Les actualités Malgaches du Lundi 17 Juin 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara57 partages

Sambava : Un développement anarchique de la ville

La moitié des milliers de Bajaj qui envahissent la ville de Sambava, sont informels.

La ville de Sambava est réputée pour la production de vanille et bien d’autres produits de rente. Cependant, elle se développe depuis ces dernières années de manière anarchique, pour ne citer que l’envahissement de Bajaj.

A titre d’illustration, cette petite ville est submergée par des milliers de Bajaj ou « Tuk-Tuk ». Il a été révélé par l’Agence  de Transport Terrestre (suite à une descente effectuée sur place il y a deux mois de cela) que plus de la moitié des conducteurs de ces engins tricycles ne disposent pas de licence d’exploitation. Ils n’ont pas non plus de notion de code de la route, faute de permis de conduire. Cela provoque des embouteillages monstres dans la ville. De nombreux conducteurs de Bajaj bloquent la route toute entière quand il y a un petit obstacle alors que la route n’est qu’à double voie. D’autres font une manœuvre en pleine circulation. Petit à petit, cet envahissement de Bajaj à Sambava entraînera une disparition des taxis et des bus en ville si l’Etat ne prend pas de mesure drastique. Ce n’est pas tout ! Ils travaillent en dehors de leur zone d’exploitation, soit dans la zone suburbaine, et ce, au détriment des autres transporteurs légaux.

Retour à l’anarchie. De source auprès de l’Agence de Transport Terrestre, des mesures ont été annoncées suite à une réunion avec la Préfecture à Sambava, il y a deux mois. Il s’agit de la suspension de toute délivrance de licence d’exploitation de Bajaj et de l’apposition du numéro de licence sur la carrosserie de ce moyen de locomotion sous forme d’autocollant afin d’identifier les Bajaj formels. Rappelons qu’au moment de l’intervention de l’Agence de Transport Terrestre en collaboration avec les éléments des forces de l’ordre locales, tous les conducteurs de Bajaj informels se sont enfuis. Et depuis, c’est le retour à l’anarchie totale que nous avons remarqué lors de notre investigation sur place. Apparemment, aucune mesure n’a été encore prise par les autorités locales. Et le problème d’embouteillage est loin d’être résolu. On a également appris que des particuliers, des hautes personnalités et même des autorités ou des éléments des forces de l’ordre disposent d’un parc de Bajaj et emploient des jeunes pour les conduire, selon les témoignages locaux. Un particulier possède entre autres, jusqu’à 200 Bajaj. Les autres transporteurs réclament une limitation du nombre de Bajaj en circulation pour éviter la perte de leurs activités, tout en prenant l’exemple de la ville de Mahajanga.

Forte dégradation de route. En outre, les embouteillages persistent en raison de la prolifération des commerçants informels, à part cet envahissement de Bajaj dans la ville de Sambava. Le long de la rue, en plein centre ville, est également envahi par ces marchands informels car il n’y a plus d’endroit réservé au marché. Ils vendent notamment des légumes, du charbon, des meubles et des friperies. Certains marchands font également des étals à deux rangées du côté du trottoir destiné pour les piétons. Mais aucune réaction de la part des autorités locales. A part cela, la forte dégradation de la route notamment le tronçon reliant Ambodisatrana et Sambava centre, faute d’entretien, ne fait qu’aggraver les embouteillages. Pourtant, il s’agit d’une Route Nationale No 5A ou RN5A. La population locale interpelle ainsi le ministère des Travaux Publics et la commune de Sambava de  prendre chacun leur responsabilité face à cette situation. Par ailleurs, des remblayages sauvages et illicites sont observés dans la ville. « On fait appel au pouvoir car il y a des gens qui utilisent son nom pour le salir en faisant un tel acte d’anti-développement. La gestion de la ville mérite d’avoir un nouveau maire qui a une vision de développement. Il faut entre temps réinstaurer la discipline. En effet, la ville de Sambava ne répond plus aux normes de l’urbanisme », selon les témoins locaux.

Navalona R.

Midi Madagasikara44 partages

Kraomita Malagasy : Une production de 800 tonnes de chrome concentrés par jour

De nombreux engins de la KRAOMA qui ont été en panne, sont déjà réparés.

Le partenariat entre l’investisseur russe et la société Kraomita Malagasy (KRAOMA) est au beau fixe. En effet, cette société de production de chrome est actuellement en redressement. La preuve, , qu’elle produit actuellement 800 tonnes de chrome concentrés par jour contre environ 200 tonnes par jour, au début du partenariat entre les deux parties. Entre temps, KRAOMA commence à exploiter des produits de chrome rocheux qui sont également destinés à l’exportation. Rappelons que cet investisseur russe a soutenu techniquement et financièrement l’entreprise pour pouvoir se redresser après la suspension de ses activités. Les russes ont contribué à la régularisation des arriérés de salaires des employés et à l’approvisionnement en carburants destinés à faire tourner l’usine, a-t-on appris.

Nouvelle acquisition. En outre, de nombreux engins de KRAOMA qui ont été en panne, sont maintenant fonctionnels car la société a pu les réparer grâce à l’appui de cet investisseur russe, sans compter la nouvelle acquisition d’équipements performants, comme une machine servant à pomper  l’eau au niveau des carrières d’exploitation. D’autres nouveaux matériels seront également introduits toujours dans le cadre de ce partenariat fructueux entre les Russes et la KRAOMA, a-t-on poursuivi. Il faut savoir que tous les sites à Andriamena Brieville sont désormais exploitables, si la société avait rencontré une certaine difficulté durant la période de pluie car tout a été  submergé. Notons que la KRAOMA contribue au développement socio-économique dans ses zones d’exploitation. Elle fait également partie des grandes compagnies minières  qui contribuent énormément aux recettes fiscales de l’Etat. D’autant plus que ce dernier dispose encore des actions au sein de cette société. L’objectif de son accord avec les Russes est de réaliser un partenariat gagnant-gagnant, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara21 partages

Andry Rajoelina – Paul Kagamé : Inauguration d’un quartier pilote à Ankorondrano

Le passage de Paul Kagamé à Madagascar sera marqué d’une pierre blanche. Le président rwandais va effectivement inaugurer avec  son homologue malgache, Andry Rajoelina, un quartier pilote à Ankorondrano dans la matinée du 26 juin 2019. Les travaux de bitumage effectués actuellement à la vitesse d’un TGV sur l’axe Antanimena – Ankorondrano – Alarobia s’inscrivent sans doute dans cette perspective. Une manière pour les deux présidents de montrer qu’ils vont faire route ensemble sur la voie de la croissance économique grâce à la stabilité politique dans les deux pays.

R. O

Midi Madagasikara17 partages

Diaspora malgache en France : Rendez-vous du « Harendrina » devant la Tour Eiffel 

La célébration de la fête de l’Indépendance est un grand événement  rassemblant  la diaspora malgache en France.

Comme chaque année, la diaspora malgache en France ne manquera pas de célébrer la fête de l’Indépendance de sa patrie. Dans le cadre de la commémoration du 59ème  anniversaire de l’Indépendance de Madagascar, elle sera au rendez-vous du « Harendrina » qui va se dérouler devant la Tour Eiffel à Paris, le samedi 22 juin 2019. L’arrivée au Champ de Mars est prévue pour 18 heures. Au programme, une balade en Tuk-Tuk, accompagnée d’une séance de photos avec la Tour Eiffel et des mascottes lémuriens de Madagascar en toile de fond. L’ambiance festive va être animée par le Jakabe (pique-nique géant) suivi des danses traditionnelles (originaires de la partie nord de la Grande-Ile). Evidemment, il y aura le «  Harendrina » pour les enfants. Par ailleurs, dans le cadre de la célébration du 60ème  anniversaire de  l’Indépendance de Madagascar, le Harendrina de l’année prochaine est déjà programmé, entre autres le colloque qui sera organisé le 5 juin  2020. Il y aura aussi une représentation théâtrale à la Tour Eiffel, puis un « Tsenabe » sur le parvis de l’hôtel.

Il est à souligner que chaque année, l’association Réseau Fivoarana Développement (RFD) organise  la célébration de la fête de l’Indépendance de la diaspora malgache en France.

Elle  RFD a donné une place particulière à la célébration de l’Indépendance de Madagascar à l’extérieur du pays. Tout a commencé en 2010. Le projet, initié par le RFD, intitulé « Matin-ko velona » a été sélectionné et labélisé par le Secrétariat général de la Présidence de la République française compte tenu de son contenu reflétant la base de la culture malgache . Depuis, le RFD se positionne en tant que leader de l’organisation de la célébration de l’Indépendance de Madagascar dans la capitale française, version fête populaire. Alors que l’association est en train de lancer la célébration pour l’année 2019, elle prépare déjà la dixième édition qui aura lieu en juin 2020.

L.R.

Midi Madagasikara13 partages

Résultats provisoires des législatives : 84 sièges pour l’IRD, 16 pour le TIM, 46 indépendants

Beaucoup de candidats ont assisté à la proclamation des résultats provisoires par la CENI.

La Ceni (Commission Électorale Nationale Indépendante) a procédé, samedi dernier à Alarobia, à la proclamation officielle des résultats provisoires des élections législatives du 27  mai dernier. A l’issue, il a été dévoilé que la plateforme IRD (« Isika Rehetra Miaraka amin’i Andry Rajoelina ») a obtenu 84 sièges à l’Assemblée  nationale, le Tim (« Tiako i Madagasikara ») en a eu 16. Les indépendants occupent 46 sièges et les autres partis se départagent cinq places. 

Satisfecit. C’est à travers ce mot que nous pouvons résumer le discours du président de la Ceni, Hery Rakotomanana, lors cette proclamation. Et ce, nonobstant le fait qu’en tout, le taux de participation s’élève seulement à 40%, que des anomalies lors de la campagne électorale et pendant le jour du scrutin soient constatées et aient fait l’objet de plusieurs plaintes, sans mentionner les éternels problèmes ayant trait aux listes électorales.

Biométrique. Sur ce point, le président de la Ceni estime que « c’est le système actuel qui régit les listes électorales qui fait qu’elles soient problématiques ». Ce qui n’est plus tout à fait nouveau de sa part. En effet, à titre de rappel, nous utilisons depuis toujours le système alphanumérique lequel nécessite la plus grande implication des citoyens. Comme solution, la commission électorale propose le système biométrique dont le coût est loin d’être à la portée de Madagascar. De surcroît, les différentes pièces d’identité y afférentes exigent de nombreuses opérations préalables.

Fraudes électorales. Par rapport aux allégations de fraudes électorales, Hery Rakotomanana – toujours dans son discours – a assuré que « la Ceni s’était vraiment souciée de la transparence du processus et de l’intégrité du scrutin » en faisant appel, entre autres, à un expert international pour l’audit interne des logiciels de la Ceni avant le scrutin, en suivant de près les travaux de ses démembrements avec des prises de sanctions aux contrevenants le cas échéant, en procédant à la confrontation des procès-verbaux. Des efforts qui demandent à être multipliés. Nous rappelons, au passage, que sur un millier de demandes de confrontation des PV, 837 ont été avalisés.

Justification. « En amont, la Ceni  a procédé à la budgétisation des élections, à la conception des imprimés sensibles, à la révision de la liste électorale, à l’établissement du chronogramme, à la mise en place d’un plan logistique, à la réception des candidatures, à l’impression des bulletins uniques, à l’achat des matériels sensibles, à la formation de tous les intervenants au processus électoral, et au déploiement des matériels vers tous les bureaux de vote dans tout Madagascar. En aval, à la compilation des voix au niveau des SRMV, aux impressions et envois des PV scannés au niveau des centres informatiques de district, à la réception, à l’exploitation et la pré-validation des PV scannés au niveau de la Ceni centrale, à la publication des tendances, au traitement des résultats à partir des PV », rappelle le président de la Ceni. Mais pour la plupart, il s’agit plutôt de justifications pour démontrer qu’elle a assez travaillé, nonobstant le fait que ces travaux n’aient pas réellement impacté les citoyens. Quoi qu’il en soit, la Ceni s’achemine vers l’organisation des élections municipales/communales, malgré la crise de confiance qui existe entre elle et la majorité des « Malagasy »…

Aina Bovel

Midi Madagasikara13 partages

Antalaha : Mpiambina lavanila, maty notetehin’ny dahalo ny antsy

Noho ny fitiavam-bola diso tafahoatra, dia mirongatra ny halatra lavanila manta arahina vono olona any amin’ny Faritra Sava, ary lasa mihabiby ny olona sasany, ka ny mpamboly miaro ny fananany indray no matetika mamoy ny ainy. Raim-pianakaviana iray mpivarotra, izay niambina ny lavaniliny teny an-tsaha no maty novonoina dahalon-davanilina, tao Ambodisatrana, Fokontany Ampohafana any amin’ny Kaominina Antsahanoro, Distrikan’ Antalaha. Raha ny vaovao voaray, dia niambina ny sahan-davaniliny ity lehilahy ity ny alina, ka ny vadiny hanatitra sakafo ho azy vao maraina no nahita ny faty nihosin-drà, izay novonoina tamin’ny fomba feno habibiana nokapakapaina tamin’ny antsy lava lela teo amin’ny lohany ity lehilahy. Tamin’ny fotoana nanoratana ny lahatsoratra, dia mbola tsy fantatra ny ireo navanon-doza, izay mbola karohina fatratra ankehitriny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara6 partages

Harendrina, bal populaire, podiums… : 26 juin, une fête populaire

Une ambiance de fête s’est déjà installée sur l’Avenue de l’indépendance.

Depuis la semaine passée, une ambiance de fête s’est déjà installée sur l’Avenue de l’indépendance à Analakely.

Un président proche du peuple. C’est l’image que le président Andry Rajoelina souhaite véhiculer. Veiller aux intérêts des simples citoyens et des plus démunis constitue d’ailleurs le mot d’ordre qu’il impose aux membres du gouvernement. Aussi la première fête de l’indépendance du nouveau régime Rajoelina sera-t-elle organisée dans cet esprit. En effet, le Chef de l’Etat a décidé de célébrer le 26 juin aux côtés des Malgaches. Si l’on se réfère aux programmes, la population est complètement associée aux festivités. D’où l’annulation de l’habituel banquet officiel au Palais d’Etat d’Iavoloha. Mise à part l’austérité budgétaire, l’Exécutif entend également faire du 26 juin une fête populaire où tous les programmes sont accessibles au grand public et à la population lambda. Les évènements réservés aux invités de marque, aux hautes personnalités et à la classe aisée ont été annulés. Place aux kermesses, podiums et concerts gratuits. D’après les responsables, cette année, tous les districts auront droit aux mêmes festivités. Si le défilé militaire a  lieu dans la matinée au niveau des autres Chefs-lieux de district, il débutera à 14h pour la célébration officielle au stade de Mahamasina. L’évènement sera retransmis en direct sur les médias publics. Le président rwandais, Paul Kagamé sera l’invité d’honneur du président Andry Rajoelina et du peuple malgache à l’occasion du 59e  anniversaire de l’indépendance de Madagascar.

Drapeau national. Les programmes de la célébration ont déjà débuté depuis le 6 juin dernier avec une expo photos sur le jardin d’Antaninarenina. En outre, le « Soradihin’ny fahaleovan-tena » et la fanfare MUSAM de l’Armée malagasy effectuent une démonstration dans plusieurs quartiers de la Ville des Mille, entre autres, à Itaosy, Namontana, Mahamasina, Ankazomanga et Betongolo. Un film sur l’histoire de Madagascar sera aussi projeté au Ciné Plaza ce jour. Du 15 au 22 juin, des « didim-poitra faobe » sont organisés notamment au CSB2 d’Ambohimanarina et au CSB2 de Namontana. Les jeunes générations auront, quant à eux, droit à participer et assister à un flash mob au gymnase de Mahamasina le 19 juin. Depuis la semaine dernière, la Police nationale, l’Armée et les différents départements ministériels ont lancé une campagne de distribution de drapeau au niveau de plusieurs quartiers. Contrairement à la mauvaise pratique « antipatriotique » qui s’est installée ces derniers temps au niveau de la Société, à savoir le refus de sortir le drapeau national, l’on commence à voir un changement de mentalité cette année car depuis quelque  temps, le drapeau national s’érige sur les maisons.

Actions sociales. Pour que les familles nécessiteuses puissent elles aussi, passer une bonne fête du 26 juin, les autorités prévoient des séances d’actions sociales et de distribution de dons au Centre Baobab Ilanivato, au FIZOMA 67Ha, au « Madcap » Isotry, au Centre AKAMA 67 ha, ainsi qu’aux hôpitaux Soavinandriana et Befelatanana. Durant le week-end, outre le « Tagnamaro » où les citoyens ont participé, à travers la Grande  Ile, à l’assainissement des quartiers, des rues et ruelles, des écoles et des bâtiments administratifs, une action civique sur le recyclage des ordures a également été organisée devant l’Hôtel de ville d’Analakely. Pour ce qui est des concerts et autres évènements artistiques, plusieurs programmes sont prévus. Pour ne citer que le concert « Rock de l’indépendance » qui s’est tenu à Antsahamanitra samedi dernier et le « Concert de l’indépendance » qui s’est déroulé hier au Coliseum d’Antsonjombe. Une  chorale interministérielle sera aussi à l’œuvre au Palais des Sports de Mahamasina le 20 juin. Il convient de noter que depuis la semaine passée, une ambiance de fête s’est déjà installée sur l’Avenue de l’indépendance à Analakely. Plusieurs jeux pour enfants sont déjà présents sur les deux côtés de l’Avenue.

Kermesse. La célébration sera marquée cette année par la reprise des podiums. Aussi, à partir du vendredi 21 juin jusqu’au 26 juin, l’Armée malagasy qui fête aussi cette année le 59e  anniversaire de son existence, organise tous les jours de 10h à 20h, une kermesse sur le  terrain de Betongolo. On y trouvera de la tyrolienne, des parachutes et divers jeux pour enfants comme les mini-trains, pêche miraculeuse, fléchette, simulateur de vol, loto, ping-pong, différents jeux de hasard, champ de tirs, « Magic land » à 4000 Ariary, montagne russe… Plusieurs artistes de renom vont participer à l’animation de ces  podiums. En ce qui concerne la restauration, des traiteurs et autres restaurateurs de renom en l’occurrence « Manda Seafood », seront présents à Betongolo tout au long des festivités. Le 21 juin, la route devant « Honey » jusqu’au « Tahala Rarihasina » sera coupée de 16h à 21h car un spectacle de trois  heures de « Rock métal » sera   organisé sur la Place Ralaimongo Analakely, avec la participation entre autres, d’Ambondrona, Raimbl, Kiaka et de Mage 4. Les adeptes de la musique tropicale ne seront pas non plus en reste car le 22 juin de 17h à 20h, Jerry Marcoss, Tsiliva et d’autres artistes de renom feront un show sur la même scène. Le lendemain, la place sera occupée par la musique urbaine (Rap, Rnb, AfroBit…), tandis que le 24 juin, ce sera au tour de Njakatiana, les spécialistes du Kaiamba, Rebika et Black Jack’s. Quant à eux, les adeptes des chansons évangéliques auront droit à un spectacle de Gospel au Palais des Sports de Mahamasina le 23 juin à partir de 15h30, avec comme « guest » l’artiste Maggie Blanchard.

« Show laser ». A noter que plusieurs cultes figurent au programme de la célébration de la fête de l’indépendance. Et  l’on peut citer entre autres, le culte musulman qui se tiendra à la Mosquée d’Ankorondrano le 21 juin à 15h, le culte adventiste du 22 juin, ainsi que le culte organisé par les églises membres de la FFKM à la  Cathédrale d’Analakely le 23 juin à 14h30. Le 25 juin à partir de 19h, tous les districts de la Grande Ile auront droit à 45 minutes de feux d’artifice  . Si l’on se réfère au programme officiel, cette année l’ « Harendrina » débutera à 17h. Après les feux d’artifice   , un bal populaire sera organisé dans le centre-ville, de 20h30 à 02h00. Avant de se rendre au stade de Mahamasina pour assister au défilé militaire du 26 juin, le président Andry Rajoelina et le président rwandais Paul Kagamé vont inaugurer le quartier relooké d’Ankorondrano. Après le défilé, le podium sera animé par des artistes de renom. Cette année, la célébration de la fête du 26 juin sera clôturée par un show laser suivi de l’animation d’un DJ de renommée internationale.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Institution de micro-finance : « Tous les Otiv sont autonomes et indépendants »  

« Le réseau d’institution de micro-finance OtivTanà n’a rien avoir avec celui de l’OtivBoeny. Certes, il y a une certaine ressemblance au niveau des logos et de la dénomination, mais nous n’avons aucune relation d’interdépendance. D’ailleurs, tous les cinq Otiv éparpillés sur la Grande Île ont une gestion autonome et indépendante ». Le directeur de développement et de la promotion du réseau OtivTanà, Andrianomenjanahary Andrianjaka, l’a précisé lors d’une conférence de presse la semaine dernière. Rappelons que des clients de l’OtivBoeny ont dénoncé un problème de détournement d’argent au sein de ce réseau d’institution de micro-finance. Et le Président de la République en personne a convoqué les responsables de l’OtivBoeny afin de régulariser dans les plus brefs délais cette situation.

Inclusion financière. Parlant de l’historique de cette institution de micro-finance Otiv, qui est qualifiée d’une société mutualiste, ce projet a vu le jour grâce à un appui financier de la Banque Mondiale et l’appui technique d’une banque canadienne en vue de développer l’inclusion financière à Madagascar. Le projet de création de cette société mutualiste a été mis en place à Toamasina et s’est ensuite étendu à Alaotra Mangoro. Les promoteurs ont maintenu la dénomination Otiv. « Quant à l’OtivTanà, ce réseau d’institution de micro-finance a été lancé en 1997. Nous avons obtenu en 2001 un agrément auprès de la Commission de Supervision Bancaire et Financière (CSBF) après avoir rempli tous les critères nécessaires », a-t-il enchaîné.

300 000 membres. Notons que la société mutualiste exploite les fonds déposés par ses membres. Il n’y a pas d’actionnaires mais ce sont les membres qui désignent leurs dirigeants par voie d’élection. Raison pour laquelle la structure de chaque réseau d’institution de micro-finance Otiv est indépendante. Par contre, l’OtivTanà dispose actuellement de 12 agences et de 126 points de services dans dix régions d’intervention. « Notre réseau enregistre actuellement plus de 300 000 membres. Et nous n’avons rencontré aucune difficulté, surtout financière jusqu’à maintenant. Au contraire, nous lançons des produits financiers répondant bien aux besoins de nos clients », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Kaominina Toamasina renivohitra : Antontan-taratasy saro-pady sy « disque dur » maro nanjavona

Feno herinandro ny naha-filohan’ny delegasionina manokana (PDS) ny kaominin’i Toamasina azy telo mianadahy ; izay tarihan’Atoa Razafimanana Jean Christain. Nandritra izay herinandro izay anefa, dia maro ny zavatra sy ny zavatra re tao anatin’ny fanadihadiana natao teo anivon’ny kaominina Toamasina renivohitra.

Ny tena goavana tamin’izany ny fahalalana izao, fa tsy hita avokoa ireo antontan-taratasy saro-pady nalefan’ny mpanjifa sy ny fanjakana ary ireo mpiara-miombona antoka tamin’ny ben’ny tanana naato sy teo anivon’ny kaominina. Nanamarina izany ny tsy nahitana na tamingana antontan-taratasy iray aza tao amin’ny biraon’ny ben’ny tanàna naato nandritra ny fidiran’ny vadintany ny biraony. Maro amin’ireo antontan-taratasy ireo araka ny vaovao momba ny resa-bola sy resaka tany ary  fanorenan-trano. Tsy izay ihany anefa no tsy hita tao amin’ny kaominin’i Toamasina I ity, fa teo koa ny fanjavonan’ireo « disque dur » na solosaina maromaro indrindra, fa ireo tena miasa. Isan’izany ny solosaina eo anivon’ny tale misahana ny fitantanam-bolan’ny kaominina ; izay mirakitra ny vola miditra sy ny mivoaka ary ny trosa ; ny teo anivon’ny tale misahana ny mpiasa; ary ny teo anivon’ny tale misahana ny tetikasa sy fiaraha-miasan’ny kaominina. Efa mandeha ny fanadihadiana mikasika izany, efa voarakitra tao anatin’ny tatitra nataon’ny vadintany ihany koa izay nanao ny fanaraha-maso talohan’ny fandraisan’ireo PDS ny asany.

Na eo aza izany olana sedrain’ireto PDS telo mianadahy vao notendren’ny minisiteran’ny atitany eto Toamasina ireto izao, dia mandeha ihany ny asan’izy ireo araka ny iraka nampanaovina azy ireo. Eo ny fanadiovana ny tanàna ka isan’izany ny fanalana ireo fako niavosa tsy nisy mpanala hatramin’izay ka efa lasa tendrombohitra kely mihitsy amin’ireo tsena goavana, ka tena voamafy tamin’izany ny tao Bazary kely. Eo koa ny fiaraha-miasa amin’ny jirama amin’ny fanazavana ny tanàna, satria efa vonona izao ny takamoa 150 hapetraka amin’ireo fokontany voasokajy ho mena amin’ny tsy filaminana aloha eto Toamasina. Fantatra ihany koa izao, fa efa nandray ny karamany volana aprily ny mpiasa, eo am-pikarakarana ny karama tsy azo tao anatin’ny volana maro.

Malala Didier

Midi Madagasikara2 partages

Violence à l’égard des enfants : Quasiment un cas signalé par jour à Nosy Be

La marche à l’occasion de la journée de l’enfant africain, célébrée à Nosy Be.

La célébration, samedi dernier, de la journée de l’enfant africain à Nosy Be était une occasion de dénoncer la violence faite aux enfants dans cette localité où les statistiques sont particulièrement alarmantes.  

Avec 303 signalements reçus par le Réseau de Protection de l’Enfant rien qu’en 2018, soit quasiment un cas par jour, la localité de Nosy Be est particulièrement concernée par la problématique de la violence à l’égard des enfants. Ce chiffre – dont les trois quarts concernent des filles – représente 30% des cas d’enfants victimes de violence, signalés dans la Région DIANA. La violence sexuelle, le mariage des enfants, et l’exploitation sexuelle figurent parmi les types de maltraitance prédominants à Nosy Be. Le choix de cette ville pour célébrer, samedi dernier, la journée de l’enfant africain (16 juin), n’a ainsi pas été anodin. C’était une occasion d’inciter à une prise de conscience collective sur ce problème. Car outre les cas signalés, de nombreux autres sont tus. Le représentant de l’UNICEF à Madagascar, Michel Saint-Lot, l’a particulièrement souligné en évoquant de multiples raisons : « La tolérance dans la société concernant la violence et l’exploitation envers les enfants, l’envie de maintenir la cohésion sociale à travers des arrangements à l’amiable, la lourdeur des procédures de justice… Peu importe la raison, le non-signalement de ces cas prive ces enfants des soins nécessaires pour leur rétablissement physique et psychologique, et les prive de leur accès à la justice », a-t-il affirmé. Faut-il rappeler qu’à Madagascar, il y a obligation légale de signaler tout cas de violence à l’égard des enfants.

Formes dangereuses. Outre les maltraitances physiques, l’exploitation sexuelle et le mariage ou union impliquant des enfants, sont des formes de violences tout aussi dangereuses mais malheureusement répandues dans diverses localités de Madagascar, dont Nosy Be. La journée de l’enfant africain était ainsi une opportunité d’amener la communauté, les enfants, les autorités, les leaders d’opinion – incluant les chefs traditionnels dans le district de Nosy Be et dans toute l’ile – à prendre conscience de la gravité du phénomène. Concernant le mariage impliquant des enfants en particulier, il a été appris du ministre par intérim de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, Tianarivelo Razafimahefa, que la stratégie de lutte contre ce phénomène, ainsi que la politique nationale de protection de l’enfant, sont actuellement en phase de finalisation.

Samedi dernier, à la mobilisation des diverses entités œuvrant dans le domaine de la protection de l’enfant, s’ajoute l’implication des enfants eux-mêmes. Ils étaient près de 3 000 à avoir participé à la marche à travers les rues de Nosy Be Hell-Ville à l’occasion de la journée de l’enfant africain. Une marche effectuée dans une ambiance festive et enthousiaste, dont l’objectif était d’encourager les actions de mobilisation sociale, afin de donner plus d’impulsion aux activités permettant d’atteindre les droits inscrits dans la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant ; ainsi que la Convention sur les droits de l’enfant. Rappelons que la date du 16 juin pour célébrer la journée de l’enfant africain a été choisie en mémoire des enfants de Soweto, en Afrique du Sud, victimes de massacre par le régime de l’apartheid le 16 juin 1976.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Chronique de Mickey : La fête des pères pour qui ? Pourquoi ?

Il y a bien la fête des mères et tout le tralala qui vient avec et pourquoi ne pas en célébrer une pour les papas dit-on ? Si cette fête peut booster le commerce pourquoi pas ? Les pères de famille ne peuvent que s’en réjouir. Une nouvelle cravate par ci, une nouvelle chemise par-là, c’est toujours bon à prendre encore que si on leur demandait vraiment ce qu’ils veulent. Bon nombre se contenterait peut-être d’une journée de liberté sans avoir à justifier de ce qu’il en a fait. Un retour au foyer sans regard inquisiteur ni soupçonneux de sa virée ce serait peut être une bonne chose à tenter. Une journée qui peut être anodine sans transgression  morale ni sociale mais utilisée, par exemple, à rendre visite à un parent que son noyau familial bien qu’il en soit le chef feint  volontairement ou non l’existence. Il en est de même  voir un ami qui pour une raison ou autre est  volontairement ignoré et méprisé par sa maisonnée ou pourquoi pas rencontrer une ancienne bonne amie avec qu’on voudrait déjeuner sans que cette rencontre ne soit la source d’un drame.

Toujours est-il que la fête des pères ne sera jamais l’égale de celle des mères tant que  l’homme sera pris en tenaille par des clichés qui ont la dent dure comme ceux « rendent toujours  victimes»   la femme ou ceux qui donnent une image pas toujours minorée  de l’homme. Voyons quelques tournures comme « fanaka malemy », « l’amour d’une mère est toujours sans faille sous entendue que celui d’un père peut –être intermittent. » ou bien cette croyance tenue en sourdine comme « Lehilahy ve tsy hanana sipa »  … Sans oublier que la société malgache a encore dans l’inconscience  la matrilinéarité héritée du temps passé comme quoi,  l’on est sûr de l’ascendance que celle par la seule femme.  «  La femme malgache, du fait de la nature matriarcale de la société malgache originelle, était porteuse, mais aussi gardienne, des valeurs traditionnelles malgaches et c’était à elle seule de transmettre la nationalité par le sang, c’est à dire l’identité malgache, à ses enfants et descendance. Dans la société Sakalava l’enfant appartient d’abord au clan de la mère, et c’est seulement après un rituel que le père doit accomplir, que l’enfant rejoint le clan du père » a-t-on lu quelque part.

Aussi résignez-vous Pères, vos fêtes ne seront qu’un justificatif de la Grande fête, celle des mères.

M.Ranarivao

 

 

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Une solution provisoire pour remédier aux embouteillages dans la ville d’Antananarivo.

De nouvelles déviations de route ont été ouvertes pour réduire les embouteillages. L’Agence de Transport Terrestre, avec le Ministère du transport et le Ministère de la sécurité ont fait une descente sur terrain. Selon leur observation, la réhabilitation du rond-point d’Ankazomanga est l’une des sources d’embouteillages les plus monstrueux de la ville. Ainsi, un axe reliant Antanimena et Ankazomanga, traversant le boulevard de l’Europe, a été ouvert.
Selon le Directeur Général de l’ATT, à partir d’aujourd’hui, la route du Pape, traversant Ambohimanarina sera coupée pour cause de réhabilitation. A noter que ces travaux de réhabilitation s’achèveront vers la fin du mois d'Août.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Les résultats provisoires des législatives publiés par la CENI.

Selon les résultats provisoires du 15 Juin de la Commission ÉLectorale Indépendante, les candidats TIM, de Marc Ravalomanana dominent dans plusieurs districts d’Analamanga. Par contre, dans les autres districts, ceux du pouvoir actuel et les indépendants mènent considérablement. Les candidats de l’IRD ont obtenu la majorité des sièges au niveau de la chambre basse.
Selon certains candidats de ce parti politique, ceci est une grande victoire et peut favoriser la stabilité politique du pays et réduire les forces opposantes. Pour ce qui est des candidats indépendants, ces derniers projettent de collaborer avec le pouvoir actuel pour un bon développement du pays. Quant aux candidats TIM, le verdict sur leur position à l’opposition découlera d’une réunion et de la décision de leur parti politique.
Tia Tanindranaza0 partages

Fifanampian’ny GFEM sy ny AFHAMVehivavy sembana maro no efa nahita asa

Fahombiazana sahady no azo tamin’ny fiaraha-miasan’ny GFEM (Groupement des Femmes Entrepreneurs de Madagascar) sy ny Association des femmes handicapées (AFHAM).

Vehivavy  manana fahasembanana maro  mantsy no efa nahita asa hatreto, hoy Razafinjato Fela, filohan’ny AFHAM. Vao tamin’ity volana jona ity, ohatra, dia vehivavy telo manana fahasembanana no nalaina vehivavy mpandraharaha iray mivondrona ao anatin’ny GFEM hanao opératrice de saisie eo anivon’ny orinasa tantanany, niampy femme de menage iray. Vehivavy manana fahasembanana iray ihany koa no efa nalain’ny Master life hanofana tanora ao aminy momba ny fampivoarana ny maha olona. Anisan’ireny ny fanovana toe-tsaina manoloana ireo karazana olana mety sedraina amin’ny fiainana andavanandro ka tsy hahafahana mandroso… Tsiahivina moa fa mbola hitohy hatrany ny fiaraha-miasan’ny roa tonta ka ny tanjona dia hahatonga ireo vehivavy manana fahasembanana hisitraka ny zony feno ka tsy hailika intsony rehefa mitady asa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olona mivalandrano etsy sy eroaFaritra maro no maimbo tsy azo iainana eto an-drenivohitra

Toetra zary lasa raiki-tapisaka ao anatin’ny olona, indrindra fa ny lehilahy amin’izao taon-jato efa mazava be izao ny mivalandrano etsy sy eroa, tsy tahotra tsy henatra.

Faritra maro eto an-drenivohitra no maimbo tsy azo iainana, indrindra raha vao takontakona. Samy manao eny  avokoa mantsy ny olombelona sy ny alika, raha misy mandefa ventiny mihitsy ny sasany. Ekena fa ririnina ny andro izao ka matetika no te hivalandrano....saingy mila fahatsapan-tena sy fifehezan-tena kosa fa tsy eny an-dalambe no manao maloto. Efa maro rahateo ny toeram-pivoahana ho an’ny daholobe eny rehetra eny. Olombelona tahaka antsika ihany mantsy no manadio ireny toerana ireny ka tokony hotsaroana lalandava. Miteraka aretina maro samihafa ihany koa ireny maloto miparitaka etsy sy eroa ireny ka isika ihany no hifoterany eto.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

International Fair Tourism Madagascar 2019Andrasana ny akony eo amin’ny fizahantany

Nifarana omaly alahady 16 jona ny hetsika fampirantiana momba ny fizahantany ITM andiany fahavalo nokarakaraina teny amin’ny CCI Ivato. Mpandray anjara miisa hatrany amin’ny 300 no nampiranty ny tranohevany teny ary nahatratra 15 000 ny mpitsidika.

 

Marobe ny tolotra ara-pizahantany nampahafantarin’ireo mpandraharaha mpisehatra ary nahafahan’ireo mpitsidika nahita ireo zava-baovao maro tsara ho fantatra. Manodidina ny 60 isa ireo Agences de Voyage namaly ny antson’ny Ofisy Nasionalin’ny Fizahantany eto Madagasikara (ONTM) izay hiezaka hampiseho hatrany ny fahatsaran’i Madagasikara mba hisintonana mpizahatany. Ankoatra izay, nahatratra 50 mahery ny kaonferansa natao nahafahan’ireo mpandraharaha nitsirika izay mety ho famatsiam-bola mety ho azo, indrindra ny hitadiavana tsena avy any ivelany.  Afaka nampiditra mpizahatany 1 500 000 ny Nosy Maorisy nefa kely noho i Madagasikara, hoy ny filoham-pirenena tamin’ny fandalovany teny ka tsy maintsy hihoatra lavitra ny 300 000, izay anisan’ny mpizahatany amin’izao,  izany mandritra ny 5 taona. Paikady hampitomboana ny isa ny fanamboarana ny lakandranon’i Mpangalana. Tsiahivina fa vahiny nasaina manokana tamin’ity ITM andiany fahavalo ity ny Indonezia izay niezaka nampiseho ny maha izy azy nandritra ny 4 andro. Amin’ny fialantsasatra lehibe amin’ity taona ity ihany dia ho hita eo izay vokatra nentin’ny ITM koa dia samy miandry ny rehetra.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Toeram-pilanonana lehibe eto MadagasikaraOlana ho an’ny artista ny tsy fahampiany

Feno hipoka ny Plaza Ampefiloha ny zoma teo nandritry ny kaonseritry ny tarika Kiaka nitondra ny lohateny hoe « Soavaly metaly » ary nifaly havanja tanteraka ny mpakafy ny mozika rock.

Saika hita nanatevin-daharana tao avokoa ny tarika mpiangaly rock Malagasy hafa toa an-dry Green sy ry Tselatra. Manana ny lanjany ny rock eto Madagasikara ary manomboka miverina amin’ny toerany ny lanjan’ny kolontsaina eto amintsika, hoy ny fanazavan’ny mpandraharaha nanohana ny hetsika, Tantely Raboanary Mahefatiana. Mbola olana anefa ny tsy fahampian’ny toerana fanaovan-danonana lehibe tahaka ny any andafy ary saika manerana ny renivohi-paritra dia mbola tena sahirana amin’io. Nankasitraka ny mpankafy sy ireo olona namaly ny antso na izany aza ity mpandraharaha tanora ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Todisoa AndriamampandryNanolotra “mégaphone” 11 ho an’Antehiroka

Mbola kolontsaina eny Antehiroka ny antsoantso rehefa misy zava-mitranga na an-kafaliana na an-karatsiana, toy ny fahoriana saingy betsaka no malahelo tsy tratra antso, kanefa tena tia manao adidy ny olona.

 Noho izany dia notanterahin’i Todisoa Andriamampandry kandida depiote natolotry ny TIM ny fanamby nataony tamin’ny fampielezan-kevitra ka natolony ny sabotsy teo ny “mégaphone” iray avy avy ho an’ireo fokontany 10 miampy iray ho an’ny Fikambanan’ny mpikabary. Mbola tena toavin’ny olona ny kabary eny, ka misy fifaninanana eny Antehiroka, ary ho avy ny an’Ambohimanarina, izay izy no raiamandreny mpiahy. An-jatony no nifanintsana ka 13 jolay ny famaranana makotroka. 1 000 000Ar ny loka ho an’ny voalohany, ary tsy ampoizina na “surprise” kosa ho an’ny faharoa sy fahatelo. Amin’ny maha olom-pirenena, dia mijery ny tanora 18-25 taona izy, ka misy ny fampiofanana informatika ary efa mandeha ny andiany voalohany, hitohy izany ao anatin’ny 5 taona. Tsy adino ny vehivavy amin’ny resaka asa tanana sy fiofanana momba ny asa fihariana hahafahany mivelona. Hatao modely amin’ny fampandrosoana i Ambohimanarina, ary tsy maintsy tanterahiko ny teniko sy ny fampanantenako fa aza matahotra ianareo, hoy i Todisoa Andriamampandry.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Task Force » MIN FOP – CNaPS tany FianarantsoaNanentana ny mpampiasa sy mpiasa mba hanana fiahiana ar...

Telovolana no nomena ny CNaPS sy ireo minisitera mpiahy mba hitondra fantenanana ny mpampiasa sy ny mpiasa.

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly HJRA AmpefilohaTsy handoavam-bola ny fandidiana ny marary

Nitondra fanazavana manokana mikasika ny fandidiana ireo marary eo anivon’ny hopitaly HJRA Ampefiloha ny faran’ny herinandro teo ny profesora Rakoto Alson Olivat.

Nambarany fa tsy handoavam-bola na dia ariary aza ny fandidiana marary ao amin’izy ireo na iza na iza. Na izany aza, tsy maintsy hiantohan’ireo manana ny marary ny kojakoja toy ny oxygène, ny ampahany amin’ny trano hipetrahana mandrapahasitran’ilay marary ho an’ireo efitrano aloha vola ary ny fanafody ilaina rehetra. Tafiditra ao ny aron’akanjo ho an’ny dokotera mpandidy sy ny mpampatory. Ho an’ity farany manokana, notsindrian’ny profesora Olivat  fa hisorohana ny fifindran’ny aretina no antony tsy maintsy hividianan’ny tompona marary ilay aron’akanjo ho an’ny mpitsabo. Diso marefo loatra ny mararintsika ka tsy maintsy arovana ny ainy noho izany natao laharam-pahamehana mihitsy ny resaka fahadiovana. Notsiahiviny manokana fa anisan’ny antony mampasiaka ireo mpiandry varavarana ihany koa izany ho an’ireo mpitsidika ny marary, indrindra fa ny eny anivon’ny sampandraharaha fameloman’aina.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famahana ny olan’ny Seces AntananarivoTsy mbola tafatsangana ilay komity tokony hijery azy

Rehefa nihaona tamin’ny praiminisitra dia nifanaiky fa hampiato ny fitokonana sy hiverina hanao ny asa fampianarana sy fikarohana ny Seces,

 

 raha ny fanazavan’ny filohan’ity sendikan’ny mpampianatra mpikaroka eny amin’ny oniversiten’Antananarivo ity, Sammy Gregoire Ravelonirina. Efa nampanantena handray andraikitra rahateo ny fitondrana. Tsy sasatry ny miezaka mampahatsiahy ny eo anivon’ny minisitera mpiahy sy ny eo anivon’ny kabinetran’ny primatiora izahay hoe nisy ny fifampiresahana. Efa in-droa miantoana no nisian’ny fifampiresahana tamin’ny minisitra tompon’andraikitra hijerena ny tokony hatao. Natao laharam-pahamehana, ohatra, ny resaka « reclassement » izay nijanona 3 taona teo ho eo. Hisaorana ny minisitera mpiahy aloha ny fikarakarana ireo ary efa henonay koa ny vaovao avy ao amin’ny minisiteran’ny vola sy tetibola ary toekarena fa efa mikarakara araka izay azo atao ry zareo, hoy hatrany ity filoha ity. Ny tsy tontosa hatreto dia ny fitsanganana ofisialin’ilay « comité ad’hoc » sy ny fitohizan’ilay « espace de dialogue » izay hotarihin’ny minisitera sy handraisan’ireo mpampianatra mpikaroka manerana ny nosy anjara mba hijerena ny vahaolana sy ny mety ho fanovana ireo rijan-teny sy karazana fehezan-dalàna izay efa lany andro ny sasany ka misy tokony hohavaozina sy hohatsaraina. Tsy mbola tafatsangana ofisialy io komity voalaza io fa andrasana ny fanendren’ny fiadidian’ny primatiora. io anefa no mandrindra sy mandamina ny asa, mamolavola ireo rijan-teny sy lalàna vaovao ary manara-maso ny fanatanterahana ireo fitakiana sy ny fifanarahana nifanaovana tamin’ny fitondrana, hoy hatrany ny filohan’ny Seces Antananarivo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikojakojana lalana Inona no ao ambadiky ny tsy fanendrena Sekretera jeneralin’ny FER ?

Banga efa volana maro izao ny toeran’ny Sekretera jeneralin’ny Tahiry ho fikojakojana ny lalana na FER (Fonds d’Entretien Routier) rehefa nahavita fe-potoam-piasana telo taona in-droa ny tompon-toerana.

 

Nisy fanendrena Sekretera jeneraly vonjimaika saingy efa dila herinandro vitsy koa izay fe-potoana niasan’io. Manontany tena ny maro ny anton’io fitarazohan’ny fanendrena ny Sekretera jeneralin’ny FER io. Re mantsy fa efa nisy anarana naroso taorian’ny sivana nataon’ny orinasa nalaina manokana hanao izany, mba hisafidianana izay hotendrena fa tsy mety voatendry mandrak’ity ny anio. Inona no ao ambadik’izany ? Hanara-dia ny OMACI (Office Malagasy du Cinéma et de l'Image Animée) handalo tetezamita indray koa ny FER sa mety hanjavona mihitsy ? Vola be efa hatrany amin’ny 140 miliara Ariary anefa, raha ny 2018 fotsiny, no tokony hampiasaina. Maro ny fiantraikan’ny fahabangan-toerana io. Betsaka tamin’ireo orinasa nisahana fikojana lalana no mitaraina ho tsy mbola voaloa vola tamin’ny asa nataon’izy ireo. Potika ny ankamaroan’ny lalana, indrindra ny lalam-pirenena saika manerana ny Nosy. Tampoka eo indray anefa misy asa fanamboaran-dalana mandeha na ampandehanina amin’ny andro alina eto an-drenivohitra. Asam-panjakana mazava loatra satria nisy minisitra nanao latsak’alina nijery ny fizotry ny asa. Ny fanontaniana eto dia ny hoe : nisy “appel d’offre” nisokatra ve ny nanomezana ny asa sa nosokajiana ho asa maika dia natao tolotra amin'izay voafantina, ary iza no mamatsy vola ny fanatanterahana azy ? Famatsiam-bola anatiny ? Ny lalàna fanitsiana ny tetibola aza anefa mbola mihazoazo ny fampiharana azy. Ny amin’ireo asa fanamboarana amin’ny andro atoandro mivandravandra amin’ny fitohanan’ny fifamoivoizana eto an-drenivohitra aterany amin’ireo lalam-pirenena miisa dimy, mirefy 47km, mivoaka an’Antananarivo mantsy efa fantatra fa famatsiam-bola avy amin’ny BEI (Banque Européenne d’Investissement) an-dry zareo Eoropeanina anohanana ny tanànan’Antananarivo, tarihin’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana no anatanterahana azy.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ny omaly tsy miova !

Nivoaka ny valim-pifidianana ofisialy vonjimaika. Afa-bela izany ny CENI. Asa aloha na hampiova zavatra ny fitoriana samihafa eny am-pelatanan’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana.

 Saika efa mibitaka sy manao fety be mantsy ny ankamaroan’ireo mitarika amin’ny isa vonjimaika, indrindra ireo kandidam-panjakana. Mbola manantena sy mivavabavaka hitsimbadihan’ny vokatra kosa ireo kandida mahatsiaro ho lasibatry ny zavatra tsy ara-drariny. Toa lasitra ho an’ny fifidianana ho avy foana ny zava-nisy niainga tany amin’ny fifidianana filoham-pirenena sy izao fifidianana solombavambahoaka izao. Nandeha ny kiana samihafa, nandeha ny fitoriana tamin’ny fifidianana filoha, kinanjo ny 99% dia azo noraisina fa tsy mitombina. Nandeha ny fifidianana depiote, ka toa maro no nanao izay saim-patany tamin’ny hala-bato sy hosoka. Efa manantena ny hisian’ny didy fakan-tahaka amin’ny azo raisina fa tsy mitombina ny sasany. Sarotra ny hisiana fitsimbadihana rasa goavana intsony amin’ny isan’ny depiote azo. Ny zava-misy, dia toa milaza sy maneso indraindray fa hadalan’izay tsy nanao hosoka sy nandika lalàna. Tonga dia hiroso amin’ny fifidianana ben’ny tanàna indray ary ve isika ? Mbola azo antoka ve ireo rafitra miantsoroka ny fifidianana izay efa namoaka tetiandro sahady ? Tena mila fandaminana goavana sy fitsipi-dalao madio ny politika sy ny fifidianana eto, mba tsy ho ny omaly tsy miova hatrany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Augustin Rakotonirina“Maika ny fampandrosoana ny faritra Alaotra Mangoro”

Anisan’ny asa maika miandry ny solombavambahoaka Augustin Rakotonirina, lany tany amin’ny distrikan’i Moramanga manomboka izao ny fampandrosoana ny Faritra misy azy.

 

Tafiditra ao anatin’izany ny fampiroboroboana ny fambolem-bary, ny fanamafisana ny fiarovana ny tontolo iainana…Fa ankoatra ireo raha ny nambarany dia hanatanteraka ireo hetahetam-bahoaka ihany koa ny tenany mba hahafahan’ny rehetra misitraka ny tamberin’andraikitra nankinina taminy. Mikasika ny fitoriana ity solombavambahoaka ity manokana moa dia nambarany fa zavatra roa samihafa ny maha talen’ny orinasa fanalamanga azy sy ny naha kandida azy tamin’ny fifidianana solombavambahoaka farany teo saingy hafangaron’ny olona. Efa naka fialantsasatra manokana izy raha ny nambarany nandritra ny fotoanan’ny fampielezan-kevitra fa tsy sanatria akory nanao tsinontsinona ny asany noho izany ara-dalàna ny tsy nitantanan’ny orinasa tao anatin’izay fotoana izay. Atoa Augustin Rakotonirina moa ny kandida nahazo ny laharana voalohany ho an’i Moramanga.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanolanan’ny Air Madagascar sy Air FranceHisy fanadihadiana atao amin’ny 2 jolay

Hisy ny fanadihadiana atao amin’ireo voakasika ny 2 jolay izao mba hamahana ny olana ifandroritan’ny kaompania Air Madagascar sy ny Air France.

 Mahakasika ny raharaha fampiasan’ny Air Madagascar fiaramanidina Airbus A340 miisa roa tamin’ny Air France izy io, izay i Andry Rajoelina sy ny fanjakana tetezamita no tompon’antoka. Fiaramanidina efa maty kapoka satria efa 14 taona niasana. Efa notaterina teto, fa ny 12 desambra 2018 no namoahan’ny tribonaly ara-barotra Frantsay fa mila mandoa volabe 46 tapitrisa dolara fanampin’ny 55 tapitrisa izay misy zana-bola 12 tapitrisa dolara hofana fiaramanidina ny Air Madagascar, izany hoe 101 tapitrisa dolara ny fitambarany.  Nisy didy nandrasana indray ny 13 febroary teo, fa nihemotra. Raha hiverenana ny tantara, ny 12 aprily 2012 i Andry Rajoelina no nisantatra ilay fiaramanidina, ka vao sidina faharoa dia efa nisy fahasimbana ny “détecteur d’incendie” tao amin’ny “réacteur”.   Natao fitaovana nanonganam-panjakana ny taona 2009 ny resaka Air Force One II, izay mitentina 60 tapitrisa dolara. Ny resaka trosa sy hofana fiaramanidina maty kapoka nanaovan’ny HAT bizina aza anefa ity 101 dolara no takian’ny Frantsay. Tsy tafavoaka ihany koa ny Air Madagascar na nisy aza ilay fiombonan’antoka amin’ny Air Austral vita sonia herintaona sy tapany izay.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanMba mihainoa, hoy aho !

Manakory ianao ry Jean ! Mafy ianareo. Miaiky aho izay. Iza tamin’ireo nodimbiasanareo ireo no ataonao filamatra amin’izao

fotoana izao io fa dia miteny anao aho aloha hoe ilay vahoaka entinao anie ka efa miha miova andro aman’alina e ! Raha haka tahaka ny fikan’i dadabe ianao dia lazaiko anao fa ny olona tamin’izany mpisolelaka be daholo dia mora jonoina ny ankamaroany. Izaho aloha tsy mino fa ny teti-dRaprofy io ataonao filamatra io e ! Hitako te haka ny fom-bahoaka mba hitiavany anareo toy ny hitiavany an’i Beronono koa anefa ianareo saingy ny valala sy lolo, hono, tsy fampitaha. Ny olona efa ampy traikefa tsy hanaotao foana sy bemarenina ohatra anao izao. Mba mihainoa ihany hoy aho ! Io kisambotsambotra sy katokatona io ihany anie no efa nahavoa ny teo aloha e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitra HVM tsy lasa depioteAhoana ny hoaviny ?

Minisitra tamin`ny fitondrana Rajaonarimampianina miisa 5 tamin`ireo 12 izay kandidà solombavambahoaka no nahazo toerana raha nivoaka ny voka-pifidianana navoakan`ny CENI ny sabotsy lasa teo.

Rafidimanana Narison kandidà tany Antanifotsy ao anatin`ny faritra Vakinankaratra nirotsaka tamin`ny tsy miankina, izay efa minisitry ny varotra sady minisitry ny fanajariana ny tany. Chabani Nourdine, kandidà tany Taolagnaro, minisitry ny indostria. Neypatraiky Rakotomamonjy, kandidan`i Ihosy, minisitry ny paositra sy ny fifandraisan-davitra sady coach HVM tao Ihorombe. Monique Rasoazananera, kandidà solombavambahoaka tao Ambositra, nirotsaka tamin`ny tenany manokana ary minisitra fampianarana ambony coach HVM tao Amoron`i Mania. Farany, i Johasy Eleonore, kandidà tany Vangaindrano, minisitry ny kolontsaina. Izy ireo no nirotsaka hofidiana ho solombavambahoaka rehefa avy nitana andraikitra ambony teo amin`ny fitantanana firenena. Ireo minisitra hafa tsy voafidy kosa ho solombavambahoaka Pr Mamy Lalatiana Randriamananarivo, minisitry ny fahasalamana teo aloha, Ralava Beboarimisa Gilbert, nirotsaka kandidà tao Manakara. minisitry ny fahasalamana teo aloha, Harinirina Yoel Rantomalala, kandidà tany Soavinandriana. Kandidà tao Mananjary, Anthelme Ramparany. Ny Coach HVM Atsimo Atsinanana, Tazafy Armand, minisitry ny indostria sady efa tale jeneralin`ny hetra. Tsy mbola voafidy ihany koa i Jean Annicet Randriamosarisoa, coach Matsiatra Ambony kandidà Ambalavao. Farany i Bary Rafatrolaza, sekreteram-panjakana miadidy ny raharaham-bahiny sady minisitry ny fiompiana. Hatreto, mbola hitovy ve ny hazalambo atao amin`ny olon`ny HVM ? Marihina fa misy amin`ireo minisitra tsy lany no voarohirohy amina dosie maro. Eo ihany koa, ny hoavin`izy ireo amin`ny sehatry ny politiika.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Paul Kagame hireharehan-dRajoelinaNy politikan-dRavalo no akaiky azy…

Hireharehan’Atoa Andry Rajoelina mafy ny hahatongavan’ny filoha Rwandais Paul Kagame eto Madagasikara, ary efa manomboka harantiranty eran’ny tanàna, toy ny eny Ankorondrano ny sariny.

 

 Ho avy hanatrika ny fankalazana ny faha-59 nahazoantsika fahaleovantena izy. Tsara, ary mila maka lesona aminy isika. Raha ny lalana nizorana sy ny politikam-pitondrana anefa dia mifanipaka tanteraka i Paul Kagame sy Andry Rajoelina. Nosafidian’ny Parlemanta ho filohan’i Rwanda i Paul Kagame ny 17 aprily 2000 ary voafidim-bahoaka ny 25 aogositra 2003 nitohy ny 2010 sy 2017. Sarotiny tamin’ny fanjakazakan’ny vahiny, toy ny Frantsay. Nataony ho teny ofisialy ny teny Anglisy, izay naharatsy fifandraisana aminy tamin’i Lafrantsa, fa vao roa taona eo no nilamindamina. Ny fampidirana ny teny Anglisy ho anisan’ny teny ofisialy no nanonganana an-dRavalomanana tamin’ny 2009, ka i Andry Rajoelina no nampiasaina satria matahotra ny ho very fihinanana ny Frantsay. Raha 66/180 ny laharan’i Rwanda tamin’ny ady amin’ny kolikoly ny taona 2010, dia 48/180 taty amin’ny taona 2018. Nametraka ny Bianco Ravalomanana ny taona 2004. Laharana 84/180 ny taona 2008, saingy taty amin’ny taona 2013 nialan’ny mpanongam-panjakana, dia faha-127 ary ankehitriny kosa faha-152. Napetraky ny ONUDI  (Organisation des Nations Unies pour le Dévéloppement Industriel) ho filamatra i Madagasikara tamin’ny any, saingy lasa ao anatin’ny 5 mahantra indrindra rehefa tonga ny mpanongam-panjakana. Nampiaiky an’i Afrika sy izao tontolo izao ny fahaiza-manaon-dRavalomanana, ka taty amin’ny 2017 dia voafidy ho olon’i Afrika. Tsy mpitsiriritra an’i Rwanda sy i Paul Kagame isika fa notsiriritin’ny hafa raha tsy nisy ny mpandrava efa tamin’ny 2009.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Toky nomen’ireo kandida“Nisy ny indrokely izay mila harenina”, hoy i Maka Alphonse

“Voahaja ihany ny toky nomena izay nosoniavin’ny 70%-n’ireo kandidà solombavambavambahoaka”, araka ny resaka nataon’ny filohan’ny komitin’ny fampihavanana Malagasy (CFM) ny sabotsy lasa teo teny Alarobia.

 

 Na izany aza, niaiky i Maka Alphonse fa nisy ny indrokely, izay mila harenina. Tsy tako-nafenina rahateo ireo fitarainana nataon’ireo kandida maro momba ny fisian’ny hosoka tany amin’ireo distrika maro teto Madagasikara. Tsy afaka hilaza kosa ny CFM fa ireo tsy nanao sonia ny toky nomena ireny nihoa-pefy ireny, fa azo lazaina fa nisy tamin’ireo kandida nanao sonia izany, no tsy nanaraka akory izay voarakitra tao anatiny.  Olana anefa ho an’ireo komitin’ny toky nomena ny tsy fananan’izy ireo fahefana hanasazy ireo mpandika izany fa dia mionona amin’ny tatitra fotsiny ihany izy ireo. Na eo aza izany dia nilaza ny filohan’ny CFM fa tao anatin’ny fitoniana no nanaovana ny fifidianana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Jean François MichelHendry ny vahoakan’Antsirabe I

Hendry ary mahatsapa ny fahaiza-manaon’ny TIM ny vahoakan’Antsirabe matoa nametraka fanindroany ny fitokisany, hoy ny depiote Michel izay mitarika vonjimaika hatrany hatramin’ny famoahan’ny CENI ny vokatra omaly tetsy Alarobia.

Nody ventiny ny rano nantsakaina, hoy ity depiote mamy hoditra sy malaza amin’ny fanamboarana fotodrafitrasa sy fanampiana ny  fianakaviana sahirana ity. Nisaotra ny vahoakan’Antsirabe izy ary nanambara fa hotandrovina tahaka ny anakandriamaso ny fitokisana napetraka taminy. Tsy maintsy hotohizana, hoy izy ny fanaovana fotodrafitrasa izay nahafantaran’ny vahoakan’Antsirabe azy ary handany ny lalàna hampandroso izy rehefa eny Tsimbazaza. Harenina ihany koa ireo lesoka ary hanome fanantenana hatrany ny vahoakan’Antsirabe ny tenany. Mahakasika ny fisian’ny kandida mitory azy amin’izao fotoana izao dia nanambara ny tenany fa  ankoatra ny tsy fahazakana ny faharesena dia mividy olona hatao vavolombelona mandainga mihitsy hijoro amin’ny tsy fahamarinana io mpifanandrina aminy io.  Nizotra ara-dalàna tamin’ny ankapobeny ny fifidianana tany Antsirabe I, hoy izy. Tsy fomban’ny TIM ny mizara vola kanefa nolazain’io kandida mitory io fa nanaparitaka volabe ny depiote Michel tamin’ny andron’ny fifidianana. Nanambara ihany koa io olona io fa nizara lamba sy bodofotsy ny tenany kanefa tsy misy porofo sy sary. Toetra mamohehatra sy manimba ny taranaka ary ny firenena izany, hoy izy ary tsy hanaiky ny fisaratsarahana ambolen’ny mpanakorontana ny tenany.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Valim-pifidianana depiote«Aoka mba ny fahamarinana no handresy »

Mbola vonjimaika ny an’ny CENI, miandry ny vokatra ofisialin’ny HCC izahay, hoy ny kandida Todisoa Andriamampandry eny amin’ny Boriborintany faha-6 eto Antananarivo.

Ny TIM manerana an’i Madagasikara sy ny avy amin’ny tsy miankina, dia nandefa fitoriana teny amin’ny HCC satria fantatra fa be dia be ny lesoka hita toy ny lisi-pifidianana betsaka ny olona tsy tafiditra, ary tena mahagaga fa ny olona miaraka amin’ny tenanay sy ny TIM rehetra dia betsaka ny tsy tao anaty lisitra, hoy izy. Manaja ny lalàna ary mametraka fahatokisana amin’ny HCC mba hijery akaiky an’ireo fitoriana, ary miandry am-pitoniana ny valiny avy amin’ny HCC. Misy ny miteny hoe efa mandresy ny sasany amin’ireo, dia mbola manao fitoriana ihany. Ny zava-dehibe dia izao : tsy hoe mandresy ny TIM na resy fa ny fahamarinana sy ny fahamasinana no tokony handresy eto amin’ity firenena ity. Izany no tokony hiadivana. Tokony hibaribary ny mangarahara eto satria rehefa tsy misy an’izay dia lasa tsy mahatoky intsony ny vahoaka rehefa tsy madio ny fametrahana mpitantana sy olom-boafidy eto Madagasikara, hoy izy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fidele Razara Pierre“Nahafa-po ny asan`ny CENI”

« Naneho ny fahendreny sy ny fahasahiany ny CENI raha namoaka ny voka-pifidianana feno tsy ofisialy », hoy i Fidele Razara Pierre, kandidà TIM nirotsaka tany Ambatondrazaka.

 

Nahafa-po ny fomba fiasany tamin’ity indray mitoraka ity ity satria nahasahy nilaza ireo tsy fetezana rehetra. Azo heverina fa hitondra fiovana amin’ny vokatra ofisialy izany satria raha ny kandida matetika no mitondra fitarainana na fitoriana dia voalaza fa ireo tsy mahazaka resy no mitady fanaratsiana ity rafitra ity. Tapitra ny fahefan`ny CENI amin`ny fikirakirana ny voka-pifidianana ka ny HCC no hamaritra ny fanafoanana ny ampahany na manontolo ireo izay nahitana hosoka sy tsy fahatomombanana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Lisi-pifidianana manondrana lavaLisitra biometrika no vahaolana…

Tsy azo hihodivirana ny hidiran`i Madagasikara amin`ny fampiasana ny lisitra biometrika sy ny tena mangarahara amin`ny fifidianana, hoy ny CENI.

 Nolazainy fa niezaka nanamarim-pototra ny lisi-pifidianana izy ireo. Maro ny afaka nanamarina ny anarany ireo mpifidy. Niteraka olana anefa io teto Madagasikara. Noho izany, mila fanaraha-maso makadiry isika izay vao hirindra sy hilamina raha ny fomba hanaovana azy amin`izao. Ny biometrika no vahaolana mba hahafahana manatsara azy. Nisokatra tanteraka ny CENI nanome bahana hahafahana manara-maso izany tamin`ny voahoaka Malagasy fa tsy noforonina akory. Mandray tolo-kevitra entina hanitsiana sy hanatsarana ny fizotry ny fifidianana ny CENI. Mbola maro anefa ireo lesoka mila vahana haingana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Vokatra vonjimaikaNiaiky ireo lesoka sy halabato ny CENI

Akon` ny fifidiananana sy fikirakirana ny voka-pifidianana no tena nibahana nandritra ny fanambarana ny voka-pifidianana vonjimaika avy amin` ny CENI ny sabotsy lasa teo.

Tsikaritra fa maro ireo lesoka tamin` ny fifidianana solombavambahoaka ary maro ireo tsy fahatomombonana, misy ny tranga izay efa azo sokajiana mihitsy fa nisiana halabato.

Tranga maro be

 Nahitana izany tranga izany tany Toliara II, Soalala ary Marovoay. Ankoatra ireo, betsaka ireo kandidà nangataka fampitahana an-tsoratra saingy 11 ihany no nahafeno ny fepetra tamin` ireo kandidà 17.  Tsy nandefa ny taratasy fanitsiana nangatahina izay tokony nateriny ireo kandidà izay nagataka fampitahana ireo sady tsy feno ihany koa ny porofo. 487 ireo fangatahana fampitahana an-tsoratra neken` ny CENI ary notanisainy nandritra ny famoahana ny vokatra. Voamarina ny antony fangatahana an-tsoratra avy ireo faritra ireo ka nomen` ny CENI alalana hanatanteraka amin` izany. Raha ny tatitra, birao fandatsaham-bato iray tany Tsihombe niaiky ny hadisoany tamin` ny famenoana vata fandatsaham-bato satria tsy nitovy ny isan` ny mpifidy sy vato tao anatin` ny fandatsaham-bato. Tao Ambositra, nisy ny fahifahiana tamin` ny hosoka. Ankoatr` izay, birao pifidianana tao Ambilobe sy tany Ifanadiana no tsy nahatonga ny fitanana an-tsoratra tamin` ny fifidianana solombavambahoaka vokatry ny tsy fandriampahalemana. Biraom-pifidianana telo ihany koa no tsy nisy raharaham-pifidianana noho izay antony izay voafaritra mazava ao anatin` ny fitananana an-tsoratra nalefan` izy ireo tany amin` ny rantsamangaikany vaomieram-pifidianana : distrika Mampikony, Ambovombe Androy ary Maintirano. Niteraka fahasimbam-bokatra ihany koa ny  fahamaizan` ny birao fandatsahambato miisa 60 tao Toliara ny 30 mey lasa teo. Foana  ny fitananana an-tsoratra nataon` izy ireo ary tsy tonga teny amin` ny CENI. Tsy manana fahefana hanarenana ireny ny CENI fa mametraka ny fahefana amin` ny fitsarana mahefa. Manana 48 ora ireo kandidà hametraka fitoriana mahakasika ny vokatra tsy feno eny amin`ny HCC. Anjaran` ny CENI sy ny HCC no mitrandraka ny fitananan an-tsoratra sy voka-pifidianana araka ny nambaran` ny CENI. Niaiky izany ny CENI fa tena nisy ny hala-bato tamin’ny fifidianana solombavam-bahoaka farany teo. Ny tena mahagaga anefa dia tsy mba nisy ny fepetra noraisina mba hisorohana izany  fa dia nihanjahanja tanteraka tany amin’ny biraom-pifidianana sasany. Tsy ampy ary tsy ampiharina akory ny sazy ho an’ireo izay tratra nanao hala-bato ka  mahatonga izany mbola misy hatramin’izao

 

Toy izao fitsinjarana ny toerana eny amin` ny Antenimieram-pirenena arak’ity vokatra vonjimaika avy amin` ny CENI ity: IRD manana seza 84, TIM nahazo toerana 16, 46 kosa ho an` ny tsy miankina ary 5 ho an` ny antoko hafa.

 

Marigny A.

 

Ino Vaovao0 partages

KOLIKOLY TENY AMIN’NY LALAM-PIRENENA RN4 : Niakatra Fitsarana ireo zandary telo voarohirohy

Ny praiminisitra mihitsy no nahazoan’ny tompon’ andraikitra eto Mahajanga tatitra fa nanao kolikoly izy ireo, ka nandray fepetra avy hatrany ny fibaikoana azy ireo nanao fanadihadiana. Efa miezaka mamehy sy mandrindra ny fifamoivoizana ny fitondram-panjakana ka nisy ny fanatsarana ny lalàna sy fandrindrana izany. Anatiny ny fanavaozana ny fitsipika mifehy ny fifamoivoizana, fametrahana toeram-pialan-tsasatra. Tsy mandefitra amin’izay rehetra mitsivalam-pandry  na iza izy na iza noho izany ireo tompon’ andraikitra isan-tokony, indrindra ireo natao hampihatra ny lalàna, izay tokony ho modely. 

Vao tsy ela no nanambara ny kaomandin’ny Zandarimariam-pirenena ny jeneraly Andrianjanaka  Njatoarisoa  fa tsy azo ekena ny fanaovan’ny zandary kolikoly sy fanamparam-pahefana amin’ny asany. Anisan’ny imasoan’izy ireo ny ady amin’ny kolikoly eny an-dalana amin’izao fotoana izao.  Nanambara hatrany moa izy fa efa maromaro ny tratra ary tsy misy mifampiaro na dia samy anivon’ny Zandarimariam-pirenana aza fa saziana avy hatrany izay tratra. Rehefa manao ny tsy mety dia entina eny anivon’ny Fitsarana avy hatrany ka ny Mpitsara no mampihatra ny lalàna.

Misy ny fanolorana mari-pankasitrahana izay miasa tsara

Mivoatra tsara ny fomba fiasan’ny Zandarimariam-pirenena ary arahi-maso akaiky ireo zandary am-perinasa mba ho tena mpiasa madio sy modely eny amin’ny fiarahamonina.  Ireo izay tratra mandika lalàna tonga dia iharan’ny sazy avy hatrany.  Tsara homarihina ihany koa anefa fa misy ny fanolorana ny mari-pankasitrahana ho an’ireo Zandary izay  manana fomba fiasa tsara raha ny  tatitra avy eo anivon’ny zandary hatrany. Efa misy ny laharana finday ahafahan’ny vahoaka mitaraina raha sendra izany tranga izany dia ny 0341401388.

Nangonin’i Tatianà R. sy Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ASA ANY IVELANY : Voasambotra ireo mpianaka mpanondrana vehivavy any Shina

Araka ny  loharanom-baovao bebe kokoa mahakasika ny raharaha dia ny 12 jona 2016, nisy ray aman-drenin’ ankizy nametraka fitoriana tao amin’ny  “Service Central des Enquêtes Spécialisées et de la Lutte contre les Fraudes Documentaires “ na ny (SCESLFD) Anosy. Mahakasika ny zanany vavy  izay nalefa tany Sina ny taona 2017 mba hiasa kanefa iharan’ny fampijaliana no anton’ny fitoriana. Ny taona 2019 dia nifandray an-telefaonina taminy io zanany io nitaraina fa mijaly tanteraka. Ny antony mampijaly azy dia tsy araka ny resaka nifanarahana ny nialany teto Madagasikara ny taona 2017. 

Hitaiza zaza no nifanarahan’izy ireo talohan’ny niaingana ary mikarama roa hetsy sy iray tapitrisa  ariary isam-bolana kanjo nony tonga tany dia nogiazan’ireo Malagasy sy Sinoa nipetraka tany ary nalainy avy hatrany ny pasipaoro sy ny karapanondro ka nampanambadiana lehilahy sinoa. Araka ny fantatra dia misy vehivavy mipetraka any Sina, izy no mampitady tovovavy ny reniny sy ny rahavaviny mipetraka eto Madagasikara. Ireto farany avy eo no nahitana ilay vehivavy nalefa izay nolazaina fa hitaiza zaza ny taona 2017, mbola tsy tafaverina hatramin’izao.

Taorian’ny fandraisana andraikitra nataon’ ny Polisy miasa ao amin’ny SCESLFD Anosy dia voasambotra teny Sabotsy Namehana ny 14 jona 2019 maraina ireo mpianaka tompon’antoka tamin’ny fandefasana ilay vehivavy. Fantatra ihany koa fa ny volana mey lasa teo dia efa saika nandefa tovovavy iray hafa izy mianaka ireto izay efa nahazoan’izy ireo vola mitentina roa tapitrisa ariary hikarakarana ny antontan-taratasy. Natolotra ny Fampanoavana ny 15 jona 2019 lasa teo ny raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

DAHALO AO AMIN’NY DISTRIKAN’ ISANDRA : Misesisesy ny famerenan’izy ireo fitaovam-piadiana

Raha ny fampitam-baovao voaray, omaly teo am-panoratana lahatsoratra dia  basy miisa folo indray no naverin’ny dahalo avy ao amin’ny kaominina  Ambalamidera-II sy Mahazoarivo ao anatin’ity Distrika ity, Faritra Matsiatra Ambony Fianarantsoa, tamin’ ny herinandro lasa teo iny, toy ny  Kalack  miisa roa,  Mas 36 iray, FC miisa 7 ka ny roa dia  “double canon” ary ny  05 vita gasy. Bala miisa 26 ka ny 24 dia 7,62mm ary 02 dia 7,5mm. 

Mitohy ny fanentanana ataon’ny ZRPS Alpha sy ny CIRGN Fianarantsoa amin’izao fotoana izao. Mitohy ihany koa ny famerenana tsikelikeky ny basy tsy ara-dalàna ataon’ireo dahalo sasany. Raha tsiahivina kely ny  vaovao  avy any an-toerana, teo aloha teo dia  efa nisy ireo dahalo nanatitra basy miisa dimy sy bala marobe. Manao tohy vakana izany hatreto ka tsy mitsahatra manao antso avo amin’ny fokonolona ny mpitandro filaminana ho fitohizan’ny  ezaka efa natomboka. 

Tsara marihina rahateo ihany koa mantsy  fa fampiharana ny vinan’ny Filoham-pirenena ny antony  anaovana izany mba hisorohana ny  tsy fandriam-pahalemana mampikaikaika ny vahoaka hatramin’izay.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VOKATRA VONJIMAIKA FENO NAVOAKAN’NY CENI : Nahazo ny maro an’isa ny kandidà avy amin’ny IRD

Nahazo ny maro an’isa ny kandidà avy amin’ny IRD, manaraka azy ireo kandidà avy amin’ny tsy miankina ary ny kandidàn’ny antoko Tim no teo amin’ny laharana fahatelo.Voahajan’ny Céni ny fe-potoana omen’ny lalàna azy ireo hamoahana ny voka-pifidianana vonjimaika feno. Dimy ambin’ny folo andro aorian’ny naharaisana farany ny fitanana an-tsoratra tena izy avy amin’ireo birao fandatsaham-bato no omen’ny lalàna azy ireo. 

Tamin’ny 2 jona lasa teo no naharay ny fitanana an-tsoratra farany avy any Analalava ny Céni ary notapahiny fa ny datin’ny 15 jona no hanaovana ny fanambaràna ny vokatra vonjimaika ofisialy. Tontosa tamim-pirahalahiana tanteraka ny lanonana tetsy amin’ny foiben-toeran’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana etsy Alarobia ny sabotsy maraina lasa teo. Ireo kandidà avy amin’ny vovonana Isika Distrika miaraka amin’ny Filoha Andry Rajoelina na ny IRD no nahazo ny maro an’isa indrindra tamin’ny vokatra vonjimaika izay navoakan’ny Céni. Toerana miisa 84 manerana ny Nosy no azon’izy ireo, izany hoe mihoatra ny an-tsasamanilan’ny toerana ho an’ireo solombavambahoaka eny amin’ny Antenimieram-pirenena. 

Nanaraka azy ireo kandidà nilatsaka tamin’ ny tenany manokana izay nahazo toerana miisa 46 ary tsy nisy afa-tsy toerana miisa 16 kosa no azon’ireo kandidà avy amin’ny antoko Tiako i Madagasikara ary ireo dimy ny toerana azon’ireo kandidà avy amin’ny antoko hafa. Niaiky ny teo anivon’ny Céni fa nisy tokoa ny tsy fahatomombanana nandritra iny fifidianana solombavambahoaka izay notanterahina ny 27 mey lasa teo iny. Nanamafy ny filohany, Hery Rakotomanana fa tena latsaka ambany dia ambany ny taham-pandraisan’anjaran’ireo mpifidy raha mihoatra amin’ny fifidianana teo aloha. Tsy afa-tsy 40,71% monja izany. Tao anatin’ny Distrikan’Antananarivo fahaefatra no tena nahitana ny taha ambany indrindra ary tany amin’ny Distrikan’i Belo Androy kosa no ambony indrindra.

Mora ny hanatanterahan’ny Filoha ny velirano 13

Notsipihin’ny Filohan’ny Céni fa zava-dehibe ny fananganana ny Antemierampirenena izay mariky ny fisiana tany demokratika aloha voalohany indrindra ary handinika sy hampandany ireo lalàna ilaina eto amin’ny firenena. Mahakasika ity farany manokana dia ho tombony lehibe amin’ny fahamaroan’isan’ireo kandidà miara-dia amin’ny fitondram-panjakana eny Tsimbazaza ny fanamorana ny fandaniana ireo lalàna izay mifanaraka amin’ny fomba fijerin’ny fitondrana. Isany ohatra ny hirosoana na tsia amin’ny fitsapan-kevi-bahoaka izay hoentina hanafoanana ny Antenimierandoholona. Hanamora ihany koa ny fanatanterahan’ny Filoha ireo velirano nifanaovany tamin’ny vahoaka Malagasy. 

Ankoatr’ireo dia kandidà tsy miankina maro ihany koa no nilaza sahady ny fahavononany amin’ny fanohanana ny fitondram-panjakana rehefa tonga eny Tsimbazaza. Mbola vokatra vonjimaika ihany anefa iny navoakan’ny Céni iny fa ny Fitsarana avo momba ny Lalàmpanorenana irery ihany no tena tompon-teny farany. Andrasana afaka 15 andro ny hamoahany ny vokatra tena ofisialy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE ASSIMO BRUNO : “Tsy hanaiky ny endrika tsy fanarahan-dalàna rehetra aho”

Ny tenany no ben’ny tanàna am-perinasan’ny kaominina ambonivohitr’ Ambilobe ary izao nilatsa-kofidiana ho Depiote izao izay natolotry ny vonona Isika Rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina tao anatin’ny Distrikan’Ambilobe. Nandresy ireo mpifaninana rehetra taminy tamin’ny isam-bato 28,85% ny tenany tamin’ny vokatra vonjimaika feno izay navoakan’ny Céni ny sabotsy lasa teo. Nambarany fa rehefa tonga ofisialy eo amin’ny toeran’ny solombavambahoaka izy dia tsy hanaiky ary tsy handefitra velively amin’ny endrika tsy fanarahan-dalàna rehetra. 

Isany nohazavainy tamin’izany ny zava-misy ao amin’ny kariera fitrandraham-bato ao Betsiaka izay matetika hisiana fifanolanana noho ny tsy fanarahan-dalàna maro. “Izaho dia ho Depiote tsy hanaiky tsy fanarahan-dalàna, ary hiady amin’ny tsy fanarahan-dalàna na iza na iza”, hoy ny fanazavana noentin’ny Depiote Assimo Bruno. Voalazany ihany koa fa matoa mbola nahazo ny ampaham-bato betsaka indrindra izy dia midika izany fa mbola maro ny vahoaka nifidy azy ary indrindra indrindra mahatsapa ny vahoaka fa efa nisy zava-bitany ho an’ny tanànan’Ambilobe sy ireo Kaominina miisa 14 mandrafitra azy. Maro ny ezaka fampandrosoana ny tanàna efa vita nandritra ny fotoana naha ben’ny tanàna azy. 

Anisan’izany ny fanamboarana ny bazary, ny fanatsarana ny biraon’ny Kaominina sy ny tetiksa famatsian-drano fisotro madio izay mbola mandeha amin’izao fotoana izao. Napetraky ho laharam-pahamehana ihany koa ny hanamafy ny ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana izay efa niantsorohan’ny fitondram-panjakana betsaka tokoa. Ankoatr’izay ny hitondrany fampandrosoana any amin’ireo Kaominina rehetra mandrafitra ny Distrikan’ Ambilobe. 

Hatramin’izay no efa nahatoky ary niara-dia hatrany tamin’ny fitondram-panjakana ny Depiote Assimo Brumo. Rehefa tonga eny anivon’ny Antenimierampirenena ny tenany dia nilaza fa vao mainka hanamafy indray ny fanohanany ny fitondram-panjakana izay ary tena vonona tanteraka ny hanampy ny Filoha amin’ny fanatanterahana ireo tetikasany. Nanentana ny vahoakan’Ambilobe ny tenany fa na efa azo lazaina ho nandresy tamin’ny voka-pifidianana vonjimaika aza izy dia mba miantso ny rehetra hiandry am-pitoniana ny vokatra tena ofisialy avoakan’ny Hcc.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

AMBANJA : Vonona hitondra ny hetahetam-bahoaka ny Depiote Darkhaoui Siritis

Isam-bato 40,07% no azony izay misy elanelany lavitra amin’ny an’ny kandidà laharana faharoa izay nifaninana taminy. Ny Depiote Darkhaoui Siritis dia efa nitantanana ny Kaominina ambonivohitr’ Ambanja nandritra ny fotoana naha ben’ny tanàna izany ary mpikambana tao amin’ny fikambanan’ny ben’ny tanàna an-tanàn-dehibe ihany koa. Midika izany fa efa havanana amin’ny fitananana ny tenany ary mbola nomen’ny vahoakan’Ambanja fitokisana indray hitondra ny hetahetany eny anivon’ny Antenimieram-pirenena. Laharam-pahamehana apetrany voalohany indrindra ny hitondra ny hetahetam-bahoaka. 

Nambarany fa mbola isany goavana ho an’ny Distrikan’Ambanja ny tsy fandriam-pahalemana eo amin’ny sehatry ny lavanila. Mbola betsaka, hoy izy, ireo zatra ny lalan-dririnina ka minia mandika lalàna eo amin’ny fanaovana halatra na fiotazana ny vokatra lavanila mbola tsy amin’ny fotoanany akory. “Efa misy ny ezaka mankadiry vitan’ny fitondram-panjakana amin’ny ady atao amin’ny tsy fandriam-pahalemana fa ilaina mbola hatao mafy izany hoentina hanafaizana ireo izay mbola zavatra ny lalan-dririnina”, hoy ny Depiote Darkhaoui Siritis. 

“Isany hoentiko eo anatrehan’ny Antenimieram-pirenena izay olan’ny lavanila izay”, hoy hatrany izy. Notsipihiny fa efa betsaka ireo fampandrosoana vitany ho an’ny vahoakan’Ambanja nandritra ny fotoana naha ben’ny tanàna azy. Isan’izany ny fanajariana sy fampitaovana ny hopitalim-panjakana ao an-toerana. Nisy ihany koa ny fanampiany ka nahafany nanome fanafody maimaim-poana ho an’ireo marary tonga mitsabo teny eo anivon’ny Hopitaly. Ankoatra ireo dia mbola fanamby lehibe apetrany ny hanao bebe kokoa ho an’ny Distrikan’Ambanja sy ny vahoaka ao aminy mihoatra izay vitany teo aloha. Vonona izy hiasa ho an’ny vahoaka, hitondra ny hetahetam-bahoaka, hanatanteraka ny adidy ho an’ny vahoaka ary hitondra ny tenin’ny vahoaka. Depiote tanora ary tena manana ny erijika hoentina hiasana ny Depiote Darkhaoui Siritis, nambarany fa mitovy fomba fijery aminy ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina. Rehefa tonga eny amin’ny Antenimieram-pirenena izy dia hanampy ny fitondram-panjakana amin’ny fanatanterahana ireo fampandrosoana napetrany.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Tohatohabato 416Zazalahy roa tsy ampy taona tra-tehaka nanendaka

Tovolahy kely roa tsy ampy taona no tratra nanendaka teo amin’ny tohatohabato 416 amin’ny lalana avy aty Mahamasina mihazo an’Andohalo, araka ny loharanom-baovao iray.

 

 Ny sabotsy 15 jona teo no nitranga ny sinto-mahery nahatrarana azy ireo ary mbola misy namany tsy trstra. Voalazan’ny mpampiasa iny lalana Razafindrazay iny, tsy mifidy ora ny fanendahana, indrindra raha mandeha irery. Na amin’ny atoandro aza, manatanteraka ny asa ratsiny hatrany ireo tontakely. Miery anaty lobolobo ry zalahy ary mipoitra tampoka rehefa hanatanteraka ny asa ratsiny. Tsy mivezivezy eo no ho eo anefa izy ireo ka sarotra ny hanavahana azy amin’ny maro. Efa misy mpitazana avy aty ambany na avy eny ambony koa amin’izy ireo ka mifanome hevitra amin’ny alalan’ny somaiso. Samy nanala ny hatezerany tamin’ny daroka teo moa ireo nahatratra nialoha ny nitondrana azy roalahy tao amin’ny kaomisaria Mahamasina.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanondranana sy fampivadian’olonaTelo mianaka voarohirohy

Voasambotry ny polisy ny zoma 14 jona teo, teny Sabotsy Namehana ny vehivavy roa mpianaka, 52 sy 34 taona.

 Araka ny fanadihadian’ny polisy, tovovavy iray tampoho amin’ilay 34 taona no mampaniraka ity farany sy ilay reniny amin’ny fitadiavana vehivavy aondrana. Famitahana no entin’izy ireo mambabo ireo tsy an’asa ka akany vola hikarakarana ny antontan-taratasy. 2 tapitrisa ariary no nalain’izy ireo tamina tovovavy iray ny volana mey teo izay nilazany fa entina hikarakarana azy hiasa any ivelany. Tsy asa velively anefa fa fampanambadiana teratany sinoa no ketrika. Nisy zazavavy nalefan’izy ireo tany Sina mantsy ny taona 2017, nampanantenaina fa hiasa. Fitaizana zaza no tao anatin’ny fifanarahana ary 1.200.000 ariary isam-bolana ny karama. Nony tonga tany anefa, nogiazan’ny vehivavy Malagasy sy Sinoa ny pasipaoro ary ny kara-panondrony. Nitaraina an-telefaonina tamin’ny ray aman-dreniny io tovovavy io. Tsy mbola tafaverina hatramin’izao ary milaza ho mijaly tanteraka, nampanambadiana lehilahy sinoa. Nanao ny taratasy fitarainana tamin’ny mpitandro filaminana ny fianakavian’ny lasibatra ka nanomboka teo ny fanadihadian’ny polisy SCESLFD (Service Central des Enquêtes Spécialisées et de la Lutte contre les Fraudes Documentaries) teo Anosy ka nahatrarana ireto mpianaka teto an-toerana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zaza very tao VavateninaTafaverina rehefa nanaraka arabe

Ny 12 jona teo no nisy fitarainana zaza miisa roa very voarain’ny polisy tao Vavatenina. Araka ny fanazavanan’ny lehiben’ny kaomisarian’ny polisy nasionaly ao an-toerana, André Rakotoarison, dia efa tafaverina ao an-tokantranony ireo zaza ankehitriny rehefa nanaraka arabe.

 

Nisy tsy fahasalamana ara-tsaina ny iray, hoy ny ray aman-dreniny, ary raha tokony ho nianatra dia nivily lalan-kafa. Miisa 5 na 6 isan’andro, raha ny loharanom-baovao iray no fitarainana mahakasika zaza very voarain’ireo tompon’andraikitra eto Madagasikara ary niteraka savorovoro sy fiahiahiana ho an’ny mpanara-baovao tato ho ato. Ho an’ity distrika iray ity dia nanazava ny lehiben’ny mpitandro filaminana ao an-toerana fa misy ny tsy fandriampahalemana saingy milamina kosa amin’ny ankapobeny ny toe-draharaha, raha mitaha amin’ny distrika hafa. Eo ny fisavana alina ataon’ny mpitandro filaminana ary eo koa ny barazy ekonomika izay tena misoroka ny trafikana lavanila ao an-toerana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asa Tagnamaron’ny mpitandro ny filaminanaVoaloko ny kaomisarian’i Mahamasina, hodiovina ny sy kianjan...

Anio maraina no hifanome tanana eny Betongolo ireo miaramila zandary sy tafika.

Tia Tanindranaza0 partages

AIRTEL’MilayManome tolotra mora ho an’ny mpanjifa rehetra

Efa tadifitra tanteraka ao anatin’ny fankalazana ny fetim-pirenena 26 jona isika eto Madagasikara ankehitriny.

 Tsy diso anjara amin’izany ny orinasam-pifandraisana Airtel, izay manome ny tolotra Airtel’Milay hahafahan’ny rehetra mifaly miaraka amin’ny namany sy ny fianakaviany ao anatin’ny serasera. Tena miavaka izy ity, raha ny tafa nokarakarain’izy ireo ho an’ny mpanao gazety. Lasa avo roa heny mantsy ny fahana hampidirina ao anaty finday, ho an’ny mpanjifa iray. Raha mampidirina 2.000 Ar ianao dia maharitra roa andro ny fahana,  afaka miantso tsy an-kiato mandritra ny 200 minitra. Misy ihany koa ny tolotra ho an’ny fahana  500 Ar sy ny 1.000 Ar maharitra mandritra 24 ora, miankina amin’ny fahafahan’ny tsirairay. Tanjona araka ny nambaran’Atoa  Eddy Kapuku, tale jeneralin’ny orinasam-pifandraisana Airtel ny hanampiana ny mpanjifa tsy an-kanavaka,  tsy hampihenana ny vidin’ny fahana akory fa ny mba hahafahana mampibontsina izany mba  hifanaraka amin’ny filàn’ny mpianjifa tsirairay avy.

 

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversite katolika eto MadagasikaraEfa misy sekoly ho an’ny dokotera

Tsy misy firenena mandroso raha tsy misy fikarohana. Miankina betsaka amin’ny tanora anefa ny fanatanterahana izany, antony nanosika ny oniversite katolika eto Madagasikara hanokatra ny sekoly ho an’ny dokotera eto amintsika.

 

 Tsy ho an’ireo mpianatra ao aminy irery izany fa misokatra ho an’ny rehetra, raha araka ny fanazavan’ny profesora Jeannot Ramiaramanana, mpitantana ny sekoly saingy tsy maintsy manana ny maripahaizana master kosa ilay mpianatra. Telo taona aorian’ny fahazoana ity maripahaizana farany ity no miatrika  ny dokotera ka ho an’ity oniversite iray ity dia fantatra fa miara-miasa amina oniversite maro any ivelany izy amin’ny fanatontosana izany toy ny ao Toulouse, ny ao Canada … Nisy moa ny 05, 06 ary ny 07 jona lasa teo ny fikarohana nataon’ireo mpianatra hiatrika ny dokotera eo anivon’ity sekoly ity tamin’ireo mpiara-miombon’antoka tamin’ny UCM izay nofaranana tany ivelan’ny faritr’Antananarivo Renivohitra mihitsy tamin’ny andro fahatelo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominin’i Toamasina INanjavona avokoa ireo antontan-taratasy saropady

Araka ny angom-baovao teo anivon’ny kaominina izay mbola nohamafisin’ny filohan’ny delegasionina manokan’ny kaominina Razafimanana Jean Christian, tsy hita popoka ireo antontan-taratasy saropady sy sarobidy eo anivon’ny kaominina tamin’ny fandraisan’izy ireo ny asany avy.

 

 Saika taratasy momba tany sy ny mpiasa ary fifanaraham-piaraha-miasa amin’ny mpiara-miombon’antoka avokoa ireto antontan-taratasy nanjavona ireto. Nanamarina izany raha teo ny zavatra hita nandritra ny fidiran’ny PDS ny birao fiasany niaraka tamin’ny vadintany fa tsy nisy na antontan-taratasy iray aza teo amin’ny latabatry ny ben’ny tanàna naato nandritra ny fidiran’izy ireo tao anatiny, na tao anatin’ireo vata sarihana samy hafa. Tsy hita koa ireo “disque dur” an’ireo solosaina tena miasa ho an’ny kaominina toy ny ny fitehirizana ireo fidiram-bola sy ny famoaham-bola ary ny fitantanam-bolan’ny kaominina eo anivon’ny tale misahana izany. Tsy hita koa ny “disque dur” mitahiry ny momba ny mpiasa sy ny tetikasan’ny kaominina rehetra ary ireo fiaraha-miasan’ny kaominina samy hafa. Raha ny fanadihadiana natao anefa dia tsy mbola nisy fitarainana trano vaky teo amin’ireo mpisahana izany na teo aloha na ankehitriny. Efa mandeha ny fanadihadiana.

 

Rakoutou

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fahasalamana an-tsekoly tao AntsirabeMpianatra nahiana namono tena no nampiakatra fitsarana ireo mpanabe

Ny fiheverana fa tsy fandraisana andraikitry ny talen-tsekoly iray tao Antsirabe no nampiakarana fitsarana azy sy ireo mpiara-miasa aminy,

 

araka ny fitorian’ny fianakavian’ny mpianatra iray namono tena. Ny ampitson’ny fetin’ny mpifankatia teo, nisy zazavavy 12 taona narary tao am-pianarana ka nitambotsotra tampoka ary voatatin’ny mpampianatra azy. Nifanampy nitondra azy tany amin’ny hopitaly ilay mpampianatra, ny namany, ny talen-tsekoly, ny mpiambina sy ny dadatoan’ilay tsy salama ary ny zokiny vavy 14 taona. Ny rainy kosa efa maty ary ny reniny taty an-drenivohitra. Mpiambina iray ihany anefa no ilaina araka ny toromariky ny mpitsabo ka ny dadatoany sisa niandry marary. Tsy tana anefa ny ain’ilay mpianatra ny ampitso sabotsy maraina tamin’ny dimy ora. Nandeha nitsapa alahelo ny tale mivady sy ny mpampianatra ary ny solontenan’ny ray aman-dreny. Voatoroka ho tsy nandray andraikitra ireo ankohonam-panabeazana ka niakatra fitsarana ny 10 mey saingy tsy nazava ny taratasin’ny mpitsabo ka nahemotra ny 7 jona teo indray, nefa nalefa nody noho ny fisalasalana. Ny tale izay voapanga ho tsy nandray andraikitra sy ny mpampianatra iray izay voarohirohy namoaka ny fiheverana ho famonoan-tena tamin’ny tambajotran-tserasera sisa tratra farany notorian’ny fianakavian’ny lasibatra. Ireo mpianatra telo nijoro vavolombelona tamin’ny fanadihadian’ny polisy, notronin’ny ray aman-dreniny nilaza fa voatantin’ny mpanabe ilay nitolefika tao am-pianarana, ary niteny ity farany fa hanaraka ny dadany izay efa maty ka nihinana vaingam-panafody. Ny 9 jolay izao ny fotoam-pitsarana.

Haja Nirina

Tia Tanindranaza0 partages

Copa AmericaVao manomboka dia resy sahady ry Messi

Nanomboka ny sabotsy 15 jona teo ka hifarana ny alahady 07 jolay 2019 ny Copa America 2019 atao any Brezila.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Doda Andriamiasasoa filohan’ny FMF teo alohaKandida tsara toerana ho PAM vaovao

Kandida maromaro nirotsaka ho filohan’ny FMF “Federasiona Malagasin’ny Baolina kitra” tamin’ny taona 2018 lasa teo no tsara toerana eo amin’ny vokatra vonjimaikan’ny fifidianana solombavambahoaka 2019 navoakan’ny Ceni tamin’ny sabotsy 15 jona 2019.

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kick Boxing AnalamangaFantatra ireo tompondaka 2019

Mpikatroka nahatratra 85 avy amin’ny seksiona 5 mandrafitra azy (Antananarivo-renivohitra, Avaradrano, Atsimondrano, Andrefan’Iarivo ary

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rallye Yacco Visca PowerLasan-dRivo Aina sy Ando ny fandresena

Rivo Aina Randrianarivony tompondaka lefitry ny rallye 2018 niaraka tamin’ny rahalahiny Ando Randrianarivony nitondra ny fiara Subaru

Impreza R4 no nibata ny fandresena tamin’ny Rallye Yacco Visca Power, dingana fahatelo amin’ny fiadiana izay ho tompondakan’i Madagasikara nokarakarain’ny Asacm nifarana omaly alahady 16 jona 2019 na dia nanao fivoahan-dalana aza izy ireo tamin’ny sabotsy tolakandro teo.Samy ekipazy nitondra Subaru avokoa no laharana faharoa sy fahatelo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampitana mivantana ny CAN 2019TVM sy RNM ihany, voarara ny eny an-kalamanjana

Ny TVM sy ny RNM irery ihany no nahazo ny alalana avy amin'ny CAF amin'ny fampitana mivantana ny lalao amin'ny CAN 2019 eto Madagasikara, hoy ny Tale jeneralin’ny ORTM Belalahy Jean Yves.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpamonjy voina etsy TsaralalanaNahazo fitaovana avy amin’ny firenena Kanadianina

Taorian’ny fiofanana natrehin’ireo mpiasan’ny sampana mpamonjy voina etsy Tsaralalana dia nahazo fitaovana arifomba ihany koa izy ireo.

Ankoatra ireo fitafiana mahantanty rano sy afo tsara dia nahazo seza sy kojakoja maro samihafa ihany koa izy ireo, hiatrehany ny asany amin’ny andavanandro. Ny firenena Kanadianina no nanolotra izany, ho azy ireo sady tompon’antoka tamin’ny fampiofanana ihany koa. Tanjon’ity firenena iray ity moa ny hahafahan’ny sampana mpamonjy voina etsy Tsaralalana manatsara ny tolotra omena ny vahoakan’Antananarivo, indrindra rehefa sendra tojo ny ankamehana.

Pati

 

 

La Vérité0 partages

Sport mécanique - Rallye Yacco Visca Power - Et de deux pour le duo Randrianarivony

Amoché à l’arrivée mais l’essentiel est là. La victoire. L’équipage des deux frères Ando et Rivo Randrianarivony vient de gagner sa deuxième victoire de la saison, à l’issue de la troisième manche du championnat de Madagascar de rallye 2019. Déjà vainqueur de la première manche du rallye de la saison lors du rallye Motul d’Antsirabe, en avril dernier, il s’agit de la deuxième victoire de l’équipage Ando et Rivo Randrianarivony du club Fmmsam, sur une Subaru Impreza, le weekend passé lors du Rallye Yacco Visca Power.

 

L’équipage revient de loin malgré la sortie de route qui a fini sur un tonneau spectaculaire. Mais les champions du jour ont trouvé les ressources nécessaires pour renverser la tendance  durant les deux dernières journées. De retour sur la route dimanche, ils ont attaqué tous les Es et bouclé la course en 1h 56 mn 41s.

Les vainqueurs de la deuxième manche ont fini deuxième du classement général. Le duo Razakaboana, sur une autre Subaru Impreza M12 pendant les trois journées, finit par être récompensé. L’équipage a déjà pris la place du leader durant la deuxième journée de course. Cet équipage de l’Asacm a fait honneur à son club, organisateur de la course terminant deuxième avec un retard d’une minute (1h 57 mn 21, 7 s). Sur les 35 équipages au départ, seuls 14 ont franchi la ligne d’arrivée. Le champion de Madagascar en titre, Tahiana Razafinjoelina, a complété le podium avec Mijoro comme copilote avec son Subaru Impreza M12.

Le club Tasamm a fixé le prochain rendez-vous du 11 au 13 juillet dans la Région Haute Matsiatra.

E.F.

La Vérité0 partages

Saison touristique - Baisse conséquente des visiteurs pour Ankarafantsika

Un mauvais début. La saison touristique pour le parc national d’Ankarafantsika commence habituellement au mois de mai pour se terminer en novembre. Toutefois, les touristes ne se ruent pas à la réserve comme à leur habitude. « Chaque saison, à cette période de l’année, les touristes arrivent déjà en nombre pour visiter le parc. Mais ce n’est pas le cas cette année. En effet, en termes de statistiques, du mois de janvier au mois de mai dernier, nous n’avons accueilli que 1 125 visiteurs contre 1 350 l’année dernière à la même période, soit une baisse de 20 % », précise Tahiry Germain Ratsinjovindraihibe, chef de volet écotourisme au sein du parc national d’Ankarafantsika. La principale origine de cette baisse est l’insécurité.

« Le problème est que les touristes étrangers communiquent beaucoup entre eux. Au moindre souci, tout le monde est donc au courant. Et certains finissent par annuler leurs réservations et choisissent d’autres destinations. Pour cette année, le dernier problème au sein du site de Bemaraha a généré une foulée d’annulation des réservations de la part des agences de voyage, allant jusqu’à 30 % » ajoute-t-il.

Nouveaux agents

Toutefois, face à cette situation d’insécurité, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie a décidé de prendre des mesures pour assurer la bonne circulation et une bonne prise en charge des touristes. « Depuis le mois de février dernier, nous nous sommes attelés pour solutionner les problèmes de sécurité dans le secteur du tourisme. Avec les Forces de l’ordre, nous nous sommes donc réunis pour trouver des solutions efficaces à court terme. En tout cas, d’ici peu, des » policiers touristiques « vont œuvrer dans différentes zones ayant de grande potentialité comme les îles de Nosy Be et de Sainte-Marie ou encore le parc national d’Isalo » rassure Yves Rakotonianina, directeur général du Tourisme, au sein du ministère. Ces agents, rattachés directement au ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, viendront prêter main-forte au système de sécurité déjà mis en place dans ces régions. « Ils viendront surtout appuyer les guides et autres, et agiront comme plaignants à la place des touristes en cas d’attaque », notifie le DG du tourisme. Les études de mise en place de ces nouveaux agents sont ainsi en cours de finalisation.

Rova Randria

La Vérité0 partages

« Mi-art-dia » - L'artisanat promeut le savoir-faire des personnes en situation de handicap et nécessi...

S’il est parfois un mur à franchir, le handicap prouve, sous bien des aspects, qu’il est aussi une fenêtre d’opportunité et d’évolution pour le monde du travail, un trait d’union indispensable pour la société. Dans l’artisanat aussi, la reconnaissance et l’intégration du handicap deviennent de réels enjeux. Formation, accompagnement, maintien dans l’activité… Des associations et organisations font en sorte que les personnes en situation de handicap, mais aussi les personnes vulnérables trouvent leur place dans la société en les réinsérant dans de cadres plus professionnels.

Parmi ces associations figurent l’Association pour la réinsertion de famille en grande précarité (ASA) ainsi que Zanaka qui est le parrain de la coopérative « Talentan’ny sembana » qui ont toutes les deux leur siège à Andrainarivo. Celles-ci s’activent dans la réinsertion  des personnes en situation de handicap et des sans abri dans le milieu professionnel du travail en leur offrant des formations dans plusieurs métiers de l’artisanat.

Deux centres de formation

 L’ASA existe depuis maintenant treize ans et appuie les nécessiteux. « Nous avons plusieurs activités dans notre association notamment l’aide aux plus démunis à travers des donations de matériels agricoles pour qu’ils puissent cultiver en  milieu campagnal. Mais aussi, nous disposons d’un Centre de formation en artisanat, le CFA, où nous donnons des formations aux jeunes et moins jeunes pendant un an », explique Rabiasoa Sarah, chef de projet de l’association ASA. En effet, ces jeunes pris en charge au sein du CFA de l’ASA sont généralement issus de milieux défavorisés qui n’ont pas les moyens de poursuivre leurs études mais qui cherchent à se professionnaliser dans des domaines spécifiques comme les métiers de l’artisanat.

Pour ce qui est de Zanaka, l’association agit pour que les personnes en situation de handicap à Madagascar puissent améliorer leurs conditions de vie et  échapper à la marginalisation. Elle dispose également de son centre de formation depuis 2007 et donne des formations en artisanat pour les personnes handicapées. Seulement, en 2012, des artisans vanniers issus du centre de formation se sont  regroupés en coopérative d’où la naissance de « Talentan’ny Sembana ». Cette initiative leur permet de travailler dans des conditions adaptées à leur handicap, de valoriser un artisanat de qualité à un prix juste et de s’assurer un emploi régulier.

 Projet en commun

Depuis l’année dernière, les deux centres de formation à l’instar du CFA et la coopérative « Talentan’ny Sembana » ont uni leur force toujours dans la promotion de l’artisanat et du travail de ces personnes défavorisées et en situation de handicap. Ceci à travers un projet intitulé « Mi-art-dia » ou Miara-dia en langue d’Andrianampoinimerina signifiant « Main dans la main » qui consiste à l’ouverture d’un magasin de vente des produits de ces deux ateliers. « En effet, ce projet appuyé par l’Ambassade de France nous permet de développer la commercialisation de ces produits en local. Les produits variés des deux centres de formation sont vendus au magasin se situant à droite sur la route du Mausolée national, après le Foyer de Vie Andrainarivo », confie Raharimbola Elia de Talentan’ny Sembana. Les produits sont effectivement variés et de bonne qualité, c’est en tout cas la première impression au premier coup d’œil. Pour  « Talentan’ny sembana », que des magnifiques œuvres réalisées avec amour par des handicapés comme des fleurs, sacs, corbeilles, nappes de table, dessus de plats et bien d’autres produits à base de raphia et de vrille. Et se spécialise également dans la décoration d’intérieur, l’art de la table et la mode. Cependant, rien n’est figé, la forme et lesdits produits peuvent aussi dépendre de la  demande des clients. Quant au CFA, il dispose d’ateliers se spécialisant, entre autres, dans la broderie, la maroquinerie, la vannerie et corne. Les produits varient selon les ateliers de production. Il y a donc lieu de dire que les créations de ces handicapés et nécessiteux n’ont rien à envier à celles des autres galeries.

Made in Madagascar

Ils sont cependant confrontés à des problèmes. « Etant donné que nous travaillons avec des personnes handicapées, nous avons quelquefois un souci de production. Elles ne peuvent pas travailler comme des ouvriers normaux avec  leur infirmité. Néanmoins, nous tenons toujours à garder les produits de bonne qualité. Aujourd’hui, nous commençons à être connus par le grand public puisque si avant nous n’avions pu participer qu’à des événements comme la célébration de la Journée internationale des personnes handicapées, bazar de Noël ou les foires des lycées français ou écoles américaines, actuellement, nous avons ce magasin où nous exposons et vendons nos produits. Nous voulons quand même inciter les amoureux de bons produits à consommer le Vita Malagasy de bonne qualité et venir visiter Mi-art-dia Andrainarivo. En achetant ces produits, on assure la longévité de la carrière de ces personnes en situation de handicap », conclut Raharimbola Elia.

Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Diplomatie réactivée

Madagasikara refait surface. Le pays se relève et retrouve lentement mais sûrement sa place sur la scène internationale, dans le concert des Nations libres et souveraines. Moribonde voire même éteinte, la Relation extérieure de la Grande île est désormais revigorée. En soixante ans d'indépendance, la diplomatie malagasy connut des hauts et des bas. Malmenée par les mésaventures des régimes successifs, elle galérait  jusqu'à perdre le cap !

 

Durant la Première République, la diplomatie malagasy agit en fonction des intérêts de la Métropole, l'ancienne puissance coloniale. C'est la France qui dirigeait la Relation extérieure de Madagasikara notamment en matière économique. Lié ou … ligoté par un Accord de coopération avec la France, Madagasikara ne disposait aucune marge de manœuvre nécessaire pour mener à sa guise la diplomatie nationale. Ce fut l'époque de la « diplomatie guidée ».

Les évènements de mai 72 bouleversèrent la situation. Sous la houlette d'un jeune Officier de Marine, ministre des Affaires Etrangères du Gouvernement Ramanantsoa, un certain Ratsiraka Didier, la diplomatie malagasy tentait de s'émanciper du joug néo-colonial. Un nouvel Accord de coopération « recadré » ou « remanié » vit le jour.

Mais la situation se radicalise à l'époque de la Deuxième République. Ratsiraka l'homme fort du régime socialiste coupa le cordon ombilical avec la Mère Patrie. C'est l'avènement de la diplomatie progressiste orientée vers les relations serrées avec les pays d'obédience marxiste-léniniste. Désormais, on ne jurait que par l'entremise de l'URSS, de la Chine populaire, de la Corée du Nord et par certains pays « amis » d'Afrique. La France reléguée en troisième ou quatrième position est réduite à une simple  figuration. Par conséquent, Madagasikara avait dû gérer une diplomatie tendue même hostile avec les grandes chancelleries occidentales.

Seulement, la France ne se laissait pas faire. Elle tentait par tous les moyens à « récupérer » sa place. En tant qu'ancien pays colonisateur, la tradition sur le plan international veut qu'elle décide du sort de Madagasikara. Aucune autre puissance étrangère (occidentale) ne peut passer outre les consignes émises par la France. Tous les financements ont été bloqués. Madagasikara vivait des moments difficiles. Le blocus imposé par la France et ses acolytes  portait ses fruits. Le régime rouge de Ratsiraka se trouvait dans l'obligation de s'agenouiller. De ce fait, la diplomatie malagasy ouvrait ses portes aux pays alliés de la France tout en se soumettant à leurs consignes ou à leurs … caprices. Et la France reprit ses … droits. A son retour au pouvoir en 1996, Ratsiraka virait totalement « à droite » et la diplomatie malagasy agit, de nouveau, en fonction des intérêts de la Mère-Patrie.

Ravalomanana Marc, au pouvoir depuis 2002, changeait de cap tout en maintenant le cadre géopolitique dominé par l'Occident. Les pays anglo-saxons dont l'Allemagne, au détriment de la France, prenaient la relève et assurait la barre de la diplomatie malagasy.

Durant la Transition, la diplomatie malagasy souffrait du fait de l'embargo voulu par la Communauté internationale. La situation perdure et même après la sortie de la crise, le régime HVM ne parvint pas à rétablir la situation. L'avènement de Rajoelina au pouvoir offre du baume au cœur à la diplomatie malagasy. L'IEM  conquiert la confiance des grands partenaires. Désormais réactivée, elle (diplomatie) va pouvoir fonctionner à plein régime.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Infrastructures pétrolières - Sécurité à renforcer

La question énergétique est au cœur des préoccupations majeures du moment à Madagascar. La stratégie de la carotte engagée par le pouvoir central avec les pétroliers, en faveur de la baisse du prix à la pompe, en est la partie visible de l'iceberg. Il en est de même du sort réservé aux îles malagasy dans le Canal de Mozambique et de celui des blocs pétroliers soumis aux appels d'offres lancés en Afrique du Sud l'an passé.

 

Comme par coïncidence, la Chambre africaine de l'énergie appelle les gouvernements africains et les sociétés pétrolières à faire davantage pour protéger la sécurité des infrastructures énergétiques en Afrique. Les infrastructures pétrolières et gazières sont rapidement en train de devenir une cible principale pour les terroristes, les organisations solitaires, les acteurs étatiques et non étatiques hostiles et les entreprises criminelles.

Augmentation des attaques

Les récentes attaques au Moyen-Orient - l'attaque de drones sur les gazoducs de Saudi Aramco et celle sur les pétroliers dans le golfe d'Oman - confirment un précédent (et malheureusement des techniques, des tactiques et des procédures pour ceux qui ont une intention malveillante) et des méthodes d'attaque simples qui créent des problèmes complexes pour les propriétaires et exploitants de ressources énergétiques et naturelles. Comme au Moyen-Orient, l'Afrique connaît une augmentation d'attaques contre les infrastructures énergétiques et de ressources naturelles critiques : attaques d'une usine de traitement du gaz, vandalisme d'un pipeline, attaques de rebelles sur des gisements de pétrole et des raffineries et attaques de rançons. L'une des principales préoccupations suscitées par les attaques contre les infrastructures énergétiques et de ressources naturelles est l'impact catastrophique sur la fourniture de produits et services énergétiques en Afrique.

Attaque physique

La demande locale, régionale et mondiale pour les ressources énergétiques et naturelles détenues par les pays africains ne cesse de croître. La plupart des pays africains dépendent de la disponibilité de leurs ressources naturelles pour générer une valeur économique pour leurs sociétés respectives. Il en va de même pour l'alimentation en électricité issue de leurs infrastructures d'énergie critiques, ce qui crée des opportunités intéressantes - aux niveaux local, régional et mondial. Une autre préoccupation majeure générée par les  attaques contre les infrastructures énergétiques et de ressources naturelles est l'impact de ces événements sur les économies qui comptent sur ces actifs pour générer des revenus.

Pour les impacts sur l'approvisionnement, les menaces à la sécurité - physiques et cybernétiques - constituent un danger immense pour tous les principaux secteurs de la chaîne de valeur économique du pétrole et du gaz, de l'énergie et des services publics et des ressources naturelles. Cela est dû en grande partie au chevauchement et à l'interdépendance des secteurs. Une attaque physique ou une cyber-attaque sur un actif en amont peut entraîner des problèmes opérationnels et des catastrophes financières en aval, a expliqué un expert.

Protection physique

Il en va de même en sens inverse : une attaque physique ou une cyber-attaque en aval peuvent perturber les activités en cours de production et mettre un terme à l'activité en amont d'un producteur. Le même scénario peut être appliqué aux actifs énergétiques - production, transport et distribution. Ces types de perturbation peuvent non seulement avoir un impact négatif sur les emplois au niveau du marché local, mais également sur les banques centrales des pays africains qui dépendent des revenus générés par leurs actifs d'infrastructures énergétiques critiques et de ressources naturelles.

Les pays africains et les sociétés pétrolières et gazières doivent se mobiliser immédiatement et prendre les mesures nécessaires pour remédier à ce problème. La Chambre continuera de soutenir tous les efforts visant à assurer la stabilité et la sécurité des infrastructures pétrolières et gazières, à la fois onshore et offshore. Cela va dans l'intérêt des entreprises et des citoyens. La protection et l'amélioration de la résilience des systèmes énergétiques exigent la vigilance, la planification d'urgence et la formation. En définitive, les parties prenantes africaines de l'énergie doivent s'engager activement et immédiatement dans la protection physique et cybernétique de leurs infrastructures énergétiques critiques et de leurs ressources naturelles.

Recueillis par M.R.

La Vérité0 partages

Finances publiques - Fin de la gabegie

Une bonne gouvernance financière. Le ministère de l’Economie et des Finances met en place une réforme dans la gestion des finances publiques malagasy. Ainsi, un nouveau guide pratique sur l’exécution budgétaire est lancé officiellement hier au sein du ministère de tutelle, situé à l’avenue de l’Indépendance de Toamasina. Ce nouveau document sert de référence dans la procédure d’exécution du budget. « Le Président de la République ne tolère plus la gabegie dans les dépenses publiques. En plus, nous ne possédons que très peu de temps pour mettre en œuvre la loi de Finances rectificative 2019.

Cela ne signifie pas pour autant que nous allons nous précipiter. Toutefois, il faut que le budget suive les procédures surtout au niveau de la passation des marchés. Cela titille parfois l’esprit qu’une même entreprise arrive à obtenir tous les marchés alors que le ministère donne déjà lieu à la concurrence entre les fournisseurs. Désormais, l’institution ne procède plus au paiement sans service fait. En outre, les prix excessifs ou exorbitants sont tout de suite rejetés par le biais du contrôleur financier. C’est pourquoi nous avons lancé ce guide pour faciliter les services mais également pour que les fonctionnaires s’imprègnent des procédures à suivre », souligne Jean Aimé Raoelijaona, secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances.

Toutefois, cette bonne gouvernance financière exige le renforcement des compétences des fonctionnaires. L’exécution de ce nouveau guide s’accompagne ainsi d’une formation. « Cette initiative entre dans le cadre du partenariat entre l’USAID et le Gouvernement. Cette nouvelle directive sera appliquée durant trois ans. Ainsi, les responsables au niveau de chaque institution n’auront plus besoin d’une assistance dans la planification et la mise en œuvre de la résolution des problèmes de développement du pays. Comme cela, les taxes perçues sont sauvegardées et les dépenses sont non seulement adéquates mais déclarées. On reconnait que la formation renforce la capacité financière du pays », explique John Dulop, directeur général de l’USAID à Madagascar. A noter que cette formation débutera à partir du 8 juillet. Le guide est également publié dans le site web du ministère pour son accès au public.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Rencontre Rajoelina et pétroliers - Prochains rounds ce jour et demain

Annoncée vendredi par le Président de la République Andry Rajoelina, la première séance de dialogue entre l'Etat malagasy et les opérateurs pétroliers a eu lieu, hier dans l'après-midi, au Palais d'Etat d'Ambohitsorohitra. Les questions relatives à la détermination de la structure de prix du carburant à la pompe et les contrats des fournisseurs de la JIRAMA sont au menu des discussions. Une rencontre à laquelle ont participé le Premier ministre Christian Ntsay, le ministre de l'Energie, de l'Eau et des Hydrocarbures, le ministre de l'Aménagement du territoire, de l'Habitat et des Travaux publics.

Les représentants des quatre grandes compagnies pétrolières implantées à Madagascar, à savoir VIVO Energy, TOTAL, JOVENA, GALANA, mais aussi le Groupement pétrolier de Madagascar et Logique pétrolière S.A. ont répondu présent à l'invitation.  Débutée aux alentours de 15 heures, la rencontre a duré trois heures de temps au Palais d'Etat d'Ambohitsorohitra.

Au cours de cette première séance, chaque partie a exposé son cas et défendu ses arguments. Les résultats des trois études sur la structure de prix du carburant à la pompe ont été présentés lors de ce dialogue. D'entrée de jeu, l'Etat a proposé la structure de la baisse des prix en visant l'obtention d'un juste coût établi sur une base factuelle solide et complète.  Le Groupement des pétroliers de Madagascar a, quant à elle, présenté une note de synthèse présentant l'historique des efforts fournis depuis la privatisation de la SOLIMA en termes d'investissements et sa proposition de réduction tarifaire. Le dialogue est encore à ses débuts. Les parties n'ont pas encore abordé les questions difficiles. Cette première séance semble s'être bien déroulée. Reste à savoir si les échanges suivant au cours de la semaine se dérouleront dans le même contexte. Le deuxième round de dialogue, annoncé âpre, est prévu pour ce jour et demain.

La réduction du prix du carburant à la pompe ainsi que la révision des contrats fournisseurs de la JIRAMA font partie des engagements pris par le Président Andry Rajoelina lors de la cérémonie de ses cent premiers jours à Iavoloha.  L'initiative du Chef de l'Etat avait soulevé une levée de bouclier de la part des pétroliers. Au fur et à mesure que les semaines passaient, beaucoup d'observateurs devenaient sceptiques quant à l'effectivité de la baisse du prix à la pompe. En marge d'une visite au salon International tourism fair of Madagascar (ITM) au Centre de conférence international d'Ivato, le Président de la République avait réitéré son intention de se battre pour la baisse du prix à la pompe du carburant ainsi la révision des contrats fournisseurs de la JIRAMA.

Affichant son intransigeance, le locataire d'Iavoloha d'indiquer que les contrats passés avec les anciens dirigeants concernant la location de groupes électrogènes sont « inacceptables ». Lui de reprendre ses arguments entendus au Palais des sports de ses Cent premiers jours, pour indiquer que les contrats actuels sont établis sur la base de la puissance installée et non la puissance fournie. En ce qui concerne le prix des carburants, le Chef de l'Etat de réitérer ses propos également, affirmant que les prix du fret déclaré par les opérateurs sont exagérés, que les marges prises par les opérateurs sont trop élevées, et que les lettres de crédit fixées par ceux-ci sont trop importantes, ce qui a pour conséquence une hausse continue du prix du pétrole.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Maladie cardiovasculaire - Les aliments ultra-transformés augmente le risque de mortalité

Près de la moitié de la population malagasy souffre d'hypertension artérielle. Selon les statistiques officielles, le taux de prévalence est de 43 à 54 %. A Madagascar, cette maladie est devenue un problème de santé publique. L'OMS (Organisation mondiale de la santé)  estime que plus de 11 millions de Malagasy, soit près de la moitié de la population, sont hypertendus. De source médicale, une personne est considérée être atteinte de l'hypertension lorsque sa tension artérielle monte jusqu'à 14/9, voire plus. Dans notre pays, cette maladie dite non-transmissible touche fréquemment les personnes âgées de 18 ans et plus.

 

En effet, une recherche récemment publiée a affirmé qu'un risque accru de maladies cardiovasculaires peut se trouver chez les consommateurs d'aliments ultra-transformés. Durant les dernières décennies, les habitudes alimentaires se sont modifiées dans le sens d'une augmentation de la consommation de cette catégorie d'aliments contribuant aujourd'hui à plus de la moitié des apports énergétiques dans de nombreux pays occidentaux. Ces aliments se caractérisent souvent par une qualité nutritionnelle plus faible, mais aussi la présence d'additifs, de composés néoformés et de composés provenant des emballages et autres matériaux de contact.

Et même si ce n'est pas encore le cas pour tous Malagasy, certains se mettent déjà à consommer des produits transformés, surtout des produits surgelés et emboités. Des études récentes ont en effet montré des associations entre la consommation d'aliments ultra transformés et un risque accru de dyslipidémie, de surpoids, d'obésité et d'hypertension artérielle. Les chercheurs de l'Equipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (EREN) - dont l'étude est publiée cette semaine - ont également déjà observé des liens entre la consommation d'aliments ultra-transformés et les risques de cancer, de mortalité, de symptômes dépressifs et de troubles fonctionnels digestifs, mais aucune étude épidémiologique n'avait, jusqu'à ce jour, abouti à des relations entre la consommation de ces aliments et le risque de maladies cardiovasculaires.

Pour beaucoup de Malagasy victimes de l'hypertension, la pauvreté rend très difficile l'accès au traitement de la maladie. Comme il s'agit d'une maladie nécessitant une stricte surveillance et un traitement médical permanent, les dépenses relatives à la prise en charge sont généralement coûteuses et ne sont pas à la portée de tout le monde. Quoi qu'il en soit, les recommandations nutritionnelles publiées récemment par Santé publique France de cette année conseillent de limiter la consommation de nourriture ultra-transformée et de privilégier les aliments bruts ou peu transformés, en adéquation avec l'objectif du Haut conseil de la santé publique (HCSP) de réduire de 20 % la consommation d'aliments ultra-transformés en France d'ici 2022.

Recueillis par T.A.

La Vérité0 partages

Centre hospitalier de Soavinandriana - Trois cas d'ingestion accidentelle de petits jouets en trois jours

Des enfants victimes. Ces  derniers  temps, les  personnels médicaux au sein du Centre hospitalier de Soavinandriana (CENHOSOA) sont en mode alerte. Le nombre d'enfants de moins de six ans, admis au sein de leur établissement suite à une ingestion accidentelle de leurs jouets, a connu une hausse importante. En effet, un cas d'accident asphyxique par jour, provoqué par ingestion accidentelle de jouet, y est enregistré, indique le ministère de la Santé publique (MSP) à travers la Direction de la lutte contre les maladies non-transmissibles, dans une note publiée récemment.

 

« La constatation des données chiffrées relatives aux accidents de suffocation révèle que trois cas en trois jours ont été enregistrés auprès du Centre hospitalier de Soavinandriana », confirme le ministère de la Santé publique.  Et d'ajouter : « La semaine dernière, un jouet en forme de trompette qui envahit actuellement le marché local a failli tuer un enfant. Ce dernier, inconscient du danger que représente son joujou, a ingéré accidentellement un petit objet se trouvant à l'intérieur. Il a été ainsi victime d'une difficulté respiratoire. Les médecins ont été contraints de lui faire une anesthésie générale afin d'extraire ce corps étranger ».

Aucune protection des consommateurs

D'après la Loi n° 2015-014 portant sur les garanties et la protection des consommateurs, ces derniers disposent les droits à la sécurité qui les protègent sur chaque bien, produit et service, processus de production ou service pouvant menacer leur vie ou leur santé. En effet, la protection des consommateurs contre les risques sanitaires liés à l'hygiène et la qualité des produits mis sur le marché est mise en exergue par cette loi. Par contre, cette situation démontre que le Service de la protection des consommateurs (SPC), rattaché à la Direction de la prévention des fraudes et de la protection des consommateurs au sein du ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat, assurant le bien-être des consommateurs et la loyauté dans la pratique commerciale en empêchant de tels problèmes, n'a pas honoré ses responsabilités. De plus, en regardant de près l'emballage du jouet, l'information destinée aux consommateurs n'a pas été respectée. Aucune indication se portant sur les caractéristiques et les conditions essentielles du produit, quelle que soit sa forme, n'a été visible.

 Questionné sur ce sujet, la Direction générale du commerce n'a pas voulu donner plus d'explications. Quant au ministère de la Santé publique, le directeur de la Promotion de la santé au sein du ministère, Docteur Manitra Rakotoarivony, a tenu de préciser que leur rôle se repose en particulier sur la sensibilisation. Cette institution fait appel aux autorités en charge de la normalisation pour amender la norme relative à la sécurité des jouets. Les fabricants ainsi que les distributeurs et/ou importateurs doivent également respecter les droits des consommateurs, annonce-t-il. En ce qui concerne les acheteurs, ils sont aussi conscientisés à veiller à ce que les enfants de moins de 4 ans n'accèdent pas à ce genre de jouet.

Recueillis par K.R.

Midi Madagasikara0 partages

Sabotsy Namehana : Deux femmes arrêtées pour trafic d’êtres humains vers la Chine

Poursuivies pour trafic d’êtres humains, une mère et sa fille âgées respectivement 52 et 34 ans ont été arrêtées à Sabotsy Namehana le matin du 14 juin dernier.  Leur arrestation fait suite à la plainte déposée par les parents d’une femme se déclarant victime des suspects auprès du Service Central des Enquêtes Spécialisées et de la Lutte contre les Fraudes Documentaires (SCESLFD) de la police nationale à Anosy le 12 juin 2019. Les plaignants déplorent le cas de leur fille qui est partie en Chine en 2017 pour travailler comme gouvernante. Ils affirment avoir eu une conversation téléphonique avec leur fille, racontant la souffrance endurée par cette dernière dans ce pays. Elle se plaint d’avoir été trompée car une fois arrivée en Chine,  on lui a confisqué tous ses papiers (passeport, carte d’identité nationale). Le pire est d’entendre qu’on l’a obligée à se marier à un Chinois. L’enquête a révélé que les suspectes avaient travaillé pour le compte d’une Malgache résidant en Chine. Cette dernière leur avait donné la tâche de chercher une jeune femme à Madagascar pour faire le travail promis à la victime avec un salaire mensuel de 1 200 000 ariary. Selon les informations, les présumées trafiquantes auraient encore tenté d’envoyer une autre jeune femme en Chine en mai 2019. Pour cela, elles auraient réussi à soutirer 2 000 000 d’ariary à la victime pour la préparation des papiers. Elles ont été déférées au parquet le 15 juin 2019.

T.M

Midi Madagasikara0 partages

Concours de tirs de précision : Bond à côté de la plaque

Coup dur pour la délégation malgache à Lomé qui chute d’entrée au concours de tirs de précision. Bond, incroyablement maladroit, s’est fait éliminer en quarts de finale par le Béninois, bien connu du public sous le nom de Mamadou, de son vrai nom Bio Marcel. Ce dernier est un redoutable tireur en plus de s’être fait aider au vu et au su de tout le monde par le directeur technique, également Béninois.

Au 6m du second atelier « Robot » Marcel Bio réalisa un carreau mais le recul touchait le but ce qui devait donc annuler le point. Cependant, l’arbitre a tout de même accordé les 5 points.

Au 9m du quatrième atelier à la sautée, la boule de Robot vient s’appuyer sur l’autre boule mais curieusement les arbitres suivaient les consignes de la table pour offrir 5 points imaginaires.

Dans la minute qui suit, Bond réussit son tir mais sa boule se trouvait à la limite du cercle. L’avis du juge était autre car il donna un seul point au lieu de trois.

Dolys Randriamarohaja est venu à la table pour protester mais le mal était fait. La décision de l’arbitre de la fédération internationale de venir prêter mains fortes ne changea pas grand-chose, à tel point que Bond quitta le concours bien avant la fin. A quoi bon rester si les arbitres ont déjà choisi leur camp ?

Ce n’est pas le seul incident parvenu ce vendredi. En effet, le match entre le Togo et la Guinée a été marqué par un très long palabre. Les Guinéens pensaient avoir gagné, cependant, il n’y avait pas de tableau de score.

La même mésaventure est arrivée à Bond qui aurait pu finir premier du premier tour mais il a malheureusement terminé deuxième, derrière un Togolais. Une première place qui lui aurait permis d’éviter Robot Mamadou au tour suivant. Dommage, doublement dommage mais le camp malgache qui entend être un modèle, ne pouvait pas se permettre d’élever la voix.

Et si le camp malgache a gentiment demandé à ne pas payer les 200 euros d’arriérés de cotisation de la FMP, il s’est acquitté des 300 euros de la Fédération de Sport Boules Malagasy. Preuve si besoin est comme quoi Dolys Randriamarohaja entend donner une très bonne image de la pétanque à Madagascar.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Rugby-Roi du quartier : Le FTM Manjakaray sacré champion

Le FTM imbattable, hier, au Stade Municipal de Mahamasina.

Pas de surprise, hier, lors de la  finale de rugby « Roi du quartier » à Mahamasina. Le FTM Manjakaray a corrigé le TFA Anatihazo, comme tout le monde l’attendait, mais après un match très difficile.

Un duel qui sentait la poudre, c’est ainsi que l’on peut décrire la rencontre inédite entre le FTM Manjakaray et TFA Anatihazo, hier, au Stade Municipal de Mahamasina. Avec son expérience tant à l’échelle nationale qu’internationale, l’équipe du Firaisan’ny  Tanora Manjakaray (FTM) a pu démontrer encore une fois son hégémonie dans le monde du rugby malgache, en s’imposant face au TFA Anatihazo sur un score net de 31 à 23. Le match était très disputé, et les hommes d’Anatihazo ont frappé fort d’entrée. Ils ont mené pendant la première mi-temps suite à des drops et un essai marqué, juste après l’ouverture du match. Les deux protagonistes se  sont séparés sur le score de 16 à 12. Au retour des vestiaires, le FTM a  redoublé d’efforts. La bande à Mika  ne s’est plus contentée des pénaltys mais a essayé de trouver  une meilleure alternative, qui l’a amenée vers la victoire définitive.

Revanche de Dakar. Equipe malheureuse en finale du championnat de Madagascar 2018, puisque battue par l’équipe du Cosfa, le FTM commence bien cette saison avec la coupe du « Roi du quartier ». C’est l’une des trois compétitions majeures du rugby malgache,  avec le championnat national et la coupe du Président. Trois autres grands matchs étaient au programme, hier. Pour l’Elite Fédérale, le SCB Besarety  a brillé et  s’est hissé à la troisième place en détrônant l’Asa Ambohimanarina sur le score de 33 à 16. Un beau doublé pour Manjakaray car l’équipe de MANG’ART  s’est imposée  sur  le HIZA17 Analamanga par le score de 27 à 11.  Enfin, le FTBA Andohatapenaka  est sacré champion en signant la victoire de 28 à 15 devant l’AFA Ankazomanga dans l’élite régionale. Un grand succès pour  l’organisateur qui est le Malagasy Rugby. Toute levée de fonds recueillie lors de ce match sera versée au compte du COSFA et du FTM qui se préparent pour les championnats de l’océan Indien.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

“Embouteillage” eto an-dRenivohitra : Mirongatra tanteraka ny mpanendaka  anaty fiara

Manao izay danin’ny kibony tokoa ireo tontakely amin’izao : na io mpanafika sy mpanendaka anaty fiara na io ireo mpanao sinto-mahery raha ireo fitarainana etsy sy eroa, miampy an’ireo filazàna miparitaka ao anaty tambajotra sosialy ao. Indrindra fa hoe nahita tokotany vaovao hilalaovana indray ry zareo amin’ity fitohanam-be manjaka eto an-dRenivohitra ity. Anosibe, Anosy, Analakely, 67ha, Antanimena, Ankorondrano, Anosivavaka sy ireo faritra maro samihafa. Ny eny amin’iny faritra Andotapaneka, Digue, Ampasika sy Itaosy iny moa dia efa tsy tenina intsony, raha vao mirotsaka monja ny alina. Tsy tahotra tsy henatra mihitsy mantsy ireo tontakely, izay manao andiany, eo amin’ny telo  ka hatramin’ny enin-dahy, mitondra fitaovam-piadiana mandrahona ireo mpitondra fiara tafahitsoka anaty fitohanana. Ny sasany indray dia manao amboletra fotsiny hamoha ny varavarana fotsiny izao, toy izay mitranga eny Anosibe eny. Mazava ho azy fa dia miady irery ilay mpitondra fiara amin’izany fotoana izany fa tsy misy sahy mamonjy izay mahita ka hany hery dia manome izay tadiavin’ireo olon-dratsy. Ry zalahy moa, raha vao mahavita ny asa ratsiny dia miala moramora toy ireny mpandeha tongotra miampita ny arabe ireny, tsy taitra tsy maika ary tsy matahotra an’iza n’iza. Ny mahagaga dia efa maro ireo mpitandro filaminana no miparitaka, mandamina fifamoivoizana no mitily ireny tontakely ireny, fa dia mbola mahita hirika ihany izy ireo. Angamba tokony asiam-piheverena haingana dia haingana izay fa mijaly ny vahoaka.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

En attendant Paul

« Andraso eo Paoly ». Une expression péjorative signifiant qu’on peut toujours attendre quelque chose ou quelqu’un qui a peu de chances de venir.  Ce ne sera pas le cas de Paul Kagamé qui est attendu avec certitude à Mahamasina le 26 juin prochain.

En attendant Paul

Le portrait de Paul Kagamé trône déjà dans les rues de Tana alternativement avec celui d’Andry Rajoelina. Deux dirigeants qui ont beaucoup de points communs. Le premier est considéré comme « l’homme fort du Rwanda » tout autant que le second l’est pour Madagascar. Le président rwandais est l’artisan de la reconstruction de son pays meurtri par le génocide des Tutsi intervenu il y a 25 ans de cela. Son homologue malgache entend de son côté rattraper le retard de développement cumulé et accumulé en 59 ans d’indépendance. La mise au travail intensif des Rwandais, la lutte contre la corruption et la bonne gouvernance constituent les axes majeurs de la politique de Paul Kagamé. Une voie sur laquelle Andry Rajoelina compte également s’engager à la vitesse d’un TGV.  Le culte de la discipline est la marque de fabrique de l’« invité d’honneur » du locataire d’Iavoloha, qui inculque pour sa part la culture du résultat.  Le fondateur du Front Patriotique Rwandais a été choisi comme Président de la République après la démission du Pasteur Bizimungu le 17 avril 2000. Même destin pour le numéro Un du « Tanora malaGasy Vonona » qui a été porté à la tête de la Transition au lendemain de la remise des pleins pouvoirs à un directoire militaire qui devait être assimilée à une démission de Marc Ravalomanana par la HCC le 17 … mars 2009. A la suite de l’instauration d’une nouvelle Constitution par référendum, Paul Kagamé a été élu au suffrage universel direct à la magistrature suprême de son pays le 9 août 2003. Même topo pour Andry Rajoelina qui avait également fait adopter par voie référendaire le 17 novembre 2010, la loi fondamentale de la Quatrième République pour n’être toutefois candidat qu’en 2018. La comparaison s’arrête là puisque le président rwandais en est à son troisième mandat tandis que son équivalent malgache entame à peine son premier quinquennat. Si Paul Kagamé peut potentiellement rester au pouvoir jusqu’en 2034 à 77 ans, grâce à une réforme constitutionnelle plébiscitée par référendum en décembre 2015, Andry Rajoelina, qui est le plus jeune président en Afrique, pourra encore briguer un second mandat en 2024, avec la Constitution actuelle qu’il veut, quant à lui, réviser pour donner plus de pouvoir aux régions. Pour l’instant, attendons Paul…

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Mpianatra nanenjika jiolahy, maty voatifitra

Mialoha izao fetim-pirenena izao, dia mirongatra sy mahazo vahana ny tsy fandriampahalemana ao an-tampon-tanànan’i Sambava, ka mampitaraina ny mponina.

Afak’omaly  tokony ho tamin’ny 11 ora alina, dia tovolahy iray 20 taona, izay mpianatra kilasy 3 ème amina sekoly tsy miankina iray ao Sambava no maty notifirin’ny jiolahy, tao  amin’ny Fokontany Ambatofitatra. Raha ny vaovao voaray, dia taitra tamin’ny torimasony ity tovolahy ity raha vao naheno fa misy mandroba ny « panneau solaire » miaraka amin’ny « batterie »-ny. Nivoaka ny trano izy ; izay nentin-kafanam-po tokoa, ka nanenjika ny mpangalatra, nefa tifitra variraraka no nasetrin’ny jiolahy azy. Vao naheno ny poa-basy ny manodidina, dia nanaitra ny Lehiben’ny Fokontany, Nody Léon, ary ity farany avy eo no nampandre ny mpitandro filaminana. Nentina novonjena haingana teny amin’ny hopitaly CHRR Besopaka ilay tovolahy naratra mafy voatifitra, nefa nony maraina ny andro dia tsy tana ny ainy. Raha ny fantatra, dia avy any amin’ny Kaominina ambanivohitra Andrahanjo ity tovolahy mipetra-drery mandranto fianarana ao Sambava izay namoy ny ainy ity. Ny andron’io ihany dia efa nalain’ny havany ny razana.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Isandra : Namerina basy ny dahalo

Anisan’ny faritra mena amin’ny asan-dahalo raha iny distrika Isandra iny. Nisy anefa ny fanentanana nataon’ireo tompon’andraikitry ny filaminana tany an-toerana ka nilavo lefona tsy nisy rà latsaka ny dahalo sasan-tsany, ary namerina ny fitaovam-piadiana teny am-pelan-tanany. Fantatra ary fa basy mahery vaika miisa folo no naverin’izy ireo, tany amin’ny mpitandro filaminana. Tao amin’ny kaominina Ambalamidera sy Mahazoarivo no nisian’izany ny herinandro teo. Ireto fitaovam-piadiana ireto dia marihana fa samy tsy nisy ara-dalàna avokoa ary fitondran’izy ireo manatanteraka ny asa ratsiny. Nahitàna basy « kalach » roa, Mas 36 iray ary basim-borona fito. Fa teo ihany koa ny bala niaraka tamin’izany fitaovam-piadiana izany, izay niisa 26 ka ny 24 dia mirefy 7,62mm ary ny roa, 7,5mm. Azo lazaina araka izany fa dingana lehibe eo amin’ny resaka fampandriana fahalemana izao vita izao, indrindra moa fa hoe any amin’ny faritra izay hikoizana amin’ny resaka asan-dahalo. Tsy mijanona hatreo anefa ny ezaka fa mbola manohy ny fanentanana hatrany ireo tompon’andraikitra any an-toerana.

nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo : Vatosoa Group et Nino rejoignent les partenaires

A dix jours de la clôture des inscriptions aux Jeux Corporatifs, les choses commencent à prendre forme pour devenir un vrai rendez-vous national avec la participation des équipes en province. Première à s’inscrire, la branche d’Ambatovy à Moramanga est sur la brèche depuis quelques jours en intensifiant les heures d’entraînement. Les Tamataviens de SMMC et de la SPAT sont aussi sur les rangs, tout comme les Antsirabéens de Socolait et Holcim. On attend tout juste la confirmation des Tuléarois de Comato. La bonne nouvelle est l’arrivée de partenaires, notamment Vatosoa Group mais aussi celle de l’équipementier Nino Design International. Le clan tananarivien sera conduit par le Ministère de la Jeunesse et des Sports mais également par la Commune Urbaine d’ Antananarivo et Midi Madagasikara. NSC, SEPM, Cimelta, Sara et Cie, CNaPS, Adema, Ordre des Avocats, Orange Madagascar, Aquamad, Auximad, Filatex, Air Madagascar font partie de ce noyau dur des fidèles et la liste est loin d’être  bouclée … Les prochains jours s’annoncent intenses.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Echos de la journée mondiale du donneur de sang : Pour des produits sanguins de qualité et sûrs

Les poches de sang disponibles dans les centres de transfusion sanguine ne couvrent toujours  pas les besoins des malades.

« Du sang sécurisé pour tous ». Le thème 2019 de la journée mondiale du donneur de sang (14 juin) met l’accent sur la qualité des produits sanguins, tout en rendant hommage aux donneurs volontaires et bénévoles à travers leur geste salvateur. A Antsirabe, la célébration de cette journée, vendredi dernier, a été l’occasion de sensibiliser l’opinion sur l’importance du don de sang régulier afin de combler un écart toujours important entre les besoins et la quantité de sang disponible, prêt à être transfusé chez les patients qui en ont besoin, souvent dans l’urgence. La région Vakinankaratra en particulier, affiche un besoin de 150 poches de sang par mois, mais ce besoin ne cesse d’augmenter, a-t-il été appris du responsable du Centre régional de transfusion sanguine (CRTS) d’Antsirabe.

10%. Le don de sang doit garantir des produits sanguins de qualité et sûrs. C’est ainsi que les poches de sang collectées passent impérativement par des tests rigoureux, afin d’en assurer l’innocuité. Par ailleurs, les occasions comme la journée du donneur de sang sont saisies afin de sensibiliser les citoyens à devenir des donneurs volontaires et réguliers. Car actuellement la proportion des donneurs de sang bénévoles est très faible. On parle d’un taux de 10% à Madagascar. Le Groupe mobile d’urgence, qui contribue depuis une quinzaine d’années à l’alimentation des centres de transfusion sanguine existants à Madagascar, dont le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) à Antananarivo, et les CRTS de Toamasina, Toliara, Fianarantsoa, Antsiranana, Mahajanga et Antsirabe, continue à œuvrer pour la hausse du nombre de donneurs de sang bénévoles et réguliers.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Salon ITM 2019 : 630 rendez-vous entre les professionnels malgaches et étrangers organisés

La 8e édition du salon ITM a été un franc succès pour le ministère de tutelle et l’ONTM. (Photo : Kelly R.)

La 8e édition du salon ITM (International Tourism Fair-Madagascar), qui s’est tenue, quatre jours durant, au Centre de Conférences Internationales à Ivato, a été un franc succès.

« Notre objectif a été atteint », a exprimé  Boda Narijao, le PCA de l’Office National  du Tourisme de Madagascar (ONTM), lors de la clôture de cette manifestation d’envergure internationale, hier. En effet, « plus de 14 500 visiteurs ont arpenté les Allées des cinq villages du salon répartis sur un espace d’exposition de 30 000m² contre 15 000m² lors de la dernière édition. On enregistre ainsi une hausse de l’ordre de 25% comparée à l’édition précédente. En outre, près de 300 participants y ont exposé  , soit une hausse de 21% », a-t-il rajouté.

Eductours. Dans la foulée, une soixantaine d’Agences de Voyages et de Tours opérateurs issue  de nos principaux marchés émetteurs, ont répondu à l’invitation de l’ONTM pour participer aux éductours organisés dans de nombreux sites touristiques de l’île. On peut citer, entre autres, le Nord à Diégo- Suarez, l’Isalo jusqu’à Anakao, Fort-Dauphin, Sainte-Marie, Morondava et Nosy-Be. Ils ont par la suite participé aux journées B2B qui se sont déroulées pendant deux jours dans le salon. C’était également un franc succès. En effet, « on a enregistré 630 rendez-vous sur les 342 programmés, avec en moyenne 15 rencontres pour chaque opérateur national.  L’objectif a été donc largement atteint, que ce soit pour les professionnels étrangers que pour leurs homologues malgaches », a enchaîné le PCA de l’ONTM. Et lui de rajouter que les nationaux commencent également à s’intéresser au tourisme local.  Les exposants ont d’ailleurs présenté de nombreuses offres touristiques promotionnelles dans le cadre de ce salon.

Promoteurs de projets. Par ailleurs, plus de 50 conférences ont été organisées. C’était une occasion pour les acteurs du tourisme d’en savoir un peu plus sur les mécanismes de financements existants, les investissements, les opportunités d’affaires sur les marchés émetteurs européens et les métiers prioritaires dans ce secteur. Et parmi les nouveautés pour cette 8e édition du salon ITM, « une cinquantaine de promoteurs de projets dans le secteur du tourisme ont été mis en relation avec des investisseurs, sans compter l’organisation d’une plateforme sur l’énergie par des ministères concernés. C’est une grande première », d’après toujours les explications de Boda Narijao. De son côté, le directeur général du Tourisme, Rakotonirina Yves, a soulevé qu’il y eu une très bonne cohérence entre le ministère de tutelle et l’ONTM dans l’organisation de ce salon. « Ce qui a contribué à sa réussite. Par ailleurs, la sécurité au niveau des sites touristiques s’est améliorée grâce aux mesures prises par l’Etat », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Cabaret :  ’Zay en totale symbiose avec ses fans

‘Zay en communion avec les  inconditionnels.

Un vrai régal musical ! Pour son premier cabaret,  ’Zay n’a pas fait les choses à moitié.  Un vrai show aux mille couleurs a été présenté au dôme Ankorondrano vendredi.

Il a fallu quatre heures de temps quasi non-stop pour que le groupe et ses fans consentent à  se séparer.  C’est dans un dôme presque plein que la bande joyeuse a passé leur tout premier cabaret. Comme promis, à 20h le vendredi, les grands gaillards de  ’Zay se sont retrouvés derrière leurs instruments de prédilection. Pour commencer, de la musique, de la bonne combinée avec un show laser impressionnant, fumigène, pyrotechnie, bulles… bref, tous les artifices ont suffi à mettre les spectateurs dans l’ambiance. Vinrent ensuite les premières notes de « Tsy ho adinoinay ». Dans sa petite robe volante argentée, Malala a scintillé de mille feux  en entraînant le public dans le monde merveilleux de  ‘Zay .

Voyage musical. A travers pas moins de 25 chansons, Nary et sa bande ont sillonné les 22 ans d’existence du groupe, en passant par les « Indray andro any », « Aza sakanana », « Ampy ahy », avant d’entamer « Tsy ho voavaliko ». Ce dernier titre, étant l’introduction à leur nouvel album, a été accueilli  avec enthousiasme. Toutefois, le groupe a décidé de reprendre les tubes comme « Ianao ihany » et « Tolory azy ».  Revisités, avec des petits changements dans les arrangements, les morceaux respirent un second souffle laissant le groupe voguer dans plusieurs styles bien étudiés et tellement agréables aux oreilles.  Réservant de  bonnes surprises aux vrais connaisseurs, ils ont également chanté les titres moins connus comme « Fitiavako ianao » et « Fahatsiarovana ». Ceux qui constituaient le tout premier répertoire du groupe du temps des cassettes audio, d’il y a plus de 20 ans. Le meilleur moment reste cependant la magnifique interprétation de « Tsotr’izao » de Nary.

Extase musicale. Pour les mélomanes présents, ce cabaret était tout simplement une « extase musicale ». Cela rendait à la fois nostalgique, mais en même temps, les  titres sont tellement au goût du jour que l’on ne pouvait qu’apprécier. Evidemment, après plusieurs morceaux et des « au revoir » à plusieurs reprises, le show s’est terminé avec le traditionnel « Tsy miova », réclamé par le public. Un moment de complicité et une totale symbiose se sont installés, une nouvelle fois,  entre ‘Zay et son public.  Pour le prochain rendez-vous, les inconditionnels prendront leur mal en patience jusqu’au 1er décembre au Palais des Sports Mahamasina.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Judo – Saint Michel : Roger Rejo, un moniteur et technicien d’exception !

Roger Rejo est très à l’aise avec les enfants… sa relève tarde à venir.

Il est de ces techniciens qui aiment  travailler dans l’ombre. Cela fait 46 ans qu’il enseigne le judo au sein du judo Club Saint-Michel à Amparibe. Il a formé de nombreux grands noms du judo malgache.

Le monde du judo lui doit beaucoup. A 62 ans,  Roger Rejo est encore très actif au sein du judo Club Saint-Michel (JCSM). 49 ans après avoir mis son premier kimono, Roger Rejo a encore tout pour plaire ; mais modeste comme il l’est, il reste très discret. Les mercredis et samedis après-midi, il est toujours présent aux côtés des tout-petits. Il est le moniteur du club qui s’occupe de l’enseignement du judo au débutant, et ce depuis 46 ans. La passion et la volonté restent toujours  intactes pour ce judoka qui n’a pas beaucoup brillé en tant que combattant, mais il a pris sa revanche en formant plusieurs champions.

Comme on dit, il n’a pas sur ses épaules des poussières d’étoiles mais il est un rouage essentiel qui forme et coache la relève et les futures stars de cette discipline pour JCSM.  « Le judo, je l’ai découvert au sein de mon quartier. En face de l’Institution  Sainte-Famille, il y avait le judo club franco-malagasy, mais mes parents m’interdisaient à l’époque. Comme mon petit frère a étudié au Collège Saint-Michel, ils ses frères pouvaient intégrer un club de l’école. Et c’est ainsi qu’en 1970 j’ai intégré le judo Club Saint-Michel. Nous étions quatre frères judokas, dont trois titulaires de la ceinture noire, et un de la ceinture marron. Les Roger Rakotomalala, Louis Rakotomalala et Martial Randretsa  nous ont enseignés et formés à nos débuts. Je n’étais pas un grand compétiteur, mon meilleur parcours s’est arrêté à la  demi-finale », a expliqué  Roger Rejo.

A l’âge de 15 ans. Trois ans après ses débuts, il a enseigné le judo en tant qu’assistant du maître de salle. « J’avais 15 ans et j’étais titulaire de la ceinture verte quand j’ai commencé à enseigner le judo. A l’époque, le frère Fazio nous a beaucoup aidé, lui qui nous a offert des kimonos pour enseigner, car à l’époque c’était trop cher », a-t-il indiqué. Plus tard, il s’est spécialisé dans l’éducation des enfants et des débutants du club. Et de continuer : « Être moniteur éducateur, ce n’est pas facile, surtout pour les enfants. Ce métier nécessite à la fois de l’engagement, de la patience et des compétences : savoir observer une situation, comprendre une souffrance, et mettre en place un lien à partir d’une activité de vie quotidienne ou de loisir. J’ai appris la psychologie de l’enfant pour être au même diapason qu’eux. Il faut une prise en main collective et individuelle pour connaître les personnalités de tout le monde.  Après avoir été appelé par une école pour une activité parascolaire pour la classe de maternelle avec le judo, j’ai beaucoup appris et je priorise actuellement le judo ludique pour les inciter à aimer la discipline et continuer. Une chose que j’ai apprise : il ne faut jamais les bousculer, crier ».

Arbitre continental.  Roger Rejo n’est pas le plus haut gradé du JCSM. Il est titulaire de la ceinture noire deuxième dan, mais est très respecté par ses pairs. « Mes élèves ont surpassé le maître, ce qui est l’une de mes satisfactions en tant que moniteur. Parmi mes anciens élèves, il y a ceux qui détiennent le 4e ou 5e dan. La présidente de la ligue Analamanga, Vola Raelison, le Secrétaire Général de la Fédération Malgache de Judo, Eric Bruno Saïd, et Antsa Ranjatoson, responsable du judo ‘in school’, étaient mes anciens élèves que j’ai pris en main à leurs débuts », souligne le faiseur de champions. A Madagascar, il n’y a pas d’école de moniteurs et ils se forment sur le tas. « J’aime ce que je fais, ça ne fait pas vivre. J’aime partager ma passion avec les autres comme me l’a appris nos maîtres, et transmettre mon expérience. En 15 ans, il n’y a pas eu de judokas avec une fracture ou une entorse. D’ailleurs, pour être un bon moniteur, il faut connaître les bases du secourisme. Je suis un éternel insatisfait, j’apprends toujours, surtout lors des passages des techniciens de nos clubs partenaires de France », a t-il conclu. Roger Rejo dispense des cours chaque mercredi et samedi après-midi pour les enfants. Outre son métier de moniteur, il est également arbitre continental UAJ B. Sa reconversion en tant qu’arbitre était le fruit du hasard en 1986 où Maitre Akira Kai l’a formé et incité. « Pour moi, l’impartialité est la plus importante en tant qu’arbitre. Il y avait même eu un président de fédération qui s’était  fâché contre moi car je n’ai pas jugé en la faveur de notre combattant face à La Réunion. La triche est contraire à mes principes ». Pour lui, les 49 ans de pratique peuvent se résumer en épanouissement, découverte et émerveillement ».

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Manakara : Marary saina, nolazaina fa saika hangalatra novonoina tamin’ny fomba feno habibiana

Lehilahy iray tsy salama saina izay mpitarika posy teo aloha, antsoina hoe : Bien Aimé, no namoy ny ainy rehefa avy nandrahoina tao anaty vilany be fandrahoana hanin-kisoa, afak’omaly, tao amin’ny Fokontany Mangarivotra « carreaux 12 ». Raha ny vaovao voaray, dia nahiahiana lehilahy iray voalaza fa mamon-drongony, ho saika hangalatra ny « panneau solaire »-ny ity rangahy adala mpirenireny mpitsimpona zaoridira, izay novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ity. Rehefa voasambotra i Bien Aimé dia nofatorana, ary natao tao anaty vilany be nisy rano mangotraka, ka nitsovaka avokoa ny hodiny. Tsy tantin’ity lehilahy marary saina ity ny fampijaliana natao azy, ka niantso vonjy nitaraina mafy izy. Henon’ny manodidina izany, ka nirohotra ny olona nijery ny zava-misy, ary novonjena haingana ity nolazaina fa mpangalatra efa nalemilemy. Vokatry ny fahamaizana anefa, dia tsy tana ny ainy. Raha vao nahita an’ity habibiana tsy roa aman-tany ity ny olona dia romotry ny hatezerana. Noho ny tahotra ny fitsaram-bahoaka, dia nitsoaka avy hatrany ilay mpamono sy ny fianakaviany, izay mbola karohina fatratra amin’izao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Antananarivo : Filazana zaza very 824 no voarain’ny polisy nanomboka ny volana janoary

Manoloana ireo filazana sy fampitam-baovao maro miparitaka amin’ny tambazotran-tseraser­a mangataka ny fanampian’ny mpiara-monina mba hikarohana ankizy na zaza tsy ampy taona ka miteraka tsahon-dresaka mikasika ny firongatry ny « hala-jaza » dia nanatanteraka valan-dresaka tamin’ny Mpanao gazety ny avy ao amin’ny Ministeran’ny Filaminam-bahoaka ny zoma lasa teo.Notsindriana manokana tamin’izany ny rafitra efa misy sy ny lamin’asa napetraka eo anivon’ny Ministera entina hiarovana ny zaza tsy ampy taona ny fanomezan-danja ny vehivavy sy fiarovana ny olona marefo.Nohazavaina ihany koa fa raha ny taona 2019 manokana dia zaza tsy ampy taona very miisa 824 no nanaovan’ny fianakaviany fanambarana teo anivon’ny Sampan-draharaha manokana mikasika izany eo anivon’ny Ministera, ka ny 725 tamin’ireo no nampilaza fa hita ilay zaza, 623 tamin’ireo dia Polisy no nahita azy , ary ny ambiny kosa dia nody tamin’ny  nahim-pony teny anivon’ny ankohonany. Nandritra ny fanadihadiana dia fantatra fa ny 675 tamin’ireo zaza very ireo dia nandositra ny trano fonenany noho ny olana maro samihafa.Manaitra ny fahatsiarovan-tenan’­ny tsirairay ny Ministeran’ny Filaminam-bahoaka mba hametraka fitarainana eny anivon’ny Polisim-pirenena raha sendra misy ny fahaverezan-jaza, satria izany ihany no lalana ahafahan’ny Polisy mandray andraikitra fa ny filazana anaty tambazotran-tseraser­a dia tsy manana lanja ara-pitsaràna. Entanina koa ny tsirairay mba hitoroka avy hatrany raha mahita tranga mampiahiahy mahakasika na manohintohina ny ain’ny ankizy. Ho an’ny eto Antananarivo dia misokatra ho an’ny rehetra ireto : PMPM Anosy : 034 05 529 72 ; DPMPM Tsaralalana : 034 05 703 73T.M

Midi Madagasikara0 partages

Glacier : Iraimbilanja séduit toujours les mélomanes

Iraimbilanja, égal à lui-même.

Intemporel, Iraimbilanja l’est ! C’est au Glacier Analakely que Papay et sa bande ont annoncé la couleur vendredi. Dans l’antre de la musique tropicale qui fait un petit revirement de temps à  autre. Rien de mieux que du rock à l’old school pour changer un peu de registre. Ambiance très chaude avec de la musique non-stop. Intemporel, le groupe Iraimbilanja a fait des heureux. Comme toujours, les tubes du groupe constituent le répertoire. Les noctambules n’hésitent pas à chanter à tue-tête avec les rockeurs les meilleurs des morceaux. Les habitués se laissent toujours aller en attendant impatiemment les riffs et les petits passages connus par cœur. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette soirée a été tout simplement d’une abondance plutôt inhabituelle. Avec un public épris de belles musiques et de bonnes ambiances, habitué des ambiances tropicales, le rock des années 80 a été tout simplement une bouffée d’air frais.

Les quelque  trente années de carrière  du groupe ont permis à ce dernier d’établir une grande notoriété de fer, faisant ainsi de leurs titres des classiques du rock  malgache. A travers les épopées, Iraimbilanja a su apposer une signature en caractère ineffaçable ; par ailleurs, ils n’hésitent pas à garder l’ambiance nostalgique en se remémorant leur jeunesse par le biais de la musique bien propre au groupe.

Si au fil du temps le groupe a instauré l’institution de la « soirée harendrina » avec les inconditionnels, cette année ne dérogera pas à la règle. Au grand dam  de ces derniers, Batata, Papay et Roger privilégieront cette fois le public majungais au restaurant Mafilotra. Un rendez-vous avantageux pour les amoureux du grand soleil.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Rallye Yacco Visca Power : Les frères Randrianarivony au pinacle

Ils ont marqué leur nom dans le paysage du rallye malgache ces derniers temps. Ando et Rivo Randrianarivony ont survolé le Rallye Yacco Visca Power comptant pour la troisième manche des Championnats de Madagascar 2019. A bord de leur Subaru Impreza, cet équipage du FMMSAM a bouclé cette manche en 1 heure 46 mn et 9 sec. Lors de la première journée du rallye,  ils ont eu beaucoup de difficulter à s’imposer laisser la voix libre à Hery Be qui a mené  la course en tête provisoirement. Dominés, ils se sont reveillés samedi et dimanche pour prendre les commandes. Ils ont enchainé les épreuves spéciales et se sont imposés largement au final. Dèja vainqueurs de la première manche à Antsirabe, les frères Randrianarivony prennent le large et mènent provisoirement le classement des Championnats de Madagascar La seconde place est revenue à Boana et Ny Anjara du duo FMMSAM / Asacm au volant de la Subaru Impreza en réalisant un chrono de 1 heure 57 mn et 21 sec. L’équipage Tahina – Mijoro de l’Asacm toujours  aux commandes d’une Subaru Impreza complète le podium en signant un temps de 1 h 57 mn et 26 sec. Seuls 14 équipages ont franchi la ligne d’arrivée, hier. Le prochain rendez-vous est pris les 11, 12 et 13 juillet pour la 3e manche des joutes nationales.

Les résultats

1-Rivo – Ando – (FMMSAM) – Subaru Impreza – 1 h 56 mn 41, 9 s

2-Boana – Ny Anjara – (FMMSAM / Asacm) – Subaru Impreza – 1 h 57 mn 21, 7 s

3-Tahina – Mijoro – (Asacm) – Subaru Impreza – 1 h 57 mn 26,7 s

4-Tahiana – Tahiry – (Asacm) – Subaru Impreza – 1 h 59 mn 01, 3 s

5-Frederic – Jimmy – (Ama / Asacm) – Isuzu D-Max – 2 h 01 mn 46, 8 s

6-Haja Danielson – Rivo – (TMF) – Ssangyong Musso – 2 h 05 mn 54, 8 s

7-Herivonjy – Toky – (FMMSAM) – Foton Tunlands – 2 h  06 mn 06, 2 s

8-Teddy – Tovo – (FMMSAM) – Ford Ranger – 2 h 09 mn 12, 8 s

9-Yves – Princia – (TMF / Asa Tana) – Mitsubishi Evo IX – 2 h12 mn 54, 2 s

10-Tsira – Fred – (TMF / Run Mada) – BMW E30 – 2 h 21 mn 55, 3 s

11-Hery Zo – Sylvie – (Tasamm / Asa Tana) – Subaru Impreza  – 2 h 26 mn 54, 8 s

12-Koloina – Poussy – (FMMSAM) – Citroen Saxo – 2 h 31 mn 12, 7 s

13-Jeffy – Rija – (FMMSAM / MSA) – P.206 – 2 h 33 mn 45, 2 s

14-Albert – Tolotra – (Asacm) – P.204 GL Proto – 2 h 42 mn 39, 3 s

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Football – CAN : « Il n’y a rien à craindre ici en Egypte » dixit Aziz Elcarthy

Cela fait 17 ans qu’Aziz Elcarthy s’est installé en Egypte. « Je suis un fan de football et depuis qu’on a su que la CAN sera organisée en Egypte, il y avait une  effervescence dans le camp de la diaspora d’autant plus que la sélection nationale malgache disputera sa toute première CAN » a t-il expliqué.  Et lui de continuer « Il n’y a rien à craindre ici en Egypte surtout côté sécurité. Tous les dispositifs ont été mis en place par l’Etat pour que la compétition se déroule dans les meilleures conditions. Nous sommes impatients d’accueillir les Malgaches du monde qui veulent soutenir notre équipe à Alexandrie ». Actuellement, on recense près de 80 Malgaches installés en Egypte qui espèrent un jour la mise en place d’un consulat pour faciliter les questions administratives. En attendant, le comité de normalisation boucle les derniers préparatifs côté administratif et les Barea vont rejoindre l’Egypte après un stage de préparation au Maroc.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque – Championnat d’Afrique : Madagascar échoue en quarts

Incroyable mais hélas vrai, Madagascar échoue aux quarts de finale du championnat d’Afrique de pétanque face au Bénin dans un stade où les Béninois formaient 70% du public.

Le Bénin, emmené par le redoutable « Mamadou » Bio Marcel, a sèchement battu le trio malgache,composé de Tafita, Mamy et Bond, sur le score de13 à 6. Un scénario catastrophique  car après un 2 à 0, le Bénin tua le match en réalisant le carton plein lors de la deuxième mène. À 8 à 0, on croyait que la partie était finie, surtout après les trous de Tafita. Il y a eu ce sursaut d’orgueil des Malgaches qui ont ramené le score à 5 à 8. Le doute sinstalla alors dans le camp béninois, mais Madagascar n’a pas su saisir sa chance puisque Tafita, tirant pour trois après deux carreaux de Bond, rata son coup, de même que Mamy. Le tournant du match en fait, car, retrouvant tout son moral, le Bénin concluait le match dans les deux mènes suivantes. Abattus, les boulistes malgaches abordèrent la Coupe des Nations à la manière d’un loup affamé.

Le président de la FSBM reconnaît que c’était un coup dur qui mettrait du temps à être effacé, mais il ne désespère pas pour autant car il estime que c’était dû à la préparation relativement trop courte ; à laquelle s’ajoutent les changements imposés à la dernière minute par les organisateurs.

Une chose est certaine, Madagascar reste l’équipe à battre, et comme dans le lot il n’y a que le Bénin pour lui tenir tête, on a fait en sorte que les deux pays se rencontrent bien avant. C’est de bonne guerre dans une formule inédite qui permettrait aux deux équipes togolaises, pourtant battues en tour de poule, de refaire surface en quarts.

Clément RABARY