Les actualités à Madagascar du Samedi 17 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara76 partages

Carburant : Hausse des prix à la pompe prévue en septembre 

La vérité des prix sera appliquée à partir de septembre 2019.

La vérité des prix sera appliquée à compter du mois de septembre. Bien que les coûts de référence soient réduits, suite aux négociations entre l’Etat et les pétroliers, un petit écart persiste aujourd’hui entre les prix véritables et les prix affichés à la pompe.

L’Etat n’a plus l’intention de subventionner les carburants. La vérité des prix s’appliquera, selon la déclaration faite, cette semaine, par le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Vonjy Andriamanga. En effet, le cocktail de mesures pris par l’Etat a permis de réduire les coûts de référence calculés de 475 ariary par litre de carburant, suite aux négociations menées par les dirigeants du pays avec ceux des compagnies pétrolières. Cette baisse a déjà permis, non seulement de réduire l’écart entre les prix véritables et les prix appliqués à la pompe, mais également d’appliquer, au mois de juin, une baisse de prix de 100 ar par litre pour l’essence, 150 ar pour le gasoil et 500 ar pour le pétrole lampant. D’après les informations, l’Etat va arrêter de subventionner les carburants pour pouvoir investir dans les infrastructures qui permettront d’améliorer la qualité de services, de faciliter la distribution des produits pétroliers et d’accroître les fonds destinés aux infrastructures routières.

Hausse en vue. D’après nos sources, l’écart actuel entre les prix véritables et les prix appliqués à la pompe dépasse encore les 120 ariary par litre. En d’autres termes, si l’Etat compte réellement appliquer la vérité des prix, cet écart s’ajoutera aux prix affichés, à partir du mois de septembre prochain, soit une hausse minimum de 100 ariary par litre. Si le ministre n’a pas donné d’informations précises sur les impacts éventuels de cette application de la vérité des prix, les consommateurs s’attendent déjà à cette hausse. « Désormais, l’évolution des prix des carburants suivra principalement la tendance du cours mondial de pétrole et du taux de change, même d’autres variables devront aussi être pris en compte », a affirmé le ministre, lors de sa rencontre avec les médias, mercredi dernier. Selon les techniciens qui suivent de près le secteur des produits pétroliers à Madagascar, le taux de change est l’indicateur qui influe le plus sur les prix à la pompe des carburants, si la vérité des prix est appliquée. D’après leurs explications, une augmentation de 100 points du rapport ariary/USD engendre une hausse des coûts de 90 ariary par litre. Le cours du baril est également un indicateur déterminant, car une augmentation d’un dollar US du cours de baril de pétrole entraîne une hausse de 24 ariary par litre de carburant commercialisé à Madagascar. Pour l’opinion, les consommateurs ne peuvent qu’espérer la tendance à la baisse du cours de pétrole, car sur le marché de devises, l’ariary a toujours perdu de sa valeur au fur et à mesure que le temps passe.

Antsa R.

Midi Madagasikara15 partages

ENGN Ambositra : Sortie de la 74e  promotion des élèves- gendarmes

A moins d’une semaine avant la date de sortie de la 74e promotion des élèves-gendarmes, prévue le 17 août prochain à l’Ecole de la gendarmerie nationale sise à Ankorombe, déjà une affluence des grands jours se fait sentir en ville avec les préparatifs et surtout l’arrivée progressive des « vahiny » (invités) venus des quatre coins de l’île pour être des témoins de ce grand événement capital et en particulier pour les familles et proches de ces gendarmes stagiaires.

Cette sortie des gendarmes stagiaires, comme toujours, revêt pour la municipalité d’Ambositra, une importance notable, non seulement dans le domaine de la formation qui est l’aspect culture, mais il y a également le volet économique et social. Pour illustration, la masse monétaire non négligeable qui circule pendant plusieurs jours en ville et ses environs, pour ne parler que du secteur du transport, de la restauration et de l’hébergement ainsi que d’autres activités lucratives, engendrant de ce fait, d’importantes sources d’activités génératrices de revenus pour la population. Pour le côté social et non le moindre, il n’est pas rare de constater ces gendarmes stagiaires rencontrer leurs âmes sœurs au cours de leur long séjour à Ambositra appelée aussi « ville des roses ».

Au programme de ce 17 août où aura lieu la sortie solennelle de ces 1.200 élèves-gendarmes, hormis la cérémonie militaire qui sera placée sous le haut patronage du président de la République, des infrastructures seront inaugurées et cela se terminera par un grand bal. Par la suite, ces gendarmes stagiaires rejoindront leurs postes d’affectation respectifs où les attend, pour principale mission, la protection des personnes et de leurs biens.

Anastase

Midi Madagasikara11 partages

SADC – TICAD 7 : Andry Rajoelina à Dar-es-Salam et Yokohama

L’initiateur du projet « Tana-Masoandro » avec un ministre venu du Pays du Soleil-Levant.

Le président de la République est parti pour la Tanzanie avant son prochain déplacement au Japon.

Le président Andry Rajoelina a quitté le pays hier pour se rendre à Dar-es-Salam où se tient à partir de ce jour, le 39e Sommet ordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC) prévu le 17 et 18 août 2019. Le président de la République est à la tête d’une délégation très restreinte composée notamment de la Première Dame Mialy Rajoelina et du ministre des Affaires Etrangères, Naina Andriantsitohaina. Ce dernier a d’ailleurs fait, lors du dernier conseil de gouvernement, une communication sur ce sommet organisé dans le centre économique de la Tanzanie. A l’image même de l’objectif de la SADC qui est de promouvoir le développement de l’Afrique australe.

Première participation. La lutte contre le virus Ebola qui sévit en République Démocratique du Congo (RDC) va être certainement évoquée au cours de ces assises régionales par les 16 pays membres de la SADC. Y compris Madagascar qui ne peut y rester insensible quand bien même le pays serait une île. « C’est une épidémie d’une maladie qui ne respecte pas les frontières », a du reste fait remarquer, Jorge Cardoso, Directeur de l’organe en charge de la Politique, de la Défense et de la Sécurité du Secrétariat de la SADC, peu avant la tenue de ce sommet qui voit la première participation du numéro Un malgache depuis son élection à la magistrature suprême.

Coopération nippo-malgache. Une dizaine de jours après le 39e Sommet de la SADC, le président Andry Rajoelina s’envolera pour le Japon où il participera à la 7e Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique les 28 et 30 août 2019 à Yokohoma. En marge du TICAD 7, l’initiateur du projet « Tana Masoandro » aura sans doute des rencontres avec des hauts responsables du pays du Soleil-Levant afin de raffermir la coopération nippo-malgache. Rappelons que lors de la cérémonie d’investiture du président Andry Rajoelina, le gouvernement japonais avait envoyé un Représentant spécial en la personne de Kenya Akiba, pour remettre les messages de félicitations de l’Empereur du Japon Naruhito et du Premier ministre Shinzo Abe. Une semaine plus tard, le nouveau président malgache avait reçu le ministre délégué japonais de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie, Seki Yoshihiro.

Reconnaissance internationale. Ces deux déplacements présidentiels à l’extérieur sont placés sous le signe du développement pour le précurseur de l’IEM dont l’objectif principal est justement de rattraper le retard de développement de la Grande Ile. Sans oublier le fait que la double participation à ces sommets conforte et l’intégration régionale et le retour de Madagascar dans le concert des Nations. Une revanche sur l’histoire pour l’ancien président de la Transition revenu au pouvoir par la voie des urnes et fort aujourd’hui de la reconnaissance internationale.

R. O

Midi Madagasikara4 partages

Ntsay Christian à Tsimbazaza : Les axes prioritaires de la PGE

Les axes prioritaires de la PGE

Comme prévu, le face-à-face entre le gouvernement dirigé par le Premier ministre Ntsay Christian et les députés s’est déroulé hier à Tsimbazaza.

Satisfecit. D’une manière globale, le gouvernement Ntsay a réussi à convaincre les membres de la Chambre basse par rapport à la Politique Générale de l’Etat présentée hier à Tsimbazaza. Les députés ont exprimé leur satisfaction même si quelques districts, ne bénéficiant pas directement des grands chantiers inscrits dans le document, se sentent lésés. Quoiqu’il en soit, la PGE reflète les 13 « Velirano » annoncés par le président Andry Rajoelina tout au long de sa campagne électorale. La bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, la lutte contre l’insécurité, la décentralisation et les besoins sociaux de la population. Ce sont les axes prioritaires de la Politique Générale de l’Etat. Les régions auront une autonomie administrative et financière et piloteront directement les travaux de construction de routes et des nouvelles infrastructures. Un budget d’un milliards d’Ariary sera alloué à chaque région à partir de cette année. Pour ce faire, de nouveaux textes régissant les Collectivités Territoriales Décentralisées seront adoptés dans les trois prochains mois. Des Conférences budgétaires régionales pour la Loi de Finances 2020 seront également organisées au niveau de chaque région. Pour renforcer la lutte contre l’insécurité et contre les attaques des « dahalo », des bataillons opérationnels avancés (BOA), des détachements spéciaux de sécurité (DSS), des Compagnies et des Brigades de la Gendarmerie seront créés dans plusieurs districts et communes de la Grande île. Pour ce qui est de la Police nationale, plusieurs commissariats seront mis en place à travers l’île. 1250 élèves polices seront recrutés cette année même.

Routes nationales. Parmi les priorités de la Politique Générale de l’Etat figure aussi la construction des routes nationales et l’embellissement des villes. Aussi, les travaux de réhabilitation des RN5 reliant Toamasina – Soanierana Ivongo ; la RN5 (Soanierana Ivongo – Mananara – Maroantsetra), la RN5A (Ambilobe – Vohémar) ; la RN6 (Ambanja – Diégo) ; la RN12A (Vangaindrano – Taolagnaro) ; la RN43 (Sambaina – Faratsiho) ; et la RN44 reliant Marovoay – Vodiala Ambatondrazaka sont déjà en cours et seront terminés dans la période 2020 – 2021. Par ailleurs, la réhabilitation de plusieurs autres routes nationales, une vingtaine de RN au total, entre autres, la RNS1 (Tsiroanomandidy – Maintirano) ; la RN2 ; la RN3B ; ainsi que celle des RN4, 6 et 7 est aussi prévue pour 2020. Même chronogramme pour la réfection des routes au niveau des chefs-lieux des Provinces.

Energie. Question énergie : le régime entend prioriser la production d’énergies renouvelables. A noter que les travaux pour la production de 190 MW à Sahofika et 120 MW à Volobe ont déjà débuté. Ces deux centrales seront opérationnelles d’ici 2023, a annoncé le Premier ministre Ntsay Christian. Il serait aussi question de la fabrication de 45 centrales hybrides, capable de produire 40MW cette année pour subvenir aux besoins des usagers entre autres, à Ambanja, Sambava, Antalaha, Nosy-Be, Manajary, Ihosy, Betroka, Ranohira, Antsohihy, Port-Bergé, Mampikony, Toamasina, Sainte Marie, Morondava, Ambovombe, Toliara, Miarinarivo… 48 communes rurales bénéficieront aussi dès cette année, d’énergie hydro-électrique, et de l’énergie solaire pour 28 autres communes rurales.

Education. En ce qui concerne le domaine de l’éducation, 30 nouvelles écoles primaires publiques composées de 12 salles de classe, 8 collèges d’enseignement général équipés de 24 salles de classe et 6 nouveaux lycées de 12 salles de classe, des cantines scolaires, 11 lycées agricoles et plusieurs centres de formation professionnelle seront construits cette année.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Football en deuil : Tsilavo Andriamanivosoa n’est plus !

Tsilavo Andriamanivosoa, le talentueux footballeur malgache.

Un jeune footballeur malgache, Tsilavo Andriamanivosoa est décédé, la nuit de mercredi à Strasbourg à l’âge de 21 ans. D’après les explications, il a fait un accident avec sa voiture qu’il conduisait. Tsilavo a violemment heurté un poteau de soutien de ligne électrique de tramway. On ignore encore la cause de cet accident. « Le conducteur était au volant d’une Audi A1 circulant à très vive allure en provenance de la rue François-Epailly. Il a perdu le contrôle de son véhicule dans une légère courbe à gauche et s’est encastré contre le poteau » a relaté un témoin oculaire.

Passé par le centre de formation du Racing Club de Strasbourg Alsace, Tsilavo Andriamanivosoa évoluait depuis trois saisons à l’AS Pierrots Vauban Strasbourg, où il jouait avec l’équipe phare en National 3. Le club et son président ont présenté leurs condoléances en postulant sur les réseaux sociaux que «Tout le club a appris avec stupéfaction et avec une grande tristesse la mort accidentelle de Tsilavo. Nous adressons à sa famille et ses proches nos plus sincères condoléances. « Titi » a marqué son passage au club par son talent, sa gentillesse, son sourire et sa bonne humeur». Une cagnotte a été lancée pour soutenir les proches du défunt. Le journal Midi Madagasikara présente ses sincères condoléances à toute sa famille et ses amis.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Les premières grandes difficultés rencontrées par le régime

C’est le dossier brûlant du moment. Le problème des délestages et des coupures d’eau incessants depuis trop longtemps est en train de miner le crédit d’un régime qui avait promis de remettre le pays sur la voie du changement. La volonté de le faire ne suffit pas et il faut trouver de bonnes solutions pout remettre sur les rails une entreprise aussi mal en point que la  Jirama. Cela est d’autant plus grave que son mauvais fonctionnement impacte directement la vie de la population. La grogne des usagers s’est transformée dans certains quartiers en véritable révolte. Ce mécontentement a fini par alarmer le pouvoir au plus haut niveau qui a décidé de se pencher sérieusement sur le cas de cette société d’Etat. La première mesure prise est le limogeage de son Directeur général qui endosse donc toute la responsabilité du fiasco de ces derniers temps. Le prétexte est plutôt futile car c’est tout le système qui a failli. Le ministre de l’Energie a, dans la foulée, annoncé que l’équipe en charge du dossier était plus motivée que jamais et que le redressement de la situation aurait lieu avant la fin de l’année. Malgré toute sa volonté de bien faire, elle devra encore endurer durant un certain temps le feu roulant des critiques d’usagers privés d’eau et d’électricité. L’autre nouvelle de la semaine est l’annonce de la tenue des élections communales le 27 novembre prochain. Cette décision prise en conseil des ministres était attendue et elle va calmer la tension qui commençait à monter dans le milieu politique. Elle a été accueillie avec une certaine satisfaction par les candidats qui s’étaient déjà déclarés et par une plate-forme de l’opposition ayant officialisé son existence. L’opposition existe de fait, mais le régime préfère attendre la discussion du projet de loi sur son statut à l’Assemblée.

Sur le plan international, c’est toujours Hong Kong qui retient l’attention des médias du monde entier. Ceux qu’on appelle les manifestants de la démocratie n’entendent pas plier devant les menaces de Pékin. Des mouvements de blindés chinois ont eu lieu récemment, donnant une certaine consistance aux rumeurs d’intervention de la Chine. La police hongkongaise a cependant déclaré qu’elle était capable de gérer la situation. Ce week-end devrait être crucial car les responsables du mouvement annoncent la présence d’un million de personnes aux abords de l’aéroport. Donald Trump n’a pas encore discuté de la situation avec Xi Jingping, mais il a déclaré que cela pourrait « se résoudre en quinze minutes ».

En Europe, c’est vers l’Italie que se tournent les yeux des observateurs. Une crise gouvernementale est en train de couver. Le désaccord entre les deux Matteo, Sallvini et Renzi, ne peut plus être caché. La mort technique de l’alliance gouvernementale entre le mouvement 5 étoiles et la Ligue du Nord (parti d’extrême droite) a amené le second à proposer la formation d’un « gouvernement institutionnel » ouvert au lieu d’une élection législative anticipée réclamée par Salvini.

En Grande Bretagne, le leader du parti travailliste, Jeremy Corbin, demande aux partis d’opposition d’adopter son plan destiné à contrecarrer un Brexit sans accord en faisant tomber le gouvernement de Boris Johnson.

En Algérie, les manifestations continuent de plus belle. Les vacances n’empêchent pas les étudiants de descendre dans la rue et ce, au grand désarroi d’un pouvoir qui a de moins en moins de soutien.

Au Zimbabwe, une grave crise économique est en train de s’installer. La situation n’a jamais été aussi chaotique, affirment les observateurs. Les manifestations se multiplient et les brutalités policières augmentent.

C’est un coup de semonce qui est adressé au régime cette semaine. Ce dernier maintenait fermement son cap pour redresser le pays et il doit affronter ses premières véritables difficultés avec le mécontentement d’une partie de la population victime de délestages et de coupure d’eau. Le problème doit être réglé de toute urgence pour ne pas briser l’élan réformateur du gouvernement. La population, jusqu’à présent, était plutôt favorable au régime, mais cette sympathie peut très vite se muer en une véritable hostilité si les problèmes du quotidien ne sont pas résolus.

Patrice RABE

 

Midi Madagasikara1 partages

Kaominina Toamasina : Niaiky fa nampiasa mpiasa matoatoa teo aloha

Nanova fomba fiasa ny kaominin’i Toamasina tato ho ato mba hitilian’izy ireo ny mpiasa matoatoa efa nampiaiky ny kaominina eo amin’ny fampiasana sy ny fandoavana karama ho azy ireo tao ho ao izay. Natao am-pahibemaso ny fizarana ny taratasy ahafahana maka vola eny anivon’ny tahirimbolam-panjakana, ka teo no nahitana fa efa misy mpiasa maty, mpiasa mifonja, mpiasa efa misotro ronono ara-dalana ary tsy mpiasa akory mbola mandray karama eo anivon’ny kaominina hatrany teo aloha. Raha efa nozaraina roa herinandro lasa ny karaman’ireo mpiasa raikitra, dia natao ny alarobia teo kosa ny fizarana ny karaman’ireo mpiasa an-tselika. Natao izay fitiliana mpiasa matoatoa eo anivon’ny kaominina izao mba hahafahana mifehy ny vola mivoaka eo anivon’ny kaominina isam-bolana, izay tena mihoapampana, nefa ny mpiasa miasa isan’andro mihavitsy. Nampirisihan’ny filohan’ny delagasionina manokana hitoroka ireo mpiasa mandray karama nefa tsy miasa akory isaky ny departemanta tamin’ireo mpiasa tena miasa ny PDS. Ankoatra izay dia fantatra ihany koa izao fa mpiasa matoatoa miisa 15 no tsikaritra teo anivon’ny ivontoerana misahana ny tanora sy ny fanatanjahan-tena (CRJS) tamin’ny fitiliana nataon’izy ireo tao ho ao izay.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Course à la mairie de Tana : 8 candidats potentiels

L’élection du maire de la Capitale présente un enjeu politique hautement stratégique pour les grands partis.

Comme il a été décidé en Conseil de gouvernement le mercredi dernier, les Communales et les Municipales auront lieu le 27 novembre 2019. Les électeurs auront donc à élire les maires et les conseillers communaux et municipaux au niveau des 1696 communes de Madagascar. Ces élections présentent un enjeu politique hautement stratégique pour la Capitale. Le TIM a intérêt à garder la mairie d’Antananarivo s’il veut incarner une opposition crédible face au pouvoir en place. Quant au parti au pouvoir, il voudrait à tout prix faire gagner son futur candidat ou sa future candidate aux Municipales de la Capitale. Jusqu’ici, seuls deux candidats ont déclaré officiellement leur participation à la course vers la mairie d’Antananarivo. Il s’agit de Clémence Raharinirina, présidente d’une association des Taxis de la ville de Tana (FTAR) et d’Alban Rakotoarisoa du parti APM (Antoko Politika Madio). Ces deux candidats se lancent déjà dans une campagne avant l’heure. A voir leur stratégie, ils estiment pouvoir obtenir la confiance des tananariviens en menant une campagne de dénigrement contre les dirigeants actuels de la Commune urbaine d’Antananarivo.

Suspense total. Le grand favori de la course serait le président national du TIM Marc Ravalaomanana. Mais, il ne s’est pas encore prononcé sur la question. Marc Ravalomanana entretient le suspense total sur sa candidature. Jusqu’ici, la candidature de sa femme à sa propre succession n’est pas à exclure. Lalao Ravalomanana a dirigé la Commune urbaine d’Antananarivo pendant quatre ans. Son bilan n’est pas négatif malgré l’absence des subventions de l’Etat, contrairement aux autres communes qui en ont bénéficié à plusieurs reprises. Si des grandes communes urbaines, telles que Toamasina I et Antsirabe, avaient du mal à payer les salaires de leurs agents, la Commune urbaine d’Antananarivo n’a pas connu ce problème durant le mandat de Lalao Ravalomanana. Actuellement, on essaie de mauvaise foi de mettre dans ses passifs le problème des ordures dans la Capitale. Or, on sait très bien que le ramassage des ordures ne relève pas de la compétence de la CUA, mais de celle du SAMVA, un organisme rattaché au ministère en charge de l’assainissement. Si les ordures ne sont pas donc ramassées, c’est la faute à ce département ministériel.

Duel. Puisque dans la Capitale, la compétition politique se résume depuis 2009 en un duel entre le TIM et le Mapar (ou l’IRD), il est certain que ce dernier aura aussi son candidat ou sa candidate à la mairie de Tana. Des noms circulent déjà, mais rien n’est encore fixé. Il y a la ministre de la Communication Lalatiana Rakotondrazafy. Si elle quittera son poste ministériel pour se lancer dans une compétition électorale à haut risque, elle mènera sa revanche contre Lalao Ravalomanana qui l’a battu en 2015. Il y a également l’actuel ministre de l’Aménagement du Territoire Hajo Andrianainarivelo qui multiplie ces derniers temps ses actions pour convaincre le président de la République à porter son choix sur lui. Pour cet ancien maire de la commune rurale d’Ankadinandriana, la conquête de la Capitale serait un tremplin pour assurer les présidentielles de 2023. Il y a également l’ancien ministre de la Pêche Augustin Andriamananoro. Etant parmi les jeunes personnalités qui gravitent autour d’Andry Rajoelina, l’actuel directeur général des projets présidentiels serait bien placé pour défendre les couleurs de l’IRD aux Municipales de Tana. L’actuelle directrice de la Communication de la Présidence Rinah Rakotomanga fait aussi partie des noms pour lequel l’IRD pourrait opter dans son casting. D’autres personnalités déjà connues qui ne seraient pas ni du TIM, ni de l’IRD, pourraient être également présentes dans la course, pour ne citer que Harilalala Ramanantsoa, candidate malheureuse en 2015. En tout cas, les candidats à la mairie de Tana ont jusqu’au jeudi 12 septembre à 17h pour déposer leurs dossiers de candidature.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Electricité : Antananarivo et Toamasina seront raccordés   

Consultation publique organisée à Ambohimangakely, pour la préparation du projet PRIRTEM.

Sans Directeur général, la Jirama poursuit ses actions pour l’amélioration de l’accès à l’électricité. Hier, une consultation publique a été organisée par le ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, dans le cadre des préparations de l’étude d’impact environnemental et social du PRIRTEM (Projet de renforcement et d’interconnexion des réseaux de transport électrique à Madagascar). Ce projet prévoit, en effet, l’amélioration des réseaux électriques haute tension, grâce à la réalisation de l’interconnexion des RIA (Réseau interconnecté d’Antananarivo) et RIT (Réseau interconnecté de Toamasina), par la construction d’une ligne électrique 220kV double terne d’une capacité de 200MW entre Antananarivo et Toamasina, distants de 268km. La ligne haute tension traversera les districts d’Antananarivo Avaradrano et de Manjakandriana dans la région Analamanga, le district de Moramanga de la région Alaotra Mangoro et les districts de Brickaville et de Toamasina II de la région Atsinanana. A noter que le PRIRTEM prévoit également l’électrification des localités où passent les lignes d’interconnexion projetées. Selon les concepteurs du projet, l’objectif est d’atteindre un taux d’électrification national de 70% d’ici à l’année 2030. Pour l’heure, ce taux reste à 15 %, avec seulement un taux de 5,21% en milieu rural. Par ailleurs, un corridor de 40 mètres sera réservé pour la ligne de Transport, qui traversera majoritairement des zones rurales, excepté aux abords d’Antananarivo etde Toamasina. Ce corridor occupera une surface totale de 174 ha. D’après les promoteurs du projet, environ 700 pylônes seront construits, avec une portée moyenne de 400 mètres.

Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar. Nouveau calendrier pour les élections communales et municipales.

Suite à une réunion avec la Commission Électorale Nationale Indépendante, la date du 27 Novembre 2019 a été choisie pour les élections communales. Les élections des maires ainsi que des conseillers au niveau de chaque commune se feront en même temps.
Ainsi, du 29 Août jusqu’au 12 Septembre, chaque candidat aura la possibilité de déposer leurs candidatures. La liste électorale sera fixée jusqu’au 28 Septembre. Les candidats feront leurs campagnes électorales entre le 5 et 25 Novembre. La CENI a affirmé que les anciennes cartes électorales, celles utilisées durant les législatives, peuvent être utilisées pour ces prochaines élections.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Election du Président et des membres de bureau permanent de l’opposition.

Marc Ravalomanana a été élu Président de l’opposition. En effet, 21 partis politiques ont rejoint l’opposition. Pour l’élection, deux chefs de partis se sont portés volontaires, dont Tabera Randriamanantsoa. Ce dernier a été élu Vice-Président de l’opposition dans l’ex-province de Fianarantsoa.
Malgré ce vote et ces nominations, certains opposants contestent l’élection de Marc Ravalomanana comme tête de l’opposition. Durant son discours, Marc Ravalomanana a affirmé être contre le projet de nouvelles lois de l’opposition. Selon ses dires, seules les lois votées durant la Transition devront être valables et ne peuvent être modifiées par des décrets.
Midi Madagasikara0 partages

Jeux Africains : Le judo entre en lice ce jour

Six judokas malgaches monteront sur le tatami lors de cette première journée de compétition.

A quarante-huit heures de la cérémonie d’ouverture des 12es Jeux Africains à Rabat, la compétition de judo ouvrera le bal ce jour au Palais des Sports du Complexe Sportif de Moulay Abdellah. Avec la tenue des Championnats du monde de la discipline du 25 août au 1er septembre au Japon, le tournoi de judo a été avancé ce jour 17 et demain 18 août pour permettre aux judokas africains de regagner Tokyo qui est l’une des étapes qualificatives des Jeux Olympiques de 2020 dans cette ville. Pour le clan malgache, la fédération a opté pour deux choix où les locaux vont participer aux Jeux Africains et les expatriés pour les mondiaux. A Rabat, ils sont huit dont 5 hommes et 3 dames à défendre les couleurs nationales. Des jeunes combattants qui sont habitués des grandes compétitions dont cinq ont disputé les Jeux des Iles à l’Ile Maurice. Les catégories légères entreront en action ce jour. Il s’agit de Nora Alexandrine (-52 kg), Kevin Ramanoelina (-66kg), Fetra Ranaivoarisoa (- 81 kg), Lita Rambeloson (-66 kg), Seta(-73 kg) et Laura Rasoanaivo Razafy (-63 kg). Cette dernière âgée seulement de 16 ans a remporté la médaille d’or à l’Ile Maurice, engagée chez les moins de 63 kg. C’est demain dimanche que Zo Hajanirina (-70 kg) chez les dames et Sergio Karamaly (-90kg) du côté des hommes vont combattre. Ces deux judokas qui sont rentrés avec la médaille d’argent aux Jeux des Iles et ont participé aux Jeux de la Francophonie il y a deux ans à Abidjan, Côte d’Ivoire.

Installée. Toute la délégation malgache participante à ces 12es Jeux Africains est déjà arrivée sur place et installée au Village des Jeux à l’Université Internationale de Rabat. Comme annoncé, la Grande Ile sera représentée par 98 athlètes et entraîneurs engagés dans onze disciplines. Il s’agit de l’athlétisme, de l’haltérophilie, du basket-ball, de l’escrime, du judo, de la lutte, de la boxe, du taekwondo, du tennis de table, du tennis et du karaté. Plus de 6.000 athlètes de 54 pays du continent seront attendus pendant deux semaines à Rabat et à Casablanca.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

ACM : Jean Robert Razafy, nouveau PCA

Les nouveaux membres du Conseil d’Administration de l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) ont été nommés lors du conseil des ministres du 14 août dernier. Le nouveau PCA Jean Robert Razafy effectue son grand retour après avoir été limogé « sans respect de la procédure » en 2014 du poste de DG de l’ACM. Ancien cadre de l’OACI, il a une grande expérience du secteur aérien.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara0 partages

JIOI : La récompense des athlètes continue

Après les résultats plus que satisfaisants durant les 10es Jeux des Îles de l’Océan Indien, Telma confirme encore son soutien envers ces fédérations partenaires, dont la Fédération malgache de Basketball et récemment de la Fédération malgache d’Athlétisme. Telma a donc récompensé, hier, au Galaxy Futsal Andraharo, les médaillés d’or des deux fédérations. Pour la FMBB, ce partenaire du sport malgache a offert 6 millions d’ariary pour les équipes masculines et féminines, toutes victorieuses. Quant à la FMA, Telma a également offert 500,000 ariary pour chaque médaillé d’or. Ce n’est pas tout, l’entreprise a primé également les entraîneurs et les préparateurs physiques de chaque fédération pour avoir fait de ces athlètes les porte-flambeaux de Madagascar à travers l’Océan Indien.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Changement climatique : L’agriculture responsable de 75% de la déforestation mondiale

L’agriculture intensive et les élevages industriels du bétail se sont révélés néfastes pour l’environnement.

A Madagascar, les initiatives d’expansion des terres agricoles viennent grignoter  les superficies forestières, aggravant ainsi le phénomène de déforestation.

Les conclusions du rapport du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) sont sans appel : l’utilisation des terres influe grandement sur le changement climatique. Ce rapport indique que la population mondiale utilise près des trois quarts (72%) de la surface totale des terres non recouvertes de glace, et ce, en grande partie, de manière nondurable. De même, l’utilisation des terres produit 23% des émissions totales de gaz à effet de serre causées par les activités humaines qui se traduisent par la conversion des forêts et d’autres écosystèmes clés pour l’agriculture et l’élevage industriel du bétail, causant ainsi une déforestation avancée. Ces activités humaines constituent une pression sur la planète, exacerbée par le changement climatique, lequel augmente la dégradation, la perte de biodiversité et l’insécurité alimentaire. Par ailleurs, le secteur de l’agriculture est responsable de 75% de la déforestation dans le monde. Or, jusqu’à 30% des aliments produits au niveau mondial ne sont pas consommés, alors que 810 millions de personnes sont malnutries.

Madagascar est touchée de près par cette problématique de l’utilisation des terres. En effet, la principale cause de la perte des forêts est la conversion de celles-ci en terres agricoles. Selon WWF Madagascar, la Grande Ile devra rectifier le tir et utiliser de manière optimale les terres cultivées, tandis que l’expansion des terres agricoles devrait se faire de façon concertée et bien réfléchie  afin d’assurer une production durable respectant la nature, sachant que la population malgache est en forte croissance : plus de 55 millions en 2050 selon l’estimation des Nations  unies.

Transformation urgente. La solution réside ainsi dans une agriculture respectueuse de l’environnement. Selon le rapport du GIEC, les meilleures options pour casser le cercle vicieux entre le changement climatique et l’utilisation des terres tendent vers la préservation de la biodiversité restante, la restauration des espaces naturels dégradés tout en assurant la sécurité alimentaire. « Les mangroves contribuent à accroître la résilience au climat, tout en fournissant une gamme de services écosystémiques aux communautés locales. La restauration des paysages forestiers permet le retour des sources d’eau et aide à fertiliser les sols », explique WWF. Ainsi, ce récent rapport du GIEC met en avant une piste de solution dans la mesure où l’utilisation des terres contribue actuellement au changement climatique. Un  réajustement, voire une transformation urgente de l’utilisation des terres s’impose.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Itaosy : Nangalatra môtô fa handeha hamonjy alim-pandihizana

Nahazo fampandrenesena ny avy eo anivon’ny pôlisim-pirenena fa misy lehilahy voasambotry ny fokonolona teny Ambaniala fa nikasa hangalatra môtô-n’olona. Teo am-panaovana ny asa ratsiny mihitsy io ranamana io no nisy nahatsikaritra ka niantsona vonjy. Tsy lasa lavitra dia voasambotra. Nidina avy hatrany teny an-toerana ireo mpitandro filaminana ary nentina natao famotorana. Tamin’izany no nahafantarana fa hoe saika nentiny hamonjy alim-pandihizana ilay môtô saika hangalariny. Avy eny Ankasina ny lehilahy ary any Ambaniala Itaosy izy no manao ny asa ratsiny.

Teny amin’iny faritra Itaosy sy ny manodidina iny ihany dia fantatra fa mpangalatra telo no efa tratran’ny pôlisy ary nadoboka am-ponja vonjimaika. Ny herinandro teo tokoa, tokony ho tamin’ny roa ora maraina tany ho any, raha teo am-panaovana fisafoana toy ny mahazatra ny pôlisy niaraka tamin’ny andrimasom-pokonolona teny Marobiby, dia nahatsikaritra roa lahy, teo am-panosehana « scooter ». Hafahafa sy mampiahiahy ny fihetsik’izy ireo ka nanatona avy hatrany ireto mpanao fisafoana. Vaky nandositra avy hatrany anefa ireto roa lahy, namela ilay môtô teo. Efa matihanina anefa ireto mpiambina ka tsy lasa lavitra akory dia voasambotra ireto roa lahy nitsoaka. Tamin’ny fanadihadiana azy ireo no nilazàny fa môtô avy nangalariny izy io ary nokasaina hampitaina lakana tsy lavitra teo. Samy nampidirina am-ponja vonjimaika avokoa moa izy roa lahy ireto rehefa natolotra teny anivon’ny Fampanoavana.

Fa ankoatr’izay dia voamarika amin’izao fa tena manjaka tokoa ity resaka halatra môtô ity. Mazàna dia saika ny sasantsany amin’ireo mpikirakira sy mpanamboatra azy ireny  ihany no mivadika ho lasa mpangalatra rehefa tsy misy asa. Mazava ho azy izany satria dia hainy tsianjery sy fantany hatramin’ny pitsopitsony io môtô io ka na mihidy tahaky ny inona aza dia mbola voavaha sy velona ihany. Toy ny nahazo ny lehilahy iray raha nametraka môtô nihidy teo amina toeram-piantsonana tobin-tsolika iray teto an-drenivohitra. Toy ireny tompony ireny ilay mpangalatra hita tamin’ny alalan’ny « camera », namelona ilay môtô ary nitondra azy tsy amin-tahotra akory.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

RMDM : Contre un simulacre de démocratie

Les dirigeants du RMDM devant la presse hier au Carlton.

Le RMDM ou « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » a été officiellement présenté hier au Carlton Anosy. Cette nouvelle coalition politique de l’opposition présidée par le président national du TIM Marc Ravalomanana regroupe pour le moment 21 partis politiques. « Le RMDM a été créé pour apporter sa contribution au développement du pays et non pour faire un coup d’Etat. Il est là pour instaurer une véritable démocratie. Il est également là pour dire la vérité et servir de balise à d’éventuelles dérives du pouvoir. Le RMDM est également là pour faire respecter l’Etat de droit et la bonne gouvernance. Et il est aussi là pour évaluer la réalisation des promesses faites durant les campagnes électorales par les dirigeants actuels. », a déclaré Marc Ravalomanana.

Non catégorique. Par rapport à une proposition de loi relative au statut de l’opposition qui sera soumise au vote des parlementaires durant la session extraordinaire en cours, la nouvelle coalition de l’opposition a dit un non catégorique. « Cette proposition de loi vise à museler l’opposition. Elle vise particulièrement ma personne.», a dénoncé hier Marc Ravalomanana. Avant d’enfoncer le clou : « Le fait de modifier une loi qui n’a jamais été appliquée bafoue l’état de droit. ». Le président du RMDM a promis hier à ses compagnons de lutte qu’il fera tout son possible pour mériter les nouvelles missions qui lui sont confiées. A l’Assemblée nationale, la proposition de loi modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2011-013 portant statut de l’opposition sera examinée à partir du lundi prochain.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

BIANCO : L’ANLC du Bénin à Ambohibao

Une délégation de l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC) du Bénin conduite par son président Jean Baptiste Elias et composée notamment du Rapporteur Elisabeth Fourn Gnansounou, se trouve dans nos murs depuis le 11 août dernier. Outre les hauts responsables du CSI, du SAMIFIN et du PAC, la délégation a été reçue à Ambohibao par le nouveau DG du BIANCO, Laza Eric Donat Andrianirina qui a fait part de la disponibilité de Madagascar d’accueillir en 2020 l’assemblée générale de l’Association des Agences Anti-Corruption en Afrique (AAACA). La délégation de l’ANLC quittera Madagascar demain à l’issue de cette visite d’information et d’échanges de stratégie en matière de lutte contre la corruption.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara0 partages

Miarinarivo : Mpanao vola sandoka sy mpanaparitaka rongony vosambotry ny FIP

Nidina nanome tanana ireo polisy eo anivon’ny talem-paritry ny Filaminam-bahoaka (DRSP) any amin’ny faritra Itasy iny ny avy eo amin’ny Hery vonjy taitran’ny polisim-pirenena (FIP) avy eto Antananarivo. Natao izao hetsika izao noho ny fahitana fa mitady hirongatra izay tsy izy ny tsy fandriampahalemana ao Miaronarivo sy ny manodidna. Nahitam-bokatra tokoa izany araka izao manaraka izao tao anatin’ny  herinandro nanomboahany. Tambajotra mpanao vola sandoka iray no saron’ny FIP voalohany ny andron’ny 08 aogositra 2019 teo niaraka tamin’ny fitaovana sy akora fanamboarana izany ka lehilahy miisa telo, 26 taona, 20 taona ary 30 taona no voasambotra tamin’ity raharaha ity. Tambajotra mpamatsy rongony mahery vaika amin’iny faritra iny ihany koa no tra-tehaky  FIP ny andron’ny 15 aogositra 2019 teo. Lehilahy iray 67 taona sy ramatoa iray 60 taona no tompon’antoka tamin’ity fanondranana sy fanaparitahana rongony ao amin’ny faritra Itasy ity. Araka ny fanadihadiana dia efa an-taonany maro izy ireo no nanao izany asa ratsy izany. Mbola nahatratrarana rongony mahery vaika roa gony moa izy ireo tamin’ny fotoana nisamborana azy. Natolotra avy hatrany ireo sampana mpanao famotorana ao amin’ny DRSP Itasy ireo mpanao ratsy ireo. Mbola mitohy moa izany  fanomezan-tanana ataon’ny FIP any an-toerana izany hatreto.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Antananarivo Atsimondrano : Novatsiana fitaovana hanatsarana ny fitsarana miaramila

Fitaovana maro toy ny “ordinateur complet” 01, “imprimante performante » 01 ary taratasy fotsy « rame » 01 miaraka amin’ny ireo kojakoja mifanaraka fampiasa amin’izany no natolotry ny jeneraly Rasolonirina Jean Baptiste, Talen’ny Fanompoam-pirenena sy Fiandry ao amin`ny Ministeran`ny Fiarovam-Pirenena ny biraon’ny distrika misahana ny fiarovana eny Atsimondrano (BDD) ny alarobia 14 Aogositra 2019 lasa teo. Izao  fanomezana izao dia tafiditra ao anatin’ny fanatsarana ny asa amin’ny fanisana sy fitsarana miaramila ary fitahirizana ireo antontan-taratasy mikasika ny basy manerana ireo distrika 119 eto Madagasikara. Ireto fitaovana ireto dia fampitaovana avy amin’ny vondrona iraisam-pirenena « PNUD » na Fandaharan’asan’ny firenena mikambana amin’ny lafiny fampandrosoana izay natolony tamin’ny fomba ofisialy ny Minisiteran’ny Fiarovam-pirenena ny 18 jona 2019 lasa teo nandritra ny fanokafana  tamin’ny fomba ofisialy ny atrikasa mikasika ny fanisana sy fitsarana miaramila ary fitahirizana ireo antonta taratasy mikasika ny basy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tourisme sexuel : Toliara protège les jeunes filles des endroits touristiques

Clôturé fin juillet, le programme « Prévenir l’exploitation sexuelle des enfants dans le cadre du tourisme sur l’île de Madagascar (de juin 2017 à juillet 2019 à Toliara) ». Financé par l’Agence Française pour le Développement (AFD) et Ecpat France, la réalisation a été confiée à SOS Village d’Enfants Toliara. Bilan : placement de 18 jeunes filles vulnérables (entre 14 et 17 ans. Sept ont été scolarisées et onze placées en formations professionnelles (coupe et couture, coiffure, restauration, hôtellerie). Ces jeunes victimes de l’exploitation sexuelle avaient bénéficié de l’assistance psycho-sociale et juridique, de l’accompagnement médical et même d’une insertion socio-économique ; une jeune fille a été placée comme serveuse dans un grand hôtel. Les parents des filles scolarisées avaient obtenu des appuis en matériels et intrants pour le renforcement de leur AGR, sans plus compter sur l’argent facile de leurs filles.

Ce n’est un secret pour personne, ces jeunes filles font cette besogne pour obéir à leurs parents, surtout dans les villes côtières, à la grande joie des touristes, aussi bien étrangers que locaux. Elles sont timides et arrivent à peine à extérioriser leurs pensées ou sentiments. Berthe, 16 ans, aimerait suivre et continuer l’effort entrepris par Village d’Enfants qu’elle trouve encore insuffisant. D’autres jeunes filles, nouvelles, espèrent aussi une suite à ce programme qui vient de s’achever.

Charles RAZA

Midi Madagasikara0 partages

Médecine du Sport : Indispensable pour le bien-être des athlètes

Lors de l’exposé d’hier, à l’HJRA par le Dr Norbert Ramiandrisoa, diplômé en DU Médecine du Sport et l’AMMS.

L’Association Malagasy de Médecine du Sport a fait un pas pour la promotion de médecine du Sport à Madagascar. Le Dr Norbert Ramiandrisoa, le vice-président a réalisé un bon exposé concernant ce sujet, hier, au CNTS à l’HJRA Ampefiloha.

Pendant une heure, l’ancien joueur de l’équipe nationale de football a partagé aux médecins, et aux membres de l’association AMMS, l’importance de cette spécialité médicale, qui s’intéresse à la physiologie et à la biologie du sport mais aussi aux spécificités de la pratique du sport, qu’il s’agisse d’amateurisme ou de pratique en compétition. Norbert Ramiandrisoa a soulevé plusieurs aspects de  son travail.

Dans la première partie, il a exposé la place de médecine du sport dans le continent africain, qui est encore à l’état embryonnaire sauf dans certains pays d’Afrique du Nord, quelques pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique du Sud. Il a fait savoir que « dans la plupart des pays africains, la médecine du sport est inorganisée, que ce soit sur le plan administratif ou technique. Il est fréquent de rencontrer des organisations dont un seul médecin se tient responsable de plus d’une dizaine de fédérations sportives, alors que dans la plupart des pays développés, il existe une structuration de la médecine à différentes échelles : clubs, départements, provinces ou régions, fédérations et nation ». Par contre, la médecine du sport a une place très importante dans la santé des sportifs surtout les athlètes de haut niveau, d’après ce qu’il avait confirmé dans la deuxième partie. Puisque de temps en temps, l’activité physique et sportive peut être un facteur potentiel de risques ou/et blessures, d’où à ce niveau, le rôle du médecin du sport est tout à fait capital. A ce niveau, le médecin pourrait être un conseiller par rapport au potentiel handicap de telle ou telle pathologie. « Le Médecin pourrait récupérer toutes les informations et ensuite y en tirer de la gestion du temps de la récupération, de la durée et de l’intensité des entraînements, de la récupération par rapport au nombre des compétitions, par rapport éventuellement à des épisodes intermittents de fatigue, de maladies et de problèmes psychologiques » a-t-il expliqué avant d’avancer ses recommandations.

Pour devenir médecin du sport, il faut obtenir un diplôme d’études spécialisées ou DU (Diplôme Universitaire) de médecine du Sport. Cela était possible à Madagascar depuis 2016, grâce à notre collaboration avec des universités partenaires, notamment l’Université Senghor, l’Université Virtuelle Francophone de Médecine du Sport et l’Union africaine de médecine du Sport (UAMS). La nouvelle session 2019 et 2020 est ouverte pour ceux qui sont intéressés. L’étude sera en ligne et pendant dix-huit mois. Le début du cursus sera le 9 septembre et se terminera le 8 mars 2020. Selon les explications, le nombre de places est limité à soixante apprenants et les quarante ont été déjà prises.

Recueillis par Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Soavinimerina : Un pique-nique se transforme en pugilat

Quatre hommes, amis de longue date, ont loué un espace calme à Soavinimerina dans le district d’Antananarivo Avaradrano pour une petite fête le 05 août dernier. L’ambiance était très conviviale. Puis l’atmosphère est vite devenue électrique, la musique a été mise à fond et des éclats de voix se sont faits entendre. Les voisins se sont plaints du tapage. En effet, un père de famille est venu leur demander de faire moins de bruit Cela a provoqué la colère des fêtards qui ont décidé de frapper le pauvre monsieur. Le pugilat s’est cependant vite terminé. Mais les témoins n’en sont pas restés là, ils ont décidés de porter plainte..

Versions différentes. Les accusés ont comparu devant le tribunal hier. Pendant la comparution, les versions des deux parties ont été totalement différentes. La victime, alors qu’elle était venue avec sa femme et ses parents, a affirmé avoir été rouée de coups lorsqu’elle a demandé de faire baisser le volume de la musique et elle dit avoir été menacée avec une arme à feu. Par contre, la partie adverse prétend que ce père de famille est venu seul pour les provoquer et a asséné des coups de poing et de pieds et réfute l’accusation de menace avec une arme . « J’ai un permis de port d’arme et le pistolet est tombé accidentellement. ». Des blessures sont visibles sur les corps des protagonistes et chacun a apporté un certificat médical. .

Verdict le 19 août prochain. Deux hommes d’une cinquantaine d’années ont été entendus comme témoins de la famille en question. Mais leurs témoignages n’ont pas été retenus. Les victimes ont demandé des dommages et intérêts d’un million d’ariary. Deux des accusés ont obtenu une liberté provisoire alors que leurs camarades sont toujours en garde à vue. Le jugement a été mis en délibéré et sera rendu le 19 août prochain.

Voarisoa Davidson (Stagiaire)

Midi Madagasikara0 partages

Coopération sino-malgache : 43 étudiants boursiers cette année

L’institut Confucius est la parfaite manifestation de la coopération sino-malgache dans le domaine de l’enseignement supérieur.

La Chine par l’intermédiaire de son ambassadrice à Madagascar, S.E Yang Xiaorong entend renforcer la coopération entre les deux pays.

700 étudiants Malgaches ont actuellement bénéficié de bourses d’études en Chine. Soit, 43 étudiants en plus que l’année dernière”. Propos avancés lors de la visite de courtoisie de S.E Yang Xiaorong, ambassadrice de la Chine à Madagascar, auprès de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le professeur Blanche Nirina Richard hier. Une visite lourde de sens dans l’optique de collaboration entre les deux pays. L’ambassadrice de la Chine, a d’ailleurs fait savoir “la volonté de la Chine de soutenir Madagascar dans le domaine de l’enseignement supérieur”. Un soutien qui devrait plus “se focaliser sur la recherche scientifique et l’innovation afin de mettre en œuvre le développement du pays” d’après la ministre Blanche Nirina Richard. Pour ce faire, un comité devrait donc être mis en place auprès du ministère de tutelle. Interrogé sur les tenants et aboutissants du comité en question, le professeur Jean Claude Razaranaina, Secrétaire général auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, note “le comité sera composé de représentants des deux parties (Madagascar, via l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, et la Chine) et devrait s’atteler sur la mise en œuvre de la coopération”.

Boursiers. La visite de courtoisie de l’ambassadrice de la Chine a également été l’occasion pour les deux personnalités de discuter des étudiants malgaches boursiers en Chine. “La majorité des étudiants malgaches sont actuellement rapatriés” a-t-on dit. Profitant de l’occasion, S.E Yang Xiaorong de faire savoir “la Chine a octroyé à 43 étudiants malgaches des bourses d’études de quatre ans”. Outre les bourses d’études destinées aux étudiants, l’empire du milieu octroie également des bourses pour les enseignants désireux de participer à des séminaires, colloques scientifiques en Chine.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Revoilà le problème de l’insécurité

L’insécurité reste l’un des grands problèmes auxquels le régime actuel est confronté. Les efforts déployés pour le résoudre sont méritoires, mais ils ne sont pas encore suffisants dans certaines zones infestées de dahalo.            La sonnette d’alarme a été tirée par certains députés à l’assemblée nationale. La situation est dramatique et réclame des solutions urgentes. La réponse qu’apportera le premier ministre à cette demande pressante permettra de mesurer la réactivité du pouvoir face aux difficultés surgissant inopinément.

Revoilà le problème de l’insécurité

Le problème de la Jirama doit être résolu et après la crise de confiance entre les usagers et le régime, des solutions palliatives ont été trouvées. L’installation de citernes d’eau dans les fokontany privés d’eau n’est qu’un pis aller, le provisoire devrait par la suite laisser la place à quelque chose de concret. Nul ne sait si la situation évoluera dans le bon sens mais cela devrait amener un certain apaisement pour le moment. Mais le pouvoir est aussi en butte à de difficultés qui étaient déjà en passe d’être surmontées Le plan de lutte contre l’insécurité mis en place par les responsables a été présenté comme un modèle d’efficacité. Les installations de groupements militaires dans les zones à risque se sont succédées et ces derniers ont commencé à se déployer sur le terrain. Mais apparemment, cela ne suffit pas et le système comporte des lacunes. Les rapports faits par certains députés montrent que les dahalo continuent de sévir et ne sont pas mis hors d’état de nuire par les forces de l’ordre. Ils n’hésitent pas à tirer sur les villageois ; c’est la raison pour laquelle les parlementaires demandent qu’on donne à ces derniers les moyens de se défendre. On ne sait pas quelle réponse le premier ministre va apporter à cette supplique, mais elle influera sur la côte de popularité du régime dans les temps à venir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Peste : La population dans l’expectative

La saison pesteuse 2019-2020 vient de commencer. Et avec, elle, des premiers cas notifiés ont donné le coup d’envoi  d’une année de tous les risques dans le domaine de la santé publique. D’un côté, les feux de brousse s’enchaînent, contraignant les rats à quitter les champs, les forêts – leur habitat naturel – et à migrer vers les villes, centres urbains ou encore les zones habitées (communes, fokontany). De l’autre, l’insalubrité persiste presque dans tout le pays. Face à une telle situation, la population, du moins des districts à risques est dans l’expectative. Les dernières informations remontent aux cas notifiés mais qui ne seraient pas encore vérifiés comme étant des cas de peste. Les mêmes informations ayant également fait savoir que 43 districts seraient actuellement à risques. De son côté, le ministère de la Santé publique semble ne pas avoir être en mesure de donner les informations réelles relatives aux cas. Nous avons essayé de joindre au téléphone les responsables mais nos efforts ont été vains.

Antananarivo. Pour le cas de la Capitale, les conditions pour une épidémie semblent bien être au rendez-vous avec les montagnes d’ordures qui s’entassent un peu partout. Les responsables, surtout le Service Autonome du Maintien de la Ville d’Antananarivo (SAMVA) – un organisme rattaché auprès du ministère de l’Energie, de l’Eau et des  Hydrocarbures – semble impuissant et n’arrive pas à assurer ses rôles. Une information qui a visiblement échappé à la députée Lanto Rakotomanga qui a suggéré – durant son temps de parole à l’Assemblée nationale hier – au gouvernement de prendre en main la collecte des ordures de la Capitale. Voulant sûrement soulever la responsabilité de la commune urbaine d’Antananarivo, l’élue a surtout démontré ses limites (publiquement). Par ailleurs, les problèmes de logistiques sont toujours avancés par les responsables pour justifier la situation.  On se pose donc des questions sur la continuité du projet d’équipement du SAMVA.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Agenda Culturel

Le Roots débarque à Itaosy

Rootsikalo offrira un show case au  Noumba club Itaosy, ce jour, à partir de 14 heures. C’est une occasion pour lui d’interpréter son nouveau titre Tsy tandrify sortie il y a deux semaines. D’ailleurs, son répertoire comprend les plus belles chansons jamais enregistrées et les plus touchantes mélodies. Depuis quelques années, Rootsikalo trace un chemin à lui dans le roots et le reggae d’aujourd’hui en alliant ses influences musicales jamaïcaines à la sonorité malgache. Entouré  des meilleurs musiciens et beatmakers malgaches, il ne cesse d’impressionner son public.

Retour de Tirike : Le  Tsapiky au Le Glacier

Ce n’est pas parce qu’on se fait rare qu’on est plus à la mode ! Après quelques années d’absence, il réapparaît et resserrera les liens avec ses inconditionnels ce soir, au Le Glacier, à partir de 20 heures 30 jusqu’au petit matin. Eh oui ! Tirike est de retour. Ses fidèles écouteront des morceaux de toutes les couleurs. Le chanteur les emmènera également voyager dans les années 1990 avec un nouveau spectacle très rythmé et très festif.

Dimyz partagera son rock au public

Dimyz est un groupe originaire d’Antsirabe. Bénéficiant tous d’une solide formation musicale et d’expériences artistiques variées et complémentaires, ils interpréteront au No Comment Bar Isoraka, ce soir à 21 heures, des titres de Guns N Roses, Système of a Down. Outre leur passion pour la musique, ce qui les unit est un authentique plaisir à chanter ensemble et à créer un univers harmonique qui parle au public par sa beauté, sa pureté, et la joie qui s’en dégage.

Les couleurs de l’Ile Rouge chez City Art

Tanàna Art Gallery est à son cinquième jour de son exposition à la City Ivandry dans les locaux de City Art. Les œuvres des 60 artistes décoreront cet endroit somptueux jusqu’au 28 août prochain. Alors, venez découvrir des tableaux inspirés des éléments naturels et de vestiges de Madagascar.

Iss Heridiny / Rado Maminirina

Midi Madagasikara0 partages

Cybercriminalité : 67 plaintes reçues en six mois à la Gendarmerie

Le développement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication à l’heure actuelle a beaucoup bouleversé la société malgache. Cela s’explique par l’utilisation abusive des réseaux sociaux qui deviennent de plus en plus une source de  délits et  d’infractions si l’on ne cite que les publications de  fausses nouvelles, des diffamations, des injures qui portent atteinte à l’intégrité d’une personne ou d’une institution. Il est navrant de constater que ce revirement risque de se multiplier même si des institutions chargées de cette sorte de délits désormais dénommés la cybercriminalité existent au niveau de la Gendarmerie et de la Police nationale. Le bilan dressé par le service de lutte contre la cybercriminalité auprès de la gendarmerie à Antananarivo durant ces deux dernières années en parle. Seulement pour le premier semestre 2019, 67 plaintes ont été déposées. 17 de ces dossiers ont été déjà traités pour lesquels, la gendarmerie a arrêté 17 individus. Huit ont été placés sous mandat de dépôt. Les statistiques ont augmenté par rapport à l’année 2018 durant laquelle, ce service a enregistré 68 plaintes. Sur les 15 dossiers traités, 18 suspects ont été arrêtés dont cinq ont été placés sous mandat de dépôt. Face à ce danger, le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) a décidé de mettre en place sa cellule de lutte contre la cybercriminalité (CLCC) au sein de ce département. Le lancement officiel des activités de cette cellule a été effectué à la Bibliothèque nationale, siège de ce ministère. C’était une occasion pour la Ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo de montrer au public ce qu’on attend de cette CLCC. Sa mission principale est de sensibiliser et d’éduquer la population sur l’existence de la législation sur la cybercriminalité à savoir la loi 2014-006 et la loi 2016-031. Vient ensuite l’assistance aux victimes de la transgression de la législation pour les orienter à défendre leur droit. En effet, la CLCC du MLCC va appuyer la gendarmerie et la police nationale ainsi que les autorités judiciaires dans leur mission. Raison pour laquelle la Ministre a saisi l’occasion pour répondre à l’allégation faite par des personnes de mauvaise langue disant qu’elle cherche à dissoudre le service de la cybercriminalité déjà institué au niveau de la gendarmerie et de la police nationale. Toujours dans le cadre de ce soutien, il ajoute que le MCC est actuellement en train de chercher de collaboration avec des organismes et des institutions internationales œuvrant dans les NTIC pour renforcer la lutte contre la cybercriminalité à Madagascar. Dans ce sens, elle a cité ce que la France a déjà effectué avec le propriétaire de Facebook aux Etats-Unis.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de l’Education nationale : Une campagne de recrutement pour 2019

Des enseignants dans l’assistance lors de la journée TICE au lycée J.J. Rabearivelo. (crédit photo : Kelly)

Le directeur des ressources humaines du ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnel, Victorien Andrianony a confirmé que le ministère va bientôt procéder au recrutement du personnel du MENETP. Une information qui va mettre fin aux doutes qui planent à ce sujet depuis quelques mois déjà. « Oui, nous allons procéder au recrutement du personnel éducatif et du personnel administratif du MENETP pour cette année 2019 » a-t-il dit. « Toutefois, il ne faut pas s’attendre à ce que tous les candidats soient retenus car cela dépend de la loi de l’offre et de la demande ; les demandes sont bien plus nombreuses que les offres, ce qui implique certainement que nous ne pouvons pas embaucher tous les candidats » a-t-il expliqué aux enseignants qui ont assisté à la journée TICE de la CISCO le mercredi 14 août.

0 ariary à payer. Pour en finir avec les bruits qui courent comme quoi la corruption reste omniprésente dès qu’il s’agit de recrutement de fonctionnaire, le DRH du MENETP a insisté sur le fait que « le recrutement du personnel du MENETP ne demande pas de frais, 0 Ariary, les candidats ne paient que les frais nécessaires à la constitution de leurs dossiers, c’est-à-dire les frais administratifs requis pour l’obtention d’un certificat de position militaire, d’un certificat de résidence et autres ! ». En gros, le message qu’il souhaite faire passer est la suivante: le ministère ne fait pas de corruption ! Et enfin, il demande également aux candidats qui ne seront pas reçus de rester patients puisqu’un autre programme de recrutement est déjà prévu pour l’année prochaine. « Le recrutement du personnel du ministère de l’éducation a lieu tous les ans » a-t-il ajouté.

Anja RANDRIAMAHEFA