Les actualités à Madagascar du Vendredi 17 Février 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara598 partages

Hiary Rapanoelina : Sa famille appelle au pardon

La femme et les enfants de Hiary Rapanoelina lors de la déclaration officielle hier. (Photo Yvon Ram)

C’est dans un ton très solennel que la famille de Hiary Rapanoelina a fait une déclaration hier, devant la presse au Kianjan’ny Kanto à Mahamasina.

 

« Depuis le 1er février 2017, Hiary n’a plus eu accès à la connexion et n’a donc publié aucun statut sur Facebook. Depuis le 3 février 2017, il a fermé le compte « Fifosana hanatsarana ny Pipoles gasy » en présence des policiers. Et aucun membre de la famille n’a eu accès à ce compte. Il n’est donc plus responsable de toutes les autres publications après ces dates ». Aussi, Hiary Rapanoelina, de sa détention à Antanimora, et toute sa famille « s’excusent pour tout ce qui a été dit et qui a vexé ou blessé qui que ce soit à cause des publications dans cette page. Ils appellent à tout un chacun d’arrêter de médire et de dénigrer qui que ce soit car cela ne mène à rien, et que chacun soit responsable de sa propre existence ». Telles ont été les déclarations émanant de la famille de Hiary Rapanoelina, toujours détenu en prison, lors d’une conférence de presse qu’elle a tenue hier au Kianjan’ny Kanto à Mahamasina.

Responsabilités. Cette affaire continue de raviver les discussions. Il y a les « pour » et les « contre » mais ces débats restent virtuels. Tout comme les commentaires et toutes les rumeurs répandues autour des personnes connues de la place. Une chose est sûre, en assumant totalement ses responsabilités, Hiary Rapanoelina fait un grand pas pour essayer de se racheter auprès des personnes visées par les publications dans le compte. Aujourd’hui, toujours seul pour assumer ses actes et face à la justice, il fait appel à la conscience des internautes qui ont été derrière lui pour médire mais qui ont disparu dès qu’il a été question de prendre les responsabilités, d’arrêter d’être de mauvaise langue. Les réseaux sociaux sont un excellent support d’expression, mais encore faut-il respecter les autres.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara506 partages

Portrait : Andry Mika, l’étoile montante du jazz malgache

Il étudie l’administration et la comptabilité, le marketing et la finance. Les études terminées, il choisit pourtant d’évoluer dans un tout autre domaine : la musique, le jazz. Un milieu dans lequel il se fera connaître et dans lequel il continue aujourd’hui d’évoluer.

Jazz ? Il ne l’était pas du tout à ses débuts ou plutôt si, mais occasionnellement. Derrière le jeune musicien de jazz très prometteur qu’il est devenu, Andry Mickael Randriantseva, autrefois était plus branché année 60 « genre Solika, Mahaleo et autres artistes de ba-gasy ». En intégrant le TGC il y a dix ans, il découvre d’autres horizons musicaux. Après une première tournée en Europe avec la bande à Fidy, le jeune homme se tourne et se penche plus vers le jazz. « J’intègre alors le jazz club du CGM ». C’était en 2010. Le public le découvre, les artistes également. Au fil des années, il se fait un nom dans le milieu musical. Il est sollicité, non seulement par les artistes évoluant dans le jazz mais également par des grands noms de la musique malgache. Les collaborations les plus marquantes sont certainement celles avec Lalao Rabeson, Henri Ratsimbazafy ou encore Lalatiana.

Multi-instrumentiste. Plus connu en tant que claviériste, Andry Mika joue pourtant d’autres instruments : la basse mais également le trombone. C’est effectivement à la guitare qu’il fait ses premiers pas. Trois ans plus tard, il s’initie au piano et en tombe amoureux. D’ailleurs, après ses études, il décide d’enseigner la musique et devient en même temps musicien professionnel. Aujourd’hui, ce passionné de deux roues et de voyage multiplie les collaborations. Très prochainement, il sera sur les routes avec Malagasy Road show et en tournée en Afrique du Sud et la Réunion avec JAV, groupe international dont il est membre.Mahetsaka

Midi Madagasikara316 partages

Football – Ligue des champions : Le CNaPS Sport confiant contre Township Rollers

Le match retour des préliminaires de la Ligue des champions d’Afrique du CNaPS Sport face aux Botswanais du Township Rollers aura lieu samedi à Gaborone. Un rendez-vous qui n’est certes pas facile mais qui reste à la portée des caissiers.

« On se gardera de défendre bêtement le but d’écart (2 à 1) qu’on a eu à Vontovorona car on sera plus tranquille si on parvient à marquer très tôt pour faire douter les Botswanais ». C’est la thèse de Tipe de son vrai nom Patrick Randriambololona, l’entraîneur du CNaPS Sport.

La meilleure défense… Un principe presque acquis comme quoi la meilleure défense c’est l’attaque. Mais la question est de savoir si Francis et ses camarades se sentent de taille à affronter les chouchous du public botswanais sur leurs terres.

Au vu de la courte victoire du CNaPS Sport et surtout parce que les Botswanais ont réussi à marquer un but ce qui complique quelque peu la situation car les Township Rollers peuvent revenir à tout moment et marquer.

Une belle pioche. Mais sur ce chapitre, le CNaPS Sport qui possède la meilleure défense des équipes malgaches avec notamment une charnière centrale solide composée de Feno et Lanto. Comme il s’agissait de fermer tous les couloirs, on a bien peur pour Toby que le staff technique ne décide de mettre sur le flanc droit Tantely, une des nouvelles recrues avec Bourahim qui sera, lui aussi, titularisé d’entrée sur le flanc gauche du milieu de terrain tant son apport est indéniable. Tout comme son mental.  Une très belle pioche pour le staff du CNaPS Sport. Comme on a encore des éléments capables de bien défendre tels Mika et le bouillant Ando, on n’a pas à trop s’inquiéter sur le sujet.

Reste à espérer qu’entre temps, Njiva qui retrouve petit à petit son meilleur niveau, mais aussi Francis parviennent à retrouver le chemin des filets comme ils l’ont fait à Vontovorona car c’est presque une certitude que ces deux hommes vont bénéficier d’un marquage strict des Botswanais. Logique non ?

Et c’est de bonne guerre car les deux équipes aspirent à franchir ce tout premier pas dans cette Ligue des champions qui de ce fait reste ouverte.

Clément RABARY

Midi Madagasikara267 partages

Jirama : Basculement vers le fioul lourd en juin

La Jirama se prépare déjà à l’utilisation de fioul lourd pour compléter la production hydroélectrique.

La production d’électricité est actuellement suffisante et le niveau de consommation se stabilise. D’après la JIRAMA, la dernière coupure a été causée par un problème technique, qui a été rapidement résolu.

 

Fin de la dépendance au gasoil ! Les prévisions météorologiques sont optimistes. La production d’électricité est à pleine capacité, d’après la Jirama. Pour le Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA), cette production est de 246MW, contre une demande avec des pics de consommation d’environ 210MW. En effet, le déficit énergétique est résolu avec l’arrivée des pluies, qui ont permis aux centrales hydroélectriques d’Andekaleka et de Mandraka de fonctionner de manière optimale. « Le délestage fixe qui était prévu et organisé par la Jirama est caduque et n’est plus de mise, car la situation énergétique a été réglée pour la RIA », a déclaré officiellement la JIRAMA dans un communiqué. Cependant, des incidents techniques peuvent survenir, comme à Antsirabe très récemment où une dizaine de poteaux ont cédé à cause de la pluie. « Les transformateurs sont également très vétustes. Sur ce point, la ligne de transport est à réhabiliter car elle impacte durablement sur l’alimentation en électricité. Le phénomène de vols de câbles est également à déplorer aussi bien dans les grandes villes que dans les petites localités. C’est un véritable fléau qui affecte le réseau de la Jirama », a affirmé la Jirama.

Faux calendriers. Depuis plusieurs jours, les actions de communication de la Jirama ont été intensifiées. Mais cette société a indiqué que de faux calendriers de délestage circulent sur les réseaux sociaux, diffusés par des personnes malintentionnées. « Nous tenons à rassurer nos abonnés, que la Jirama déploie des efforts afin d’améliorer son service clientèle. Nous avons entre autres étoffé notre équipe frontline pour recevoir en temps réel les réclamations ou les signalisations d’incidents à travers nos numéros verts, joignables 7j/7 », indiquent les responsables auprès de la société d’Etat. A noter que ces réclamations devraient diminuer en nombre, avec l’amélioration de la production. En outre, la pluviométrie devrait permettre d’emmagasiner une quantité suffisante d’eau pour les prochains mois, auprès des barrages de Mantasoa et Tsiazompaniry. Dans tous les cas, la Jirama se prépare à la période d’étiage. A travers les centrales thermiques, celle-ci possède des back-ups, qui permettent de stabiliser la consommation en électricité et qui éviteront les coupures. Ces centrales thermiques vont dorénavant tourner au fioul pour mettre fin à la dépendance au gasoil. D’après les prévisions, le basculement vers le fioul lourd devra être effectif vers juin 2017.

Antsa R.

 

L'express de Madagascar171 partages

Golf – Ringer Score – Ony Marchand reste en tête

La multiple championne du Ringer Score BNI Mada­gascar, Ony Marchand, conserve sa position de leader, à l’issue du deuxième tour de ce week-end, à l’Interna­tional Golf club du Rova Andakana. Ony Marchand se trouve en tête du classement chez les dames, avec une carte de 74.Elle est suivie de Nyvoara Raveloarison qui est créditée de 76 points et de Noyon Monique complète le podium avec un score de 86.Du côté des hommes, Hiridjee Djawad s’est imposé devant Sylvain Rabetsaroana, vainqueur du premier tour et Ki Hyeok Nam en rendant une carte de 70. Ces deux derniers ont respectivement fini le parcours avec 70 et 75.Chez les juniors, Tamby Rakotonjanahary, Rick Vallery Rajerison et Gabriel Ravon forment le trio de tête à l’issue de cette deuxième étape. Leur score respectif est de 77, 80 et 82. Le troisième et prochain tour de la version 2017 du Ringer Score est prévu dans un mois, le 19 mars, à Andakana.

S.R.

Midi Madagasikara150 partages

Guerre de leadership au sein du HVM : Forte rivalité entre Rivo Rakotovao et Paul Rabary

L’éventuel « tri Ni… » accentue les rivalités au sein du parti au pouvoir.

Plus l’élection présidentielle de 2018 approche, plus les rivalités internes du parti au pouvoir s’accentuent. Ces rivalités s’aggravent encore ces derniers temps avec les déclarations faites par les tenants du pouvoir qui, en répondant à la communauté internationale sur la nécessité d’une élection inclusive en 2018, préviennent que le « putschiste » (allusion à Andry Rajoelina) et celui qui a déjà fait l’objet de condamnations judiciaires (allusion à Marc Ravalomanana), ne devraient pas être autorisés à se présenter. Et pas plus tard qu’avant-hier, le président de la République en personne, Hery Rajaonarimampianina a laissé entendre que la communauté internationale n’a pas le droit d’interférer dans les affaires internes de Madagascar qui a sa souveraineté.  Autrement dit, le HVM roule pour un nouveau « Ni…Ni… » en 2018. Mais pour que le « coup » réussisse, et pour limiter les dégâts, un troisième « Ni » sera concédé. Ce troisième « Ni… » « exclut » l’actuel président Hery Rajaonarimampianina. Et le « coup » semble marcher car hier, le parti « Marina » (voir article par ailleurs) demande au locataire d’Iavoloha de renoncer à sa candidature à prochaine élection présidentielle.

« Tso-drano ». Au cas où Hery Rajaonarimampianina renoncerait à sa candidature, qui, parmi ces barons du HVM, aura son « Tso-drano » ? Cette question divise actuellement plus que jamais les militants du parti au pouvoir. Au début, l’actuel ministre de l’Education Nationale Paul Rabary aurait été bien placé pour obtenir la bénédiction. D’après nos sources, ce dernier aurait déjà agi dans ce sens étant donné qu’il peut ratisser large grâce au fait que son ministère est présent, même dans les coins les plus reculés de l’île. Ce qui lui aurait valu des suspicions de trahison de la part de certaines figures du HVM. Parallèlement à cette « ascension » du ministre Paul Rabary, la côté de popularité du président national du HVM a chuté auprès du couple présidentiel. Raison pour laquelle Rivo Rakotovao, lors du dernier changement du gouvernement, a perdu sa position de Numéro Deux du gouvernement en tant que ministre d’Etat. Cette disgrâce l’a obligé à faire profil bas pendant un certain temps. On n’a plus entendu  parler de Rivo Rakotovao pendant un certain moment. Mais, soudainement, il a fait son retour en force. Et on le voit partout, au sein du HVM, et aux côtés de Hery Rajaonarimampianina. Serait-il  le candidat de substitution de ce dernier en 2018 ?

Eugène
Midi Madagasikara113 partages

Honoré Rakotomanana : A la tête d’une transition de 4 mois et demi en 2018

Une bataille juridique en perspective entre Honoré Rakotomanana et Jean-Eric Rakotoarisoa.

Le siège du président du Sénat est de nouveau ébranlé par les faucons du HVM qui ne font visiblement pas confiance à Honoré Rakotomanana pour diriger le pays après la démission du président candidat.

« L’élection du président de la République a lieu 30 jours au moins et 60 jours au plus avant l’expiration du mandat du président de la République en exercice », selon l’article 47 alinéa 1er de la Constitution. L’article 48 alinéa 3 de préciser que « le mandat présidentiel commence à partir du jour de la prestation de serment ». Soit le 25 janvier 2014. Le premier tour de la prochaine élection présidentielle devrait donc se tenir le 25 novembre 2018 au plus tôt et le 25 décembre de la même année au plus tard.

Démission. L’article 46 alinéa 2 de stipuler que « le président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste 60 jours avant la date du scrutin présidentiel ». La campagne avant la lettre qu’il mène actuellement laisse présager que l’actuel locataire d’Iavoloha briguera certainement un second et dernier bail de 5 ans. Dans ce cas, il sera tenu de démissionner le 25 septembre 2018 si le scrutin a lieu le 25 novembre ; et le 25 octobre si le rendez-vous avec les urnes se tient le 25 décembre sans que les électeurs s’attendent pour autant au père Noël.

Attributions présidentielles. Si Hery Rajaonarimampianina est candidat à sa propre succession, l’article 46 alinéa 2 de prévoir que « dans ce cas, le président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président ». Autrement dit, c’est Honoré Rakotomanana qui sera à la tête du pays pendant presque 4 mois et demi. En effet, en plus de la vacance de 60 jours consécutive à la démission du président candidat, il faudra compter au moins 1 mois pour la publication des résultats du premier tour et 1 mois également pour la proclamation officielle de l’issue du second tour. Sans oublier les 15 jours de campagne entre les deux tours.

Rapports de force. L’article 46 alinéa 3 prévoit aussi que « dans le cas où le président du Sénat lui-même se porte candidat, les fonctions de chef de l’Etat sont exercées par le gouvernement, collégialement ». Eu égard à son âge, il est improbable que celui qui se trouve actuellement sur le perchoir de la Chambre haute, se lance dans la course à la magistrature suprême. Il dirigera alors « la transition » de 4 mois et demi car compte tenu des rapports de force et des dynamiques sur l’échiquier politique, un « premier tour dia vita » paraît hypothétique. Dans ces conditions, Honoré Rakotomanana a de fortes chances d’ajouter à son riche parcours institutionnel, le titre de chef d’Etat par intérim.

Interprétation. L’éventualité de voir à la barre un ancien collaborateur de l’Amiral rouge ne rassure pas les « cravates bleues ». D’où sans doute la campagne de déstabilisation du président du Sénat, quand bien même ce dernier n’aurait sûrement pas les pleins pouvoirs puisqu’il est quasiment certain qu’avant de démissionner, le président en exercice s’empressera de saisir la HCC aux fins d’interprétation de l’article 46 alinéa 2. Et ce, pour demander particulièrement son avis sur ce que le constituant entend par « attributions présidentielles courantes ». Même si l’avis de la HCC n’a pas de force exécutoire, il faut s’attendre à ce que l’équipe de Jean-Eric Rakotoarisoa limite considérablement la marge de manœuvre du président par intérim car il y va de son maintien à Ambohidahy jusqu’en …2023. Une bataille juridico-politique en perspective en 2018 car en matière de droit constitutionnel, Honoré Rakotomanana n’est pas non plus un …bleu.

R.O

Midi Madagasikara105 partages

Antanimora : Entina amin’ny fiara fitateram-bahoaka ny voafonja

Lehilahy iray mifatotra rojo vy no tazana nandeha fitateram-bahoaka afakomaly. Tokony ho tamin’ny mitatao vovonana dia nisy olona telo niditra tao anatina fiara  mampitohy an’ny 67 ha sy Ankatso teo amin’ ny toeram-piantsonana Anosy akaikin’ny fitsarana. Toy ireo mpandeha rehetra tao anaty fiara dia mandoa saran-dàlana izy ireo, ilay miaraka amin’ny rojo vy sy lehilahy roa izay heverina fa mpanara-dia azy. Gaga sady natahoatra avokoa ireo mpandeha tao anaty fiara nahita izany. Ity tovolahy ity izay sady menamaso no feno ratra teo amin’ny tarehiny. Nisy mpandeha iray nampiaka-peo mihitsy ny amin’ny zon’olombelona. Tsy misy fanajana izany intsony fa samy manao izay tiany ny rehetra hoy ny nambarany. Rehefa nanotaniany ilay mpamily dia nilaza fa tsy vao izao no misy ny tranga toy ity. Sarotra ho azy ireo ny tsy handray azy ireny, tsy afaka mihitsy ny hisafidy izay olona tianay handeha aminay izahay hoy ny nambarany. Efa misy mpiaro manokana hatrany miaraka amin’izy ireny ka tsy tokony hisy hatahorana. Tranga mateti-piseho ihany koa ny fanafarana fiara manokana avy ao amin’ny kaoperativa hiasan’izy ireo hitatitra gadra avy ao Antanimora ho entina hotsaraina eny Anosy. Mipetraka ary ny fanontaniana hoe lasa aiza daholo ireo fiara natokana hitaterana azy ireny.

Kanto R. (Stagiaire)

Tananews104 partages

Hery Rajaonarimampianina inaugure une salle de classe

Sans doute une nouvelle école, un nouvel EPP ?

Non non, une nouvelle salle de classe, parmi celles déjà existantes.

Et quand l’EPP d’Ambodimita installera une nouvelle cuvette de chiottes, on rappellera encore le Président de la République pour couper le ruban ?

Ça en devient pathétique quand on n’a pas beaucoup de zava-bita à son actif. De vrais zava-bita s’entend, à la sauce Marc Ravalomanana.

Madagascar Tribune93 partages

Contribuable malgache : que finances-tu ?

Avec une célérité atypique pour Madagascar, la loi de finances 2017 est promulguée le 28 décembre 2016 pour être publiée dans le Journal Officiel de la République le 02 janvier 2017. L’analyse de ce texte, qui comprend un volet budget et un volet prélèvement (c’est-à-dire dispositions fiscales et douanières), est toujours hasardeuse car étant du domaine de spécialistes, ce que je ne suis pas. Néanmoins, il semblerait que quelques observations concernant notre budget national (comment les recettes qui nous sont prélevées sont dépensées) seraient utiles.

A l’instar des institutions bancaires et financières qui sont obligées par la loi de publier leurs résultats financiers dans les journaux, la publication du budget de l’Etat dans des quotidiens serait un exercice de communication utile à la population. Certes, le tableau récapitulatif du budget englobé à l’article 6 de la loi n°2016-032 est publié dans le Journal Officiel (dont le nombre d’exemplaires imprimés est de 363) et se trouve en ligne sur le site web du Ministère des Finances, avec une version « budget du citoyen » en trois langues. La page 17 du budget du citoyen est particulièrement intéressante.

Nous apprenons alors qu’en 2017, sur un budget national de 6.470.077.792.000 Ariary, les allocations suivantes sont faites : au Conseil de Réconciliation Malagasy 6,345 milliards Ar, à la CENI 11,298 milliards Ar, à la HCDDED : 1 milliard Ar et à la CNIDH : 2 milliards Ar. Il sera intéressant de voir les résultats que nous donneront ces allocations. Et de remarquer que si les organismes constitutionnels ont maintenant une ligne budgétaire propre [1], les collectivités territoriales décentralisées n’en ont toujours pas (alors que l’article 147 2° de la Constitution prévoit qu’une CTD a droit à « la part qui lui revient de droit sur le produit des impôts et taxes perçus au profit du budget de l’Etat »).

Banderole des enseignants grévistes (2015)

Sur ce budget de 6,470 milliards Ar, un peu moins d’un tiers (1,806 milliards Ar) est dédié au solde des fonctionnaires. Comme par le passé, l’éducation nationale pèse le plus lourd en termes de salariat : 550 milliards Ar, suivi par les forces armées (défense nationale : 167 milliards, gendarmerie : 163 milliards Ar ; et sécurité publique (police) : 92 milliards Ar, pour un total de 422 milliards Ar). En troisième position vient le Ministère des Finances (nos chers inspecteurs des impôts, des douanes et du trésor, entre autres) pour 312 milliards. Le dernier grand poste est au Ministère de la Santé pour 163 milliards de solde. Tout autre ministère vient loin derrière, la plupart ne dépassant pas 10 milliards Ar par an en salaires. Si la priorisation des allocations semble refléter les priorités nationales (éducation, sécurité et santé), on doit se demander si on obtiendra un retour satisfaisant sur investissement. Après tout, le budget n’indique pas le nombre de bénéficiaires par institution ou ministère, permettant d’avoir une idée de la « justesse » de ces allocations (en effet, le Ministère de l’Education Nationale, où figurent plus de 80.000 des quelques 110.000 fonctionnaires, a le plus grand solde mais si on calcule par effectif, ça revient à pas grand-chose).

On comprend maintenant pourquoi une demande de 700 milliards Ar (11% du budget national) par la JIRAMA était tout simplement scandaleuse. Mais on se demande aussi si 300 milliards de dépenses (pour achat de diesel ou fuel) est justifié quand on pourrait peut-être construire une ou plusieurs centrales avec ce montant.

Future centrale thermique au fuel lourd Ambohimanambola. Coût global estimé du projet : 38 milliards Ar (source Jirama)

En termes d’investissements en infrastructures, les ministères les mieux lotis sont le ministère des travaux publics avec 486 milliards d’Ariary d’investissements, le ministère chargé de l’agriculture et de la pêche avec 408 milliards, le M2PATE avec 270 milliards, et le ministère de l’énergie avec 139 milliards. Les gros ministères cités plus haut investiront aussi : MFB, Santé et Éducation. Incroyablement, le ministère des télécommunications et du développement numérique n’a aucun budget d’investissement externe. De même, le budget n’indique pas la répartition géographique de ces allocations : les investissements seront-ils concentrés dans certaines zones uniquement ?

L’article 4 de la loi nous indique les sources probables des recettes de l’État, les recettes fiscales et douanières représentant 74% des recettes, avec 18 % venant d’aides extérieurs. 76 milliards Ar viennent de « recettes non fiscales » : s’agit-il des droits et redevances divers payés aux établissements publics tels le BCMM, ARTEC, Pêche, Bois, ainsi que les dividendes payés à l’État par les sociétés à participation publique (Air Mad et JIRAMA étant déficitaires, il reste quand même les sociétés d’assurances, de télécoms, de distribution pétrolière, les organismes comme la CNAPS etc….) Plus de précisions sur ces recettes non fiscales seraient à dévoiler, car du point de vue du secteur privé, déjà le premier taxé, le poids de cette parafiscalité n’est pas non plus négligeable.

Tout cela pour dire que si la loi est l’expression de la volonté générale, et le prélèvement des recettes et leur utilisation requièrent le consentement des gouvernés, en sommes-nous suffisamment informés ? Et surtout, en sommes-nous satisfaits ?

Midi Madagasikara72 partages

FIDA – Madagascar : Bientôt un projet sur les chaînes de valeurs agricoles

Le ministre Rivo Rakotovao lors de la 40e session du FIDA à Rome.

Le secteur agricole demeure encore et toujours le pilier de l’économie de Madagascar

Le ministre auprès de la Présidence, en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao n’est pas rentré les mains vides à l’issue de sa participation à la quarantième session du Conseil des Gouverneurs du Fonds International de Développement Agricole (FIDA)  qui s’est tenue  à Rome du 14 au 15 février 2017.

15 régions

 Un « voan-dàlana »  qui aura son importance pour l’économie nationale puisqu’il s’agit d’un projet sur le secteur agricole. En effet, en marge de cette session, Rivo Rakotovao a eu un entretien avec  Ibrahim Bamba, Chargé de Portefeuille du FIDA, pour le démarrage de l’étude d’un nouveau projet basé sur les chaînes de valeurs agricoles. Il s’agit d’un  projet qui  prévoit d’intervenir dans 15 régions de Madagascar. Un projet qui contribuera à coup sûr à la relance du secteur agricole quand on sait que la FIDA  est une institution spécialisée de l’ONU qui agit comme une banque d’aide au développement ayant pour vocation d’aider financièrement au développement agricole et rural dans les pays en développement et en transition. Il a pour mission d’y combattre la faim, la malnutrition et la pauvreté par l’amélioration des moyens et techniques agricoles et par la création et la modernisation d’activités agricoles ou commerciales en milieu rural, notamment à travers des projets de micro-financement gérés au niveau local, rappelle-t-on.

Gouverneur

Pour en revenir à la 40e session du FIDA, elle a été notamment marquée par l’élection de Gilbert Fossoun Houngbo, ancien Premier ministre du Togo, en tant que 6e Président de l’institution. Kanayo F. Nwanze, Président sortant du FIDA,  a lancé un appel aux gouverneurs et aux chefs de file de développement sur la nécessité de poursuivre l’investissement rural afin que les pays honorent leur engagement à mettre fin la pauvreté et la faim d’ici 2030, pour la réalisation des Objectifs de Développement Durables (ODD). A noter que le ministre Rivo Rakotovao assure également le mandat de gouverneur du FIDA.

R.Edmond.

Midi Madagasikara48 partages

AFT : Théo Rakotovao et Minah pour fêter les 70 ans

Théo Rakotovao et Minah seront à l’affiche de l’AFT.

L’Alliance Française d’Antananarivo célèbre cette année ses 70 ans lors d’un grand concert animé par Théo Rakotovao et Minah le 24 février prochain à l’AFT Andavamamba.

 

Un grand événement se profile à l’horizon du côté de l’Alliance Française d’Andavamamba, qui va célébrer cette année ses 70 ans. Une journée porte ouverte, qui permettra à tout le monde de visiter les locaux et les divers services de l’AFT, sera au programme vendredi prochain. Toute la journée, tout le personnel accueillera les visiteurs et présentera les avantages de l’apprentissage du Français. D’ailleurs, certains d’entre ces fidèles employés seront décorés dans l’après-midi. Et puisque l’Alliance Française est un grand accompagnateur des artistes, toujours derrière eux pour les soutenir dans leurs créations, la soirée se poursuivra par un grand concert gratuit avec deux artistes qui se sont démarqués par leur talent et leur identité culturelle : Théo Rakotovao, qui a déjà été lauréat du Prix RFI Musique, et Minah, finaliste du même concours. Ces deux artistes vont partager les plus belles chansons qui font la fierté musicale de Madagascar. Avant l’ambiance clubbing pour danser jusqu’au bout de la nuit !

Anjara Rasoanaivo

News Mada41 partages

Découverte : un substitut de la vanilline

Un nouveau produit découvert par les Japonais risque de détrôner la vanille malgache. Il s’agit d’un substitut synthétisé à partir de sucre fermenté, conçu par la compagnie japonaise Hasegawa, en partenariat avec sa compatriote Ajinomoto.

D’après les informations publiées par le Financial Times et reprises par l’agence Ecofin, le produit peut parfaitement remplacer la vanille naturelle. Et les tests de l’odorat réalisés ont permis de constater qu’il était presque impossible de le distinguer de la vanille naturelle.

Les concepteurs de ce nouveau produit comptent lancer sa commercialisation pour bientôt. Une nouvelle qui n’enchantera pas certainement la filière vanille malgache qui semble en déclin. Déjà, la qualité du produit engendrée par une récolte prématurée déçoit l’industrie de l’arôme. A cela s’ajoute son prix élevé. Le kilo se vend actuellement à 450 dollars contre 250 à la fin du premier trimestre de l’année dernière.

En effet, si un substitut à la vanille dans la production d’arômes venait à être commercialisé à grande échelle, cela sonnerait le déclin du secteur pour Madagascar. Pourtant, la filière vanille contribue à hauteur de 5% du PIB malgache. La Grande île fournit à elle seule 80% de la production mondiale de vanille.

Arh.

 

Tia Tanindranaza41 partages

Boaderozy tratra tany Cap MasoalaNafenina ny marina ?

“Raha mbola eto ny tenako, dia tsy hanaiky aho ary tsy maintsy hisy ny fanasaziana. Tazoninareo amin’ny teniko aho…”.

  Anisan’ny tenin’ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly omaly teny Mahazoarivo io raha nitafa fohy tamin’ny mpanao gazety izy. Ilay raharaha bolabolana boaderozy 341 tratra tao anatin’ny sambo Lumina tany amin’ny Cap Masoala no resaka eto. Hentitra ny lehiben’ny governemanta : “misy olona mpanambola be mety hosamborina amin’io raharaha io ary tsy hihemotra ny governemanta…”. Tsy nisalasala ny tenany nilaza fa hampahafantarina ny rehetra amin’ny antsipirihany sy amin’ny fomba mangarahara ny fanadihadiana momba iny raharaha iny. Mazava tsy misy ampiana intsony izay fanambarana izay ary midika zavatra betsaka ary tena manaporofo fa misy ny manao lava tanana any ambadibadika ka mikasa ny hanao “intervention”. Etsy an-kilan’izay anefa, re ihany koa fa mitady ho maty an-javony ny fanadihadiana momba ity raharaha ity satria tena mandaitra tokoa ny tsindry bokotra koa na ny faratampony amin’ny manampahefana eto amin’ny firenena aza dia sahiran-tsaina. Herinandro tokoa izay no dila fa tsy mbola nisy tatitra na ny faran’izay tsotra aza nivoaka avy amin’ireo manao ny fanadihadiana dia ny komandin’ny zandarimariam-pirenena sy ny tale jeneralin’ny polisim-pirenena. Sarotra anefa ny hino fa hoe tsy nahafantatra zava-baovao mihitsy izy ireo. Sa ve tena niato tokoa ilay fanadihadiana ? Tsy atao mahagaga raha somary nahery fomba fiteny ny praiminisitra omaly ny amin’ny tsy maintsy hipoiran’ny marina, satria mahafantatra tsara ny asa be natao tamin’ny nanatrarana ny sambo Lumina teny afovoan-dranomasina izy, ary henatra lehibe ho azy ny fahanginan’ny fanadihadiana ary mety tena hanala baraka azy tanteraka sy hanala azy amin’ny toerany mihitsy aza.

RTT

Midi Madagasikara41 partages

MAPAR : Halte à l’acharnement politique

Les leaders du MAPAR dénonce « une énième non-respect de la loi par le régime ».

Le bureau politique du parti « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR) sort enfin de son mutisme par rapport à l’affaire Lylison René de Roland. Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à Ambodivona, les parlementaires MAPAR ont condamné ce jugement assorti d’un mandat d’arrêt à l’audience. « Aucun acte de déstabilisation n’a impliqué le Sénateur élu à Mahajanga. Il n’a pas non plus appelé la population tananarivienne à descendre dans la rue. Face aux problèmes de corruption, à l’inflation généralisée, à l’insécurité grandissante et à toutes les difficultés subies au quotidien par la population, l’ancien Directeur de la Force d’Intervention Spéciale a simplement appelé la population à rester dans leur foyer pour réfléchir sur la situation sociopolitique du pays ». Du côté d’Ambodivona, l’on considère le procès qui s’est tenu mardi dernier dans la salle numéro 2 du tribunal de première instance d’Anosy comme « une énième non-respect de la loi en vigueur par les tenants du régime HVM ». Le procès a été organisé en catimini, ou enfin presque. Personne n’a été avisée, ni le Sénateur Lylison René de Roland, ni son avocat, ni ses proches. Pour le bureau national du MAPAR, « cette décision de Justice ne fera qu’attiser la tension politique, sociale et économique. En tout cas, elle n’apportera pas l’apaisement ». Hier, les politiciens pro-Rajoelina ont exhorté les tenants du régime HVM à mettre fin à l’acharnement politique contre les opposants. L’annulation de la condamnation du Sénateur Lylison René de Roland est également réclamée. « Le régime devrait plutôt fournir plus d’efforts pour trouver des solutions aux problèmes vécus au quotidien par la population », a-t-on martelé.  

Davis R

Midi Madagasikara40 partages

Lozam-piarakodia Anjozorobe : Napetraka ny tsangambato fahatsiarovana

Nahatsiaro manokana ireo ain’olona 47 nafoy tamin’ilay lozam-piarakodia nahatsiravina tany Anjozorobe ny faritra Analamanga omaly tamin’ny alalan’ny fametrahana tsangambato. Napetraka izany mba hitondra tadidy sy tsy hanadinoana ireo namoy ny ainy sy ireo nitondra takaitra ary ireo roa mbola tavela any amin’ny hopitaly  hoy ny minisitry ny fitaterana sy ny famatarana ny toertr’andro  tamin’ny lahateny fohy izay nataony. Mbola tsy afaka ao an-tsain’ny mponina any an-toerana ny loza nahafatesana olona marobe ity.  Mpandeha 24 moa no velon’aina soamantsara tamin’ity loza nitranga ny asabotsy 28 janoary lasa teo, ny roa izay mbola tavela any amin’ny hopitaly noho ny fahatapahan’ny tanan’izy ireo ka mila ny fanaraha-maso manokan’ny mpitsabo.  Nitondra takaitra ara-batana sy ara-tsaina ireo avotra soamantsara tamin’izany, nisy ny nihitsana nify sy vaky vava, ao koa ireo mizaitra  loha. Rangahy iray anisan’ireo mbola velona no nilaza fa tsy mbola afaka mampiasa herim-batana mihitsy hatreto noho ny tratrany sy ny lohany samy voa mafy. Ity fitokanana tsangambato ity moa dia nialohavana fiombonam-bavaka niraisam-pinoana nentina hanomezana hery ny fianakavian’ireo niaram-boina sy hanairana ny sain’ny rehetra mba ho samy tompon’andraikitra. Ny faritra Analamanga moa no nandray an-tanana ireo rehetra niharam-boina tamin’ny fanampiana sy fitsaboana teny amin’ny hopitaly, ary tamin’ny fijerena ireo fianakaviana tavela. Manana adidy samy hanaja ny fepetran’ny fifamoivoizana ny isam-batan’olona hoy Ravomanana Vincent, sekretera jeneraly faritra Analamanga. Tonga nanatrika ity  fitokanana tany an-toerana moa ny minisitry ny rano, fanadiovana sy fidiovana sy ny minisitry ny fahasalam-bahoaka ary ny minisitry ny fitaterana sy famatarana ny toetr’andro niaraka tamina solombavam-bahoaka sy loholona maro ary olom-panjakana maro teny an-toerana.

Kanto R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara40 partages

Parti Marina : Appel au renoncement de Rajaoanarimampianina à la présidentielle de 2018

Présentation de vœux du parti Marina, hier, à la Villa verte, à Ambatomirahavavy. Lors de cette cérémonie, ce parti présidé par Fanjava Refeno n’a pas manqué de parler des affaires nationales. Il estime ainsi que le président en exercice Hery Rajaonarimampianina devrait  se contenter du rôle de Raimandreny pour la prochaine élection présidentielle. Soit un appel au renoncement de Rajaonarimampianina à la présidentielle de 2018. Selon le coordinateur national, « nous ne sommes pas contre sa candidature, seulement cela pourrait avoir des conséquences imprévisibles voire même graves pour le pays. Mieux vaut prévenir que guérir ». Les différents intervenants n’ont pas manqué aussi de souligner la situation déplorable dans laquelle vit la majorité de la population. Ils ont cité notamment la flambée des prix, le pouvoir d’achat qui ne cesse de dégringoler et la vindicte populaire. En outre, « Marina » qui se dit parti d’alternance va aligner des candidats aux prochaines échéances électorales notamment la présidentielle de 2018.

Dominique R.

Midi Madagasikara39 partages

Hjra : Olona roa maty namono tena omaly

Ny iray tovovavy ary ny faharoa raim-pianakaviana. Ny nampitovy ny tranga dia samy olana ara-pitiavana avokoa no nanosika azy ireo handray ny fanapahan-kevitra tsy azo niverenana dia ny famoizam-po izany. Samy omaly avokoa izy ireo no maty rehefa natao ny fialàna nenina rehetra. Ilay tovovavy izay mipetraka eny Manakambahiny dia nihinana fanafody marobe mba hoentiny hamonoana ny tenany. Efa reraka izy no tonga teny amin’ny toeram-pitsaboana ary tsy nahatsiaro tena intsony. Natao avokoa ny famonjena rehetra ka iray andro taorian’izany, omaly antoandro, no namoy ny ainy izy. Mbola tanora ary tsy manambady ity olona nodimandry ity. Ny faharoa indray dia omaly maraina no tonga tao amin’ny hopitaly ary efa reraka ihany koa. Io indray dia lehilahy 38 taona efa manambady. Notsatohany antsy ny tendany. Izany no nitarika ny fahaverezan-drà sy ny fahatapahan’ny lalan-drivotra mankany amin’ny taova. Ny harivan’ny omaly no namoy ny ainy ihany koa na teo aza ny fomba rehetra nataon’ny mpitsabo entina nanavotana azy. Raha ny fanazavana tsotsotra azo dia tao anatin’ny hamamoana no nanatontosan’ity lehilahy ity ny famonoan-tena. Mahavariana ihany anefa ny fahasahiany, satria vitsy ihany ny olombelona sahy hanapaka ny tendany izany. Andro iray, olona roa no maty namono tena. Misy ary tena misy ny famoizam-po izay matetika dia antony roa hatrany no tena mitarika amin’izany. Ny voalohany ny dia ny olana ara-pitiavana ary ny faharoa kosa dia olana mitambesatra be loatra ho an’ilay olona. Misy ireo izay tsy mahaloa trosa, ny olona matahotra ny higadra sns… dia aleony mamono ny tenany. Any ivelany dia mandray andraikitra avy hatrany ny olona manodidina sy akaiky ny olona ahiana hamono tena ary mampandre mpitsabo na manam-pahefana raha vao misy fitondran-tena miova na mampiahiahy. Resahin’ny mpitsabo sy ny manam-pahaizana amin’ny fanarenana ara-tsaina ilay olona ary avy amin’izany no handresen-dahatra azy tsy hamono tena. Midika izany fa avy eo amin’ny fiaraha-monina misy azy ihany no mety ho vahaolana.

D.R

Tia Tanindranaza34 partages

GovernemantaMiady an-trano ny HVM

Araka ny loharanom-baovao iray, dia tsy mifankahazo ny minisitra miisa 3 ao anaty governemanta, kanefa samy olon’ny HVM avokoa.

Re mantsy fa tezitra amin’i Paul Rabary, minisitry ny fanabeazam-pirenena ireo mpikamban’ny governemanta sasantsasany. Aniisan’ny voatonona ny minisi-panjakana misahana ny fambolena sy ny fiompiana sady filoha nasionalin’ny antoko HVM Rivo Rakotovao sy ny minisitry ny fahasalamana, Pr Mamy Lalatiana Andriamanarivo. Miady samy ho te ho lohany izy ireo, ary ny tena maha romotra ireto farany, dia voalaza fa mety ho kandida filoham-pirenena i Paul Rabary. Manana tombondahiny kokoa i Paul Rabary satria sady olona nianteheran’ny filoham-pirenena fony izy nirotsaka filoha, ary tsy mbola nihetsika teo amin’ny toerana maha minisitra azy mihitsy. Tsy mbola nisy ny fanambarana ofisialy ny haha kandida azy saingy  tsikaritra ny fihetsiketsehana madinika ao amin'ny departemanta fa efa mamofompofona fampisongadinana ny tenany. Tahaka ny resaka fanamiana manokana (T Shirt sy polo) misy sainam-pirenena, ohatra. Efa niara-niasa tamin'i Edgard Razafindravahy i Paul Rabary tamin’ny taona 2013, saingy nivadika tany amin’i Hery Rajaonarimampianina avy eo. Na dia mafimafy ihany aza ny fanakianana mahazo azy sy ny minisitera tantaniny dia hita fa mailo sy malina ka tsy mba be resaka i Paul Rabary fa efa manana ny kajiny izy, hoy ny mpanara-baovao politika. Manampahaizana momba ny fiarahamonina ity minisitra ity, zanaka solombavambahoaka teo aloha ary mahafantatra tsara ny tontolo politika eto Madagasikara sy ny foto-pisainan'ny Malagasy. Mety manaitra ny hambom-pony izany ka haha kandida filoha azy. Tsy ho mora anefa ny lalana satria tsy hitazam-potsiny ry manga kravaty, ary izao efa hita izao sahady ny tsy fifankahazoana.

Toky R

 

Midi Madagasikara31 partages

Changements climatiques : La gestion intégrée des zones côtières pour y faire face !

La gestion des zones côtières en promouvant l’adaptation aux changements climatiques constitue l’un des moyens pour faire face à la situation actuelle.

L’adaptation des vies de la population constitue l’un des meilleurs moyens mis à disposition pour faire face aux effets des changements climatiques. Ces derniers touchent, en effet, aussi bien les zones côtières que les hautes terres. Une situation qui a pu permettre la mise en place de différentes mesures telles que le Projet d’Adaptation de la gestion des Zones Côtières ou PAZC. Tenant compte de l’amélioration des écosystèmes et des moyens de subsistance, ledit projet intègre « les volets changements climatiques dans les stratégies et plan d’action national de la Gestion intégrée des zones côtières ».  Une façon pour le PAZC d’adopter une approche de développement pour une meilleure résilience dans les quatre zones d’interventions que sont : Atsinanana, Boeny, Menabe et Vatovavy Fitovinany.

Avancée. La signature du protocole entre le ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts et le Comité National de Gestion des Zones Côtières (CNGIZC), hier, constitue un grand pas dans l’optique de réalisation de la politique nationale de la gestion intégrée des zones côtières. Ladite politique ne pouvant être faite sans le Plan d’Action National de la Gestion Intégrée des Zones Côtières. Ledit plan actuellement obsolète et dont la mise à jour constitue l’objectif de la collaboration entre les deux entités.

José Belalahy

Midi Madagasikara27 partages

Tarif des taxi-be : Ar 500 officiellement, Ar 400 « officieusement »

Pas de retour en arrière. L’UCTU (Union des coopératives de transport urbain) maintient mordicus sa décision d’augmenter le prix du ticket de taxi-be à Ar 500. Quitte à renoncer aux compensations proposées par le ministère du Transport qu’ils estiment ne pas être une solution viable puisque versées au compte-goutte. Si le président de l’UCTU, Bernardin Andriambinintsolomora vient de renforcer, cette semaine, la décision de l’union de coopératives de maintenir le tarif révisé, sur le terrain, il s’avère que nombre de taxi-be appliquent en majorité l’ancien tarif de Ar 400, mais de manière « officieuse ». En effet, en dépit du tarif de Ar 500 annoncé par les receveurs en début de circuit, il n’est pas rare de les voir, quelques minutes plus tard, accepter discrètement les deux billets de Ar 200 tendus par les usagers, notamment s’il ne s’agit pas d’un trajet de primus à terminus. En revanche, les taxi-be qui ont décidé ne pas s’aligner sur l’UCTU et maintenu leur tarif à Ar 400, soulignent sur des affichettes mises bien en évidence sur les portières, ne plus pouvoir appliquer les tarifs réduits pour les courts trajets. Ainsi, le tarif à Ar 500 peine à être appliqué sur certaines lignes. 

Hanitra R.

News Mada26 partages

Trafic de bois de rose : quatre nouvelles arrestations à Antalaha

L’enquête concernant la toute récente affaire de bois de rose poursuit son cours. Une série d’arrestations ont eu lieu.

Moins de trois semaines après la découverte du pot aux roses, les enquêteurs de la Compagnie territoriale de gendarmerie d’Antalaha poursuivent leurs investigations. D’après les dernières nouvelles, l’on sait que les gendarmes venaient de procéder à l’arrestation de quatre autres suspects, des habitants d’Ampanavoana.

Grâce à des témoignages anonymes, ils ont en effet réussi à mettre la main sur une partie de ceux qui ont été payés pour déterrer les quelque 200 rondins de bois de rose saisis et stockés dans sept fosses à Ifaho, commune de Vinanivao, district d’Antalaha. Les recherches se poursuivent en vue de mettre la main au collet de tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire. Parmi ces derniers figureraient les deux anciens propriétaires de cette quantité de bois de rose, à savoir le nommé Bernard Nafompona et une femme. Tous deux sont actuellement en cavale.

Selon des indiscrétions, Bernard Nafompona aurait fait un déplacement dans la capitale pour un contrôle médical dans une clinique privée mais les gendarmes venus l’interpeller sont rentrés bredouilles. Il aurait également déjà fait savoir qu’il allait se rendre de son plein gré aux enquêteurs mais jusqu’à présent, il demeure introuvable. Celui qui s’est porté garant de lui a été arrêté.

L’arrestation de ce dernier ainsi que les quatre habitants d’Ampanavoana porte donc à neuf le nombre des personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire de Vinanivao. Quatre membres de l’équipage du bateau «Paprika», appartenant à Bernard Nafompona, ont déjà été appréhendés.

Affaire Lumina

Par ailleurs, l’enquête menée par des enquêteurs après l’arraisonnement du bateau «Lumina» se poursuit également. Très peu d’informations sont disponibles sur cette affaire. Selon des sources convergentes, une équipe d’enquêteurs mixtes de la présidence se charge de ce dossier à la fois délicat et complexe. Lors d’une rencontre avec la presse, le Premier ministre a indiqué laconiquement hier que l’armateur de ce bateau vient également d’être arrêté.

Les observateurs affirment que ces deux affaires sont étroitement liées. Selon les explications, les bois de rose saisis à Antalaha ont été déterrés avant d’être embarqués à bord du bateau «Lumina». Toutefois, aucun élément tangible ne permet de confirmer ni d’infirmer cette allégation.

Mparany

 

News Mada26 partages

Maevatanana : attaque chez un ancien ministre

Les dahalo ne reculent devant rien. Pas plus tard que dans l’après-midi de dimanche, ils ont osé s’en prendre à l’enclos d’un ancien ministre de la Défense de l’époque de la Transition, en la personne du général Noël Rakotonandrasana.

Ils étaient six individus, équipés de fusils de chasse et d’armes blanches, à avoir perpétré ce coup à la fois hasardeux et périlleux.

L’attaque a eu lieu aux alentours de 17 h au village de Bemangotraka Mahazoma. Avec aplomb, les bandits de grand chemin se sont emparés d’une soixantaine de têtes de zébus avant de quitter le village sans la moindre inquiétude. L’on sait en effet que les villageois et la victime n’ont pas opposé de résistance.

Quoi qu’il en soit, ils ont donné l’alerte et sans tarder, les habitants des villages avoisinants se sont organisés pour porter assistance à la victime. Des éléments de la Brigade de gendarmerie de Maevatanana et du poste avancé de Mahazoma leur ont prêté main-forte. A la tombée de la nuit, ils ont commencé à gagner du terrain. A la vue de leurs poursuivants, les bandits ont décidé d’abandonner la partie et laissé leur butin sur place. Aucun accrochage n’a eu lieu. Les zébus ont été restitués à leur propriétaire.

Mparany

L'express de Madagascar26 partages

Bois de rose saisis à Masoala – Le propriétaire de « Lumina » appréhendé

Le Premier ministre a annoncé que le propriétaire du navire « Lumina » a été appréhendé. Il indique aussi que de « riches » personnalités sont dans la ligne de mire.

Arrestation. Solonandrasana Olivier Maha­faly, Premier ministre, en a fait l’annonce hier. Il s’agit de « l’arrestation du propriétaire du navire Lumina ». Ce bateau arraisonné au large du cap Masoala, le 5 février, avait à son bord « 340 rondins de bois de rose ». À son arrivée au port de Toamasina, le 10 février dernier, avec comme comité d’accueil, une délégation gouvernementale, le locataire de Mahazo­arivo avait indiqué que « Lumina » appartiendrait à la société « Tsaralaza », basée justement dans ville du Grand port. À part les douze hommes présents à bord, aucune information n’a été donnée, ce jour-là, sur une toute autre arrestation.C’est en marge d’une cérémonie de signature d’accord de collaboration entre le ministère de l’Intérieur et la Caisse nationale de prévoyance sociale, hier à Mahazoarivo, que le chef du gouvernement a annoncé que « le propriétaire » du navire arraisonné a été arrêté. Ni le moment de l’arrestation, ni l’identité de l’accusé n’ont été, toutefois, révélés. Il est probable, cependant, qu’il s’agisse du dépositaire de la société « Tsaralaza ».Devant les journalistes, le numéro 2 de l’Exécutif a juste martelé la volonté étatique de mener à terme ce dossier concernant les bois de rose saisis au large de Masoala. « Tenez-moi aux mots, en tant que chef du gouvernement, je vous assure que ceux qui sont impliqués dans cette tentative d’exportation illicite seront sanctionnés de manière exemplaire », a-t-il déclaré.

Des richesOutre l’arrestation du propriétaire de « Lumina », le Premier ministre a lancé l’éventualité que de « riches personnalités » soient aussi appréhendées dans le cadre de cette affaire. Là encore, motus, en ce qui concerne l’identité de ceux qui sont dans le collimateur des autorités étatiques. Cela, probablement, pour respecter le principe de la présomption d’innocence, ou encore du secret de l’instruction.Seulement, Solonandra­sana Olivier Mahafaly a soutenu hier que « la transpa­rence » sera de mise dans le traitement de cette affaire, et que toutes les étapes seront communiquées à la presse. Ce qui pourrait être une manière de protéger les enquêteurs des « tentatives d’intervention », dont l’existence a été révélée hier, ou encore de corruption. Des sources parlent de proposition de pots de vin allant jusqu’à « plus de 10 milliards d’ariary » à de hautes personnalités.Malgré la volonté de transparence affirmée par le gouvernement, il semble qu’il y ait des « non-dits » dans le dossier de bois de rose saisis au cap Masoala. Au début de la révélation de l’affaire à la presse, « la détention provisoire d’une dame connue et influente » a été dite par des sources avisées. Une information tue par les communications officielles. Reste donc à voir l’évolution du dossier que l’Exécutif semble vouloir suivre pour être la concrétisation de sa volonté politique de lutte contre le commerce illicite des ressources naturelles, notamment le bois de rose.Une partie de l’opinion publique souhaiterait pourtant que cette fermeté et cette détermination soient également reportées sur des affaires antérieures, où de gros bonnets déjà appréhendés et placés sous mandat de dépôt, comme Bekasy Johonfrince peuvent gambader sans crainte aujourd’hui, sans qu’aucune décision de justice n’ait été rendue. Pareillement pour le rapatriement des bois de roses saisis dans les ports étrangers, à l’exemple des 30.000 rondins à Singa­pour.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara25 partages

Vendredi joli

# Liantsoa Mahatozo au resto lounge Ladobo Ankorahotra. Non, son horizon musical ne se limite pas au r’nb. Et sa carrière ne se traduit pas seulement par « Isa roa telo ». Depuis peu, la jeune femme investit la scène en tant que Liantsoa, avec ses musiciens. Ceux qui ont déjà eu l’occasion de la voir ont pu apprécier son talent d’interprète et de chanteuse. Jazz, soul… elle joue sur tous les registres. D’ailleurs, ce soir, elle va faire preuve d’éclectisme et de diversité.

Melky

# Melky, Lucia Ndondolah à l’espace Nambinintsoa. Deux évènements pour le prix d’un ! Ce soir, Melky va partager la scène avec son cousin Ndondolah. Le chanteur, bien évidemment, sera accompagné de sa complice : Lucia. Les deux groupes vont se relayer mais il se pourrait également qu’ils chantent la même chanson. Mais cela, seuls ceux qui seront au rendez-vous le sauront !

# Bim Tommy : funky spirit à Ambatobe. Oui, ils reviennent chaque mois, mais leurs inconditionnels ainsi que les habitués de l’In Square ne se lasseront jamais de les retrouver sur scène. Avec Bim Tommy, l’ennui n’est jamais au rendez-vous. Les deux compères trouvent toujours le moyen de pimenter la soirée et de mettre de l’ambiance. Ce soir, ce sera encore certainement le cas avec un répertoire très éclectique dans lequel figurent funk, soul, rythm n’blues et latino.

# Walking jazz avec Brenda quintet au Louvre. Connue ? Elle ne l’est aucunement. D’ailleurs, les musiciens qui vont l’accompagner ne sont pas plus populaires mais c’est justement le but de l’évènement. Mettre sous les feux des projecteurs des artistes qui ont du talent mais qui peinent à se faire connaître ou qui sont appréciés des mélomanes mais ne se produisent qu’en underground, c’est justement l’objectif principal de l’évènement. Pour sa 28e édition, c’est Brenda qui sera donc sur le devant de la scène. Le public pourra la découvrir en quintet, au Louvre Antananinarenina.

# Olombelo Ricky au Piment Café. Pour les inconditionnels du chanteur, c’est toujours un évènement. Oui, l’interprète de « Mbola zaza » compte une trentaine d’années de carrière à son actif mais entre lui et ses fans, c’est toujours le grand amour. Pour continuer d’entretenir la flamme, le chanteur, de temps en temps, retrouve ses fans lors d’une soirée conviviale avec de la bonne musique à volonté, comme ça va certainement être le cas ce soir, au Piment Café.

# Francis Turbo au CCEsca. Il s’est préparé depuis des semaines. Ce soir, Francis Turbo va retrouver ses fans pour sa traditionnelle représentation au CCEsca, à partir de 19 heures.Mahetsaka

Midi Madagasikara21 partages

Un chemin ardu pour le Président avant 2018

Le chemin qui mène à l’élection présidentielle de 2018 semble particulièrement ardu pour le président Hery Rajaonarimampianina. Les embûches qui se dressent devant lui sont de plus en plus nombreuses et pourtant, il fait comme si une voie royale s’ouvrait devant lui.

Un chemin ardu pour le Président avant 2018

L’équipe qui entoure le chef de l’Etat se veut particulièrement rassurante quand elle évoque cette élection présidentielle de 2018. Jusqu’à présent, en effet, aucun mouvement de contestation n’a inquiété le régime. Le délestage qui a provoqué le mécontentement de la population a été maîtrisé après les pluies abondantes de ces derniers temps. Néanmoins, le malaise qui régnait n’a pas été pour autant dissipé. La rentrée médiatique d’Andry Rajoelina l’a même accentué. La condamnation du sénateur Lylison a été ressentie par l’opinion comme une tentative d’intimidation plutôt maladroite. La réponse du MAPAR, mesurée dans la forme, mais très critique sur le fond, donne à ce parti un poids que le pouvoir ne peut pas négliger. Le HVM , qui règne pour l’instant sans partage, est un colosse aux pieds d’argile. Les dissensions en son sein ne peuvent plus être masquées. La guerre de « leadership » comme nous le titrons aujourd’hui montre que certains barons du parti HVM se préparent au cas où le chef suprême renoncerait à se présenter à l’élection présidentielle de 2018. Cette hypothèse n’est pas irréaliste car la stabilité du régime n’est pas assurée. Les appels au renoncement de Hery Rajaonarimampianina se font de plus en plus pressants. Pour l’instant, il ne s’agit que d’une éventualité et les partisans de ce dernier font tout pour asseoir l’image d’un dirigeant sûr de lui, se préparant sereinement à cette échéance de 2018. Les déclarations faites lors des déplacements en province sont censées redonner du crédit à son image d’homme d’Etat. Rien n’est pourtant moins sûr car cette image est brouillée par ce que l’on constate réellement sur le terrain.

Patrice RABE

Midi Madagasikara21 partages

Tapatapany

#-Anosizato. Epp voaroba, lasa ny vilany. Sekoly fanabeazana fototra iray teny amin’iny Anosizato Andrefana iny no nisy nandroba ny alin’ny alarobia hifoha alakamisy lasa teo. Araka ny fanazavana nomen’ny zandary, avy tamin’ny fitairanana azon’izy ireo dia lakozia io nisy namaky io ka ny vilany be fandrahona ny sakafon’ny mpianatra no nobatain’ireo olon-dratsy. Efa manao ny fanadihadiany moa ireo mpitandro filaminana.

Nangonin’i m.L

Tia Tanindranaza20 partages

Fanamelohana an’i LylisonFoano hoy, ny Mapar

Tsy ara-dalàna fa tsy nahazoan’ny voapanga na ny mpisolovavany fampiantsoana akory ny nanaovana ny fitsarana ny Loholon’i Madagascar, Lilyson René de Rolland, hoy ny vondrona Mapar nivoaka tamin’ny fahanginany omaly teny Ambodivona.

 Mitaky ny hanafoanana ny didy fanamelohana nomen’ny fitsarana an’ity loholona ity ry zareo ary mitaky ihany koa ny hampitsaharan’ny fanjakana ny antsojay ataon’ny fitondram-panjakana amin’ireo tsy mitovy hevitra amin’izy ireo fa tsy mitondra any amin’ny fitoniana marina eto amin’ny firenena izany fa vao mainka mandatsaka ny Malagasy anaty lavaka mangitsokitsoka efa iainany ankehitriny.

Ntsoavina Evariste

Midi Madagasikara19 partages

Intermédia : Midi fête son trophée

La photo de famille avec Mme Juliana Andriambelo au milieu vêtue d’un ensemble bleu aux couleurs de Gazetiko.

Une retrouvaille familiale. Pour fêter sa victoire en basket-ball, au tournoi sportif intermedia organisé par l’Ordre des Journalistes de Madagascar (OJM), l’équipe de Midi Madagasikara s’est rassemblée hier dans les locaux du journal à Ankorondrano. Une fête assistée par le DG, Juliana Andriambelo et tout le personnel. Le groupe Gasy Mihanta a assuré l’animation au grand bonheur  de la grande famille de Midi.

T.H

Midi Madagasikara19 partages

Insalubrité de l’eau : Cause de 35% des diarrhées chez les enfants en bas âge

Des efforts, « actions » doivent être entrepris pour faire bénéficier tous les malagasy de l’eau potable.

A l’ère du troisième millénaire, l’accès à l’eau potable reste encore difficile pour les Malagasy, surtout pour ceux habitant les zones enclavées.

35%. C’est le taux national d’accès à l’eau potable enregistré dans la Grande Ile actuellement. Un taux tristement faible lorsque l’on sait que les ressources en eau du pays sont encore inépuisées et permettent d’assurer les besoins de la population. En effet, d’une région à l’autre du pays, le manque d’eau figure toujours parmi les problèmes récurrents enregistrés. Une situation qui se manifeste également par l’insuffisance des infrastructures relatives à l’adduction d’eau potable. Les nombreux cas du Sud (Est et Ouest) en sont de bonnes illustrations. Notamment dans les régions Melaky et Atsimo-Atsinanana où le taux d’accès à l’eau potable reste le plus bas enregistré actuellement. Une situation handicapante malgré les efforts menés par les différents acteurs (gouvernement, organisations de la société civile, simples citoyens) pour faire bénéficier les populations malagasy de l’eau dite potable. Car 35% des diarrhées enregistrées chez les enfants en bas âge sont dues à la mauvaise qualité de l’eau. Ce sont là les propos du ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène Rolland Ravatomanga hier lors de l’atelier de validation des résultats de l’Etude GLASS ou Analyse et Evaluation de l’Eau Potable, de l’Assainissement et de l’hygiène à l’hôtel Colbert Antaninarenina. « Mise en œuvre par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en collaboration avec le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène, ladite étude vise à faire le suivi des ressources humaines et de financement ainsi qu’à déterminer l’environnement favorable requis pour appuyer les systèmes et les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) ».Elle voudrait également « mettre lesdites ressources à la disposition de tous, et en particulier des catégories de personnes les plus vulnérables ».

Garantie. La place de l’eau dans la santé n’est plus à démontrer. Dans ce cadre, l’étude GLASS insiste sur la nécessité d’apporter une attention particulière sur les financements du secteur WASH, notamment dans l’augmentation desdits financements. Ce que Rolland Ravatomanga, dans son allocution, a martelé selon laquelle «  le financement est l’aspect le plus important de toute planification sectorielle mais aussi un facteur de progrès pour toutes les autres dimensions. Le GLASS opère son suivi ».Si le ministre Rolland Ravatomanga a affirmé que la situation actuelle est due au manque d’atelier et de concertation, ne serait-ce-pas plus intéressant de mettre en œuvre tous les acquis de ces réunions, ateliers et conférences déjà effectués ? L’heure n’est-il pas à l’action ?

José Belalahy

News Mada18 partages

Albert Rabearifeno : «Nous devons respecter notre philosophie et notre culture»

Au mois de décembre dernier, Albert Rabearifeno, connu sous le nom de plume Yoki Be Ram’s, vient de sortir un nouveau livre intitulé « Iza moa aho, ianao, isika ? » traduit librement par qui suis-je, qui êtes-vous et qui sommes-nous ?. Intéressant, selon certains artistes et chercheurs, cet ouvrage dévoile quelques secrets de la philosophie malgache, certains points intéressants, à savoir sur le peuple malgache ainsi que sur le pays.

«Certains us et coutumes sont méconnus»

* Les Nouvelles : De quoi parle-t-on dans ce livre ?

– Albert Rabearifeno : Edité par Namaskarmada, il parle surtout du peuple malgache et de son pays. Le corps, l’esprit, l’âme, la culture…  Tout ce qui définit l’homme en général. Comme le dit le proverbe «Zaza fito tsy mahafehy trano, fa ny fanahy fito no mahafehy trano» ou c’est l’esprit qui fait l’homme. En effet, il résume cette philosophie malgache qui dit «Ny fanahy no maha olona». Bref, cet ouvrage explique surtout quelques bases spirituelles qui gouvernent chaque Malgache et son pays.

* Par rapport aux autres livres qui parlent de la philosophie malgache, certains artistes, comme Olombelo Ricky, trouvent un intérêt spécifique dans ce nouvel ouvrage. Pourquoi ?

– Au fait, à part cette philosophie, je décortique en quelque sorte les caractéristiques de chaque ethnie qui se trouve à Madagascar, une sorte d’anthropologie des Malgaches. De ce fait, certains us et coutumes qui sont encore méconnus du grand public sont présentés dans ce livre. Beaucoup  restent encore mal exploités et qui méritent pourtant d’être partagés, communiqués pour le bon fonctionnement de la société malgache. La culture est importante, mais malheureusement, elle est assez négligée dans notre pays parce que nous sommes attirés vers les autres cultures, comme celle de l’Occident, par exemple, qui ne rime pas avec la nôtre. Bref, j’ai déjà écrit d’autres livres, mais il est aussi difficile de les éditer.

* Quels seront les sujets de votre prochain livre ?

Comme je le disais, j’ai déjà plusieurs manuscrits établis. Cependant, j’aimerais surtout éditer le prochain livre sur le «rontany». C’est-à-dire je voudrais partager des coutumes malgaches sur la vie familiale, l’architecture… Tout ce qui touche un foyer. Comme la médecine de l’habitat, les étrangers ont leur propre croyance. Au Japon, un pays très développé, tous les Japonais suivent le Feng Shui. A Madagascar, cette croyance est ignorée, peut-être parce que personne ne la véhicule. Ce prochain livre aide surtout chaque famille qui projette de construire un foyer, qui désire avoir de bonnes ondes positives chez elle, acquérir une bonne santé… Mon objectif est toujours d’aider, autant que possible, les Malgaches à se retrouver dans leur culture d’origine parce que pour se développer et pour avancer, nous devons respecter notre propre philosophie et notre culture.

Ses œuvres

– «Lemorio nosin-dambo»

– «Masina sy mananjina ny teny sy ny tanindrazana malagasy»

– “Boky fianarana lahabolana”

– “Hainteny sy fitsipiky ny teny Malagasy”

– “Filozofia sy fitiavam-pahalalana amam-pahendrena”

-“Boky fiofanana ho mpampianatra”

– “Boky fito lehibe mahakasika ny fandrosoana sy ny fampianarana ny toetry ny olona ara-panandroana”

– “Bokin’ny tantsaha”

– “Boky fampiasa amin’ny haitsabo nentim-paharazana”

“Iza moa aho, ianao, isika?”

Qui est-il ?

Albert Rabearifeno est un écrivain et un remarquable astrologue. Il est un membre fervent de l’association «Tsy misara-mianakavy», composée de plusieurs intellectuels et surtout de défenseurs de la culture malgache. Cette association est devenue actuellement «Trano koltoraly malgasy».

Membre de l’association Havatsa Upem, il essaie toujours de transmettre ses savoirs par écrit en sortant des livres tels que «Ady ny fiainana». Il se spécialise surtout dans la philosophie, les sciences humaines et  la logique malgache en particulier. En tant qu’astrologue, il a également établi le calendrier lunaire malgache.

Ses talents et ses œuvres sont reconnus par l’Etat qui  vient de le décorer, au mois d’août dernier. «Je suis touché de voir mes textes traités comme sujets de philosophie, comme lors du dernier examen officiel», a-t-il exprimé.

Page réalisée par Holy Danielle

 

L'express de Madagascar17 partages

Vtt – Premier Enduro pour Madagascar

Le club X Country colla­borera avec l’association We Move Madagascar, pour l’organisation du Malagasy Enduro Challenge by CT Motors (MEC). Il s’agira de la première course d’enduro en vélo tout-terrain, dans la Grande île.Elle est prévue à Ambohi­malaza, le dimanche 26 mars. We Move Mada­gascar s’est fait connaître dans le milieu du sport automobile, l’an dernier, avec l’organisation du Rallye One

Day EventD-Max. Cette fois-ci, l’association s’engage dans le milieu du VTT, avec cette formule enduro qui s’apparente à un rallye.Ce MEC proposera quatre épreuves spéciales d’une longueur de dix kilomètres. À cela s’ajoutent les liaisons pour déboucher sur un total de vingt-cinq kilomètres à boucler.Vu la configuration de la course et le parcours, les organisateurs de chez X Country et We Move, prendront toutes les dispositions utiles, notamment le recours à des baliseurs, pour orienter les coureurs ou encore l’utilisation des liaisons radios, entre les responsables des points de contrôle et la direction de course.Les vététistes seront départagés en six catégories. Citons les minimes (-15 ans), juniors (16-17 ans), séniors (18-38 ans), vétérans (39-48 ans), masters (+49 ans) et dames. Leur nombre est limité à cent-vingt. Et toujours comme en rallye, les vainqueurs seront ceux qui auront réalisé les meilleurs cumuls de temps au terme des quatre épreuves spéciales.Le choix d’Ambohi­mala­za n’est pas anodin. « L’aspect historique de la région d’Ambohi­malaza, l’authenticité de chaque spéciale et les découvertes durant les liaisons donneront une touche particulière à cette première édition du MEC », peut-on lire dans un communiqué de presse publié dernièrement. Tout est réuni pour faire de cette course un événement mémorable.

H.L.R.

L'express de Madagascar16 partages

Institution – La Haute cour de justice toujours en attente

Sauf la question budgétaire, la mise en place de la HCJ ne devrait plus tenir qu’à quelques formalités. Un signe dans ce sens est attendu de la part du pouvoir.

Quand   La question pèse de plus en plus con­cernant         la mise en place de la Haute cour de justice (HCJ). Seuls les deux représentants du Haut conseil de défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED) manquent à l’appel, pour que l’effectif de cette institution judiciaire soit au complet.Bien que la loi sur la HCDDED soit claire sur le fait qu’un effectif incomplet n’est pas un frein à sa fonctionnalité, l’attente que ses membres soient au complet reste également l’argument systématique pour expliquer la non mise en place de cet organe constitutionnel. Ce qui est chose faite depuis que la Commission nationale indépendante pour la défense des droits de l’homme (CNIDH) a désigné son représentant au sein du HCDDED, le 27 janvier.Le procès verbal de l’élec­tion d’Anaclet Imbiky, ancien ministre de la Justice, pour siéger au sein du Haut conseil au nom de la Commission, a déjà été remis à la présidence de la République. L’on n’attend plus alors que le décret présidentiel entérinant la désignation des neuf membres du HCDDED, et annonçant la date de leur prestation de serment, synonyme d’installation officielle. D’autant plus que le budget de cet organe est déjà inscrit dans la loi de finances.Après la mise en place de la HCDDED, celle de la HCJ n’est plus qu’une question de temps. Dans sa décision sur la mise en accusation pour déchéance d’Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, la Haute cour constitutionnelle (HCC) avait libéré le chef de l’État de l’obli­gation temporelle pour mettre en place la HCJ.

CrucialLa Cour d’Ambohidahy avait soutenu que le Président n’avait qu’une obligation de moyens. C’est-à-dire qu’il suffisait qu’il invite les instances concernées à désigner les membres relevant de leur instance. « Afin de respecter le prescrit constitutionnel, le président de la République, dans un délai de 12 mois à compter de son investiture, invite les instances compétentes à désigner les membres qui composeront la Haute cour de justice, afin de procéder, dès l’expiration de ce délai, à l’installation de la Haute cour de justice », dispose l’article 167 de la Constitution.Le décret de nomination des membres de la HCDDED est donc attendu dans les prochaines semaines, et signera la volonté de l’Exécutif de mettre enfin en place la HCJ. Cette institution, prévue « juger » les hautes autorités, est également attendue avec impatience par la communauté internationale, notamment l’Union européenne (UE). Durant le dialogue politique avec l’État, le 9 décembre dernier à Iavoloha, Antonio Sanchez-Bénédito, ambassadeur de l’UE, a déclaré que c’était un point « énormément important ».À lui d’ajouter : « Nous avons à nouveau soulevé des points sur lesquels nous pensons que des avancées sont encore à faire. (…) La mise en place effective de la HCJ doit compléter la structure judiciaire du pays, qui est aussi incluse dans le cadre de notre appui budgétaire ». Reste à voir si la Haute cour de justice restera une condition pour le décaissement des 15 millions d’euros d’aide budgétaire attendus en juin. En 2015, l’aide budgétaire décaissée n’avait été que partielle, en raison justement de la non-mise en place de la HCJ.Faute de Haute cour de justice, Madagascar avait « perdu » 1,5 millions d’euros. Le budget de la HCJ n’est pas encore inscrit dans la loi de finances, mais « (…) La mise en place de la HCJ, même si elle n’est pas encore opérationnelle, sera aussi une avancée énormément importante (…) », avait indiqué le diplomate européen, à Iavoloha, en décembre.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara16 partages

Classe politique : Vers la fusion de certains partis politiques ?

Un atelier sur le financement des partis politiques a été organisé, hier, par le CSI ou Comité pour la Sauvegarde de l’Intégrité à la Résidence Ankerana. Le KMF/CNOE, en tant qu’observatoire de la vie électorale, y a participé et n’a pas hésité à donner son point de vue. « Il a été discuté que l’argent utilisé durant les campagnes électorales doit être clairement déterminé », explique Rabekijana Félix, président de l’observatoire. Effectivement, l’égalité de chance des candidats est garantie par l’égalité des moyens mis à leur disposition, dont le montant des sommes allouées aux propagandes. Quid de la précampagne qui tombe dans le vide juridique à Madagascar ? « Les partis politiques doivent rendre des comptes concernant l’argent dépensé durant la pré-campagne auprès de la Cour des Comptes », lance-t-il avant de poursuivre que « les fausses déclarations ou les déclarations frauduleuses sont susceptibles de rejet de la candidature du candidat qui a procédé ainsi ». En d’autres termes, la Cour des Comptes vérifie, après la déclaration sur l’honneur, l’exactitude (ou non) du compte.  L’on se demande si la révision du cadre légal des élections par la Ceni prend en considération ce problème de la pré-campagne.

Fusion. Rabekijana Félix de préciser que, pour les campagnes électorales, « aucun plafonnement n’est arrêté ». Justement, des propositions y afférentes ont été avancées. Compte tenu du fait qu’il y ait plusieurs partis politiques à Madagascar, l’idée de les rassembler a été suggérée. « Ceux qui partagent les mêmes convictions politiques doivent fusionner pour qu’il y ait moins de péripéties au niveau des financements des campagnes », soutient-il. Pour ce faire, la collaboration avec le Samifin et le Bianco s’avère être inéluctable, selon toujours le président du KMF/CNOE.

Aina Bovel

Midi Madagasikara15 partages

Développement : Vers une nouvelle génération de coopératives

Amy C. Betancourt de NCBA-CLUSA discutant avec les dirigeants des coopératives malagasy.

Une conférence internationale sur les coopératives agricoles est co-organisée par le CTA et le NCBA-CLUSA pendant deux jours au CCI Ivato.

Durant la période coloniale, soit dans les années 30, les coopératives ont été déjà créées à Madagascar. Cette structure a été gérée par les fonctionnaires durant la période de la 2e République. Et depuis 1995, c’est libéralisé. Maintenant, « on recense 2 000 coopératives  éparpillées dans toute l’île et regroupant 40 000 membres. La moitié d’entre elles opèrent dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche », a évoqué Noroseheno Raharinjatovo, directeur des appuis aux entreprises au sein du ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, lors de la conférence internationale sur les coopératives agricoles au CCI Ivato hier.

Obstacles. C’est co-organisé pendant deux jours par le CTA, un organisme œuvrant dans le développement rural et le NCBA-CLUSA, une association nationale des entreprises coopératives aux Etats-Unis. L’objectif est de rassembler tous les décideurs, les techniciens, les dirigeants des coopératives  ainsi que les partenaires techniques et financiers afin de lancer une nouvelle génération de coopératives orientées vers le marché à Madagascar. En effet, « très peu de coopératives sont professionnelles. Elles sont confrontées aux différentes obstacles comme la difficulté d’accès aux financements pour pouvoir investir, le manque de débouché et la non maîtrise des pertes lors de la transformation des produits agricoles », a-t-elle rajouté. Pour remédier à cela, un forum de coopératives a été organisé, trois jours durant au CNEAGR dans le but de renforcer les capacités d’une centaine de coopératives issues de seize régions surtout en matière de gestion, de comptabilité et de leadership. Une amélioration du cadre réglementaire régissant les coopératives s’impose également car les lois datent du 26 mars 1999.

Stratégie. Le ministre de l’Industrie, Chabani Nourdine, s’engage à promouvoir et soutenir les coopératives en créant des opportunités pour les jeunes et les femmes. Et dans le cadre de ce partenariat avec le NCBA-CLUSA, Amy Coughenour Betancourt, Directeur des Opérations de cette association américaine, a évoqué les principaux objectifs d’une coopérative. « Celle-ci doit contribuer au développement économique tout en améliorant le niveau de vie des communautés locales. Et les principes coopératifs sont l’adhésion libre des membres, l’autonomie et l’indépendance, l’orientation vers les communautés, la coopération, l’éducation et la formation ainsi que la démocratie et la participation économique », a-t-elle précisé. L’élaboration d’une stratégie à long terme sur les coopératives n’est pas en reste afin que celles-ci puissent se concurrencer avec les entreprises privées en tant qu’entreprises commerciales ou de production.

Navalona R.

News Mada14 partages

Jirama : des centrales thermiques adaptées au fuel lourd

Après avoir lancé un appel d’offres à l’endroit des fournisseurs de fuel lourd en décembre dernier, la Jirama a annoncé cette semaine le déploiement du fuel lourd pour ces groupes électrogènes à partir de juin prochain. Cela afin de réduire sa consommation de gasoil, causant un réel gouffre financier à la compagnie nationale d’eau et d’électricité.

Les travaux sont en cours indique-t-on auprès de la Jirama. «Quelques centrales à Mahajanga, Antsiranana et Toamasina ont été déjà réadaptées pour qu’elles puissent fonctionner au fuel lourd. Des  pièces sont installées au niveau de ces machines», a annoncé  une source auprès de la Jirama. Selon ce responsable, ce projet de la Jirama date déjà de quelques années, mais il y a eu une période de flottement sur sa réalisation.

En effet, la Jirama a annoncé dans un avis d’appel d’offres publié le 22 décembre dernier un besoin de 161 543 m3 de fuel lourd pour ses groupes électrogènes. La Jirama détient 115 centrales réparties dans toute l’île  et 100 d’entre elles sont de type thermique fonctionnant au gasoil. Pourtant, l’approvisionnement en carburant reste un problème récurrent au sein de cette société d’Etat. Car, vu son prix, le gasoil est très budgétivore et accapare près de 80% des dépenses de cette compagnie.

Il est prévu que la Jirama commencera à utiliser le fuel lourd à partir de juin prochain pour réduire l’utilisation du gasoil. Le basculement au fuel lourd semble être une alternative pour réduire ce gouffre financier actuellement.

Des pluies suffisantes à Antananarivo

Concernant l’approvisionnement à Antananarivo, une autre responsable auprès de la Jirama a avancé que les pluies enregistrées ces dernières semaines sont largement suffisantes pour permettre aux centrales hydroélectriques d’atteindre la capacité attendue. «La centrale d’Andekaleka et Mandraka produisent 246 MW d’électricité actuellement, alors que le pic de consommation à Antananarivo est de 210 MW», a-t-elle indiqué.

Riana R.

 

Tia Tanindranaza14 partages

Fitondrana RajaonarimampianinaAmpy azy ny 5 taona, hoy ny Marina

Nandritry ny fifampiarahaban’ny antoko politika Marina teny amin’ny villa verte Ambatomirahavavy no nanaovany fanambarana miezinezina omaly,

 tamin’ny alalan’ny mpandrindra nasionaly, Désiré Ranaivoson, fa vonona ny handray anjara amin’ny fifidianana rehetra isan’ambaratongany ny antoko na mialoha ny fotoana na aoriana. Manana ny vahaolana heverinay azo hanavotana ny firenena izahay, hoy izy, ary efa vonona ny handray fahefana. Fepetra 5 no takianay mba hisian’ny fifidianana mangarahara sy eken’ny rehetra. Voalohany, ny fanombohana amin’ny alalan’ny fifidianana sefom-pokontany manerana ny nosy satria izany no mariky ny fanomezan-kasina ny vahoaka. Faharoa, ny fisokafan’ny haino aman-jerim-panjakana ho an’ny olona rehetra, fahatelo, fitsipi-dalao mazava tsara, fahefatra datim-pifidianana mazava ary fahadimy farany, mba hisorohana ny toy ny efa nataon’ireo mpitondra rehetra teo aloha izay nanararaotra nampiasa fitaovam-panjakana nanaovana fampielezan-kevitra, toy izay nitranga tamin’ny fifidianana filoham-pirenena sy loholona farany teo dia tsara, hoy ny antoko, raha mba mijanona ho Raiamandreny amin’izay ny filoha ankehitriny. Efa tsy miafina rahateo, hoy izy ireo ny fisondrotry ny fahasahiranam-bahoaka tao anatin’ny 3 taona.

Mirija

 

 

Midi Madagasikara14 partages

Nina Zafisambo : « L’objectif est de préserver une image reluisante du basket ».

 Pouvez-vous présenter votre parcours sportif et professionnel ?

Enfant, j’ai joué au foot comme tous les petits garçons de mon âge. Je n’ai commencé à jouer au basket qu’à partir de l’âge de 13 ans seulement. Je faisais partie de quelques clubs dont l’UASC, l’AST et la SOLIMA avant de partir à l’issue de mon Bac effectuer mes études supérieures dans l’administration militaire à Oran en Algérie. Aujourd’hui, je me consacre toujours à cette passion qu’est le basket-ball en donnant le maximum à la fédération tout en jouant en fonction de mes temps libres au sein du club vétéran du BBCM. Sur le plan professionnel, j’ai occupé des postes à responsabilités dans l’armée et dans le civil dernièrement. En ce moment, je suis absorbé par un mémoire de fin de formation en MBA à l’INSCAE, tout en peaufinant en même temps un dossier sur le projet marketing de la FMBB de ce nouveau mandat, la préparation et suivi de la coupe du président. 

Cela fait 17 ans que vous êtes au sein de la fédération malgache de basket-ball, quel rapport entre le basket et votre carrière de militaire ?

D’abord, le militaire et le sport vont de paire. Pour ma part, j’ai toujours su marier études, carrière professionnelle et sports, sans mettre de côté, loin s’en faut la vie de famille. Par la suite, ma modeste participation dans le basket en tant que dirigeant se résume au sens du partage. Je présume que j’ai eu quelque chose à travers les valeurs éducatives du sport en général, et du basket en particulier, et que c’est à mon tour de donner aux jeunes actuellement. C’est du travail qui relève du bénévolat où votre temps, énergie et moyens financiers y sont engagés. Mais il n’y a pas raison de s’en plaindre. C’est à la fois un choix de vie et une satisfaction personnelle d’accomplir un devoir citoyen. Je dois admettre en toute humilité que c’est mon état d’officier de l’armée qui se veut être exemplaire pour mes concitoyens qui dicte quelque part mes actions.

Comment êtes-vous arrivé jusqu’à la fonction de managérat général après avoir occupé le poste de trésorier ? Pourquoi ce revirement ?

Le poste de Manager Général exige la réalisation de moult défis liés au développement de la discipline, combien même ses attributions ne concernent pas directement les aspects techniques. Dans le contexte difficile que vit l’ensemble du mouvement sportif à Madagascar, nous avions toujours voulu, le président et moi, que la gestion du basket se conçoive différemment. Notre défi a été toujours de mettre la FMBB en locomotive et référence quant à la manière de diriger une fédération. A cet effet, nous avons des orientations stratégiques et des plans conçus afin de parvenir au bout de notre objectif qui reste en somme la vulgarisation de cette discipline avec ses valeurs connexes.

Quels sont vos objectifs à la tête du managérat général pour cette année et les perspectives pour ce mandat quadriennal ?

Je rappelle en premier lieu que le Manager Général se charge de la recherche de partenariat et sponsoring ainsi que de l’organisation des événementiels extra-sportifs, notamment les manifestations culturelles autour du basket. Il valide et coordonne en même temps les actions des commissions marketing et communication de la FMBB. Mon objectif principal a été en permanence de préserver une image reluisante du basket en général, et de la fédération en particulier. Comme il a été dit auparavant, les défis liés au développement de cette discipline sont multiples et le Manager Général n’est qu’un outil parmi d’autres en vue de l’atteinte de ces objectifs. A travers les actions entreprises par toute une équipe au sein de la FMBB et bien menées par l’actuel président, je crois fermement que la fédération a trouvé la meilleure voie afin de gagner son pari de développement. Le partenariat que le président lui-même venait d’établir avec la NBA en est témoin. Nous reviendrons plus profondément là-dessus prochainement.  En somme, le basket est un atout de visibilité. Nous sommes à la recherche d’un partenariat win-win où les éléments objectifs et rationnels liés au marketing de la société partenaire doivent prendre le dessus sur le critère subjectif inhérent à la relation interpersonnelle rencontré habituellement. La bonne santé actuelle de cette discipline me rend optimiste sur ce sujet. 

Qu’en pensez-vous du rôle de l’Etat, des partenaires et de la presse dans la promotion du sport en général ?

Vérité de la Palice, permettez-moi l’expression. Il s’agit du « toko telo mahamasa-nahandro », le triangle vertueux oserais-je encore dire. Il faut l’avouer cependant que pour un pays en développement comme le nôtre, le rôle de l’Etat ne pourrait paradoxalement pas se cantonner à la régulation et la gestion des cadres législatifs liés aux sports. L’Etat malagasy, par l’entremise du ministère de la Jeunesse et des Sports est bien conscient de cette situation en allouant des subventions de manière ponctuelle suivant leur appréciation du programme de la fédération en rapport à une action donnée. Il faut savoir justement que la pierre d’achoppement au développement du sport à Madagascar réside dans notre insularité et l’insuffisance de contacts avec le monde extérieur. Participer à des compétitions, ne seraient-ce que régionales relève du « parcours du combattant » pour les dirigeants sportifs. En un mot, chaque fédération (pourquoi pas jusqu’à son démembrement au niveau de la ligue) devrait avoir recours à une subvention annuelle de l’Etat en fonction de son envergure. Aussi, un fonds spécial ou un budget interministériel géré au niveau du MFB devrait également être constitué afin de faire face exclusivement à la participation des athlètes malagasy aux compétitions internationales suivant un mécanisme prédéterminé.  Ce ne sera certes pas une mince affaire pour l’Etat, mais les résultats, à l’instar de ceux obtenus par les pays qui vivent de la même situation que le nôtre passerait par ce chemin. Et nous ne devrions même pas parler de sacrifice car il s’agit tout simplement d’un devoir envers la  nation dans son ensemble. Mais l’argent, même essentiel, ne résoudra pas tout. Un facteur de blocage majeur relève de la mentalité de l’ensemble des acteurs œuvrant dans ce domaine. Révolutionner cette mentalité, agissant telle une gangrène et qui mine le monde sportif, est un travail de longue haleine. Les dirigeants sportifs, en premier lieu, se doivent de servir d’exemple et ne point laisser transparaître des agissements contraires à l’éthique du sport comme nous avions eu vent malheureusement à travers des scandales et manœuvres malsaines lors des dernières élections fédérales. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres…

Un mot par rapport à la coupe du Président ?

Les éliminatoires de zone battent leur plein. Je rappelle que ce tournoi ratisse large au niveau national et entre vraiment dans la politique de vulgarisation prônée par la fédération. Ce qui est aussi important réside dans les valeurs que nous véhiculons communément à l’endroit des jeunes qui constituent pour nous le premier levier de développement du pays. Je tiens d’ores et déjà à remercier, en tant que président du comité d’organisation, toute l’équipe de la présidence de la République qui nous soutient dans la réalisation de ce projet.

Midi Madagasikara13 partages

La FMBB sur les rampes de lancement

Une des disciplines les plus pratiquées au pays par toutes les catégories d’âge, le basket-ball ces derniers temps se démarque. Cinq éditions de Championnat d’Afrique (Afrobasket Women en 2009, Men en 2011, Men U26 en 2013, Men U18 en 2014 et Women U16 en 2015), des championnats nationaux périodiques et décentralisés, une structure bien rodée, bien de chemins ont été parcourus pour arriver à ces résultats.

C’était depuis 1920 que le basket-ball a été pratiqué à Madagascar. C’est le directeur fondateur du foyer Chrétien des jeunes, Jean Beigbeder qui l’a introduit. En 1923, elle était sous l’égide de la Fédération des Sociétés des Sports Athlétiques de Madagascar (FSSAM), une fédération omnisports qui gérait à l’époque toutes les disciplines sportives. Il a fallu attendre 1954, lors d’un Congrès du Sport, pour l’institution de la Ligue Régionale de Basket-ball de Madagascar. Le basket-ball devait se structurer et s’organiser selon les règlements et textes en vigueur en France. Après l’indépendance, en janvier 1961, la ligue régionale a changé en  fédération. C’était le 2 février 1963, une fois l’ordonnance N° 62.068 relative à l’organisation du sport à Madagascar adoptée que la fédération Malgache de Basket-ball (FMBB) fut agréée. Une reconnaissance suivie de son adhésion au sein de la Fédération Internationale de Basket-ball Amateur (FIBA) et de l’Association des Fédérations Africaines de Basket-ball (AFABA). Pendant une période transitoire qui a duré de 1979 à 1989, le Basket-ball a été dirigé par le Comité National de Coordination (CNC) selon l’Ordonnance N°80.012, et ce n’est qu’au cours de l’assemblée générale d’octobre 1989 que l’Association Nationale de Basket-ball dite « Fédération Malgache de Basket-ball (FMBB) » est constituée et agréée par le ministère des Sports. Actuellement, Jean Michel Ramaroson est à la tête de la FMBB jusqu’en 2021.

Midi Madagasikara12 partages

Anosimahavelona : Fatin-dehilahy efa simba nantsigevan’ny rano

Lehilahy iray manodidina ny 30 taona eo ho eo no hita faty tao amin’ny ranon’Ikopa teny amin’iny faritra Anosimahavelona iny omaly. Efa simba tanteraka ny razana ary tsy misy azo namantarana intsony, araka ny fanazavàna azo. Ny fizahana nataon’ireo mpitsabo tonga teny an-toerana no nahafantarana fa mety ho efa andro maromaro izy ireo no namoy ny ainy ary nilona tao anaty rano tao. Hatreto dia ankamantatra tanteraka ny antony nahafaty ity lehilahy ity. Nisy namono sa lasan’ny rano, vokatr’ireny oram-be ireny ? Ny hany fantatra aloha, raha ny fanazavàna azo hatrany dia tsy nahitàna marika na diana ratra teny aminy. Ary noho izy io  efa somary simba dia sarotra ho an’ireo mponina ihany koa ny namantatra azy. Tsy nisy taratasy na zavatra azo namantarana azy rahateo teny aminy. Tonga teny an-toerana nijery ny zava-nisy avokoa ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy, ary efa nentina teny amin’ny tranom-patin’ny hôpitaly tetsy Ampefiloha ny razana. Fantatra fa efa nanokatra ny fanadihadiany ireo mpitandro filaminana.

m.L

Tananews11 partages

Le Général du bois de rose ejecté de son commandement

Vous vous rappelez l’histoire de ce colonel nommé Général par sa Seignhery et qui s’est en fait avéré avoir été condamné sous la Transition à de la prison pour trafic de bois de rose ?

La vexation a du être rude en haut lieu car décision a donc été prise de relever ce militaire de son commandement à Antsiranana.

Donc si Freenews n’avait pas fouillé dans les poubelles hop ça serait  passé comme une lettre à la Poste ?

La gabegie dans toute sa splendeur. Ça distribue des étoiles à n’importe qui, aucun mérite, aucun contrôle d’antécédents, la République bananiere personnifiée.

Midi Madagasikara11 partages

DRPPSPF Amoron’i Mania : Des perspectives à 4 volets pour 2017

Les personnes âgées, la protection des enfants et la lutte contre la violence basée sur le genre figurent parmi les priorités de la Direction Régionale de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, cette année.

 

Quatre axes principaux figurent dans les axes d’orientation du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme, à savoir : la promotion des droits, la protection sociale, le développement social et le développement de partenariat. Dans la mise en œuvre de cette politique et en ce qui concerne la Direction Régionale de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (DRPPSPF) d’Amoron’i Mania, « les perspectives 2017 seront axées entre autres, sur les personnes âgées, l’extension des réseaux de protection des enfants et la lutte contre la violence basée sur le genre », a tenu à faire savoir la directrice régionale, Josoa Rahasarivelo Achelle Huberte. Ces actions visent notamment, l’opérationnalisation des centres de rencontre des personnes âgées au niveau des 4 districts, à savoir, Ambositra, Fandriana, Manandriana et Ambatofinandrahana ; la redynamisation des clubs des médecins amis des personnes âgées ou « Vondron’ny mpitsabo sakaizan’ny zokiolona Amoron’i Mania » ; la recherche de partenariat sur l’appui matériel et financier du club des médecins amis des personnes âgées et aussi, l’extension de ce club au niveau des 3 districts, Fandriana, Manandriana et Ambatofinandrahana. Pour ce qui est de la lutte contre la violence basée sur le genre, il s’agit de la mise en œuvre et l’élaboration de termes de références de la plateforme régionale de lutte contre les violences basées sur le genre. Pour la protection des enfants, la lutte sera intensifiée à travers l’extension des réseaux de protection des enfants.

 

Centres. La région d’Amoron’i Mania dispose au sein de chaque district, Ambositra, Fandriana, Manandriana et Ambatofinandrahana, d’un centre de rencontre et de loisirs des personnes âgées. Mais pour l’heure, selon toujours, Josoa Rahasarivelo Achelle Huberte, seul le centre d’Ambositra dispose en son sein d’un club de médecins amis des personnes âgées qui a été mis sur pied le 18 septembre 2012. Vingt-deux médecins assurent deux fois par semaine des visites périodiques auprès de plus de 400 personnes âgées du district d’Ambositra. Grâce à l’appui de la direction régionale de la santé d’Amoron’i Mania et de quelques donateurs, le centre est approvisionné périodiquement en médicaments génériques. A Fandriana, grâce à un accord de partenariat avec le SALFA Fandriana, les personnes âgées membres du centre de rencontre et de loisirs des personnes âgées bénéficient d’une prise en charge et d’une facilitation de l’accès aux soins de l’ordre de 20 %. A Manandriana, un accord de partenariat conclu avec le service sanitaire public de district a permis d’intégrer ces personnes âgées dans la liste des bénéficiaires du fonds d’équité.

 

Droit de l’enfant et VBG. En partenariat avec le BIT (Bureau International du Travail), les séances de sensibilisation de la population sur les droits de l’enfant en général et en particulier, la lutte contre le travail des enfants ont été dispensées au niveau des communes et des districts. Des écoles ont été construites ainsi que des centres de formation pour les enfants déscolarisés pour qu’à l’âge adulte, ils puissent se prévaloir un travail décent. Le renforcement des capacités des acteurs dans les réseaux de protection de l’enfant au niveau des communes et des districts figure parmi les préoccupations du BIT.

Et enfin mais non des moindres, plus de 4 500 femmes ont été sensibilisées sur leurs droits avec une assistance permanente dans la prise en charge et l’orientation des victimes de violences basées sur le genre (VBG). Pour l’année 2016, à Ambositra et ses environs, les responsables ont enregistré et accompagné quelque 134 personnes (dont trois hommes), victimes de violences morales, sexuelles, physiques ou économiques.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara10 partages

InterMédia : Une première édition réussie !

Une ambiance confraternelle basée sur un esprit de solidarité. La journée de rassemblement sous forme sportive organisée par l’Ordre des Journalistes de Madagascar a été un réel succès, surtout pour une première édition. Le tournoi Intermédia du 28 janvier dernier s’est déroulé sans aucun incident grâce au professionnalisme des techniciens dont les arbitres et le sérieux des organisateurs. Un grand merci aux partenaires qui ont fait de ce rendez-vous un événement historique pour la grande famille du journalisme malgache sous l’égide de l’OJM. Ont apporté leur soutien : la société de sécurité Dirickx, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa, le ministre de la Communication, Andrianjato Vonison, le Chef de Région d’Analamanga, Ndranto Rakotonanahary, le Maire d’Ivato, les Fédération Malgache du Football et la Fédération Malgache du Basketball et Midi Madagasikara. Vifs remerciements également aux équipes participantes qui étaient au nombre de 19 : Midi Madagasikara, TV plus, Basy Vava RVS, RDB, RDJ, Ong Ilontsera, US Embassy, gazety Ngah, Free Communication, HJFA Ambatondrazaka, groupe CNC, Vidy Varotra, ORTM, AJSM, Unicef, SFCG, I-BC, Dream’in. Vivement la prochaine édition !  

Didi R

Midi Madagasikara9 partages

Flash-Eco

IBT Madagascar devient HarelMallac Technologies. Une transformation qui permettra à la division technologique du groupe de se doter de nouvelles structures qui devraient permettre à la société d’asseoir davantage sa position de leader dans divers segments du marché local, tout en renforçant sa présence sur le marché africain où elle dispose déjà de certains marchés riches comme Madagascar, le Burundi et le Rwanda.Suite au succès incontestable durant la première édition en 2016, ASIA revient en force avec la deuxième édition cette année. Le premier grand évènement commercial de l’année 2017 que le groupe ASIA organisera, et aura pour but de faire connaître aux Malgaches les divers cultures des pays asiatiques, les différents produits de l’Asie du Sud-Est. Ayant reçu de très nombreuses demandes de la population malagasy. Afin de faciliter l’accès à l’événement à toutes celles et tous ceux qui seront en possession d’une « Invitation gratuite 0 Ar » qui seront disponibles dans une centaine de magasins ayant pignon sur rues de la capitale.

Edmond R Koloina H (stagiaire)

Madaplus.info8 partages

Pétanque : Trophée L’Équipe, Madagascar y sera

Pour la première édition de cette compétition qui est lancée par la chaîne L’Équipe, Madagascar sera représente.
Cette compétition se déroulera à Tours du 7 au 11 Mars prochain. Pour cette occasion, l’équipe de Malgache affrontera l’équipe de France, celle de la Thaïlande et du Bénin. Notons que cette équipe du Bénin est celle que nous avons battue en final du championnat du monde qui a été abrité par la grande île en décembre dernier. Le Trophée l’Équipe regroupera pour cette occasion les meilleurs boulistes au monde et c’est une nouvelle opportunité pour Madagascar de montrer et confirmer ces compétences dans cette discipline sportive. Cette dernière qui fait monter encore la popularité de Madagascar.
News Mada8 partages

Kaoperativa any ambanivohitra : anjaran’ny fanjakana manamora ny asa

Nanomboka omaly ary mitohy anio eny amin’ny CCI Ivato ny fifampidinihana eo amin’ny vondron’ny kaoperativa malagasy sy ny NCBA/CLUSA* avy any Etazonia. Tanjona amin’izao fihaonana izao ny hanomezana vahana ny kaoperativa malagasy eo amin’ny fihariana misy azy. Nanokatra ny fotoana ny minisitry ny Indostria, Chabani Nourdine, sy ny mpitarika ny delegasiona amerikanina.    

 

 

Efa nisy, nanomboka ny taona 1930, ny kaoperativa eto Madagasikara, tsy tapaka ny fisiany ka tena nampisongadina azy ny tamin’ny Repoblika faharoa, “kaoperativa sosialista”, notantanan’ny fanjakana. Amin’izao fotoana izao, ao anatin’ny sehatra tsy miankina tanteraka ny hoe kaoperativa, manana endrika orinasa. Izay ny mahatonga azy eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina. “Tokony hanana rafitra ara-dalàna izay toeran’ny maha tsy miankina misy azy izay. Efa tamin’ny 1999 ny lalàna misy momba ny kaoperativa ka tokony havaozina hasiam-panatsarana”, hoy ny tale misahana ny fanohanana ny orinasa, Raharinjatovo Noroseheno.

Any amin’ny tontolo ambanivohitra ny ahitana kaoperativa maro, miasa amin’ny fambolena, fiompiana, jono, asa tanana, sns. Manome asa 40.000 izao ireo karazana kaoperativa 100 mahery manerana ny Nosy. Misy amin’izy ireo ny efa manondrana any ivelany, ao kosa ireo tena mbola mila tantanina, miandry fanjakana.  Tanjona faritana ankehitriny ny hampiakatra azy ireo amin’ny sehatra indostrialy. “Amin’izao fotoana izao, mbola betsaka ny very amin’ny vokatra, koa entanina ireo mpikambana hiditra amin’ny dingana manaraka ho afaka hanodina ny vokatra avy any ifotony”, hoy Raharinjatovo Noroseheno.

Tsy anjaran’ny minisiteran’ny Indostria irery …

Anjaran’ny fanjakana ny manamora sy manampy ny sehatra tsy miankina amin’ny fanatsarana ny asany, toy ny fitadiavana lalam-barotra. Tsy manao ny asan’ny kaoperativa ny fanjakana fa manampy. Endrika iray amin’izay fanamorana ny asa izay ny fahatongavan’ireo vahiny amerikanina ireo, mitondra ny traikefany amin’ny famolavolana lalàna. Tsy anjaran’ny minisiteran’ny Indostria irery anefa izany fa ao koa ireo minisitera hafa, amin’ny fanaovan-dalana sy fotodrafitrasa, famatsiana herinaratra, fiantohana fandriampahalemana sy ny maro hafa. Niray feo rahateo ireo mpitarika kaoperativa eto an-toerana fa tsy tambo isaina ny olana any ambanivohitra, lasa sakana amin’ny famokarana.

R.Mathieu

 NCBA/CLUSA* : National Cooperative Business Association/ Cooperative League of the United States of America

 

Midi Madagasikara8 partages

Queen’s Love : Un défilé de mode avec Junior Thibault

Une soirée entre mode, danse et musique. C’est ce que le Bar Grill Karaoké dans l’enceinte de Horizon Itaosy propose à l’occasion de la soirée Queen’s Love, ce samedi à partir de 21h. Un concept qui entre toujours dans le cadre de la célébration de la fête de la Saint-Valentin, parce que beaucoup d’amoureux devront patienter un peu et attendre le week-end pour se retrouver. Amour mis à part, ce sera surtout un moment important pour les artistes émergents qui y participent. Alors que le secteur de la mode a connu un peut de répit durant quelques années, le stylisme revient en force. Et c’est un de ces fashion designer qui présentera sa collection durant cette soirée. Il s’agit de Junior Thibault qui essaie de se faire un nom dans ce domaine. D’ailleurs, pour se faire connaître, il a déjà collaboré avec d’autres stars très connues de la place. En tout cas, samedi prochain, la soirée commencera par une prestation de danse avec le Group Mixte 102. Puis, place au défilé avant l’entracte musical animé par El Mich, El Farao et Khalifa. La soirée se terminera par une animation DJing jusqu’au bout de la nuit !

Anjara Rasoanaivo

News Mada7 partages

Eau potable : le taux d’accès à l’or bleu régresse

Au lieu de s’améliorer, l’accès à l’or bleu régresse. Les statistiques actuelles, avec un taux d’accès de 43,5% en 2015, ne reflètent pas la réalité. De nouvelles données, qui pourraient avoir un important écart avec celles connues depuis quelques années, sortiront d’ici fin mars.

Des pas en arrière. Les résultats des enquêtes menées au niveau des fokontany, dans le cadre de la mise en œuvre du Budget programme par objectif régionaux (BPPOR), bien qu’ils soient encore provisoires, ne présagent rien de bon. Les informations recueillies jusqu’ici auprès de 17 régions, qui seront présentées officiellement ce jour, donnent un taux d’accès à l’eau potable entre 30 et 35% et un taux d’accès aux services d’assainissement et d’hygiène de 20 à 25%. C’est ce qu’on a appris, hier, lors de l’atelier de validation des résultats de l’analyse évaluation sur l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène (EAH), connue sous le nom de «Glass», qui s’est déroulé hier à l’hôtel Colbert à Antaninarenina.

Bien que les données dans les cinq autres régions ne soient connues qu’a la fin du mois de mars, ces statistiques reflètent déjà le recul enregistré dans ces domaines. Les situations sont des plus critiques dans les régions Atsimo Andrefana et Melaky. «Entre autres, le problème serait lié au manque de suivi et à la non-pérennisation des infrastructures, rendant ainsi de nombreux villages privés d’eau potable quelques années après la mise en place d’un réseau d’adduction d’eau potable sur place», a fait remarquer le directeur du système d’information au sein du ministère de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène (MEAH) Fanantenana Rakotonirina. Heureusement, le ministère de tutelle a déjà mis en place une stratégie pour y faire face.

Problème financier

Le secteur EAH demeure sous financé depuis des années. Le ministre de tutelle, Mamy Ravatomanga, ne nie pas cette réalité. «Pour garantir un accès universel à l’EAH dans le pays, il faut un budget allant jusqu’à 3 milliards de dollars. Mais on ne doit pas attendre qu’un tel montant soit réuni pour intervenir. Des actions doivent être menées suivant un ordre de priorité», a-t-il souligné. Parmi les actions à court terme figure la résolution de la crise d’eau dans la capitale. C’est ainsi qu’un bassin de stockage d’eau a été mis en place dans le district d’Atsimondrano, lequel sera mis en service prochainement.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui note l’interdépendance entre la mauvaise condition sanitaire, surtout celles des enfants, et l’insalubrité de l’eau, ne reste pas les bras croisés. «35 à 40% des pathologies qui affectent les enfants seraient liées à la consommation d’eau insalubre», a souligné la représentante résidente de l’OMS à Madagascar, le Dr Charlotte Ndiaye. C’est pour cette raison que cet organisme onusien s’implique davantage dans ce secteur, notamment en créant un service à part entière qui se charge de l’EAH à Madagascar.

Fahranarison

 

News Mada7 partages

Boeny : circulation règlementée sur le pont de Kamoro

La circulation routière sur l’axe Antananarivo-Mahajanga est de nouveau perturbée suite à la reprise des travaux de rénovation du pont de Kamoro. De nouvelles règlementations sont en vigueur sur les lieux pour coordonner les activités.

La circulation sur la RN4 est coupée, depuis le 15 février, au niveau du PK406+400, sur le pont de Kamoro exactement. Les usagers de cet unique accès reliant la capitale à Mahajanga doivent se conformer aux consignes instaurées, du lundi au samedi, par les responsables des travaux pour permettre la poursuite de la réhabilitation relative à l’entretien des platelages métalliques de cet ouvrage d’art. Toute circulation est interdite sur le pont de 8 heures à 12 heures sauf le dimanche et les travaux sont prévus durer jusqu’au 27 avril de cette année, selon le calendrier établi.

Le pont de Kamoro sera à double voie au terme des travaux sur toute sa longueur estimée à 280 mètres. La Banque mondiale a financé les travaux, d’un montant de 14 millions de dollars, qui ont débuté le 24 juillet 2015 sur ce pont dans le cadre du Projet d’urgence pour la préservation des infrastructures et de réduction de la vulnérabilité (PUPIRV). Son lifting ayant nécessité l’utilisation de 300 tonnes d’acier en corten autopatinable pour la charpente et l’ouvrage rallongera la durée de vie de ce pont, construit en 1927, d’une centaine d’années, ont révélé les techniciens.

Manou

 

Midi Madagasikara7 partages

Ihosy : Mpamosavy tra-maraina tao am-piangonana

Vehivavy iray manodidina ny 35 taona eo ho eo no tra-tehaky ny mpiangona hivavaka vao maraina niboridana tanteraka nijoro teo ampovoan-trano, ny 14 febroary lasa teo, izay andro fankalazana ny fetin’ny mpifakatia, tamina fiangonana iray tany Ihosy. Gaga sy nikoropaka ireo mpiangona hiditra ity fiangonana ity raha nahita an’ity vehivavy niboridana tanteraka, ka nisy tamin’ireo vantan-dahilahy no avy hatrany sahy nibeda an’ity vehivavy voalaza fa mpamosavy, ary ny hafa kosa nandroaka devoly azy. Raha ny loharanom-baovao mari-pototra voaray avy any an-toerana, dia adala mpirenireny ity vehivavy ity, ary avy any amin’ny distrikan’ Ambalavao iny ny fiaviany. Raha ny fantatra araka ny loharanom-baovao voaray hatrany, dia matetika fanaon’ity tovovavy tratry ny aretin-tsaina voadona ara-pitiavana ity ny matory midoridana eny rehetra eny, ary nisy fotoana izy ny fiandohan’ny volana febroary ity natory tamina sekoly iray tany an-toerana nandritra ny efatra andro. 

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar6 partages

Anti-corruption – Un expert international dans nos murs

La lutte contre la corruption avance. La mise à nu des cas de corruption au niveau des collectivités territoriales décentralisées (CTD) fera l’objet de coopération entre le bureau indépendant anti-corruption (Bianco) et le Projet de Développement Com­munal Inclusif et de Décentra­lisation (ProDéCID) de l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ). Il a été signalé que le manque de qualification des agents, l’insuffisance de l’infrastructure adéquate, la non mise à jour des bases de données, les transferts sporadiques et non périodiques des ressources de l’État aux collectivités sont des facteurs favorisant cette corruption dans les CTD.Pour avoir des résultats probants, un expert international intégré, spécialiste en gouvernance et anti-corruption, a été mandaté par le ProDéCID. « Il appuiera le Bianco dans la collaboration avec le GIZ, mais aussi, dans la coordination, le suivi et l’évaluation, d’autres projets appuyés par les partenaires techniques et financiers ».La signature de convention de partenariat entre le Bianco et le ProDéCID s’est tenue, hier à l’hôtel Ibis Ankorondrano. « L’objectif est de contribuer à l’amélioration de la gestion des finances communales, la qualité de services communaux et les structures nationales d’accompa­gnement aux collectivités territoriales, à travers la promotion de la transparence et la lutte contre la corruption », souligne une source auprès du ProDéCID.

M.R.

L'express de Madagascar6 partages

Exposition – La « French Touch » se découvre

Une exposition égaye actuellement le hall d’exposition de l’IFM. Elle illustre une approche plus intime et plus interactive du divertissement numérique.

Telle une véritable redécouverte, l’exposition « French Touch» de la webcréation, de passage exclusif dans la Grande île au sein de l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely, apporte une nouvelle vision du monde numérique au public. Des œuvres y illustrent un renouveau des écritures audiovisuelles actuelles.« French Touch » de la webcréation, comme l’indique son intitulé, embarque le public cinéphile et féru de divertissements audiovisuels à s’imprégner de nouveaux procédés narratifs. Une nouvelle approche inédite dans la Grande île, qui intègre surtout les spécificités de l’internet, notamment l’interactivité. Mettant en avant de nouveaux producteurs dits transmedia, elle propose une sélection d’une bonne trentaine d’œuvres de webcréations francophones des quatre coins du globe.« Le numérique sous toutes ses formes s’est toujours affiché comme le fer de lance de l’Institut français et de son réseau culturel. Il est à la fois un vecteur de diffusion de la culture, un sujet culturel à part entière, mais également un outil de création illimité que l’on se plaît à valoriser », affirme Aurore Brosset, chargée de projet au sein de l’IFM Analakely.Touchant au domaine du documentaire, du jeu vidéo, de la télévision, du cinéma ou qu’ils établissent des passerelles entre tous ces domaines à travers une approche transmedia, les projets qui s’exposent à l’IFM Analakely jusqu’au 25 février sont exclusives et emblématiques de la culture francophone.

ModerneUne trentaine d’artistes témoignent ainsi, à travers leurs créations numériques, de leur créativité, de leurs écritures et de leurs productions, tant sur le plan des technologies employées au service du récit, de la diversification des outils de diffusion utilisés, que de l’inventivité des modes de narration. Le temps de cette exposition unique en son genre, à la fois sobre et ornée de modernité, les créateurs d’horizons divers mettent en avant un nouveau champ créatif dont ils constituent l’alphabet et la grammaire.Des producteurs et productrices de créations documentaires, fictions ou hybrides d’abord pensées  pour la toile, participent à leur manière à la redéfinition des contours de la webcréation selon les valeurs de la francophonie. Modèle à découvrir et à apprendre pour les jeunes webcréateurs malgaches, le « French Touch» de la webcréation est une grande première, qui rassemble, dans une exposition interactive, des artistes 2.0 qui resplendissent de jeunesse et de créativité.

Andry Patrick Rakotondrazaka

News Mada5 partages

Tsy fanaovana fanambaram-pananana : hanenjika ny Bianco rehefa tapitra ny telo volana

« Mandefa taratasy fotsiny ny Bianco amin’izay tsy manao fanambaram-pananana, ary manome telo na roa volana hanaovana izany. Raha tsy mahavita ao anatin’izay fe-potoana izay ilay olona, atao ny fanenjehana. »  Io ny nambaran’ny tale jeneralin’ny Bianco, Andriamifidy Jean-Louis, teny Ankorondrano, omaly, momba ny fanarahana ny fanaovana fanambaram-pananana amin’ny ady amin’ny kolikoly.

Azon’ny Bianco atao, manomboka izao, ny manamarina ny fanambaram-pananana izay apetraka ao aminy: na milaza ny zava-misy marina, na misy afenina. Manafaingana kokoa ny fomba fanenjehana izay. Taloha, raha misy tsy manao fanambaram-pananana, mbola maka vadintany ny Bianco. Ny vandintany no mampitandrina, vao afa-manenjika ny Bianco. Amin’izao, tsy ilaina intsony izany.

Nohamafisiny fa mbola manome fe-potoana ny Bianco amin’izao. Rehefa tapitra ny fe-potoana telo volana: manomboka ny fanenjehana, satria efa nanao fampilazana faobe ny Bianco.

Manao fanaraha-maso ny fampiasam-bola ny Bianco

Misy paikadim-pirenena iadiana amin’ny kolikoly, izay efa namaritra hoe tokony hametrahana fomba fiasa mahomby amin’ny fampiasana ireo fanampiana rehetra azo amin’ireo mpamatsy vola isan-tokony, araka ny fanazavany. Misy àry ny fanaraha-maso ny fampiasam-bola eny anivon’ny sampandraharaham-panjakana, kaominina…

Amin’izay fanatanterahana ny voalazan’ny tanjona amin’ny paikadim-pirenena izay amin’ny fahaizana mifehy sy ny fampiasana ny vola: nandray manampahaizana manokana momba ny ady amin’ny kolikoly ny Bianco, miara-miasa sy mifampizara traikefa aminy, nanomboka ny volana janoary teo: Florian Schatz, izay efa niasa tany Afrika, Amerika Latinina…

Mba hahitam-bokatra kokoa amin’izay ny ady amin’ny kolikoly, indrindra amin’ny « trondro vaventy« ?

R. Nd.

 

Tananews4 partages

Anjozorobe : pendant ce temps le fiston Rajaonarimampianina continue ses petites affaires

Toujours cette histoire de carrière à exploiter. Une insistance qui vire à l’obsession !

Et pour ça, le fiston à Papa use de tous les prérogatives de la puissance publique : police nationale, etc. pour parvenir à ses fins.

Et de quel droit se permet-on d’user et d’abuser ainsi de la puissance publique à des fins purement personnelles et intéressées ?

Parce-que mon papa est Président de la République et donc je fais ce que je veux ?

Mais ils se prennent pour qui ? Pour la famille du Roi Soleil ?

News Mada4 partages

Etazonia sy Madagasikara : feno 150 taona ny fifandraisana ara-barotra

Feno 150 taona, ny 14 febroary teo, ny nanaovan-tsonia ny fifanarahana ara-barotra sy ny firahalahiana ary ny fandriampahalemana eo amin’i Etazonia sy i Madagasikara. Niantombohan’izany ny sehatry ny varotra, toy ny ankamaroan’ny fifandraisana eo amina firenena roa samy hafa. Ny taona 1830, efa nisy tranombarotra amerikanina maromaro nanana solontena nipetraka tany amin’ny morontsiraka, indrindra ny tany Mahajanga sy Toamasina. Ny taona 1867, natao sonia ny fifanarahana ara-barotra teo amin’i Etazonia sy i Madagasikara, ka nisolo tena ny governemanta amerikanina tamin’izany i John P. Finkelmeier. Niroborobo ny fifanakalozana, teo antenantenan’ny taonjato faha-19, nitarika ho amin’ny fifandraisana ofisialy eo amin’ny firenena roa tonta.

Nisantaran’ny ambasadaoro amerikanina, Robert T. Yamate, ny fankalazana io daty manan-tantara io ny fiarahana miombom-po amin’ireo mpiasa malagasy ao amin’ny masoivoho amerikanina, ny 14 febroary teo. Ireo mpiasa malagasy izay afaka manome aina sy rohy mampifamatotra ny firenena roa tonta. Nankasitraka ny ambasadaoro amerikanina ny filohan’ny fikambanan’ny mpiasa malagasy, Ramiandrisoa Hery Zo,  ao amin’ny masoivoho, nandritra ny lahateny fohy nataony. Manamafy ny fifandraisana diplaomatika eo amin’i Etazonia sy i Madagasikara ireo mpiasa malagasy ireo.

Ny ambasadaoro Robert T. Yamate kosa, nanamafy fa santatra ny fankalazana ihany iny fotoana iny. Hisy ireo hetsika samihafa mandritra ity taona ity hoentina hanamarihana izany faha-150 taona eo amin’ny fifandraisana ara-barotra izany. Tsy ho diso anjara i Toamasina, toerana nipetrahan’ny kaonsily amerikanina voalohany.

R.Mathieu

News Mada4 partages

Université d’Antananarivo : signature d’une convention-cadre

«Concilier le monde scientifique et le monde économique  pour assurer le développement», c’est dans ce cadre que l’Université d’Antananarivo et la société Homéopharma ont signé une convention-cadre de partenariat «Université-Entreprise», hier à l’Université d’Antananarivo.

Ce  nouveau partenariat porte sur une convention spécifique et une valorisation des produits naturels (LCVPN) entre le Laboratoire chimie et de la faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo, dont le but est de collaborer dans le domaine de la recherche sur la chimie des produits naturels. Et une convention a également été signé avec l’Ecole supérieure des sciences agronomiques (ESSA), dont l’objectif est de travailler de concert dans le domaine de la recherche sur les produits d’origine naturelle et leur transformation, notamment sur leurs applications en nutrition, alimentation, cosmétique, pharmacie et parapharmacie.

«L’homéopharma possède un département de recherche et de développement, mais cela reste insuffisant. L’Université d’Antananarivo quand à lui détient un rayonnement et un fort potentiel dans ce domaine. C’est pourquoi  nous collaborons ensemble pour pouvoir développer quelques projets ensemble et renforcer l’encadrement des étudiants», a avancé Jean Claude Ratsimivony, Président-directeur-général (PDG) de l’Homéopharma.

Le partenariat entre les deux parties date déjà depuis quelques années. Près de quinze étudiants de l’Université d’Antananarivo effectuent des stages auprès de cette société chaque  année.

Riana R.

 

News Mada4 partages

Tsy fanatrehana fivoriana maharitra : andrasana ny fanapahan’ny HCC momba ny loholona Lylison

Ahoana marina ny amin’ny « Raharaha loholona Lylison René de Roland »? Andrasana ny fanapahan’ny HCC ny amin’ny tsy fanetrahany fivoriana maharitra…

« Anjaran’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) ny milaza hoe ekena sa tsia ny antony tsy azo anoarana tsy nanatrehan’ny loholona Lylison René de Roland fivoriana hatramin’izay. » Izay ny fanazavan’ny filohan’ny Antenimierandoholona, Rakotomanana Honoré, teny Anosy, omaly, momba ny « Raharaha loholona Lylison René de Roland » amin’izao fotoana izao.

Raha tsiahivina, tsy tonga nanatrika fivoriana izy hatramin’ny nikarohan’ny mpitandro filaminana azy noho ny fiantsoany tanàna maty, ny 25 mey 2016. Raha manatrika fivoriana izy: voasamboatra avy hatrany. Azo ekena ho antony tsy azo anoarana amin’ny tsy fiatrehana fivoriana ve izany?

Izay koa ny nangatahan’ny birao maharitry ny Antenimierandoholona ny hevitry ny HCC, raha mbola loholona ihany izy na tsia amin’izay tsy fiatrehana fivoriana maharitra izay.

Mifamahofaho ny raharaha

Mifangaro amin’izao fahazoany sazy tamin’ny fitsarana tampotampoka ny fanalana azy tsy ho loholona. Ny fanalana azy tsy ho loholona intsony no nanaovana ny raharaham-pitsarana tampotampoka sy tsy nampahafantarina mialoha?

Na izany aza, nambaran’ny filohan’ny Antenimierandoholona fa afa-manao fanohanana ny didim-pitsarana izy. Nefa nohazavainy koa fa tsy mitovy ny fanohanana na fanoherana didim-pitsarana sy ny fampiakarana fitsarana ambony.

« Amin’ny fampiakarana fitsarana ambony, afa-manao izany na ny tenan’ilay olona na ny mpisolovava na ny manampahefana », hoy izy. Amin’ny fanohanana, tsy maintsy ny tenan’ilay olona no mitranga eo amin’ny mpirakidraharaha ary milaza hoe manao fanohanana ny didim-pitsarana izay tsy natrehiny izy.

Hanao ahoana ny ho tohin’ny raharaha? Misy ny manahy izao ho politika…

R. Nd.

 

L'express de Madagascar4 partages

Consommation – Faible taux d’accès à l’eau potable

Le taux d’accès à l’eau potable ne dépasserait pas les 35% à Madagascar. La pérennisation des infrastructures fait défaut.

Faible accès. En 2015, les acteurs dans le domaine de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène ont avancé que le taux d’accès à l’eau potable était de 43%. De nouvelles études, « plus profondes », menées par le ministère de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène (MEAH), avancent que ce chiffre ne reflète pas la réalité. « Les résultats provisoires des études sur le budget programme par objectifs régionaux (BPPOR) dans 17 régions indiquent que le taux d’accès à l’eau potable à Madagascar avoisine les 30% à 35%. Bien que provisoire, nous estimons que ce taux se rapproche plus de la réalité », précise Fanantenana Rakoto­nirina, directeur du système d’Information et du Suivi-évaluation au sein du ministère de l’Eau, de l’assainis­sement et de hygiène (EAH). C’était à Antani­narenina, hier, dans le cadre de la validation des résultats de l’analyse et évaluation sur l’hygiène, l’assainis­sement et l’eau potable pour Madagascar.

Ressources insuffisantesSelon ces études, les régions de Melaky et d’Atsimo Atsinanana sont les plus vulnérables, contrairement à l’image véhiculée sur la sécheresse dans le Sud. « Ce n’est pas toute cette partie de l’île qui souffre de l’approvisionnement en eau », précise-t-il.Si on se réfère à ces chiffres, le taux d’accès à l’eau potable a plutôt tendance à la baisse. Ainsi, les efforts entretenus pour l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable sont vains. La pérennisation et la gestion des infrastructures sont remises en question. « La pérennisation des infrastructures n’est pas bien établie. Celles qui sont construites tombent rapidement en ruine. Il y a aussi une défaillance au niveau du contrôle », souligne ce responsable.Le ministre de l’EAH, Roland Ravatomanga, quant à lui, avance un grand manque de ressources financières. « Notre objectif est de ravitailler en eau potable tout Madagascar, mais on ne doit pas rêver, car pour atteindre cet objectif, il faut au moins 2 mil­liards ou de 3 milliards de dollars. Nous devrions établir nos priorités », dit-il.Pour définir la situation réelle des ressources financières à Madagascar, celles obtenues et celles nécessaires, le MEAH et ses partenaires ont procédé, à l’Ana­lyse et l’évaluation de l’Eau potable, de l’assainissement et de l’hygiène (GLASS), une initiative de l’Organisation des Nations-Unies-Eau (ONU-Eau) et mise en œuvre par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Roland Ravatomanga souligne également la mise en place du BPPOR, au niveau des communes. « Nous pourrons identifier à partir du BPPOR les besoins réels permettant la bonne gestion et la pérennisation des infrastructures », dit-il.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar4 partages

Pétanque – La bande à Trema vise un troisième titre

La délégation malgache, pour représenter  Madagascar à la septième édition du Star Master de Pattaya (du 22 au 26 février) quittera le pays, le samedi 18 février. La triplette porte-fanion de la Grande Ile a été connue à l’issue du tournoi de qualification de ce week-end, au gymnase couvert de Mahamasina.L’équipe vainqueur ayant décroché les tickets pour Thaïlande, est constituée cette fois, de Trema Rafetra­rinanja qui a déjà gagné un tournoi international de la Réunion en 2013, Taratra Andrisoa Rakotoninosy, membre de l’équipe malgache au dernier Masters de France et Tojolalaina Raha­rintsoa, dit « Cobra ».L’équipe sera renforcée par Herinaina Andriam­belosoa en tant que quatrième joueur et aussi  chef de la délégation malgache. Ce dernier est un habitué à ce rendez-vous d’envergure internationale des férus de la discipline.Ce président du comité d’organisation du 47e cham­pionnat du monde de pétan­que sur le sol malgache a déjà gagné deux titres à Pattaya : en 2014, en 2016 en compagnie d’Amir, Carlos et Jean.«On connaît bien les membres des équipes malgaches ayant déjà remporté ce Star Master de Pattaya et on s’est bien renseigné sur le niveau de la compétition… Les yeux du monde de la discipline seront braqués sur nous en tant que pays champion du monde en titre et aussi tenant du titre de la dernière édition … Mais cela nous encouragera et nous seront prêt à défendre le titre », a confié Trema Rafetrarinanja.« On a déjà bien fignolé et bouclé notre préparation avant le tournoi de qualification de ce week-end. On était plutôt occupé, cette semaine, par la préparation de nos passeports et visas pour le voyage », a souligné le boss de l’équipe.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar4 partages

Présentation de lettres de créances

Une valse de diplomates s’est tenue hier au palais d’État d’Iavoloha. Les ambassadeurs Zenne Sinombe du Botswana, Emmanuel Mwambade la Zambie et Paulino Jose Macaringue du Mozambique, ont présenté successivement, leurslettres de créances au président Rajaonari­mampianina. Le renforcement de la coopération bilatérale, en matière économique surtout, ainsi que des actions communes en faveur de la paix, la stabilité et la prévision des conflits ont été au centre des discussions lors des cérémonies d’hier à Iavoloha.

Tananews3 partages

Bois de rose : “nous serons complètement transparent”

Affirmation du Premier Ministre Olivier Mahafaly, à propos de la cargaison interceptée sur le navire Lumina.

Mouuuaiis. Le concept de transparence, chacun aura le sien.

Et pour ne pas sombrer en eaux troubles, il faudrait déjà peut-être commencer par donner le nom de la mystérieuse Yvette ?

Tananews3 partages

Jirama : “nos numéros verts sont joignables 7j/7”

Ah bon ?

Pourtant nous avons essayé 3 fois dimanche dernier tous leurs numéros vert et personne ne décrochait.

Nous reessayerons aléatoirement pour voir si c’est vraiment 7/7 ou bien si c’est “mamono telefonina” quand ça part en sucette.

News Mada3 partages

Ski Alpin : Malagaski en finale du slalom géant

Un pas de géant ! La combinaison numéro 163, flanquée vert blanc rouge, fera partie des finalistes du slalom géant des Mondiaux du ski Alpin à St-Moritz. En réalisant deux manches parfaites lors des tours qualificatifs, jeudi, Andy Randriamiarisoa alias Malagaski a créé la sensation en devenant le premier Malgache à figurer dans une finale des épreuves de ski Alpin qu’est le slalom géant.

Lors de la première manche, le skieur malgache a fini l’épreuve en un temps défavorable de 1’20’’47. Toutefois, c’était déjà un exploit contrairement aux autres qui n’ont pas franchi la ligne d’arrivée. Mais en vrai compétiteur, il s’est ressaisi lors de la deuxième manche pour signer un chronomètre de 1’16’’04 qui lui a permis de figurer dans la liste des finalistes composés de 75 skieurs. Avec un temps cumulé de 2’36’’5, Andy Randriamiarisoa a pris le 69e rang.

Place à la finale, ce jour, sur la piste des Mondiaux avec une attention particulière pour ceux qui peuvent suivre la compétition sur place ou sur le petit écran pour notre Malagaski national. Certes, la lutte pour le sacre lui semble inaccessible mais il mérite une meilleure finale après avoir écrit une nouvelle page de l’histoire du sport en général et du ski Alpin en particulier en devenant finaliste.

Mission accomplie

L’objectif était clair pour Malagaski, celui d’acquérir un maximum d’expériences. Ce qui est largement acquis après cette qualification contre toute attente en finale. A lui de continuer sur cette lancée, demain samedi lors du slalom, la deuxième épreuve dans son programme. Un meilleur parcours dans cette épreuve, va grandement l’aider dans sa quête d’une qualification pour les Jeux Olympiques d’hiver de 2018.

Naisa

Tananews3 partages

Et c’est seulement en entamant la 4ème année de son mandat qu’il commence à s’intéresser aux éne...

Le copinage avec les copains pétroliers était donc si fort que ça ?

Gouverner c’est prévoir : dans 50 ans il n’y aura plus de pétrole, il serait sans doute temps de commencer à y songer ?

Ou bien c’est : “Je m’en fous, de toutes les façons je serai déjà mort dans 50 ans, après moi le déluge” ?

On comprend mieux maintenant pourquoi ce pays n’a eu de cesse de régresser depuis .. ces 50 dernières années.

Un pour tous. Tous pour le 3V.

Tananews3 partages

“Il y aura des surprises, ce sera le mois de l’internet”

Beaucoup de promesses de la part de Telma à destination de ses abonnés, pour se faire pardonner des 18 jours de coupure internet.

Euh oui d’accord mais plus concrètement ? Car les promesses à Babakoto Land hein.

On verra bien au mois de mars si ce sera un vrai geste commercial ou une énième opération promotionnelle “on te donne un cadeau si tu dépenses“.

L'express de Madagascar3 partages

Transport maritime – Réunion entre le secteur privé et l’État sur l’ACD

Le système « advance cargo declaration » sera au centre des discussions entre le gouvernement et les membres du secteur privé. Cette réunion risque d’être houleuse.

Le secteur privé remet sur la table de discussion l’application de l’advance cargo declaration (ACD). Ainsi, une réunion des groupements patronaux d’entreprises avec l’État se tiendra au début de la semaine prochaine, soit le 20 ou 21 février, d’après notre source auprès du secteur privé.  Jusqu’ici, les réactions se font attendre au niveau du secteur privé concernant l’application de cette nouvelle redevance exigée aux opérateurs d’import/export. « Nous devrons attendre l’issue de cette réunion pour donner nos réactions », a indiqué notre source.Après avoir annoncé la suspension de l’ACD, en février 2016, le gouvernement revient sur sa décision. Il a l’intention de relancer ce système au niveau des ports internationaux. Dans une note explicative, l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF) rappelle la nécessité de faire payer des redevances sur toutes les marchandises passant au port.La discussion entre les deux parties risque d’être houleuse. L’application d’une telle redevance avait irrité les membres du secteur privé. Ils ont fait bloc devant la décision du gouvernement d’appliquer ce système.

SuspensionEn juillet 2015, 21 groupements professionnels ont demandé au régime Rajao­narimam­pianina d’annuler la mise en place de ce système ACD à Mada­gascar.Les membres du secteur privé avaient même claqué la porte de discussion dans le cadre du dialogue politique privé face à l’intransigeance des autorités. Mais, le gouvernement a fini par céder face aux pressions du secteur privé. Il avait annoncé la suspension de l’application de cette redevance portuaire.Un an plus tard, le gouvernement, à travers l’APMF, revient sur cette décision et décide de remettre sur le pied le système ACD. Pour justifier cette décision, l’APMF avance la recommandation des gardes côtes américaines quant à la mise en œuvre du code international sur la sûreté des navires et des installations portuaires, communément appelé Code ISPS au niveau des ports internationaux de la Grande île, pour des raisons de sûreté et de sécurité maritime.« Des recommandations ont été déjà émises à l’issue des visites et de l’évaluation formelle de l’US coast guard des Etats-Unis d’Amérique à l’endroit de l’autorité maritime de Madagascar durant ces deux dernières années », peut-on lire dans la note explicative. Pour faire avaler la pilule, l’APMF avance même les menaces qui planent pour nos ports internationaux. « Le retard excessif, voire l’abstention à l’application au sens strict de ce code ISPS va nous entraîner certainement vers la complication de la desserte de nos ports à trafics internationaux qui seront qualifiés de ports non sûrs ou “unsafe ports”», indique la missive.Pris au dépourvu par cette intention de l’administration, certains opérateurs affichent déjà leur déception de cette décision gouvernementale et la manière d’appliquer le dialogue public-privé. Les deux parties ont décidé que toutes les décisions économiques doivent faire l’objet de concertation.

Lova Rafidiarisoa

News Mada2 partages

Condamnation de Lylison : le Mapar dénonce un harcèlement politique

Le groupement politique auquel appartient le sénateur Lylison René de Roland a réagi hier sur sa condamnation. Pour le Mapar, il s’agit d’un harcèlement politique envers les opposants.

De la chasse aux opposants. C’est le qualificatif donné par le parti «Miaraka amin’i Prezidà Andry Rajoelina (Mapar)», à propos de la condamnation par la justice du sénateur Lylison le 14 février dernier. Réagissant à cette affaire, lors d’une rencontre avec la presse à Ambodivona hier, la formation de l’ancien Président de la Transition a réclamé entre autres l’arrêt immédiat du jugement rendu «par défaut» à l’encontre de l’élu de Mahajanga.

«Nous réclamons aussi l’arrêt des harcèlements et la chasse à ceux qui sont en désaccord politique avec le régime», a déclaré le sénateur Paul Bert, après lecture du communiqué y afférent. Le parti ajoute par ailleurs que le pouvoir devrait prioriser la recherche de solutions idoines aux difficultés quotidiennes vécues par les Malgaches.

En l’absence du concerné, le Tribunal de première instance d’Antananarivo a condamné le sénateur Lylison à un an de prison ferme à l’issue d’un procès «secret» tenu le 7 février dernier. Une décision qui, aux yeux des observateurs avertis, semble plus politique que juridique. «C’est la preuve du non-respect de loi et l’existence d’une dictature», a indiqué le Mapar. A travers cette réaction, la défense du sénateur n’entend probablement pas interjeter appel du jugement de la justice.

Risque de tension

Sous le coup d’un mandat d’arrêt, depuis l’appel à la tenue d’une ville morte qu’il a lancé le 23 mai 2016 dernier, le sénateur Lylison demeure jusqu’ici introuvable. Ce qui ne l’empêche pas de s’exprimer de temps en temps à travers les réseaux sociaux. L’élu de Mahajanga est incriminé, entre autres, de trouble à l’ordre public et atteinte à la sûreté de l’Etat. C’est d’ailleurs sur ces mêmes chefs d’inculpation que le verdict a été rendu le 14 février dernier. Selon Christine Razanamahasoa, ancienne ministre de la Justice durant la Transition et figure du Mapar, «Le fait d’avoir lancé une opération ville morte ne conduit nullement à une atteinte à la sureté de l’Etat».

Le verdict remet par ailleurs sur le tapis le bras de fer permanent entre le régime et le parti Mapar depuis le début de la quatrième République. Au moment où la tension sociale semble être à son paroxysme, cela risque d’aggraver encore plus le malaise existant entre le régime et ses administrés. «Cette affaire n’apportera nullement l’apaisement dans le pays qui se trouve aujourd’hui dans une situation inextricable. Au contraire, cela risque de faire monter d’un cran la tension socioéconomique et politique», a indiqué cette formation politique.

Rakoto

 

News Mada2 partages

Fanamelohana higadra herintaona an-tranomaizina : takin’ny Mapar ny hanafoanana ny didim-pitsarana ho an...

 Nivoaka amin’ny fanginany ary nanao fanambarana ny Mapar. “Mitaky ny fanafoanana ny didim-pitsarana ny loholona Lylison izahay. Takina koa ny hampitsaharana ny antsojay sy fanenjehana ireo tsy mitovy hevitra ara-politika amin’ny mpitondra”, hoy izy ireo tetsy Ambodivona, omaly. Mbola notakin’izy ireo koa ny hifantohan’ny fanjakana amin’ny famahana ireo olana mianjady amin’ny vahoaka tena sahirana ankehitriny.

Nialoha izany, helohin’ny Mapar ny nampamoahan’ny fanjakana didim-pitsarana managadra ny loholona Lylison, tsy nanao fanakorontanana na nitaona vahoaka hidina an-dalambe. “Niantso ny rehetra hisaintsaina any an-trano momba ny zava-misy eto amin’ny firenena izy”, hoy izy ireo.

Tsy fanajana ny lalàna

Nambaran’ny Mapar koa fa voaporofo ny tsy fanajana ny lalàna velona sy ny fanaovana jadona eto amin’ny firenena amin’ny nanatanterahana ny fitsarana, tsy misy fiantsoana na fampandrenesana ny loholona Lylison sy ny mpisolovava.

 Nohitsin’ireto mpomba an-dRajoelina ireto fa tsy hitondra fitoniana eto amin’ny firenena, efa latsaka an-katerena tanteraka sy anaty fahantrana lalina izao. “Vao mainka aza hampitombo ny savorovoro ara-tsosialy sy toekarena ary politika eto izany”, hoy izy ireo.

Hanafoana sy hiverina amin’ny didy efa navoakany ny fitsarana manoloana izao fitakian’ny Mapar izao ?

Synèse R.

Sary : Fano

News Mada2 partages

Vonoan’olona tamin’ny fomba feno habibiana – Ilakaka : karan-doha sisa, tsy teo intsony ny atidohan...

Nohanin’ny alika sa nesorin’ireo namono azy mihitsy ? Asa, fa ny karan-dohany sisa tazana, tsy tao intsony ny ati-dohany. Teo amoron’ny lalam-pirenena faha-7, tany Ilakaka no nahitana fatin’ity lehilahy saofera, novonoina tamin’ny fomba feno habibiana tokoa.

Karan-doha sisa, tsy nisy taolan-tenda intsony… izay no faty hitan’ny olona tany Ilakaka, tany amin’ny fokontany Manombobe, tsy lavitra ny restaurant Tailandey, ny alarobia teo. Novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ilay lehilahy hita faty io. Efa karana sisa ny lohany, izay voalaza fa nisy nanala tao ny atidohany.

Tonga teny an-toerana ny zandary sy ny fokonolona ary ny dokotera nizaha ity razana ity.  Fanatra fa novonoina tany amin’ny toerana hafa ity olona ity, ary nariana teny amin’io nahitana azy io ny fatiny. Nisy nahalala ihany izy izy io ka voalaza fa olona namonjy asa hanao saofera any Ilakaka ny antodian’ilay lehilahy io. Olona avy any Ambovombe Androy izy io.

Milaza ny olona any an-toerana fa tsy mbola nisehoana famonoan’olona tamin’ny fomba feno habibiana toy izao. “Miseholany ny tsy fandriampahalemana aty aminay. Izao indray misy ny vonoan’olona mahatsiravina”, hoy ny mponina. Nampiely ny feo ny amin’ny fisiana halatra taova noho ny fahenoan’ny olona fa tsy nisy atidoha intsony ilay razana. Efa mandray an-tanana ny fanadihadiana ny zandary any Ilakaka manoloana ity vonoan’olona ity. Raha ny vaovao voaray, tsy mbola nisy aloha ny olona ahiahina momba ity tranga ity. Efa anatin’ny famotorana tanteraka ny mpitandro filaminana.

Lehilahy nisy namono tany Morarano

Ankoatra ity tany Ilakaka ity, fatin-dehilahy iray koa no hitan’ny olona, tany Morarano Maevatanàna ny talata lasa teo. Nampilaza ny zandary ny fokonolona fa misy fatin-dehilahy hita any an-toerana. Tsy fantatra na avy aiza na iza ity lehilahy maty ity, tsy nisy taratasy nahafantarana ny momba azy. Nidina tany amin’ny toerana voatondro ny zandary sy ny dokotera nijery ny zava-misy. Araka ny fizahana, maty nisy namono ity lehilahy ity ary nahitana ratra ny tarehiny. Mandeha ny famotorana momba ity vonoan’olona ity.

Santionany amin’ny endriky ny tsy fandriampahalemana eto amintsika ihany ireto tany Ilakaka sy Maevatanàna ireto. Mandry tsy lavo loha ny olona, kanefa ankoatra izany, miaina anaty krizy ihany koa ka tsy mahagaga raha mirongatra ny karazana haratsiana rehetra.

Yves S.

 

News Mada2 partages

Andron’ny sekoly : nahazo fanampiana ny Akamasoa

 Ho fanamarihana ny “Andron’ny sekoly”, notoloran’ny vadin’ny filoha tamin’ny alalan’ny senatera Rason Vola fanampiana ny fikambanana Akamasoa eny Andralanitra. Nozaraina nandritra ny hetsika ny akanjo fitondra manao baolina 504, baolina 10, baolina basikety 10 koa, vary 100 gony ary menaka 120 litatra, boatin-dronono 250, siramamy dimy gony. “Manampy betsaka ny tohana tahaka izao” hoy ny mpitantana ny Akamasoa, ny mompera Pedro Opeka satria ahafahana manome sakafo any an-tsekoly ny ankizy rehetra mianatra. Tanjon’ny fikambanana rahateo ny tsy hisian’ny zaza mirenireny sy matory an-dalana intsony eto an-dRenivohitra.

Manana kianja filalaovam-baolina ny fikambanana ka azo ampiasaina tsara ireo baolina vaovao ho fialambolin’ny ankizy rehetra tezaina ao.

Vonjy      

News Mada2 partages

Journées des écoles : la 1ère dame gâte Akamasoa

Les occasions ne manquent pas pour la Première dame, Voahangy Rajaonarimampianina, de manifester son appui en faveur du centre Akamasoa, à Andralanitra. A l’occasion des Journées des écoles, célébrées via des manifestations culturelles et des rencontres sportives interclasses, l’épouse du chef de l’Etat a remis un don de PPN et d’équipements sportifs au profit des élèves du centre.

Il s’agit notamment de 504 maillots de foot et de basket, d’une vingtaine de ballons pour ces deux disciplines sportives. 100 sacs de riz, 120 litres d’huile alimentaire, 250 boîtes de lait concentré et 5 sacs de sucre, y figurent également pour ravitailler la cantine scolaire du centre. Le staff de la Première dame a été dépêché sur les lieux avant-hier pour remettre ce don entre les mains des bénéficiaires.

«De tels appuis sont précieux pour les écoles d’Akamasoa qui accueillent actuellement 13.500 élèves», a souligné le Père Pedro. Mise à part la gratuité de leurs études, ces derniers bénéficient quotidiennement d’un repas scolaire durant les jours de classe pour les aider à mieux se concentrer dans leurs études. Le centre Akamasoa, avec l’appui de ses partenaires, fait de son mieux pour honorer le défi de son fondateur, le Père Pedro, celui d’éduquer tous les enfants en âge scolaire, leur donner à manger et leur offrir un endroit où habiter…

Fahranarison

Tananews2 partages

“Les efforts déployés par les services de la Météorologie et la Jirama et le gouvernement ont porté ...

Affirmation du Premier Ministre Olivier Mahafaly.

Ah, toutes les pluies de ces derniers jours étaient donc toutes artificielles ?

Dans ce cas c’est bien de nous avoir écouté car nous avons toujours soutenu que c’était moins cher de tirer dans les nuages plutôt que que de faire tourner les tonneaux des Danaïdes groupes thermiques de la Jiramaty.

De l’autre côté il est donc encore trop tôt pour se gargariser sur “la fin du délestage” tant que ce ne seront pas de vraies pluies naturelles qui tomberont car sans eaux en quantité suffisante et en continu, les turbines hydroélectriques ralentiront progressivement et donc retour à la case délestage.

L'express de Madagascar2 partages

Le Paquebot MS Island Sky attendu à Maha­janga

Le paquebot MS Island Sky fera escale dans la Baie de Bombetoka à Mahajanga ce dimanche. Classé dans la catégorie 4 étoiles, le paquebot MS Island Sky est destiné à des croisières de luxe partout dans le monde. D’une capacité de 100 passagers, il pos­sède 5 ponts, 55 suites,2 bars, un grand restaurant et même une «station thermale». Les passagers effectueront une visite du Parc National Ankara­fantsika.

L'express de Madagascar2 partages

Contrôle des états de paie à Itasy

Des agents du ministère des finances et du budget (MFB) vont procéder au contrôle des états de paie dans la région d’Itasy. D’après la direction générale de la gestion financière du personnel de l’Etat (DGGFPE), cette mission de contrôle vise à l’amélioration de la gouvernance financière du personnel de l’État, et la mise en opération d’un système d’information adéquat et pérenne pour le contrôle des états de paie qu’est le logiciel AUGURE ou Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources Humaines de l’État.

Madaplus.info1 partages

Tourisme : Madagascar une destination de luxe?

Le tourisme demeure l’un des secteurs les plus promettant pour l’économie malgache et la beauté de l’Ile joue un rôle important pour cela.
Pour cette année 2017, le ministère du Tourisme prévoit l’atteinte de 366 000 visiteurs. De plus, le tourisme de luxe commence à avoir sa place à Madagascar. Le paquebot MS Island Sky classé catégorie 4 étoiles fera une escale dans la baie de Bombetoka à Mahajanga le 19 février prochain. Une visite du parc national Ankarafantsika sera au programme pour ces touristes. L’écolodge de luxe Miavana sur l’île Ankao dans le Nord a aussi prévu d’ouvrir ses portes en avril prochain. Cet hôtel extra luxe figurait déjà dans le top 10 des îles privées à visiter dans le monde en 2016.
Madaplus.info1 partages

L'ONG ÉCOLES DU MONDE fête ses 20 ans.


Tananews1 partages

Marine le Pen à 26% au premier tour

Intéressant. Donc si on prend un groupe de 100 électeurs, qu’on les aligne.

26 d’entre eux adhérent donc aux idées des fâchos du Front national ?

Elle est belle la France dites donc.

News Mada1 partages

Fikambanana Fitohasina : « Famitranam-pihavanana ny taom-baovao Malagasy »

Hankalazaina ny 28 marsa izao ny taom-baovao Malagasy. Homarihina etsy  Mahamasina izany. Nitondra fanazavana momba izany ny anisan’ny mpikarakara ny hetsika.

Famitranam-pihavanana ho an’ny firenena ka hampisy firaisankina tanteraka ny Malagasy ho hery enti-mampandroso ny firenena ny taom-baovao malagasy.  Fanarenana ny hasina, tsy nipetraka araka ny tokony ho izy eo amin’ny firenena koa. Toy ny ota fady maro samihafa, ny tsy nety rehetra teto…”, hoy ny avy amin’ny fikambanana Fitohasina, anisan’ny mikarakara ny taom-baovao malagasy.  Nohamafisiny fa fitsofan-drano sy fifampirarian-tsoa ary fanolorana  jaka, hena manitra, nofon-kena mitam-pihavanana sy mari-pahatsiarovana hifanaovan’ny zanaka sy ray aman-dreny ny tonon-taona tahaka izao. “Fomba efa nolovaintsika taranaka tamin’ireo razantsika izany ”, hoy ihany izy. Hankalaza izany amin’ny  fomba manetriketrika isika, hotronon’ireo olobe, ampanjaka, tangalamena sy ireo mpitana ny maha-Malagasy avy amin’ny faritra. Manomboka ny 25, 26, 27, ary ny 28 marsa ny taom-baovao. Hatao etsy Mahamasina izany amin’ny maha toerana manana ny hasiny sy ny tantarany manokana, mampiavaka azy eto amin’ny firenena. Hamerenana indray ny lanonanam-pankalazana, araka ny nambarany ihany.

Tsiahivina fa ny 28 marsa 2017 amin’ny  5h 58mn ora eto amintsika fa amin’ny 2h 58mn amin’ny ora iraisam-pirenana no mifanitsy ao amin’ny antokom-bintana alahamady ny volana sy ny masoandro raha jerena avy aty an-tany. Voamarina amin’ny  “ephemeride” iraisam-pirenena, ampiasain’ny mpanandro rehetra maneran-tany  izany. Andro voalohany amin’ny  volana voalohany amin’ny  taona,  izany hoe vava alahamady ny taom-baovaontsika.

Synèse R.

News Mada1 partages

Chronique : racket à bon port

Climat d’insécurité oblige, ne peut se targuer d’être « bon port » qui veut. Pour obtenir le label une condition : cracher au bassinet, tout un maillage de rançonnage qu’exigent les grandes puissances parmi lesquelles les USA. Tel est du moins l’argument qu’avance l’Agence Portuaire Maritime et Fluviale pour réactualiser une mise en application du système Advance Cargo Declaration, système tant décrié que rangé au placard. Cette prétention de l’APMF ainsi présentée contredit une communication officielle de l’Ambassade des Etats-Unis qui déclare que l’ACD ne fait pas partie des exigences pour la sécurisation du transport maritime.

Au-delà des débats que soulève cette mesure qui se résume à un moyen destiné à faire rendre gorge à la chaine allant des opérateurs jusqu’aux consommateurs, le fait d’envoyer de simples agents d’exécution au casse-pipe pour servir de bouclier à propos de dossier brûlant semble se généraliser en méthode de gouvernement, ce qui ne témoigne pas d’un courage politique.

Dans la période délicate au plus fort des délestages, las des critiques le pouvoir s’est réfugié dans le mutisme en délégant à la Jirama la charge de communiquer et ainsi d’encaisser les tombereaux de lazzis déversés par le public, comme si au-delà des circonstances particulières les délestages ne relevaient pas des conséquences d’une politique de l’énergie.

Ici pour réanimer le système ADC on mande l’APMF, une simple agence nationale, pour faire le sale boulot et recevoir les coups tant la question soulève polémique. Il n’est pas interdit du reste de s’interroger sur les raisons de cette initiative. Lors des débats qui ont abouti à l’ajournement de cette mesure, il est apparu qu’outre le fait qu’elle pénalise davantage le mécanisme des prix dont déjà souffrent et la population et l’économie, elle handicape de surcroit l’exportation qui peine suffisamment pour conquérir une place sur un marché où la concurrence est rude, alors qu’à l’inverse dans ces circonstances nombreux pays apportent des aides masquées au profit de leurs opérateurs.

Pourquoi agit-on autrement dans le pays ? La réponse se trouve dans la question, à qui donc profite l’ACD ? Démonter le système afin de faire la transparence : qui sont les percepteurs, les bénéficiaires in fine et qui au passage trouvent à se sucrer.

Léo Raz

News Mada1 partages

IIIG Hangar : appui du Scac à Antohomadinika

L’ONG ATD Quart Monde envisage la réalisation d’un projet portant sur la promotion du fokontany d’Antohomadinika IIIG Hangar pour un cadre de vie décent et un renforcement de la citoyenneté.

Le projet, financé à hauteur de 14.200.000 ariary par le Service de coopération et de d’action culturelle de l’Ambassade de France, prévoit le revêtement en pavés écologiques de 125 mètres linéaires des ruelles du secteur II du fokontany ciblé et la réalisation de caniveaux cimentés contigus aux ruelles pavées. Il prévoit de consolider les acquis de la RF2 pour former un partenariat avec l’association Miharisoa, fabricant local de ce matériau. La structure  RF2 pourra assurer sa mission première de service journalier d’assainissement sous l’encadrement du fokontany avec ce renforcement de son fonctionnement et de sa capacité, d’après les volontaires de l’ONG ATD Quart Monde, responsable du projet.

Suivant une étude de l’ONG ATD Quart Monde, la plupart des caniveaux d’évacuation de ce fokontany étendu sur une superficie de 11 hectares sont réalisés à même le sol et à ciel ouvert et sont  bouchés par toutes sortes de déchets. Les résidants risquent l’épidémie à cause de la montée des eaux insalubres puisque le canal C3 ne joue plus son rôle de collecteur, faute de maintenance.

Le projet démarrera le 31 octobre 2017 au plus tard.

Manou

 

Tananews1 partages

Affaire Lylison : le MAPAR monte au créneau

Le parti d’Andry Rajoelina a sorti un communiqué condamnant ce verdict de 1 an de prison, jugement rendu par contumace rappelons le.

Jugement par contumace ? Mais justement, ce n’était pas la spécialité des gens du MAPAR quand ils étaient au pouvoir ?

Absolument semble acquiescer Marco.

Ceci étant, sur le fond, appeler à une ville morte et donc à une grève générale en quoi c’est une atteinte à la sûreté de l’Etat ? Si on peut même plus gueuler en restant chez soi et en invitant les autres à faire de même mais où va-t-on ?

On bien ils préfèrent peut-être que l’on aille sur le 13 mai ou que l’on marche sur Iavoloha ? Il n’y a qu’à le demander dans ce cas.

 

L'express de Madagascar1 partages

Maevatanàna – Les dahalo s’emparent d’un troupeau

Six bandits ont mis la main sur le bétail de l’ex-ministre de la Défense de la Transition. Le troupeau a été récupéré en totalité.

Des dahalo qui ne manquent pas d’audace. Malgré leur faible nombre, six voleurs de bétail se sont attaqués au troupeau du général de division Noël Rakotonandrasana, ministre de la Défense nationale du temps de la Transi­tion. Tentant le tout pour le tout, cette poignée de bandits de grand-chemin a sévi au soleil couchant, avant que le village pris pour cible, ne soit plongé dans le noir. L’attaque a été perpétrée en fin d’après-midi. Brandissant chacun un fusil de chasse, les malfaiteurs ont assailli le village de Bemangotraka Mahazoma, dans le district de Maevatanàna, dimanche,  aux alentours de 17 heures.

PaniqueN’ayant rencontré aucune résistance sérieuse, les brigands, forts de leurs fusils, se sont emparés du bétail de l’officier-général et ancien membre du gouvernement, aujourd’hui à la retraite.De source auprès de la gendarmerie, les malfaiteurs ont fait main basse sur une soixantaine de têtes de bovidés. Sitôt le troupeau tombé entre leurs mains, ils ont pris  la fuite. Pendant que les dahalo prenaient le large, l’alerte a été donnée dans le village. En moins d’une dizaine de minutes, la nouvelle a fait le tour des environs. Alertés par le chef fokontany de Bemangoraka Bongolava, le fokonolona ainsi que les habitants rassemblés par le pacte villageois du district, ont d’emblée engagé une poursuite. Des gendarmes du poste fixe de Mahazoma, sous la direction de la brigade territoriale de Maevatanàna leur ont prêté main forte.Ralentis par le troupeau dérobé, les fuyards ont été rattrapés avant la tombée de la nuit.En voyant au loin la silhouette de la horde de villageois armés, de surcroît appuyés par la gendarmerie, lancée à leurs trousses, les voleurs de zébus ont abandonné leur butin pour s’évanouir dans la nature. Un heurt armé qui s’annonçait violent a été évité et le troupeau a été, dans la foulée, récupéré en totalité.En continuant la poursuite déjà engagée, le fokonolona ainsi que le gendarmes ont passé au peigne fin les environs pour remonter les traces des malfaiteurs, mais ces derniers ont réussi à les semer. Le bétail a été restitué au propriétaire. Entre-temps, les éléments du poste fixe de Mahazoma ont ouvert une enquête en travaillant de concert avec  la brigade mère.

Andry Manase

L'express de Madagascar1 partages

Ilakaka – Découverte d’un corps défiguré

Troublante découverte macabre. Disparu depuis vendredi, un homme de70 ans a été retrouvé mort, au bord de la RN7 à Ando­han’Ilakaka, trois jours plus tard. L’état de sa dépouille a de quoi heurter les âmes sensibles. Le défunt est défiguré, à tel point qu’on aurait pu penser que toute la chair sur son visage a été dévorée par un fauve, à moins d’avoir fondu sous l’effet d’un acide à forte concentration, par exemple. Le reste de son corps était, par contre, intact. De surcroît, il avait encore sur lui tous ses vêtements. Depuis qu’il n’a plus donné aucun signe de vie, les personnes de sa connaissance, rongées par l’inquiétude, ont multiplié les recherches. Ayant commencé à baisser les bras après quelques jours de vaines recherches, elles étaient pétrifiées d’horreur en retrouvant la dépouille du septuagénaire.Le défunt a vécu à Ambovombe Androy. Chauffeur de métier, il est venu s’installer à Andohan’ Ilakaka depuis le mois de janvier, lorsqu’une personne qui lui avait proposé du travail l’y avait conduit.Une semaine plus tard, le mystère est toujours entier sur les circonstances de son décès. Les forces de l’ordre ont ouvert une enquête. La dépouille a été conduite dans la région Androy, pour les funérailles.

A.M.

L'express de Madagascar1 partages

Condamnation du sénateur Lylison – Timide réaction du clan Rajoelina

Le MAPAR a réagi, hier, à la condamnation « par défaut » du sénateur Lylison. Une réaction brève, qui laisse penser qu’il s’agissait juste de s’afficher.

Pour la forme. Le groupe des partisans de Andry Rajoelina (MAPAR) a organisé « une conférence de presse », hier à Ambodivona, pour contester la condamnation « par défaut » du sénateur Lylison René de Roland.Une sortie médiatique qui s’est résumée en la lecture d’une déclaration par le sénateur Paul Bert, avec à ses côtés la plupart des élus et ténors de l’écurie Orange. Une déclaration de quelques minutes, durant laquelle les arguments que sont « l’illégalité » du procès, étant donné que l’accusé et son avocat n’ont pas été informés, ou encore que cet acte aura des conséquences sur « l’apaisement » escompté dans le pays, ou encore n’est nullementla solution pour résoudre les problèmes socio-économiques, ont été mis en exergue.

OuvertureBien qu’une revendication d’annulation de la condamnation « par défaut » de l’ancien commandant des Forces d’intervention spéciale (FIS), ou encore l’arrêt des « représailles contre ceux qui ne partagent pas les mêmes idées politiques » que le pouvoir ait été lancée hier, il semble que MAPAR ait décidé d’organiser cette pseudo « conférence de presse » parce que les circonstances l’imposaient. Que n’ayant pas de possibilité d’action, il fallait juste afficher une solidarité envers l’un des leurs.La suite à donner au verdict à son encontre dépend, en effet, du sénateur Lylison qui est toujours en cavale. Absent durant le procès et sous le coup d’un mandat d’arrêt à l’audience, l’officier supérieur de la gendarmerie sera certainement appréhendé dès qu’il pointera le bout de son nez. Sortir de sa cachette est pourtant,  nécessaire pour qu’il puisse faire opposition à sa condamnation ou interjeter en appel.Les tourmentes judiciaires du sénateur élu à Maha­janga et ses rebondissements, cette semaine, sont, d’un autre côté une aubaine pour MAPAR d’occuper à nouveau la scène médiatique et politique.Une ouverture pour dénoncer les « excès » des tenants du pouvoir, et qu’elle n’apas ratée. à l’écoute de la déclaration d’hier, outre affirmer son soutien au colonel Lylison, il s’agissait aussi de tacler le pouvoir en place.« Ce procès prouve le non-respect de la loi et la tendance dictatoriale dans le pays », soutient MAPAR. Outre les fidèles de l’ancien président de la Transition, la ligne d’opposition « Mitsangàna ry Malagasy » (MRM) s’est également engouffré dans la brèche, et vilipende ce qu’il qualifie de « dérives » du pouvoir. « Le régime crée lui-même une atmosphère de tension politique qui pourrait aboutir à son instabilité (…) un mandat d’amener à l’encontre du sénateur Lylison René de Roland ne résout en rien les problèmes réels que vit la population au quotidien, à l’heure actuelle », argue le MRM.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

La CNIDH chez le Premier ministre

Les membres de la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH) ont effectué une visite de courtoisie à Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, à Mahazoarivo hier. Une rencontre où ont été discutés le soutien de l’État aux travaux de la CNIDH, ou encore la facilité de décaissement de son budget, ainsi que la vulgarisation des principes des droits de l’Homme auprès des citoyens. L’urgence, actuellement, est la lutte contre le fléau des vindictes populaires.

L'express de Madagascar1 partages

Session inaugurale du HCDN

A l’issue du conseil des ministres de mercredi au palais d’État d’Iavoloha, Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, a présidé une session inaugurale du Haut conseil dedéfense nationale (HCDN) selon un communiqué de la Présidence. Une réunion qui a servi, selon la missive, à marquer le lancement de cet organe et à rappeler sa vocation qui, d’après la Constitution, est d’assister le chef de l’État et de veiller à la coordination des actions confiées aux forces armées, afin de préserver la paix sociale.

L'express de Madagascar1 partages

Trois mois pour se soumettre à la déclaration de patrimoine

En marge de la présentation d’un expert international qui appuiera le Bureau indépendant anti-corrup­tion (BIANCO), à l’hôtel Ibis, Ankorondrano, Jean Louis Andriamifidy, directeur général de cet organe, a déclaré qu’il ne reste plus que 3 mois aux assujettis à la déclaration de patrimoine pour se conformer à la loi. À l’issue de ce délais, le Bureau d’Ambohibao passera à l’application de la loi afin de sanctionner les récalcitrants.

L'express de Madagascar1 partages

La « vaccination » pratiquée dans l’ile depuis longtemps

«L’esprit médical malgache à travers ses proverbes ou oha­bolana. » C’est le titre d’une étude réalisée par le Dr Tsimahafotsy Randria­maro qui l’illustre par des proverbes se rapportant à la santé, aux maladies, aux remèdes, à la vie et à la mort. Les Malgaches, soutient-il, ont une croyance innée en l’immortalité. Malgré certaines formes humoristiques de dictons, ils ont le culte des ancêtres et des morts, tout comme ils ont un grand respect pour les malades.Il n’en donne pas une traduction littérale, essayons surtout d’en souligner le sens. « Les malades sont de nobles souverains. » – « Ne sois pas tranquille quand tu es malade, comme un chassieux (ophtalmie purulente) qui a un bon oreiller » (sommeil tranquille).« Pousser comme un asthmatique des ronflements sans être endormi. »« Ne faites pas comme un lépreux qui nage, mais se noie en atteignant le but. » Le Dr Randriamaro explique que, n’ayant plus de doigts par mutilation de la lèpre, il ne peut plus s’accrocher à la rive et se laisse couler.« Il est fou celui qui gratte toujours sa gale, bientôt il aura un eczéma. » – « Être de grands amis quand on est malade, mais se chamailler jusqu’à bruler la maison quand on est en bonne santé. »– « Grand malade sans couverture, si la maladie ne le tue pas, le froid l’achèvera.» – « Beaucoup ont des becs-de-lièvre, mais ceux qui ont le nez rongé de syphilis sont beaucoup plus à craindre.»« On n’est pas un homme si on n’est pas éprouvé par (vacciné de) la fièvre. » Un autre médecin, le Dr Ramisaray fait observer que la technique de la vaccination est déjà pratiquée autrefois avant la découverte du vaccin jennérien par les guérisseurs malgaches. Ils se servent alors de la croûte grisâtre des pustules à la période de dessiccation. Des scarifications légères sur une partie du corps provoquent quelques éruptions bénignes qui immunisent contre les piqûres de scorpion : scarification au bout du doigt et de la langue avec un peu de liquide provenant de la macération de la queue du scorpion !« Fièvre d’Avaradrano, les remèdes réputés sacrés ne font pas de miracle. » Autrefois dans l’Avaradrano, région Nord-Est de l’Imerina, indique le Dr Randria­maro, des épidémies périodiques de fièvres pernicieuses sévissent. Devant le nombre de morts, l’inefficacité des remèdes devient proverbiale.« Maladies épidémiques d’Imamo (la région au Sud-Ouest de l’Imerina), ceux qui ne sont pas fauchés par la mort gardent un gros ventre » (splénomégalie).« Soldats de l’armée de Rainingory reviennent couverts d’ulcères. » Ce dicton est né d’un fait : le service sanitaire de l’armée de ce général laissait à désirer.«Ne prépare pas de remèdes à la façon de Rabetsiafindra, il sait en préparer pour les autres et pas pour lui- même. » – « Ne te crois pas le fils de Mpisikidy (guérisseur) qui ne tombera jamais malade, tout comme le fils du forgeron qui dit qu’il ne se brûlera jamais. »« Trop de médicaments nuisent. » – « Le remède des faibles est leur honnêteté.  Le remède des forts est de demander pardon quand ils ont fauté.» – « Avoir un  bras vigoureux n’est pas une assurance pour la vie, et la jeunesse n’est pas un talisman contre la mort… car tous nous mourrons. »« La vie est comme un chant de vieillard, elle se termine par un sanglot. » – « La vie est un pot de terre et on ne sait s’il se brisera pendant la nuit. » – « La vie est comme le parfum qui s’exhale pendant la cuisson des mets, on ne sait quand il se dissipera.» – « La vie est comme une ombre et une fumée, elle passe et n’est plus. »À travers ces traductions de quelques proverbes que les Notes ont extraits de son étude, on voit comment le Dr Randriamaro essaie de dégager l’esprit médical des ancêtres qui se caractérise, selon lui, par « la primauté du psychisme sur le  psychosomatisme : l’hippocratisme et le psychosomatisme, le respect traditionnel de ceux qui sont malades et de ceux qui souffrent, la spiritualité, la pondération et l’esprit synthétique de nos ancêtres proviennent de leur observation de la nature qui est leur maître. »Le Dr Tsimahafotsy Randria­maro conclut par un dernier proverbe par lequel les aïeux inculquent aux enfants la reconnaissance envers leurs parents, éducateurs, bienfaiteurs, etc. « Ne repousse jamais du pied la pirogue qui t’a servi pour traverser la profonde rivière… tu risquerais de te noyer. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Midi Madagasikara1 partages

Ilakaka : Tapa-doha sy tsy nisy taova

Lehilahy iray tsy nisy loha intsony ary nesorin’ireo olon-dratsy namono azy ny taovany, no hita faty nihoson-drà amoron’arabe amin’ny lalam-pirenena fahafito iny, teo anoloan’ny restaurant Thaillandais taloha, amin’ny lalana mihazo ny fokontany Manombe Be, afak’omaly. Novonoina tamin’ny fomba feno habibiana tany amin’ny toeran-kafa ity lehilahy ity ary nariana teo ny fatiny. Raha ny loharanom-baovao azo dia avy any Ambovombe Androy ity lehilahy hita faty, ary hitady asa ho mpamily no nahatongavany tao Ilakaka ny 17 janoary lasa teo.

Eric Manitrisa

Madaplus.info0 partages

Tourisme : Madagascar est une destination de luxe

Le tourisme demeure l’un des secteurs les plus promettant pour l’économie malgache et la beauté de l’Ile joue un rôle important pour cela.
Pour cette année 2017, le ministère du Tourisme prévoit l’atteinte de 366 000 visiteurs. De plus, le tourisme de luxe commence à avoir sa place à Madagascar. Le paquebot MS Island Sky classé catégorie 4 étoiles fera une escale dans la baie de Bombetoka à Mahajanga le 19 février prochain. Une visite du parc national Ankarafantsika sera au programme pour ces touristes. L’écolodge de luxe Miavana sur l’île Ankao dans le Nord a aussi prévu d’ouvrir ses portes en avril prochain. Cet hôtel extra luxe figurait déjà dans le top 10 des îles privées à visiter dans le monde en 2016.
Madagate0 partages

Toamasina. « Fantatro ny zo hananako », hoy i Lindbergh Chrys Yves

Izy dia mbola tanora erotrorony kanefa mahavelom-panantenana ny fandraisany andraikitra eo amin’ny raharaham-pirenena. « Normal », hoy ny fitenenana satria mandalina ny Tantara politikan’i Madagasira izy, ary tsapany amin’izao fotoana izao fa dia niverin-dàlana 50 taona be izao ny Tanindrazana iombonana amin’ity Repoblika faha-efatra tarihin’ny filoha voafidy Hery Rajaonarimampianina ity.

Fa ny loza dia ity: ny ratsy rehetra nataon'ireo nialoha azy (filoha voafidy ny resaka eto fa tsy ireo tetezamita enina nolalovan'ny firenena akory) no naveriny ka anisan’izany ny fanagejana ny Malagasy eo amin’ny lafiny fanehoan-kevitra izay efa nisy tany amin’ny repoblika voalohany tany… Tsy iza izany tovolahy izany fa i Lindhbergh Chrys Yves izay nitsanga naneho ny heviny eto aminy madagate .org

Jeannot Ramambazafy

***********

Fantatro ny zo hananako

Raha izaho manokana dia tsy hangina ary tsy ho tampenam-bava sy tsy ho fatoran-tànana ao amin'ny fitaovan-tserasera facebook, raha resaka politika sy tsikera no lazaina, satria zoko tanteraka ary tsy azo n'iza n'iza esorina amiko izany raha mbola sata repoblikanina koa no mifehy ity firenena ity. Fa raha misy te hamefy ahy amin'izany dia asaivo ovainy aloha io sata io raha sahy izy.

Aoka hazava fa firenena demokratika i Madagasikara ka mananjo aneho hevitra sy anao « critique » avokoa ny olona tsirairay, ary mananjo ihany koa hisafidy izay firehan-kevitra na ankolafy politika na olona izay tohanany. Ny an’ireo mpamadika palitao sy zavatra hafa no tsy fantatro…

Noho izany dia tohanako ny foto-kevitra hijoroako ary arovako ihany koa ilay olona izay tohananako satria zoko feno izany ka tsy hanaiky fefena amin'izany aho fa raha te hisambotra anay izay tsy mitovy hevitra aminareo ianareo dia tohizo hatrany ny fisamborana, fa 99 andro ny anareo fa iray andro tsy maintsy anay.

Tsy nametraka rafitra fitondra-mpianakaviana na akamakama, na fitondrana mpanjaka ny vahoaka Malagasy fa rafitra repoblikanina no napetrany ary firenena démokratika ity ka araho ny tantara ary mianara lesona tsara sao lavo lahy.

Lindbergh Chrys Yves

Tanora MAPAR

Toamasina, 17 Febroary 2017

Madagate0 partages

Madagascar. Affaire Lylison : le «Mitsangàna ry Malagasy» monte au créneau

R É A C T I O N

Devant l’annonce de la décision de justice condamnant par contumace à un an d’emprisonnement ferme le Sénateur Lylison René de Roland, le « Mitsangàna ry Malagasy » estime qu’au lieu d’œuvrer à la création d’un climat de stabilité et de paix sociale, le régime crée lui-même une atmosphère de tension politique qui pourrait aboutir à son instabilité. Pour le « Mitsangàna ry Malagasy », un mandat d’amené à l’encontre du Sénateur Lylison René de Roland ne résout en rien les problèmes réels que vit la population Malagasy au quotidien à l’heure actuelle. A savoir, principalement : le sentiment d’injustice aigu devant la braderie et la vente-location des terres ancestrales, la dilapidation de nos ressources naturelles, la montée en flèche du prix des produits de première nécessité, le délestage intempestif, la justice populaire ainsi que l’insécurité chronique dans les communes rurales, urbaines et péri-urbaines.

Le jugement en « catimini », sans préavis et sans possibilité de défense de l’accusé, démontre:

1) que le régime actuel n’arrive plus à contenir les problèmes socio-économiques et

2) veut détourner l’attention de l’opinion publique des problèmes réels.

Pour le « Mitsangàna ry Malagasy », cette fuite en avant met clairement en évidence l’incapacité, l’incompétence et l’impuissance du régime devant la débâcle. Devant un Etat-Nation, Madagascar, qu’ils ont mené au bord du gouffre. Conjugués, ces états de fait poussent le régime Rajaonarimampianina à prendre des décisions hâtives et inconsidérées, qui sont non seulement le terreau de l’instabilité mais aussi la source de troubles directs au niveau de l’opinion publique. Madagascar, désormais, a besoin de stabilité politique, ainsi que de paix sociale et morale, pour se réconcilier avec son passé et entamer sa croissance. Le « Mitsangàna ry Malagasy » est convaincu que ce n’est pas dans un esprit de revanche et de rancœur que le pays peut entamer une réconciliation nationale en vue de sortir de la pauvreté et de la précarité. Le retour à l’oppression et aux arrestations d’ordre politique devraient, dès lors, ne plus être à l’ordre du jour.

Enfin, le « Mitsangàna ry Malagasy » tient à rappeler que le Colonel Lylison a fait partie de ceux qui ont soutenu corps et âme le premier Président de la IVème République, Hery Rajaonarimampianina, dans son ascension au pouvoir. Désormais, il fait partie des millions de Malagasy déçus par ce pouvoir. Citoyen et patriote avant tout, son appel de détresse s’était fait au nom de ces millions de Malagasy condamnés à l’obscurité, à la faim et à l’angoisse. Si lui-même est aujourd’hui condamné sans que son avocat n’ait pu monter à la barre pour le défendre, le « Mitsangàna ry Malagasy » se demande légitimement quel État de Droit avait en tête le candidat Hery Rajaonarimampianina en 2013. La consigne est-elle aujourd’hui d’arrêter tous ceux qui souhaitent s’exprimer haut et fort ?

Antananarivo, le 16 février 2017

LE BUREAU NATIONAL

____________

GAZETY TARATRAZoma 17 febroary 2017

MITSANGANA RY MALAGAY: «Tsy hiteraka fitoniana ny fanamelohana ny Loholona Lylison»

Tsy niandry ela. Namoaka fanambarana avy hatrany koa ny eo anivon’ny Mitsangàna ry Malagasy (MRM). Nambaran’izy ireo fa tsy hitondra fitoniana ary hampafampana ny raharaha politika ny fanamelohana higadra an-tranomaizina ny Loholona Lylison. “Tsy mahavaha ny olana andavanandron’ny Malagasy izany. Eo ny varoboba, atao amin’ny tanin’ny Malagasy, ny fandrobana ny harem-pirenena, ny fiakaran’ny vidim-piainana, ny delestazy tsy ahitam-bahaolana, ny fitsaram-bahoaka sy ny tsy fandriam-pahalemana an-tanan-dehibe sy ambanivohitra”, hoy ny MRM.

Nohitsin’izy ireo fa fitsarana an-tsokosoko, tsy nisy fampiantsoana iny natao iny ka namoahana didy. Natao hanodinana ny saim-bahoaka fotsiny tsy hiatrehany ny adim-piainana sy ny olana isan-karazany. “Midika ho tsy fahaiza-manao sy tsy fahaiza-mitantan’ny fitondrana anefa izany”, hoy ihany ny MRM.

Notsiahivin’izy ireo fa anisan’ny niady fo mafy ary nanohana ny filoha Rajaonarimampianina ny Loholona Lylison ary nahatonga azy eo amin’izao fitondrana izao. Mitovy amin’ny Malagasy an-tapitrisany diso fanantenana izy nanoloana izao fitantanana ny Firenena izao. Nohelohina tsy nanana mpiaro na mpisolovava anefa io Loholona io. “Manoloana izay, takinay ny hamerenana ny tena Fanjakana tan-dalàna, nambaran’ny kandidà Rajaonarimampianina fony kandidà ny taona 2013. Mazava izany izao ny toromarika fa henjehina sy samborina ary hampihorohoroana ireo mba miteny sy maneho hevitra”, hoy ny MRM.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Tontolon’ny fampisehoana : efa lasa filana ny famandrihana tapakila mialoha

Be mpankafy sa tsia ny mpanakanto na tarika iray? Azo andrefesana izany ny fahalanian’ny tapakilana fampisehoana mialoha. Efa tafiditra ho fahazaran’ny mpankafy ny famandrihan-toerana amin’izao…

Miala tsikelikely ny fahazaran-dratsy! Mahafaly ireo mpikarakara fampisehoana sy ireo mpanakanto ny finiavan’ireo mpankafy hamandrika mialoha ny tapakila hidirany amina seho iray. Voaporofo tao anatin’ny taom-pampisehoana vitsivitsy, fa efa manomboka mipetraka ho fahazaran’ireo mpankafy sy mpijery fampisehoana izay fividianana tapakila mialoha izay.Samy mahazo tombony amin’izany ny rehetra ary tsy misy mitaintaina. Miandry ny fotoana sisa ny mpankafy; ny mpanakanto, afaka manomana tsara satria andrasan’ny maro ary ny mpikarakara kosa afaka manomana seho raitra.Teo aloha mantsy, miandry ny andron’ny fampisehoana foana, matetika, ireo mpijery vao mirodorodo mitady ny tapakila. Miteraka olana ho an’ny andaniny sy ny ankilany hatrany anefa izany. Ho an’ireo mpijery, lasa filaharambe ny fakana tapakila sy ny fidirana eo am-bavahady. Ho an’ny mpikarakara, sarotra ny fandaminana ny fampidirana ny mpijery, ka matetika miantraika any amin’ny fanombohan’ny fampisehoana izany.

Tsara fanombohana ny taom-pampisehoana 2017Manodidina ny fetin’ny mpifankatia hatrany ny fanombohan’ny taom-pampisehoana eto amintsika, indrindra eto an-dRenivohitra. Tsara fanombohana izany, raha tarafina tamin’ny seho izay nataon’i Njakatiana ny alahady teo, tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina. Handimby azy ao amin’io toerana io ihany ny tarika Mahaleo, izay efa nanambara tamin’ny fomba ofisialy ihany koa fa efa lany tanteraka avokoa ny tapakila rehetra. Toraka izay ihany koa ny fampisehoana izay hotontosain’ny tarika AmbondronA ao amin’ity toerana ity ihany. Ny azy ireo aza, efa tamin’ny faran’ny herinandro teo, izany hoe tapa-bolana mialoha, dia efa najifa avokoa ny tapakila rehetra.Manomana seho indroa miantoana ao amin’ny CCEsca koa i Francis Turbo, ny zoma 17 febroary sy ny alahady 19 febroary, izay efa azo antoka ihany koa fa tsy hisy ny tapakila amidy ny andron’ny fampisehoana intsony koa.Ankoatra izay, efa maro ireo miandrandra ny fampisehoana goavana manaraka, toy ny “Mifampitantana” iarahana amin’i Bodo sy i Poopy, ny 19 marsa ao amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena ihany.

Asa mifampiankinaKarazana fitsapana laza ihany koa ny fivarotana tapakila mialoha, ho an’ny mpanakanto sy ny mpikarakara. Misy rindran’asa mifampiankina ao ambadik’izay, ka miankina amin’ny fahombiazan’ny tsirairay ny fahombiazana ankapobeny. Mamokatra ho an’ny mpankafy ny mpanakanto. Mandray an-tanana ny vokatra ho azon’ny mpankafy jifaina ny mpikarakara ary mampahafantatra ny haino aman-jery.Mila fotoana fanomanana izany rehetra izany fa tsy an’ny maika. Volana maromaro ary misy aman-taony mihitsy ny fanomanana fampisehoana goavana iray.“Ny mpankafy izay tia mijery fampisehoana no tena mpanohana voalohany. Tsapanay koa anefa fa efa manokatra ny varavarany ireo orinasa mpanohana izao, tsy toy ny tamin’ny dimy taona lasa. Mampiakatra ny lentan’ny fampisehoana ireny fanohanana ireny”, hoy ny nambaran’ny mpikarakara iray.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Tarika Miandry : omena lanja ny feo sy ny gitara

Asongadina ny hakanton’ny feo ananan’izy valo mirahalahy. Tsy izay irery anefa fa haingoana amin’ny feon-gitara lalaovina amin’ny fomba fitendry « folksong » izany. Efa hatrany amin’ny taona 2008 niforonan’ny tarika Miandry no navoitran’ireo mpikambana ao anatiny izany. Hafatra  mafonja tovozina avy amin’ireo trangam-piarahamonina tojo azy ireo etsy sy eroa kosa ilay voarakitra anaty tononkira. Havadika ho vatsy hamakivakiana ny fiainana izany, raha ny fanazavana nomen’ny mpikambana ao anatin’ny tarika Miandry. Na izany aza, amin’ny maha mbola samy tanora, mibahana ny resa-pitiavana. Anisan’ireny ny vazo mitondra ny lohateny « Tsy anjara » izay efa heno alefan’ireo haino aman-jery misy eto an-toerana.

Hamoaka rakipeo

Eo am-piketrehana rakipeo voalohany, ankehitriny, ity tarika ity mba hahafahan’ny olon-drehetra manjifa ny fahaiza-manaon’izy ireo amin’ny famolahana ny tadim-peo sy ny fandrangotana ny tadin-gitara hanome vazo kanto. Nomarihin’ny mpikambana ao amin’ny tarika Miandry rahateo fa sahaza ny rehetra ny kanto ataon’izy ireo. Misokatra amin’ny fiaraha-miasa ho amin’ny fampiroboroboana ny mozika ny tarika.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Groupe “Fisofana…” – Facebook : nanenina mafy sy nifona Rapanoelina Hiary

« Nanomboka ny 1 febroary teo, tsy manana fahafahana manao « connexion » intsony i Hiary, ary tsy afaka manao « publication » intsony koa. Ny zoma 3 febroary teo ihany, efa nakatona tanteraka, teo anatrehan’ny polisy ny “groupe fifosana hanatsarana pipoles gasy” izay natsangany…”. Ny fianakavian-dRapanoelina Hiary sy ny vady aman-janany no nanao izany fanambarana izay efa hita tao amin’ny facebook, ary mbola nohamafisiny, omaly. Ny olona voatondro eto moa dia ny tompon’andraikitra voalohan’ilay “groupe” tao amin’ny tambajotran-tserasera sosialy (FB), nantsoina hoe “Fifosana hanatsarana pipoles gasy”. Voarohirohy ho nanao fanalam-baraka olona tao amin’io tambajotra io  ny lehilahy, ka niafara amin’ny fampidirana am-ponja azy mihitsy izany.

Nilaza ho nanenina mafy tamin’izay rehetra vitany ny lehilahy, ary niangavy ny fianakaviany hampita izany amin’ny rehetra. Ankoatra izay, manao azafady sy fifonana amin’ireo rehetra voatohintohina tamin’ny zavatra nivoaka rehetra tao amin’io tambajotra io izy.

Manao antso avo koa anefa ny tenany, araka ny nampitain’ny fianakaviany ihany, ny amin’ny tokony hanajanonana amin’izay ny firesahana ny fiainan’ny olona. “Avelao ny tsirairay hiaina malalaka ny fiainany, samia miatrika ny azy…”, hoy ihany Rapanoelina Hiary.

Randria

News Mada0 partages

Ampasimbe : olona telo nahatrarana taolam-paty miisa 121

 Nidoboka am-ponja avy hatrany, ny herinandro teo ireo olona telo mianadahy voarohirohy ho tompon’antoka tamina halatra taolam-paty tao amin’ny kaominina ambanivohitra Ampasimbe Brickaville. Sarona taorian’ny vela-pandrika nataon’ny zandary avy ao Ranomafina ireto mpangalatra taolam-paty ireto. Nohamafisin’ny zandary fa matetika ahitana trangana vaky fasana ao Brickaville tamin’iny taon-dasa iny. Fasana miisa enina indray vaky ny volana septambra sy oktobra 2016 iny. Nametraka fitoriana eny amin’ny zandary avy hatrany ny tompon’ireo fasana nisy namaky ireo. Nametraka fiaraha-miasa teo amin’ny fokonolona ny zandary amin’ny fampitam-baovao momba ireo olona mampiahiahy manoloana ny firongatry ny vaky fasana ao an-toerana. Nahitam-bokany izany satria noraisim-potsiny ny jiolahy iray izay teo am-pitadiavana mpividy taolam-paty. Niroso tamin’ny fisavana ny tranony ny zandary ka tratra tao an-tranony ireo taolam-paty miisa 121. Nandritra ny famotorana nataon’ny zandary no nanondroany ireo namany mianadahy mpiara-manao asa ratsy aminy. Niaiky izy ireo nandritra ny famotorana ary nilaza fa efa maro ny fasana novakin’izy ireo, saingy tamin’ity vao tratra ry zareo. Hatreto aloha, tsy fantatra marina izay tena ambadik’ity halatra taolam-paty ity. Mafy vava tsy mety miteny ny anaovana itony taolam-paty itony rahateo ireo mpangalatra izay tratra. Fantatra fa misy olona ambony ambadik’ity halatra taolam-paty ity.

Sajo sy J.C

Sary : Sajo

News Mada0 partages

Antandrokomby : voaambana antsy ny mpiambina, norobain’ny jiolahy ny EPP

 Norobain’ny andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana ny EPP Antandrokomby Anosizato Andrefana, afakomaly alina. Lasan’ireo jiolahy tamin’izany ny ordinatera sy ny entana samihafa tao an-tsekoly…

 

Tsy afaka nanao na inona na inona ireo mpiambina ny sekoly nandritra ity fanafihan-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana ireto ity. Voalaza fa hoe voaambana antsy ny mpiambina ny sekoly ka tsy afa-nanoatra manoloana ireo jiolahy. Araka ny fanazavan’ny mpiambina, miisa efatra ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ity fanafihana ity. Voalazan’ny  talen’ny EPP Antandrokomby, Randrianjafy Elidio fa lasan’ireo jiolahy ny ordinatera  roa, vilany fampiasan’ny sekoly, kidoro sivy sy boky vitsivitsy. Mbola nisy efitra hafa kosa anefa tsy voasokatr’ireo olon-dratsy. Nikasa hanohitra ihany ny mpiambina fa be no ho vitsy manoloana ireo jiolahy nirongo fitaovam-piadiana. Tsy nisy kosa ny aina nafoy nandritra ny fanafihana satria lasa nitsoaka avy hatrany ry zalahy rehefa nahazo izay nilainy.

Efa mandeha ny fanadihadiana eny anivon’ny zandary momba ity fanafihana tao amin’ny EPP ity. Nohamafisin’ireo mponina eny amin’ny manodidina ny sekoly fa azo lazaina ho milamindamin-dratsy ihany ny fandriampahalemana eny amin’ny kaominina Anosizato Andrefana, saingy nahavariana ny rehetra ny nahita ity trangana fanafihana tao amin’ny EPP Antandrokomby ity. Miahiahy kosa ny mponina fa mety efa voaomana mialoha ity fanafihana ity, saingy aorian’ny fanadihadiana no hamantarana ny marina rehetra momba ity raharaha ity. Tsy azo antoka intsony ny fandriampahalemana fa hatramin’ny sekoly avy sahin-dry zalahy tafihina. Tsy kely lalana ny ratsy. Samia mailo.

J.C

Ino Vaovao0 partages

FAMPANANANA ASA : Hiara-hiasa amin’ ny orinasa ara-toekarena ny Oniversiten’i Mahajanga

Nampafantarina ireo orinasa ara-toekarena ireo sampam-pampianarana misy eo amin’ity Anjerimanontolo ity ka saika efa miara-miasa sy vonona hanome asa ireo mpianatra ireo orinasa tonga nijery sy nihaino ny famelaberan-kevitra nataon’ny filohan’ny Oniversiten’i Mahajanga Profesora Emmanuel Rakotoarivony ary ireo mpampianatra mpikaroka izay tonga namaly ny antso.

Zava-dehibe, hoy ny filohan’ny oniversite ny fiaraha-miasa eo amin’ireo orinasa ara-toekarena ireo satria dia mifampiankina ny asa fikarohana sy ny fampandrosoana. Miisa 11 ireo sampam-pampianarana misy eo anivon’ny Oniversiten’i Mahajanga ka samy nampafantatra ny rantsana izay misy azy ireo Talen’ny sekoly manoloana ireo orinasa ary koa niaraka nandresy lahatra sy nitady vahaolana haingana ahafahana manome asa ireo mpianatra nahavita ny fianarany.

Efa maro ireo mpianatra no nahita tombontsoa tamin’ny fianarana tao amin’ny Anjerimanontolo tao Mahajanga nandritra ’ny 40 taona nijoroany izay ka ho hanamafisina ny fiaraha-miasa amin’ireo orinasa izay efa niaraka nanolotra asa ireo mpianatra.

Ny politikan’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony rahateo ny hijery sy hanatsarana sy ho avin’ny tanora malagasy eny amin’ny fampianarana ambony aoriana ny fahazoana mari-pahazaina.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

TALEN’NY FAFAFI SPAM : “Tanjona ny ahafahan’ny tantsaha hanondrana vokatry ny tany any Ivelany”

Amin’izao fotoana izao izany dia Rastefanoel Guy Alain indray no nandimby an-dRanaivomanantsoa William eo amin’ny fitantanana ity rafitra iray eo anivon’ny fiangonana FLM, natao indrindra hikarakarana sy hampivoarana ny tantsaha eny ambanivohitra.

Hatramin’ny taona 1986 nisian’ity rafitra ity dia tanjon’ny Flm ny hampivoarana ny tantsaha amin’ny alalan’ny fanampiana azy ireo ara-pitaovana sy fampiofanana. Nanampy ny fikambanana tamin’izany fotoana izany ny Flm Maneran-tany na ny FLET. Tale iray ihany no nitantana ny FAFAFI sy ny Sekoly Tombotsoa tamin’ny fotoan’androny raha ny taona 2000 kosa izy no nandeha irery ary nanana ny tale mitantana azy manokana.

Betsaka ireo zava-bitan’ny tale teo aloha, ka anisan’izany ny fiaraha-miasa tamin’ireo Ong maro. Ny Fafafi Spam no nampiriska ny tantsaha hanangana fikambanana mba hanamora ny fanaraha-maso azy sy hanamorana ny fitsinjarana ny fanampiana sy ny fampiofanana izay otolotra ireo tantsaha ireo.

Ny Distrikan’Ansirabe voalohany sy faharoa no tena iantefan’ny fanampiana sy ny fampiofanana isan-karazany atolotry ny FAFAFI. Tsy teo amin’ny lafiny fambolena sy fiompiana ihany anefa izany fa nivelatra hatrany amin’ny asa-tanana. Raha ny fanazavan’ny tale vaovaon’ny FAFAaFI, Rastefanoela Guy dia hiezaka amin’ny fampitomboina ny vokatra eo amin’ny fambolena sy fiompiana ary ny asa tanana ataon’ny tantsaha no tanjona ary ezahina ihany koa ny hanondrana izany any ivelany. Hampiroboroboina ihany koa ny fikarohana mikasika ny fanafody hiadiana amin’ny bibikely mpanimba voly izay tena mamotika ny fambolena tokoa.

Hotohizana ihany koa ny fiaraha-miasa amin’ireo mpiara-miombon’antoka nahazatra hatramin’izany. Hiezaka amin’ny fizakan-tenany ara-bola anefa ny fikambanana mba tsy hisian’ny fiakinan-doha be loatra izay mahatonga ny tantsaha sasany miandry fanampiana fotsiny fa tsy miezaka mampitombo ny eo am-pelantananany. Mbola ezaka anefa izany saingy ny fahavitrihan’ny mpino sy ny fiakinan-doha sy fo amin’ny Mpahary no tena ilaina.

Ankoatra izay dia nilaza ity filoha vaovao ity fa tsy atao ambanin-javatra ihany koa ny ady amin’ny fiovaovan’ny toetr’andro. Araka ny fanazavan’ny mpitan-tsoratry ny SPAM, ny Pastora Andriamampandry Tiana dia any amin’ny fiandohan’ny volana Marsa any no handray ny asany ity tale vaovao ity. Marihina fa avy ao amin’ny FLM Vinaninkarena ity talen’ny Fafafi Spam Vaovao ity.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

ATRIKASA : Hampahafantarina isam-paritra ny lalànan’ny fitrandrahana harena ambany tany

Zava-dehibe loatra amin’ny Malagasy ny fitrandrahana ny harena ambany tany io, ary saika miteraka korontana hatrany eto amin’ny Firenena raha tsy hilaza afa-tsy ny tao Soamahamanina Antananarivo, ny tany Tsarazaza Fandriana sy ny tany amin’ny Faritra Sofia, ka rariny loatra raha omena sehatra ny olom-pirenena amin’ny alalan’ny fikambanana sy ny fiarahamonim-pirenena, ankoatr’ireo efa miasa amin’io sehatra io. Herinandro vitsivitsy dia higadona ireo atrikasam-paritra nefa hatreto dia mbola tsy tonga any an-toerana ny volavolan-dalàna, mbola tsy nisy ihany koa fampahafantarana azy io amin’ny alalan’ny gazety na haino aman-jery.

Ohatry ny zava-dehibe rehetra eto amin’ny firenena dia konokonohina hatrany izy io, ary olom-bitsy no tena mahafantatra ny tiana hatao sy hahatongavana, nefa ny ho avin’i Madagasikara sy ny vahoaka malagasy manontolo no voasaringotra ao. Dradradradraina hatrany ny fangaraharana amin’ny raharaham-pirenena nefa ny hita hateramin’izao dia mbola tsy mahazatra ny maro izy io. Entanina, araka izany, ireo voakasika hampahafantatra haingana ny vahoaka ny zava-misy mba hahafahan’ireo liana handray anjara hamantatra sy hitondra ny heviny. Araka ny fantatra, raha tsy miova dia Antsiranana ny 16 ka hatramin’ny 18 Febroary 2017 no handray izany. Brickaville kosa ny 23 ka hatramin’ny 25 Febroary 2017, ary inoana fa hivoaka amin’ny hetahetan’ny mponina any ny resaka Ambatovy.

Toliara sy Fianarantsoa kosa ny 02 ka hatramin’ny 04 Marsa 2017, ary Antananarivo sy Antsirabe ny 9 ka hatramin’ ny 11 marsa. Ao an-drenivohitra kosa ny atrikasa famaranana izay hatao ny faran’ny volana marsa.

Vanessa

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

Journée des écoles, l’équipe de la Première dame porte son soutien aux élèves du centre Akamasoa.

Marais Masay, les glissières de sécurité disparaissent petit à petit.

Le Mapar dénonce la condamnation du colonel Lylison.

Visite d’une délégation de la NCBA au ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé.

 Le groupe Mahaleo se produira dimanche au palais des Sports.

Remise des lots du concours organisé par Mass’in Ivandry.

Le PDG du groupe Telma, Patrick Pisal Hamida, a proclamé officiellement lundi dernier que la connexion internet est bel et bien rétablie.

Photos : mamiherison , Tina et Fanou

News Mada0 partages

Atletisma – «10 km de Mamoudzou» : hahemotra amin’ny 21 mey ny fifaninanana

 Tsy raikitra amin’ny fotoana voatondro ilay hazakazaka mirefy 10 km, tokony hotanterahina any Mamoudzou, Mayotte, fa hahemotra amin’ny fotoana manaraka. Anton’izany ny tsy mbola fahavononan’ny mpikarakara.

 

Araka ny nambaran’ny tomponandraikitra iray eo anivon’ny federasiona malagasin’ny atletisma (FMA), hahemotra amin’ny faha-21- n’ny volana mey ho avy izao ny «10 km de Mamoudzou», fa tsy raikitra amin’ny 19 marsa ho avy izao. Raha ny fantatra, tsy mbola vonona amin’ny fandraisana io hazakazaka io ry zareo mpikarakara. Tsiahivina fa hisolotena an’i Madagasikara amin’io fifaninanana io i Mampitsoatry avy amin’ny Cospn Boeny sy i Nanie avy amin’ny 3Fans.

Manana fotoana tsara hanomanana sy hiatrehana ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, amin’ny «cross country», hatao any Ogandà,  ny 26 marsa ho avy izao, izany i Nanie.  Na izany aza, tsy maintsy mbola hiady mafy izy amin’ny fifaninanam-pirenena, hatao any Ihorombe, ny 25 febroary ho avy izao. Raha ny herijika aloha, tokony ho voatazony ny maha tompondakan’i Madagasikara azy, raha jerena ny zava-bitany.

Ankoatra izay, hanokatra ny taom-pilalaovany etsy amin’ny kianjana’Alarobia, amin’ny alahady ho avy izao, ny eo anivon’ny seksiona Antananarivo Renivohitra. Anisan’ny hampiavaka io fihaonana io ny fanomezana loka 100.000 Ar ho an’ny klioba tsara fanamiana sy manana atleta betsaka indrindra. 60.000 Ar ny an’ny faharoa ary 40.000 Ar ny fahatelo. Mba ho fampirisihana ny klioba tsirairay ny anton’izany, sy hanome lanja ny atletisma eto Analamanga. Marihina fa efa nisy io loka io, nandritra ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga, tamin’ny «cross country», izay nandrombahan’ny klioba Cnaps Sport ny laharana voalohany.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra afrikanina : lasa atsy Afrika ny Cnaps sy Elgeco

Nanainga, omaly, ny Cnaps Sport sy ny Elgeco Plus, hiatrika ny lalao miverina eo amin’ny fifaninanana afrikanina, taranja baolina kitra. Nihazo an’i Botsoanà ny Cnaps Sport, izay hifandona amin’ny Township Rollers, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka, ary lasa atsy Afrika Atsimo kosa ny Elgeco Plus hiatrika ny fiadiana ny amboaran’ny kaonfederasiona, izay hifanandrinany amin’ny Supersport.

Raha tsiahivina ny vokatra teo amin’ny lalao mandroso natao teto Madagasikara ny herinandro lasa teo, nandresy ny Township Rollers, tamin’ny isa 2 noho 1, ny Cnaps Sport ary nisaraka ady sahala samy tsy nitoko tamin’i Afrika Atsimo kosa ny Elgeco Plus. Nialoha ny niaingan’ireo ekipa roa tonta ireo anefa, tonga naka tsodrano tamin’ny praiminisitra teny amin’ny lapam-panjakana Mahazoarivo izy ireo.

Torcelin

Sary : Fano

News Mada0 partages

Kitra – «Ligue des champions d’Europe» : nandresy avokoa ny Real sy ny Bayern de Munich

Voahaja ny lojika raha teo amin’ny vokatra ho an’ireo lalao ampahavalon-dalana mandroso roa, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”, natao ny alarobia lasa teo. Samy nivoaka ho mpandresy avokoa mantsy ireo ekipa heverina fa lehibe ary samy nanamontsana tamin’ny isa mavesatra avokoa. Anisan’izany ny Real de Madrid izay nandavo ny Naples, tamin’ny isa mazava 3 no ho 1. Na io aza ny isa nisarahan’ny roa tonta, tsy nahatafiditra baolina i Cristiano Ronaldo. Nisongadina kosa ilay Frantsay Benzema, nahafaty ny baolina voalohany ho azy ireo, teo amin’ny minitra faha-18.

Ankoatra izay, nomontsanin’ny Bayern de Munich, tamin’ny isa mazava, 5 no ho 1, ny Arsenal. Anisan’ny nahatafiditra baolina ihany koa, tamin’ity, i Robben. Taorian’ity fandresena ity, voakiana mafy i Arsene Wenger, mpanazatra ny Arsenal, ary mety hiafara hatramin’ny fandroahana azy izany.

Raha ireo vokatra ireo, efa mazavazava ny lalan’ny Bayern sy ny Real, hiakarana any amin’ny dingan’ny ampahefa-dalana. Mety tsy hampitsimbadika ny isa mantsy ireo mpifanandrina amin’izy ireo, amin’ny lalao miverina.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Interclubs de la CAF : Cnaps et Elgeco reçues par la Primature

Le Premier ministre, Olivier Solonandrasana Mahafaly, a reçu les représentants malgaches aux deux compétitions de la Caf, hier, au palais de Mahazoarivo. Il s’agit de la Cnaps Sport et l’Elgeco Plus qui sont respectivement engagées à la Ligue des champions de la

Caf et la Coupe de la Confédération  et ont déjà disputé le match aller durant le premier tour. Ces deux clubs malgaches seront encore une fois sur le devant de la scène à l’extérieur.

Un signe du soutien étatique apprécié par les deux équipes. « L’appui financier, matériel et technique est plus que ressenti et il appartient aux partenaires de se mobiliser pour soutenir les efforts déployés par tous les acteurs »,

a déclaré Alfred Randriamanampisoa. Pour le compte du 1er tour des préliminaires dela Ligue des champions de la Caf, le club a indiqué que l’ensemble n’est pas étranger à ce plateau africain.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Foot – Candidature d’Ahmad : la Caf et le Cosafa à couteaux tirés

Le Conseil des associations de football en Afrique australe (Cosafa) prévoit d’organiser une réunion avec d’autres blocs régionaux en Afrique, le 24 février, dans le cadre de la campagne de soutien au président de la Fédération malgache (FMF), Ahmad, à la prochaine élection de la Confédération africaine de football (Caf). Cette dernière a adressé dans un communiqué que le Cosafa n’a pas le droit d’organiser un tel rassemblement sans l’autorisation de la Caf.

A J-29 de l’élection du nouvel homme fort de la Caf, Issa Hayatou, qui veut briguer un 8e mandat, a interpellé le Cosafa que celui-ci ne peut organiser aucune réunion sans l’autorisation de l’instance africaine. Et réponse du berger à la bergère. Le président du Cosafa, Phillip Chiyangwa, a rappelé les statuts de la Fifa qui protègent les droits de l’Homme dont la liberté d’association.

Selon les médias africains, cette lettre stipule que « le Cosafa n’a pas le pouvoir d’organiser un tel rassemblement sans en porter connaissance à la Caf et sans son autorisation. Organiser une telle réunion avec des représentants d’autres associations membres que celles de la zone Cosafa s’assimile à une tentative de déstabiliser la Caf. Le comité exécutif de la Caf se réserve le droit de sanctionner toute infraction à ses statuts ».

Les 14 présidents membres du Cosafa sont prévus se rendre à Harare au Zimbabwe, le 24 février, pour tenir cette réunion avec d’autres présidents des autres zones régionales. De bon augure pour Ahmad qui est également membre du comité exécutif de la Caf. Cette annonce a été tout de suite vue comme une sorte de dissidence, voire une menace pour le camp adverse.

Toutefois, avec 14 voix assurées sur les 54 appelées à voter au jour du scrutin, Ahmad est loin d’être un outsider dans cette course à la présidence de l’instance africaine du football. Comme dans toute élection, la tension prend de plus en plus d’ampleur entre les deux fronts.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : les cyclones et le cabotage sur la côte Est (1)

Les arbres enlevés, les toits réparés et les rues délivrées de l’épaisse couche de feuilles et débris de toute sorte qui les jonchaient, la ville de Tamatave a repris son aspect au point de faire douter que, il y a huit jours à peine, elle a été effleurée par l’aile sinistre d’un cyclone.

Mais, pour garder intacte cette vision, il ne faut point se rendre sur les quais où les réalités apparaissent dans toute leur horreur. Là, le spectacle est navrant.

Avant le passage du météore, la rade était agrémentée par la présence de plusieurs voiliers qui, amarrés de ci de là dans leur mouillage, se balançaient gracieusement sous la brise comme de grands oiseaux de mer.

Aujourd’hui, plus rien ; le mouillage est désert et les débris des malheureux voiliers, déchiquetés par les vagues, jonchent l’enrochement qui protège le boulevard Galliéni.

C’est là un désastre de conséquences plus considérables que ce qu’on serait porté de croire tout d’abord.

Sans doute quelques-uns de leurs propriétaires, dont c’était l’unique moyen d’existence, sont ruinés. Sans doute encore le Wharf a subi par eux de sérieux dommages. Mais tout cela est secondaire, car le véritable dommage, le plus important, ce sont les colons et industriels établis le long de la côte qui l’ont subi. C’était par ces voiliers, faisant le cabotage, qu’ils recevaient la vie et écoulaient leurs produits. Ils n’ont point d’autre voie de communication. Aujourd’hui, ils sont, pour ainsi dire, sans relations avec le reste de l’Univers, condamnés presque à mourir de faim au milieu de leurs riches produits. Sans doute, attirés par l’appât du gain, il se trouvera des industriels pour reconstruire des voiliers ; mais cela ne peut être fait du jour au lendemain, et d’ici là…

L’Administration se préoccupe-t-elle d’assurer à ces nouveaux venus dans la rade de Tamatave plus de sécurité que n’en ont trouvé ceux qui viennent de disparaître ?

Ce serait cependant très facile, et tant au point de vue humanitaire qu’au point de vue du développement de la prospérité de la Colonie, ce serait urgent,

et qui plus est, ce serait peu coûteux.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : Chapelle, cercle fermé, secte

Au nom de la sécurité, au bénéfice du profit particulier, ainsi soit-il. La recherche du profit date de loin, dans l’Evangile le « veau d’or », une idole devant laquelle on se prosterne. Sans condamner le profit en lui-même, l’image dénonce les manières extrêmes pour se l’approprier souvent  limite à l’extrémisme par des méthodes voisines au terrorisme. Eureka ! La montée de l’insécurité apporte sur un plateau d’argent un alibi idéal pour faire sa petite cuisine tout en cherchant les mérites d’une apparence de mener un combat pour l’intérêt de tous. Le théâtre des aéroports, Ivato entre autres, en donne un spectacle au quotidien. Une ou deux entreprises privées de capitaux anonymes prêtent main forte pour assurer la fouille des personnes et des biens à embarquer, comme si les représentants de la puissance publique, Police des Frontières, Service des Douanes…, ne donnent assez de garantie pour assumer cette charge.  Pas de petit bénéfice en si bonne religion, pas d’état d’âme  pour interdire de vampiriser Air Madagascar en soustrayant à cette compagnie nationale en déséquilibre  le service d’enregistrement des voyageurs et des bagages, son petit goutte-à-goutte en guise de perfusion.

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : rehefa latsaka anaty tsy vitan’ny resaka am-bava fotsiny

Amin’izao fotoana fiovan’ny toetrandro izao dia tsapa ny fisondrontry ny mari-pana, na efa somary nihena aza hatramin’izay nirotsahan’ny orana izay dia mbola migaingaina ihany ny hafanana. Tsy mahagaga raha miverina mahazo vahana indray ny fiarovana loha amina fisatrohana. Somary resy ny lamaodin’ny kasikety izay tsy maharo firy, aiza moa no hisy tsara toy ny satroka penjy vita avy amin’ny fandrarina alon-drano, herana sy karazany ary indraindray aza bozaka lava sanga. Nefa tsy ahitana firy intsony ny olona misatroka penjy vita malagasy. Satroka vita avy any ivelany no mameno tsena ary ireny no mameno arabe amidin’ireo mpivaro-mandeha. Angamba tsy afaka ampitahaina amin’ny valalan’alika ka ho lazaina hoe ny tompony aza tsy tia. Sady mandravaka no mangatsitsika araky ny ilana azy anefa, tsy ny mpanjifa loatra no tsy mila azy fa ny vokatra no tsy dia misy firy. Toy izany koa ireo karazana harona vokatry ny fandrarina, eny amin’ny tsenan’ny taozavatra ho an’ny mpizaha tany sisa ahitana azy, aty anivon’ny mponina efa voatositosiky ny “plastika” ny harona sy sobika. Sao diso tia vao ny maro ka sodokan’ny akanga tsara soratra dia manadino ny akoha manatody efa tamana sy tsy mahatsiaro intsony ny tsirona akoha mifaha ? Aza mihevitra fa hataon’ireo mpizaha tany haingo-trano ilay harona novidiny ho fahatsiarovana, ampiasainy rehefa miantsena izy, tazana ato an-tsaina ny filanjany azy toy ny kitapokely mampianjaika ny andriambavilanitra. Ny eto an-toerana indray dia ny filanjana kitapo plastika no kapaoka andavanandro.

Tsy diso anjara amin’ny andraikitra mikasika an’izany ny fitondrana. Eo amin’ny sehatry ny toe-karena moa ny fanjavonana karazana famokarana iray dia mitory fihemorana sady fahaverezam-bola no famonona asa fivelomana. Eo amin’ny lafin’ny toe-tsaina, anarany fotsiny izany minisiteran’ny kolotsaina izany, ny fitaizana ny mponina anaja ny kely anana tsy hay atao. Anjaran’io minisitera io sy ny minisitera fampiroborobona ny asa tanàna no mamerina ny hasin’ny vita gasy.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Potins sur facebook : la famille de Hiary Rapanoelina demande pardon

« Lors de notre récente visite à Antanimora, nous avons constaté que Hiary a totalement reconnu sa faute et regrette d’avoir causé des préjudices personnelles envers les personnes citées dans le groupe dont il a été l’initiateur. Il supplie ainsi les personnes incriminées de le pardonner ». C’est en ces termes que la famille de Hiary Rapanoelina, par le biais de son frère Faly Rapanoelina, s’est adressée à la presse.

Une famille éplorée qui reconnait les erreurs et qui a présenté ses excuses en public. « Hiary voudrait racheter ses fautes et déjà il a promis de ne plus se connecter sur facebook. Mais il en profite pour faire appel à tout un chacun d’arrêter les médisances et les diffamations. Il prône l’amour et l’entraide », a poursuivi Faly Rapanoelina.

Profitant de cette rencontre avec la presse, la famille a fait savoir que Hiary Rapanoelina n’est plus responsable des autres publications suivant son arrestation.Hiary Rapanoelina est actuellement à Antanimora, en attendant son procès dont la date n’est pas encore déterminée.

Selon certaines indiscrétions, les artistes ont décidé de retirer leur plainte après les pourparlers avec la famille. Cette dernière implore par la même occasion le politicien qui resterait de marbre pour l’instant.

Nadia

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olona manana fahasembananaTe hisitraka ny zon’izy ireo feno

Ela ny ela ka mba tafakatra lapam-panjakana ny fikambanan’ireo olona manana fahasembanana mivondrona ao amin’ny PFPH na ny “Plateforme des Fédérations des personnes handicapés de Madagascar” notarihan’ny Sekretera mpanatanteraka,

  Atoa  Radafy Niantsoa Josoa  ka noraisin’ny Filohan’Andrimpanjakana, ny loholona Rakotomanana Honoré, tetsy amin’ny birao fiasany tetsy Anosikely, omaly alakamisy 16 febroary.  Nampahafantatra ny fisian’ny fifanarahana iraisam-pirenena mikasika ny olona sembana izy ireo ary nangataka ny hankatoavana ny “Protocole facultatif” izay handalo eny amin’ny Antenimierandoholona. Amin’ny alalan’ny fankatoavana io fifanarahana io no ahafahan’ny olona sembana misitraka ny zony feno. Nambaran’Atoa Rakotomanana, toy ny mahazatra, fa hijery akaiky ny momba io fifanarahana io izy, satria ny fanomezana lanja ny olona sembana, dia anisan’ny dingana lehibe amin’ny fampandrosoana ny firenena.

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Delegasiona avy amin’ny « Region Normandie »Nandalo tetsy amin’ny Antenimierandoholona

Ny alarobia 15 febroary 2017 teo, dia noraisin’ny Filohan’ny Antenimierandoholona Rakotomanana Honoré tao amin’ny Lapa Maitso Anosikely ny delegasiona avy amin’ny « Region Normandie »,

 notarihin’Atoa Charles Themistocles, Tale Jeneralin’ny orinasa « Soabe Parteners » izay solontenan’ny vondrona ARKEMA any Frantsa ihany koa. Niompana tamin’ny fametrahana fiaraha-miasa izay samy ahazoan’ny roa tonta tombony  ny dinika nifanaovana. Tanjon’ireto Delegasiona ireto  ny mba hisian’ny  fifanaraham-piaraha-miasa sy fananganana tetikasa ara-pambolena hiarahan’ny  « Region Normandie » sy ny« Faritra Bongolava » ary koa fangatahana tso-drano avy amin’ny Antenimierandoholona momba ny fametrahana sy ny fanantanterahana io  fifanaraham-piaraha-miasa  Normandie-Bongolava io. Anisan’ny  laharam-pahamehana mialoha ny fanantanterahana ny tetikasa ny fanamboarana ny lalana. Nambaran’ ny Filoha Rakotomanana Honoré ny maha zava-dehibe ny tetikasa imasoan’ity delegasiona ity ho fototry ny fampandrosoana ara-toekarena eto Madagasikara. Vonona tanteraka ny Filoha hanome tanana ka hanolotra  manampahaizana manokana hiara-kiasa amin-dry zareo mba hisian’ny  fandrosoana sy ny fifanakalozana. Zava-dehibe amin’ny Filoha ihany koa ny finiavan’izy ireo  hanamboatra ny lalana any Bongolava mba hahafahana mampiakatra ny vokatra sy hanamora ny fivezivezena any an-toerana sy hampandroso ny faritra lavitra andriana. Marihina fa anio zoma 17 febroary no hampahafantarina ara-pomba ofisialy ity tetikasa ity.  

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraTany tsy misy lalàna intsony…

Manomboka any amin’ny filoham-pirenena ka hatramin’ny vahoaka madinika no mandika lalàna eto Madagasikara.

Manomboka any amin’ny filoham-pirenena ka hatramin’ny vahoaka madinika no mandika lalàna eto Madagasikara. Samy manao izay tiany ny rehetra, ka manjaka ny tsy maty manota ho an’ny manana fahefana. Manao izay saim-pantany toy ny fitsaram-bahoaka ihany koa ny eny anivon’ny fiarahamonina fa tsy miraharaha izay lalàna sy fanjakana intsony, satria avy any ambony ny ohatra. Amin’ny fomba ahoana tokoa moa no inoana fa hanara-dalàna ny olona entina raha ny mpitondra, izay tokony ho fitaratra sy mpanitsy no manao ny ataony ? Malalaka ny fanaovana afera maizina ho an’ny mpitondra ambony, ka ny ao an-dapa, izay mpanolotsain’ny filoham-pirenena no lohalaharana. Ny fotoana sy ny vola fotsiny no lany tamin’ny fandrafetana lalàna ho an’ny Malagasy fa ny fanjakana mihitsy aza no mandika sy manitsakitsaka azy. Mirarakopana ny fanomezana mariboninahitra eto amin’ny firenena saingy rehefa misy ny tsy fitovian-kevitra ara-politika, dia tsy voahaja fa iharan’ny fanimbazimbana hatrany ireny olona ireny. Ny loko politika sisa no mamaritra ny hasin’ny olom-boafidy, ka na loholona na depiote rehefa tsy mitovy hevitra amin’ny fanjakana foibe, dia azo henjehina sy gadraina fa tsy misy intsony zo tsy azo enjehina. Malalaka amin’izay tiany hatao kosa ny hafa satria mahazo fialofana ao ambany elatry ny antokon’ny fitondrana sy ny filoham-pirenena. Ny fitsarana sy ny mpitandro ny filaminana aza moa dia toy tsy manana fahaleovantena intsony fa zary lasa fitaovana ampiasain’ny fitondrana hamoretana sy handetehana ireo manelingelina ny fitondrana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana an’i MadagasikaraNy mpitondra no sakana, hoy i Tsarahame Edouard

Nandalo tao Mahajanga ny mpitarika ny antoko Rodobe Malagasy Fanorenana Ifotony na ny RMFI ny sabotsy lasa teo.

 

Vahaniaina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Amoron’i ManiaMiady an-trano ny HVM

Mitsingilahila ny toeran’ny lehiben’ny Faritra Amoron’i Mania. Mahoraka ao Ambositra renivohitry ny faritra tato anatin’ny herinandro teo izay fa misy mikononkonona hanala amin’ny toerany ny Administratera sivily Rakotomanankiafarana Tsimihonoraibe Joël, lehiben’ny Faritra am-perinasa, ary avy ao amin’ny HVM ihany no miketrika izany.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntenimierandoholonaMikoropaka ny lohandohany

Nivoaka ny resaka amin’ny fisian’ny fitantanam-bola tsy mazava amin’ny antenimierandoholona, ary misy mihitsy ny mivoy ny hanaovana grevy manoloana ny tsy fisian’ny mangarahara.

Etsy an-kilany, mandiso izany ny eo anivon’ity andrim-panjakana ity, ka ambaran’ireo mpitarika izay ahitana ny filoha sy ny birao maharitra fa teti-dratsy hoenti-manakorontana sy fandotoana saim-bahoaka izany. Misy ambadika politika mikendry ny hamotehana ny antenimierandoholona sy fanakorontanana ny firenena manontolo mihitsy, hoy hatrany ireo mpitarika ity andrim-panjakana ity. Miantso ireo mpikambana hiray feo sy hiray hiana mba hisian’ny firaisankinam-pirenena hatrany ny filoha sy ny birao maharitra. Nilaza ny filohan’ny antenimierandoholona Honoré Rakotomanana fa tsy hanaiky lembenana manoloana ny mety ho tsindry sy fanakorontanana na anatiny na ivelany, mba ho fitandroana ny hasin’ity andrim-panjakana ity. Matoa misy ny ny resaka mivoaka amin’ny tsy fisian’ny mangarahara, dia tsy tongatonga ho azy izany, ka tsy tokony hisy ny fihainoana feon-dakolosy tokana, fa mila sokafana ny fanadihadiana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

DISTIM Atsimo AndrefanaTafatsangana koa ny any Betioky sy ny manodidina

Fantatra fa tafatsangana koa ireo Distim any Betioky Atsimo tarihan’Atoa Alphonse, sy any Ankazoabo Atsimo tarihan’Atoa Mamy Benoit ary ny any Beroroha tarihan’Atoa Velonay Rémi,

 avy amin’ny ezaky ny mpitari-tolona avy ao Toliara, Atoa Tsianihy, izay tsy niroafo nanatrika ny fananganana azy ireo tamin’ny alalan’ny fitaigenanana moto ka nahavitany 119.552 km. Toromarika azon’ireo Distim 3 ireo, tahaka ny azon’ireo Distim efa tafatsangana hatramin’izay , ny hanao izay hampandany ny Prezidàn nasionalin’ny TIM, Marc Ravalomanana, ao anatin’ny ara-dalàna amin’ny fifidianana izay ho filoham-pirenena hotanterahina eto amintsika amin’ny taona 2018. Hiezaka ho fitaratra ho an’ny rehetra ny DISTIM any Atsimo Andrefana ao anatin’izany, hoy ity mpitari-tolon’ny TIM ity, mba hampanjakana ny fandriampahalemana any amin-dry zareo hiantohana ny tena fampandrosoana marina.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Didy mikasika an’i LilysonRamatahora, hoy i Doudou

Anisan’ireo mpanao politika naneho ny heviny mikasika ilay didim-pitsarana mikasika ny fisamborana ny loholona Lilyson ihany koa ny filohan’ny dinika fanavotam-pirenena (DFP),

Tolojanahary Maharavo na Doudou, omaly, nandritry ny fihaonambe niarahana tamin’ny antoko Marina teny Ambatomirahavavy. Tsy rariny iny didy iny satria tsy mbola naheno aho fa efa nalana ny “immunité parlementaire”n’ity loholona ity, hoy izy. Manana zo hiaro tena koa izy. Azo antoka ve, hoy izy, fa fantatr’ingahy loholona sy ny mpiaro azy fa misy iny didy iny. Aminay, ramatahora ireny ary tsy fantatra na aorian’i Lilyson dia i Doudou indray angamba no manaraka, hoy izy.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversite ACEEMHampianatra ny fikajiana ny tontolo iainana

Tsy afenina intsony fa tena tsy mitsaha-mitontongana ny fahasimban’ny tontolo iainana eto amintsika.

 Ankoatra ny loto miparitaka etsy sy eroa dia anisan’ny tena mampatahotra ny maro ny fandripahana tsy am-piheverana ny ala sy ny fanaovana doro tanety izay mamono tsikelikely ireo zava-manan’aina anaty nofon-tany miantoka ny famokarana. Mba ho fandraisana anjara amin’ny ady amin’ny fahasimban’ny tontolo iainana, indrindra ho fanabeazana ireo taranaka faramandimby dia fantatra fa hanokatra lalam-piofanana vaovao ( environnement et biodiversité)  mifandraika amin’izany ny Oniversite Aceem etsy Manakambahiny. Anisan’ny sekoly ambony mba manana ny maha izy azy ihany mantsy izy ireo raha araka ny fanazavan’ny rektorany Ralaisoa Emile tamin’ny mpanao gazety omaly ka tsy afaka hitazam-potsiny ny loza mihatra ny firenena. Mpianatra mahay, tompon’andraikitra, manaja ny soatoavina, mahay mihaino ary mandray fanapahan-kevitra no vokarin’izy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

BORIBORINTANY FAHA 6Nahazo koveta sy sio ireo vehivavy mpanasa lamba

Nahazo koveta sy sio avokoa ireo vehivavy sy renim-pianakaviana mpanasa lamba ao Ambohimanarina, Boriborintany fahenina. Am-polony maro izy ireo no notolorana fitaovana omaly hahafahana manampy azy amin’ny asa fivelomany.

 Ny tanora HVM eto Antananarivo  tarihin’ny sekretera jeneraliny Razafimandimby Rija Ethel no tonga nanolotra  ny entana teny an-toerana, hetsika namaranan’izy ireo ny fitetezana ireo Boriborintany enina teto an-drenivohitra.  Tsy hijanona hatreo ny hetsika ho an’ny fikambanana. Araka  ny fanazavan’ny sekretera jeneralin’ny fikambanana dia efa miroso amin’ny fanofanana maimaimpoana ihany koa izy ireo ankehitriny ka lohalaharana amin’izany ireo izay  rehetra liana amin’ny fianarana ny teny anglisy ankoatra ireo tanora manampahaizana liana amin’ny fianarana manokana momba ny fahazoana vaovao, ny fanabeazana amin’ny ankapobeny ary koa resaka serasera. Hisy ihany koa ny fampianarana maimaimpoana ireo olon-dehibe tsy mahay mamaky teny sy manoratra ao Soavimasoandro ny volana martsa ho avy izao entina hanatsarana ny fiainan’izy ireo amin’ny ankapobeny. Tsiahivina fa anisan’ny mandray anjara feno amin’ny fanentanana ny olona mba hanara-maso ny anarany anaty lisi-pifidianana ihany koa ny THVM.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

CSB II - ANDRAVOAHANGY TSENA Nodiovin'ny kaominina

Loto, fofona, fotaka no hita mameno ny tanàna eny Andravoahangy tsena manoloana ny CSB II rehefa vanim-potoanan’ny fahavaratra tahaka izao.

 Izany indrindra no nanosika ny  boriborintany fahatelo nidina nanao fanadiovana teny an-toerana omaly ka olona 40 no nandray anjara tamin’izany, niaraka tamin’ny ekipan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Nesorina avokoa ny fako rehetra teny an-toerana. Nentanina  mba hitandro ny fahadiovana ihany koa  ka hanary  ny loto avy hatrany any anaty dabam-pako ny mpivarotra. Nalamina ihany koa izy ireo haka sisiny sy hiditra anaty tsena mba tsy hanelingelina  ny fifamoivoizana. Hisy ny fepetra horaisina mikasika ny toerana malalaka izay zary lasa nataon’ny olona fanariam-pako sy fivarotana eny an-toerana izay vinavinaina hohidiana sy hasiana  mpiambina mihitsy.

Pati

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanTia tanindrazana ?

Miarahaba anao indray aloha ry Jean a ! Tia tanindrazana marina moa i Jean ity ? Ianao moa ve tsy hiteny hoe eny tia tokoa !

 Lasa saina aho hoe fa ianareo rehetra izay nifandimby nitantana anay moa izany dia tsy mety raha tsy manampy dimy taona amboniny foana na dia efa hita fa tsy tafavoaka aza ? Jean ilay profy ihany izao no mba nahay nanaja tena fa ianao koa ity efa toa mitady hanondrana tahaka an-dry zalahy ! Ahiako ho vao mainka loza aza. Efa hidiran-doza isan-taona ve ny tanàna hatramin’izay nitantananao azy dia mbola misora-tena ihany ianao hoe izaho no tena henjana. Dia mbola sahinao ihany koa ny milaza fa vonona hiverina hitondra anay indray ! Tsy hitako marina anie ry Jean e ! Fitsaram-bahoaka tsy voavahanareo sady tao anaty fitondranareo mihitsy vao nirongatra. Hain-tany, sahona misy poizina, andiam-balala miverina, izany rehetra izany tsy nisy raha tsy vao izao. Sao dia mba efa fambara izany ry Jean a ! Sao mba efa tokony hihatakataka amin’izay fa olon-dehibe e !

Marco

Ino Vaovao0 partages

OLAN’NY FANANANTANY : Misy mitonona ho tompony indray ny “Centre de foire”

Raha ny fanazavana azo dia tetikasan’ny faritany mizaka tenan’Antananarivo tamin’ny Repoblika fahatelo, tapany faharoa nitondran’ny Filoha teo aloha Ratsiraka Didier ny fananganana “Centre de Foire” toa ity ao Andranomanelatra ity. 

Ny “Centre de foire” voalohany dia any Analavory ary ny faharoa ity ao an-toerana ity ho an’ny faritany mizaka tenan’Antananarivo tamin’izany, fony ny Jeneraly Razakarimanana Ferfinand no filohany. Tamin’izany fotoana dia izay tany lavavolo tsy hita tompo no nalain’ny Fanjakana tamin’ny alalan’ny faritanin’Antananarivo tamin’izany, tamin’ny alalan’ny fampiharana ny lalàna nisy, ka nanomboka ny fanorenana ireo fotodrafitrasa amina miliara any ho any satria goavana ihany ilay toerana. 

Taorian’ny nijoroan’ny “Centre de foire” aza dia nisy ihany koa ny “Trano mora”, tamin’ny Tetezamita satria tany 12 ha teo ho eo no nampiasaina sy nomena ny firaisam-pokontany tamin’izany. Raha ny nambaran’ny Ben’ny tanàna ankehitriny,  Rasolofondramaria Andriamiharisoa Raymond Emile, fantatry ny maro amin’ny hoe “Baina” dia niakatra Fitsarana ity raharaha ity satria nisy olona nitonona ho tompon’ny tany indray vao tsy ela, ka mitaky onitra 30 tapitrisa Ariary avy amin’ny Kaominina na handrava ireo fotodrafitrasa rehetra ireo fa ilainy ny taniny. 

Nisavoritaka araka izany ny mpitantana ny Kaominina hatreto satria tsy hita be ihany izay ataon’ny Fitondram-panjakana ankehitriny satria efa nentina teo anivon’ny minisiteran’ny Fanajariana ny tany sy ny tetikasan’ny Filoham-pirenena ankehitriny ity raharaha ity, saingy tsy mbola hita aloha hatreto izay vokany. Nambaran’ny Ben’ny tanàna ihany koa fa “tsy hanana izany volabe izany ny Kaominina, ka anaovany antso avo ny hijeren’ny Fanjakana haingana ity raharaha ity satria volam-panjakana no nitontona tao”. 

Nambaran’ny Ben’ny tanàna fa “efa ny 7 Febroary lasa teo no niakatra Fitsarana ity raharaha ity saingy mbola nihemotra ary mbola hitohy izany”. Raha ny fanazavana nomen’ny Ben’ny tanàna teo aloha, Rakotoarimanana Lantomandimby Gabriel,  Lehiben’ny firaisana tamin’izany no nanankinan’ny faritany mizaka tena tamin’ izany ny hamindrana ny tany ho an’ny Fanjakana ary taty aoriana vao nangatahan’ny Kaominina hampiasainy ilay toerana satria nipetraka fotsiny teo ny fotodrafitrasa, ka tao no nanombohana ny fananganana ilay lisea tao Andranomanelatra tamin’ny taona 2012 ary koa natao fanaovana hetsika ara-kolontsaina sy ara-barotra ihany koa. 

Ny nanaitra, hoy ity tompon’andraikitra ity, dia volam-panjakana no nananganana ireo fotodrafitrasa nisy ary tombontsoan’ny vahoaka ny fampiasana izany kanefa dia toa tsy hita ny fandraisan’andraikitra ataon’ny Fanjakana, satria amin’izao fotoana dia mbola ampiasain’ny mpianatry ny lisea ao an-toerana ireo efitrano nataon’ny Kaominina teo aloha noho ny tsy fahampian’ny efitrano ho an’ny lisea hatreto. Satria efa nafindra tamin’ny Fanjakana ny tany dia tokony ho adidin’ny Fanjakana ny manampy ny Kaominina ankehitriny hiaro ny fananam-panjakana satria ankoatra ny volam- panjakana nanaovana ireo fotodrafitrasa be dia be ireo dia nisy ihany koa ny volan’ny Kaominina efa niasa teo.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

ANDRON’NY SEKOLY TAO SAMBAVA : Mpianatry ny CEG nivatsy antsy maranitra

Tovolahy kely iray mpianatry ny CEG no nahatratrarana karazana antsy maranitra tao anaty kitapony nandritra ny fankalazana ny andron’ny sekoly, afak’omaly.

Ireo mpiara-mianatra taminy no nahatsikaritra io fitaovam-piadiana noentiny io. Ireto farany no nilaza vaovao tamin’ny mpampianatra ary izy ireo indray avy eo no nampilaza mialoha ny polisy monisipaly mba hisorohana ny zavatra mety hitranga ao am-pianarana. Niditra an-tsehatra avy hatrany ireo mpitandro filaminana rehefa nahare ny vaovao. Narahi-maso ilay tovolahy, mody nampanantsoina nankany amin’ny biraon’ny sekoly ary nosavaina ny kitapony.

Akory ny hatairan’ny olona fa tsy nisy afa tsy antsy maranitra marobe no hita tao anatin’ilay kitapo nobabeny. Rehefa nanontaniana ny momba izany izy dia nilaza fa handeha hanao raharaha any an-tsaha ary izany no antony nitondrany ireo antsy ireo. Rehefa nampanantsoina anefa ny ray aman-dreniny dia nanamafy fa “handeha ho any an-tsekoly no niala tao an-trano fa tsy ho any an-tsaha velively izany, izahay rahateo tsy manana tanimboly izany”.

Ankoatra izay anefa nahitana aron’akanjo hafa ana sekoly tsy miankina iray ao an-toerana ihany koa niaraka tamin’ireo zava-maranitra.

Nifanandrify indrindra tamin’ny fety aman-danonana noentina nankalazana ny Andron’ny sekoly ny nisehoan’io trangan-javatra io. Miahiahy ny Polisy fa nikasa hanao asa fanakorontanana tao amin’io sekoly nianarany io ity tovolahy kely ity.

Noentina avy hatrany tany amin’ny biraon’ny Polisy ny tenany hanaovana fanadihadiana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

VINANINKARENA ANTSIRABE : Namoy ny ainy ilay lehilahy nazeran’ny bisikileta

Raha araka ny fanazavan’ireo nanatri-maso ny loza dia nandeha nirimorimo tamin’ny bisikileta ity rangahy ity rehefa nahazo ny lalana somary fidinana raha hianavaratra ho any Antsirabe.

Sendra ny tsy nampoizina anefa izy satria tamin’io fotoana nandehanany mafy io no nisy omby nanapaka tampoka ny arabe. Niala izany ilay rangahy ka tsy voafehiny intsony ny familiana ka nitsinkasina tamin’ny arabe izy. Naratra mafy tokoa ity rangahy ity vokatr’izany.

Ireo olona nahita ny loza kosa anefa tetsy an-kilany dia tsy sahy namonjy avy hatrany fa nojeren’izy ireo teo fotsiny. Ireo Zandary miandraikitra ny fisavana ireo fiara mandalo ao amin’iny lalam-pirenena faha-7 no tonga teo an-toerana nijery ny zava-misy ary izy ireo no nanakana fiara hitondrana ilay naratra teny amin’ny hôpitaly.

Noho ny fahaverezan-dra be loatra nahazo ity rangahy ity anefa dia tsy tana ny ainy na dia teo aza ny ala nenina nataon’ny mpitsabo.

Avy any amin’iny fokontany Tsinjoarivo, ao anatin’ny Kaominina Antsirabe voalohany, io lehilahy tra-doza io ary miasa eo anivon’ireny rafitra mpampindram-bola madinika ireny izy ary handeha hody izao niharan-doza izao. Araka ny fanazavana ihany dia herintaona tahaka izao ihany koa no nahafatesan’ny vadiny.

Tsy nifampiteraka izy ireo ka rehefa maty ny vadiny dia tao amin’ny reniny ity rangahy ity no nipetraka.

Tiaray R

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Les médias sensibilisés sur le processus budgétaire

Pour que le citoyen sache où va son argent. C’est la démarche du ministère des Finances et du budget pour assurer une meilleure transparence en matière de gestion de finances publiques. Pour ce faire, diverses sensibilisations sont organisées sur les différents axes de réformes budgétaires.

Ainsi, le ministère à travers la Direction général du budget (DGB) a tenu une séance d’information sur la préparation budgétaire et la sensibilisation sur la transparence budgétaire à l’endroit des journalistes, des relais d’information entre le pouvoir public et les citoyens, le 15 février au Pavé Antaninarenina, Antananarivo. L’atelier vise à renforcer la capacité et la connaissance des journalistes sur le cycle de préparation du budget, tant au niveau central qu’au niveau des Collectivités Territoriales Décentralisées et de les sensibiliser sur les enjeux de la transparence budgétaire. «Cette séance, en partenariat avec l’Unicef, permet aux bénéficiaires d’exercer leur rôle dans la responsabilisation et le contrôle vis-à-vis de l’Exécutif », indique Mialy Lanto Razanajato, directeur général du Budget. C’était aussi l’occasion pour la DGB de faire part de la restructuration de son organigramme permettant une meilleure prise en charge des besoins des ministères sectoriels. La généralisation de l’application de Cadrage de dépenses à moyen terme (CDMT) constitue la prochaine étape dans cette réforme et est déjà mise en marche pour l’élaboration du budget 2018-2020. Après les médias, c’est au tour des universitaires, de l’organisation de la société civile et des opérateurs du secteur privé de participer à des ateliers sur le processus budgétaire.

Transparence budgétaire

Pour mettre en œuvre la transparence budgétaire, la DGB a distribué des livrets « Budget des citoyens », un document simplifié de la Loi de Finances. Tous les documents budgétaires sont aussi mis en ligne, avant même leur soumission au Parlement. Pour améliorer la documentation, la direction a procédé au renflouement des annexes de la Loi de Finances et au renchérissement des informations sur les grandes orientations du budget. Elle palliera également à l’apurement du retard de production des lois de règlements. « Le projet de Loi de règlement de l’année 2015 sera présenté cette année au Parlement », indique-t-on. La transparence budgétaire permet de mesurer la performance et l’efficacité d’une administration. D’après les évaluations, l’indice de transparence budgétaire est passé de 14%en 2014 à 46% en 2015. Un résultat à maintenir notamment avec le renforcement des contrôles financiers.

Madagascar Tribune0 partages

Une fillette de 2 ans morte et plus de mille sinistrés à Mahanoro

Les résidus du cyclone Francesco ont fait des ravages dans la région Atsinanana, surtout à Mahanoro, à la fin de la semaine dernière. Une fillette de 2 ans a été trouvée morte sous les décombres d’une maison écroulée suite aux pluies torrentielles, dans la ville de Mahanoro, dimanche dernier, selon l’information recueillie auprès de la gendarmerie d’Atsinanana. En outre, l’entrée de cette dépression tropicale Francesco qui a causé une montée des eaux a provoqué mille cent soixante et onze (1 171) personnes sinistrées dans tout le district de Mahanoro.

« La ville de Mahanoro a été inondée par le passage de la dépression tropicale. Les pluies n’ont cessé de tomber pendant toute la journée du samedi, provoquant la montée des eaux dont le niveau est arrivé jusqu’aux genoux et même jusqu’aux cuisses. Par mesure de précaution, les habitants ont décidé de quitter leurs maisons pour ne pas souffrir de l’inondation. Trois maisons sont détruites à Mahanoro. Par contre, nous n’avons pas enregistré de dégâts à Toamasina, ni à Vatomandry et à Nosy Varika, mais il y a des précipitations abondantes causant des inondations par endroits. Mais le temps revient peu à peu à la normale car la dépression s’est affaiblie », selon toujours notre source.

Selon l’APMF (Agence portuaire maritime et fluviale), les onze naufragés (6 hommes, 3 femmes et 2 enfants) d’une vedette emportée par les eaux du Canal des Pangalanes au niveau de Mahanoro ont pu tous être sauvés.

Par ailleurs, ce résidu du cyclone Francesco, lors de son passage dans Antananarivo, hier, a causé de fortes pluies qui ont inondé beaucoup de quartiers comme Anosy, Besarety, Andravoahangy, Ankazomanga et beaucoup d’autres.

Selon le dernier bulletin du service de la Météorologie d’Ampandrianomby, la dépression s’est affaiblie depuis hier, et n’a plus d’impact sur Madagascar, surtout dans la région Atsinanana. « Les pluies orageuses de cycle diurne se poursuivent, mais dans un contexte classique d’été. Toutes les alertes concernant ce résidu de cyclone ont été levées », selon la Météo.

Madagascar Tribune0 partages

Les maires d’Ambohitrimanjaka et d’Ankadimanga rejoignent la lutte contre le projet Tana-Masoandro

Le nouveau maire d’Ambohitrimanjaka, Ihajasoa Randrimanalintsoa et le premier magistrat de la commune d’Ankadimanga, Befandroana Razafinanja, tous les deux élus du TIM, se sont exprimés sur le projet Tana-Masoandro le weekend dernier. En effet, ces deux communes avec deux autres sont directement concernées par le projet présidentiel d’extension de la ville. Une frange de la population de ces deux collectivités territoriales affiche une opposition farouche au projet de remblayage de leurs rizières et d’expropriation de leurs terrains envisagés par les autorités.

Pour le maire d’Ambohitrimanjaka qui a tenu une conférence de presse à l’issue d’une nouvelle manifestation de la population samedi dernier a appelé l’Exécutif à une discussion. Il invite notamment le nouveau ministre des Villes nouvelles et de l’habitat à rencontrer la population, pour éviter entre autres les malentendus et la transformation des propos. Par ailleurs, les habitants d’Ambohitrimanjaka attendent l’arrivée du président de la République sur place qui avait déjà promis le 20 janvier dernier de prendre en main la situation et de venir à la rencontre de ces manifestants qui s’opposent à son projet, tout en affirmant sa détermination à y parvenir.

Le maire d’Ankadimanga de son côté a expliqué que la population n’est pas contre le projet de développement et d’extension de la ville envisagé par le chef de l’État, mais elle s’oppose à sa réalisation dans cette commune. Cela entrainera le remblayage de nos rizières et de nos terrains agricoles. « Avec notre production rizicole, nous pouvons subvenir aux besoins de notre population et à ceux des autres communes environnantes, voilà pourquoi, nous supplions l’État de ne pas le faire ici », lance Befandroana Razafinanja.

En substance, les habitants des deux communes, représentés cette fois-ci par leurs maires refusent l’installation de nouvelles villes dans leurs communes au risque d’affecter à leurs activités agricoles. C’est la raison pour laquelle la population d’Ambohitrimanjaka organise tous les samedis des manifestations pour exprimer leur refus au projet Tana-Masoandro.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Élection CAF – Treize pages pour le changement

Le programme d’Ahmad tient dans un ouvrage de 13 pages, publié dernièrement. L’Express de Madagascar a pu obtenir un exemplaire.

Nous avons obtenu un exemplaire du « Ensemble pour le changement » ou « Together for change ». Celui-ci renferme le programme d’Ahmad, s’il est élu à la présidence de la Confé­dération africaine de football, lors du scrutin du mois de mars, en Éthiopie.L’actuel président de la Fédération malgache de football a présenté, pour la première fois, cet ouvrage de treize pages, lors de la réunion de la Cosafa, samedi dernier en Afrique du Sud. Il contient, notamment le projet d’ouverture sur le reste du monde via des tournées pour le cham­pion d’Afrique et le vainqueur de la Ligue des Champions, ainsi que le retour des rencontres intercontinentales.Lors de son allocution de jeudi dernier, Ahmad avait évoqué les structures de la CAF. Le document dévoile aussi plus de détails sur « la refondation des structures de la confédération pour une nouvelle CAF » et la transparence en « rendant publics les contrats et les montants ».Cette nouvelle CAF se penchera de près sur le cas de jeunes joueurs également avec « la protection des jeunes talents » et « la révision du système de libération des jeunes talents vers les autres continents » ainsi que « l’implication des joueurs professionnels dans certaines activités en faveur des jeunes comme des camps de perfectionnement mobiles ».

Programme bien affûtéUne autre grande ligne qui a retenu notre attention concerne également une « convention Etat-Associations nationales ». Ce qui s’inscrit également dans la lignée des propos d’Ahmad de la semaine dernière, quand il parlait de convaincre chaque État de s’engager dans le football.En parlant des Asso­ciations nationales ou Fédé­rations, citons également « le renforcement de capacité périodique des directeurs techniques nationaux » ou encore « la formation des entraîneurs » ainsi que « le recyclage sur les méthodes d’entraînement modernes pour la licence d’entraineur ». Il s’agit juste de quelques points qui ont retenu notre attention parmi tant d’autres. En bouclant les treize pages, on peut en conclure que le programme est bien affûté.Dimanche, la Cosafa avait annoncé son soutien à Ahmad, dans cette course à la présidence de la CAF. Et il semblerait que les Fédérations de l’Est du continent ainsi que ceux du Maghreb se seraient également rangées de son côté dernièrement. Ses chances de victoire semblent augmenter de jour en jour.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Nutrition – Le nombre d’enfants suivis en hausse

Points positifs. Le nombre d’enfants suivis au niveau des sites de nutrition communautaires, grâce au projet d’appui d’urgences aux services essentielles d’éducation, de nutrition et de santé (PAUSENS), financé par la Banque mondiale, a connu une hausse, depuis la mise en œuvre du projet. Il est passé de 46 000 en juin 2015 à près de 53 000 en décembre 2016, selon une statistique donnée par l’Office régional de la nutrition (ORN), hier. Une autre statistique de l’ORN souligne que les bénéficiaires de la pratique améliorée d’alimentation a également augmenté. « En juin 2015, il y avait environ 2 433 enfants bénéficiaires de cette pratique. En décembre 2016, ce chiffre a atteint les 69 615 », selon la même source.Grâce à cela, le taux d’insuffisance pondérale, faisant le rapport entre le poids de l’enfant et son âge, a connu une baisse, chez les enfants de moins de 5 ans, pour la région d’Analamanga. « Le taux d’insuffisance pondérale a nettement régressé ces dernières années. 16% en juin 2015 contre 13% en décembre 2016 », affirme le coordonnateur régional de l’ORN Analamanga, James Odon Randriakotomihaja.Mais la réduction du taux de malnutrition chronique reste encore un grand défi, pour Madagascar. Il stagne autour des 50% depuis quelques années,   alors qu’il a un impact irréversible sur le développement intellectuel de l’enfant, donc, sur le développement social et économique du pays. Il a été souligné que le contexte socio-économique actuel ne permet pas de réduire ce taux. L’Office national de nutrition (ONN) affirme que leurs efforts se focalisent, maintenant, sur la réduction de ce taux de la malnutrition chronique.

 

L'express de Madagascar0 partages

Diana – Un pont en construction

Une infrastructure provisoire sera remplacée par une définitive. Un pont en béton sera construit à la place d’un pont Bailey.

Au nord de la ville d’Ambilobe, l’un des plus gros projets d’infrastructure routière de la région Diana est en cours. Il s’agit de la construction d’un pont neuf entièrement en béton, au-dessus du fleuve Mananjeba, situé à 123 km de la capitale du Nord. Il remplacera l’actuel pont Bailey installé provisoirement depuis des années.Financée par  la Banque mondiale à hauteur de plus de quatre milliards d’ariary, la construction est confiée à l’entreprise Eiffage qui a déjà  implanté sa base-vie  à Marivorahona, à 200m du fleuve, avec quarante employés. Le nouveau  pont aura 50 ans de durée de vie pour 42 tonnes de charge utile.Destiné à assurer le trafic sur la RN6, le nouvel ouvrage d’art facilitera la circulation des voitures,  d’environ 500 par jour. De type A4 travées, mesurant  80 x 9,60 m, il sera à doubles voies placée sur cinq appuis, sans limitation de vitesse. Selon les explications de Cyprien Allart, conducteur des travaux de l’Eiffage, les travaux seront achevés en juin prochain.Mais avant le démontage de l’actuel pont, une déviation temporaire sera créée afin d’assurer la circulation des usagers de la route.

Après le sacrifice d’un zébu, la construction d’un pont en béton peut commencer.

Trafic fluide« Le nouveau pont est robuste, et le trafic sera beaucoup  plus fluide. Pour le moment, on a commencé par tout ce qui est préfabriqué car nous sommes  en pleine saison des pluies», a expliqué Cyprien Allart, en fournissant les détails et le planning des travaux.Selon les techniciens, on commencera à voir le nouveau pont sortir de l’eau de Mananjeba au cours des trois prochains mois.Comme il est de tradition, une cérémonie rituelle, à l’occasion du début des travaux, s’est  tenue à Marivorahona, le week-end dernier, en présence de l’Ampanjaka de l’Antakarana, Issa Tsimiharo III, des notables de la localité et des autorités régionales conduites par Léonard Tsiahiana, directeur de cabinet  de la région Diana. La cérémonie a été présidée par le « Manantany» Tsimarofo, avec le sacrifice d’un zébu.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Un barrage de rete­nue d’eau dans l’Atsi­mon­drano

L’évolution du projet de mise en place d’un barrage de retenue d’eau, dans le district d’Atsimondrano, sera constatée en mars ou avril, selon le ministre de l’EAH, Roland Ravatomanga, hier. Il a souligné que c’était un projet longtemps réfléchi. Ce barrage devra garantir l’épargne d’eau à Antana­narivo, en cas de sécheresse.

L'express de Madagascar0 partages

Bois de rose volé

Quadruple arrestation à Ampanavona Antalaha. Soupçonnés d’avoir déterré plus de rondins de bois de rose saisis au début du mois, quatre suspects ont été arrêtés la semaine dernière. Soupçonnés d’avoir été pour quelque-chose dans cette affaire, quatre autres suspects sont déjà en détention préventive.

L'express de Madagascar0 partages

Stylisme – Adev’s Agency expose « Gasy Moderne »

Porté par de jeunes talents de la création, tout aussi modestes qu’audacieux et passionnés. Un nouveau rendez-vous supplémentaire vient garnir la programmation des évènements se destinant aux férus de mode et de stylisme de la ville des Mille, et se découvre avec« Gasy Moderne ». Ce 25 février à partir de 14h, une bonne quarantaine de jeunes créateurs et de modèles se regroupant au sein de l’Adev’s Agency convie le public à découvrir leur créativité et leur talent au sein du Chef’s Avenue du Café de la Gare.Après-midi en ode à un genre de stylisme contemporain, le tout conjugué à la culture malgache et ses valeurs, « Gasy Moderne » illustrera à travers une série de défilés, des créations vestimentaires inédites qui resplendissent chacune de jeunesse.Luciana Avotriniaina Ramarojaona, membre de l’Adev’s Agency, affirme « Actuellement, de plus en plus de jeunes se passionnent pour la mode en général. À travers notre agence, on leur accorde l’opportunité d’explorer pleinement leur passion, et de laisser libre cours à leur créativité tout en valorisant notre identité culturelle ».Chapeauté, entre autres, par la styliste Marina Rabehaja, « Gasy Moderne » conjuguera diverses matières à travers la collection qu’il présentera.

A. P. R

L'express de Madagascar0 partages

Relance de menace de grève au sein de l’Éducation nationale

L’Association nationale des enseignants fonction­naires et non fonction­naires, remettra sur le tapis la revendication des multiples indemnités des enseignants. Pour le moment, les meneurs de grève n’ont pas précisé quand ils allaient reprendre cette grève.

L'express de Madagascar0 partages

Fifosana pipole

La famille de Hiary Rapanoelina, créateur et administrateur du groupe facebook «Fifosana hanatsaràna ny pipoles gasy», a tenu une conférence de presse au «Kianjan’ny kanto à Mahamasina», hier. Éprouvés par le séjour carcéral de cet artiste du groupe AVM, connu dans le coaching vocal de deux émissions de téléréalité, ses proches implorent la clémence des personnes à qui les publications du groupe ont causé préjudice.

L'express de Madagascar0 partages

Chronique improbable sur les Grammy Awards

Normalement, je ne devais pas m’intéresser aux Grammy Awards, même 59e du nom.  Jusqu’à ce que, d’une news à une autre, je tombe sur un résumé montrant l’anti-trumpisme convenu : protestation contre le projet du Président américain d’un mur anti-clandestins, appel à résister à son projet de mise à l’index des pays islamistes.Comme si, parce que artiste-chanteur/auteur/compositeur, on doit obligatoirement souscrire au gauchisme progressiste. Un peu comme se proclamer écologiste, aimer la forêt, protéger les cours d’eau, suivre des documentaires animaliers, et ne plus pouvoir se déclarer favorable à la condamnation à mort de terroristes radicalisés ou de violeurs récidivistes. Ou avoir de l’empathie pour des opérations type «Restos du Cœur» et hésiter à prendre ses distances avec le paléo-communisme archaïque de type cubain, vénézuélien ou nord-coréen. Voire, sortir vainqueur des primaires de la Gauche et ne pas trouver les mots de principe pour condamner le vandalisme des «jeunes» de banlieue, comme si ce passeport géographique était un permis de tout saccager, de préférence en bande, en minorité bien visible même sous la cagoule.Grâce à, ou à cause de, cette sortie intempestive de la bien-pensance californo-hollywoodienne, j’apprends que les «Grammy’s» comportent un nombre incalculable (exactement 84, quatre-vingt-quatre, pour 2017) de trophées.Un inventaire quasi-exhaustif de tous les genres musicaux : RnB, Urban, Rap, Country, New Age, Jazz, Gospel, Christian Music, Latin Rock/Urban/Alternative, Regional Mexican, Tropical Latin (les Latin Grammy Awards, premier programme hispanique en prime-time, ont été inventés en 2000), Blues, Folk, Reggae. Même la «World Music», rayons dans lesquels, on allait autrefois chercher les CD de musique malgache à la Virgin Megastore. Et la «Children’s Music», sans oublier la musique classique, l’opéra, les chorales, les musiques de film (vainqueur The Beattles : Eight Days a Week).C’est un monde qui m’est étranger, vraiment, et que je découvre (un peu) en même temps que j’écris cette Chronique. Des noms plus familiers apparaissent cependant, ici et là : Jean-Michel Jarre nominé en musique électronique ; Tim McGraw, compositeur nominé pour «Humble and Kind», catégorie Country Song ; nominée, une musique de Thomas Newman, dans le film «Bridge of Spies» ; primé, le coffret sur «Édith Piaf : 1915-2015»… Le palmarès de la «National Academy of Recording Arts and Sciences», ou «Recording Academy», depuis 1958, incite cependant au respect pour les prix décernés du vivant des artistes : Leonard Bernstein, 1985 ; Ray Charles, 1987 ; Bob Dylan, 1991…Comme toujours, les médias étaient trop obnubilés par tout ce qui ne m’intéresse que moyennement. Pendant qu’à Los Angeles, les Grammy Awards se déroulaient imperturbable­ment, 700 kms plus loin, à Oroville, Thermalito et Palermo, dans le même État de Californie, 200.000 personnes, établies en aval du lac-barrage d’Oroville quittaient précipitamment leur maison : une rupture dans le plus haut barrage des États-Unis (230 mètres) menace de provoquer un tsunami avec des vagues de dix mètres de haut. Les Grammy’s et le barrage d’Oroville sont nés tous deux à la fin des années 1950, mais le show qui continue n’est définitivement pas le même.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Christophe Samuel inhumé samedi

tLes obsèques du directeur régional de l’Éducation nationale (DREN) auront lieu à Maintirano, samedi prochain. Christophe Samuel est décédé brutalement mercredi dernier d’un arrêt cardiaque, après la cérémonie d’ouverture des Journée des écoles à la CRINFP de Mahabibo. Le ministre de tutelle, Paul Rabary y assistera. D’ailleurs, son directeur de cabinet se trouve déjà à Mahajanga depuis hier.La dépouille mortelle quittera le quartier d’Ambovoalanana ce matin vers 9h, après le culte prévu à 7h à son domicile. Venant de Mayotte, sa fille accompagnée de son mari et de ses petits-enfants débarqueront à l’aéroport vers 9h.Les habitants de Mahajanga, les autorités ainsi que les élus, les notables le corps enseignant des établissements privés et publics des six Circonscriptions scolaires (Cisco) du Boeny avec les chefs ZAP ont présenté leurs condoléances à la famille du défunt, à Ambovoalanana.Le personnel enseignants et administratifs du lycée Philibert Tsiranana conduit par le proviseur Patrice Ndeha étai parmi les premiers à se recueillir devant la dépouille du DREN, mercredi soir.Cette disparition a affecté tout le monde car le lycée Philibert Tsiranana avait invité Christophe Samuel pour la présentation des vœux de Nouvel An, prévue se tenir ce vendredi après-midi à l’hôtel Escale de la Plage. Malheureuse-ment, le destin en a décidé autrement.Son épouse, en larmes, a raconté qu’il avait déjà acheté une tenue pour l’occasion. « Il m’a montré son nouvel habit et a déclaré qu’il le porterait à la fête du lycée, vendredi », a indiqué, en larmes, la veuve éplorée.Christophe Samuel était né le 3 avril 1961 à Maintirano et a déjà occupé le poste de Chef Cisco dans sa ville natale. Il est titulaire d’un diplôme d’Études supérieures en éducation et de formation d’adultes, et d’un Certificat d’aptitude à l’enseignement secondaire (CAES) en Physique et Mathématiques. Il avait déjà enseigné des matières scientifiques au lycée de Maintirano en 1997. Cet ancien sénateur a aussi occupé la fonction de Commissaire général chargé de l’Éducation du temps de la Province autonome à Mahajanga. Il a le grade d’Officier de l’Ordre national.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Marine espagnole – Le Relampago en escale à Antsiranana

Un bâtiment de la marine espagnole s’est trouvé dans le port d’Antsiranana. Il fait partie de l’opération Atalanta de lutte contre la piraterie.

Ce n’est ni un éclair ni un coup de tonnerre mais plutôt un navire de guerre espagnol dont le nom est «Relampago», « Éclair » en français. Pour la deuxième fois, ce « Buques de Acción Marítima » (BAM), c’est-à-dire bateau d’action maritime, a fait une escale technique à Antsiranana, du 14 au 16 février derniers, avec à son bord 86 membres d’équipage dont cinq femmes.La présence à bord de forces spéciales est aussi remarquable, avec onze officiers. Le navire espagnol dispose aussi d’un hélicoptère SH60B Sea Hawk de marque américaine lui permettant de renforcer ses capacités de surveillance d’autres navires et de défense. Il est entretenu et conduit par 17 membres d’infanterie.« Il s’agit d’une escale technique dont le but est de s’approvisionner ainsi que de permettre à l’équipage de se reposer dans un port accueillant tel qu’Antsiranana», a expliqué le pacha du bateau, le commandant Francisco Garcia Flores.Et d’ajouter que le bâtiment a représenté l’Espagne au sein de la Force de l’Union européenne (EUNAVFOR) Atalanta, et a pour mission de lutter contre la piraterie dans l’océan Indien, notamment dans les eaux limitrophes de la Somalie. Il a quitté le port espagnol de Las Palmas en octobre 2016 et envisage d’y retourner à la fin de ce mois, après avoir participé à l’opération pendant cinq mois.

BoardingComme à l’accoutumée, le commandant du navire a effectué, mardi, des visites de courtoisie auprès des autorités civiles et militaires locales et régionales. L’après-midi, l’équipage a accueilli des autorités locales à bord du navire.« Grâce à l’opération Atalanta, l’action des pirates est neutralisée mais il faut rester vigilant et prudent », a souligné le commandant Francisco Garcia Flores.Lors de cette escale, des exercices militaires conjoints ont eu lieu. À cet effet, une trentaine de marins malgaches sont montés à bord du BAM Relampago, pendant deux jours, afin de s’entraîner à des opérations et des procédures de boarding et de sécurité maritime. Il s’agissait aussi de renforcer les liens entre les deux marines et de pouvoir échanger des pratiques différentes. Enfin, les hautes autorités militaires malgaches conduites par le ministre de la Défense nationale, le général de corps d’armée Beni Xavier Rasolofonirina, ont visité, hier, le BAM (P43) Relampago.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Présélection au con­cours pour les femmes

Soixante six associations de femmes sur les 578 participantes, ont été présélectionnées au concours organisé par le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme. Dix-huit d’entre elles parti­ciperont au final. L’asso­ciation gagnante rapportera 2 millions d’ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Titi à l’Uscafoot

Titi Rasoanaivo est de retour en tant qu’entraîneur de l’Uscafoot. Un poste qu’il avait déjà occupé dans le temps, avant de s’installer sur le banc de plusieurs autres équipes, notamment la CNaPS Sport, l’AS Adema et dernièrement Fosa Juniors. Sa première mission sera de redresser la barre après deux défaites consécutives du club, lors des deux premières journées du championnat d’Analamanga.

L'express de Madagascar0 partages

Présentation officielle

Les organisateurs du salon des deux-roues « Bikers Show » présenteront officiellement l’événement, le samedi 25 février, chez Liqui Moly Ankadimbahoaka. Ce salon se tiendra au Palais des sports et de la culture à Mahamasina, le samedi 8 et le dimanche 9 avril. Les clubs de motards d’Antananarivo ainsi que les conces­sionnaires de deux-roues de la Capitale y seront tous présents.

L'express de Madagascar0 partages

Alaotra-Mangoro – Les Journées des écoles sous le signe du sport

xSur l’étendue de la Direction régionale de l’Éducation nationale (DREN) d’Alaotra-Mangoro, en général, et à Ambatondrazaka en particulier, les écoles publiques et privées ont tenu à marquer la célébration des trois journées des écoles, les 15, 16 et 17 février.Comme activité dominante, le premier jour, le nettoyage général dans tous les établissements. Chaque élève a apporté un balai, un petit coupe-coupe, un râteau ou un « sobika ». En outre, l’on a remarqué que la majorité des enseignants et des responsables auprès des bureaux et des services ne sont pas restés les bras croisés en donnant tout simplement des ordres aux élèves. « Ils ont aussi participé au nettoyage, je les ai vus », a mis en exergue une mère de famille habitant le quartier d’Antsahamarova   là où est situé un lycée public de grande taille – satisfaite de la participation des enseignants et des bureaucrates, pour une fois.D’autres activités ont eu lieu mercredi aprés-midi sans la chaleur étouffante d’un soleil d’été. Parmi elles, des matches de basket où, par exemple, une équipe composée de responsables et d’enseignants des lycées (LRN et LTP) a été battue par la sélection de la DREN, du CEG Razaka et de la Cisco d’Ambatondrazaka sur le score de 29 à 38.

Hery Fils Andrianandraina