Les actualités à Madagascar du Vendredi 16 Octobre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara18 partages

Rainandriamampandry (1836-1896) : La biographie d’un héro méconnu

Un bon historien doit être conscient de ses droits et de ses devoirs.

Hier, à la Bibliothèque Nationale, l’historien malgache Harilala Ranjatohery a présenté Rainandriamampandry (1836-1896). Scindé en trois parties, contenant 14 chapitres, cet ouvrage relate les moindres détails de la vie du martyre.

L’Histoire implique une démarche intellectuelle et scientifique reposant sur l’analyse critique et la mise à distance des faits afin d’établir une chronologie et une explication objective et neutre du déroulement d’un évènement. Les travaux d’un historien aboutissent à la rédaction d’un livre qui présente la reconstitution, l’analyse et l’interprétation d’une période de l’histoire ou d’un événement passé.

Par ailleurs, les recherches de Ranjatohery n’auraient pas porté leurs fruits sans l’aide de différentes personnes telles que les descendants de Rainandriamampadry et les érudits comme Raymond Ranjeva (préfacier), Lucile Rabearimanana, Manasé Esoavelomandroso. « Rainandriamampandry est une figure malgache méconnue. Il est de mon devoir d’écrire sa Biographie afin que les citoyens malgaches puissent le connaître », a expliqué Harilala Ranjatohery. « Rainandriamampandry (1836-1896) » est rédigé en malgache pour tous ceux qui comprennent et connaissent la langue. « Après tout, le peuple malgache devrait savoir l’histoire de son pays », a encore ajouté Ranjatohery.

Le premier anticolonialiste. Pasteur de l’église protestante, général de l’armée royale malgache, gouverneur de Toamasina, Ministre de l’intérieur du gouvernement malgache, Rainadriamampandry était l’homme de la situation où il le fallait et quand il le fallait. Lors de la première guerre franco-malgache de 1883-1885, il était chargé de défendre la partie orientale de la Grande île. Grand stratège, il repousse l’armée française à Farafaty. Mais cette victoire ne durait pas longtemps. En en décembre 1885, Madagascar tombe sous le « protectorat fantôme ». Cela marque le début de la fin du Royaume de Madagascar. Affaibli par le traité de 1885, Madagascar cède à la France sa partie septentrionale. Dix ans après, une deuxième guerre franco-malgache se déclenche, Rainandriamampandry est Ministre de l’intérieur du gouvernement malgache qui venait tout juste de passer de force sous le protectorat français. Après l’annexion de Madagascar en 1896, suite au soulèvement insurrectionnel Menalamba, il est arrêté en même temps que le Prince Ratsimamanga sur ordre du résident général français Joseph Gallieni le 11 octobre 1896. Il est traduit devant le Conseil de guerre pour rébellion et « fahavalisme ». Le 15 octobre, à l’issue d’un de procès, tous deux sont condamnés.

 

L’histoire malgache souffre d’Alzheimer ! 15 octobre 1896 – 15 octobre 2020, cela fait 124 ans ! Une date presque effacée dans la mémoire collective malgache alors qu’elle marque le début de l’atrocité des colonisateurs français.

Bon nombre de citoyens le reprochent aux historiens. Selon eux, ces derniers ne font pas leur devoir correctement. Pourtant, ils travaillent jours et nuits et rencontrent d’énormes difficultés en effectuant leurs tâches. Ils ne reçoivent pas de financement venant de l’Etat. La plupart d’entre eux prêchent dans le désert. A Madagascar, les historiens sont qualifiés d’écrivains ratés nostalgiques, voire des prisonniers du passé.

Hormis la commémoration du 29 mars, la fête de l’indépendance le 26 juin et la naissance de la Première république le 14 octobre, les évènements marquants de l’histoire ne figurent pas dans le calepin des jeunes étudiants malgaches.

En fait, pour commémorer, il ne suffit pas de prendre une photo en déposant des gerbes sur la tombe d’un personnage historique. Il faut surtout aider ces historiens passionnés à accomplir leur mission pour le pays.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara13 partages

Hygiène : Le lavage des mains avec du savon, inaccessible pour 77% des Malgaches

Les enfants sont particulièrement vulnérables face au manque d’accès à l’hygiène, et sont exposés à de nombreuses maladies.

Premier geste barrière recommandé pour éviter de contracter la Covid-19, le lavage des mains avec du savon reste inaccessible pour des millions de personnes, à Madagascar et dans le monde.

 

À Madagascar, le simple geste de se laver les mains avec du savon est difficilement réalisable pour plus des trois-quarts de la population, faute de dispositifs permettant de le faire. En effet, 77% de la population, soit plus de 19 millions de personnes, n’ont pas de dispositifs de lavage des mains avec de l’eau et du savon. Dans plus de 80% des écoles, il n’existe aucun point d’eau potable, ni d’endroit pour se laver les mains. De ce fait, plus de quatre millions d’élèves ne peuvent tout simplement pas se laver les mains. Une porte ouverte à toutes sortes de maladies. Le problème est, en réalité, vécu à l’échelle mondiale. Le manque d’accès au lavage des mains avec du savon expose des millions de personnes à un risque accru de contracter la Covid-19 et d’autres maladies infectieuses, déclare l’UNICEF en amont de la Journée mondiale du lavage des mains.

 

Rôle crucial. « Cette pandémie a souligné le rôle crucial de l’hygiène des mains dans la prévention des maladies, tout en accentuant un problème déjà répandu : le lavage des mains avec du savon reste inaccessible pour des millions d’enfants sur leurs lieux de naissance, de vie et d’apprentissage », explique Kelly Ann Naylor, directrice adjointe EAH (Eau, Assainissement et Hygiène) à l’UNICEF. Et d’ajouter qu’il est « inacceptable que ce moyen pourtant si simple de se protéger ne soit pas à la disposition des communautés les plus vulnérables… »

Dans le monde, seules trois personnes sur cinq ont accès à des installations élémentaires pour se laver les mains ; et 40 % de la population, soit trois milliards de personnes, ne disposent pas d’installations pour le lavage des mains avec de l’eau et du savon à domicile. Dans les pays les moins avancés, ce pourcentage va au-delà des 75%. Dans ces pays, en effet, trois quarts de la population n’ont pas d’installations élémentaires pour se laver les mains à domicile, et sept établissements scolaires sur dix (huit sur dix pour Madagascar) ne disposent d’aucun endroit permettant aux enfants de se laver les mains avec de l’eau et du savon.

 

« Hand Hygiene for all ». L’UNICEF et l’OMS ont lancé l’initiative « Hygiène des mains pour tous », qui soutient l’élaboration de feuilles de route nationales visant à accélérer et à pérenniser les progrès en faveur de l’hygiène des mains, afin que celle-ci devienne l’une des pierres angulaires des interventions en matière de santé publique. « Pour ce faire, il est impératif d’améliorer rapidement l’accès aux installations de lavage des mains, à l’eau, au savon et au désinfectant pour les mains dans tous les milieux ; et de favoriser les actions susceptibles de faire changer les comportements au profit d’une hygiène optimale des mains », souligne l’organisation. Le but étant de garantir la disponibilité à long terme de produits et de services abordables, en particulier auprès des communautés vulnérables et défavorisées.

 

Hanitra R.

 

Quelques chiffres

 Les 77% de la population malgache n’ont pas accès à des dispositifs de lavage des mains avec du savon.

80% des écoles à Madagascar ne disposent pas d’endroit pour se laver les mains avec de l’eau et du savon.En Afrique subsaharienne, les 63 % de la population urbaine, soit 258 millions de personnes, n’ont pas accès à des installations de lavage des mains.En Afrique du Sud, les 47 % de la population urbaine , soit 18 millions de personnes, n’ont pas accès à des installations élémentaires pour se laver les mains à domicile. Les citadins les plus aisés ayant près de 12 fois plus de chances de disposer de telles installations.En Asie centrale et du Sud, les 22 % de la population urbaine, soit 153 millions de personnes, n’ont pas accès à des installations de lavage des mains. Près de 50 % des citadins bangladais, soit 29 millions de personnes ; et 20 % des citadins indiens, soit 91 millions de personnes, n’ont pas accès à des installations de base pour se laver les mains à domicile.`En Asie de l’Est, 28 % des citadins indonésiens, soit 41 millions de personnes, et 15 % des citadins philippins, soit 7 millions de personnes, n’ont pas accès à des installations élémentaires pour se laver les mains à domicile.
Midi Madagasikara5 partages

A l’approche de la saison des pluies : Des rues de la capitale déjà défoncées

Le mauvais état des routes n’arrange pas la circulation dans la capitale qui est déjà très saturée en raison du nombre des véhicules qui y circulent.

Depuis le confinement, certaines routes de la capitale ont pu faire l’objet d’une réfection. Néanmoins, aujourd’hui, force est de constater que les routes du côté des 67 ha restent dans un état déplorable.

Dans nos précédentes éditions traitant de la réfection des routes à Antananarivo ville, nous avions dit que celles situées aux 67 ha en ont bénéficié. Cependant, lors de notre passage hier sur les lieux, nous avons pu constater que seule une partie a été réhabilitée. Les nids-de-poule sont partout d’Antohomadinika aux 67 ha. Les voitures qui empruntent ces chemins roulent à 10 km à l’heure afin d’éviter les éventuelles pannes. Ce qui ne résout en rien le problème des embouteillages dans cette partie de la ville.

Saison des pluies. Avec l’arrivée de la saison des pluies, il est presque certain que ces routes vont rester dans leur état actuel avant la fin de l’été. Les usagers de la route vont donc devoir faire avec en attendant la prochaine saison sèche. Néanmoins, on ne peut ignorer les travaux de réfection des routes qui ont eu lieu dernièrement. Puis, il faut le dire aussi, la plupart des artères de la capitale sont criblées de nids-de-poule si bien que les responsables ne sachent plus par où commencer. De plus, la qualité des travaux désespèrent les usagers qui avancent que « c’est du travail tip-top, que c’est normal que les routes se dégradent aussi rapidement ». Toutefois, depuis le régime actuel, les routes semblent plus résistantes. Peut-être que les plaintes des automobilistes ont été entendues.

Embouteillage. Outre ces problèmes de routes qui touchent plusieurs quartiers de la capitale (Ambatomitsangana, Andavamamba, Andravoahangy, etc.), la capitale fait aussi face à la réapparition des bouchons depuis la levée du confinement. Les petits ont repris l’école, les travailleurs ont retrouvé leurs postes, les transports en commun ont repris du service… ce qui peut expliquer la saturation du trafic dans la ville des Mille. Par contre, une nette amélioration de la circulation a été notée du côté de Besarety après la réfection de cet axe qui a duré plusieurs mois. Quoi qu’il en soit, la population espère toujours une amélioration quant à la qualité des infrastructures routières, mais aussi à la qualité de la vie à Antananarivo ville.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara5 partages

Andry Rajoelina aux Gouverneurs des régions :  » Plus aucune excuse autorisée « 

Les régions comme piliers du développement. Tel est le leitmotiv du régime Rajoelina. Comme prévu, le premier Conseil des gouverneurs des régions s’est déroulé hier dans la Maison des élus à Antsohihy, capitale de la Région Sofia. Les 18 gouverneurs déjà nommés ont tous été présents lors de ce premier grand oral durant lequel un temps de parole de 5 minutes a été accordé à chaque Gouverneur pour présenter son rapport des travaux réalisés et les projets inscrits à son programme au niveau de sa circonscription. Apparemment, le Chef de l’Etat décide d’accorder un temps de grâce aux Gouverneurs. Le contrat-programme d’un an annoncé lors de la première nomination n’a pas été évoqué lors de cette rencontre à Antsohihy. Pour l’heure, le président Andry Rajoelina choisit de prioriser le leadership et les encouragements. Il a aussi profiter de l’occasion pour lancer un rappel à l’ordre par rapport aux résultats escomptés qui consistent à promouvoir le développement équitable pour chaque région afin de parvenir à l’émergence de Madagascar. Un développement par la base et pour la base, dans lequel le gouvernorat joue un rôle crucial.  » Aucune excuse ne sera plus autorisée « , a lancé le Chef de l’Etat.

Désormais, ce sont les gouverneurs des régions qui sont chargés d’assurer la mise en œuvre du Programme Général de l’Etat et de la réalisation des Velirano au niveau des collectivités territoriales décentralisées. Les régions vont pouvoir assumer pleinement leur autonomie administrative et financière, prévue par les textes. En effet, le président de la République insiste sur l’application stricto sensu des dispositions prévues dans le décret portant mise en place des gouverneurs des régions qui prévoit dans son article 7 que :  » le gouverneur est chargé de l’identification, de la programmation et de la mise en œuvre des activités de développement d’envergure régionale conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur « . Les gouverneurs ont reçu les instructions de la part du Chef de l’Etat pour être le leader dans la gestion des projets de développement. Andry Rajoelina les a encouragés à collaborer avec les députés, les maires et les autorités déconcentrées et décentralisées pour déterminer les projets prioritaires. Durant la rencontre, le numéro Un d’Iavoloha a réaffirmé que la nomination des gouverneurs reflète la volonté du régime de concrétiser la décentralisation effective et d’accélérer le processus de développement. Au centre des actions pour le développement, les gouvernorats des régions vont être dotés d’engins modernes et de fonds spéciaux pour réhabiliter des routes. Des ressources financières supplémentaires et un budget additionnel seront même mis à leur disposition pour financer la réalisation des projets spécifiques propres à leur circonscription.

Si l’on s’en tient aux instructions d’Andry Rajoelina, les domaines de la santé, l’éducation, les infrastructures, le commerce et l’économie, le social ainsi que la culture constituent les axes prioritaires de la mission des gouverneurs. Pour leur première année d’exercice, les gouverneurs des régions vont être évalués par rapport à la réalisation, ou non, du projet de construction de 10km de route en pavé, mais aussi à la construction de 6 salles de classe par an, en collaboration avec le Ministère de l’Education nationale. Le Premier ministre, Ntsay Christian, et quelques membres du gouvernement ont aussi participé à ce premier Conseil des gouverneurs. A l’occasion, le président Andry Rajoelina a annoncé qu’un Conseil des gouverneurs sera organisé au niveau de l’une des 22 régions tous les 45 jours.

Dans la matinée, le Chef de l’Etat, accompagné de la ministre de l’Education nationale, Michelle Sahondrarimalala, a assisté à la cérémonie de distribution de kits scolaires au profit des élèves des EPP et CEG de la Haute-Ville d’Antsohihy, avec comme objectif d’augmenter le taux de scolarisation des enfants pour la prochaine rentrée scolaire. Il a également été annoncé que le gouvernement indien va offrir une bicyclette chacun aux trois meilleurs élèves qui ont réussi l’examen du CEPE au niveau de toutes les circonscriptions scolaires.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Litige entre deux sociétés à Fianarantsoa : Pety Rakotoniaina aurait joué le rôle de perturbateur selo...

Un litige oppose deux sociétés à Fianarantsoa. Selon les explications des avocats et huissiers, hier, à Ampefiloha, lors d’une conférence de presse, il y avait une société dans cette capitale du Betsileo qui se ravitaille en marchandises chez  une autre société implantée dans ladite ville depuis des années. Mais depuis six mois, les commandes sont suspendues. Suite à un inventaire mené par le fournisseur qui a ravitaillé l’autre société, il s’est avéré que le paiement de beaucoup de marchandises n’a pas encore été effectué. Le fournisseur a porté l’affaire en justice jugeant qu’il y avait eu un abus de confiance. Les huissiers sont descendus sur place pour procéder à l’exécution des décisions de justice mais ils se sont heurtés à une obstruction dans l’accomplissement de leur mission. Malgré tout, la saisie conservatoire a été effectuée. Selon les avocats du fournisseur, Pety Rakotoniana pourrait être derrière cette obstruction ou perturbation, c’est selon.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Kere dans le Sud : Les Barea à la rescousse !

Les Barea ne sont pas insensibles à la situation précaire dans le sud de Madagascar.

Les Barea de Madagascar ne ratent aucune occasion pour aider la population malgache dans ses besoins. Après leur solidarité pendant la crise sanitaire liée à la Covid-19, ils ont apporté ensuite leur pierre à l’édifice pour soutenir la population du Sud de Madagascar, fortement frappée actuellement par une grave crise alimentaire. En effet, ils ont marqué leur passage au restaurant Soa6gasy à Paris, en participant à l’opération lancée par l’association Kere. En effet, tous les joueurs qui venaient de jouer le match amical au Maroc ont cotisé pour apporter un soutien à leurs compatriotes. Melvin Adrien a souligné que c’est le restaurant malgache Soa6gasy qui récoltera les fonds. Les dons réunis seront ensuite transmis à l’association Kere. Le portier a par ailleurs incité les gens à participer à cette action de solidarité.

Cette opération est pilotée depuis La Réunion. L’idée est de regrouper les initiatives prises dans l’île et d’offrir une aide alimentaire d’urgence aux familles les plus vulnérables et un approvisionnement en eau potable aux communautés les plus impactées par la sécheresse. Dans le cadre de ce projet, l’association Kere lance un appel aux dons et aux initiatives. Lorsque les fonds seront réunis, un contrat d’exécution sur des objectifs précis sera fait avec le Gret, une ONG spécialiste du développement durable habituée à intervenir dans cette zone.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara2 partages

Classement FIFA-Madagascar : Vers l’intégration du Top 20 africain

Les matches amicaux des Barea pourraient apporter leurs fruits en termes de classement mondial.

Des réaménagements sont en vue pour le prochain classement des pays africains, après les récents matches amicaux. Selon les calculs effectués par la Fédération internationale du ballon rond (FIFA) à l’issue de ces rencontres, Madagascar pourrait gagner deux places, soit avancer à la 90e pour ce mois d’octobre et intégrer le Top 20 africain. Pour rappel, nous avons reculé à la 92e lors du dernier classement en septembre, après avoir stagné à la 91e depuis le début de l’année. Mais ce ne sont que des statistiques avant le dévoilement officiel du classement de ce mois, le 22 octobre. Quant à la Côte d’Ivoire, le prochain adversaire des Barea, elle pourrait gagner une place au niveau mondial, soit à la 59e, et à la 11e position dans le continent africain. Selon encore ces statistiques, les Etalons du Burkina Faso (11e africain, 59e mondial) devraient être les plus grands bénéficiaires du prochain classement FIFA pour la zone Afrique, après leur carton plein lors de la trêve internationale avec deux succès lors de toutes les rencontres. Il convient de noter également que la sélection nationale du Sénégal continuera de trôner sur le toit de l’Afrique alors que la Tunisie (2e) et le Nigeria (3e) compléteront toujours le Top 3.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Société civile et Covid-19 : Pour la production d’un rapport mensuel d’activités et financier

La société civile persiste et signe pour demander l’application du décret n°2020-725 portant création du « Fonds de riposte à la pandémie Covid-19  ». Parmi ses réclamations, citons, entre autres, le regroupement des ressources financières et des charges liées à la lutte contre la pandémie de Covid-19 ; l’approbation des budgets spécifiques en ligne avec le budget du PMDU, par le comité de pilotage; l’enregistrement des dépenses au sein du SIGMP ; la production d’un rapport mensuel d’activités et financier conjointement établi par le régisseur, le comptable assignataire et l’ordonnateur responsable de la gestion du fonds; la publication dudit rapport mensuel d’activités et financier comprenant les détails de l’exécution technique et financière, la liste des donations, la nature, le volume et la valeur, la liste des marchés publics attribués, le montant, la nature ainsi que leur mode de passation, la liste des bénéficiaires, la liste des matériels et équipements acquis, les prix d’acquisition avec leur justification ; la mise en place du Comité de Suivi-Evaluation du fonds.

Implication du Parlement. Elle tient toutefois à souligner qu’elle respecte et honore les rôles dévolus aux Institutions Supérieures de Contrôle et des ILCC et collabore régulièrement avec elles. Elle n’a pas cessé de recommander le renforcement de leurs moyens matériels, financiers, humains et légaux. Elle souhaite également l’implication du Parlement dans la gestion de la crise actuelle pour asseoir plus de transparence, de redevabilité et d’efficacité dans le suivi de l’action publique. Elle recommande aussi le renforcement des moyens mis à leur disposition pour permettre la réalisation d’enquêtes parlementaires, la création de commissions d’enquête. La société civile est un agent du changement dans un pays qui a besoin de nouvelles pratiques de gouvernance saines et performantes susceptibles de restaurer à nouveau la confiance entre les gouvernants et les gouvernés. Est-ce que cette confiance est acquise en ce moment ?

Recueillis par Dominique R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Célébration de la journée du 14 Octobre – Le Président de la République en visite à S...

Le Président de la République, AndryRajoelina, était dans la région de Sofia, pendant la journée du 14 Octobre. Une date importante pour l’histoire de Madagascar, en effet, La première République Malgache a soufflé ses 62 bougies.
Le 14 Octobre 1958, la première République de Madagascar a été proclamée ; une République qui a duré jusqu’en 1972, présidée par Philibert Tsiranana, qui est originaire d’Antsohihy, capitale de la région Sofia. AndryRajoelina a rendu visite la tombe de ce premier Président de Madagascar, surnommé « Le père de l’Indépendance » malgache. Il en a également profité, de cette visite, pour rencontrer la population d’Antsohihy et réaliser des inaugurations.
Ino Vaovao0 partages

ASAN-JIOLAHY ENY ISOTRY : Mpanendaka gaigilahy roa nidoboka am-ponja eny Antanimora

Efa natolotra ny Fampanoavana, ny alakamisy 14 oktobra lasa teo  izy ireo, ka nidoboka am-ponja vonjimaika eny Antanimora amin’izao fotoana izao. 

Araka ny fanazavana voaray, teny amin’ny tetezan-dRamala eny amin’ny faritra Ambodin’Isotry iny no nahatrarana ireo roa lahy ny alatsinainy 12 oktobra lasa teo, eny no toerana tena fanaovan’izy ireo ny asa ratsiny ary efa marobe ireo mponina sy mpandalo lasibatra tamin’izany, raha ny fitarainana voaray hatrany. Niaiky ny heloka vitany moa ireto farany nandritra ny fanadihadiana natao azy ireo.

Ny Polisim-pirenena eto an-drenivohitra kosa dia manamafy fa tsy mitsahatra manenjika an’ireo andian-jiolahy mpanendaka sy mpanao sinto-mahery izay tena mahazo vahana isan’andro. Mitohy hatrany ny fisafoana ireo tanàna tena ikoizana amin’io tranga io, indrindra moa fa ny eny 67 ha, Isotry sy Ankasina rehetra iny …

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ALASORA : Sarona ilay mpamily nitsoaka sady mamo nandona moto nanao taingin-telo

Ny tatitra voaray no nahalalana fa nitrangana lozam-pifamoivoizana teny Alasora, ka voalaza tamin’izany fa telo mianaka nitaingina moto no voafaokan’ny fiara, omaly. Voalaza fa mamo ny mpamily ilay fiara, tamin’io fotoana io. Avy hatrany dia nitsoaka moa ity nahavanon-doza taorian’ny loza mahatsiravina niseho. 

Araka ny fanazavana ihany dia raim-pianakaviana no nitondra ny vadiny mitondra vohoka 08 volana sy ny zanany 06 taona tamin’ny môtô, tamin’io fotoana io. Fiara marika Peugeot 309 kosa no nandona azy ireo. Soa fa nisy olona nahatsikaritra ny zava-niseho ary avy hatrany dia nampandre haingana ny Polisy teny amin’ny manodidina. 

Nisy fiaran’ireo Polisy nanao fisafoana teny an-toerana moa tamin’io fotoana io, ka tonga dia nanenjika ity mpampily nitsoaka ity. Nifanenjehana hatreny amin’ny lalan’ny By-Pass iny, ka tra-tehaka ihany ny farany ary rehefa tratra dia mbola nahenoana fofon-toaka. Tsy vitan’ny mamo ihany anefa ity farany, fa nandritra ny fanadihadiana natao azy dia mbola nisandoka andraikitra ihany koa izy. 

Eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana ny raharaha, ankehitriny. Ireo telo mianaka naratra mafy kosa dia mbola manohy mitsabo tena ao amin’ny Hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

BELO TSIRIBIHINA : Tra-tehaka ilay lehilahy mpamatsy ody gasy ireo dahalo

Io lehilahy io no mpiray tsikombakomba amin’ny dahalo ka manome ireo ody mialoha ny fanafihana. Tatitra avy amin’ny olona tsara sitrapo no nahafantarana fa ny 11 oktobra no tonga tao amin’ny Kaominina Tsimafana izy io ary nitondra ody gasy be dia be. Avy hatrany dia nandray ny andraikiny ireo olom-boafidy tao an-toerana, ka niantso ny Polisy mba hanokatra ny famotorana mahakasika ny raharaha. 

Rehefa voasambotra ity farany dia fantatra nandritra izany fa avy any amin’ny Distrikan’i Mahabo izy ary efa malaza ratsy tamin’ny fanomezana ody gasy ireo dahalo ao amin’ny Distrikan’i Belo Tsiribihina mihitsy. Nandritra ny fisavana natao azy dia voaporofo tokoa satria nahitana ody marobe niaraka tamin’ny mohara ary tapa-kazo teny aminy. Nogiazana avokoa ireo rehetra ireo ankehitriny. Mbola mitohy ny famotorana lalina tanterahin’ny mpitandro filaminana aminy hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FILAN-KEVITRA TANY ANTSOHIHY : Nasaina nitatitra ny asa vitany ireo Governora 18 efa voatendry

Nitarika izany ny Filoha Andry Rajoelina sy ny Praiminisitra Christian Ntsay. Tonga nanatrika ny Filankevitra avokoa ny Governora miisa 18 voatendry. Nandritra io, nasaina nanao tatitra ny asa vitany sy ny tetikasa mbola hotanterahiny ny governora. Nanantitra koa ny Filoha fa  :“Tsy maintsy hirosoana ny fanendrena ny Governora amin’ny faritra tsy mbola misy izany”. 

Hotanterahina isaky ny iray volana sy tapany ny filan-kevitry ny Governora ary atao mihodina isam-paritra. Manamarika ny finiavan’ny Fitondram-panjakana ny hametraka ny fitsinjaram-pahefana tena izy ny fanatanterahana io filankevitra mitety faritra io. Nampahatsiahivin’ny Filoham-pirenena ny andraikitra sy asa andrasany amin’ny Governora isaky ny faritra. Araka ny voarakitry ny Didim-panjakana 2019-18-66, andininy faha-7, momba ny fanendrena ny Governora fa ny governora no mijery, mamaritra sy maminaviana ny asa tokony hatao hampandrosoana ny Faritra iadidiany. Anjaran’ny Governora no manao ny fandaharana sy ny fanatanterahana ny tetikasam-pampandrosoana eo anivon’ny Faritra. Miandrandra ny Governora, araka izany, ny vahoaka isaky ny Faritra sahaniny.

Tsy hisy intsony ny fialana olana

Tsy hisy intsony ihany koa ny fialana olana amin’ny tsy fahatanterahana ny asa fampandrosoana amin’ny faritra iray. Tompon’andraikitra amin’ny fahavitan’ny fotodrafitrasa sy ny asa fampandrosoana amin’ny faritra na amin’ny tsy fandrosoana ny Governora. Isan’ izany ohatra ny asa fanamboarana lalana izay efa misy ny fitaovana goavana avy amin’ny fanjakana apetraka isam-paritra hanaovana izany. Hanana ny fahaleovantenany ny Governora isaky ny faritra.

Voarakitra ao anatin’ny Fandaharanasa Ankapoben’ny Fanjakana ( PGE) ihany koa fa afaka mamolavola sy mametraka ny tetikasa manokana ho fampandrosoana ny faritra sy hamaly ny filàn’ny mponina ao aminy ny Governora. Afaka mangataka na mijery na mifampiraharaha ny fomba hanatanterahana izany vinan’asa izany. Laharam-pahamehana amin’izany tetikasa izany ireo voarakitra ao anatin’ny fandaharanasan’ny Filoha ho fametrahana ny firenena Malagasy ho firenena misandratra sy ho fanarenana ny fahataran’ny fampandrosoana an’i Madagasikara. Voakasik’izany ny fahasalamam-bahoaka, fampianarana, fotodrafitrasa, fampiroboroboana ny indostria sy toekarena, sosialy sy kolontsaina.

Manana ny fahaleovan-tenany

Tsy tokony hiankina be intsony amin’ny fanjakana foibe ny faritra amin’ny asa fampandrosoana fa hametraka ny vinan’asany. Hojerena kosa ny tetikasa tsy maintsy atao ary misy fiantraikany mivantana amin’ny fiainam-bahoaka, ka azon’ny Governora atao ny mamaritra sy mampahafantatra ny Fanjakana foibe amin’ny alalan’ny Filankevitry Governora momba izany. Afaka hanome tetibola manokana fanampiny ho an’ny Faritra voakasik’izany ny Fanjakana. Nasaina nanao tatitra ny asa vitany tamin’ny fandraisana ny fitantanana ny Faritra ny Governora isanisany. Anisany nanaovana tombana azy ireo ny momba fanamboarana lalana mirefy 10 km isaky ny Faritra sy ny fanamboarana efitrano fianarana 6 isaky ny Faritra.

Akaiky ny vahoaka

Akaiky kokoa ny vahoaka ary mahita ny filàn’ny mponina ny Governora. Halefa any amin’ny Faritra, araka izany, ny fandrindrana ny asa mila atao any amin’ny faritra tsirairay, toy ny fanatanterahana ny velirano isaky ny Faritra. Anjaran’ny Governora no mametraka sy manatanteraka ny Politikam-panjakana sy ny Veliranon’ny Filoha. Hojerena koa ny hanatsarana ny fahefana manatanteraka ny asa fampandrosoana miainga amin’ny fidiram-bolan’ ny Faritra. Tsy mitovy ny fidiram-bolan’ny Faritra tsirairay toy ny hetra izay miankina amin’ny halehibeny sy ny habetsaky ny distrika ao amin’ny fari-piadidiany. Isany ahitana taratra izany ny elanelana be misy amin’ny hetra tambatra na “impôts synthétiques” voarain’ny Faritra. Tonga 9 miliara Ariary izany ho an’ny Faritra Analamanga isan-taona raha toa ka 102 tapitrisa Ariary isan-taona izany ho an’ny Faritra Androy.

Fandrosoana mitovy tantana

Tanjona ny hametraka fandrosoana mirindra sy fandrosoana mitovy tantana eto Madagasikara. Misahana asa lehibe ny Governora amin’ny fampandrosoana ka efa tsy natao ho Lehiben’ny Faritra intsony fa novaina mihitsy ny fiantsoana ho Governora, tahaka ny hita amin’ny tany mandroso maneran-tany. Misokatra ny fifaninanana. Hojerena ny faritra mahavita lalana sy mamaky lalana betsaka indrindra. Efa omena ny fitaovana goavana sy feno amin’ny fanatanterahana izany ny Faritra. Toy ny “compacteur”, “niveleuse”, trakitera, kamiao. 

Takina ny hananan’ny Governora ihany koa fahaiza-mitantana. Hanao tombana ny asa vitan’ny Governora ny Filoha ary hiainga amin’izany ihany koa ny famaritana ny tetibola ilain’ny Faritra amin’ny asa vita sy ny asa tokony hatao. Zava-dehibe ny fanomezan-danja indray ny faritra sy ny faritany izay efa tsy nisy efa ela ho an’ny fampandrosoana ny Firenena. 

Ankoatra izay dia notanterahina omaly tao Antsohihy koa ny Filankevitry ny Minisitra niaraka tamin’ny Filoha sy ny Praiminisitra ary ny mpikambana sasany eo anivon’ny Governemanta.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA NOSY MALAGASY : « Tokony hampitovy fomba fijery ny mpanao politika rehetra »

Nohamafisin’izy ireo ombieny ombieny fa rehefa Nosy Malagasy no takina dia tokony hampitovy fomba fijery ny mpanao politika rehetra satria fiandrianam-pirenena no resaka.

Nijoro hatrany ary efa nanatanteraka hetsika hoentina hanamafisana ny fitakiana ireo Nosy Malagasy, izay bodoin’ny Frantsay hatramin’izay ny antoko Otrikafo. Raha nangina nandritra ny fotoana maro izy ireo dia nivoaka tamin’izay fahanginana izay, omaly. Efa azo lazaina ho miverina amin’ny laoniny ihany koa ny fiainam-pirenena ary na ny mpitondra tenin’ny Governemanta aza dia nilaza fa handinika ny fivoriana faharoa izay hihaonan’ireo vaomiera siantifika miady hevitra ny mikasika ireto Nosy Malagasy ireto. 

Omaly maraina, tonga nanatitra antontan-taratasy momba ny fitakiana ireo Nosy malagasy teny amin’ny Antenimieram-pirenena ireo mpitarika ny antoko Otrikafo. Araka ny fanazavana voaray dia efa fotoana nifanomezana tamin’ny filohan’ ny Antenimieram-pirenena, Christine Razanamahasoa io, saingy noho ny adidy aman’ andraikitra izay sahaniny dia tsy tao izy ka tsy afaka nandray azy ireo. Araka izany dia andrasana amin’ny fotoana hafa indray ny fandraisan’ ny Antenimieram-pirenena an’ity antontan-taratasy ity. Antontan-taratasy izay mirakitra ny fangatahan’izy ireo amin’ny Antenimieram-pirenena ny tokony hitakiana ireo Nosy Malagasy ireo. Nohamafisin’ity antoko ity fa mahakasika ny fiandrianam-pirenena ireo Nosy Malagasy ireo, ka tsy tokony hisy resaka tsy fitoviam-pijery ara-politika mihitsy rehefa ireo Nosy malagasy no takina. “ Izahay dia mametraka fa ny ady atao amin’ ny fitakiana ireo nosy malagasy dia tsy tokony hisy an’ izay tsy fitoviana fomba fijery ara-politika izay. Mihevitra izahay fa manomboka any amin’ ny Filoham-pirenena ka hatrany amin’ ny farany ambany dia tokony hiezaka hanambatra hery na mitovy hevitra na tsy mitovy hevitra. Na Mpitondra Fanjakana na tsia, dia tokony hiray hina aloha isika fa fiandrianam-pirenena no resahina. Izay ny antony nahatonga anay nandeha teny amin’ ny Antenimieran-doholona sy ety amin’ ny Antenimieram-pirenena. Mila esorina mihitsy aloha ny tsy fitoviana fomba fijery politika ”, hoy ny fanazavana. 

Raha ny fihetsiky ny Frantsay hatreto, momba an’ireo Nosy Malagasy ireo, dia mifanipaka tanteraka amin’ny fifampiresahana izay tapaka tao anatin’ilay fivoriana voalohan’ilay vaomiera siantifika. Ny Filoha Frantsay aza sahy nilaza fa «  Frantsa eto  », raha nitsidika ny Nosy Sambatra tamin’izany fotoana izany. Manoloana izany no tsy tokony haneken’ny Fitondram-panjakalana Malagasy lembenana. Efa mihamaro ihany koa ireo antoko sy fikambanana miray feo amin’ny hetsika fitakiana ny famerenana ireo Nosy ireo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Nitombo iray indray ireo sekoly tsy miankina nikatona mba hiarovana ireo kilonga

Araka ny fantatra dia noho ny resaka valanaretina coronavirus no antony nanakatonan’ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny  sekoly ilay toeram-pianarana, mba hiarovana ireo kilonga madinika.

Mipetraka ny ahiahy amin’ireo ray aman-dreny kosa indray ny tranga misy, satria mifanandrify andro vitsivitsy nidiran’ny mpianatra, izay samy nahavita nandoa ny saram-pianarana, izao indray natsahatra nianatra ; ary azo heverina fa hitohy hatrany ny fandoavana ny ekolazy amin’ireo andro tsy nianarana ireo.Ankoatra ireo sekoly izay nikatona tampoka ireo, noho ny antony fisian’ny mpampianatra voan’ny coronavirus ny sasany, ary ahitana mpianatra ihany koa ny hafa narary no nanakatonana ireo sekoly ireo ao anatin’ny 15 andro. 

Ankoatra izany dia ahitana sekoly tsy miankina ihany koa no nizara ho vondrona roa ho an’ireo mpianatra isaky ny kilasy. Araka izany dia nozaraina ho vondrona roa ireo ankizy ao anaty kilasy iray. Ahitana izay mianatra ny maraina ary ny sasany mianatra folakandro. Hifandimbiasana tahaka izany isaky ny herinandro, izay nianatra maraina ireny dia miverina mianatra folakandro amin’ny herinandro manaraka.

Araka ny fanazavana voaray tamin’ny mpampianatra tamin’ity sekoly tsy mianatra nizarazara ny fampianarana ity ny alakamisy 15 oktobra teo, dia natao izany mba hialana amin’ny fifampikasohana amin’ireo ankizy maro hisorohana ny fihanaky ny valanaretina amin’ireo kilonga.  Araka ny voalaza hatrany fa mbola tsy nahitana ankizy na mpampianatra voan’ny tsimokaretina, fa aleo misoroka toy izay mitsabo, mba tsy nanakatom-baravarana tahaka izay misy amin’ny toeram-pianarana hafa izay efa nikatona ireny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

ANTSOHIHY : Mpianatra 1 052 nizaràna fitaovam-pianarana feno avy amin’ny Filoham-pirenena

Feno ny fitaovam-pianarana nozaraina ho an’ny mpianatra izay ahitana tablie, kahie, trosy, penisilihazo miloko na “crayons de couleurs”, kitapo sy kojakoja samihafa. Notsindrian’ny Filoha manokana ny maha- zava-dehibe ny fampidirana ny «  gourdes  » ao anatin’ny fitaovam-pianarana amin’izao fotoana. Ilaina, hoy izy, ny fanomezana rano fisotro ho an’ny ankizy mandritra ny tontolo andro ianarana.Hampiakatra ny tahan’ny fampianaranaMametraka tanjona ny hampiakatra ny tahan’ny fampianarana koa ny Filoha Andry Rajoelina. Misy, araka izany, ny fanohanana sy ny fanampiana nentin’ny Fanjakana hahafahana mahatratra izany tanjona izany. Anisany fanampiana voalohany avy amin’ny Filoha ny fanomezana ny fampitaovana ny mpianatra tsirairay amin’ny alalan’ny fanomezana ny “kits scolaires”. Nozaraina ihany koa ny boky fampianarana sy ny Rakibolana eny amin’ny sekolim-panjakana. Manamaivana ny fahasahiranan’ny ray aman-dreny amin’ny fandaniana amin’ny fividianana boky izany.Nofoanana ny vola aloan’ny ray aman-drenyEzaka nataon’ny Fanjakana hanatsarana sy hampiakarana ny tahan’ny fampianarana ihany koa ny fanafoanana ny saran’ny fampidirana mianatra sy ny fametrahana ny Fotodrafitrasa manarapenitra eny amin’ny sekolim-panjakana. Efa nahitana fiakarany be ny tahan’ny mpianatra miditra an-tsekoly amin’izao taom-pianarana 2020-2021 izao, raha ny tatitra voarain’ny Filoha na nahiana hampidina ny tahan’ny fidirana an-tsekoly aza ny aretina covid-19.

Fifaninanana hahazoana bisikileta

Ho fampirisihana ny ankizy hazoto hianatra hatrany, misokatra ny fifaninanana amin’ny sekolim-panjakana amin’izao ho an’ireo kilasy T5. Hahazo fanomezana bisikileta avokoa ireo telo voalohany amin’ny fanadinana CEPE, araka ny fampanantenan’ny Filoha, izay fanomezana azo avy amin’ny Governemantan’ i Inde. Nanamafy ny tokony hampianarana voambolana miainga amin’ny Rakibolana ireo mpianatra ny Filoha. Hahafahana manampy ny ankizy hahay haneho hevitra sy ho sahy hiteny ny famakiana isan’andro sy fampiasana ny Rakibolana.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

HOMAMIADAN’NY NONO SY VOZON’NY TRANON-JAZA : Natao fitiliana ireo mpiasan’ny kaominina

Naharitra 2 andro ny nanaovana azy io ary natokana ho an’ny mpiasan’ny kaominina vehivavy sy ny vehivavy vadin’ny mpiasan’ny kaominina.

Amin’ny anaran’ny Ben’ny tanàna mpisolo toerana Ravelomanantsoa Emilson, no ankasitrahan’ireo mpahazo tombontsoa feno ny fondation Akbaraly sy ny Hopitaly Candide, izay tsy nikely soroka tamin’ny fanatontosana izany hetsika sosialy ara-pahasalamana izany. Tafiditra ao anatin’ny fanamarihana ny "octobre Rose" moa izao hetsika izao. 

Tsy mifarana fa mbola misy ny fitiliana hataon’izy ireo ho an’ny mpiasa eny anivon’ny CHU PZAGA amin’ny 16 oktobra 2020 ary ho an’ny daholobe kosa eny amin’ny CSBII Tsararano Ambony, ny 30 oktobra 2020. Hetsika efa fanaon’ny fondation Akbaraly sy ny hopitaly Candide isan-taona izy ity ary sokafana ho an’ny daholobe.

Nahazo tombony kosa ny mpiasan’ny kaominina sy ny Hopitaly PZaGa tamin’ity taona ity. Ho an’izay tsy mahatratra ireo fotoana ireo kosa dia misy isanandro eny amin’ny hopitaly Candide ny fitiliana ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza sy ny nono.

Vanessa  

Tia Tanindranaza0 partages

Filankevitry ny MinisitraNankatoavina ny findramam-bola amin’ny BAD

Nankatoavina nandritra ny Filankevitry ny Minisitra omaly 15 jolay ny volavolan-dalàna mamaritra ny fampindramam-bola nomen’ny Banky Afrikanina momba ny Fampandrosoana (BAD) entina miady amin’ny valanaretina covid-19.

 

 

Fampindramam-bola mikasika ny “Opération d’appui budgétaire en gestion des risqué de catastrophes avec option de tirage differé (CATDDO), hoy ny fampitam-baovao. Ny 07 agositra no natao sonia iza io. Nankatoavina ihany koa ny fampitrama-bola natao ho an’ny « Programme d’Appui des politiques de développement pour la riposte à la pandemie de covid-19 » natao ny 8 septambra teo amin’i Madagasikara sy ny IDA. Marihina fa haroso eo anivon’ny antenimieram-pirenena ireo volavolan-dalàna amin’ny fivoriana ara-potoana ho avy io, araka ny tatitry ny Filankevitry ny Minisitra. Nandritra io ihany koa moa no nisian’ny fanendrena tompon’andraikitra ambony maro.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Namono nahafaty ny vadinyMaka saina any am-ponja ilay lehilahy

Tratran’ny polisy teny Ambodivona/Soavimasoandro ny Talata alina teo ihany ilay lehilahy namono nahafaty ny vadiny teny Ambodivona Soavimasoandro.

 

 Ny polisy miasa ao amin’ny CSP 8 Analamahitsy no nahatratra azy io rehefa nanao ny fikarohana. Raha tsiahivina kely ny tantara dia nitrangana adina mpivady tao amin’io toerana io tamin’io andron’ny Talata io. 19 taona ilay lehilahy raha 23 taona kosa ilay Ramatoa. Efa tsy nahatsiaro tena intsony ity farany no sady feno ratra ny lohany sy ny vatany nandritra ny fotoana nahatongavan’ny polisy tao an-tokantranony. Ilay lehilahy vadiny kosa nentina avy hatrany tany amin’ny paositry ny Polisy CSP8 ary natolotra ny BC2 Anosy nanohizana ny fanadihadiana. Fantatra tamin’izany fa mpivady niray trano nandritra ny 6 taona izy ireo, tsy vita fomba ary mbola tsy niteraka. Tamin’io harivan’ny 13 oktobra ; rehefa avy niasa izy mivady dia nisotrosotro tany ivelany. Nandritra izany fisotroana izany dia nivoaka kely ramatoa ary nanome vola olon-kafa. Iny fanomezam-bola olona hafa iny no niandohan’ny fifamaliana ka notakian’ilay lehilahy tamin’ilay ramatoa. Niakatra ny hatezeran-drangahy ka rehefa tsy ampy ny famelezany daka sy totohondry ilay vehivavy dia nakany tahon-kifafa ary novelesiny tamin’ny tongony, ny vatany ary ny lohany ka nahatonga ilay ramatoa tsy nahatsiaro tena. Rehefa tonga tany amin’ny hopitaly moa ity farany dia tsy tana intsony ny ainy. Natolotra ny fampanoavana ny omaly ny lehilahy ary naiditra am-ponja vonjimaika.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaboana nentim-paharazana Misy misoloky ny fitomboky ny ANTM

Nanao fitoriana fanaovana hosoka sy fampiasana hosoka ary fisolokiana ny avy eo anivon’ny fikambanam-pirenen’ireo mpitsabo nentim-paharazana Malagasy.

 

 

 Misy ny karatrana mpikambana miparitaka izay hosoka satria tsy misy soratra. Ilay maintso izay manga amin’ny sary no an'ny ANTM, hoy ny fanazavan’ny filohan’ny ANTM, Josephin Andriandrainarivo. Ny miloko mavokely kosa dia an'ny FIKRIFIRAMA. Androany (TTF: omaly) dia tonga tao amin'ny namana Thomas, mpitantana ny BCRT sady Filohan'ny FIMPITRAMA ao Sambava ireo mpivady misoloky ireo nitondra ireo Karatra hosoka sy nangataka ny hanomezan-dalana ny lehilahy misoratra anarana aminy hanao ny asa fitsaboana nentim-paharazana ao Sambava, hoy hatrany izy. Ambaranay aty amin'ny foibe ANTM fa manao ireo heloka voalaza etsy ambony izy roa ireo satria tsy avy taty aminay velively ireo karatra ANTM sy FIKRIFIRAMA ampiasain'izy ireo. Marihina, hoy hatrany ny ANTM, fa io fitomboka ampiasain’izy ireo io dia fitomboka very tany Sambava tamin'ny nandehanako tany taminy 21 aogositra 2018. Azo porofoina amin'ny fitomboka any amin'ireo karatr'ireo Mpikambana niditra ho mpikambana tamin'io daty io izany, hoy izy.

 

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

MPAMATSY ODY GASY NY DAHALOLehilahy iray tratra teny Belo sur Tsiribihiana

Lehilahy iray, 45 taona, voalaza ho mpamatsy ody gasy ny dahalo any amin’ny distrikan’i Belo sur Tsiribihina no nosamborin’ny polisim-pirenena tany amin’ny kaominina ambanivohitra Tsimafana ny 14 oktobra teo.

 

 Ny 11 Oktobra lasa teo no nahare vaovao mikasika ny ratsy hataon’ity lehilahy ity ny mpitandro ny filaminana. Niroso avy hatrany tamin’ny famotorana ireto farany ka fantatra nandritra izany ary fa avy any amin’ny distrikan’i Mahabo ity lehilahy ity, ary efa malaza ratsy amin’ny famatsiana ody gasy ireo dahalo ao Belo. Tamin’ny fisavàna ity lehilahy ity moa dia ody gasy maro toy ny mohara, sy tapakazo maro no tra-tehaka teny aminy. Nogiazana avy hatrany ireo ody gasy marobe ireo ary nentina nanaovana fanadihadiana eo anivon’ny CSPD Belo Tsiribihina ilay lehilahy. Mbola mitohy ny fanadihadiana azy.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

ZRPS Alpha 2Basy 124 no azon`ny miaramila

Nahitam-bokany ny fametrahana ireo miaramila ZRPS Alpha 2 izay miantoka ny fandriampahalemana na eny ambanivohitra na an-drenivohitra.

 

 

 Vokany, basy miisa 124 ka 121 vita tanana ary 03 basy mahery vaika no azon'ireo miaramila mamita iraka. Ny vokatra tsara toa izao dia azo avy amin'ny fifampitokisana misy eo amin'ny vahoaka sy ny Tafika, hoy ny teo anivon` ny Tafika Malagasy.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

EPP TalatamatyNahazo tohana tamin’ny Kaominina

Dabilio miisa 250, kahie, kitapo ary fitaovam-pianarana, ho an’ireo mpianatra sahabo ho 400 mipariaka amin’ireo EPP miisa 10 ao anatin’ny Kaominina Talatamaty,

 

 Distrika Ambohidratrimo, Faritra Analamanga. Ireo no natolotry ny Ben’ny tananan’i Talatamaty Raharinoasy Eli Dominic, ho fanampiana ireo mpianatra sy Ray aman-dreny hiatrehana ny taom-pianarana vaovao. Mpianatra miisa 10 nahazo ny salanisa ambony indrindra ary afaka tamin’ny fanadinana CEPE farany teo, tao amin’ny ZAP Talamaty ihany koa no notolorana kojakojam-pianarana sy marim-pahatsiarovana. Ny hanomezana risika bebe kokoa ireo mpianatra hanohy hatrany ny ezaka efa vitan’izy ireo no antony, hoy i Raharinoasy Eli Dominic, Ben’ny tanàna eny an-toerana. Fangtatra fa tsy ho ela, ihany koa, ny fitokanana ny EPP vaovao ao Tanjondava, ao amin’ny Kaominina Talatamaty

Jean D.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanakalozana ara-barotra amin’I AfrikaMitana ny laharana voalohany I Sina

Feno 20 taona amin` ity taona ity ny “forum sur la cooperation Sino-afrikanina”izay manamarika ny fiaraha-miasa eo amin`I Sina sy ireo firenena afrikanina.

 

 Tany am-piandohany dia fanohanana tsotra no nisy teo amin` ny roa tonta saingy izao dia lasa fiaraha-miasa stratejika izany amin`ny ankapobeany. Sehatra maro no iantsorohan`ny firenena sinoa eto Afrika toy ny siansa, ny teknolojia, ny fanabeazana, ny fahasalamana, ny fiarovana ny fandriampahalemanana…. Ohatra amin` ny asa goavana nataon` ny sinoa teto Afrika ihany koa ny fananganana ny ivotoerana fampivoriana eo anivon` ny Vondrona Afrikanina, ireo lalam-by mampifandray an`Addis Abbeba sy Djibouti na koa Mombasa sy Nairobi. Tamin` ny taon-dasa, nitentina 49,1 miliara dolara ny fampiasam-bola mivantana nataon` I Sina teto Afrika, izay avo zato heny mihoatra tamin`ny taona 2000. Ho an` ny fifanakalozana ara-barotra indray dia nitentina 208,7 miliara dolara izany. Nandritra ny 11 taona nifanesy dia Sina no manohana ara-barotra voalohany taty Afrika ary nandray anjara tainn`ny fiakaran`ny harinkarena izay nahatratra 20%. Vonona hatrany hanamafy ny fifanakalozana ara-barotra eto Afrika I Sina, hoy ny fanambarana nataon` ny praiminisitra sinoa Xi Jin Ping.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Belo sur Tsiribihina Miaina anaty horohoro

Tao anatin` ny roa volana dia maro ny fitairanana voaray fa misy voadaroka sy voaroba ao amin` ny tampon`ny tanànan`I Belo sur Tsiribihina. Amin` ny 07 ora hariva hatramin` ny 08 ora alina no tena hitrangan` izany.

 

Na amin` ny 04 ora maraina. Ny alarobia lasa teo dia mpiasana radio tsy miankina any an-toerana no isan`ireo niharan`izany herisetra izany tao amin`ny fokontany Soatsiky. Marihana fa am-polony ireo olona iharan` izany halatra sy daroka izany. Araka ny fampitam-baovao avy amin` ny mpitandro filaminana any an-toerana dia efa misy voasambotra ireo olon-dratsy ary misy mihitsy no efa naiditra am-ponja any Morondava. Saika olona manodidina an`I Belo sur Tsiribihina no manatanteraka izany asa ratsy izany, hoy hatrany ny fampitam-baovao. Manaitra ny tompon`andraikitra ny mponina mba hisian` ny vahaolana maharitra momba ny tsy fandriampahalemana.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanora Mpanabe zatovovavy ao MoramangaNanentana momba ny fahadiovana sy fidiovana

Ny datin'ny 11 oktobra no daty anamarihana ny Andro iraisam-pirenena ho an'ny zatovovavy. Tsy diso anjara tamin'ny fankalazana ny tao Moramanga.

 

Ny Fikambanana Tanora Garan'teen Alaotra Mangoro dia nikarakara hetsika ho fanamarihana izany fankalazana izany izay niarahana niasa tamin'ny Sampandraharaha miadidy ny tanora sy ny fanatanjahantena, ny Maison des Jeunes Moramanga ary ireo fikambanana tanora samihafa (Fanilon'i Madagasikara, YMCA, Association Mitsinjo ny Ankizy, CFPCE Louisannie). Hetsika samihafa no nanamarihana izany toy ny fanadiovana sy fambolena voninkazo ary fanavaozana ny vavahadin'ny Maison des Jeunes Moramanga sy ny CSBII Amis des Jeunes Ambohimandroso. Teo ihany koa ny fanentanana ireo zatovovavy voafonja sy ireo zatovovavy sahirana izay niresahana ny lohahevitra mahakasika ny fitantanana ara-batana sy ara-tsaina mandritry ny fadim-bolana eo amin'ny zatovovavy. Nisy ny fizarana fitaovam-pidiovana ho an'ireo zatovovavy ireo nandritry izao fankalazana izao. Ny fikambanana Tanora Garan'teen Moramanga dia fikambanana misehatra amin'ny tanora ary manampy ireo tanora hanana fitondrantena mendrika ary misehatra amin'ny fahasalamana ara-pananahana ihany koa ny fikambanana.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sarimihetsika MalagasyMila kajiana ny kalitao, hoy I Tovomanana

Ao anatin’ny fanatontosana ny sarimihetsika hivoaka ny aprily 2021 izao ankehitriny ry zareo avy eo anivon’ny trano mpamokatra, Maki prod. A

o anatin’izay anefa, hoy ny mpamokatra sy mpanatontosa, Tovomanana Eric Rabarison na Tovomanana R., dia efa nisy ireo sarimihetsika tontosa tamin’ny taon-dasa izao avoaka amin’ity taona ity izao. Misy elanelana 1 taona hatrany ny fanodinana sy famoahanay sarimihetsika, hoy izy, mba tsy ho kitoatoa. Mafy ny niatrehana ny COVID 19 tao anatin’izay volana maro izay saingy niezaka nanome fahafaham-po ny vahoaka Malagasy izahay tamin’ny alalan’ny famoahana ireo vokatra vita ny taona 2019. Olana nosedraina na izany aza ny tsy nahafahana nanapariaka ireo vokatra manerana ny nosy fa dia voatery ho nijanona teto Antananarivo, hoy izy. Manentana ny mpamokatra rehetra aho, hoy izy, mba hikajy ny resaka kalitao na eo amin’ny sary na feo na fizotry ny tantara. Afaka miara-miasa sy mifanampy isika hanatsarana ny tontolon’ny sarimihetsika eto Madagasikara ary isaorako fa efa samy miezaka ireo mpamokatra Malagasy. Izaho, hoy hatrany ny tenany, dia isan’ireo mpamokatra sy mpanatontosa ankafiziko, I James Cameroun, izay nanatontosa ny sarimihetsika TITANIC ny taona 1996 satria tena misy famoronana mihitsy any anatiny ankoatry ny maha mpanatontosa ary azo heritreretina ny hahavitan’ny Malagasy sarimihetsika tsy mena-mitaha amin’ny azy, raha ny fahaizan’ny Malagasy no jerena, hoy hatrany ny tenany.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

EDITOEfa tena mifamono…

Lavitra ny kitay ny afo amin’ny hisian’ny fampihavanana, fa mifamono sy mifamotika ny mpanao politika. Mifanagadra, ka ifandimbiasana ny fidirana any Antanimora na Tsiafahy, raha izao fizotry ny tantara izao.

 

 

 Mifampiandry an-kendritohana, ka ny aza mba tratra ihany. Tsy misy arofanina ara-politika intsony eto, fa ny sary hita sy miharihary dia ny hoe: manao ny ataony izao eo amin’ny fitondrana: managadra, mamoritra, manao afera, mangoron-karena,… Tsy hoe manenjika ary mandeha am-pahamarinana fa manao ny ataony ihany koa. Tsy miraharaha izay mety ho fitsimbadihan-drasa any aoriana, ny anio aloha no fantatray,… Tsy dia misy eto amintsika intsony ny foto-pisainana hoe: ny ratsy atao loza miantona, fa soa atao levenam-vola. Mamely izay voany aloha ny eo amin’ny fahefana, mandrapaka izay azony arapaka, mamoritra izay azo foretina,… Ny resaka fisaraham-pahefana tsy misy intsony, fa dia tena ampiasaina amin’ny tombotsoa politika. Taiza no mbola nisy hoe ny didim-pitsarana tsy mbola mivoaka, kanefa ny filoha andrim-panjakana mpitsara iray, dia efa nilaza fa tsy  hisy fiantraikany amin’ny zava-kinasan’ny ankilany ny fitorian’ny andaniny ? Zary lasa adihevitra io amin’izao fotoana izao, ary misy ny mandika azy ho toy ny hoe: mbola tsy mivoaka ny didim-pitsarana, ary ilay mpitsara mandray an-tànana ny raharaha no miteny amin’ny mpitory hoe tsy hisy fiatraikany amin’io olona torianao io ny fitoriana. Efa fandrosoana kitay sy fandraharana solika amin’ny afo efa mirehitra ireny. Ny sary aseho ankehitriny, mba hamiliana ny sain’ny maro dia ny hoe miasa, mitsinjo vahoaka,…  Ny mihoby ny mpanao politika amin'ny fampiasana ny volam-panjakana anefa dia toy ny mitehaka amin'ireny milina harifomba amin'ny banky rehefa izy mamoaka vola amin’ny fotoana  hakanao ny karamanao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taranja BasketHizara ny traikefany I Danz

Tsy zoviana ho an`ny besinimaro indrindra ho an`ireo mpitia ny taranja Basket Ball I Andry Andriamampandry dit Danz. Efa nahazo amboara maro moa ny tenany tamin` ity taranja ity ary efa nitondra avo ny firenena tany ivelany.

 

 Anjara birikiny ho fanatsarana ity taranja ity dia hanatanteraka fampiofanana any Andramasina ny sabotsy izao. Hanampy azy koa teknisianina vehivavy iray mandritra izany. Ny fiomanana ara-batana sy ara-tsaina moa no tena hibahana mandritra izany fiofanana izany. Mila mahafehy tsara ny fitsipika mifehy ity taranja ity sy ny fampiharana izany. Tanjona moa dia ny fizarana traikefa sy hampitomboana ny lentan` ny mpilalao Malagasy eo amin` ny taranja basikety. Tena ilaina ny fanarahana fiofanana toy izao hahafahana mampitombo ny fahalalana indrindra ho an`ny firenena toa an`I Madagasikara. Tsara no manamarika fa I Danz dia efa mahafeno fepetra ho mpanazatra. Nilalao tany Seychelles izy nanomboka ny taona 2016. Efa niverina eo anivon` ny GNBC izy amin` izao.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Farittra MenabeAhitam-bokatra ny ady amin’ny kolikoly

Mitaky fotoana lava ny fandinihana fitorohana, hoy Rakotoarisoa Faramalala, tale iraisam-paritra Antananarivo – Menabe eo anivon` ny BIANCO nandritra ny diany tany amin` ny faritra Menabe.

 

 

 Misy dingana tsy maintsy arahina hoy ihany izy. “Aty Antananarivo mandalo ny atao hoe “comité de délibération ny fitorohana iray hanadihadiana raha misy fandikan-dalàna sy tranga kolikoly ny fitoroahana iray. Aorian`izay vao manokatra fanadihadiana ny sampandraharaha misahana izany avy aty Antananarivo sy Menabe”. Nambarany hatrany fa manomboka mazoto amin` ny fanantonana ny BIANCO sy fanaterana fitorohana ny mponina any amin`ny faritra Menabe. “Hatramin` ny 6 ora sy sasany hariva dia mbola misy olona tonga manantona biraon` ny BIANCO. Midika izany fa ahitam-bokany ny ady atao amin` ny kolikoly” Manatanteraka fitsidihana isam-paritra moa ity tomponandraikitra ity sy ireo mpiara miasa aminy izay tafiditra amin` ny fampahafantarana ny fomba fiasa vaovao nentin` ny tale jeneraly ny fampanaovana ny tsirairay amin` ny ady amin`ny kolikoly (MOFF). Misokatra amin` ny politikam-paritra ny politika nasionaly iadiana amin`ny kolikoly izay efa nisy

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanapahana jiro sy rano “Tsy voakasika ireo nanao taratasy fifanarahana”

Efa miverina amin` ny laoniny ny fomba fandoavana ny faktioran` ny JIRAMA amin` izao. Midika anefa izany fa azo tapahina ny jiro sy ny rano ho an`izay tsy nahaloa faktiora na eo aza ny olana ara-tsosialy naterakin` ny valanaretina “coronavirus”.

 

 

Efa sesilany ny fitarainana ataon` ireo mpanjifa amin`izao. Nitondra fanazavana ny filohan` ny fikambanana mpiaro ny zon` ny mpanjifa (RNDC), Rabetsara Lita, amin` ny maha mpikambana azy amin` ny filankevim-pitantanana eo anivon` ny JIRAMA. “Nampanantena ny fitondram-panjakana fa azon` ny mpanjifa aloa tsikelikely mandritra ny folo volana ny faktiora tsy voaloa noho ny olana ara-bola vokatry ny krizy ara-pahasalamana. Marihana anefa fa tsy iharan` izay fanapahana izay kosa ireo nanao taratasy fifanarahana teny anivon` ny JIRAMA. Ireo tsy nanao izany kosa dia rariny raha tonga hatrany amin`ny fanapahana”. Notsipihany manokana fa ny ankamaroan` ireo nitaraina ireo dia ireo tsy nanao ilay taratasy fifanarahana teny amin` ity orinasam-panjakana ity.

Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanajana ny zon’ny mpiasa Orinasa 85 no efa nahitana olana

Mafy ny mahazo ireo mpiasa isan-tsokajiny eto amintsika hatramin’ny nisian’ny fihibohana no mankaty.

 

Na efa manomboka miverina amin’ny laoniny tsikelikely aza mantsy ny fiainana amin’ny andavanandro dia maro ireo mbola hiharan’ny tsindry hazo lena. Miisa 85 hatreto ireo orinasa efa nahita olana raha araka ny fanazan-dRtoa Lovasoa Fetra, sekretera jeneralin’ny FISEMA ka ankoatra ny eny anivon’ny orinasa afaka haba dia lasibatra ihany koa ny eny anivon’ny serasera sy ny sehatry ny fampianarana. Mba ho famerenana amin’ny laoniny ny fanajana ny zon’ny mpiasa ary dia nisy ny fampianarana nomen’ity sendikan’ity ireo solonten’ny mpiasa eny anivon’ny orinasa mpikambana ao aminy omaly. Tanjona ao anatin’ity fampianarana ity ny mba hahafahana mampahafantatra ny mpiasa tsirairay avy ny zony feno sy ny lalana mifehy ny asa eto amintsika. Aorian’izao fampianarana izao dia afaka hizara ny traikefa azony amin’ireo mpiasa tsirairay avy ny mpiofana raha araka ny fanazavan-dRtoa Lovasoa Fetra, sekretera jeneralin’ny FISEMA.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Clément Jaona Filohan’ny SMM Eddy irery angaha no nanao boaderozy?

Voatohintohina sy tandindonin-doza ny fahaleovantenan’ny Fitsarana, hoy ny Filohan’ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara (SMM) Atoa Clément Jaona omaly.

 

 

  Mpitsara 3 mpamoaka didy no naaton’ny Minisitera tamin’ny asany ny herinandro lasa teo, izay mbola tsy hay na hiakatra filankevi-pifehezana na tsia.  Ny Filohan’ny Fitsarana mpandrava didy (Cour de cassation), dia naato noho ny famoahana didy mikasika an’I Eddy Boaderozy. Raha raharaha boaderozy, dia I Eddy irery ve no tokony higadra amin’izany? Matoa ny Fitsarana mpandrava didy dia misy antony, ary misy fandikan-dalàna hitan’izy ireo tamin’ilay didy noravana. Raha resaka lisitry ny olona nanao aferana boaderozy, dia any amin’ny Praiminisitra teo aloha Atoa Jean Omer Beriziky ny lisitra fa izaho tsy manana, hoy ny Filohan’ny SMM. Firy ny olona nanao boaderozy teto kanefa olona iray no gadraina? Hoy ny fanontaniany. Ny tao amin’ny Fitsarana ambony, dia namoaka ny rahalahin’I Lama zandary niasa tao amin’ny Toby Ratsimandrava. Niasa foana io olona io nandritra ny fanenjehana ka nahoana ary io no tsy naato? Tsisy  vesatra tokony hitazonana azy rehefa nojeren’ny mpitsara mpamoaka didy? Faharoa dia namoaka ny zaobavin’I Lama izay nitaiza kely. Tafiditra tao anatin’ilay naoty navoakan’ny Minisitera momba “désengorgement de prison” na fampihenana ny fivangongoana ao am-ponja ireo ka malalaka ny mpitsara handanjalanja hoe misy vesatra sa tsisy. Voatohintohina ny mpitsara mpamoaka didy, ary mitebiteby lava. Misy didy raikitra tokony hotanterahina kanefa tsy tanterahina. Misy aza milaza hoe: izahay tsy hanatanteraka ny didy fa mpitsara mpanao kolikoly no namoaka an’io. Endriky ny tsy fanatanterahana tany tan-dalàna ny tsy fanatanterahana ny didim-pitsarana, hoy I Clément Jaona.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

“Hangar”-n’ny Tiko eny IvatoMamofompofona fandravana…

Mandeha ny ritsoka fa taorian'ny tao amin’ny seranan-tsambon’I Toamasina port, dia mety horavana ihany koa ny “Hangar” misy ny Fiaramanidina ATR an’ny orinasa Tiko eny Ivato, toerana isan’ny sisa tsy potika sy tsy rava tamin’ny raharaha fandrobana sy fandorana tamin’ny 2009.

 

 

 

 Ilay fiaramanidina ATR 42 moa efa tsy afa-nisidina nanomboka ny 2009, ary voalaza fa tsy nomena taratasy ahafahana mikarakara azy. Ny volana jona 2019 no efa nisy resaka hakana ny “Hangar”, saingy nangingina. Mitohy hatrany ny fifanolanana eo amin’ny andaniny sy ny ankilany. Tsiahivina fa ny 30 septambra no nametraka taratasy teny amin’ny CFM mitaky ny hampiharana ny tondrozotra taorian’ny krizy 2009, dia ny hanonerana ny fahapotehana nahazo azy ireo ny Vondron’orinasa Tiko, izay misy orinasa 11. Fanohizana ny fandrodanana tany Toamasina no setriny, ary nolazain’ny Tale Jeneralin’ny Seranan-tsambo (SPAT) fa ananan’ny SPAT trosa maherin’ny 8 miliara ariary ny Tiko. Nilaza ho efa nahazo rariny tamin’ny Fitsarana ny SPAT, raha toa ka nilaza koa ny Tiko, fa ny “Cour d’arbitrage” no fara-vahaolana amin’ny ady tahaka izao, fa tsy fitsarana tsotra. Miitatra ny raharaha, ka asa hanao ahoana ny hiafarany?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Disitrikan` Beroroha Tafapetraka ireo ben`ny tanàna

Nosalorana samboady amin`ny maha ben` ny tanàna azy ireo valo mianadahy voafim-bahoaka tao anatin` ny distrikan` Beroroha omaly. T

 

 

onga tany an-toerana nametraka izany ny minisitry ny tanora sy ny fanatanjahan-tena, Tinoka Roberto. Novakiana ny didim-panjakàna milaza azy ireo ho ben`ny tanàna ka ny prefen` Toliara no nanatanteraka izany. Antenaina ireo ben` ny tanàna ireo mba hahatontosa ny asany amin'ny fitandroana ny filaminana sy ny fandaminana ny tanana ary indrindra ho antokin` ny fampandrosoana ny tanàna iadiadiny.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Rehefa tsisy programa matotraLasa mamorona hetsika ny mpitondra…

Adihevitra tato ho ato ny fitetezam-paritra ataon’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina, izay sesilany sy tena mitety ny Nosy mihitsy.

 

 

Tsy maintsy izy ve no mandeha mitokana sy mizara zavatra ? Inona no ilàna fitsinjaran’asa sy fitsinjaram-pahefana? Toa lasa mamorona hetsika hatao hatrany ny Filoha Malagasy. Mampalaza tena amin’ny fizarazaran-javatra etsy sy eroa. Marina fa misy ny fotodrafitrasa tokanana, izay maro amin’ireny no an’ny teo aloha no tohizana, fa adino ilay tena ventina progaraman’asa nanaovana fampielezan-kevitra. Mbola miasa ve ilay tetikasa sy voambolana IEM? Mbola tsaroana ve ny fisian’ilay tetikasa Tanà-masoandro? Raha nambara tany am-piandohana fa tsy hindram-bola intsony isika, fa hampindrana an’I Kaomoro sy ireo Nosy manodidina aza, dia ny Filoham-pirenena no nangataka ny fampihenana trosa, izay azo adika fa mba ahafahana mahazo trosa vaovao. Matoa mitotongana tanteraka ny sandan’ny ariary, dia  midika fa mandany sy mihinana ny vola vahiny azo no ataon’ny firenena, ary tsy voafehy ny politika ara-toekarena sy ara-tsosialy. Vola manodidina ny 800 tapitrisa dolara no azontsika ho fanampiana vokatry ny valanaretina, ary ny fampiasana izany sy ny fizarana ny fanampiana no imasoan’ny fitondrana. Adino ny filazana fa efa vonona ny mpamatsy volan’ny IEM, ny Tana-masoandro,… ka zary mamorona hetsika hatao hamokisana fampanantenana hatrany. Asa nanao ahoana ny fihodin’ny firenena raha tsy nisy ny fanampiana momba ny covid-19 ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpikamban’ny CFM2 amin’ny 44 no hany hita…

Tsy hay hoe inona izany no tena andraikitr’ireo mpikambana miisa 42 ambiny fa tao anatin’izay 3 taona mahery kely nitsanganan’ny komitin’ny fampihavanana Malagasy izay aloha dia tsy misy afa-tsy ny filohan’ny CFM sy ny filoha lefitra misahana an’Antananarivo no hany tena hita manazava ny fipetraky ny fihavanana sy fampihavanam-pirenena eto

 

 

Madagasikara amin’ireo mpikambana 44. Ny tamin’ilay rafitra teo aloha na FFM aza moa dia tsy hita hoe iza? Ireo ihany ve izany no tena mahafehy ity resaka fihavanana ity na dia atao hoe samy midina ifotony toy inona aza ireo mpikambana rehetra? Toa tsy mahagaga raha maro ireo manakiana ity rafitra ity ary hatramina mpahaifiarahamonina aza misy milaza fa tokony ho ravana izy io. Inona moa no tsy endrika fizarazarana sy fifamaliana faty niseho tato anatin’izao fitondrana izao kanefa tsy mba hita ho mihena fa vao miha mitombo hatramin’izao? Tsy fampitomboana ny fizarazaran’ny Malagasy ve izany fananganana faritra faha 23 izany? Niezaka nametraka fomba vaovao nankalazana ny 14 oktobra tao Anahidrano ny fitondrana mijoro saingy tsy nanaiky izany ny fianakavian’ny rain’ny repoblika voalohany dia ny fianakaviana Tsiranana. Raikitra ny fitokanana ny tsangambato fahatsiarovana ny rain’ny demokrasia, Itompokolahy Profesora Zafy Albert, tetsy Ambohijatovo, tsy hita popoka ny filoham-pirenena ankehitriny sy ny praiminisitra. Tsy nety naira-nipetraka teny amin’ny toeran’ireo mpanasa sy nasaina tamin’ity lanonana ity ihany koa ny tanan-kavanan’ny Profesora Zafy fony fahavelony, Tabera Randriamanantsoa. Endrika fizarazarana hita ho mitombo daholo kanefa aiza ireo tomponandraikitra amin’ny famitranana azy ireny?

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Alain Ratsimbazafy “Maro ny raharaham-pirenena tsy fantatry ny vahoaka”

Hita izao fa manao letrezana ny fitondrana hanatanterahana ny fifidianana loholona amin’ny desambra, hoy ny depiote Alain Ratsimbazafy.

 

 

 Mazava ny an’ny antoko politika Tiako I Madagasikara izay misy ny tenanay, hoy izy, izay mahita fa tsy manaraka ny lalana mifehy ny fifidianana izany. Efa maro ny fanazavanay sy ireo antoko mpanohitra mitovy hevitra aminay. Mametraka mazava ny andininy faha 81, 82, 83 ao amin’ny lalampanorenana fa tokony ho fenoina aloha ireo mpifidy vaventy. Ny lalana fehizoro mifehy ny fifidianana loholona nivoaka ny taona 2015 dia namaritra fa “exceptionnel” na hoe manokana ny fifidianana notanterahana tamin’iny 2015 iny fa ny fifidianana loholona aoriana rehetra dia tokony hanaja ny fahafenoan’ny mpifidy vaventy. Nitety faritra ny mpanohitra hifampiresahana amin’ny vahoaka mangetaheta vaovao. Adidinay mpanao politika ny milaza ny zava-misy eto amin’ny firenena. Tany atsinanana izahay teo ary mbola hitsidika ireo faritra hafa. Ny tsara dia nifampihaino ny vahoaka sy izahay nidina tany ary maro ny zava-tsy fantatry ny vahoaka malagasy. Nisy moa ny fanagiazana ireo haino aman-jery samihafa izay azo lazaina hoe vaovao tokana ihany no mety ho ren’ny vahoaka Malagasy ka gaga izy ireo rehefa nomena ireo fanampim-baovao samihafa mikasika ny raharaham-pirenena ankehitriny ary liana, hoy hatrany ity depiote avy nidina ifotony ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Brunelle Razafitsiandraofa“Mafy ny faratsiana ahy, aleoko tsy miteny”

Hita ho niezaka namatotra ny filoham-pirenena tamin’ny fampanantenana nataon’ity farany ireo olobe toy ny Ampanjaka sy Anakandriana tao Ikongo rehefa alalinina ny fanambarana nataon’izy ireo ny faran’ny herinandro teo mikasika ny faniriany tsy hiala amin’I Vatovavy raha toa ka tsy maintsy ho zaraina 2 ihany ny faritr’I Vatovavy Fitovinany.

 

 Tato amin’ity tranobe masina ity no nampanantenanao anay andriamatoa filoha fa omenao anay I Vatovavy rahatrizay ianao tonga eo amin’ny toeranao, hoy ireto olobe ireto. Isan’ny teny hita ho misy kaody mampiheritreritra toy izany koa ny hoe aleo izahay hiaraka amin’I Vatovavy na tsy hahazo fotodrafitrasa aza fa ny fotodrafitrasa ho azonay ihany amin’ny fitondrana manaraka. Manoloana izany moa dia nisafidy ny hanginy ny depiote voafidy tany amin’ity distrika ity, Brunelle Razafitsiandraofa, ary nilaza fa tsy miteny aza aho efa tahaka ny inona ny fanaratsiana mandeha mikasika ny tenako ka maika, hoy izy, fa hiteny eo. Vitaiko, hoy izy, ny adidy amin’ny maha solombavambahoaka ahy, dia ny mitatitra ny hetahetan’ireo raiamandreny sy vahoaka avy any aminay mikasika io raharaha io amin’ny lehibeko mivantana dia ny filohan’ny antenimieram-pirenena. Manasa tanana amin’izay mety vokatr’izao hitranga aoriana ve izany ity solombavambahoaka ity? Mampiheritreritra!

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rolly higadra 44 volanaMiomana handray ny fatiny ny havany

Fanamparam-pahefana tsotri’zao ny fanapahan-kevitry ny ampidirana am-ponja, raha ny nambaran’ny Antoko HVM tetsy amin’ny foibeny tetsy Andraharo omaly.

 

Tsy miditra amin’ny raharaham-pitsarana izaahy, kanefa marary anay anaty ny maheno ny nanagadrana ny Minisitry Rolly Mercia 44 volana any am-ponja, hoy ny Antoko HVM tamin’ny alalan’ny Filoha Nasionaliny sady Filohan’ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao. Tsy trano nianjera, tsy basy nipoaka, tsy sanatria olona maty, ka aleo isika mianankavy no hitsara, fa aminay izany dia mifandray amin’ny halako bika tsy tiako tarehy, ka izay manelingelina ahy eo amin’ny fahefako dia potehiko satria izaho no manam-pahefana, hoy izy. Ankoatra izany, dia nanamafy I Rivo Rakotovao fa fanamparam-pahefana ny fangejana ny tetibolan’ny antenimierandoholona, izay efa voasoratra anatin’ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana, ary efa nandalo sy nahazo fankatoavana teo amin’ny HCC. Hay ve tsy marina  ny filazana fa ny antenimierandoholona no horavana sy velirano fa ilay olona no tsy tiana. Ny olon’ny fitondrana dia mirotsaka ho loholona, izany hoe tsy ilay rafitra izany no olana fa ny mahita ilay olona ao. Ny eritreretina, dia hoe tsy hirotsaka ny olon’ny fitondrana satria mandany vola. Miharihary ny halako bika tsy tsy tiako tarehy. Tsy mahazaka mpiray tanindrazana ny Filoham-pirenena amin’ny olona tsy mitovy firehana aminy dia mampihantra an’izany amin’ny fahefana hoentina hanapotehana ny olona tsy mitovy hevitra amin’ny tena, hoy I Rivo Rakotovao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana firenenaKrizy tsy voavaha, ny hetra tangosana…

Namoaka fanambarana ny teo anivon` ny foibem-pitantana ankapobeany ny hetra (DGI) fa manomboka izao dia miverina amin` ny laoniny ny asa eo amin` ny fandraharahana momba ny hetra.

 

 

Izany dia mahakasika indrindra ny fisavàna ara-ketra sy ireo famorian-ketra, izay nihato teo aloha, araka ireo fepetra noraisin` ny fanjakana ho fanohanana ireo orinasa manolona ny hamehana ara-pahasalamana. Efa misy fandaminana vaovao ny fomba fanatanterahana ireo asa ireo tamin`ny taona lasa, ka ny tanjona taminn` izany dia ny mba hanamafisana ny fangaharahana sy ny matihanina, hoy ihany ny DGI. Ny fiverenana tsikelikelin` ireo asa mahazatra eo amin` ny fandraharahana momba ny hetra tokoa dia vato fehizoron` ny rafitra ara-ketra mahomby azo itokisana ary marina ; ary manamafy hatrany ny finiavana hametraka ny fitoviana manokana ny hetra, hoy hatrany ny fampitam-baovao. Nomarihany fa izao fiverenana izao dia hatao anisan` ny fanajana tanteraka ireo fepetra takiana manoloana ny hamehana ara-pahasalamana ary ireo mety ho fahasarotana atrehan` ireo sehat`asa tsirairay avy naterak` izany hamehana ara-pahasalamana izay. Marihana fa ny fanohanana nataon` ny fitondram-panjakana ho an` ny sehatra tsy miankina nandritra ny ady tamin` ny COVID-19 dia ny fanalefahana ara-ketra. Hatreto anefa dia mbola baraingo ny fivoahan` I Madagasikara ao anatin` izao krizy ara-pahasalamana izao ary mbola miteraka voka-dratsy goavana amin` ny lafiny fihariana. Maro ireo orinasa tsy tafarina saingy manomboka izao dia hitango hetra amin` izay ny fanjakana.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fetison Rakoto Andrianirina « Fihatsarambelatsihy ny fankalazana ny Repoblika ! »

14 Oktobra, itsingerenan’ny nanambarana ny maha Repoblika an’i Madagasikara. Maro ny fanehoan-kevitra manodidina azy io. Manana ny fahitany azy ny Antoko Roso ho amin’ny Demokrasia Sosialy tarihin’i Fetison Rakoto Andrianirina.

 

 

TiaTanindrazana (TT) : Vao avy nankalaza ny andron’ny 14 Oktobra isika, midika inona ho anareo ao amin’ny Antoko Roso ho amin’ny Demokrasia Sosialy (RDS) izany ? Afaka mahasolo ny datin’ny 26 Jona ve izany ?

Fetison : Na ny datin’ny 14 Oktobra 1959 na ny 26 Jona 1960 dia daty tsy azo sarahina eo amin’ny tantaran’i Madagasikara sy ny Malagasy. Iry voalohany dia ny nahaterahan’ny maha-Repoblika an’i Madagasikara. Na dia efa naka ny endriky ny maha-Repoblika anefa aza isika tamin’izany, dia tsy mbola niverina tanteraka ny fahaleovantena ka nahatonga ny Filoha Tsiranana Philibert nanohy ireo dinika sy fifampiraharahana hiverenan’ny fahaleovantena tanteraka, na dia ny ara-politika ihany aloha. Tsy maintsy notakina ny famindram-pahefana ka nahatongavana tamin’ny « accords de coopération ». Ireny no niteraka ny 26 Jona. Etsy andaniny koa, ny taona 1960 no nipoiran’ny Tafika Malagasy voalohany, rariny raha toa ny 26 Jona no hankalazaina, tsy hanadinoana ireo rehetra mandrafitra ny tantarantsika anefa izany.

TT : Maro ny nankasitraka ny fanomezam-boninahitra tany Anahindrano ny Rain’ny Fahaleovantena Philibert Tsiranana nasehon’ny Filoha ankehitriny, Atoa Andry Rajoelina. Miombon-kevitra amin’izany ve ianareo ? Fetison : Tsy misy mandà izany. Fa inona kosa anefa no nataontsika mba ho setrin’ny ny ezaka nataon’i Raiamandreny Tsiranana Philibert ? Lasa fiatsarambelatsihy ny fankalazana ny Repoblika Malagasy rehefa tsy hajaina ny hasin’ny maha-Repoblika azy. Aminay, izany Repoblika izany dia tokony homem-boninahitra, homen-danja sy tompoin’ny rehetra, indrindra moa fa ho an’ireo izay nomena ny andraikitra sy adidy ny hiaro azy. Mampalahelo fa lasa seho ivelany fotsiny sisa no hita.

 TT : Iza no tianao tondroina fa nomena andraikitra hiaro ny Repoblika ary inona no mahatonga anao miteny izany ?

Fetison : Very ny maha-Repoblika an’i Madagasikara rehefa ireo tompon’andraikitra tarihin’ny Filohampirenena no tsy manaja sy miaro azy. Santionany vitsy ireto : fanaovana tsinontsinona ny Repoblika ny tsy fanajana ny Sata mifehy azy dia ny Lalampanorenana, fanikatsitsahana ny maha-Repoblika ny tsy fanajana – noho ny resaka politika – ireo Rafitra mandrafitra azy, soritako manokana ny tsy famoahana ny teti-bola efa nekena hiasan’ny Antenimieran-doholona ohatra, ny fanaovana amboletra ny fifidianana hitadiavana ny maro an’isa, izay tsy misy maharatsy azy rehefa hajaina ny lalàna manankery. Ary aza adino, fitsipiky voalohan’ny Repoblika ny fifampiresahina na ny « dialogue ». Misy ve izany ankehitriny ?

TT : Te hilaza ve izany ianao fa miroso ho amin’ny jadona isika ?

Fetison : Betsaka ny zava-manahirana ny saina amin’ny fomba fitondrana ny raharaham-pirenena ankehitriny. Mananontanona ny endrika « didiko fe lehibe » isika ka ahiana ny fahaverezan’ny kolontsaina sy ny firaisankinan’ny malagasy, hiteraka korontana ka mety haningotra ny maha-Repoblika ny firenena izany. Manamafy aho fa tsy ho zakantsika malagasy intsony ny korontana ara-politika sy ara-tsosialy vokaran’izany fihetsika tsy mendrika izany.

 Nangonin’i Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rolly higadra 44 volanaEfa mamoy fo ny fianankaviany

Nohelohin’ny fitsarana higadra an-tranomaizina 44 volana na 3 taona sy tapany tahaka an’I Berija Ravelomanantsoa I Harry Laurent Rahajason na Rolly Mercia Minisitry ny serasera teo aloha, araka ny didim-pitsarana nivoaka omaly 15 oktobra 2020.

 

Tsikombakomba tamina fihetsiketsehana tsy nahazoana alalana, tsikombakomba tamin’ny fanakorontanana ny filaminam-bahoaka, tsikombakomba tamin’ny fiantsoana ny olona hankahala fitondrana no voalaza fa vesatra nampidoboka azy.  Mitovy amin’ny sazy azony ihany ny an’ireo 4 hafa voarohirohy niaraka taminy. Tsiahivina fa ny 16 jolay no nosamborina teny amin’ny trano fonenany teny Ambolokandrina ity Minisitra teo aloha ity, rehefa nolazain’ny iray tamin’ireo mpitarika fihetsiketsehana nitaky ny famoahana an’i Berija Ravelomanantsoa any am-ponja ny 13 jolay ho mpaniraka sy mpamatsy vola ny fihetsiketsehana.  Nilaza i Rolly Rolly Mercia nandritra ny fitsarana azy ny 14 oktobra teo, fa manana radio ahafahany maneho hevitra, ka tsy hitarika olona ho eny an-dalambe. Nilaza ny anabavin’I Berija Ravelomanantsoa, fa tsy nisy nidiran’I Rolly Mercia ny raharaha. Ilay lehilahy iray antsoina hoe Felicien iray amin’ireo nenjehina no nanondro azy, saingy nilaza teo anatrehan’ny Fitsarana fa tsy nahita mivantana an’I Rolly Mercia nametraka ny vola, fa ny vola 1 000 000Ar no hitany. Tsikaritra ny tsindry ara-politika, ary toa efa voakajikajin’ny Fitondrana Rajoelina ny sazy 44 volana, izany hoe aorian’ny fahavitan’ny fifidianana Filoham-pirenena 2023 vao ho afaka ry Berija sy Rolly Mercia, raha tsy misy ny fiovan-javatra eny am-pandehanana.

 

MANAHY NY AINY NY HAVANY

Ranomaso havozona no nandraisan’ny fianankaviany ny didy omaly. “Fanendrikndrehana tsy misy porofo, mahahelo izahay fianankaviana sady tezitra satria mazava be fa tsy nitombina mihitsy ny fanonanana ny anaran’ny rainay ao anatin’ilay raharaha. Izay no didy ahafahana managadra olona 44 volana. Tsy misy porofo mihitsy nentin’ilay Felicien nanononana ny anaran’ny raiko. Mety hoe ny fatin’ny rainay no ho raisinay any ato ho ato noho ny tsy fahasalamany, tsy maninona, fa aleo Andriamanitra no hamaly. Tsy ekenay ny didy, fa izahay moa iza no afaka handidy ny fitsarana”, hoy ny hoy ny zanaky Rolly Mercia vavy.  Tsy afa-po dtamin’ny didy, ary resy lahatra aho fa tsy misy hidirany io raharaha io, hoy kosa ny mpisolovava Eric Rafidison, ka nilazany fa hampiakatra ny raharaha any amin’ny Fitsarana ambony izy sy ny fianakaviana.

Toky R

La Vérité0 partages

Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur

Au vu des démêlées juridico-financières auxquelles il est confronté ces derniers temps, force est de constater que, avec le recul, Marc Ravalomanana avait en réalité bâti son empire en accaparant le beurre et l’argent du beurre, sans jeu de mots aucun. Il s’avère en effet que celui qu’on croyait être un self-made-man au centre d’un fabuleux success-story est en fait être un très mauvais payeur en affaire. Jusqu’à ce jour, l’homme refuse obstinément de payer les dettes colossales qu’il a cumulées au fil des années.

Les impayés du groupe TIKO sont tout aussi nombreux et variés que le sont ses créanciers.  Prêts financiers, loyers, impôts, eau et électricité, etc. sont autant de passifs que le groupe doit à différentes personnes morales publiques ou privées telles que fisc, collectivité décentralisée, société d’Etat ou organisme de financement, la liste n’étant pas exhaustive. Au titre des prêts financiers, rappelons qu’en 2015, les sociétés à capital-risque ARO (Assurances et Réassurances Omnibranches) et SONAPAR (Société Nationale de Participation) ont révélé un prêt non remboursé par la société Tiko d’un montant total de près 19 milliards d’Ariary, somme empruntée par cette dernière pour sa rizerie sise à Vohidiala. Marc Ravalomanana, sans nier l’existence de cette dette, d’évoquer la…feuille de route de sortie de crise pour faire échapper d’une mise en vente aux enchères de sa propriété sise à Andranomanelatra, hypothéquée dans le cadre du prêt. Actuellement, cet argument de l’accord politique continue d’être brandi par le patron de Tiko pour ne pas apurer les arriérés d’impôt que lui réclame le fisc.Trafic d’influenceMais même l’électricité consommée pour les besoins de ses exploitations n’est pas payée régulièrement par le groupe Tiko. C’est ainsi que, en 2017, la JIRAMA d’évoquer des factures en souffrance de cette dernière d’un montant total de 1 241 338 915 Ariary pour exiger l’arrêt des activités de l’usine d’Andranomanelatra. Le clan Ravalomanana, sans toujours remettre en cause la réalité de ces impayés, de se réfugier alors derrière l’artifice selon lequel cette usine n’est pas exploitée par TIKO mais par une autre société dénommée AAA, histoire de dire que la dette n’est pas opposable à cette dernière. Récemment, ce même artifice - toujours avec la même société-écran AAA  -  a été  de nouveau mis à profit par Marc Ravalomanana pour s’opposer à la fermeture par l’administration fiscale des magasins MAGRO sis dans différentes localités de l’île, pour cause d’irrégularité et non-paiement d’impôts.Dernièrement, le groupe Tiko a été rattrapé par les trafics d’influence auxquels son fondateur s’est livré du temps de sa toute-puissance pour pouvoir occuper à vil prix des terrains relevant directement ou non de personnes morales publiques. C’est ainsi que la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), le 30 juillet 2020, a décidé de résilier le contrat de bail emphytéotique ayant permis à la société de communication Malagasy Broadcasting system (MBS) appartenant à Marc Ravalomanana d’occuper depuis 20 ans un terrain de 2 500 m2 de la CUA sis à Anosipatrana. Ce, tenez-vous bien, pour la somme dérisoire de…  10 000 ariary par mois (soit 4 ariary par m2 !). Un loyer ridicule qui, de surcroît, n’a pas été honorée régulièrement par MBS. Signalons que ce bail, déjà aux clauses incontestablement léonines, sent également à mille lieux le conflit d’intérêt. En effet, le maire au moment de sa conclusion était Marc Ravalomanana et la MBS est une société lui appartenant. Sans le moindre scrupule, l’édile de la Capitale de l’époque avait donc mis en location, pour un vil loyer et sans appel d’offres, un terrain de la Commune qu’il administre à une de ses propres sociétés. Le bail a été par la suite amendé en 2016, toujours au profit de la MBS, c’est-à-dire à l’époque où  -  devinez-le  -  c’est l’épouse Ravalomanana qui était à la tête de la Commune.Avarice sordide et maladiveTout dernièrement, une autre affaire d’arriérés de loyers s’élevant à plus de 10 milliards d’ariary a opposé Tiko S.A à la Société du port autonome de Toamasina (SPAT). Un litige qui a abouti à la démolition des installations de la société Tiko S.A. bâties dans l’enceinte du Port. Ici aussi, évitant soigneusement de discuter de la réalité ou non de ces impayés, le camp de l’ancien Président Marc Ravalomanana de monter au créneau pour dénoncer un « dessous politique ». Le directeur général de la société du port autonome de Toamasina, Christian Avellin, quant à lui, soutient que la démolition fait suite à une décision de justice ayant donné gain de cause à la SPAT dans ce litige.Dans toutes ces affaires, il est à remarquer que, à aucun moment, l’ancien Chef de l’Etat ne dément catégoriquement la réalité de ses dettes, préférant inventer tous les prétextes possibles et imaginables pour ne pas avoir à les payer. Une avarice sordide et maladive qui amène inévitablement les sociétés débitrices concernées face à des procédures de recouvrement qui ne peuvent que leur être préjudiciables. Ce faisant, Marc Ravalomanana choisit délibérément de sacrifier ses propres collaborateurs et employés à l’autel de ses profits personnels.Hery Mampionona

La Vérité0 partages

Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs

La Haute Cour constitutionnelle a rejeté comme non fondées, les requêtes du président du Sénat, des sénateurs composant le quart du Sénat, aux fins d’inconstitutionnalité du décret n°2020-1110 du 9 septembre 2020 portant convocation du collège électoral pour les élections sénatoriales du 11 décembre 2020. Ambohidahy met en avant l’article 2 de l’ordonnance n°2019-006 du 28 mai 2019 portant loi organique modifiant certaines dispositions de la loi organique n°2015-007 du 3 mars 2015 fixant les règles relatives au fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs de Madagascar prévoit la possibilité de l’organisation des élections sénatoriales à l’issue des élections communales. En outre, actuellement seules les Communes constituent juridiquement des collectivités territoriales décentralisées, « bien que la mise en place des collectivités supérieures ait déjà été prévue depuis la Constitution de la Troisième République en 1992 ». Pour la HCC, afin d’éviter un vide institutionnel au niveau du Sénat, en l’absence des chefs de Région et des conseillers régionaux, des chefs de Province et des conseillers provinciaux, le collège électoral peut être ainsi composé seulement des maires et des conseillers municipaux ou communaux. La plus haute instance judiciaire du pays rappelle en effet que le mandat des sénateurs en exercice prendra fin prochainement. Et de rajouter que pour éviter le vide institutionnel après l’expiration du mandat du premier Sénat de la Quatrième République de Madagascar, dans un Etat de droit à régime semi-parlementaire avec un Parlement bicaméral composé de l’Assemblée nationale et du Sénat, « l’organisation d’une élection prime et emporte à l’issue de la fin du mandat ». La saisine préalable de la CENI pour évoquer le cas de force majeure en vue de l’organisation des élections sénatoriales dont le collège électoral est formé de grands électeurs (restreints) au-delà de la saison sèche est une simple formalité facultative, estime par ailleurs la HCC se basant sur certaines de ses jurisprudences. En somme, il s’agit d’un énième revers pour le président du Sénat et consorts. Notons que la HCC a rejeté, jugeant « mal fondé », la demande formulée par KMF/CNOE Fanabeazana Olompirenena, de non-conforme à la Constitution du décret n°2020-1110 du 9 septembre 2020 portant convocation du collège électoral pour les élections sénatoriales du vendredi 11 décembre 2020 et l’annulation dudit décret.La Rédaction

La Vérité0 partages

Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation

Dans un état de délabrement avancé. L’école primaire publique (EPP) d’Ambohimiadana et celle d’Ambalavao, dans la Circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo-Atsimondrano, feront peau neuve d’ici quelques mois. Ceci grâce aux travaux de construction et de réhabilitation qui y seront entrepris prochainement. « Suite à une sollicitation des directeurs et autorités locales, nous avons choisi ces deux établissements scolaires situés en périphérie d’Antananarivo pour mener un projet en faveur de l’éducation. L’AFF étant un porteur de projet, la Fondation VISEO financera les travaux entrepris », informe Haingo Ravatomanga, fondatrice et présidente d’honneur de l’association « Andry sy Fototra ho an’ny Fampandrosoana » (AFF). C’était lors de la cérémonie de signature de convention de partenariat entre les deux parties, hier à Antanimena.Pour l’EPP d’Ambohimiadana, située à une quinzaine de kilomètres de la ville d’Antananarivo, les travaux commenceront en début novembre et ce pour 4 mois. « Nous allons bénéficier d’un nouveau bâtiment à trois salles de classe, d’un réfectoire, d’une cuisine, de toilettes à compartiments ainsi que d’un puits. Ces infrastructures, équipées entre autres de mobiliers, permettront aux élèves d’être scolarisés dans un environnement plus propice », se réjouit Ninie Sylvie Julie Andrianasolo, directrice dudit établissement. Existante depuis une cinquantaine d’années, ce dernier n’a connu que des petites réparations faites par les parents d’élèves, ce qui explique son piteux état. Pour information, l’association AFF mène diverses activités et actions sociales au profit des plus vulnérables et ce, touchant divers domaines, dont la santé et la formation professionnelle. Pour ce nouveau projet apportant un renouveau de l’éducation, les établissements en dégradation avancée situés en périphérie d’Antananarivo sont privilégiés. Le traitement des dossiers se fait par vague et selon l’état des écoles en question. Après la CISCO d’Antananarivo-Atsimondrano, les futurs projets s’effectueront dans l’Avaradrano ou à Ambohidratrimo.Patricia R.

La Vérité0 partages

Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la socié...

« Une volonté à accorder la primauté au respect des droits fondamentaux des communautés et à la préservation du patrimoine naturel de Madagascar ». C’est ainsi que des Organisations de la société civile dont le Centre de Recherches et d’Appui pour les Alternatives de développement – Océan Indien (CRAAD – OI) ainsi que la Plate – forme nationale des Organisations de la Société civile de Madagascar (PFNOSCM/VOHIFIRAISANA) qualifie la décision du Président Andry Rajoelina d’ordonner la fermeture immédiate des exploitations aurifères illicites de Vohilava, à Mananjary. Décision que le Chef de l’Etat a annoncée officiellement lors de sa tournée dans la Région Vatovavy Fitovinany durant le week – end dernier et que les Organisations en question n’ont pas manqué de saluer à travers une déclaration hier. Ces Organisations de la Société civile rappellent les raisons de leurs contestations à l’encontre de l’exploitation effectuée par la société chinoise Mac Lai Sime Gianna (MLSG) notamment les effets néfastes sur l’environnement, la santé et le quotidien même des riverains de Vohilava dans le District de Mananjary. D’où leurs interpellations qui ont abouti à la descente des membres du comité interministériel pour constater de visu les réalités à Vohilava. Les conclusions de ladite mission ne se sont pas fait attendre et avaient confirmé l’existence de nombreux dommages catastrophiques dont la destruction des écosystèmes environnants.Engagement présidentielRappelons que dans son « Velirano » n°10, le Président Andry Rajoelina prône la gestion durable de nos ressources naturelles. Pour ce faire, l’homme fort du pays s’est engagé à encourager un tourisme durable, valoriser nos richesses minières, protéger notre faune, notre flore et notre sol, reboiser nos terres, lutter contre la destruction de notre environnement. Il est donc plus que normal que toutes formes d’exploitation minière irrespectueuses de l’environnement soient complètement abolies.Pour la Société civile, la décision du Président rejoint la déclaration du ministre de l’Environnement et du Développement durable relative à la nécessité du principe d’acceptabilité sociale vis-à-vis des projets miniers. Autant d’initiatives qui « laissent espérer que la primauté sera désormais donnée au respect des droits fondamentaux des communautés sur les intérêts privés des compagnies minières », selon toujours la Société civile. Sur cette lancée, ces Organisations appellent à l’application de sanctions contre la société fautive incluant des réparations urgentes à l’endroit des communautés affectées par les graves dommages causés.  La Rédaction

La Vérité0 partages

Culture de l’excellence

Pour la première fois, depuis leur nomination respective, les Gouverneurs de Région se réunissent. En conclave autour du Chef de l’Etat et du Premier Ministre, ils rendent compte de la mission qu’on leur a confiée. Des réalisations effectuées, des problèmes rencontrés, des perspectives en vue …. Bref, l’état actuel de leur Région respective.Lors de son discours d’intronisation à Mahamasina, le 19 janvier 2019, le Président de la République Rajoelina Andry, fraichement investi, annonçait une série de mesures qu’il jugeait urgentes dont la nomination, dans les meilleurs délais, des Gouverneurs de Région en lieu et place des Chefs de Région et cela afin de booster le développement. L’Etat va leur allouer une somme assez conséquente, à savoir 5 milliards Ar par Région, pour démarrer. La réhabilitation des infrastructures de base (routes, ponts, barrages, etc.) figure au premier plan des actions à entreprendre d’urgence. Et chaque gouverneur sera jugé en fonction de la pertinence de ses actes. Le Président Rajoelina a été clair et net : « le Gouverneur sera soumis à des obligations de résultats. Les incompétents à l’issue des tests seront immédiatement limogés et remplacés de suite ». Un contrat-programme s’impose !La nomination effective tarde à venir et ce en raison d’imbroglios, des paramètres difficiles à dénouer. Très convoité et fort alléchant, le poste de gouverneur intéresse beaucoup. Les postulants se bousculent au portillon. Réseaux ou lobbyings divers, groupes de pression s’érigent en blocage. Le Chef de l’Etat et le Premier ministre, quelque peu pris de court et pris d’assaut, ont du mal à s’y prendre.La première vague de nomination de 11 gouverneurs dont entre autres Rasoamaromaka Herilalaniaina (Analamanga), Lylison  René de Rolland Urbain (Sofia) intervenait le 25 septembre 2019, huit mois après l’investiture du Président. La deuxième en février 2020 et la troisième vague en mars 2020 dont Vy-Vato Rakotondraditra (Vakinankaratra). Apparemment et dans la plupart des cas, Rajoelina mise sur des éléments les plus fidèles. Toujours est-il que quatre gouverneurs restent à désigner. Un cinquième en cas de 23 Régions.Rajoelina profitait de la célébration nationale du 14 octobre, naissance de la Première République, pour réunir en Conseil tous les gouverneurs. Evidemment, ce sera une occasion de grand rapport d’activité devant les deux chefs de l’Exécutif. Etant soumis à un contrat-programme précis, chaque gouverneur se doit de rendre compte de ses actes. Un grand oral nécessaire pour la bonne marche des affaires régionales et partant nationales.Il est temps que la haute sphère de la décision se penche sur le concept de qualité, sans minimiser l’importance quantitative des résultats. La tentation de se verser dans la quantité des réalisations faites pèse toujours si bien qu’on néglige, à tous les coups, la notion de qualité. On claironne sur les tribunes, sous les applaudissements  de l’assistance, d’avoir fait ceci ou cela sans se soucier souvent de la qualité des actes accomplis.La culture de l’excellence nous échappe toujours. Au final, les travaux bâclés nous coûtent trop. A Antananarivo, il fallait réparer tous les ans les rues, souvent sur les mêmes portions, qui avaient fait déjà l’objet de réhabilitations tous les ans. Et on rencontre les mêmes cas partout ailleurs ! Le tout premier Conseil des gouverneurs doit aboutir vers une prise de conscience générale qu’il faut désormais entretenir la culture de l’excellence.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Gestion des aires protégées - L’indice d’auto-financement encore faible à Madagascar

Plus qu’une nécessité. En vue d’améliorer la gestion des aires protégées (AP) dans la Grande île mais surtout pour avoir plus d’impacts sur les communautés locales vulnérables, le ministère de l’Environnement et du Développement durable (MEDD) projette d’instaurer une nouvelle organisation plus adaptée. Pour ce faire, Vahinala Baomiavotse Raharinirina, la ministre de tutelle a rencontré les gestionnaires des aires protégées dans le pays pour voir ce qui a été fait et ce qui devra encore se faire dans ce domaine. Une première réunion a eu lieu au mois de juin dernier. La seconde réunion s’est faite hier à Ambatobe. Cette seconde rencontre a ainsi permis d’évaluer tous les gestionnaires. « Cette évaluation a montré que dans la majorité, l’indice d’auto-financement est encore très faible à Madagascar. Pourtant, l’auto-financement est indispensable dans la mise en place d’une gestion durable et organisée des ressources naturelles, mais surtout pour qu’il y ait des impacts sur les communautés environnantes. Ces dernières ont toujours été négligées au cours des dernières décennies, donc il ne faut pas s’étonner que la dégradation de nos ressources continue. Alors que tout ce dont ces communautés souhaitent c’est avoir accès à l’éducation et aux services de santé, mais aussi à l’eau potable. Des choses basiques vraiment faciles à mettre en place », soutient la ministre. Certains gestionnaires ont en effet négligé l’aspect social. Sur le papier, les activités rédigées sont en bonne et due forme mais quand l’équipe du ministère a effectué une descente sur les lieux au cours de ces six derniers mois, la réalité était tout autre. « Certains gestionnaires considèrent notamment que les actions sociales ne rentrent pas dans le cadre de leurs activités. Mais sur ce point, ils ont tort. Nous allons à partir de maintenant modifier notre mode de fonctionnement tout en renforçant les contrôles pour s’assurer que chacun respecte les normes fixées », déclare la première responsable du MEDD. En tout cas, ces différentes rencontres vont permettre de définir les besoins de la nouvelle stratégie à mettre en place. Les échanges ont permis de voir s’il est nécessaire de changer le cadre juridique ou autre pour une gestion durable et inclusive des 123 aires protégées de Madagascar. A l’issue des différentes rencontres, des actions concrètes seront ainsi menées pour avoir des résultats palpables.     Rova Randria

La Vérité0 partages

Direction générale des impôts - Reprise du contrôle fiscal

Reprise. La Direction générale des impôts (DGI) a annoncé cette semaine le retour à la normale du contrôle et du recouvrement fiscal suite à une suspension à cause de la pandémie de Covid-19. Cependant, cette crise sanitaire a réduit considérablement le chiffre d’affaires des entreprises. Des chefs d’établissement n’ont pas pu honorer leur obligation fiscale et s’attendent déjà au redressement. « Je me suis abstenu d’engager des dépenses durant le confinement. Cependant, j’ai rencontré des problèmes de trésorerie au cours des derniers mois. Etant donné que ma société commence à se redresser, je suis prêt à payer les amendes et les pénalités de l’administration fiscale », témoigne un opérateur économique. Malgré les impacts de la crise sanitaire sur les activités économiques, Germain, le directeur général des impôts, entend traiter les contribuables de manière égalitaire. « Le système fiscal à Madagascar repose sur une déclaration fiscale dont le corollaire est le contrôle fiscal. S’il y a des incohérences entre les déclarations déposées et les recoupements, l’administration aura le droit de rectifier les déclarations et proposer des redressements. Les usagers n’auront rien à craindre s’ils n’ont pas effectué des fraudes. La crise sanitaire n’excuse pas cet acte. Il est intolérable que certains paient et d’autres ne paient pas leur dû. Les contribuables sont égaux devant le fisc », explique le DG des Impôts. A noter que cette reprise du contrôle fiscal se fera dans le strict respect des mesures sanitaires et prendra en considération la gravité des infractions commises ainsi que des difficultés à chaque secteur d’activité. Le contrôle s’impose donc aux usagers à risque élevé, c’est-à-dire les contribuables classés dans la zone rouge. Il y en a également ceux qui procèdent à la déclaration et non au paiement de leurs impôts. Ces derniers font l’objet du recouvrement.Par ailleurs, la transparence sera mise en avant dans le nouveau système de travail de la DGI. De ce fait, les contribuables concernés peuvent suivre sur application web l’avancement du traitement de leur dossier grâce au suivi qualitatif des vérifications fiscales. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Prêt exceptionnel - Quarante milliards d’ariary pour 131 000 employés

Inscription clôturée le 15 octobre à minuit. Depuis le 25 août jusqu’à cette date limite, 40 milliards d’ariary de budget sont engagés pour l’octroi du prêt exceptionnel « Tsinjo Fameno » accordé par la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS). Il s’agit, rappelons-le, d’un prêt solidaire alloué par la Caisse pour les employés en difficulté à cause de la crise sanitaire de la Covid-19, sur proposition du Président de la République. « 131 000 employés se sont inscrits pour en bénéficier, contre environ 2 000 employeurs. Jusqu’ici, 71 000 d’entre eux ont pu parvenir des dossiers en règle, déjà traités et accordés. 20 milliards d’ariary ont déjà été débloqués pour leur servir, soit la moitié du budget engagé pour les employés inscrits », informe Alain Ratsimbaharison, directeur de communication (DirCom) au sein de la CNaPS. Felana R., employée au sein de la société Akanjo à Ambatomaro, fait partie des bénéficiaires du prêt « Tsinjo Fameno ». « J’ai encaissé 350 000 ariary, soit l’équivalent de mon salaire d’un mois, en mi-septembre. L’obtention de ce prêt m’a beaucoup soulagée. Il m’a permis de payer une partie des arriérés de mon loyer ainsi que les droits d’inscription à l’école de mes deux enfants », nous confie cette salariée. Comme elle, plus d’un millier d’employés de ladite société ont pu toucher le prêt solidaire, quelques jours après l’envoi des dossiers à la Caisse. « Les dossiers des demandeurs ont été envoyés en 9 vagues. La première a été envoyée à la CNaPS le 21 août et 4 jours plus tard, nos employés ont déjà encaissé leur prêt. Chacun de nos salariés a touché en moyenne 330 000 ariary. Cette somme leur a permis d’alléger les charges fixes chez eux, notamment le loyer », expose Stéphane Raharivelo Andriamanampisoa, directeur des ressources humaines (DRH) auprès de ladite société d’exportation de vêtements. Sur les 131 000 employés inscrits pour le prêt exceptionnel, 60 000 doivent encore régulariser leurs dossiers auprès de la CNaPS. Les consignes devraient être suivies à la lettre et dans les moindres détails comme l’envoi de la photocopie de la CIN, jusqu’au renvoi des fichiers sous format Excel dûment complétés. « Les employeurs devraient s’assurer que tous les dossiers sont complets et en règle avant de les renvoyer à la CNaPS. Cela évitera la grogne des employés demandeurs face au retard de décaissement. Aussi, leur traitement sera plus facile », suggère le Dir Com de la Caisse. Quoi qu’il en soit, le traitement et la régularisation des dossiers restants se feront dans les jours à venir. Les équipes de la Caisse prévoient de renforcer la communication et le rappel des employeurs inscrits afin que leurs salariés puissent toucher au plus vite le prêt « Tsinjo Fameno ». Son remboursement se fera au taux 0 à partir de janvier jusqu’en décembre 2021.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Pétanque - Fanja - Aubriot Un atout pour Madagascar mais mal estimée

Ancienne championne de Golf mais reconvertie à la pétanque depuis 2008, Fanja Aubriot Rakotoalijohn ne cesse de faire parler d’elle en pétanque, depuis ces dernière années dans les compétitions françaises. Elle est très performante comme en témoigne ses titres de championne de France de club, vice-championne de France triplette , vice-championne de grande finale du PPF en triplette, et tête à tête, plusieurs fois championne de ligue et départemental toutes catégories de Haute Normandie, championne de ligue et de départements de la Haute Garonne, et de l’Ariège triplette, doublette, championne des Alpes Maritimes plusieurs fois en triplette et doublette. Aujourd’hui encore à 52 ans, elle domine le haut du tableau de classement féminin au circuit  Passion Pétanque Français (PPF).  Elle figure sur le podium en troisième position avec 39,5 points du classement de la grande finale  PPF 2021, derrière Audrey Bandiera (pétanque Arlancoise 47,33 points) et Cindy Peyrot (Cazeres PC 42,83points).Ornée de plusieurs titres nationaux, Fanja Aubriot est un atout pour la pétanque de la Grande île mais comme les expatriés de la discipline, elle est vue d’un mauvais œil comme un « Vazaha ». Questionnée, Fanja Aubriot ne réclame pas une place au sein de l’équipe nationale mais qu’on la regarde comme une internationale malagasy expatriée qui souhaite donner un coup de main à la Fédération et aider les jeunes techniquement qui, souvent, sont exclus par les dirigeants locaux.Malgré sa double nationalité, elle prend plus du plaisir et de fierté à défendre les couleurs malagasy dans toutes les compétitions auxquelles elle participe. Même au classement de la PPF 2021, elle représente les tricolores malagasy. Par ailleurs, elle a déjà participé au premier championnat du monde féminin 2015 (France), mais éliminée par le Danemark en demi-finale.En parlant de pétanque, Fanja est connue de tous les grands boulistes malagasy. Elle a toujours prêté main-forte presque aux joueurs désorientés qui arrivent en France, que ce soit du conseil ou de l’aide matérielle ou technique. Vice-championne du monde 2017, la triplette féminine malagasy est sortie plus tôt que prévue en huitième de finale au mondial 2019. Pour remonter la pente, la pétanque malagasy a besoin de son service. Elle ne réclame pas une place au sein de l’équipe nationale. Mais au vu de son niveau de jeu, elle en a largement par rapport aux joueuses locales et mérite de représenter le pays au tournoi international ou au championnat du monde.Elias Fanomezantsoa

Midi Madagasikara0 partages

Secteur pêche : Implication des femmes dans la gouvernance des ressources marines

Former des femmes leaders pour être des actrices à part entière dans la prise des décisions relatives à la gestion des ressources marines dans leurs régions respectives.

Tel est l’objectif de FisherWoman Leadership Programm qui a été lancé hier à l’hôtel Panorama. Ce nouveau programme est le fruit de la collaboration entre le réseau Mihari rassemblant des communautés de pêcheurs au niveau des 13 régions côtières et le SPE qui promeut l’approche intégrée Santé-Population-Environnement. Une trentaine de femmes représentant ces régions ont ainsi bénéficié d’un renforcement de capacité pendant trois jours à Antananarivo. Ce sont notamment des présidentes d’associations ou de fédérations de femmes de pêcheurs ou femmes pêcheurs ou bien d’associations de planteurs de palétuviers. Il y a également des membres de groupements communautaires, des collecteurs de poissons, des commerçantes de produits de pêche, des agents communautaires ou bien des associations œuvrant dans la protection des forêts de mangroves. Et leur point commun: les activités de la pêche constitue leurs principales sources de revenus.

Ambassadrices. Auparavant, ces femmes ne pouvaient même pas prendre la parole parce qu’elles n’osaient pas ou bien leurs maris les en empêchaient. « A l’issue de cette formation, ces trente femmes deviennent des ambassadrices qui sont aptes à développer elles-mêmes une feuille de route par région d’intervention suivant les actions prioritaires afin d’apporter leur contribution dans l’amélioration de la filière petite pêche à Madagascar », a évoqué Vola Rakotonjanahary, directrice de la Collecte et de la Valorisation des Produits Halieutiques au sein du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. « Elles sont ainsi impliquées davantage dans la gouvernance et la gestion des ressources marines », a-t-elle ajouté. Il est à noter que le lancement officiel de ce FisherWoman Leadership Programme coïncide avec la célébration de la Journée Internationale de la Femme Rurale. A cette occasion, ces femmes ambassadrices ont présenté leur plan d’action à toutes les parties prenantes.

Complémentarité. Par ailleurs, une fois arrivées chez elles, ces femmes sélectionnées par ce nouveau programme appuyé par le ministère de tutelle et le programme USAID Hay Tao, sensibiliseront d’autres femmes à s’engager dans la gouvernance des ressources marines. « Ce programme durera deux ans. Nous soutenons beaucoup les femmes afin de promouvoir l’égalité des genres. Il faut cependant reconnaître qu’il y a une complémentarité entre les hommes et les femmes dans le secteur pêche », a conclu Vatosoa Rakotondrazafy, la coordinatrice nationale du réseau Mihari.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

INSCAE et ACPE : Une formation pour se relever après la Covid-19

(crédit photo : Anja)

L’ACPE (Amélioration continue par les employés), entreprise canadienne implantée à Madagascar depuis des années, a signé un partenariat avec l’INSCAE (Institut national de sciences comptables et d’administration d’entreprises) pour une formation sur le Lean Management dédiée aux cadres et aux institutions du secteur privé, secteur public et aux ONG. Selon les explications de Karine Razafindrakoto, directrice des opérations Océan Indien de l’ACPE, le Lean Management est un outil stratégique qui est très utile afin de produire mieux et produire plus avec moins de ressources. L’approche Lean serait même une solution proposée pour la relance économique post-Covid, destinée aux organisations pour qu’elles puissent se relever dans les meilleures conditions.

La formation devrait être rendue disponible cette année, le temps que les deux entités s’organisent pour fixer l’emploi du temps. A travers une telle formation, l’INSCAE et l’ACPE visent à impulser l’approche d’amélioration continue au sein des organisations, que ce soit du secteur public ou du secteur privé. De cette manière, ces cadres seront plus à même de former leurs équipes et acquérir les outils nécessaires au Lean tout en obtenant l’attestation ou la certification canadienne en partenariat avec l’INSCAE. Le Lean fournirait les outils et l’approche pour éliminer le gaspillage de temps, de ressources, de matériels et financiers. L’objectif est d’impliquer les employés dans la maîtrise des processus par chaîne de valeur. Ils seront capables de satisfaire les clients, respecter les employés… tout le fondement du Lean.

Cette formation est accessible auprès de l’INSCAE via la direction du perfectionnement aux affaires de l’INSCAE.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Climat politique : Virulentes critiques du parti HVM

Le président du Sénat n’a pas été très tendre envers le ministre de l’Economie et des finances.

Le parti de Hery Rajaonarimampianina critique avec virulence le régime. Mais il est encore au stade de la dénonciation des faits, a affirmé ses dirigeants.

La situation budgétaire au Sénat est insupportable pour les dirigeants de cette institution. « On a déjà fait des concessions sur la restriction de budget qu’on nous a imposée », a déclaré Rivo Rakotovao, président de cette chambre. Mais de là à « suspendre définitivement le transfert du reste du budget n’est pas du tout admissible », poursuit-il. Le président du Sénat a notamment affirmé qu’aucun budget n’est actuellement disponible dans les caisses de cette institution pour finir cette année. Une situation, selon toujours ce dernier, qui risque d’affecter le bon déroulement de la prochaine session parlementaire de ce mois d’octobre, laquelle va débuter mardi 20 octobre prochain. Face à cet état de fait, Rivo Rakotovao est convaincu que le Sénat actuel est la « cible de cette discrimination à cause de la différence de son point de vue » par rapport à la ligne politique de la majorité. Mais le Sénat est également « victime d’un abus de pouvoir », a-t-il soutenu.

 Verdict. Hier, le parti HVM a tenu un conclave dans son quartier général à Andraharo. Un huis clos qui a vu la participation de tout le gotha du parti. A l’issue de la réunion, le parti HVM a également réagi après le verdict du tribunal sur le cas de Harry Laurent Rahajason, cadre de ce parti et ancien ministre de la Communication. Ce dernier est condamné à 44 mois d’emprisonnement ferme pour atteinte à la sureté de l’Etat. « Cette décision, que nous regrettons, nous affecte énormément », a déclaré Rivo Rakotovao, coordonnateur du parti. L’ancien ministre est un membre influent du parti et a gravité autour de Mbola Rajaonah, l’autre baron du régime de Hery Rajaonarimampianina, qui est actuellement à Tsiafahy.

 Illégalité. Le parti réitère son désaccord par rapport à la tenue des sénatoriales de ce 11 décembre prochain. « Nous restons convaincus que ces élections sont tenues dans l’illégalité », a soutenu l’actuel président du Sénat. Raison pour laquelle il a porté plainte auprès de la Haute cour constitutionnelle « contre l’organisation des élections sénatoriales », a-t-il rappelé. Le camp de la majorité, en revanche, voit derrière cette initiative de Rivo Rakotovao et consorts, une manière pour ces derniers de vouloir s’accrocher à leurs sièges au Sénat. Pourtant, « nous n’avons aucune intention de rester à notre poste lorsque notre mandat prendra fin d’ici peu », a répliqué, hier, le coordonateur du parti HVM. « Nous essayons, au contraire, de défendre l’Etat de droit et la légalité », a-t-il avancé pour justifier leur démarche.

 Dénonciation. Le parti compte organiser un congrès pour cette année. L’objectif, a-t-on indiqué, est de redynamiser les bases du HVM en vue des prochaines élections. Et si le parti remobilise ses troupes, c’est qu’il veut assurer, également, sa présence sur l’échiquier. « Nous sommes actuellement en concertation avec les autres formations politiques comme la plateforme RMDM, le collectif des parlementaires et des élus, les mouvements de la diaspora », a fait savoir Rivo Rakotovao. Et jusqu’à présent, ce dernier a affirmé que son parti « est d’abord dans une logique de dénonciation et d’interpellation ».

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Analakely sy manodidina : Raikitra ny fanenjehena mpivaro-tena

Nisahotaka andro alina indray teny amin’iny faritra Analakely sy ny manodidina iny ny alin’ny alarobia lasa teo. Raikitra indray ny fanesorana sy fanenjehana ireo mpivaro-tena izay mbola mafiloha sahy mijorojoro eny amin’iny Araben’ny Fahaleovantena sy ny faritr’i Tsaralalàna iny. Niafara tamin’ny fisamborana mihitsy izany, raha ny tazana teny.

Miroso tsikelikely amin’ny fampianarana ny olona hanaja ity fitaratry ny Renivohitra ity tokoa ny tompon’andraikitra. Nanomboka tamin’ny fanalàna tsikelikely ireo mpivarotra enta-madinika sy zava-pisotro izany ary izao tonga amin’ny fanesorana ireo tovovavin’ny alina mpijorojoro eny an-toerana. Nahatratra am-polony maromaro tany ho any mihitsy izy ireo, izay voatery nentin’ireo mpitandro filaminana. Heverina fa tsy maintsy handany ny aliny iray manontolo anaty tranomaizina kely.

Amin’ny toe-javatra toy izao toa izao tokoa dia mazàna halaina am-bavany fotsiny izy ireo ary hampodiana ny maraina, ankoatr’ireo izay hita fa nandika lalàna ka tsy maintsy hanokafàna fanadihadiana ary mety hiafara amin’ny fanolorana azy eny anivon’ny Fitsaràna. Marihana fa ny lalàna eto amintsika dia tsy mbola mandrara ny fivarotan-tena akory saingy ny fijorojoroana eny an-tsisin-dalana miharo fihantsiana hiray ara-nofo, fampisehoana toetra mamoafady imasom-bahoaka, ny faneràna olona hivaro-tena … ireo no tafiditra ao anatin’ny fehezan-dalàna famaizana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Sénat contre Gouvernement : Epilogue de la bataille politico-juridique ce jour

Le juge constitutionnel va siffler la fin de la partie opposant Anosikely et Mahazoarivo.

La HCC n’a pas jugé utile de transmettre à la DLC les mémoires en réplique des requérants.

Epilogue de la bataille politico-juridique ou juridico-politique (c’est selon). Le juge constitutionnel va statuer aujourd’hui sur les trois requêtes déposées respectivement par le KMF/CNOE le 14 septembre ; par le président du Sénat le 16 septembre ; et par Thierry Raveloson et 15 autres sénateurs le 21 septembre dernier. Ayant le même objet parce que tendant aux mêmes fins d’inconstitutionnalité, les trois requêtes vont être jointes par la HCC après les avoir déclarées recevables. Du moins en ce qui concerne celles déposées par Rivo Rakotovao et le groupe de sénateurs conduits par Thierry Raveloson.

Contrôle. La Constitution dispose effectivement qu’« un chef d’Institution ou le quart des membres composant l’une des Assemblées parlementaires (…) peuvent déférer à la Haute Cour Constitutionnelle, pour contrôle de constitutionnalité, tout texte à valeur législative ou réglementaire ainsi que toutes matières relevant de sa compétence ». La Chambre haute comptant 63 membres dans sa composition actuelle, les 16 sénateurs représentent donc le quart requis pour saisir la HCC.

Immunité. Pas d’habilitation constitutionnelle en revanche pour le KMF/CNOE dont la première requête a déjà reçu une fin de non recevoir de la part du Conseil d’Etat qui s’est déclaré incompétent. Sans expliquer pourquoi. Ce qui ne sera pas le cas aujourd’hui à Ambohidahy puisque « les arrêts et décisions de la Haute Cour Constitutionnelle sont motivés », selon la loi fondamentale. Autrement dit, sa décision d’aujourd’hui va être motivée à coup de « Considérant que ». Le juge constitutionnel pourrait notamment considérer que le décret portant convocation du collège électoral pour les sénatoriales du 11 décembre 2020 bénéficie d’une immunité juridictionnelle. C’est un acte de gouvernement inattaquable devant toutes les juridictions. Y compris devant la HCC dont les arrêts et décisions « s’imposent à tous les pouvoirs publics ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles ».

Redites. Ils sont opposables en premier lieu aux requérants qui ont sorti leurs dernières cartouches le 9 octobre, en déposant tous les trois des mémoires en réplique au mémoire en défense du gouvernement qui leur a été transmise le 7 octobre par la HCC. Cette dernière n’a plus jugé utile de communiquer à la Direction de la Législation et du Contentieux (DLC) auprès de la Primature, ces mémoires en réplique qui s’apparentent à une manœuvre dilatoire. Et pour cause, par rapport aux arguments avancés initialement dans les requêtes, c’était juste des redites. Du déjà-vu et lu par la HCC dont la décision de ce jour pourrait être également un « film efa nandeha » du genre « recevable mais rejetée comme non fondée ».

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Salon RSE & des IDD : La 5e édition les 22 et 23 octobre, en mode virtuel

Le Salon RSE et des IDD se tiendra en ligne pour cette année.

« Le monde après Covid-19 : Madagascar durable ». Tel est le thème de la cinquième édition du salon de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) et des Initiatives pour le Développement Durable (IDD). Selon les organisateurs, cette édition 2020 se concentrera sur la résilience des acteurs et l’atteinte des Objectifs de développement durable, dans un contexte de crise sanitaire. En effet, les discussions se diviseront en deux grandes parties. Le 22 octobre, les participants aborderont les sujets liés à la Covid-19 et la résilience des acteurs malgaches. Plusieurs conférences sont prévues dans ce cadre, abordant la RSE face aux défis collectifs, l’aspect digital du salon, la gouvernance et la transparence des services de relance, le climat et le fonds vert, les partenariats, les réformes, le tourisme responsable, etc. Le 23 octobre, les discussions seront placées sous le thème « Madagascar durable : exports, que faire après la crise ? ». Des ateliers ludiques, webinaires témoignages, conférence-débats, réunions d’information et ateliers privés sont programmés durant cette journée, avec la participation de plusieurs acteurs issus du secteur public, du secteur privé et des partenaires du développement. Selon les promoteurs de l’événement, ce salon est un rendez-vous annuel incontournable des acteurs engagés et qui s’activent pour adresser les enjeux environnementaux et sociétaux à Madagascar.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Affaire Radjan Danil : Des membres des familles des trois inculpés menacés de mort

L’affaire du kidnapping, suivi de meurtre de Radjan Danil, n’est pas encore close. Des membres des familles des trois employés de la société de sécurité COPS, impliqués dans cette affaire, se manifestent à leur tour. « Nous dénonçons la violation du secret de l’instruction pratiquée actuellement par certaines personnes par médias interposés, dans cette affaire», ont-ils déclaré hier lors d’une conférence de presse. « Cette affaire est encore en cours d’instruction et même si ces trois membres de nos familles sont en détention préventive, cela ne veut pas dire qu’ils sont coupables ou sont déjà condamnés », ont-ils clamé. Une manière de dénoncer les organes de presse qui versent dans « un procès médiatique » en condamnant d’avance les personnes déclarées comme impliquées dans cette affaire. Pour ces membres des familles des impliqués, il y a apparemment une tentative « d’influencer la justice pour que la vérité ne soit pas mise au grand jour dans cette affaire ». Pire, « des membres des familles des inculpés font actuellement l’objet de menaces de mort par des personnes mal intentionnées » Interrogé sur les détails de ces menaces de mort, l’avocat des trois inculpés n’a pas voulu s’exprimer. « Nous respectons le secret de l’instruction », a-t-il indiqué. Pour cet avocat, « la présomption d’innocence veut qu’on n’ait pas le droit de considérer ces trois personnes comme des coupables ». D’ailleurs, a-t-il continué, « les enquêtes avancent actuellement et nous faisons entièrement confiance en la justice ». On rappelle que, COPS, la société qui emploie les trois inculpés, est un acteur majeur dans le domaine de la sécurité privée à Madagascar.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Mois de l’Urbain : Table-ronde du secteur privé organisée hier par le MATP

La transparence dans l’attribution des marchés publics pour les projets de développement urbain fait partie des sujets de discussions durant la rencontre entre le secteur privé et les représentants de l’Administration publique qui s’est tenue hier à Ivato.

 « Mobiliser davantage de ressources et d’acteurs pour la mise en œuvre de la Politique Nationale de Développement Urbain (PNDU) ».Tel est l’objectif de l’organisation de la table-ronde du Secteur privé, dans le cadre de la série d’événements pour marquer la campagne octobre, mois de l’Urbain. Cette campagne a commencé par la conférence des secrétaires généraux de tous les ministères, organisée le 9 octobre dernier. « Le développement urbain ne peut relever d’un seul ministère, en particulier pour la réalisation effective des investissements nécessaires. Ce défi est, par essence, multisectoriel, étant donné que les villes et la population urbaine ont besoin au moins d’habitat et de logement, d’industries, d’énergie, d’infrastructures, de transport, de foncier, d’assainissement, d’environnement sain, de sécurité, d’emploi, de services de santé et d’éducation. Par conséquent, le défi du développement urbain durable appelle à des compétences multiples et des ressources diversifiées. Il s’agit de promouvoir et de développer la démarche collaborative et de partenariat équitable entre l’Etat et tous les acteurs, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Emergence de Madagascar (PEM) et de la Politique Nationale de Développement Urbain (PNDU) », a indiqué le MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics), qui assure le leadership de cette démarche collaborative.

Echanges. Lors de la table-ronde d’hier, les Directions générales auprès du MATP ont présenté la vision liée à la PNDU et les projets à venir. De leur côté, les représentants de l’ARMP (Autorité de régulation des marchés publics) ont présenté les améliorations faites dans la gestion et la transparence de l’attribution des marchés publics aux entreprises privées. En effet, les représentants du secteur privé ont exprimé leur inquiétude et ont émis des propositions pour une meilleure sélection des entreprises et opérateurs qui peuvent soumettre leurs offres en vue de l’obtention de ces marchés publics. D’après eux, l’Etat doit être plus transparent dans la fixation du budget alloué aux projets faisant l’objet d’appels d’offres. Selon le secteur privé, cette transparence devrait être sentie dans l’attribution du marché, la réalisation des travaux et le budget réellement alloué à ces travaux. Par ailleurs, cette table-ronde était l’occasion pour l’Etat de présenter la PNDU tirée de l’IEM. Les participants ont pu discuter de la participation du secteur privé dans la mise en œuvre de cette politique.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Secteur minier : La mise en place d’une politique minière efficace s’impose

A terme, Base Toliara pourrait générer un peu moins de 4 000 emplois directs et indirects

Faute de visibilité notamment en matière de sécurité des investissements, le secteur minier malgache n’arrive toujours pas à attirer les grands investisseurs miniers internationaux. Et pourtant, avec les immenses potentialités dont dispose la Grande Ile, la filière mine est appelée à jouer un rôle de premier ordre dans le développement économique.

« Madagascar a, avant tout besoin d’une politique minière efficace misant sur le long terme ». Ces propos sont de Hugues Rajonhson lors de l’émission Don-dresaka de dimanche dernier. Une occasion de plus pour cet économiste qui suit de près l’évolution du secteur minier malgache d’interpeller les responsables pour que ces derniers priorisent la mise en place d’une stabilité juridique afin d’attirer beaucoup plus d’investissements miniers.

Manque de transparence

Une démarche qui prend du temps à se réaliser, puisque, jusqu’à présent, les régimes qui se sont succédé n’arrivent toujours pas à définir une politique minière tournée vers le développement du secteur. On rappelle, en effet, que c’était en 2005 que gouvernement de l’époque avait confectionné une lettre de politique minière. Une lettre restée morte puisque depuis, les débats se sont surtout tournés vers la question du code minier dont la refonte a toujours divisé, d’une part, le gouvernement et, d’autre part, les opérateurs miniers et la société civile. Ces derniers dénoncent notamment le manque de transparence dans le processus de refonte du code minier et, surtout, ils craignent que les prélèvements fiscaux exorbitants prévus dans ledit projet de code minier ne dissuadent les investisseurs à venir à Madagascar. La Chambre des Mines, par exemple, considèrent comme « antiéconomiques » les mesures prévues par le gouvernement.

Taxation excessive

Un gros risque, en somme, pour le secteur minier malgache. Et partant de l’avenir économique quand on sait que ce secteur représente, selon les statistiques de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM) plus de 30% des recettes d’exportation et 40% des investissements directs étrangers. Et si l’Etat se hasarde à avancer vers cette taxation excessive, les investissements présents et à venir risquent d’être compromis. Pour ne citer que les plus grosses exploitations comme Ambatovy et Rio Tinto QMM qui rencontrent actuellement des difficultés. Ou encore Base Toliara, l’exploitant d’ilménite suspendu en mi-novembre sur décision du gouvernement. Avec les pertes qui en découleraient puisque Base Toliara est un projet qui représente un investissement initial de 595 millions de dollars dont 191 millions de dollars à engager auprès des fournisseurs locaux pendant la phase de construction. Sans compter les 30 millions de dollars de contribution directe en termes de redevances et de taxes, ou encore les 63 millions de dollars par an de dépenses, toujours auprès des fournisseurs locaux durant la phase opérationnelle.

Conditions attractives

Bref, Madagascar qui n’a pas les ressources et les compétences nécessaires pour exploiter ses immenses richesses minières doit continuer à miser sur les grands investissements étrangers. Une démarche plutôt à moyen ou long terme qui doit passer nécessairement par la mise en place d’une bonne politique minière. En effet, connaissant les potentialités minières du pays, les grands exploitants internationaux sont disposés à s’engager à Madagascar sur les 20 à 30 prochaines années dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant. Outre les exigences environnementales, énergétiques, sociales et culturelles qui doivent être prises en compte dance ces projets, l’Etat doit aussi mettre en place et maintenir des conditions attractives pour les investisseurs sérieux et solides potentiels. « Au-delà de la stabilité économique et politique, le cadre réglementaire et fiscal est primordial pour conserver un bénéfice mutuel », s’accordent à dire les observateurs de la filière mine sur laquelle doit aussi compter l’émergence de Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Otrikafo et les îles éparses : « Leur restitution est une affaire nationale »

Après avoir déposé une lettre au Sénat portant sur la restitution des îles éparses à Madagascar, le parti Otrikafo s’est rendu, hier, à l’Assemblée nationale. Mais sa lettre n’a pas été reçue étant donné que la présidente de cette Institution n’est pas actuellement dans la capitale. Selon le Secrétaire général de ce parti, Elia Rabevahiny, « il n’y a pas d’inconvénient à ce que l’Assemblée nationale sorte une loi pour affirmer que ces îles appartiennent à Madagascar ». Il pense, en outre, que la restitution de ces îles est une affaire nationale. Et d’ajouter qu’il faudrait laisser de côté les querelles politiques pour faire place à la cohésion.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Rolly Mercia : Une lourde peine de 44 mois ferme

Consternation pour la famille de Harry Laurent Rahajason, dit Rolly Mercia, à l’annonce du verdict de son procès. L’ancien ministre est condamné à 44 mois d’emprisonnement ferme. Une peine exemptée d’amende, et applicable dès l’annonce du verdict. Le procès qui s’est déroulé la veille a pourtant donné une lueur d’espoir à ses proches lorsque trois de ses présumés complices l’ont déchargé de l’affaire. Mais il a suffi qu’une personne dans les rangs des accusés le tienne pour commanditaire et responsable de la manifestation d’Ambohipo pour que la conséquence soit lourde. Il a été jugé coupable d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État. Son avocat entend interjeter un appel dans les plus brefs délais. Sur le plan politique, cette condamnation pourrait signer la fin d’une carrière politique pour l’ancien ministre et non moins conseiller présidentiel durant l’ancien régime. Il a été à deux reprises ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions ; et, une fois, conseiller à Iavoloha. Sentant que le terrain politique lui était miné avec l’échec du candidat qu’il a soutenu pour la course à la magistrature suprême, il a décidé en janvier d’annoncer son retrait de la scène politique. Une déclaration qu’il a faite sur les réseaux sociaux et à la radio. Depuis, il s’est éclipsé de l’arène politique. Sept mois plus tard, cette personnalité a attiré toutes les attentions. Non pas pour un retour dans la politique, mais plutôt pour une frasque judiciaire. Sa maison a été perquisitionnée et sa personne arrêtée lorsqu’il a été cité par un certain Félicien comme financier d’une manifestation non autorisée à Ambohipo. Félicien, lui aussi condamné à la même peine que Rolly Mercia, a admis durant son audition par le tribunal correctionnel qu’il était un mercenaire politique. Ses propos ont changé au fil du temps tout comme le contenu de ses témoignages. Mais tout cela a été retenu par le tribunal, condamnant alors les cinq personnes – quatre manifestants et Rolly Mercia – à la même peine de 44 mois. Une décision dure, très dure pour l’ancien ministre, surtout avec son état de santé actuel. Si durant ses quatre mois de détention provisoire, il a vu ses cheveux devenir tout blancs, on pourrait se demander ce qu’il en sera au bout de 44 mois de détention.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Judo : Madagascar hôte des Championnats d’Afrique en décembre

L’équipe dirigeante de la FMJ lors de l’AGO hier à Ivandry.

Madagascar abritera les Championnats d’Afrique cadet, junior, senior et kata de judo du 21 au 27 décembre au Palais des Sports de Mahamasina.

Un dernier trimestre chargé. Le meilleur pour la fin pour la fédération malgache de judo avec l’organisation à domicile des Championnats d’Afrique cadet, junior, senior et kata. L’annonce a été faite par le président de la FMJ, Siteny Randrianasoloniaiko, hier, au siège de la fédération à Ivandry en marge de la tenue de l’assemblée générale ordinaire. Une très bonne nouvelle pour le monde du judo malgache après l’incertitude et l’interdiction d’organisation de compétition cette année. « Nous attendons près de 600 judokas issus de tout le continent. Nous avons déjà fait nos preuves en matière d’organisation de ces joutes continentales à deux reprises, et avons reçu le satisfécit des instances continentales », a souligné le président de la fédération. Et de continuer « nous avions de bons judokas dans les catégories cadet et junior, mais cela ne signifiait pas que nous remportons d’office des médailles d’or ». La fédération, à travers la direction technique nationale, a deux mois pour préparer ces échéances continentales.

Changements. L’AGO qui s’est déroulée hier, avec la participation de 7 ligues, a permis à l’équipe dirigeante de la FMJ de présenter les rapports technique, moral et financier de l’année, mais aussi du mandat quadriennal. Initialement prévues se tenir cette année, toutes les élections au sein de la fédération au niveau des sections, des ligues et fédérales ont été reportées en 2021. Ce, conformément à la décision de la fédération internationale et du Comité International Olympique de décaler toutes les élections en raison du report des Jeux Olympiques de Tokyo pour 2021. Pour le calendrier des compétitions, la FMJ va procéder au changement et réaménagement. Le tournoi de Madagascar va débuter la saison au mois d’avril, suivi du tournoi du Capricorne et du Championnat de Madagascar qui clôturera la saison. Ces différentes compétitions seront toutes organisées à Antananarivo. Une nouvelle formule de passage de grade sera mise en place. Ces dernières années, les judokas malgaches ont honoré plusieurs championnats internationaux, ce qui a contribué à l’amélioration de leur performance. « A partir de maintenant, les judokas malgaches seront fixés à l’avance lors de la participation aux Jeux des îles car la liste sera connue très tôt », a conclu Siteny Randrianasoloniaiko.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ambassade de l’inde à Madagascar : Deux virtuoses indiens partageront leurs savoir-faire via visio-conf...

Dr L. subramaniam et Kavita Krishnamurti donneront un mini-concert depuis l’Inde en vidéo-conférence, lundi 19 octobre prochain. Leurs inconditionnels pourront visionner en direct cette performance dans les locaux de l’Ambassade de l’Inde à Madagascar.

Violoniste / Compositeur et créateur du concept Global Fusion, le Dr L. Subramaniam a interprété et enregistré de la musique classique carnatique, de la musique classique occidentale et a également composé et dirigé des orchestres, a enregistré pour des films, a collaboré avec un large éventail des plus grands musiciens, de différents genres musicaux. Il a complété son MBBS au Madras Medical College et a reçu de nombreux doctorats honorifiques pour sa contribution dans le domaine de la musique. Il a terminé sa thèse sur le Raga et l’harmonie et a reçu son PHD. Il est également le fondateur et directeur du Lakshminarayana Global Music Festival (LGMF), le plus grand festival de musique en Inde, et de la Subramaniam Academy of Performing Arts (SaPa), un institut de premier plan pour l’éducation musicale. Il est également le président fondateur du Lakshminarayana Global Center of Excellence (LGCE) avec son épouse Kavita Krishnamurti Subramaniam. Le LGCE, en collaboration avec l’Université Jain et l’Université Vishwakarma, propose des diplômes avec distinction en musique. Il a reçu le Padma Bhushan en 2001. Kavita Krishnamurti est une chanteuse de playback indienne, formée à la musique classique. Elle a enregistré plus de 25 000 chansons en 16 langues, bengali, hindi, kannada, telugu, marathi, anglais, ourdou, tamoul, malayalam, gujarati, népalais, assamais, konkani, odia et d’autres langues. Elle est lauréate de quatre Filmfare Best Female Playback Singer Awards (gagnés consécutivement de 1995 à 1997) et du Padmashri qu’elle a reçu en 2005. Elle est la première chanteuse de Bollywood à avoir chanté avec des orchestres symphoniques occidentaux pour des compositions écrites spécialement pour sa voix.

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Tapatapany

#- Isotry. Mpanendaka roalahy voasambotra teo amin’ny tetezan-dRamala. Ny alatsinainy lasa te o, vehivavy iray no voaendaka teo amin’ny tetezan-dRamala ary nametraka fitoriana avy hatrany tany amin’ny pôlisy. Nisy ny hetsika nataon’ireto farany ka roalahy no tratra teo ambonin’io tetezana io ihany, niandry indray ny haza izay ataony lasibatra. Natolotra ny Fampanoavana ny alarobia lasa teo moa izy ireo ary fantatra fa nadoboka am-ponja eny Antanimora avy hatrany miandry ny fotoam-pitsaràna azy.

#- Andramasina. Olona 11 nokaikerin’ny tantely, zaza iray namoy ny ainy. Zazakely iray no fantatra fa namoy ny ainy tany amin’iny distrikan’Andramasina iny rehefa avy nokaikerin’ny tantely, afak’omaly. Nisy firongatr’ity bibikely ity tamin’io fotoana io tany an-toerana ary voalaza fa olona folo ankoatr’ity zaza ity no voakaikitr’izany, raha ny angom-baovao azo. Efa samy nahazo fitsaboana avokoa moa ireto olona ireto. Ny vatana mangatsiakan’ilay ankizikely kosa dia efa nomena ny fianakaviana taorian’ny fitsirihana nataon’ny mpitsabo.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

Gafunk de Nully à l’Isart Galerie

Nully Ratomosoa signera un retour attendu avec impatience par les inconditionnels.Ce soir à 19 heures à l’Is’Art Galerie, Nully GaFunk mettra le feu. Plus en forme que jamais, Nully Ratomosoa se fait une soirée musicale à la GaFunk. Evidemment, le jeune homme sera accompagné de ses complices de scène. Nully Ratomosoa reprendra encore les morceaux de « Misarangotra ». Signifiant simplement « s’accrocher », ou plus précisément, « s’accrocher à la musique », afin de pouvoir se dégager un peu des routines de ce monde sans pitié, tout en inclinant les oreilles des mélomanes vers un suave mélange de jazz-funk ; avec de la musique traditionnelle malgache épicée par le gros son de la basse, qui va assurer certainement une nouvelle couleur de fusion musicale pour une ambiance exceptionnelle.

Taxibe Antanimena

Samoela sera armé de sa guitare

Pourquoi changer une formule qui gagne ? Samoela en dira autant. Avec son « zara revy masaka be » le chanteur à texte enchaîne les soirées pour le plus grand bonheur de ses inconditionnels. Ce Vendredi, il mettra l’ambiance au TaxiBe Antanimena. Exit les danses « mafana » et place à l’ambiance bon enfant, histoire de sortir des sentiers battus de la « mozika tropikaly » dans les lieux. Comme d’habitude, Samoela entraînera son public dans son petit monde à lui en sillonnant les années épiques de ses dix albums à travers des morceaux comme « Ikalakely », « Soly », « Havako mamomamo ». Evidemment, ses opus tels que « Mampirevy » et « Radion’ambanivolo » seront également à l’ordre du jour. Toujours accompagné de ses complices de scène, il partagera avec son public cette musique exaltante qui a su s’imposer au fil des ans.

 

Tence Mena s’invite au Jao’s Pub

Après son cabaret au Taxi-be qui s’est déroulé à merveille, le 17 septembre dernier, Tence Mena s’invite au Jao’s Pub ce soir. Compositeur-interprète, Lady Boss propose une heureuse rencontre de sonorités musicales mala et africaines. Accompagnée de musiciens chevronnés, elle séduit un large public par ses « lyrics » féministes. Connue par son salegy « Tsatotsatoko » au début de sa carrière, désormais, Tence Mena est une chanteuse malagasy qui touche à tous les genres musicaux. La musique n’a pas de frontières ni de limites, tel est le slogan de cette formation de Diégo-Suarez. Alors, elle fait de la variété, de l’afro-zouk, afro-dance, du salegy, du coupé-décalé, et même du trap. Elle interprètera également son nouveau morceau sorti récemment, tsy « miantoko Jombla ».

La percussion d’Olombelo Ricky résonnera au Piment Café

Certes, les années ne l’ont pas épargné. L’âge a fait son effet, sa barbe vire en poivre et sel, mais n’empêche…sa musique est toujours aussi exquise qu’à ses débuts. Contrairement à celle des jeunes d’aujourd’hui, la sienne n’est pas éphémère mais est faite pour durer. Elle est de celle qui traverse les années. Olombelo Ricky, ce soir à 19 heures au Piment café, prouvera qu’il est toujours au top de sa forme. D’ailleurs, sa place est toujours sur scène, et il n’a rien à envier à la nouvelle génération.

« Hozaraiko », « Adinony ianao », « Tsy mety milaza seront dans le répertoire. Une occasion pour les fans de le retrouver en chair et en os !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Encore de nombreux efforts à faire pour vaincre le kéré

La bataille contre le kere est donc maintenant celle que la communauté nationale doit mener. L’épidémie de la Covid-19 étant en passe d’être maîtrisée, c’est une nouvelle lutte qui est en train d’être menée actuellement. L’implication de l’Etat dans ce nouveau combat a été annoncée et des moyens ont été mobilisés, mais sur le terrain, c’est le PAM qui apporte une aide substantielle à la population. Pour le moment, le ravitaillement en nourriture est suffisant, mais les réserves vont très vite s’épuiser. Un appel à l’appui de la communauté internationale devrait être lancé.

Encore de nombreux efforts à faire pour vaincre le kéré

Le PAM a parfaitement justifié son rôle sur le terrain du kere. Il a réagi tout de suite quand les premiers signaux ont été adressés. Son porte parole avait dit que 8 000 tonnes de vivres allaient être acheminés vers le sud. L’organisme onusien s’est tout de suite déployé pour venir au secours de la population malnutrie. Tout le monde a loué l’action de son personnel sur place. Mais l’aide alimentaire doit continuer et la situation risque d’être critique bientôt. Un appel a été lancé par un de ses représentants à la communauté internationale. Il a affirmé que le besoin de financement pourrait s’élever à 1 600 000 dollars si l’on voulait juguler ce kere. Il s’agit d’un besoin vital car la majorité de la population est dans un état alarmant. Il s’agit de sauver des milliers de personnes victimes de cette sécheresse qui a ruiné l’économie locale. Il s’agit maintenant de préserver la vie de cette population qui a été négligée par tous les régimes qui se sont succédé. Mais c’est toute la politique pour le développement du sud de la Grande île qui doit être revue. Les déclarations du chef de l’Etat lors de son déplacement dans la région ont été encourageantes, mais elles doivent être suivies d’actions. Pour le moment, c’est une politique de survie qui est mise en place et le PAM en est un acteur important.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Climat politique : Virulentes critiques du parti HVM

Le président du Sénat n’a pas été très tendre envers le ministre de l’Economie et des finances.

Le parti de Hery Rajaonarimampianina critique avec virulence le régime. Mais il est encore au stade de la dénonciation des faits, a affirmé ses dirigeants.

 

La situation budgétaire au Sénat est insupportable pour les dirigeants de cette institution. « On a déjà fait des concessions sur la restriction de budget qu’on nous a imposée », a déclaré Rivo Rakotovao, président de cette chambre. Mais de là à « suspendre définitivement le transfert du reste du budget n’est pas du tout admissible », poursuit-il. Le président du Sénat a notamment affirmé qu’aucun budget n’est actuellement disponible dans les caisses de cette institution pour finir cette année. Une situation, selon toujours ce dernier, qui risque d’affecter le bon déroulement de la prochaine session parlementaire de ce mois d’octobre, laquelle va débuter mardi 20 octobre prochain. Face à cet état de fait, Rivo Rakotovao est convaincu que le Sénat actuel est la « cible de cette discrimination à cause de la différence de son point de vue » par rapport à la ligne politique de la majorité. Mais le Sénat est également « victime d’un abus de pouvoir », a-t-il soutenu.

 

Verdict. Hier, le parti HVM a tenu un conclave dans son quartier général à Andraharo. Un huis clos qui a vu la participation de tout le gotha du parti. A l’issue de la réunion, le parti HVM a également réagi après le verdict du tribunal sur le cas de Harry Laurent Rahajason, cadre de ce parti et ancien ministre de la Communication. Ce dernier est condamné à 44 mois d’emprisonnement ferme pour atteinte à la sureté de l’Etat. « Cette décision, que nous regrettons, nous affecte énormément », a déclaré Rivo Rakotovao, coordonnateur du parti. L’ancien ministre est un membre influent du parti et a gravité autour de Mbola Rajaonah, l’autre baron du régime de Hery Rajaonarimampianina, qui est actuellement à Tsiafahy.

 

Illégalité. Le parti réitère son désaccord par rapport à la tenue des sénatoriales de ce 11 décembre prochain. « Nous restons convaincus que ces élections sont tenues dans l’illégalité », a soutenu l’actuel président du Sénat. Raison pour laquelle il a porté plainte auprès de la Haute cour constitutionnelle « contre l’organisation des élections sénatoriales », a-t-il rappelé. Le camp de la majorité, en revanche, voit derrière cette initiative de Rivo Rakotovao et consorts, une manière pour ces derniers de vouloir s’accrocher à leurs sièges au Sénat. Pourtant, « nous n’avons aucune intention de rester à notre poste lorsque notre mandat prendra fin d’ici peu », a répliqué, hier, le coordonateur du parti HVM. « Nous essayons, au contraire, de défendre l’Etat de droit et la légalité », a-t-il avancé pour justifier leur démarche.

 

Dénonciation. Le parti compte organiser un congrès pour cette année. L’objectif, a-t-on indiqué, est de redynamiser les bases du HVM en vue des prochaines élections. Et si le parti remobilise ses troupes, c’est qu’il veut assurer, également, sa présence sur l’échiquier. « Nous sommes actuellement en concertation avec les autres formations politiques comme la plateforme RMDM, le collectif des parlementaires et des élus, les mouvements de la diaspora », a fait savoir Rivo Rakotovao. Et jusqu’à présent, ce dernier a affirmé que son parti « est d’abord dans une logique de dénonciation et d’interpellation ».

Rija R.