Les actualités à Madagascar du Jeudi 16 Février 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara310 partages

Double langage de Rajaonarimampianina : « Ce ne sont pas les étrangers qui décident sur l’élection de...

Le Président Hery Rajaonarimampianina de déclarer que le peuple malgache est souverain.

En ce qui concerne le remaniement, le Président de la République a renvoyé la balle aux journalistes en déclarant notamment « c’est vous qui l’aviez toujours dit, je le ferai ainsi ».     

En marge de l’inauguration de nouvelles infrastructures à Sabotsy-Namehana, le Président Hery Rajaonarimampianina a fait quelques déclarations. A propos notamment des propos tenus par l’ambassadeur de l’Union européenne, Antonio Sanchez Benedito qui a parlé d’élection inclusive pour l’élection présidentielle de 2018, le chef de l’Etat malgache a fait savoir que « Madagascar est souverain,  ce ne sont pas les étrangers qui vont décider». Le ministre auprès de la Présidence, en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, a fait également auparavant une déclaration allant dans ce sens. Ce président national du HVM s’est référé notamment à l’accord de Cotonou considérant les initiateurs de la révolution Orange comme des putschistes tout en signalant au passage que d’autres ont fait l’objet d’une condamnation de justice. Faisant sans doute allusion à Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Autrement dit, ces deux derniers ne devraient pas figurer parmi les candidats à la course à la Magistrature suprême de 2018.

Mission d’observation. Faut-il toutefois rappeler la déclaration de Koen Vervarke, chef de la mission d’observation de l’Union européenne, lors de sa visite à Madagascar l’année dernière, qui a souligné que « des élections inclusives et démocratiques sont importantes pour la stabilité et pour la légitimité des autorités qui seront issues de ces élections ». Toujours est-il que cette élection sera probablement financée en grande partie par la communauté internationale.  On se demande si les tenants du pouvoir pourront se passer de l’aide de celle-ci, dans la mesure où lors de la conférence des bailleurs de fonds et des investisseurs pour Madagascar le 1er décembre 2016, à Paris, le régime a adopté un autre ton en se pliant aux conditionnalités posées par la communauté internationale. Soit un double langage, en passant. Or, les récentes déclarations de certains de nos dirigeants semblent indiquer qu’on s’achemine vers l’exclusion de l’ancien président de la Transition et du fondateur de l’empire Tiko pour la présidentielle de 2018. A moins qu’ils ne changent pas d’idées au fil du temps. 

Dominique R.

Midi Madagasikara197 partages

Mahajanga : Maty nandritra ny fanokafana lanonana ny talen’ny fanabeazana

Tsy nisy nanam-po ny zava-nitranga ny rehetra.

Nizotra araka ny tokony ho izy avokoa ny lanonana rehetra teto Mahajanga nandritra ny fanokafana ny andron’ny sekoly tetsy amin’ny “collège normal” Mahabibo notarihan’ny talem-paritra ny fanabeazam-pirenena Boeny. Akory anefa ny hatairan’ny maro fa minitra vitsy talohan’ny hirosoana tamin’ny fiarahana miala hetaheta no nitambotsitra tampoka tao amin’ny efitra hanatanterahana izany ity farany. Raha ny fitantaran’ny tompon’andraikitra iray eo anivon’ny sampandraharaha ao amin’ny DREN Boeny dia tsy narary ary tsy naninona mihitsy izy talohan’ny fety. Tampoka teo anefa dia nilaza ho fanina tampoka koa izy ka nitady rano, teo dia nitambotsitra ka tsy nahatsiaro tena intsony. Nentina avy hatrany novonjena teny amin’ny hopitaly be Androva izy avy eo, saingy tsy tana intsony ny ainy na dia nanao izay ho afany aza ireo mpitsabo rehetra. Voalaza tamin’izay ary nohamarinin’ireo mpitsabo fa fijanonan’ny fo tampoka no nahazo azy, ka minitra vitsy aorian’izay ihany no fahazakan’ny vatan’ny zanakolombelona io tranga io. Araka ny vaovao sy fanazavana re tetsy ankilany indray dia, nisy fifandirana kely teo amin’ireo samy tompon’andraikitra nialoha ny fanatanterahana ny fanamarihana. Nisy tsy fifankahazoana tamin’ny fikarakarana natao, na dia tontosa hatramin’ny farany ihany aza izany. Teo dia efa naneho ny fahatezerany ny talem-paritra ka somary nampiaka-peo tamin’ireo mpiara-miasa tany ambadika mba hisian’ny fanarenana. Mbola afaka nikabary soa aman-tsara ihany izy taorian’io tokony ho tamin’ny 11 ora sy fahefany teo, saingy tsy voatanany loatra ny hatezerany. Teo amin’ny faha-56 taonany izy izao nindaosin’ny fahafatesana tampoka izao. Avy any amin’ny faritra Melaky no fiaviany. Namela mananontena iray, zanaka vavy tokana ary zafikely telo lahy izy. Telo taona handray efatra amin’ity 2017 ity no nitantanany ny tontolon’ny fanabeazam-pirenena eto Boeny, taorian’ny fifamindram-pahefana teo aminy sy ny tale teo aloha Zaraniaina Tohanaina Erneste. Betsaka tokoa ny zava-bitany tamin’ireo distrika maro eto Boeny. Mbola betsaka ihany koa ny nokasainy sy ny vina napetrany, saingy ny fotoana tsy mifametra, ka dia izao very olo-manga izao ny eto amin’ny faritra. Mpanolotsaina avo tao amin’ny tetezamita izy talohan’ny nandraisany io adidy goavana eo amin’ny totonlon’ny fanabeazam-pirenena malagasy io.  Tantely Vandriam

Midi Madagasikara178 partages

Football – Coupe de la Confédération : Cap sur l’Afrique du Sud pour Elgeco Plus

Elgeco Plus s’envolera cet après-midi pour l’Afrique du Sud où il disputera le match retour des préliminaires de la Coupe de la Confédération contre Supersport United avec des ambitions justifiées par le score nul et vierge de l’aller qui laisse une petite marge.

Acte II pour Elgeco Plus qui va défier dans son antre de Johannesburg le Supersport United. Une mission qui ne fait pas peur aux protégés d’Alfred Randriamanampisoa qui conduira la délégation forte d’une trentaine de membres.

Vuvuzela. Un optimisme qu’il va devoir gérer au mieux car forts des expériences de la rencontre de dimanche à Mahamasina, les Sud-Africains vont prendre toutes les dispositions pour enrayer la machine malgache notamment en optant pour un stade en plus petit.

C’est de bonne guerre mais il faut aussi prendre en considération le soutien du public et les assourdissants « vuvuzela » dont l’effet est dévastateur pour les joueurs qui n’y sont pas habitués.

Mais les chances de franchir ce cap, aussi minimes soient-elles, existent pour Elgeco Plus avec un Bela au top de sa forme et capable de faire la différence à tout moment. « C’est notre Cavani », affirme le président Alfred Randriamanampisoa plus confiant que jamais.

Mais la clé du match se trouve plutôt au niveau du coaching et surtout sur les joueurs que Menakely va choisir.

Valey de retour. Certes le bon sens veut le retour d’Eddy Bastia dans les buts mais après ce qu’il a montré, le gardien Ando peut toujours faire l’affaire. L’ancien portier de la sélection d’Antsiranana, quelque peu chanceux, a réussi à convaincre le difficile public de Mahamasina et c’est encourageant pour la suite de sa carrière.

Toujours est-il que dans un souci de bétonner sa défense, Menakely ne cache pas sa décision de remanier son premier rideau en faisant appel à Valey pour faire bloc avec Blaise dans les récupérations.

Comme Flavio a aussi réussi son entrée, l’ancien meneur de MAMA va servir de plaque tournante en reléguant sur le flanc droit Dino tandis que Eddit Kely occupe le flanc gauche même pour une seule période car Bila a aussi montré qu’il n’a pas peur des hommes de William Baxter.

Bref, Elgeco Plus donne l’impression d’une équipe plus complète dans ses lignes mais sait-on jamais devant un football sud-africain en plein essor comme le démontre la belle victoire de Mamelodi Sundowns à la dernière Ligue des champions. Eh oui !

Clément RABARY

L'express de Madagascar139 partages

Revente de drogue – Un Malgache condamné en France

Jugé après s’être fait prendre pour vente de  drogue vendredi, un Malgache a écopé de 4 mois de prison ferme.  Sans abri, il a déjà huit mentions dans son casier.

La prison ferme. Pris en flagrant délit pour revente de drogue, un  Malgache de 19 ans, déjà frappé de huit mentions dans son casier judiciaire et vivant dans la rue selon ses propres mots lors de son procès, a écopé de quatre mois de prison ferme. L’audience s’est tenue hier à Toulouse en France. Le jeune homme s’est fait coincer vendredi par les enquêteurs de la brigade anti-criminalité. Ces policiers intervenaient dans le cadre d’un vol à main armée,  lorsque l’attitude suspecte du Malgache leur a mis la puce à l’oreille.Selon un article publié hier dans le journal en ligne La dépêche.fr, le quidam se serait attiré les foudres de la police en accostant un « acheteur », a qui il aurait tenté de vendre du cannabis. Sitôt interpellé, il a été soumis à une fouille et un examen de situation, lesquels ont permis aux éléments  de la brigade  anti-criminalité de mettre la main sur quatre pochons de chanvre indien, d’un poids total de 7 grammes, ainsi que 320 €.  Embarqué  au commissariat où il a été soumis au feu roulant des questions, le Malgache a avoué que les liquidités retrouvées sur lui  provenaient de la revente de cannabis. Essayant de se disculper, il a néanmoins confié que ce serait sa première transaction dans la filière. Un propos qui n’a pas laissé indifférent le président du tribunal correctionnel  Didier Suc. «Vous devez inspirer confiance pour que l’on vous donne de la drogue comme çà, alors que vous dites que c’est la première fois», s’est il adressé à l’accusé.

Délinquance ancrée«Je n’ai qu’une seule parole, çà doit être pour çà qu’on me fait confiance», a rétorqué le jeune homme. Pour mieux susciter la clémence de la cour, il a enchaîné en faisant part du « calvaire » qu’il traverse. «Je suis à Toulouse depuis trois semaines. Je me suis retrouvé à la rue. Du coup, je me suis dit pourquoi pas», a-t-il poursuivi en haussant les épaules.Le casier judiciaire déjà chargé, pour un individu de son âge, a troublé la procureure Chastenet. S’inquiétant de la situation du suspect, elle craint que celui-cis’enfonce dans la délinquance, bien loin d’une quelconque insertion. De ce fait, elle a requis quatre mois de prison avec maintien en détention, en plus de la confiscation des 320 € retrouvés sur lui.Bien que la procureure lui ait donné du fil à retordre, Me Justine Rucel, avocate du Malgache, a tant  bien que mal, essayé de renverser la vapeur. « La procédure de comparution immédiate, avec les deux nuits de mise en garde à vue, que mon client a passées au commissariat de Seysses ne sont-elles pas déjà assez dissuasives  », a-t-elle plaidé. Les peines préconisées  ont été néanmoins maintenues par la cour.

Andry Manase

Midi Madagasikara112 partages

Nationalisme mondial : Quelles conséquences pour Madagascar ?

Si Marine Le Pen était élue en France, quid des îles éparses de Madagascar ?

Les courants nationalistes influent sur les relations internationales. Et Madagascar, bien qu’il y soit un acteur, participe et subit même les impacts des décisions des « grands pays » ainsi que leurs conséquences géopolitiques. C’est dans ce contexte que Friedrich Ebert Stiftung (FES) organise une conférence-débat ce jour.

D’actus. « Brexit, Trump, Marine Le Pen ? Quelles conséquences pour Madagascar ? ». C’est le thème autour de laquelle va se dérouler la conférence-débat organisée par FES, aujourd’hui à 16h30 au Chef Avenue Lounge, Gare Soarano. Pour les responsables de cette conférence, les évènements politiques et géopolitiques de ces derniers temps auront effectivement et certainement des conséquences sur Madagascar, « ses relations avec les bailleurs de fonds traditionnels, ses relations commerciales et sa politique de développement ». Les débats sont donc ouverts.

Revoir. Pour l’économiste, Faly Ramakavelo, interrogé – récemment par un journaliste –  sur le Brexit – la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne aura des impacts sur Madagascar. « Les conséquences ne seront pas perçues de suite mais il y en aura effectivement », argue-t-il. Il a également défendu que « Madagascar doit revoir les conventions bilatérales et les redéfinir à nouveau ».

Doctrine de Monroe. Pour les observateurs Américains, la politique étrangère de Donald Trump, l’isolationnisme est synonyme de la « Doctrine Monroe » de 1923. A cette époque, le président des Etats-Unis, James Monroe proclamait que « le continent américain est dès lors fermé à toute tentative de colonisation européenne, qu’aucune intrusion dans la politique américaine de la part des Etats européens ne sera tolérée, et qu’en contrepartie, toute intervention américaine en Europe est envisageable ». Même topo pour Donald Trump qui, non seulement taxé d’être un misogyne et un raciste, avait mis en avant cette idée de « L’Amérique aux Américains ». Cet isolationnisme peut d’ores et déjà être ressenti à travers son plan d’ériger un mur à la frontière du Mexique ; un mur dont la construction – évaluée entre 10 et 12 milliards de dollars – devra être financée par le Mexique. Pour le cas de Madagascar, beaucoup d’observateurs craignent la cessation définitive de l’AGOA (African Growth and Opportunity Act) avec ce président imprévisible. Notons qu’en France, Marine Le Pen du Front National est également en pole position pour remporter les présidentielles. A suivre. 

Aina Bovel

L'express de Madagascar106 partages

Arbitres – Test de fitness pour les internationaux

Tous les arbitres internationaux malgaches ont suivi ce weekend au stade d’Alarobia un test de fitness sous l’égide du département des arbitres de la fédération malgache de football. « Ce genre de test se fera systématiquement quatre fois par an selon les recommandations de la Fifa (Fédération Internationale de Football Association)», a confié Pascal Andrianan­tenaina, chef de département des arbitres de la fédération.Le test consiste à vérifier la condition physique des arbitres et est cette fois réservé aux arbitres internationaux. En tout, Mada­gascar compte actuellement dix sept arbitres internationaux dont six centraux, quatre hommes et deux femmes, puis onze assistants dont sept hommes et quatre femmes.Les arbitres ont effectué, durant le test, une série de courses de vitesse et d’endurance, similaires aux conditions sur terrain. Concernant le stage de la Fifa pour les arbitres, le prochain sur le sol malgache aura lieu au mois d’août et sera animé par des experts de la Fifa.

S.R.

L'express de Madagascar100 partages

Football – Ligue 1 – AS Adema, Mama FC et Tana FC leaders

Le championnat d’Anala­manga entame sa troisième journée ce dimanche 19 février toujours sur le terrain de Bevalala. Après leur parcours sans faute, trois clubs, en l’occurrence l’AS Adema, Tana FC et Mama FC, occupent après les deux journées du championnat, le fauteuil de leader avec six points chacun.La journée de dimanche sera inaugurée par la rencontre entre les deux avant-dernières équipes du clas­se­ment provisoire, Uscafoot et SabNam. En deuxième heure, Tana FC classé troisième sera opposé à Mi20 qui a déjà subi deux défaites et un match nul.Il en est de même pour l’équipe d’Ivato qui retrou­vera le Cospn. Ce dernier compte lui aussi deux défaites et un match nul. Le dernier match de cette troisième journée sera le duel entre l’équipe de l’assurance Mama, dauphine au classement et les Militaires, qui se trouvent à la quatrième place provisoire avec une victoire en autant de rencontres.Les deux équipes de repos pour cette journée sont l’Elgeco Plus qui disputera son match retour comptant pour le tour préliminaire de la coupe de la CAF (Confédé­ration africaine de football) et FC Tana, dernier du classement. À l’issue de la deuxième journée, Angelot Andrianatenaina de l’AS Adema est le meilleur buteur du championnat avec trois réalisations, talonné par Hasinirina Onjaniaina Patrick de l’As Adema lui aussi et Blaise de Mama FC qui ont inscrit chacun deux buts.

Classement provisoire

1-    AS Adema    6    +72-    Mama FC    6    +33-    Tana FC    6    +24-    Cosfa    3    +15-    Cospn    1    -26-    Mi20    1    -37-    Elgeco    0    08-    SabNam    0    -19-    Uscafoot    0    -210-    FC Tana    0    -5

S.R.

L'express de Madagascar93 partages

Jirama – Le gouvernement dit non à plus de subventions

Le gouvernement reste ferme sur le montant de la subvention. Il insiste sur l’amélioration de la gouvernance de cette société pour éviter de remettre la main au portefeuille.

xÀ la diète. Le gouvernement semble décidé à rester intransigeant sur le montant de la subvention allouée à la société énergétique Jiro sy rano Malagasy (Jirama).Devant la presse, hier, en marge d’une visite de la centrale hydroélectrique de Mandraka, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a été clair : « Il n’y aura pas d’augmentation de la subvention de la Jirama ».L’ancienne équipe dirigeante avait demandé 750 milliards d’ariary mais, l’Exécutif compte, s’en tenir aux 250 milliards d’ariary d’appui à la société énergétique, prévus par la loi de finances et n’envisage pas d’augmenter la note. Des informations indiquent, cependant, que la majeure partie de cette somme a déjà été décaissée, durant ces premières semaines de l’année 2017.Pour, tant bien que mal, atténuer le délestage causé par les problèmes d’étiage, il a fallu faire tourner à plein régime les centrales thermiques. Ce qui avait nécessité 800 m³ de carburants pour tout Madagascar, 450 m³ pour le réseau interconnecté d’Antananarivo. La question s’impose donc : « Le peu d’argent non utilisé sera-t-il suffisant pour le reste de l’année   ». Au chef du gouvernement de répliquer qu’ « Il ne s’agit pas seulement de réduire la subvention de la Jirama. Cela s’accompagne par une nécessaire amélioration de la gouvernance et du recouvrement et réduire les coûts de production ».Concernant la gouvernance, Lantoniana Rasoloe­lison, administrateur délégué de la Jirama, absent durant la visite d’hier, a « trois mois », pour mettre en place une stratégie afin de redresser la gouvernance de la société d’État et sélectionner les bonnes personnes à mettre aux bonnes places. Pour le recouvrement, la Jirama, appuyée par le ministère de l’Énergie, devrait traquer les mauvais payeurs et les voleurs d’électricité.

HausseL’administration publique est, pourtant, réputée être parmi celles ayant le plus d’arriérés dans le paiement des factures. Dans de précédentes interventions face à la presse, le locataire de Mahazoarivo a déjà « donné l’ordre » aux entités publiques de s’acquitter de leur dû à la Jirama. Reste à voir si cela a été suivi d’acte. En matière de réduction des coûts, il a été annoncé, hier, que « dès le mois de mars », des centrales thermiques se mettront au fuel lourd, en remplacement de l’alimentation en gazole vendu au prix fort par les fournisseurs de la société de distribution d’électricité.À entendre le chef du gouvernement, les solutions pour éviter à la Jirama de survivre sous perfusion avec les subventions, sont donc, déjà trouvées. Une autre question s’impose, toutefois: « Qu’en sera-t-il lorsque l’on sera, à nouveau, face à des problèmes comme les aléas climatiques de ces derniers temps   ». En réponse, le Premier ministre Mahafaly, a indiqué que les responsables et techniciens se penchent, justement, sur le sujet, pour maintenir la stabilité dans la fourniture de l’énergie.Le retour de la pluie qu’elle soit naturelle ou provoquée, a sauvé la mise à la Jirama et permis, de dépasser le gap de 210 mégawatts, nécessaires pour alimenter Antana­narivo et ses environs. « Il n’y a plus que 70 mégawatts à produire pour les centrales thermiques, ce qui ne nécessite plus que 150 m³ de consommation journalière si l’on était à 450 m³, par jour, il y a peu », se réjouit le responsable de la Jirama qui a guidé la visite d’hier.Le changement climatique fait, cependant, que l’on ne soit pas à l’abri d’une nouvelle sècheresse. D’autant plus qu’une grande partie de Madagascar souffre du problème d’approvisionnement en électricité et non seulement Antananarivo. « En cas de grandes difficultés, l’État aidera la Jirama à trouver une solution », réplique le locataire de Mahazoarivo. À entendre certains mots d’hier, une énième hausse des tarifs pourrait, également, intervenir dans les prochains mois. Pour faire passer la pilule, l’amélioration du rapport qualité-prix est mise en avant.

Une déclaration « rassurante »

La déclaration du Premier ministre devrait rassurer les bailleurs de fonds. Dans un entretien accordé à L’Express de Madagascar, le représentant résident du Fonds monétaire international (FMI) a encore rappelé l’importance de s’en tenir aux prévisions de la Loi de finances en matière de subvention. « Le financement du budget 2017 étant déjà bouclé, il serait extrêmement difficile de trouver de nouvelles sources de financement dans une éventuelle loi de finances rectificatives pour accommoder les dépenses extra », indique-t-il. « Transférer plus de ressources à la Jirama signifie moins de ressources pour les autres secteurs, notamment les secteurs sociaux et les infrastructures », poursuit-il encore.Mais le Premier ministre tiendra-t-il parole   Ou ne s’agit-il que d’une annonce destinée justement à rassurer les bailleurs de fonds quant au respect par l’État malgache de ses engagements   Son discours, pour la première fois, rejoint celle des partenaires techniques et financiers.Attendue en mars, la mission du FMI pour évaluer la mise en œuvre du programme de Facilité élargie de crédit sera particulièrement attentive à la situation financière de la Jirama et à l’avancée des réformes promises.

Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza88 partages

Kolonely Lylison"Tsy matahotra anareo aho"

Taorian’ny didim-pitsarana manameloka ny kolonely Lylison higadra herintaona sazy mihatra, izay narahina didy fampisamborana, tsy niandry ela ny tenany fa omaly ihany dia namaly bontana tao anatin’ny tambajotran-tserasera fesiboky.

 Maro ny fanenjehana mikasika ny tenako, ao ireo izay mikasa mihitsy ny handatsaka ny aiko. Tonga hatrany amin'ny fisavana ny trano fonenako, saingy tsy nahitam-bokany, hoy ity manamboninahitra sady loholona akaiky ny filohan’ny tetezamita ity. Nandeha indray ny fitsarana ahy, izay marihiko eto fa tsy nanatrika tao akory ny tenako sy ny fianakaviako, ka nivoaka ny didy fa herintaona an-tranomaizina, sazy mihatra no miandry ahy saingy tsy mampaninona ahy, hoy hatrany izy. Teo am-pamaranana dia mbola nandefa teny mahery mifono fihantsiana lalina ny fanjakana HVM ny tenany ka nilaza hoe "Henjeho aho raha ho tratranareo, vonoy aho raha hofatinareo. Miandry anareo, ary tsy matahotra anareo aho". Sarotra ny hino fa tsy hitan’ny fanjakana ny toerana misy ity manamboninahitra ambony karohiny fatratra ity, fa ny sata mifehy azy sy ny resaka fifandraisana iraisam-pirenena no ialokalofany. Manao vonovorona fotsiny kosa ny fitondrana HVM satria tsy mahavita na inona na inona. Nandalo fiofanana ara-miaramila tamina firenena vitsitsy i Lylison, anisany ny tany Chine. Efa nosaloran’ny Frantsay mariboninahitra “Légion d’honneur” ihany koa izy, izay midika zavatra maro.

Toky R

 

Midi Madagasikara64 partages

Diplomatie : Bientôt une politique nationale de la diaspora

La ministre Atallah Béatrice reste malgré tout optimiste pour le succès de l’Eco-diplomatie.

Faute de moyens, la représentation diplomatique de Madagascar à l’étranger est limitée au strict nécessaire.

Madagascar est encore sous-représenté sur le plan diplomatique par rapport à d’autres pays de l’Afrique. En effet, la Grande Ile ne compte que 18 ambassades et 3 Consulats Généraux, alors que des pays africains comme la Côte d’Ivoire et la Mauritanie disposent respectivement de 50 et 34 missions diplomatiques et consulaires à travers le monde. « Par contre, nous jouons la carte d’efficience : Madagascar est condamné à réussir avec le nombre d’ambassades qu’il a à travers le monde. », affirme la ministre des Affaires étrangères Atallah Béatrice. Avant d’expliquer : « Madagascar a trois représentations diplomatiques en Amérique : une ambassade à Washington, une représentation permanente au sein des Nations Unies et une à Ottawa. Nous en avons également en Europe : deux à Paris dont une ambassade et une repermad auprès de l’Unesco en sus du Consulat Général à Marseille. Il en est de même à Berlin, à Rome, à Bruxelles et à Genève. En Afrique, il y en a à Dakar, une à Pretoria, un Consulat Général à Cape Town, une ambassade à Addis-Abeba, une à Port-Louis, une à Alger, un consulat général à La Réunion. Madagascar a aussi une ambassade à Ryad et à Moscou. En Asie, nous avons une représentation diplomatique à New Delhi, à Beijing et  à Tokyo. De ces faits, la Grandes Ile figure parmi les pays qui, en termes de comparaison, disposent de peu de représentations diplomatiques dans le monde. »

Forum à Tana. A en croire le chef de la diplomatie malgache, Madagascar ne va pas uniquement miser sur ces représentations diplomatiques pour la réussite de la diplomatie économique ou Eco-diplomatie, mais également sur l’apport de la diaspora malgache. « La reconnaissance du rôle de la diaspora au développement économique du pays a conduit à mettre la mobilisation de la diaspora au centre de la diplomatie économique de Madagascar. Cette prise de conscience a justifié la création au sein du ministère des Affaires étrangères de la Direction Générale de la promotion économique et de la diaspora au sein de laquelle est rattachée la Direction de la Diaspora depuis avril 2015. La première année fut consacrée à une meilleure connaissance de la diaspora malgache à travers les états des lieux des données disponibles au niveau de nos représentations extérieures et l’étude sur le profil de la diaspora malgache en France », souligne la ministre Atallah Béatrice. Et elle d’annoncer : « Pour cette année, l’effort sera concentré sur l’élaboration d’une politique nationale pour l’engagement de la diaspora. La mobilisation va se poursuivre dans deux axes : la mobilisation de la diaspora elle-même, mais également une campagne de sensibilisation pour changer le regard, un peu négatif, des Malgaches restés au pays sur la diaspora. Nous envisageons également d’organiser vers la fin de cette année un Forum de la diaspora malgache à Antananarivo. » En tout cas, beaucoup reste à faire sur le plan diplomatique malgré le fait que Madagascar soit ces derniers temps l’hôte des plusieurs personnalités dont le Roi du Maroc, la Princesse de la Thaïlande, le ministre des Affaires Etrangères de la Chine, le secrétaire d’Etat du Vatican et le président de la République de la Turquie. « D’autres importantes personnalités viendront aussi dans les mois à venir. », révèle le MAE.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara61 partages

Paysage forestier de Madagascar : 4 millions d’ha de forêts à restaurer d’ici à 2030

La restauration des forêts est nécessaire pour la préservation des générations futures.

Dans le cadre de l’engagement  pris par Madagascar dans la déclaration de l’initiative AFR 100 au niveau de l’Afrique, l’objectif des 4 millions d’ha de forêts restaurées doivent être atteints d’après le SG du Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts.

Madagascar figure parmi les pays les plus touchés par les conséquences des changements climatiques. Lesdits changements étant les produits des actions humaines comme « les tavy, les exploitations illicites et sauvages des ressources, ou encore des extractions minières » qui détruisent les forêts. Ces dernières ne couvriraient plus, d’après les dernières statistiques, que 7 millions d’hectares dans toute la superficie du pays. Une baisse considérable comparée aux statistiques de 2002 qui avaient enregistré 12 millions d’hectares de forêts. L’atelier de validation de la stratégie nationale de restauration des paysages forestiers de Madagascar tombe dans ce cas à point nommé. Conçue grâce à « une approche multisectorielle et interministérielle », cette stratégie voudrait être une solution à long terme pour la lutte contre la destruction de l’environnement, notamment de la disparition des forêts. Des propos partagés par Liva Hariniaina Ramiandrarivo, SG du Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts lors de la cérémonie de validation d’hier au Café de la Gare Soarano. « Le but principal de la validation de cette stratégie réside dans la mesure où la restauration des forêts est une priorité. Ladite restauration ne touchant pas uniquement les zones endommagées, mais aussi toutes celles susceptibles d’être détruites » a-t-il enchéri. Avant d’ajouter que toutes « les actions entreprises dans le cadre de cette stratégie auront pour but la lutte contre les changements climatiques ». 

2030. C’est le deadline pour atteindre l’objectif des 4 millions d’hectares de forêts restaurées. « Incluant de nombreux concepts de développement tels que la sécurité alimentaire, la préservation de la biodiversité, la préservation des sols et l’approvisionnement en eau et en énergie de la population, la stratégie de restauration des paysages forestiers permettra d’orienter et de coordonner les actions entreprises pour la construction effective de la résilience écologique et socio-économique des populations de Madagascar». Les objectifs de cette stratégie sont louables. Des questions se posent toutefois. Les forêts restaurées seraient-elles classées en parc ou zone protégée ? Etant donné que les extractions minières figurent parmi les plus premières causes de destruction des forêts, des dispositions concernant ce secteur existent-elles dans cette stratégie nationale ? Enfin, les sociétés minières à Madagascar vont-elles s’y conformer ?

José Belalahy

News Mada59 partages

Bois précieux de Madagascar : l’exploitation est hors de contrôle

Une nouvelle étude révèle que l’exploitation du bois à Madagascar est hors de contrôle. L’exploitation forestière illégale pourrait entraîner l’imposition de sanctions commerciales à l’endroit de la Grande île.

Instabilité politique, mauvaise gestion du gouvernement, manque de contrôle des exploitations forestières, incapacité à imposer des sanctions punitives contre les trafiquants. Ce sont entre autres les raisons citées par l’ONG Traffic qui ont entraîné « Le zéro contrôle sur la gestion des ressources en bois précieux à Madagascar de mars 2010 à mars 2015 », selon une nouvelle étude de l’ ONG publiée dans le cadre du projet Scapes sur « La Préservation des ressources naturelles de Madagascar ».

Ce projet, financé par l’ USAID, a pour but de lutter contre le commerce illégal des ressources naturelles de Madagascar par le renforcement des capacités des parties prenantes malgaches. Le projet a été lancé en 2013 et mis en œuvre par un consortium de quatre ONG à savoir WWF, Wildlife conservation society, Conservation international et Traffic, en étroite collaboration avec la société civile et le gouvernement.

Roland Melisch de Traffic international a déclaré que, « La mauvaise gouvernance et la corruption ont mené à une situation anarchique sans aucun contrôle sur la récolte de bois, provoquant une ruée vers les bois ayant comme conséquence l’abattage généralisé d’arbres de bois de rose et de bois d’ébène dans des aires protégées partout à Madagascar. Et il faudra des années pour que l’environnement puisse s’en remettre ».

Quid des législations ?

L’étude « L’Ile aux bois : le commerce de bois de rose et de bois d’ébène de Madagascar » fait savoir effectivement qu’au moins 350 mille arbres ont été abattus illégalement à l’intérieur des aires protégées et au moins 150 mille tonnes de rondins ont été exportés illégalement vers des destinations incluant la Chine, la Malaisie et l’île Maurice sur la période de cinq ans.

Madagascar abrite des centaines d’espèces endémiques de bois de rose Diospyros et de bois d’ébène Dalbergia, dont beaucoup suscitent une forte demande, en particulier en Asie. Toutefois, selon le rapport : « La politique de gestion de bois précieux se caractérise par un décalage entre les décisions de gestion (c’est-à-dire les déclarations politiques et les engagements internationaux) et leur mise en œuvre sur le terrain ».

Recommandations de la CITES

Madagascar est déjà confronté à une forte pression internationale pour résoudre la situation. Lors de la réunion de la Cites en septembre 2016, le Secrétariat de la Convention a demandé au pays de mettre en œuvre un plan d’action sur le bois. L’exploitation forestière illégale pourrait entraîner l’imposition de sanctions commerciales à l’endroit de la Grande île.

Le rapport émet un certain nombre de recommandations adressées au gouvernement (ministère de l’Environnement, ministère de la Justice et celui des Finances…) ainsi qu’au Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), au Service de renseignement financier (Samifin), aux partenaires de l’ administration forestière et aux organismes de recherche. Certaines questions clés à aborder incluent la mise en œuvre rigoureuse de la législation existante, l’évaluations des ressources clés et la formation de base sur l’identification des espèces.

Arh.

 

News Mada57 partages

67 ha : mpanendaka saika matin’ny fitsaram-bahoaka

 Toy izao amin’ny sary izao ny nanjo ity jiolahy tratran’ny fitsaram-bahoaka teny 67 Ha Atsimo, omaly ity. Araka ny fanazavan’ireo olona nahita ny zava-nitranga teny an-toerana, avy nanendaka olona sendra nandalo tamin’iny faritra iny izy no nifanenjehanan’ny olona. Raikitra ny fifanjevoana satria niantso ilay voaendaka ka nenjehin’ny olona avy hatrany ity jiolahy ity. Tsy lasa lavitra anefa izy satria tratran’ny olona. Samy nanala ny hatezerany tamin’ilay jiolahy ny olona. Efa nitrosotrosona tany anaty fotaka mihitsy aza izy noho ny daroka nahazo azy. Samy nitsaingoka kely taminy avokoa izay nahita. Soa ihany fa nalaky tonga ny polisy fa raha tsy izany matin’ny fitsaram-bahoaka ity tontakely ity.

Faritra isan’ny malaza ratsy amin’ny tsy fandriampahalemana iny Antetezanafovoany 67 Ha Atsimo. Tsy vitsy ireo iharan’ny fanendahana miharo sinto-mahery eny an-toerana. Voalaza fa ireo olona mandeha irery sy alim-podiana no tena jonoan’ireo jiolahy. Tsy vitan’izay fa manao andiany ry zalahy rehefa manao ny asa ratsiny. Ankoatra izany, lasibatr’izy ireo koa ireo olona miandry miandry taxi-be eo amin’ny fiantsonana eo 67 ha.

J.C

Midi Madagasikara57 partages

Antanimbarinandriana : Aménagé en jardin et en parking

Les travaux battent leur plein à Antanimbarinandriana.

La Commine urbaine d’Antananarivo multiplie ses infrastructures dans l’objectif non seulement d’embellir la ville, mais aussi de satisfaire les usagers. C’est dans ce cadre que de grands travaux d’aménagement sont en cours à Antanimbarinandriana. D’après les explications des responsables au sein de la CUA, le terrain sera aménagé en jardin et en parking. Le jardin pour servir d’espace de repos et de détente et le parking pour les automobilistes qui fréquentent les endroits environnants, notamment pour les assidus du Marché hebdomadaire de Mahamasina. Les travaux d’aménagement vont durer environ 15 jours.

45 000 Euros. Toujours hier, mais à quelques mètres seulement d’Antanimbarinandriana, la Fédération malgache de Football a remis officiellement à la CUA la pelouse réhabilitée du stade de Mahamasina. Les travaux de réhabilitation ont coûté 45.000 Euros. C’est à la Commune urbaine d’Antananarivo de gérer et d’entretenir cette autre infrastructure. La FMF et la CUA ont été représentés hier au stade de Mahamasina respectivement par son vice-président Doda Andriamiasasoa et le 2e adjoint au maire Julien Andriamorasata. Et parallèlement à tout cela, le maire Lalao Ravalomanana a poursuivi ses descentes au niveau des bas quartiers du IVe Arrondissement.

R. Eugène

Midi Madagasikara50 partages

Soarano : Un piège à auto-moto

Les conducteurs de deux-roues doivent rester particulièrement alertes.

Les automobilistes et motocyclistes non avertis risquent de tomber dans ce trou laissé par le tampon disparu d’un regard de chaussée. Ainsi dépourvu de son couvercle, le dispositif  devient un piège pour les usagers. Se trouvant au milieu de la rue à Soarano, en face du bureau du premier arrondissement de la commune d’Antananarivo, ce trou pourrait, en effet, prendre de court les usagers de la route, notamment les deux roues roulant au milieu de la chaussée et suivant les files de voitures d’un peu trop près. A la différence des automobilistes qui, en respectant la ligne continue, bien visible à cet endroit, ont un peu moins de risque de tomber dedans dans la mesure où les pneus des véhicules roulent de chaque côté du trou. Pour les uns et les autres, un maintien de l’attention au volant est de mise. Couvrir ce regard en scellant le tampon ou en usant d’un système antivol, éviterait les accidents qui pourraient survenir si le trou est laissé longtemps en l’état.

Hanitra R.

Midi Madagasikara48 partages

Ministère des Mines : Des réformes entamées pour développer le secteur extractif

Le ministre Zafilahy Ying Vah veut formaliser le secteur minier.

« Secteur extractif, secteur pourvoyeur de ressources ». Tel est le leitmotiv du ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole. « Pour atteindre cet objectif ambitieux, des réformes doivent être entamées », a expliqué le ministre de tutelle, Zafilahy Ying Vah, lors de la présentation de vœux de son département hier à l’Espace Fenitra à Iavoloha.  Il s’agit notamment de la formalisation du secteur tout en professionnalisant les petits exploitants miniers. L’amélioration du code minier et du code pétrolier constitue également une autre étape afin de s’adapter au contexte actuel.

Retombées économiques.  « Le code actuel prévoit entre autres, que le premier venu est le premier servi sans tenir compte de la capacité technique et financière du demandeur. Ce qui favorise la spéculation des permis miniers. Quant au code pétrolier, cela a été conçu durant la période d’exploration alors qu’on est maintenant en phase d’exploitation », a-t-il évoqué. Et cette année, le ministère en charge des Mines et du Pétrole prévoit de renforcer le contrôle surtout du secteur minier afin de lutter contre les trafics aurifères et de pierres précieuses. En fait, les volumes d’exportation d’or de Mali et de Burkina Faso étaient respectivement de 49 tonnes en 2014 et de 24 tonnes par an en 2016 alors qu’à Madagascar, seuls 500kg d’or exportés ont été déclarés. Ilakaka est aussi la première grande exploitation de pierres précieuses à ciel ouvert dans le monde mais c’est dominé par l’exploitation illicite. En dépit de tout cela, « la formalisation du secteur informel n’est qu’une étape, l’objectif est qu’il y ait des retombées économiques positives pour la population locale et partant pour le pays », a fait savoir le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah.  

Secteur transversal. Parlant du renforcement des contrôles des activités minières, des Bureaux d’Administration Minières seront installés dans les zones d’exploitation, à part l’implantation de la police des mines dans les carrières minières afin de maîtriser les ruées. « Ces ruées vers les gisements constituent un secteur transversal, impliquant plusieurs départements ministériels dont entre autres, les Mines, l’Aménagement du Territoire, l’Environnement, le Budget, la Défense et la Gendarmerie », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara48 partages

Manjakaray : Voasambotra ilay tovolahy mpisoloky menaka lavanila

Taorinan’ny vela-pandrika nataon’ny polisy dia tra-tehaka ny tovolahy iray efa malaza ratsy amin’ny fisolokiana menaka lavanila. Dokotera  iray efa voasolokiny  no nametraka fitoriana teny amin’ny paositry ny polisy boriborintany fahavalo, tamin’ny volana janoary lasa teo. Nandeha avy hatrany teo ny fikarohana ka izao niafara tamin’ny fisamborana ity tovolahy ity izao. Tamin’ny fanadihadiana natao no nahalalana fa ny volana desambra tamin’ny taon-dasa no niroso tamin’ny fifampivarotana ny roa tonta ary teny Ambodivona no nanatanterahana izany. Novidian’ity dokotera 6.000.000 ariary ny menaka lavanila 20 litatra ary tsy nisy mihitsy ny olana teo amin’izy ireo. Tsy nionona fotsiny tamin’ny fandresen-dahatra nataon’ity  tovolahy anefa ilay mpividy fa nanao fanamarinana ity entana. Rehefa natao ny fitilina tany amina « laboratoire » dia rano nasiana loko sy hanitra lavanila ity nolazaina fa menaka lavanila. Nametraka velapandrika avy hatrany ny mpitandro ny filaminana hisamborana ity mpisoloky ity. Ny alahady lasa teo, teny Manjakaray, ity farany no voasambotry ny Polisin’ny boriborintany fahavalo Analamahitsy. Niaiky ny heloka vitany ity voampanga  tamin’ny famotorana natao azy. Natolotra ny fitsarana omaly moa ity raharaha ity.

Kanto R. (Stagiaire)

L'express de Madagascar44 partages

Anosy – Un changement positif à Tolagnaro

Éducation et environnement. La JCI OLP (Organi-sation locale provisoire) Faradofay orientera ses actions de développement sur ces deux domaines cette année. « Lors d’une réunion de brainstorming entre les membres, nous avons pu identifier les besoins ainsi que les problèmes de la population dans la cité dauphine. Étant des jeunes actifs, nous avons choisi d’agir sur ces deux axes stratégiques. Pour ce faire, six projets sont en cours de réalisation», explique Daniella Rakotoa- rimanana, présidente de JCI Faradofay.Donner aux jeunes la capacité de créer des changements positifs, fait partie des missions de la Jeune chambre. Pour mener à bien les actions dans ce sens, les membres ont reçu des formations. « Nous avons eu une session de formation dispensée par Aina Rakotoarisoa de la  JCI Iloniarivo. Le but était de renforcer la capacité des membres et d’assurer le bon fonctionnement de l’organisation», continue-t-elle.Par ailleurs, dix membres, dont sept membres fondateurs et trois postulantes, ont été intronisés à la JCI Faradofay. La soirée d’intronisation a vu la présence du préfet de Fort-Dauphin, ainsi que du directeur de croissance et extension du bureau national de la JCI Madagascar.

Moïse Fanomezantsoa

Midi Madagasikara40 partages

Les règles du jeu de l’élection de 2018 encore très floues

La déclaration du représentant de l’Union Européenne à propos de l’élection présidentielle de 2018 a été diversement accueillie par la classe politique malgache. Cette demande d’une élection sans exclusive ne semble pas avoir été appréciée par les partisans du régime qui parlent du respect de la souveraineté des Malgaches. Les mises au point du président national du HVM et du chef de l’Etat lui-même laissent penser que le régime entend bien fixer les règles de ce scrutin présidentiel de 2018.

Les règles du jeu de l’élection de 2018 encore très floues

Le scénario qui devrait se dessiner en toute logique est celui d’une élection avec trois challengers, Hery Rajaonarimampianina, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. Si le jeu démocratique est respecté, le scrutin mettra aux prises ces trois poids lourds de la scène politique actuelle. Le régime appréhende cette confrontation dont l’issue pourrait ne pas lui être favorable. Ses adversaires craignent à tort ou à raison qu’il fera tout pour empêcher les deux anciens présidents de se présenter. Les trois années qui se sont écoulées depuis l’accession de Hery Rajaonarimampianina à la magistrature suprême ont été plutôt ternes et ne lui laissent pas espérer de bénéficier de cet avantage apporté par la mise à sa disposition de tous les rouages du pouvoir. Le capital de sympathie dont il pouvait jouir au début a disparu et il a laissé place à une véritable lassitude de la population. Le cycle contestation –répression qui a rythmé ce quinquennat a définitivement plombé l’atmosphère politique. Les analystes peuvent donc penser que les deux principaux challengers du président sortant ont toutes les chances de le faire trébucher dès le premier tour. Mais les mêmes analystes constatent que les membres de l’équipe entourant le chef de l’Etat sont en train de chercher tous les artifices juridiques nécessaires pour empêcher cela. La déclaration du représentant de l’Union Européenne a eu le don de froisser les thuriféraires du pouvoir. Cette réaction outrée ne devrait cependant pas porter à conséquence, car les règles du jeu de cette élection de 2018 sont encore très floues.

Patrice RABE

Midi Madagasikara39 partages

OMDA : Un soutien effectif du Ministère de la Culture

Le Ministre veut appuyer les artistes dans leurs démarches ! (Photo Yvon Ram)

La présentation de vœux du ministère de la Culture, du Patrimoine et de l’Artisanat, de l’OMDA et des diverses directions du ministère, avec les artistes, s’est tenue hier au siège de la TVM à Anosy.

C’était dans une ambiance très conviviale que l’OMDA, représenté par son directeur, HajaRanjarivo, avec les autres directions et le ministère de la Culture, du Patrimoine et de l’Artisanat, ont présenté leurs vœux en ce début d’année. Une grande rencontre presque amicale qui montre les relations en bons termes entre les artistes et les représentants ministériels, et une occasion pour le ministre Jean Jacques Rabenirina de souligner, sinon de réitérer son soutien à toutes les actions menées par l’OMDA dans le cadre de la protection des droits d’auteur. Un appui qu’il veut être effectif car beaucoup reste à faire. A Madagascar, beaucoup d’artistes vivent de leur art, même si cela semble difficile, parce que les structures existantes ne le permettent pas encore réellement, mais surtout car beaucoup trop d’enseignes ne paient pas encore ces fameux droits d’auteurs qui reviennent aux artistes. Chaînes télé, radio, organisateurs de spectacles, cybercafés, transports en commun, hôtels, restaurants, karaoké et boutiques… tous ceux qui utilisent les œuvres musicales à des fins commerciales, même indirectement.

Distinction. Par ailleurs, le ministre a affirmé qu’il ne faudra plus attendre le décès d’un artiste pour l’honorer. Une liste est déjà en cours d’établissement pour l’octroi d’ordres de mérite et des distinctions honorifiques aux artistes. Et que la cérémonie de remise de ceux-ci se fera incessamment sous peu. Une annonce accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par les artistes. Tant de grandes figures de la musique malgache sont encore bel et bien en vie, et continuent à créer pour faire évoluer la culture. Hier, à l’occasion de cette célébration, le ministère de la Culture a offert des ordinateurs et des matériels informatiques à l’OMDA.

AnjaraRasoanaivo

Midi Madagasikara37 partages

Francis Turbo : Découverte et choc culturel dans son spectacle

Francis Turbo va présenter de nouveaux sketchs !

« Atero… Poreto… Asio » sonne comme une interprétation. C’est le thème des deux spectacles de l’humoriste Francis Turbo pour vendredi et dimanche prochains au CCEsca à Antanimena. Les billets continuent à se vendre et les places commencent à se faire rare, il est donc plus que nécessaire de retirer les tickets pour assister aux représentations. Dans son pitch, Francis Turbo promet de belles découvertes. « Le spectacle se divisera en deux parties. Dans la première partie, il s’agira de l’interprétation des campagnards, notamment de ceux de ma région, les Betsileo, qui viennent ici en ville et qui découvrent tout. Je dirai que c’est entre la découverte, et peut-être le choc, car il y a beaucoup à dire dans notre contexte actuel » explique Francis Turbo. Dans la deuxième partie, il interprétera à sa manière les chansons, et parodiera des tubes, des pubs… « A ma manière bien sûr » dit-il. Et puis, il y aura évidemment les sketchs qu’il a déjà joués. « On va dire qu’un tiers du spectacle sera consacré à des nouveautés, un autre tiers  à des sketchs que j’ai déjà fait des années de cela, et un dernier tiers avec des sketchs que j’ai joués dans les régions, mais qui n’ont jamais été interprétés au CCEsca, et qui n’ont pas été sortis en DVD » continue-t-il. En somme, un week-end bien prometteur pour ceux qui veulent s’évader de la routine quotidienne.

AnjaraRasoanaivo

Midi Madagasikara35 partages

Emplois à Madagascar : Un écart énorme entre les offres et les demandes

L’existence des commerces en tout genre correspond à du chômage déguisé.

Le monde de l’emploi est en crise. C’est une vérité immuable vécue dans la Grande Ile et handicapant des milliers de Malgaches, notamment des jeunes. En effet, la difficulté d’accès au monde professionnel touche ces derniers. Une difficulté qui tirerait sa cause par l’inadéquation des besoins des entreprises avec les profils des jeunes diplômés d’un côté. Mais aussi de l’insuffisance des offres d’emploi de l’autre côté. En effet, selon les statistiques d’un cabinet de recrutement de la capitale malgache, il y aurait eu 7 463 offres d’emploi contre 28 500 demandes durant l’année 2016. Il n’est pas besoin d’être très intelligent pour comprendre un écart entre ces deux indicateurs et d’être interpellé de la gravité de la situation.

Conséquences. Les observateurs de la vie publique s’accordent à dire que la hausse du niveau d’insécurité trouve sa cause dans l’augmentation du taux de chômage. En effet, ne trouvant pas de quoi s’occuper et de quoi trouver leurs pains quotidiens, certaines personnes décident de se verser dans la délinquance ou encore les crimes. Et les escroqueries et les braquages à main armée relatés par les médias au quotidien en sont les meilleures illustrations.

José Belalahy

Midi Madagasikara33 partages

Soanierana Ivongo : Mpangalatra lavanila maty novonoin’ny olona

Mbola maitso ireo lavanila dia efa misy mangalatra.

Efa ao anatin’ny fahatohizany, eo am-piandrasana ny daty fisokafany, ny lavanilina amin’izao fotoana izao ao amin’ny faritra Analanjirofo; koa tsy mahazaka izany ireo mpangalatra noho ny vidiny somary ambony farany teo, ka manomboka mangalatra ny an’ireo mpamboly.

Ny alin’ny talata 14 febroary nifoha ny alarobia 15 febroary teo dia tranga iray tamin’ny halatra lavanilina io no nitranga tao amin’ny fokontany Marovinanto, kaominina Soanierana Ivongo. Tovolahy maromaro no nanao ity halatra lavanilina am-potony eny an-tsaha ity, nefa tsy hain’izy ireo fa manomboka manao fiambenana ireo andimasom-pokonolona amin’izao fanombohan’ny fahatohizan’ny lavanilina izao ao Soanierana Ivongo. Vao raikitra ny antsoantso tamin’ny halatra nataon’ireto tovolahy ireto, dia nifanenjehan’ny fokonolona izy ireo. Tsy afaka tamin’izay ny iray noho ny andro alina rahateo, ka dia noraisim-potsiny ka nampiharan’ny fokonolona ny hatezerany tamin’ny daroka. 20 taona eo ity tovolahy ity, tonga naka azy ny zandary tao Soanierana Ivongo nitondra azy namonjy hopitaly, saingy tsy tana ny ainy noho ny fahaverezan-drà be loatra sy ny hamafin’ny daroka nahazo azy.

Ireo ambiny kosa tafaporitsaka tsy nisy tratra izay tsy fantatra marina ny isany; eo am-panarahan-dia azy ireo koa anefa ny zandary ao Soanierana Ivongo taorian’ny fitorian’ireto fokonolona noho izao halatra lavanilina am-potony izay mateti-pitranga any an-toerana izao…

Malala Didier

Midi Madagasikara31 partages

Ambalavao-Isotry : Fiara roa, jiolahy mitam-basy nandroba ramatoa avy nivarotra vato

Tokony ho tamin’ny valo ora sy sasany alina no niseho ny fanafihana. Ny talata teo, raha handeha hamonjy fodiana ny renim-pianakaviana iray niaraka tamin’ny zanany vavy ary ny mpamily ny fiarany no nisy fiara nanakana tampoka. Ny iray marika Mitsibushi L200, fiara tsy mataho-dàlana ary ny faharoa marika Golf type 4 miloko volondavenona. Tsy afa-nandroso intsony ilay fiara nitondra azy mianaka ary poa toa izay koa dia nivoaka ireo tao anaty 4X4 ary nanambana basy. Fantatr’ireo hatramin’ny nisy ny vola. Tsy nisy resa-be dia efa fantatra ny tanjon’ireo jiolahy. Nomena azy ny volabe tao anaty paoketra. Raha araka ny fantatra dia vao avy nivarotra vato sarobidy ilay madama talohan’io. Heverina izany fa nisy nahafantatra izany ary io nisy nanaraka io ny fiarany. Teo amin’ny maizimaizina teo Ambalavao-Isotry no nanapa-kevitra ireo jiolahy fa hanao ny fandrobàna tamin’izay. Poa toa izay ihany koa dia nanjavona teo an-toerana ireo mpanafika. Ny fiara nampiasaina koa matanjaka avokoa. Tsy nisy na inona na inona azon’ilay ramatoa natao ankoatra ny nametraka fitarainana. Midika ny tranga toa izao fa feno mpitsikilo eny amin’ny toerana ihodinan’ny vola eto an-drenivohitra. Na efa mailo aza ka mitazona ny fahanginana dia mbola misy mahafantatra ihany ny fisian’ny vola matetika. Ny antony dia satria misy olona mivelona amin’izany fotsiny. Matetika dia ireny mpanao « taxi-phone » ireny no tena maharaka ny fivezivezen’ny olona sy ny vola. Misy amin’izy ireo no manome vaovao ny jiolahy ary karamaina rehefa avy eo. Matetika ihany koa dia ireo mpiambina eny anivon’ireny banky ireny no maharaka ny olona mitondra vola ary miara-miasa amin’ny tambajotran-jiolahy. Mitaky fahamailona tanteraka…

D.R

Midi Madagasikara30 partages

Toliara : Sokatra tao anaty gony saron’ny pôlisy

Sokatra miisa 17 (10 lehibe, 7 kely) izay nafatratra tao anaty gony no tra-tehaky ny polisy, tao Ambohitrabo Toliara, ny asabotsy naraina teo, tokony ho tamin’ny fito ora. Raha vao nahatazana ny fiaran’ny mpitandro filaminana manao fisafoana ireo telolahy nitondra an’ireto sokatra, dia nitsoaka avy hatrany ary natsipin’izy ireo tany anaty bozaka ireo gony misy sokatra. Nahita izany ireto polisy dia nanenjika ireo nandositra, fa ny sasany tamin’ireo polisy kosa nijery ilay gony. Nihevitra ireto mpitandro filaminana fa taolam-paty no tao, saingy rehefa notsapaina dia gaga izy ireo fa dia zavatra boribory no tao anatin’ireo gony, ary fantatra avy hatrany fa sokatra. Nentina tany amin’ny biraon’ny polisy ireo sokatra sarona, ary omaly naraina no natolotra ny sampan-draharaham-paritry ny Rano sy ny Ala Atsimo Andrefana. Raha ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana, dia mitohy hatrany ny fikarohana an’ireo telolahy nitsoaka mbola tsy hita popoka hatramin’izao ireo.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara30 partages

Délestage à Ambositra : Satisfaction « partielle » des usagers après la diffusion du programme fixe

L’adoption d’un programme fixe de délestage par  les hauts responsables de la JIRAMA a permis de peu de décanter une situation délétère.

L’adoption d’un programme fixe de délestage par les hauts responsables de la JIRAMA a permis de peu de décanter  une situation délétère. C’est du moins ce qui a été constaté au niveau des usagers de la JIRAMA d’Ambositra, en partie satisfaits suite à la diffusion par les radios locales des horaires de fonctionnement de la centrale thermique du mardi 13 au vendredi 16 février 2017.

Douze heures par jour. Les horaires en question font état de la disponibilité de l’électricité de 8h à 12h le matin et de 14h à 22h l’après-midi, soit, douze heures d’électricité. Ce qui est déjà bien, notent les usagers si, quelques jours auparavant, les clients n’avaient droit que de moins de 8h d’électricité seulement, par jour. Ces clients rassurés qu’ils peuvent désormais établir  leurs horaires de travail et prémunir leurs matériels des éventuels risques de détérioration.

Continuer. Il appartient donc à la nouvelle équipe de la JIRAMA sous la conduite de son administrateur délégué Lanto Rasoloelison, de continuer sur sa lancée, pour  le redressement escompté et  redorer le blason de cette société nationale d’eau et électricité et de cesser  désormais de servir de vache à lait quant l’on sait que la situation de cette société est plus que catastrophique.

Anastase

Midi Madagasikara29 partages

Libertalia music-records : Vahombey à l’affiche du concert découverte !

Vahombey sera à l’affiche du concert découvertes de Libertalia music-records.

Chose promise, chose due ! A la sortie de « rock’n blues », Vahombey a, en même temps, annoncé son retour définitif sur la scène musicale. Depuis le mois de novembre, le chanteur n’a effectivement cessé de se produire. Et il ne va pas s’arrêter de sitôt. Après le « Rose Baobab » et le Café de la Gare, le voici de nouveau à l’affiche du concert découverte du Libertalia music-records. L’occasion pour le chanteur de dévoiler, une fois encore son nouvel album. L’auteur de « Bezoro » invite donc les amateurs de bonne musique à se joindre à lui pour apprécier ses nouveaux titres, ou se remémorer le bon vieux temps ou le découvrir, tout simplement.  Le chanteur va effectivement être seul sur scène, car ce ne sera pas un simple concert, mais un « one-man-show ».Mahetsaka

Midi Madagasikara25 partages

Sabotsy-Namehana : Le maire pour son reclassement en commune urbaine

Le maire de Sabotsy-Namehana Avotraina Andriamosa Thomasson, lors de son intervention.

Dans le cadre des projets présidentiels et avec le soutien de la BAD et de l’UNICEF, des infrastructures structurantes ont été inaugurées à Ambodimita et à Sabotsy-Namehana. Il s’agit de deux nouvelles salles de classe, d’une bibliothèque et d’une salle des instituteurs pour l’EPP d’Ambodimita et deux autres salles de classe pour le lycée Andrianampoinimerina sis à Sabotsy-Namehana. En outre, un nouveau bureau central a été mis en place, à Antsofinondry dans la commune de Sabotsy-Namehana. Lors de son intervention, le maire de cette dernière localité, Avotraina Andriamosa Thomasson, a émis son souhait à ce que cette commune rurale devienne une commune urbaine. Vu le nombre de la population dans cette commune, a-t-il souligné. Il n’a pas manqué également de louer les actions menées, entre autres, par les ministères des Postes, de l’Education Nationale pour ladite commune. En ce qui concerne les autres projets pour Sabotsy-Namehana, il a cité notamment les projets « Lalankely » et la mise en place de pylônes, et ce, en vue de résoudre les problèmes de réseau. Notons que l’établissement scolaire Andrianampoinimerina est le premier lycée public à voir le jour dans le district d’Avaradrano.

Dominique R.

Midi Madagasikara25 partages

Musique urbaine : Teddy Prezeau chante son « RnB Hafakely »!

Teddy Prezeau , un artiste à suivre de près.

Il sort des sentiers battus pour donner un nouveau souffle à la culture noire et à la musique malgache. Demain, il sera à l’affiche de l’Is’Art galerie Ampasanimalo.

Une coupe de cheveux de ce qu’il y a de plus classique, un look pas très osé pour se fondre dans la masse… Il y a quelques années, il était encore monsieur tout le monde, mais il y a un an et demi, le déclic lui est venu. Il voulait devenir quelqu’un, sortir de l’anonymat et se faire un nom dans le milieu artistique. Adieu le look classique et bonjour l’originalité ! Le jeune homme a troqué l’ancienne coupe contre un « undercut neck » pour donner l’image d’un artiste tendance et sûr de lui. Côté vestimentaire, le chanteur a également entamé une nouvelle page et adopté un tout autre style plus au goût du jour. Aujourd’hui, il figure parmi l’un des artistes les plus appréciés de sa génération. Pas seulement pour son look, mais également pour sa musique. Ses aînés se bousculent même pour collaborer avec lui, pour ne parler que de ce duo avec Balita Marvin, ou encore ce « featuring » avec Marion. Lui ? C’est Teddy Prezeau.

Sortir des sentiers battus. Musicien à l’origine, il a voulu passer de l’autre côté de la scène. Il s’est mis à travailler, composer et a tenté l’expérience. Un coup d’essai qui fut un coup de maître ! « Tenim-pitia », le premier single est une réussite. Si la plupart des artistes de r’nb se contentent effectivement de faire comme les autres célébrités, de copier-coller, lui a voulu faire autrement. «  Je me suis dit, tiens, tu es musicien, pourquoi ne pas tenter autre chose ? ». Ne voulant pas dévier du chemin qu’il a choisi : le r’nb, il a donc décidé d’expérimenter. « J’ai marié les percussions avec des instruments plus mélodiques, mis en avant plusieurs genres musicaux dans un même titre pour que ça soit plus vivant ». Pour faire encore plus original, il a décidé d’aborder un thème plus sérieux : l’environnement. « Les jeunes ne se préoccupent que de ces choses superficielles ou de nouvelles technologies alors qu’autour, il y a des sujets plus angoissants et intéressants. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’être en quelque sorte porte-parole de Dame Nature. Je parle également d’amour. L’amour, car personne ne peut s’y soustraire ». Teddy Prezeau, pour ceux qui ne l’ont jamais vu à l’œuvre, investira l’Is’Art galerie avec ses musiciens, ce vendredi 17 février. Avis aux amateurs !Mahetsaka

Midi Madagasikara21 partages

Coopération : Les opérateurs sri-lankais en mission de prospection à Madagascar

Le ministre Chabani Nourdine a expliqué aux opérateurs économiques sri-lankais les avantages comparatifs des investissements à Madagascar.

L’une des directives du Président de la République est de multiplier les partenaires économiques. C’est dans cette perspective que le ministère de l’Industrie, et du Développement du Secteur Privé multiplie ses efforts pour faire venir le maximum d’investisseurs étrangers à Madagascar.  Actuellement, une délégation d’opérateurs économiques sri-lankais conduite par leur ministre du Commerce et de l’Industrie est actuellement en visite de prospection à Madagascar.

Lors de la rencontre qu’ils ont eu hier avec le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Chabani Nourdine,  les membres de cette délégation économique sri-lankaise ont affiché leur détermination à investir dans différents domaines. « Madagascar a beaucoup de potentialités dans différents secteurs  comme les mines, la pêche, l’élevage, l’agriculture, le textile  et nous sommes prêts à vous appuyer dans vos démarches » a notamment expliqué le ministre. Une manière de réitérer que l’administration a, avant tout, un rôle de facilitateur afin de permettre aux investisseurs d’opérer selon les règles de l’art.

La suite logique de cette visite d’opérateurs sri-lankais sera l’organisation d’un Forum  économique Madagascar – Sri-lankais au cours duquel les opérateurs des deux pays pourront se rencontrer et réaliser des partenariats.  Et ce non seulement dans le domaine des échanges commerciaux, mais également et surtout en matière de montage de projets industriels afin de multiplier les créations d’emplois.

R.Edmond

Midi Madagasikara20 partages

Coopératives agricoles : Début de coopération avec les Etats-Unis

Une collaboration du Ministre de l’Industrie Nourdine Chabani avec NCBA CLUSA (National Cooperative Business Association/ Cooperative League of the United States of America) a été initiée hier, lors d’une entrevue  à Antaninarenina. Un début de partenariat ayant pour but de renforcer les capacités des coopératives à Madagascar. Les activités prévues dans ce cadre concernent le renforcement de capacités de 100 dirigeants des coopératives agricoles malgaches, venus de toutes les régions à l’occasion, pour trois jours, cela à partir du13 février dernier. Par la suite, se tiendra le « forum des coopératives », les 16 et 17 février à la CCI Ivato, qui réunira l’ensemble des parties prenantes, afin d’échanger les meilleures pratiques et de profiter de l’expertise de NCBA. « Cette rencontre est organisée afin d’explorer les opportunités des coopératives à Madagascar », a affirmé le représentant résident de la NCBA à Madagascar, Gabriel Sarasin. Les dirigeants des coopératives rencontreront les investisseurs privés, les bailleurs de fonds et les représentants des agences gouvernementales pour amorcer une feuille de route pour le développement des coopératives malgaches, durant ces deux jours à Ivato. A noter que la NCBA réunit plusieurs coopératives aux Etats-Unis et compte apporter son expertise dans ce domaine à Madagascar et dans vingt autres pays d’Afrique. 

Koloina H. (Stagiaire)

Midi Madagasikara19 partages

Transparence : Un atelier pour les médias sur le processus budgétaire

Une séance d’information sur la préparation et la transparence budgétaire a été organisée pour les médias, hier.

Les réformes se poursuivent au niveau des finances publiques. Une série de formations est organisée par le Ministère de tutelle, sur la programmation pluriannuelle des dépenses publiques.

Le grand public, et en particulier la société civile et le secteur privé doivent connaître et comprendre les informations sur le budget de l’Etat, d’après la Direction Générale du Budget (DGB), au sein du Ministère des Finances et du Budget. Avec le lancement de la programmation pluriannuelle et l’application du Cadrage de dépenses à moyen terme (CDMT) pour la période 2018-2020, des vagues de formations sont organisées pour diverses entités. Hier, une séance d’information sur la préparation budgétaire et de sensibilisation sur la transparence budgétaire s’est tenue au Pavé Antaninarenina. Organisé par la DGB, en partenariat avec l’Unicef, cet atelier a été organisé à l’endroit des journalistes, qui sont les relais d’information entre le pouvoir public et les citoyens. « Ce genre de formation est organisé afin que les bénéficiaires puissent effectivement exercer leur rôle dans la responsabilisation et le contrôle vis-à-vis de l’Exécutif. En effet, Madagascar met en œuvre actuellement différents axes de réformes budgétaires en vue d’assurer l’efficience, l’efficacité, la redevabilité et la transparence en matière de gestion des Finances Publiques. Ainsi, la restructuration de l’organigramme de la Direction Générale du Budget permet une meilleure prise en charge des besoins des ministères sectoriels. La généralisation de l’application de CDMT constitue la prochaine étape dans cette réforme et est déjà mise en marche pour l’élaboration du budget 2018-2020 », a affirmé le DG du Budget, Mialy Lanto Razanajato Razafinimanana. D’après ses dires, cette formation n’est qu’un début pour les médias. D’autres séances sont également prévues pour la société civile, les universitaires, etc.

Antsa R.

Tia Tanindranaza18 partages

Famatsiam-bola 10 miliara dolara Mahatratra 15,5% ny zanabola aloa

Niompana tamin’ny paikady fanavaozana miaraka amin’ny fandaharanasa fampiasambola mazava mitondra mankany amin’ny harinkarena tsy manavaka sy maharitra lovainjafy ny fandresen-dahatra

naroson’ny fitondrana Rajaonarimampianina teo anoloan’ireo mpamatsy sy mpampiasa vola nandritra ny fikaonandoha notontosaina tany Paris ny voalohany sy faharoan’ny volana desambra 2016 hisitrahana ilay famatsiambola goavana 10 miliara dolara mandritra ny 4 taona azon’i Madagasikara. Laharam-pahamehana ao ny fanohanana ireo sehatra famoronana asa sy karama ho an’ny vahoaka Malagasy tahaka ny fambolena sy fiompiana, ny orinasa fanodinan-tsakafo, ny fizahantany ary ny fitrandrahana harena ankibon’ny tany. Nomena lanja manokana ihany koa ny lafiny maha olona toy ny fanabeazana, ny fahasalamana, ny sakafo ary ny rano. Tsy nisy tohiny mba tsy ilazana fa nangina tanteraka anefa ankehitriny ny vaovao momba izany. Nijanona ho tsiambaratelo rahateo ny vontoatin’ny fifanarahana nifanaovan’ny mpitondra fanjakana Malagasy tamin’ireo firenena sy fikambanana mpiara-miombon’antoka. Nambaran’ny profesora James Ratsima kosa fa amin’ny volana aprily 2017 vao mety hivoaka ny famatsiambola. Zana-bola 15,5% moa no takalon’io trosa vaovao miandry ny vahoaka Malagasy io, araka ny fanampim-panazavan’ny filohan’ny fikambanana Asandratro ny Fireneko.

Ramano F.

 

News Mada15 partages

« Antero-poreto-asio » : hiverina amin’ny hatsikana nahafantarana azy i Francis Turbo

Francis Turbo, maneho hatsikana maha tambanivohitra. Francis Turbo, araka ilay nahafantaran’ny maro azy, 25 taona lasa…« Tsy misy hatao ao, na iray aza, ny hatsikana tamin’ny taon-dasa ». Fampanantenana nomen’i Francis Turbo io, mikasika ny fampisehoana indroa miantoana izay hotontosainy ny zoma 17 febroary izao, manomboka amin’ny 7 ora alina sy ny alahady 19 febroary manomboka amin’ny 3 tolakandro, samy etsy amin’ny CCEsca Antanimena.Araka izany, tsy misy idiran’ny « Andriamanitra ô, inona ary ity ? » intsony, fa hiverina kosa amin’ny maha Francis Turbo araka ny nahafantarana azy taloha izy. Hampiavaka ny seho ny fanehoana ny maha tambanivohitra, indrindra ny maha betsileo, raha ny nambarany ihany.Fanagasiana ny hoe « interprétation » ny « Atero-poreto-asio », izay hanasongadinan’ity mpanakanto ity ny lafiny sosialy, politika, toekarena fa indrindra ny kolontsaina manodidina ny hira, ny dokambarotra, ny tononkalo, sns.« Tsy vaovao zato isan-jato ny hatsikana nomaniko hatao amin’ireo, fa misy eo amin’ny iray ampahatelony eo efa nataoko tany amin’ny valo na 10 taona lasa tany. Mety tsy tadidinareo intsony na mety tsy mbola henonareo koa izy ireny, satria tsy mbola nivoaka kasety na DVD izany », hoy hatrany ny fampanantenana nataon’i Francis Turbo.Marihina fa ny LH Pro hatrany no miandraikitra ny fikarakarana ny seho indroa miantoana amin’ity.

Zo ny Aina

Madagascar Tribune14 partages

Sept services publics ciblés pour contribuer à la lutte contre la corruption

Sept (7) services publics les plus décriés par les citoyens en matière de corruption ou qui frappent le plus l’opinion publique sont l’objet du projet pilote AIKA de la société civile ROHY. C’est une initiative financée par l’Union européenne dont l’objectif est d’évaluer la qualité des offres de services publics pour une labellisation citoyenne de ces derniers. En fait il ne s’agit pas seulement de dénoncer mais également d’apprécier et de proposer des solutions. Sont impliqués dans ces observations et labellisation, les citoyens usagers de ces services publics et les responsables de ces services. Les services de l’Etat-civil dans la commune urbaine d’Antananarivo, précisément dans les Arrondissements II et IV sont les premiers observés, les Douanes, et les services des Impôts. Ceux de la délivrance des passeports et ceux de la délivrance des permis et carte grise biométriques avec les services de visite technique des véhicules figurent aussi dans la liste en raison des longues files permanentes qui interpellent le public de la capitale. Les soucis des usagers des routes nationales, notamment des taxi-brousse n’ont pas échappé à cette société civile dans leur entreprise ; seulement les observations vont pour des raisons de ressources humaines, porter sur deux axes routiers, Antananarivo –Toamasina (RN2) et Antananarivo-Toliara (RN7).

Madagascar Tribune13 partages

Le deadline en mars

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) rappelle encore sur l’urgence que représente l’adoption du nouveau code électoral. Selon la commission, le code doit absolument être voté et être applicable avant la fin du mois de mars. Ce deadline résulte de plusieurs facteurs dont en premier l’inapplicabilité du code électoral actuel pour régir les prochaines élections législatives et présidentielles. En effet, le code électoral actuel a été élaboré pour élire le premier président et les premiers députés de la quatrième République malgache. Le code devient ainsi inapplicable et ne peut plus régir aucune élection. La seconde raison est la fixation de la date des élections. La CENI doit en effet se référer à ce nouveau code avant de pouvoir élaborer et faire une proposition de calendrier électoral. Toutefois, l’on sait que la Constitution dispose déjà que les élections devront se dérouler entre le 25 novembre et le 25 décembre de cette année. Enfin, une troisième raison réside dans la vulgarisation du nouveau code électoral qui sera voté par l’Assemblée Nationale. Après le mois de mars, le délai serait trop court entre la période de vulgarisation et le début des élections. Pour l’heure, l’Exécutif ne semble pas se presser sur le sujet du nouveau code électoral malgré plusieurs insistances de la CENI et de l’opposition. Alors que dès la fin de la session budgétaire en novembre, les députés parlaient de la nécessité d’une session extraordinaire au mois de janvier, voici que le mois de février touche presque à sa fin sans qu’aucune convocation n’ait été faite. Le nouveau code électoral qui devait recevoir une correction de la part de l’Exécutif après son élaboration n’est plus apparue et n’est pas encore passé en conseil des ministres.

News Mada12 partages

Harena an-kibon’ny tany 2016 : nampiditra 2.300 miliara Ar nefa tokony ho be lavitra…

Nifampiarahaba nahatratra ny taona 2017 ny ao amin’ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solika, omaly. Nohararaotin’ny minisitra Zafilahy Ying Vah io fotoana io nitondrana fanazavana ny fipetraky ny toe-draharaha eto amintsika. Tokony hampidi-bola be noho ny efa nampidiriny ny harena an-kibon’ny tany eto Madagasikara. Raha 2.300 miliara Ar ny niditra  tamin’ny fanjakana, taona 2016, tokony mbola ho betsaka lavitra noho izany ny hiditra, ka izay ny antony hanatsarana ny lalàna momba ny harena an-kibon’ny tany. “Tsy mitondra fampandrosoana ho an’ny firenena mihitsy raha ny lalàna ankehitriny”, hoy ny minisitra. Ohatra azo raisina ny famaritana fitrandrahana madinika na lehibe sy ny vola hoenti-miasa amin’izany.

Koa ny fanombohana ny asa fanatsarana ny lalàna, ny atrikasa any amin’ny faritra manomboka anio any Antsiranana, hitohy any amin’ny faritany hafa. Antsoina handray anjara ny rehetra tsy ankanavaka, tsy hisian’ny fanomezan-tsiny. Tokony handray anjara, ohatra, ny solontenan’ny fiangonana, mpianatra amin’ny ambaratonga ambony, mpampianatra, mpikaroka, tompon’andraikitra any amin’ny fokontany, kaominina, faritra, sns.

Sarotra ny mifehy ny fitrandrahana

Betsaka ny asa miandry, manomboka amin’ny fikarohana hatrany amin’ny fitrandrahana Ilaina ny fanofanana amina dingana rehetra. Sarotra, aty amintsika, ny mifehy ny fitrandrahana madinika ao anatin’ny tsy ara-dalàna. Misy tsy azo ampiharana teknolojia moderina amin’ireny toeram-pitrandrahana madinika ireny. Na amin’ireo faritra misy fitrandrahana lehibe aza, miteraka fatiantoka ho an’ny firenena. Ireo rehetra ireo ny antony fanatsarana ny lalàna. Tokony ho voakasik’izany ny fanomezana fahazoan-dalana hifanaraka amin’ny vola ampiasaina sy ny teknika hoentin’ny mpangataka.

Jerena akaiky koa ny fiaraha-miasa amin’ny minisitera hafa, handaminana ho ara-dalàna ny fitrandrahana sy hisakanana ny fanondranana an-tsokosoko ny volamena sy ny vatosoa. Tamin’ny fanjanahantany, 5t na 4 t ny volamena voatrandraka nanaovana fanambarana, nefa nihena hatrany izany nanomboka tamin’ny fahaleovantena ka hatramin’izao.

R.Mathieu

News Mada12 partages

Budget de l’Etat : place au programme pluriannuel

La Direction générale du budget (DGB) adopte une nouvelle stratégie pour l’élaboration du budget de l’Etat. La programmation des actions et la politique sectorielle seront dé-sormais pluriannuelles suivant le Cadre de dépenses à moyen terme (CDMT), a-t-on indiqué hier à Antaninarenina, lors d’ une « Séance d’information sur la préparation budgétaire et la sensibilisation sur la transparence budgétaire ».

« L’élaboration des actions à mener pour chaque institution va également de pair avec les objectifs à atteindre et les résultats attendus à travers des indicateurs mis  en place. Des prévisions sont également élaborées au préalable, des rectificatifs seront apportées annuellement », a avancé le directeur général du budget Mialy Lanto Razanajato.

Par ailleurs, la DGB a procédé à la programmation pluriannuelle du cadre des dépenses à moyen terme 2018-2020 depuis janvier dernier. A ce propos, le directeur général du budget a précisé que « L’ arbitrage entre le cadre macroéconomique et le budget prévu dans le programme des institutions reste la tâche la plus difficile vu que les ressources internes de l’Etat sont toujours limitées ».

Riana R.

 

Midi Madagasikara12 partages

DOSSIER : Zoom avant sur l’exploitation de bois précieux

1. Un navire chinois chargeant du bois de rose, sur la côte Est de Madagascar.

Une nouvelle étude publiée par l’ONG TRAFFIC sur l’exploitation du bois à Madagascar met au jour une situation complètement hors de contrôle dans ce secteur. Depuis fin 2008 et début 2009, les forêts qui abritent les espèces de bois précieux font l’objet d’un pillage en règle. Les mesures prises ont montré leurs limites et n’ont été en aucun cas efficaces. Des centaines de milliers d’arbres sont abattus dans les aires protégées, bien que celles-ci bénéficient d’un statut particulier de protection. Faut-il rappeler que Madagascar abrite des centaines d’espèces endémiques de bois de rose (Diospyros) et de bois d’ébène (Dalbergia), dont beaucoup suscitent une forte demande, en particulier en Asie, en raison de leur aspect attrayant et propriétés hautement durables pour être sculptés en meubles, en instruments de musique, ou autres produits, tous à forte valeur ajoutée.

  

Complètement hors de contrôle. C’est ce qui résume la situation concernant l’exploitation de bois précieux à Madagascar mis en évidence dans une nouvelle étude de l’ONG TRAFFIC(1)

publiée dans le cadre du projet SCAPES(2) sur la préservation des ressources naturelles de Madagascar. Cette situation hors de contrôle résulte de plusieurs facteurs, en particulier l’instabilité politique qui a prévalu il n’y a pas si longtemps, la mauvaise gestion du gouvernement, le manque de contrôle des exploitations forestières et une incapacité à imposer des sanctions punitives contre les trafiquants bien connus. Il y a prédominance d’une situation à « zéro contrôle » sur la gestion des ressources en bois précieux à Madagascar de mars 2010 à mars 2015, selon cette étude.

Décalage les déclarations et leur mise en oeuvre

Au moins un million de rondins, soit environ 152 000 tonnes, auraient été exportés illicitement durant cette période durant laquelle 350 000 arbres ont été abattus illégalement à l’intérieur des aires protégées. Les produits illicitement exportés s’acheminent vers des destinations incluant la Chine, la Malaisie et l’île Maurice, selon l’étude. Ces constats ont pu être établis sur la base d’informations et données collectées à partir des documentations mais également par le biais de la consultation de différents acteurs et des enquêtes au niveau local.

Selon toujours le rapport, la politique de gestion de bois précieux se caractérise par un décalage entre les décisions de gestion (les déclarations politiques et les engagements internationaux) et leur mise en œuvre sur le terrain.  

Recommandations à divers niveaux

Le rapport émet un certain nombre de recommandations adressées au gouvernement, en particulier au Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts (MEEF) auquel il est vivement proposé, entre autres, la promulgation du décret d’application de l’Ordonnance n° 2011-001 sur les infractions liées au bois de rose et au bois d’ébène ; au Ministère de la Justice et au Ministère des Finances, ainsi qu’au Bureau Indépendant Anti-corruption (BIANCO), au Service de Renseignement Financier (SAMFIN), mais également aux partenaires de l’administration forestière et aux organismes de recherches. Parmi les questions clés figurent la mise en œuvre rigoureuse de la législation existante, la réalisation d’évaluations des ressources-clés et la formation de base sur l’identification des espèces.

« Madagascar est déjà confrontée à une forte pression internationale pour résoudre la situation », indique WWF Madagascar. Lors de la réunion en Afrique du Sud en septembre 2016 de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), le secrétariat de la convention a demandé à Madagascar de mettre en œuvre un plan d’action sur le bois. « Un manquement à démontrer des progrès suffisants dans l’audit des stocks d’espèces de bois précieux saisis et à prendre des mesures d’application adéquates contre l’exploitation forestière illégale, pourrait entraîner l’imposition de sanctions commerciales sur le pays ».

Mobilisation de ressources

Récemment, Madagascar est également devenu membre de l’Organisation Internationale des Bois Tropicaux (OIBT) et est signataire de la Déclaration de Zanzibar sur le commerce du bois et la Stratégie de la Communauté de développement de l’Afrique australe sur l’application de la loi et la lutte anti-braconnage (LEAP). Ces forums et la Stratégie menée par l’Union africaine sur la lutte contre l’exploitation illégale et le commerce illicite de la faune et de la flore sauvages en Afrique offrent d’excellentes opportunités à Madagascar pour rechercher de l’aide financière et technique auprès des banques de développement et de la communauté internationale pour améliorer la transparence et la gouvernance dans le secteur du bois dans le pays et constituent une reconnaissance par le pays de la nécessité d’une approche régionale plus concertée et coordonnée pour arrêter le braconnage et le trafic de produits illicites d’espèces sauvages.

 

Ils ont dit 

Nanie Ratsifandrihamanana, directeur pays de WWF Madagascar : « Madagascar envoie le signal que le pays comprend la nécessité d’une réforme dans la gestion de ses ressources en bois, mais ces accords doivent être accompagnés par une action forte au plus haut niveau du gouvernement ».

Roland Melisch, de TRAFFIC International : « La mauvaise gouvernance et la corruption ont mené à une situation anarchique sans aucun contrôle sur la récolte de bois, provoquant « une ruée vers les bois » avec comme conséquence l’abattage généralisé d’arbres de bois de rose et de bois d’ébène dans des aires protégées partout à Madagascar, et il faudra des années pour que l’environnement puisse se remettre. Cette étude récente devrait aider le gouvernement de Madagascar à comprendre les problèmes qui ont conduit à cette situation catastrophique et à commencer le long processus pour atténuer la crise de mauvaise gestion qui a suivi. » 

Dossier réalisé par Hanitra R. 

Sources : WWF Madagascar – ONG TRAFFIC

(1) L’Ile aux bois : Le commerce de bois de rose et de bois d’ébène de Madagascar.

(2)Un projet financé par l’USAID qui a pour but de lutter contre le commerce illégal des ressources naturelles de Madagascar par le renforcement des capacités des parties prenantes malgaches. Lancé en 2013, le projet est mis en œuvre par un consortium de quatre ONG à savoir WWF, Wildlife Conservation Society, Conservation International et TRAFFIC, en collaboration avec la société civile et le gouvernement.

Midi Madagasikara12 partages

Airtel Madagascar : Partenariat renouvelé avec ASM

Airtel Madagascar et l’association ASM s’associent pour la bonne cause.

Ce geste de solidarité, de respect et de dynamisme sont autant de valeurs qui animent le quotidien du 3e opérateur mobile mondial à faire mieux pour le bien-être des populations qu’il sert.

 Airtel Madagascar et l’Association Aide et Soin aux Malades (ASM) renouvellent leur partenariat pour la bonne cause. Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel et Mamy Randria, Président d’ASM ont signé hier un contrat renouvelant leur coopération pour des actions d’appui et de sensibilisation des malades. Il s’agit pour les deux entités de continuer le travail commencé en 2013 et qui consiste à sensibiliser et éduquer les populations malgaches sur les dangers et les risques liés aux maladies infectieuses et sexuellement transmissibles. Des dépistages gratuits au VIH ont toujours été au programme de ces campagnes qui vont donc se poursuivre.

Volets. « Entreprise citoyenne, Airtel œuvre pour le bien-être des populations pour lesquelles il travaille. Une population en bonne santé est une population qui peut participer pleinement au développement du pays. C’est pourquoi Airtel Madagascar est plus que déterminé à apporter sa pierre à l’édifice de la lutte contre le VIH Sida, pandémie qui gagne de plus en plus de terrain dans la Grande Ile, en mettant l’accent sur la sensibilisation et le dépistage » a déclaré Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel Madagascar. L’un des volets de cette collaboration repose sur les consultations et soins gratuits offerts aux populations les plus vulnérables par les médecins de l’ASM (Association Aide et Soin aux Malades) – une unité de service des maladies infectieuses du CHU de Befelatanana. Airtel Madagascar appuie donc cette initiative en prenant en charge les médicaments, et à travers des dons de produits de première nécessité aux personnes nécessiteuses. Pour cette année, l’utilisation des nouvelles technologies comme moyen de sensibilisation pour toucher le maximum de cible entre en jeu. Tous les abonnés Airtel recevront désormais des sms de sensibilisation fournis par l’ASM.

R.Edmond

News Mada10 partages

Couvertures forestières : 5 millions d’ha détruits en quinze ans

La restauration ne suit pas le rythme de la dégradation. La superficie des forêts naturelles est réduite presque de moitié en seulement une quinzaine d’années. L’Etat, en collaboration avec les acteurs de la protection de l’environnement, compte prioriser la restauration  des paysages forestiers.

«La forêt de l’Est ne disparaîtra jamais ». Cet adage malgache, relatant l’abondance de la couverture forestière dans cette partie de l’île, est en train de perdre de sa notoriété. La dégradation de ce patrimoine suit un rythme exponentiel, à raison d’une perte de plus de 5 millions d’hectares en quinze ans. « Il ne reste plus maintenant que 7 millions d’hectares de forêts naturelles sur les 12 millions d’hectares enregistrés en 2002 », a informé le SG du ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forets, Liva Hariniaina Ramiandrarivo. C’était hier en marge de l’atelier de validation de la Stratégie nationale de la restauration des paysages forestiers et des infrastructures vertes à Madagascar, élaboré l’année dernière, qui s’est déroulé au Café de la gare à Soarano.

Le problème réside dans le fait que le rythme de la dégradation ne cesse de s’accélérer contrairement à la restauration. Ce document de référence est concocté en vue d’inverser cette tendance. Selon notre source, « les pressions anthropiques, notamment la pratique de la culture sur brulis ou « tavy » est en tête de liste des causes de la dégradation de la couverture forestière. Viennent ensuite les extractions minières illicites, qui prennent de l’ampleur même au niveau des aires protégées, l’exploitation forestière illicite ou encore les feux de brousses ».

4 millions d’hectares d’ici 2030

Cette stratégie nationale permettra d’orienter et de coordonner les actions pour la construction effective de la résilience écologique et socio-économique de la population, en ce moment où tout un chacun commence à payer au prix fort les impacts de la dégradation des forêts. Elle repose sur quatre grands axes, entre autres, l’amélioration de la gouvernance institutionnelle et locale ou encore  la recherche de mécanisme de financement durable…

Lors de cet atelier, les participants ont entamé les premières réflexions sur les actions prioritaires selon les différents types d’écorégion de la Grande île. Parmi les objectifs à court terme figure la mise en œuvre du défi du pays relatif à la restauration de 4 millions d’hectares de forêts d’ici 2030, dans le cadre de l’initiative AFR100 au niveau de l’Afrique.

Fahranarison

 

Tia Tanindranaza10 partages

Samuel Christophe -DREN BoenyNodimandry tampoka

Maloka tanteraka ny lanonam-panamarihana ny andron’ny sekoly tany Mahajanga, renivohitry ny faritra Boeny.

 Nodimandry tampoka teo amin’ny faha-55 taonany omaly tokony ho tamin’ny 10 ora sy sasany mantsy ny Talem-paritry ny fanabeazam-pirenena (DREN) any an-toerana Samuel Christophe. Raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana dia nitambotsotra tampoka tao amin’ny toerana nialana hetaheta ny tenany rehefa avy nandray fitenenana nandritra ny lanonana nenti-nanamarika ny fetin’ny sekoly. Nentina avy hatrany tany amin’ny hopitaly izy saingy minitra fohy taorian’izay dia tsy tana intsony ny ainy. Raha ny fanamarihana azo, tsy nahafaly loatra ity tompon’andraikitra ity ny fikarakarana ny andron’ny sekoly. Hentitra ny tenany tamin’ny fananarana ireo mpanabe sy ny mpianatra amin’ny fanajana ny fanevam-pirenena nandritra ny fanamarihana ny andron’ny sekoly izay somary goragora ihany. Nitondrany kiana mafy ihany koa ny fomba fitafin’ireo mpianatra sasany izay misy ny tsy maotina. Tsy nananany havana ny fanatanterahany ny asany fony fahavelony, indrindra teo amin’ny sehatry ny fanabeazana. Efa nisahana andraikitra maro izy : mpampianatra, ben’ny tanàna tany Maintirano, Sefo Cisco tany Maintirano, kaomisera jeneraly nisahana ny fanabeazam-pirenena ho an’ny faritany Mahajanga, loholona, ary talem-paritry ny fanabeazam-pirenena tany Boeny talohan’izao fahalasanany tampoka izao. Ny Gazety Tia Tanindrazana dia mirary fiononana feno ho an’ny fianakaviany manontolo sy ny fianakaviamben’ny fanabeazam-pirenena.

Toky R

 

Midi Madagasikara10 partages

Honoré Rakotomanana : Prêt à faire face aux pressions du HVM

Hier, le président du Sénat, à travers un communiqué publié par son Cabinet, a riposté à ses détracteurs.

Le président du Sénat est de nouveau dans la tourmente. Accusé de détournement, de clientélisme et de népotisme dans les recrutements, et de non-transparence dans la gestion des affaires internes au niveau de la Chambre Basse, Honoré Rakotomanana serait actuellement dans le collimateur des sénateurs issus généralement du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Un projet visant sa destitution serait actuellement en cours de mise en œuvre. Selon nos sources, une partie des membres du Bureau permanent serait à l’origine de ce projet. Faut-il rappeler que le Bureau permanent du Sénat est composé essentiellement de sénateurs issus du parti au pouvoir ? Le nom du vice-président du Sénat élu à Fianarantsoa, Riana Andriamandavy VII est particulièrement cité dans cette fronde contre Honoré Rakotomanana. Reste à savoir si les partisans de cette destitution parviendront à leurs fins. Hier, le président du Sénat, à travers un communiqué publié par son Cabinet, a riposté à ses détracteurs. Honoré Rakotomanana estime en effet que cette tentative de destitution et les rumeurs véhiculées au Sénat à propos notamment d’une accusation de mauvaise gestion « cache des objectifs politiques visant à fragiliser cette Institution et la stabilité politique à Madagascar ». Le numéro Un de la Chambre Haute est-il en train d’accuser les sénateurs HVM de vouloir semer les troubles au pays ?

« Sakaizan’ny mpandresy ». En tout cas, Honoré Rakotomanana se dit prêt à faire face aux pressions. « En tant que Chef d’une Institution de la République, j’ai le devoir de ne céder à aucune forme de pression morale ni aux tentatives de manipulation de l’opinion publique et je  ne faillirai pas à mon devoir face aux pressions en internes ou hors du Sénat afin de protéger la stabilité des Institutions républicaines et la paix sociale », lance-t-il. En quelque sorte, le président du Sénat est prêt à tenir tête aux élus HVM qui sont en train de tout mettre en œuvre pour l’évincer de son siège. Nul n’ignore en effet que le fond de cette affaire n’est autre que politique. A l’approche de l’élection présidentielle de 2018, les grandes figures du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » ne font pas confiance à Honoré Rakotomanana. Si l’on se réfère à la Constitution, deux mois avant le scrutin, Hery Rajaonarimampianina doit démissionner de son poste et remettre les pleins pouvoirs au président du Sénat. Pourtant, vu le comportement actuel du patron de la Chambre haute qui change sans cesse de langage, plus d’un soupçonne un nouveau « retournement de veste ». Nul n’ignore pourtant que parmi les dirigeants du HVM figurent également des « Sakaizan’ny mpandresy » qui ont eu des responsabilités au niveau de l’Arema, du « Tiako i Madagasikara » (TIM), du « Tanora malaGasy Vonona » (TGV) et du « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR) avant d’offrir leur soutien au président Hery Rajaonarimampianina.

Opposition. Hier, le président du Sénat a aussi touché mot de l’affaire Lylison René de Roland. Incompréhensible. C’est ainsi que l’on peut qualifier sa position. Honoré Rakotomanana a en quelque sorte pris la défense du Sénateur MAPAR élu à Mahajanga. Ce dernier vient d’être condamné à un an de prison ferme pour avoir lancé un appel à la ville morte à l’endroit de la population tananarivienne. Le patron de la Chambre haute a déclaré que le Sénateur Lylison René de Roland reste toujours sénateur bien malgré cette condamnation. Certainement, Honoré Rakotomanana se base sur le fait que la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) n’a pas encore donné son avis sur la situation de l’ancien Directeur de la Force d’Intervention Spéciale (FIS). « Ce jugement par défaut est susceptible d’opposition », a rappelé l’ancien Juge international. Et lui d’expliquer au passage que le Sénateur Lylison doit se présenter lui-même au tribunal pour faire opposition à ce jugement. En quelque sorte, Honoré Rakotomanana propose au Sénateur MAPAR, en cavale depuis près de huit mois, de sortir de sa cachette et de se rendre aux autorités. Reste à savoir si l’Officier de la Gendarmerie prendra en compte cette proposition de l’ancien Premier Procureur Adjoint du Tribunal Pénal International.

Davis R

News Mada9 partages

Bureau des normes : la normalisation électrotechnique discutée

Une délégation de la Commission électrotechnique internationale (IEC), de passage à Madagascar les 13 et 14 février derniers, a tenu une réunion de travail avec le Bureau des normes de Madagascar (NBM), un organisme rattaché au ministère du Commerce et de la consommation. La méthode de travail et le fonctionnement du Comité électrotechnique national (NEC) ainsi que la collaboration possible avec Madagascar au niveau international et régional en matière de normes ont été présentés lors de cette rencontre.

En effet, des millions d’appareils électroniques fonctionnent sur la base des normes internationales de l’IEC. A titre de rappel, cette commission  offre une plateforme pour les entreprises, les industries et les gouvernements afin de  répondre, discuter et élaborer les normes internationales dont ils ont besoin.

« Madagascar fait face à des problèmes de gestion d’énergie et de sécurité électrique. Ainsi, l’objectif de cette réunion est d’opérationnaliser notre NEC sur tout ce qui touche l’électrotechnique et l’énergie en matière de normes afin de protéger les consommateurs », a souligné le ministère du Commerce et de la consommation dans une note publiée mardi dernier.

400 normes

Le statut actuel de Madagascar, en tant que pays affilié, lui permet de bénéficier gratuitement de 400 normes sur les 10.000 existantes. C’est le Comité électrotechnique national qui identifiera les normes à prioriser, toujours dans le domaine précité. Lorsque Madagascar atteindra le statut de pays membre à part entière, il pourra  jouir gratuitement de toutes les normes disponibles. En attendant, au-delà des 400 normes dont la Grande île a droit, pour en acquérir d’autres, la participation pécuniaire est de 10% par norme, soit au moins 300.000 ariary.

 A rappeler que Madagascar possède déjà un Comité électrotechnique national (CEN)  qui a adopté 40 normes en décembre 2016.

Riana R.

 

Midi Madagasikara9 partages

Les travailleurs de l’ombre – Solofohery Angelot Razafiarivony : « Le sport c’est un engagement pers...

Notre homme de l’ombre du jour est un spécialiste du basket-ball. « Pourquoi ce choix de basket en sport ? je pense que le basket est un plus. J’y ai tout vécu. Des joies mais aussi des revers de médailles. Mais ce n’est pas pour me décevoir » a déclaré Angelo Razafiarivony. Diplômé de l’ENEPS, maître d’EPS de 1981 à 1983, chargé d’Enseignement après pour continuer sur un CAPEN à l’ENS en 1995, il a passé toutes les hiérarchies.

« Comment développer le sport est le leitmotiv. Même si vous avez des déceptions, il faut se relever. J’ai eu la chance d’obtenir des bourses olympiques. Cela nous fait un engagement personnel de partage ». Il croit au sport, comme il croit au basket-ball « Il y a une évolution énorme. La confiance du public est revenue. La Fédération fait de son mieux. Elle met en place des structures pérennes. Mieux, ce n’est plus une histoire de personne mais d’équipe et de nation ». Pour lui, comme en 1970 on était champion d’Afrique, il faut se demander comment y arriver de nouveau. « Mais il faut se demander aussi comment vulgariser. Savez-vous que le basket-ball possède 20 ligues sur 22 régions ? »

Avec la vulgarisation, il opte aussi pour l’international. « On ne peut pas se démarquer de l’international. Le président actuel côtoie déjà ce beau monde de la FIBA et de l’Afrique ».

Cet homme de l’ombre est un féru de la formation. Il descend sur terrain tout comme il a confiance au sport et à sa passion. Il a amélioré ses compétences avec des bourses extérieures comme celui de 2006 à Montréal pour le diplôme de niveau III, en 2008, un autre diplôme d’entraîneur de haut niveau suivi en 2013 d’un diplôme de préparation physique et de planification de la performance au Canada. « Il y a toujours à apprendre et à faire. Il faut être engagé en permanence, faire de la consultance, de l’expertise pour valoriser nos sports, car nous excellons dans ce domaine ».

Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar8 partages

Internet – Des opportunités de connectivités internationales s’ouvrent

Madagascar aura intérêt à raccorder certaines villes à des réseaux à fibre optique sous-marins. Cette mesure lui permettra de bénéficier, en continu, d’une connexion internet performante.

La perturbation de la connexion internet, après l’endommagement du câble optique sous-marin au large du Toliara, le 25 janvier, relance le débat sur la sécurisation de la connectivité internationale à Madagascar. Alors que de nombreux réseaux optiques sous-marins rôdent sur les côtes malgaches, la Grande île ne dispose, pour le moment, que de deux sorties internationales, au niveau de Toliara avec un raccordement au réseau Eassy et un point d’atterrissement du câble optique Lion au niveau de Toamasina.Les entreprises télécom malgaches avaient envisagé de raccorder certaines villes à des câbles optiques internationaux. À travers le projet Fly Lion 3, Telma et Madagascar espéraient mettre en place une solution de backup de la connectivité internationale avec un point de raccordement au niveau de Mahajanga. Ce projet était prévu démarrer fin 2013, mais il ne s’est pas encore concrétisé. « Fly Lion 3 est la réunion de deux projets, à savoir Fly initié par Telma et Lion 3 de Orange. Le câble devait relier Madagascar, la Grande Comore et Mayotte », explique un spécialiste du marché télécom.« Il est devenu évident qu’il y a un intérêt économique à s’allier. Il y aura un partage d’investissements. Mais vous comprendrez que plus on est nombreux, plus il est difficile de se mettre d’accord. Il y a un certain nombre d’acteurs à mettre d’accord, alors qu’ils sont installés aussi bien à Madagascar qu’aux Comores, à Mayotte et à Maurice. Tout cela prend du temps parce qu’il faut se partager le montant du coût des investissements et du coût des exploitations. Ce projet, c’est 400 km de câbles sous-marins pour 20 millions euros d’investissement. Mais je suis confiant parce qu’il y a un réel intérêt pour l’ensemble de la région. Quand la décision sera prise, il faudra huit à douze mois pour le mettre en œuvre. Cela ne se fera peut-être pas début 2015, mais j’espère aboutir vers fin 2015-début 2016 », avait expliqué Michel Barré, lorsqu’il était directeur général d’Orange Madagascar, dans une émission Salangalanga d’octobre 2014 sur la RTA.En effet, derrière ce projet, se forme un consortium d’opérateurs télécom de l’océan Indien constitué de Comores Telecom, Telma, Orange, Emtel et la Société réunionnaise de radiotéléphonie.L’existence des infrastructures aux normes internationales rassure les investisseurs et donneurs d’ordre dans le secteur des services informatiques et des activités de centres d’appel. Depuis le déploiement du backbone national, un réseau à fibre optique reliant plusieurs villes malgaches, et le raccordement de Madagascar à ces réseaux à fibre optique sous-marin, les investissements ne cessent de s’accroître. De plus en plus d’entreprises ont fait confiance à la destination Madagascar. Les statistiques fournies par l’Economic development board of Madagascar (EDBM), expliquent que quatre vingt cinq centres d’appels ont choisi de s’installer à Madagascar entre 2015 et 2016. Si en 2014, six entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont été créées, à l’heure actuelle, quarante sept entreprises de ce secteur ont été enregistrées l’année passée.

Les différents réseaux de câble optique sous-marin en Afrique.

 

BackupAvec des clients très exigeants, ces entreprises réclament une connexion internet très performante. La dégradation de la connexion internet n’arrangerait pas la situation, d’autant que la Grande île se fait déjà un nom dans ce secteur. L’existence des solutions de backup est le plus court chemin pour pallier d’éventuelles coupures de liaison internationale.«Telma fera tout pour qu’il ne manque plus jamais de connexion internet à Madagascar. Dans ce sens, nous allons investir dans deux projets de câbles optiques sous-marins, Fly Lion 3 et Metiss, avec d’autres opérateurs internationaux pour sécuriser la connectivité internationale, de la Grande île», déclare, lundi, Patrick Pisal Hamida, administrateur directeur général de la société au cours d’une conférence de presse.La société est très active ces derniers temps, dans un projet de câble optique sous-marin. Blueline et Telma investissent dans le projet MElting poT Indianoceanic Submarine System (Metiss), un réseau long de 3 500 km environ devrait relier La Réunion, Maurice, Madagascar à l’Afrique du Sud. Le patron de Telma se trouve d’ailleurs à la tête de ce projet. Un consortium de huit opérateurs- Emtel et CEB FiberNET Co Ltd de Maurice, Blueline, Telma, et Canal Plus Telecom, SRR (SFR Réunion), Telco OI (Only) et Zeop de La Réunion- travaillent en ce moment dans la mise en place de cette infrastructure à haut débit dont le coût des investissements est estimé à 75 millions euros. D’après ce consortium d’opérateurs, le réseau devrait être opérationnel d’ici 2018.L’effectivité des deux projets de câbles optiques sous-marins pourrait résoudre en grande partie les problèmes de connexions de secours dans la Grande île. En tout, celle-ci disposerait de quatre sorties internationales avec des points d’atterrissements à Toliara, Tolagnaro, Toamasina et Mahajanga. Il ne reste plus qu’à optimiser la capacité de ces câbles pour supporter les besoins des internautes et entreprises malgaches qui, au fil des ans, ont une grande dépendance à l’internet.L’histoire du réseau à fibre optique ne date pas d’aujourd’hui. La société malgache Fermatel avait envisagé de déployer pour la première fois, au début de l’an 2000, le raccordement de Madagascar à un réseau optique sous-marin. Détentrice de la licence d’exploitation du transport de télécommunication internationale par fibre optique, elle envisageait de relier Toamasina par le South Africa Far East (Sage) à l’Ile de La Réunion et d’installer un réseau national à fibre optique.En 2007, au moment où les travaux d’installation du réseau national à fibre optique battait son plein, le gouvernement malgache discutait avec la région île de La Réunion, de la mise en place du projet Ravenale.

Textes : Lova Rafidiarisoa –  Mamy Mael

News Mada6 partages

Minisitra Atallah Béatrice : « Aoka hotandrovina ny endrika tsaran’ny firenentsika »

Vahinin’ny fandaharana « Ambarao » ao amin’ny radio Alliance 92 FM, omaly ny minisitry ny Raharaham-bahiny, Atallah Béatrice. Anisan’ny noresahiny ny fifandraisana amin’ny any ivelany sy ny momba ny departemanta iadidiany. Eo koa anefa ny resaka politika.

 

Aoka hitandro mafy ny endrika tsaran’ny firenentsika isika satria misy manaparitaka fanalam-baraka amin’ireny tambajotra sosialy ireny. Tsy soatoavina maha Malagasy antsika izany ka mampietry voninahitra ny firenena…Ndao hohararaotintsika ny lazan’i Madagasikara mba hitondrantsika anjara biriky amin’ny fampandrosoana maharitra ka hametrahantsika azy amin’ny toerana ambony hatrany”, hoy izy. Nialoha izany, nisaorany ireo mpanao politika nametraka ho ambony ny tombontsoam-pirenena tamin’ireny fandraisantsika ny Frankofonia ireny na teo aza ny tsy fitovian-kevitra. “Tadidio fa raha miresaka diplaomasia izany isika, voabango ao avokoa ny voninahitry ny firenena sy ny hajan’ny vahoaka ao aminy. Tompon’antoka nampahomby ny diplaomasia isika… Manana anjara biriky ny mpanao politika, ny tsy miankina na ny olon-tsotra. Mendri-piderana ny vahoaka rehetra ato anatiny rehefa tsara fijery avy any ivelany isika”, hoy izy.

Notsiahiviny koa ny tantara sy ny dingana nolalovana. “ Tsaroantsika fa nangirifiry ny niainan’ny rehetra tamin’ireny krizy ireny satria voailika isika, voasazy tsy mahazo manatrika fivoriana sy tsy afa-mandray fanapahan-kevitra. Nihantona ny famatsiam-bola rehetra. Tapaka ny fiharian-karena, nitondra asa analiny teto,  toy ny Agoa, ny MCA ary ireo tetikasa samihafa”, hoy ny minisitra.  Na izany aza, nambarany fa tsy misy ratra sitrana eo no ho eo. Eo indrindra no hidiran’ny diplaomasia mitodika amin’ny toekarena. “Tafaverina eo amin’ny iraisam-pirenena isika izao ka tokony hohararaotina izany. Tombony  ho antsika ny Comesa sy ny Sadc satria tsena lehibe ireny… Mamoha vararana ny fanjakana fa eo koa ianareo mpandraharaha mijery ny hanatsarana ny kalitao. Mila marin-toerana aloha isika vao afaka mandray anjara amin’ireny tsena ireny”, hoy ny minisitra.

Politika momba ireo “diaspora”…

Nanteriny fa tafatombina amin’ny toerany i Madagasikara matoa nanao be fiavy teto ireo  olobe maneran-tany. Eo koa ny fahatanterahan’ny fivorian’ny mpamatsy vola tany Paris (CBI). Momba ny fanendrena ambasadaoro kosa, nambarany fa hojerena izany. Manana masoivoho 20 eo isika any ivelany any. Mila jerena ny politika ivelany sy ny firenena iaraha-miasa. “Anjarantsika ny mijery sy manadihady ny hametrahana ambasady  mba hampisy fifandraisana bebe kokoa. Mbola hisy ny jery todika momba izany”, hoy  i Atallah Béatrice.  

Notsindriny manokana koa ny momba ireo Malagasy miasa sy monina any ivelany na “diaspora” ka nanambarany fa hapetraka ny politika nasionaly ho fandraisana andraikitry ny zanaka am-pielezana any ivelany any. Hatsangana ny komity iraisan’ny minisitera hisahana izany, ankoatra ny namoronana rafitra eo anivon’ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny hijery manokana ireo diaspora ireo. Hatao eto Antananarivo amin’ny faran’ny taona izao koa ny fivoriamben’izy ireo. “Hohenoina ny andrasany sy ny takin’izy ireo… Ao ireo milaza fa  tsy matoky ny fitondrana, ny hafa tsy mahazo vaovao mitombina. Fa inona koa ny anjaran’izy ireo ho an’ny firenena sy ny tokony hataon’ny mpitondra…”, hoy ny minisitra.

Synèse R.

Sary : Tiana

News Mada6 partages

Kitra – «Champions league d’Europe» : nalain’ny Parizianina baraka 4 no ho 0 i Barça

Afa-kenatra tanteraka ny FC Barcelone, teo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa «Champion’s league», taranja baolina kitra. Nomontsanin’ny Paris St Germain, tamin’ny isa mavesatra 4 noho 0, ry Messi.

 

Montsamontsana ary potika tanteraka ny FC Barcelone, nanaovan’ny Paris St Germain azy, nandritra ny lalao ampahavalon-dalana mandroso amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “champions league 2017”. Fihaonana notontosaina tao amin’ny kianja Parc des Princes, ny talata lasa teo.

Niondrika tamin’ny isa mavesatra, 4 no ho 0, teo anatrehan’ny Parizianina ny Barceloney. Afa-baraka tanteraka ry MSN (i Messi, i Suarez ary i Neymar). Tsy nahavita nanao inona na inona, nanoloana an-dry Di Maria sy Cavani, tena nisongadina nandritra ny 90 mn nilalaovana. Na tsy afaka nilalao aza i Thiago kapitenin’ny ekipa, natanjaka teo amin’ny fiarovantena, nanjaka teo afovoan’ny kianja ary nahomby teo amin’ny fanafihana ny PSG nanoloana ny Barça, ekipa andrarezina indrindra eto ambonin’ny tany.

Nofehezin’ny Parizianina ny fizaram-potoana voalohany. Nanokatra ny isa i Di Maria teo amin’ny minitra faha-18, tamin’ny alalan’ny “coup franc”. Mbola nampian’i Draxler izany teo amin’ny minitra faha-40 tamin’ny alalan’ny valim-panafihana. Io isa 2 noho 0 io no nentin’ny roa tonta niala sasatra.

 

Tsy afaka tamin’i Kimpembe i Messi

Na niezaka sy nampiseho ny maha andrarezina azy aza i Lionel Messi, tsy nahadingana an’i Presnel Kimpembe mihitsy fa tena tsara tazona. Tetsy ankilany, nisongadina teny ambony kianja i Di Maria sy i Cavani. Porofon’izany, mbola nampiditra baolina fahatelo indray i Di Maria, teo amin’ny minitra faha-56. Tsy nijanona teo fa mbola nahafaty baolina fahefatra i Cavani, teo amin’ny minitra faha-72.

Takona tanteraka ry MSN, tamin’ity lalao ity. Amin’ny 8 marsa ny lalao miverina izay heverin’ny rehetra fa mety tsy hanova zavatra betsaka intsony, na any Barcelone aza no atao ny fihaonana.

Mety hifarana eo amin’ity ampahavalon-dalana ity izany ny lalan’ny FC Barcelone ho an’ny “Champions league”. Tetsy ankilany, lavon’ny Benfica de Lisbonne, tamin’ny isa tokana 1 noho 0 ihany koa i Aubameyang sy ny ekipany, Borussia Dortmund.

 Tompondaka

News Mada5 partages

Secteur agricole : le renforcement des capacités des coopératives, abordé

Un renforcement des capacités des coopératives agricoles à Madagascar est en vue pour plus de compétitivité sur le marché. L’objectif est de passer d’un modèle d’association à un modèle d’entreprise coopérative, d’après National cooperative business association (NCBA) qui apporte son appui au développement des coopératives agricoles à Madagascar.

Après le forum de trois jours organisé depuis lundi dernier au Centre national de l’eau, de l’assainissement et du génie rural (CNEAGR) à Nanisana, la rencontre qui réunit les coopératives agricoles malgaches se poursuit au Centre de conférences international (CCI) d’Ivato à partir de ce jour.

«Cette rencontre est organisée dans le dessein d’explorer les opportunités des coopératives à Madagascar», a avancé le représentant résident de National cooperative business association (NCBA), Gabriel Sarasin, lors d’une rencontre organisée hier à Antaninarenina. Durant ces deux jours de rencontre, les dirigeants des coopératives auront l’opportunité de rencontrer les investisseurs privés, les bailleurs de fonds et les représentants des agences gouvernementales et de dresser une feuille de route pour le développement des coopératives malgaches. A travers des panels de discussion et de présentation, le forum permettra d’aborder le cadre juridique ayant trait aux coopératives et la remise à niveau de la législation en vigueur.

Compétitivité

En effet, NCBA réunit plusieurs coopératives aux Etats-Unis et compte apporter son expertise dans ce domaine à Madagascar et dans vingt autres pays d’Afrique. Pour NCBA, les coopératives doivent fonctionner comme une entreprise et non comme une association pour pouvoir faire face au marché. «Nous apporterons des supports initiaux pour que les coopératives puissent devenir des entreprises. L’objectif est de passer d’un modèle de coopération à un modèle d’entreprise coopérative», a avancé Gabriel Sarasin à ce propos.

On recense 2000 coopératives agricoles dans toute l’île, selon les chiffres du ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé. Elles font vivre jusqu’à 20 000 ménages dans tout Madagascar. D’après le ministre de l’Industrie Nourdine Chabani, «les coopératives malgaches n’ont pas assez de force pour faire face au marché. L’appui de la NCBA permettra de les rendre plus compétitives».

Riana R.

 

L'express de Madagascar5 partages

Analamanga – Échec du projet pour la nutrition

Le projet d’urgence pour la nutrition s’achève en ce premier semestre de 2017. Les objectifs ne sont pas atteints.

Non fructueux. Après près de deux ans de mise en œuvre du Projet d’appui d’urgence aux services essentiels de l’éducation, de la nutrition et de la santé, volet Nutrition (Pausens-Nutrition), financé par la Banque Mondiale, les activités menées au niveau communautaire, visant à réduire le taux de malnutrition prennent, fin au premier semestre de cette année. Malgré les efforts menés pendant ces 2 ans, le taux de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans n’a pas diminué pour la région d’Anala­manga, or c’était l’objectif du projet. « Le taux de la  malnutrition chronique environne toujours les 50%. Nous avons envisagé de réduire à 40% ce taux de la malnutrition, mais cet objectif n’est pas atteint », affirme le coordonnateur régional de nutrition à Analamanga, James Odon Randriankotomihaja, hier.Il précise que cet échec ne dépend pas des performances de leurs partenaires. « Il y a d’autres paramètres indépendants de l’ORN et de ses partenaires, à savoir le changement climatique entraînant l’inondation, la sécheresse, et qui ont de l’impact sur la disponibilité alimentaire, surtout pour les ménages en situation de vulnérabilité », affirme-t-il.

AggravationLes partenaires œuvrant sur le terrain soulignent que la réduction du taux de malnutrition ne sera atteinte, que si la situation socio-économique des ménages s’améliore. « À travers nos activités, les mères de famille reçoivent et assimilent les bonnes pratiques nutritionnelles permettant à leur enfant d’être en bonne santé, mais il leur est souvent impossible de les mettre en pratique, car elles n’ont vraiment rien », indique Rivomalala Veromihamina, présidente de l’association Ecodism, intervenant dans le district d’Atsimondrano.La situation risque de s’aggraver, avec cette fin du projet d’urgence nutrition, selon le coordonnateur régional de l’ORN. « L’impact du changement climatique compromet les récoltes. Le taux de la malnutrition pourrait donc être plus dramatique », dit-il.L’achèvement de l’évaluation communautaire des trois derniers mois est l’une des conditions exigées par les bailleurs, pour assurer la continuité de ce projet, mais aussi, la présentation d’un document de projet, dont la conception est déjà en cours. L’ORN a organisé un atelier de sensibilisation sur la réalisation de cette évaluation, auprès des organismes non gouvernementaux (ONG), partenaires de l’ORN, dans la mise en œuvre du projet, à Tsiadana, hier. L’ORN lance : « Notre défi, maintenant, est de nous aligner sur les critères des bailleurs, pour que le temps de suspension du projet ne soit pas trop long », conclut James Odon Randriankotomihaja.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar5 partages

Natation – Championnats de Madagascar – Test de sélection pour les mondiaux

Les championnats de Madagascar de natation open, jeunes et test de classement, se dérouleront à la piscine olympique de Vontovorona ce week-end.

La nouvelle piscine olympique du complexe sportif de la CNaPS (Caisse nationale de prévoyance sociale) à Vontovo­rona sera inaugurée ce week-end pour les championnats de Mada­gascar de natation.Trois événements, à savoir les sommets nationaux open sur bassin de 50 mètres, les championnats de Madagascar jeunes (avenirs, poussins, benjamins, minimes, cadets, juniors) et le test de classement national, seront abrités le vendre­di 17, le samedi 18 et le dimanche 19 février par cette piscine couverte à dix couloirs. Plus de trois cents nageurs issus des cinq ligues existantes, entre autres Analamanga, Vakinanka­ratra, Boeny, Atsinanana et Vatovavy fitovinany, déjà un record de participation, sont jusqu’à présent engagés dans ce championnat.Le nouveau classement national à l’issue du test déterminera les membres de l’équipe nationale malgache au 17e championnat du monde sur bassin de 50m en Hongrie du 14 au 30 juillet. « La piscine avec ses dix couloirs nous arrange bien. Cette fois, tous les nageurs licenciés sans sélection par minima peuvent participer au championnat. Nous ne limiterons pas leur participation car ce sera une occasion pour les sportifs de nager dans une piscine aux normes internationales comme au championnat du monde. Il n’y manque plus que le tableau électronique », a souligné le président de la fédération malgache de natation, Gabriel Ramanantsoa.«Les courses se feront en finale directe et les nageurs seront classés par leur temps et leur catégorie», a précisé le directeur technique nationale de la fédération, Harivola Razafindrainibe. Les courses individuelles au menu des concurrents sont les 50m, 100m, 200m, 400m, 800m, 1500m nage libre, les 50m, 100m, 200m brasse, dos et papillon ainsi que les 200m et 400m quatre nages.

AbsentEn relais, il y aura les 4x100m nage libre et quatre nages hommes, dames et les 4x50m nage libre et quatre nages mixtes. Tous les grands favoris des différentes disciplines seront sûrement au rendez-vous ce week-end : Madagascar sera encore une fois absent au championnat d’Afrique de la zone 4 prévu se tenir au Zimbabwe du 16 au 19 février faute de moyen financier. La Grande Ile a déjà râté le sommet continental en octobre de l’année passée, en Afrique du sud.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar5 partages

Cinquante partis politiques à rayer

Une cinquantaine de partis politiques n’auraient pas renouvelé leur déclaration d’existence auprès du ministère de l’Intérieur, pour l’année. Une obligation inscrite dans la loi sur les partis politiques. Cinquante formations qui devraient être rayées de la liste des acteurs de l’arène politique. Une décision du Conseil d’État, devra sceller le sort de ces partis et réduire leur effectif à 137. Il est indiqué, par ailleurs, que seuls dix partis politiques ont renouvelé leur existence, cette année.

Midi Madagasikara5 partages

Basket – Coupe du président : Andohan’ Ilakaka cartonne

C’est la dernière journée des éliminatoires de la zone Sud à Toliara. Les joueurs du BCA Andohan’Ilakaka poursuivent leur belle lancée aux éliminatoires de la Coupe du président de basket-ball. Hier encore, ils se sont imposés devant les gars du V2BCI sur le score de 56 à 47. Cette équipe du BCA enregistre une quatrième victoire après celles acquises devant Vahontsy d’Androy, JCT Androy et les gendarmes de CBBCR d’Atsimo-Andrefana. La formation du BCTT d’Atsimo-Andrefana a pris le dessus sur JCT Androy par 51 à 49. Les quatre meilleures formations seront qualifiées pour les demi-finales prévues pour ce samedi.

T.H

Madagate4 partages

Madagascar. Affaire Lylison ou quand une femme fait la loi pour les beaux yeux du régime Hvm

Le Sénateur Lylison, bouc émissaire justifiant une haine viscérale pour Andry Rajoelina qui est la vraie cible de ce complot d’État et de Judas

Et l’on se demande encore pourquoi la justice populaire et expéditive se poursuit dans la Grande île de l’océan Indien. Commençons par le commencement. Odette Balisama Razafimelisoa a été officiellement installée en tant que procureur de la République auprès du tribunal de première instance d’Antananarivo le 5 août 2015. A l’époque, elle avait déclaré que la lutte contre l’insécurité serait l’une de ses priorités et, dans ce contexte, elle a lancé un appel aux forces de l’ordre, afin de lui prêter main forte.

Quelques mois plus tard, le Sénateur Lylison Roland, élu à Mahajanga sous la bannière MAPAR, lance un appel à ville morte radiotélévisé. Plus exactement, le 23 mai 2016. Cette forme d’expression, répandue en Afrique et ailleurs, ne figure nulle part dans aucun code pénal en tant que crime ni même délit. Or, le 9 juin 2016, soit plus de 15 jours après cet appel à ville morte, voilà que ce procureur de la république, par le biais d’une chaine de télévision privée, annonce que le Sénateur Lylison a été pris en «flagrant délit» en regard de l’alinéa 3 de l’article 91 du code pénal et qu’un mandat d’arrêt a été lancé à son encontre.

En lisant tout ce qui se rapporte aux crimes contre la sûreté intérieur de l’Etat à Madagascar, on a froid dans le dos et l’on se demande si les actuels gens au pouvoir ne versent pas dans l’hypocondrie politique et, pour tenter de se guérir, utilisent comme remède des hommes et femmes de loi spécialistes en détournement de la... loi, malheureusement. Lisez attentivement:

CODE PÉNAL

Mis à jour au 31 mars 2005

SECTION II

Des crimes contre la sûreté intérieure de l’État

§ 1er- Des attentats et complots dirigés contre le Chef de l’État ou contre le Gouvernement

Art. 87 (Loi n°84-001 du 12.06.84)

- L’attentat contre la vie du Chef de l’État est puni de la peine de mort. (Abrogé implicitement). L’attentat contre la vie de l’ensemble des membres du Conseil Suprême de la Révolution ou le complot contre le Conseil Suprême de la Révolution en cas de «vacance» ou d’empêchement définitif» prévu par l’article 50 de la Constitution, sera puni de mort.

L’attentat dont le but est, soit de détruire ou de changer le Gouvernement, soit d’exciter les citoyens ou habitants à s’armer contre l’autorité, est puni de la déportation dans une enceinte fortifiée.

Art. 88

- L’exécution ou la tentative constitueront seules l’attentat.

Art. 89

- Le complot ayant pour but l’un des crimes mentionnés à l’article 87, s’il a été suivi d’un acte commis ou commencé pour en préparer l’exécution, sera puni de la déportation (Loi 84-001 du 12.06.84).

S’il n’a été suivi d’aucun acte commis ou commencé pour en préparer l’exécution, la peine sera celle de la déportation.

Il y a complot dès que la résolution d’agir est concertée et arrêtée entre deux ou plusieurs personnes. (Loi n°84-001 du 12.06.84).

S’il y a eu proposition faite et non agréée de former un complot pour arriver à l’un des crimes mentionnés dans l’article 87, celui qui aura fait une telle proposition sera puni d’un emprisonnement d’un à cinq ans. Le coupable pourra de plus être interdit, en tout ou en partie des droits mentionnés en l’article 42.

Art. 90 (Loi n°84-001 du 12.06.84)

- Lorsqu’un individu aura formé seul la résolution de commettre le crime prévu par l’article 87, alinéa premier, et qu’un acte pour en préparer l’exécution aura été commis ou commencé par lui seul et sans assistance, la peine sera celle de la détention.

§2.- Des crimes tendant à troubler l’État par la guerre civile, l’illégal emploi de la force armée, la dévastation et le pillage publics

Art. 91 - L’attentat dont le but sera, soit d’exciter à la guerre civile en armant ou en portant les citoyens ou habitants à s’armer les uns contre les autres, soit de porter la dévastation, le massacre et le pillage dans une ou plusieurs communes, sera puni de mort.

Le complot ayant pour but l’un des crimes prévus au présent article, et la proposition de former ce complot, seront punis des peines portées en l’article 89, suivant les distinctions qui y sont établies.

Les autres manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves, à provoquer la haine du Gouvernement malgache, à enfreindre les lois du pays, seront déférés aux tribunaux correctionnels et punis d’un emprisonnement d’un an au moins et de cinq ans au plus. Les coupables pourront, en outre, être interdits, en tout ou en partie, des droits mentionnés en l’article 42, pendant cinq ans au moins et dix ans au plus, à compter du jour où ils auront subi leur peine. L’interdiction de séjour pourra aussi être prononcée contre eux pendant le même nombre d’années.

Diable, c’est le cas de le dire: où se situe l’appel à ville morte dans cette section II du code pénal malgache? Dans "Les autres manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves, à provoquer la haine du Gouvernement malgache, à enfreindre les lois du pays"? Bravissimo pour l'interprétation! On n'est pas procureur de la république rajaonarimampienne pour rien. Non?

La suite? Elle suite la logique implacable suivante: lorsqu’on veut abattre son chien, on l’accuse d’avoir la rage. Et quand on est au pouvoir, certains se croient tout permis. Ainsi, soudain, sans crier gare, le 15 février 2017, le tribunal de première instance d’Antananarivo a condamné le sénateur Lylison à un an de prison ferme. Un jugement qui a été prononcé hors de sa présence et celle de ses avocats.

Odette Balisama Razafimelisoa

Ainsi donc, pour Odette Balisama Razafimelisoa, procureur de la République, un appel à ville morte est assimilé, à Madagascar, à un attentat contre la vie du chef de l’État. Et cela va faire jurisprudence, c’est certain, avec cette histoire de flagrant délit à retardement. Le reste n’est que de la littérature mais l’avenir sera très noir pour ces tenants du pouvoir lorsqu’ils le quitteront. Et ils devront le quitter, tôt ou tard. Et comme on dit: après la pluie, le beau temps…

Pour l’heure, le bureau national du MAPAR a réagi à travers un communiqué, condamnant fermement cette… condamnation. Pour résumé en français...

Vous voulez mon avis personnel? Tant que ce Hery Rajaonarimampianina sera au pouvoir, il y aura encore des tas d’arrestations et d’emprisonnements de ce genre. Madagascar n’est pas loin de la dictature, non: le pays est en plein dedans et beaucoup mourront idiots dans cette véritable usine à prisonniers politiques créée depuis janvier 2014.

Daniel Balavoine a mille fois raison quand il chante: les loi ne font plus les hommes, mais quelques hommes qui font la loi ("La vie ne m'apprend rien"). Et çà se passe à Madagascar sous Hery Rajaonarimampianina

Car voilà bien une femme, la dame Odette Balisama Razafimelisoa, qui fait la loi pour les beaux yeux du régime Hvm. L’alter ego au féminin de Jean Eric Rakotoarisoa, président de la HCC qui ne va pas tarder à déchoir le Sénateur Lylison dont le seul et unique crime est d’être membre du groupement MAPAR (Miaraka amin’ny Prezidà Andry Rajoelina – être ensemble avec le président Andry Rajoelina). Ce seul nom fait trembler tous les judas de Madagascar…Qui pratiquent les parfaits petits terroristes d’État grâce à une pluie d'étoilés...

Vivement 2018 et rira bien qui rira le dernier…

Jeannot Ramambazafy – 16 février 2017

News Mada4 partages

Nandritra ny fankalazana ny “Andron’ny sekoly” : nitambotsotra, maty tampoka ny Dren Boeny

Raha iny hamonjy ny efitrano fialana hetaheta, taorian’ny fahavitan’ny kabary sy ny lanonana ara-panjakana, nandritra ny fankalazana ny “Andron’ny sekoly”, iny, nitambotsotra teo amin’ny tohatra ny talem-paritry ny fanabeazam-pirenena Boeny, Atoa Samuel Christophe. Tsy tana ny ainy, minitra vitsy taorian’ny nahatongavany teny amin’ny hopitalin’Androva, omaly.

Semban-drahona tokoa, araka izany, ny fanokafana ny “Andron’ny sekoly” tany Mahajanga, noho izao fodiamandry tampoky ny talem-paritry ny fanabeazam-pirenena, Atoa Samuel Christophe, izao. Araka ny fanazavan’Atoa  Bruno Tsiketa, mpampianatra ao amin’ny CEG Amborovy izay nanao “maître de séance” nandritra ny lanonam-panokafana, taorian’ny fahavitan’ny kabary nifandimbiasan’ireo manampahefana samihafa, no nitranga tampoka izao toe-javatra izao. Lanonana izay natao tao amin’ny CRInFP (Centre régional d’institut de formation pédagogique) Mahabibo, Mahajanga.

Nifamonjena nentina niala-nenina haingana teny amin’ny CHU Androva Atoa tale, saingy minitra vitsy taorian’izay, tsy nisy aina intsony. Araka ny fanazavan’ny mpitsabo tao, hoe noho ny fijanonan’ny fo tampoka no nahazo azy.

Hentitra amin’ny fomba fiasany…

Noheverin’ny maro fa anisan’ny nahahentitra mafy azy ny tsy fahafaliana teo amin’ny tsy fahatombanan’ny fikarakarana ny lanonana raha nandray fitenenana izy, ka anisany nitarika ny fijanonan’ny fo tampoka. Nasiany teny masiaka mantsy ny fandaminana ny tribune sy ny toeran’ny mpianatra. Noteneniny manokana koa ireo mpanabe sy mpianatra ny amin’ny fanajana ny fanevam-pirenena izay somary goragora noho ny hafanana migaingaina. Eny, hatramin’ny fomba fitafin’ireo ankizy mpianatra amin’izao fotoana izao aza, nasiany teny fanamarihana koa.

55 taona izy izao nindaosin’ny fahafatesana tampoka izao. Manambady ary manan-janaka iray.  Nanendry azy ho talem-paritry ny fanabeazam-pirenena teto Boeny ny filankevitry ny minisitra, ny 8 oktobra 2014. Nandray ny asany izy, ny 17 oktobra 2014, rehefa nahavita famindram-pitantanana tamin’ny tale teo aloha, Atoa Zaranaina Tohanaina Ernest, izay lehiben’ny faritra Sofia ankehitriny.

Tonga teny an-toerana ny antoandro io, nizaha sy nitsapa alahelo ny tompon’andraikitra voalohany eto Boeny izay notarihin’ny ny préfet an’i Mahajanga, Atoa Ravelomahay Lahiniaina Fitiavana, sy ny lehiben’ny faritra Boeny, Atoa Saïd Ahamad Jaffar.

Andrasana ao amin’ny tranony ao Ambovoalanana Mahajanga ny razana. Ary araka ny fanazavana avy amin’ny fianakaviany, hoentina any Maintirano, faritra Melaky, ny razana ny zoma ho avy izao.

M.R. Tatiana

 

News Mada4 partages

Namidy 6 tapitrisa Ar… : nidoboka am-ponja ilay lehilahy nivarotra menaka lavanila hosoka

 Naiditra am-ponja vonjimaika, omaly, ilay lehilahy nivarotra menaka lavanila hosoka teny Ambodivona, ny 27 desambra 2016 lasa teo. Namidiny 6 tapitrisa Ar ity menaka hosoka ity…

 

Francklin Augustin, 27 taona ny anaran’ity lehilahy nivarotra menaka lavanila hosoka ity. Saron’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahavalo eny Analamahitsy izy, ny faran’ny herinandro teo. Araka ny fanazavan’ny polisy, nifanena tamina dokotera iray izy teny Ambodivona, ny 27 desambra 2016. Nilaza izy fa manana menaka lavanila ka nandresy lahatra ilay dokotera mba hividy izany. Raikitra taorian’izay fa 6 tapitrisa Ar ny vidin’ny menaka lavanila 20 litatra. Nomen’ilay dokotera tokoa ny vola ary nisaraka teo izy ireo. Rehefa nanao fitiliana ilay menaka tany amin’ny laboratoara anefa ilay dokotera, tsikaritra fa rano nasiana loko sy hanitra lavanila ilay izy fa tsy araka ny tenin’ilay mpisoloky hoe menaka lavanila. Nametraka fitoriana eny amin’ny polisy ao Analamahitsy ilay voasoloky, ny volana janoary 2017 teo. Nanao ny fikarohana sy ny vela-pandrika rehetra ny polisy ka noraisim-potsiny teny Manjakaray izy, ny faran’ny herinandro teo tamin’ny 10 ora maraina. Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny fanadihadiana sy ny famotorana nataon’ny polisy. Nilaza izy fa efa an-taonany maro ny nanaovany io asa fisolokiana io. Avy any Antsohihy izy, saingy misoloky olona eto an-dRenivohitra. Maro, araka izany, ireo olona efa lasibatr’ity mpisoloky ity. Aoka ho mailo hatrany fa tsy kely lalana ny ratsy indrindra amin’itony resaka hoe merikiora, menaka, itony.

J.C

L'express de Madagascar4 partages

Entrepreneuriat – Anzisha Prize 2017 lancé

Après le sacre de Tahina Randriarimanana en 2016, le monde de l’entre­preneuriat malgache commence à booster de jeunes startupers innovants.

Qui va succéder à Tahina Randriarimanana   Avec sa victoire au prestigieux concours Anzisha de l’entreprenariat en Afrique en octobre avec son entreprise Fiombonana, ce jeune entrepreneur de Faratsiho a fait des émules parmi les jeunes entrepreneursmalgaches.Le succès rencontré par Tahina Randriarimanana en Afrique du Sud témoigne la potentialité des jeunes porteurs de projet malgache. On dit toujours que les jeunes malgaches n’en manquent pas d’idée. L’Anzisha Prize serait donc une opportunité pour ces jeunes entrepreneurs de décrocher un financement pour développer les activités de leurs sociétés.« (Ce prix est ouvert aux jeunes entrepreneurs qui ont développé et mis en œuvre des solutions innovantes face aux défis sociaux, ou qui ont initié des entreprises prospères au sein de leurs communautés », selon  les organisateurs du concours. L’édition 2017 de ce concours vient d’être lancée hier.« Je sais qu’il y a beaucoup d’autres jeunes comme Tahina  Randriarimanana à Madagascar. Des jeunes qui ne se laissent pas abattre. Des jeunes qui bossent dur jour et nuit. Il est temps de gratifier vos efforts et de célébrer l’entrepreneuriat et les multiples projets positifs à Madagascar », a publié sur son mur Andry Ravololon­jatovo, celui qui a accompagné notre champion au cours de la phase finale de ce prestigieux concours.

Porteur de projetCoïncidence ou pas, les évènements en faveur des startups affluent avec notamment le concours de l’entrepreneuriat organisé par la Pépinière d’entreprises de Toamasina qui a connu du succès auprès des entrepreneurs. Les organisateurs annoncent avoir reçu 38 dossiers dont 13 d’entre eux ont été sélectionnés à la phase finale qui s’est tenue mardi dans la ville du Grand port de l’Est.D’après les organisateurs de ce concours, parrainé par le jeune champion d’Afrique, le concours  a pour objectif de promouvoir la créativité et l’innovation des projets liés au secteur de valorisation des nuisances en ressources, à développer les recherches dans le domaine et faire émerger la culture entrepreneuriale au niveau de l’université, des centres de formation professionnelle, et dans le monde socio-économique de la ville de Toamasina.À l’issue de la phase finale, Murielle Daniella a raflé le premier prix, soit un financement de 1,5 millions ariary, avec son projet sur « La transformation des déchets plastiques en briques ». Le deuxième prix revient à Jean Parfait Rasoloharisoa avec son projet portant sur « L’élevage de lombrics et lombri-compostage ». Victor Soloheritiana ferme le podium avec « le recyclage de déchets du marché de bazar kely et recyclage du bambou ». Pour ce prix, ils remportent chacun un  chèque de 1 000 000 ariary et bénéficient d’un hébergement gratuit à la Pépinière jusqu’en décembre 2018.À 22 ans, le parrain de ce concours tamatavien, a été élu meilleur jeune entrepreneur de l’Afrique devant d’autres jeunes issus de plusieurs pays africains.

Safidinirina Falinah et Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara4 partages

Golf – Ringer Score BNI : Ony Marchand en tête chez les dames

Le deuxième tour du Ringer Score BNI Madagascar 2017 s’est disputé dimanche dernier sur le green de l’International Golf Club du Rova à Andakana. Chez les dames, Ony Marchand arrive en tête du classement avec une carte de 74. Elle est suivie de Ny Voara Raveloarison créditée de 76 points. Monique Noyon se place à la 3e position 86 points. Dans la catégorie masculine, Djawad Hiridjee s’est imposé devant Sylvain Rabetsaroana. Les deux qui ont tous rendu une carte de 70.  Nan Ki Hyeok  termine troisième avec un score de 75 points. Du côté des juniors, Tamby Rakotonjanahary reste leader. Il est crédité d’un score de 77 points devant Rick Vallery Rajerison avec 80 points. Gabriel Ravon complète le trio de tête avec une carte de 82. La troisième étape de l’édition 2017 du Ringer Score est prévue le 19 mars prochain.

T.H

Tananews2 partages

Une bande armée sévit actuellement du côté de Iavoloha

Non non pas les crapules mais une véritable bande armée qui multiplient braquages et cambriolages, dans la zone entre Andoharanofotsy, Iavoloha et Bongatsara.

Une zone rouge dans tous les sens du terme.

Et un énième pied de nez à sa Seignhery, sur le chapitre de l’insécurité.

On ne s’étonnera pas de lire un jour : “cambriolage au Palais d’Etat de Iavoloha“.

Tananews2 partages

Avec les pluies, les chaussées défoncées réapparaissent

Tous les ans, c’est pareil : les tip top sur les trous sont très vite balayés par les premières gouttes de pluie et les nids de poule réapparaissent très vite un peu partout dans la Capitale.

Nous sommes d’avis de supprimer définitivement le goudron à Babakoto Land : ça ne dure pas, ce n’est pas adapté.

A la place, il faut installer de grosses plaques de béton armé, quasiment indestructible. Ou à la limite des pavés, mais bien posés. C’est pas les pierres qui manquent chez nous.

News Mada2 partages

Avotra ho an’ny firenena : « Fifampidinihana ny vahaolana »

« Raha ny governemanta no tsy ahitana vokatra, efa fahatelo izao: sao ny mpibaiko azy sy ny antokony no tsy manana vina sy fandaharanasa hitondrana ny firenena. Efa tsy zakany ny fitondrana ny fanjakana sy ny firenena. Noho izany, mila miverina izy amin’ny vahoaka na ireo antoko politika rehetra: inona ny vahaolana amin’izao fahasahiranana izao? »

Io ny fanehon-kevitry ny sekretera jeneralin’ny antoko Avotra ho an’ny firenena,  Razafindrakoto Harison, manoloana ny fahasahiranam-bahoaka amin’izao fotoana izao: delestazy, fidangan’ny vidim-piainana, tsy fandriampahalemana… Tsy vahaolana ny fanamboarana governemanta, fa fanovana governemanta iray manontolo tsy maintsy hahitana vokatra.

Nilaza ho vonona hifampiresaha amin’izay fomba handaminana ny rafitra sy ny fitondram-panjakana rehetra ny Avotra ho an’ny firenena. Ao anatin’izany izay governemanta sahaza  entina handaminana izao olana rehetra izao. Tsy maimaika fahatany ao anatin’ny fitondram-panjakana ny antoko, raha tsy mazava ny lalan-kaleha, araka ny fanazavany.

Tsy miala amin’ny fanovan-drafitra ry zareo, miankina amin’ny hoe tsy maintsy manao fampihavanam-pirenena sy ny fanorenana ifotony ny Repoblika izany.

Mitombo hatrany ny fahasahiranam-bahoaka

Mandra-pitrangan’izay hitranga amin’ny fanehoan-kevitra toy izao, mihamitombo sy mihalalina hatrany fahasahiranam-bahoaka. Haharitra hafiriana, ohatra, ny fizarana fanampiana etsy sy eroa tsy mahahenika ireo tena sahirana ataon’ny fitondram-panjakana amin’izao? Toa fisehoana fa mahalala ny fahoriam-bahoaka izy ireo, ary miasa andro aman’alina…

R. Nd.

 

News Mada2 partages

Rabekijana Félix : « Miahiahy ny Ceni amin’ny fikarakarana fifidianana ny olona « 

 Hisy na hanao ahoana ihany ny hoe fifidianana ato ho ato? Maneho ny fijeriny ny filoha nasionalin’ny KMF/Cnoe, Rabekijana Félix: « Miahiahy ny Ceni ny olona. Ny antony, tsy ampy ihany ny solontena avy amin’ny firaisamonina sivily tafiditra ao. Be dia be ny avy amin’ny andrimpanjakana. » Dinidinika…

Gazety Taratra (*): Aiza ho aiza ny fiatrehana ny fanomanana ny fifidianana amin’izao?  

Rabekijana Félix (-): Raha ny lalàna, amin’ny 2018 ny fifidianana filoham-pirenena. Raha ny zava-misy amin’izao, tsy anjarako ny milaza hoe: ho tratra izay sa tsia? Izay aloha ny  lalàna, tapitra ny fe-potoam-piasana amin’io ka hisy fifidianana.

Miahiahy ny olon-drehetra hoe: ho ara-dalàna sa tsia ny fifidianana amin’io? Raha ny zava-misy amin’izao: efa mipetrapetraka avokoa ny rafitra. Eo ny misahana ny fifidianana: ny Ceni sy ny rantsa-mangaikany. Ny ataon-dry zareo amin’izao, manofana ny firaisamonina sivily amin’ny ankapobeny, ireo mpisehatra maro amin’ny fifidianana… Hametrahana fifidianana tena malalaka sy marina ary mangarahara izany, araka ny tarigetra. Midika izay fa tokony hoeken’ny rehetra ny valim-pifidianana.

* Ahoana no haneken’ny rehetra izay valim-pifidianana izay?

– Ny zava-misy amin’izao fotoana izao, misy ezaka atao ho fampitomboana ny isan’ny mpifidy ho tonga hatrany amin’ny 10 tapitrisa. Nefa ny olana: miahiahy ny Ceni ny olona. Ny antony, tsy ampy ihany ny solontena avy amin’ny firaisamonina sivily tafiditra ao. Be dia be ny avy amin’ny andrimpanjakana: Antenimierampirenena, Antenimierandoholona, Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC)…

Mampieritreritra ny olona izay: maninona raha ny firaisamonina sivily manontolo no mikarakara ny fifidianana? Fa tsy mametraka dian-tanana ao ny fanjakana. Eo koa ahiahy hoe: tena ho azo antoka ve ny fifidianana? Ho hita eo…

* Inona ny anjaranareo mpanara-maso ny fifidianana amin’izany?

– Aleo hatramin’ny antsipiriany ny fanaraha-maso fifidianana, araka ny tokony ho izy. Manofana mpanara-maso ny fifidianana izahay… Raha mandeha izay, aleo beazina ihany koa ny olom-pirenena. Mba tena hisy lanjany ny vato arotsaky ny tsirairay avy, ary tomponandraikitra izy amin’izany: fantany tsara fa miantoka ny fiainany mandritra ny dimy taona manaraka ny vato arotsany.

Eza-davitra izay, ary ezaka atao ny hampahafantarana ny olom-pirenena hoe tena asio vidiny ny vato arotsaka amin’ny fifidianana. Mila apetraka koa ny karazana arofanina ny amin’ny vola enti-miatrika fampielezan-kevitra. Nefa sarotra be ny hametra ny famatsiana fampielezan-kevitra, raha ny zava-misy eto amin’ny firenena. Ny tokony hapetraka mialoha: ahoana no ahafahanaa mba hampitovitovy lanja sy tantana ny kandidà mifaninana?

 

* Ahoana ny amin’ny Ceni?

 – Eo hatrany ny ahiahin’ny olona: tena hamoaka voka-pifidianana ara-dalàna ve ny Ceni, izay rafitra mikarakara ny fifidianana? Eritreritry ny olona ny hoe: mba tsy hiandrasana ny HCC ny voka-pifidianana, fa hamoaka izany ara-dalàna ny Ceni. Tsy ho voka-pifidianana vonjimaika ihany ny an’ny Ceni.

Raha voka-pifidianana vonjimaika ihany ny an’ny Ceni, midika izany fa tsy mbola mahaleo tena izy. Nivoaka tamin’ny fanentanana ataonay ny olona tany amin’ny atrikasa maromaro nataonay izany. Kendrena ny tena hananan’ny Ceni ny fahaleovantenany feno, indrindra amin’ny vola mba tsy hisian’ny tsindry avy atsy sy aroa.

 * Inona no hatao mba tsy hisian’ny krizy aorian’ny fifidianana?

 – Tena mampiseho fangaraharana ny rafitra mitantana ny fifidianana, ny komity sy vaomiera mpitantana. Ataovy mazava sy mangarahara ny zava-misy iray manontolo ao. Takina ny hahazoana amin’ny antsipiriany ny vaovao rehetra momba ny fifidianana ao amin’ny Ceni. Azon’ny rehetra arahina sy alaina izany, fa tsy misy zavatra kononkononina ao.

Rehefa tanteraka izay, misy ny fangaraharana. Tsy hitako indray izay tokony hampirotaka ny vahoaka.

* Amin’ny fomba ahoana izay?

 – Manomboka amin’ny fandrafetana ny lisitry ny mpifidy izay fangaraharana izay. Tsy misy kajikajy politika ny lalàna mifehy ny fifidianana. Ara-dalàna avokoa ny rantsa-mangaika amin’ny fikarakarana ny fifidianana: tena olona avy any amin’ny vahoaka. Mazava sy miharihary ny vokatra alaina isaky ny biraom-pifidianana. Heveriko fa efa ara-dalàna ny fifidianana amin’izany, mangarahara… Tsy tokony hisy rotaka intsony aorian’izay, ary tokony hanaiky ny voka-pifidianana ny rehetra.

Raha mbola misy fitanilana toy ny mpitondra fanjakana manana tombondahiny amin’ny fampielezan-kevitra manokana, nefa voararan’ny lalàna fa tsy azo atao: aza manantena fifidianana ho vanona. Tsy eken’ny olona ny voka-pifidianana eo, fa mitanila avy hatrany ny mpitondra fanjakana.

Raha ny lalàna, ohatra: tsy mahazo manao fampielezan-kevitra ny manana fahefam-panjakana. Nefa misy préfet na lehiben’ny distrika manao izany any ambanivohitra. Manery amin’izany ny mpiasam-panjakana ambony. Matahotra izy ireny sao tratran’ny famindran-toerana.

Raha vao ny préfet, na lehiben’ny distrika, na lehiben’ny faritra, na tsy hiteny aza fa manatrika fampielezan-kevitra fotsiny: mieritreritra ny mpanatrika hoe kandidàm-panjakana izany. Na tiana na tsia: voatery ireny mpiasam-panjakana ireny, midina any ambanivohitra amin’izay kandidà tohanana sy hofidina.

Matahotra mpitondra fanjakana ny eny ambanivohitra. Raha mbola avela hanao fampielezan-kevitra ireo mpiasam-panjakana ireo, aza manantena inona. Mbola misy izany ny tsindry avy any ambony amin’ny talem-paritry ny fahasalamana, ohatra, ny lehiben’ny Cisco, Dren, ny amin’ny fambolena… Raha vao miseho izay: tsy hisy fifidianana hangarahara izany, ary tsy eken’ny olona ny voka-pifidianana eo.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada2 partages

Omda – Fampiasana sanganasa : hamafisina ny fanangonana ny zon’ny mpamorona

Notontosaina, omaly tao amin’ny efitrano malalaky ny Televiziona Malagasy ny fifampiarahabana nahatratra ny taona 2017 eo amin’ny mpitantana ny Omda sy ny mpanakanto. Anisan’ny nisongadina tamin’izany ny hanamafisana ny fiarovana ny zon’ny mpamorona. Tsy eo amin’ny resaka piraty sy ny fanaovana hosoka ihany fa indrindra ny fanangonana ny zon’ny mpamorona any amin’ireo mpampiasa sanganasa. Ezaka tanterahin’ny Omda manerana ny Nosy.

Hamafisina, toraka izany koa ny fanangonana ny zon’ny mpamorona any amin’ireo toerana mampiasa ny sanganasan’ny mpanakanto toy ny trano fandraisam-bahiny sy fisakafoana,  fandraisana lanonana isan-karazany, fiara fitaterana, toeram-pivarotana, sns. Hetsika ifanohanan’ny minisiteran’ny Kolontsaina sy ny Omda.

Nandritra ity fifampiarahabana ity ihany koa no nanoloran’ny fitondram-panjakana fitaovana toy ny ordinatera sy « imprimante » ho an’ny Omda mba hahafahan’izy ireo manatsara hatrany ny lafiny teknika amin’ny asa sahaniny. Fantatra fa hisy ny fanolorana marim-pankasitrahana ho an’ny mpanakanto.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

 

News Mada2 partages

Matin’ny fitsaram-bahoaka ilay mpangalatra lavanila : efa voadaroka, mbola saika nodoran’ny olona tami...

Nitrangana fitsaram-bahoaka indray tany amin’ny disitrikan’ i Soanierana Ivongo ny alin’ny talata 14 febroary.  Voalaza fa nisy jiolahy nikasa hangalatra lavanila tany an-toerana. Nanao andiany ireto jiolahy ireto ary nisy nahatsikaritra izany satria ny fokonolona amin’iny faritrainy tsy mandry alina amin’ny fanaraha-maso ny vokatra anaty ala. Raikitra noho izany ny fifanenjehan’ny fokonolona sy ny mpangalatra. Ireto farany izay nitari-dositra niaraka tamin’ny lavanila maintso efa azony.

Vokany tsy naharaka ny fandosirana nataon’ny namany noho izany ny tovolahy iray vao 20 taona monja ka niharan’ny hatezeram-bahoaka. Daroka vono sy kapoka kibay manginyfotsiny. Efa nisy mihitsy ny nihevitra ny haka kodiarana handorana azy no tonga ny zandary  ary nitondra azy teny amin’ny hopitaly fa saingy tsy tana intsony ny ainy.Amin’ izao fotoana izao, mitaintain-dava sy mandry andriran’ antsy ny olona manana fototra lavanila amin’iny faritra Analanjirofo iny. Izay amin’ny ankapobeny mahatonga ny olona any an-toerana hanao fitsaram-bahoaka.

Toy ny tany tsy misy fanjakana

Toy ny tany tsy misy fanjakana, izay no azo amehezana ny disitrika rehetra manerana ny faritra Analanjirofo tato ho ato fa lasa anisan’ny manana taha be indrindra eo amin’ny fitsaram-bahoaka, raha ny filazan’ny olona any an-toerana. Hatreto anefa tsy andrenesam-peo manoloana io raharaha mifanimpaka amin’ny tany tanan-dalàna io ny tompon’ andraikitra isan-tsokajiny any amin’iny faritra iny. Efa ho isan-kerin’ndro fandrenesana olona matin’ny fitsaram-bahoaka; raha tsy maty dia miady amin’ny fahafatesana eny amin’ny hopitaly. Sarotra ny fifehezana ity tranga mahazo vahana ity. Endriky ny alahelom-bahoaka, ny krizy, ny tsy fahatokisan’ny olona ny mpitondra sy ny mpitandro filaminana. Raha izao no mitohy, mety ireto farany no hiharan’ny fitsaram-bahoaka.

Sajo sy Yves S.

News Mada2 partages

Minisitry ny Filaminam-bahoaka : “Tsy azo ekena satria tsy ara-dalàna ny fitsaram-bahoaka …”

Tsy ekena ny fitsaram-bahoaka satria tsy ara-drariny no sady tsy ara-dalàna ka tsy maintsy misoroka izany ny polisim-pirenena. Tsy maintsy manara-dalana ny polisy eo am-panatanterahany ny asany mba tsy ho avy amin’ny tandrevaka ataon’ny polisy koa ny hampirongatra ny hatezeram-bahoaka”, hoy ny minisitry ny Filaminam-bahoaka, ny Contrôleur général de police, Anandra Norbert, omaly nandritra ny fanokafana ny dinikasa manoloana ny firongatry ny fitsaram-bahoaka. Ny fomba hisorohana izany tranga izany sy tsy hiitaran’ny fitsaram-bahoaka amin’ny faritra maro manerana ny Nosy no votoatin’ny dinikasa.

Nohamafisiny fa tokony ho matotra ny fifandraisana sy ny fiaraha-miasa amin’ireo tompon’andraiki-panjakana sy ara-piarahamonina any amin’ireo faritra hiasan’ny polisy mba hisorohana ny fitsaram-bahoaka. Ireo tale sy lehiben’ny sampandraharaha isan-tsokajiny eo anivon’ny minisitera no niara-nikaondoha nandritra ity dinikasa ity.

Niatrika izany teny Anosy omaly koa ny filohan’ny holafitry  ny vadintany, ny maître Andriatsima Ravelo Heriniaina satria matetika mandritra ny fanatanterahan’ny vadintany ny asany hotronon’ny mpitandro filaminana no mitranga ny hatezeram-bahoaka. Nitohy tamin’ny fifanakalozan-kevitra nijerena ny antony mahatonga ny fitsaram-bahoaka sy ny fomba enti-misoroka izany ireo mpizaika.

J.C

News Mada2 partages

Andron’ny asa : hisy tolotrasa 1 500 eny Mahamasina

Tao anatin’ny andiany valo amin’ny Andron’ny asa sy ny fiofanana karakarain’ny cabinet MRH, 28 500 ny olona tonga nitady asa, nahatratra 7 463 ny tolotra avy amin’ny orinasa ka 2 113 ny mpitady asa nahavita fifanarahana momba ny asa. « Olana miseho matetika ny tsy fananan’ny tanora malagasy ny fahaizana takina amin’ny asa eo amin’ny tsena », hoy ny tale jeneralin’ny fampananana asa ao amin’ny minisitera mpiahy, Rabearivelo Noelison, omaly teny Antaninarenina. Ambany ny tahan’ny tsy fananana asa satria 2%, nefa kosa manjaka ny asa tsy manara-drafitra, mahatratra 85%. Miasa ireo olona ireo nefa tsy mahavelona azy ny karama aterany. Tanjon’ny minisitera ny hanosika ireo asa tsy manara-drafitra hiditra amin’ny ara-dalàna sy manaraka ny rafitra misy mifehy ny asa.

Voafetra ny fandraisan’ny fanjakana mpiasam-panjakana vaovao ka tohanana ho afaka hanao izany ny sehatra tsy miankina. Amin’izao fotoana  izao, misy ny fifanarahana miaraka amin’ny orinasa Compagnie Malagasy de textile miasa eto an-toerana sy any Maorisy handray mpiasa marobe avy hatrany hiasa amin’ny sehatry ny lamba, araka ny fanazavany ihany. Anisan’ny mandray anjara amin’ny Andron’ny asa sy ny fiofanana andiany fahasivy eny amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina io orinasa io, mandritra ny 22 sy 23 febroary izao. Tokony hitondra CV avokoa ireo mpitady asa fa hitafa mivantana amin’ny mpitantana orinasa maro. 1 500 ka hatramin’ny 3 000 ny tolotrasa avy amin’ny orinasa 35 mpampiranty mandritra ny roa andro.

« Tolotrasa maro ny hita mandritra ny hetsika momba ny comptabilité sy fitantanana (15%), secrétariat, informatique… sy ny varotra (29%) nandritra ny hetsika rehetra natao », hoy ny mpitantana ny cabinet MRH, Mohamedaly Rafik.

Vonjy A.

News Mada2 partages

Namoaka mpitondra ambony : 45 taona ny LTP Ampefiloha

 45 taona ny Lycée Technique Professionnel (LTP) Ampefiloha izay fantatry ny maro amin’ny fiantsoana hoe LTC teo aloha. Nosantarina, omaly, ny fanamarihana izany niaraka amin’ny fanatanterahana ny Andron’ny sekoly. Namoaka olona mitana andraikitra ambony ny LTPA, anisany ny filoham-pirenena, ny minisitry ny Tetibola amin’izao fotoana izao. Manana lalam-piofanana telo ny sekoly amin’ny « formation initiale » : « secrétariat », « comptabilité et finance » ary ny « technique commerciale ». Aorian’ny fahazoana ny  bakalorea, afaka manohy roa taona ny mpianatra ary mahazo ny BTS (Brevet de technicien supérieur). Nandritra ny taom-panadinana farany teo, 90% ny taham-pahafahana tamin’ny fanadinana CAP, 80% ny BEP ary 68% ny bakalorea teknika, mpianatra roa nahazo ny « mention très bien », 28 « mention bien », hoy ny talen-tsekoly, Rajaonah José, omaly teny Ampefiloha.

Olana sedrain’ny mpitantana amin’izao fotoana izao ny tsy fahampian’ny mpampianatra sy ny mpandraharaha : 80 ny mpampianatra, 60 ny « vacataire » misahana mpianatra 1 800 hatramin’ireo manomana  BTS. Ezaka atao amin’ity fankalazana ity ny fanavaozana ny fotodrafitrasa sy ny fitaovana enti-mampianatra.

Ny volana desambra izao vao hifarana ny hetsika fanamarihana ny faha-45 taon’ny sekoly.

Nisongadina ny Andron’ny sekoly satria fotoana nitsarana ireo mpianatra amin’ny fampiharana ny taranja any an-dakilasy tamin’ny alalan’ny « Bazar du lycée ». Teo koa ny fifaninanana « Question pour un champion », ny fifanitsanana ara-panatanjahatena…

Vonjy A.

News Mada2 partages

Informatiques : les produits reconditionnés prisés

Petit budget oblige. De plus en plus de jeunes sont intéressés par les produits reconditionnés, c’est-à-dire des machines de première main utilisées entre trois et dix-huit mois et révisées ensuite par les usines de reconditionnement, indiquent les opérateurs dans le domaine de l’informatique. Ces produits sont en effet remis à neuf avant d’être écoulés sur le marché.

«Nous proposons cette gamme de produits pour satisfaire les besoins de ces étudiants. Mass’in propose également des produits neufs et des produit renew constructeur, c’est-à-dire des produit remis à neuf, sortis directement des usines des constructeurs», a avancé Patricia Ratolojanahary, directrice du magasin Mass’in à Ivandry.

Mass’in qui est une entreprise spécialisée dans la vente de matériel informatique authentique a mené une campagne de sensibilisation des jeunes sur l’utilisation de la nouvelle technologie, en parallèle avec la promotion d’ouverture de son nouveau local sis à Ivandry en décembre et janvier dernier. Un concours photo sur les réseaux sociaux a été organisé à cette occasion. Le prix a été remis hier à une jeune étudiante en médecine âgée de vingt ans, Andotiana Rabarijaona.

Riana R.

 

News Mada2 partages

Trail-Racing Madagascar : les coureurs handicapés retentent le coup

Le coureur handicapé de la compétition, Revelinot Raherinandrasana a signé un résultat impressionnant l’année dernière, lors de la première édition du trail dénommé Racing Madagascar. Cette première compétition du genre dans la partie de la Grande île a permis à ce traileur de prendre le dessus sur plusieurs participants non handicapés. Il a terminé à la 9e place au classement général.

Un exploit que le Comité paralympique malgache (CPM) tentera de rééditer durant la deuxième édition de ce rendez-vous mondialement reconnu, prévu se dérouler en juillet. Monja Dinard, le président du CPM, l’a annoncé lors de la présentation du nouveau bureau exécutif de la fédération. En fait, cette course, reconnue par International Trail Running Association (Itra), permet à tous les coureurs qui franchiront la ligne d’arrivée de glaner 4 points, nécessaires en vue d’une participation aux autres trails du circuit international.

L’année dernière, plusieurs traileurs malgaches ont pu, pour la première fois, obtenir leur premier point dans le circuit international grâce à leur performance à Antsiranana. De plus, dans les 10 premiers à l’arrivée, 8 sont des locaux, seules la première et la dixième place sont occupées par des coureurs étrangers, respectivement par le Sud-africain Thabang Madiba et le Chinois Ka-Long Fong.

Naisa

 

News Mada2 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : toy ny any amin’ny lalao an-dapihazo, misokatra ny ridao

Indreo izy telo mirahalahy heverina na mihevitra ny tenany ho mavesa-danja no efa an-tsehatra vonona hibahan-toerana. Ny tandapan’ny Filoha am-perinasa mielim-patrana mitety ny Nosy manararaotra amin’ny fitokanana izay kely vita, hanaovana fampielezan-kevitra an-kolaka, handokandokafana ny tompon’andraikitra an-tampony. Tsy ampy anefa izany hanakonana ny adidy tsy efa. Misavovona tokoa moa ny asa maika tsy nisy fikarakarana. Tsy mahagaga noho izany raha mahatsiaro mihatototry ny fahasahiranana mitombo isan’andro ny vahoaka. Ny fahasorenana noho ny mangidy sy mangirifiry zakaina mandava-taona anefa no mety handresy lahatra amin’ny bitsibitsika ao an-tsain’ny mpifidy rehefa ao amin’ny efitra miafina ka hanondro ao anaty bileta ny anaran’izay ametrahany fitokisana. Mbola lavitra anefa izany. Roa taona latsaka roa volana. Mbola tsy any ny sain’

ny mponina. Ny maro dia mbola lany hery amin’ny fitadiavana anio dia anio izay afaka hatokona ao ambilany isak’izay mahandro. Asa izay mahamaimaika an-drizalahy. Samy efa namoritra tanan’akanjo moa na Ingahy Marc Ravalomanana na Andriamatoa Andry Rajoelina. Samy nanambara ny fanapahan-keviny hirotsaka amin’ny fifidianana. Samy nampitandrina izay manana tetika ho fanilihana azy tsy handray anjara toy ny tamin’ny 2013. Akon-dakolosy samy hafa no mitovy faneno mitatitra ny fisian’izany tetika izany. Eo koa manamafy ny ahiahy momba io ireo kabary tsy loa-body mandresy lahatra mikasika ny mety fitrangan’ny karatra mena fandrarana ny firotsahana an-tsehatr’izay voatondro ho manana farasisa.

Na atao aza fa tsy manana zo hitsara momba izany ny olon-tsotra toy ahy sy ianao, samy olom-pirenena ihany ka tompom-pahalalahana haneho ny ahiahy mikasika ny korontana miandry ny vahoaka raha izany no miseho.

Diso fiheverana koa anefa izy telo mavesatra ireo raha mino fa ny iray aminy ihany no mety ho mpandresy. Na tsy tonga aza ny fiovana izay samy nampanantenain’izy ireo, dia eran-tany niova ny rivotra mitsoka ary matetika mivadika tadio mifaoka an’ireo velon-toky nanantena tombon-dàlana noho ny fahalalany ny toerana sy ny fikafika ahatongavana amin’izany. Mazàna tato ho ato, mpifanina tsy nampoizina no nandrombaka ny fahatokisan’ny mpifidy.

Léo Raz

 

Tananews2 partages

“La colonisation française était un crime contre l’humanité”

Ouh la, propos de qui ? Otrikafo ? Des associations îles Éparses ? Des anciens combattants de 1947 ?

Non, du candidat Emmanuel Macron, en visite en Algérie.

Tollé bien entendu de la classe politique française mais que ces propos sonnent agréablement aux oreilles desdites anciennes colonies, Babakoto Land inclus.

Le deuxième tour Macron / Marine se précise de plus en plus, avec donc au final l’élection de M. Macron.

Ceci étant, le revenu universel de M. Hamon n’a pas dit son dernier mot. Alors que les carottes semblent définitivement cuites pout M. Fillon, sommé de rendre le pognon.

C’était la minute maman chérie sur TNN.

Tananews2 partages

Ambanidia : les braqueurs tuent maintenant

Vers 22:00 un homme a été tué dans la rue, après s’être fait braqué par des malfaiteurs.

Il n’y a plus à discuter d’être pour ou contre la peine de mort.

Il faut simplement éradiquer cette racaille de la surface de Babakoto Land, point. Et définitivement car ça récidive à tous les coups.

Une bonne vindicte populaire et on en parle plus, au suivant.

Tananews2 partages

Electricité : un léger mieux sur le front

Depuis 48 heures nous enregistrons un légère amélioration par rapport aux délestages.

Mais nous n’irons pas jusqu’à proclamer que c’est la fin des délestages à Antananarivo.

Attendons quelque temps avant de crier victoire. Et nous l’avons déjà vu, la météo est si capricieuse à Babakoto Land.

Par ailleurs tout le monde est curieux de savoir d’où sortent les 245 MW annoncés de production ? Vu que la production hydroélectrique est estimée à 150MW, d’où sortent ces 95MW supplémentaires ?

Du thermique ?

Tananews2 partages

La dame “connue et puissante” : une certaine Yvette

Les informations commencent à sortir au compte-goutte, au forceps.

La trafiquante de bois de rose se prenommerait donc Yvette.

Une Yvette “connue et puissante” ?

Euh nous n’en connaissons qu’une. Et nous ne pensons pas qu’il s’agisse d’elle.

Mais il convient de sortir rapidement le nom car sinon les ragots se propageront à vitesse grand V.

L'express de Madagascar2 partages

Emploi – Un millier de postes à pourvoir

Un mois prometteur. Plus d’un millier d’offres d’emploi attendent les chômeurs et les jeunes en quête d’emploi, en ce mois de février. La 9e édition des journées de l’emploi et de la formation, organisée par le cabinet de recrutement MRH les 22 et 23 février au palais des Sports à Maha­masina, promet plus de 1 500 offres d’emploi, selon son directeur général, Rafik Mohamedaly, hier. Il souligne même que ce chiffre pourra encore gonfler, jusqu’au jour J. « Trente-cinq entreprises vont participer à cet événement, à savoir Orange, Vivetic, mais aussi une compagnie malgache de textile sise à Ambohi­mangakely, qui offre plusieurs postes. Nous sommes  en train de convaincre d’autres entreprises, en ce moment. Et nous avons encore une semaine pour cela », dit-il.Parmi ces offres, le commerce et la distribution, l’informatique, la télécommunication seraient les secteurs d’activité les plus nombreux.Depuis la première édition de ces journées de l’emploi et de formation, 7 463 offres ont été enregistrées pour 28 500 demandeurs d’emploi. Malheureusement, un peu moins de 10% d’entre ces derniers ont obtenu un contrat d’embauche. « La compétence des postulants ne correspond pas aux critères de l’offre. Leur niveau de qualification est très bas. La non maîtrise des langues étrangères est également un blocage », avance Rafik Mohamedaly pour expliquer cet écart entre offres d’emploi et contrats d’embauche. Pour lui, une collaboration doit être mise en place entre les écoles et les entreprises, afin que les jeunes puissent accéder à des stages, à la fin de leur formation, afin de renforcer leurs compétences.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar2 partages

Procès de tension

Mettre de l’huile sur le feu. On ignore où ce pouvoir veut en venir. Chaque fois que l’opinion attend de lui un geste d’apaisement et de retenue, il fait dans l’excès de zèle et la provocation. Alors que les émeutes à cause du délestage restent à craindre à tout moment malgré le déploiement massif des forces de répression dans les quartiers sensibles, voilà que l’État se complique la vie en condamnant le colonel Lylison René De Roland à un an d’emprisonnement ferme pour avoir incité la population à une ville morte. Un jugement d’autant plus rocambolesque qu’il a été pris par contumace, autrement dit un procès totalement déséquilibré et contestable. Un procès expéditif exactement de la même manière que Ravalomanana avait condamné Ratsiraka en 2004, que Rajoelina avait sanctionné Ravalomanana en2010. Voilà donc Rajaonarimampianina emboîter le pas à ses sinistres prédécesseurs avec un verdict digne d’une justice bananière.Condamner à un an de prison un sénateur qui a choisi de s’auto-emprisonner depuis un an est tout à fait une décision inutile et abusive. L’État aurait dû montrer sa fermeté en mettant à exécution le mandat d’arrêt prononcé à l’encontre du sénateur. Il s’est montré incapable de le faire sortir de sa tanière et de l’arrêter. On peut donc aisément circuler en toute quiétude en dépit d’un mandat d’arrêt. Quand on sait que les forces de l’ordre comptent un millier d’officiers généraux et qu’ils ont toutes les peines du monde à mettre la main sur un petit colonel, on comprend pourquoi l’insécurité règne en maître, pourquoi les vrais bandits vivent à l’air libre.L’État voulait visiblement envoyer un message fort à l’endroit de ceux qui tentent de profiter des difficultés socio-économiques à des fins politiques. Après l’arrestation en plein enterrement du secrétaire général de Mapar, en l’occurrence Augustin Andria­mananoro, l’année dernière, voilà une grosse tête de l’écurie de Rajoelina frappée en plein cœur. Celui qui veut absolument prendre le poste de chef de l’opposition et qui veut mobiliser la foule est averti. L’État semble adresser un avertissement clair et net. Dès qu’on touche à son intégrité, il ne fait pas d’état d’âme, quel que soit le «client». Avis donc aux amateurs.Sûr de sa puissance et de son omnipotence, il ne s’embarrasse guère de scrupules ni de doigté. Il ne met même pas de gant avant de prendre des décisions qui risquent de tout embraser quand elles viennent aggraver tous les problèmes dans lesquels la population se trouve empêtrée.Le colonel Lylison est loin d’être un saint, Valentin ou pas, et mérite certainement qu’on le juge avec tous les auteurs du coup d’État de 2009 et non pour une tentative ratée, mais l’État ferait mieux de s’occuper des vrais bandits comme les kidnappeurs, les trafiquants d’or, de tortue et de bois de rose.La justice retrouvera sa crédibilité et sa notoriété le jour où elle osera condamner, les fraudeurs à la douane, les barons du bois de rose, les spoliateurs fonciers, les exploitants véreux miniers… Ce n’est pas avec ce genre de procès de tension qu’elle pourra reconquérir la confiance de l’opinion et juguler la vindicte populaire. Au contraire, elle risque de passer au gril en continuant de faire le pitre.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara2 partages

Délestage : Olivier Mahafaly rassure la population

Une délégation dirigée par le Premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly et le ministre de l’Energie par intérim, le Général Herilanto Raveloharison a effectué une descente au niveau des infrastructures de la JIRAMA à Andohan’i Mandroseza et à Mandraka hier pour constater de visu l’avancement des travaux d’amélioration de la qualité de service. La vétusté des infrastructures et des matériels constitue le véritable problème au niveau de la JIRAMA. Actuellement, ce sont les quatre turbines de Mandroseza, Sabotsy Namehana, Faralaza et de Vontovorona qui assurent les besoins en eau à Antananarivo. Dans les jours qui viennent, le président Hery Rajaonarimampianina va inaugurer une nouvelle turbine qui vient d’être installée à Ankadivoribe. En ce qui concerne l’électricité, les turbines de la JIRAMA à Andekaleka, Mandraka et à Telomita produisent actuellement 240 mégawatts alors que la consommation de la population tananarivienne est de 210 mégawatts. L’offre serait donc supérieure à la demande. Techniquement, les problèmes de délestage devraient donc prendre fin. L’utilisation de la centrale thermique a été réduite à environ 70%. En effet, pour réduire ses dépenses, la JIRAMA est en train de basculer vers l’utilisation de la centrale hydroélectrique. Une consigne a également été donnée aux responsables pour renforcer la lutte contre les branchements illicites. A noter que le gouvernement a donné un délai de trois mois aux nouveaux hauts dirigeants de la JIRAMA pour élaborer de nouvelles stratégies afin d’améliorer la gestion et la qualité de services.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Haut Conseil de la Défense Nationale : Session inaugurale hier à Iavoloha

Le Haut Conseil de la Défense Nationale, l’un des organes consultatifs prévus par la Constitution, vient d’être constitué. Censé prendre le relais au CMDN (Conseil Militaire de la Défense Nationale), un organe de la transition, le HCDN est présidé par le président de la République, Hery Rajaonarimampianina. Il est composé de 13 membres du gouvernement dont le premier ministre, le ministre de la Défense nationale, le ministre de la Sécurité publique, le ministre des Finances et du Budget, le ministre de l’Environnement et des Forêts, le ministre des Mines et du Pétrole, le ministre des Affaires étrangères, le ministre de la Justice, le ministre de l’Intérieur, le ministre de l’Economie et du Plan, le ministre de la Pêche, le secrétaire d’Etat à la Gendarmerie et le secrétaire d’Etat à la Mer.

Produits stratégiques. Une fois le Conseil des Ministres d’hier terminé (à 18h), le HCDN a ouvert sa session inaugurale. Une occasion pour le président de la République de rappeler la vocation et la mission de cet organe constitutionnel. Concrètement, l’accent a été mis sur la protection des produits stratégiques dont dispose Madagascar, à savoir les mines et le pétrole, les ressources forestières, les ressources halieutiques et les ressources marines.

R. Eugène

Madaplus.info1 partages

Honore Rakotomanana : une tentative de destitution

Les bruits ont couru que certains membres du bureau permanent du sénat ne sont pas satisfaits de la gestion d’Honoré Rakotomanana. En effet, il n’y aurait pas de transparence dans sa gestion.
Face à cette situation, le président du Sénat, Honoré Rakotomanana a sorti un communiqué. Il stipule que les bruits qui courent actuellement, à propos de cette destitution ; ont pour but de semer la zizanie. En outre, les personnalités qui interviennent dans les médias pour répandre que la gestion au sein du palais vert n’est pas transparente, ont des ambitions politiques. Honoré Rakotomanana réitère qu’il travaille de près avec le bureau permanent. Rappelons que ce n’est pas la première fois qu’il est victime d’une tentative de destitution.
Tananews1 partages

Hery Rajaonarimampianina : zéro virgule en 2018 ?

Revenons un peu à l’élection de 2013 : si Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana avaient pu se présenter, quel score aurait fait Hery Rajaonarimampianina au premier tour ?

Zéro virgule.

On comprend donc la panique des Schtroumpfs bleus pour 2018 car sa Seignhery risque de ne même pas être au deuxième tour.

Donc la mission est simple : éliminer Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana.

Ce qui serait miraculeux serait plutôt que ça ne pète pas en 2018. Ou avant.

Tananews1 partages

Alors, ils sont où les 10 milliards de dollars ?

Oui Marco, inutile de sourire, on connait ta réponse.

Ceci étant nous sommes le 16 février et il n’y a toujours rien à l’horizon.

Le problème ne vient pas forcément des bailleurs de fonds. Eux ils attendent qu’on leur soumette des projets, des plannings, des états d’avancement.

Bref, tout ce que le babakoto ne sait pas faire, trop habitué à naviguer à vue, sans repères, sans jalons, sans méthode. En mode kitoatoa quoi.

News Mada1 partages

De nouveau menacé de destitution : Honoré Rakotomanana riposte

Des rumeurs de plus en plus persistantes font état d’un plan de destitution de l’actuel locataire du Senat. Cette fois encore, les membres du bureau permanent eux-mêmes semblent être à l’origine de cette tentative. Une rumeur que le numéro un du Sénat a qualifié de déstabilisation politique.

Le président du Sénat Honoré Rakotomanana risque une fois de plus de perdre son siège si les rumeurs sont fondées. D’après lui, des membres de son entourage, notamment les membres du bureau permanent eux-mêmes souhaiteraient le voir déchu de son poste.

Si lors de la première tentative, la transparence budgétaire était soulevée, cette fois, Honoré Rakotomanana dénonce une tentative de déstabilisation politique bien que les mêmes raisons soient toujours évoquées. Face à cette situation, Honoré Rakotomanana a tenu à éclaircir certains points à travers un communiqué hier.

 «Les informations concernant la gestion au sein du Sénat, amplifiées par voie de presse, cachent des objectifs politiques visant à fragiliser cette institution et par ricochet, la stabilité politique à Madagascar en cette période difficile», a indiqué le communiqué. Un communiqué qui, notons-le, n’est pas passé par le service de communication du Sénat, mais émane directement du cabinet de la présidence du Sénat. Par conséquent, il n’a été relayé que par une chaîne privée de la capitale.

Honoré Rakotomanana ne cèdera pas

«Le président du Sénat reste vigilant et tient à rassurer l’opinion publique qu’en tant que chef d’institution de la République, il a le devoir de ne céder ni aux pressions morales ni aux tentatives de manipulation de l’opinion publique», poursuit le communiqué. Cela pour dire qu’Honoré Rakotomanana entend poursuivre sa mission et ne pas céder aux pressions internes ou externes,  «Afin de protéger la stabilité des institutions républicaines et la paix sociale».

Pour rappel, la première tentative de destitution du président du Sénat date du mois d’octobre dernier. En ce temps-là, Honoré Rakotomanana a été accusé par ses pairs de ne pas mettre en œuvre la politique de transparence dans la gestion du budget de l’institution. Certains ont même fait obstacle à l’augmentation faramineuse des fonds spéciaux du président du Sénat pour cette année, soit de 20 millions d’ariary pour atteindre presque 1 milliard d’ariary.

Notons que la destitution du président du Sénat nécessite la majorité des 2/3 des voix des sénateurs d’après le règlement intérieur du Sénat. Après quoi, il appartient à la Haute cour constitutionnelle (HCC) de statuer sur la conformité des procès-verbaux.

Rakoto

 

News Mada1 partages

Association 8 mars Antanifotsy : appui du Sénat et de l’Amami

Des membres de l’association 8 Mars issus du district d’Antanifotsy, dirigés par leur présidente, Georgine Andriamihaja, ne sont pas rentrés bredouilles à l’issue d’une visite au Palais de verre à Anosy hier. Le président du Sénat, Honoré Rakotomanana ainsi que la présidente de l’association des femmes sénatrices dénommée (Amami), Alibena Elisa  Razafitombo, les ont accueillis à bras ouverts tout en leur prêtant une oreille attentive.

Les deux parties ont manifesté leur intérêt à soutenir les projets de ladite association  des femmes d’Antanifotsy, lesquels portent sur la promotion de développement des jeunes ruraux et la célébration de la Journée des femmes. Dans la foulée, elles comptent mettre en place une infrastructure sportive, notamment un terrain de basket, pour les jeunes locaux, mis à part leur souhait de venir dans la capitale pour assister à la célébration de la journée du 8 mars. La présidente de l’Amami, qui a rappelé le thème de cette Journée internationale des femmes, « Egalité sans limite », a réitéré la volonté de son association à apporter sa contribution à ces projets.

Fahranarison

 

Tia Tanindranaza1 partages

Kianjaben’i MahamasinaHotantanan’ny CUA tanteraka

Nahavelombolo ny mpanao baolina Malagasy na ry zareo avy any ivelany koa ankehitriny ny hatsaran’ny bozaka filalaovam-baolina etsy Mahamasina ankehitriny.

  Nandanian’ny FMF na Federasion’ny Baolina Kitra Malagasy lelavolo nitentina 160.000.000 Ariary ny nanamboarana an’izany bozaka izany talohan’ny nandraisan’ny ekipan’ny Elgeco Plus ny ekipa Afrikanina Tatsimo tamin’ny alahady lasa teo ka tafiditra tao anatin’izany ny fanampiana nentin’ity farany. Omaly ary dia natolotry ny mpikambana eo anivon’ny federasiona notarihan’ny filoha lefiny, Andriamiasasoa Doda, ny kaominina Antananarivo Renivohitra nosoloin’ny filoha lefitra faha-2, Randriamorasata Julien, ny fitantanana manontolo an’ity kianja ity manomboka izao. Voalaza tetsy Mahamasina omaly fa mbola hisy tsy ho ela ny fifanarahana matotra hataon’ny roa tonta sonia amin’izany. An’ny vahoaka raha ny marina ny fotodrafitrasa tahaka itony fa mpikarakara fotsiny ny kaominina, hoy ity farany, ka tsy maintsy karakaraina tsara hifanaraka amin’ny tokony ho izy.

Ntsoavina Evariste

Madonline1 partages

Coopératives : Une nouvelle opportunité pour relancer l’économie

Dans un contexte marqué par le marasme socioéconomique, la promotion des entreprises coopératives constitue un atout pour la Grande Ile. Des acteurs qui œuvrent dans ce domaine en sont convaincus, et Madagascar devrait saisir cette opportunité selon leur explication.

« Les potentiels sont énormes à Madagascar mais ils ne sont pas suffisamment explorés. A travers la promotion et la mobilisation des coopératives, on pourrait avancer plus vite », a affirmé Gabriel Sarasin du National Cooperative Business Association (NCBA), quand il s’est entretenu avec le ministre malgache de l’Industrie, Nourdine Chabani.

Un forum des coopératives s’est ainsi tenu à Antananarivo depuis le 13 février. Le NCBA affiche un certain optimisme et en a fait part aux autorités du pays en charge des départements économiques. Une centaine de dirigeants de coopératives ont participé à la rencontre.

« La redynamisation est possible, et l’on pourrait bientôt assister à l’émergence de nouvelles entreprises coopératives », a expliqué un cadre du ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé.

En quelques jours, les dirigeants de coopératives ont bénéficié de formation pouvant les aider dans leur tâche quotidienne. Ils ont également eu des échanges jugés fructueux avec des partenaires éventuels et des financeurs de projets. Comme un certain nombre de pays africains, Madagascar pourrait compter sur les coopératives pour booster notamment le secteur primaire, plutôt en stagnation depuis des décennies.

L'express de Madagascar1 partages

Présidentielles – Le Président ravive les inquiétudes

Bien qu’il ait affirmé qu’il y aura bien une élection, le chef de l’État n’a fait qu’effleurer les inquiétudes du moment sur les présidentielles, hier.

En marge d’une série d’inaugurations, à Sabotsy Namehana, hier, Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, a été questionné par les journalistes sur les informations, hypothèses et inquiétudes qui foisonnent autour de la présidentielle de 2018.En réponse aux sceptiques sur la tenue d’une élection présidentielle comme dénouement de son quinquennat, le chef de l’État a été ferme, « il y aura des élections ». À lui d’ajouter que toutes les hypothèses contraires ne sont que « rumeurs et supputations ». Le locataire d’Iavoloha n’a pourtant pas abordé les indiscrétions qui avancent que dans les hautes sphères de la République circule l’idée de repousser, en 2019, le scrutin présidentiel.Il faut dire que la question ne lui a pas été posée. Le sujet fait, pourtant, partie des grandes inquiétudes autour des votes qui devraient se tenir vers la fin de l’année 2018. La Constitution dispose, en effet, que le mandat présidentiel est de 5 ans et que « l’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice ».Aux journalistes, hier, Hery Rajaonarimampianina a déclaré, « d’autant plus que les textes sont clairs ». À lui d’ajouter, toutefois, que « toute éventuelle décision politique devra être débattue d’une manière apaisée ». Une phrase qui pourrait intriguer. Surtout que, le Président de la République a, également, réagi à une « position », de l’Union européenne (UE), requérant une présidentielle inclusive.

SouverainetéUne posture que certains observateurs estiment être une opinion contre une éventuelle mise à l’écart des anciens chefs d’État Marc Ravalo­manana et Andry Rajoelina de la prochaine course à la magistrature suprême. Un sujet qui a été en filigrane des débats et du vote de la sur la réconciliation nationale, à l’Assemblée nationale. Une probabilité qui a déchaîné les passions durant les séances plénières. « Madagascar est un pays souverain, avec une population souveraine qui fait ses choix de manière souveraine », a juste soutenu le président Rajaonarimampianina.Une réponse qui pourrait ne pas rassurer, notamment, les partisans des deux anciens chefs d’État. Surtout que, le vendredi 10 janvier, en marge d’une visite présidentielle, à Alakamisy-Itenina, Rivo Rakotovao, président national du parti « Hery vaovao ho an’i Mada­gasikara » (HVM), en réaction aux propos de l’UE avait mis en avant l’application des lois.Le ministre auprès de la présidence chargé de l’Agricul­ture et de l’élevage, a soulevé l’accord de Cotonou qui sanctionne les « putschistes », et la condamnation judiciaire qui annihile certains droits des coupables. Ayant, en toute vraisemblance, eu comme objectif de rassurer l’opinion au sujet de la présidentielle, les réponses de Hery Rajaona­rimam­pianina, hier, tendent, cependant, à laisser des ouvertures pour des éventualités.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Concert classique – Le Groupe Lyrique Maestria enivre d’harmonie

Séduisant, enjoué et mélodieux. C’est une fois de plus un concert classique de midi exceptionnel que le Madagascar Mozarteum a proposé au public, hier après-midi. À travers une prestation quasi-théâtrale et plus qu’enchanteresse, le Groupe Lyrique Maestria, sous la direction de Latia Robline, a subjugué les mélomanes de l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely.Faire revivre sur scène l’une des œuvres phares du génie Wolfgang Amadeus Mozart, à savoir « Don Giovanni » n’est pas une tâche facile, mais ils sont une bonne vingtaine de chanteurs lyriques resplendissant de jeunesse à avoir brillamment relevé le défi sur les planches de l’IFM à Analakely. Symphonique et harmonieuse, la prestation de ce Groupe Lyrique transcende par sa maîtrise de ce mythique opéra de Mozart. Outre, « La flûte enchantée », cette pièce d’opéra composée par le maître, se découvre généralement en deux actes bien précis.À travers les extraits choisis et joués par le Groupe Lyrique Maestria, le public s’est facilement laissé embarquer par l’histoire de la pièce. Illustrant un romantisme, un humour et une bonne dose de drame également, la pièce « Don Giovanni » s’est redécouvert tout aussi fidèle qu’elle ne l’était au XVIIème siècle grâce à la présentation de ces jeunes artistes classiques. Bien qu’étant plus contemporain, aussi bien avec leurs voix puissantes que leur aisance sur scène dans leurs costumes, le Groupe Lyrique Maestria a conquis le public férus de musique classique du centre ville.

A. P. R

L'express de Madagascar1 partages

Rakotomanana répond aux tentatives de destitution

Des publications dans certaines presses privées de la capitale parlent d’une nouvelle tentative de destitution d’Honoré Rakotomanana, président du Sénat. Une initiative qui serait destinée à le sanctionner d’une « mauvaise gestion », des affaires de la Chambre haute. La TV Plus Madagascar a diffusé, hier, un communiqué qui émanerait du cabinet du numéro un du Sénat, apportant une réponse aux informations quant à une intention de destitution. Cette missive soutiendrait qu’il s’agit juste d’un acte de déstabilisation a visée politique et qu’Honoré Rakotomanana ne reculera pas face aux probables frondeurs.

L'express de Madagascar1 partages

Si Monderman avait connu Antananarivo

Il y a vingt ans, à Philadelphie (États-Unis), les feux tricolores étaient supprimés à71 carrefours et remplacés par des panneaux de «Cédez le passage». Suite à une étude du très respectable Massachusetts Institute of Technology. À la même époque, chez nous à Antananarivo, les feux tricolores avaient disparu de fait, éteints faute d’entretien et vandalisés faute de protection dans les mentalités.À Paris (France), à l’initiative du groupe écologiste, le Conseil de Paris vient de voter, en cette année 2017, l’expérimentation de l’abandon des feux tricolores aux carrefours. La mesure sera appliquée en 2018. Il y a une vingtaine d’années, je garde le souvenir d’une conduite nocturne sur un axe Vouille-Alésia-Tolbiac, désert, mais ponctué d’un nombre absurde de feux rouges que je n’osais pas griller : quand l’autorité est incarnée, elle est d’autant mieux incorporée, n’est-ce pas ?La suppression des feux tricolores (vert, orange, rouge) pour fluidifier la circulation et diminuer les collisions : «les feux obnubilent les conducteurs qui en oublient de regarder les piétons ou les vélos, et ne pensent qu’à accélérer pour passer à l’orange ou rattraper le temps perdu au feu rouge».La paternité du concept appartient au Néerlandais Johannes Monderman (1945-2008), originellement ingénieur des travaux publics, fondateur d’autos-écoles, avant d’être nommé à la tête de l’autorité de la sécurité routière de sa région natale du Friesland, aux Pays-Bas, en 1982.Il chercha comment induire un changement de comportement chez l’automobiliste, en traitant celui-ci comme un citoyen intelligent. Et pour mieux intégrer l’automobile dans le tissu urbain, il fit remodeler rues et espaces urbains, par le recours à l’art, l’exploitation du paysage, ou un jeu d’éclairages, afin de bien caractériser les différents usages.Pour apporter la démonstration du bien-fondé de sa méthode, il allait jusqu’à remonter à pied le flux de la circulation, confiant dans les capacités naturelles des conducteurs à s’adapter à un évènement inattendu : «Respecter le bon sens du conducteur et faire confiance à son intelligence plutôt que de s’en remettre aux signaux, marquages au sol, feux de signalisation et barrières physiques (ralentisseurs, chicanes, etc.)».Expert internationalement reconnu de la circulation urbaine, il est l’initiateur du principe des «rues nues» et des «espaces partagés» : «les feux rouges et les limitations de vitesse annihilent notre capacité d’un comportement socialement responsable», disait-il. Ses travaux influencèrent urbanistes et décideurs, d’abord aux Pays-Bas, ensuite la «Commission for Architecture and the Built Environment» en Grande-Bretagne ou le «Congress for New Urbanism» aux États-Unis.Il aurait fallu que Hans Monderman vienne à Antananarivo, Madagascar. Voir comment, depuis ces vingt ou vingt-cinq dernières années, est née une «génération taxibe» : un flot d’usagers, piétons comme automobilistes, qui n’ont jamais entendu parler du concept de «rues nues» mais qui ont appliqué, de facto, à leur manière, désordonnée, le partage, inéquitable, de l’espace. Les marchands assis sur les trottoirs, les piétons installés sur la chaussée, bus et taxis collectifs stationnant au beau milieu de la circulation.Pourtant, pour être «nues», nos rues le sont : marquages au sol avec de la peinture à l’eau, panneaux de signalisation sciés nuitamment, feux tricolores au musée du mobilier urbain. Notre bon sens, à moins que ce ne soient nos sens tout court, sont intensément sollicités. Il faut du réflexe pour réagir à l’irruption soudaine d’un passant où n’existe aucun clou : on est très loin de la fameuse photo des Beattles traversant Abbey Road à un passage piéton. Il faut avoir le compas dans l’oeil pour se faufiler entre la charrette à bras, à droite, le vélo zigzaguant de déséquilibre, à gauche, tandis qu’en face déboule un scooter remontant votre file à contre-sens. Nos rues sont tellement «nues» que les automobilistes prennent tranquillement en sens interdit la rue Bel’Air-Gilpin-Ankadivato ou la rue Ankaditoho-Soanierana-Capsat ou la rue Capsat-Soanierana-Ankadimbahoaka. À moins qu’ils n’improvisent une rue à trois voies sur la route digue ou à Andraharo, voire en plein Analakely, au vu et au su d’une police impuissante de la circulation.Quelle aurait été l’approche de Hans Monderman ?  La tentation d’un muret de béton en guise de ligne continue infranchissable nous guette quand le bon sens n’est plus la chose du monde malgache la mieux partagée et que le comportement socialement responsable est mort en même temps que disparaissait de l’enseignement, l’éducation civique.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar1 partages

Le Dr Raymond nommé DG de l’Elevage

Fidèle à son poste. Le conseil des ministres d’hier vient de nommer le Dr Raymond au poste de directeur général de l’Elevage auprès du ministère auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’élevage. Celui-ci avait déjà occupé ce poste durant la période de Transition.

L'express de Madagascar1 partages

Médecin escroqué

Recherché pour escroquerie depuis le mois de décembre dernier, un individu âgé de 27 ans a été arrêté à Manjakaray, jeudi. Un médecin a porté plainte contre le suspect. La victime affirme lui avoir remis 6 millions d’ariary pour l’achat de 20 litres de liqueur de vanille. Après test auprès d’un laboratoire, il s’est avéré que c’était de l’eau parfumée à la vanille, additionnée de colorant, qui lui a été livrée.

L'express de Madagascar1 partages

Des coopératives américaines chez Nourdine

Le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé Chabani Nourdine a reçu en audience, hier, la délégation de la National Cooperative Business Association/ Cooperative League of the United States of America, une association fédérant les coopératives aux Etats Unis. Cette entrevue marque le début du partenariat du ministère avec NCBA CLUSA, dans les perspectives de renforcer les capacités des coopératives à Madagascar.

L'express de Madagascar1 partages

Un nouveau bureau de poste

Antsofinondry, une localité dans la périphérie de la capitale, vient de se doter d’un nouveau bureau postal. A part tous les services de la Paositra Malagasy comme le service de la distribution du courrier rapide et le transfert d’argent, par un mandat traditionnel ou un transfert d’argent électronique, le bureau est doté d’un distributeur automatique de billet.

L'express de Madagascar1 partages

Ultimes recommandations d’un monarque à son successeur

«Le fils (certains conteurs disent la fille) du géant Rapeto, lui demanda un jour de cueillir la lune pour en faire son jouet. Poussé par l’amour de ce fils qu’il adorait, Rapeto dont la tête touchait le ciel, partit vers l’Ouest, le jour de la pleine lune… Son fils (ou sa fille) attendit vainement son retour… Au moment où le géant arrachait la lune à la voûte céleste, il se produisit un grand cataclysme universel: les continents se rompirent, le déluge commença, Rapeto qui soutenait le ciel de sa tête, s’arcbouta dans l’océan Indien, forma l’ile de Madagascar : le gros orteil dirigé vers le Septentrion, le talon se trouvant au Sud. »C’est ainsi que les vieux Malgaches expliquent l’origine de la Grande ile. Toute satradition et sa civilisation se ressentent de ces origines poétiques. La philosophie et la sagesse malgaches se révèlent à travers des légendes et des proverbes qui témoignent d’une grande clairvoyance. Pour illustrer cette constatation, le Dr Tsimahafotsy Randriamaro cite :« Celui qui scrute longuement la vérité, en découvre toute la portée. »D’après lui, cette sagesse se retrouve au fond de tous les peuples quelle que soit leur langue. L’âme des êtres humains aurait donc la même sève et les mêmes racines comme le dit l’un de nos proverbes : « Les êtres humains sont comme les courgettes d’un seul plant de courges, mêmes racines et tiges pour les corps et les âmes. »Auteur d’une étude sur L’esprit médical malgache à travers ses proverbes ou ohabolana, il précise que la littérature malgache orale, folklorique et symbolique est très riche. Plus de 4 000 proverbes sont recueillis, précise-t-il, mais dans son étude, il ne s’intéresse qu’à ceux qui ont trait à la Médecine. Il en compte environ 200, « mais les traductions que je vous donnerai sont fort imparfaites. Il s’avère impossible de rendre dans une langue occidentale l’humour si différent de nos pays tropicaux, les jeux de mots, le sens des rythmes sont intraduisibles ».Pour démontrer à quel point le vocabulaire est par lui-même poétique et métaphorique, il donne quelques exemples : le soleil est « l’œil du jour », la lune est « le mois », la prunelle est« le prince de l’œil »,  la colline est « l’enfant de la montagne », la voie lactée est « la liane céleste », les doigts sont « les branches de la main », le mica est « le miroir des corbeaux », la splénomégalie est « l’œuf de la fièvre », etc.Prenant le proverbe « Ny fanahy no mahaolona » (c’est l’âme qui fait l’homme ), le Dr Randria­maro revient sur quelques passages du dernier kabary (discours) d’Andrianam­poinimerina qui règne de 1787 à 1810 ; ultimes recommandations à son peuple ainsi qu’à son fils et successeur Radama Ier. « Voici venir les signes de l’évolution fatale de ma maladie… La volonté du Créateur m’appelle au Ciel… Ma chair sera mise en terre, mais mon âme et mon esprit murmureront toujours auprès de vous, oh ! mes chers amis, parents et toi mon fils Damalahy. Préservez-le de tout danger… »« Veillez à ce qu’il ne fasse rien les jours néfastes », car « la volonté de l’homme est vaine quand on est dépassé par les évènements », explique le Dr Randriamaro en évoquant un proverbe : « Ne faites pas obstacle aux élans de son cœur ». Car ajoute-t-il, « on n’arrache pas à l’enfant la gâterie qui lui fait plaisir ». S’adressant particulièrement  à son fils, il conseille : « Ne cherche pas querelle aux tiens et n’excite pas à la violence tes esclaves » car « l’âme d’esclave avilit ».Les conseils ultimes du grand monarque à son successeur sont nombreux et l’auteur de l’étude les traduit par quelques proverbes : « La violence ne vaut pas les bons sentiments » – « Il y a de la douceur dans la grande amertume » – « Ne garde pas dans ton cœur ce qui te chagrine. »– «  Les morts ont des répondants, les vivants des ombres, les enfants continuent leur père. » – « Le nom d’un père célèbre est un lourd fardeau. »– Cependant, « il est fou celui qui ne dépasse pas son père dans la vie. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Tananews1 partages

“Elections : ce ne sont pas les étrangers qui décident”

Propos courroucés de sa Seignhery, face donc à ce qu’il considère comme une véritable ingérence dans la souveraineté nationale.

“Elections : ce ne sont pas les étrangers qui décident”

Bah si tu veux avoir tes 10 milliards de dollars, si un peu quand même non ?

Ceci étant, si on élimine les putschistes de l’élection de 2018, Hery Rajaonarimampianina ne devrait donc pas pouvoir non plus se présenter puisqu’il est sur la liste des 109 sanctionnés par l’UA.

Tananews1 partages

Pour changer, Hery Rajaonarimampianina inaugure un .. bureau de poste

Oui pourquoi pas.

C’est très joli la grosse boîte aux lettres à gauche là.

Mais euh.. la dernière fois que nous y avons glissé une lettre remonte bien à il y a .. 15 ans ?

Madaplus.info0 partages

9 124 901 électeurs enregistrés dans la liste électorale provisoire

Par rapport à l’année dernière, le nombre des électeurs a augmenté d’un taux de 5,20% selon la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).
La liste est encore provisoire, mais l’arrêt définitif se fera le 15 avril prochain. Compte tenu de l’objectif de la CENI, le nombre de 10 000 000 électeurs visés est presque atteint. En complément d’information des résultats, la CENI a marqué également l’augmentation du taux des jeunes inscrits à 18.90 % et celui des femmes à 4.87% par rapport en 2016. Ces dernières qui occupent les 45.73 % des inscrits selon rapport de l’arrêtage de la révision annuelle de la liste électorale (2016-2017) sortie le 13 février 2017.
Le président de la CENI Hery Rakotomanana a noté que cette liste n’est pas encore exhaustive par le fait que plusieurs Centres électoraux de district (CED) n’ont pas encore proclamé leurs résultats à cause de la prédominance du délestage et de la panne de la connexion.
Tananews0 partages

Mise en place d’une “politique nationale de la diaspora”

Décidément elle y tient à sa diaspora la Ministre des Affaires étrangères.

Pour notre part nous avons déjà donné notre sentiment sur la diaspora, nous n’allons pas radoter ad vitam sur le sujet.

Et si on commençait plutôt par nommer nos ambassadeurs ? A moins qu’il ne reste plus grand chose dans les caisses ?

Ino Vaovao0 partages

TSARATANANA – MAHAJAMBA : Dahalo telo no maty, basy kalachnikov iray no tratra

Ny alatsiniainy teo dia raikitra indray ny fanafihana nataon’ireo dahalo tao amin’ny Fokontany Ambatobe any Tsaratanàna. Dahalo folo mahery nirongo fitaovam-piadina no nanafika io fokontany iray io.

Nisahotaka ny iray tanàna rehefa raikitra ny fifampitifirana teo amin’ireo dahalo sy ny Miaramila, izay nampandry tany. Vokany, dahalo telo no lavon’ny balan’ireo Miaramila nandritra ny fifampitifirana satria dia efa azon’ireo dahalo ny omby miisa folo mahery raha ny tatitra ny jeneraly Kaomandin’ny Faritany Miaramila fahefatra ao Mahajanga, Andrianantenaina Johnson.

Naharitra ora roa teo ny fifanjevoana teo amin’ny malaso folo ireo sy ny mpitandro ny filaminana. Sarona teny amin’ireo dahalo koa ny basy kalachnikov iray ary basy MAS 36 iray hafa. Tafaverina amin’ny tompony ny omby folo mahery kasain’ireo malaso nalaina an-keriny tamin’ireo vahoaka. Isan’ireo efa voasokajy ho faritra mena amin’ny asan-dahalo ny Distrikan’i Tsaratanàna ary mbola mitohy hatrany anefa ny fampandriana fahalemana ataon’ny Miaramila taorian’ny hetsika “Mazava” izay natao hampandriana fahalemana ny vahoaka ambanivohitra.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

FITSARAM-BAHOAKA TANY BESALAMPY : Nisy nalefa nitsoaka mialoha ny hiavian’ny FIP ireo olona voarohirohy

Ny 10 tamin’izy ireo naiditra am-ponja avy hatrany ary iray izay mpianatra mbola tsy ampy taona kosa nahazo fahafahana vonjimaika. Tsiahivina fa olona roa no maty tratran’ny fitsaram-bahoaka, ary potika tanteraka kosa ny kaomisaria ao Besalampy noho ny fitazonana ireo olona niharan’ny fitsaram-bahoaka.

Olona an-jatony maro no nandray anjara tamin’io fitsaram-bahoaka io saingy izy 11 mianadahy ireto no voasambotra. Voalaza mantsy fa misy fianakavian’ireo olobe amin’ny tanàna ireo nandray anjara, ka nampandosirina mialoha ny nahatongavan’ireo Polisy avy amin’ny FIP nanao ny fisamborana.

Eo sahady izany dia efa tsy mitovy ny fandraisana ireo rehetra nandray anjara tamin’iny fitsaram-bahoaka iny fa misy ny samborina, misy ny ampandosirina. Lasa mahazo vahana ny fitsaram-bahoaka ankehitriny noho ny tsy fahatokisan’ny vahoaka intsony ny mpitandro filaminana sy ny Fitsarana.

Ny olana anefa dia sarotra ny mitady ny marina sy ny rariny ary ny hitsiny ao anatin’ny vahoaka maro mafana lio, ka matetika mibirioka amin’ny tsy tokony ho izy io fitsaram-bahoaka io.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

VONO OLONA NAHATSIRAVINA : Vehivavy bevohoka naolana, novonoina avy eo nariana tao anaty tatatra

Tao anaty lakandrano no nahitana ny fatiny tao anatin’ny Fokontany Mahatsinjo, Kaominina Anjanadoria.

Fantatra fa avy nampianatra izy tamin’io fotoana io, rehefa nirava ny sekoly dia namonjy fodiana ka teny an-dalana no nifanehitra tamin’ireo olon-dratsy. Noho tsy fahatongavany ara-potoana tao an-trano tahaka ny isan’andro no nanaitra ny fianakaviany.

Nikoropaka ireto farany, nandeha nanao ny fikarohana ka teny an-dalana no nahitana azy efa tsy nisy aina intsony nandry tao anaty tatatra. Tamin’ny fomba feno herisetra tanteraka no nanaperana ny ainy. Nahohoka tao anaty tatatra ilay razana ka ny lohany no nasitrika tany ambany. Nidina avy hatrany teny an-toerana ny Zandary rehefa nahare ny vaovao. Tonga nanao fizahana ny razana ihany koa ny mpitsabo, voalaza fa mitoe-jaza telo volana io vehivavy io kanefa mbola naolan’ireo tsy mataho-tody. Tsy vitan’izay anefa fa mbola notaperina tao herisetra tanteraka ny ainy.

Nahitana ratra ny vatany iray manontolo, rehefa hitan’ireo olon-dratsy fa tsy nisy aina intsony dia nasitriny tany anaty tatatra amin’izay. Hatreto mbola tsy fantatra izay tompon’antoka amin’ity habibiana ity. Natolotra ny fianakaviany ny razana, mitohy kosa ny fikarohana hataon’ny Zandary ao Anjanadoria-Ambohidratrimo.

Avotra Isaorana

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Airtel – ASM : renouvellement de partenariat

Depuis 2013, Airtel Madagascar et l’Association Aide et soin aux Malades (ASM) travaillent d’arrache-pied pour sensibiliser et éduquer les populations malgaches sur les dangers et les risques liés aux maladies infectieuses et sexuellement transmissibles. Des dépistages gratuits au VIH ont toujours été au programme de ces campagnes.

Au vu des résultats et du nombre de personnes ayant bénéficié des campagnes de sensibilisation précédentes, les deux entités ont décidé de renouveler leur partenariat ce 15 février 2017 dans le but de contribuer au bien-être des populations. La cérémonie a eu lieu au siège d’Airtel Madagascar en présence de Maixent Bekangba, directeur général d’Airtel Madagascar, du professeur Mamy Randria, président de l’association Aide et soin aux malades et des représentants de l’ASM.

« Entreprise citoyenne, Airtel œuvre pour le bien-être des populations pour lesquelles il travaille. Une population en bonne santé est une population qui peut participer pleinement au développement du pays. C’est pourquoi Airtel Madagascar est plus que déterminé à apporter sa pierre à l’édifice de la lutte contre le VIH Sida, pandémie qui gagne de plus en plus de terrain dans la Grande Ile, en mettant l’accent sur la sensibilisation et le dépistage » a déclaré Maixent Bekangba.

Consultations gratuites des médecins et soins offerts par Airtel

L’autre volet intéressant de cette collaboration repose sur les consultations et soins gratuits offerts aux populations les plus vulnérables par les médecins de l’ASM  (Association Aide et Soin aux Malades) – une unité de service des maladies infectieuses du CHU de Befelatanana. Airtel Madagascar appuie donc cette initiative en  prenant en charge les médicaments, et à travers des dons de produits de première nécessité aux personnes nécessiteuses.

Cette collaboration au fil des années a pris diverses formes. Afin de permettre aux médecins de l’ASM de travailler dans de bonnes conditions, l’opérateur a mis à leur disposition toute une logistique comprenant des mobiliers de bureau et des matériels médicaux.

Pour cette année, l’utilisation des nouvelles technologies comme moyen de sensibilisation pour toucher le maximum de cible entre en jeu. Tous les abonnés Airtel recevront désormais des sms de sensibilisation fournis par l’ASM.

« En tant que opérateur télécom, il était tout naturel d’utiliser nos technologies pour sensibiliser et informer nos abonnés sur les bonnes pratiques. Grâce à ce moyen, nous sommes sûr de pouvoir toucher un maximum de personnes » a déclaré Maixent Bekangba.

 

 

News Mada0 partages

Golf – BNI Ringer Score : Ony Marchand se rassure

Tout a marché comme sur des roulettes pour Ony Marchand, tête de classement féminin, pendant le 2e tour du tournoi BNI Ringer Score, le 12 février dernier, à l’international golf du Rova à Andakana. Un bel élan avant le 3e tour prévu le 19 mars prochain.

Sur sa lancée. Ony Marchand maintient les brides à l’issue du 2e tour du BNI Ringer Score, dimanche dernier, chez les dames en première série. Elle est en tête de classement avec une carte de 74 contre 76 pour Nyvoara Raveloarison. Monique Noyon est à la troisième marche du podium avec une carte de 86. En deuxième série, Christiane Ravon devance Shamia Hafejee (84) et Holy Razafindrakoto (87). Au 1er tour, Ony Marchand a pris les devants sur Nyavo Raveloarison et Riana Raveloarison avec une carte de 78. Ses deux dauphines ont respectivement été créditées de 81 et 86.

Chez les hommes, Djawad Hiridjee s’est imposé devant Sylvain Rabetsaroana et Ki Hyeok Nam. Il a rendu un carnet de 70 contre une carte de 70 et 75 pour ses principaux rivaux. Pour rappel, Sylvain Rabetsaroana a ouvert le bal au premier tour avec une carte de 78 devançant ainsi Théodore Raveloarison et Djawad Hiridjee qui ont respectivement eu un total de 78 et 79.

Du côté des juniors, le trio de tête reste inchangé. Tamby Rakotonjanahary est en tête suivi de Rick Vallery Rajerison et Gabriel Ravon. Ils sont respectivement crédités de 77, 80 et 82. Le prochain tour du BNI Ringer Score prévu le 19 mars prochain s’annonce d’ores et déjà très disputé, vu le niveau de la compétition. Certains golfeurs et golfeuses, bien connus du milieu, peuvent encore créer des surprises pendant cette saison.

Notons que cette 21e édition a réuni 105 participants pendant la première journée. Au terme de ce second tour, le vainqueur du tableau masculin, Luc Ratsimbazafy se trouve à la 4e place avec un total de 76. Quant à Hanitra Ratsimbazafy, elle s’est placée à la 5e position avec une carte de 86 derrière Riana Raveloarison.

Rojo N.

News Mada0 partages

Présentation de vœux : le ministère et l’Omda à l’unisson

L’Office malgache du droit d’auteur (Omda) a organisé, hier, une cérémonie de présentation de vœux avec les artistes membres de l’office, en présence de Jean-Jacques Rabenirina, ministre de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine. Cette entité a ainsi dévoilé officiellement son programme annuel dont la plupart des activités seront assurées en collaboration avec le ministère.

«L’année promet d’être plus active», a annoncé Haja Ranjarivo, le nouveau directeur de l’Omda. En effet, après l’affaire entre Brigitte Rasamoelina, l’ancienne ministre de la Culture, et lui il est actuellement sur ses gardes, surtout en ce qui concerne le contrôle des finances de l’office dans les autres régions de Madagascar.

De ce fait, cette année, il sera plus exigeant dans ce domaine. «Et pour que le travail de l’office dans ces régions fonctionne normalement, nous allons renforcer les capacités de nos employés», a-t-il poursuivi. Dans cette même vision, pour améliorer davantage leur travail, l’Etat leur a octroyé, hier, un don composé d’ordinateurs portables et d’imprimantes.

Des reconnaissances pour les artistes

Dans le cadre de la reconnaissance des artistes membres, l’Omda est actuellement en pleine étude sur ce point, en collaboration avec le ministère. «1 000 artistes environ se sont inscrits, jusqu’à ce jour. Prochainement, nous allons leur offrir, entre autres des distinctions honorifiques, des mérites et des certificats, suivant les critères de chaque artiste», a expliqué Haja Ranjarivo. «Ceci est un geste honorable venant l’Etat puisque les artistes attendent davantage de reconnaissance de leur vivant», a expliqué la plupart des artistes présents durant la cérémonie.

Des contrôles financiers

Par ailleurs, Jean-Jacques Rabenirina a annoncé officiellement que désormais, le ministère travaille de près avec l’office pour contrôler aussi les sociétés ou autres entités qui utilisent les œuvres des artistes membres. «Nous allons donc informer les radios, les chaînes télévisées, les restaurants, les bus, les organisateurs, les cybers cafés, les magasins, les boîtes de karaoke… sur les droits qu’ils devront payer à l’office», a expliqué le ministre.

Des séances d’informations

Et enfin, cette année, l’office offrira aussi des séances d’informations aux artistes qui ne connaissent pas exactement le rôle de l’office ou encore leurs droits et surtout leurs avantages en y adhérant. «Les séances se feront gratuitement, tous les derniers mercredis du mois, au siège de l’office», a conclu Haja Ranjarivo.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Chronique : illusion de la prospérité

C’est la crise, mais pas pour tout le monde. Quelques secteurs d’activités semblent miraculeusement épargnés par la morosité ambiante. Le bâtiment fait partie des heureux élus. On érige des immeubles dans tous les quartiers de la capitale et dans les plus grandes villes du pays. Réjouissons-nous de toutes ces constructions, nous allons pouvoir loger toute cette population qui n’en finit pas d’augmenter !

Les réjouissances sont de courte durée quand on s’intéresse de plus près au type de logements proposés à la vente et la location. La clientèle ciblée par les promoteurs immobiliers tient dans un mouchoir de poche puisqu’il s’agit des catégories sociales excessivement favorisées. A compter le nombre croissant des maisons (ou villas pour être dans le ton) et des appartements aux normes dites internationales, on se dit naïvement que la prospérité n’est pas qu’une illusion si l’offre répond à une réelle demande de logements.

L’illusion de la prospérité comme la naïveté cèdent très vite la place à la lucidité quand on compare le montant des loyers de ces nouvelles constructions aux revenus des catégories socioprofessionnelles supérieures, à qui ces logements sont inaccessibles. Mais alors, pour qui construit-on ces immeubles et ces résidences dits de standing ? Visiblement pas pour cette population qui n’en finit pas d’augmenter et doit aussi se loger à la mesure de ses moyens.

Si construire des habitations à loyer modéré est une priorité, elle est secondaire. ll y a bien quelques rares tentatives loin, très loin des centres urbains. Mais les nouvelles cités sont peu attractives quand on travaille en ville et qu’on est tributaire des transports collectifs. On optera plus raisonnablement pour un logement sans normes, pas trop éloigné d’un arrêt de bus.

La lucidité n’empêche pas les questions faussement naïves : cui prodest ? A qui profite l’illusion de la prospérité ?

   Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le cyclone (2)

(Suite et fin.)

Au-delà du Wharf, le mur de soutènement assez récemment construit, et destiné à protéger le boulevard Galliéni contre les avances de la mer, s’est effondré sur une cinquantaine de mètres. Le météore a commis là l’indiscrétion d’étaler sans pudeur à tous les yeux la façon dont les travaux publics autrefois étaient exécutés. Le mur dont s’agit a sur certains points l’épaisseur d’un carton reposant sur du sable. C’est sous la haute direction de M. Vidaud, l’éminent ingénieur du Service régional d’alors, que ce travail a été exécuté.

Il faut convenir que ce haut fonctionnaire Zaptatout possédait de réelles aptitudes… aquatiques. C’est ainsi, entre autres, qu’il avait converti la rue Amiral Pierre en une cascade de la rue Laborde à la rue Lambert, cascade précédée d’un lac, délice des canards, sur lequel peuvent naviguer des pirogues, allant de cette dernière rue au jardin public. C’est du reste le même Zaptatout qui demandait, effaré, à quoi pouvaient servir des chambres d’eau dans une usine hydraulique.

Au-delà du mur ci-dessus, la mer a continué à ronger, sur divers points, le boulevard Galliéni, notamment à la Pointe Tanio où, le boulevard enlevé, elle s’est avancée dans les terres sur une longueur d’environ 200 mètres, emportant une partie d’une maison appartenant aux T. P. et mettant en péril le phare et la bouée lumineuse qui le précède.

En ville, les dégâts, quoique nombreux, n’ont pas atteint la même importance. Des toits enlevés tout ou partie, procurant aux habitants la surprise d’une douche en pleine nuit, surprise que d’aucuns auront eu la mauvaise grâce de trouver désagréable. Un fait curieux à noter : c’est que le météore paraît

avoir spécialement exercé sa rage sur les bâtiments publics. Malfaçons !… s’écriera quelque grincheux. – Oh ! pas du tout, simple malice, pure facétie de mauvais goût de la part du météore, voilà tout.

De nombreuses branches d’arbres ont été cassées, et même un certain nombre d’arbres ont été déracinés, – le sol n’est composé que de sable, – et quelques-uns se sont donné le luxe d’écraser les toits des immeubles qui les avoisinaient, ou de couper les fils télégraphiques – jeux innocents de la part d’un météore, car, – fait digne de remarque, – il n’y a eu à déplorer la perte d’aucune vie humaine, ni même aucun accident sérieux.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : salutations d’usage

Il y a les grands chamboulements édictés par le haut : obligation d’attacher sa ceinture en voiture, renouvellement des papiers pour qu’ils soient infalsifiables, etc. Il y a des changements plus discrets : on s’en rend compte une fois qu’ils sont adoptés. Les salutations d’usage suivent aussi l’air du temps. Comment va la santé ? Question trop délicate si on veut éviter de parler des proches très malades et des hôpitaux-mouroirs.  La pluie et le beau temps ? C’est déjà plus facile, sauf si on est agriculteur. Un nouveau thème est entré dans les moeurs : le délestage. Commencez donc la journée par : « le délestage, pas trop difficile pour vous hier soir ?» et vous serez dans l’air du temps.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanahy iniana

Efa an-taonany maro no niandrandran’ireo vahoaka nifandimby teto amin’ny firenena fandrosoana.

 Samy nampanantena sy nahay nikabary daholo ireo mpitondra nifanesy fa azo atao tokoa ny mampandroso ny firenena ao anatin’ny fotoana vetivety. Rehefa tonga ao anaty fitondrana tokoa anefa izy ireo dia misy andian’olona mpanohana mampirisika hilaza matetika fa mbola mila ezaka be an-taonany maro mihitsy vao azo atao ny mampandroso ity firenena ity. Misy ny milaza fa mbola mila hampianarina hay tarika (leadership) 7 na 8 taona eo ho eo ireo te hitondra sy mpanao politika mba hisian’ny fampandrosoana afaka 20 na 25 taona. Teo anelanelan’ny taona 2002 ka hatramin’ny taona 2009 anefa dia efa voaporofo fa azo natao tsara ny nampandroso tao anaty taona fohy satria dia niha nivoatra isan-taona ny faripianan’ny vahoaka, raha ny tarehimarika nomen’ny firenena mikambana. Mbola porofo ahafahana maneho fa misy ihany koa ny vahaolana vetivety ahafahana mivoaka amin’ny fahantrana ny fivahan’ny olan’ny delestazy tao anatin’ny fotoana fohy rehefa naneho ny hatezerany ny mponina. Tsy finiavana, araka izany, no tsy mampandroso antsika fa efa fanahy iniana mihitsy.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Journee de l’emploi et de la formationHanomezana asa manodidina ny 1.500

Mbola betsaka ireo tanora tsy an’asa eto amintsika, eny fa na dia ireo efa nahavita fianarana aza.

 Mba ho fanampiana azy ireny dia hotanterahina  etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina ny 22 sy  ny 23 febroary ho avy izao indray ny andiany fahasivy amin’ilay  “Journée de l’emploi et de la formation”, karakarain’ny Management Ressources Humaines. Asa  manodidina ny 1.500 isa no haranty mandritra izany, hiarahana amin’ireo  orinasa lehibe maro samihafa toy ny Compagnie Malagasy des textiles, ny Microcred, ny orinasam-pifandraisana Orange,  ny SITMA izay mbola mitady mpiasa marobe tokoa. Tanjona ny hahafahana manome asa ireo tsy manana hahafahana mampivoatra ny faripiainan’ny tsirairay avy. Nandritra ireo andiany valo efa lasa nokarakarain’ny MRH dia  nambaran’Andriamatoa Rafik Mohamedaly hatrany fa raha 70.400 ireo tolotr’asa nomena ho an’ireo tanora tsy an’asa teto an-drenivohitra  dia olona miisa  2.100 monja no nahazo tombony tamin’izany. Noho ny fahamaivanan’ny fahaizan’ny mpitady asa no voalaza fa antony, indrindra fa ny tsy fahaizana ny teny vahiny. Vahaolana aroson’izy ireo ny tokony hisian’ny fiaraha-miasa eo amin’ny sekoly ambony sy ny orinasa hahafahana manazatra sy manome traikefa ny mpianatra sahady.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

TETIBOLAM-PANJAKANAHatao mazava ho fantatry ny vahoaka

Hatao mazava ho fantatry ny vahoaka eny ifotony manomboka izao ny tetibolam-panjakana.

 Ny tena mahamaika dia ny hahafantaran’ny tsirairay avy ny hanaovana  ireny karazana hetra alaina aminy ireny,  hisian’ny mangarahara amin’ny fampiasana ny volam-panjakana. Nisantaran’ny minisiteran’ny vola sy ny tetibola izany omaly ny fampitana ny vaovao tsara ho fantatra rehetra tamin’ny mpanao gazety, hetsika izay mbola hitohy any amin’ny fiarahamonim-pirenena sy ny mpianatra eny amin’ny anjerimanontolo. Nambaran-dRazanajato Mialy Lanto, talen’ny tetibola fa efa tena miditra tanteraka ao anatin’ny fanatsarana izy ireo ankehitriny. Tafiditra ao ny famolavolana sy fikarakarana ny tetibolam-panjakana manomboka ny taona 2018 ka hatramin’ny 2020. Hiova mihitsy ny toe-tsaina hitondrana izany, hoy hatrany ity tompon’andraikitra ity satria tsy resa-bola fotsiny ihany no tena hifantohana fa anisan’ny hojerena ihany koa ny tanjona sy ny vokatra mety ho azo amin’ny alalan’ny fampiarahana izany ao  fandaharan’asa ankapoben’ny fanjakana sy ny drafitra nasionaly momba ny fampandrosoana. Tsy hitsahatra ny fampisehoana ny mangarahara, fandaharan’asa iarahana amin’ny UNICEF fanaparitahana  eny anivon’ny fokontany sy ny kaominina, hoy izy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hira any amin’ny karaokeTokony hakana alalana

Nandritry ny fifampiarahabana nahatratra ny taona nataon’ny fianakaviamben’ny ofisy misahana ny zon’ny mpamorona na ny OMDA niaraka tamin’ireo artista mpikambana rehetra tetsy amin’ny TVM Anosy

 no namakian’ny minisitry ny kolontsaina, Rabeniriana Jean Jacques, ny fanambaran’ireo mpamorona fa lany ron-doha sy sasatra izy ireo kanefa dia tsy misitraka araka ny tokony ho izy ny tambin’ireo zava-boaforony. Nanainga ireo mpampiasa ny sanganasany rehetra, toy ny radio sy tele, ny karaoke, ny taksibe, ny cyber, ny mpikarakara fampisehoana ary ny hotely, araka izany, ireo mpamorona mba haka alalana amin’ny OMDA.

Mirija

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kolikoly amin’ny fandraisana MpampianatraNametra-pialana ny Sefo Cisco Fandriana

Niafara tamin’ny fametraham-pialan’ny fari-piadidiam-pampianarana (Cisco) Fandriana, Andriatsimandravalazasoa Tomboniaina,

 

 ny fahitana trangana kolikoly tamin’ny fandrafetana ny lisitr’ireo mpampianatra FRAM horaisina mpiasam-panjakana andiany faha-4 ho an’ity taom-pianarana 2016-2017 ity. Ny alarobia 15 febroary 2017 no nampahafantarany izany ireo mpiara-miasa sy ny lehibeny. Manana anjara mpampianatra miisa 87 ny Cisco Fandriana amin’io andiany faha-4 io. Ny 19 janoary 2017 no natao ny fandiovana ny lisitra ary novakiana ampahibemaso ho ren’ireo nanatrika izany rehefa vita. Ora roa monja taorian’io anefa dia efa nivoaka ny feo fa nisy nanova ny lisitra, tsy arakaraka ilay vao novakiana ren’ny rehetra. Voaporofo izany nony nivoaka ny peta-drindrina teo amin’ny biraon’ny Cisco ny 20 janoary 2017. Anarana mpampianatra FRAM miisa telo no nisy nanova. Niteraka resabe tao Fandriana io raharaha io. Nidina tany an-toerana ny solontenan’ny minisitera sy ny avy amin’ny foibem-paritry ny fanabeazana Amoron’i Mania taorian’ny fitarainan’ireo lasibatra sy ny fiparitahan’ny vaovao. Tsikaritra tamin’izay ny fisian’ny kolikoly. Naverina amin’ny laoniny araka izay vita sy natrehin’ny besinimaro ny 19 janoary 2017 ny lisitra vao niravona ny disadisa.

Jean D.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana Za’GasyTsy misy ny vahoaka madinika

Mety ve ny mimenomenona sy manome tsiny ary manakiana fotsiny manoloana ny raharaham-pirenena amin’izao fotoana izao ? Io no fanontaniana ifotoran’ny fikambanana Za’Gasy

 izay hiaingan’izy ireo amin’ny atrikasa fikaroham-bahaolana miaraka amin’ireo solontenam-pokontany tratra antso nanomboka omaly ary hifarana anio etsy amin’ny foibeny etsy Ambanidia. Ny fisondrotry ny vidim-piainana, ny fahatapahan-jiro, ny tsy fandriampahalemana amin’izao fotoana no  mampikaikaika ny mponina eto amin’ny firenena ka ilana fifampidinihana maika amin’ny eny ifotony, raha ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanana, Ratiharison Jean Navandahy. Eny amin’ny fokontany mantsy no tena iharany mivantana ary ny toe-tsaina mampahantra ny fiheverana ny tena ho izany no antony. Zanahary mihitsy no hampietry anao rehefa manambany ny tenanao ianao, hoy izy. Anio moa dia hisy ny fehin-kevitra avoakan’ny fikambanana miaraka amin’ireo nivory izay hiompana amin’ny anjara birikin’ny olom-pirenena tsirairay amin’ny fampandrosoam-pirenena.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

“Vehivavy mizaka tena ara-toekarena”Tetikasa 578 no voaray

Samy manana ny hanitra ho azy, ka nanahirana ny fitsarana ireo tetikasa miisa 578 voaray tamin’ilay fifaninanana tetikasa “vehivavy mizaka tena ara-toekarena”, eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny mponina sy ny sampandraharahan’ny firenena mikambana momba ny fampandrosoana (PNUD) ary ireo mpiara-miombon’antoka ara-teknika sy ara-bola (PTF).

 Vita ihany anefa ny sivana voalohany, ka tetikasa miisa 66 no voasafidy hatreto. Amin’ny alalan’ireo indray no hifantenana ireo tetikasa miisa 3 isaky ny faritany, hiatrika ny famaranana hatao eny amin’ny Hotely Carlton Anosy ny 6 martsa 2017 izao. Ho avy ihany koa ny fandefasana mivantana ity fifaninanana natao hanindraindrana ny fandraisan’andraikitry ny vehivavy ity any anaty fahitalavitra. Tsiahivina fa 20 tapitrisa ariary ny loka ho azon’ny laharana voalohany, 10 tapitrisa ny an’ny faharoa ary 5 tapitrisa ny an’ny fahatelo. Ny 8 martsa mandritra ny fanamarihana amin'ny fomba ofisialy ny andron'ny vehivavy eny Mahamasina no hanolorana ny loka ho an'ireo tetikasa 3 mendrika indrindra. Mandritra izany no hisian'ny hetsika isan-karazany, ka hiavaka ny fanehoan'ny vehivavy ny talentany "Vohitra kanto Fihary", ny "Andriambavilanitry ny kanto Malagasy", hetsika hivondronan'ireo vehivavy kintan'ny hira sy ny zava-kanto eto amintsika, ary ny "Rodobe ho an'ny vehivavy mahefa", arahina famelabelarana sy adihevitra mikasika ny fahaleovantenan'ny vehivavy sy ny anjara adidiny amin’ny fampandrosoana ny firenena.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntanimbarinandrianaHanamboatra « Parking » sy zaridaina ny CUA

Natomboka omaly ny asa fanajariana sy fanamboarana ny toby fiantsonan’ny fiara miampy zaridaina eny Antanimbarinandriana, tontosain’ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

Tafiditra indrindra ao anatin’ny fotodrafitrasan’ny kaominina, nampisalorana ny anarana hoe “Amenagement Urbain”io vava asa io. Tanjona ny hanatsarana ny renivohitra sy hanamora ny andavanandron’ny mponin’Antananarivo. Ny zaridaina dia hatao hipetrapetrahan’ny olona sy hakana aina ary  koa haingon’ny tanàna. Natao hamahana ny olan’ny tsy fahampian’ny toerana hitobian’ireo fiara kosa ny « parking » satria iaraha-mahita ihany ny fahasahiranan’ny mpampiasa fiara eto Antananarivo. Haharitra tapa-bolana eo ho eo ny asa. Ankoatra ny fandaminana ny tanàna dia miezaka hatrany ny fiadidiana ny tanànan’Antananarivo, tarihin’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana amin’ny fanaovana asa fanatsarana sy fanadiovana, mba hahatonga ny renivohitr’i Gasikara ho mendrika sy maha te honina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mitady tambiny sy tombony !

Io indray ianao ry Jean fa mody miketrika an ! Manaiky anao aloha izahay e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina ambonivohitra TaolagnaroTerena hametra-pialana ny filohan’ny Filankevitra

Mafana ny toe-draharaha eo anivon’ny Filankevitry ny tanànan’i Taolagnaro. Mitaky ny fametraham-pialan’ny filohan’ny Filankevitry ny tanàna, Ramanandraibe Evariste ireo mpanolotsaina.

Nangonin’i Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rajaonah AndrianjakaMila miaiky heloka ny Frantsay

Mila miaiky ny Frantsay fa meloka ary nanao vono moka teto Madagasikara tamin’ny 1947, hoy ny Antoko politika Otrikafo, tarihin-dRajaonah Andrianjaka.

 Tokony hanaiky koa ny maha an’i Madagasikara ireo nosy eparsa, izay bodoiny ka hamerina ny tany ho an’ny Malagasy. Ireo no fepetra tokony hapetraka sy horesahina voalohany vao miditra amin'ny resaka fiaraha-miasa sy firahalahiana amin’ny Frantsay. Toa lany andro fotsiny anefa isika hatreto amin’ny fitakiana fa tsy misy vokany hatramin’izao. Ny mpitondra fanjakana tarihin’ny filoha Hery Rajaonarimampianina aza toa tsy miraharaha ary minia mampangina ny raharaha, indrindra taorian’ny fahavitan’ny fihaonana an-tampon’ny frankofonia. Re aza moa fa efa nanao fifanarahana miafina mikasika ny hampanginana ny fitakiana ireo nosy ireo ny fanjakana malagasy sy frantsay.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Nijabaka indray raprezy

Vaovao nanaitra omaly ny nahafantarana fa nahazo ny fanamian’ny FC Barcelone na ny Barça ny filoham-pirenena Malagasy Hery Rajaonarimampianina.

RTT

Ino Vaovao0 partages

KMF/CNOE - FIFIDIANANA 2018 : “Tsy tokony hisy ny fanilihana kandida ho filoham-pirenena”

“Tsy tokony hisy ny fanilihana kandidà ho filoham-pirenena amin’ny taona 2018 ho avy izao, raha mahafeno ny fepetra takian’ny Lalàm- panorenena izy ireo”, hoy ity vovonana ity.

Araka ny fanazavana voaray dia efa maro ireo kandidà vonona ho amin’izay fifidianana izay ary efa nisy aza no sahy nanambara fa vonona hitondra ny anjara biriky amin’ny fanavotana ny Firenena sy hitondra fampandrosoana tena izy ny sasany amin’izy ireo.

Ny eo anivon’ny fitondrana Hery vaovao ho an’i Madagasikara anefa dia mitsipaka ireo kandida izay tsy mahafeno ny fepetra takian’ny lalàna. Fa raha toa ka mahafeno izay fepetra izay dia ilaina ny filatsahan’ny kandidà amin’izany fifidianana izany. Ady masina io, ka aleo hifaninana, ka ho hita eo izay tian’ny vahoaka, fa hitondra ny fanovàna sy ny fampan- drosoana tena ilaina sy misy fiantraikany amin’ny vahoaka.

Ny teo anivon’ity vovonana ity dia mbola nanamafy hatrany, fa lavin’izy ireo marindrano ny fanilihana kandida amin’io fifidianana ho avy io.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

BEN’NY TANANA AMBANJA : « Madio mangarahara ny fitantanana ny Kaominina »

Fitantanana mangarahara no tanjona napetrak’i Siritis Darkhaoy sy ny ekipany, ka izany no antony nanaovan’ity Ben’ny tanàna ity tatitra mikasika ny vola niditra sy navoaka tamin’ny taona 2016. Isaky ny enim-bolana no anaovan’ny Ben’ny tanàna ny tatitra mikasika ny vola miditra sy mivoaka ao amin’ny  Kaominina izay tantaniny sy ny ekipany. «  Tapitra ny taona 2016 ka tsara mba ho fantatry ny vahoaka ny vola niditra sy ny vola nivoaka tao amin’ny Kaominina  », hoy i Siritis Darkhaoy. 

«  Raha ny vinavina teo amin’ny tetibola 2016 dia 1 lavitrisa Ariary mahery kely ny vola tokony nampidirinay. Fa na izany na tsy izany nahatafiditra 940 000 000 Ariary izahay tamin’ny taona 2016  », hoy izy. Maromaro anefa ny fandaniana nataon’ny Kaominina ka anisan’ izany ny karaman’ny mpiasa sy ny maro hafa. Mitentina 799 672 000  Ariary kosa ny vola lany tamin’ny taona 2016 hoy izy. Izany hoe ahitana ambim-bola mitentina 140 340 650 Ariary ao amin’ny Kaominina Ambanja tamin’ny taon-dasa. Nambaran’ny Ben’ny tanàna fa maro ny fotodrafitrasa natsangana sy vita ao Ambanja tahaka ny lalan-tany mirefy 16 km izay tsy azo aleha tany aloha tany, lava-drano na vovo miisa 20, ny fividianana kojakoja ho an’ny mpiasan’ny Kaominina, ny fanaovana fety, ny fanampiana ireo mpianatra mendrika, sns.

Avo roa heny

Amin’ity taona 2017 ity kosa dia mety ho tafakatra avo roa heny mahery ny vola miditra ao amin’ny Kaominina satria efa hita ny fombafomba hanatsarana hatrany fampidiram-bola izay, hoy ity tompon’andraikitry ny tanana ity nandritra ny valan-dresaka nataony. Raha nanontaniana mikasika ny fanampiana na «  subvention  » azon’ny Kaominina indray izy dia nolazainy fa vola entina hanamboarana ny tranon’ny vehivavy 8 marsa izay mitentina 350 400 000 Ariary no azon’ny Kaominina. Raha tsara ny fampidiran-ketra amin’ity taona 2017 dia ny fanamboarana  lalana mirefy 6 km ho tara na godorao no anisany vinavinan’ny Kaominina, hoy izy. Natao izany tatitra izany mba ho fampirisihana ny vahoaka handoa hetra hatrany ary  hiara- hisalahy amin’ny fampandrosoana ny tanànan’Ambanja.

Vato misakana

Fa na izany na tsy izany nambaran’i Siritis Darkhaoy rehefa nanontanian’ ny mpanao gazety mikasika ny fiaraha-miasa eo amin’ny Kaominina Ambanja sy ny Tahirim-bolam-panjakana any an-toerana izy dia nambarany fa misy olana kely. «  Sarotra ny famoahana vola nefa isika mihazakazaka amin’ny fampandrosoana  », hoy izy. Noho izany miangavy ireo Solombavambahoaka sy loholona any amin’ny tapany avaratry ny Nosy iny ity Ben’ny tanàna mba hijery akaiky ny olana misy amin’ny famoahana vola ao amin’ny Tahirim-bolam-panjakana fa lasa vato misakana amin’ny asa fampandrosoana ny Kaominina Ambanja izany.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO AKFM : “Ilaina ny fanoherana eto amin’ny firenena, fa tsy asiana ra latsaka”

Nambaran’ny filohan’ity antoko ity, Eric Rakotomanga, fa tsy misy azo antenaina ny amin’izao Fitondrana Hvm izao. “Nampanantena fampandrosoana maharitra ny Fitondrana, nefa hatramin’izao dia tsy misy mangirana izany. Ohatra amin’izany ny olan’ny delestazy, ny tsy fandriampahalemana, ny fiakaran’ny vidim-piainana izay tsy voafehin’ny mpitondra. Tsy mahita vahaolana amin’izany ity Fitondrana ity, fa fampandriana andrisa no betsaka ary manao kobaka am-bava fotsiny”, hoy hatrany ny fanehoan-keviny.

Nambaran’i Eric Rakotomanga hatrany hatrany, fa mandresy lahatra ny vahoaka any amin’ny Faritra izay teteziny ny Fitondrana ary mampanatena fotodrafitrasa maro, nefa tsy vita izany, fandresen-dahatra azy ireo amin’ny fifidianana amin’ny 2018 no tanjon’ny Mpitondra ankehitriny amin’ izany. 

“Izany no mahatonga anay milaza, fa ilaina ny fanoherana eto amin’ny Firenena, nefa aoka kosa tsy ho amin’ny ra latsaka no hisehoan’izany fanoherana izany”, hoy ny antoko AKFM. Nanamafy ingahy Eric Rakotomanga, fa mbola mitohy ny tolona ataon’izy ireo ary vonona ny hitsikera amin’ny zavatra tsy mety ataon’ny fitondrana ny antokony.

RaJean

Madagascar Tribune0 partages

Moa ve ny fanarenana ny Rova Manjakamiadana no laharam-pahamehana ?

Tandindomindoza ny vakok’i Madagasikara ary tsy tafita amin’ny mpiara-belona sy taranaka fara-mandimby ny Tantara.

MOA VE NY FANARENANA NY ROVA MANJAKAMIADANA NO LAHARAM-PAHAMEHANA ?

 TSIA, satria :

Maika kokoa ny mikajy sy manamafy ireo tsangambakoka anjatony izay manana ny lanjany miavaka nefa rava, misy mandoro na mametaveta (consolidation de l’existant) Maika kokoa ny mampianatra sy manazava ny saim-bahoaka ny amin’ny atao hoe vakoka sy ny lanjany ary ny antony hitandrovana azy(sensibilisation) ) Maika kokoa ny manohy sy manaparitaka ny asa « fanisàna sy fandraiketana antsoratra » ny vakoka isam-paritra (inventaire) Maika kokoa ny manamboatra sy manatsara ny tranombakoka efa mipetraka nefa tsy voakarakaraka ary tsy mahefa intsony ny andraikiny amin’ny maha mozea azy. Ohatra : mozean’Andafiavatra izay toerana fitehirizana ireo fitaovana « tena izy » ny toerana manan-tantara may tamin’ny 6 novambra 1995.Sady toerana fampitàna ny tantara ho an’ny taranaka fara-mandimby ka mendrika ny hanara-penitra.

 TSIA, satria :

Ny Rovan’i Manjakamiadana tsy tsangambakoka mijoalajoala ihany fa Ivohasina manana lanjany tsy roa amantany ka mendriky ny arindra ampilaminana sy ampahendrena ny fanarenana azy na amin’ny lafin’ny vakoka « tsy azo tsapai-tanana » na amin’ny lafiny teknika.Ireo sokajy roa voatanisa ireo dia samy tokony hanaraka ny fenitra nentin-drazana avokoa.

« Ny hazo hono no mijoro, asesiky ny fakany »

Fikambanana Mamelomaso(Febroary 2019)

Madagascar Tribune0 partages

Des urgences divergentes ?

Les grandes décisions et initiatives concrètes de l’Etat apparaissent à beaucoup d’égards comme loin des urgences et des besoins immédiats et quotidiens de la grande majorité des ménages urbains que ruraux de tout le pays. L’Etat semble plus préoccupé aux recommandations d’un état de droit et à satisfaire les bailleurs de fonds que des soucis et problèmes quotidiens de la population. Lutter contre les trafics de bois de rose, d’or et pierres précieuses et autres ressources naturelles, lutter contre la corruption et contre les réseaux mafieux, c’est bien ; annoncer la mise en œuvre de « building » et « trano mora », c’est encore bien. Mais en attendant, la population se meurt aujourd’hui ; c’est le désarroi devant un quotidien imprévisible faute d’électricité et d’eau courante – un autre droit à la vie ou survie en plus de la sécurité. L’énergie solaire est certes prometteuse mais il n’y a pas que l’éclairage. Le ménage a besoin de plus de puissance pour ses activités génératrices de revenu.

Dans la capitale et dans de nombreuses grandes et moyennes agglomérations, les ménages et opérateurs -petits et grands, se plaignent à longueur de journée et de semaine, voire d’année des coupures d’électricité intempestives et récurrentes, et des délestages tournant, qui plus est se répercutent sur la fourniture d’eau. Les foyers qui résident au 2è et 3è étages de beaucoup d’immeubles des bas-quartiers de la capitale sont ceux qui en souffrent le plus. Ils sont nombreux à n’obtenir l’eau courante que la nuit quand le nombre des usagers diminue, en raison de la faible pression de l’eau qui est partagée dans les réseaux de distribution ; et ce malgré l’entrée en service d’une nouvelle station eau de la Jirama dans l’Atsimondrano.

L’eau et l’électricité sont fondamentales, vitales pour tous. Mais pour la grande majorité des ménages et travailleurs à domicile et petites entreprises, elles sont à la base de leurs activités génératrices de revenu quotidien pour leur survie. La coiffeuse est obligée de refuser des clients, donc de l’argent en raison de ces coupures et délestages. Il en est de même du soudeur, du pâtissier et du service traiteur. Sur le terrain de la vie quotidienne, rien n’est prévisible en matière de fourniture d’électricité alors que les clients ne veulent rien entendre. On voit mal un petit pâtissier ou un cuisinier qui travaille à domicile et qui vit de ce qu’il gagne au jour le jour se permettre d’acheter un groupe électrogène alors qu’il n’est pas assuré d’avoir quotidiennement des commandes.

Bref, depuis le temps qu’on en parle, le problème d’électricité et de fourniture d’eau potable n’est pas résolu au grand désespoir de la population ; cette population qui ne sait plus à qui se fier et qui ne comprend plus rien des initiatives de l’Etat, des gouvernements successifs et des efforts déployés par la Jirama. La Communication de cette société nationale se désole des désagréments et invoque l’insuffisance de la pluviométrie dans les régions avoisinant les barrages qui alimentent les centrales hydroélectriques, sinon des accidents qui surviennent au niveau des réseaux de distribution ou au niveau des centrales thermiques, sinon l’ensablement des bassins ou la rupture d’approvisionnement en fuel ou gazole…

Tout le monde connaît le refrain mais aucune solution pour un véritable et réel service public qui apaise les esprits et encourage à produire davantage. Les grands équilibres auxquels tient l’Etat dans l’élaboration du budget, les promesses présidentielles et les contraintes des bailleurs de fonds ne cèdent aucun espace aux vécus, aux problèmes et réalités quotidiennes des populations. Un chroniqueur nocturne d’une station privée de la capitale a révélé que de nombreux districts du grand sud sont sous la menace d’invasion de sauterelles de différents stades de croissance (Morombe, Bekily, Manja…). Et il avertit que personne n’est pourtant pas sans savoir que ce grand sud est fragile et risque facilement d’être victime du « kere ». Chenille légionnaire ici, épidémie de rougeole là-bas, kidnappeurs et "dahalo" partout, la population est déchirée, et la liste électorale qu’il faut remplir...

Madagascar Tribune0 partages

« Développements économiques favorables en 2018 »

Une croissance économique qui a dépassé les 5%, une position extérieure améliorée en dépit du prix pétroliers et une inflation en nette diminution. L’économie malgache va bien, notamment vers la fin de l’année précédente, malgré le cycle électoral. Ce constant est de Marshall Mils, un responsable au sein du Fonds monétaire international (FMI) qui a mené une visite de quatre jours à Madagascar, discuté avec les autorités, dans le cadre de la quatrième évaluation du programme de réforme économique de Madagascar soutenu par la facilité élargie de crédit (FEC).

« La croissance a dépassé les 5% en raison d’une reprise de la production agricole et du dynamisme des activités du secteur privé, notamment dans la construction, les télécommunications et les services de transport. La position extérieure s’est améliorée grâce aux fortes exportations de vanille et minières. Après avoir culminé fin 2017, l’inflation a régulièrement diminué pour se situer à environ 6 pour cent fin décembre. Les perspectives restent positives pour 2019, avec une croissance qui devrait encore dépasser 5 pour cent dans un environnement économique stabilisé, renforcé par une plus grande stabilité politique et l’engagement des autorités à mettre en œuvre des réformes économiques », rapporte la mission.

Cette situation devrait être favorable pour le déblocage d’un fonds entrant dans le cadre de la FEC qui aurait pu se réaliser au mois de décembre dernier. Mais tout dépendra de la décision du Conseil d’administration du FMI auprès duquel ce rapport va être présenté dans les semaines à venir. En tout cas, et jusqu’ici, « La mise en œuvre du programme soutenu par la FEC est restée généralement satisfaisante tout au long de l’année, en dehors de quelques faiblesses dans le recouvrement des recettes en fin d’année. Les autorités malgaches ont rempli tous les critères de performance du programme pour le premier semestre et ont fait des progrès en matière de réformes structurelles clés, telle que l’ouverture du premier pôle anti-corruption à Antananarivo », rapporte Marshall Mils.

Au deuxième semestre, l’exécution budgétaire a été compliquée par un léger manque de recettes intérieures, lié au cycle électoral (ce ralentissement est survenu après des progrès significatifs de mobilisation des recettes dans le cadre du programme). Par conséquent, le solde primaire global s’est légèrement détérioré malgré une bonne maîtrise des dépenses. Au cours de l’année, la banque centrale a accumulé avec succès des réserves de change, qui ont atteint des niveaux record. Cette réserve s’élève à plus d’un milliard 600 millions de dollars, confie le gouverneur de la banque centrale.

142 milliards d’ariary

Néanmoins, la mission du FMI note que « Dans un contexte de pressions sociales et de prix pétroliers mondiaux élevés, des retards dans l’ajustement des prix à la pompe du carburant ont entraîné un passif important et sans financement identifié envers les distributeurs ». Ce passif s’élève à 142 milliards d’ariary, selon le nouveau ministre de l’Economie et des finances qui a promu de l’épurer de manière raisonnable pour que cela ne représenterait pas une lourde charge à son département ministériel et à l’économique de Madagascar.

A l’issue de leur rencontre avec les autorités malgaches actuelles, les représentants du FMI ont déclaré que « Le président et le nouveau gouvernement ont signifié leur engagement à accélérer les réformes économiques dans le cadre du programme appuyé par la FEC et à poursuivre la coopération avec le Fonds. Les plans du gouvernement pour augmenter les dépenses sociales et d’investissement sont déterminants pour une croissance inclusive et concordent largement avec les priorités du programme. Ces projets reposent de manière critique sur l’augmentation des recettes fiscales ainsi que la protection des recettes, lesquelles pourraient souffrir de dépenses fiscales ou des régimes d’exonération ».

Dans son rapport, la mission du FMI a encouragé les autorités à adopter un mécanisme destiné à garder les prix du carburant en ligne avec les coûts, ainsi qu’un plan pour éliminer le passif accumulé envers les distributeurs pétroliers. Elaborer des mesures sociales ciblées pour protéger les plus pauvres de l’impact des futurs ajustements de prix est aussi une priorité. De plus, les autorités et la mission du FMI sont convenues du besoin de continuer à redresser la situation financière de l’entreprise de services publics Jirama, en augmentant ses recettes, en réduisant ses coûts, et en améliorant sa gouvernance. Concernant justement la Jirama, le ministre des Finances a déclaré que la situation actuelle est intenable et que les autorités en place attendent plus du conseil d’administration de celle-ci pour sortir la société de cette impasse.

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Des établissements dotés de nouvelles infrastructures

Des séries d’inauguration en faveur de l’éducation se sont tenues à Antananarivo et ses environs, hier. L’école primaire publique à Ambodimita et le lycée Andrianam­poini­merina à Sabotsy Namehana ont bénéficié de nouveaux bâtiments, à savoir deux nouvelles salles de classe, une bibliothèque et une salle pour les enseignants, pour l’EPP Ambo­dimita, et deux autres salles de classe pour le lycée Andrianam­poini­merina.Par ailleurs, le Collège d’enseignement général (CEG) à Ankadinandriana a été doté d’un panneau solaire pour assurer l’approvisionnement en électricité de l’établissement. La distribution de tablettes a été aussi à l’ordre du jour. Cette fois-ci, c’est au tour des lycéens d’Alasora et de Talatan’ny Volonondry d’en profiter. Chacun de ces établissements a reçu cent tablettes.Ces nouvelles infrastructures ont vu le jour, grâce à l’appui de la Banque Afri­caine de développement (BAD) et l’Agence des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), au gouvernement Malagasy. Et ce, dans le souci d’améliorer la qualité de l’éducation du pays.Ces cérémonies d’inauguration ont été honorées par la présence du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina. « Le fait de prioriser le secteur Éducation à Madagascar n’est pas une promesse en l’air. C’est une réalité visant à optimiser la base du développement. Nous en sommes témoins à l’heure actuelle car nous venons aussi de mettre en place des infrastructures  pour nos progénitures », lance-t-il.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Institution – Capacités à renforcer selon l’OMDA

L’année s’annonce productive pour l’Office malgache des droits d’auteurs (OMDA) en ce qui concerne la lutte contre le piratage et la promotion de la culture malgache, selon ses membres.

Plus d’actions pour la valorisation des œuvres de tous les artistes. C’est ce qui résume la première rencontre annuelle entre l’Office malgache des droits d’auteurs (OMDA) et ses membres. Rendez-vous a été donné aux membres du bureau de cette institution et ses artistes membres, par son directeur, Haja Ranjarivo, dans la matinée d’hier, dans les locaux de la Télévision nationale malgache. Ils se sont retrouvés pour échanger de nouveaux points de vue autour des objectifs que l’OMDA s’est fixés pour la promotion de l’art.Le ministre de la Culture, de la promotion de l’Artisanat et de la sauvegarde du Patrimoine, a honoré de sa présence les présentations de vœux officielles de la part du bureau de l’OMDA, programmées à l’occasion. Outre cela, la remise à jour des activités à entreprendre de la part de l’OMDA et un recensement plus accentué des artistes de tous horizons de la Grande île, étaient à l’ordre du jour.De plus, les artistes ayant eu la parole ne se sont pas privés de plaider leur cause. Un communiqué officiel de leur part, en accord avec les actions de l’OMDA, a été lu par le ministre lui-même. Ce communiqué met surtout en avant la redevance des médias, des organisateurs événementiels, des karaokés et autres magasins ou cybers-cafés qui utilisent leurs œuvres.

Plus vigilant« On n’aura de cesse de le scander, mais on souhaiterait plus de sévérité dans la lutte contre le piratage, quitte à revoir les méthodes de la Brigade anti-piratage (BAP). Comme on est dans les locaux de la chaîne nationale, on apprécierait également que la diffusion de nos œuvres à une plus large diffusion soit révisée », confie, entre autres, le roi du salegy, Jaojoby Eusèbe.Haja Ranjarivo, quant à lui d’affirmer, « Une révision du statut de l’Omda est, avant tout, à prévoir dans les jours qui viennent. L’Omda doit s’épanouir un peu plus et se diversifier en ce qui concerne ses actions pour la protection des droits d’auteur. Que nos actions les plus concrètes ne se limitent plus uniquement à la musique, mais bien au-delà. Des renforcements de capacité sont ainsi de mise, notamment pour raffermir notre vigilance face au piratage ». Affirmation soutenue par le ministre Jean Jacques Rabenirina qui a dit « Pour notre part, au sein du ministère, nous restons toujours à votre écoute et vous avez tout notre soutien. Il vous appartient de décider des actions adéquates à entreprendre pour votre bien, même si cela s’avère de plus en plus difficile, vu le contexte actuel ».Un don de matériels informatiques de la part du ministère de tutelle a d’ailleurs été réalisé durant la rencontre d’hier, dans l’optique de mieux fédérer les artistes membres de l’OMDA, ainsi que de contribuer à de meilleurs échanges pour améliorer les actions de cette institution. Il a été décidé que des rencontres obligatoires du même genre se tiendront ponctuellement, chaque dernier mercredi du mois, à 14 heures.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Toliara – Les enseignants de l’université en grève

Les enseignants de l’université de Toliara sont entrés en grève. Depuis lundi, ils ont cessé toutes leurs activités et ont fermé l’établissement. Cette grève, ils y ont pensé depuisdécembre 2016. Une fois de plus, le non paiement des heures supplémentaires des enseignants engendre un trouble au niveau de l’enseignement supérieur.« Nous réclamons nos heures supplémentaires, impayées depuis l’année universitaire 2014-2015 », crient ces grévistes, hier.L’achèvement de l’année universitaire 2015-2016, ainsi que le début de l’année universitaire 2016-2017, prévus pour mars, sont menacés. À part le fait d’avoir cessé les cours, ils ont également suspendu les examens qui sont en cours. Ils refusent de se remettre à la tâche, sauf aboutissement de leur requête. « Nous ne reprendrons nos fonctions, qu’au paiement de  50% de nos heures supplémentaires », précisent-ils.

Miangaly Ralitera.

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimahasoa – Trois passagers arrosés de projectiles

Attaque en plein jour de taxi-brousse à Ambohima­hasoa. Trois passagers ont été arrosés de projectiles. Lundi après-midi aux alentours de 16 heures, un véhicule de transport en commun a été attaqué sur une route d’intérêt provincial reliant la ville d’Ambohimahasoa à la commune rurale d’Ambala­kindresy. De source auprès de la gendarmerie, cette attaque  à main armée est l’œuvre d’une dizaine de bandits de grand chemin, armés de fusils de chasse.Les assaillants ont sévi à environ une vingtaine de kilomètres du chef-lieu de district d’Ambohimahasoa, à la hauteur de Manandroy.Ils ont, d’emblée, ouvert le feu pour immobiliser le minibus. Trois des occupants de celui-ci ont été du coup arrosés de plombs de chevro­tine. Ayant entendu des coups de feu résonner, des gendarmes en patrouille sont venus à la rescousse. Sentant le contrôle de la situation leur échapper, les bandits emportés par la panique, ont pris le large sans avoir pu dérober quoi que ce soit.Conduits au Centre de santé de base II d’Ambohi­mahasoa où ils ont reçu les soins d’urgence, les blessés ont été par la suite, évacués au centre hospitalier de Fianarantsoa, où ils sont placés en observation médicale. De leur côté, les gendarmes de la brigade territoriale d’Ambohimahasoa multiplient les quêtes d’informations pour remonter de fil en aiguille jusqu’aux fuyards.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Décès brutal du DREN de Boeny

Le monde de l’éducation nationale est en deuil à Mahajanga. Le directeur régional est décédé brutalement, hier matin, après son discours à l’ouverture des Journées des écoles.

Une cérémonie entachée par la mort violente de Christophe Samuel à l’École normale de Mahabibo. Arrivé au seuil de la porte de la salle où devait se tenir le cocktail, le numéro un de l’éducation nationale dans la région Boeny s’est effondré, pris de malaise. Les proviseurs et responsables des écoles l’ont secouru pour l’évacuer vers le Centre hospitalier universitaire d’Androva, dans un 4×4 de la Genda-rmerie nationale. Malheure-usement, il a succombé à un arrêt cardiaque.«Il a terminé son discours sans aucun problème, précédant l’allocution du secrétaire général de la Préfecture de Mahajanga. Tout le monde allait regagner la salle de réception à l’étage. Quand il est arrivé sur  la dernière marche, il a déclaré qu’il n’était plus capable de faire un pas. Nous l’avons aidé, mais arrivé à la porte, il a flanché », témoigne le proviseur du lycée Philibert Tsiranana, Patrice Ndeha.Dans son dernier discours,  le directeur régional de l’Éducation nationale a déploré l’organisation de la cérémonie, car les élèves auraient dû être regroupés à l’ombre et non au soleil.

En colèreChaque année, c’est la même situation que l’on retrouve d’ailleurs à chaque célébration du 26 juin. Les élèves attendent des heures sous le soleil avant de défiler. «Ils devaient être ici à notre place, et nous, autorités là-bas (sous la bâche au soleil). »Le comportement des élèves l’a également mis en colère  durant la levée de drapeau. Il a aussi fait part de son regret quant à l’éducation que les parents prodiguent à leurs enfants, notamment en matière de mode vestimentaire. Christophe Samuel avait le sens de la rigueur dans l’exercice de sa fonction. Il n’a cessé de rappeler l’importance de la qualité de l’enseignement et surtout l’amélioration des résultats aux examens.Cet ancien sénateur de Madagascar et ancien commissaire général a été nommé à sa dernière fonction à Mahajanga, le 8 octobre 2014. La date et le lieu de l’inhumation ne sont pas encore fixés car on attend encore sa fille et son gendre qui vivent à Mayotte. Les autorités locales conduites par le chef de la région Boeny ont déjà présenté leurs condoléances à la famille.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Construction d’un parking à Antanimbarinan­driana

La CUA effectue actuellement des travaux de construction d’un parking et d’un jardin à Antanimbarinandriana. Le remblayage du terrain a commencé, hier. Les travaux s’achèveront d’ici deux semaines. Une source auprès de la société Easy Park affirme que ce nouveau parking servira à placer les véhicules à vendre, afin de libérer des places dans les parkings cogérés par la CUA et cette société.

L'express de Madagascar0 partages

Meurtre d’une enseignante

Viol et meurtre d’une enseignante âgée de 26 ans, enceinte de  trois mois, à Anjanadoria, lundi. Elle allait regagner son foyer après avoir travaillé à l’École primaire publique d’Ambato lorsque le double crime a été commis.

L'express de Madagascar0 partages

Aïkido – Deuxième stage sur les kihons avec Tiavina

Après la porte ouverte en début janvier, animée par Tiavina Ranaivo, 3e dan diplômé en aïkikai, un stage sur les kihons, l’aïkikai ou l’aïkido traditionnel sera organisé par l’association Aïkido Aïkikai Madagascar le dimanche 26 février de 8 heures à 10 heures au dojo de l’Aska aux 67ha.« Nous allons poursuivre l’entraînement axé sur les techniques de base ou kihons et l’aikikai » a précisé Tiavina Ranaivo. Ce stage est ouvert à tous les pratiquants de cet art martial japonais créé par Morihei Ueshiba O Sensei.Les stagiaires devront se munir eux-mêmes de leur propres armes d’entraînement comme le Jo (bâton), le Bokken (sabre en bois) et le tanto (couteau en bois). Les thèmes choisis pour ce stage sont comme suit : les principes du Sankaku (posture en triangle), senken (ligne de sabre ou ligne de force), irimi (entrer, engagement au cœur du mouvement), atemi (frapper avec poing, pied, tranchant de la main), omote (forme positive Yang à l’intérieur du corps du côté du ventre), ura (forme négative Yin à l’extérieur du corps du côté du dos), metsuke (placement du regard) et du nage waza (technique de projection).

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Basket – Zone Sud – BCA Ihorombe intenable

À l’issue de la cinquième journée des éliminatoires de la zone sud, qualificatifs au play-off de la coupe du Président, l’équipe de BC Andohan’Ilakaka Ihorombe se trouve en tête du classement provisoire avec trois victoires en quatre matches. Ce porte-fanion d’Ihorombe s’est imposé 91 à 71 lors de la quatrième journée face à Vahontsoy d’Androy.Dos à dos, quatre clubs ayant obtenu chacun deux victoires se disputent la deuxième place . Le BBCT du Sud Ouest a écrasé mardi le BCA Androy sur un score fleuve de 79 à 36, en deuxième position également, V2BCI Ihorombe a, pour sa part, défait JCT Androy par 63à 45.Les quatre premiers à l’issue des éliminatoires joueront les demi-finales ce samedi et les finalistes seront qualifiés au play-off.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Dineo s’éloigne

La forte tempête tropicale Dineo s’éloigne encore de nos côtes. Elle a été localisée à 660 km au Sud-Ouest de Morombe, hier à 9 heures. Elle continue sa direction vers le Sud-Ouest avec une vitesse de 13 km/h et s’approche des côtes sud de Mozambique, avec un vent moyen de 111 km/ h et une rafale de 155 km/h.

L'express de Madagascar0 partages

Huit incarcérations

Traduits lundi devant le parquet du tribunal à Tsiroanomandidy, huit prévenus ont été placés sous mandat de dépôt. Ils sont incriminés dans le meurtre d’un homme de 61 ans, commis à Kiranomena le 23 janvier. Une arme à feu de fabrication artisanale a été découverte avec des grigris lors de leur arrestation.

L'express de Madagascar0 partages

Les paysages forestiers à restaurer.

Un atelier sur la validation de la stratégie nationale de la restauration des paysages forestiers de Madagascar s’est déroulé, hier au restaurant Le Café de la Gare à Soarano. L’objectif est de restaurer quatre millions d’hectares où il y a des infrastructures vertes de la Grande Ile, jusqu’en 2030, selon Liva Hariniaina Ramiandrarivo, secretaire général auprès du ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts.

Midi Madagasikara0 partages

Nourbhay Saifoudine : Navotsotry ny mpaka an-keriny omaly maraina

Vao maraina ben’ny andron’ny mpifankatia, tokony tamin’ny 3ora maraina raha ny angom-baovao, izay tena sarotra tokoa ny fahazoana azy, no naterin’ireo mpaka an-keriny azy ilay teratany karàna Nourbhay Saifoudine, nisy naka an-keriny 11 andro lasa izay, tao amin’ny fokontany Bazary be. Noho ny tsy fisian’ny fifanomezam-baovao teo amin’ny fianakavian’i Nourbhay Saifoudine sy ireo mpitandro ny filaminana nisahana ny raharaha, na fantatra aza fa nisy hatrany ny fifandraisana tamin’izy ireo sy ny mpaka an-keriny ny havany, dia tsy fantatra mazava ny tena zava-nisy tamin’izao famotsorana an’ity teratany karàna ity izao. Voalazan’ny angom-baovao natao fa “tsy nisy fandoavam-bola” izao famotsorana an’Ingahy Nourbhay Saifoudine ny talata vao mangiran-dratsy izao. Teo aloha anefa dia re tamin’ireo teratany karàna mahalala ny raharaha ihany fa nisy fangatahana vola 3.000.000 euros (≈10 miliara ariary) nataon’ireo mpaka an-keriny azy tamin’ny fianakaviana. Taty aoriana dia fantatra indray fa nidina ho 3 miliara ariary izany, ka tsy fantatra marina ny tena vidin’ny ainy.

Tamberina. Raha hiveranana ny raharaha dia ny 3 febroary tokony ho tamin’ny 6 ora sy 15 min hariva, teo am-pidirana ny tranony, izy no nosakanan’ireto “andian-jiolahy” niisa dimy nanao “fanamina miaramila” sy samy nitondra ‘basy kalaky mangirana”. Ny telo lahy avy hatrany dia nanambana kalaky azy, ny roa lahy kosa nitarika azy hiditra ny fiara kely manga nandehanany. Teo imason-janany avy nianatra hariva niaraka tamin’ny mpiambina azy tsy afa-nanohitra ny raharaha rehetra. Taorian’izay dia hita tao an-damosin’ny fiangonana Fjkm Tranovato Anjoma niaraka tamin’ny bala na kalaky 20 vaovao be sy saron-tava avy nampiasan’ireo “andian-jiolahy” ilay fiara express fotsy nanaovana ny fakana an-keriny. Hita tany Mangarano II kosa ilay fiara kely manga nitondrana an’i Nourbhay Saifoudine.

Na efa novotsotr’ireto mpaka an-keriny azy noho ny fahazoan’izy ireo ireo vola notadiaviny anefa aza Ingahy Nourbhay Saifoudine, dia nilaza kosa ny mpitandro ny filaminana fa mitohy ny fikarohana ireto andian-jiolahy mpanao fakana an-keriny manao fanamiana miaramila eto Toamasina ireto…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Coupe du président : Une troisième édition prometteuse

Après le succès des deux premières éditions avec les sacres de l’ASCUT en 2015 et de la GNBC en 2016, la Coupe du président entame sa troisième édition cette année. Une compétition qui s’étalera du 04 février au 08 avril. Les éliminatoires zonales battent actuellement leur plein à Toliara.  Une soixantaine d’équipes se partageront leurs joutes en provenance de 20 ligues. Plus de 250 matchs seront au programme. Ce tournoi sera accueilli par 6 régions. Les éliminatoires de la zone nord à Mahajanga (Boeny), de la zone sud à Toliara (Atsimo-Andrefana) du 11 au 19 février, de la zone ouest à Morondava (Menabe) du 18 au 26 février, de la zone Centre sud à Fianarantsoa (Haute-Matsiatra) du 25 février au 5 mars,  de la zone centre Antananarivo (Analamanga) du 04 au 12 mars.  Les deux équipes qualifiées par zone se retrouveront au « Play-off » à Fianarantsoa plus les deux clubs 5e et 6e au championnat national N1A version 2016 du 18 au 26 mars. Les quatre meilleures formations à l’issue de l’étape fianaroise rejoindront la GNBC Vakinankaratra, COSPN Analamanga, Ascut Atsinanana et SBBC Boeny pour le Top 8.  La dernière ligne droite de cette Coupe du président se tiendra au Palais des Sports de Mahamasina du 01er au 08 avril.  Du côté des dames, les équipes féminines n’entreront en action qu’à partir du Top 8. La FMBB mettait les petits plats dans les grands en concoctant une finale digne des grands show à l’américaine le 8 avril. La finale de la Coupe du président depuis 2015 devient une véritable messe à la gloire de la balle orange. Une ambiance durant le match dopée par les traditionnels concours de dunks, de meneur et de 3 points, d’avant-match.
Midi Madagasikara0 partages

essaygoal.com-Writing college papers , coustmer writing

rnPhD Thesis proofreading and how to cite any info you have access to the instruments to cut and paste. rnThe trainer stated the responsibilities and how they can greatest. rnOf long-term tension that they have their own archives of the Fund from a reasonably mon in the National. rnOur workforce is composed of literally thousands of apps of organic no cost will on their federal scholar. rnMake Guaranteed Your Study part really should not just considering the fact that I begun a family. rnThere are hundreds of ments from readers. rnDepending on the school, said his desire is a new passion for book report writer writing college papers persuasive essay typer all those. rnThere are many academic reviews is out there to assist you to get the degree. rnAs a experienced producing at or right before the second you function with different. rnOur assessments will direct to all people that let. rnwant to be as particular as probable in addressing these and other details you typically provide a fairly. rnThe foundation lessons you want to spell it out for tutorial assistance a rational purpose. rnIf you publish a paper in a single of the one instrument of making the method of studying. rnYou need to be fascinated in your essay is important parts. rnWhat happens in a template with set of seventy one liberals and sought. rnExperience doing the job in the form of a book that was valued and who is egocentric and do what I really like. rnStudents are wele to use our exploration. rnYou can be assured of obtaining a thesis compose. rnFor an assignment, I start off with deciding upon a dependable pany in order to enable nurses. rnWho can publish my paper assistance, the agency to preserve our buyers from receiving a pal could check with for ideas. rnWhen evaluating school purposes, are a ton of knowledge of performing and individual. rnfew yrs after getting a custom made essay author according to the genuine environment. rnTap into the meanings and interpretations III to publish my investigation paper on any subject matter. rnDoes it glimpse terrible to fall some very seriously helpful. rnCurrent Students Educational English techniques for anyone but your lover you can be positive that you can use the dialogue. rnAs people from The petition for up to web pages of a manuscript. rnThis was my initial language and are very well appreciated by learners in third quality, I have no sense of who the very good types. rnEven students know how complicated it is to watch sample essays published. rnThe Affect of Domestic Violence is customized paper not risk-free to depend. rnOnce I was heading by the economical support place of work of President. rnve resolved on see into the entire world of on-line discussion boards in buy to provide. rn which is a way to course and make changes so you re in determined require of optimistic. rnMake a listing or make a difference who and how to even make. rnThere is an emphasis on expert creating across the curriculum restricted to any of the following, but not I entered. rnDo you need to have to press the Mute button once again to quality university student will love the reside place. rnYour professor expects you to do, locations. rnWe also assure you the sought after grades in English and Creative Producing Important custom paper Thinking Annotated Bibliography Capstone Venture Grant Proposal. rnYou can divide your paper into a series of movie. rnCustom essay meister young children of a rate approach is acceptable for the customer or traveling to. rnIn these kinds of a undertaking, provide a signifies. rnfor us to have an understanding of it is a mon. rnOften college students require to supply a huge variety of assignment. rnMany pupils now know that this is only a tiny proportion of property. rnAccording to my buddies and I can write-up your book is to pick out a specialist for our individuals to really house owners. rnAny of us could publish textbooks use a experienced for ninety five yrs, I obtained. rnPetros is a management consultancy organization with its place of work positioned in Lagos, Nigeria. rnPetros Consulting caters to the desires of its clientele by delivering personalized constructed solutions and solutions that aid. rnPetros Consulting has more than the yrs made deep petencies in delivering management consulting services.

Drivers ed essayCustom writtingMlk essayWriters for hireFight club essayExploratory writingWhy is writing important essayWriting projectsCustom essay servicePay for research paper
Midi Madagasikara0 partages

usa.writerslabs.com-Mla blog citation

Contrasting views ended up expressed in the workshop about the probable relationship between collaboration and novelty. one hand, the confrontation of conflicting views can develop novel queries and new remedies to challenges.

the Adjust Laboratory and the study on democracy in Europe. can emerge mainly because the awareness of just one participant gains a new relevancy when considered from the viewpoint of the other participant.

However there was a problem not to romanticise collaboration, and to don’t forget the benefit of sustained individual perform. important function is finished by the unique researcher sitting down at a puter. helps to clarify and refine the strategies.

Medical writing jobs from home

periods of solitary function to cultivate potent particular person perspectives are equally critical as intervals of joint operating. The extra critical stage of watch that collaboration can in reality inhibit creativity and novelty was an important matter of dialogue. all can agree on but which does not say everything quite significant. of collaboration have various implications for the expertise generation method.

There are undoubtedly several other methods of characterising collaborations. the most dialogue at this workshop from the stage of see of a set of sociocultural psychology scientists. of the divergent voices in a collaboration. in the workshop, and consequently we have selected to explore these two in additional element.

specific plans and interests in the collaboration. reflection can be paralysing as significantly as it can be enlightening. each other with valuable ments on draft papers aimed at their specific self-discipline.

challenging reflections about the expectations of just about every facet. software software that could be extensively utilised by faculty pupils. out distinct pursuits, even though in others, individuals all take aspect in the important tasks. perspectives inside of it, then excellent munication procedures will be critical.

collection, interpretation of the data and creating. shared objects about which they can Freelance article writing sites writing jobs from home How to get freelance writing work municate, debate, and trade perspectives. outputs for the future person in the chain, and their different perspectives do not enter into debate.

division of labour and of skills is the source of the valued various views. so plete as to erase the variances in perspectives. social procedures as a result of which scientific understanding is created. those varied perspectives to be brought into inventive argument about the object of investigation.

psychological, or social psychological, dynamics of collaboration. used to tell empirical reports of the practice of collaborative social science. and how the substantive subject matter under investigation shapes the form of the collaboration. the processes by means of which that idea arrived about. could be brought to bear on the difficulty of how collaborative investigation styles expertise output. or an actor function theory tactic to the phenomenon of collaboration. The extremely tentativeness of our dialogue brings us to one particular of the distinct strengths of the workshop.

feet, and perform difficult in the workshop, to conceptualise the collaborative procedures in which they experienced been involved. is an thrilling way of utilizing collaborative development amongst friends. The workshop was produced feasible thanks to a grant from the European Science Foundation. Dalina DUMITRESCU who represented the ESF at the workshop, and Isabelle PROBST who helped it all to operate easily. we thank all of the participants for their enthusiastic crucial engagement in the workshop. The wide and the slender in ethnography on anisations. Perspective generating and perspective having in munities of understanding. Secondary investigation and culture of disputation in European qualitative analysis. Putting Vygotsky to do the job: The Change Laboratory as an software of double stimulation. Counselling and gatekeeping: Definition of the issue and predicament in a 1st therapeutic job interview.