafantarina ny rehetra ny alarobia teo, ny prefen’i Toamasina Razafiarison Jean Jugus. Ao anatin’ity didim-pitondram-paritra ity izy no milaza ireo tsy azo atao ao anatin’ny fialantsika amin’ny fihibohana izao, saingy mbola ao anatin’ny fahamehana ara-pahasalamana kosa anefa. Eo ny fanajana ireo sakana ara-pahasalamana rehetra tahaky ny fanasana tanana sy ny arotava ary ny fanaovana ny elanelana ; tsy azo atao ny mitangorona mihoatra ny olona 50, ny fitsangantsanganana eny amoron-dranomasina, ary ny fanaovana fifaninana ara-panatanjahantena. Nomarihan’ny prefen’i Toamasina sy ny OMC izay niantso mpanao gazety ny alarobia tolakandro teo, fa mbola mitohy ny « couvre feu » eto Toamasina, ka manomboka amin’ny 10ora alina hatramin’ny 04ora maraina izany. Tsy azo atao ny mivezivezy ao anatin’izany, saingy afaka misokatra kosa ireo fivarotana samihafa hatramin’io amin’ny 10ora alina io. Eo koa ny fisokafan’ny zotra rejioly rehetra mandeha amin’ireo distrika 07 sy ny kaominina manodidina, ka amin’ny 05ora maraina hatramin’ny 07ora hariva ny fisokafan’izany fanaovana zotra rejionaly izany. Voalaza koa fa ny kamiao sy ireo fiara tsotra mitatitra entana rehetra dia olona roa ihany no azony entina. Izay no mahatonga ireo sakana ara-pahasalamana teo aloha ho lasa sakana ara-pitandroana filaminana indray ankehitriny, koa tsy misy intsony ny fakana hafanana amin’ny mpandeha, fa lasa fisavana taksibrosy sy fijerena ireo an-tontan-taratasy ny fiara no atao mandritra izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Isotry : Mpangarom-paosy roa lahy voasambotra teo amin’ny tetezan-dRamala

Manoloana ny firongatry ny harom-paosy sy ny fanendahana eny amin’iny faritra Isotry sy ny manodidina iny amin’izao fotoanan’ny fihibohana izao, dia nametraka fomba fiasa vaovao ny polisy ao amin’ny kaomisaria ny boriborintany fahefatra.  Isan’izany ny fandefasana polisy manao fanamiana sivily manao fisafoana tsy an-kiato eny amin’ireo faritra mafampana amin’ny asan-jiolahy sy be mpandeha ireny. Nahitam-bokany izany omaly Alahady, raha nandalo teny amin’iny tetezan-dRamala iny ireo polisy. Lehilahy roa izay efa fantatra fa mpangarom-paosy eo amin’io toerana io no voasambotra raha izy ireo mbola nihaodihaody nitily izay ho rembiny teny. Rehefa nosavaina izy ireo dia fantatra, fa mbola tsy nahazo na inona inona io tamin’izao tratra izao. Nentina eny amin’ny kaomisaria avy hatrany moa izy ireo hanaovana famotorana ka andrasana ny hanolorana azy ireo eo anatrehan’ny Fampanoavana izay heverina fa hotontosaina anio.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Protection sociale : Défaillance marquée par la crise

Distribution de Vatsy Tsinjo durant la crise de Covid-19.

A l’instar du système de santé publique, le système de protection sociale du pays a été mis à mal par la crise liée au Covid-19.

Des milliers de familles du pays se sont retrouvées du jour au lendemain sans ressource à cause de la crise. Les appels de détresse des familles malagasy en difficulté ont conduit l’Etat à mettre en place un système de protection sociale d’urgence. D’où la mise en place des programmes d’urgence comme le « Tosika Fameno » ou encore les « Vatsy Tsinjo ». Des appuis devant permettre aux milliers de familles « en difficulté » de mieux faire face à la crise liée au Covid-19. Si l’initiative semblait être bien sur le papier, les difficultés liées à sa mise en place témoignent de la défaillance du système de protection sociale malagasy. En effet, il aurait fallu la survenance de la crise pour que l’Etat et ses partenaires techniques pensent à mettre en place, un registre des familles défavorisées du pays en plus de celles mises en place en 2016. La liste de 2016 ayant permis à l’Etat et ses partenaires techniques de mettre en œuvre un programme de protection sociale du pays. Ledit programme, quant à lui, s’est manifesté par des actions de transfert monétaire à l’endroit de milliers de familles qualifiées de « défavorisées » du pays.

Registre. Madagascar dispose d’une politique de protection sociale qui attend juste d’être mise en application. La mise en place d’une liste additionnelle ayant permis de mettre en œuvre le programme de « protection sociale d’urgence » intitulé « Tosika Fameno et Vatsy Tsinjo » en début de crise liée au Covid-19 démontre une faille dans le système de protection sociale dans le pays. Des bénéficiaires ont pu jouir de ces appuis venant de l’Etat, certes, mais il n’en demeure pas moins que des milliers de familles attendent encore plus de lui. Ce qui aurait conduit l’Etat à initier un recensement « d’urgence » en sus de ceux initiés depuis 2016 pour définir « le registre social du pays ». Ledit registre devant être le fruit de la combinaison de la liste de 2016 à celle initiée en temps de crise liée au Covid-19 si l’on se réfère aux explications de la direction générale de la population. Il conviendrait d’apporter quelques explications sur les rôles et attributions du registre social en question. Répertoriant les familles vulnérables du pays, celui-ci correspond à un outil devant permettre à l’Etat de « coordonner les interventions auprès des familles défavorisées du pays » en temps de crise. Ainsi, le registre permet de voir s’il y a des doublons ou non, permet de cibler les zones qui ne bénéficient d’aucune assistance. Le registre social permet donc d’identifier les bénéficiaires éligibles à un programme spécifique de protection sociale. Avec l’existence des résultats préliminaires du recensement général de la population et de l’habitat (RGPH3), la liste de familles vulnérables mise en place depuis 2016 et celle initiée depuis le début de la crise liée au Covid-19, on se demande donc pourquoi les ministres du gouvernement Ntsay ont été contraints de faire le travail des Fokontany, en faisant le recensement des familles vulnérables d’Antananarivo ?

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Miandrivazo : Dahalo 10 maty voatifitra, 11 azo sambo-belona, zandary roa naratra

Nahery vaika ny fifanjevoana, indroa miantoana ny fifandonana teo amin’ireo dahalo am-polony maro miravaka fitaovam-piadiana etsy an-daniny ary ireo zandary avy ao amin’ny vondron-tobim-paritr’i Miandrivazo, nampian’ireo hery vonjy taitra avy aty Antananarivo etsy an-kilany, ny sabotsy lasa teo. Vokany zandary roa no naratra, manamboninahitra nitarika ny iray tamin’izany. Dahalo 10 lahy kosa no tsy afa-manao ny asa ratsiny iny ary 11 hafa azo sambo-belona.

Araka ny fanazavana azo dia taorian’ilay fanafihan-dahalo nitranga tao amin’ny kaominina Ampanihy, distrika Miandrivazo, faritra Menabe, ka nahafaty ny Ben’ny tanana tamin’izany dia nisy avy hatrany fikarohana sy hazahao nataon’ireo zandary. Ny marainan’ny sabotsy lasa teo no nifanehitra tao amin’ny tanana antsoina hoe Beteva, kaominina Ampanihy ny roa tonta. Raikitra tamin’izany ny fifandonana. Manambonihitra Liétna, nitarika ireto mpitandro filaminana ireto no naratra voatifitr’ireo dahalo ary voa teo amin’ny feny. Voatery nentina navoaka sy novonjena haingana ity zandary ity. Ny loza anefa, tsy navelan’ireo dahalo nivoaka mora tamin’izao ny fiara nitondra azy sy zandary hafa nanaraka. Teny an-dalana mantsy dia vitan’ireo andian-dahalo ny nanafika ilay fiara nitondra marary. Vokany zandary iray hafa no naratra voatifitra. Tetsy andanin’izay dia mbola nitohy hatrany ny tifitra variraraka nifamalian’ny roa tonta ka tamin’izany no nahafaty ireo dahalo fololahy. Nahita an’ireo namany nitsipatsipaka tao anaty rà mandriaka sy ireo namany naratra iretsy hafa ka vaky nandositra. Ny sasany tamin’ireo moa no voasambotra, niisa 11 teo. Ireo hafa kosa mbola nanohy ny fitsoahany hatrany, eny fa na dia naratra aza ny sasany, hoy hatrany fampitam-baovao. Mbola nitohy hatramin’ny ora omaly izany fifanenjehana izany.

Ny nikasika ireo mpitandro filaminana naratra kosa dia nandray fepetra avy hatrany ny teo anivon’ny foibe Fibaikoana ny zandary, izy niara-niasa tamin’ny Etamazaoron’ny Tafika fa handefa angidim-by hakàna ireo zandary roa lahy naratra tany an-toerana, hitondràna azy ireo miakatra aty an-dRenivohitra. Omaly maraina izy ireo nigadona tetsy Betongolo. Tonga nitsena sy nankahery azy ireo avy hatrany moa ny tompon’andraikitra voalohany misahana ny zandary sy ireo manamboninahitra ambony eo anivon’ny Zandamariam-pirenena sy ny Tafika Malagasy. Nentina nihazo avy hatrany  ny  hopitaly miaramila etsy Soavinanandriana moa izy ireo ary araka ny fantatra dia hiantohan’ny Fanjakana manontolo ny fitsaboana ireo mahery fon’ny firenena ireto.

m.L