Les actualités Malgaches du Jeudi 16 Novembre 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar311000 partages

Rallye International de Madagascar – Nirina-Alcazaria Jr s’imposent chez les deux-roues mot...

La Fédération du Sport Automobile de Madagascar a publié un classement final partiel du Rallye International de Madagascar, à partir de la cinquième place, hier.On connaît ainsi les vainqueurs dans chaque catégorie, sauf la classe N4. Nirina Ratsifandrihamanana et Christel Raboanary, alias Alcazaria Jr, s’imposent chez les deux-roues motrices. Septièmes du classement général, ils ont bouclé les dix-sept épreuves spéciales du RIM avec leur Peugeot 206 M11 en 2h 43min 21,2sec.Juste devant, à la sixième position, l’on retrouve Haja Danielson et Alain Rasami­manana, sur SsangYong Actyon T2M. L’unique équipage engagé chez les tout-terrains a terminé avec un cumul de 2h 33min 17sec. En continuant à remonter, l’on retrouve Lahatra Rajao­nalisoa, alias Sefokely, et Tsangy Ramalanjaona, cinquièmes avec leur Subaru Impreza N4 en 2h 29min 12,5sec. Lahatra remporte au passage le trophée de meilleur pilote jeune.Le résultat publié hier mentionne quesuite au dépôt d’un appel, le classement général des quatre premiers est suspendu. Ceci découle de la contestation concernant la pénalité de cinq minutes, infligée par le collège des commissaires sportifs à Yves Rabarijoely et Lanja Nitro Ralambo, sur Subaru Impreza N4, pour non-respect du parcours obligatoire.Ce qui a pour conséquence leur rétrogradation du premier au quatrième rang. Ils ont fait appel de cette décision et il faudra attendre la mise en place d’un tribunal sportif pour trancher définitivement cette affaire. Ce n’est qu’après qu’on connaîtra le classement définitif complet de cette édition 2017 du RIM.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Ino Vaovao6420 partages

RAHARAHA FAMONOANA MIARAMILA TAO MIANDRIVAZO : Mbola tsy hita izay nahavanon-doza

Araka ny vaovao marim-pototra voaray dia tsy fitsaram-bahoaka akory niseho tany an-toerana fa endrikendrika nataon’ ireo mponina any an-toerana fotsiny ny mahakasika ity famonoana mpitandro filaminana tamin’ny fomba feno habibiana ity. Voalaza fa olon-tokana no tompon’antoka tamin’ny famonoana ilay miaramila ary hita mirenireny ao an-tampon-tanàna ity farany saingy tsy misy sahy nisambotra azy io hatramin’izao.

Voalaza ihany koa fa olona mahitahita no nahavanon-doza ary izy io no voatondro ho nandatsaka vato teo amin’ny lohan’ilay mpitandro filaminana am-perinasa namoy ny ainy ity. Taorian’ny zava-nitranga dia tsy nisy sahy nitsangana ho vavolombelona avokoa ny nanatri-maso noho ny tahotra hatramin’izao. Raha jerena marina ny zava-misy dia nangina tsy nisy tohiny io raharaha io nefa teo an-tokotanin’ny tobin’ny zandary no nitrangan’izany. Hatreto kosa mbola tsy fantatra ny antony tena namonoan’ity olona voatondro ity ilay mpitandro filaminana.

Miteraka resa-be any an-toerana ny mikasika ny tranga nisy ity ankehitriny. Mahagaga ihany ny fisehoan-javatra tao Miandrivazo ity ary tokony hisy ny fanadihadiana lalina mahakasika ny zavatra tena nitranga tany an-toerana.

Raha tsiahivina dia ny sabotsy maraina 4 novambra lasa teo dia nisy miaramila nitondra galona ofisie no nisy namono teo an-tokontanin’ny Tobin’ny Zandary ao an-tampon-tanànan’i Miandrivazo. Vato be nazera teo amin’ny lohany ka maty tsy tra-drano ity farany. Nolazaina fa nangalatra ny lehilahy tamin’izany satria olona novangiany ihany no nanendrikendrika ary niafara tamin’ny tranga mahatsiravina ity. Tamin’ny 5 ora maraina teo ho eo no nisehoan’izany ary efa maro ny olona mandalo amin’ny lalana tamin’izany. Voalaza fa mpiandry iray ihany ny tao amin’ny tobin’ny Zandarimariam-pirenena tamin’io fotoana io.

Andrasana araka izany ny fandraisana andraikitra ataon’ireo tompon’andraiki-panjakana any an-toerana mahakasika ity raharaha ity.

Pounie

Midi Madagasikara934 partages

CDA Andohatapenaka : Des migrants en plein apprentissage de la langue malgache

Ils apprennent la langue malgache le mercredi et le samedi de 13h à 16h. (Photo : Yvon Ram)

Les observateurs se demandent s’ils sont à Madagascar en tant que réfugiés ou en qualité de demandeurs d’asile.

C’est confirmé. Des réfugiés sont bel et bien dans nos murs. Au vu et au su de tout le monde, des étrangers circulent librement et sont présents dans plusieurs quartiers de Tana, notamment aux 67Ha, dans le centre-ville et à Itaosy. Les résultats de nos investigations ont en effet confirmé la présence sur notre territoire national de plusieurs migrants venant d’une dizaine de pays, entre autres, des Syriens, des Yéménites, des Afghans, des Turcs, ainsi que des ressortissants de quelques pays africains tels que la République Démocratique du Congo, le Burundi, la Somalie et le Soudan. De source bien informée, les autorités malgaches auraient déjà donné leur feu vert pour l’accueil de réfugiés à Madagascar. Un projet mis en œuvre en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, Bureau régional en Afrique du Sud et le Conseil de Développement d’Andohatapenaka (CDA). Lors de notre descente effectuée hier dans ce centre, nous avions pu constater de visu la présence de ressortissants étrangers qui apprennent à parler la langue malgache. Selon les explications d’un responsable au niveau du CDA, une trentaine d’étrangers y apprennent à parler malgache chaque mercredi et samedi de 13h à 16h. Les enfants et leurs parents sont séparés en deux classes différentes. L’anglais y est la langue d’enseignement et la durée des cours est de trois mois.

Nationalité malgache. Le fait que ces étrangers apprennent la langue malgache confirme qu’ils prévoient de résider à Madagascar. D’ailleurs, notre source a aussi fait savoir que le gouvernement malgache se serait engagé à accorder la nationalité malgache à ces réfugiés. Pas plus tard qu’hier, un haut responsable au sein de la Police nationale a annoncé l’arrestation de ressortissants étrangers qui circulent dans les rues de Tana. Ils auraient été pris en flagrant délit de vente au marché noir de téléphones portables. Ces réfugiés, migrants ou demandeurs d’asile (c’est selon) sont généralement en tenue arabe traditionnelle avec de longues barbes. Des photos montrant quelques-uns ont même circulé sur les réseaux sociaux depuis le début de semaine. Quoiqu’il en soit, on a pu remarquer que leur présence intrigue les Tananariviens. C’était notamment le cas hier du côté d’Antaninarenina où en apercevant un groupe, les commerçants indopakistanais sont sortis de leur magasin pour demander d’où viennent ces gens-là ?

De confession musulmane. De leur côté, les autorités malgaches préfèrent jouer la carte de la discrétion. Pourtant, une explication officielle est de mise, ne serait-ce que pour rassurer la population. D’autant plus que selon notre source, toutes les régions de Madagascar sont concernées et menacées par cette venue en masse de migrants a priori de confession musulmane. Dans son édition du 20 octobre, « Le Figaro » a publié un article intitulé : « Madagascar, nouvelle terre de conquête des islamistes », pour attirer l’attention sur l’existence notamment d’une école islamique à Vohipeno. Vers la fin du mois d’août dernier, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a publié un appel à manifestation d’intérêt sur des projets concernant l’accueil des réfugiés et demandeurs d’asile à Madagascar. Les ONG intéressées devaient faire des propositions sur « la protection, la détermination du statut des réfugiés, l’aide humanitaire et les solutions durables ». Le Conseil de Développement d’Andohatapenaka ayant toujours travaillé avec l’UNHCR, on se demande donc si la présence de ressortissants étrangers qui apprennent le malgache dans ce centre fait suite à cet appel à manifestation d’intérêt. A notre venue hier, les responsables au niveau du CDA ont refusé de nous communiquer les tenants et aboutissants de ce projet. Une communication officielle est réclamée pour faire la lumière sur cette affaire. Histoire à suivre.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
La Vérité392 partages

Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco

Rebondissement dans l’affaire « Villa Elisabeth ». Le dossier a fait l’objet d’une saisine du Bureau indépendant anti – corruption qui a ouvert une enquête dans ce sens. Les premières investigations ont déjà démarré. D’après une source au courant du dossier, plusieurs individus, dont les identités n’ont pas été révélées, ont été entendus au siège du Bianco sis à la Villa La Piscine à Ambohibao. 

 

Reste à savoir si ces personnes « concernées » par l’affaire ont été  auditionnées en tant que  suspects ou en tant que témoins ? L’on s’interroge également s’il s’agit de hauts responsables ou non.  Rappelons que cette affaire de vente de terrain qui abrite la Villa Elizabeth, a éclaté à seulement quelques jours après l’enterrement du Professeur Zafy Albert. Une résidence qui lui a été accordée en sa qualité d’ancien Président de la République mais qui a été vendue à la société Madaterrain en tant que partie intégrante du domaine St Antoine IV. La société Madaterrain a par la suite, cédé la propriété à une société dénommée 

« Prim Immobilier ».

Renvoi  de responsabilités D’après les dernières révélations de Serge Zafimahova, porte-parole de la famille du défunt Professeur, au cours d’une sortie médiatique le 9 novembre dernier, le régime de Transition n’était nullement responsable de cette vente. Il a également qualifié de  « cinéma » l’annonce tonitruante d’annulation de vente faite conjointement par le ministre des Finances et du Budget et consorts. Du côté du régime, l’actuel ministre auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement (M2pate), Benjamina Ramarcel Ramanantsoa a renvoyé la balle à ses prédécesseurs. L’issue de l’enquête du Bianco est donc très attendue car permettra de faire la lumière sur cette histoire. Affaire à suivre de très près !

 S.R.

Midi Madagasikara197 partages

Jirama : Plusieurs investissements en infrastructures prévus en 2018

Jaomiary Olivier, le DG de la Jirama est aussi un homme de terrain.

Après Belobaka, ce sera au tour de la Commune d’Amboasary Nord dans le district d’Anjozorobe, région Analamanga de recevoir des infrastructures d’électrification, grâce cette fois-ci à des installations hydroélectriques.

Ces actions prouvent en tout cas que le régime actuel engage des efforts pour une amélioration du secteur énergétique. Parallèlement aux investissements en infrastructure dont une bonne partie sera réalisée en 2018, des actions sont menées au sein même de la Jirama pour lui donner un peu plus d’efficacité. Des mesures qui ne sont pas forcément pour plaire à certains mais qui sont pourtant indispensables pour l’avenir de la compagnie nationale obligée jusqu’ici de tourner à perte en vendant bien au dessous du prix de revient, son électricité.

Effets bénéfiques

L’actuel Directeur Général, Jaomiary Olivier est en tout cas convaincu du fait qu’à terme, ces différentes mesures auront des effets bénéfiques. On peut citer, parmi les plus récentes actions, l’amélioration et le renforcement de la gouvernance qui ont par exemple contraint l’instance dirigeante de la Jirama à prendre des mesures exemplaires vis-à-vis des agents qui ont commis des fautes professionnelles et même des infractions pénales, en étant complices de voleurs d’électricité. Sur le plan financier, les efforts commencent à porter leurs fruits puisque 100 milliards ariary de créances ont été par exemple recouvrées auprès des abonnés privés, dont plusieurs entreprises. Pour réduire les pertes, la Jirama opère également des opérations de ratissage pour démanteler les réseaux de voleurs d’électricité. La coupure des abonnés mauvais payeurs fait également partie des actions engagées pour la réduction des pertes. A terme, l’objectif est d’arrêter définitivement les subventions accordées par l’Etat à la Jirama.

Combinaison

Un objectif qui ne peut évidemment pas être atteint sans une politique énergétique efficace. Laquelle se manifeste notamment par des projets de combinaison du système de production d’énergie thermique et solaire dans les régions en 2018. De petits barrages hydroélectriques seront également installés dans différentes localités dont Antananarivo. Toujours en 2018, un partenariat avec Green Yellow permettra la production de 20 MW pour alimenter le réseau interconnecté d’Antananarivo. Dans le domaine de l’approvisionnement en eau, l’amélioration sera également au rendez-vous avec la mise en service de la nouvelle station de production de pompage et de traitement d’eau d’Ankadivoribe Sud -Antananarivo. La station de Mandroseza sera également renforcée. En somme, malgré les difficultés, on s’achemine progressivement vers une amélioration des services de la Jirama, un élément fondamental du développement socioéconomique du pays.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar119 partages

Surveillance du territoire – Douze Pakistanais interpellés

Une troupe de Pakistanais comptant s’installer en ville avec des visas expirés, ont été démasqués. Douze individus ont été arrêtés depuis mardi.

Coup de filet. Les forces de l’ordre ont mis la main sur douze Pakistanais depuis mardi à Antaninarenina et dans un hôtel de renom dans la capitale, pour séjour irrégulier à Madagascar. Une source proche de la direction des renseignements et du contrôle de l’immigration et de l’émigration (DRCIE) annonce avoir passé au peigne fin les passeports de ces étrangers. « L’on a découvert le pot aux roses. Ils sont arrivés dans le pays avec un visa touristique. Ils ont commencé à s’aventurer dans le commerce de faux Smartphones dans la rue après l’échéance du visa », a-t-elle signalé. Antaninarenina, Analakely et Behoririka ont été le théâtre de leurs « escroqueries ». Grâce à des renseignements, ces Pakistanais se sont fait cueillir un à un, dont neuf, avant-hier et les trois au­tres, hier :ils étaient hébergés dans un hôtel du centre-ville.  Après une fouille, la police a saisi leurs produits tels que téléphones et kits de seconde main.Suite à une polémique correspondant à l’accueil des réfugiés, cela a recommencé à défrayer la chronique depuis hier.

Aucun SyrienUne source auprès du haut commissariat des Nations Unies pour les refugiés (UNHCR) a signalé à demi-mot une infiltration en cours d’immigrants venant du Yémen, d’Afghanistan, de Turquie et d’autres pays africains. « Pour preuve, allez vérifier au Conseil de Développement d’Andohatapenaka (CDA), car chaque mercredi et samedi ils apprennent le malgache et le français à partir de 13h jusqu’à 16h », a-t-il indiqué.En se rendant dans les locaux du CDA, hier, des membres du secrétariat ont affirmé que des Arabes y suivaient des cours de langue mais aucun Syrien parmi eux. L’ambassade de Turquie, par le biais d’une standardiste jointe au téléphone, annonce qu’aucune information n’est disponible pour le moment sur les réfugiés. « Le responsable de communication sera là la semaine prochaine », a-t-elle répondu.

Hajatiana Léonard 

Tia Tanindranaza87 partages

Dahalo nifanafika3 no maty rotiky ny bala

Tsy nisy alaharo fa tifitra variraraka no nahazo ny taksibrosy iray tao amin’ny kaominina Isandra distrikan’Ikalamavony ny talata lasa teo. Dahalo mirongo fitaovam-piadiana no nitifitra.

Rabri

Tia Tanindranaza86 partages

Fiarahamonim-pirenenaTsy mahavita miaro ny vahoaka akory

Anarana fotsiny fa tsy mahovoka akory rehefa tena misy ny ilana ireo fiarahamonim-pirenena ahitana ny mpiaro ny zon’ny mpanjifa sy mpiaro ny zon’olombelona.

  Misolotena ny vahoaka Malagasy anefa izy ireo.  650 Ariary ny kapoakan’ny vary fa tsy mbola hita izay fepetra mivantana raisin’ny fitondram-panjakana. Tsy mahateny intsony koa ny vahoaka na te hitroatra aza satria leo krizy sy matahotra ny ho fatifaty foana. Izao no porofo fa ireo fikambanana sy sendika rehetra milaza fa miaro ny zon'ny mpanjifa eto Madagasikara dia saika fitaovana politika sy mpikarama an’ady bolokim-bazaha daholo. Rehefa mahakasika ny fiainam-bahoaka mivantana toy ny vary, ny solika, ny tsy fandriampahalemana, delestazy dia tsy misy miteny izy ireo. Raha vao resaka tontolo iainana na “taxi ville” na fahalalahana hiteny na fananantany na fiarahan’ny mitovy fananahana dia mirongatra mitabataba daholo. Tonga amin’ilay famaritana frantsay izay hoe" société civile de service". Hita ho maika ny handany tetibola sy famatsiam-bola hatrany saingy tsy manana tetikasa matotra azo avadika asa mivaingana. Toa lany amin’ny fanaovana serasera sy atrikasa ny eo am-pelatanana kanefa ilay vahoaka efa ho in-dray mandeha isan’andro sisa no misakafo.

J. Mirija

 

Ino Vaovao84 partages

MPIANATRA AVY AO AMIN’NY ENS : 70 ihany ireo voaray ho mpiasam- panjakana tamin’ny andiany faha-4

Araka izany dia nisy ny fampanantenana nataon’ny tompon’andraikitra voakasiky ny fampianarana ny amin’ny fandraisana ireo mpianatra nahavita fianarana ho mpiasam-panjakana. Ankehitriny anefa dia nanambara ireo mpianatra nahavita fianarana tao amin’ity sekoly manofana ho mpampianatra ity fa voafitaka. Izay amin’izao fotoana izao no azon’ireo mpianatra nivoaka avy tao amin’ny «  Ecole normale supérieure  » (Ens) anambarana ny zava-misy manoloana ny fampanantenana tsy misy nomen’ny fanjakana azy ireo mikasika ny fandraisana ho mpiasam-panjakana.

Araka ny fanazavan’ ireo mpianatra dia mpianatra «  normalien  » nahavita fiofanana miisa 350 no nambara fa horaisina ho mpiasam-panjakana raha ny tokony ho izy, indrindra ho an’ny andiany fahaefatra lasa teo. Noho izany dia mahatsiaro tena ho voapetrapetraka tanteraka izy ireo satria fantatra izao fa tsy nisy afatsy 70 ihany no voaray. Valiny tsy nahafapo ihany koa anefa no azon’izy ireo raha nangataka fanazavana teny anivon’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny, toy ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, momba izao olana izao. Misy araka izany ny fanahiana ho an’ireo mpianatra ny amin’ny mety hisian’ny resaka ambadika amin’ity raharaha fampidirana mpiasam-panjakana ity.

Tsara ny mampahatsiahy fa tamin’ny andiany voalohany dia nahatratra 500 no noraisina ho mpiasam-panjakana. Nihena izany tamin’ny andiany faharoa satria dia 300 ihany no voaray. Ny andiany fahatelo dia efa 200 mahery kely sisa no noraisina.  Manoloana izany dia nanangana ny “cellule de crise” ireo “Collectif normalien de Madagascar” ireo mba hahafahan’ny mpianatra mivoaka avy ao amin’ny Ens rehetra miray hina rehefa sendran’ny olana tahaka izao.   

Lucien R.

News Mada79 partages

RIM 2017 : Sefokely et Tsangy récompensés

En attendant la sortie du classement officiel, la Fédération du sport automobile de Madagascar (FSAM) a rendu son verdict concernant les compétitions par catégorie, hier. Outre les habituelles têtes de gondole, cette 38e édition du rallye international de Madagascar a également été l’occasion pour de nouveaux visages de se démarquer.

Parmi eux figure, en haut du tableau, l’équipage Lahatra Rajaonalisoa-Mahatsangy Ramalanjaona (Sefokely-Tsangy) sur une Subaru Impreza. Les deux compères ont réalisé une manche de haute volée pour leur première apparition cette année, en s’adjugeant deux trophées et un cinquième rang mérité au classement général devant Haja Danielson et Alain Rasamimanana, un équipage prétendant au sacre.

En effet, dans la catégorie pilote jeune, Sefokely a raflé la mise devant Andy Rasolomanana, qui a fini dernier au classement général. Dans la catégorie copilote rookie, Tsangy a trusté la première place au détriment de Aina Princia Razafindrakoto.

Mais, malheureusement pour Sefokely et Tsangy, ils ne pourront pas poursuivre sur leur lancée vu qu’ils étaient absents sur la ligne du départ de la dernière manche de la joute nationale en décembre.

Naisa

 

News Mada72 partages

Concours photo : la gent féminine se singularise

La remise de prix du concours photographique en ligne s’est conjuguée au féminin, hier,  au LTC Ampefiloha. Ayant pour thème « Ma passion, Mon avenir », les clichés des jeunes femmes photographes ont été mis en valeur. 

Dans le cadre de la célébration du Mois de la photographie et de la Semaine mondiale de l’Entrepreneuriat, l’Unité d’incubation entrepreneuriale et emploi (UIEE) a organisé un concours de photographie. Son principal objectif  est de faire comprendre et d’ancrer dans la mémoire de la jeunesse malgache qu’une réelle passion peut se vivre pleinement jusqu’à en faire un métier.

Selon les organisateurs, ils ont choisi «La passion» puisque la plupart des jeunes ont encore beaucoup du mal à la croiser.  Ensuite, «L’avenir» car il a une relation étroite avec la passion qui peut se transformer en un métier.

Les lauréats du concours

Ainsi, l’heureuse gagnante du concours s’appelle Saholimalala Ravalitera.  Comme lot, elle a remporté un trophée et un shooting avec un photographe professionnel. Durant la cérémonie, elle n’a pas du tout caché sa joie en remerciant  tous ceux qui ont voté pour elle sur Facebook. «On peut s’accrocher à sa passion tout en faisant beaucoup d’efforts et faire en sorte qu’elle devienne un métier sérieux», a-t-elle annoncé dans son discours. En terminant, elle a incité les jeunes à être créatifs.

La seconde place a été décernée à Stéphanie Niainaharivavaka Rakotomalala et la troisième à Andrianilaina Valérie Michelle Ramanantany. Les trois lauréates auront le privilège de suivre une formation en photographie, donnée par le collectif des photographes Sar’nao. Quant aux sept autres finalistes, ils ont pu suivre une formation en business model, hier.

L’UIEE est une unité et structure indépendante et autonome, créée  cette année, dans le cadre d’un partenariat public privé, sous la tutelle du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP). Le but est d’établir une structure combinée  qui fait son effet dans le domaine de l’emploi dans les 22 régions de la Grande île. Ce concours de photographie a donc permis de conscientiser, surtout les jeunes, sur la situation qui prévaut actuellement au pays.

Mahenina Randria

 

News Mada69 partages

Menabe : la 510e compagnie militaire ajuste son tir

Le nouveau commandant de la 510è compagnie militaire de Belo-Sur-Tsiribihina prend acte de l’insécurité grandissante dans son district  d’implantation. Sous ses ordres, les militaires vont agir donc en conséquence pour l’amélioration de la protection des biens et des personnes.

La 510e compagnie militaire s’engage à fond dans le développement du district de Belo-Sur-Tsiribihina dans le domaine de la sécurité mais aussi sur le plan environnemental. Le lieutenant Toky Andriamahery a annoncé les couleurs dès sa prise de service au commandement de la compagnie par un appel au renforcement de la collaboration avec la population locale pour la réalisation de son programme.

Participation active de la communaté locale

 Les membres des comités d’autodéfense villageoise des communes du district ont bénéficié ainsi de séances de formations paramilitaires en renforcement de capacités, sur la lutte contre les attaques des dahalo répetitives dans cette zone. « Ma compagnie est prête à donner le maximum pour restaurer la sécurité dans ce district et ses périphéries mais la collaboration de la population, particulièrement dans les renseignements, nous est nécessaire pour l’efficacité de nos interventions », a-t-il mentionné.

Coordination

Le lieutenant Toky Andriamahery a, par ailleurs, donné des instructions particulières aux membres des cellules « andrimasompokonolona » après leur formation, pour une meilleure coordination des stratégies militaires qu’il a conçues pour éradiquer les actes de banditisme de cette partie de la région Menabe.

Dans le cadre de la préservation de l’environnement, les militaires de la 510e compagnie s’attelleront désormais à sensibiliser la population sur les effets néfastes de la déforestation par la culture sur brûlis et les feux de brousse qui sont fréquents dans la localité, selon leur commandant.

Les conséquences de l’insécurité et de la sécheresse se font sentir dans le district où un risque de famine se profile. Actuellement, les zébus nécessaires aux travaux de champs sont emportés par les dahalo tandis que la dégradation de l’environnement génère un manque d’eau dans les rizières.

Manou

 

L'express de Madagascar67 partages

Éducation – Coup de pouce présidentiel aux élèves

Le couple présidentiel continue à œuvrer pour l’éducation. Il a fait don de soixante mille kits scolaires.

Soutenir les futurs dirigeants. Soixante mille élèves de la région d’Ana­la­manga ont reçu des kits scolaires de la part du couple présidentiel Voahangy et Hery Rajaonarimam­pianina. Les élèves des classes de 8ème et 7ème des écoles publiques et privées des districts d’Antananarivo-ville, d’Atsimondrano, d’Avara­drano et d’Ambohidratrimo, ainsi que les collégiens d’Antananarivo-ville en sont les heureux bénéficiaires.« C’est du devoir de l’État d’améliorer le secteur éducation, en aidant les parents d’élèves, comme dans la distribution de ces kits scolaires. L’avenir du pays est entre les mains des enfants », a souligné le président de la République. Il a souligné, par ailleurs, que « l’éducation ne doit pas être un objet politique, particulièrement, les enfants. Cette distribution de kits fait déjà partie du programme de l’État. Nous misons sur ce secteur pour le développement du pays », pour éclairer l’amalgame de la précampagne, siffler ici et là. C’était au Coliséum Antsonjombe, hier, dans le cadre de la cérémonie de distribution des échantillons des kits. Paul Rabary, pour sa part, affirme que ce don du couple présidentiel rentre dans l’application progressive du Plan sectoriel de l’Education.

Appel à l’entraideCes kits comprennent, entre autres, cartable, cahier, trousse, règle, et stylo. « Malgré l’abondance des ressources, le pays a plongé dans la pauvreté depuis 50 ans. Il est temps que vous preniez vos responsabilités pour construire l’avenir », lance-t-il à l’endroit des élèves venus nombreux au Coliséum.L’État débourse une somme colossale dans le secteur éducation. Ne serait-ce que pour le recrutement des enseignants, la réhabilitation et la construction d’infrastructures scolaires et leur équipement. Rajaonarimam­pianina ambitionne de continuer ces activités. Dans la foulée, il a fait appel à l’entraide pour l’amélioration de l’éducation. « Ce que nous faisons là, c’est pour inciter le secteur privé et tout un chacun à opérer dans ce sens. Ceux qui ont un ou des cartables à offrir, donnez-les à ceux qui en ont besoin. Nous ne sommes plus au temps de la critique, mais du développement. Nous devrons travailler ensemble pour relever des défis », a conclu le chef d’État.

Une mauvaise organisation

Des parents d’élèves ayant accompagné leurs enfants à Antsonjombe ont été mécontents face à la mauvaise organisation de la distribution des kits scolaires. Certains ont fait la queue pendant plusieurs heures pour avoir leur part, mais ils sont rentrés bredouilles. Les élèves d’Antananarivo-ville, sans moyen de transport, sont rentrés à pied sous la pluie. Les bus ont été tous pleins à craquer. Des directeurs d’école affirment que la distribution des kits se fera au niveau des écoles, avant la fin de la semaine.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara63 partages

Ambatondrazaka : Mitohy mijojo ny orana, maro ireo trano no dibo-drano

Nirotsaka toa saika isanandro ny orana  taty Ambatondazaka tato ho ato. Saika tsentsina avokoa  anefa  ireo lakandrano   eto amin’ny tampon-tanana noho ny fanarian’ireo mponina fako  amin’ireo lakandrano ireo .  Niakatra araka izany ny rano ka betsaka ireo efa ho any am-balahana ny rano ao an-trano,  potika ny entana, tafiditra any an-trano ny loto sy ny fotaka, indrindra amin’ireo toerana iva toy ny tao amin’ny Abatoara  sy Amparihikely. Nidina ifotony nanadio izany tatatra izany niaraka tamin’ireo fitaovana vaventy nomen’ny BNGRC ny prefekitiora sy ny kaominina ary ireo tsara sitrapo teto amin’ny renivohitry ny faritra, ka nahafaly ireo vahoaka izany. Nanambara ny ben’ny tananan’Ambatondrazaka, Atoa Rafidimanana Felicité, fa tokony tsy hanary fako ao anaty tatatra intsony ny mponina   fa lasa manentsina  ny tatatra izany  ka mahatonga tondradrano eto amin’ny renivohitra.

Janus R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar57 partages

Insécurité – Un présumé commanditaire de gang arrêté

Neutralisés. Un présumé commanditaire d’une association des malfaiteurs âgé de 52 ans a été mis aux arrêts avec ses cinq complices, avant-hier vers 5h du matin. Le coup de filet s’est déroulé à Mansiniloharano, commune d’Antanimandry, à Antsirabe II.Après avoir longuement joué au chat et à la souris avec les villageois et les forces de l’ordre, les bandits, qui avaient commis des vols de bœufs suivis de meurtre, ont été finalement arrêtés et placés en garde à vue au commissariat de Betafo.Parmi eux, trois s’occupaient de la revente du butin, tandis que les trois autres menaient l’attaque.La commune rurale de Mandritsara, Mahaiza, Ambatomikolahy et le fokontany de Masini­loharano ont été les théâtres des hold-up meurtriers, selon les informations policières.Le tribunal d’Antsirabe a désigné une délégation judiciaire pour poursuivre l’enquête qui a nécessité un ordre d’extraction d’un détenu impliqué dans cette affaire. Les six bandits arrêtés seront traduits devant le parquet ce jour, selon les explications reçues.

H.L.

Tia Tanindranaza48 partages

Coliseum Antsonjombe“Kits Scolaires” tsy mitovy loko no nozaraina

Soa ihany fa mahalala fomba sy be fandeferana ny Malagasy. Raha ny fahakiviana sy hasosoran’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra omaly teny Antsonjombe dia asa fotsiny no mety nitranga.

 

 Omena zavatra dia mahalala fomba manao “misaotra tompoko”. Nahatalanjona ity atao hoe “kits scolaires” fanomezana avy amin’ny fitondram-panjakana nozaraina tamin’ireo mpianatra teny amin’ny Coliseum omaly. Kitapo samy manana ny lokony ary tahaka ny hita eny an-tsena, tsy dia tsara kalitao. F’angaha moa tsy tokony hitovy endrika sy loko ary misy ny mari-pamantarana an’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena, ny kitapo tahaka itony ? Sa efa niova ny filôzôfian’ny “Kits Scolaires” ka tsy ao intsony ilay fitoviana fa dia samy manana ny azy ireo mpianatra ? Tsy nisy fanazavana ny niavian’ireo kitapo nozaraina fa ny tsikaritra dia toa sanatria ambinambin-javatra tany ho any no natambatra mba hahatrarana ilay isa ka mety ho naha samihafa ny loko sy ny endriny. Ny resaka fandaminana tsy resahana intsony fa dia nafatratra tahaka ny fako misavovona miandry ny kamion’ny SAMVA ireo kitapo hozaraina. Tena maika amin’ny isa ve ka tsy miraharaha intsony ny kalitaon-javatra ny fitondrana HVM ?

60 000

Mpianatry ny EPP sy CEG  miisa 60.000 avy amin’ny fari-piadidiam-pampianarana miisa efatra dia Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Atsimondrano, Avaradrano ary Ambohidratrimo samy ao anatin’ny DREN Analamanga no notoloran’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina Kits scolaires omaly teny amin’ny Coliseum Antsonjombe. Ny hanamaivanana ny fahasahiranan’ny ray aman-dreny no tanjona, indrindra ireo mpianatra eny anivon’ny CEG izay fantatra manokana fa tena maro fitaovana ilaina tokoa.Tsy atao fitaovana politika ny fampianarana ka hanaovana fampielezan-kevitra,  hoy ny Filoha.  Amin’ny zavatra tsara  tahaka izao no tokony hifaninanana sady nampahery ireo ray aman-drenin’ny mpianatra ihany koa.  Ho an’ny minisitra Paul Rabary kosa  indray dia tafiditra tanteraka ao anatin’ny fampiharana ny “Plan Sectoriel de l’Education” izao ezaka  hataon’ny fanjakana izao. Atsy ho atsy mantsy dia tsy hisy fanavahana intsony ny sekoly ambaratonga fototra sy faharoa fa hitambatra ho iray,  antony nanomezana kojakojam-pianarana ireo mpianatry ny CEG, indrindra ireo hiatrika ny fanadinam-panjakana BEPC. Ray aman-drenin’ny mpianatra  maro no tonga nanatrika ny lanonana, izay  marihina manokana fa noterena an-kolaka ihany, araka ny fitarainan’izy ireo. Tamin’ny 7 ora maraina izy ireo dia efa noterena ho tonga teny amin’ny Coliseum nefa tamin’ny 10 ora sy 10 minitra vao nigadona teny an-toerana ny filoham-pirenena Hery  Rajaonarimampianina sy ireo delegasiona notarihiny.

Pati

Midi Madagasikara42 partages

Les travailleurs de l’ombre – Randriamalala Julio Kenan : « On est si près du niveau mondial ! »

Celui qui a dit cette phrase est notre unique joueur de badminton dans le classement mondial de badminton. Même lui, il a été étonné de se trouver dedans et a compris ensuite que cela s’est fait suite à sa participation internationale à Maurice et surtout aux trois matches gagnés ! Ce sera notre travailleur de l’ombre du jour.

Pourquoi Randriamalala Julio Kenan est un travailleur de l’ombre ? C’est tout simplement parce que le badminton est aussi dans l’ombre pour le moment. On aura beau des passionnés qui tireront leur discipline vers le haut, quand la volonté de faire briller les champions n’est pas là, ce sera toujours vain. Né un 23 Mars de l’an 2000, 1m65 pour 55kg, à 17 ans, il est en première année en Droit. « Je veux devenir un entrepreneur. Et pour cela, la connaissance du droit est primordiale. Surtout le droit des personnes morales !! Donc on verra ce que cela va donner. Je pense étudier la Gestion en 2019 aussitôt quand j’aurai ma licence en droit ». Il a commencé le badminton il y a deux ans. Il était en classe de terminales « Je ne me suis jamais imaginé jouer de cette discipline jusqu’à ce que j’essaie. Et depuis, j’ai eu le virus du badminton ». Par rapport à d’autres sports, c’est son choix « j’aime beaucoup les sports très physiques ou d’endurance. Au début, je ne voulais pas, mais quand on arrive à toucher le volant, c’est là que la magie s’opère. C’est un sport très physique, très tactique, très morale, très intellect. Enfin c’est très dur »

Pour sa discipline et le sport en général, il nous dira « rien n’est totalement impossible. Il y a quelques années, on pensait tous que le foot malgache était sans avenir. Mais regardez où est-il en ce moment ? Ce que je peux dire pour le badminton malgache, c’est qu’il y a encore beaucoup de boulot à faire. Mais non pour le niveau. Je trouve qu’on a un très beau niveau par rapport aux autres et qu’on peut certainement briller dans pas longtemps. C’est au niveau organisationnel que je veux en venir. A mon avis, il n’est pas impossible que le badminton évolue enfin au niveau international si on nous apporte l’aide nécessaire, genre gymnase et financement. Les seuls tournois dans lesquels on nous aide sont seulement : les jeux des îles pour les seniors et le CJSOI pour les juniors. On est actuellement absent en Afrique. Je dirai même invisible parce qu’on ne nous donne point la chance de disputer des matches sur le Continent. Donc la réponse est oui si on nous donne le strict minimum pour prouver notre vraie valeur et par l’occasion celle de notre pays ».

Notre jeune champion joue depuis 2015 chez Baobad Badminton Club. Un club qui se soucie de la vulgarisation du badminton à Madagascar. « Je suis maintenant en élite ou série A, c’est à dire le niveau le plus élevé ici. J’ai réussi à arriver jusqu’aux demi-finales pour chaque tournoi en élite depuis décembre 2016 et même aux championnats de Madagascar. Et pendant la dernière de Juillet 2017, j’arrivais à ma première finale ».

Son message aux sportifs « j’encourage tous mes amis badistes, travaillez durement et vous serez récompensé sûrement ! Je veux également en profiter pour un appel aux sponsors ! Si vous pouvez, veuillez aider notre fédération. Car d’après ce que j’ai pu voir à Maurice, on n’est pas loin de l’exploit international. On est si près du niveau mondial ».

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada32 partages

Litchi : ouverture de la campagne le 22 novembre

La campagne de litchis 2017-2018 débutera, le 22 novembre à 18h, pour les régions Atsinanana et Analanjirofo. Avec dix jours de décalage par rapport à l’année dernière, les techniciens de la filière prévoient également une baisse de la production.

Mardi dernier à Toamasina, le comité interministériel et les opérateurs des régions Atsinanana et Analanjirofo (producteurs, collecteurs, exportateurs) ainsi que le Centre technique horticole de Toamasina (CTHT) se sont mis d’accord pour fixer la date du début de la campagne de litchis prévue pour le 22 novembre.

Une date définie suivant les résultats de prospection effectuée par les techniciens du CTHT. Toutefois, une certaine quantité de fruits a déjà été expédiée par avion. De petites quantités commencent également à débarquer dans la capitale.

« Après la réunion du comité interministériel, mardi dernier, tous les acteurs de la filière litchi ont convenu  que la campagne débutera officiellement le 22 novembre à 18h. La première cargaison maritime sera chargée, normalement, quatre jours après », a confirmé Talata Michel, chef de la région Atsinanana, joint par téléphone hier.

La campagne de cette saison sera moins bonne que les années précédentes pour les deux régions, selon les prévisions. De 100.000 tonnes en 2016, la production est estimée à 70.000 cette année. Le CTHT explique en effet que la campagne 2017-2018 est retardée en raison des mauvaises conditions climatiques et de décalage entre les zones productrices.

De plus, la production est en baisse. Le centre préconise ainsi aux opérateurs « d‘élargir la zone de collecte pour garantir un rythme de travail comparable à celui des années passées ».

Exportations stables

Néanmoins, la baisse de la production n’aura pas d’impact sur les exportations. Celles-ci se situent autour de 20.000 tonnes par an et les exportateurs prévoient de maintenir ce volume.

Les prévisions d’exportations sur l’Europe restent stables et identiques à celles des cinq années  passées avec toujours un impératif de date d’arrivée en Europe (ce qui ne peut pas être le cas pour les autres destinations).

Troisième producteur mondial de litchis après la Chine et l’Inde, Madagascar tient sa place de premier exportateur vers le marché européen. Après l’Europe, l’océan Indien, Dubaï et l’Afrique du Sud sont les débouchés du litchi de Madagascar. Le CTHT enregistre d’ailleurs une demande en fruits importante du fait des projets d’exportations vers les Emirats et la Russie.

Arh.

 

News Mada26 partages

Chronique : nous sommes bel et bien entrés dans le XXIème siècle

Quel est le point commun entre L’express de Madagascar du mardi 14 novembre et le premier journal de RFI Afrique du mardi 14 novembre ? La date bien sûr mais pas seulement. Ce jour-là, les deux médias avaient choisi de traiter un même sujet, la Chine, en deux visions complémentaires.

En parcourant les pages du quotidien, nous étions invités à ouvrir grand les yeux sur un pays qui semble de plus en plus proche. La Chine n’est plus le pays des ancêtres d’une de nos minorités visibles. Elle n’est plus un grand frère parmi les frères rouges que nous affectionnions il y a quarante ans. La Chine est un partenaire commercial qui nous propose une nouvelle approche de l’aide au développement. Une ligne aérienne directe sur le plus grand marché du monde, des produits manufacturés qui inondent jusqu’au plus petit de nos marchés de brousse…

Le géant asiatique sait trouver les arguments pour nous convaincre qu’il faut regarder vers l’est, encore vers l’est et toujours vers l’est. Il est très difficile de résister aux entreprises de séduction d’un nouvel ami qui a réussi à réduire considérablement la distance entre Antananarivo et Guangzhou quand l’espace Schengen nous paraît chaque jour un peu plus inaccessible.

Jusqu’ici, nous étions semblables à ces Européens de la Belle époque qui pensaient le XIXème siècle éternel.  Nous décodions le monde avec nos lunettes conçues pour lire le XXème siècle finissant.

En quelques chiffres, le journal de RFI nous a rappelé qu’en 2017, nous sommes bel et bien entrés dans le  XXème siècle : «En cette rentrée 2017, 50 000 jeunes étudiants venus d’Afrique entament, ou poursuivent un cursus universitaire dans l’Empire du Milieu. 50 000, c’est 20 fois plus qu’il y a 10 ans. A tel point qu’il y a aujourd’hui plus d’étudiants africains en Chine qu’aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne».

A la fin de ce siècle, nos arrière-petits-enfants s’étonneront de trouver dans les greniers de leurs aînés de vieux manuels scolaires édités en France, comme nous nous émerveillons aujourd’hui devant les sorabe de Radama 1er.

Kemba Ranavela

 

Tia Tanindranaza26 partages

Jean Max Rakotomamonjy“Toerana ifandimbiasana ny eto”

Hatramin’ny omaly no nafampana ny resaka fanonganana ny birao maharitry ny antenimieram-pirenena na dia tsy voasoratra tao anaty fandaharam-potoana aza.

 

 Anisan’ny voalaza ho antony lehibe hanonganana ny filoha sy ny birao ankehitriny ny tsy fiadiana ny tombontsoan’ny solombavambahoaka, toy ny fiara tsy mataho-dalana. Eo ihany koa ny kajy politikan’ny HVM amin’ny hametrahany ny tena olony amin’ny fitantanana andrim-panjakana, toy izay efa natao tao amin’ny antenimierandoholona. Asa na hatao kopisoroka, toy ny tetsy Anosikely, ka na tsy tao anaty fandaharam-potoana mazava aza dia natao amboletra ny fifidianana nametrahana an-dRivo Rakotovao, filoha nasionalin’ny HVM nisolo an’i Honoré Rakotomanana. Malazalaza ny anaran’i Milavonjy Philobert, depiote voafidy tany Ambovombe Androy, fa izy no mety hasolo an’i Jean Max Rakotomamonjy. Depiote lany tamin’ny alalan’ny VPM-MMM izy saingy namadika palitao, ka zary lasa HVM rehefa nandeha ny fanambazana sy fananganana ilay vondrona politika HVM tao amin’ny antenimiera hiarovan-tseza na tsy nanana na tamingana depiote aza ny antokon’ny fitondrana. Voasokajy ho solombavambahoaka sakaiza mahatokin’ny HVM izy ka  hampitenenina rehefa misy raharaha mafampana, indrindra fa ny fanaratsiana ireo tsy mitovy hevitra amin’ny fitondrana. Tsaroan’ny maro ny filazany fa mpamafy lainga i Marc Ravalomanana nandritra ilay jobily fankalazana ny faha-50 taonan’ny FJKM tany Antsiranana, nisian’ny fandroahana azy tao amin’ny hotely nitoerany, fa hoe ho avy ao koa ny filoham-pirenena. Voatonona ho mety hatosika ho filohan’ny antenimieram-pirenena ihany koa ny depiote Harijaona Randriarimalala na Jaona Elite voafidy teto Antananarivo Atsimondrano, depiote lany tamin’ny lisitra tsy miankina saingy efa HVM 100 % ankehitriny ary tena fatra-piaro ny fitondram-panjakana.Nilaza omaly ny filohan’ny antenimieram-pirenena Jean Max Rakotomamonjy fa tsy mbola nahare io resaka fanovana ny birao maharitra io saingy nambarany kosa fa toerana ifandimbiasana io ka tsy izy mihitsy no hitsivalana amin’izany.

Toky R

 

Midi Madagasikara26 partages

Projet de loi de finances 2018 : Voté sans critique à l’unanimité à l’Assemblée Nationale

L’augmentation des dépenses pour la sécurité publique et les secteurs sociaux a été acclamée par les députés, qui ont voté le Projet de loi de finances, hier. Cependant, ces parlementaires tiennent toujours à avoir leurs 4×4.

Une croissance économique de 5,1% ; une politique fiscale et douanière incitative ; un taux d’inflation limité à 7,8%… tels sont les éléments marquants dans le Projet de loi de finances 2018. Ces indicateurs affichent une bonne évolution macroéconomique. En effet, le taux de croissance pour l’année prochaine s’améliorera d’un point de pourcentage, par rapport à l’estimation pour 2017. D’après l’exposé des motifs dans ce Projet de loi, cette croissance est surtout tirée par le secteur secondaire. Néanmoins, le secteur primaire aura également une croissance de 3,2%, contre un taux négatif de -1,8% pour cette année en cours. Pour le secteur tertiaire, le taux de croissance pour 2018 est estimé à 5,9%. Du côté des réserves en devises, Madagascar devrait disposer de l’équivalent de 4 mois d’importations. Les recettes fiscales de l’Etat s’amélioreront également et atteindront 4811 milliards d’Ariary, soit une augmentation de 18% par rapport à celles de 2017. Ces recettes seront composés de 2555 milliards collectés par la Direction Générale des Impôts ; et de 2256 milliards d’Ariary, par la Direction Générale des Douanes.

Changements. Le PIB (Produit intérieur brut) de Madagascar en 2018 est estimé à 40 497 milliards d’Ariary. Les dépenses de l’Etat Malagasy devraient représenter 19,9% de cet agrégat, selon le Projet de loi, ce qui engendrera un déficit budgétaire de 3,5% du PIB. Pour améliorer les recettes, une politique marquée par l’incitation fiscale et la simplification et l’allègement des procédures visant à lutter contre le secteur informel, figure dans le projet de loi de finances 2018. Dans ce contexte, le seuil d’assujettissement à l’IS (Impôt synthétique), à l’IR (Impôt sur le revenu) et à la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) est porté à 100 millions d’Ariary, contre 20 millions d’Ariary auparavant. Une augmentation des taxes spécifiques sur certains produits pétroliers, figure également dans le projet de loi. Par contre, les aliments thérapeutiques prêts à l’emploi bénéficient d’exonération à la TVA, pour leur importation et leur vente locale. Bref, plusieurs changements sont prévus par le Projet de loi, qui va maintenant être discuté auprès de la Chambre Haute. A vue d’œil, ce document est apprécié par les parlementaires, qui n’ont tout de même pas oublié de poser des questions sur l’achat de leurs 4×4…

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada25 partages

Aéroport de Nosy Be : le VOR remis en service

Dans le cadre de la rénovation de l’Aéroport de Nosy Be, un câble alimentant le VOR (VHF Omnidirectional Range), système de positionnement à courte et moyenne distance utilisé en navigation aérienne, dite «aux instruments», a été endommagé lundi dernier.

Les solutions de réparation ont été identifiées et depuis mardi, un avion privé en partance d’Antananarivo a acheminé les matériels nécessaires à cette réparation, ont avancé les responsables en charge des travaux.

D’après les explications reçues, «les travaux se sont déroulés dans la nuit du 14 novembre au matin du 15 novembre. Les tests ont été réalisés de minuit à 3h du matin. Le VOR est ainsi à nouveau fonctionnel depuis hier matin, permettant le vol aux instruments».

Par ailleurs, l’incident a engendré la perturbation des vols à destination de Nosy Be. Plusieurs vols ont été reportés mais aucune annulation n’a été enregistrée. Le vol d’Air Madagascar du 13 novembre en soirée est programmé pour mardi en journée et celui d’Air Austral du mardi 14 novembre reporté aujourd’hui. En outre, les gros porteurs italiens de Neos meridiana, quant à eux, ont toujours maintenu leurs horaires de vol.

R.R.

 

Madagate22 partages

Madagascar/UE. Préparation de la 11è Conférence ministérielle de l’OMC en Argentine

Reportage de Hajaniaina Randriamanarivoarivelona (Haja Randria) - www.madagate.org

Tia Tanindranaza20 partages

Tetibola 2018Nitombo ny volan’ny andrim-panjakana rehetra

Lany tsy nasiam-panitsiana sy fanovana teny amin’ny Antenimieram-pirenena -Lapan’I Tsimbazaza, omaly Alarobia 15 Novambra 2017 tamin’ny Fivoriambe azon’ny besinimaro natrehina ny volavolan-dalàna momba ny tetibolam-panjakana iasana ny taona 2018.

Toky R

Madagascar Tribune17 partages

Votée sans grand débat

La séance plénière de l’Assemblée Nationale consacrée à l’adoption de la Loi de finances initiale 2018 s’est tenu hier et le projet de loi est passé comme une lettre à la poste en quelques heures seulement. La réunion devait débuter à 10 heures selon l’ordre du jour et les affichages au sein du palais de Tsimbazaza. Seulement, celle-ci n’avait pas encore commencé une heure après. Les techniciens du ministère des finances et du budget en la présence de la ministre des finances et du budget, Vonintsalama Andriambololona ont exposé les tenants et aboutissants du projet de loi. A la fin des exposés et alors que l’auditoire s’attendait à des questionnements de la part des députés présents, seuls quelques questions ont été posés avant que 86 députés sur les 92 présents n’adoptent sans aucun amendement la loi de finances 2018.

Selon les explications de certains députés, la raison de cette adoption rapide est le fait que les questions ont été posées en travaux de commission. On sait pourtant que seuls trois travaux de commissions ont été effectués en ce qui concerne la loi de finances de 2018. Certains députés opposés à cette procédure éclair sont sortis de la salle alors que le vote se tenait, afin de manifester selon eux leurs désaccords. Selon le député de Madagascar élu sous les couleurs du Mapar, Brunel Razafitsiandraofa, cette loi de finances ne reflète pas du tout les besoins des malgaches actuellement.

Secteur prioritaire

Une affirmation qui diverge de ce que montre la loi de finances si l’on se réfère au document. Dans l’exposé des motifs de cette loi, on peut en effet lire que « les priorités gouvernementales pour 2018 sont axées sur le renforcement du secteur social, la mise en place des infrastructures essentielles, l’appui au développement rural, et le raffermissement de la sécurité ». En d’autres termes les réalités de la vie malgache. 29% du budget de l’Etat sera en effet affecté au secteur social, soit un montant total de 2 158,3 milliards d’Ariary. En ce qui concerne le domaine de l’énergie, une hausse de 48% par rapport à 2017 a été décidée avec 325,3 milliards d’Ariary. Et 1 316,7 milliards d’Ariary seront affectés à la réalisation de projets structurants dont l’agrandissement de l’aéroport d’Ivato ou la dotation en matériels des services régionaux des domaines. Le budget alloué à la sécurité se monte à 632,3 milliards d’Ariary et concerne surtout la dotation en matériels des forces de sécurité.

Midi Madagasikara17 partages

Députés : Pas de 4×4 avant la présidentielle de 2018

Victoire du gouvernement et du bureau permanent de l’Assemblée nationale hier à Tsimbazaza.

Des élus pro-régime ont perdu sur deux tableaux : Ni 4×4, ni destitution des membres du bureau permanent de l’Assemblée nationale.

85 députés ont adopté hier dans sa forme initiale (sans amendement) le projet de Loi de Finances Initiale pour 2018. L’Exécutif a en même temps mis une croix sur la revendication des 4×4 par les députés. Autrement dit, la Loi  de Finances Initiale pour 2018 ne comporte aucune inscription budgétaire sur l’acquisition de ces voitures Tout-Terrain pour les élus de Tsimbazaza. Que diront alors les députés pro-régime Milavonjy Philobert et Andriatsizehena Benja Urbain qui ont maintes fois préparé l’opinion publique à cette acquisition ? A l’allure où vont les choses, les 151 élus de Tsimbazaza n’auront pas des 4×4 avant la fin de leur mandat qui coïncide avec la fin du mandat du président de la République. Or, à en croire ces députés, ces « moyens matériels » leur permettront également de mener dans leur circonscription respective une campagne de propagande pour le président candidat. Un revirement idéologique pourrait-il s’opérer à l’Assemblée nationale dans les prochains mois ?

Destitution du bureau permanent. Avant l’adoption du projet de Loi de Finances Initiale pour 2018, des députés, après avoir constaté que le budget destiné à l’acquisition de leur 4×4 n’est pas inscrit dans ce document, ont brandi le projet de destitution des membres du bureau permanent de la Chambre Basse. Un projet qui tombe également à l’eau à l’instar de la revendication sur les 4×4. Joint au téléphone hier, un membre du bureau permanent de l’Assemblée nationale a affiché une sérénité morale face à cette menace de destitution. « A ma connaissance, ce sont les députés frustrés par le fait que la Loi de Finances Initiale  pour 2018 qui vient d’être votée ne comporte aucune inscription budgétaire sur l’acquisition des 151 voitures Tout-Terrain, qui ont concocté ce projet de destitution. », a affirmé notre interlocuteur. A s’en tenir donc aux propos de ce dernier, il n’y aura ni 4×4 pour les 151 députés, ni destitution des membres du bureau permanent dont la procédure est prévue par l’article 74 de la Constitution qui stipule : « Le président de l’Assemblée nationale et les membres du bureau sont élus au début de la première session pour la durée de la législature. Toutefois, ils peuvent être démis de leurs fonctions respectives de membres de bureau pour motif grave par un vote secret des deux tiers des députés. »

Déception. En tout cas, une zone d’ombre persiste sur la modalité d’acquisition des 4×4 par les députés. Il y a quelques semaines, Milavonjy Philobert et Andriatsizehena Benja Urbain ont déclaré que les députés auront leurs 4×4 avec leurs propres moyens financiers, mais c’est l’Etat qui va constituer un garant auprès des concessionnaires. Autrement dit, chaque député paiera le prix de sa voiture (environ 100 millions d’Ariary) avec le système de traite. Actuellement, cette option semble être abandonnée et la Loi de finances Initiale pour 2018 ne prévoit rien sur les 4×4 des élus de Tsimbazaza. C’est la déception à Tsimbazaza où les députés ont pourtant examiné et voté hier la Loi de Finances Initiale pour 2018 en deux heures seulement.

R. EugènePartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune16 partages

Le HVM en route pour la présidence

Après l’évocation par certains députés de la nécessité et de leurs intentions de démettre les membres du bureau permanent actuel de l’Assemblée Nationale, des noms circulent déjà dans le palais de Tsimbazaza quand au nom du remplaçant de Jean Max Rakotomamonjy. Il s’agirait soit du député d’Atsimondrano connu par tous comme Jaona Elite ou du député Milavonjy Philobert. Aussi, il n’y aurait donc que des députés issu du parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) pour prendre la tête de l’Assemblée Nationale. Ceci alors que la destitution du bureau permanent ne pourrait aboutir qu’avec le soutien des groupes parlementaires TIM (Tiako i Madagasikara) et MAPAR (Miaraka amin’i Prezida Andry Rajoelina). Il est fort improbable que ces derniers s’allient au groupe parlementaire HVM pour au final voir le parti présidentiel monter à la tête de l’Assemblée Nationale. Ceci alors que les députés de l’opposition avaient déjà critiqué l’ascension de Rivo Rakotovao au Sénat. D’autant qu’un député issu du MAPAR, à savoir Christine Razanamahasoa, avait déjà été à la tête de l’Assemblée. Interrogé à propos de ces intentions des députés, le député Jaona Elite a déclaré ne pas savoir qu’il serait en lice pour succéder à Jean Max Rakotomamonjy, mais a assuré que certains députés voudraient bien voir le bureau permanent actuel tomber, pour raison de mauvaise gestion.

Madaplus.info15 partages

MERCI MAHALEO RDV DANS 5 ANS - Publireportage

La tournée Européenne du groupe « MAHALEO », dans le cadre de la célébration de ses 45 ans de scène, a pris fin en apothéose à Nice le 04 novembre 2017.
Bilan : succès total sur toute la ligne selon les parties prenantes. Les organisateurs, les artistes et surtout le public, ont manifesté leur satisfaction à chacune des représentations.
Une tournée placée sous le parrainage du Consul Honoraire de Madagascar pour le Grand-Ouest, Jérémie Gordien RAVAHIMANANA, dont le rôle consiste, entre autres, la promotion de la culture artistique malagasy.
Le Diplomate étant lui-même un musicien et a déjà travaillé avec « MAHALEO » dans les débuts du groupe, a profité de cette belle occasion pour exhorter ses compatriotes à faire preuve de plus de solidarité en faveur du pays d’origine et a envoyé le message : « Si tu ne sais pas où aller, retourne d’où tu viens ».
Lui qui venait tout juste de rentrer, après avoir assisté au Forum de la Diaspora à Madagascar, où les recommandations vont aussi dans ce sens. Et à « MAHALEO », il a souhaité longue vie et espère déjà retrouver le Groupe dans cinq ans pour le 50 ème anniversaire.
Une course marathon de moins d’un mois, mais qui a permis d’apprécier à nouveau, le talent de ce groupe légendaire, qui a bercé tant de cœurs trois générations durant, sans jamais décevoir.
A Paris, Toulouse, Strasbourg, Lyon, Nantes, « MAHALEO » s’était surpassé en variant à chaque fois, ses tubes d’hier et d’aujourd’hui. Séduits et toujours enthousiasmés, les fans n’ont pas manqué d’entonner les chansons proposées. De se déhancher sur les morceaux rythmés de Dama et ses camarades.
Mais de tous les spectacles programmés pendant cette tournée, de l’avis des artistes et du public, la palme de la meilleure organisation et la qualité de service revient à l’Association « MADAGASCAR-MIHASO » de Nantes. Les jeunes de « MADAMI » ont vraiment mis du cœur à l’ouvrage, pour faire de « leur » spectacle du 1er novembre 2017, une réussite totale.
Des choix judicieux au niveau du cadre, où ils ne pouvaient mieux choisir que la salle festive de haut standing de Nantes-Erdre, avec de vrais professionnels qui ont déjà travaillé avec des grands noms du showbiz pour la sonorisation.
Ils ont aussi fait appel au célèbre humoriste Français Bruno Julien pour la présentation et l’animation et à l’artiste-peintre Jean ANDRIANAIVO-RAVELONA, qui a exposé quelques-unes de ses œuvres inspirées du style « AY-FANAHY »
Une page de l’histoire de « MAHALEO » est fermée, du moins à l’extérieur, car d’autres manifestations sont encore prévues pour la clôture définitive à Madagascar. Le 02 décembre au Palais des Sports et le 04 décembre au Carlton.
>> Plus d'images en cliquant sur la photo.
Madagate14 partages

Madagascar Sport auto. Lanto Rajaonarison, énième victime de Jimmy Rakotofiringa

Une photo de Lanto Andrianantenaina Rajaonarison que le monde entier peut voir sur facebook, et non prise lors de ce simulacre de tribunal d'appel sportif (TAS), en audience publique, du 15 novembre 2017

Eh ben dites donc, la FSAM (Fédération du Sport Automobile de Madagascar) n’est pas sortie de l’auberge de l’abus d’autorité personnelle de Jimmy Rakotofiringa, hein. Et ce dernier vient de faire une énième victime, dans sa volonté de nuire à quatre licenciés qui ne demandaient qu’un audit des trois comptes qu’il gère depuis une décennie au nom de la FSAM. Mais je me demande si Lanto Andrianantenaina Rajaonarison, bonhomme physiquement bon vivant et bon père de famille, n’est pas une victime (consentante quand même) du manège de Jimmy, depuis le début desa démarche dictatoriale. Une sorte de cabale, de cavale sans issue. Issu du club SRK du roi Lion, ce Lanto a été bombardé président du tribunal d’appel (TAS) de la fédération. Mais en a-t-il les compétences? Parce que ce cher Lanto a donné l’impression qu’il n’était même pas au courant des charges retenues contre les quatre licenciés qu’il avait devant lui. Incredible but true!

Les quatre licenciés (de g. à dr. au premier plan: Solo, Sandy, Teddy et Yachine en arrière plan) et leur avocat (extrême-gauche sur la photo) lors du Tribunal d'appel sportif (TAS) du 15 novembre 2017. La FIA (Fédération internationale de l'automobile) est omniprésente

Rappel qui a son importance.

«Suite à l'AGE du Samedi 25 Juillet 2015 en vue de la constitution du Tribunal sportif avec l'élection de ses membres, nous vous faisons parvenir sa composition:

- Président du Tribunal: Ratrimoarivony Solo

- Membres Titulaires: Andrianoely Gérard et Rakoto David

- Membres Suppléants: Rabesaotra Jean Paul et Rakotoniaina Voahangy.

Ce Tribunal Sportif est élu jusqu'en fin 2017, durée du mandat du Comité Exécutif de la FSAM actuel (2014-2017) ».

Ben non, puisqu’au nom de lui-même (Jimmy BB of course), ce tribunal a été dissous et ses membres remplacés à l’issue d’une AG effectivement extraordinaire, le 21 octobre 2017, «pour élire les membres du tribunal d’appel de la fédération». Ainsi, c’est Lanto Andrianantenaina Rajaonarison qui a été plus désigné qu’élu président de ce tribunal d’appel (TAS), et qui est venu le 15 novembre 2017 au siège de la FSAM. Mais tout seul. Et Jimmy a préféré jouer les filles l’air comme je l’ai écrit dans un précédent article (ICI). Incroyable alors que l’affaire était considérée comme «urgente» et que ce sont des huissiers qui sont venus très tôt le matin, un couple de semaines plus tôt, apporter les convocations au domicile respectif des quatre licenciés mis sur la sellette. En l’occurrence, Sandy, Solo, Yachine et Teddy.

Les arguments du «président» Lanto vous feront tomber des nues, concernant l’absence de ses deux assistants titulaires. Résumé en français de la vidéo ci-dessus: «Ils étaient disponibles, le lundi et le mardi mais pas aujourd’hui». Ah bon? Mais quand donc étaient-ils au courant de la tenue de ce tribunal d’appel, monté pour «procédure d’urgence»? Et voilà le pauvre Lanto qui tombe de ridicule en ridicule. Ainsi, selon lui, il ne peut rien faire tout seul. Ah bon (encore)? Comment alors peut-il décider, tout seul, du report de ce tribunal d’appel au 18 décembre 2017? Une date très précise. Alors qu’il dit ne pas pouvoir décider tout seul de la suspension provisoire de la notification de retrait à titre préventif de licence des quatre. Ce afin qu’ils puissent participer au prochain rallye et dernier rallye de 2017 avant la Noël.

Il est clair comme de l’eau de roche que le but de cette manœuvre (TAS incomplet) était justement d’empêcher ces quatre détourneurs de détourner en rond, de participer à une compétition cette année, dans le cadre du championnat de Madagascar. En effet, il faut savoir qu'il reste deux compétitions pour boucler la saison 2017: les 2 et 3 décembre, le "Run" organisé par le club AMA et le "Slalom" organisé les 9 et 10 décembre par l'ACCT. Quant au 16 décembre, un rallye virtuel aura lieu. Vous aurez tous compris le choix du report de ce TAS au 18 décembre 2017, pas la peine d'être sorcier.

Et la séance a fini en eau de boudin. C’est-à-dire il faudra refaire les mêmes démarches comiques qui se résument à ceci: ce sont les accusés qui vont faire une demande d’être jugés. Du jamais-vu sauf à la FSAM de Jimmy le Chinois. Du coup, le problème de l’audit a été et est totalement éclipsé. C’est bien là l’art de l’escamotage de Jimmy Rakotofiringa (article à ce sujet ICI).

L'avocat si élégant (incognito ici selon son désir) qui s'est laissé embobiner par Jimmy le Chinois. Why? Money? Family? But is it a reason?

Encore une fois, le temps n’effacera jamais les crimes commis. La mauvaise foi était flagrante lors de ce simulacre de tribunal d’appel sportif du 15 novembre dernier. Mais c’est ce Lanto du club SRK qui va porter le chapeau au finish. Car il faudra bien que cette affaire ait un terme dans le respect de la justice. Quant à l’avocat authentique qui était présent ce jour, et qui s’est permis de faire des remarques teintés d’un juridisme cucul, je ne publierai pas sa photo complète ici. Pas encore... Mais je me demande: comment un homme si élégant, portant un nom prestigieux, papa d’une adorable fille de 11 ans et marié à une avocate également, peut-il se laisser manipuler par un expert en abus de confiance et de détournement d’argent récidiviste? Il n’avait aucun droit à la parole dans le cadre de ce TAS, selon le règlement de ce dernier. Il devait se cantonner à n’être qu’un simple spectateur.

Enfin, concernant la photo de Lanto Andrianantenaina Rajaonarison, bien caché dans la vidéo, comme il l’a demandé ainsi que l’avocat (j’ai les rushes, conservés dans un cloud sur Internet), elle peut être vue de tous sur facebook. Ils font m’intenter un procès rien que pour çà? J’en tremble déjà. Mais il paraît que plus on est de fous, plus on rit. Ahahahaha !!!!!

Il en a eu des sponsors le Jimmy (au téléphone sur la photo avec une chemise au logo de la FIA qu'il a grugé de plusieurs milliers d'euros au détriment des licenciés de la FSAM) pour le 38è RIM, n'est-ce pas? Mais on dirait que les mêmes logos reviennent au moins trois fois sur l'affiche. Non?

Der des der: contrairement au tam-tam à propos du truc organisé au stade municipal de Mahamasina dans le cadre du 38è RIM -Rallye international de Madagascar- sans équipage étranger) qui s’est terminé par des résultats qui vont aussi passer en… appel (ICI 38ème RIM: Les bévues se multiplient!), Jimmy BB et son équipe ont pris le soin de n’informer aucun journaliste, aucun média de la tenue en audience publique de ce TAS du 15 novembre 2017, en son siège à Analakely. Manque de pot pour lui, nous madagate.org on était au courant et ils savent parfaitement pourquoi. Qu’est-ce qu’ils vont encore inventer pour le prochain ES (Entêtement Stupide)?

Jeannot Ramambazafy – 16 novembre 2017

Midi Madagasikara13 partages

Commune d’Ivato : Dotée d’un centre de perception

Les retraités de la commune d’Ivato n’auront plus à se déplacer pour avoir leurs pensions. En effet, à partir du mois de janvier 2019, ils pourront percevoir leurs pensions dans ladite commune. Auparavant, ces personnes âgées devaient se déplacer à Ambohidratrimo pour s’enquérir de leur droit. Ils sont ainsi obligés de se lever très tôt le matin pour rallier ce chef-lieu de district avec notamment une file d’attente qui pourrait prendre plusieurs heures d’affilée. Devant de tels désagréments subis par ces retraités, le maire de la commune d’Ivato Penjy Randrianarisoa a cherché tous les moyens pour y rémédier. Ainsi, c’est chose faite, car Ivato sera doté d’un centre de perception, l’année prochaine. Par conséquent les retraités de cette localité seront ainsi servis dans leur commune même. Penjy Randrianarisoa s’est d’ailleurs félicité que de telles dispositions aient eté prises, au bénéfice de ces retraités.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara12 partages

Gouvernement : Record d’instabilité dans 16 ministères

Certains membres du gouvernement sont bien calés dans leurs sièges.

Sans jamais être tombé par suite d’une motion de censure limitée depuis à un simple effet d’annonce ou faute d’un vote de défiance qu’il n’a une seule fois posé, le gouvernement de la IVe République n’en est pas pour autant un modèle de stabilité. En témoignent, les fréquents changements à la Primature ainsi que les mouvements et/ou permutations incessants au niveau de la plupart des ministères.

Le gouvernement bouge tout le temps. 3 Premiers ministres en 3 ans avec Kolo Roger, Jean Ravelonarivo et Mahafaly Olivier. Même fréquence au sein de 14 ministères qui ont connu chacun 3 mousquetaires en l’espace de 3 ans. A commencer par le ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement où se sont succédé Rivo Rakotovao, Narson Rafidimanana et Benjamina Ramanantsoa. Vient ensuite le département de l’Agriculture et de l’Elevage avec, dans l’ordre chronologique, Rolland Ravatomanga, Rivo Rakotovao et Harison Randriarimanana. Même topo au ministère des Affaires Etrangères où la diplomatie malgache a été dirigée successivement par Arisoa Razafitrimo et Atallah Béatrice avant d’être confiée à Henry Rabary-Njaka.

Trio. Au ministère des Finances et du Budget, Jean Razafindravonona, Gervais Rakotoarimanana et Vonintsalama Andriambololona ont tenu tour à tour le cordon de la bourse de l’Etat. Trois ministres ont également défilé à la Sécurité Intérieure, en l’occurrence, Blaise Randimbisoa, Anandra Norbert et Jean Jacques Andrianisa. Idem au ministère du Tourisme avec Benjamina Ramanantsoa, Ulrich Andriantiana et Roland Ratsiraka. Benjamina Ramanantsoa et Ulrich Andriantiana sont aussi passés par le ministère des Transports et de la Météorologie qui a actuellement à sa tête Ralava Beboarimisa. Un autre trio au ministère de la Justice avec Noëline Ramanantenasoa, Charles Andriamiseza et Elise Alexandrine Rasolo. Même chose au ministère de l’Environnement avec Anthelme Ramparany, Ralava Beboarimisa et Johanita Ndahimananjara. Cette dernière avait aussi précédé Rolland Ravatomanga et Lantoniaina Rasoloelison au ministère de l’Eau.

Cas similaire. Au ministère de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine, l’actuel titulaire du poste Jean Jacques Rabenirina a été précédé successivement par Voanalaroy Randrianarisoa et Brigitte Rasamoelina. Le portefeuille de la Communication et des Relations avec les Institutions a été également confié à trois ministres, à savoir, Cyrille Reboza, Andrianjato Razafindambo et Harry Rahajason. Cas similaire au ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle avec Benjamina Ramanantsoa, Horace Gatien et Raharimalala Toto Lydia. De même, les ministres Fienena Richard, Rodolphe Ramanantsoa et Lantoniaina Rasoloelison se sont relayés à l’Energie.

4 ministres. Le record d’instabilité ministérielle est conforté par deux départements qui ont eu 4 ministres. Primo, le ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur privé avec Jules Etienne, Narson Rafidimanana, Chabani Nourdine et Tazafy Armand. Secundo, le ministère du Commerce et de la Consommation avec Narson Rafidimanana, Henri Rabesahala, Tazafy Armand et Chabani Nourdine. En somme, 16 ministères (soit 1 sur 2) ont connu jusqu’ici une instabilité notoire à leur tête.

Inamovibilité. En revanche, le record d’inamovibilité et de longévité à leurs « seza », est détenu par le « Seven » composé de Mahafaly Olivier (Intérieur et Décentralisation) ; Paul Rabary (Education Nationale) ; Maharante Jean de Dieu (Fonction Publique et Réforme de l’Administration) ; Herilanto Raveloharison (Economie et Planification) ; Neypatraiky Rakotomamonjy (Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies) ; Monique Rasoazananera (Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique) ; et Jean Anicet Andriamosarisoa (Sports et Jeunesse).

Promenade. Pour leur part, Jules Etienne et Joseph Martin Randriamampionona dit Dadafara ont effectué un passage éclair au sein du gouvernement. Le premier au ministère de l’Industrie, du Développement du Secteur privé et des PME ; et le second, au ministère de l’Elevage et de la Protection Animale. Les deux hommes qui avaient soutenu le candidat du HVM n’ont pas eu droit à une seconde chance. Contrairement à Benjamina Ramanantsoa qui a fait le tour de 4 ministères pour devenir aujourd’hui le numéro Deux du gouvernement. Ce professeur d’histoire a fait une promenade à travers 4 filières sans être « lany session » comme son prédécesseur Narson Rafidimanana qui a été exclu du … terrain au bout de 3 ans et 3 ministères.

R.OPartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar11 partages

Pierres gemmes – Des jeunes gemmologues au chômage

Sans issue. La situation des jeunes ayant acquis des connaissances et maitrisant la gemmologie et la lapidairerie en général est chaotique. « Je suis actuellement contraint de chercher d’autres activités pour survivre parce qu’il n’y a pas de travail pour moi », se plaint Andriamanoa, spécialiste en pierres fines, ayant suivi une formation de deux ans en gemmologie et lapidairerie. « Je suis même tenté de dire que j’ai  perdu du temps et de l’argent en voulant me professionnaliser dans ce domaine », ajoute-t-il. La formation lui a coûté près de six millions d’ariary pour les deux ans, sans compter les investissements en matériel. « Une machine lapidaire avec un plateau de facettage, nécessaire pour démarrer une telle activité coûte quelques quatre millions d’ariary au minimum », révèle un autre spécialiste en la matière. Andriamanoa a été sous-traitant auprès d’une grande bijouterie pendant plusieurs années mais celle-ci s’est procurée du matériel plus sophistiqué et plus performant, le contraignant à quitter son travail. « Il n’est pas intéressant d’ouvrir un atelier si ce n’est que pour la bijouterie locale. Auparavant, tailler une pierre citrine de moyenne taille pour bague ou pendentif coûtait 25 000 ariary. Aujourd’ hui, on le fait même pour 5000 ariary », se désole le jeune homme. Il rajoute que la situation est pire dans la capitale en raison de la coupure fréquente de courant, et surtout en raison du fait que les clients étrangers préfèrent aller chercher directement les pierres dans les carrières et les font transformer sur place.

AccompagnementLa politique actuelle de l’État incite la création de plus de valeur ajoutée en transformant les pierres avant l’exportation. Ces quelques jeunes, formés, mais aujourd’hui au chômage ou exerçant d’autres  activités sont pourtant unanimes quant à la défaillance d’accompagnement. « Nous sommes allés voir notre Institut de formation, le ministère en charge des Mines et du pétrole, le Bureau du cadastre minier de Madagascar pour leur proposer de nous accorder des carreaux miniers entre autres dans les carrières à pierres gemmes, et faciliter la mise en place d’atelier de transformation et de taillage et structurer le marché », explique Andriamanoa. Une proposition faite il y a trois ans de cela mais qui, jusqu’ici, est restée sans suite.« Il fut un temps où l’État avait interdit l’exportation de pierres brutes », a fait savoir un autre membre du petit groupe. Il est difficile de créer des PME de lapidairerie, faute d’investissement conséquent, de facilitation d’accès foncier pour les Malgaches.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar11 partages

Enseignement supérieur – Les jeunes initiés à la lutte contre la corruption

Sensibiliser les jeunes dans la lutte contre la corruption. Tel est le but de la « journée sans corruption » organisé par l’Institut supérieur de la communication des affaires et du management (Iscam) , hier à Ankaditapaka. « Les jeunes sont très vulnérables, du fait que l’information joue un rôle primordial dans la corruption or les jeunes ne la maîtrisent  ni savent vraiment ce qu’est la corruption. Notre devoir est de sensibiliser et on essaie et on incite les jeunes à vivre l’intégrité qui est l’une des composantes du slogan de l’Institut supérieur », explique Tsoavina Randriamanalina, chargé de recherche au sein de l’Iscam.En tant que génération future et futurs leaders, les jeunes constituent la principale cible de la sensibilisation sur la corruption. « Quand nous sommes sensibilisés à temps sur le sujet, nous sommes capables de modifier notre comportement en conséquence, allant jusqu’à impliquer les personnes autour de nous », explique Lyla Herimanitra, doyen du Corps professoral et de la recherche.Comme modèle de lutte contre la corruption, les cadeaux pour les membres du jury sont interdits lors des soutenances car cela reflète déjà une forme de corruption. « Des consignes nous ont été données. Il est interdit de recevoir tel ou tel cadeau. Les étudiants le savent déjà. D’après l’expérience que j’ai vécue en classe de L2, j’ai encadré cinq étudiants. Les étudiants savent déjà qu’il est interdit d’offrir des cadeaux aux encadreurs. L’un d’entre eux m’a consulté après la soutenance pour m’offrir une enveloppe que j’ai tout de suite refusée. Je crois qu’il est de ma responsabilité d’encadrer cet étudiant. Il est de mon devoir d’éduquer mais également d’être le modèle », témoigne Manda Randrianatsimbazafy Ramihone, responsable de parcours ressources humaines  à l’Iscam.

Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara11 partages

Miaramila maty tany Miandrivazo : « Niniana novonoina ny havanay » hoy ireo fianakaviana

Tonga taty am-poto-tsofinay ny feo fa hoe jiolahy ny havanay ary fitsaram-bahoaka no nahafaty azy tany amin’iny faritra Miandrivazo iny. Mandà tanteraka an’izany filazàna izany anefa izahay fianakaviana ary manamafy etoana fa niniana novonoina ity havanay ity” hoy ny antsoantson’ireo fianakavianana manamboninahitra miaramila iray, hita faty tany amin’iny faritra Miandrivazo iny ny zoma 3 novambra laa teo. Raha tsiahivina dia tamin’ny efatra ora maraina tany ho any no hitan’ny fokonolona nitsirara teo amin’ny arabe, ny vatana mangatsiaka an’ity lehilahy ity. Teo amin’ny lohany no voa mafy, ary noheverina fa nitarika ny fahafatesany. Tsy nahitàna ratra hafa na mangana kosa tany amin’ny faritry ny vatany. Antony nilazan’ireto fianakaviana ireto, nitafa taminay fa tsy fitsaram-bahoaka velively no nahafaty ny havany fa nisy ninia namono mihitsy izy. Manamboninahitra mitondra ny gradina “lieutenant” ity miaramila hita faty ity. Nanantateraka iraka ofisialy tany amin’io tanana io ny tenany, 10 andro talohan’ny nahitana ny vatana mangatsiakany izao. Hatreto moa dia mbola tsy nisy mangirana ny amin’ny famotorana, na dia efa manao izay azo atao avokoa aza ireo tompon’andraikitra amin’izany. Araka izany dia manentana hatrany ny fitohizan’izany sy mirary ny ahitàna ny marina rehetra mahakasika ity tranga ity ireo fianakavian’ny maty.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Antoetra-Zafimaniry : Mandrahona ny hampiantona ny fiaraha-miasa rehetra ny « association humanitaire baba...

« Sekoly vitan’ny fikambanana babakoto», sary Anastase.

15 taona mahery izao, no nisian’ny fiaraha-miasan’ny « association humanitaire babakoto-France » sy ny kaominin’Antoetra-Zafimaniry, ao anatin’ny distrikan’Ambosita, faritra Amoron’i Mania. Fiaraha-miasa izay mifantoka betsaka amin’ny fanatsarana ny lafiny fampianarana sy ny sosialy. Fantatra izany, nandritra ny fitsidihana nataon’ny « association humanitaire babakoto-France » tany Antoetra, ny 11 oktobra lasa teo, ka nahitana mpikambana vitsivitsy notarihin-dRamatoa Malabre Chantal, filohan’ny fikambanana.

Zato. Fitsidihana mifantoka indrindra tamin’ny fitokanana ireo zava-bita tao Antoetra, toy ny rano fisotro madio sy ny herinaratra mandeha amin’ny herin’ny masoandro. Nandritra ny kabary nifandimbiasana, dia nosoritan’ i Jean Pierre Errot, angady nananana sy vy nahitana ny fikambanana Babakoto, fa efa mahatratra zato izao ny efitrano sekoly no efa vita ary vatsin’ny fikambanana vola miaraka amin’ireo mpiara-miombona antoka, ary 15 ireo  rano fisotro madio manerana ny tanàna maro  ao anatin’ny kaominin’Antoetra ary natolotra ho an’ny vahoaka manontolo.

Ezaka. Tsapa, hoy ihany Jean Pierre Errot, tamin’ny fitsidihana nataony, fa tsy voakojakoja ireo zava-bita ireo nandritra izay 15 taona mahery, ka atahorana ho simba tanteraka afaka fotoana vitsy raha tsy misy ny ezaka ataon’ny fokonolona amin’ireo fotodrafitrasa amin’ny fikojakojana azy mba haharitra.  Hentitra araka izany ny hafatra napetraky ny solontenan’ny babakoto, fa hahantona ny fiaraha-miasa rehetra misy eo anivon’ny kaominina raha toa ka tsy vita ny ezaka amin’ny fikojakojana ireo zava-bita.

 Ben’ny tanàna. Nanome toky ny ben’ny tanànan’Antoetra, Kotoniaina Maurice, fa hisy ny ezaka hatao amin’ny fanarenana ireo zava-bita ireo. Marihina fa tombontsoa lehibe ho an’ny mponina any Antoetra ny fahazoana ireo fotodrafitrasa ireo, noho io tanàna io saro-dalana sy mitoka-monina, ka tsy dia misy mpamatsy vola vahiny firy, nefa be mpizaha-tany.

Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada9 partages

Madagascar-Belgique : renforcer les échanges commerciaux

Après la mission économique belge, conduite par l’Agence wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers (AWEX), en mars dernier, la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA) a organisé une rencontre B2B entre des opérateurs belges et les membres de la CCIA, la semaine dernière, dans ses locaux à Antaninarenina.

Plus d’une vingtaine de rendez-vous ont été planifiés par la CCIA afin de mettre en relation les opérateurs belges avec les entreprises malgaches. Ces dernières ont rencontré deux sociétés belges du 6 au 10 novembre. Il s’agit de la société AV Group, spécialisée dans la vente et l’installation de matériels audiovisuels professionnels et broadcast et représentée par son General Manager, Serge Peeters. Quant à la société FL Solutions Belgium, conduite par sa gérante Jun Fan, elle est spécialisée en conception, en intégration et en fourniture de systèmes solaires photovoltaïques.

L’objectif de la rencontre est de permettre aux entreprises locales de renforcer et de développer les échanges commerciaux entre Madagascar et la Belgique, de prendre connaissance du marché belge, d’explorer les potentiels et les produits sur ce marché, se faire connaitre sur le plan international et surtout de donner lieu à un échange d’expériences et d’informations.

Arh.

 

Orange Madagascar8 partages

Un nouveau Master Plan pour le développement de l’aéroport de Sainte-Marie

La société d’Etat ADEMA, gestionnaire de l’Aéroport Ravoraha de l’île de Sainte-Marie, a élaboré un ambitieux master plan pour une vision à long terme du développement de ce site aéroportuaire de l’Est malgache. Cela inclut notamment une extension de la piste.

Ce projet répond aux objectifs d’optimisation des capacités aéroportuaires du site de Ravoraha, notamment l’aménagement d’une nouvelle aérogare et une extension du tarmac dans la partie sud de la zone aéroportuaire. Ces nouvelles infrastructures devraient permettre d’accueillir simultanément deux aéronefs de type B737 et ATR. Leur mise en place sera accompagnée d’équipements conformes aux normes OACI, d’une plateforme de 27 000m² de parc commercial et hôtelier visant à développer l’offre balnéaire et touristique de l’île aux nattes.

L’année dernière, cet aéroport a enregistré plus de 25 000 passagers. En 2015, l’Aéroport de Sainte-Marie a déjà subi un important lifting, avec une extension de l’aérogare. En effet, ces travaux ont permis de tripler la surface utilisée soit 1500m², pour une capacité d’accueil pouvant aller jusqu’à 50 000 passagers par an. Par ailleurs, l’aérogare a été dotée entre autres de nouveaux sièges, d’un nouveau salon d’honneur, de nouvelles boutiques dont une sous douane, et surtout d’une climatisation qui fait de Sainte-Marie la première aérogare climatisée à Madagascar.

Aujourd’hui, les compagnies Air et Madagascar et Madagasikara Airways desservent cette destination au départ d’Antananarivo. Depuis décembre dernier, une ligne directe Sainte-Marie – Pierrefonds La Réunion de Madagasikara Airways, est opérationnelle et fait le bonheur des réunionnais désirant séjourner à Sainte-Marie sans passer par la capitale.

Sainte Marie est une île paradisiaque au cœur de l’Océan Indien. Une oasis de verdure naturelle avec ses forêts primitives, ses espèces florales, ses cascades, ses fonds sous-marins et ses baleines à bosse. Ce petit paradis tropical au bout du monde est encore préservée du tourisme de masse. Ce qui fait de cette destination l’une des plus prisées de la Grande île.

(Source : ONTM)

News Mada7 partages

Fetim-piangonana FJKM : tsy tokony hisy fandihizana « bal » intsony

Manao antso avo ny filohan’ny FJKM Irako Andriamahazosoa Ammi mba hanova fomba fisaina sy fomba fiasa ny fianakaviamben’ny mpino kristianina ao anatin’ny FJKM rehetra. Tsy tokony hasiana koranabe na “bal” ny fetim-piangonana mba havahana amin’ny lanonam-pianakaviana ny lanonam-piangonana.

Eo amin’izay anaovana lanonam-piangonana, atao amin’ny anaran’ny FJKM, toy ny fiaraha-misakafo amin’ny fotoana anaovana fankalazana na jobily na fitadiavam-bola ho an’ny asan’Andriamanitra tanterahin’ny fiangonana FJKM na zanaka am-pielezan’ny fiangonana FJKM dia tsy hasiana “bal” izany intsony.

Matetika sady misy ny zava-pisotro misy alikaola sy fidorohona mandritra izany “bal” izany ka maneho tsy fahamendrehana sy faniratsirana indraindray.

Araka ny ambaran’ny fitsipiky ny FJKM, and.265.8, moa dia “Raiamandreny” ny filohan’ny FJKM. Antso avon’ny Raiamandreny ity fanairana ny sain’ny mpino FJKM ity. Tsy fanapahan-kevitra anaovana teny midina akory fa antso avon’ny Raiamandreny mahatsiaro fa mbola hampamoahina eo anatrehan’Andriamanitra sy i Kristy Jesoa, izay hitsara ny velona sy ny maty” (2 Tim.4: 1) ny mpino kristianina rehetra.

Tatiana A

Midi Madagasikara7 partages

Immigration et travail clandestins : Douze Pakistanais écroués à Antanimora

Douze ressortissants pakistanais ont été écroués à Antanimora après avoir été entendus au Parquet du tribunal de première instance d’Antananarivo, hier. Ils sont poursuivis pour immigration et travail clandestins. Les suspects sont des étrangers qui font du commerce ambulant de téléphones portables et matériels informatiques dans les rues et parkings des quartiers du centre-ville comme Analakely, Antaninarenina, et Behoririka. Le service de la Surveillance du territoire de la Police nationale a décidé de procéder au contrôle de ces gens dont le nombre ne cesse d’augmenter depuis ces derniers temps. A cela s’ajoute les doléances des personnes dénonçant que les marchandises proposées par ces gens ne sont pas dans les normes requises pour ne pas dire de fausses marques. Ainsi, la mesure prise par la police est le contrôle de leurs papiers. Initiée le 14 novembre, la première descente a permis d’arrêter 9 pakistanais à Antaninarenina. Poursuivant cette opération le lendemain, trois autres ont été appréhendés. La police les a rafflés après avoir constaté qu’ils ne disposent que de visa touristique qui ne leur permet pas de s’adonner aux activités commerciales devant faire l’objet d’un permis de travail. D’autant plus ils étaient tous pris en flagrant délit.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza5 partages

Fanatsarana ny fitateram-bahoakaHametraka politika mazava ny UCTU

Mitohy hatrany ny ezaka tanterahin’ny fivondronan’ny mpitatitra eto Antananarivo Renivohitra na ny UCTU manoloana ny fanatsarana ny asa fitateram-bahoaka eto amintsika.

 

Ankoatra ny fanavaozana ny birao sy ny rafitra mba hifanaraka amin’ny filan’ny asa fitaterana dia hametraka planina sy politika mazava mikasika ny asa fitateram-bahoaka eto an-denivohitra ihany koa izy ireo. Hiarahany amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra izany, hoy Rakotonirina Jean Emile, filoha lefitry ny UCTU sady filohan’ny koperativa Tselatra. Tena sahirana ny mpandraharaha noho ny tsy fisian’ny fanampiana. Betsaka amin’izy ireo no maka vola any amin’ny banky mba hividianany fiarakodia ary mamerina izany ao anatin’ny  roa na telo taona…Olana anefa ny fanapahan-kevitra mety horaisin’ny fitondram-panjakana amin’ny fanafarana fiara maro  avy any ivelany hampanaovina  taksibe eto amintsika, antony manosika azy ireo hametraka io politika io. Efa eo am-pamolavolana ny « Plan de reforme et d’amélioration » izy ireo ankehitriny fa tsy hiandry fotsiny  ny minisitera sy ny kaominina. Ezahina hovitaina ao anatin’ny iray volana sy tapany ny hetsika satria ho tapitra amin’ny faran’ny taona ho avy izao sahady ny fotoana hiasan’ny birao teo aloha.

Pati

Midi Madagasikara5 partages

Plaine Sud d’Antananarivo : 70 millions USD pour son aménagement

La plaine sud d’Antananarivo sera aménagée d’ici peu. Les communes et les quartiers concernés par le projet sont Anosizato, Bemasoandro, Anosibe, les quartiers traversés par le canal C3 tels qu’Andavamamba, 67ha, Ankasina et Ambodimita. Il s’agit d’un projet de développement intégré résilience qui va remodeler cette partie de la zone basse d’Antananarivo afin d’éviter tout risque d’inondation durant chaque saison de pluies. « Le coût de ce projet s’élève à environ 70 millions USD », a évoqué Gérard Andriamanohisoa, le Directeur général de l’Aménagement du Territoire.

Bassin tampon. Avant tout, les techniciens du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement vont mener une étude sur les plans technique, environnemental et social. « Il y aura ainsi des équipes d’enquêteurs qui interrogeront surtout les ménages utilisant une infime ou la majeure partie des rives du canal C3. Ces derniers sont tenus de répondre à leurs questionnaires conformément à la loi en vigueur dans le but de protéger leurs droits et le canal en question. Et cela va encore durer quinze jours », a-t-il précisé. Ensuite, les documents liés au projet y compris les résultats de cette enquête seront soumis au Conseil d’Administration de la Banque mondiale en vue de leur validation. Notons que l’objectif du projet est de réhabiliter le canal C3, d’identifier les zones à aménager et de mettre en place un bassin tampon. Il s’agit d’un projet initié par l’Etat malgache à travers le ministère de tutelle et ce, en partenariat avec la Banque mondiale.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Coliseum : Voahangy Rajaonarimampianina a fait faux bond

Voahangy Rajaonarimampianina a brillé par son absence hier au Coliseum.

Si les kits scolaires distribués hier au Coliseum étaient des dons du couple présidentiel, Voahangy Rajaonarimampianina, qui doit donc là se positionner en tant que « reny » des élèves des établissements publics concernés, devait être présente lors de la remise de ces kits. Ce qui n’a pas été le cas hier. Or, la présence du couple présidentielle a été annoncée dans les pubs diffusés par les autorités concernées. La Première Dame a fait faux bond au Coliseum. D’après nos sources, Voahangy Rajaonarimampianinina serait actuellement absente du territoire national et elle ne serait de retour au pays que le 22 décembre prochain.

Désagréments pour les Tananariviens. Tous ceux qui ont été victimes d’embouteillages monstres hier dans la Capitale ont estimé que le rassemblement d’Antsonjombe n’aurait pas dû se tenir s’il faudra aux élèves d’attendre la remise de leurs kits scolaires au niveau de leurs établissements respectifs. Seulement 200 élèves ont reçu hier leurs kits au Coliseum. Le rassemblement a fait des mécontents car il fallait deux heures hier pour faire le trajet entre Ankorondrano et Androhibe.

R. EugènePartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Exportation de litchi : Un 2e envoi par avion prévu dimanche

La plupart des litchis produits cette année ont atteint un calibre de 34mm, nettement supérieure aux normes internationales.

Les opérateurs ayant adhéré au référentiel HOREB envisagent d’exporter 16 tonnes de litchi, en plus des 4 tonnes appartenant à une autre société exportatrice.

La campagne de litchi s’annonce bonne cette année pour les producteurs et les exportateurs. Et ce, suite aux efforts entrepris par des centaines de producteurs dans les régions Atsinanana et Analanjirofo avec six opérateurs adoptant le référentiel HOREB et en partenariat avec le ministère chargé de l’Agriculture via le programme PROSPERER financé par le FIDA. « Nous avons entretenu 4 000 pieds de litchi depuis février 2017 tout en respectant l’itinéraire technique qui comprend le taillage, l’élagage et la fertilisation des arbres fruitiers par l’utilisation des composts. En outre, nous avons acquis 29 élagueuses sur perche électrique extensible jusqu’à 5 mètres tout en formant 29 personnes qui se chargent de leur manipulation », a expliqué Faly Rasamimanana, le Directeur général de Faly Export, initiateur du référentiel HOREB. Et il a annoncé qu’un 2e envoi par avion de litchi à destination de l’Europe est prévu ce dimanche.

Calibre de 34mm. « La première exportation de litchi par voie aérienne a eu lieu dimanche dernier. Ces opérateurs adoptant le label HOREB ont pu exporter 3,5 tonnes de litchi. D’autres sociétés exportatrices ont également pu envoyer leur litchi conditionné dans des palettes. Lors de cette 2e expédition, nous envisageons d’exporter près de 16 tonnes de litchi, en plus des 4 tonnes appartenant à une autre société », a-t-il poursuivi. Notons que la qualité et le calibre du litchi de Madagascar ne cesse de rehausser depuis l’an dernier, grâce aux efforts réalisés par toutes ces parties prenantes. Cette fois-ci, « la plupart des fruits ont atteint le calibre de 34mm si la norme internationale est supérieure à 30mm. Nous pouvons ainsi faire face à la concurrence des autres pays producteurs comme Maurice et La Réunion ainsi que l’Afrique du Sud pour tout envoi par container », a-t-il enchaîné. En revenant sur les 29 élagueuses qui ont coûté en tout 180 millions Ar, le programme PROSPERER a contribué à hauteur de 50% de leur valeur tandis que l’autre moitié constitue une participation financière des opérateurs affiliés à l’HOREB. L’objectif étant d’entretenir 50 000 pieds de litchi en 2018 suite à une convention signée entre les deux parties. En dépit de tout cela, certains planteurs se plaignent car leur production qui est de qualité n’a pu être exportée en totalité par avion. Cependant, l’ouverture de la campagne d’exportation de litchi par bateau conventionnel n’aura lieu que le 22 novembre 2017. Ils réclament ainsi une solution pour valoriser cette production.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Hippisme : Ny Ainga pour animer la journée de clôture

Du lourd ! C’est le moins qu’on puisse dire de l’initiative de l’AHCEL qui a fait appel au groupe Ny Ainga pour animer sa journée de clôture de la saison du 19 novembre prochain à Bevalala.

Ce mastodonte de la chanson malgache va attirer une foule monstre à Bevalala et c’est une certitude que l’AHCEL va pouvoir en tirer profit pour faire une campagne pour l’élevage des chevaux à Madagascar.

D’ailleurs, fidèle à la tradition, le président de l’AHCEL, Michelson Rakotoarisoa, profite de cette dernière journée pour faire entrer en piste les poulains et pouliches de 2 ans et demi à l’occasion d’un Grand Prix. Une belle démonstration de la santé de l’élevage des chevaux à Madagascar en fait.

Il va sans dire que les prix vont être alléchants pour récompenser les propriétaires de leurs efforts dans l’amélioration de la race chevaline où on a droit à des pur-sang sud-africains et mauriciens, preuve que l’AHCEL se met en quatre pour avoir des chevaux de valeur.

Comme il fallait aussi renvoyer l’ascenseur aux meilleurs chevaux de la saison 2017, une autre course leur sera aussi réservée à l’occasion d’un Grand Prix.

La fête débute à 11h 30 avec bien évidemment des jeux équestres en intermède des six courses au programme mais aussi entre les chansons de Ny Ainga.

Vivement donc dimanche pour les passionnés de chevaux et de Ny Ainga.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Hery Rajaonarimampianina : Offensive de charme dans la Capitale

Hery Rajaonarimampianina entouré des élèves montrant leurs kits scolaires (Photo Nary Ravonjy)

Ces kits scolaires viennent du couple présidentiel et des partenaires financiers, comme le PNUD, l’Unicef et l’OMS, que le président de la République a tenu à remercier pour leurs actions sociales.

Ces derniers jours, le Président Hery Rajaonarimampianina continue son offensive de charme dans la Capitale pour ne pas dire une campagne avant la lettre. Ainsi, avant-hier, il était à Soanierana pour inaugurer la réhabilitation de l’EPP de cette localité. Il a rallié par la suite Tsimbazaza pour procéder également à l’inauguration de nouvelles salles de laboratoire et d’audiovisuelle. Pour couronner le tout, le président de la République  s’est rendu, hier matin, au Coliseum pour distribuer 60.000 kits scolaires aux élèves des CEG de la Capitale et aux élèves  des EPP de l’Avaradrano, Atsimondrano et d’Ambohidratrimo. Notons que ces kits scolaires contiennent  des cahiers, stylos, crayons ainsi que des ardoises. Toujours est-il que le Coliseum d’hier était plein à craquer mais dont l’assistance a été composée essentiellement des élèves.

Présence. Le chef de l’Etat était accompagné par des barons du régime ou du HVM, c’est selon, à Antsojombe pour ne citer que le Président du sénat Rivo Rakotovao et le Premier ministre Solonandrasana Mahafaly Olivier. L’on a noté également la présence des représentants du PNUD de l’Unicef et de l’OMS.Toujours à propos des kits scolaires, selon de source informée, les élèves devraient les porter tous les jours en classe et en prendre soin également.

Obligation. Même si le président de la République a expliqué qu’il n’y a pas de propagande politique dans le domaine de l’éducation, Dieu que çà y ressemble. Il a notamment déclaré « c’est une obligation et l’Etat doit faire des efforts pour aider les élèves car l’avenir du pays est entre leurs mains. En contrepartie, les élèves doivent faire preuve de savoir-faire et d’application, de sagesse et de patriotisme ».

Dominique R.  

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar3 partages

Escroquerie – La police recherche deux mafieuses

La police d’Ankorondrano est à la trousse de deux jeunes femmes pour escroquerie, émission de chèques sans provision et association de malfaiteurs.

Deux femmes d’une trentaine d’années font l’objet d’un avis de recherche lancé par la police judiciaire d’Ankorondrano (PPA2), avant-hier. Les nommées, Haingonirina Rakotondra­maro et Sarindra Rakoton­dramaro se livraient à un marché noir depuis quelques années. « Elles achetaient des produits cosmétiques et des parfums de marque avec des chèques sans provision chez les grossistes. Elles les revendaient ensuite en ligne et  en porte-à-porte, et ce à bas prix », a indiqué l’officier de police Alain Christian Raherinan­drasana auprès du PPA2. Une des dernières victimes à Andohatapenaka a porté plainte au parquet d’Anosy, le vendredi 27 octobre. Ses produits ont été payés par chèque, mais en ligne à la Mauritius Commercial Bank à Ankorondrano, selon les informations recueillies, chèque revenu pourtant sans provision. Les pertes s’élèvent à vingt-cinq millions sept cent quarante-huit mille ariary, selon le plaignant.Suite à une contre-vérification à la banque, l’on a découvert que le compte de Haingonirina était bloqué depuis bien longtemps. « La police de Loharanombato à Itaosy s’active également à leur recherche pour des affaires similaires », a révélé un enquêteur.

IdentitéCes deux personnages n’ont pas donné signe de vie depuis deux mois. Tous les services de police et les unités de la gendarmerie nationale ont reçu leurs signalements.Haingonirina est la tête pensante de l’affaire, tandis que Sarindra est le bras droit, d’après les précisions des enquêteurs. Samedi, leur père, domicilié à Itaosy, a été auditionné au PPA2. Selon lui, cela fait plus d’un an qu’il a expulsé Haingo­nirina pour délinquance. « Toutes les deux ont le même nom de famille alors que le père a renié Sarindra comme sa fille. Cet interlocuteur sera soumis à un deuxième interrogatoire  », a raconté un policier.La dernière nouvelle fait état du mariage de l’une d’entre elles avec un Sri-lankais, lequel figure également parmi les proches déjà enregistrés à la police. Tout renseignement fourni en vue de retrouver ces personnes recherchées peut se transmettre aux numéros 034 05 531 28 et 034 89 263 09.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara3 partages

Expo : « Régénération » : deux filles, deux styles à découvrir !

Lari et Maeva, deux filles avec deux styles différents, à découvrir à l’Hôtel Le Antaninarenina à partir de ce jour.

Le talent, dit-on, n’attend point le nombre des années. Un adage qui correspond et définit complètement Lari et Maeva. Nées à la fin des années 90, les deux jeunes artistes maîtrisent déjà leur art. L’une a choisi de se spécialiser dans les portraits. Dans ses tableaux, Lari Ratovonar met en avant l’expression juvénile d’enfants malgaches qu’elle a rencontrés ici et là. Des toiles qui laissent transparaître la nature profonde et intime de la jeune femme. Maeva ? Ses œuvres sont plus géométriques et colorées. Dans l’ère du temps, mademoiselle Châteaux a effectivement jeté son dévolu sur cet art symboliquement complexe qu’est la mandala, sans pour autant suivre bêtement la tendance. Elle aime ajouter des traits de son pays. D’ailleurs, elle utilise le stylo et innove cette fois- ci avec les reliefs. « Régénération » à l’Hôtel Le Louvre Antaninarenina, ce sont deux filles et deux styles différents… à partir de ce jour, jusqu’au 30 novembre.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Fanampara-pahefana sy fisolokiana : Nafahan’ny Fitsarana ireo mpanara-maso ny Hetra

Nivoaka omaly ny didim-pitsarana mikasika ireo mpiasan’ny Ivotoeran’ny Hetra ao amin’ny boriboritany faha-6 etsy Ambohimanarina. Nohafahan’ny fitsarana izy telo mianadahy voakasik’izany. Tsy noraisina noho izany ny vesatra rehetra nanenjehana azy ireo. Nampangaina izy ireo fa nanararaotra fahefana mba hakana vola amin’ilay Sinoa tompona orinasa fanaova-mofo na « boulangerie» iray ao Ambohimamory, kaominina Andranonahoatra-Itaosy. Tao anatin’izany, dia voalaza fa nandrahona ny hanakatona ity toerana ity mandritra ny iray volana ireto mpiasa ireto rehefa avy nanao fitsirihana io toerana io. Nolazina ihany koa fa tsy nanara-dalàna ireto mpiasa ireto satria niditra tany amin’ny faritra tsy ananany fahefana satria ivelan’ny fari-piadidian’ny ivotoera-ketra iasany. Mikasika ilay fakana vola tamin’ilay Sinoa kosa, nanazavan’ireo olotsotra roa izay nampagaina ho mpiray tsikombakomba tamin’izy ireo fa tsy nandray izany vola izany ireo mpiasa ireo. Ireto farany izay  nohamafisin’ny mpisolovava ihany koa fa tsy naniraka ireo olotsotra ireo haka izany vola izany mihitsy. Ny mpisolovavan’ireto mpanara-maso ny Hetra ireto moa dia efa nangataka teo anoloan’ny Fitsarana ihany koa ny tokony hanatsaharana ny fanenjehana ny olona arovany satria  tsy feno ny fepetra ahazoana manao izany. Aminy dia fahadisoana amin’ny asa ihany no nataon’ireto mpiasa iretoka tokony ny « Conseil de discipline » no hitondrana azy ireo. Nilaza moa ny sendikan’ny mpiasan’ ny Hetra na ny SNAIM fa tsy maintsy hivory mahakasika ity raharaha ity anio ka tsy mbola afaka naneho ny hevitra momba io didim-pitsarana io.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada2 partages

La LFI passe à Tsimbazaza : le bureau permanent reste dans le collimateur

Comme il fallait s’y attendre, l’avant-projet de loi de finances initiale (LFI),  soumis à une séance plénière hier à Tsimbazaza est passé comme une lettre à la poste. Le texte a été adopté sans amendement. Les députés de l’opposition ont quitté l’hémicycle. Dans la foulée, la destitution du bureau permanent reste d’actualité à l’Assemblée nationale.

Il est révolu le temps où le débat sur la LFI prenait des heures, voire des jours, avant d’aboutir à son adoption à l’Assemblée nationale. En deux temps trois mouvement et d’une manière expéditive sans vraiment laisser aux députés le temps de rentrer dans le vif du sujet, sans surprise, 86 députés sur les 92 présents à Tsimbazaza ont adopté l’avant-projet de la LFI.

Avant, les députés ont été autorisés à apporter leurs critiques et recommandations à chaque article, mais cette fois, durant cette séance plénière, les députés ont été privés de parole. Le dernier mot a été donné aux présidents de groupe parlementaire, dont la majorité, acquise à la cause du régime actuel, ont incité leurs pairs à voter pour le «Oui» sans condition. C’est pourquoi, le texte est adopté sans amendement.

A sens unique

En un mot, les règles du jeu ont changé. Du coup, la majorité des députés issus de l’opposition prend de haut. «Avez-vous déjà vu un avant-projet vital à la vie du pays et du peuple, voté en une heure et demie et qui n’a même pas été réellement étudié lors des travaux de commission ? », s’est indigné le député du parti Tiako i Madagasikara (Tim), Rodin Razafimanjato.

Le député élu sous les couleurs du Mapar, Jean Brunelle Razafintsiandraofa, à l’issue de la séance plénière a également manifesté sa déception. Selon lui, cet avant projet ne répond pas aux besoins réels du peuple et devra être encore soumis à des débats contradictoires et démocratiques au sein de l’hémicycle.

Selon les explications, le grand débat s’est déroulé lors des travaux de commission et il n’y a pas lieu de s’éterniser sur des points importants. Les députés présents ont été favorables à la hausse du budget alloué à la sécurité ainsi qu’à la lutte contre les changements climatiques. Avant l’adoption, des députés ont insisté sur l’indispensabilité de discuter sur certains articles de l’avant-projet. La rubrique sur l’achat des 4X4 qui aurait été occultée a été soulevée.

 La balle est désormais dans le camp des sénateurs. Mais ce sera un accouchement sans forceps à constater le penchant politique qui anime la majorité parlementaire de cette Chambre haute dirigée par son président qui est à la fois président national du parti HVM.

Rakoto

 

Orange Madagascar2 partages

Inauguration du pont et lancement officiel du chantier de la centrale hydroélectrique de Farahantsana

La population des communes rurales d’Ambohimasina et d’Ampanotokana peut désormais profiter des perspectives de développement pour tous, spécialement dans le désenclavement économique de la commune et de ses environs, grâce à la construction du pont de Farahantsana. Une infrastructure, fruit d’un partenariat publique-privé, inaugurée officiellement, ce jour, par le Président de la République Hery Rajaonarimampianina en présence du Président du sénat Rivo Rakotovao, des membres du gouvernement ainsi que les représentants du groupe Tozzi Green, holding italien initiateur de ce projet.

« Ce pont symbolise l’union nationale. Il constitue un trait d’union entre un passé de pauvreté vers un avenir plein d’espérance grâce à la réalisation des actions de développement socio-économique menées par l’Etat et les partenaires Privés» a déclaré le Chef d’Etat lors de son allocution. Il a également invité la population locale à préserver le bien commun que constitue ce pont.

Grâce à la mise en place du pont de Farahantsana, utilisable depuis fin octobre 2017, le chantier de la centrale hydroélectrique de Mahitsy pourra débuter et le lancement officiel des travaux a également eu lieu ce jour. La construction de cette centrale hydroélectrique de Mahitsy contribue à la réalisation de la nouvelle politique énergétique nationale prônant les énergies renouvelables, avec une capacité de production d’au moins 22 Mégawatts permettant d’alimenter environ 200 000 foyers d’ici 2020. Ce projet favorisera la réduction du coût de production de l’électricité à Madagascar tout en renforçant le volume global de production sur le réseau interconnecté d’Antananarivo.

La réalisation de ces projets structurants fait écho à la récente visite du Président Hery Rajaonarimampianina en Italie. En effet, la construction de la centrale hydroélectrique est financée entièrement par fonds propres avec le support en capital de la Banque de Développement du gouvernement italien qui accompagne Tozzi Green dans le développement de ses projets à l’étranger. Outre la production d’électricité, la construction de la centrale hydroélectrique de Mahitsy sera également génératrice d’environ 300 emplois pour la population locale.

La future centrale de Farahantsana n’est que le début d’une série d’activités que le groupe Tozzi Green envisage à Madagascar dans le domaine des énergies renouvelables telle que celle de Sahanivotry, un projet d’électrification rurale en cours de finalisation et qui devrait être effective d’ici le mois de février 2018.

L'express de Madagascar2 partages

Litchi – Le climat sauve les meubles

L’ouverture de la campagne de litchi devrait se faire la semaine prochaine. Le centre technique horticole de Toamasina propose la date du 22 novembre.

La campagne de litchi va bientôt démarrer dans l’Est du pays. Le centre technique horticole de Toamasina (CTHT) recommande la date du22 novembre 2017 pour la période optimale de récolte, où une quantité de fruits murs sera récoltable dans la zone de collecte du Sud de la province de Toamasina. Cette proposition fait suite à sa dernière mission de prospection, effectuée le 10 novembre.À plusieurs reprises, le centre avait annoncé un éventuel retard de la campagne de litchi et une faible production pour cette année. Depuis quinze jours, les conditions météorologiques ont tourné en faveur de la production de ces fruits. « Les  conditions  climatiques  ont  été  particulièrement surprenantes avec une pluviométrie supérieure aux normales saisonnières et une légère baisse des températures journalières. Cette  épisode  de  pluies  pendant  la  phase  de développement des fruits à un stade ou les péricarpes étaient encore peu colorés ou vert devrait permettre d’améliorer le diamètre des fruits à la récolte », indique le centre dans son rapport.

PrévisionLe CTHT mène régulièrement une mission de pros­pection dans les zones de production de ce fruit. Elle est menée durant le développement des fruits, ce qui permet d’apporter des précisions sur la période de récolte des produits pour répondre aux besoins du chargement des bateaux  conventionnels. Les observations effectuées et les mesures prises doivent permettre d’apporter des informations générales sur la structure de la population par rapport à l’évolution de la fructification des arbres dans ces zones productrices.Pour cette année, le centre prévoit ainsi une faible production, compte tenu des différentes analyses. Il recommande l’adéquation del’exploitation avec le planning de chargement des bateaux et au contexte de la baisse de production.Chaque année, plus d’une dizaine de milliers de tonnes de ce fruit sont exportées principalement sur le marché européen. Mais, cette fois ci, des projets d’exportation vers les Emirats et la Russie s’ajoutent à la liste. Il y a une forte demande des litchis vers ces marchés.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar2 partages

Santé publique – L’épidémie de peste se dissipe

Aucun bilan sur l’épidémie de peste n’a été communiqué depuis le 13 novembre. La situation semble se calmer sur tout le territoire, selon une source auprès du ministère de la Santé publique. Le dernier bilan de l’épidémie, envoyé lundi par le bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) fait état de vingt-huit personnes en cours de traitement, trois nouveaux malades admis à l’hôpital et zéro décès. Dans certains hôpitaux, on commence à déplier les tentes montées qui ont servi à accueillir, il y a encore une dizaine de jours, plusieurs malades.Le ministère et ses partenaires n’ont toutefois pas, baissé leur garde. La lutte contre l’épidémie se poursuit, en dépit de cette baisse considérable des cas notifiés. La saison pesteuse ne s’achèvera qu’en avril. « Les activités se consacrent, actuellement, à la sensibilisation et à la recherche active des cas ainsi qu’au suivi de toute personne qui a été en contact avec des pestiférés », a expliqué le Dr Joséa Ratsi­rarson, secrétaire général du ministère de la Santé publique, hier. Et chaque jour, même le samedi et le dimanche, des équipes de riposte restent opérationnelles, pour intervenir en cas d’alerte.L’Association SMILE4 Madagaskar, une association autrichienne, va appuyer techniquement et financièrement la mobilisation de cent vingt volontaires pour effectuer des séances d’information, de sensibilisation et de communication pour la riposte de l’épidémie de peste auprès de la population de la CUA.

M.R.

Midi Madagasikara2 partages

Andranomena : Olona telo, naratra mafy voafaokan’ny taxi-brousse

Tsapa ho nisesisesy indray tato ho ato ny lozam-pifamoivoizana raha nilamindamina izany teo aloha teo. Na izany teto an-drenivohitra na tany amin’ireo lalam-pirenena. Omaly, dia olona telo no naratra mafy, rehefa nofaohin’ny fiara taxi-brousse, marika “mazda”, mampitohy an’Antanimena sy Ivato, tetsy Andranomena. Tokony ho tamin’ny 11 ora teo ho eo, tsy fantatra mazava izay nahazo ny mpamilin’ity fiara “mazda” ity fa iny izy afaka tamin’ny fitohanana teo Andranomena iny no nampiakatra ambony dia ambony ny hafainganam-pandehany. Ny tsy fantany anefa dia mbola nivaly fitohanana ihany koa tao aloha tao, ary tsy voatana intsony araka ny familiana. Tamin’io ora sy fotoana io koa anefa no nisy olona somary niampita. Niezaka niala ireo ilay mpamily saingy somary nahazo ny sisin-dalana ny fiara ary nifaoaka ireo mpandeha an-tongotra. Miisa telo izy ireo, izay samy naratra mafy avokoa. Fa tetsy andanin’izay dia niafara tamin’ny fandomana fiara “sprinter” iray izay iray zotra aminy ihany ity fiara adala ity, ary tamin’izay vao tafajanona. Efa samy nentina novonjena tany amin’ny toeram-pitsaboana avokoa moa ireto olona naratra. Tonga teny an-toerana kosa ireo mpitandro filaminana ary nitondra ity mpamily ity nentina nanaovana fanadihadiana.

Fa mbola lozam-pifamoivoizana hatrany, taxi-brousse iray no nivadika tamin’iny lalam-pirenena faha-25 iny, kilaometra vitsy tsy hiditra ny tanan’Irondro omaly maraina. Avy any Mahajanga ka ho any Vangaindrano ity taxi-brousse ity io tra-doza io. Raha ny angom-baovao azo dia maro tamin’ireo mpandeha no naratra ary misy tamin’ireo no tena voa mafy, ary tena atahorana ny ainy. Hatreto dia mbola tsy fantatra ny nahatonga ny loza. Olona ara-teknika sy teo amin’ny fiara, sa harerahan’ny mpamily. Efa tonga teny an-toerana moa ireo mpitandro filaminana nizaha ifotony ny zava-nisy.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Boa Madagascar : Une garantie partielle de portefeuille pour la filière agricole

Née de la privatisation de l’ancienne Banque Nationale pour le Développement Rural, la Bankin’ny Tantsaha Mpamokatra, BOA-MADAGASCAR n’a jamais cessé de financer le monde agricole. La banque est d’ailleurs dotée d’une direction dédiée au secteur agricole et dont les agents ont acquis une expertise en matière de financement et d’accompagnement de ce secteur.

BOA est partie prenante à la mise en place du projet de Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière (CASEF) de la Banque Mondiale destiné aux opérateurs du monde agricole par le biais de la Garantie Partielle de Portefeuille(GPP). La GPP agricole s’adresse aux producteurs et commerçants de produits agricoles, vendeurs d’intrants et d’équipements agricoles, les agro-industries, les entreprises de stockage (de produits agricoles) et celles opérant dans l’énergie renouvelable utilisée dans les chaînes de valeur agricole. SOLIDIS étant l’organisme gestionnaire de la GPP agricole, une convention a été signée entre BOA-MADAGASCAR et SOLIDIS en date du 11 octobre 2017, pour la mise en œuvre de cette garantie en vue de contribuer au développement des filières agricoles et à terme un accès plus souple aux financements.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Commune rurale Fihaonana : 100 jeunes ruraux vulnérables initiés à l’entrepreneuriat social

Les initiateurs des formations professionnelles octroyées aux jeunes de la commune rurale de Fihaonana.16

L’autonomisation des jeunes ruraux défavorisés est une problématique à laquelle fait face les acteurs du développement.

L’instabilité sociale apparente, les conflits et l’accroissement de la pauvreté sont les manifestations concrètes du non développement, non épanouissement des jeunes, plus particulièrement ruraux. Une situation qui est également à l’origine de la recrudescence de l’insécurité aussi bien dans les milieux ruraux qu’urbains. La réinsertion sociale et professionnelle des jeunes est une alternative préconisée par certains acteurs comme le Bureau International du Travail ainsi que ses partenaires. Les formations professionnelles au profit des jeunes ruraux de la commune de Fihaonana entrent dans le cadre des actions de lutte pour l’épanouissement du milieu rural. Initiées et mises en œuvre par l’ONG Madasun, les formations en question consistaient à donner aux jeunes des outils leur permettant de développer des activités dans les secteurs de l’agriculture et de l’élevage. Ce qui a été bien vu par les bénéficiaires. « Nous avons attendu une initiative de ce genre car nous ne disposions pas encore de quoi nous soustraire de notre situation non productive et stationnaire », a fait savoir Herinirina R. un jeune bénéficiaire des formations professionnelles dans la commune rurale de Fihaonana. Ayant débuté depuis le 13 novembre dernier, les formations devraient également permettre un développement économique et social de ladite commune.

Essor. L’initiative de l’ONG Madasun de doter les jeunes de la commune rurale de Fihaonana d’outils leur permettant de s’ouvrir sur le monde est appuyée par le BIT. En plus de former, elle entend également doter 240 autres jeunes fermiers de terrains d’environ 2,50 Ha destinés à des activités agricoles. A cet effet, les formations des jeunes défavorisés de Fihaonana entendent avoir des impacts plus importants dans la commune elle-même. L’idée est aussi d’y créer un éco village. Devant être le fruit de l’épanouissement social et économique des jeunes ruraux formés, l’éco village devrait être productif et autonome. Notamment, au niveau de l’énergie car il (l’éco village) sera alimenté par des énergies renouvelables. Du point de vue des infrastructures scolaires, un CEG et un lycée seront également construits pour permettre une meilleure éducation des enfants. Par ailleurs, la création de l’éco village est estimée à environ 240 milliards fmg. La thèse de la nécessité d’entreprendre un développement local avant de penser à un développement national tend à être confirmé par l’initiative menée par l’ONG Madasun et le BIT.

Jose Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Distributions de kits scolaires au Coliseum : Embouteillages monstres dans la Capitale

Des embouteillages à n’en plus finir hier dans la Capitale.

La cérémonie officielle de distribution de kits scolaires effectuée par le Président de la république de Madagascar et son épouse au Coliseum a fait des heureux mais aussi des énervés. D’un côté, les parents d’élèves venus nombreux sur place ont été satisfais de l’ambiance festive qui y régnait et (qui était animée par Stephanie, Mija et Arione Joy) mais surtout parce qu’ils ont reçu des kits gratuits. De l’autre, des usagers de la route fatigués, énervés et dépités par des bouchons qui ne bougeaient pratiquement pas. D’Analamahitsy (le centre du problème) à Antanimena, en passant par les quartiers tels qu’Ambohitrarahaba et Ambodivona, les files de voiture se suivaient au grand dam des populations prises au piège dans les rues d’Antananarivo. Par ailleurs, les embouteillages d’hier ont eu des répercussions sur les recettes des transporteurs urbains. “Nous n’avons pu effectuer que quatre tours alors qu’on en fait au moins six par jour” s’est lamenté Ratojo, receveur d’un bus menant à Ambodivoanjo.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Football- Elections : La bataille fait rage !

Avotraina Andriamosa constitue un trouble-fête en puissance dans la course à la présidence de la ligue d’Analamanga.

Jamais au grand jamais des élections n’ont été aussi intenses dans une fédération sportive et au football qui plus est. Depuis les élections au sein des sections et des ligues, la bataille fait rage et pour l’instant tous les coups sont permis. Mais si on n’en parle que peu ou prou c’est bien parce que l’amalgame entre la Ligue et la Commission Electorale choisie par la première fait partie des gens proches du président de ladite ligue.

Du coup, on n’en a des échos que par des mécontents mis à l’écart. C’est le cas notamment pour les candidats au sein des sections tamataviennes qui ont fini par ester l’affaire en justice.

Huissier de justice. Et on ne risque pas de s’arrêter là car la même CENI s’est carrément défilée pour ne pas recevoir le dossier d’un candidat à Mananjara. Ce dernier n’a eu d’autre recours que de saisir un huissier de justice qui logiquement, est revenu vers la Commission Electorale avec le résultat qu’on sait. Une disqualification tout court du candidat à qui on ose jusqu’à reprocher de n’avoir pas déposé sa demande bien avant le jour de la clôture.

La Ligue de Fianarantsoa n’est pas mieux lotie car le fait d’avoir transféré le bureau de vote de la section d’Isandra a fait grand bruit. Une entorse aux règlements mais beau joueur, le candidat ou plutôt la candidate car il s’agit de l’épouse du président de Zanakala, Mamy Be, s’est déplacé à Fianar pour remporter les élections avec brio.

Réélection. Mais au-delà des gesticulations, la Ligue de Fianar qui n’est malheureusement pas la seule à multiplier les coups tordus car la tendance montre que l’écrasante majorité des présidents des 22 ligues font des pieds et des mains pour se faire réélire.

Et sur ce chapitre, la bataille s’annonce rude dans certaines localités notamment à Analamanga où le président Tota Henintsoa Rakotoarimanana aura fort à faire pour battre le bouillant maire de Sabotsy Namehana, Avotra Andriamosa qui a la cote chez une frange de férus du football.

Comme la bataille commence au niveau des sections, les deux hommes qui sont restés pour autant de grands amis, battent des ailes pour attirer la sympathie des sections.

Mais autant le dire, si les anciens présidents des sections parviennent à rempiler, cela donnerait l’avantage à Tota qui a pris une sérieuse avance dans cette opération de charme en les intégrant dans la délégation au dernier tournoi du COSAFA U17 de Maurice. Et une visite dans cette île paradisiaque ne s’oublie pas. Eh oui !

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

OSC : Séminaire sur les droits humains

Les membres de la société civile ne cessent de prôner les droits humains. (Photo d’archives)

Organisé annuellement depuis 2014, le séminaire de la société civile à Madagascar est un évènement créé par, et pour les Organisations de la Société Civile (OSC) avec l’appui de l’ambassade de France. Il a pour objectif de réunir les OSCs autour d’un thème spécifique lié à de grandes questions de société, afin de favoriser la mise en réseau des organisations dans l’ensemble du pays et permettre un échange de bonnes pratiques. Le thème de cette 4e édition est celui des Droits Humains. Les 16 et 17 novembre, les OSCs travailleront autour d’ateliers thématiques relatifs aux Droits Humains au Motel Anosy.

Plaidoirie. Au cours de ces deux premiers jours, le séminaire regroupera une centaine de membres de la société civile actifs sur l’ensemble du territoire malgache, ainsi que des universitaires et des représentants institutionnels, afin d’aboutir à une Déclaration de la société civile pour les Droits Humains. Le 18 novembre sera quant à lui réservé aux rencontres des OSCs avec le grand public. Un espace de stands sera mis en place sur le parvis de l’Hôtel de Ville d’Antananarivo et proposera des animations et des formations, ainsi que la finale du concours de plaidoirie étudiant organisé par le Centre de Presse Malgache et la Radio Universitaire d’Antananarivo 107 FM.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada1 partages

Fivahiniana tsy ara-dalàna : Pakistaney 12 lahy voasambotra

 Sivy voasambotra teny Antaninarenina, ny talata teo. Telo hafa koa voasambotra tao amina hotely iray teto an-drenivohitra, omaly. Samy teratany pakistaney izy ireo. Tsy ara-dalàna ny fipetrahan’izy ireo eto”, hoy ny polisin’ny ”surveillance du territoire”.

 

Tohin’ny lahatsoratra izay efa navoaka teto omaly ary araka ny tebitebin’ny maro, nandray ny andraikiny avy hatrany ireo polisy avy ao amin’ny ”surveillance du territoire” mikasika ireo teratany vahiny nahabe resaka eto an-drenivohitra. Araka izany, hatramin’ny afakomaly sy omaly, nahatratra 12 ny isan’ireo teratany pakistaney voasambotry ny polisy teto an-drenivohitra. Tena antony nisamborana azy ireo ny fipetrahana tsy ara-dalàna eto Madagasikara. Araka ny fanazavan’ny polisy avy ao amin’ny surveillance du territoire, tsikaritra fa marobe ireo vahiny mivezivezy eto an-drenivohitra toy ny eny Antaninarenina, Analakely, Behoririka ary manatona ireo olona mpitondra fiara ka mody mivarotra finday izay nampimenomenona sy nampitaraina ireo lasibatra satria zavatra tsy tena izy ny amidin’izy ireo. Nandray andraikitra ny eo anivon’ity sampandraharaha ity tamin’ny alalan’ny fanaraha-maso ny toerana voalaza ary nidina ifotony nijery ireto teratany vahiny ireto. Hita tokoa fa teratany pakistaney no tena betsaka ary ”visa” resaka fizahantany ny taratasy fahazoan-dalana hita teny amin’izy ireo nandritra ny fisavan’ny polisy.

Mbola misy hafa…

Nanamafy ny talen’ny kabinetran’ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka, ny kaomisera Rabialahy Jean Rostand fa teratany pakistaney avokoa ireto tratra ireto ka ireo tratra ihany no nanondro ireo namany sasany. Tsy ireo dahalo izy rehetra fa mbola mitohy ny fanadihadiana hahafantarana ny tena marina. ”Ny ankamaroany mba tsy hilazana hoe izy rehetra, olona tsy tokony hiasa eto Madagasikara satria visa momba ny fizahantany no nidirany eto kanefa manao asa tsy mifanaraka amin’ny antontan-taratasiny izy ireo”, hoy izy. Tsy mijanona amin’ny toerana iray izy ireo. Tsy mbola tapitra ny ”visa”-n’izy ireo kanefa efa manao asa hafa toy ny fivarotana finday izy ireo. Mivarotra finday, araka izany, ny tena ataon’ireo teratany pakistaney ireto. Mbola hita tany amin’izy ireo nandritra ny fisavana nataon’ny polisy ny finday vaovao sy efa niasa maromaro.

Tsy vao izao no nahitana teratany mody miafina ao ambadiky ny hoe manao fizahantany nefa nony tonga eto lasa manao asa hafa ny sasany amin’izy ireny. Raha tsy izany indray, manao fihetsika mamoafady amin’ny tovovavy na ankizy tsy ampy taona eto amintsika.

Jean Claude

News Mada1 partages

Secteur maritime : 200 bénévoles recensés

Une prise de conscience citoyenne pour la sauvegarde et la valorisation de la mer. Plus de 200 bénévoles de la mer sont recensés actuellement au niveau national. Il s’agit d’une initiative d’un groupe de jeunes Malgaches en 2015.

Concrètement, les missions des bénévoles de la mer portent sur la sensibilisation, l’éducation marine, la défense et la sauvegarde de l’environnement marin. Leurs actions permettent  davantage de contribuer au développement au niveau des communautés locales.

Après recrutement, formation et prestation de serment, les jeunes bénévoles s’engagent alors dans des activités de reboisement du littoral, d’éducation marine, au niveau des 13 régions côtières de l’île, mais aussi de nettoyage de plages. A cela s’ajoutent des activités annuelles telles que les assises nationales des bénévoles de la mer et la célébration nationale de la Journée mondiale de l’océan.

Par le biais  du secrétariat d’Etat chargé de la mer (SEMer), les initiatives menées par les bénévoles de la mer sont saluées par les autorités compétentes. Ceci est manifesté singulièrement chaque année, lors de la célébration de la « Journée mondiale de l’océan », le 8 juin,  durant laquelle le SEMer soutient les bénévoles pour les « Beach Clean up » et les actions de sensibilisation.

Haja R.

 

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : vanille et vanilline (1)

Dans son dernier numéro, ce journal s’est fait l’écho des doléances de nos colons, invités à surproduire par l’administration, alors que les rares navires envoyés par la métropole ne peuvent même pas enlever une production normale.

Produits du sol et produits du sous-sol sont comme sœur Anne : ils ne voient jamais rien venir !

Le ministre du ravitaillement, M. Maurice Long, – nom qui semblait le prédestiner à ce poste ingrat, – annonçant à la Chambre qu’il réduisait le nombre des bateaux assurant les transports entre Madagascar et la France, ajoutait qu’il comptait sur le patriotisme de nos colons pour les empêcher de se plaindre d’une pareille mesure.

Nos compatriotes auraient tort de se lamenter, car leurs lamentations seraient sans résultat. Ils le savent et ne perdront pas leur temps en jérémiades quand bien même ils ne sauraient que faire de leurs loisirs.

Mais ils ne s’attendaient vraiment pas à voir leur patriotisme mis à l’épreuve de cette manière. Ils étaient décidés à venir par tous les moyens possibles en aide à la métropole ; leur activité, leur dévouement, leur expérience étaient à son service, et alors qu’ils étaient si bien disposés, on leur dit de rester inactifs par patriotisme !

Ne faites rien, ne produisez rien, voilà l’effort qui est demandé à nos possessions d’outre-mer quand tous les coloniaux et nombre de métropolitains sont d’accord pour affirmer que la métropole ne pourra subsister qu’avec l’existence de ces lointains territoires. Le blé, l’orge, le riz, le maïs, le manioc, le sucre qu’ils doivent produire en abondance pour suppléer à l’insuffisance de la production de la mère patrie semblent devenus quantité négligeable, si l’on en croit M. Maurice Long.

Voilà qui est bien fait pour encourager nos colons et attirer vers nos possessions les immigrants et les capitaux qui leur seront indispensables après la guerre.

Les bateaux se font rares. Soit. Que l’on se hâte alors d’en construire dans toutes nos colonies possédant le bois et la main-d’œuvre nécessaires.

(À suivre.)

Jean Peyraud.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Tsimoka : le groupe annonce son grand retour

Come back. Après une longue pause musicale pour cause de départ de certains membres du groupe à l’étranger, le groupe Tsimoka qui a surtout marqué les années 80 grâce au morceau «Mba ho any», a décidé cette année, de refaire surface dans le monde de la musique malgache et projette de donner un cabaret, le 1er décembre, au restaurant Telozoro Andrefan’Ambohijanahary.

En fait, tous les membres sont au pays, dont Nirina, l’un des fondateurs du groupe. Sur ce, des activités sont organisées pour favoriser les rencontres entre les fans et le groupe, dont le premier cabaret baptisé «Aza avela irery aho, fa hanaraka anao…».

Pour ce premier rendez-vous, le groupe sera accompagné par d’autres artistes, à savoir Parson Jacques, Tarika Hasina, Lucien Randrianina ou encore Tonton Pà. «Notre objectif est de raviver les souvenirs et d’interpréter tous les morceaux du groupe Tsimoka qui  ont cartonné dans les années 80», a annoncé l’organisateur de l’évènement.

Cependant, durant cette longue absence, le groupe a tout de même créé d’autres compositions qui seront donc  interprétées et présentées au public durant la soirée. Des titres tels que «There is nothing to cry about» ou encore «Efa tsy tiana» en duo avec Parson Jacques seront ainsi dans le répertoire. Notons qu’actuellement, un clip vidéo intitulé «Any ianao izay» est déjà diffusé sur quelques chaines télévisées.

Composé de Tino, Nirina et Babah, Tsimoka est un groupe originaire d’Antsirabe. Vers la fin des années 80, il a bercé toute une génération avec des titres tels que «Izany rehefa tia» ou encore «Samia mamoy»…

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza1 partages

Distrikan’i Betioky AtsimoMilamina noho ny fampiharana ny Dinabe

Taorian’ny fankatoavan’ny fanjakana ny Dinabe sy nampiharana azy tany aminay dia efa milamina ny fandriampahalemana any amin’ny distrikan’i Betioky Atsimo, hoy ny depiote avy any an-toerana, Andriamoratia Ludovic Edmond.

 Efa miverina amin’ny laoniny ankehitriny ny filaminan-tsain’ny mponina fa tsy misy hatahorana intsony ny fandriampahaleman’ny tanàna amin’ny alina. Efa miverina tsikelikely indray araka ny fahefa-mividiny ny fiompiana omby any an-toerana ary mandroso tsara ny fambolena isan-tokony. Ankasitrahana tanteraka ny nametrahana vondron-tafika ho an’ny Faritra Atsimo ao Ihosy, hoy ny depiote Ludovic Edmond. Diso ny filazana fa manao propagandy mialoha ny fotoana ny filoham-pirenena raha miroso amin’ny  fanaovana asa sosialy fanaony. Olona mankahala sy manasoketa fahatany ny mitsikera an’izany, hoy izy.

Tia Tanindranaza1 partages

CAN Total Maroc 2018Ho tanterahina rahampitso zoma ny antsapaka

Nankatoavin’ny Komity Mpikarakara ny CAN Total Maroc 2018 nivory omaly alarobia 15 novambra 2017 tany Rabat any Maroc,

 ny fepetra hanatanterahana ny antsapaka hatao rahampitso zoma 17 novambra 2018 amin’ireo tarika  hiray vondrona.  Fantatra tamin’izany fa ny zava-bitan’ireo firenena 16 handray anjara amin’ity fifaninana ity no nanasokajiana azy ireo ao amin’ireo « chapeaux 4 »Pot 1 : Maroc (pays hôte), Angola, Côte d’Ivoire, LibyePot 2 : Cameroun, Guinée, Nigeria, ZambiePot 3 : Congo , Ouganda, Rwanda, Soudan Pot 4 : Burkina Faso, Guinée Equatoriale, Mauritanie, NamibieNankatoavin’ity Komity Mpikarakara ity koa ireo tanàna hanatanterahan ny fifanintsanana manomboka ny 13 janoary ka hatramin’ny 4 febroary 2018 ka any  Casablanca (groupe A), Marrakech (groupe B), Tanger (groupe C), Agadir (groupe D). Ny lalao fanokafana sy famaranana ny hetsika dia hotanterahina ao amin’ny “complexe Mohamed V any Casablanca » nohavaozina.

 

La Vérité1 partages

Football - Election - Ligue Analamanga Six sections s’engagent à voter pour « Tôta »

Dieu seul  connait ce qui se cache derrière  cette déclaration. Les six présidents des sections de football Analamanga, nouvellement élus, viennent de faire une déclaration, hier, à l’hôtel Carlton Anosy  lors d’un petit déjeuner de presse.  Une déclaration officielle appuyée par  un engagement signé et paraphé par les six présidents, à savoir celui d’Ambohidratrimo, Tana Ville, Atsimondrano, Anjozorobe, Andramasina, Manjakandriana.  Pour une grande première, des électeurs annoncent  et signent un engagement sur leur choix avant une élection dans les annales du sport.

Seule la section Avaradrano n’adhère pas à ce comité car l’élection est prévue pour ce vendredi dans cette section de la Capitale. Constituant un comité, ils soutiennent  la candidature du président sortant de la ligue Analamanga de football  Henintsoa Rakotoarimanana, plus connu par le milieu sous le sobriquet de « Tôta », à la prochaine élection  des ligues régionales du football prévue le 9 décembre prochain, si l’élection pour la fédération malagasy de football est prévue pour le mois de mars 2018. « Et surtout voter pour lui », selon le communiqué dudit comité. « Et ce, en vue de dresser, améliorer et réaliser les programmes que le futur candidat à sa propre succession a promis à ses électeurs ». Selon toujours le communiqué, « ce comité se transformera en groupe de pression avec les passionnés dans le cadre  de réalisation de ces programmes d’activités et du développement  ainsi que promouvoir le football à Madagascar, … en particulier dans la Région Analamanga ».  D’après le  président de la ligue, l’organisation des clubs de jeunes footballeurs au niveau des sections et l’organisation d’un tournoi intersection sont parmi ses priorités. Signalons que selon les rumeurs, Andriamosa Avotraina Mary Thomasson dit « Avotra », maire de Sabotsy Namehana et président du club SabNam sera son adversaire à l’urne durant l’élection. 

  E.F.

La Vérité1 partages

Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu

L'arrestation de douze ressortissants étrangers aux faciès indiens défraie la chronique.  Ces suspects ont été interpellés  dans le centre ville de la Capitale tananarivienne.  Ils sont entrés dans le pays grâce à un visa touristique et nombre d'entre eux sont restés au pays bien que leur visa soit expiré. 

La présence de plus en plus nombreuse de ces étrangers, habillés à la manière traditionnelle arabe dans les rues de la Ville des mille avait commencé à titiller les esprits sur leur situation. Ils s'adonnaient à des activités commerciales telles que la vente de téléphones portables et autres matériels informatiques.  Or, il faut savoir que les ressortissants étrangers qui entrent dans la Grande île en qualité de touristes ou visiteurs ne sont pas autorisés à s'engager dans une activité rémunérée, d'où leur interpellation. En tout cas, l'arrestation de ces individus en situation irrégulière pose la question d'une défaillance voire d'un possible laxisme de l'Administration et du département de la Sécurité publique en particulier. L'on se pose notamment une question : cette dizaine de ressortissants étrangers ont été interpellés, mais combien d'autres sont passés entre les mailles des filets des Forces de l'ordre ?  Combien sont - ils dans le même cas que ces interpellés ?  Combien de centaines ou de milliers de ces étrangers,  de différentes autres nationalités, en situation irrégulière y a-t-il à Madagascar ? En situation de quasi clandestinité ? Des questions pertinentes d'autant que contrairement à d'autres îles de l'océan Indien telles que l'île Maurice, où les touristes ou visiteurs doivent justifier d'une adresse de résidence sur place, à Madagascar les adresses de résidence des touristes sur place ne sont pas, sauf erreur, communiquées. Il serait ainsi facile pour ces derniers de disparaître littéralement dans la nature. La Police nationale ne devrait-elle être mise à contribution et dotée en matériel pour sévir ?Après la polémique sur la venue de réfugiés syriens il y a quelques mois, cette arrestation de ressortissants étrangers dont certains en situation irrégulière a fait ressurgir chez de nombreux citoyens malagasy la crainte d'une percée de l'islamisme intégriste dans le pays, surtout en ce moment où l'actualité internationale est marquée par la disparition territoriale de l'Etat islamique.  Beaucoup d'observateurs estiment ainsi que les soldats de Daesh pourraient être tentés de fuir et tenter de trouver d'autres terres d'accueil moins hostiles telles que Madagascar.  Il faut dire en effet qu'avec l'ouverture de l'espace aérien de la Grande île,  de plus en plus de compagnies aériennes qui viennent de Dubaï et de la Turquie atterrissent dans le pays. Une situation qui pourrait faciliter la circulation de ces terroristes, d'après des analystes. Avec de simples visas de touristes, certains d'entre eux pourraient facilement rentrer dans la Grande île et disparaître dans la brousse profonde, là où les Forces de l'ordre éprouveront des difficultés à les retrouver.  Ceci étant dit, certains sur les réseaux sociaux de se demander ainsi : et si certaines de ces personnes en situation irrégulière venaient gonfler les rangs des dahalos ou même fonder un nouvel Etat islamique ? Avec la porosité des frontières maritimes malagasy, il n'est pas interdit de penser que des armes ont été introduites dans le pays.  Et comment surveiller tous ces « présumés-futurs-dahalos  ou terroristes » qui peuvent passer à l'action d'un jour à l'autre ?  En tout cas, en ne mettant pas un système de contrôle efficace, l'Etat malagasy joue avec le feu car il sait pertinemment tous ces risques, il les connait. Et l'immigration est devenue un réel danger pour la Nation malagasy.A.R.

L'express de Madagascar1 partages

Musique R’N’B – Shyn raconte l’aventure « Afrima Awards »

Après un moment de dur labeur, les efforts ont porté leurs fruits pour Shyn et les Malgaches, dans le monde musical africain.

Un périple qui n’était pas de tout repos, mais qui, au final, aura porté ses fruits. C’est ainsi que Shyn et sa fine équipe du label Makua décrivent leur passage gagnant lors du « Afrima Awards » le week-end dernier. D’un départ précipité, mais aboutissanat néanmoins  à une victoire amplement méritée et jouissive. Une chose est sûre, l’aventure de Shyn au Lagos, au Nigeria l’a marqué et illustre pour lui le début d’une toute nouvelle aventure sur la scène internationale.Fraîchement débarqué de son voyage, Shyn a tenu à présenter officiellement le prestigieux trophée de la catégorie « Révélation de l’année » qu’il a remporté pour sa chanson « Resim-pitia », lors du « Afrima Awards ». Il raconte « On n’était pas forcément parti gagnant pour remporter ce trophée, mais on a toujours fait preuve d’optimisme. D’autant plus que l’on a accusé un sérieux retard quant à notre arrivée sur place, la faute à quelques incartades administratives. Ceci dit, on a tenu bon et avec mon équipe il nous importait surtout d’arriver sur place coûte que coûte».

Une aubaineCensés arrivés à Lagos le 9 novembre, notamment pour participer à une conférence aux côtés de nombreux acteurs culturels internationaux, Shyn et son équipe ne sont arrivés, malgré eux, sur les lieux que le 11 novembre. Fort heureusement, pile pour la cérémonie de remise des trophées. « Épuisés, mais néanmoins tenaces et persévérants, on y était enfin, on a tenu bon et çà en valait vraiment la peine » confie le chanteur de « Resim-pitia ».C’est tard dans la soirée de ce 11 novembre que Shyn et son équipe apprennent la bonne nouvelle. Arborant un drapeau malgache, le chanteur reçoit, ému, son trophée. « S’en sont suivis les divers échanges et rencontres avec les médias et les artistes présents sur place, durant lesquels j’ai mis un point d’honneur à valoriser notre Grande île et ses richesses. Le fait est que ma participation au Afrima Awards reste une aubaine pour moi en tant qu’artiste afin de promouvoir mon pays sur le plan culturel et artistique » affirme Shyn.Le chanteur qui en a profité pour annoncer également ses futures collaborations avec l’artiste ougandais Eddie Kenzo, mais aussi avec le chanteur 2Face Idibia que le public malgache connaît pour sa chanson « African Queen ». Et ce, malgré un léger handicap, puisque quelques jours avant son départ, sa chaine youtube a été piratée. Du coup aucune de ses vidéos n’a été visible en ligne. Shyn prévoit également de sortir son tout premier album au courant de l’année prochaine, avant d’entamer d’un grand pas sa carrière internationale.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Recensement – Le dénombrement reporté en 2018

Inattendu. Des facteurs casuels renvoient le dénombrement principal,  prévu se dérouler vers la fin du mois d’octobre,  à une date ultérieure. « Le calendrier considéré n’a pas été respecté, notamment en raison des contextes réels sur terrain tels que l’éloignement des zones, l’insécurité ou encore les conditions météorologiques », précise Ida Rajaonera, directeur général de l’Institut national de la Statistique (INSTAT), hier. « Toutefois, je peux avancer que nous sommes à 70% de la réalisation des opérations sur terrain, c’est à dire de la collecte des données cartographiques », indique-t-il.Plus explicitement, les chiffres au 31 octobre soulignent que quarante cinq districts sont cartographiés à 100%, dix le sont à 90%, dix-huit entre 50 et 90% d’achèvement, neuf à moins de 50% et trente trois districts n’ont pas du tout été entamés. « Nous avons engagé jusqu’ici quelques huit cent dix-huit cartographes, mais vu le retard qu’a pris le démarrage des terrains qui aurait dû durer quatre mois à compter du mois d’avril, la réalisation a dépassé ce délai prévu », précise le coordonnateur de la Cellule centrale d’exécution  du Recensement (CCER), Tovonirina Razafimiarantsoa. « Nous avons dû faire face à des grèves ou à des désistements des cartographes en raison des contextes qui ne leur convenaient pas, tels que le plafond qu’on ne pouvait dépasser pour des contraintes budgétaires vu les nombreux retards, ou encore l’insécurité », ajoute-t-il.

AboutissementLa cause du retard est donc à imputer à la problématique des ressources humaines. Le budget  de l’organisation du RGPH-3 est indiqué comme disponible mais suit des procédures strictes de décaissement. La phase de cartographie des zones de dénombrement est suivie de celle de la numérisation des données.  Une série de formations en numérisation doit encore se tenir incessamment. «On ne peut encore avancer une date précise quant à la possibilité d’entrer dans la phase de dénombrement principal, c’est-à-dire le recensement des ménages proprement dit », a fait savoir le coordonnateur.Toujours est-il, qu’au vu du rythme qu’a pris la phase de cartographie, dont 30% restent à finaliser, le dénombrement ne se déroulera qu’en 2018. « Peut-être vers la fin du premier trimestre 2018 ou au second trimestre, je ne Peux me prononcer », insiste-t-il.La CCER entre actuellement dans les activités de lancement de la cartographie pour la région Analamanga. La mise en place et l’opérationnalisation des comités communaux et régionaux est en cours. Il en est de même pour le processus de recrutement des agents de terrain pour le dénombrement principal.  D’autres détails tels que la conception des supports de communication ne rencontrent pas de difficultés majeures. Une réunion avec les parlementaires devrait également se tenir dans les jours qui viennent.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Bâtiment – L’architecture malgache  à la recherche de son identité

Incursion dans l’Antananarivo intemporelle. À la recherche d’une identité architecturale malgache, l’Express de Madagascar a posé des questions à des architectes, feuilleté des livres d’histoire, mais surtout, a effectué une petite visite à la villa Tanamasoandro. Au cours de ces pérégrinations, nous avons découvert une maison malgache qui se définit moins par sa forme que par le message philosophique qu’elle délivre. 

Juchée sur la colline d’Andrainarivo, surgissant d’une clôture de briques qui l’enveloppe et la protège, une grande tour carrée couverte d’un toit rouge toise le passant non sans une certaine bienveillance. Ainsi s’offre au premier regard, sur sa partie sud, attenante à la rue, la « villa Tanamasoandro ». Elle n’est pas la seule belle résidence du quartier mais elle est connue de tous pour être celle des Ramakavelo.Invité à décrire sa demeure qui se distingue des autres par ses murs en briques apparentes, le général de division Désiré Ramakavelo, politicien, membre actif de la société civile, mais surtout amoureux et défenseur de la culture malgache, s’exécute volontiers.Il doit l’agencement de sa maison à l’architecte Michel Rabariharivelo, disparu en 2016, explique-t-il. « Lorsqu’il nous a présenté les plans, nous avons tout de suite dit oui et nous n’avons rien changé ».

La tour représente le « razana » qui veille sur tous.

La « villa Tanamasoandro » est une maison malgache. Moins par sa forme que par ce qu’elle représente. « Ma femme et moi avions demandé à Michel Rabariharivelo de nous dessiner une maison traditionnelle mais tournée vers l’avenir », raconte le général Ramakavelo.Leurs vœux ont été exaucés. De manière presque didactique, il décrit les quatre points cardinaux représentés dans la maison, qui rythment la vie de tous les jours, tout en désignant la fonction de chacun.

Désiré Ramakavelo, propriétaire de la villa Tanamasoandro, devant le jardin intérieur .C’est le foyer, dit-il, qui symbolise la vie.

Philosophie de vie« Les ouvertures sont évidemment à l’ouest - miakandrefam-baravarana - pour se protéger des vents qui soufflent fort au sud dans la région d’Antananarivo. La maison des domestiques se trouve au sud. À l’arrière-plan, à l’étage, comme vous le voyez par ces fenêtres, se trouvent les chambres des enfants lorsque celles des parents sont au Nord. Cette fontaine, que vous voyez au cœur du jardin central d’où jaillissent les plantes qui représentent également l’élément eau, symbolise le foyer, le centre qui représente la vie ».Les matériaux utilisés possèdent également leur charge symbolique : « les briques qui constituent le mur de trente cinq centimètres d’épaisseur retiennent la chaleur, mais surtout démontrent que c’est là la demeure des vivants puisque la pierre est destinée aux morts. Le palissandre que vous voyez à l’intérieur de la maison est là pour défier le temps. La maison malgache est faite de bois dur, noble. Elle ne souffre pas de l’utilisation de matériaux quelconques. »

La façade sud.

En bâtissant également la toiture à différents niveaux, le concepteur de la « villa Tanamasoandro » a parfaitement saisi la philosophie de vie du Malgache, fait remarquer notre hôte d’un jour. « Les différents niveaux du toit symbolise le hasina, le respect de la hiérarchie. Les petits détails, comme ces pics tournés vers le haut faisant également office de paratonnerres, témoignent de la présence intemporelle des ancêtres, tout comme la tour, la plus haute partie de la maison, qui est le razana, l’ancêtre qui veille sur tous ».Ainsi, Michel Rabaharivelo, également connu pour ses travaux de restauration du Rova de Manjakamiadana, n’est, semble-t-il pas tombé dans le piège architectural qui voudrait que les habitations avec les arcs de la varangue, les grandes tours carrées héritées des demeures des grands du XIXè siècle soient celles qui soient construites « dans la tradition ». C’est encore Désiré Ramakavelo qui définit le mieux la maison malgache : « elle porte en elle une philosophie de vie ».

Sur le versant ouest de la colline de Faravohitra, les maisons traditionnelles côtoient celles à architecture plus moderne.

Trano gasy, plusieurs identités

Pour désigner la « Trano gasy », c’est encore les historiens qui en parlent le mieux. Dans le postface de l’ouvrage que l’historien Didier Nativel a consacré (et intitulé) aux « Maisons royales, demeures des grands à Madagascar », paru aux editions Karthala en 2005, Faranirina Rajaonah fait remarquer que « trano gasy » pouvait très bien désigner la cage indigène, tirée du lexique colonial, en terre battue et mal entretenue. Mais dans l’imaginaire des Tananariviens, c’est surtout une « maison à étage, avec des combles et des murs en briques apparentes sinon badigeonnées en rouge basque ou dans les tons de la terre de l’Imerina. Elle se caractérise aussi par un plan rectangulaire simple ou, dans un style plus recherché, par un plan en L (trano sokera), un toit de tuiles à double pente, une varangue soutenue par des piliers, quelquefois en pierre de taille. » Faranirina Rajaonah décrit là les maisons des missionnaires anglais arrivés au XIXè siècle, et dont se sont par la suite appropriés les nobles puis la bourgeoisie malgache, précise Didier Nativel dans son ouvrage,  jusqu’à les essaimer sur les autres collines aux alentours. Le style a aussi connu une variante au début du vingtième siècle avec l’apparition des arcs de la varangue et les tours carrées.« À la fin du XVIIIè siècle, le traitant Mayeur ne repère à Tananarive que des façades de joncs et de terre. Un peu plus tard, La Salle indique que seul le roi (Andrianampoinimerina) possède une demeure de planches ». Le fameux tranokotona donc, fait de « madriers plantés debout et juxtaposés » ainsi que le décrit le Père Malzac en 1887.

Mamy Andriamanalina – « Le Malgache possède un sens inné de l’architecture »

Le président de l’Ordre des architectes de Madagascar nous livre ici son regard sur un métier qu’il considère avec regret comme marginalisé dans la Grande île, du fait de la non application de la loi. Le talent du Malgache pour l’architecture est pourtant sûr, constate-t-il.

Comme pour toutes les professions libérales, il existe donc un Ordre des architectes malgaches…L’Ordre des architectes malgaches est une institution placée sous la tutelle du ministère de l’Aménagement du territoire. Il dispose de son propre règlement intérieur et possède un organe exécutif qui est le Conseil national de l’Ordre, composé de onze membres. Les architectes malgaches reconnus par l’Ordre sont, actuellement, au nombre de soixante-dix. Cette institution veille à la bonne pratique du métier.

Qui peut se prévaloir d’être architecte à Madagascar ?Il faut détenir un diplôme délivré par une école agréée par l’Union internationale des architectes et l’Unesco. Pour l’heure, il n’existe malheureusement pas encore d’école de ce genre à Madagascar. Nous sommes l’un des rares pays en Afrique qui ne disposons pas d’école d’architecture. Il faut également intégrer l’Ordre. Pour ce faire, l’architecte doit en faire la demande et c’est seulement une fois toutes ces démarches remplies qu’il peut exercer légalement son métier.

Qu’en est-il des étudiants sortants d’écoles supérieures des Travaux publics malgaches qui désirent exercer ou exercent déjà le métier d’architectes ?Légalement, ils ne peuvent pas le faire. C’est un problème né de la désorganisation des métiers du bâtiment en général. Dans le secteur, il existe plusieurs intervenants : les architectes élaborent le projet, les ingénieurs avec leurs différentes spécialités, mais également les techniciens, exécutent le projet. À Madagascar, il existe une loi régissant le métier d’architecte, mais malheureusement comme la plupart des lois elle n’est pas appliquée. Au sein de l’ordre, nous disons : à chacun son métier.

Existe-t-il donc une architecture spécifique malgache ?Personnellement, lorsque l’on parle d’architecture malgache, la première chose qui me vient à l’esprit ce sont ces habitations des Hauts-plateaux caractérisées par des toits à deux versants avec une allure brisée, très pentus, ainsi que la présence de colonnes effilées, des vérandas avec des motifs très travaillés au niveau des garde corps, mais surtout des proportions inhabituelles avec une hauteur très importante au niveau du rez-de-chaussée et un peu moins à l’étage et dans les combles. Mais on peut trouver un autre style, dans les zones côtières, où les maisons sont construites sur pilotis, en bois, avec un toit en végétaux mais toujours ce style à deux versants très pentus.

Nous observons, ces derniers temps dans le paysage urbain des Hauts-plateaux, ces maisons à véranda et avec des piliers que vous venez de décrire. S’agit-il d’une tendance ?La demande pour ce style d’architecture émane surtout des étrangers. Les Malgaches sont très peu nombreux à s’y intéresser et ils appartiennent souvent à une catégorie sociale aisée. Mais Il faut savoir une chose : Antananarivo est soumise à une règlementation sur la zone de protection des patrimoines architecturaux (ZPPA) qui impose l’application des structures traditionnelles dans la construction des maisons, que ce soit au niveau des matériaux (utilisation de tuiles, de briques) de la structure du bâtiment (toits très pentus et brisés), que de la couleur. Les quartiers tels qu’Andohalo, Ambatonakanga, Analakely, Soarano, Ankadifotsy, entre autres, sont concernés par cette règlementation.Pourtant des blocs de béton abritant souvent des centres commerciaux et vendant des produits chinois fleurissent dans les quartiers que vous venez de citer…Cette règlementation a été sortie il y a seulement six ans. Mais actuellement, lors de la demande de permis de construire, la mairie d’Antananarivo peut parfaitement refuser les projets qui ne sont pas conformes à ces critères.

« Antananarivo est soumise à une règlementation sur la zone de protection des patrimoines architecturaux »

Très peu de demandes, dites-vous, pour cette « manière de construire à la malgache ». S’agit-il donc d’une forme d’architecture réservée à une élite ?Avant tout, je ne parlerais pas de « manière de construire » mais plutôt d’un style. Il s’agirait plus d’une tendance et non d’un procédé puisque les modes de construction se basent, dans le fond, sur des méthodes somme toute classiques et universelles. Ensuite, je dirais que tout dépend des goûts et de la culture de tout un chacun. La jeune génération malgache ne veut absolument pas entendre parler d’architecture traditionnelle. Elle est plutôt friande de lignes contemporaines qui se dessinent sur les maisons actuelles, visibles sur internet.

À l’exemple de la maison des maires à Anjohy,les nouvelles constructions sont soumises à des règlementations d’ordre architectural et patrimonial.

Quelle serait alors la maison idéale du Malgache contemporain?C’est une maison qui présente de grandes surfaces de verre, avec des formes je dirais inhabituelles, une ligne que je qualifierais de pure avec des formes géométriques strictes.

Est-ce également sur cette tendance que s’alignent les architectes malgaches ?Je voudrais d’abord attirer votre attention sur une chose. Il y avait auparavant une tendance à se focaliser sur la décoration et les détails. Parce qu’ils pensent d’abord à traiter les façades, les gens se retrouvent souvent avec de grands blocs dont ils ne savent que faire. C’est là qu’ils font appel à l’architecte. Or, l’architecte - Malgache ou étranger - ne fait pas de la décoration. Son rôle consiste d’abord à aménager l’espace. Lorsque l’architecte conçoit un bâtiment, il veille surtout à l’aspect fonctionnel. Son rôle est de créer un espace de vie. Il est également celui auquel on fait appel lorsqu’il s’agit d’aménager un espace urbain.

Il y a tout de même une façon de faire malgache dans le domaine de la construction, non ?Absolument. J’ose affirmer ici que les Malgaches possèdent un talent inné pour l’architecture et un savoir-faire qui n’est plus à démontrer. Prenez la zone traversée par l’axe sud de la RN7. La région d’Antsirabe est réputée pour l’habileté de ses constructeurs. Leur maitrise de la technique, leur souci de l’harmonie et du détail, et leur sens de la proportion me fascinent littéralement. Leur maitrise du matériau également du côté d’Antsirabe, Ambositra, Fianarantsoa, Fandriana, Ambalavao, … Si l’on veut aller à la source, c’est dans ces régions qu’il faut aller. Je pense qu’il existe là une source d’inspiration qui n’est pas assez exploitée. Souvent, nous sommes noyés dans cette fausse modernité.

L’architecture malgache a-t-elle sa place dans l’avenir ?J’ai pour habitude d’affirmer qu’elle aurait dû avoir sa place, longtemps déjà. Les pays occidentaux ont toujours su exploiter les apports des architectes pour le quotidien. Ce n’est pas le cas à Madagascar où l’architecture fait figure de parent pauvre. Il fut une époque, avant les années 70, où l’on a pu assister à la réalisation des grands bâtiments administratifs, par exemple. Les architectes ont été alors mis à contribution. Aujourd’hui, la profession aurait plutôt tendance à être marginalisée. Ce qui est dommage car l’architecture est au quotidien ce que la nourriture est au corps : elle s’avère indispensable. Vous ne le savez sans doute pas mais par exemple, lorsque la surface de votre maison fait plus de 150 mètre carrés, vous devez faire appel à un architecte. C’est la loi.

Textes : Rondro RamamonjisoaPhotos : Tojo Razafindratsimba-fournies- archives

L'express de Madagascar1 partages

Africa Games Show – Trois gamers au Maroc

Trois Malgaches vont participer à l’Africa Games Show, du 17 au 19 novembre à Casablanca. Ils ont quitté le pays lundi pour rejoindre cette ville marocaine. Il s’agit de Ony Michael Rabarison, Ranto Manoro Ratsimialavahoaka et Michel Mamitiana Rakotoarison. Ces trois gamers ont été sélectionnés à l’issue d’un tournoi national d’eSport.L’Africa Games Show regroupera les meilleurs gamers africains issus de différents pays, dont  Mada­gascar, Guinée Conakry,  Sénégal, Maroc,  Tunisie, du Cameroun, Côte d’Ivoire,  République démocratique du Congo, Mali et La Réunion. Ce sera ainsi l’occasion pour nos challengers de démontrer leurs talents devant leurs pairs africains dans leurs disciplines respectives : Ony Michael Rabarison pour la PES 2017, Ranto Manoro Ratsimialavahoaka  pour la discipline Street Fighter V,  et  Michel Mamitiana Rakotoarison   pour  Asphalt 8.Au cours des mois de juillet et août, Orange Madagascar, Mass’In et Jeux Vidéo and Co ont organisé un tournoi d’eSport dans plusieurs villes malgaches.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Transport – Retour à la normale à Nosy be

Tout est dans l’ordre. Le VHF omnidirectional range (VOR) est de nouveau fonctionnel, depuis hier. Le câble alimentant le système de positionnement à courte et moyenne distance utilisé en navigation aérienne, dite « aux instruments », a été touché lors des travaux de rénovation, lundi. L’équipe de Ravinala Airports, soutenue par des ingénieurs de Colas / CMBI, s’est attelée à sa réparation. Des techniciens de l’Aéroport de Madagascar (Adema) et de l’Asecna ont aussi prêté main forte pour permettre à cet aéroport d’accueillir les aéronefs.D’après Ravinala Airports, les travaux se sont déroulés dans la nuit du mardi 14 novembre au mercredi 15 novembre, au petit matin. Les tests ont été réalisés de minuit à 3 heures du matin. Le VOR est ainsi à nouveau fonctionnel depuis mercredi matin, permettant le vol aux instruments.Depuis lundi, le régime de vol à Nosy Be était le vol à vue. Suite à cet incident technique, des compagnies aériennes ont reporté leurs vols. Pour Air Madagascar, par exemple, le vol du lundi en soirée était reporté mardi en journée.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Handisport – Madagascar défendra  ses titres aux Comores

Confirmé. L’édition 2017 de la Coupe des clubs cham­pions de handisport de l’océan Indien se tiendra bel et bien aux Comores. Quatre disciplines seront au programme de la CCCHOI du 9 au 16 décembre.Madagascar y sera représenté respectivement par les champions nationaux par discipline, à savoir le club de 3FB Toliara en basketball sur fauteuil, la doublette du CB Vakinankaratra chez les hommes en pétanque et COSHAP Analamanga chez les dames, Hery de Betsiboka en tennis et Jean Pierre de Sofia en tennis de table.Dominante dans la région, la Grande île a réalisé un triplé lors de la dernière édition de la Coupe des clubs champions de l’Océan Indien à l’ile Maurice en l’occurrence en basketball sur fauteuil et en pétanque dou­blettes hommes et dames. Quatre îles de l’Océan Indien, la Réunion, Maurice, Mada­gascar et les Comores, participent à ces jeux régionaux.

S.R.

Midi Madagasikara1 partages

Maevatanàna : Olan’ny famatsian’drano, tapaka efa nandritra ny herinandro

Tapaka ny rano efa nandritra ny herinandro lasa izay, tsy nahenoana fanazavana mikasika ity fahatapahan-drano ity ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny orina jirama eto Maevatanàna. Mizaka ny tsy eran’ny aina ny mponina eto Maevatanàna. Tsy tonga eny amin’ny fantsona isan-tokantrano intsony ny rano noho ny faharitran’ny rano mpamatsy ny jirama. Voatery mantsaka rano any Antsakoamamy ny mponina, izay 5km miala ny tanàna. Lasa mandany 1000 Ariary hitondrana rano iray bidao amin’ny bajaj, raha amin’ny sarety dia 2000 Ariary no hitondran’izy ireo izany.

Ratantely

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Ankazoabo Atsimo : “ Fanafihana telo na efatra isan’andro no mitranga, lasibatr’ ireo malaso ny ombi...

Noho ny tsy fahampian’isa sy tsy fahampiana fitaovana eo amin’ireo mpitandro filaminana miasa any amin’ny Distrikan’ Ankazoabo Atsimo, dia manjaka tokana ny dahalo ankehitriny. Saika isan’andro dia andrenesana asan-dahalo foana any an-toerana, ka miaina ao anaty horohoro sy tahotra ny vahoaka izay mahatsiaro tena ho tsy misy mpiaro intsony amin’izao, na dia manao antso vonjy mafy aza, kanefa toa antso an’efitra tsy misy mpihaino izany. Noho ity asan-dahalo toa tsy misy fanafana ity, dia miharitra ny omby ka tsy mifidy hangalarina intsony ireo malaso tanora, fa lasibatra hatramin’ny ombin-tsarety. Na antoandro na alina dia andrenesana hazolava (antso vonjy) foana any an-toerana. “ Fanafihana telo na efatra isan’andro no miseho aty aminay, satria ny ankamaroan’ireo ao amin’ny Dinabe (andrimasom-pokonolona) izay noheverina fa hiady amin’ny halatra omby dia saika ireo dahalo mbola tsy niova fo avokoa ”, hoy ny Ben’ny tanànan’ Ankazoabo Atsimo, Ramamiro Daudet. Lesoka ihany koa ka tsy mety mahafoana mihitsy ny halatra omby arahina vono olona any an-toerana, raha ny nambaran’ity olom-boafidy ity hatrany, ny tsy fisian’ny fiaraha-miasa matotra misy eo amin’ny mpitandro filaminana sy ny Dinabe. “ Noho ny tahotra ny ain’izy ireo dia tsy mety manara-dia miaraka amin’ny Dinabe mihitsy ireo mpitandro filaminana “,hoy hatrany ity Ben’ny tanàna ity sady namarana  ny fanazavany.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Rallye Tia RC : Va pour le prochain calendrier 2018

Ils ont tiré le rideau sur le 1er Rallye Tia RC Tour 2017 comptant pour la 3e manche du championnat RC. Et ce faisant, la Team Tia RC tient à remercier ici les différentes personnes qui ont bénévolement contribué à la réussite de ce « 1er Rallye Tia Tour 2017 ». Ils remercient également leurs partenaires : Zital, DHL, Audacious, Airtel, Graph Baovola, OKALOU, Saha Clothing Group, Wake up Freestyle. Notons que le Team TIA RC est composée de Mbolatiana Michela Ranaivo, Andry Ratsimbason , Dina Andriamihajamanana Rajaonah , Mahery Rajaonah , Rakotohaja Mamy , Dani Rahoera et Nary Mufasa. Mieux, l’équipe a remporté le rallycross électrique, le rallye électrique et le run. « Nous sommes plus que satisfaits de ce premier Rallye Tia RC Tour qui compte pour la 3e manche du championnat RC de cette saison 2017. Il y a eu un réel engouement tant au niveau des joueurs que des spectateurs. On voit que la discipline commence à prendre sa place dans la Capitale mais surtout que les joueurs sont diversifiés : il y a des enfants, des jeunes, des femmes, des âgés parmi les participants. Aucun incident n’a été constaté, les joueurs ont été fair-play du début jusqu’à la fin. Les résultats des rallyes sont venus de surprise en surprise. Nous sommes déjà en train de voir le calendrier pour la saison 2018 »

Rallycross électrique:

Rakotohaja Mamy : Mitsubishi Lancer Evo VI

Nary Mufasa: Mitsubishi Lancer Evo X

Alain Sneil : Marauder

Rallycross thermique :

Mandresy Andrianarison : Buggy Kawasaki

Jason Chu : Mercedes

Mahery Andrianarison : Nissan skyline GTR

Rallye électrique

Nary Mufasa : Mitsubishi Lancer Evo X

Rakotohaja Mamy : Mitsubishi Lancer Evo VI

Randzavony Mira : Subaru Impreza

Rallye thermique :

Mandresy Andrianarison : Buggy kawasaki

Mahery Andrianarison : Nissan skyline GTR

Dina Rajaonah : Nitro power sonic

Run :

Rakotohaja Mamy : Xray T2

Mtolotra Ranaivoson : Subaru

Mahery Andrianarison : Buggy kawasaki

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

CROPH Ambositra : Ouverture du centre d’accueil « Mitasoa »

« Le centre d’accueil « Mitasoa » à Antamponivinany-Ambositra » .

Depuis la cessation complète des activités du foyer « Akanin’ny marary » de Maharivo-Ambositra, la prise en charge des personnes handicapées a également cessé, constate le docteur Jeanne Raymonde Rasolofonirina, directeur régional de la santé. Une situation qui n’a pas laissé indifférent le Collectif Régional des Organisations des Personnes Handicapées (CROPH) d’Amoron’i Mania dans la recherche de solutions pour la prise en charge de ces personnes en position d’handicap physique et mental.

Orienter. C’est ainsi que le centre d’accueil « Mitasoa » a été officiellement installé, lors d’une cérémonie qui a eu lieu le 4 novembre dernier à Antamponivinany dans le bâtiment même de la direction régionale de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme. Comme l’a souligné le président du CROPH, Raherivelomanantoanina Boniface, cette réalisation rentre dans le cadre du programme d’activités de ce groupement dans la prise en charge des personnes en position d’handicap physique et moral. Ce centre d’accueil reçoit donc les personnes en position d’handicap à partir du 6 novembre et les oriente en fonction de leurs problèmes. 23 organisations sont actuellement affiliées au sein du CROPH d’Amoron’i Mania avec 600 membres, a poursuivi le président. Un chiffre bien inférieur à la réalité, comme l’a précisé la directrice régionale de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, Josoa Rahasarivelo Achille Huberte dans le sens qu’Amoron’i Mania compte environ plus de 2000 personnes en position d’handicap. Ce qui a conduit le CROPH à procéder d’ici peu au recensement de ces personnes handicapées dans la région et de les intégrer au sein même de ce collectif pour mieux les prendre en charge.

Priorités. L’ouverture de ce centre d’accueil « Mitasoa » rentre dans le cadre des priorités du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme, qui sont d’aider les couches vulnérables, a rappelé Josoa Rahasarivelo Achille Huberte et d’illustrer également les quelques réalisations dans ce sens, comme le centre d’accueil des personnes âgées, les médecins amis des personnes âgées, le centre de promotion socio-économique qui sont des structures existantes à Ambositra.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Environnement : La Journée de l’Afrique célébrée hier à la COP23

 « Partenariats pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris : la réponse de l’Afrique ». Tel est le thème de la Journée de l’Afrique, célébrée hier à la COP23, à Bonn en Allemagne, à l’initiative conjointe de la Banque africaine de développement (BAD), de la Commission de l’Union africaine (CUA), de la Commission économique pour l’Afrique de l’ONU (CEA) et du Nouveau partenariat pour l’Afrique (NEPAD). Deux ans après l’Accord de Paris conclu à la COP21, l’Afrique continue d’unir ses forces, misant notamment sur les partenariats pour mettre les pays développés face à leurs responsabilités et à leurs engagements en matière de financement, et inciter les pays du Continent à poursuivre une trajectoire de développement sobre en carbone et appliquer ses contributions déterminées au niveau national. Le tout, dans la droite ligne de la feuille de route de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, des Objectifs de développement durable de l’ONU et des High 5 de la BAD. Financements, renforcement des capacités, développement et transfert de technologies ont été au cœur du programme de la célébration de la Journée de l’Afrique.

Haut niveau. Des chefs d’Etat, des présidents d’institutions et organisations internationales, ainsi que de nombreuses autres hautes personnalités ont participé à la célébration d’hier. Des débats et dialogue ministériels ont également été au programme. Par ailleurs, la journée était également marquée par le lancement officiel de la Plateforme africaine pour les Contributions déterminées au niveau national (Africa NDC Hub). Il s’agit d’une initiative de la BAD qui compte aujourd’hui 11 partenaires, et destinée à aider les pays d’Afrique à appliquer leurs contributions nationales respectives, tout en poursuivant les priorités de développement qui sont les leurs. A noter que l’Afrique a joué un rôle clé dans la conclusion de l’Accord de Paris. Sur les 168 pays à l’avoir ratifié à ce jour, outre l’Union européenne, 43 sont africains, soit plus de 78 % des pays du Continent. De leur côté, à la COP21 à Paris, les pays développés avaient réitéré leur promesse de fournir 100 milliards USD de financements climatiques annuels dès 2020. À ce jour, nous sommes loin du compte et l’Afrique ne bénéficie que moins de 4 % des flux actuels en ce domaine.

Recueillis par Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

« Rima sy mozika » : Entre « kalon’ny fahiny » et poésie !

Les artistes qui vont donner vie à « Rima sy mozika » au CCesca le 26 novembre prochain.

Un cocktail explosif ! C’est ce que concocte Gasy events pour son prochain évènement au CCesca Antanimena le 26 novembre. En tout cas, si on aime le « kalon’ny fahiny », on ne peut qu’apprécier.Remettre au goût du jour un genre musical qui a fait son temps dans les années 60 ! C’est le projet sur lequel s’attèle actuellement l’équipe de Gasy events. Le 26 novembre, elle mettra en scène six artistes de différentes générations pour reprendre les meilleurs du « kalon’ny fahiny ». Une grande première pour l’agence mais un coup d’essai qu’elle espère être un coup de maître !Les ingrédients ? Liva Ramanandratosoa nous en dit davantage : « Des chansons qui étaient autrefois sur toutes les lèvres, des artistes ayant été de grandes célébrités dans les années 60 mais également des plus jeunes, des chanteurs qui apprécient particulièrement le genre ‘ba-gasy’ et de jeunes poètes qui ont l’avenir devant eux. Le tout réuni sur une même scène. Et le tour est joué. Enfin, on l’espère. En tout cas, on y croit ». Pour ce concert inédit au CCesca Antanimena, Salomon, Goth, Luk, Zozo, Hents et Hery vont se relayer pour faire vibrer les spectateurs au rythme de ces grands succès des sixties. Lili et Lilie représenteront la gent féminine dans cette aventure.

En rime. Intitulée « Rima sy mozika », cette manifestation, outre le côté musical, sera également une occasion pour les jeunes poètes de déclamer leurs œuvres. Elisoa Clochette, Ankoay Mikolo Hasina ou encore Hanitry ny Aina saisiront ainsi cette opportunité pour présenter leurs œuvres devant le grand public. Les titres choisis par les artistes tourneront par contre autour du patriotisme. Et comme l’amour est un sujet auquel on ne peut se soustraire, il sera également abordé en chanson. « Rima sy mozika », un évènement qui va replonger les plus âgés à l’époque de leur jeunesse et une aubaine pour les jeunes de découvrir les grands succès d’antan.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Un show destiné à impressionner le public

C’est un président rayonnant qui a distribué des kits scolaires aux soixante mille collégiens rassemblés, hier au Coliséum d’Antsonjombe. Même s’il a bien précisé que le langage politique était banni de son discours, personne n’a un seul instant cru en l’absence d’arrière pensée du chef de l’Etat durant cette cérémonie. Le président, par ce geste, a voulu montrer que l’éducation est au centre de ses préoccupations et que cela sera un de ses thèmes principaux lors de la prochaine campagne présidentielle.

Un show destiné à impressionner le public

Il ne s’agissait pas d’un meeting, mais l’affluence de ce rassemblement organisé au Coliséum aurait pu faire pâlir de jalousie un homme politique. Les taxis- be et les bus de la Capitale ont été réquisitionnés pour transporter les collégiens des établissements de la Capitale et de ses environs, occasionnant des embouteillages à n’en plus finir. La manifestation a été organisée comme une fête. Nonobstant la distribution d’une centaine de kits scolaires aux jeunes garçons et filles, il y a eu les discours de différents orateurs et la montée sur scène de vedettes de la musique malgache. En fait, ceux qui étaient présents ont eu l’impression d’assister à un show destiné à impressionner le public. C’est un véritable défi que chef de l’Etat a lancé à ses adversaires politiques très réservés à propos de cette manifestation organisée hier. Les observateurs conviennent que cela s’apparente à une étape de la précampagne que ce dernier a engagée depuis un certain temps. L’impact du message adressé aux citoyens n’est cependant pas certain. Ces derniers acceptent sans rechigner les dons qui leur sont faits, mais ils restent lucides. L’amélioration de leur condition de vie est l’essentiel de leur préoccupation et ils jugeront l’action du Président de la République et de l’équipe l’entourant au coup par coup. L’échéance électorale se rapproche à grands pas et il faudra beaucoup de gestes significatifs pour convaincre les électeurs.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada0 partages

Tsy fahaiza-mitantan’ny mpitondra : manao ny asan’ny sefo Zap sy ny ONG indray ny filoha

 Asa andavanandro  ho an’ny  fanabeazana ny fizarana kojakojam-pianarana, tahaka  ny  natao teny Antsonjombe, omaly. Tsy ilana filoham-pirenena na praiminisitra na minisitra miditra an-tsehatra akory aza fa vitan’ny eny anivon’ny Zap ny mizara izany eny anivon’ny EPP sy  CEG. Tsy mandany  vola na  hanofana fiara marobe hampiakarana ny mpianatra eto Analamanga izany. Tsy ilana volabe angalana mpanakanto koa… Lasa fahasahiranana tadiavina sy fandaniana mihoa-pampana. Zary manao ny asan’ny ONG sy fikambanana amin’ny fanampiana madinidinika tahaka  ireny izany  izao ny fanjakana. Tsy  hoe fitaovam-pianarana maharitra taom-pianarana  telo  na efatra rahateo akory ny nozaraina. Anisan’ny olana eto  amintsika  io mifampitsabaka andraikitra sy asa io, ka tsy misy mipetraka amin’ny toerany intsony ny zava-drehetra. Tsy  fantatra intsony fa mifangaro voraka ny  iza ny manao inona. Anisan’ny tsy fahaiza-mitantana avokoa  izany.

Mbola resaka hafa ny fitohanana goavana teo amin’ny fifamoivoizana  nihazo an’Analamahitsy, omaly, mitondra fatiantoka ho an’ny toekarena, saingy efa tsy jerena  intsony izany satria efa mahazatra. Ahoana koa ny fifampitadiavana amin’ireo  ankizy marobe ireo eny Antsonjombe rehefa nirava ? Avy  rahateo  ny orana. Efa niteraka olana sy loza  ny  nampiakarana ireo  mpampianatra Fram analiny taty Antananarivo…

Mba tsy ho fisehosehoana ivelany fotsiny…

 Voalaza fa volan’ny filoha mivady ny nividianana ireny “kits” ireny,  ho an’ny mpianatra 60 000 amin’ireo CEG eto Analamanga  na 200 ihany aza aloha nozaraina,  omaly. Hitohy any an-tsekoly ny fizarana. Mbola tokony  hahazo anjara amin’izany koa ny any amin’ny faritra 21 hafa, toy ny any Midongy Atsimo na Antsakabary sy Mananjary, may  trano  sy tanàna, mba  tsy hiteraka  lonilony  na  hiheveran’ny sasany fa misy fiangarana  eto. Inoana fa mbola manam-bola hanaovana izany ny filoha mivady  fa tsy ho fisehosehoana fotsiny indray mandeha  tsy miverina…

Etsy andaniny, tsy  ratsy akory ary tena  ilaina iny fizarana “kits” iny, saingy tokony hahavitana asa hafa eny anivon’ny sekoly ny niakaran’ireo ankizy ireo  teto an-drenivohitra.

Mametraka vina mijery lavitra kokoa

 Tokony  mijery lavitra kokoa sy manana vina koa anefa  ny  mpitondra  fa  tsy manao fisehosehoana  ivelany tahaka  izao. Anisan’izany ny fametrahana ny sakafo an-tsekoly ho an’ireo ankizy  ireo. Firifiry  ireo tsy  mbola tafiditra an-tsekoly na koa nandao ny  lakilasy noho ny fahantrana sy olana maharitra iainain’izy  ireo ?  Mbola maro  ireo mianatra eny ambodihazo,  na sekoly  tsy misy  tafo. Eo koa ireo mipetraka amin’ny  tany any am-pianarana… Mbola maro  ireo sekolim-panjakana andoavan’ny ray aman-dreny vola lava izao isam-bolana…

Ankoatra izany, tsy tokony anjaran’ny filoham-pirenena ny mitarika ny tahaka ireny. Tsy fanamaivanana akory izany fa misy andraikitra tokony ifampizarana. Oviana ary taiza  ny filoha frantsay na ny mpitondra amerikanina nifandimby ka nizara “kits” ho an’ny  mpianatra ? Hafa indray raha  hoe nahavita fotodrafitrasa goavana, toy ny lalana Mainitirano mihazo an’i Tsiroanomandidy  na Vohidiala – Ambarondrazaka na koa Ambilobe-Vohémar  ny fitondrana. Tena anjaran’ny filoham-pirenena mihitsy kosa ny mitokana  izany.

Randria

News Mada0 partages

Recettes publiques : un taux de pression fiscale à 11,9% escompté

L’Etat prévoit un taux de pression fiscal à 11,9% pour l’année 2018, suivant l’objectif d’augmenter ce taux de 0,5 point du pourcentage du PIB national chaque année.

Dans son budget initial pour l’année 2018, l’Etat prévoit de recouvrir des recettes fiscales nettes s’élevant à 4 811,4 milliards d’ariary contre 4 092 milliards d’ariary pour l’année 2017. Soit une hausse de 17,6% sur les recettes envisagées l’an prochain.

Selon les détails apportés dans la Loi de finances initiale 2018, adoptée à l’unanimité et sans amendement, hier, à l’Assemblée nationale, les recettes non fiscales intérieures devront augmenter de 20,8%  par rapport à la valeur estimée fin 2017 et passeront ainsi de 2 115,0 milliards d’ariary à 2 555,0 milliards d’ariary.

La pression fiscale intérieure à 6,3% du PIB

La réalisation de ces prévisions sera accompagnée de quelques mesures de simplification des procédures. Aussi, il est prévu que la TVA et les Droits d’accises augmenteront chacun de 13,9% pour atteindre respectivement 849 milliards d’ariary et 394,1 milliards d’ariary de recouvrement.

L’impôt sur le revenu, quant à lui, est prévu atteindre 632,2 milliards d’ariary (soit une variation de 13,0% par rapport à 2017). En effet, la TVA, l’impôt sur le revenu (IR) et les Droits d’accises (DA) occupent plus de 75% des recettes collectées et accaparent respectivement les 35,9%, 25,4% et 15,8% de recettes fiscales internes de l’Etat. Le taux de pression fiscale intérieure est alors escompté à 6,3%.

Concernant les recettes douanières, elles devront atteindre 2 256,4 milliards d’ariary contre une valeur de 1 977,0 milliards, inscrite dans la Loi de finances rectificative (LFR) 2017. «Les produits non pétroliers (PNP) détiendront plus de trois quarts de ces recettes, soit 77,5% et le reste sera fourni par les produits pétroliers (PP) (soit 22,5%). En tenant en considération les estimations d’impact des APEi, des variations respectives de 5,4% et de 1,9% sont escomptées pour ces deux catégories de produits», prévoit le texte relatif à la LFI 2018.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Kitra – Fanomanana ny «Mondial 2018» : resin’ny Voromaherin’i Nizeria i Arzantina

 Nanaitra an’izao tontolo izao, ny nandresen’ny Voromaherin’i Nizeria an’i Arzantina, teo amin’ny lalao ara-pirahalahiana, taranja baolina kitra. Vokatra izay mampiahiahy ny mpomba an-dry zareo Arzantin.

 

8 volana mialoha ny hanombohan’ny «Mondial 2018», tanterahina any Rosia, tsy mbola tena manana fahatokisana amin’ny Albiceleste, ny vahoaka Arzantin. Resin’ny Voromaherin’i Nizeria, tamin’ny isa mazava, 4 no ho 2, mantsy ry zalahy, nandritra ny lalao ara-pirahalahiana, notanterahina tao amin’ny kianja Krasnodar, Rosia ny talata 14 novambra, lasa teo. Fihaonana tsy nahitana an’i Messi. Na izany aza, efa nitarika tamin’ny isa 2 no ho 0 izy ireo no tratran’ny Nizerianina. Baolina nampidirin’i Ever Banega, teo amin’ny minitra faha-27 sy ny an’i Sergio Aguero, teo amin’ny minitra faha-36. Nampihena ny isa kosa i Iheanacho, teo amin’ny minitra faha-45, tamin’ny alalan’ny «coup franc». Tratry ny tsy fahasalamana tampoka i Aguero, teo am-pialan-tsasatra ka voatery nentina tany amin’ny hopitaly. Somary nampihena ny lalaon’ny Arzantin izany. Nosahalain’i Iwobi, izany teo amin’ny minitra faha-52 ary mbola nampian’i Idowu, 2 mn taorian’izay. Nofaranan’i Iwobi, indray ny baolina matin’i Nizeria, tany amin’ny minitra faha-73. Mbola manana fihaonana ara-pirahalahiana roa ny Albiceleste, mialoha ny “Mondial 2018” dia ny fifandonana amin’i Italia sy i Maraoka, ny volana marsa, ho avy izao.

Ankoatra izay, nisaraka ady sahala 2 no ho 2 ny Frantsay sy ny Mannschaft Alemaina. Fihaonana notanterahina tany amin’ny kianjan-dRainiboto. Ady sahala samy tsy nisy nitoko kosa ny fikatrohan’i Angletera sy i Brezila, natao tao amin’ny kianja Wembley.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kianjaben’i Mahamasina : namboarina ny «piste» fihazakazahana

Nanomboka, omaly alarobia, ny fanamboarana sy famerenana amin’ny laoniny ny “piste” fihazakazahana ao amin’ny kianjaben’i Mahamasina, izay nanaovana ny «rallye international de Madagascar», ny 10 ka hatramin’ny 12 novambra lasa teo. Ny federasiona sport automobile malagasy (FSAM) no mandray an-tanana izany, araka izay efa teny nataony, tamin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, nialoha ny fifaninanana.

Aravona amin’ny alalan’ny masinina mba hitovy tantana tsara aloha ny tany eo amin’ny ambonin’ny “piste”, avy eo vao rarahana “laterite” ary iverenana aravona indray aorian’izay. Amin’ny farany vao asiana fasika madinika, araka ny nambaran’ny teknisianina, mikarakara izany. Hiankina amin’ny toetr’andro kosa ny faharetan’ny asa. Tsy maintsy ajanona mantsy ny fanamboarana, raha vao avy ny orana ary miandry ny fitsaharany. Marihina fa olona 10 no indray mitantsoroka amin’ny famerenana amin’ny laoniny ny “piste” eo Mahamasina. Raha tsiahivina, notontosaina tao amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny “super spécial”, nandritra ny hateloana, tamin’iny “rallye international de Madagascar” iny.

Torcelin

News Mada0 partages

Raid : et de deux pour Lemur Trophy

C’est le générique de la fin pour le 2 e Lemur Trophy qui a s’est clôturer le week-end dernier à Taolagnaro. Une spéciale de 30 km, mêlant terre battue, poussière, rivières, sous-bois menant bien évidemment à la somptueuse plage. Parce que cet évènement est plus qu’un simple raid, c’est une aventure touristique à couper le souffle.

La dernière journée de la seconde édition du raid touristique de la Grande île, le Lemur Trophy, s’est déroulée sans encombre pour toute la flotte dirigée par Festiv, créateur de l’évènement, qui a su trouver la formule gagnante pour conjuguer aventure, tourisme et sport de vitesse. Les équipages ont eu la chance de parcourir la spéciale de clôture sur 30 km, pour rejoindre la célèbre plage de Lokaro située en bord de mer à l’est de Taolagnaro.

«La route en terre battue, soulevant peu de poussières, plate et dure serpentant entre les rivières, les sous-bois et la plage, est agréable. C’est une occasion irrésistible d’appuyer sur l’accélérateur, grisé par le parcours ludique de cette dernière journée. Notre pêcheur qui nous attendait sur la plage avait déjà dressé les nattes sur l’herbe, à l’ombre des arbres à côté des braises qui grillaient les crevettes et les crabes», ont commenté les participants.

Puisque cet évènement hors pair a surtout mis l’accent sur la découverte de Madagascar, l’avant-dernière étape a été l’occasion pour les raiders de constater de visu les lémuriens (ndlr, d’où l’appelation Lemur Trophy) dans les champs de sisal, avant l’entrée de Berenty qui abrite une végétation dense et des grands arbres hébergeant trois races de lémuriens et une multitude d’oiseaux. Une réserve naturelle considérée comme un havre de paix protégé par la famille Heaulme, qui y exploite le sisal depuis trois générations.

Rojo N.

News Mada0 partages

Hippisme : deux grands prix pour clore la saison

La saison hippique arrive à sa fin pour l’Autorité hippique pour les courses et l’élevage de chevaux à Madagascar (Ahcel). Les organisateurs ont gardé le meilleur pour la fin en guise de reconnaissance envers le public et les jockeys qui ont animé la saison.

Effectivement, l’Ahcel a mis au programme six courses alléchantes, ce dimanche, à l’hippodrome de Bevalala, dont deux grands prix. Le premier est destiné aux poulains et pouliches de 2 ans et demi tandis que le deuxième, baptisé le Grand prix de clôture,  est réservé aux meilleures montures et aux meilleurs jockeys.

Des démonstrations de sports équestres sont également à l’affiche outre l’esprit country véhiculé par le groupe Ny Ainga qui assurera le volet culturel de l’évènement.

Pour revenir à la journée de dimanche dernier, Patrick Rakotoarivelo a encore une fois fait parler de lui en remportant deux victoires, notamment,  la 1ère et la dernière course, respectivement sur le dos de Nuage de Fanorona et  de Nabab. Ce qui fait de lui, l’homme à battre pendant cette dernière journée.

Rojo N.

News Mada0 partages

Rallye international de Madagascar : miandry ny «tribunal sportif» ny vokatra ofisialy

Voatery alefa any amin’ny «tribunal sportif national»  ny famoahana ny vokatra ofisialy ny andiany faha-38, amin’ny “Rallye international de Madagascar”. Anton’izany ny tsy faneken’ny klioba sy ny ekipazy, ny valiny navoakan’ny “college des commissaries sportifs”. Araka izany, voatery naato  aloha ny famoahana ny anaran’ireo efatra voalohany, amin’ny filaharana ankapobeny sy ny roa voalohany, teo amin’ny N4, tamin’iny fifaninanana iny.

Mandra-piandry izany, nitana ny laharana fahadimy i Lahatra sy i Tsangy, nitondra ny fiara Subaru, avy amin’ny klioba Asacm. 2 ora 29 mn 12, 5 s ny fe-potoany. Fahenina, i Haja Danielson sy i Alaina, avy amin’ny TMF sy Asacm, nitondra fiara Ssangyong Actyon, izay nahatontosa ny hazakazaka,  tao anatin’ny 2 ora 33 mn 17, 0 s. Marihina fa fiara 13 tamin’ireo 29 nandray ny fiaingana no tonga hatramin’ny farany.

Nirina sy Christel, avy amin’ny FMMSAM, mitondra ny fiara P.206 kosa ny voalohany teo amin’ny sokajy M11, narahin’i Mandimbinarimisa sy i Christophe avy amin’ny Ama sy ny ACCT. Hariandry sy i Miangaly kosa ny teo amin’ny M12 4RM. Faharoa tamin’io sokajy io i Tahina sy i Baovola. Voalohany teo amin’ny M12 2RM, i Anjaniaina sy i Aina Princia, narahin’i  Domvala sy i Lalatiana. Ho an’ny 2RM indray lasan’i Nirina sy i Christel ary i Ndrianja sy i Fanja, ho an’ny “mixte”. Lahatra sy i Tsangy ny teo amin’ny mpanamory tanora.

Hotanterahina, anio alina ao amin’ny efitrano malalakin’ny kaominina Antananarivo ao Analakely, ny fanolorana ny amboara ho an’ireo mpandresy, tamin’ity “rallye international de Madagascar”, ity.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Ankadifotsy, Ambodifilao… : nesorina ireo 4-Mi mandoto tanàna

Anisan’ny mpandoto sy mpanakorontana ary miteraka tsy fandriampahalemana eny anivon’ny fiarahamonina ny fisian’ireo 4-Mi izay mitoby etsy sy eroa. Nahavoaray fitarainana avy amin’ny fokontany Ankadifotsy, Ambodifilao, Analakely… ny kaominina Antananarivo Renivohitra ka nanao fidinana ifotony teny an-toerana mba hijery ny zava-misy.Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny fari-piadidiana ny tanànan’Antananarivo Renivohitra fa voararan’ny lalàna ny matory an-dalambe sy manao ny maloto eny rehetra eny.

Nentanin’ireo ekipa avy ao amin’ny sampandraharaha misahana ny asa sosialy na ny Das ireo mpatory an-dalana ireo mba hamonjy ny toerana voatokana ho azy ireo. Tonga teny an-toerana nanampy ireo ekipan’ny Das ihany koa ny polisy monisipaly tamin’ny fanalana ireo 4-Mi sy ny fanadiovana ireo toerana izay tena hita fa maloto.Naneho ny fahafaham-pony sy ny fisaorana ny ekipa nanadio teny ireo nanao fitarainana teny anivon’ny Das. Nilaza ny tompon’andraikitra fa ilaina koa ny fiaraha-miasa amin’ireo nanao ny fitarainana mba tsy hiverenan’ireo 4-Mi eo amin’ny toerana izay nanesorana azy intsony.

Tatiana A

News Mada0 partages

Kit scolaire à Antsonjombe : des élèves rentrent bredouille

Annoncée en grande pompe, la distribution de kits scolaires, hier au Coliseum d’Antsonjombe, à l’occasion de la rentrée de la «peste» a déçu plus d’un, notamment bon nombre d’élèves qui ont fait le déplacement.

Une bonne partie des élèves sont repartis les mains vides après la remise de kits,  initiée par le couple présidentiel et destinée à quelque 63.526 élèves du primaire et du secondaire dans la capitale et ses périphéries. Ces élèves scolarisés dans des écoles publiques et privées dans les Circonscriptions scolaires (Cisco) d’Antananarivo Renivohitra, Avaradrano, Atsimondrano et Ambohidratrimo sont venus en masse sur les lieux pour recevoir leur part, d’autant plus que leur présence était obligatoire.

Mais finalement, ils ont été des milliers à rentrer les mains vides après avoir raté leur cours et enduré tous les caprices du climat, conjugués avec la difficulté de se rendre sur place à cause de l’encombrement de la circulation. «Après de heures d’attente sous une chaleur accablante, ils se sont rendu compte que les donateurs  ne procèdent qu’à une distribution symbolique, pour quelque centaines d’élèves.

Désarroi

Le dispatching des restes du don aux autres élèves se fera dans les écoles dans les prochains jours, alors que tous les élèves ont été obligés d’y assister». Une scène qui a déplu plus d’un et n’a pas manqué de créer le buzz sur les réseaux sociaux.

Une directrice d’école privée sise à Analamahitsy a exprimé son sentiment de désarroi, surtout pour ses élèves en classe d’examen qui figure dans la liste des bénéficiaires, mais…Apparemment,  l’équipement sera remis prochainement. Mis à part le faux espoir, les élèves, notamment ceux qui habitent loin, ont eu également du mal pour rentrer chez eux étant donné que les taxi-be ont été tous pleins à craquer. Une mésaventure qui a été aggravée par la précipitation.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Pakistanais irréguliers : 3 nouvelles arrestations

Récemment, les habitants de la capitale ont été surpris de rencontrer des étrangers de nationalité inconnue dans les rues et quartiers de la ville. D’après les réseaux sociaux, ces étrangers seraient des immigrés syriens. D’autant plus que dernièrement, d’aucuns se sont posé des questions. Est-ce le pouvoir actuel qui aurait autorisé la venue d’immigrés syriens au pays ?

Mais pourtant, il s’agit de touristes pakistanais qui ne sont plus en droit de séjourner dans le pays puisque la date de validité de leur visa est expirée. Poursuivis pour séjour irrégulier et activités non conformes au titre de séjour, le nombre de 9 arrestations d’Antaninarenina d’avant-hier se monte à 12, hier à la suite des interventions de la police du service de Surveillance territoriale d’Anosy dans un grand Hôtel de la capitale. Le contrôle des étrangers se poursuit au sein de ce service.

ATs.

 

News Mada0 partages

Lycée moderne d’Ampefiloha : don du groupe Star

Comportant  65 salles de classe, employant  220 personnels administratifs et enseignants confondus, et pouvant accueillir 3.179 élèves par année scolaire, de la seconde à la terminale, le lycée moderne d’Ampefiloha (LMA) est aujourd’hui le plus grand lycée de Madagascar en termes d’effectifs et d’infrastructures. Lors de la célébration du cinquantenaire de l’établissement en 2015, le lycée a fait construire des laboratoires de langue et une salle d’informatique.

Pour équiper au mieux ces nouveaux bâtiments, le Groupe Star a fait don de tables-bancs et de chaises d’une valeur de 10 millions d’ariary.

Lors  de la remise de ces matériels hier, Anna Rabary, secrétaire général du Groupe Star a fait la déclaration suivante : « Nous prenons à cœur le fait de pouvoir apporter notre contribution à l’éducation de nos jeunes. La dotation de ces tables-bancs constitue un infime partie face au travail qui attend les enseignants et le personnel pédagogique de l’établissement quant à la réussite des études de tous ces lycéens. Néanmoins, nous tenons à soutenir ces actions afin de donner à chacun de ces jeunes qui représentent la génération future du pays des chances égales pour un avenir meilleur ».

Chaque année, le groupe Star met de côté une enveloppe pour ses actions citoyennes ciblées dans le domaine de la santé, social, de l’environnement et de l’éducation.

Arh.

 

News Mada0 partages

Peste – Parc Tsimbazaza : pas d’impact sur la fréquence des visites

Le  Parc zoologique et botanique de Tsimbazaza (PBZT) n’a cessé d’accueillir des visiteurs durant ces trois derniers mois, moment où l’épidémie de peste a sévi avec une certaine ampleur, notamment dans la capitale.

«Les mesures prises par la Direction du Parc ont permis de maintenir la fréquence des visites presque au même niveau que l’an dernier», a soulevé le directeur du PBZT, Boromé Ramaromilanto, hier, lors d’une interview.

«Des opérations d’assainissement, accompagnées de désinfection et de dératisation ont été menées conjointement avec le Bureau municipal d’hygiène (BHM) afin d’assurer la salubrité des lieux et éviter toute possibilité de propagation de l’épidémie. Ce qui a rassuré les visiteurs, tant nationaux qu’étrangers», a précisé notre source.

De telles interventions seront rééditées tous les trois ou quatre mois, suivant les recommandations du BMH, pour maintenir les lieux sans risque de contamination de l’épidémie jusqu’à la fin de la saison pesteuse, en avril.

109.873 visiteurs d’août à octobre

Aucune différence notable n’a été enregistrée sur le nombre de visiteurs entre le mois d’août et octobre 2016 et 2017, selon les statistiques. L’an dernier, 110.189 visiteurs, nationaux et étrangers confondus, ont fréquenté le parc entre août et octobre, contre 109.873 durant la même période de cette année, soit une faible différence de 316 personnes.

Les étrangers n’ont pas manifesté de réticence à visiter le parc dans la mesure où 1390 individus issus d’autres pays, composés d’adultes et d’enfants ont été enregistrés ces trois derniers mois.

A ce rythme, l’effectif total des visiteurs durant l’année 2016, qui se situe à 350.801, pourrait être largement dépassé  cette année. 328.744 personnes ont fréquenté le parc à un mois et demi avant la fin de l’année. «Durant ces périodes, l’affluence des visiteurs, notamment les étrangers, est toujours prometteuse si on se réfère aux statistiques de ces dernières années. La basse saison se situe essentiellement durant le mois de janvier», a conclu le numéro un du PBZT.

Fahranarison

News Mada0 partages

Societe Biblique Malagasy : fin de la traversée du désert

Après des années de la croix et la bannière, plus précisément à partir de 2015, la Société biblique malagasy (SBM) remonte doucement les pentes. Jusqu’ici, cinq agences ont pu être rouvertes, dont deux à Antananarivo, une à Antsirabe, et une autre à Sambava. Dimanche dernier, une grande messe a été célébrée à  l’espace Tombotsoa Ampasambazaha à Fianarantsoa pour marquer la réouverture d’une autre agence, dirigée par Julie Ainamahavonjy Ramanakantenaina dans la capitale de la Haute Matsiatra. Celle de Toliara figure dans la perspective de la SBM, avant la fin d’année.

Actuellement, grâce à la mise en œuvre d’un plan de redressement, la SBM a pu reprendre normalement ses activités. «Au vu des remboursements effectués par la société depuis 2016, totalisant plus de 200 000 dollars, la Société biblique mondiale nous soutient de nouveau avec le retour de ses subventions d’un montant de 110 000 dollars», a fait savoir le Directeur général de la SBM, le Pasteur Hubert Rakotoarivony.

Sera R

 

News Mada0 partages

Sava : nouveau litige foncier à Sambava

Après Moratsiazo, un autre litige foncier apparaît dans la commune urbaine de Sambava, dans la région Sava. La mairie se voit dans l’obligation de trancher dans le vif pour préserver la paix sociale, fragilisée par les litiges fonciers successifs.

Le maire de Sambava, François Toto, se trouve de nouveau confronté à un litige foncier dans sa ville, suite à la décision unilatérale d’un opérateur chinois local de planter des cocotiers sur les trottoirs d’une rue occupée en permanence par des marchands dans le fokontany d’Ambodisatrana. Face à la pression populaire, le maire a dû faire son choix, sur interpellation des marchands,  en procédant à l’enlèvement de ces plants pour les remettre à leur propriétaire.  « Aucune demande ne nous a été adressée dans ce sens », a-t-il annoncé pour expliquer son geste, mardi dernier.

La population a révélé par ailleurs que le Chinois a déjà tenté cette opération auparavant sans pouvoir la réaliser pour la renouveler cette fois, toujours sans l’accord de la mairie. Le concerné a déclaré au maire de Sambava que l’enlèvement des cocotiers qu’il a plantés sur ces lieux publics le contrarie quelles qu’en soient les raisons.

Le maire François Toto a promis d’étudier les problèmes fonciers minant sa commune avec les membres du conseil municipal et les techniciens du service compétent.

Manou

 

Ino Vaovao0 partages

MANTALY - DISTRIKA AMBILOBE : Telo lahy maty niharan’ny fitsaram-bahoaka

Araka ny loharanom-baovao tsy niharan’ny hatezeram-bahoaka ireo lehilahy telo ireo raha tsy nanao fihetsika mampiahiahy ka niafara tamin’ny famonoan’ny fokonolona azy ireo. Noho ny fisian’ny vaky trano sy halatra isan-karazany tato ho ato ao Ambilobe sy manodidina izay dia nidina tany amin’ny kaominina ambanivohitra Mantaly ny polisy avy ao Ambilobe rehefa nisy nampilaza toe-javatra mampiahiahy tany an-toerana.

Tonga tao Mantaly ny alin’ny alatsinainy ny kaomisera sy ny ekipany nijery ny zava-misy. Nandritra ny fisafoana tanàna notanterahan’izy ireo dia nahasambotra olona telo nampiahiahy ny polisy ka anisan’izany ny lehilahy iray nitaingina bisikileta izay nahitana famaky teny aminy ary tsy manana karapanondro. Tafaporitsaka ity farany ary navelany teo ny bisikileta izay nentiny.

Misy lehilahy anankiroa hafa ihany koa vao nahita ny polisy dia nandositra ary nenjehin’ny fokonolona. Anisany voasambotra ihany koa ny vehivavy iray izay voalazan’ny fokonolona fa nampian-trano jiolahy ao Mantaly. Ny talata teo no nentin’ny polisy tany Ambilobe ireo olona voasambotra miisa telo ireo. Vao tonga tao Ambilobe dia nahare indray ny polisy fa misy olona telo tratran’ny fokonolona ary niharan’ny fitsaram-bahoaka. Avy hatrany dia niverina tany Mantaly ny polisy fa efa maty ireo telo lahy.

Tsara ny manamarika fa anisan’ireo olona maty ilay lehilahy tompon’ny bisikileta izay nahitana famaky teny aminy. Nentin’ny polisy any Ambilobe ny fatin’ireo olona roa hita tao an-toerana ary napetraka ao amin’ny tranom-paty ao Ambilobe. Raha tsy tonga haingana tany Mantaly ny polisy mety maro noho izay ny olona niharan’ny fitsaram-bahoaka. Andrasana ny vokatry ny fanadihadiana ataon’ny polisy mahakasika izao toe-javatra izao.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

BELO AMORON’I TSIRIBIHINA : Romotra ireo alika tao an-tanàna, tafakatra 9 ireo naratra mafy

Araka ny fijoroana vavolombelona nataon’ireo nanatri-maso tamin’io fotoana io dia nosangisangian’ireo ankizy ireo alika miisa telo teo ka tonga dia romotra avy hatrany. Nanomboka teo dia nanenjika olona izay hitany ireto biby ka saika ankizy avokoa ireo voakaikitra. Nandritra izay tranga izay dia ao ny ankamaroan’ireo fokonolona no tezitra satria noho ny fanadalana ireo alika mpirenireny ihany koa no anisany niavian’ny loza sy nampitombo ireo voakaikitra.

Vokatry ny tsy fisian’ny fanafody tao amin’ny CsbII tao an-toerana dia voatery nalefa nitsabo tena tany amin’ny Hopitalibe Namahora Morondava ireo naratra amin’izao fotoana izao.

Tamin’ny dinika nifanaovan’ireo mpitsabo manoloana izany dia noezahina nosamborina sy nahidy trano iray ireo alika miisa telo izay voalazan’izy ireo fa romotra. Nampitandrina ny zanany tsirairay avy ihany koa ireo ray aman-dreny taorian’ny zava-nisy mba tsy hisangisangy ireo alika intsony satria zavatra tsy dia nampoizina tahaka izao matetika no ahitana loza.

Raim-pianakaviana tsy hita nandritra ny herinandro, hita faty voatetitetika

Loza nahatsiravina ihany koa no niseho tao an-tampon-tanànan’i Belo Amoron’i Tsiribihina ny talata lasa teo noho ny fahitana razana voatetitetika tao anaty lobolobo. Lehilahy antsoina hoe Ratsimbazafy Alexis no nalaza teo an-tanàna fa tsy hita popoka efa nanomboka tamin’ny herinandro lasa teo iny. Raha ny filazan’ny fianakaviany nandritra ny famotorana natao azy ireo dia handeha hamboly any amin’ny Fokontanin’i Soanafindra no nialany tao an-trano ny marainan’ny alatsinainy 6 novambra 2017 lasa iny saingy tsy niverina intsony ny tenany. Teo vao nikoropaka nikaroka ny fokonolona ka tsy hita ny razana raha tsy ny talata lasa teo. Nandritra ny fikarohana sy ny fisavana nataon’ny mpitandro filaminana dia hita fa voatetitetika sy novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ity lehilahy ity.

Hatreto aloha dia mbola tsy fantatra mazava izay nahavanona ny loza ka mbola eo am-panaovana fanadihadiana ny zandary. Nilaza ihany koa ny vadin’ilay rangahy sy ny fianakaviany fa tsy nanana olana tamin’ireo mponina ity nindaosin’ny fahafatesana ity hatramin’izay, ka ahian’izy ireo ho olon-dratsy mpandroba no nifanehitra sy nahavita nanao ny famonoana. Na izany aza anefa dia mbola miandry ny valin’ny famotorana ireo mponina hatreto.Marisarisa ny tsy fandriampahalemana ao an-toerana

Miaina ao anatin’ny tebiteby vokatry ny tsy fandriampahalemana misesisesy ireo mponina ao amin’ity Distrika ity raha ny tatitra voaray hatrany. Fantatra àry fa ny vono olona amin’ny fomba feno habibiana sy ny halatr’omby no tena mampihorohoro ireo vahoaka tato ho ato. Tsy mitsahatra ahenoana ireo tranga ireo any an-toerana efa ho amam-bola maro izay ka misy ireo olona no tonga dia mifindra toerana miala ny tanàna. Manentana ny mpitondra fanjakana araka izany izy ireo mba hidina ifotony hijery ny zava-misy.

Efa misy ihany ireo andiana miaramila manatanteraka ny asany ao amin’ny Faritra saingy mbola mila ampiana isa izany raha ny fangatahana ataon’ireto iharan’ny fandrobana efa ho isan’andro.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ADY TANIN’NY SOTEMA AO TANAMBAO : Miandry ny valin’ny fitsarana ireo mponina

Voalaza mantsy fa mitady handroaka ireo fokonolona ny Vima izay nivarotan’ny Socota Polo ny tany. Tsy manaiky ny fandroahana azy teo ireo fokonolona izay efa ampolon-taona maro nipetrahana teo. Araka ny fanazavan’ny raiamandreny iray eny an-toerana dia faritra indostrialy io toerana io teo aloha, miainga avy eo Marolaka ka hatrany amin’ny televiziona Belobaka.

Natokana hanorenana orinasa. Nanao fangatahana ny hanorina teo ny Sotema tamin’ny taona 1969. Naorina ny ozinina ary nofefena. Tafiditra tao amin’ny faritra nangatahany kosa ny eo ivelany, tsy novidiany fa nofainy tamin’ny fanjakana. Tsy nanala ireo olona nipetraka teo ny Sotema fa nanao fifanarahana kosa fa raha misy ny fanitarana ny ozinina dia manaiky miala izy ireo. Ny taona 1995 dia nampitsahatra ny mpiasa tao aminy ny orinasa Sotema noho ny antony ara-teknika ary ny taona 1998 dia novidian’ny socota Polo ny orinasa sy ny masinina tao anatiny.

Nangataka ny hivarotra ny tany ny socota polo saingy tsy navelan’ny fanjakana, satria tsy hamidy ny tany fa hanaovana fanitarana ny orinasa raha ny fangatahana tany am-boalohany. Tsy namelona ny ozinina anefa ny socota polo fa lasa nampanofa trano. Taty aoriana tamin’ny andron-dRavalomanana dia nisy sinoa saika naka io tany io fa tsy nomen’ny fokonolona. Raha hanokatra ny ozinina ka hampandeha indray azy sy hanitatra izany izy ireo dia tsy olana, miala izahay.

Saingy tsy izany fa fivarotana tany no misy hoy hatrany izy ireo, indrindra fa efa nesorina amin’ny ‘zone industrielle’ iny toerana iny. Namidin’ny socota polo tamin’ny Vima io tany io ary ny Vima no mitady hanala ireo fokonolona eny ankehitriny. Sektera efatra ao Tanambao Sotema no voakasik’ity raharaha ity dia ny sektera fahadimy, fahaenina, fahafito ary fahavalo.

Nilaza moa ny solombavambahoaka fa hitondra ny antontan-taratasy miaraka amin’ny fitarainan’ny vahoaka eny amin’ny tribonaly ary hanaraka ity raharaha ity akaiky. Ny vahiny foana no manana fahefana sy malalaka kokoa amin’ny tany eto Madagasikara noho ny vahoaka Malagasy, hoy hatrany izy.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

OKTOBRA ROSE : Mitohy ny fandraisana ireo vehivavy eny amin’ny fondation Akbaraly Antanimasaja

Efa hatramin’ny taona 2013 no nijoroan’ity fikambanana Akbaraly tao amin’ny hopitaly Vim eny amin’ny dokotera Candide Antanimasaja ity. 81 tamin’ireo vehivavy 3 074 nanao fitiliana ny vozon’ny tranon-jaza no tsikaritra fa voan’ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza hatramin’ny taona 2016 farany teo. Raha enina kosa ireo vehivavy voan’ny homamiadan’ny nono nandritra ny fitiliana natao tamin’iny hetsika oktobra rose farany teo iny.

Dingana roa sosona ny fomba fanaovana fitiliana dia ny “près-cancer”, izay azo tsaboina tsara ao amin’ity hopitaly Vim ity, raha toa ka any amin’ny hopitaly PeZGa Androva kosa no andefasana ireo izay efa tonga amin’ny dingana faharoa izay efa tena voamarina araka ny fanamarinana ny fitiliana natao tany Antananarivo. Rad na ny Resection à l’ans diathérmique no fiantso ilay fitiliana dingana voalohany ka dorana na esorina ny faritra ahitana soritra ny homamiadana avy eo. Raha toa ka hita fa misy eny amin’ny vehivavy iray ilay aretina na nono io na ny vozon’ny tranon-jaza dia miroso aminy “Pap-test” na “papa Nicolaou”, ity farany no namorona io fitiliana ny homamiadana io tamin’ny voalohany.

Avy eo dia atao fanaraha-maso faharoa indray ilay marary ka tsirihana amin’ilay fitaovana antsoina hoe "colposcopie", hitadiavana ny faritra may misy ny aretina ka iny avy eo no dorana na koa esorina, raha toa ka mbola voafehy ilay aretina. Alefa any Antananarivo kosa io faritra may na simba io atao fitiliana “byopcye anatomo-phatologie” mba hahafantarana raha toa ka efa tena homamiadana no mahazo an’ilay vehivavy.

“Speculum” no iantsoana ilay fitaovana atsofoka ao amin’ny any anatin’ny maha vehivavy raha hitily ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza, izay vetivety monja sady tsy maharary ny fanaovana izany ary tsy misy fiantraikany amin’ilay vehivavy.Ny vokovoko mena malagasy sampana Mahajanga no manentana ireo faritra ambanivohitra, dia midina manatanteraka ny fitilina isam-bolana ireo vehivavy tantsaha ireo ny fondation Akbaraly, izay tarihin’i dokotera Horace Marie Candide. Marihina fa maimaimpoana avokoa ny hetsika rehetra atao mandritra izany fidinana ifotony izany hatramin’ny fandraisana an-tanana ireo vehivavy izay tsy maintsy halefa miakatra atao fizahana sy fanaraha-maso manokana aty Mahajanga. Ity fikambana ity avokoa no miantoka ny lany rehetra na saran-dalana io na ny fiantranoany mandritra ny fotoam-pitsaboana azy ao amin’ny hopitaly Candide Antanimasaja.

Marihina fa io toby io irery no hany manao io fitiliana io eto Mahajanga. Hatreto dia dokotera mpitsabo roa mianadahy no miantoka ny fampandehanan-draharaha ao amin’ity toby ny Vim ity, ka Rakotomamonjy Christian no mpitily ny homamiadan’ny nono, raha i Tambiarimalala Tazana kosa no misahana ny vozon’ny tranon-jaza. Manentana ny vehivavy hatrany i dokotera Horace Marie Candide mba havitrika hizaha ny toe-pahasalamany fa indrindra ity homamiadan’ny nono ity mba hahafahana misoroka mialoha na koa mifehy ny aretina.

INVMGA.

News Mada0 partages

Coopération : l’Allemagne offre 60 millions d’euros

«Notre coopération croissante constitue le noyau de notre appui au développement du pays (…). Cet engagement constitue un élément essentiel de la lutte effective contre la pauvreté», a déclaré  l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne, Harald Gehrig, hier à Anosy, lors de la signature de deux accords de coopération au développement entre les deux pays d’un montant de 60 millions d’euros.

Selon le diplomate allemand, ce soutien financier est destiné aux nouveaux programmes de coopération dans les domaines de l’environnement, de la pêche, de l’énergie et de la décentralisation.

«Des moyens mis à disposition pour un programme de développement rural et d’adaptation aux changements climatiques ont également été prévus pour la première fois», a indiqué l’ambassadeur Harald Gehrig, en notant que selon le souhait du gouvernement malgache, ce nouveau programme sera effectif dans le grand Sud.

Toujours d’après Harald Gehrig, l’objectif principal de la coopération allemande au développement de Madagascar est de lutter de manière effective contre la pauvreté, tout en sauvegardant la richesse naturelle unique de la Grande île qui abrite 5 % de la biodiversité mondiale.

L’ambassadeur Harald Gehrig a aussi rappelé que les prochaines négociations intergouvernementales germano-malgaches sont prévues en décembre. A noter que les relations germano-malgaches existent déjà depuis 135 années.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Antoko Malagasy miara-miainga : «Mihevitra ny vahoaka ho tsy ampy fisainana ny mpitondra»

Tsy afaka ny  hangina.  Namoaka fanambarana  ny eo anivon’ny birao politikan’ny Antoko Malagasy miara-miainga, rehefa nandinika sy namakafaka ny toe-draharaha politika sy ny fiainam-pirenena ary koa nahita ny fotoam-bitan’ny filoham-pirenena farany teo.

Nahitsy ny fanambarana   nilaza fa mbola mitohy ihany ny fiheverana ny Malagasy ho toy ny zaza bodo sy tsy ampy fisainana ka tsy mahalala fa tsy hisy adihevitra demokratika azo heverina mihitsy eto amin’ny firenena raha toa ka mbola tsy tafapetraka amin’ny toerany ny mpanohitra eo anivon’ny Antenimiera roa tonta, inian’ny filoham-pirenena tsy tanterahina.  “Tsy ahatongavana amin’ny fahatoniana hiatrehana ny fifidianana azo antoka ny avonavona sy ny fanambaniana ary fanabadoana ny vahoaka toy izao ataon’ireo mpitondra ambony eto amin’ny tany sy ny fanjakana izao”, hoy  ihany ny eo anivon’ity antoko naorin’Andrianainarivelo Hajo ity. Miombon-kevitra tanteraka amin’ireo antoko politika maro sy ireo fiarahamonim-pirenena ao anivon’ny Komitin’ny andrimaso demokratika ho an’ny fifidianana (CVDE) ny Malagasy miara-miainga.

Tsy mifanaraka amin’ny efa voahevitra…

Nandray anjara tamin’ireo fikaonan-doha am-bolana maro nataon’ny Vaomieran’ny fakan-kevitra sy mpamolavola ho amin’ny dingan’ny fifidianana koa  izy ireo, niaraka amin’ny Ceni ary notronon’ireo manampahaizana avy eto an-toerana sy avy any ivelany. “Mahatsapa anefa  izahay fa ho very an-javona ny ezaka nikaonan-doha sy nifanarahana teo anivon’io vaomiera mpamolavola io, ka endrika sarisary zary tenany fotsiny ny fampivoriana”, hoy izy  ireo. Notsindrin’ity antoko ity fa nangatahana andro ny fananganana ny komity iraisan’ireo minisitera kanefa efa antomotra ny fotoam-pifidianana voalazan’ny lalàm-panorenana. Ireo fanamarihana sy fanitsiana nentin’ny fitondram-panjakana raha namory ireo antoko politika maro sy ireo fiarahamonim-pirenena izy ireo,  niteraka tsy fifankahazoan-kevitra tamin’ny roa tonta. “Manohitra tanteraka ny tetika hamoahana tolo-dalàna tsy mifanaraka amin’ny efa voahevitra niaraka amin’ireo komity mpamolavola”, hoy ny Malagasy miara-miainga.

Synèse  R.   

News Mada0 partages

Raharizatovo Gilbert : « Aleo halamin’ny CFM ny firenena… »

 Nitondra tolo-kevitra. Efa napetraka ny CFM ka tokony homena  hasina io. Aoka izay ny fanonganam-panjakana fa avela ho tapitra ny fe-potoam-piasan’ny filoha Rajaonarimampianina, araka  ny nambaran’ny mpandalina sy  mpamakafaka politika, Raharizatovo Gilbert, tao amin’ny fandaharana « Ambarao » ao amin’ny radio Alliance 92 FM, omaly. “Na  hatao ny fifidianana na  tsia, hiteraka olana izany ka tokony hotantanin’ny CFM heverina fa raiamandreny ny firenena, handaminany ny zava -drehetra…  Tsy ilaina ireo Andrimpanjakana rehetra ireo satria  manohana befahatany ny mpitondra… », hoy  izy. Nanteriny  fa tsy atao maharitra ny fitantanan’ny CFM mba  tsy hisy hidongy toerana eo indray. Natao handamina ny fandriampahalemana sy tsy filaminana  izy ireo . Hamerina amin’ny laoniny ny kolontsaintsika.  Hanomana fifidianana miainga amin’ny lalàm-pifidianana sy lalàmpanorenana  ahitana andininy 20, tsy azo kitihina  intsony na iza na iza mpitondra hifandimby eo.

Halamina ny Foloalindahy,  ny harem-pirenena…

 

Halamintsika ny Foloalindahy… Harindra ny fitrandrahana sy fitantanana ny harentsika ary ny tontolon’ny  fananan-tany.  Iarahana amin’ireo  zanaka am-pielezana any an-dafy (diaspora) sy  ny avara-pianarana na manampahaizana izany rehetra izany, araka ny nambarany. “Andriamatoa Rajaonarimampianina sy ny HVM, vitaina ny fe-potoam-piasanareo. Tsy hokitihina na  haongana ka ndao handamina miaraka  ny  firenena isika.  Hataontsika  ny fifidianana… Avelao hiteny any ny fianakaviambe  iraisam-pirenena.  Raharahantsika mianakavy manokana  ity”,  hoy  izy.

Ankoatra izany, notsiahiviny avy eo fa  tsy  niova ny fomba amam-panao hatramin’ny Fahaleovantena no ho  mankaty  na teo aza ny fifandimbiasan’ny mpitondra  ka zary  tsy ahitana vahaolana. “Tsy niomana hitondra fanjakana  ireo mpitondra nifandimby… Tsy nanao politika ka  tsy mahalala ny zava-misy sy ny iainan’ny vahoaka eo amin’ny firenena. Miteniteny foana sy mandika vilana fotsiny izy  rehetra”, hoy ihany izy.  Notsindriny manokana fa tsy mba nangalatra na nanodinkodim-bolam-panjakana na tanim-panjakana sy  nanao hosoka  teny   amin’ny ladoany Rabesahala  Gisèle, Monja  Jaona, Manandafy… “Mangorona ny ho azy sy ny fianakaviany ny amin’izao fotoana izao fa tsy mijery ny  vahoaka sy ny firenena.  Hahita raharaha ireo raha misy ny fanadihadiana iraisam-pirenena momba izany”, hoy ihany Raharizatovo Gilbert.

Synèse R.

News Mada0 partages

Enina ny lohahevitra hodinihina : raikitra ny « Kaonferansa momba ny teny » 2017

Rehefa nahemotra andro vitsivitsy noho ny antony tsy niankina amin’ny mpikarakara, raikitra fa ny 25 novambra izao no hotanterahina ny « Kaonferansa momba ny teny » 2017 (KMS 2017). Mahatratra enina ireo lohahevitra hifanakalozana sy hifampizarana, eny amin’ny Haitsiron’Iarivo Alarobia, amin’io fotoana io. « Ny Malagasy tsy tompon’ny teniny sy ny tenany manoloana ny asa fanoratana » (Aja), « Teknika sy torohevitra fomba fanoratana tononkira (Endrika isehoan’ny asa soratra ao anatin’ny mozika rap) » (Farah), « Ny hoavin’ny poezia sy ny toeran’ny mpamaky manoloana ny firoboroboan’ny mpanoratra sy ny asa soratra ankehitriny » (Ny Andriniela), « Ny asa soratra sy ny teknolojia vaovao » (Rima), « Ny lanjan’ny soratra ao anatin’ny filazam-baovao » (H.R) ary ny « Asa soratra sy ny fanatontoloana » (Poète Rebelle).

Ny vondrona Koloiko sy Hajaiko ny Teniko no mikarakara « KMS 2017 ». Nanampy amin’ny  fanatanterahana izany kosa ny Zoromanga sy ny Librairie Antso FJKM ary ny Haitsiron’Iarivo.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Hiran’ny taona 80… : hiverina an-tsehatra ny tarika Tsimoka

“Mba ho any”. Hira nanamarika ny faramparan’ny taona 80 io. Azo lazaina ho “hiram-pirenena” ho an’ny tarika Tsimoka ihany koa. “ Aza avela irery aho, fa hanaraka anao…” hoy ilay tononkira hain’ny maro….

Nosafidian’ny tarika manokana mihitsy izany, mba hanamarihany ny fiverenan’izy ireo indray. Fantatra mantsy fa efa eto an-tanindrazana i Nirina, izay anisan’ny mpanorina ny tarika, ka eo am-panomanana ny fihaonana amin’ny mpankafy indray ny tarika Tsimoka.Ho fanombohana izany, hisy ny “cabaret” izay hotontosain’ny tarika ny asabotsy 2 desambra ho avy izao, manomboka amin’ny 2 ora, etsy amin”ny Telozoro Andrefanambohijanahary.Tsy handeha irery ny tarika Tsimoka amin’io, fa hanotrona azy ireo ireo namana indray nihira, toa an-dry Parson Jacques, Tarika Hasina ary ry Lucine Randrianina sy Tonton Pà (raha tonga ara-potoana eto an-tanindrazana, satria mbola any ivelany ny tarika Rebika).“Hamerenan’ny tarika Tsimoka ireo hira nahafantaran’ny maro azy io. Na eto na any ivelany, maro ireo mahay ny hiran’ny tarika kanefa tsy mahalala ny mpihira. Mba hitondrana ihany koa ireo hira vaovao ny fiarahana”, hoy ny nambaran’i Hery, anisan’ny mpikarakara ny fihaonana.Anisan’ireo hira vaovao ny “There is nothing to cry about” sy ny “Efa tsy tiana” miaraka amin’i Parson Jacques. Efa nivoaka koa ny clip “Any ianao izay”…Raha tsiahivina, tarika nipoitra tao Antsirabe ny Tsimoka. Natsagan’i Tino, Nirina ary Babah, tany amin’ny faramparan’ny taona 80 tany izy. Efa namoaka horonampeo roa, “Izany rehefa tia” sy “Roboka” izy ireo. Samy mpamoron-kira avokoa izy telo mirahalahy, ka nahafantarana indrindra ny tarika ireo hira “Samia mamoy”, “Rehefa tia”,Izao lazaina azy”, sns. Teo koa ny “Vangy vohitra”, na fitetezam-paritra nataon’ny tarika nanerana an’i Madagasikara, tamin’izany fotoana izany. Hantenaina fa hiverina izany, miaraka amin’ny rakikira vaovao.

Zo ny Aina

 

News Mada0 partages

Fanahy Gasy : une bonne dose de nostalgie

Tous les mois, l’espace La Résidence à Ankerana organise un cabaret spécial, dénommé «Fanahy Gasy», dont l’objectif est de véhiculer l’esprit «gasy gasy». La première soirée «Fanahy Gasy» a connu un franc succès auprès des passionnés du Bà Gasy, avec Mbola Talenta, Fara Gloum et Mirana du groupe RyKala Vazo. Cette fois-ci, les organisateurs proposent un autre concept, ce vendredi, avec la participation de deux groupes, à savoir, l’association Telonohorefy Mikabary et Ny Feon’ Analamanga et en invitant des artistes qui adoptent le Kalon’ny Fahiny, en l’occurrence Ny Feon’Analamanga.

Par ailleurs, Telonohorefy Mikabary plongera davantage le public dans une ambiance «gasy gasy» en ajoutant des déclamations de poèmes et quelques prestations d’art oratoire. Côté gastronomie, l’espace La Résidence n’offrira que des plats typiquement malgaches durant la soirée.

«Nous allons interpréter des morceaux de nos ancêtres et surtout rehausser les valeurs malgaches», a précisé l’organisateur.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : kabary nahazo tehaka tena avy amin’ny fo

Vory lanona ny vahoaka, tomefy ny sehatra Antsonjombe. Raha tonga ny manam-pahefana tsy nirefodrefotra ny tehaka fandraisana azy, maloka ny tarehin’ny olona. Teny midina hentitra ny  fomba famporisihina nataon’ny Ministera mikasika ny filàna ny fahatongavan’

ny raiamandrenin’ny mpianatra hanatevin-daharana eny amin’ny lanonana fizarana “kit-scolaire”. Montotra noho ny fiverenan’ny baikobaiko sy jadona toy izany ny maro. Miala tsiny raha tsy marisika amin’ny fanaovana rodobe ho fampisehoana hafaliana na amin’ny anaran’ny fiatsarambelatsihy fotsiny aza. Ny mpanohitra isan-tsokajiny efa nanisy sira avokoa teo amin’ny fanasoketana mikasika an’ity lalonana ity izay voatsipaka ho tsy manana antony afa-tsy ny mikasika fanararaotana ny tranga misy toy ny fampideraderana ny fahalalahan-tanàna eo amin’ny fanampiana entina ho fanamaivanana ny fahasahiranan’ny mahantra. Nefa moa tsy mahasakana ny fisian’ny fanendrikendrehana milaza ny fitaizana ny fahantrana ataon’ny fitondrana.

Rehefa tonga ny fotoanan’ny kabary ka nandray fitenenana ny tompom-pahefana tampony dia tsy nisalasala fa nilaza mivantana fa tsy volany manokana fa volam-panjakana no nividianana an’ireto fitaovana zaraina ireto. Mpanolotra fotsiny amin’ny anaran’ny fanjakana hono ny tenany fa tsy izy no mpanome. Taitra ny vahoaka naheno an’izany fanetren-tena tsy mahazatra ny sofina izany. Nisalasala kely dia niara-nientana daholo ny mpanatrika nanambatra tehaka mirefodrefotra…

Vazivazy na nofinofy re izany. Aiza amin’izao andro izao no hisy mpilalao pôlitika hahafehy tena tsy hieboebo hanararaotra zava-misy ? Ny tsy misy aza foronina ahafahana hisarihan-damba andravahana ny tena na amin’ny rariny na tsia. Tsy mety ho tonga saina izy ireo fa ny fitapitaka tsy mandaitra ary hain’ny olona foana ny mitsikilo ny afenina ambadiky ny fanaovana fanjavozavoana. Niova ny vahoaka, ny fanaovana mangarahara ny fiovana andrasany. Na inona na inona atao ho fandrebirebena ny sain’

ny vahoaka na hoatrinona na hoatrinona atolotra ividianana ny fanahiny dia tsy ferana ny fisehoan’ny vokatra tsy nampoizina raha tonga ny fotoana anaovana ny fifidianana.

Léo Raz

 

Tia Tanindranaza0 partages

TRANGAM-PIARAHAMONINA

Olona telo no maty notifirin'ny jiolahy mpanakan-dalana teny amin'ny lalam-pirenena fahafito. Nandeha taksibrosy izy ireo no izao niharan'ny fanafihana izao. Nolazain'ny zandary fa "règlement de compte" teo amin'ny samy dahalo ity nitranga ity.

Nidoboka am-ponja eny Antanimora ny lehilahy roa mpibizina tany. Efa nangalan'izy ireo vodiondrim-barotra 6 tapitrisa ariary ny mpividy kanefa rehefa nohamarinina dia tany tsy misy akory. Nofandrihana ary nosamborina izy ireo.

JIRAMA

Tao anatin'ny roa herinandro izay no zara raha tongan'ny rano ny tokantrano maro eny Ambohimanambola. Fantsona vaky sy herinaratry ny Jirama tsy ampy no nitarika izany. Efa nanomboka nimenomenona ny olona vao nisy ny fandraisana andraikitra.

 

MINISITERAN’NY FIAROVANANampiana 65,7 miliara ariary ny vola fampihodinana ny minisiteran'ny fiarovam-pirenena. Nisongadina io tamin'ny teti-bolam-panjakana nolanian'ny antenimieram-pirenena omaly. Nivoaka ny efitrano ny depiote mpanohitra avy ao amin'ny Tim sy Mapar miisa enina. SERASERA

 Nanome ny heviny ny minisitry ny serasera teo aloha, Andrianjato Vonison ary tsy nankasitraka ny nataon'ny solony, Harry Laurent Rahajason, izay mitsabaka amin'ny sehatry ny asa fanaovan-gazety. Izany dia noho ny fananganana vaomiera izay tsy nandalo ny holafitry ny mpanao gazety akory.

 

RAHARAHA MUSTAPHA

 

Vao vita ny fandidiana an'i Mustapha Radjan dia nalefa avy hatrany tamin'ny fiaramanidina manokana nizotra ny nosy La Réunion. Nesorina ny bala nijanona tao amin'ny tratrany. Olona telo no efa notorian'ity karàna ity tamin'ny 2013 ary karana avokoa ireo, rehefa nolazainy fa nikasa ny hifofo ny ainy.

67 HA NORD

Mpanendaka iray no tratra teny ambadiky ny Farmasia Mamy 67Ha Nord, ka nifarombahan'ny olona novonoina. Samy nanao herisetra taminy avokoa ny ankamaroan'ireo tovolahy teo. Ekena fa ratsy ny nataony, ary tena manome fahatezerana, saingy efa tena nihoatra ny fefy ny vono natao azy satria samy nidaroka izay te hidaroka. Tsy misy intsony izany resaka zon’olombelona izany. Antony lehibe iray miteraka ny herisetra sy fitsaram-bahoaka toy izao ny tsy fahatokisana mpitandro ny filaminana sy manampahefana noho ny resaka kolikoly. 

ZAVA-KANTO

Noraisin’ny minisitry ny fizahantany Roland Ratsiraka teny amin’ny toeram-piasany teny Tsimbazaza i Shyn, mpanakanto nitondra avo ny voninahi-pirenena tamin’ilay Afrikanina “Afrima 2017” natao tany Lagos Nigéria, sokajy " Revelation of the African Continent" tamin’ny alalan’ilay hirany “resim-pitia”. Niarahaba manokana azy mivady dia i Shyn sy Deenyz ny minisitra, ary nirary soa azy amin’ny fidirana eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Marihina fa sokajiana ambasadaoron’i Madagasikara amin’ny tontolon’ny fizahantany ihany koa i Shyn. (SARY: SHYN MIVADY SY ROLAND)

FIFIDIANANA

 Nitohy omaly indray ny resaka atrikasa ho fanabeazam-boho ny traikefan’ireo mpikambana eo anivon’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana na ny CENI eny Alarobia ary dia handrasan’ny maro tokoa moa izany izay porofo fa nahazo fiofanana avo lenta izay ireto mpikamban’ny CENI ireto amin’ny taona 2018. Tsy any anefa no olan’ireo olom-pirenena fa ny mikasika ilay fahaleovantenan’ity vaomiera ity ary dia nanambara moa ny filoha lefitra, Thierry Rakotonarivo, fa rehefa eo am-pelatanan’ny CENI ny fitantanana ny vola dia afaka misitraka ny fahaleovantenany ny CENI amin’izay fotoana izay.

MPANOHITRA

Mitohy hatrany ny fivorian’ireo antoko politika mpanohitra ny fitondrana ankehitriny sy ireo fiarahamonim-pirenena izay nangataka ny fangaraharahana mikasika ny lalàna mifehy ny fifidianana. Efa nandefa taratasy miantefa amin’ny vondrona iraisam-pirenena moa ny fivondronan’ny 2 tonta ary dia hita fa manangasanga indray ny fiverimberenan’ny tantara, toy izay nitranga hatramin’izay ka ny hany irariana sisa dia ny mba tsy ahatongavan’ny dingana ho any amin’ny korontana.

Araka ny fanazavana izay efa novoizina hatrany moa dia tsy ny fanjakana no mandoa ireo fiara tsy mataho-dalan’ireo depiote fa alana amin’ny karaman’izy ireo mandra-pahatapitry ny fe-potoam-piasany amin’ny taona 2019 ny vidin’izany ary dia nanambara moa ny filohan’ny antenimieram-pirenena, Jean Max Rakotomamonjy, fa azo tanterahana tsara izany.

FIARAHA-MIASA

Tontosa omaly ny fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasa 2 sosona eo amin’ny fanjakana Malagasy sy Alema. Mitentim-bidy 65 tapitrisa Euros izany, ka ny minisitry ny raharaham-bahiny Henry Rabary-Njaka sy ny masoivohon’ny Alemaina ary ny sekreteram-panjakana momba ny fiaraha-miasa sy ny fampandrosoana eo anivon’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny Bary Rafatrolaza no nanatanteraka ny fifanaovan-tsonia.

TOEKARENA

Handray anjara amin’ny adihevitra hifampizaran’ny samy Afrikanina ny traikefam-pireneny avy eo amin’ny tontolo politika mikasika ny fananantany eto amintsika ny delegasionina malagasin’ny minisitera misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena sy ny fanajariana ny tany izay tarihin’ny talen’ny kabinetra, Jean Michel Andrianasolo. Hifarana rahampitso moa raha nanomboka ny 14 novambra teo ity fihaonambe momba ny politikan’ny fananantany izay tontosaina any Addis Abeba, Ethiopie, ity.

SOLOMBAVAMBAHOAKA

Raha mitentina 200 tapitrisa ariary amin’izao fotoana izao ny tetibola natokan’ny fanjakana ho fanampiana ireo solombavambahoaka eo amin’ny resaka tetikasa momba ny vondrona itsinjaram-pahefana dia nanambara ireo solombavambahoaka fa tena tsy maha to ny filan’ireo vahoaka soloan’izy ireo vava izany. Maniry ireto solombavambahoaka ireto ny amin’ny hampitomboana izany na ho an’ny sehatra hafa ihany koa toy ny fampianarana sy fahasalamana.

ANGOVO

Araka ny vaovao navoakan’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny rano dia eo am-panaovana ny fanadihadiana rehetra ahafahana mitrandraka ny barazin’i Betsiboka ny orinasa tsy miankina iray. Araka ny fanazavana moa dia tanjona ny ahafahana manamora ny famatsiana herinaratra  amin’ny alalan’ny tambajotra iray vaovao mifandray amin’izany ao Mahajanga.

TAOM-PIOTAZANA LODSIA

Ny 22 novambra izao manomboka amin’ny 6 ora hariva no hisokatra amin’ny fomba ofisialy ao amin’ny faritra Atsinanana, raha ny nambaran’ny lehiben’ny faritra ao an-toerana, Talata Michel, ny taom-piotazana lodsia. Ny toetr’andro no nampihemotra ny fahamasahan’ny vokatra tao an-toerana satria tara ny rotsak’orana, raha ny fanazavana. Tafakatra 20.000 taonina ny vokatra tamin’ity taona ity raha 19.000 taonina tamin’ny taon-dasa.

VIDIM-BARY ANY TOLIARA

Manodidina ny 650 ariary ny kapoakan’ny vary eto an-drenivohitra, fa tafakatra 1000 ariary ao Toliara ao. Ireo tsena malaza ao an-toerana toy ny ao Bazaribe sy Sanfily ary Sakama Betania moa dia saika mampihatra izay vidin’entana izay avokoa. Andrasana ho amin’ity anio ity moa ny fanazavana ho entin’ny minisitry ny varotra, Chabani Nourdine, mikasika ity fiakaran’ny vidim-bary ity.

PESTA: Mbola mila fanara-hamaso akaiky ny fivoaran’ny tontolo ara-pahasalamana eto Madagasikara taorian’ny fandalovan’iny aretina Pesta iny, hoy ny dokotera Ibrahima-Soce Fall, Tale misahana ny tranga maika aty Afrika amin’ny alalan’ny rafitry ny firenena mikambana misahana ny fahasalamana na ny OMS. Ny hisorohana tanteraka ny fihanahan’ny valanaretina pesta aty Afrika mihitsy moa no antony, raha ny nambarany.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ho fatin-drendrarendra

Mba tsy hilazana hoe ho fatin-drevy dia aleo atao hoe ho fatin-drendrarendra amin’ny fanabeazan’ny mpitondrantsika eto isika mianakavy.

 Miverin-dalana tanteraka any amin’ny “revolisionina sosialista”, izay nofehezin’ny mpandinika raharaham-pirenena efa hatramin’ny taona 2002 hoe revolisionina sandoka isika ankehitriny, raha ny fijery ny toe-draharaha. Ny olana anefa dia raha lalan-dratsy no nirosoana nankany amin’ny fampandrosoana izay saika nahomby fa nofaranan’ny krizy 2009 dia azo antoka fa efa hantsana makadiry no hitsena ny Malagasy amin’izao fiverenan-dalan’ny mpanao politika izao. Hatakalo 4x4 ve  ny hoavin’ny nosy ? Ahoana no hahazoana antoka fa tena voadinika araka ny tokony ho izy tokoa ny volavolan-dalàna 700 pejy nolaniana teny anivon’ny antenimieram-pirenena ? Im-piry moa no efa nodradraina fa tokony hajanona ity fandanindaniana lalàna kimaimaika sy tefy manta ity ? Fotsy rora izay miteny satria ny hazondamosin’ny mpitondra no mihaino azy. Hazondamosina koa no avalin’ireo vahoaka satria efa reraky ny krizy dia malaina hitroatra. Dia hiverina daholo raha izao no mitohy ny 26 taona eo amin’ny fitondrana sy ny kolera aorian’ny pesta ary izay mariky ny fahantrana rehetra.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny fambolenaNohadihadian’ny vondrona iraisam-pirenena

Nanao fitsidihana tamim-pomba fifanajana voalohany ny minisitry ny fambolena sy fiompiana vaovao, Harisson Randriarimanana, teny amin’ny biraony etsy Anosy, omaly,

 ny delegasionin’ny banky iraisam-pirenena notarihin’ny tompon’andraikitry ny asa eto Madagasikara, Coralie Gevers. Araka ny fanazavana, nanadihady mikasika ny tetikasan’ity minisitra vaovao ity no anton-dian’izy ireo ahafahana manohy ny fiaraha-miasa. Noraisina teny an-toerana taorian’izay ihany koa ny solontenan’ny vondrona eoropeanina notarihin’ny masoivoho miasa eto amintsika, Anthonio Benedito Sanchez. Noresahana tao ny tohin’ny famatsiam-bolan’ny vondrona eoropeanina amin’ny alalan’ilay tetikasa momba ny fambolena sy fiompiana FED faha-10 sy 11 mitentina 134 tapitrisa Euro sy ilay tetikasa Casef sy Padaf iarahan’ny vondrona eoropeanina amin’ny banky iraisam-pirenena ihany koa, mitentina 20 tapitrisa Euro.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tany manana sata manokanaTsy amidy fa hampanofaina 30 taona azo havaozina

Taorian’ny fahalanian’ilay volavolan-dalàna mikasika ny fananantany teny anivon’ireo parlemantera ny herinandro teo dia tsikaritra ho nirongatra ny ady tany teto amin’ny firenena.

 

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanavaozana ny lisi-pifidiananaHatao izay hahatomombana azy, hoy ny CENI

Roa herinandro tsy hahatongavan’ny fanokafana amin’ny fomba ofisialy ny fanavaozana ny lisi-pifidianana (RALE),

Toky R

 

Orange Madagascar0 partages

L'indice de gouvernance locale passée aux cribles

L’ouverture officielle de l’atelier de restitution des travaux techniques IGL (Indice de Gouvernance Locale) s’est déroulée ce matin à l’hôtel Carlton sous l’égide du Premier ministre et non moins Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Mahafaly Solonandrasana Olivier.

Dans son allocution le Chef de gouvernement a mis en exergue l’importance de cet atelier sur la mise en place de la décentralisation effective : « Son objet contribue à la réalisation de la vision du Président de la République dans le PND dont l’un des axes préconise la mise en œuvre d’une décentralisation effective, le raffermissement de la démocratie et de l’Etat de droit ainsi que la promotion de la bonne gouvernance ».

Outre la restitution des travaux techniques, « l’objet de cet atelier est de restituer, de faire connaître et de promouvoir l’appropriation de l’outil IGL comme instrument de référence nationale, destiné à mesurer objectivement et de manière participative les progrès accomplis dans la promotion de la gouvernance locale. L’IGL sert à évaluer la performance des communes en matière de gestion des affaires locales. »  a ajouté le  Premier ministre

Le Chef du Gouvernement a expliqué qu’  « il est conçu pour décrire, analyser et comprendre la qualité de la gouvernance au niveau des communes avec l’objectif de définir les démarches pour aider les municipalités à adopter les normes de bonne gouvernance et fournir de meilleurs services au public. Cet outil a été développé et testé par le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation sur un échantillon de communes, ce qui a permis l’obtention de score IGL pour les communes d’expérimentations. L’objectif étant ainsi de disposer de ces scores IGL pour toutes les communes de Madagascar ».

Différentes entités ont contribué à l’élaboration et à la finalisation de cet outil IGL. Ainsi,  le Premier ministre a adressé ses vifs remerciements à tous les partenaires techniques et financiers pour leur appui à la politique de l’Etat malagasy dont le PREA (Programme de Réforme pour l’Efficacité de l’Administration), la Banque mondiale par le biais du Projet d’appui à la performance du secteur public (PAPSP) et  la Coopération allemande à travers le Projet de Développement Communal inclusif et de décentralisation.

La cérémonie a été suivie par la remise officielle de l’outil d’auto-évaluation appelé « valisette » aux communes.  Il s’agit d’un outil d’auto-évaluation continue de l’IGL par les communes et qui va leur permettre de mesurer en permanence leur propre performance.

Tia Tanindranaza0 partages

Dahalo nifanafika3 no maty rotiky ny bala

Tsy nisy alaharo fa tifitra variraraka no nahazo ny taksibrosy iray tao amin’ny kaominina Isandra distrikan’Ikalamavony ny talata lasa teo. Dahalo mirongo fitaovam-piadiana no nitifitra.

 

Tsy fanakanan-dalana izy ity fa efa nisy mihitsy ny olona notadiavin’ireto dahalo ireto, araka ny angom-baovao natao. Olona 3 no namoy ny ainy ka ny roa maty teo no ho eo tao anatin’ilay taksibrosy, mbola nifanenjehana ary avy eo notifirina mandra-pahafatiny kosa ilay iray. Voalaza fa dahalo ihany koa ireto 3 voatifitra ireto. Eo anelanelan’i Fianarantsoa sy Ikalamavony moa no misy an’Isandra ary ny lalam-pirenena faha-42 no mandalo ao aminy. Anisan’ireo faritra tena anjakan’ny dahalo iny faritra iny ary tena manana fitaovam-piadiana mahery vaika izy ireo. Tsy tena mbola fantatra mazava ny anton’ny fitifirana fa ny azo antoka dia efa mifamango ary tena tsy mifampitsitsy ny samy dahalo. Noho ny tombontsoa mifanitsaka ve sa misy ireo tsy maintsy vonoina mba hampanginana azy ? Manamafy hatrany ny avy ao amin’ny zandarimariam-pirenena fa ilaina ny fampitana vaovao ara-potoana avy amin’ny tsirairay raha vantany vao misy ny zavatra mampiahiahy na eo an-tanàna na eny an-dalambe na any anaty fiara fitaterana satria manana ny paikady hampiasainy rehefa hanao ratsy na rehefa hitsoaka ny jiolahy.

Rabri

Tia Tanindranaza0 partages

SHYNMpanakanto vahiny maro no hiasa miaraka aminy

Ny 14 nov no tafaverina soamantsara avy any Lagos i Shyn sy ny delegasiona nisolotena an’i Madagasikara niaraka taminy nandritra ny fifaninana Africa Music Award AFRIMA 2017.

 

 I Shyn no nibata ny amboaran’ny “Revelation de l’année” tamin’ity fifaninana ity. Noho izao fandresena izao dia hanomboka hisokatra amin’ny Malagasy sady hitodika amin’ny Madagasikara ny mason’ny avy any ivelany. Hiara-hiasa amin’ny mpanakanto vahiny i Shyn ka anisan’izy ireny 2 Face anisany reharehan'ny Afrika tamin’ny alalany hirany [African Queen] sy Eddy Kenzo ary Singuila. Tsy ny sehatry ny zavakanto ihany izany no tena asandratr’i Shyn avo fa Madagasikara amin’ny lafiny rehetra toy ny resaka fizahantany ohatra. Niara niasa tamin’ny ministeran’ny fizahantany rahateo izy ireo tamin’ity dia ity; tetikasa  manaraka ny hanokatra indray ny Chaine Youtube an’i Shyn. 4 andro mialoha ny fifaninana mantsy dia nisy nisompatra ny Chaine Youtube an’i Shyn kanefa ilay hira resim-pitia nahatonga azy ho voaray handray anjara amin’ity fifaninanana ity dia efa nahatratra 2 tapitrisa no nijery azy  tao anatin’ny 10 volana.Mitohy hatrany ny fandalinana ny mozika, hoy i Shyn ary tsy adino ihany koa ny fanampiana sy fifanomezan-tanana amin’ireo artista Malagasy amin’ny alalan’ny tranom-pamokrana Makua Entertainment izay natsangany.

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatry ny INSCAEManasoa hatrany ny mpiara-belona

Fanaon’ny mpianatra ao amin’ny INSCAE (Institut National des Sciences Comptables et de l’Administration d’Entreprises) no manao asa sosialy ary ny mpianatra mihitsy no manatanteraka izany ho fanasoavana ny vahoaka sy ny mpiray tanindrazana, indrindra ireo ao anatin’ny fahasahiranana.

 Notanterahin’ny fikambanana mpianatra "Nify Salama" ny sabotsy 11 novambra 2017 ny anjara adidiny nanolorany fanampiana ho an’ny sekoly tsy miankina Mitsimbina ao ao amin’ny kaominina Soalandy Ankadivoribe. Nisy ihany koa ny fandokoana ny sekoly, fanolorana fitaovam-pialamboly ary fitaovam-pianarana ho an’ireo mpianatra. Teo andanin’izay, nisy ny fotoana natokany nampianarana ny kilasy manomana ny CEPE sy nizaràny ny soa sy anatra rehetra mba hizoran’ireo ankizy amin’ny lalana tokony halehany. "Ny fianarana no lova tsara indrindra, ary harena sarobidy sady mavesa-danja". Izany no hafatra napetrak’ireo mpianatry ny INSCAE dia Rajaonah Daniel, Randriamorasoa Jemima, Rajaonarivony Fy, Randriamialison Rovatiana, Rakotonanahary Fenitra, Andriamampiadana Princy sy i Andriatsitohaina Luciano tamin’ireo zandriny ireo. Teo am-pamaranana dia nilaza ihany koa izy ireo fa "Tsara raha isika Malagasy no mifanasoa sy mifanampy, fa izany no tena fampandrosoana". Tsara halain-tahaka ny tahaka izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahasalamam-bahoakaNiampy 25 mianadahy indray ireo infirmiera sy mpampivelona

Anisan’ny mbola olana goavana sedraintsika eto Madagasikara ny tsy fahampian’ny infirmiera sy ny mpampivelona, indrindra fa any amin’ny faritra lavitra andriana.

 

 Antony manosika ireo vehivavy hiteraka any amin’ny Reninjaza izany amin’ny ankapobeny na koa hanao dokotera tenany ho an’ireo marary tsotra. Tsy vitsy ireo sekoly ambony tsy miankina miezaka manampy isa azy ireny, manohana ny fitondram-panjakana. Anisan’ireny ny Institut Supérieur des Sciences technologiques paramedicales ( ISST Paramed)  etsy Andrefanambohijanahary. Mpianatra miisa 25 mianadahy, ny 11 mpampivelona, ny 14 infirmiera no navoakan’izy ireo tamim-pomba ofisialy tetsy amin’ny Motel Anosy omaly, nianatra nandritra ny telo taona ary notolorana ny maripahaizana mifandraika amin’izany. Nambaran’ny dokotera  Rabarijaona Marie Yollande izay sady filoha mpanorina ny sekoly fa mampiavaka azy ireo ny fahafahan’ny mpianatra miatrika fianaran’asa avy hatrany, telo volana aorian’ny hianarany. Tsy maintsy mahavita mampiteraka olona miisa 46 ny mpampivelona iray raha kely mialoha ny hivoahany hamonjeny ny asany. Efa manana ONG iray mpiara-miasa aminy mantsy ny ISST Paramed izay mandray avy hatrany ireo mpianatra havoakany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Scooter sy Taksi nifandonaOlona iray naratra mafy

Nitrangana lozam-pifamoivoizana omaly maraina tetsy Anosy, akaikin’ny toby fiantsonan’ny taksibe mihazo an’i Fenoarivo.

 

 Fiarakaretsaka 4 L iray niala olona niampita no nifatratra tamina môtô iray nandeha nisongona azy avy any an-kavanana ka tafiditra tany ambanin’ilay fiara. Naratra mafy ilay mpitondra môtô izay marihina fa tsy afaka nitsangana teo amin’ny toerana nianjerany ka voatery nobataina. Raha ny fanazavan’ireo mponina eny amin’ny manodidina dia tsy vao sambany no nitrangana lozam-pifamoivoizana tahaka izao teny amin’ny faritra Anosy noho ny hateren’ny lalana. Manampy trotraka ny fisian’ireo taksibe marobe mijanona eny an-toerana izay saika tsy manara-dalàna avokoa ny ankamaroany.

Patty

Tia Tanindranaza0 partages

Mondial 2018 any RosiaTsy tafita ny Squadra Azzura Italiana

Raraka teo amin’nylalao « barrage » nihaonany tamin’i Suède ny ekipam-pirenena Italiana, ny Squadra Azzura (in-4 efa tompondaka eran-tany), ka tsy ho anisan’ireo tafita hiatrika ny« coupe du monde »hatao any Rosia amin’ny 2018.

0-1 tany  Suède ary 0-0 tany Italia ny alatsinainy teo no nisarahan’ny roa tonta tamin’io « barrage » io. Sambany izany tsy hisy Italiana any amin’ny Mondial nandritra izay 60 taona lasa izay.An-dranomaso no niatrehan’ny mpiandry harato Italiana, Gianluigi Buffon Azzurra (39 taona, 175 sélections ary tompondaka eran-tany Allemagne tamin’ny taona 2006) an’ity faharesena ity. Izy izay nanambara ofisialy ny hijanonany tsy hilalao intsony ao amin’ny ekipam-pirenena Italiana nanomboka tamin’io alatsinainy 13 novambra  2017 io.

Efa fantatra avokoa izao ireo firenena rehetra handray anjara amin’io Mondial 2018 any Rosia io : Ao Russie mpampiantrano, Allemagne, France,Angleterre,Belgique,Croatie, Danemark,Espagne,Islande, Pologne, Portugal, Serbie, Suède, Suisse, Argentine, Brésil, Colombie, Uruguay, Egypte, Maroc, Nigeria, Sénégal, Tunisie, Australie, Arabie Saoudite, Iran, Japon, Republique de Corée, Costa-Rica, Mexique, Panama, Nouvelle-Zélande na Pérou.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lycée Moderne AmpefilohaNotoloran’ny vondrona Star latabatra sy seza

Ho fampiroboroboana ny sehatry ny fanabeazana, indrindra ny hahatonga ireo mpianatra tsy ho tara amin’ny fivoaran’ny teknolojia dia nanolotra latabatra sy seza mitentina 10 tapitrisa Ar ho an’ny Lycée Moderne Ampefiloha (LMA) ny vondron’ny Star.

 

 Omaly no nanolorana tamim-pomba ofisialy izany, lanonana notarihin’ny sekretera jeneralin’ny orinasa Star Ramatoa Anna Rabary. Nandray ny entana kosa Ramatoa Razafindralambo Nirina, proviseur an’ity lisea ity izay nanamafy fa tena mitondra voka-tsoa be dia be ho an’ny sekoly tantanany ny fanampiana. Ny solosaina sisa no tsy  anananay, hoy izy  izay mbola hitadiavana mpiara-miombon’antoka. Anisan’ny hampiasana ny seza sy dabilio ny “laboratoires de langues” sy ny efitrano  manokana hianaran’ny mpianatra infôrmatika.  Mahatratra 3179  ireo mpianatra manovo fahalalana eo anivon’ny LMA ankehitriny. Ankizy avy any amin’ny faritra iva avokoa ny ankamaroan’izy ireo, izany hoe tsy mba manana solosaina any an-tokantranony, antony nanosika ny sekoly hanao ezaka goavana hangataka amin’ireo malalatanana. Tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny faha-50 taona niorenan’ny LMA ny hetsika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Aferana finday hosokaPakistanais 12 voasambotra

Teratany pakistanais 12 no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny « Surveillance du Territoire » Anosy ny talata 14 sy alarobia 15 novambra teo noho ny fipetrahana tsy ara-dalàna eto an-tanindrazana. Araka ny vaovao azo tato ho ato dia maro ireo vahiny mifamezivzy eto

 an-drenivohitra toy ny eny Antaninarenina, Analakely, Behoririka ary manatona ireo olona mpitondra fiara ka mivarotra finday izay nampimenomenona sy nampitaraina ny olona satria zavatra tsy tena izy no namidin’izy ireo. Nandray andraikitra ny eo anivon’ny polisim-pirenena amin’ny alalan’ny fanaraha-maso ny toerana voalaza ary nidina ifotony nijery ireo olona ireo. Nandray ny fepetra mifandraika amin’izany ny polisy miasa ao amin’ny “surveillance du territoire”tamin’ny fisavana sy ny fanaraha-maso. Teratany pakistanais no tena betsaka ary “visa” fizahantany ny taratasy fahazoan-dalana teny aminy nefa tsy izany akory no ataon'izy ireo fa mivarotra finday. Vokany,  olona 9 no voasambotra teny Antaninarenina ny 14 novambra 2017. Mbola nahitana finday vaovao sy efa niasa maromaro teny amin’izy ireo nandritra ny fisamborana ary mbola nisy telo hafa kosa nosamborina tany amin’ny hotely iray teto an-drenivohitra, omaly antoandro.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ontsa anao !

Ry tanindrazanay malalaPotiky ny fahantranaOntsa anao ny foko manontoloNoho ny afitsok’ireto mpitondra bobongolo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko TIM - AmbohimanarinaNitrotro am-bavaka ireo asa ho tanterahina

Fanompoam-pivavahana ho fisaorana sy fiderana an’Andriamanitra ary fametrahana ny asa rehetra tanterahina eny amin’ny Vohitr’Ambohimanarina Boriborintany faha-6 na an-tsaha na an-tanàna notarihan’ny mpitandrina Rabemanana Tojo no nisantarana an’ireo hetsika 5 ho tanterahan’ny TIM

Ambohimanarina miaraka amin’ny depiote Rasoanoromalala Horaceteny amin’ny efitrano fisoratam-panambadian’ny Boriborintany faha VI Anosisoa Ambohimanarina ny sabotsy 11 novambra lasa teo. Tao ny  hetsika fanokafana ofisialy ny fifaninanana « Fonenana Madio » miaraka amin’ny mpifaninana 45 avy amin’ny fokontany 31 ka nanolorana azyireo seau sy kifafa natolotr’i Rtoa Depiote hiatrehana izany . Hetsika faharoa ny fitondran’ny vehivavy niisa 30 avy amin’ny hetsika “Mitsinjo ny hoaviny” andiany faha-2 ny Boaty vilany tany hitehirizana vola hanatanterahana tetikasa efa voafaritra mialoha ka ny anjaran’ny depiote Horace amin’izany no nefainy tamin’io andron’ny sabotsy io. Hetsika faha-3 ny fanokafana indray ny fianarana “informatique” (bureautique sy dactylographie) maimaimpoana andiany faha-4 fanao isan-taona ka mpianatra 50 mianadahy no hisitraka izany.

Hetsika faha-4 dia ny fandraisana ireo vehivavy hianatra « Coupe Couture”  maimaimpoana andiany faha-3 efa nahazo « machine à coudre » natolotry ny ben’ny tanànan’Antananarivo-renivohitra, Lalao Ravalomanana.

Hetsika faha-5 farany dia ny fandraisana an’ireo vehivavy tanora na lehibe hanao Zumba Fitness hitaizana vatana.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanavaozana ny lisi-pifidiananaHatao izay hahatomombana azy, hoy ny CENI

Roa herinandro tsy hahatongavan’ny fanokafana amin’ny fomba ofisialy ny fanavaozana ny lisi-pifidianana (RALE),

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andriantsizehena Benja UrbainTsy voasoratra anaty tetibolam-panjakana 2018 ny 4x4

Rehefa nitaky hatrany tamin’ny mpanatanteraka izahay depiote tety Tsimbazaza ny mba hampitomboana ny tetibola hampiasaina amin’ny resaka fandriampahalemana sy ny sosialim-bahoaka dia hita soritra tao anatin’ilay volavolan-dalàna laha-040/2017

 

tamin’ny 27 oktobra 2017 momba ny lalànan’ny Fitantanam-bolam-panjakana ho amin’ny taona 2018 izay nodinihana teto amin’ny Antenimiram-pirenena ireo toe-javatra ireo ka izany no antony nandanianay depiote 86 tonga nivory teto Tsimbazaza tamin’izao alarobia 15 novambra 2017. Lany tsy nisy nitsipaka izy io. Nankasitrahanay depiote ihany koa ny hanohizana ny CLD ka ho 300 tapitrisa ar izany hoan’ny distrika manana solombavambahoaka 2 ary 250 tapitrisa ariary ho an’ireo manana depiote 1 voafidy tao aminy. Marihana, hoy ity depiote voafidy tany Manakara ity tsy tafiditra tao anatin’ity tetibolam-panjakana hoamin’ny taona 2018 ity ilay resaka fividianana 4 x 4 hoanay depiote koa dia mijanona ho resabe fotsiny hatreto ny amin’iny raharaha iny. Voamarika teny Tsimbazaza omaly fa nisondrotra 18% raha oharina tamin’ny tetibola 2017 ity nolaniana omaly teny an-toerana ity.

La Vérité0 partages

Tourisme et exploitation sexuelle - Le détournement des mineurs intolérable

 Renforcement de la lutte contre l'exploitation des enfants. Madagascar a un statut particulier dans la planète grâce à ses faunes et flores endémiques. Cette année, malgré l'insécurité et l'épidémie de peste, le nombre des touristes a augmenté de 10%. Ce secteur est un lieu privilégié des exploitants sexuels. Pour faire face à cette situation, le ministère du Tourisme s'engage dans la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants dans le pays.

Le ministre encourage les professionnels du secteur, notamment les agences de voyage, hôteliers … de dénoncer toutes formes de  détournement de mineurs. La Grande ile a déjà ratifié plusieurs conventions, chartes et protocoles afin de renforcer sa politique de lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales (Esec) et ainsi promouvoir les droits des enfants à l'échelle nationale. Pour renforcer ce projet de lutte, la signature de convention entre ce département ministériel et l'Ecpat s'est tenue hier au siège du ministère du Tourisme à Tsimbazaza. L'End Child Prostitution Asian Traffiking (Ecpat) est une organisation non- gouvernementale qui œuvre pour la lutte contre les tourismes sexuels des mineurs à Madagascar. Ce projet dure deux ans, de septembre 2016 à août 2019, et concerne cinq provinces entre autres Antananarivo, Fianarantsoa, Mahajanga, Antsiranana et Nosy Be. « Dans le pays, le tourisme sexuel est encore un sujet tabou.  Pourtant, ces  régions sont réputées pour la propagation du tourisme sexuel. Elles sont aussi liées à des histoires d'exploitation des enfants. Une descente sur place y est effectuée par l'Ecpat et ses partenaires », avance Andriamaro Annick, directrice pays de l'Ecpat Madagascar.  Le bureau de coordination locale de l'Ecpat France a vu le jour en 2012. Le pays est réputé pour le tourisme sexuel des mineurs. Notons que chaque citoyen est responsable dans la lutte contre le tourisme sexuel.Anatra R.

La Vérité0 partages

Tanjombato - Incendie chez Hazovato

Scène de sinistre du côté de la zone ForelloTanjombato, hier après-midi. Une colonne de fumée épaisse et noirâtre s’est élevée d’une usine de la place. Un hangar de stockage de bois qui occupe une aile de l’ensemble du site de l’entreprise de fabrication de meubles Hazovato a brûlé.  Vu de loin, le feu a déjà largement gagné du terrain et l’on n’a pu pratiquement plus rien faire pour tenter de sauver les objets qui se trouvaient à l’intérieur. Le sinistre qui n’a fait aucune victime humaine, s’est produit juste non loin du parking réservé aux visiteurs au récent salon de l’habitat. Heureusement, les voitures qui y étaient garées, ont été épargnées. 

 

Selon l’information, des employés de ladite société auraient réussi à circonscrire les flammes avant même que les pompiers de Tanjombato, alors impuissants à sauver quoi que ce soit, ne soient arrivés sur place. D’ailleurs, ils n’auraient pas pu faire grand-chose sauf empêcher les flammes de s’étendre sur les autres hangars. Au bout de quelques heures de combat acharné, les soldats de feu ont pu circonscrire les flammes. Il était environ 16h30 lorsque Tsaralalàna a annoncé « Nos véhicules font déjà   route vers la base. La mission des pompiers est terminée », a déclaré notre interlocuteur des sapeurs sans avoir ajouté des précisions sur les circonstances du sinistre. En effet, sur place, il s’avérait difficile sinon impossible de glaner le moindre renseignement sur le drame. Il a été donc impossible de déterminer la cause du sinistre.

 Franck Roland 

La Vérité0 partages

Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature

Le vol des gousses de vanille immature reprend de plus belle dans le District d’Ambanja depuis quelque temps. Des vols de vanille verte immature selon nos sources  sont enregistrés dans les Fokontany et Commune rurale suivants : Antsirabe, Ambalahonko, Antsahampano, Mahavelona, Madirofolo, pour ne citer que ceux-là. Les gendarmes font de leur mieux pour lutter contre ces vols et toujours selon nos sources, ils ont déjà mis la main sur  6 présumés auteurs de ceux-ci.

Deux d’entre eux sont déjà placés sous mandat de dépôt tandis que les 4 autres sont encore interrogés par les gendarmes. Ces derniers seraient également sur la piste d’un receleur. On croit savoir que ces gousses de vanille verte sont vendues à une société privée de cette partie nord de la Grande île laquelle les transforme en extrait de vanille destiné à l’exportation. Quoi qu’il en soit, le vol de vanille verte immature outre la perte qu’il engendre auprès des paysans porte atteinte au label de Madagascar. A noter que la campagne vanille n’aura lieu normalement qu’à partir du mois de mai dans la Région Diana.

A.Lepêcheur

La Vérité0 partages

Et ça continue !

La série noire continue ! Elle s'aggrave même ! Antananarivo rejoint le triste record des violences, à mains armées, de certaines villes latino-américaines. Kidnappings, rapts et règlements de compte entre factions rivales font, ces derniers temps, le quotidien de la Capitale.Madagascar, une plaque tournante des trafics dans l'océan Indien et un passage obligé des grands circuits internationaux, risquerait fort d'être transformé en champ de bataille où les luttes, sans merci, d'influences entre les grandes puissances feraient rage.

En effet, en dépit des mesures prises par les autorités sécuritaires côtières, le trafic des richesses naturelles endémiques de la Grande île continue et se développe, même, dans certains endroits. Les exportations illicites des bois de rose et des tortues parviendraient à se frayer un chemin entre les mailles des responsables de divers niveaux. Dans les hautes mers, les grands trafiquants rôdent de jour comme de nuit.Le trafic d'armes prend de l'ampleur et Madagascar constituerait, au rythme des transactions clandestines, un vaste tremplin pour les gros marchés formés par les pays en crise d'Afrique, du Moyen et Proche Orient et certains pays d'Asie.Le trafic de la drogue et le marché des produits narcotiques s'étaient, malheureusement, développés les trente dernières années dans l'océan Indien. Les narcotrafiquants font des va-et-vient très inquiétants à travers les îles voisines. Le pays, plongé dans une misère extrême, s'expose facilement et dangereusement aux effets délétères de ces « marchés » de la honte.En réalités, la Grande île n'est pas encore, au stade où nous sommes, un potentiel marché d'écoulement de ces produits prohibés, extrêmement dangereux, malgré qu'un embryon  de trafic servant une consommation locale se dessine à l'horizon. On n'est pas encore, Dieu merci, du niveau de trafic interne se rapprochant des cas du Continent du nouveau monde ou de l'Europe ou d'Asie.Néanmoins, le péril est vivace dans le sens où le pays constitue un espace de « correspondances » vers les plus gros clients. Le traitement des affaires y afférentes s'effectue sur le sol malagasy et les capitaux ainsi que les opérations de payements transitent, en souterrain, par la Grande île. Raison pour laquelle le précédent régime de Marc Ravalomanana avait cru nécessaire de mettre en place un service spécialement affecté pour traquer les velléités de blanchiment d'argent dont l'ampleur s'accroit au fil des mois.Sur place, le phénomène apparait par la présence de ces « touristes » pas comme les autres qui circulent dans nos rues ou remplissent nos hôtels, parfois, de luxe. Mais le danger le plus inquiétant se situe au niveau des dirigeants du pays. Leur laxisme devant la menace à laquelle le pays est confronté contribue à accentuer la complication. La corruption, de grande envergure, impliquant  des hauts responsables étatiques, de mèche avec les « traders » malveillants sur le sol malagasy, entretient et facilite la propagation du fléau.Le second problème qu'il fallait soulever consiste sur l'éventualité des règlements de compte entre factions rivales. Madagascar, particulièrement Antananarivo, la Capitale, « siège » des activités douteuses et criminelles, devient malgré lui le théâtre des actes de violence presque au quotidien.Les Forces de sécurité, avec leurs moyens dérisoires, sembleraient dépassées par l'évolution dramatique de la situation et ne savent plus comment faire ! Et ça continue !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Salon international de l'habitat - La 19e ouvre ses portes

L'évènement tant attendu des acteurs de l'immobilier, de la construction et du bâtiment arrive enfin. La 19e édition du Salon international de l'habitat a ouvert ses portes hier, à la zone Forello Expo Tanjombato. Après les différents discours qui se sont succédé, la cérémonie d'ouverture s'est clôturée par le tour des stands par les officiels.

Pour cette année, les exposants se sont vraiment surpassés dans la réalisation de leurs stands afin de montrer aux visiteurs à quel point ils deviennent de plus en plus professionnels. Cet évènement est alors une occasion pour tous les participants comme Filatex et la Bni Madagascar ainsi que les grandes marques comme Le Grand ou Spider et encore bien d'autres de se dévoiler au grand public, d'affirmer leur place auprès de leur clientèle et de conquérir de nouveaux clients. Cette 19e édition est donc la preuve que le secteur de l'immobilier est encore en pleine expansion et qu'il n'est prêt de s'arrêter en si bon chemin.Bni MadagascarAccompagner de près le monde de l'immobilierEn tant que première banque malagasy, la Bni Madagascar veut accompagner ses clients dans la réalisation de leurs projets en lui suggérant des solutions de financement à des taux avantageux. Dans cette optique, la banque veut donc contribuer à la mise en œuvre des divers desseins de sa clientèle tournant autour de l'immobilier. Durant ce Salon international de l'habitat, en tant que sponsor officiel, la Bni Madagascar veut faciliter l'accès de la population aux biens immobiliers. Exclusivement pour l'évènement donc, un taux de 9,95% sera attribué à toute gamme de crédits immobiliers, avec des durées de remboursement allant jusqu'à 18 ans. Cette gamme a été mise en place pour satisfaire tous les besoins des visiteurs que ce soient les particuliers, les professionnels ou encore les entreprises. Elle est alors composée des crédits « Tranoko » pour l'acquisition d'une maison, « Taniko » afin d'obtenir un terrain, et « Tananako » qui permettra l'achat de parcelles ou encore la construction d'une bâtisse ainsi que les offres « Orimbato » pour la construction de biens immobiliers et « Fihoarana » en cas de grands travaux de rénovation.D'autre part, grâce à ses partenariats avec Solidis Garantie et Immobilier Conseil, la banque peut également offrir une caution immobilière à ses clients afin de simplifier les différentes démarches de formalisation de financements de leurs projets immobiliers. Toutefois, toute l'équipe de la banque, présente au Salon international de l'habitat, sera à la disposition de tous les visiteurs pour tout conseil et toute orientation. Elle met aussi à la disposition de ses clients des conseillers spécialisés qui effectueront une étude spécialisée et gratuite pour chacun. Et exceptionnellement pour le salon, la banque organise une tombola qui donnera l'occasion aux participants de gagner des bons d'achat auprès des sociétés partenaires de la Banque.Rova R.FilatexUne visite virtuelle des futurs appartements Le Groupe Filatex est parmi les grands acteurs de l'immobilier. C'est dans cet axe, qu'il affirme sa présence à la 19e édition du Salon international de l'habitat. Durant les 4 jours d'exposition, il offre une expérience inédite à tous les visiteurs de l'évènement en leur offrant la possibilité de visiter virtuellement les appartements qui sont actuellement en construction, dans le cadre du projet « Malaga » sis à Ankorondrano. D'après Hasina Ranaivoharisoa, la responsable commerciale du groupe, « ce n'est pas vraiment évident de vendre des appartements sur papier ». Avec l'évolution des technologies, ils ont donc voulu changer la donne en instaurant pour la première fois cette nouvelle forme de visite afin de faciliter la prise de décision de la clientèle. « Effectivement, avec cette visite virtuelle, les clients pourront alors avoir une meilleure idée de l'appartement qu'ils souhaitent acheter » a-t-elle ajouté. Il faut préciser que  ce projet de construction de l'immeuble « Malaga » est à sa seconde édition. Effectivement, il y a déjà une première édition constituée de 28 appartements qui ont tous été vendus. Donc, afin de satisfaire la demande des clients, le Groupe Filatex a instauré une seconde édition constituée de 41 appartements. SpiderDes offres de qualité Changer l'opinion des consommateurs. Pour cette 19e édition du Salon international de l'habitat, Spider, toujours dans le respect de sa renommée, présente de nouvelles marques à sa clientèle et ses potentiels clients, à savoir Airwell, une marque française spécialisée dans la climatisation, V-Tac spécialisé dans les luminaires faits de Led sans oublier Le Grand, le spécialiste mondial de l'électricité. « La majorité des consommateurs croient que les grandes marques françaises sont synonymes de coûts dispendieux », affirme Jimmy Rakotoarivelo, le Business representative manager de Spider.  « Toutefois, ils sont dans le faux et c'est cette idée que nous souhaitons changer. » Il a également ajouté que « nos produits sont tout à fait accessibles pour tout type de ménage et cela malgré leurs marques. Nous souhaitons aider nos clients à acquérir des produits de qualité tout en économisant ». Effectivement, pour les lampes de la marque V-tac par exemple, leur puissance d'éclairage est vraiment élevée alors que leur consommation est moindre. De ce fait, les consommateurs pourront réduire leur consommation d'électricité autant que leur facture et faire des économies. Les visiteurs pourront donc avoir un aperçu des produits de toutes ces marques spécialement choisis par l'équipe de Spider.ROVA R.

Madagascar Tribune0 partages

Votée sans grand débat

La séance plénière de l’Assemblée Nationale consacrée à l’adoption de la Loi de finances initiale 2018 s’est tenu hier et le projet de loi est passé comme une lettre à la poste en quelques heures seulement. La réunion devait débuter à 10 heures selon l’ordre du jour et les affichages au sein du palais de Tsimbazaza. Seulement, celle-ci n’avait pas encore commencé une heure après. Les techniciens du ministère des finances et du budget en la présence de la ministre des finances et du budget, Vonintsalama Andriambololona ont exposé les tenants et aboutissants du projet de loi. A la fin des exposés et alors que l’auditoire s’attendait à des questionnements de la part des députés présents, seuls quelques questions ont été posés avant que 86 députés sur les 92 présents n’adoptent sans aucun amendement la loi de finances 2018.

Selon les explications de certains députés, la raison de cette adoption rapide est le fait que les questions ont été posées en travaux de commission. On sait pourtant que seuls trois travaux de commissions ont été effectués en ce qui concerne la loi de finances de 2018. Certains députés opposés à cette procédure éclair sont sortis de la salle alors que le vote se tenait, afin de manifester selon eux leurs désaccords. Selon le député de Madagascar élu sous les couleurs du Mapar, Brunel Razafitsiandraofa, cette loi de finances ne reflète pas du tout les besoins des malgaches actuellement.

Secteur prioritaire

Une affirmation qui diverge de ce que montre la loi de finances si l’on se réfère au document. Dans l’exposé des motifs de cette loi, on peut en effet lire que « les priorités gouvernementales pour 2018 sont axées sur le renforcement du secteur social, la mise en place des infrastructures essentielles, l’appui au développement rural, et le raffermissement de la sécurité ». En d’autres termes les réalités de la vie malgache. 29% du budget de l’Etat sera en effet affecté au secteur social, soit un montant total de 2 158,3 milliards d’Ariary. En ce qui concerne le domaine de l’énergie, une hausse de 48% par rapport à 2017 a été décidée avec 325,3 milliards d’Ariary. Et 1 316,7 milliards d’Ariary seront affectés à la réalisation de projets structurants dont l’agrandissement de l’aéroport d’Ivato ou la dotation en matériels des services régionaux des domaines. Le budget alloué à la sécurité se monte à 632,3 milliards d’Ariary et concerne surtout la dotation en matériels des forces de sécurité.

L'express de Madagascar0 partages

Assemblée nationale – Le sort du bureau permanent entre les mains des députés

Le constat de l’inefficacité de l’actuel Bureau permanent est partagé par les parlementaires. Les mesures à prendre diffèrent selon les groupes parlementaires, bien que des noms circulent pour succéder à Jean Max Rakotomamonjy. 

Hypothé­tique. Les membres du Bureau permanent de l’Assemblée nationale restent dans la conjoncture sur une éventuelle éviction. En marge de la séance plénière pour l’adop­tion du projet de loi de finances, des réunions à huis clos, des attroupements spontanés alternés par des coups de téléphone, ont animé le palais de Tsimbazaza, hier.Malgré ces agitations des parlementaires, les informations sont arrivées au compte-gouttes, et sont parties dans tous les sens. Une première tendance soutient la destitution pure et simple de Jean Max Rakotomamonjy avec le Bureau permanent.Dans cette guerre intestine, un autre groupe de députés, réunis à huis clos après la séance plénière, opte pour le remplacement de quelques membres du Bureau permanent. Une troisième position tente de ramener les débats sur le maintien des occupants du perchoir, d’autant qu’ils sont en fin de mandat.En dépit de la multiplicité des avis, toutes les tendances constatent que la transparence budgétaire et financière au niveau de la Chambre basse fait défaut.

Déjà vuLes faits relevés concernent l’absence de rapport sur la gestion financière deux fois par an par le Bureau permanent. Par ailleurs, le verrouillage des déplacements à l’extérieur, réservés à quelques membres, est également reproché aux dirigeants de cette institution.Les animations au niveau de l’Assemblée nationale rappellent le récent retrait d’Honoré Rakotomanana de la présidence du Sénat, au nom de la stabilité. Ayant les mêmes profils politiques, ces deux parlementaires n’appartiennent pas au parti présidentiel, mais sont portés par leurs pairs à la tête de ces institutions au nom de l’ouverture.Les observateurs posent la question si Jean Max Rakotomamonjy va emboîter le pas à son ancien homologue du palais de verre. Par ailleurs, en marge de la session d’hier, il a soutenu qu’en politique, il est impensable d’occuper éternellement une place. Si cela peut améliorer la situation, je ne vois pas de problèmes.Dans les coulisses, le nom de Harijaona Randriarimalala, président du groupe parlementaire Hery vaovaon’i Madagasikara (HVM) et de Philobert Milavonjy circulent pour succéder à Jean Max Rakotomamonjy. Questionné par les journalistes, ils sont restés évasifs dans leurs réponses. « Je n’ai pas été consulté sur cette éventualité. J’opte pour le maintien de la stabilité, et je suis prêt à servir le pays si mes collègues pensent que je mérite cette place », soutient l’élu d’Ambo­vombe. Pour sa part, le député d’Antananarivo Atsimon­drano affirme ne pas être au courant de cette éventualité.Au cas où la procédure de destitution du Bureau permanent est enclenchée, le vote des deux tiers des députés est requis. Toutefois, l’atteinte de ce quorum reste hypothétique, d’autant qu’il est rare de pouvoir réunir cent quatorze députés d’un trait, car l’absentéisme y est monnaie courante.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Get into rugby – L’ovale s’implante en milieu scolaire

Le projet Get Into Rugby a été mis en place depuis 2011 dans vingt-et-une villes dans tout Madagascar. Ambatondrazaka abritera le Festival de Rugby début décembre. 

Le projet du World Rugby intitulé Get Into Rugby a été appliqué à Madagascar depuis 2011. L’objectif est d’accroitre le nombre de pratiquants de la discipline dont les jeunes à la base de la pyramide, suivi au dessus par les licenciés et les élites à la pointe. En six ans, le projet a été mis en place dans vingt-et-une villes dans tout Madagascar. Dans la foulée, la ville d’Amba­tondrazaka abritera le prochain Festival de Rugby à VII inter-établissements scolaires.Le tournoi se tiendra le samedi 2 décembre toute la journée au stade Rasolon­jatovo. Cette compétition inter-établissements sera réservée aux élèves de catégories U14 et U16, garçons et filles. « Le Get Into Rugby s’exécute en trois étapes avec le slogan Try-Play-Stay. La première étape est le try, c’est initiation à l’école à travers l’édu­cation physique et sportive. Le play se fait au sein des écoles de rugby et quartiers et la troisième étape, le stay la phase de familiarisation et l’intégration au niveau des clubs à partir des cadets », détaille Berthin Rafalimanana, dit  Zoto, formateur des formateurs de Rugby Afrique.La Fédération malgache de rugby a nommé Daniel Andriamparanjatovo en tant que coordinateur du GIR qui forme et chapeaute par la suite les animateurs éducateurs dans les régions.

1 700 jeunes comme objectifLe projet a pour objectif d’atteindre dix-sept mille jeunes garçons et filles prati­quants de la discipline avant la fin de cette année. Dans la foulée, en collaboration avec l’association Terres à Mêlée, la fédération a organisé cette année le tout premier cham­pionnat national scolaire.« On pourra probablement atteindre cet objectif car on est à présent quatorze mille et ce chiffre va sûrement augmenter en cette rentrée scolaire » estime Berthin Zoto. En plus du tournoi inter-établissements scolaires, d’autres programmes font partie du projet GIR à savoir je joue aussi arbitre qui a pour but d’initier aux règlements de jeu les jeunes joueurs et futurs licenciés.Et le deuxième, l’impact beyond qui consiste à promouvoir la discipline en médiatisant de grands évènements nationaux et internationaux de l’ovale à travers les enfants. « En fait, le projet est ouvert à tous les débutants sans distinction d’âge », a précisé Berthin Zoto.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Toliara – Un plan pour réduire la mortalité maternelle

La réduction du taux de mortalité infantile et maternelle est une priorité. Un plan allant dans ce sens est appuyé par des partenaires techniques et financiers

Conformé-ment à l’approche adop- tée par le Septième Programme de coopération entre Madagascar et l’UNFPA (2015–2019), et dans le souci de réduire le taux de mortalité maternelle et néonatale de 478 pour 100 000 naissances à 300 pour 100 000 naissances d’ici 2019, trois plans régionaux intégrant les priorités des régions Atsimo-Andrefana, Vatovavy-Fitovinany et Androy, ont été élaborés et mis en œuvre depuis 2015/2016 et 2017. Ces plans mettent en avant l’implication et la participation effective de toutes les parties prenantes. Il s’agit d’améliorer les interventions futures, de renforcer le partenariat et de déterminer ensemble des objectifs pour 2018-2019, tout en tenant compte des leçons apprises et des bonnes pratiques ainsi que des orientations internationales auxquelles découlent un plan de travail.Ainsi un plan stratégique régional a été élaboré durant deux jours à l’hôtel Amazone à Toliara en présence des autorités locaux et le représentant de l’UNFPA à Madagascar, Constant Serge Bouda. Il a été développé pour l’année 2018-2019 pour répondre au mieux aux besoins prioritaires de la région Atsimo-Andrefana. Ce plan permettra aussi d’avoir un fort impact sur la population dans les districts cibles. Il servira de référence aux actions de réduction de la mortalité maternelle et néonatale à Madagascar pour la période précitée.

Contre les violences« Afin d’atteindre notre objectif, il s’avère vraiment urgent d’accroître et de concentrer nos efforts dans l’augmentation de l’utilisation de service de santé de la reproduction, y compris dans les zones reculées. Nous devons également accentuer nos interventions dans la lutte contre les violences basées sur le genre, en particulier dans l’Atsimo- Andrefana», a martelé Constant Serge Bouda.« Ce plan est aussi très important pour l’Atsimo-Andrefana  car il va mettre en évidence ses priorités répondant aux besoins spécifiques de la population, ce afin de contribuer à la réduction de la mortalité maternelle et néonatale dansl’atteinte de nos Objectifs de Développement Durable (ODD)», a souligné Jules Rabe, chef de région.Par ailleurs, le représentant de l’UNFPA a remis une contribution de l’organisation onusienne dans la prévention de la lutte contre la peste, telle que de l’eau de javel, du gel désinfectant, du savon, des poubelles en  inox et des sacs plastiques. Vingt-huit formations sanitaires et douze maisons et espaces jeunes répartis dans les trois régions sont les bénéficiaires de cette dotation.

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – Circulation bouchée dans la ville

Tous les véhicules en direction d’Analamahitsy et des quartiers environnants ont été bloqués dans un embouteillage monstre, hier. La circulation a été paralysée jusqu’à Behoririka, à Andravoahangy, à Ambohi­trarahaba ou encore à Ivandry, toute la matinée et au début de l’après-midi. Cela a créé du désagrément. « J’ai été obligée de finir à pied mon trajet, de Behoririka à Ankorondrano. Les véhicules ne bougeaient vraiment pas. Malheureusement, j’ai raté mon rendez-vous à cause de cet embouteillage monstre », déplore une jeune femme rencontrée à Ankorondrano, hier.La forte mobilisation des élèves au Coliseum Antsonjombe, pour la cérémonie de distribution de kits scolaires, a engendré ce blocage de la circulation. La désorganisation des véhicules transportant ces élèves tout comme la forte présence de personnes devant le Coliséum et dans les rues d’Analamahitsy ont bouché l’allée pendant plusieurs heures.Des changements temporaires de trajet se sont opérés chez les transporteurs en commun, notamment à Analamahitsy, où la rue a été presque impraticable. Il a été, en outre, difficile de trouver des moyens de transport en commun dans ces quartiers. Même les taxis-ville ont été pleins à craquer. Les policiers de la route auraient dû prévoir ce problème, pour éviter un tel trouble de l’ordre public.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Cyclisme – Trophée des As 2017 – Ultime sélection à Imerinkasinina

C’est parti. L’édition 2017 de la course cycliste dénommée Trophée des As qui va se courir les 24 et 25 novembre d’Ambohimangakely à Imerinkasinina aura un intérêt particulier. Elle constituera l’ultime sélection pour les coureurs malgaches qui espèrent avoir une place dans la liste des participants à la XIVe édition du Tour cycliste international de Madagascar (TCIM).Au niveau des coureurs, la préparation est maximale pour tenter de gagner le titre 2017 de ce Trophée des As et ainsi avoir déjà un pied en équipe nationale. « On se rapproche à grand pas de la tenue du TCIM 2017. Après avoir gagné la grande course de Tanà il y a deux semaines, je suis quasiment prêt pour refaire un autre succès .On aura pratiquement le même itinéraire que durant la course de Tanà et comme il s’agit d’une course de côte avec une arrivée en hauteur, j’ai une sérieuse carte à jouer », témoigne Emile Randrianantenaina, coureur du club FCSA et deux fois vainqueur du TCIM.Le samedi 24 novembre sera réservé à la course contre la montre individuelle du côté du by-pass tandis que le dimanche 25 novembre concernera la course en ligne de 140km sur la route nationale numéro vers Imerinkasinina.Après ce Trophée des As, une dernière course de mise en jambes avant le TCIM 2017 se déroulera du côté d’Ilakaka avec la tenue de la première édition du Grand Prix d’Ilakaka le décembre.« L’équipe nationale qui participera au TCIM du 7 au 17 décembre sera connue après la tenue du Trophée des As. Il y aura quand même une deuxième course qui est le Grand Prix d’Ilakaka qui est sponsorisé par le groupe Sri-lankais Sedeed Jem Palace. Il se fera au fil des années. C’est un Open ouvert à tous les coureurs et si jamais il y a un ou quelques coureurs qui se distinguent, la liste des engagés malgaches au TCIM sera modifié. J’annonce déjà ici, que nous aurons la participation des coureurs du Sri Lanka que nous allons inviter spécialement à prendre part au TCIM », rappelle Jean Claude Relaha, président de la fédération malgache de cyclisme, qui a pu avoir l’autorisation d’organiser le TCIM 2017 de la part du ministère de la Jeunesse et des sports.« Pour rassurer les sponsors du TCIM, nous avons rencontré le ministère de la santé et nous avons vu ensemble les préventions à prendre contre la peste durant toute la durée de l’évènement », termine Jean Claude Relaha

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Musique classique – Blaise Rantoanina conquiert par sa voix

La 84è édition du fameux concert classique de midi, initié par l’association Madagascar Mozarteum a, une fois de plus, envoûté son auditoire, hier après-midi. Un grand moment de grâce et de prestige musical qui a tout bonnement conquis un public de mélomanes passionnés venus nombreux remplir la salle de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely. En tête d’affiche de ce rendez-vous séraphique, le ténor Blaise Rantoanina, un chanteur lyrique de nature modeste, mais dont la carrure et le talent sont sculptés pour la scène internationale.Un nom à retenir donc, c’est un ténor à la voix charismatique et mélodieuse, qui a enchanté le public de l’IFM Analakely durant près d’une heure. Vers 13h, l’artiste rentre en scène sous les applaudissements de la salle, accompagné de Mirana Randria, pianiste émérite, fière de partager cet instant à ses côtés. De là, Blaise Rantoanina, sortant du prestigieux Conservatoire supérieur national de danse et de musique de Paris, entame un véritable hommage à la musique classique.D’entrée il pose ses marques en interprétant avec force et vitalité « Maria » de la comédie musicale « West side story », une composition de Leonard Bernstein. S’ensuit son interprétation émouvante de « L’heure exquise » de Reynaldo Hahn. Jouant de sa voix qu’il maîtrise à la perfection, Blaise Rantoanina surprend son auditoire tout au long du concert.Fervent admirateur du grand maître Wolfgang Amadeus Mozart, le ténor a ravi l’auditoire par deux interprétations enchanteresses de « O wie ängstlich» et de « Il moi tesoro in tanto », tirées de l’opéra Don Giovanni. Ce concert classique de midi était aussi l’occasion pour Blaise Rantoanina de partager la scène avec une camarade tout aussi talentueuse, Natacha Rajemison, avec laquelle il a repris en duo « Cara non dubitar » de Dominico Cimarosa et « Caro elisir » de l’italien Gaetano Donezitti avec lesquelles ils ont clôturé en apothéose le concert. Blaise Rantoanina, ayant conquis le public, organise à partir de ce jour jusqu’au 21 novembre, deux Masterclass au Cercle Germano Malgache Analakely. Suivi d’un concert de restitution le 23 novembre à 17h, toujours au CGM Analakely

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Indépendance de façade et souveraineté fictive

Nous sommes-nous déjà posé la question ? À savoir, quelles sont les réalisations et/ou les créations authentiques ayant eu un grand impact sur la conscience collective et que Madagascar ne doit pas au contact ni à l’histoire avec l’étranger? Je n’en ai pas trouvé beaucoup mais j’en ai trouvé. Ces réalisations et/ou créations sont entrées dans la conscience collective de la population de Madagascar depuis plusieurs siècles. Il s’agit des pierres levées (Vatolahy), du «Sikidy», du «Doany», du «Fanorona», du «Fihavanana», du «Fokonolona», des digues d’Antananarivo et de la maison d’Andrianampoinimerina. J’ai été tenté d’inclure les «Hadivory» sur ma liste, mais cela ne correspondait pas vraiment aux critères «n’ayant rien au contact ou à l’histoire avec l’étranger». Les «Hadivory» ne sont-ils pas nés de la grande psychose des razzias pour capturer les hommes les plus forts et les plus en santé afin de les vendre comme «marchandises d’exportation» aux acheteurs venus d’ailleurs?Je n’ai pas établi ma liste à partir d’une chronologie quelconque car j’ignore, à l’exception des digues d’Antananarivo et de la maison d’Andrianampoinimerina, l’époque même de leurs réalisations. Ce serait très impertinent de ma part de dire que Madagascar n’a rien créé d’authentiquement malagasy depuis le contact avec l’étranger. Je vous laisse faire le constat et juger par vous-mêmes. Je ne dis pas non plus qu’il n’y a rien d’autre d’authentiquement malagasy que ce que j’ai énuméré. Tout ce que je dis, c’est la liste qui n’est certes pas exhaustive mais elle donne une indication claire de la réalité, la vraie, il va sans dire. Vous vous demandez certainement où je veux en venir, avec tout cela. L’âme authentiquement malagasy, il se peut bien que nous l’ayons perdue il y a très longtemps. Heureusement, il y a encore la langue qui nous permet de communiquer entre nous. Mais, elle se perd aussi dangereusement cette langue. Nous subissons doucement mais sûrement avec beaucoup d’indifférence la perte de notre authenticité. Cela date de plusieurs siècles. Cet infernal processus n’est pas encore près de cesser.Cela ne fait que seulement 57 ans cette année que nous parlons d’indépendance. Mais cette indépendance, elle peut n’être que de façade à bien y regarder. Nous parlons aussi, bien évidemment, de souveraineté. Mais cette souveraineté peut n’être que fictive. Dans le cas qui nous préoccupe maintenant, pour en revenir aux actualités de novembre 2017, prenons le cas des élections à venir en 2018. Madagascar a bel et bien la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Madagascar n’est pas le seul à en avoir une, soit dit en passant. Beaucoup de pays sous perfusion financière de la communauté internationale ont une CENI, n’est-ce pas? La CENI est tellement indépendante à Madagascar qu’elle ne dépend pas et n’est même pas redevable à la population qu’elle est censée servir. Sinon, comment se fait-il que la population ne soit même pas au courant, même dans ses grandes lignes, des «suggestions» que la CENI a faites aux gouvernants concernant les modifications nécessaires aux lois dites électorales? Cependant, nous voyons la dangereuse dépendance de cette même CENI aux entités internationales qui, malheureusement, assurent le financement de son fonctionnement. Nous n’y voyons aucune anomalie. Mais pas du tout! C’est même la nouvelle normalité de la chose politique. Les entités internationales sont parfaitement au courant des suggestions que la CENI a faites aux gouvernants. La population n’est au courant de rien. Et, comme de raison, celui ou celle qui contrôle l’information ne contrôle-t-il/elle pas le pouvoir ? Je ne vous apprends rien à ce sujet.

Par Jean Razafindambo

L'express de Madagascar0 partages

Un stagiaire avocat sous mandat de dépôt

Le stagiaire avocat soup­çonné d’être l’auteur de la disparition d’un dossier et des plumitifs de l’année 2009, y compris la crise politique au tribunal d’Anosy, a été écroué à la maison centrale d’Antani­mora, hier. Un ordre de poursuite judiciaire est attendu auprès du tribunal pour retrouver le politicien, son complice.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Les travaux au jardin Ralaimongo au ralenti

La réhabilitation du jardin Ralaimongo de Mahajanga accuse un retard de deux mois, si les travaux devaient s’achever depuis la fin de mois de septembre dernier.Ils tournent au ralenti à cause de l’ajournement du déblocage du financement par le bailleur, une usine de production de farine de blé, basée en Afrique, Azam Bakrhesa. Les employés de l’entreprise chargée du projet ont dû patienter quelques temps pour pouvoir acheminer les matériaux nécessaires à la finition des travaux.La pose des pavés autobloquants est terminée depuis longtemps, les travaux de sablage de la stèle ont déjà également été réalisés. Le jet d’eau fonctionne depuis quelques mois.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Défendre le prince Rakoto à tout prix

Après son « Esquisse pour le portrait de la reine Ranavalona Ire », Simon Ayache présente un portrait de Radama II, extrait de« The Antananarivo Annual and Madagascar Magazine » de Noël 1900, dont  l’auteur présumé est Rahaniraka, le jumeau de l’historien Raombana, dont une lettre en date du 5 février 1862, accompagne le panégyrique du prince Rakoto.Simon Ayache introduit sa présentation par la tragique destinée de Radama II : « Roi souhaité pour tout un peuple, couronné triomphalement, assassiné après deux ans de règne, quel homme fut-il ? » L’auteur du portrait proposé juste avant le couronnement du prince Rakoto, semble esquisser la défense du roi contre d’éventuels reproches : « Non, ses favoris- les Menamaso- ne sont pas inquiétants ; Marie, sa concubine, a de grands mérites ; son déisme ne le conduira pas à l’intolérance, au contraire… Pour toutes ces raisons, Radama II ne mérite-t-il pas l’amitié et l’aide matérielle du gouvernement britannique ? »Ministre des Affaires étrangères de Radama II, après avoir été son précepteur avec Raombana, Rahaniraka meurt environ un an avant l’assassinat de son roi. Ne prévoyant probablement pas cette issue tragique d’un règne tant attendu, « il garda son espoir en la prospérité toute prochaine de Madagascar, nouveau jardin du Seigneur ».Radama Ier, roi de Madagascar, tourne le dos en juillet 1828, « à la grande douleur de ses sujets ». Peu après sa mort, un coup d’arrêt est porté à l’œuvre missionnaire en plein essor et l’on voit « dépérir » les écoles et «s’interrompre» le développement du savoir « en plein essor ». Le prince Rakoto nait le 27 juin 1829. Comme « il était l’unique fils de Radama et de Ranavalo­manjaka »- une « filiation mystique » disent certains auteurs-, l’évènement est l’occasion d’une grande liesse : artilleries et mousqueteries grondent pendant trois jours consécutifs.L’auteur du portrait affirme que, porteur de tous les espoirs, le prince devient rapidement, pour les chrétiens persécutés, « le héros d’un véritable mouvement messianique ». Prophétie qui ne manque pas de s’accomplir, indique Simon Ayache. Il ne tarde pas àréaliser de grands progrès en lecture et écriture, prend plaisir à toutes sortes de travaux de forge et de charpenterie, encourage les ouvriers habiles, participe avec ses compagnons au dur labeur de la construction de routes et de ponts. « Mais, poursuit l’auteur du portrait,  tout cela n’est rien comparé à la bonté de son cœur, la puissance de son génie, sa finesse, sa tolérance d’esprit. Il est l’ennemi de toutes les formes de tyrannie. Il est plein de pitié pour tous les affligés et les malheureux. »Adoré par la reine-mère, le prince Rakoto use toutefois de tous les moyens pour faire échec à ses desseins, dès qu’elle projette quelque acte de cruauté à l’encontre de ses sujets. « Si quelqu’un était condamné à mort, ou aux fers, ou à boire le tanguin, il le faisait détacher et s’enfuir, après lui avoir donné de l’argent pour le voyage. Il sauva des milliers de vies de cette façon. Ce qui lui gagna auprès de tous, un universel amour. » Pourtant, selon Raombana, le soutien du prince aux chrétiens persécutés est intermittent car au  gré des influences qu’il subit. L’historien « déplore en particulier, celle de son épouse Rabodo, la future reine Rasoherina ».Dans cette œuvre d’humanité, poursuit l’auteur, il est souvent aidé de Marie, l’une de ses favorites. C’est une femme d’intelligence solide, d’esprit élevé, qui mérite hautement la confiance de son souverain par sa droiture et la noblesse de son âme, explique-t-il. « En un mot, elle est sa principale confidente ».Poursuivant son panégyrique, l’auteur du portrait précise cependant, que malgré sa bonté, sa courtoisie, son affabilité, le roin’accorde pas « un facile crédit » à tout ce qu’on lui dit. « Il fouille jusqu’au fond des choses et sa solide intelligence, son grand génie découvrent rapidement les secrets cachés des hommes les plus intrigants et les plus fourbes. »Vis-à-vis de la foi, Radama II, indique l’auteur, est déiste et croit en un Être suprême, sans être protestant, ni catholique, ni musulman, ni païen, même s’il souhaite que toutes les religions se propagent dans son pays. D’après Rainandriamampandry, il aime déclarer à ses amis qu’il « croit en Dieu, non en ses paroles, en la Bible ».

L'express de Madagascar0 partages

Badminton – Aina Soanirina  cap vers l’Afrique du Sud

La triple championne de Madagascar chez les seniors dames, Aina Soanirina se prépare depuis quelques semaines pour sa première sortie internationale.La joueuse du club Saint Michel Itaosy qui est la cham­pionne nationale inamovible en première série dame compte disputer le tournoi international d’Afrique du sud le mois prochain. La compétition se tiendra les 11 et 12 décembre et réunira les élites africains et de l’Océan Indien.La championne malgache prendra en charge elle-même et en intégralité les frais de son déplacement. La fédération quant à elle facilitera les démarches administratives.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Escroquerie dans l’immobilier

Deux escrocs ont été interpellés par la police lundi matin à Anala­kely après avoir ciblé un acheteur de terrain. Ils font partie d’un réseau d’arna­queurs ayant réussi à falsifier plusieurs documents fonciers. Ils ont déjà dilapidé une avance de six millions d’ariary avant de tomber dans les filets des forces de l’ordre.

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Faible accès aux soins de la vue 

Environ 90% des personnes ayant une déficience visuelle sont issues des pays sous-développés, alors que les problèmes y afférents de 80% d’entre elles peuvent être encore soignés ou même évités.Afin d’atteindre l’objectif de prévention de ces problèmes de la vue jusqu’en 2020, la Journée mondiale de la vue a été une occasion pour le comité ad hoc au sein de la région Vakinankaratra de sensibiliser les gens et surtout d’offrir un dépistage et des soins gratuits sur  l’ophtalmologie ainsi que sur d’autres maladies comme le diabète, le VIH et celles concernant l’ORL.« Seuls 10% des individus qui doivent porter des lunettes ou ayant besoin de soins médicaux ou d’intervention chirurgicale bénéficient des services correspondants à leurs besoins dans la région Vakinankaratra, ce à cause du manque de spécialistes et de moyens, ainsi que de la réticence des gens », relève le docteur Mamitiana Pierre Rabenirina, directeur régional de la Santé publique.Pour sa part, le docteur Richard Rabearison Andriamampiantona, médecin-chef au sein du service ophtalmologie du Dispensaire luthérien de la santé (Salfa) Andranomadio Antsirabe a affirmé que grâce à l’appui de quelques bailleurs et collaborateurs, le coût des soins des déficiences visuelles s’est réduit depuis quelques temps.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Trois morts dans  un pillage

Un pillage contre un taxi-brousse survenu à Fanja­kana-Isandra lundi soir a fait trois morts dont le chauffeur et le propriétaire du véhicule. Une troupe de bandits de grand chemin, armés jusqu’aux dents ont tiré de rafale sur la voiture. Ils sont repartis avec une somme de huit millions deux cent mille ariary.

Midi Madagasikara0 partages

Fusillade à Ambatobe : Mustapha Djaid opéré et évacué à La Réunion

Hier, le Karana blessé par balles à Ambatobe le matin du lundi 13 novembre a été évacué à La Réunion. Il s’agit de Mustapha Djaid. Sa famille a pris cette décision après l’avoir hospitalisé d’urgence à la polyclinique d’Ilafy. Selon les informations, ce départ à l’étranger a eu lieu quelques heures après une opération chirurgicale que le patient a subi dans cet établissement hospitalier. Rappelons que ce lundi-là, deux hommes sur une moto ont ouvert le feu sur Moustapha Djaid qui était dans sa voiture sur la route reliant Ambatobe et Analamahitsy. Les circonstances de l’acte font penser à un règlement de compte dans la mesure où les malfaiteurs ont agi comme des mercenaires.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Sokatra 122 isa nentina tamina « cyclo-pousse » saron’ny polisy

Sokatra miisa 122 nafatratra tao anaty gony izay nentina posy bisikileta iray no saron’ny polisin’ny Fip Toliara, afak’omaly alina tokony ho tany amin’ny 11 ora, tao Sanfily Toliara. Araka ny fanazavana azo dia avy any Andabizo saika hentina hiakatra amidy aty an-drenivohitra ireto biby arovana no tra-tehaka izao. Olona roa mianadahy voarohirohy amin’ity trafika maizina ity no ataon’ny mpitandro filaminana famotorana lalina ankehitriny. Navosotra kosa ilay rangahy mpitondra posy izay nilaza fa mahalala ny entana nentiny. Nampisalasala an’ireo mpitandro filaminana manao fisafoana amin’ny alina no nahita an’ity posy iray, ka nahatonga ny polisy hisava ny entana. Omaly ihany, taorian’ny fanadihadiana tsy maintsy natao, dia nalefa avy hatrany any Mangily Ifaty Distrikan’i Toliara II, izay tananàn’ ny sokatra ireto sokatra tra-tehaka ireto, mba ho zahana fahasalamana. Ary apetraka amin’ity toerana manonkana ity ireto biby arovana mandram-pamerenana azy any amin’ny toerana niavian’izy ireo any amin’ny Faritra Androy iny.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Niely ny tsaho amin’ny fanaovana vakisiny pesta : Nandray andraikitra ny fanjakana

Raha  ny tao Ambatosoratra Ambatondrazaka ny marainan’ny faha  13 Novembre 2017 teo no nahoraka  ny tsaho fa hisy ny fanaovana vakisiny pesta ka nandeha nilefa nody avokoa ny mpianatra dia nitohy tao Amparafaravola sy Ampasikely  ary Morarano sy ny manodidina izany ny Talata faha 14 Novembre 2017 lasa teo  ka samy naka ny zanany avokoa  ireo ray amandreny  ary dia tao anatin’ny tebiteby sy ny tahotra moa ireo kilonga  madinika tamin’izany fotoana izany  , satria  samy nitondra ny zanany nody avokoa ny ray amandreny .Nandray andraikitra  nidina nijery ifotony  ny avy tao amin’ny prefekitiora sy ny tao amin’ny fampianarana nilaza ny tsy fisian’izany vakisiny izany tamin’ireo mpianatra sy ny mpanabe ,ary nanamafy fa raha misy ny olona manely tsaho sy manakorontana dia tokony hampandre haingana ny mpitandro ny filaminana ny rehetra.Efa miverina mianatra avokoa  ny mpianatra  amin’izao fotoana izao raha ny tapakandro ihany no tsy nianatra tamin’ireo andro voalaza ireo  fa samy mametraka soratra amin’ny vavahady hoe “tsy misy vakisiny pesta”

Janus R

Midi Madagasikara0 partages

Toliara II : Mpivady niady, noloaran-drangahy tamin’ny antsy lava lela ny voamasom-badiny

Ramatoa iray 25 taona eo no miady mafy amin’ny fahafatesana ankehitriny ao amin’ny hopitaliben’ i Toliara. Raha ny fanazavana azo dia noloaram-badiny tamin’ny antsy maranitra ny voamason’ity renim-pianakaviana ity, afak’omaly, tany Ankililoaka Distrikan’ i Toliara II. Niady noho  ny resa-bola sy hasarotam-piaro ireto mpivady tanora ny talata hariva teo, ka avy hatrany dia naka antsy lava lela ilay rangahy tezitra mafy, ary notsatohany ny zava-maranitra teny an-tanany tsy nananany antra ny andefimandriny. Nihevitra ity lehilahy ity fa maty ny vadiny izay nihosin-drà ka lasa nitsoaka izy, ary karohina fatratra amin’izao ilay nahavanon-doza, hoy ny vaovao voaray.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

RN7 : Mpandeha taxi-brousse miisa telo maty voatifitra

Jiolahy mirongo basy izay tsy voafaritra isa no nanafika fiara fitaterana nizotra tamin’ny lalam-pirenena fahafito. Ny alatsinainy teo, tokony ho tamin’ny fito ora hariva no nisy nanakana ny taxi-brousse teo amin’ny toerana antsoina hoe Andinta, fokontany iray izay ao amin’ny distrika Isandra. Tsy vitan’ny nanafika fotsiny ireo fa nampiasa hery avy amin’ny fitaovam-piadiana. Olona telo no maty vokatry ny tifitra. Raha ny fanazavan’ny zandary dia ahiana ho tsy fanafihan-dahalo loatra no nitranga fa vonoan’olona niniana. Ny antony dia satria nisy lehilahy iray antsoina hoe Mily izay efa nokarohan’ny mpitandro ny filaminana efa ela ary efa namoahana fampilazana fitadiavana mihitsy aza. Notohizan’ny zandary ny fanazavana izay nanambarany fa dahalo efa rainin-dahiny io olona izay voalaza io. Ny nampalahelo, raha toa ka ny ainy irery ihany no nofofoina, dia nisy tsy manan-tsiny hafa koa namoy ny ainy noho ny tifitra nahazo azy. Vehivavy iray sy lehilahy iray ireo maty nandritra ny fanafihana. Na izany aza anefa dia tsy namelan’ireo olon-dratsy raha tsy azon’ireo ny volan’ny mpandeha taxi-brousse. Nintentina 8.200.000 ariary izany. Kaompania iray sy borigady iray an’ny zandary no indray nanokatra ny fanadihadiana momba ity heloka bevava izay mampivarahotsana indray ny mpivezivezy amin’ny lalam-pirenena fahafito ity. Vao tsy alina akory ny andro dia efa raikitra izany ny tifitra nahafaty olona tamin’ity indray mitoraka ity. Efa betsaka izay fepetra noraisina izay momba ity fanafihana amin’ny lalam-pirenena. Isan’izany ny fandraràna ny fiara ny tsy hivezivezy amin’ny alina. Niteraka olona tamin’ny olona indray izany dia novaina. Tapaka ary fa tsy maintsy mandeha mifanaraka ny fiara maromaro izay vao afaka mandeha alina. Mbola nitohy ihany ny fanafihana ary noraisina ny fepetra momba ny fanasiana zandary mitam-basy ho isan’ny mpandeha. Nampihena ny fanafihana izany fa kosa tsy nahafoana azy tanteraka. Nisy fotoana aza dia nifampitifitra tanteraka ny roa tonta tao anaty maizina. Hatreto aloha dia miady aman’aina tanteraka ny mpandeha fiara iombonana rehefa mandeha amin’ny lalam-pirenena. Nefa tsy maintsy mandeha amin’izany…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Vangaindrano : Mpanakan-dàlana amin’ny RN12A, voasambotry ny Zandary

Jiolahy mpanakan-dàlana voasambotra.

Tovolahy iray mitam-basy malaza ratsy amin’ny fanakanana mpandeha môtô sy bisikileta ary mitifitra avy any anaty ala ireo mpandalo avy namonjy tsenan’ny jirofo izay heverina fa mitondra zavatra sarobidy amin’ny RN12A, mampitohy an’i Vangaindrano sy Taolagnaro iny, no voasambotry ny Zandary, tao an-tanànan’i Bekaraoka Distrikan’i Vangaindrano, afak’omaly. Araka ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana, dia efa jiolahy gaigilahy ifampitadiavana tany Antsiranana ity tovolahy tra-tehaka ity, ary efa tsy vahiny eo amin’ny Fitsarana sy ny fonja ny tenany. Karohina fatratra kosa amin’izao ny naman’ity malaso izay avy ao Vangaindrano hatrany. Ity farany moa dia voatondro fa mpamatsy basy poleta an’ity jiolahy. Amin’izao taom-piotazana sy fanangonana jirofo izao, dia mirongatra izay tsy izy ny asan-jiolahy any an-toerana. Eo anatrehan’izany, tsy manaiky ny hanjakan’ny asa ratsy ao Vangaindrano ny Kaomandàn’ny kaompanian’ny Zandarimariam-pirenena ka manao hazalambo an’ireo dahalo.

Eric Manitrisa