Les actualités à Madagascar du Jeudi 16 Juillet 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara18 partages

Allemagne : 24 concentrateurs d’oxygène de 47 000 euros pour Madagascar

L’ambassadeur d’Allemagne à Madagascar Michael Derus.

Pour l’année 2020, l’Europe et l’Afrique se sont fixé un programme ambitieux en vue d’un partenariat UE-Afrique renforcé. La nouvelle présidente de la Commission européenne, Mme Ursula von der Leyen, s’est rendue à Addis-Abeba pour son premier déplacement officiel hors UE, soulignant ainsi la ferme volonté de l’Union de faire avancer ce partenariat.  Notons que l’Allemagne préside depuis le 1er juillet le Conseil de l’Union européenne pour les six mois à venir. L’Afrique est au cœur de la réponse globale de l’UE à la Covid-19, faisant ainsi écho à l’appel des Nations Unies de  “reconstruire en mieux”. Concernant Madagascar, l’Allemagne a pu remettre vendredi dernier au ministre malgache des Affaires étrangères, le Dr. Djacoba Liva Tehindrazanarivelo, 24 concentrateurs d’oxygène provenant d’un financement de la Coopération allemande d’un montant de 47 000 Euros. A cette occasion, l’Ambassade d’Allemagne a annoncé qu’elle conviendra avec le Gouvernement malgache d’autres subventions s’élevant à 250 000 Euros. À travers la GIZ, l’Allemagne avait déjà octroyé en avril dernier 80 000 Euros pour soutenir la CUA en produits de première nécessité et 7 500 Euros pour l’achat et la distribution de matériel d’hygiène, des aliments enrichis pour enfants malnutris dans la région d’Atsimo-Atsinanana. De plus, 3 000 Euros ont été attribués pour la distribution dès cette semaine d’équipements de protection individuelle pour 8 guichets fonciers dans la région de Boeny.

Besoins prioritaires. En outre, dans le cadre des micro-projets de 2020 de l’Ambassade d’Allemagne, 130 000 Euros sont prévus pour couvrir les besoins prioritaires de structures de santé et de communes les plus touchées telles que la CHU à Mahajanga, le CUA et les hôpitaux à Toamasina et Ambatondrazaka. 20 000 Euros sont destinés à l’achat de matériaux de protection pour les marchés de la vanille dans la région SAVA. Au total, l’Allemagne a déjà octroyé ou va octroyer dans les semaines à venir 540 000 Euros (env. 2.370 milliards MGA) d’aide bilatérale exclusivement en faveur de Madagascar pour couvrir des besoins prioritaires des structures de santé et des communes les plus démunies en matériel médical pour combattre la COVID 19. En outre, le Team Europe à Madagascar (UE, France, Allemagne) a mobilisé ou réorienté des fonds à hauteur de près de 40 millions d’euros pour financer dans de brefs délais des activités spécifiques dans les secteurs santé, protection sociale et relance économique. C’est dans ce sens que l’UE travaille activement pour arriver à l’approbation de 21 millions d’euros d’appui budgétaire à l’Etat malgache. Le cas échéant, elle prévoit le déboursement accéléré de 10 millions d’euros en 2020 pour l’aider à faire face à la crise et une 2ème tranche de 11 millions d‘euros en 2021.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara15 partages

Covid-19 : De plus en plus d’agents de santé infectés

Comme on pouvait s’en douter, les agents de santé sont les premiers exposés à la Covid-19. Depuis le début de la pandémie, ces professionnels n’ont eu de cesse de réclamer plus d’EPI et de formations pour faire face à cette lutte. Aujourd’hui, bon nombre d’entre eux s’avèrent malades.

Depuis le mois de mars, la Covid-19 a fait trois décès d’agents de santé à Madagascar, voire plus vu qu’aucun chiffre ne nous a encore été communiqué officiellement. On se rappelle des mouvements de revendication des paramédicaux qui s’inquiétaient que les EPI et les formations n’étaient pas suffisants. L’un des agents à la tête de cette revendication serait lui aussi malade en ce moment mais est toujours en attente des résultats du test PCR. Avec le nombre exponentiel des cas à Antananarivo entraînant un débordement des hôpitaux et des centres de soins, le risque est plus grave pour ces héros de la nation. Encore cette semaine, le CSB II d’Ankaraobato a dû fermer ses portes suite à la découverte de 4 agents atteints de la Covid-19 au sein de l’équipe.

Médecins privés. Pour les médecins privés, beaucoup refusent de recevoir des patients présentant des symptômes de la Covid-19. Ils recommandent aux personnes susceptibles d’être porteurs du virus de se rendre directement à l’hôpital de peur que ces dernières contaminent le cabinet et mettent en danger les autres patients. Or, si l’on se fie aux témoignages des proches des malades, il est aujourd’hui très difficile de trouver une place libre dans les hôpitaux et les centres de traitement. Conscient de l’insuffisance du nombre de lits, le gouvernement prévoit de faire construire des centres provisoires pour accueillir les malades. Il a également lancé un appel aux médecins privés pour renforcer le rang de ceux qui se sont déjà engagés dans cette lutte contre le Coronavirus. Une mission à risque mais qui relève d’un devoir envers la nation pour ces médecins dans cette guerre contre l’inconnu.

Chiffre confidentiel. Aujourd’hui, si les cas recensés sont communiqués quotidiennement de manière globale et suivant les régions, l’on ignore encore parmi ses statistiques combien sont les agents de santé. Nous avons essayé d’en savoir plus en joignant un responsable mais il s’agirait d’une information confidentielle pour l’instant.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara12 partages

Transport de marchandises : Les limites des charges à l’essieu révisées à la hausse  

Les contrôles des charges à l’essieu sont stricts, afin de préserver les infrastructures routières, selon le MATP.

L’Etat a trouvé un juste milieu pour alléger les impacts économiques de la crise de Covid-19 chez les transporteurs de marchandises, tout en respectant les conditions qui garantissent la durabilité des infrastructures routières.

Des mesures dérogatoires ont été prises pour repousser les limites des charges à l’essieu sur les routes nationales. Une décision a été prise, suite à la demande de l’association des transporteurs de poids lourds, qui a fait l’objet d’une réunion entre le MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics), l’Agence Routière et le MTTM (Ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie). « Même si les transporteurs de marchandises peuvent circuler librement, ils sont également impactés par la crise sanitaire et les mesures de confinement appliquées à Madagascar. Suite à l’état d’urgence, les transporteurs de personnes se sont convertis en transporteurs de marchandises. La concurrence devient rude entre les poids lourds et les fourgons. Par ailleurs, il y a également la concurrence entre les véhicules à 4 essieux et ceux à 5 essieux. Généralement, les véhicules à 5 essieux ont de l’avantage. Pour aider ces transporteurs, un circulaire a été publié par le ministère, indiquant des mesures dérogatoires, en cette période de crise sanitaire », a indiqué Ravohitra Harinala, responsable SIG et Communication auprès de l’Agence Routière.

Nouvelles limites. Les dérogations de décharge concernent les véhicules à 2 et à 4 essieux, et seront en vigueur du 15 juillet au 31 décembre 2020, selon le directeur de la Communication auprès du MATP, Harifidy Haja Rahaingoson. « Pour les types de véhicules isolés à 2 essieux, la limite habituelle des charges maximales était de 19 tonnes. Avec cette dérogation, elle est désormais à 21 tonnes. Au-delà de cette limite, le transporteur doit payer une amende ; et au-delà de 24 tonnes, il est obligé de faire le déchargement partiel sur place, pour respecter la limite de 21 tonnes. En ce qui concerne l’ensemble des véhicules articulés à 4 essieux, la limite habituelle était de 38 tonnes. Aujourd’hui, elle est révisée à 41 tonnes et le seuil pour le déchargement obligatoire est à 45 tonnes », a informé le représentant du MATP.

Durée de vie. Pour le ministère, l’objectif est de favoriser les transporteurs de marchandises, en cette période difficile. Cependant, le respect strict de la limitation des charges maximales autorisées s’impose pour préserver les infrastructures routières. D’après les explications, la durée de vie prévue des routes nationales est calculée suivant le nombre de véhicules qui pourraient y circuler quotidiennement, ainsi que les poids de ces véhicules. Si cette durée de vie était de 15 ans, les infrastructures se sont dégradées en moins de 10 ans, à cause des surcharges. Pourtant, les réhabilitations sont coûteuses. Selon l’Agence Routière, ces nouvelles charges maximales autorisées sont déjà à la limite de ce que les infrastructures routières peuvent supporter. Pour les ponts sur les routes nationales, par exemple, la limite de charges est généralement de 44 tonnes. Certes, avec les nouvelles mesures dérogatoires, des contrôles stricts s’imposent pour assurer le respect des réglementations, car une tonne de trop à l’essieu pourrait causer des dégâts considérables sur les infrastructures routières.

Antsa R.

Midi Madagasikara4 partages

Coronavirus : 4 nouveaux décès, 262 nouveaux cas dont 205 à Analamanga

Le pic de l’épidémie serait encore loin.

La maladie semble gagner du terrain dans les régions du pays. Les statistiques d’hier font savoir que Mahajanga et Anosy connaissent une hausse des nouveaux cas.

Analamanga a affiché trois (3) nouveaux décès hier. Des patients pris en charge auprès du centre hospitalier universitaire Befelatanana selon le Pr Vololontiana Marie Daniel, porte-parole du Centre de Commandement Opérationnel Covid-19 hier. L’autre perte humaine quant à elle était signalée dans le district d’Ambanja, région Diana. Les statistiques d’hier de révéler également que le pays compte 262 nouveaux cas dont  205 ont été signalés à Analamanga. Ce qui porte le nombre de contaminations répertoriées et rendues officielles à   5 605 cas depuis le début de la crise au mois de mars dernier. La région Atsinanana affiche deux nouveaux cas si de l’autre côté du pays, à Mahajanga, le centre de commandement opérationnel affirme qu’il y en a quinze (15). Dans cette même partie du pays, Maevatanana affiche deux nouveaux cas confirmées. La maladie semble se propager de plus en plus dans le Sud du pays. La région Anosy a répertorié treize (13) nouveaux cas confirmés de Covid-19. Toujours dans le Sud mais dans la Haute Matsiatra, le nombre de nouveaux cas enregistré hier était de cinq (5) si le district d’Ifanadiana en a affiché deux (2). Vakinankaratra quant à  elle enregistre quatre (4) nouveaux cas. L’intervention de la porte-parole du CCO d’hier a également permis de savoir que la localisation du dernier nouveau cas n’a pas été communiqué.

Courbe. A ce stade, l’évolution de l’épidémie tend vers une hausse continuelle des contaminations. Dans un rapport relatif à la situation de la Covid-19 à Madagascar, publié le 14 juillet dernier, le MRC Center for Global Infectious Disease Analsysis, Imperial College London estime qu’il y a eu environ « 24 092 contaminations ces quatre dernières semaines ». Outre le nombre de nouveaux cas qui devraient croître, le nombre de demande de lits devraient également connaître une hausse considérable dans les prochaines semaines. Pour beaucoup, la situation actuelle est grave, voire non maîtrisée, et ce, malgré les efforts menés par le gouvernement pour freiner la propagation. Lesdits efforts sont considérés par beaucoup d’observateurs comme étant des « stratégies de tâtonnements qui se sont renouvelées tous les quinze jours ». Et dans cette situation de panique galopante, d’un bord à l’autre, l’on suggère un changement de stratégie « compte tenu de l’inefficacité » de celles menées jusqu’ici. Ce que semble avoir fait le gouvernement en décidant d’inviter toutes les personnes présentant des symptômes de la maladie à se faire soigner et à recevoir leur lot de traitements.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Lutte contre la Covid-19 : Traque aux cas suspects dans la SAVA

Campagne de la vanille avec  la Covid-19 dans la SAVA.

L’apparition de cas de Covid-19 dans la région Sava arrive très mal, soit quelques jours avant l’ouverture officielle de la campagne de la vanille effectuée hier. Pour limiter les dégâts mais surtout pour éviter que la maladie ait des impacts néfastes sur la vie socio-économique de la population, la région Sava a décidé de « tracer toutes les personnes ayant eu des contacts avec les personnes atteintes de la Covid-19 ». « Nous avons décidé de traquer les personnes suspectées d’avoir été infectées par la maladie. C’est ce à quoi la région s’est attelée ces derniers jours. Voilà pourquoi, le district d’Andapa, a été momentanément fermé aux autres districts » a expliqué Tokely Justin, gouverneur de la région SAVA, joint au téléphone hier. Ainsi, la liste des « personnes contactées » a été mise en place par la région. Cette dernière a également décidé  prochainement de « faire tester toutes ces personnes » afin d’être fixée sur la situation qui prévaut dans le district d’Andapa et par ricochet sécuriser toute la région SAVA. Interrogé sur les mesures prises afin de sécuriser le mieux possible  la campagne de la vanille de cette année, Tokely Justin de répondre « la région collabore avec le consortium des exportateurs de la vanille dans la dotation de masques et des dispositifs de lavage des mains. La région a également limité les attroupements auprès de tous les marchés contrôlés à un maximum de cinquante (50) personnes. Soit, les marchands de vanille et les acheteurs seulement ». Outre cela, le port de masques est également obligatoire pour toute la population de la SAVA. « Une façon pour le gouvernorat de région de limiter autant que possible les impacts néfastes de l’épidémie sur la vie socio-économique de la population » d’après toujours les dires de Tokely Justin.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Education : L’enseignement privé repousse les dates d’examen

Avant l’intervention télévisée du chef de l’Etat dimanche dernier, les examens dans les écoles privées étaient fixés pour la fin de ce mois de juillet. Aussi, lorsque le président a déclaré publiquement que les examens se tiendront au mois de septembre pour le CEPE, et durant les mois suivants pour le BEPC et le baccalauréat ; les écoles privées ont décidé elles aussi de repousser les dates des examens blancs. Chaque établissement privé de la capitale a organisé une réunion  en début de semaine afin de voir les dispositions à prendre. C’est là qu’on a entendu que pour certaines écoles, les classes intermédiaires passeront les examens à domicile et les enfants en classes d’examen s’y attèleront  en salle au mois d’août si la situation se stabilise d’ici là.

Ces dispositions seront communiquées aux parents durant cette semaine. Des parents qui sont dans l’inquiétude totale concernant la scolarisation de leurs enfants depuis le début de cette crise sanitaire. D’autres ont même déjà procédé à la réinscription de leurs enfants pour l’année scolaire suivante, surtout pour les petites classes et les classes intermédiaires.

Pas d’année blanche selon le ministère et le gouvernement. Une affirmation qui ne dépend que de l’évolution de la situation.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Namontana : Karohina ireo nanary sy namono zaza

Zaza feno mangana sy ratra noho ny daroka. Izay no hita tetsy Namontana ny talata teo. Ireo polisy avy ao amin’ny FIP izay nanao fampodiàna olona noho ny hamehana ara-pahasalamana no nahatsikaritra ity zaza izay tombanana ho efa-bolana teo amin’ny fanariam-pako. Efa niady aman’aina izy ary nentina haingana teny amin’ny hopitaly ary avotra soa aman-tsara. Nahonena loatra ny tranga ary nanokafan’ny polisy fanadihadiana avy hatrany. Omaly dia efa niverina teny an-toerana ary nanontany ny fiaraha-monina ny polisy.  « Saika hisy hamono ilay zaza », raha ny fanadihadiana nataon’izy ireo. Karohina ny ray aman-dreniny na koa izay mety ho tompon’andraikitra amin’izany. Afaka miantso ny 034 05 703 73 (polisy) izay manam-baovao momba io raharaha io na koa mahita tranga mitovy amin’izany.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Football- Trophée des champions : La JS Saint Pierroise sacrée, Bapasy buteur

Le milieu de terrain des Barea est fier d’être dans la JS Saint-Pierroise.

Une entrée fracassante pour la JS Saint-Pierroise de Mamy-Gervais, Dabo, Sedera ainsi que Bapasy après une longue trêve engendrée par le Covid-19. L’équipe a remporté pour la deuxième fois consécutive le Trophée des champions de la Réunion.

Pour marquer leur retour sur le terrain, les Barea expatriés ne cessent de briller dans leur Championnat respectif. Après Abel Anicet et Romain Métanire, c’était le tour des Malgaches dans l’équipe de la JS Saint-Pierroise qui ont réalisé une belle entame ce mardi au stade Michel Volnay à Saint-Pierre, dans le cadre du Trophée des champions 2020. Il s’agit d’une dernière rencontre pour les deux meilleures équipes de la saison dernière.

En effet, à l’issue d’un match âprement disputé, les Saint-Pierrois conservent leur titre gagné l’an dernier face à l’US Sainte-Marienne sur le score de 2 buts à 1. Les Barea étaient à l’œuvre de cette victoire. Pascal Razakanantenaina dit Bapasy a ouvert le score dès la quatrième minute du jeu. Le second but a été marqué par Emmanuel Anquibou, six minutes plus tard.Au retour des vestiaires, les joueurs de la Sainte-Marienne ont tenté de reprendre le match et ils ont redoublé d’efforts. A la 56e minute, ils ont pu réduire l’écart grâce au but de Mousbahou. A la fin du temps réglementaires, le score était resté à 2-1. Idem à l’issue de la prolongation.

1 500 spectateurs. «Aujourd’hui on est très fier d’être Saint-Pierrois, encore un trophée à prendre, je suis très content », a réjoui Pascal Razakanantenaina avec son premier but. A savoir que les Cigognes ont fait leur entrainement trois semaines avant ce match et après plus de trois mois sans activités à cause de l’épidémie de Covid-19. De ce fait, les joueurs ont aussi savouré du plaisir de fouler la pelouse sous le regard des 1 500 supporters. « C’était un beau match, on a vu de belles équipes, mais pas tout à fait prêtes physiquement. Ça ne fait pas longtemps qu’on a repris, pour un début c’est bien », c’est ce qu’a annoncé Luçay Arayapin, président de la JSSP.

Lors de cette rencontre, les règles d’accès dans le stade étaient strictes. La Ligue réunionnaise de football a annoncé en avance les mesures en vigueur à travers d’un communiqué publié. Cependant, il a été décidé, en étroite collaboration, que l’entrée au stade serait soumise au port du masque pour les spectateurs souhaitant assister aux rencontres du Trophée des Champions 2020. « La santé de tous, dans le respect des consignes des gestes barrières, reste une priorité pour la LRF et conformément au guide sanitaire validé par la FFF, le public est donc invité à se présenter muni de son masque de protection individuelle », peut-on lire dans le communiqué. La ligue a précisé aussi que « sur demande des édiles St-Pierrois, le port du masque est recommandé sur toutes les rencontres et les compétitions à venir sur les territoires relevant de l’autorité de la Mairie de Saint-Pierre et de la Civis ».

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Cover Hivazosamoela : L’inscription prolongée jusqu’à la fin août

Comme les clients sont rois, pour Samoela ce sont ses fans qui le sont. Et pour répondre à  une bonne centaine de demandes, Monsieur Bandy Akama n’hésite pas à leur donner satisfaction. Pour ce faire, l’envoi de vidéo dans le cadre du concours de cover « Hivazosamoela » se prolonge jusqu’au 30 août. Soit les inconditionnels ont encore six semaines pour épater Be Mozik, et être en lice pour les 7 millions d’Ariary. Une décision prise entre autre par rapport à l’urgence sanitaire et la difficulté de l’état actuel des choses.

Sans changement, la vidéo est à envoyer en wetransfer à l’adresse hivazosamoela@gmail.com. Selon le crooner, une centaine de vidéos lui sont déjà parvenues néanmoins, il a tenu à ne pas décevoir son public.  Comme les concerts et spectacles pour la célébration des 25 ans de scène sont tous reportés  à une date ultérieure voire annulés,  c’est le moins que l’on puisse faire pour rester à proximité des « mpakafy » et pourquoi pas  sortir quelque chose de bon et de bien de tout ce confinement.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara1 partages

Electrification rurale : 10 000 foyers connectés à l’électricité grâce à WeLight

WeLight apporte la lumière en zone rurale.

Donner l’accès à une énergie fiable et abordable à 50 000 personnes en zone rurale d’ici deux ans à travers Madagascar et le continent africain.  Tel est l’objectif de WeLight qui dépasse actuellement les 2 000 foyers raccordés dans 22 villages à Madagascar.

WeLight  mérite bien son statut d’acteur numéro Un de l’électrification rurale à Madagascar.

En développant des solutions innovantes et inclusives, WeLight permet à 2 000 foyers malgaches  d’avoir accès à une énergie propre et abordable.

Nouvelle étape

Elle avait déjà dépassé le seuil des 1 000 foyers connectés en mars dernier et franchit aujourd’hui une nouvelle étape. Grâce à des solutions énergétiques adaptées aux populations les plus reculées, ce sont plus de 10 000 personnes qui bénéficient aujourd’hui d’un accès à une électricité fiable et renouvelable dont l’impact socio-économique se fait d’ores et déjà ressentir.  WeLight est aujourd’hui présent dans 22 villages à Madagascar suite à des projets en collaboration avec le Ministère de l’Énergie et des Hydrocarbures (MEH), l’Agence de Développement de l’Électrification rurale (ADER) et l’Office de Régulation de l’Electricité (ORE). Résolument tourné vers le continent Africain, WeLight ambitionne d’équiper d’ici 2022 environ 200 villages en Afrique subsaharienne.  WeLight fait le pari que son expertise internationale, sa capacité à déployer des technologies innovantes et à desservir les personnes les plus fragiles économiquement lui permettront de générer un impact économique et social significatif.

Entrepreneuriat

En accompagnant les populations isolées vers l’entrepreneuriat, en soutenant l’émancipation des femmes à travers l’exercice de professions créatrices de valeurs, ou encore en aidant les agriculteurs, entrepreneurs et micro-industriels locaux à se développer, WeLight permet le développement durable de l’économie rurale.  L’opérateur énergétique permet également l’amélioration des services publics en connectant systématiquement les services communautaires tels que les écoles primaires, les collèges d’enseignement général, les centres de santé de base et les mairies. Une étude menée auprès des populations desservies a permis de démontrer l’impact positif des projets. Les villages bénéficient d’une moyenne de 9 heures d’électricité supplémentaire par jour. De même, il a été prouvé que les jeunes bénéficient en moyenne d’1,4 heure en plus pour étudier par jour. Avec l’amélioration de l’éclairage public, ce sont 72% des femmes qui témoignent d’un plus grand sentiment de sécurité.  “Avant l’électricité, je faisais quatre heures de route, une fois par semaine, pour aller chercher du gasoil et le taxi-brousse me coûtait 8 000 ariary. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et surtout, j’ai pu développer mes activités et multiplier mes revenus par quatre » déclare Emma Claudine Raholiarimalala agricultrice à Fialofa.

Trois acteurs

WeLight est né de la volonté de trois acteurs d’unir leurs complémentarités pour accélérer l’inclusion énergétique en Afrique : Axian, un groupe diversifié africain spécialiste des télécoms qui bénéficie d’un très fort ancrage sur le continent, Sagemcom, une entreprise française, leader européen sur le marché des terminaux communicants et dans la mise en place de mini-réseaux en Afrique, et Norfund, la banque de développement norvégienne. WeLight offre une énergie fiable, accessible et propre aux populations des zones rurales enclavées de Madagascar et d’Afrique subsaharienne, grâce au déploiement de nouvelles technologies innovantes et à la mise en place de moyens de paiement  accessibles à tous.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Malgaches bloqués à l’étranger : Rapatriement en cours pour 710 marins

La présidente de Zanak’i Gasikara, Carroza heliarisoa.

Désormais, les Malgaches expatriés peuvent bénéficier de protection plus accrue dans différents domaines. La présidente-fondatrice de l’association de la diaspora malgache résidant en France, « Zanak’i Gasikara », Carroza Heliarisoa l’a annoncé samedi dernier lors de la célébration du premier anniversaire de cette association tenue à Paris, samedi dernier. D’après elle, cette reconnaissance envers les membres de la diaspora s’explique par la réussite des négociations sur le rapatriement des expatriés bloqués dans leur pays d’accueil respectif par les mesures restrictives résultant de l’explosion de la pandémie de Covid-19 dans le monde. Des actions qui ont marqué le bilan de l’exercice de l’association. Actuellement, une dizaine des 710 marins malgaches retenus à l’étranger et tombés en difficulté ont pu rentrer au pays grâce à l’appel lancé par « Zanak’i Gasikara » à l’endroit des autorités malgaches ainsi qu’à la République Française. Ces marins ont pu embarquer dans l’avion récemment affrété par  la République Française pour le rapatriement de ses ressortissants à Madagascar. Manifestant sa satisfaction sur ces réalisations, Carroza Heliarisoa a réitéré sa détermination d’améliorer davantage les conditions d’existence de ses concitoyens vivant à l’étranger à travers des différents projets nécessitant de partenariat dont la lutte contre les non-droits  subis par beaucoup des expatriés dans plusieurs pays et toutes formes de violences sociales vécues par leurs familles dans leur société d’accueil. La présidente prévoit aussi l’extension des activités de l’association dans le domaine socio-économique à Madagascar dans les années à venir.

T.M.

Madaplus.info0 partages

Maurice : Un nouveau cas de Coronavirus en provenance de Madagascar

L'île Maurice a recensé un nouveau cas de Coronavirus. Il s'agit d'une personne en provenance de Madagascar. L'île Maurice ne recense presque plus aucun cas positif depuis un temps, et ce nouveau cas importé fait parti des trois nouveaux cas enregistrés dernièrement sur l'île.
Les vols aériens n'ont pas encore repris mais selon les informations, il s'agirait d'une évacuation sanitaire. Trois personnes étaient à bord, dont le malade et deux accompagnateurs. L'identité du cas positif n'est, par contre, pas précisé s'il s'agit du malade ou d'un des deux accompagnateurs, mais celui ci a déjà été placé au New ENT hospital for Covid-19 traitment et les deux autres, qui ont été testé négatif, en quarantaine.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Incendie à l'ONE Antaninarenina

L'Office National de l'Environnement a pris feu, ce mercredi 15 juillet dernier. Le bâtiment existe depuis un siècle et fait partie des patrimoines de la ville d'Antananarivo. Le feu a pris du temps avant d'être maîtrisé, malgré les efforts déployés par les pompiers d'Analamanga, aidés par les pompiers de l'ASECNA ( Agence pour la Sécurité de la Navigation Aériennes ) et les militaires envoyés par le ministère de la défense nationale.
Les raisons de l'incendie ne sont pas encore connues, mais une enquête a déjà été ouverte sur l'affaire. En surplus, la Ministre de l'Environnement et du Développement Durable affirme que le ministère a déposé une plainte contre X.
Tia Tanindranaza0 partages

ArivonimamoVoafonja 6 voan’ny Covid-19

Natao fitsirihana ara-pahasalamana avokoa ireo voafonja miisa 356 tazonina ao amin'ireo efitrano 7 ao amin'ny fonjan'Arivonimamo ny herinandro lasa teo.

 

 

Voafonja 6 tamin’ireo no voamarina fa mitondra ny tsimokaretina Covid-19, ka nandraisana fepetra manokana avy hatrany, araka ny fampitam-baovao avy amin'ny Ministeran'ny Fitsarana. Nafindra tao amin’ny «infirmerie» izy ireo, nomena fanafody araka ny fomba fitsaboana na ny "protocole" nomen’ ny Ministera misahana ny Fahasalamana, araka ny fanazavana hatrany. Efa niseho ny tahaka izao tany Toamasina tamin’ny tapatapaky ny volana jona nisiana voafonja 41 tamin’ireo 179 notiliana. Fomba fiasan’ny minisiteran’ny fitsarana sy ny fandraharahana ny fonja amin’izao fotoana izao moa ny fanokanana toerana ireo olona vaovao, mba hisorohana ny mety hifindran’ny valanaretina ao anatin’ny fonja misy ireo gadra efa notanana fotoana ela. Taorian’ny 26 jona ihany koa dia ny endrika fanenan-tsazy nataon’ny Filoham-pirenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoMitombo ny isan’ny maty

Nahatatra 20 ireo razana teto amin’ny farita Analamanga nahazo fahazoan-dàlana halevina teny Anjanahary tao anatin’ny herinandro, raha ny tatitry ny BMH.

 

 Mijery ifotony sy manamarina any an-tokantano ny mpitsabo hoe inona marina no nahafaty azy. Mitombo ny fahafatesana, izay mety ho coronavirus ary mety ho antony hafa. Tao anatin’ny herinandro, ohatra, dia am-polony ny olona maty teny amin’ny faritra Tsaramasay izay tsy fantatra mazava izay antony, fa nisy kosa ireo fianankaviana naneho fa matin’ny coronavirus, hoy ny fampahalalam-baovao. Mitombo ny isan’ny lambamena lafon’ireo mpivarotra amin’izao fotoana izao. Mahalafo roa na iray isan’andro eo, raha tsy nisy afatsy iray talohan’ny hamehana ara-pahasalamana, hoy ny mpivarotra. Tsikaritra eny amin’ny tambajotran-tserasera eny ihany koa ny fisiana olona mitady na manao kaomandina vatam-paty. Tsy voatery ho noho ny valanaretina fa mety fahafatesana tsotra mahazatra, saingy maro ihany ny tranga mampiahiahy. Maro ny fitantarana ataona namana akaiky sy olom-pantatra, toy ny fisiana mpivady mielanelana tapa-bolana ny fahafatesany tamina tanàna iray teto Antananarivo, efa ho 5 ny fandevenana teny amin’ny faritra Vinany sy Itaosy iny omaly maraina,… Tsy finiavana hampihorohoro ny saim-bahoaka, fa kosa mba manentana sy manaitra hatrany mba hampitombo ny fitandremana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Alaotra Mangoro“Vonjena zaraina CVO ireo toerana mbola misy tranga”

Mirafitra amin’ny hoe Alaotra sy Mangoro ny faritra Alaotra mangoro, hoy ny governora ao an-toerana, ny Dr Richard Ramandehamanana. Efa nisy ny ezaka natao tao Mangoro ary manana ny atao hoe

 

 « centre d’isolement » isika ao mandray marary isan’andro. Misy tranga vitsivitsy miseho ankehitriny eto Ambatondrazaka ka tsy maintsy natao ny famendrahana fanafody toeram-piasana sy ny fanibohana azy ireo. Nozaraina CVO avokoa ny mpiasa tsy an-kanavaka eo anivon’ny fiadidiana ny faritra ary hizarana izany koa ireo mpiasa isaky ny kaominina. Efa mandeha ny fandraisana ireo marary sy ny fanatsarana ny toerana handraisana azy ireo, hoy hatrany ny governoran’Alaotra Mangoro. Raha ny tiana dia ho voazara daholo ny mponina rehetra saingy ireo toerana efa ahitana ny trangan’ity aretina COVID 19 ity aloha no vonjena haingana. Efa misy ireo tompon’andraikitra na « agent communautaire » miaraka amin’ny mpitandro filaminana sy tompon’andraikitry ny fahasalamana midina ifotony manao ny fanentanana ny amin’ny tokony hanarahana ny fepetra sy mizara ireo fitaovana ilaina toy ny Arotava sy izay CVO izay, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tahotry ny Covid 19Maro ireo afaka sigara sy toaka

Tsy misangy ny Covid 19. Olona 41 isa no efa namoy ny ainy teto amintsika hatramin’ny omaly ary tsy mitsaha-mitombo ireo olona marary.

 Betsaka ireo zary nanova fomba fiaina tsy fidiny vokatry ny fisian’ity aretin-mandoza ity. Ho an’ireo mpifoka sigara ohatra dia maro ireo niala tsy fidiny noho ny tahony ilay fahasempoarana mety hahazo azy. Ilay setroka efa miangona ao anaty tratra no tena atahoran’izy ireny raha araka ny resaka nifanaovana tamina Raim-pianakaviana izay mety vao mainka hahafaty haingana raha tongan’ny tsimok’aretina coronavirus. Manampy trotraka izany ny fihenan’ny fidiram-bola ao an-tokantrano vokatry ny tsy krizy ka tsy maintsy hampiatoana avy hatrany ireo fandaniana tsy tena ilaina toy ny sigara. Ho an’ireo mpisotro toaka indray izay efa voasokajy ho marefo rahateo dia noho ny fikatonan’ny bar no tena nampianatra azy ireny mba hiharitra tsy hisotro mihitsy. Manampy trotraka izany ny krizy ateraky ny aretina izay nandany tanteraka ny teo am-pelatanana sy nahaverezana asa fivelomana maro.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Paul Rabary« Marenina tanteraka ny ila-sofiko »

Midera sy mankalaza an’Andriamanitra lehibe indrindra mandahatra izao rehetra izao raha mbola afaka manoratra aminareo aho anio, hoy ny minisitry ny fanabeazam-pirenena teo aloha,

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

CSB II eto AntananarivoMbola tsy tonga ny fitaovana sy fanafody…

Nanomboka ny alatsinainy teo no efa maro ireo olona tonga eny amin’ireny CSB II ireny ho an’ny eto Antananarivo sy ny manodidina manantona hanao fitiliana sy hanao fizahana ara-pahasalamana.

 Nilaza mantsy ny Filoha fa ny alahady 12 jolay teo, fa omaly alarobia farahafatarany dia afaka handray mandray marary ireo CSB II, saingy mbola tsy tonga ny fitaovana, fanafody,… hahafahana mandray an-tànana ireo marary misy soritr’aretina heverina fa voan’ny covid-19 ho an’ny ankamaroany. Nilaza rahateo ny Filoham-pirenena, fa raha vao misy fambara toy ny tsy faharenesana tsiron-kanina, dia tsy tokony hiandry fitiliana fa heverina ho coronavirus avy hatrany, ka raisina ny andraikitra amin’ny fitsaboana. 40 isan’andro eo no tonga eny amin’ireny CSB II ireny, izay misy mihitsy ny misy soritr’aretina mahey vaika. Maro ireo tsy maheno tsiron-kanina. Ireo olona heverina fa aretina hafa no mahazo azo no raisina, fa nalefa sy notoroana hevitra ho any amin’ireo afaka mandray an-tànana ny mararin’ny covid-19 hatreto. Tsy afaka handray ny fitsaboana ireo “formes graves” ny CSB II na rehefa vory fitaovana aza, fa halefa any amin’ny toeram-pitsaboana lehibe. Manodidina ny 100 isan’andro no manantona ireny toeram-pitsaboana tsy miankina ireny eto Antananarivo. Karazana tsirambina ihany ny mbola tsy fandraisana an-tànana ireo olona misy soritr’aretina manantona ny toeram-pitsaboana ara-panjakana eny ifotony. Miisa 18 ireo CSB II eto Antananarivo, izay andrasana ny fahatongavan’ny fampitaovana feno sy fanafody nampanantenain’ny Filoha.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

4 indray no matyFaritra 19 amin’ny 22 no efa misy Covid 19

Olona 4 indray no namoy ny ainy vokatry ny coronavirus teto Madagasikara, ka ny iray tany Ambanja, ary 3 notsaboina teny Befelatanana teto Antananaivivo.

FARITRA 3 AMIN’NY 22 SISA TSISY COVID-19

Nitombo ireo faritra nahitana ireo tranga, ka mitsinjara toy izao ireo 262 omaly: 209 Antananarivo (205 Faritra Analamanga, 04 Faritra Vakinankaratra), 02 Toamasina, 17 Mahajanga (15 Faritra Boeny, 02 Maevatanàna Faritra Betsiboka), 07 Fianarantsoa (05 Faritra Matsiatra Ambony, 02 Ifanadiana Faritra Vatovavy Fitovinany), 26 Toliara (13 Faritra Atsimo Andrefana, 13 Faritra Anosy), ary 1 kosa tsy fantatra hoe avy aiza. Tafiditry ny valanaretina ihany koa i Maevatanana, ary lasa ambony ny tahan'ny ireo tratry ny "forme grave" ao Antsirabe satria dia miisa 10. Rakotra i Madagasikara satria Faritra 3 dia Androy, Atsimo Atsinanana ary Melaky sisa no tsy tafiditry ny covid-19. Ny 4317 tamin’ny tranga 5605 teto Amin’ny faritra Analamanga avokoa. Mila mailo sy mitandrina satria mitombo ny tranga, maro ny fahafatesana hafahafa ahiana ho vokatry ny valanaretina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa Ambatovy Miantso vonjy ireo mpiasa mbola mihiboka

Mangataka ny mba hahafahany mivoaka sy mirihariha ety ivelany amin’izay ireo mpiasa miisa 40 mbola tavela ao amin’ny orinasa Ambatovy any Toamasina. Efa

ho 2 volana mantsy izy ireo izao no nahiboka tao an-toerana ka ho an’ireo lasibatry ny COVID 19 dia efa sitrana izy ireo raha nisy koa ireo tsy narary saingy tratra ilay fepetra ara-pahasalamana ka tsy afaka nivoaka intsony ary mihitsoka tanteraka. Misy amin’izy ireo anefa no efa tratry ny chomage teknika ary efa tsy nandray karama intsony nandritra ny 2 volana. Ireo vady aman-janany any ivelany eo an-daniny efa saika voaroaka amin’ny trano fonenany avokoa hoy ihany ny vaovao koa manao antso avo amin’ny Fitondram-panjakana. Nomarihin’ireo mpiasa moa fa misy amin’ireo mpampiasa sasany izay tafajanona ao Ambatovy no manao teny tsy voahevitra amin’izy ireo ihany koa ka tsy zakany intsony.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Amborovy-MahajangaNahitana faty efa tena simba

Fatin-dehilahy iray, efa tena simba, no hitan’ny olona teo amin'ny morontsiraka Maroala Fokontany Amborovy, Mahajanga.

 

 

 Mpanjono handeha hanadio lakana ny talata alina no nahita ka niantso Fokonolona ary nampakatra an-tanety ilay faty. Teratany vahiny ilay maty, misy tombokavatsa sandriny ilany saingy tsy mbola fantatra ny mombamomba azy sy ny fomba nahafatesany. Taorian’ny fizahana ny razana sy fanamarinana nataon’ny tomponandraikitra avy eo anivon’ny Fokontany, ny zandary ary ny BMH dia nalevina tao Mangatokana ilay faty ka ny mpamonjy voinan'ny Kaominina ambonivohitr'i Mahajanga no nikarakara izany.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Kamanja - AnjozorobeFaty mifatotra tongotra aman-tanana hita tao anaty rano

Lehilahy tokony iray, 38 taona, no hita faty tao amin’ny reniranon’i Mananara, mandalo ao atsimo andrefan’ny tanànan’Ankadivory Fokontany Kamanja, Distrika Anjozorobe.

 

 

Tao anaty rano no nahitana ilay faty izay efa manomboka simba ny tolakandron’ny alatsinainy 13 jolay 2020. Mifatotra tongotra aman-tanana ilay faty ary mbola nisy vato malao sahabo ho 5kg nifatotra teo amin’ny tendany. Tonga nanamarina ny loza tao an-toerana ny dokoteram-panjakana niaraka tamin’ny zandary rehefa nahazo fampandrenesana. Fantatra fa avy ao Soavinarivo Kaominina Mangamila Distrika Anjozorobe ity lehilahy namoy ny ainy ity. Nalain’ny fianakaviany ny faty taorian’ny fanamarinana ary efa nalevina. Nanokatra famotorana sy fanadihadiana ny zandary avy ao amin’ny brigady Anjozorobe, hikarohana ny antony sy izay tompon’antoka tamin’izao vono olona izay ahiahiana ho niniana natao ity.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Secren AntsirananaNalefa « congé » ny androatokon’ny mpiasa

Mihodina saingy manao « service minimum » ny orinasa Secren ao Antsiranana manomboka anio, nalefa « congé payé » ny androatokon’ny mpiasa.

 

 

Noraisina ny fanapahan-kevitra, hoy ny eo anivon’ny fitantanana ny orinasa, ho fanajana ireo fepetra fisorohana ny fihanaky ny valanaretina coronavirus anatin’izao hamehana ara-pahasalamana izao. Teo koa fisian’ilay lehilahy iray, 49 taona, mpiasan’ny Secren namoy ny ainy ny zoma 10 jolay lasa teo, rehefa notsaboina tao amin’ny Hopitaly Miaramila ao Antsiranana. Tsy nahazo alalana nentina tany an-tranony ity faty ity fa notazomina tao amin’ny hopitaly, ary nalevina avy hatrany ny sabotsy ampitson’ny nahafatesany. Misy 700 eo ny mpiasan’ny Secren, 200 amin’ireo no hisahana ny « service minimum » sy hiantoka ny fanamboarana sambo AMORY miantsona ao an-toerana. Manoloana ny fisian’ny valanaretina covid19 dia mikatona avokoa ny fiangonana rehetra sy « mosquée » ao Antsiranana araka ny nambaran’ny Prefen’Antsiranana. Tsy afaka mifandray ireo Distrika ao amin’ny Faritra DIANA afa-tsy Antsiranana 1 sy Antsiranana 2. Mihatra ny « couvre feu » eo anelanelan’ny amin’ny 9ora alina hatramin’ny 04ora maraina. Mikatona avokoa ny toeram-pisakafoanana sy fisotroana, mirava amin’ny 3ora tolakandro ny mpivarotra eny an-tsena. Roa ihany ny olona Azon’ny bajaj entina. Mbola mandeha an-tsekoly kosa hatreto ireo mpianatra kilasim-panadinana.

Jean D.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antsahakely-AmbohidrapetoMpangalatra no manjaka mandritra ny « couvre-feu »

Mila ho isan’andro no andrenesana vaky trano sy halabotry raha ny tatitra hita amin’ny tambazotran-tserasera sosialy facebook.

 

 

 

 Ny mahagaga aza dia arakaraka ny andrarana ny fivezivzena amin’ny alina na ny « couvre-feu », anatin’izao hamehana ara-pahasalamana izao indray no mampirongatra ny asan-jiolahy eto an-drenivohitra sy ny manodidina. Teny Antsahakely Ambohidrapeto Distrika Antananarivo Atsimondrano izao, dia fiara anakiroa no nisy namaky ny alin’ny talata hifoha ny omaly alarobia 15 jolay. Lasa avokoa ny « autoradio », « Subwoofer » ary ampli tao anaty fiara. Tena kinga sy havanana satria tao anatin’ny fotoana fohy, antsasakadiny teo no nanaovan’ny mpangalatra ny fakana ireo zavamaneno sy kojakoja tao anaty fiara. Efa dila ny mpangalatra vao taitra ny tompony. Sary tamin’ny « caméra de surveillance » sisa no nahitana fa nisy namaky ny fiara.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vente en LigneNiditra an-tsehatra ihany koa i Baolai

Maro ireo orinasa lehibe eo amin'ny sehatra tsy miankina eto amintsika, no miezaka ny manohy hatrany ny asany araka izay azony

 

 

hatao ao anatin’izao ady amin’ny valanaretina Covid-19 izao, toy ny Tranombarotra « Baolai ». « Nandritra izay 23 taona nitsanganan'ny tranombarotra izay, noho ny toe-draharaha hiainanan'ny firenena Malagasy amin' izao fotoana izao, sambany ny nametratrahanay vao andro vitsy monja izay ny « vente en ligne », hahazoana ireo entana lohalaharana amin' ny kalitao ato aminay miaraka amin'ny « service de livraison », hoy ny Baolai. Hita ao amin' ny pejy facebook baolai ny antsipirihany mikasika izany. Maro ny entana vao tonga izay natao nifanandrify hatrany amin' ny filàna sy ny fahefa-mividy ho an’ny daholobe. Ao ny machine à laver, subwoofer, fahitalavitra fisaka jeyoo, misy manomboka 32" hatramin ny 65" misy antoka 1 taona daholo, panneaux solaires mono sy polychristalline, caméra de surveillance à distance,… Izany moa dia hatao ao anatin' ny fanajana tanteraka ny fihetsika fiarovana amin'ny valanaretina coronavirus, toy ny fanaovana ny arotava, gel désinfectant, ny fanajana ny elanelana 1 metatra ao anatin' izany « livraisons » na fanaterana ny entana hatao izany, hoy ny tompon'andraikitra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tahotra diso tafahoatraIsan’ny mampihena hery fiarovana

Na hohanina daholo aza ny karazana legioma sy voankazo ary atao daholo ihany koa ity karazana raokandro rehetra ity dia zava-poana rehefa tafahoatra ny tahotra ny aretina COVID 19,

 hoy ny mpitsabo iray amin’ny alalan’ny fanoran-drantsana na irony antsoina hoe “reflexothérapie” irony. Isan’ny mampihena hery fiarovana vetivety ny tahotra, raha ny fanazavany, satria miteraka rarintsaina rehefa mandona ny rentsika voatokana amin’izany na ilay antsoin’ny olona hoe “nerf de stress”. Arahana ny fepetra saingy tsy tokony ho koditra kosa raha sanatria nahatsiaro ho nisy fotoana tsy nahatandrina izany. Hevero ho toy ny fahavalo natao ho faty io, hoy ny torohevitra, ka ny fanafihana azy amin’ny alalan’izay fanarahana fepetra izay sy fampiakarana hery fiarovana amin’ny zavatra ho anina isan’andro efa natoro antsika no handresena azy. Ilaina ny mihinan-javatra ahitana ny otrikaina sy vitaminina rehetra saingy tokony ovaovaina isan’andro mba hisy ny karazany rehetra. Ezaho mba hisy loko miisa 3 fara fahakeliny eo am-bilia, hoy kosa ny Dr Marius Ramaroson, manam-pahaizana manokana momba ny fameloman’aina.

Nangonin’i J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahamaizana avo lenta

Mety tsy tena niteraka resabe loatra na dia mampiahiahy ihany aza ny fahamaizan’ireo trano hazo nisesisesy teto an-drenivohitra.

Mora ny manazava mantsy, nisy afo saribao nirehitra dia niitatra ny afo ka niampita haingana tamina trano maromaro.Mora mirehitra rahateo ny hazo sy sachet eny ambany tanàna koa dia toa vita moramora ny resaka ; atosaka ny fanampiana, atsangana ny trano lay dia miandry ny rariny eo ny traboina.Fa ity teny Antaninarenina halina ity kosa, tsy ho vitan’ny fanazavana tsotsotra hoe noho ny ankoson’aratra angamba.Efa mazava ny fepetra fa mirava amin’ny 12 ora atoandro ; izany hoe efa tokony tsy nisy olona intsony na tao amin’ny ONE na tao amin’ny biraon’ny ministeran’ny paositra sy ny fifandraisan-davitra amin’ny 7 na amin’ny 8 ora alina.Tena henjana ny fahitana ny afo, niredareda , hita ho tena sahirana ny mpamonjy voina.Ny ONE izany dia mikirakira ny resaka tontolo iainana amin’ny lafiny rehetra ary maro ny antontan-taratasy mipirina ao ; tsy ambanin’izany ny ao amin’ny Paositra.Mby tonga ao an-tsaina sahady ny resaka Tosika Fameno, Paositra Money…Asa aloha izay ho fanambarana sy fanazavana avy amin’ny tompon’andraikitra fa resabe ihany ny an’ny mpitazana sy mpanara-baovao e ! Heverina fa ampy sy manara-penitra ny fiarovana amin’ny lafiny rehetra ireo biraom-panjakana eny Antaninarenina sy Ambohitsorohitra izay voasokajy ho faritra mena raha ny tena marina.Tsy trano hazo eny Antohmadinika na Ankasina no eny fa efa avo lenta.Ka asa mety fahamaizana avo lenta koa ve izany no nitranga.Malaza moa tato ho ato izay ny hoe : mangaraharaha ary ny filoham-pirenena efa nilaza fa mangarahara ny fitantanana ny firenena koa miandry ny rehetra.Enga anie mba hangarahara ny fanazavana momba ity afobe nandravarava teny Antaninarenina ity fa tsy hijanona fotsiny amin’ny hoe : efa mandeha ny fanadihadiana.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana Loterana MalagasyNanao antso fanairana

Tao anatin’ny herinandro no namoizan’ny Fiangonana Loterana Malagasy na ny FLM ireo Raiamandreny am-panahy roa dia ny Filohan’ny fiangonana am-perinasa sy ny teo aloha.

 

 

 

Tontosa omaly teny Ambohijanaka ny fandevenana ny Pastora Dr Rabenorolahy Benjamin. Nilaza ny Fiangonana omaly, fa namoy ny ainy vokatry ny covid-19 ihany koa ny Solontenan’ny Misiona sinoa eny Behoririka izay miara-miasa amin’ny FLM. Nanao fanentanana mba ho mailo sy nitondra torohevitra ny fiangonana omaly, ka isan’izany ny “ady gasy”, toy ny fisotroana rano mamay miaraka amin’ny sakamalaho atao rano fisotro. Rehefa tonga any an-trano dia aleo tonga dia mievoka, hoy ny toromarika. Miantso ny tokony hanampian’ny fanjakana ny Hopitaly FLM Ambohibao ny Fiangonana satria maro ny olona mitsabo tena tonga manantona eny an-toerana, saingy tsy maharaka ny fitaovana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mba ho fitsinjovana ny rehetraSao tokony hahena ny vidin-jiro sy vidin-tsolika ?

Ny vesatra zakain’ny isan-tokantano sy ny vidim-piainana mihitsy no tokony hahena amin’izao fotoam-pahasahiranana iainan’ny vahoaka izao.

Zava-dehibe ny tosika fameno zarain’ny fanjakana, saingy tsy mahasehaka ny daholobe kanefa sahirana ny olon-drehetra, ary efa naman’ny tsy misy intsony ny fari-piainana antonony. 45 000 no hisitraka ny tosika fameno eto Antananarivo, kanefa manodidina ny 4 tapitrisa any ho any ny mponina, izany hoe ny 1,12% no misitaka io fitsinjovana io. Zava-dehibe ny fihibohana mba ho fisorohana ny valanaretina, ary nisy rahateo ny antontan’isa navoakan’ny INSTAT fa ny 82% amin’ny vahoaka no mankasitraka ny namerenana ny fihibohana, arahina tohana sy fanampiana. Mila mijery ny fitondrana hoe: inona no fomba hahafahana manampy ny rehetra. Vesatra ho an’ny fanjakana, fa mety ho azo atao, ohatra, ny tsy mampandoa vidin-jiro ho an’ny mpanjifa latsaky ny 100 000 Ar, ary izay herin’io no aloha ho an’ireo mandany mihoatra izany, mba hitovy ny rehetra amin’ny fanohanan’ny fanjakana. Mila ampidinina ny vidin-tsolika, izay iankinan’ny vidim-piainana, fa tsy voizina foana hoe ananan’ny kaompania trosa ny fanjakana. Ny an’ny orinasa sy ny sehatra tsy miankina dia efa misy ny maneho fa tsy ho vita ny handoha hetra na nahemotra aza satria ny vola niditra aza tsy misy ka fanafoanana hetra no vahaolana. Ny Fiombonamben’ny sendika efa mitaky fa rehefa tsy hanome fanampiana ny fanjakana, dia ny volan’ny CNaPS no havoaka,… ‘

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Misaona ny fanaovan-gazetyNodimandry i Tahiana Andrianarimanana

Nodimandry teo amin’ny faha 35 taonany omaly ny namana mpanao gazety eo anivon’ny Onjampeo Feon’Imerina, Hariniaina Tahiana Andrianarimanana na Tahiana Andrianarimanana.

Efa notsaboina nandritry ny herinandro teo tetsy amin’ny Hopitaly Befelatanana ny lehilahy saingy noho ny fahasemporana nahazo azy dia tsy tana intsony omaly ny ainy, hoy ny fanazavan’ireo akaiky azy. Namela mananontena sy kamboty 3 mianadahy moa izy tamin’izao fahalasanany izao. Mirary fiononana feno ho an’ny fianakaviany sy ireo akaiky azy rehetra ny gazety Tia tanindrazana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Otrikafo “Aleo ny fokontany no hampizarana fanampiana isan-tokantrano”

Manaraka akaiky ny raharaham-pirenena, indrindra fa ity resaka Covid 19 ity, ny antoko politika Otrikafo, hoy ny sekretera jeneraliny, Elia Rabevahiny.

 

Tsy navalona akory ny fitakiana ireo nosy Malagasy fa mitohy ny tolona ary tsy hihemotra izahay. Ny zava - misy aloha izao no tsy ahafanay manoatra, hoy izy. Misy indray izao ny fitohizany fizarana ilay tosika fameno ka eo indrindra no mahagaga anay satria “jeton” indray izany no zaraina. Ny fanontaniana dia hoe angaha moa mitovy ny olan’ny tokantrano Malagasy ? Ny sasany mety sakafo no manahirana azy fa ny an’ny hafa kosa mety zavatra hafa. Ny dikan'izany, hoy ny Otrikafo, dia hoe tokony averina lelavola ihany ilay izy fa tsy mety io ary tokony tsy anavahana koa satria rehefa tonga ny amin’ny 12 ora dia samy mihiboka daholo. Raha tena omena lanja ny fokontany dia milamina io. Omeo azy ny fandaminana rehetra dia mivaha io. Raha lelavola, ohatra, no atao dia aleo anjaran’ny fokontany no mizara azy isan-tokatrano fa mila atao mafy fotsiny ny fanaraha - maso ary omeo fankasitrahana manokana koa izy ireo mba hampazoto azy dia milamina io, hoy hatrany ny Otrikafo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rodoben’ny mpanohitraNamoaka ny dosien’ny fitondrana tetezamita

Namoaka ireo teboka lehibe voarakitra ao amin’ny fanadihadiana nataon’ny banky iraisam-pirenena momba ny resaka paradisa fiskaly

eto Madagasikara omaly ny rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara. Voaresany koa ny resaka natao momba ny orinasa Tiko any Vohidiala sy ao amin’ny seranan-i Toamasina. Tsapa fa tsy manana izany toetra maha “ homme d’Etat” izany ny filoham-pirenena satria tsy manana ilay atao hoe “ honnêteté intellectuelle” ary hita avy hatrany fa fanenjehana manokana ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana no nataony, hoy ny RMDM. Ny mpitondra manana ny “ honnêteté intellectuelle” dia milaza ny marina momba ilay dosie nambaran’ny BM. Vokatry ny fanadihadiana natao iny fa tsy tatitra araka ny filazany. Fanadihadiana tamin’ireo tahirin-kevitra teo anelanelan’ny taona 1990-2010 koa fa tsy 2002-2010. Maninona no nesorina ny teo anelanelan’ny 1990-2002? Satria ve ny olona nitondra tamin’izany manohana ity fitondrana ity ka natao fanahiniana nesorina sao manahirana? Tsy misy ny porofo fa ny fitondran’i filoha Ravalomanana no nanao ny fanodinkodinana ireo vola ireo tany amin’ny “paradis fiscaux”. Vakio tsara ilay fanadihadiana fa tsy misy anaran’olona ao na iray aza. Efa fahazarana ve ny manao “manipulation” ny vahoaka dia omena daty diso sy tsy hilazana ny marina izy ireo? Iza no nilaza ren-tany ren-danitra fa tsy hiankina amin’ny mpamatsy vola mahazatra, indrindra ny Banky iraisampirenena sy ny FMI. Momba ireo orinasan’ny Tiko any Vohidiala na ilay any amin’ny seranan’i Toamasina dia misy fifanarahana nifanaovana daholo ireo. Ny fitondrana tetezamita ihany koa no nangalatra ny fananan’ny Tiko toy ny vary tany amin’ny Port Toamasina, nandoro ireo Magro manerana ny Nosy, nangalatra ireo fiara sy kamiao samihafa, hoy hatrany ny RMDM. Manainga ny olona rehetra izay manana porofo na ihany koa nahita ireo mba hitsangana ary hanatona anay. Avoay ny marina momba ny vola namarotana ny harempirenena tany Soalala sy ny fanondranana andramena izay misy rakitsary mirakitra fa Andry Rajoelina dia anisan’ny nanao an’io ary ny vidin’ny avion “force one 1” izay namidinareo. Volam-bahoaka daholo ireny, hoy hatrany izy ireo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Afo be teny AntaninareninaKila forehitra ny ONE sy ny Paositra

Nirehitra omaly hariva ny Ofisim-pirenena momba ny tontolo iainana na ny ONE eny Antaninarenina.

 May kila forehitra, hotohoton’ny afo ity sampan-daharaham-panjakana ity. Tsy fantatra mazava ny anton’ny loza, fa tokony ho tamin’ny 8 ora alina tany no voalaza fa niantombohan’ny firehetana. Tsy tafiditra ao anatin’ny sehatr’asa tsy maintsy miasa na « service non essentiel » ny ONE, ary raha miasa ny mpiasa dia amin’ny 12 ora atoandro no mirava. Misy aza ny resaka fa nisy ahiahiana tranga coronavirus tao, ka nomena toromarika tsy hiakatra birao ny mpiasa. Isan’ireo tranom-panjakana manaja ny rafitra HSSE (Hygiène, sécurité, sûreté, environnement) ity fotodrafitrasa ity. Tombana ihany izany, fa ny fanadihadiana no mety hamaritra ny antony marina niteraka ny firehetana.Ny azo antoka aloha dia may kila ny antontan-taratasy rehetra n any ampahany betsaka.

PAOSITRA SY FIFANDRAISAN-DAVITRA

Toerana stratejika ny eny Antaninarenina ahitana biraom-panjakana samihafa tena saropady satria ao an-damosin’ny ONE no misy ny Paositra miaraka amin’ny Minisiteran’ny Paositra sy ny Fifandraisan-davitra (Direction Generale), izay lasibatry ny fahamaizana goavana io ihany koa.Raha ny fahitana azy dia niainga avy any ambony rihana (rihana faha 3) amin’ny biraon’ny Paositra ny afo ka nidina tamin’ireo rihana hafa. Tsara ho marihana fa ny Minisiteran’ny Paositra no mikirakira ny Tosika Fameno sy ny resaka « Paositra money » . Mifanohy amin’ny ONE, ny Paierie Générale izay efa nanomboka nilelaka azy ny afo tamin’ny ora nanoratanay. Mampanahy ity toe-javatra ity, ary ao anatin’ny toe-draharaha mafana eto amin’ny firenena no isehoany. Nifanome niezaka namono  ny afo ny sampana mpamonjy voina etsy Tsaralalana sy ny mpamonjy voinan’ny ASECNA satria tena niredareda izy tsy izy ny afo.Goavana ny fahavoazana. Andrasana ny tatitra mazava avy amin’ny manampahefana eo anatrehan’io toe-javatra io. Ny polisim-pirenena no voalaza fa mandray an-tànana ny raharaha.Fanontaniana tena manitikitika izao ny hoe : taiza no nanomboka ny afo, tao amin’ny ONE ve sa tao amin’ny Paositra ?

 

Tonga nijery ny zava-nitranga teny an-toerana ny minisitry ny tontolo iainana sy nyny fampandrosoana lovainjafy Baomiavotse Raharinirina ary nanambara fa avotra soamantsara fa tsy may ny solosaina mitahiry ireo antontan-kevitry ny ONE (Serveur) ka inoana hoy izy fa misy zavatra azo avotana ao.

Toky R

La Vérité0 partages

Cités universitaires d’Antananarivo - Des étudiants en détresse !

Bloqués dans la Capitale depuis des semaines. Des milliers d’étudiants provenant des 4 coins de l’île mais qui poursuivent leurs études à l’université d’Antananarivo renforcent leurs appels de détresse. Ces locataires des cités universitaires  peinent à survivre en cette période de crise liée au Covid-19, notamment à cause de la fermeture des routes. « Certains étudiants ont pu rentrer chez depuis le mois d’avril dernier, durant la seconde phase du confinement. D’autres ont dû revenir en ville pour les dernières inscriptions récemment lancés dans certains départements, du coup ils sont de nouveau bloqués ici. Actuellement, deux tiers des étudiants logés dans les cités universitaires y sont coincés », rapporte Raphael Mahefasoa, parmi ces locataires des logements estudiantins.

 

Ces étudiants se plaignent surtout du fait que leurs parents ont du mal à leur envoyer des vivres, à cause de la suspension de travail des taxis-brousse. Pourtant, les frais des colis des prestataires s’avèrent exorbitants. A cela s’ajoute le frais de taxi pour récupérer les marchandises à Antananarivo, faute de bus. Autant de raisons pour lesquelles ces étudiants demandent une autorisation spéciale d’ouverture des routes pour pouvoir rentrer chez eux, dans les Régions. « Nous sommes disposés à suivre les mesures y afférentes, au lieu de rester ici sans moyens de survie. Sinon, nous sollicitons l’aide régulière des autorités compétentes », demande le porte-parole des étudiants. Notons que leur dernière subvention remonte en fin mai dernier, durant lequel ils ont reçu des produits de première nécessité de la part de l’Etat.

Par ailleurs, les locataires des cités universitaires se disent vulnérables face à l’actuelle propagation du coronavirus. En plus de la sous-alimentation depuis le confinement, l’insalubrité au niveau des cités U accentue cette vulnérabilité. « Des étudiants suivent en ce moment le traitement à domicile du Covid-19. Ils n’ont pas les moyens de se déplacer dans les hôpitaux, où les consultations prennent des heures et les médicaments sont à la charge des patients. Du coup, ce sont des étudiants en médecine qui les auscultent et prescrivent le traitement adéquat », témoigne un responsable d’association. Les étudiants réclament ainsi la tenue d’une opération de désinfection dans les cités U. « Nos revendications demeurent apolitiques. Nous n’avons pas l’intention de tenir une grève, mais de tirer la sonnette d’alarme afin que les autorités se soucient de notre social », conclut le porte-parole des étudiants.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Statistique sur le Covid-19 à Madagascar - Un jeudi noir !

10. C’est le nombre des patients  déclarés officiellement décédés du Covid-19  hier après être victimes du syndrome de détresse respiratoire aiguë. 8  patients emportés par le virus ont suivi le traitement dans la Région d’Analamanga, les deux autres ont été déclarés à Diana et Atsinanana. Il s’agit du plus grand nombre de décès jamais enregistré en un jour par le Centre de commandement opérationnel  Covid-19 Ivato (CCO) depuis le début de cette pandémie.  Pire encore, c’était cette semaine que Madagascar a enregistré  le record  du nombre de morts du Covid-19 après environ 4 mois de maintien de la propagation d’épidémie. Effectivement, du lundi 13 juillet jusqu’à hier, 18 décès liés au coronavirus ont été déplorés.

Ce qui porte actuellement à 53 décès le  nombre total des personnes  testées positives  au coronavirus qui ont succombé. Comme l’a toujours précisé le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole dudit centre, les personnes  développant une maladie chronique notamment les atteintes de diabète, d’hypertension artérielle ou encore de problème respiratoire  ainsi que les personnes âgées constituent des individus vulnérables face à cette maladie virale.

En outre, le taux de contamination a  également explosé hier avec  484  nouveaux cas positifs répertoriés par le CCO Covid-19 Ivato. Sur les 766 tests PCR réalisés par l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), le Centre d’infectiologie Charles Mérieux (CICM),  le Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB)  et  celui Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA)  ainsi que le laboratoire d’analyses médicales malagasy (LA2M), 448 cas positifs ont été découverts. Les laboratoires utilisant la technique GèneXpert ont aussi traité 79 prélèvements dont les résultats ont révélé 35 cas positifs. Selon le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle,    433 cas infectés ont été identifiés  dans la Région d’Analamanga.  20 porteurs du coronavirus   du côté d’Anosy, la Région d’Analanjirofo en a également trouvé 8 personnes testées positives au Covid-19.  Au cours de l’intervention  télévisée,  elle a déclaré 7 individus ayant contracté le virus à Fianarantsoa, 4 porteurs à Maevatanana et 3 autres à Arivonimamo, deux cas confirmés dans la Région d’Atsinanana et un cas positif à Toliara. La localisation d'un cas n'a pas été communiquée. Particulièrement cette semaine, le CCO Covid-19 a répertorié 1 222 personnes positives au Covid-19.

Il est important de préciser que la Grande île a augmenté le nombre de dépistage, ce qui explique l’identification de plusieurs cas de contamination. Pour ce jeudi noir,  845 tests ont été exécutés par 5 laboratoires qui ont travaillé en concert.   Depuis le début de cette épidémie, 31 296 tests ont été accomplis notamment en guise de confirmation et de contrôle.

Entre ces mauvaises nouvelles, le nombre des personnes guéries a augmenté. 140 cas de rémission  ont été annoncés hier par le CCO Covid-19 Ivato dont 112 patients en traitement à domicile. Le pays recense 2 951 patients ayant rempli les critères de guérison.

K.R. 

La Vérité0 partages

Sakaraha - Une bande armée met le feu à une habitation

Comme dans l’ensemble du Sud, la localité de Sakaraha tombe de plus en plus sous la coupe des bandits. Pas plus tard que mercredi dernier, une bande composée d’une dizaine d’individus armés, a fait incursion dans la petite Commune de Maromby. Ils y ont pris la maison appartenant à une petite famille comme cible. Non seulement, les assaillants ont fait main basse sur quelques biens appartenant aux locataires. Mais après qu’ils eurent quitté l’endroit, ils ont mis le feu à cette habitation.

 

Mais c’était sans compter la solidarité qui animait les membres du fokonolona. Ces derniers s’étaient immédiatement mobilisés après avoir reçu l’alerte. Du coup, ils ont déclenché une chasse à l’homme pour tenter de prendre les assaillants en embuscade. Les efforts des villageois s’avéraient payants. L’un des agresseurs fut capturé vivant. Loin de le tuer comme c’est la règle dans pareille situation, les villageois l’ont remis aux autorités non sans qu’ils ne l’aient infligé quelques corrections. Les gendarmes ont aussitôt démarré une enquête. Ils promettent que les traces des bandits en cavale seront retrouvées grâce au renseignement fourni par leur acolyte mis en captivité.

F.R.

La Vérité0 partages

Incendie chez l’ONE et la Poste - La cause du sinistre non encore élucidée

L’incendie survenu mercredi soir et qui a endommagé totalement le bureau de l’Office national de l’environnement (ONE) à Antaninarenina et une partie supérieure du local de la direction générale de la poste  retient encore les esprits. Vers le milieu de la matinée d’hier, de la fumée se dégageait encore du bâtiment en ruine, et qu’une équipe des pompiers avec deux fourgons pompes était encore à l’œuvre. L’heure est à l’enquête qui progresse lentement. D’après une source, des responsables ou autres cadres, sans parlant de simples agents au sein de l’ONE mais aussi de la Poste, ont été convoqués,  puis soumis à une interrogation, à la Brigade criminelle Anosy,  dans la journée d’hier.

Tenter d’élucider la cause du sinistre demeure encore un travail de titan pour les enquêteurs. Les avis sont encore divergents. Des sources auprès de l’ONE affirment ne plus savoir si le feu a vraiment démarré dans l’un des bureaux de l’ONE  qui donne sur le Louvre situé en face, ou bien si c’était du côté de la Poste.  En attendant, des témoins déplorent l’insuffisance des matériels des sapeurs-pompiers mais surtout la faible pression d’eau dans ce quartier rendant « ainsi les jets en de ridicules et minces filets d’eau » narre un quadragénaire. Il a fallu solliciter les renforts de leurs collègues de l’ASECNA et ceux du Corps de protection civile (CPC) Ivato qui ont dépêché deux fourgons pompes, pour venir à bout des flammes.

« En nous rendant compte que la construction est partiellement constituée de boiserie, nous décidâmes d’appeler l’aide de nos collègues de l’ASECNA et du CPC », déclare un responsable au sein des sapeurs de Tsaralalàna.

Le feu s’est déclaré dans les environs de 20 h et il est parti du second étage de l’ONE où, au début, seule une pièce  semble touchée. Mais le temps pris par les sapeurs-pompiers à déployer leurs matériels et à attaquer l’incendie, le feu s’est propagé rapidement vers d’autres pièces et  a atteint le bâtiment de la direction générale de la poste. Jusqu’à minuit, les hommes de feu de Tsaralalàna et d’Ivato luttaient encore contre les flammes qui, attisées par les vents, ont failli embraser des bâtiments mitoyens de l’ONE et de la direction générale de la poste, notamment celui du Trésor. Une forte sécurité de la Gendarmerie et de la Police sécurisait l’endroit durant toute l’intervention des sapeurs-pompiers.

Des membres du Gouvernement concernés  de près ou de loin par cet incendie ont été aperçus à Antaninarenina la nuit du drame ainsi que le maire de la Commune urbaine d’Antananarivo.

Franck R.

La Vérité0 partages

Incendie de l’Office national pour l’environnement - Le ministère dépose une plainte

Les enquêtes sont encore en cours. Suite à l’incendie du bâtiment de l’Office national pour l’Environnement (ONE), sis à Antaninarenina, le ministère de l’Environnement et du Développement durable (MEDD) a tenu une conférence de presse afin de faire un état des lieux de la situation. Selon les dires du ministre, Vahinala Baomiavotse Raharinirina, le ministère va déposer une plainte. « L’incendie de l’ONE a débuté en pleine nuit. Nous ignorons encore jusque-là ses origines. Tout ce que nous savons c’est qu’il a débuté dans les locaux de l’ONE avant de se propager dans les bâtiments environnants. Pour prévenir, nous avons donc décidé de déposer une plainte contre X dans l’éventualité que ce soit un incendie criminel. Il ne faut pas oublier que les courts-circuits se produisent généralement en période de pluie. De plus, l’incendie s’est déclenché bien après l’heure du couvre-feu », a-t-elle expliqué lors de cette rencontre avec la presse.

 

En termes de dégâts, ce sont tous les locaux de l’ONE qui se sont retrouvés calcinés en plus de ceux de la direction générale de la poste. « Heureusement, quand nous sommes arrivés sur les lieux vers 21 heures du soir, nous avons pu évacuer un des serveurs de l’office, contenant des archives numériques. Mais la majorité des archives papier ont été brulées durant l’incendie », a indiqué le ministre. En tout cas, le MEDD s’attèle déjà dans la recherche de locaux provisoires pour l’office, du moins jusqu’à la réhabilitation du bâtiment. « Effectivement, ce dernier fait partie du patrimoine architectural de la Capitale. Il figure parmi les bâtiments les plus anciens du quartier d’Antaninarenina. Nous veillerons alors à sa restauration afin de la préserver », a rassuré Vahinala Baomiavotse Raharinirina.

Occupant une place primordiale dans la délivrance de permis environnementaux et dans les études d’impacts environnements des projets mais aussi des entreprises, l’Office national pour l’environnement doit vite retrouver ses repères pour continuer ses activités. D’après les explications reçues, il pourrait occuper les locaux du ministère à Nanisana ou encore à Ampandrinomby. D’autre part, des acteurs du secteur privé ont également proposé des solutions.  Mais toutes les propositions seront étudiées avant la prise de décision. « En tout cas, cet incendie n’a rien à voir avec les exploitations de bois de rose comme l’insinuent les différentes rumeurs sur les réseaux sociaux. L’ONE ne s’occupe nullement des questions de forêts et d’exploitation forestière », soutient le ministre.  Seuls les résultats des enquêtes définiront l’origine exacte de cet incendie.  

Rova Randria

La Vérité0 partages

Aide budgétaire - Le décaissement de 21 millions d’euros de l’Union européenne attendu

Le Gouvernement a annoncé l’acquisition du fonds de lutte contre le coronavirus à hauteur de 600 millions de dollars dans son rapport provisoire. La moitié de cette somme n’est pas encore décaissée comme le cas du financement de la part de l’Union européenne. D’après Giovanni Di Girolamo, ambassadeur et chef de la délégation de l’Union européenne à Madagascar, « l’Union européenne travaille activement pour arriver à l’approbation de 21 millions d’euros d’appui budgétaire à l’Etat malagasy. Le cas échéant, elle prévoit le déboursement accéléré de 10 millions d’euros en 2020 pour l’aider à faire face à la crise et une deuxième tranche de 11 millions d’euros en 2021 ».

Ce qui signifie que le Gouvernement malagasy attend encore la décision du conseil d’administration. Toutefois, les 10 millions de dollars sont déjà inscrits dans le fonds de la lutte contre le Covid- 19. Elle sert surtout à financer le budget général. A noter que le Team Europe à Madagascar à savoir l’Union européenne, l’Allemagne et la France a mobilisé un fonds s’élevant à 40 millions d’euros pour financer dans les plus brefs délais des activités spécifiques dans les secteurs de la santé, la protection sociale et la relance économique dans notre pays.

Sommet UE-UA

Outre les aides budgétaires, l’Union européenne prévoit un raffermissement de son lien avec l’Afrique. Un sommet Union européenne (UE)-Union africaine (UA) est prévu en octobre à Bruxelles. « Le sommet UE-UA prévu prochainement marque une étape décisive pour élaborer ensemble un programme politique vaste et ambitieux qui permettra d’approfondir notre coopération stratégique à long terme. Pendant sa présidence du conseil de l’Union européenne, l’Allemagne soutiendra pleinement un partenariat UE-Afrique renforcé visant à construire un avenir commun meilleur pour le bien de nos peuples », poursuit l’ambassadeur. Une stratégie globale sera élaborée pour l’occasion. Elle fixera les plans d’actions de l’Union européenne en Afrique durant la prochaine décennie.

Solange Heriniaina

 

La Vérité0 partages

Contexte du Covid-19 - Les grandes enseignes se mettent à la vente en ligne !

Dans le secteur privé, les grandes enseignes de la Grande île s’adaptent comme elles le peuvent face à la pandémie de Covid -19. Dans cette optique, la société « Baolai » a procédé à une innovation spéciale pour répondre aux attentes du public. « Face à la conjoncture actuelle, pour la première fois depuis nos 23 ans d’existence à Madagascar, nous avons lancé depuis quelques jours la vente en ligne de nos appareils en électroménager de premier choix, avec un service de livraison déjà disponible. Toute cela est organisé dans le respect des règles d'hygiène sanitaires strictes de la lutte contre la pandémie de Covid-19 comme le port de masque, l’utilisation de gel désinfectant, la distanciation sociale d'au moins un mètre et autres gestes barrières de nos employés lors de ces dites livraisons. Un nouvel arrivage est disponible pour tous les goûts et tous les budgets.

A l'instar de la marque Jeyoo qui est à l’honneur en ce moment car disponible entre 32 et 65 pouces (garanti 1 an), avec par exemple la Smart Tv 65 pouces (4K) à 2 256 000 ariary. Sans oublier les autres articles comme les panneaux solaires mono et polychristalline, subwoofer, machine à laver, réfrigérateur, caméra de surveillance à distance… Les divers détails sont à découvrir sur notre page Facebook « Baolai » (contact en heures de bureau 033 37 968 88) » d' après un responsable. Ce genre d'initiative arrive à point nommé, car le public malagasy est plutôt friand d'articles neufs, de qualité aux tendances design à prix abordables pour embellir et animer leur foyer.

 

La Vérité0 partages

Le jeu de la transparence !

Quelle malicieuse mouche aurait-elle piqué certains activistes de la société civile locale. Des fois, on est tenté de croire qu'ils disent des … bêtises ou qu'ils déversent sur le tas des propos qui ne collent pas à leur rôle. Ou bien, ces éléments incontrôlés déraillent, dérapent ! Ou enfin, ils tiennent un langage qui n'est pas les leurs !

 

Depuis voilà quelque temps, en plein branle-bas de combat contre la propagation du virus du Covid-19, des éléments de l'Organisation de la société civile (OSC) et ceux de la Collectifs des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC) montent au créneau pour réclamer, sans répit ni repos, la transparence et la redevabilité aux tenants du régime en place dans la gestion des affaires de l'Etat, en particulier, celle relative à tout ce qui touche la lutte contre cette pandémie qui nous tord le cou. Ils envoient à deux ou à trois reprises des « lettres ouvertes » frisant l'allure de « demandes d'explication » adressées au ministre des Finances sinon directement au CCO-Covid-19 Ivato, Centre de commandement opérationnel.

A quelle partition joue-t-on du côté des OSC et CCOC ? A quel jeu joue-t-on quand on exige non-stop de la transparence ? D'après ce que l'on sache, les ténors ou les têtes brulées impatientes de l'opposition regroupées essentiellement au sein du RMDM s'évertuaient à jouer aussi, plus d'une fois, ce genre de partition ! A quoi joue-t-on dans ce pays ? En fait, « tout le monde », de l'autre rive, ressasse le même refrain !

D'après nos humbles connaissances, les acteurs de la société civile ne jouent pas une partition à connotation … politique. Pourtant, les requêtes faisant l'objet de leur démarche ressemblent trop à des revendications partisanes.

Les tenants du pouvoir ont bien voulu livrer leur version des faits relatifs à la gestion des dons ou des aides en provenance des pays tiers. La porte-parole du Gouvernement, la ministre de la Communication Lalatiana Andriantongarivo Rakotondrazafy rapporte fidèlement et en détails les consignes données par les deux chefs de l'Exécutif, le Chef de l'Etat et le Premier ministre, à l'intention des membres du Gouvernement pour que chacun veille au grain sur la régularité sans faille et sur le contrôle des mouvements des dépenses publiques. Le budget de l'Etat ainsi que les aides doivent impérieusement faire l'objet d'une stricte bonne gouvernance. Aucune négligence ou malversation ne sera tolérée. Nombreux sont les hauts responsables, ministres même, qui ont payé cher à leur imprudence. Le Président Rajoelina ne badine jamais face à de telles inepties. Il l'a d'ailleurs martelé lors de sa dernière intervention au cours de laquelle il exige de la part des responsables de la rigueur sur la gestion des deniers publics. Il impose la transparence sinon la limpidité dans tous les fonctionnements de la finance publique. Le ministre des Finances et du Budget réitère la possibilité à tout citoyen de consulter le site internet du MFB pour en savoir les détails.

Alors, quel « jeu de la transparence » certains activistes réclament-ils encore ? Ils n'ont qu'à consulter le site internet du ministère concerné. A moins qu'ils jouent le jeu des petits princes gâtés et capricieux qui veulent être servis sur le plateau d'argent

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Gestion financière de la riposte au Covid-19 - « Le contrôle attendra la loi de règlement »

Le responsable de la communication du Centre de commandement opérationnel (CCO)Covid- 19 Ivato, Fanahimanana Tiaray, défend la gestion financière du centre face à la pandémie de coronavirus. Le contrôle de cette gestion se fera dans les détails lors de l'adoption de la loi de règlement par le Parlement.

 

Fanahimanana Tiaray a été l'invité de la radio Antsiva hier. En cette situation d'urgence exceptionnelle, il possède deux casquettes : Directeur général de la communication auprès du ministère de la Communication et de la Culture et responsable de la communication du CCO Covid- 19 Ivato. Le sujet abordé lors de l'émission est la gestion financière du centre qui est le fer de lance de la riposte au coronavirus. Un sujet qu'il maîtrise fort bien puisqu'il est magistrat financier de carrière.

L'invité a commencé par expliquer le mode de fonctionnement du CCO Covid- 19 Ivato. La pandémie de coronavirus a été classifiée en tant que catastrophe naturelle, le CCO, dirigé par le le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes ou BNGRC, a alors été érigé en « régie d'avance unique et exceptionnelle ». En finances publiques, c'est une exception au principe de la séparation stricte de l'ordonnateur et du comptable.  

Le régisseur du centre est donc à la fois ordonnateur et comptable. Les mouvements de fonds au sein de ce centre ne suivent donc pas les procédures administratives et financières habituelles. Le décaissement des fonds est facilité auprès du Trésor public vu l'urgence dont le pays fait face. Mais le décaissement ne dépend pas de la seule volonté du régisseur. Trois personnes sont responsables de ce décaissement, à savoir le régisseur, le directeur général du BNGRC et le ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation.

Autres structures de riposte

Outre le CCO Covid -19 Ivato, d'autres structures et institutions font également des ripostes à la pandémie de coronavirus. Tel est le cas par exemple de la Présidence de la République, la Primature, les ministères comme le ministère de la Santé, le Ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Défense nationale, le ministère de la Sécurité publique, le Secrétariat d'Etat chargé de la gendarmerie, et bien d'autres structures comme les Régions et les Communes.

En réponse aux organisations de la société civile qui exigent la transparence en cette période difficile que traversent le pays et sa population, Fanahimanana Tiaray a haussé le ton. Il a rétorqué « qu'en ce moment encore difficile, la publication de la gestion financière de la riposte à la pandémie est quasi impossible ». Comment en effet faire le suivi de tous les fonds obtenus de divers partenaires techniques et financiers et qui sont utilisés par de nombreuses structures ?

Contrôle a posteriori

Le contrôle de cette gestion financière de la riposte à la pandémie se fera donc « a posteriori ». Les organisations de la société civile qui exigent cette transparence doivent donc faire preuve de patience. En effet, ce contrôle a posteriori se fera lors de l'adoption de la loi de règlement de l'exercice budgétaire 2020. Et l'adoption de cette loi de règlement se fera en fonction  de son élaboration par l'Exécutif, et de son adoption par le Parlement.

Mais en attendant l'adoption de la loi de règlement, le responsable de la communication du CCO Covid- 19 Ivato a affirmé qu'un audit peut être mené, si besoin est. Mais pour l'instant, tous les efforts sont focalisés sur l'éradication du coronavirus du pays et la protection sanitaire de la population. En tout cas, le comptable public attitré du centre auprès de la Paierie générale effectue déjà un contrôle sur le régisseur. Celui-ci a, en effet, intérêt à ce que cette gestion financière soit claire comme l'eau de roche. Sa responsabilité personnelle pécuniaire ainsi que celle de ses descendants sont, en effet, engagées. Dans le cas où une somme manque lors de la régularisation de tous les mouvements de fonds, cette responsabilité est engagée à travers l'adoption d'un arrêt débet.

Quoi qu'il en soit, à la connaissance du responsable de la communication du CCO Covid -19 Ivato, et vu la mise en place des mécanismes de gestion financière du centre, il n'y a aucune intention et il n'y a aucun élément qui permet un détournement de deniers publics. D'ailleurs, le ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, le Premier ministre, et surtout le Président de la République sont très à cheval sur le respect de la bonne gouvernance, notamment financière.

Les organisations de la société civile qui dénoncent l'existence d'une gestion opaque ou l'existence d'un détournement de deniers publics doivent donc apporter la preuve de leurs allégations. La charge de la preuve incombe en effet à celui qui s'en prévaut. Et surtout, la gestion financière de cette riposte au coronavirus fait partie de la gestion des finances publiques régie par des procédures administratives différentes. Elles ne peuvent pas donc demander des comptes à tout vent, ou comme bon leur semble…

 

La Vérité0 partages

Raccourcis politiques - Des détracteurs du régime s'érigent en … maîtres de l'intox !

Le débat politique à Madagascar a sérieusement besoin d'être rehaussé. Alors qu'ailleurs, les dirigeants et les membres de l'opposition débattent sur les idées, la situation est encore différente dans le pays. L'incendie qui s'est déclaré au siège de l'Office national pour l'environnement  (ONE) à Antaninarenina, avant - hier, a suscité la consternation chez les simples citoyens. Pourtant, le même incident a été perçu et saisi comme une nouvelle opportunité pour les membres de l'opposition d'étaler une autre théorie du complot sans le moindre fondement.

 

L'on s'étonne d'ailleurs lorsqu'une ancienne personnalité publique réfugiée à des milliers de kilomètres du pays annonce sur les réseaux sociaux, au moment de l'incident, que la Poste et l'ONE sont en train de brûler et que le feu s'étend vers le Trésor public. Pourtant, le feu n'a atteint que les locaux de l'ONE. Pire, cette même personnalité est allée jusqu'à faire un raccourci en avançant, sans la moindre preuve, qu'il s'agit d'un incendie volontaire visant à masquer des prétendues « preuves de détournement ». Selon ses suppositions, le feu a été volontairement provoqué pour détruire des dossiers gênants. Une imagination excessivement débordante lorsqu'on sait que du côté du ministère de l'Environnement, aucune conclusion n'a encore été tirée quant à l'origine de l'incendie et que les Forces de l'ordre viennent de démarrer une enquête.

Un piège pour l'opinion publique

 Il est d'autant plus surprenant qu'au moment où l'enquête commence à peine, cette figure politique qui réside tranquillement à l'étranger clame haut et fort qu'il s'agit d'un incendie volontaire. L'on est alors tenté de se demander qui serait assez téméraire pour allumer un feu dans un bâtiment situé à proximité du Palais présidentiel d'Ambohitsorohitra. En poussant son imagination un peu plus loin, la même personnalité  véhicule une autre hypothèse alternative selon laquelle l'incendie de ce bâtiment ministériel serait un prétexte pour le déplacer vers la nouvelle ville inscrite dans le projet présidentiel. Bref, une analyse qui se perd en conjonctures.

Les théories du complot et les raccourcis politiques sont devenus le credo de certains membres de l'opposition qui s'aliment de quelques « j'aime » sur les réseaux sociaux pour trouver son public. L'on se souvient des mêmes raccourcis tirés des multiples annonces du Président de la République, Andry Rajoelina sur le tambavy Covid - Organics et le remède en version injectable qui fait actuellement l'objet d'essais cliniques pour traiter les malades du Covid-19. Après l'annonce du terme « injection », les dénigrements sont allés bon train en faisant un raccourci sur d'éventuels vaccins destinés à être testés en Afrique et qui a fait le buzz dans les médias étrangers. Ce qui n'est évidemment pas le cas puisque l'injection en question est tirée de la combinaison de deux médicaments déjà utilisés dans le milieu pharmaceutique. Face à de telles manœuvres, l'opinion publique a intérêt à faire preuve de vigilance pour ne pas tomber dans le panneau de ces intox déguisées en information.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Trouble à Ambohipo - Rolly Mercia placé sous mandat de dépôt

Arrêté tôt hier matin par la Police à son domicile à Ambolokandrina, Harry Laurent Rahajason, plus connu sous son nom de plume Rolly Mercia, a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Elles étaient cinq personnes à se présenter devant le Parquet à Anosy dans l'après-midi d'hier à l'issue de leur audition à la Police nationale, quatre ont de suite rejoint la maison d'arrêt d'Antanimora en attendant leur procès et bénéficient la présomption d'innocence jusqu'à la décision définitive de la Justice. L'une d'elles a obtenu la liberté provisoire. Celle- ci n'est autre que la sœur de Berija, un président d'association, incarcéré depuis des jours à Antanimora pour propos diffamant envers des personnalités. Trouble à l'ordre public,  participation à une manifestation non autorisée et atteinte à la sûreté de l'Etat ont été les chefs d'inculpation de ces cinq personnes.

 

Lundi dernier, le quartier d'Ambohipo était le théâtre d'une manifestation demandant la libération de Berija. Les manifestants ont brûlé des pneus tout en bloquant certains accès dans ladite localité. L'intervention de la Police s'est soldée par l'arrestation de trois manifestants. Durant l'enquête policière, l'un des manifestants arrêtés aurait avoué et pointé du doigt Rolly Mercia comme un des bailleurs de ce mouvement. D'où l'arrestation hier de l'ex-ministre de la Communication de la transition et également du régime Rajaonarimampianina.

Par la suite, il était conduit immédiatement devant les enquêteurs  où il avait dû répondre aux accusations et donné sa version des faits.

F. R.

 

La Vérité0 partages

Statistique sur le Covid-19 à Madagascar - Un jeudi noir !

10. C’est le nombre des patients  déclarés officiellement décédés du Covid-19  hier après être victimes du syndrome de détresse respiratoire aiguë. 8  patients emportés par le virus ont suivi le traitement dans la Région d’Analamanga, les deux autres ont été déclarés à Diana et Atsinanana. Il s’agit du plus grand nombre de décès jamais enregistré en un jour par le Centre de commandement opérationnel  Covid-19 Ivato (CCO) depuis le début de cette pandémie.  Pire encore, c’était cette semaine que Madagascar a enregistré  le record  du nombre de morts du Covid-19 après environ 4 mois de maintien de la propagation d’épidémie. Effectivement, du lundi 13 juillet jusqu’à hier, 18 décès liés au coronavirus ont été déplorés.

Ce qui porte actuellement à 53 décès le  nombre total des personnes  testées positives  au coronavirus qui ont succombé. Comme l’a toujours précisé le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole dudit centre, les personnes  développant une maladie chronique notamment les atteintes de diabète, d’hypertension artérielle ou encore de problème respiratoire  ainsi que les personnes âgées constituent des individus vulnérables face à cette maladie virale.

En outre, le taux de contamination a  également explosé hier avec  484  nouveaux cas positifs répertoriés par le CCO Covid-19 Ivato. Sur les 766 tests PCR réalisés par l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), le Centre d’infectiologie Charles Mérieux (CICM),  le Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB)  et  celui Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA)  ainsi que le laboratoire d’analyses médicales malagasy (LA2M), 448 cas positifs ont été découverts. Les laboratoires utilisant la technique GèneXpert ont aussi traité 79 prélèvements dont les résultats ont révélé 35 cas positifs. Selon le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle,    433 cas infectés ont été identifiés  dans la Région d’Analamanga.  20 porteurs du coronavirus   du côté d’Anosy, la Région d’Analanjirofo en a également trouvé 8 personnes testées positives au Covid-19.  Au cours de l’intervention  télévisée,  elle a déclaré 7 individus ayant contracté le virus à Fianarantsoa, 4 porteurs à Maevatanana et 3 autres à Arivonimamo, deux cas confirmés dans la Région d’Atsinanana et un cas positif à Toliara. La localisation d'un cas n'a pas été communiquée. Particulièrement cette semaine, le CCO Covid-19 a répertorié 1 222 personnes positives au Covid-19.

Il est important de préciser que la Grande île a augmenté le nombre de dépistage, ce qui explique l’identification de plusieurs cas de contamination. Pour ce jeudi noir,  845 tests ont été exécutés par 5 laboratoires qui ont travaillé en concert.   Depuis le début de cette épidémie, 31 296 tests ont été accomplis notamment en guise de confirmation et de contrôle.

Entre ces mauvaises nouvelles, le nombre des personnes guéries a augmenté. 140 cas de rémission  ont été annoncés hier par le CCO Covid-19 Ivato dont 112 patients en traitement à domicile. Le pays recense 2 951 patients ayant rempli les critères de guérison.

K.R. 

Midi Madagasikara0 partages

Ankorondrano : Non respect du panneau  Stop

La voiture victime.

Effet du confinement causé par la fluidité de la circulation ? Certains automobilistes de la capitale semblent avoir jeté les codes de la route aux ordures. Presque partout  dans  la capitale, des conducteurs de véhicules se prêtent à un jeu dangereux de mépris desdits codes. A croire qu’ils se sont inspirés des « prouesses » des véhicules 4*4 portant le logo de la lutte contre la Covid-19 à la première période de confinement. Ce qui s’est passé, hier, à la sortie de l’enceinte Tana Water Front illustre bien ce constat. Un véhicule venant de cette zone a grillé le panneau Stop l’obligeant à céder le passage avant d’accrocher une voiture disposant de la priorité. Plus de peur que de mal, l’on ne déplore aucun blessé…sauf  la seconde voiture qui s’est faite quelque peu amochée.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Ambovombe : Ben’ny tanàna teo aloha sy ny vadiny, notifirina noho ny resaka politika

Samy naratra izy mivady ireto niaraka tamin’ny olona roa hafa, rehefa nisy olon-dratsy nitifitra tany tamin’iny distrika Ambovombe. Soa ihany anefa fa nalaky voavonjy haingana ka tsy misy atahorana ny ain’izy ireo. Voalaza fa disadisam-piarahamonina sy resaka politika no antony nahatonga izao fahavoazan’izy ireo izao. Ny alin’ny alahady teo no nisy fanafihan-jiolahy mahery vaika tao amin’ny kaominina Erada, distrikan’Ambovombe. Lasibatra tamin’izany ary voan’ny balan’ireo olon-dratsy mihitsy aza ny olom-boafidy iray teo aloha, niaraka tamin’ny vadiny ary olona roa hafa. Araka ny fampitam-baovao azo dia izy ireto mihitsy no niantefan’ity fanafihana ity ary nokasaina hovonoina tamin’io fotoana io, izay voalaza fa noho ny anton’ny tsy fitovian-kevitra sy fankahalana teo amin’ireo samy mpiray monina. Tao anatin’izany fifandonana izany no niditra an-tsehatra ny zandary rehefa nahazo antso vonjy ary tonga avy hatrany tany an-toerana nanao ny famotorana. Tsy niandry ela fa nisy olona telo izay fantatra fa isan’ireo nandray anjara tamin’ilay fanafihana no nosamborina ary nentina nampiakarina tao Ambovombe. Teny an-dalana indray anefa, ny ampitson’io fanafihana io, rehefa nahafantatra izany ireo fokonolona dia niara-nirohotra, nanakana ny lalan’ireo zandary nitondra azy telo ireto. « Notakian’ireo andian’olona ireo ny hanajanonana ireo olona nosamborina ireo fa hatao kabarin-drazana» hoy ny vaovao. Mazava ho azy, mety tsy voatana ny hatezeran’ireo fokonolona ka tsy maintsy hiafara amin’ny fitsaram-bahoaka ny zava-nitranga ka nisy ny fandaminana sy ny fanelanelanana nataon’ny Kaomandin’ny vondron-tobim-pileovan’ny zandary sy ny Governora tany an-toerana tamin’ireo mponina ka nilamina ihany ny toe-draharaha. Taorian’izay dia nitohy ihany ny famotorana azy telo ireto ka niafara indray tamina fisamborana olona roa hafa izany. Teo no nahafantaran’ireo mpanao fanadihadiana fa « disadisam-piarahamonina sy pôlitika eo an-tanàna no antony nahatonga izao tsy fandriampahalemana izao ». Nanao antso avo ho an’ireo fokonolona moa ireto tompon’andraikitra ireto fa aoka mba tsy hoe tsy fitovian-kevitra no hikasàna handatsahana ain’olona ary « aoka ny tanora tsy ho voasarika amin’ny asan-jiolahy vokatry ny firehana ».

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Golf en deuil : Prosper Ramarolahy n’est plus !

Le monde du golf malgache est en deuil ! Prosper Ramarolahy, un grand professeur de golf du Golf du Rova est décédé, c’est ce qu’a annoncé le responsable de communication du club, mardi dernier. « C’est avec une grande tristesse que nous vous annonçons le décès de Prosper Ramarolahy. Il a fait partie de notre club pendant plus de 40 ans ».  En cette période sanitaire difficile que le pays traverse, le club a mentionné que Prosper est décédé d’une cause naturelle et non du Covid-19. A toute sa famille  et ses amis, Midi Madagasikara présente ses sincères condoléances.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Jaws band : “Tsy manary anao Jehovah” bientôt en ligne

Dans cette pénible situation, la musique de Jaws Band apporte du réconfort.

Une note d’espoir en ces temps difficiles. Après le succès évident de « Mitalaho », la bande à Jao reviendra avec « Tsy manary anao Jehovah ». En attendant la sortie imminente qui aura lieu vendredi sur facebook et youtube, un teaser vient  de mettre au parfum les mélomanes. Réalisé par Tanjona Andriamahaly, le clip est déjà attendu par des milliers de fans des quatre coins du globe.  Entre la touche traditionnelle juxtaposée sur un groove jazzy et bien sûr, des prouesses vocales à couper le souffle, le morceau met en alerte les oreilles les plus fines.

Dans un registre qui fait dorénavant la signature du groupe, Jaws Band rappelle que Dieu n’oublie pas ses sujets. Une chanson d’encouragement qui rappelle une fois de plus que le Seigneur ne change pas et qu’il prend soin des siens. Car Dieu est la lumière et l’appui sur qui on peut toujours compter. Car Il  voit et entend chaque prière de ceux qui ont  remis leur vie entre ses mains, qu’importe le gouffre. Toujours fidèle à sa mission Jaws Band continue l’évangélisation en apportant du réconfort à travers sa musique.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Musique : L’union nationale à travers  les chansons

Jyunii « Gasy Iray ihany ». Il était le petit protégé de Don Smokilla. Talentueux et ambitieux, le jeune artiste a décidé de voler de ses propres ailes. A part Avelao, Anio, des chansons qui ont connu des succès auprès des jeunes, « Gasy Iray ihany » ne quitte pas les lèvres des Malgaches.

« Unifions nos forces pour que Madagascar avance », tel est le message principal des artistes Malgaches depuis longtemps.

Bon nombre d’œuvres sont produites dans le but d’unifier les Malgaches  afin qu’ils puissent aller de l’avant et prendre leur avenir entre leurs mains. Sans parler de la peinture, les styles fusionnés, les chansons sont également un moyen de communication efficace pour relater les faits dans la société. Alors, voici les cinq chansons réconciliatrices les plus écoutées. « Samy malagasy de Dadda » sortie en 1998, cette chanson devient l’hymne de la réconciliation nationale lors de la crise politique de 2002. « Samy Malagasy » est d’ailleurs une musique que les politiciens adorent écouter pour soulager leur conscience. Après le samedi rouge, 7 février 2009, les radios ont diffusé le titre en boucle. Pour les animateurs de l’époque, il s’agit de transmettre un message clair aux politicards, la paix à Madagascar. « Samy malagasy » a été plusieurs fois reprise par des jeunes artistes comme Chantal et Lynda Poussy. Dadda Bilo avec son malagasy Tokana. Un artiste qui n’est plus à présenter, avec son pagne à la couleur de la terre, il est le chanteur engagé qui a commencé sa carrière dans le nord de Madagascar. Parolier, il a écrit des chansons qui ont fait agiter les têtes des adeptes de la musique traditionnelle. « Avy Fanorolahy », est  l’une de ses chansons, tube de la fin des années 1990. Elle relate les rites des boxeurs traditionnels avant de monter dans l’arène. Une musique motivante qui l’a permis de prendre le dessus.

Ensuite, le chanteur enchaîne avec un autre morceau devenu l’hymne de la réconciliation nationale, « Malagasy tokana ». Pour faire passer le message, il a su marier le « Korolahy », un rythme pratiqué dans le triangle du Nord, et la poésie Antakarana. Alors que les Malgaches étaient au bord de la guerre civile de 2002, Bilo voit sa popularité monter en flèche. Sa carrière, il en doit à la chanson qu’il a composée. Dès lors, chaque cérémonie d’ouverture, « Malagasy Tokana » est devenu l’ « Afindrafindrao » des

« Soatoavina malagasy » Bodo, Vahombey, Jaojoby, Rak Roots, Tence Mena, Tsiliva, Jaojoby, Koezy, Cayla se sont réunis pour produire une chanson. Ces artistes représentants des régions de la Grande-Île, leader d’opinion, souhaitent mettre en exergue  le « Fihavanana ».

politiciens ! Bilo Njakatiana, « Mifalia fa malagasy ». Il a grandi dans le Nord de Madagascar. Il a visité de nombreuses villes de la grande-Ile. Njakatiana s’est toujours intéressé à la culture malgache. Dans « Mifalia fa malagasy », l’artiste parle les « dialectes » des six provinces afin de dire à ses inconditionnels qu’il maîtrise bel et bien la langue maternelle de chaque région de la Grande Ile. La méconnaissance des langages est une entrave à la communication. Et ce problème, Njakatiana l’ expose dans son clip en disant que la diversité est une richesse.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Distrikan’i Maroantsetra : Tovolahy 24 taona feno dian’antsy dimy 

Nisehoana vono olona tamin’ny  fomba feno habibiana tao amin’ny fokontany iray tao amin’ny distrikan’i Maroantsetra antsoina hoe Ankiakandrefana. Voalaza tamin’izany fa tovolahy vao 24 taona antsoina hoe Rajaonarison Didiant Fraco ity hita faty nisy namono ity. Tao amin’ny toeram-pidiovana no namonoan’ireo namono azy ny tenany ny alahady 12 jolay lasa teo. Raha ny fanazavan’ny ray aman-dreniny dia nanomboka ny alin’ny sabotsy 11 jolay no tsy tonga nisakafo tany amin’izy ireo intsony ity tovolahy ity. Matory ihany mantsy ataony ao Ankiakandrefana, fa ao amin’ny fokontany Ambohitsara izy no tena mipetraka. Niangavian’ny fianakaviany niandy trano ny tenany ka izay no nahatonga azy tany Ankiakandrefana. Raha ny fanazavana ihany koa dia miara-miambina ny trano miaraka amin’ny sakaizany izy mandritra izany ihany koa ; saingy ny tsy fahatongavany nisakafo tao Ambohitsara ny alahady no tena nanaitra mafy ny ray aman-dreniny ka nojeren’izy ireo tany ilay tovolahy. Akory ny hatairan’izy ireo fa vatana mangatsiaka tao anaty toeram-pidiovana feno dian’antsy 05 be izao no nivantanan’izy ireo. Nahitana dian’antsy teo amin’ny lohany, teo amin’ny tendany ; ka avy hatrany dia ilay sakaizan’ilay tovolahy no nandehanan’ny eritreritry ny ray aman-dreniny, satria taolohan’izao dia nisy disadisa mafy teo amin’ilay tovolahy sy ilay sakaizany. Nanomboka ny alahady 12 jolay teo dia tsy hita ny nanjavonan’ilay sakaizan’ilay tovolahy. Mandeha ny fikarohana rehetra amin’izao, nefa efa fantatra fa avy amin’ny tanàna antsoina hoe Imatso, distrikan’i Befandriana avaratra ny fiaviany. Efa mandray an-tanana ny raharaha ny mpitandro ny filaminana any an-toerana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Serge Zafimahova : « Désorganisation de l’Etat dans la gestion de la Covid-19 »

A l’instar des politiciens, Serge Zafimahova a également son mot à dire sur la gestion de la Covid-19. Il estime ainsi que si l’équipe du Centre de Commandement Opérationnel (CCO) actuel dirigée par le ministre de l’Intérieur n’est pas performante, il suffit d’abroger les membres et de nommer une nouvelle équipe au lieu de multiplier les structures.  Et d’enchaîner qu’«il est plus judicieux de donner le leadership, pour lutter contre une pandémie sanitaire, aux professionnels médicaux et non à des politiques non professionnels en matière médicale au sein du Gouvernement. Au début du confinement, le ministre de la Santé a dit vouloir mettre en place un Conseil Scientifique de professionnels médicaux mais qui n’a jamais vu réellement le jour ». A lui de souligner que le ministère de la Santé a une grande expérience en matière de gestion d’épidémie (Choléra, peste, dengue, etc.) qui passe par les régions (Direction Régionale de Santé), les districts (Service de Santé de District et Centre Hospitalier de District), les communes (Centre de Santé de base) et les communautés de base (Agents Communautaires). Les militaires aussi sont structurés à l’échelle nationale au niveau médical. La pratique actuelle démobilise les professionnels médicaux civils et militaires qui sont en première ligne au niveau de cette maladie contagieuse avec les risques sanitaires. Bref, il déplore « la désorganisation de l’Etat dans la gestion de la Covid-19 ».

Sans cadre légal. Par ailleurs, il a tenu également à faire remarquer que « le Centre de Commandement Opérationnel (CCO) opère sans cadre légal et l’on rajoute une nouvelle structure de facto. Comment gère-t-on l’argent public dans le cadre de la présente crise sanitaire avec une aide extérieure composée de dettes et de dons de plus de 600 millions de dollars soit plus de 2 300 milliards ariary ? L’adoption d’un décret portant organisation et fonctionnement définissant la mission de chaque département sectoriel (Santé, social, économie, maintien de l’ordre, enseignement, etc.) est urgente ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Anjozorobe : Lehilahy hita faty tanaty rano nifatotra tongotra aman-tanana

Notsindriana vato mihitsy ny vatana mangatsiakan’ity lehilahy iray hita faty tao anaty rano omaly, tany amin’iny distrikan’Anjozorobe iny. Inoana marimarina fa tsy maintsy nisy namono ity lehilahy ity, ary nariana tao anaty rano ny vatany. Habibiana tsy roa aman-tany …

Hatairana tanteraka ny an’ireo mponina tao amin’ny fokontany Kamanja, kaominina ambonivohitra Anjozorobe omaly, raha nahita ity zavatra nitsingevana toa olona, tao anaty rano. Rehefa notomorina akaiky  nojerena izany dia hita fa olona. Faty olona nifatotra tongotra aman-tanana niniana nalevina tao anaty rano. Notsindriana vato mihitsy moa ny vatan’ity lehilahy ity mba tsy hitsikafona, kanjo dia izao tsy navelan’ny marina tsy hipoitra izao. Raha ny tombatombam-panadihadiana voalohany nataon’ireo tompon’andraikitry ny filaminana tany an-toerana dia tsy azo ihodivirana ny vono olona. Nanamarina izany rahateo ny fatotra sy ny fanindriana vato natao taminy. Ny hany tokony ho fantarina dia hoe iza ilay olona ? Marihana fa samy tsy nisy nahalala azy avokoa moa ireo mponina teny an-toerana, raha ny angom-baovao azo. Inona no antony namonoana ity lehilahy ity ary iza no tao ambadik’izany vono olona izany ? Efa eny am-pelatanan’ireo mpiandraikitra izany moa ny raharaha ary efa misokatra ny fanadihadiana any an-toerana ataon’ireo zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Anjozorobe.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ennemi commun

4 nouveaux décès,  262 nouveaux cas  dont 205 à Analamanga, hier. Le bilan de la pandémie du coronavirus s’alourdit chaque jour que Dieu fait.

Ennemi commun

La situation est plus que jamais grave. Même si la région Analamanga est considérée comme le foyer de l’épidémie, d’autres régions de l’île commencent à enregistrer des statistiques inquiétantes. Mahajanga, Maevatanàna, Taolagnaro, Ifanadina, Antsirabe… sont autant de villes où le coronavirus fait de plus en plus de victimes. De nombreuses familles pleurent la mort de leurs proches qui sont tombés à cause de  cette maladie du siècle. Selon certaines études le pire est à venir. Le gouvernement fait tout pour ralentir la propagation du coronavirus. Mais les moyens sont apparemment limités par rapport à l’ampleur de l’épidémie. Les bailleurs de fonds et les pays amis continuent pour leur part à apporter leur appui pour aider Madagascar à faire face à cette épidémie. Du côté de la population, même si c’est encore le laisser-aller pour certains, l’on commence à prendre conscience  de la gravité de la situation. Du coup,  l’on assiste à une certaine amélioration pour ce qui est du respect des mesures barrières.  Mais les difficultés de la vie quotidienne obligent les citoyens à sortir. Malheureusement les concentrations humaines provoquées par ces sorties nécessaires pour la survie deviennent un facteur de propagation du coronavirus, cet ennemi invisible mais très destructeur.

Destructeur immédiat avec les morts qu’il entraîne, mais aussi destructeur à retardement  avec la crise économique attendue, une fois que la pandémie passera. Car un jour ou l’autre la pandémie prendra fin et la vie  reprendra  son cours normal. Mais la période post-pandémie sera aussi compliquée à gérer, car on craint de plus une future récession économique aussi bien au niveau mondial qu’à l’échelle nationale. Sur le plan national justement, l’heure est plus que jamais à la solidarité de tous pour venir à bout de cette crise. Un élan national s’avère nécessaire et les politiciens doivent mettre de côté les dissensions politiques afin de parvenir à vaincre cette pandémie qui est en fait un ennemi commun  pour tous les Malagasy.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la COVID-19 : Le CCO relégué au second plan

Quelques jours seulement après avoir été remercié de son poste de DSP, le Gal Sedera Raharijaona prend le commandement de la lutte contre la COVID-19.

Depuis l’installation du Centre de Traitement COVID-19 au Mining Business Center d’Ivato, le Centre de Commandement Opérationnel COVID-19 a plié bagages pour se déplacer dans son nouveau siège à l’annexe du CCI.

Les militaires sont désormais sur le devant de la scène dans la gestion de la COVID-19. Depuis le début de cette nouvelle quinzaine de l’état d’urgence sanitaire, les éléments des Forces armées sont omniprésents sur le terrain. Nul n’ignore en effet que pour mettre fin à l’indiscipline et à l’insouciance de la population, notamment au niveau des quartiers, les militaires, gendarmes et policiers jouent un rôle déterminant. La nouvelle stratégie initiée par le président Andry Rajoelina prévoit la mise en place d’une nouvelle plateforme nationale de coordination des actions médicales dans le cadre de la lutte contre la COVID-19. Une plateforme dirigée par le Général de Division Sedera Raharijaona, ancien Directeur de la Sécurité Présidentielle (DSP) et non moins ancien Chef de Corps du 1er RFI Ivato du temps de la Transition de 2009. Le numéro Un d’Iavoloha a donc choisi de confier la gestion de la pandémie à un Officier Général, spécialiste des interventions militaires. Assurer les tracing contacts, s’occuper du centre d’appel et des transferts des patients vers les hôpitaux, gérer la logistique et veiller au respect des mesures dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Ce sont entre autres, les principales missions de cette nouvelle entité qui a son siège au Palais des sports et de la culture de Mahamasina et qui se charge aussi de coordonner les actions de la Brigade d’intervention Spéciale COVID-19 et du Centre de traitement militaire COVID-19 regroupant des médecins-militaires.

Dysfonctionnements. Quoiqu’il en soit, cette plateforme risque de reléguer au second plan le Centre de Commandement Opérationnel COVID-19 présidé par le ministre de l’Intérieur, Tianarivelo Razafimahefa et coordonner par un autre Officier Général, en la personne du Général de Brigade Elack Olivier Andriankaja. La plupart des responsabilités du CCO sont désormais assumées par l’équipe du Général Sedera Raharijaona. D’ailleurs, depuis l’installation du Centre de Traitement COVID-19 au Mining Business Center d’Ivato, le CCO est appelé à plier bagages pour être transféré à l’annexe du Centre de Conférence International d’Ivato. A l’allure où vont les choses, si l’ancien DSP d’Andry Rajoelina réussit sa mission, Tianarivelo Razafimahefa risque d’être écarté du processus de gestion du coronavirus. Actuellement, le CCO est déjà doublonné dans ses tâches. La question est de savoir si le président Andry Rajoelina a pris cette décision car les responsables du CCO ont failli à leurs missions, ou simplement pour accorder plus de responsabilités aux militaires afin d’améliorer la gestion de la pandémie. Pour l’heure, malgré les efforts fournis par l’Exécutif, des grognes se font encore entendre par rapport notamment aux dysfonctionnements constatés dans la prise en charge des patients.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Prison d’Arivonimamo : 6 détenus contaminés par la covid-19

La prison d’Arivonimamo est contaminée par le coronavirus. Des tests réalisés sur les 356 détenus dans cette prison révèlent, selon le ministère de la justice, que 6 d’entre eux sont porteurs du virus. Après ce résultat, des mesures ont été vite prises par le ministère. Ces détenus malades sont vite été transférés à Andrangaranga  pour suivre des soins spécifiques selon le protocole établi par le ministère de la santé publique, et bénéficieront d’une alimentation enrichie, selon toujours le ministère responsable. Leur état de santé sera suivi de très près, rassure-t-on. En outre, quinze autres personnes qui viennent d’être mises en détentions préventives sont aussi mises en quarantaine à Andrangaranga, indique le ministère. Suite à ces cas de contamination, le personnel  pénitentiaire à Arivonimamo sont consignés et doivent rester confinés. Les audiences auprès du tribunal de première instance sont aussi suspendues.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Aide pour le commerce : Le prochain examen global reporté en juillet 2022

Le sort des pays africains a été évoqué lors de la réunion des membres de l’OMC.

L’aide au commerce peut jouer un rôle important dans l’identification des besoins spécifiques des PMA dont Madagascar, en cette période de crise afin de les soutenir à renforcer leurs capacités commerciales et à mieux s’intégrer dans l’économie mondiale. 

Le 7e examen global de l’aide pour le commerce a eu lieu en juillet 2019. Prévu se tenir normalement tous les deux ans, les membres de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) ont décidé de reporter le 8e examen global de cette aide pour le commerce en juillet 2022. Et ce sera placé sous le thème « Renforcer le commerce durable et connecté« . C’est ce qui ressort de la réunion du Comité du commerce et du développement sur l’Aide au commerce qui s’est déroulée tout récemment. L’objectif vise à laisser suffisamment de temps pour adapter l’examen aux besoins spécifiques des pays en développement suite à la crise sanitaire liée à la  Covid-19. En outre, les membres de l’OMC ont également convenu de prolonger le programme de travail jusqu’à la fin de l’année 2022, à la suite de cette pandémie.

Préoccupations majeures. Il faut savoir que l’aide pour le commerce dirigée par cette organisation internationale est une initiative multipartite qui cherche à mobiliser des ressources afin de répondre aux besoins liés au commerce et aux contraintes liées à l’offre identifiés par les pays en développement et les pays les moins avancés (PMA) dont Madagascar. Son examen global consiste à renforcer le suivi et l’évaluation des projets d’aide au commerce afin d’inciter fortement tant les donateurs que les bénéficiaires à faire progresser le programme d’aide au commerce. En fait, l’impact négatif de la crise COVID-19 sur la participation des pays en développement au commerce mondial et leur accès au financement du commerce, est apparu comme une préoccupation majeure dans les discussions. Les exportations de biens et de services des pays en développement ont aussi été gravement touchées par une baisse de la demande mondiale et des perturbations dans les chaînes de production, sans oublier les impacts particuliers  sur les populations rurales, les femmes et les micro, petites et moyennes entreprises (MPME). Il a été ainsi souligné que l’aide au commerce peut jouer un rôle important dans l’identification des besoins spécifiques des PMA en cette période de crise afin de les aider à renforcer leurs capacités commerciales et à mieux s’intégrer dans l’économie mondiale.

Baisse du taux de croissance. Par ailleurs, le sort des pays africains a été évoqué lors de cette réunion, en particulier le risque que la crise COVID-19 puisse anéantir certains gains en matière de développement. La Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique prévoit, entre autres, une baisse immédiate du taux de croissance du PIB africain de 3,2 % à 1,8 % en 2020 et un impact plus important si la crise n’est pas contenue à court terme. La Banque Africaine de Développement (BAD) a déclaré, pour sa part, que 4,8 millions de dollars ont été déboursés afin d’accélérer la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine, compte tenu des avantages de l’intégration régionale pour la croissance économique et la promotion du développement durable. D’autres banques régionales de développement ont également fait le point sur l’impact de la  COVID 19 et leur réponse à la crise. Selon la Banque asiatique de développement (BAD), les pays asiatiques en développement devraient connaître une croissance de 0,1% en 2020, le chiffre le plus bas de la région depuis 1961. En revanche, 30 milliards de dollars sont prévus pour aider les pays en développement à lutter contre la pandémie par des mesures comprenant des incitations fiscales et une plus large utilisation des devises locales dans les prêts. La Banque interaméricaine de développement a indiqué avoir renforcé les aides à court et à long terme sur la promotion des exportations, le financement du commerce, la facilitation du commerce et l’attraction des investissements étrangers, aux pays en développement.

36 milliards USD mobilisés. Pour la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, elle a mentionné des projets liés au transfert de connaissances et à l’innovation dans 38 pays en développement. Quant à la Banque islamique de développement, elle a déclaré que 14 millions de dollars sont alloués pour aider les États arabes à supprimer les obstacles à l’accès aux marchés et à s’intégrer davantage dans les chaînes de valeur mondiales. En revanche, l’Union européenne a informé sur le nouveau programme « Team Europe » et sur les 36 milliards USD mobilisés pour aider les pays partenaires à lutter contre la pandémie et ses conséquences. La Chine, quant à elle, a annoncé un nouvel accès au marché en franchise de droits et de quotas pour les produits originaires du Bangladesh. Les États-Unis ont fait également état d’une aide d’un milliard de dollars aux pays vulnérables pour lutter contre la pandémie, notamment par la surveillance de la maladie et la protection des travailleurs de la santé, assurée par leur agence USAID. La Norvège et le Royaume-Uni ont tous deux indiqué qu’ils orientaient leurs programmes d’aide au commerce pour aider les pays en développement à atténuer les effets de la crise COVID-19.​

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Europe : Les équipes malgaches perdent en France et en Italie  

Les joueurs malgaches n’ont pas démérité en Italie.

Les joueurs malgaches ont éliminés de la compétition Mundialido en Italie, si en France à la Coupe du monde Rissoise, ils sont condamnés à remporter la victoire, vendredi contre les Portugais.

A la coupe du Monde Rissoise à Ris-Orangis, la sélection malgache s’est inclinée face à l’équipe de la République Démocratique du Congo, mardi, dans le cadre 6e journée des éliminatoires. C’est par 3 buts à 1 que la bande à Solonirina Raharijaona a perdu face aux Congolais, leader provisoire du groupe. A la pause, la RDC a mené par 1 but à 0 malgré une domination stérile malgache. A la reprise, les Congolais ont enfoncé le clou en marquant deux autres buts, si Maicon Randrianandrasana a inscrit l’unique but de la rencontre à la seconde période. L’équipe malgache a raté trois occasions nettes. C’est la seconde défaite successive essuyée par les Malgaches à la compétition après celle face à la Turquie par 3 buts à 2 vendredi dernier. Madagascar est classé 4e de sa poule avec 8 points. Ridjkard a marqué 6 buts jusqu’à ce moment. Les protégés d’Ando Ratre affronteront ce vendredi 17 juillet, les Portugais pour une place en quart de finale. La victoire est plus qu’importante pour l’équipe malgache pour espérer se qualifier pour la suite de l’aventure. La RDC et l’équipe du DOM-TOM ont déjà validé leur ticket.

En Italie à la compétition de football Mundialido réunissant les footeux de nombreux pays vivant à Rome, l’équipe malgache a plié bagage. En encaissant leur deuxième revers d’affilé, les Herman et sa bande ont été éliminés de la compétition. Mardi soir, Madagascar a été battu par Honduras par 5 buts à 3. Une seconde défaite éliminatoire pour la bande à Ony après celle enregistrée face au Brésil, le jeudi 9 juillet dernier sur le score de 7 buts à 0.  Ils n’ont pas démérité et ont démontré qu’ils ont du talent, mais, ont besoin plus de préparation pour la prochaine édition. Ce sont les Brésiliens et les Honduriens qui sont qualifiés pour les huitièmes de finale.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Beauté : Les finalistes de Miss Madagascar 2020 connues

La miss Analamanga a des atouts pour faire partie des trois lauréates.

La route vers la finale du 17 juillet s’ouvre pour les sept jolies femmes du concours Miss Madagascar, les résultats ont été connus mardi. La gagnante ultime aura le privilège de représenter Madagascar lors du concours Miss Monde. Grâce aux réseaux sociaux, les phases éliminatoires se sont tenues depuis le 21 juin avec des partages de vidéos sur la page du concours. Donc, les représentantes de la diaspora, des régions Haute Matsiatra, Ihorombe, Boeny, Diana, Atsinana et Analamanga vont s’affronter pour la dernière épreuve. Selon les organisateurs, les critères de choix ont été basés sur la discipline, la culture en d’autres termes la représentativité identitaire régionale, le niveau intellectuel, les performances en défilé et en posture,… Les membres du jury ont eu donc fort à faire puisque le cru de cette année est assez relevé avec les 17 candidates en lice. D’autant que ce concours se devait de redorer le blason après quelques remues ménages l’année dernière. La finale se tiendra à l’Arena Ivandry ce 17 juillet à partir de 12 h 30, s’il n’y a pas de changement en ces temps imprévisibles de crise sanitaire. Pour l’instant, la miss Atsinana, la miss Haute Matsiatra et la miss Analamanga gardent un bon cap.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Déclaration de patrimoine : 9 ministres ne sont pas encore en règle

La déclaration de patrimoine est une obligation légale qui concerne aussi les parlementaires.

Tous les membres du gouvernement devront procéder à la déclaration de patrimoine. Pourtant, beaucoup n’ont pas encore entamé cette démarche auprès de la Haute Cour Constitutionnelle.

Quinze membres de l’actuel gouvernement sont cités par la Haute Cour Constitutionnelle d’avoir déclaré l’état de leur patrimoine auprès cette juridiction. Il s’agit, notamment, du premier ministre, Christian Ntsay, qui a déjà enregistré sa déclaration à Ambohidahy en juillet 2018, juste un mois après sa nomination en tant que chef du gouvernement. L’exemple a été suivi par d’autres ministres de son gouvernement. Le ministre de l’économie et des finances, celui de l’intérieur et de la décentralisation, celui de la défense nationale, celui de l’aménagement du territoire, celui de l’énergie et des hydrocarbures, celle de la communication et de la culture ou le secrétaire d’Etat à la gendarmerie, sont, entre autres, cités par la haute cour constitutionnelle d’être parmi les hautes personnalités à avoir déclaré leurs avoirs et patrimoines après leurs nominations au sein du gouvernement.

Transparence. La déclaration de patrimoine est un engagement de l’Etat malgache consécutivement à la ratification et à l’internalisation juridique de la convention des Nations Unies contre la corruption, rappelle le bureau indépendant anti-corruption. Ainsi, selon toujours ce dernier, elle a pour but de promouvoir la transparence et l’exemplarité des serviteurs de l’Etat. A cet effet, l’exercice a pour vocation d’encourager l’engagement des hauts responsables dans la lutte contre la corruption et de renforcer l’implication de tous dans la culture de la transparence et du respect de la loi, indique-t-on. Pourtant, des ministres s’attardent à déclarer leurs avoirs et patrimoines, et ne sont pas encore affichés dans la liste, publiée le huit juillet dernier, de la Haute Cour Constitutionnelle qui dresse l’état de la déclaration entamée par l’exécutif.

Trois mois. Le dépôt de déclaration de patrimoine doit être effectif dans les trois mois qui suivent la nomination ou préalablement à l’exercice d’un mandat, note le bureau indépendant de lutte contre la corruption. Mais sept mois après la nomination de l’actuel gouvernement, neuf ministres n’ont pas encore déposé leurs dossiers de déclaration auprès de la Haute Cour Constitutionnelle. Il s’agit, en fait, des nouveaux ministres de l’actuel gouvernement dont leurs noms ne figurent pas dans la liste publiée par la juridiction d’Ambohidahy. Notamment, entre autres, le ministre des postes et télécommunications, Andriamanohisoa Ramaherijaona, Baomihavotse Vahinala Raharinirina, ministre de l’environnement et du développement durable, Ahmad Ahmad, ministre de la santé publique.

Emprisonnement. Le défaut de déclaration des avoirs et patrimoines peut faire l’objet de poursuite judiciaire à l’encontre des personnalités concernées. Et, “ tout récalcitrant n’ayant pas encore accompli leur obligation légale de déclaration, deux mois après un rappel dûment envoyé par le bureau indépendant  anti-corruption, risque une peine de six mois à cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de cinquante millions d’Ariary à deux cents millions d’Ariary, selon l’article 34 de la Loi 2016-020 du 22 août 2016 sur la lutte contre la corruption ou l’article 183.2 du code pénal malgache ” rappelle cet organisme. Notons que les parlementaires, les magistrats de l’ordre judiciaire, administratif et financier quel que soit leur grade et leur fonction, tout agent public occupant des postes de haute responsabilité de niveau égal ou supérieur à celui de directeur de ministère, les membres des corps d’administrateurs, d’inspecteurs et de commissaires dans l’administration publique, sont aussi assujettis à la déclaration de patrimoine.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Antanimbary-Maevatanàna : Valo lahy nitam-piadiana nandroba 30 tapitrisa Ar

Nitatatata indray ny feom-basy, tao amin’ny fokontany sy kaominin’Antanimbary, ato anatin’ny disitrikan’i Maevatanàna. Maizina ny tany aman-danitra nandritra ny fanafihana niseho tany an-toerana, tsy nahita izay haleha intsony ny olona, hany ka izay varavaran’olona sendra azy ireo no nitsofohana sy niafenana. Ny alahady 12 jolay lasa teo, tokony ho tamin’ny enina ora hariva teo ho eo no nitrangan’ny fanafihan-jiolahy. « Grossiste mpivarotra zava-pisotro no lasibatra. Nofaohin’ireo dahalo ny vola mitentina 30 tapitrisa ariary tao. Raha ny fantatra dia valo lahy no namita ny asa ratsy. Samy nitondra kalacky sy basim-borina avy izy ireo. Nitaky vola tao amin’ilay tsena ireto farany vantany vao tonga. Nambanany tamin’ny basy ny mpivarotra, ka tsy afa-nihetsika. Lasa tamin’izany ny vola rehetra. Vetivety monja ny fanafihana. Lasa nitsoaka nanaraka elakelan-trano izy ireo. Tsy nisy nisaron-tava ihany koa ry zalahy fa samy nanao satroka misy sofina ireny mba hanakomany ny endriny avy, » araka ny loharanom-baovao hatrany. Taorian’izay no tonga nanao ny fanenjehana ny Zandary. Marihana fa tsy lavitra ity asa ratsy ity, ny biraon’ny Zandary saingy tsy tratra intsony ireto mpanao ratsy. Mandeha ny fikarohana ny raharaha. Efa any am-pelatanan’ny mpitandro ny filaminana ny tohiny.

Ratantely