Les actualités Malgaches du Jeudi 17 Août 2017

Modifier la date
Madagascar Tribune662 partages

Polémique sur la liste de la délégation malagasy

Une information très partagée sur les réseaux sociaux avec la copie du papier officiel : toute la famille du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier va représenter Madagascar au prochain sommet du bloc de l’Afrique Australe (SADC) qui va se tenir en Afrique du Sud du 19 au 20 août 2017, car les noms des membres de sa famille sont dans la liste de la délégation officielle. Le Premier ministre et son épouse représenteront le Président de la République lors de la cérémonie officielle de l’investiture du Président Rwandais à Kigali et participeront également au 37ème sommet de la SADC.La délégation sera donc composée du Premier ministre en tant que chef de délégation, sa femme, ses deux filles et son fils. Il emmène quand même son aide de camp, deux journalistes des médias publics, une conseillère spéciale et la responsable de la communication.

Suite à la polémique et le tollé devant ce genre de pratique, pour le moins peu orthodoxe de mode de gouvernance, la Primature explique que la présence des enfants de Mahafaly Solonandrasana Olivier dans la liste officielle est tout simplement pour des raisons de « sécurité » mais qu’ils ne seront pas prise en charge par l’Administration. Les enfants du Premier ministre seront donc à sa charge personnelle selon toujours la Primature.

Le Chef de délégation qu’est le Premier ministre comme de coutume dans ce genre de voyage officiel a demandé au ministre des Affaires étrangères d’informer les autorités concernées de l’arrivée des personnalités citées. Donc si on comprend bien, ce genre de libéralité et de conduite est une coutume du régime et il est fort possible que tout le monde fait pareil. A sa charge ou non, mettre les noms de tous les membres de la famille sur une liste de délégation officielle est tout sauf preuve de bonne gouvernance. Les citoyens apprécieront.

Midi Madagasikara147 partages

Douanes : Un trafic illicite de 25 cartouches de calibre 12 démantelé à Vohémar

Les cartouches font partie des articles prohibés.

Les douanes malgaches mènent avec succès ses actions de lutte contre les trafics douaniers de tout genre.

Le service des douanes de Vohémar fait preuve d’une extrême vigilance et enregistre du coup de bons résultats. C’était encore le cas le vendredi 11 août dernier lors d’une procédure de contrôle des marchandises à l’importation. En effet, les agents des  douanes malgaches au bureau de Vohémar ont saisi 625 cartouches de calibre 12, plomb n°4. Ces cartouches ont été dissimulées au fond de trois glacières contenant des articles de vaisselle, dans un conteneur de groupage en provenance de France.

Fausse déclaration

Cette saisie a mis à nu une tentative d’infraction douanière sous la forme de fausse déclaration. « En effet, les marchandises ont été enregistrées sous la déclaration N°C315 du 09/08/2017 et mis à part l’article prohibé (Cartouche) la présence d’autres marchandises non déclarées a été constatée, faisant ainsi l’objet d’une infraction douanière. Les droits compromis et amendes s’élèvent à plus de onze millions Ar » selon le service de la communication des  douanes.  Ce service  rappelle, par ailleurs que  « la procédure de mise en groupage consiste à réunir les envois des marchandises en provenance de plusieurs expéditeurs ou plusieurs destinataires, à organiser et à faire exécuter l’acheminement du lot ainsi constitué ».

Stratégies adéquates

Présente dans toute l’île à travers ses 19 bureaux, les douanes malgaches ont intensifié les mesures de contrôle en mettant en œuvre les stratégies les plus adéquates et en mettant en place des dispositifs de contrôle plus performants ce en accord à leur mission de protection des citoyens en luttant contre les trafics illicites. Pour le bureau de Vohémar, les douanes malgaches ont redoublé de vigilance envers les conteneurs de groupage en procédant systématiquement à une visite intégrale afin de mettre à nu et stopper les tentatives d’importation de marchandises prohibées.

R.Edmond

Midi Madagasikara134 partages

Mahazoarivo : Namoaka basy ny tompon-trano vao nitsoaka ny jiolahy

Sahy ny tompon-trano ary tena nisy fiantraikany tamin’ny jiolahy nanafika azy izany. Navoakany ny basy ary napoakany. Rifatra nitsoaka ireo olon-dratsy ary niverina haingana ny filaminana. Ny alatsinainy teo no nanafika ny tsena iray izay mpivarotra entana avy any Lafrantsa, toa ny whisky sy ny ranomanitra tsara kalitao. Efa tafiditra tao anatiny ireo olon-dratsy ary namoaka ny basiny. Fa sahy ihany koa ny tompon’ny tsena ary namaly izany. Tsy nisy na inona na inona azon’ireo mpanafika vokatr’izany. Izay naharaka ny vaovao dia nametraka soso-kevitra avy hatrany ny amin’ny tokony hanamoràna ny fitazomana fitaovam-piadiana ho an’ny olona mendrika izany. Isan’izany ny mpivarotra izay tena tetezin’ny mpanao ratsy hatrany eto an-drenivohitra, kanefa tsy afa-manoatra. Toa efa lasa fahazarana fotsiny ny fahenoana fanafihana ankehitriny ary misy aza ny toeram-pivarotana izay efa intelo niverenan’ny mpanafika, ary dia ekena sisa ny fandalovan’ireo farany mba hiarovana ny aina. Raha ny zava-misy dia ny jiolahy no tena betsaka mitazona basy ankehitriny, ankoatra ny mpitandro ny filaminana, mazava ho azy. Efa fantatra fa mirongatra ny fiparitahan’ny basy, efa fantatra koa fa tsy ho ary ho araky ny mpitandro ny filaminana avokoa ny fisian’ny fanafihana etsy sy eroa. Dikan’izany, ny olon-tsotra izany no mila miaro tena ary isan’izany ny fanamorana ny fitazomana fitaovam-piadiana ho an’izay mendrika izany.

D.R

Tia Tanindranaza92 partages

Dosie maloton-dRavatomangaTsy ho afa-bela Rajoelina

Mipongatra tsikelikely ireo dosie maloton’ilay mpanefoefo Mamy Ravatomanga momba ny nahazoany harena tsy ara-drariny ary re fa tsy ho afa-bela eo anatrehan’ny lalàna izy na eo aza ny harembeny.

 

 Mety hogiazan’ny fitsarana Frantsay ny trano be novidiana tany Paris Frantsa ny taona 2011, izay ahian’ny fampanoavana fa harena azo tamin’ny tsy rariny. Teto an-toerana, novidiany 2,7 tapitrisa dolara tamin'ny alalan'ny orinasany SCI Lam (Société Commerciale Immobilière) ny 51%-n’ny petra-bolan'ny orinasa EEM (Eau et Eléctricité de Madagascar) tompon'ny Villa Pradon ny taona 2010. Lasany ihany koa ny 49% anjara petra-bolan'ny orinasam-panjakana SONAPAR tao amin’ny Villa Pradon. Voalaza fa efa kajy maloto tamin’ny fitondrana tetezamita ny raharaha, ka na nisy aza ny fandavan’ny mpitantana ambony miisa 4, mpikamban’ny Filankevi-pitantanana (CA) tao anatin’ny SONAPAR, dia nanaovana hevi-petsy, ka nosoloina olona akaiky an-dRajoelina. I Augustin Adriamananoro, minisitry ny paositra sy ny fifandraisan-davitra no natao filohan’ny filankevi-pitantanana, izay nanamorana ny famarotan’ny SONAPAR ny petra-bolany tamin' i Mamy Ravatomanga. Nahatratra 22,8 miliara no voalaza fa nahazoan’i Mamy Ravatomanga ny Villa Pradon, ka nanamora izany ny kajy maloto sy ny don-tandroka niarahana tamin-dRajoelina sy ny olony. Ireo olon’ny tetezamita nitantana tao amin'ny SONAPAR ihany no nanangana ny société SONIMMO (Société Nationale Immobilier) tamin’ny 2011 ka i Hasimboangy Andrianainarivelo anabavin'i Hajo Andrianainarivelo no notendrena ho filohan'ny filankevim-pitatanana. Kajy maloto hafa nanomezana tombondahiny an’i Mamy Ravatomanga ny nanendrena azy ho solontenan’ny fanjakana tao anaty filankevim-pitantanan'ny orinasa Air Madagascar, Jirama ary Telma. Afaka nahazo ny tsenam-panjakana maro tamin’ny fomba tsy ara-dalàna ny tenany vokatr’izany. Tao amin’ny orinasa JIRAMA, dia voalaza fa afaka nisintona vola 15 miliara ariary tao amin’ny kaontin’ny orinasa anankiray, MMP Btp, izay azy ihany izy noho ny anjara toerany tao sy ny fampiasany ilay orinasa antsoina hoe « Madagascar utilities Ltd». Mbola nividy ny orinasa TOA (Trans Océan Airways) misehatra amina fifamoivoizana ana habakabaka ny volana oktobra 2011. Ahiana ho resaka famotsiam-bola ihany koa ny nananganana ny Hotely Azura any Foulpointe, izay nandaniana ana miliara maro.

Mitsimbadika ny tantara

Nianteheran’ny fanjankana tetezamita tamin’ny resa-bola i Mamy Ravatomanga ary tsy azo nokitikitihina tamin’ny aferany ka na i Hery Rajaonarimampianina minisitry ny vola tamin’izany aza nanaovana tsindry, ka toa natao fandrobana vola ny departemanta notantanany. Anisan’ny andry ianteheran’i Andry Rajoelina amin’ny famatsiam-bola amin’ny fifidianana ho avy i Mamy Ravatomanga na eo aza ny harem-be efa voaangon’ny filohan’ny tetezamita, saingy mety hiara-voahenjika noho ny afera maloto maro izy ireo. Mitsimbadika ny rasa satria tsy filoha intsony i Andry Rajoelina, ka na minia mangina aza mety tsy ho afa-bela. Nalaza ny fanondranana andramena tamin’ny andron’ny tetezamita, ka mbola voatonona ny anaran’izy roalahy ireo. Hatrany amin’ny 32 miliara ariary ny vola nihodina tamin'ny trafikana andramena ny taona 2009, ary tafakatra 77,265 miliara Ariary ny taona 2010, araka ny tarehimarika navoakan’ny Sampandraharaha miady amin’ny famotsiam-bola (SAMIFIN).

Toky R

 

Midi Madagasikara86 partages

Ambanja : Manao fanamiana zandary ireo mpanafika kamiao

Tsy ny fiara mpitatitra olona ihany no iharan’ny fanafihana ataon’ireo jiolahy eny amin’ny lalam-pirenena  fa iharan’izany hatramin’ireo kamiao. Fa ny tena loza dia manao fanamiana zandary ireo jiolahy  ka mora foana ho azy ireo ny manakana ireo fiara, toy izay nitranga tany Ambanja ny sabotsy lasa teo ity. Kamiao mitondra siramamy 30 taonina hiakatra aty Antananarivo no  nosakanan’ireo jiolahy teoanelanelan’Ambanjasy Ambilobe tokony ho tamin’ny 11 orasy sasany antoandro. Telo lahy ireo mpanafika ka manao fanamiana zandary ny roa. Nofatoran’izy ireo tao aoriana ny mpamily ilay kamiao. Noraisin’ireo mpanafika tamin’izay ny familiana ny fiara nanomboka teo. Afaka niantso an-telefaonina ny tompon’ny fiara ihany anefa ilay mpamily rehefa nahavaha ny fatotra natao azy. Ity farany izay tsyiza fa ny raharalahin’Atoa Rakotondrandria Richard Claude, Filohan’ny fikambanan’ireo tompona fiara vaventy mpitatitra entana eto Antananarivo. Ityfarany no nampandre haingana ny zandary tany an-toerana. Tsy lasa lavitra ary ilay fiarabe fa voasakana teo amin’ny 15 km miala ny toerana nitrangan’ny fanafihana. Voasambotry ny zandary teo no ho eo ilay jiolahy iray namily ny fiara. Afaka nitsoaka kosa ny roa, izay nanao fanamiana zandary. Nefa ny harivan’io sabotsy io ihany dia voasambotra ny iray rehefa nibaradaka ilay jiolahy tratravoalohany nandritra ny fanadihadiana azy. Noho izany, nandamoka ilay fanafihana. Tranga izay nisaoran’Atoa Claude Richard Rakotondrandria manokana ireo mpitandro filaminana noho ny fandraisan’izy ireo andraikitra ara-potoana.

T.M.

Midi Madagasikara83 partages

Antananarivo Renivohitra : Traces d’épidémie de diarrhée

Une bonne hygiène est un des meilleurs moyens de limiter la prolifération de la diarrhée.

Le nombre de patients atteint de maladie diarrhéique s’est accru ces derniers temps. Une situation alarmante étant donné la prolifération desdites maladies.

Les enfants sont les premières victimes de la nouvelle épidémie de diarrhée”. Ce sont là les propos d’un pédiatre opérant dans la capitale pour faire état de la situation actuelle. Le pédiatre d’ajouter qu’une hausse considérable du nombre d’enfants atteints de diarrhée a été constatée ces dernières semaines. Selon l’explication, toujours de ce pédiatre, la cause de l’épidémie serait un virus se transmettant par contact manuel. “Le virus se transmet par la main. Si une personne ne s’est pas assez lavé les mains alors qu’elle s’est occupée d’un enfant malade, maladie va se transmettre à chaque contact. Joint au téléphone, un responsable auprès de la direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE) s’explique. “Une  hausse du taux des enfants de moins de cinq atteints de maladie diarrhéiques a été constatée entre les mois d’avril et juillet dernier. Ladite hausse ayant atteint les 3,5 à 4,4% ». Se voulant rassurant, le responsable auprès de la direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique auprès du ministère de la Santé publique a fait savoir que : « La tendance est actuellement à la baisse et que les statistiques ne sont pas loin des taux annuels ».

Virus. Selon toujours le responsable auprès de la DVSSE, les causes exactes de l’épidémie ne sont pas encore connues actuellement. « Le problème réside dans le fait que la détermination de la cause de ladite épidémie requiert des analyses en laboratoire » a-t-il fait savoir. Avant d’ajouter que « cette cause se situe à deux niveaux : le premier consiste au fait que les CSB ne procèdent pas à des examens d’analyse. Le second, quant à lui, correspond à la réponse effectuée par les médecins en cas de situation présentant des patients atteints de diarrhée ». En effet, des « packs de traitement répondant à des diagnostics distincts existent en cas de situation diarrhéique ». « Ce qui limite le temps perdu dans la procédure d’analyse, car le traitement de la diarrhée nécessite une certaine rapidité de la part des médecins » a soutenu le responsable auprès de la DVSSE.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara77 partages

Les travailleurs de l’ombre : Infatigable Lanzizy à 70 ans !

Lanzizy revit une seconde jeunesse avec l’école de football « Taninketsa ».

Pour un travailleur de l’ombre, Lanzizy est tout indiqué tant il n’a pas chômé tout au long d’une vie très active et tournant évidemment autour du football.

Incroyable, mais comment fait-il pour rester en très grande forme à 70 ans ? Seul le travail paie, confie Lanzizy, car c’est de lui dont il s’agit. L’icône du football majungais reste toujours très actif malgré le poids de l’âge.

Equipe nationale à 18 ans. La vie de ce grand footballeur est unique en son genre. Après ses débuts à 15 ans dans un club de 2e division de Nosy-Be, il intègre en 1966 le mythique club du Racing Nosy- Be d’un certain Mandafatra Alexis pour franchir un autre palier, puisqu’il est aussitôt appelé en équipe nationale à 18 ans pour animer la ligne offensive. Une première sélection qui allait changer sa vie.

Et comme si c’était encore hier, Lanzizy se souvenait encore de son arrivée au sein de l’AC Sotema le 18 octobre 1971. Le début d’une formidable aventure en fait, car c’est avec le champion majungais qu’il a disputé les quarts de finale de la Coupe d’Afrique de 1999 contre les Nigérians du Bendel Insurrance.  Le 4-3-3 de l’époque l’a propulsé à la pointe de l’attaque aux côtés de deux frères Rabemananjara, Alban et Kiki. Un trio d’exception qui bénéficiait du service millimétré d’un certain Dezy Monstre. Ce qui explique cette belle réussite des protégés de Seroussi, le grand patron de Sotema, mais c’était également dû au coaching gagnant de Robin Andriamanalina, un entraîneur vraiment pas comme les autres et qui privilégiait la conduite de balle et le contrôle du ballon presque à l’aveugle. « Il nous a beaucoup donné en nous inculquant le respect et la discipline », admet Lanzizy en parlant du regretté Robin Andriamanalina.

Une seconde jeunesse avec Boeny Formation. Et c’est fort de toutes ces expériences qu’il a choisi de voler de ses propres ailes pour partir pour la Sirama Namakia. D’abord comme entraîneur-joueur puis entraîneur tout court. Une équipe qui avait de l’ambition en étant deux fois finaliste du championnat de Madagascar dont cette défaite de 1 à 0 devant le FC- BFV de l’époque qui est parvenu à se hisser jusqu’en demi-finale de la Coupe d’Afrique des coupes. Une preuve de sa réussite en tant qu’entraîneur.

Et comme si l’âge n’avait pas d’emprise sur lui, Lanzizy est encore aujourd’hui aux commandes de Boeny Formation, une équipe de la 1re division majungaise qui parvient à titiller les deux formations de tête que sont Fosa Juniors et Racing Soma Beach. Un nouveau challenge qui lui permet de vivre une seconde jeunesse.

« Nous ne sommes pas champions de Mahajanga, mais toutes les équipes ont peur de Boeny Formation », rajoute-t-il. Une belle opportunité en fait, car le fait d’être salarié avec Boeny Formation  lui permet de rester à Mahajanga où il a trouvé sa voie en prenant sous sa cape des jeunes de 6 à 18 ans avec l’école de football à qui il a donné le nom de « Taninketsa ». Sa grande passion en fait même si les moyens faisaient défaut pour permettre à cette école de réussir pleinement. « Même le ballon nous manque, car on ne peut exiger grand-chose des parents qu’un droit assez modique », se plaint Lanzizy qui n’hésite pas à revenir sur le terrain pour montrer l’exemple à ses protégés. Balle aux pieds, il a encore du jus pour évoluer chez les vétérans.

Sa grande satisfaction reste cependant son fils Yaheg, également footballeur et qui se trouve aujourd’hui à Mayotte après avoir été appelé en équipe nationale. Le football lui a ouvert la porte, car il vit bien sa vie à Mamoudjou. Avec la nationalité française en poche…

Clément RABARY

Midi Madagasikara75 partages

Analalava : Sefom-pokantany maty voakapan’ny antsy

Notafihan’ny andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana ny sefom-pokantany iray, ka namoy ny ainy rehefa voadaroka sy voakapan’ny antsy. Tao amin’ny fokontany Ampanihy, Kaominina sy disitrikan’Analalava, faritra Sofia, no nitrangan’ny fanafihana, ny talata lasa teo tokony ho tamin’ny 9 ora sy sasany alina. Araka ny tatitra voaray avy amin’ny mpitandro ny filaminana, valo lahy nitondra fiatovam-piadiana toy ny antsy be, no nanafika tao an-tranon’ny Sefom-pokontany. Nandritra ny fanafihana dia nokapain’ireo olon-dratsy tamin’ny antsy be ny vozony ary maty tsy tra-drano. Voakapa famaky teo amin’ny tanany kosa ny vadiny. Lasan’ireo jiolahy ny finday iray sy kara-panondron’izy mivady. Nidina tany an-toerana ny Zandary sy ny dokotera nanao ny fizahana ary nalefa notsaboina any amin’ny hopitaly ilay naratra. Ny borigadin’ny zandary avy ao Analalava no misahana ny famotorana. Mitohy ny fikarohana ireo jiolahy.

 Ratantely

Midi Madagasikara70 partages

RN35 : Taxi-brousse voatifitra teny an-dalana

Ny alin’ny talata lasa teo dia fiara mpitatitra maromaro handeha hihazo an’i Morondava no lasibatry ny jiolahy. Raha ny fampitam-baovao azo dia teo amin’ny 10 kilaometatra tsy hiditra an’i Mahabo no nisian’ity fanafihana ity. Tifitra variraka no nataon’ireo jiolahy tamin’ireo tandahatra fiara mpitatitra. Nalaky nitsoaka haingana ireto farany ary nampandre avy hatrany ny mpitandro filaminana. Tsy nisy ny aina nafoy na ny naratra saingy ny fitaratry ny fiara iray kosa no potika vokatry ny tifitra. Tsy nahomby ihany koa ny tetik’ireo olon-dratsy fa tonga haingana ara-potoana ireo mpitandro filaminana misahana iny faritra iny. Nalaza tamin’ny fanakanan-dalana tokoa iny lalam-pirenena iray iny teo aloha teo, saingy niatoato izany tao ho ao, rehefa nisy ny fepetra manokana noraisin’ireo mpitandro filaminana ny amin’ny fisafoana ny lalam-pirenena sy ny fiambenana ireo fiara mpitatitra. Saingy izao dia toa miverina izao indray tamin’ity tranga ity. Fantatra moa fa efa mandeha ny fanadihadiana sy ny fikarohana ireo andian-jiolahy tompon’antoka tamin’ity fanafihana ity.

m.L

Tia Tanindranaza67 partages

Fitsidihana ofisialy any AfrikaHitondra ny vady aman-janany ny praiminisitra

Nahazo fanasana avy amin’ny filoha Afrikanina Tatsimo Jacob Zuma hiatrika ny fivoriana faha-37 ho an’ny firenena mpikambana eo anivon’ny SADC hatao ny 19-20 aogositra any Afrika Atsimo ny fanjakana Malagasy.

  Mialoha izay dia mbola hanatrika ny fianianan’ny filohan’i Rwanda any Kigali rahampitso zoma 18 aogositra. Hitarika ny delegasionina ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier. Fivoriana iraisam-pirenena no hatrehina, ka mila halefa mialoha ny lisitr’ireo delegasionina Malagasy hiara-dia amin’ny praiminisitra. Teo no niseho ny nafenina satria nipoitra ilay taratasy misy ny lisitra anaran’olona 9 ka ny 3 amin’ireo no tompon’andraikitra eo anivon’ny fiadidian’ny primatiora, izay ahitana mpanolotsaina manokan’ny praiminisitra, mpiambina akaiky sady mpanampy azy ary ny talen’ny serasera eo anivon’ny primatiora. Ny 2 kosa mpanao gazety, ary ny 4 ambiny, dia ny vady aman-janany. Ny fanjakana Malagasy, araka izany, no miantoka ny fandaniana matoa nampidirina tao ireo anarana ireo. Hiala eto Antananarivo anio alakamisy 17 aogositra ary higadona any Rwanda anio ihany izy ireo. Rahampitso no hiala ao hihazo an’i Afrika Atsimo, ary hitodi-doha an-tanindrazana ny 21 aogositra. Andeha hivory hikatsaka ny tombontsoam-pirenena tokoa sa hiliba sy hitsangantsangana hombam-bady aman-janaka ? Izao tokoa angamba ilay hoe manararao-paty ara-bakiteny, ka hararaotina ny toerana maha praiminisitra mba hahafahana miliba sy manao fiainana, ary indrindra hanomezana fahafaham-po ny vady aman-janaka. Manao izay tian-katao satria eo am-pelatanana ny fahefana ary malalaka ny fandaniam-bolam-panjakana satria tsy misy afaka hibedy. Tsy atao mahagaga raha fanjakan’ny mpiliba sy mpanao kolikoly no hanasokajian’ny vahoaka Malagasy ny fanjakana HVM. Ny mpitarika tokony halain-tahaka aza izao no hafitsony, mainka fa ny hafa. Ny lohany indray no matsatso e ! Fantatry ny filoham-pirenena ve izao toe-javatra mamohehatra manaratsy endrika ny fitondrana izao ? Efa fanjakam-boalavo tokoa angamba, ka samy mikepoka sy mamotika izay sendra azy.

Toky R

 

News Mada64 partages

Jeux corporatifs d’Antananarivo : les préparatifs battent leur plein

Les jeux corporatifs d’Antananrivo sous la houlette de Clément Rabary organisation (CRO) ont  toujours suscité l’engouement du personnel de diverses  entreprises de la capitale. Cette année, la version 2017 qui se déroulera sous de meilleurs auspices au complexe sportif de la Cnaps à Vontovorona les 26 et 27 août promet de belles bagarres. Les compétitions se dérouleront dans un stade de haut niveau avec terrain synthétique, surface rapide pour les tennisen, piste d’athlétisme aux normes internationales, gymnase couvert moderne…

«Une trentaine de participants se sont déjà manifestés à l’heure où nous glissons ces quelques lignes. C’est déjà une bonne nouvelle car on attend près de 50 compétiteurs dans les différentes disciplines (foot à 7, volley mixte, basket, relais 4×100 m, belote, tennis, pétanque). Les inscriptions se feront du 21 au 23 août au bureau de la ligue d’Analamanga de football. La séance de travail se tiendra dans l’après-midi du 24 août au siège de la Cnaps à Ampefiloha», a expliqué Clément Rabary

Rojo N.

 

L'express de Madagascar56 partages

Tennis de table – Jeux africains de 2015 – Jonathan Nativel veut son remboursement

L’attente de trop. Jonathan Nativel, pongiste de l’équipe nationale malgache durant les Jeux africains qui se sont déroulés à Brazzaville en RD Congo du 2 au 19 septembre 2015, est dans l’expectative. À cette période, il a été convenu avec le ministère de la Jeunesse et des sports que pour aller représenter Madagascar à ces Jeux africains, il devait avancer le paiement de son billet d’avion Paris-Brazzaville-Paris et qu’on lui a promis un remboursement effectif de billet acheté.« Jonathan Nativel était effectivement à Brazzaville pour les Jeux africains et il a été convenu avec le ministère de la Jeunesse et des sports qu’il allait être remboursé. Rosa Rakotozafy, directeur du sport fédéral au niveau du ministère de la jeunesse et des sports était au courant de l’affaire puisqu’elle était sur place à Brazzaville avec Jonathan Nativel et la délégation malgache », explique Jean Herley Ambi­nin­tsoarivelo, président de la fédération malgache de tennis de table.On se rappelle, à l’époque le départ en catastrophe de la délégation malgache et l’insuffisance des moyens financiers de l’État malgache à honorer comme il se devait ces Jeux africains de Brazzaville. Sans parler des difficultés des formalités administratives auxquelles ont été confrontés les athlètes malgaches à l’instar de Zarah Razafimahatratra par exemple, mais qui a fini par décrocher tout de même la médaille d’argent en simple dames en tennis.« Le ministère de la Jeunesse et des sports reconnait et ne nie pas qu’il doit le remboursement du billet d’avion que Jonathan Nativel a avancé pour être présent à Brazzaville. L’année dernière, sa femme était venue à Antananarivo pour demander ce remboursement. Pas plus tard que vendredi, Jonathan Nativel lui-même était allé au bureau du directeur général de Tafita pour se renseigner. Ce dernier lui a affirmé ne pas être au courant de la situation et lui a conseillé de faire une lettre de demande de remboursement. On est à ce stade actuellement. Quand-est-ce qu’il sera remboursé? Je ne sais pas », termine Jean Herley Ambinintsoarivelo.Interrogés sur cette affaire, les responsables auprès du ministère de la Jeunesse et des sports n’ont pu être joints pour des éventuelles explications. Histoire à suivre.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar53 partages

Sud-Ouest – Un religieux alerte sur la traque des albinos

La chasse aux albinos devient une pratique généralisée dans le Sud. Le frère Christomin Monja, lui-même rescapé,  tire la sonnette d’alarme.

Un religieux albinos dans le Sud de la Grande île tire la sonnette d’alarme face à la chasse aux albinos. Il parle d’un danger de mort.Le Frère Christomin Monja, un religieux albinos membre de la congrégation Transfiguration du Christ à Toliara, se refugie chez des amis, en ce moment. Il se sent en danger de mort, après avoir été kidnappéé chez lui, à Ankobaka Sakaraha, au mois de novembre 2016. Dans un communiqué, envoyé hier, il a lancé une alerte face à la chasse aux albinos qui aurait tendance à s’amplifier dans le Sud de Madagascar. Il craint que ce soit la traque des albinos, une tradition de l’Afrique noire, qui se produit à Madagascar. « Les autorités et les forces de l’ordre devront se mobiliser pour identifier les causes de ce phénomène », lance le religieux.Le Frère Christomin Monja aurait échappé de peu à une mort certaine.« Selon son témoignage, on l’aurait emmené très loin du village. On l’aurait ligoté à un arbre, les yeux bandés. On ne l’aurait donné ni à boire ni à manger pendant les six jours où il a été séquestré. Les kidnappeurs auraient dit entre eux qu’il fallait attendre avant de l’assommer. Une fois, la corde avec laquelle il a été attaché s’est défaite, c’est là qu’il aurait pris la fuite et a cherché à joindre un village », rapporte le commissariat de police à Sakaraha.

Décès d’une femmeLe kidnapping aurait été fait devant ses paires. « Douze hommes armés ont fait irruption dans le réfectoire de la congrégation vers 20 heures. Les kidnappeurs ont réclamé le frère «vazaha», une allusion faite à celui qui a la peau toute blanche », indiquent des religieux.Le Frère Christomin Monja n’aurait pas été la seule personne albinos victime de cette chasse. À Bezaha, dans le district de Betioky Sud, une femme albinos a trouvé la mort, quelques semaines avant son kidnapping, selon le rapport d’une autorité locale. Cinq autres jeunes filles, elles aussi albinos, auraient été portées disparues à Toliara, selon le rapport des médias locaux. Ni le Commandant de Compagnie à Toliara, ni le Commissariat Central à Toliara n’ont confirmé cette disparition.Les personnes à peau blanche faute de pigmentation, dans le Sud du pays, seraient, toutefois traumatisées par cette traque.« Deux collégiens albinos ont dû changer de maison chaque nuit, pour éviter de se faire kidnapper. Des bruits ont couru qu’ils sont recherchés pour leurs yeux. Depuis que le présumé auteur du kidnapping du religieux a été mis sous les verrous, le calme est revenu », rapporte une autorité à Sakaraha. Le Frère Christo­min Monja reste traumatisé de sa séquestration.

Miangaly Ralitera

Tia Tanindranaza52 partages

Paul RabaryMiahiahy azy ny HVM

Resaka efa nandeha ny hirotsahan’i Paul Rabary, minisitry ny fanabeazam-pirenena ho kandida filoham-pirenena amin’ny taona 2018, fa nodisoiny.

Toky R

Midi Madagasikara37 partages

Parabole : Nina TV débarque sur la 57

Une programmation structurée par la sélection des meilleures Télénovelas francophones dans le monde, essentiellement de Globo TV et des chaînes latines ainsi que des séries africaines, portugaises et turques. Cette diversification constitue NINA TV, la nouvelle chaîne qui a récemment débarqué sur Parabole Madagascar. Sa programmation promet d’être un rendez-vous familial et convient à toutes les pointures : « Muneca Brava » pour les Teens, « The Wild » et « Insidigo » pour les adeptes des séries africaines, « Mademoiselle » pour les mamans, « Shades of Sin », ou encore « Irrational Heart » pour les accros du suspense et « Avenida Brasil » pour ceux qui aiment bien les histoires de vengeance. Ce n’est qu’un aperçu, puisque la chaîne est enrichie d’autres séries inédites, des vidéoclips, de l’horoscope, des actualités de l’Afrique francophone, des horoscopes amoureux, des magazines de mode et d’autres interviews de stars. « NINA TV tombe bien avec les vacances. Les abonnés pourront très bien profiter de leurs périodes de repos à suivre leurs séries préférées. Tout cela, sans aucun frais d’engagement, le décodeur gratuit et l’installation offerte » a expliqué Steve Lai, DG de Parabole. Il rappelle en passant que le mois d’août annoncera la reprise des différentes ligues européennes de foot (Ligue 1 et Liga), des matchs qui seront diffusés à 100% sur Parabole.

D.R

Midi Madagasikara35 partages

Erick Manana au Palais des Sports : Un concert en trois parties pour ses 40 ans de scène

Erick Manana avec un responsable de « Dzama events » lors de la conférence de présentation du concert de célébration qui se tiendra au Palais des Sports le dimanche 27 août.

Il ne se produit qu’une ou deux fois par an dans la capitale. Actuellement de passage au pays, Erick Manana ne manquera pas à la tradition. Cette année, il célèbre   ses quarante ans de scène. Un évènement, qui bien évidemment, sera marqué comme il se doit.

Aux grands maux les grands remèdes et aux grandes occasions, des évènements tout aussi grandioses. Pour ses quarante ans de scène, Erick Manana va investir le Palais des Sports et de la Culture le  dimanche 27 août pour y retrouver tous ses inconditionnels. Les titres qui ont fait sa renommée, incluant ses interprétations de Razilinah composeront le répertoire de cet évènement inédit. « Pourquoi inédit ? Parce que pour la première fois, je vais donner un concert en trois parties », précise le chanteur. Dans la première et la seconde, Erick Manana accompagné de ses musiciens, vont faire le show. « On ne peut soustraire Kôlibera et son fils Nini à l’aventure. Ils seront aux guitares. Solofo Bota sera également là avec son accordéon. Titi m’accompagnera au saxophone. Pour cette fois, j’ai inclus de talentueux jeunes gens : Tsanta qui n’est plus à présenter et son petit frère. Ils rejoindront Titi dans la section cuivre » continue-t-il. Une affiche qui promet ! Erick s’est d’autant plus associé à Dzama pour cet évènement. Et comme dans toute grande fête, il faut également des invités, l’interprète de « Zoke » ne sera pas seul sur scène. Il va s’entourer de plusieurs de ses amis. « Vous l’aurez compris, la troisième partie verra se succéder les invités dont je garde les  noms secrets  pour l’instant, car bon nombre d’entre eux n’ont pas encore confirmé leur présence ». Par ailleurs, Erick Manana a mis en place « Taniko productions », une production dont le but est de soutenir les talents, cachés aux fins fonds de la brousse. Une manière pour l’artiste de montrer sa reconnaissance envers ce pays qui l’a bercé et l’a vu grandir et dans lequel il a puisé et continue de puiser ses inspirations. Erick Manana, à travers « Taniko productions » donnera ainsi une chance aux artistes qui n’ont pas forcément les moyens de se faire connaître sur le paysage médiatique  et d’acquérir une visibilité sur le marché musical, international entre autres.Mahetsaka

Midi Madagasikara30 partages

Centrale thermique de Mandroseza : « Symbion Power » produit une puissance de 40 Mégawatts

Cette centrale fonctionne en fuel lourd. (Photo : Nary Ravonjy)

C’est effectif. La centrale thermique de Mandroseza qui est gérée par la société américaine « Symbion Power » produit désormais une puissance électrique de 40 Mégawatts après avoir réhabilité les quatre groupes de marque Wartsila. « Ces groupes ont été installés en 2008, mais faute d’entretien, ils ne sont plus fonctionnels en l’espace de quatre à cinq ans alors que leur viabilité aurait pu atteindre plus de 40 ans. Un meilleur entretien s’impose ainsi pour éviter une réhabilitation qui a nécessité un lourd investissement », a soulevé le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, lors de l’inauguration de cette centrale thermique alimentée en fuel lourd hier à Mandroseza.

Production suffisante. Notons que c’est toujours la Jirama qui approvisionne en fuel lourd la centrale tandis que « Symbion Power » assure la production électrique. « Suite à un appel d’offres lancé, c’est Jovenna qui fournit le fuel lourd tandis que Galana approvisionne en gas oil la Jirama, et ce, à un prix inférieur à celui appliqué dans les stations d’essence. La production électrique de la Jirama sera ainsi suffisante pour satisfaire les besoins en énergie du Réseau Interconnecté d’Antananarivo d’une quantité de 230 Mégawatts en période de pointe. Il n’y aura plus ainsi du délestage, mais les coupures de courant qui peuvent survenir sont dues à la vétusté des réseaux de distribution de l’électricité. En outre, il n’y aura plus de nouvelle hausse de la facture », a fait savoir le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison. Par ailleurs, d’autres projets tendant vers une transition énergétique sont déjà en cours pour assurer l’électrification rurale.

Moins coûteux. De son côté, le « Chief Executive » de « Symbion Power », Paul Hinks a souligné qu’il est très encourageant de voir le gouvernement se concentrer sur l’utilisation du fuel lourd, moins coûteux, couplé  à un système de distribution permettant de produire de l’électricité pour le pays, surtout que Madagascar possède ses propres ressources pétrolières à Tsimiroro, déjà utilisées pour approvisionner la centrale. « Ce pétrole est moins coûteux que le fuel importé et sera un autre enjeu majeur pour l’économie du pays », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara27 partages

Madagascar-Inde : Un centre d’application géo-informatique pour le développement rural

Lors de la célébration du 70e anniversaire de l’Indépendance de l’Inde. (Photo : Nary Ravonjy)

Ce centre sera prévu être opérationnel d’ici à un mois. Et ce sera une aubaine pour le développement rural.

Le développement rural est au centre des préoccupations de la coopération entre Madagascar et l’Inde. En effet, dans le cadre de cette relation bilatérale, un centre d’application géo-informatique pour le développement rural (CGARD) sera mis en place. Et il sera opérationnel d’ici un mois. L’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar, SEM Subir Dutta, l’a évoqué hier, lors de la célébration du 70e anniversaire de l’Indépendance de son pays à sa résidence à Analamahitsy.. Ce projet de coopération est le premier centre sur les cinq prévus par le gouvernement de l’Inde dans le cadre de la coopération technique Inde-Afrique, décidé lors du Sommet Inde-Afrique à Addis-Abeba en avril 2011.

Aubaine. « Ce CGARD utilisera toutes les forces de technologie géo spatiale comme le SIG, la télédétection, le système de positionnement mondial, les Technologies de l’Information et de la Communication et les secteurs connexes pour pouvoir développer cette application géo-informatique. Il permettra également la planification, la surveillance, la modélisation, le système de support de gestion du bassin hydrographique, le développement agricole, l’évaluation des impacts sur l’environnement, les pratiques de conservation, la planification des ressources, le développement des infrastructures et de l’urbanisme du village. Ce sera ainsi une aubaine pour le développement rural », a expliqué l’Ambassadeur indien.

Exemple de réussite. En outre, il a soulevé que l’Inde fait partie des nations les plus dynamiques au monde avec une économie valant 2 000 milliards USD en ce moment contre 1,5 milliard USD au moment de son indépendance. La production céréalière de l’Inde a atteint 2 75 millions de tonnes si auparavant elle se chiffrait à 50 millions de tonnes. Son PIB par habitant est passé de 500 USD à 6 000 USD, pour la même période. « Nous sommes également fiers de nos réalisations dans plusieurs domaines  tels que l’agriculture, les TIC, la science spatiale, l’éducation et la santé, les infrastructures et les énergies renouvelables. Et l’Inde est disposée à partager ses expertises au profit de Madagascar », a-t-il enchaîné. De son côté, le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, a reconnu que l’Inde constitue un pays de référence pour la Grande Ile. « On veut renforcer avec vous le partenariat gagnant-gagnant qui sera un exemple de réussite de la coopération Sud-Sud », a-t-il évoqué. Et parlant du CGARD, « c’est déjà installé à Nanisana. Toutes les données concernant l’agriculture et le développement rural, y seront centralisées et traitées. On n’attend plus que la mise en place des stabilisateurs pour pouvoir le faire fonctionner », a conclu a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara23 partages

Farakely : « Tafaray isika roa » entre folk, funk et soul!

Elle a mis des semaines à réaliser son projet d’album. Ce 18 août, Farakely va enfin présenter “Tafaray isika roa”, un opus à travers lequel elle se dévoile plus en profondeur, musicalement parlant.Faire carrière dans la musique, un rêve auquel Farakely a toujours aspiré. Aujourd’hui, le rêve prend forme, puisque ce vendredi 18 août, la jeune femme va enfin présenter son premier album en solo : un coffret comportant un CD audio, un DVD ainsi qu’un dépliant dans lequel on trouvera les paroles des dix chansons. Un opus dont la réalisation lui a pris deux mois. Qu’on se détrompe cependant, « Tafaray isika roa » a été réalisé avec les plus grands soins et avec tout le professionnalisme dont sont capables la jeune femme et son équipe. Dans cette aventure qui s’annonce très prometteuse, Farakely s’est effectivement entourée de musiciens reconnus et respectés dans leur domaine. Pour le concert qu’elle donnera au CCEsca demain soir, à 19 heures 20 tapantes, elle sera entourée de cette même équipe : Andry Tsitohaina, Hoby et Manitra aux guitares, Tiana Rainitelo, Andry et Naina Zanaray aux percussions et Sefo à la basse. « Ce sera un concert purement acoustique. D’ailleurs, nous avons spécialement choisi d’utiliser les sonos BOSE pour cet évènement », précise Farakely. Connue pour être une grande amatrice de folk, la chanteuse, à travers « Tafaray isika roa » pourrait en surprendre plus d ‘un. Elle dévoile effectivement plus en profondeur son univers musical. « Il y a bien sûr les titres très gasigasy, mais il y en a également des ballades et soul et d’autres chansons plus funky». Pour une ballade entre folk, funk et soul avec Farakely, rendez-vous donc ce vendredi 18 août au CCEsca, à 19 heures 20 tapantes.Mahetsaka

Tia Tanindranaza22 partages

Lisi-pifidiananaEzahana ho mangarahara, hoy ny CENI

Efa eny anivon’ireo biraom-pokontany manerana ny nosy avokoa amin’izao fotoana ny lisi-pifidianana, raha ny fanazavan’ny filohan’ny vaomiera mahaleotena momba ny fifidianana na ny CENI, omaly, tetsy amin’ny foibeny Alarobia.

J. Mirija

 

Midi Madagasikara20 partages

Donald Trump, un président de plus en plus controversé

Parler du président des Etats- Unis aujourd’hui n’est pas anachronique car même s’il est indispensable de manifester un certain détachement à son égard, il ne laisse  personne indifférent. Il est difficile de décrypter son attitude, car il fait tout un jour et son contraire le lendemain provoquant l’irritation de ses interlocuteurs. Mais jusqu’à présent, il a toujours su corriger son outrance, s’arrêtant juste à temps avant d’accomplir un acte irrémédiable.

Donald Trump, un président  de plus en plus controversé

Son impopularité augmente de jour en jour, mais le socle d’électeurs qui lui a permis d’être élu lui accorde un soutien indéfectible. Donald Trump est donc fidèle à ses convictions et on se demande si les propos outranciers qu’il tient ne sont pas dans le droit fil de sa logique. Son impulsivité paraît naturelle et il a réussi à inquiéter la communauté internationale lorsqu’il a menacé la Corée du nord d’un déluge de feu nucléaire. Son entourage a vite tempéré la virulence de ses déclarations. La tension s’est apaisée, puisque Kim Jung Un a décidé de renoncer à lancer des missiles sur l’île de Guam. Cela a permis le revirement de son homologue américain saluant la sagesse de la décision. Les manifestations des membres du Klukluxklan et des suprémacistes blancs à  Charlottesville et la mort d’une jeune femme renversée par la voiture d’un d’entre eux ont profondément choqué l’opinion américaine. La réaction du locataire de la Maison Blanche a provoqué l’indignation de nombreux américains. Il a dans un premier temps condamné les deux camps avant de se rétracter et de tenir des propos très sévères vis-à-vis des racistes. Il est revenu sur ses dernières déclarations lors d’une conférence de presse donnée le lendemain. Malgré le tollé qu’il a soulevé, il est resté ferme dans son attitude. La démission de certains de ses  conseillers  outrés  par son comportement n’arrange pas son image de plus en plus dégradée. On se rend compte aujourd’hui plus qu’hier de sa différence avec Barack Obama. Le fossé se creuse de plus en plus avec une partie importante de l’Amérique qui rejette sa manière de gouverner. L’homme ne semble pas s’en formaliser et il préfère agir selon son instinct quitte à choquer. Les qualificatifs employés à son égard sont très durs, mais il tient  le cap.

Patrice RABE

Midi Madagasikara15 partages

Materauto – Ford : Un nouveau centre « Quick Lane » à Talatamaty

Le tandem Materauto – Ford Motor Company  étoffe son réseau de centre de maintenance. Le 6e « Quick Lane » a été inauguré hier dans l’enceinte Shoprite à Talatamaty. Faut-il en effet rappeler que les centres « Quick Lane » sont une initiative de Ford Motor Company.  Des centres qui sont munis d’installations permettant d’offrir aux automobilistes, une maintenance professionnelle pour de petites interventions et avec un délai d’exécution rapide. Adaptés à toute marque de véhicule, les services « Quick Lane » comprennent notamment la vidange, les changements d’huile, de filtres, de plaquettes de frein, de courroies, ainsi que les diagnostics électroniques. Avec le service pneumatique, les centres « Quick Lane » peuvent également ajuster et permuter les pneus, effectuer l’alignement des roues et remplacer les amortisseurs.

Gabriel Mahula Matsela Directeur des Opérations des Concessionnaires de Ford pour l’Afrique Subsaharienne était présent hier, lors de l’inauguration de « Quick Lane » Talatamaty. Il a rappelé, à cette occasion la réussite des cinq premiers centres « Quick Lane » installés à Madagascar depuis 2011. « Avec Materauto qui a ouvert une succursale « Quick Lane » à Talatamaty, les clients de la partie Nord de la capitale peuvent désormais avoir accès à des services de haute qualité » a-t-il déclaré. A noter qu’en plus de Madagascar, d’autres pays africains comme le Nigeria, l’Ouganda, la RDC, la Zambie, Maurice, l’Ethiopie et l’Angola disposent également de centres « Quick Lane ». Pour servir les automobilistes de ces pays, Ford continuera à tirer partie de la réussite de ces centres. Pour en revenir au centre « Quick Lane » de Talatamaty, une remise exceptionnelle est accordée aux clients à l’occasion de  cette inauguration.

R.Edmond.

Midi Madagasikara14 partages

Recensement général : La dernière date de 1993

La population malgache est actuellement estimée à 25 millions d’habitants, les résultats préliminaires du RGPH3 le confirmeront (ou pas) en décembre 2017.

Pan incontournable de la socio-démographie, le recensement général de la population représente également un outil majeur d’aide à la décision, qu’il s’agisse du domaine politique, économique, ou encore social. Le dernier recensement général de la population et de l’habitat date pourtant de 1993 !

Pour 2017, le troisième recensement général de la Population et de l’Habitat (RGPH3), figure parmi les activités de grande envergure du Fonds mondial de la Population ou UNFPA à Madagascar. Depuis le mois de mai, les travaux de grande cartographie ont été effectués, ils en sont actuellement à leur finalisation. La seconde étape également très importante sera constituée par le dénombrement qui consistera en l’administration d’un questionnaire à tous les ménages vivant sur l’étendue du territoire national. Elle se tiendra d’ici à un peu moins de deux mois, à la mi-octobre 2017. Enfin suivra le traitement des données recueillies en vue de la publication des résultats préliminaires, de novembre à décembre 2017.

Luz R.R

News Mada13 partages

Route Ambilobe- Vohémar : le dossier relatif à la réhabilitation en cours

Le dossier relatif à la réhabilitation de la route Ambilobe-Vohémar, dont les travaux seront financés par le gouvernement chinois, est en marche, indique le ministère des Travaux publics

La route de l’enfer, c’est ainsi que les usagers qualifient la piste Ambilobe-Vohémar, en raison du très mauvais état de cette infrastructure routière. La réhabilitation de cette portion de la RN5 d’une longueur de 165 km, financée par le gouvernement chinois, se précise, a annoncé hier le ministère des Travaux publics. Le dossier de pré-qualification des entreprises, dont le lancement est programmé au cours de ce mois, vient d’être bouclé, a-t-on indiqué.

Le projet de réhabilitation durera une année, sans aucune modification du tracé actuel, pour se terminer vers la fin de l’année 2018. Le montant des travaux n’a pas été toutefois révélé. Rappelons  que le bitumage de cette route nationale reliant les deux régions du Nord (La Sava et la Diana) a été abordé à l’issue du dialogue politique entre le gouvernement malgache et l’Union européenne, en avril dernier, tout comme la réhabilitation de la RN6 reliant Ambilobe- Antsiranana, la RN 12A, entre Farafangana et Taolagnaro, et la RN13, reliant Ihosy à Taolagnaro.

Travaux d’urgence

Par ailleurs, quelques travaux d’entretien de la RN5 A ont déjà débuté au mois de mai dernier. D’après les explications reçues,  « Il a fallu procéder à cet entretien sous forme de partenariat public-privé car même les engins ne peuvent pas y passer ».  Notons qu’en période de pluies, les usagers de la piste prennent jusqu’à 6 jours de voyage pour relier Ambilobe-Vohémar.

L’Etat a donc financé les travaux de déroctage et de traitement des points noirs au PK 40 + 250, notamment au niveau du village d’Andafialava, ainsi que le réprofilage arrivé au PK 22 à l’entrée du village de Mantaimaro. En outre, d’autres travaux se feront entre le PK 60 et le PK 110 à travers le Fonds d’entretien routier (Fer). En tout, les travaux d’urgence effectués jusque- là portent sur le cantonnage, le terrassement, le reprofilage, le traitement des points noirs et l’assainissement de la route

Riana R.

 

Midi Madagasikara13 partages

Ankadindratombo : Fiara « Golf », nidona tamin’ny « rond point », may kila forehitra

Fiara kely iray, marika « Golf T4 » no may kila forehitra omaly teo amin’ny sampanan-dalana mihazo an’Alasora iny, ny alin’ny talata lasa teo, teny Ankadindratombo, rehefa avy nidona tamin’ilay « rond point ». Tokony ho tamin’ny 11 ora alina tany ho any ity loza ity no niseho raha ny fanazavàna azo avy amin’ny mpitandro filaminana misahana iny faritra iny. Tsy nisy ny aina nafoy, na izany aza mpandeha iray tao anatin’ilay fiara no naratra ary voatery nentina haingana tany amin’ny toeram-pitsaboana. Tsy nisy azo noraisina kosa ilay fiara kely, noho ny fahamaizana nihatra taminy. Ny zava-nitranga : nirorimo avy any By Pass avy any ity fiara ity no nidona sy nifatratra avy hatrany teo amin’ilay « rond point ». Somary nanidina kely mihitsy aza izany, raha ny nambaran’ireo nanatri-maso. Ary tsy vitan’ny hoe nidona, fa fotoana fohy taorian’izay dia nidona-tsetsotra. Niredareda ny afo nony avy eo. Voavonjy ara-potoana kosa ireo olona tao anatiny. Azo heverina, hoy ireo mpitandro filaminana, fa ny vokatry ny dona mafy nahazo ity fiara ity no nampisy pitik’afo tany amin’ny solika ka antony nandrehitra ny fiara. Nisoamaritaka avy hatrany ny olona. Tonga teny an-toerana kosa ireo mpitandro filaminana, zandary sy pôlisy misahana iny faritra iny, niaraka tamin’ny mpamonjy voina niezaka namono ny afo. Tsy nisy azo namantarana ilay fiara intsony moa ary na ny olona tao anatiny kosa aza, raha ny fanazavan’ireo mpitandro filaminana hatrany, dia tsy fantatra hoe nentina tany amin’ny toeram-pitsaboana aiza na aiza. Tsy vao izao moa no namoa-doza toa izao io « rond point » eo Ankadindratombo io, raha ny fanazavàna azo. Ambonin’ny hoe tsy misy mari-pamatarana avy any lavitra, dia mbola tsy misy jiro ihany koa manazava izany. Hany ka raha olona mbola tsy za-dalana, toy ny nahazo ny mpamily an’ity fiara ity dia saika iharam-boina toy izao foana. Araka izany dia miantso ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny ireo mponina mba hijery akaiky sy handray fepetra amin’izay toe-javatra izay ireo mponina eny an-toerana sy ny mpampiasa lalana.

m.L

Midi Madagasikara12 partages

Audit international des listes électorales : Des experts internationaux dépêchés par la CENI !

Les membres de la CENI lors du point de presse d’hier. (Photo fournie)

La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) a exhorté tout un chacun à lui faire part des irrégularités et des péripéties rencontrées dans le déroulement de ce processus électoral lors d’un point de presse qui a eu lieu hier à Alarobia, au siège de la commission électorale.

En coulisses, l’on craint une affaire de « code de la communication bis » avec le code électoral qui sera rédigé ultérieurement – par une entité interministérielle – sur la base des diverses recommandations issues des différents cadres de concertation, mais aussi de celles de la commission de consultation et de réflexion sur l’amélioration du processus électoral malgache. « Sur ce point, la Ceni est dessaisie, car le dossier y afférent est déjà remis aux autorités étatiques. Il renferme, d’une part, les documents stratégiques relatant les différentes préconisations issues des cadres de concertation et d’autre part, les recommandations de la commission consultative et de réflexion sur l’amélioration du processus électoral malgache », a indiqué Hery Rakotomanana, président de la Ceni. Mais interrogé sur les moyens de pression dont se doterait cette dernière pour que le code électoral ainsi élaboré reprenne véritablement lesdites recommandations, la réponse du président est loin d’être satisfaisante. « La Ceni n’a aucun moyen de pression pour imposer leur reprise dans le texte qui sera produit », a-t-il soutenu. On se demande, par voie de conséquence, si l’Exécutif et le Législatif ne vont fomenter un nouveau texte qui, éventuellement, sera en faveur du parti au pouvoir. Nous rappelons au passage que certaines de ces recommandations n’ont point été considérées car elles vont à l’encontre des dispositions constitutionnelles en vigueur. Quoi qu’il en soit, le projet de texte relatif à l’encadrement juridique des élections devrait, en principe, être soumis au Parlement en octobre, lors de la seconde session ordinaire.

Fichier électoral. Et puisque l’on vient de soulever ce qui se passera le mois d’octobre prochain, Madagascar recevra la visite d’experts internationaux dépêchés par la Ceni  ce même mois. « Actuellement, nous sommes au stade de l’audit interne des listes électorales. Puis, les experts internationaux qui arriveront en octobre se chargeront de les observer, de les critiquer et éventuellement d’y apporter quelques améliorations », a informé Hery Rakotomanana. Nous n’ignorons pas que, d’après les dispositions du Code électoral en vigueur, la révision annuelle des listes électorales ou RALE se déroule du 1er décembre de l’année jusqu’au 15 avril de l’année subséquente. Les listes sont donc « gelées » – pour reprendre le terme du président de la commission – à partir du 16 avril jusqu’à la prochaine RALE. « Ces listes gelées sont déjà disponibles auprès des Fokontany dans tout Madagascar et les citoyens doivent prendre la peine de les consulter et de les vérifier si les noms y figurent ou non », a affirmé Hery Rakotomanana qui n’a pas manqué de préciser qu’ « il ne s’agit point d’une refonte des listes électorales ».

Aina Bovel

L'express de Madagascar10 partages

Énergie – Symbion Power met fin à la traversée du tunnel

Les quatre groupes à fioul lourd dans la centrale thermique de Mandroseza sont actuellement opérationnels. L’offre en puissance dépasse nettement la demande.

Mission accomplie. Symbion Power a achevé la réhabilitation des quatre groupes en panne dans la centrale thermique de Mandroseza. Ce dernier alimente désormais le réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA avec une capacité de production de 40 mégawatts en électricité). Une cérémonie d’inauguration s’est tenue dans l’enceinte du site de production de la société nationale de distribution d’eau et d’éléctricité à Mandroseza hier. « La réhabilitation des quatre générateurs s’est achevée au mois de juillet. Avec les 40 mégawatts supplémentaires », affirme Paul Hinks, président de Symbion Power. La centrale thermique de Mandroseza et celle d’Ambo­hi­manambola fournissent près de 190 mégawatts. « C’est déjà plus que la moitié du besoin de la RIA avec une demande de 230 mégawatts pendant l’heure de pointe le soir. Les autres sites Andekaleka, Mandraka et Sahanivotry Antsirabe fournissent le reste », explique Lanto­niaina Rasolo­elison ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures.  Ce dernier annonce également que d’autres nouveaux sites producteurs à fioul lourd de la Jirama à Ambohimanambola seront bientôt inaugurés. Les travaux de réhabilitation de ces groupes ont commencé en novembre 2015. Depuis août 2016, le premier groupe est opérationnel en fournissant 10 mégawatts supplémentaires. Il ne devrait donc plus y avoir de problème de délestage.

Rabais de 8%La société Jovenna assure actuellement la fourniture de fuel lourd. Ce dernier remporte la bataille avec «un coût plus compétitif» selon le ministre de l’Eau de l’énergie et des hydrocarbures par rapport aux autres candidats qui ont soumissionné à l’appel à manifestation d’intérêt lancé par la Jirama depuis le mois d’avril pour la fourniture en fuel lourd et carburant à Mada­gascar tandis que la société Galana assure la fourniture de gasoil. Le prix du fuel lourd coûte moins cher que celui du gasoil. La Jirama a pu bénéficier d’un rabais de 8% par rapport aux prixdans les stations, « Le choix de la Jirama pour les fournisseurs s’est focalisé sur le rabais par rapport aux prix à la pompe. La société Jovenna a été choisie pour l’approvisionnement en fuel lourd avec une baisse de 8% » ajoute-il. La Jirama utilise 230 à 250 grammes par kilowatheure. Pour le fonctionnement des groupes, l’usine utilise environ 9 200 kilogrammes à 10 000kg /kwh soit environ 1 tonne. La transition vers l’énergie renouvelable telles que l’énergie solaire à Maha­boboka Toliara et l’énergie éolienne a été également évoquée. En ce qui concerne la baisse des tarifs « c’est un objectif à long terme d’où la nécessité d’une transition énergétique menant à l’énergie renouvelable », selon toujours Lantoniaina Rasolo­elison. Dans l’appel à manifestation d’intérêt, la Jirama a souligné que c’était pour une période de 6 mois pour la fourniture en carburant.De leur côté, les industries se plaignent des coupures qui handicapent le secteur privé mais également les coûts, « les tarifs industriels n’ont pas été respectés, cette fois, alors que c’était toujours le cas avant.  Cela nous pénalise car les industries produisent et cela nuit à lacompétitivité », dénonce Noro Andriamamonjiarison, président du Groupement des entreprises à Madagascar.

Des détériorations injustifiées

Le président de la République Hery Rajaonarimampianina a mis le point sur la nécessité d’entretien et de maintenance des matériaux. Ce qui s’avère une faille. Il a ainsi souligné la prise de responsabilité de chacun surtout de la Jirama comme premier concerné. «La Jirama a obtenu les quatre groupes de marque Wartsila très connue à l’échelle internationale en 2008. Des groupes qui sont opérationnelles sur une période de quarante ans environ. Alors que, les notres fonctionnaient seulement pendant quatre à cinq ans car en 2015 ces engins étaient en panne, d’où la nécessité d’entretien surtout de la part des techniciens au niveau de la Jirama», affirme t-il.

Sandra Hafalianavalona

L'express de Madagascar10 partages

Transport – Des cartes spéciales pour les handicapés

La circulation des personnes en situation d’handicap (PSH) a été simplifiée. Elles sont, désormais, munies d’une carte spéciale pour PSH. « Elles peuvent l’utiliser pour faciliter leur circulation sur la voie publique », indique un responsable du projet Lamina, initiateur du projet, hier.Les PSH peuvent montrer leur carte aux éléments de la police de la route, lorsqu’elles éprouvent des difficultés à traverserla rue. C’est également le cas, quand elles ont besoin d’aide pour monter ou descendre d’un transport en commun, et pour pouvoir se mettre sur la place réservée aux PSH.

FacilitationAu moment où il y a mêlée dans les bus, ils ont l’opportunité d’entrer en premier, grâce à la carte. Les polices de la route, les opérateurs de transport en commun, également des acteurs du projet Lamina, auraient été déjà formés sur le fonctionnement de ces cartes.Six cent trente cinq cartes ont été distribuées, depuis le mois de mars où elles ont commencé à être fonctionnelles. Les PSH qui n’ont pas encore eu cette carte peuvent se présenter à la « Plateforme de Fédération des Personnes Handicapées », pour avoir accès à cet objet de facilitation de la circulation.

M.R.

Midi Madagasikara10 partages

Polibrèves

*L’association des « Tangalamena » organisera une grande mobilisation ayant trait à la préparation de la réconciliation nationale à la traditionnelle ce 19 août à Nosy Varika. Tous les « Tangalamena », les politiciens et différentes personnes seront invités à cette mobilisation. Notons qu’il y a plus de 16 600 « Tangalamena » recensés dans tout Madagascar.

*Le 28 août prochain sera marqué par le sixième anniversaire du décès à Soanierana Ivongo de Nadine Ramaroson, ministre de la Population de l’époque. Jusqu’à maintenant, les zones d’ombre autour de son décès planent et aucune lumière n’a été faite sur cette affaire. On ignore pour le moment ce que va faire la famille Ramaroson à cette date.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara10 partages

TENNIS / JUNIORS : Vers des tournois juniors de coefficient 2

Rideau sur les championnats de Madagascar vétérans et jeunes. Bilan prévisible a dit le directeur technique national Dina Razafimahatratra. Entretien.

Midi Madagasikara : «Comment a été le bilan technique de ce sommet des jeunes et des vétérans ? »

Dina Razafimahatratra Directeur technique national de la FMT : « Les résultats étaient prévisibles. Analamanga a dominé comme toujours. Il y eut par exemple Daniela Tafangy en demi-finale des moins de 14 ans. Mais c’est Tana qui reste au top. De même, les pensionnaires des centres ont démontré leur suprématie tout comme ceux qui font  deux  à trois tournois par an à l’extérieur. Il en est ainsi des jumeaux Ranaivo, de Sampras et de Lanja »

M.M. : « Et le niveau des provinciaux ? »

D.R. : « Il n’y a plus beaucoup de jeunes performants en région. Ou ils sont aussi victimes des tableaux. Car le classement numérique favorise Analamanga. A la comptabilisation des points, Analamanga est en avance, car la ligue possède beaucoup de tournois. On ne connaît les numéros un des provinces que sur les déclarations des entraîneurs. »

M.M. : «  Et quelles solutions préconisez-vous ? » 

D.R. : « Nous avons décidé que les ligues d’Analamanga, de Vakinankaratra et d’Atsinanana organisent un tournoi régional de coefficient 2. Les compétitions nationales sont de coefficient 3, les régionales de coefficient 1, mais ces nouvelles compétitions qu’on va leur allouer seront de coefficient 2, ce qui permettra aux joueurs de bouger et de tester leur niveau en permanence »

M.M. : « Pourquoi Analamanga ? Est- ce que vous ne l’avantagez pas encore ? »

D.R. : « La ligue Analamanga avantage tout le monde là. Elle va ouvrir aussi ses compétitions à toutes les ligues. Les jeunes des provinces peuvent venir. Car là, on ne les voit qu’au sommet national et rendez-vous l’an prochain après.  Comme cela, ils joueront des tas de matches. Mieux, on va sortir le calendrier très tôt en 2018 »

M.M. : « Et les autres ligues ? »

D.R. : « Certaines ligues n’ont pas tenu leur sommet. Mais nous avons permis à quelques joueurs d’être au sommet quand même. Que les ligues sachent aussi que les championnats régionaux sont dans leurs obligations »

M.M. : «Et que pouvez-vous dire sur le sommet national toutes catégories ? »

D.R. « Ce sera des joutes entre  Mamy Hialy, Ando, Patrick et Harivony entre autres. Andritoavina ne sera pas de la partie, tout comme Zarah chez les dames. Sariaka sera en France, Finaritra à Maurice…Mais Fitia, Viviane, Anjanoro seront là. Il y aura de belles rencontres ! »

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara9 partages

Vahoaka Miray : « Le CFM pour distribuer des places »

Les critiques à l’endroit du CFM ou Comité du « Fampihavanana Malagasy » continue de pleuvoir nonobstant le fait que cette institution n’ait pas encore ébauché le processus de réconciliation nationale, une mission à caractère herculéen. Cette fois, ces critiques émanent du VAMI ou « Vahoaka Miray » qui rejette purement et simplement cet organe institutionnel qu’est le CFM. « Il s’agira de répéter ce que le FFM a d’ores et déjà effectué », avance Rakotondrazanany Gabriel, le secrétaire général du parti. Et lui d’ajouter que « pour nous, le CFM est un moyen de distribuer des places ».

Refondation. Par rapport à la conjoncture politique actuelle, le VAMI reste sceptique quant à l’aboutissement du processus de réconciliation nationale. Il n’a pas manqué, par exemple, de citer le cas du parti TIM (Tiako i Madagasikara) qui n’a pas pu effectuer la célébration de ses 15 ans ni à Antananarivo ni à Toamasina. « J’ose même affirmer que ce sont peut-être les dirigeants actuels qui ont besoin d’être réconciliés avec les autres », poursuit le SG du parti VAMI. Quoi qu’il en soit, ce dernier joint également l’idée de refondation du pays. Pour lui, repartir à zéro est loin d’être un problème. « Il faut seulement déconstruire toutes les institutions pour mieux reconstruire Madagascar. Et pour ce faire, une élection constitutionnelle est l’unique moyen d’arriver à cette fin de refondation », conclut Rakotondrazanany Gabriel.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara9 partages

Toamasina II : “Dokotera” mibizina “lay misy odimoka” ho an’ny vahoaka

Ela nitoratorahana ity “dokotera” antsoina hoe “Samson” miasa ao amin’ny toeram-pitsaboana, CBS II, kaominin’Ampisokona, distrikan’i Toamasina II, ka tratra ihany nony farany amin’ny fibizinana ireo “lay misy odimoka” ho an’ny vahoaka avy amin’ny mpamatsy vola sy ireo mpiara-miombona antoka ary ny fanjakana malagasy, entina hiadiana amin’ny tazomoka ao Toamasina II. Efa ela no narahin’ny fiarah-monina maso izao bizina “lay misy odimoka” ho azy ireo ataon’ity mpitsabo ity izao, efa nisy mihitsy ny fitarainana nataon’izy ireo teo anivon’ny kaominina sy ny mpitandro ny filaminana, saingy ny porofo mikasika izany no tsy mbola nisy hatramin’izay. Teo am-pitondrana ireto “lay misy odimoka” tamin’ny moto tamin’ny lalam-pirenena faha-5 nihazo an’i Toamasina renivohitra ilay ramatoa no saron’ny zandary teo anelanelan’Analamalotra sy Ampilaolava, niaraka tamin’ny gony iray feno “lay misy odimoka” an’ny fanjakana. Notambazan’ity ramatoa 20.000 ariary ireto zandary nahatratra azy, saingy heloka misy mpitory ny vitany ka nentina natao fanadihadiana teo anivon’ny kaompanian’ny zandary Toamasina izy. Tsy mbola nilaza ny heviny ny talem-paritry ny fahasalamana Atsinanana, sy ny “medecin inspecteur” misahana an’i Toamasina II, mikasika izao raharaha izao. Ingahy Samson koa anefa fantatra fa manana fitoriana hafa tamina trosan-jezika 600.000 ariary ihany koa ankehitriny ao amin’ny zandary…

Malala Didier

Midi Madagasikara9 partages

SLK niharan-doza tao Ankazobe : Tsy hitory ny mpamily ireo niharam-boina

Na dia maro aza ireo naratra tamin’ireo mpikambana ao amin’ny Sampana lehilahy kristiana (SLK) FJKM Miandrarivo-Ambanidia tamin’ilay lozam-pifamoivoizana nitranga tao Ankazobe ny Alatsinainy lasa teo, tsy hitory na iza na iza ireo niharam-boina. Tsy mitana na iza na iza ho tampon’antoka tamin’iny raharaha iny izahay, hoy ny Mpitandrina ao amin’ity Fiangonana ity, raha nanontanina ny heviny mikasika izany. Ity Mpitandrina ity, izay isan’ireo  naratra tamin’izany ihany koa, raha ny fitantarany, saingy efa nahazo fitsaboana ara-dalàna ka efa nivoaka ny hôpitaly. Nomarihiny fa 24 izy ireo no nandeha tamin’io fiara Sprinter io, niala avy any Mahajanga. 14 izahay no naratra, hoy izy, ka ny roa no tena voa mafy ary mbola tazonina eny amin’ny hôpitaly. Nambarany fa mbola tsy mahatsiaro tena ny iray hatramin’ny omaly.

Tsy hametraka olana amin’ny tompon’ny fiara ny Fiangonana, hoy ity Mpitandrina ity, satria samy miaiky ny rehetra fa tsy nanana olana teknika mihitsy ilay fiara nandritra ny dia. Nambarany ihany koa fa ity fiara izay miasa manao taxibe ao amin’ny zotra 147 ity dia olona ao amin’ny SLK Miandrarivo ihany no tompony. Ho fanamorana ny dia no nanomezan’ilay tompony sy nakan’ny fiangonana ilay fiara. Nitranga iny loza iny, hoy ny fanazavany, satria nivaha ny bilao nitana ny fitoeran’entana tao ambony tafo. Nivaha ny teo amin’ny ankavanana ka nitarika ny vesatry ny entana nankany ankavia ka namarina ilay fiara tany amin’ny ankavian-dalana. Aminy, tsy sitrapon’ity mpamily ity mihitsy no nahatonga izany fa loza efa ho tonga fotsiny ihany. Antony iray izay nahatonga azy hilaza fa mety ho fizahan-toetra ataon’Andriamanitra izao, raha nampahatsiahy ilay lozam-pifamoivoizana nitranga tamin’ireo STK sy SAMPATI avy any Soavinadriana tamin’ny faran’ny volana Aogositra iny ny tenany.

T .M.

Midi Madagasikara9 partages

Soarano : Grogne des marchands

Le bruit court que l’espace réservé au stationnement des deux- roues, en face de l’entrée du marché du camp Pochard allait être transformé par la municipalité en emplacement pour de nouveaux marchands. Ce qui n’est pas du goût des marchands déjà installés dans ce marché, à Soarano. Ils dénoncent un impact négatif de cette perspective sur leurs activités. Pour l’instant, aucun aménagement n’est constaté sur le lieu désigné. Force est cependant de constater que nombre de marchands déjà disposant d’un emplacement à l’intérieur du marché, comptent également quelques étals parmi les marchands des rues.

Hanitra R.

Midi Madagasikara9 partages

Présidentielle de 2018 : Le FMI Malagasy présentera un candidat

Jean Jacques Ratsietison, le président du FMI Malagasy.

L’association FMI Malagasy ou « Fahefa-mividy no ilain’ny Malagasy » participera à l’élection présidentielle de 2018. C’est ce que son président Jean Jacques Ratsietison a publié sur les réseaux sociaux et qu’il a réitéré hier au téléphone. « Oui, le FMI va présenter un candidat pour les élections présidentielles de 2018 », a-t-il soutenu. Mais, ce candidat s’engagera à mettre en œuvre les principes et les revendications du FMI Malagasy. Il s’agit, entre autres, de la suppression du MID ou Marché Interbancaire des Devises et de la restauration du système de taux de change fixe. Et Jean Jacques Ratsietison d’ajouter que « l’intervention d’un décret suffira à concrétiser toutes ces mesures ».

Démission. La culture de la démission n’a jamais été automatique à Madagascar. Les responsables qui ont déposé leur démission après une bourde ou un échec sont en nombre très réduit jusqu’à maintenant. Mais pour le FMI Malagasy, « quand le candidat sera élu et n’arrivera pas à assurer les responsabilités qui l’incombent, il doit et va démissionner ». Jusqu’à présent, le FMI Malagasy est une association et non un parti politique. « Nous n’allons donc pas participer aux élections législatives et municipales pour l’instant. Nous estimons que la présidentielle soulève des enjeux majeurs », conclut-il au téléphone.

Recueillis par Aina Bovel

News Mada8 partages

WWF : l’algoculture contre la surpêche

WWF vulgarise la culture de l’algue, ou algoculture, à l’intention des communautés littorales de Mahafaly, dans le sud-ouest de Madagascar. En effet, en plus d’être une alternative pour réduire la surpêche, cette culture contribue non seulement à la désacidification des eaux de mer en éliminant le carbone, mais elle créée aussi un environnement sain dans lequel les crustacés peuvent évoluer et se développer. Au cours de ces six derniers mois, une nette augmentation du nombre de ménages pratiquant l’algoculture a été enregistrée dans la région.

De plus, actuellement, l’algue est un produit en demande croissante sur le marché, notamment à l’exportation, selon WWF. Cela s’explique par sa concentration élevée en «carraghénane», un agent important dans les produits utilisés tous les jours, par exemple pour le dentifrice, ou comme agent de gelée pour la nourriture.

Une technique simple

La technique de l’algoculteur est simple. Les algues sont attachées sur une ligne, et submergées ensuite dans la mer en attente qu’elles grandissent. Comme elles ont un don de croissance rapide, leur récolte peut se faire après 40 jours. En étalant la culture sur plusieurs endroits et espacée de quelques jours, deux à trois récoltes peuvent être effectuées par mois. Et cela ne nécessite ni arrosage ni entretien ni engrais.

Sera R

 

Midi Madagasikara8 partages

Eliana Bezaza : « La femme doit s’ériger en alternative »

« La femme doit être la solution », estime la secrétaire nationale du PSD.

Profitant de son périple dans la partie Nord de l’Ile, la Secrétaire Nationale du PSD organise des rencontres avec les différentes associations féminines. L’occasion pour ce chef de parti de faire montre d’une détermination dans la défense des droits de la femme.

L’action est très importante dans cette région dans la mesure où, pour des questions religieuses  ou relevant du domaine des us et coutumes, beaucoup de femmes restent encore lésées quant à leur statut. Certes, la situation n’est pas pareille à celle qui prévaut dans d’autres pays du monde, mais la Secrétaire nationale du PSD veut voir toutes les femmes malgaches jouir de leur plein droit en tant que citoyennes, mais surtout en tant que pilier fondamental de la société malgache face aux maux récurrents qui la minent.

Société matrimoniale. Eliana Bezaza  croit fermement que l’égalité de genre devant  le droit et le devoir est une condition sine qua non pour un développement durable à Madagascar. La lutte pour les droits de la femme n’est pas uniquement pour elle un phénomène universel qui  est en train de changer la face de la société mondiale, mais surtout a sa spécificité historique et de civilisation au plan national. Le peuple  malagasy est une société matrimoniale. Dans son essence, le Firenena qui se traduit par Nation trouve sa racine  étymologique dans le mot reny qui est la mère  ou la femme. « C’est une place d’honneur de la femme dans la société malagasy et qui doit être non seulement reconnue, mais surtout respectée dans sa juste valeur », selon Eliana Bezaza. Bref, a-t-elle souligné, la société malgache est respectueuse de cette place prépondérante de la femme dans la société, mais cela ne doit pas être seulement du domaine du sentiment, mais aussi transparaître dans la vie pratique de tous les jours de l’ensemble de la société. « Toutes formes de blocage à ces droits et devoirs de la femme qui font transparaître les moindres idées d’exclusion sont à bannir », souligne avec force la Secrétaire nationale du PSD.

Tâches et responsabilités. Dans ce même ordre d’idée de lutte pour l’égalité de droits, Eliana Bezaza a par contre fait comprendre aux femmes que les droits se méritent. « Nous devons démontrer que nous sommes à la hauteur de toutes les tâches et les responsabilités qui nous incombent et que nous sommes capables d’avoir les mêmes résultats que les hommes sinon plus. Cela ne doit pas se traduire sous forme de violence pour pouvoir  se hisser par la force au rang des hommes , mais une manifestation d’amour et beaucoup plus de pensée positive à l’égard de notre famille, de notre communauté et de notre patrie. Nous voulons jouir de tous nos droits, car nous avons la ferme volonté de livrer toute l’énergie qui est en nous pour notre société d’aujourd’hui et nos générations futures ».

Atouts considérables. Beaucoup de verrous ont déjà sauté et actuellement des domaines auparavant réservés exclusivement aux hommes sont ouverts aux femmes.  Les exemples sont nombreux. « C’est pour dire, ajoute-t-elle, que malgré une proportion  non équitable, les femmes sont déjà partout .A nous de faire montre d’une volonté d’aller de l’avant et d’élargir ensemble nos domaines  de savoir ou d’expertise. C’est de cette façon que la société aura confiance en nous. Il ne faut pas oublier que la femme est d’emblée victime de prétendus jugements de valeur ». Et de spécifier qu’en revanche, la femme a en main naturellement des atouts considérables dont l’homme ne peut disposer que  très rarement. « On nous accuse d’être irrationnelle  étant noyée quelquefois dans nos subjectivités. C’est vrai déclare-t-elle, mais c’est cette subjectivité naturelle qui nous rend très prudente. L’homme est très carré et sans état d’âme, mais la femme est toujours guidée par son sentiment de mère et  son intuition d’épouse, sa peur permanente de commettre des erreurs. C’est cette sensibilité et cette sorte de fragilité permanente qui la rend très efficace dans son rôle.

Force de changement. Eliana Bezaza de continuer que « les femmes sont majoritaires dans les différentes organisations qui luttent pour les inégalités sociales, les fléaux qui gangrènent la société, la lutte pour la liberté et les droits humains etc..Pour le cas de Madagascar a-t-elle fait savoir, nous sommes très sensibles à cet échec permanent des régimes successifs. La femme doit trouver les vrais diagnostics à nos maux  récurrents  et doit s’ériger en alternative  dans ce contexte difficile. La femme doit être la solution. Des femmes se hissent à travers le monde au sommet de la hiérarchie du pouvoir et nous devons lutter autant pour être ces solutions attendues depuis plus d’une cinquantaine d’années. Nous sommes présentes partout et nous sommes majoritaires en nombre. Nous pouvons être un vrai force de changement ».

R. O

Midi Madagasikara8 partages

Télévision par satellite : Startimes dans un village pilote au Nigeria

Le 10 août dernier  StarTimes, l’opérateur chinois de télévision payante par satellite, a lancé ses services dans le village nigérian de Hulumi. « A cette occasion StarTimes a installé gratuitement des décodeurs à 20 ménages de la communauté qui a également reçu du matériel de projection vidéo et des panneaux solaires » selon l’Agence Ecofin.

Cette opération fait partie de la phase pilote du projet chinois qui a pour objectif de fournir la télévision satellite à 10 000 villages africains. Selon cette initiative, née en 2015 lors d’un forum sur la collaboration sino-africaine, cinq villages nigérians feront partie des communautés retenues pour bénéficier de l’installation de la télévision satellite, dans la phase pilote du projet.

StarTimes, dont la présence sur le continent africain ne cesse de se renforcer, a réaffirmé, en présence d’officiels nigérians, son intention d’offrir ses services à toute la population locale, aussi bien dans les zones urbaines que rurales. A noter qu’à Madagascar Startimes continue son implantation dans de nombreuses régions.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara8 partages

Olivier Mahafaly Solonandrasana : Cap sur l’Afrique du Sud

Le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana quittera la Grande Ile cet après-midi pour se rendre en Afrique du Sud où il assistera du 19 au 20 août prochain au 37e Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté du Développement de l’Afrique Australe (SADC) qui aura lieu à Pretoria. Avant de se rendre en Afrique du Sud, la délégation malgache mettra d’abord le cap sur le Rwanda où le locataire de Mahazoarivo devrait représenter le président Hery Rajaonarimampianina à la cérémonie d’investiture du président rwandais. Une cérémonie qui se tiendra demain à Kigali. « Le partenariat avec le secteur privé dans le développement de chaînes de valeur industrielles et régionales ». Tel est le thème de ce 37e Sommet de la SADC. Une occasion pour Madagascar de renforcer la coopération avec les Etats membres et de témoigner de notre engagement au sein de cette organisation régionale.

Davis R

Midi Madagasikara8 partages

Fournitures scolaires : Légère hausse des prix

Les prix des fournitures scolaires accusent une hausse par rapport à l’an dernier, d’après le constat des parents d’élèves. Chez les marchands de fournitures, en effet, on constate une légère hausse des prix, notamment, ceux des fournitures de base : cahiers, protège-cahiers, crayons de couleurs, ardoises, etc. Si les stylos et crayons sont relativement abordables, les plus importantes dépenses en matière de fournitures scolaires se situent au niveau des cahiers, des livres et des cartables. En dépit d’une large gamme de produits sur le marché, en effet, les parents voulant miser sur la qualité n’ont d’autres choix que d’y mettre le prix. Il faut, pour cela, compter entre Ar 20.000 jusqu’à Ar 160.000 pour un cartable bien robuste, voire davantage lorsqu’il s’agit de produits de marque.

Hanitra R.

Orange Madagascar7 partages

Les communautés de pêcheurs de Madagascar prennent leur destin en main

Mobilisation historique des communautés côtières de Madagascar, rassemblées au Forum National MIHARI à Fort-Dauphin. Ces populations revendiquent d’une voix forte leur droit fondamental à exploiter et gérer durablement leurs sites de pêche traditionnels.  500.000 personnes vivent de la pêche à Madagascar, dont 83% sont des petits pêcheurs.

170 représentants des communautés côtières vivant de la pêche, venant de tout Madagascar, étaient réunis à Fort-Dauphin du 27 au 31 juillet pour le 4e forum national du réseau MIHARI. Ces communautés prennent en main leur destin avec l’appui des ONGs, et mettent en place des Aires Marines Gérées Localement (AMGL, ou LMMA en anglais). Pour la première fois, elles s’expriment à l’unisson et adoptent 3 motions s’adressant au gouvernement, mais aussi aux bailleurs de fonds et aux ONGs. C’est une étape importante dans la mobilisation de la société civile à Madagascar.

Ces trois motions ont été préparées par les communautés au sein du réseau MIHARI, à l’occasion de plusieurs concertations régionales et du forum national, rassemblant, au total les voix de plus de 400 pêcheurs tout le long des côtes malagasy. Elles ont été adoptées à l’unanimité en présence du Directeur général du Ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche, le 31 juillet 2017.

 Les communautés côtières demandent solennellement au Gouvernement de Madagascar de leur accorder un droit de pêche exclusif le long de la bande littorale, comme c’est souvent le cas dans les autres pays du monde. En effet, elles subissent actuellement une pression des bateaux de pêche industriels qui entrent en compétition directe dans l’exploitation de leurs ressources et contribuent largement à la dégradation des écosystèmes fragiles.

Les communautés demandent également des mesures fortes pour réduire l’impact des engins de pêche destructeurs, en grande partie responsable de la baisse des stocks halieutiques côtiers et de la dégradation des habitats sensibles. En particulier, le mauvais usage des engins de pêche les plus destructeurs, tel que les moustiquaires, doit être éradiqué par un effort conjoint.

Enfin, elles demandent que leurs dina (loi communautaire) sur la gestion des ressources marines soient mieux reconnus et homologués plus rapidement. Ces textes sont en effet reconnus comme un outil efficace pour garantir la bonne gestion des Aires Marines Gérées Localement.

Ces textes préparés avec sérieux contiennent des propositions directement utilisables. Elles représentent un effort considérable des communautés locales, démontrant la vivacité de la société civile de Madagascar. Les communautés et l’ensemble du réseau MIHARI seront vigilants sur les suites données. Elles souhaitent poursuivre la collaboration engagée avec les autorités, le Centre de Surveillance des Pêches, les ONGs, les bailleurs de fonds et  tous les acteurs, pour trouver des solutions durables au bénéfice des communautés de pêcheurs.

Les 3 motions sont accessibles sur le lien: https://mihari-network.org/fr/actualite/forum-national-2017/

Midi Madagasikara7 partages

PIPOM : Promotion de l’Insertion professionnelle et de l’Orientation à Madagascar

Pour mieux transiter du monde universitaire au monde professionnel, rendez-vous au CNF Ankatso tous les mercredis et vendredis de ce mois d’août ! (Photo d’archives)

L’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) poursuit actuellement la réalisation de son projet axé sur l’employabilité des jeunes universitaires. Dénommé PIPOM ou Promotion de l’Insertion professionnelle et de l’Orientation à Madagascar, le projet en est actuellement aux ateliers d’orientation professionnelle.

Dans le contexte récurrent (et très médiatisé) d’inadéquation de l’offre à la demande caractérisant le marché du travail actuellement, l’employabilité des jeunes devient problématique. Conscientes de cela, les diverses parties prenantes du marché du travail et de la formation essaient tant bien que mal de multiplier les initiatives aidant les jeunes fraîchement diplômés à intégrer le monde professionnel dans des conditions épanouissantes, c’est-à-dire : un travail décent et dont les conditions et la rémunération correspondent à la formation et aux qualifications de l’individu. En effet, avant d’entrer dans la vie active, l’étudiant doit, en principe, trouver un emploi qui lui corresponde et postuler.

Défi. Dans la pratique pourtant, ces étapes ne sont pas évidentes à franchir pour les étudiants ; car les formations prodiguées dans l’enseignement supérieur ne les préparent pas suffisamment à une transition réussie vers le marché du travail. Pour aider les étudiants en agissant à son échelle, l’AUF propose tous les mercredis et vendredis de ce mois d’août, des ateliers d’orientation professionnelle où il sera question de leur offrir un accompagnement personnalisé dans cette transition peu évidente du monde universitaire vers le monde professionnel. Les ateliers se dérouleront au Campus numérique francophone (CNF) Ankatso et les étudiants y apprendront entre autres, comment se familiariser avec les fiches métier, comment se préparer efficacement aux tests de recrutement et surtout comment bien préparer, rédiger et présenter son dossier de candidature pour mettre en valeur ses principaux atouts !

Luz R.R

News Mada6 partages

Anaclet Imbiki : « Le pouvoir est le plus grand prédateur de l’indépendance de la justice »

S’étant absenté de la scène médiatique ces derniers temps, l’ancien ministre de la Justice Anaclet Imbiki suit de près la situation sociopolitique. Dans une interview qu’il nous a accordée hier, il a exposé ses analyses par rapport notamment à l’Etat de droit, la démocratie…dans le pays.

*A l’heure actuelle, quel regard portez-vous sur la démocratie à Madagascar ?

-Le fait est que j’essaie de donner une interprétation à la notion même de la démocratie. Toujours est-il que chez nous, la discussion sur le sujet est permanente. Pour ma part, je trouve que la démocratie s’apprend (…). Elle ne s’impose pas tout de suite. Toutefois, cela ne devrait pas être un prétexte à des initiatives controversées.

*La notion est bien mentionnée dans la constitution…

-Il y a des prescrits très clairs dans la Constitution, dont la liberté d’information et de manifestation, qui devraient être respectés. Le problème dans les pays en développement comme Madagascar, c’est qu’il existe un décalage entre les prescrits constitutionnels et les pratiques politiques et juridictionnelles. Le plus important c’est que, comme la démocratie est inscrite dans la Constitution, il faut donc la respecter et tout faire pour qu’elle soit effective.

* Plus d’un pensent que la liberté au sens large est bafouée au pays. Quel est votre avis ?

-Je pense qu’en matière de liberté de presse, par rapport à d’autres pays, il existe une certaine avancée, même si tout n’est pas parfait, comme c’est le cas avec le Code de la communication. Par contre, au niveau de la liberté de manifestation, je pense que nous en sommes encore loin (…). Ces derniers temps, toutes les demandes de manifestation de la part de l’opposition ont été refusées, même s’il s’agit de manifestation pacifique. Il faudrait réellement examiner ces demandes au cas par cas, si certaines demandes présentent vraiment un risque de débordement … Son refus devrait être une exception et non un principe. Sur ce plan, il y a encore beaucoup  à faire.

*Sur un tout autre sujet, une grève générale continue de planer au niveau de la justice, que pensez-vous  de cette requête des magistrats par rapport à l’indépendance de la justice?

-La Constitution, le statut des magistrats, le Code de la déontologie des  magistrats sont clairs en matière d’indépendance des juges (…). D’une manière générale, dans le monde, plus encore dans les pays en développement, les tenants du pouvoir politique ont toujours été les plus grands prédateurs de l’indépendance de la justice. Il y a certes des exceptions, mais c’est une réalité. Pour autant, je reviens à la Constitution, personne ne devrait s’immiscer dans les affaires relevant de la justice. Cela dit, l’indépendance ne se quémande pas, cela se conquiert et se mérite. Les magistrats peuvent dénoncer au niveau du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) s’il y a une immixtion ou intervention à propos d’une décision. D’ailleurs, la majorité des membres de cette instance sont des magistrats. Certes, le président de la République et le ministère de la justice y sont respectivement président et vice-président de cette entité, mais dans l’histoire du pays, ils n’ont présidé cette instance que deux fois. Cela dit, le pouvoir politique continuera de faire pression sur la justice mais il appartient aussi aux magistrats de résister et au CSM de les protéger.

*Justement, la présence de l’Exécutif au sein du CSM n’est-elle pas aussi la manifestation de cette dépendance ?

-A ce propos, deux positions se sont toujours affrontées. Il y a ceux qui estiment que l’Exécutif ne devrait pas faire partie de cette entité car cela porte atteinte au principe de séparation des pouvoirs et de plus, comme je l’ai souligné toute à l’heure, le pouvoir politique est le plus grand prédateur de l’indépendance de la justice (…). Les magistrats n’ont pas été élus alors que les décisions prises par les juges sont censées être rendues au nom du peuple malgache. En terme de légitimité, en tant qu’élu au suffrage universel direct, le Président de la République est la seule personnalité qui incarne la légitimé nationale. Dans cette philosophie juridique, d’autres pensent qu’il est légitime qu’il préside cette instance. Mais comme je l’ai dit plus haut, dans la pratique, le Président de la République n’a jamais présidé la session de cette instance et d’ailleurs, les magistrats sont majoritaires au sein de cette entité.

* Par rapport aux autres pays…

-Dans les pays développés, les magistrats disposent de leur indépendance, d’ailleurs l’opinion publique et la société civile les soutiennent dans cette démarche. Ce qui n’est pas le cas chez nous car l’opinion publique n’a pas confiance en la justice.

`Propos recueillis par J.P

 

L'express de Madagascar5 partages

André Rasolo – « Je m’écarte de ce processus de réconciliation »

Fervent acteur de la société civile dès le début de la crise en 2009, la candidature d’André Rasolo a été rejetée par le comité de sélection des futurs membres du comité de réconciliation nationale. Une élimination que le concerné prend avec philosophie.

• Votre candidature a été rejetée par le Comité de sélection des membres de la réconciliation. Est-ce que vous vous y attendiez ?- Le Comité de sélection a jugé que je ne méritait même pas de figurer parmi les dix meilleurs candidats de la région Amoron’i Mania. Ma candidature a été rejetée après la notation de mon dossier qui comporte une lettre de motivation et un CV. Nous sommes sous la IVe République, rien ne doit plus nous étonner.

• Pourtant, depuis deux ans, vous animez le Comité d’Experts, avez parlé de la réconciliation et analysé les problèmes de la vie politique malgache- Effectivement. Avec le Comité d’Experts, nous avons expliqué la réconciliation communautaire, la nécessité de libérer la parole jusqu’à la base, la mise en place d’un processus inclusif de la réconciliation et la refondation de la République. Oui, en tant que professeur de sociologie politique, je partageais au public, à travers des articles et des conférences, mes points de vue de non partisan de la vie politique et sociale malgache. C’est mon devoir de le faire pour mon pays.

• Le Comité de sélection ne vous a-t-il pas éliminé pour vos prises de position publiques?- Je ne sais pas, mais s’il en est ainsi, c’est grave et dangereux. Les faits sont là. Des blessures anciennes ne sont pas guéries alors que de nouvelles blessures apparaissent. La société endure de multiples fractures sociales à cause de la pauvreté, de l’insécurité et de la défaillance de l’État de droit. Un grand nombre de jeunes scolarisés et diplômés vivent sans emploi. Est-ce un mal de soulever ces faits?

• Après avoir été proche du pouvoir, vous voilà éliminé. Etes-vous frustré ?- J’ai refusé d’être nommé conseiller du président de la République pour nous permettre, l’un et l’autre, de rester entièrement libres. Je fais partie d’un cercle proche de lui en tant qu’enseignant à la Faculté de Droit, d’Économie, de Gestion et de Sociologie d’Antananarivo où il était étudiant. Je ne lui ai jamais caché les réalités telles que je les voyais. Il écoutait, prenait des notes et réagissait aussi. Et oui, la IVe République n’arrête pas de nous surprendre.

• Pensez-vous que le Président, l’ancien étudiant de la Fac, va vous nommer dans son quota des onze membres?- Pour éviter cette possibilité, j’ai préféré déposer ma candidature au Comité de sélection. Au nom de la liberté, de l’impartialité et de l’indépendance, je ne peux pas accepter une éventuelle nomination. Je m’écarte de ce processus. On tourne cette page et on avance.

Propos recueillis par Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara5 partages

Hippisme – Clôture de saison : Les victoires partagées à l’hippodrome de Mahazina

La 10e journée et clôture de la saison des courses à Mahazina à Ambatolampy a vu la confirmation des ténors. Dans la première course baptisée « Prix Laurier », Omdah piloté par le jockey Rabearivelo a signé sa première victoire de la saison. Il a devancé même Patrick Rakotoarivelo qui termine deuxième et Jean- Baptiste Rakotohanja finit troisième.  Dans la course « Prix Airtel » réservée aux apprentis débutants malgaches et mauriciens, les apprentis ont montré leur savoir- faire dès l’entrée de la ligne droite opposée. Ce sont les deux Malgaches Johary Randriamanana avec Faniry Falivolasoa et Tunie Nambinintsoa de Nick Power qui sont classés respectivement premier et deuxième. Le jeune mauricien, Lucas Petit-Petit avec Nick Power complète le podium. Les victoires ont été partagées avec la confirmation des favoris à l’image de  Patrick Rakotoarivelo au « Prix Mimosa » avec Pointe de Flèche, de Lolita Star sous la selle de Nicot Ramiliarimanga dans la 5e course « Prix Jacaranda », de Pharys avec la monte de Jean-Baptise Rakotohanja au « Prix Mimosa Poulains ». Mais le clou du spectacle a tenu sa promesse avec le Grand Prix de Clôture de la saison 2017. Une apothéose en mettant aux prises les meilleurs chevaux du moment, avec une fin de course palpitante où l’arrivée s’est faite dans un mouchoir de poche. C’est Nouvellle Star sous l’impulsion de Rivoson Andriamparany qui a tiré  son épingle du jeu à une courte tête de l’Oiseau Bleu confié au talent de Nicot Ramiliarimanga. Nabab chargé à 62 kg n’a pu mieux faire qu’une 3e place malgré toute la science de Patrick Rakotoarivelo. Mascotte de Star confié à Jean-Baptiste Rakotohanja arrive à 4e devant Kathy Pleasure associé à Eric Ravelonjanahary. Rideau donc pour les courses à Ambatolampy pour cette saison 2017. Jockeys et chevaux profiteront de deux semaines de repos mérité avant d’affronter la piste de Bevalala où ACHEL donne rendez-vous au public tananarivien le dimanche 3 septembre.

T.H

Madagate4 partages

Madagascar. Le pauvre PM Mahafaly se rattrape… familialement. Mais…

Tiens, il n'était donc pas question de "sécurité" pour ce voyage parisien, contrairement au "complément d'information" plus loin après la publication de la liste "familiale"!?

A quoi cela sert-il d’être Premier ministre, chef du gouvernement si c’est pour être considéré comme inexistant bien qu’ayant assisté à des inaugurations capitales pour le régime Hvm?

Assis de gauche à droite:Narson Rafidimanana, Monsieur Projets présidentiels dont le nom figure sur la plaque de la rocade d'Andohatapenaka; Honoré Rakotomanana, Président vacillant du Sénat; Olivier Mahafaly Solonandrasana, Premier ministre, Chef du gouvernement et ministre de l'Intérieur; Robert Yamate, Ambassadeur des Etats-Unis; Robert Goodlatte, du Congrès américain et, à demi caché, Paul Hinks, CEO de Symbion Power

Pas de Premier ministre Olivier Mahafaly pour la postérité

Car, encore une fois, bien qu'il était présent, le nom du Premier ministre de combat Solonandrasana Olivier Mahafaly n’est pas inscrit sur la plaque commémorative de l’inauguration du gros matos thermique fuel-tivore installé à Mandroseza par Symbion Power (un énième marché de dupes, LE CONTRAT ICI)

Au premier plan, de gauche à droite: Yang Xiaorong, Ambassadeur de Chine; le Président Rajaonarimampianina; le Premier ministre etc, etc. Olivier Mahafaly applaudissant; le ministre Narison Rafidimanana et le Président des Loholona Honoré Rakotomanana, applaudissant

Pas de Premier ministre Olivier Mahafaly pour la postérité non plus

La première fois que ce Premier ministre, à la fois ministre de l’Intérieur, a essuyé ce genre d’affront, ce fut lors de l’inauguration du tronçon censé mener, de manière peinarde, jusqu’à Ivato: la fameuse rocade d’Andohatapenaka.

Avec pour thème: «Le partenariat avec le secteur privé dans le développement de chaînes de valeur industrielles et régionales», la présence de dirigeants d’entreprise malgaches, à ce 37è Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement la Sadc, aurait été plus judicieuse. Comme le président réélu du Fivmpama (Groupement du Patronat Malagasy), Erick Rajaonary, par exemple. Non?

D’un autre côté, si l’on veut jouer aux analystes, cela signifie que le président Hery Rajaonarimampianina tente de se défaire de celui qu’il a nommé un dimanche à Iavoloha. Mais lâche comme il est, il le pousse à la faute. Je ne sais pas si sa mission « familiale » au Rwanda et en Afrique du Sud sera considérée comme telle.

En tout cas, c’est le président Hery Rajaonarimampianina, lui-même, qui vient de commettre une bourde monumentale en n’allant pas en personne à Kigali et à Pretoria. Le proche avenir nous le confirmera.

Pour le moment, les médias malgaches se sont emparés de cette histoire comme seul ce régime Hvm pouvait créer dans une atmosphère de mécontentement généralisé à travers toute la Grande île et dans tous les domaines. Vivement 2018 pour le meilleur ou pour le pire…

Jeannot Ramambazafy – Photos : Harilala Randrianarison – 17 août 2017

News Mada4 partages

Hanambatra ny heriny ny distrikan’Andramasina

Maka bahana ho amin’ny fampandrosoana nefa koa tsy hanadinoina ny maha izy azy. Anisan’ny nivoitra tamin’ny fihaonamben’ny zanaky ny distrikan’Andramasina miaradia, teny Ambatofotsy, ny 15 aogositra teo ny hafatrafatra sy ny fifanomezan-toky. Eo ohatra ny tsy tokony hanovana ny fomba sy ny foto-pisainana ary ny kolontsaina avy any amin’iny faritra iny.  Nampitaina tamin’ny taranaka koa ny tokony hihazonana ny mampiavaka ny zanak’iny faritra iny. “Ny firaisankina sy ny fifankatiavana ary ny fifampitondrana toy ny mpihavana na aiza na aiza hihaonana eto amin’izao tontolo izao. Voajanahary amin’ny zanaky ny distrikan’Andramasina izany fa tsy hoe fitsipika tsy maintsy tandremana”, hoy ny mpandaha-teny. Nifanaiky koa ny rehetra fa hitady ny hevitra rehetra hampandrosoana ny distrikan’Andramasina manontolo amin ny lafiny rehetra. Faly ny rehetra fa nifanatri-tava indray ny samy avy any an-tanànaq. Maro rahateo ireo olona tonga. Na izany aza, mbola nifanentana izy ireo mba ho avo roa na telo heny noho iny, amin’ny fihaonana manaraka. Mbola hofaritana amin’ny fotoana maha mety azy ny tahaka izao ary ezahina mba ho indroa isan-taona izany. Fanombohana ihany aloha izany iny fihaonambe iny.

Synèse R.

L'express de Madagascar4 partages

Des Vazimba « perturbateurs »

Les Vazimba ne sont pas les premiers habitants du Betsileo, selon les traditions locales, lit-on dans une étude réalisée par Daniel Raherisoanjato et publiée dans la revue Omaly sy anio n°15 de l’Unité d’enseignement et de recherche d’histoire. L’auteur cite le manuscrit de l’instituteur de Fianaran­tsoa également ancien directeur du journal Iarivo-Betsileo, Maurice-Michel Rajoharison, dans les années 1970-80. C’est un véritable recueil de traditions orales sur la période d’installation des premiers groupes de population dans la région.D’après le manuscrit, l’un des chefs vazimba de l’époque, Ravarongy, est réputé pour son pouvoir au moment de son installation dans la haute vallée de la Manana­tanana, en amont d’Ifandana. Son frère cadet, Rapeto, qui lui succède, est un homme célèbre, doté d’une force surnaturelle. « À ce propos, les données fournies par Rajoharison, qui s’accordent avec des traditions recueillies à Ankazotana, Anaody et Mahavanona, nous assurent que partout où Rapeto était passé, ses pieds auraient laissé de grandes traces.»Ce serait de larges entailles faites en forme de pied que l’on trouve sur les rochers de Vohitsoa, Ambohimandroso et Vatobe, situés à une dizaine de kilomètres à l’est et au sud de la ville d’Ambala­vao. Nul ne sait s’il ne s’agit que d’un phénomène exceptionnel mais naturel, « qui aurait surpris les habitants et que ces derniers auraient saisi pour le rattacher à des faits du passé, servant alors de repères dans leur mémoire historique ». Et c’est sans compter sur la crédulité des gens.Concernant les premiers peuplements connus sous le terme de « Tompontany » (les maitres de la terre), un témoin de Mahavelona raconte que « ces premiers hommes vivaient par petits groupes indépendants et se nourrissaient des produits de la chasse et de la pêche ». En revanche, les Vazimba forment un groupe mieux organisé « sachant beaucoup de choses » (olo-mahay raha ). Un autre d’Ampita rapporte que les Vazimba cultivent la terre et font de l’élevage : « Ils brûlaient la forêt et gagnaient ainsi de nouvelles terres pour leurs cultures. »Selon Daniel Raherisoanjato, ces informations concordent avec les récits de ses informateurs qui habitent sur la rive droite de la Mananatanana. Il relève également deux évènements importants auxquels font toujours allusion les traditionnalistes : la guerre qui oppose les « Tompontany » aux Vazimba et l’ « afotroa », un grand incendie qui aurait brûlé tout le pays.Dans le premier évènement, on relate que les  Vazimba font de la culture sur brûlis sur des terrains où les « Tompontany » pratiquent la chasse. C’est la cause du conflit qui « bouleverse le pays ». Pour ramener la paix, certains « Tompontany contractent des alliances matrimoniales  ou des vakira (alliance de sang) avec les nouveaux venus ». Parmi ces derniers, certains préfèrent quitter la région pour s’établir ailleurs : c’est le cas des Kimoso qui s’en vont dans le Sud, en pays bara.Daniel Raherisoanjato mentionne qu’à propos de la guerre entre les « Tompontany » et les Vazimba, les informateurs indiquent que les coutumes vazimba prévoient l’enterrement de leurs chefs, les « Mpifehy », dans les tombes surmontées de deux ou trois pierres dressées. Sépultures qui doivent être érigées sur les hauteurs ou au bord des sentiers d’accès facile, « pour être bien vues » de tout le monde. Comme ces « Mpifehy » vazimba sont connus pour leur force et leur puissance, leurs tombeaux servent de lieu de culte.En ce qui concerne l’ « afotroa », les traditions orales attribuent l’origine de l’incendie à des feux de forêts allumés par les Vazimba pour gagner de nouvelles terres à cultiver. L’auteur, au moment d’écrire son étude vers le début des années 1980, affirme que cette question reste une énigme.En tout cas, le fait dominant qui retient l’attention, se rapporte à l’affirmation des traditions orales à propos « d’une part, de la grande déroute survenue dans le pays à la suite des incendies de forêt qui provoquent la disparition du manteau forestier sur tout l’ensemble du pays ; et d’autre part, le rétablissement de la paix après une période de troubles qui prit naissance dès l’arrivée des Vazimba ».Revenant sur les deux incidents, l’auteur s’appuie sur les traditions orales qui parlent, à propos du conflit, de la fuite des Vazimba vers l’Ouest, en pays sakalava, et le refuge d’une partie d’entre eux chez des groupes « Tompontany » qui les auraient complètement absorbés. Dans le second incident, la fin de l’ « afotroa » aurait marqué le début d’une ère nouvelle, considérée comme l’âge d’or de l’histoire du Betsileo qui connaitra alors la période dite « Fahasoatany » (la période où la terre était bonne).« Ce fut celle de la grande sérénité précédant celle des royaumes où les populations vécurent dans un état d’insécurité permanente due à des rivalités et des guerres entreprises par les rois betsileo appelés les Hova. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

News Mada3 partages

Nikasa hamono tena fa tsy maty…. : avotra ihany ilay kaomandan-tsambo na naratra mafy aza

Na teo aza ny fahaverezan-dra be noho ny ratra nahazo azy, avotra ihany ny ain’ilay kaomandan-tsambo, teratany vahiny mikasa hamono tena ka nanindron-tena tamin’ny antsy. Tao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina no nitrangan’izany, afakomaly maraina.

Kaomanda  iray, teratany vahiny, amina sambo miantsona ao Toamasina, no namono tena, nanindrona antsy ny tenany, ny alatsinainy teo. Tsy maty anefa izy io fa voavonjy ara-potoana. Hitan’ireo tantsambo tampoka tao amin’ny efitranony efa nihosin-dra izy, nisy dian-antsy teo amin’ny tratrany, ka niantsoana vonjy. Nahazo fitsaboana izy io noho izany ary avotra soa aman-tsara saingy mbola tsy mahatsiaro tena.

Araka ny loharanom-baovao avy amin’ ny   mpitandro filaminana, fantatra fa nisy olana nifanesy niseho tamin’ny sambo nentiny ity hatramin’ny nahatongavany tao Toamasina.

Vao niala tany  Althean, efa nifatorana tady lehibe ny « hélice » ka tsy afaka nihodina ary niteraka fahasimbana tamin’ny maoteran’ny sambo   sy  fahatarana tamin’ny fahatongavan’ny vary 11.000 taonina nentiny ihany koa.

Faharoa, taorian’ny fahatongavany tao amin’ny fiantsoan’ny seranan-tsambon’ i Toamasina ny alatsinainy maraina, nanimba  fitaovan’ny orinasa “Holcim” ihany koa ny fibatana entan’ilay sambo, hany ka nanampy trotraka ny olana tamin’ity komanda ity izany.

Ankoatra ireo hoy ny loharanom-baovao hatrany, azo heverina ho nisy olana hafa ihany koa ity komanda ity nialohan’ny niaingana tany ivelany, ka mety antony nahasarika azy hamono tena. Ny orinasa « Auximad » no mikarakara ny fahatongavan’ ity sambo ity, ka nandray andraikitra haingana ary tsy nentina tany amin’ny hopitaly akory ny fitsaboana fa tao amin’ny efitranony anatin’ny sambo ihany ka avotra ihany.

Tranga tsy fahita

Raha ny vaovao avy any Toamasina ihany, tranga tsy fahita ny fisian’ny kaomandan-tsambo nahavita namono tena raha ny andraikitra sahaniny no jerena. Raha ny lalàna, manana adidy tsy mamela ny sambo iadidiny ho avelany amin’izao izy, ary tsy manary ny mpiray sambo aminy hatramin’ny farany. Raha sanatria misy loza mitranga ka tsy maintsy ilaozana ny sambo, izy no miala farany na miara-rendrika aminy ao. Tamin’ity indray mitoraka ity, tsy izay no nitranga fa izy mpitarika indray no nanala ny tenany voalohany.

Heverina fa hisy ny fanadihadiana manoloana ity tranga ity tany an-toerana ka hahafantarana ny tena zava-misy marina. Namono tena tokoa ve sa nisy namono? Efa mandray an-tanana ny raharaha ny mpitandro filaminana.

Sajo sy Yves S.

News Mada3 partages

« Salon du livre d’Ouessant » : hetsika ho an’ny boky avy amin’ny Nosy

« Salon du livre d’Ouessant ». Hetsika iray tontosaina any amin’ny Nosy mitondra io anarana io izy ity, tsy dia fandre na malaza loatra aty amintsika, saingy manan-danja ho an’ny mpanoratra sy mpanonta boky, aty amin’ny firenena Nosy toa antsika.

Hetsika iray mampisongadina ireo « vokatra » na boky avy amin’ny Nosy samihafa ny « Salon du livre d’Ouessant ». Azo lazaina ho mpandray anjara mavitrika armin’ity foara ho an’ny boky ity i Madagasikara na ny trano fanontana boky amin’ny teny malagasy. Hotanterahina ny 24 aogositra hatramin’ny 27 aogositra izao ny andiany faha-19 amin’ny « Salon du livre d’Ouessant ». Tsy ho diso anjara amin’io ny avy aty amintsika.

Anisan’ny handray anjara amin’izany ny trano fanontana Dodo Vole, mpamokatra boky teny malagasy sy teny frantsay. Miompana kokoa amin’ny boky ho an’ny ankizy, toy ny boky angano arahina kisarisary miloko maro, ny vokatra ao aminy. Tanjony amin’izany ny hisintona indray ny ankizy sy ny tanora, eny, hatramin’ny mpampianatra amin’ny famakiana boky fampianarana sy fanabeazana.

Mandritra ity « salon » ity àry, hampahafantarina any ireo boky angano ( amin’ny teny malagasy sy frantsay ary « breton »). Ankizy eto Madagasikara avokoa no nanao ny kisarisary fanehoana ao amin’ireo boky ireo.

Raha tsiahivina, efa nandrombaka ny loka, tamin’ity « salon du livre d’Ouessant », ity ny mpanoratra malagasy, Johary Ravaloson. Mbola izy ihany koa no nanoratra ireo boky vaovao, hampahafantarina amin’ity andiany faha-19 ity,  ireo.

Landy R.

L'express de Madagascar3 partages

Entrepreneuriat – Une Malgache finaliste de l’Anzisah Prize

Prometteurs, ils étaient près de huit cents à avoir déposé leurs candidatures pour la septième édition de l’Anzisah Prize. Cette année, une quinzaine de dossiers a été retenue pour la phase finale de ce concours en entrepreneuriat. Parmi ces quinze, on retrouve Rebecca Andrianarisandy.La jeune femme, à peine la vingtaine, succédera peut être à Tahina Randriari­manana qui a remporté le premier prix de ce concours l’année dernière avec sa petite startup spécialisée dans la production de produit laitier. La jeune femme, a cofondé «GasGasy», une société qui cherche à substituer l’utilisation du charbon de bois en fournissant une énergie verte abordable, durable et respectueuse de l’environnement sous la forme de bio-compost et de biogaz.

Novateur« On voulait faire quelque chose au sujet de la déforestation, un problème qui menaçait les moyens de subsistance de son pays. Notre équipe projette de diminuer l’utilisation du charbon de bois en fournissant une énergie alternative abordable, durable et respectueuse de l’environnement aux gens », explique la jeune entrepreneure dans sa présentation sur le site web officiel d’Anzisah Prize 2017. Pour l’heure, GasGasy avance lentement, mais sûrement avec son aspect novateur et surtout avec son intégration dans le concept d’énergie verte. « GasGasy est la solution au problème de déforestation qui pèse actuellement sur Madagascar. La société créera également des emplois pour de nombreuses personnes à l’avenir », explique-t-elle. Avec ce concept tant novateur que prometteur qu’est « GasGasy », la jeune femme a sûrement la chance de remporter le financement de 32 500 dollars au même titre que la startup «Fiombonana» lors de l’édition précédente du concours.

Harilalaina Rakotobe

La Vérité2 partages

Déplacement extérieur de Mahafaly - La délégation familiale à bord d'un jet privé aux frais de l'Etat

Le tollé général causé par l'intégration des enfants de Mahafaly Olivier Solonandrasana dans la liste officielle en déplacement en Afrique du Sud n'a pas eu l'effet escompté. En effet, les dix membres inscrits sur la liste envoyée au ministre des Affaires étrangères malagasy ont quitté sans encombre le pays hier à bord d'un avion privé de la compagnie «  Madagascar Airways » à destination de Rwanda ensuite l'Afrique du sud. Parmi les passagers de ce vol privé, les trois enfants de Mahafaly Solonandrasana Olivier. Un déplacement de la famille du Premier ministre qui certainement est pris en charge par les contribuables malagasy à travers l'Etat.

Et ce contrairement au communiqué de la Primature qui mentionne que «  les enfants du Premier ministre qui accompagneront le couple à cette occasion ne sont pas pris en charge par l'Administration ». Le fait de voyager dans cet avion privé loué par l'Etat est déjà un privilège accordé à des personnes qui n'ont aucune responsabilité dans l'Administration. Si ce n'est pas du népotisme, Dieu que ça lui ressemble. La suite du communiqué de la Primature ne fait qu'empirer la situation déjà compliquée de Mahafaly Olivier. Il a été mentionné qu'il s'agit « d'une simple formalité pour assurer la sécurité des membres de la délégation ». Ainsi, une fois arrivés sur place, soit au Rwanda ou en Afrique du sud, ces enfants du Premier ministre de Madagascar, bénéficieront le traitement pourvu aux membres de toutes les délégations des pays participants à cette réunion au sommet des chefs d'Etat de la Sadc. D'autant plus que la lettre envoyée par le Premier ministre au ministre des Affaires étrangères  donne ordre à ce dernier d'aviser les autorités sud-africaines de la composition de sa délégation. Les responsables de l'Afrique du sud rient certainement sous cape en voyant la qualité des membres de la délégation malagasy. Quatre, ou plutôt trois, des personnes citées sur cette liste n'ont en effet rien à faire que du tourisme et du shopping au pays de Mandela.Cette affaire n'est pas sans rappeler le voyage à bord d'un jet gouvernemental de Manuel Valls, Premier ministre français, pour assister à la finale de la ligue des champions de football en 2015.Manuel Valls avait été accompagné par ses deux enfants. Un aller retour Poitiers - Berlin qui avait provoqué un déchaînement de critiques contre l'ancien Premier ministre français. La presse française avait à l'époque indiquée que le voyage aurait coûté plus de 14 000 euros dont une partie payée par le parti socialiste et l'autre par les contribuables. Devant l'ampleur de la polémique entraînée par cette virée très controversée à Berlin, l'ex- numéro deux du pouvoir Hollande s'était senti obligé de présenter ses excuses à ses compatriotes, après avoir annoncé qu'il rembourserait personnellement le voyage et qu'il « ne le referait pas »…Un exercice que Mahafaly Olivier ne fera jamais. A preuve, au lieu de donner une explication compréhensible sur ce déplacement extérieur, la Primature se ridiculise à travers un communiqué qui fait rire plus d'un.R. Michel - Lalaina A

L'express de Madagascar2 partages

Rengagement au sein de l’armée – Priorité à la sécurité maritime

75% des nouvelles recrues de l’armée concerneront la marine et la lutte contre les « dahalo ». La protection des mers et du litoral seront renforcés.

Du renfort. À entendre les explications du général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre de la Défense nationale, la politique de défense et de sécurité compte s’orienter un peu plus vers la protection des côtes et du territoire maritime de Madagascar. L’armée devrait, également, être plus présente dans la lutte contre les « dahalo ».En marge d’une réunion avec la délégation de congressistes américains, en visite, à Madagascar, hier, au ministère de la Défense nationale, l’officier général a soulevé qu’au sein de l’armée, « 75% des rengagements concerneront directement la marine nationale et la lutte contre les “dahalo” ». Concer­nant la marine en particulier, les nouveaux rengagés devraient venir renforcer les rangs des quelque trois-cents hommes déjà en poste.Ce nombre largement insuffisant par rapport aux cinq mille kilomètres de côte de la Grande île et des milliers de kilomètrescarrés que constituent son territoire maritime et sa zone économique exclusive. « Nous avons tendance à oublier que Madagascar est une île. Nous avons eu tendance à nous concentrer sur l’intérieur de notre territoire, en délaissant la mer », a déclaré le ministre Rasolofonirina.

EfficienceLa sécurisation des côtes et du territoire maritime de Madagascar, la lutte contre le terrorisme, la piraterie maritime et les trafics illicites en tous genres qui transitent par la mer, ont été parmi les sujets de discussion entre le commandement des forces armées et la délégation d’élus américains, hier. L’opportunité d’un appui des États-Unis dans la mise en place de nouvelles bases navales dans la partie Sud de Madagascar, comme Morondava, Toliara et Tolagnaro, a été évoquée durant la réunion.« En matière de sécurité marine, la partie Sud de Madagascar est encore, déserte », a expliqué un des officiers généraux présents, hier. L’appui technique et matériel des États-Unis, mais aussi, comme l’a souligné le ministre de la Défense nationale, dans le renforcement de l’efficience de la marine nationale, est aussi, à l’étude. Dans le cadre de la coopération militaire avec le pays à la bannière étoilée, des vedettes rapides ont étoffé la flotte malgache, en début d’année.Dernièrement, la Chine, a fait don de deux patrouil­leurs. Des experts indiquent, toutefois, que la marine malgache en a besoin davantage pour faire valoir la souveraineté nationale sur son territoire maritime et annihiler la porosité de ses côtes. « Une efficience dans ce domaine aidera, d’autant plus, à résoudre les problèmes de la sécurité intérieure, à Madagascar », explique un expert.En matière de vol de bovidés, par exemple, des thèses avancent que certains cheptels volés seraient embarqués clandestinement, sur des navires au large. « Le débarquement par la mer des éléments des forces de l’ordre permettrait, également, d’intercepter les “dahalo”, qui privilégient les cachettes dans les zones difficilement accessibles par voie terrestre », ajoute-t-il. Une marine efficiente, par ailleurs, devrait limiter les flux d’armes illicites qui renforcent le grand banditisme.

Garry Fabrice Ranaivoson

Madagate1 partages

Hery Rajaonarimampianina. Lettre ouverte du collectif Tany suite au "Fotoambita N°12"

Lettre ouverte à Monsieur Le Président de la République de Madagascar relative au "Fotoambita n°12" consacré à la Terre et au Foncier.

_ _ _

Monsieur Le Président de la République,

 

Le Collectif TANY, dont la mission consiste à appuyer les citoyens et paysans malgaches dans leur développement et dans la défense de leurs terres et ressources naturelles, a visionné attentivement et avec un grand intérêt votre douzième intervention sur « Le Rendez-vous - Fotoambita », consacrée particulièrement à la Terre et au Foncier.

En premier lieu, nous rappelons que le Collectif TANY tient à ce que toutes les décisions concernant les terres ne doivent ni oublier ni exclure la majorité des citoyens malgaches, notamment les paysans, car l’avenir du pays en dépend.

Nous avons bien noté que, dès les premiers mois de votre mandat présidentiel, vous vous êtes investi en priorité dans la recherche d’investisseurs, notamment étrangers, afin d’exploiter les terres malgaches dans divers secteurs. Les efforts intenses de trois années et demie semblent aboutir actuellement

- à la manifestation d’intérêts d’une multitude de pays, notamment de la Chine - puisqu’une note sur l’intégration de Madagascar à la Ceinture économique de la route de la soie a été signée lors de votre visite d’État en Chine au mois de mars (1) et que certains hauts dirigeants malgaches ont déclaré vouloir répondre aux besoins des Chinois (2),

- et à la mise en place de différentes lois pour réguler diverses zones d’investissement.

La vente de terrains aux étrangers

Vous avez fermement affirmé, et nous vous en sommes gré, que la législation malgache interdisait la vente de terres aux étrangers et vous avez évoqué votre réaction à Tuléar face aux plaintes relatives à la vente de terrains à une société étrangère à très bas prix - 7 Ariary le m2. (3)

Néanmoins, nous souhaitons que vous puissiez nous apporter des éclaircissements sur un certain nombre de points :

·Des sanctions sont-elles prévues par la Loi pour les personnes enfreignant cette interdiction, à savoir celles qui vendent et achètent des terres de manière illégale ? Le Collectif TANY souhaite que les poursuites judiciaires contre les contrevenants soient effectives et propose que les sanctions comportent des amendes ainsi qu’une annulation de la vente et une restitution des terres à la commune.

·Pourriez-vous confirmer que cette interdiction de vendre les terrains aux étrangers à Madagascar concerne également la vente de terrains à des sociétés à capital majoritairement étranger ? En effet, diverses publications attestent que les organisations de la société civile ne sont pas les seules entités à comprendre que les articles 18 et 19 de la loi 2007-036 autorisent la vente de terrains à des sociétés étrangères (4). Une nécessaire clarification pourrait être apportée.

·Comment devons-nous interpréter les interventions publiques de ces dernières semaines de l’EDBM (Economic Development Board of Madagascar) et leur insistance particulière sur la notion de « garantie du Foncier » (5) dans la problématique de la venue des investisseurs ? Ceci nous inquiète car ressemble fort à une offensive de lobbying dans le sens de l’autorisation de vente de terre aux sociétés à capitaux étrangers, en cette période où la révision de la loi sur les investissements 2007-036 est évoquée par certains articles de presse. Le Collectif TANY demande instamment qu’une consultation des citoyens sur le sujet soit faite préalablement à la soumission d’un projet de loi aux différentes instances d’approbation.

·Nous apprécions à sa juste valeur votre détermination à trouver des solutions pour combler les lacunes et corriger les erreurs. Le Collectif TANY rappelle quelques propositions qu’elle a déjà émises (6)

* La réduction de la durée des contrats de location de terres aux investisseurs nous paraît cruciale, car les impacts sur les communautés locales des locations de terres de longue durée, appelées baux emphytéotiques, sont identiques à celles des ventes.C’est pour cette raison que le Collectif TANY recommande des locations dont la durée est inférieure à 25 ans.

* Les décisions d’attribution devront être prises par une commission impliquant diverses parties prenantes, notamment les populations affectées et riveraines dans le cadre du consentement préalable, libre et éclairé. Le renouvellement éventuel du bail sera décidé par une commission de suivi et d’évaluation qui prendra en compte le besoin éventuel des terres concernées pour l’usage des paysans.

* Concernant la surface des terres, l’allocation de terres se fera par lots de 1 000 ha. Une évaluation économique, sociale et environnementale (emplois créés. méthodes utilisées, production effective, impacts négatifs sur l’environnement, etc… ) devra être effectuée avant de passer à une extension des attributions dont les critères d’approbation seront à déterminer.

* Une date limite pour la réalisation du projet d’investissement doit être fixée. En effet de nombreuses expériences à Madagascar montrent que les populations sont privées de vastes surfaces attribuées aux investisseurs qui finalement ne les utilisent pas ou exploitent seulement une partie infime au bout de plusieurs années. En cas de défaut de réalisation du projet avant la date limite prévue, les terrains reviendront à la commune concernée.

La transparence sur l’état des lieux actuels des terres attribuées aux investisseurs et sur les futures lois.

Le Collectif TANY a particulièrement apprécié le passage où vous déclariez "l’allocation des terres sera faite dans la transparence mais non pas cachée ni dissimulée", concernant les terrains attribués aux investisseurs. En effetle Collectif TANY ose espérer qu’enfin soient satisfaits ses souhaits exprimés depuis plusieurs années d’afficher publiquement sur internet les informations relatives aux terres déjà vendues aux étrangers ainsi que les contrats de location sur les terres signés entre l’Etat et les sociétés nationales et étrangères, comportant la date de signature, la surface, la durée, le prix de la location, la localisation, … afin que chaque citoyen soit informé de l’état des lieux respectif des terrains déjà attribués aux investisseurs et ceux encore disponibles pour les initiatives des communautés locales dans son fokontany, dans chaque commune et chaque région.

Vous avez rappelé que des consultations publiques ont eu lieu sur les Zones d’Investissement Agricole - ZIA. Le Collectif TANY demande à ce que les idées exprimées par les citoyens soient rendues publiques, afin que chacun puisse s’assurer de leur prise en compte (6). Ceci permettra d’éviter les déceptions, les conflits et autres oppositions de longue durée comme dans le cadre du Code de la Communication voté en 2016.

Nous avons appris par la presse qu’un projet de loi sur le développement industriel (7) a été approuvé par le Conseil des Ministres et présenté au président du Syndicat des Industries de Madagascar. Le Ministère responsable parle de zone d’investissement industriel (ZII). Comme une partie des projets qualifiés d’industriels actuellement concerne l’agro-industrie, les ZII impliqueront sûrement aussi de vastes surfaces de terres. C’est pourquoi le Collectif TANY demande la publication de ce projet de loi et une consultation au-delà du syndicat des industries avant sa soumission à l’Assemblée Nationale et au Sénat.

S’agissant du projet de loi sur les Zones Economiques Spéciales - ZES - déjà validé par le Conseil des ministres, le Collectif TANY souhaite également sa diffusion ainsi qu’une large consultation avant sa présentation aux parlementaires. Selon un article de presse citant un responsable de l’EBDM, les sites proposés pour être transformés en ZES sont l’Ehoala Park à Fort-Dauphin déjà promis aux Mauriciens, le Textile City à Moramanga ainsi que deux autres sites à proximité de Tamatave et de Diégo, notamment à Andrakaka (5) et (8). Le parc d’Ehoala est déjà fonctionnel, sa gestion confiée à une filiale canadienne de Rio Tinto depuis 2009 pose la question du pouvoir de contrôle effectif de l’Etat malgache sur les productions et exportations déclarées par l’organe de gestion ainsi que sur les entrées et sorties du Parc. Si physiquement, cette surface de terre n’est effectivement pas "transportée" à l’étranger, selon l’expression de Monsieur Le Président, la souveraineté nationale sur cette partie du territoire semble poser véritablement question et mérite une attention particulière (8).

Le Collectif TANY demande également la transparence sur les contrats signés sur les ZES et ceux en gestation.

Nous n’avons plus entendu parler du projet de loi sur la révision du Code Minier depuis plusieurs mois. Pourriez-vous nous confirmer ce qu’un journaliste d’un organe de presse international a écrit, que vous avez annoncé à Pretoria en juin 2017 que le Code Minier ne serait finalement pas révisé ? (9).

Monsieur Le Président,

De nombreux cas montrent qu’à Madagascar l’installation d’investisseurs dans une zone provoque des expulsions des communautés locales des terres dont elles tirent l’essentiel de leur alimentation et de leurs revenus et qu’elles devraient léguer aux générations futures (10). La perte de l’accès à leurs terres et de leur usage porte une atteinte grave à leurs droits humains fondamentaux mais aussi à leurs capacités de développement. Des mesures pour interdire les expulsions permettraient aux communautés locales et aux paysans malgaches de travailler en paix et de vivre dans la dignité.

La population malgache souhaite être un des acteurs du développement, et comme vous le savez, elle est très attachée à la terre. Elle souhaite être partie prenante dans les activités économiques et sociales qui impactent son environnement et son territoire, et ne veut pas être simple spectatrice.

Nous espérons ardemment, Monsieur Le Président, que vous donnerez satisfaction à cette requête de transparence et de participation ainsi qu’au profond désir de la majorité de la population malgache de ne pas laisser aux seuls Etrangers le bénéfice de l’exploitation des richesses du pays.

Avec nos vifs remerciements pour les engagements que vous avez pris au cours de la douzième intervention « Le Rendez-vous Fotoam-bita » et pour l’attention que vous avez accorderez à cette lettre,

Nous vous prions d’agréer, Monsieur Le Président de la République, l’assurance de nos salutations les plus respectueuses.

Paris, 17 août 2017.

Pour Le Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY

Mamy Rakotondrainibe

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , http://terresmalgache.info, www.facebook.com/TANYterresmalgaches

Références :

(1)http://www.midi-madagasikara.mg/politique/2017/08/02/relations-sino-malgaches-signature-dun-memorandum-de-cooperation-entre-le-m2pate-et-lapcae/http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/ceinture-de-la-soie-signature-dun-memorandum/

(2)http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_contentview=articleid=60676:relations-etatiques-madagascar-veut-repondre-aux-besoins-des-chinoiscatid=42Itemid=109

(3)c’est-à-dire 0,0018 euro ou 0,18 centime au taux de change du 02 aout 2017.

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_contentview=articleid=60707:befandriana-vidin-ireo-sinoa-varoboba-ny-tanycatid=49Itemid=111

(4)- http://unctad.org/en/PublicationsLibrary/diaepcb2015d4_fr.pdf- http://jurismada.com/index.php/droit-des-investissements-a-madagascar/

(5)http://www.agencepresse-oi.com/creation-de-zes-loi-cours-de-validation/

(6)http://terresmalgaches.info/spip.php?article170

(7)http://www.newsmada.com/2017/08/09/industries-apres-ladoption-de-la-loi-sur-le-developpement-de-lindustrie-a-madagascar-ldim-en-conseil-des-ministres-une-rencontre-entre-le-ministre-de-lindustrie-et-du-d/

(8)* http://ecoaustral.com/la-zone-speciale-de-fort-dauphin-ne-sera-pas-lancee-avant-2017

* http://latribune.cyber-diego.com/actualites/2193-zone-economique-speciale-d-andrakaka-la-pose-de-la-premiere-pierre-prevue-en-fin-d-annee.html * Documentaire « Je veux ma part de terre – Madagascar » : http://jeveuxmapartdeterre.fr/

(9) http://www.sabc.co.za/news/a/fbd07b004182b572be07febbbb0e2c33/Madagascar-president-says-no-change-to-mining-code-20170614

(10)le dernier cas:http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/litige%E2%80%88foncier%E2%80%88a%E2%80%88andra%C2%ADnobe%E2%80%88antsirabe/;

News Mada1 partages

Tantara fihaino : hiofana ny any Fenoarivo Atsinanana

Ho fampitiavana ny tantara fandefa amin’ny radio, anisan’ny ezaka lehibe itondran’ny Havatsa-Upem ny fanatontosana atrikasa ho an’ny mpanoratra. Efa nisy ny teto an-dRenivohitra. Raikitra ihany koa ny any Fenoarivo Atsinanana izay karakarain’ny sampana Havatsa-Upem any an-toerana. Hitarika ny atrikasa kosa i Hajaina Andrianasolo, filohan’ny Havatsa-Upem sady mpampianatra mpikaroka sy Ravorombato (filohan’ny sampana Havatsa-Upem Arivonimamo) ary i Jao Anjara (biraon’ny Havatsa-Upem) samy mpanoratra tantara fandefa amin’ny radio.

Anisan’ny mahasarika avy hatrany ny mpihaino radio ny tantara tsara rafitra dieny mbola ety am-piandohana. « Amin’ny ankapobeny, ny teknikan’ny fanoratana no omena ireo mpiofana ao anatin’ny 2 andro, ny 18 sy 19 aogositra izao », hoy i Hajaina. Goavana indrindra amin’izany ny fahaiza-mitana ny mpihaino hanongilan-tsofina hatrany amin’ny fiafaran’ny tantara.

HaRy Razafindrakoto

L'express de Madagascar1 partages

Monnaie – L’ariary maintient son équilibre

La monnaie nationale se stabilise par rapport à l’euro et notamment au dollar après son appréciation depuis un mois environ. Le 14 juillet, un dollar s’échangeait à 2 951,48 ariary alors qu’hier, le dollar vaut également 2946 ariary si l’euro était de 3478 ariary sur le marché interbancaire de devise.Une situation favorable pour certains importateurs qui augmentent leur quantité de demande. Il y en a qui saisissent l’occasion en doublant la quantité de leur commande comme le cas d’un importateur et distributeur de fournitures de bureaux à Tsaralàlana. « Nous importons des fournitures de bureaux et scolaires en provenance d’Europe tous les deux mois. Ce mois ci nous avons doublé le volume », a affirmé le gérant hier.Mais cela pourrait également frapper l’économie, surtout au niveau de la balance commerciale selon l’observation des économistes.« La saison touristique suivie des différentes campagnes de produits de rente permet à l’ariary de garder son équilibre. Mais la hausse de volume d’importation peut conduire également à une balance commerciale défici­taire », détaille Andry Raharison, économiste.

S.M.H.

L'express de Madagascar1 partages

Révolution industrielle

Ratsiraka a-t-il vécu en avance sur son temps? Il avait voulu faire une révolution industrielle, il y a  exactement quarante ans, avec les investissements tous azimuts alors que le pays vivait encore au Moyen Âge sous la dictature du prolétariat. Il en résultait, bien évidemment, des éléphants blancs dont certaines carcasses sont encore visibles ici et là. L’échec de l’industrialisation imaginée par Ratsiraka était le début de sa descente aux enfers.Aucun développement n’est possible sans un tissu industriel bien ancré et dynamique. Le pire est qu’avec le fiasco de la politique adoptée par Ratsiraka, le mince tissu industriel national a fini par disparaître, submergé par le flot des entreprises franches et la vague de friperies qui déferlent sur le marché. La concurrence déloyale carburée à fond et à fonds par la corruption des décideurs, a fini par éteindre des patrimoines industriels comme la Sotema, Cotona, Afoma, Varatrafo… Le retour à l’ère libérale n’a pas permis à sa résurrection étant donné que les régimes successifs ont toujours préféré l’importation à l’industrialisation, la création d’emploi et la production.Depuis au moins vingt ans la balance commerciale est toujours déficitaire. On mettra encore du temps pour renverser la vapeur mais avec la toute première loi de l’industrie conçue par l’État et les industriels il y a de l’espoir. Pour la première fois, l’État et le secteur privé se sont mis d’accord pour pondre cette loi qui sera soumise pour adoption à la prochaine session parlementaire en octobre. La hache de guerre semble enterrée, et d’un côté comme de l’autre, on a compris l’intérêt supérieur de la Nation. L’origine du ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, ancien president de la Chambre de commerce et de l’industrie aura été le film d’Ariane dans cette évolution.La galère n’a que trop duré pour le secteur privé, balloté entre les beaux discours promettant monts et merveilles et les surprises désagréables de la loi de finances qui démentent toutes les bonnes intentions clamées haut et fort. Tous les problèmes assaillant l’industrie nationale devraient être aplanis par cette loi à l’instar du coup d’estoc asséné à la Savonnerie Tropicale dont les produits sont concurrencés par des savons soi-disant originaires de Maurice.Sans faire du protectionnisme primaire, cette loi sur l’industrie devrait constituer un bouclier solide pour assurer un développement rapide et durable. Elle embrasse plusieurs  aspects tels la fiscalité, la sécurité des investissements, entre autres. Elle a été conçue pour durer au moins vingt ans. Autrement dit cinq mandats présidentiels. La stabilité quoi.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara1 partages

Maître Willy Razafinjatovo : « La sagesse a quitté Honoré Rakotomanana »

« Eminent Juriste, Honoré Rakotomanana qui est aussi un Professeur de Droit ne peut pas ignorer les dispositions du Code de la Communication médiatisée », estime Maître Olala.

Prévu se dérouler hier, le procès de l’affaire opposant le quotidien Free News au président du Sénat Honoré Rakotomanana est renvoyé pour le 20 septembre prochain. En effet, toutes les audiences prévues se dérouler hier ont été renvoyées à cause de la cérémonie de prestation de serment du nouveau Bâtonnier, Herimalala Raharison Hubert Olivier qui s’est tenue au Palais de Justice, en présence du président Hery Rajaonarimampianina et du ministre de la Justice, Charles Andriamiseza. Par rapport à cette affaire, Maître Willy Razafinjatovo (Olala) dénonce « une mauvaise foi flagrante du numéro Un de la Chambre haute ». « Eminent Juriste, Honoré Rakotomanana qui est aussi un Professeur de Droit maîtrise certainement les dispositions du Code de la Communication médiatisée, d’autant plus que cette loi a été adoptée au niveau du Sénat », a-t-il rappelé. Et lui d’ajouter que « le Code de la Communication est une loi spécifique. Le président du Sénat ne peut pas ignorer qu’une loi spéciale prime sur les lois d’organisations générales telles que le Code pénal ». « Soit Honoré Rakotomanana n’a pas revisé ses cours de droit, soit il manipule les textes pour viser la présidente du parti Freedom et non moins propriétaire du Groupe Free News, Lalatiana Rakotondrazafy », soutient Maître Olala.

Règlement de compte. D’après Maître Willy Razafinjatovo, « soit Honoré Rakotomanana a abandonné la sagesse, soit c’est la sagesse qui l’a quitté ». « La Chambre haute a été mise en palce pour abriter les personnes qui sont considérées commes des sages. En tant que président du Sénat, Honoré Rakotomanana est donc le président des sages. Il doit faire preuve de tolérance », a-t-il soutenu. Faut-il rappeler qu’après avoir publié un droit de réponse en bonne et due forme, Free News a également publié une excuse publique suite à l’article à l’origine de cette affaire. Et ce, conformément aux dispositions du Code de la Communication médiatisée. Maître Olala partage ainsi la position de la présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar, Fanirisoa Ernaivo qui considère cette affaire comme un règlement de compte politique contre Lalatiana Rakotondrazafy. En effet, bon nombre d’observateurs se demandent pourquoi une affaire de délit de presse va être jugée dans une juridiction de droit commun. Histoire à suivre.

Davis R

Madaplus.info0 partages

Aéroport de Nosy be: rénovation en cours

Après l’aéroport international d’Ivato, c’est autour de celui de Nosy be qui va faire l’objet d’une rénovation.
Les travaux vont s’étaler sur un an pour la rénovation de l’aéroport international de Nosy-be. La fréquence des vols devient considérable dans cet aéroport, c’est la raison pour laquelle, cette rénovation est une priorité. Toutes les conditions pour la rénovation du terminal international de l’aéroport de Nosy be sont réunies. La réhabilitation de la piste d’atterrissage sera parmi les premiers travaux. Non seulement, cela est un gage pour la sécurité des passagers, mais c’est une opportunité aussi de séduire les autres compagnies aériennes internationales qui par la suite sera un moyen pour attirer les touristes.
News Mada0 partages

Ran Rolland André : matihanina amin’ny fikarakarana zaridaina

Niainga tamin’ny fampiasana fitaovana tsotra, toy ny lapelina, angady, antsim-bilona, …, nampiasana olona telo ny orinasa Vertiga any Toamasina, ny taona 2007. Ankehitriny, manodidina ny 50 ny mpiasa raikitra sy an-tselika ao aminy, tantanan’i Ran Rolland André, mpikarakara zaridaina matihanina. Anisan’ny nampiroborobo ny fihariany ny nahazoany fifanarahana momba ny asa amin’ny  Tetikasa Ambatovy, ny taona 2008. Manara-penitra ny fomba fiasa, ary ampiasaina ny fitaovana mekanika sady raitra, toy ny milina fanapahana bozaka, ohatra.

Vokatry ny traikefa sy ny fiofanana azon’i Ran Rolland André avy amin’ny fiaraha-miasa amin’Ambatovy, niitatra ny orinasa Vertiga. Miditra tsikelikely amin’ny fidirana eo amin’ny tsena iraisam-pirenena, ka anisan’izany ny famokarana ilomenaka. Tsara ofana amin’ny fambolena, ny fikarakarana ny tontolo maitso, fikojakojana ny milina fampiasa amin’ny fambolena ity raim-pianakaviana 41 taona ity.

Loharanom-baovao: Banjina (Ambatovy).

Njaka A.

News Mada0 partages

Famokarana herinaratra : mampiasa solika avy any Tsimiroro ny Symbion Power

Notokanan’ny filoha Rajaonarimampianina, omaly, ny foibe famokarana herinaratra tantanan’ny orinasa amerikanina Symbion Power, eo Mandroseza. Milina efatra nohavaozina amin’io toerana io, manome herinaratra 40 Mwa. Nanatrika izany koa ireo mpikambana ao amin’ny kongresy amerikanina mandalo eto.  

 

Marihina fa efa napetraka ireo milina mamokatra herinaratra ireo ny taona 2008, saingy tsy niasa nihoatra ny dimy taona. Fatiantoka goavana izany ho an’ny Jirama, araka ny fanazavan’ireo teknisianina.  Koa tonga ny orinasa amerikanina Symbion, tarihin’ny filohany, Paul Hinks, rehefa nifanaraka tamin’ny fitondram-panjakana, hanarina sy hitantana izany mandritra ny 20 taona.

Nanomboka ny taona 2015 ny asa fanavaozana rehetra. “Mbola voafetra aloha izao ny famatsiana herinaratra, mitaky fotoana maharitra ny fanamboarana foibe famokarana vaovao, ary tsy mbola ahafahana mameno ny tinady ankehitriny ny herinaratra avy amin’ny masoandro na rivotra”, hoy ny filohan’ny Symbion, Paul Hinks.  Nilaza kosa ny minisitry ny Angovo, Rasoloelison Lantoniaina, fa “tsy maintsy mandalo dingana maromaro ny famatsiana herinaratra. Ao anatin’ny fotoana voafetra aloha, tsy afa-miala amin’ny famokarana mandeha amin’ny solika isika”.

Mandeha ny tetikasa angovo azo havaozina

Tombontsoa iray lehibe ny fampiasan’ny Symbion solika mavesatra avy any Tsimiroro, mora vidy raha ampitahana amin’izay hafarana avy any ivelany. Tsy rariny raha ny Jirama mividy solika lafo ho an’ireo toby famokarana marobe, sady mamono antoka no tsy maharaka ny tinady, raha ny fanamarihan’ny Amerikanina. Malagasy avokoa ny teknisianina amin’io orinasa io.

Na izany aza, efa misy tetikasa natomboka any amin’ny faritra maro, indrindra any amin’ny tontolo ambanivohitra, momba ny famokarana herinaratra avy amin’ny angovo azo havaozina, toy ny masoandro, sns. Tetikasa miisa 20 izao eo no an-dalam-panatanterahana azy”, hoy ihany ny minisitra Rasoloelison Lantoniaina. Tsy vita ao anatin’ny fotoana fohy ny famatsiana herinaratra manerana ny Nosy. 15 % monja hatramin’izao ny mahazo izany, 6 % ny any ambanivohitra.

Miara-miombon’antoka amin’ny Symbion Power ny Vima (Vision Madagascar), toy ny efa fiarahany amin’ny maro hafa. Fantatra mampalaza azy, ohatra, eo amin’ny fanaovan-trano, nananganana masoivoho vahiny maro, fikambanana iraisam-pirenena, banky, orinasa,

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fampihavanam-pirenena : tsy azo antoka ny FFM vaovao… fizaran-toerana

« Tsy misy olona hanao fifantenana izany ny fampihavanana. Firy ny CV voaray? Satria andrimpanjakana hahazoana vola ilay izy. Tsy hahavitana fampihavanam-pirenena ny lalàna momba ny fampihavanana. »

Izay, ohatra, ny fanehoan-kevitry ny sekretera jeneralin’ny Komity fampihavanam-pirenena (CRN), Tabera Randriamanantsoa, momba ny fijoroan’ny Filankevitry ny fampihavanana malagasy (FFM) vaovao.

« Tsy mankahala ny fampihavanana ataon’ny fanjakana izahay, fa tsy mety io. Izay olona ao anatiny, tsy misy mahay raha », hoy ny filohan’ny Tangalamena eto Madagasikara, Ramandimbison Paul.

Amin’izany, hanao ahoana ny fijoroan’ny FFM vaovao? Na ireo raiamandreny sy izay eo anivon’ny tontolon’ny fihavanana aza izany, misalasala sy manahy be ihany ary tsy mankasitraka.

Izay tokony hampihavanina no hoe hampihavana

Fahazoana toerana sy vola ny rafitra? Misy efa niandraikitra toerana politika no nihazakazaka hoe hanao fampihavanana: depiote, minisitra, lehiben’ny faritra… Efa fantatra ny zava-bitany teo aloha.

Ao ny nanana olona na antoko niandaniana. Noho ny raharaham-pirenena sy ny fivadibadihana tamin’ny mpitondra nifandimby, nisy tsy nahita na nahazo toerana hametra-tongotra. Izao mitady seza izao?

Misy aza no tokony hampihavanina. Toy ny teo aloha efa tsy nahomby ihany ny fombafomba, na toy inona fifantenana sy fakan-kevitra. Vitan’ny didy aman-dalàna sy rafitra ve ny fihavanana sy fampihavanana?

Mahabe resaka koa ny fanendren’ny filohan’ny Repobika mpikambana 11 amin’ny FFM. Nefa, raha izay niainana tao anatin’ny telo taona, izy no tokony hampihavanina amin’ny vahoaka, ny vondrona politika nanolotra azy, ny mpanao politika…

Mila raiamandreny any ifotony

Ho to teny sy hahomby amin’ny hoe fampihavanam-pirenena ve ny FFM vaovao? Olona atolotry ny vahoaka ifotony ny mpampihavana, raiamandreny to teny, tsy miandany… Tany misy olobe tsy miady zaza.

Ny amin’izao hoe mampihavana izao: olona manolo-tena na « mivaro-tena » amin’ny mombamomba azy… Manao izay hahazoana toerana? Hafa ny hoe atolotry ny olona any ifotony ho raiamandreny, ho mpampihavana…

Aiza ny anjara toeran’ny tena raiamandreny, sojabe, tangalamena… ? Vitan’ny katro-doha noho ny filazalazana momba ny tena amin’ny fahaizana fa tsy fahendrena, fahalalana fa tsy fitiavana… ve ny fampihavanana?

R. Nd.

News Mada0 partages

Antoko Otrikafo : « Maloto ny foto-kevitra amin’ny fampihavanam-pirenena »

« Hatramin’izay, maloto ny foto-kevitra amin’ny fampihavanam-pirenena. Miady toerana ireo mpitondra fanjakana niara-dia tamin’ny vahiny: na Frantsay, na Amerikanina, na Sinoa… Mba handaminan’izy ireo ny olany ny fampihavanam-pirenena. Izy ireo no tokony hampihavanina, fa tsy ny firenena izay tsy mbola niady hatramin’izay. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny Otrikafo, Rajaonah Andrianjaka, momba ny fampihavanam-pirenena. Tsy mety miady ny samy Malagasy. Nampiady tamin’ny andron’ny Frantsay, Padesm… Aty aoriana, tsy mety miady ny Malagasy na nampiadiana aza,  satria efa miray sy mifangaro: manambady Merina, ohatra, ny Sakalava; manambady Betsileo ny Antandroy…

Ireo mpitondra fanjakana eo am-perinasa na ny te hiverina eo no mitady hihavana, satria tsy tafaverina eo raha tsy mody manao fampihavanana. Izy ireo izany no tokony hihavana, fa tsy ny vahoaka malagasy no hadalaina amin’ny hoe fampihavanam-pirenena nefa fampihavanana ireo mpanompon’ny vahiny.

Fandaminana fitondrana ny fampihavanana

Tamin’ny nandraisan’ny governora jeneraly, André Soucadaux, ny asany teto Madagasikara, ny kabariny voalohany teo amin’ny lapan’ny Tanàna, Antananarivo, 1954: fampihavanam-pirenena. Notadiaviny tamin’izany ny fandaminana ny fitondrana frantsay, izay nitongilahila taorian’ny 1947.

Toy izay ihany koa ny fampihavam-pirenena tadiavin’ny mpanao politika malagasy, na am-perinasa na mitady fahefana. Tamin’ny andron’i Soucadaux, namono ny Malagasy ny Frantsay. Handaminana ny vahoaka malagasy ho tia azy indray ny fampihavanam-pirenena.

Tsy atokisan’ny vahoaka intsony ny mpanohitra

« Tsy atokisan’ny vahoaka malagasy intsony ny mpanohitra », hoy izy. Nitondra olona, ohatra, Ravalomanana: marina fa bebe ihany ny olona, fa tsy toy ny tamin’ny 2002. Nitondra olona koa ny Otrikafo, fa tsy nahazaka afa-tsy 400 na 500. Tsy matoky ny mpanohitra izany ny vahoaka malagasy.

« Hany ka tsy mety miaraka amin’ny mpanohitra izahay Otrikafo, iavahanay fa tsy mitovy amin’izy ireo izahay: ahitan’ny vahoaka hoe mbola azo itokisana », hoy ihany izy.

Mbola be ny Malagasy mihevitra fa miaraka avokoa rehefa mpanao politika. Misy ny mpanao politika mpikarama an’ady, voakaraman’ny vahiny. Rariny sy hitsiny raha tsy matoky azy ireo intsony ny vahoaka malagasy.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Production d’électricité : la centrale thermique de Mandroseza opérationnelle

La centrale thermique de Mandroseza est opérationnelle. Alimentée au fuel lourd, la centrale comprend quatre générateurs Wartsila de 10 MW chacun. L’ensemble des centrales thermiques d’Ambohimanambola et de Mandroseza devrait produire 190 MW.

La réhabilitation de la centrale thermique de Mandroseza a débuté en novembre 2015 pour s’achever en juillet dernier et son inauguration officielle a eu lieu hier. Cette unité de production de 40 MW fonctionne désormais au fuel lourd. La Jirama a contractuellement confié sa réhabilitation et son exploitation à la compagnie privée américaine Symbion Power pour une durée de 20 ans. La Jirama, elle, fournira le fuel lourd.

D’après Paul Hinks, président de Symbion, «Actuellement, Madagascar est limité au niveau de l’approvisionnement en carburant pour produire de l’électricité à plein temps. De nouvelles centrales thermiques ou même à charbon prendraient plusieurs années à en fournir. L’énergie solaire ne fonctionne pas jour et nuit à grande échelle malgré le fait qu’elle fait partie du futur du paysage énergétique malgache. Elle ne va pas résoudre le besoin de base d’aujourd’hui, qu’est l’énergie fiable».

«L’utilisation de fuel lourd devrait réduire les coûts de production pour la Jirama. Pour les centrales à gasoil, la compagnie d’eau et d’électricité malgache achète le gasoil avec au minimum 8% de rabais par rapport au prix à la pompe», a expliqué Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Energie, de l’eau et des hydrocarbures, lors de cette inauguration.

D’autres projets d’électrification

Deux autres centrales thermiques d’Ambohimanambola  seront opérationnelles dans les prochaines semaines. Ce qui ramènera à 190 MW la puissance nominale produite avec la centrale de Mandroseza, comme l’a fait savoir le ministre. Andekaleka, Mandraka, Sahanivotry complètent l’approvisionnement, le besoin du réseau interconnecté d’Antananarivo étant estimé à 230 MW en heure de pointe.

Le recours au fuel lourd figure dans le cadre de la transition énergétique. Une vingtaine de projets, notamment des projets d’électrification rurale via les énergies renouvelables, sont en cours au bénéfice de plus de 3.000 ménages en dehors du Ria. Le ministre Lantoniaina Rasoloelison a cité, entre autres, l’installation de centrales solaires à Mahaboboka Toliara et à Ampasindava Antsiranana, l’installation de microcentrales hydroélectriques à Amboasary Anjozorobe et Amberovero Bealanana. Par ailleurs, d’autres projets de centrales éoliennes, solaires et hybrides verront le jour dans l’Anosy, Atsimo Andrefana et dans l’Androy…

Particulièrement pour le Ria, le ministre a insisté sur le fait qu’il n’y a plus de délestage. «Les coupures fréquentes relèvent des problèmes techniques», a-t-il souligné avant d’évoquer que la révision à la baisse des tarifs demeure un objectif à long terme.

Arh.

 

News Mada0 partages

Razafimanantany Faniry : « Tsy ho afa-bela izay niray petsapetsa amin’ny « Raharaha R. Claudine » »

 Mangingina ratsy ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ». Toy izany koa ny « Raharaha Antsakabary ». Maneho ny fijeriny ny filohan’ny Antso ho fanavotam-pirenena (AFP) sady filoha mpiara-mitantana ny Firaisankina ho fanavotana an’i Madagasikara, Razafimanantany Faniry: « Na oviana na oviana, raharaha efa nipoaka ireny: tsy ho afa-bela izay niray petsapetsa tao. » Dinidinika…

Gazety Taratra (*): Ahoana  ny fahitanao ny toe-draharaham-pirenena amin’izao fotoana izao?

Razafimanantany Faniry (-): Tsy isalasalana ny milaza fa sahirana ny firenentsika, toy ny mbola miaina lalina anaty krizy hatrany. Tena misy ny olana ara-pitantanana, olana ara-piarahamonina, olana ara-pifampitokisana, olana ara-pifandraisana… Raha ireo olana ireo no hotanisaina eto, tsy ho vita fa tsotra ny azo amintinana azy: tsy azo heverina ho misy mpitondra fanjakana intsony eto Madagasikara.

Ny anton’izany, tsy mivoatra sy tsy mihodina araka ny nantenaina ny fiainam-bahoaka. Vahoaka tsy mahavelon-tena no misy, satria tsy ampy fikarakarana avy amin’ny mpitondra. Mitaintain-dava ihany koa amin’ny tsy fandriampahalemana. Marary miandry fahafatesana fa tsy mahavidy fanafody sady tsy mahaloa saram-pitsaboana. Mbola hita ihany koa ny fahasahiranan’ny ray aman-dreny tsy mahavita mampiana-janaka ny ankamaroany. Amin’ny ankapobeny, taratra amin’ny fiainana isan’andro ireo olana ireo.

* Aiza ho aiza ny toeran’ny fanoherana ny mpitondra manoloana izany?

– Lesoka lehibe amin’ny fanoherana eto Madagasikara ny fizarazarana. Marina fa samy manana ny fijeriny amin’ny zava-misy iainan’ny firenena ny mpanohitra. Harena rahateo ny fahamaroan’ny hevitra samihafa, saingy tsy ahavitana mitondra tetikady iombonana ny fisaratsarahana. Izao hitantsika izao no vokany.

Vahaolana efa narosonay tato amin’ny AFP hatrany ny fampiasana ny fahefam-bahoaka, araka izay ambaran’ny lalàmpanorenana sy ny zo fototra maha olona. Izao vao tonga saina ny namana sasany, fa ilaina tokoa io fampiasana ny fahefam-bahoaka iantohan’ny lalàna nambaranay io. Arahabaina izy ireo amin’izany.

Kanefa raha mbola mpanohitra miady ho lohany, tsy tapa-kevitra fa mihodinkodina, variana manao kajy fitantanana, mitetika ny hampiasa ny vahoaka amin’ny filam-pahefana manokana fotsiny no misy: tsy ho tafavoaka ny tolona. Mbola mahazo vahana ny fanjakana kitoatoa, raha izany. Nefa azo atao tsara ny mikaroka tetikady iombonana ho fanavotam-pirenena.

* Ahoana ny amin’ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine«  sy « Raharaha Antsakabary«  toa mangingina ratsy tato ho ato?

– Isan’andro ange misy raharaha manahirana ny fitondrana na foana e. Eo ny fakana an-keriny, ny « Raharaha andramena », ny « Raharaha Soamahamanina« , ny « Raharaha Anjozorobe« , ny « Raharaha Jirama« , ny « Raharaha Air Madagasacar », ny momba ny fitsarana, ny « Raharaha Andriamandavy VII Riana »… Satria mitoetra loatra ilay olana ara-pitantanana.

Koa raha mangingina ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine » sy « Raharaha Antsakabary« , porofon’ny tahotra io. Hany ka mitady fanodinan-dresaka isan’andro ny fitondrana. Na oviana na oviana anefa, raharaha efa nipoaka ireny: tsy ho afa-bela izay niray petsapetsa tao. Vao mainka aza mety ny tsy nananganana Fitsarana ambony mitsara ny mpitondra (HCJ). Amin’izay, mba mirazotra ny mpangalatra akoho sy ny mpisoloky vahoaka.

Mino aho fa mandray ny andraikitra tandrify azy izay voakasik’izany. Aza hadinoina koa ilay raharaha vao nipoitra an-gazety tsy ela akory izay ka nahavoatonona tany Israely mpitondra ambony malagasy.

* Ary ny amin’ny fampihavanana hataon’ny Filankevitry ny fampihavanam-pirenena (FFM) vaovao?

– Mbola tsy hiresaka ny endrika fampihavanana ataon’io FFM vaovao io akory aho. Fa eo amin’ny fombafomba nampijoroana azy sy ny sivana ary ny mpikambana handrafitra fotsiny, efa ahatarafana fa tsy ho lasa lavitra io andrimpanjakana vaovao io. Tahaka ny mahita andrimpanjakana loholona faharoa izany ny tenako. Fitaovana politika koa io amiko mba hametrahana ireo naman’ny mpitondra. Tsy lavitry ny kajy taona 2018 anefa. Tsy sahala amin’izao mihitsy ny tena fandaminana ho amin’ny fampihavanana tena izy. Vao mainka aza hampiady io.

* Aiza ho aiza ny AFP amin’izao fotoana izao?

– Mazava ho azy: mpanohitra ny AFP. Manana vina lavitra ezaka ho fanavotam-pirenena anefa izy. Narafitray ho boky izany nandritra izay volana maromaro izay. Naka lesona tamin’ny tantaram-pirenena nifandimby maro sy niainanay koa izahay. Nitodika ny 200 taona lasa, ny 70 taona sy ny 57 taona nisian’ny tolona.

Resy lahatra ny AFP fa ny fanorenana firenena malagasy vaovao mihitsy no vahaolana. Mila programa tsara lamina sy maty paika no hahatongavana amin’izany. Mitaky olona vonona sy tena tia tanindrazana ary matahotra an’Andriamanitra ireo rehetra ireo.

Nangonin’i R. Nd.

 

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : mety ho afaka i Kaomoro

Anisan’ny ekipa manakaiky ny varavarana hidirana any Kenya, eo amin’ny fiatrehana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ny mpilalao tsy matihanina na ny «Chan 2018», i Kaomoro. Nahavita dingana iray mizotra any amin’izany mantsy izy ireo, taorian’ny nandreseny an’i Namibia, nandritra ny lalao mandroso, natao tany Moroni, ny alahady lasa teo. Resin’izy ireo, tamin’ny isa 2 no ho 1 mantsy ny Namibianina.

Na mbola handray ny lalao miverina aza i Namibia, efa manana tombon’isa harovana, ry zareo Kaomorianina. Nambaran’ny mpanazatrany fa ampy entiny miady sy ho arovana, amin’io fihaonana miverina io, ny elanelan’isa iray azony. Manantena izy ireo fa anisan’ireo firenena  hiatrika ny “Chan 2018”.

Marihina fa raha tafita amin’izany i Kaomoro, dia voalohany eo amin’ny tantarany, na fifaninanana, ho an’ireo mpilalao tsy matihanina, aza ity “Chan” ity. Mbola anisan’ireo hitady izany tapakila izany koa ny Barea de Madagascar, izay hifanandrina amin’i Angola, ny asabotsy ho avy izao, any Luanda. Ady sahala, 1 sy 1 mihoatra dia efa ampy hiakaran’ny Barea.

Tompondaka

News Mada0 partages

Basikety – «Big soma 33» : hosedraina any Mahajanga ny ekipam-pirenena

 Mitohy hatrany ny fifaninanana eo amin’ny taranja basikety. Taorian’ny fahavitan’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, sokajy “U14” sy “vétérans”, ny “Big soma 33” indray ny manaraka.

Mitodika any Mahajanga, indray ny mason’ny mpitia basikety, manomboka ny zoma 18 aogositra, ho avy izao. Dingana manaraka, ny fiatrehana ny “Big soma 33”, na ny basikety lalaovina olon-telo miaraka. Goavana io fihaonana io, satria ireo mpilalao 16 mirahalahy, handrafitra ny ekipam-pirenena malagasy.

Tsiahivina fa handray anjara amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, hatao any Togo, ny volana novambra ho avy izao, i Madagasikara, eo amin’ny sokajy lehilahy. Mandra-piandry izany, tontosa soa aman-tsara tany Tsiroanomandidy, ny fifaninanam-pirenena, ho an’ny sokajy zandriny “U14” sy “vétérans”, lahy sy vavy. Anisan’ny nisongadina, teo amin’ny U14, ny ekipan’ny MB2 All Analamanga. Nanao pao-droa mantsy ry zareo. Raha tsiahivina, ny Ascut Atsinanana no resin’izy ireo, tamin’ny isa 70 no ho 56, teo amin’ny lehilahy ary ny tovovavy indray nanilika ny ASBM avy any Vatovavy Fitovinany, tamin’ny isa 50 no ho 37.

 

Mpilalao mendrika

Ankoatra izay, mbola mpilalao avy amin’ny MB2 All avokoa ny nahazo ny amboaran’ny mpilalao mendrika. Rabemanantena Herchellia, teo amin’ny vehivavy ary Rakotonanahary Donovan, kosa teo amin’ny tovolahy.

Teo amin’ny sokajy “vétérans” vehivavy, voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara ny AS Emma avy any Matsiatra Ambony, rehefa nanilika ny JCBA Analamanga, tamin’ny isa 51 no ho 36. Randrianjatovo Hanitra, mpilalaon’ny ASE Matsiatra Ambony kosa no mpilalao mendrika. Lasan’ny SBBC Boeny kosa ny teo amin’ny lehilahy, raha nampiondrika ny Viga Vakinankaratra, tamin’ny isa 58 no ho 50 ary mbola mpilalaon’ny SBBC ihany, tamin’ny alalan-dRateloson Livio, ny mpilalao mendrika. Samy notoloran’ny Telma, mpanohana ny fihaonana, finday ireo mendrika ary amboara sy  baolina kosa avy amin’ny federasiona.

Torcelin

News Mada0 partages

Athlétisme : la fédération revoit sa copie

«Nos athlètes ne possèdent pas de performances de niveau mondial» ! Ce constat de la présidente de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA), Norolalao Andriamahazo est accablant. Depuis le début de la saison, en effet, les athlètes ont du mal à s’affirmer à l’échelle internationale. Entre les blessures des uns et la petite forme des autres, la situation n’est guère reluisante.

C’est la raison pour laquelle une nouvelle approche va être adoptée par la FMA en collaboration avec la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF). «Dorénavant, nous allons valoriser la formation d’entraîneurs pour pouvoir optimiser la préparation des athlètes», a souligné la présidente de la FMA.

Néanmoins, elle de reconnaître aussi que les athlètes de haut niveau ont besoin plus que de compétitions. «Ils ont également besoin de plus de motivation», a-t-elle reconnu. Actuellement, en plus d’être moins performants, le nombre d’athlètes malgaches de haut niveau diminue au fil des années.

Naisa

 

News Mada0 partages

Karaté – Sommet national : antsirabe remplace Toliara

Antsirabe sera la capitale du karaté les 18 et 19 août prochains. La fédération malgache a décidé d’y tenir le championnat de Madagascar 2017 après l’indisponibilité du gymnase de Toliara.

En toute tranquillité ! Loin du chamboulement de programme de l’année dernière à Fianarantsoa, le sommet national du karaté de cette année aura lieu au gymnase de l’académie militaire d’Antsirabe.

Durant deux jours, le public pourra apprécier les spectacles offerts par les karatékas engagés à cette joute nationale aux combats et au kata. Les éliminatoires débutent la compétition en kumité demain dans les trois catégories : cadet, junior et senior.

Une belle opportunité pour les locaux de damer le pion aux visiteurs notamment à Analamanga qui leur a privés de la première place en nombre de médailles. En effet, l’année dernière, Vakinankaratra n’a obtenu que quatre titres contre onze pour Analamanga. Devant son public, les karatékas de la ville d’Eaux tenteront d’exaucer les vœux de leurs supporteurs que ce soit en kumité ou en kata.

Comme à l’accoutumée, la joute nationale proprement dite a été précédée de stage d’arbitrage et de  formation technique sans oublier l’examen de passage de grade.

Absence répétée

Ces dernières années, Madagascar brille toujours par son absence sur le tatami international. L’autre style de la discipline pratiquée dans la Grande île qu’est le Japan Karate Association (JKA) rate également un grand rendez-vous international en l’occurrence le championnat du monde qui débute demain dans la capitale irlandaise, Dublin.

26 ans d’absence dans l’arène mondiale du JKA pour Madagascar. C’est presque une éternité. Pourtant, ce dernier a prévu d’y envoyer au moins 10 combattants et la préparation y afférente a bel et bien eu lieu.

Naisa

News Mada0 partages

Morafeno : olona dimy nahatrarana taolam-paty

Saron’ny polisy tao amin’ny fokontany Morafeno, kaominina ambanivohitra Maromitety, distrikan’i Vavatenina, ny herinandro teo, ireo olona dimy mianadahy voarohirohy ho nangalatra taolam-paty miisa telopolo. Vehivavy ny roa amin’ireo voarohirohy raha telo lahy kosa ny ambiny. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy, nahazo loharanom-baovao izy ireo momba ny fisian’ireto olona dimy mianadahy ireto miaraka amin’ireo taolam-paty marobe ireo. Voalaza fa teo am-pitadiavana mpividy izy ireo no nifanehatra tamin’ny polisy ka noraisim-potsiny. Tsy mbola fantatra kosa ny fasana nakan’izy ireo izany satria tsy naharay fitarainana fahavakisana fasana ny polisy any an-toerana.

J.C

News Mada0 partages

Laminasa vaovao – Fakana “carte grise” : niteraka fifamaliana teo amin’ny zandary sy ny mpandeha t...

 Niafara tamin’ny savorovoro teo amin’ny mpandeha taksiborosy sy ny zandary ny fiandrasana ela loatra  tamin’ny RN 7, afakomaly, kanefa mbola lavitra ny dia. Voatazona nanomboka tamin’ny 9 ora alina ka hatramin’ny 1 ora mairana tao Ivato – Ambositra ny taksiborosy niala ny alatsinainy teo noho ny fandaminana vaovao napetraky ny zandarimariam-pirenena…

Nanova fomba fiasa ny teo anivon’ny zandarimariam-pirenena mba hahafahan’ireo taksiborosy manao dia miaraka amin’ny alalan’ny fanaovana “caravane” hialana amin’ny asan-dahalo eny an-dalana. Ny fanangonana ny “carte grise”-n’ny taksiborosy eo am-piaingana eny amin’ny fiantsonana eny Fasan’ny Karana ny paikady vaovao nentin’ny zandary mba hitazonana ireo fiara tsy hifanary an-dalana. Nampisavorovoro ny mpamily sy ny mpandeha anefa izany fomba fiasan’ny zandary izany. Zandary iray no nitondra ny “carte grise”-n’ny taksiborosy rehetra niainga teo amin’ny Fasan’ny Karana, ny alatsinainy 14 aogositra 2017. Voatazona nanomboka tamin’ny 9 ora alina ka hatramin’ny 1 ora maraina tao Ivato – Ambositra ireo taksiborosy rehetra. Araka ny fanazavana voaray anefa, nisy tamin’ireo taksiborosy sasany tsy nahandry fa nanohy ny dia ihany hatreo Ambohimahasoa satria mizara ny lalana manomboka eo. Misy ampahany amin’ireo taksiborosy mankany Atsimo Atsinanana raha mihazo an’i Fianarantsoa sy Toliara kosa ny ampahany faharoa.

Nigadona tamin’ny 4 ora maraina tao Ambohimahasoa ny ampahan’ireo taksiborosy nialoha lalana ka tao izy ireo no niandry ny “carte grise”-n’ny fiara any amin’ilay zandary naka izany teny amin’ny fiantsonana Fasan’ny Karana. Taraiky tany aoriana anefa ilay zandary nitondra ireo “carte grise” ka tamin’ny 5 ora sy 45 mn maraina vao nigadona tao Ambohimahasoa.

Niteraka fifamaliana teo amin’ny zandary sy ny mpandeha ary ny mpamily anefa izany. Nisy ny fiaraha-mientan’ireo taksiborosy nihazo an’i Toliara ka tsy niandry ny “carte grise” intsony ny mpamily fa nanohy ny diany nianatsimo hatrany, saingy nametraka ny lisitr’ireo fiara misy laharan’ireo voatazona “carte grise”.

Nanamafy hatrany kosa anefa ny zandary fa ho fisorahana amin’ny fanafihan-dahalo miseholany eny amin’ny lalam-pirenena izao lamina vaovao izao ka tokony hanaraka izany ny mpamily taksiborosy rehetra.

J.C

News Mada0 partages

ATT Mahajanga : hentitra ny fampiharan-dalàna amin’ny fifamoivoizana

 Nandray fepetra manokana ny ATT ao Mahajanga handrindrana ny fifamoivoizan’ny fiara amin’izao fotoan’ny zaikabe misesy any an-toerana sy ny fironan’ny mpiala sasatra any izao.

Tsy azon’ny fiara fitaterana ijanonana ny eny amin’ny Bord Mahajanga mba tsy hisian’ny fitohanambe. Na izany amin’ny hariva, feno fiaran’olon-tsotra mitandahatra ihany eny an-toerana.

Nampiana ny fiara mandeha any amin’ireo toerana be mpitsangantsagana toy ny any amin’ny Petite plage mba tsy hanahirana ireo mpiala sasatra. Novorina ihany koa ny lehiben’ny “guichet” fa tokony hijanona ho 30.000 Ar ny saran-dalana Mahajanga mankaty Antananarivo. Hentitra ny fanaraha-maso amin’ny olona tokony handeha ao anaty fiara.

Olona efatra isaky ny laharan’ny seza ho an’ny Sprinter ary telo isaky ny laharan’ny seza ho an’ny minibus. Ankoatra ny fiara manana fahazoan-dalana manokana, manodidina ny 60 isan’andro ny fiara tonga avy aty Antananarivo mihazo an’i Mahajanga. Manodidina ny 50 kosa ireo fiara miakatra aty Antananarivo avy any Mahajanga.

 

Betsaka ny fandikan-dalàna

Maro ireo fiara zotra nasionaly efa mivoaka vy ny kodiarana, nasaina nanolo kodiarana avy hatrany. Mpamily fiara zotra nasionaly manao dona miverina, notazonina tsy navela hihetsika tany Mahajanga mba tsy hitera-doza ho an’ny mpandeha. Mpamily fiara zotra nasionaly, nahazoana fitarainana avy amin’ny mpandeha fa mitady ho resin-tory eny an-dalana, fisintonana vonjimaika ny taratasy fahazoan-dalana mamily fiarakodia sy ny “licence d’exploitation”- n’ny fiara.

Nogiazana avy hatrany ny fiara nofaina kanefa mangalatra mitondra olona amin’ny zotra an-tanàn-dehibe. Nosintonina kosa ny taratasy fahazoana mitondra fiara ho an’ireo mpamily mitondra olona mikiraviravy. Nisy ny fiara lany fitiliana ara-teknika ka nosintoina ny taratasin’ny mpamily sy ny taratasin’ny fiara.

Manodidina ny dimy isan’andro ireo fiara nahitana tsy fahatomombanana tao Mahajanga.

Miantsona any Aranta avokoa ireo fiara fitateram-bahoaka manao ny zotra Antananarivo mihazo an’i Mahajanga. Nomena fiantsonana manokana eny anoloan’ny college St Gabriel sy Notre Dame kosa ireo fiara fitaterana tsy manana zotra any Mahajanga fa nomena fahazoan-dalana manokana.

Tatiana A

News Mada0 partages

Chronique : vas-y…là

Notre situation sociolinguistique est complexe. Quelques grandes enseignes l’ont compris et tiennent  compte du bilinguisme tel qu’il est vécu dans le pays. Ainsi, les écrans digitaux des distributeurs bancaires et de quelques institutions sont bilingues. De la même manière, quand on appelle certains services clientèle, on peut choisir la langue dans laquelle s’exprimera notre interlocuteur avant même qu’il réponde. Il y a donc des situations où l’usager a réellement le choix de la langue dans laquelle il s’exprime.

ll en va tout autrement quand on se retrouve face à un vendeur, un caissier ou à un commercial. Quelques-uns sauront répondre clairement aux questions du client, quelle que soit la langue qu’il parle. Ils ne sont pas nombreux. Les autres ont du mal à se faire comprendre dès lors que le client demande un renseignement en français.

Riche de quelques entretiens téléphoniques avec des commerciaux au discours très clairs, je tente

de prolonger l’expérience «dans la vraie vie». Au guichet d’un  opérateur de téléphonie, je décide alors de m’adresser en français au jeune homme pour obtenir des précisions sur les offres très attractives affichées, en français, dans le hall de leur espace clientèle. Emergeant péniblement de son smartphone, il  m’écoute et visiblement ne me comprend pas. Le jeune homme, censé orienter le client vers le guichet approprié, me lance : «Vas-y… là», en me montrant une jeune femme qui s’avèrera beaucoup plus  efficace.

L’attitude peu professionnelle du jeune homme  n’est pas liée exclusivement à son niveau de français, trop faible pour sa fonction. Pour autant, si on lui avait donné un viatique de quelques phrases type en français et en malgache, il aurait été moins démuni pour accueillir correctement la clientèle. Où est donc le guide du vendeur parfaitement bilingue ?

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : vin d’honneur offert à M. Garbit à l’occasion de son départ de la Grande...

(Suite et fin.)

Nos meilleurs vœux et nos souhaits vous accompagnent, Monsieur le Gouverneur général, nos pensées vous suivront partout où vous irez et, arrivé là-bas, vous pourrez être fier de vos enfants malgaches ; vous pourrez dire en toute confiance à M. le Président de la République qu’en nous, la France a des enfants qui la chérissent, qui sont toujours prêts à répondre à son appel et qui sont disposés à donner pour elle jusqu’à leur vie.

« Avant de vous serrer la main et de vous dire au revoir, nous vous prions respectueusement de vouloir bien accepter, avec le renouvellement de nos vœux pour votre brûlante collaboration à cette grande lutte, cet humble souvenir (une plaquette en or représentant le drapeau et le canon), marque de l’amour filial de la population malgache de Tamatave reconnaissante de l’œuvre que vous avez accomplie à Madagascar. Ce petit souvenir, Monsieur le Gouverneur général, quand les accalmies du combat vous permettront d’y jeter un regard ou d’y consacrer une pensée, vous rappellera qu’à Madagascar et à Tamatave en particulier, vous avez des administrateurs, qu’à Madagascar, vous avez des Malgaches qui vous aiment et qui s’efforcent sans cesse de suivre vos précieux conseils pour bien mériter le titre aujourd’hui si glorieux d’enfants de la France.

« Enfin, nous levons nos verres, Monsieur le Gouverneur général, en votre honneur, en vous présentant nos souhaits de bonne santé, de bonne traversée, et dans l’attente de votre retour parmi ce peuple qui vous est sincèrement attaché et au milieu de vos œuvres commencées après avoir moissonné votre part de lauriers. Nous buvons aussi au triomphe de la glorieuse France et de ses Alliés, à nos braves et chers soldats de la République. Que votre arrivée en France, Monsieur le Gouverneur général, rapproche le moment si entendu : La victoire finale.

« Vive la France. Vive Monsieur le Gouverneur général. Vive le colonel Garbit. »

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : ny famokarana ihany no ahafahana mampiarina

Ny rehetra mila mihinana mba ho velona andaniny, ny fiainana koa mitaky kojakoja isan-karazany ary ny tsirairay samy manana ny filany amin’izany. Mazava ho azy fa mba hahaleotena ny firenena iray dia mila mamokatra ny zavatra ilain’ny mponina na mamokatra raha mitovy sanda amin’ny takalo avy any ivelany hamenoana ny tsy ampy. Raha avy amin’izay no entina andinihana ny toe-karena eto amin’ny Nosy, tsotra ny fanontaniana, moa ve ny vokatra avy eto an-toerana ampy hanaovana takalon’

ireo entana ampidirina avy any ivelany ? Maro anie ny entana tonga eto izany, tsy mila mahafantatra ny tarehimarika mikasika ny fifandanjan’ny vidin’ny entana afarana sy ny vokatra aondrana, dia mahazo an-tsaina fa maivana ny vokatra avy eto an-toerana.

Lasa ihany ny saina raha sendra mitazana ny famitrivitrian’ny fampidinana entana avy eny an-tsambo ao Taomasina. Fiarabe sy “container” goavana anie izao taterin’ny sambo avy any amin’ny firenena maro eran-tany. Mikasika ny sakafo ao daholo izao pitsopitsony rehetra izao ka hatramin’ny vary izay foto-piainan’ny mponina. Ny akanjo moa dia ireny tonta efa nanaovan’

ny olona tany no mitobaka mameno tsena itafian’ny mponina. Ny fiara izay ahafahan’ny olona sy entana mivezivezy dia ireny mitombo an’isa mameno làlana sy arabe, na madinika na vaventy toy ny kamiao goavana be mpitatitra entana na ireny Boeing mahazaka mpandeha maro. Na ny iray amin’ireny môtô kely mameno tanàna ireny aza dia tsy misy vokatra eto an-toerana. Avy aiza ny vola takalon’izany rehetra izany ? Marina fa mifono harena voajanahary sarobidy ny kibon’ny tany. Ao anefa ny filazana fa toy ny andramena nikipina ny fanondranana azy an-tsokosoko dia mihamanify andro aman’alina ny harena an-kibon’ny tany, tsy nanatevina ny kitapom-bolam-panjakana toy ny tokony ho izy, ary tsy nisitrahan’ny mponina tombony.

Manalavitra noho izany ny fahafahana mandroso. Ny vokatra tsy ampy hanonerana ny filana afarana avy any ivelany. Ny harena mihena am-pitoerana, ny korana mangiginan’olom-bitsy izay mihabolanginy tsy ara-drariny no tsy hain’ny fanjakana tohanana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Menace de trouble : 44 arrestations à Antalaha

A la suite d’un renseignement faisant état d’une menace grave à l’ordre public durant le Somaroho Tour, la Compagnie territoriale de gendarmerie d’Antalaha a procédé à une série d’arrestations.

Quarante-quatre personnes dont des jeunes soupçonnés de meurtre et de viols, des présumés cambrioleurs, des délinquants de rue ont été arrêtés par la gendarmerie au cours d’une rafle dans la nuit de dimanche à lundi.

D’après le chef d’escadron Rajo Andriantsiranomena, commandant de la Compagnie territoriale de gendarmerie nationale d’Antalaha, deux femmes figurent parmi les personnes interpellées.

«Nous avons eu vent de l’existence d’un plan visant à semer la trouble durant le concert de Wawa dans le cadre du festival Somaroho mais il faut préciser que notre action ne s’est pas limitée uniquement à la sécurisation de l’évènement. Nous avons mis un large panel de systèmes de sécurité depuis quatre mois car nous avons constaté une résurgence de l’insécurité. Les vols en bande organisée, les viols collectifs et les cambriolages ont connu une hausse alarmante», a-t-il indiqué.

Phénomène Foroche

L’action de la gendarmerie a été saluée par la population qui craint énormément la recrudescence du phénomène Foroche à Antalaha. Pour en revenir à la série d’arrestations de dimanche, l’on sait que certains éléments de la Compagnie de gendarmerie d’Antalaha ont assuré la sécurité du spectacle, tandis que d’autres ont effectué des patrouilles à travers les rues de la ville.

Au cours de cette forte mobilisation, les gendarmes ont appréhendé entre autres des individus déambulant dans la ville, des armes blanches à la main. Ils ont également arrêté une femme qui venait de cambrioler un hôtel. Les autres personnes ont été arrêtées pour défaut de carte nationale d’identité.

Mparany

News Mada0 partages

Ankadimbahoaka : spectaculaire accident de la route

Un spectaculaire accident de la route s’est produit dans la matinée d’hier à Ankadimbahoaka, à hauteur de la bretelle menant au By-pas, plus précisément au lieudit Fasika.

Pour des raisons encore indéterminées, un semi-remorque a percuté une charrette à bras avant de renverser une piétonne et un commerçant ambulant. Grièvement touché au niveau de la hanche, le tireur de charrette a eu du mal à se tenir debout. Aucune blessure apparente n’a été pourtant décelée sur son corps.

Mparany

 

News Mada0 partages

Drogue dans des statuettes : une Malgache recherchée à Maurice

Elizabeth Goretti Ismaël Moossa, la Malgache impliquée dans une affaire d’importation de drogue à Maurice, a comparu devant la «Bail and remand court» (BRC), lundi dernier.

Soit dit en passant, la BRC est l’instance habilitée à décider si un prévenu peut être relâché sous caution ou s’il doit être renvoyé en détention avant son procès. Elle peut également décider de libérer conditionnellement un prévenu si la police n’y objecte pas.

La comparution d’Elizabeth Goretti Ismaël a été effectuée de la prison par visioconférence. L’enquêteur principal de la brigade des stupéfiants de l’île Maurice a indiqué qu’un autre Malgache est recherché dans le cadre de cette affaire et que les pièces à conviction n’ont pas encore été examinées.

Le 24 mai, les agents de la brigade des stupéfiants de l’île Maurice (ADSU) et la Section douanière anti-narcotique ont mis la main sur 7,6 kg d’héroïne et 6,6 kg de cannabis. La quantité de drogue a été découverte au cours de la fouille de l’un des conteneurs provenant de Madagascar que transportait le navire John Rickmers.

Les 7,6 kg d’héroïne ont été dissimulés dans des statuettes, tandis que les colis de cannabis ont été cachés dans des tables en bois.

Mparany

 

News Mada0 partages

Attaques et accidents sur les RN : les sociétés civiles montent au créneau

L’insécurité routière ne cesse de prendre de l’ampleur ces derniers temps. Les sociétés civiles, notamment les défenseurs des droits des consommateurs, incitent les responsables à tous les niveaux à adopter les mesures nécessaires pour mettre fin aux séries d’accidents et attaques à main armée… sur les routes nationales (RN).

Une gabegie règne au niveau du transport terrestre. «L’irrespect des législations en vigueur régissant ce secteur explique en partie cette situation, une défaillance conjuguée avec l’irresponsabilité des parties prenantes à tous les niveaux, en passant par les transporteurs, les coopératives et les usagers», a souligné le président de l’association de protection des droits des consommateurs Fizompam, Tiana Rabeson.

C’était hier, à l’IKM Antsahavola, à l’occasion d’une concertation entre les sociétés civiles, les coopératives de transporteurs dans la capitale et les régions ainsi que les défenseurs des droits des consommateurs. Une initiative qui a pour objectif d’inciter les responsables à tous les niveaux à prendre chacun leurs responsabilités, afin de réduire les accidents de la circulation ou encore les vols et les cambriolages le long des RN.

Des comités spécialisés

Cette rencontre entre les parties prenantes du transport devrait aboutir à la mise en place de trois comités qui se chargent de trouver des solutions tangibles pour résoudre les problèmes relatifs aux accidents de la circulation, aux attaques à main armée et à l’anarchie de la structure du transport terrestre en général.

Des résolutions communes sur ces sujets, qui vont être soumises auprès des responsables étatiques compétentes, sont en gestation. Les sociétés civiles appellent toutes les structures concernées à proposer leurs idées pour améliorer ce secteur. Le président de la  Fizompam a soulevé la nécessité d’apporter des réformes sur les méthodes de travail au sein des coopératives de transporteurs (, urbaines, suburbaines et nationales) qui ne correspondent plus au contexte actuel.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Préparation à la saison cyclonique : consolider la communication à la base

Face à la prochaine saison cyclonique, les volontaires de la Croix-Rouge malgache(CRM), sous l’appui de l’Unicef Madagascar et en collaboration avec la Météo malgache, bénéficient d’un atelier de renforcement de capacités depuis lundi à Antalaha. L’objectif est de consolider et d’améliorer la stratégie de communication à la base.

A ce sujet, une enquête menée par la Météo a permis de déterminer une carence. Du coup, devant les multiples dangers dus aux catastrophes naturelles, comme le cyclone, la population ne sait plus quelles sont les décisions à prendre et les mesures nécessaires à adopter. Par la même occasion, la résilience et l’adaptation aux risques liés au climat et aux catastrophes naturelles sont également renforcées.

Antalaha comme cible

Comme Antalaha a été le district le plus touché le mois de mars dernier par le passage du cyclone «Enawo», une soixantaine de volontaires vont mettre en pratique leurs acquis, à l’issue de l’atelier, au niveau de ce district où 25 fokontany de 5 communes seront les cibles.

Dans la même optique, quatre régions vont être aussi touchées par ce projet de renforcement de la communication (Sava, Analanjirofo, Analamanga et Atsinanana). D’une durée de trois mois, le projet visera 157 500 personnes à travers 28 000 ménages.

Sera R

News Mada0 partages

Analanjirofo : l’enclavement handicape le développement

La région Analanjirofo risque l’enclavement suite à la dégradation avancée de ses infrastructures routières. Les usagers craignent que les travaux de réfection débutés actuellement sur certains tronçons ne parviennent à redresser la situation.

La quasi-totalité du réseau routier de la région Analanjirofo se trouve dans un état de délabrement, déplorent les usagers. Des travaux de réhabilitation y sont menés depuis quelques semaines sans pour autant couvrir tous les points noirs. Une nette amélioration a toutefois été constatée après les négociations menées par le chef de région pour répondre aux besoins urgents de la population puisque la région Analanjirofo dispose actuellement d’une entreprise indépendante de celle de la région Atsinanana pour ses travaux publics.

La réfection du tronçon Namahoaka-Ampasina Maningory, allant jusqu’à Soanierana Ivongo, a pu ainsi démarrer immédiatement, en plus de l’axe Antsikafoka-Vavatenina et Vavatenina-Anjahambe, prévu être achevé avant le début des prochaines campagnes de letchis et de girofle de la région.

Le développement freiné

La vétusté des infrastructures routières du littoral Est a obligé les opérateurs transporteurs des zones régionales Atsinanana et Analanjirofo à envisager une révision à la hausse des frais de leurs prestations mais l’application prévue le 15 août dernier n’a pas été respectée pour diverses raisons. Ce début d’enclavement constitue un frein au développement de la région où les autorités sont parfois obligées de faire leurs déplacements à pied lors des tournées effectuées dans leur circonscription.

Manou

News Mada0 partages

Alaotra : amélioration de la santé publique

La santé publique devient un axe prioritaire dans la région Alaotra-Mangoro. Des centres de santé viennent d’être dotés de médicaments grâce à des partenariats privés dans l’intérêt des usagers.

Plus d’une quarantaine de Centres de santé de niveau I et II (CSBI et II) de la région Alaotra-Mangoro ont bénéficié de dons en médicaments destinés à la réduction de la mortalité de la mère et de l’enfant. Le député Marohajaina a inauguré la remise de ces lots de médicaments estimés à 12 millions d’ariary offerts par les associations Fanantenana et Ambohimamory Milay au CSBII d’Antanifotsy et au Centre hospitalier de référence de district (CHRD) d’Ambatondrazaka.

Des équipements ont également été remis au CSBII de Tanambao-Besakay en plus des médicaments, lors de son inauguration officielle dans le cadre de l’amélioration de la santé publique dans cette région.

Manou

 

News Mada0 partages

Forazaza : 302 garçons circoncis à Vohipeno

La 4e édition du «Forazaza» ou circoncision s’est déroulée samedi dernier à Vohipeno, après Fenoarivo Atsinanana en 2014, Mahambo en 2015, Ambosimanga en 2016. 302 garçonnets, issus des communes de Mahambo et Betampona, ont été circoncis grâce à l’initiative du député Hely Ahmad et de son épouse. 15 médecins ont pris part à l’opération. Les nouveaux circoncis ont par ailleurs obtenu des jouets et des friandises.

Cette action a pour objectif d’alléger les charges des parents en pareille occasion. L’association «Vehivavy 8 mars» et les jeunes ont également obtenu un lot de maillots et de ballons de foot de la part des époux Ahmad.

Nadia

 

News Mada0 partages

Hivoaka ny “coffret” : hoentina an-tsehatra ny “Tafaray isika roa”

Masaka ny nahandro… “Na dia efa ela aza no nikononkononana azy, tao anatin’ny andro vitsivitsy izay no tena niasa tsy niato izahay. Tonga ny fotoana hanolorana ny vokatra, mandritra ny fampisehoana”, hoy i Farakely. Nisy ny fihaonana nataony tamin’ny mpanao gazety, omaly, tetsy amin’ny Piment Café Behoririka, nilazalazany ny momba ireo  Teraka ny “Tafaray isika roa”, rakikira voalohan’ity mpanakanto ity. Haka endrika “coffret” izany, hahitana ny rakikira fihaino, ny DVD misy ireo rakitsary ary ny “dépliants” misy tononkira sy sary isan-karazany.“Hoentina an-tsehatra ireo hira ireo, miampy izay iarahako amin’ireo vahiny nasaina manokana, sy ireo hira hafa nomaniko amin’izany”, hoy hatrany ny fanazavana nomen’i Farakely. Fantatra fa haharitra ora roa mahery eo ny fampisehoana, izay hatao etsy amin’ny CCEsca Antanimena, rahampitso zoma 18 aogositra, manomboka amin’ny 7 ora sy 20 minitra.Hifampizara sehatra amin’i Farakely mandritra izany ireo mpitendry ahitana an’i Sefo Nono (gitara beso), Andry Tsitohaina (gitara), Manitra (gitara), Hoby (gitara), Rainitelo, Andry ary Naina kosa eo amin’ny zavamaneno ravaka.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Farakely : sa carrière en solo prend son envol

«Enfin mon rêve devient réalité», a annoncé Farakely, hier  au Piment Café Behoririka lors d’une conférence de presse.  En fait, elle projette d’entamer  sa carrière solo, dès  demain lors d’un grand concert au CCEsca Antanimena, à partir de 19h20. Son premier album, intitulé «Tafaray isika roa» contenant dix titres, sera à l’honneur.

Farakely a toujours baigné dans le monde musical depuis plusieurs années en adhérant des groupes d’artistes, entre autres Randrantelo. Et pour la première fois, elle sera toute seule sur la scène  pour présenter au grand public ses propres créations. «J’ai envisagé de faire carrière solo depuis l’année dernière. Ainsi, j’ai commencé à enregistrer quelques morceaux», a-t-elle affirmé.

«Je n’interpréterai que mes propres compositions durant ce concert de promo», a ajouté la chanteuse. Une vingtaine de titres seront au programme, le spectacle durera donc deux heures environ. Quatre artistes y seront invités, à savoir Dama du groupe Mahaleo, Laza, Alain Rabetrano et le groupe Randrantelo dont elle fait encore partie. “D’autres surprises seront aussi au rendez-vous”, a-t-elle souligné.

Après ce concert, Farakely projette de continuer la promotion de son album en effectuant des tournées nationale et internationale. En attendant, elle balance déjà sur les réseaux sociaux un nouveau clip vidéo intitulé «Ry aiko».

Holy Danielle

News Mada0 partages

Hippisme : clôture en apothéose à Mahazina

La 10e réunion de course hippique de la saison a fait des heureux dimanche dernier à l’hippodrome de Mahazina (Ambatolampy)  avec les sept courses qui ont vu la participation des apprentis jockeys mauriciens et la relève malgache. Rabearivelo, associé à Omdah, s’offre la première victoire de la saison en menant la course de bout en bout devançant ainsi Orchidée de Patrick Rakotoarivelo et Oiseau d’or sous la selle de Jean Baptiste Rakotohanja (tiercé : 5-1-3).

La 2e course a été réservée aux apprentis et débutants malgaches et mauriciens. Les élèves de l’école de course hippique et de l’élevage (Ehcel) ont dominé le tableau grâce à Falivolasoa Faniry sous la monte de Johary Randriamanana. Jonquille du Val sous les brides de Tunie Nambinintsoa et Nick Power chevauché par le Mauricien Lucca Petit-Petit sont partis favoris (tiercé : 2-3-5). Les jeunes ont été vraiment à l’honneur car Roméo Radotiana et Michel Randriamanantena, respectivement sur le dos de Luna Bella et Ministar ont devancé Nayade de Rabearivelo et Lutteur d’or de Patrick Rakotoarivelo, à la grande surprise des parieurs (tiercé : 5-6-2).

Patrick a tenu à avoir sa part en arrachant la victoire lors de la 4e course réservée aux pouliches de 2 ans après une chevauchée fantastique avec Pointe de flèche. Perle de Carmen de Nicot Ramiliarimanga et Pachamama du val ont complété le podium (tiercé : 2-1-3). Les participants ont été dotés d’une couverture pour cheval outre les certificats remis pr le président de l’Ahcel. Les jockeys et montures auront deux semaines de repos pour préparer la saison sur la piste de Bevalala le 3 septembre prochain.

Rojo N.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanajana etika sy deontolojiaManahirana, hoy ny filoham-pirenena

Nanafatrafatra ireo mpikamban’ny holafitry ny mpisolovava tetsy amin’ny foiben’izy ireo etsy Anosy omaly ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina, mba hanaja ny etika sy deontolojia eo am-panatanterahana ny asan’izy ireo.

  Omaly moa no nanavao ny fianianany indray ny filohan’ny holafitry ny mpisolovava, Hubert Raharison, izay lany fanintelony indray. Manahirana eto amin’ny firenena io fanajana etika sy deontolojia io, hoy ny filoha, satria fandinihan-tena no atao ao anatiny. Aza mijery ny hafa, hoy izy, fa ny ny tena aloha Tsy ny lalàna na rafitra no olana eto fa olona. Mila olona mijoro amin’ny fahamarinana ity firenena ity, hoy hatrany ny filoha.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

May ny endim-boanjon’ny HVMRaikitra ny fizarazaran-javatra

Manetsiketsika izay rehetra azo hetsehina hahafahana manakona ny tsy mety natao tao anatin’ny 4 taona latsaka kely ny mpitondra HVM amin’izao fotoana izao.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sakantsakana amin’ny fifidianana 2018Tsy azo ekena, hoy ny Amerikanina

Nihaona tamin’ny Praiminisitra Mahafaly Solondrasana Olivier teny Mahazoarivo ny Delegasionina mafonja avy amin’ny kongresy Amerikanina omaly.

 

 Nitarika azy ireo i Bob Goodlate, Filohan’ny Kaomisionina ny raharaha ara-pitsarana eo anivon’io kongresy io sy ny Masoivoho Amerikanina eto amintsika Robert Yamate, narahin’ny loholona Repoblikanina sy demokraty, ary mpikambana avy amin’ny kaomisionina voalaza etsy ambony,… Isan’ny anton-dia lehiben’izy ireo ny momba ny resaka filaminana politika, indrindra ny fanatanterahana ny fifidianana, ka nanindry mafy amin’ny tokony hisian’ny fifidianana madio sy mangaraharaha ny Amerikanina tamin’ny alalan’ny Masoivohony Robert Yamate. Mila malalaka ny fifidianana filoham-pirenena, ka tsy tokony hisy velively izany “ni…ni…” izany. Tokony hajaina ny fe-potoana efa voafaritra, dia amin’ny 2018. Mety efa manahy ny kajikajy maloto amin’ny fanemorana ny fifidianana ny Amerikanina. Nifanakalo hevitra tamin’ny praiminisitra momba ny zava-misy ara-tsosialy, toekarena, ary indrindra ny fampandrosoana ihany koa anefa izy ireo. Isan’ny dia lehibe ataon’ireo delegasinina Amerikanina ireo eto amintsika ihany koa ny resaka fifanaraham-piaraha-miasa sy fiaraha-miombon’antoka eo amin’ny firenena roa tonta amina lafin-javatra mafonja maro, indrindra fa ireo mahasahana ny fiainam-bahoaka mivantana. Nanontany ny hetahetan’ny Praiminisitra amin’ny zava-dehibe andrasan’ny Malagasy amin’ny fiaraha-miasan’ny tany roa tonta ireo delegasionina ireo. Amin'ny ankapobeny, mbola tsy ampy ny loharano ara-bola anatiny, na dia eo aza ny fiaraha-miasa efa mandeha. Noho izany, zava-dehibe ny handinihana drafitra iray hampitomboana ny fanampiana ara-bola mba hanatsarana ny fiantraikan'ny tetikasa fampandrosoana  amin'ny firenena manontolo mihitsy, hoy ny praiminisitra.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

KAOMININA AMBOHITRIMANJAKATsy avelan’ny kaominina manao biriky intsony ny mponina

Ny 95%-n’ireo mponina ao anatin’ny kaominina Ambohitrimanjaka dia saika mivelona amin’ny asa fanaovam-biriky avokoa. Ankehitriny anefa misedra olana goavana izy ireo.

 Tsy avelan’ny kaominina namboatra biriky manamorona ny ranon’Ikopa intsony mantsy ireo fianakaviana mivelona amin’izany ao anatin’ny kaominina ity, fampandrenesana nataon’ny Ben’ny tanàna nandritra ny fiantsoana fivoriana maika  niarahany tamin’nireo  mponina ao an-toerana ny herinandro teo. Antony raha araka ny fanazavan’ireo mponina dia manahy mafy ny amin’ny mety hihotsahan’ny tany manamorona ny ranon’Ikopa  ny Ben’ny tanàna. Eo an-danin’izay anefa hoy izy ireo dia efa tamin’ny taona 1972 no nisy fanamboarana biriky tao Ambohitrimanjaka ary tsy mbola nisy ny olana goavana nitranga. Manahy ny ho very asa fivelomana tanteraka araka izany ireo mponina ao amin’ity kaominina iray ity koa manao antso avo amin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny mba hijery akaiky ny zava-misy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mivelona amin’ny fanantenana

Mivelona amin’ny fanantenana ny mino, hoy ny lohahevitry ny fiangonana iray anisan’ny lehibe eto Madagasikara, iray volana lasa izay.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara “Golf Type 4” teny AkadindratomboNidona avy eo nirehitra

Fiara iray marika "Golf type 4" nidona teo amin'ny "Rond point" teny Ankadindratombo ny talata alina tokony ho tamin'ny 11 ora, ka may kila forehitra tsy nisy noraisina.

 Olona roa no tao anatin’ny fiara. Nangaka fitaovana famonoan'afo na "extincteur" tao amin'ny toby mpaninjara solika iray tsy dia lavitra teo ireo mpivady tao anatin'ny fiara hamonoana ny afo fa tsy nomen-dry zareo, kanefa tokony ho avotra ihany ny fiara, raha ny fitantarana.  Raha ny fanehoan-kevitra hafa moa dia voalazafa mamo ny mpamily io fiara io, ka izay no niteraka ny loza. Efa matetika hitrangana loza ihany koa anefa eo satria teo amin'io toerana io ihany no nisehoan’ny lozam-pifamoivoizana namoizana ain'olona iray ny 23 jolay lasa teo. Maizina loatra mantsy eo, ka matetika hitrangana loza, ary tsy mifanaraka amin’ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana mihitsy ny tondro isan-karazany eo raha ny fanehoan-kevitry ny mpampiasa fiara vitsivitsy. Efa miisa roa izany izao ny lozam-pifamoivoizana niseho teo, ary efa namoizana ain’olona mihitsy, ka tsy hay na hiandry fanintelony na faninefany ny tompon’andraikitra vao handinika sy hijery sao mba ny resaka fotodrafitrasa sy ny tondro momba ny fifamoivoizana tokoa no isan’ny mitera-doza. Ilaina ihany koa ny mitandrina hatrany satria ny aina tsy hananam-piry.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Sport scolaire- Championnats nationaux - Mahajanga dans une ambiance chaleureuse et sportive

Riche en évènement. La ville de Mahajanga, le pôle d’attraction des vacanciers, sera l’épicentre des événements sportifs nationaux à partir de ce jour jusqu’au 27 août en parallèle avec le festival Big Sôma, qui programme diverses compétitions sportives de plage telles que le Beach soccer et le Beach volley. Un tournoi de basket Big Soma 3x3 d’envergure nationale sera également au menu. D’autre part, la ville de Mahajanga abritera les premiers championnats nationaux du sport  scolaire à partir de ce jour, un évènement  qui se disputait auparavant sous forme de jeu.

Vingt et  deux Dren (Direction régionale de l’éducation nationale)  seront réunies sur place. Après les étapes de sélection et de compétition inter-établissements au niveau des Cisco et Dren durant l’année scolaire 2016-2017, chaque région sera représentée par leurs meilleures écoles pour les disciplines collectives et pour l’athlétisme en particulier, la sélection se fera au niveau des régions. 1 496 élèves y participeront et seront accompagnés de leurs encadreurs et managers. En sus des disciplines habituelles à concourir en sport collectif à savoir le football, le volley-ball, le hand-ball et le basket-ball, une nouvelle épreuve intitulée « Urban Cross » sera introduite dans la discipline athlétisme.  Comme d’habitude, les sports scolaires ont toujours collaboré avec les différentes fédérations sportives et le ministère de la Jeunesse et des Sports (Mjs). D’après les explications de Njaka Tsirofo Rasoloarison, coordonnateur principal du sport scolaire, « cet événement sportif national vise à détecter les jeunes talents dans les disciplines pratiquées afin qu’ils puissent intégrer le monde du sport d’élite ». Et d’ajouter « Par ailleurs, l’objectif principal est de motiver les élèves et les profs d’Education physique et sportive (Eps) au sein des établissements. C’est aussi l’occasion pour chaque élève de porter haut le nom de leur établissement d’origine à travers le sport ». Plusieurs partenaires  à savoir Jb, Star, Orange, Usaid, Se/Cnls, Bni Madagascar, Tvm et Rnm, Psi Madagascar, Onn, Faa, WSup, Unicef, Crs, Unfpa, Bfv-Sg, Boa Madagascar, Handicap International, la Commune urbaine de Mahajanga et Marie Stopes Madagascar, soutiennent le Men (Ministère de l’Education nationale) et le Mjs durant cet évènement .Le directeur du cabinet du Men, Anatole Ralison, a réitéré ses vifs remerciements envers ces partenaires au nom du Men et d’autres organisateurs.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Projets estudiantins - Une nouvelle station météo mise en œuvre

La créativité des étudiants à l’université d’Antananarivo sera mise en valeur. 20 projets technologiques des étudiants diplômés de licence du parcours Licence d’ingénierie en physique des signaux et système (Lipss) à Ambohitsaina, issus de la mention « Physique et applications », sont prêts à être appliqués dans le monde professionnel. Ce sont notamment des systèmes de sécurisation, d’automatisation de la lumière, et surtout une station météorologique pouvant capter l’humidité, la pression et la température, munie d’un système de calcul de la vitesse de vent et de sa direction.

« La station météo consiste à recueillir des données du domaine de la météorologique  dans un endroit bien déterminé pour pouvoir les servir dans le développement rural », explique Hiriana Razakamamonjy, étudiant en Lipss, créateur du projet. Le but de cette création se focalise sur l’amélioration de la prévision météo à Madagascar. La présence de cette nouvelle station, créée dans chacune des 22 Régions, notamment dans les zones rurales, fera progresser entre autres la potentialité agricole, poursuit-il. Le secteur primaire englobant l’agriculture concentre beaucoup d’activités des Malgaches avec un taux de 80 %. Ainsi, disposer d’une station météo partout s’avère être  intéressant. Depuis 2007, 20 projets de licence et master sont élaborés annuellement au terme du cursus universitaire au sein du parcours Lipss. « Les projets ne sont pas encore commercialisables. Toutefois, les entreprises intéressées peuvent collaborer avec les initiateurs du projet », affirme Niaina Andriananjanavalona, président de l’Association des étudiants en électronique et informatique de l’université d’Ambohitsaina. Par ailleurs, une exposition et une journée portes ouvertes se sont tenues hier à Ankatso. Tous les projets des étudiants de la filière « Physique appliquée » y ont été présentés. Cela a été organisé afin de permettre à ces étudiants de présenter leurs œuvres. Il s’agit également d’un moment de partage pour attirer l’attention des autres étudiants sur l’importance des inventions. Recueillis par Kanto R.

La Vérité0 partages

Explosion de l’insécurité dans la Capitale - Infiltration policière dans les bus

Sécurisation des gares routières ou autres arrêts de bus, promesse aux usagers de la Capitale d’une plus grande sécurité aux arrêts des « taxi-be », lutte contre les rumeurs à propos justement de l’insécurité dans la Capitale, etc. Tels sont les points d’orgue de la nouvelle stratégie que la Police nationale venait de mettre en place, selon le directeur de la sécurité publique au sein du ministère concerné, en l’occurrence le commissaire divisionnaire Herilala Rakotoarimanana, lors d’un point de presse à Anosy, hier.

Parmi les plus importantes mesures récemment prises figure la création d’un centre opérationnel de commandement rattaché à l’Emmo-Sécurité, au sein de la Préfecture de police à Tsimbazaza et qui devait regrouper les trois composantes des Forces armées du District dont la Police nationale. Ainsi, la Capitale verra sa subdivision en 4 zones de sécurisation dont le centre-ville qui sera donc sous l’égide du Commissariat central, l’Atsimondrano sous le contrôle du Commissariat local, idem pour l’Avaradrano, et enfin Ambohidratrimo qui sera sous la surveillance du groupement de la Gendarmerie locale.Pour le Dsp Herilala Rakotoarimanana, certains s’efforcent actuellement à instaurer un climat de psychose dans la Capitale. Les forfaits de bandits dans les « taxis-be » en sont un exemple. « Il ne faut pas que le public panique facilement à cause des rumeurs », déclare-t-il sans ambages. Néanmoins, il a annoncé une panoplie de mesures visant à renforcer les dispositifs de sécurisation des usagers.« Des groupes de policiers en tenue civile voyageront à bord des transports en commun tandis que d’autres encore, cette fois ci en tenue réglementaire, patrouilleront les zones classées rouges », renchérit-il. De même, des membres de la Police seront présents aux arrêts de bus jugés les plus dangereux pour les usagers. Ce sera le cas pour Ampefiloha, Anosy, Andavamamba, 67ha, « Vatobe », le marché de Namontana ou encore Ambodifilao.Des mesures ou autres opérations spéciales visant également à inciter certains automobilistes à se conformer à la loi, sont à l’ordre du jour. La Police a ainsi lancé une sérieuse mise en garde à tous ceux qui bravent l’interdiction des vitres fumées, du gyrophare ou surtout des cocardes. Des moyens souvent utilisés pour contourner ou passer outre les embouteillages. « Tous ceux qui ne sont pas autorisés à leur emploi, selon la loi en vigueur, doivent désormais enlever tous ces équipements sous peine d’être poursuivis selon toujours notre législation. Les distributeurs de ces accessoires automobiles doivent également se préparer à des fouilles ou perquisitions », conclut-il.Franck Roland

La Vérité0 partages

Faute lourde

Du jamais vu ! Pas d’ambassadeurs, du moins, dans les grandes et traditionnelles chancelleries occidentales. Des postes hautement stratégiques, notamment dans le domaine économique, pour le pays. Un contexte malheureusement inédit que les tenants du régime ne parviennent pas à surpasser ou à contourner.Les postes de chefs de mission diplomatique (Cmd), du rang d’ambassadeurs ministres plénipotentiaires dans nos ambassades, restent vacants. En dépit de multiples tentatives et en trois ans et demi de « règne », les titulaires du pouvoir n’ont pas réussi à nommer leurs représentants de haut niveau à Paris ou à Berlin ou ailleurs, et ce, malgré les différentes interpellations venant de divers horizons, surtout des pays concernés plutôt « victimes ».

Devrait-on rappeler, ici, l’importance cruciale du rôle joué par ces ambassades dans l’intérêt supérieur du pays ? Inutile de rabâcher sur les effets néfastes dus à de tels manquements. Un pays archi-pauvre comme Madagascar ne peut pas se permettre de ne pas se faire représenter auprès des autres pays où la diplomatie est appelée à tenir des responsabilités, de premier plan, surtout sur le plan économique. Une faute lourde mise sur le compte du régime dont la responsabilité incombe directement à celui qui détient la clef de l’Etat. Une tergiversation dont les impacts coûtent chers à la Nation toute entière.Devrait-on indiquer, ici, que le département des Affaires étrangères occupe une place de premier ordre parmi les rangs des ministères classés de souveraineté nationale comme ceux de la Défense, des Finances ou des Ressources stratégiques au sein du Gouvernement. Des Départements-clé que le Chef de l’Etat garde, jalousement, la haute main. Des postes de compétence qu’il confie à des personnalités de son choix personnel, par voie de conséquences, de confiance.A ce titre, donc, la nomination des ambassadeurs ne devrait souffrir d’aucun problème ni d’un certain malaise dans la mesure où elle dépend de la volonté d’une seule et même personne. Aucune autre ni même le Premier ministre, encore moins  le ministre des Affaires étrangères ne feraient pas le poids devant. Aucune chance pour eux de s’interposer, voire s’opposer.Nonobstant cela, il existerait dans le cercle très intime au sommet du pouvoir une seule et unique personne capable de faire prévaloir de son… pouvoir. Elle serait même apte d’opposer son droit de… veto, s’il faudrait le faire, à la décision du grand Chef. Suivez mes yeux ! Et Dieu seul sait de quel bois brûle-t-elle. Justement, selon certaines indiscrétions, le blocage des nominations viendrait, au conditionnel, de ce côté-là. Qui plus est, la raison officielle de ce flagrant retard que les dirigeants du pays veuillent bien jeter sur la place publique porte en elle un caractère des plus farfelus. Il s’agit de la nouvelle orientation que l’Etat veut assigner à la diplomatie malagasy. Une orientation axée, principalement, sur l’économie. Et la charge de la faute commise s’alourdit.Qu’on se le dise ! Madagascar, dans son escarcelle propre à lui, ne dispose-t-il pas des personnalités compétentes en la matière ? Nous avons l’une de ces corbeilles d’intelligentsias la plus étoffée et riche en compétences et en expertises qui n’a rien à envier des autres. Des diplomates, nous en avons en… pagaille ! Seulement, il faudrait les enrôler au registre du parti. Autrement, la voie reste bloquée ! Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Internet - Un congrès pour une meilleure protection des mineurs

« Mieux vaut prévenir que guérir ». Le monde digital est devenu un univers à risques surtout pour les mineurs. Il faut donc trouver des moyens pour pouvoir mieux les protéger des dangers auxquels ils s'exposent. Tel est le grand défi du Congrès international sur les mineurs et l'Internet qui se déroulera du 3 au 6 octobre prochain à l'Université pontificale grégorienne.

Pour le cas de Madagascar en particulier, les jeunes mineurs malgaches manipulent facilement l'Internet. Et ils peuvent y accéder sans aucun contrôle parental, vu que les responsables des cybercafés ne les prennent pas en charge. Tant que ces enfants arrivent à payer leur consommation, cela leur suffit amplement. Ainsi, les sites consultés ne constituent pas un problème pour les cybercafés. Pourtant, nombreux sont les jeunes qui usent du réseau pour se faire de l'argent en se prostituant ou en faisant du « hacking » ou du service de piratage. Et pour les réseaux sociaux, les jeunes ne réfléchissent pas aux impacts de leurs actes surtout que la plupart d'entre eux y exposent leur vie sans aucun scrupule. De ce fait, certains malfaiteurs en profitent.  Avec toutes ces menaces, l'Internet est devenu une vraie source de problèmes dans le domaine politique, social ou encore religieux. Les discussions des 140 experts du monde entier tourneront autour de « la dignité des mineurs dans le monde digital ». Il est estimé qu'actuellement, plus de 800 millions de jeunes internautes s'exposent à de nouvelles formes d'abus comme la provocation en ligne (« trolling »), le harcèlement en réseau (« cyberbullying »), le chantage sexuel (« sextortion ») mais également le racolage (« grooming ») à des fins sexuelles. De ce congrès résultera une « déclaration sur la dignité des mineurs dans le monde digital ». Ce congrès aidera surtout la société à prévenir les différents dangers ainsi qu'à préserver les prochaines générations. Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Affaire Free News et affaire Riana Andriamandavy VII - Traitement à deux vitesses

Les tenants du régime Hvm accélèrent les dossiers concernant des personnes qui ne le caressent pas dans le sens du poil et retardent, par ailleurs, les procédures enclenchées contre des personnes qui lui sont proches. Le fait est patent dans l'affaire qui oppose le groupe Free News au président du Sénat Honoré Rakotomanana, traitée avec une certaine célérité par les autorités.

Moins de deux mois après une audition à la Brigade criminelle Anosy, Lalatiana Rakotondrazafy et des journalistes du groupe de presse qu'elle dirige font déjà face à un procès. Une célérité qui contraste avec la lenteur avec laquelle une autre affaire, nettement plus grave, qui plusieurs mois après son éclatement, n'a  toujours pas été instruite par la Gendarmerie. Faut-il remarquer que la Gendarmerie a pourtant été saisie officiellement par une autorité officielle. Mais au lieu de procéder aux auditions d'usage, celle-ci a demandé au Parquet la conduite à tenir, une fois arrivé le tour de Riana Andriamandavy VII. Rappelons en effet qu'il y a plusieurs mois de cela, la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar avait porté plainte contre le sénateur Riana Andriamandavy VII. Pourtant jusqu'ici la plainte ne semble connaître la moindre avancée.  Aux dernières nouvelles, le ministère de la Justice aurait demandé à ce que le dossier soit transmis pour des raisons qu'on ignore. Et jusqu'à ce jour, du moins hier, le dossier serait selon des sources indiquées toujours bloqué à la direction générale de l'administration judiciaire dudit ministère.Cette procédure judiciaire à deux vitesses est d'autant plus flagrante lorsque l'on sait que, si pour le cas de Lalatiana Rakotondrazafy et de ses journalistes il ne s'agit « que » d'un présumé délit de presse, pour ce qui est du sénateur Riana Andriamandavy VII, la plainte porte entre autres sur une diffamation, une injure et une menace de mort, qui plus est à l'encontre d'une magistrate du Parquet. Sans compter bien évidemment la dénonciation d'une infraction concernant une incitation à la rébellion au siège d'un organisme officiel, en l'occurrence le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). Pour beaucoup il s'agit de la même « procédure » qui a bloqué durant plusieurs mois le dossier pénal du président du Masters Alain Ramaroson, un farouche opposant au régime actuel. Ce dernier a croupi en prison durant presque une année entière, avant d'être  jugé et condamné par la suite.Pour un litige familial, ce dernier avait été envoyé dans les geôles d'Antanimora pour y croupir pendant plusieurs mois. Les demandes de liberté provisoire de ce politicien, pas avare de critiques envers le régime Hvm, avaient été rejetées les unes après les autres, alors que de son côté, un directeur au niveau du ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation soupçonné dans une affaire, autrement plus grave, de corruption, avait obtenu sa liberté provisoire après seulement… 48 heures de détention provisoire…Les traitements à deux vitesses ne sont pas rares. Cela remet pourtant en cause le statut d'indépendance des magistrats, un point sur lequel milite actuellement le Syndicat des magistrats de Madagascar, qui a engagé un véritable bras de fer contre le pouvoir en place depuis maintenant plusieurs mois…L.A.

La Vérité0 partages

Anciens militaires - Grande mobilisation le 26 août

Face au mépris des autorités vis-à-vis de leur revendication, l'Association des anciens militaires entend renforcer son action.  A entendre le président de l'Aam, Randrianasimanana Jean Solo,  une rencontre avec le Président de la République et le secrétaire général de la Présidence a eu lieu le 18 mai dernier. Au cours de cette réunion, Iavoloha se serait engagé à procéder au paiement de l'alignement d'indice de ces ex-militaires, réservistes et veuves de militaires et gendarmes morts en service commandé, « dans un bref délai ».

Ce paiement de l'alignement d'indice est l'une des deux revendications des anciens militaires, qui réclament en outre le paiement de leur « rappel de moins perçus » que l'Etat refuse de payer depuis l'année 2006. Une deuxième requête qu'aurait déclinée Iavoloha. En tout cas pour la première des revendications, quatre mois après ladite rencontre, les ex-militaires n'ont toujours pas reçu le paiement auquel s'était engagé le chef de l'Etat. D'après le leader de l'Aam, des relances par le biais de lettre ont été adressées au chef de l'Etat et au Sgp mais seraient restées sans réponses jusqu'à aujourd'hui. Une position considérée comme du dédain par les ex-militaires. Ces derniers de rappeler que durant la période transitoire, Hery Rajaonarimampianina, alors ministre des Finances et du Budget, s'était engagé à accéder aux requêtes des anciens militaires. Mépris En tout cas, en réponse au mépris affiché par leurs interlocuteurs d'Iavoloha, les ex-militaires prévoient ainsi de tenir une mobilisation. Le 26 août prochain, une grande manifestation est prévue se tenir à Andrefan'Ambohijanahary, dans l'enceinte de l'ex-bâtiment Roso. L'annonce a été faite hier par le président de l'Aam Randrianasimanana Jean Solo au cours d'une conférence de presse sur les lieux. D'après les précisions, tous les anciens militaires, réservistes et les veuves des gendarmes et militaires résidant à Antananarivo sont conviés à cette manifestation. Des représentants des Districts sont également attendus dans la Capitale afin de renforcer les rangs des manifestants. Des affichages ont été placardés  dans les bureaux de perception des Districts soutient le président de l'Aam. La Solidarité syndicale de Madagascar (Ssm) fera également le déplacement a souligné Randrianasimanana Jean Solo.  Une intervention du président de cette plateforme syndicale, qui n'est autre que la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar est programmée, indique-t-il. « Nous avons informé le Syndicat de la magistrature de nos doléances (…) Nous ne réclamons pas un avantage mais un droit acquis » appuie Randrianasimanana Jean Solo. Il rappelle à cet effet l'existence de l'arrêt rendu par le Conseil d'Etat ordonnant à l'Etat malagasy de payer l'alignement des pensions de retraite des anciens gendarmes et militaires. Pourtant, plusieurs années après cette décision de justice, les concernés n'ont pas encore perçu ce droit. En tout cas, revenant à la manifestation, l'Aam ne compte pas demander d'autorisation auprès des responsables étant donné que la manifestation se déroulera dans un domaine privé et clôturé. Malgré tout, les environnants seront assurément quadrillés par les Forces de l'ordre. Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Antsiranana - Marc Ravalomanana expulsé de son hôtel

La guerre entre le clan Rajaonarimampianina et le clan Ravalomanana est en train de prendre une toute autre dimension. Dernier développement dans ce feuilleton sans fin, Marc Ravalomanana et son épouse ont été expulsés comme des moins que rien de l'hôtel dans lequel ils séjournaient depuis mardi à Antsiranana pour assister à la célébration du jubilé du 50e anniversaire de l'Eglise réformée de Madagascar ou Fjkm et du 200e anniversaire de l'arrivée de la mission Lms (London Missionary Society) qui s'ouvre ce jour pour se conclure dimanche. Cette expulsion serait motivée par la venue du couple présidentiel Rajaonarimampianina qui descendrait également dans cet hôtel à la fin de cette semaine.

Hier dans la fin de la journée, suite à une réunion de l'Organe mixte de contrôle (Omc) et en l'absence des concernés, la chambre occupée par le couple Ravalomanana a été vidée des effets des occupants. Dans la fin de la soirée, des éléments de l'Etat - major mixte opérationnel ont quadrillé l'hôtel pour empêcher Marc et Lalao Ravalomanana d'y entrer. Or ces derniers n'ont pas voulu quitter les lieux et sont restés campés devant l'hôtel jusqu'à tard dans la nuit. Selon les informations, la réservation de la chambre occupée par le couple Ravalomanana a été faite au nom d'une tierce personne. En tout cas, depuis l'interdiction du quinzième anniversaire de la célébration anniversaire qui devait se tenir à Mahamasina au début du mois de juillet, les hostilités ont été clairement lancées. Chaque occasion ou presque est devenue un terrain propice pour l'affrontement entre le clan Ravalomanana et la troupe Rajaonarimampianina. Et ni l'un ni l'autre ne semble prêt à lâcher l'affaire pour l'instant. Les yeux des observateurs seront rivés vers Antsiranana ces prochaines heures où un face à face entre l'ex et l'actuel chef de l'Etat est attendu.Recueillis par L.A.

L'express de Madagascar0 partages

Élection, affaire, droit de l’homme – Les congressistes américains en visite d’information

Comme annoncé, les élus américains ont tenu une série de réunion avec des responsables locaux, hier. Élection, sécurité, corruption ont, notamment, été les sujets des échanges.

Collecte d’informations. Les six congressistes américains, à Madagascar, depuis mardi soir, ont effectué des séries de rendez-vous au sprint, hier. De prime abord, ces parlementaires de la Chambre des représentants des États-Unis, outre réaffirmer les bonnes relations entre les deux pays, veulent collecter le maximum d’informations sur la conjoncture dans la Grande île.« Ils rencontreront les membres du gouvernement malgache et aussi les parlementaires du Sénat et de l’Assemblée Nationale durant leur séjour à Madagascar », a indiqué Robert Yamate, ambassadeur des États-Unis, en marge de l’inauguration de réhabilitation de la centrale électrique Symbion power, à Mandroseza, hier. Après la cérémonie d’inauguration, à Mandroseza, la délégation américaine, était ainsi, chez Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, hier, en fin de matinée.Le communiqué de presse de la primature rapporte que « lors des échanges, le chef du gouvernement a donné un aperçu de la situation générale, à Madagascar, tant pour la situation sociopolitique, l’éco­nomie, que pour le dévelop­pement ». Des indiscrétions avancent, néanmoins, que la délégation d’élus américains, souhaitait, surtout, s’enquérir des conditions des préparatifs électoraux, notamment, la présidentielle.Dans l’annonce de l’arrivée des membres de la Chambre des représentants, publiée sur la page Facebook de l’ambassade des États-Unis, mardi, il a été, notamment, souligné que « les sujets importants dans la coopération entre les deux pays, comme les préparatifs d’une élection présidentielle transparente, ouverte et acceptée par tous, en 2018 ». À l’unisson, l’ensemble du corps diplomatique insiste sur ce point, depuis quelque temps. Ceci dans l’optique d’avoir « une stabilité durable », à Madagascar, selon certaines sources.

Des incontournables À entendre l’ambassadeur Yamate, la délégation, a profité de l’échange informel avec, Hery Rajaonarimam­pianina, président de la République, en marge de la cérémonie d’inauguration d’hier, pour aborder avec lui la question des préparatifs électoraux. « Tout à l’heure, nous avons discuté avec le Président à propos de la stratégie d’organisation d’une élection libre, crédible et transparente », a-t-il déclaré.La délégation de parlementaires américains a, par ailleurs, rencontré le commandement des Forces armées, au ministère de la Défense nationale, Ampahibe,  hier après-midi. À l’issue des deux heures d’échan­ges, le général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre de la Défense nationale, a, entre autres, indiqué qu’au lendemain de la crise, ses interlocuteurs ont souhaité avoir un aperçu de la situation de la défense et de la sécurité intérieure.La délégation a, par ailleurs, eu une séance de travail avec Jean-Louis Andriamifidy, directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), et son équipe, en début de soirée, au Carlton, Anosy. D’après les informations communiquées par le Bureau d’Ambohibao, les parlementaires américains ont « d’une part, confirmé le soutien des États-Unis à l’organe anti-corruption et ses efforts, et d’autre part, ils ont voulu s’enquérir des besoins du Bureau afin de lui permettre de mener à bien sa mission ».La concrétisation de l’État de droit et la bonne gouvernance par le biais, entre autres, de la lutte contre la corruption sont des points incontournables des relations bilatérales avec les États-Unis. Ces questions étant des conditionnalités de l’« African growth and opportunity act » (AGOA), par exemple. Dans leur collecte d’informations, les élus américains devraient, aussi, rencontrer les membres de la Chambre de commerce américaine (Amcham). Il sera, essentiellement, question du climat des affaires et des investissements, à Madagascar.L’avis du congrès américain pèse lourd dans les prises de décision, notamment, concernant les relations extérieures de l’État fédéral. Au lendemain de la crise et à un peu plus d’un an des élections, cette visite éclair qui devrait prendre fin, aujourd’hui, n’est ainsi, pas anodine et pourrait, quoi qu’il en soit, impacté sur les relations bilatérales entre les deux pays.

Loïc Raveloson et Garry Fabrice Ranaivoson 

L'express de Madagascar0 partages

Ampefiloha – Un policier blesse un chauffeur

Un chauffeur de bus grièvement blessé suite à un pugilat d’une rare violence l’ opposant à un policier en pleine rue, près du rond-point d’Ampefiloha. 

Au milieu de controverses, un élément des forces de l’ordre s’est acharné sur un chauffeur de taxi-be, hier à Ampefiloha. Ce dernier grièvement blessé a été immédiatement acheminé aux services d’urgence d’un hôpital à proximité. Tout a commencé par une simple dispute sur la route d’Anosy.Lors du départ du véhicule de son arrêt, le chauffeur aurait failli foncer droit sur cet agent de police, en tenue circulant à moto avec sa femme et sa gosse. « Heureusement, il a pu les contourner. Le policier et sa famille s’en sont sortis indemnes. Dès cet instant, ce sergent de ville s’est mis en colère », a indiqué un passager à bord du car.Le flic a poursuivi le bus jusqu’à Ampefiloha pour l’arrêter, alors que le chauffeur aurait refusé d’obtempérer. Monté sur ses grands chevaux, le motard  est descendu de sa moto et a stoppé le véhicule dans l’embouteillage avant d’arracher son contradicteur au volant. Comme des chiffonniers, tous les deux se sont empoignés.

Spectacle honteuxLes badauds, se contentant tout simplement d’observer ce spectacle honteux, ne sont pas intervenus  pour arrêter le combat jusqu’à ce que le chauffeur  tombe à terre. Il a été roué de coups de poing, de pieds et de tête. La victime a été transportée à l’hôpital. « L’agresseur ne s’est pas encore récusé au commissariat de Tsaralalàna qui se charge de déploiement des policiers de circulation sur le territoire d’Ampefiloha », a signalé une source sécuritaire.Cette violence policière a pourtant provoqué une onde de choc chez les habitants du quartier dont une partie rouge de colère a déjà voulu faire du grabuge en se massant nombreuse sur le lieu de bagarre. Un 4×4 transportant une dizaine d’éléments d’intervention de la police est rapidement arrivé pour maîtriser la foule et pour éviter un éventuel lynchage de leur camarade. Jusqu’à hier soir, aucune enquête au niveau du commissariat central n’est confirmée sur cette bagarre.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Aina en lice en Afrique du Sud

Aina Razakasoa disputera le championnat d’Afrique du Sud, prochainement. Il évoluera au sein de la Vision Racing Team et roulera sur une Husqvarna FC250.

Aina Razakasoa vient de signer avec la Vision Racing Team Afrique du Sud, en catégorie MX2. Il sera basé à Cape Town . C’est par cette publication sur sa page Facebook que la Vision Racing Team a présenté son nouveau pilote.Aina entame ainsi une nouvelle page dans sa carrière de pilote de moto tout terrain. Le jeune coureur est déjà en Afrique du Sud depuis un mois. Il devrait prendre part à sa toute première course en octobre.« Ce sont Freddy (Rakotomanga) et Paolo (Preve) qui m’ont mis en contact avec les gens en Afrique du Sud. Je tiens à leur exprimer ma reconnaissance puisqu’ils m’ont beaucoup aidé. Avec la Vision Racing Team, j’aurai une moto à disposition et je bénéficierai aussi de leur coaching. On m’a proposé de rouler pour eux pour la première fois à Johannesburg, le 14 octobre, mais j’attends encore la confirmation définitive de mon inscription pour cette course jusqu’à présent », explique Aina. Comme quoi, il bénéficiera du soutien d’une équipe complète, pour cette nouvelle aventure.Aina a débuté le motocross à douze ans. Aujour­d’hui, il en a dix-huit et a déjà été sacré champion chez les jeunes. L’année dernière, il a terminé à la troisième place du classement général du championnat, rivalisant avec les grands.

Première course en octobre« J’ai débuté le motocross à douze ans. J’ai déjà piloté plusieurs motos, KTM SX65, Honda CRF150, Husqvarna TC125 et FC350. En Afrique du Sud, je roulerai sur une Husqvarna FC250 modèle 2017 », poursuit-il. Comme quoi, il bénéficie déjà d’une bonne expérience. Un plus au mo­ment de se lancer ce nouveau défi en Afrique du Sud.Avec déjà plusieurs courses au guidon d’une Husky à Madagascar, il ne devrait y avoir aucun souci quant à son adaptation sur sa nouvelle FC250. Au cas où il ne serait finalement pas au départ ce 14 octobre à Johan­nesburg, une chose est sûre, Aina sera engagé en cham­pionnat sud-africain l’année prochaine.« La course de ce 14 sera la dernière de la saison. Comme je l’ai dit précédemment, j’attends encore la confirmation pour celle-ci. Mais en 2018, je prévois bien de disputer la saison entière », conclut-il.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Importation d’armes – Saisie de six cents cartouches dans une glacière

Vendredi, lors des contrôles des marchandises d’importation, les fonctionnaires du bureau de la douane à Vohémar ont mis la main  sur six cent vingt-cinq  cartouches de calibre 12. Pour essayer de dérouter tout contrôle, les contrebandiers les ont rangées au fond de trois glacières, camouflées sous des articles de vaisselles. Cette  saisine douanière a été effectuée dans un conteneur de groupage (NDLR: procédure qui consiste à réunir les envois de marchandises en provenance de plusieurs expéditeurs ou de plusieurs destinataires au vu d’une seule exécution de l’acheminement du lot ainsi constitué, en provenance de France.Dans un communiqué de presse, la direction générale des douanes souligne que cette saisie a révélé une tentative d’infraction douanière sous la forme de fausse déclaration. À la lumière des informations communiquées, les marchandises ont été enregistrées sous une déclaration en date du 9 août. Outre le plus d’un demi-millier de munitions pour fusils de chasse découvertes, d’autres marchandises non déclarées ont été de surcroît, décelées.La direction  générale des douanes  indique que les personnes incriminées dans cette affaire encourent des amendes pouvant s’élever à  onze millions d’ariary. Dix-neuf bureaux de douanes sont opérationnels de par la Grande Île.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Somaroho à Antalaha – Arrestations massives lors du concert  Wawa

Informés d’un risque sérieux de trouble à l’ordre public pendant le festival Somaroho, la gendarmerie a frappé. De jeunes auteurs de meurtres et de viols sont dans le collimateur. 

Grand coup de balai à Antalaha. Dans la nuit de dimanche à lundi, lors du concert de Wawa dans le cadre du festival Somaroho, les forces de gendarmerie ont réalisé une rafle d’ivrognes et de délinquants de rue. Quarante-quatre personnes dont deux femmes ont été arrêtées.« Nous avons été informés  que des fauteurs de troubles prévoyaient de semer le désordre, mais l’opération ne s’est pas réduit à la seule sécurisation de l’événement », lance le chef d’escadron Rajo Andriantsira­nomena, commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie à Antalaha.« Un dispositif est opérationnel depuis près de quatre mois, renforcé lorsque des gangas de jeunes ont déchiré la ville depuis quelques semaines. Le viol collectif aggravé du meurtre d’une déséquilibrée mentale, il y a une quinzaine de jours, est notamment mis sur leur compte. La gendarmerie passe actuellement à la vitesse supérieure pour mettre définitivement fin à leurs sévices », met-il en garde.Les gendarmes ont reconnu l’œuvre de ces clans de la mort, les tristement célèbres « Foroches »,  lorsqu’ils ont passé au peigne fin les entrailles malfamées de la ville.

Une mineure soûleA la fin du concert de Wawa à minuit, des patrouilles à pied et motorisées ont été déployées. Une heure plus tard, huit suspects, qui brandissaient un marteau, sont tombés nez-à-nez avec les gendarmes. L’objet, trouvé en leur possession, laisse penser qu’il pourrait s’agir de l’arme d’un crime datant de quelques jours.Alors qu’ils entraînaient sur une plage déserte une mineure soûle qui peinait à tenir sur ses jambes, deux adolescents se sont à leur tour heurtés aux gendarmes. Ils ont tenté de s’enfuir, mais en vain. L’audition de la fille a révélé qu’elle venait d’être violée plusieurs fois par plusieurs hommes. Ces derniers l’ont abandonnée à son triste sort, en la jetant en pâture aux deux chauds lapins appréhendés…

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Erick Manana – « J’ai vécu 40 ans de musique remplis de belles surprises »

Auteur, compositeur et interprète émérite de la scène musicale, Erick Manana promet des retrouvailles chaleureuses et surprenantes pour la célébration de ses 40 ans de carrière.

De ses interprétations de Razilinah devenues mythiques auprès de ses fans, en passant par Lôlô Sy ny Tariny au Madagascar All Stars. Erick Manana ou Erick Rafilipomanana n’a cessé d’enchanter et de s’affirmer comme un fier porte étendard de la musique, ainsi que du folklore malgache partout où il se met en scène.Un devoir qu’il est particulièrement ravi d’assumer sur la scène internationale depuis quatre longues décennies maintenant, enchantant, par la même occasion, toute une génération de mélomanes de tous horizons. « Ma modeste carrière, je la dois par dessus tout aux échanges, ainsi qu’aux diverses expériences qui ont forgé ma personnalité et mon identité musicale au fil de ces années. Je voue une admiration intarissable pour ma patrie, sa musique, ainsi que le talent de ses artistes. De plus, l’engouement dont fait preuve le public international envers notre culture renforce encore plus  ma passion », confie-t-il. Le chanteur de « Tsiky malefaka » débarque actuellement au pays pour une tournée nationale en collaboration avec Dzama Event, son fidèle partenaire. Une tournée inédite en plusieurs années, dont le climax est prévu le 27 août à 15h au palais des Sports et de la Culture Mahamasina.

« Soutenir les jeunes talents »Ses 40 ans de carrière, Erick Manana entend les marquer d’une pierre blanche et pour ce faire, c’est tout un édifice symbolique qu’il a érigé pour l’occasion. Il a ainsi mis sur pied « Taniko Productions », une maison de production créée par ses soins à travers laquelle il accordera une visibilité aux jeunes talents. Notamment, ceux qui promeuvent la musique du terroir et le genre acoustique, à l’instar des jeunes Koloina et Mamina, grands gagnants du télé-crochet « Feo tokana, gitara iray » de la Radio télévision Analamanga (RTA) qu’il a parrainé.Erick Manana d’affirmer « Je me suis toujours plu à me laisser surprendre, surtout une fois sur scène. Je peux même affirmer que j’ai vécu 40 ans de musique remplis de belles surprises, surtout à travers des belles rencontres. Au-delà de ces jeunes, ce sont les artistes internationaux qui me surprennent le plus également ». Des surprises à ras bord, ce sont d’ailleurs ce qu’Erick Manana promet pour ses retrouvailles avec le public au palais des Sports et de la Culture Mahamasina. « On y laissera la part belle à la nostalgie. J’y chanterai intégralement les chansons que le public affectionne durant les deux premières parties du concert. Tandis que pour la troisième partie, le public se délectera de belles surprises de ma part et de mes invités qui se joindront à la fête », ajoute-t-il.Le chanteur de souligner déjà à demi-mot que ce concert n’aura rien à envier à celui qui s’est déroulé au Casino de Paris en mai dernier. Entre autres, à travers ses invités que ses inconditionnels n’auront pas du mal à deviner, notamment les lauréats de « Feo tokana, gitara iray », mais encore Dama et le Koln Quartet qu’il a fondé avec sa camarade Jenny. Ce quatuor avec qui il prévoit de sortir son prochain album intitulé « Reveko ianao Mahajanga » au courant de 2018.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Lycée Andrainjato – Triple incarcération pour le meurtre  du proviseur

La prison. Traduits devant le parquet lundi pour le meurtre du proviseur du lycée Andrainjato à Amba­lavao Tsienimparihy, trois individus sont depuis placés en détention préventive. Le crime a été perpétré le 3 août au domicile du défunt à Imily, une localité située à une vingtaine de kilomètres du chef lieu de district.Le meurtre aurait été commis la veille de la découverte macabre. Informée, la police s’est rendue sur place. La dernière personne à avoir été aperçue avec le proviseur a été soumise au feu roulant des questions. Cuisinée, celle-ci a balancé ses trois complices, dont une femme, laquelle a bénéficié d’une mise en liberté provisoire. Trois jours plus tôt, le premier suspect à s’être fait cueillir avait eu une incartade avec le défunt proviseur au cours d’une soirée bien arrosée, au point d’en venir aux mains.Selon les informations communiquées par la police, le principal suspect et ses complices l’auraient tabassé à mort.Présentés devant le parquet au terme d’une audition qui a duré une dizaine de jours, les trois suspects ont été jetés en prison.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Toky Ranaivo – « Je vise le top 3 africain »

Depuis plus de deux ans, Toky Ranaivo évolue au centre du Maroc. Il est actuellement à Madagascar, profitant de la fermeture du centre entre juillet et septembre, pour disputer le championnat national.Le fait de s’entraîner quotidiennement et de se focaliser uniquement sur le tennis, lui a permis de grandement progresser, comme cela se reflète sur son jeu. « Nous nous entraînons quatre heures par jour là-bas, sauf les week-ends. Nous avons plus de temps pour peaufiner notre tennis, d’autant plus que nous travaillons avec un coach diplômé. En parallèle, je poursuis mes études par des cours par correspondance », décrit-il à propos de son quotidien.À côté, sa situation lui permet également de disputer plusieurs tournois dans différents pays : « On se déplace souvent pour participer à des compétitions, environ une quinzaine par ans, en Tunisie, Algérie, Afrique du Sud, Namibie, Maurice, La Réunion, Kenya par exemple. »Le jeune tennisman, champion d’Afrique australe en janvier et troisième du championnat d’Afrique par équipe en juin, vit donc loin de sa famille. Un sacrifice à faire pour poursuivre son rêve dans le monde de la petite balle jaune. « Oui nous sommes éloignés, mais nous nous parlons très souvent », souligne-t-il à ce propos.

Entraînement physique continuLors de ses premières apparitions sur la terre battue de l’Acsa Ambohidahy, la semaine dernière, une remarque était sur toutes les lèvres. « Il a beaucoup grandi depuis la dernière fois qu’on l’a vu », entendait-on partout. Physiquement, Toky a pris du galon, le fruit d’entraînement continu. « On travaille dur au niveau physique. L’endurance, le jeu de jambes, la vitesse de déplacement, on aborde tous les volets », poursuit-il. De plus, on a également remarqué chez lui une maturité grandissante, malgré son jeune âge.Après le championnat de Madagascar, Toky se fixe un objectif d’ici la fin de l’année. Finir parmi les trois meilleurs joueurs du continent dans la catégorie des moins de quatorze ans. « D’ici la fin de l’année, je vais essayer de terminer dans le top 3 africain, sachant qu’actuellement, je me trouve en neuvième position. Il me faudra participer à plusieurs compétitions, afin de gagner des points, pour ce faire », conclut-il.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Farakely se dévoile tout en poésie 

Une communion musicale qui s’annonce pleine d’émotions et ornée de grâce. C’est ce qu’une jeune chanteuse au charme généreuse convie le public de la ville des Mille à savourer à ses côtés, demain soir au CCESCA Antanimena. À partir de 19 h20 tapante, une heure symbolique pour cette chanteuse reconnue par ses pairs pour sa ponctualité, le public aura le plaisir de jouir d’un instant musical exclusif. Elle, c’est Farakely, une chanteuse au parcours exemplaire que les férus de « Bà gasy » apprécient d’ores et déjà au-devant de la scène depuis plus de cinq ans maintenant. Membre émérite du trio de charme du folk song national, Randratelo depuis ses débuts, Farakely invite le public à apprécier une nouvelle facette de sa musique, demain.À l’occasion de la sortie de son tout premier album « Tafaray isika roa », elle réjouira son auditoire de sa douceur et de son élégance. Le concert qui s’affiche tout aussi bien inédit de sa part, puisqu’il apportera, par la même occasion, un renouveau sur scène de la part de Farakely. « Je donnerai le meilleur de moi-même, le temps de cette soirée, en tout, près d’une trentaine de morceaux composera notre répertoire. Des chansons qui reflètent, dans leur majorité, mon histoire et mon parcours aux côtés de ces illustres artistes qui ont toujours été là pour moi », confie Farakely. Forte d’une âme romantique, elle y retranscrira l’amour dans toute sa splendeur sur les planches du CCESCA à travers une mise en scène sublimée par diverses chorégraphies.« Tafaray isika roa » est donc prometteur, une véritable ode pour cette affection réciproque entre elle et le public.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Déplacement des marchands  de moto

Les marchands de moto et les bouffes mobiles en parallèle avec Bao Lai à Analakely ont été déplacés devant le marché Pochard. D’après l’infor­mation reçue auprès de la mairie du 1er arrondissement, cette place a été dégagée en vue d’un projet de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). La plupart d’entre eux ont été déplacés à des endroits émis par la CUA. Les marchands informels doivent se débrouiller pour trouver des places.

L'express de Madagascar0 partages

Une Golf réduite  en cendres

UneVolkswagen  Golf a fait une sortie de route avant de prendre feu au rond-point d’Alasora, dans la nuit de mardi. L’enquête de la police révèle que le chauffeur a conduit en état d’ivresse. Il a roulé à fond sur la chaussée avant d’être stoppé par le rond-point. Ce choc violent a produit une étincelle qui aurait ensuite enflammé le moteur. Le véhicule est entièrement carbonisé. Aucun mort ni blessé n’est toutefois à déplorer.

L'express de Madagascar0 partages

Taekwondo – Tiavo coache les combattants de Sabotsy Namehana

De passage à Madagascar, Tiavo Randrianisa en a profité pour coacher les combattants du club de Sabotsy Namehana, de cinq à trente ans, la semaine dernière. Une initiative que la ceinture noire 1re Dan a renouvelée, après la réussite de la première expérience du genre.« C’est la deuxième fois que je coache ce club. Je constate une nette progression du niveau technique. Maintenant, je leur apprends les techniques et tactiques de combat qu’ils n’ont jamais utilisées auparavant, ainsi que les nouvelles règles de la discipline. Il s’agit, entre autres, de la technique de double touche en laissant le pied en l’air », a-t-elle expliqué.En parallèle, elle a doté le club en équipements. « Je continue également à les aider en matière d’équipements pour qu’ils puissent s’entraîner dans des meilleures conditions possibles », a-t-elle poursuivi. L’année dernière, par le biais de l’association Tiav’Or, le club Sabotsy Namehana avait déjà reçu des dokoks, des rackets, des pao et des casques.« À part cela, son projet est de les doter de plastrons électroniques, matériel indispensable pour les combattants. En fait, son souhait est d’aider ses compatriotes pour qu’ils puissent participer aux prochains Jeux Olympiques », a, pour sa part, lancé sa mère.Tiavo Randrianisa a également étalé ses prochains objectifs, à l’occasion de son passage dans la Grande île. À son palmarès figurent déjà des titres en France et au niveau européen. Prochai­nement, elle va disputer le championnat d’Europe, pour ce qui sera sa dernière compétition chez les juniors. Par la suite, elle prendra part au Polish Open en Pologne.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un minibus fonce droit sur quatre voitures

Un minibus transportant vingt-trois visiteurs venant de Sambava a foncé droit sur quatre véhicules garés au bord de la chaussée à Ambatonakanga, hier vers midi. Un défaut de freinage serait à l’origine de cet accident. Il n’y a eu aucun blessé parmi les passagers, mais les dégâts matériels sont importants.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Zizanie entre la mairie  et les habitants d’Andranobe

La commune urbaine d’Antsirabe se trouve de nouveau impliquée dans un  litige foncier qui cette fois-ci, risque d’aller plus loin car soutenu par le réseau « Tafo mihaavo ». Les habitants d’Andranobe touchés par cette affaire prévoient de déposer une plainte au tribunal administratif. Pourtant, un autre procès qui engage certains élus dans un problème financier, est encore en cours.Accusées par les habitants d’Ambohitsokina-Andranobe de bafouer les droits de l’homme et de n’avoir pas tenu parole, les autorités municipales viennent de finaliser leur projet de louer un terrain de 25ha au groupe Socota, par le biais d’un bail emphytéotique de vingt ans à raison de six millions ariary par an. Pourtant, une partie de ce terrain est déjà occupée par une centaine de familles depuis plus d’une cinquantaine d’années. Une infrastructure scolaire est même construite sur place, à la demande de la population et avec l’autorisation d’un ancien premier responsable de la commune urbaine d’Antsirabe.« Malgré l’absence de documents que les différentes autorités qui se sont succédées à la mairie, ont toujours occulté, aucun d’elles n’a eu l’audace de nous jeter à la rue, car ils savaient que nos ancêtres puis leurs descendants ont mis en valeur ce terrain de 15 ha », rappelle le porte-parole des habitants.Face à ce mécontentement des habitants, les membres du conseil municipal ont  suspendu l’application du bail. Cependant, malgré tout, le groupe Socota a déjà entamé les travaux avec l’autorisation du maire. « Des engins sont même déjà installés sur place et ils sont en train de travailler les terrains qui sont cultivés », proteste Jean Claude Randriamanantsoa, président national du réseau« Tafo mihaavo ». « L’exploitation du lac d’Andranobe nuira également à l’environnement et aux activités de centaines de gens qui vivent grâce au lac », poursuit-il.Ce bras de fer menace donc les activités des habitants sur ce terrain de 15 ha, qui sera désormais occupé par le groupe Socota. Les habitants d’Ambohi­tsokina-Andranobe en appellent à la prise de responsabilité de tous les responsables concernés, mais surtout à l’application et au respect des droits de l’homme et des droits fonciers. Enfin, ils réclament que les élus accomplissent leur devoir en veillant à l’essor de la population.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Une rue d’Antaninarenina bloquée

La rue d’ Antaninarenina vers l’Immeuble Fanomezantsoa était  bloquée, hier. Une instabilité de la circulation s’est installée car aucune voiture n’a pu passer. Les policiers demandent aux automobi­listes de se diriger vers d’autres rues.Aucun préavis provenant de la Commune urbaine d’Antananarivo n’a été véhiculé sur les médias. Aucune explication n’a été communiquée si cette rue sera encore bloquée, ce jour.

L'express de Madagascar0 partages

Consécration lors de l’Assom­ption 

Le jour de l’Assomption a été marqué par la consécration dite  »consécration virginale » de Miholy Andoniaina Ravalohery dans la cathédrale d’Andohalo par Odon Razanakolona, archevêque d’Antananarivo. Il s’agit de la première femme malgache à entrer dans l’Ordre des vierges consacrées. Cette vocation est nouvelle et ancienne car elle a existé depuis le premier siècle. C’est l’Église catholique elle-même qui l’a créée avec un décret signé par le pape lors du concile Vatican II en Italie.

L'express de Madagascar0 partages

Les dahalo incendient cinq toits

Une troupe de dahalo a mis le feu sur cinq toits de maison à Ankavandrakely, commune de Bemaha­tazana, district de Tsiroa­nomandidy, vendredi 11 août vers 23h. Ils sont ensuite repartis avec une vingtaine  de zébus.

L'express de Madagascar0 partages

 Résultat du baccalauréat à Fia­narantsoa, ce jour

Les résultats de l’examen du bacca­lauréat seront affichés, ce jour, pour l’ex-province de Fianarantsoa. La délibération s’est tenue, tard dans la soirée d’hier, selon des correcteurs. Le directeur de l’Office du baccalauréat de Fianarantsoa n’a pas révélé le taux de réussite.

L'express de Madagascar0 partages

Erratum

Pour précision, une erreur s’est glissée dans notre article paru en p.7 de notre édition d’hier traitant de la coopération économique entre Madagascar et l’île de la Reunion. Les fonds européens Inter-régionaux pour la période 2016 à 2021 sont d’un montant exact de 63 millions d’euros au lieu des 63 milliards mentionnés dans l’article. Nos excuses aux principaux concernés.

Midi Madagasikara0 partages

Ampanihy andrefana : Vehivavy sarona saika hanondrana sokatra 30 isa

Vehivavy iray no saron’ny zandary tao Ampanihy andrefana raha saika hanondrana sokatra 30 tamin’ny fiara fitaterana ho anyToliary ny 11 aogositra 2017 tamin’ny 11 orasy sasany teo ho eo. Teo am-panaovana fisafoana ny tanàna ireo zandary ka nandalo ny toby fiantsonan’ny fiara fitaterana olona no nahatsikaritra vehivavy iray toa mahimahina teo am-piandrasana fiara ndeha hiondrana ho anyToliary. Teo no ho eo ihany dia nahafantatra ireo zandary, noho ny fiaraha-miasa amin’ireo mpanome vaovao, fa mpanondrana sokatra io vehivavy io. Natao avy hatrany ny fisavana ny entany ka nahitana zana-tsokatra karazan’ilay ataohoe « radiata » miisa 30, izay biby arovana. Nogiazana avy hatrany ireo biby ireo. Ilay ramatoa kosa nentina avy hatrany tany amin’ny tobin’ny zandary mba hanaovana fanadihadiana. Rehefa nanontaniana izy dia nilaza fa hataony fanomezana hono ireo biby ireo, saingytsy nety nilaza ny anaran’ny olona handefasana izany kosa izy. Marihina fa misy ny fiaraha-miasa eo amin’ny Zandarimaria sy ny Tompon’andraikitry ny Tontolo iainana amin’ny raharaha toy itony. Ity farany izay tsy maintsy manao fitanana an-tsoratra ihany koa sy mandray an-tanàna ny fiahiana ireo biby ireo mandra-pamerenana azy any anaty natiora.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : kamiao tapaka hisatra nifaoka moto

Omaly tokony ho tamin’ny 4 ora hariva, kamiao lehibe iray nitondra simenitra no nifaoka moto iray teo Antsenakely. Soa aloha fa tsy nisy ny aina nafoy fa tafajanona ihany ilay kamiao lehibe rehefa avy nifaoka mpitondra moto. Lasa ity farany no solon’ny hisatra nanajanona ilay kamiao. Voalazan’ireo mpiasa tao anatin’ny fiara fa tsy nahalala ny mpamily fa tsy mihinana intsony ny hisitr’ilay fiara raha tsy efa teo am-pototry ny loza. Marihina  fa samy tsy nisy nandeha mafy na ilay fiara na ilay moto fa nisy fitohanana ny lalana tamin’io ora io. Voalaza fa niala cyclo posy teo ankavanany ilay kamiao ka nifatratra tao amin’ilay moto teo ankaviany izay nialoha azy. Nihisatra teo amin’ny 2 metatra teo vao tafajanona ilay fiara, nandritra izany no nahay niala ilay nitondra moto ka tsy voahitsaka tao ambanin’ny fiara. Vao mainka niteraka fitohanana ny fisian’ity tranga ity, saingy tsy naharitra ela izany satria nisy polisy tsy lavitra ny toerana nitrangan’ny loza.  Nandriga ilay rangahy ary nilaza  fa ny tongony no voa mafy voatsindry, ary simba ny moto nentiny.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Parlementaires américains : La corruption à l’ordre du jour avec Bianco

Une journée marathon pour la délégation de parlementaires américains qui sont actuellement dans nos murs. En effet, rien que dans la journée d’hier, elle a rencontré le Président de la République Hery Rajaonarimampianina et le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana. Dans la même journée, cette délégation en compagnie de l’ambassadeur américain Robert T. Yamate ont rencontré le Directeur Général du Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO), Jean Louis Andriamifidy, pour d’une part confirmer le soutien maintes fois témoigné par les Etats- Unis d’Amérique  à cet organe et aux efforts entrepris pour endiguer  la corruption à Madagascar et pour d’autre part, s’enquérir des besoins de ce Bureau afin de lui permettre de mener à bien sa mission. Ces membres du Congrès américain se sont engagés à soutenir davantage le Bureau dans ses efforts de lutte contre la corruption et dans la mise en œuvre de la nouvelle stratégie anti -corruption. Des investigations qui paraissent bien menées, du moins depuis un certain temps, mais qui semblent se limiter au niveau de l’affaire Claudine Razaimamonjy. A moins que ce bureau indépendant ne soit en train de rassembler tous les éléments qui lui sont nécessaires afin de s’impliquer davantage.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

CFM : Ses membres connus avant le 20 août

Les membres du comité de sélection.

Ce conseil se base sur les recommandations et les rapports émis par les différentes commissions qui le composent.     

Le comité de sélection nationale des membres du Conseil du « Fampihavanana Malagasy » (CFM) entame sa dernière ligne droite. En effet, la séance de clôture des entretiens des candidats qui ont postulé pour être membres du CFM devait en principe se terminer, le 16 août 2017. Des candidats issus de deux régions, à savoir Atsimo-Andrefana et Androy ont passé leur grand oral hier. Mais d’autres candidats provenant de sept régions différentes n’ont pas pu encore effectuer leur entretien. La raison en est que ces candidats résident dans des régions enclavées, de ce fait, ils ont du mal à rallier la capitale. De sources concordantes, les résultats seront connus avant le 20 de ce mois.

Attributions. D’ici à quelques jours, les noms des 22 membres qui vont composer le CFM seront ainsi publiés officiellement. Par la suite, il y aura également la nomination des 11 autres membres qui font partie du quota présidentiel. Notons que le CFM a pour attributions principales, l’établissement de la vérité sur les violences et les allégations de violation des droits de l’Homme en relation avec des faits liés aux événements politiques de 2002 jusqu’à la fin de la Transition, en permettant aux personnes victimes des violations des droits de l’Homme ainsi que celles qui en sont responsables de s’exprimer.

Commissions. Faut-il également rappeler que le CFM est composé de trois commissions. Il s’agit notamment de la commission vérité et pardon qui a pour mission principale la recherche de la vérité et l’établissement des responsabilités. La commission réparation/ indemnisation est chargée à la base de l’’investigation et de l’établissement de la vérité constitués par la commission vérité et pardon. La commission de la refondation de la Nation et de la République qui est chargée, entre autres, d’identifier et d’analyser les causalités de la fragilité de l’appropriation du concept de la démocratie au sein et par la société malgache et déterminer les distorsions entre les prescrits constitutionnels et légaux et les pratiques politiques et juridictionnnelles, constitutives demanque d’éthique politique, causes déterminantes des crises politiques.

Dominique R.

Madagate0 partages

Erick Manana. 40 ans de scène célébrés à Madagascar

LES BILLETS POUR LE PALAIS DES SPORTS DU 27 AOÛT 2017 SONT DÉJÀ EN VENTE !

ANTANANARIVO: BILLET EN VENTE A SUPER MUSIC A PARTIR D’AUJOURD’HUI.Simple : 7.000 ariary - Réservation : 10.000 ariary

DATES ET LIEUX DES SPECTACLES PASSES ET ENCORE A VENIR

MAHAJANGA VENDREDI 28 ET DIMANCHE 30 JUILLET 2017

FIANARANTSOA VENDREDI 04 AOUT 2017

ANTANANARIVO DIMANCHE 27 AOÛT 2017 15h PALAIS DES SPORTS

TOAMASINA VENDREDI 18 AOÛT 2017 21h GARE DES MANGUIERS

MORAMANGA DIMANCHE 20 AOÛT 2017 15h BEZANOZANO

TSIROANOMANDIDY VENDREDI 25 AOÛT 2017 21h

ANTSIRABE VENDREDI 01 SEPT 2017 19h TRANOMPOKONOLONA

Jeannot Ramambazafy – Photos : Harilala Randrianarison