Les actualités à Madagascar du Dimanche 16 Avril 2017

Modifier la date
Madagascar Tribune15 partages

Les députés de l’opposition se préparent pour rencontrer la population tananarivienne

Les députés de l’opposition ne fléchissent pas devant les obstacles et autres intimidations de la part du régime actuel et continuent à clamer l’injustice et la corruption suite au vote des lois électorales par le Parlement. Aussi, ces députés issus du TIM, MMM, MAPAR ainsi que quelques députés indépendant lors d’une émission spéciale commune avec les chaines télévisées, Viva TV, TV plus et Kolo TV vendredi dernier ont fustigé une fois de plus les entorses faites à la loi dans l’adoption de ces textes électoraux. Le vote sur le projet de loi sur les Zones économiques spéciales (ZES) a été également dénoncé. Ce projet de loi n’aurait pas été voté par l’Assemblée Nationale. Selon les explications de ces députés d’opposition, lors du vote du projet de loi sur les ZES, 48 députés se seraient prononcés contre et seulement 43 se seraient prononcés pour. Sauf que la loi a été quand même considérée dans le rapport comme votée. Des allégations qui risquent d’entacher définitivement l’image de l’Assemblée Nationale ainsi que du régime. Face à tout cela, Onze des députés élus dans les six arrondissements dans la commune urbaine d’Antananarivo, ont annoncé qu’ils allaient effectuer un rapport public aux habitants de la Capitale. Le meeting se tiendra le samedi 21 avril prochain sur le parvis de l’Hôtel de Ville, a déclaré la député, Hanitra Razafimanantsoa du TIM. Le maire de la Capitale aurait déjà donné son accord. Les députés de l’opposition ont de ce fait lancé un avertissement au préfet dans le cas où celui-ci voudrait intervenir contre ce meeting. Ils ont également incité les habitants de la Capitale à venir assister massivement à ce rendez-vous.

Les députés de l’opposition élus dans les autres régions de la Grande Ile ont également effectué la même démarche. Bon nombre d’entre eux, sinon la totalité, avaient prévu de tenir des séances pour effectuer les rapports publics comme celle prévue se tenir à Antananarivo. A Toamasina, ils avaient envisagé de le faire samedi dernier mais cela a été empêché par les forces de l’ordre. Les députés élus à Alaotra Mangoro, Analanjirofo et Atsinanana ont été interdits d’accès à l’hôtel de ville où devait se tenir leur meeting, refusé à la dernière minute. Ces derniers ont pensé à une alternative au gymnase Soavita mais celui-ci a aussi été interdit. Le meeting s’est finalement déroulé à l’hôtel Bateau Ivre pour ne durer qu’une heure.

A Mahajanga, après l’échec de la suspension du maire de la ville des fleurs, Mokthar Salim Andriatomanga, la contestation du régime s’est fait fort. Et la population a réagi négativement au passage du président de la République pour une inauguration. Les forces de l’ordre sont intervenues pour enlever des mains des protestataires les banderoles contre le régime.

Madagascar Tribune7 partages

Trois ans de prison ferme et dix millions d’ariary de dommages et intérêts pour Houcine Arfa

Le verdict de la Cour d’appel est tombé dans l’affaire Houcine Arfa et vient confirmer la décision du Tribunal de première instance d’Antananarivo. Le français, évadé de Tsiafahy, a été condamné à 3 ans de prison ferme et à 10 millions d’Ariary de dommages et intérêts. Les charges retenues contre Houcine Arfa sont notamment l’usurpation de fonction, détention d’armes et de munitions et association de malfaiteurs. Un plaignant dénommé Randriamaromanana Vonjy avait aussi accusé Houcine Arfa de tentative de kidnapping et d’extorsion de fonds. Le verdict a été rendu par défaut étant donné que l’accusé n’était pas présent au procès. Houcine Arfa quant à lui continue de nier l’ensemble des faits qui lui sont reprochés par la justice malgache. Son avocat, Me Karim Galé, dans une lettre envoyée aux journalistes le 14 avril dernier, parle « de procès à charge qui ne repose sur aucun fondement juridique valable ». Pour ce dernier, ce procès repose sur les mêmes éléments qu’en première instance, à savoir une procédure dans laquelle aucun des droits de la défense n’a été respectée et dont aucune enquête sérieuse n’a été menée par les autorités locales. Houcine Arfa n’aurait donc pas l’intention d’en rester là. L’affaire serait en train d’être instruite en France, où celui-ci réside désormais après son évasion rocambolesque de la prison de Tsiafahy. Du côté malgache, les accusations de Houcine Arfa (vraies ou fausses ?) contre les différents hauts responsables juridiques et pénitentiaires semblent être tombées aux oubliettes.

Madagascar Tribune0 partages

Le remplacement des chefs de fokontany fait polémique

A l’approche des élections législatives, le remplacement des chefs de fokontany est fortement contesté par certains candidats.

Dans le 5ème arrondissement d’Antananarivo-Renivohitra, la candidate indépendante aux législatives, Nicole Véronique Rajerison, a annoncé hier qu’elle allait porter plainte contre le candidat du régime dans cette circonscription électorale. Selon toute vraisemblance, il s’agit du candidat de la plateforme IRD (Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina), l’ancien député Naivo Raholdina qui rempile pour un second mandat. Elle soupçonne ce dernier d’avoir orchestré le remplacement massif des chefs fokontany dans cet arrondissement.

Le pouvoir de remplacement des chefs de fokontany et leur adjoints incomberait pourtant au préfet de police d’Antananarivo, le général Angelo Christian Ravelonarivo. Ce dernier a confirmé le remplacement des 27 chefs de fokontany de cette circonscription électorale. Les raisons en sont multiples, explique-t-il. Mais il évoque notamment le soutien manifeste et déclaré de chefs de fokontany à un candidat en particulier. Les autres ont dû être remplacés à cause de leur incapacité à assurer leur mission malgré les longues années qu’ils ont passées à la tête de leur circonscription. « Il y a des présidents de fokontany qui ont occupé le poste depuis 1999 et nous estimons qu’il était temps de les remplacer », explique le Préfet d’Antananarivo.

Nicole Véronique Rajerison, avoue pour sa part que le président de l’association des 27 fokontany du 5ème arrondissement s’est bel et bien aligné avec elle dans le cadre de ces prochaines élections. Ce dernier aurait demandé une mise à disposition, mais la Préfecture aurait répondu par son abrogation. Elle accuse ainsi le candidat du régime d’être interféré dans ces décisions, et d’avoir manœuvré pour avoir des chefs de fokontany qui lui soit acquis.

Elle manifeste également son inquiétude quant à la transparence du scrutin et à sa bonne tenue. « Ces nouveaux responsables manquent d’un côté de l’expérience car ils ont pris leur fonction à moins de deux mois du scrutin, mais qu’en est-il également de leur impartialité et de leur bonne foi », s’interroge-t-elle.

Elle a interpellé ainsi les autres candidats de sa circonscription à dénoncer ce qu’elle qualifie d’irrégularités dans ces remplacements de chefs fokontany. Le préfet d’Antananarivo indique pour sa part qu’il n’y a pas que le 5ème arrondissement qui soit concerné par ces remplacements, 3 chefs fokontany du 3ème arrondissement et 2 du 4ème en sont également touchés, révèle-t-il.

Madagascar Tribune0 partages

Le taux de croissance revu à un très bas niveau de 1,5% cette année

Le ministre de l’Économie et des Finances a annoncé hier lors de la publication d’un rapport des financements obtenus dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus que « le taux de croissance économique pour 2020 est révisé à 1,5%, contre une prévision initiale de 5,5% ». Ce sera le niveau de croissance le plus bas que le pays n’ait jamais connu depuis 2010, au lendemain de la crise de 2009, (0,62%, selon une étude de la Banque mondiale, NDLR). Le taux d’inflation est également révisé à la hausse, de l’ordre de 7,2% contre une prévision initiale de 6,6%.

Comme dans le reste du monde, l’économie malgache n’est pas épargnée et paiera un lourd tribut face à cette crise sanitaire mondiale. Les recettes fiscales et douanières qui soutiennent entre autres l’économie malgache sont revues à la baisse. Initialement prévues à 7 036,80 milliards d’ariary, elles ne seront plus que de 5 000 milliards d’ariary pour 2020, soit une diminution de l’ordre de 29% par rapport à la loi de Finances initiale. Mais si le ralentissement des activités économiques va au-delà des trois mois, cette prévision risque encore d’être plus catastrophique.

Malgré la conjoncture, l’Etat tente ainsi de faire le nécessaire pour jouer son rôle de régulateur de l’économie. Le ministère de l’Économie et des Finances a indiqué qu’« en sus du budget initialement prévu pour les secteurs sociaux dans la loi de finances initiale qu’il faut continuer à débloquer, les dépenses vont encore augmenter d’environ 724 milliards d’ariary pour soutenir les mesures d’urgences sociales décidées pendant ce ralentissement économique ».

Contrairement à la crise politique et économique de 2009, Madagascar bénéficie cette fois-ci du soutien des partenaires techniques et financiers internationaux pour d’un côté contenir la pandémie et d’un autre soutenir la viabilité des finances de l’État. Ces « appuis financiers s’élèvent à environ 444,10 millions USD », déclare le ministre Richard Randriamandranto. Il a par la suite ajouté que certains (de ces financements) sont déjà décaissés et d’autres sont en cours de requête pour décaissement. Il précise que certains financements ne sont pas initialement prévus pour la lutte contre le coronavirus, mais ont été renégociés dans ce sens.

Le ministre a également fait savoir l’existence d’une organisation mis en place avec la Société financière internationale (SFI) pour soutenir le secteur privé durement touché par la crise.

Transparence

Pour satisfaire la demande insistante des politiciens et des organisations de la société civile sur la transparence des financements obtenus dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, le ministère de l’Économie et des Finances a dévoilé dans son rapport les détails de la liste des financements obtenus jusqu’ici.

« Le ministère de l’Économie et des Finances rassure le public que tous les fonds obtenus et utilisés durant cette période de crise sanitaire feront l’objet d’audit aussi bien par les organes de contrôle du gouvernement que par les partenaires techniques et financiers eux-mêmes », a ainsi déclaré Mihamina Ratovoharinony, directeur de cabinet du ministère dans un communiqué relatif à ce rapport.

Liste des financements reçus par l’Etat malgache

Appui du FMI dans le cadre de la Facilité de crédit rapide (FCR) d’un montant de 165,9 millions d’USD : aide à la balance de paiement, mais rétrocédé à l’État par la Banque Foibe de Madagascar pour soutenir l’équilibre budgétaire par la baisse considérable dans recettes. Appui du FMI dans le cadre du Catastrophe Containment Relief Trust (CCRT) d’un montant de 18 millions de DTS : pour la période 2020-2021. Appui de la Banque mondiale d’un mondant de 20 millions USD à travers l’activation de la composante Intervention d’urgence conditionnelle du projet PARN (Projet d’Amélioration des Résultats de Nutrition), et de 10 millions USD pour celle du projet FSS (Filets sociaux de sécurité). Ces appuis toucheront le domaine d’intervention sanitaire de la protection sociale. Appui budgétaire de la Banque mondiale d’un montant de 100 millions USD, dont 87 millions de dons et 13 millions de prêt pour renforcer le développement du capital humain et renforcer les capacités des agents de la santé, de l’éducation et de la population. Un autre appui de la Banque Mondiale à travers le CATDDO (appui des politiques de développement pour la gestion des risques et de catastrophes) pour un montant de 50 millions d’USD (dont 15 millions USD ont déjà été décaissés au profit du BNGRC et utilisés au niveau du Centre de Commandement des opérations COVID-19). Appui budgétaire de l’Union européenne de 11,4 millions USD en cours de négociation pour appuyer le développement des secteurs santé et éducation. Appui de la BAD d’un montant de 64 millions d’USD en cours de négociation, avec 42 millions USD pour une aide d’urgence sous forme d’appui budgétaire, 8 millions USD sous forme de restructuration au niveau des projets, et 14 millions USD sous forme d’appui budgétaire classique. Appui budgétaire de l’AFD, d’un montant équivalant à 11,4 millions USD à travers le CATDDO (dont 3 millions d’euros ont été décaissés au profit du BNGRC et utilisé dans le cadre de la lutte contre le COVID-19)
Madagascar Tribune0 partages

La deuxième demande de liberté provisoire refusée

« La deuxième demande de liberté provisoire de la journaliste Arphine Helisoa a été refusée », a déclaré hier, en conférence de presse son avocat, Me Willy Razafinjatovo. Une fois de plus, ce dernier a dénoncé la détention de cette directrice de publication du journal « Ny Valosoa » qui, selon ses explications, n’a rien à avoir avec les publications sur les réseaux sociaux qui auraient accablés le chef de l’Etat.

De son côté, l’Ordre des journalistes malgaches (OJM) pointe du doigt le ministère de la Communication et de la culture dans cette affaire. Dans ce bras de fer qui remonte à loin entre cette association des journalistes et le ministère, l’OJM précise qu’elle n’a jamais signifié que ce serait le ministère qui a porté plainte contre la journaliste.

Dans un communiqué publié le 11 avril dernier, le ministère de la Communication et de la culture, par le biais de son directeur des relations publiques, a en effet réagi en déclarant que « la poursuite à l’encontre de Madame Arphine Helisoa émane des autorités judiciaires qui se sont saisies d’office en toute indépendance par le biais du Parquet d’Antananarivo face aux infractions qu’elle aurait commise via la page Facebook " Ny Valosoa Vaovao " dont elle est l’administrateur ». Ce serait donc sa responsabilité en tant qu’administrateur de page qui aurait ainsi été engagée par les autorités judiciaires pour la poursuivre.

Tananews0 partages

Marco c’est encore mieux que Martine

Vous vous souvenez de Martine, cette bande dessinée de notre enfance ?

« Martine va a la ferme », « Martine va a la mer« , etc.

Nous c’est « Marco va à la mer »

A Morondava plus précisément.

Aucun doute ce gars là est vraiment balaise !