Les actualités Malgaches du Mardi 16 Octobre 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara105 partages

Hery Rajaonarimampianina : Le Sud-Est pour la continuité de ses actions

Le couple Rajaonarimampianina accueilli par une foule immense à Manakara.

Trois localités visitées, hier. Il s’agit de Manakara, Farafangana et Vangaindrano . Le marathon électoral continue pour le candidat n°12. Hery Rajaonarimampianina n’a pas ainsi oublié les régions de Vatovavy Fitovinany et du Sud-Est. Lors de ses  déplacements, l’ancien Président a été accueilli par une foule en liesse.  Les populations de ces trois districts sont pour la continuité des actions de Hery Rajaonarimampianina.

Manakara. Ainsi dans le grand port de Vatovavy Fitovinany, plus précisément à Manakara, la population affirme être témoin des réalisations exemplaires du candidat n°12, qui a été l’unique Chef d’Etat à avoir su rétablir la confiance des bailleurs de fonds et partenaires étrangers à l’égard de Madagascar depuis la crise économique de 2009 jusqu’en 2013. Sa Vision Fisandratana, qui a déjà fait ses preuves à Manakara est pour ces gens, le seul projet de société réellement convaincant. Sur cette lancée, le candidat n°12 a fait savoir qu’il reste déterminé à mener ses projets à terme. « Contrairement à mes concurrents, je ne tiens pas à m’avancer dans de vaines promesses. Toutefois, je puis vous certifier que j’ai trouvé le bailleur qui est disposé à allouer les fonds pour la restauration du port de Manakara et du transport ferroviaire ». En outre, le candidat n°12 a une fois de plus, invité le peuple à privilégier la droiture et à ne pas se laisser embobiner par des promesses mirobolantes formulées par ces candidats qui se prétendent « favoris » dans cette course à la magistrature suprême.

Hery Rajaonarimampianina ovationné par la foule à Manakara.

Farafangana. La population de Farafangana n’est pas en reste, elle est entièrement convaincue des réalisations de Hery Rajaonarimampianina dans leur District et croit dur comme fer en la continuité de ces actions si sa Vision Fisandratana vient à être concrétisée jusqu’au bout. Rien que les manifestations de reconnaissance, de gratitude et de soutien dont a fait preuve toute la population de Farafangana, hier, démontrent sans nul doute la confiance et l’espoir qu’elle entretient à l’égard du candidat n°12.

Les porte-paroles des populations ont affirmé, lors du passage du candidat Hery Rajaonarimampianina dans leur District hier, que celui-ci a toujours tenu ses promesses, qu’il ne les a jamais déçus et que ses réalisations bénéficient à tous. Ce fut l’occasion pour le candidat n°12 d’annoncer à la foule qui l’a accueilli dans cette ville, que l’ouverture du transport ferroviaire qui reliera Fianarantsoa à la Région Atsimo-Atsinanana fera partie de ses priorités pour les cinq prochaines années, s’il vient à être réélu. L’objectif de cette énième réalisation est d’insuffler un nouvel élan aux secteurs d’activité des villageois de toutes les localités desservies par cette voie ferrée. De même, Hery Rajaonarimampianina, en réplique directe aux doléances de la population de Farafangana, a fait savoir que le projet de chantier de réfection de la route nationale qui mène vers Farafangana a été engagé par son régime et les fonds avaient été débloqués par l’Etat.

Vangaindrano. Le candidat n°12 Hery Rajaonarimampianina entame sa 2e semaine de campagne électorale hier, lundi 15 octobre, dans le District de Vangaindrano où il a eu la certitude d’acquérir le soutien sans condition de plus de 95% de la population. En effet, les habitants de ce District n’ont pas la mémoire courte pour se rappeler les réalisations de Hery Rajaonarimampianina dans leurs localités et comptent toujours aujourd’hui sur le candidat n°12 de perpétuer ces acquis. Ces gens ne tiennent pas à s’en remettre à un autre candidat pour ces cinq prochaines années. Le candidat n°12, pour sa part, leur a promis de mener à terme tout ce qu’il a entamé et de se mettre immédiatement à l’ouvrage s’il est élu. A Vangaindrano, le candidat n°12 s’est retrouvé hier en terrain conquis. Jeunes, adultes, paysans, partis politiques implantés dans le District, tels que MFM, RPSD et autres, les associations de jeunes de la Région, des notables ainsi que les maires de toutes les Communes du District, entre autres, sont acquis à sa cause.

Recueillis par Dominique R.

News Mada16 partages

Lalam-barotra dimy

Voalohany, ireo mpamongady mpanangona mivantana ny vokatra any amin’ny mpamboly ; faharoa, ireo indray mifampiraharaha amin’ireo mpamongady sady mpitatitra, manana fiara mahazaka 10 t, araka ny salanisa ; fahatelo, ireo mpitatitra mivarotra amin’ny mpandray ny vokatra mpamongady ihany.

Miala amin’ireo mpanangom-bokatra sady mpitatitra, ireo mpanangona mpanotrika akondro, lalam-barotra fahafetra. Ireto farany ireto no azo lazaina fa mametra ny vidiny any amin’ireo mpitatitra. Efa misy tambajotra ifandraisan’ireo mpitatitra sy mpanotrika, araka ny faritra fiavian’ilay vokatra. Satria mbola amin’ny fomba mahazatra hatramin’ny taona maro ny fanotrehana, tsy maintsy misy mbola very hatrany amin’ny 25 % na 30 % ny lanjany tamin’ny mbola manta ny masaka rehetra.

Tafiditra ao anatin’izany fahaverezan-danja izany ny kajy amin’ny vidiny mankany amin’ny mpaninjara, lalam-barotra fahadimy. Ny mponina eto Antananarivo sy ny manodidina, manjifa 25.000 t isan-taona eo ho eo. 1.800 Ar hatramin’ny 2.000 Ar izao ny kilaon’ny akondro, tafakatra 100 % mahery raha oharina tany amin’ny dimy taona lasa. Ny mpanjifa no mizaka ny fitaterana, karaman’ny mpibata entana, miantoka ny fanotrehana sy izay fahaverezan-danja, sy masonkarena hafa. Ohatrinona izany ny vidiny avy any amin’ny mpamboly ?

 

 

Fanatsarana ny voly akondro ho an’ny ho avy :

Fampitomboana ny velaran-tany volena sy fanaovana voly indostrialy hampitombo avo roa heny, raha kely indrindra, ny vokatra.Fampiharana teknika vaovao ( biotechnologie) hahazoana karazam-bokatra maro.Fisorohana ireo aretina isan-karazany.Fanatsarana ny famatsiana eto an-toerana, kalitao sy vokatra sy fitodihana amin’ny tsena any ivelany

R.Mathieu

Midi Madagasikara10 partages

Yverdon-Les-Bains : Une Malgache se plaint d’être victime de racisme en Suisse

Vivre dans un pays lointain s’avère être difficile, surtout lorsque l’on est entouré  de personnes de culture entièrement différente de la sienne. C’est ainsi que se résume le calvaire de cette ressortissante malgache qui habite en Suisse. Résidant à Yverdon-Les-Bains et mariée à un Helvète depuis 5 ans, elle se plaint actuellement d’être obligée d’endurer le pire de sa vie. Depuis le mois d’août dernier, elle affirme subir une sorte de marginalisation vis-à-vis de la société alors qu’auparavant, tout semblait normalement se passer.

Harcèlements. De passage dans la capitale, cette femme a profité de l’occasion pour raconter comment elle vit dans ce pays qui est qualifié de développé. En tant que tels, ses habitants sont, selon elle, censés être civilisés en cette période de mondialisation. Pour elle, cette qualification ne serait qu’un simple préjugé. « L’hospitalité envers les étrangers est loin d’être dans les mœurs de notre village », estime-t-elle. D’après elle, certains de ses voisins ne cessent de l’harceler en lui proférant des insultes et des propos dénigrants. D’autres sont allés jusqu’à lui lancer des menaces de mort. « Ces gens agissent ainsi quand mon mari n’est pas à la maison », souligne-t-elle.  Ce qui l’amène à penser que ce serait sa présence dans la société qui est à l’origine de ce mépris. Le pire est d’entendre qu’il y a un moment où elle a alerté la police sur son cas mais en vain. « Mon cas ne les a pas intéressé car je suis une étrangère ? », s’interroge-t-elle. Malgré tout, elle affirme n’avoir jamais eu l’intention de quitter son mari. Son destin est dans ce pays. C’est pourquoi elle souhaite qu’un jour cette situation change.

T.M.

Midi Madagasikara9 partages

Plaine d’Iandratsay : Des travaux HIMO pour assainir les canaux d’irrigation

Les travaux HIMO ont été lancés à Tsarahasina.

Cela fait 15 ans que les paysans du district d’Antsirabe II, région de Vakinankaratra, ne peuvent plus exploiter la plaine d’Iandratsay, et ce, en raison de la dégradation du barrage d’irrigation d’Ampitabe. Sur une superficie totale de 1 040 hectares, seuls 200 hectares sont cultivables chaque année. Cependant, un investissement de quatre milliards d’ariary s’impose pour pouvoir assurer la réhabilitation de cette infrastructure. Pour y remédier, le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a sensibilisé la population issue de cinq communes dans trois districts de la région, à entreprendre des travaux à Haute Intensité de Main-d’Oeuvre (HIMO) pour assainir les canaux d’irrigation ensablés sur la plaine d’Iandratsay. Les travaux ont été lancés officiellement dans le fokontany de Tsarahasina, commune de Belazao, district d’Antsirabe II, depuis le 05 octobre 2018. Et cela durera un mois. Les paysans bénéficiaires seront ainsi rémunérés par l’entreprise « La Cabane » qui sera le maître d’ouvrage, a-t-on appris. En outre, « ils pourront cultiver du riz deux fois dans l’année tout en pratiquant la contre-saison, une fois que les canaux d’irrigation seront assainis », a confié Louis Amédé, le maire de la commune.

Navalona R.

News Mada7 partages

Un nouveau mouvement roule pour Rajoelina

Un soutien de plus en faveur du candidat n°13. Lors d’une rencontre avec la presse, hier à Behoririka, les ténors du mouvement «Fanavotana an’i Madagasikara miaraka amin’i Andry Rajoelina» (ou littéralement le mouvement du salut pour Madagascar avec Andry Rajoelina, ndlr) ont fait part de leur volonté de faire élire le candidat Andry Rajoelina à la présidentielle.

Ce mouvement est composé essentiellement des anciens compagnons de lutte du fondateur du leader Fanilo de Herizo Razafimahaleo, lassés par la guéguerre interne au sein de cette formation politique.

«Herizo Razafimahaleo avait soutenu à l’époque la candidature de Rajoelina aux communales en 2007 (…). S’opposer à un régime toute en participant à une élection dans la capitale n’était pas une mince affaire à l’époque, mais il a réussi. De plus, il y a une similarité entre le programme du Leader Fanilo sous Herizo Razafimahaleo et l’IEM d’aujourd’hui», a expliqué hier, joint au téléphone, Bernard Ignace Ramarokoto, président d’honneur du mouvement «Fanavotana an’i Madagasikara miaraka amin’i Andry Rajoelina».

Comme quoi la motivation du groupe n’est donc pas fortuite.  En tout cas, à en croire notre interlocuteur, ce mouvement a été initié depuis quelques temps déjà et le moment est venu de le mettre en avant au moment.

 

Rakoto

News Mada6 partages

Miditra amin’ny  herinandro  faharoa: tsy hita popoka amin’ny  propagandy ireo kandidà  sasany

Sady tsy hihira no tsy hanao tsianjery, amin’izao herinandro  faharoa izao. Telo sy efatra ihany amin’ireo kandidà 36 ny hany hita fa tena mihazakazaka amin’ny fampielezan-kevitra,  tamin’ny  herinandro voalohany. 

Tsy hita ny nanjavonan’ireo kandidà sasany.  Tsy fantatra, na misedra olana eo amin’ny  ho enti-manana, na koa tsy manana tompon’andraikitra misahana  ny  serasera fa tsy tazana ny maro amin’izy ireny. Tsy heno amin’ny haino aman-jery sady tsy hita any anaty tambajotran-tserasera. Mety misoko mangina  any an-tany lavitra andriana koa anefa ny sasany. Ny  hafa indray, manezakezaka any amin’ ny  faritra niaviany.  Ohatra, ny kandidàn’ny  PSD, Bezaza Eliana any amin’ny faritra Sofia. Tahaka izany, ny kandidà  Ravelonarivo Jean  sy ny Aba tarihiny, nanao ny tany Atsimo Atsinanana, tanindrazany. Anisany koa Rajaonary Erick efa nanao  tany Fandriana, saingy hatreo ihany.

Ny amiraly Ratsiraka indray,  miaraka amin’ny kandidà hafa amin’ny fiara iraisana ny fampielezan-kevitra ataony, saingy tamin’ny fanombohana ihany. Izy aza moa tsy hita fa ny zanany no mitarika  izany. Tsy hita intsony  anefa avy eo.

Mandany andro amin’ny fitsikerana fitondrana

Ankoatra ireo, mitamba-dratsy mandany andro mitsikera ambony ambany ny lisi-pifidianana ireo vondron’ny  kandidà 22. Anisan’ny mitarika izany, i Fanirisoa Ernaivo  sy i Tabera Randriamanantsoa ary Ramaroson Arlette. Ny sisa indray, miantehitra amin’ny  fandaharana amin’ny TVM/RNM hisehoana fotsiny.  Hatreo ihany… fa tsy mihetsika manao propagandy intsony. Ireo mba ambara fa olom-baovao, na teknisianina, tsy hita sy tsy heno…

Amin’ny ankapobeny, tsy mazava ny tian’ny ankamaroan’ireo kandidà  hahatongavana amin’izao fifidianana izao. Tsy niomana akory ? Matoa anefa mirotsaka,  miandrandra fandresena, na fara faharatsiny,  miverina ny vola rehefa  mahazo ny 10%. Tsy izany anefa ny maro amin’izy  ireo, na efa nandoa anto-bola 50 tapitrisa Ar  nirotsahana aza.  Ny hafa indray, hivarotra ny mpifidiny, na ny vatony amin’ny volabe miliara amin’ireo kandidà tafiditra fihodinana faharoa. Hanao fanambarana fanohanana koa ny hafa ka sitrany ahay seza iray ho minisitra…

11 ireo helikopteran’ireo kandidà

Etsy andaniny anefa, misongadina ireo kandidà “lehibe” amin’ny hetsika ataony. 11 rahateo ireo angidimbin’ireo kandidà vitsivitsy nahazo alalana hisidina hanao fampielezan-kevitra. Manampy ireo ny fizarana kojakoja samihafa, toy ny  tee shirt , ny gazety, ny boky kely , ny saina, ny fehitenda… Eo koa ny hira tsy an-kiato sy ny fanentanana amin’ny  haino aman-jery,  ankoatra ny fanetsehana eny ifotony ireo mpanohana…

Araka  izany,  hiavaka sy ho hafa ity fifidianana  indray mandeha ity. Na izany aza, mbola misy herinandro efatra, mety hanova zavatra.

Synèse R.    

 

News Mada5 partages

Musée Du Quai Branly: les amulettes malgaches au cœur d’un atelier

L’exposition «Madagascar. Arts de la Grande Île » au musée du quai Branly – Jacques Chirac, invite le jeune public à percer le mystère des amulettes.

L’exposition en soi  présente une sélection d’amulettes de Madagascar qui ont une signification particulière, à partir des matériaux, des couleurs et des motifs avec lesquels  l’objet a été fabriqué. Utilisées autrefois pour leurs vertus protectrices et leurs portées spirituelles, les amulettes sont actuellement au cœur d’une activité plastique et artistique dans le cadre de cette rétrospective consacrée à la Grande Ile.

 «Ce qui est intéressant avec ces objets, qui sont parfois utilisés au quotidien en fonction du moment et du lieu, c’est leur dimension sacrée», a fait savoir Aurélien Gaborit, responsable des collections Afrique au musée du quai Branly et commissaire de l’exposition.

Et notre source d’enchaîner que «l’idée fut de présenter un grand ensemble de l’art de Madagascar, d’approcher cet art de façon artistique et esthétique. La façon de présenter les œuvres en essayant de les inscrire dans une histoire de l’art, c’est quelque chose de nouveau».

A rappeler que cette exposition, à découvrir jusqu’au 1er janvier 2019, regroupe  plus de 350 pièces. Ces chefs d’œuvre lèvent le voile sur l’art, l’histoire et les cultures de Madagascar à travers  l’art décoratif, la sculpture funéraire, la peinture, la photographie et la création contemporaine.

 

Joachin Michaël

News Mada4 partages

Haisoratra (L) sy siansa (S): hapetraka amin’ny kilasy 2nde ny fisafidianana ny sokajy

Manomboka amin’ity taom-pianarana 2018-2019 ity ny fanavaozana ny rafi-pampianarana miaraka amin’ny teti-pivoarana ho an’ny fanabeazana, hatramin’ny taona 2021. Tafiditra amin’izany, ho an’ny ambaratonga fahatelo amin’ny kilasy 2nde , ny fisafidianana ny sokajy L havanana amin’ny Haisoratra sy S ho an’ny mahafehy ny Siansa. Teo aloha, any amin’ny kilasy 1ère vao misafidy ny sokajy ary mbola ny sokajy A-C-D. Ankoatra izay, hampidirina anaty safidy koa ny fitantanana, orinasa, toekarena (OSE) ahafahany mamantatra sahady ny sehatrasa idirany, any aoriana. Efa nankatoavina, ny herinandro lasa teo, nandritra ny atrikasa niarahan’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena sy ny mpanohana teknika ary ny tomponandraikitry ny sekoly tsy miankina amin’ny fanjakana.

Hisy fanavaozana koa ny fandaharam-pianarana ka hampidirina ho taranja manokana any an-dakilasy ny fanabeazana ho olom-pirenena ao amijn’ny kilasy 2nde. Manampy izany, ny taranja informatika hifehezan’ny mpianatra ny fikirakirana ny teknolojia vaovao. Taranja fahatelo ny siansa momba ny toekerana sy ny sosialy (SES) hatomboka amin’ny sekoly miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana vitsivitsy ho andrana. Hahazo fiofanana mialoha ny hampiharana ny fanavaozana ireo mpampianatra.

Fanofanana ho an’ny mpanabe

Momba ny fiofanana ihany, hofanina ny mpanabe amin’ny kilasy T1 sy T2, mahatratra 27 700 amin’ny fampianarana ny taranja vakiteny, soratra, malgasy, français ary ny matématika. Efa misy koa ny vata manokana ho an’ny mpampianatra 6 000 amin’ny kilasy T3 sy T5 ho an’ny fampianarana ny taranja matématika sy français. Fanofanana fahatelo, ny fanitarana ny fampianarana ampitain-davitra ho an’ny mpanabe 3 500 eny amin’ny ambaratonga voalohany.

Vonjy A.

News Mada3 partages

Lozam-pifamoivoizana telo teny amin’ny RN 4: mompera roa lahy avy nanatrika JMJ naratra

Lozam-pifamoivoizana telo, omaly, no nitranga teny amin’ny lalam-pirenena fahefatra izay be fiara mifamoivoy tokoa, noho ny fifaranan’ny JMJ, tany Mahajanga. Mompera roa lahy no fantatra fa naratra tamin’izany.

Fiara manodidina ny 1.500 niainga avy any Mahajanga, omaly maraina, hamonjy aty Antananarivo. Ireo mpizaika namonjy ny JMJ tany an-toerana ireo nanainga ireo. Nisy lozam-pifamoivoizana nitranga anefa omaly maraina, na teo aza ny fepetra sy ny fameramperana nataon’ny tompon’andraikitra amin’ny fitandremana eny amin’ny lalam-pirenena. Fiara telo nitatitra olona no niharan-doza tamin’izany ka naharatrana mopera telo sy vehivavy iray. Araka ny vaovao avy amin’ny mpitandro filaminana, tany Antanambao Antanilava no nitranga ny loza voalohany, omaly tokony ho tamin’ny 5 ora maraina. Tany amin’ny PK31 RN4 mahajanga ny faharoa, tokony ho tamin’ny 4 ora sy sasany maraina. Tany Ambalanjanakomby kosa ny fahatelo farany. Raha ny fanazavan’ny zandary, tsy nisy ny aina nafoy fa ireo olona telo ireo ihany ny naratra. Efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy ireo mopera roa lahy sy ilay vehivavy iray.

Araka ny fanazavana azo ihany, nametraka olona amin’iny lalam-pirenena fahefatra iny ny avy amin’ny ATT (Antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety). Natao hiarovana ireo mpandeha, sy andrindrana ny fifamoivoizana izany. Hahatratra hatramin’ny 7.260 ny isan’ny fiara hihazo an’Antananarivo, hatramin’ny 21 oktobra ho avy izao, raha ny fanisana ataon’ny ATT.

Hampihena ny loza

Amin’ny ankapobeny, fandehanana amin’ny antoandro avokoa ireo nambaran’ny ATT ireo. Manentana ny mpitatitra hatrany mba samy hitandrina sy tsy handeha mafy loatra. Misy ihany koa anefa raha ny fantatra, ny fepetra raisina amin’ny fiara mandeha alina.

Ny fandehanana alina no tena itranga ny loza matetika, na isehoan’ny fanafihan-jiolahy. Hatreto aloha, tsy niseho ny fanafihan-jiolahy amin’iny lalam-pirenena fahefatra iny. Misy rahateo ny mpitandro filaminana miasa. Ny andrasan’ny olona kosa anefa ny hitohizan’ny hetsika fa tsy amin’ny fotoana rehefa misy tahaka ity JMJ ity ihany. Isan’andro ny olona no mila arovana ny ainy sy ny fananany. Eo ihany koa ny fepetra tokony horaisina amin’ny mpamily sy ny mpitatitra minia mandika ny lalàna apetraky ny ATT na ny mpitandro filaminana.

Yves S.

News Mada3 partages

Betroka: nécessité d’encadrer le Dina

La sécurisation par le «Dina», la charte communautaire traditionnelle, nécessite de bons encadrements. Son application risque de mal tourner actuellement dans le district de Betroka malgré son succès.

Une émeute a failli éclater à Betroka, la semaine dernière, suite à des divergences d’idées sur l’application du «Dina» dans le fokontany de Naninora. Les habitants de la bourgade se sont amenés vers la ville de Betroka pour exiger la relaxation, sans conditions, d’un groupe d’individus arrêtés et placés en garde-à-vue, pour les nécessités des enquêtes liées à un vol de bovidés survenu, il y a quelques mois dans le fokontany d’Ambararata, et dont les pisteurs ont perdu les traces dans leur village.

La population de Naninora s’est opposée à l’application du «Dina» par un refus de s’acquitter de 16 têtes de bovidés en application de la charte. Elle a qualifié la sanction d’arbitraire et cette initiative malheureuse lui a valu ces arrestations qui aboutiront certainement à des mises en détention.

 

Manou

 

News Mada2 partages

Raha mitombo +2°C ny maripana: “Ho faty ny 25%-n’ny biby eto Madagasikara”, hoy ny WWF

Tsy ahafahana miaro ny biby sy ny zavaboahary ny famerana ny hafanan’ny toetr’andro ho 2°C, araka ny fanamby nataon’ny firenena tsirairay avy. “Tokony tsy hihoatra ny 1,5°C ny fitomboan’ny maripana, vao azo antoka fa tsy ho ringana ny biby, na ny zava-mananaina eto ambonin’ny tany”, hoy ny WWF.

Namoaka tatitra siantifika ny fikambanana iraisam-pirenena miaro ny tontolo iainana, WWF, ny marsa 2018 teo, mitondra ny lohateny hoe : “ny fiainan-dia ao anatin’ny tontolo mihamafana”. Nambarany tao fa “tsy ho zakan’ny 25%-n’ny biby eto Madagasikara raha ferantsika ho 2°C ny fitomboan’ny maripana eto an-tany, ka ho ringana tanteraka izy ireo amin’ny taona 2080”.

Nivory tany Korea Atsimo ny Vondron’ny manampahaizana iraisan’ny governemanta mikasika ny fivoaran’ny toetr’andro (GIEC), ny herinandro lasa teo. Naroso nandritra io fivoriana io ny vokatry ny fanadihadiana avy amin’ny karazany 6.000, mikasika ny fiantraikan’ny fiovaovan’ny toetr’andro eto ambonin’ny tany. Voakasik’izany ny hamerana ny fiakaran’ny maripana tsy hihoatra ny 1,5°C raha 2°C ny toromarika napetraka.

Tsy ampy ny toky hamerana tsyhihoatra ny 1,5°C

Miisa 135 ny solontenan’ny governemanta maneran-tany, nandray anjara tamin’ity fivoriambe tany Korea Atsimo ity. Nankatoavin’izy ireo ny tatitra, hampihenana ny fetra fiakaran’ny maripana tsy hihoatra ny 1,5°C. Nambaran’i Stephen Cornelius, mpanolotsaina mikasika ny toetr’andro ao amin’ny WWF, fa “faly izahay satria tsapa tokoa fa tena nandinika lalina ny lafiny siantifika ireo solontenan’ny governemanta nandray anjara tamin’ity fivoriana ity. Na izany aza, tsy ampy hamerana ny maripana tsy hihoatra ny 1,5°C ny toky nomenareo  firenena isanisany satria tsy ahafahanareo manohitra ny lalàn’ny siansa izany”.

Dikany, mila ezaka maro ny firenena tsirairay, sady manova ny fomba hiarovany ny tontolo iainana tsy hampiakatra ny hafanan’ny toetr’andro, fa tsy vitan’ny manome toky ambony latabatra fotsiny.

Njaka Andriantefiarinesy

Midi Madagasikara2 partages

Pêche maritime : Manifestations contre l’accord signé en Chine par l’AMDP

L’ancien président Hery Rajaonarimampianina était présent lors de la signature de l’accord à Beijing.

Les investisseurs étrangers sont privilégiés par les dirigeants en termes d’accès aux ressources naturelles. Cette situation, devenue habituelle, persiste malgré les interpellations de la société civile et des partenaires de développement.

Rien que le montant de 2,7 milliards USD indiqué dans l’accord signé à Beijing donne déjà un aperçu des enjeux de cette convention entre l’AMDP (Agence Malagasy de Développement économique et de Promotion des entreprises) et le consortium chinois Tahie Century Investments Developments Co Ltd. Depuis la publication de l’article sur cet accord dans notre édition du 7 septembre dernier, les réactions s’enchaînent. Même le ministère de tutelle, supposé être favorable à cet accord, a réagi en tenant une rencontre avec les petits pêcheurs des zones concernées, puis avec l’AMDP. Jusqu’ici, 25 organisations se sont manifestées pour s’opposer à l’application de cet accord en question. Dernièrement, c’est la SANSAFA (Southern African Non-State Actors Platform in Fisheries and Aquaculture), regroupant les acteurs non étatiques dans le secteur pêche et aquaculture issus des 16 pays membres de la SADC, qui s’est prononcée sur le sujet. « La pêche traditionnelle représente 67% de la production totale de la pêche à Madagascar, et assure la survie d’au moins 500 000 personnes. En décembre 2017, le Gouvernement malgache a déjà octroyé une licence de pêche à 6 bateaux chinois qui opèrent sur la côte sud-ouest et sud du pays. Ce qui est à l’origine de mécontentements des communautés de pêcheurs qui dépendent exclusivement de la pêche pour survivre. Le 5 septembre 2018, l’Etat malgache a signé un autre accord autorisant 330 bateaux de pêche chinois, contre 2,7 milliards USD s’étalant sur 10 ans. La SANSAFA exhorte le Gouvernement à annuler cet accord… » a noté le Dr Paubert Mahatante, SG de cette organisation.

Inéquitable. La SANSAFA a également évoqué les pertes annuelles de 500 millions USD de Madagascar, à cause de la pêche illégale non déclarée et non réglementée. « Rien qu’en ayant instauré la bonne gouvernance dans le secteur sur 10 ans, Madagascar aurait récupéré 5 milliards USD, sans donner de licence à aucun bateau chinois ou autre … », a-t-elle indiqué. Par ailleurs, plus d’une vingtaine d’organisations se sont également rassemblées avec Transparency International – Initiative Madagascar, pour une déclaration publiée le 28 septembre dernier. « Contrairement à la communication officielle, cet accord, censé favoriser l’essor de l’économie bleue à Madagascar, représente en réalité une menace sans précédent sur notre environnement marin déjà fragile. Aucune garantie n’est offerte sur les supposées retombées économiques importantes de ce projet d’investissement. La seule certitude à ce jour est qu’il doit démarrer dès cette année. Les gains potentiels avancés par l’AMDP sont par ailleurs sujets à caution dans la mesure où, à notre connaissance, aucune étude d’impact économique ou environnemental n’a été faite, bien que ceci soit requis par le droit national pour tout projet d’investissement susceptible de porter atteinte à l’environnement », a soutenu Ketakandriana Rafitoson, directrice exécutif de Transparency International à Madagascar. Bref, pour l’heure, l’AMDP est la seule à trouver l’intérêt de cet accord, autorisant 330 bateaux de pêche chinois à vider les ressources dans les zones marines de Madagascar.

Antsa R.

News Mada1 partages

Groupe Vidzar : 186 employés décorés

Lors d’une cérémonie organisée le 5 octobre dernier, sous le thème «Za Malagasy», la compagnie Vidzar a décoré 186 employés pour leurs bons et loyaux services, durant 10 à 30 ans, au sein de la société.

Aussi, deux employés ont été élevés au grade d’Officier de l’ordre national, 6 décorés Chevalier de l’ordre national, un employé promu Officier de l’ordre de mérite et un autre  Chevalier de l’ordre de mérite.

Par ailleurs, 71 employés ont reçu les médailles de bronze et d’argent, 10 ont été gratifiés de la médaille d’argent et 95, de la médaille de bronze.

«Les récompenses attribuées à ces employés reflètent les 37 ans d’engagement du groupe Vidzar dans le développement économique du pays», indique-on au niveau de l’entreprise.  Durant son allocution, le dirigeant du groupe a insisté que la réussite d’une entreprise dépendait essentiellement des efforts entrepris pas ses employés. Et de poursuivre que «si le groupe Vidzar est devenu comme il l’est actuellement, c’est grâce à ces employés méritants».

A noter que durant les 37 années d’existence de l’entreprise, cette reconnaissance est une grande première.

R.R.

News Mada1 partages

Kirindy-Menabe: tratra ny voamboana miisa 50

Mitohy ny trafikana hazo sarobidy eto amintsika. Tratran’ny tompon’andraikitra tany Kirindy, ny hazo tsy ara-dalàna, voamboana, miisa 50, ny asabotsy teo. Tao anaty kamiao iray miloko manga ireo hazo ireo, an’ny olona iray antsoina hoe F…. Tsy fantatra kosa ny tena tompon’ny hazo, efa mandeha ny fanadihadiana.

Anisan’ny Faritra arovana vaovao (NAP) ny alan’i Kirindy, ao anatin’ny ala maina Menabe Antema. Araka ny tatitra navoakan’ny fikambanana ONG Fanamby, mitantana ny faritra, ho ringana tanteraka ity ala ity raha tsy misy ny fepetra hentitra raisin’ny fanjakana sy ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny. Anisan’ireo karazana zavamaniry tena tandindonin-doza koa ny baobab, tsy fahita raha tsy eto amintsika, miampy ny hazo sarobidy, anisany ny voambona, toy izao tratra izao. Torak’izany koa ny karazana varika sy ny biby maro.

Tena manafaingana ny fahapotehan’ny ala Menabe Antema koa ny fandripahana azy vokatry ny tavy ataon’ny mponina. Misy ny fanentanana ataon’ny Fanamby, hambolen’izy ireo sakafo, toy ny katsaka, ny voanjo nefa tsy manimba ny ala sy ny doro ala. Manana ny lanjany amin’ny toekarena sy ny fizahantany any an-toerana.

Njaka A.

News Mada1 partages

Régularisation des affichages: la Ceni donne 48 h aux candidats

Après une semaine de campagne, la Ceni interpelle les candidats concernant notamment l’emplacement des affiches éléctorales.

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) constate en effet que les partisans des candidats collent leurs affiches sur des murs et même des panneaux publicitaires qui ne sont pas des emplacements légaux à cet effet. Par conséquent, on assiste à des affichages sauvages qui passaient outre les règles en vigueur.

Le vice-président de l’organe, Philibert Hervé Randriamanantsoa, a tenu à effectuer quelques précisions, hier à Alarobia, lors d’une rencontre avec la presse. «La Ceni a mis à la disposition des candidats des panneaux d’affichage destinés aux affiches électoraux», a-t-il fait savoir.

De ce fait, tout affichage en dehors des endroits désignés seront illégaux et font obstacles aux textes en vigueur. C’est un élément de contentieux à prendre en compte. Sous cette optique, la Ceni donne ainsi 48 h aux candidats.

«Nous pourrions procéder à des astreintes financières après cela», a expliqué le vice-président de l’organe électoral. Ces sanctions financières consistent notamment à dédommager la Ceni pour les dépenses effectuées lors des opérations de nettoyage des affiches mal placés.

«Les panneaux publicitaires, les abris-bus, les poteaux ou encore les bâtiments publics sont strictement interdits aux affichages», a souligné Philiert Hervé Randriamanantsoa. Concernant les bâtiments privés, les candidats sont tout à fait libres sous réserve d’autorisation des propriétaires.

Critiques constructives

D’autres irrégularités ont néanmoins été constatées par la Ceni et pourraient faire l’objet d’autres interpellations plus tard. Il s’agit notamment des défauts de déclaration préalable des candidats pour la tenue de leur meeting respectif. En effet, ces derniers ne semblent pas vouloir informer les responsables de leur programme.

D’autre part, les textes précisent qu’il est interdit de dénigrer les organes électoraux durant tout le processus. Des dispositions minimisées par certains candidats qui continuent de lancer des vives critiques à l’encontre de la Ceni ou encore de la HCC.

«La Ceni reste disposée à entendre toutes les critiques constructives tant qu’elles sont encore dans les temps. Nous ne sommes pas encore au stade de la disqualification des candidats», a souligné le vice-président de la Ceni.

Dans tous les cas, les préparatifs avancent et la Ceni procèdera à partir de cette semaine à la distribution des cartes d’électeurs dans la région Analamanga. Celles des autres régions ont déjà été distribuées.

 

Tahina Navalona

 

Midi Madagasikara1 partages

Investissement étranger : Les firmes japonaises attirées par Madagascar

L’arrivée d’investisseurs directs étrangers est un bon signe pour le progrès économique de Madagascar.

Alors que la situation politique à Madagascar est très mouvementée, les investisseurs étrangers s’engagent davantage dans divers secteurs d’activités.

L’attractivité de Madagascar aux investissements directs étrangers s’améliore-t-elle, malgré le mauvais climat des affaires ? Dans tous les cas, les ressources minérales du pays ne laissent pas les investisseurs indifférents. Dernièrement, d’autres secteurs d’activités affichent également des progrès, en termes d’attractivité aux investissements. C’est le cas des secteurs priorisés par l’Etat dans sa politique de développement. La semaine dernière, la société Tokyo Sangyo a annoncé, lors d’une conférence de presse organisée à la Résidence du Japon, l’ouverture de son bureau de liaison à Toamasina. D’après les informations, il s’agit d’une des grandes maisons de commerce japonaises, qui compte développer ses activités économiques dans la Grande Île. « A Madagascar, les demandes pour l’aménagement territorial et le développement urbain sont en train de s’accroitre. Pour répondre à ces demandes, Tokyo Sangyo s’engagera dans des domaines tels que l’infrastructure, l’agriculture, la pêche et l’énergie propre », ont indiqué les responsables auprès de la société japonaise. En effet, Tokyo Sangyo a développé ses activités dans le monde entier, notamment dans l’Asie du sud-est, la Chine, les Etats-Unis, sans oublier bien évidemment le Japon.

Croissance. Selon ses dirigeants, Tokyo Sangyo a l’intention ferme de contribuer au développement de Madagascar sur la base de ses devises sociales que sont la « confiance » et la « contribution ». A noter que cette firme cotée en bourse est basée à Tokyo et est dirigée par son PDG Toshio Satomi. D’après les présentations, son chiffre d’affaires a atteint 104,5 milliards de yen en 2017, soit un peu plus de 800 millions d’euros. La société se spécialise surtout dans le commerce international, la construction d’usine clé en main, l’offre de matériels, outillages et d’autres produits comme les produits pharmaceutiques, la location immobilière, etc. « Nous avons quatre divisions principales, notamment celles de l’électricité, de l’automate, de la chimie et de l’amélioration de la vie quotidienne. La société développe déjà de multiples business dans divers domaines du secteur industriel », ont indiqué les représentants de la société. Bref, comme la majorité des entreprises japonaises présentes à Madagascar, Tokyo Sangyo présente de grandes opportunités d’activités favorables à la création d’emplois et d’effet d’entraînement dans la création de valeurs.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

JMJ-RN4 : Mopera roa naratran’ny lozam-pifamoivoizana

Olona aman’alina no mamonjy ny JMJ isan-taona ary antony hiarovana ny lalam-pirenena izany (sary tahiry)

Tsy nilaozan’izay tsy nisy lozam-pifamoivoizana ny lalam-pirenena fahefatra na dia teo aza ny fepetra rehetra efa noraisina. Omaly, teny amin’ny lalam-pirenena fahefatra, dia miisa telo no nitranga ary nandratra olona. Vao maraina, manodidina ny tamin’ny dimy ora, no niseho ny lozam-pifamoivoizana voalohany. Teo amin’ny tanàna antsoinahoe Antanambao-Antanilava, raha araka ny fanazavan’ny zandary, no nitranga izany. Mbola teny amin’ny RN4 ihany koa fa teo amin’ny PK31 no nitranga ny lozam-pifamoivoizana faharoa ary izany dia manodidina ny tamin’ny efatra ora sy sasany hariva. Ny farany dia teo amin’ny fokontany Ambalajanakomby. Tamin’ireo loza nifanesy ireo dia nisy mopera miisa roa izay naratra ary koa vehivavy iray hafa. Mba tsy nisy na izany aza ny aina nafoy tao anatin’izany rehetra izany. Fiara miisa 1.500 no niala tao an-tampon-tanànan’i Mahajanga omaly ary nitatitra ireo mpizaika marobe avy namonjy ity fotoan-dehibe ity. Betsaka ny fepetra efa noraisina ary izany dia manodidina ny fanentanana ny tsy handehanana alina ary koa ny fampitomboana ny mpitandro ny filaminana teny amin’ny lalam-pirenena ary farany dia ny fametrahana ny sampana mpamonjy voina. Ny loza anefa tsy mampitandrina, araka ny fiteny.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Tsihombe Androy : Mpandeha iray maty tsy tra-drano, am-polony naratra mafy

Lozam-pifamoivoizana telo samihafa izay namoizana ain’olona tsy manan-tsiny no nitranga tany amin’ny Distrikan’i Tsihombe Androy, ny alakamisy sy ny zoma teo. Vokatry ny taingim-be sy fandehanana mafy ary fahamamoan’ny mpamily, dia taksiborosy iray mampitohy an’i Tolagnaro sy Toliara no nivadika tamin’ny RN10, 13 km tsy hidirana ny tanànan’i  Tsihombe, ny alin’ny zoma hifoha asabotsy teo, ka mpandeha iray maty tsy tra-drano, ary am-polony ireo naratra mafy ; izay mbola miady mafy amin’ny fahafatesana ankehitriny ny ankamaroan’izy ireo. Fa ny zoma teo kosa tamin’ny folo ora, tao Atreake Tsihombe fiarabe mpitatitra olona sy entana iray nivadika vokatry ny fandehanana mafy hatrany, ka mpandeha am-polony no naratra mafy. Noho ny fandehanana mafy izay hatrany, dia fiarabe fitateram-bahoaka iray avy any Toliara hihazo an’i Tolagnaro no nivadika tao Tsivorikely 15 km tsy hiditra an’i Tsihombe, ny alakamisy teo, tamin’ny fito ora hariva. Manoloana ny firongatry ny lozam-pifamoivoizana mahazo laka any an-toerana vokatry ny tsy fitandreman’ny mpamily, dia mangataka ny fanasaziana faran’izay mafy sy hentitra an’ireo saofera mamoa-doza ny mponina.

Eric Manitrisa

Madaplus.info0 partages

Madagascar: La ville d’Antananarivo frappée par la grêle

Coup dur pour les agricultures hier après-midi, une forte pluie de grêlons a touché la ville d’Antananarivo et ses périphéries.
On aurait cru voir de la neige, mais non, ce sont tourt simplement les amas de grêle qui ont blanchis le sol de plusieurs quartiers d’Antananarivo. Alasora, Itaosy, Tanjombato : La grêle a fortement touché une grande partie des périphéries de la capitale. Le plus triste, c’est surtout, les agriculteurs qui ont vu leur culture détruite par la grêle. Selon les experts en météorologie, une pluie accompagnée de grêle est encore envisagée. En effet, selon leurs dires, la grêle est due à une forte accumulation de nuage. Ainsi, tout le monde doit se préparer aujourd’hui.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : la CENI avertit les candidats qui ne respectent pas les règles électorales

La CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) compte sanctionner les candidats qui ne respectent pas les règlements régissant la campagne électorale. Hier, 15 Octobre 2018, les membres de cette entité a tenu une conférence de presse pour rappeler les droits de chaque candidat et pour évoquer les éventuelles sanctions.
Selon les dires de la CENI, les candidats se doivent de respecter les endroits réservés aux affiches. Aussi, les membres du sénat et les députés ainsi que les maires ont le droit de participer aux campagnes et de soutenir les candidats de leurs choix. Par contre, les hauts fonctionnaires tels que les ministres ou encore le Premier ministre sont contraints de garder leur neutralité.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : La colère des supporteurs de l’équipe malgache de football Barea. Une information de de...

Une information de dernière minute vient d’être publiée il y a quelques heures : le match retour entre Barea de Madagascar et les Équato-Guinéens ne sera pas diffusé en direct sur la chaîne nationale TVM.
Pour la CAN, la CAF ou Confédération Africaine de football n’a accordé une diffusion en direct de tous les matchs qu’à Lagardère Sport. Mais pour le match d’aujourd’hui, cette société n’est pas venue. Ainsi, aucune diffusion en direct ne peut se faire. Les publications des internautes dans les réseaux sociaux témoignent la colère des supporters qui ne peuvent pas faire le déplacement à Vontovorona. En outre, La TVM a affirmé que le match sera diffusé ce soir à 21 heures, mais quelques heures avant le match une autre information émanant de la chaine nationale fait état du report sine die de la diffusion du match.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : La colère des supporteurs de l’équipe malgache de football Barea.

Une information de dernière minute vient d’être publiée il y a quelques heures : le match retour entre Barea de Madagascar et les Équato-Guinéens ne sera pas diffusé en direct sur la chaîne nationale TVM.
Pour la CAN, la CAF ou Confédération Africaine de football n’a accordé une diffusion en direct de tous les matchs qu’à Lagardère Sport. Mais pour le match d’aujourd’hui, cette société n’est pas venue. Ainsi, aucune diffusion en direct ne peut se faire. Les publications des internautes dans les réseaux sociaux témoignent la colère des supporters qui ne peuvent pas faire le déplacement à Vontovorona. En outre, La TVM a affirmé que le match sera diffusé ce soir à 21 heures, mais quelques heures avant le match une autre information émanant de la chaine nationale fait état du report sine die de la diffusion du match.
Madagate0 partages

Mahajanga présidentielle 2018. Un samedi 13 pour le numéro 13

Mahajanga, Samedi 13 octobre 2018. Alors que le candidat numéro 13 à l'élection présidentielle du 7 novembre prochain, Andry Rajoelina, était le même jour dans une ville d'Antananarivo dont les axes principaux ont été inondées de la couleur orange (le reportage photographique à Tana est ici), des dizaines de milliers d'électeurs majungais ont démontré qu'ils iront tous aux urnes et pour qui ils porteront leur choix. Les "spécialistes" et autres semeurs de doutes inutiles diront ce qu'ils voudront, mais la vérité est ceci : après la déchéance du filoha Hery évitée grossièrement par Jean Eric Rakotoarisoa, président de la Haute cour constitutionnelle (HCC), la majorité des électeurs à travers Madagascar n'attendaient plus que la date des élections et la candidature d'Andry Rajoelina pour démontrer, via le verdict des urnes, que le pouvoir leur appartient. Raz-de-marée orange en bord de mer dans la Cité-des-Fleurs, en une quarantaine de photos sans commentaires prises au village touristique.

Jeannot Ramambazafy - Collectif de photographes pour les clichés

News Mada0 partages

Energies renouvelables: 3e Plateforme du dialogue public-privé

Les renforcements de partenariats dans le secteur des énergies renouvelables sont prometteurs. Les initiatives se multiplient depuis quelques années pour mettre en œuvre la Nouvelle politique de l’énergie (NPE) et faire de Madagascar un modèle dans la promotion et l’utilisation d’énergies plus respectueuses de l’environnement. A ce propos, le secteur privé a déjà misé sur l’énergie renouvelable pour améliorer les conditions d’investissements.

C’est dans cette optique que la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), à travers son programme Promotion de l’électrification par les énergies renouvelables (PERER), mandaté par le ministère fédéral allemand de coopération économique et de développement (BMZ), avec ses partenaires,  le ministère de l’Energie et des hydrocarbures, l’ Agence de développement de l’électrification rurale (Ader), l’Economic development board of Madagascar (EDBM) ainsi que l’Union européenne et l’Onudi, organise un atelier le 22 octobre, à l’hôtel Carlton Anosy, en faveur du secteur privé.

Renforcement de la compétitivité du secteur privé, développement de partenariats, amélioration des conditions d’investissement seront, entre autres, les thèmes abordés durant cette journée.

Sensibiliser les acteurs locaux

L’atelier se déclinera en deux événements, à savoir le renforcement des partenariats locaux et la Plateforme du dialogue public-privé sur l’électrification rurale qui en est à sa troisième édition. Il sera ainsi question de favoriser les échanges entre les différents acteurs.

A cette occasion, des experts internationaux et nationaux partageront des bonnes pratiques en matière de planification et de mise en œuvre de partenariats sur des aspects concrets, entre autres, la gestion des conflits ou l’élaboration des contrats.

Arh.

 

News Mada0 partages

Trafic d’espèces sauvages: les tortues parmi les plus convoitées

Une étude effectuée par WWF/Traffic, entre 2009 et 2016, montre que plus de 10.000 individus de tortues terrestres ont franchi illégalement les frontières nationales. Elles font l’objet d’exportation, notamment vers l’Asie. Des milliers d’autres sont consommés au niveau national.

Il ne se passe pas une journée sans que la presse, tant locale qu’internationale, ne parle de commerce illégal des espèces sauvages. L’on sait effectivement que ce genre de commerce occupe la quatrième place des trafics dans le monde, après les stupéfiants, les contrefaçons et la traite d’êtres humains.

Madagascar n’échappe pas à cette circonstance et plusieurs espèces endémiques de la Grande île font l’objet d’exploitations frauduleuses : bois de rose, bois d’ébène, orchidées, lémuriens mais aussi et surtout les tortues terrestres.

Des actions de lutte contre ces trafics ont été initiées. Le ministère de la Justice, avec l’appui de WWF, a déja élaboré en 2012 une politique pénale contre les trafics de tortues. Cela n’a toutefois pas dissuadé les trafiquants, toujours est-il que le problème persiste. D’après les statistiques 20% des accusés sont condamnés et les 80% restants sont libérés pour manque de charges ou par méconnaissance des dispositions pénales par les juges.

Renforcement de capacités du système judicaire

Le renforcement de capacités du système judicaire dans la lutte contre les criminalités liées à la flore et à la faune sauvages, s’avère plus qu’une nécessité. Dans le cadre d’un projet financé par l’United states fish and wildlife service, avec l’appui du WWF/Traffic Madagascar et sous l’égide du ministère de la Justice et de celui de l’Environnement, l’Ecole nationale de la magistrature et des greffes (ENMG) organise depuis hier, trois jours de formation à l’endroit des acteurs judicaires. Magistrats, des éléments de la gendarmerie et des fonctionnaires de la police de l’air et des frontières prennent part à cette formation.

Ce «Renforcement de capacités du système judicaires sur la lutte contre la criminalité faunique à Madagascar : cas des tortues» cherche effectivement à conscientiser les participants sur l’intérêt et les enjeux de la conservation de la faune à Madagascar, renforcer l’application des peines prévues en vue de l’éradication du trafic et permet aux participants d’avoir un regard critique sur l’ensemble du dispositif juridique en vue de son amélioration.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le directeur pays de WWF Madagascar a souligné l’importance de telles tentatives car le fléau tend à prendre de plus en plus d’ampleur. Le secrétaire général du ministère de l’Environnement et le directeur de cabinet du ministère de la Justice ont insisté sur la coopération de tous les acteurs, à tous les niveaux, pour mettre un terme à ce genre de pratique et la fermeté requise contre les trafiquants.

 

Arh.

 

News Mada0 partages

Marovoay, Maevatanana, Ankazobe: Rajoelina au chevet des agriculteurs

La deuxième semaine de la campagne électorale a débuté hier. Poursuivant sur sa lancée, le candidat n°13 a particulièrement mis l’accent sur l’agriculture.

Marovoay, Maevatanana et Ankazobe. Ce sont les trois localités où les tournées électorales du candidat Andry Rajoeliana se sont poursuivies hier. A Marovoay, la population n’a pas manqué au rendez-vous.

«L’élection du 7 novembre est décisive pour l’avenir de Madagascar» a déclaré l’ancien élu de Marovoay, Brun-ly, lors du rassemblement dans ce district. Il a d’ailleurs sensibilisé les gens de cette circonscription par rapport à l’importance de la participation au scrutin. «Andry Rajoelina est le grand favori de cette élection. Pour Marovoay, il est déjà le président de la République», a-t-il renchéri.

Leadership

Dans cette localité, l’insécurité et les problèmes d’irrigation des rizières sont, entre autres, les difficultés vécues par la population au quotidien. A cet effet, le président fondateur de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) envisage d’apporter le changement à Marovoay. A ce titre, un énorme barrage sera construit dans cette localité en vue de faciliter l’irrigation des milliers d’hectares de rizières.

«L’objectif est de faire en sorte qu’au lieu d’importer du riz, Madagascar puisse atteindre l’autosuffisance alimentaire et que les riziculteurs de Marovoay puissent exporter leurs récoltes», a déclaré Andry Rajoelina.

Selon ses dires, «il est temps de changer l’histoire de Madagascar». Le choix du peuple déterminera ainsi l’avenir du pays. Madagascar servira alors de référence et de modèle en Afrique en termes de vision, de projets et de leadership. Le fondateur l’IEM avait déjà envoyé des experts à Marovoay pour mener une étude sur la production rizicole.

Dans le volet sécurité, Andry Rajoelina mènera une guerre contre les dahalo. Des hélicoptères seront déployés pour suivre rapidement les voleurs des zébus. Une puce GPS liée à un satellite sera également insérée dans les sabots des bétails. Grâce à cette technologie, l’emplacement des bovidés volés pourraient être détecté en temps réel.

En vue de faire de Madagascar un monde meilleur, Andry Rajoelina n’oublie pas le volet santé. Il a annoncé la construction d’un hôpital «manarapenitra» à Marovoay.

Aperçu

Par ailleurs, Maevatanana a été le deuxième district visité. A travers une projection sur écran géant, Andry Rajoelina avait donné un aperçu des infrastructures à construire comme les écoles primaires publiques, les toilettes et les douches publiques «manarapenitra».

Andry Rajoelina a aussi réitéré son projet de financement pour les jeunes entrepreneurs pour leur permettre de démarrer leur projet ou de le développer. «Je sais à quel point il est difficile de trouver un fonds pour démarrer un projet», a rappelé Andry Rajoelina.

A Ankazobe, la pluie battante n’avait pas empêché la population d’attendre la venue du futur Président de Madagascar. Comme dans les autres districts, Andry Rajoelina a annoncé plusieurs projets à Ankazobe, dont la réforme de la Jirama afin de mettre fin au délestage.

 

Recueillis par Rakoto

News Mada0 partages

Rajoelina tany Marovoay sy Maevatanana ary Ankazobe: “Hataontsika anatin’ny fotoana fohy ny fampandros...

Marovoay sy Maevatanana  ary Ankazobe indray ny distrika nandalovan’ny  kandidà laharana faha-13, omaly. Naompana amin’ny andavanandron’ny mponina amin’ireo faritra ireo ny  lahateny sy ny fampanantenana nataony amin’izao fampielezan-kevitra izao. “Hataontsika ao anaty fotoana fohy ny fampandrosoana tsy hitantsika nandritra ny 58 nahazoana ny  Fahaleovantena. Hametrahana tohodrano goavana indrindra eto ahafahantsika mampiroborobo ny fambolem-bary. Tanjona ny  hampitomboana ny vokatra ka hanondranantsika vary atsy ho atsy fa tsy ho mpanafatra tahaka izao  intsony »,  hoy izy  tao Marovoay. Anisan’ny nampitaraina ny mponina ny tsy fisian’ny fotodrafitrasa lehibe ka maina  tanteraka ny tanimbary. Anisan’ny sompitra eo amin’ny voka-bary anefa iny faritra  iny.

Hihena  hatrany amin’ny  25% ny vidin-jiro…

Ankoatra  izany, nanteriny  koa fa hofoanana ny fanondranana omby any ivelany.

Anisan’ny noresahiny tao Ankazobe ny olan’ny delestazy.  “Hampitomboina ny famokarana herinaratra. Hametrahantsika foibe lehibe famokarana izany avy amin’ny masoandro sy ny  rivotra eto. Hitondra fahazavana isan-tokatrano aho. Hihena 25% ny vidin-jiro. Hotanterahina avokoa ny ambara rehetra. Izaho tsy mba mpamitaka, tsy mandainga ary tsy mangalatra », hoy ny mpanorina ny IEM. Nampanantena ny tenany fa  hanangana EPP manara-penitra, ahitana “parking”, kianja marolafy sy efitra ho an’ny informarika, ahitana ordinatera.  Hametraka toeram-pidiovana. Eo koa ny fampidinana ho 30%  ny vidin’ny simenitra amin’ny alalan’ny orinasa telo hamokatra izany.

Hanafatra helikoptera miisa  10

Ny fanafarana angidimby 10 hiady amin’ny tsy fandriampahalemana, miaraka amin’ny hery  vonjy taitra manokana. Hatao manaraka fenitra ny hopitaly ary omena fiara mpitondra marary ny ao Ankazobe.  Nohitsiny fa afa-mitondra ny firenena, nandritra ny dimy taona ny tenany ka tsy mitady fahefana sy voninahitra. “Mijoro noho ny fitiavan-tanindrazana ao anatiko  aho. Horesentsika manomboka amin’ny 7 novambra ny firenena rehetra aty Afrika…  Hanao ny tratry ny aiko iray manotolo aho  hanavotana an’i Madagasikara ity”, hoy ihany izy.  Namaranany izany rehetra izany ny filazany  fa  hitondra fahazavana sy vahaolana ny tenany. Tsy mendrika ny hahantra ny vahoaka ary tsy tokony hahantra isika fa nampahantraina, araka  ny  nambarany.

Randria

News Mada0 partages

Reforme du programme scolaire: l’informatique et l’économie au lycée

Les reformes du programme scolaire, conformément au Plan sectoriel de l’Education (PSE), prennent effet à partir de cette année scolaire 2018-2019. Elles visent  à améliorer l’insertion professionnelle des futurs diplômés et à  répondre aux besoins du pays en matière de développement.

Depuis des années, ce fut à partir de la classe de première que les élèves ont eu à choisir entre les séries littéraire (L) et scientifique (S). Dorénavant, ils doivent faire ce choix dès la Seconde. D’après les réformes à entreprendre, une nouvelle matière sur l’Organisation, société et économie (OSE) figurera dans leur programme. «L’orientation des élèves vers des filières qu’ils excellent en vue de leur insertion professionnelle, devait commencer dès la classe de seconde», a expliqué un pédagogue.

«Ces reformes ont été validées mercredi dernier, à l’occasion d’une séance de travail menée par les techniciens du ministère de l’Education nationale (Men), des représentants des Partenaires techniques et financiers (PTF) et des écoles privées», a pour sa part informé un responsable du Men.

Sous cet angle, outre l’OSE, des nouvelles matières seront également enseignées, notamment l’éducation à la citoyenneté, qui à partir de cette année scolaire, sera devenue une matière à part entière. Les apprenants auront aussi l’opportunité de se familiariser avec l’informatique. A ce sujet, un nouveau module sur la Technologie d’information et de la communication (Tic) sera également intégré au programme scolaire, ainsi que les Sciences économiques et sociales (SES).

«Ces reformes feront l’objet d’une observation auprès de quelques établissements publics et privés durant cette année scolaire, avant d’être appliquées au niveau national. Une phase qui sera précédée d’une formation à l’endroit des enseignants», a enchaîné notre source. Avant d’ajouter que «le ministère va également mener une reforme du  cycle terminal, c’est-à-dire, la première et la terminale, respectivement en 2020 et 2021».

Les enseignants armés de formations

En vue d’atteindre les objectifs du PSE, qui consistent notamment à améliorer la qualité de l’éducation, les enseignants dans neuf régions (Vakinankaratra, Alaotra Mangoro, Atsinanana, Analanjiforo, Sofia, Boeny, Atsimo-Atsinanana, Ihorombe, Atsimo-Andrefana) bénéficieront de trois types de formation, dans le cadre du Programme d’appui à l’éducation de base (Paeb) financé par la Banque mondiale.

Le premier type de formation, destiné aux enseignants de T1 et T2, au nombre de 27.700, consiste à améliorer les premiers apprentissages de la lecture, l’écriture, le Malagasy, le Français et les mathématiques. Le second, sur les Mallettes pour enseigner les Mathématiques et le français, en faveur des  6.000 enseignants de T3 à T5 tandis que le troisième, une extension de la Formation à distance des enseignants du primaire (Foad) bénéficiera à quelque 3.500 enseignants cibles.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Journée mondiale du lavage des mains: Happy Women se mobilise

L’association Happy Women, au sein de l’agence Novo-Com, a célébré la Journée mondiale du lavage des mains hier, dans le quartier d’Andraharo. Elle a sensibilisé la population sur l’importance du lavage des mains avec du savon, comme étant un moyen efficace et abordable pour prévenir les maladies.

C’est dans ce sens que l’association Happy Women, s’est mobilisée. L’objectif initial était d’inculquer les bons gestes à adopter, pour garder une bonne hygiène des mains non seulement, mais aussi de vie au quotidien.

R.R.

 

News Mada0 partages

Milieu rural: le vélo reste le moyen de transport privilégié

La bicyclette reste le moyen de locomotion le plus utilisé en milieu rural, notamment sur les hautes terres. D’autant que des artisans nationaux arrivent maintenant à fabriquer des cadres vélos «made in Madagascar».

«Cela s’explique par le faible pouvoir d’achat des gens de la campagne», a affirmé Rajery, un réparateur de bicyclette du côté d’Alakamisy Fenoarivo. En général, un vélo neuf coûte aux environs de 200.000 ariary, un cinquième du prix d’une moto ou le dixième d’une charrette avec les bœufs.

A cette tendance, des artisans malgaches se lancent actuellement dans la fabrication de cadres de vélo. Les plus connus sont ceux de la commune rurale d’Arivonimamo, de la région Itasy.

Selon notre réparateur, chaque artisan réussit à produire en moyenne 100 unités par semaine. Les matières premières qu’il utilise sont des tubes en acier galvanisés, qui sont vendus auprès des brocanteurs de ferrailles d’Ambodin’Isotry. Ce qui leur permet d’écouler leur produit à moitié prix. Par ailleurs, une fois montés et peints, ces cadres peuvent rivaliser sans complexe avec les vélos importés.

Un entretien facile

Un autre avantage des vélos réside sur leur entretien, qui est à la fois facile et à moindre coût. Les services offerts par les réparateurs pour l’entretien d’une bicyclette coûtent encore à partir de 200 ariary pour les serrages des boulons ou le gonflage d’un pneu.

«Mes services dépassent rarement les 2.000 ariary», a fait savoir Rajery. En général, le coût de ses mains d’œuvre se situe entre 500 et 1.000 ariary pour une dizaine de clients par jour, voire une vingtaine lors du jour de marché. Toujours selon Rajery, la crevaison des pneus constitue la majorité des réparations à cause de l’alternance de la chaleur et du froid, qui fait décoller les «tip-top».

Sera R.

News Mada0 partages

Météo: une violente averse de grêle s’abat sur la capitale

Une intense averse de grêle a frappé hier, la capitale et ses périphéries.  Des phénomènes impressionnants immortalisés par les internautes, qui n’ont pas manqué de poster les photos du déluge sur les réseaux sociaux.

Une ville sous un manteau blanc. La grêle a surpris les tananariviens hier, vers 15h30. Des grêlons gros comme une balle de ping-pong, se sont abattus dans plusieurs quartiers d’Atsimondrano, notamment à Tanjombato, Iavoloha, Andoharanofotsy, Itaosy,  Ambohimamory, Ampitatafika, Ifarihy Ankaraobato et Itaosy.

Ce phénomène quasi-inattendu s’est également produit  dans d’autres localités comme Alasora, Soavinimerina, Androndra, Mahazo, Ankadindramamy, Ambolokandrina ou encore Tsimbazaza. En seulement quelques minutes, les rues ont été recouvertes de glaçons.

«D’après les prévisions météorologiques, des averses étaient bien attendues sur la capitale et ses environs, mais pas la grêle, dont la taille nous a également surpris», a avoué une mère de famille du côté Andoharanofotsy, qui s’est dépêchée pour récupérer ses enfants, encore à l’école à ce moment-là.

Cependant, «un tel phénomène est tout à fait prévisible en cette période d’intersaison, particulièrement dans les zones de haute altitude, comme les Hautes terres», a souligné Roger Randriamanantena, technicien de la Direction générale de la Météorologie, joint hier, au téléphone.

«Cela résulte du phénomène climatologique. Mais il s’avère difficile de prévoir un risque de forte grêle car le temps nécessaire pour traiter toutes les données est relativement court, soit entre 12 et 24 heures. Au-delà de 48 heures, les informations ne sont plus fiables et pertinentes», a-t-il poursuivi.

Vers un épisode de grêle

Aucune information officielle n’a été filtrée sur les dommages occasionnés par cette pluie de grêle. Toutefois, d’après le maire de Soavina Atsimondrano, Rigobert Rakotoarisoa, ce phénomène a provoqué la destruction totale de la culture, notamment dans le fokontany d’Ambohidahy.

Des champs de cultures sont également touchés dans les zones agricoles de la commune rurale d’Ampitatafika, d’après les informations émanant des présidents des fokontany. Mais les bilans officiels sont encore attendus, selon le maire Rado Ramparaoelina.

La pluie est au rendez-vous

A cause du passage d’un front dans la partie Sud du pays, les pluies vont continuer à s’abattre dans plusieurs régions de l’île, dont à Antananarivo et ses environs, tout au long de cette semaine, d’après les prévisions des techniciens de la Météorologie. «Il se pourrait que ces précipitations s’accompagnent encore de grêle, notamment sur les zones de haute altitude, comme Analamanga,  Vakinankaratra, Itasy et Bongolava», a souligné Lovandrainy Rakotoarison, prévisionniste.

 

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Chronique: la République oubliée

Le 14 Octobre ne dit pas grand chose à grand monde, dès fois si on pose la question, histoire d’espérer soulever une date enfouie dans un coin de la mémoire, non ça n’y est pas. L’obtention de l’Indépendance peu de temps après a vite fait de balayer l’importance de la proclamation de la République le 14 Octobre 1958 voici 60 ans. On ne pouvait peut-être célébrer deux fêtes nationales, entre les deux ils ont choisi le 26 Juin, sans doute que le terme indépendance résonne davantage «liberté» et de liberté les dirigeants qui se sont succédé  vont s’en donner à cœur joie. Sans faire dans l’insolence, en considération du bilan des 60 années, force est d’admettre qu’ils se sont caractérisés à cultiver un dénominateur commun (à une ou deux exceptions près) gouverner dans la médiocrité, la première des libertés qu’ils se sont autorisée ayant été hier et aujourd’hui la liberté d’échouer et à l’occasion de régresser.  Dans pareil système un demi-siècle a fini par vider la République de son contenu ne lui laissant de rôle qu’à être un numéro, actuellement la quatrième mal enclanchée. Des valeurs républicaines ils n’en ont eu et n’en ont que faire, pire encore concernant les principes républicains qui exigent de faire preuve de vertus pour les respecter. Vertu, valeur, principe ? Des considérations qui empêchent de danser en rond !

A l’approche de l’élection présidentielle, face à tout le gâchis accumulé l’obligation de réflexion revient à l’intelligence citoyenne, du bon choix dépend la revitalisation de la République que la mégalo des uns et des autres n’a cessé de tenter de transformer en royauté sous ses seuls mauvais aspects. Y-a-t-il au moins un qui remplit les critères pour représenter un bon choix dans le lot des 36 ? La question par elle même constitue une insulte, s’il est difficile de les distinguer puisqu’il y en a sûrement plus d’un, l’essentiel c’est de le cornaquer avant que le pouvoir ne lui monte à la tête. Aujourd’hui elle ou il est candidat, il est l’égal de chacun de plus c’est elle ou lui qui a besoin de la voix de chacun, demain elle ou il devenu président n’aura plus une oreille attentive à prêter à chacun.

La démocratie gagnerait à ce que durant la campagne électorale un temps de parole soit réservé à des électeurs tirés au sort parmi des volontaires qui se seraient inscrits auparavant sur une liste. Cette formule donnerait l’avantage à la future ou au futur président de s’être fait interpellé par des citoyens et d’avoir entendu ce que de simples gens attendent de lui.

 

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y  a 100 ans

Inauguration du monument élevé à la mémoire du Général Gallieni à Tamatave (4)

(Suite.)

C’est ce buste que nous offrons aujourd’hui à la Municipalité ; tous les habitants de Tamatave et de la province, Européens ou assimilés, Asiatiques, Français de la Métropole ou des colonies sœurs, et même et surtout les indigènes, ont tenu à contribuer de leur obole à son érection. Il est à la vérité fort simple ; mais le sculpteur Auguste Maillard qui l’a taillé dans le marbre a su reproduire le plus fidèlement possible les traits énergiques du Grand Général. Nous espérons que les étrangers qui le visiteront emporteront de cette visite la conviction qu’une nation qui produit de tels hommes, est toujours grande, quoi qu’il puisse arriver, et que les enfants qui viendront s’ébattre dans ce square recevront de la contemplation de cette figure, une puissante leçon d’énergie et de patriotisme éclairé !

Qu’il me soit permis, avant de terminer, d’adresser au nom du Comité que je représente ici, nos plus sincères remerciements :

À Monsieur le Gouverneur Général Schrameck qui a bien voulu présider cette cérémonie d’inauguration dont sa présence contribuera puissamment à rehausser l’éclat ;

À Monsieur l’administrateur-maire de Laborderie qui, en acceptant la Présidence d’honneur du Comité, nous a aidés de ses conseils éclairés et de tout son pouvoir dans l’accomplissement de notre tâche ;

À Messieurs les chefs des différents districts et au personnel sous leurs ordres qui ont bien voulu nous servir d’intermédiaires pour la collecte des souscriptions ;

À Monsieur le chef du service régional, à Monsieur l’agent voyer et à leur personnel qui se sont gracieusement chargés des travaux et des décorations.

Discours de M. de Laborderie, administrateur-maire

Monsieur le Gouverneur Général,

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,

J’accomplis aujourd’hui, comme administrateur-maire chef de la province de Tamatave, l’un des plus hauts devoirs qui m’aient encore été dévolus en recevant solennellement, en présence des troupes de nos compatriotes, de la colonie étrangère et aussi du peuple malgache, accourus ici, ce monument, que la reconnaissance de Tamatave a élevé au Général Gallieni.

 

(À suivre.)

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo; resaky ny mpitsimpona akotry: samy vonona avokoa

Na eo aza ireo mpilatsaka hofidiana izay mitaky ny hanemorana ny fotoam-pifidianana noho ny fahitany ny tsy fahatomombanan’ny lisitry ny mpifidy, dia tapitra mifaninana ireo 36 mianadahy amin’ny fanambarana fahavononan’ny tsirairay hiatrika ny fanarenana ny tanindrazana.

Ny mpifidy moa dia mizarazara na samy vonona avokoa aza. Ao ireo milaza fa tapa-kevitra ary vonona hiatrika ny adidy raha tsy handatsa-bato, andanin’izany ny olona efa tsindrian-daona hitsara ny tsy mety ataon’izay efa teo. Ary ny sasany kosa dia tena hisafidy ilay tokana heveriny fa afaka hitarika ny vahoaka hivoaka ity haizina namarinana azy.

Tsy misy fandikan-dalàna izany. Malalaka ny fandehanana mifidy na tsia. Malalaka ihany koa ny safidy eo am-pandatsaham-bato. Samy manana ny fijeriny ny tena fisian’ny adidy noho ny maha olom-pirenena ny tena ihany koa. Matoa ny lalàna tsy nametraka fanerena ary tsy nanao ho heloka ny tsy fifidianana, dia navelany ho anisan’ny safidy ny tsy fandehanana mandatsa-bato. Na izany aza, hafahafa kokoa ny fandraisana ny tsy fandehanana mifidy raha ampitahaina amin’ny fandatsahana vato fotsy sy vato tsy manan-kery.

Fomba telo mitory tsy fankatoavana izy ireo. Ny voalohany dia milaza ny tsy fandraisany anjara tsotra izao, ny roa hafa dia fanehoana ny tsy fisian’ny mpilatsaka azony ametrahana fitokisana.

Hafahafa ihany koa ny fomba fampidirana ny isan’ireo tsy nifidy eo amin’ny tarehimarika manambara ny vokatry ny fifidianana. Ny tsy fandehanana mifidy dia atao vesatra manamaivana ny taha-pahavitrihana. Izany hoe raha adika an-tendrony fotsiny, ny isan’ny olona tsy nifidy dia natao ho isan’ny olona tsy navitrika.

Eo angamba no misy olana kely. Mety misy olona tena mampiseho fahavitrihana eo amin’ny tsy fandehanany mandatsa-bato. Sarotra ny hanao safobe mantsina ka hamaky mifanipaka azy amin’ny taha-pavitrihana, amin’ny filazana hoe taham-pahakamona. Mety hisy ny olona tsy ampy fahazotona amin’izy ireny, fa misy koa ny maneho ny tsy fankatoavany ilay fifidianana na ny fitsipahany ny fomba anaovana azy. Fanehoan-kevitra pôlitika izany ka zo feno, tsy mendrika homavomavoina. Mitovitovy amin’izay ny fahalalahan’ireo mpilatsaka mitaky ny fanajana ny fenitra sy fepetra rehetra mifehy ny tontolon’ny fifidianana.

Zo ary adidy mihitsy ny fitakina izany, fa ny fomba fanaovana ny fitakiana no mety misy azo kianina. Rehefa mibaribary ny tsy fanajana ny fepetra. Ampy angamba izay ahafahan’ny firaisa-monina mamaritra ny toe-tsain’ny mpitsara mikasika ny fiarovan’izy ireo izany hoe lalàna sy rariny.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes: chicaneur ? Mi-cabotin mi-pionnier

La procédure pour la destitution du Président de la HCC inaugure en fanfare la voie des recours auprès de la Haute Cour de Justice. Quel symbole que l’action concerne le Président de la Haute Cour gardienne de la constitution. Quel mauvais coup pour cette juridiction qui n’en avait pas besoin pour perdre tout crédit auprès de la population. Faut-il saluer l’initiative de pionniers soucieux d’une instauration de l’état de droit prêts à faire du harcèlement jusqu’à ce que la loi fasse loi, ou faut-il déplorer de simples aboiements de chicaneurs ? De préférence s’en féliciter même dans cette dernière hypothèse, les cabotins une fois qu’ils tiennent le mollet ne lâchent plus le morceau, et si le morceau concerne des adversaires constitués du droit alors tant mieux.

 

News Mada0 partages

Eco-écoles: 38 établissements s’engagent pour l’environnement

Le programme Eco-écoles, une initiative prise pour promouvoir l’éducation environnementale dans le système d’éducation formel, avance. Depuis  l’intégration de Madagascar à ce Programme international, initié par la Fondation pour l’éducation environnementale (FEE), 38 établissements publics et privés y adhèrent.

«Ce concept, mené suivant une démarche volontaire, consiste à suivre différentes étapes avant d’obtenir le label international Eco-école et la certification Green flag  ou drapeau vert, marquant l’engagement de l’établissement dans la protection de l’environnement au service du développement durable», a expliqué Fanja Olga Randriamanantena, Chef du volet éducation environnementale au sein de Madagascar national parks (MNP), le seul organisme membre de la FEE à Madagascar.

Toujours d’après notre source, «l’atteinte de l’objectif de cette année qu’est de créer une centaine d’Eco-écoles, n’est pas une utopie. L’effectif des écoles ayant manifesté leur volonté d’adhérer à ce programme avoisine déjà ce chiffre».

Sept étapes

Les établissements adhérents devront suivre sept étapes avant d’obtenir le certificat «Green fly». Pour commencer, un Comité Eco-école, réunissant des élèves, enseignants, parents et personnel administratif, doit être instauré. S’ensuit la mise en œuvre d’un diagnostic environnemental pour identifier les problèmes en la matière au sein de l’école. Puis ce comité doit définir le Plan d’action en vue des solutions en adoptant le slogan ou «Eco-code». Les solutions proposées devront revêtir un caractère participatif.

Ces phases devront être accompagnées de la mise en place d’un système de suivi-évaluation.

Une fois effectué au niveau de l’établissement, ce système devrait être partagé au niveau de la communauté, à savoir les fokontany, communes, ONG ou sociétés locales.

L’achèvement des deux premières étapes vaut une médaille de bronze, celui des 3, 4 et 5 une médaille d’argent. C’est à la fin des étapes 6 et 7 que les écoles vont décrocher le «Green flag».

 

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Douleur: symptôme  d’une maladie cachée

Bon nombre de gens négligent  parfois le traitement des douleurs, en essayant de la supporter. Or, une telle insouciance pourrait être fatale, «les douleurs, quelque soit leur intensité, peuvent être un signe de maladie  cachée, qui nécessite un traitement spécifique», a souligné hier à Anosy le  Pr. Nicole Rakotoarison, présidente du Centre de lutte contre la douleur (Clud) au sein du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA), lors de la Journée mondiale de la lutte contre la douleur.

«D’ailleurs, sans prises en charge adéquates, les douleurs peuvent entraîner une perturbation du bon fonctionnement de l’organisme. Elles peuvent être à l’origine d’une hypertension artérielle et provoquer une mort subite», a ajouté le Dr Mamitiana Andrianirina, président par intérim du Clud du Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB). Raison pour laquelle, les  centres Inter-Clud ont renforcé la sensibilisation lors de la célébration de cette Journée pour inciter les victimes de la douleur à se faire consulter et se faire soigner.

Une consultation gratuite suivie d’une orientation des patients ayant besoin d’une prise en charge spécifique, ont été à l’ordre du jour de cet événement, organisé avec Douleur sans frontière (DSF). Les victimes de douleur chronique ont également pu prendre rendez-vous avec les médecins.

Comme à l’accoutumée, une formation, destinée aux étudiants, paramédicaux et médecins sur les manières d’améliorer les prises en charge de la douleur, a également eu lieu. «C’est la 16e formation de ce genre, menée dans le cadre d’un  tel événement», a conclu le Pr. Nicole Rakotoarison.

Fahranarison

News Mada0 partages

Tsaratanàna: deux femmes kidnappées par les dahalo

Deux villageoises ont été enlevées par des dahalo armés, samedi dernier, à Morafeno Tsaratanàna, au cours d’une attaque. Elles ont été libérées  contre rançon, le lendemain.

Les kidnappeurs viennent de nouveau montrer leurs griffes. A Tsaratanàna, après un moment d’accalmie, à la suite des enlèvements successifs survenus dans ce district en juillet dernier, il semblerait que la machine des kidnappeurs est de nouveau en marche.

Samedi dernier, peu avant minuit, aux environs de 23 heures 30, une bande de sept dahalo équipés de fusils de chasse a pris d’assaut la maison d’un résident du village de Morafeno Tsaratanàna. Ils ont dérobé la totalité de l’argent qui s’y trouvait, d’un montant d’un millions d’ariary.

Toutefois, persuadés que le propriétaire était en possession d’une forte somme placée  ailleurs, les bandits ont emmené avec eux les deux femmes de la maison, dont l’une est âgée de 20 ans et l’autre, 35 ans. Ils ont réclamé 200 millions d’ariary au père de famille en contrepartie de la libération des otages.

Séquestrées pendant 19 heures dans un endroit indéterminé, les captives ont retrouvé les siens dimanche dernier, vers 19 heures 30. Elles ont été libérées saines et sauves après le versement d’une somme de 10 millions d’ariary par la famille, le dernier montant que les bandits ont accepté pour laisser partir les otages. L’échange s’est déroulé dans les forêts d’Amparihimaina. Une enquête mixte a été engagée sur place.

Ando Tsiresy

 

 

News Mada0 partages

JMJ: un père économe victime d’un accident

Après avoir assisté à la célébration de la 9e édition de la Journée mondiale de la jeunesse (JMJ), à Mahajanga, la voiture du père économe du diocèse de Fianarantsoa, à destination de la capitale, a été victime d’un accident de la route,  hier vers 5 heures 30, à Tanambao Andranolava, à environ 80 km de Mahajanga.

Selon les explications du chauffeur de la Pick-up, il a été ébloui par les rayons du soleil éclatant. Du coup, il a ensuite perdu le contrôle du véhicule. Puis, le tout-terrain, lancé à vive allure dans le tournant, a fait une sortie de route désastreuse et fini sa course en contrebas, sur l’accotement.

Heureusement, le père économe et son conducteur s’en sont sortis vivants malgré la violence de l’accident. Ils ont été évacués au CHRD de Marovoay. Selon le médecin, leur état n’est plus à craindre en dépit de leurs blessures, une fracture légère au niveau de la nuque pour le religieux. Un ambulancier de Mahajanga a été mobilisé pour évacuer les blessés vers Antananarivo.

 

ATs.

 

News Mada0 partages

Sambava: scandales en cascade

Nouveau rebondissement dans le scandale ayant secoué récemment la Commune urbaine de Sambava. Dès sa mise en liberté provisoire, le maire a adopté une attitude jugée provocatrice par la population.

La mise en liberté provisoire du maire de Sambava, François Toto, dit Gida, prévu être placé en détention provisoire pour une durée de 8 mois à la mi-septembre, provoque des remous dans sa commune depuis la semaine dernière.

En plus de s’étonner de cette mesure, alors que le concerné est suspecté de détournement de deniers publics, suite aux rapports d’inspection dressés par des inspecteurs diligentés par le Trésor public, beaucoup se disent offusqués par les battages médiatiques, qualifiés d’agressifs, menés par cet élu présenté sous la bannière du parti Leader Fanilo, dans lesquels il accuse journalistes et autres fonctionnaires d’être à l’origine de ses maux.

D’un coup, les contribuables commencent aussi à douter de la crédibilité de la Justice après ses déclarations publiques sur l’influence de ses relations dans ce milieu, expliquant la faveur qui lui a été accordée.

D’autres dossiers

Le contexte oblige donc la population à solliciter plus d’éclaircissements sur différents points de cette affaire, dont l’issue des investigations menées par la Bianco dans les services de la Commune urbaine de Sambava. Des sources sûres ont révélé que les investigations procédées durant un mois par les agents de l’antenne du Bianco d’Antsiranana touchent également des réclamations relatives à la gestion de la vente de terrains municipaux et des autorisations d’exploitation de licence de transport par des bajaj qualifiés d’illégaux dans la circonscription de Sambava.

 Manou

 

 

News Mada0 partages

Toliara: jiolahy raindahiny maty voatifitry ny polisy

Maty rotiky ny balan’ny polisy tao Mahavatse Toliara, ny alahady alina teo, ny jiolahy raindahiny nampihorohoro ny tanànan’i Toliara. Mbola nahitana basy vita gasy iray teny aminy…

Jiolahy raindahiny amin’ny fanafihana mitam-piadiana ity lavon’ny polisy ity. Raha ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy, tany Mahavatse Toliara no nisehoana fanafihana mitam-paidiana nataon’ireo andian-jiolahy, tamin’io fotoana io. Lasan’ireo jiolahy tamin’izany ny firavaka volamena sy ny telefaonina finday ary fahitalavitra niaraka tamin’ny fitaovana sarobidy hafa. Nanao fanarahan-dia avy hatrany ny polisy, taorian’izay, nisy ny fifanjevoana teo akaikin’ny Ecole Normale ka maty tsy tra-drano ity jiolahy iray ity. Hita teny aminy nandritra ny fisavan’ny polisy ny basy vita gasy iray niaraka tamin’ny bala. Nohamafisin’ny polisy fa vao nivoaka ny fonja ity jiolahy ity kanjo niverina nanohy ny asa ratsiny indray taorian’izay. Eo am-pikarohana ireo namany tompon’antoka niaraka taminy tamin’ity fanafihana ity ny polisy. Miverina indray tato ho ato ny asan-jiolahy mitam-piadiana , matetika rehefa faran’ny herinandro ny fanaovan’izy ireo ny asa ratsiny izay eritreretin’ireo jiolahy fa fotoana tsy hiasan’ny polisy. Nanambara kosa ny polisy fa vonona hatrany izy ireo amin’ny fiatrehana ireo jiolahy mitam-piadiana mahery vaika tsikaritra fa mampitondra faisana ny tanànan’i Toliara.

CMS sy J.C

News Mada0 partages

Ambohimanambola: lehilahy iray tratra nisandoka ho polisy

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny Sut (Sûreté urbaine de Tananarive), ny faran’ny herinandro teo, ny lehilahy iray nisandoka ho polisy ka mampitahotra sy maka vola amin’ireo olona izay tratrany. Araka ny fanazavan’ny polisy, eny amin’iny faritra Ambohimanambola iny no tena fanaovan’ity polisy sandoka ity ny asa ratsiny. Miambina ireo olona mivoaka ny trano fandraisam-bahiny ireny izy ary mampitahotra ireo olona ireo fa misy fitoriana azy any amin’ny polisy izay napetraky ny vadin’izy ireo ka mila manome vola azy ireto olona tratra ireto fa raha tsy izany hosamboriny avy hatrany izy ireo. Efa ho herintaona izao no nanaovan’ity jiolahy ity izao fita-dratsy ataony amin’olona izao ary maro ny fitoriana voarain’ny polisy momba azy sy ny asa ratsiny. Nametraka ny vela-pandrika avy hatrany ny polisy ka noraisim-potsiny izy. Rehefa natambatra ny vola nalain’ity lehilahy ity tamin’ireo olona rehetra nitory azy dia efa nahatratra eo amin’ny 5 tapitrisa Ar teo ho eo, araka ny fanazavan’ny polisy. Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny famotoran’ny polisy.

J.C

News Mada0 partages

Toamasina: 20 taona an-tranomaizina i Tiandrazana

Nafana ny adihevitra tao amin’ny lapan’ny Fitsarana ambony, ny zoma 12 oktobra 2018 lasa teo, nandritra ny fotoam-pitsarana ady heloka bevava nitsarana ny antontan-taratasin’ady izay hanenjehan’ny fitsarana an-Rafanomezana Isidore Adolphe sy Tiandrazana Thierry voarohirohy tamin’ny fikasana hanao fanafihana mitam-piadiana tao Andranomadio Toamasina parisela 11/43, ny 2 septambra 2018 alina. Naharitra adim-pamantaranandro iray ora sy sasany be izao ny fifandaharana teo amin’ny voampanga sy mpisolovava ary ny fitsarana. Tsy tonga kosa ny mpitory, na koa ny tokantrano saika hotafihin’izy ireo tamin’io alina io. Naharitra 35 mininitra ny fandinihan’ny mpitsara ny didy havoaka ho an’ireo voampanga tao amin’ny efitrano faharoa ny fitsarana ambony Toamasina. Vokany, nilatsaka ny sazy ka voaheloka 20 taona an-tranomaizina sy tsy fahazoana mandia faritany no azon’i Tiandrazana Thierry. Vesatra nihazonan’ny fitsarana azy ny fihazonana sy fampiasana fitaovam-piadiana tsy nahazoana alalana. Telo taona an-tranomaizina sazy mihatra sy fandoavana lamandy 3 hetsy Ar kosa no azon-dRafanomezana Isidore Adolphe.

Sajo

News Mada0 partages

Misy ny fandraisana an-tanana isaky ny hopitaly: tokony hoentina eny amin’ny toeram-pitsaboana ny fanaint...

« Tokony hoentina manatona mpitsabo ny fanaintainana miseho amin’ny vatana fa tsy mijanona fotsiny ao an-trano satria mety ho fambara aretina, na zavatra hafa tsy mety ao anatiny », hoy ny filohan’ny komity miady amin’ny fanaintainana (Clud) ivondronan’ny mpitsabo mandray an-tanana ny fanamaivanana ny fanaintainana eto amin’ny CHU HJRA, ny profesora Rakotoarison Nicole, omaly, teny amin’ny HJRA. Fantarina koa ny aretina, na tranga mety hitarika ny fanaintainana ary mila raisina an-tanana miaraka ny fitsaboana roa. « Misy karazany roa ny fanaintainana ka arakaraky ny fitrangany sy ny halaliny no itondrana ny fitsaboana sahaza », hoy ny mpitsabo misahana ny ivontoeram-pirenena miady amin’ny fanaintainana ao amin’ny HJRA, Randriamisaina Isthman. Voalohany ny fanaintainana fohy ny fivoarany, faharoa ny fanaintainana lavareny efa nivoatra nandritra ny volana, na taona maromaro. Ho an’ny karazany voalohany, matetika efa voaray an-tanana eny amin’ny sampana vonjy taitra ny fanamaivanana ny fanaintainana rehefa mitranga. Maharitra kosa ny fitsaboana ny fanaintainana lavareny ary ampifangaroana ny fanafody sy ny fomba hafa, toy ny kinésitherapie. Fitaovana iray ampiasana koa eny amin’ny ivontoeram-pirenena miady amin’ny fanaintainana ny milina kely mamokatra herinaratra hanamaivanana ny fanaintainana (neurostimulateur transcutané TENS). Isan-kerinandro, 45 ny olona manatona ny ivontoerana mizaha fahasalamana sy manaraka fitsaboana.

Mety maharitra aman-taony ny fitsaboana ny fanaintainana, arakaraka ny fitrangany sy ny halaliny. Ilaina arahina izany, tsy hametraka olana maharitra ho an’ilay marary ka hisy fiantraikany amin’ny fiainany andavanandro. Izay no antony nametrahana ny Clud isaky ny hopitaly handray an-tanana ny fitsaboana miaraka amin’ny fikambanana Douleurs sans Frontières manohana ny asa rehetra sy mampirisika ny fametrahana ny clud ho an’ny toeram-pitsaboana mbola tsy manana.

 

Encadré

Nomarihina, omaly, teny amin’ny HJRA ny Andro maneran-tany iadiana amin’ny fanaintainana nokarakarain’ny Clud amin’ny CHU Analamanga. Nisy ny fizahana maimaimpoana sy fanoroana hevitra ny marary tonga manana fanaintainana, nandritra ny tapakandro maraina. Teo koa ny fanofanana faha-16 ho an’ny mpianatra ho mpitsabo sy ny « paramédicaux » amin’ny fandraisana an-tanana ny fanaintainana.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Athletisme-jo de la jeunesse: Christel Rakotomalala à la ramasse

Les Jeux olympiques de la jeunesse de Buenos Aires, en Argentine, se terminent sur une mauvaise note pour Madagascar. Le dernier athlète malgache en lice le week-end dernier, en l’occurrence, Christel Rakotomalala, a terminé bon dernier du 400m garçons.

A rappeler que Christel Rakotamalala a remplacé au dernier moment Cléot Vavara dans la liste de la délégation à l’insu de la Fédération malgache d’athlétisme. Et  bien qu’il ait eu droit à deux courses, comme le stipule le nouveau règlement, au même titre que ses adversaires, il a été incapable d’inquiéter ses rivaux. Christel a été carrément à la ramasse.

Dans la série 1 de la première étape, le 11 octobre dernier, il a déjà affiché ses limites en terminant le tour de piste en quatrième position sur les quatre athlètes à l’arrivée, avec un temps de 54’’31.  Il a eu beau améliorer son temps lors de la série 2 de la deuxième étape en signant un chrono de 52’’88, cela n’a pas changé grand-chose.

Les deux temps cumulés lui ont fait ouvrir les yeux ! Il a terminé bon dernier au classement général sur les 19 athlètes à l’arrivée.

A l’heure du bilan, le Comité olympique malgache (Com) peut remercier la judokate Mireille Andriamifehy. Celle-ci a été la seule à la hauteur des attentes sur les quatre athlètes malgaches en course, en remportant la première médaille olympique des jeunes pour la Grande île, celle d’argent, lors de la compétition par équipe mixte.

Du regret

Le choix non-payant du Com donne raison à la Fédération malgache d’athlétisme (FMA). En privilégiant Cléot Vavara, celle-ci compte frapper un grand coup, mais le Com en a décidé autrement. Crédité d’un temps de 48 secondes, Cléot Vavara aurait pu jouer les trouble-fête en haut du tableau.

Quant à Christel Rakotomalala, au même titre que les deux haltérophiles que sont José Rajaona et Berthine Ravakianiaina, il a vécu un rêve qui s’est transformé en cauchemar sur le plateau olympique.

Naisa

 

News Mada0 partages

Volley national: Stef Auto annonce la couleur

L’affiche du choc de la deuxième journée du Championnat national à Toliara hier, a été sans aucun doute le face à face entre Stef Auto et Bi’As. Une rencontre entre deux équipes favorites dans la catégorie féminine, considérée comme une finale avant la lettre qui a tourné à l’avantage des volleyeuses du Grand port (3 sets à 0).

Mais ce score final reflète mal la bataille rangée entre les deux formations. Mais à chaque set disputé, le sort s’est acharné sur Bi’As. L’équipe championne d’Analamanga a flanché au moment de finaliser et s’est fait chiper les trois sets d’un cheveu.

 Dans l’autre mano à mano entre équipes d’Analamanga, VBCD a eu raison d’AMVB, tout en cédant au passage un set. Les protégées de Ralem ont eu beau résister,la jeunesse des joueuses de Tony a pris le dessus.

Côté hommes, les résultats n’ont rien de surprenant. Les grosses pointures continuent de martyriser leurs adversaires respectifs, à l’image de JSA B qui a massacré CVBF après avoir raté son entrée dans la compétition.

Naisa

 

Résultats de la 2e journée :

Senior dames A :

EVBI-Cosrm5 : 3-2 (19/25, 25/23, 15/25, 25/17, 15/13)

Stef Auto-Bi’As : 3-0 (25/23, 26/24, 25/23)

 

Senior dames B :

MVBC-BAVB : 3-0 (25/13, 25/16, 25/21)

VBCD-AMVB : 3-1 (25/19, 24/26, 25/22, 25/11)

 

Senior hommes A :

Cnaps-Cosrm5 :  3-0 (25/10, 25/17, 25/14)

JSA B-CVBF : 3-0 (25/16, 25/21, 25/18)

 

Senior hommes B :

Cosfa-EVBI : 3-0 (25/13, 25/16, 25/6)

 

 

News Mada0 partages

Kitra – «Can 2019»: mila mandresy an’i  Ginea Ekoatorialy ny Barea, anio

 Ho fantatra rahampitso izay ho tohin’ny lalan’ny Barea de Madagascar, eo amin’ny fifanintsanana hiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can 2019), taranja baolina kitra. Mila mitady fandresena mantsy ny Malagasy raha te hiatrika izany.

Hifantoka etsy amin’ny kianja Complexe sportif Vontovorona avokoa ny sain’ny Malagasy rehetra, amin’ity anio ity, indrindra fa ireo mpankafy ny baolina kitra. Ho fantatra eny mantsy ny ho tohin’ny lalan’ny Barea de Madagascar, eo amin’ny fiadian-toerana hiatrehana ny ho tompondakan’i Afrika (Can 2019).

Fihaonana miverina, hifandonana amin’ny Nzalang Nacional avy any Ginea ekoatorialy. Mila mitady fandresena ny Barea raha te hahazo ny tapakila handehanana any Kameronina, amin’ny taona ho avy, hiatrehana izany Can, izany. Raha tsiahivina, efa manana tombony ny ekipam-pirenena malagasy, efa nandresy an-dry zareo Gineanina, tany amin’ny taniny, tamin’ny isa tokana, 1 no ho 0.

Na izany na tsy izany, mila mailo hatrany ny Barea satria mbola manana herijika hahatafitana ihany koa ry zareo Nzalang Nacional. Fantatra fa tsy ho afaka hilalao i Ibrahim Hamada, amin’ity noho ny karatra mavo roa azony, nandritra ny fihaonana tamin’i Senegal sy teo amin’ny lalao natao, ny asabotsy lasa teo, tany Malabo.

Hiatrika ity fihaonana miverina ity kosa i Metanire, izay tsy afaka niatrika izany, nandritra ny fihaonana mandroso. Na eo aza izany, tsy tokony hahasakana ny lalan’ny Barea de Madagascar, ny Gineanina. Manana ny tombony sy ny herijika rehetra hahafahana mandresy ny Barea de Madagascar, amin’ity izay hilalao eo amin’ny kianjany sy manoloana ireo mpijery azy.

 

Tompondaka

News Mada0 partages

Karate: nanjaka ny seksiona Antananarivo renivohitra

Tontosa ny alahady lasa teo, tao amin’ny kianja mitafo ny Mahamasina, ny fifaninanana hiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga. Fifaninanana izay nadraisan’ny seksiona miisa 7, nahitana an’Antananarivo renivohitra, Atsimondrano, Avaradrano, Ankazobe, Anjozorobe, Marovatana ary Manjakandriana. Voafaritra tamin’izay fa ny seksiona Antananarivo renivohitra no hisolo tena an’Analamanga amin’ny fifaninanam-pirenena, taranja karate, noho ny fahazoany ny medaly betsaka indrindra.

Medaly volamena miisa 10 no azon’ity seksiona ity ary nisongadina hatrany ireo mpikatroka tao aminy, na teo amin’ny kata izany, na teo amin’ny kumite. Samy nanome ny tsara indrindra avy aminy avokoa ny sokajy lahy sy vavy ka nazava ny fandresena. Mitàna ny laharana faharoa kosa ny seksiona Anjozorobe izay nahazo medaly volamena miisa 4. Ny seksiona Antananarivo renivohitra araka izany no hisolo ten any ligin’Anlamanga amin’ny fiadiana ny tompondaka nasionaly amin’ny taranja karate.

 

Mi.Raz

 

Valin’ny fifaninanana ny alahady 14 oktobra

Kata :

Cadettes: 1-Gracia (Tana Ville) 2-Nomena (Avaradrano)

Cadets : 1-Motozo (Tana Ville) 2-David (Marovatana)

Juniors Vehivavy : 1-Junko (Avaradrano) 2-Lanjaniaina (Tana Ville)

Juniors Lehilahy : 1-Mamy (Tana Ville) 2-Adore (Avaradrano)

Seniors Vehivavy : 1-Kanto (Tana Ville) 2-Vetso (Tana Ville)

Seniors Lehilahy : 1-Andofitahiana (Tana Ville) 2-Kevine (Tana Ville)

Kumite :

Cadettes : 1-Tsiory (Tana Ville) 2-Natacha (Marovatana)

Cadets : 1-Jarry (Manjakandriana) 2-Mitojo (Tana Ville)

Juniors Lehilahy: 1-Mamy (Tana Ville) 2-Jimmy (Ankazobe)

Juniors Vehivavy: 1-Victoria (Marovatana) 2-Sarah (Avaradrano)

Vehivavy: -50 kg: 1-Fabby (Anjozorobe) 2-Tiavina (Avaradrano) -55 kg: 1-Raitra (Anjozorobe) 2-Fitia (Ankazobe) -61 kg: 1-Manuella (Tana Ville) 2-Vatosoa (Anjozorobe) -68 kg: 1-Patty (Avaradrano) 2-Alicia (Ankazobe) +68 kg: 1-Diana (Manjakandriana) 2-Antsa (Anjozorobe)

Lehilahy: -60 kg: 1-Tanjona (Avaradrano) 2-Tsiry (Marovatana) -67 kg: 1-Billy (Tana Ville) 2-Billy (Avaradrano) -75 kg: 1-Njaka (Anjozorobe) 2-Ali (Ankazobe) -84 kg: 1-Dina (Anjozorobe) 2-Diary (Avaradrano) +84 kg: 1-Valera (Tana Ville) 2-Toky (Ankazobe).

 

News Mada0 partages

Fondation H; Hassanein Hiridjee : «J’ai la ferme intention d’aider les artistes»

Mécènes de l’exposition «Madagascar : arts de la Grande île», qui se déroule jusqu’au mois de janvier prochain au musée du Quai Branly en France, Axian et la fondation H ont organisé hier, à Andraharo une visite virtuelle. «Dorénavant, je souhaiterai aider financièrement les artistes, exposer leurs œuvres et les guider», a annoncé Hassanein Hiridjee, fondateur de la fondation H.

«La France et Madagascar ont une relation étroite dans l’histoire. Malheureusement, beaucoup de français ne disposent pas de suffisamment d’informations sur la Grande Île, notamment en ce qui concerne la culture malgache», dixit Aurélien Gaborit, historien de l’art et commissaire de l’exposition. La dernière exposition sur Madagascar date de 1946. De plus, «elle fut davantage orientée vers l’ethnologie. Il est donc temps de faire connaître la culture et l’art malgaches au reste du monde», a-t-il souligné.

Consciente de ce manque d’appui et de visibilité des artistes malgaches ainsi que de leurs œuvres dont l’art contemporain, la fondation H a décidé de consacrer sa mission à les promouvoir. «Plusieurs années de carence se sont écoulées. La fondation essaiera progressivement de combler ce vide», a annoncé le Hassanein Hiridjee.

A la découverte du pays

L’exposition «Madagascar: arts de la Grande Île» propose plus de 360 œuvres qui reflètent à la fois l’histoire et la culture de notre pays. «Etant Malgache que je suis, j’ai découvert durant cette visite virtuelle plusieurs cultures que je ne connaissais pas auparavant», a affirmé hier l’un des visiteurs.

Plusieurs détails intéressants y sont exposés, tels que l’œuf de l’oiseau-éléphant qui a disparu au pays il y a déjà 1.000 ans et qui n’existait pourtant qu’à Madagascar, les divers pots originaires de Vohemar, qui datent du 17e siècle, ou encore les manuscrits qui reflètent l’origine du peuple. «Résultats d’un mélange exceptionnel de la culture d’Afrique orientale avec celle du monde arabe, de la Perse, de la Chine… ces manuscrits forment l’identité culturelle malgache», a expliqué la guide.

Trois artistes malgaches y exposent, à savoir Temandrota, Mme Zo et Pierrot Men. En Visitant le musée, force est de constater que ces trois artistes n’étaient pas choisis de manière fortuite. Temandrota expose quelques œuvres sur le «Monde des vivants et des morts, le monde invisible». Spécialiste en art de la transformation, il y présente un «Aloalo» orné d’un zébu puissant.

Mme Zo quant à elle, présente quelques tableaux qui reflètent l’art du textile malgache tout en les modernisant. L’artiste mélange en effet la technique traditionnelle et les matériaux originaux, dont les bandes magnétiques des cassettes.

Enfin, spécialiste en cliché en noir et blanc, le photographe Pierrot Men y dévoile la beauté et la richesse de notre pays en présentant quelques images telles que des baobabs, des ravinala, des maisons traditionnelles de la campagne…

 Holy Danielle

News Mada0 partages

Havatsa-Upem: hommage à ED Andriamalala

A tout seigneur tout honneur. L’Havatsa-Upem va marquer d’une pierre blanche le centenaire d’E.D Andriamalala ce 22 octobre à l’Académie malgache Tsimbazaza.

«Nous avons prévu cette année de rendre hommage à trois grandes plumes de la littérature malgache qui auraient eu 100 ans, dont  Ener Lalandy et Céléstin Andriamanantena qui ont présidé successivement  l’Union des poètes et écrivains malgaches.  Ce n’est que justice d’adresser une pensée particulière  à ce véritable monument de la littérature qu’est Emilson Daniel Andriamalala », dixit Hajaina Andrianasolo, l’actuel numéro un de l’ Havatsa-Upem.

Les organisateurs ont fait coïncider sciemment la semaine de l’Havatsa-Upem avec cette commémoration.   Dans ce dessein, E.D Andriamalala aura droit lundi prochain à une cérémonie digne de ce nom, prévue à Tsimbazaza. Ses écrits feront l’objet d’une conférence animée par Beby Vololona Rajaonesy et Nanoina Randriantsimiala, toutes deux des enseignants chercheurs.  Dans la foulée, Tahala Rarihasina accueillera tout au long de la semaine une série d’expositions thématiques, de récitals de poèmes et de témoignages.

Ce poète, écrivain et académicien avait apposé son empreinte dans différents journaux, à l’instar de Takavira et Hehy. Auteur de romans à succès, il est celui à qui l’on doit «Fofombadiko» (Prix Akbaraly en 1972), Hetraketraka et Ilay Vohitry ny Nofy (Prix du ministère de l’Éducation 1972) qui figurent même au programme de l’enseignement.

Cette cheville ouvrière de la malgachisation a également écrit un essai sur «Ny Fanagasiana» en 1975. «Komanga» serait le chant du cygne d’ED Andriamalalala, dont la famille rassemble actuellement  les manuscrits  pour une éventuelle publication.

 

Joachin Michaël

News Mada0 partages

« Herinandron’ny Havatsa »: hotsarovana manokana i E.D Andriamalala

Andrarezin’ny asa soratra ! Emilson Daniel Andriamalala, ilay anarana nahafantarana azy. Tsy holalovam-potsiny ny faha-100 taony fa homarihina manokana ao anatin’ny « Herinandron’ny Havatsa »…

Hiompana amin’ny faha-100 taon’i Emilson Daniel Andriamalala (poety, mpanoratra, akademisiana) ny lanonam-panokafana ny « Herinandron’ny Havatsa », ny 22 oktobra izao, eny amin’ny lapan’ny Akademiam-pirenena malagasy, eny Tsimbazaza. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana amin’izany ny famelomana ny asa sorany hotontosain’ny Havatsa-Upem. Hira sy antsa miaraka amin’ny fianakaviana Andriamalala. Velakevitra « Emilson Daniel Andriamalala sy ny asa sorany », atolo-dRajaonesy Beby Vololona, mpampianatra mpikaroka sy Randriantsimiala Nanoina.

Raha tsiahivina, Andriamalala Emilson Daniel Tsiferana ny anarany. Teraka ny 22 oktobra 1918 tao Toamasina i Emilson Daniel Andriamalala (feno 100 taona amin’ity taona 2018 ity).Nanambady an-dRamialinoro Lalasoa Berthe izy. Niteraka 13 mianadahy izy ireo, dimy lahy sy valo vavy, ka ny roa amin’ny lahy sy ny telo amin’ny vavy no efa maty. Ny 25 mey 1979 no nodimandry teny Itaosy ity andrarezin’ny asa soratra malagasy ity.

Poety sady mpanoratra andrarezina…

… Satria saika nikorisan’ny peniny avokoa na ny tantara foronina, ny sombin-tantara, tantara filalao an-dampihazo, sns. Anisan’ny tena nahalala an’i Emilson Daniel Andriamalala ihany koa ny mpianatra satria tafiditra tao anatin’ny fandaharam-pianarana ny boky nosoratany, toy ny « Ilay vohitry ny nofy ». Nahasarika mpamaky marobe ihany koa ny « Fofombadiko » ny « Zazavavindrano », sns.

Anisan’ny nampiavaka ity mpanoratra ity ihany koa ny nanoratany lahatsoratra famakafakana momba ny teny malagasy. Tao ny « Ohatra sy hoatra » (Fanasina, 1968), ny « Teny iray hatrany ny pasifa » (Vaovao,1968) ny « Ny faingo mihantona » (Dingana, 1969), ny « Haisoratra sy Tsiky » (Hehy, 1971), sns.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Musée du Quai Branly: hita mivantana ilay ranty

Fampirantiana maneho ireo mampiavaka an’i Madagasikara, toy ny kolontsainy sy ny zavakantony ny hetsika miseho ao amin’ny Mozen’ny Quai Branly – Jacques Chirac,  nanomboka ny 18 septambra teo. Tsy diso anjara ny eto Madagasikara fa nahita mivantana izay zava-niseho tany an-toerana, omaly, teny Andraharo. Ranty nahitana ny sanganasan’i Temandrota sy i Pierrot Men ary i Mme Zo.

Fampirantiana ahitana sary, tabilao, sokitra, hairaha araka ny endrika amam-bika, sns, mahatratra 350, mitsinjara ao anatina fizarana telo lehibe. Ao ny maneho an’i Madagasikara tao anatina vanim-potoana naharitra. Ao anatin’izany ireo vakoka nisy tany amin’ny taonjato faha-19.  Ny lohahevitra faharoa, ahitana ny fironan’ny Malagasy teo amin’ny tontolon’ny vintana. Tazana ao amin’ireo fitaovana ampiasaina ao an-trano, sy ny firafitry ny trano izany. Hevi-dehibe fahatelo ny fifamatorana eo amin’ny tontolo hita maso sy ny tontolon’ny maty.

… Anisan’ny maneho ireo rehetra ireo any an-toerana ny saripika nalain’i Pierrot Men, ny asa tanan’i Mme Zo eo amin’ny tontolon’ny lamba sy ny akora, toy ny zavamaniry, ny varahina, sns, ary ny hairaha araka endrika amam-bika sanganasan’i Temandrota.

Ny Fondation H ao anatin’ny Groupe Axian no mikarakara ity hetsika ity.

HaRy Razafindrakoto

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA ANALAVORY MIARINARIVO : Lehilahy iray 21 taona maty an-drano

Raha ny angom-baovao voaray momba ny zava-nisy dia nandeha nilomano, nilalao rano niaraka tamin’ny namany ity zatovolahy ity saingy   natelin’ny rano ka tafalentika lalina. Ireo tanora namany teo amin’ny manodidina no namonjy azy tamin’io fotoana io ary nampandre haingana ny mpiara-monina. Hita tao anaty rano ihany ity farany afaka ora vitsivitsy nikarohana azy saingy  tsy nisy aina intsony rehefa natao ny fizahana.   

Nandeha niala sasatra kely faran’ny herinandro   no anton-dian’ity farany  raha ny fanazavana voaray hatrany kanefa dia  loza tsy nampoizina no nihatra taminy. Fantatra tamin’ny fotoana nanaovan’ny mpitandro filaminana fanadihadiana araka izany fa eny Ambavaha-ditokana Itaosy no tena toeram-ponenany. Efa eo am-pelatanan’ny fianakaviana ny razana ankehitriny.

 Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TSARATANANA : Vehivavy tompona bar sy mpandalo nalain’...

Asehony hatrany fa manjaka tanteraka izy ireo eto amin’ny tany sy ny firenena ary tsy matahotra na iza na iza. Vehivavy roa indray no nisy naka an-keriny, ny alin’ny sabotsy 13 oktobra teo, tao an-drenivohitr’i Tsara-tanàna. Tamin’ny 11 ora sy sasany tany ho any, io alina io no nidiran ‘izy ireo tao amin’ity toeram-pisotroana ity na irony antsoina hoe bar irony, izay sady trano fonenan’ny iray amin’ireo lasibatra.  

Nandondona varavarana toy ireny olona mpanjifa hisotro ireny izy ireo ka novohain’ny tompon-trano.  Olona hafahafa sady mitondra basy no nitsena azy ka nakaton’ ny tompon-trano avy hatrany ny varavarany. Novakian’ireo olon-dratsy ny varavarana ary dia tafiditra ihany izy ireo ka raikitra ny sakoroka. Voadaroka tamin’ny lohany ilay rangahy ka naratra mafy. Araka ny fitantarany dia ny alahady 14 oktobra maraina, dia niantso ireo mpaka an-keriny, ary nambaran’ izy ireo fa 200 tapitrisa ariary no ilain’izy ireo atao takalon’ny aina.

Vehivavy iray hafa avy namonjy alim-bavaka teny amin’ny FJKM ka handeha hody no nandalo nanoloana ilay toeram-pisotroana ary dia sendra ireto mpaka an-keriny ireto ka nentin’izy ireo ihany koa. Ary tsy mbola nahazoam-baovao hatramin’izao. Nisafidy ny tsy hiresaka moa ny vadin’ity ramatoa faharoa ity.

Zaza 13 taona lasibatra

Malaza any amin’ny distrikan’i Tsaratanàna io raharaha io ankehitriny ka mihorohoro ny mponina. Na izany aza dia efa mahalala izao loza izao ireo mpitondra ao an-toerana ka inoana fa handray ny andraikitra manandrify azy ireo avokoa, indrindra amin’izao fotoana fohy mialoha ny fifidianana izao.

Zazavavikely vao 13 taona monja kosa no lasibatra tao Bevilany, kaominina Tsararano ao amin’ny distrikan’i Maevatanàna iny . Nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika (kalachnikov sy basimborona ary zavamaranitra) ireo dahalo maromaro. Nanao tifitra  variraraka izy ireo rehefa niditra ny tanàna ary avy hatrany dia nivantana tamin’ny tranon’ny mpandraharaha iray. Araka ny tatitra azonay tany an-toerana dia ny zanak’ ilay mpandraharaha, zazavavy vao 13 taona monja no nentin’ireo jiolahy. Olona iray kosa no voatifitra ka namoy ny ainy nandritra ny fanafihana. Hatreto aloha dia tsy fantatra izay tadiavin’ ireo jiolahy saingy azo an-tsaina avy hatrany fa natao takalon’aina indray ity zazavavy ity, entina mitaky vola amin’ny fianakaviany. 

Efa zary fanao amin’ny toerana maro eto Mahajanga ity fakàna an-keriny ity, saingy ao amin’ny Faritra Betsiboka dia manjaka mihitsy izy io, ka hatramin’ny zaza vao 2 na 3 taona monja dia efa misy maka, anaovana takalon’aina raha mandeha milalao irery. Tsy antoandro tsy alina fa dia manjaka tanteraka ireo jiolahy. Efa taona maromaro no nisian’izao tranga izao fa tsy mahatosika azy ireo mhitsy ny mpitandro filaminana. Matetika dia zandary roa na telo ihany no mipetraka amin’ny tanàna kelikely toy ireny ary antsoina rehefa misy asan-jiolahy na asan-dahalo. Indrainday anefa tsy mipetraka amin’ireny tanàna ireny izy ireo fa mamita iraka fotsiny ary miala any rehefa faran’ny herinandro. Fantatr’ireo olon-dratsy tsara izany ka hararaotiny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

AMBOHIBAO - MOTO NIFATRATRA TANY ANATY KAMIAO : Lehilahy iray namoy ny ainy

Noho ny tsy fitandremana madinidinika, fidorohana zava-mahadomelina sy fisotroana alikaola diso  tafahoatra ary tsy fanajana ny hafainganam-pandeha no anisany tena antony iray lehibe nampirongatra ny lozam-piarakodia tato ho ato raha ny fanazavana voaray matetika avy amin’ny mpitandro filaminana. Voatsindry manokana amin’izany ny fisetrasetran’ireo zatovo mpandeha moto eto an-drenivohitra, eny fa  na ny any amin’ny faritra aza, izay tena azo lazaina fa nahitana olona betsaka indrindra namoy ny ainy tamin’ity taona 2018 ity.

Araka ny loharanom-baovao voaray, omaly teo am-panoratana àry dia teny amin’ny Kaominina Ambohibao Antehiroka, lalam-pirenena fahaefatra iny indray no nisehoana lozam-pifamoivoizana nahafatesana olona, ny alahady lasa teo tokony ho tamin’ny telo ora latsaka fahefany tolakandro. Lehilahy nitondra ilay moto niharan-doza no voalaza fa nindaosin’ny fahafatesana rehefa tsy nisy hevitra intsony ny  fomba nitsaboana azy noho ny ratrabe sy ra nandriaka teo amin’ny faritry ny lohany. 

Nandeha mafy loatra ity farany ary nahatafasongona fiara tsy mataho-dalana iray marika “Nissan” saingy avy hatrany dia nifatratra tany anaty kamiao nifanena tampoka taminy. Noezahina nentina tany amin’ny hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona araka izany ity naratra fa vao tonga teny anefa dia efa tsy nisy aina intsony izy. Nandritra ny fisavana ny mombamomba azy moa tamin’io fotoana io dia fantatra fa tsy nisy taratasy nahalalana azy na ny iray aza. Mbola eo am-panohizana ny famotorana lalina ny zandarimaria misahana ny raharaha eny an-toerana, amin’izao fotoana izao.

 Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MAEVATANANA : Nampanantena angidimby folo i Andry Rajoelina hiadiana amin’ny asan-dahalo

 “ Fantatro fa tena tia ahy ianareo fa tiako ho fantatrareo koa fa tena tia an’i Maevatanàna i Andry Rajoelina ”, hoy izy nanomboka ny laha-teniny. Notsiahiviny nandritra ny lahateniny fa efa tamin’ ny toana 1976 no nisy nanamboatra farany ny lalana ao Maevatanàna. Dobo-drano hatrany ny fokontany iray ao an-toerana isaky ny fotoam-pahavaratra ka fotaka no iainan’ ny mponina. 

“ Rehefa lany aho dia hamboarintsika ny lalana rehetra eto an-tampon-tanàna. Hataontsika maeva i Maevatanàna. EPP hatao manara-penitra toy ny any ivelany mba hianatra anaty fandrosoana ny zanaka malagasy iray manotolo misy salle informatique misy terrain de foot synthétique, bibliothèque… Tsy fahefana no tadiaviko fa matoa aho mijoro dia hanavotra an’i Madagasikara ”, hoy ny kandidà Andry Rajoelina nanohy ny teniny.

Hanome asa ny tanora

Nasongadiny tao anatin’ ny kabariny fa maro ireo tanora tsy an’ asa, ka “ tanora ihany no afaka hamaha izany olana izany ”. Mila tanora mitovy aminao, hoy izy, tanora manana vina sy niomana ary mahafantatra ny hetahetam-ponao ny hanavotra firenena. Renivohitry ny volamena i Maevatanàna. Saingy tsy misitraka ny tombon-tsoa avy amin’ izany ny ankamaroan’ ireo mponina ao an-toerana. Mba hanatsarana ny fiainan’ ireo vahoaka ao an-toerana, hisy ny fanorenana “ fonderie ”, ka io no hijery ny vidin’ ny volamena mba ho tombontsoa ho an’ ny mpitrandraka. 

“ Ny 5% ny vola miditra dia hanaovana fotodrafitr’asa manara-penitra ho fampandrosoana ny tanàna. Hasiantsika toeram-pivoahana manara-penitra eto. Hasiantsika fanavaozana ary hatao manarapenitra avokoa ny ao anatin’ny hopitaly eto Maevatanàna. Hovitaintsika ao anaty fotoana fohy izany asa rehetra izany. Betsaka ny zavatra hataontsika. Hitondra famoronana asa ho an’ny tanora satria fantatro ny fijalian’ny tanora mitady asa ”, araka ny voalaza hatrany. Hisy ny fanomezana famatsiam-bola tsy misy zana-bola ho an’ ireo tanora hanangana orinasa. 

Hatao laharam-pahamehana ny ady amin’ ny tsy fandriampahalemana ka hisy ny fividianana angidimby miisa folo farafahakeliny hiadiana amin’ ny asan-dahalo ary hapetraka ny  “ Unité spéciale d’intervention ”. Nambarany koa fa “ hanamboarana kianja manara-penitra i Maevatanàna. Hampidinitsika hatramin’ ny 30 isan-jato ny ny vidin’ny simenitra farafahakeliny ”.  

Ny Fanoratana  

Ino Vaovao0 partages

FIHAONAMBEN’NY CS-ANR TOAMASINA : Nifampahatsiahy amin’ ny fanohanana ny Kandidà N°13

Telo taona izay no nisian’ny CS-ANR (Comité de Soutien Andry Nirina Rajoelina). Telo taona  koa no nitantanan’i Omega io andraikitra mpandrindra provinsialy io. Ny antoandron’ ny alatasinainy 15 oktobra, nisy ny resadresaka nifanaovana taminy tao amin’ ny foiben-toeran’ny CS-ANR ao Mangarivotra Toamasina.

Ino Vaovao  : Inona ireo asa vita nandritra izay telo taona izay  ?

Omega  : Ny fametrahana ireo rantsana any ifotony no nanombohako ny fitantanana. Napetraka ireo rafitra CS-ANR tany amin’ireo distrika 18 manerana ny faritanin’i Toama-sina. Nitohy tamin’ny fametrahana ny CS-ANR teny anivon’ny kaominina sy ny fokontany izany. Rakotra CS-ANR ireo rehetra ireo. Mampiavaka ny CS-ANR ny fikirizan’ny mpikambana tsirairay ao anatiny. Tao anatin’ ny telo taona izay, dia tsipaipaikan’ny mpikambana hatrany no mampandeha ny CS-ANR Toamasina. Fikambanana mametraka fomba fijery vaovao. Mila mandray anjara mavitrika amin’ny fampandaniana izay olona tiany hitondra ny firenena ny mpikambana. Izany no nahatonga anay, efa ela no nanana Q.G. Tsy mety aminay ny mivory anaty toeram-pisotroana, ka aleonay nanokatra QG eto Mangarivotra. Tsipaipaikan’ny mpikambana no andoavana ny hofan-trano. Tafapaka amin’ny mpikambana CS-ANR ilay teny baikon’ny filoha Rajoelina, Fitiavana no lehibe indrindra.

Ino Vaovao  : Ahoana ny lafiny sosialy  ?

Omega  : Mavitrika ny mpikambana. Be ireo asa sosialy efa natao. Anisany hetsika faramparany nataonay ny fanampiana ireo traboina tao Tanambao V nanomezana vary sy kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro. Tsy afa-misaraka amin’ ny CS-ANR Toamasina ny fanaovana asa sosialy.

Ino Vaovao  : Nisy hetsika nataonareo tamin’ny sabotsy teo, inona no tena tanjona  ?Omega  : Nosafidina manokana nanaovana hetsika ny sabotsy 13 oktobra nentina nampatsiahivana ireo mpikatroka CS-ANR fa laharana faha-13 ny kandida Rajoelina. Natao tamin’io sabotsy 13 oktobra io koa ny fihaonambe tao amin’ ny kianja mitafo Soavita ho fifankahafantarana misimisy eo amin’ny mpikambana hatrizay sy ireo mpikambana vaovao. Omby iray no natao nofon-kena mitam-pihavanana tamin’io fotoana io.

Ino Vaovao  : Fanambin’ny CS-ANR Toamasina amin’izao fifidianana filoham-pirenena izao  ?

Omega  : «  1er tour dia vita  !  »  Vonona ny CS-ANR hanatanteraka io fanamby io. Miasa andro aman’alina ny mpikambana CS-ANR manao fampielezan-kevitra any anaty fokontany rehetra any. Modely amin’ny CS-ANR manerana an’i Madagasikara ny CS-ANR Toamasina ka hoporofoinay amin’ny voka-pifidianana izany.

Ino Vaovao  : Misy mikasa hampihemotra fifidianana, hevitry ny CS-ANR

Omega  : Tsy fanemorana na fanafoanana fifidianana velively no vahaolana. Fanitsiana ireo lesoka madinidinika no tokony hatao fa tsy fanemorana. Efa nandrasan’ny vahoaka Malagasy fatratra io fifidianana Filoham-pirenena 2018 io, ka aleo haneho ny safidiny ny Malagasy. Ireo mpanao politika matahotra fifidianana sy te hisian’ny tetezamita lavareny ireo mitabataba ireo.

Nangonin’i Kamy

Ino Vaovao0 partages

FAMPIELEZAN-KEVITRA : Ho hentitra amin’ireo kandidà tsy manara-dalàna ny Céni

Tombana ho an’ny herinandro voalohany dia efa tsikaritra sahady ny tsy fanarahan-dalàna nataon’ireo kandidà sasany. Nilaza ny teo anivon’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana, omaly fa hijoro hanara-maso izany izy ireo. 

Manitsaka ny herinandro faharoa anatanterahana ny fampielezan-kevitra ankehitriny ireo kandida 36. Amin’ny ankapobeny nizotra tamin’ny an-tsakany sy an-davany izany ho an’ny herinandro voalohany. Samy niezaka nanao izay nampiavaka azy ireo kandidà tsirairay avy. Nisy ireo avy hatrany dia niroso tamin’ny fitetezam-paritra, nisy ireo nijanona nanao hetsika teto an-drenivohitra ary tsy vitsy ihany koa ireo nisafidy sy nanohy ny fitakiana izay efa tsy nahitam-bokany hatramin’izay. Anisany niteraka resabe ihany koa tamin’ iny herinandro voalohany iny ny fahitana ireo endrika tsy fanarahan-dalàna nataon’ireo kandidà sasany. 

Anisan’izany, ohatra, ny fahitana ny peta-drindrin’ireo kandidà amin’ny toerana tsy tokony hipetrahan’izany akory. Efa misy toerana natokana ahafahan’ireo kandidà mametraka ny peta-drindrina ary samy manana ny anjara toerany araka ny laharany avy ny kandidà tsirairay avy. Manoloana izany indrindra dia nanao fanambaràna ny teo anivon’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana na ny Céni omaly. Nambaran’izy ireo fa misy ny lalàna mifehy ireo kandidà ao anatin’izao fampielezan-kevitra izao ka izay minia mandika izany dia iharan’ny sazy henjana, toy ny fanafoanana ny vato azo ary mety hiafara amin’ny famonjana mihitsy. 

Hijoro ho mpanara-maso izay mety ho endrika tsy fanarahan-dalànahataon’ ireo kandidà ny Céni ary tena ho hentitra izy ireo amin’izany, araka ny voalazan’izy ireo. “Ny fepetra horaisin’ny Céni dia manao antso avo aloha izahay androany. Ny tranon’olon-tsotra rehefa tsy mitaraina ilay tompony dia heverina ho manaiky ihany raha tokony hatao an-tsoratra mihitsy ny fanomezan-dalana. Hatreto mbola tsy nisy ny fitarainana ofisialy”, hoy ny voalazan’ ny solontenan’ny Céni. Fantatra fa anisany manana anjara andraikitra lehibe amin’izany ny solontenan’ireo kandidà eny amin’ny Céni, izy ireo no iantefan’ny fitarainana avy hatrany raha toa ka misy ny endrika tsy fanarahan-dalàna.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

JMJ MADA IX TETO MAHAJANGA : Tontosa soa aman-tsara, diosezin’Antsirabe no handray ny andiany fahafolo

 Teny amin’ny tany malalaky ny Saint Joseph Belobaka indray no nifampitaona ireo tanora avy amin’ny lafivalon’ny nosy, nanatrika ny lamesa famaranana izay nandraisan’ireo Eveka sy relijiozy maro anjara ihany koa. Nandritra izany dia nanome hafatra ny tanora ny Papa François. «   aza mitoetra irery, hoy izy, fa ny fiangonana dia fianakaviana lehibe izay ahitanao fanohanana sy fampaherezana hatrany. Teny frantsay no niresahan’i Papa tamin’ireo tanora malagasy. 

Ny fahasoavan’ Andriamanitra dia harena lehibe mora hadino, hoy hatrany izy satria tsy manao didy jadona izy, fa manome safidy hatrany. Henoy ny fanasan’ny Tompo, hoy izy ary valio amin’ny fo manontolo. Ambarao ny rehetra, hoy hatrany izy fa tian’i Jesoa isika ary rehefa miaraka aminy dia afaka avokoa ny tahotra rehetra. Tanteraho ny nofinareo ary miaraha miasa hanorina ny ho avinareo sy ny an’ny firenenareo. Mikatsaha hatrany ny soa sy ny tsara ho an’ny hafa. 

Tsiahivina moa fa ny filamatra tamin’ity taona ity dia “aza matahotra ry Maria fa sitrak’Andriamanitra Ianao”.  Natao ho anareo tanora rehetra io tenin’ny anjely tamin’i Masina Maria io, hoy hatrany izy. Jeren’ Andriamanitra am-pitiavana, fanajana sy  malefaka ianareo.  Fantany ny tahotrareo sy ny fahalemenareo. Rehefa miaraka aminy dia mety daholo ny rehetra. Napetrak’i Masina Maria teo am-pelatanany ny zava-drehetra ka manaova toa Azy. Raiso ny fanomezan’Andriamanitra ary sokafy lehibe ny fo. Mivavaka ho anareo aho, hoy ny Papa ary mangataka ny vavakareo ho ahy sy ho an’ny Evekanareo ihany koa. Nambara nandritra ny famaranana fa any Antsirabe indray no handray ny JMJ Mada X afaka telo taona.

Nitodi-doha samy namonjy ny diosezy niaviany

Efa nisy ny niainga ny alahady alina. Ny ankamaroany kosa dia niainga ny alatsinainy maraina teo ary hitohy hatramin’ny talata. Amin’ny ankapobeny dia nilamina tsara ny JMJ Mada IX, izay natao teto Mahajanga, na dia nisy aza ny tsy fahatomombanan’ny fikarakarana indraindray. Amin’ny havoriana toy izao mantsy dia sarotra ny hahita ny tonga lafatra fa ny zava-dehibe dia betsaka ny ezaka natao. Nanomboka tamin’ny fandrindrana ny fifamoivoizana amin’iny lalam-pirenena fahaefatra iny. 

Ny fametrahana rafitra afaka mandray an-tanana avy hatrany raha sanatria misy loza. Ny fandaminana isan-karazany natao teto Mahajanga, na amin’ny lalana na amin’ny sehatry ny fandriampahalemana. Nahomby avokoa ny paika ka na ireo asa ratsy sy asan-jiolahy faheno andavanandro aza dia nangina avokoa. Betsaka ihany koa ny fotodrafitrasa vita tsara. Anisan’ izany ny fametrahana jiro eny amin’ny Soma beach village touristique sy ny fokontany sasany, ny fametrahana dabam-pako lehibe sy ny fakana azy ireo ara-potoana mba tsy hamoaka fofona maimbo. Saika nahazo trano fivoahana sy fidiovana avokoa ireo toerana nandraisana ireo tanora mpizaika. Zava-dehibe ihany koa ny nahavitana ireo lalana maro eto an-tampon-tanànan’i Mahajanga. Marina fa bonbon voanjo na tip top izy ireo saingy mandamina ireo mpampiasa lalana maro. 

Ny antenaina fotsiny dia mba hateza izy ireo fa tsy ho potika raha vao avy ny orana. Amin’ny ankapobeny dia afa-po ireo mpizaika na nisy aza ny fahasorenana madinidinika amin’ny fizaràna sakafo sy ny karazana sakafo natolotra. Niezaka ireo tanora katolika eto Mahajanga nanatanteraka ny anjara lahasa napetraka taminy tamin’ny fandraisana ireo tanora avy amin’ny diosezy hafa. Ao ireo nandamina sy nitandro ny filaminana isaky ny toerana nametrahana ireo mpizaika, ao koa ireo nahandro sy nizara sakafo, ny nivarotra ireo tee-shirts, ny nizara ny kit nomena ireo mpizaika latsaka kelin’ny 30 000 isa izay tonga teto.

Nandritra ny fotoana nampalalaka ireo mpizaika dia anisany toerana ihazakazahan’izy ireo tsidihina ny teny amin’ny bord, ny maka sary amin’ny baobab. Nifanindra an-dalana tamin’ny foara Boeny mionjo rahateo ny fotoana malalaka ho azy ireo ny alarobia tolakandro teo ka maro ireo nitsidika teny. Nivoitra tokoa fa mahay mandray vahiny i Mahajanga.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

BNI MADAGASIKARA : Manome tolotra isan-karazany ny mpanjifany momba ny fanorenana trano

Anisany mpanohana mavitrika sy mandray anjara amin’ izany toy ny isan-taona hatrany ny banky BNI Madagasikara ka hita teny an-toerana ny tranoheva  nisy ireo tompon’andraikitra vonona nandray sy nifampitafa tamin’ny mpanjifany. Tolotra maro sesehena no nampiavaka azy tamin’ity taona ity mba ho fitsinjovana ny vahoaka Malagasy manoloana ny fikasana hanorina trano na fanavaozana na ihany koa fividianana trano. 

Tsara marihina fa mbola marefo  dia marefo isika eto Madagasikara raha ny momba ity taotrano ity no resahina. Ho fampirisihana ny mpanjifa mba hiroso any amin’ny tsara sy fampivoarana dia vonona hiara-hiasa akaiky ity banky ity amin’ny alalan’ireo tolotra maro  mahakasika ny fampindramam-bola, izay  hohamoraina kokoa ny fahazoana azy, hanamorana ny fanorenana trano miaraka amin’ny “ soldis garantie”. 

Nivoitra tamin’ny fotoana  nihaonan’ny tompon’ andraikitra tamin’ny mpanjifa teny  Tanjombato io moa ny resaka famerenana ny vola nindramina hatramin’ ny 18 taona any ho any. Miezaka manakaiky ny vahoaka hatrany araka izany ity banky ity mba  hisongadina ny fampandrosoana sy fandraisana andraikitra ahazoan’ny mpanjifa tombontsoa hatrany.

Tatianà R.

Midi Madagasikara0 partages

Tsaratanana : Vehivavy roa lasa an-keriny, mitaky 200 tapitrisa ariary ireo olon-dratsy

Ny faran’ny herinandro teo dia nisiana fakàna an-keriny indray tany amin’iny faritra Betsiboka iny. Tao amin’ny fokontany Morafeno ao amin’ny distrika Tsaratanàna dia vehivavy roa, 35 taona sy 20 taona no nalain’ireo dahalo an-keriny. Vola mintenina eo amin’ny 200 tapitrisa ariary teo no notakian’ireo olon-dratsy tamin’izany.

Tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany alina teo ho eo no niseho ity fanafihana niharo fakàna an-keriny, araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandary. Fitolahy ireo olon-dratsy tamin’io fotoana io, izay nirongo basim-borona sy zava-maranitra isan-karazany. Ny tokantrano nisy ireto vehivavy ireto avy hatrany no nanaovan’izy ireo amboletra nidirana. Nentin’ny tahotra rahateo ireo tompon-trano ka tsy sahy nanohitra velively ireto mpanafika. Rehefa avy nandroaka izay zavatra sarobidy rehetra tao amin’ity tokatrano ity ireo olon-dratsy, izay niaraka tamin’ny vola iray tapitrisa ariary, dia nentin’izy ireo natao takalon’aina ny vehivavy roa. Taorian’ny fanafihana dia nifandray an-tariby tamin’ireo fianakaviana ireo olon-dratsy ary mitaky vola manodidina 200 tapitrisa ariary ho solon’ny famotsorana ireto andriambavilanitra.

Rehefa nisy ny fifandresen-dahatra sy ny ady varotra teo amin’ireo fianakaviana sy ny ireo mpaka an-keriny dia tapaka teo fa 10 tapitrisa ariary no omen’ireo mpitazona azy roa vavy. Ny alahady tokony ho tamin’ny fito ora sy sasany hariva teo no natao ny fifanakalozana tao amin’ny fokontany Amparihimaina. Rehefa azon’ireo olon-dratsy ny vola dia navotsotr’izy ireo, ireto vehivavy ireto. Avotra soa aman-tsara ary salama vatana sy saina izy ireo raha ny fampitam-baovao azo. Tsy nijanona teo moa ny raharaha fa niditra an-tsehatra avy hatrany ireo mpitandro filaminana, niezaka nikaroka sy nanenjika ireo olon-dratsy. Mbola nitohy hatramin’ny omaly izany hazalambo izany nataon’ireo mpitandro filaminana izany.

Raha ireo terantany vahiny tokoa no lasibatry ny fakàna an-keriny aty an-drenivohitra, dia ireo mpandraharaha malagasy na ny fianakaviany indray no ataon’ireo dahalo hazalambo any amin’iny faritra Betsiboka iny. Tao anatin’iny herinandro nivalona iny dia efa trangana fakàna an-keriny telo no niseho tany an-toerana. Ny voalohany tao Andriba, izay marihana fa mbola tsy hita hatreto ilay mpandraharaha lasa an-keriny, ny faharo tao Maevatanana ary ity niseho tao Tsaratanana ity ny farany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

« Fanjakana Gasy » : Atteinte à l’unité nationale

L’arrestation de Rajoharison Rainidina a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Le « Fanjakana Gasy » a affolé la toile et une partie de l’opinion dans la mesure où, pareille initiative est une menace voire une atteinte à l’unité nationale. Qui plus est en cette période de campagne électorale où tous les coups sont permis sauf ce qui est interdit par les textes. En particulier par la loi fondamentale qui consacre en son article premier alinéa 1er que « Le peuple malagasy constitue une Nation organisée en Etat souverain, unitaire, républicain et laïc ». Le même article d’ajouter en son alinéa 4 que « Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité territoriale de Madagascar ».

Rébellion.  Le fait de vouloir créer un Etat dans l’Etat est pénalement répréhensible en ce qu’il s’apparente à un acte de rébellion et/ou à une velléité de sécession qui resurgit avant, pendant ou après les élections tel que c’était le cas en 2002 avec la tentative avortée de transformer les provinces autonomes en Etats fédéralistes dans le maelström de la crise post-électorale. C’est pour éviter pareille dérive que le gouvernement a coupé l’herbe sous le pied des initiateurs de ce « Fanjakana Gasy » qui remet en cause la restauration de l’autorité de l’Etat et l’instauration d’un climat d’apaisement dans la perspective du scrutin du 7 novembre contre lequel, les anti-élections veulent à tout prix – au propre comme au figuré – jouer un mauvais tour.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Alimentation : Le gaspillage alimentaire, un phénomène mondial à éradiquer

La réduction du gaspillage alimentaire est un effort mondial contribuant à l’atteinte de l’ODD 2 « Faim zéro en 2030 ».

« Agir pour l’avenir ». Le thème de 2018 pour la journée mondiale de l’alimentation (JMA), célébrée chaque année le 16 octobre, est en prévision de l’horizon 2030, échéance à laquelle, le monde devra atteindre le second objectif de développement durable (ODD) « Faim zéro ».

 Aujourd’hui, l’heure est ainsi à l’interpellation, plus qu’une sensibilisation,  pour intensifier les efforts visant à éradiquer la faim dans le monde. Un objectif qui n’est pas en bonne voie d’être atteint dans la mesure où les derniers chiffres indiquent une nouvelle hausse des cas de faim chronique et de malnutrition dans diverses régions du monde. Ce problème, bien connu à Madagascar, met face à une réalité criante où près d’un million de personnes sont directement touchées, principalement dans la partie sud du pays. Dans le cadre de la JMA, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) incite à des actions concrètes en faveur de l’alimentation et l’agriculture. En fait partie la lutte contre la malnutrition, sachant qu’actuellement 821 millions de personnes dans le monde ont régulièrement faim, tandis que près de 2 milliards de personnes sont, en revanche, en surpoids, dont 672 millions d’adultes obèses d’après les chiffres indiqués par la FAO.

Semences résistantes. Les actions en faveur des agriculteurs figurent également parmi les priorités afin de s’acheminer vers l’atteinte de l’ODD 2. Un objectif possible à atteindre, à condition d’agir vite et efficacement, souligne la FAO. Au chapitre de l’agriculture, par exemple, la vulgarisation de l’utilisation de semences plus résistantes à la sécheresse figure entre autres, parmi les objectifs en vue d’une meilleure production agricole dans les zones régulièrement frappées par la sécheresse, notamment en raison du changement climatique. Parallèlement, l’adoption de meilleures habitudes alimentaires et la lutte contre le gaspillage alimentaire, contribueront à l’amélioration de la situation en matière d’alimentation et de sécurité alimentaire. Le gaspillage alimentaire, renvoyant à la perte alimentaire au niveau de la phase de consommation, implique le fait de jeter la nourriture alors qu’elle est encore considérée comme comestible.

1 milliard de tonnes à la poubelle. Ce phénomène, qualifié de scandale, est estimé à plus d’un milliard de tonnes de denrées alimentaires jetées à la poubelle chaque année, dont une partie, encore non déballée. Les ménages d’Amérique du Nord, d’Europe et de la partie industrialisée de l’Asie enregistrent les plus grandes quantités de nourritures gaspillées dans le monde, avec respectivement 110kg, 90kg et 80kg par consommateur par an. Si l’on y ajoute les pertes alimentaires à la production, après la récolte et lors des stades de transformation, ces quantités équivalent respectivement à 295kg, 280kg et 240kg par personne par an. En Afrique subsaharienne, les pertes et gaspillages alimentaires sont de l’ordre de 160kg par personne par an, dont seulement 5kg par personne au niveau des consommateurs, le reste étant des pertes survenant à diverses échelles de la production, de la récolte et de la transformation.

Des comportements simples permettent pourtant de combattre ou au moins, de réduire le gaspillage alimentaire. Entre autres, la valorisation des restes de nourriture en les utilisant comme ingrédients d’un nouveau plat ; la congélation des restes pour une utilisation ultérieure, ou encore la limitation des achats en nourriture, en établissant une liste afin d’éviter d’acheter au-delà des besoins réels.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Telma : Un nouveau Shop à Ampasanimalo

Un Telma Shop au « Le Colisée » à Ampasanimalo.

Telma continue l’extension de son réseau de distribution.  Un nouveau Shop  Telma a été inauguré  vendredi  dernier à Ampasanimalo.  Plus exactement dans la  galerie commerciale « Le Colisée », située près de Shoprite. Ce nouveau Shop permettra aux habitants d’Ampasanimalo et de ses environs d’avoir un accès plus facile à toutes les offres mobiles et Internet.  Les nouveaux produits actuellement en vogue chez Telma y sont proposés. Pour ne citer, entre autres, que le F1 + 4G, ou encore le Legend. Les smartphones haut de gamme comme le Huawei Mate 10 et le Huawei GR3 y sont également disponibles.  Sans oublier les services classiques comme MVola, retrait et dépôt, ouverture de compte… Disposant de la connexion « Fibre by Telma », ce nouveau point de vente invite les clients à expérimenter l’Internet très haut débit sur leurs tablettes et smartphones.  Une équipe d’experts dynamiques et passionnés  attendent  les clients  au nouveau Shop Telma de l’immeuble « Le Colisée » d’Ampasanimalo.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

CENI-EISA : Pour une participation massive aux élections

Une campagne de sensibilisation a été menée dans la ville de Toliara.

En vue des prochaines élections présidentielles et législatives, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), en partenariat avec l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA), a lancé une grande campagne nationale de sensibilisation et d’éducation civique, hier, dans la ville de Toliara.

La campagne, qui durera jusqu’en avril 2019, entre dans le cadre du Projet de Soutien au Cycle Electoral de Madagascar (SACEM), financé par un basket-fund et mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Alors que la date du prochain scrutin présidentiel approche, le défi de la participation citoyenne reste un enjeu majeur et nécessite plus que jamais des efforts sans relâche de la part des acteurs investis dans la réussite du processus. En effet, le vote massif de tous les électeurs constitue une garantie fondamentale pour la tenue d’élections crédibles, inclusives et acceptées par tous, que la CENI et ses partenaires appellent de tous leurs vœux.

Sensibilisation. Cette campagne nationale de sensibilisation et d’éducation civique électorale est menée dans les 119 districts du pays et vise tous les électeurs, en particulier ceux des zones rurales ayant souvent peu accès aux informations électorales, ainsi que les femmes et les jeunes. Elle entend encourager la participation effective de tous les électeurs le jour du vote, tout en leur transmettant l’ensemble des informations utiles au plein exercice de leur droit.

Education civique. La campagne impliquera une diversité d’acteurs de la société civile œuvrant au niveau local et ayant bénéficié préalablement de renforcements de compétences en matière d’éducation civique électorale de la part de la CENI, EISA et du projet SACEM. Les citoyens malgaches seront ainsi sensibilisés à l’importance du vote, à leur devoir de citoyen de choix responsable, et seront initiés aux procédures de vote et à l’usage du bulletin unique pour éviter tout risque de vote perdu. Notons que le président de la CENI, Maître Hery Rakotomanana, a officiellement lancé la campagne au cours d’une cérémonie au Kily Soafilira, Toliara, hier.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique fusion : Ragasy de nouveau en selle

Ragasy Band prêt à tambouriner la scène

Plus de 20 ans à créer mille et une percussions, Ragasy n’en a pas encore fini avec la musique. Jeudi, c’est sa casquette de musicien qu’il arborera avec ses complices de scène au Kudéta Anosy

Luthier de profession, Ragasy est également un musicien hors pair. Animé d’un talent et d’une passion transmis de père en filles, l’artiste forme avec ses complices de scène le Ragasy Band. Habituée des festivals et multiples manifestations culturelles, la bande à Ragasy retrouvera les mélomanes ce jeudi au Kudéta Anosy  le temps d’un showcase.

Ragasy Band est un groupe Malagasy, qui met en avant les rythmes traditionnels du pays,tout en apportant une touche de modernité dans ses compositions. Se basant essentiellement sur le « vakodrazana », sa musique mélange suavement celle du terroir avec d’autres rythmes du monde. Allant des rythmes latinos aux mélodies antandroy, sans perdre de cet enchantement foklorique de la musique de nos contrées.

Faisant des percussions leurs instruments de prédilection, Djembe, Steeldrum, batterie et basse se mélangent et s’harmonisent. Depuis sa genèse il y a dix ans, Ragasy band rassemble Mila Faratiana, qui n’est autre que la digne fille de son père. Auteur/compositeur, la jeune femme est au micro, armée de ses baguettes derrière son « apongavy », une version revisitée du steeldrum ou  tambour d’acier qui retrouve ses origines dans les îles Caraïbes.   A ses côtés, place à Bruno aux percussions, Raince Aponga MazavaLoha à la batterie et Daddy à la basse.

Ce sera une soirée où les amateurs de bonne musique auront leur part, mais surtout une occasion de (re)découvrir les instruments by Ragasy. Ces instruments traditionnels mais également des luths inspirés des multiples instruments du monde entier. Plus qu’un simple spectacle, ce sera un moment d’évasion musicale  instructif multiculturel. Inconditionnels d’art et de musique, soyez aux aguets !

 ZoToniaina

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le diabète : Randonnée et dépistage le 20 octobre

« Bougeons contre le diabète ». Plus qu’un slogan, un véritable mot d’ordre incitant le public à pratiquer une activité physique pour lutter efficacement contre le diabète. Pour joindre l’utile à l’agréable, l’office régional du tourisme d’Analamanga (ORTANA) prévoit ce samedi 20 octobre 2018 une randonnée de 3h30 à laquelle, les grands adeptes de la randonnée, comme les moins expérimentés, pourront participer. Une occasion permettant de bien se dépenser tout en admirant le paysage rural de l’Est d’Analamanga. La randonnée partira en effet d’Ambatomanga ,et amènera les randonneurs sillonner la campagne de cette partie des Hautes Terres centrales, ses collines et ses vallées, et admirer un paysage exceptionnel. Et comme le village d’Ambatomanga est surtout réputé pour son fromage et ses produits de transformation du lait, les randonneurs auront la possibilité d’effectuer quelques achats sur place. Bref, une belle manière de prendre soin de sa santé à la fois par l’activité physique et une bonne alimentation. Par ailleurs, plusieurs autres activités seront prévues durant cette journée, notamment le dépistage du diabète avec l’association malgache contre le diabète ou AMADIA.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque : Madagascar remporte le trophée L’Equipe

Enfin, une bonne nouvelle pour la pétanque malgache qui est montée sur la plus haute marche du podium du Trophée L’Equipe. C’était dimanche où Rado, Ram’s et Cocklet ont battu les Cambodgiens sur le score de 13 à 3.

Une véritable démonstration qui efface quelque peu l’amère défaite de 1 à 13 contre les Allemands à la dernière Coupe du Monde au Canada.

Cette fois, Radotiana Rajaobelina qui faisait partie de l’équipe au Canada n’a pas tremblé car il avait devant lui, le pointeur Hariliva Andrianasolo Ram’s mais également le milieu Cocklet de son vrai nom Allain Samson Mandimby. Des Cambodgiens qui pensaient pourtant avoir réussi l’essentiel en battant les nouveaux champions du monde français Dylan Rocher, Suchaud et Puccinelli en demi-finale, mais c’était mal connaître la hargne des Malgaches victorieux de la Tunisie de Bougriba, Benbrahim et Hammami par 13 à 4 dans l’autre demi-finale.

L’exploit est d’autant plus retentissant lorsqu’on sait qu’au barrage, ces mêmes Cambodgiens avaient déjà battu des figures de légende de la pétanque française avec Quintais, Foyot et Fazzino avec un score éloquent de 13 à 4. Au final, il y a un homme heureux, c’est Saminirina Razafindrakoto qui a assuré la fonction de coach de l’équipe malgache.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Les Barea ont débarqué dans la soirée d’hier

Les Barea n’ont pas pu embarquer qu’ hier vers Midi de Malabo pour arriver après un transit en Tanzanie vers 21h. Un voyage harassant même si les Guinéens se trouvaient dans les mêmes conditions dans un avion spécial qu’ils ont affrété.

Une tacle par derrière de la fédération de la Guinée Equatoriale avec qui, la FMF a passé un contrat pour que les Barea arrivent le dimanche vers 15h et non dans la nuit du dimanche comme le prévoyait le vol commercial prévu initialement pour l’équipe malgache.

Et si la FMF a choisi de négocier avec la fédération guinéenne, c’est justement pour préserver les Barea de la fatigue du voyage. Mais apparemment, cela a foiré tout simplement parce que la fédération de la Guinée Equatoriale n’a pas tenu parole comme quoi, le vol serait le dimanche à 6 h.

Comme elle invoquait une autorisation de survol de la Tanzanie, la Secrétaire Générale de la FMF a saisi son homologue de la Tanzanie pour intervenir auprès des autorités tanzaniennes et l’affaire est réglée une heure après. En clair, l’avion aurait pu partir au plus tard le dimanche à 9h mais la Fédération guinéenne ne l’a pas fait d’autant plus qu’elle avait dit à la délégation malgache de rentrer à l’hôtel.

L’attitude de la Guinée Equatoriale qui s’apparente à un coup vache est néanmoins compréhensible car elle n’a plus grand-chose à espérer pour ce qui est de la qualification. Et  qu’après ce match de mardi, elle va encore affronter le Sénégal tandis que Madagascar reçoit le maillon faible du groupe, en l’occurrence le Soudan. C’est tout aussi simple.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Session parlementaire : Vers un absentéisme record à Tsimbazaza et à Anosikely

C’est encore le calme total à Tsimbazaza à une semaine de l’ouverture de la deuxième session parlementaire.

La plupart – pour ne pas dire tous – des députés et des sénateurs se trouvent actuellement sur le terrain de la campagne électorale en train de convaincre les électeurs à voter pour leurs candidats.

La deuxième session ordinaire du Parlement (Assemblée Nationale et Sénat) commencera le troisième mardi du mois d’octobre. Les députés et les sénateurs se retrouveront donc mardi prochain à Tsimbazaza et à Anosikely. Le projet de loi de finances 2019 sera principalement à l’ordre du jour de la session. Mais à une semaine de l’ouverture de cette session budgétaire, bon nombre d’observateurs estiment que cette session battra le record d’absentéisme parlementaire à Madagascar. Et ce pour la simple raison que la plupart des parlementaires – pour ne pas dire tous – sont déjà sur le terrain de la campagne électorale en train de convaincre les électeurs à voter pour leurs candidats. A l’allure où vont donc les choses, le projet de loi de finances 2019 serait mal voté. Ce qui risquerait de compromettre la première année du président de la République élu à l’issue du scrutin du 19 décembre (2ème tour).

Intérims. Après l’accession de Rivo Rakotovao à la présidence de la République par intérim et le « retrait » de Jean Max Rakotomamonjy, qui se porte candidat à l’élection présidentielle du 7 novembre, le Sénat et l’Assemblée Nationale sont actuellement présidés par deux intérimaires : Mananjara Andriambololona à Anosikely et Hary Andrianarivo à Tsimbazaza. Ce sont donc ces derniers qui dirigeront les travaux parlementaires qui débuteront mardi prochain, lors de la deuxième session ordinaire. En tout cas, force est d’admettre que les députés et les sénateurs seraient plutôt préoccupés par la prochaine élection présidentielle que par leur session budgétaire. Reste à savoir quelles dispositions Tsimbazaza et Anosikely prendront pour atteindre le quorum nécessaire à l’adoption du projet de loi de finances 2019.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Météo : Pluie de grêle dans la capitale

De la grêle observée à Ambohitsoa (Photo FB)

Les tananariviens ont été grandement surpris par un phénomène météorologique « normal » hier. De la grêle est tombée dans quelques quartiers périphériques d’Antananarivo. D’Andoharanofotsy à Mahazo, en passant par Tanjombato, Ambohimangakely ou encore à Ambohitsoa, elle  s’est abattue sur la population et sur les cultures. Interrogé sur la cause du phénomène, un responsable auprès du service de prévision de la direction générale de la météorologie fait savoir que « selon la prévision, la chute de grêle aurait dû être observée ce jour ». Le responsable d’enchérir que « la chute de grêle a été causée par la présence d’une forte instabilité atmosphérique dans la partie Sud du pays actuellement ». Une instabilité qui perturberait le climat du pays en ce moment et qui serait à l’origine des précipitations actuelles, qui continueront jusqu’à jeudi selon les prévisions. Par ailleurs, ce même responsable de noter que « les conditions climatiques actuelles sont dans les normes » ; et notamment « la chute de grêle qui est observée entre le mois d’octobre et de novembre pour la première intersaison, et entre mars et avril pour la seconde intersaison ». Pour hier, la chute de grêle a fait plus de peur – et des surpris – que de mal. Aucun dégât majeur n’a été signalé.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Emergence de mouvements de contestation

A trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle la campagne se déroule normalement. Du moins c’est ce qu’on constate au vu des meetings des candidats. Apparemment, ces derniers ont parfaitement maîtrisé leur planning de campagne, en couvrant une grande partie du territoire. Tout semble donc aller pour le mieux pour une élection transparente et crédible. Mais sous cette apparente tranquillité, on voit affleurer quelques écueils qui risquent de mettre à mal le bel ordonnancement mis en place.

Emergence de mouvements de contestation

Les efforts entrepris par la CENI pour organiser une élection crédible et transparente sont méritoires. Mais malgré cela, il existe des imperfections qui ne peuvent pas être cachées. Les observateurs dénoncent celles d’une liste électorale qui n’a pas intégré de nombreux électeurs. La Commission électorale nationale indépendante admet le fait, mais affirme qu’il est trop tard pour reprendre les opérations, et que même si elle le voulait, elle ne disposait pas du budget nécessaire pour ce faire. C’est dans ce contexte que différentes entités se dressent pour contester la tenue des élections. Des candidats rassemblés dans un collectif demandent l’annulation des élections à cause de toutes les anomalies constatées. Des personnalités qui ont lancé un  mouvement sécessionniste appelé « Fanjakana Gasy » déclarent leur intention de créer trois Etats dans la Grande Île, et ne reconnaissent plus l’Etat malgache tel qu’il existe actuellement. L’un des dirigeants du mouvement a été arrêté lors de la réunion qui a été organisée au restaurant Le Pavé à Antaninarenina, mais cela n’a pas pour autant décapité le mouvement car la détermination des autres membres est intacte. Il y a aussi les partisans de la Refondation qui ne se sont plus manifestés, mais qui sont prêts à venir grossir le rang des contestataires de tous bords. Doit-on s’inquiéter de l’apparition de toutes ces oppositions à la tenue des élections ? Pour le moment, cela ne gêne pas le processus électoral, mais un grain de sable peut se glisser dans la machine électorale, même si elle est bien huilée.

, Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Tennis – Open international BMOI-Air France : Franco Feitt et Richard Girard sacrés en simple

Rachel Girard a remporté le trophée chez les dames.

Rideau sur l’édition 2018 du tournoi international de tennis BMOI – Air France 2018, dimanche, sur les courts du Country Club à Ilafy avec les victoires malgaches en simple et étrangère en double. Dans le tournoi du simple, Franco Feitt de l’Argentine et Rachel Girard de France ont été sacrés. Chez les hommes, l’Argentin Franco Feitt s’est imposé face à Antso Rakotondramanga en deux sets à un, (3/6 – 6/4 et 7/5). Pourtant, Antso a enlevé le premier set aisément par 6 à 3. Franco a égalisé et a remporté le second set par 6 à 4. Le troisième set était décisif où les deux joueurs ont livré de beau jeu. Il s’est incliné à la deuxième balle de match après 1 h 45.  Du côté des dames, Rachel Girard a pris le dessus sur Nantenaina Ramalalaharivololona en deux sets à un, (2/6 – 6/1 et 6/4). Dans le tournoi des doubles hommes, Jacob Rasolondrazana-Antso Rakotondramanga ont battu leur compatriote Ando Rasolomalala- Miarizo Rakotondramboa en deux sets à zéro, (6/1 et 7/6).  Nantenaina Ramalalaharivololona-Zarah Razafimahatratra ont défait les Françaises Rachel Girard-Elodie Busson.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana mitam-piadiana eto Toamasina : Tratra ambodiomby tao “Pont mainty” i « Bebeto »

Tsy niandry ela ny alarobia teo fa vao nahazo vaovao tamin’ireo andrimasom-pokonolona ny teo anivon’ny polisim-pirenena, dia avy hatrany dia nanetsika ny UIR, “Unité d’Intervention Rapide”, sy ny FIP, Force d’Intervention de la Police”, eto Toamasina. Raikitra avy hatrany ny fifanenjehana teo amin’ny Ingahy Rajerison Monja na “Bebeto” isan’ireo andian-jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana izay efa nifampitadiavan’ny polisy vao niseho matetika izao fanafihana olona tetsy sy teroa izao, izay niteraka fahafatesan’olona telo tamin’ny herinandro farany ny volana septambra teo ireny. Ny findainy latsaka tamin’ny fifanenjehana teo aminy sy ny polisy no nanamora ny fisamborana azy izao raha ny fanazavana. Tratra tsy afa-nihetsika Ingahy Bebeto tao amin’ny “Pont mainty” nikarohana azy, saingy noho ny herin’ny “ody ratsy” ampiasainy dia mbola fifanjevoana be vao nanaiky lembenana ny tenany. Ireo rojovin’ny polisy namatorana azy aza misokatra ho azy in-03 be izao nandritra ny fitondrana azy hamonjy ny biraon’ny polisy. Raha ny fanazavana dia Depot – Cité Vohitsara – Pont mainty – Mangarano II – Mangarivotra – Ambalamanasy – …ary Tsarakofafa, no tena fanaovan’ity Bebeto ity ny asa ratsiny, ka heverina fa isan’ny nitarika ireo andian-jiolahy namono ilay mpiasan’ny seranan-tsambon’i Toamasina tao Tsarakofafa RN02-Bis tamin’ny tifitra bala telo sy mbola nanolana ny zanak’ity maty ny fiandohan’ny volana oktobra teo ity Bebeto ity. Amin’izao nahasamborana azy ireo dia efa fitoriana telo amina kaomisaria telo no miandry azy noho ny heloka vitany. Tratran’ny polisy tao Mangarano II, lalana miditra ny trano fandraisam-bahiny Fanjava iny, koa ny ekipan’ny “Kawitry”, na ekipan’i “Dada” mpanao fanafihana sy mpamaky trano ary mpanendaka ihany koa. Tamin’ny fahatrarana ireto andian-jiolahy antsoina hoe “Kawitry” ireto dia tratra tany amin’izy ireo ny bala miisa 17, ka miisa 10 “22 long Rifles” sy miisa 07 ny bala fanairana saingy mahafaty raha akaiky ny tifitra atao aminy, eo am-pikarohana ny naman’izy ireo roa dia i Joseph Emile sy Fano, ity farany izay tompon’ny basy fampiasan’izy ireo, ny polisim-pirenena eto Toamasina izao. Efa naparitaka ihany koa ny sarin’izy roa lahy ireto izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

G.R.E. Pour l’apaisement

Les dirigeants du Groupe de Réflexion et d’Echanges. (Photo Kelly)

Avec la prochaine tenue des élections présidentielles, le Groupe de Réflexion et d’Echanges (G.R.E.) lance un appel à tout un chacun en général et aux candidats en particulier. Ce groupe de réflexion estime ainsi que les malaises devraient se terminer avec la fin de la campagne électorale. Il prône notamment l’apaisement. Pour le G.R.E., « nous devrons nous tourner vers l’avenir ». Il a cité notamment le cas de l’Afrique du Sud où Nelson Mandela et Frederik de Clerk se sont convenus que l’apartheid n’aurait plus sa place au soleil. Ce fut le cas du Rwanda qui fut le théâtre d’une guerre civile. Pour ne citer que ces deux pays. Il pense ainsi que la Grande Île devrait faire un grand bond pour sortir de sa situation actuelle.

Recueillis par Dominique R.  

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping de Molou : Conférence de presse du Procureur ce jour

Enfin, le Procureur auprès du Tribunal de Première instance d’Antananarivo donnera une conférence de presse sur le cas de kidnapping du ressortissant français d’origine indopakistanaise Sabir Molou, survenu le samedi 14 octobre à Ivandry. On attend alors de cette rencontre avec la presse de plus amples informations sur les circonstances et l’évolution de ces événements. D’autant plus que, selon les informations, des images vidéo montrant le déroulement de l’enlèvement ont été enregistrées par la caméra de surveillance installée dans le domicile de la victime. Selon ces images, les ravisseurs se sont servis d’une voiture Renault Espace III pour embarquer ce patron de la Pharmacie Principale. Perpétrée en plein jour, vers 13 heures 30, l’opération se serait déroulée dans le calme à en croire les enregistrements. Reste à savoir si les ravisseurs ont déjà revendiqué une rançon. Cette conférence de presse devrait répondre à cette question. On attend également l’évolution de l’enquête menée par la Cellule mixte d’enquêtes, composée de la Gendarmerie, de la Police et du ministère de la Justice, qui est chargée de traiter ce genre d’affaires. Cette dernière qui a déjà prouvé son efficacité, comme à Anosivavaka il y a quelques semaines.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Technologie : Grand rendez-vous de l’industrie du jeu à Sandton

Les acteurs de l’industrie internationale du jeu se réuniront à l’ICE Africa, les 24 et 25 octobre prochains, au Sandton Convention Centre, en Afrique du Sud. Selon les organisateurs de la manifestation, 90% de la capacité d’accueil du site est déjà réservée. ICE Africa qui, selon les prévisions de Michael Collins, DG de l’éditeur de logiciels sud-africain Betting Entertainment Technology (B.E.T.), prendra part au « Championnat international des jeux B2B ». Ce salon attire déjà des délégués issus de 91 pays au total, y compris les professionnels du secteur originaires de 25 pays africains. « Nous avons pris la décision d’organiser cet événement à la suite de la demande d’acteurs sectoriels en Afrique, qui souhaitaient que nous produisions et organisions un salon professionnel qui ferait la fierté de l’Afrique. Depuis que nous avons décidé d’apporter la marque ICE sur ce continent, nous avons réellement été encouragés par la réponse extrêmement positive de toutes les parties prenantes, à savoir les fabricants, fournisseurs, régulateurs, journalistes et commentateurs. Alors que la date de la première édition d’ICE Africa approche, tous les indicateurs sont largement positifs, et nous avons bon espoir d’ouvrir un nouveau chapitre dans le développement du jeu vidéo en Afrique », a indiqué Dan Stone, responsable principal du marketing chez Clarion Gaming.Présentations. Offrant bien plus qu’une exposition traditionnelle, ICE Africa a été conçu pour apporter à la communauté du jeu vidéo une grande variété de contenus captivants, selon ses promoteurs. « L’apprentissage et le perfectionnement sont au cœur de l’expérience ICE Africa. Le canal advance AFRICA crée les conditions pour une réflexion de qualité sur la manière dont le marché africain de demain peut être façonné pour permettre la croissance durable de l’industrie. La plateforme microscope AFRICA propose une série d’ateliers examinant les différentes facettes de l’industrie, tandis que network AFRICA est une série d’avancées de réseau, avec des sessions HIVE uniques, et des tables rondes permettant de créer des liens avec des collègues originaires de tout le continent africain », ont-ils expliqué. Bref, le programme de conférence ICE Africa couvrira un large éventail de thèmes, dont la téléphonie mobile, la loterie, les startups, les investissements et les réglementations, sous la direction d’un panel d’experts internationaux.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Miandrivazo : Mirongatra indray ny tsy fahandriampahalemana ao an-tampon’ny tanàna

Saika isak’alina dia andrenesana poabasy ny amin’ny fokontany vitsivitsy ny ao Miandrivazo an-tampon’ny tanàna, ka anisan’izany ny ao Ampanasana, Miandrivazo I sy Miandrivazo II. Manamprofo izany fa mbola betsaka ireo basy, fitaovam-piadiana mahery vaika no mivezivezy eo am-pelatanan’ireo olon-dratsy, ka miteraka ny fikorontanana eo anivon’ny fiaraha-monina.

Raha nilamindamina ratsy ny fiainan’ny mponina ao an-tampon’ny tanànan’I Miandrivazo, renivohitrin’I Betsiriry, fotoana fohy lasa izay,  dia mirongatra indray ny tsy fahandriampahalemana amin’izao fotoana izao. Mihainana anatin’ny tebiteby ny vahoaka rehefa milentika ny masoandro. Manamprofo an’izany, dia mandeha ny fanendahana isan’karazany ataon’ireo tanora andian-jiolahy, fa indrindra ny finday. Saika isank’alina, dia mandry tsy lavo loha ny mponina amin’ny fandrenesana poabasy amin’ny fokontany Ampanasana, Miandrivazo I sy Miandrivazo II. Manome vahana an’ireo rehetra ireo, ny tsy fandehanana ny jiro toy ny teo aloha.

Eo anolohan’ny zava-misy, dia nisy hatrany ny fandraisana andraikitra ataon’ny lehiben’ny distrika amin’ny fanamafisana hatrany ny paikady eny ifotony amin’ny fanetsiketsehana ny andrimasom-pokonolona miaraka amin’ireo mpitandro ny filaminana. Vokatrin’ny hestika “Mandio” ataon’ireo zandary, dia hita fa milamin-dratsy ny eny ambanivohitra, ka ny eto an-tampon’ny tanàna indray ireo jiolahy no manao ny asa ratsiny.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Musée de la photographie : Madagascar en image et en Histoire

LEG Ambiance studieuse dans la salle de projection

Le musée de la photographie est un musée 2.0. Les bases de données sont constituées de photos numérisées. Il est composé de quatre salles d’exposition digitale. Des clichés sous forme de diaporama défilent avec une voix off. Une sorte de documentaire photographique de cinq à dix minutes. « On veut être le musée de la photographie de Madagascar et celui d’Antananarivo uniquement ».  Un bilan face au public.

Cette semaine,  le musée réservera de nouveaux thèmes. En outre,  tous les six mois, et de manière systématique, le musée changera de programmation à partir du 17 octobre. Des grandes personnalités assisteront à cet évènement. Les expositions seront disponibles au grand public le 18 octobre. Les thèmes seront consacrés au transport, à l’élégance et à la mode malgache dans les années trente, ainsi qu’aux Rois et Reines de Madagascar. Le « filanjana », l’aéroglisseur… de l’automobile, du chemin de fer jusqu’à l’époque de l’avion. « Les visiteurs du prochain mois auront l’occasion  de voir le ‘filanjana’ qui date du XIXe siècle » affirme Tsiory Randriamanantena, responsable du musée. « On vernira la nouvelle programmation », dixit le responsable du musée.

Le responsable du musée assure que les films des derniers mois seront publiés sur YouTube, et que quatre nouveaux films les remplaceront.

La plupart des  photos sont récupérées chez Michel Pain. « On cherche les propriétaires des photos, ils nous permettent de les numériser.  On s’intéresse à toutes les photos, surtout  les clichés un peu reculés » explique Tsiory Randriamanantena. Les images gardées le sont depuis 1853, année de début de la photographie à Madagascar, jusqu’en 1970.  Les photographies officielles sont bien conservées par l’archive national tandis que les photos de famille sont difficiles à trouver, mais les responsables ont su entretenir les photos de famille et les photos privées. C’est ce qui rend spécifique ce musée numérique de Madagascar.

Depuis son ouverture le 15 février 2018, et jusqu’à la fin du mois de septembre, le musée a reçu plus de 8 000 visiteurs. Parmi ces derniers, 73% sont des Malgaches et 50% sont des jeunes de moins de 25 ans.

On va démarrer le « café-histoire », un rendez-vous culturel durant lequel des spécialistes en Histoire seront invités tous les vendredis du mois jusqu’en novembre.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Journée mondiale de lutte contre la douleur : Opération réussie pour l’inter CLUD

La journée mondiale de lutte contre la douleur a été célébrée au CHUJRA Anosy hier pour Analamanga.

Beaucoup de patients ont répondu présents à l’invitation pour des consultations publiques gratuites organisées par le Comité de Lutte Contre la Douleur à l’HJRA hier. Evaluation de douleurs, diagnostics et prises de rendez-vous avec des spécialistes, les patients venus ont été satisfaits.

« Les douleurs sont des sonnettes d’alarmes quant à l’existence de maladie chez une personne ». Ce sont là les propos du Pr Nicole Rakotoarison, chef CLUD ou Comité de Lutte Contre la Douleur auprès du CHUJRA (Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona) et responsable du service de l’urgence auprès du même centre hospitalier lors de la célébration de la journée mondiale de lutte contre la douleur à Anosy hier. Présente aux quotidiens de tout homme, la douleur serait un signe révélateur d’une anomalie de santé chez une personne. Signe qui devrait être perçu par la personne qui en souffre comme le point de départ d’une décision de consultation médicale. La situation est toutefois autre si l’on se réfère à la vie en générale, surtout pour les malgaches.

« Beaucoup de nos compatriotes ne décident d’aller chez les médecins que lorsque les douleurs ne sont plus supportables. Ou encore lorsque l’état de santé est critique » s’est indignée la Pr Nicole Rakotoarison. Avant de noter que « cela est tout à fait dommage car il se pourrait que la situation ne soit plus réversible ». Aller chez son médecin lorsqu’une douleur se présente devrait donc être un geste automatique pour éviter que la situation ne s’envenime.

Renforcement. Les étudiants en interne ainsi que les étudiants en paramédicaux ont également eu leurs lots de cadeaux de la journée mondiale de lutte contre la douleur. Une formation sur différents points clés de la prise en charge des malades souffrant de douleurs a été organisée dans le but de renforcer les capacités des bénéficiaires. Mais aussi pour permettre une meilleure prise en charge des malades. Initiative qui est plus que louable, étant donné que « presque les 92% des patients qui viennent auprès du service de l’urgence du CHUJRA, souffrent tous d’une ou de plusieurs douleurs ». La formation s’est dans ce cas axée sur l’évaluation des douleurs ainsi que de la prise en charge des patients. La consultation médicale est un droit de tout un chacun. Droit négligé par beaucoup – par ignorance ou négligence -et qui ne peut pas être jouis tout simplement  faute de moyen.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – Alley Hoop : Dragon Ankatso remporte un million d’ariary et les vacances à Toamasina

Les joueurs d’Alley Hoop avec leurchèque.

L’édition 2018 du tournoi de basket-ball « Alley Hoop » a sacré l’équipe de Dragon Ankatso II. En finale, les basketteurs d’Ankatso se sont imposés sur le score de73 à 49 contre les joueurs de l’ECBBA d’Ampitatafika. Cette équipe d’Ankatso a remporté la prime d’un million d’ariary et des vacances à Toamasina. Les 12 joueurs et les deux coachs iront à Toamasina avec l’équipe de la RDJ. 16 équipes ont disputé cette phase finale au village du basket-ball à Mahamasina. En demi-finale, Dragon a éliminé Amboma Miray par 64 à 46 et ECBBA a battu Amb’hoops par 60 à 44. Andriamalala de l’ECBBA a été sacré meilleur marqueur et meilleur passeur, et Djabar Jaomaro du Dragon meilleur rebondeur. Dans les concours, Andry Raveloson a remporté celui du tir à trois points, Andriantsimanetry Rakotonarivo celui du tir à trois points avec les yeux bandés et Azial Anjara celui du tir au centre. Il est à signaler que ce tournoi de basket entre dans le cadre de la célébration des 15 ans de la RDJ et a regroupé des équipes des différents arrondissements de la capitale.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Bâtiments et grands travaux : 33% affiliés à la CNaPS

Les visiteurs ont été accueillis avec le sourire au stand 29 A du Salon de l’Habitat.

33% des travailleurs du secteur du bâtiment et des grands travaux sont pris en charge par la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) en matière de protection sociale. C’est ce que l’on peut retenir de la participation de la CNaPS au Salon international de l’Habitat (SIH) qui s’est déroulé du 11 au 14 octobre dernier au Parc des Expositions de la zone Forello Tanjombato.

Santé et Sécurité au Travail. Lors du SIH, la CNaPS a particulièrement mis en valeur la Santé et Sécurité au Travail (SST), car, de toutes ses prestations, c’est celle qui concerne le plus les travailleurs du bâtiment.  L’accident du travail est en effet fréquent dans le secteur de construction en bâtiment. L’affiliation et l’adhésion à la Caisse nationale de Prévoyance sociale représente une mesure sécuritaire, car les risques sont toujours présents ; et en cas d’accident, les travailleurs affiliés seront pris en charge par la CNaPS. Le cas échéant, les charges financières et médicales incomberont à la famille du concerné, avec ce que cela implique de répercussions négatives sur la vie familiale. Mme Rakotoniaina Holinirina Claudia, préventeur SST au sein de la CNaPS, nous en dit un peu plus : «  Toutes les activités professionnelles présentent toujours des risques. D’où l’importance de “prévenir”, car un agent en bonne santé produit mieux pour l’entreprise. Les sociétés qui désirent avoir une sensibilisation sur la SST peuvent déposer leur demande au bureau de la CNaPS, les sensibilisations et formations sont gratuites pour tous. »

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

“Hetsika Mandio » tany Vakinankaratra : Dahalo 7 maty, basy 7 sarona, olona dimy naiditra am-ponja

Fahombiazana no azo amehezana ny hetsika “operation Mandio 2018” araka ny tatitry ny teo anivon’ny zandary. Nifarana ny herinandro lasa teo mantsy ity hetsika ity. Ny distrikan’i Mandoto sy Betafo no tena voakasik’ity “operation Mandio”’ ity raha ho an’ny faritra Vakinankaratra. Ireo faritra ireo izay isan’ny faritra mena tokoa raha ny asan-dahalo sy ny tsy fandriam-pahalemana no resahana. Ny kolonely Rasambomanana Yvon Patrick, kaomandin’ny vondrotobim-pileovana Vakinankaratra no nitondra ny tatitra ny faran’ny herinandro teo. Nambarany fa tanjon’ny hetsika ny fampandriana fahalemana. Nisy ny fifandonana tamin’ireo dahalo ka dahalo miisa 7 no maty nandritra ny “operation Mandio” basy tsy ara dalana miisa 7 no sarona , misy amin’ireo basy no vita gasy, misy kosa ny basy fampiasan’ny mpitandro filaminana. Ankoatra izay dia nahitana fanamiana mpitandro filaminana sy galona maromaro tany amin’ireo dahalo ary ny ody ratsy maro isan-karazany. Araka ny tatitra hatrany dia olona amam-polony no voatery tsy maintsy nandalo famotorona ka dimy tamin’izy ireo no fantatra fa tsy maintsy naiditra am-ponja miandry ny fitsarana azy.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Roland Ratsiraka : Confirmation de sa place parmi les favoris

RolandRatsiraka reçoit la bénédiction des Raimandreny.

Le premier candidat à fouler le pied à Manandriana et Ambohimahasoa c’est le candidat du MTS Roland Ratsiraka. Comme d’habitude sans artistes ni distribution d’argents comme font certains candidats, la foule est venue en masse écouter le discours programme du RIR. La première des préoccupations du candidat n°33 est l’insécurité qui sévit dans le pays et le chômage des jeunes. RIR prévoit  que plus aucuns jeunes soient inoccupés, c est- à –dire, soit ils travaillent soit ils obtiennent une formation. L’unique vraie lutte contre la pauvreté  est la création d emploi et la possibilité de rendre la dignité à ceux qui se sentent exclus de la société. Lorsque les jeunes sont encadrés ou ont un travail, leur avenir s’annonce meilleur.Toutes ces idées sont des expériences vécues par RIR lorsqu’il fut député, maire, ministre des TP et ministre du Tourisme. En effet comme il aime à souligner, le RIR n’est pas une aventure mais un programme mûrement réfléchi par une équipe expérimentée, mais avec du sang neuf, et dont le comportement  dans les différentes fonctions n’a pas été entacher par la corruption  ni l’abus en tout  genre.Lutte. La Route Nationale 7 est la première route touristique de Madagascar, c’est la raison pour laquelle quand il était ministre des Travaux Publics il a réhabilité le tronçon Ambohimahasoa-Fianarantsoa. Pour rappel cette partie était très dégradée et Roland R. à l’époque avait demandé un financement à l’Union européenne pour réhabiliter cette route, ce qui a était fait en béton en plus BCR (béton compacté au Rouleau), première fois utilisé à Madagascar.Corruption. RIR a bénéficié également d’un Tso- Drano des Ampanjaka. Toujours est-il que la corruption était au menu des plaintes de la population d’Ambohimahasoa. L’expérience de RIR concernant la lutte contre la corruption a été un succès. Les dirigeants doivent être d’abord irréprochables, condition de réussite de la lutte contre la corruption .encourager ceux qui travaillent bien par des primes, voyages localement ou à l’étranger ou par des octrois de promotions dans leur fonction. Il a tenu à dire que « partout  où j étais en fonction la corruption a fortement baissé ». Il a cité comme exemple « l’autorisation de construction / au lieu d être signée par le Maire tout seul, j’ai créé la commission de l’urbanisme qui touche une indemnité payée par les clients .D autre part j’ai envoyé des responsables en mission à l’étranger au cours duquel ils ont touché une indemnité de 200 € par jour légalement et cela leur a permis d’avoir de l argent pour acheter le minimum chez eux comme l’électroménager, moto ou même voiture.

Contrôles. Il estime, par ailleurs, que « pour éviter la corruption lors des  contrôles des hôtels : encouragement par prime de voyage à l’intérieur du pays ou a l étranger. Perception d indemnités et communiquer sur ces avantages et sur  application des sanctions. Madagascar a été  dirigé pendant plus de 10 ans par la domination de la politique au niveau  l’administration pendant l’exercice du pouvoir ».  Plus rien ne sera comme cela disait Roland R il y a 2 j durant le débat qui l’opposait à 5 candidats dont Hery Rajaonarimampianina. Et de conclure que « tous les élus peu importe leur couleur politique seront considérés et respectés, les subventions prévues par l’Etat seront allouées dès le début de l’année ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Marc Ravalomanana : Androy et Anôsy convaincues par le MAP 2

Le candidat n°25 a conquis hier la confiance de la population de Fort-Dauphin.

Après SAVA, Diana et Analanjirofo, le candidat n°25 a mis le cap hier sur le sud du pays. Marc Ravalomanana a pu sillonner deux grandes régions de l’île en une journée, dont Androy et Anôsy. Devant la population d’Ambovombe Androy, qui s’est massivement déplacée pour assister à son meeting, le candidat du peuple a rassuré qu’il a déjà dans le MAP 2 et son « Manifesto » les solutions à l’insécurité qui continue de sévir dans la partie sud de Madagascar. Le candidat n°25 a également touché mot de l’insécurité alimentaire qui frappe une grande partie de la population de cette partie reculée de l’île. « Nous avons déjà des stratégies dont la mise en œuvre nous permettra d’améliorer nos productions. L’adduction d’eau potable fait également partie de mes priorités », a-t-il déclaré. Après Amboasary Sud, Marc Ravalomanana a rencontré la population de Fort-Dauphin. Une occasion pour lui de rappeler : « Il y a un an, j’ai raté mon déplacement ici car on a tout fait pour m’en empêcher. On a même détruit mes appareils de prise de vue. Aujourd’hui, je suis revenu. Durant mes mandats, on a voulu reconstruire les routes de la région Anôsy et on a également voulu faire du Port de Fort-Dauphin le plus grand Port en Afrique, mais le coup d’Etat de 2009 a torpillé ces projets. »

Tous azimuts. Pendant que le candidat n°25 poursuit son périple électoral dans les régions côtières de Madagascar, ses partisans intensifient la campagne dans la Capitale et ses environs. Samedi dernier, c’est l’épouse du candidat elle-même, Lalao Ravalomanana, qui est descendue sur le terrain pour convaincre les électeurs de voter pour son mari. Lalao Ravalomanana s’est rendue à Moramanga où elle a réitéré : « Les Malgaches devront voter le 7 novembre prochain pour un patriote, celui qui va rebâtir ce qui a été détruit en 2009. L’objectif est de reconstruire notre pays. Nous allons travailler ensemble pour le bien de notre génération future ». Toujours ce samedi, mais au jardin d’Ambohijatovo, les partisans du candidat n°25 ont fait le plein. Une occasion pour eux de démontrer que la population de la Capitale reste fidèle à Marc Ravalomanana, et que l’objectif est de faire gagner le candidat n°25 avec plus de 70% des voix à Antananarivo.

R.Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Football- CAN 2019 : C’est maintenant ou jamais pour les Barea !

On saura aujourd’hui si oui ou non, les Barea peuvent se qualifier à la Coupe d’Afrique des Nations 2019 au Cameroun. L’occasion est en tout cas bien trop belle pour qu’on se permette de lâcher prise si près du but. Avec les difficultés en tout genre notamment les énormes dépenses que cela engendre, il vaut mieux s’assurer de la qualification de cet après-midi.

Le grand jour est arrivé. C’est cet après-midi qu’on attend des Barea à la qualification pour notre première CAN à l’occasion de la venue de la Guinée Equatoriale. Comme impossible n’est pas malgache, on préfère que Faneva Ima Andriatsima et ses camarades nous offrent cette qualification pour qu’on puisse la célébrer ensemble.

Dur. Sur le papier en tout cas, tout plaide en faveur des Barea déjà victorieux samedi de cette équipe équato- guinéenne sur le score de 1 à 0 au cours d’un match où les occasions étaient plutôt en faveur des locaux mais sur une passe en profondeur de Voavy Paulin, Ima Faneva surgit pour ajuster un tir croisé du gauche et battre le portier adverse.

« C’était dur », reconnaît après coup le technicien français Nicolas Dupuis qui redoute ce match retour à domicile. Mais des hommes comme Njiva, Zotsara et autre Bolida arrivent à transcender devant leurs fans. Et c’est ce qui fait la différence car jusqu’à maintenant, on ne pouvait reprocher grand-chose à la défense malgache. Avec un premier rideau composé de Ibrahim Amada et de Marco Ilaimaharitra ou Ryan Raveloson, et une ligne à plat composée de droite à gauche par Romain Métanire, Thomas Fontaine, Bapasy Razakanantenaina et Jerôme Mombris, on reste très optimiste.

Trois points. La seule ombre au tableau c’est cette arrivée très tardive des joueurs. Ils ont atterri à Ivato hier après-midi avec ce que cela suppose de  fatigue. Mais sur ce plan, ils se trouvent dans le même cas que leurs adversaires dans la mesure où ils se trouvaient dans le même avion.

Au pire et si les deux équipes ne sont pas là à l’heure du match, Madagascar peut encore présenter une autre équipe durant les formalités car il suffit d’une licence sportive et d’un passeport valide. On peut donc prendre la formation de la CNaPS pour se présenter au stade. C’est simple mais au bout, il y a toujours la qualification car dans ce cas de figure, Madagascar empoche toujours les trois points de la victoire.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

OTIVTANA : Un crédit plafonné à 200 millions MGA octroyé aux PME

Le financement des PME a été discuté dans le cadre de cette conférence organisée par l’OTIVTANA.

Une conférence sur le financement des PME a été organisée au siège de ce réseau à Antsahavola, dans le but de leur faire connaître les offres de produits financiers qui leur sont adaptées.

L’accès au financement constitue un des obstacles ne permettant pas aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) de se développer de manière plus compétitive. Force est pourtant de reconnaître que ces acteurs économiques jouent un rôle clé dans la croissance, la création d’emplois, le développement local et régional, ainsi que dans la cohésion sociale d’un pays. Afin de les soutenir, une conférence sur le financement des PME a été organisée par le réseau OTIVTANA à son siège à Antsahavola, vendredi dernier. A cette occasion, le directeur général de l’OTIVTANA, en la personne de Randrianiaina Rakotoarivao, a annoncé qu’un crédit plafonné à 200 millions d’ariary sera octroyé aux PME.

Taux d’intérêt. Il s’agit notamment des commerçants, des transporteurs, des artisans, des collecteurs, des exportateurs, des entrepreneurs, des hôteliers et restaurateurs, ainsi que d’autres professionnels exerçant une activité libérale. « C’est un type de crédit très compétitif pour les entrepreneurs et qui peut être remboursable sur une période de cinq ans selon la loi. En effet, tous leurs besoins financiers professionnels sont couverts. On peut citer, entre autres, l’augmentation des stocks de matières premières, de produits finis ou de marchandises pour la revente, ainsi que l’acquisition d’équipements professionnels tels que le matériel de production, le matériel roulant et les outillages. L’aménagement ou la finition de la construction d’un local peut également être couverte par ce crédit. En outre, le taux d’intérêt appliqué par notre réseau est plus compétitif et n’atteint que 1,5% par mois, ou 18% en une année », a-t-il expliqué.

Allégement de garantie. Par ailleurs, OTIVTANA facilite l’accès des entrepreneurs au crédit en allégeant la garantie exigée aux emprunteurs. Ce réseau compte en ce moment près de 30 000 demandeurs de crédits, dont près de 1 000 entrepreneurs formels. « Ce chiffre est encore minime face aux actions de promotion de l’entrepreneuriat en tant que levier de développement de Madagascar. Raison pour laquelle nous avons organisé cette conférence en vue de faire connaître aux PME les offres de produits financiers qui leur sont adaptées », a-t-il précisé.  Notons que cette conférence sur le financement des PME a été parrainée par la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo, avec la participation du FIVMPAMA (Groupement du patronat malgache) et du Conseil Supérieur de la Comptabilité.

Redevables. En fait, « nous avons besoin de collaborer avec ces trois entités afin de soutenir les PME. Celles-ci devront ainsi y adhérer car leur mission vise, entre autres, à défendre leurs intérêts auprès du pouvoir public, à fournir des informations leur permettant de développer leurs activités, ou bien à les encadrer, et à les former pour se formaliser.  La recherche de partenaires et de débouchés n’est pas en reste. Ce qui permet aux PME de développer leurs activités tout en réduisant les risques que nous encourrons, nous, qui octroyons le crédit. En général, près de 97% de nos clients sont redevables », a conclu le directeur général de l’OTIVTANA.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Filière bovine : Le projet Bovima opérationnel en septembre 2019

BOVIMA mettra en place un abattoir aux normes internationales

La Société Financière Internationale figure parmi les grands bailleurs de fonds du secteur privé à Madagascar et en Afrique subsaharienne

C’est parti pour la relance de la filière zébu à Madagascar. En décembre 2017, la Société Financière Internationale a décidé de financer le projet BOVIMA (Bonne Viande de Madagascar) du groupe SMTP. Actuellement le projet avance à grand pas.

Projet intégré

 « Les travaux de construction  du  site  sont en cours et nous serons probablement opérationnels en septembre 2019 » explique Danil Ismaêl  PDG du groupe SMTP. Des experts de la Banque Mondiale suivent le projet.  Situé à Tolagnaro, le projet Bovima est une véritable révolution dans la filière  de l’élevage bovin  à Madagascar. Et ce, après une dégringolade puisque si le pays avait compté 23 millions de têtes de zébu dans les années 80, on n’en enregistre actuellement qu’environ six millions. Financé à hauteur de sept millions USD,  BOVIMA est un projet intégré, puisqu’il concerne l’élevage, l’abattage, le traitement, ainsi que la vente locale et l’exportation de la viande de zébu.  Le parc d’engraissement de BOVIMA s’approvisionnera en zébus et en aliments pour animaux auprès des éleveurs et des agriculteurs locaux. Avec ce que cela suppose de création d’emplois et d’activités connexes. BOVIMA envisage de produire de la viande de zébus pour le marché national et international, notamment en direction des Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, où la demande explose.

Population locale. Le projet a par ailleurs le mérite d’impliquer la population locale. Les zébus seront achetés auprès des agriculteurs locaux. Il en sera de même des 90.000 à 120.000 tonnes d’alimentation animale dont aura besoin  le parc d’engraissement. BOVIMA collaborera avec pas moins de 120.000 agriculteurs. La stratégie de BoViMa contribuera à formaliser la filière de l’élevage à Madagascar et à renforcer la sécurité alimentaire, tout en approvisionnant les marchés locaux en abats riches en protéines. L’entreprise entend également développer un système d’énergie renouvelable alimenté au biogaz, à l’éolien et au solaire, dans le but de devenir autosuffisante cinq ans après le démarrage de la production, en  septembre 2019.

Engagement. BOVIMA constitue un bel exemple de l’engagement de la Société Financière Internationale pour le développement du secteur privé en Afrique. On rappelle sur ce point qu’au titre de l’exercice fiscal 2018, la SFI, qui est une  filiale du groupe Banque mondiale, a investi sur le long terme en Afrique subsaharienne un montant de 6,2 milliards de dollars. Ce montant qui représente quasiment le double de ce que l’institution a investi un an plus tôt dans la région, comprend 1,5 milliard de dollars de ressources propres pour des financements à long terme et 4,7 milliards de dollars de mobilisation auprès d’investisseurs tiers, a ajouté la SFI. Ces investissements portent sur des projets dans les infrastructures et ressources naturelles (3,5 milliards de dollars), l’industrie manufacturière, l’agrobusiness et les services (1,2 milliard de dollars). «La stratégie de la SFI vise à mobiliser des capitaux privés à plus grande échelle pour s’engager plus, particulièrement dans les pays fragiles et ceux à faible revenu», a  déclaré sur ce point, le vice-président de la SFI pour le Moyen-Orient et l’Afrique, Sérgio Pimenta. Selon lui, la SFI développe également «de nouveaux outils pour réduire les risques commerciaux et attirer plus d’investisseurs». Le financement de la SFI concerne également  quelque 2,9 millions de prêts accordés à des micro-entreprises.  Les projets financés par la SFI  ont  permis à près de 32 millions de personnes en Afrique, d’avoir accès à l’électricité et 2,5 millions à l’eau potable, mais aussi aux institutions financières clientes de la SFI d’accorder plus de 2,9 millions de prêts à des micro-entreprises et des PME. De même, les projets soutenus par la SFI ont bénéficié à plus d’un million d’agriculteurs et 1,4 million de personnes pour le volet accès aux soins de santé.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

IMGAM : 1 400 étudiants nouvellement diplômés

Le développement d’un pays doit obligatoirement passer par la formation de sa population, et notamment de ses jeunes. C’est pourquoi « l’Institut de Management des Arts et Métiers (IMGAM) ne ménage pas ses efforts pour former des professionnels, et ce, depuis bientôt 25 ans.  Et nous venons de sortir une promotion de 1 400 étudiants nouvellement diplômés parmi lesquels, 304 d’entre eux ont décroché le Master pour les parcours d’Administration, de Marketing, de Banque et de Finance. Et le reste a obtenu le diplôme de licence en Administration, Finance, Comptabilité, Marketing, Banque et Création d’entreprise », a évoqué Rakotoson Martin Pierre, le président de l’IMGAM.

Maison de l’entrepreneuriat. La marraine de cette promotion, baptisée « Taratra », n’est autre que Rajesy Nivo, une sortante de cet Institut. « Elle était une simple étudiante qui a bien terminé ses parcours pour après devenir une propriétaire d’une entreprise en Bâtiment et Travaux Publics employant plus d’une centaine de personnes. On veut montrer aux étudiants que le manque de moyens des parents ne constitue pas un handicap pour réussir et aller plus loin », a-t-il soulevé. En outre, l’IMGAM instaurera une maison de l’entrepreneuriat dans le but de soutenir les étudiants qui ont un projet de création d’entreprise. « Un fond de garantie est en même temps mis en place en partenariat avec une banque à Madagascar pour leur permettre d’accéder facilement au financement bancaire », a-t-il enchaîné.

Ecole doctorale. Par ailleurs, « il est grand temps que les jeunes poursuivent leurs études jusqu’au doctorat, compte tenu de la rude concurrence sur le plan international.  C’est dans cette optique que nous allons bientôt ouvrir une école doctorale en partenariat avec des experts », a déclaré Rakotoson Martin Pierre. En revenant sur cette promotion « Taratra », Telma a offert des cadeaux dont, entre autres, des « smartphones » pour les majors de chaque filière.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : « Nous allons changer l’histoire de Madagascar »

La pluie n’a pas refroidi l’enthousiasme de la population à Ankazobe

Le Tanora malaGasy Vonona poursuit inlassablement sa campagne. Le TGV a fait des arrêts hier à Marovoay, Maevatanana et Ankazobe ,où la population était à chaque fois venue en masse.

« Nous allons prendre nos responsabilités en nous rendant aux urnes le 7 novembre prochain », a annoncé d’emblée Rajaonson Bruno dit Brun-Ly. Un ancien député qui avait réussi à se faire élire plus d’une fois à Marovoay où le phénomène « dahalo » et les problèmes d’irrigation ainsi que le mauvais état des routes constituent les préoccupations majeures de la population. « De premier grenier à riz de Madagascar, Marovoay a été relégué au sixième rang », déplore l’ex-élu. Se tournant alors vers Andry Rajoelina pour « sauver » sa circonscription.

Le plus jeune président. « Marovoay a besoin de développement. Nous allons changer l’histoire de Madagascar le 7 novembre », a déclaré le candidat n°13. « Pour commencer, nous allons montrer aux yeux du monde que Madagascar a le plus jeune président en Afrique », a-t-il ajouté. Se posant en « solution et non pas en problème ». Lui Président, Marovoay sera de nouveau le premier grenier à riz du pays grâce à la construction d’un grand barrage et la réhabilitation des canaux d’irrigation. Andry Rajoelina apportera la lumière à travers une centrale solaire « manara-penitra ». Il dotera de puce les bœufs pour qu’on puisse les suivre à la trace sur GPS. Et d’avertir que « les voleurs de bœufs et les receleurs ainsi que leurs éventuels complices parmi les forces de l’ordre seront tous écroués à Tsiafahy ». Face à la flambée du prix de la viande, il interdira l’exportation de bœufs qui « appartiennent avant tout, aux Malgaches ».

Andry Rajoelina face à une foule immense à Marovoay

Développement de Madagascar. Lui Président, Andry Rajoelina dotera l’hôpital de Marovoay de matériels et équipements « manara-penitra ». Idem pour le « bazar » et les WC publics. Pour parvenir à cette fin, il demande aux uns et aux autres de vérifier leurs noms sur la liste électorale et de se référer à son QG en cas d’omissions. A son avis, « nombreux sont les candidats, mais un seul est à même d’apporter le développement en un temps record ». Pour ne pas dire à la vitesse d’un TGV dont la seconde étape hier, était Maevatanana. Lui Président, cette ville justifiera sa qualification de « maeva ». « Pour cela, il faut aller voter et défendre notre choix », préconise-t-il. « Notre choix est fait en faveur du candidat n°13 », a fait savoir la députée Ninah.  « Ensemble, nous allons changer l’histoire de Madagascar », a réitéré le fondateur de l’IEM. Lequel a aussi une « Initiative pour l’Emergence de Maevatanana » où il compte construire des infrastructures « manara-penitra ». Pour ne citer que la mise en place d’une fonderie dans ce district réputé pour l’exploitation de l’or. « Ce n’est pas le pouvoir qui me motive mais le développement de Madagascar », a réaffirmé le candidat n°13.

« Rendez-vous le 7 novembre ». Lui Président, Andry Rajoelina favorisera la création d’emplois pour les jeunes. Comme lui. Il a même un projet de crédit « sans intérêt » pour eux. Pour lutter contre l’insécurité, le candidat n°13 entend faire le malheur des « dahalo » en créant une unité spéciale d’intervention dotée d’une dizaine d’hélicoptères. Un peu du genre de celui qui l’a amené hier à Ankazobe où la pluie a cessé comme par magie à son arrivée. C’était un « tso-drano » pour le candidat n°13 qui a également promis des infrastructures « manara-penitra » à la population d’Ankazobe. Entre autres, une cimenterie qui permettra de diminuer d’ « au moins 30% le prix d’un sac de ciment ». Afin qu’il puisse concrétiser tous ces projets, le jeune fondateur de l’IEM sollicite l’aide de tout le monde en votant pour le candidat n°13. Et de donner « rendez-vous le 7 novembre pour changer l’histoire de Madagascar ».

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz

En pleine rue, cet individu arborait en musique sa foi aux candidats

8 octobre, une date assez incongrue dans le calendrier grégorien. 2018, année de l’ouverture officielle de la propagande pour les élections présidentielles de novembre. Un 8 octobre 1517, François 1er (1494–1547), roi de France, a signé l’acte de naissance de la ville portuaire du Havre. 1871, 8 octobre, débutait l’incendie de Chicago, devenue capitale mafieuse des Etats-Unis lors de la prohibition, qui a fait 300 morts et 100 000 sans abris. Che Guavara, idole de toute une génération des antisystèmes citoyens du monde et des révolutionnaires web 2.0, se fait capturer comme en Bolivie avant son exécution.

8 octobre 2018, Madagascar inaugure une page de son histoire, après dix ans de « crise »… Enfin, une élection populaire qui départagera les « rois » de la politique malgache, ceux qui mettent toute leur confiance envers les millions d’électeurs malgaches. Qui sûrement en ces débuts de pluie avec sa grêle, pensent à leur parcelle de riz, à leur toiture, et à Antananarivo, à leur petite maison perchée sur les hauteurs d’Anatirova… Mais les smartphones et les badauds sont passés par là. Sans compter sur ce monsieur, un 11 octobre 2018 sûrement dans les environs du quartier de Talamaty, qui arborait le tee-shirt du numéro 13 tout en balançant une pancarte du numéro 25. Comme il faut mettre un nom à tout personnage, un Justin serait approprié.

Il a marqué par sa ronde d’insensé la première semaine de la propagande, quand les fervents et ferventes des candidats s’entredéchiraient sur le prix de l’hélicoptère, le remplissage d’une place à « Ville de nulle part ».

Comme si tout le monde avait oublié qu’un certain mois d’avril 2018, les députés de ces deux camps (n°13 et n°25) se sont donnés la main sur la place du 13 mai. Portant comme tout un symbole, dans leur courroux, un soi-disant cercueil du président de la République de l’époque. Pour dire que le pouvoir allait être enterré vivant, geste passionné ou délire politique, la mort est un signe d’unité, de fraternité dans la culture malgache. Rien qu’à entendre les discours de compassion, ou « kabary famangiana manjo », avec des phrases éternelles comme « ny entan-jaray mora zaka ary ny fahoriana iaraha-mitondra maivana ». Littéralement, un fardeau est moins lourd quand on le supporte ensemble, le malheur est plus tolérable quand nous le subissons ensemble.

Ou bien, comme l’anathème poussé à l’extrême de ces dernières années, ces vindictes populaires. Un mauvais garnement porté au poteau de la justice de la rue. L’âme et l’amour propre, si c’est le terme accessoire, sont portés en valeur dans les traditions malgaches.

Ce que Monsieur Justin a voulu, sans le savoir, rappeler aux électeurs malgaches qu’il y avait ce mois d’avril dans sa danse folle a été partagée des centaines de fois sur les réseaux sociaux.

Une convergence d’émotion qu’il a su cristalliser en quelques minutes. Dans le rôle de fou du roi, il a porté le meilleur déguisement. Inutile de deviner son état mental. Et s’il était un débile de première catégorie, ne serait-ce pas d’autant plus symbolique. Représentant « l’aliénation » des petits gens du peuple qui se lèvent tôt, qui en quelques mois sont devenus les chouchous du royaume. Ceux à qui les grands de cette île demandent leurs « voix » et promettent les mille et unes merveilles.

Justin croit en leurs promesses, en leurs supplications de leur permettre de s’asseoir sur le strapontin du pouvoir. Mais pas un seul, mais les deux principaux protagonistes que l’histoire veut, une bonne fois pour toute, voir en découdre avec les urnes. Sans dire que les autres candidats et candidates sont des laissés-pour-compte, mais l’attention sera, que les malgaches le veuillent ou non, sur les frottements entre le n°13 et n°25.

Pour preuve, le débat du 3 novembre où seront invités ces deux protagonistes constituera une des plus fortes audiences de cette décennie.

Il ne faut pas ainsi donner tort à Monsieur Justin d’avoir mis en évidence ses préférences politiques. Loin des bancs de Science Po mais qui résume la sensation de certains citoyens.

Il ne s’agit pas de faire le procès de ce mois d’avril, ni de porter en victime le pauvre « encercueillé ». C’est surtout de mettre en avant que les gens comme Justin, écoutent, analysent et s’amusent devant les promesses de chacun des candidats et candidates.

Maminirina Rado