Les actualités Malgaches du Vendredi 16 Mars 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara232 partages

Nations Unies : Rapport accablant pour Madagascar

Madagascar fait partie des pays les plus malheureux du monde selon un récent Rapport des Nations Unies.

Alors que le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies Haile Menkerios vient d’effectuer une mission de suivi et d’évaluation du processus électoral à Madagascar, New York a publié son Rapport mondial sur le Bonheur de 2018.  Le Rapport est très négatif et très accablant pour le pays. D’après ce Rapport des Nations Unies, Madagascar est l’un des pays les plus malheureux du monde. La Grande île se trouve à la 143e place sur les 156 pays répertoriés dans le Rapport. En 2017, Madagascar était à la 144e place, c’est un gain d’un point. Selon l’enquête menée par les Nations Unies, La Finlande est le pays le plus heureux du monde. Le pays le plus malheureux du monde est le Burundi. D’après ce Rapport mondial 2018 sur le Bonheur publié par les Nations Unies, les Malgaches sont un peu plus heureux que les zimbabwéens, et sont plus heureux que les botswanais, les libériens, les syriens, les rwandais, les yéménites, les tanzaniens, les soudanais du Sud, les centrafricains et les burundais. Plusieurs paramètres ont été pris en compte par les Nations Unies dans l’élaboration de son Rapport, dont les perceptions de la corruption, le manque de générosité, le manque de liberté pour faire des choix de vie, l’espérance de vie, l’absence de sécurité sociale et la pauvreté.

Coup d’Etat de 2009. Réagissant par rapport à ce Rapport accablant des Nations Unies, l’ancien président Marc Ravalomanana, chassé du pouvoir en 2009 par un coup d’Etat, de souligner : « Le résultat de l’enquête menée par les Nations Unies est très attristante. Nous devrions être l’un des pays les plus heureux du monde. Nous vivons dans un endroit magnifique et nous sommes bénis. Les Malgaches sont des gens merveilleux. ». Le président national du TIM, candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle malgré les tentatives du régime en place visant à le disqualifier de cette course à la magistrature suprême, d’enfoncer le clou : « Malheureusement, ce Rapport des Nations Unies n’est qu’un constat parmi tant d’autres révélés par des enquêtes menées sur Madagascar, et qui montrent que les dirigeants ne se soucient pas de ce que le peuple endure dans la vie quotidienne, notamment depuis le coup d’Etat de 2009. La Banque Mondiale dit que nous sommes l’un des pays les plus pauvres du monde et que 77,8% des malgaches vivent en dessous du seuil de la pauvreté extrême. Sans parler du Rapport de l’Amnesty International qui affirme que nous sommes dans une spirale négative, en ce qui concerne nos droits humains, avec un mépris flagrant de la loi. »

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara138 partages

Parti « Fanorolahy » : Mise en place de coopératives agricoles

Le président du « Fanorolahy » José Randrianary expliquant l’importance de la coopérative agricole aux villageois.

Le parti « Fanorolahy » multiplie ses descentes dans les régions, ces derniers temps. A cet effet, son président national José Randrianary a rallié le village d’Andringaringa, commune rurale Fanandrana, district de Toamasina II, le 9 mars dernier. Une visite qui a été marquée notamment par la mise en place de coopérative agricole. A cette occasion, il a initié le Fokonolona de cette localité à cultiver des légumes entrant dans le cadre de culture contre saison. Outre l’encadrement technique, ce parti n’a pas manqué également d’octroyer des semences et des engrais à la coopérative. Même topo pour la commune de Mahambo, où il s’est rendu le lendemain même. Toujours d’après son président national ses activités seront poursuivies dans d’autres régions du pays. Bref, « Fanorolahy » qui signifie guerrier roule pour le développement.

Motiver. Sur d’autres sujets, notamment pour les prochaines élections, José Randrianary estime que les gens devraient consulter la liste électorale pour voir si leurs noms y figuraient. Dans la même foulée, il pense qu’il faudrait motiver les électeurs à aller aux urnes, entrainant de ce fait, un pourcentage élevé du taux de participation.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara115 partages

Aok’Izay insécurité : Antananarivo a manifesté bruyamment son ras-le-bol

Le ras-le-bol de la population face à l’insécurité a fait du bruit.

« Ras-le-bol de l’insécurité, Aok’izay ! » Midi tapante, c’est un immense concert de klaxon qui a soudainement eu lieu  dans la ville.  Tous les quartiers d’Antananarivo ont baigné dans une cohue bruyante.  Les automobilistes ont démarré la manifestation en sillonnant les rues de tous les quartiers, en bloquant leur klaxon. Des piétons ont suivi le mouvement et ont utilisé sifflets, couvercles de marmites et divers ustensiles. Ceux qui regardaient sans réagir ont participé avec enthousiasme. Les employés des différentes sociétés de la capitale  n’ont pas été en reste et sont sortis dans la rue pour manifester bruyamment. Ankorondrano,  Antanimena, Ankadifotsy,  Analakely, Behoririka, Andravoahangy, Besarety ont connu une fin de matinée agitée. A l’origine de ce tohu-bohu, le mouvement Aok’izay insécurité, Aok’izay Kidnapping. Initié par le Fivmpama ou Fivondronan’ny Mpandraharaha malagasy, il  avait pour but d’interpeller les responsables étatiques sur les insécurités et les kidnappings. Le mot d’ordre a été suivi largement  comme nous le disions plus haut, les employés de nombreuses sociétés comme ceux d’Ankorondrano et à Andraharo sont sortis de leurs bureaux pour crier ou souffler aux sifflets. Les simples citoyens  ont eux aussi voulu interpeller les autorités sur la situation périlleuse où ils se trouvent. Ils ont donc été très actifs.  Et cela a marché ! Prévu ne durer que cinq minutes, de midi à midi cinq, le tintamarre a continué  jusqu’à midi trente et plus. La capitale  fut  animée par une certaine ambiance – complexe –  où festivité, ras-le-bol, et envie de dénoncer les injustices sociales se mêlaient. Reste à savoir si le message adressé  sera reçu par ses destinataires. En tout cas, il s’agit d’un sérieux avertissement qui leur est adressé.

José Belalahy

Midi Madagasikara114 partages

Ministère de la Fonction Publique : Guerre déclarée entre Maharante et les administrateurs civils

Les administrateurs civils travaillant au niveau de la FOP menacent de faire un « ampamoaka » si aucune mesure ne sera prise dans les jours qui viennent.

Guerre déclarée entre le ministre de la Fonction Publique Maharante Jean de Dieu et les administrateurs civils détachés au sein de son département. Ces derniers montent au créneau et dénoncent le népotisme au sein dudit Ministère. D’après eux, les techniciens de l’Administration sortants de l’Ecole Nationale de l’Administration de Madagascar (ENAM) sont mis à l’écart pour les nominations aux postes à responsabilités tels que directeurs et chefs de service. Le bras de fer entre le Corps des administrateurs civils et le ministre responsable de la FOP dure déjà depuis quelques semaines. Le risque d’un scandale n’est pas à écarter dans les jours qui viennent. En effet, les administrateurs civils exigent une abrogation « collective » de tous les hauts responsables qui ne remplissent pas les critères. D’après les explications, bon nombre d’entre eux ne disposent pas des expériences et des qualifications requises pour diriger une direction au sein d’un Ministère. Les administrateurs civils menacent ainsi de faire un « ampamoaka » si aucune mesure ne sera prise dans les jours qui viennent. En effet, ces responsables prévoient d’organiser une conférence de presse incessamment afin d’exprimer leur mécontentement.

Pressions. Il convient de noter que les administrateurs civils ont déjà rencontré à trois reprises le ministre Maharante Jean de Dieu pour lui faire part de leur frustration. Une rencontre avec le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana qui, lui aussi, fait partie du Corps des administrateurs civils, aurait déjà eu lieu également mais pour le moment, les pourparlers n’ont rien donné. En tout cas, le numéro Un de la Fonction Publique campe sur sa position et refuse de céder aux pressions. La semaine dernière, le jour où les employés des zones franches ont organisé une manifestation au bureau du Ministère de la Fonction Publique aux 67 ha, des affichages liés à cette revendication des administrateurs civils ont circulé dans les couloirs dudit Ministère. Quoiqu’il en soit, cette « guerre froide » entre Maharante Jean de Dieu et les administrateurs civils risque d’exploser à tout moment. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara81 partages

« Insulte » contre les journalistes : L’Assemblée nationale présente ses excuses

Le feuilleton « Maimbo helika » va-t-il prendre fin ? Hier, après l’insulte lancée par la députée d’Isandra Rabetafika Norbertine qui a publiquement accusé les journalistes de « puer des aisselles » et suite à l’ultimatum de l’Ordre des Journalistes de Madagascar, l’Assemblée nationale a présenté hier ses excuses aux professionnels de la presse. Le président de la Chambre Basse étant actuellement absent du pays, c’est le vice-président Mahazoasy Freddie qui a présenté ces excuses lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale. « Un député a dépassé les limites dans ses gestes et ses propos. Je prends ma responsabilité, en tant que premier responsable à l’Assemblée nationale pendant l’absence du président, de présenter les excuses aux journalistes. », a déclaré Mahazoasy Freddie. Ce dernier a profité de l’occasion pour solliciter la collaboration de la  presse dans l’accomplissement par l’Assemblée nationale de sa mission.

Bon avocat. La députée Rabetafika Norbertine présente lors du point de presse organisé hier par le vice-président de l’Assemblée nationale Mahazoasy Freddie, qui a été assisté à l’occasion par quelques élus de la Chambre Basse. Mais, l’élue d’Isandra n’a pas eu droit à la parole. Elle a trouvé en Mahazoasy Freddie un bon avocat qui a pu en même temps sauvé l’image de l’Assemblée nationale. Le député d’Antsiranana I s’est par ailleurs efforcé d’évoquer le règlement intérieur de l’Assemblée nationale pour expliquer la présence des éléments des forces de l’ordre dans l’Hémicycle mardi dernier.

R. Eugène

L'express de Madagascar79 partages

Entrepreneuriat – Le réseautage comme outil stratégique

Le networking est souvent associé à une image négative de manipulation de l’autre pour son profit personnel. Il est pourtant un formidable moyen de partage d’expérience.Crédibilité. Tout entrepreneur ou porteur de projet désireux de développer son activité aura perpétuellement besoin d’un appui externe. Parfois financier, mais surtout technique, cet appui est essentiel pour concrétiser un business plan. C’est dans ce contexte que le club entrepreneurs étudiants du rendez-vous des entrepreneurs (CEERE) a organisé, hier, au Work Shop Idea Center Ankorondrano, un après-midi de partage portant sur le thème « Le réseautage et ses atouts ».L’idée étant de se défaire de la manière individualiste que la plupart des jeunes adoptent dans le développement d’une activité. « Le réseautage est un moyen de se créer des relations professionnelles qui vous permettront d’accéder à des opportunités insoupçonnées », annonce Maya Ralaizafindrakoto, modérateur du débat. L’art du networking ou le réseautage représente l’un des piliers stratégique pour booster un chiffre d’affaires sans pour autant nécessiter un gros investissement financier à l’image de la publicité et autre stratégie de vente. « Lors des rencontres d’affaires, outre les échanges d’idée ainsi que les présentations commerciales, le cocktail a autant d’importance pour tisser un réseau relationnel susceptible de faire développer votre projet », explique Rivo Rakotondrasanjy, membre du Fivmpama.

ViabilitéDévelopper son réseau représente un enjeu crucial pour toute entreprise qui cherche à se développer. Or, le constat est clair car le networking reste souvent mal géré, peu réfléchi et absolument non planifié. L’établis­sement d’un réseau interpersonnel est donc primordial. Un carnet d’adresses bien fourni permet d’ouvrir les portes pour les différents rendez-vous d’affaires. Cependant, « la constitution d’un réseau de type systémique est aussi à considérer comme priorité », explique Ndrina Ralaimanisa, directeur de la communication institutionnelle et des relations publiques de la BNI Madagascar avec sa casquette d’intervenant. Ce dernier qui enchaîne que « l’acceptation d’un entrepreneur dans des réseaux tel que le Fivmpama, la Jci et autre institution du même calibre constituera un gage de viabilité du projet de cet entrepreneur dès lors que ce dernier présentera son projet devant un bailleur ». Malgré le fait que la plupart du temps, la plus-value d’une bonne stratégie de networking est difficilement comptable, cette pratique reste, néanmoins, d’une importance capitale pour les jeunes entrepreneurs.

Harilalaina Rakotobe 

Midi Madagasikara76 partages

Ampefiloha : Efa miaraka amin’ny « môtô » ireo mpanendaka

Mitombo ny vola miditra dia mba hatsaraina ihany koa ny fitaovana ampiasaina… ? Fantatra mantsy izao fa efa mampiasa môtô ireo mpanendaka amin’izao fotoana entiny mitsoaka rehefa avy manao ny asa ratsiny izy. Toy ity tovolahy iray tratry ny avy ao amin’ny pôlisin’ny boriboritany fahaefatra avy nanendaka teny amin’iny faritra Ampefiloha iny, ny alakamisy lasa teo. Ramatoa iray teo no lasibatra, izay very pôketra miaraka amin’ireo antonta-taratasy maromaro sy vola. Rehefa avy nisintona ity poketra ity ilay tovolahy dia nitsoaka tamin’ny « scooter » mainty. Mazava ho azy, fa tsy afa-nanao na inona na inona ilay ramatoa teo anatrehan’izany, ankoatry ny niantso vonjy tamin’ny pôlisy. Napetraka avy hatrany dia paikady rehetra ka tsy lasa lavitra fa teny amin’iny faritra Andavamamba iny no voasakana ilay tovolahy rehefa nirimorimo niaraka tamin’ilay môtô sy poketra. Rehefa natao ihany koa ny fisavàna ny taratasin’ilay « scooter » dia fantatra fa tsy nisy na dia tamingany aza teny aminy. Nentiny avy hatrany natao famotorana moa ity mpanendaka ity ary notazomina ihany koa ilay môtô, izay tsy fantatra hatreto na halatra ihany koa na tsia.

Mirongatra izay tsy izy mihitsy ity resaka tsy fandriampalemana ity eto amintsika. Izany indrindra aza moa no anton’ilay hetsika omaly antoandro, izay nampiray hina ireo vahoaka tofoka amin’ny ataon’ireo mpanao ratsy. Ekena sy tsy azo lavina anefa fa manao ny ainy tsy ho zavatra ny mpitandro filaminaan ary porofon’izany ny fahatratrarana ireo mpanendaka am-polony isan’andro eto amintsika, ary ireo andian-jiolahy isan-karazany. Ny mahagaga sy mahavariana, ary isan’ny hitarainan’ireo mpitandro filaminana anefa ny hoe, vetivety ireo voasambotra dia mivoaka sy miriaria indray ary manohy ny asa ratsiny. Hany ka sahy mihantsy ireto farany mihitsy. Asa, aiza ho aiza amin’izany ny lesoka tokony harenina ? Ary sao lahy zavatra hafa mihitsy ihany koa no tokony ho jeren’ireo mpitondra : ny ati-vilanin’ny mponina ohatra ? Rehefa voky hono, mantsy ny vahoaka, ho foana ho azy ny fangalarana…

m.L

Midi Madagasikara73 partages

Football – Coupe de la CAF : Les Mauriciens sont là !

Les Mauriciens de l’Association Sportive de Port Louis 2000 sont arrivés hier après-midi pour leur match de dimanche contre le Fosa Juniors et dans le cadre du second tour de la Coupe de la Confédération africaine.

Ils descendront sur Mahajanga ce jour avec l’obligation de remonter les deux buts concédés à domicile. Une mission très difficile pour ne pas dire impossible, car s’il y a une chose dont Fosa excelle, c’est bien sa défense obéissant aux doigts et à l’œil à l’excellent Baggio dont le jeu s’affine au fil des journées.

Et après avoir su garder sa cage inviolée à Maurice, il n’y a pas de raison à ce qu’il en fasse de même ce dimanche dans un stade Alexandre Rabemananjara des grands jours. C’est en effet une certitude que les Majungais viendront en masse soutenir leur équipe et c’est tant mieux pour le spectacle.

Ce qui va quelque peu obliger Dax et ses camarades à se surpasser pour marquer d’autres buts, et offrant ainsi une joie légitime à des Majungais, dont la dernière participation à une coupe africaine remonte bien loin.

Et bien au-delà d’une qualification presque déjà acquise, le club se doit avant tout de rassurer ses supporters pour la suite de l’aventure africaine, où selon toute logique, Fosa devrait avoir au menu les Algérois de l’Union Sportive Mouloudia autrement dit l’actuel club d’Ibrahim Hamada.

L’USM reçoit en effet ce week-end l’AS Maniema de la RDC après un score de parité de 2 à 2 à l’aller. Et à l’heure du bilan, les deux buts marqués à l’extérieur pèseront lourd dans la balance.

Mais Algériens ou Congolais constituent pour Fosa des sacrés clients qui se trouvent à l’autre bout de l’Afrique avec ce que cela suppose de lourdes charges à supporter.

Clément RABARY

Midi Madagasikara67 partages

Coopération bilatérale : L’Inde est le 3e plus grand investisseur à Madagascar

Des rencontres B to B ont eu lieu entre les opérateurs malagasy et leurs homologues indiens.

Une ligne de crédits d’un montant de plus de 80 millions USD a été octroyée par ce pays pour assurer le développement agricole de la Grande île.

Près de  200 opérateurs économiques malagasy et 150 opérateurs indiens ont participé au forum des affaires  organisé hier par l’ambassade de l’Inde à Madagascar en collaboration avec l’EDBM et la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar  (FCCIM) à l’hôtel Carlton. L’objectif étant de renforcer la coopération entre les deux pays à travers le développement des partenariats économiques. « L’Inde est un important allié de Madagascar dans la coopération économique. C’est également le 3e plus grand investisseur dans le pays », a soulevé le Président Hery Rajaonarimampianina lors de l’ouverture de ce forum des affaires Inde-Madagascar.

Climat des affaires. En effet, « de 2016 à 2017, des sociétés ont été créées par des  investisseurs indiens. Cela constitue une très grande marque de confiance. Au cours des dix dernières années, l’Inde est devenu l’un des grands partenaires commerciaux de Madagascar. C’est le 3e fournisseur et le 7è destinataire des produits malgaches avec un volume d’échanges total de près de 400 millions USD par an. Tout n’est pas parfait, mais nous travaillons pour l’amélioration continue de notre climat des affaires, pour être davantage favorable aux investissements. D’ailleurs, la nouvelle loi sur le Partenariat public-privé est un système bénéfique permettant de rassurer nos partenaires », a poursuivi le Chef de l’Etat.

80 millions USD. De son côté,  le Président de l’Inde, Ram Nath Kovind, a confirmé l’ouverture de son pays et le renforcement de sa coopération avec la Grande île. « Il y a beaucoup d’opportunités qui nous attirent notamment dans les domaines de l’agriculture, de la transformation alimentaire, de l’énergie, des produits pharmaceutiques et des pierres précieuses. L’économie bleue offre également diverses opportunités. Et nous sommes prêts à apporter nos expertises pour que Madagascar soit le grenier de l’Océan indien. D’ailleurs, une ligne de crédits d’un montant de plus de 80 millions USD a été octroyée pour le développement agricole du pays », a-t-il annoncé.

Joint-ventures. Par ailleurs, le Président Ram Nath Kovind a évoqué que des sociétés indiennes souhaitent créer des joint-ventures avec leurs homologues malagasy. « Il y a une perspective de création de partenariat au niveau du secteur minier et de l’énergie notamment solaire. Et les exportateurs malagasy doivent également tirer profit des tarifs et régimes préférentiels offerts par l’Inde leur permettant  d’accéder au marché indien », a-t-il enchaîné. Notons que des recontres B to B ont eu lieu dans le cadre de ce forum des affaires Inde-Madagascar.

Navalona  R.

Midi Madagasikara66 partages

Atsinanana : Le courant ne passe pas entre le chef de région et le HVM

A l’approche des prochaines consultations populaires, le parti HVM est à la recherche de ceux qui vont collaborer avec lui. Pour la région Atsinanana, ce parti présidentiel semblerait n’avoir plus confiance au chef de région Talata Michel. Selon de source informée, les 91 chefs Fokontany de ce Faritra ne voudraient plus coopérer avec ce dernier. Une des raisons de ce manque de confiance en est que, ce chef de région a donné une large audience aux partis d’opposition, lors de la célébration de la journée internationale de la femme. Ces partis ont pu organiser un carnaval, ce qui n’a pas été le cas pour le parti au pouvoir. En un mot, le courant ne passe pas entre le chef de région et le HVM.

Récriminations. Toujours d’après notre source, les jeunes se plaignaient qu’ils ont l’impression d’être délaissés, pourtant ce ne sont pas les moyens qui manquent au chef de région. Par ailleurs, la région ne s’est pas encore relevée des dégâts occasionnés par le passage du cyclone AVA. Et voilà qu’un autre cyclone pointe son nez. Est- ce du à la situation qui prévaut dans la région, toujours est-il que le coordonnateur régional du HVM n’a pas encore été désigné. A entendre les récriminations portées à l’encontre du chef de Région, ce denier risquerait de perdre son poste.

Recueillis par Dominique R.

News Mada37 partages

Niala tsiny amin’ny mpanao gazety ny Antenimiera

Nibaboka ary nanaiky ny  hadisoany. « … Nisy tokoa ny fihoaram-pefy teo aminay depiote ary koa  ny fihetsika tsy voahevitra ka raisiko ho andraikitra amin’ny   maha  tompon’andraikitra voalohany ahy, satria  tsy eto ny filohan’ny Antenimieram-pirenena ny  fametrahana fialantsiny tanteraka amin’ireo  nahatsiaro ho voatohintohina tamin’izany », hoy ny filoha lefitry ny Antenimiera, Mahazoasy Freddy,  tamin’ny mpanao  gazety teny Tsimbazaza,  omaly. Nambarany fa nisy nampandroso  ireo mpanao gazety tao amin’ny efitrano fivoriana nandritra ny adihevitra mivaivay.  Nanaovana tsangan-tanana izany ka lany fa tokony  hivoaka ny mpanao gazety.

Na izany  aza anefa,  notsiahiviny fa misy ihany koa ny fitsipika anatin’ny Antenimiera  tokony  hohajaina sy harahina. Anisan’izany ny fivorian’ny vaomiera itambarambe  sy ny asam-baomiera,  tsy azon’ny besinimaro  atrehina. Etsy andaniny,  voalazan’ny fitsipika koa fa azon’ny  mpikamban’ny governemanta atao ny manatrika  izany sy mandray anjara.

Tsiahivina fa anisan’ny nahatonga izao fialan-tsiny  izao ny fitakian’ny Holafitry ny  mpanao  gazety  (OJM) ny  tokony hanaovan’ny Antenimiera  izany manoloana ny teny  tsy voahevitra navoakan’ny depioten’Isandra, Rabetafika Robertine, nanivaiva mpanao gazety  nilaza  fa « maimbo helika »…  Heloka ibabohana mody rariny ?

Synèse R.

Midi Madagasikara28 partages

Aok’izay, un mouvement qui doit s’étendre à d’autres domaines

Ce sont des sociétés de la capitale qui ont organisé le mouvement, mais le succès a  été celui de tous les Tananariviens. « Aok’Izay » a permis de cristalliser un ras-le-bol qui n’arrivait pas à  s’exprimer. Les concerts de klaxon ont commencé à midi, et ceux qui observaient  un certain attentisme ont suivi le mouvement sans hésiter.

Aok’izay, un mouvement qui doit s’étendre à d’autres domaines

Les attaques à mains armées, les assassinats et les kidnappings ont été  et continuent d’être le lot quotidien des Malgaches. Les malfaiteurs qui ont commis des exactions ont souvent été relâchés et ont continué de sévir sans être inquiétés. Le sentiment  d’impuissance ressenti par les citoyens s’est transformé  petit à petit en lassitude puis en résignation. Les autorités, interpellées régulièrement, ont promis de prendre en compte toutes les inquiétudes des citoyens. Les réunions des responsables qui se sont multipliées, ont semblé répondre aux impératifs de la sécurité. Les annonces faites n’ont pas été véritablement  suivies d’effet. Les détrousseurs et les pickpockets ont continué leur triste besogne. Les responsables de la sécurité publique ont mis en place une organisation qu’ils disaient efficaces, mais hélas, les kidnappings ont eu lieu avec la même facilité qu’avant. L’impression d’impuissance ou pire de laisser faire des forces de l’ordre, a entraîné ce sentiment de révolte qui devait tôt ou tard s’exprimer. Les opérateurs économiques ont enclenché le mouvement et ont donc décidé de montrer aux autorités que la situation n’est plus tolérable. Les protestations se sont faites bruyamment et de manière pacifique. Le président de la République a d’ailleurs compris l’exaspération de tous en annonçant qu’il donnait l’ordre aux forces de sécurité de revoir toute leur stratégie. Mais les citoyens ne sont pas prêts à croire les promesses faites, et attendent des actes concrets. L’avertissement  adressé aux pouvoirs publics est comme on dit, sans frais. Maintenant, il est temps de protester contre la corruption et toutes les malversations qui sont les plaies d’un état discrédité.

Patrice RABE

Midi Madagasikara27 partages

Ambohimanarina : Vehivavy lehibe naratra mafy nokaikerin’ny alikany

Ramatoa lehibe iray, manodidina ny 90 taona eo ho eo no naratra mafy rehefa nivadihan’ny alikany sy nokaikeriny. Zava-doza tokoa no nitranga tao Betafo, Ambohimanarina, ny alarobia lasa teo. Tsy fantatra mazava izay zava-niseho tao an-tokontany fa ilay alika efa niantsampy teny amin’ity vehivavy lehibe, ary nandramatra azy no hitan’ny rehetra. Irony karazan’alika vahiny, voabaiko ho tsy hamela mahazo irony ity biby ity izay. Ary teny amin’iny tarehiny avy hatrany no norambasan’ilay biby tamin’izay fotoana izay. Araka ny fitantaran’ireo nahita dia rapa tanteraka ny endrik’ity ramatoa ity. Ireo olona tao an-trano rehefa nahare ny antsoantson’ny olona no nivoaka haingana namonjy ilay ramatoa sy nanala ilay alika. Ireo olona nahita moa, na dia teo aza ilay finiavana hamonjy dia tsy sahy noho ity biby tsy misomonga ity hatrany. Efa nentina teny amin’ny tobim-pahasalamana ity ramatoa ity, araka ny fanazavàna azo tamin’ny pôlisy teny an-toerana, ary efa nahazo fitsaboana. Efa tsy misy atahorana ihany koa ny ainy. Raha ny mikasika ity biby namoa-doza ity kosa, izay tsy fantatra hatreto tratry ny aretina na inona, dia voalaza sy toa hoe saika hovonoina, saingy tsy navelan’ny tompony. Ho an’ireo mpiompy itony karazan’alika itony dia nilaza mazava fa misy antony ao matoa nivadika amin’ny tompony toa izao ilay biby. Izay zavatra izay no mila tadiaviana fa rehefa tsy misy azo atao intsony dia tsy maintsy hirosoana ihany ny famonoana azy. Lasa toy ny hoe ilay biby tokony hiaro indray no lasa hamono.

m.L

Midi Madagasikara27 partages

Morombe : Vehivavy voalaza fa mpamosavy sady mpangala-jaza, matin’ny hatezeram-bahoaka

Nitrangana savorovoro niafara tamin’ny fandatsahana ain’olona indray tany amin’ny Distrikan’i Morombe, afak’omaly. Ramatoa iray manodidina ny 40 taona eo, voatondro fa mpamosavy sady mpangala-jaza no maty niharan’ny hatezeram-bahoaka tany Tanandava Kaominina Ambahikily. Araka ny tati-baovao voaray dia renin-jaza (mpampiteraka) sady mpanotra mitety tanàna ity vehivavy ity. Tovovavy iray sahabo 22 taona eo, izay bevohoka saro-piterahana no notsaboin’ity ramatoa ity, ny alakamisy teo. Rehefa avy nomeny tambavy izay voalaza fa nisy vorika (mosavy) ilay tovovavy dia namoy ny ainy, ary ny nanaitra ny maro nahita ny razana ny tsy naha tao am-bohoka intsony ny zaza. Rehefa nofotorana lalina ity vehivavy mpitsabo nentin-drazana ity, dia tsy nety nilaza na nanondro mihitsy ny toerana nasiany na nanafenany an’ilay zaza menavava, izay tsy fantatra na maty na velona ihany koa. Tezitra tanteraka taminy ny vahoaka ka nanapatra ny fitsarany, ary tsy namelan’ny olona raha tsy tapitra ny ain’ity ramatoa voatondro ho mpamosavy ity.

Eric Manitrisa

News Mada25 partages

Taombaovao malagasy : misongadina ny asa tanana, ny fomba

Nosokafana, omaly, ireo hetsika mifandraika amin’ny fankalazana ny Taombaovao malagasy. Fampirantiana isongadinan’ny asa tanana malagasy. Fanazavana manome lanja ny fomba amam-panao ary ny momba ny fiaimpiainan’ny Malagasy tany aloha. Misy amin’izy ireny no mbola voatazona fa tsy vitsy ihany koa anefa ireo tsy fantatry ny taranaka aty aoriana intsony.

Sary sokitra, tenona landy ahavitana akanjo sy lamba fitafy, famolahana ny akorandriaka sy  hazo ho zary fitaovana fampiasa amin’ny andavanandro na ho haingon-trano, sns. Samy tazana eo anoloan’ny lapan’ny Tanànan’Antananarivo avokoa izy ireny. Eo ihany koa ny vokatra mampalaza an’i Madagasikara, toy ny tantely.

Manana anjara toerana lehibe ihany koa ny fomba amam-panao, ny firafitry ny trano malagasy miala avy any amin’ny fototra ka mipaka hatrany amin’ny lohatrano. Ny bika aman’endriky ny vakana sy ny anarany ary ny nampiasana azy ireny. Ny lamba tinafy sy ny fotoana nitondrana izany, sns. Hetahetan’ireo mpitsidika ny tokony hanohizana azy ity ao anatin’ny fotoana maharitra fa tsy ho telo andro monja.

HaRy Razafindrakoto

Midi Madagasikara25 partages

Nully Ratomosoa, une légende de la basse en devenir !

Nully Ratomosoa, entouré de son équipe.

Les grandes stars et les légendes de la musique malgache se l’arrachent. Tombé en amour pour la basse et le jazz, spécialement celui de Marcus Miller à l’adolescence, il fait ses premiers pas dans la jungle musicale avec Din Rotsaka, poursuit son petit bonhomme de chemin avec Tence Mena, Tsiliva ou encore Jaojoby. Derrière le bassiste « tropical » se cache pourtant un mordu de jazz, un grand musicien de funk qui ne demande qu’à s’épanouir !

Il a passé plusieurs soirées à boire du coca pm au Glacier Analakely, juste pour avoir une chance de jouer un morceau sur scène, a quitté ses études de droit à l’université pour se consacrer entièrement à sa passion, a joué pour rien avec un groupe reconnu pour s’offrir sa première guitare basse. Lui ? C’est Nully Ratomosoa, un bassiste hors du commun qui ne vit que pour et par la musique ! Fils de musicien, il hérite bien évidemment du sens du rythme et de l’amour de la musique de son père. « Il faisait partie d’un groupe dénommé ‘Dimy lahy’. Quand je rentrais de classe, je les retrouvais dans la maison, toujours en train de répéter. Quand je suis seul à la maison, je m’essayais donc à toute sorte d’instruments : le piano, la batterie ». Mais c’est pour la basse qu’il eut un coup de cœur ou plutôt un coup de foudre. Il avait sept ans à l’époque.

The Way. Quelques années plus tard, sa curiosité et sa soif d’apprendre et de maîtriser la basse s’intensifient. « J’avais un oncle qui habitait Mayotte. Il a eu vent de ma passion pour la basse. Il a donc décidé de nous envoyer deux K7, un de Marcus Miller, spécialement pour moi et un autre d’Ultramarine pour la radio Barawa Ambatondrazaka dont ma tante était la directrice à l’époque », se souvient-il. La façon dont le bassiste jouait l’intriguait, l’accrochait, le subjuguait à tel point qu’il crut à un certain moment que sur un titre, il y avait, non pas un mais quatre bassistes. « En l’écoutant jouer, je n’avais qu’une envie : être aussi performant ». En 2003, Nully réussit à convaincre deux de ses amis à se lancer dans l’aventure The Way, un groupe qui allait reprendre les grands succès de ses deux idoles : Marcus Miller et Ultramarine. Ils ont travaillé d’arrache-pied et investi l’Alliance française où ils ont fait un tabac. Un premier pas réussi qui a été suivi de beaucoup d’autres.

Le début. Nous sommes en 2005. Nully vient de décrocher son bac. Ses parents l’envoient à Tana pour poursuivre ses études. « J’étais tellement excité de venir enfin à la Capitale, pas pour les études mais parce que j’allais enfin avoir l’opportunité de voir ces grands musiciens jouer ». Effectivement, Nully est plus présent au Glacier qu’à l’Université. « Je passais plusieurs soirées au Glacier pour voir les grandes stars jouer. A l’époque, Jean Rigo et Vaiavy Chila étaient les plus célèbres. Il y eut aussi Jean Aimé. En le voyant sur scène une fois, je n’ai pu m’empêcher de rester un simple spectateur. J’ai pris la basse et je l’ai accompagné ». Sa prestation a été remarquée mais ce n’est que quelques années plus tard que, pour le jeune musicien, les choses sérieuses commencent.

De star en star. En 2009, Nully intègre le jazz club du CGM. Il y fait des rencontres, acquiert de nouvelles connaissances, partage le peu qu’il sait et commence également à s’affirmer en tant que musicien. Cette même année, son chemin croise celui de Din Rotsaka qui à l’époque, était au sommet de la réussite. « Je le voyais comme une superstar. Et quand une superstar vous demande de jouer pour lui, vous acceptez ! Surtout quand vous êtes encore un musicien sorti de nulle part ». Din voyait en lui ce « petit quelque chose » qu’il ne voyait pas chez les autres musiciens  lui demandait de rejoindre son groupe et de partir en tournée avec lui à Nosy-Be le lendemain même. Nully accepte le défi et s’en sort haut la main ! A la fin du premier concert, l’écho de sa prestation résonne dans tout Nosy-Be. Deux ans plus tard, il décide de tenter une nouvelle aventure, cette fois avec Tence Mena. En 2013, il devient le bassiste de Tsiliva, côtoie d’autres jeunes et talentueux musiciens comme Miora Rabarisoa, Joël Rabesolo, Jimmy B zaoto ou encore Mika Davis. En 2018, Jaojoby le sollicite et bien sûr, il accepte volontiers de rejoindre la grande famille musicale des Eusèbe en poursuivant en parallèle ses aspirations personnelles et ses projets musicaux.

De « misarangotra » à « Gafunk ». En 2016, Nully se consacre à son projet musical « Misarangotra » dont il a présenté un aperçu sur la scène du CGM en 2009. « J’ai beaucoup travaillé. Je voulais devenir meilleur que je ne l’étais pour être à la hauteur de l’avenir musical que je me prévoyais ». Contrairement à la plupart de ses pairs, Nully Ratomosoa n’aspire effectivement pas à la célébrité. En tout cas, pas dans la facilité. « Je ne veux pas devenir une star. Je veux asseoir ma notoriété, être respecté pour ce que j’ai accompli de bien, faire carrière et porter haut le flambeau malgache. Pas seulement sur le plan national mais surtout international ». Avec « Gafunk », un projet musical très ambitieux dont les mélomanes en entendront très bientôt parler, Nully Ratomosoa, nous en sommes sûrs, ira loin, très loin. En tout cas, on le lui souhaite.Mahetsaka

Midi Madagasikara23 partages

Tempête tropicale modérée Eliakim : Atterrissage au Cap Masoala ce jour

Prévision de la trajectoire de la tempête tropicale modérée Eliakim.

La région Sava est en alerte rouge avec quatre autres régions du Pays. Les risques de dégâts matériels importants sont à craindre.

La naissance – tant attendue – d’Eliakim est arrivée hier. Au stade de Tempête tropicale modérée, Eliakim a été située – à 18h locale – à 280 km à l’est-sud-est d’Antalaha. Accompagnée d’un vent moyen de 80km/h, la dépression tropicale modérée apporte avec elle de rafales de vents de 110km/h. Des données obtenues grâce à un bulletin cyclonique spécial émanant du service de la météorologie de Madagascar.  Le même bulletin de faire savoir qu’Eliakim pourrait atterrir au Cap Masoala ce jour entre 10h et 13h avec de forte chance d’atteindre le stade de cyclone tropical (avec des rafales supérieures à 170km/h). Le niveau d’alerte rouge est déclaré pour Sava, Bealanana, Befandriana Nord, Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra. L’avis d’alerte jaune est également déclaré pour Diana, Analalava, Antsohihy, Mampikony, Boriziny, Tsaratanana, Mangoro et Vatovavy Fitovinany. Avis d’alerte toujours, Boeny, Analamanga, Maevatanàna et Kandreho sont en alerte verte.

Préparations. Les annonces d’avis d’alerte lancés par le service de la météorologie ont été suivies par attention par la population de la région Sava. En effet, réceptives aux avis en question, les autorités locales se sont déjà lancées à des actions de sensibilisations comme ce fut le cas dans différents quartiers de Sambava. Des actions d’évacuation préventive ont également été menées par les mêmes autorités pour limiter les éventuels dégâts matériels et les pertes humaines. Il convient de noter que trois équipes du BNGRC sont actuellement en mission dans la région SAVA pour appuis les interventions en vue du scénario défini par le service de la météorologie de Madagascar.

José Belalahy

Midi Madagasikara22 partages

Affaires Air Mad – PGCS : Un autre « deux poids deux mesures » !

Toujours au statu quo. La situation professionnelle des syndicalistes de la compagnie aérienne Air Madagascar demeure en suspens, car depuis juillet 2015, Rado Rabarilala et consorts n’y sont toujours pas réintégrés, nonobstant l’existence d’un jugement du Tribunal Administratif d’Antananarivo, lequel a débouté la compagnie. 32 mois après les faits, ils sont toujours « dehors ». Et pourtant, pas plus tard que le 13 mars dernier, dans une affaire plus ou moins similaire, le Conseil d’Etat avait annulé le décret présidentiel portant limogeage du Procureur Général près la Cour Suprême (Pgcs), Ranary Rakotonavalona Robertson, suite à un recours des avocats de ce dernier, déposé le 5 mars. Sur ce point, Rado Rabarilala, joint au téléphone, a dénoncé un « deux poids deux mesures » extrêmement flagrant car il suffit que la décision du tribunal administratif soit appliquée pour qu’ils soient de nouveau parmi leurs pairs de la compagnie Air Madagascar. Il exhorte même ce Pgcs « d’agir en faveur de leur cause » car « suite à cette injustice dont il a été victime, il lui sera plus commode d’exiger l’application de la décision nous concernant ».

Appui national et international. Par ailleurs, Rado Rabarilala a fait savoir que, comme il s’agit d’une atteinte grave aux droits humains (sachant que le licenciement abusif et le chômage impactent négativement sur eux et leurs familles), lui et ses consorts ont porté l’affaire devant le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme. A l’échelle nationale, la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) a également offert son appui à ces syndicalistes qui ont payé le prix fort d’avoir protégé les droits des employés. « Nous faisons partie des travailleurs protégés et nous ne pouvons faire l’objet d’aucun licenciement, sauf en vertu d’une décision de l’Inspection du Travail. De surcroît, la décision du Tribunal administratif d’Antananarivo souligne noir sur blanc que nous restons employés à part entière de la société Air Madagascar avec toutes les conséquences de droit, comme si la décision de licenciement n’est jamais intervenue », précise Rado Rabarilala. A suivre.

Aina Bovel

La Vérité19 partages

Affaire Houcine Arfa - Des documents explosifs sur un revirement spectaculaire

Des documents sur l’affaire Hourcine Arfa, émanant d’autorités judiciaires, plus particulièrement sur le dossier ayant valu à ce dernier d’être condamné à trois ans d’emprisonnement ferme pour extorsion de fonds, menaces, tentative de kidnapping et voies de fait, ont commencé à circuler dans le milieu de la presse dans le courant de la semaine. Des documents pour le moins explosifs qui font apparaître un revirement spectaculaire du cours de cette affaire, les sorts des protagonistes ayant été complètement inversés.Rappelons pour la compréhension de ce qui va suivre que, dans son dernier développement connu, ce volet de l’affaire Houcine Arfa, jugé en appel le vendredi 9 mars dernier, a vu le retrait des avocats de ce dernier. Motif invoqué : trois acteurs-clés du dossier n’ont pas été appelés à comparaître malgré leur demande insistante en ce sens. Il s’agit de l’avocat Christian Fanomezantsoa Raoelina, le lieutenant de Gendarmerie Razafindrajaona Zo-Arisoa et la députée d’Antsirabe Nirina. A noter en effet que, dans cette affaire, ces derniers sont cités nommément dans la plainte contre l’ex-pensionnaire de Tsiafahy comme étant de concert avec celui-ci (complice ou co-auteurs ?). A ce jour, seul ce dernier a été condamné.   Pour en revenir aux nouveaux documents suscités, l’on saura à leur lecture qu’en réalité, au début de l’affaire, c’était Randriamaromanana Vonjy Todisoa, le fils de Ravaonirindrina Mariette (la dame qui a porté plainte contre Houcine Arfa), qui était au banc des accusés. Ledit Randriamaromanana Vonjy Todisoa  a été poursuivi le plus officiellement du monde pour « escroquerie et abus de biens sociaux » par la société Guilin Ceke Communication Equipment Co. Ltd avec laquelle il était en affaire, un litige dont le préjudice s’élève à 421.962 USD. L’avocat de cette société plaignante est le nommé Christian Fanomezantsoa Raoelina, celui-là même dont la comparution a été réclamée à cor et à cri par les défenseurs d’Houcine Arfa. La plainte relative à cette première affaire a été déposée au parquet du Tribunal de première Instance d’Anosy et le procureur de la République, à son tour, l’a confiée au SLDEF (Service de Lutte contre la Délinquance Economique et Financière) du Toby Ratsimandrava, suivant le ST (soit-transmis) NR 322-PRT/PLAINTE/17 du 02 février 2017. L’Officier qui a été désigné pour diriger l’enquête judiciaire dans ce cadre n’est autre que le Lieutenant de gendarmerie, Razafindraona Zo-Arisoa, celui pointé du doigt par les adversaires d’Houcine Arfa comme étant l’un de ses complices et dont la comparution est également réclamée, en vain, par la défense de l’évadé de Tsiafahy.

Convocations sans suite et perquisitionD’après un des documents intitulé « Fiche » émanant des autorités judiciaires et résumant le déroulement des faits, suite au ST du 02 février 2017 émanant du procureur de la République du tribunal de première  instance d’Anosy, plusieurs convocations ont été adressées à Randriamaromanana Vonjy Todisoa mais ce dernier n’y a jamais donné suite. Le 28 avril 2017, munis du mandat de perquisition N°4436/PARQUET/17 du 27 Avril 2017, une perquisition a été menée par lieutenant de gendarmerie Razafindrajaona Zo-Arisoa et le gendarme de première classe Ratsimiomana Evrard, appuyés par deux gendarmes de la gendarmerie d’Itaosy, au domicile de Randriamaromanana Vonjy, lequel habite à la même adresse que ses parents. A cette occasion 166 décodeurs de marque CEKE y ont été trouvés. Il est important de signaler ici que le litige dont il est question ici a trait, entre autres, à une convention de partenariat sur des matériels électroniques et audiovisuels numériques (boîtiers, décodeurs,…).  Et c’est ensuite que le cours des choses va prendre une autre tournure pour s’inverser totalement.  « Mécontente de cette perquisition réalisée le 28 avril 2017 à 8 heures en présence  du chef fokontany  d’Antanetibe Ambohidrapeto Antananarivo/Antsimondrano, Ravaonirindrina Mariette, mère de Randriamaromanana Vonjy Todisoa, a déposé le 09 mai 2017 au parquet d’Antananarivo une lettre de plainte contre Houcine Arfa et Consorts pour extorsion de fonds, menaces, tentative de kidnapping et voies de fait » (voir encadré), peut-on lire, toujours dans le document intitulé  « Fiche ».  Le même jour de son dépôt au parquet, c’est-à-dire, le 09 mai 2017,  suivant le ST NR 1264-PRT/17/PLAINTE, cette plainte a été transmise à la Gendarmerie de Fiadanana – Antananarivo, par le procureur de la République du Tribunal de première Instance d’Anosy (la même autorité, il faut le faire remarquer, que celle qui a reçu et transmis au Toby Ratsimandrava la plainte pour escroquerie et abus de confiance contre le fils de la nouvelle plaignante). La procédure qui s’ensuivit, on le sait, a abouti à la condamnation du seul Houcine Arfa à la peine de trois ans d’emprisonnement ferme. En revanche, l’on ignore ce qu’il en est de la plainte déposée par la société Guilin Ceke Communication Equipment Co. Ltd contre Randriamaromanana Vonjy Todisoa . « Pour des raisons ignorées »Toujours est-il que, selon un autre document intitulé « procès-verbal de synthèse », vers la fin du mois de mai 2017, le SLDEF a reçu un « ordre verbal par téléphone de madame le procureur de la République d’Antananarivo, de suspendre jusqu’à nouvel ordre les investigations relatives à l’affaire opposant maître Raoelina Christian et Randriamaromanana Vonjy Todisoa ».  Dans le même sens, l’autre document de signaler que  « Entre autres, le procureur de la République près le tribunal de première instance d’Antananarivo, pour des raisons ignorées, a ordonné, courant le mois de juin 2017à la SRC Antananarivo et au COM/DPJ/SLDEF de lui adresser dans le bref délai le dossier d’enquête tel qu’il est, concernant le maître Raoelina Fanomezantsoa Christian. Ainsi, la SRC Antananarivo a envoyé le sien sans l’audition du lieutenant  Razafindrajaona Zo-Arisoa, le député Nirina et d’autres personnes à entendre (…) sans l’audition de Randriamaromanana Vonjy Todisoa ». Quoi qu’il en soit, par la suite, seul Houcine Arfa est nommément cité dans le dossier. Ses autres présumés complices ou co-auteurs sont désignés par « X ». La Rédaction

Midi Madagasikara18 partages

Unesco Formation – Journalisme d’investigation : Plein feux sur la chose publique

La troisième édition de la formation organisée par l’Unesco, financé par Peace Building Fund, constituant le projet Institutions Démocratiques, a commencé le 12 mars pour s’achever le 16 à l’hôtel le Pavé à Antaninarenina. Une vingtaine de journalistes en provenance de huit régions, avec cinq stagiaires et étudiants de grandes écoles, participent au nouveau thème de cette promotion « La redevabilité des instances représentatives envers le public : cas du Parlement et du Ministère des Finances et du Budget» faisant suite à la « Lutte contre la Corruption » de la seconde édition de l’an dernier.

Des spécialistes en économie et finances publiques (Antsa Ramaroson), puis en gestion du Parlement (Calvin Randriamahafanjary) ont partagé leur savoir-faire et expérience aux journalistes pour maîtriser respectivement ces matières et les rouages  de l’entité de la Chambre basse. Partant de ces connaissances, les laisser-aller et  gaspillage de la chose publique sautent aux yeux pour en faire un simple article de presse. Ensuite reste à s’introduire au « pourquoi et comment » de la question que tout un chacun se pose pour établir l’hypothèse. L’investigation commence là où s’arrête le journalisme conventionnel.

Les techniques du journalisme conventionnel et celui de l’investigation ont été largement développées par Gerard Rakotonirina, président de l’ordre des journalistes et directeur de publication du magazine « Trandraka » et le rédacteur en chef Yves Samoelijaona. Didi Ratsimbazafy s’est chargé du volet « journalisme d’investigation ». En même temps et complétant la transmission du savoir, les deux magnats de la formation en journalisme : Louis Rasamoelina et Alphonse Andriamahaly, ont enseigné à des centaines de  néophytes. Leur formation est suivie d’exercices et corrections de cas concrets « une chance incomparable pour les formés » dixit Louis Rasamoelina que les écoles de journalisme habituel ne pratiquent pas encore. Les deux compères travaillent souvent ensemble et ont obtenu les mêmes bourses pour la France, l’Angleterre, l’Italie, les Etats-Unis. Ils parlent parfaitement la langue de Molière et de Shakespeare, et exigent une écriture correcte et sans fautes en Malgache.

Charles RAZA

Midi Madagasikara16 partages

Tsarahonenana : Deux enfants brulés vifs dans un incendie de leur maison

Le quartier de Tsarahonenana, dans le Ve Arrondissement de la commune urbaine d’Antananarivo était le théâtre d’une véritable tragédie la nuit du mercredi 14 mars. Mis à part les dégâts matériels, l’incendie d’une maison d’habitation a fait deux morts. Les victimes sont de la même famille et âgées  respectivement des quatre et des 11 ans.

Le feu s’est déclaré vers 22 heures, au moment où la famille occupant de cette maison à deux étages  étaient tous dans les bras de Morphée.  L’information recueillie auprès des sapeurs-pompiers de la commune urbaine d’Antananarivo qui sont intervenus sur le lieu, l’incendie dont l’origine reste à déterminer, est parti de l’une des trois pièces du premier étage avant de s’embraser vers le grenier. Les soldats du feu qui étaient débarqués sur le lieu du drame environ 15 minutes après, affirment avoir vu des flammes en train de consumer le grenier de la maison. Malgré tout, ils ont pu maîtriser la situation dix minutes plus tard grâce au nombre important des matériels qu’ils ont déployés à cette intervention.  C’est pourquoi, le feu n’a pas touché le rez-de-chaussée qui est composé de quatre pièces ainsi que les deux pièces du 1er étage.

Piégés par la fumée. Les sapeurs-pompiers affirment qu’ils n’étaient pas tenus au courant de l’existence de ces deux enfants morts dans cet accident que lorsque le feu a été éteint. Passant à la vérification du lieu, les soldats du feu ont aperçu les corps des victimes dans l’une des pièces du premier étage. Celui de la plus âgée a été trouvé devant la porte qui était fermée. Ce qui signifierait qu’elle a tenté de s’enfuir mais en vain. Le corps de la cadette a été vu sur son lit dont la tête était couverte de draps. Asphyxiée par la fumée, elle aurait essayé de s’enfermer dans sa couverture pour pouvoir respirer. Le constat de leur cadavre a révélé des brulures superficielles  dans leur peau. Cela aurait provoqué des braises qui sont tombés du grenier en feu. Ce qui a beaucoup étonné dans cet accident est d’entendre que la mère de famille et la servante de la maison ont dormi dans la pièce jouxtant celle des victimes. Pourtant, ces deux personnes n’ont pas eu le réflexe de sauver ces enfants alors qu’elles ont pu s’échapper de la maison quand le feu s’est déclaré.  Peut-être, cet oubli s’expliquerait par la panique vu la rapidité de l’embrasement de l’incendie. D’autant plus que cette mère de famille est, selon les informations, enceinte de quatre mois.

L’école Les bons amis en deuil. Appelée respectivement Ravaka Rakotoarijaona (11ans) et Dimbiniaina Sarah Valerie Rakotoarijaona (4 ans), les victimes sont toutes deux, des élèves de l’école privée Les Bons amis à Andraisoro. Leur décès tragique a beaucoup affecté la grande famille de cet établissement. C’est pourquoi, sa directrice a décidé hier de suspendre toutes les activités de l’école pour manifester la solidarité avec la famille éplorée. Selon les informations, l’enterrement  aura lieu ce vendredi dans le fokontany d’Ankadiefajoro, commune rurale de Carion, district de Manjakandriana.

T.M.

Midi Madagasikara15 partages

Bourses de l’American School : Jour J pour la clôture des inscriptions

Les trois boursières malgaches de l’ASA pour l’édition de 2017.

Les enfants malgaches désireux de décrocher une bourse pour poursuivre leurs études secondaires à l’American School of Antananarivo (ASA) auront jusqu’à aujourd’hui 23h55 min pour postuler et s’inscrire en ligne sur le site de l’ASA.

Pour rappel, l’ASA a lancé depuis l’année dernière un programme de bourses d’études secondaires. Proposé aux élèves de nationalité malgache, motivés et excellents à l’école, ce  programme de bourse offre une prise en charge à hauteur de 90% des frais de scolarité jusqu’au Baccalauréat international. Notons que l’ASA reste à ce jour, le seul établissement scolaire délivrant ce diplôme à Madagascar, avec toutes les conditions y afférentes et les avantages qui en découlent (ouverture à l’international, les aptitudes psychologiques liées au système éducatif anglo-saxon). D’ailleurs, il convient de noter qu’une importante aptitude à travailler en milieu interculturel constitue un pré-requis indispensable pour être éligible. Sans oublier la capacité financière des parents qui seront amenés à payer au moins 2 000 dollars par an jusqu’au baccalauréat. Toutefois, quoi qu’il en soit, cela reste jouable et tant que le candidat réunit tous les critères, avec une maîtrise correcte de l’anglais, il faut tenter sa chance !

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara13 partages

Secteur de l’industrie : Trois grands événements en vue pour le 60e anniversaire du SIM

Le lancement officiel de la célébration du 60e anniversaire du SIM et du label « Malagasy ny antsika » s’est tenu mercredi dernier à l’hôtel Le Fred Antaninandro.

Un nouveau label « Malagasy ny antsika », une semaine du Vita Malagasy, un Salon de l’Industrie de Madagascar et une soirée Gala Vita Malagasy marqueront la célébration des 60 années d’existence du Syndicat des Industries de Madagascar (SIM).

Ils l’ont annoncé dans la soirée du 14 mars dernier à l’hôtel  Le Fred Antaninandro. Le SIM célèbre cette année son 60e anniversaire. Regroupant actuellement 72 membres dont 64 entreprises, sept groupes et une association professionnelle, ce syndicat figure parmi les groupements privés les plus influents à Madagascar. « Cette association à but non lucratif a été créée en 1958. Elle a pour objet l’étude, la préservation des droits et la défense des intérêts professionnels, économiques, financiers, commerciaux et sociaux des industries, ainsi que des activités qui leur sont connexes ayant leur siège social à Madagascar. Nous collaborons avec une diversité de partenaires, notamment les institutions publiques, les partenaires techniques et financiers, les grandes entreprises, les associations nationales et internationales, etc. », a indiqué le président du SIM, Fredy Rajaonera, lors de la rencontre avec les médias. Pour sa part, le vice-président Christian Rajaosafara a indiqué que la célébration de cette année permettra de démontrer les parcours, les réalisations et les performances du SIM.

Patriotisme économique. Pour les industriels locaux, la qualité du Vita Malagasy est bien meilleure, mais reste encore mal connue sur le marché local. Pour la promotion du label « Malagasy ny antsika », le SIM a obtenu, en 2017, l’appui de l’Union Européenne, dans le cadre du PROCOM (Programme d’appui à l’emploi et à l’intégration régional). A l’égard du consommateur, ce label du SIM signifiera que le produit respecte les réglementations et normes de qualité ; que la fabrication a été réalisée à Madagascar, garantissant ainsi la création de richesses et de valeurs ajoutées dans le pays ; et que le producteur du produit labélisé respecte le code d’éthique du SIM. Ce label « Malagasy ny antsika », dispose déjà d’une identité visuelle, et fera bientôt l’objet d’une campagne de communication. D’après ses promoteurs, seuls les membres du Syndicat des industries de Madagascar, qui respectent le cahier des charges établi, pourront bénéficier de ce label.

Antsa R.

Midi Madagasikara13 partages

Prix découverte Rfi : 10 000 Euros à la clé de la 38e édition

Vous êtes musicien ? Ceci vous concerne. La 38e édition du prix découverte Rfi est à son genèse. L’appel à candidature vient d’être lancé et ouvert à tous les artistes ou groupes musicaux professionnels d’Afrique, de l’Océan Indien et des Caraïbes. Le lauréat bénéficiera d’un prix de 10 000 euros, d’une tournée en Afrique et d’un concert à Paris.

Les candidats ont jusqu’au 1er juillet 2018 pour envoyer leurs candidatures. Ces derniers doivent disposer d’une page personnelle sur Internet, sur les réseaux sociaux ou sur une plateforme musicale que ce soit Spotify, SoundCloud, Apple Music… incluant un minimum de quatre titres en écoute.

Depuis 1981, le Prix Découvertes RFI met en avant les nouveaux talents musicaux du continent africain. Au cours des années, ce Prix a contribué au lancement de nombreux artistes qui ont depuis, conquis un public international  comme Tiken Jah Fakoly de la Côte d’Ivoire, Amadou et Mariam du Mali, Didier Awadi du Sénégal, Soul Bang’s de la Guinée sans oublier les artistes malgaches à l’instar de Mikea et Rajery. Dernièrement, le chanteur malien de musique mandingue M’Bouillé Koité a remporté l’édition 2017 du Prix Découvertes RFI.

Son Jury, composé de professionnels, est chaque année présidé par une personnalité. De Fally Ipupa à Jacob Desvarieux, Youssou N’Dour, Angélique Kidjo, Richard Bona, Kery James ou Asalfo, les présidents du Prix Découvertes RFI apportent leur caution et leur expérience à son rayonnement.  RFI et ses partenaires sont des acteurs  engagés auprès du lauréat, ils lui offrent un soutien professionnel et une exposition médiatique.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara13 partages

Salon Asia / Enjoy Madagascar : 150 000 invitations gratuites à distribuer

Tout est fin prêt pour la saison 2018 du salon Asia / Enjoy Madagascar  qui se déroulera au Parc des Expositions Forello Tanjombato du 22 au 25 mars prochain. Lors d’une conférence de presse qu’elle a donnée hier à l’hôtel le Louvre Antananirenina l’agence Première ligne, organisatrice de l’événement  a promis une manifestation de qualité à la hauteur des attentes, aussi bien des participants que des visiteurs. Côté affluence, la grande  foule sera une fois de plus au rendez-vous puisque Première Ligne a décidé de faciliter l’entrée en distribuant gratuitement 150 000 invitations. Les visiteurs auront en tout cas, droit à un événement intéressant à plus d’un titre. Asia / Enjoy Madagascar est une occasion pour les opérateurs économiques de Madagascar et des îles de l’Océan Indien, d’échanger avec les investisseurs asiatiques.  Des conférences thématiques tournant autour des échanges économiques et commerciaux seront également organisées.

Et il n’y aura  pas que du business puisque les organisateurs ont également prévu des manifestations sportives et culturelles. Défilé de mode, démonstration de Jet Kune Do, danses traditionnelles chinoises, Taishi,  Kuk Sool, concours de guitare seront notamment au menu de cette manifestation permettant  aux visiteurs de joindre l’utile à l’agréable.

R.Edmond.

Midi Madagasikara10 partages

Vendredi joli

# Sity Rakoto au Café de la Gare Soarano

Petit à petit, Sity Rakoto se fait une place dans le monde du showbiz.  Après une prestation remarquable à l’occasion de la journée internationale des femmes, la chanteuse enchaine au Café de la Gare Soarano ce soir. En voie de devenir une grande voix du jazz malgache à l’instar des Lalatiana, Joelle Claude et Sandrine Rajaofetra, elle fait dorénavant des talents à suivre de près.   Ces trois dernières années, la jeune femme s’entoure de musiciens de jazz de renom, et depuis, elle ne s’arrête plus. Donc « let’s jazz » avec Sity Rakoto !

# Jazz mmc au Jaos’ Pub

Jazz Mmc l’infatigable donne rendez-vous aux adeptes de rythme  ce soir au Jao’s pub Ambohipo. L’étoile du nord reprendra pour la énième fois ses tubes comme « Anao tiako » et « Tsy magnindroe ». Avec le chanteur qui fait carton plein à chacune de ses apparitions, l’ambiance « mafana » se profile à l’horizon. Entre le « gwetta waza » et les sons tropicaux d’Antsiranana, l’atmosphère se promet d’être chaud.

# Jimmy B ZaotÖ à l’Is’art galerie Ampasanimalo

Jimmy B ZaotÖ… la voix de l’enfant du pays s’élève entre et par-dessus les frontières de l’île. Jimmy B, le grand Batteur Noir, un grand nom de la batterie, revient  ce soir à l’Is’art Galerie en tant que leader de ce groupe pour passer lui aussi son message, à travers des sonorités traditionnelles revisitées. On cite « salegy », « malesa » et compagnie … la liste est longue. Sous leurs nouveaux aspects ternaires et plus modernes, ces traditions revisitées ont été baptisées sous le nom de ZaotÖgroov par le leader lui-même. C’est donc de cette ambition acharnée que ce projet né en 2012 aboutit avec succès et mérites au tout premier album Anatra Olobe. On découvre alors un artiste multidisciplinaire et engagé, notamment à la sortie d’un premier clip sous le titre de Dahalo. Son crédo, restaurer les valeurs de son identité culturelle avant tout. C’est aussi un peu de coup de gueule, et beaucoup d’amour. Un long partage en toute humanité, Identité et Solidarité prônées en un seul terme, ZaotÖ.

# Tence Mena au Glacier Analakely

C’est dans un « Glacier » qui connaît les meilleures ambiances tropicales de la capitale que Tence Mena se produira ce soir. Depuis quelques temps, la diva se produit aussi dans les soirées branchées pour les fêtards de la nuit. Comme d’habitude, l’ambiance sera « hot », à la hauteur de ce que promet Tence Mena à chacune de ses représentations. Celle qui fait vibrer le public, dans ses clips comme sur scène, enflammera donc la soirée. Avis aux amateurs !

Davis and friends au Trass Tsiadana

Depuis ses débuts, on l’associe toujours à son complice de scène qu’est Mika. Mais ce soir, Davis Franklin sera entouré de ses amis artistes de tous horizons au Trass Tsiadana. Ambiance bonne enfant, bonne musique et bonne compagnie fera la formule gagnante de ce soir. A ne rater sous aucun prétexte !

.Zo Toniaina

Midi Madagasikara9 partages

Eau, assainissement et hygiène : « Dobodoboka » fait grand bruit à Ampanefy, Soavina et Anosiala

Les Mpanazava, en vecteurs de messages, vont à la rencontre de la population.

A travers « Dobodoboka », c’est une sonnette d’alarme qui est tirée pour inciter à la mise en place d’un espace de dialogue entre les autorités communales, la population et la société civile regroupant toutes les associations œuvrant dans le domaine de l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

 Cette fois, c’était à Ampanefy, à Anosiala et à Soavina que s’est tenu l’événement : « Dobodoboka », une activité menée dans le cadre du projet FANDIO Rano, et qui consiste en actions de mobilisation auprès des communautés sur l’importance de l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène (EAH), lequel est un droit absolu de chaque citoyen. C’est ainsi le message véhiculé le 24 février 2018 dans les communes d’Anosiala, Ampanefy et Soavina où les problèmes liés à l’EAH sont vécus au quotidien par la population. Ampanefy et Soavina connaissent, en effet, de grands problèmes sur le plan de la fourniture d’eau potable et l’usage de latrines au niveau des ménages.  A travers des activités de plaidoyer et de mobilisation menées entre autres, par de jeunes scouts de Tily eto Madagasikara et de Mpanazava eto Madagasikara, les communautés sont informées et incitées à prendre conscience qu’elles ont droit à l’accès à l’EAH.

PCD. Dans sa démarche, le projet FANDIO Rano, mis en œuvre dans la région Analamanga, entend alors renforcer le dialogue entre les organisations de la société civile (OSC) et les autorités locales en vue de l’accès universel à l’EAH dans la Région. Ce, en renforçant les compétences des OSC, par le biais de formations, pour qu’elles puissent jouer leurs rôles d’interpellation vis-à-vis des autorités en termes de planification, de  budgétisation et de mise en œuvre d’actions visant l’accès de la communauté à l’EAH. Il s’agit ainsi de parvenir à un plan communal de développement incluant le volet EAH comme facteur de développement. En y ayant accès, chaque ménage peut se consacrer davantage aux activités génératrices de revenus. Rappelons que le projet FANDIO Rano, lancé en 2017, est co-financé par l’Union Européenne et WaterAid.

Hanitra R.

Midi Madagasikara9 partages

Théâtre : « Zéfine sy Armand » ouvre la saison 2018

La relève en action.

Si le mois de juin est celui du théâtre, la saison commence en mars. Cette année, honneur à Rajaonah Tselatra avec l’interprétation de « Zéfine sy Armand ».

Grande nouvelle pour les passionnés du sixième art. La saison du théâtre ouvre le côté cour le 25 mars à l’Alliance française Andavamamba. Les membres  de l’association des artistes du théâtre malgache redonneront vie à « Zéfine » et « Armand », les personnages clés de la pièce phare de Rajaonah Tselatra. Ceci entre par ailleurs dans le cadre de la célébration de la journée mondiale du théâtre qui aura lieu le 27 mars.

Sa première présentation datait du 22 septembre 1899 jouée par la troupe Tananarive théâtre. C’est une pièce en trois actes qui dureront au total deux heures et demie. Dorénavant, c’est la jeune génération qui prend le relais avec une mise en scène de Haja Ravaloson. Pièce classique,  la représentation verra également l’interprétation de compositions d’Andrianary Ratianarivo.

A savoir que la pièce relate l’histoire de la rencontre fortuite entre le jeune homme et d’une jeune fille. Il lui offre en cachette un bouquet de fleur. La jeune fille cherche à connaître cet homme. Ils se sont rencontrés, lui c’est Armand, et elle Zéfine, diminutif de Joséphine. Leur amour est réciproque et ils décident de se marier, mais la mère de Zéfine s’y oppose. Elle a déjà choisi comme gendre un vieux richissime qui est aussi amoureux de Zéfine. Deux problèmes s’affrontent, d’un côté, l’amour fou, et de l’autre, le confort et la sécurité financière engendré par  l’union de Zéfine avec Richard.

Zo Toniaina

News Mada8 partages

Guide du week – end

Jimmy B ZaotÖ à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo

L’Is’Art Galerie Ampasanimalo accueille ce soir, Jimmy B ZaotÖ, un grand nom batteur et artiste multidisciplinaire, qui est actuellement à la tête de son propre groupe éponyme. La bande à Jimmy qualifie sa musique de sonorités traditionnelles revisitées pour donner de nouveaux aspects ternaires et plus modernes, baptise sous le nom de Zaotoögroov. Engagé, le groupe s’est fixé comme crédo de restaurer les valeurs de son comme identité culturelle.

Tence Mena au Glacier Analakely 

Décidément,  Tence Mena enchaîne les succès. Après avoir remporté le trophée

« Mozika milamina » lors de la dernière édition de la RDJ Mozika, grâce à son titre « Anao no tegna izy », elle fait un tabac sur les ondes avec « Sitrany sôlô ». Un titre qui, à peine diffusé sur les médias, trône déjà en tête des charts. Pour le plus grand bonheur de son public, la reine du « Salegy Mipoapoaka » va enflammer, ce soir,  le Glacier Analakely à partir de 21 heures.

Black Nadia grand au SK Melody Mandriambero 

En pleine promotion de son troisième album intitulé « Reveko seule », Black Nadia écume les scènes des grands festivals nationaux. La chanteuse de « Mizara karatse »  concocte un événement grandiose pour ses inconditionnels de la capitale, lors du week-end pascal, mais en attendant, elle sera, ce soir, au SK Melody Mandriambero pour une ambiance teintée de musique tropicale et africaine. Le rendez-vous est fixé à 21 heures tapantes.

Davis and friends au Trass Tsiadana

Franklin Davis fait cavalier seul et ce, depuis un bon bout de temps. Après une petite virée musicale à la Palette Antsirabe au mois de février, le pilier du célèbre duo Mika Davis s’invite au Trass Tsiadana le temps d’une soirée. A cette occasion, il sera accompagné de ses musiciens complices. Comme à l’accoutumée, le chanteur de « Tsaiky joby » va exécuter une forme contemporaine du genre basesa traditionnel de la côte est de l’île, tout en le mélangeant avec le rock, la soul et le reggae.

Inah Mahery au Piment Café Behoririka 

Duo aguerri de l’interprétation de grands classiques « gasy gasy », Inah et Mahery vont monter sur scène, ce soir au Piment Café Behoririka  vers 21 heures, pour faire vibrer les mélomanes. Si Inah s’est fait remarquer à travers son duo à plusieurs reprises avec Dadah Rabel du mythique groupe Mahaleo, Mahery, quant à lui, est un des membres fondateurs du groupe Johary.

Sity Rakoto au Café de la Gare Soarano 

Une soirée empreinte de jazz et de soul, c’est ce que propose Sity Rakoto au public du Café de la Gare Soarano, ce soir. Ce sera pour les noctambules une opportunité de découvrir une artiste au sourire et à la voix authentiques, dans un jazz velouté de mélancolie et de douceur. Des œuvres de Randy Crawford, en passant par Cesária Évora ou encore Diana Krall, l’interprète va revisiter les grands classiques de ce genre musical afro-américain.

Rado Manantsoa band à An-trano Lodge Nanisana

Rado Manantsoa band sera, ce soir, à An-trano Lodge Nanisana. Le temps d’une soirée, il va s’entourer de Benkheli Ratri à la guitare, Hents à la guitare basse et Josiie au micro. Rado Manantsoa est connu et reconnu dans le milieu du néo soul et du soul jazz. Derrière la scène, il travaille en tant qu’arrangeur en studio et accessoiriste. Auteur et compositeur sous différents registres, il a déjà emprunté sa création à des artistes connus, pour ne parler que de Anyah, Nampoina, Elsie, Nanie ou encore Safidy.

Samedi 17 mars

Bemaso au 27 Ampandrana 

Le rap underground sort de sa réserve. Bemaso signe son retour sous les feux de la rampe avec un concert intitulé « Ny tolona tsy miova », demain après-midi, au 27 Ampandrana.  Pour la petite histoire, Bemaso voit le jour à l’orée de 2004 sous l’initiative de trois rappeurs qui ont percé dans l’underground. Au début, Bobo, Masaka et Sôlô se sont démarqués du lot avec leurs paroles à la fois profondes et complexes. Dans la foulée, de nouveaux venus ont grossi leur rang et le groupe compte actuellement sept rappeurs en son sein.

Edgard Ravahatra au Terrace Antanimena

Le Terrace Antanimena accueille, demain soir, un artiste aux influences multiples qu’est Edgard Ravahatra. Auteur, compositeur et chanteur accompli, Edgard Ravahatra privilégie aussi bien la musique du village, celle que l’on chantait autrefois sur les tamboho, que la musique française par ses goûts de Georges Brassens et François Béranger, dont il a repris les chansons. Guitariste hors pair mais aussi adepte du tambour « ancestral », il exprime dans ses chansons l’amour et le lien indéfectible qui l’unit à sa Grande île natale, à sa culture et à ses habitants.

Recueillis par Joachin Michaël

 

News Mada7 partages

Insécurité/aok’zay : Antananarivo exprime son ras-le-bol

La manifestation bruyante et pacifique d’hier a été un succès. Les gens de la capitale ont fait entendre leur mécontentement face à l’insécurité.

Midi sonne et les bruits commencent à se faire entendre dans les rues de la capitale. Partout, presque dans chaque quartier, les klaxons, les sirènes, les sifflets, les marmites et même des hurlements et sifflements résonnent en guise de contestation contre l’insécurité grandissante dans le pays et par ricochet, les kidnappings.

Cela, au grand étonnement des organisateurs qui n’ont pu que se réjouir de la journée d’hier. Si la manifestation était prévue pour 5 minutes, elle aurait duré jusqu’à 30 minutes dans certains quartiers.

Mobilisation générale

Un grand rassemblement s’est tenu au Jumbo score Ankorondrano pour se diriger vers le terrain d’Ankazomanga. Automobilistes et passants se sont prêtés au jeu, mais les bruits ont également été entendus dans les enceintes des bureaux, des établissements scolaires et même dans quelques églises. Plusieurs manifestants ont aussi lancé leurs photos sur les réseaux sociaux.

Pour les initiateurs, le message est passé. « Il faut protéger la population et cela n’est possible qu’en entamant un dialogue. En effet, l’insécurité est trop flagrante et il est temps que cela change », a indiqué Annick  Rakotondratovo, membre de la Société civile.

La suite logique de cette manifestation serait la prise de responsabilité de l’Etat.

« Ce climat pesant nuit fortement au développement du pays », a-t-elle soutenu. Idem pour Laurent Ramaroson du parti MMM qui pense que « l’Etat devrait réellement réagir après cela ».

A noter que, tout au long de la manifestation, les forces de l’ordre ne sont pas intervenues bien que des rassemblements se soient tenus dans certains points de ralliement.

Rakoto

 

Midi Madagasikara7 partages

« Star Tour » : Trois jours de fête à Antsirabe !

Les responsables de « Star tour » lors de la présentation de l’évènement. (photo : Nary Ravonjy)

Antsirabe et la Star en fête ! Pour la treizième année consécutive, le groupe Star marque sa présence à Antsirabe pour le week-end de Pâques. Tous ceux qui s’évaderont dans la Ville d’Eaux du 31 mars au 2 avril auront droit à encore plus d’animations, de jeux et de convivialité.

« Star tour » s’invite à Antsirabe ! Après le succès de la première édition de l’évènement en août 2017 à Majunga, le concept a été également adapté à la ville d’Antsirabe pour un week-end pascal festif en famille et entre amis. « L’avenue de la gare sera entièrement dédiée aux animations prévues pour chaque membre de la famille. Les traditionnelles aires de consommations seront présentes. Viendront s’y ajouter des espaces de jeux et d’animations », précise Karine Razafindrakoto, Coordonnatrice Communication Star. Cette année encore, la musique, l’humour, la danse seront au rendez-vous, avec divers lots à gagner. « Comme à l’accoutumée, les festivités débuteront par le grand carnaval le samedi 31 mars à 11h, et prendra départ devant l’Usine d’Antsirabe, longera plusieurs rues de la ville, pour se terminer devant la Gare. A l’occasion de la célébration cette année des 60 ans de THB et des 65 ans de la STAR, pas moins de 300 personnes participeront à ce carnaval dont des collaborateurs STAR et des communautés locales ». Pour cette première édition, des artistes de renoms se succèderont sur scène durant les trois jours : Arione Joy et Stéphanie pour la soirée du samedi, Rak Roots et Ambondrona le Dimanche soir et Njakatiana pour le grand après-midi musical du Lundi de Pâques.

En famille. « Star Tour Antsirabe »,ce sont surtout des moments à partager en famille ,entre amis, et pour tous les âges. Aussi avant chaque concert, le duo d’humoristes FouHehy ainsi que Barhone mettront le public dans le bain. DJ Nicky et DJ Sniper, assureront l’ambiance discothèque chaque soir. Outre, la grande scène devant la Gare, un « Espace Pression » sous la marque THB avec des animations discothèques et karaoké, ainsi qu’un concours de chant Cover le samedi, et une «2e Scène » devant le Flower Palace, dédiées aux animations Caprice seront  aménagés afin d’accueillir les concours de danse All style le samedi et A capella le dimanche. « Depuis plus de 10 ans, le rendez-vous annuel que donne la Star avec les habitués de la ville d’Antsirabe, est un évènement culturel incontournable. Les villes voisines ainsi que les riverains y trouvent également un intérêt économique car durant trois jours, l’affluence populaire dans la ville génère des revenus supplémentaires. La sécurité sera fortement prise en compte durant les trois jours sur l’intégralité du site avec la mise en place d’un dispositif spécifique comprenant des éléments des forces de l’ordre et des agents de sécurité civile. La Croix Rouge Malagasy sera également sur les lieux comme toujours ». Cette année, « Salto » et «Yes » se joignent à l’évènement et une fois de plus, l’équipe organisatrice promet encore plus d’animations et de convivialité.Mahetsaka

News Mada6 partages

Alerte cyclonique : Eliakim affectera Nosy Be ce jour

Nosy Be se prépare à faire face au passage de la tempête tropicale modérée Eliakim. Les sept Commissions du comité de Gestion de risque et catastrophe (GRC) ont été mises en alerte dès la publication de l’avis de menaces pour l’Ile aux Parfums, hier.

Baptisée «Eliakim», la dépression tropicale qui se trouvait au Nord-est de la Grande île, s’est transformée en Tempête tropicale modérée, hier, à 5h, accompagnée d’un vent de 80 km/h et des rafales de 110 km/h. Elle est prévue toucher terre ce jour, entre 10h et 13h, au Cap Masoala, dans le district d’Antalaha et au stade de cyclone tropical avec des rafales de vent supérieur à 170 km/h.

L’île aux Parfums

L’île de Nosy Be est en alerte pour mettre sa population à l’abri des aléas du passage de la tempête tropicale modérée Eliakim. Les Commissions du comité de Gestion de risque et catastrophe (GRC) sont déjà sur le pied de guerre dès les premières alertes, selon les autorités locales. La Commune urbaine a révélé d’ailleurs que des dispositions sont prises en permanence et communiquées à la population, concernant les abris et les centres d’accueil pour les éventuels sinistrés sur l’île.

Par ailleurs, de graves dégâts ont été enregistrés à Nosy Be depuis le passage  du cyclone Enawo et les autorités peinent à procéder aux redressements nécessaires à cause des inondations permanentes faisant suite aux mauvais temps. Des fokontany situés dans les zones basses de cette commune sont restés sous les eaux depuis plusieurs mois, faisant de ce fait des éternels sinistrés.

Des sinistrés en permanence

Plus de 3068 familles, issues des quartiers des parties basses de l’île dans le fokontany de Dar-es-Salam, Ampotaka et Dzamadzar, sont toujours en situation de sinistres à Nosy Be. L’Organisation nationale de nutrition (ONN) et le BNGRC leur ont remis des dons constitués de 15 tonnes de riz, 1.000 litres d’huile alimentaire et 10 cartons de savons de ménage, le 11 mars dernier, dans le cadre des aides du Gouvernement. Des travaux de curage de canaux d’évacuation sont envisagés par le biais du système à Haute intensité de main-d’œuvre (Himo) pour aider les victimes du sinistre.

Inondations généralisées

Les eaux continuent de monter dans la Sava, Bealalana, Befandriana Nord, Mandritsara, Analanjirofo, Atsinanana. Et Alaotra sont ainsi en alerte rouge, L’alerte jaune est pour Diana, Analalava, Antsohihy, Mampikony, Boriziny, Tsaratanana, Mangoro et Vatovavy Fitovinany. Quant à l’alerte verte, elle concerne Boeny, Analamanga, Maevatanana et Kandreho.

Selon toujours la Météo, des inondations généralisées sont sérieusement à craindre pour Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra, Sofia et Sambirano. Aussi, les pêcheurs et les transporteurs entre Mahanoro et Cap d’Ambre sont priés de ne plus sortir en mer et de bien suivre les prescriptions de sécurité fournies par les autorités de navigation maritime.

De son côté, le ministère de l’Education nationale a fait savoir sur son site que les Directions régionales de l’éducation nationale (Dren) d’Atsinanana, Alaotra Mangoro et Analanjirofo suspendront les cours, ce jour et demain.

Sera R.

 

Midi Madagasikara6 partages

Omnisports : Les techniciens chinois débarquent

les techniciens chinois avec le DSF, Rosa Rakotozafy.

Dans le cadre de la coopération entre la Chine et Madagascar dans le domaine sportif, les techniciens chinois arrivent au pays. Ils sont au nombre de 10 dont six des entraineurs. Cette délégation a été accueillie par Rosa Rakotozafy, directeur du sport fédéral représentant le ministre. « Nous sommes ici à Madagascar pendant un mois pour travailler avec la partie malgache pour l’envoi des athlètes en Chine » a expliqué Jing Lin, chef de la délégation.  99 athlètes et entraineurs répartis dans cinq disciplines dont l’haltérophilie, la natation, l’athlétisme, le badminton et le tennis de table vont partir en Chine pour un stage de préparation. Les quatre disciplines enverront un coach à l’exception de l’athlétisme qui aura deux entraineurs.

La formation dispensée par ces techniciens chinois intervient à la veille de la participation des athlètes malgaches aux Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien à Djibouti, les Jeux Africains de la Jeunesse (JAJ) à Alger et les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) à Buenos-Aires. Le coup d’envoi de ce stage au pays sera donné ce lundi au Palais des Sports Mahamasina.

La délégation

Jing Lin, miaraka amin’i Tianchan, Xia Weifeng, Xiang Yang, Zhang ke, Zhao Zirui, Zhou, Cibao.

T.H

Midi Madagasikara6 partages

Judo – Analamanga : La séance de pesée ce jour à Mahamasina

J-1 de la tenue du Championnat d’Analamanga de judo. Initialement prévu se disputer ce week-end au Gymnase d’Ankorondrano, le championnat régional se tiendra demain samedi toute la journée au Palais des Sports de Mahamasina. Une joute régionale réservée aux catégories minimes, cadettes, juniors et seniors. Une compétition qui entre dans la préparation et détection des judokas d’Analamanga pour les Championnats de Madagascar du 29 au 31 mars au Gymnase d’Ankorondrano. Le tirage au sort s’est déroulé à la salle de réunion du Palais des Sports mercredi après-midi. Les pesées auront lieu ce jour à partir de 16 h au Palais des Sports. Comme annoncé durant cette compétition, un comité technique dirigé par le CTR désignera le meilleur combattant ou la meilleure combattante dans les catégories minimes et cadettes, le meilleur ippon de tous les combats et le meilleur club pour celui qui remporte le plus de titres. L’entrée est gratuite. Profitant de ce sommet régional, la ligue tiendra son assemblée générale pour la présentation des rapports technique, financier et moral de la saison 2017.

T.H

Midi Madagasikara4 partages

Un quatuor de favoris pour quatre challengers

Avec sa domination outrageuse dans le championnat anglais, Manchester City fait peur à tout le monde.L’heure a sonné pour le Barça ? Cela reste à confirmer surtout si le groupe parvient à se libérer son Messi dépendance.La Vielle Dame reste solide sous l’impulsion de sa vielle garde dont Buffon et Chiellini.Malheureux en Liga, le Real de Madrid retrouve toute splendeur face aux grands d’Europe.

Des quarts de finale très équilibrés et ce quel que soit le verdict du tirage au sort de ce jour. Car à la lumière de ces éliminatoires, quatre équipes se dégagent du lot en l’occurrence Manchester City plus pour l’expérience de son mentor Pep Guardiola que de son potentiel offensif mais aussi Real Madrid toujours présent dans les grands rendez-vous sans oublier son plus sérieux rival, le Barça qui bénéficie ces derniers temps de la grande forme de Messi qui vient de passer le cap des 100 buts dans l’histoire de la Ligue des champions.

La Juventus complète notre choix avec le mythique gardien Gianluigi Buffon et le jeune Argentin Dybala qui plane sur un nuage.

On aurait voulu y ajouter le Bayern de… Muller mais sa défaite devant le PSG en match de poule laisse planer les doutes. On le range donc volontiers dans le chapeau des challengers où Liverpool de Sadio Mané n’est pas du tout loin tout comme l’AS Rome et la fougue italienne. Bien en retrait, Séville a déjà réussi un exploit en se hissant dans le Grand Huit européen.

Clément RABARY

News Mada3 partages

France : visa refusé pour les artistes de Black & White

Au grand dam de la diaspora malgache en France, la soirée « Black White 3 », mettant à l’affiche Tempo gaigy, Odyai, Mr Sayda et Pit Leo, ce samedi, vient d’être reportée ultérieurement. Et pour cause, leur demande de visa a été refusée par le Consulat.

Les tickets ont été mis en vente et le spot publicitaire a été lancé sur les médias sociaux. A deux jours  de « Black White », Concept Live, l’organisateur fait savoir « Indépendamment de notre volonté, la soirée Black and White 3 sera reportée. Le manque de sérieux de certains organisateurs face aux conditions de retour des artistes et accompagnateurs, pénalise les fans, les artistes et aussi nous, les organisateurs ».

Une publication sur la page facebook, qui a été relayée par les artistes participants à cet événement. « La non délivrance de visa des artistes, qui devraient se produire au Black and White 3, est due au non respect du retour des personnes que l’organisateur de ma dernière tournée m’a fait accompagner. Le Consulat requiert leur présence physique à Madagascar. J’espère que l’organisateur dont je m’abstiendrai à citer le nom, fera le nécessaire pour débloquer la situation. Dans le cas contraire, j’engagerai des poursuites judiciaires », a renchéri Odyai.

Ce n’est pas la première fois que cela arrive dans le milieu artistique malgache. A rappeler que d’autres artistes, comme Stephanie et Dadi Love, ont tout récemment fait l’objet d’un refus de visa.

Joachin Michaël

 

News Mada3 partages

Nouvel an malgache : de «Fandroana» à «Tatao» en passant par le «Afo tsy maty»

Cette année, quelques associations des natifs et communautés pour la préservation de la culture malgache ont décidé de célébrer le Nouvel an, les 17 et 18 mars, dans différents sites du pays. Par contre, si aucun consensus n’a été  trouvé pour fixer une date unique, les coutumes réalisées dans ces divers espaces se ressemblent.

Ankoay, une communauté spécialisée dans la vulgarisation de la culture malgache a ainsi dévoilé les diverses étapes à faire durant ces deux jours. «Même si l’on ne peut pas assister à ces grands évènements qui auront lieu dans divers espaces, les Malgaches peuvent aussi rester chez eux en célébrant en famille le Nouvel an.», a-t-il souligné.

Le Fandroana

Avant chaque étape, il est d’abord important de faire la paix avec les autres et surtout avec soi-même. Ainsi, les conflits devront être mis de côté et laisser la place au pardon et à la réconciliation. Cette rémission devra se faire, au plus tard samedi. S’ensuivra la cérémonie du «Fandroana». Toute la famille sera incitée à prendre son bain en utilisant tous les «ody fady» afin que tous les maux disparaissent.

Le Afo tsy maty

Après ce bain et avant la tombée de la nuit, chaque foyer devra allumer jusqu’à l’aube des bougies à la maison, toute en les surveillant pour qu’elles ne s’éteignent pas. «Les enfants peuvent ainsi éclairer leurs lanternes», a-t-il ajouté. C’est ce que l’on appelle le «Afo tsy maty» ou «la flamme éternelle». «Il s’agit donc de notre fête des lumières. A travers ces flammes, toutes les bonnes choses de l’année seront gardées durant la nuit et durant l’année suivante», a expliqué notre interlocuteur.

Tatao, Fafy rano et Zara hasina

Dimanche matin, «vary soasoa» cuit avec du lait et arrosé de miel sera au menu. «Le riz symbolise la bénédiction, le lait apporte la vie et le miel exprime la joie durant la nouvelle année. C’est ce qu’on appelle «Tatao». Il doit être mangé en présence de tous les membres de la famille et même les amis», a-t-il annoncé. Après ce petit déjeuner, la famille sera invitée à prier et à demander la bénédiction ou «Fafy Rano». Et enfin, la journée se terminera par une grande fête durant laquelle s’effectueront des échanges de cadeaux que les Malgaches appellent «Zara hasina».

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara3 partages

Football – Analamanga : Le duel des mal-classés

La 7e journée du championnat d’Analamanga de la 1re division sera marquée par ce duel des mal-classés entre le COSFA et Tana Formation.

Jusqu’ici en effet, ces deux équipes n’ont pas offert grand-chose à leurs supporters. Et si la descente aux enfers de Tana Formation s’explique par le départ massif de ses cadres aux deux Fosa Juniors et même à Saint-Denis pour le capitaine Dina, les déboires des militaires restent une énigme puisque tous leurs éléments ayant participé à la Poule des As sont là.

La rencontre prévue à 12h ne manque pas pourtant d’intérêt car décisif pour le maintien.

Pour rester à Mahamasina mais à 14h, Elgeco Plus doit aussi s’activer pour espérer battre l’USCAFoot dans son jardin.

Au centre technique de Carion, la journée dominicale commence à 10h avec un choc Mama- Fosa Juniors suivi d’un CNaPS Sport-COSPN à 12h puis finalement par cette franche explication entre Mi20 et une AS Adema qui a pour l’instant le vent en poupe, et qui n’aura pas à forcer son talent pour rester dans le fauteuil de leader de cette Ligue 1.

Clément RABARY

L'express de Madagascar3 partages

Cyclone Elikiam – Des personnes déplacées dans le Nord-Est

Eliakim toucherait terre d’ici quelques heures. Le temps se dégrade dans le Nord-Est et l’Est de l’Ile.

Le drapeau rouge s’est hissé dans le Nord-Est, l’Est et le Nord de l’Ile, hier soir. Il y pleut abondamment et le temps y est venteux. Eliakim n’était plus qu’à 280 km à l’Est-Sud-Est d’Antalaha vers 17 heures, hier, selon le bulletin cyclonique spécial du 15 mars à 17 heures 30. Le vent moyen, qui l’accompagne, était à une vitesse de 80 Km/h avec des rafales de 110 Km/h.L’évacuation préventive des personnes habitant dans les zones exposées aux inondations et à d’autres dangers a été lancée. « Autour de huit cents personnes d’une petite île à Sambava ont été déplacées, ce jour. Nous avons constaté, également, que des personnes renforcent leurs maisons », affirme le général de brigade Charles Rambola­rison, secrétaire exécutif adjoint du Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), en mission dans la région de Sava où le cyclone est prévu atterrir, ce jour. Dans ces régions, chacun est invité à rester chez soi. « Personne ne doit sortir. L’alerte rouge signifie danger imminent », enchaîne ce responsable du BNGRC.À Mananara-Nord, les habitants au bord des rivières ont quitté leur foyer, le niveau de l’eau commence à monter. Les activités fluviales y sont également suspendues. « Aucun bac ne dessert depuis ce jour (ndlr : hier). Des personnes qui allaient rejoindre un événement sont donc bloquées ici », rapporte le chef du district de cette ville d’Analanjirofo. À Soa­nierana Ivongo, des habitants près des côtes ont quitté leur foyer et ont rejoint leur famille. Lors du passage du cyclone Enawo, en 2017, une trentaine de cases ont été rasées suite à une érosion côtière dans ce district.Par ailleurs, la direction générale de la météorologie prévient sur une sérieuse crainte d’inondations généralisées, dans les régions d’Analanjirofo, d’Atsinanana, d’Alaotra, de Sofia et à Sambirano.

IntensifierLes pluies et les vents se sont intensifiés, depuis hier soir, dans le Nord-Est de l’Ile. « Nous nous attendons à une grande quantité de pluies et à des vents intenses, à partir de cette nuit, selon le communiqué des techniciens de la météorologie », ajoute Charles Rambolarison.Eliakim, baptisé hier à 5 heures du matin, pourrait se transformer en un cyclone tropical, avec des rafales de vent de plus de 170 km/h, avant de toucher terre sur le Cap Masoala, à environ 80 Km au Sud d’Antalaha, ce jour entre 10 h et 13 h. Il traverserait le Nord-Est, en cette fin de semaine et atteindrait l’Est, dimanche. Une vigilance jaune est en vigueur pour les régions de Diana et Vatovavy Fitovinany ainsi que les districts d’Analalava, d’Antsohihy, de Mampikony, de Boriziny, de Tsaratanàna, de Mangoro. Une vigilance verte pour Boeny, Anala­manga, Maevatanàna et Kandreho. Les écoles sont fermées dans les régions d’Analan­jirofo, Atsinanana et Alaotra Mangoro, pour raison de fortes pluies, selon l’indication du ministère de l’Education nationale. Le ministre du Transport et de la météorologie, Ralava Beboarimisa, en mission à Toamasina dans le cadre de l’arrivée de ce cyclone, invite tout un chacun à prendre des précautions et à suivre les indications du service de la Prévision météorologique pour réduire les dégâts.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar2 partages

Enseignement supérieur – Des bourses pour les étudiants malgaches

Les bourses d’études en Inde restent toujours disponibles pour les étudiants malgaches. Le passage de Ram Nath Kovind, président de la République de l’Inde ne fait que renforcer l’octroi de ces bourses d’études. Lors d’une conférence, donnée par le président indien, à l’amphithéâtre Degs à Ankatso , hier, il a retracé l’histoire de la relation entre les deux pays depuis des années. L’Inde priorise l’enseignement à distance et les nouvelles technologies. Environ trois cent cinquante étudiants malgaches ont poursuivi leurs études en Inde depuis 50 ans de relation diplomatique.

Appuis

« Actuellement, à part les étudiants, quelques huit cents employés effectuent des études en Inde. Chaque année, une centaine d’employés partent pour des stages dans ce pays. Une dizaine d’étudiants est sélectionnée par an pour mériter une bourse en Inde », explique le responsable de communication auprès de l’ambassade de l’Inde. À part les bourses d’études, l’Inde appuiera matériellement les écoles à Madagascar.Le « National concert of education research and training » offre  deux cent mille livres à tous domaines confondus ainsi que des manuels scolaires de mathématiques, anglais et sciences. L’université de Toliara et le lycée d’Ampe­filoha bénéficieront bientôt de matériel informatique. Des enseignants indiens donneront prochainement des cours de langue anglaise à Madagascar.

Mamisoa Antonia

News Mada1 partages

Violences policières a Antsakabary : réaction d’Amnesty International

Aux oubliettes pendant un bon moment, l’affaire Antsakabary revient sur le tapis suite à l’apparition d’une vidéo montrant la punition infligée par des policiers sur les habitants d’Antsakabary, en février 2017. La vidéo a fait parler plus d’un sur les réseaux sociaux.

Amnesty International, un organisme non gouvernemental international, connu pour son combat contre l’injustice pour la mise en place du respect des droits de l’Homme,  a réagi en étant mis au courant des violences policières. Dans son communiqué, l’organisme a déclaré que le comportement de la police malgache est scandaleux et condamnable.

Il estime que punir les villageois d’Antsakabary en les tabassant et en les humiliant, mais encore brûler leur village pour venger la mort de deux policiers, sont des actes méprisables et critiquables de la part d’une entité responsable de l’application des lois dans un pays.

« Il est totalement inacceptable que des policiers malgaches infligent des mauvais traitements et des violences aux citoyens qu’ils ont le devoir de protéger. Rien ne saurait justifier de tels actes : frapper des personnes avec des bâtons, les contraindre à se mettre face contre terre ou de les obliger à avancer sur les genoux », a précisé Deprose Muchena, directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique australe dans le communiqué.

Il souligne que les autorités doivent mener, dans les meilleurs délais, une enquête impartiale sur le comportement de la police et traduire en justice les policiers soupçonnés d’être responsables de tels actes, dans le respect des normes internationales. « Les concernés doivent aussi accorder des réparations aux victimes », a-t-il conclu.

Ando Tsiresy

News Mada1 partages

Atsimo-Atsinanana : Sensibilisations sur le GRC à Farafangana

Les responsables se préparent toujours au pire durant la saison cyclonique. Des volontaires de la Croix-Rouge malgache (CRM) sont actuellement sur les fronts, dans le district de Farafangana, pour mener des sensibilisations auprès de la population.

Plusieurs fokontany du district de Farafangana, dans la région Atsimo Atsinanana, ont bénéficié des actions de sensibilisations menées par des volontaires de la Croix-Rouge malgache (CRM), depuis le passage du cyclone Dumazile. L’initiative a été principalement focalisée sur les conduites à tenir au cours des inondations résultant du mauvais temps engendré par les cataclysmes naturels. Les fokontany d’Anosinakoho, de Fenoarivo nord, d’Amboanio, Ambahibe et de Mahasoa ont été ciblés dans la Commune urbaine de Farafangana, en plus des Communes rurales d’Anosivelo et d’Anosy-Tsararafa.

Le projet «Rongatry» s’est chargé du volet logistique de ces activités liées à la gestion des risques et catastrophes dans la région Atsimo-Atsinanana.

Manou

 

News Mada1 partages

Ils ont dit

Noro Andriamamonjiarison, présidente du Groupement des entreprises

de Madagascar (Gem) : « Nous sommes satisfaits de la manifestation. Nombreuses personnes ont répondu à l’appel. Les bruits se sont fait entendre dans les principaux quartiers d’Antananarivo, de même dans les régions. Aucune concertation ni discussion n’ont jusque-là été entreprises après que nous avons déposé une lettre de doléances auprès du ministère de l’Industrie. Nous avons demandé une table- ronde ou des états généraux sur l’insécurité et ce, afin de définir un chronogramme et un plan d’action de lutte contre l’insécurité généralisée. Un communiqué datant de cette semaine a annoncé la mise en place d’un task force qui, cependant, ne concerne que les kidnappings spectaculaires urbains. Pourtant, nous parlons d’insécurité en général et des violences sur tous les fronts. Et jusqu’à l’heure, les cerveaux et auteurs de ces actes n’ont guère été appréhendés ».

Laurent Ramaroson (MMM) : « Le message est très clair, la population a ras-le-bol de cette situation d’insécurité. L’Etat devrait prendre ses responsabilités après une  telle mobilisation »

Besa Josefa RAKOTONDRAINIBE (Porte- parole de la plateforme syndicale de l’éducation au sein du Men et membre du Syndicat des travailleurs de l’éducation de Madagascar) : « Actuellement, des écoles sont fermées à cause des attaques de « dahalo » répétitives, notamment dans la partie sud du pays, où les écoliers tout comme les enseignants fuient leur village pour se mettre à l’abri de ce fléau. Le Plan sectoriel de l’éducation (PSE), qui vient d’être mis en vigueur dans le pays en vue d’améliorer la qualité de l’éducation, ou encore la Politique enseignante qui vient d’être adoptée avant-hier, ne produiront que le même effet d’un coup d’épée dans l’eau si l’insécurité règne toujours dans le pays, dans la mesure où les enseignants refusent  leur affectation dans les zones rouges d’insécurité, et même s’ils sacrifient leur vie en y allant, ils n’auront aucun élève à enseigner ».

News Mada1 partages

Madagascar – Inde : accroître les opportunités d’investissement

 En présence des chefs d’Etat indien et malgache, une soixantaine d’hommes d’affaires indiens ont participé, hier, à l’hôtel Carlton Anosy, au Forum des Affaires Inde-Madagascar, avec des opérateurs malgaches.

Les échanges commerciaux entre l’Inde et Madagascar ont atteint les 340 millions de dollars en 2017, d’après les rapports du président indien, Ram Nath Kovind. Aussi, de 2016 à 2017, la création d’entreprises par des Indiens à Madagascar a hissé l’Inde à la 3e place des pays d’origine des investissements dans la Grande île. En termes d’échanges commerciaux, l’Inde est le troisième fournisseur et le septième destinataire des produits malgaches, avec un volume d’échanges total de près de 400 millions de dollars par an.

Cette année, une enveloppe de 10 millions de dollars sera déboursée par l’Inde pour divers projets en Afrique, dont Madagascar, comme l’a annoncé Ram Nath Kovind. A cet effet, il a confirmé l’ouverture de son pays et le renforcement de la coopération avec Madagascar. « Nous sommes des pays amis depuis des siècles et nous voulons raffermir la coopération avec Madagascar pour son développement », a-t-il déclaré.

Divers secteurs de coopérations

La relation Madagascar- Inde sera marquée par le renforcement et l’élargissement des secteurs de coopération entre les deux pays. L’on citera, entre autres, l’agrobusiness, de l’élevage, la pêche et l’aquaculture, le tourisme, le textile et l’habillement… La mise en place des Zones économiques spéciales (ZES) et des Zones économiques exclusives (ZEE) devrait accompagner cet élan.

Le secteur minier est encore largement exploitable à Madagascar. Les énergies renouvelables sont une nécessité pour l’économie malgache afin d’alléger les charges, surtout compte tenu du fait que 15% seulement de la population a accès à l’électricité. Et l’Economic development board of Madagascar (EDBM) a également exposé les diverses facilités en termes d’investissement, notamment dans les domaines de l’énergie, les télécommunications, les transports aérien et maritime, l’agriculture, les mines.

Madagascar a ratifié l’accord de l’OMC sur la facilitation des échanges. Cela devrait favoriser l’équilibrage de la relation commerciale entre les deux pays. Faut-il ainsi miser sur l’accessibilité des produits malgaches sur le marché indien ? Les joint-ventures devraient dans ce sens permettre aux opérateurs malgaches d’en savoir davantage sur les normes exigées par le marché indien.

Arh.

 

L'express de Madagascar1 partages

Une fête traditionnelle de purification

Avec l’équinoxe de printemps , (occidental s’entend), tombe la nouvelle lune d’Alahamady et se célèbre, en Imerina, la grande Fête mi-religieuse mi-civile du Fandroana ou du Bain. Elle est marquée par trois jours de réjouissances publiques. Les Notes reviennent sur ces festivités telles qu’elles sont vues par Rajemisa-Raolison dans son Dictionnaire historique et géographique (1963).D’après l’historien, on ne sait pas exactement à quelle époque remonte le Fandroana. D’aucuns en attribuent l’institution au roi Ralambo (1575-1610) qui aurait voulu par cette fête, commémorer la découverte qu’il fait de la saveur du zébu.« Bien qu’une partie de la fête soit, en fait, consacrée à un massacre assez notable de bovidés et à la consommation de leur chair, l’hypothèse de l’institution du Fandroana par Ralambo, dans le sens qu’on lui prête, semble peu probable parce que, d’une part, des bœufs ayant été introduits ici bien auparavant par les Arabes (XIe siècle), il semble incroyable que les Merina ne les eussent connus que si tard ; et d’autre part, si grand que fût le prestige de Ralambo, il parait impossible qu’il eût pu faire admettre cette fête dans tout l’Imerina et même dans l’Imamo. »Et l’auteur ajoute que la vraie raison de la fête comme le suggère le mot qui la désigne, n’a aucune relation avec l’idée de bœuf, mais bien plutôt avec celle de purification. Il estime plus vraisemblable que la fête remonte beaucoup plus loin et que « l’origine en ait été purement religieux ». « Que Ralambo en ait institué la solennité et voulu, par concomitance, célébrer ce présent magnifique de Dieu qu’est le zébu, cela n’est pas impossible. »Le Fandroana qu’on appelle aussi l’Asaramanitra (le mois parfumé) est avant tout un jour de souhaits et de vœux et, à ce point de vue, « il serait la réplique du jour du Nouvel an dans d’autres pays ».Dès la veille, on procède à quelques cérémonies intimes. Les membres d’une même famille et les proches parents s’offrent des présents entre eux. En début de soirée, débute la retraite aux flambeaux, « harendrina », sorte de feux de réjouissance que les enfants portent dans la cour ou autour du village. À préciser que les familles en deuil n’y participent pas. « D’où l’on avait conclu communément que ces feux auraient eu pour but de chasser les revenants, le Fandroana étant une fête des vivants ».Cette nuit-là, tous les membres de la famille se réunissent sous le toit des « ray aman-dreny » pour pouvoir recevoir, le lendemain au réveil, leur bénédiction. Même les femmes séparées depuis longtemps de leurs époux, reviennent sous le toit conjugal où, toute la nuit durant, elles vont s’assoir dans un coin à un angle de la case. Pour cette raison, cette nuit reçoit aussi l’appellation de  alin-dratsy » (triste nuit).C’est pendant la deuxième journée que se déroule la vraie fête du Fandroana. Elle sera marquée par le bain purificatoire de chaque membre de la famille, des bénédictions données par les aînés et surtout du Grand Bain du souverain ou souveraine… Il est formellement interdit aux sujets d’abattre et de manger du zébu, que l’on remplace ce jour-là, par de la volaille.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar1 partages

Industrie – Le Syndicat des Industries de Madagascar en quête du marché régional

Soixante ans. Plus d’un demi-siècle déjà que le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM) œuvre pour la promotion de ce secteur. Dans le cadre de la célébration du jubilé de ce syndicat, les grandes lignes du programme d’activités annuel ont été présentées par le comité de direction à l’hôtel Le Fred Faravohitra.En plus du dévoilement de la nouvelle identité du syndicat sous la dénomination de « Malagasy ny antsika », des projets d’élargissement du champ d’activités du syndicat ont été évoqués. « Le développement de partenariat avec les distributeurs locaux en vue de promouvoir l’approche par la proximité chez le consommateur est déjà en cours d’élaboration. Par ailleurs, la SIM projette de conquérir les marchés d’envergure internationale. Mais pour commencer, nous aborderons le marché régional de l’océan Indien », annonce Fredy Rajaonera,président du syndicat.Pour commémorer son soixantième anniversaire, le parcours, les réalisations et les performances du syndicat s’exposeront ainsi lors de la tenue de la semaine du « vita malagasy », le salon de l’industrie de Madagascar qui se tiendra au mois de juin ainsi qu’une soirée de gala du même label.

Harilalaina Rakotobe 

Madaplus.info0 partages

Eliakim touchera Madagascar aujourd’hui

Coup dur pour la grande île, en effet la tempête tropicale modérée qui va surement devenir un cyclone tropical, touchera le sol malgache au niveau du Cap Masoala.
À 4 heures du matin aujourd’hui, cette énième catastrophe naturelle était à 70 km de cap Masoala. 110 Km/h de vent et 145 km /h de rafale l’accompagnent. Il est prévu touché Madagascar entre 10 et 15 heures. Le service de la météorologie affirme qu’il y aura une forte pluie sur toute la partie Est de la grande ile. Sava, Analanjirofo, Antsinanana, Alaotra Mangoro, Belalalana, Befandriana Nord, Mandritsara ont reçu un avis d’alerte rouge. Des mesures radicales devraient être prises par les autorités étatiques pour faire face à ces catastrophes, sachant que Madagascar doit y faire face chaque année.
Madaplus.info0 partages

Le mouvement lancement d’alerte contre l’insécurité était un succès

Ce mouvement pacifiste réalisé par la plateforme regroupant les opérateurs économiques, les membres de l’organisation de la société civile… était tout simplement un succès. En effet, une grande partie la population surtout dans la capitale a participé à ce mouvement.
Il s’agit surtout de lancer une alerte à l’endroit des dirigeants pour qu’ils prennent des mesures drastiques face à la recrudescence de l’insécurité à Madagascar. Pendant 5 mn à partir de 12 h, les voitures ont klaxonné longuement, certains ont fait retentir les sifflets, d’autres les vuvuzela…. Avec cette manifestation, on espère que nos dirigeants vont prendre les choses en main. L’insécurité fait vivre la population dans la terreur, mais encourage la réticence des investisseurs à venir à Madagascar.
News Mada0 partages

Fiaraha-miasa Inde – Madagasikara : nampahafantarina ny vahiny ireo sehatra karazany maro

 Mpandraharaha indianina 60 niara-dia amin’ny filoham-pireneny, Ram Nath Kovind, nitsidika eto Madagasikara, nihaona tamin’ny mpandraharaha malagasy, notarihin’ny filoha Rajaonarimampianina, omaly, tao amin’ny Carlton. Maro isan-karazany ireo sehatra mbola malalaka nampahalalana ny vahiny. 

Nampahafantarina ny vahiny ireo sehatra isan-karazany hisarihana fampiasam-bola : fambolena sy fiompiana, maro anisa amin’ny mponina rahateo ny mivelona amin’izany ; ny tokony hampandrosoana ny jono sy ny fiompiana trondro ; fampifandraisana ireo harena voajanahary sy ny fizahantany ; teknolojia momba ny fifandraisan-davitra, izay efa lasa lavitra ny firenena indianina ; harena ambanin’ny tany sy ny vatosoa ; fampiasana angovo azo havaozina hahazoana mampitombo ny famatsiana herinaratra.

Nampahafantarin’ny EDBM sy nifanakalozan-kevitra tamin’ireo vahiny indianina, ny sehatry ny fambolena, angovo, harena an-kibon’ny tany, fitaterana an-dranomasina sy ana habakabaka. Nampahalalana ireo vahiny ireo koa ny fomba maro manamora ny fampiasam-bola amin’ireo voalaza ireo. Nambaran’ny EDBM ihany koa ny fanavaozana ny lalàna fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny tsy miankina, manome toky izay mpiara-miombon’antoka. Tanjona ny fanatsarana sy fanamoràna ny fananganana orinasa.

400 tapitrisa dolara isan-taona ny fifanakalozana

Hahazoana mamorona asa vaovao ny fampiasam-bola amin’ireo sehatra rehetra ireo, ary mampiakatra ny harinkarena. Betsaka ny azo atao eto Madagasikara, hahitan’ny tsy miankina tombontsoa. Nanome toky ny filoha indianina, Ram Nath Kovind, fa misokatra ny fireneny sy manamafy ny fiaraha-miasa amin’i Madagasikara. « Efa nisy hatramin’ny taonjato maro ny fifandraisana eo amin’ny roa tonta, koa manamafy ny fiaraha-miasa izahay ho an’ny fampandrosoana an’i Madagasikara, tohin’ny fivoriambe efa nisy teo amin’i Afrika sy Inde», hoy ny filoha Ram Nath Kovind.

Fahatelo amin’ny fampidirana entana eto Madagasikara ary fahafito amin’ireo firenena fanondranana vokatra avy eto. 400 tapitrisa dolara isan-taona ny fifanakalozana ara-barotra eo amin’ny tany roa tonta. Fahatelo amin’ny fampiasam-bola eto an-toerana, nanomboka ny taona 2016. Manome aina vaovao eo amin’ny fifandraisan’ny tany roa tonta iny fihaonambe iny. Ara-tantara, hatramin’ny taonjato faha-17, efa nisy mpifindra monina indianina tonga eto Madagasikara.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Zon’ny mpanjifa : tsy hita ny vahaolan’ny fanjakana amin’ny vidim-piainana.

Nafana ny adihevitra nandritra ny loabary an-dasy, nanamarihana ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny zon’ny mpanjifa teto Toamasina, omaly 15 marsa teo. Miisa valo ny zo fototra tokony hananan’ny vahoaka, ka saika voaresaka avokoa ny lafin-javatra tena mampikaikaika ny vahoaka, toy ny fidangan’ny herinaratra sy ny vidin-javatra ilaina andavanandro, ny kolikoly any amin’ny fitsarana, ny tsy filaminana sy ny asan-jiolahy, sns.

Anisan’ny tena be mpiresaka ny fanamarihana, ny fitarainana, ny fanontaniana ho an’ny  sampandraharahan’ny Varotra sy ny fanjifana eto Toamasina sy ny minisitera foibe. Voakasik’izany ny tsy fanarahan-dalàna ataon’ny mpivarotra antsinjarany sy amboangadiny, tsy mametraka ny vidin-javatra, ny entana efa lany fe-potoana tokony ho azo hohanina, ohatra. Ampangain’ny mpanjifa fa tsy manao ny asany ity sampandraharaha ity.

Maro ny zon’ny mpanjifa tsy voahaja

Mikasika ny Jirama Toamasina, nampitaraina ny mpanjifa ity fahatapahan-jiro lavareny tsy voavahan’ny fitondrana sy ny Jirama ity. Ho an’ny fahasalamana, takin’ny mpanjifa ny tsy handoavam-bola any amin’ny toeram-pitsaboam- panjakana, efa voasoratra anaty lalàna. Nohazavain’ny tompon’andraikitry ny fitsarana ny tsy fanarahan-dalàna amin’ny varotra, ny heloka tsotra sy ny heloka mifandraika amin’ny varotra. Mirotsaka ho mpitory amin’izany ny minisiteran’ny Varotra na ny fikambanan’ny zon’ny mpanjifa ary anisan’ny sazy ny fandoavana lamandy.

Nanazava ny filohan’ny zon’ny mpanjifa Toamasina, Andriamihaja Jean, fa zon’ny mpanjifa ny arovana, ny mahazo vaovao, ny misafidy malalaka, ny henoina, ny beazina, ny mahazo fahafaham-po, ny miaina anaty tontolo iainana madio, sns. Tokony hiara-kientana isika hahazo ireo zo ireo, hoy ihany izy. Vitsy amin’ireo anefa ny tena tanteraka sy tsy ahitan’ny fitondrana tompon’andraikitra vahaolana.

Sajo sy Njaka A.

News Mada0 partages

Ampefiloha : voasambotry ny polisy i Petit

Jiolahy iray antsoina hoe i Petit, 28 taona no nifanehatra tamin’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahefatra eny Isotry, omaly rehefa avy nifanenjehana hatreny Ampefiloha ary nifarana teny amin’ny Cenam Andavamamba. Avy nanendaka teny Ampefiloha ity jiolahy ity ka nitsoaka tamin’ny moto. Nahazo antso avy amin’ny polisy ny “compagnie urbaine de la circulation”, fa nisy olona niharan’ny herisetran’ity jiolahy ity ka nirifitra nitsoaka tamin’ny moto izy rehefa avy nanao ny asa ratsiny. Nanome toromarika avy hatrany ireo polisy rehetra miasa amin’iny lalana mety handalovan’ity jiolahy ity ny lehiben’ny kaomisaria. Nametraka ny vela-pandrika ny polisy ka tratra teny amin’ny faritra Cenam Andavamamba ilay jiolahy. Mbola tratra teny aminy ny poketra misy antontan-taratasy marobe. Tsy nahitana taratasy momba ilay moto kosa teny aminy nandritra ny fisavan’ny polisy. Nentina nanaovana fanadihadiana avy hatrany ity jiolahy. Miha avolenta hatrany ny asan-jiolahy amin’izao satria mampiasa moto sy mitondra fiara mihitsy. Misy aza tsy ampoizina ho jiolahy raha tazanina amin’ny endrika ivelany.

J.C

News Mada0 partages

Mpikamban’ny COI : miara-miasa ho fiarovana ny morontsiraka

 Nanao atrikasa tany Sainte Marie, ny 5 hatramin’ny 8 marsa teo, ireo mpandraharaha maro avy amin’ny tany mpikambana ao amin’ny COI (Commission de l’océan Indien), niara-nidinika ny fitantanana maharitra ny morontsiraka na ny GDZCOI (1). Mamatsy izany tetikasa izany ny Frantsay amin’ny alalan’ny FFEM (2). Nozarain‘ireo teknisianina amin’ny solontenan’ny mponina manamorona ireny morontsiraka ireny ny fomba tokony hoenti-miasa  ho fiarovana maharitra ny morontsiraka. Nisy rahateo ny fifanakalozan-kevitra sy traikefa amin’izay asa efa fanao sy nahitam-pahombiazana.

Nambara avy amin’io tetikasa io ny maha tompon’antoka feno ireo mponina sy ny fiaraha-miasa eo amin’ny samy Nosy, manoloana ny fiovan’ny toetr’andro hitandrovana maharitra ny tontolo iainana eny amin’ny morontsiraka. 24 ny fifanakalozana hapetraka, izay misy olona 117 miandraikitra izany.

Anisan’ny fandaharanasa fantatra ny fiarovana ny sokatra an-dranomasina, ny ala honko, fampiroboroboana fizahantany any amin’ny fari-dranomasina, ny fanabeazana sy ny fanentanana ny rehetra ho fiarovana izany tontolo miavaka izany.   Misy ny manana  fomba fiasa tsara, toy ny any Nosy Maurice sy any La Réunion, izay efa manana foibe momba ny fikarohana sy fiarovana ny soka-dranomasina.

Mitondra ny traikefany  manampy amin’ny tetikasa ny any Frantsa  (Parc national de Port-Cros), nifanakalozana amin’ireo teknisianina avy any Seychelles sy any Maurice. Niaraha-nijery ny fanatsarana ny fitaovana fampiasa sy ny fomba fanaraha-maso ny tontolo an-dranomasina. 80 eo ho eo ny fomba fiasa hita mahomby ; ny antsasak’izany, efa voarafitra ho fampiasa haparitaka any amin’ireo tanàna morontsiraka. Anisan’ny atao ho lohany halain-tahaka amin’ireo asa ireo ny Nosy Sainte Marie.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Ilanivato Anosipatrana : ny anadahin’ny tompon-trano ihany no nanarama mpangalatra

 Tsy misy tandroka marina ny ratsy! Ny ao an-trano ihany no nahavita nanarama mpangalatra hangalatra ny entan’ny mpiray tampo aminy toy ity tranga niseho teny Ilanivato Anosipatrana ity. Ny anadahin’ny tompon-trano no niray tsikombakomba tamin’ireo jiolahy…

 Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny PPA3 Ilanivato, ny talata ka hatramin’ny omaly ireo jiolahy voarohirohy tamin’ny resaka halatra fakan-tsary avolenta. Araka ny fanazavan’ny polisy, nisy fianakaviana iray nonina teny Anosipatrana no nifindra trano ho eny Itaosy, ny 3 desambra 2017 lasa teo. Natao ny fitaomana entana hiala ny trano ka nafindra eny amin’ilay trano fonenany vaovao eny Itaosy ny entana rehetra. Dimy lahy teo an-tanàna ihany no nalain’ny tompon-trano hibata entana ka ny anadahin’ilay vehivavy tompon-trano ihany ny voalaza fa tompon’andraikitra tamin’ilay fanaramana ireo lehilahy izay hitatitra ny entana. Vita ny asa, samy nahazo ny karamany avy ry zalahy. Herinandro taty aoriana anefa, nahatsikaritra ny tompon-trano fa nisy fakan-tsara mitondra ny marika Nikon mitentim-bidy 1 200 000 Ar tsy hita na efa nokarohina eran’ny trano aza. Nametraka fitoriana teny amin’ny polisy  ny tompon-trano ka fantatra taorian’ny fanadihadiana fa ireto dimy lahy nokaramaina nibata entana ihany ny naka ilay fakan-tsary. Nosamborina avokoa izy ireo, ny roa lahy izay mbola tsy hita hatramin’izao. Niaiky ry zalahy nandritra ny fanadihadiana nataon’ny  polisy fa naka io fakan-tsary io tokoa. Nolazain’izy ireo tamin’izany fa ny anadahin’ny tompon-trano nanarama azy ireo ihany ny nanome azy ireo ny fakan-tsary mba hamidy ka hirevena ny vola  azo amin’izany. Niaiky ny anadahin’ny tompon-trano fa niray tsikombakomba tamin’izy dimy lahy tamin’io halatra io.

J.C

News Mada0 partages

Ambohidratrimo : kamiao nifandona tao anaty fiolahana, olona enina naratra

 Olona enina indray naratra mafy vokatry ny lozam-piarakodia nitranga teny Ambohilemaka, Mahitsy, distrikan’Ambohidratrimo PK 31 + 500 RN 4, afakomaly tolakandro. Kamiaokely iray nitondra olona enina avy eny Mahitsy hihazo an’i Mahajanga no nifandona tao anaty fiolahana mampidi-doza tamin’ny kamiaobe iray hiakatra aty an-drenivohitra. Naratra avokoa ireo olona enina tao anatiny, potika ihany koa ilay kamiaokely vokatry ny fifandonana tamin’ilay kamiaobe. Tsy nisy kosa ny aina nafoy nandritra ity lozam-piarakodia ity. Nentina haingana namonjy hopitaly miaramila eny Soavinandriana (HOMI) ireo niharam-boina ka avotra soa aman-tsara rehefa nahazo ny fitsaboana sahaza azy ireo.  Ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Mahitsy no manao ny fanadihadiana.

Fiara iray koa no nifaoka vehivavy iray nandeha an-tongotra tao amin’ny fokontany Ambatolampikely Manjakandriana, afakomaly ihany. Avy aty an-drenivohitra ho any Manjakandriana ity fiara ity kanjo nifaoka mpandeha an-tongotra. Naratra ity vehivavy ity ka nentina ao amin’ny CSB II Manjakandriana. Ny zandary avy ao amin’ny PA Carion kosa no manao ny fanadihadiana.

Matetika manampatra hatrany ireo fiara rehefa mivoaka ny lalam-pirenena ka tsy mahafehy familiana intsony ka miafara amin’ny loza hatrany.

J.C

News Mada0 partages

Haitrano tetsy Tsarahonenana : zazavavikely roa namoy ny ainy

 Ny olon-dehibe tafavoaka, fa izy roavavikely (Ravaka, 11 taona, sy Sarah Valérie, 4 taona) kosa taraiky ka namoy ny ainy, vokatry ny haintrano tao amin’ny fonenany, tetsy Tsarahonenana, omaly alina.

 Trano lehibe iray misy rihana sy valin-drihana akaikin’ny toerana filalaovam-baolina eny Tsarahonenana ity nirehitra ity. Samy nanana ny filazany ireo olona nahita ny fitrangan’ny firehetan’ny afo. Teo ireo nilaza fa niainga avy amin’ny saribao tamin’ny fatapera ny firehetana ka vain’afo nilatsaka tao anaty taimbakona no nitarika ny firehetan’ny trano iray manontolo. Nisy kosa ireo nilaza fa ankasomparana nataon’olona avy any ivelany no nampirehitra ny trano. Mikirakira momba ny fandraharahana akoho fakana nofo ireo fianakaviana mipetraka ao amin’ity trano nirehitra ity. Ny tao amin’ny valin-drihana no tena nahitana fahamaizana.

Raikitra ny fifanjevoana teo amin’ireo niharam-boina raha vantany vao nirehitra ny trano. Nivoaka ny trano niantso vonjy tamin’ireo mpifanolo-bodirindrina aminy ny ray aman-dreninn’ireto ankizikely namoy ny ainy ireto, saingy ny fatin-janany sisa no novantanin’izy ireo tao an-trano raha iny niverina avy niantso vonjy iny. Samy nanao izay ho afany tamin’ny famoahana ny entana sy famonoana ny afo ny mponina teo an-tanàna kanefa niitatra hatrany ny afo. Vokany, maty tsy tra-drano ireto roa vavikely (Rakotoarijaona Ravaka sy Rakotoarijaona Dimbiniaina Sarah Valerie) mpiray tampo izay niharam-boina ireto.

Fotoana fohy taorian’izay, tonga namono ny afo teny an-toerana ny avy ao amin’ny sampana mpamonjy voina ka voafehy ihany ny afo tokony ho tamin’ny 10 ora alina. Soa ihany fa nalaky voafehy ny afo ka tsy niitatra tamin’ireo trano teo amin’ny manodidina. May kilan’ny afo avokoa ny ankamaroan’ny entana tao an-trano, ankoatra ireo tafavoaka ny trano.

 Misaona ny sekoly ianaran’izy roa vavy…

Mianatra ao amin’ny sekoly tsy miankina iray eny an-toerana ihany ireto roa vavikely niharam-boina ireto. Nanapa-kevitra avy hatrany ny talen’ny sekoly ianaran’izy ireo fa hampiato ny fampianarana ho fiombonana alahelo amin’ny fianakaviana sy mariky ny fisaonana atao amin’izy roa vavy ireo. Haterina any amin’ny fasan-drazany any Ankadiefajoro Carion, distrikan’i Manjakandriana kosa ny fatin’izy roa vavikely ireto.

Tsy misy afa-tsy ny fitandremana ihany no azo atao mba hialana amin’ny loza tahaka izao indrindra ho an’ireo trano misy zazakely sy ankizikely. Matetika tandrevaka kely eo amin’ilay tokantrano na pitik’afo kely ny mitarika ny loza ka miafara amin’ny famoizana ain’olona.

Tokony ho mailo hatrany koa ireo mipetraka amin’ny trano hazo satria fahavalon’ny afo koa ireny tranohazo ireny. Fotoan’ny delestazy koa izao, maro ireo tokantrano mampiasa labozia, saingy mila fitandremana tsara izany satria tampoka ny fiavian’ny loza ary ny patsa iray tokoa tsy omby vava rehefa ho avy ny loza.

J.C

News Mada0 partages

Tsy nifandrenesana ny anjomara, kiririoka, sarom-bilany… : niara-nientana tamin’ny hetsika ”Aoka iza...

Nandray anjara ny ankamaroan’ny olom-pirenena rehetra,  tamin’ilay  hetsika « Aoka izay  ny tsy fandriampahalemana sy  ny fakana an-keriny », omaly tamin’ny  faritra maro. Mazava ny  hafatra :  mila arovana ny  vahoaka  sy ny fananany. “Mila  fiarovana ny vahoaka ary tokony ho vonona ny hifampiresaka ny sehatra rehetra… Manjaka loatra ny tsy fandriampahalemana  sy ny fakana an-keriny  ka tokony hatsahatra izany”, hoy ny avy amin’ny fiarahamonim-pirenena, Rakotondratovo Annick, anisan’ny nitarika sy  nanentana  ny  hetsika.  Nohitsiny fa tokony hisy ny  fandraisana andraikitry ny fanjakana amin’izany satria  zary lasa  sakana ho an’ny fampandrosoana ny tsy fisian’ny  fandriampahalemana sy ny tsy filaminana.

Tsy mbola nisy tahaka  izao…

 Nananamafy izany  ny teratany vahiny, 70 taona teraka  sy  niaina eto. “Zandriko avokoa ireo mpitondra ireo fa tena tsy mbola nisy  tahaka izao teto Madagasikara… Fanendahana,  fakana an-keriny, fandrobana,  hatrany ambanivohitra  rehetra any.  Mahatsapa izahay  fa  tena  tsy milamina intsony ka  antony nanaovana  izao  hetsika fanairana izao”, hoy  izy. Notanisainy amin’izany ny gadra tafavoaka ny fonja, ny fiparitahan’ny fitaovam-piadiana sy ny maro  hafa. “Tratra farany hatrany ny vahoaka sy ny  olom-pirenena  tsotra amin’ny asan-jiolahy”, hoy  ihany izy.

Tsiahivina fa niainga tetsy amin’ny Jumbo Score Ankorondrano ireo fiara anjatony nitanjozotra nihodina ny fiolahana  eny Ankorondrano  ary  nihazo ny  teny amin’ny tanimenabe, ampitan’ny Jesosy Mamonjy. Nampaneno anjomara avokoa  ireo fiara sy moto ireo.  Nahitana teratany malagasy sy vahiny sy ny avy amin’ny sehatra tsy miankina. Narahin’ireo fiara  tsotra  hafa sy ny taxi-be nifamoivoy  amin’iny lalana iny izany.  Nampaneno ny anjomarany koa ireo fiarabe mpitatitra solika eo Ankorondrano…

Nanampy koa  ny olon-tsotra  teny an-dalana niaraka amin’ny  kiririoka  sy ny sarom-bilany.  Nampaneno ny anjombony koa  ny orinasa  teny amin’ny manodidina an’Ankorondrano,  hatrany  Antanimena rehetra iny. Tsy nifandrenesana avokoa  izany rehetra izany,  nanomboka tamin’ny mitataovovonana hatramin’ny 12  ora mahery teo. Tsy nisy rahateo ny sakantsakana. Nandrindra sy nandamina  ny fifamoivoizana tahaka ny isan’andro  ireo mpitandro  filaminana. Nizotra tahaka  ny isan’andro ny fifamezivezen’ny  fiara, tsy nahitana fitohanana.

Naheno  sy nahita  ny hetsika  ny  vahiny indianina

 Ankoatra izany, nisy hetsika tahaka izany koa ny teny Anosy sy Ampefiloha,  amin’ny fotoana maha mbola teto ny filohan’i Inde , tao amin ‘ny Carlton.  Naheno sy nahita izany ny maro amin’izy ireo miaraka amin’ny mpitondra fanjakana.

Araka izany, andrasana ny mety ho fepetra na fandraisana andraikitra hentitra  ataon’ny fanjakana  manoloana ny fahombiazan’ny  hetsika fanairana iny. “Isaorana ireo rehetra nandray anjara  fa tafita ny hafatra”, hoy ny mpikarakara.

Synèse  R. 

 

News Mada0 partages

Analanjirofo, Atsinanana ary Alaotra Mangoro : miato ny fampianarana noho ny rivodoza Eliakim

 Nahafeno fepetra ary lasa tempête tropicale modérée, omaly maraina Eliakim, ilay andro ratsy. 65 km isan’ora ny rivotra entiny arahina tafiotra 90 km isan’ora. Mbola mitombo hatrany ny heriny. Mikisaka  amin’ny hafainganam-pandeha 13 km isan’ora izy. Tany amin’ny 420 km avaratra atsinanan’Antalaha no nisy ny foibeny tamin’izay. Mizotra mianatsimo andrefana i Eliakim ary manatona tsikelikely an’i Madagasikara.Hiditra an-tanety ao Cap Masoala (73 km atsimon’Antalaha) izy, anio eo anelanelan’ny 8 ora maraina sy amin’ny 03 ora tolakandro. Tombanana ny ho lasa “cyclone tropical” izy alohan’ny hidirany an-tanety.Manomboka mikija ny orana entin’ny rahona mialoha ny hidirany an-tanety. Mahazo filazana loza manambana ny faritra Sofia, Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro ary  ny distrikan’i Tsaratanàna. Filazana maitso fanairana ho an’ny faritra Boeny, Analamanga, Vatovavy-Fitovinany, Maevantanana ary Kandreho. Iangaviana ny mpampiasa ranomasina eo anelanelan’i Mahanoro sy ny Cap d’Ambre tsy hiandriaka intsony ary hanaraka ny toromarika omen’ny tompon’andraikitry ny fifamoivoizana an-dranomasina.

Hanavatsava ny faritra Analanjirofo izy rahampitso, ary hiverina hivoaka an-dranomasina ny alahady manodidina an’i Toamasina.Noho ny fiavian’ny rotsak’orana betsaka, nilaza ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena fa miato avokoa ny fampianarana ho an’ny faritra Analanjirofo, Atsinanana ary Alaotra Mangoro, nanomboka omaly ary hitohy anio.

Nanambara koa, omaly hariva, ny Prefet-n’I Toamasina fa miato ny fampianarana rehetra ao anatin’ny Cisco Toamasina I, sy Toamasina II manomboka anio zoma mandra-piandry ny filazana manaraka.

Araka ny filazana manokana avy eny Ampandrianomby, omaly tamin’ny 6 ora, miova ho toy izao ny filazana loza. Filazana miloko mena : Sava, Bealanana, Fefandriana Avaratra, Mandritsara, Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra. Filazana miloko mavo : Diana, Analalava, Antsohihy, Mampikony, Boriziny, Tsaratanana. Filazana miloko maitso : Boeny, Analamanga, Maevatanana ary Kandreho.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Dibo-drano sahady i Toamasina : mpanjono iray tsy hita popoka hatramin’izao

Na mbola orambe somary mitsitapitapy aza no entin’ny rivodoza Eliakim eto Toamasina hatramin’ny alin’ny alarobia lasa teo, efa mpanjono iray sahady no tsy hita popoka. Tsy  fantatra mazava hatramin’izao na maty na velona izy, izay niala tao an-tokantranony, ny alarobia alina hanao fanjonoana alina (pêche de nuit). Tsy niverina izy hatramin’ny fotoana nanoratana ny lahatsoratra raha ny loharanom-baovao voaangona tamin’ ireo mpanjono namany.

Andaniny, dibo-drano sahady i Toamasina, miseho sahady ny vokatry ny tsy fanadiovana ny tanàna. Feno loto sy fako miparitaka miaraka amin’ny rano mihandrona. Ahina ny mety ho hiparitahan’ny valanaretina hafa hamoizana aina maro vokatr’ ireo loto sy fako rehefa ho lon’ny rano etsy sy eroa. Ankilany kosa, nokianin’ny ankamaroan’ny olona ny famoriana tsy misy fanapahan-kevitra notarihin’ny sekretera mpanantanteraka ny BNGRC sy minisitry ny Fitaterana tetsy amin’ny efitranon’ny faritra Atsinanana, omaly maraina. « Vahaolana amin’ny fotodrafitrasa hamonjena ny traboina sy fanaraha-maso ny vidin’ny entana aorian’ny rivodoza no tokony hiadian-kevitra fa tsy ny fiheverana amin’ny fanampiana tsy mahatody taona io akory », hoy ny fanehoan-kevitry ny mpanatrika ny fivoriana. Lasa mampanan-karena ny mpitarika eo anivon’ny HVM fotsiny ny hetsika fizarana fanampiana. Efa napetraka ny saina mavo  eo amin’ny biraon’ny faritra Atsinanana manambara ny loza manambana, omaly.

Sajo

News Mada0 partages

Tsarahonenana : deux fillettes meurent dans un incendie

Tristesse profonde, les larmes aux yeux, c’est ce que vivent, en ce moment, les proches et les amies des deux fillettes décédées. Un recueillement avant de l’enterrement de leurs filles à Ankadiefajoro Carion, Manjakandriana, se tiendra ce jour. En signe de solidarité et de deuil envers la famille des victimes, le directeur de l’école, où les deux petites filles ont étudié, a même décidé de suspendre les cours pendant quelques jours.

Ravaka et sa petite sœur Sarah, âgées respectivement de 11 et 4 ans, étaient en classe de 6e et maternelle à l’école Les Bons Amis. Pendant qu’elles étaient bloquées dans leur chambre durant l’incendie qui a frappé leur maison avant-hier, aux environs de 22 heures, à Tsarahonenana, leurs parents tentaient tout leur possible pour les secourir malgré la violence des flammes. Les pompiers sont parvenus à maîtriser l’incendie mais n’ont pas réussi à sauver Ravaka et sa sœur, retrouvées mortes, carbonisées par les flammes. Le père des victimes

a affirmé que le feu venait de l’extérieur de leur maison. Il entend déposer une plainte plus tard.

ATs.

News Mada0 partages

Gare routière : les occupants du Fasan’ny Karana en grève

Le déménagement vers les nouvelles gares routières, notamment celle  d’Ambohimanambola, continue de faire des vagues. Hier, à l’issue d’une réunion, des occupants de la gare routière du Fasan’ny Karana ont prévu de mener une grève générale, demain. Ils s’estiment lésés par cette décision.

Composés essentiellement de marchands, de gargotiers, de rabatteurs, de chauffeurs de taxi-brousse, de guichetiers et même d’usagers représentés par le président du Collectif pour la défense des droits des consommateurs à Madagascar, Eugène Ratsimbazafy Rasolofoson, les participants à cette réunion ont exposé, à tour de rôle, leurs désavantages par rapport à ce déménagement vers Ambohimanambola.

Les marchands et les gargotiers déplorent le manque de considération, voire l’ignorance, à leur égard pour être parmi les locataires de la nouvelle gare routière. Pour les rabatteurs et les guichetiers, c’est le chômage assuré à cause de l’instauration du guichet unique. Pour les usagers, c’est surtout la hausse des frais de déplacement pour joindre Ambohimanambola, par rapport au Fasan’ny Karana qui est à l’origine de la grogne.

C’est ainsi qu’ils ont décidé de mener cette grève générale, aussi bien au niveau régional que national.

Contestée par des coopératives

Cependant, cette manifestation n’est pas suivie à cent pour cent par tous les occupants de la gare routière du Fasan’ny Karana. En effet, des coopératives ont approuvé avec beaucoup d’enthousiasme leur déménagement à Ambohimanambola.

«Grâce au guichet unique, nous sommes enfin libérés de l’emprise des guichetiers qui sont en général secrétaires des coopératives. Ils travaillent de pair avec les rabatteurs pour s’enrichir sur notre dos», a indiqué un président de coopérative. D’après ce dernier, les guichetiers profitent de leur place au sein de la coopérative pour fixer, selon leur vouloir, le montant à déduire des frais des passagers, en sus des 10% convenus.

De source auprès de l’ATT, le déménagement à Ambohimanambola ne sera effectif, au plus tôt, que vers la fin du mois d’avril. Les travaux étant prévus ne se terminer que vers la quinzaine de ce mois.

Sera R.

News Mada0 partages

Chronique : sous protection de jeunes policières en fleur

La police nationale aurait voulu développer une opération de séduction qu’ elle n’aurait pas mieux réussi autrement qu’à recruter ces jeunes policières portant avec élégance des uniformes flambant neufs aux épaulettes chacune galonnée d’une sardine. Moins inspirée pourtant l’initiative de les regrouper par demi-douzaine à des endroits rapprochés les uns des autres du côté d’Antanimena, ça répondait peut-être à l’idée d’impressionner la galerie avec la volonté de leur assurer un max de visibilité pour le public, mais autour du 8 mai cette mise en scène a produit l’effet contraire : le sentiment désagréable que l’on utilise des jeunes femmes à des rôles de potiche histoire d’agrémenter le décor, border ronds-points et carrefours en y plantant des bouquets de quelques belles plantes. Simple coïncidence peut-être mais en considération de la simultanéité on ne peut s’interdire de faire une corrélation avec l’initiative de la restauration des bordures du lac Anosy. Manifestement ce chantier d’embellissement a été entrepris dans le dessein de gagner le cœur des habitants de la capitale, du reste la dernière communication des rendez-vous du Président le confirme, puisqu’il y est spécifié que l’ouvrage constitue une preuve qu’Antananarivo bénéficie par cet « ouvrage » des premiers signes de « l’émergence objectif 2030 ».Des agit-prop n’ont pas fait mieux à se faire des illusions en tentant de faire passer des vessies pour des lanternes.

De leur côté heureusement les jeunes policières de cette dernière promotion semblent ne pas se satisfaire du rôle de figuration auquel on les a affectées, fières de leur métier elles entendent se rendre utiles autrement. Pas folles les guêpes, certaines se sont vite aperçues que s’essouffler dans les sifflets et mouliner des bras ne suffisent pas à débloquer les engorgements, et que cadencer les flots en alternant à rythme approprié entrées au rond-point et passages à un carrefour contribue à fluidifier la circulation.

Dans cet univers bloqué où le machisme domine toujours, au constat du moindre soupçon de changement on se lâche à rêver : et si l’on accélérait un peu le mouvement à faire plus de place à la gente féminine, notre société à l’évidence coincée trouverait sûrement plus de chance de se libérer plus rapidement de pas mal d’habitudes turpides qui nous scotchent dans cet état larvaire.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Mgr Cazet

Mercredi dernier, Mgr Cazet rendait sa belle âme à Dieu à l’âge de 91 ans.

On nous sera très sûrement reconnaissant de consacrer ces quelques lignes au grand apôtre de Madagascar dont la vie a été si précieuse à tous et à chacun.

Mgr Cazet est né à Jurançon, près de Pau, le 31 juillet 1827.

Il fit ses études à Oloron. De bonne heure, il comprend les beautés de l’apostolat, le néant de toutes choses et, en janvier 1848, il frappe à la porte du noviciat des pères jésuites de Toulouse.

En 1850, il achève sa formation littéraire. Après une brillante régence, il se rend à Vals pour ses études scholastiques. Après 7 ans d’étude, il est ordonné prêtre, le 25 mai 1861. Il devient socius du Père Maître des novices à Toulouse, puis missionnaire.

En juillet 1864, il débarque à Tamatave où il est nommé supérieur général et, en février 1872, préfet apostolique.

Après la guerre, au retour des missionnaires, le Saint Père Léon XIII décida de donner un vicaire apostolique. Le choix se trouva fait naturellement. Les qualités d’esprit et de cœur, sa vertu, son zèle des âmes étaient le meilleur gage de cette carrière féconde. En octobre 1885, sa Grandeur était sacrée à Lourdes par son éminence le Cardinal Desprez.

Dès lors il devint l’âme de cette mission.

Que nous sommes loin actuellement du temps où pour la première fois, en 1855, le Saint Sacrifice était offert en cachette et en secret devant 7 témoins qui y jouaient leur tête.

Actuellement, c’est plus de 200 000 catholiques qu’il gouvernait encore il y a quelques années.

Avec cette force, cette droiture, cette abnégation que nous nous plaisions de reconnaître en lui.

Dans ces dernières années il fut cruellement éprouvé par la Providence et réduit à l’impuissance.

Levez les yeux et voyez, semblait lui dire le Seigneur, et voyez comme les campagnes sont déjà blanches. Voyez comme dans le ciel il y a beaucoup de places vides, c’est à vous de les combler, non plus par les courses apostoliques nombreuses et fatigantes à votre âge mais par les sacrifices de l’immobilité et de la prière.

Telle fut la fin de ce vaillant évêque.

Qu’il reçoive ici tous nos remerciements, car en travaillant pour l’Église il a beaucoup contribué à la gloire et à l’œuvre de notre chère France.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : mandom-baravarana ny korontana

Mitaraina avokoa ny  sokajin’olona ao Toamasina. Na karazan’ny efa nionona amin’ny tsy fisian’ny fandriampahalemana aza ny mponina araky ny fahitana azy, dia heno fa mihetsiketsika mangina noho ny fisondrotana roa tonta. Eo andaniny ny fisondrontan’ny vidim-piainana, eo ankilany ny fitombon’ny hetraketraka. Ny mpandraharaha koa moa dia very hevitra noho ny fikatson’ny tontolon’ny toe-karena sy noho ny fiantraikan’ny tsy fiodinan’ny zotra arak’izay tokony ho izy ao anivon’ny seranana. Ambonin’izany mazava ho azy fa miantraika vetivety eo amin’ny tontolon’ny asa io toe-draharaha io. Anatin’izao fotoan-tsarotra izao, maro ny mpikarama no very fitadiavana, noho izay sady very fihinanana no very fanahy.

Tsy ao Toamasina irery anefa no mitranga ny fizotran’ny toe-piainana mampitebiteby toy izao hany ka tsy fantatra intsony ny mety fisehon’ny ampitso. Samy mitaky fiovana avokoa eo amin’ny fitantanana ny fiaraha-monina. Hita na hatrany amin’ny fotoana fifidianana ve ny rafi-pitondrana, hahatanty ny fiandrasana an’izany ve ny vahoaka ? Afa-tsy ny jamba sy marenina sy izay minia hino fotsiny, samy mametraka izany fanontaniana izany avokoa ny mponina manerana ny Nosy. Tsapa fa na ireo mpitondra aza dia raiki-tazo sy teran-kovitra noho izany, ka mikoropaka arak’izay afany. Ny fikoropahana moa anefa matetika dia mpanoro vohana raindahiny. Maniraka amin’ny fametrahana tetika marivo tototra, hatrany amin’ny fanaovana asa tsy mendrika.

Ny fandinihana sy fiadian-kevitra teo Tsimbazaza an’ireo volavolan-dalàna natolotry ny governemanta dia efa niteraka korontana sahady, nefa volavolan-dalàna atao hitondrana fandaminana mandritra ny fifidianana. Voalaza fa ny fanatanterahana izany ao anaty fitoniana no tanjona. Andininy maro no kianin’ny mpanohitra ao anatin’ilay volavolan-dalàna.

Na misy ny maramara saina na vao zara, raha mitranga fotsiny ireo volavolan-dalàna dia efa mitsikafona ny loto sarihany. Aiza ve eo amin’ny Antenimieram-pirenena raha mbola tsy miditra akory any amin’ny vontoatin’ireo volavolan-dalàna ny adi-hevitra dia raikitra ny adilahy ka voatery navadika any amin’ny fandaharam-potoana ny anton-dresaka. Ahitana raha anie ity fizotran’ny raharaham-pirenena ity.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : ce n’est ni le début ni la fin d’un combat qui continue

La population ne s’inquiète ni ne se formalise de l’atmosphère qu’elle sent pourtant tendue et qu’elle sait délétère. Fataliste elle attend, faisant dos rond pour se préparer au contrecoup, à l’avance résignée à son sort d’avoir à faire les frais qu’elle que soit l’issue. La crise semble inéluctable, quand ça grince dans nombre de secteurs d’activités tant dans le domaine public que dans le monde des affaires, et que pour ne pas détendre l’ambiance, la deuxième ville du pays, Taomasina, plonge dans une sorte d’anarchie, paralysant les activités du système formel, libérant les forces et les formes d’insécurité. Il ne fait plus bon y vivre, ni pour la population y trainant aux abois, ni pour les bons-vivants y menant bon-train.

 

 

News Mada0 partages

Fetin’ny Paka : nivelatra kokoa ny « Star Tour » ao Antsirabe

Antsirabe sy ny fetibe rehefa Paka. Efa zary fanao izany, saingy niavaka kokoa hatramin’ny nisian’ny « THB Tour ». Hiova ho « Star Tour » indray ny hetsika amin’ity. Hivelatra sy ho ngeza kokoa.

13 taona nisesy izay, nanamarika ny fetin’ny Paka tao Antsirabe foana ny orinasa Star. Fanombohana sady goavana indrindra foana ny “THB Tour” tao an-drenivohitr’i Vakinankaratra nandritra ny taona maro nisiana. Hipetraka hatrany, saingy hivelatra kokoa ary lasa “Star Tour” amin’ity. Hotontosaina ny zoma 31 marsa hatramin’ny alatsinainy 2 avrily ny hetsika, izay atao ao an-tampon-tanàna, manoloana ny Gara, toa ny mahazatra.“Natomboka ary nahitam-pahombiazana ny “Star Tour” tany Mahajanaga, tamin’ny taon-dasa. Hoentina any Antsirabe indray izany, hifalian’ny fianakaviana sy ny mpinamana”, hoy ny fanambaran’ireo tompon’andraikitry ny fikarakarana ny hetsika avy ao amin’ny Star, nandritra ny fihaonana tamin’ny mpanao gazety, tetsy amin’ny foiben’ny orinasa, omaly.“Eo hatrany ireo tranoheva ampolony maro, natao hanjifana ireo vokatra Star. Ankoatra izay anefa, hahazo ny fialamboly heverina fa mety aminy avokoa ny mpianakavy amin’io”, hoy ny nambaran-dRamanankoraisina Setra, tompon’andraikitry ny fikarakarana hetsika ao amin’ny Star.Mpanakanto goavanaAnkoatra ny fialamboly sy ny zava-pisotro isan-karazany, zava-dehibe maha fety ny “Star Tour” ny mozika. Anisan’ny misarika ireo mponina ao Antsirabe sy ny manodidina, ankoatra ireo mpiala sasatra io. Tsy nohamaivanina izany tamin’ity, satria niantso ireo tarika sy mpanakanto heverina fa be mpankafy ny mpikarakara. Hanokatra ny andiam-pampisehoana i Arione Joy sy i Stéphanie ny alin’ny asabotsy. Hitohy amin’ny alim-pandihizana lehibe izany avy eo. Hanohy ny fety kosa i Rak Roots ny alahady, izay arahin’ny tarika AmbondronA. Hiroso ny tolakandro kosa ny fampisehoana ny alatsinain’ny Paka, izay hiandrasana an’i Njakatiana an-tsehatra. Toy ny mahazatra, hiantoka ny fanentanana eny an-tsefany eny ry Honorat sy Eric ary i Bahrone. Eo koa ny mpikosoka kapila DJ Nicki sy DJ Sniper, hampandihy ny rehetra.Tsy fampisehoana goavana ihany anefa, fa mbola misy fialamboly hafa, toa ny fifaninanan-kira acappela,“karaoke” sy “cover” ny asabotsy, eny amin’ny sehatra kely. Eo koa ny fifaninanana dihy, izay efa fanao isan-taona.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Any ivelany : mioty fahombiazana ny Malagasy guitar masters

Mbola voaporofo fa manan-talenta ny Malagasy ary ny mahagaga, ny any ivelany no tena resy lahatra amin’ny hakanton’ny zava-bitan’izy ireny. Ankoatra ny 3MA, ahitana an-dRajery, mitana ny lohalaharana ao amin’ny Transglobal world music chart ny “Volo hazo”, rakikira vaovaon’ny Malagasy guitar masters.

Etsy ankilan’izay, feno tanteraka ny fandaharam-potoan’ny tarika, mandritra ny fitetezana an’i Frantsa amin’ity volana marsa ity. Raha tsiahivina, mpitendry zavamaneno telo mirahalahy, samy sangany amin’ny filalaovana gitara no mandrafitra ny Malagasy guitar masters.

Tsy iza izany fa i Teta Jean-Claude, i Chryzanto Zama ary i Joël Rabesolo. Nanomboka ny 7 marsa teo ny fitetezam-paritra ataon’izy ireo any Frantsa. Tany amin’ny toeram-pilanonana antsoina hoe Le Hangar, any Ivry sur-Seine, izy ireo omaly. Tsy hifarana moa izao fitetezam-paritra izao raha tsy ny 23 marsa, any Saint-André-les-Vergers (Troyes).

Nivoaka tamim-pomba ofisialy, ny 23 febroary teo, ny rakikiran’izy ireo, “Volo hazo”, izay hampahafantarina mandritra ity fitetezam-paritra ity. Hita ao anatin’izany vokatra vaovao izany ny “Milomano”, “Kabary lava”, “Be lamba” ary “Volo hazo”. Antenaina fa tsy ho diso anjara amin’ny fizarana ireo kanto vaovao ireo ny eto an-tanindrazana.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Kaonseran’ny Jazz club CGM : omena lanja ny « Tsiahy ho an’i Olszowski »

I Eckehart Olszowski, teratany alemà nahavita be tokoa teo amin’ny fampandrosoana sy fampivelarana ny kolontsaina sy ny mpanakanto malagasy. Ny faran’ny herinandro izao, hisy ny hetsika karakarain’ny Jazz club Cgm ho fahatsiarovana azy.

Anisan’ny nampiroborobo fatratra ny tontolon’ny mozika jazz eto Madagasikara i Eckehart Karl Olszowski, tale teo aloha ny Cercle Germano-Malagasy,  izay nodimandry ny 8 oktobra 2017 teo. Noraisin’ny Jazz club CGM an-tanana ny fanatanterahana hetsika « Kaonseritra ho fahatsiarovana » azy, ny 18 marsa izao, manomboka amin’ny 3 ora sy sasany ao amin’ny Cercle Germano-malagasy, tohatohabaton’Antaninarenina.

« Ezahinay haverina ireo hira tena tian’i Ol fony fahavelony, amin’io fotoana io »,  hoy i Andry Mika, anisan’ny mpikambana ao amin’ny Jazz Club CGM. Izany hoe, tsy hijanona eo amin’ny feon-kira ihany ny seho fa hisy mpihira mihitsy.

Omena lanja ihany koa ny fijoroana vavolombelona. Ireo olona akaiky azy no hanao izany. Samy manana ny lohahevitra hoentiny amin’io fotoana io. « Anisan’ireny ny fotoana nampihomehy na nahatezitra azy, eny fa na ireo tranga tsy nisy nahafantatra mihitsy niseho teo amin’ny fiainany aza, hotsiahivin’ireo vavolombelona », hoy hatrany i Andry Mika. Ao koa ny fandefasana sary na sary mihetsika   nahitana ny fiarahana tamin’i Olszowski. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana ihany koa ny fandraisan’anjaran’i Seta Ramaroson telo mianaka izay hitsoka saksofona.

Nomarihin’i Andry Mika hatrany fa tsy fisaonana na sanatria fizarana alahelo no atao amin’ny tsiahy tahaka izao fa fampahafantarana an’i Ol sy ny mombamomba azy. « Ao anatina fifaliana no hanatanterahana izany », hoy izy. Nahavita be eo amin’ny tontolon’ny zavakanto malagasy rahateo ity teratany alemà tsy nahafoy an’i Madagasikara ity.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Pétanque – qualif’ masters 2019 : Alain Mandimby fait sensation

L’ossature de l’équipe nationale est formée et chacun des boulistes annonce tour à tour la couleur aux Championnats nationaux français qui servent de tremplin à la version 2019 Masters de pétanque. Autrement dit, les Qualif’ Masters 2019. Pour la seconde étape, les joueurs avaient rendez-vous dans l’Ouest de la France à Cholet. Au sein des pays de la Loire, 384 triplettes étaient réunies pour ce 30e national de Cholet. Au final, le trio Fournié, Mandimby et Rousseau s’est s’imposé contre l’équipe Blanchard, Russon et Leray, sur le score de 13 à 9.

Alain Mandimby Samson, membre de l’équipe nationale malgache pour la version 2018, est encore sous le feu des projecteurs pendant la finale de la Coupe de France des clubs, depuis hier jusqu’au17 mars, à Fréjus. Après le National de la Roche sur Yvon, le bouliste international malgache vient d’engranger 10 précieux points. Notons que Alain Mandimby bataillera aux cotés du champion du monde Tita Razakasoa, le vainqueur des Masters de pétanque 2014 Lahatra Randriamanantany et l’un des plus grands canonniers malgaches Tonnerre, pendant la tournée 2018 des Masters.

Rojo N.

News Mada0 partages

Star tour : « la fête sera plus familiale »

Célébré depuis 13 ans d’affilée, le fameux THB Tour deviendra  Star Tour à partir de cette année. La première édition se déroulera à Antsirabe durant les fêtes pascales,  du 31 mars au 2 avril. « L’évènement sera réservé à tous les membres de la famille : jeunes, adultes ou même les enfants », a annoncé Setra Ramanankoraisina, responsable events et sponsoring de la société.

Le programme s’annonce donc grandiose. « Nous avons invité cinq grands artistes et trois humoristes durant ces trois jours festifs », a-t-il poursuivi. Il s’agit du groupe Ambondrona, Rak roots, Arione Joy, Stéphanie et Njakatiana. Le groupe Fou Hehy, composé d’Eric et Honorat, ainsi que Barhone se chargeront de l’animation.

Par ailleurs, comme à l’accoutumée, la fête débutera par un grand carnaval, le 31 mars à partir de 11 heures. « Cette année, nous célèbrerons non seulement le 60e anniversaire de THB, mais aussi la 65e année de la Star. Ce carnaval sera donc exceptionnel avec la participation de plus de 300 personnes. Le départ se fera devant l’usine et le carnaval prendra fin devant la gare », a-t-il expliqué.

A part les divers concerts et les animations Caprice, divers concours seront au programme, entre autres, la compétition de danse dénommée « All style », où tout genre de styles sera accepté, et les concours de chants en a capella et cover. « La date de l’inscription sera communiquée ultérieurement », a-t-il ajouté.

Cependant, pour ne pas laisser la Ville d’Eaux dans tous ses états après les trois jours de fêtes, les organisateurs ont déjà pensé à un grand nettoyage. « Non seulement, nous allons effectuer un coup de balai au quotidien, mais nous allons aussi mobiliser une centaine de personnes environ pour assurer la propreté », a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Emploi : un service public en gestation

Un pas en avant vers l’amélioration de l’accès à l’emploi. En vue d’atteindre cet objectif, la mise en place d’un service à part entière, chargé de l’emploi, est actuellement en gestation. A ce sujet, les acteurs dans le domaine se sont concertés, hier, au cours d’un atelier organisé à l’hôtel Carlton, pour une étude de faisabilité du projet, à partir de la proposition du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP), avec le soutien du Bureau international du travail (BIT).

Statut

La structure et le fonctionnement de ce service figurent parmi les points discutés lors de cet atelier. «Il se peut que cette structure ait le statut d’Etablissement à caractère industriel et commercial (Epic), en offrant des services vendables aux usagers. Il est aussi envisageable qu’il soit régi par le statut d’Etablissement à caractère administratif (Epa). Mais, rien n’est encore défini car les acteurs sont encore en pleine discussion sur le sujet, tout en pesant le pour et le contre de ces deux systèmes de gestion dudit service», a informé le DG de la promotion de l’emploi au sein du MEETFP, Laza Andrianirina.

«Le service se chargera principalement d’améliorer la gestion du marché du travail tout en orientant les demandeurs d’emploi, notamment les jeunes issus des zones rurales surtout les jeunes en quête de leur premier travail», a fait valoir la ministre du MEETFP, Marie Lydia Toto Raharimalala.

Cette initiative est une suite logique de la mise à disposition par le pays de la Politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (Pnefp).  «L’objectif ultime est de donner à ce service une totale autonomie», a conclu la ministre Marie Lydia Toto Raharimalala.

Fahranarison

News Mada0 partages

Natifs d’atsimo-andrefana : priorité au développement de la région

Les natifs de la région Atsimo Andrefana, réunis au sein de l’association «Zanaray Miraidraiky», devraient  raffermir leur amitié en vue d’atteindre leur objectif, qui est le développement de leur lieu d’origine. Cette instruction vient du secrétaire général de l’association, Rakotomila, qui a sensibilisé ses pairs  à se concerter ensemble sur le sujet, lors des festivités organisées le week-end dernier à Vontovorona, par les membres issus des trois districts (Vangaindrano, Midongy et Befotaka).

A cette occasion, Jean Marie, le président de l’association, a présenté publiquement les membres du bureau de «Zanaray Miraindraiky», composés d’hommes et de femmes qui tiennent des places politiques importantes dans le pays, dont des haut-gradés comme le président d’honneur de l’association, le général Jean Emile Tsaranazy.

Comme la fête n’a pas pu avoir lieu sans le soutien de quelques membres de «Zanaray», la liste des donateurs a été affichée publiquement au nom de la transparence. Notons au passage que les membres de l’association ont partagé quatre zébus à l’occasion de la fête, en guise de «Nofon- kena mitam-pihavanana».

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Fanitsiana ny lalàm-pifidianana : mipetraka ny ahiahy amin’ny mety hisian’ny hala-bato

 Manomboka hita taratra  sahady.  Mbola ao anatin’ny fandinihana ny volavolan-dalàna  fehizoro momba  ny  lalàna  hifehy ny fifidianana ny eny anivon’ ny Antenimieram-pirenena amin’izao fotoana izao. Ahitana  teboka maromaro mampiahiahy anefa izany ary  hampahazo  vahana ny hosoka sy hala-bato.

 Mivoitra amin’ilay volavolan-dalàna fa tsy azo ekena  ho manan-kery ohatra ny tatitry ny  voka-pifidianana (PV autocopiant). Efa fanomezana vahana ny fangalaram-bato anefa izany  ka  tokony haverina hanana ny hasiny “valeur d’original ny PV”. Etsy andaniny, tsy ampy ny fangaraharana eo amin’ny fanisana ny vato  raha miainga amin’io volavolan-dalàna io.  Noho izany, tokony hotovanana amin’ny andininy  milaza izany ny fisian ’ny solaitrabe fanisana ao anatin’ny biraom-pifidianana.

Manampy ireo,  tsy ampy ny fito andro  hanaovana  fampielezan-kevitra  amin’ny fifidianana filoham-pirenena fihodinana faharoa.  Tokony ho  15 andro  farafahakeliny  izany  satria na ireo  tanàn-dehibe fotsiny  aza  tsy  ho voatety ao  anatin’izany fito andro  izany. Tsy  ampy ifaneraserana amin’ny mpifidy io  fe-potoana io. Tahaka  izany koa  ny fampiasana biletà  tokana. Tsy tokony hovana biletà hafa amin’ny  fihodinana faharoa  fa tahaka ny fihodinana voalohany ihany amin’ny alalan’ny biletà tokana. Ahina  hiteraka olana amin’ny mpifidy ny fiovan’izany. Biletà tokana  hatrany ny nampiasaina tamin’ny  fifidianana  rehetra.   Tsikaritra koa  fa tsy ahafahan’ny kandidà mitory na mitondra porofo amin’ny mety ho fihoaram-pefy ataon’ny kandidà  hafa io volavolan-dalàna io. Misy andininy tokony  hotsoahina  izany momba io.

Fampitomboana mihoam-pampana ny isan’ny mpifidy

 Momba  ny lisi-pifidianana kosa, azo  heverina fa raha lany amin’izao endriny izao ity volavolan-dalàna ity,  mbola hisokatra ny fanoratana anarana amin’ny lisi-pifidianana hatramin’ny faha 15 mey. Tokony ho mailo izany isika amin’ny  mety ho fampitomboana mihoam-pampana ny isan’ny mpifidy. Anisan’ny mampanahy koa   ny sefo fokontany,  tendren’ny sefo distrika  mitarika ny kaomisiona. Tsy azo ekena izany satria mbola fitsabahan’ny governemanta  amin’ny raharaham-pifidianana.

Ampahany  ihany ireo ka ametrahana ahiahy satria ahitana  taratra fa hiroso amin’ny hala-bato  sy ny fitongilanana ny fanjakana.

Randria 

News Mada0 partages

Rugby – «Tournoi féminin de l’Ocean Indien» : efatra ireo firenena mandray anjara

 Notanterahina, tetsy amin’ny kianja Malacam omaly alakamisy, ny fifanintsanana amin’ny andiany voalohany amin’ny “Tournoi feminine de l’océan Indien 2018”, taranja rugby. Fihaonana, natokana ho an’ireo mpianatra U15 sy U18, amin’ny lisea frantsay miampy ireo sekolin’ny baolina  lavalava.

Efatra ireo firenena mandray anjara amin’izany,  ahitana i Kenya, i Mayotte, i La Réunion ary i Madagasikara, manana ekipa telo misy ny Lycée français de Tananarive sy ny Pachamama ary ny EDO Avaradrano.

Tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny Andron’ny vehivavy ity hetsika ity, araka ny nambaran’i Diane Lami, tomponandraikitry ny fikambanana Pachamama France, izay misy ny foiben’ny Pachamama eto Madagasikara. Nasaina manokana ry zareo Kenyanina satria misy lisea miteny frantsay, miara-miasa amin’ny fikambanana. Rugby lalaovina olona fito ity notanterahina ity. Ankoatra ny fanatanjahantena, tanjona ny hiadiana amin’ny aretina Sida sy ny homamiadan’ny nono ary ny tranon-jaza. Araka izany, hisy ny fitiliana maimaim-poana, ho an’ny vehivavy rehetra, maniry hatao fizahana, ny asabotsy ho avy izao, mandritra ny dingan’ny famaranana, amin’ity “tournoi feminin de l’océan Indien” ity etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina. Nahagaga ny mpanatrika ny fifaninanana satria lalao iraisam-pirenena nefa tsy natrehin’ny Malagasy Rugby na ny avy amin’Analamanga. Nambaran’ireo tomponandraikitry ny Pachamama fa lalao ho an’ny fikambanana fotsiny ity fa tsy fifaninanana ofisialy.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Rugby – «Top 6 Corsair cup océan Indien» : vonona handresy ny Maorisianina ny FTM

Nanainga, omaly ary nihazo an’i Maorisy, ny FTM Manjakaray, hiatrika ny lalao mandroso hiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina “Top 6 Corsair cup océan Indien”, taranja rugby. Fihaonana, hifandonany amin’ny Highland Blues Curepipe Starlight, tompondakan’i Maorisy. Amin’ny asabotsy 17 marsa ho avy izao, manomboka amin’ny 6 ora hariva any an-toerana (amin’ny 5 ora eto Madagasikara), ny hanaovana ny lalao ao amin’ny kianja Curepipe.

24 ny isan’ireo mpilalao, miaraka amin’ny mpanazatra roa sy mpitantana iray. Notsofin-drano, teny amin’ny foiben’ny FTM,  eny Manjakaray izy ireo, nialoha ny niaingany. Vonona ny ekipa malagasy hifanandrina amin-dry zareo Maorisianina. Nambaran-dRarivoson Heriniaina (Son), mpanazatra, fa tsy hitsangantsangana ny haleha any, noho izany fa hanao ny azony atao izy ireo. “Nifantoka tamin’ny fanamafisana ny “pack d’avant”, ny fanazarantenanay satria fantatra fa mpilalao lehibe ry zareo Maorisianina. Teo koa ny resaka “touche” sy ny “trois quart aile”, hoy i Son.

“Hiady mafy hiaro ny voninahitry ny klioba ary indrindra, ny an’ny firenena, ny tena tanjonay ka tsy maintsy hibatana fandresena”,  hoy kosa Raharijaona Mickael (Mika), kapitenin’ny ekipa.

Tompondaka

News Mada0 partages

Rugby – océan indien : FTM prêt à en découdre

Les rugbymen du FTM ont pris le départ pour Maurice, hier, en vue du match aller des éliminatoires du championnat baptisé Top 6 Corsair cup océan Indien, demain à Curepipe. La bande de Dakar y affrontera les Highlands Blues Curepipe Starlight. Selon les dires des têtes pensantes du club, hier, à Manjakaray, un chef de délégation, deux coachs et 24 joueurs vont assaillir les rugbymen mauriciens.

«Nous sommes prêts à défendre les couleurs nationales pendant cette compétition. Nous avons toutes les cartes en mains pour remporter ce match. Nous avons dû revoir notre copie et renforcé de ce fait le pack d’avant, pendant les séances d’entraînement, vu les conditions physiques de nos adversaires», a déclaré le coach, Heriniaina Rarivoson alias Son. Notons que Madagascar a un autre club représentant sur ce plateau. Il s’agit des militaires de Cosfa qui seront mis à l’épreuve face aux clubs champions de Maurice, Mayotte et La Réunion.

Rojo N.

News Mada0 partages

Kitra – «Ligue des champions d’Europe» : hatao, anio any Soisa, ny antsapaky ny ampahefa-dalana

 Tapitra, ny alarobia lasa teo ny lalao ampahavalon-dalana miverina hiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa, taranja baolina kitra. Ho fantatra rahampitso mandritra ny antsapaka, izay hidona amin’ny ampahefa-dalana.

 Fantatra avokoa ireo ekipa valo, hiatrika ny ampahefa-dalana, hiadiana ny ho tompondakan’i Eorôpa “Ligue des champions”, taranja baolina kitra. Manana solontena telo ry zareo Espaniola dia ny Real de Madrid, tompondaka farany, ny FC Barcelone ary ny FC Séville.

Samy manana roa avy kosa ny Italianina sy ny Anglisy. Ny Juventus de Turin sy ny AS Roma, hiaro ny voninahitr’i Italia ary ny Manchester City sy ny Liverpool kosa ny an’i Angletera. Tsy misy afa-tsy Bayern de Munich kosa ny an’i Alemaina (Rainiboto).

Hotanterahina anio zoma, any Nyon Soisa, ao amin’ny foiben’ny firaisamben’ny baolina kitra Eoropeanina (UEFA), ny antsapaka ho an’ireo ekipa tafakatra amin’izao ampahefa-dalana, izao. Araka ny fandaharam-potoana, hotontosaina ny 3 sy ny 4 avrily ho avy izao ny lalao mandroso ary ny 10 sy ny 11 avrily kosa ny fihaonana miverina.

Hatreto aloha, mbola hita fa manana ny lanjany eo amin’ity fihaonana ity ry zareo Espaniola. Izy ireo hatrany mantsy no manana solontena betsaka amin’ny dingana ambony toy izao.

Raha hiverenana ny lalao farany teo amin’ny ampahavalon-dalana, resin’ny FC Barcelone,  tamin’ny isa 3 no ho 1 ny Chelsea. Baolina roa matin’i Messi. Hatreto, nahatafiditra baolina 100, tamin’ny  “Ligue des champions 2018”, ity andrarezin’ny baolina kitra arzantin ity. Mbola i Ronaldo anefa no nahavita zava-bita tsara indrindra izay nahafaty baolina 118 nandritra ny “Ligue des champions”, tamin’ny taona 2017.

Ankoatra izay, lavon’ny Bayern de Munich, tamin’ny isa 3 no ho 1 ny Besiktas.

Tompondaka

News Mada0 partages

Basket-N1A : redistribution des cartes

Le Top 8 de la Coupe du président du 9 au 15 avril débute la saison des compétitions pour les équipes de la N1A. Les résultats obtenus par chaque formation détermineront-ils la suite de la saison ?

En deux saisons successives, le vainqueur de la Coupe du président a également remporté le Championnat de Madagascar N1A hommes, à savoir la GNBC en 2016 et l’ASCB en 2017. De ce fait, la Coupe du président a pris de l’importance aux yeux des formations de la division reine. Mais il reste à savoir quelle équipe aura le potentiel de rééditer cet exploit cette année ?

D’autant que des changements d’effectif ont été opérés par les clubs cette saison afin de mettre tous les atouts de leur côté. Mais si certaines équipes se sont renforcées, d’autres par contre se sont fait dépouiller de leurs meilleurs éléments. Autrement dit, toutes les formations de la N1A ne sont pas logées sous la même enseigne, il y a des clubs qui vont lutter pour le titre et d’autres qui joueront le maintien.

Et au vu des dernières préparations des clubs, force est de constater que la GNBC revient en puissance. Renforcés par trois joueurs clés de l’ASCB Boeny (Elly, Rick-Ley et Ahmed), les gendarmes ont montré de quoi ils sont capables, lors du tournoi de Pangalanes, en dominant facilement Cosfa en finale.

Situation inverse pour les deux clubs phares de Boeny que sont ASCB et SBBC. Prétendants au titre dans les deux compétitions majeures organisées par la Fédération malgache de basket-ball (FMBB) chaque saison, force est de constater que cette année, ils sont un ton en dessous après l’hémorragie qu’ils ont subie. Que ce soit dans l’un ou dans l’autre club, plusieurs joueurs ont quitté le navire pour rejoindre d’autres écuries plus ambitieuses.

Eternel recommencement

Chez les dames, l’opposition entre les équipes de Boeny et d’Analamanga animera la saison une fois de plus. Côté Analamanga, Fandrefiala et MB2All sont dans de bonnes dispositions par rapport à SBBC Boeny cette année. Cette dernière a une préparation moins aboutie que celle d’Analamanga, ce qui risque de lui jouer des tours avec des éléments vieillissants. La passation de pouvoir approche irrémédiablement dans cette catégorie.

Naisa

News Mada0 partages

Coopération-Maurice : trois secteurs mis en exergue

Une délégation menée par le ministre auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels et de l’aménagement du territoire, Benjamina Ramanantsoa, s’est rendue à l’île Maurice, la semaine dernière, à l’occasion du 26e anniversaire de l’instauration de la République de l’île Maurice.

Les rencontres avec le Premier ministre mauricien Pravind kumar Jughauth et les investisseurs mauriciens  désireux d’investir  Madagascar se sont axées essentiellement sur le renforcement de la coopération entre les deux pays. Le secteur du commerce, l’éducation et la diplomatie ont été mis en avant durant les discussions.

Pour rappel, les deux pays projettent la mise en place d’une Zone économique spéciale (ZES) à Taolagnaro, tel annoncé lors d’une visite officielle de Hery Rajaonarimampianina à l’île Maurice en 2016.

R.R.

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY ASAN-JIOLAHY : Napetraka ny kalony any amin’ny Kaominina Tsaramandroso

Anisan’ireo kaomina ambanivohitra  ao amin’ny distrikan’Ambatoboeny tsy milamina i Tsaramandroso. Vao takariva dia efa manao ny ataony ny olon-dratsy sy dahalo. Tsy mahavita sakafo akory isan-takariva dia tsy maintsy misy ny fiantsoana noho ny trangnana asan-dahalo, tora-bato, tifitra, doro trano… tsy mandry ny fokonolona, fa amin’ny roa ora dia efa manisatra.

Efa natomboka ny fampiasana ny kalony any an-toerana ary efa hita sahady ny vokany. Rehefa tonga teny ny kapiteny nametraka ny kalony dia efa nisy fiantraikany tany anaty fokontany ny asa. Ny kalony dia fandraisana anjaran’ny rehetra sy ny tsirairay. Fomba fanao fahiny elabe nentin’ny mponina tany amin’ny faritra andrefan’ny Nosy entina hamongotra ny halatr’omby ny kalony.

Andian-dehilahy matanjaka maromaro, mivondrona, manao diabe, manao savahao izay toerana ahiahiana ao anatin’ny faritra misy azy tsirairay avy amin’ny antoandro. Ny vatan-dehilahy rehetra ao an-tanana no mandray anjara afa-tsy ireo manana anton-draharaha manokana toy ny mpiasam-panjakana, mpivarotra… ireto farany kosa dia mandray anjara amin’ny fomba hafa hanampiana ireo mandeha. Misy koa any andiany mikarakara ny sakafo sy fampitaovana raha misy ny fanarahan-dia. Hatramin’ireo zazakely dia omena andraikitra mampahafantatra ny zavatra hitany any am-pilalaovana. 

Apetraka ihany koa ny pasipaoro ho an’ny lehilahy mihoatra ny 16 taona mivezivezy ary tsy maintsy ampahafantarina ny sefo fokontany sy soratana amin’ny bokim-bahiny izay vahiny tonga sy mandalo. Izay tsy manana pasipaoro dia tsy azon’ny fokontany raisina. Ankoatra ny bokimbahiny dia misy koa ny bokim-pokonolona anamarinana ny fidirana sy fivoahan’ny mponina. faranana isam-bolana izany hanamorana ny fanaraha-maso. Misy ihany koa ny bokim-pianakaviana ho an’ny fianakaviana tsirairay. 

Ny mpitandro filaminana miasa any ambanivohitra kosa dia manara-maso ny fametrahana ireo boky isan-karazany ireo, afaka manome soson-kevitra ary miara-miasa amin’ireo olom-boafidy sy delegem-panjakana isan’ambaratongany. Efa tsy misy intsony ny hala-botry ary mba efa milamindamina. Nanatrika ny fametrahana ny kalony sy ny fampahafantarana azy io ao amin’ny kaominina Tsaramandroso ny kolonely Fah Bienvenu kaomandin’ny vondron-tobim-paritra eto Boeny sy manamboninahitra zandary sy sivily maro.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY TSY FANDRIAM-PAHALEMANA : Naneho firaisan-kina ny vahoaka Malagasy

Horakoraka, siotsioka, lakolosim-piangonana, anjomaran’ny fiara naneno mafy manerana ny arabe sy tany amin’ireo orinasa. Ireo no feo re, omaly antoandro manerana an’Antananarivo, nanomboka tamin’ny 12 ora ka hatramin’ny 12 ora mahery dimy minitra. Nampiseho firaisan-kina tanteraka ny vahoaka malagasy tsy an-kanavaka. 

Manaporofo izany fa leom-boanana amin’ny afitsoky ny tsy fandriam-pahalemana miseho lany ny rehetra. Vaky trano, fanafihana mitam-basy, fanendahana sy sinto- mahery amin’ny andro antoandro, fakàna an-keriny, vono olona sy rà latsaka isan’andro, ireo amin’ny ankapobeny ny zavatra iainan’ny olona amin’ny andavanandro, izay tsy hanavahana intsony na any ambanivohitra na an-tanan- dehibe. 

Omaly, vondrom-pikambanana maro misy eto Madagasikara no nikarakara ny hetsika fanairana mba hampitsaharana tsy misy hatak’andro ireo trangana tsy fandriam-pahalemana rehetra ireo, ary ihany koa hoentina hanairana ny sain’ny tompon’andraikitra. 

Hetsika nataon’izy ireo tamin’ izany ny fampandraisana anjara ny olona tsirairay, ka hikiaka tsy hanaiky hangina intsony manoloana ny tsy fandriam-pahalemana izay tena mahazo laka tanteraka amin’izao fotoana izao. Omaly, noporofoin’ny vahoaka fa tena maharary ary mangirifiry izay tsy filaminana misy eny anivon’ny fiaraha-monina izay. Tsy teto Antananarivo ihany fa hatrany amin’ny Faritra maro manerana ny Nosy aza dia niara-nientana ny rehetra nampaneno ny anjomara fanairana fa tena tsy zaka intsony ny afitsok’ireo mpanao ratsy.

Tsy nisy vahaolana

Anisany tena nampalaza iny taona 2017 lasa iny ka hatramin’izao ny fakana an-keriny ireo teratany vahiny. Lasibatra matetika tamin’io ireo Karàna izay nahatonga ny fiakaviam-ben’ireo teratany vahiny miasa sy monina eto Madagasikara nampiaka-peo mihitsy. Ankoatra izay nalaza ihany koa ny fanakanan-dalana, eny fa hatramin’ny lalam-pirenena voalohany izay mbola nosokajiana ho anisany mbola nilamina aza dia efa ahitana rà mandriaka isan’andro ankehitriny. Antoko sy mpanao politika maro no efa nitondra ny fanehoan-keviny manoloana izao tsy fandriam-pahalemana mianjady amin’ny vahoaka Malagasy izao.

Tao ireo nilaza fa vokatry ny tsy fahaiza-mitantan’ny mpitondra sy ny tsy fisian’ny fandraisan’andraikitra mafonja avy amin’izy ireo no tena mampirongatra ny tsy filaminana eto amin’ny firenena. Nisy ihany koa no nanambara fa vokatry ny fahalemen’ny fitondram-panjakana izany satria ny fiparitahan’ireo fitaovam-piadiana mahery vaika tonga eny am-pelatanan’ireo mpanao ratsy mihitsy no tsy voafehy mandrak’ankehitriny. Gazety mpiseho isan’andro iray no namoaka vaovao fa efa manery ireo tompon’andraikitry ny filaminana isan-tsokajiny ny mpitondra amin’izao. 

Fandraisan’andraikitra izay sokajiana ho tara loatra ihany raha amin’izao efa ankatoky ny famaranana ny fotoam-piasan’ ny Filoham-pirenena izao vao hikofokofoka. Efa maharary loatra ny vahoaka.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANDRON’NY VEHIVAVY : Tsy diso anjara ny Kaominina Ambodiriana Distrikan’i Toamasina II

Ny 8 marsa teo no nanatanterahana izany. Antoky ny fampandrosoana ny firenena ny vehivavy. Io no teny niompanan’ny lohahevitra. Fikambanam-behivavy miisa 16 no misy ao anatin’ny kaominina Ambodiriana. Miroborobo ny fikambanam-behivavy any an-toerana, hoy ny filohan’ny Vehivavy Fahazavana ao Ambodiriana. Omby iray no novonoina natao ho nofon-kena mitam-pihavanana nandritra io fanamarihana ny andro iraisam-pirenena ho any vehivavy tao an-toerana io. 

Anisany nanampy azy ireo tamin’ny fanaovana ny fankalazana ny ben’ny tanàna, Feno Benjamin Felix. Nisy ny fanolorany ambiokam-bary milanja 2 t. Masomboly izay voatokana hovolena eny amin’ny tanimbary fa tsy an-tanety. Zava-dehibe ho an’ireo fikambanam-behivavy tao an-toerana izao fahazoana masomboly izao. Fantatra mantsy fa 20 kg amin’io ambioka io dia  ahazoana vokatra 4 t be izao.Vako-drazana,tononkalo, dihy, ireo no nandravaka ny fety sy ny kabary tao an-toerana. Nanafana ny lanonana ny mpanakanto Marcello Coisi. Vahoaka maro no tonga nanotrona izany.

Ambodiriana izay kaominina anisany avokavoka ho an’i Toamasina I. Avy ao amin’io kaominina io mantsy ny ankabetsahan’ireo vokatry ny tany jifaina ao Toamasina. Mifototra amin’ny fambolena ireo mponina any an-toerana fa ny lalana no mbola olana goavana. Tsy sasatra manao antso avo momba io olan’ny famoaham-bokatra io ireo tantsaha.

Kamy

La Vérité0 partages

Rêve inaccessible ?

L’île Maurice, une île-sœur de l’océan Indien, vient de fêter brillamment et fraternellement, ce lundi, le cinquantième anniversaire de son indépendance. Le 12 mars 1968, l’île Maurice ou Mauritius, anciennement appelée « Isle de France », accède à la souveraineté nationale. En effet, elle quitta le Royaume Uni  et devient indépendante. Désormais, « The Four Stripes » (Les Quatre Bandes », le nouveau drapeau national mauricien flotte, en lieu et place, de l’ « Union Jack », de l’empire britannique.

En cinquante ans d’indépendance, les Mauriciens peuvent, fièrement, se frotter les mains et savourent la réussite, ce que les observateurs appellent le « miracle mauricien ». Une belle réussite à mettre sur le compte du travail et du sacrifice consentis par tous les citoyens et patriotes de l’île. Le « Welfare state », l’Etat providence, décrété depuis le jour de l’indépendance se comporte à merveille demi- siècle après : la santé gratuite (même pour les sans-papiers), l’école et transports offerts, caisse de retraite et allocations pour les personnes handicapées assurées, etc. Une fierté nationale que les Mauriciens comptent garder jalousement et que l’on ne retrouve nulle part ailleurs, en Afrique, sauf aux Seychelles. Quelques points parmi les plus significatifs au tableau des palmarès de l’île méritent la mention spéciale.D’abord, l’environnement sain et florissant des affaires. Selon le récent rapport de la Banque mondiale, l’île Maurice caracole au 1er rang du classement des pays africains de « Doing business ». Un cadre favorable, même, idéal selon les experts de l’Institution de Bretton Woods pour  l’expansion et le développement du monde des affaires. Les investisseurs, à l’aise, se sentent à l’abri des remous, des agitations politiques et surtout des caprices de l’insécurité dont les enlèvements ou autres. Ensuite et inséparable au premier, la maitrise de la corruption. En effet, selon le classement établi par Transparency International,  l’île Maurice se trouve parmi les pays figurant dans le top 50 de l’Indice de perception de la corruption (IPC). Une performance en Afrique qu’elle partage avec une poignée de pays dont, entre autres, le Botswana, le Cap Vert, l’Afrique du sud,… Elle occupe, d’ailleurs, le cinquième rang des pays les moins corrompus du continent noir. Et les dirigeants en place ne badinent point sur ce sujet délicat.Enfin et pas des moindres, l’économie mauricienne avec un taux de croissance annuel du PIB (Produit intérieur brut) de l’ordre de 4,5% en 2017, affiche une santé de fer.A côté, la « grande sœur », la République malagasy, l’ainée de 10 ans, continue sa descente aux…enfers ! Face au petit poucet Mauritius de 1865 km2 de superficie et ces 1.192.300 hab, la Grande île (590.000 km2 et 25 millions d’hab) ne fait aucun poids ! Un « ariary be » dénué de valeur et qui fait honte auprès des iles voisines. En soixante ans d’existence, la République malagasy, hormis la petite parenthèse des années 60, n’a pu faire autrement que reculer. La machine arrière s’accélère les dix et en particulier les quatre dernières années. Effectivement en quatre ans, durant les premières années de la IV ème de la République, le pays rétrograde et rejoint le rang des derniers de la classe.La belle réussite de la « petite sœur »  serait-elle un rêve inaccessible ? Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Transport aérien - Corsair délaissera Madagascar ?

La guerre des communications entre la compagnie aérienne nationale Air Madagascar et la compagnie française Corsair a battu son plein la semaine dernière. D'après les informations publiées par les journaux locaux, la compagnie française a décidé par la suite de « jeter l'éponge » et de s'avouer vaincue en ce qui concerne le conflit qui l'oppose à Air Madagascar.

Et comme les responsables de Corsair n'ont pas encore communiqué d'informations précises sur le sujet, aujourd'hui une question se pose : est-ce-que la compagnie française a décidé de seulement supprimer la ligne Saint-Denis - Antananarivo ou a-t-elle décidé de quitter définitivement le ciel malagasy et de ne plus proposer des vols pour les lignes Antananarivo-Paris ?Pourtant, d'après Air Journal, un site web d'informations dédié aux compagnies aériennes, la compagnie aérienne Corsair International a seulement annulé son vol du 25 mars entre Saint-Denis et Antananarivo. Effectivement, dans les explications fournies par la compagnie aérienne, il est mentionné que « Corsair a été contrainte d'annuler le vol du 25 mars, mais sa volonté reste de reprendre les vols régionaux le plus vite possible dès l'accord de l'Aviation Civile Malagasy en ce qui concerne la liaison Antananarivo/Réunion ». Toutes les réservations seront ainsi remboursées par la compagnie. Toutefois, toujours d'après Air Journal, « les réservations en ligne sont en revanche possibles pour les départs du 8 ou du 15 avril ». Il faut préciser que la compagnie ne propose qu'un vol par semaine en Boeing 747-400 de 533 sièges.  Par conséquent, l'arrêt définitif des vols reliant Saint-Denis et Antananarivo n'est donc pas encore certain. Actuellement, la compagnie se remet encore aux décisions prises à la suite des négociations entre les Aviations civiles française et malagasy, qui sont toujours en cours.Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

" Star tour " - Première édition pour la ville d'Eaux

Les fêtes de Pâques approchent à grands pas et comme à l'accoutumée, la Star est toujours présente pour animer la population de la ville d'Eaux. Le week-end pascal sera ainsi ponctué par plusieurs événements organisés pour satisfaire petits et grands dans le cadre du " Star tour ". Si le concept a été entammé pour la première fois à Mahajanga l'année dernière, ce sera une grande première pour Antsirabe. Ainsi, du 31 mars au 2 avril prochain, toute la ville vibrera au rythme des festivités avec la présente de toutes les marques de la Star qui y seront en fête pour l'occasion. Pendant les trois jours de fête, l'Avenue de la gare sera entièrement dédiée aux diverses animations pour chaque membre de la famille. Les traditionnelles aires de consommation seront présentes et viendront s’y ajouter des espaces de jeux et d’animations. Cette année encore, la musique, l’humour et la danse seront au rendez-vous, avec divers lots à gagner. Innovation comme mot maître, le carnaval sera encore plus grandiose cette fois-ci avec plus de participants, de mascottes et d'ornements.ConvivialitéCe défilé est prévu pour le samedi 31 mars à 11h ayant comme point de départ le devant de l'usine d'Antsirabe et longera plusieurs rues de la ville, pour se terminer devant la gare. S'agissant de fête, les shows avec les grands artistes ne seront pas en reste. Plusieurs groupes de renom seront ainsi au rendez-vous notamment Arione Joy et Stéphanie qui animeront la soirée du samedi, Rak Roots et Ambondrona pour celle du dimanche et Njakatiana pour le grand après-midi musical du lundi de Pâques. Avant et après chaque live, les humoristes comme Fou Hehy et Barhonne se chargeront d'animer et de faire jouer le public avec bien sûr plusieurs lots à gagner. Les disques jockeys Dj Nicky et Dj Sniper de leur côté, assureront l’ambiance discothèque chaque soir. Outre la grande scène devant la gare,  il y aura un " Espace Pression " sous la marque THB avec des animations discothèque et karaoké ainsi qu’un concours de chant Cover le samedi. Une " 2ème Scène " devant Flower Palace dédiée aux animations Caprice sera aménagée afin d’accueillir plus d’activités : le concours de danse All style le samedi ainsi qu’un concours Acapella le dimanche. Cette année, « Salto » et « Yes » sont respectivement le sponsor officiel et sponsor de l'événement. T.A.

La Vérité0 partages

Rugby- Top 6 Corsair Cup - Manjakaray à l’assaut de Maurice

Les Manjakaray pour une nouvelle expérience. Le coup d’envoi de la coupe Corsair océan Indien sera donné cette fin de semaine. Cette nouvelle formule de la coupe des clubs champions de l’océan Indien durera pendant un mois et demi,  du 17 mars au 28 avril. Six équipes issues de quatre pays se confronteront en match aller retour pour le titre de la première édition. Les 6 équipes sont réparties en deux poules, dans le groupe  A se trouve en tête Saint-Paul,  club  champion  de la Réunion,  avec Cosfa  vice-champion  de Madagascar et la sélection de  Mayotte.

Le groupe B est pour sa part composé de FTM, équipe championne en titre de la Grande île, Etang   Salé deuxième équipe de la Réunion et les Highlanders Blues Curipipe Starlight de Maurice. Le FMT Manjakaray, champion de Madagascar en titre affrontera l’équipe mauricienne pour le match aller ce samedi 17 mars. Le dimanche 25 mars, le Cosfa accueillera la sélection du Comité Territorial de Rugby de Mayotte à domicile. Les Mahorais ont prévu de recevoir le Rugby Club Saint-Paul dans leur pays ce dimanche 18 mais du fait des recommandations de la préfecture de Mayotte, l'opposition entre les deux équipes n'aura pas lieu. Une date ultérieure sera négociée dans la semaine.Quant à l’équipe malagasy, les Manjakaray ont quitté le pays hier à bord du Corsair.  Une conférence de presse a été tenue avant leur départ au siège de l’équipe à Manjakaray. Tous les joueurs sont déjà prêts pour relever le défi.  « Nous ferons tout notre possible pour ramener le trophée à domicile. C’est l’honneur du pays et surtout de notre club qui est en jeu. Tous les membres de l’équipe sont prêts à vendre cher leur peau », promet Mika, le capitaine de l’équipe.  Côté tactique, l’entraineur Mamy kely promet un rugby purement malagasy durant la compétition. « C’est grâce à notre façon de jouer que nous sommes parvenus à ce stade. Donc, nous allons garder notre originalité. Jouer du rugby purement malagasy, c’est ça qui a fait notre réputation. Nous avons déjà préparé cette compétition depuis longtemps », relate le coach de l’équipe.   Rappelons que Manjakaray n’est plus un novice dans les échéances régionales. Il disputera cette compétition pour la troisième fois consécutive cette année. Après avoir gagné le titre en 2016, l’équipe malagasy l’a  perdu à La Reunion en 2017. Cette année sera donc l’année de la revanche pour Tôrô et ses camarades. Sur son palmarès, le FTM est déjà sacré champion d’Analamanga deux fois, avec deux titres nationaux et un super coupe ainsi qu’une coupe du président. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Tempête tropicale « Eliakim » - Dix Régions en état d'alerte

Baptisée depuis hier à 5h du matin. La tempête tropicale modérée (TTM) Eliakim se trouvait à 280 Km à l'Est Sud-est d'Antalaha, hier à 17h locales. Le système s'accompagne d'un vent moyen d'une vitesse de 80 Km/h ainsi que des rafales pouvant atteindre les 110 Km/h. D'après les prévisionnistes météo d'Ampandrianomby, cette TTM enterra en terre à Cap Masoala, à 80 Km d'Antalaha, ce jour entre 10h et 13h. La possibilité qu'elle touche le sol au stade de cyclone tropical, avec des rafales supérieures à 170 Km/h, reste maintenue. Jusqu'à hier soir, 10 Régions sur les 22 existantes à Madagascar sont en alerte.

Il s'agit des Régions de Sava, Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra-Mangoro, Sofia, Diana, Vatovavy-Fitovinany, Boeny, Analamanga et Betsiboka. Avec une grande exposition due à la forte surface et intensité d'Eliakim, l'alerte rouge (avis de danger imminent) est lancée dans les Régions de Sava, Analanjirofo, Atsinanana ainsi que les Districts d'Alaotra, Bealalana, Befandriana Nord et Mandritsara. Les habitants des Régions et Districts de Diana, Vatovavy-Fitovinany, Mangoro, Analalava, Antsohihy, Mampikony, Boriziny, Tsaratanàna doivent quant à eux appliquer les prescriptions d'alerte jaune (avis de menace). L'alerte verte (avis d'avertissement) s'applique dans les Régions et Districts de Boeny, Analamanga, Maevatanàna et Kandreho. Bref, la prudence est de mise pour limiter les dégâts humains et matériels. D'ailleurs, les usagers maritimes entre Mahanoro et Cap d'Ambre sont priés d'éviter toute sortie en mer.Recueillis par Patricia R.

La Vérité0 partages

Mobilisation contre l’insécurité - Pari tenu pour « Aok’zay »

Le message est passé. Bon nombre des citadins se sont joints hier à la cause lancée par les organisateurs de la manifestation bruyante mais pacifique baptisée « Aok’zay ». Il s’agit d’un évènement qui incitait les citoyens, les employés d’usine ou d’entreprise à faire du bruit pour dénoncer l’insécurité et le kidnapping persistants à Madagascar. Les véhicules, y compris ceux des transports en commun ont également été encouragés à klaxonner et à activer les sirènes tandis que les Eglises ont été incitées à sonner leurs cloches.

Le pari a été tenu puisque la plupart des habitants issus de plusieurs quartiers sont sortis chez eux, munis de sifflets et casseroles, bidons et bois pour faire du bruit, outre les cris de « ras le bol ». C’était le cas du côté de Tsimbazaza, Mahamasina, Anosy, Analakely, Tsaralalàna, Besarety, Andravoahangy, etc. Les tananariviens ont été solidaires pour dénoncer l’inertie et l’incapacité des gouvernants à maîtriser cette situation alarmante. « Une telle manifestation devrait se faire régulièrement afin que les habitants puissent exprimer leurs maux quotidiens. Les dirigeants ne peuvent plus faire l’aveugle ou la sourde oreille avec tant de bruits et d’habitants mobilisés », constate Liva R., mère de famille habitant aux 67Ha. Outre l’insécurité, l’inflation, l’extrême pauvreté, la hausse du prix du carburant et celle du coût de l’électricité font partie des problèmes endurés quotidiennement par les habitants. Les employés des sociétés privées, petites, moyennes et grandes tailles,  n’ont pas manqué de participer à cette mobilisation citoyenne de 5 minutes. Avec les mêmes tenues, T. shirt et casquette pour certaines, ils ont hurlé pour dénoncer l’insécurité. Pour illustration, pas plus tard que cette semaine, des dahalo ont mis à sac le village d’Ambohimiera dans le District d’Ifanadiana avant de mettre le feu aux deux cents maisons de cette petite localité. D’autres ont également sorti leurs véhicules et leurs camions pour se joindre à la manifestation à travers les klaxons. Pour leur part, les organisateurs se félicitent de la réussite de « Aok’zay ». « Les habitants sont solidaires, vu leur participation massive à la manifestation. Ils sont fatigués de la situation actuelle. Ils demandent plus de protection de la part des autorités compétentes », fait part Annick Rasolonjatovo, parmi les initiateurs de l’évènement. Après la mobilisation, les entités et sociétés civiles se disent prêtes à toute discussion avec les responsables afin de déterminer ensemble des issus face à l’insécurité grandissante. Reste désormais à savoir si cette mobilisation générale bruyante a raisonné jusqu’au Palais d’Iavoloha. En effet, lors d’un Conseil des ministres, le Président de la République avait remis en doute les impacts d’un tel mouvement affirmant que le régime cherchait déjà des solutions au fléau de l’insécurité…Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Lois électorales - La Cnidh émet plusieurs bémols

Fidèle à sa mission, la Commission électorale des droits de l'homme (Cnidh) a émis un avis par rapport aux projets de lois organiques qui sont, en ce moment, au cœur d'une session extraordinaire à l'Assemblée nationale, Tsimbazaza.  Concernant le projet de loi organique n° 06/2018 du 21 février 2018 relative à l'élection du Président de la République, entre autres, il émet plusieurs bémols.

En premier lieu, la Commission estime que l'éligibilité des anciens Présidents de la République qui aspirent à participer à cette course à la magistrature suprême du pays doit être décidée dans un délai raisonnable « en marge de la date de dépôt des candidatures, en tenant compte des lois en vigueur, de la compétence du Tribunal ainsi que de l'irresponsabilité pénale du Président pendant l'exercice de sa fonction ».Concernant le déroulement des scrutins, la Cnidh opte pour l'utilisation d'un bulletin unique pour le second tour de la présidentielle afin de faciliter l'acheminement des bulletins vers les bureaux de vote. La Commission trouve également à redire par rapport aux dispositions de l'article 7, qui stipule que « toute candidature à l'élection présidentielle doit être investie par un parti politique légalement constitué ou par une coalition de partis politiques  légalement constituée, ou parrainée par une liste de cent cinquante (150) élus membres du Sénat, de l'Assemblée nationale, des conseils communaux, municipaux, régionaux et provinciaux, maires, chefs de Région et chefs de Province provenant au moins de trois Provinces ». La Cnidh recommande une révision du nombre de parrainages à recueillir par les candidats afin d'amoindrir les actions corruptives potentielles, d'autant plus que certains élus à l'instar des représentants des provinces et régions auprès du Sénat ne sont pas encore en place.Quant à l'article 64 qui a aussi fait beaucoup parler de lui et qui stipule que « Est proclamé élu au second tour du scrutin le candidat qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés, d'après l'article 64. En cas d'égalité des voix, est proclamé élu le candidat le plus âgé, selon le même article ». La Commission opte pour une approche genre dans le processus électoral, en se référant au contexte international. Selon elle, les textes devraient être en faveur de la candidate féminine en cas d'égalité des voix. Un principe est recommandé pour le régime général qui trace les élections à venir.Sandra R.

La Vérité0 partages

Vidéo des exactions à Antsakabary - Amnesty International accable les policiers malagasy

Réaction immédiate. Après la publication sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant les exactions commises contre les habitants d’Antsakabary, Amnesty International s’est de nouveau exprimé sur le sujet. Dans la vidéo, l’on peut voir clairement les policiers attacher les villageois les uns aux autres, puis les humilier en les obligeant à faire des marches à canard puis sur les genoux, entre autres. 

Les mêmes policiers ont également mis le feu au village sans le moindre scrupule. La scène se déroule un après – midi de 22 février 2017. Les policiers agissent alors en représailles au lynchage de leurs deux collègues par une foule en colère dans la même Commune en incendiant 5 villages. Dans une déclaration hier, cette organisation spécialisée dans les droits de l’homme appelle à une enquête sur « les mauvais traitements infligés par des policiers à des villageois », selon ses termes. « Le comportement de la Police, tel qu'on peut le voir dans la vidéo, est scandaleux et condamnable. Ces brutalités témoignent du mépris dont fait preuve la Police à Madagascar à l'égard de la vie humaine » déclare Deprose Muchena, directeur régional d'Amnesty International pour l'Afrique australe. Et de poursuivre qu’ il est totalement inacceptable que des policiers malagasy infligent des mauvais traitements et des violences aux citoyens qu'ils ont le devoir de protéger. Rien ne saurait justifier de frapper des personnes avec des bâtons, de les contraindre à se mettre face contre terre ou de les obliger à avancer sur les genoux.Enquête impartiale Sur cette lancée, Amnesty International demande à ce que les autorités «  mènent dans les meilleurs délais une enquête impartiale sur le comportement de la Police et traduire en justice les policiers soupçonnés d'être responsables de tels actes, dans le respect des normes internationales. Elles doivent aussi accorder des réparations aux victimes ». Faut – il rappeler qu’une enquête a démarré au mois de mars 2017 durant laquelle plus d’une vingtaine de suspects dans le lynchage des deux policiers ont été entendus par le Tribunal puis ont bénéficié d’une liberté provisoire. Du côté des policiers,  l’enquête a fini en queue de poisson car jusqu’ici aucun des 40 agents qui ont effectué l’expédition punitive à Antsakabary n’a été inquiété. Depuis cette affaire, la multitude de condamnations et demandes d’enquête n’ont pour autant pas permis l’accélération des enquêtes. Cette nouvelle ampleur de l’affaire à l’international devrait interpeller fortement les autorités malagasy.Sandra R.

Tia Tanindranaza0 partages

Lisi-pifidianana

Nisedra olana ny CENI teo amin`ny fanisana ireo lisi-pifidianana. Maro ireo nitaraina toy ny tany Toamasina izay nahatratra 10 000 no niverina.

Ny tetsy Ilafy indray nahatratra zato. Manambara izany fa tsy tomombana ny lafiny ara-teknika.  Efa nisy ny fidinana ifotony nataon`ny CENI teto an-drenivohitra ary hisy ireo fampiantsoana ireo tompon`andraikitra informatika mba hitondra fanazavana momba an`ireo fitarainana voaray eo anivon`ny fokontany. Marihina fa efa ho dila ilay fe-potoana roapolo andro hanamarinana ny anaran`ny olom-pirenena. Ho an`Antananarivo Renivohitra manokana dia ny 17 na 18 martsa izao no mifarana ny fanisana sy fanamarinana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

KITRA ANALAMANGA

Satria azo hilalaovana tsara ny andro alarobia hahazoana mamita haingana ny fifaninanana dia naroso tamin’ny alarobia 14 martsa 2018 ny andro faha-6 eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny Ligy 1 eto Analamanga. Vokatra :Tanà Formation 1 – 0 Mama Fc ; Cospn 1 – 1 Mi-20 ; Elgeco 1 – 0 Fosa Juniors Tanà ; Cnaps Sport Tanà 1 – 2 Uscafoot ; Cosfa 1 - 1 As Adema

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

MahajangaVoatafika ny Microcred , lasa ny vola 2 kitapo

Nisy namaky omaly tokony tamin’ ny 7 ora latsaka fahefany hariva ny banky fampindramam-bola madinika na ny Microcred ao Mahabibo Mahajanga. Fiara tsy mataho-dalana marika Nissan miloko volon-davenona na « Gris » miafara amin'ny ...

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeNahatrarana basy tamin’ny andron’i Hitler

Basy niisa 18 no sarona tany amin’ny kaominina Bemaha tamin’ity herinandro ity. Basy vita Malagasy moa ny 16 tamin’ireo ary basy Mass 36 niaraka tamin’ny bala 9 sy P.A, tamin’ny andron’i Hitler miaraka amin’ny bala 9mm niisa 3 ary bala amin’ny basim-borona niisa 13 hafa.

 

 Olona 19, izay voalaza fa mpanara-dia omby very no notanana niaraka tamin’ireto basy sy bala ireto satria nosamborina noho ny fitondrany ireto fitaovam-piadiana ireto izy ireo. Raha ny fanazavana nomen’ny kaomandin’ny Zandary Vakinankaratra, ny Kolonely Rasambomanana Yvon Patrick moa dia nisy tokoa ny halatra omby ny zoma 9 martsa lasa teo ka ny alahady 11 martsa no nampandre ny zandary ny fokonolona, ka nanara-dia tokoa ireto olona ireto saingy ny fitazonana basy tsy ara-dalàna no hitazonana azy ireo. 

Caius R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny fifidianana baolina kitra MalagasyNandao antsika omaly hariva ny iraky ny FIFA sy CAF

Rehefa avy nihaona tamin’ny ankolafin-kery Malagasy eo amin’ny sehatry ny baolina kitra toy ny birao mpanatanteraky ny FMF,

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby eto AnalamangaManamafy i Andry Ravelojaona fa tokana ihany ny Ligy

Mbola nanamafy ny teny nataony Atoa Andry Ravelojaona La Pie fa tokana ihany ny ligin’ny rugby misy eto Analamanga dia izay tarihany ankehitriny izany.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana sy firenenaPotiky ny resa-bola sy fifampihatsaram-belatsihy

Matetika no andrenesana fifanandrinana sy tsy fifankahazoan’ny samy mpiangona amina fiangonana samihafa eto amintsika. Noho ny resa-bola amin’ny ankapobeny no miteraka izany.

Tsy iray na roa no ahitana an’io fa tena maro. Fahita ny hoe tsy milamina ny kaonty dia misavoritaka ny rehetra. Mandeha ihany koa ny resaka fifanindriana eo amin’ny samy olon’ny fiangonana. Ekena hoe fifaninanana masina hoenti-manatanteraka ny asan’Andriamanitra, saingy indraindray dia efa tena mivaona sy natao hifampideran-karena mihitsy, ka izay no miteraka fivakisana matetika. Ny fiangonana anefa ity hoe hitondra ny anjara birikiny amin’ny fandaminana ny firenena. Tsy hoe ny mpitandrina na ny mpitarika angamba no tsy mahavita ny asany, fa ny olona mihitsy no efa mihasimba noho ny resa-bola aman-karena. Miainga any amin’ny fiangonana isan-tsokajiny anefa ny fampianarana ny olona tsy ho olon’ny mpandala ny foto-pinoana hitaizana azy fotsiny, fa ho olom-banona sy ho olom-pirenena, ary indrindra ho olon’ny fihavanana. Raha hampiditra resa-politika sy ny mpanao politika isika, dia ny ankamaroany angamba samy miditra any am-piangonana misy azy tsirairay avy any avokoa. Samy mandray sy mihaino ny filazantsara, saingy indrisy fa mbola ny adilahy no manjaka sy mibaiko rehefa mivoaka eo. Lojika raha tsy mety milamina ny firenena satria hatrany am-piangonana aza efa mifandrafy. Mila fahatongavan-tsaina haingana dia haingana !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tovovavy bevohokan’ny anadahinyNodidiany ny antsy ny tendan’ilay menaky ny ainy

Tovovavy iray tsy ampy taona, avy any amin’ny kaominina Ambatomiady no fatantra fa nahavita namono ny zaza naterany, tao Antanifotsy-Vakinankaratra omaly alakamisy 15 martsa.

 

Mpianatra amin’ny sekoly tsy miakina iray izy ity ary tsy nisy nahalala fa mitoe-jaza izy. Ny alin'ny alarobia hifoha omaly alakamisy, dia nitaraina marary sy ninainaina fatratra ity tovovavy ity, izay tsy nisy nahafantatra fa efa nihetsi-jaza izy. Ny maraina dia lasa nianatra daholo ireo mpianatra namany niaraka nanofa trano taminy, ary dia teraka lahy irery tao an-trano izy. Nisy nahare ihany anefa ny manodidina fa nisy feon-jazakely ka nanontany azy. Nolaviny fa tsy naheno izy. Nentin’ny tahotra anefa izy ka ny hamono an’ilay zaza no tao an-tsainy ka nodidiany ny tendan’ilay zaza sy ny lamosiny ary nafeniny tao ambanin’ny lamba natoriany. Niverina indray anefa ireo olona satria nahita azy toa mahana, ka dia tratra ny nafenina. Tsy mbola maty moa ilay zaza ka novonjena nentina teny amin’ny hopitaly ary tamin’ny fotoana nanoratana dia re fa tsy mbola maty ilay zaza. Raha ny fanadihadiana dia nambarany fa ny anadahiny iray tampo aminy no nahabevohoka azy ka izany no antony namonoany ilay zaza. Efa noraisin’ny mpitandro ny filaminana ny raharaha.

 

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

FMI Malagasy« Mila mamorona sekoly an’arivony isika. »

Tsy mbola miova ny vahaolana atolotry ny FMI Malagasy na ny fahefa-mividy izao no ilain’ny malagasy, tarihin’ny filohany Jean Jacques Ratsietison, mikasika ny hahafahana manavotra an’i Madagasikara dia ny hoe foanana ny MID na ny « marché interbancaire de devise »,

 miverina amin’ny taha-bola tsy miovaova isika ary akarina 100% ny sandam-bola malagasy. Hahafahana mandavorary izany, hoy izy satria ambany dia ambany ny fahafahan’ny Malagasy mandranto fianarana dia mila mamorona sekoly an’arivony, kolejy an’arivony, lisea an’arivony ary oniversite an’arivony ihany koa isika fa tsy hofoanana daholo ity karazam-panadinana nisy hatrizay ity. 24 tapitrisa no isantsika izao. 6 tapitrisa no isan’ny mpianatra, raha ny nambaran’ny minisitra tompon’andraikitra. 4,200 tapitrisa eny amin’ny ambaratonga fototra, 1,20 tapitrisa eny amin’ny kolejy ary ny tonga eny amin’ny oniversite dia zara raha 20.000 isa sisa. Tsy noresahana aza ireo 6 tapitrisa tsy afa-mianatra. Na inona orinasa mitsangana eto ka tsy mahavidy vary ny Malagasy dia tsy misy dikany. Na ny rononomandry (yaourt) aza izao lasa vokatra lafo vidy (produit de luxe). Raha mahavokatra ronono mandry 40 boaty isan’andro fotsiny anefa isika dia mety efa hahatafiditra 1,200 miliara ariary isam-bolana. Asa miforona ho azy izany. Hanolotra kandida ho filoham-pirenena moa ny FMI malagasy, hoy hatrany ity filoha ity, satria leo mpanao politika.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Jirama MandrosezaTsy maintsy notapahana ny rano satria maloto

Nisy faritra maro nahitana fahatapahan-drano teto an-drenivohitra omaly tokony ho tamin’ny 9ora maraina hatramin’ny 2 ora sy sasany tolakandro teo ho eo. Anisan’izany Ambohijatovo, Faravohitra, Manjakaray.

 

 Asa na fifanandrifian-javatra na tena nisy fifandraisana fa nifanojo tanteraka tamin’ilay hetsika fanairana nataon’ny mpandraharaha Malagasy izany. Omaly tao anatin’io ora fahatapahan’ny rano io tokoa mantsy no niseho ny fitsofana kiririoka, fampanenoana lakolosy, fanapoahana takobilany, noho ilay hetsika fanairana ny mpitondra ny amin’ny tsy fandriampahalemana misy eto Madagasikara. Vao mainka nentanim-po ny olona, indrindra ireo mipetraka teny amin’ny toerana nisy fahatapahana rano. Ireo mpivarotra hanimasaka moa no tena nampiaka-peo ary toy ny mahazatra dia manambany hatrany ny tolotra omen’ny JIRAMA. Tetsy an-kilany rehefa nanontaniana kosa ny tompon’andraikitra teny Mandroseza dia nilaza fa olana ara-teknika no nitranga fa tsy nisy ifandraisany amin’ny hetsika nataon’ny mpandraharaha. Tsy maintsy natao, hoy izy ireo, ny fanapahana fa naloto be ny rano navoakan’ilay fitaovana mpanadio (détendeur na régulateur). Raha tsy notapahana izany dia rano maloto avy hatrany no voatosiky ny fitaovana tonga any amin’ny mpanjifa ka vao mainka hiteraka olana.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraArahi-maso akaiky amin’ny fampiasam-bola

Tonga eto Madagasikara indray ny iraka manokan’ny FMI (Fonds Monétaire International) izay tarihan’i Marshall Mills. Manara-maso indray ny fanatanterahana ilay FEC (Facilité Elargie de Crédit) andiany faharoa izay nahazoana 80 tapitrisa dolara tamin’ny taona 2017.

 

Mazava ho azy fa hanao tatitra ny amin’ny nampiasana azy sy ny fandaniambola ireto iraky ny mpampindram-bola ireto. Izany hoe misy ihany ny fampindramam-bola ho an’i Madagasikara fa hita ho mitsitaitaika izany, ary miankina amin’ny zavatra hita eto sy araka ny fintantanana nataon’ny governemanta no hahazoana indray ny famatsiam-bola manaraka. Io moa dia vokatry ny tsy fahatokisan’ireo mpamatsy vola ireo ny mpitondra Malagasy, hany ka manao fanadinana isaky ny enim-bolana i Madagasikara. Fantatr’izy ireo mihitsy fa tsy mandeha amin’izay izy ny fitantanana sy ny fandaniam-bola hany ka harahi-maso matetika isika. Taratry ny tsy fahaiza-mitantana ataon’ny mpitondra izay manaratsy hatrany ny sarin’i Madagasikara eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ihany koa izany.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Halohalika ny ranombary !

Mananontanona antsika ny korontana sy sakoroka, raha dinihina amin’ny zava-misy amin’izao fotoana.

 Tsy misy ny tena fampihavanana sy ny fifampiresahana hatreto, fa dia samy manao izay saim-patany ny rehetra. Mifanenjika sy mifamingana andro aman’alina, ka ny mpitondra mila fitoniana avy ity no toa mihantsy ady amin’ny olona tokony handrantoany fihavanana. Mazava ho azy ny tanjona eo anatrehan’ny zava-misy fa ny hitondra korontana sy savorovoro eto amin’ny firenena sitrany ahay mba mihemotra ny fifidianana e ! Ny fampihavanam-pirenena moa ity tsy hita be ihany hoe avy aiza dia mizotra mankaiza ? Ny tafika izay heverina ho arofanina farany toa karazan’ny atao tsara tambitamby, ary kendrena hampiadiana amin’ny mpanao politika tsy mitovy hevitra amin’ny fitondrana. Toa mahalasa saina ihany koa ny fahanginan’ny mpanao politika isan-karazany izay avo vava sy nampiaka-peo tamin’ity fitondrana ity. Efa tsara karakara any ambadika any ka tampina vava ? Sa kosa miandry pitik’afo fotsiny hijapy masinina raha sanatria ka ho avy ny korontana ? Maro no miandrandra sy maniry mafy izany satria tsy ampy hery raha hanongana, tsy ho lany raha hirotsaka hofidiana, kanefa mba te hahazo seza. Hany fanantenana dia ny hitaty ran-kena sy maniry mba hisian’ny krizy sy ny korontana, satria rehefa handeha ny resaka fifandaminana, dia mba anisan’ireo hiady seza raha ho avy ilay atsoina hoe fiaraha-mitantana e ! Dia ho tonga amin’ny antsoina hoe tetezamiitatra indray ve isika sanatria sa hahay hifandamina mialoha ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampijaliana vahoaka tany AntsakabaryMinia mikipy ny fanjakana

Manoloana ny horonantsary miparitaka mampiseho mazava ny fampijalian’ireo polisy ny mponin’Antsakabary, dia mangataka amin’ny fanjakana Malagasy ny hanaovana fanadihadiana tsy mitanila momba ny fitondran-tenan’ireo polisy ny Amnesty International noho ny fiahiana fa izy ireo no tompon’antoka tamin’ny loza amin’atambo, ary tokony hajaina ny fitsipika iraisam-pirenena. Tokony hanonitra ny fahavoazana manontolon’ireo vahoaka lasibatra ihany koa ny fanjakana.

 

Nofatorana sy norahonana

Mampivarahontsana sy mampangitagitaka ny maro tokoa ity horonantsary ity satria maneho ny nampijaliana ny vahoakan’Antsakabary sy nandoroana ny tanàna, izay tsiahivina fa trano  487 isa no may ary 1449 no tsy nanan-kialofana, izay ankizy ny 540 tamin’izany. Raha tsiahivina, herisetra sy habibiana natao tamin’ny vahoaka ho setrin’ny fahafatesan’ny polisy miisa 2 ny 16 febroary 2017 no antony ka nahatonga ireo polisy manodidina ny 40 nalefa tany hamaly faty, roa andro monja taorian’izay. Nofatorana sady manao “marche à canard” miampy daroka sy nasaina niteny hoe: “Tsy mety ny mamono polisy”. Ao anatin’izay fotoana izay, dia efa midedaka ny tanàna, ary tsy afaka ny hamonjy izany akory. Efa nampanantena ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina tamin’ny fandaharana Fotoam-bita andiany faha-5 ny volana jona 2017 fa hivoaka tsy ho ela ny marina momba iny sy ireo fitsaram-bahoaka sesilany. Nilaza indray ny fanjakana taoriana kelin’izay, fa efa vita ny 16 aogositra teo ny fanadihadiana ireo polisy 40 nalefa nanao iraka tany Antsakabary ny 20 febroary 2017, ary efa eo am-pelatanan’ny fitsarana ambaratonga voalohany eto Antananarivo ny raharaha. Herintaona mahery aty aoriana, tsy hita izay tena marina, ka dia hambara indray ve hoe mbola mandeha ny fanadihadiana ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha fofon-kelikaNiala tsiny ny depiote

Ny talata 13 martsa teo, tokony ho tamin’ny 11 ora dia nisy asam-baomiera itambarambe tsy azon’ny besinimaro atrehina tety Tsimbazaza, hoy ny filoha lefitry ny antenimieram-pirenena, Mahazoasy Freddy, raha niverina nanazava ny tranga teny amin’ny antenimiera omaly.

 

 Ny praiminisitra sy ny minisitry ny fitsarana izay mitana ny tombokasem-panjakana no nasaina manokana saingy tonga nanotrona azy ireo tampoka anefa ny governemanta iray manontolo. Na mamela azy ireo hanatrika aza ny andininy faha-49 ao amin’ny fitsipika anatiny dia mbola nolaniana tamin’ny tsangan-tanana ihany izany. Tafiditra tao ihany koa ny mpanao gazety. Lalàna fehizoro 3 moa no nodinihana ka lany tamin’ny tsangan-tanana fa avoaka, hoy izy, ny mpanao gazety. Nisy ny fihoaram-pefy ka dia ialana tsiny izany; nanakiana mafy ny mpanao gazety ka nilaza fa sempotry ny fofon-kelika mantsy Rtoa Rabetafika Roberthine, depiote voafidy tao Isandra ka io no niteraka resa-be avy eo. Ny harivan’io moa dia azon’ny rehetra natrehina ny fivoriana. Mba hanatsarana ny fiaraha-miasa dia mahafaly anay ny manolotra ny holafitry ny mpanao gazety ny fehezan-dalàna (arrété 067) mikasika ny fitsipika anatiny momba ny toerana ao Tsimbazaza sy ny manolotra ny ampahan’andininy, ao anatin’izay ihany koa izay milaza ny antony nampidirana mpitandro ny filaminana tao an-dapa, hoy hatrany ity filoha ity.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafody amidy eny amin’ny tsenakelyTena tsy azo hatao, hoy ny ministeran’ny fahasalamana

Betsaka ireo tsenakely lasa mivaro-panafody ankehitriny. Ny mampalahelo aza, hoy dokotera Manitra Rakotoarivony anisan’ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka dia ny fokontany indray no tena mandrisika ireny mpivarotra ireny hanao ny asany satria lavitra toeram-pivarotam-panafody, hono, izy ireo.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Izay fotsiny ?

Miarahaba sy mankasitraka anao aloha ry Jean nisolotena an’i Jeanne be niala tsiny taminay noho iny hagegeny iny.

Asa anefa raha tadidinao ilay fitsipika nitolomanareo hampiharina tamin’ny fotoan’androny ary tena nanaovanareo amboletra mihitsy. Ianareo anie no tena nanondrana sy nandika an-kitsirano an’iny farany teo ee ? Imasom-bahoaka tsotra izao dia lazainareo fa tsy mety amin’ny fiarahamonina ny fofonay. Vitan’ny fialan-tsiny fotsiny ve ireny ry Jean ? Izay fotsiny ve ? Sambatra rangahy ianareo marina ! Mbola ianareo indray ve rangahy no nitandroka avy eo hoe araho ny fitsipika aty aminay. Any aminareo tokoa moa izany koa ! Rehafa ianareo izany no manao hadalana dia vita amin’ny fialan-tsiny faobe ary na ilay tena diso aza tsy namoaka teny iraim-bava akory fa rehefa izahay dia tsy maintsy avezivezy eran’ny tanàna sy anaovana famotorana adiny zato isak’izay mihaona ? Mahery ianareo rangahy aa ! Pao-tsatroka ee !

Marco  

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny fifidianana baolina kitra MalagasyNandao antsika omaly hariva ny iraky ny FIFA sy CAF

Rehefa avy nihaona tamin’ny ankolafin-kery Malagasy eo amin’ny sehatry ny baolina kitra toy ny birao mpanatanteraky ny FMF, ireo mpikambana ao amin’ny CEN Football, ny filohan’ny fikambanan’ireo ligim-paritra eto amintsika ary koa ireo andian’olona nametraka fitarainana tany amin’izy ireo nivantana ireo

Tia Tanindranaza0 partages

Inde sy MadagasikaraHihamafy hatrany ny fifandraisana

Nifarana tetsy amin`ny Oniversite an`Ankatso ny fitsidiam-panjakana nataon`ny Filoham-pirenena Ram Nath Korvind teto Madagasikara. Nandritra ny lahateny manoloana ny mpianatra dia nanambara ny filoha Ram Nath Korvind fa nampiraisin’ny tantara i Madagasikara sy Inde ary mivelatra hatrany ny fifandraisana eo amin’ny firenena roa tonta.

 

 Famelabelaran-kevitra momba ny tantara iraisana no tena anton’ izany fifampizaràna izany teo amin’ny Filoham-pirenena Indiana izay manam-pahaizana manokana amin`ny lalàna sy ireo mpampianatra sy mpianatra tonga nanatrika izany tetsy amin’ny efitrano malalaky ny sampam-pianarana DEGS teny Ankatso omaly. Noresahiny tao ihany koa ny fanomezan’i Inde vatsim-pianarana ho an’ny mpianatra malagasy miisa 365 hatramin’izao, ny fanohanan’ny Inde eo amin’ny sehatry ny fambolena eto Madagasikara, ny angovo sy ny maro hafa. Nanamafy ihany koa izy fa misedra olana ny  angovo ary manerana an’i Afrika sy ny firenena amin’ny fari-dranomasina Indiana. Anisan`izany i Madagasikara ka tafiditra ao anatin’ilay tambajotra lehibe « International Solar Alliance » izay afaka manohana ny tetikasa fitrandrahana ny angovo azo avy amin’ny herin’ny masoandro ka ny Institut National de l’Energie any Inde no miandraikitra izany.  Mbola maro ny traikefa tian’ny indiana zaraina amin’ny malagasy mba ho tombony amin’ny fampandrosoana. Manantena hatrany izy fa haharitra hatrany ny fifandraisana eo amin’i Inde sy Madagasikara. Mialohan’izany kabary lahateny izany dia namboly zana-kazo manoloana ny « faculté DEGS » ny Filoha Ram Nath Korvind, ho fahatsiarovana ny fandalovany teto. Notoloran’ny Oniversiten’Antananarivo zana-kazo baobab ihany koa izy mba ho amboleny any Inde ho fahatsiarovana ny diany teto Madagasikara.

 

Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana ho filoham-pirenenaMbola maro ny dingana hatrehana

Mitarazoka ny fivoahan`ny lalam-pifidianana izay efa ho valo volana no nanoloran`ny CENI azy ity teo anivon`ny filankevitry ny governemanta.

 Raha tsy tojo sampona dia ny talata ho avy izao izy ity no lany sy tapaka eo anivon`ny Antenimieram-pirenena. Mbola maro anefa ireo dingana tsy maintsy lalovana amin`ny fampiharana izany. Be dia be ny rafi-panjakana izay tokony hatsangana. Tsy maintsy handrafitra ireo didim-panjakana fampiharana na “decret d`application”, izany hoe manazava amin`ny ankapobeny ny lalàna. Misy ihany koa didim-panjakana sasany mila fampiharana. Tsara ny manamarika fa andininy iray dia misy didim-panjakana iray. Tsy tokony ho ampotomoty vao havoaka ireo didy ireo satria tsy ho fantatry ny olona izay voalaza ao. Tsy maintsy hadika amin`ny teny Malagasy ny lalàna mifehy ny fifidianana ary avy eo ampahafantarina amin`ny vahoaka Malagasy. Mila valo volana kosa ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana andrafetana ireo dikanteny ireo ary tsy tokony hiova intsony. Amin`ny faran`ny volana martsa ho avy izao no ho vita izy io hahafahana mizotra any amin`ny fifidianana izay heverina hoeken`ny rehetra. Marihina fa tsy maintsy hisy ny fifidianana amin`ity taona ity. Voafaritra ao anatin`ny lalàmpanorenana ny hoe raha tapitra ny fe-potoanan`ny filoham-pirenena dia ny filohan`ny Antenimierandoholona no misolo azy. Koa raha tsy tanteraka ny fifidianana dia “hors-cadre constitutionnel” satria tsy misy lalàna mametraka fomba hitantanana ny firenena aorian’ny 25 janoary.

15 tapitrisa euros

10 tapitrisa no isan`ireo mpifidy vinavinain`ny CENI. Midika izany fa hanatonta biletà tokana miisa 15 tapitrisa, izany hoe atao mihoatra ny 5 tapitrisa hialana amin'ny tsy fahatomombanana sy ireo lesoka hatramin`izay. Marihina fa ny biletà tokana dia any Afrika Atsimo no hatonta ary ny saran`ny biletà iray dia 1 euro. Sarotiny ireo mpamatsy vola amin`ny fiarovana na kalitao na koa mety misy fitakiana manokana. Efa maloto ny anaran`i Madagasikara eo amin`ny iraisam-pirenena noho ny kolikoly ary tsy mahatoky ny fomba fiasa eto amintsika na dia manana tranompirinty aza isika eto Madagasikara. Tsiahivina fa mitana toerana stratejika eto amin'ny fanjakana ihany koa ny tranompirintim-pirenena. Ny mpiara-miombon`antoka mihitsy no mitaky ny fanamboarana bileta tokana any ivelany satria mety ho arofanina amin`ny kolikoly.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitondra MalagasyMifampiaro amin’ny ratsy sisa

Sesilany ny toe-javatra manaratsy endrika ny rafi-panjakana sasany sy ny tompon’andraikitra ambony eto amin’ny firenena, raha tsy hilaza afa tsy ny teo anivon’ny minisiteran’ny fitsarana, ny minisiteran’ny vola sy ny tetibola, ny minisiteran’ny raharaham-bahiny,…

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana DepioteHandrotsaka kandida maro ny HAFARI

Nivoaka tamin’ny fahanginana omaly ny filoha nasionalin’ny fikambanana HAFARI Malagasy Rafanomezantsoa Jean Nirina manoloana ny toe-draharaham-pirenena misy ankehitriny.

 

Nambarany tamin’izany fa tsy nisy mpitondra lanim-bahoaka teto amintsika ka tsy nieritreritra ny hampandroso an’i Madagasikara  saingy voafehin’ny lalàna avokoa ka tsy afa-manoatra. Ao amin’ny Antenimieram-pirenena no tena misy ny lesoka, antony tsy maintsy handraisan’izy ireo anjara amin’ny fanavotana ny firenena. Handrotsaka kandida maro ny fikambanana HAFARI mandritra ny fifidianana solombavambahoaka izay hotanterahina eto amintsika. Saika ahitana izany avokoa manerana ny distrika maro ka ny tanjon’ny fikambanana dia ny hananantsika Malagasy  solombavambahoaka afaka handany ireo karazan-dalàna mifanaraka amin’ny filaminam-bahoaka sy ny fivoaran’ny toetrandro. Misy amin’ireo karazan-dalàna eto amintsika, hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina, no efa lany andro tanteraka toy ny lalàna momba ny fananan-tany, ny tokantrano ka mila ovaina tanteraka. Miantso ny rehetra mba samy handray anjara amin’ireo karazana fifidianana hotanterahina eto amin’ny firenena ny fikambanana HAFARI Malagasy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kiririokan’ny fahasosoranaEfa fikomiana

Leo ny tsy fandriampahalemana misy eto amin’ny firenena ankehitriny ny Malagasy. Tsy mijanona amin’ny fandrobana sy ny halatra madinika intsony mantsy izany fa mihafara amin’ny hala-jaza, ny fakana an-keriny, ny vono olona… mihitsy.

 

Pati

 

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

La grande mobilisation de contestation « Aok’zay » (insécurité, ça suffit) a été très suivie.

Le président de la République de l’Inde, lors de l’ouverture officielle du business forum Inde – Madagascar au Carlton Anosy hier.

L’équipe de Rugby de la FT Manjakaray prépare son départ pour l’île Maurice hier.

Des députés présentant leurs excuses aux journalistes, à la suite du scandale à l’Hémicycle.

 

 

Belle bataille lors du tournoi de rugby féminin de l’océan Indien U15 et U16 au stade Malacam, hier.

Photos Tiana ,Mamiherison et Fanou

 

 

 

 

La Vérité0 partages

Loi sur les élections - Publicités interdites

« Pendant la durée de la période de campagne électorale, la Commission Electorale nationale indépendante ou ses démembrements au niveau territorial, avec le concours des collectivités territoriales décentralisées, met à la disposition des candidats, des listes de candidats ou des entités en faveur d’une option, des emplacements exclusivement destinés à recevoir des affiches électorales ».   Ce sont les dispositions de l’article 101 in fine du projet de loi organique portant régime général des élections et des référendums.  « Il est interdit d’y placarder des affiches n’ayant pas de caractère de propagande électorale », précise aussi cet article dans son alinéa 2. Ce projet de texte prévoit également dans son article 104, l’interdiction d’apposer des affiches de propagande électorale dans les endroits publics autres que ceux prévus à cet effet.  En d’autres termes, tout affichage en dehors des endroits prévus, notamment sur la voie publique comme il était habituel de voir à Madagascar, est interdit. Il s’agit  d’un moyen en moins pour les candidats aux élections de faire entendre leurs voix.

Sur ce chapitre des moyens de propagande, en effet, le projet de loi actuellement à l’étude en commission à l’Assemblée dispose dans son article 115 que « A compter de la publication de la liste des candidats ou des listes de candidats, l’utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par tout moyen de communication audiovisuelle est interdite ». Autrement dit, à compter de la publication de la liste des candidats ou des listes de candidats, les médias ne pourront pas diffuser des émissions à caractère publicitaire appelant à voter pour eux. Cette période d’interdiction s’étalera sur plusieurs semaines. Rien  que pour la campagne électorale, celle-ci dure 30 jours notamment pour le premier tour de l’élection présidentielle, selon l’article 56 de la loi organique portant régime général des élections et des référendums. Les médias privés en particulier auront alors un manque à gagner considérable.De l’autre côté pourtant, même si,  conformément aux dispositions de l’article 46 alinéa 2 de la Constitution, le Président de la République en exercice qui se porte candidat à l’élection présidentielle, démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel, rien en revanche dans les projets de loi électoraux n’interdit les ministres d’inaugurer des infrastructures pendant ce temps. Ce qui inéluctablement favorisera le candidat d’Etat…En plus de ces nombreuses restrictions, il est également nécessaire de souligner que dans son article 118, ce projet de texte indique que : « Il est interdit durant la campagne électorale ou référendaire officielle et pendant la période du silence électoral, la veille du jour du scrutin , de diffuser et de publier à travers les différents médias les résultats des sondages d’opinion directement ou indirectement liés aux élections et référendums, ainsi que les études et commentaires journalistiques qui s’y rapportent »…A.R

La Vérité0 partages

Microcred Mahajanga - Deux braqueurs éliminés, neuf personnes arrêtées

Moins de 24 heures après le braquage dont est victime la banque Microcred de Mahajanga, les auteurs sont tous hors d’état de nuire. Deux braqueurs tués, trois auteurs, dont une femme, arrêtés ainsi que six autres complices. Tel est le bilan de l’opération menée par la Police de la cité des fleurs en début d’après-midi de la journée d’hier à Arante, un quartier populaire de la ville. Faisant suite à des renseignements, la Police a identifié dans ce quartier la planque des braqueurs ayant subtilisé dans cette banque la somme de 250 millions d’ariary.  Six personnes armées ont réalisé ce coup, jeudi vers 18h 45. Trois ont emprunté la porte réservée uniquement aux employés pour entrer dans l’agence, tandis que les autres faisaient le guet dehors après avoir neutralisé les agents de sécurité de service. Sur les trois bandits ayant pénétré dans le bureau, un seul cachait son visage. Néanmoins, le visionnage des caméras de surveillance a montré que les braqueurs savaient le positionnement de ces appareils. A preuve, à chaque passage, ils s’inclinaient pour cacher leur visage.

L’opération accomplie en un clin d’œil, les bandits se sont embarqués dans une voiture avec deux sacs remplis de billets de banque. Bien que personne ne soit en mesure d’identifier le numéro d’immatriculation complet du véhicule, des témoins ont pu retenir les deux derniers chiffres et la couleur du 4x4. C’est à partir de ces indices communiqués sur les réseaux sociaux que les Forces de l’ordre, grâce aux renseignements fournis par des citoyens, ont pu localiser hier les bandits. Dès la vue des policiers venus les arrêter, les braqueurs ont ouvert le feu, donnant ainsi le coup d’envoi des échanges de tirs. Les policiers ont fini par avoir le dessus après que deux des bandits ont perdu la vie dans cette « bataille urbaine ». Les trois autres co-auteurs se sont finalement rendus et ont dévoilé le nom de leurs six complices qui, à leur tour, ont été cueillis comme des fruits mûrs dans différents quartiers de la ville. Selon une source, d’autres personnes impliquées dans ce braquage, qui sent à mille lieux une complicité interne, sont encore recherchées. En perquisitionnant la planque des bandits, la Police a récupéré une partie du butin, un fusil « Kalachnikov », un fusil à pompe, un fusil de chasse et deux pistolets automatiques…Franck Roland

La Vérité0 partages

Mobilisation contre l’insécurité - L’absence de réaction gouvernementale consternante

Le Conseil du gouvernement au palais de Mahazoarivo dans l’après-midi du jeudi 15 mars à partir de 16 heures était silencieux sur le mouvement bruyant mais pacifique baptisé « Aok’zay » initié par un certain nombre de groupements professionnels et bien d’autres entités pour dénoncer à haute voix l’insécurité urbaine et rurale ainsi que le kidnapping persistants sur l’ensemble du territoire de Madagascar. Aucune mention permettant aux citoyens d’apprendre les réactions immédiates des autorités gouvernementales n’a figuré sur le communiqué émanant des porte-parole du gouvernement à moins que ceux-ci aient encore commis une bourde. Personne n’a non plus vu la moindre réponse des trois départements ministériels chargés de la défense et de la sécurité publique à examiner les informations officielles.

 Exceptionnel Il est un peu consternant de le constater dans la mesure où le Premier ministre lui-même est le premier responsable de la sécurité aux termes de l’article 65 de la Constitution qui stipule en son alinéa 9 qu’« il assure la sécurité, la paix et la stabilité sur toute l’étendue du territoire national dans le respect de l’unité nationale. A cette fin, il dispose de toutes les forces chargées de la police, du maintien de l’ordre, de la sécurité intérieure et de la défense ».Dès jeudi après-midi, tout de suite après le tintamarre, les hauts responsables concernés auraient dû manifester un geste, même symbolique, pour signifier que l’appel a été bien reçu. La sécurisation de la délégation indienne les aurait peut-être trop occupés qu’ils n’ont pas eu le temps de le faire sur-le-champ. En effet, la ville d’Antananarivo a vu un déploiement exceptionnel des forces de sécurité ces derniers jours. Secrétaire d’Etat Des coïncidences saisissantes, vraisemblablement dues au hasard du calendrier, ont pu être notées. Le mouvement s’est passé au moment où la délégation indienne était encore bel et bien dans nos murs. Point n’est plus besoin de rappeler que la récurrence du kidnapping, un des mobiles de la manifestation, frappe constamment la riche communauté indienne à Madagascar. La mobilisation générale s’est aussi produite peu de temps après le passage à Antananarivo du secrétaire d’Etat français à la Coopération Jean-Baptiste Lemoyne. Lors de son audience à Iavoloha dans la soirée de mardi, celui-ci a rappelé au maître du lieu la teneur de son échange avec le président Emmanuel Macron à l’Elysée qui, rappelons-le, a incité de façon pressante les autorités malagasy à faire le nécessaire pour identifier, arrêter et punir les kidnappeurs. Grosses sommes Par ailleurs, la concrétisation du mouvement « Aok’zay » a eu lieu exactement un mois après le « team building » à Mantasoa où il était, entre autres, question de sécurité et de coordination des actions de développement au nom de l’« émergence ». Difficile de croire que les discussions ont porté leurs fruits dans l’immédiat.A ce stade, le gouvernement lui-même a besoin d’une bonne leçon de coordination à considérer l’annonce tonitruante du ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka au sujet du calendrier électoral. La brûlante affaire « Antsakabary » aussi se réchauffe pour défier la solidarité gouvernementale.Le locataire de Mahazoarivo a promis de prendre la bête par les cornes au début du mois. Mais les observateurs restent blasés sans des actes probants de la part de son équipe. Aucun gros bonnet n’est arrêté jusqu’ici. Jusqu’à preuve du contraire, personne ne croirait que les petits larcins aux 67 ha sont les auteurs des prises d’otage contre de grosses sommes d’argent. Fusillade « Les enlèvements sont devenus un véritable business d’une mafia dont les ramifications sembleraient atteindre les hautes sphères du pouvoir militaire et politique, créant une situation de terreur nationale. Si de hautes personnalités censées nous gouverner ou nous protéger versent dans des pratiques aussi crapuleuses que criminelles, il y a lieu, non seulement de tirer la sonnette d’alarme, mais également de craindre le pire », observent les initiateurs du mouvement  « Aok’zay » dans un communiqué daté du 19 janvier. Le ver est donc dans le fruit.Ironie du sort, au moins deux tristes événements ont été rapportés le jour du tintamarre. Dans la journée de jeudi, un gendarme « incontrôlé » a mis fin à la vie de deux de ses frères d’armes dans une fusillade encore à élucider avant de commettre un suicide avorté à Beraketa Androy. Dans la soirée, six hommes armés ont braqué l’agence du Microcred à Mahajanga. Des faits indiquant que le gouvernement de combat a intérêt à bien peaufiner sa stratégie en revoyant d’urgence sa copie.Manou Razafy

La Vérité0 partages

Filière vanille - La production malagasy concurrencée par les avancées technologiques

De nouvelles solutions technologiques. Madagascar est aujourd'hui le premier producteur mondial de vanille. Cependant, les mauvaises récoltes que ce soit en quantité ou en qualité, causées par les mauvaises conditions climatiques et les conditions de production, nuisent au marché mondial. Comme la demande en vanille est aujourd'hui multipliée par trois par rapport à l'offre, le cours de ce produit ne cesse de flamber. Face à cela, les producteurs mondiaux essaient de trouver des solutions afin qu'ils puissent, eux aussi, produire cet or vert. D'après le média français Réunion 1ère, c'est un chercheur néerlandais, Filip Van Noort, qui a réussi à développer la culture de la vanille hollandaise dans des serres de haute technologie. Selon les propos de ce média, Filip van Noort, botaniste de l'unité agronomique de l'université de Wageningen, classée première mondiale dans sa catégorie, est parvenu à « maîtriser le processus de production de la vanille dans une grande serre expérimentale ».

Connaître à l'avance la qualité et la quantité Grâce aux avancées technologiques, Filip van Noort a en effet dupliqué toutes  les conditions climatiques nécessaires comme la température, le taux d'humidité ainsi que celui de la lumière pour produire de la vanille dans les meilleures conditions. Pour réaliser cette grande serre expérimentale, le botaniste s'est donc inspiré des conseils fournis par les producteurs de La Réunion ainsi que des travaux de Daphna Havkin-Frenkel, une scientifique israélienne spécialiste de la vanille et de Juan Hernandez, un botaniste mexicain qui cultive la vanille sous différents climats. Dans ces conditions, la vanille produite sera donc de qualité comme l'a affirmé Filip van Noort : « La vanille que l'on développe aux Pays-Bas est sans insecticide et bio. Et grâce à la production sous serre, on connaît à l'avance la quantité et la qualité du produit. C'est ce que les industriels de l'agroalimentaire ou les pâtissiers apprécient ». Avec cette serre, le botaniste a déjà réussi à produire de la vanille en provenance de l'Ouganda. Si l'expérience est réussie, d'immenses serres de vanille vont donc s'étendre tout au long du territoire néerlandais pour concurrencer les champs de production de la Grande île.  Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Football- Confédération Africaine - Les 365 jours de Ahmad à la présidence

Loin du feu des projecteurs, l’ancien président de la fédération malagasy de football, Ahmad, a passé allégrement sa  première année à la tête de la présidence de la Confédération Africaine de Football (CAF). Elu à la surprise générale pour succéder au dinosaure Issa Hayatou le 15 mars 2017 à Addis-Abeba (Ethiopie), Ahmad s’est depuis attelé à la mise en chantier de son programme présenté aux électeurs durant la propagande. Durant ces 365 jours, beaucoup de choses ont été réalisées mais le vaste chantier est loin tout de même d’être achevé. Au-delà de la « cuisine interne » du comité exécutif de la CAF, Ahmad a présenté des décisions stratégiques validées par l’assemblée générale et qui certainement affecteront les vécus quotidiens des associations nationales du continent. Notamment, les fédérations qui ne pourront pas compter sur l’Etat pour faire développer leur discipline. Il s’agit entre autres de la révision en hausse de leur allocation annuelle qui passe désormais à 100.000 dollars (300 millions Ar) et la prise en charge par la CAF des indemnités des officiels (arbitres et commissaire) d’un match qui, auparavant, incombent au pays hôte.

Dans le domaine de la compétition, « l’ère nouvelle » d’Ahmad est marquée par le nouveau format de la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) à 24 équipes et sa périodicité. Etant donné que c’est la compétition phare du continent, les Africains souhaitent que leurs stars éparpillées dans les quatre coins du monde puissent y participer. Ce n’était pas le cas avant dans la mesure où les services de ces vedettes africaines sont utiles pour leurs clubs respectifs et souvent des bras de fer sont engagés entre les employeurs et les fédérations pour leur libération. Afin que cette situation ne se renouvelle plus, la CAF a décidé d’organiser sa CAN au mois de juin et juillet à l’instar de la Coupe du monde de la FIFA. A cette période, c’est la trêve de tous les championnats rendant ainsi les joueurs expatriés disponibles pour leurs sélections nationales. Ce nouveau format de la CAN est appliqué dès l’édition 2019 au Cameroun. La tenue ou non de la CAN 2019 au pays de l’ancien président de la CAF a marqué également le début des 365 jours de Ahmad. Jusqu’à preuve du contraire, cette compétition aura bel et bien lieu au Cameroun, a martelé l’actuel président de la CAF lors de la dernière l’assemblée générale au Maroc. « Les Camerounais ont déjà entrepris les travaux nécessaires, il faut attendre le rapport des experts à la prochaine inspection pour décider quoi que ce soit », martèle le président de la CAF face à l’insistance des journalistes sur un éventuel retrait de l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun. La modification des dates des compétitions interclubs à compter de la saison 2018-2019 figure également sur le chapitre des grandes décisions durant la première année du nouveau président de la CAF. Pareillement pour la CAN des U17 qui, à partir de Tanzania 2019, est également prise en charge par la CAF. Concernant les mondialistes de 2018, la CAF a soutenu financièrement les 5 représentants de l’Afrique en Russie et leur a doté d’un équipement médical sophistiqué, le FIELDWIZ. L’instance suprême du ballon rond africain ambitionne de doter de ce matériel, qui permet de suivre  les joueurs sur le plan médical et santé, les 49 autres fédérations africaines. Pour les trois prochaines années de son mandat, le défi à relever  reste l’attribution de la Coupe du monde 2026 à un pays Africain. Hier, le Maroc, candidat unique de l’Afrique, a déposé officiellement sa candidature pour devenir le second pays africain, après l’Afrique du Sud à héberger une phase finale de ce rendez-vous le plus prestigieux de la planète football. Une autre paire de manche face à une probable candidature groupée des trois pays, Etats-Unis, Canada et Mexique….Rata

La Vérité0 partages

Par ici… !

Pour qui sonne le glas ! Les jours de Mme Rasolo Elise Alexandrine en tant que Garde des Sceaux et Ministre de la Justice seraient-ils comptés pour de bon ?Le torchon brûle entre le Syndicat des Magistrats (Smm) et la locataire de Faravohitra. A l’issue d’une assemblée générale extraordinaire (Age) convoquée par le bureau du Smm,  quatre-vingt-dix Magistrats ayant répondu à l’appel ont pris ensemble une résolution retraçant le profil voulu d’un ministre de la Justice. En gros, le Corps en toge espère voir en son Chef quelqu’un qui tient à cœur la considération des intérêts supérieurs de la Corporation. Quelqu’un qui prend en main, à bras le corps, l’amélioration des conditions de travail. Et enfin, quelqu’un qui  s’engage à militer pour respect de l’indépendance de la Justice.

Seulement, pour un ministre du genre Rasolo Elise qui arrive au terme de sa carrière, le plus important se concentrerait sur la gestion de sa retraite. L’avenir professionnel n’est plus devant,  plutôt derrière. Ainsi, pour le Syndicat, du moins selon l’expression des avis de bon nombre des membres, l’actuel titulaire locataire de Faravohitra, Elise Alexandrine Rasolo, ne correspond plus au profil exigé. En lieu et place de l’actuel, le SMM cherche quelqu’un beaucoup plus percutant. Déclarée persona non grata dans son propre camp, Mme Rasolo voit réduite sa marche de manœuvre. En fait, elle n’a pas trente- six autres issues que …remettre le tablier ! Eclaboussée, déjà, par l’affaire Houcine Arfa, les voies s’avèrent pratiquement bouchées pour elle. Et les ennuis ne semblent pas sur le point de s’arrêter. Une claque en peine figure ! Le Conseil d’Etat, par son Arrêt en date du 13 mars 2018, annule le décret d’abrogation de la nomination de Ranary Robertson Rakotonavalona, du Procureur Général près de la Cour Suprême à Anosy. Ce décret, de la discorde, pris en Conseil des Ministres, signé par le Chef de l’Etat, sur proposition du Ministre de la Justice, comme l’usage l’exige, pêche par l’absence de l’avis du Conseil Supérieur de la Magistrature. D’après les Avocats de la « victime », il (le décret) ne respecte pas la procédure en vigueur et donc il est frappé de vice de forme. Les Juges, membres du Conseil d’Etat, n’ont pas apparemment d’autre choix, sinon, le pays court tout droit vers l’anarchisme où le point de droit, par extension, l’Etat de droit n’existe plus. Ranary Robertson Rakotonavalona se félicite de la tournure plutôt positive de la situation. Il n’a pas manqué de le savourer à sa juste valeur. Selon différentes sources concordantes, le limogeage du PGCS aurait un lien direct avec l’initiative, pour le moins compromettante, du SMM, à savoir, demander au CSM d’ouvrir une enquête relative aux révélations du célèbre évadé de Tsiafahy, Houcine Arfa, pointant du doigt certains hauts responsables du Ministère de la Justice dont la Patronne elle-même. Le PGCS aurait accordé son consentement à la requête.  Une paire de gifles ! Mme le Ministre de la Justice, victime de sa propre turpitude, n’en finit pas de se débarrasser de ses peines. Cible des tirs croisés venant à l’intérieur de son Corps d’origine et en même temps par l’opinion, Elise Rasolo semblerait se diriger tout droit vers la sortie. En effet, par ici la porte Madame ! Ndrianaivo

L'express de Madagascar0 partages

Tsarahonenana – Deux sœurs meurent dans un incendie

Deux fillettes de 4 et 11 ans ont été retrouvées mortes chez elles suite à un incendie, mercredi, à Tsarahonenana. Une enquête est ouverte. 

Dramatique. Deux sœurs ont péri à leur domicile, dans un incendie survenu mercredi à 22h précises, à Tsarahonenana. Elles habitaient au premier étage. Leur mère, enceinte de trois mois, est, en coup de vent, allée prévenir les locataires du deuxième étage, lorsque, chez eux, une cloison en bois était déjà en feu. Elle n’a pas pu descendre pour sauver ses filles puisque l’escalier était enflammé.Dans un sauve-qui-peut, certains des occupants du bâtiment ont sauté par les fenêtres, d’autres à travers une échelle urgemment montée depuis l’extérieur par les voisins. Les deux fillettes étaient coincées à l’intérieur et leur secours s’est avéré difficile, selon la famille, rencontrée, hier matin, à la morgue de l’hôpi­tal Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA).La mère, qui s’est également jetée à la fenêtre lors de l’embrasement, a été immédiatement acheminée aux services d’urgence de l’HJRA pour examen médical. Aucun médecin n’a pu être entendu, hier, sur son état de santé. Sa famille a pourtant indiqué qu’il n’y a rien à craindre quant au fœtus.

Partis en fuméeLe mari devrait, lui aussi, voir un médecin, une partie de sa tête a été touchée par les flammes.Tous leurs biens sont littéralement réduits en cendres. « Le feu s’est rapidement propagé et a dévasté les deux étages. On n’a rien pu récupérer. C’était triste, la famille a perdu deux vies humaines», a déploré une cousine.Pour le moment, les habitants du quartier, d’après leurs explications, ont cru qu’il s’agissait d’un incendie criminel. Selon eux, ils avaient senti une odeur d’essence avant que le feu ne se soit déclaré. « D’ailleurs, il ne serait pas possible que les flammes se propagent en quelques secondes », ont-ils fait remarquer. La police a déjà ouvert une enquête.Appelés à intervenir, les sapeurs-pompiers sont arrivés tard, selon les témoignages des voisins. « Ils ont extirpé les corps des victimes sous les décombres », a expliqué la cousine.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Top 6 Océan Indien – FT Manjakaray vise un deuxième titre 

Le club triple champion national, FTM, disputera pour la troisième fois la Coupe de l’Océan Indien. Mika et consorts joueront, ce samedi, contre les Highlanders Blues.Deuxième sortie pour FTM. Le club champion de Mada­gascar en titre, FT Manjakaray est en déplacement à l’île Maurice. Ce club triple champion national jouera, ce samedi, soir son premier match aller comptant pour la Coupe de l’océan Indien, désormais en formule Top 6 contre les Highlan­ders Blues Mauriciens. Le match se tiendra à 18 heures, heure locale, au stade de Dodo Club à Curepipe.La délégation malgache, composée de vingt-sept membres dont vingt-quatre joueurs, deux entraineurs et le chef de délégation, s’est envolé hier après-midi après le dernier rassemblement au siège du club à Manja­karay pour un petit briefing et instructions avant le départ. Ce sera la troisième participation à cette joute régionale pour FTM, mais une toute première pour la formule Top 6.Ce club double champion d’Analamanga, double détenteur de la Super coupe et la Coupe du président, vise un deuxième titre régional après celui en 2014 sur le sol malgache.FTM a eu son premier sacre en battant à domicile Saint Paul de la Réunion. Lors de sa deuxième participation et première sortie internationale, le club s’est incliné face à Saint Paul qui a pris sa revanche, chez eux. « Faute de stade éclairé par des projecteurs, nous n’avions pas eu le choix que de nous entrainer dans la journée… Mais nous allons faire avec, cela ne va pas déranger les joueurs », a mentionné Ashok Nuankoomar, président du club.

Nouveau head coach

Après de départ de l’ancien coach, Mamy Hajasoa Andriamaro, Heriniaina Rarivoson dit Son, assisté par Kaiza’kaiza Rabearisoa assurent désormais l’encadrement technique des joueurs. «On a surtout renforcé le pack d’avant, car nous allons faire face à des joueurs de grand gabarit », a confié le nouveau head coach, Heriniaina Rarivoson. « Ces joueurs ont, tous ou presque, participé à la précédente rencontre à la Réunion contre Saint Paul », ajoute-t-il. « Nous ferons de notre mieux pour défendre l’honneur du club et du pays… », lance, pour sa part, le capitaine, Michael Raharijaona « Mika ». « Le comité d’organisation prend en charge les frais de déplacement ainsi que l’hébergement. Outre notre droit de deux jours, nous avons rajouté deux jours de plus, avant le match pour que les joueurs puissent faire un peu de tourisme », a précisé le président du club, Ashok Nuankoomar.Avec cette nouvelle formule à Top 6, FTM aura quatre matches de poule, c’est-à-dire deux matches aller et retour contre les Mauriciens des Highlanders Blues et les Réunionnais d’Étang Salé, avant de disputer la finale en cas de double victoire. La délégation de FTM sera de retour au pays ce lundi.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Évènement – La ville d’Eaux accueille la première de « Star Tour»

Depuis plus d’une décennie, THB Tour a forgé la renommée de la ville d’Antsirabe lors des fêtes Pascales. Cet événement laisse, cette année, sa place au Star Tour, avec quelques nouveautés.

Ceci n’est nullement un poisson d’avril prémédité. La ville d’Antsirabe retrouvera, de nouveau, ses festivités enivrantes qui enchantent le public pour les fêtes de Pâques. Comme à l’accoutumée, c’est tout un week-end de concerts enjoués, chaleureux et hauts en couleurs que le Groupe Star proposera, le tout sublimé d’une ribambelle d’animations exclusives, à travers une nouvelle formule.Du 31 mars au 2 avril, Antsirabe, habituée à festoyer autour de la mythique marque « Three horses beer » (THB), accueillera sa première édition de « Star Tour ». Un renouveau qui maintient  les valeurs festives instaurées auparavant, mais qui, pour cette fois, mettra plus en avant toutes les marques du Groupe Star, sans exception.Setra Ramanankoraisina, responsable événementiel au sein du Groupe Star affirme « Cette fois-ci le week-end pascal festif en famille et entre amis sera exceptionnel. L’avenue de la gare d’Antsirabe s’animera selon la ferveur du public et ce aux rythmes de la musique,  de l’humour, ainsi que de la danse ». Entrant dans le cadre de la célébration, cette année, des 60 ans de THB et des 65 ans de la Star, un grand carnaval débutera les festivités dans la matinée du 31 mars et prendra le départ devant l’usine d’Antsirabe, puis longera plusieurs rues de la ville, pour se terminer devant la Gare.

Un florilège d’artistesPour cette grande première du « Star Tour » à Antsirabe, les organisateurs ont ainsi mis les bouchées doubles pour émerveiller grands et petits durant ces trois jours exceptionnels. Des artistes de renom se succèderont ainsi sur la grande scène de ce petit festival. Un chanteur très populaire auprès de la jeunesse, Arione Joy partagera la scène avec la sulfureuse Stéphanie pour la soirée du 31 mars.Tombeur de ces dames, Rak Roots précèdera l’incontournable groupe de pop-rock Ambondrona le 1er avril, non pas pour faire des blagues mais pour enivrer de leurs ballades romantiques le public. Le lundi de Pâques, le fameux Njakatiana répond présent pour un grand après-midi musical. En outre, avant chaque concert, le duo d’humoristes Fou Hehy ainsi que le jeune Barhone mettront le public dans l’ambiance, suivis de DJ Nicky et DJ Sniper, qui assureront l’ambiance discothèque chaque soir. Étant un évènement culturel incontournable, « Star Tour à Antsirabe sera surtout un bon moment à partager, s’affirmant comme le THB Tour», rajoute Setra Ramanan­koraisina.Ceci-dit, comme à chaque fois que le Groupe Star organise un événement d’une telle envergure, modération et sécurité restent les mots d’ordre.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Étudiante assassinée – La cour criminelle acquitte le petit ami

Le petit ami d’une étudiante de l’ISPM, souillée et assassinée, a été acquitté au bénéfice du doute. La famille de la défunte entend saisir la cour de cassation. Virage à 180°. Après avoir été placé en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy pendant cinq mois pour le meurtre de sa petite amie, étudiante à l’Institut Supérieur Polytechnique de Madagas­car (ISPM) au moment des faits, un jeune homme de vingt-cinq ans a été acquitté au bénéfice du doute par la cour criminelle. C’était au terme de son procès qui s’est déroulé à la salle 4 du palais du tribunal à Anosy, hier. Insatisfaite du jugement rendu, la famille de la défunte entend faire un pourvoi en cassation.La victime, Johnissa Rakoto­nihary était étudiante en quatrième année en agronomie alimentaire, à l’ISPM, lorsqu’elle a été laissée pour morte par son bourreau  dans un endroit à l’abri du regard à Ankaditoho. Le crime a été perpétré dans la matinée du 30 juin 2015. À voir son état, la jeune fille, âgée de vingt-et-un ans au moment de l’agression mortelle, a enduré les pires atrocités. Elle agonisait dans un buisson lors-qu’ un couple lui a porté assistance. Un morceau de bois rond ensanglanté ainsi que des préservatifs inutilisés ont été retrouvés sur les lieux.

Éléments troublantsConduite à l’Hopital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), elle a succombé malgré une tentative de réanimation à l’unité de déchoquage du service des urgences. L’autopsie a révélé qu’elle avait été matraquée à lanuque et au visage. Des blessures ont été, de surcroît, relevées sur son ventre et dans ses parties intimes.«J’ai du mal à admettre cette perte tragique. Ma fille était consciencieuse, réfléchie et sérieuse. Jamais elle ne quittait le foyer sans nous en aviser. Le jour du meurtre, elle a dit à sa mère qu’elle allait faire un peu de jogging. Ce qui n’est pas dans ses habitudes », a confié Johny Rakotonihary, père de la défunte, en se rendant à la morgue après avoir été informé de la mort de sa fille.Ce jour là, Johnissa Rakotonihary a quitté leur maison à Ambohibarikely Anosibe vers 6 h du matin. Environ trois quarts d’heure plus tard, un médecin urgentiste a téléphoné à sa famille pour l’informer de la tragédie.Le père de la défunte est convaincu que sa fille a été emmenée en voiture jusqu’à l’endroit où elle a été retrouvée agressée et qu’elle n’y serait jamais montée si les personnes à bord lui étaient étrangères. L’étau s’est du coup resserré autour de l’individu acquitté par le tribunal, qu’elle fréquentait à ce moment.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Coupe d’Afrique U20 – Les Makis en quête de la qualification mondiale

Six pays pour une place. Deux zones en Afrique, qui comportent chacune quatre équipes, disputeront en parallèles du 28 au 31 mars la Coupe d’Afrique de rugby à XV pour les juniors.Ces sommets zonaux U20 garçons sont qualificatifs au championnat du monde de la catégorie. La zone Nord est composée de quatre pays du Nord à savoir le Sénégal, la Tunisie, le Maroc et la Côte d’Ivoire. De son côté, la zone Sud regroupe la Namibie, le Kenya, Mada­gascar et le Zimbabwe.Les matches se joueront en formule demi-finales directes dans les deux zones. La Namibie abritera les matches pour la zone Sud. Le mercredi 28 mars, Mada­gascar affrontera le Kenya d’une part en demie-finale et de l’autre, le Zimbabwe sera opposé à la Namibie.Les vainqueurs joueront le samedi 31 mars les finales pour les deux zones. Et à l’issue de cette deuxième journée, un décompte de points sera effectué pour sortir un classement des huit pays en lice.Ce classement déterminera le meilleur pays qui sera le porte-fanion du continent africain à la Coupe du monde junior version 2018. Le nombre de joueurs retenus pour former l’équipe nationale est, depuis quelques jours, réduit à vingt-cinq. C’est d’ailleurs la liste finale des Makis junior qui feront le déplacement en terre namibienne. Ils sont encadrés par l’entraineur national, Mamy Hajasoa Andriamaro.Les Makis U20 ont effectué un match test, hier, au stade d’Andohapatepenaka et ont battu de justesse par 49 à 48 le Cosfa. « Nous renforçons en ce moment le système défensif, l’organisation et le placement. Il y aura encore un dernier match test contre la Police municipale avant de partir », a confié le coach Mamy kely. La délégation malgache s’envolera pour la Namibie le lundi 26 mars.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – « Dis-moi dix mots »  est à sa 20e édition

Dix mots francophones vont être exposés dans le hall de l’Alliance Française d’Antananarivo ou AFT à partir du samedi 17 au 24 mars. Le but consiste à faire connaître ces mots et leur signification. Accent, bagou, griot, jactance, ohé, placoter, susurrer, truculent, voix, volubile sont les dix mots de cette vingtième édition de « dis-moi dix mots ». Certains de ces mots semblent nouveaux  pour beaucoup de personnes, et nombreux sont ceux qui ne connaissent pas exactement leur sens. « Le concept invite chacun à s’interroger sur les multiples usages de la parole. Ces dix mots francophones existent mais ne sont pas tous connus dans certains pays qui utilisent la langue française. Ce sera donc l’occasion d’enrichir son vocabulaire à travers cette exposition qui met l’accent sur l’explication de chaque mot. L’exposition est ouverte à tout public », souligne Josceline Yvonne Andriamiarintsoa, chargée de communication à l’AFT.Ceci rentre dans le cadre de la célébration de la semaine de la Francophonie. D’autres activités se passeront tout au long de la semaine du 17 mars et serviront à aider à se souvenir de ces dix mots. « Le mur des mots » s’adresse aux élèves des écoles participantes à cet autre concept  et qui consiste à illustrer, ou à créer des poèmes ou des récitations, ou à donner tout simplement la définition de chaque mot.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

tennis - championnats d’Afrique U12  – Madagascar reste invaincu

Une victoire de plus. La délégation malgache en lice à Bulawayo au Zimbabwe aux championnats d’Afrique par équipes des U12 a le vent en poupe. Après l’écrasante victoire par 3 à 0 devant le Mozambique mercredi, l’équipe nationale masculine a enchainé sur un second succès hier devant le Botswana, 2 à 1.Harena Andrianaivo Raharinosy a surclassé Seabo Saleshando (6/1,6/1). Après, cela a été au tour Tefy Ranja Rabarijaona, qui s’était fait surprendre par Mark Nawa (0/6, 4/6/). En double, Tody Avo Rajaobelina et Harena Andrianaivo Raharinosy ont, eux aussi, gagné en deux sets (6/4, 6/1) contre Marc Nawa et Seabo Saleshando (6/4, 6/1).Chez les filles, Mada­gascar a réalisé une vraie performance en battant l’Afrique du Sud par 2 victoires à une. Miotisoa Rasendra a pu ramener le premier point pour Mada­gascar suite à sa victoire sur Marie Louise Van Zyl (6/1,6/1). Miarana Andriana­fetra a ensuite essuyé une défaite contre Hanmare Mc Aslin 4/6 2/6 dans le simple numéro un.C’est donc dans le double que la victoire s’est jouée. Miarana et Miotisoa se sont montrées héroïques en venant à bout de la paire Van Zyl et Mc Aslin. Elles ont bouclé la rencontre en trois sets (1/6, 6/3, 13/11), après avoir sauvé deux balles de matches en étant menées 5/8.Ce jour, les garçons sont au repos tandis que les filles auront à affronter le Zimbabwe.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – Tintamarre contre l’insécurité

Annoncée le 5 mars, une manifestation bruyante a investi la capitale, hier. L’objectif était de « sonner l’alarme » quant à l’insécurité et le kidnapping. Le message est passé. Un appel à manifester bruyamment a été lancé le 5 mars, lors d’une conférence de presse donnée par une plateforme contre l’insécurité, qui regroupe des organisations de la société civile, du secteur privé et les syndicats de travailleurs.En partant  d’Ankoron­drano, en passant par Andraharo, Behoririka ou encore Ampefiloha, tous les citoyens ont pris part à ce mouvement bruyant qui a eu lieu, hier. L’objectif de la manifestation est de faire prendre conscience aux différents responsables étatiques de la gravité de la recrudescence de l’insécurité et des cas d’enlèvement. À Ankorondrano, des véhicules ont commencé à klaxonner à midi, comme convenu. Ceux qui sont sans moyens de locomotion, ainsi que les personnes près de leur domicile ont tous produits des sons avec ce qu’ils avaient entre les mains.Sifflets, marmites, sirènes ou encore alarme de sécurité, tout ce qui a permis de faire du bruit a été utilisé sans modération. Selon la présidente du Groupement des Entrepreneurs de Madagascar (GEM) et membre de la plateforme contre l’insécurité, on attend de l’État des prises de responsabilité concrètes. « Ce que nous attendons, c’est la réalisation de dialogues pour vraiment chercher des solutions sur l’insécurité et le kidnapping », a expliqué Noro Andriamamonjiarison.Lors du dernier Conseil des ministres, le Président Hery Rajaonarimampianina a donné des consignes strictes pour lutter contre l’insécurité et les enlèvements. Un Task Force serait mis en place à cet effet. Selon la présidente du GEM, le Task Force en charge des cas de kidnapping ne touche que les grands entrepreneurs.« L’idéal est que tous les cas d’enlèvement sans exception, y compris les zones rurales, soient pris en compte par le Task Force », a-t-elle ajouté.Par ailleurs, des dispositions sont d’ores et déjà élaborées par les membres de la plateforme contre l’insécurité. Sans plus de précision, Noro Andriamamonjiarison a confié que la prochaine action, dans le cas où l’État resterait sourd à leur revendication, est déjà prête. « Nous en avons déjà parlé, mais rien n’est encore décidé. La prochaine action sera une surprise », a-t-elle déclaré.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Tsiazotafo – Trois voleuses prises en flagrant délit

Elles ont avoué publiquement le vol. Trois dames d’une quarantaine d’années ont été interpellées sur le fait, hier, vers 10 h, dans un immeuble commercial à Tsiazotafo. Elles ont volé un Smartphone, d’une valeur d’un million d’ariary, à une boutiquière. Leur complice, un homme, s’est enfui avec le butin. La victime les a interceptées dès qu’elles ont tenté de quitter le magasin.D’après Mariska, aide-vendeuse, ces voleuses avaient fait semblant de se renseigner sur une robe auprès d’elle, pendant que le monsieur mettait doucement le grappin sur le portable posé sur la table.Elles ont été séquestrées dans un box de l’immeuble, jusqu’à l’arrivée de deux policiers du commissariat d’Antaninandro. Il a fallu user de la force pour qu’elles contactent le coauteur pour restituer le Smartphone à son propriétaire. Mais le fuyard n’est pas revenu.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Lâche prise, ma Ville…

Le bordel monstre et la saleté incroyable de la gare routière sur la route digue d’Ankadimbahoaka-Anosizato (il est simplement insultant pour le bûcher funéraire hindou, qui se trouve à quelques centaines de mètres, qu’on accole son nom à ce grouillement immonde). Tous ces «mpanera» qui interpellent les automobilistes à Antsahavola, à Analakely, à Ambatonakanga, pour monnayer des places de parking qu’est censée gérer la société EasyPark. Tous ces stationnements, en dépit du moindre bon sens que regardent placidement des policiers d’une circulation dont on se demande s’ils ont le Code et le permis de conduire. Ces maisons qui poussent sans permis de construire ou alors avec le permis d’insulter la beauté tranquille d’un quartier historique. Ces scooters qui se faufilent à gauche et à droite, débouchant de nulle part, remontant une rue à contre-sens, avec la nonchalance d’un chimpanzé dont on sait qu’il est moins intelligent que le bonobo. Ces marchands sauvages (on m’a plusieurs fois fait remarquer que les gentils primates sont innocemment sauvages, mais que s’agissant de certains humains, il convient de parler de barbares) qui squattent les arrêts de bus, occupent les parkings marqués «payant», ou campent devant le portail des villas de la Cité-Jardin de Mahamasina. Ces taxibe qui ont proliféré extraordinairement comme seules savent le faire les mauvaises herbes  : tirant la moralité des autres usagers de la route vers le sous-sol de leur comportement, corrompant le sens des panneaux de signalisation les plus basiques comme «Arrêt» ou «Stop», et puis encombrant la circulation comme ils enlaidissent les instantanés sur notre Ville.Comme je l’écrivais déjà dans une précédente Chronique, «Nous avons clairement mal à notre ville, Antananarivo. Une malédiction capitale. Si Antananarivo n’avait pas été la Capitale, jamais le Rova d’Antananarivo n’aurait été incendié en 1995, ni le palais d’Andafiavaratra brûlé, en 1976 : chaque fois, pour de basses manoeuvres politiciennes. Ni la plaine du Betsimitatatra ou les eaux de Laniera remblayées inconsidérément par des promoteurs immobiliers qui résidentialisent à outrance Antananarivo la rendant chaque fois un peu moins habitable. Ni la démographie devenue aussi galopante et exponentielle pour une Ville qui devait rester symbole, littérallement, la-ville-aux-mille-villages/la-ville-au-milieu. Ni des clivages de type ghetto (les deux quartiers des “67 hectares” et de la Cité Ambohipo, cette dernière phagocytée par une cité universitaire devenue hors de contrôle et qui n’a plus d’universitaire que le nom) auraient menacé un développement qui aurait pu continuer de courir sur une erre plus tranquille, à lui propre, pour ainsi dire plus naturelle. Cette “malédiciton capitale” de l’Antananarivo historique empiète, désormais, sur le Grand Tana proprement des douze collines» («Malédiction capitale, 27.01.2018).Au tout début de la colonisation, en 1896, les chefs militaires avaient recommandé de déplacer la Capitale de Madagascar sur la ville portuaire de Tamatave. Gallieni a choisi de rester à Antananarivo parce que, disait-il, il fallait en imposer aux Merina au coeur même de leur histoire. Le choix de Gallieni l’avait emporté.Si nous avions su quelles seraient les conséquences désastreuses de ce choix, qui flattait apparemment une histoire qui n’était certainement pas une page blanche, comme viendra le reconnaître le général de Gaulle, un certain 22 août 1958, jamais nous n’aurions applaudi. Oui, mais maintenant que tout le monde sait ce qu’est une «malédiction capitale», quelle autre ville s’y suiciderait quand bien même Antananarivo renoncerait ?

par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Football - Coupe de la CAF – Les Mauriciens gardent espoir

Les joueurs de l’AS Port-Louis 2000 ont débarqué à l’aéroport d’Ivato, hier. Ils ont passé la nuit à Antana­narivo. Ils s’envoleront pour Mahajanga aujourd’hui, où ils affronteront Fosa Junior Boeny, dimanche après-midi, en seizième de finale retour de la Coupe de la CAF.Il y a dix jours à Curepipe, l’ASPL 2000 s’est incliné à domicile devant le vainqueur de la Telma Coupe de Mada­gascar, deux buts à rien. « Perdre chez soi, c’est difficile. Mais on garde espoir. On va tout faire pour combler notre retard », confie-t-on auprès du club mauricien.L’ASPL 2000 doit marquer à deux reprises pour égaliser, puis inscrire un troisième but pour se qualifier, tout en gardant sa cage inviolée, pour le match de diman­che au stade Alexandre Rabe­mananjara. La tâche s’annonce colossale, sachant que Fosa Juniors Boeny évoluera dans son antre, sur sa pelouse et devant son public.Difficile d’établir un pourcentage exact des chances de qualification de Fosa Junior Boeny. Mais avec deux longueurs d’avance, on est tenté de dire que le porte-fanion malgache a déjà fait le gros du travail, et qu’il ne reste plus qu’à donner le coup de grâce. Et ce, même s’il faudra rester vigilant pour éviter une éventuelle « remontada » adverse.Les Mauriciens sont  au même niveau que les Majun­gais, sur le plan physique. Sur ce plan, la double-confrontation entre les deux clubs semble équilibrée. À l’aller, le facteur décisif qui a fait pencher la balance se nommait Dax. Buteur à deux reprises au stade New George V, il a offert à son équipe une victoire précieuse à l’extérieur.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Fonction Publique – Les administrateurs civils s’indignent

Les administrateurs civils revendiquent l’abrogation collective des hauts responsables au sein du ministère de la Fonction publique, de la reforme de l’administration, du travail et des lois sociales. Certains directeurs généraux, directeurs et chefs de service ne correspondraient pas au profil exigé. « Ce sont les sortants de l’École nationale de l’administration de Madagascar (ENAM) qui devraient être nommés à ces postes. À la place, il y a des personnes qui n’appartiennent pas au corps. Ce ne sont même pas des fonctionnaires », s’indignent-ils, en criant au « népotisme ».Le ministre de la Fonction publique, Jean de Dieu Maharante et ces administrateurs civils se seraient déjà rencontrés trois fois de suite pour discuter de ces « maux de l’administration publique ». Les rencontres n’auraient pas changé grand chose, alors que l’affaire se serait arrivée jusqu’à la Primature. La nomination des personnes « non compétentes », se poursuivrait. Les hauts responsables de ce ministère n’ont pas touché mots face à cette accusation.Ces administrateurs civils sortiraient de leur silence incessamment. « Nous revendiquons l’homme qu’il faut à la place qu’il faut », lancent-ils.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Trois morts dans un échange de tirs

Trois bandits armés ayant projeté d’attaquer une épicerie à Maheriraty, district de Farafangana, ont trouvé la mort dans un échange de tirs avec les éléments des forces armées. La scène s’est déroulée mardi vers minuit.

 

L'express de Madagascar0 partages

Port de Toamasina – Vers des actions de désengorgement

Prise de responsabilités. Une action prônée par les groupements d’opérateurs économiques et les gestionnaires du port et du Terminal à containers de Toamasina, lors de la rencontre avec le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé, avant-hier, à Antananarivo. Michael Ratrimo, directeur en charge de l’administration et du développement de Mictsl, gestionnaire du terminal à conteneur du port de Toamasina, a ainsi expliqué le contexte structurel dans lequel vit le terminal.Il a détaillé les problématiques de flux, le décalage de l’arrivée des containers en cas de transbordement depuis des gros navires à Maurice, les backlog, la saturation du port et autres. Eva Razafiman­dimby, directeur exécutif du Groupement des entreprises franches et partenaires (GEFP), s’est plainte de la perte énorme au niveau des grandes commandes. « Un très gros client du GEFP a quitté Madagascar. Je propose qu’on trouve des solutions rapides à ce problème », a-t-elle sollicité. Rivo Rabarihoelina, directeur exécutif de Fivmpama va plus loin. « Je propose de faire tourner toute la chaîne pendant 24 heures », dit-il. En tout cas, le ministre du Transport et de la météorologie, Beboarimisa Ralava organise ce jour, à Toamasina, une grande réunion avec tous les usagers du port.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Six blessés à  Mahitsy

Six personnes à bord d’une camionnette ont été blessées suite à une collision frontale avec un autre véhicule qui s’est produite en plein virage, mercredi, à 14 h 30, à Ambohilemaka, Mahitsy Ambohidratrimo. Les victimes ont été évacuées d’urgence vers l’hôpital militaire.

 

L'express de Madagascar0 partages

Sport automobile – Deux candidats à la présidence de la FSAM

Les dépôts de dossier pour la prochaine élection de la Fédération du Sport Automobile de Madagascar ont été clôturés mercredi après-midi. Deux candidats s’opposeront au scrutin du mercredi 21 mars, prévu au siège de la FSAM à Ambodifilao.D’un côté, Jimmy Rakoto­firinga, dit Bebeh, président sortant, qui postule pour un quatrième mandat. De l’autre, John Andry-Ratoby, ancien président du club SRK et pilote de karting de renom, se présente comme le challenger pour apporter un vent de renouveau à la FSAM.Au total, onze présidents de club éliront le prochain patron de la Fédération dans une semaine à savoir Asacm, FMMSAM, ASA Tana, TMF, Tasamm, ACCT, MSA, Runmada, AMA, SRK et Tac’s.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – ville – Gestion commune des infras­tructures scolaires

Transparence. La commune urbaine d’Antanana­rivo et le ministère de l’Éducation nationale collaborent pour la bonne gestion des EPP dans la ville d’Antana­narivo. « Ce partenariat devrait aboutir à l’amélioration des infrastructures scolaires », précise le Dr Todisoa Andriamam­pandry, directeur général de l’Éducation fondamentale et de l’alphabétisation (DGEFA) auprès du ministère de l’Éducation nationale (MEN), dans le cadre de la signature de partenariat entre les deux parties, mercredi.Cette convention indique, entre autres, que la gestion des infrastructures appartient à la magistrature de la ville d’Antananarivo ; quant à l’administration et la pédagogie, elles reviennent au MEN. Cette collaboration a été lancée à l’EPP de Soarano dont la mauvaise gestion suscitait des tensions, auparavant. Une direction en charge de l’administration et du domaine de l’EPP Soarano a été créée, dans le cadre de ce partenariat. Ce comité est composé de onze membres, dont des représentants du MEN, de la CUA, de la communauté des parents d’élèves et du directeur de l’établissement. Ces membres vont gérer la caisse et les infrastructures au sein de l’établissement, dont les parkings, au bénéfice des élèves.Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Un pickpocket fuit en moto

Un voleur à la tire a été poursuivi par la police d’Isotry lorsqu’il a fui à moto après avoir plumé le pigeon à Ampefiloha, hier, à 10 h. Il a été arrêté  aux environs d’Andava­mamba. Le sac à main a été restitué à son pro­priétaire.