Les actualités Malgaches du Jeudi 17 Janvier 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara28 partages

Union européenne : « 2019 va être une année des réalisations », dixit l’ambassadeur

De gauche à droite, l’ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, Giovanni Di Girolamo et la cheffe adjointe de la MOE-UE, Sandrine Martins

L’Union européenne a renouvelé sa détermination à accompagner le pays dans les efforts du développement.

« L’Union européenne attend la mise en place du nouveau gouvernement pour avoir un dialogue politique et pour voir ensemble les lignes directrices de la coopération ». Ce sont les propos de l’ambassadeur de la Délégation de l’Union européenne, hier, lors d’une conférence de presse à la Tour Zital. Une façon pour lui de montrer que la coopération de l’Union européenne avec Madagascar se poursuit et que les projets n’attendent plus qu’à être mis en œuvre.

Stabilité. Ces derniers ont, essentiellement, trait au développement rural notamment dans quelques districts du Sud du Madagascar, à la gouvernance, au développement économique, aux infrastructures, ou encore à l’appui de la société civile. La liste n’est pas exhaustive, mais en tout cas, « nous espérons une stabilité dans les cinq prochaines années pour donner une impulsion à la coopération et contribuer à l’avancement et au développement général du pays », martèle Giovanni Di Girolamo, l’ambassadeur de la délégation, en notant que « cette coopération s’inscrit dans le respect de la souveraineté de Madagascar ».

Avancement concret. L’Union européenne a, de ce fait, renouvelé sa détermination à accompagner le pays dans les efforts du développement. «2019 va être une année d’avancement concret ; une année des réalisations », poursuit l’ambassadeur. Ce qui signifie que la coopération ne se limitera pas au seul fait d’allouer quelques sommes, mais des réalisations concrètes seront au rendez-vous. Et pourtant, nous ne sommes pas sans savoir que le Président Andry Rajoelina, quand il était candidat, a mis en avant l’autofinancement des projets nationaux, pour mieux booster l’économie nationale aussi. « Tout processus de développement économique a besoin d’efforts nationaux et les bailleurs de fonds sont là pour accompagner le pays. Mais les efforts internes ne peuvent pas tout faire. L’idée, c’est la coordination, la coopération et un effort de travailler dans la même direction », souligne Giovanni Di Girolamo.

Recommandations. Par ailleurs, la conférence de presse d’hier a été une occasion pour l’ambassadeur de l’Union européenne et la cheffe adjointe de la Mission d’Observation Électorale de l’Union européenne (MOE-UE) de laisser quelques mots sur le processus électoral. Ils ont salué les efforts de tous les acteurs concernés dans la conduite de la présidentielle et félicite les deux candidats pour leur rôle respectif dans le renforcement de la démocratie à Madagascar. Concernant la MOE-UE en particulier, l’équipe cadre va partir demain, mais reviendra dans quelques semaines pour présenter le Rapport sur la Mission d’Observation Électorale. La cheffe adjointe de la mission, Sandrine Martins, a fait savoir que les conclusions de la mission seront dévoilées ultérieurement et que des recommandations sont préparées pour améliorer les prochains processus électoraux. Notons qu’à part le déploiement de la MOE-UE suite à la demande des autorités malgaches, l’Union européenne a contribué essentiellement dans le Sacem (Soutien Au Cycle Électoral de Madagascar), elle a mis en place un système de prévention des violences électorales grâce au projet Pev et a également appuyé la société civile dans le projet Safidy.

Aina Bovel

Midi Madagasikara14 partages

Régime Rajoelina : Le PM nommé samedi, le gouvernement connu mercredi

Pour le président de la HCC, « il faut et il suffit que les députés majoritaires présentent un ou des noms de Premiers ministrables au Président de la République ».

Contrairement à son prédécesseur qui avait mis 2 mois et 18 jours après son investiture le 25 janvier 2014 pour nommer le premier PM de la Quatrième République le 12 avril de la même année, le nouveau Président de la République ne tarde pas à mettre le train en marche.

TGV. C’est l’abréviation de « Tanora malaGasy Vonona » qui compte « Travailler à Grande Vitesse ». Sans laisser le temps au temps. Tout de suite après son investiture ce samedi 18 janvier, le nouveau Président de la République procèdera à la nomination du Premier ministre qui lui aura remis au préalable, sa démission et celle de son gouvernement. Et ce, en application de la Décision en date du 25 mai 2018 de la HCC qui avait arrêté en son article 5 que « le Premier ministre, Chef du gouvernement (…) reste en fonction jusqu’à l’investiture du nouveau Président de la République ».

« Pas de session extraordinaire ». Le PM du second quinquennat sera nommé conformément à l’article 54 de la Constitution qui dispose que « le Président de la République nomme le Premier ministre présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale ». Sur la forme, le président de la HCC, Jean Eric Rakotoarisoa de préciser que « point n’est besoin de convoquer l’Assemblée nationale en session extraordinaire ». Une manière de dire et il le dit expressément qu’ « il faut et il suffit que les députés représentant le parti ou le groupe de partis majoritaire au sein de la Chambre basse présentent au Président de la République un ou des noms ». Selon le président de la HCC, Jean Eric Rakotoarisoa, « le nombre de noms à proposer n’est pas limité ».

« En bonne position ». Qui sera le nouveau locataire de Mahazoarivo ? De source informée, le PM sortant Ntsay Christian serait « en bonne position ». Son principal atout, c’est d’avoir réussi à mener jusqu’au bout le processus électoral, malgré les embûches et les tentatives de torpillage, pour ne rappeler que le recours demandant la suspension et/ou l’annulation du décret portant convocation des électeurs pour le premier tour de scrutin du 7 novembre 2018. L’élection présidentielle serait tombée à l’eau ou aurait été reportée à une date ultérieure si le Conseil d’Etat avait suspendu ou annulé le décret attaqué par le collectif des 21 candidats. Une manœuvre visant à torpiller le processus électoral qui a été déjouée grâce notamment au Commissaire général de la loi, Rakotomandimby Benjamin Alexis qui n’avait pas suivi le siège. L’investiture du nouveau Président de la République élu n’aurait pu se tenir ce 19 janvier si Tabera Randriamanantsoa et consorts avaient réussi leur coup pour ne pas dire leur… coût.

Pas de code nucléaire. Concernant le gouvernement, on croit savoir que les 22 membres seront connus ce mercredi 23 janvier. Un « Alarobia tsy miverina » comme le second tour de scrutin du 19 décembre 2018 qui a aussi fait l’objet de requêtes en annulation auprès de la HCC qui les a déclarées non fondées lors de la proclamation des résultats officiels. L’occasion pour le président de la haute juridiction et non moins constitutionnaliste de rappeler le principe de la laïcité de l’Etat qui consacre la séparation de l’Eglise et de l’Etat. « Moi aussi, je suis un Chrétien, mais il faut séparer le pouvoir politique et la religion », réitère-t-il. « Libre à ceux qui me qualifient de « devoly », relativise le président de la HCC pour qui « le diable est dans les détails ». Une expression que l’on doit à Nietzche pour qui il suffit du moindre détail mal géré pour tout faire capoter. C’est pour cela que Jean Eric Rakotoarisoa a tenu à rappeler les fondamentaux et les détails entourant le cérémonial. Aussi bien pour l’investiture de samedi que pour la passation prévue demain. « C’est la transmission des dossiers et des informations confidentielles », explique-t-il. Non sans ajouter avec un brin d’humour que « chez nous, il n’y a pas de codes de sécurité nucléaire à transmettre entre le président sortant et le président entrant ».

 « Tsy mandry andro, tsy mandry alina ». Littéralement, ne dort ni le jour ni la nuit. C’est le cas du nouveau Président de la République qui ne dort souvent qu’à 3 heures du matin, à cause des entretiens avec les pressentis membres du gouvernement. Avec un contrat-programme pour chaque ministrable. Les consultations seront reprises par le nouveau locataire de Mahazoarivo, pour respecter l’article 54 in fine de la Constitution qui prévoit que « Sur proposition du Premier ministre, il nomme les membres du gouvernement ». Il, c’est le Président de la République dont l’agenda comporte aussi des entretiens avec les invités de marque qui débarquent à partir d’aujourd’hui pour la cérémonie d’investiture du précurseur de l’IEM qui rime avec « Travaux à Grande Vitesse ».

R. O

Midi Madagasikara11 partages

Ville numérique : 79 caméras de surveillance pour la sécurité publique dans la Capitale

Le ministre Maharante Jean de Dieu lors de sa visite à l’OTME.

Antananarivo est déjà en train de devenir une « Smartcity ». Les 79 caméras de surveillance, installées par le Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), à l’occasion du Sommet de la Francophonie et du Sommet du COMESA sont toujours opérationnels. C’est ce qu’a constaté le ministre Maharante Jean de Dieu, lors d’une descente sur terrain qu’il a effectuée hier, avec son équipe. D’après ses dires, ces caméras sont à la disposition des forces de l’ordre, pour assurer la sécurité dans la Capitale, et pour commencer à faire d’Antananarivo une ville numérique. « Ces caméras vont aider les responsables de la sécurité publique à mener à bien leur mission, surtout durant la cérémonie d’investiture du président de la République qui se tiendra cette semaine. D’autant plus, une grande partie de ces caméras de surveillance est installée à Mahamasina, Anosy et à Antaninarenina. Cette visite est faite pour rappeler au peuple malgache que le MPTDN collabore étroitement avec les forces de l’ordre, pour renforcer la sécurité publique à l’aide des produits de nouvelles technologies », a affirmé le ministre. A noter qu’à part ces caméras de surveillance, d’autres matériels de haute technologie sont également déployés dans d’autres villes, si l’on ne cite que celle de Nosy-Be. Bref, Madagascar est déjà sur le bon chemin, dans le domaine du développement numérique, d’après le MPTDN.

Antsa R.

Midi Madagasikara4 partages

Douanes : 2 427,9 milliards d’ariary de recettes en 2018

Les importations non pétrolières vont augmenter, cette année

Les efforts entrepris ces dernières années pour améliorer les performances de l’administration douanières ont porté leurs fruits. Le  meilleur est à venir pour les années qui viennent.

Les douanes malgaches figurent parmi les administrations les plus performantes ces dernières années. La preuve, elles ont participé, d’une manière conséquente à l’atteinte des objectifs de croissance de la loi de finances 2018.

Motivation

En 2018, les Douanes ont perçu 2.427,9 milliards d’ariary de recettes soit un large excédent de 100,8 milliards d’ariary par rapport aux objectifs qui lui ont été assignés

A l’origine de cet excédent de recettes se trouve en premier lieu,  une excellente performance en matière de collecte de TVA, explique un responsable de la douane.  Une performance qui est à mettre à l’actif de presque tous les bureaux des douanes du pays. « Ce dépassement des objectifs a été constaté  dans presque tous les bureaux de collecte des recettes douanières ». Outre la motivation des cadres et agents des douanes, ces objectifs ont pu être atteints grâce aux investissements en matériels et en formation entrepris au niveau de l’administration douanière. Une administration qui n’a jamais cessé de se moderniser ces dernières années.

Perspectives

Résultats : la tendance a toujours été à la hausse, ces derniers temps. En effet, en comparaison à l’année 2017, les recettes non pétrolières perçues par la douane ont progressé de +12% alors que l’assiette a augmenté de +11%. La maîtrise de la valeur en douane, l’efficacité des contrôles aux frontières et a posteriori ont contribué à un meilleur encadrement des espèces tarifaires, de sorte que les produits fortement taxés ont progressé plus fortement que les produits moyennement taxés. Par ailleurs, la transparence et la prévisibilité des actions douanières ont ravivé la confiance des usagers.  En ce qui concerne les perspectives, l’année douanière 2019 sera encore meilleure.  Les prévisions sont de l’ordre de  2.632,6 milliards d’ariary de recettes douanières  attendues  par l’administration douanière, soit une hausse de +8% par rapport à l’année 2018 Une fois de plus, l’essentiel de cet accroissement sera tiré des recettes de TVA.  

Infrastructures

Cette hausse de recettes douanières, en 2019, sera par ailleurs  soutenue essentiellement par l’augmentation des importations de biens d’équipement. En effet, le nouveau régime Andry Rajoelina table sur la multiplication des projets de construction d’infrastructures de grande envergure. Néanmoins, une hausse moins consistante sera enregistrée du coté des matières premières et des biens de consommation finale. Enfin, et non des moindres, Par ailleurs, l’implémentation effective du centre de liquidation continuera de désengorger les opérations aux frontières et contribuera à optimiser les contrôles en premier rideau. Une belle perspective pour le développement économique en somme.

R.Edmond.

Midi Madagasikara3 partages

Organisation de la société civile Eau, Assainissement, Hygiène estime Arsène Raveloson, président de l...

Arsène Raveloson, président national de l’OSC EAH, tire la sonnette d’alarme.

Avec seulement 24% de la population ayant accès à l’eau potable et moins de 10% ayant accès à des infrastructures d’assainissement décentes, Madagascar figure parmi les pays à la traîne où le secteur Eau, Assainissement et Hygiène (EAH) reste un défi majeur. L’OSC EAH (Organisation de la Société Civile Eau Assainissement Hygiène) se voulant être une force de proposition, met en avant, par la voix de son président national, Arsène Raveloson, quelques faits et recommandations, voire une interpellation en faveur d’une meilleure considération de ce secteur que l’OSC estime être « la » priorité des priorités. Interview.

                                                     

Midi Madagasikara : Quelle est la situation actuelle de Madagascar en matière d’EAH ?

 Arsène Raveloson : Madagascar est le 3è pays au monde où l’accès à l’assainissement est le plus faible, seulement 8%. De même, 64% de la population pratiquent encore la défécation à l’air libre dont 70% sont dans des régions à potentialité touristique élevée. Et en matière d’eau potable, moins du quart de la population y ont accès. En d’autres termes, les trois quarts restants, soit 76%, boivent encore de l’eau non potable. Il n’y a rien d’étonnant à cela quand on sait que seulement 2% du budget de l’Etat sont alloués au secteur EAH.

M.M. : A quelques jours de la mise en place du nouveau gouvernement, l’OSC EAH que vous représentez, a donc des mots et des maux à adresser aux futurs décideurs.

 A.R. : Nous lançons un appel aux hauts responsables au sommet de l’Etat à faire de l’EAH une priorité et qu’ils donnent au pays les moyens de traiter la question comme elle devrait l’être. C’est-à-dire consacrer au secteur EAH des financements à la hauteur des défis, et mettre en place une structure efficace, notamment au niveau du ministère qui devrait être un département indépendant et non fusionné avec un autre département.

M.M. : Ce n’est pas la première fois que la société civile émet de telles interpellations. Pensez-vous que vous serez entendus, cette fois-ci ?

A.R. : Nous considérons et nous ne sommes pas les seuls à l’affirmer, que l’EAH est la clé de tout développement, car d’elle dépend les autres secteurs de développement comme la santé, l’éducation, la productivité, le tourisme, l’agriculture, etc. Il ne faut pas oublier que l’accès à l’eau et à l’assainissement est un droit fondamental. Il mérite d’être considéré comme une véritable priorité. D’autant plus que Madagascar a signé les engagements en faveur de l’atteinte de l’ODD 6 (ndlr, objectif de développement durable) relatif à l’accès par 100% de la population, à l’eau potable et aux services d’assainissement en 2030. C’est la raison pour laquelle nous interpellons les décideurs à considérer la question comme une priorité des priorités.

M.M. : Au vu de la situation actuelle, de telles interpellations, déjà formulées par le passé, ne semblent pas avoir été prises en compte. Les décideurs ne sont-ils donc pas convaincus de l’importance de cette question d’eau et d’assainissement ?

 A.R. : Nous estimons qu’il devrait y avoir davantage de cohésion et de collaboration entre la société civile et l’Etat afin de pouvoir transmettre aux dirigeants les véritables attentes de la population et pour que l’Etat puisse les intégrer dans sa politique. Le déficit en matière d’écoute, venant des dirigeants, est un constat déjà établi par le passé. L’autre problème, plus grave encore, est l’absence de redevabilité. Nous le déplorons énormément.

M.M. : Où en est maintenant la société civile face à ces défis de Madagascar en matière de EAH ?

 A.R. : Nous nous efforçons de jouer pleinement notre rôle de force d’interpellation et de proposition, la société civile n’étant pas un décideur. Des objectifs ont déjà été fixés, il faut les concrétiser pour le bien de la population. Pour ce faire, la politique et la stratégie doivent être clairement établies et mises en œuvre de manière transparente. De même, nous estimons important de donner davantage de considération aux communes en matière de gestion des infrastructures EAH et les laisser les jouer leur rôle de base structurelle du développement. La réforme au niveau de la législation est nécessaire en fonction des réalités. Nous sommes convaincus que les structures de décentralisation, donnant davantage de marge de manœuvre à la base, incarnée par les communes, donnerait davantage de résultats en matière d’EAH. L’Etat ne pourra pas tout faire. Il faut qu’il délègue. C’est essentiel.

 Propos recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara2 partages

CFM : 36 demandes d’amnistie à trancher cette année

La mise en place du CFM est prévue par la Constitution de la Quatrième République.

Cet organe en charge de la réconciliation nationale se prépare à statuer sur les demandes d’amnistie qui lui ont été soumises.

L’heure est au bilan. Du côté du « Conseil du Fampihavanana Malagasy » ou CFM, on lui rapproche de n’avoir rien fait depuis sa mise en place. Hier, son président Maka Alphonse a déclaré que cette année 2019 sera une année de travail pour cet organe constitutionnel chargé de piloter la réconciliation nationale. A en croire les explications de Maka Alphonse, le CFM tranchera sur les nombreuses demandes d’amnistie qui font partie de ses « vary mangatsiaka ». « Le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » a reçu au total 36 demandes d’amnistie relatives aux faits liés aux événements politiques survenus dans la période de2002 à la fin de la transition. Nous avons transmis le 31 octobre 2018 ces demandes d’amnistie à la commission spéciale indépendante pour l’amnistie instituée au niveau de la Cour suprême pour la mise en état des dossiers et pour que la Cour puisse donner son avis juridique. », a-t-il expliqué. Avant de préciser : « Mais, le CFM ne sera pas lié par la décision de cette commission. Raison pour laquelle, nous allons trancher sur ces demandes d’amnistie lors de l’assemblée générale du CFM qui aura lieu au mois de mars. »

Ancien PM et des officiers. D’après le président du CFM, un ancien Premier ministre et de nombreux officiers font partie des candidats à l’amnistie. « Le CFM ne traite que les demandes d’amnistie liés aux événements politiques. Et ce pour permettre aux demandeurs de recouvrer leurs droits civiques et politiques. », a souligné Maka Alphonse. A noter que la commission spéciale indépendante pour l’amnistie n’a pas jusqu’à présent donné suite aux dossiers envoyés par le CFM.

1300 dossiers. Par ailleurs, on a appris hier du côté du « Conseil du Fampihavanana Malagasy » qu’environ 1300 demandes d’indemnisation et de réparation y sont déposées par des victimes des événements politiques de 2009. « Le CFM est en train d’étudier ces demandes. », a affirmé son président Maka Alphonse. Avant de reconnaître que des problèmes d’ordre financier constituent un blocage à la satisfaction des demandeurs. « La réparation ne pose pas de problème. Par contre, lorsqu’il s’agit d’indemniser les victimes, il faut de l’argent. Or, aucun ariary n’est jusqu’ici versé dans le Fonds national de solidarité. La communauté internationale ne s’est pas conformée aux dispositions de la feuille de route sur l’alimentation de ce Fonds. Pour cette année 2019, le budget de l’Etat ne prévoit aucun ariary pour cette indemnisation. », a-t-il déploré. Avant de rajouter : « Malgré cet obstacle, le CFM poursuit son chemin. Actuellement, deux avant-projets de décret relatifs à l’application de la Loi n°2016-037 du 02 février 2017 sur la réconciliation nationale sont déjà prêts. » En tout cas, on s’interroge sur le sort du « Conseil du Fampihavanana Malagasy » durant cette deuxième partie de la Quatrième République malgache.

Eugène
Midi Madagasikara2 partages

Nouveau code minier et pétrolier : Une priorité des priorités, selon le député Mohamad Ahmad

Après une refonte du code minier et pétrolier et quelques amendements apportés par toutes les parties prenantes, ce nouveau cadre réglementaire régissant les deux secteurs stratégiques dans le pays, à savoir, les mines et le pétrole, n’est pas encore adopté. Cependant, cela constitue une priorité des priorités pour Madagascar étant donné qu’il garantit le développement de ces secteurs porteurs. Le député élu dans la région de Fénérive- Est, Mohamad Ahmad, apporte plus d’éclaircissements dans le cadre d’une interview, en tant que Président de la commission des Mines et du Pétrole au niveau de l’Assemblée nationale.

Midi Madagasikara (M.M) : Pouvez-vous expliquer pourquoi ce nouveau code n’est pas encore adopté jusqu’à maintenant?

Mohamad Ahmad (M.A) : Depuis ma prise de fonction à l’Assemblée  nationale en 2014, j’ai travaillé d’arrache- pied avec toutes les parties prenantes en vue d’amender le code minier et pétrolier. Au début, il y a eu une volonté politique de l’administration pendant les deux premières années. J’ai relancé à maintes reprises qu’il faut maintenant entamer le processus d’adoption de ce nouveau code minier et pétrolier. Mais je constate qu’il n’y a pas du tout de volonté politique de l’administration surtout avec le ministre chargé des Mines et du Pétrole actuel. Cependant, sans la révision de ce cadre légal, l’informel qui mine le secteur, ne cesse de se développer. Même si des exploitants miniers sont conscients qu’il faut se formaliser, ils ont du mal à faire une régularisation.

M.M : Mais quelle est l’importance de la mise à jour de ce code minier et pétrolier ?

M.A : On observe de nombreuses lacunes sur le code actuel. Ce qui a provoqué, entre autres, le phénomène de Soamahamanina étant donné que les retombées économiques positives et directes pour la population locale, ne se font pas sentir. Nous, de notre côté, nous ne ménageons pas nos efforts afin que celle-ci puisse profiter en premier lieu de tout projet d’exploitation minière, et ensuite, le pays en général. En outre, le système « premier venu, premier servi » inscrit dans ce code est une grosse erreur. Cela ne fait que favoriser la spéculation. Un assainissement du secteur minier s’impose en ce moment avec une remise à jour de tous les permis délivrés. Ensuite, l’administration doit exiger à tout détenteur de permis des cahiers de charge précisant ses activités d’exploitation pendant les cinq premières années. Par ailleurs, le permis environnemental doit être délivré en premier lieu avant de procéder à la délivrance d’un permis d’exploitation. Et les techniciens du ministère en charge de l’Environnement doivent effectuer une visite sur le terrain avec ceux au niveau du département des Mines, pour ce faire, afin d’éviter les conflits au niveau des aires protégées.

M.M : Quid de la refonte du code pétrolier ?

M.A : C’est une importance capitale. Il faut mettre en place une balise car on observe toujours des actes de déstabilisation dans les pays producteurs de pétrole surtout en Afrique. Ce sont des expériences que j’ai constatées de visu lors de ma visite dans des pays africains producteurs de pétrole. Une loi forte infligeant des sanctions très exemplaires à l’encontre des milices s’avère ainsi prioritaire pour éviter l’installation des rebelles. Ce qui permettra d’assurer la sécurité et l’unité nationale. Je reconnais que les efforts entrepris par l’OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques) pour attirer des investisseurs étrangers dans ce secteur stratégique via des « roadshows » à l’extérieur, ont porté leurs fruits. Nombreux sont les investisseurs intéressés. Sans compter le cas de « Tsimiroro », « British Petrolium » s’implante déjà à Madagascar. D’autres ont également manifesté leur intérêt pour les blocs offshores surtout dans le Canal de Mozambique. Mais tout cela nécessite un cadre réglementaire bien clair.

M.M : Et que pensez-vous de la situation de KRAOMA ?

M.A : Je suis de près cette affaire. Le personnel est encore en grève. En fait, on a endetté à fond cette société d’Etat alors qu’il n’y a pas assez de retombées positives sur son exploitation. Une esquisse de privatisation de KRAOMA a été observée par le biais de l’ouverture de son capital. Je conteste formellement cette idée. Je lance ainsi un appel à la nouvelle administration minière de mettre en place des dirigeants compétents à la tête de cette entreprise, puisque le chrome produit est la meilleure qualité dans le monde.

M.M : Enfin, l’adhésion de Madagascar à l’EITI est-elle utile, selon vous ?

M.A : Bien évidemment. Je félicite la réintégration de Madagascar au sein de cette entité. Il faut ainsi poursuivre le processus pour permettre au pays d’atteindre le niveau de progrès satisfaisant lui procurant le statut de « pays conforme » aux normes EITI car la transparence de ces secteurs stratégiques est de mise. Par ailleurs, j’ai participé aux réunions de l’EITI depuis ces trois dernières années au Congo et au Pérou afin de défendre le cas de Madagascar à exploiter le charbon de Sakoa servant à produire de l’énergie. Le pays est maintenant en retard car dans d’autres pays producteurs, ce n’est plus autorisé après tant d’années d’exploitation alors que nous n’avons même pas encore commencé. On doit l’exploiter mais d’une manière dégressive.

Propos recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Paolo Solonavalona : Pour le respect de la charte républicaine

Paolo Solonavalona pour le respect de la charte républicaine.

L’administrateur civil de son état, Paolo Solonavalona Raholinarivo, a apporté son point de vue sur la déclaration du président de la HCC portant notamment sur l’investiture du Président de la République qui a souligné qu’il n’y aurait « pas de culte ni de bible», lors de cette cérémonie », tout en soulignant au passage que « l’Etat affirme sa neutralité à l’égard des différentes religions…  » Pour cet administrateur civil, « Madagascar est un Etat républicain et laïc, mais les gens ont interprété cela autrement ». Pour étayer sa thèse, il a cité l’ordonnance 217 relative au régime de culte, mais qui a été modifiée par la suite ainsi que le décret 2005/598 portant organisation et réglementation de l’aumônerie militaire.

Séparation. Il tient également à souligner que « il n’y a pas que le christianisme qui existe dans le pays, il y a aussi la religion traditionnelle ainsi que l’islam ». D’ailleurs, a-il- indiqué, il y a plus de 200 organismes cultuels dans le pays. Il pense ainsi que la séparation de l’église et de l’Etat devrait être claire et nette. Bref, il invite tout un chacun au respect de la charte républicaine. Paolo Solonavalona estime, par ailleurs, que les différentes cérémonies d’auparavant ne tiennent pas la route. Toutefois, il considère que l’Etat devrait aider les églises, cela rentre dans le cadre du principe de l’interventionnisme de l’Etat, a-t-il mentionné.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Plateforme des fédérations des personnes handicapées de Madagascar :Poursuite de la promotion de la Conv...

Pour cette année 2019, la Plateforme des fédérations des personnes handicapées de Madagascar (PFPH-MAD) réaffirme son engagement, pour cette année, de la promotion au niveau national, de la Convention (internationale) relative aux droits des personnes handicapées.

C’est ce qui a été annoncé lors du lancement de l’assemblée générale ordinaire de la PFPH-MAD qui se tient en début d’année pour dresser le bilan de l’année précédente d’exercice et annoncer les perspectives de l’année en cours. La PFPH-MAD œuvre en effet pour la mise en œuvre de cette convention au niveau national. Ou du moins, dans une optique plus réaliste, à faire en sorte que l’adéquation entre cette convention et la loi nationale protégeant les personnes porteuses de handicap soit la plus forte possible. Ceci pour une meilleure inclusion de ces individus dans la société, condition à laquelle ils peuvent s’épanouir. Des actions ont déjà été menées par cette plateforme pour la mise en conformité de la législation nationale protégeant les personnes porteuse de handicap(s), à savoir ; une étude comparative entre la loi 97 044 (et du décret interministériel qui l’a suivi) et la convention internationale qui leur est dédiée. Selon Manana Martial, Président de la PFPH-MAD, cette étude comparative et les recommandations qu’elle comprend, ont déjà été soumises en 2018 à la Chambre haute, pour attente de validation.

Atelier. Notons par ailleurs qu’un atelier de renforcement de capacités en leadership et montage de projets sociaux liés à l’inclusion des porteurs de handicap s’est aussi tenu lors de l’assemblée générale ordinaire de la PFPH-MAD. Le membre du comité directeur de cette plateforme, ainsi que les leaders d’autres organisations des porteurs de handicap ont également bénéficié de cet atelier. Lequel a pu se tenir grâce au soutien de l’ONG CDM. Une ONG qui a également financé l’un des projets phares de la plateforme, intitulé « Projet Tomady » et fait aussi partie des partenaires techniques et financiers fixes de la PFPH-MAD, tels que Humanité Inclusion, ou encore WaterAid Madagascar.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara1 partages

MDN – Officiers pro-Rajoelina : La réconciliation

Enorme changement au sein de la Grande muette. En effet, l’élection d’Andry Rajoelina à la tête du pays marque le début de la réconciliation entre le ministre de la Défense Nationale, le Général de Corps d’Armée, Béni Xavier Rasolofonirina et les Officiers connus et reconnus comme étant proches du nouveau locataire d’Iavoloha. Vendredi dernier, le numéro Un des Forces armées a convoqué dans son bureau à Ampahibe les Colonels Fidy Rafaliarison et le Colonel Elack Olivier Andrianjaka. Le premier ayant été l’Aide de camp d’Andry Rajoelina à l’époque où il était président de la Transition de 2009 à 2014 tandis que le second était le Directeur des Opérations et des Secours au Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) sous la Transition. L’on a appris en marge de la cérémonie de présentation de vœux des Forces armées qui s’est tenue au CEMES Soanierana que la convocation consistait à une réconciliation. En effet, le MDN a tenu à enterrer la hache de guerre avec les deux Colonels qui se sont toujours affichés aux côtés du patron du MAPAR-TGV qui vient d’être élu président de la République. Les deux camps se sont mis autour d’une table pour régler la guerre froide, ayant provoqué une tension permanente au sein de la Grande muette durant les 5 années de pouvoir du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ».

Sans poste. Pour rappel : durant 5 ans, les Officiers pro-Rajoelina ont été sanctionnés par une affectation disciplinaire, pour ne citer que le cas du Colonel Fidy Rafaliarison affecté à Antsiranana depuis juin 2016, le Colonel Elack et le Colonel Sondrota affectés à Toliara et le Colonel Wenceslas alias Colonel Slas affecté à Mahajanga. Etant encore des Officiers en exercice, le Général de Division Richard Ravalomanana, ancien Commandant de la Gendarmerie nationale et le Colonel Lylison René de Roland, ancien Directeur de la Force d’Intervention Spéciale ont également été sans poste sous le régime HVM. Ces Officiers pro-Rajoelina ont tous été privés de promotion et d’avancement de grade pendant 5 ans même s’ils remplissent les conditions requises pour l’obtenir. Reste à savoir si avec l’élection à la Présidence de la République d’Andry Rajoelina, ils auront enfin leur heure de gloire, même si pour la plupart, il ne leur reste plus que quelques années avant de partir à la retraite.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Elections : Vers la réglementation des précampagnes

Aucun cadre juridique ne régit jusqu’ici les précampagnes électorales. Cette lacune a créé des problèmes lors des dernières élections présidentielles  car des candidats se sont permis d’essayer de convaincre à leur façon les électeurs avant même l’ouverture de la campagne électorale proprement dite. Pour remédier à cette faille juridique et textuelle, la CENI a formulé des propositions dans le cadre de l’amélioration des cadres juridiques des élections à Madagascar. Parmi ces propositions figurent celles relatives à la réglementation des précampagnes.

6 mois. D’après la commission électorale nationale indépendante, la précampagne à une élection présidentielle devra durer 6 mois avant la date du scrutin. « Pendant cette période, les candidats peuvent faire leur déclaration de candidature et expliquer aux électeurs leur projet de société. », souligne le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo. Outre cette innovation sur la réglementation des précampagnes, la CENI roule également pour des dispositions législatives ou légales sur le plafonnement des fonds de campagne. « Les conséquences de l’absence des dispositions textuelles sur ce plafonnement des fonds de campagne ont été ressenties lors des dernières présidentielles. L’égalité de chances des candidats n’a pas été respectée. », a déploré le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante.

Eugène
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Embellissement de la capitale

Des drapeaux un peu partout, des coups de peinture sur les bords des trottoirs, … mais qu’est ce qui se passe à Antananarivo ? On dirait la veille de la fête nationale. En effet, c’est presque seulement à la veille du fameux 26 Juin, fête nationale Malgache que l’on peut voir une situation pareille. Mais pour cette fois, c’est assez différent. A l’occasion de l’investiture de Andry Nirina Rajoelina, des invités de marque, des chefs d’Etats et des anciens président, y compris, l’ancien président de la République française Nicolas Sarkozy vont venir. Pour cela, il faut à tout prix redorer une ville qui est classée parmi les villes les plus sales au monde. Ce dont les axes reliant Ivato et le centre ville et vers le palais d’Etat d’Iavoloha : Ankorondrano , Tsarasaotra, Analakely,… qui font l’objet de cet embellissement.
Madaplus.info0 partages

Soirée littéraire à Bayeux : une Nuit de la lecture aux parfums malgaches et comoriens

Le samedi 19 janvier 2019, la librairie Metropolis (Bayeux) et la Villa La Brugère (Arromanches) vous invitent à venir fêter la Nuit de la lecture, troisième du nom.
Une auteure comorienne, Touhfat Mouhtare, et deux écrivains malgaches, Raharimanana et Johary Ravaloson, seront à Bayeux (Calvados) samedi 19 janvier 2019 à l’occasion de la 3e Nuit de la lecture.
Ces trois auteurs sont les invités de la librairie Metropolis, au même titre que la revue Lettres de Lémurie, consacrée aux auteurs du sud-ouest de l’océan Indien. Une soirée qui s’annonce festive et conviviale avec musique et dégustation au menu !


Hira est né le jour du septième anniversaire de l’Indépendance de Madagascar. Vers quoi veut-il revenir ? Vers les souvenirs d’une enfance enchantée ? Ou vers le passé plus lointain de son propre père, intellectuel pacifiste, figure de l’opposition, arrêté et torturé ? L’histoire familiale se confond avec l’Histoire de l’île lorsque surgissent les récits des émeutes de 1947, les images bien vivantes des soulèvements étudiants de 1972 et des lynchages de 1984…
Poète, dramaturge, romancier et essayiste engagé né à Tananarive, Raharimanana a publié de nombreux ouvrages. Revenir, son troisième roman, a reçu le prix Jacques Lacarrière.

Un été qui démarre comme tant d’autres. Un vol qui ne se passe pas comme prévu. Une tragédie qui laisse une population et de nombreuses vies bouleversées, dont celle de Rhen, orpheline d’un père adoptif et désormais orpheline de ses origines. L’accident la force à faire face aux questions qu’elle n’osait pas poser. De retour sur les terres qui l’ont vu naître, elle va devoir affronter toutes ces vies qui ont été profondément marquées par celle de sa mère…
Touhfat Mouhtare a grandi entre les Comores et l’Afrique australe. Elle vit aujourd’hui à Paris. Elle a publié des nouvelles et un ouvrage collectif. Vert cru est son premier roman.


La nuit, Antananarivo devient la ville des marginaux, invisibles le jour : les sans-abris, les travailleurs nocturnes comme les taxis, les flics, les voleurs, les prostituées et les travestis. Mais le monde de la nuit où nous fait pénétrer ce recueil de douze nouvelles, c’est aussi celui du rêve, des fantasmes, une porte ouverte sur le fantastique…
Né à Antananarivo, Johary Ravaloson vit maintenant à Caen. Il a publié plusieurs romans. Le dernier, Vol à vif, a reçu en 2017 le prix Ivoire pour la littérature africaine d’expression francophone.Johary Ravaloson co-dirige, avec Sophie Bazin, les éditions Dodo vole.
RDV littéraire ce Samedi 19 janvier 2019, 19 h 30, à la Librairie Metropolis, 10 rue Saint-Malo à Bayeux. Contact : 09 50 32 85 15 – ag@librairiemetropolis.fr
Source actu.fr
Madaplus.info0 partages

Foot - Transferts : Le latéral international malgache, Romain Métanire d'accord avec Minnesota United

Le latéral international malgache du Stade de Reims, Romain Métanire, va s'engager avec Minnesota United, en MLS.
Romain Métanire (28 ans) va bien s'engager avec l'équipe de MLS de Minnesota United. Le défenseur de Reims a trouvé un accord avec le club de Minneapolis, qui sera validé après sa visite médicale. L'international malgache était sous contrat jusqu'en fin de saison avec le club champenois, qu'il a rejoint en janvier 2017 en provenance de Courtrai (Belgique). Formé au FC Metz, le latéral droit devrait s'engager jusqu'en 2021 avec la franchise de Major League Soccer, 10e de la dernière Conférence ouest.
Source fr.sport

Romain Métanire est un footballeur malgache, né le 28 mars 1990 à Metz. Il évolue au poste d'arrière droit au Stade de Reims.

Né à Metz, Romain Métanire signe sa première licence au FC Metz à l’âge de sept ans. Il y gravit progressivement les échelons jusqu'à la signature de son premier contrat professionnel en 2010. Dès la saison 2011-2012, il s'impose comme un élément clef de l’arrière-garde messine, étant notamment l’homme le plus utilisé par Albert Cartier lors de la saison 2012-2013 en National. La saison suivante, ses prestations en Ligue 2 lui permettent de figurer dans l’équipe-type des trophées UNFP de l’exercice 2013-2014.

Malgré son statut d'historique au sein du club messin, il doit faire face à la concurrence d'Ivan Balliu et Jonathan Rivierez alors que le club s'apprête à retrouver la Ligue 1. Il part ainsi relever un nouveau défi en première division belge lors de l'été 2016, rejoignant le KV Courtrai pour un contrat de 3 ans. L'expérience y sera de courte durée, confiant alors que « le championnat belge est spécial, différent des compétitions françaises ».

Il retrouve la France dès janvier 2017, s'engageant en faveur du Stade de Reims, évoluant en Ligue 2, retrouvant « un championnat qui lui correspond parce qu’il y a pas mal de duels et une certaine intensité physique ». Il est l'un des acteurs de la montée du club en Ligue 1 au terme de la saison 2017-2018, ne manquant qu'une rencontre de championnat sur l'ensemble de la saison2.

Il fait ses débuts pour la sélection de Madagascar contre le Sénégal en septembre 2018 contre le Sénégal ,ou pour une première dans son couloir droit ,il eut la charge de contenir Sadio Mané.
Qualifié pour la CAN 2019 ,il devrait participé à sa première grandes compétitions international en juin 2019.
Madagate0 partages

Andry Rajoelina. Six chefs d’Etat prévus être présents à son investiture du 19 janvier 2019

Mahamasina, 25 janvier 2014. Debout au second plan, de gauche à droite, dans la tribune officielle: Joachim Chissano, Hifikepunye Pohamba, Andry Rajoelina, Mialy Rajoelina, Rajkeswur Purryag et Ikililou Dhoinine

Le 25 janvier 2014, trois chefs d’État étaient effectivement présents lors de l’investiture du président élu, Hery Rajaonarimampianina :

Ikililou Dhoinine, Président de la République de l’Union des Comores ; Rajkeswur Purryag, Président de la république de Maurice et Hifikepunye Pohamba, Président de la Namibie

Pour le 19 janvier 2019, jour de l’investiture du président élu, Andry Rajoelina, six chefs d’État sont prévus assister à cette cérémonie républicaine. Il s’agit de :

Azali Assoumani, Président de la République de l'Union des Comores

Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, Président du Ghana

Sahle-Work Zewde, Présidente de la république fédérale d’Éthiopie

Alpha Condé, Président de la Guinée

Edgar Lungu, Président de la Zambie

Hage Geingob, Président de la Namibie

Jeannot Ramambazafy

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsinjaram-pahefana eto MadagasikaraLava loatra ny lalam-bola

Miainga amin’ny fandraisana sy ny fampiharana ny andraikitry ny fanjakana ihany ny fahatanterahan’ny fitsinjaram-pahefana tena izy hoy ny mpahay lalàna momba ny fitantanam-bola, Fanahimanana Tiaray.

 

 Mety misy ny tsy fahampiana ara-bola kanefa tokony homena ny fahazakan-tenany ara-pitantanana ny amin’izany ny eny amin’ny vondrom-bahoakam-paritra itsinjaram-pahefana, hoy izy. Olana hatrany ny fiandrasana fanapahan-kevitra avy any amin’ny minisitera amin’ny lafiny fitantanana sy ara-bola ary tena tsy afa-mihetsika ny ben’ny tanàna sy ny sefo distrika miandry ny baiko sy ny fahazoan-dalana avy any. Nanambara ihany koa ity mpahay lalàna ity fa lava sy ela loata ny lalan’ny vola ho famatsiana ny vondrom-bahoakam- paritra itsinjaram-pahefana ka miteraka olana amin’ny fanatanterahana ny fitsinjaram-pahefana tena izy.  Ny hetra rehetra dia vola tokony hiverina any amin’ny vondrom-bahoakam-paritra itsinjaram-pahefana tahaka ny kaominina ny ankamaroany. Amin’izany anefa dia arotsaka any amin’ny mpandray hetra (perception principale) daholo indray aloha. Aorian’izay dia manao tatitra amin’ny tahirim-bolam-panjakana (trésorerie génerale) indray ny eny amin’ny birao mpanangona hetra milaza ny vola rehetra voangona. Alefa aty Antananarivo indray avy eo ny tatitra rehetra momba ny vola eo an-tanana ary ampahafantarina amin’ny minisiteran’ny atitany. Vita izay rehetra izay vao  miverina miakatra amin’ny lalana teo indray vao mahazo ny vola ny kaominina na ny eny anivon’ny distrika. Araka izany dia tsy azon’ny kaominina atao mihitsy ny maka sy mandray ny anjara volany  mivantana satria tsy mifanaraka amin’ ny lalàn’ny fitantanam-bola eto Madagasikara. Tokony hitadiavana fanafohezana  ary tokony hohavaozina izay lalana lava loatra izay satria tena mahataraiky ny asa rehetra. Iaraha-mahalala ihany koa moa ny lalana simba sy ny tsy fahaizan’ireo tompon’andraikitra taratasy, indrindra any amin’ireny kaominina lavitra be ireny. Izay ihany koa no mahatonga ny kolikoly eo anivon’ny tsenam-baro-panjakana, indrindra ny fanodinkodinam-bola hoy hatrany i Fanahimanana Tiaray.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

UNFPA-Fanatsarana ny sehatra ara-tsosialyHahazo tombony kokoa ny vehivavy

Sehatra 4 no niompanan’ny fandaharan’asa faha-7 an’ny Tahirin’ny Firenena Mikambana Momba ny Mponina (UNFPA), niarahany niasa tamin’ny governemanta malagasy,

izay natomboka tamin’ny taona 2015 hatramin’ity taona 2019 ity. Vola 75,5 tapitrisa dôlara  no natonton’ny  UNFPA tamin’izany ary omaly no namoahan’ity rantsa-mangaikan’ny Firenena Mikambana ity ny tomban’ny ezaka vita. Nisongadina ary, teo amin’ny sehatry ny fahasalamana ara-pananahana, fa nitombo ny isan’ireo vehivavy mamonjy tobim-pahasalamana rehefa hiteraka. Miisa 150.901 izy ireo, tao anatin’izay fe-potoana izay, raha ny antontan’isa voarakitra. Nivoitra ihany koa, tao anatin’izay sehatry ny fahasalamana ara-pananahana izay hatrany, fa niisa 4.355 ireo vehivavy tratran’ny aretina mamany lava no voadidy. Teo amin’ny sehatry ny zatovo sy ny tanora indray dia efa miisa 22 ankehitriny ireo ivontoerana sy tambajotra natokana ho an’ny tanora no miasa, raha toa ka 2 monja izany, tany amin’ny taona 2014. Fantatra ihany koa moa fa nahatratra 92.000 isa ireo tanora voaentana momba ny fahasalamana. Raha ny momba nymiralenta indraydia vehivavy miisa 505, niharan’ny herisetra mifototra amin’ny miralenta (violence basée sur le genre), na vao avy nodidiana vokatry ny aretina mamany lava, no nampiana mba hanana asa fivelomana sy hiverina soa aman-tsara eo anivon’ny fiarahamonina indray. Teo amin’ny sehatra faha-4 farany, izay momba ny mponina amin’ny ankapobeny kosa, dia nisongadina ny fanisana ny mponina sy ny trano fonenana, izay 25 taona aty aoriana vao nisy indray teto amintsika. Amin’ny taona  2021 hatramin’ny taona 2025 indray moa no hanatanterahana ny fandaharan’asa faha-8, araka ny nambara, omaly teny Anosy.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekolim-panjakanaAto ho ato vao hiatrika fanadinana voalohany

Ny 01 martsa ho avy izao vao hifarana ny fe-potoana faharoa hianaran’ny mpianatra amin’ity taona 2019 raha ny 07 janoary lasa teo no nanomboka.

 

 Ao anatin’io roa volana io vao hiatrika ny fanadinana voalohany amin’ny taom-pianarana 2018 -2019  ireo mpianatra eny anivon’ny sekolim-panjakana raha ny 27 sy ny 28 febroary ary ny 01 martsa ho avy izao izy ireo  vao hiala sasatra kely ao anatin’ny fanamarihana  ny andron’ny sekoly raha araka ny fanazavan-dRanoroaliravaka Zoelifara, lefitry ny lehiben’ny fari-piadidiam-pampianaran’Antananarivo Renivohitra. Sady lava no mafimafy ity fe-potoana faharoa ity raha araka ny fanazavany izay nomarihiny manokana fa tsy azo antsoina intsony hoe : telo volana na trimestre satria miovaova hatrany.    Ao anatin’ity fe-potoana faharoa ity ihany koa mantsy no tsy maintsy hanatanterahana ny fandaharam-pianarana rehetra hahafahana miatrika ny fanadinam-panjakana toy ny CEPE sy ny BEPC ka mila maka bahana tsara sy mahay mandamina ny fandaharam-pianarany  ny  mpianatra. Miantso ireo mpianatra sy ny ray aman-drenin’ny mpianatra mba hanao izay ho afany ity tompon’andraikitra ity mba hahazoana vokatra  tsara sy mahomby. Ny 04 martsa ka hatramin’ny 19 aprily indray moa no hotontosaina ny fe-potoana fahatelo ao anatin’ny fandaharam-pianarana raha tsy nivoaka kosa ny tetiandro hanatontosana ny fanadinam-panjakana sy ny fe-potoana handraisana ny antontan-taratasin’ireo mpianatra vonona ny  hirotsaka hifaninana amin’izany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampikatsoana ny orinasa kraomaMangataka vahaolana maika ireo lasibatra

Nanao fanambarana ireo rehetra mahatsiaro ho voatohintohina eo anatrehan’ny fampikatsoana ny orinasa kraomita Malagasy any Brieville omaly, ka mangataka ny famahana ao anatin’ny fotoana fohy ny olana.

 Tafiditra ao anatin’izany ireo zanaky ny mpiasa, ny mpitatitra kraoma sy ireo mpiara-miombon’antoka mivelona mivantana sy an-kolaka amin’ity orinasa ity. Manoloana ny fitakian’ireo olona vitsivitsy ao anatin’ny sendika miteraka fikatsoana tanteraka eo amin’ny orinasa efa ho 4 volana any ho any izay, dia tsy voaloa ny karaman’ny mpiasa, maty ny jiro manazava ny tanànan’i Brieville, manjaka ny tsy fandriampahalemana, tsy mandeha ny antom-pivelomana andavanandro, noana ny fianakaviamben’ny mpiasa ka tsy afaka mianatra hatramin’ny zanaky ny mpiasa, hoy ny fanambarana novakian’Atoa Rakotoarisoa Jean Louis, iray amin’ireo Raiamandreny mpitarika. Manao antso avo amin’ny fitondram-panjakana mahefa mba hamaha ny olana farany haingana izy ireo. Tokony hifampiresaka amin’ny sendika ny fitondram-panjakana satria ny mpiasa izao any Brieville, dia roa volana tsy nandray karama. Fatiantoka tanteraka ho anay izao satria izahay dia nampiasa volabe, nividy kamio, nividy kodiarana amin’ny karana amin’ny alalan’ny taratasim-bola, hoy Atoa Rakotonirina Serge avy amin’ny mpitatitra ao anatin’ny Kraoma. Karamana mpiasa 500 eo moa no tsy voaloa noho ny tsy fahombiazam-pitantanana tany aloha, ary re fa nitaky “audit” na fanadihadiana lalina mikasika ny tsy fahefana ny karama mialoha ny hamahany ny olana ny orinasa vahiny iray miara-miombon’antoka amin’ny kraoma.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiana jiro sy RanoSempotra tanteraka ny Jirama

Ny alahady 13 sy alatsinainy 14 janoary ny rano amin’ny paompin’ny Jirama, dia kimavoka be fa naverina nampiasaina ny fantsona efa ela tsy niasa.

 

 Ny alahady 13 janoary tany Toamasina I dia fokontany efa ho 30 no nahitana delestazy tena naharitra fa hoe tsy ampy ny soliky ny jirama hampandehanana ny milina mpamokatra herinaratra. Tamin’ity herinandro ity, nivoaka ihany koa ny programan’ny delestazy ho an’i Toliara I satria tsy ampy ny soliky ny jirama. Misy fotoana tapaka amin’ny antoandro, misy fotoana tapaka amin’ny alaina ny herinaratra. Henjankenjana ihany koa ny delestazy ho an’Antsiranana satria sarotra ary misy ampahany tapaka mihitsy aza ny lalam-pirenena faha-6 ka tsy afaka mandeha ireo kamio citerne mitatitra gazoala hianavaratra. Antananarivo hatramin’ny nisian’ny orana, dia nisy efa ho isan’andro amina faritra maro ho an’ny renivohitra sy ireo distrika manodidina an’Antananarivo ny fahatapahan’ny herinaratra,... ary dia efa namoaka ny programan’ny fahatapahan’ny herinaratra efa ho isan’andro mihitsy aza ny jirama nanomboka ny fiandohan’ny volana desambra 2018  ka hatramin’ny 23 janoary, izany hoe mbola hitohy ilay izy. Matetika manomboka amin’ny 9 ora maraina ka hatramin’ny 3 ora tolakandro io fahatapahana io. Ambara fa noho ny fikojakojana tsy maintsy atao. Izay marina ve no tena izy sa manana olana ara-bola ka tsy mahavita mividy solika handefasana ireo milina na ny mpamokatra herinaratra na ireo miasa amin’ny fizarana ranon’ny Jirama ka mahatonga ireo tsy fahatomombanana maro be ireo ? 55 miliara ariary isam-bolana no vola lanin’ny jirama hividianana gazoala, 58 miliara ariary anefa ny vola miditra, satria mbola misy koa ny fandaniana hafa tsy maintsy atao amin’ny fampandehanana ny orinasa isan’andro. Io no antony tsy maintsy mbola hanampian’ny fanjakana ity orinasa ity izay tsapa fa tena sahirana tanteraka ankehitriny ary hita mivaingana amin’io delestazy sy olana amin’ny famatsian-drano io izany. Mila fanarenana tanteraka na ara-pitantanana na ara-pamokarana ny Jirama satria raha ny zava-misy, dia ireo orinasa vahiny mivarotra herinaratra aminy no tena mifehy ny zava-drehetra. Toa misy politika sy bizina maloto hangejana ny Jirama tsy ho afa-mikofoka, ka andrasana izay hafitsoky ny fanjakana vaovao eo anatrehan’ny olana samihafa mampikolay ny vahoaka.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatra malagasy

Mpianatra Malagasy monina any frantsa antsoina hoe Andotiana Randriamampianina, 23 taona, mirefy 1m58 no tsy hita popoka nanomboka ny 9 janoary teo. Mitaintaina fatratra mikasika ny momba azy ankehitriny ny raiamandreniny sy ny fianakaviany ary manao antsoavo amin’izay mahafantatra azy rehetra manerana izao tontolo izao mba hampandre rehefa misy vaovao.

Fandidiana maimaim-poana

Manomboka ny 7 martsa ka hatramin’ny 15 martsa izao dia handalo handidy ireo aretina mifandraika amin’ny resaka fahasemponana maromaro eto Madagasikara ireo manampahaizana vitsivitsy momba izany avy atsy Hong Kong. Araka ny fanazavana, dia efa afaka misoratra anarana manomboka izao ao amin’ny hopitaly miaramila ao Soavinandriana izay toerana hanaovana ny fandidiana ireo rehetra liana.

Poetic Lover

Ao anatin’ny fitetezana ny fari-dranomasin’ny ranomasimbe indianina ankehitriny ry zalahy eo anivon’ilay tarika mpihira frantsay, Poetic Lover. Ny volana marstsa izao ry zareo no handalo eto Madagasikara indray, raha ny fandaharam-potoana voalaza hatreto.

Tia Tanindranaza0 partages

CUA sy mpitatitra eto IarivoMisy ireo olana novahana avy hatrany

Taorian’ny fihaonana fifampiarabana nahatratra ny taona teo amin’ny ben’ny tanànan’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA),

 Lalao Ravalomanana sy ireo  matihanina eo amin’ny sehatry ny fitaterana  eto  an-drenivohitra  ny talata lasa teo, dia nisy ny fivoriana  niarahan’ny roa tonta  natao  tao amin’ny lapan’ny tanàna Analakely omaly alarobia 16 janoary 2019. Voasolotena ny avy amin’ny Vondron’ny mpitatitra an-tanàn-dehibe na ny UCTU, ny Fitaterana Mendrika eto Antananarivo (FMA), ny Vondron’ny taxi matianina (VTM),… Tapaka nandritra ny handinihana zavatra maro hanatsarana  ny fomba fiasa amin’ny fitaterana eto amin’ny renivohitr’i Madagasikara.  Nisy ny fitondran’ireo mpitatitra ny hetahetany  tamin’ny ben’ny tanàna  Lalao Ravalomanana sy ny mpiara-miasa, amin’ny  maha  mpiahy mivantana  azy ireo  amin’ny asa   hiantsorohany.    Fehin-kevitra maro no tapaka tamin’izany,  nivoahan’ny vahaolana  azo azo nampiharina  teo no eo ihany, toy ny fanalana ireo mpivarotra amin’ny toerana fiantsonan’ny fiara mpitatitra, ny fanaovana familian-dalana na « déviation », fanohizana ny fametahana ireo takelaby famantarana, fijerena ireo toerana tena be fitohanan’ny fiarakodia,… Misy kosa ireo fangatahana  izay mila  fanapahan-kevitry ny mpanolotsain’ny tanànan’Antananarivo amin’ny   volana  febroary ho avy izao toy ny resaka « licence ». Ankoatra izany, olana goavana  sedrain’ireo mpitatitra ny faharatsian’ny  lalana  eto Antananarivo Renivohitra. Tsy mijery fotsiny izany ny CUA  fa manao izay vitany amin’ny fanapenana ny lavadavaka. Anjaran’ny  minisiteran’ny   asa vaventy kosa no tena manamboatra izany.  Koa rehefa mitsangana ny  fitondrana vaovao dia  hisy ny fiarahana mitaky amin’ny minisitera misahana   izany ataon’ny mpitatitra sy ny  kaominina. Naneho ny fahavononany  hiara-kiasa amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ireo mpitatitra,  mba ho tombontsoan’ny  rehetra. Hisy, araka izany, ny fihaonana matetika ho fanatsarana sy fanatevenana ny fiaraha-miasa.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

BOLOKIM-BAZAHA

Efa hita tokoa fa bolokim-bazaha ny filoha vaovao Andry Rajoelina na dia niezaka ny nanafina izany aza tamin'ny filazana fa tsy hiankina ara-bola amin'ny

 

 

vazaha intsony entina hampandrosoana ny firenena Nanamafy ny vondrona eoropeanina fa na nisy aza iny fanambarany iny dia nisy hatrany ny fifampiresahany amin'i Andry Rajoelina ary vonona hanampy azy ny vondrona eoropeanina.

 

NIDOBOKA ENY TSIAFAHY

 

Efatra tamin’ireo fito izay namono ny tompon’ny starex ka nandevina azy tany anaty ala no nidoboka am-ponja eny Tsiafahy. Omaly izay vao noraisin’ny fampanoavana izy ireo satria izay koa vao niverina tamin’ny fialan-tsasatra ny tontolon’ny fitsaràna. Raha tsiahivina dia fiara nofaina no novonoina tampoka teny an-dàlana ny mpamily azy izay sady tompony rahateo. Nafenina tany anaty kirihitr’ala nony avy eo ny razana dia nentina nitsoaka ny fiarakodia. 

FAKANA AN-KERINY

 

Avy hatrany dia nanokatra fanadihadiana anatiny ny fandraharahana ny fonja ao Antsiranana taorian’ny nahatongavan’i Roger Lala Stéphanie tao an-toerana. Ny antony dia nifanandrify tamin’izany ny fakàna an-keriny an’i Azarhoussen izay kaonsilin’i Aostralia eto amintsika. Ny tena ho fantarina dia ny hoe sao mba nisy namoaka io vehivavy izay migadra mandra-pahafaty amin’ny fakàna an-keriny io tamin’io fotoana nangalàna ilay kaonsily io. 

SINOA VOATAFIKA TENY AMBOHIBAO

 

Nofatoran’ny jiolahy ny mpiambina dia notafihana ny Sinoa izay nipetraka tao amin’ny villa iray etsy Ambohibao-Antehiroka. Vola mitentina 35 tapitrisa ariary no lasa nandritry ny fanafiana. Efa-dahy izay mitazona basy PA sy zava-maranitra no tompon’antoka tamin’ny fanafihana. Tsiahivina fa vao afak’omaly koa no nisy sinoa izay voatafika tetsy Ambatobe, tsy mifanalavitra ny sekoly frantsay. Tao anatin’ny fiarany no nobahan’ny efa-dahy mandeha scooter ilay sinoa. Lasa koa ny volabe tao anaty fiara. 

 

 

 

 

TARIBY AN’NY JIRAMA

 

Amidy 2.000 ariary ny kilaon’ny tariby an’ny Jirama izay nangalarina. Izany no nambaran’ireo roa lahy izay voasambotra tao Toamasina. Taroby efa manodidina ny 950 metatra no lasan’izy ireo ka nitarika ny fahatapahan-jiro tao Toamasina nandritry ny fotoana maro. Ankoatra ny tsy fahampian’ny herinaratra vokarin’ny milina ao Volobe mantsy dia manampy trotraka koa ny halatra tariby. Izany no mifangaro no isan’ny mitarika delestazy ao an-toerana. 

LALAM-BAOVAO BY PASS

 

Raha ny tombana dia hampihena 80% ny fitohanan’ny fifamoivoizana eto an-drenivohitra ny lalam-baovao izay amboarina avy eny amin’ny By-pass ka mihazo an’Andranobevava. Roa taona ny faharetan’ny fanamboarana ary mandalo an’Ambohimahitsy, Nanisana ary Ankadindramamy izany. Tsy dia misy olana ny fandehanan’ny asa satria nanaiky avokoa ireo olona izay nanana trano tamin’ny nandalovan’ny lalana. 

MPIASA ALEFA ANY IVELANY

 

Tsy mahazo mandefa mpiasa any ivelany intsony i Madagasikara raha tsy manara-penitra sy feno avokoa ny taratasin'ireo mpiasa alefa any. Io tsy fanarahana ny fenitra io no mahatonga ny fahafatesan'ireo mpiasa malagasy any ivelany. Ho saziana manokana ireo ivontoerana mandefa mpiaa tsy manara-dalàna manomboka izao. Tsipihina manokana fa efa lalàna nivoaka folo taona lasa izay ny tsy fahafahana manondrana mpiasa malagasy intsony saingy mbola mahita làlana ambany ny tany ihany ireo olon-dratsy. 

MINISITRY NY MPONINA

 

 Miady an-trano indray ireo samy sendika an'ny ministeran'ny mponina. Misy ireo manamafy fa mitohy ny fitokonana noho ny tsindry hazo lena ataon'ilay minisitra Mapar. Etsy an-kilany anefa, milaza ny filohan’ny sendikan’ny mpiasa fa tsy niaraha-nidinika teo anivon’ny sendika ireny fitakiana ireny ary tsy nanaja ny lalanan’ny fitokonana ny fomba nanehoan’ireo mpikambana izany. Manampy trotraka koa ny ministra fa tsy hilefitra ary tsy hipetra-potsiny ny ministera manoloana ny famafazana lainga hentina hanaratsiana azy. 

 

 

 

 

 

MPITANDRO FILAMINANA 1300

 

Manodidina ny 1300 ny mpitandro ny filaminana izay hahetsika amin’ny asabotsy mba hiaro ny fampindram-pahefana ho an’ny filoha vaovao. Ho betsaka koa ny làlana tapaka. Ny tsikaritra koa dia efa notapitampenana vonjimaika avokoa ireo làlana rehetra izay handalovan’i Nicolas Sarkozy sy ny manam-pahefana vahiny hafa. Tao anatin’ny fotoana fohy dia efa voadio ny tanàna, nisy haingony ary koa namboarina maika. Vonjy tavan’andro hatrany no iainana eto amin’ny firenena.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra finday avo lentaTovolahy iray 22 taona no voasambotry ny SUT

Ny 13 janoary 2018 lasa teo, tovolahy iray 22 taona no voasambotry ny Polisin’ny SUT teny Itaosy noho ny resaka halatra finday.

 

Ny 16 novambra 2018 dia nametraka fitoriana teny amin’ny Polisin’ny SUT Tsaralalàna ny tompon’ny Box 25 ao amin’ny CITIC Behoririka fa nisy nangalatra ny finday miisa 08 izay mitentina 10,4 tapitrisa Ariary. Rehefa natao ny fanadihadiana sy ny fikarohana rehetra dia fantatra fa teny 67 Ha ny toerana nisy ny finday iray. Nidina ifotony avy hatrany ireo tompon’andraikitra ka lehilahy iray no tratra tao amin’ilay tokantrano voatondro. Mbola tratra tao aminy ihany koa ny finday roa izay very ny 16 novambra 2018. Taorian’ny fisamborana ity lehilahy ity izay nampiasa ireto finday dia fantatra fa avy amin’ny zanany lahy ireo zavatra nampiasainy ireo. Voatery nanao ny vela-pandrika indray ny polisy ka voasambotra teny Itaosy ny zanany izay nangalatra ireto finday ireto. Taorian’ny famotorana natao taminy no nahafantarana fa ny 16 novambra 2018 tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany maraina no niditra tao amin’ny CITIC ilay mpangalatra. Tsikariny fa tsy nisy olona mihitsy anatin’ilay Box 25 ary teo no nezahany nisikotra sy nanapitsoka ny varavarana fitaratra ka nahazoany ireo finday maromaro toy ny Samsung S4, Huawei, Alcatel. Rehefa azony ireo finday ireo dia lasa izy nandeha teny Faravohitra ary namidiny tamin’ny mpandalo fito alina ariary ny finday Alcatel iray raha nentiny nody kosa ny finday ambiny. Nozarainy tamin’ny fianakaviany tao an-trano ny finday sasany ary nokasainy hamidy ny ambiny. Efa in-telo nigadra ity tovolahy ity. Resaka fifohana rongony sy halatra no nidirany am-ponja izay vao nivoaka ny taona 2018 lasa teo ka izao voasambotra izao indray. Manentana ny olona rehetra ny avy eo anivon’ny SUT mba ho mailo hatrany amin’ny fividianana finday raitra ary tsy tokony hanjifa izany fa maro ny finday halatra izay miparitaka etsy sy eroa ka tokony ho mailo hatrany.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara misisika manampatra fahefanaTena fandikan-dalàna tsotra izao

Tato ho ato izay dia nanomboka maro be indray ireo fiarakodia manao ankisisika any anaty fitohanan’ny fiara, mampaneno kipantsona sy kiririoka, pirilipo eraky ny tanàna.

 

 Amin’ny ora rehetra dia ahitana azy ireo eto Antananarivo Renivohitra sy ny manodidina. Inona no tena maha maika ? Sa ireny ve ireo miolomay manatitra CV fa mba te ho minisitra na tale any anaty ministera. Maro no sosotra sy mimenomenona kanefa manome lalana ihany rehefa manandroka ireo bokon’ozatra misolomaso mainty, sao lahy hamoahany basy eo ka hanahirana. Misy koa anefa ireo mpamily no efa tsy manaiky ity endrika fanararaotam-pahefana, eny mety azo atao aza hoe fisolokiana fahefana mihitsy.Raha ny didy aman-dalàna no raisina dia ireo filohan’ny andrim-panjakanan’ny Repoblika ihany (Filoham-pirenena, Praiminisitra, filohan’ny Antenimierandoholona, filohan’ny Antenimieram-pirenena, filohan’ny HCC) no kortezy ofisialy tsy maintsy omen-dalana ary manana fiara mpisava lalana (cortège prioritaire avec escorte officielle et voiture ouvreuse).Manampy ireo ny fiaran’ny mpitandro ny filaminana, ny sampana mpamonjy voina sy ny mpitatitra marary dia omena lalana ihany koa. Mazava izay fa tsy hoe rehefa mametraka ilay sainam-pirenena boribory kely (cocarde) eo amin’ny fiara sy mitsioka kiririoka dia tsy maintsy omena lalana. Ahoana moa no hanentanana ny olona hanaja ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana raha ny tompon’andraikitra sy manampahefana aza mandika izany ary hitan’ny rehetra amin’ny antoandro be nanahary.Ary ny tena manahirana dia rehefa mitranga ny loza, toy ny hoe nikasoka fiaran’olona, nandona olona; tena efa mateti-pitranga io eto an-drenivohitra ary ilay diso indray no be vava avy eo amin’ilay fehezan-teny hoe : “ Tsy fantatr’ialahy angaha izaho ?” dia tsy maintsy handefitra foana ve izany ny olom-pirenena tsotra, tsy manana fahefana.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Taksibe miasa eto AntananarivoZara raha mahazo vola noho ny amboteiazy

Tena mafy ny fitohanana eto an-drenivohitra sy ny manodidina herinandro mahery izao. Simba vokatr’izany ny ankamaroan’ireo asa fitadiavana maro noho ny fotoana very eny am-pandehanana ka anisan’ireny ny fiara fitaterana.

 Ho an’ireo mihazo an’Imerintsiatosika raha araka ny fanadihadiana natao teny Anosy omaly dia ny etsy amin’ny tsenan’Anosibe sy Anosizato no tena mandany ny fotoanan’izy ireo isan’andro. Ora telo eo no laniny rehefa tsy mandefa fiara  roa indray miara-mandeha  ireo mpitandro ny filaminana etsy Anosizato, fotoana izay efa mamono fotoana hahafahany miakatra sy midina indray mandeha. Zary mihena ho telo isan’andro sisa  ny fitateran’olona vitan’izy ireo  raha nahatratra dimy teo aloha. Tsy mitondra vola mody intsony izahay, hoy ny mpamily iray fa ny volan’ny mpampiasa no tsy maintsy henjehina. 70.000 Ar no azo  izay nomarihin’izy ireo tsara fa mbola mampimenomenona ireo tompona fiara aza. Ny receveur no tena mampalahelo sy miasa maina. Mba mandray karama isam-bolana ihany mantsy ireo mpamily raha tsy mandray na inona na inona kosa fa miala maina ireo  receveur. Mbola mijanona ho 1.000 Ar ny saran-dalana miazo an’Imerintsiatosika ankehitriny. Mbola manaja ny saran-dalana tapa-dalana ihany koa izy ireo saingy misy ihany ireo manararaotra rehefa amin’ny fotoana mahabetsaka ny mpandeha.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Paraky, Namontana, Marais MasayMirongatra ny asan-jiolahy

Tsy an-tsaha tsy an-tanàna ny tsy fandriampahalemana fa saika manerana ny Nosy.

 

Asan-jiolahy maromaro samihafa no niseho tamina toerana samihafa teto an-drenivohitra ho an’ny omaly. Tokony ho tamin’ny 5ora hariva teny Masay, dia novakian’ny jiolahy nitondra “moto scooter” ny fiara iray nisintonany ny poketrana sinoa vavy nakana ny vola taoriana. Tokony ho tamin’ny 7ora sy fahefany ihany omaly hariva, dia nirefodrefotra ny basy teny Sonierana-Paraky, ka dimy lahy nirongo basy Kalaky sy PA no nanafika “épicerie” miisa efatra. Tao anatin’ny 15 minitra monja no nanaovan’ireo olon-dratsy ny fanafihana ireo tranombarotra ireo, ary nitohy teny Namontana izany, raha ny angom-baovao. Tena sahy ary ampy fitaovana ireo olon-dratsy. Mirongatra ny tsy fandriampahalemana na aiza na aiza aleha, izay midika aloha fa tsy mahomby ny fanjakana. Miverina hatramin’ny fakana an-keriny satria vao ny takarivan’ny 13 janoary teo tany Antsiranana ny teratany Indo-Pakistanais iray antsoina hoe Habib Zafarhoussen 42 taona, ary tsy fantatra hatreto izay misy azy. Houssen Kintana no fahalalan’ny maro azy ary mpandraharaha sady tompon’ny orinasa Kintana any Antsiranana.  Mitana ny toeran’ny « Consul honoraire » an’ny firenena Aostralianina eto amintsika ihany koa izy, izay tsiahivina fa nobedaina efa-dahy mitam-basy  teny amin’ny rue Colbert ao Antsiranana. Tsy mbola propagandy dia efa nanao atrikasa sy te hampiseho fa hahavita azy ny filoha ankehitriny Andry Rajoelina, ka ho hita izay hafitsony amin’ny fampiasana angidim-by 10 sy fiara mandeha amin’ny tendrombohitra sy anaty rano,... ka tena hahavaha olana ve ?

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampihenana ny rano be eny amin’ny Petite VitesseDiovina ny “Grand chenal” etsy amin’ny “Madarai...

Minitra vitsy aorian’ny filatsahan’ny orana dia efa mikaikaika ny mponina eny amin’ireo faritra iva eto an-drenivohitra amin’ny fiakaran’ny rano maloto.

Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) dia ny fahazaran-dratsy ataon’ireo mponina, izay manary fako any anaty lakandrano ihany no tena manentsina sy manohintohina ny fikorianan’ny rano. Hita izany taorian’ny fanadiovana ireo lakan-drano tao amin’ny Madarail nanomboka ny talata 15 janoary ka tsy hifarana raha tsy afaka 15 andro noho ny hamafin’ny asa. Ao amin’ny “Madarail” moa dia misy ny “Grand Chenal”, lakandrano lehibe hivarinan’ny rano maloto avy any amin’ny Petite Vitesse sy ny manodidina ary mamarina izany any amin’ny lakandranon’Andriantany. Rehefa tsentsina izy ity dia tsy mikoriana intsony ny rano, ka izay no nahatonga ny fiakaran’ny rano eny amin’ny faritra Analakely sy ny manodidina. Ankoatra izay dia hisy ihany koa ny fanadiovana ireo lakandrano hafa toy ny eny Ambodin’Isotry, Andranomanalina, Mahavoky ary Besarety sy ny manodidina. Ny CUA sy Apipa ary Samva moa no miara-miombona amin’izany, raha ny voalaza hatrany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mila fisokafana !

« Izao tontolo izao dia masoko sy sofiko avokoa », hoy ny Ombalahibemaso na ny mpanjaka Andrianampoinimerina.

 Midika izany fa sady niezaka ny nihaino ny rehetra ny tenany fa tsy nionona tamin’ny toraka voninkazon’ireo tandapa fotsiny kanefa dia nandinika sy nanamarina ny zava-niseho sy nisy ihany koa. Vokany, izy no mpitondra nahomby indrindra tamin’ireo mpitondra rehetra teto Madagasikara hatramin’izao, raha ny tantara no jerena. Ela fanapahana teo amin’ny fanjakany ihany koa izy. Afaka 2 andro dia hiasa ny filoham-pirenena vaovao. Voalohany tsy maintsy hataony ny fananganany ny governemantany. Malaza foana moa hatramin’izay rehefa handrafitra ekipa tahaka izao ny resaka fisokafana. Governemantan’ny fisokafana izy rehefa anaty repoblika ary governemantan’ny marimaritra iraisana kosa rehefa tetezamita. Voatery tsy maintsy ho izay foana ve anefa ? Midika ho fisokafana tokoa ve ny tsy maintsy fametrahana mpiray tanindrazana isam-paritra ao anaty minisitera ? Satria miisa 22 ny minisitera, ohatra, dia tsy maintsy hanana solontena daholo izany ny faritra 22 ? Na koa hoe 18 dia tsy maintsy hanana solontena ny foko 18 ? Antenaina fa hahay handanjalanja ny tena fanapahan-kevitra tokony horaisiny ny filoham-pirenena vaovao ka tsy ho sanatria ho lasa fanerena an-kolaka azy hizara seza tsy am-piheverana toy ny nisy tamina fitondrana maromaro ny teny hoe fisokafana. Raha ny tena mahay sy mahavita avy any amin’ilay faritra tokoa moa no apetraka eo maninona ? Ny olana mipetraka hatramin’izay dia toa lasa mianona fotsiny amin’izay atolotr’ireo fikambanana matanjaka isam-paritra foana ilay mpitondra fa tsy nanana fandavan-tena loatra handinika izay tena fahaiza-manaon’ilay nofidiana na kasaina hofidiana. Inona ary ny tena fisokafana satria izany no ilaina raha ny lesona efa navelan’ny tantara no alaina. Ny azo antoka fa lehibe aloha dia mila misokatra amin’ny hevitra rehetra ny sofina sy ny saina ary mila misokatra mijery ny tontolo manodidina ihany koa ny mason’izay ho mpitondra rehetra manomboka eto raha te hanomboka fandrosoana. Mila fisokafana !

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tenisy Tompondakan’i Afrique Australe U 14 sy U 16Amboara 10 no voandalana azon’ny solontena Malagasy

Nifarana ny talata 15 janoary teo ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika tapany atsimo sokajy U 14 lahy sy vavy sy U 16 lahy sy vavy notontosaina tany Wondhoek any Namibie nanomboka ny 7 janoary 2019 lasa teo.

 

 

.

Tia Tanindranaza0 partages

Mba tsy ho toky fitaka anie …

Ny olom-banona tsy vononaNy olom-bonona tsy vanonaMila olomanga ny firenenaMba hitantana ireo harena.

 

 

 

Fotoana fohy sisa andrasana

Dia ho fantatra ireo ho mpitantana

Miolomay avokoa ny rehetra

Samy te haneho ireo talenta

 

Miandry olo-mendrika ny Malagasy an-tapitrisany

Olona mahavaly ireo hetaheta sy ireo faniriany

Firenena vanona, mahaleotena tanteraka

Fa tsy andevozin'ny vahiny lava, miandry tatireraka

 

Manantena izahay fa hisy voka-tsoa tsy ho ela

Ny fampandrosoana sy fanavotana ny firenena

Hiara-mijoro ho vavolombelona ny vahoaka

Fa mba tsy ho toky fitaka na resaky ny mamo toaka.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsinjaram-pahefana eto MadagasikaraLava loatra ny lalam-bola

Miainga amin’ny fandraisana sy ny fampiharana ny andraikitry ny fanjakana ihany ny fahatanterahan’ny fitsinjaram-pahefana tena izy hoy ny mpahay lalàna momba ny fitantanam-bola, Fanahimanana Tiaray.

 

 Mety misy ny tsy fahampiana ara-bola kanefa tokony homena ny fahazakan-tenany ara-pitantanana ny amin’izany ny eny amin’ny vondrom-bahoakam-paritra itsinjaram-pahefana, hoy izy. Olana hatrany ny fiandrasana fanapahan-kevitra avy any amin’ny minisitera amin’ny lafiny fitantanana sy ara-bola ary tena tsy afa-mihetsika ny ben’ny tanàna sy ny sefo distrika miandry ny baiko sy ny fahazoan-dalana avy any. Nanambara ihany koa ity mpahay lalàna ity fa lava sy ela loata ny lalan’ny vola ho famatsiana ny vondrom-bahoakam- paritra itsinjaram-pahefana ka miteraka olana amin’ny fanatanterahana ny fitsinjaram-pahefana tena izy.  Ny hetra rehetra dia vola tokony hiverina any amin’ny vondrom-bahoakam-paritra itsinjaram-pahefana tahaka ny kaominina ny ankamaroany. Amin’izany anefa dia arotsaka any amin’ny mpandray hetra (perception principale) daholo indray aloha. Aorian’izay dia manao tatitra amin’ny tahirim-bolam-panjakana (trésorerie génerale) indray ny eny amin’ny birao mpanangona hetra milaza ny vola rehetra voangona. Alefa aty Antananarivo indray avy eo ny tatitra rehetra momba ny vola eo an-tanana ary ampahafantarina amin’ny minisiteran’ny atitany. Vita izay rehetra izay vao  miverina miakatra amin’ny lalana teo indray vao mahazo ny vola ny kaominina na ny eny anivon’ny distrika. Araka izany dia tsy azon’ny kaominina atao mihitsy ny maka sy mandray ny anjara volany  mivantana satria tsy mifanaraka amin’ ny lalàn’ny fitantanam-bola eto Madagasikara. Tokony hitadiavana fanafohezana  ary tokony hohavaozina izay lalana lava loatra izay satria tena mahataraiky ny asa rehetra. Iaraha-mahalala ihany koa moa ny lalana simba sy ny tsy fahaizan’ireo tompon’andraikitra taratasy, indrindra any amin’ireny kaominina lavitra be ireny. Izay ihany koa no mahatonga ny kolikoly eo anivon’ny tsenam-baro-panjakana, indrindra ny fanodinkodinam-bola hoy hatrany i Fanahimanana Tiaray.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Hermann Razafindravelo“Mila traikefa, ekipa matotra ny fitantanana firenena”

Samy miandry ny fanombohan`ny asan`ny filoham-pirenena vaovao ny rehetra izay hanomboka ny 18 janoary ho avy izao.

 

 Na dia tsy nanohana ny filoha vaovao ny depiote Hermann Razafindravelo, filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena, faritra Atsinanana, ary amin`ny maha demokraty azy dia mirary soa ny filoha vaovao mba hahavita ny asany sy hanatanteraka  ny fampanantenana izay nataony. Miankina kosa amin`ny finiavana politika ny fanatanterahana ny programa, indrindra ny fahavononana  satria izany no tsy ampy amin`ny fitondrana an`i Madagasikara. Raha afaka mametraka ekipa manana traikefa amin`ny sehatra rehetra ny filoha dia heveriko ho vitany, hoy izy. Ny olana, hoy ity depiote ity, izay prezida tonga dia ohatry ny misy tompony kanefa raha filohan`ny Malagasy rehetra izy dia tokony halalaka ny fijereny ny olona hiasa hiaraka aminy. Nomarihany fa ilaina ny fananana traikefa amin`ny fitantanana raharaham-panjakana. Miandry ny governemanta hijoro izy ary miandrandra olona za-draharaha afaka manampy avy hatrany ilay filoha. Notsipihany manokana fa miankina foana amin`ny finiavana politika ny zava-drehetra ary ny filoha no mahalala izay laharam-pahamehana kanefa tsy tokony hanadino ny filan`ny vahoaka, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Politika, toekarena, sosialyMikorontana izao tontolo izao

Notsipahan’ny parlemanta ilay fifanarahana momba ny fisintahan’i Grande Bretagne amin’ny vondrona eoropeanina.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Gerard Ramamimampionona« Lasa tia mifanindry sy samy maka ho azy isika. »

Mbola maro ny asa miandry ny komitin’ny fampihavanana Malagasy ao anatin’ny 4 taona, hoy ny filoha lefitry ny CFM, Gerard Ramamimampionona.

 

 Efa azo lazaina ho naman’ny vita ny fampihavanana politika. Fa misy olana hafa tokony hojerena koa, ohatra, ny eo amin’ny lafiny fampihavanana ny fianakaviana Malagasy satria mampitaraina ny raiamandreny maro ankehitriny ny tsy fanajan’ny zanany azy ireo. Sahirana manabe ny raiamandreny. Ohatra koa ny resaka fonja satria mariky ny tsy fihavanana koa ny zava-mitranga any. Olona mpangalatra, mpisoloky, mpamono olona sy rehefa mety ho mpanao ratsy no miditra any ary potika avy eo. Ahoana no hamahana izany ? Tsy maintsy hampidirina fonja daholo ve nefa ny fonja eto efa tery ? Ny resaka fahasalamana hoe rehefa tsy mahalala olona, hono, ny fianakavian’ny marary na ilay marary dia tavela maty ao. Misy fampihavanana ara-piarahamonina tokony hatao sy fampihavanana antsika amin’ny zavaboary, hoy izy, mba hahafahan’ireny mamaly ny filantsika. Anisan’ny lehibe koa ny fampihavanana ara-toekarena mba tsy hivangongo amin’ny toerana iray ny fitantanana azy. Fampihavanana amin’ny teny Malagasy satria tsy hahavita manazava hevitra ve ankehitriny raha tsy miteny ratsy ? Very fanahy izany, hoy izy. Aleon’ny olona very tsikalakalam-pihavanana toy izay very tsikalakalam-bola. Lasa tia mifanindry sy samy maka ho azy isika ary manoloana manana andraikitra ny filoham-pirenena hametraka governemanta mamaly ny filàn’ny Malagasy. Tokony hofoanantsika ao an-tsaina amin’izay ny resaka hoe “izahay nanohana anao” na ny resaka fanohanana fa tokony hifantoka isika fa ny filoham-pirenena dia raiamandrenin’ny Malagasy rehetra. Raha misy zaza 10, hoy izy, ao an-trano ka ny 1 hiteny hoe izao no tena zanakao dia ahoana ?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fananganana ny fanjakanaMiady ho lohany ny samy MAPAR

Mafana ny adivarotra sy ny don-tandroka eny amin’ny Antenimieram-pirenena amin’ny fanendrena praiminisitra. Mbola i Ntsay Christian ve sa i Fienena Richard ?

 

 

 Mazava ny voalaza ao anatin`ny lalàmpanorenana ao amin`ny and. 54 izay milaza fa ny solombavambahoaka manana maro an`isa no manolotra ny anaran`izay praiminisitra. Ka inona no olana ? Nisy hatrany ny fanangonana sonia teo anivon`ny parlemantera. Hatao inona ?  Samy te ho lohany avokoa ny samy Mapar. Mbola mifanesika ny fanaterana CV eny amin’ny Arena Ivandry satria samy mba te ho minisitra sy ho lasa mpiasam-panjakana ambony daholo ireo milaza fa nanohana an’i Andry Rajoelina. Ny fandrafetana governemanta (minisitra) dia efa mampisahotaka ihany koa satria misy ireo minisitra Mapar mbola te hijanona amin’ny toerany, misy koa ireo te haka ny toerana.re fa anisan’ny mafana ny fifanasana vangy ho an’ny toeran’ny minisitry ny mponina… Samy andriambavilanitra no miady ny toerana raha ny resaka mandeha ary samy olona akaiky an’i Andry Rajoelina. Efa mangatsiaka ny ambiansy eny amin’ny antenimierandoholona satria hoe hofoanana, hono… Anisan`ny nambaran`ny filoha Andry Rajoeilina izany nandritra ny fampielezan-kevitra. Tsy mandray fitondrana amin’ny fomba ofisialy akory i Andry Rajoelina dia efa sakoroka ambony latabatra sy any anaty lapa any, ahiana fa rehefa voatendry ny governemanta dia mety hisy hifandray vozon’akanjo ny samy zanaka Mapar. Tsy mora ny mitantana firenena sy mandrafitra ny fanjakana, indrindra fa rehefa voahodidina ekipa mamba noana ilay filoha.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Didier RatsirakaTsy mbola niarahaba an-dRajoelina hatreto

Totoafo ny fiarahabana sy firarian-tsoa ho an’i Andry Rajoelina taorian’ny nanambaran’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana na ny HCC ny 8 janoary fa izy no voafidy ho filohan’ny Repoblika.

 

Nisantatra izany ny androtr’iny ihany tamin’ny alalan’ny fiarahabana azy i Marc Ravalomanana, ary mbola nanamafy izany sy nitsodrano ary nirary soa azy fotoana fohy taty aoriana. Efa nanao ny azy ihany koa ny filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina, izay hamindra ny fahefana feno aminy rahampitso. Tsy mba re feo kosa ny Amiraly Didier Ratsiraka, izay anisan’ny kandida nifaninana tamin’ny fihodinana voalohany. Tsiahivina fa tsy nankasitraka iny fifidianana iny ny tenany fa nitaky ny handaminana ny zava-drehetra aloha. Tsy mankasitraka ihany koa ny fahalanian’i Andry Rajoelina ve ?   Tsy fantatra mazava izay fifandraisana eo amin’ny roa tonta, fa ny zavatra tsy levon’ny vavoniny ary matetika noresahiny ny tsy nisian’ny fihodinana faharoa tamin’ny taona 2002, izay nialany teo amin’ny fitondrana. Efa nitsotra fa nanampy an-dRajoelina tamin’ny raharaha 2009 izy raha ny valandresaka lehibe nataony efa tany amin’ny volana aogositra 2015. Nisy tamin’ireo heverina ho alahelony no mbola notsiahiviny ny 5 septambra 2018 tetsy amin’ny Hotely Carlton Anosy. Niantso ahy ny Frantsay hoe : ampiana hanala an’i Marc Ravalomanana, ka nanaiky izany aho, hoy ny Amiraly Ratsiraka. Nampiako i Andry Rajoelina, ka nifanekena fa tsy misy ra latsaka. Rehefa vita ny fanalana an-dRavalomanana dia miverina ho Ben’ny tanàna i Andry Rajoelina, saingy tsy izay no niseho fa nisora-tena ho filohan’ny HAT, hoy ny Amiraly. Somary nidirany hatramin’ny raharaha 7 febroary ka nahoana, hoy izy no tsy voatifitra teny Ambohitsorohitra ry jeneraly Dolin Rasoloson fa ny taoriany no voa ? Nanomboka teo no nisaraka ny dian-dRajoelina sy Didier Ratsiraka, raha ny resaka ofisialy, fa ny tany ambadibadika tany no tsy hay. Raha ireo no lanjalanjaina dia toa nangidy kokoa taminy ny 2002 noho ny mety famadihan-dRajoelina azy tamin’ny raharaha 2009, rehefa dinihina. Ny fahatongavan’ny Amiraly na tsia eny Mahamasina ny sabotsy 19 janoary no hamaly ny fanontaniana maro mifamahofaho eo amin’izy mirahalahy mianaka.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Présence confirmée de Mohamed Alabbar, le créateur de Dubaï-city

Ses déplacements dans le monde entier sont très suivis. C'est rare qu'il se déplace à une cérémonie officielle mais il sera présent demain au stade de Mahamasina et au Palais d'Iavoloha pour honorer l'investiture du Président élu Andry Rajoelina. C'est pour répondre à l'invitation de ce dernier que Mohamed Alabbar, puisqu'il s'agit de lui, foulera le sol malagasy.

Cet invité de marque n'est autre que le créateur de Dubai-city. Excusez du peu. Mohamed Alabbar est le fondateur d'Emaar Properties,  l'une des plus grandes sociétés de développement immobilier au monde. Son chiffre d'affaires annuel s'élève à 5,83 milliards de dollars Us et une capitalisation boursière de plus de 9,7 milliards Usd. La société est connue pour avoir développé l'immeuble le plus haut du monde, Burj Khalifa, et le plus grand centre commercial du monde, The DubaiMall , qui font partie du méga-développement phare d'Emaar, DowntownDubai , ainsi que de Dubai Creek Tower à Le port de Dubai Creek, qui devrait atteindre plus de 500 mètres de haut à l'achèvement en 2020, le Dubai Opera , Dubai Marina , la plus grande marina artificielle au monde, Emirates Hills , considérée comme le « Beverly Hills de Dubaï », et le roi Abdullah Economic City , établie avec le roi Abdullah d'Arabie saoudite comme l'un des plus grands projets privés de la région couvrant une superficie de 64 miles carrés.

La venue de cet homme d'affaires émirati s'avère un signe à l'endroit des investisseurs étrangers et nationaux pour investir dans la Grande île.

La rédaction

La Vérité0 partages

Ampefiloha Ampatsakana - Un carrefour infernal

La Mairie d’Antananarivo se réunit actuellement avec les professionnels du transport public afin de se pencher sur les problèmes de la circulation dans le Capitale. Effectivement, il faut dire qu’il y a beaucoup à dire sur ce sujet. A côté de l’insuffisance et de l’inadaptation des infrastructures par rapport au nombre toujours croissant des véhicules en circulation, il y a également les problèmes créés par les décisions bizarres de nos chers ingénieurs, lesquels semblent se contenter de rester sur leur bureau, sans prendre la peine de voir de visu sur le terrain les conséquences néfastes de leurs initiatives malheureuses.

 

Parmi tant d’autres,  citons l’exemple des emplacements des arrêts des «  taxis-be ». Avez-vous remarqué en effet que, presque systématiquement, lesdits arrêts  sont placés juste avant ou juste après un carrefour ou un croisement ? Or, ceux-ci, par nature, sont déjà sources de ralentissement de la circulation, voire de bouchon. Les encombrer davantage avec des « taxis-be » à l’arrêt est tout simplement aberrant. Car c’est toute une file de ces véhicules qui attendent leurs passagers (c’est souvent le cas vu leur surnombre) d’où le bloquage des axes sécants. Le cas qui illustre le mieux cette situation absurde est sans doute celui du carrefour Ampefiloha-Ampatsakana. L’endroit est en effet littéralement encadré de toutes parts par ces arrêts de bus inopportuns (on en compte quatre, tous situés juste avant et juste après les intersections). Et si on ajoute à cette incongruité  les réparateurs de scooters qui squattent une partie du trottoir et de la chaussée, la circulation est tout simplement infernale pour les pauvres piétons, lesquels n’ont plus  d’autres choix que de se faufiler entre les voitures qui, de surcroît,  impatience et exaspération de leurs conducteurs étant, avancent pratiquement pare-choc contre pare-choc.  A signaler pourtant que, en raison de l’existence de plusieurs établissements d’enseignement aux alentours, aux heures de pointe, ce passage est fréquenté par des centaines d’écoliers dont certains, notamment ceux de l’école primaire publique juste à côté, ne sont pas accompagnés. L’image récente du jeune collégien fauché sur le chemin de l’école hante encore l’esprit.

Cet exemple très significatif est l’illustration de situations incongrues créées par de simples décisions inappropriées. C’est pour dire que l’on peut parfaitement y remédier sans requérir d’énormes moyens financiers. D’autant plus que, dans certains cas, le dégagement ou l’arrêt était initialement prévu être placé quelques mètres plus loin (cas de ce carrefour d’Ampefiloha, justement) mais, étrangement, les responsables ont choisi de l’ignorer.

 La Rédaction 

La Vérité0 partages

Investiture du Président Rajoelina - 6 Chefs d'Etat présents à Mahamasina

Une grande première dans l'histoire des investitures présidentielles à Madagascar! Sauf changement, la présence de 6 Présidents du continent africain est prévue à la cérémonie d'investiture du nouveau Président de la République, Andry Rajoelina demain. D'après la liste des invités qui nous est parvenue, seront présents : Alpha Conde (Président de la République de Guinée), Edgar Lungu (Président de la République de Zambie), Hage Geingob (Président de la République de Namibie), Azali Assoumani(Président de l'Union des Comores), Nana Addo Dankwa Akufo-addo (Président de la République du Ghana), Sahle-Work Zewde (Présidente de la République Fédérale Démocratique d'Ethiopie).

Rappelons que durant une tournée dans le cadre de son Initiative pour l'Emergence de Madagascar (IEM), Andry Rajoelina avait déjà été reçu par le Président du Ghana. Une coopération qui ne fait donc que se renforcer entre les deux Nations.

Reconnaissance internationale

Ces 6 Chefs d'Etat sont donc attendus à la tribune du stade de Mahamasina. Deux d'entre eux ont déjà confirmé leur arrivée prévue ce jour. Par ailleurs, d'autres personnalités importantes dont le Vice - président de la République des Seychelles, Vincent Meriton, entre autres, ont également confirmé leur présence. D'autres pays ne manqueront pas d'envoyer leurs émissaires, à l'exemple de la Corée, le Sénégal, le Rwanda, Cuba, l'Angola, le Canada, la Russie. En tout, plus d'une trentaine de pays seront représentés à la tribune de Mahamasina pour cet évènement important de l'histoire du pays. Il va sans dire des organisations internationales et régionales comme les Nations unies, la SADC et la Commission de l'Océan Indien (COI). A cela s'ajoutent d'autres grandes figures dans la liste des VIP (Personnalités très importantes).

Cette arrivée massive des invités de marque traduit la reconnaissance internationale vis-à-vis du nouveau Président, Andry Rajoelina et du processus démocratique à travers l'élection présidentielle. Ces multiples présences donnent également un aperçu de la nature des relations de Madagascar avec l'étranger.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Concept de l'alternance

Larousse définit, entre autres, le mot « alternance » en ces termes : « succession de pouvoir, dans un cadre démocratique, de deux tendances politiques différentes ». Selon le calendrier établi, la passation de pouvoir entre le Président sortant Rajaonarimampianina Rakotoarimanana Hery Martial et le Président nouvellement élu Rajoelina Andry Nirina doit se passer ce jour du vendredi 18 janvier 2019. Moment de très grande importance dans la mesure où Madagascar réalise un pas géant voire historique vers l'assise de la démocratie. Une étape essentielle pour la consolidation des acquis, si minimes soient-ils, sur le principe de la succession au pouvoir par la voie des urnes.

Madagascar, à travers son passé historique tumultueux, avait connu des moments difficiles, pour ne pas dire des « crises cycliques ». De 1972 à 2009, des mouvements de contestation populaires, à intervalle d'environ 10 ans, secouèrent le pays. Pour cause, les incuries avérées des tenants du pouvoir successifs qui en fait négligeaient les intérêts supérieurs de la Nation au profit de leurs propres avantages. Le pays s'appauvrit et le banditisme porte durement et gravement atteinte à la sécurité des citoyens. La corruption règne en maitre absolu. Tous les grands secteurs d'activité publics ou privés sont infectés,  entre autres, la Justice et les Forces de l'ordre. Les administrés ne croient plus en l'intégrité de nos juges ou de nos gendarmes ou de la Police. De ce fait, ils préfèrent régler eux-mêmes leurs problèmes, souvent, par le biais des vindictes populaires. Bref, en cinquante ans de retour à l'indépendance, la Grande île n'est, au jour d'aujourd'hui que l'ombre d'elle-même pour s'écraser aux enfers ! La preuve, Madagascar se trouve parmi les cinq pays les plus pauvres de la planète. La misère de la population se constate à l'œil nu !

De Philibert Tsiranana à Marc Ravalomanana en passant par Didier Ratsiraka et Zafy Albert, ces Chefs d'Etat n'ont pas pu terminer normalement leurs mandats. Des mouvements populaires les ont chassés du pouvoir.

D'où l'importance capitale de cette passation de pouvoir au Palais d'Etat de ce jour. L'ancien remet la « clef » de l'Etat au nouveau, à celui qui a gagné le vote. Le peuple souverain lui a transmis son pouvoir. Et la loi de l'alternance veut qui celui qui a remporté l'élection, de la manière la plus démocratique, acceptée et reconnue par tous, prenne le pouvoir et dirige le pays.

Ainsi, Andry Nirina Rajoelina, le vainqueur du scrutin du deuxième tour du 19 décembre 2018, accède au pouvoir. Le concept de l'alternance veut que le gagnant gouverne et le perdant cède la place. Ou bien, il rejoint le camp de l'opposition ! Sinon, il se ... tait ! Après qu'il avait remis la « clef » du Palais, symbole de l'autorité d'Etat, à Hery Rajaonarimampianina, le leader de la Révolution Orange, ancien chef de la transition, Andry Nirina Rajoelina choisit expressément de garder,

totalement, le silence, et cela, pour laisser le champ libre au nouveau locataire d'Iavoloha d'exercer aisément sa tâche. Inutile de taper à la porte du Palais (Iavoloha) ou de l'Arena (Ivandry) pour négocier d'éventuels postes, en vertu dirait-on, de la réconciliation nationale.

Le concept de l'alternance étant  non-négociable, il faudra attendre la fin de mandat de l'actuel titulaire pour la prochaine élection.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Circulation à Antananarivo - Un incivisme à grande échelle

 

A Madagascar, particulièrement dans la Capitale, les conducteurs, que ce soit de voitures ou de motos, circulent sans respecter les règles et les codes de la route. Une circulation sauvage peut définir proprement leur action qui ne se limite pas qu’à dépasser à droite pour les motos ou à faire une course sur les digues pour les taxis-be, mais aussi et surtout à conduire en état d’ivresse, outre la communication téléphonique  en circulation. Une éducation et  une sensibilisation s’imposent puisque conduire imprudemment est non seulement un danger pour le conducteur et ceux qui se trouvent au bord de la voiture ou autres engins à roue, mais aussi pour les piétons ou passants qui sont à la fin victimes des irresponsabilités des autres. La situation est plus ou moins préoccupante au sujet du civisme et le respect du code de la route qui crée ces derniers temps un débat sur la qualité propre à la pratique de la conduite dans les grandes villes notamment à Antananarivo. En effet, le problème de la circulation routière prend  ces derniers temps des proportions alarmantes qui font stresser les citoyens malagasy, ce facteur se définit par le non-respect du code de la route ou bien du manque de civisme et de citoyenneté. 

 

Pour la Ville des mille, ce problème a toujours été  lié à l’incivisme des usagers de la route, car chacun essaye d’user de la force devant l’autre pour finir bloquer dans ces ronds-points et boulevards pendant des heures, causant des fois même des disputes entre ces conducteurs fâchés à cause d’une longue durée d’attente. Et ce malgré la présence des Forces de l’ordre qui parfois ne maitrisent pas la circulation et provoquent même des embouteillages monstres. De nombreux conducteurs sont souvent bloqués aux ronds-points de la ville comme ceux d’Ankadimbahoaka, ou même celui d’Ankorondrano et Anosibe, voire celui du pont d’Ampasika et d’Anosizato.  La même situation  est observée pour le non-respect de la priorité à droite pour les conducteurs. De cet attachement maladroit naît une incivilité ambulante à conséquences négatives sur les visiteurs et les conducteurs qui se trouvent devant l’obligation d’attendre  longtemps pour sortir de la galère de la circulation surtout en cette saison de chaleur et de pluie.

Des recommandations devront sans doute être formulées telles que le port de casque avec l’appui de sensibilisation des chefs d’établissement scolaire, l’instauration de l’éducation civique et routière dans les écoles, une grande sensibilisation des conducteurs de taxis- motos sur les risques de transports de passagers… Aussi, il faut souligner que l’incivisme sous toutes ses formes et l’intolérance sont une menace pour la survie de la population et aucune couche sociale n’est épargnée. Il y a longtemps que l'incivisme a pris possession de la Capitale. Les exemples qui illustrent cette triste réalité se déclinent en termes de non-respect quasi systématique des codes de la route, suivi parfois d'outrage à agent en service, de refus d'emprunter les bandes cyclables, de défaut d'immatriculation, d'utilisation du téléphone portable en circulation, de défaut de visite technique ou d'assurance, etc. 

Quelquefois, les Forces de l’ordre favorisent cet incivisme avec la corruption. Certains chauffeurs ou des motards sont pris en flagrant délit de violation du code de la route mais ils choisissent de négocier avec les policiers ou les gendarmes. Un agissement contradictoire à la loi et puni par le code pénal malagasy. Mais cette pratique est néanmoins la plus courante sur les routes tananariviennes. Ce qui est grave, la corruption est plus chère que les amendes. Les Forces de l’ordre abusent carrément l’ignorance des gens et profitent donc de leurs mauvaises habitudes. Prenons un exemple : l’absence d’un casque est punie à 4000 ariary, mais en cas de négociation à l’amiable, les contrevenants paient quasiment le double, 5000 à 10 000 ariary au minimum. Ce que les usagers de la route devraient savoir donc, qu’en cas de corruption, la responsabilité est partagée : celui qui corrompt et le corrompu sont punis par la loi malagasy.

Quid des stationnements interdits 

Des charrettes circulant au calme sur route, en plein jour, jusqu’aux vendeurs qui stagnent au bord de la route en pleine ville en passant par les voitures et motocyclettes roulant sans papiers ou encore des voitures stationnant sur les trottoirs, on peut dire que tout le monde fait ce qu’il veut, sans respecter les règlements et la loi établis dans notre société. Dernièrement, la Commune urbaine d'Antananarivo vient de faire un rappel aux usagers qu'il est formellement interdit pour les voitures de stationner sur les trottoirs qui est réservés uniquement pour les piétons, ainsi que sur les rues à deux voies. Les propriétaires des véhicules qui stationnent en permanence sur les voies et rues citées dessus sont priés de les enlever dès que possible. La CUA a cité quelques endroits où les cas se font fréquents comme au Boulevard de l'Europe (de Jesosy Mamonjy au pont d'Ankasina), avenue Lénine (pont Behoririka au rond-point Antanimena), rue Dr Rahamefy (Ekar Antanimena à l'établissement Rafidison), rue James Ratsima et rue Rakoto de Mon Plaisir (FDC Ankorondrano à l'ex-office du Bacc à Ankadifotsy), rue Andrianaivoravelona zanany (de l'immeuble Aro Ampefiloha jusqu'au passage à niveau Ampefiloha, côté gauche), rue Russie (de Vola Boutique à l'immeuble Besoa côté droite) et enfin avenue Gal Gabriel Ramanantsoa (à partir de l'immeuble Bio 33 Ambatonilita côté gauche). Effectivement, tout véhicule à l'arrêt ou en stationnement doit être placé de manière à ne pas constituer un danger pour les usagers. Ils sont notamment considérés comme dangereux, lorsque la visibilité est insuffisante, l'arrêt et le stationnement à proximité des intersections de route, des virages, des sommets de côte et des passages à niveau. Tout arrêt ou stationnement dangereux et illégal est puni de mise en fourrière du véhicule et d’amende. 

Aussi, il nous semble indispensable de rappeler, d’une part, que les trottoirs sont réservés aux piétons pour leur sécurité, notamment pour les parents accompagnés de leurs enfants en poussette et les personnes handicapées circulant en fauteuil roulant. Un trottoir occupé par un véhicule oblige les passants à poursuivre leur chemin en descendant sur la chaussée au risque de se faire faucher par une voiture.

La visite technique, une grande  responsabilité à part entière

La circulation à Antananarivo s’empire de jour en jour. Avec les embouteillages monstres qui se créent dans tous les quartiers de la ville, les accidents de circulation qui tuent des gens, les usagers de la route doivent être préservés en priorisant la sécurité routière. Les taxis-brousse, les taxis-be et les voitures de location doivent, en particulier, passer une visite technique pour éviter les pannes au cours des trajets. En effet, le mauvais état des véhicules peut paralyser la circulation  qu’il faut prendre toutes les dispositions légales. L’on constate depuis des années que la sécurité des passagers ne demeure pas la priorité des conducteurs. Cela se prouve à travers leurs agissements, l’entretien de leur voiture et la qualité de service offert. D’un part, il existe notamment des chauffeurs en etat d’ivresse et qui se croient sur un circuit de course et entrent en compétition avec leurs semblables. D’autre part, ceux qui ne veulent pas suivre le Code de la route. Toutefois, en choisissant ce métier, les automobilistes s’engagent volontairement à préserver la sécurité de leurs voyageurs. Pour l’Etat, leur intervention dans cette  sécurisation concerne la visite technique. Effectuée tous les 4 mois auprès du centre de visite technique à Alarobia, cette révision technique requiert une somme de 15 000 ariary. A peine 15 minutes d’entretien technique, le système de  direction, le freinage, le moteur  et l’éclaraige sont examinés par des experts en mécanique. A cela s’ajoutent l’état intérieur et extérieur de la voiture, la transmission et la suspension. 

Selon  le Colonel Ranedson Gélin, chef de centre de visite à Alarobia, depuis le mois de novembre 2018, l’unité constituée de l’équipe mobile de contrôle routier a été changée en un service indépendant du centre de sécurité routière qui dispose une couverture nationale. En effet, ce nouveau service assure le suivi des véhicules de  transports publics desservant les villes et les zones éloignées dont Toamasina, Ihosy, Antananarivo. Ces actions se traduisent comme  une forme de répression au niveau routier à Madagascar. Deux équipes de quatre personnes assurent désormais  la contre-visite des véhicules au service  du grand  public. Elles sont mobilisées pour identifier les nombreuses irrégularités commises par les transports en commun dans toute la Grande île. L’on peut citer la vérification  des cartes grises et l’identification. En outre, elles se servent des renseignements communiqués par la Gendarmerie, la Police nationale, les responsables auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) ainsi que les simples citoyens, pour orienter leurs actions. 

 

La Vérité0 partages

Trafics douaniers - Mbola Rajaonah devant le Pôle anti-corruption la semaine prochaine

A bon port. Actuellement en instruction, le dossier Mbola Rajaonah prendra dans peu de temps un nouveau virage. Les enquêtes du bureau indépendant anticorruption dans le cadre des dossiers concernant l’opérateur économique Mbola Rajaonah seront bientôt bouclées et l’affaire devra être transférée au Pôle anti-corruption « à la fin de la semainesoit en début de semaine prochaine » affirme en effet le directeur général de l’organe d’Ambohibao, Jean Louis Andriamifidy. L’information a été livrée hier en marge d’un atelier au Development learning center (Dlc). Une affaire dont on attend l’issue depuis plusieurs semaines puisqu’il devait déjà être transféré au Pole anti-corruption à la mi-décembre. Depuis la mi-décembre pourtant, ce fut le silence le plus complet. Le dernier rebondissement en date dans cette affaire concerne une nouvelle audition que le concerné devait passer au niveau du BIANCO après plusieurs convocations restées sans suite.

A l’époque les dernières  informations laissaient entendre un déferrement imminent au niveau du Pôle anti-corruption. L’opinion s’était étonnée du silence assourdissant du BIANCO qui est pourtant particulièrement prompt à communiquer pour ce genre d’affaire. Les vacances judiciaires seraient la raison principale du retard dans le bouclage et le transfert du dossier au niveau du PAC, affirme le Dg du Bianco. Les limiers du BIANCO tentent également d’obtenir les dernières précisions et d’autres informations additionnelles.  Ainsi, l’organe en charge de la lutte contre la corruption s'est donné quelques jours supplémentaires, après la rentrée judiciaire, avant de transférer le dossier auprès du PAC, a indiqué hier Jean Louis Andriamifidy. Ce magistrat tient ainsi à balayer toute arrière-pensée politique dans le « retard » pris dans le transfert du dossier au Pôle anti-corruption. Il réitère que le BIANCO travaille en toute indépendance et traite tous les dossiers en toute objectivité et impartialité sans aucune autre considération et continuera de le faire pour l’intérêt de la nation. Lui de souligner également que beaucoup d’autres affaires, à l’instar de celle concernant une autre conseillère spéciale de l’ancien Chef de l’Etat, Claudine Razaimamonjy, sont ou seront transmis au PAC. L’affaire Mbola Rajaonah a éclaté au grand jour le 13 novembre, lorsque l’acte décrétant l’Interdiction de sortie du territoire (IST) signé du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation fuite. Mbola Rajaonah avait été auditionné à plusieurs reprises par le BIANCO dans le courant du dernier mois de l’an dernier. Son domicile à Ambohimahitsy ainsi que l’un de ses bureaux à Antsahabe ont été perquisitionnés. Dans ce dernier endroit, un coffre avait été scellé. Mbola Rajaonah serait soupçonné dans le cadre d’une affaire de faits de corruption et assimilés. Des accusations qui n'étonnent pas dans la mesure où de nombreuses histoires de fraudes douanières à grande échelle circulaient autour de cet opérateur économique qui faisait partie du cercle très restreint des conseillers de l'ex - Président, Hery Rajaonarimampianina. En tout cas, malgré des félicitations à l’allure de demande de pardon adressées à Andry Rajoelina, dans le but de se « mettre sous un nouveau bouclier étatique pour, à tout le moins, protéger son empire et éviter d’être poursuivi pour ses magouilles passées, et pourquoi pas, continuer à les perpétrer » comme nous affirmions dans une précédente édition, Mbola Rajaonah semble être bien loin d’être sorti de l’auberge.

L.R.

La Vérité0 partages

Vente de terrain communal à Analamahitsy - L’occupant délesté de son droit

Un opérateur économique mauricien venu investir à Madagascar depuis 1992 a commencé à occuper un terrain de 8ares 32 appartenant à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) du côté d’Analamahitsy  en 1995. A partir de 1999, un  litigeest survenu entre sa société  dénommée « Mada Trade International Ltd » spécialiste en  pièces détachées/occasions et la CUA. Ce problème n’a pas été résolu qu’en 2001, faisant suite à de longues procédures judiciaires. De 2002 à  2017, cette société a  ainsi payé ses impôts fonciers régulièrement à la demande de la Commune. Quant à l’année 2018, elle est en attente de recevoir le rôle.

Actuellement, au plus grand étonnement de l’occupant du terrain, une lettre enregistrée par la poste le 11décembre 2018 lui a été parvenue. Selon le comptable auprès de cette société, il s’agit d’un jugement du Tribunal de première instance en date du18 décembre 2018 ordonnant l’expulsion de la société sur le terrain.

20 ans après l’occupation de ce terrain, Mada Trade International Ltd a appris par le biais de cette lettre  que le terrain a été mis en  vente par la  CUA le l9 avril 2018  avec un prix de vente dérisoire. « Je soupçonne de manœuvres dilatoires et des forts favoritismes au vu des précédents », avoue le président de ladite société. C’est ainsi que la question se pose, pourquoi la CUA n’a avisé l’occupant de son intention de vendre le terrain alors que ce dernier s’y trouvait pendant vingt ans et payait régulièrement les impôts y afférents.Un droit de préemption ignoré complètement par les gens de la CUA. A aucun moment, personne ne nous a tenu d’informer la mise en vente de ce terrain martèle l’employé de la société  Mada Trade International Ltd. « La Commune n’avait jamais contacté la société avant la vente du terrain, ni envoyer ses agents sur place pour constat. Le soi- disant nouveau propriétaire ne nous a jamais également contactés officiellement. Le géomètre qui a établi le plan et le bornage, n’est jamais venu sur le lieu.  Il n’a délivré aucun procès verbal ni au Fokontany, ni aux riverains et non plus à la société d’un délai de 48 heures comme prévu par la loi », continue-t-il.

En outre, il  n’y a pas eu ni assignation, ni convocation par le Tribunal pour comparaitre. Selon les propos de l’avocat représentant ladite société, le jugement du  Tribunal a été sorti en un temps record et a été déclaré exécutoire  par provision alors qu’il n’est pas contradictoire. Ce représentant juridique de la société Mada Trade International Ltd   a ainsi fait appel avec défense à exécution provisoire le 12 décembre, et signification avec assignation à bref délai.  Pourtant, les documents authentiques  qui ont été soumis au Tribunal pour demander une suspension d’exécution provisoire du jugement n’ont rien servi. Le camp adverse est sorti  gagnant. Pour toutes ces raisons, l’occupant du terrain de la CUA  à Analamahitsy alerte  les autorités de prendre conscience et  d’adopter les mesures adéquates. Affaire à suivre !

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Paraky-Namontana - Un gang armé prend d’assaut plusieurs commerces

Scène de panique générale vers 19h mercredi dans le quartier de l’Ouest  Mananjara (Paraky), près de Soanierana. Un gang composé de 5 individus équipés d’armes à feu y a semé la terreur en les faisant crépiter.Du coup, les gens couraient dans tous les sens afin d’échapper au terrible danger qui les a guettés à tout moment. A leurs yeux, le risque de récolter des balles perdues n’était donc pas à minimiser. Il s’agit d’une stratégie des assaillants afin qu’ils puissent s’assurer d’une plus grande liberté de manœuvre ou d’action. 

A commencer par leur incursion et leur méfait dans un petit magasin du coin. Là,  pendant que deux larrons ont monté la garde à l’extérieur, trois  autres  ont tout raflé à l’intérieur : somme d’argent, téléphones portables ainsi que d’autres objets se trouvant à la portée de leurs mains. Boutiquiers et clients qui y étaient présents, ont été dévalisés de cette façon.

Par la suite, le gang s’est dirigé, comme si de rien n’était vers Namontana où ils ont recommencé le même manège. Cette fois-ci, trois autres échoppes ont été visées. Le plus curieux dans tout cela, c’est que des témoins semblaient être tétanisés par la peur et auraient même oublié le réflexe d’alerter la Police.

A part donc ces hold-up spectaculaires dans le 4e Arrondissement, d’autres bandits ont parallèlement fait parler d’eux, cette fois dans le 8e. Là, un résident chinois s’était fait attaquer dans sa voiture lorsqu’un gang roulant à bord de moto lui a barré la voie, exactement comme ce qui est arrivé à un  autre chinois sur la voie express du Marais Masay, toujours mercredi dernier.

Tout cela montre donc une soudaine et inquiétante recrudescence des attaques armées dans la Capitale et ses environs. Les observateurs estiment que cette période transitoire où le pays allait changer de dirigeants, en soit une explication.

Franck Roland

Midi Madagasikara0 partages

MDN – Officiers pro-Rajoelina : La réconciliation

Enorme changement au sein de la Grande muette. En effet, l’élection d’Andry Rajoelina à la tête du pays marque le début de la réconciliation entre le ministre de la Défense Nationale, le Général de Corps d’Armée, Béni Xavier Rasolofonirina et les Officiers connus et reconnus comme étant proches du nouveau locataire d’Iavoloha. Vendredi dernier, le numéro Un des Forces armées a convoqué dans son bureau à Ampahibe les Colonels Fidy Rafaliarison et le Colonel Elack Olivier Andrianjaka. Le premier ayant été l’Aide de camp d’Andry Rajoelina à l’époque où il était président de la Transition de 2009 à 2014 tandis que le second était le Directeur des Opérations et des Secours au Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) sous la Transition. L’on a appris en marge de la cérémonie de présentation de vœux des Forces armées qui s’est tenue au CEMES Soanierana que la convocation consistait à une réconciliation. En effet, le MDN a tenu à enterrer la hache de guerre avec les deux Colonels qui se sont toujours affichés aux côtés du patron du MAPAR-TGV qui vient d’être élu président de la République. Les deux camps se sont mis autour d’une table pour régler la guerre froide, ayant provoqué une tension permanente au sein de la Grande muette durant les 5 années de pouvoir du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ».

Sans poste. Pour rappel : durant 5 ans, les Officiers pro-Rajoelina ont été sanctionnés par une affectation disciplinaire, pour ne citer que le cas du Colonel Fidy Rafaliarison affecté à Antsiranana depuis juin 2016, le Colonel Elack et le Colonel Sondrota affectés à Toliara et le Colonel Wenceslas alias Colonel Slas affecté à Mahajanga. Etant encore des Officiers en exercice, le Général de Division Richard Ravalomanana, ancien Commandant de la Gendarmerie nationale et le Colonel Lylison René de Roland, ancien Directeur de la Force d’Intervention Spéciale ont également été sans poste sous le régime HVM. Ces Officiers pro-Rajoelina ont tous été privés de promotion et d’avancement de grade pendant 5 ans même s’ils remplissent les conditions requises pour l’obtenir. Reste à savoir si avec l’élection à la Présidence de la République d’Andry Rajoelina, ils auront enfin leur heure de gloire, même si pour la plupart, il ne leur reste plus que quelques années avant de partir à la retraite.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Tsiroanomandidy : Rangahy maty voatifitry ny jiolahy, lasa ny basiny

Tokatrano iray tany amin’iny distrikan’i Tsiroanomandidy iny indray no lasibatry ny dahalo am-polony, ny alin’ny alatsinainy hifoha talata lasa teo. Vokany, maty voatifitr’ireo olon-dratsy ny rangahy iray 60 taona, tompon-trano. Lasan’izy ireo koa ny vola an-tapitrisany niaraka tamin’ny basin’ity rangahy ity. Tokony ho tamin’ny 12 ora alina mahery kely teo no tonga masiaka tao amin’ity tanana iray tao an-drenivohitr’i Bongolava ity ireto andian-dahalo, sahabo ho fololahy teo ho eo, niaraka tamin’ny basim-borona. Nentina nampitahorana ireo mponina sy izay mety ho sahy hanakana ny dian’izy ireo dia nanapoaka basy ireo malaso. Ny tokatranon’ity rangahy lehibe iray ity no nataon’izy ireo lasibatra tamin’izany, izay tsy fantatra hatreto na efa fantatr’izy ireo ny fisiana fitaovam-piadiana sy vola tao amin’ilay trano. Ary na dia teo aza ny fisian’izay fitaovam-piadiana, izay mety ho nampiasain’ny tompon-trano nentiny niarovan-tena dia tsy nisalasala izy ireo niditra. Raha vantany vao tafiditra mantsy izy ireo dia tifitra variraraka no nasetriny ka nahavoa ilay rangahy lehibe. Maty tsy tra-drano ity farany, araka ny fampitam-baovao azo. Nanao izay danin’ny kibony amin’izay izy ireo nandroaka izay rehetra zakany, ka anisan’izany ny basim-borona iray niaraka tamin’ny basy « calibre 16 » iray. Mbola nisy vola tamin’ny sakaosy nitentina teo amin’ny telo tapitrisa ariary teo ho eo ihany koa, araka ny vaovao hatrany no lasan’ireo olon-dratsy. Vao azon’izy ireo izay nilainy dia nitsoaka niakandrefana ireo olon-dratsy. Taorian’izay vao afaka niantso vonjy ireo voatafika, ary niezaka namonjy ilay raim-pianakaviana voatifitra. Ity farany moa dia tsy nisy azo natao taminy intsony. Tonga tany an-toerana avy hatrany ny zandary misahana iny faritra iny, niaraka tamin’ny mpitsabo nijery ifotony ny zava-nisy. Teo no ho eo ihany koa dia nisy sahavao natao eran’ny tanana. Nahetsika ihany koa ireo zandary rehetra teny amin’ny manodidina hanao fisavàna sy hiambina ny kizo, lalana mety ho handalovan’ireo olon-dratsy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Investiture : la consécration : d’un long combat

Le ciel est bleu pour le nouveau pouvoir. Les félicitations adressées au président Andry Rajoelina affluent de toutes parts. Et c’est la cérémonie d’investiture de samedi qui occupe  tous les esprits pour le moment. Elle sera certainement grandiose à l’image du savoir- faire de l’équipe qui entoure le chef de l’Etat. La population sera associée à la célébration de cet événement. Mais le week-end terminé, les affaires nationales vont reprendre le dessus et les choses sérieuses vont commencer.

Investiture : la consécration : d’un long combat

C’est une consécration que va vivre Andry Rajoelina, samedi. Son investiture se fera en présence des chefs d’Etat qui l’ont précédé et de nombreux invités de marque, étrangers. Il sera le deuxième président de la IVe République et comme tel, il a entre ses mains la destinée de 23 millions de Malgaches. Tous les honneurs lui seront rendus lors de cérémonie d’investiture. C’est donc un chef d’Etat conscient de ses responsabilités qui prendra les rênes du pays. La cérémonie, disions- nous, sera empreinte de solennité, mais aussi d’émotion car elle marquera l’aboutissement d’un long combat mené depuis longtemps pour revenir au pouvoir. La population sera donc associée aux festivités. La fête sera cependant très encadrée et les conditions de sécurité seront drastiques. L’équipe du président Rajoelina est consciente des attentes de la population. On lui prête l’intention de ne  pas dormir sur ses lauriers. On a annoncé qu’il y aurait un premier conseil des ministres ce week-end. Il devrait certainement se  tenir avec le gouvernement en place qui gère les affaires courantes. On attendra avec intérêt les mesures qui seront prises. Le nouveau régime va pouvoir travailler librement car il n’a devant lui aucun obstacle sur son chemin pour l’instant. A lui de profiter de cette latitude pour gagner la confiance de tous ceux qui restent encore sur  leurs réserves.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Mandritsara : Confiance au nouveau régime pour résoudre ses problèmes

Alain Théodore Andriambilomanana, président de l’association des natifs de Mandritsara.

Le district de Mandritsara compte sur le nouveau régime pour résoudre ses problèmes. Cette commune urbaine malgache située dans la partie Est de la région de Sofia est un district de la province de Majunga. Ce district est réputé pour sa richesse du point de vue agricole. Il s’agit notamment de café, vanille et de la canne à sucre. Sans parler de pavés qui pouvaient servir à la région en général et au district en particulier. Malgré cette potentialité, la région fait face à de problèmes d’infrastructures routières entraînant de ce fait des problèmes au niveau de l’écoulement des produits. En outre, les habitants de ce district souhaitent que des entreprises soient mises en place pour le décollage économique de cette région.

Main forte. A cet effet, le président de l’association des natifs de Mandritsara, Alain Théodore Andriambilomanana, espère un plus du Président Andry Rajoelina pour l’essor économique de cette commune urbaine. Selon toujours ce dernier, l’association n’hésite pas à prêter main forte au nouveau Président pour son projet de sortir le pays de sa situation actuelle. .

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Andriba-Maevatanàna : Tafakatra telo ny matin’ny tazomoka mahery, 162 kosa ireo marary.

Raha ny vaovao marim-pototra avy any an-toerana dia olona telo no matin’ny tazomoka, 162 kosa ireo marary amin’izao fotoana izao any amin’ny kaominana ambanivohitra Andriba, ato anatin’ny disitrikan’i Maeavtanàna. Ankoatra ny aretina kitritro izay malaza eto amintsika dia mamely mafy  ihany koa  ny aretina tazomoka  any Andriba. Hatrany ambanivohitra moa dia miaina ao anatin’ny aretina tazomoka sy miandry izay fitsaboana ho azy. Nanomboka tamin’ny volana desambra hatraty  amin’ny volana janoary ity kosa dia nambara fa nanomboka nisy maty. Vokatry ny tsy fahampian’ny toeram-pitsaboana dia niparitaka ity valan’aretina bemangovitra ity, saika ny isan-tokantrano mihitsy no ahitana io aretina io ankehitriny. Ny zaza amam-behivavy hatramin’ny olon-dehibe no voalaza fa lasibatra, fa indrindra ny reny mitondra vohaka tsy mampiasa lay misy ody moka. Malemy sy fanina ary mandoa rà izay voany, ary raha vao tara manatona dokotera na mamonjy tobim-pahasalamana, tonga dia maty. Maripana no fiantombohan’ny aretina, ary mahafaty haingana dia haingana raha tsy mahazo fanafody ara-potoana, hoy kosa ilay mpitsabo iray, izay  nitondra ny fanazavany taminay. « Azo tsaboina tsara ity aretina ity, raha mahazo fanafody haingana ny marary, saingy ny fahalaviran-toerana sy noho ireo marary any ambanivolo malaina mamonjy toeram-pitsaboina fa miaina amin’ny fitsaboana nentim-paharazana sy mitanika ravin-kazo na fakan-kazo no mahabetsaka ny marary sy ireo olona namoy ny ainy .» Manampy tosika rahateo ihany koa, hoy ireo mponina any an-toerana, ny tsy fahampian’ny mpitsabo sy fidanganan’ny saran’ny fitsaboina ary ny fahalafosan’ny fanafody vidina, ka mihemotra ny maro miandry izay higadonany. Maro ihany ireo olona mandeha amina kilaometra vao tonga sy mahita toeram-pitsaboana. Manoloana izany indrindra dia manao antso avo amin’ireo olona any an-toerana vokatry ny aretina tazomoka, ny dokotera Ianitra, chef csb 2, ao Andriba, mba tokony hanatonan’ireo olona ny  tobim-pahasalamana sy hampiasan’izy ireo ny lay misy ody moka.

  Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Betongolo : Lehilaly hita faty teo amin’ny kianja filalaovam-baolina

Hatairana ny an’ireo olona tonga hilalao baolina teo amin’ity kianja filalaovam-baolina kitra iray eo Betongolo ny talata 15 janaoary tokony tamin’ny 1 ora antoandro raha nahita lehilahy iray nivalapatra toa tsy misy aina intsony teo amin’io toerana io. Tsy diso ny fijerin’izy ireo satria efa vatana mangatsiaka tokoa io. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny zandary avy ao amin’ny borigady Betongolo hizaha ny zava-misy raha vao nandre ity tranga ity. Ny fizahana nataon’ny dokotera no nahalalana fa mety ho noho ny havizanana tafahoatra loatra no nahafaty ity lehilahy ity. Tsy nahitana ratra na vono  rahateo tamin’ny vatany. Ny taratasy momba azy izay hita teny aminy no nahalalana fa 50 taona ity lehilaly ity izao maty izao. Taorian’ny fizahana dia natolotra ny fianakaviana ny razana.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

SOCIO…

Rougeole. Les établissements scolaires privés sont approchés par les responsables des centres de santé de base (CSB) en vue de vacciner les élèves. Les parents d’élèves sont informés de la campagne de vaccination anti-rougeole, ciblant les enfants de 9 mois à 9 ans et sont incités à faire vacciner leurs enfants. La vaccination n’est, toutefois, pas obligatoire, mais vivement recommandée face à l’actuelle épidémie de rougeole. Rappelons que la campagne de vaccination touche 25 districts jusqu’au 18 janvier 2019 et se poursuivra en février dans 54 districts sanitaires et dans 35 autres en mars et avril.

Délestage. La ville de Toliara ne disposera de l’électricité que de 8h30 à 2h du matin, le lendemain et ce, durant les jours ouvrables de la semaine. Le week-end, l’électricité ne sera disponible que de 8h30 à 12h et de 19h à 2h du matin. Cet aménagement rendu public par la JIRAMA à Toliara résulte d’une difficulté de ravitaillement en carburant de la JIRAMA dans la ville. D’où cette décision d’établir des horaires pour le délestage. La population, elle, n’a d’autres choix que de subir.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Tennis : Les Ranaivo sur le toit de l’Afrique australe

L’équipe féminine malgache des moins de 16 ans avec les jumelles Mialy et Narindra Ranaivo.

Le tennis malgache poursuit sa marche en avant aux championnats d’Afrique australe. Pas plus tard que mardi, les sœurs jumelles, Mialy et Narindra Ranaivo, ont remporté haut la main la finale par équipe des moins de 16 ans devant un public namibien manifestement sous le charme.

Les filles malgaches des moins de 16 ans ont montré à Windhoek qu’elles ont du talent à revendre. Et quel talent ! Les Ranaivo ont non seulement rendu superflu le match de double mais elles ont aussi mis la manière pour gratifier l’assistance namibienne d’un match parfait ravissant au passage le titre de championne d’Afrique australe.

Nouveau palier. D’abord Mialy qui est allée s’imposer devant la Sud-Africaine Ine Lamprecht en deux sets (6/3 ; 6/0) puis Narindra qui ne s’est faite prier pour battre Kelly Arens également en deux sets (6/3 ; 6/3) ;

Autant dire que le tennis malgache vient de franchir un nouveau palier et qu’il ne viendrait pas au sommet africain en victimes expiatoires.

On regrette seulement qu’elles sont venues que bien plus tard alors que les championnes mondiales ont pour la plupart commencé leur carrière au Tournoi des Petits As de Tarbes à…10 ans.

Les moins de 16 ans chez les garçons n’ont pas eu cette chance en se faisant battre par l’Afrique du Sud.

Chez les moins de 14 ans, Madagascar a terminé à la 3e place pour les filles en gagnant leurs matches contre le Zimbabwe. Les garçons, pour leur part, n’ont pas pu faire mieux en se faisant également battre par les Zimbabwéens lors du match pour la 3e place.

Toujours est-il qu’après les titres individuels, le camp malgache a largement rempli son contrat et qu’il appartient maintenant à l’Etat pour prépare au mieux les championnats d’Afrique auxquels les nôtres ont réussi à se qualifier au terme de rudes batailles.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Investiture du Président Andry Rajoelina : Des dispositifs de sécurité stricts à Mahamasina, plus de 1 ...

L’audience solennelle pour l’investiture du Président Andry Rajoelina prévue se tenir le 19 janvier au stade de Mahamasina sera fortement sécurisée. Premier responsable de la sécurité dans la Capitale, l’Etat-major mixte opérationnel de la Région Analamanga (EMMO-REG) va mobiliser plus de 1.500 hommes pour assurer le maintien de l’ordre ce samedi. Le colonel Anicet Randrianarivelo, commandant du groupement de la gendarmerie Analamanga et premier responsable de l’EMMO-REG l’a annoncé hier, lors d’un point de presse tenu à son bureau à la caserne de la gendarmerie d’Ankadilalana. D’après lui, cet événement qui marquera la fin du processus de l’élection présidentielle pour laquelle il a tenu à remercier le peuple malgache de  sa réussite, malgré les quelques imbroglios suite au mouvement de contestation des partisans du candidat K25 sur le parvis de l’Hôtel de ville à Analakely, devra se dérouler dans le calme. Les mesures prises jusqu’ici sur la sécurisation du premier tour et du second tour de ce scrutin vont être renforcées et cela a déjà commencé depuis le début de cette semaine. Le colonel l’a dit pour signifier que ce 19 janvier, le risque de déstabilisation ne sera pas à écarter si l’on se réfère à ce qui s’’est passé à Analakely où il y a eu découverte de cocktails « Molotov » pendant la manifestation des partisans du candidat K-25.

Des routes coupées. Parmi les dispositifs à mettre en œuvre ce 19 janvier, des routes d’accès à Mahamasina notamment celles entourant le stade municipal seront coupées ou soumises à des réglementations exceptionnelles. Toutes les voitures et motos qui rouleront dans les environs devront être fouillées et contrôlées. Les personnes qui vont assister à la cérémonie devront toutes sans exception, passer par des fouilles systématiques. Des matériels de détection électroniques seront utilisés en collaboration avec des agents de sécurité de la Présidence de la République. Le port d’objets métalliques et en verre et tranchants seront strictement interdit. Le commandant du groupement d’Analamanga ajoute que ce renforcement de la sécurité ne se limitera pas seulement à Mahamasina. Il sera étendu dans toute la ville d’Antananarivo notamment dans les endroits où seront hébergées les personnalités étrangères invitées à cette cérémonie. Pour le moment, le colonel affirme ne pas encore être informé sur leur nombre. L’Etat-major mixte opérationnel au niveau de la province d’Antananarivo (EMMO-FAR) devra, lui aussi, prêter main forte à l’EMMO-REG. Sur la possibilité des lancements de feux d’artifice pour marquer cet événement, les dispositifs de sécurité appliqués à chaque fête de l’Indépendance seront appliqués comme quoi, la délimitation des endroits à servir de parking et les surveillances de ceux destinés à accueillir le public venu regarder ce spectacle.

Compte tenu de ces mesures, le colonel Anicet Randrianarivelo souhaite la collaboration de tout un chacun pour que cette cérémonie se déroule sans faille pour l’honneur de la patrie. Etant donné que les yeux du monde entier seront braqués sur Madagascar, ce jour-là.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Concert de Midi : « Aida » de Verdi, magnifiquement interprété par « Hiraitra »

L’ensemble vocal « Hiraitra » sur les planches de l’Ifm hier.

Défi lancé, challenge relevé ! Ils ont beau faire dans la vingtaine en âge moyen, le groupe « Hiraitra » a magnifiquement interprété « Aida » de Verdi

Une bonne quarantaine de personnes sur la même scène, en solo, duo, trio ou en chœur de quoi faire frémir les mélomanes aguerris mais aussi le grand public. C’est dans une salle comble de l’Ifm Analakely que « Hiraitra » a jeté son dévolu sur « Aida », l’opéra en 4 actes de Giuseppe Verdi. Dirigé par Dominique Rakotonirina et Antsa Ratsimba au piano. Au temps des pharaons, l’esclave Aida et le général égyptien Radamès s’aiment en dépit des conflits politiques qui déchirent leurs pays. La guerre éclate et Radamès victorieux se voit offrir la main de la princesse Amneris. Le choix s’offre à lui, trahir son pays ou trahir son amour…

Nouveaux talents. Avec une distribution des plus intéressantes, la représentation met en scène les trois meilleures voix malgaches du moment. L’intrigue raconte l’histoire d’un triangle amoureux entre Aida, l’esclave éthiopienne interprétée par la soprano Natacha Rajemison, Radamès, officier Egyptien campé par Fitah Rasendrahasina et la mezzo-soprano Rindra Rajeriarison qui incarne Amneris, fille du Pharaon. Ce drame intime du temps des Pharaons qui livrent bataille contre l’Ethiopie est une suite de tragédies personnelles évoluant dans un décor qui nous renvoie à l’Egypte ancienne. L’effort fourni par l’ensemble vocal est des plus louables en déployant les moyens nécessaires en matière de costumes et réussit à faire plonger le public dans cette aventure le temps de deux tours d’aiguilles. Dans ce joli décor, plusieurs seconds rôles ont également dévoilé de jeunes talents qui ont fait preuve de professionnalisme et d’un niveau plutôt avancé si l’on se fie à leur jeune âge. Parmi eux, on peut mentionner le basse Maël Raharinjatovo sous la robe de Pharaon, Léo Hancel ce ténor qui a joué le messager, mais aussi Andraina Rakotonirina qui a prêté ses traits et sa voix à Ramphis, un grand prêtre égyptien. Des noms à retenir et des talents à suivre de près car ils seront certainement ceux qui assureront la relève.

« Hiraitra ». Pour la passion de la musique classique, Natacha Rajemison et Dominique Rakotonirina ont mis sur pied l’ensemble vocal « Hiraitra » en 2014. Grands passionnés de chant lyrique, ils ont rassemblé des chanteurs issus de différentes chorales et des sortants d’institut de musique classique pour former l’ensemble vocal. On peut par ailleurs constater la candeur des membres, pourtant, ils ont accompli une prouesse louable hier. Depuis sa création, « Hiraitra » a déjà travaillé avec les grands chanteurs lyriques malgaches comme Richard Rasolonjatovo, Mickaël Rakotoarivony, ou encore Tsanta Ratianarinaivo. Leur activité vise toujours à vulgariser la musique classique et de partager cette passion à un large public.

Madagascar Mozarteum célèbre ses 10 ans

Durant premier concert de midi de l’année, qui en est à son 97e, l’Association Madagascar Mozarteum a annoncé la célébration de son 10e anniversaire au passage. Pour ce faire, l’ouverture des festivités se fera pendant le 100e  concert de midi. Un concert qui s’étalera sur 5h non stop et qui verra le défilement d’une bonne partie de tous ceux qui sont passés sur les planches de l’Ifm Analakely dans le cadre de ce rendez-vous mensuel présent depuis dix ans.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Football Analamanga : Une troisième journée ordinaire

Le championnat d’Analamanga de football au sein de la Ligue 1 se poursuit au gré de la disponibilité des stades.

Comme Mahamasina se prépare à accueillir l’investiture du Président Andry Rajoelina, la ligue d’Analamanga a choisi le centre technique de Carion pour tenir la 3e journée son championnat. Une troisième journée sans grande consistance d’autant plus que le champion en titre, Elgeco Plus, et Fosa seront mis au repos en raison de cette nouvelle formule de deux groupes de 7.

Confirmation des ténors. Dans la poule A on verra l’AS Adema, un des favoris pour les deux places qualificatives pour la Poule des AS mais aussi Fosa Juniors ainsi que la CNaPS, pas le champion de Madagascar mais bien son équipe pour la relève. A ce trio s’ajoutent JET Mada également une seconde formation de l’autre JET Mada d’Itasy, Disciples FC, Mi20 et MAMA FC.

Dans la poule B figurent Five FC, USCAFoot, COSFA, COSPN, Elegeco Plus ainsi que les deux centres de formation notamment le CFFA qui s’est fusionné avec Tana Formation et le CFTFC.

Pour revenir aux matches de la troisième journée, on s’attend à une confirmation des ténors notamment de Mama, Adema, COSFA, USCAFoot.

Calendrier. Par contre, deux affiches promettent d’être très disputées dont cette franche explication entre JET Mada et CNaPS Tana et celle mettant aux prises l’USCAFoot au Five FC.

C’est la logique mais sait-on jamais car le football est loin d’être aussi mathématique. En attendant voici le calendrier de cette 3e journée :

Jeudi 17 janvier

08h30 : MAMA FC contre Mi20

10h30 : AS Adema contre Disciples FC

12h30 : JET Mada contre CNaPS Tana

Vendredi 18 janvier

08h30 : CFFA-Tana Formation contre COSFA

10h30 : Five FC contre USCAFoot

12h30 : CFTFC contre COSPN

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Cinéma : Un documentaire sur « The Dizzy Brains » au Fipadoc

« The Dizzy Brains », le punk malgache qui déchire.

Un film sur « The Dizzy Brains » en compétition au Fipadoc – « International Documentary », décidément, les jeunes rockers d’Antananarivo gagne toujours plus de terrain.

Le documentaire sur le group de rock « The Dizzy Brains », « The Dizzy Brains : Madagascar, pays punk » sera projeté au Fidapoc – « International Documentary Festival » à Biarritz les 23 et 25 janvier. Une consécration de plus pour ces jeunes antananariviens, propulsés en quelques années au rang de révélation rock francophone. Si ce n’est déjà des stars du rock, puisque leur parcours a été jusqu’ici parsemé de succès. Le produit se trouve également en compétition dans deux catégories : documentaire musical et prix campus des jeunes lycéens européens.

Le Fipadoc – « International Documentary Festival » est un festival majeur de l’audiovisuel en France. En fait, il s’agit de l’ancien Festival international de programmes audiovisuels (FIPA). La première édition du Fipadoc, qui se consacre cette fois uniquement aux documentaires, se fera ce mois de janvier. Le documentaire sur le rock band « The Dizzy Brains » concourra avec 9 autres productions internationales. Le reportage dure 52 minutes et a été réalisé par Stéphanie Joannès. Il se retrouve en compétition avec des films canadiens, chinois, allemands…

Compétition relevée. A voir le plateau des œuvres projetées par ce festival, les thèmes semblent être très diversifiés. Ils parlent de migration, de guerre, de sport, des tragédies humaines… Mais à y regarder de plus près, l’ensemble parle des écorchés vifs de la société monde. Surtout quand ces derniers mettent en avant les valeurs « occidentalo-humanistes » pour s’en sortir. Par exemple, le documentaire français, « Coming out » en compétition dans la catégorie impact parle des homosexuels qui déclarent à la face du monde leur penchant. « The Dizzy Brains » a fait de la pauvreté malgache un de ses fonds de démarche artistique, que Stéphanie Joannès a repris sans ambages.

Cependant, le documentaire aura fort à faire. Le niveau des autres productions sur la même ligne de départ que « The Dizzy Brains : Madagascar, pays punk » sont de véritables perles. Pour les fans malgaches, ils peuvent sans doute voir ce reportage sur leur groupe punk préféré s’ils se déplacent à Biarritz. Sinon, ce sera sûrement difficile de voir ce film débarquer à Madagascar. Sans doute, s’il remporte le prix, ce sera envisageable.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Ambohibao : Sinoa voatafika tamin’ny basy

Efa-dahy ny tompon’antoka. Nofatorana ny mpiambina ary nidirana an-keriny tao amin’ny trano nisy ilay teratany sinoa. Ny alin’ny alatsinainy hifoha talata teo no nitrangan’ilay fanafihana izay nahalasa ny vola mitentina 35 tapitrisa ariary tao amin’ilay Sinoa. Basy PA sy sabatra no nampiasain’ireo efa-dahy izay nanjavona tao anatin’ny haizina rehefa vita ny fandrobàna. Vao tamin’ny voalohan’ity herinandro ity koa no nisy Sinoa voaroba tao anaty fiarany tetsy Ambatobe raha handeha hamonjy fodiana. Io koa dia nitondra volabe tao anatin’ny fiarany ary azo heverina fa fantatr’ireo olon-dratsy mialoha ny fisian’izany. Narahin’ireo tamin’ny moto scooter ilay fiara ary rehefa teo amin’ny mangingina teo Ambatobe no nosakanana tampoka niaraka tamin’ny basy. Tao anatin’ny fotoana fohy dia voaroba ilay teratany sinoa ary lasa tao anatin’izany ny volabe.

D.R

Madagate0 partages

Antananarivo. Amin’ny 2021 no ho vita ny làlana Ambohimahitsy-Andranobevava

Mba hanamaivanana ny fitohanana eto an-drenivohitra, dia efa nanomboka tamin’ny 6 jolay 2018 ny asa fanamboarana ny làlana ato hoe « Rocade Est », mampitohy an’Ambohimahitsy hatreny an-dRanobevava. Ho fanaraha-maoso ny fizotran’ny asa dia nidina teny Ambohimahitsy ny Alarobia 16 Janoary 2019 teo ny Minisitry ny Fanajariana ny Tany, Ramatoa Christine Razanamahasoa.

Navoitrany tamin’izany fa mizotra araka ny efa voafaritra ao anatin’ny bokin’andraikitra ny asa fanamboarana ny làlana izay mirefy 3,4 km ka mampitohy an’Ambohimahitsy an’Andranobevava. Torak’izany koa ny « By-pass » 3,8 km miala eo Ambohimahitsy, ary ny 1 km miala eo Nanisana hampitohy an’Ankadindramamy. Mahatratra 72 ny isan’ny asa ho atao, ary tsy maintsy nisy ny fandrodanàna ireo trano izay voakasika ny tetikasa.

Araka ny fanazavana hatrany dia tsy nananotsarotra ny fifampiraharahana tamin’ireo noravana trano, izay nahatsapa rahateo ny mahazava-dehibe ny asa atao. Miisa 1059 ireo trano ka ny 891 no efa nanaovana fifampiraharahana. Ny 118 kosa dia an-dàlana ankehitriny. Mahatratra 23.080.803 tapitrisa vola Euro ny tetim-bola fanamboarana io "Rocade Est" io, ka ny Vondrona Eropeana, ny Afd (« Agence française de développement »), ny BEI (« Banque européenne d’investissement ») ary ny Fanjakana Malagasy no mamatsy izany vola izany.

Fa raha mikasika ny asa rehetra dia mahatratra 62,8 tapitrisa vola Euro ny totalin'ny tetim-bola. Raha ny fandaharam-potoana dia ho vita amin’ny volana Janoary 2021 ny asa rehetra.

Andry Rakotonirainy