Les actualités Malgaches du Lundi 16 Octobre 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar2467 partages

Précision sur un meurtre

Contrairement à ce qui a été annoncé dans la presse rapportant une information de la gendarmerie, la somme retrouvée sur les meurtriers du garçon à Ambohitrara­haba la semaine passée était de 240 dollars et non 24 000 dollars. La précision vient d’une source auprès du PAM où travaille le père du garçon assassiné.

Ino Vaovao1261 partages

FARITRA ATSINANANA : Nisokatra ny alatsinainy 16 oktobra ny taom-piotazana jirofo

Mitana ny laharana faharoa i Madagasikara amin’ny fanondranana jirofo. I Indonezia no eo amin’ny laharana voalohany. Mahatratra 15 000 taonina isan-taona ny jirofo aondrantsika Malagasy any ivelany. Ny taona 2016, dia nahatratra 16 500 t ny jirofo malagasy nalefa tany ivelany. Ny Faritra Analanjirofo kosa no faritra ahitana jirofo be indrindra.

Kamy

Midi Madagasikara412 partages

ACECMA : 50 millions d’ariary pour la lutte contre la peste

Les opérateurs chinois participent à la lutte contre la peste à travers un don de 50 millions d’ariary

Ils investissent et opèrent dans le pays depuis des années. Les opérateurs économiques chinois, membres de l’Association Générale des Commerçants et des Entrepreneurs Chinois à Madagascar (ACECMA) affichent leur solidarité envers le peuple malgache en cette période difficile, marquée par l’épidémie de la peste. Un geste de solidarité marqué par la remise d’un chèque de 50 millions d’ariary  pour la lutte contre cette maladie contagieuse.

La remise du chèque a eu lieu  vendredi dernier lors de la soirée de commémoration du 10e anniversaire de l’ACECMA au Carlton. Ce don qui a été remis au Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly marque en tout cas l’intégration de ces ressortissants chinois à Madagascar. Destinée initialement à financer le déplacement d’un groupe d’artiste chinois à Madagascar. Mais vu l’urgence de la lutte contre la peste et par solidarité au peuple malgache, les membres de l’ACECMA ont décidé d’offrir l’argent pour cette bonne cause. Le chèque a été remis par le Président de l’ACECMA Cai Guowei, en présence de l’Ambassadeur de Chine Yang Xiarong. L’ACECMA, précisons-le est une association qui regroupe environ 150 entreprises chinoises à Madagascar. Nous en reparlerons.

R.Edmond

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza309 partages

Andry RajoelinaTratry ny sivana tao amin’ny TVM

Samy nahatsikaritra ny rehetra nijery ny televiziona nasionaly na ny TVM omaly tolakandro fa nisy fotoana hafahafa be ny sary nandritra ny famangiana sy fampaherezana ny fianakavian’ny Pr Zafy Albert teny amin’ny lapan’ny kolontsaina sy fanatanjahantena Mahamasina.

Mety tsara rehefa ny mamangy no miteny fa hafahafa be kosa rehefa mamaly ny novangiana. Ny antony dia satria niara-nipetraka tamin’ny fianakavian’ny Pr Zafy Albert i Andry Rajoelina ka nezahana tsy nampidirina tao anatin’ny sary mihitsy, kanefa dia teo akaikiny namaly ny famangiana ny praiminisitra teo aloha Jean Omer Beriziky. Nanatitra fehezam-boninkazo sy nitsapa alahelo teny Mahamasina mantsy ny vondrona Mapar notarihan’ny filohany omaly ary avy eo nisy ampahany nipetraka niaraka tamin’ny fianakaviana. Tsy miady amam-paty ny Malagasy, hoy ny fitenenana saingy mazava be iny tranga omaly iny fa dia tsy mety amin’ny mpitondra HVM i Andry Rajoelina ary dia iny tratry ny sivana iny.

RTT

Midi Madagasikara301 partages

Peste à Madagascar : 610 cas et 63 décès depuis le début de l’épidémie 49 cas de peste ont été en...

Des médicaments et équipements destinés aux personnels de santé et aux établissements de traitement de la peste.

Le dernier bulletin du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et catastrophes) sur la situation épidémiologique de la peste à Madagascar fait état de 610 cas rapportés sur l’ensemble du territoire, toutes formes de peste confondues. Le BNGRC précise, toutefois, que parmi ces 610 cas figurent des personnes déjà guéries et sorties de l’hôpital, des cas probables mais non confirmés, et des cas suspects mais non confirmés. Quant au nombre de décès, il s’élève à 63 depuis le début de l’épidémie, tandis que le taux de létalité nationale (nombre de décès par rapport au nombre total de cas notifiés), est de 10,3%. Actuellement, 38 districts sont touchés par l’épidémie de peste, soit trois de plus que la semaine dernière.

Riposte. Une série de mesures a été prise depuis, en riposte à la propagation de la maladie. En fait partie la prorogation de la fermeture des écoles dans les districts touchés par la peste. De même, les contrôles sanitaires appliqués aux portes de nombreux districts, et qui concernent les entrées comme les sorties. Une mesure qui permet de mieux limiter la propagation de la maladie. C’est le cas, à Fianarantsoa, Fénérive Est et Ihosy. Le BNGRC prévoit d’étendre cette mesure dans d’autres districts déjà affectés par la peste. « Une mise à l’échelle des protocoles de fonctionnement et d’organisation de poste de contrôle sanitaire est nécessaire », souligne le BNGRC.

Coordination. Dans ce cadre, une discussion est en cours avec l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM), avec plusieurs ministères : celui des Transports et de la Météorologie, pour une ébauche de protocoles de fonctionnement et d’organisation de poste de contrôle sanitaire dont la formalisation est en cours ; le ministère de la Santé publique et l’OMS  (Organisation mondiale de la Santé) pour la préparation de l’envoi des dotations d’équipements et de matériels spécialisés divers au niveau des 38 districts touchés par la peste. Ces dotations seront au profit des responsables et des personnels de santé au niveau local.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada232 partages

Nanatrika ny “Qudwa Forum“ Rafieferana Faly

Nanatrika ny fivoriambe “Qudwa 2017” tany Abu Dhabi momba ny fanabeazana Rafieferana  Faly, ilay mpanabe nahazo ny loka tamin’ny Global teacher prize top 50 ny taona 2015. Notontosaina ny 7-8 oktobra lasa teo ny hetsika tao amin’ny trano fandraisam-bahiny malaza Emirate Palace Hotel. Mpanabe sy mpampianatra mihoatra ny 800 no nanatrika ny “Qudwa Forum 2017” avy amin’ny firenena 80. Tanjon’ny Qudwa Forum ny hanomezana hery sy fahalalana feno ny mpanabe sy mpampianatra hanatsarany ny fanabeazana amin’ny ho avy. Nanana fotoana koa izy nihaonana amin’ireo olona efa manana traikefa sy kalaza amin’ny sehatry ny fanabeazana, anisan’izany i Julia Gillard, Praiminisitra aostraliana teo aloha sy i Michael B. Horn, Michelle Borba, sy ny maro hafa koa.

Mbola afaka nitsidika ireo toerana malaza manerana an’i Abu Dhabi koa ny tenany nandritra ny fivahiniany tany ny 6 ka hatramin’ny 9 oktobra lasa teo. Taorian’ny diany, fantatra fa mpanao famelabelaran-kevitra matetika ity mpanabe malagasy ity ka hizara ny voandalana mavesa-danja ho an’ny Malagasy, indrindra eo amin’ny torolalana sy tohevitra omena ny mpampianatra sy ny ray aman-dreny ary ny tanora.

Nanokatra ny sekoly Fikoloana any Alatsinainy Bakaro Andramasina izy ny taona 1990. Nanangana ny sekoly lycée Mpanefa Iraka koa Rafieferana Faly ny taona 2003.

Marihina fa nahazo ny laharana faharoa izy tamin’ny fifaninanana iraisam-pirenena momba ny fanabeazana manerana an’i Afrika, ny taona 2009.

Vonjy A.

Midi Madagasikara212 partages

Peste : Des journalistes étrangers débarquent

Une équipe de journalistes de TV5 Monde est actuellement dans nos murs pour des reportages sur la gestion par les responsables malgaches du cas de l’épidémie de la peste actuelle, notamment l’organisation des ripostes nationales. Il est vrai, cette réémergence de la peste et surtout l’explosion des nombres de cas, la situation est suivie de très près par l’opinion et surtout la presse internationale.  Des pays voisins ont déjà pris des mesures d’interdiction à l’endroit d’équipes sportives malgaches de leur venue dans ces pays, notamment les Seychelles où un coach de l’équipe de basket en visite à Madagascar dans le cadre d’une rencontre sportive, a été contaminé par la peste et n’a pas survécu.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada176 partages

Mahitsy : les marchands se protègent de la peste

Les sensibilisations par voie de presse font leur effet. A défaut des interventions de la commune, les occupants du marché communal de Mahitsy ont procédé au nettoyage général de leur lieu de travail, hier, avec l’appui d’un mécène local, pour prévenir la prolifération de la peste.

Le  marché communal de Mahitsy a été dépouillé de ses détritus, hier, grâce aux initiatives des marchands appuyés par un des leurs, Maître Johnny, qui se démarque par des activités sociales liées au développement de la circonscription. « Nous avons débuté les séances de nettoyage sponsorisées par Maître Johnny, depuis une quinzaine de jours, par l’enlèvement de la montagne d’ordures délaissée par la voirie près de l’abattoir, à la périphérie du marché », a révélé le porte-parole des occupants du marché, hier. L’opération est prévue se renouveler 3 à 4 fois par mois, selon le budget disponible, d’après une convention de partenariat passée entre le donateur et ses pairs au marché de Mahitsy.

L’inertie des autorités dénoncé

Aucun cas de peste, sous quelque forme qu’elle soit, n’a été enregistré dans la commune rurale de Mahitsy malgré la proximité de la capitale qui devient une zone à risque en la matière depuis des semaines, selon les autorités sanitaires. La population déplore toutefois l’attitude des autorités de la mairie qui, contrairement aux autres collectivités passant dans les médias, ignorent sciemment les risques d’épidémie encourus par les contribuables sans rien entreprendre pour les protéger de l’invasion du fléau. « L’assainissement du marché n’écarte point le danger puisque le stationnement de taxis- brousse, qui est un point stratégique en tant que lieu de passage très fréquenté et les véhicules de transport y opérant, n’ont fait l’objet d’aucune mesure préventive de la peste », dénoncent les usagers. Appel est donc lancé à l’endroit des autorités locales pour prendre leurs responsabilités face à la situation qui prévaut.

Manou

Midi Madagasikara158 partages

S’il m’était donné de faire l’oraison funèbre de Zafy Albert je dirais ceci

Cher  Prof,

Pauvre, disons-le, tu l’as été à ta naissance  dans une contrée gorgée d’or qu’est Betsiaka, c’est pour cela sûrement  que tu n’as eu de cesse  de clamer  haut et fort que « ce pays est riche mais sa population pauvre ».

Dans tes études , tu as fait preuve de ténacité et d’ambition comme il n’est pas permis d’en avoir  malgré les embûches  liées à tes modestes origines  et les médisances de tes congénères, mais tu es quand même arrivé  au plus haut sommet  « hatramin’ny faran’ny ambony indrindra»  et en te payant même le luxe d’embrasser d’autres disciplines aussi ardues que la médecine comme les mathématiques et la physique. Savoir que tu as toujours tenu à partager à tes cadets étudiants  et à faire bénéficier  tes  compatriotes-patients.

Père de famille, tu as tenu à imprégner  tes enfants des valeurs de l’effort  et que les privilèges ne s’héritent pas  sans  sueur. Et ils n’ont pas eu  de parachutes  dorés. Mari, tu as su transmettre  aux autres que la femme peut-être un vrai partenaire  et qu’un couple ne fait qu’un dans  la vie, dans les moments de joie comme dans les moments difficiles (2=1). Complémentaire tu as été avec  Thérèse et tu l’as assumé. Fervents chrétiens, je vous vois encore arriver  discrètement à l’église de la paroisse d’Antanimena  tous les dimanches  à la messe de 11 heure et partir de la même façon sans tambour ni trompette. Tu as laissé les valeurs de  rectitude et d’humilité.

Enfin,  en politique, ta ferme conviction de contribuer  à  un meilleur être de tous les  malgaches, a eu raison des  crocs en jambes, des ambitions  et des entourloupes de tes faux et vrais compagnons  de luttes  et  tu es devenu  président  avec  tes principes et  ta foi en ta mission. De la démocratie, tu t’es fait surtout un devoir  d’être proche et à l’écoute du petit peuple où qu’il soit et quel qu’il soit. L’on pouvait bien se gausser  sur  tes « Mada-raids » mais tu n’en avais cure.  Les quolibets  des bien-pensants en politique n’avaient pas de prise sur toi, car leurs  séminaires  et ateliers sur  le développement  dans  leurs salons cossus n’avaient d’égal qu’à leurs  inutilités selon le président au chapeau de paille dont tu as voulu  donner l’image.

Mais,  le « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge !« ,  n’a pas assez résonné chez toi et cela t’as valu la disgrâce dont tu es sorti pourtant avec dignité et  honneur.

Et ces soi-disant amis sont  là aujourd’hui, plus éplorés  que leurs voisins, venus  se lamenter sur ton départ.  Mais qu’ils sachent  que ta conviction plie mais ne  rompt pas  encore pour beaucoup !

Adieu Monsieur Le Professeur !

M.Ranarivao

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate157 partages

Zafy Albert. Lapan’ny Kolontsaina Mahamasina: famangiana. SARY 1

Alahady 15 oktobra 2017, Lapan’ny Fanantanjahantena sy ny Kolontsaina, Mahamasina: famangiana ampahibemaso fianakavian’ny Profesora Zafy Albert, Filoham-pirenena malagasy teo aloha (1993-1996). Sary dingana voalohany. Ny adidy, Tompoko, tsy an'olon-dratsy. Marihina fa tsy misy fepetra ny fampiasana ny sarinay ato aminy madagate.org satria ny Profesora Zafy Albert dia Olom-bahoaka ao anatin'ny Tantaram-pirenena malagasy).

Jeannot Ramambazafy sy Harilala Randrianarison

Midi Madagasikara146 partages

Fermeture de la société AAA par l’Etat : Un rapprochement entre les deux parties souhaité par le SIM

« Les deux parties doivent trouver un compromis à l’issue d’un rapprochement », exprime Fredy Rajaonera, le président du SIM. (Photo d’archives)

Les deux parties doivent trouver une solution pour convenir à établir un calendrier de régularisations.

Le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM) a le regret de la fermeture de la société AAA en tant qu’unité de production. « Nous souhaiterons qu’il y ait un rapprochement rapide entre l’Etat et cette industrie afin de trouver ensemble un compromis », dixit Fredy Rajaonera, le président du SIM. Force est de reconnaître que la suspension des activités d’une telle unité de production entraîne des retombées socio-économiques négatives pour le pays. On peut citer entre autres, la perte des emplois qui viennent d’être créés. En outre, il y a eu des investissements nationaux qui ont été injectés en vue du redémarrage de cette usine de production agro-alimentaire.

Réouverture. Face à cette situation, le SIM préconise que l’Etat et la société AAA se retrouvent autour d’une même table pour discuter et convenir à établir un calendrier de régularisation. « Les deux parties doivent ainsi trouver une solution. En effet, nous souhaitons la réouverture de cette unité de production », a exprimé Fredy Rajaonera. Rappelons que l’administration a procédé à la suspension des activités de la société AAA faute d’un permis environnemental, et ce, dans le but de  redorer l’image du pays en matière d’attrait des investissements aussi bien nationaux qu’étrangers. Il y eut également des impayés de la Jirama. De son côté, la société AAA a déjà engagé des experts et entamé toutes les procédures au niveau de l’Office National pour l’Environnement afin d’effectuer une mise en conformité vis-à-vis du Décret MECIE mais cela n’a abouti à rien, selon ses dires.

Dialogue. Par ailleurs, le directeur général de l’ONE, Jean Chrysostome Rakotoary a soulevé que plus de 60% des industries à Madagascar n’ont pas un permis environnemental. « Certaines d’entre elles font actuellement une mise en conformité à l’environnement. Et selon la législation environnementale, on n’a pas besoin de procéder à la fermeture d’une entreprise tant que cela ne représente pas un danger public ou bien si l’opérateur entre en conflit avec la population locale », a-t-il expliqué. En revenant sur le cas de la société AAA, le Syndicat des Industries de Madagascar souhaite qu’il y ait une issue positive à la suite de ce rapprochement entre l’Etat et l’industrie. « Cela prouverait le côté positif d’un dialogue entre le secteur public et le secteur privé », a conclu Fredy Rajaonera.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada126 partages

Madagascar – Australie : Haro sur la pêche illégale et la piraterie maritime

L’Australie apporte son appui à Madagascar dans la lutte contre la pêche illégale. Cette île-continent entend également développer des partenariats avec la Grande île dans le domaine de l’économie bleue.

L’Australie renforce sa coopération avec Madagascar, principalement dans la lutte contre la pêche illégale et la promotion de l’économie bleue. C’est ce qu’a fait savoir Gilbert François, ministre des Ressources halieutiques et de la pêche (MRHP), lors de sa rencontre avec Jenny Dee, ambassadeur de l’Australie à Madagascar, en fin de semaine. «Cette île-continent veut renforcer son partenariat avec la Grande île, notamment dans le domaine de la sécurité maritime. Elle souhaite appuyer le pays dans la lutte contre la pêche illégale et non déclarée ainsi que dans la lutte contre le trafic de drogue et la piraterie», a déclaré le ministre à cette occasion.

Les pertes engendrées par la pêche illicite non déclarée et non réglementée (INN) sont considérables dans la région du Sud-ouest de l’océan Indien. Selon la Commission de l’océan Indien, ces pratiques représentent 400 millions de dollars à la première vente et au moins un milliard de dollars en produits transformés annuellement. Environ 20% des captures totales des thonidés proviennent de la pêche INN.

Économie bleue

«L’Australie veut également développer des partenariats avec Madagascar dans le domaine de l’économie bleue, et ce, en tant qu’île-continent disposant de plus d’expertises au niveau du secteur maritime», a expliqué en outre le ministre de la Pêche. C’est en tout cas une coopération qui s’ouvre à plusieurs domaines étant donné que cette représentante diplomatique est déjà venue dans le pays dans le cadre de la visite inaugurale du navire militaire australien qui a débarqué en avril dernier à Antsiranana.

Par ailleurs, le renforcement de capacités pour les techniciens n’est pas en reste. Cette diplomate a soulevé que son gouvernement continue de renforcer les capacités des techniciens au niveau des secteurs clés dont la pêche à travers le programme de formation «Australia Awards». Un programme initié pour soutenir le développement socio-économique du pays. En effet, des techniciens du MRHP ont récemment obtenu des bourses d’études leur permettant d’effectuer un doctorat en Australie.

Arh

 

Midi Madagasikara105 partages

Ankadivato : Trano fandihizana manakotaba ny mponina

Mitaraina avokoa ireo mponina eny amin’iny faritra Ankadivato sy ny manodidina iny ,ny amin’ny zava-misy izay mitranga amina toeram-pandihizana iray. Nambaran’ireo manodidina mantsy fa na dia efa misy aza ilay filazana ny amin’ny tsy tokony hivorivoriana noho ny  pesta, dia mbola manohy izany ihany ity toerana ity, ary manangona tanora marobe, izay ahitana ankizy tsy ampy taona ny sasany. Tsy vitan’izay anefa, araka ny filazan’ireo mponina hatrany, fa mivoha amin’ny andro antoandro io toerana io rehefa alarobia sy sabotsy. Araka izany, dia tabataba tsy laitra iainana, teny ratsy sy ompa variraraka, no manjaka eny an-toerana. Ny tsy fandriampahalemana amin’io manginy fotsiny, hoy hatrany izy ireo. Misy amin’ireo tanora mankao amin’io trano fandihizana io mantsy, no efa mamo ka manakorontana ireo mponina eny amin’ny manodidina : manendaka, mangalatra sns. Hany ka misy fiantraikany amin’iny fiharian’ireo fokonolona eny an-toerana. Misy amin’ireo mpivarotra mantsy no avy hatrany dia manakatona ny tsenany aloha raha vao hoe misokatra io toeram-pandihizana io. Manao antso avo amin’ny tompon’andraikitra araka izany izy ireo, mba hijerena ity tranga misy eny an-toerana ity.

Nangon’i m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara103 partages

Volley-ball : Les Seychellois pas chauds pour accueillir Madagascar

Jocelyn Andriamandimbisoa reste serein quant à l’avenir du volley malgache.

Un entraîneur Seychellois mort de la peste chez nous ? Il est normal que cette île à touristes craigne pour sa rentrée d’argent et pour sa population. Donc, l’accueil de Madagascar aux Seychelles pour le volley est encore un point d’interrogation.

« Jusqu’ici, les Seychelles ne sont pas chauds pour accueillir Madagascar pour les  jeux de la CCSOI », a avancé le président de la fédération malagasy de volley-ball Jocelyn Andriamandimbisoa. Donc, il se peut que la rencontre soit annulée ou reportée ou encore change de pays d’accueil. Prévue début décembre, cette compétition regroupe plusieurs îles de l’océan indien. Contrairement à d’autres pays, la Zone 7 en fait une sorte d’affaires politiques et la décision sera connue dans une semaine, une décision de prendre vraiment des précautions avec les Malgaches ou de changer carrément de pays hôte. Les compétitions de préparation que la fédération organise en terre malgache auront toujours lieu par contre.

Quant à la signature de convention entre la fédération malgache et la fédération française de volley-ball prévue fin octobre à la Réunion, cela a été reporté sine die. Cette signature de convention concerne des échanges techniques et des formations et compétitions. Eh oui, la peste change les donnes sportives maintenant.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara102 partages

D’Ivato au Palais des sports : Hommage des trois anciens présidents au professeur

L’inhumation du professeur Zafy Albert aura lieu samedi prochain. Selon le Premier ministre Mahafaly Olivier, le Président de la République sera présent à l’enterrement.

La dépouille du professeur Zafy Albert a débarqué à Ivato, samedi dernier, à 16h30. Bien avant, les hautes personnalités et les simples citoyens sont venus à l’aéroport international pour rendre un dernier hommage à l’ancien Président. Parmi eux, citons, entre autres, le Premier ministre Solonandrasana Mahafaly Olivier, le président du Sénat Honoré Rakotomanana, le président de la HCC Jean-Eric Rakotoarisoa, l’ancien président Didier Ratsiraka, Norbert Lala Ratsirahonana et Omer Beriziky. Les militants de première heure du parti UNDD étaient également présents, à savoir Emmanuel Rakotovahiny, Betiana Bruno et Tabera Randriamanantsoa. Faut-il souligner que les trois anciens présidents (Ratsiraka, Ravalomanana et Rajoelina) ont tenu à rendre un vibrant hommage au professeur.

Emus. Après avoir reçu les honneurs dus à son rang, la dépouille a été transférée au domicile de l’ancien Président à la villa La Franchise à Ivato. Spontanément, des gens visiblement émus se sont massés tout au long de la route où le cortège funèbre est passé. D’Ivato à Alarobia, en passant par Ambohimanarina et Ankazomanga. Notons que des proches de l’ancien Président, en l’occurrence Thérèse Zafy, sont restés à la Villa Franchise pour accueillir le corps sans vie du professeur. D’autres personnalités sont aussi venues directement à Alarobia. Il s’agit notamment de Marc Ravalomanana, Jean Ravelonarivo, Rabotoarison, Manantsoa Victor et Mamy Ravatomanga.

Simples citoyens. La journée d’hier a été marquée dans la matinée par un culte à l’Ekar Antanimena. L’après-midi, la dépouille a été transférée au Palais des Sports à Mahamasina où des hauts dignitaires de l’Etat, de hautes personnalités ainsi que de simples citoyens ont présenté leurs condoléances à la famille du défunt. Il s’agit, entre autres, du Premier ministre Solonandrasana Mahafaly Olivier, du Président sénat Honoré Rakotomanana, du président de la HCC Jean-Eric Rakotoarisoa, du président de la CENI Rakotomanana Hery, du président du CFM, Maka Alphonse et de l’ancien Président de la Transition, Andry Rajoelina. Notons qu’après avoir présenté sa condoléance, ce dernier a pris place parmi les membres de la famille du défunt. Quant à la suite du programme, pour ce jour, un culte œcuménique aura lieu au Palais des Sports et vers 14h le cortège funèbre va rallier Ambilobe. Selon le porte-parole de la famille, Omer Beriziky, il y aurait des haltes tout au long de la RN4 et de la RN6. Toujours est-il que de son vivant, l’homme au chapeau de paille a été surtout connu pour son « Mada-raid » ne manquant pas ainsi de discuter avec les simples citoyens pour savoir leur desiderata. Une simplicité et une droiture qu’on lui connaît.

Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info90 partages

Toulouse: Une petite Malgache de 2 ans opérée du cœur et accueillie par des retraités de Tournefeuille

La petite Elinah est arrivée ce dimanche à Toulouse. La petite fille, repérée par les équipes de l'association la chaîne de l'espoir à Madagascar, doit être opérée du cœur et du visage. Durant au moins trois mois, loin de ses parents, c'est un couple de Tournefeuille qui s'en occupera.
Elle s'appelle Elinha, elle a 2 ans et demi. Une petite Malgache qui vit avec ses parents, vendeurs de légumes, dans un bidonville d'Antananarivo la capitale de Madagascar. Cette petite fille, défigurée par une fente labiale, plus vulgairement un bec de lièvre, souffre également d'un grave problème cardiaque. Elle a été repérée par l'association Chaine de l'espoir, qui s'occupe de rapatrier des enfants malades sans solution dans leur pays d'origine, pour être opérés en France.
L'association a fait venir Elianah jusqu'à Toulouse pour être opérée du cœur et du visage. Elle prend en charge les frais de chirurgie cardiaque à l'hôpital Purpan mais pour le visage, c'est la clinique Médipole de Toulouse qui offre ses services. Depuis le début de l'année 8 enfants ont ainsi été accueillis à Toulouse pour des actes chirurgicaux qui coûtent en moyenne entre 12 000 et 15 000 euros.
Ce dimanche, après de longues heures de vol, la petite Elianah a été récupérée à l'aéroport de Toulouse par sa famille d'accueil. Un couple de retraités de Tournefeuille qui, durant 3 mois, va s'occuper de la petite fille, l'accompagner pour ses différentes opérations et surveiller sa convalescence. Sitôt descendue de l'avion, c'est donc Robert et Edith Gadet qui ont pris en charge la petite fille pour la conduire chez eux. Deux jours plus tard les premiers rendez vous médicaux vont commencer.
Source: France Bleu
Midi Madagasikara84 partages

Griffine Bakoliniaina de la TVM : Quand la sportive s’impose en culture !

La présentatrice sport de la télévision nationale n’est pas simplement une grande sportive. Mariée à un footballeur international, maman de trois enfants, c’est aussi une poète à ses heures. Razafindrafara Bakoliniaina Griffine est une journaliste sportive, fait partie même des anciennes de cette rubrique car ayant plus de 15 ans dans le métier. Elle est aussi une écrivaine connue sous l’appellation Griffine. Depuis ses 12 ans, elle s’est mise à écrire. En 2005, elle rentre chez HAVATSA UPEM. Elle a déjà sorti le recueil « Hetahetako » en 2012. D’ailleurs, elle va en faire une seconde édition à exposer au Tahala Rarihasina Analakely du 23 au 28 octobre. Son prochain recueil sortira en 2018 « un livre plein de patriotisme et de messages »

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune81 partages

« La fermeture ne s’explique pas »

La société AAA est montée au front la fin du week-end dernier afin de réclamer une fois encore la réouverture de l’usine d’Andranomanelatra fermée sur ordre du ministère de l’Industrie et du ministère de l’Environnement. Selon Lanto Rabenatoandro, directeur de la société Triple A, la fermeture de l’usine d’Andranomanelatra ne s’explique pas. Du fait que la raison évoquée pour cette décision est le non –respect des dispositions du décret MECIE ou Mise en Comptabilité des Investissements avec l’Environnement.

Lanto Rabenatoandro a concédé que sa société n’était pas encore conforme aux dispositions du Décret MECIE, toutefois selon lui, les procédures sont déjà en cours et devraient être validées sous peu. A noter que ce décret exige quelques documents et études de la part des sociétés installées à Madagascar. Selon l’article 4 du décret, « Les projets (…), qu’ils soient publics ou privés, ou qu’ils s’agissent d’investissements soumis au Droit Commun ou régis par des règles particulières d’autorisation, d’approbation ou d’agrément, sont soumis aux prescriptions ci-après : a) la réalisation d’une étude d’impact environnemental (EIE), b) l’obtention d’un permis environnemental délivré à la suite d’une évaluation favorable de l’EIE, c) la délivrance d’un Plan de Gestion Environnementale du Projet (PGEP) constituant le cahier des charges environnemental du projet concerné. ».

Outre cela, la fermeture de l’usine d’Andranomanelatra n’aurait pas suivi la procédure normale. Lanto Rabenatoandro répond que si l’on se réfère au décret MECIE, l’article 35 dispose qu’en cas de non-respect de ses dispositions, l’investisseur doit être notifié par lettre recommandée et dispose d’un délai de 30 jours pour régulariser sa situation. Au delà de ce délai, l’article 36 dispose que « L’Office Nationale pour l’Environnement, en concertation avec le ministère sectoriel compétent et la Commune concernée, peut prononcer les sanctions suivantes : · injonction de remise en état des lieux conformément aux normes environnementales ; · injonction de procéder dans un délai préfixé à la mise en œuvre de mesures de correction et de compensation sous peine d’astreintes ; · suspension ou retrait du permis environnemental. ». Enfin, ce n’est qu’ « Après suspension ou retrait du permis environnemental, le Ministère sectoriel responsable peut prononcer : · l’arrêt des travaux en cours ; · la suspension d’activité, conformément aux dispositions de l’article 7, alinéa 2 ; · la fermeture temporaire ou définitive de l’établissement. ». En ce qui concerne les arriérés de paiements dues par la société Tiko et l’usine d’Andranomanelatra, notamment ceux de la Jirama, Lanto Rabenatoandro de déclarer que certaines de ces factures ont déjà été payées.

L'express de Madagascar78 partages

Harimanana Rabe – « Une population indisciplinée entrave le développement des villes »

Directeur des Villes et de la planification terri­toriale au ministère auprès de la présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aména­gement du territoire et de l’équipement (M2PATE)

• Que doit-on comprendre par planification et urbanisation ?- La planification consiste à mettre en œuvre des moyens pour atteindre des objectifs d’organisation territoriale. Tout ce qui relève de l’organisation du territoire, du terrain, est du domaine de la planification. L’urbanisme va de pair avec la planification territoriale, car il concerne les méthodes pour adapter l’habitat urbain aux besoins de la population. L’urbanisation concerne la structuration des quartiers, des routes, pistes etc…en fonction des caractéristiques des habitants.

• Pourquoi nos villes ne sont-elles pas assez planifiées et urbanisées ?– Les trois quarts de l’ensemble des richesses, du PIB sont issues des grandes villes. Cent soixante douze villes se répartissent dans toute l’île, dont six grandes villes. La pression migratoire des habitants des zones rurales vers les villes a changé la structure économique des villes. La planification territoriale est élaborée pour une meilleure attractivité territoriale, des villes organisées et des constructions aux normes. Il y a encore un chantier énorme rien qu’à voir ce qui se passe dans la capitale, car c’est la mise en œuvre de la planification qui est souvent défaillante. L’indiscipline, une population mal informée, le manque de rigueur des responsables à tous les niveaux dans l’application des textes et lois et surtout la mauvaise gouvernance restreignent les efforts de développement des villes. Les inégalités et l’exclusion sont prépondérantes dans la plupart des villes, à des taux souvent plus élevés que la moyenne, aux dépens du développement durable. Les responsabilités sont partagées entre les collectivités et l’État central.

• Quelle est alors en résumé la politique du développement des villes ?- Le contexte est plus que favorable pour promouvoir le développement des villes qui apportent un réel changement social et économique. Des réformes politiques et juridiques du secteur urbain, ainsi que des programmes opérationnels dans de nombreuses villes sont enclenchés. Des projets d’investissement à hauteur de six millions d’euros pour trois villes par exemple sont en cours, sans ignorer le projet Tatom, Antananarivo Toamasina par autoroute, et d’autres encore.

• Comment accentuer cette importance que tient le développement des villes ?– La journée mondiale des Villes sera célébrée pour la première fois à Madagascar. Les 30 et 31 octobre, la communication, la sensibilisation et la mobilisation des acteurs pour la mise en œuvre effective des nouveaux référentiels du développement urbain marqueront Antananarivo, Toliara et Toamasina. Les thèmes seront « Urbanisation et transformation structurelle » pour la capitale, et « Infrastructures de qualité pour des villes résilientes » pour les deux autres villes. Cette première célébration de la JMV constitue le coup d’envoi de la relance du secteur urbain à Madagascar, grâce à des interventions renforcées et sur tous les fronts dans de nombreuses villes.

Propos recueillis par Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara76 partages

Nosy Be Jazz Festival : Annulé aussi

Aina Cook, une des artistes invitée à ce Nosy Be Jazz Festival.

Avec l’interdiction d’organiser des manifestations publiques à cause de l’épidémie de la peste, la 2e édition du Nosy Be Jazz Festival prévue se tenir à la fin de ce mois d’octobre est annulée.

 Il fallait s’y attendre. Et après quelques semaines de suspense, c’est à travers un communiqué très officiel que ZàTours et ses partenaires annoncent que « en accord avec les différents  acteurs et conformément aux directives officielles, la 2e édition du Nosy Be Jazz Festival est annulée. Conscient que les autorités prennent les dispositions qui s’imposent, le comité d’organisation reste cependant premier responsable de la tenue du festival et ne peut  prendre le risque d’exposer les festivaliers et les participants ». Ce communiqué, signé du président du comité d’organisation, Niry Ravelojaona, sonne comme une évidence face à l’épidémie de peste qui se propage actuellement dans le pays. Mais autant d’annulations d’événements n’est pas sans conséquence, notamment dans l’industrie musicale locale.

En tout cas, ceux qui se sont déjà délectés de la venue de plusieurs artistes de renom qui évoluent dans le jazz devront prendre leur mal en patience, et attendre l’année prochaine pour apprécier de nouveau ces musiciens. Certains d’entre les invités sont sur place mais ne peuvent pas faire grand-chose, car l’interdiction d’organiser des manifestations publiques est encore en vigueur. Seule chose à faire pour ceux qui veulent revivre un peu l’esprit Nosy Be Jazz Festival, se rendre sur la page facebook officielle et revoir les vidéos.

Anjara Rasoanaivo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Ino Vaovao72 partages

HALATRA LAVANILA 5O KILAO TAO SAMBAVA : Naratra mafy ilay tompony nalaina an-keriny

Toy ny zava-nisy tao Andranofotsy Kaominina Sambava, ny sabotsy alina lasa teo, dia olona misaron-tava nitondra basy maromaro no tonga tao amina hotely iray ao an-toerana ary nanapoaka basy. Novakian’izy ireo ny efitrano laharana fahaefatra tao amin’ity Hotely ity, izay fantatra fa nisy lavanila maina sy efa masaka. Milanja teo amin’ny 50 kilao teo io lavanila io ary lasan’izy ireo ka nalainy an-keriny hatramin’ny tompony.

Nofatoran’izy ireo ny mpiambina ny tanàna ka nirifatra nitsoaka izy ireo. Nisahotaka ny iray tanàna tamin’io fotoana io ary nampandre ny mpitandro filaminana avy hatrany. Rehefa tonga ny tamin’ny roa ora maraina dia iny fa nipoitra ho azy ny tompon’ity lavanila ity ary naratra mafy. Hatreto aloha dia mbola tsy fantatra ny olona nahavanona izao fanafihana izao fa mbola eo am-panaovana ny famotorana ny zandary.

Efa nahazo fitsaboana kosa ny voatafika raha ny tatitra voaray ihany. Andrasana ny fivoaran’ny valin’ny fikarohana.

Tatianà R.

Tia Tanindranaza71 partages

Tantsahan’i VakinankaratraTezitra mafy amin’ny fitondrana

Mampiaka-peo ny tantsahan’i Vakinankaratra izay malaza amin’ny famokarana sy fiompiana raha ny eto Madagasikara. Ny fiompiana anefa no manana olana amin’izao fotoana ka mampiaka-peo ireo mpiompy sy mivelona amin’izany.

Tsy fisintonana lakolosy intsony no ataon’ireo tantsaha fa antso avo amin’ny fitondram-panjakana izay kianin’izy ireo mafy. Tsy horesahina intsony ny fanangonana ny vokatra ronono izay misy fiantraikany amin’izy ireo ny fanakatonana ny AAA Tiko ny faran’ny herinandro lasa teo. Nambaran’izy ireo fa ny orinasa iray ao Antsirabe dia tsy mahazaka ny vokatra ronono misy ao Vakinankaratra akory, kanefa omen’ny fanjakana tombondahiny an-jambany. Ambaran’ireo tantsaha fa ny orinasam-bazaha manodina ny ronono dia sady mamilafila amin’ny habetsaky ny vokatra raisiny no miandry ny fandoavam-bola raha ampitahaina amin’ny AAA Tiko, izay efa mba niverina niasa ka tsy azoazon’izy ireo. Etsy an-daniny, resabe ary niteraka savorovoro ihany koa ny didim-pitondrana iraisan’ny minisitera 6, mitondra ny laharana 22.804 nivoaka ny 12 septambra 2017 lasa teo, izay mandrara vonjimaika ny fivezivezena sy famarotana ary ny famonoana ny omby vavy sy ny zanak’omby latsaky ny 18 volana. Ambaran’ireo tantsahan’i Vakinankaratra fa ny omby vavy no fametrahan’izy ireo ny volany. Niteraka savorovoro tanteraka teny amin’ny tsenan’omby tao Antsirabe ity resaka ity. Ilay andiany faha-4 milaza fa « tsy misy indrafo » mantsy no nampiakatra ireo tantsaha. Tamin’io fotoana io dia nisy ny olona notsaboina tao Andranomadio ary tokony hivoaka ny hopitaly fa niandry vidin’omby io sabotsy io saingy tsy azo namidy ilay omby kanefa dia iny no vola tokony ho nilaina amin’izany. Nitohy ny sabotsy 14 oktobra ny disadisa ary niantsoana mpanao gazety mihitsy nilazan’ny olona ny tarainany. Tsy afa-nanoatra moa ireo mpitandro ny filaminana sy ny tompon’andraiki-panjakana manoloana ny didy, ka zara raha nisy ny omby niakatra ny tsenan’omby tao Antsirabe ny sabotsy teo. Nanao farateny ireo mpiantsehatra amin’ity omby ity fa hifankahita tokoa satria ny 75%-n’ny mpifidy anie ka tantsaha e ! Raha tsiahivina, didim-pitondrana iraisan’ny minisitera eo anivon’ny prezidansa misahana ny fambolena sy fiompiana, ny minisiteran’ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka, ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana, ny minisiteran’ny fitaterana ny famantarana ny toetr’andro ary ny sekreteram-panjakana miadidy ny fiarovana ary ny zandarimariam-pirenena no niara-nanao sonia.

Caius R

 

Midi Madagasikara71 partages

Ambodianfotsy Ampitatafika : Un Inspecteur de Police tué dans un accident de moto

On dirait que cela ne se produira pas, mais cette fois-ci, tous ceux qui se sentent être à l’abri du danger même les plus malins et croient tout maîtriser se sont trompés par eux-mêmes.

Ce vendredi 13 octobre vers 22 heures, un motard a été trouvé mort dans la rizière bordant la RN1, juste au niveau d’Ambodiafontsy, dans la commune d’Ampitatafika. Selon le témoignage, sur sa moto, un scooter BWYS, la victime roulait à grande vitesse et a plongé dans la rizière après avoir perdu le contrôle de son guidon. Elle a été tuée sur le coup. Informés de l’accident, les gendarmes d’Ampitatafika se sont rendus sur les lieux pour constater les faits. L’enquête a révélé que la victime est un inspecteur de police en service à la primature. Âgé de 48 ans, il s’appelle Mamy Anders Arson, résidant à Ambohitsoa Ivanja. Cet accident s’est répandu sur les réseaux sociaux dès la nuit du 13 octobre. Sans connaître l’identité de la victime, les utilisateurs ont lancé des appels si quelqu’un a un proche motard qui n’était pas rentré chez lui. Cet accident fait penser à la dangerosité de cet axe. Selon les habitués de cette route, les conducteurs la prennent pour une autoroute et roulent à vive allure. Ce serait la raison pour laquelle avant-hier, le samedi 14, un motard s’est fait écraser par un taxi-brousse sur le même endroit. Un taxi-brousse Sprinter de la coopérative KOFITSIRO en direction d’Arivonimamo a fait un face-à-face avec un motard. Un scooter, qui est souvent à l’origine d’un marasme dans la circulation de ce pays. Le motard a été grièvement blessé dans cet accident.

T.M

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza66 partages

Fahafatesan'ny Pr Zafy Tsy hita Rajaonarimampianina

Tonga nitsena sy nanome voninahitra ny nofo mangatsiakan’ny filoham-pirenena teo aloha, ny profesora Zafy Albert teny Ivato ny praiminisitra, lehiben’ny governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier sy ireo mpikambana ao amin’ny governemanta.

Hita teny an-toerana ihany koa ireo filohan’ny Andrim-panjakana amin’izao sy teo aloha, ny filoham-pirenena teo aloha, Didier Ratsiraka, ny sokajin-kery politika maro ary ireo fianakaviana. Nandrasana tao amin’ny trano fonenany teny amin’ny « Villa la franchise », Ivandry ny  nofo mangatsiakany ny alin’ny 14 oktobra 2017 ary mbola tonga nidodododo teny ny filoham-pirenena teo aloha Marc Ravalomanana sy ramatoa vadiny, izay efa namangy ity andrarezina lavo ity ihany koa fony izy notsaboina teny amin’ny Polyclinique Ilafy. Omaly dia nisy ny fotoam-pivavahana tao amin’ny EKAR Antanimena izay notarihin’ny Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona, nitohy tamin’ny fiandrasana ny razana teny amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina. Tonga teny an-toerana koa ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina. Ny filoha am-perinasa, Hery Rajaonarimampianina kosa dia tsy nandao ny “Iraka” tanterahany any Roma Italia amin’izao fotoana, raha nandefa teny fohy fampiononana ho an’ny fianakaviana ny alahady teo.Hanatrika ny fivoriana manodidina ny fankalazana ny andro iraisam-pirenena momba ny sakafo anio alatsinainy ao Roma i Hery Rajaonarimampianina ary voalaza fa mbola hanatrika ilay fikaonan-doha ara-toekarena eo amin’ny mpandraharaha Italiana sy Malagasy ihany koa; ao anatin’ny fandaharam-potoana koa ny fihaonana amin’ny filoha Italiana Sergio Mattarella. Tsy eto an-toerana fa lasa any ivelany ihany koa ny filoha nasionalin’ny antoko HVM Rivo Rakotovao. Dia tsy azo nampandeferina mihitsy ve ny dia kanefa dia kihon-dalana goavana eo amin’ny fiainam-pirenena no mitranga ? Filoham-pirenena teo aloha, izay rain’ny demokrasia, tompon-kevitra amin’ny fampihavanam-pirenena no nodimandry fa tsy olon-kafa. Re fa miara-dalana amin’ny filoham-pirenena any Roma Italia renivohitry ny lamaody Ramatoa Voahangy Rajaonarimampianina.

J. Mirija

 

Midi Madagasikara62 partages

Ambohimangakely : Nianjera teny ambony fiara mpaka fako dia maty

Lehilahy iray nitaingina fiaran’ny Samva, izany hoe ireny fitaovam-pitaterana fako ireny, no maty rehefa nianjera avy teny ambony teny. Mamo dia nilatsaka hoazy, satria tsy voafehiny intsony  ny tenany, raha araky ny tatitry ny zandary. Ny antoandron’ny zoma teo, tamin’ny telo ora latsaka, no nisehoan’ny loza izay nosokajiana ho lozam-pifamoivoizana. Ny lohany no nitsatoka voalohany tamin’ny tany ary tsy vitan’izany fa mbola notsenain’ny kodiarana aoriana koa ny vatan-tenany taorian’ny fitontonana. Nezahina novonjena teny amin’ny Hjra ny ainy, saingy efa tsy nisy azo natao intsony noho ny fahavoazana be loatra. Notazonina ary nanokafana fanadihadiana ny mpamily ilay kamiao mpitondra fako. Matetika miteraka fitarainana avy amin’ny mpampiasa lalana ireny fiara mpitatitra fako ireny. Voalohany, manapa-dalana matetika ary dia miandry ny sitrapony izay fiara rehetra sendra azy rehefa mitranga izany. Ny faharoa indray, dia ny fisetrasetrana. Efa betsaka izay olona naratran’i « Mad max » (fiantsoan’ny olona ilay fiara) izay, na koa fiara nodominy dia tsy nijanona akory izy. Ny fahatelo farany moa izany, dia io karazan-tranga niseho tetsy Ambohimangakely io.D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara57 partages

Sport dans les îles : Madagascar en passe d’être indésirable !

Tsiry, major de promotion à Dakar a annoncé cette annulation pour les athlètes malgaches.

Volley-ball, marathon, et après, quelle autre discipline ? La peur de la peste est somme toute normale tout comme la suspension des invitations des athlètes malgaches. Loin de nous l’idée de blesser nos athlètes, force est d’admettre que la phobie a eu le dessus.

Marathon de Saint-BenoîT

Madagascar n’est plus invité

Epidémie de peste étant, La Réunion n’aura pas pris des gants non plus pour annuler les invitations des coureurs malgaches qui devaient courir pour le relais de Saint-Benoit. Le Directeur technique national Tsiry Manantena Rakotomalala vient de le faire savoir récemment. Notre DTN qui rentre d’une formation au Dakar du 4 au 11 octobre pour être entraîneur niveau II d’épreuves combinées. Mieux, notre Tsiry national en est le major de promotion !

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara53 partages

Sakoroka tao Mahajanga : Fandoroana trano, mpianatra telo nosamborina

Azo lazaina fa nafampana toy ny toetr’andro ihany, ny toe-draharaha tao an-drenivohitr’i Boina tao, ny faran’ny herinandro teo. Ambonin’ny fitokonan’ny mpianatra, ilay fanafihana teny amin’iny tranon’ny mpianatra dia fantatra fa mbola niampy doro trano ihany koa io, ka nisy mpianatra telo no voatery nosamborin’ny mpitandro filaminana tao amin’ny Emmo, ny zoma lasa teo. Raha ny zava-nitranga, araka ny fanazavana nomen’ny tompon’andraikitra teo anivon’ny mpitandro filaminana, dia taorian’ilay savorovoro tamin’ilay fitokonan’ny mpianatra, ary etsy andanin’izay ny fiparitahan’ny valan’aretina pesta, dia nandray fepetra ny teo anivon’ny Oniversiten’i Mahajanga ny amin’ny hanalana ireo mpianatra rehetra amin’ny trano fonenany aloha. Efa nidina tany an-toerana ireo tompon’andraikitra niaraka tamin’ny mpitandro filaminana. Nisy tamin’ireo mpianatra anefa no tsy nanaiky izay fepetra noraisina izay ka nifamaly tamin’ireo tompon’andraikitra. Tonga hatrany amin’iny fandoroana ny tranon’ny mpianatra tao amin’ny Bloc 16 mihitsy moa izany. Niditra an-tsehatra avy hatrany ny mpitandro filaminana ka nisy telo tamin’ireo mpianatra nikomy no voatery nosamborina, ary nentina nanaovana fanadihadiana. Fa tetsy andanin’izay ihany koa, omaly dia nitrangana savorovoro tao amin’ny kianja Rabemananjara, rehefa nosakanana tsy hiditra tamin’ny lalao baolina kitra ny mpijery. Izany dia noho ilay fepetra noraisin’ny Fanjakana, ny amin’iny fandrarana olona mivorivory eo anatrehan’ny fiparitahan’ny valan’aretina pesta. Raikitra teo ny tora-bato, saingy niditra an-tsehatra nandamina ihany ireo mpitandro filaminana avy ao amin’iny Emmo. Vita hatramin’ny farany ihany moa ilay lalao, na dia teo aza izany sakoroka izany. Efa milamina tanteraka ny any an-toerana hatramin’ny omaly hariva, ora nanoratanay, araka ny fanazavana nomen’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny zandary iray.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Orange Madagascar38 partages

Le prince du Salegy dans « Coke Studio Africa »

Coca Cola lance « Coke Studio », deuxième édition, le rendez-vous incontournable des talents musicaux africains. Pour cette année, ce plateau réunira sur la même scène les célébrités artistiques, ainsi que les producteurs de tout le continent. Pour sa part, Madagascar a officialisé sa participation à cette scène. Coca Cola étant représenté par le groupe Star Madagascar, a assuré d’une ambiance digne des stars internationales, malgré une pluie battante, vendredi 13 octobre, à l’hôtel Ibis.

L’artiste malgache qui participe cette année à cette aventure, après une expérience inouïe avec Deeny’s (Denise) au cours de l’année dernière, n’est autre que le prince du salegy, à l’instar de Wawa.

L’exclusivité de la diffusion de cet évènement a été attribuée à la chaine locale Record TV (CH 35 UHF ou encore sur canal 205 de Canalsatellite). Et ces diffusions se feront régulièrement chaque samedi à 20 heures. Coke Studio Africa s’étalera sur 13 épisodes, c’est-à-dire 13 semaines.

Faut-il souligner que ces concerts sont aussi diffusés ailleurs, sur plusieurs chaines africaines depuis le mois de septembre 2017 en l’Afrique Centrale, en Afrique de l’Est et de l’Ouest ?

16 pays participants dont des artistes venus d’Afrique du Sud, du Rwanda, de l’Angola, du Zimbabwe, du Togo, du Madagascar, de l’Ile Maurice, du Kenya, de l’Ouganda, de la Tanzanie, du Nigeria, du Ghana, du Mozambique, de la RDC, de l’Éthiopie ainsi que du Cameroun,  sont ainsi au programme cette année si l’année dernière, il n’y avaient que 11. Coke Studio est devenu une référence en matière de musique en Afrique, une trentaine de pays à travers le continent couvrent donc les évènements.

À part Wawa, Coke Studio met également plusieurs célébrités sur la même scène. Des artistes de renoms commet Youssoupha de la République Démocratique du Congo, Locko du Cameroun, Runtown et Yemi Alade du Nigeria, Dji Tafinha de l’Angola, Laura Beg de l’Ile Maurice, Jah Prayzah et Slapdee de la République Centrafricaine, Bisa Kdei et Worlasi du Ghana, Bruce Melodie du Rwanda, Shellsy Baronet et Mr. Bow du Mozambique, Ozane du Togo et Freeda de la Namibie.

Côté producteurs, de grands nms africains comme  Yuvir Pillay Nivedan a.k.a. Scketchi Bongo de l’Afrique du Sud, Kiff No beat de la Côte d’Ivoire, Nahreel de la Tanzanie et bien d’autres sont de ce périple.

Faly R.

A propos de Coke Studio Africa

Coke Studio Africa  est un concept musical non compétitif qui a pour objectifs de rassembler les talents africains autour d’une même plateforme et de célébrer la diversité de l’art musical africain.

Bien plus encore, Coke Studio Africa offre aux stars africaines de demain l’opportunité de travailler avec les meilleurs producteurs dans l’industrie musicale africaine et internationale et bénéficier ainsi de leur expertise. C’est une occasion unique de mettre ensemble des talents du continent, d’époques et de styles musicaux différents, pour leur permettre de créer à travers cette fusion, un genre musical africain à la fois moderne et singulier.

Coke Studio Africa met en lumière l’incroyable talent musical de l’Afrique en associant différents styles musicaux et artistes de divers horizons,  rassemblés pour inspirer une nouvelle génération de fans de bonne musique sur le continent.

Midi Madagasikara32 partages

Lutte contre la peste : Appui de l’ONG Direct à la commune de Sabotsy Namehana

La cérémonie de remise de dons à la commune de Sabotsy Namehana pour lutter contre la peste.)

Face à la propagation de la peste pulmonaire  qui affecte presque tout notre pays,  la commune de Sabotsy Namehana a trouvé un partenaire fiable pour  lutter contre cette maladie. Jeudi dernier, l’ONG AID conduite par son directeur général   Mr Allaoui  Benaissa a accepté de travailler main dans la main avec la commune  qui,  jusqu’à présent, est encore épargnée  par  cette  maladie contagieuse. Il a donné  des   soubiques,  des râteaux,  des bêches pour  débroussailler les endroits où les rats peuvent trouver refuge. Les pesticides seront  pulvérisés aussi à l’intérieur des bâtiments administratifs, des écoles et les marchés communaux… Mr Le Maire Andriamosa Avotraina Mary Thomasson  a mis en place une cellule de crise qui travaille à plein temps dans sa   circonscription  pour faire  face à la propagation de l’épidémie. La  commune d’Anosy Avaratra et son hôpital  font  partie aussi des  bénéficiaires de  cette aide.  Jusqu’à maintenant, pour concrétiser  sa mission  l’ONG Direct Aid a déjà  consacré plus de 90 millions d’Ar  dans toute l’île pour favoriser le développement de notre pays.

Nary Ravonjy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara31 partages

Ihanta Randriamandrato : « Remettre de l’ordre, c’est un choix »

Ihanta Randriamandrato est notre invitée de ce lundi. Personnage politique et mère de famille, elle est dotée d’un sens de la discipline et d’une grande simplicité. Les durs moments qu’elle et sa famille ont vécu, lui ont donné une philosophie qui façonne désormais sa vie: le passé est l’élément déterminant de toute une vie. C’est le passé qui trace le présent. Sans le passé le futur n’existera pas et on ne peut que compter sur le présent.

Patriote, son amour pour son pays est ressenti par son refus d’aller continuer ses études à l’étranger. Elle souhaitait  étudier à l’Université d’Ankatso, mais la situation de l’époque l’a obligée à les poursuivre à l’extérieur dont la France! Une fois ses études terminées, elle est revenue à Madagascar. Et quand on lui a demandé pourquoi elle ne voulait pas rester en France, elle a toujours répondu:  » J’ai puisé mes connaissances à l’extérieur pour les mettre au service de mon pays. » Elle a aussi rappelé : « Quand j’ai fait mon service national, il m’a été demandé mon origine ethnique. J’ai répondu le plus naturellement que je suis Malagasy. La réponse n’ayant pas été acceptée, on me l’a reposée une ou deux fois. Comme je donnais toujours la même réponse, ils ont écrit à ma place  et mis… des Hauts Plateaux. »

Adepte de l’ordre, elle ne supporte pas le « bougisme » de ceux qui prône l’idéal sans vision autre que l’intérêt personnel, car cela crée le désordre. Pour moi l’ordre c’est le contraire du désordre. Une fois que vous amalgamez le lait et le café, le désordre s’installe. Et pour revenir vers l’ordre si on peut y revenir, il faudra du temps et combien de temps? Tant que nous ne respectons pas l’ordre établi, nous sommes tous malgré nous des acteurs et des artisans de la décadence de notre Nation, des fauteurs de trouble, des semeurs du « bougisme » inutile et stérile, et le désordre sera loi. Elle nous fait d’ailleurs remarquer subtilement que l’ordre c’est aussi le respect de l’orthographe d’un nom. N’avez vous jamais remarqué nous dit-elle que mon nom est écrit de mille et une manières mais rarement il est écrit comme il faut!

Ayant été amputée de sa liberté durant 5 mois et parallèlement de 2 ans et demi, car son mari a été aussi privé de la sienne, elle connaît le prix de la liberté et la périlleuse difficulté à émettre ses pensées et opinions dans un pays qui se recherche encore en matière de « démocratie ». D’où sa tolérance dans les croyances de chaque individu. Ella a fait sienne la conception du feu Père Rémi Ralibera qui a dit, lors d’un atelier politique, alors qu’on lui a demandé de faire une prière avant le repas: « J’ai toujours refusé de faire une prière dans un événement qui réunit une assistance issue de différents horizons. Car nous avons tous notre croyance. Aussi, je vous demande de vous lever, d’observer un moment de silence et de faire ce qui vous semble bien ». L’assistance s’est levée et s’est assise après la minute de recueillement a applaudi le père Ralibera.

Elle a toujours enseigné à ses enfants l’humilité et l’altruisme, la compétitivité et la combativité, l’esprit de famille et le dialogue. Non friande de mondanité, il lui arrive de se faire interpeller, alors qu’elle était au sein du gouvernement, au marché par tout le monde qui s’étonne de la voir faire ses courses toute seule, elle  conduisait personnellement sa voiture de fonction et ses enfants ont toujours emprunté le transport en commun.

De son passage au département de l’Elevage, elle a appris la nécessité qu’il faudrait accorder au secteur agricole. Elle est convaincue que le levier du développement tant économique que social de Madagascar est et sera irrémédiablement l’agriculture et l’élevage. De par cette conviction, elle est devenue membre de l’Oniversity FJKM Ravelojaona dans la filière professionnalisante en agriculture et sciences de l’environnement.

Quant à son penchant pour la politique, elle se plait à dire qu’aussi loin que sa mémoire le lui rappelle, toute jeune elle s’est plongée dans la vie de son pays et a toujours participé à tous ses événements majeurs, même en tant que lycéenne: de mai 1972, elle n’a pas raté un seul épisode de cette grève. D’Ankatso, au stade d’Alarobia, à l’Avenue de l’indépendance actuellement, elle a gouté à ses premiers gaz lacrymogènes ou arme de dissuasion démocratique, jusqu’à la crise de 2009, où elle découvre un monde qu’elle n’aurait jamais pensé voir, le monde carcéral des femmes, le milieu malsain d’un long couloir juridico-politique et le verdict d’une justice du pouvoir ou du plus fort ou du vainqueur ou de l’argent.

En 2001, elle choisit de faire son entrée officielle en politique dans le parti TEZA. Elle explique son choix pour deux points primordiaux: d’une part, la primauté qu’accorde ce parti à l’Homme comme le poumon du développement d’un pays mais que sans travail, un Homme n’est rien, il est réduit à néant. D’autre part, elle explique que c’est bien le seul parti qu’elle connait qui applique effectivement l’alternance démocratique pour la présidence d’un parti. Elle en est actuellement le secrétaire général.

Elle a créé une association dénommée « Femmes Actives pour Madagascar » qui évolue dans l’éducation citoyenne, l’éducation des femmes pour leur participation dans la vie active du pays et de la protection de l’environnement.

De sa vie familiale, elle a tenu de sa mère l’amour de la lecture et de l’écriture et de son père l’amour de sa patrie. Son père lui a toujours enseigné que sans identité tu n’es rien, ton nom, ta nationalité, ton pays, ta culture, ta langue, sont des éléments vitaux qui font qu’un peuple est un peuple. Les ignorer, les mépriser feront de toi (peuple) un ion négligeable dans ce monde sans pitié pour les faibles. Sa mère lui a imprégné ainsi qu’à son frère et sœur le respect des autres , elle nous a toujours enseigné a t-elle dit de ne jamais juger les autres tant que vous même n’êtes pas parfaits. Vous n’êtes pas tenus,  nous rappelle-t-elle de médire sur  leurs choix, leurs idées, leurs goûts, car les vôtres ne sont pas non plus  les meilleurs.

Pour se décompresser, elle peut passer des heures à jardiner, à s’occuper de ses petits enfants ou à concocter de bons petits plats comme une tarte aux lardons que sa famille raffole ou une bonne carpe royale mijotée à la mode Malagasy.

Recueilli par R Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune30 partages

Le dernier « Mada raid »

La dépouille mortelle de l’ancien Président Zafy Albert arrivée dans l’après-midi du 15 octobre à l’aéroport d’Ivato a rassemblé tout un mode venu l’accueillir, dont la foule d’autorités gouvernementales et autres institutions conduite par le Premier ministre Olivier Mahafaly. Parmi la société civile et politique, la présence de l’ancien président Didier Ratsiraka et des représentants des partis politiques, ainsi que parents et amis a été remarquée.

En tout cas, l’ancien Premier ministre Jean Omer Beriziky, au nom de la famille du défunt, a noté que « C’est un honneur pour la famille ».

Un long cortège s’ensuivit depuis Ivato jusqu’à la Villa La Franchise à Ivandry où s’est tenue le veillée funèbre. Le lendemain, la dépouille du Pr. Zafy a été conduite à l’église catholique d’Antanimena pour une messe de requiem. de son vivant, le Professeur assistait régulièrement à la messe dominicale.

La veillée funèbre s’est ensuite poursuivi au Palais des Sports et de la Culture de Mahamasina jusqu’à ce lundi 11 h où un culte œcuménique est officié par le FFKM.Vers 14h, le protocole prévoit la levée du corps et son départ par route pour Ambilobe puis à Betsiaka sur la route Ambilobe-Vohémar où s’effectuera samedi 21 octobre, l’inhumation. Le cortège empruntera alors la route nationale 4 vers Mahajanga, puis la route nationale 6 vers Ambilobe. De nombreuses haltes sont prévues pour permettre aux habitants des gros bourgs mitoyens de ces routes nationales de rendre un dernier hommage au président au chapeau de paille.

Madagascar Tribune27 partages

Hausse constante des entreprises chinoises

Le nombre d’entreprises chinoises qui s’installent à Madagascar ne cesse de croitre chaque jour. Il suffit de passer les portes de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM) pour constater de visu le nombre de ressortissants chinois qui y passent chaque jour pour monter des sociétés.

Actuellement, On en compte près de 150 entreprises réparties dans la Grande ile. La majorité d’entre elles œuvrent dans le domaine de l’import-export de marchandises. Mais il en existe également qui travaillent dans la construction, l’immobilier, la négoce, le transport, le tourisme et les exploitations minières. Selon les explications de l’ASECMA ou Association des Entreprises Chinoises à Madagascar, cette hausse constante s’explique par le fait que l’Etat a allégé les conditions de leurs installations dans la Grande Ile. Que ce soit au niveau des procédures à suivre ou encore des dispositions fiscales. Toujours d’après l’ASECMA, la majorité de ces entreprises emploient à 80% des malgaches pour leurs activités.

Il est vrai que l’Etat est bel et bien décidé à se tourner plus vers l’Est pour développer l’économie du pays. Toutefois, il apparait évident que mis à part la création d’emplois, il n’en résulte pas grand bénéfice jusqu’à l’heure. Bien que la coopération avec la Chine soit dans ses beaux jours, ne faudrait-il pas poser cette fois quelques conditions préalables pour que ce soit réellement profitable pour les deux économies ?

Ino Vaovao25 partages

FARAFANGANA : Mirongatra ny vaky trano, fianakaviana iray niharan’ ny fandrobana mahery vaika

Araka ny loharanom-baovao voaray mahakasika ny raharaha dia jiolahy miisa dimy mitondra zava-maranitra sy basy vita gasy no tonga nahatafavoha ny hidin-trano. Raiki-tahotra ny rehetra ary tsy nisy nahasahy nihetsika fa niandry fotsiny izay zavatra nataon’ireo mpangalatra. Nisaron-tava ireo olon-dratsy ary tsy nisy namantarana azy ihany koa ka nanararaotra nampihorohoro sy nangorona ny fananana sarobidy. Marihana fa tokony ho tamin’ny iray ora maraina tany ho any ireto jiolahy no tafiditra tao an-trano ary nandritra ny adiny iray mahery teo izy ireo vao vaky nandositra.

Tapitra lasa daholo ireo fananana sarobidy, toy ny fahitalavitra, radio ary volamena tao anaty boaty, miampy vola mitentina telo hetsy ariary. Ny nahagaga ireto voatafika tamin’io fotoana io dia nitondra fiara ireo jiolahy ka notaomin’izy ireo tao anatin’io fiara io avokoa ny entana rehetra lafo vidy. Vita ny natao izay vao nandeha nitsoaka izy ireo ka talohan’izay dia nanao tifi-danitra izy ireo mba hoentina hanairana sy hampihorohoroana ny manodidina.

Nony avy eo vao nifampiantso ny mpiaramonina ka nampandre ny mpitandro filaminana mba hanao ny fisafoana. Eo am-panaovana ny fanadihadiana sy ny famotorana ny mpitandro filaminana ankehitriny. Arahina akaiky ny fivoran’ny valin’ny fanadihadiana satria mitady hanjaka ny tsy fandriam-pahalemana ao amin’ny faritra amin’izao raha ny tatitra voaray hatrany.

Tatianà R.

Midi Madagasikara25 partages

Antoetra-Zafimaniry : Adduction d’eau par l’association Babakoto-France

Chantal Malabre, présidente de l’association Bbabakoto-France (premier plan à g.) et les membres de l’association, avec le maire (écharpe en ceinture) lors de l’inauguration de la borne fontaine.Photo Anastase

Une double inauguration a eu lieu le 11 octobre dernier, dans la commune rurale d’Antoetra-Zafimaniry d’Ambositra. Il s’agit de l’adduction d’eau et de la remise d’un lampadaire solaire, fruits d’une collaboration entre la commune rurale d’Antoetra et  l’association Madavin, l’association Electriciens Sans frontières (ESF) en partenariat  avec l’association humanitaire Babakoto-France.

51 millions. Le coût de cette adduction d’eau s’élève à 51 millions d’ariary dont 90% ont été financés par l’association Madavin et 10% par la commune et les habitants à titre de participation des bénéficiaires. Un comité de point d’eau a été mis en place pour la gestion du réseau. Une contribution trimestrielle de 1000 ariary est demandée auprès de chaque famille pour assurer l’entretien et l’approvisionnement continuel de  l’eau aux usagers.

Ces réalisations entre autres, comme l’a fait remarquer la présidente de l’association humanitaire babakoto-France, Chantal Malabre, sont le fruit de plus de 15 ans de partenariat. Un partenariat axé principalement dans le domaine social et celui de l’éducation à travers la construction de plusieurs dizaines d’écoles. A ce jour, 14 réseaux d’adduction d’eau ont  pu être réalisés  dans la commune  d’Antoetra Zafimaniry.

Lampadaire solaire. Quant au lampadaire solaire, Bernard Bonnefoy, chef de projet à l’ESF et non moins membre de l’association Babakoto, de préciser qu’il s’agit d’une nouvelle installation moderne d’éclairage et qui sera ultérieurement vulgarisé dans d’autres localités, à la demande de la commune. A noter que l’association ESF est présente à Antoetra depuis 2013 dans la réalisation des adductions d’eau, de l’électrification des centres de santé de base d’Antoetra et de Faliarivo.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara24 partages

Coke Studio : Wawa représente Madagascar

La prestation de Deenyz lors du lancement officiel vendredi soir à l’hôtel Ibis. (photo Nary)

Le lancement officiel de l’événement Coke Studio s’est tenu vendredi dernier à l’Hôtel Ibis à Ankorondrano. Coke Studio est une émission musicale africaine à portée internationale initiée par Coca Cola, et servant de tremplin aux artistes d’Afrique.

Comme dans un plateau TV, aux couleurs de Coca Cola, avec toutes les paillettes que cela implique. Le lancement officiel de l’émission Coke Studio, programme musical qui réunit aujourd’hui 16 pays, s’est tenu vendredi soir à l’Hôtel Ibis à Ankorondrano, lors d’une grande soirée Red Carpet où se sont succédés des stars malgaches. Avec Steph Rambi à l’animation, la RDJ’s Team pour faire bouger tout le monde sur le dance floor, Deenyz et Shyn pour une prestation musicale à  la hauteur de leur notoriété, et la compagnie Danse Encore, la soirée a été très éclectique. Car le Groupe Star a voulu mettre les petits plats dans les grands en mettant plein les yeux à l’assistance pour faire vivre l’ambiance Coke Studio à tous. Et tant pis si Dame Pluie a voulu s’immiscer dans la fête, l’ambiance a tout de même été à son comble.

Cadeaux. L’émission Coke Studio est un concept imaginé par la marque Coca Cola pour offrir une plateforme importante pour les artistes du continent africain. Le succès est tel que si l’année dernière, 11 pays ont participé, cette année, elle est passée à 16 pays. Plusieurs artistes africains vont donc participer à cette émission qui leur offre l’opportunité de travailler avec des producteurs de l’industrie musicale internationale. Madagascar sera donc représenté par Wawa, qui sera aux côtés des artistes du Rwanda, Afrique du Sud, Angola, Zimbabwe, Togo, Maurice, Kenya, Ouganda, Tanzanie, Nigéria, Ghana, Mozambique, RDC, Ethiopie, et Cameroun. L’émission sera tournée dans les locaux de Coke Studio au Kenya, et montrera le quotidien des artistes qui participeront à l’émission. A Madagascar, le grand public pourra suivre les 13 épisodes sur la chaîne TV Record, tous les samedis à 20 h, et à la radio tous les mercredis soirs. Quant au public et aux fans, ils pourront gagner plusieurs lots en achetant une bouteille de Coca Cola 30 cl, car sous la capsule, un code leur permettra de recevoir des cadeaux comme des sms, des minutes d’appel, du data 4G, des smarthphones et des clés wifi, offerts par Telma, partenaire officiel du groupe Star dans cette aventure.

Anjara Rasoanaivo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada20 partages

Vakansy lavareny noho ny pesta : manahy ny amin’ny fianaran-janany ny ray aman-dreny

Miteraka resabe eo amin’ireo ray aman-dreny ny tsy fianarana lavareny noho ny tsy mbola fafehezana ny aretina pesta eto Madagasikara ity. Tsy ampy rahateo ny fanazavana omen’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena mikasika ny ho tohin’ny fianaran’ny ankizy.

 

Ho an’ny EPP sy ny CEG, tsy mbola niditra an-tsekoly mihitsy ny mpianatra. Efa misasaka ny volana oktobra, tsy mbola nisy fianarana.

Ho an’ny sekoly tsy miankina kosa, efa niditra ny volana septambra ny mpianatra. Tapaka anefa izany fampianarana izany nandritra ity volana oktobra ity ary mbola hitohy, tsy fantatra ny fetrany. Betsaka ireo ray aman-dreny efa nandoa saram-pianarana volana oktobra. Tsy misy fianarana mandeha mihitsy anefa mandritra ity volana ity.

Miroroa saina ny ray aman-dreny  na hamerina ny saram-pianarana ny sekoly na hanararaotra ireo efa nandoa.

Olana ny saram-pianarana

Hitaky sara-pianarana ho an’ireo tsy mbola nahaloa izany koa ve ny sekoly?

Etsy andaniny, manahy ny ray aman-dreny sao ho tara ny fanatanterahana ny fandaharam-pianarana raha hitohy lavareny ity fotoana tsy ianarana ity. Mitaky ny fanazavana entin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ny ray aman-dreny hampilamin-tsaina sy hampitony azy ireo sy ny zanany.

Tsy fantatra na hihemotra iray volana ny taom-pianarana amin’ity taona ity hahafahana manolo ny fotoana very tamin’ity volana oktobra ity. Efa hiditra amin’ny vakansy “Toussaint” koa ny mpianatra amin’io faran’ny volana oktobra miditra volana novambra io. Misavorovoro ny sain’ny mpianatra sy ny ray aman-dreny.

Tatiana A.

 

Midi Madagasikara20 partages

Australia Awards : Onze pays bénéficiaires d’un programme de bourses

Des certificats ont été remis lors de la clôture de ce programme de bourses.

Les vingt-huit participants ont eu l’opportunité de visiter les deux grands projets miniers à Madagascar.

Madagascar fait partie des onze pays ayant bénéficié d’un programme de bourses offert par le gouvernement australien dit « Australia Awards ». Il s’agit d’un programme de formation portant sur l’économie locale et le développement durable du secteur extractif  au sein de l’Université de Queensland. Vingt-huit participants dont cinq techniciens malagasy ont assisté à ce programme de renforcement de capacité et de leadership. « La première partie des modules qui a duré quatre semaines s’est tenue en Australie. Et la seconde partie a eu lieu à Madagascar, pour une durée de trois semaines. Les participants de ces onze pays ont eu l’opportunité de découvrir le secteur minier de la Grande île, notamment le projet Ambatovy et le projet QMM tout en mieux cernant les enjeux de ce secteur extractif en Afrique. Cela constitue une fierté nationale », a évoqué le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, lors de la clôture de ce programme de formation la semaine dernière à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina.

Qualité internationale. Pour sa part, Lynda Lawson, Course Leader du programme de l’Université de Queensland a mis l’accent sur les modules qui ont été non seulement adaptés du modèle australien mais aussi en tenant compte du contexte local des pays riches en ressources minérales en Afrique comme Madagascar. « Avec la connaissance acquise dans le cadre de cette bourse, j’ai eu l’opportunité d’avoir un transfert de compétence au niveau théorique et des visites des opérations minières. Je suis convaincue que Madagascar peut développer et mettre en place un développement durable à travers les activités minières. Mais pour y arriver, il faut une collaboration entre toutes les parties prenantes du secteur », a témoigné Fenosoa Razanakolona, une participante à ce programme de formation australien. Et lors de la cérémonie de clôture de ce programme de bourses, l’Ambassadeur de l’Australie à Madagascar, SEMme Jenny Dee a déclaré que le renforcement de capacité est primordial pour le développement socio-économique en Afrique. « A travers ce programme Australia Awards, le gouvernement australien cible les secteurs clés de l’économie offrant ainsi l’opportunité à des professionnels africains d’accéder à une formation de qualité internationale », a-t-elle conclu.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara18 partages

Football / TELMA Coupe de Madagascar : Cosfa, Adema, Fosa Juniors, Rts Jet Mada en demi-finale

Les matches de Fianarantsoa et de Mahajanga ont donné leur verdict. Cosfa, Adema, Fosa Juniors, Rts Jet Mada sont les 4 équipes dans le carré final du Telma Coupe de Madagascar.

L’Elgeco Plus qui perd son match aux tirs au but face à l’ADEMA et COSFA qui s’en sort très facilement face à FC Ilakaka. Voilà le verdict fianarois des matches pour la Telma coupe de Madagascar. Arrivés à 3 buts partout en temps réglementaires, L’ELGECO plus et Adema ont du aller aux tirs aux buts pour se départager alors qu’Adema a joué à 10. Cela a abouti au score de 4 buts à 1 pour Adema.

Pour la rencontre des militaires, 1 à 0 en premier mi-temps suivi de deux autres buts de Balou 66e minute et de Nono à la 68e minute et COSFA a son billet en demi-finale.

Quant aux rencontres de Majunga, cela a failli être catastrophique. Interdit aux spectateurs, le match a mis aux prises Otiv et Jet Mada. Des spectateurs ont jeté des pierres, ont cassé le portail et il a fallu ouvrir les portes. Le chef de région a même interdit la rencontre mais les jeux étaient déjà engagés. Au final, Fosa juniors a eu le dessus sur Tam Port Bergé en 4 buts à 0 net et Jet Mada a battu Otiv en 3 buts.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara14 partages

Les Malgaches unis dans le même recueillement

L’hommage est unanime. Les Malgaches se sont retrouvés réunis dans le même recueillement  à l’annonce du décès du professeur  Zafy Albert. Ils ont été représentés par toute la classe politique malgache venue présenter ses condoléances à la famille de l’illustre défunt. L’image des trois anciens chefs d’Etat qui se sont inclinés devant la dépouille à Ivato, à la villa La Franchise et au Palais des sports restera longtemps gravée dans la mémoire de toute la population.

Les Malgaches unis dans le même recueillement

Leur opposition sur le plan politique est légendaire et ils ne se sont jamais ménagés lorsqu’il s’agissait de se neutraliser. Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ont été les adversaires du professeur Zafy Albert, mais ils ne l’ont cependant jamais considéré comme un ennemi. Ils lui ont toujours témoigné du respect et ses principes et son attitude  lui valent  cette estime qu’ils lui montrent  aujourd’hui. Le professeur n’a jamais été un machiavel de la politique comme beaucoup de ses pairs et pour lui, la fin ne justifie pas les moyens. Il n’a jamais été adepte des coups bas pour atteindre ses objectifs. Il a toujours privilégié le dialogue pour désamorcer les crises. Il a intercédé auprès des dirigeants  pour libérer ceux qui croupissaient en prison. C’est cette droiture qui n’a jamais été prise en défaut que ceux qui s’étaient opposés à lui viennent saluer aujourd’hui. Il a réussi aujourd’hui à faire cette réconciliation nationale dont il a été un inlassable avocat. Voir  Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina rendre ensemble un hommage ému montre qu’il a su unir les Malgaches au-delà de leurs divergences. Le seul petit hiatus à cette unanimité est cet hommage plutôt discret fait par le régime à l’illustre défunt. On a eu l’impression d’un véritable service minimum de la part des personnalités du régime. Le chef du gouvernement, , les chefs d’institution et  les ministres ont présenté leurs condoléances et se sont ensuite éclipsés. Il n’y a eu aucun message du président Hery Rajaonarimampianina  qui est en déplacement à l’extérieur. Cependant, cela n’est pas grave . L’essentiel est la reconnaissance par toute la nation de la grandeur de cet homme d’Etat.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara14 partages

TAEKWONDO : « Le Taekwondo, en tant que discipline olympique, est l’otage de tractations électorales »...

Ancien président de la Fédération de taekwondo, entraîneur, coach et arbitre, Roty Randriamandrato n’a jamais quitté son dobok pour sa passion qu’est le taekwondo. Il est toujours là, donnant conseils, apportant des  appuis et ne mâchant pas ses mots quand il le faut. Interview

Midi Madagasikara : « Comment voyez-vous l’avenir du taekwondo ? »

Me Roty Henri Randriamandrato, passionné de taekwondo : « Sur le plan international, le Taekwondo olympique est une discipline solide avec une structure résolument moderne et des pays de plus en plus participatifs, avec des  renouvellements systématiques, en accord avec l’air du temps. Evidemment, rien n’est parfait mais au moins les choses bougent bien et on pense rester olympique pour longtemps encore.

Sur le plan national, c’est-à-dire ici à Madagascar, la discipline est à l’évidence malade, victime d’une politique totalement défaillante, sans objectif et à l’évidence, utilisée à des fins personnelles. Il n’y a plus eu de vrais championnats nationaux depuis bien longtemps et il est difficile aujourd’hui de dire ce qu’il en sera dans les mois à venir. Autant dire, on se demande si ce n’est pas fait exprès. L’ancien comité exécutif a définitivement lâché prise, laissant une fédération sans queue ni tête. Décevant pour des dirigeants qui ont de grosses expériences internationales. Le Taekwondo en tant que discipline olympique est l’otage de tractations électorales de toutes sortes et n’est plus que l’ombre d’elle-même. Curieusement, on ne s’en préoccupe pas trop en haute sphère ; à l’évidence, les préoccupations sont ailleurs, pour ne pas dire en second plan. J’ai à l’occasion, tiré la sonnette d’alarme mais rien n’y a fait. Très décevant pour un pratiquant comme moi… »

M.M. : Où se situerait le niveau technique du Taekwondo malagasy ?

R.H.A : « Difficile de donner une vue d’ensemble. Sur le plan compétition, comme il n’y a pas de compétitions nationales, on dira que nous sommes au plus bas. Les athlètes pris un par un, sont toujours bons mais ils n’ont plus eu les confrontations techniques nécessaires pour être « classés » correctement. Sur le plan africain, je pense que nous sommes vers la 11e ou la12e  place. Ce n’est pas très bon. Comme dans pas mal de disciplines sportives, nous brillons chez les autre… Par ailleurs, nous n’avons toujours pas suffisamment d’arbitres internationaux en nombre suffisant. Bref, tout est à refaire je crois. C’est désolant mais c’est la réalité. Nous manquons de réalisme. Nos techniciens sont démotivés.

M.M. : « Est-ce que vous prendriez part à la nouvelle fédération si vous êtes appelé ? »

R.H.A : « Sans hésitation. C’est ma passion et non mon travail. Je ne laisserai jamais ma discipline à l’abandon. Mais il faudrait déjà que l’on m’appelle. Je suis aujourd’hui un technicien mondial appelé à gérer du continental et du mondial.

M.M. : « Qu’en est-il de notre présence internationale ? »

R.H.A. : « Nous avons le potentiel qu’il faut pour gagner des médailles à l’international, et sûrement aux Jeux Olympiques. Il faudra donc se réveiller et commencer à travailler avec méthode. Mais rien ne sera possible, si les pratiquants ne sont pas écoutés comme maintenant. Par ailleurs, il faut de l’ambition et les moyens qui vont avec. Il faut une nouvelle équipe sérieuse et désintéressée ».

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar13 partages

Dons du BNGRC – Sept arrestations pour vol de riz

Sept individus dont un magasinier du BNGRC sont placés en garde à vue à la gendarmerie de Toamasina pour détournement de denrées alimentaires. 

Pris en flagrant délit, sept hommes, dont un magasinier du BNGRC, étaient sur le point de décharger leur butin, quatre-vingt-dix-sept sacs de riz. Ils se sont fait arrêter par la gendarmerie, le peloton de surveillance et la brigade judiciaire du port de Toama­sina, mercredi. Pour l’heure, ils sont toujours placés en garde à vue à la gendarmerie de Toamasina pour enquête.Au cours d’une mission de renseignements, la gendarmerie a été informée que deux camions suspects venaient de repartir, transportant des tonnes de riz, vers 16 heures. Les marchandises appartiennent au Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), des dons destinés aux districts de Sakaraha, Ihosy, Ambalavao et Ambatofinan­drahana.Après investigation menée tambour battant, les poids lourds ont été retrouvés garés à une station-service à Manga­rano. L’inspection et la vérification ont révélé qu’ils ont transporté des sacs de riz en surplus. « Chaque camion devait transporter sept cent sacs de riz.Or, le premier avait sept cent cinquante sacs à bord, l’autre en avait sept cent quarante-sept », a indiqué un gendarme au sein de cette compagnie, saisie de l’enquête.

Garde-à-vueLes dockers, les chauffeurs et le magasinier du BNGRC ont été reconduits au port. La gendarmerie a mis en fourrière les deux camions jusqu’à ce que l’enquête soit terminée. Des agents de la direction du BNGRC ont fait le déplacement sur les lieux pour contrôler à nouveau ces dons, venant de l’étranger. Les cent quarante sacs de riz seraient déjà arrivés à leurs destinations respectives, d’après les informations recueillies, hier soir.La brigade judiciaire n’a pas encore indiqué la date de la comparution des sept suspects devant le parquet de Toamasina. Une source proche de l’enquête a pourtant révélé qu’ils seraient bientôt déférés. L’identification du gros bonnet de l’affaire se poursuit pour le mettre hors d’état de nuire, selon un inspecteur au sein du BNGRC.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar13 partages

Qu’avons-nous fait ?

Le monstrueux meurtre perpétré sur ce garçon à Ambohitrarahaba, acte odieux qui serait le fait de petits adolescents du même âge, a défrayé les chroniques, la semaine dernière. Monstrueux. Odieux. Terrible. Abject. Qui est d’autant plus inquiétant car les présumés coupables sont des enfants, tout comme la victime. Il fut un temps où l’on se targuait d’être un peuple pacifique, prônant à tout-va l’idée de «fihavanana» et d’harmonie, quel que soit le sens que l’on veut bien donner à ces mots. L’avions-nous jamais été, ce peuple de fihavanana et de fraternité?De tels actes, barbares et féroces, ne naissent pas d’une impulsion anodine. Comment des enfants préméditent-ils et exécutent-ils des gestes aussi inhumains, juste comme çà, un jour. «Juste comme çà» est-elle vraiment l’expression idoine, d’ailleurs? Je ne cesserai de dénoncer l’escalade de la violence dans laquelle nous vivons quotidiennement et qui, s’il manquait encore de preuves, déteint profondément sur nos enfants. Des enfants habitués à la violence, parce qu’elle vient partout, n’importe quand et par n’importe qui. Des enfants qui grandissent avec l’idée que l’insécurité fait banalement partie du quotidien et qu’il est normal qu’ils se retrouvent livrés à eux-mêmes, à prendre des décisions qui dépassent leur enfance. Car ce sont des enfants, que des enfants. Enfants de la démission sociale malgache, enfants de la pauvreté, celle de l’âme plutôt que du portefeuille. Enfants d’une générations de parents et d’aînés trop occupés à polémiquer inutilement et à attendre qu’un messie décide à leur place. Qu’avons-nous fait, à part laisser tomber nos enfants? Tombés dans l’ignorance crasse, dans la solitude la plus sombre et dans la perpétuelle recherche des moyens de s’évader de leurs existences en appelant cela «une quête de liberté», «un combat pour l’émancipation», ou même «la délivrance», pour certains. Un jour, ils commettent l’horreur et on se demande comment ils en sont arrivés là.Comment ? En n’ayant aucun modèle sur lequel tracer leurs chemins. En ne bénéficiant d’aucun dialogue au sein de leurs familles. En grandissant dans la violence physique, psychologique, verbale, qui s’ajoute à la pression de la précarité.Comment ? En étant les héritiers de décennies successives où l’éducation et la scolarité ne sont pas une priorité. En trainant dans les rues, dans les quartiers plutôt qu’à l’école et se retrouvant à gagner leur vie en lieu et place de leurs parents et tuteurs. Quel message reçoivent-ils, ces enfants et adolescents, sinon celui qui dit que tout adulte peut démissionner de ses engagements envers les plus jeunes et donc, les plus vulnérables.L’acte meurtrier est odieux. Odieux au même titre que ces décennies de laisser-aller qui ont sacrifié et continuent de sacrifier nos enfants. Quand on écoute la réaction des uns et des autres dont une bonne partie s’avoue peu encline à faire confiance à la justice et désire un règlement au talion, on ne peut que constater que ces décennies sombres n’ont pas fini de nous hanter. Un proverbe africain dit «Il faut tout un village pour élever un enfant». Quand le village est en ruines, l’enfant est dévasté. Voilà ce que nous avons fait : saccager le village censé élever nos enfants.Cette violence quotidienne, il faudra que nous l’arrêtions un jour. Sérieusement. Consciencieusement. Si nous espérons un jour léguer une terre de paix à nos enfants, c’est le moment d’éduquer des enfants en paix pour cette terre.

Par Mialisoa Randriamampianina

Orange Madagascar12 partages

Remise de 210 livres «En Avant 1» pour l’école de la Gendarmerie d’Ambositra

Dans le cadre du projet MADII_ASIG, la coopération française accorde une place importante à l’enseignement du français, avec pour objectif principal l’amélioration constante et adaptée de la formation des militaires de la gendarmerie malgache, à la rédaction des écrits et procédures qu’ils établissent au quotidien en français. Le second objectif est d’assurer leur préparation aux concours et examens en langue Française.

Pour y parvenir, la coopération collabore étroitement avec plusieurs partenaires dont l’Alliance Française sur les sites d’Antananarivo et d’Ambositra. Cette année sur les 1200 élèves formés à Ambositra, 332 élèves gendarmes ont atteint le niveau de préparation des examens DELF-DALF.

La réussite des examens DELF-DALF B2 pour les neuf meilleurs candidats de cette école, souligne la qualité de l’enseignement dans ce domaine et encourage les élèves à poursuivre la formation jusqu’à l’examen.

Cet encouragement s’est concrétisé par la remise officielle de 210 livres «En Avant 1» destinés à la préparation de l’examen A1. Cette dotation sera de nature à améliorer les résultats et atteindre peut être le pourcentage de réussite élevé à l’image de celui de l’école de Moramanga (94% cette année sur les examens A2-B1-B2-C1-C2).

Ces résultats sont le fruit de l’investissement des deux formateurs en langue française Mr Boris Rottermann et Mr Alex Pothin mis en place à l’école de Moramanga. Ils montrent aussi l’intérêt croissant porté par les élèves pour l’enseignement du Français.

Midi Madagasikara8 partages

CFM : Les autres membres du bureau permanent élus

Après l’élection du président vendredi dernier, les 33 membres du Conseil du Fampihavanana Malagasy ont procédé samedi à celle des autres membres du bureau permanent de cet organe en charge de la réconciliation nationale. Au titre des 6 vice-présidents dont un par province, il y a Ramamimampionona Gérad Noël (Antananarivo), Raotosaony Honoré (Fianarantsoa), Latimer Rangers (Toliara), Jean (Antsiranana), Zalifa Bente Salim (Mahajanga) et Jean Jacques Rasolondraibe (Toamasina). Le Rapporteur Général et le Rapporteur Général adjoint ont été également élus. Il s’agit respectivement de Razafimahatratra Valisoa et de Razafindravola Virginie.

Trois importantes commissions. Ils ne seraient pas membres du bureau permanent du CFM, certes, mais ils auront un important rôle à jouer en tant que présidents des commissions. Ils, c’est Rasoamaniry (Commission Vérité/ Réconciliation), Mampisanjy Michel (Commission Indemnisation/Réparation) et Andrianjava Serge (Commission Refondation de la République). Le CFM doit être donc opérationnel après la constitution de son bureau permanent. Reste à savoir s’il aura les moyens lui permettant d’accomplir sa délicate mission.

R.Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara6 partages

Rugby : Lutte contre la peste

Les rugbymen sont à la rescousse contre la peste. Un sportif doit être un modèle en tout. Fort de ce principe, des rugbymen des bas-quartiers se sont donné la main pour l’assainissement de leurs quartiers. Ainsi du côté d’Andavamamba, Anosibe et Mandrangombato, on les a vus à l’œuvre. Cela continuera pour cette semaine. Un geste que tous les sportifs doivent avoir comme reflexe permanent ! Et la peste disparaîtra!

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada4 partages

Andro ho an’ny sakafo : tsy ampy fotodrafitrasa ny fambolena …

Anio ny fankalzana ny Andro eran-tany ho an’ny sakafo. Eto Madagasikara, any amin’ny kaominina Mahatsinjo, distrikan’i  Maevatanàna, faritra Betsiboka, ny ankalazana izany, tantanan’ny FAO.

 “Entanina ny rehetra hampiasa vola ho amin’ny fambolena sy ny fiompiana”. Io ny lohahevitra nosarihin’ny FAO amin’ity andro eran-tany ity, sady hafatra ho an’ireo mpifindra monina, hijery ny hoavy sy hanova ny fomba fiasa. “Tsy hisy intsony ny hanoanana”, izay ny tanjona napetraky ny FAO amin’ny taona 2030.

Eto Madagasikara manokana, nambaran’ny eo anivon’ny minisitera misahana ny Fambolena sy ny fiompiana ireo tetikasa samihafa ao amin’io sehatra iandraiketany io hiadiana amin’ny tsy fahampian-tsakafo. « Homen-danja manokana ny fambolena sy ny fiompiana, hamafisina izany amin’ny alalan’ny fampiasam-bola », hoy ny minisitra Rakotovao Rivo. Eo ny asa ataon’ny fanjakana manampy amin’ny fotodrafitrasa, toy ny tohodrano, fanajariana ireo lemaka samihafa, fanohanana teknika fa entanina manokana koa ireo mpandraharaha hampiasa vola ho fampitomboana ny vokatra eto an-toerana. Tsy mahasarika ny mpampiasa vola, hatramin’izao, ity sehatra ity.

«Misy ny miankina aminay fa miankiana amin’ny anjara asan’ny fanjakana koa anefa izany », araka ny fanamarihan’ny mpandraharaha iray. «Mbola lafo sady tsy azo antoka ny fampiasam-bola any amin’ny fambolena sy fiompiana, noho ny tsy fisian’ny lalana, ohatra, famatsiana herinaratra, ankoatra ny tsy fandriampahalemana », raha ny fanamarihan’io mpandraharaha io. Na izany aza, azo atomboka tsikelikely ny fidirana amin’ny fambolena sy fiompiana, tsy voatery hampiasana volabe antapitrisany maro avy hatrany izany, raha namaly izany indray ny fanjakana. Tokony hiara-hiainga izany ny fanjakana sy ny tsy miankina.

Betsaka ny dingana miandry hiadiana amin’ny tsy fahampian-tsakafo. Araka ny tatitra navoakan’ny Firenena mikambana (ONU), misy 46 % be izao ny Malagasy tsy ampy sakafo eto amin’ity tany midadasika sy mamokatra be ity, no mbola miampy ranomasina ny manodidina azy. Araka ny tatitry ny Firenena mikambana ihany, 450.000 ny Malagasy voadona mafy  noho izay tsy fahampian-tsakafo izay.  Tsy rariny!

R .Mathieu

News Mada4 partages

Gouvernance minière : des bourses de formation ouvertes

Des professionnels du secteur minier, issus de onze pays africains, ont bénéficié d’une formation de renforcement de capacités dans le domaine de la gouvernance minière, octroyée par le gouvernement australien, dans le cadre du programme de bourses Australia Awards. Cinq professionnels malgaches ont pu jouir de ce programme de formation.

Après une formation de quatre semaines en Australie, notamment, à l’Université de Queensland, le gouvernement australien a choisi Madagascar pour le côté pratique. Ainsi, les boursiers ont passé trois semaines à Madagascar, durant lesquelles ils ont effectué des visites de grandes compagnies minières, de l’Office national pour l’environnement (ONE) et de l’Institut de gemmologie de Madagascar (IGM).

«L’Australie maintient ses engagements pour le renforcement de capacités professionnelles en Afrique afin que les jeunes puissent largement contribuer dans le développement socio-économique dans leurs pays respectifs. Chaque année, le gouvernement australien octroie 500 bourses pour les professionnels africains issus de différents secteurs d’activité», a fait savoir l’ambassadeur de l’Australie à Madagascar, Jenny Dee, à l’occasion de la cérémonie de clôture de la formation, vendredi dernier, à Antaninarenina.

Riana R.

 

Ino Vaovao3 partages

DISTRIKAN’AMBATO BOENY : Lehilahy iray nitondra “moto” maty vokatry ny fianjerana

Raha ny fandehan’ny zava-nisy dia kodiarandroa marika Honda 125 CC avy any Ambaiboho hihazo an’Ambato Boeny ity niharan-doza ity.

Nianjera teo amin’ny lalan-tsarety 2km miala an’ atsinanan’Ankaraobato io lehilahy io ary naratra mafy, hoy ireo nanatri-maso ka maty tsy tra-drano avy hatrany. Somary nandeha mafy ihany koa ny tenany ka izay no nampitsirara mafy azy tamin’ny tany na dia efa azo lazaina aza fa efa lalana falehany isan’andro ity nahafaty azy ity. Marihina fa mponina teo an-tanàna ihany ity namoy ny ainy ity. Niezaka nanao izay ho afany ireo mpitsabo mba hitazomana ny ainy saingy tsy avotra intsony.

Tatianà R.

News Mada3 partages

Relais marathon de St-Benoit : Madagascar écarté

La peste fait encore des ravages dans le milieu du sport ! Cette fois-ci, l’athlétisme en a fait les frais. Pour la première fois depuis 2001, Madagascar ne participera pas au relais marathon de Saint-Benoît à La Réunion du 11 novembre.

Les organisateurs ne veulent pas prendre le risque et ont décidé de ne pas inviter les coureurs malgaches.

Une absence dure à avaler pour la Fédération malgache d’athlétisme (FMA) qui rate une occasion d’améliorer le nombre de victoires obtenues dans cette compétition unique. En effet, depuis 2001, première année de participation de la Grande île à cette course, les coureurs malgaches ont remporté cinq fois le titre (2001, 2002, 2012, 2013, 2014).

«A cette allure, toute participation de nos athlètes aux compétitions à l’étranger est hypothétique», a commenté le directeur technique national, Tsiry Manantena Rakotomalala, en parlant des deux sorties prévues dans l’agenda de la fédération en cette fin de saison.

Naisa

 

News Mada2 partages

Epidémie de peste : la gestion des données remise en cause

La mise à jour des statistiques sur l’épidémie de peste accuse du retard. Cette situation ne manque pas de porter atteinte à la gestion de la propagation de l’épidémie si l’on se réfère au fait que l’étendue géographique des endroits touchés ne cesse de s’élargir.

Pas à jour. Il est difficile depuis quelque temps d’avoir des données sur la peste en temps réel alors que nul n’ignore que celles-ci constituent un paramètre important dans la gestion des risques, notamment sur les conduites à tenir face à la propagation de la maladie, qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Selon les dernières statistiques du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), en date d’avant-hier, à travers le pays, 610 cas de peste ont été rapportés depuis le début de

l’épidémie au mois d’août, dont 63 décès, soit un taux de létalité de 10,3%.

Des chiffres qui ont sans doute connu une nette évolution durant ces deux derniers jours, où aucun bilan n’a été communiqué, contrairement au moment où les données étaient gérées par le ministère de la Santé. Un ancien responsable au sein du ministère de tutelle, qui a participé à un débat télévisé hier, n’a pas manqué de manifester ses inquiétudes face à cette situation. Il a souligné que le BNGRC n’a nullement la compétence pour gérer les données y afférentes, car cela diffère complètement de la gestion des risques liées aux catastrophes naturelles, sachant qu’il s’agit là d’une épidémie, dont les risques de propagation nécessitent des approches sectorielles et spécifiques.

Epidémie de niveau 2

Tout compte fait, il faut reconnaître que les mesures de préventions incombent à tout un chacun, qui devrait prendre les précautions nécessaires à son niveau, surtout qu’il s’avère de plus en plus difficile de maîtriser la situation. Jusqu’à maintenant, on assiste à une épidémie de « niveau 2 », selon  l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). A ce stade, l’isolation de Madagascar du reste du monde n’est pas encore recommandée mais cela reflète déjà l’ampleur de la situation sur

l’épidémie.

Selon les explications, ce niveau est appliqué en cas d’un événement unique ou multiple survenu dans un pays avec des conséquences modérées pour la santé publique et qui nécessite une action modérée du bureau de pays de l’OMS et/ou une action modérée de l’OMS à

l’échelle internationale. L’aide de l’Organisation et/ou d’un partenaire externe demandée par le bureau de pays est modérée. Une équipe d’appui à l’action d’urgence dirigée depuis par le Bureau régional coordonne l’aide apportée au bureau des pays de l’OMS.

Rakoto

 

News Mada2 partages

Coke Studio : une quarantaine d’artistes internationaux réunis

En collaboration avec Telma Madagascar, la marque Coca-Cola a lancé officiellement, vendredi dernier, à l’hôtel Ibis à Ankorondrano, l’évènement « Coke Studio », une plateforme qui réunit une quarantaine d’artistes issus de 16 pays. Wawa représentera Madagascar.

Une grande soirée a été organisée par le groupe Star, vendredi, pour la présentation et le lancement du concept musical « Coke Studio ». Il s’agit d’une plateforme de rencontres et d’échanges entre les meilleurs artistes de l’Afrique et de l’océan Indien.

Un évènement international

Si en 2016, 11 pays y ont participé, cette année, ils seront 16, en l’occurrence l’Afrique du Sud, Rwanda, Angola, Zimbabwe, Togo, Maurice, Kenya, Ouganda, Tanzanie, Nigeria, Ghana, Mozambique, Ethiopie, Cameroun, République Démocratique du Congo et Madagascar. L’objectif est donc de partager la diversité de la musique africaine et

surtout, de découvrir de nouveaux rythmes. « Pour la première fois, Madagascar prend part à cet évènement et nous avons choisi le chanteur Wawa qui est un bon candidat pour représenter notre pays », a indiqué Anja Ralaiarijaona, attachée de presse du groupe Star.

Wawa, ambassadeur de Madagascar

« Wawa est déjà en quelque sorte un ambassadeur de notre pays. Non seulement, il a été élu meilleur artiste de l’océan Indien en 2016 mais il collabore aussi avec plusieurs autres artistes africains, entre autres, Serge Benaud ou encore Luyana. Il a donc une notoriété déjà bien instaurée que ce soit au niveau national ou international », a-t-elle expliqué.

Une émission de téléréalité

Par ailleurs, une émission de téléréalité diffusera les rencontres entre ces artistes.

« 13 épisodes sont donc prévus au programme et seront diffusés sur la chaîne Record, tous les samedis jusqu’à la fin du mois de novembre », a ajouté notre interlocuteur.  L’objectif à travers cette émission dont la première a déjà été diffusée samedi dernier, est de partager au grand public les rencontres entre ces artistes.

« Pour mettre tout le monde dans l’ambiance, nous lancerons un jeu à partir de ce jour jusqu’à la fin du mois de novembre », a-t-elle ajouté. Sous les capsules de bouteille de Coca-Cola 30cl se trouvent des lots surprises qui sont offerts par Telma.

Holy Danielle

 

L'express de Madagascar2 partages

Formation – Le commerce mauricien s’ouvre aux Malgaches

Expérience internationale. C’est à travers cette vision qu’Atlantis Business School (ABS) a été officiellement présenté à l’hôtel Colbert, samedi. Basée à l’île Maurice, l’institution ouvre ainsi ses portes aux étudiants malgaches désireux de continuer leurs études à l’île voisine. ABS propose trois filières axées principalement sur le domaine du commerce, le business management (IBM) et la technologie de l’information (IT). Il s’adresse à tous les bacheliers malgaches envisageant de faire carrière dans l’un de ces trois domaines.Ces derniers auront alors l’occasion de décrocher le diplôme de « Bachelor », équivalent à la licence, avec une reconnaissance au niveau international, tout en profitant de frais de scolarité abordables. Une reconnaissance des acquis renforcés par le partenariat établi par ABS avec l’université Utara Malaysia (UUM) ainsi qu’une accréditation de The Association to Advance Collegiate School of Business des États-Unis.« Les dossiers de candidature des jeunes bacheliers seront recueillis par l’équipe à Madagascar et sélectionnés au niveau de l’UUM en Malaisie pour des raisons de transparence », précise Pritesh Bissoonauth, directeur de l’établissement. La première vague de sélection a été effectuée au mois de septembre. Une deuxième vague se tiendra en mois de mars de l’année prochaine pour ceux qui aspirent encore intégrer l’établissement.

H.R.

Madaplus.info1 partages

La nation pleure le départ pour un monde meilleur de Zafy Albert

Le père de la Démocratie ou le monsieur au Chapeau de paille : des appellations qui lui vont comme un gant. Madagascar est en deuil, les drapeaux sont en berne, un grand homme a tiré sa révérence.
La dépouille mortelle du Président Zafy Albert a atterri vers 15 h 30 samedi dernier. Le gouvernement était présent pour l’accueillir à l’aéroport international d’Ivato. Il a été ramené à la villa « franchise » à Ivandry pour une veillée funèbre samedi soir. Dimanche, après une messe à l’EKAR Antanimena, Zafy Albert a été transporté au palais des Sports de la Culture de Mahamasina pour un dernier hommage. Les différentes associations, entités politiques, entreprises,… se sont ruées vers le palais des sports que Zafy Albert avait construit pour lui rendre hommage. Entre temps, le président de la République avait brillé par son absence dans cet événement malheureux que traverse le pays. N’a-t-il pas pu écourter son voyage en Italie ? il a fait une petite intervention télévisée à l’occasion du décès de Zafy Albert.
Sur les réseaux sociaux, on n’a pas pu éviter les éloges sur cet ancien président de Madagascar. Une publication d’une entité nous a particulièrement interpellé: « j’ai beaucoup d’estime pour le professeur Zafy Albert, il n’est pas comme les autres dirigeants de Madagascar qui se sont succédé. Il ne s’est pas enrichi quand il est devenu président, il n’a pas une grande villa à Paris ni à Dubai, et ne détiens pas un compte bancaire à l’étranger. On n’a pas entendu des histoires qui le mêlent dans une sale affaire. .. » Adieu monsieur le professeur, on ne vous oubliera jamais.
Madaplus.info1 partages

Football: les férus du foot à Mahajanga se sont révoltés.

Suite aux mesures prises pour éviter la propagation de peste, les matchs de foot se jouent jusqu’à maintenant à huis clos. La ligue de Boeny avait affirmé que les spectateurs peuvent voir le match entre Port berger et Fosa Boeny, mais le jour J, ce ne fut pas le cas, ce qui a engendré le mécontentement des spectateurs.
Cet incident s’est passé au stade de Rabemananjara hier. Les spectateurs ont fait des jets de pierre et on investit le stade quand ils ont eu vent qu’ils seront privés du match. EMMO-REG est venu pour disperser la foule avec des bombes lacrymogènes. Mais, la foule est revenue à la charge et a fini par avoir gain de cause et ont pu voir le match.
Madaplus.info1 partages

Le referendum pour la révision de la constitution n’est pas une priorité

L’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale se tiendra pour demain. Étant donné que le régime actuel prévoit une révision de la constitution, il se pourrait que cela va être discuté.
Mais pour certains députés, le vote de la loi de finances pour le referendum en vue de faire une révision constitutionnelle n’est pas une priorité. La priorité devrait se focaliser sur la loi de finances consacrée à la sécurité dixit Christine Razanamahasoa : parlementaire Mapar (parti de l’ancien président de la Transition Andry Nirina Rajoelina). Pour Rakotomankaro Rodin, député TIM (parti de l’ancien président Marc Ravalomanana), la revision constitutionnelle devrait se faire après les élections. Nous saurons la suite de cette histoire mercredi prochain.
News Mada1 partages

Opération basy vita gasy : jiolahy 10 naiditra am-ponja, basy PA rosianina sy vita gasy 11 tratra

 Olona miisa 13 (nahitana vehivavy bevohoka iray) no indray voasambotry  ny zandarimariam-pirenena tao anatin’ny iray volana (12 septambra – 13 oktobra 2017) nandritra ny hetsika “Ady amin’ny fiparitahan’ny basy” tao amin’ny faritra Amoron’i Mania. Basy miisa 12 tratra ka basy PA vita rosianina ny iray raha vita gasy kosa ny 11. Araka ny fanazavan’ny zandary, kaominina telo no tena nahitana izao vokatra izao : ny ao Soavina, Imady ary Ivato Centre. Tratra teo am-panomanana fanafihana mitam-piadiana tokantranon’olona iray ireto tambajotran-jiolahy ireto, ny volana oktobra  lasa teo. Tratra ry zalahy rehefa avy nifandona tamin’ny zandary. Nanoro ny namany indray ireo jiolahy tratra ireo ka mbola niampy ihany ny basim-borona sy ny olona tratra. Basy PA ny valo ary basy lava kosa ny efatra miaraka amin’ny bala 15. Tamin’ny fanadihadiana no nahalalana fa isan’ireo mpanao fanafihana fiara eny amin’ny RN 7 ry zalahy ireto. Jiolahy nokarohin’ny zandary hatry ny ela ny sasany amin’izy ireo, kanjo tratra ihany.

Ny fahatsapana fa isan’ny miteraka tsy fandriampahalemana any amin’ny faritra no nahatonga ny vondron-tobim-pileovana ao Amoron’i Mania sy ny kaompanian’ny zandary ao Ambositra nanao izao “Opération basy vita gasy” izao.

Jiolahy 10 naiditra am-ponja vonjimaika rehefa avy natolotra ny fampanoavana.

Jean Claude

Tia Tanindranaza1 partages

Voka-dratsin’ny pestaNihemotra ny 30%-n’ny mpizahatany ao Toamasina

Nandritra ny fandalavon’ny minisitry ny fizahantany Ratsiraka Roland tao Toamasina ny zoma teo niaraka tamin’ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka, nitondra ireo manampahaizan’ny OMS momba ny valanaretina pesta, lanonana natao tao amin’ny efitrano malalaky ny faritra atsinanana, no nahalalana fa efa mahatratra 20% hatramin’ny 30% ny famandrihana hitsidihana an’i Toamasina nataon’ireo mpizahatany no efa nanafoana ny fitsidihany.

Tafiditra amin’izany ireo mpizahatany anatiny izay vokatry ny fisian’ny pesta. Izay no nahatonga ny minisitra Ratsiraka Roland miezaka amin’ny fampahalalana ireo mpisehatra amin’ny fizahantany ireo tokony hatao rehetra mba tsy hisian’ny tahotra amin’ireo mpizahatany mbola tonga, ho izy ireo indray no masoivoho manoro ny namany ny zava-misy sy ny hetsika efa ataon’ny malagasy hiadiana amin’ny valan’aretina pesta ao Toamasina. Mitohy ihany koa ny fandrarahana fanafody amin’ireo efitrano fandraisam-bahiny sy ireo trano fisakafoanana, izay anisan’ny fanomezana toky ireo mpizahatany. Taorian’i Toamasina renivohitra dia anjaran’i Mahavelona Foulpointe sy Fenoarivo Atsinanana no notsidihan’ny minisitry ny fizahantany ny faran’ny herinandro teo. An-kilan’izay, misy sambo mpitondra mpizahatany Alemana miisa 2.000 mahery mikasa ny hiantsona ao Toamasina ny 24 oktobra izao. Miankina amin’ny fangataham-panazavana nalefan’ny orinasa “CARNIVAL” misahana ny sambo amin’ny fanjakana Malagasy tamin’ny alalan’ny minisitry ny fizahantany anefa ny hahatongavany na tsia amin’io fikasany  handalo 24 ora ao Toamasina io. Ankoatra izay, mbola mihazona ny diany isaky ny 15 andro ao Toamasina hanomboka ny 07 novambra izao kosa ny sambo “COSTA”, izay mitondra mpizahatany an’arivony isaky mandalo, ka amin’ity taona ity raha tsy hisy ny fiovana dia im-18 no hiantsona  ao Toamasina isaky tapa-bolana ity sambo “COSTA” ity. Anio alatsinainy dia hisy ny fivorian’ireo mpisehatra amin’ny fizahantany ao Toamasina sy ireo tale misahana ny fitaterana sy ny talen’ny fizahantany mba handaminana ny fisahanana ireo mpizahatany vahiny ho tonga ireo.

 Rakoutou

L'express de Madagascar1 partages

FMI – Les négociations de la FEC se poursuivent

La mission économique à Washington DC laisse augurer des évolutions positives pour Madagascar.

Raffermissement. De retour au pays, demain, la délégation du ministère de l’Économie et du plan ou MEP, emmenée par le Général de Corps d’Armée, Herilanto Raveloharison, à Washington, est optimiste. Au titre de gouverneur de la Banque mondiale, le ministre, depuis le 10 octobre, a piloté la délégation de son institution à l’Assemblée Annuelle 2017 du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. Assemblée durant laquelle les négociations au titre de l’accord triennal concernant la Facilité élargie de crédit (FEC) ont été abordées pour Madagascar.  Suite logique de la mission du FMI en septembre, ces négociations pourraient entraîner, comme prévu, la deuxième revue de l’accord au titre de la FEC, en décembre. La consolidation de la coopération avec ces institutions monétaires étant une priorité, cette assemblée était donc une opportunité à saisir pour mettre à profit la politique monétaire adoptée par le MEP. Selon la dernière mission du FMI, les résultats obtenus dans le cadre du programme appuyé par la FEC restent solides et la politique monétaire prudente a contribué à maîtriser l’inflation. D’où, cette possibilité de revue de l’accord de négociations de la FEC.MultisectorielL’Agenda de l’Assemblée comporte également des ateliers et séminaires sur des thèmes jugés importants au regard de cet accord triennal sur la Facilité Élargie de Crédit. Il s’agit, entre autres,du séminaire de la Banque mondiale sur l’exercice de simulation sur les pandémiques et le tourisme ainsi que l’accès à l’énergie et les modalités pour optimiser les contributions du secteur privé, notamment avec la hausse prévue des investissements publics en 2018 dans différents secteurs tel l’agricu­lture ou encore la production hydroélectrique. « Des actions témoignant une évolution positive continuent, ainsi qu’un maintien de la stabilité macroéconomique du pays en dépit des chocs, et cela, malgré une légère accélération de l’inflation au premier semestre en raison des différents phénomènes climatiques », conclut le Général.

Harilalaina Rakotobe

Madagate1 partages

Zafy Albert. Fahatongavana tao amin’ny Lapan’ny Fanatanjahantena – SARY

Alahady 15 oktobra 2017, Lapan’ny Fanantanjahantena sy ny Kolontsaina, Mahamasina: Ny fahatongavan'ny razan'ny Profesora Zafy Albert, Filoham-pirenena malagasy teo aloha (1993-1996).  Izy no Filoha voalohan'ny Repoblika malagasy faha-3, nialoha an-dry Didier Ratsiraka sy Marc Ravalomanana. Ny adidy, Tompoko, amina lafiny maro, dia tsy an'olon-dratsy. Marihina fa sary avy any amin'ny namana ao amin'ny sobikamada.com ireto manaraka ireto. Isaorana ry zareo amin'izany adidy iombonana ho an'ny Tantaram-pirenena izany. Satria tokoa ny mpitondran'ity repoblika faha-4 ity dia minia mamafy izany Tantara izany. Jeannot Ramambazafy

L'express de Madagascar1 partages

Tennis - Open Swan de Maurice – Ando et Fitia invités à Rose Hill

C’est confirmé. Deux joueurs représenteront Madagascar durant l’Open Swan, qui se jouera sur les courts du Tennis Club Rose Hill à Maurice, du 31 octobre au 5 novembre.Ces joueurs sont le champion de Madagascar 2017 en première série hommes, Ando Rasolomalala et la championne de Mada­gascar 2017 en première série dames, Fitia Ravoniandro.Dominique Thomas, le principal organisateur de l’Open Swan, a contacté directement la Fédération malga­che de tennis pour la parti- cipation des champions de Madagascar en titre. « Pour nous, organisateur de tournoi, le plus important est d’avoir un tournoi où il y a un maximum de représentations des joueurs qui viennent de plusieurs nationalités. Les Malgaches sont habitués depuis peu à ce tournoi et cette année, on s’est référé à la Fédération malgache de tennis pour avoir la participation d’une joueuse et d’un joueur de référence », rappelle Dominique Thomas.Pour cet Open Swan, les organisateurs prennent en charge les déplacements sur place des joueurs ainsi que l’hébergement et la restauration. Ils se chargent également de payer la moitié du tarif des billets d’avion des joueurs. Ando et Fitia auront donc quand même à débourser la somme d’environ un million d’ariary, ou exactement 9450 roupies aux organisateurs le jour de leur arrivée.« Après le titre que j’ai pu obtenir durant les championnats de Madagascar de cette année, le fait de pouvoir participer à cet Open Swan à Maurice demeure une réelle opportunité pour moi de pouvoir de nouveau m’exprimer autrement qu’à Madagascar. Je me suis préparé, et comme le tournoi se jouera sur terre battue au Tennis club de Rose Hill, j’ai mes chances d’aller briguer un titre international. Ce sera entre autres une sérieuse préparation en vue de la Coupe Davis en 2018. Je remercie ici un sponsor, un particulier qui se reconnaîtra, qui va financer la moitié de mon billet d’avion », explique Ando Rasolomalala.Pour cet Open Swan, le champion recevra une enveloppe de 20 000 roupies, le finaliste 10 000 roupies et la troisième place 5000 roupies.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar1 partages

Football - France – Sochaux bat le Paris FC

Le FC Sochaux de Faneva Andriatsima et le Paris FC de Lalaina Nomenjanahary, alias Bôlida, se sont affrontés vendredi soir, en cham­pionnat de France de football deuxième division. Le FCSM l’a emporté sur la plus petite des marges (1-0), au terme de ce match comptant pour la onzième journée de Ligue 2.L’unique but de la rencontre a été marqué par Berenguer à la 38e minute de jeu.Faneva Ima, capitaine des Barea de Madagascar, et Bôlida, qui a effectué son retour en sélection malgache il y a deux semaines après plus de deux ans d’absence, étaient titulaires de part et d’autre du terrain. Contrairement à son compatriote qui a joué l’intégralité du match, le latéral gauche a cédé sa place à Saint-Louis à la 62e minute.Au classement général de cette Ligue 2, le Paris FC occupe la cinquième place avec vingt points, à quatre longueurs du leader, le Stade de Reims. Tandis que le FC Sochaux se trouve en quinzième position, avec quatorze unités.

H.L.R.

Madagate1 partages

Zafy Albert. Lapan’ny Kolontsaina Mahamasina: famangiana. SARY 2

Alahady 15 oktobra 2017, Lapan’ny Fanantanjahantena sy ny Kolontsaina, Mahamasina: famangiana ampahibemaso finakavian’ny Profesora Zafy Albert, Filoham-pirenena malagasy teo aloha (1993-1996). Sary dingana faharoa. Ny adidy, Tompoko, tsy an'olon-dratsy. Marihina fa tsy misy fepetra ny fampiasana ny sarinay ato aminy madagate.org satria ny Profesora Zafy Albert dia Olom-bahoaka ao anatin'ny Tantaram-pirenena malagasy).

Jeannot Ramambazafy sy Harilala Randrianarison

Madaplus.info0 partages

OMAVET : les chauffeurs de taxi-ville divisés ?

Suite aux différentes manifestations des chauffeurs de taxi-ville qui sont contre l’octroi des contre-visites par la commune urbaine d’Antananarivo à l’OMAVET (Omnium de Maintenance des Véhicules de Transports). Certains chauffeurs de taxi-villes dirigés par l’ancien adjoint de l’Association de taxi-villes actuelles, ont affirmé être d’accord pour cette décision de la commune.
En effet, pour eux, les chauffeurs de taxi-villes ne devraient pas se mêler de cette décision de la commune, car L’OMAVET est une structure interne de la commune et peut bien prendre en charge de la tâche de la contre-visite. La mairesse d’Antananarivo appelle tous les chauffeurs à une réunion pour discuter de ce problème. Cet appel à réunion est vu de mauvais œil par la présidente de l’association des Taxis, Raharinirina Clémence, car, les agents de la commune ont distribué directement aux chauffeurs de taxi la convocation pour cette réunion. Pour, Mme Raharinirina, c’est le bureau qui devrait être le premier informé. Elle de continuer que c’est une stratégie pour diviser les chauffeurs de taxi-villes.
News Mada0 partages

Vatsim-pianarana Australia awards : hampiana i Afrika sy i Madagasikara

 Nozaraina, ny faran’ny herinandro teo teto an-dRenivohitra, ny fanamarinana fahavitana fiofanana momba ny harena ny an-kibon’ny tany nomen’ny oniversiten’i Queensland any Aostralia. Nanaraka izany fiofanana izany ny mpiofana 28 avy amin’ny firenena afrikanina 11  ka Malagasy ny dimy amin’ireo. Efatra herinandro ny nanarahan’izy ireo fiofanana tany Aostralia ary nofaranana nandritra ny telo herinandro izany teto Madagasikara.

Nosafidina manokana i Madagasikara namaranana ny fiofanana noho izy manan-danja eo amin’ny harena an-kibon’ny tany. Anisan’ny toerana notsidihin’ireo mpiofana ireo ny any Ambatovy, QMM any Taolagnaro, oniversiten’i Toamasina, ONE, ary nanadihady momba ny fitrandrahana madinika izy ireo. “Tsy natokana ho an’izay nianatra momba ny harena an-kibon’ny tany ihany ny vatsim-pianarana nomen’ny oniversiten’i Queensland  fa misokatra ho an’ireo lalam-piofanana hafa, toy ny lalàna , tontolo iainana. Misy fifandraisana amin’ireo avokoa ny sehatry ny harena an-kibon’ny tany”, hoy Rtoa Lynda Lawson, mpampianatra mpitarika ny fiofanana. Nataon’ny oniversiten’i Queensland mitovy ny zon’ny lahy sy ny vavy tamin’ny vatsim-pianarana nomeny.

“Fanamafisana ny fiaraha-miasa eo amin’i Madagasikara sy i Aostralia izao , no manampy betsaka ireo tanorantsika nanaraka ny fiofanana “, hoy kosa ny minisitra Zafilahy Ying Vah, misahana ny harena an-kibon’ny tany. Araka ireo toerana notsidihin’ny mpiofana, nanampy amin’ny traikefa efa azon’ireo izany, nifanakalozana ihany koa eo amin’ny tany samy afrikanina, manankarena amin’ny harena an-kibon’ny tany. “Tanjona ny mba hampitombo marina ny harinkarena faobe sy hitondra tombontsoa amin’ny sampana maro amin’ny firenena afrikanina ny fanarahana fiofanana toy izao amin’ny alalan’ny vatsim-pianarana omen’ny fanjakan aostralianina”, hoy Rtoa Jenny Dee, masoivoho vaovaon’i Aostralia eto Madagasikarara, miasa ao Nosy Maurice. Efa misokatra izao ny fangatahana vatsim-pianarana manaraka, Australia awards , ka antsoina ny Malagasy handray anjara amin’izany.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Kitra malagasy : hanomboka ny 1 novambra ny fanavaozana ireo mpitantana

Notanterahina, ny asabotsy lasa teo  teny amin’ny Motel Anosy, ny fivoriambe tsy ara-potoan’ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF), araka ny fangatahana nataon’ireo ligim-paritra miisa 19 amin’ireo 22, ny 24 marsa lasa teo.

Raha tsiahivina, nangataka ny hanatontosana ny fivoriambe, hanatontosana ny fifidianana izy ireo, telo volana taorian’ny nahalany an’i Ahmad  ho filohan’ny kaonfederasiona afrikanina (Caf). Tsy nanaraka ny lalàna voarakitra ao anatin’ny fitsipika mifehy ny FMF anefa izany ka tsy azo notanterahina. Notinapaky ny komision’ny fifidianana kosa fa hanomboka ny 1 novambra ho avy izao ny fanavaozana ireo mpitantana isan’ambaratongany. Hanomboka izany ny seksiona, izay hotanterahina ny 1 ka hatramin’ny 19 novambra. Hanaraka izany kosa ny ligy, ka ny 9  ka hatramin’ny 23 desambra ny hanaovana izany ary daty tokana ny an’ny federasiona : ny 10 marsa 2018.

Nambaran’Andriamiasasoa Doda, filohan’ny federasiona am-perinasa fa efa filoha vaovao no hitondra ny baolina kitra eto Madagasikara, mialoha ny fihaonan’ny Barea de Madagascar sy ny Liona-n’i Téranga avy any Sénegal, izay hotontosaina eo amin’ny kianjaben’ny Mahamasina, ny 17 marsa 2018. Fihaonana, tafiditra amin’ny fifanintsanana ny Can 2019.

 

Mila mahafehy ny lalàna

Ankoatra izay, tsy naharay fangatahana avy amin’ireo ligy amin’ny andalana asiam-panovana na fanitsiana, amin’ny fitsipika anaty mifehy ny federasiona, ny komity mpitantana ka mijanona amin’izao. Nohamafisin-dRakotozafy Rosa, talen’ny fanatanjahantena federaly, fa tokony hamaky sy hahafehy tsara ny lalàna mifehy ny fanatanjahantena, ireo kandidà rehetra mirotsaka, mba tsy hisian’ny olana. Nanamafy izany rahateo ny solontenan’ny Komity olympika malagasy (Kom). Nampahafantarina, tamin’io fivoriambe io, koa ireo mpikambana eo anivon’ny komisiona ny fifidianana sy ireo delegem-paritra isaky ny ligim-paritra 22. Tsiahivina fa tsy tonga tamin’ity fivoriambe ity ny filohan’ny ligin’i Matsiatra Ambony sy ny avy any Vatovavy Fitovinany.

Torcelin

News Mada0 partages

109 taona ny rugby malagasy : sambany nitondra medaly nody ny Makis à 7

Tsy nitsanga-menatra ny Rugby malagasy, na mbola miaina zava-tsarotra aza ankehitriny. Efa anisan’ireo firenena manana ny toerany eto Afrika mantsy ny Makis de Madagascar. Betsaka ny efa vita fa maro koa ny mbola miandry.

 

Sambany ary voalohany, tato anatin’ny 109 taona, nisian’ny Rugby malagasy, vao nitondra medaly nody ny rugby à 7. Ny Makis de Madagascar irery no hany firenena miteny frantsay nandresy an’i Zimbaboe, izay efa indimy niatrika “Mondial” ary tafita tamin’ny manasa-dalana,  nandritra iny “Can 2017” iny.

Anisan’ny niaiky ny fahaizan’ireo mpilalaon’ny Makis ary nampirisika ny hifotorana mafy amin’ity rugby à 7 ity i Abdelaziz Bougja, filohan’ny kaonfederasiona afrikanina. Vokatr’izay, nilaza ny solontenan’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena sy ny fanajariana ny tany fa hatao raharaham-pirenena amin’izay ny fanajahantena. Hisy tetikasa ho an’ireo federasiona 15 mendrika, izay hovatsin’ny fanjakana vola manokana ary homena fiofanana hampivoarana ny taranja.

Ankoatra izay, tsy nijery fotsiny ny zava-bitan’ny Makis de Madagascar, sokajy “sénior” sy ny “U18” rugby à 7, ny Malagasy rugby fa nankasitraka ireo mpilalao, rehetra. Notanterahina ny asabotsy lasa teo, tetsy Ankorondrano, izany lanonana izany. Raha tsiahivina, samy nahazo ny laharana fahatelo avokoa ireo ekipa roa ireo. Ny “sénior”, teo amin’ny “Can 2017”, natao tatsy Ogandà ary ny U18, nandritra ny fiadiana ny “Afrasia 2017”, tany Maorisy. Nomen’ny Malagasy rugby fitaovana sy lelavola ry zalahy. Teo koa ilay 10 tapitrisa Ar efa nampanantenain’ny minisitry ny Fanatanjahantena, Andriamosarisoa Jean Anicet ka vao ny 5 tapitrisa Ar  ihany no nomena azy ireo fa ny ambiny, hatolotra amin’ny fotoana manaraka.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Kitra – «Telma coupe de Mada» : lavon’ny Adema ny Elgeco Plus

Tontosa, omaly alahady,  ireo lalao ampahefa-dalana amin’ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara «Telma coupe de Madagascar 2017», taranja baolina kitra. Tany Fianarantsoa, tafakatra amin’ny manasa-dalana ny AS Adema, rehefa nandresy ny Elgeco Plus, tany amin’ny fandakana ny «tirs au but », 4 no ho 1. Nisaraka ady sahala 3 no ho 3 mantsy ny roa tonta, tao anatin’ny fe-potoana ara-dalàna. Niady ary tena nahitana endri-dalao nahafinaritra ny fihaonan’izy ireo, izay efa diso mifankahalala tsara. Votsotra teo am-pelatanan’ny Elgeco Plus izany ny anaram-boninahitra azony, tamin’ny taon-dasa.

Hifandona amin’ny Cosfa eo amin’ny manasa-dalana izany ny AS Adema, eo amin’ity fifaninanana ity. Ny Miaramila, izay nanilika ny FC Ilakaka, tamin’ny isa mazava 3 no ho 0. Tany Mahajanga kosa, tafakatra ihany koa ny RTS Jet Mada, rehefa nandresy ny Otiv Ambatondrazaka, tamin’ny isa 3 no ho 1. Nisy anefa ny fandravan’ny mpitandro filaminana tamin’ny baomba mandatsa-dranomaso ny lalao, satria tsy tokony ho azon‘ny mpijery atrehina. Notohizana ihany izany avy eo ary tontosa hatramin’ny farany. Tetsy ankilany, lavon’ny Fosa Juniors, tamin’ny isa 4 no ho 0, kosa ny Tam Port-Berger. Hikatroka eo amin’ny ankatoky ny famaranana izany ny Fosa sy ny Jet Mada. Hotanterahina ny 5 novambra izao, ny manasa-dalana, amin’ity “Telma coupe”, ity.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Foot : place à la réforme administrative

La réforme au sein des différentes structures débutera le 1er novembre. Telle a été la résolution prise lors de l’Assemblée générale extraordinaire de la Fédération malgache de football (FMF), qui s’est tenue samedi dernier, au Motel à Anosy. Pour rappel, 19 ligues sur 22 ont convoqué une Assemblée générale élective, en mars, mais cela ne correspondait pas au statut de la FMF. Cette dernière a donc proposé une Assemblée générale extraordinaire. La réforme sera effectuée du 1 er au 19 novembre pour les sections. S’ensuivra celle des ligues du 9 au 23 décembre. Celle de la fédération aura lieu le 10 mars 2018.

D’après le président de la FMF par intérim, Doda Andriamiasasoa, «La FMF sera dirigée par un nouveau président avant la rencontre des Barea de Madagascar face aux Lions de la Teranga, le 17 mars 2018, au stade de Mahamasina. Notons que ce match compte pour les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 ». Cette rencontre a été l’occasion de présenter les membres du comité électoral et les 22 délégués au sein des 22 ligues régionales.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Basket 3X3 : Madagascar à l’heure africaine

Loin d’un effet d’annonce, Madagascar sera bel et bien présent au championnat d’Afrique du basket 3×3, du 3 au 5 novembre, dans la capitale togolaise, Lomé. Cinq éléments briguent les quatre places de titulaires à pourvoir au sein de l’équipe nationale masculine.

La Fédération malgache de basket-ball a tranché dans le vif en vue de sa première joute africaine ! Plusieurs basketteurs ont postulé pour intégrer la sélection nationale mais seuls, les cinq meilleurs ont été appelés.

Et comme il fallait s’y attendre, le club d’ASCB Boeny est le mieux représenté dans la liste, avec trois joueurs et non des moindres puisqu’il s’agit des champions de Madagascar 2016, en l’occurrence Elly Randriamampionona, Mmadi Msaidi Ahmed (ASCB) et Rick Ley Loubacky.

Ils ne seront pas les seuls à lutter pour la place de titulaire. Trois autres éléments de trois équipes différentes sont dans la course, à savoir, Fabrice Mandimbison (GNBC), Alpha Jean Arnold Solondrainy (2BC) et Mbolatiana Claudio Rajaonarivony (COSPN).

Après une première tentative ratée la saison dernière, la FMBB a cette fois-ci tenu parole. La Grande île fera ses premiers pas sur la scène africaine dans cette nouvelle discipline olympique avec de l’ambition.

En effet, deux compétitions d’envergure nationale ont été organisées pour mieux détecter les valeurs sûres du basket 3×3 malgache. L’évaluation s’est faite individuellement, c’est la raison pour laquelle, les sélectionnés viennent tous de différents clubs et non seulement du club champion.

Course contre la montre

Le regroupement de l’équipe nationale a débuté hier. Soit deux semaines avant le début de la joute africaine. Un laps de temps très court mais inévitable pour la FMBB qui a dû jongler avec les compétitions de basket à 5.

Pour cause, tous les joueurs sélectionnés sont issus des clubs de basket à cinq dont les compétitions accaparent la majeure partie du temps des basketteurs.

En vue de la promotion du basket 3×3, le moment n’est-il pas venu de bien discerner ceux qui joueront pour l’une ou pour l’autre discipline de basket ? Dans le basket mondial, les joueurs ne courent pas deux lièvres à la fois et cela leur réussit très bien.

Naisa

Liste des sélectionnés :

Fabrice Mandimbison (GNBC)

Elly Randriamampionona (ASCB)

Mmadi Msaidi Ahmed (ASCB)

Alpha Jean Arnold Solondrainy (2BC)

Mbolatiana Claudio Rajaonarivony (COSPN)

Rick Ley Loubacky (ASCB)

News Mada0 partages

Manandratra ireo mpanakanto afrikanina : handeha eto Madagasikara ny “Coke Studio”

Efa nandeha tamin’ny fahitalavitra Record, ny asabotsy te,o ny andiahy voalohany amin’ny “Coke Studio”. Hifandimby ao ireo mpanakanto afrikanina malaza ka anisan’ireny i Wawa, solontenan’i Madagasikara.Tetikasa mahakasika ny mozika, natao hanambarana sy hanandratana ireo mpanakanto manan-talenta aty Afrika ny “Coke Studio”. Manome sehatra ireo mpanakanto ahafahany mivelatra eo amin’ny tsenan’ny mozika iraisam-pirenena izany. Nanambatra firenena afrikanina 11 ny “Coke Studio” ka ansian’izany i Madagasikara, tamin’ny alalan’i Wawa. Ity mpanakanto zanak’i Nosy Be ity no nitondra ny mozika malagasy tao anatin’ny hetsika, izay naka endrika “télé réalité”, izay mandeha aty amintsika koa nanomboka ny asabotsy teo.Nialoha izany, nisy ny lanonana fampahafantarana ny “Coke Studio”, notontosaina tetsy amin’ny Ibis Ankorondrano, ny alin’ny zoma lasa teo. Fotoana nizarana ny mombamomba ny hetsika kanefa nizaran’ireo mpanakanto malagasy toa an’i Deenyz sy i Shyn ny talentany ihany koa. Lanonana niavaka sy niravaka ny lokon’ny Coca-Cola, nanome ilay endrika maha iraisam-pirenena azy, izany. Nasaina manokana ireo mpanakanto sy ireo mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny zavakanto, ary ireo mpiasan’ny haino manan-jery isan-karazany, nandritra ny lanonana.Mpanakanto ambasadaoron’ny orinasa Telma i Wawa ka rariny ny fiarah-miasa teo amin’ity orinasan-tserasera ity sy ny “Coke Studio”. Noho izany, teraka tamin’izany ny “Coca-Cola promotion”, izay natao hanomezana loka ny mpanjifa. Misy “code” ahazoana loka avy amin’ny Telma avokoa anatin’ny kapisilin’ny tavoahangy Coca-Cola 33 cl. Mety ho “sms” na antso maimaimpoana izany. Mety ho finday avo lenta na “clé Wifi” ihany koa.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Mpikalo – Andravoahangy : feno 10 taona ny rantsana Vonona

Folo taona katroka amin’ity taona ity no nijoroan’ny Mpikalo rantsana Vonona, ao amin’ny Ekar Md François d’Assise etsy Andravoahangy. Notanterahina, ny 15 oktobra teo, ny hetsika nenti-nanamarika izany tsingerintaona izany, tamin’ny alalan’ny fanompoam-pivavahana lehibe. Taorian’izay kosa, nisy ny  fiaraha-misakafo narahina fampisehoana tantara an-tsehatra maromaro, toy ny « Mampody vady nisintaka»,

« Mpantsaka rano sy mpanasa lamba» ary « Dokotera sy mpisikidy».

Nitondra an-tsehatra ireo tantara ireo ny mpikambana avy eo anivon’ny rantsana. Teo ihany koa ny kalon’ny fahiny manasongadina ny maha Malagasy.  Notsofindrano, nandritra io lanonana io, ireo  mpikabary andia “Md Josefa” miisa 11 mianadahy, nivoaka farany teo. Araka ny nambaran-dRakotovao Haja Dera, filohan’ny rantsana Vonona, tsy mifanalavitra amin’ny tarigetran’ny Mpikalo ny hitaona ny olona hanana fitondrantena mendrika sy maotina, amin’ny alalan’ny kabary sy ny Soratra Masina. Araka ny teny fanevana, «  Andrianiko ny teny, itoriako ny Vaovao Mahafaly », izany. Nisy moa ny fanapahana mofo mamy nanamarihana io taon-jaobily io. Marihina fa hanomboka ny  alahady 22 oktobra tolakandro ny fampiofanana kabary, ao amin’ity sampana ity.

Landy R.

News Mada0 partages

Parlement : une session électrique à l’horizon

C’est une session de vérité au niveau des deux chambres du Parlement qui débutera demain. En effet, l’éventualité pour le régime de tenir ou pas un référendum constitutionnel, sera fixée durant cette session.

L’Assemblée nationale et le Sénat se réuniront en session budgétaire à partir de demain, conformément à la Constitution. A priori, cela devrait être une session où l’examen de la Loi des Finances initiales prime, mais comme à l’accoutumée, le projet en question n’arrivera sur la table des élus que vers la fin de la session. Par ailleurs, cette année, le rendez-vous risque d’être particulier dans la mesure où plusieurs projets sont en attente d’étude au niveau de la Chambre basse.

C’est le cas par exemple d’un projet de retouche de la Loi fondamentale qui fait son bonhomme de chemin au niveau de la sphère étatique. Evoqué par le Premier ministre le 4 septembre dernier, en marge d’une inauguration à  Ivato, notamment l’article 46 de la Constitution, le sujet a par la suite continué d’alimenter les débats entre partisans et opposants. Et comme l’article 162 de la Constitution dispose que «L’initiative de la révision, en cas de nécessité jugée impérieuse, appartient soit au président de la République qui statue en Conseil des ministres, soit aux Assemblées parlementaires statuant par un vote séparé à la majorité des deux tiers des membres». Les observateurs attendent alors l’officialisation du projet au niveau du Parlement.

Attente

A noter aussi que le comité interministériel en charge d’élaborer des avant-projets de textes législatifs et règlementaires se rapportant aux élections est censé présenter ses travaux au niveau du Parlement. A ce titre, les textes électoraux figureront parmi les principaux dossiers à examiner devant les deux chambres du Parlement lors de cette session. Pour rappel, ce comité est présidé par le Premier ministre et compte parmi ses membres des représentants issus du Secrétariat général du Gouvernement, du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, du ministère de la Justice, du ministère des Finances et du budget et du ministère de la Communication et de la relation avec les Institutions.

Du reste, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) fait aussi partie des acteurs nationaux qui attendent la session du Parlement car, selon le groupe, une partie de ses revendications concerne la modification de certaines lois qui régissent le métier. D’ailleurs, sauf changement, le Syndicat travaille d’arrache pied avec les techniciens de la Direction des législations au niveau de la justice afin de présenter leurs travaux devant le Parlement.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Ilaka Centre : dimy lahy nahatrarana toaka gasy 195 l

Toaka gasy 195 litatra no saron’ny zandary ao Ilaka Centre tanaty fiarakodia roa samy hafa ny zoma teo. Dimy lahy indray voasambotra voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ity trafikana toaka gasy ity. Tamin’ny alalan’ny fikaroham-baovao no fantatry ny zandary fa misy taksiborosy handalo eo amin’ny RN 7 mitatitra tavoahangy sy bidao misy toaka gasy. Nametraka sakana avy hatrany ny zandary ka niandry ny fandalovan’ny fiara teo amin’ny PK 222 teo amin’ny toerana atao hoe Ampahatsimbala fokontany Ambalatany Ilaka Centre. Noraisim-potsiny izy dimy lahy niaraka tamin’ireo toaka marobe. Nilaza izy ireo fa avy any Ambositra no niaingan’ireto toaka ireto ka izao tratra izao niaraka tamin’ireo mpanao trafika. Nanamafy ny eo anivon’ny zandarimaria fa voarara ary sazin’ny lalàna miaraka amin’ny lamandy ny fanaovana trafikana toaka gasy toy izao. Hodorana avy hatrany ireo toaka ireo aorian’ny fanadihadiana rehetra.

Jean Claude

News Mada0 partages

Lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina : hoentin’ny FFKM am-bavaka ny Pr Zafy sy ny firenena

 Hotanterahina, anio etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena etsy Mahamasina, ny fanaovam-beloma farany ny nofomangatsiakan’ny Pr Zafy. Raha tsy misy ny fiovana,

hitarika ny fotoam-pivavahana iraisam-pinoana amin’izany ny eo anivon’ny FFKM, hotarihin’ny filohany, ny Mgr Razanakolona Odon. Hoentina am-bavaka sy isaorana an’Andriamanitra izao fahalasanan’ity filoha teo aloha ity izao. Tahaka izany koa ny vavaka ho an’ny firenena sy ny vahoaka malagasy. Aorian’izany, hihazo ny lalam-pirenena fahefatra (RN4) sy fahenina (RN6) ny tranovorona hoentina any Ambilobe ka hatrany Betsiaka, tanindrazany.

Nialoha izany, nandrasana tetsy Mahamasina ny nofomangatsiakany. Nanao tohivakana ny famangiana ny fianakaviana nataon’ireo tompon’andraikim-panjakana sy ny mpitondra teo aloha.

Nampihetsim-po ny vahoaka malagasy

 Tsiahivina fa nigadona an-tanindrazana, ny asabotsy teo teny Ivato tamin’ny 4 ora sy sasany ny razana. Tonga nitsena izany teny an-toerana ny avy amin’ny fitondram-panjakana, notarihin’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana. Anisan’izany koa ny filoha teo aloha, ny amiraly Ratsiraka. Nihazo ny teny amin’ny trano fonenany eny Ivandry avy eo. Tomefy olona teny amin’ny lalana nolalovany ary nihetsi-po sy malahelo avokoa ny maro amin’izy ireny. Efa niandry teny ireo fianakaviana sy ny  zanaky ny avy Antsiranana ary ny lehiben’ny andrimpanjakana sasany. Teny koa ny filoha teo aloha, Ravalomanana mivady sy ny filoham-panjakana teo aloha, Ratsirahonana Norbert Lala. Nandrasan’ny fianakaviana teny ny alin’ny asabotsy ary nentina natao veloma farany tetsy amin’ny fiangonany, etsy amin’ny Md François Xavier Antanimena, avy eo. Nitarika ny Sorona Masina tamin’izany ny arsevekan’Antananarivo, ny Mgr Razanakolona Odon. Naompany amin’ny fitiavan’Andriamanitra antsika ny fampianarana nataony. “Mba hiray Aminy… Miantso antsika ny Ray satria tia antsika Izy na eo aza ny sedram-piainana… Nandalo dingam-piainana maro ity raiamamandreny ity. Nomen’Andriamanitra talenta izy, toy ny fahaizany mitsabo sy ny fitantanana ny raharaham-bahoaka…”, hoy izy.

Tsy eto an-toerana Rajaonarimampianina sy Rajoelina

Nitondra ny teny fisaorana hatrany tamin’izao fahoriana izao, nanomboka teny Ivato, Ivandry, Antanimena  kosa ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky Omer. Notsiahiviny ny lalana nodiavin’ny Pr Zafy. Ny toe-tsainy sy ny fomba fiasany. Ny maha “Rain’ny demokrasia” azy sy ny fivoizany hatrany ny fampihavanam-pirenena.

Tsiahivina fa halevina ny asabotsy izao any Betsiaka ny nofomangatsiakan’ny Pr Zafy. Misaona hatrany, midina eo amin’ny an-tsasany ny sainam-pirenena mandram-pahatongan’izany.

Nanamarika izao tranga lehibe eto amin’ny firenena izao ny tsy maha eto an-toerana ny filoha Rajaonarimampianina, mivahiny any Italia. Tsy eto koa ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina.

Synèse R.

News Mada0 partages

Tovolahy mamon-drongony ? : olona sivy notsatohiny antsy, iray namoy ny ainy

 Asa na mamon-drongony na saika hanao asan-jiolahy toy ny fahita andavanandro ity tovolahy iray, fa notsatohany antsy avy hatrany  izay sendra nifanena taminy teny an-dalana. Vokany, olona valo naratra mafy, iray namoy ny ainy. Tany Toamasina no nitrangan’izany, ny faran’ny herinandro teo.

 

Tao amin’ny fokontany Androranga ao Toamasina no nitrangan’ity fihetsika feno herisetra miharo asan-jiolahy nataon’ity lehilahy iray ity. Hatairana ny an’ireo olona sendra mahita ny fihetsika nataony. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, nanomboka tao Androranga ka hatrany amin’ny fokontany Depot fahefatra amoron-dranomasina no nanaovan’ity lehilahy ity ny asa ratsiny. Vokany, olona miisa valo indray voatsatoka antsy tamin’io fotoana io. Tovolahy iray 20 taona, metisy karana namoy ny ainy satria nanohitra ity lehilahy mpampihorohoro ity kanjo voatsatoka antsy ihany ka maty tsy tra-drano.

Tsy afa-nanohatra ny olona manoloana ny fihetsik’ity lehilahy ity satria natahotra ny antsy teny am-pelatanany ka nijery fotsiny izay nataony, tao kosa ireo niaro tena sy niala haingana ny faritra nisy ity jiolahy ity.

Na teo aza anefa izany, nisy sahy nanenjika azy tamin’ireo olona, saingy tsy nahitam-bokany izany noho ny tahotra. Tsy hita popoka intsony anefa ilay nahavanon-doza rehefa avy nanao ny asa ratsiny. Fotoana fohy taorian’izay, tonga teny an-toerana ihany ny polisy ka nanao fikarohana azy teny amin’ny manodidina na ireo faritra mety ahitana azy.

Tovovavy 21 taona naolana sady novonoina…

Fa nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana koa ny tovovavy iray 21 taona tany Maroantsetra, ny volana septambra lasa teo. Voalazan’ny fampitam-baovao avy any an-toerana fa mpianatry ny Lycée iray any an-toerana ity hita faty nihosin-dra tao an-kianja fanaovam-baolina CAPJ, ny 6 septambra 2017 teo ity. Fantatra nandritra ny fizahan’ny dokotera fa niharan’ny fanolanana tambabe izy mialoha ny namonoana azy. Nandeha ny fikarohan’ny polisy ao Maroantsetra taorian’izay ka nahitam-bokany izany ny 6 oktobra 2017 teo tamin’ny fahasamborana mpanendaka iray vao 14 taona tao an-tsenan’i Maroantsetra. Nandritra ny fanadihadiana azy no nivoahan’ny marina rehefa fa misy ifandraisany tamin’ilay vonoan’olona ny 6 septambra 2017 teo izy sy ny namany. Nanondro ireo namany niray tsikombakomba taminy izy ka tratra tamin’izany ireo roa lahy hafa niaraka tamin’ny basy vita gasy. Nokaramain’ny havan’ilay tovovavy 15 tapitrisa Ar izy telo hamono ilay niharam-boina tamin’io fotoana io. Voalaza fa fialonana ny ambadik’izao vonoan’olona mahatsiravina izao. Mbola karohina kosa ity vehivavy atidoha nikotrika ny famonoana ity.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Antanifotsy : tratra ireo jiolahy namono olona eni-mianaka

Noraisim-potsiny tao Antanifotsy, ny herinandro teo ireo andian-jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana narahina doro trano ka nahafaty olona eni-miankaa tao an-toerana, ny volana septambra 2017 teo. Tratra niaraka tamin’izy ireo koa ny mpimasy iray mpanohana ireto olon-dratsy ireto. Raha tsiahivina ny zava-nitranga, ny alin’ny 20 hifoha 21 septambra 2017 no notafihin’ireo jiolahy ny tokantranon’ny mpivarotra ao Ambatofahafito Andrefana fokontany Ambatovaventy Antanifotsy. Rehefa tsy namoha trano anefa ny tompon-trano dia nitady hevitra hafa ireo olon-dratsy ka nandoro izany tamin’ny alalan’ny gazy ka nanempotra azy eni-mianaka tao an-trano. Nandeha ny fikarohana tamin’ny alalan’ny fifanakalozam-baovao teo anivon’ny mponina sy ny zandary. Teo koa ny fampiasana ny teknolojia avolenta eo anivon’ny fikarohana heloka bevava ary ny alika mpitsongo dia. Vokany, tratra ny jiolahy fito niaraka tamin’ilay mpimasy. Niaiky ry zalahy fa tena nanao ilay asa ratsy.

Jean Claude

News Mada0 partages

Toamasina : olona fito tratra nangalatra vary 97 gony tamin’ny varin’ny BNGRC

 Mpiasan’ny BNGRC ihany ny iray amin’ireo olona fito tompon’antoka tamin’ny halatra vary miisa 97 gony tamin’ny varin’ny BNGRC Toamasina. Nihoatra ny isa tokony hoentiny ny vary nentin’ny kamiaobe roa nivoaka tao amin’ny seranana…

 

Saron’ny zandary miasa eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina, ny 11 oktobra 2017 ireo olona fito tompon’antoka tamin’ny halatra vary 97 gony tamin’ny varin’ny BNGRC Toamasina. Araka ny angom-baovao nampitain’ny zandary ao an-toerana, nanao ny asa fikaroham-baovao mahazatra azy ireo zandary zandary ao amina’io seranana io (kaompania, peloton de surveillance, brigade judiciaire) ka nandre tamin’ny 4 ora hariva tamin’io daty io fa misy fiarabe namoaka vary mihoatra no ho ny tokony hoentiny mivoaka avy ao amin’ny seranan-tsambo. Vary avy amin’ny BNGRC tokony hoentina any Sakaraha, Ihosy, Ambalavao ary Ambatofinandrahana ireo. Nanao fikarohana avy hatrany ny zandray ka tratra tao Mangarano Toamasina ireo kamiaobe roa nitondra ireto vary halatra ireto. Natao ny fisavana sy ny fanamarinana ka nihoatra ny tokony ho izy ny vary nentin’ilay kamiaobe. Raha tokony ho 700 gony avy no nakarina dia nitondra 750 gony ny kamiaobe iray ary 747 kosa ny an’ilay kamiaobe faharoa. Tao Mangarano no saika hampidinan’ireo mpitatitra ireo vary nangalariny ireo mialoha ny hitaterana ny entana amin’ny isa tena marina.

Nentina niverina tao amin’ny seranana ireo kamiaobe roa ireo sy ireo olona voasaringotra amin’ity raharaha ity. Olona enina voatazona niampy olona iray mpiasan’ny BNGRC (magasinier) izay hatolotra ny fampanoavana aorian’ny famotorana.

Jean Claude

News Mada0 partages

EPP Antanikely : dotation de fournitures scolaires

Coup de pouce pour les parents d’élèves scolarisés au sein de l’EPP Antanetikely, dans la Zone d’administration pédagogique (Zap) Arivonimamo II. En vue de les aider à mieux équiper leurs enfants pour cette année scolaire, le Rotary Club Antananarivo Ainga a octroyé des fournitures à quelque 130 élèves de cet établissement, lors d’une descente effectuée sur les lieux samedi.

Il s’agit de cartables, cahiers, protège-cahiers, crayons et stylos. Par ailleurs, 25 boîtes de craies et des tee-shirts ont également été offerts aux enseignants et personnel administratif de cette école. En outre, les membres de cette association, dans le cadre du thème présidentiel « Impact réel » pour cette année rotarienne 2017-2018, ont octroyé dix jeunes plants d’oranger, d’avocat et de letchis afin de fournir des matières premières (fruits) pour la cantine scolaire de cette école. Les bénéficiaires, représentés par Suzanne Razanakolona, un parent d’élève, n’ont pas manqué d’adresser leur reconnaissance à l’endroit du donateur, dans la mesure où, mis à part l’allègement des charges sur la scolarisation, ces dons contribuent également à encourager les élèves dans leurs études.

La présidente du Rotary Club Antananarivo Ainga, Eliette Ravalisaona, lors de cette action sociale, a avancé que « cette intervention vise à soutenir ces enfants afin de les encourager à accéder à l’école et à les encourager à apprendre.” Aux côtés de la Gouverneure élue du District 9220, Shelly Oukabay, elle a montré l’exemple en reboisant les jeunes plants de fruits après la distribution officielle des fournitures scolaires. A part cela, cette association a promis aux parents d’élèves et aux responsables de l’école de les soutenir pour la réhabilitation de la borne-fontaine de l’école.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Sécurité sociale : le SE de la Cipres dans nos murs

Une grande première. Le Secrétaire exécutif (SE) de la Conférence interafricaine de la prévoyance sociale (Cipres), Innocent Makoubou, était en visite dans la Grande île, la semaine dernière. Ce haut responsable panafricain a rencontré le Premier ministre, Solonandrasana Olivier Mahafaly et le ministre de la Fonction publique, du travail et des lois sociales et de la réforme administrative, Jean De Dieu Maharante, vendredi. A l’issue des concertations entre les autorités locales, ce dernier a indiqué la possibilité pour Madagascar, en tant que pays membre, de demander l’accueil du Sommet des ministres au sein de la Cipres ainsi que la réunion des hauts cadres, auxquels les 17 pays participeront l’an prochain.

Le motif de sa mission consiste, entre autres, à contrôler le concours de recrutement des inspecteurs au sein de Cipres, qui a vu la participation de deux candidats malgaches, dont le résultat est attendu actuellement.  Dans le cadre de sa mission, ce responsable a annoncé l’intention de la Cipres de fonder une école régionale qui va former tous les Etats panafricains sur la sécurité sociale. Une proposition approuvée par le ministre Jean de Dieu Maharante, qui s’est engagé à se pencher sur sa faisabilité dans le pays. Durant son séjour dans la Grande île, Innocent Makoubou a pu constater de visu la norme et la qualité de la finance de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps), à travers une visite effectuée à son siège à Ampefiloha.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Vols du riz du BNGRC : sept personnes arrêtées à Toamasina

Grand coup de filet de la gendarmerie au port de Toamasina par la mise à nu d’un réseau de trafiquants de riz ayant opéré sur le stock du BNGRC. Sept individus sont actuellement placés en garde à vue dans cette affaire.

Les sept personnes arrêtées dans le cadre d’un vol effectué sur le stock de riz du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) au port de Toamasina ont failli réussir leur coup sans les informations de dernière heure fournies à la brigade de la gendarmerie du port, le 11 octobre dernier. Pistés par des éléments diligentés pour l’enquête, les deux camions incriminés ont été retrouvés sur le parking d’une station-service à Mangarano, sur le point de se délester de leurs butins qui devaient être livrés à Toamasina même. Les gendarmes ont ainsi vérifié leur cargaison sur la base de renseignements faisant état d’un surplus de poids sur le riz qu’ils ont embarqué. Un différentiel respectif de 50 et 45 sacs par rapport au bon de livraison en leur possession a été enregistré dans les frets de ces camions qui auraient dû transporter chacun 700 sacs de riz.

Les véhicules ayant servi au délit ont été immobilisés à la brigade de la gendarmerie du port de Toamasina où sont placés en garde à vue leurs six occupants ainsi que le magasinier du BNGRC chargé de la sortie de ces marchandises au port. Le riz transporté est destiné aux districts d’Ambatofinandrahana, de Sakaraha, d’Ihosy et Ambalavao.

Manou

News Mada0 partages

Fodiamandry : niaiky avokoa ny rehetra fa miavaka ny Pr Zafy

 Naneho ny heviny ireo mpanao politika sy mpitantana sasany eto amin’ny firenena. Resy lahatra ny rehetra fa very olomanga ny firenena. Lavo ny andrarezina, ”Rain’ny demokrasia” sy ny fampihavanam-pirenena.

Ny filoha teo aloha, ny amiraly Ratsiraka Didier: « Manjombona ny vodilanitra malagasy rehefa olon-dehibe sy manan-kaja toy izao no maty lasan’Andriamanitra. Efa nifankahalala hatramin’ny ela izahay, fony mbola mpianatra tany andafy… Nodimandry izy izao, lasa andry niankinana izany ny firenena malagasy. Ataoko fa ny firenena manontolo no misaona amin’izao fotoana izao. »

 

Ny filohan’ny HCC, teo aloha, Ratsirahonana Lala Norbert: « Anisan’ny filoham-panjakana nanana fahendrena izy, raha tsy voalohany dia faharoa: ohatra, ny fanekeny ny fanapahan-kevitry ny Antenimierampirenena sy ny HCC tamin’ny fampiatoana azy. Olona tia fahamarinana izy, manaja ny fahaleovantenan’ny fitsarana tamin’izany. Mpitolona mafana fo amin’izay heveriny ho tsy rariny na tsy manara-dalàna na mety hitera-pahavoazana ho an’ny firenena izy. Very olomanga tanteraka ny firenena. »

 

Ny minisitry ny Fiarovam-pirenena teo aloha, ny Jly Ramakavelo Désiré: « Filoham-pirenena tena nikatsaka ny soa ho an’ny vahoaka ary tena akaiky ny fon’ny vahoaka izy, na nesoesoana tamin’ny hoe « Mada Raid » aza. Anisan’ny filoham-pirenena nitondra teo izy, tsy mba nisy niteny hoe nanankarena tampoka. Na hoe nanao trano any ivelany, na nanana volabe amin’ny banky any ivelany… Nampiavaka azy izay. Nipetraka tamin’ny naha raiamandreny azy hatrany izy. »

Ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky Jean-Omer: « Olona tia tanindrazana izy, ary nandala hatrany ny demokrasia. Anisan’ny notandroviny ny tombontsoa iombonana, fa tsy ny tombontsoa manokana. Tsy mba nangoron-karena izy tamin’ny nandalovany teo amin’ny fitondrana, fa mitsinjo hatrany vahoaka. Zava-dehibe taminy ny fampihavanam-pirenena, ny fijerena hatrany ny fampandrosoana ho an’ny rehetra. »

 

Ny filohan’ny Antenimierandoholona, Rakotomanana Honoré: « Tamin’ny nandrafetana ny lalàna momba ny fampihavanana malagasy no tena nahafantarako azy fa olona tia fihavanana izy: tena atao hoe raiamandrenin’ny fihavanana. Fantatsika fa izy no nitarika ny hoe fampihavanam-pirenena. Tena zava-dehibe izay fihavanana izay, ary tsy azo vidiam-bola izany amintsika Malagasy: tena zava-masina. »

Ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana  Lalao :  ”Maneho fiaraha-miory noho ny fodiamandrin’ny filoha teo aloha, ny Pr Zafy Albert, ny fiadidiana ny Tanànan’Antananarivo sy ny mpiara-miasa aminy rehetra, ary ny tanànan’Antananarivo sy ny vahoaka manontolo eto an-dRenivohitra. Mirary ihany koa raha mirary ny fihononana feno ho an’ny fianakaviany”.

Nangonin’i  R. Nd. Sy Synèse R.

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’ANDAPA : Tafakatra 50 000 ariary ny iray kitapon’ny arina fandrehatra

Voatery mividy amin’ny antsinjarany avokoa ny ankabetsahan’ireo mponina ao an-toerana ary 3 000 ariary ny iray siny. Eo anatrehan’izany dia sarotiny ny lehiben’ny ala any an-toerana amin’ny fikapahana hazo ary voatery manafatra arina fandrehatra avy ao amin’ny Distrikan’i Vohemar ireo mpangala ambongady any an-toerana.

Voaaro fatratra ny ala ao Andapa. Anisany mampidangana azy io ny fitaterana na dia izany aza tafahoatra ny tombony alain’ireo mpivarotra. Fantatra fa 300 km eo ho eo ny elanelan’ny Vohemar sy Andapa. Efa ho iray volana teo no nampidangana ny vidin’ny arina fandrehatra ao Andapa. Marihina fa lafo fiainana tokoa ny faritra Sava. Voalaza fa noho ny fisian’ny vokatra lavanila no tena mahatonga izany ary voatery manararaotra avokoa ny ankamaroan’ireo mpivarotra rehetra.

Anisany tena mampidangana ny vidim-piainana any an-toerana ihany koa ny faharatsian’ny lalana itondrana ny vokatra. Mbola ao anatin’ny fotoam-piotazana lavanila ihany koa ny Faritra ankehitriny ka manararaotra ireo mpivarotra.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY FIHANAKY NY PESTA AO TOAMASINA : Tsy diso anjara ny foibem- paritry ny fitaterana

Hetsika izay niarahany tamin’ny Att. Ny12-13-14 oktobra teo anoloan’ny Crjs Toamasina no nanaovana izany. Nozaraina fanamarinana fahavitana fandrarahana fanafody ireo fiara rehetra nahavita, nahitana fiara fitateram-bahoaka, fiara natao ho an’ny mpizahatany ary fiara ampanofaina. Natao io fanomezana fanamarinana io mba hanamora ny fisavana an’ireo fiara nahavita na tsia.

Misy fisavana an’izay nanao na tsy nanao mantsy eny amin’ny lalana ifamezivezena. Ho an’ny foibem-paritry ny fitaterana, dia mipetraka hatrany ny hoe : andraikitro, andraikitrao, andraikitsika rehetra ny ady amin’ny pesta. Na eo aza izany fandraisana andraikitra izany dia tokony tsy hiandry baiko ny fahadiovana satria io no fototry ny fahasalamana. Mila mifanabe ny iray trano amin’izany satria fahasahiranana goavana no miseho rehefa tonga ny aretina. Entanina araka izany ny tsirairay mba samy hiezaka hanao ho vaidohan-draharaha izay fanadiovana ny tontolo iainana izany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

SAVOROVORO - ONIVERSITEN’I MAHAJANGA : Nodoran’ireo mpianatra ny bloc 15

Navelan’ireo mpianatra mihitsy ireo manam-pahefana ireo nivoaka ny campus dia nodoran’ izy ireo tsy nananany antra ny trano. Tratra ambodiomby ihany ireo mpianatra telo lahy nandoro io bloc io ary voafehy ny afo. Naparitaka tety ivelany avokoa ny fitaovana rehetra tao anatin’ny bloc may io mba ho kilan’ny afo.

Nosamborin’ny mpitandro filaminana avy hatrany izy telo lahy ireo. “Tsy maintsy andraisana fepetra ireo mpianatra nandoro io trano io” raha ny fanazavana avy amin’ireo tompon’andraikitra tonga teny an-toerana satria efa sangy mihoatra ny loha ny ataon’ireo mpianatra. Voatazona eny amin’ny biraon’ny zandary izy telo lahy ireo atao famotorana ary hatolotra ny fitsarana mihitsy.

Henjana ny raharaha misy ao amin’ny oniversiten’i Mahajanga, ahiana ho lasa adim-poko ny toe-javatra miseho. Samy mihenjan-droa ny tady eo amin’ireo sojabe sy ny mpitantana ny oniversite ary ny minisiteran’ny Fampianarana ambony noho ny fisian’ny andian’olona sasany mampirehitra afo amin’ny zava-misy. Milamindamin-dratsy ny raharahan’ny oniversite ao Mahajanga amin’izao fotoana izao.

Napetraka ny komity hitady ny vahaolana maharitra

Dingana iray napetraka amin’ny fitadiavam-bahaolana amin’ity raharahan’ny oniversite ao Mahajanga ity ny fananganana ny komity hitady ny vahaolana maharitra. Ivondronan’ireo sojabe, mpampianatra ary ny solontenan’ny oniversiten’i Mahajanga ity komity nantsangana ity. Ireo olana miseho ao amin’ny anjerimanontolo dia ity komity ity no miezaka mamaha izany ao anatin’ny fotoana haingana mba tsy hisian’ny fiverenan’ny fitokonana ataon’ireo mpianatra.

Nilaza ny minisitry ny fampianarana ambony profesora Rasoazananera Marie Monique fa “tsy mitsabaka ny raharaha tokantranon’ny oniversite mihitsy ity komity hitady ny vahaolana maharitra ity”. Ny sabotsy 14 oktobra teo no nananganana amin’ny fomba ofisialy ity komity hitady ny vahaolana amin’ny olan’ny oniversite ity. Azo lazaina fa samy nanaiky ny fananganana ity komity ity avokoa ireo mpianatra avy amin’ny andaniny roa dia ny ao amin’ny Conseil Consultatif des Etudiants” sy ny Bdeum.

INMGA

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITEN’I MAHAJANGA : Andao hitambatra aorian’ny filohan’ny oniversite, hoy i Danjy

Tokony hohalavirina lavitra dia lavitra izay toe-tsaina izany ary ny fanohanana an’i Pr Emmanuel Rakotoarivony, filohan’ny oniversite mandra-pahatapitry ny fe-potoana iasany no tsy ahatongavana amin’izany fizarazarana izany. Tokony mitambatra daholo ny rehetra : mpampianatra, mpandraharaha, ray aman-dreny ary samy miezaka manohana ny filohan’ny oniversite ka samy hitady izay fomba hoenti-mampandroso ny toeram-pianarana. Amin’ny maha mpampianatra ahy, hoy hatrany izy dia ankatoaviko sy tohanako io filohan’ny oniversite eto Mahajanga io.

Miato ny fampianarana

Nanao fanambaràna ny filan-kevi-pitantanan’ny oniversite eto Mahajanga tamin’ny alakamisy teo fa miato aloha ny fampianarana rehetra eny amin’ny oniversite, ary mandritra ny fotoana tsy voafetra. Mety ny fanambaran’ny filan-kevi-pitantanana, hoy hatrany Rabesa Zafera, ary ny antenaiko dia samy hiatrika ny andraikiny ny tsirairay. Ny raharahan’ny oniversite dia aza ampidirana resaka politika, fiaviana ary finoana hoy hatrany izy nanamafy. Raharahan’ny oniversite ny ao Ambondrona, misy filoha ao, misy mpampianatra sy mpandraharaha ao ary filankevi-pitantanana, misy mpianatra.Nifandramatra ny mpianatra

Ny alarobia alina dia efa maro ireo mpianatra, indrindra ny vehivavy no nangorona entana niala teny amin’ny tranon’ny mpianatra Ambondrona. Nisy ny fifandrahonana teo amin’ireo samy mpianatra satria misy tsy mankasitraka ilay fivoriambe nokasain’ny mpianatra hifampiresahana amin’ny tokony hatao. Tamin’ny alakamisy tontolo dia nifandramatra ireo mpianatra ary tsy tanteraka ilay fivoriana saika hatao. Nanomboka teo dia voarahona ireo mpianatra tsy mitovy hevitra amin’ny mpitarika grevy, satria voalaza fa tsy miray hina na koa voavidy vola. Nifandramatra ireo mpianatra ka mpianatra miisa dimy amin’ny fikambanana zanak’i Mahajanga sy Androy ary atsimo atsinanana no naratra ka voatery nentina teny amin’ny hopitaly

Niditra an-tsehatra Abdallah Tvhfb

Rehefa niseho ny savorovoro dia niantso vonjy tamin’i Abdallah Tvhfb filoham-boninahitry ny fikambanan’izy ireo ny zanak’i Mahajanga. Niantso ny mpitandro filaminana izy hijery ny raharaha saingy tsy mbola niala ny “franchise universitaire” ka tsy afaka niditra an-tsehatra ireo mpitandro filaminana fa nihainohaino teny ivelany fotsiny. Mandritra izany anefa dia niakatra hatrany ny maripana tao anatin’ny campus. Niditra tany amin’ny campus i Abdallah sy ireo olona niaraka taminy ka nifanandrina tamin’ireo mpianatra izay nanao tora-bato. Tao anatin’ny sakoroka dia nisy ny poa-basy.

Niezaka nandamina ny mpitandro filaminana

Niezaka nandamina ireo mpitandro filaminana rehefa niala ny “franchise universitaire”, mbola nitohy ihany ny tora-bato. Nafana dia nafana ny toe-draharaha. Nosakanan’ny mpitandro filaminana ny fidiran’ny olona ambadiky ny oniversite amin’ny raharaha. Niezaka hanala ny zanany tavela tany ihany anefa ireo ray aman-dreny sasany satria matahotra ny herisetra ataon’ireo mpianatra namany. Ny tolakandron’ny alakamisy dia nitohy teny amin’ny toeram-ponenan’ny mpianatra ao Tsaramandroso ny sakoroka ka misy ny fangalarana ireo entan’ny mpianatra, toy ny solosaina, finday, ventilateurs hatramin’ny fitaovam-pianarana sy kojakojan-tokantrano samihafa.

Haingana be ny fivoaran’ny toe-draharaha ka lasa ny tanàna rehetra no nisahotaka ka nanidy tsena avokoa ny mpivarotra hatreny Mahabibo ny tolakandron’io alakamisy io.

Vanessa

News Mada0 partages

Festival Jerijery : une douzaine d’artistes pour la 16e édition

Le festival Jerijery est l’un des évènements majeurs de la région Analanjirofo. La 16e édition aura donc lieu du 1er au 5 novembre et verra la participation d’une belle brochette d’artistes tels que Shyn, Farah Johns, Mijah, Lianah, Taa Tense, Willy, Joyce Mena Makoa, Elidiot, Lien Bouessa, Comed, Stany et Florida.  Elisé, Blaise et Bakoly seront à l’animation.

Le 1er novembre, tous les membres du comité d’organisation, les acteurs et participants du festival vont visiter

le tombeau de Tida Raphaël, l’initiateur de l’événement. Le programme continuera avec un grand carnaval assuré par les diverses associations de la région et quelques étudiants.  L’ouverture officielle du festival se tiendra le 2 novembre. Et les spectacles ne démarreront qu’à partir du 4 novembre.

Notons que les concerts se dérouleront sur deux tableaux dont un podium destiné au grand public, baptisée « Grand bal jerijery », et qui mettra sous le feu des projecteurs Lien Bouessa et Taa Tense. Le 5 novembre, une autre scène sera réservée aux personnes invitées avec Shyn en tête d’affiche. Par ailleurs, les organisateurs proposeront aussi durant le festival un concours de vakodrazana.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Insécurité dans l’Amoron’i Mania : saisie massive d’armes à Ambositra

Le taux d’insécurité devrait baisser un tant soit peu dans la région Amoron’i Mania suite au démantèlement d’un réseau de malfaiteurs par la gendarmerie locale. Douze personnes et une douzaine d’armes à feu de fabrication artisanale sont neutralisées actuellement.

Douze armes à feu, dont huit pistolets et quatre fusils, toutes de fabrication artisanale, et quinze cartouches ont été saisies sur douze malfaiteurs écumant les communes rurales de Soavina, Imady et Ivato Centre, dans la région Amoron’i Mania, entre le 12 septembre et le 13 octobre, dans le cadre d’une opération de lutte contre la prolifération des armes dans la circonscription. Le succès de l’opération fait suite à l’arrestation d’un groupe d’individus en préparation d’une attaque au début du mois. Leurs auditions ont permis l’arrestation des autres membres du réseau dont un criminel recherché activement dans la région Bongolava après qu’il ait tué un gendarme dans la commune de Miandrarivo.

Manou

 

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1900) : la peste

Depuis quelques semaines, des cas de peste avaient été signalés à La Réunion et à l’île Maurice, et l’état sanitaire de Tamatave se maintenant dans une situation très normale, malgré deux ou trois cas douteux constatés à une assez longue distance les uns des autres, on s’était pris à espérer que l’année 1900 nous laisserait indemnes. Mais, ces jours derniers, plusieurs cas s’étant produits, très rapprochés les uns des autres, il n’a plus été permis de douter. Un arrêté a donc été pris, à la date du 12 octobre, pour replacer le port de Tamatave sous le régime de la patente brute et prescrire en même temps la formation d’un cordon sanitaire.

C’est un cas constaté sur une Européenne, qui a permis malheureusement de ne plus conserver aucun doute sur le caractère de l’affection. Des instructions très complètes ont été annexées à l’arrêté du 12 octobre pour réglementer jusque dans leurs détails les mesures à prendre contre l’épidémie ; ces mesures sont de deux catégories, selon qu’elles visent les communications avec l’extérieur ou avec l’intérieur de l’Île. Si on considère que, cette année, la maladie a fait son apparition un peu tardivement, et que, depuis un an, de grands et importants travaux ont été exécutés pour l’amélioration de l’hygiène publique, on a lieu de supposer qu’au fur et à mesure que l’on ira, les épidémies de peste seront de moins en moins à redouter.

Toutefois, on ne saurait compter sur la disparition complète et prochaine ; il est en effet scientifiquement constaté que la peste, là où elle sévit une première fois, y prend pied pour plusieurs années, contrairement au choléra qui passe et disparaît ; il faudra donc à Tamatave lutter encore et user des mesures les plus radicales. J’ajouterai que les hôpitaux sont abondamment pourvus de sérum anti-pesteux, dont l’efficacité n’est plus à démontrer et que les Européens, quoique vivant dans un milieu contaminé, n’ont pas de grosses craintes à concevoir, surtout si, aux premières atteintes du mal, ils prennent la précaution élémentaire d’appeler un médecin et de consentir à se laisser inoculer, ce que ne font pas la plupart des indigènes ou créoles, qui ne recourent à l’intervention éclairée d’un docteur que lorsque le malade est à toute extrémité.

La Revue de Madagascar

Lundi 10 décembre 1900.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Moto – Afrique du Sud : Ernest Ranty à la 6e place

Le champion de Madagascar en titre, Ernest Ranty, vient de réaliser un exploit sur le circuit sud-africain. Il a remporté la 6e place au classement final de la 7e manche du championnat national aux côtés de Team Vision Racing.

Le jeune pilote malgache, Ernest Ranty, sur une Husky 125cc, a mis les gaz lors du SA MX National Championship, samedi dernier, en Afrique du Sud. Il s’est placé à la 6e position du classement final. Pourtant, le début de la compétition a été plus ou moins rocambolesque et inquiétant pour le jeune motard malgache. En effet, Ranty a perdu la selle de son deux-roues pendant les essais chrono et a dû se placer à la dernière place sur la ligne de départ. Heureusement, ce ne fut pas le cas lors de la course.

Il s’agit de la 7e manche du championnat d’Afrique du Sud sur le circuit de Terra Topia. Notons qu’Ernest Ranty a évolué au sein de Team Vision Racing de Grant Foley qui est habitué à recevoir des pilotes étrangers de renom. Ernest Ranty vient ainsi de se mettre sur les traces de ses aînés, comme Jao Razafindrakotohasina (Mondial Junior), Claudio Tida et Ted Boyaval (au Gabon) ainsi que Tsiresy Rakotomanga (en Afrique du Sud et à Dubaï). L’exploit d’Ernest Raty a été salué par tous les passionnés de deux roues à Madagascar.

« Il s’est offert son premier podium sur sa TC125 et 117 lors de sa deuxième participation en trois semaines à une course régionale en Afrique du Sud. C’est un véritable exploit. En tout cas, les conditions semblent idéales, pour un moment sportif de très haut niveau, pour le pilote malgache qui est en train de marquer le Circus MX depuis son arrivée sur les pistes sud-africaines. Ce n’est que le début et il faut persévérer pour arriver jusqu’au titre RSA et pourquoi pas mondial», ont commenté les techniciens.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Chronique : que vive la République !

Les années passent et le constat est le même. Le 14 octobre est une date qu’on connaît mal. Et pour cause, plutôt que les dates, nous retenons les noms des présidents qui représentent telle ou telle période de l’histoire de notre jeune République. La Première République ? Philibert Tsiranana et le néocolonialisme. La Deuxième République ? Didier Ratsiraka et l’échec de la malgachisation. La Troisième République ? Albert Zafy et la motion d’empêchement. La Quatrième République ? Hery Rajaonarimampianina et, à ce jour, l’épidémie de peste. Cette triste énumération ne plaide pas en faveur d’un jour festif pour la célébration d’un glorieux 14 octobre. L’option d’une commémoration solennelle n’est pas plus souhaitable, on pourrait malheureusement l’associer à une veillée funèbre.  Dans le doute, on a choisi le moindre mal : le 14 octobre croupit au fond des oubliettes de notre mémoire nationale.

Il y a un an, le 19 octobre 2016, Marie Eliana Bezaza, secrétaire général du PSD, adressait au Président de la République une proposition de son parti pour faire du 14 octobre une fête nationale. L’idée est excellente mais portée par le parti que la mémoire collective liera toujours à la Première République, et partant, au néocolonialisme, elle restera sans doute encore très longtemps au chapitre des intentions louables.

Dans la proposition du PSD, Marie Eliana Bezaza soulignait que «si nous pouvons critiquer et même renier le 14 octobre, c’est bien parce que nous sommes en République. La liberté de penser, de critiquer, de refuser, de s’exprimer, c’est bien un cadeau que nous offre la République». On a très envie de la croire. Mais cela demande un effort considérable dans un pays où on n’hésite pas à proposer la prière comme mesure de prophylaxie et où on préfère inviter à sa table un exorciste patenté plutôt qu’un diabolique franc-maçon.

Vive la République.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : ny mponina maditra, ny fitondrana goragora

Marary mahafantatra fa efa mikotrika ao aminy ilay aretina mbola nitsoaka ny toera-pitsaboana. Maty nentin’ny havany nivoaka antsokosoko ny vatana mangatsika mitaiza otriky ny pesta. Any am-pasana mbola noloaran’ny havany ihany ilay razana nalevina anaty fasana an’irotra.

Samy nitranga avy ireo fihetsika mamoafady ireo, sanatria famosaviana ny fiaraha-monina manampy trotraka amin’ny fielezan’ity areti-mifindra izay efa tsy voafehy nefa mamono mahafaty raha tsy voatsabo haingana.

Inona moa ny tena antony mitarika ny olona hioa-pefy toy izany, andika ankitsirano izao an’ireo fepetra mipetraka entina hiarovana ny mponina ? Sanatria tsy ny fahatahorana ho faty, olona efa ambavahoana izao na efa razana nialan’ny aina izao ve mbola anao na anaovana fangala-piery amin’ny rafahafatesana. Raha tsy ny fahatahorana ho faty dia ny fahatahorana ny ho very faty.

Ilay marary nitsoaka hôpitaly dia efa vonona ho faty, saingy fantany fa raha any amin’ny hôpitaly izy no miala aina dia any an’irotra anatina fasana tsy azo vohaina intsony izy no alevina. Veloma mandrakizay ny fasan-drazana. Raha mbola velon’aina maro ny Malagasy no tsy mahazaka an’izay fanilihana ny vatany na ny vatan’ny havany raha hatrizay tonga ny fahafatesany ka ho voarara mandrakizay ny fametrahana azy hiala sasatra ao amin’ny fasan-drazany, toy ny ozona izany. Ka raha maty aho matesa ny sasany. Karazana fitiavan-tena mitera-doza ho an’ny mpiara-monina rehetra izany. Eo no miditra Rafanjakana. Ny fandraisany adidy mikasika ny fiarovana ny mponina dia miseho amin’ny fangalana didy ho fametrahana amina toerana mitokana an’izay tratran’ilay aretina mandra-pahasitrany raha velona, mandrakizay raha maty tsy nahazo fahasitranana. Efa nidera ny hery mpitandro ny filaminana, (tafika zandary sy pôlisy) ny Filohampirenena eo amin’ny fanefany an’izany fifehezana ny marary tsy ahafahany mifangarongaro amin’ny mponina mba tsy amindra an’ilay aretina. Toa lasa aloha ihany izany fiderana izany, toy ny fandihizana mbola tsy afa-tavolo. Ny didy mipetraka, nefa toy ny tazana matetika, ny kabary lasa aloha an’ny fampiharana entitra an’ireo fepetra noraisina. Izao no porofo, na teo amin’ny marary efa niala aina na teo amin’ny maty na teo amin’izay efa nalevona dia nisy anisany avokoa nohon’ny fihoaram-pefy nohon’ny makarakara ahafahana miporitsaka. Iza no tsy nanefa ny adidiny ? Ireo no namandrika an’ilay Raiamandreny izay mety voaendrikendrika ho belazao, nefa ny fanatanterahana andraikitra  nataon’ireo olona no dokadokafany tsy hita atao hoe mahafapo.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : drive in sauce locale

Après une rude journée, rien ne vaut un petit moment de détente avant de renter chez soi. Ce moment de détente s’apprécie souvent un verre dans une main et des brochettes dans l’autre. Quand on est loin du « bord » de Majunga, on peut prendre sa collation dans sa voiture. C’est la version malgache du drive in américain, adapté à la sauce locale : confortablement assis dans sa voiture, entouré d’une nuée de serveurs qui s’affairent autour des clients, on attend que l’un d’eux prenne la commande, l’apporte et n’oublie pas de rapporter les couverts à la gargote du coin. S’il n’y pas de couverts à rendre, c’est encore plus simple, on jette papiers, plastiques et piques de brochette par la vitre. Ce n’est pas parce qu’on mange dans sa voiture qu’on doit la salir.

Ino Vaovao0 partages

VATO SAROBIDY ETO : Lasa ireo firenen-kafa mpanodina ny vato no mahazo tombony

Tsy hita mivaingana anefa izay tena fampandrosoana entin’izy ireny ka nametrahan’ny Igm na ny Institut de Gemmologie de Madagascar, izay ivon-toeram-pampianarana ambony tokana eto Madagasikara misahana ny resaka vato sarobidy, fanamby ny hanatsaràna izany. Araka izany àry dia hampanao fifaninanana izy ireo izay hahafahana manatsara ny kalitaon’izany vokatra malagasy izany. 

Ny marainan’ny 17 oktobra ho avy izao ny faran’ny fisoratana anarana amin’izany fifaninanana izany. Madagasikara rahateo dia manana ireo karazana vato sarobidy betsaka. Ny olana dia saika tsy eto an-tanindrazana no hanefena ireo vato ireo fa any amin’ireo firenena izay manana fahefana manamboatra izany, amin’ny alalan’ireo orinasa mpanodina. 

Marihana mantsy fa lafo lavitra ny vidin’ny vato efa voatefy raha oharina amin’ny vidiny mbola tsy voahodina. Manoloana izany dia tsapa fa tena mbola very vola maro i Madagasikara aterak’izay tsy fananana orinasa mpanefy sy mpanamboatra vato manaraka ny filàn’ny tsena iraisam-pirenena izay. Io indrindra no nahatonga ny Igm hikarakara ny fifaninanana, hoy ny tale jeneraliny, Andrianirina Rasolonjatovo.

Vokatra efa voahodina no haondrana manomboka izao

Tanjon’ny fifaninanana ny hampahafantatra amin’ny mpandraharahan’ny vato rehetra na eto an-toerana na eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena fa mahay mitahiry sy manodina vato ny Malagasy. Sehatra ihany koa io mba ho fanomezana asa ireo Malagasy sasany tsy an’asa, nefa ihany koa fampitomboana ny amin’ny tsaratsara kokoa ny fanondranana izay ataon’i Madagasikara. Ny zavatra tsapa hatreto dia saika vato tsy voahodina no aondrana mankany ivelany, indrindra any Azia izany. Ity farany indray avy eo no manondrana ireo vokatra efa voahodina mankany Eropa sy Etazonia. Manoloana izany dia nanapa-kevitra ny tompon’andraikitra isankarazany fa vokatra efa voahodina no ezahana haondrana manomboka izao mba hanaporofoina amin’ny sehatra iraisam-pirenena fa efa mahavita izany i Madagasikara, ary tonga dia mivantana avy hatrany any amin’ireo firenena lehibe mandray ny vokatra efa voahodina.1 karà amin’ny safira voahodina, mira 2 tapitrisa ariary

Nanome fanazavana manokana mahakasika ny fenitra iraisam-pirenena momban’ny vato ny tale jeneralin’ny Igm. Nambaran’ity farany àry fa karazany roa ihany ny fenitra misy maneran-tany, dia ny fenitra amerikana sy ny fenitra “Thaïlandaise”. Ny fenitra amerikana no tena mila fahaizana sy fianarana mihitsy. Ny antony dia ny vato manaraka io fenitra io no anisany tsara indrindra amin’ireo vato izay ahodina na ilay antsoina amin’ny teny vahiny hoe “Magni- ficence”. 

Etsy ankilany ny fenitra “Thaïlandaise” indray dia eken’ny firenena aziatika fotsiny ihany fa tsy eken’ny firenen-kafa. Ankoatr’izay dia nilaza ihany koa ity tompon’andraikitra ity fa maro ireo tombony azon’i Madagasikara raha vokatra voahodina no haondrana. Raha tsy hilaza afatsy ny vokatra safira dia fantatra fa sandaina amin’ny vidiny 1 tapitrisa Ariary ny iray grama. 

Rehefa voahodina ny vato dia mihena kely ny lanjany, ary karà indray no entina anisàna ny lanjany, ka ny 1 grama mira 5 karà. Kanefa, ny iray karà dia sandaina amin’ny vidiny 2 tapitrisa ariary. Tsapa amin’izay tarehimarika vitsivitsy izay fa tombony be no azo rehefa voahodina ny vato vao haondrana. Tsy azo lavina ihany koa fa mampiasa olona maro izany asa fanodinana vato izany.

Lucien R.   

Tia Tanindranaza0 partages

Fatiantoky ny Tiko AAAMitentina 800 tapitrisa ariary

Mbola mitana ny sain’ny maro ankehitriny ny nanakatonan’ny fanjakana ny orinasa Tiko AAA any Andranomanelatra Antsirabe. Nambara ho tsy nahazo alalana ara-tontolo iainana ny orinasa, ka nakaton’ny fanjakana tamin’ny anaran’ny minisiteran’ny tontolo iainana tamin’ny alalan’ny minisitra Ndahimananjara Johanita sy ny minisiteran’ny Indostria tarihin’i Tazafy Armand.

Nambara ho tsy nahaloa hetra sy tsy nahazo fankatoavana ara-tontolo iainana ny orinasa, izay marihina fa herintaona mahery izay no nisokafany, saingy amin’izao fotoana vao miseho ny fisomparana. Eo am-panatontosana ny taratasy ara-dalàna ny orinasa no tratry ny kapa ranjo tampoka. Maro ny orinasa tsy manana fahazoan-dalana ara-tontolo iainana ao Antsirabe, saingy ny Tiko AAA no ezahina potehina sy hilam-baniny na tsy nisy aza ny resaka fitarainana ara-tontolo iainana nataon’ny vahoakan’Antsirabe. Misy anefa ny orinasa lehibe ao Antsirabe no manary rano maloto sy potika akora simika ao amin’ny reniranon’i Sahatsio, saingy hodiana tsy hita satria an’ny mpandraharaha vahiny. Ny Malagasy ihany no potehina sy hilam-baniny, indrindra fa sady mpanao politika ilay mpandraharaha. Mikasika ity raharaha Tiko AAA ity aza moa dia voalaza fa ny mpandraharaha vahiny te hamotika ny orinasa Malagasy no nanambitamby volabe ny fanjakana hanao izao sotasota izao.

Fatiantoka goavana                                                               

Tsy voalaza ao anatin’ny didy navoakan’ny fanjakana hoe tapahana tampoka ny jiro, ary tsy misy minisiteran’ny angovo maneho izany mihitsy ao anatin’ny taratasy fanakatonana, raha ny fanazavan’ny talen’ny fitantanana ny Tiko AAA, Lanto Rabenatoandro. Miteraka fahavoazana goavana izany satria misy entana be dia be ao ary mora simba avokoa. Ny fitaovana izay mandeha ho azy na “automatique” dia nikorontana tanteraka. Tena nahaloa Jirama izahay, ka ny voaloa aza tapahana, hoy izy. Toerana lehibe na  “Appartement” iray no tsy nahaloa jiro, dia ny “building” rehetra no tapaka, raha ny fanazavany. Raha ny fanadihadiana natao, dia mahatratra hatrany amin’ny 800 tapitrisa ariary ny vidin’ny zavatra mora simba tavela ao anatin’ny orinasa ankehitriny. 42 ny mpiasa nanokatra ny orinasa tany am-piandohana. 800 ny kosa ny mpiasa ankehitriny ankoatra ireo tantsaha an’arivony. Manginy fotsiny ireo Malagasy an’aliny mivelona amin’ny famarotana ny vokatry ny orinasa, ankoatra ireo mpanjifa. Mangataka amin’ny minisiteran’ny Indostria sy ny fampiroboroboana ny sehatra tsy miankina mba hijery akaiky izany. Lasa isika samy Malagasy indray no mifamotika, hoy ny talen’ny Fitantanana ny Tiko Lanto Rabenatoandro. Manao antso avo amin’ny rehetra, indrindra fa ny fanjakana manoloana izao zavatra mahazo ny Tiko AAA izao. Ny eto Madagasikara tsy misy fiantohana momba ny fahaverezan’asa, ka midika izany fa tsy misy ny fiheverana azy ireo fa lasa tsy an'asa fotsiny izao ireo mpiasa. Dingana manaraka azo atao ny fanagiazana ny kaontiny hanerena azy hifampiraharaha an-tsoratra ny  fanarahan-dalàna. Ny faran’ny herinandro teo moa dia voalaza fa saika hakatona ihany koa ny Magro, saingy noho ny fisaonam-pirenena noho ny fodiamandrin’i Pr Zafy Albert no tsy nanaovana azy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ny Hery tsy mahaleo ny Fanahy

Tafapetraka soa aman-tsara ny rafitra hiantsoroka ny fampihavanam-pirenena. Tsy arakarak’izany kosa ny tsio-drivotra politika, fa vao mainka mizotra any amin’ny fihantsiana ady sy korontana.

Raikitra ny antsojay amin’ny mpandraharaha sady mpanao politika Malagasy; mitohy ny fanaovana be marenina sy ny tsy firaharahiana ny hevitry ny hafa,… Inona no fampihavanana ho vita ao anatin’izany ? Tsy sanatria maniry ratsy fa toa mbola lavitry ny kitay aloha ny afo hatreto. Ny mpitondra fanjakana ankehitriny, izay tokony hiantso fihavanana amin’ny rehetra no zary lasa mpandranitra ady sy mitady korontana. Iza no manana seza sy fahefana harovana? Moa va tsy ny mpitondra izay mila mampiseho fihavanana sy fitsinjovana ny Malagasy raha te hanana fahatokisan-tena ho tafaverina soa aman-tsara eo amin’ny toerany. Tsy izay no misy eto fa vao mainka mihantsy ady amin’ny mpandraharaha Malagasy mamelona olona an’arivony. Ny hampom-po politika no mibaiko hoenti-manao an-kasomparana tsotr’izao, hany ka mahavita manaotao foana. Tsy hay na tsy mahalala na tena tsy mahafantatra ilay fomba fitenin’ny Malagasy hoe ny hery tsy mahaleo ny fanahy. Kodiaran-tsarety ny fiainana, ka mba diniho ihany fa sao lahy efa  tratry ny aloka vao hoe : ndao tena hihavana amin’izay.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2018Kotrehina hahemotra

Mandeha ny fihantsiana ady sy ny fanakorontanana ataon’ny fanjakana HVM. Izy ireo tokony handamina indray no manangan’ady sy maniry ny hisian’ny korontana eto Madagasikara. Hitady izay fomba rehetra hisian’ny savorovoro, ka tsy hampisy ny fifidianana 2018 ny tanjona.

Raha mandeha ara-drariny sy mangarahara ny fifidianana dia azo antoka fa tsy ho lany intsony ny kandidan’ny fanjakana am-perinasa. Te hifikitra mafy amin’ny fitondrana anefa ny HVM, ka io iaraha-mahita io ny tetikady maloto, toy ny fanovana ny lalàmpanorenana. Lany andro mamono afo manoloana ny fitakiana isan-karazany eto amin’ny firenena ny fitondrana, izay tsy tena mahita vahaolana maharitra sy maty paika, fa petatoko hatrany. Zary manangam-pahavalo hatrany fa tsy manana finiavana tena hampiseho ny fahaiza-manao. Ny mahamaika dia hanao kapa vava ranjo ara-politika amin’ny hisakanana sy hamotehana ireo olona atahorana mafy amin’ny fifidianana, ary iaraha-mahita ny zavatra atao amin’i Marc Ravalomanana. Akatona ny orinasany, ka tanjona ny tsy hahafahany manana ny hoenti-manana amin’ny fifidianana. Noho ny tanjaka ara-politika ananan’ity filoha teo aloha ity anefa, dia afaka manetsika ny vahoaka amin’ny hanoherana ny tsy ara-drariny izy, ka hosoketaina indray fa manakorontana ny filaminan’ny firenena raha manao izany. Efa ela ny fandranitana ary miakatra hatrany ny daoziny mba hisian’ny korontana sy ny savorovoro. Rehefa raikitra ny savorovo eto amin’ny firenena, dia ireny no fitaovana hoenti-manaporofo fa tsy mbola azo atao aloha ny fifidianana raha tsy milamina tsara ny firenena. Ny loza ara-boajanahary sy ny aretina ihany koa tetsy an-daniny namely, ary heverina fa hatao fitaovana aoriana kely hoe mbola lany fotoana ka tsy nisy fotoana niomanana tamin’ny fifidianana. Hanaiky mora foana ny kajy maloto hahafahan’ny fitondrana ankehitriny mifikitra amin’ny fitondrana ve ny herivelona ara-politika sy ny vahoaka ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taom-piotazana jirofo Hisokatra anio ny an’ny faritra Atsinanana

Nivoaka ny zoma 13 oktobra teo ny didim-pitondram-paritra laharana 014/2017/Res-Ats, mikasika ny taom-piotazana jirofo ho an’ny faritra Atsinanana amin’ny taona 2017 – 2018.

Araka io didim-pitondrana io dia anio alatsinainy 16 oktobra tamin’ny 6ora maraina ny fisokafany, ho an’ireo mpanangom-bokatra ara-dalàna ara-ketra sy ireo mpandraharaha ara-dalàna ara-taratasy ihany koa. Manomboka misy anefa ny ahiahy ho an’ireo mpandraharaha noho ny aretina pesta ao Toamasina. An’arivony taonina isan-taona mantsy ny vokatra miakatra ho an’ny faritra Atsinanana, izay anisan’ny mampidi-bola ny faritra ihany koa amin’ny tamberim-bidy sy hetra samy hafa. Tamin’ny fotoan’ny valanaretina kolera ny taona 2000 mantsy dia nanana olana tamin’ny fanondranana jirofo ireo mpandraharaha, izay niteraka fatiantoka goavana ho an’ireo mpanangom-bokatra, ny tantsaha ary ny volam-panjakana. Manahy izay koa izy ireo amin’izao pesta izao, izay hiantsoan’izy ireo ny fanjakana handray ny fepetra rehetra amin’ny fanomezam-baovao marina ireo vahiny mpividy ny vokatra, mba tsy hiteraka fatiantoka an-jatony miliara ariary amin’ny kitapom-bolam-panjakana ny sakana mety hitranga.

 

Rakoutou 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fangalarana herinaratraTratra ambodiomby ireo mpiasan’ny Jirama

Tranga hafa mihitsy ity niseho tao Toamasina ny zoma hariva ity, satria mpivady samy mpiasan’ny jirama ao Toamasina no tratran’ny orinasa Jirama mangalatra herinaratra, ka mamarotra amin’ireo fianakaviana maromaro manodidina azy ireo tao Ambalamanasy “Carreau II”.

“Efa maro ny fitarainana voaraiko mikasika ny mpiasan’ny jirama mangalatra sy mivarotra herinaratra amin’ireo vahoaka manodidina azy. Efa nananatra hatrany aho tao anatin’izay 3 taona naha tale ahy teto Toamasina izay, saingy tsy nisy nihaino sy tsy nisy nanaraka noho ny fahazarana ny lalan-dririnina”, hoy Atoa Veloson Leonard talen’ny jirama Toamasina. Nandritra ny fidinany nijery ny zava-nisy, izay niaraka tamin’ny lehiben’ny servisin’ny fitsinjarana herinaratra ao Toamasina, ary vadintany nanamarina ny zava-nisy tao Ambalamanasy ny zoma hariva io, dia taribina herinaratra an’arivony metatra no nivoaka avy ao amin’ireto mpivady mpiasan’ny jirama nangalatra sy namarotra an-tsokosoko ny herinaratra ireto. Notapahana avy hatrany  ny herinaratra miditra tao amin’ity mpiasan’ny jirama ity, nongotana ireo tariby nitarihana ny jiro. Vokany, fianakaviana tsy latsaky ny 60 no tapaka herinaratra nanomboka ny zoma teo, tafiditra amin’izao halatra herinaratra izao.

 

50 000 Ariary

 

Raha ny fanazavana dia manodidina ny 30.000 hatramin’ny 50.000 ariary isam-bolana no hamarotan’izy mivady ny herinaratra amin’ireo fianakaviana namarotan’izy ireo izany, izay efa an-taonany maro satria efa voarakotra fakan-kazo mihitsy ny tariby nitarihana izany ho an’ny fianakaviana sasany. “Tsy mananjo hanasazy na handroaka mpiasan’ny jirama manao fahadisoana goavana toy izao ny tenako. Manao tatitra amin’ny tale jeneralinay sy ny talen’ny fitantanana ny mpiasanay no anjarako, ka anjaran’izy ireo no mandray ny fepetra mifanaraka amin’ny heloka vitan’ireto mpiasanay ireto”, hoy hatrany Atoa Veloson Leonard.

 

                                                                                                                                                                  Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faizin’Andriamanitra

Miarahaba anao hatrany ry Jean amin’ny fahasahianao tsy mametra-pialana ihany amin’izao famaizan'Andriamanitra amin’ny alalan’ny fipariahan’ny valan’aretina eto amin’ny firenena izao !

Asa raha mba tsapanareo hoe rehefa manao ratsy ny mpitondra dia ny vahoaka no faizin'Andriamanitra tahaka izao e ! Miaina anaty faharatsiana loatra koa isika e ! Kolikoly, lainga, fitsiriritana, fitiavam-bola, fampirafesana sy filan'ny nofo diso tafahoatra loatra sy ny sisa e e ! Izany rehetra izany ary ve moa aza ohatry ny rano fisotro mihitsy eto amintsika fa tsy mba hoe hita toy ireny tranga rehetra any amin’ny firenen-kafa ireny fotsiny e ! Be loatra ry Jean ilay famotsifotsiana soatoavina volenareo aty anatinay difotry ny fitadiavana itony, hany ka voaozona tsy fidiny mihitsy ity ny tanàna marina. Manontany tena mihitsy izao izahay ankehitriny hoe fa dia inona loatra ary no ratsy natao no dia ianareo no mendrika ny hitarika anay eto ? Raiamandrenibe teto amin’ny firenena ireny ary moa tsy nasianareo sira  ka inona intsony.

 

Marco

 

News Mada0 partages

COMMUNIQUE DE PRESSE du Groupe ULTIMA MEDIA

Antananarivo ce 15 Octobre 2017

COMMUNIQUE DE PRESSE

Aujourd’hui les bureaux d’Ultima Média sis à Antanimena ont reçu la visite des équipes sanitaires du 910. Ceux-ci sont venus consulter les collaborateurs de tout le groupe, suite à un cas positif détecté de peste au sein d’une des rédactions. Le collaborateur testé positif reçoit actuellement un traitement curatif qui durera huit jours. Bien qu’il ne présente aucun des symptômes de la peste, la prise en charge précoce de son cas lui assure une guérison totale après traitement.

Il a contracté cette maladie en déjeunant avec une collègue de l’Express, qui s’avérait plus tard être testée positive. Le groupe L’Express de Madagascar a lui aussi mis en place les mesures nécessaires pour protéger son personnel.Tous les collaborateurs quant à eux sont aujourd’hui suivis de près, et ont reçu des médicaments à titre préventif pour une durée de cinq jours.

Les mesures préventives au sein du groupe ont commencé depuis le début de l’épidémie: désinsectisation et désinfection dans tous les locaux, affichages sur le sujet de la peste. Elles ont été renforcées par une pulvérisation spécifique faite par les équipes sanitaires du 910 et une distribution de médicaments.

L’essentiel pour toutes les équipes aujourd’hui est de continuer à fonctionner le plus sereinement possible, en restant vigilant et prudent au sein de ses entités et en accompagnant au mieux tous les membres du personnel. La peste, sous toutes ses formes, est une maladie dangereuse mais curable. Les traitements existent et sont efficaces. La panique est normale, mais elle ne doit pas nous rendre vulnérables.

Le journalisme est un métier de terrain. En n’importe quelle situation, et quel que soit le sujet, nos journalistes investiguent sur le terrain. Ils sont les premiers exposés à toutes sortes de dangers, comme peuvent l’être d’autres métiers en contact fréquent avec l’extérieur. Pour cette raison, les mesures préventives déjà mises en place au sein d’Ultima été renforcées et étendues.

Naina ANDRIANTSITOHAINADirecteur Général du groupe ULTIMA MEDIA

Groupe ULTIMA MEDIAUltima Média est l’un des principaux groupe de médias de Madagascar. Il regroupe la radio Alliance 92 FM, les quotidiens Taratra, Les Nouvelles et Bôjy, ainsi que le journal en ligne complet Newsmada.Quotidien national d’information et d’analyse entièrement en français, Les Nouvelles est membre du réseau Média de la presse francophone des journaux du Sud.E-mail: redaction@les-nouvelles.com

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - Madagascar encore au grade 2

Plus de peur que de douleur. Si l'épidémie atteint le grade 3, le plus élevé, l’isolement du pays est de rigueur. La peste est présente chaque année une recrudescence saisonnière entre le mois de septembre et le mois d’avril, selon l'Organisation mondiale de la Santé (Oms). Celle-ci est encore classée au « grade 2 ». 

Selon le communiqué du ministère de la Santé publique, le risque de propagation à l’échelle internationale de la peste semble très faible. D’ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé ne préconise aucune restriction de voyages ou  échange commercial internationaux avec Madagascar. Pour le ministère de la Santé publique, la lutte contre la peste continue. Durant la veillée funèbre du professeur Zafy Albert, au palais de sports de Mahamasina, une prise de température a été effectuée à  l’endroit du public, venu assister à cette cérémonie. Selon le responsable au niveau de ce ministère, un test aura lieu dans chaque lieu où, il y a un rassemblement public. La situation est de plus en plus préoccupante. Le risque de propagation de cette maladie est très élevé au niveau national  puisqu’ elle est déjà présente dans plusieurs villes. D’après le dernier bilan du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (Bngrc), l’épidémie affecte  actuellement 35 districts. Selon un responsable, le stock de médicaments peut encore couvrir la prise en charge de 5 000 malades. Ainsi, depuis le début de la saison épidémique, 610 cas ont été enregistrés dont 63 décès. 415 cas de peste sont classés pulmonaire. Le taux de létalité a diminué de 10, 3% si il était à 17,7%  la semaine dernière.A noter que le premier décès a été enregistré au mois d’ août. La victime, qui avait contracté la maladie à Ankazobe est décédée dans un taxi-brousse dans la ville de Moramanga en essayant de rejoindre Toamasina. L'épidémie s'est depuis propagée sur le territoire malgache, notamment dans la capitale Antananarivo.Reccueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Nahid Meralli Ballou - La famille dément sa libération

Enlevé le soir du 6 octobre près de son domicile à Ivandry, Nahid Meralli Ballou (28 ans)  est encore retenu en otage par ses ravisseurs jusqu’à maintenant. C’est du moins ce qu’on puisse dire à propos des récentes explications ou autres précisions émanant de ses proches, qui démentent l’information sur sa libération au cours du week-end dernier.

Ce dont nous nous excusons sincèrement auprès de la famille de la victime pour les désagréments liés au faux-espoir. Pas plus tard qu’hier, les ravisseurs seraient encore entrés en contact avec celle-ci. Nous ne pouvons pas en vouloir non plus   à nos sources lesquelles nous avons  confiance et dont l’une provient de la gendarmerie du Toby Ratsimandrava, au niveau même de ladite entité où l’enquête sur cette affaire doit justement se dérouler actuellement. Au stade actuel de la situation, les informations restent donc confuses. Le problème, c’est que depuis l’enlèvement d’un autre français d’origine indopakistanaise à Isoraka deux semaines avant celui qui touchait son compatriote d’Ivandry, elles ont été divulguées au compte-gouttes.    Si le Toby Ratsimandrava de la gendarmerie a cité la brigade criminelle de la police comme étant la mieux habilitée à connaître l’évolution de l’enquête, car faisant partie de la commission mixte d’enquête,   cette dernière, comme on le sait, a toujours renvoyé la balle du côté de la direction de police judiciaire de ladite commission. Pour sa part, celle-ci semble pourtant être loin d’être disposée à révéler quoi que ce soit encore.Franck Roland

La Vérité0 partages

Tourisme - Découvrir le Sud de la Grande île d’une autre manière

Voyager en véhicule tout-terrain. Après le succès de la première édition, une seconde édition du « Lemur Trophy » sera organisée du 3 au 11 novembre prochain. Cette édition se singularise par son parcours étant donné que celui-ci reliera entre autres Toliara et Fort-Dauphin. Les participants pourront donc découvrir la Grande île, plus précisément le grand Sud, d’une autre manière. 

Le « Lemur Trophy » est un raid touristique permettant aux participants de vivre une aventure extraordinaire répondant à des normes précises et ludiques à travers les différentes Régions du Sud de Madagascar, tout cela en voyageant avec un véhicule 4x4. Le trajet Antananarivo-Toliara constituera la première étape où une halte spéciale se fera sur la plage de la Batterie. Cet arrêt à Toliara se fera en simultanée avec la journée de clôture de l’évènement « Vez’tival ». Après Toliara, les participants se dirigeront vers Fort-Dauphin en passant par 5 étapes. Pour plus de 600 kilomètres, les raiders pourront ainsi découvrir toutes les côtes des Régions vezo, mahafaly et antandroy étant donné que les courses traverseront Ambola, Itampolo, Lavanono, Faux Cap, Berenty avant de finir sur la plage idyllique de Lokaro.  Ce sera donc l’extrême sud-est de la Grande île qui sera exploité pour cette année.  L’objectif de cet évènement touristique sera donc atteint. En effet, il vise à faire le tour de Madagascar afin de découvrir les différents villages, régions et pistes inexploitées ou encore méconnues de tous mais qui font toute la beauté du pays. De ce fait, cet évènement s’étendra encore sur plusieurs éditions annuelles. « Vez’tival » Mise en valeur du Sud et de ses atouts. Durant 7 jours successifs, du 28 octobre jusqu’au 3 novembre, la ville de Toliara s’animera de diverses activités avec le festival « Vez’tival ».  A part la mise en valeur du domaine touristique, ces activités tourneront également autour des engagements civiques à travers différentes actions de sensibilisation à l’hygiène, l’assainissement des rues et des plages, mais également à la collecte des déchets. La propreté et la préservation de l’environnement sont devenues une nécessité. Durant le « Vez’tival », il y aura des foires comme la Foire de l’adaptation, des concerts et des spectacles animés par des artistes locaux, une scène ouverte pour les jeunes talents. Des conférences et des expositions sur le recyclage des produits et l’importance de l’hygiène se feront également. En parallèle à cela, des activités sportives se feront durant l’évènement. La population locale se doit d’apprendre à protéger son environnement pour les générations futures.Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Maudite prolongation!

La suspension des cours des élèves et étudiants devait être reconduite cette semaine qui en est sa troisième. Pour les écoles publiques concernées, il s’agit d’une prolongation des vacances ou d’un ajournement de la rentrée. Pour cause, l’épidémie de peste. Jamais dans l’histoire relativement récente du pays, les cinquante dernières années, des écoles et universités n’ont dû être fermées, pendant trois longues semaines, pour des raisons d’épidémie.

Rappel des faits. Courant du mois d’août, un quotidien de la place fit état des cas de peste bubonique faisant une victime à Toamasina et dans certaines localités d’Ambatondrazaka, de Moramanga ou de Tanà-ville. Très vite, la maladie se propageait et atteignait d’autres régions. Ce n’est qu’après de multiples sons de cloches et alertes émanant de la presse et la Société civile que le Ministère daignait réagir. Après avoir pris quelques mesures dérisoires, à la sauvette, le Ministre de la Santé Publique, le professeur Mamy Andriamanarivo s’apprêtait à déclarer, urbi orbi, que l’épidémie fut maîtrisée.Sur terrains, la réalité est toute autre. Le fléau fait rage. A une vitesse plus vite que le…son, l’épidémie s’étend et atteint plusieurs localités et régions du pays. Les cas de suspects augmentent au fil des jours. A Tana et ses environs immédiats, les médecins affirment qu’il s’agit plutôt de la peste pulmonaire dont la vitesse de propagation se révèle plus dangereuse que celle de la bubonique car, selon eux, la contamination se ferait par inhalation. La preuve, l’entraîneur de l’équipe de basket-ball des Seychelles, infecté, succomba. Dramatique ou apocalyptique, la panique générale envahit la population. Les centres de santé ou de soins appropriés aux traitements de la peste sont débordés et officines de pharmacies prises d’assaut. Le nombre des décès avoisinent la soixantaine sinon plus et les cas de suspects, près de la moitié de mille personnes. Selon, l’Organisation Mondiale de la Sante (OMS), l’épidémie risquerait de faire encore plus de ravage à travers l’île. La menace touche, également, les îles voisines. D’ailleurs, elles ont déjà pris les mesures qui conviennent.Finalement, le Ministère de l’Education Nationale (MEN), contraint par l’imminence du péril, avait pris la décision, très malgré lui, de suspendre tous les cours pour une semaine, du lundi 2 au 6 octobre dans plusieurs Cisco, dont Tana-Ville et environs. Mais, vu l’intensité de la propagation de la maladie, les responsables du MEN ont dû reconduire la suspension pour la semaine suivante, du 9 au 13. Malheureusement, la maudite peste sévit, de plus…belle, on a dû encore prolonger les « vacances de la peste » cette semaine, du 16 au 20 octobre. Et la rentrée effective est prévue pour le lundi 23 octobre prochain. Et encore faudrait-on se rassurer que cette maladie de la pauvreté ne soit plus vraiment à l’état de nuire !  Une telle calamité ne devrait pas nous tomber dessus si les mesures et les précautions nécessaires avaient été prises à temps. Etant une maladie saisonnière et endémique au pays, les Responsables  savent très bien ce qu’il fallait faire. Des dispositions classiques, mais, quand elles sont prises au moment voulu, l’épidémie serait facilement jugulable.Tous les responsables coupables de manquement et de négligence doivent porter le chapeau de ce désastre ayant coûté la vie à des innocents et une maudite prolongation des vacances.Ndrianaivo

L'express de Madagascar0 partages

Propagation de la peste – Des mesures énergiques nécessaires

Ce weekend, le nombre de cas suspects de peste a encore augmenté. Les chiffres officiels parlent de six cent dix cas cumulés, dont soixante trois décès.

Les hôpitaux de la grande ville ont encore enregistré des cas suspects de décès de peste, ce weekend. Quatre en tout, deux samedi et deux dimanche, selon une source auprès du Bureau municipal de l’hygiène (BMH) au niveau de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) qui s’occupe de l’inhumation des cadavres. Vendredi, deux décès suspects ont été aussi notifiés dans leur foyer, dans la ville d’Antananarivo. Et l’admission des malades suspects ou probables de peste, au niveau des hôpitaux de traitement de la maladie, a continué, au cours du weekend.Presque les six arrondissements de la ville d’Antananarivo sont, actuellement, touchés par l’épidémie. Des agents de santé, des journalistes ont été aussi contaminés. Certains sont encore en cours de traitement, d’autres en sont sortis guéris.

Risque élevéAu niveau des hôpitaux, des malades traités dans les autres services que celui de la peste ont contracté la maladie et y ont perdu la vie, si on se fie au test de diagnostic rapide effectué sur eux. Dans la procédure normale, ces services devraient être fermés pendant un moment pour éviter la propagation de la maladie. Malheureu-sement, ils continuent à fonctionner.La surveillance des fosses communes où les corps des victimes décédées sont enterrés est, par ailleurs, négligée. Ce qui s’est produit à Toamasina, il y a quelques semaines, lorsque la famille d’une personne décédée a déterré le corps de leur proche pour l’inhumer dans leur caveau familial, devrait pourtant servir de leçon. Le risque de propagation de la maladie serait, pourtant, élevé sur les cadavres.Au niveau de la communauté, des équipes du ministère de la Santé publique tentent de rechercher toutes les personnes en contact avec chaque victime pour la chimio prophylaxie de contact. Pour l’instant, cela n’a pas suffi pour identifier tous les cas. De nouveaux cas sont déclarés et admis dans les hôpitaux, presque chaque jour, sans parler des personnes refusant le traitement préventif.

Rigoureuse et radicale

La dernière situation de peste, sortie ce samedi, par le Bureau national de la gestion de risque et de catastrophe (BNGRC) a fait état de six cent dix cas dont soixante trois décès, depuis le 1er août au 13 octobre.Des médecins sont pessimistes sur la possibilité d’élimination de cette épidémie dans le court terme. « Cette épidémie pourrait s’étendre jusqu’en avril 2018, si l’État ne prend pas de décisions rigoureuses et énergiques »,  nous a confié un médecin ayant requis l’anonymat. Pour eux, les mesures prises à l’heure actuelle sont trop simples pour empêcher la propagation de la maladie. Des cordons sanitaires devraient être installés dans les quartiers où des cas de peste ont été rapportés, comme en 2004, où une épidémie de peste pulmonaire a sévi à la cité universitaire d’Antananarivo. « A cette époque, des militaires ont surveillé les lieux. Personne n’entrait et ne sortait de la cité. Grâce à cela, l’épidémie a été vite maîtrisée », soutient une source.Des médecins critiquent, également, le traitement des cas de peste au niveau des hôpitaux. « L’Etat devrait instaurer un lieu de mise en quarantaine. Il est difficile de surveiller la circulation de la bactérie au niveau des grands hôpitaux », recommandent-ils.

Miangaly Fanantenantsoa Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Funérailles d’Albert zafy – Hommage unanime au président de la simplicité

Le corps de l’ancien Président est arrivé à Madagascar, samedi. Le professeur a eu droit aux honneurs militaires et à un hommage national.

Émotion. Il est 16 heures 40, samedi. L’avion trans­portant la dépouille du professeur Albert Zafy, ancien président de la République, atterrit à l’aéroport d’Ivato. Des officiers issus des cinq armes composant les Forces armées, ont sorti le cercueil recouvert du drapeau malgache.Sa famille, ses collaborateurs, d’anciens chefs d’État, ses anciens camarades politiques, ou encore ses anciens ministres, collègues, et les membres du gouvernement ont été nombreux à attendre l’arrivée du corps du chirurgien cardiaque. « Le Président Zafy m’a fait confiance en me nommant ministre malgré mon jeune âge. Çà ne s’oublie pas », a confié l’une des personnalités présentes. Après un premier hommage rendu dans le salon d’honneur bondé de l’aéroport, le cercueil de l’ancien Chef suprême des Forces armées a été hissé sur un camion de l’armée.Entouré d’officiers et encadré par des motards, le véhicule transportant Albert Zafy, a pris la direction de sa résidence, la villa la Franchise, à Ivandry. Que ce soit à Ivato, Talatamaty, Ambohibao, Ambo­himanarina, Ankazo­manga, ou à Ankorondrano, la circulation, la vie des riverains s’est arrêtée au passage de la dépouille de « l’homme au chapeau de paille ». Pour rendre hommage à l’ancien chef d’État pour certains, ou par curiosité, de prime abord pour d’autres, les attroupements spontanés ont été nombreux au passage du cortège funèbre.Après une veillée à sa résidence, le corps de l’ancien Président, a été conduit hier à l’église Saint Joseph Antanimena, pour un service religieux conduit par monseigneur Odon Razana­kolona, archevêque d’Antana­narivo.

Présences et « absence »La dépouille de l’homme de vérité, de la droiture, du « Fihavanana », de la démocratie, de la probité, comme l’a décrit l’ancien Premier ministre Jean Omer Beriziky durant l’oraison funèbre, a ensuite été conduit au Palais des sports, Mahamasina.La dépouille du professeur y sera veillée, jusqu’à la levée pour le voyage jusqu’à Betsiaka, Ambilobe, où il sera enterré. Avant le départ, un culte œcuménique se tiendra à l’église Saint Joseph Mahamasina. Les corps constitués et même le corps diplomatique se sont succédé, hier, à Mahamasina, pour présenter leurs condoléances à la famille de l’ancien Président. Comme un symbole, l’ordre des médecins a été le premier à rendre un dernier hommage au premier chirurgien cardiaque malgache.La faculté de médecine de l’Université d’Antana­narivo, dont il a été l’un des enseignants, ou encore le ministère de la Santé qu’il a dirigé, en tant que ministre du général Gabriel Rama­nantsoa, ont également présenté leurs condoléances, hier. Le professeur, qui avait à cœur de concrétiser la réconciliation nationale, a, par ailleurs vu tous les anciens chefs d’État amis ou adversaires, lui rendre un dernier hommage. Didier Ratsiraka à l’aéroport, Marc Ravalo­manana à Ivandry, Andry Rajoelina à Mahamasina, et Norbert Lala Ratsirahonana, qui était présent dès l’arrivée de la dépouille à Ivato, jusqu’au Palais des sports.Bien qu’il ait présenté ses condoléances et celles de la nation, par le biais d’une déclaration audio diffusée sur les médias nationaux et un communiqué de presse, l’absence de Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, a fait grincer des dents à Ivato et à Ivandry. Une absence qui a également offusqué les observateurs. Le locataire d’Iavoloha, est en déplacement à Rome pour diriger un forum économique, qui démarre aujourd’hui. « Une rencontre avec le pape François » ne lui aurait pas permis de bousculer son carnet de route, d’après les explications. Selon la Télé­vision Malagasy (TVM), le chef de l’État sera présent à l’enterrement.Terrassé par un accident vasculaire cérébral (AVC) vendredi, Albert Zafy est mort à l’âge de 90 ans officiellement, mais 95 ans en vérité selon sa famille. Les drapeaux seront en berne jusqu’au jour de son enterrement. Une période de deuil national devrait ensuite être décrétée.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Réconciliation nationale – Le CFM entre en action

Samedi, un vote  au quartier général du CFM a désigné les membres du bureau permanent. La prévention de la paix sera l’un de ses objectifs.

Le bureau permanent du Conseil du Fampihava­nana Malagasy (CFM) est désormais constitué. On connait maintenant, après un vote secret sur bulletin unique, les six vice-présidents, les trois présidents de commission ainsi que le rapporteur général et son adjoint.Chaque province de Madagascar a son vice-président représentant, à savoir : Jean pour Antsiranana, Zalifa Bente Salim pour Mahajanga, Gérard Noël Ramamimam­pionona pour Antananarivo, Jean Jacques Rasolondraibe pour Toamasina, Andriamaro Honoré, Raotosamy pour Fianarantsoa, et Latimer Rangers pour Toliara. Valisoa Razafimahatratra devient le rapporteur général, et Jeanne Virginie Razafin­dravola son adjointe.La commission Vérité et Pardon est présidée par Rasoamaniry, la commission Indemnisation par Michel Mampisanjy et la commission Refondation par Serge Andrianjava.Les membres du conseil doivent préparer à partir d’aujourd’hui la passation avec l’ancien patron du CFM, Sylvain Rabotoarison. Selon Alphonse Maka, la passation devait se faire aujourd’hui, mais à cause du décès subit de l’ancien président de la République Albert Zafy, elle est annulée.

Passation de service urgente« Malgré l’évènement tragique survenu récemment, l’ancien président du CFM souhaite quand même faire la passation de service avant les funérailles du président Albert Zafy »,a-t-il confié. Viendra ensuite l’élaboration de l’organigramme de cette institution. Concernant le système de travail du CFM, une cession est organisée durant un mois tous les trois mois. Différents sujets y seront à débattre, tels que les demandes d’amnistie, les demandes de réparation ou d’indemnisation. « Le Conseil du Fampihavanana Malagasy se penchera également sur la refondation de la Nation, en observant les risques de porter atteinte à la paix », a déclaré le président du CFM.Le domaine d’action du conseil s’étale sur les conflits au sein de la communauté malgache. Selon le président du CFM, les cas comme celui d’Antsakabary n’en font pas partie. En dehors des sessions, le CFM est disposé à recevoir les demandes d’indemnisation et de réparation des victimes des crises depuis 2002 jusqu’au début de la Quatrième république. « Ce ne sont pas les membres qui reçoivent chacun de leur côté les demandes, mais il faut les déposer auprès du CFM directement », a souligné Alphonse Maka.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Wawa au « Coke Studio Africa »

Une plateforme musicale qui laisse la part belle aux découvertes et aux échanges entre plusieurs artistes de renom du continent africain. « Coke Studio Africa » ouvre ses portes à la Grande île.

C’est une grande aventure d’un nouveau genre que le jeune prince du salegy Wawa entreprend actuellement sur le devant de la scène musicale africaine. Porté par son dynamisme et cette énergie intarissable qu’on lui connaît, il compte actuellement parmi les têtes d’affiche du « Coke Studio Africa ». Un concept musical non-compétitif et qui a principalement pour objectif de fédérer les artistes talentueux africains autour d’une même plateforme, tout en célébrant la diversité de l’art musical du continent. « Coke Studio Africa » s’affirme comme une émission de télé-crochet épisodique qui promeut une manière inédite d’apprécier la musique de nos artistes à travers une série de concerts électrisants et débordants de créativité. Devenu, d’ores et déjà, un rendez-vous incontournable au bout de sa première édition l’année dernière, « Coke Studio Africa » s’étoffe encore plus pour l’édition actuelle. Le nombre de pays participants passe de onze l’année dernière à seize cette année, fort d’une couverture médiatique dépassant trente pays à travers le continent africain. Ce qui garantit une grande pluralité et de la diversité musicale. Sont ainsi représentés le Kenya pays hôte, l’Afrique du Sud, le Rwanda, l’Angola, le Zimbabwe, le Togo, l’Ile Maurice, l’Ouganda, la Tanzanie, le Nigeria, le Ghana, la Mozambique, la République Démocratique du Congo, l’Éthiopie, le Cameroun et évidemment Madagascar.

« Raviver la flamme culturelle »Pour la Grande île, « Coke Studio Africa » sera exclusivement à suivre chaque samedi à 20h sur une chaine privée de la capitale sur la fréquence CH 35 UHF (583,25 MHz) et disponible sur le canal 205 du Canal Satellite. De quoi revitaliser la scène musicale en promouvant cette richesse musicale du continent africain, l’émission s’affirme aussi comme un tremplin privilégié pour ses participants. Une opportunité de travailler avec les meilleurs producteurs dans l’industrie musicale africaine et internationale en bénéficiant ainsi de leur expertise. Fier représentant du folklore malgache, notamment grâce à son propre festival, Sômaroho à Nosy Be, Wawa y réserve ainsi des prestations électrisantes, et grâce à la portée de l’émission, il promet de transcender tout le continent africain.De plus, le Groupe Star et Telma Madagascar invitent continuellement les téléspectateurs à suivre l’aventure durant les treize épisodes de 45 minutes qui composent cette édition à travers la grande promotion « Capsule ». Le principe étant de découvrir dans les capsules de Coca-Cola de 30cl un code qui donne accès à divers lots, notamment des forfaits, des téléphones et autant de cadeaux de la part de ces deux partenaires. La soirée de présentation officielle du « Coke Studio Africa », pour le public national s’est tenue dans la soirée du 13 octobre à l’Hôtel Ibis Ankorondrano. À l’occasion, toutes les sommités de la scène musicale y étaient présentes, représentant principalement la jeune génération.À savoir Y-Zit, Stéphanie, Kougar, Bolo ou encore Arione Joy, mais surtout le couple Deenyz et Shyn, tous ont égayé la soirée de leur talent en y interprétant leurs plus grands tubes. « Coke Studio Africa » accordant une grande place aux producteurs internationaux, cette soirée était sans doute déjà l’occasion pour eux d’avoir une idée sur l’artiste qui y représentera Madagascar l’année prochaine.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football - Telma coupe – L’AS Adema renverse Elgeco Plus

Le choc des quarts de finale entre AS Adema et Elgeco Plus a tourné en faveur des Verts. L’AS Adema retrouvera Cosfa en demi-finale, pour un nouveau duel 100% Analamanga. 

Festival de buts entre AS Adema et Elgeco Plus, hier au stade Moderne de Fianarantsoa. Le duel 100% Analamanga en quarts de finale de la Telma Coupe de Madagascar a tenu toutes ses promesses, et s’est conclu sur un succès des Verts (3-3, 4-1 tab).Elgeco Plus a lancé les hostilités prématurément, en ouvrant la marque grâce à Bela (7e, 0-1), avant de faire le break grâce à Dino (22e, 0-2). Dos au mur, l’AS Adema a réagi à dix minutes de la pause par le biais de Onja (36è, 1-2). En seconde période, un doublé d’Angelot (60e et 67e, 3-2) a permis à l’AS Adema de prendre l’avantage pour la première fois de la rencontre. Sauf qu’on était loin d’imaginer la suite.Elgeco Plus a tout d’abord égalisé par Dino (84e, 3-3), avant de voir un quatrième but refusé, dans les ultimes instants du temps règlementaire. Le score n’a pas non plus changé au terme des prolongations, où l’AS Adema a été réduite à dix. Un fait de match qui n’a pas perturbé pour autant les Verts, qui l’ont emporté aux tirs au but (4-1).Avant ce choc, Cosfa Analamanga a défié le FCA Ilakaka Ihorombe, en ouverture de la journée. Les militaires n’ont pas fait de détail, en s’imposant trois buts à zéro. La demi-finale de Fiana­rantsoa sera donc l’affaire de l’AS Adema et du Cosfa, le dimanche 5 novembre.

InterruptionÀ Mahajanga, le RTS J et Mada Itasy a éliminé l’Otiv Alaotra Mangoro, au terme d’une rencontre mouvementée. En effet, Jet Mada a fait le job en menant trois buts à un. Arrive alors la 75e minute de jeu, quand le match est interrompu. En effet, les spectateurs, qui n’ont pas eu accès au stade Alexandre Rabemananjara, ont exprimé leur mécontentement avec des jets de pierre.Ils ont forcé l’entrée de l’enceinte, ce qui a perturbé le cours de la rencontre. Après une demi-heure d’interruption, les deux équipes ont finalement repris le jeu, mais aucun but n’a plus été inscrit.Par la suite, le deuxième quart de finale a été à sens unique. Fosa Juniors Boeny, qui évoluait à domicile, n’a fait qu’une bouchée du TAM Port Berger Sofia. Score final quatre buts à zéro. C’en est donc fini du parcours du TAM, tombeur de la CNaPS Sport Itasy tenante du titre au tour précédent.La demi-finale de Maha­janga mettra aux prises le RTS Jet Mada et Fosa Juniors, le dimanche 5 novembre également.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Ampitatafika – Le corps sans vie d’un policier retrouvé

Un policier motard a terminé sa course dans un ruisseau à Ambodiafontsy Ampitatafika, samedi, vers 22 heures. Son corps, coincé sous le scooter, n’a été retrouvé qu’hier matin, à 6h 30. Sa femme, également sur deux roues, n’a rien vu lorsqu’il a raté le virage, et tombé dans le canal. « Il pleuvait beaucoup et la chaussée glissante », raconte le passant qui a prévenu la gendarmerie de Fenoarivo sur la découverte. Sa femme l’a attendu chez eux, à Ambohi­tsoa, et a essayé de l’appeler plusieurs fois sur son numéro, mais personne n’a répondu.Prise de panique, la famille s’est renseignée auprès de la gendarmerie et des commissariats pendant la nuit, selon un proche. Tôt hier, la brigade de Fenoarivo a diligenté des éléments pour constater un corps retrouvé, sur lequel elle vient d’être prévenue. « L’on a découvert qu’il s’agit du policier, âgé de 48 ans, connu de ses services à la primature », a indiqué le commandant de brigade de la gendarmerie de Fenoarivo.Une enquête a été ouverte sur l’origine du drame. Le constat révèle que le policier s’est noyé après l’accident. Le scooter a été rendu à la famille de la victime.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Sciences – L’avenir selon Tahina Ralitera

Fondation Tahina Ralitera, jeune Malgache de 24 ans, a été distinguée par l’Oréal. Dans vingt ans, La Réunion sera investie de voitures electriques prévoit-elle.

Si elle n’a jamais encore conduit de voiture électrique à La Réu­nion, Tahina  Ralitera est en mesure de proposer une carte de l’île avec tous les points de recharge utiles pour développer une flotte de véhicules électriques. Et pour ce travail, cette jeune Malgache de 24 ans, doctorante au laboratoire d’informatique et de mathématiques à l’université de La Réunion, a reçu cette semaine à Paris la bourse «L’Oréal-Unesco Pour les Femmes et la Science» d’un montant de 15 000 €.Tahina vient de commencer sa dernière année de doctorat et elle fait partie des trente lauréates récompensées par la fondation L’Oréal pour promouvoir la participation des femmes aux sciences. Etudiante à Tananarive jusqu’en Master 1, elle obtient une bourse d’excellence. Grâce aux accords de coopération entre l’université de La Réunion et celle de Tana­narive, Tahina est sélectionnée avec deux autres étudiants pour poursuivre ses études à l’École supérieure d’ingénieur de la Réunion-Océan Indien (ESIROI).

Projets«Je suis arrivée en 2013 et je suis entrée en Master 2.» Après voir obtenu son diplôme, elle a démarré sa thèse qu’elle défendra en 2018. Elle développe un logiciel informatique qui simule les flux de véhicules électriques sur un territoire. «C’est, explique-t-elle, un outil d’aide à la décision pour placer des bornes de recharge et éviter les pannes !»Pour sa première conférence, elle s’est rendue au Portugal. «Il y avait du wifi partout et j’ai fait du covoiturage avec des véhicules électriques ; il y avait des bornes de recharge partout !» Elle a alors pris conscience de la richesse de son sujet et plus largement de la mobilité dans les îles ou les villes dites intelligentes. «Une île intelligente, explique-t-elle, ne se limite pas à la mobilité ou aux bâtiment, c’est tout un système ! Il faut penser à la gouvernance, l’économie, l’éducation, la santé et utiliser pour chacun les technologies de la communication et de l’information. C’est le regroupement de tout cela qu’on va appeler île intelligente.»La Réunion dans vingt ans, elle peut déjà l’imaginer… «Je ne sais pas s’il n’y aura plus d’embouteillages, mais je suis sûre que ce sera mieux que maintenant. Il y a déjà beaucoup de projets en place, la circulation sera plus fluide et la qualité de vie sera meilleure.»  La voiture électrique a-t-elle une place dans cet avenir ? «Si on arrive à développer l’infrastructure, ça résoudra en partie le problème, car les gens ont encore peur d’être à court de batterie à Cilaos et de ne pas pouvoir revenir!» Quant à la voiture électrique en libre service, elle sait que techniquement, c’est tout à fait possible. «Après, il y aura une étude à faire sur l’impact social et la façon dont ça peut être perçu par les Réunionnais, car ça peut constituer un frein…» Aujourd’hui, elle a réalisé un prototype  de son logiciel qui fonctionne déjà à Londres. Un deuxième prototype sur La Réunion est en cours de validation…

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Le Glacier Analakely –  Jazz MMC, le prince de l’ambiance

Ambiance d’enfer. Jazz MMC, l’étoile montante du rythme africain, a réservé vendredi, au public de la scène du Glacier Analakely, une soirée Mawazine électrique, au tempo de l’énergie débordante de la jeunesse. Dans une ambiance de stade, Jazz MMC a fait son entrée en scène avec le public qui l’a accueilli en mode clapping, annonçant la couleur d’une soirée très mouvementée. Dès son entrée, Jazz MMC a littéralement enflammé la scène avec son « Waza Style » au point de se jeter dans le public dès son premier morceau, tellement l’ambiance était folle. En bête de scène, le rappeur a su, d’emblée, créer une symbiose avec son public, en inaugurant son show aux rythmes des chansons «Anao tiako » et «Gasikara» récitées en chœur par ses fans avant d’enchainer avec ses plus grands tubes  »Tsy magnindroe», «Fanjava ndreky masoava.En quelques mois, Jazz MMC à imposé son style et sa personnalité. Actuellement, le chanteur se lance en auto production, en créant et en gérant, récemment, son propre label et son studio dénommé Waza Style. Celui-ci soutient et opère aussi dans la promotion des talents émergents. Sur le plan national, Jazz MMC collabore avec Waza Gyal dans la chanson « Mafy » et avec Swuing Man avec le titre « Facebook ». Des duos avec D’Alvis à travers « Economiser », « Za chef’nao» avec H’Mia, « Maresak Roots» avec Swuing Man, « Baby Darling » avec Kaej, « Elle est jolie » avec Papou et Afro Style puis récemment « Avancé » toujours avec le groupe réunionnais Afro Style.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Motocross - Afrique du Sud – Ranty termine sixième  à Terra topia

Ranty Ernest a pris le départ de la dernière manche du championnat sud-africain de motocross, samedi à Terra Topia. Il a fini à la sixième place du classement général, en catégorie juniors 125 cm3, au terme des deux manches de trente minutes. Le multiple champion de Madagascar junior a rivalisé de près avec les meilleurs pilotes locaux, au guidon de son Husqvarna TC 125.Et pourtant, il n’a pas été épargné par les ennuis, mais a tout de même réussi à tirer son épingle du jeu. Lors des essais notamment, il a perdu la selle de sa machine.Résultat, il n’a pas fait mieux que le douzième temps, sur dix-neuf concurrents. Dans la première manche, il a tout de même bien rebondi, en prenant la septième place.Et par la suite, il a amélioré son classement, en grimpant au sixième rang, au bout de la deuxième course. Ainsi, il s’est assuré de la sixième position, aux pieds du top 5 donc, au classement général final.Il s’agissait de sa troisième apparition en Afrique du Sud, dans le cadre d’un test auprès de la Vision Racing Team. « Je suis content, car j’ai vécu une grande expérience en l’espace de vingt-cinq jours ici. Je pense que le boss de la Vision Racing Team est également satisfait de mes prestations », a réagi le jeune pilote de seize ans.

Intégrer le top 3On attend maintenant la décision de l’écurie sud-africaine, si celle-ci l’engage pour une saison complète l’année prochaine. Ranty, quant à lui, s’estime capable de bien rivaliser avec les Sud-Africains. « Je pense que je peux me battre de près avec eux sur une saison. Mais à condition d’avoir une moto préparée », a-t-il rajouté.En effet, il a couru sur une machine full stock, sans aucune modification. Avec quelques upgrades sur son Husqvarna, il devrait nettement améliorer ses performances, pour pouvoir intégrer le top 3 et même batailler pour la victoire.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Andranomanelatra – Les jeunes sportifs donnent une leçon

Il n’y a pas que la fermeture de l’entreprise AAA Tiko qui fait l’actualité à Andranomanelatra. Preuve en a été donnée, hier, au terrain Kobama où une foule compacte est venue suivre la finale du cham­pionnat d’Antsirabe II de foot. Un événement suivi par la population des vingt communes composant le district d’Antsirabe II. Des milliers de spectateurs ont suivi cette finale remportée par la sélection d’Andrano­manelatra aux dépens de l’équipe d’Ambo­hi­miarivo, aux tirs au but, 4 a 2. Les deux équipes étaient à égalité, 2 a 2 a l’issue du temps réglementaire et des prolongations. Une victoire à domicile donc pour Andra­nomane­latra qui a tenu à montrer autre chose que des manifestations de rue et du gaspillage de nourriture pour des raisons politiques.Allusion à la manifestation des employés de l’entreprise AAA Tiko qui ont bloqué la RN7 en guise de protestation de la fermeture de leur usine pour facture de la Jirama impayée et arriérés  fiscaux. « Nous n’avons rien à voir avec cette affaire. La loi est faite pour tout le monde. Il n’y a pas que le petit peuple qui doit s’acquitter de ses impôts », peste Jean Chry, fervent supporteur d’Andra­nomanelatra, fier de son équipe.

Bien récompensés« Il y a mieux à faire que de bloquer la route. Les jeunes ont fait montrer d’une attitude qui mérite d’être soulignée. C’est ce qu’on attend des dirigeants », estime de son côté Ramily, boucher féru de foot.Les organisateurs ont tenu justement à soutenir les jeunes des vingt communes qui ont pris part au tournoi. L’équipe gagnante a eu droit à une coupe et une enveloppe assez épaisse, toutes les équipes qui ont atteint le stade des huitièmes de finale se sont vu remettre des équipements et du matériel.Une belle solidarité dans le strict respect du fihavanana.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Humour – Le rire au rendez-vous au Cemdlac

« Quel est le rapport entre une lavandière et un célibataire ? Les deux adorent travailler avec du savon ». Rien que çà a suffi pour faire éclater de rire toute la salle. Dès le début du spectacle, intitulé « Tafaray samy nandra » ou «  Quand un con en croise un autre », le ven-dredi 13 octobre vers 15 heures, Isambilo Dôzera, Trinité Voms avec leurs guests Pôpô et Babaine, ont fait régner la bonne humeur dans la salle du Cemdlac à Analakely. Des sketchs traitant des situations du quotidien et les petites conneries que chacun de nous peut commettre sans le vouloir, étaient la base de leur humour au premier ou au second degré.Ils se sont permis de faire quelques blagues salées à dose modérée. Une première partie exclusivement animée par Isambilo Dôzera, Trinité Vom, a démontré leur talent dans la seconde moitié du spectacle, et le binôme Pôpô et Babaine a assuré les entractes avec brio. Malgré les quelques minutes de retard, et quelques défaillances techniques au niveau des micros, le public a pu savourer quelques heures d’allégresse en compagnie de la nouvelle génération d’humoristes.« J’ai vraiment besoin de décompresser en ce moment. Et j’ai passé un bon moment cet après-midi. En plus l’accès a été gratuit. Que du bonheur. Ils ont du talent », a avoué un Jean Modeste qui était parmi l’assistance. L’organisation a été à l’initiative d’Inédit Concept.Issu d’un casting organisé par Francis Turbo et Gothlieb lors du Smile Party en 2013, Isambilo Mahefa Randrianasolo alias Isambilo Dôzera continue son petit bonhomme de chemin sur les planches du rire. « J’avais  déja le sens de l’humour quand j’étais dans le scoutisme. Les feux de camp étaient l’occasion de montrer mon talent. Et je ne me suis plus arrêté de faire rire mon entourage. Autant le partager à un public plus large. Il est difficile de réunir du monde car je ne suis pas encore une grosse pointure comme Francis Turbo. Mais çà ne nous empêche pas de donner le meilleur de nous-mêmes. Notre groupe reste ouvert à toute proposition pour s’élargir sur de nouvelles frontières avec humour », confie-t-il d’un air sérieux.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Un tueur appréhendé à Antaninarenina

Un tueur a été capturé vivant à Antaninarenina, samedi aux environs de 23 heures. Il était accompagné de deux complices qui ont pu s’échapper. Ils ont ciblé un chauffeur de taxi en se faisant passer pour des clients aux 67ha. L’un d’entre eux a dégainé son couteau et a obligé le conducteur à donner toute sa recette. Ce dernier a appelé au secours et a réussi à sortir du véhicule.

L'express de Madagascar0 partages

Piment café – Samoela comme remède  aux maux actuels

Des retrouvailles qui furent agréablement bienvenues. C’est ainsi que se décrivent celles entre Samoela et les noctambules, au Piment Café Behoririka, dans la soirée du vendredi. Un lieu qui ne lui est nullement étranger et qu’il connait par cœur jusque dans ces moindres recoins. Samoela y a enchanté un public de fêtards invétérés à l’occasion. Pour ce faire, ni le vent, ni la pluie et encore moins la peste qui rodait dehors ne l’a gêné. Fidèle à lui-même, Samoela avec ses fidèles musiciens, a alors embarqué le tout Piment Café, qui, comme à l’accoutumée, était rempli comme un œuf, pour une épopée musicale festive, conviviale et chaleureuse. Si la pluie battait alors son plein à l’extérieur, la fête en était encore plus enivrante à l’intérieur. « Il n’y a pas plus efficace comme remède aux maux de notre société que la musique » souligne Samoela en entamant la soirée.  Avec plus d’un quart de siècle de carrière au compteur, le chanteur de « Sexy girl » a tenu à ravir un public de tous âges au Piment Café avec ses chansons à textes intemporels. Des tubes que le public reprend toujours en chœur accompagnant un Samoela toujours aussi fier de retrouver ses fidèles. En toute sobriété, il a enchainé son répertoire mythique. Se sont succedé les « Kalakely », « Soly » ou encore les « 0248TN » suivi de « Ho any amin’i piso », « Ny antsika roa ihany », ainsi que « Taraiky» sur un train d’enfer.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Montée des eaux dans la ville.

Les quelques précipitations de la semaine dernière ont suffi pour transformer les rues de la capitale en rivières, la semaine dernière. D’Alarobia-Ivandry à Anosy, en passant par Ankorondrano, Besarety, Soarano, les eaux de pluie ont stagné sur les chaussées. La majeure partie des canaux d’évacuation d’Antananarivo n’est pas curée et ceci empêche l’écoulement des eaux…

L'express de Madagascar0 partages

Gouvernement et opposition face à face

La chute de l’ancien régime la mise en place du gouvernement Ramanantsoa et ses premières mesures, c’est-à-dire les évènements qui s’étendent jusqu’à la publication du discours-programme du Général en aout 1972, sont conçus par Lumière, comme une remise en question globale de la politique extérieure du précédent gouvernement, mais surtout des rapports franco-malgaches, écrit Alain Escaro (« La politique extérieure du gouvernement Ramanan­tsoa vue par Lumière »).Dès le 30 avril, l’hebdomadaire catholique, en relatant la grève des étudiants, se contente de retranscrire les slogans qui ornent lesbanderoles. Tels « À bas l’impéri­alisme », ou encore « Accords de coopération : obstacle au développement »… L’éditorial revient sur « un programme d’enseignement adapté aux besoins du pays et sa culture propre ». C’est dire que Lumière privilégie ces deux questions par delà d’autres points cruciaux.Le journal cesse alors de paraitre jusqu’au 21 mai. Dans ce  numéro, il rappelle  les idées de l’ancien gouvernement et de ses opposants. Il retient de ces derniers « la nationalisation de tous les secteurs-clés de l’économie ; l’évacuation des bases  étrangères qui…servent à sauvegarder les intérêts politiques et économiques des puissances étrangères et, qui plus est, favorisent leurs industries d’armement » ; l’échec de la politique vis-à-vis de l’Afrique du Sud ; le refus « du maintien des assistants techniques étrangers… plus épris d’exotisme que de se consacrer à promouvoir notre réel essor économique » ; le refus également des « soi-disant aides accordées (qui) sont plutôt destinées à alimenter les compagnies capitalistes étrangères qui écoulent leurs produits vers les pays pauvres ».Pour le gouvernement, le thème majeur  reste l’anticommunisme : « les critiques de l’opposition (sont) une manœuvre (…) destinée à installer le communisme à Mada­gascar » ; de même, le maintien des bases étrangères permet de « parer aux dangers de domination extérieure, en l’occurrence celle du monde communiste »; quant à la politique vis-à-vis de l’Afrique du Sud, « il ne s’agit pas d’une approbation de la politique d’apartheid », mais elle a pour but « d’amener le gouvernement sud-africain à réfléchir sur sa politique  raciale » par la concertation, le dialogue, la modération » ;  en outre, « dans l’état actuel des choses, le pays ne peut se passer des assistantstechniques avant que ne soient formés leurs remplaçants » ; enfin, Madagascar qui manque de capitaux nationaux, doit faire appel à ceux de l’étranger, car le « refus d’aide aggrave la pauvreté qui finit par provoquer des troubles et donne l’occasion aux adversaires de la liberté de ravir le pouvoir et d’installer le communisme ».Par ailleurs, concernant la crise universitaire, le journal catholique adopte une voie moyenne entre la position des étudiants et celle du gouvernement, indique Alain Escaro. Les premiers soulignent « les programmes qui ne tiennent pas compte  des réalités malgaches, et qui favorisent la consommation des produits fabriqués par les compagnies capitalistes étrangères ». Pour sa part, le second insiste « qu’il faut malgachiser, mais progressivement et sans précipitation afin d’éviter l’anarchie ». Quant à la culture française, « elle a aussi servi à former les plus grands révolutionnaires contemporains ».Dans le même numéro est reproduit un article d’André Ravatomanga écrit le 10 mai qui aurait dû paraitre le 14. Il y aborde le problème des accords de coopération, devenus le « symbole de l’impérialisme culturel » et qu’il faut donc réviser. Ce thème est de nouveau repris le 28 mai, par Sylvain Urfer qui critique l’aide française aux pays en développement, aide qui n’a cessé  de diminuer de 1960 (2,19% du PIB) à 1970 (1,24%). Aide dont un tiers est destiné aux TOM/DOM et dans laquelle il faut compter les  investissements privés « difficiles à considérer comme une aide ». « On arrive en réalité à 0,43% du PNB et l’Afrique n’obtient que 27% du budget public ». Bref, « les flux monétaires transférés d’Afrique en France excèdent ceux qui vont de France à l’Afrique. » En fait, conclut Alain Escaro, l’hebdomadaire catholique a atteint son but, celui de « faire prendre conscience à ses lecteurs des carences de la coopération française ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Un mort dans un hold-up

Une troupe des braqueurs a fait irruption dans une maison à Menavato, commune de Vohitran­driana, district de Nosy Varika, vendredi, vers 3 heures du matin. Ils ont tué à coups de hache le locataire avant de s’appro­prier un sac de café, des habits et des ustensiles de cuisine.

L'express de Madagascar0 partages

Remise de fournitures scolaires. 

L’association Rotary Club Antananarivo Ainga a doté de fournitures scolaires, les élèves de l’École primaire publique Antanetikely Arivonimamo, ce samedi. Les cent trente élèves inscrits dans cette EPP ont ainsi bénéficié de cartables, de cahiers, de crayons et de stylos. L’association a, en outre, remis des boîtes de craies à l’établissement et a planté des abres fruitiers dans l’enceinte de l’école.

L'express de Madagascar0 partages

Hausse du prix du riz.  

Des consommateurs se plaignent de la hausse incessante du prix du kilo du riz, notamment celui du makalioka, ces derniers temps. Un kilo de makalioka est acheté à      2 300 ariary dans certaines épiceries. Des collecteurs cacheraient leurs réserves. Le ministère du Commerce et de la consommation n’a aucune réaction.