Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Mardi 16 Février 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara6 partages

CASEF –INDDL : Plus de 3,1 milliards Ar pour former des acteurs du foncier

Le projet de croissance agricole et sécurisation foncière (CASEF) et l’Institut national de la décentralisation et du développement local (INDDL) ont signé un protocole d’accord hier à Ambanidia. L’objectif consiste à renforcer la capacité des acteurs du foncier, incluant les institutions de formation et les acteurs des guichets fonciers ainsi que les responsables communaux. Il s’agit d’un deuxième protocole d’accord entre les deux parties au profit des acteurs du foncier dans les neuf régions additionnelles d’intervention du projet CASEF.

Améliorer les gestions. Il faut savoir que ce protocole d’accord qui sera étalé sur une période de 15 mois, consiste à rendre fonctionnel 438 guichets fonciers répertoriés dans ces nouvelles régions d’intervention du projet. Pour ce faire, un financement de plus de 3,1 milliards Ar, est alloué pour renforcer la capacité des 1 000 agents de ces guichets fonciers, des 438 maires et des 438 présidents du conseil communal. La dotation en matériels de formation sur le foncier n’est pas en reste. Rappelons que l’INDDL constitue une institution principale d’appui à la formation du personnel des collectivités territoriales décentralisées qui vise à améliorer les gestions au niveau des communes et leur développement local.

Intervention immédiate. En revenant sur le projet CASEF, il a comme objectif principal l’amélioration de la sécurisation foncière et de l’accès aux marchés des ménages agricoles ciblés en milieu rural et au sein de chaînes de valeur spécifiques. Ce projet permet également de déployer une intervention immédiate et efficace face à une crise ou urgence éligible, dans ses quatorze régions d’intervention en tout. Par ailleurs, ce projet financé par la Banque Mondiale vise également à l’appui des 438 communes ainsi qu’à la production de deux millions de certificats fonciers.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

Gaz : Bientôt la baisse de prix

Grâce à la baisse de la TVA, le gaz sera de plus en plus accessible

La baisse de 15% de la TVA sur le gaz  est une excellente nouvelle qui va dans le sens d’une meilleure qualité de vie  pour les foyers mais également et surtout d’une contribution dans la lutte contre la déforestation.

Imminente. Les consommateurs peuvent se réjouir, plus que quelques jours et la baisse tant attendue du prix  du gaz sera effective. Olivier Gasbarian, l’Administrateur Général de Vitogaz annoncé samedi dernier, en marge de la campagne de reboisement de cette société qu’on attend juste la publication de la loi de finances initiale  dans le journal officiel et le processus d’application de la baisse des prix du gaz sera enclenché.

Baisse de 9%

Olivier Gasbarian a même précisé que cette baisse pourrait être effective dans le courant de cette semaine. Une baisse qui serait de l’ordre de 9% sur le gaz proprement dit. « Quand on parle de baisse de la TVA, cela veut dire automatiquement pour le client final une baisse des prix », a-t-il affirmé  en précisant que sur la baisse de 15% de la TVA, 9 points seront répercutés sur le gaz. Mais que  les consommateurs se rassurent car le reste qui n’est pas répercuté va servir à financer les promotions du premier achat. En effet, Vitogaz va effectuer beaucoup d’efforts pour permettre au maximum de foyers de réaliser un premier achat. « Nous allons faire de la promotion surtout pour la première acquisition  comprenant la consignation, le brûleur et le kit fatapera » De 120.000 Ar actuellement, cet ensemble pour la première acquisition coûtera à peu près 20.000 ariary.  Une facilité d’achat qui convaincra le maximum de foyers à opter pour le gaz. «L’idée est ainsi de passer à quelque chose de beaucoup plus intéressant dans le cas de cette baisse de taxes. Ainsi les personnes qui font le choix de basculer au gaz pour des raisons de praticité, pourront le faire, d’une manière plus économique »

Facilité

Bref, l’accès au gaz, une énergie plus propre, sera considérablement facilité avec cette baisse des prix.  « Le gaz est beaucoup plus propre mais aussi plus pratique. Elle est bien meilleure pour la santé », explique le DG de Vitogaz qui pense  par ailleurs que des actions de sensibilisation doivent être menées. « Nous pensons qu’en parallèle  à ces promotions, il faut également un travail pédagogique à faire surtout auprès des jeunes, notamment sur les aspects environnementaux et sanitaires liés à l’avantage de passer au gaz. » Des projets seront d’ailleurs mis en œuvre, en partenariat avec des écoles,  autour de ce problème.

Allons mettre en œuvre des projets autour du problème.   «  Nous pensons qu’il est plus facile pour les jeunes générations de basculer vers le gaz, et ils sont aussi plus aptes à saisir l’intérêt du gaz et quand ils rentrent chez eux, le soir, ils peuvent aussi sensibiliser les parents » selon toujours le DG de Vitogaz qui a tenu à rassurer les utilisateurs sur le fait que contrairement aux apparences, le recours au gaz  est aussi synonyme de sécurité. Concernant le pouvoir d’achat, Vitogaz y a pensé en mettant en place  la vente au détail avec GAZ’NAKA qui existe maintenant depuis presque un an et qui permet finalement au ménage d’acquérir du gaz à partir de 3.000 ariary. L’arrivée prochaine des bouteilles de 4 kg va aussi dans le sens de cette solution au pouvoir d’achat.

R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Opposition : Manif ce samedi à Ambohijatovo

Ambohijatovo est devenue une place très convoitée par les politiques.

Après la sortie politique à Imerinkasinina, l’opposition met le cap dans la capitale. Des députés de l’opposition élus à Antananarivo ont informé le préfet de police à propos d’une manifestation qu’ils veulent organiser à Ambohijatovo samedi prochain.  Selon la correspondance signée par les députés du parti Tiako i Madagasikara, ces parlementaires vont faire un « rapport public » sur cette place et veulent organiser une manifestation. 

Refus. Durant le dernier trimestre de l’année dernière, l’opposition a déjà tenté le même coup dans d’autres villes en province, et avec la même formule. Mais les demandes de rapport public des parlementaires ont toujours été refusées par les autorités locales. A Toamasina, Mahajanga, Fianarantsoa ou Antsirabe, les parlementaires de l’opposition ont été toujours refusés d’accéder au site de manifestation et font face, à cet effet, à des murs de militaires. A Antananarivo, ils risquent de connaître le même sort. 

Concession. Ambohijatovo n’a accueilli aucune manifestation politique depuis 2009. Le site a changé de vocation et devient un parc d’attractions. Une stèle d’Albert Zafy y a été inaugurée en octobre de l’année dernière. En effet, il y aura une forte chance que les autorités ne fassent aucune concession face au projet des opposants et de leur refuser l’accès à ce lieu fort en symbole pour le régime actuel. En 2009, le mouvement dirigé par l’actuel président de la République part d’Ambohijatovo et conduit à la chute de Marc Ravalomanana. 

Troubles. Les autorités qui ont durci les mesures pour éviter toutes manifestations politiques dans la ville pourraient alors sortir les grands moyens pour empêcher ce projet de l’opposition. Depuis deux semaines, la ville a vécu avec la présence massive et dissuasive des forces de sécurité sur plusieurs axes stratégiques. Ce dispositif a été mis en place, selon les autorités, pour sécuriser la ville, éviter les troubles, et garder le rythme quotidien de la vie courante dans la capitale. En somme, les éléments de l’état-major mixte opérationnel sont mobilisés pour empêcher la moindre manif. Leur détermination a déjà fait ses preuves avec les paramédicaux et les étudiants en médecine lesquels ont dû se replier pour renoncer à la poursuite de leur manifestation. 

Rija R. 

Midi Madagasikara2 partages

Affaire 73,5 kilos d’or : Ben Hassan Salimo en cavale à Dubaï

L’Etat malagasy ne compte pas renoncer aux lingots, pour tout l’or du monde

Deux semaines après, les avis de recherche lancés par la Direction de la Police Judiciaire de la Gendarmerie nationale à l’endroit de 7 personnes « fortement impliquées » dans la contrebande de 73,5 kilos d’or, n’ont rien donné.

Infructueuses. Les recherches menées par la Gendarmerie le sont, du moins jusqu’à présent. Le Service des Fichiers et des Rapprochements Judiciaires serait toutefois sur une piste par rapport aux 7 individus « wanted » qui ne se trouvent pas forcément au même endroit. Ils sont introuvables à leurs adresses respectives à Antsiranana, Talatamaty, Ampahibe, 67 ha, Ambohimangakely, Mahalavolona et Mahavoky Besarety. 

Business. Sur les 7 individus recherchés, 4 portent des noms à consonance musulmane. L’un d’entre eux a le même patronyme que l’un des trois présumés passeurs arrêtés en Afrique du Sud. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une filière composée de personnes ayant le même origine mais plutôt d’une association d’individus partageant le même « business ». En tout cas, ils n’en seraient pas à leur première affaire en …or. L’un des 7 suspects, en l’occurrence Ben Hassan Salimo serait actuellement en cavale à Dubaï où il comptait réceptionner la marchandise pour le compte d’une société basée aux Emirats Arabes Unis. Il s’agit probablement de la société qui revendique la propriété des 73,5 kilos d’or et contre laquelle l’Etat malagasy vient de porter plainte. 

Gold Souk. Sauf troisième renvoi, le procès de Mahamodo, Anjaranantenaina et Regasy François prévu le 19 février prochain au Kempton Park Magistrate’s Court à Johannesburg , devrait permettre de faire la lumière sur cette affaire de contrebande. Une affaire extrêmement préjudiciable pour les intérêts de Madagascar, lieu initial de la commission de l’infraction, qui a adressé auprès des autorités judiciaires et diplomatiques sud-africaines, une demande d’extradition des trois présumés trafiquants. Sans omettre de réclamer le rapatriement de la marchandise de contrebande actuellement saisie à Dubaï où se trouve le fameux « Gold Souk », le plus grand marché couvert de l’or au monde. Reste à savoir combien de kilos pour ne pas dire de tonnes d’or venant de la Grande Ile sont passés par cette plaque tournante du commerce de ce métal précieux.

R.O

Midi Madagasikara1 partages

RGPH-3 : Le nombre de la population à 25 674 196 d’habitants

La population malgache s’accroît en nombre

Un financement de près de 35 millions USD a été alloué pour la réalisation de ce 3e recensement de la population et de l’habitation (RGPH-3), depuis sa conception en 2015.

Ce 3e recensement général qui a eu lieu entre mai et juin 2018, fait ainsi état d’un nombre de la population dans tout Madagascar à 25 674 196 d’habitants. Celle-ci est composée d’un peu plus de femmes avec un chiffre de 13 015 251 personnes que d’hommes, soit un nombre de 12 658 945. Quant à la population étrangère résidente dans le pays dénombrée pendant le recensement, elle compte  33 276 individus, soit 0,1% de la population totale. En revanche, les sans-abris qualifiés de population flottante, qui se concentrent surtout dans la Capitale et les autres grandes villes, ont été dénombrés à part. C’est ce qu’on a appris lors de l’atelier de dissémination officielle des résultats définitifs de ce RGPH-3 hier au ministère des Affaires Etrangères. 

Taux de croissance de 3,01%. Il a été également exposé que 80,7% de la population recensée sont ruraux et un peu plus de la moitié de ces plus de 25 millions d’habitants se concentrent dans les hautes terres centrales. La région Analamanga se distingue des autres régions avec une densité de 208,9 habitants au km² si la moyenne nationale est de l’ordre de 43,3 habitants au km². En outre, la Grande île compte environ 6 080 000 ménages avec une taille moyenne de 4,2 individus par ménage. En tout, le rythme d’accroissement de la population est soutenu au cours de la période intercensitaire de 1993 à 2018, avec un taux de croissance démographique annuelle moyenne de l’ordre de 3,01%, soit une augmentation moyenne d’environ 368 123 personnes par an. Ce taux de croissance de la population est plus élevé à Toliara, Mahajanga et Antsiranana avec des taux respectifs de 3,5%, de 3,4% et de 3%. Il faut reconnaître également que la population malgache est caractérisée par sa jeunesse étant donné que plus de la moitié d’entre-elle ont plus de 18 ans. Et à propos de la longévité, l’espérance de vie à la naissance est  estimée à 67,64 ans en moyenne, dont 69,72 ans pour les femmes et 65,79 ans pour les hommes. 

Près de 35 millions USD. Parlant de la réalisation de ce 3e recensement général de la population, le directeur général de l’INSTAT (Institut National de la Statistique), Romalahy Mande Isaora Zefania, a évoqué qu’un financement de près de 35 millions USD a été alloué depuis son élaboration en 2015. « Des experts internationaux provenant du FNUAP et du PNUD, sont entre autres, recrutés afin d’améliorer la qualité des données. En effet, il est impossible d’avoir un taux de couverture nationale à 100% durant ce dénombrement de la population. Il y a toujours une marge d’erreur à accepter. Au niveau local, nous travaillons avec les autorités locales comme les communes, outre le recrutement de 45 000 agents qui ont été mobilisés pour faire les enquêtes sur le terrain », a-t-il expliqué. Pour sa part, le Premier Ministre Ntsay Christian, a soulevé que ces résultats définitifs du RGPH-3 serviront d’outils d’aide à la décision pour les dix années à venir, pour ne parler que l’élaboration du plan émergence. 

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Rues de Tanà : Travaux de réhabilitation lancés le 12 février

La réfection des rues de la ville d’Antananarivo est en cours. Les premiers travaux ont été lancés, vendredi dernier. Selon le MATP (Ministère de l’Aménagement du territoire et des Travaux Publics), ceux-ci ont commencé au niveau des Rue Mahatma Ghandi, Rue Rabozaka et Rue Fernand Kasanga, depuis la station-service Galana, passant par Ankadilalana au niveau de l’intersection vers Fiadanana, jusqu’à Mahamasina, devant le bâtiment Tometal. Pour ce début, une route de 2 km sera réhabilitée dans le cadre de la collaboration entre le MATP et la Commune Urbaine d’Antananarivo. D’après les explications techniques, les travaux se divisent en trois lots. Le premier concerne les « points à temps », consistant au traitement des nids de poule sur l’axe Tsimbazaza – Ankadilalana. Le deuxième est relatif à la réfection totale de la chaussée, depuis Ankadilalana jusqu’à Mahamasina. Pour cette partie, une couche de base et une couche de roulement seront mises en place. Enfin, des travaux de curage et d’infrastructures d’assainissement et d’évacuation d’eau sont également prévus, sur les bords des routes concernés par le projet de réhabilitation.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

MBS : Le tribunal incompétent

La bataille judiciaire sur l’affaire de la suspension de la diffusion satellitaire de la chaîne MBS ne fait que commencer. Hier, le tribunal s’est déclaré incompétent pour juger la première requête fournie par la défense. En effet, l’affaire va être portée en appel, a annoncé l’avocat Eloi Ratefimahefamijoro.  Depuis le 05 février dernier, la chaine de Marc Ravalomanana qui a servi de base pour l’émission « Miara-manonja » ne peut plus diffuser sur satellite suite à une décision du tribunal. Elle est accusée d’avoir « incité à l’insurrection » dans le cadre de cette émission quotidienne de l’opposition et subit, à cet effet, l’intransigeance de la justice. Depuis, la chaîne perd de l’influence, surtout en province et mise sur les réseaux sociaux pour diffuser plus largement. Cette suspension touche de plein fouet la stratégie de communication de l’opposition qui a misé sur cet atout de la chaîne MBS pour pouvoir attirer de l’audience dans les provinces. Les autres chaînes qui diffusent l’émission « Miara-manonja » ne sont pas encore inscrites dans les offres des chaînes satellitaires, et sont, donc, limitées en termes d’audience.

Rija R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Un rapport à Ambohijatovo annoncé par les députés de l’opposition

Les députés de l’opposition, du parti Tiako I Madagascar (TIM), ont annoncé, ce lundi, leur projet d’organiser un rapport d’activités, adressé à la population d’Antananarivo. La date fixée est pour ce samedi 20 Février prochain, au stade de la Démocratie à Ambohijatovo.
Les demandes ont été envoyées, mais les processus sont encore en cours au sein de la préfecture d’Antananarivo. Une réunion au sein de la préfecture décidera la validation ou non de cette demande de l’opposition. Beaucoup craignent ce genre de mouvement qui pourrait se transformer en manifestation politique.
Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I TSARATANANA : Nisy fifandonana mahery vaika teo amin’ny Miaramila sy ny dahalo

Mateti-pitranga ny fanafihana mitam-piadiana ataona andian-dahalo mandrava tanàna. Ireto farany izay efa sahy mifanandrina mivantana amin’ireo mpitandro filaminana. Ny faran’ny herinandro iny, andian-dahalo maromaro avy nanao fanafihana no noenjehin’ny Miaramila avy ao amin’ny Holafy faha-322/2RM3 Ambakireny. Raikitra ny fifanenjehana rehefa nahazo fampitam-baovao marim-pototra ireto mpitandro filaminana. 

Tao Tanimbaritsara ao anatin’ny Kaominina Brieville no nifanehatra ny roa tonta. Raikitra ny fifandonana mahery vaika izay naharitra adim-pamantaranandro maromaro. Vokany, resy tosika no niafaran’ireo olon-dratsy ka vaky nandositra. Tavela avokoa ny ody gasy sy moara fitondran’izy ireo manafika niaraka tamin’ny omby halatra 45 izay efa natolotra ny Zandary mba hogiazana aloha. 

Manao ny ainy tsy ho zavatra ireo mpitandro filaminana amin’ny fanenjehana ireo dahalo tahaka izao. Faritra maro, indrindra fa any amin’ireo sokajiana ho faritra mena amin’ny asan-dahalo no efa anaparitahana mpitandro filaminana ankehitriny. Miezaka ny Fitondram-panjakana izay mametraka ho laharam-pahamehana ny ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana amin’ny alalan’ny fampitaovana azy ireo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MANDROSOA IVATO : Zandary roa nidaroka olona tsy nanao aron-tava naiditra am-ponja

Araka fampitam-baovao avy amin’ny mpitandro filaminana, niely tamin’ny tambajotran-tserasera ny sarin’ireto olona tsy nanao aron-tava ireto naratra vokatry ny daroka nahazo azy. Nampitain’ny mpampiely vaovao fa nisy Zandary nidaroka izy ireo. Rehefa natao ny famotorana ny andaniny sy ny ankilany dia samy nilaza fa nisy tokoa ny fifampikasihan-tanana tamin’izy ireo noho ny fitenenan’ireo Zandary an’ilay raim-pianakaviana tratra tsy nanao aron-tava. Nilaza ireo Zandary roa lahy fa nanao be famaliana io raim-pianakaviana tratra tsy nanao aron-tava io, ka izay no niteraka ny olana. Niharan’ny vono sy daroka, araka izany, ilay raim-pianakaviana ka naratra teo amin’ny faritry ny tarehiny.

Manoloana izany dia nandray fepetra ny fibaikoana ny Zandarimaria isan’ ambaratonga ka nanasazy ireto Zandary noho ny fitondran-tena tsy mendrika nasehon’izy ireo. «  Nisy nanaparitaka tanaty tambajotran-tserasera io fikasihan-tanana nataona Zandary roa lahy io, vantany vao niseho ny tranga. 

Nanambara anefa ilay raim-pianakaviana fa tsy izy velively no nanao na nanaparitaka fitarainana tamin’ilay fanaparitahana na "publication" tamin’ny tambajotra Facebook fa mety ny fianakaviany  », araka ny fanazavana. Niatrika famotorana koa ilay raim-pianakaviana sy ny fianakaviany ary nanambara fa tsy mitory intsony ireo Zandary saingy mangataka fitsaboana sy fandraisana an-tanana azy ireo.

N.A

Ino Vaovao0 partages

ASSANATI FAMO GIDRAKA : Misy mpisoloky mampiasa ny anarany amin’ny facebook

Betsaka ireo mitaraina fa hafahafa ny fomba fanaon’ireo kaonty ireo ka nahatonga ny Zandary nanao fanadihadiana. Hitan’ireo mpanao fanadihadiana tamin’izany fa fisolokiana fotsiny no ataon’ ny mpampiasa ireo kaonty ireo ka hanairana ny mpanaraka an’i Assanati rehetra mba ho mailo ary tsy hiditra hifanerasera amin’ireo kaonty ireo akory.

Fisolokiana sy fametsifetsena amin’ny fomba manara-penitra, hoy ny Zandary satria ampiasainy ny anaran’ny olona iray mahasarika olona betsaka mba hifandraisany amin’ny olona maro  : ny fanaovany izany dia hahazoan’ireo mpisoloky "suivi" sy "commentaires" maro, izay efa hahazoany tombontsoa sahady. Misy doka manintona asaina alefany ao, ka roboka avokoa nefa zavatra tsy hisy akory (Fanomezana 10 hatramin’ny 90 tapitrisa ariary ???). 

Ny fanaovanao «  commentaires  » anatin’iny doka iny dia mampiditra anao "automatique" amin’ny vela-pandrika ka omeny rohy ianao. Ny fidiranao anatin’iny rohy iny no tena hisarihany ny volanao satria hiala amin’ny tolotra mahazatra ianao ka hampiasa ny fahana na "mega" hafa ankoatra ny tolotra mahazatra anao. Misy fetrany 23 segaondra anefa izy io, izay hanery anao tsy maintsy hamerina indray. Ny fiverimberenanao amin’io rohy io dia hitroka ny fahana anananao ka efa VOLABE ho azy ny fampiasanao io rohy io. 

Efa nasain’ny Zandarimariam-pirenena nitory amin’ny sampana mpikaroka ny heloka anabaka (cybercriminalité) ny tena tompon’anarana satria mety ho betsaka ny ho voafitaka sy tsy ho faly ary hihevitra fa olona iray ihany no ambadika. Tsy ekena ihany koa ny fisolokiana anarana sy kaonty ary indrindra ny fampiasana ankolaka ny aterineto hahazoam-bola. Araka ny fanazavan’ny mpanao fanadihadiana, ny tena kaonty Assanati Famo gidraka dia manana mpanaraka miisa 116 310. Ny ankoatra izay kosa dia mpisoloky, hoy hatrany izy ireo. Araka ny hita hatrizay ao amin’ny pejin’i Assanati tokoa dia tsy misy rohy omeny, fa ny fandraisana anjara matetika sy fanaovana ireo zavatra angatahiny no ametrahany ny anaran’ireo mahazo vola aminy. Ankoatr’izay dia tsy manome vola vahiny ihany koa i Assanati fa vola malagasy hatrany.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA : Nametrahan’ny Jirama jiro ny lalana Tsarasaotra-Ivato

Isan’ireo tanàn-dehibe miisa 50 misitraka ity hetsika ity, nanomboka ny volana desambra lasa teo i Antananarivo. Omaly, 15 febroary 2021, ny lalan’i Tsarasaotra, mampitohy an’i Ivato no misitraka hazavana, izay vokatry ny fiaraha-miasan’ny Minisiteran’ny Angovo sy ny Akoranafo, ny orinasa Jirama ary ny orinasa mpiara-miombon’antoka Jovena.

Ity farany izay nanolotra Jiro Cobras entina hanazavana ny lalan’i Tsarasaotra izay mirefy 12 km. Tanjona amin’ny fanatanterahana izao hetsika izao ny hisorohana ny lozam-pifamoivoizana amin’iny lalana migodana iny, fanamafisana ny fandriam-pahalemana ary ho fanatsarana ny endriky ny tanàn-dehibe. 

Ankoatra ny lalan’i Tsarasaotra dia toerana maro eto an-drenivohitra no efa misitraka hazavana an-dalambe toy ny eny amin’ny fihodinan-dalana Ampasika, ny moron’ny lakan-dranon’Andriantany, ireo tohatoha-baton’Ambondrona sy Antaninarenina. Hitohy amin’ny toeran-kafa hatrany ny hetsika hazavana an-dalambe aorian’ity.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FILANKEVITRY NY FAMPIHAVANANA MALAGASY : Mpanao politika 12 nahazo famotsoran-keloka

Ny raharaha politika teo anelanelan’ny taona 2002 ka hatramin’ny 2009 no nahavoasaringotra azy ireo. Raha tsiahivina vao herinandro vitsy lasa izay no nanatanteraka fivoriambe ny teo anivon’ny Kaomitin’ny Fampihavanana Malagasy. Anisany teboka goavana nodinihina nandritra izany ny antontan-taratasin’ireo olona mangataka famotsoran-keloka sy mangataka fanonerana noho ny krizy politika nisy teto amin’ny Firenena. Isam-paritany no nandinihana izany, ka ho an’ny Faritanin’i Toamasina dia miisa 12 ireo nisitraka izay famotsoran-keloka izay. Ny filoha lefitry ny CFM ho an’ny Faritanin’i Toamasina niaraka tamin’ireo mpiara-miasa aminy no tonga tany an-toerana nanambara izany tamin’ny fomba ôfisialy, ny faran’ny herinandro teo.  “Tonga aty izahay miantso an’ireo olona ireo hilazanay fa ireto no famotsoran-keloka ary ireto no nahazo fanonerana. Didim-pitsarana noraisin’ny CFM tamin’ny fivoriambe ara-potoana no nandinihana sy namakafakana ary nandraisana ny fanapahan-kevitra. Ireo raharaha ireo dia tamin’ireo tabataba ara-politika nanomboka tamin’ny taona 2000 ka hatramin’ny faran’ ny Fitondrana tetezamina ny taona 2009. Ireo lasibatra rehetra tamin’io fotoana io dia azo angatahana famotsoran-keloka na fanonerana avokoa”, hoy ny filoha lefitry ny CFM ao amin’ny Faritanin’i Toamasina. Mahatratra an’arivony ireo mpanao politika voalaza fa mangataka ny hahazo izay famotsoran-keloka izay. 

Tsy maintsy mandalo an-tanantoha-pitsarana maro anefa vao afaka manapa-kevitra ny hanome famotsoran-keloka na tsia ny CFM. Fantatra fa mandalo Fitsarana aloha ny antontan-taratasin’ilay mpangataka, mandalo eo anivon’ny Fitsarana tampony ary mandalo eo  ny Fitsarana manokana misahana ny famotsoran-keloka izay vao tonga eo am-pelatanan’ny vaomiera eo anivon’ny CFM. 

Entina anaty fivoriambe ary aorian’izay vao mivoaka ny fanapahan-kevitra. Nandritra ny fivoriambe farany teo dia nisy ireo nahazo famotsoran-keloka ary misy kosa ireo tsy nahazo. Marihina fa izay mahazo famotsoran-keloka na fanonerana avy amin’ny Filankevitry ny Fampihavanana Malagasy dia tsy azon’ny Fitsarana enjehina intsony, araka ny fanazavana voaray.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MINISITRY NY FITSARANA : « Fotoanan’ny firaisan-kina izao hanarenana ny firenena »

Ireo raha fintinina ny nambaran’ny Minisitry ny Fitsarana sady mpitahiry ny fitombokasem-panjakana.

Manamboninahitra eo anivon’ny fandraharahana ny fonja miisa efatra no nosalorana galona, omaly. Teny Faravohitra no notontosaina ny lanonana izay natrehin’ny filohan’ny Antenimieram-pirenena, Razanamahasoa Christine sy ny Minisitry ny Fitsarana, Andriamahefarivo Johnny Richard. Ity farany izay nanao antso avo tamin’ireto mpiara-miasa aminy mba tena hifantoka amin’ny fampandrosoana. Nambarany fa fotoanan’ny firaisan-kina izao entina hanarenana ny Firenena ary tsy tokony ho voarebirebin’ny asa fanakorontanana maro samihafa ireo mpiara-miasa rehetra eo anivon’ny fianakaviamben’ny Fitsarana fa tena samy hifantoka amin’ny asa fampandrosoana ny Firenena izay imasoan’ny Fitondram-panjakana ankehitriny. “Rangory fototry ny afo ny korontana sy ny fitadiavana fanakorontanana. Tsy fotoana fanaovana an’izany intsony izao fa fotoana hiraisana hina hoentina manarina ny Firenena hiatrika an’ireo adidy ho amin’ny ho avin’ny Firenentsika mba hialana amin’ny fahasahiranana. Izany no antso avo nataon’ny Filoham-pirenena ary tazomintsika izany. Ny fireharehana ho an’ny fitiavan-tanindrazana sy ny asa no hireharehantsika ary ny fanasoavana ny olona araka izay tandrify”, hoy ny Minisitry ny Fitsarana tao anatin’ny lahateniny. Ny Fitsarana, ihany koa hoy izy, no anisany andry iankinan’ny Firenena izay taratry ny fanajana ny lalàna. Nanamafy izany ihany koa ny filohan’ny Antenimieram-pirenena, Razanamahasoa Christine izay nanambara fa tsy tokony hosaratsarahan’ny hevitra tsy mitovy ny fampandrosoana an’i Madagasikara.  

Taratry ny Firenena tan-dalàna ny Minisiteran’ny Fitsarana ka na tsy mitovy ny hevitra tsy hatao sakana ho amin’ny fampandrosoana izany, hoy izy. Nitsodrano an’ireto manam-boninahitra vaovao eo anivon’ny fandraharahana ny fonja ireto tenany ary niantso azy ireo ihany koa ho tena tompon’andraikitra amin’ny Firenena.  “Ity Minisiteran’ny Fitsarana ity dia Minisiteran’ny fiandrianam-pirenena ary Minisitera anisany amaharan’izany Firenena mandroso sy Firenena mandala ny fanajana sy ny fahaiza-mitantana izany. Mitsodrano anareo mba tena ho iray tsy hosarasarahan’ny hevitra tsy mitovy amin’ny fampandrosoana ny Firenena”, hoy ny filohan’ny Antenimieram-pirenena. 

 Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTENIMIERANDOHOLONA : Miroso amin’ny politikam-pitsitsiana araka ny toromariky ny Filoha

Nahena ho telo monja ny kaomisionina eo anivon’ ity Andrim-panjakana ity, momba ny Toekarena, Sosialy ary ny misahana ny Lalàna. Efa voafidy ny filoha telo hitarika ireo Kaomisionina ireo ary hisy ny firosoana amin’ ny fifidianana birao maharitra ao anatin’ ireo kaomisionina tsirairay avy. Miisa enina kosa ny mpikambana ao anatin’ izany, saingy afaka miditra ao anatin’ ny kaomisionina roa samy hafa ny Loholona iray. Efa voafaritra koa ny fananganana ny Vondrona parlemantera ka tsy mihoatra ny efatra ireo Loholona ao anatiny. 

Mihazakazaka ny asa eo anivon’ny antenimieran-doholona, tsy niandry ela fa vao navoakan’ ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana ny fanapahan-keviny momba ny fitsipika anatin’ ny Antenimierandoholona, avy hatrany dia nanatanteraka ireo asany ny Loholona. Marihina fa nalefa fanindroany tany amin’ ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana ny fitsipika anatin’ ny Antenimierandoholona. Nivoaka soa aman-tsara izany ny alakamisy hariva teo. 

Taorian’io, niroso avy hatrany tamin’ ny fifidianana ireo filoham-baomiera miisa telo ny tao amin’ ny Lapa maitso, ny zoma. Nofaranana kosa ny fivoriana manokana araka izay voalazan’ ny Lalàmpanorenana rehefa manomboka ny fe-potoana iasan’ ny Antenimierandoholona. Araka ny fanazavan’ny filoha lefity ny Antenimierandoholona, faritany avaratra, tanterahana ny teny nifanomezana tamin’ ny vahoaka ny amin’ ny fampanjakana ny “ fitsitsiana” ao amin’ ity andrim-panjakana ity. “ Voafaritra ao anatin’ ny Fitsipika anatiny fa nihena ny isan’ ny Loholona. 

Nihena araka izay koa ny mpiara-miasa aminy. Politikam-pitsitsiana no atao ary manaraka ny toromarika avy ny eto amin’ny lapa maitso  », hoy ny fanazavana. Ho fanajana izay fitsitsiana izay hatrany, mba ho tombontsoa ambonin’ ny Firenena, dia mitovy ny isan’ ny mpiara-miasa ho an’ ny Loholona tsotra sy ho an’ ny birao maharitra amin’izao fotoana. Nihena koa ny isan’ireo mpiara-miasa amin’ny Loholona.

N.A

Ino Vaovao0 partages

VELIRANON’NY FILOHAM-PIRENENA : Nirodorodo nanatanteraka fambolen-kazo ny antoko TGV

Vahoaka marobe no tonga teny an-toerana nanatanteraka izany adidy masina izany. Noporofoin’ny antoko TGV fa maro an’isa izy ireo ary tsy lany andro amin’ny fihantsiana ho amin’ny fankahalana sy fandrangitana adim-poko toy ny ataon’ny mpanohitra sasany izay tsy maty voalavo an-kibo ary mikasa hanongam-panjakana. 

Tonga namita adidy masina izany ny mpikambana sasany eo anivon’ny governemanta, ny filohan’ny Antenimieran-doholona, ny solombavambahoaka, ny governoran’ny Faritra Analamanga sy tompon’ andraikitra ara-panjakana maro. Tsy teto Analamanga ihany no tonga nandray anjara tamin’ny fanatanterahana ny veliranon’ny Filoham-pirenena izany fa nahitana ny avy any amin’ny Faritra hafa toy ny avy any Itasy, Vakinankaratra, sns. Adidy tsy an’olon-dratsy ary tsy naman’ny mpandrava fa mpanangana ny antoko TGV.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

TOSIKA ARA-TOEKARENA : Hahazo vola mitentina 320 tapitrisa dôlara i Madagasikara

Ireto farany izay tsy misalasala ny mitondra famatsiana ara-bola ho an’ny Firenena malagasy noho ny fahaiza-mitantana feno izay ananan’ny mpitondra ankehitriny. Araka ny fantatra dia famatsiam-bola mitentina 320 tapitrisa dôlara no ho azon’i Madagasikara avy amin’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena amin’ny alalan’ny fandaharan’asa Fec (Facilité Elargie de Crédit) andiany faharoa. Amin’ny ankapobeny hanarenana ny lafiny ara-toekarena mba hoentina hampitomboana ny harin-karena faobe io vola io. Teboka maromaro no hifantohan’ny fifanarahana eo amin’i Madagasikara sy ny FMI, ka anisany tafiditra ao anatin’izany ny vidin-tsolika, ny an’ny orinasa Jirama ary ny Air Madagasikara izay manana ny ampahany 40%n’ny tetibola voafaritra nomen’ny FMI amin’ny fanomezana voalohany. Nambaran’ny Minisitry ny Toekarena sy ny vola fa mangarahara tanteraka ny fampiasana ny vola ary anisany manome endrika tsara an’i Madagasikara eo anatrehan’ireo mpamatsy vola izany. “Ny FMI no manara-maso ny toe-pahasalaman’ny Firenena tsirairay avy amin’ny lafiny fitantanam-bola. Ity rafitra ity koa no manana ny mason-tsivana izay azo ilazana fa tsy Firenena baranahiny akory i Madagasikara fa Firenena manaja ny fitantanana, amin’ny fomba tsara tantana ny volam-panjakana amin’ny ankapobeny. Samy sahirana na ny Air Madagasikara na ny Jirama, mifanindra an-dalana ihany koa amin’ny resaka vidin-tsolika. 

Hatreto aloha dia fifanarahana no resahiko dia hotohizana izay ampahany azon’ny Fanjakana aroso amin’ny Jirama”, hoy ny Minisitra nanazava. Mandritra ny telo taona no hanaovana ity fifanarahana ity izay hanomezana tosika ny toekarena malagasy. Raha tsy misy ny fiovana dia ny volana jolay sy septambra ho avy izao no ho tonga eto Madagasikara hanatanteraka ny tombana amin’ny fampiharana ity Fec andiany faharoa ity ireo iraka avy amin’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA MIHAMY MADA FASHION : Notolorana mariboninahitra ireo mpanandratra ny « Vita malagasy »

Tonga namarana ity hetsika ity, tetsy amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy ny fanatanjahan-tena Mahamasina, ny Minisitry ny serasera sy ny kolontsaina, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo  sy ireo mpiara-miasa aminy, omaly.  Naharitra telo andro moa ny hetsika ka omaly 24 febroary  no nifarana tanteraka. Samy niaiky ireo mpampiranty sy mpahay haikanto, haihaingo ary mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny lamaody tonga teny an-toerana fa zava-dehibe ity hetsika ity satria sady manandratra ny haihaingo sy ny tontolon’ny famoronana eto Madagasikara no manandratra ny mpanakanto koa. 

Hita teny an-toerana fa nihamaro ny mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny lamaody liana tamin’ny hetsika. Araka ny nambaran’ny Minisitra tamin’ny fanombohana, tsy hionona fotsiny amin’ny ezaka rehetra efa vita ny Minisitera fa hampiroborobo hatrany ny fanandratana ny vita malagasy. Tahaka ny asa rehetra ny tontolon’ny haihaingo sy ny tontolon’ny famoronana zava-kanto eto Madagasikara, mahavelona rehefa ifotorana ary mahatafita sy mahalasa lavitra.

Marihina fa misy amin’ireo mpandray anjara tamin’ity “Mihamy Mada Fashion” ity no efa re laza maneran-tany noho ny talentany. Voasokajy ao anatin’izany ny “BoGasy” izay efa nampiakanjo ireo ekipam-pirenena Barea ary efa nampiakanjo ilay kintan’ny baolina kitra frantsay, Kylian Mbappé ihany koa.  Misy amin’izy ireo koa no fanta-daza tamin’ny fampiakanjona ny mpanakanto malagasy mpihira toa an’i Shyn, Denise, Tence Mena sy ireo maro hafa. Tanora no tena betsaka mandray anjara amin’ny “Mihamy Mada Fasion”. Sehatra mbola azo trandrahina tsara ny tontolon’ny haihaingo eto Madagasikara, antony nampirisihan’ ny Minisitra ireo mpiangaly hiditra lalindalina kokoa.  

Nandritra ny famaranana ity hetsika ity koa no nanoloran’ny Minisitera mariboninahitra ho an’ireo miangaly lamaody eto Madagasikara. Nisy tamin’izy ireo no notolorana ny «  Officier  », nisy koa ny nomena «  Chevalier  » sy nankarina ho eo amin’ny «  Comandeur  ». Fampirisihana ireo manan-talenta hiroso amin’ny lalindalina kokoa ny fanomezana izao mariboninahitra izao. 

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBONIVOHITRA MAHAJANGA : Tafapetraka ny delegasiona hitantana ny tanàna

Nanome voninahitra ny lanonana notarihin-dRavelomahay Lahiniaina prefen’i Mahajanga Andriantomanga Mokhtar Governeran’i Boeny. Nanafatra ny filohan’ny Delegasiona Manokana Tonganirina Zafiarinefo Velomary ny Governora izay Ben’ny tanàna teo aloha fa  : “Rehefa mitondra ny vahoaka am-pahamarinana ianao Ramatoa PDS, ny rezikinao tsy maintsy tonga ho azy foana. Ary tsy hamela anao ho irery izahay”, hoy izy. Voatendry ho filohan’ny Delegasiona Manokan’ny Kaominin’i Mahajanga araka ny didim-panjakana n ° 3033/2021, ny 28 Janoary 2021 izy. Administrateur civil, 36 taona ary vehivavy voalohany hitantana ny tanànan’i Mahajanga Ramatoa Tonganirina Zafiarinefo Velomary. Mahafantatra tsara ny zava-misy eto Mahajanga izy satria nitana andraikitra tao amin’ny Fitaleavam-paritanin’ny Atitany sy ny Fitsinjaram-pahefana eto Mahajanga, izao voatendry ho PDS izao. 

Hanamafy fiaraha-miasa

Ankoatra ny fankaherezana dia natolotry ny Governora ho an’ny PDS ny fiara fanomezana izay azony avy tamin’ny Ambasadin’i Torkia fony izy Ben’ny tanàna. Nisaotra manokana ny Ben’ny tanàna mpisolo toerana Ravelomanantsoa Emilson sy ireo ekipan’ny Kaominina ihany koa ny Governora  : “raha nandroso toy izao ny tanànan’i Mahajanga dia tsy noho izaho irery fa tao an-damosiko ianareo rehetra niara-niaritra sy niara-niasa tamiko”, hoy izy.Mba hiantohana ny fampandehanan-draharaha eo anivon’ny kaominina ambonivohitra Mahajanga kosa dia laharam-pahamehana voalohany ny fandrafetana ny "organigramme" mba hisian’ny fitsinjarana andraikitra. Hisy sampana hisahana manokana ny ady amin’ny kolikoly izany araka ny nambaran’ny PDS. Ankoatra izay dia ny fanatsarana hatrany ny fidiram-bolan’ny kaominina, fanamboarana sy fijerena manokana ireo fotodrafitrasan’ny kaominina hita fa misy fahasimbana sy fanamboarana fotodrafitrasa mifanaraka ny filan’ny mponina, ny fikarakarana ny karaman’ny mpiasa izay nisy fahatarana noho ny lafiny ara-taratasy sy ny fahabangan’ny toeran’ny Ben’ny tanàna teo.

Ireo no anisany laharam-pahamehana imasoan’izy ireo amin’izao voaloham-potoana andraisan’izy ireo ny fitantanana izao. Nandritra ny lahateniny moa dia nanambara ny PDS fa manantena izy ireo fa hanamafy ny fiaraha-miasa efa nipetraka hatramin’izay amin’ireo tompon’ andraikitra na miankina na tsy miankina amin’ny Fanjakana, amin’ireo mpiara-miombon’antoka, amin’ireo fiarahamonim-pirenena sns, indrindra fa amin’ny mponin’i Mahajanga izao fametrahana ny Delegasiona Manokana izao. Tsy nohadinoiny moa ny nanipy resaka manokana mahakasika ny vehivavy, eo amin’ny fampiroborobona ny miralenta, izay nankasitrahany feno ny Fitondram-panjakana satria dia tafiditra ao anatin’ny fanatanterahana ny Velirano nataon’ny Filoham-pirenena ny fampandraisana anjara ny vehivavy amin’ny asam-panjakana.

Nangonin’i Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FARITRA SOFIA : Hanomboka ny fanamboarana ny Oniversite Philbert Tsiranana

 Napetraka tamin’ny sabotsy 13 febroary 2021 lasa teo koa ny vato fototry ny Oniversite manara -penitra «  Philbert Tsiranana  » ao Anahidrano. Araka ny fanazavana, haharitra enina volana ny asa fanamboarana. Any amin’ny volana aogositra no vinavinaina ho vita tanteraka ny asa. 

Tahaka ireo oniversite manara-penitra rehetra efa nitsangana sy an-dalam-pananganana  : ahitana trano fianarana rihana 2 , amphithéâtre, trano famakiam-boky, laboratoara, toeram-pisakafoana, toeram-piantsonana ary toerana malalaka hahafahana milalao sy manao fanazaran-tena ny Oniversite. Hisy toeram-pitsaboana ihany koa hatsangana miaraka aminy handraisana an-tanana ireo mpianatra sendra tsy fahasalamana. 

Tany mahavokatra na an-tanety na an-dranomasina ny Faritra Sofia. Manana harena ambanin’ny tany ary anisany manana toeram-pitsangantsanganana sy vakoka miavaka indrindra eto Madagasikara koa. Noho izany indrindra, hisy lalam-piofanana mifanaraka amin’izany hosokafana. Tafiditra ao anatin’izay ny Agro, Mines, Entrepreneuriat, Ressources halieutiques, Tourisme sy ireo maro hafa.

Nametraka ny vatofototra nananganana ity Oniversite ity moa ny Governoran’ny Faritra Sofia, ny Jeneraly Lylson René de Rolland. «  Isaorana ny Fitondram-panjakana fa indrindra Andriamatoa Filoha hajaina Andry Rajoelina satria izy no nametraka izany voalohany ato amin’ny Faritra Sofia mba hanalana fahasahiranana ireo ray aman-dreny mampiana-janaka lavitra sy mba hampiakarana hatrany ny fari-pahaizan’ny zaza Malagasy  », araka ny voalazan’ny Governora. Nosafidiana manokana ny toerana ao Anahidrano, araka ny fanazavana, satria Filoham-pirenena voalohany nitondra an’i Madagasikara i Philbert Tsiranana, dia avy ao Anahidrano ary mpampianatra rahateo. 

Anisany antony nahazoan’ity Faritra ity Oniversite koa ny fananany taha ambony amin’ny fampianaran-jaza. Mahatratra hatrany amin’ny 85 isan-jato izany. Ny zanaky ny Faritra Sofia koa dia isan’ny maro an’isa mihoatra ny Faritra sasany mandranto fianarana amin’ ireo oniversite manerana ny Nosy.

Ny Ami

La Vérité0 partages

Secteur de la sécurité - Les réformes portent leurs fruits

Les réformes du secteur de la sécurité mis en place par le Gouvernement portent leurs fruits. Les derniers chiffres attestent d’une baisse des trafics et de l’insécurité. La nouvelle politique porte notamment sur une nouvelle doctrine d’emploi de l’Armée malagasy adoptée en 2019. Ces progrès illustrent aussi bien la pertinence de cette réforme qu’un début d’assainissement de l’administration et le retour de l’Etat. Un constat confirmé par la presse internationale. Dans un article consacré, paru sur le site spécialisé revueconflits.com, intitulé « Madagascar : Quand défense rime avec développement », le journaliste Yannick Smaldore met en avant les réformes entreprises par le gouvernement et ses corolaires.« Sous son gouvernement (ndlr : celui d’Andry Rajoelina), la réforme du secteur sécurité va s’accélérer, notamment dans son volet militaire. Cette réforme s’appuie sur des concepts renouvelés d’emploi des forces pour l’Armée malagasy », rappelle ainsi le journaliste. En effet, Madagascar présente un faible risque d’agression militaire étrangère. Compte tenu de ce fait, la mission des forces armées est définie comme étant d’abord un support du développement du pays. « L’emploi des forces a ainsi été réorienté vers la sécurité intérieure, la lutte contre les trafics, le soutien à la cohésion nationale et le retour de l’Etat », soutient le journaliste. Ceci dit, étant donné le budget très faible alloué à l’Armée malagasy, en comparaison avec les armées étrangères, les réformes ont privilégié, dans un premier lieu, une restructuration. L’amélioration de la formation des opérateurs, le renforcement des partenariats militaires internationaux dans le cadre de la formation et du transfert d’expériences, font ainsi partie de ces réformes. Le redéploiement des forces fait également partie des réformes qui ont été entreprises. A titre d’exemple, 700 hommes ont été déployés autour d’un réseau de bases opérationnelles. Cet effort « important » traduit « la volonté politique du gouvernement de reprendre la main », commente à ce propos le site revueconflits.com.  Ce redéploiement s’accompagne de l’intégration de matériels tels que l’armement individuel ou encore de véhicules de transport ou bien de quelques hélicoptères. Toujours parlant de matériels, le gouvernement prévoit la dotation prochaine de cinq avions de patrouille maritime légers pour aider le volet maritime. « La réforme du secteur de la sécurité et les opérations comportent une dimension duale civilo-militaire conformément aux concepts d’emploi des forces armées malagasy. Dans leur dimension opérationnelle, militaires et gendarmes sont chargés de traquer les « dahalo » et les trafiquants afin de permettre à l’Etat de regagner sa légitimité », note Yannick Smaldore. Il précise que les missions civilo-militaires, qui s’articulent alors avec des missions d’aide aux populations et d’aménagement du territoire, sont le premier palier de soutien aux populations destiné à convaincre ces dernières de la présence de l’Etat et de sa légitimité. Les chiffres officiels confortent le bien-fondé de la politique menée par l’Etat. Les vols de zébus, les cas d’enlèvement ont diminué et la restitution d’armes illégales a connu une forte hausse. « S’il est difficile de ne pas y voir un impact direct de la réforme entreprise ces dernières années, ces succès sont aussi un indicateur de l’amélioration de la gouvernance du pays, notamment sur le plan de la lutte contre la corruption », soutient le journaliste. La rédaction

La Vérité0 partages

Education nationale - La Caisse école se fait attendre !

Caisse vide. Certains établissements scolaires publics, que ce soit des écoles primaires publics (EPP), des collèges d’enseignement général (CEG) ou des lycées, font face à ce problème actuellement. Les subventions de l’Etat pour la Caisse école (CE) ne sont pas encore encaissées, à 5 mois de l’année scolaire 2020-2021. Pourtant, le ministère de l’Education nationale (MEN) a annoncé leur paiement avant ou à temps pour la rentrée scolaire, en octobre dernier, face à la gratuité imposée des droits d’inscription. L’absence de budget de fonctionnement pour les établissements reste un grand souci, notamment durant quelques semaines du premier trimestre. Les établissements ont même tourné au ralenti, faute de fournitures dont les craies, les cahiers de registre ou de journal, etc. « Nous avons pu acquérir une partie de ces fournitures grâce à la CE de 2019-2020, dont le paiement a été effectif à la fin octobre. Mais notre caisse est de nouveau vide depuis le début du mois de février. L’encaissement des subventions de cette année résoudra nos problèmes », nous confie un directeur d’EPP implantée dans la Circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo ville, voulant garder son anonymat. Comme lui, bon nombre de directeurs d’établissement attendent le paiement des subventions de cette année scolaire et ce dans le plus bref délai.Questionné à ce sujet, un responsable auprès du MEN a affirmé que « la majorité des établissements scolaires ont déjà encaissé leurs subventions pour la Caisse école. Le non- paiement pour la minorité restante pourrait s’expliquer par des soucis d’organisation technique. Outre les procédures auprès des prestataires, notamment les banques et les agences de microfinance, des erreurs enregistrées dans les dossiers fournis par les établissements peuvent être la cause de ce retard de paiement ». Les subventions perçues varient selon l’effectif des élèves dans chaque établissement. Son montant tourne autour de 1 600 à 2 000 ariary par élève, selon les informations recueillies. Par exemple, une EPP a encaissé 1 020 000 ariary en octobre dernier pour 510 élèves inscrits en 2019-2020, soit 2 000 ariary par écolier. Rappelons que l’Etat a alloué un budget de 16,133 milliards d’ariary pour les subventions des CE des EPP et CEG contre 2 milliards d’ariary pour les lycées. Un autre budget à hauteur de 3 millions de dollars, géré conjointement par le ministère de tutelle et les partenaires dans le cadre du projet PAEB, est destiné pour les EPP et CEG, selon les informations communiquées à l’issue du Conseil des ministres en date du 16 septembre dernier. Le FEFFI se charge de la gestion de ces financements. Selon un décret ministériel, la Caisse école inclut une liste de dépenses éligibles, dont le fonctionnement de l’établissement.

La Vérité0 partages

Restons calmes et sereins !

Parlons métaphysique. Il y a des moments précis dans la vie d’un homme au cours de laquelle il éprouve le besoin pressant de recourir à la vertu de l’abstrait et cela pour maîtriser les soubresauts de son corps physique. Dans le monde oriental, la recherche pour la maîtrise de soi par des activités métaphysiques atteint depuis des millénaires un stade avancé. En Chine, en Inde, au Japon, pour ne citer que ces pays d’avant-garde au développement de l’« invisible » au même titre que le « concret ». Le « yin » et « yan » dans le cadre du « tao » permet aux Chinois d’accéder à l’ordre du cosmos ou de l’univers. Le yoga, pour les Indiens et les Japonais, offre l’opportunité de pouvoir rester maître dans les actes et comportements dans la vie en dépit des turbulences en cours de route. Dans le monde occidental, on parle du « développement personnel » et de la « communication interpersonnelle ». Un nouveau concept qui consiste à promouvoir les facultés métaphysiques de l’homme dans le but d’accéder au calme et à une certaine sérénité dans la vie intérieure de l’homme.Le pays traverse ces temps-ci une passe mouvementée. De l’escalade verbale de l’opposition aux volontés fermes du pouvoir à maintenir l’ordre public. Des provocations aux insultes ! On est sur le fil du rasoir et la moindre maladresse des deux côtés risque d’entrainer le pays au chaos total.Restons calmes et sereins ! Personne n’a aucun intérêt au cas où le pays retomberait dans les griffes des troubles et des crises politiques chroniques. La stabilité est un bien sinon un patrimoine que chacun doit impérativement prendre soin et que chaque citoyen doit jalousement garantirson intégralité. En cette période où la pandémie de la Covid-19 nous menace de revenir au galop en deuxième vague et nous étrangle mortellement, toute tentative de trouble ou de déstabilisation est un crime impardonnable. L’incursion d’une variante Covid britannique nous sera fatale.A chacun, en particulier du camp de l’Opposition, de faire taire son ego. Certes, il s’agit d’un exercice mental, intellectuel voire métaphysique compliqué mais il en faut nécessairement. Il est question aussi quelque part d’honnêteté, d’étique et d’intégrité morale. Quand on se prend pour quelqu’un au-dessus de la loi ou inaccessible, on divague et on perd le nord.L’avenir de ce beau pays dépend de nous tous. Il ne faut jamais avoir l’idée que seul un homme ou un groupe d’hommes et de femmes en sont responsables. Opposants et tenants du pouvoir, en particulier, portent chacun sur les épaules le poids de l’éventuelle ruine de la Nation. Mais, les acteurs de l’Opposition assument personnellement et individuellement leurs responsabilités en cas où ils s’entêtent à fomenter le désordre au pays. Les dirigeants en place ne leur laisseront point détruire le pays en toute liberté. Madagasikara est un Etat de droit. Un pays où la démocratie règne. Toute tentative à démolir les assises pour le développement sera sévèrement réprimée. On ne peut pas prendre en otage l’avenir des 25 000000 d’âmes qui vivent dans ce beau pays.Il n’existe aucun mobile qui justifie l’effervescence de certaines têtes brûlées de l’Opposition. Restons calmes et sereins. Il n’y a rien à paniquer !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Ambatovy - La plus faible production enregistrée en huit ans

L’année 2020 a été une année catastrophique pour le secteur industriel, mais plus particulièrement pour les industries minières. Ambatovy, l’industrie minière spécialisée dans l’exploitation du nickel et du cobalt, a par exemple été obligée d’arrêter sa production au début du mois d’avril 2020. La majeure partie de la main-d’œuvre nationale a ainsi été envoyée en chômage technique. Avec cette fermeture, la production annuelle n’a atteint que seulement 9 908 tonnes pour l’année 2020, soit la plus faible production depuis 2013 où elle tournait autour de 25 148 tonnes. En 2019, cette industrie a notamment produit près de 33 733 tonnes de nickel. En faisant le calcul, la production a diminué de 23 825 tonnes, soit environ 70 % de la production par rapport à 2019. Toutefois, Ambatovy se prépare déjà, et ce depuis la fin de l’année dernière, pour la reprise de ses activités. « Une reprise pour ce mois de février a été annoncée par Sumitomo Corp, l’actionnaire majoritaire de la compagnie minière. Mais pour des raisons techniques, cette reprise est repoussée pour le mois de mars prochain. Dans tous les cas, les techniciens commencent déjà à redémarrer petit à petit les différentes machines, autant à Moramanga qu’à Toamasina. Redémarrer une usine n’est pas comme redémarrer une voiture : cela ne se fait pas en une seule fois. Tout doit se faire par étape, sachant que ces machines n’ont pas tourné depuis presque un an déjà », explique un responsable au niveau de cette industrie minière. Avec ce redémarrage, cette entreprise entend atteindre la production de 3 000 tonnes d’ici la fin du mois de mars. Cependant, ces chiffres restent encore des prévisions. Cette reprise tombe à pic, sachant que le cours du nickel commence à monter depuis le 26 janvier dernier. Une tonne de cette matière première s’achète aujourd’hui aux alentours de 18 000 dollars sur le marché international du London Metal Exchange. « Cette hausse de prix sur le marché international résulte surtout de la baisse considérable de la production mondiale de nickel. Effectivement, plusieurs sociétés minières, de petite envergure, ont mis la clé sous la porte l’année dernière en raison de la pandémie. D’un autre côté, la hausse de la demande au niveau des constructeurs de voitures électriques y est aussi pour beaucoup », précise ce responsable. De ce fait, Ambatovy espère que la situation continuera d’évoluer dans ce sens, du moins pour cette année pour qu’elle puisse rattraper ses pertes à différents niveaux.  Cette industrie minière n’est pas la seule à être perdante à cause de la suspension des activités qui a généré un manque à gagner important de plusieurs millions de dollars dans la caisse de l’Etat. Il ne faut pas oublier que le nickel représente près de 26 % des exportations du pays. Cette reprise sera ainsi bénéfique pour l’entreprise, mais également pour l’économie du pays.  Rova Randria

La Vérité0 partages

Grève des paramédicaux - Une guerre sans coupable !

Où sont passées les indemnités de réquisition des paramédicaux ? Telle est la question qui a titillé l’attention des personnes à l’affût de l’actualité ces derniers jours. Une source auprès du ministère de la Santé publique a avancé d’une manière officieuse que le paiement de cette indemnité revient à la Présidence de la République de Madagascar. Cependant, un haut responsable au sein de la Présidence a expliqué que tout a été déjà réglé conformément au montant correspondant à la période de réquisition des personnels de santé. « Un professeur travaillant au sein d’une Direction du ministère de tutelle a même représenté les professionnels de la santé et le ministère lors de la remise de la somme adéquate », a-t-il insisté. En voulant recouper cette information, le ministère concerné n’a pas apporté de confirmation ni d’affirmation. « A ma connaissance, il existe deux récompenses pour les personnels de santé dont les paramédicaux, et ce par rapport au travail qu’ils ont accompli en cette période de Covid-19. La Présidence de la République, pour sa part, a octroyé des primes spéciales. Les professionnels de santé travaillant auprès des grands établissements hospitaliers à Antananarivo, Fianarantsoa, ainsi qu’au niveau des zones où est passée la caravane présidentielle, ont également perçu leur part. Quant à la prime de réquisition en question s’étendant sur 228 jours, le ministère de la Santé publique a promu de l’acquitter à raison de 30 000 ariary par mois. Malheureusement, ce département nous a juste payé 6 jours de travail. Et cela grâce à l’aide financière de l’Ambassade de Chine et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). J’ai même appris que la caisse du ministère est actuellement vide, et qu’aucun budget pour cette prime de réquisition n’est disponible. Une raison qui explique la non-résolution dudit problème, même après des jours de négociation », a détaillé un médecin voulant garder l’anonymat. Ce dernier a également rappelé que le Syndicat des infirmiers et des sages-femmes de Madagascar (SISFM), sous l’égide de Jerisoa Andriamaholy Ralibera, est entré en grève depuis le 8 février dernier. Ses revendications concernent en premier lieu la prime de réquisition non payée, sans oublier le recrutement massif. Pour les Centres hospitaliers universitaires Joseph Ravoahangy Andrianavalona et Joseph Raseta Befelatanana, leurs paramédicaux ont honoré leurs responsabilités. Plus particulièrement, ceux en tour de garde sont venus pour assurer leur service. Pour les établissements sanitaires sis à Andohatapenaka et Anosiala, des absents ont été enregistrés.Dans une déclaration hier du numéro un du ministère de la Santé publique, Professeur Hanitrala Jean Louis Rakotovao, la fameuse rencontre entre ce ministère et les paramédicaux a encore eu lieu. Et il a été promis lors de cette rencontre que ces problèmes vont être résolus. En ce qui concerne particulièrement l’indemnité d’éloignement spécial aussi revendiquée, elle sera perçue avec le salaire du mois de mars pour les paramédicaux qui n’ont pas été payés et dont les impayés datent de 2018.  Par ailleurs, une prime de motivation de 97 200 ariary sera octroyée d’une manière continue à tous les paramédicaux.K.R.

La Vérité0 partages

Arrestation musclée au 67ha - Un suspect arrêté, un fusil d’assaut saisi

Vers le milieu de la matinée hier, le quartier d’Ankasina, secteur III au 67Ha a été le théâtre d’une arrestion assez musclée d’un suspect dans son domicile, pour fait d’agression et de vol sur un membre des Forces de l’ordre. Preuve que les représentants de la loi ayant procédé à cette opération, ont agi dans la plus grande fermeté sinon avec poigne, des coups de feu ont été entendus dans le secteur. Ils ont provoqué à la fois la surprise et surtout la crainte des riverains. « Il s’agirait de tirs de semonce visant à intimider le suspect », commente une source. En effet, le Commissariat d’arrondissement du quartier aurait demandé des renforts d’une unité de la Police, et aurait à la fois énoncé un ordre de perquisition au domicile du suspect, après que les enquêteurs eurent repéré ses traces. Onze éléments de trois unités différentes composant cette force, se sont dépêchés à Ankasina pour cette mission. Là, le suspect se serait barricadé chez lui en verrouillant sa porte de l’intérieur. D’après des témoins, ces éléments des Forces de sécurité ont dû forcer la porte pour qu’ils puissent s’y frayer un passage.  Une fois que les policiers aient pu pénétrer dans le local, ils y surprennent le suspect avec le matériel qu’il a volé sur l’agent des Forces victime. Le concerné fut cueilli sur place. D’après une information divulguée officieusement, un fusil d’assaut avec quelques cartouches, des objets tranchants dont un sabre et des couteaux, mais aussi des cartes bancaires figureraient dans la liste des objets saisis chez le suspect au cours de cette perquisition.  Après ce coup de filet, tous ces objets, notamment les armes, avaient été confiées à une unité de police du centre de la ville.Selon toujours les éléments de l’information, le policier victime a été agressé dans un point situé sur la portion de rue allant de l’ancien terminus de bus de la ligne 130 et le secteur du Vatobe, samedi dernier. Il rentrait d’une mission d’escorte de prévenus avec un collègue au moment de l’agression. Les assaillants étaient nombreux et armés pour encercler les deux représentants de la loi. Enfin, celui qui venait d’être arrêté hier à Ankasina, venait juste de participer à un assaut armé dans la nuit du lundi dernier.Franck R.

La Vérité0 partages

Football- Kintana Academy - Un stage pro ouvert aux jeunes de 10 à 25ans

Après son passage dans le pays au mois de décembre 2019, Nicolas Santucci est de nouveau à Madagascar pour disposer un stage professionnel d’une semaine à tous les jeunes malagasy passionnés du football. L’objet du stage est de donner des bagages et de se perfectionner dans le football. Le stage se déroulera tous les jours entre 9h et 16h et se fera en deux étapes : la première aura lieu du 22 au 26 février tandis que la deuxième se tiendra du 1er au 5 mars au centre Kintana Academy à Ambohimanga. Le stage durera une heure et demie tant pour la matinée que pour l’après-midi. En somme, les participants suivront un entrainement au rythme des footballeurs professionnels de 3 h par jour durant une semaine. L’inscription est déjà ouverte à tous les jeunes entre 10 à 25 ans au 034 62 299 66 ou par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .  « Je tiens à préciser que ce stage n’est pas un stage de détection pour intégrer le centre Kintana Academy. Par contre, il sera ouvert à tous les jeunes joueurs licenciés ou pas dans des clubs qui souhaitent avoir un fondement de base d’entrainement professionnel », souligne Tiana Ranaivosoa, secrétaire général du centre Kintana Academy.« Après une évaluation de niveau de tous les participants, il seront répartis selon leur catégorie d’âge et de niveau. Le principal objectif du stage est de bénéficier les participants d’un enseignement théorique et pratique afin qu’ils puissent s’améliorer tactiquement, techniquement et mais aussi sur le plan physique », explique l’entraineur international Nicolas Santucci. Et d’ajouter « Après l’évaluation de niveau, il sera établi un entrainement d’une semaine adapté pour chaque niveau dont le but est d’avoir une finalité et une amélioration individuelle de chaque joueur, afin de leur faire découvrir une semaine complète d’entrainement professionnel». Chaque joueur pourra aussi bénéficier d’un exercice d’entrainement spécifique pour surmonter ses difficultés sur terrain.  « Par exemple, si un attaquant a une difficulté d’entrer dans la surface, l’objectif de ce stage est de lui amener un travail commode pour lui permettre de surmonter cette difficulté sur le terrain».Notons qu’après avoir affûter son arme avec l’Es Saint-Etienne, Nicolas Santucci est passé par Dijon ou Louhans Cuiseaux avant de venir à la découverte du football africain pour entrainer des grands clubs comme le TP Mazambe de la RD Congo, El MErreck au Soudan ou Soumha SC d’Alexandrie en Egypte. Il a déjà entrainé des équipes nationales du continent en passant par la RD Congo Mauritanie, Haïti, Ethiopie, Cameroun. Elias Fanomezantsoa

Midi Madagasikara0 partages

Manjakamiadana : Trano iray nihotsaka, vehivavy iray naratra mafy

Nisehoana fihotsahana trano teny amin’ny fokontany Antsahondra Manjakamiadana, ny alahady teo, tokony ho tamin’ny 5 ora teo. Voalazan’ny BNGRC, izay tonga nanao ny asa famonjena niaraka tamin’ny mpamonjy voina fa trano iray eo andalam-panavaozana tsy misy olona mipetraka no nianjera tamin’ny trano hazo iray izay ipetrahana olona 4 mianaka.

Vokatr’izany, ramatoa lehibe iray 40 taona monina ao amin’ilay trano hazo no voatsindrin’ny trano tao. Voalaza fa izy irery no tao an-toerana tamin’io fotoana io. Ny fokonolona teny an-toerana no nifanome tanana nahafahana nisikotra azy tao, izay nanao ny asa famonjena avy hatrany fa tsy niandry ny mpamonjy voina. Nentina teny amin’ny hôpitaly izy, ary efa nahazo fitsaboana sahaza azy, ka efa tafaverina soa aman-tsara any amin’ny fianakaviany. Raha ny fanazavana ihany, ny tratrany no tena voa mafy noho ny fianjeran’ny trano tany aminy. Ny entana rehetra dia nafindra tamin’ny fianakaviana akaiky.

Araka ny fanazavana ihany, anisan’ny fokontany tafiditra ao anatin’ny toerana tandindonin-doza ary nametrahana ireo saina mena fanairana ny fokontany Manjakamiadana, Antsahondra, Ankadinandriana, Ambaravarambato, Ambatomitsangana ary Andrefandrova. Miisa 6.800 ny isan’ny mponina ao aminy izay ahiana ho tra-doza, izay efa nanaovana fanentanana avokoa. Nisy ny hetsika nataon’ny BNGRC sy ny avy amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra tamin’ny fanetanana ireo mponina eny amin’ireo faritra ireo, saingy mbola maro ny tsy niala teny an-toerana. Anatin’ny orana mirotsaka isan’andro amin’izao fotoana izao, ka mitranga ny loza.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Miara-manonja : Vonison Andrianjato et Guy Maxime Ralaiseheno convoqués hier à Fiadanana

Ces deux animateurs de « Miara-manonja » interviennent toujours dans l’émission.

Les opposants refusent de se présenter devant la gendarmerie et soupçonnent un coup bas politique à leur encontre. 

Un autre membre du team « Miara-manonja » a été convoqué, hier, à la section de recherche criminelle de la gendarmerie de Fiadanana. Il s’agit de Guy Maxime Ralaiseheno. L’Etat, représenté par la direction de la législation et du contentieux de la primature, a porté plainte contre ce dernier pour « diffusion de fausse nouvelle et incitation à la haine contre le gouvernement ». Guy Maxime Ralaiseheno participe régulièrement à l’émission « Miara-manonja » depuis sa création en janvier dernier. Il est également un membre actif de l’opposition qui veut le départ du gouvernement.

Niveau. Mais l’ancien maire d’Ankaraobato Tanjombato ne s’est pas présenté à la gendarmerie. Comme son homologue Vonison Andrianjato, qui a été également convoqué, pour la seconde fois, hier, à Fiadanana. Les deux animateurs de « Miara-manonja » ont choisi ainsi de se soustraire à cette procédure de la gendarmerie. Cette démarche risque alors de les exposer à un autre niveau de procédure. Surtout pour le cas de Vonison Andrianjato qui a refusé, pour la seconde fois de se présenter à Fiadanana, et devient, depuis la semaine dernière, introuvable. Samedi dernier, Vonison Andrianjato est apparu dans une vidéo diffusée par l’émission « Miara-manonja » dont la prise a été faite dans la région Itasy.

Diaspora. L’étau va se resserrer autour de ces deux personnalités qui sont actuellement dans le collimateur de la gendarmerie. Ils appellent alors au soutien de leurs partisans qui se mobilisent de plus en plus, dans le pays comme à l’étranger. La plateforme RMDM Diaspora a, elle aussi, organisé une émission en ligne, dimanche dernier, pour amplifier les critiques contre le régime. L’émission a vu la participation des militants de l’opposition venus de quelques pays européens.

Tambatra. Dans l’autre camp, deux journalistes qui animent l’émission « Tambatra » ont été également appelés, hier, à se présenter devant les enquêteurs de la gendarmerie à Fiadanana. Mais, Soava Andriamarotafika et Jean Claude Andrianirina ont répondu à la convocation et se sont présentés à Fiadanana contrairement aux deux animateurs de « Miara-manonja ».

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Langue maternelle : Teny Gasy 2.0 à l’œuvre à l’IKM Antsahavola

Teny Gasy 2.0 figure parmi les activistes défendant la langue malgache aux côtés d’autres entités comme Pôetawebs, Havatsa Upem, MCC, et bien d’autres encore.

À l’occasion de la célébration de la journée internationale de la langue maternelle, Teny Gasy 2.0 propose un événement nommé « Teny Gasy, antsika rehetra » à l’IKM Antsahavola, ce mercredi 17 février 2021 à partir de 09 h. Toute une journée dédiée à la langue malgache, et dont le but est de partager au public les bonnes pratiques pour éviter les fautes d’orthographe et de grammaire. 

Trois programmes. Cette journée spéciale langue malgache comprendra trois parties selon les explications des responsables au niveau de Teny Gasy 2.0. À 9h, les académiciens seront à l’honneur pour parler des nouveaux mots malgaches lors d’une conférence intitulée « Ny teny vao sy ny voambolan-tsehatra ary ny fanapariahana azy ».  Ensuite, durant l’après-midi, de 14 h à 15 h, il sera question de discuter de l’importance d’une langue juste et respectant les règles grammaticales dans les médias et tous les canaux de communication. Pour cette deuxième partie, ce seront les membres d’Ahoana no Fanoratra qui animeront la séance. Puis, la journée se clôturera par un atelier mené par Heriarilala Andriamamonjy de Teny Gasy 2.0 et qui portera sur le thème « Andao tsy handiso intsony » ou qui signifie littéralement : « ne faisons plus de faute ». L’entrée à cet événement est libre pour toutes les personnes désireuses de s’informer sur la langue malgache et son univers. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Sabotsy-Namehana : Mirongatra ny asan-jiolahy ao Andrefantsena Iadiambola

Tato ho ato dia nahitana hala-botry sy fanendahana tao Andrefantsena-Iadiambola ao amin’ny kaominina Sabotsy-Namehana. Ny sabotsy hariva lasa teo sahabo tamin’ny 8 ora sasany tany ho any dia nisy fanendahana narahana vono tamin’iny Faritra voalaza etsy ambony io. Nendrasany efa eo akaikin’ny vavahadibe hidirana amin’ny trano izay somary maizimaizina no nanarataon’ny jiolahy ny asa ratsiny. Taitra ny tompontrano raha nahare zavatra tao nidoboka be ka namoa an’ilay vavahady. Rifatra nandositra ilay mpanendaka vao nahita izany, ny manodidina rahateo efa nanomboka nivoaka. Marihana fa naratra mafy ilay tovolahy izay miasa amin’io trano io ary voatery nampidirina hopitaly notsaboina. Tsy vao volohany io toe-javatra io.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Lu pour vous : « Malcolm X : Le pouvoir noir »

« Malcolm X : Le pouvoir noir », un livre avec une vision rarement évoquée des luttes raciales aux Etats–Unis.

Malcolm X, principale figure de proue de la « civilisation » afro-américaine, dont peu de livres lui ont été consacrés après sa mort par assassinat le 21 février 1965. Ainsi, sorti en 2008, « Malcolm X : Le pouvoir noir » aux éditions La Découverte a tenté de remédier à ce manque de littérature envers ce grand visionnaire. Ce document est une traduction des discours du leader américain, compilé dans un livre de quinze chapitres. Avec des titres démontrant son caractère trempé. « Le bulletin de vote ou le fusil », « L’affaire du ‘’ gang de la haine’’ de Harlem », « Montrez–moi le capitalisme, je vous montrerai le vautour »… En lisant chaque page, le lecteur s’attendra donc à avoir une vision complètement singulière, apparemment toujours aussi actuellle, du noir américain. « Ainsi nous sommes tous des noirs, ce que l’on appelle des nègres, des citoyens de seconde zone, d’anciens esclaves. Vous n’êtes rien d’autre qu’un ex–esclave. Vous n’aimez pas l’entendre dire. Mais qu’êtes vous d’autre ? Vous n’êtes pas arrivés ici à bord du Mayflower. Vous êtes arrivés sur un navire de la traite ». C’est à partir de cet extrait que semble se cristalliser tout le discours de Malcolm X. Rappeler aux siens leurs conditions premières, aux Etats-Unis, pour mieux trouver la direction à prendre. Et de suivre dans un discours d’unité. «  Nous avons un ennemi commun. Nous avons ceci en commun : le même oppresseur, le même exploiteur et le même discriminateur… Et ce que nous avons en commun avant tout le reste, c’est cet ennemi – l’homme blanc ». Difficile alors d’imaginer que les institutions américaines de l’époque, dirigées en majorité par des blancs, voyaient ce genre de propos d’un bon œil. Si le discours de Malcolm X a été très fluide, c’est parce qu’il s’entichait à trouver les mots les plus compréhensibles pour atteindre le maximum d’auditoire. En traversant les paragraphes, cela aurait été étonnant de ne pas retrouver son inoubliable sur les type de « nègres » : les nègres domestiques et les nègres travailleurs. « Malcolm X : Le pouvoir noir », un livre qui vaut le détour.

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Décès : Fandrata Georges n’est plus !

L’icône du football des années 60 et 70, Fandrata Georges, est mort ce week-end à la Réunion où il vivait.

Une vie bien remplie car Fandrata avait même une société à son nom et basée à Le Port.

Figure emblématique du club des Fonctionnaires à Diégo, il faisait partie de l’équipe nationale de 1966 à 1970 aux côtés d’illustres joueurs dont son coéquipier du SCF, Babazy, mais également Baovola, Jean Laurent Razafindramanitra, Parson,  Charles Kely et Rasoanaivo Etienne sous la houlette de l’entraîneur Louis Robson.

Fandrata est un vrai ailier et buteur du onze malgache. Sa renommée a franchi nos frontières  et logiquement le club réunionnais Les Poussins lui a fait signer un premier contrat. Une transition en fait car il n’a pas résisté à l’offre de la Jeunesse Sportive Saint-Pierroise.

Son talent a servi aux intérêts de plusieurs joueurs malgaches qui défendaient les couleurs de la St Pierroise notamment Setra Rafanodina, Rina Rasoloson et bien plus tard Bapasy, Mamy Gervais et Faralahy Voavy.

À sa retraite, Fandrata a continué de servir le football en créant notamment une école portant  son nom à Diégo.

Bref, un vrai passionné de football comme on en voit rarement. À sa famille, Midi Madagasikara adresse ses sincères condoléances.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Afrobasket 2021 – Qualifications : La taille moyenne de l’équipe est de 1,90m

Les joueurs entament une préparation intensive.

L’arrivée des joueurs plus imposants physiquement à l’image de Sitraka Raharimanantoanina 2m07, d’Anthony Rasolomanana 1m97 et de Lalason Ratsimbazafy 1m92 est plus que bénéfique pour le groupe.

Semaine décisive pour l’équipe nationale de basket-ball. Madagascar joue gros à la deuxième fenêtre des qualifications de l’Afrobasket 2021 à Monastir, Tunisie. La bande à Rija Lahontan a débarqué en Tunisie, vendredi, et a vite pris ses marques. Avec la situation qui prévaut dans le monde avec la pandémie de Covid-19, toute la délégation a passé le test, samedi. « Les résultats sont tombés et tout le monde est testé négatif. Nous avons pu débuter les entraînements et le moral de l’équipe est au beau fixe pour affronter les trois adversaires », a souligné, Tojo Hery Rasamoelina. L’effectif est au grand complet à Monastir où les trois expatriés sont déjà avec l’ensemble des joueurs. « Les deux nouveaux, Kiady Razanamahenina et Sitraka Raharimanantoanina, s’adaptent bien au groupe et surtout qu’ils évoluent aussi dans le haut-niveau. Nous effectuons un entraînement biquotidien au  gymnase couvert de Ben Jannet Monastir. Nous travaillons surtout les détails techniques, la stratégie tant sur la défense que les attaques », a continué l’entraîneur de la sélection malgache. Si lors de la fenêtre 2 à Kigali, Rwanda, la condition physique a fait défaut à l’équipe malgache. L’arrivée des joueurs plus imposants physiquement à l’image de Sitraka Raharimanantoanina 2m07, Anthony Rasolomanana 1m97, Lalason Ratsimbazafy 1m92 est plus que bénéfique pour le groupe. La taille moyenne de l’équipe est passée à 1m90. Logée au Magic Life Skanes Family à Monastir, l’équipe effectue le trajet hôtel et le Gymnase en 15 minutes. La bande à Kiady a encore trois jours pour peaufiner leur préparation avant de débuter face à l’équipe hôte de la Tunisie, le vendredi 19 février, contre le Centrafrique le samedi 20 et boucler la compétition avec la République Démocratique du Congo le dimanche 21 février.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Musée de la photographie : La pêche dans tous ses états

“Les petits pêcheurs de la Grande Île” est un voyage le long des côtes ouest de Madagascar

Du mardi au vendredi de 10 à 17 heures, des photos de pêcheurs seront exposées dans les jardins du Musée de la Photo à Anjohy  : Les petits pêcheurs de la Grande Île, tel est le thème choisi par l’organisateur.  L’exposition est en malgache et en français.

Les yeux tournés vers le large, ces “ hommes de la mer” de Madagascar vivent en étroite connexion avec la mer, les baies et les estuaires de la Grande Île depuis des centaines d’années, au fil des pêches et des migrations le long des côtes. Mais en une génération, le contexte a changé : comme partout dans le monde, les ressources de la mer se tarissent.

“Les petits pêcheurs de la Grande Île” est un voyage le long des côtes ouest de Madagascar. Là où les récifs coralliens et les forêts de mangroves, berceaux d’une biodiversité marine vitale, sont aujourd’hui en sursis. Mais là aussi où, comme partout sur le littoral de la Grande Île, les petits pêcheurs s’unissent, s’organisent et s’affirment comme des acteurs essentiels, même si souvent ils  sont  oubliés, de la préservation de la mer et de ses ressources.

Recueillis par Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Revendications syndicales : Les paramédicaux font pression sur Andry Rajoelina

Les représentants du comité de négociation paramédicale ont appelé le chef d’Etat à se pencher sur leurs revendications.

Le syndicat des paramédicaux a annoncé 72 heures de trêves syndicale qui expirera ce mercredi. Il a appelé le chef d’Etat à se pencher sur leurs revendications après les échecs des entrevues avec le ministre de la Santé.

72 heures. C’est l’ultimatum que le Syndicat des infirmiers et des sages-femmes de Madagascar (SISFM) a donné au président de la République, Andry Nirina Rajoelina pour l’exécution de leurs revendications. Cette décision a été prise durant le conseil national extraordinaire du 13 au 14 février, selon la déclaration de ce syndicat durant la rencontre avec la presse, à Mahamasina. Cet ultimatum  de 72h a pris effet depuis la matinée d’hier jusqu’à mercredi. Ce  délai expiré,  les paramédicaux prévoient de passer à la vitesse supérieure et d’intensifier leur manifestation si le chef de l’Etat ne parvenait pas à trouver une solution à leurs problèmes.

«  Nous n’irons pas sur nos lieux de travail pendant cette trêve syndicale. Il n’y aura ni manifestation ni banderoles dans les hôpitaux et les centres de santé de base » , déclare le président du SISFM dans la Haute Matsiatra , Ranaivoparany.

Par ailleurs, un comité de négociation paramédicale a été mis en place à l’issue du conseil national extraordinaire du SISFM. Ce comité veillera aux démarches entreprises par l’Etat pour l’exécution de leurs revendications. Dans cette déclaration, le SISFM a également mis en garde les autorités contre d’éventuelles intimidations à leur encontre. « Les affectations disciplinaires ne devraient aucunement avoir lieu durant cette trêve. Les antennes régionales ne doivent pas exécuter les consignes en dehors de celles qui sont émises par le bureau national », selon à son tour le président du SISFM, Jerisoa Ralibera. Il est à rappeler que les paramédicaux revendiquent le paiement de leurs indemnités de réquisition de 228 jours durant l’état d’urgence sanitaire, le paiement de leurs Indemnités spéciales d’éloignement (IES) ainsi que le recrutement massif des bénévoles.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Alasora et fenoarivo : Deux individus arrêtés pour trafic et consommation de stupéfiants

Alors que la production, la vente, et la consommation de cannabis restent encore prohibées par la législation malgache, ces activités persistent à voir le jour. Le pire est de constater que les pratiquants de ces activités opèrent en réseau bien structuré. C’est la raison pour laquelle, les forces de l’ordre qui disposent des unités chargées spécialement dans la lutte contre ce fléau ont du mal à l’éradiquer. C’est pourquoi, la collaboration avec les collectivités locales notamment l’ensemble de la population serait la principale solution pour y faire face. Les délinquants se trouvent et opèrent dans la société, les résultats réalisés par la brigade des stupéfiants (Stup) de la police nationale à Anosy en est la preuve. Poursuivis pour vente et consommation de cannabis, deux individus dont une femme ont été arrêtés par cette unité les 11 et 12 février derniers. La police a pu monter cette opération grâce à des renseignements fournis par des personnes de bonne volonté. Nantis des informations fiables qu’ils ont reçues le 9 février 2021 et dénonçant la présence d’une femme commerçante de drogue dans le quartier d’Ambohidrazaka, commune Alasora, des enquêteurs de la Stup ont tout de suite ouvert leur investigation sur cette affaire. Le 10 février vers 6 heures du matin, cette femme a été appréhendée chez elle à Alasora. La perquisition de sa maison a permis de saisir 5 kilogrammes de cannabis. Arrêtée sur le champ, elle est amenée à Anosy avec les marchandises saisies pour enquête durant laquelle elle a reconnu être coupable. Poursuivant leur opération de ratissage, des policiers de la Stup ont surpris, le lendemain vers 14 heures, un homme en train de fumer du cannabis dans la commune de Fenoarivo-Alakamisy. Déférés au parquet du tribunal de Première Instance Anosy vendredi dernier, ces deux individus ont été placés sous mandat de dépôt à la Maison centrale d’Antanimora en attendant leur procès dont la date n’est pas encore prononcée.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ligue des champions : Le PSG sans Neymar mais le Barça avec Messi

Neymar rate de nouveau un rendez-vous important du PSG

Les huitièmes de finale de la Ligue des champions donnent une impression du déjà vu avec l’absence de Neymar, blessé. En face par contre Messi tentera de conduire sa troupe vers une nouvelle victoire. Du Barça au grand complet en fait alors que le PSG sera aussi privé de Di Maria, lui aussi blessé.

À la veille des huitièmes de finale de la ligue des champions, cette blessure à répétition de Neymar, reste au centre de toutes les discussions. Cette fois, il s’agit d’une lésion du long adducteur gauche qui le rend indisponible pour au moins quatre semaines.

Une mauvaise moyenne. Un forfait que la famille du Brésilien tente de défendre. Une défense bien plus difficile quand Neymar en personne explique sur TF1 qu’il ne pouvait pas se passer des fêtes entre amis qui sont, de l’avis des techniciens, à l’origine de ses blessures.

Acheté pourtant à prix d’or par le PSG, on parle de 222 millions d’euros, Neymar ne remplit pas correctement son contrat en étant absent des rendez-vous importants du club comme cette double confrontation contre Manchester United. Les stats sont assez évocatrices car il a seulement disputé  103 matches des 191 rencontres disputées par le PSG. Une très mauvaise moyenne qui inciterait à faire réfléchir même les plus irréductibles des supporters tels le grand gardien de St Michel, Charlot Andriamady ou même son ami Ntsoa Randriamifidimanana pour qui, ici c’est Paris et rien d’autre.

Chances bien minces. Sans Neymar et Di Maria, les chances du PSG de battre Barcelone sont pourtant bien minces. Faute de grive, Pochettinno devra se contenter de merle en l’occurrence Kylian Mbappé qui agit ces derniers temps par à-coups. Il reste l’autre artificier Mauro Icardi mais la grande question est de savoir si ces hommes sont capables de transcender pour battre les Barcelonais. Car il faut se lever tôt pour prendre à défaut une défense barcelonaise avec Clément Langlet et surtout Piqué.

Un Barça certes quelque peu poussif dans le championnat espagnol mais au moins, il a Messi. Un homme capable de porter le danger à tout moment, surtout lors des grands rendez-vous. Et cela compte dans ce genre de confrontation.

Comme l’Argentin est plus à l’aise avec le Barça qu’en équipe nationale, on s’attend de sa part à une prestation XXL. Ici c’est Barcelone !

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Ivato : Zandary roa voasazy fa nilako olona tsy nanao arotava

Roa lahy, zandary miasa etsy anivon’ny zana-tobim-paritra etsy Mandrosoa, no nandraisan’ny tomponandraikitra mpifehy azy ireo fepetra rehefa fantatra fa nihoa-pefy ary nahavita nikasin-tànana olona tsy amin’ny antony, ny alahady lasa teo. Ity farany moa izay tratran’izy ireo tsy nanao arotava. Niparitaka vetivety tao anaty tambajotra sosialy ny antso avo nataon’ny olona mahakasika ny ratra sy vono nataon’ireo tomponandraikitry ny filaminana tetsy Mandrosoa Ivato. Fikasihan-tànana izay nataon’izy ireo tamin’ny lehilahy iray izay voatazona tao amin’ny fonjakelin’ny biraon’ireo zandary. Nandray an-tànana avy hatrany ny raharaha ireo tomponandraikitry mpifehy izany zana-tobim-paritra izany, ary nanokatra avy hatrany ny fanadihadiana mahakasika ny tranga.  Efa voalazan’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandary ombieny ombieny mantsy fa tsy natao hitehirizana jiolahy sy mpihoam-pefy tsy mpanara-dalàna ny zandarimariam-pirenena ary tsy maintsy ho faizina izay tratra manao izany. Fantatra ary tamin’ny famotorana natao tamin’ny andaniny sy ankilany fa tena « nisy tokoa ny fifampikasihan-tànana tamin’izy ireo noho ny fitenenan’ireo zandary an’io olona io, ny tsy fanaovany arotava nefa be famaliana ka izay no niteraka ny olana ». Fahadisoana arak’asa ary mety hiafara tamin’ny fanenjehana araky ny lalàna velona mihitsy, ho an’ireo mpitandro filaminana izay tomponantoka tamin’izany ratra sy vono izany. Kanefa ihany koa fandikan-dalàna etsy ankilan’izay, ny famingavingana sy famaliana manam-pahefana eo am-panaovana ny asany. Nanambara anefa ireo fianakavian’ilay rangahy niharan’ny vono fa tsy hitory saingy kosa mangataka ny mba hitsaboana ny havan’izy ireo naratra. Nanoloana ny tranga nisy moa no nandraisan’ny teo anivon’ny Fibaikoan’ny zandarimariam-pirenena isan’ambaratonga fepetra ny hanasazy ireo zandary roa lahy tomponantoka tamin’izany, noho ny fitondran-tena tsy mendrika nasehoan’izy ireo. Etsy andanin’izay anefa dia tsy maintsy ahazo sazy ihany koa ilay rangahy tsy nanao arotava, kanefa mbola be famaliana. « Hamafisina etoana anefa fa miasa ho antsika ireny zandary ireny ka raha nanaraka ny lalàna ny tsirairay dia tsy tokony hisy ny fifamaliana sy fifampikasian-tanana » hoy hatrany ny anivon’ny zandary. Matetika ny zava-misy eny anivon’ny fiarahamonina eny anefa, na dia manana ny marina sy manara-dalàna aza indraindray ny olom-pirenena dia toa mbola hiharan’ny trerona sy kitakita ary avonavona hatrany. Manomboka amin’ny zavatra bitika, toy ny hoe fisavàna taratasin’ny fiara hatramin’ny fangatahana fanampim-panazavàna any anatin’ireny biraon’ny mpitandro filaminana ireny. Miova tsy toy ny hoe olon-dratsy sy jiolahy avokoa ny rehetra eo anatrehan’ny sasantsany amin’ireo mpitandro filaminana ? Ny fifanajana, na amin’ny fomba fifampiresahana na amin’ny fihetsika, eo amin’ny roa tonta no heverina fa vahaolana iray voalohany indrindra, hampirindra ny filaminana ary hisorohana ny tranga tahak’ity tetsy Ivato ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Comité de pilotage : Plan d’urgence sectoriel Madagascar

Le Premier ministre a présidé le comité de pilotage du plan d’urgence sectoriel Madagascar.

Le ministère des Affaires Étrangères a été le cadre, hier, de la réunion du comité de pilotage portant sur le plan sectoriel d’urgence Madagascar notamment pour faire face au Coronavirus. Une réunion placée sous l’égide du Premier ministre Ntsay Christian et qui a vu la participation des membres du gouvernement, des représentants des partenaires techniques et financiers, du secteur privé et de la société civile. Lors de son intervention, le Premier ministre a tenu à souligner que « la propagation de la pandémie a été maîtrisée, malgré tout elle subsiste encore dans notre pays». Et de continuer que le gouvernement est prêt à continuer les efforts fournis pour combattre cette maladie contagieuse. Sur ce point d’ailleurs, les partenaires techniques et financiers se disent également prêts à apporter leur concours au pouvoir central dans l’avenir.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

« Indemnité spéciale » : 100 000 ariary pour les Fram non-subventionnés

Ces responsables auprès du MEN ont annoncé que toutes les procédures liées au paiement de cette « indemnité spéciale » sont en cours.

Soulagement. Toutes les procédures sont en cours pour le paiement de « l’aide spéciale » aux enseignants Fram, notamment ceux non fonctionnaires et non subventionnés (Non-sub).  Selon la déclaration du directeur général en charge des établissements scolaires auprès du ministère de l’Education nationale (MEN),  Eric Razokiny, ils sont aux environs de 50 000 à en bénéficier sur tout le territoire national. Le montant de cette aide spéciale s’élève par contre entre 90 000 à 100 000 ariary. Ce responsable a toutefois souligné que pour le moment, l’Etat ne paiera qu’un seul trimestre mais des efforts seront déployés pour pérenniser cette initiative. « Le recensement des bénéficiaires est en cours car cette initiative est une grande première dans l’histoire. Les enseignants « Non-sub » auprès des écoles primaires, collèges et lycées publics devraient ainsi patienter un peu car ils ne sont pas oubliés par l’Etat », a-t-il rassuré.

Il a rappelé que cette mesure a été prise dans le cadre de l’allègement des charges parentales suite à la crise sanitaire qui a frappé le pays. Malgré la volonté de l’Etat,  les responsables auprès du MEN ont également fait savoir que certains parents se proposent d’apporter leur contribution pour appuyer ces enseignants. Mais selon une note circulaire publiée par le MEN, le montant de cette contribution devrait être par contre fixé d’un commun accord avec les parents d’élèves lors de l’assemblée générale de la « Feffi ». Le procès-verbal de cette réunion sera par la suite envoyé au ministère central. « Les éventuelles contributions parentales doivent être principalement destinées à payer les charges relatives aux ENF » , précise cette note circulaire.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Rdj mozika : Vingt-cinq catégories et une cérémonie retransmise

Les organisateurs de la Rdj mozika lors de la conférence de presse au Karibotel Analakely hier.

Vingt-cinq catégories. Voilà de quoi affoler la toile et les auditeurs de la Radio des jeunes (RDJ) pour récompenser leurs titres musicaux préférés durant l’année 2020. 

Les trophées Rdj mozika seront dévoilés durant la cérémonie. une cérémonie qui sera retransmise sur les réseaux sociaux, les stations de télévisions et les ondes de la radio en raison de la situation actuelle. 

Pour cette année, les votes sont réservés exclusivement au public jusqu’à demain mercredi à midi, pour l’ensemble des catégories. La liste des chansons est disponible sur les pages facebook de la Rdj et le voting se fait sur le site de la Rdj mais aussi par SMS 

Dans chaque catégorie, le morceau qui rafle le plus de nombre de votes sera désigné comme le grand gagnant. Plus tard, les neuf titres ayant le plus de votes seront encore soumis au choix du public pour déterminer le « titre de l’année » toutes catégories confondues. 

Il est à rappeler que la RDJ Mozika récompense les titres les plus demandés à la radio pendant toute l’année. Ce sont les chansons qui sont soumises au vote du public et non les chanteurs. Une commission d’écoute reçoit tous les morceaux reçus à la Rdj toutes les semaines. Ceux qui remplissent les critères de sélection, en version « wave studio », sans perdre de vue l’aspect d’éducation, l’une des premières missions d’une radio, sont alors diffusés et passent en automation. 

Le choix des nommés est effectué de ce fait, par RDJ, parmi les titres musicaux diffusés au moins une fois dans toutes les émissions. La rotation des morceaux sur les antennes de la radio, et la demande des auditeurs des chansons concernées sont les critères à remplir.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Kere dans l’Androy : Des natifs pas convaincus par le CCOK

L’eau est la solution au Kere dans le Sud.

L’eau serait la solution des problématiques de la malnutrition dans le Grand Sud du pays. Disposer de l’eau pour la survie est une chose, disposer de celle pour le développement en est une autre. 

Le problème de l’insécurité alimentaire qui sévit depuis des années dans le Grand Sud de Madagascar est structurel et ne date pas d’hier. Diverses actions sociales telles que la distribution de denrées alimentaires pour tous ou encore la prise en charge de la santé ont été initiées par l’État à travers le Centre de Coordination Opérationnelle contre le Kere ou CCOK afin de faire face à la situation. « Des actions loin d’être suffisantes », d’après un responsable de Collectivité Territoriale Déconcentrée d’Ambovombe qui a préféré taire son nom au risque de se voir radier de l’administration publique. « La façon dont le CCOK mène la lutte est à discuter», indique notre source. « Le centre a lancé un recensement en vue de distribution des vivres en pleine période de Kere, pendant que des populations de l’Androy quittaient déjà leurs villages et communes. Les dons sont ensuite octroyés aux familles recensées », explique le responsable. Un père de famille qui, lui aussi, a préféré l’anonymat note : « cette méthode de travail du CCOK laisse en marge les populations habitant les divers hameaux et villages lointains et qui ont, au même titre de celles des villes et communes accessibles, besoin d’aides d’urgence ». Avant de lancer « ne devrait pas s’étonner si le phénomène de migration massive continue parce qu’il y a beaucoup de personnes laissées pour compte ».

Pistes. Cette année, la situation pourrait être catastrophique si l’on se base sur les résultats de l’Analyse de l’insécurité alimentaire aigüe élevée et de la malnutrition aigüe du Cadre Intégré de Classification de la Sécurité Alimentaire ou IPC. Publiés au mois de décembre dernier, le document fait savoir que « 1,35 millions de personnes localisées dans 13 districts du Grand Sud et du Grand Sud-Est pourraient être victimes d’insécurité alimentaire aiguë élevée ». Et comme le Kere est « la conséquence directe de la sécheresse qui sévit dans cette partie du pays, la solution consisterait à résoudre les problématiques d’approvisionnement en eau ». « La mise en place d’un réseau de pipelines permettant d’acheminer l’eau de la rivière Ifaho vers Ambovombe et ses environs, ainsi que la mise en place de forages » sont des solutions proposées par les natifs de la région Androy depuis longtemps. Actuellement promesse présidentielle, le captage de l’eau de la rivière Ifaho vers Ambovombe aurait de fortes chances d’être réalisé.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Création et stylisme : Les acteurs nommés dans l’Ordre des Arts, des Lettres, et de la Culture

De la satisfaction dans les visages des participants lors de la remise des titres par la ministre de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo. (Crédit photo : Princy)

L’événement du ministère de la Communication et de la Culture Mihamy Mada Fashion a pris fin le dimanche 14 février 2021. À l’issue de ces festivités de trois jours dédiés à la création et à la mode, 23 acteurs ont été nommés dans l’Ordre des Arts, des Lettres, et de la Culture. Cinq artistes ont reçu le titre honorifique de Commandeur, sept le titre d’Officier, et 11 autres nommés Chevalier. Outre cette nomination, la dernière journée était également marquée par la venue massive des visiteurs pour assister au MasterClass dédié au mannequinat. Le ministère promet déjà une prochaine édition encore plus prometteuse l’année prochaine. En attendant, les créateurs de mode de la Grande Île peuvent d’ores et déjà perfectionner leur Art pour en faire voir de toutes les couleurs au public en 2022.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Affaire Danil Radjan : Les enquêteurs en attente d’une délégation judiciaire

Statu quo de l’enquête sur l’affaire liée à l’assassinat de Danil Radjan ? Non, la police judiciaire confirme qu’après la révélation de l’un des présumés auteurs du crime, une enquête a été ouverte et des auditions ainsi que des vérifications faites. Des noms circulent depuis un mois sur les co-auteurs, les complices du crime et surtout les commanditaires. Après les trois Malgaches et le Français placés à la maison de force de Tsiafahy, des karana sont fortement soupçonnés. Selon le Directeur de la Police Judiciaire : «  La police a saisi cette affaire après cet aveu inattendu. Une fois le nécessaire fait, le dossier a été transmis à la justice.  L’affaire est maintenant entre les mains de cette dernière et nous attendons une délégation judiciaire pour pouvoir poursuivre nos enquêtes ». Suite à l’information sur l’identité des « cerveaux » impliqués dans le crime, les enquêteurs attendent que le juge d’instruction remette le dossier à la police judiciaire pour la suite des investigations. A titre de rappel, le meurtre est survenu dans l’enceinte de la City Ivandry au mois de septembre dernier. Le père de famille a été retrouvé sans vie dans le parking souterrain du centre commercial et du bâtiment où le défunt avait un appartement. Quelques mois après l’homicide, un aveu du ressortissant français a fait le tour des réseaux sociaux. Ce dernier explique dans la vidéo son importante implication dans le décès de Danil Radjan. Il s’agissait donc d’un homicide volontaire avec préméditation. Son aveu a pu fournir une description des commanditaires du meurtre. Selon l’information tirée de la révélation, les propriétaires de deux quincailleries dans la capitale font l’objet des principales suspicions. Il s’avère que ces individus ont payé le Français à hauteur de 60 000 euros pour commettre l’acte. Cela a été confirmé par le ressortissant Français dans une vidéo. Le mobile du crime n’aurait toutefois pas encore pu être déterminé. Affaire à suivre.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Foot à 7- Tournoi « Dona Mafy » : FC BOA décroche le gros lot !

Foot à 7

Vingt-quatre équipes issues de différentes entreprises, familles, associations ou simples équipes du quartier  étaient venues se disputer la deuxième édition du tournoi « Dona Mafy », organisé par Art original Pro Sport sur le terrain synthétique Andohalo le week-end dernier. Elles ont été réparties en six poules de quatre. Une équipe était composée de 13 joueurs et deux caches et avait pu aligner trois joueurs licenciés. La phase des éliminatoires s’est jouée le samedi durant laquelle chaque équipe avait disputé trois matchs, tandis que la phase finale a eu lieu dimanche. En effet, le bouquet final entre FC BOA et FC RN était conforme au pronostic de tous. Les joueurs du FC BOA ont été sacrés champions, mais ils ont eu chaud tout au long de la rencontre pour venir à bout des gars du FC RN Isoraka sur le score de 1 but à 0. En seconde période, le courage et l’abnégation des attaquants du FC BOA allaient faire la différence. Pourtant, les joueurs FC RN Isoraka ont montré une certaine résistance jusqu’à ce but du FC BOA. L’équipe d’Anosibe unie derrière son coach a pu laisser éclater sa joie au coup du sifflet final. Ses joueurs ont aussi pu compter sur de nombreux supporteurs qui étaient venus nombreux pour cette occasion. Même des pom-pom girls y étaient lors de la partie, ce qui rendait le tournoi très spectaculaire. La fête a été longue et joyeuse dimanche après-midi à Andohalo. Comme promis par l’organisateur qui n’est autre que Roova le rocker, une somme à hauteur de 2 600 000 ariary a été offerte pour l’équipe championne outre des médailles d’or et CD Audio double Album du groupe Roova pour chaque joueur et 500 000 ariary pour la vice-championne. Mamikely, le portier du FC RN a été élu meilleur joueur. Il a reçu une enveloppe et un trophée. Les cinq meilleurs buteurs du tournoi ont été aussi récompensés.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Enseignement supérieur : Les chercheurs s’impliquent dans la protection sociale

Les résolutions prises seront traduites en action, selon Yvon Rakotoarison. (à droite)

Une grande première. Pendant trois jours se tient à Ankorondrano le « workshop » international sur la protection sociale en contexte d’insularité et de pauvreté. Cet atelier initié par la formation professionnalisante en travail social et développement mention « sociologie » à l’université d’Antananarivo avec l’appui de l’Ambassade de France, le ministère de l’Enseignement supérieur, le ministère de la Population ainsi que les acteurs œuvrant dans la protection sociale, va essayer d’apporter un nouveau souffle dans le monde de la protection sociale à Madagascar. Selon le directeur de cette formation professionnalisante, Yvon Rakotoarison, les chercheurs ne se contentent pas seulement d’effectuer des recherches scientifiques mais apportent aussi leurs contributions dans le développement du pays en soumettant leurs idées innovatrices pour améliorer ce domaine. « Nous avons encore du chemin à faire pour améliorer les conditions de vie des femmes, des jeunes ou encore des personnes âgées qui sont parfois oubliés par la société. A la fin de cet atelier, il y aura des résolutions qui seront traduites en action », a-t-il expliqué

Pour l’Ambassade de France, plusieurs actions sont déjà entreprises dans l’amélioration de la protection sociale. Il y a entre autres son appui dans la mise en œuvre de la Couverture de santé universelle (CSU). Il y a aussi les efforts déployés dans la réduction des inégalités du genre ou encore l’accès à un travail digne.

Narindra Rakotobe