Les actualités Malgaches du Mardi 16 Janvier 2018

Modifier la date
L'express de Madagascar145000 partages

Carburant – Une hausse vertigineuse en perspective

Tous les indicateurs poussent à l’envol du prix du carburant. Les autorités doivent trouver la bonne formule pour maîtriser la situation. 

Le calme avant la tempête. L’effet du  maintien  du prix à la pompe à son niveau du mois de décembre risque de surprendre les automobilistes. Des impacts négatifs sont attendus aux prochaines révisions. Les analystes prévoient une hausse conséquente du prix à la pompe. «Plus l’Etat mettra du temps à réviser le prix à la pompe, plus les conséquences seront lourdes pour les consommateurs. Les prochaines révisions ne seraient qu’une séance de rattrapage de ces rabais afin de combler les manques à gagner des pétroliers. À moins que les autorités trouvent la bonne formule pour éviter cette hausse», a expliqué un économiste.En analysant les prix actuels du carburant, le gasoil risque de subir un mauvais sort. Cela n’épargne pas non plus les autres produits pétroliers. D’énormes différences de prix sont constatées entre le prix réel et le prix affiché à la pompe. Or, l’État doit toujours combler ces différentiels. Bien que les prix aient augmenté en décembre, ceux-ci restent toujours inférieurs aux prix réels. Le prix maxima du gasoil devrait être à 3298 ariary, si l’on tient compte des données affichées sur le site de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH), mais il est ajusté à 3190 ariary en décembregrâce au mécanisme de lissage des prix.

Hausse en flècheCe mécanisme permet en effet au gouvernement d’ajuster le prix du carburant affiché à la pompe. Depuis plusieurs mois, les hausses ou les baisses réelles des prix sont ainsi reportées de façon à éviter une trop grande fluctuation des prix.Sur le marché international, le cours du pétrole ne cesse de monter en flèche. Hier, le prix du baril était de 64 dollars, bien loin des 55 dollars au mois de décembre. De son côté, la dépréciation de la monnaie nationale ne joue pas du tout en faveur d’une éventuelle baisse du prix à la pompe. Au cours des trois derniers mois, la dégringolade de l’ariary est très remarquable. Le cours de référence de l’euro sur le marché des devises est de 3952 ariary hier et le dollar se négociait à 3243 ariary contre 3039 ariary, lors de la révision du prix au mois de décembre. La nouvelle disposition fiscale ne fait qu’aggraver la situation. Depuis le 1er janvier, les taxes sur le super carburant passeront de 390 ariary par litre à 503 ariary, tandis que celles du gasoil sont quasiment doublées, c’est-à-dire de 120 ariary à 228 ariary par litre.Pour maîtriser la stabilité du prix à la pompe, le gouvernement a annoncé la révision du mode de calcul. Aux yeux des autorités, la structure actuelle du prix serait plus avantageuse pour les pétroliers. Le gouvernement envisage de contraindre les pétroliers à réduire leurs marges bénéficiaires. Or, les négociations dans ce sens n’ont pas encore porté leurs fruits. En attendant, le gouvernement a choisi de ne pas toucher, pour le moment, au prix appliqué à la pompe.

Lova Rafidiarisoa

Tia Tanindranaza6662 partages

Jeneraly Béni Xavier sy Ralala RogerSamy tsara toerana ho praiminisitra

Anarana jeneraly roa no re fa mety hisafidianana izay olona hapetraka eo amin’ny toeran’ny praiminisitra hisolo an’i Mahafaly Solonandrasana Olivier amin’izao fotoana izao dia ny Minisitry ny fiarovam-pirenena Rasolofonirina Béni Xavier sy ny Sekretera jeneralin’ny fiadidian’ny Repoblika Ralala Roger.

  Anarana jeneraly efa nihaodihaody, fa hoe hatao praiminisitra ihany koa ny an’ny minisitry ny toekarena Herilanto Raveloharison, saingy nijanona ho siosion-dresaka aloha. Mila toky amin’ny hisian’ny fahamarinan-toerany hatrany ny fitondrana mba ho tsara fiarovana, indrindra amin’izao fotoana ankatoky ny fifidiana izao. Anarana manamboninahitra hatrany no somary nifamahofo tato ho ato, fa atao praiminisitra, ary efa tamin’ny faramparan’ny taon-dasa teo no nitaterana teto, fa tsara toerana ny Jeneraly Ralala Roger, izay ao an-dapa aloha no misy azy. Sokajiana ho mahafehy kokoa ny tafika kosa ny jeneraly Rasolofonirina Béni Xavier amin’ny maha minisitry ny fiarovam-pirenena azy. Mazava fa hihenjana amin’ny lafiny rehetra ny fitondrana na eo amin’ny fametrahana ny kajikajy politika raha tanteraka io fametrahana manamboninahitra ho praiminisitra io. Ho avy ny mety ho fampanekena sy fanerena an-kolaka ny vahoaka hanaiky izay paikady politika sy kajikajy tiany hapetraka na mialoha na mandritra na aorian’ny fifidianana. Ny mpanao politika atahorana amin’ny fifidianana moa, dia io efa iaraha-mahita io ny filana kisa sy antsojay ary ny kapa ranjo. Mazava ny tanjona raha tanteraka io, dia ny hifehy ny vahoaka sy ny mpanao politika, ary ny tafika amin’ny fomba rehetra. Mikasika ny praiminisitra ankehitriny kosa, dia mety haverina ho minisitry ny atitany tsotra, ka hiasa mafy toy ny efa nataony amin’ny kajikajy fampandaniana ny kandidam-panjakana, izay isan’ny tena nahafantarana azy, ary kapoakany mihitsy. Ho tanteraka eto amin’izay angamba ilay hoe « gouvernement de combat », raha tontosa eo tokoa ny fametrahana praiminisitra miaramila ity satria dia hihamafy ny ady ho amin’ny fampandresen’ny HVM ny tolony dia hanohy 5 taona manaraka eo amin’ny fitondrana. Mbola maro anefa ny zavatra mifamahofaho ao, toy ny tsy fifampatokisana satria matahotra ny havadiky ny namana akaiky i Hery Rajaonarimampianina amin’ny fifidianana. Izay no voalaza ho anisan’ny antony lehibe mampisalasala azy amin’ilay hoe tsy maintsy mametra-pialana, raha hirotsaka sy ny fikasana hanova lalàmpanorenana.

Toky R

 

L'express de Madagascar564 partages

Tennis – Championnat d’Afrique Australe - Miotisoa, Randy et Maholy terminent troisième

Grande déception pour l’équipe U14 filles malgaches qui espéraient obtenir au moins la deuxième place. Pour les garçons, le meilleur qu’ils feront, c’est la  cinquième place.

Une défaite significative. Les membres de l’équipe nationale U14 filles représentaient jusqu’à hier, les dernières chances pour Madagascar de briguer une première ou une seconde place dans le cadre du championnat d’Afrique australe qui se jouent actuellement au Botswana.Après avoir gagné contre le Botswana (2-1) et Swaziland (3-0) et essuyé une défaite sur (1-2) contre le Zimbabwe, l’équipe nationale malgache U14 filles composée de Miotisoa Rasendra, Maholy Razakaniaina et de Randy Rakotoarilala avait une sérieuse chance de se qualifier pour les championnats d’Afrique. Pour cela, les filles devaient gagner contre l’Afrique du Sud. Résultats des comptes, Madagascar a perdu 0 à 3.Randy Rakotoarilala, malgré sa hargne s’est inclinée en deux sets  3/6 4/6 contre Heike Jensen Van Vuuren. Ensuite c’était au tour de Miotisoa Rasendra de défier  Lyne Greyling.  La Malgache s’est bien battue au premier set mais échoue de peu au tie-break (6/7) avant de craquer complètement dans le second set (1/6). Ensuite dans le double, ce n’était pas mieux,  Miotisoa et Randy ont perdu 3/6 3/6. Avec ce résultat, Miotisoa, Randy et Maholy terminent à la troisième place de ce championnat d’Afrique australe.Chez les U14 garçons, Madagascar a pu battre le Swaziland par trois victoires à rien. Angy Rasolomanana et Sampras Rakotondrainibe se sont respectivement imposés devant Dlamini Sakhile (6/1 6/0) et Hayden Loffler (6/2 6/2). En double Angy et Rasolomanana et Finoana Rakotomalala ont pu surclasser  Hayden et Sakhile (6/1 6/4). Les Malgaches joueront pour la cinquième place contre le Zimbabwe ce jour.

Aucun représentantEnfin pour les U16 garçons, la bande à Toky Ranaivo s’est imposée devant le Botswana sur 2 à 1. Toky Ranaivo gagne d’abord son duel contre Loago Saleshando (6/1 6/1) mais Lanja Rakotozandriny n’a pu prendre sa revanche contre Tsiang Tsholofelo 2/6 3/6, un adversaire qui l’avait déjà battu en 2015 à Pretoria durant le championnat d’Afrique australe U14. C’est dans le double de que Toky et Lanja ont pu faire la différence en gagnant contre Tsiang et Saleshando (6/2 6/3). Toky et consorts joueront aussi pour la cinquième place ce jour contre la Namibie.Durant ce championnat d’Afrique australe par équipe et aussi en individuel, Madagascar n’avait pas de représentants. Finaritra Andriamadison, qui est directement qualifiée pour le sommet continental  a décidé  de ne pas partir car ses camarades, Manuela Robinson, Mialy et Narindra Ranaivo ne pouvaient pas partir. Pour préparer les championnats d’Afrique qui auront lieu a Tunis du 9 au 14 avril, Finaritra partira ce samedi pour disputer trois tournois du circuit mondial U18 sur trois semaines. Toky Ranaivo, qui, lui aussi est déjà qualifié pour le rendez-vous africain sur nomination de la Fédération malgache de tennis quant à lui continuera sa préparation au centre d’entraînement de la Fédération internationale de tennis de  Casablanca au Maroc.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar381 partages

Traite humaine – La patronne du trafic en Chine arrêtée

Émilienne, le baron du réseau mafieux expéditeur de migrantes vers la Chine vend une Malgache 24 millions ariary. Elle a été arrêtée à Ningde et écrouée.

De fil en aiguille, la chaîne des mafieux a été remontée. La célèbre Émilienne cerveau de l’envoi de jeunes filles malgaches vers le pays d’Asie a été piégée à Ningde dans le Nord-Est de la province du Fujian en Chine. Rapatriée par le vol MD 19 Guangzhou-Antananarivo par les autorités chinoises, elle est arrivée à l’aéroport d’Ivato le lundi 8 janvier. Elle a été directement embarquée par les policiers du service central des enquêtes spécialisées à Anosy pour enquête. Le parquet l’a placée à la maison centrale d’Antanimora le jeudi, pour traite humaine et fraude documentaire. Un couple, ses complices, dont la femme convoyeuse du réseau et le mari recruteur de filles malgaches, a déjà été incarcéré. Cette investigation suivie d’arrestation a été menée à la suite de plainte des parents des victimes. « Le sbire d’Émilienne proposé à notre fille un emploi en Chine. Nous, parents, avons été également bernés et l’avons autorisée à partir. Ce n’était pas comme nous l’avions cru, car elle a été vendue et forcée à se marier avec un Chinois en arrivant là-bas », a témoigné le père d’une victime.La filature de ce trafiquant de personnes n’a pas été facile. La police chinoise, les deux ambassadeurs chinois et malgache, ainsi que le ministère des Affaires étrangères, ont dû intervenir, selon les informations recueillies.« D’après notre enquête, Emilienne vendait une fille blanche  vingt-quatre millions ariary et tous les quinze jours, le couple lui envoyait cinq migrantes », a révélé une source judiciaire. Ce réseau a débuté ses méfaits en 2014. « Nous avons été commercialisées, vendues à des Chinois âgés, voire handicapés. Et nous n’avions pas le choix. Beaucoup d’entre nous avions été violentées. C’est ce qui rythmait notre quotidien. Nous n’avions pas pu  nous signaler à la police, du fait qu’on nous avait installées dans un village très loin de la ville », a témoigné une migrante exfiltrée.

Double arrestationLes juges des enfants ont sorti une délégation judiciaire pour pouvoir chasser la tête pensante de l’affaire laquelle résidait en Chine depuis cinq ans. Deux migrantes ont été rapatriées avec elle la semaine dernière. Une démarche judiciaire suit actuellement son cours pour tenter de récupérer les au­tres filles malgaches retenues en Chine. Du coup, la police nationale fait appel dans un communiqué, hier, aux compatriotes sur la transmission de renseignements afin de traquer d’autres mafieux s’enrichissant grâce à la traite humaine.L’homme de main d’Emilienne s’est fait arrêter le 14 novembre 2017 dans la capitale. Ce jour-là, plus de trois mineures s’apprêtant à quitter Madagascar pour la Chine ont été retrou­vées chez lui. Elles attendaient leur départ lorsque les éléments des forces de l’ordre se sont rendus sur place. Déféré, ce suspect a d’abord bénéficié d’une liberté provisoire, mais a finalement été écroué quand la police a dénoncé la décision du parquet, selon les explications du chef de service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI) de la police nationale.Un jour plus tard, un parent de migrante est venu à Anosy pour déposer une plainte contre trois individus, dont Émilienne et le couple. « Son grief porte sur la violence que subit sa fille en Chine », a indiqué un policier judiciaire saisi de l’enquête.Bakoly, l’épouse du recruteur s’est fait ensuite prendre à l’aéroport d’Ivato alors qu’elle revenait de Chine. Elle raccompagnait les filles jusque chez Émilienne. Sa Hyundai Starex et d’autres marchandises achetées en Chine ont été saisies.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara311 partages

Traite de personnes vers la Chine : Une femme malgache au teint clair se vend à 24 000 000 ariary

Enfin, Mina ou Emilienne qui est le cerveau présumé du trafic de femmes malgaches vers la Chine est écrouée. Travaillant sur ce dossier depuis des mois, suite aux plaintes déposées par des familles des victimes de ce trafic honteux, le Service des Enquêtes spécialisées de la Police nationale à Anosy a réussi à mettre la main sur cet individu grâce à la collaboration avec la Police chinoise, l’Ambassade de Madagascar en Chine et l’Ambassade de Chine à Madagascar. Cette ressortissante malgache résidant dans le pays du Dragon depuis près de 5 ans, a été arrêtée à Ningde-Chine. Rapatriée à Madagascar, elle a débarqué à l’aéroport international Ivato, le 8 janvier dernier. Actuellement, elle est incarcérée à la Maison centrale d’Antanimora en attendant le jour de son procès. Les enquêteurs sont parvenus à ce résultat après une série d’arrestations dont la première remonte au 14 novembre 2017. Ce jour-là, un homme soupçonné d’être le complice de Mina en tant que recruteur de femmes à envoyer en Chine a été arrêté. L’enquête a révélé que cet homme héberge les marchandises et se charge de la préparation des papiers nécessaires pour l’émigration de ses victimes. Une fois arrivées en Chine, ces femmes sont vendues à des Chinois, vieillards ou handicapés, pour servir d’esclaves sexuels. En Chine, Mina s’occupe de la recherche des clients. Selon toujours les informations, une femme au teint clair s’achète jusqu’à 24 000 000 ariary.

T.M.

Midi Madagasikara274 partages

Cabinet de la Présidence : 25 conseillers autour de Hery Rajaonarimampianina

L’objet principal de cette rencontre avec les directeurs de cabinet était de coordonner et d’améliorer les méthodes de travail ainsi que les actions de tous les ministères.

Comme annoncé, le nouveau directeur de cabinet de la Présidence, Eric Randrasana a réuni tous les directeurs de cabinet du gouvernement, hier, à Ambohitsorohitra. Juste après la réunion, le directeur de cabinet de la Présidence a tenu une conférence de presse. D’après les dires de ce dernier, le cabinet est composé de conseillers spéciaux, de conseillers techniques permanents et non permanents ainsi que de chargés de mission dont le nombre s’élève à 25. Si l’on se réfère à ce chiffre, c’est le tiers de celui de la Primature qui serait de l’ordre de 75.

Avantages. Parmi les membres du cabinet de la Présidence, citons, entre autres, Manandafy Rakotonirina, Denis Andriamandroso, Rachid Moahamed, Herisoa Razafindrakoto, Olivier Randrianarison, James Andrianalisoa et Vaovao Benjamin. Toujours est-il que outre leur salaire, ces membres du cabinet ont droit à certains avantages notamment du carburant, du crédit téléphone et évidemment des indemnités. Si on multilplie par 25 ces avantages, on aura une masse d’argent non négligeable. Pour en revenir à la conférence de presse proprement dite, Eric Randrasana a parlé des attributions du directeur de cabinet. Il coordonne les activités du gouvernement en tenant compte notamment de la politique du régime.

Fonctions. A la question si sa nomination est en rapport avec l’élection présidentielle qui se profile à l’horizon, la réponse du directeur de cabinet a été plutôt évasive, « le pouvoir continue à assumer ses fonctions, élection, ou pas ». En ce qui concerne  ceux qui ternissent l’image du régime, il a contourné la question en répondant tout simplement que « cela relève de la Justice s’il est coupable ou non ». Sur une toute autre question, est-ce que vous ne sentez pas être pris dans un certain engrenage ? « Pas du tout », a-t-il soutenu. Et lui d’enchaîner :« Ma nomination porte sur l’amélioration de la méthode du travail ». Par ailleurs, il a été souligné que les relations avec la presse sont primordiales pour que la population soit au fait des actions du gouvernement et pour que les journalistes puissent avoir les informations à la source.

Dominique R.

Midi Madagasikara239 partages

Violation de la Constitution : Omer Beriziky interpelle la HCC

Selon l’ancien PM, le principe de la séparation des pouvoirs est maintes fois bafoué par les dirigeants actuels.

Alors que le président national du HVM Rivo Rakotovao ne cesse d’insister sur la nécessité, notamment pour les adversaires politiques du régime, de se conformer aux lois en vigueur, l’ancien Premier ministre Jean Omer Beriziky affirme que ce sont les dirigeants actuels qui sont champions en violation de la Constitution. Il interpelle ainsi la HCC. Interview.

Midi : Le président de la République n’a pas caché son intention de réviser l’actuelle Constitution. Qu’en pensez-vous ?

JOB : « On en parle encore alors que cette velléité affichée au premier trimestre, contestée par la grande majorité des citoyens (société civile, classe politique, communauté internationale, simples citoyens…) était apparemment écartée. Les rumeurs vont bon train et l’instabilité politique qui en est le corollaire est un risque dont il faut prendre la mesure : Gouverner, c’est prévoir », dit-on. Le président de la République actuel étant ministre des Finances et du Budget en 2010, se trouvait au cœur de l’élaboration et du vote de cette loi fondamentale ; pourquoi se sent-il aujourd’hui obligé de la modifier ? Pour quelles fins inavouées ? »

Midi : Pour vous, l’actuelle Constitution est-elle respectée comme il faut par les dirigeants ?

JOB : « Tenter de modifier la loi fondamentale à la veille d’une élection majeure pour le pays n’est pas acceptable. Ce sont des pratiques d’un autre âge. Comment pourrait-on croire que ces modifications ne sont pas destinées à maintenir une personne et un clan en place ? Il faut mettre un terme aux entorses à la Constitution, pour ne citer que l’article 54 et le refus volontaire de la mise en place de la Haute Cour de Justice et de la signature du décret de désignation et de constatation des élections des membres du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit, malgré les recommandations du comité des droits de l’Homme de Genève. La HCC a été,  chaque fois, complice de ce non-respect de la loi fondamentale en inventant ce pacte de responsabilité, dont personne n’a pu en voir le contenu. La HCC doit prendre définitivement conscience de l’importance de son rôle et de sa responsabilité devant la Nation.»

Midi : « L’éventualité d’un accord politique a été évoquée ces derniers temps. Qu’en dites-vous ?

JOB : Un accord politique n’est pas opportun. Celui-ci ne ferait que nous replonger dans une nouvelle transition, avec toutes les conséquences de fait et de droit que cela impliquerait, de même les préjudices économiques qu’elle pourrait causer. Sous la Transition, je pense avoir rempli la principale mission qui m’avait été confiée à la tête d’un gouvernement d’union nationale. On a pu organiser des élections libres et transparentes qui ont permis à Madagascar de retrouver l’ordre constitutionnel et sa place dans le Concert des Nations. Il est donc plus que temps que les responsables actuels respectent notre Constitution et nos lois et, à leur tour, organisent des élections inclusives, libres et transparentes. »

Midi : L’éligibilité de l’ancien président Marc Ravalomanana suscite également ces derniers jours des polémiques. Votre point de vue ?

JOB : « Monsieur Marc Ravalomanana n’est pas définitivement condamné. Il est donc plus que temps de lui signifier une éventuelle condamnation afin qu’il puisse s’y opposer et s’en défendre, dans un procès juste et devant un tribunal compétent. Si seulement le président de la République avait accompli son devoir vis-à-vis de la Constitution au sujet de la mise en place de la HCJ, il n’y aurait pas eu d’interrogations à propos des procédures. Ou alors de le laisser, pour ce dossier, définitivement tranquille. En paraphrasant Voltaire, je pourrais dire : je n’ai pas été souvent d’accord avec Marc Ravalomanana, mais je me battrai pour qu’il puisse se défendre. »

Midi : La mauvaise gouvernance financière pratiquée par le régime en place est maintes fois dénoncée par la classe politique et la société civile. Votre réaction ?

JOB : « C’est de notoriété publique que certains responsables au niveau de plusieurs ministères, conscients que c’est leur dernière année de responsabilité, désirent s’en mettre plein les poches. Des témoignages sont régulièrement exprimés en ce sens. Je demande alors aux personnes informées de se rapprocher du Bianco. Le ministère de l’Education nationale ne fait pas exception à cette fièvre mêlant corruption et détournements. Des milliards d’ariary y sont détournés par un petit groupe d’initiés. Il n’est plus question de laisser passer ces gabegies. Ce genre de situation ne peut plus durer. »

Propos recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara151 partages

Madagascar : Une des destinations préférées des voyageurs dans le monde pour 2018

La Grande Ile reste l’une des destinations préférées des voyageurs et touristes venus des quatre coins du monde pour cette année 2018. Bénéficiant d’une renommée internationale, le pays des lémuriens a vu progresser d’année en année le nombre d’arrivées touristiques, dont une hausse de 20% en 2016, comparée à l’année précédente. Une popularité qui se confirme selon le magazine américain qui la classe désormais parmi les destinations à ne pas manquer.

Madagascar figure ainsi à la 11e place de la liste des pays incontournables, à plébisciter pour l’année 2018, ce que le fameux magazine américain, une des références du marché des vacances, définit comme étant les « must-see places ». Ce magazine américain le « National Geographic Traveler » invite principalement ses lecteurs à pratiquer l’écotourisme à Madagascar, en découvrant les lémuriens évoluant dans leur habitat naturel ainsi que les efforts de préservation de ces espèces endémiques, menés par les acteurs locaux.

Outre les lémuriens, Madagascar offre aux visiteurs des paysages magnifiques, que cela soit sur le littoral où les plages magnifiques rivalisent de beauté et de charme, ou bien à l’intérieur de l’île où le spectacle d’une nature variée et authentique ne finit pas d’émerveiller !

Recueillis par Navalona R.

Tia Tanindranaza110 partages

Fifidianana 2018Tsy vonon-kirotsaka Rajoelina…

Efatra taona izay no nialan’ny filohan’ny tetezamita teo aloha Andry Rajoelina teo amin’ny fitondrana. Taloha sy taoriana kelin’ny nitsipahan’ny HVM azy no somary nafana fo tamin’ny resaka politika. Nangina sy tsy hita firy avy eo,

Toky R

 

Midi Madagasikara107 partages

« Berguitta » s’approche : Farafangana se prépare

Les dégâts laissés par Ava sont encore loin d’être réparés et voici que Berguitta se profile déjà à l’horizon. Selon des prévisions des météorologues, cette tempête tropicale ne frappera pas Madagascar, mais inquiète davantage les îles voisines, notamment la Réunion et l’île Maurice. Néanmoins, les précipitations qui accompagneront Berguitta pourraient atteindre certaines régions, notamment la partie Sud-Est. Les zones en question se préparent déjà à un éventuel impact de Berguitta. C’est ainsi que des équipes du BNGRC (Bureau national de Gestion des Risques et des Catastrophes) ont rejoint depuis dimanche la localité de Farafangana pour appuyer les structures locales dans la coordination des activités de préparation face à d’éventuels impacts de cette nouvelle tempête dans le Sud-est. Une autre équipe du BNGRC a, pour sa part, rejoint Ambanja pour les mêmes missions, mais cette fois, en lien avec le passage de la ZCIT (zone de convergence intertropicale) dans le Nord et Nord-ouest de Madagascar.

Hanitra R.

Midi Madagasikara106 partages

Assassinat de Tinah à Toliara : Les parents de la jeune victime refusent tout arrangement

Ayant entendu parler d’un arrangement pour faire sortir les assassins de Tinah de la maison centrale de Toliara, les parents de cette dernière refusent catégoriquement le don de trente zébus, en guise de dédommagement. Les parents de Heritianjanahary Christina Johanne, dite Tinah reposent leur confiance en la délibération du Tribunal de Toliara. De même, on cherche aussi à soustraire en douce l’amante et complice de l’assassin. Ce que la famille de Tinah craindrait le plus, car elle sait que les assassins de leur regrettée sont riches et ont les bras longs pour obtenir ce qu’ils veulent.

Les faits. Il y a un mois, Tinah suivait son amant dans sa voiture. Soudain, elle entend une altercation entre son amant Ikoo, au volant et son ami Alain, assis tout juste derrière avec sa copine Carole. Un couple devant et un autre derrière. Ikoo et Alain sont des « businessmen » et Tinah n’y avait rien à voir, mais Ikoo l’a entraînée, car lui-même sentait quelque coup fourré de la part de son ami Alain. Ikoo ne cesse de réclamer à Alain de payer sa dette et menace, comme à l’accoutumée, d’augmenter les intérêts en cas de retard. La tension était à son maximum entre les deux protagonistes quand le coup de feu d’Alain partit de derrière la tête de Ikoo. Celui-ci tombe en dehors de la voiture. Alors Tinah se mit à hurler si fort qu’Alain l’élimina tout bonnement. Entretemps, Ikoo a pu récupérer et s’est réfugié dans un hôtel. De là, il a pu alerter la police et constater le décès de Tinah. A ce moment, Alain et Carole ont pris la direction de Tana.

Charles RAZA, correspondant

Midi Madagasikara80 partages

“CrossFit” : “My training box.fit”, pionnier à Madagascar

Les adeptes de salle de remise en forme connaissent déjà son existence. Mais le grand public ignore encore ce qu’est le « crossfit ni Mytrainingbox.fit ».

Son physique ne trompe pas : 1m93 pour 93kg, grand, blond aux cheveux longs, mais à la coupe militaire sur les côtés, 31 ans demain, Jonas Soille est un grand sportif et surtout le premier et unique formateur agrée de « crossfit » à Madagascar. La salle « CrossFit.lemurs » est affiliée à la fédération internationale : « il faut une formation et une licence spéciale avant de pouvoir ouvrir une salle de crossfit. Je me suis formé à Dubaï » nous a-t-il expliqué. Mais qu’est-ce le « crossfit » ? « C’est un concept qui nous vient des Etats-Unis, conçu pour aider les forces spéciales militaires et de secours à se préparer afin d’être au meilleur de leurs formes lors des interventions. Au vu des résultats spectaculaires constatés, le « crossfit » a été vulgarisé vers le public voici une quinzaine d’années. Et nous sommes à Madagascar depuis septembre 2016 ». Chez eux, à Ankorondrano dans la zone Zital, les clients apprennent toujours de nouvelles choses chaque jour. Ils y voient un nouveau concept. Et surtout un suivi personnalisé. Kinésithérapeute de formation, ayant grandi à Madagascar, spécialement à Antsirabe, Jonas Soille fait partie de ces déracinés en dehors de la Grande Ile. Après ses études de kiné, le constat était là « j’ai l’habitude de Madagascar, j’ai eu beaucoup de mal à m’adapter en France, je voulais vivre à Madagascar et travailler à Madagascar ». Il est rentré et a commencé à pratiquer son métier avec sa femme Roxane, kiné comme lui. En septembre 2016, ils mettent la boite sur pied, et Johan a cessé de pratiquer la kiné « je n’avais plus assez de temps pour les malades. Et je voulais surtout éviter aux gens d’être malade en lançant le crossfit. Il vaut mieux prévenir que guérir ». Il propose des séances variées, jamais identiques, avec des mouvements fonctionnels, proches de la vie de tous les jours comme courir sauter…. « La notion d’intensité est là, mais adaptée à chaque personne et selon la tolérance psychologique de chacun. De 5 à 85 ans, les adeptes viennent ». Soille suit chaque membre, leurs évolutions et adapte toutes les séances selon les niveaux « C’est moi qui programme les séances avec des niveaux de difficultés adaptées.» Avec 15 personnes par séance encadrées par trois à trois coaches, l’épanouissement psychologique aussi est énorme, surtout pour les ados. « La santé est le premier bonus. L’amaigrissement, les ventres plats sont des effets secondaires ». Jonas, Lucas, Roxane, Marko, Zo, Eric, Pascal sont là pour toutes les séances. Et comme la boîte propose d’autres sports en salle, d’autres coaches les assurent.

Anny Andrianaivonirina

Tia Tanindranaza69 partages

Asandratro ny tanindrazakoFitsarana tsy mahefa no nitsara an-dRavalomanana

Nanamafy ny avy eo anivon’ny antoko Asandratro ny tanindrazako, tamin’ny alalan’ny filohany Andrianina Rajoharison, fa fitsarana tsy mahefa no nitsara ny filoha Ravalomanana tamin’ny fotoan’androny.

 

 Tsy tokony ho tsaraina fitsarana tsotra (première instance), hoy izy ny mpitondra teo aloha, raha ny tokony ho izy. Na ilay didim-pitsarana tamin’izany aza dia azo lazzaina ho tandrametaka ihany satria tsy nanatrika ny fitsarana ilay voakasik’iny raharaha iny. Resaka savorovo politika no niainana tamin’izany. Midika izany fa tsy tokony ho olona iray no tompon’andraikitra nahatonga ny savorovoro. Ao anatin’ny lalàna dia misy ny antsoina hoe fitohizam-pitsarana (continuité de justice), izany hoe raha hanokatra ny raharaha Ravalomanana ny fitondrana ankehitriny dia tokony haverina ho sokafana ihany koa ireo raharaha hafa tany aloha toy ny raharaha 1975, ny 10 aogositra 1991 sy ny resaka Kung fu hatramin’ny ankehitriny, hoy izy.

Ny filoham-pirenena no tokony ho tsaraina voalohany

Raha tsy ampiharina io resaka fitohizam-pitsarana io, hoy ity filoha ity, dia tonga amin’ilay voalazan’ny filoha teo aloha Didier Ratsiraka hoe mivalona ho tantara. Izany hoe rehefa miova ny repoblika dia miverina “0” daholo ny zava-drehetra. Izany no antony mbola nahatonga ny filoha Ratsiraka nilatsaka. Maninona no tsy hatsangana ilay fitsarana manokana (HCJ) satria na ny mpitondra ankehitriny ihany koa aza dia betsaka ny fandikan-dalàna goavana nataony, hoy hatrany Andrianina Rajoharison. Izy no tokony ho tsaraina voalohany. Raha tena manana fikasana tsara (bonne intention) ny fitondrana, hoy izy namarana azy, dia vao tonga teto tamin’ny taona 2013 ny filoha Ravalomanana dia efa nosokafana ny dosie momba azy fa tsy izao efa 10 volana mahery mialohan’ny fifidianana izao.

J. Mirija

Midi Madagasikara67 partages

Moramanga : Tovolahy iray nitondra  » môtô « , maty tsy tra-drano ary nipotsaka atidoha voahitsaky ny...

Nitrangana lozam-pifamoivoizana nahatsiravina nahafatesana olona indray tany amin’ny RN2, ny harivan’ny zoma teo, tokony ho tamin’ny 5 ora, tao Antsahatsaka, 6 km miala an’i Moramanga tampon-tanàna. Fiara lehibe iray no nanitsaka tovolahy iray vao herotrerony nitaingina môtô, ka maty tsy tra-drano ity farany, izay voahitsaky ny kodiaran’ilay kamiao lohan’ity niharan-doza, ka nipotsaka tery an-tsisin-dàlana ny betrony (atidohany).

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara65 partages

Zones sinistrées après Ava : Insécurité alimentaire à craindre à Brickaville

Brickaville au lendemain du passage du cyclone Ava.

Brickaville est sans doute le district le plus affecté par les impacts du cyclone Ava dans la partie Est de Madagascar.

Les données recueillies suite aux opérations de survol de la zone Est de Madagascar confirment la situation de Brickaville, fortement impactée par le passage d’Ava. Sur financement de la compagnie minière Ambatovy, le survol effectué samedi dernier dans cette partie Est du pays, de la ville de Toamasina jusqu’à mi-chemin vers Vatomandry, en passant par Brickaville, ainsi que la partie Nord de Toamasina, a permis d’évaluer l’étendue des dégâts laissés par Ava. A Brickaville, en particulier, la submersion des zones agricoles, outre l’inondation dans les zones habitées, pourrait être à l’origine de problèmes de sécurité alimentaire dans les mois à venir, affirme le BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes).

Miandrivazo. Depuis la semaine dernière, les survols se succèdent dans les zones sinistrées, notamment dans les régions. Financées principalement par les organismes partenaires et le secteur privé, ces opérations de survol ont permis d’évaluer, d’une part, l’étendue des dégâts, mais également de coordonner les activités de soutien aux populations des zones sinistrées. Dans les parties Ouest et Nord-ouest de Madagascar, les localités de Miandrivazo, Maintirano, Mahajanga, Mahajamba, Antsohihy et de Mampikony ont été survolées dimanche dernier. Miandrivazo où la rupture du barrage de Mahajilo a inondé la quasi-totalité des zones agricoles et la majeure partie de la ville, pourrait connaître également des difficultés dans les prochains mois dans les domaines agricole et alimentaire.

Vue globale. Quant aux zones sises dans la partie Est de la Grande Ile, le survol effectué, hier 15 janvier, a permis d’évaluer la situation dans les districts d’Amparafaravola, Ambatondrazaka, Andilamena, Vavatenina, Fénérive-Est, Soanierana Ivongo, Sainte-Marie, Foulpointe, Toamasina I et II, Vatomandry, Mahanoro, Marolambo et Anosibe An’Ala. Ces deux survols étalés sur deux jours ont été financés par l’UNICEF à travers un fonds ECHO, en collaboration avec le PAM. Une vue globale de la situation post-Ava est attendue incessamment.

Hanitra R.

Tia Tanindranaza51 partages

Houcine Arfa“Nandoa 70 000 euros tamin’ny minisitry ny fitsarana aho”

Araka ny efa nambarany dia niroso amin’ny ampamoaka amin’izay ilay teratany Frantsay Houcine Arfa , efa nigadra teny Tsiafahy, tafatsoaka an’i Madagasikara, nihazo ny nosy Mayotte ary efa any Frantsa kosa amin’izao fotoana.

RTT

Midi Madagasikara50 partages

Participation des jeunes aux élections : L’ONG Hari met en place deux stratégies

La participation des jeunes au processus électoral, c’est un enjeu de taille non seulement pour la Ceni mais aussi et surtout pour les organisations de la société civile qui jouent également un rôle majeur dans le processus. C’est dans cette optique que l’ONG Hari (Hevitra Atambatra Rehareha Iombonana) lance une activité citoyenne dont le but n’est autre que de sensibiliser les jeunes, d’une part à participer aux élections, et de s’impliquer, de suivre de près la situation politique du pays, d’autre part. A s’intéresser davantage à la politique succinctement. Effectivement, d’après le dernier rapport de la Ceni sur la Rale (Révision Annuelle des Listes Electorales) 2016-2017, 18,90% des jeunes sont inscrits sur les listes électorales. Un taux jugé faible pour un pays à population majoritairement jeune. L’ONG Hari veut donc inverser progressivement la tendance et s’attend à une augmentation, en amont, du taux d’inscription des jeunes sur les listes électorales et de leur taux de participation aux élections, en aval.

Recommandations. L’ONG Hari a donc mis en avant quelques recommandations. Il s’agit, en l’occurrence, selon les explications de Nantenaina Rakotonirina, directeur exécutif de l’organisation, de « s’investir dans et pour l’éducation ainsi que la formation des jeunes, de renforcer les capacités des associations des jeunes œuvrant pour la promotion de la jeunesse et de les appuyer financièrement et logistiquement ». Mais ce n’est pas tout. L’organisation a d’ores et déjà élaboré deux stratégies pour ce faire, en précisant au passage qu’elles sont en cours de réalisation. « Dans un premier temps, nous allons mettre en place une plateforme de la jeunesse à tous les niveaux (ndlr : décentralisés et déconcentrés) qui s’engage à informer et à former les jeunes et à renforcer le partage d’expériences entre eux en matière d’éducation citoyenne et de gouvernance électorale », indique Nantenaina Rakotonirina. Avant de poursuivre que « dans un second temps, nous mettrons en place un réseau de communication en partenariat avec les professionnels des médias pour rendre efficace la diffusion des idées, des points de vue et de transmettre les plaidoyers des jeunes issus de toutes les régions et qui sont concernés par ces thématiques ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara47 partages

Hery Rajaonarimampianina : Descente chez les « Zafimaniry »

Le président Hery Rajaonarimampianina poursuit son périple à travers la Grande Ile. Hier, il est allé à la rencontre du peuple « Zafimaniry », à Ambohimitombo, dans la Région Amoron’i Mania. Classée patrimoine culturel immatériel de l’humanité, la Société « Zafimaniry » a fortement régressé ces derniers temps. Les habitants, vivant généralement du travail du bois, ont vu leurs revenus diminuer fortement à cause de l’impact de la dégradation de l’environnement. Actuellement, une grande partie de la population s’est reconvertie dans la plantation de canne à sucre. Une activité favorisant la fabrication d’alcool artisanal. La recrudescence de l’insécurité a également eu des impacts négatifs sur le secteur tourisme. Outre l’artisanat, « Zafimaniry » est aussi connu comme étant une région propice aux randonnées. Face aux difficultés subies par la population locale qui a été frappée de plein fouet par le dernier cyclone Ava, le président Hery Rajaonarimampianina a proposé la promotion de la production d’éthanol et la production d’énergie à partir de bagasse. Les jeunes « Zafimaniry » bénéficieront également de formations sur le savoir-faire et le symbole des motifs significatifs de la culture locale et une formation de guides touristiques. Durant une heure de rencontre avec les personnalités traditionnelles et les autorités locales qui s’est tenue au « Lapa », Hery Rajaonarimampianina a donné une instruction afin que les matériels et les équipements du BNGRC régional soient mis à contribution pour commencer les travaux prioritaires comme la réhabilitation de la route reliant Ambositra – Ambohimitombo. Le Chef de l’Etat a aussi visité le marché d’Ambalasoaray qui se trouve à 20km d’Ambositra.

Davis R

Midi Madagasikara42 partages

Deuxième arrondissement : Grève illimitée du personnel

Le personnel a fermé les portes du bureau de l’arrondissement.

La tension est montée au deuxième arrondissement. “ Mauvaise gouvernance, coups et blessures volontaires et menace sur le personnel “. Ce sont là quelques accusations portées contre le délégué au maire du deuxième arrondissement. Pour marquer son mécontentement, le personnel a fermé les portes du bureau dudit arrondissement hier. Avant de déclarer la tenue d’un service minimum. Notamment, celui du service traitant des dossiers relatifs aux décès. Une situation qui risque d’être problématique pour la population tananarivienne qui aura besoin des autres services publics auprès de cet arrondissement. Comme l’octroi des différents actes (de vente, de naissance ou autres). Une rencontre entre des représentants du personnel du deuxième arrondissement et des responsables auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo a toutefois eu lieu vers la fin de la matinée d’hier.

CUA. Joint au téléphone sur la question, un responsable auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo de faire savoir qu’une rencontre a eu lieu entre des responsables de la CUA et des représentants du personnel du deuxième arrondissement. Le responsable a toutefois noté que “ la commune ne peut pas directement trancher sur le limogeage du délégué en question “. Avant d’ajouter que “ la CUA va mener une enquête auprès de l’arrondissement à partir de ce jour. Ce, afin de vérifier les accusations, mais surtout pour élucider les mystères autour de cette affaire.“ Le même responsable d’expliquer que “ tant que les faits ne seront pas prouvés, la commune ne peut pas procéder au limogeage du délégué. “ Quoi qu’il en soit, les victimes de cette situation ne sont autres que les populations habitant les alentours de l’arrondissement… ou même de la Ville des Mille.

José Belalahy

Midi Madagasikara40 partages

Fitsarana ambony eto Toamasina : Potiky ny rano ny ankamaroan’ireo antontan-tarasin’ady ny ady heloka b...

Isan’ny niharan’ny fahasimbana betsaka tamin’ny fandalovan’ny rivodoza “AVA” farany teo, ny fitsarana ambony eto Toamasina. Saika tapitra vaky avokoa ireo fitaratra haingon’ity fitsarana ity. Vokany, tapitra ripaka ihany koa ireo haingon’ny trano tao anatiny ary tafiditry ny rano vokatry ny orana ny efitra fiasan’ireo mpirakidraharaha sy ireo mpitsara. Araka ny fanadihadiana marim-pototra, izay tonga teto Toamasina mihitsy nanomboka ny zoma teo ny minisitry ny fitsarana nijery imaso ny zava-misy, fa saika 100%-n’ny antontan-taratasin’adin’ ny ady heloka bevava tokony handalo fitsarana amin’ity taona 2018 no simba nilona tao anaty rano, noho ny fianjeran’ny armoara vy misy azy tao anaty rano. Mbola ao anatin’ny fandaminana ny raharaha mikasika ireto antontan-taratasin’adin’ny ady heloka bevava simba ireto ny fitsarana izao, satria raha tsy vita izany dia tsy maintsy hivoaka ny fonja ireo voarohiroy raha tapitra ny fe-potoana nomen’ny lalana mitazona azy ireo fonja vonjimaika. Ankilan’izany, dia fantatra ihany koa izao fa misy voakasika tamin’ny fahasimbana nateraky ny fahasimban’ny fitsarana ambony koa ireo antontan-taratasin’adin’ireo heloka tsotra sy ny ady madio miakatra eo anivon’ny fitsarana ambony ity; nefa misy amin’izao no tokony hamoahana didy ny fiandohan’ny volana febroary izao. Ho an’ny fitsarana ambaratonga voalohany izay nisy fahasimbana ihany koa anefa, dia ny 15 janoary 2018  no efa tokony ho nisy ny fitsarana nandeha araka ny fandaharam-potoana efa vita ny taona lasa. Ankoatra izay dia notsidihan’ny minisitry ny fitsarana ihany koa ny fahasimban’ireo efitrano roa nofaohin’ny rivodoza “AVA” tao amin’ny fonja ben’i Toamasina, ka mahatonga ireo voafonja manao tambabe ao anatin’ireo efitra mbola azo ipetrahan’izy ireo. Torak’ izany koa ny sekoly fanofanana ireo mpandraharaha ny fonja, ANAP, ao Antetezambaro; izay nahitana fahasimbana be ihany koa, nefa efa misy mpihofana.

Malala Didier

Midi Madagasikara40 partages

RN7 : Mpividy vatosoa naratra mafy, nosakanan’ny jiolahy naratra mafy

Ankevitry ny efa nambenan’ireo olon-dratsy ireto mihitsy ny fandalovan’ireto olona nikasa ny handeha hividy vatosoa, tany amin’iny faritra Vakinankaratra iny, ny alahady lasa teo. Vokany, roa tamin’ireo voatafika no naratra mafy, vola an-tapitrisany kosa no lasan’ireo olon-dratsy, niampy vato sarobidy, izay tombanana ho aman’hetsiny maromaro any ho any. Tokony ho tamin’ny 11 ora antoandro teo no sendra ny tsy azo anorahana intsony ireto olona telo nandeha môtô, nihazo ny làlana mampitohy an’i Vinaninkarena sy Ibity iny, saika handeha hividy vatosoa. Jiolahy efatra nitondra zava-maranitra no nanakana ny làlan’izy ireo. Tsy nisy alaharo alaharo teo, fa avy hatrany dia daroka no niantefa teny amin’ireto mpandeha roa lahy. Nianjera ireto farany ary tsy afaka nanao na inona na inona intsony teo anatrehan’ny zava-nisy. Hany ka nanao izay danin’ny kibony nandroba izay rehetra teny amin’ireto mpividy vatosoa ireto, ireo olon-dratsy. Tsy nokasihan’izy ireo kosa ilay mpitondra an’ilay môtô, raha ny fampitam-baovao azo avy tamin’ny zandarimariam-pirenena. Araka ny vaovao hatrany mantsy, dia nanofa ireny taxi-moto ireny izy roa lahy ireto, raha handeha ho any amin’ilay toerana nokasain’izy ireo aleha. Teo anatrehan’izany, dia niantefa avy hatrany tany amin’ity mpamilin’izy ireo ny ahiahy rehetra. Ity farany izay nanaovan’ireo zandary misahana ny famotorana fanadihadiana. Mitohy kosa ny fikarohana ireo jiolahy nahavanon-doza.

m.L

Midi Madagasikara39 partages

Musique jazz : Retour en force de « Solomiral »

« Solomiral » rapportera son « vakojazzana ».

Il fut un temps où « Solomiral » a connu ses heures de gloire. Aujourd’hui encore, bien que Hajazz et ses frères se soient fait un nom chacun de leur côté, la bande signera son retour prochainement.

Une grande nouvelle pour les inconditionnels. Le 26 janvier, Mendrika et ses frères reviennent sur la même scène du « Cercle germano-malagasy » le temps d’une soirée. Toujours versant dans le jazz et toutes ses couleurs, le registre ne change pas. Le jazz à la base, sans exclure le genre plus traditionnel pour donner « Vakojazzana » qu’ils présenteront pour l’occasion.

Ils se sont fait connaître avec les morceaux comme « Sasa-miandry », qui sont alors devenus de tubes au fil du temps. Entre-temps, chaque membre s’est fait un nom, tout en se trouvant une place avec « Bako » et « Hafatra ». Jusqu’à maintenant le répertoire du groupe tourne essentiellement autour du jazz fusionné avec des styles éclectiques inspirés des sons malgaches.

Une fois de plus, Fanaiky et ses frères d’art se retrouveront derrière leurs instruments de prédilection respectifs à savoir, RivoKely au clavier, NyOny à la guitare solo, Fanaiky à la basse, Hajazz au micro et à la guitare, en présence de Seta Ramaroson au saxophone et Andry Kely aux percussions.

A rappeler que « Solomiral » a trouvé sa genèse en 1990. Fondé par l’aîné de la fratrie Rasolomahatratra, ces frères musiciens ont pris leurs marques en devenant une référence en matière de jazz malgache. Parallèlement, toujours faisant de la musique leur gagne-pain, chaque membre du groupe accompagne des artistes de renom sur les grandes scènes en tant que « mercenaires » tandis que d’autres ont choisi d’enseigner la musique à l’instar de Mendrika. Mais dans tous les cas, le groupe « Solomiral » garde toujours une notoriété certaine auprès des mélomanes.

Maharindra

Midi Madagasikara34 partages

DGI : Les allégements fiscaux jusqu’au 31 janvier 2018

La Direction générale des Impôts (DGI) a décidé de prolonger la date de fin des allégements fiscaux octroyés à l’occasion de la célébration de son 20e anniversaire. En effet, les dispositions de l’avis au public en date du 28 novembre 2017 restent en vigueur jusqu’au 31 janvier 2018. Rappelons que ces dispositions exceptionnelles d’allègement fiscal concernent plusieurs contribuables. En ce qui  concerne  les nouveaux contribuables, pour toutes créations d’entreprises, autres que transporteurs, effectuées avant la période susmentionnée, ils bénéficient du minimum de perception de l’impôt synthétique de 16.000 ar. Pour les contribuables immatriculés, les défaillants soumis à l’impôt synthétique, non-objet de taxation d’office, ou de créances fiscales, peuvent régulariser leur situation de l’année en cours, sans intérêt de retard ni amende pour non-dépôt. Les contribuables défaillants soumis à l’impôt sur les revenus, non-objet de taxation d’office ou de créances fiscales, peuvent régulariser leur situation des trois dernières années non prescrites sans intérêt de retard, ni amende pour non-dépôt. Enfin, les contribuables se présentant au bureau du centre fiscal de leur ressort, munis de flyers avec coupon détachable, distribués lors des journées portes ouvertes organisées par la DGI ou la direction régionale de son ressort, bénéficient d’un traitement de faveur de leur dossier fiscal.

Recueillis par R.Edmond.

L'express de Madagascar29 partages

Commune urbaine d’Antananarivo – Des employés en grève au deuxième arrondissement

Les personnes qui sont venues pour traiter des papiers administratifs au deuxième arrondissement d’Antanana-rivo-ville à Ambanidia, sont rentrées bredouilles, hier. Les employés de cet arrondissement sont entrés en grève. Ils réclament le départ du délégué au maire. « Plusieurs irrégularités sont constatées dans notre administration. Notre délégué délivre des permis de construire, alors que c’est au niveau du guichet unique de l’Hôtel de ville à Analakely que cela doit s’effectuer. Il accepte de marier des couples en dehors de l’arrondissement, sans ordonnance du tribunal. En plus, il maltraite les employés », explique Ankoay Andriantsoa, président du syndicat des employés de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA).Saholy Rajaona, une femme habitant à Manakambahiny, figure parmi les victimes de cette suspension des activités. « J’ai été obligée d’aller dans un autre arrondissement pour certifier une photocopie de ma carte d’identité nationale à cause de la fermeture de cet arrondissement », indique-t-elle.Jacques Nirina Razafindraibe, le concerné, décline ces accusations. « C’est ma rigueur dans la recette et l’administration qui leur pose problème. Attendons le résultat de l’enquête », explique ce délégué au maire. Il fait appel aux employés de reprendre les activités, tout en soulignant que ceux qui devront être sanctionnés, sont ceux qui ne travaillent pas.Une rencontre entre ces employés en grève et les responsables de la CUA s’est tenue, hier, à l’Hôtel de ville à Analakely. Insatisfaits, les premiers menacent de poursuivre leur grève. Les responsables de la CUA feraient une descente à Ambanidia, ce jour, pour trouver une entente avec les grévistes.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara22 partages

Revendications estudiantines : Affrontement entre étudiants et les forces de l’ordre à Ankatso

Les étudiants ont investi les rues d’Ankatso hier.

Les revendications estudiantines fusent de partout à l’Université d’Antananarivo.

Une grève a été menée par les étudiants en médecine de l’Université d’Antananarivo il y a une semaine de cela. Les mêmes étudiants ont investi hier les rues d’Ankatso pour les mêmes revendications. A savoir, le paiement de leurs bourses d‘études. Un retard que les étudiants ont déploré. Et qui a conduit à des affrontements entre les étudiants venus nombreux répondre aux appels de ceux inscrits dans le département de médecine et les éléments des forces de l’ordre venus sécuriser les lieux. Par ailleurs, une réunion entre le président de l’Université d’Antananarivo, les doyens et directeurs des établissements ainsi que les représentants des associations estudiantines auprès de ladite université a eu lieu à Ankatso hier. S’étant tenue dans la salle des Présidents à 11 h, la réunion a permis de dégager quelques réponses aux revendications des étudiants. Il a donc été convenu que “ le calendrier de paiement des bourses d’études va sortir cette semaine “. Et que “ conformément à la loi, seuls les mois où il y a eu des activités pédagogiques et universitaires seront comptabilisés “.Vontovorona. La rentrée universitaire ne s’est pas déroulée comme convenue à l’Ecole Polytechnique de Vontovorona. Les étudiants en ont décidé autrement en la boycottant. Les causes : des hausses remarquables sur quelques frais tels que les droits d’inscription, les frais de scolarité, mais aussi les loyers des étudiants. Joint au téléphone Hasina Razakaniononana, étudiant à l’Ecole Polytechnique de Vontovorona de faire savoir que les droits d’inscription sont passés de 25.000 ariary à 100.000 ariary en l’espace de cinq ans. Une hausse considérable pour les étudiants, mais surtout pour les parents selon toujours ses dires. Lui également de souligner que les étudiants exigent le paiement des rabais des droits d’inscription de l’année universitaire précédente. “ Nous avons demandé des rabais sur les droits d’inscription de l’année universitaire 2016-2017 vers la fin de l’année universitaire en question. Il a été conclu que tous les étudiants devraient percevoir 10.000 ariary chacun ”. ”Ce qui n’est pas encore le cas “ a déploré Hasina Razakaniononana.

José Belalahy

Midi Madagasikara20 partages

Partenariat : Des offres bancaires de la BFV-SG pour le personnel du MFRATLS

Partenariat gagnant-gagnant entre la BFV-SG et le ministère du Travail.

BFV-SOCIETE GENERALE fédère ses engagements pour accompagner ses clients et partenaires avec professionnalisme et exigences de qualité de services. Confirmant ainsi son statut de banque relationnelle de référence.

Les efforts pour une meilleure bancarisation du pays se poursuivent. Grâce au partenariat public privé ; la BFV-Société Générale et le ministère de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales ont décidé de renouveler jeudi dernier la convention qui consiste à l’ensemble du personnel du ministère une gamme de produits et services bancaires. Signée respectivement par le ministre Maharante Jean de Dieu et le Directeur Général Adjoint de la BFV SG Frederic Leiritz, la convention met en effet à la disposition des cadres et agents du ministère des offres bancaires, notamment les prêts pour accompagner au mieux leurs projets ainsi que le déploiement de la monétique, de l’informatisation de l’administration et de la bancarisation.

Possibilités étendues

Une aubaine en somme pour le personnel du ministère, puisque la BFV-SG offre ainsi des possibilités étendues. En l’occurrence, une promesse de déblocage rapide des fonds pour les crédits, un traitement prioritaire pour les clients venant de loin, une gestion de fil d’attente automatique et un accueil dans des locaux spacieux et rénovés. Evidemment, le large réseau d’agences de la BFV-Société Générale est au service du personnel du MFRATLS et de tous les fonctionnaires. Concrètement, le système consiste à offrir à l’ensemble du personnel du MFPRATLS un pack de 10 produits en 1, le Pack Mandrosoa ou Mandrosoa Plus, leur permettant d’accéder à plusieurs produits et services bancaires (compte, carte, chéquier, assurance, crédit …) à des conditions préférentielles. Produits pour la gestion du quotidien (Messalia ou le solde par sms, carte de paiement et retrait Poinsettia ou Varongy) ; pour la constitution d’une épargne : compte épargne Soafiandry à taux préférentiel ; mais aussi, un taux de crédit en baisse sur SOAFENO pour la consommation et SOAHONENANA pour l’immobilier et ce sans parler d’une durée de remboursement plus longue ainsi que des garanties allégées. Pour les clients éloignés, l’offre mobile « AKAIKY BANKY » qui permet de domicilier le salaire à la banque et le recevoir sur le compte Mobile Banking.

Inclusion financière

De surcroît et non des moindres, cette collaboration ira au-delà d’une simple offre bancaire, puisque ce partenariat contribue dans le programme d’inclusion financière et la mise en place d’un Compte Satellite menée actuellement par l’Etat et la BFV-SG interviendra également dans le domaine du mécénat au niveau du ministère de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales. Pour marquer son engagement, la BFV-SG a remis au ministère durant cette signature de convention de partenariat, plusieurs matériels utiles aux activités de formation et d’information du MFPRATLS tels que  des ordinateurs de bureau et portables, TV à écran plat, onduleurs, vidéo projecteur, imprimante, appareils photos, caméras, bureaux, … Des actions qui concrétisent incontestablement la volonté de la BFV-SG d’assumer son rôle dans la « Cité » au-delà de son métier de banquier.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara18 partages

« Codex Alimentarius » : Renforcement de capacité pour le Comité national malgache

Josielle Rafidy (au milieu) Secrétaire Générale du ministère du Commerce et de la Consommation a ouvert officiellement cet atelier sur le Codex.

Le « Codex Alimentarius » est un programme commun de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Membre du « Codex alimentarius » depuis 1966, Madagascar n’a eu son Comité national qu’en 2006. Ce Comité avait commencé à travailler, mais les événements de 2009, l’a mis en veille. Depuis le retour à l’ordre constitutionnel, le gouvernement a de nouveau travaillé sur le dossier. Avec des résultats plutôt encourageants, puisque Madagascar a pu bénéficier du fonds fiduciaire 2 destiné à financer les activités du Comité National Codex Alimentarius (CNCA).

Double importance

C’est dans ce contexte d’ailleurs que le ministère du Commerce et de la Consommation organise l’atelier de renforcement de capacité des membres du CNCA qui s’est déroulé, hier dans l’enceinte de New Print à Ankorondrano. Une occasion pour ces membres qui représentent les associations de consommateurs et les différents ministères techniques dont celui du Commerce et de la Consommation de se familiariser davantage avec les principes du « Codex Alimentarius ». « Les normes alimentaires revêtent une double importance, car non seulement, elles contribuent à la sécurité alimentaire pour les consommateurs, mais elles   rassurent également les importateurs sur la conformité des aliments aux normes internationales » a expliqué Josielle Rafidy, Secrétaire Général du ministère du Commerce et de la Consommation, lors de l’ouverture de l’atelier d’hier.

Mécanisme de développement

Un atelier dirigé par Awilo Ochieng Past-Président du « Codex Alimentarius ». Cette dernière a également tenu à insister sur l’importance primordiale des normes alimentaires qui constituent selon elle, « un mécanisme extraordinaire de développement économique et social ». Faut-il en effet préciser que le commerce des denrées alimentaires représente des milliers de dollars de chiffres d’affaires par an et des milliards de tonnes d’aliments produits, transportés et mis sur le marché. « Madagascar ne doit pas être en reste dans les efforts de conformité des produits alimentaires aux normes alimentaires, et cet atelier de renforcement de capacité arrive à point nommé » a expliqué le ministre Chabani Nourdine.

R.Edmond.

Midi Madagasikara15 partages

Lutte – Championnats d’Afrique : 20 jeunes lutteurs en regroupement

Les lutteurs avec leur coach à Mahamasina samedi.

Dans moins de 20 jours s’ouvriront à Lagos, Nigeria, les Championnats d’Afrique des luttes cadets et seniors. Le clan malgache s’active.

Après Marrakech, du 26 au 30 avril 2017, le Nigeria va prendre le relais pour abriter les Championnats d’Afrique de lutte olympique du 5 au 10 février 2018 à Lagos. Une étape qualificative surtout pour les jeunes en vue des Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos-Aires, Argentine au mois d’octobre. A la suite des Championnats minimes cadets écoliers organisés par la fédération malgache des luttes au mois de décembre à Ankatso, les présélectionnés ont été bouclés par le staff technique. Ils sont 20 dans la catégorie cadette dont 10 lutteurs et 10 lutteuses à suivre le regroupement en vue de cette échéance continentale. « Les deux premières dans les catégories concernées par les Championnats d’Afrique ont été appelées. Chez les dames, le niveau est assez bien notamment chez les moins de 46 kg, 57 kg et de 61kg, mais, du côté des hommes, beaucoup restent à faire » a fait savoir le coach national, Aimé Michel Rakotoniaina. Les 20 lutteurs ont entamé la première étape de leur préparation samedi au terrain de Mahamasina à travers une séance de jogging suivie d’une prise en main par les techniciens fédéraux. « Comme le temps de préparation est assez court, nous travaillons le combat sur tapis, le physique et le mental. Comme l’enjeu des Championnats d’Afrique est de taille, nous essayons de travailler au maximum pour espérer se qualifier pour les JOJ d’Argentine » continue l’entraîneur national. Les entraînements se dérouleront les mercredis après-midi au Dojo sous gradin Mahamasina et les samedis au Gymnase de l’Académie Nationale des Sports à Ampefiloha. Un premier combat test sera organisé ce samedi à l’ANS pour le décompte de points. Pour les filles, les catégories concernées sont les moins de 48 kg, 53 kg, 57 kg, 61 kg et 65 kg et les moins de 42 kg, 46 kg, 53 kg, 58 kg et 65 kg du côté des garçons. Comme les seniors seront également en action à Lagos, des lutteurs engagés à l’Open national à Mahajanga sont en regroupement. Pour le moment, on ne connaît pas encore le nombre de combattants qui feront le déplacement dans la capitale nigériane, mais, cela dépend des moyens financiers.

T.H

Midi Madagasikara11 partages

Situations post-Ava : Sites d’hébergement libérés

Parmi les sites d’accueil des sinistrés mis à disposition au lendemain du passage du cyclone Ava un certain nombre a déjà été libéré. Les sinistrés ont pu rejoindre leurs habitations respectives, ou trouvé refuge ailleurs. Ainsi, les sites d’hébergement de certains « fokontany », communes et districts n’hébergent plus personne. C’est le cas des « fokontany » de Manjakamiadana et d’Andafiavaratra, sur les hauteurs de Tana dans le district de Tana II, ainsi que des communes de Fenoarivo, Androhibe et Ambalavao, dans le district d’Antananarivo Avaradrano  ; Ambohidrapeto, Ambohijanaka, Alatsinainy Ambazaha et Alakamisy Fenoarivo, dans le district d’Antananarivo Atsimondrano. Des sites d’hébergement sis dans des districts d’autres régions comme Atsinanana, Analanjirofo et Vatovavy Fitovinany ont également été libérés. C’est le cas pour Soanierana Ivongo, Toamasina I et II, Vatomandry, Fénérive-Est et Vavatenina et Mananjary.

Hanitra R.

Midi Madagasikara11 partages

Musique classique : « Chœur d’Hommes de Madagascar » entame ses 10 ans de scène

La musique classique bouge d’un ton. Le chœur vocal masculin « Chœur d’Hommes de Madagascar » compte ses dix bougies cette année. Pour marquer le coup, la formation ouvrira en grande pompe la célébration le 27 janvier à l’Alliance française d’Antananarivo. Le groupe amènera le public à la découverte de quelques classiques malgaches revisités et de grandes compositions internationales.

Le « Chœur d’hommes de Madagascar » a été créé  en 2007 grâce à l’initiative du « Cercle germano- malagasy » et du Baryton-Basse Ando Ny Aina Razananaivo. Composé de 12 membres au départ, le groupe compte aujourd’hui une trentaine de jeunes hommes issus de plusieurs chœurs de la Grande Ile. Il interprète des œuvres de grands compositeurs comme Gounod, Liszt, Orff. Entre autres, ils reprennent également des compositions des groupes Mahaleo et de « Lolo sy ny tariny »… Dans le cadre de la célébration de son 10e anniversaire cette année, plusieurs concerts seront à l’affiche et seront communiqués prochainement.

Maharindra

Midi Madagasikara11 partages

Un plan d’urgence à mettre en place

Dire que la situation est tolérable est certainement exagérée, mais comme le disent les contempteurs du régime, cela aurait pu être pire. Les conditions de vie dans plusieurs régions de Madagascar sont épouvantables après le passage du cyclone Ava. L’insécurité alimentaire est en train de s’installer et va affaiblir encore plus une population déjà mal en point auparavant. Il est peut- être temps de décréter un véritable état de catastrophe nationale.

Un plan d’urgence à mettre en place

Les Malgaches sont des gens stoïques et même fatalistes. Ils sont habitués aux cyclones, mais cette fois-ci, les conséquences du passage d’Ava  semblent avoir été plus graves qu’on l’avait escompté. Les destructions matérielles sont de très grandes ampleurs, mais elles ont entraîné une pénurie qui risque de provoquer une véritable famine. Les prix des denrées dans certaines régions ont grimpé de manière affolante et la population se sent totalement impuissante devant cette situation qui lui échappe. Aujourd’hui, c’est un véritable plan d’urgence qu’il faut élaborer pour lui venir en aide, mais pour le moment, les autorités se contentent de manifester leur compassion. Il est vrai que les aides des pays amis et des organisations internationales ne sont pas encore arrivées, mais cela ne dispense pas de mobilisation nationale pour essayer de parer au plus pressé. Le chef de l’Etat, il y a dix jours, a offert une centaine de tonnes de riz aux habitants de Toamasina, mais les sinistrés des autres villes n’ont pas eu droit à la même sollicitude. Actuellement, la population vit un véritable calvaire et elle doit supporter cette épreuve sans broncher. Les médias officiels préfèrent plutôt insister sur les perspectives futures que le régime met en avant. Ils s’attachent plus à mettre en valeur les réalisations faites sous la présidence de Hery Rajaonarimampianina. Dans quelques mois aura lieu l’élection présidentielle et les stratèges du pouvoir y pensent très fort. La propagande continue envers et contre tout.

Patrice RABE

News Mada6 partages

IFM Analakely : hosokafana ny hetsika kolontsaina

Fantatra izao fa ny 19 janoary izao no hanokafana ny taona ho an’ny hetsika kolontsaina hotontosaina ao amin’ny Institut français de Madagascar (IFM) Analakely. Hetsika nampitondraina ny lohateny « Taom-baovao » (Année nouvelle). Hanafana ity fotoam-panokafana ity i Imiangaly Rolf.

Marihina fa anisan’ireo foibe kolontsaina vahiny, mandray anjara goavana amin’ny fampivelarana ny talentan’ny mpanakanto malagasy sy ny zavakanto malagasy ny IFM. Kanto marobe, toy ny soratra, mozika, sary, tantara, hairaha araka endrika amam-bika, sns, no voizina ao amin’ity foibe ity avokoa.

HaRy Razafindrakoto

 

Midi Madagasikara4 partages

Mahajanga : Miakatra an-tanàna ny voay

Vokatry ny rotsak’orana nisesy tany amin’ny ilany andrefan’ny Nosy iny, dia niakatra avokoa ny rano tamin’ny faritra maro tao Mahajanga, taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Ava. Fokontany maro ao an-drenivohitry ny Faritra Boeny no mbola dibo-drano ankehitriny. Vokatry ny fiakaran’nny rano izay, dia niakatra an-tanàna nanaraka ny rano koa ny zana-boay, toy ny tranga hita nanomboka afak’omaly tao amin’ny Cité Tsaramandroso. Manoloana ny fiakaran’ny voay an-tanàna dia mihorohoro ireo mponina. Nisy tranga toy izao ihany koa tany Toliara taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Haruna ny taona 2013.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar3 partages

Défense de la démocratie et de l’État de droit – Les membres élus de la HCDDED s’impatientent

La mise en place de cet organe constitutionnel prend du temps. La grogne des membres commence à se faire entendre.

Agacés. Tout comme la Haute cour de Justice (HCJ), la mise en place du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED), reste toujours en stand-by. Des indiscrétions indiquent que les membres de cet organe constitutionnel commenceraient à s’impatienter.Les membres élus du HCDDED auraient profité de la cérémonie de présentation de vœux des corps constitués, à Iavoloha, le5 janvier, pour demander à Hery Rajaonarimampianina, président de la République, de leur donner une date quant à l’adoption de leur décret de nomination. La loi relative au Haut conseil prévoit que « la désignation et les élections des membres sont constatées par décret du président de la République ».En réponse, le locataire d’Iavoloha aurait déclaré, « je suis le seul à connaître la date ». Sur les neuf membres qui doivent composer le HCDDED, huit sont élus par diverses entités et l’un est désigné par le chef de l’État. Il ne reste plus que ce dernier qui manque encore à l’appel jusqu’ici. Le texte instituant le Haut conseil souligne, toutefois, que « l’absence de désignation de représentant due au défaut de proposition de l’entité source ne saurait constituer un obstacle à sa constitution, son fonctionnement normal et régulier ».Une disposition dont ne semblent pas tenir compte les décideurs. Exaspérés, vraisemblablement, les membres élus du HCDDED songeraient à faire pression sur le président de la République, en portant l’affaire sur la place publique. « Une proposition de communiqué de presse », serait même en gestation. L’intitulé de cette sortie médiatique à laquelle songeraient certains membres élus du HCDDED annonce le ton : « Mieux vaut tard que jamais ».

EnjeuxDans cette idée de missive, les membres du Haut conseil souligneraient, notamment, que selon le décret fixant les modalités d’élection des membres « la nomination des membres élus et désignés est constatée par décret du président de la République, lequel doit être pris dans un délai d’un mois à compter de la date de réception du dernier procès-verbal (PV) d’élection ». Le texte indiquerait que le dernier PV d’élection transmis à la présidence de la République date du 2 février 2017.Il s’agit de celui du représentant élu par la Commis­sion nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH). Ce serait justement, là que le bât blesse. Le choix de la CNIDH passerait mal du côté d’Iavoloha. La proposition de communiquédu HCDDED rappellerait que, suite à une saisine de Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, le Conseil d’État a déjà tranché sur cette question. De l’avis de la Cour administrative, la personnalité élue par la CNIDH pour être membre du Haut conseil est éligible et son élection « est régulière ».La proposition de communiqué de presse compterait, par ailleurs, mettre en avant le rôle du HCDDED et les enjeux de sa mise en place. « Le Haut conseil est institué pour se constituer en observatoire et balise aux éventuelles mauvaises pratiques dans l’administration aussi bien dans le domaine public que privé. (…) Il joue un rôle dans l’effectivité des libertés démocratiques, la crédibilité des élections et l’éradication des distorsions entre les prescrits constitutionnels et légaux avec les pratiques politiques, administratives et juridiques », soutiendrait la proposition de missive.Pour convaincre le chef de l’État de mettre en place le Haut conseil, ses membres penseraient, du reste, à faire valoir la portée internationale du geste, mais aussi, dans la lutte contre l’impunité et la défense des droits de l’Homme. Le fait que les représentants du HCDDED soient les seuls qui manquent pour constituer la HCJ y est également, rappelé. « Pour la crédibilité et l’effectivité de la proclamation de l’État de droit, et ainsi permettre à la Haute cour de Justice d’être instaurée (…) il est judicieux que le président de la République, veuille bien mettre en place la HCDDED », serait la conclusion à la proposition de communiqué.

Garry Fabrice Ranaivoson

News Mada2 partages

Fotoan’ny rivodoza : miakatra avokoa ny vidin’entana

Andro aman’alina ny fiakaran’ny vidin’entana eto Antananarivo rehefa fotoan’ny rivodoza. Anisan’ny tena miharihary isaky ny fahavaratra ny fiakaran’ny vidin’ny arina fandrehitra. Efa tafakatra 2.5000 ny iray gony amin’izy ireny.

“Mbola ho avy izao ny rivodoza ary tsy maintsy hiakatra hatrany io vidiny io”, hoy ny mpivarotra nanontaniana. Raha ny fanazavana, sarotra ny lalana mamoaka ny saribao any an’ala rehefa avy ny orana. Miakatra, manaraka izany, koa ny saran’ny kamiao sy ny karaman’ireo mpibata ny arina fandrehitra.

Ankoatra izay, lasa mando ny arina rehefa avy ny orana ka mananosarotra ny fitondrana azy. Manginy fotsiny ny fandrehetana azy any an-tokantranon’ireo mpanjifa. Ilaina, araka izany, ny miomana amin’ny fanangonana ny arina ampiasaina mandritra ny orana.

Anisan’ny miakatra koa ny vidin’ny labozia, afokasoka, vatoaratra rehefa misy ny rivodoza. Manararaotra ireo mpivarotra satria anisan’ny tena ilaina ireo rehefa misy ny fahatapahan-jiro ateraky ny rivodoza.

Anisan’ny tokony hiomanana indrindra koa ny zavatra ilaina andavanandro toy ny sakafo. Betsaka ireo sakafo azo tahirizina toy ny paty sy ny voamaina ary ny vary hitsinjovana ny vodiandro ho merika. Ankoatra ireo ny rano madio azo sotroina izay anisan’ny tena ilaina rehefa ao anatin’ny fandalovan’ny rivodoza. Mila miomana amin’izany ny rehetra indrindra ireo manan-janaka kely. Izay tsara fiomanana, tsy hotampohin’ny loza.

Tatiana A

L'express de Madagascar1 partages

Secteur halieutique – Les petits exploitants encouragés

Satisfaisant. À l’heure du bilan, le ministère des Ressources halieutiques et de la pêche se veut rassurant. Vendredi, au Centre de conférenceinternational d’Ivato, lors de la présentation de vœux de son département, le ministre Gilbert François a dressé un éloquent rapport d’activités de l’année précédente. Parti sur le chiffre de 517 370 000 000 ariary de recette rien que pour 2017, le technicien affirme que son ministère aurait ainsi contribué à hauteur de 7% au Produit intérieur brut du pays.Recette qui résulte, entre autres, des conventions négociées avec les exploitants étrangers membres de l’Union européenne ou encore de la fédération de Russie, sans mentionner les recettes sur la délivrance de licence de pêche sur tout le territoire malgache pour les professionnels, qui ont atteint le pic de1 286 540 000 ariary. « À propos de la coopération entre Madagascar et l’Union Euro­péenne, le Protocole d’Accord de Pêche sur les Thonidés a été mis en exergue lors de la rencontre entre les deux parties, l’année dernière. Une collaboration qui a visiblement porté ses fruits en matière de recette d’exportation », explique le ministre.Pour l’année qui débute, le concept de professionnalisation est donc à l’ordre du jour pour le ministère, en plus de la continuité. Ainsi, les petits exploitants bénéficieront d’accompagnements et d’appui technique afin de redynamiser les activités au niveau régional.

ProfessionnalisationNotamment la recherche de nouvelles zones d’exploitation, pour développer l’aquaculture domestique à travers l’introduction de plus d’un million de jeunes poissons dans les zones à fort potentiel. Par ailleurs, le projet «thon jaune» à Mahajanga est en cours de réalisation en ce moment, tandis que la réouverture de l’entreprise de crevettes Aquama à Soalala est aussi envisagée, en collaboration avec Madafish SARL. Le ministère appuie aussi la promotion de la production de certaines espèces d’élevages endémiques jusqu’au basculement vers l’approche éco systémique de la gestion des ressources halieutiques et des activités de la pêche. « En plus du renforcement des acquis de l’année dernière, les axes de priorité du ministère se tourneront surtout vers la promotion des activités génératrices de revenu pour les populations locales concernant les importantes zones de pêche de la Grande île », conclut le ministre. Autant dire que la route est encore longue jusqu’à la réalisation de tous ces objectifs que son département fixe pour les douze prochains mois.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Golf – XXIIe Ringer Score – Un record de participation pour la version 2018

Un record de participation. Cent-vingt-huit golfeurs contre cent cinq de la précédente édition sont en lice à la version 2018 de la BNI Madagascar Ringer Score. Le coup d’envoi de la XXIIe édition de ce prestigieux tournoi de golf a été lancé ce dimanche au Golf club du Rova Andakana. Après quelques semaines de pause, les golfeurs du pays reprennent donc la compétition après le dernier tour en novembre 2017 et le championnat de Madagascar en fin d’année. Comme l’année dernière, neuf tours sont programmés pour cette édition, de janvier à novembre, donc une étape par mois sauf pendant les grandes vacances en juillet et août.Après la première étape de ce dimanche, le 2e et prochain tour aura lieu 11 février, le 3e tour le 10 mars, le 4e tour le 15 avril, le 5e tour le 13 mai et le 6e tour le 10 juin. Place ensuite à deux mois de break et la 7e étape reprendra le 16 septembre, la 8e le 14 octobre et le 9e et dernier tour le 18 novembre.La dernière édition a été marquée par la victoire de Sylvain Rabetsaroana chez les hommes et Ony Marchand chez les dames. Lors de la version 2017, ce premier a remporté son sixième titre tandis que Ony Marchand, également championne nationale en titre a arraché pour sa part son quatrième sacre. Comme à chaque début de  saison, les quinze journalistes venus couvrir l’événement ont bénéficié d’une séance d’initiation sous l’encadrement technique de Mahandry Laza Randrianjafy du Golf du Rova.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Mahajanga – Un jet de pierre blesse un enseignant

Des étudiants ont de nouveau manifesté hier, pendant les examens.  Le véhicule d’un enseignant est tombé dans une « embuscade » à la sortie du campus.

Le vice-président national du Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs- enseignants (Seces) à Mahajanga, Gosselin Rakotovelo, a fait une déclaration à la presse hier, à la suite de l’agression de deux membres de l’organisation régionale.« Nous déplorons l’agression de deux de nos membres. Et nous attirons l’attention des autorités pour qu’elles prennent des dispositions face à la situation. Nous exhortons également la Justice à intervenir, car c’est une véritable attaque physique en dehors du campus», s’indigne-t-il.Vers 10h30, une dizaine d’étudiants les attendaient sur la route menant au campus, derrière un tronc d’arbre. Ils ont jeté des cailloux sur la voiture qui les transportait. Résultat : le pare-brise et les vitres du véhicule ont été cassés. Pire encore, un enseignant-chercheur est grièvement blessé au visage après avoir reçu un projectile. Il a été rapidement évacué vers une clinique privée, toute proche. L’action s’est produite près du radier, à 500m de l’université.

Derrière un arbre«Quand je suis revenu du campus, j’ai remarqué une dizaine d’étudiants cachés derrière des arbres, car je devais ralentir pour aborder le radier. Ils m’ont aperçu et je les ai vus alors passer un coup de fil. Quelques secondes plus tard, une voiture est arrivée derrière moi et a subi des jets de projectiles », témoigne le président de l’Université.Le propriétaire du véhicule déposera une plainte pour destruction de son véhicule.

Vero Andrianarisoa

Madaplus.info0 partages

Déclaration d’Houcine Arfa : «J’ai versé 70 000 € à la ministre de la Justice »

Le français qui s’est évadé de la prison de Tsiafahy a apporté sa version des faits depuis son arrestation jusqu'à son évasion lors d’une interview qu’il a accordée au journal le Parisien
Le Parisien : Vous étiez incarcéré à Tsiafahy, la prison la plus sécurisée de Madagascar. Comment vous en êtes-vous échappé ?
Houcine Arfa : On ne sort pas d'un tel endroit sans complicités. Je l'assume : j'ai été aidé au plus haut niveau de l'Etat malgache. J'ai versé 70 000 € à la ministre de la justice, 30 000 € au procureur en charge de mon dossier.* Cela m'a permis d'être transféré dans un établissement plus souple, et d'être emmené à l'hôpital avec une escorte allégée. Là, mes gardes m'ont emmené jusqu'à la ville de Tamatave. Mais je sentais que le contrat ne serait pas rempli, et qu'on allait m'arrêter à nouveau. Une équipe à moi a pris le relais. J'ai embarqué dans une pirogue. Trois heures durant, à la boussole, nous avons ramé à travers les courants violents du canal du Mozambique, puis nous avons été transbordés en haute mer dans une pirogue motorisée, jusqu'à Mayotte où nous avons débarqué discrètement.
Pourquoi vous être soustrait à la justice malgache ?
Parce que si j'étais resté, j'allais mourir. En six mois, j'ai perdu 20 kilos. A Tsiafahy, dès mon arrivée, j'ai été roué de coups de poings et de pieds par les gardiens, toujours ivres. Régulièrement, j'étais frappé avec une courroie d'alternateur, entourée d'une serviette éponge pour que ça ne laisse pas de marques. Là-bas, la vie n'a aucun prix, et j'ai vu plusieurs prisonniers mourir. J'ai été laissé dans une cage, surplombée par des gardiens qui vous insultaient ou vous urinaient dessus. Cet établissement est l'un des plus violents au monde, comme l'a documenté le comité international de la croix rouge (CICR).
A quel titre y étiez-vous incarcéré ?
J'ai été arrêté le 20 juin, et condamné en novembre à trois années de prison. Dès le départ, le dossier était vide. On m'a tout reproché, jusqu'à être l'auteur de kidnapping. Quand ma femme a rencontré le juge d'instruction, celui-ci a reconnu qu'il n'avait rien contre moi, mais s'est dédouané en disant que les instructions venaient de la présidence de la République. Mon avocat, Me Berton, est en possession de l'enregistrement de cette conversation.
On vous a aussi reproché d'avoir usurpé la fonction de conseiller présidentiel ?
Pourtant, tout le monde sait que j'étais le conseiller de l'actuel président, Hery Rajaonarimampianina (NDLR : surnommé «R»). Ancien sportif et boxeur, j'ai travaillé dans l'aéronautique à Toussus-le-Noble. Puis j'ai exercé dans le social. J'étais proche des équipes de François Mitterrand. J'ai aussi été directeur de la jeunesse à la mairie de Vigneux-sur-Seine (Essonne). A la fin des années 2000, j'ai été conseiller de l'ex-ministre socialiste Lucette Michaux-Chevry, en Guadeloupe. De là, j'ai monté ma société de consulting. J'ai travaillé pour plusieurs dirigeants africains, jusqu'à rencontrer en 2015 le président malgache.
Vos détracteurs vous qualifient de barbouze...
Je ne suis pas une barbouze. Je n'accepte pas ce terme. J'ai été embauché par le président pour former sa garde présidentielle. Soit 900 hommes sur les 30 000 de l'armée malgache. Il n'avait ni les moyens, ni la volonté de faire appel aux grandes puissances pour le faire. J'ai mis en place des techniques atypiques. Nous avons installé un hangar à avion, le «dôme», dans lequel les hommes s'exerçaient. Je les ai fait équiper de drones, et développé des entrainements à la fois efficaces et peu onéreux.
Et vous êtes devenu un intime du président ?
Oui. Nous étions très proches. Plusieurs fois par semaines, il venait visiter le dôme. Il adorait ça. Nous avions régulièrement des entretiens d'une heure trente environ, parfois plus. Voyez cette photo où il est en polo et short aux côtés de ma femme et ma fille. Très peu de gens peuvent se vanter d'une telle proximité. D'ailleurs, j'ai gardé tous mes badges et lettres d'accréditation. Qu'on ne vienne pas me dire que je suis un usurpateur.
Vous dites être tombé en disgrâce ?
J'ai dérangé des intérêts puissants, et me suis retrouvé au milieu d'une terrible guerre de clans. D'autres conseillers du président ont pris ombrage de cette intimité. L'un d'eux souhaitait que j'intervienne auprès du Président lorsque ce dernier a récupéré la licence de télévision Sky One pour en faire l'un des vecteurs de sa campagne. Je ne l'ai pas fait et l'intéressé m'en a voulu. Une première fois, sous la pression, «R» a mis fin à mon contrat de formation de la garde, fin 2016, tout en me demandant de rester à ses côtés. Début 2017, on m'a demandé de réfléchir à la protection de l'ethnie Karanes, qui tient les rênes de l'économie malgache, et est à ce titre particulièrement visée par les kidnappings. Je crois que c'est là que mon sort s'est scellé...
Craignez-vous aujourd'hui d'être extradé vers Madagascar ?
Non, car la France n'extrade pas ses nationaux. Dès mon retour, j'ai pris attache avec les équipes du président Macron. J'ai eu un accusé de réception, mais aucun retour officiel. Si j'étais coupable, je ne serais pas rentré en France. Je serais allé me cacher ailleurs en Afrique. Aujourd'hui, je dis aux autorités de mon pays, qui m'ont d'ailleurs très peu soutenu : si je suis coupable, prouvez-le. Autrement, laissez-moi tranquille.
Madaplus.info0 partages

Université d’Antananarivo : affrontement entre les étudiants et les éléments de force de l’ordre

L’Université d’Antananarivo était en effervescence. Les étudiants ont décidé de descendre à l’arrêt du bus pour démontrer leur colère face au retard de paiement de leur allocation de bourse d’études.
En effet, ils n’ont pas encore perçu les 4 mois d’allocation de bourse. Le Ministère de tutelle a promis de procéder au paiement le 8 de ce mois, or cela ne s’est pas encore fait jusqu’à maintenant selon les étudiants. Les forces de l’ordre n’ont pas tardé d’intervenir sur place afin d’encercler la manifestation. Des représentants du Ministère étaient venus sur le lieu. Ils ont expliqué que les procédures de paiement d’allocation de bourse sont en cours et le retard de la réalisation résulte de la priorisation de la prise en charge de la peste. Mais cette entrevue entre les deux entités n’a pas empêché la manifestation estudiantine.
Ino Vaovao0 partages

AMPASINA - MANINGORY : Tovolahy tratra ambodiomby nangalatra lavanila

Tao amin’ny Fokontany Andapa Kaominina Ampasina-Maningory Distrikan’i Fenoarivo-Atsinanana no nisehoan’izany, ny alin’ny zoma 12 janoary tamin’ny 10 ora alina. Noheveriny ho tsy misy mpiambina ilay sahan-davanila. Nisitrika tsy lavitra teo anefa ny tompony, ka izao nosamborim-potsiny izao ilay mpangalatra. Izy izay nilaza fa amidiny 20 000 Ariary ny iray kilao ka ao amin’ny Fokontany Terrain, Mayer Fenoarivo-Atsinanana no voalaza fa misy mpividy.

Natolotra  avy hatrany ny borigadin’ny zandary ao Fenoarivo- Atsinanana ity tovolahy mpangalatra lavanila tratra ambodiomby ity.

Nanamafy ny fiambenana

Miady fatratra amin’ny halatra lavanila maitso ireo tantsaha ao anatin’ny Distrikan’i Fenoarivo-Atsinanana amin’izao fotoana izao. Fatiantoka goavana mantsy ny fisian’ny halatra ary na dia tratra aza ilay lavanila dia tsy misy azo atao satria tsy mbola matoy no sady tsy mbola misokatra ny taom-piotazana ofisialy ka dorana no iafarany. Manoloana izany indrindra, dia manamafy ny fiambenana avokoa ireo tantsaha mpamokatra.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

SAMBO NITONDRA SOKATRA : Notsoahina teo am-pelatanan’ny Polisy ny raharaha ka natolotra ny Zandary

Mpanao gazety roa mianadahy no voaantso natao famotorana teny amin’ny Biraon’ny Zandary tao an-toerana, omaly maraina, mikasika ity tranga ity satria izy ireo no voalaza fa nahazo loharanom-baovao voalohany sy nahita maso ny fanisana ireo sokatra velona izay niisa 282. Rehefa tonga teny am-pelatanan’ny Sampan-draharahan’ny tontolo iainana kosa dia nilaza izy ireo fa 217 isa.

Niovaova hatrany ny tarehimarika amin’ny tena isan’ireo sokatra velona. Tsy nipetra-potsiny anefa ireo mpanao gazety roa fa niroso tamin’ny fanadihadiana lalina manoloana ny fihenan’ireo biby atahorana ho lany tamingana. Nandray andraikitra avy hatrany ireo solontenam-panjakana sasantsasany tao an-toerana ka niroso tamin’ny fivoriana, ny sabotsy teo, niarahana tamin’ireo olona mifandray mivantana amin’io raharaha io. Tapaka nandritra izany ny fanolorana an-tanana ny zandary ny raharaha ary ireo mpanao gazety roa nantsoina voalohany natao famotorana nanazava ny zavatra hitan’ny mason’izy ireo. 

Noho izany dia mafampana tanteraka ny mahakasika ny fanjavonan’ ireo sokatra 59 isa ireo ao Morondava ankehitriny ary ahiahiana ho maromaro ny olona voasaringotra. Raha tsiahivina dia ny talata 9 janoary teo no nahatratrarana sambo nitondra sokatra an-tsokosoko tao amin’ny ranomasin’i Morondava. Fantatra fa avy any Maintirano hitondra ireo biby hihazo an’i Mahajanga ilay sambo ka nafefiky ny rivotra tany Morondava. Ny mponina teny amin’ny manodidina nampandre ny mpanao gazety noho ny fisiana fofona maimbo tamin’io sambo io ary izy ireo kosa nampandre mpitandro filaminana hahazoana fahazoan-dalana misava ny sambo.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

MANAKARA : Tafakatra 4000 Ariary ny kilaon’ny legioma amin’izao fotoana izao

Tafakatra 4000 Ariary ny iray kilao amin’ny karaoty sy ovy any an-toerana raha toa ka 1200 Ariary sy 1800Ariary izany teo aloha. 

Nisy fiantraikany eo amin’ny fiainan’ny mponina any amin’iny Distrika ny fandalovan’ny rivo-doza iny. Ankoatra izany dia nahitana fidanganany ihany koa ny vidim-piainana ankapobeny any an-toerana amin’izao fotoana anefa azo lazaina fa mora fiainana i Manakara teo aloha. 

Voalaza fa noho ny fahatapan’ny lalam-pirenena fahafito izay fitaterana ireo vokatra fa indrindra ny legioma avy ao Antsirabe sy Ambositra no tena nampidangana ny vidina legioma ao Manakara ity. Voatery ny legioma avy ao Fianarantsoa mamatsy any an-toerana ankehitriny, araka ny vaovao azo. Mitaraina noho izany ny mponina any an-toerana manoloana ny fanararaotana ataon’ireo mpivarotra fa indrindra ny mpaka legioma ambongadiny.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

BEFASY - MORONDAVA : Iray maty, olona 5 naratra mafy notifirin’ny dahalo

Nandritra ny fanafihana tao an-toerana. Omby miisa 60 mahery sy sarety am-polony ihany koa lasan’ireo malaso tamin’izany, araka ny fampitam-baovao voaray. Voalaza fa omaly maraina vao nisy fiara avy ao Morondava nidina any an-toerana hitaterana ireo naratra hamonjy hopitaly, ka hatreto mbola tsy fantatra mazava ny fahasalaman’ireo naratra ireo tamin’ny ora nanoratanay. Noho ny tsy fisian’ny sarety na fitaovana nitondrana ireo niharan-doza satria lasan’ireo dahalo avokoa ny sarety tao amin’io Fokontany notafihin’izy ireo. 

Andian-dahalo 25 lahy nirongo fitaovam-piadiana niditra an-keriny tao Ankiliabony ka avy hatrany dia nanapoaka basy izy ireo, ka nikoropaka nivoaka trano nandositra ireo mponina. Notatazan’ireo olon-dratsy tamin’ny tifitra variraraka ireo mponina nivoaka trano, ka olona efatra no voa tamin’izany fa vehivavy iray kosa voakapa famaky teo amin’ny hatony. Voalaza fa filoha lefitry ny Fokontany ny iray tamin’ireo voatifitra ary vehivavy ity farany. Tafaporitsaka ny ankamaroany tamin’ireo vahoaka tao an-toerana, ka nanao izay daniny kibony ny dahalo.

Omby 60 mahery sy sarety am-polony sy entana izay lafo vidy lasan’ireo malaso, araka ny fampitam-baovao azo. Voalaza fa nataon’ireo dahalo nitondrana ny entana nangalariny ireo sarety. Araka ny vaovao azo dia mahazo vahana hatrany ny halatr’omby any amin’iny Distrika Morondava iny ankehitriny.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FITOKONAN’NY MPIANATRY NY ONIVERSITE : Mihenjan-droa ny tady

Nanambara ny mpampianatra fa ny mpandraharaha sy ny mpampianatra no mifidy ny filohan’ny oniversite. Manana ny fahaleovan-tenany manokana ny oniversite, ka tsy tokony hitsabahan’ny olona hafa. Tsy maintsy mitohy ny fampianarana, hoy ireo mpampianatra, tahaka izany koa ny fanadinana sy ny fanohanana voka-pikarohana isan-karazany. 

Betsaka ireo mpianatra tonga nianatra tamin’ny fisokafan’ny fianarana teo, taorian’ny nihidiany nandritra ny herinandro maromaro noho ny korontana nisy teny amin’ny oniversite Ambondrona. Ny mpampianatra sy ny mpandraharaha kosa no manana zo hifidy, hoy ny mpampianatra manoloana ny fitakian’ireo mpianatra mitokona sy ny ray aman-dreniny mitaky ny fialan’ny filohan’ny oniversite. Noho izany dia toherin’izy ireo amin’ny heriny rehetra io fikasana io. “Tsy manaiky ny hampidirana resaka politika amin’ny fampianarana izahay”, hoy hatrany izy ireo. 

Nilaza kosa ireo ray aman-drenin’ny mpianatra mitokona fa manana ny toerany eo amin’ny fitantanana ny oniversite izy ireo, satria amin’ny sampam-pampianarana miisa 12 dia telo ihany no tsy andoavam-bola. “Niezaka nanatona ny filohan’ny oniversite izahay, hoy izy ireo, fa tsy noraisiny mihitsy”. Rehefa hihenjana ny oniversite, hoy hatrany izy ireo, dia hihenjana koa izy ireo. Nambaran’izy ireo fa tsy izy ireo no nampiditra olona hafa voalohany tamin’ny raharahan’ny oniversite fa ny mpandraharaha no nitondra milisy. 

Nambaran’ity ray aman-dreny ity hatrany fa tsy ireo mpianatra no nanimba zavatra sy nangalatra tao amin’ny campus fa ireo olona nampidirin’ny mpiasan’ny oniversite. Rehefa niditra tao amin’ny Campus ireo andian’olona ireo dia nandositra tany amin’ny “champs de tirs” ny mpianatra, hoy hatrany ny fanazavany. Misy koa ireo manome tsiny ny mpitandro filaminana amin’ireo ray aman-drenin’ny mpitokona, milaza fa tsy natao hanararaotam-pahefana ny maha mpitandro filaminana. 

Ny oniversite moa efa nametraka ny Codis ahafahan’ireo mpianatra voampanga mitondra fiarovan-tena saingy tsy navelan’ireo ray aman-dreny nanatrika izany izy ireo. Fihaonana amin’ny tompon’andraikitra hatrany no notakian’ireo ray aman-dreny, hanaovana ny heveriny fa fandaminana, satria tsy manaiky io Codis io mihitsy izy ireo na inona fanazavana na inona. Ny mpitantana ny oniversite anefa tsy manokatra sehatra hafa ifampidinihana ankoatra ny efa napetraky ny lalàna, ary vonona ny hampihatra ny lalàna hatramin’ny farany. Amin’ity indray mitoraka ity dia tazana fa miray hevitra ireo mpampianatra rehetra sy mpandraharaha ao amin’ny oniversita ary miara-manohana ny filohan’ny oniversite. Ho an’izy ireo dia tsy ekena ny fanakorontanana ataon’ny mpianatra vitsy an’isa. Ho hita eo ny tohiny

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

AMBILOBE - VOHEMAR : Herinandro no anaovana ny lalana 152 km ankehitriny

Mandritra ny main-tany dia vovoka sy lavadavaka no sedrain’ny mpampiasa lalana fa rehefa fotoam-pahavaratra indray dia ranobe sy godra mandraikitra efa tsy lazaina koa ny lavadavaka hidabahan’ny rano. Na ireny fiara tsy mataho-dalana ireny dia mahita fahasahiranana raha ohatra latsak’orana. 

Lalana mirefy 152 Km eo ho eo no atao anatin’ny iray andro amin’ny fotoana maina fa mandritra ny asara tahaka izao kosa indray dia mahatratra herinandro no eny an-dalana ireo mpandeha.

Araka ny vaovao dia mahatratra hatrany amin’ny 130 000Ariary ny manarama moto mankany Vohemar avy ao Ambilobe, raha 50000Ariary avy ao Ambilobe mankao Betsiaka. Voatery mampiasa moto ireo mpandeha amin’izay tsy mandany herinandro an-dalana satria andro iray ihany dia efa tonga any Vohemar.

Hatramin’ireo ao anatin’ny Kaominina ambanivohitra ao anatin’ny Distrikan’ Ambilobe dia mahita fahasahiranana mandritra ny fotoam-pahavaratra tahaka izao. Trakitera, moto, bisikileta, moto ny fitaovam-pitaterana ampiasain’ny maro. Ankoatra ireo mpampiasa lalana dia mahita fahasahiranana ihany koa ireo mpianatra madinika satria dobo ny lalana noho ny fisian’ ny ranobe ka tsy marisika mandefa ny zanany an-tsekoly ireo ray aman-dreny. Misoroka ny loza mety hitranga vokatr’izany eo ihany koa ny fiakaran’ireo voay entin’ny ranobe indraindray.

Amin’ny fotoam-pahavaratra tahaka izao dia tsy vitsy ireo mpandeha no voatery miaraka amin’ny sambo lehibe na koa vedety raha avy aty Antsiranana. Ity fitaterana an-dranomasina farany dia ao amin’ny Kaominina Ambolobozikely Distrikan’i Diego II no seranana fiaingana raha miala aty avaratra mankany Vohemar. Manodidina ny 60 000Ariary ny saran-dalana ary tsy mahazaka entana maro.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

ANTANANAMBO-FANANDRANA : Ora valo no niandrasan’ny mpianatra ny minisitra Paul Rabary

Ho an’ny sokajin’olona nanatri-maso, dia tsy dia nampaninona loatra ny fahatongavan’ireo mpianatra tao amin’ny Fokontany Antanambo Kaominina Fanandrana, Distrikan’i Toamasina Faharoa hitsena ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena Paul Rabary, ny alahady 14 janoary lasa teo. 

Ny momba ireo trano fianarana simban’ny rivo-doza mantsy no antony nahatongavany tany. Ny sekoly ao an-toerana izay nahitana fahasimbana maro vokatry ny fandalovan’ny rivodoza Ava farany teo. Tamin’ny 8 ora maraina, dia efa nasaina tonga maro tao amin’ny Epp Antananambo ireo ankizy mpianatra. Niandry, niaritra hanoanana ireo ankizy mpianatra. Ora valo taorian’io anefa vao tonga tao an-toerana ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena. Izany hoe tamin’ny 4 ora tolakandro. 

Nanolotra labasy roa avy tamin’ny Unicef hatao trano fianarana vonjimaika. Nanome toky amin’ny hanorenana efitrano sekoly vato ao amin’ny Epp Antananambo ihany koa ny minisitra Paul Rabary. Fanorenana efitrano sekoly izay ny FID no mpiara-miasa amin’ny minisitera. 

Ankoatra io tao Antananambo io, dia tonga nijery ny takaitra navelan’ny rivodoza Ava tao amin’ny Lisea Jacques Rabemananjara Toamasina koa ny minisitry ny Fanabeazam- pirenena, ny andron’io alahady 14 janoary io hatrany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

TELMA SUPERCOUPE : Nandiso fanantenana ny mpitia kitran’i Mahajanga ny Fosa Juniors

Lalao mandroso no notontosaina ka nifanandrinan’ny Cnaps sy ny Fosa izao. Nisaraka samy tsy nitoko 0 noho 0 ny roa tonta tamin’izany, izay nilazan’i Typé tamin’io lalao io fa fahombiazan’izy ireo iny lalao mandroso iny. Nampanantena vokatra tsara lavitra mihotra ny vita teto Mahajanga mandritra ny lalao miverina hatao ny sabotsy 20 janoary izao ao aminy kianja complexe Sportif  Cnaps Vontovorona Antananarivo. 

Hampitombo ny herijikan’izy ireo ny hampiantranoany io lalao miverina afaka herinandro, noho izy hilalao eo an-jaridainany, hiampy ny fanohanan’ireo mpanohana azy, izay hery faharoa hanampy ny mpilalao eny ambony kianja ihany koa izany, hoy hatrany i Maitre Typé. Somary nanohina ny mpitia baolina kitra, izay nifanitsakitro tao amin’ny kianja Rabemananjara ary nanakianan’ireo mpankafy ny mpilalaon’ny Fosa ny nandaharan’ilay mpanazatra Hollandais an’i Dax sy Julieny, izay nampitazonina ny toeran’ny “extreme”, izay tsy tokony ho izany mihitsy, araka ny fihevitr’izy ireo. 

Ankoatra izay dia ny tsy nampilalaovina ireo mpilalao sasany nisongadina nahafahana nandresy ’ny Cosfa farany teo ihany koa teo aminy fizaràm-potoana voalohany. Ny fikorontanana kely teo aminy fandaharana ireo mpilalao izay nahazendana ny maro no nambaran’ireo mpitia ny kitra eto Boeny ho fositra ny tsy nahombiazan’ny Fosa junior tamin’iny lalao mandroso natao ny alahady 14 janoary teo teto Mahajanga iny. 

Na izany dia efa eo anadalam-panarenana ny lesoka hita ka mampanantena vokatra tsara mandritra ny lalao miverina izay miandry azy ireo any Antananarivo io ny ekipan’ ny Fosa ny Boeny. 

INVMGA.

Tia Tanindranaza0 partages

The CranberriesNodimandry i Dolores O’Riordan

Nodimandry omaly tany Londres , teo amin’ny faha 46 i Dolores O'Riordan, mpamoron-kira sady mpihira ao anatin’ilay tarika Irlandais The Cranberries, izay tena nanana ny lazany tokoa maneran-tany tamin’ny taona ’90.

In-droa nitrangana asa fampihorohorona tany Irak omaly. Olona 2 nanao vy very ny ainy no nanapoaka tena tao Bagdad renivohitra, ka olona 26 no maty ary 90 mahery no naratra raha ny tatitry ny tompon’andraikitry ny Fahasalamana any an-toerana dokotera Abdel Ghani al-Saadi.

Nanambara ny filoha Tiorka Recep Tayyip Erdogan fa tsy hamela ary  hanakana ny fitobiana andian-tafika ao amin’ny sisintany mifanila amin’i Sirya .Voalaza moa fa tohanan'ny Amerikana ity vondron-tafika izay ahitana miaramila Kurde , sokajian’ny fanjakana Tiorka  ho mpampihorohoro

Mila  vola hatramin’ny 430 tapitrisa dolara amin'ity taona 2018 i Afghanistan mba hahafahana manampy olona efa ho 3 tapitrisa mila vonjy sy fanohanana. Tatitra manokana avy amin’ny Firenena Mikambana moa izany.

Nandritra ny valandresaka nataon’ny Ben’ny tananan’i Bordeaux Alain Juppé dia nilaza izy fa tsy mandoha ny latsa-kemboka taona 2018 ao amin’ny antoko « Les Republicains » izay misy azy. Ary nanambara ihany koa izy fa tsy nandoa ny taona 2017, Nilaza nandao ny fiadidian'ny Federasionan'ny Les Républicains any Gironde koa izy, ary hiomana amin’ny fifidianana Eoropeanina amin'ny taona 2019

Tia Tanindranaza0 partages

KABINETRAN’NY MINISITERA

Nitarika fivoriana voalohany niantsoana ireo tale kabinetran’ny minisitra rehetra ny tale kabinetra vaovaon’ny filoham-pirenena, Randrasana Eric omaly teny amin’ny Lapan’Ambohitsorohitra.

 Nivoatra tamin’ny fanambarany ny fanamafisana ny fiaraha-miasa sy fanatsarana ny fomba fiasa, ary indrindra ny tanjona iraisan’ny minisitera rehetra dia ny fampandrosoana ny firenena, araka ny nambarany. Notsipihiny manokana fa ny mpanatanteraka, dia mila mifantoka tanteraka amin’ny famonjena sy ny fanarenana ny firenena ary ny fampandrosoana, indrindra fa manoloana ny firenena avy nolalovan’ny rivodoza namotika zavatra maro izao. (Randrasana Eric)

Nohamafisiny fa tena ilaina ny fifandraisana amin'ny gazety mba tsy haha tompon-trano mihono ny vahoaka manoloana ny ataon’ny governemanta, indrindra mba hahafahan’ny mpanao gazety mahazo loharanom-baovao  tsara eny ifotony.

ORINASA AMBATOVY

LALAM-PIRENENA FAHA-34

Mitohy ny fahorian’ny mponina sy ny mpampiasa ny lalam-pirenena faha-34 Antsirabe-Morondava noho ny fahatapahana any amin’ny tetezana any akaikin’Ankazomiriotra, andrefan’i Betafo. Mitohy ny fampiasana tohatra hahafahana midina sy miakatra ao anaty hantsana noho ny andry nitazona ny tetezana nofaohin’ny rano, izay tsy mbola voaarina hatramin’izao. Velon-taraina ny olona satria ny faran’ny herinandro teo dia nisy ny olona nianjera ary tapa-tànana mihitsy araka ny fampitam-baovao. Milaza kosa ny fanjakana amin’ny alalan’ny Minisiteran’ny asa vaventy, fa hovitaina amin’ity herinandro ity ny fanarenana.

FIFIDIANANA

Tsy ampy 500 000 ny mpifidy vaovao voasoratra ao anatin’ny lisi-pifidianana hoy ny filoha lefitry ny CENI Thierry Rakotonarivo raha toa ka tiana ho tratra ilay mpifidy 10 tapitrisa araka ny vinavina napetraka.Hivoaka amin’ny 15 aprily 2018 ny lisipifidianana farany.

AMBOHITRAHARAHABA

Mampitaraina ny mponina amin’izao fotoana izao ny fisian’ny fako tsy lavitra ny fiangonana, izay mivangongo tokoa amin’izao fotoana izao. Raha ny fanazavan’ny mponina dia efa talohan’ny krismasy no nisy naka farany ny fako, ary dia mivangongo ao hatramin’izao. Manao antso avo amin’ny kaominina Ankadikely Ilafy noho izany ny mponina.

CLAUDINE RAZAIMAMONJY

Toa navalon’ny taona 2017 ny raharaha Claudine Razaimamonjy; ny re fotsiny dia hoe nampitomboina enim-bolana ny fitanana am-ponja vonjimaika azy ary nisy ny fotoana vao tsy ela izay nanadihadiana azy saingy tsy misy fanampim-baovao hafa.Ny vali-teny azon’ny mpanao gazety matetika dia ny hoe mifonja soamantsara any Manjakandriana izy miandry ny fitsarana azy ka ampifahantaraina eny ihany ny daty.

FFKM

Hiverina amin’ny Mgr Samoela Jaon Ranarivelo, Filohan’ny Fiangonana Anglikaninana (EEM) ny fitantanana ny FFKM (Fiombonan'ny Fiangonana Kristiana eto Madagasikara) manomboka ny 20 janoary 2018 izao. Tsara ny manamarika, fa miova isan-taona ny fitantanana azy io, ary miodikonkodina eo amin’ireo filoham-piangonana mpikambana.

 

Tena tsy ampy ny hetsika sy fanentanana nataon’ny mpanao politika ny olom-pirenena momba ny lisipifidianana ka mety ho izay, hatreto aloha no tsy mampazoto ny olona hanamarina ny anarany eny amin’ny fokontany.Tsy afa-miala amin’io koa anefa ny fanjakana izay mikaviavia foana isaky ny misy zavatra liana serasera matotra sy misandrahaka atao.

ANTENIMIERAM-PIRENENA

Tsy mbola misy resaka hatreto ny fampiantsoana fivoriana tsy ara-potoan’ny antenimieraam-pirenena, na dia efa nintalaho mafy ny tokony hanaovana izany aza nandritra ny lanonana teny Iavoloha ny 5 janoary lasa teo i Jean Max Rakotomamonjy, filohan’ity andrim-panjakana mpanao lalàna ity.Ny  lalàm-pifidianana moa no ho dinihana mandritra io fivoriana io.

TOAMASINA

Tena mbola goavana ny asa miandry amin’ny fanarenana an’i Toamasina taorian’ny fandalovan’ny rivo-doza AVA.Maro be ireo olona mbola miezaka manarina ny trano fonenan’izy ireo hatramin’izao, ary na ny rano aza dia tsy nidina amina faritra maro ao Toamasina I sy II ka manahirana ny asa.Ny orana koa moa mbola avy ihany, tahaka ny omaly.

 

ANKAZOABO ATSIMO

Tamin’ny fanarahan-dia nataon’ny miaramila BIA 60 sy zandarin’ Ankazoabo mikasika ilay halatr’omby 100 tao Ankazoabo atsimo dia nisy ny fifandonana tamin’ny  dahalo tao Mamakiala, Kaominina ambanivohitr’ Andranoboka ny 13 janoary 2018 tamin’ny 02 ora tolakandro. tafaverina avokoa ireo omby 100 ary nandositra ireo dahalo ary tsy nisy ny aina nafoy na naratra na ny andaniny na ny ankilany. Naverina tamin’ny tompony avokoa ireo omby, raha ny fampitam-baovao. 

MORAFENOBE

Dahalo 06 mitondra FC 03 no nandroba  omby 14 ana mponina antsoina hoe Tsimiova Zalina ao Andramy ny 12 janoary 2018 tamin’ny 10 ora alina. Nanao fanaran-dia ny zandary sy ny fokonolona avy ao Andramy ka nisy ny fifandonana tamin’ny dahalo ny 13janoary teo tokony ho tamin’ny 01 ora sy sasany atoandro tao amin’ny kizo Belomay, fokontany Soatana, kaominina ambanivohitra Andramy. Tafaverina avokoa ny omby 14 saingy maty ny 01 ary dahalo iray no maty.                                            

AMBATOBOENY

Jiolahy 04 mitondra zava-maranitra no nandroba ny tsenan’ny mponina iray atao hoe Tsaravelo ka voafiran’ny fibara ny loha sy ny lamosin’ny tompon’ny tsena ary ny vadiny kosa tafatsaoka sy niantso vonjy saingy tsy nisy nivoaka ny manodidina ny 13 janoary 2018 tamin’ny 11 ora sy sasany alina tao Manongarivo, Manerinerina. Maty noho ny ratra nahazo azy  ilay rangahy ary voaroba ny vola 600,000Ariary sy finday 02 ary Sub-woofer 01. Nidina teny an-toerana ny zandary avy ao amin’ny borigady Manerinerina nanao ny fizahana sy fanadihadiana ka mitohy ny fikarohana. 

ANTSIRABE II

Jiolahy 04 mitondra zava-maranitra no nanakan-dalana sy nandroba olona 2 antsoina hoe Razakaria Narisoa William sy Rakotonirina Roger ary nidaroka azy ireo izay samy ho any Ibity hividy vatosoa ny 14 janoary 2018 tamin’ny 11 ora sy atoandro teo amin’ny RIC mampitohy Vinanikarena sy Ibity, fokontany Andriamampandry. Nanofa moto izy roalahy ka nanao taingin-telo niaraka taùmin’ilay tompona moto fa ny nitondra ny moto kosa tsy nokitihin’ireo jiolahy. Naratra izy 02 lahy ary voaroba ny vola 1 000 000Ar sy finday 02 ary vatosoa (tourmaline) miteti-bidy 750 000Ar ary nanaovana fanadihadiana avy hatrany moa ny mpamily ny moto ary natao ny fikaraohana ireo nahavanon-doza ka ny PA Manandona no misahana ny raharaha.            

TSARATANANA

Voasambotry ny tariky ny EMMO/DIST tao amin’ny Tsenan’i Tsaratanana ny jiolahy raindahiny antsoina hoe Randrianantenaina Fidison na Fidy ny 11 janoary 2018 tamin’ny 10 ora sy sasany maraina. Isany nandray anjara tamin’ny  doro-tanàna tany Ankisatra, kaominina ambanivohitr’i Keliloha, sy nanafika tranombarotra 04 tao Tsaratanana ny 29 novambra teo ka rehefa nentina hikaroka ny namany izy dia nitsoaka teo an-tsenan’omby amin’ny lalana makany Tsararano ary na dia teo ary ny fampijanona azy naverimberina tamin’ny feo avo dia tsy nety nijanona izy ka voatery nitifitra ireo tariky ny EMMO/DIST.Voa ka tsy afa-nanohy ny diany sy ny asa ratsiny intsonyio jiolahy rain-dahiny io. Nidina teny an-toerana ny dokotera sy avy ao amin’ny borigadin’i Tsaratanana nanao ny fizahana ny razana ary natolotra ny sefo fokontany  Ambany Avaratra.

                                       

 

                      

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

CNTEMADHanomboka hampiasa ny « Logiciel ENT »

Hanomboka hampiasa ilay logiciel ENT « Environnement Numérique de travail » amin’izay amin’ity taona 2018 ity ny oniversitem-panjakana CNTEMAD manerana ny Nosy,

 

fanatsarana izay efa noketrehina tao anatin’ny taona vitsy. Logiciel natao hanamorana ny fifandraisan’ny mpampianatra sy ny mpianatra, ireo tompon’andraikitry ny sekoly sy ny mpianatra… io logiciel io, manana tanjona hanatsara hatrany ny fari-pahaizan’ilay mpianatra sy ny mombamomba azy, ny fifandraisana eo amin’ny roa tonta raha araka ny fanazavan’Atoa  Djohary Andrianambinina, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ity oniversité iray ity. Ankoatra izay dia efa milamina soa aman-tsara ihany koa ny fiaraha-miasan’izy ireo amin’ny M Vola amin’izao entina hisorohana ny filaharam-be tsy maintsy hataon’ny mpianatra eny amin’ny amin’ny banky amin’ny fandoavana ireo karazana vola ilaina hahafahana miatrika ny fianarana….Tsy misy intsony ny ahiana hoy Atoa Djohary  Andrianambinina, raha tsy natao  ho an’ireo tanora eto an-drenivohitra ihany ny sekoly fa efa miparitaka manerana ny Nosy. Mbola mitohy moa ny fisoratana anarana eo anivon’ny CNTEMAD amin’izao  raha miisa valo ihany koa ireo karazana lalam-piofanana azon’ny mpianatra safidiana sy hianarana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fifandonana teny AnkatsoPolisy iray naratra mafy

Ny hisavorovoroan-kilatoana marina ve sa dia efa lasa fomba amam-panao isan-taona ny grevy eny amin’ny oniversitem-panjakana eto Madagasikara vao mivoaka ny vatsim-pianarana ?

  Nirefotra ny lakrimozenina teny Ambohitsaina omaly, nifandona indray ny mpianatra sy ny mpitandro ny filaminana avy ao amin’ny Emmo reg. Mpitandro ny filaminana  (polisy) iray no fantatra fa naratra voatora-bato teo amin’ny lohany ary somary voa mafimafy ihany. Nifampitaona vao maraina manoloana ny DEGS sy ny “Esplanade” ireo mpianatra nifampidinika ny amin’ny tokony hatao manoloana ny fahataran’ny fandoavana ny vatsim-pianarana 4 volana ambiny. Nisy mantsy ny fampanantenana fa hivoaka ny 8 janoary ny tetiandro hizarana azy io, saingy inona akory no teo  ? Tapaka ary ny hevitra fa hidina eny amin’ny fiantsonan’ny Taksibe 119 manoloana ny fidirana ny oniversite izy ireo. Ny nahatongavan-dry zareo teo no ela dia efa nigadona koa ny emmo-reg nanosika azy ireo hiverina hiditra tao amin’ny faritry ny oniversite, nisy ny dinika fohy nifanaovana tamin’ny iraky ny minisiteran’ny fampianarana ambaratonga ambony, saingy tsy dia nisy vokany fa raikitra ihany aloha ny tora-bato sy daroka baomba mandatsa-dranomaso. Nifanindran-dalana tamin’izay, nanao hetsi-pitakiana koa ny teny amin’ny Sekoly ambony “Polytechnique” teny Vontovorona, ka raikitra ny fanakan-dalana. Vitan’ireo mpianatra mihitsy no nibata ny fatina fiara efa potika nentina nanehoana izay tsy fahafaliana izay, ary tonga teny an-toerana ihany koa ny Emmo reg, ka nisy ny fifandresen-dahatra tao anatin’ny hafanam-po. Nisy moa ny fihaonana sy ny fifampidinihana notarihin’ny filohan’ny oniversite Ramanoelina Panja, ireo Sojaben’ny fakiolte sy talen’ny sekoly fampianarana ambaratonga ambony sy ireo filohan’ny fikambanan’ny mpianatra tao amin’ny “Salle des Présidents” tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany. Nivoaka ny fehin-kevitra niaraha-nanasonia fa havoaka amin’ity herinandro ity ny tetiandro andoavana ny vatsim-pianarana. Araka ny lalàna mifehy ny famoahana ny volam-panjakana dia ny volana nianarana no andoavana vatsim-pianarana. Maty indray aloha izany ny afo, ary tapitra hatreo indray ny grevy.

Toky R sy RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fandraharahana sy toekarena“Ny vahiny no omena tombondahiny eto”

Izao akaiky fifidianana izao ve vao mody manovokovoka. Ianao rehefa manaiky hitondra fanjakana, dia manaiky hamaha ny olana eo amin’ny vahoaka, manaiky hampandroso ny firenena izay tantaninao, hoy kosa ny filohan’ny Antoko Miray Razakanirina Mahafaritsy Samuel.

 

 Ianao dia tsy manana fialan-tsiny intsony satria alohan’ny hahatongavana eo dia fantatra hoe misy olana. Ianao izany manaiky hanompo sy hiasa ho an’ny firenena, fa ny fandraisana andraikitra no zavatra hitako tsy ampy eto amin’ny firenena na koa tsy dia mipetraka tsara ilay fahefam-panjakana, na koa tara eo amin’ny fanapahan-kevitra, tara eo amin’ny fandraisana andraikitra, tara eo amin’ny fanazavana ny zava-misy eto amin’ny firenena, hoy izy. Mikasika ny toekarena sy ny fandraharana moa dia nambaran’i Mahafaritsy Samuel fa omena tombondahiny manokana ny mpandraharaha vahiny. Ny mpandraharaha avy any ivelany anefa mitondra ny volany hitady tombony. Hitady toerana ahitana olona azo karamaina mora no tena ataony. Raha manarama vazaha iray izao izy, dia mety ho Malagasy 100 na 80 no karaman’ny iray, saingy tsy mba omena ny Malagasy izany, hoy izy. Ny zavatra havelany eto rehefa miala izy, dia ny fotodrafitrasa izay tsy ho azo kitihina sy ny famoronana asa amin’ny fanaramana mora. Ny mpandraharaha Malagasy kosa eto ny volany sy ny harenany, izany hoe mampitombo ny famokarana, izay midika fa mampitombo ny harin-karena. Tokony ho ny mpandraharaha Malagasy no tohanan’ny fitondram-panjakana bebe kokoa, ary handrafetana politika manokana mba hahafahany mampandroso ny firenena, hoy Razakanirina Mahafaritsy Samuel. Toa ny mamingana sy manakatona ny orinasa Malagasy anefa no tena maha mailaka ny fitondram-panjakana ankehitriny.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mandraka RN 2Fiarabe iray nibahan-dalana

Tapaka tanteraka ny lalana ao Mandraka hatramin’ny omaly hariva nanoratanay.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo sy ny manodidinaTsy afaka amboteiazy intsony

Tena mampitaraina ny mponin’Antananarivo sy ny manodidina ankehitriny ity resaka fitohanan’ny fifamoivoizana na amboteiazy lavareny isan’andro.

Tia Tanindranaza0 partages

Izay tsy faly mibontsina

Ho an-terisetra hatramin’ny farany ve izany no hanatontosana ny zava-drehetra mba ho tombontson’olom-bitsy ao anatin’ny 5 taona manaraka indray? Tsaroana ny fianianan’ny filoham-pirenena ankehitriny teo anatrehan’Andriamanitra Andriananahary sy ny vahoaka Malagasy nialohan’ny nandraisany fahefana 4 taona lasa izay.

 

 Hikatsaka ny tombontsoa ho an’ny vahoaka Malagasy rehetra aho, hoy izy izay. Ankehitriny mipetraka ny fanontaniana. Tena samy nahazo ny anjara tombontsoany tao anatin’izao fitondrana izao tokoa ve ny Malagasy tsy an-kanavaka? Sao dia ireo vahiny mpiara-miombon’antoka navela higalabona amin’ny tanin’ny Malagasy sy ny hareny, eny ny fihariany mihitsy, tahaka ny sinoa sy karana ary tiorka no miara-migalabona amin’ny fitondrana amin’ny fitavanana izany tombontsoa izany? Sao dia ireo namana akaiky ny mpitondra sy ny fianakaviany? Na eo aza anefa izany, sahin’ny fitondrana ankehitriny ny milaza fa be ny efa vita ary mitohy ny fisandratana. Sao dia terena ho ekena hoe hitohy ny tena marina? Tahaka ny nanerena ny fametrahana ilay sata mifehy ny fifandraisana sy ny nanerena ny minisitry  ny fambolena teo aloha ho lasa filohan’ny antenimieran-doholona ihany koa ve izany no hanerena ny fifidianana tsy maintsy hisy ka handaniana indray ny filoha ankehitriny? Firifiry moa izay rafitra isan-karazany nitaky ny hamoahana amin’izay ny kalandarim-pifidianana izay fa tonga amin’ilay fitenenana fahiny angamba izy ity hoe “ izay tiako ihany io ka izay tsy faly mibontsina”.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby Gold Top 8Ftm sy Stm ary Cosa sy Usa no hifandona amin’ny 1/2 –dalana

Vokatry ny andro faha-3 n’ny lalao rugby à XV “Gold Top 8” notontosaina teny amin’ny kianja Makis teny Andohatapenaka ny alahady 14 janoary 2018 dia fantatra ankehitriny ireo fileovana hiatrika ny 1/2-dalan’ity fifaninana ity izay ho tontosaina ny alahady 21 janoary izao eny Andohatapenaka ihany

Tia Tanindranaza0 partages

Boxe ChinoiseNiverina any Frantsa Randriamalaza Jean Christian

Nandao an’i Madagasikara ka nitodidoha any Frantsa fonenany rehefa nandalo teto andro vitsivitsy (10 andro teo ho eo) ilay Malagasy nibata im-balo ny anaram-boninahitra Tompondaka eran-tanin’ny Boxe Chinoise.

Tia Tanindranaza0 partages

Taranja basketyNamoaka mpanazatra 13 mianadahy ny FFPRO Antsirabe

Namoaka mpanazatra na “Coach” ho an’ny taranja Basket-ball ny klioba FFPRO Antsirabe. Niisa 13 mianadahy ireo indray navoaka ny sabotsy 13 janoary lasa teo, tao amin’ny Hotel de Thèrmes.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Razafiarivony AngelotNibata ny « Prix PAISAC » basikety

Lasan’ilay “Instructeur FIBA Afrique" Malagasy, Razafiarivony Solofohery Angelot, ny loka natolotry ny STESAM avy amin’ilay fifaninanana “Prix ¨PAISAC”

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

RajaonarimampianinaHanao asa maro any amin’ny faritra Zafimaniry

Ny faritra misy ny mponina Zafimaniry no toerana nanombohan’ny filoham-pirenena ny fitsidihana ofisialy ivelan’ny renivohitra tamin’ity taona 2018 ity.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tovovavy 14 taona niala tao an-tranonyTsy hita popoka izay misy azy

Tovovavy kely iray vao 14 taona antsoina hoe Razafindrahanta Hariniriantsoa Nancy monina eny Avaradoha no tsy hita popoka nanomboka ny sabotsy 13 janoary lasa teo tamin’ny 4 ora nialany tao an-tranony.

 

Nametraka fitaraianana mikasika izany tao amin’ny Kaomisaria misahana zaza tsy ampy taona eny Tsaralalàna ny rainy Randrinalijaona Jean Guy, taorian’ny nampandalovana azy teo anivon’ny sefom-pokontany misy azy ireo. Hatramin’ny omaly alatsinainy 15 janoary nanaovana ny fitairanana, tsy mbola hita io tovovavy io. Nanamarika kosa ny rainy tao anatin’io taratasy fitarainana io, fa tsy nisy ny fifamaliana na fanabedesana natao azy, ary zaza salama saina tsara izy. Efa miparitaka any amin’ny tranokalam-pifandraisana “facebook” ny filazana sy fangatahana fanampiana sy vaovao momba izay mety mahita azy, ka ny laharana 032 51 891 26 na 033 21 312 29 no hahafahana mampandre ny fianakaviana. Azo atao ihany koa ny manatitra azy avy hatrany eny amin’ny mpitandro ny filaminana akaiky azy. Tsy fantatra mazava ny antony tsy naha hita ity tovovavy kely, ka mipenompenona fatratra ny fianakaviany amin’izao fotoana izao. Inona no antony nialany tao an-tokantrano ? Nisy nandrokiroky ve ka nitondra azy nitsoaka ary inona no antony ? Sa kosa misy hidiran’ny resaka fakana an-keriny ? Ao anatin’ny fotoana fialana sakana ihany koa anefa raha ny taonany, ka tsy fantatra na misy hifandraisany. Ny hirariana dia ny hahitana azy soa aman-tsara sy hiverenany eo anivon’ny fianakaviana.

Nangonin’i Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Avaratetezana AmpitatafikaLasan’ny Sinoa indray ny tany

Tsy mety tapitra ny ady tany ao amin’ny fokontany Avaratetezana Ampitatafika, kaominina Ampitatafika,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarotra amoron-dalanaNomena fampitandremana farany

Mitohy sy mihamafy hatrany ny asa fanadiovana ny tanànan’Antananarivo Renivohitra, raha ny vaovao voaray avy eo anivon’ny fiadidiana ny tanàna.

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany faha-2Misy mitady hanakorontana

Omaly alatsinainy 15 janoary 2018 dia nisy ampahany tamin’ireo mpiasa eo anivon’ny Boriborintany faharoa (Ambanidia) ao anatin’ny kaominina Antananarivo nametraka sorabaventy mitaky ny fialan’ny delege Andriamatoa Jacques Razafindraibe.

 

. Fikasihan-tanana mpiasa, fandroahana mpiasa lava, fanaovana mariazin’olona ivelan’ny boriborintany tsy misy alalana avy amin’ny ary fanomezana fahazoan-dalana hanao trano an-tsokosoko tsy miditra any amin’ny kitapom-bolan’ny kaominina. Ireo no vesatra hanenjehan’ireo mpiasa ity delege ity, raha ny fanazavan’ny filohan’ny sendikan’ireo mpiasan’ny kaominina, Ankoay Andriantsoa. Raha ny fanazavan’ny delege voakasiky ny raharaha kosa dia ny tsy fitiavan’ireto farany ny fanatsaharana ny gaboraraka nisy tamin’ny fitantanan’ny teo aloha no hanenjehan’izy ireo ny delege ankehitriny. Misy, hoy izy, ireo manda ny iraka hampanaovina azy fotsiny izao fa ilaozany mampiresaka olona ao an-dalantsara. Solontenan’ny ben’ny tanana ety ifotony ny tenako ka tsy maintsy atsahatra izay zavatra tsy mampandroso rehetra. Nilaza ny hanao fanadihadiana manomboka anio moa ny avy eo anivon’ny fiadidiana ny tananan’Antananarivo (CUA) ary dia aleo ho hita eo izany, hoy ity tompon’andraikitra ity fa hatreto aloha dia raisiko ho fanosora-potaka ahy ny fiampangana rehetra izay tsy nisy porofo ary hanana ny fepetra ho raisiko koa aho aorian’ny fanadihadiana. Mandeha kosa ny resaka fa mamofompofona ambadika politika sy tetikady ho enti-manakorontana na mampiady ny eo anivon’ny kaominina ity toe-draharaha ity. Maro mantsy no nahatsikaritra fa mety efa nomanina mihitsy izy ity satria na ireo olona nanao fitakiana aza, dia efa niomana tamin’ny fanamiana mitovy miloko mena. Tsy hay na fifanandrifian-javatra ihany na ahoana. Iza no ao ambadika ? Tsy nahomby ve ny sakantsakana momba ny fanatsarana ny tontolon’ny fiarakaretsaka, dia miditra amin’ny dingana hafa ? Tsy nandaitra ve ny fanasoketana ho manodinkodina ny volan’ny kaominina sy fiantsoana ny fanjakana hanao fanadihadiana lalina momba ny “inspection”, dia miova paikady?

J.Mirija

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mihanahana loatra ka…

Tsy misy ezaka azo atao mihitsy ve manoloana ity fidanganan’ny vola vahiny ity ry mpitondra ? ny fahaizana mihitsy ve no tsy ampy aminareo sa ny fahazotoana hanampy ny vahoaka no tsy misy ?

Raha mila torohevitra ianareo dia tsotra fotsiny io. Ataovy mba mitovitovy ny zavatra hafarana sy ny zavatra aondrana dia mba mifanahatsahana eo io vola vahiny io. Fa tsy hoe izay orinasa kely mba eto indray no hakatona dia amin’izay manafatra dibera sy fromazy sy menaka bobaka. Sa ve bizna anareo koa ireny fanafarana reny ry jean forsa sanatria ? Tena izany no antsoina hoe mifanohitra amin’ny vahaolana tokony ho raisinina no ataonareo. Rehefa mijery ireto diplomatinareo koa aho nefa dia maika ketraka. Tsy misy tanjona fa dia mivorivory fotsiny no ataony nefa ny karama efa ho 40 tapitrisa ariary. Dia zany tokoa no hoe diplomaty taloha ? Mba manana tanjona ara ekonomika tahaka ny firenen-kafa ve izy ireny ry jean forsa sa dia tsy mijery afa tsy izay hampiadanany ny tenany ? Dia tsy mbola naheno aho vokatra iray avy amin’ny diplomatintsika hoe afaka manondrana entana atsy la frantsa isika, ka izao sy izao no lalana aleha raha misy mpandraharaha maniry hanao izany. Hamoraina ny taratasy famoahana ny entana mba hanentanana ireo namana maniry ny hisera amin’ny iraisam-pirenena. Dia tsy haiko e. Ny fisafidiananareo ilay ambasadera  ve no diso sa ianareo mihitsy no tsy mahay mitantana? Fanontaniana maro be tsy hay valiana, fa dia tahaka ny hoe tsy misy mpitondra fanjakana izahay eto. Mijery fotsiny ny fahavoazan’ny vahoaka ny mpitondra. Tsy misy fanentanana mba hanjifana ny vita Malagasy fa dia mandeha fotsiny. Ireo ministra isan-tsokajiny moa amin’izany dia mandeha amin’irony fiara tsy mataho-dalana vita vahiny irony fa tsy handeha karenjy mandrakizay. Hay moa na ianao koa ary ry jean forsa dia tsy mba mijery ny fiara vitantsika fa mitaingina irony mercedes lafo vidy be nafarana manokana irony.Dray dray dray, tsy ho tambo isaina ny zavatra tsy vitanareo ry jean forsa ah. Na inona na inona resaka dia isan’ny mpitondra nihanahana indrindra teto amin’ny firenena ianareo. Manomboka any amin’ny politika ka hatramin’ny ekonomika na sosialim-bahoaka dia tsy misy nataonareo afa tsy ny fanararaotam-pahefana. Tamin’ny andronareo vao nisy fankana an-keriny maro be sy mifanesisesy tahaka izao. Dia tsy misy tratra na iray ary nefa efa ho 4 ny fankana an-keriny anatin’ny roa volana. Miala tsiny aho ry jean forsa raha manitsinitsy tahaka izao fa tena feno loatra ny foko ah.mMapamangy any am ramatoa any, dia mba afaro izy hoe mila mividy ny vita Malagasy hono ianao hoe fa tsy hoe manafatra akanjo misy mananasy lava izao.

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fokontany Anosizato atsinanana IINitombo ireo nisoratra anarana anaty lisi-pifidianana

Nitombo isa ireo olona voasoratra anarana anaty lisi-pifidianana ho an’ny fokontany Anosizato Atsinanana II,

 

 kaominina Antananarivo Renivohitra. Raha 4.000 isa mantsy  izany teo aloha dia efa mahatratra 5.396 ankehitriny  vokatry ny ezaka nataon’ny fokontany. Anisan’izany raha araka ny fanazavan-dRakotomanga, sefom-pokontany ao an-toerana ny fametahana peta-drindrina hiantsoana ny mponina mba hanatona ny fokontany hanamarina ny anarany arahin’ny  fidinana ifotony isaky ny elakela-trano mihitsy hampahafantarana ny tsirairay ny zony. Mbola hitohy hatrany ny ezaka. Mbola manana 15 andro mantsy ny rehetra hahafahana manatona ny fokontany  misy azy, hahazoany mandray anjara feno amin’ny fifidianana izay ho filoham-pirenena hotanterahina amin’ity taona 2018 ity. Ho an’ny fokontany Anosizato Atsinanana I dia nitombo 10 % ihany koa ireo olona voasoratra anarana anaty lisi-pifidianana. Ireo tanora vao feno 18 taona no tena nampitombo io isa io raha somary maivamaivana izany tamin’ny efa-taona lasa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny CENIHifampidinika amin’ny mpanao politika

Feno ny fandaharam-potoan’ny Vaomieram-pirenena misahana ny fifidianana na ny CENI amin’ity herinandro ity, hikatsahana hatrany ny fomba rehetra hahatomombana ny fikarakarana ny fifidianana. Anisan’ny hivoitra ny fihaonan’ny filohan’ny CENI Hery Rakotomanana mivantana amin’ireo lehiben’ny antoko politika sy ireo mpanao politika mandritra ny 3

 

 andro misesy hanomboka anio 16 janoary tolakandro amin’ny 3 ora eny amin’ny foiben-toeran’ny CENI eny Alarobia.  Hitohy rahampitso 17 janoary 2018 amin’ny 3 ora tolakandro izany ka eny amin’ny Biraon’ny CENI Nanisana (Enceinte MCRI ) indray ny fihaonana. Hamaranana azy ny alakamisy 18 janoary 2018 amin’ny 10 ora maraina eny amin’ny Biraon’ny CENI Nanisana hatrany. Hifanindran-dalana amin’izay fihaonana  mpanao politika  amin’izay, dia hifanindran-dàlana amin’izany ihany koa ny fanaovan-tsonia ny fiaraha-miasan’ny CENI sy ny fiarahamonimpirenena ROHY, hanatevenana ny fanabeazana sy ny fanentanana ny olompirenena momba ny fifidianana. Ny Alarobia 17 janoary 2018 amin’ny 10 ora maraina ao amin’ny Biraon’ny CENI Nanisana no hanatanterahana azy io. Inoana fa hivoaka ny ahiahin’ny mpanao politika momba ny fifidianana sy mety ho fanamafisan’ny CENI ny hisian’ny fifidianana mangarahara sy azo antoka. Mampiseho ezaka ity vaomiera ity, saingy ho afa-bela eo anatrehan’ny kajy maloto tadiavina hokotrehina amin’ny fifidianana ve ? Raha ny resaka fifidianana mantsy dia mbola eo ihany koa ny minisiteran’ny atitany. Tsara hatrany ny mampahatsiahy, fa ny 31 janoary izao ny farafanamarinana anarana sy fisoratana anarana ao anatin’ny lisi-pifidianana. Rehefa tsy tafiditra hatramin’io fe-potoana farany io, dia tsy afaka ny hifidy amin’ny fifidianana rehetra fa ho mpitazana fotsiny.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Quid du logement !

 Le cyclone tropical Ava frappa durement l’île d’est en ouest et laissa d’importants dégâts. Pertes en vies humaines, destructions des infrastructures de base,  cultures vivrières endommagées et demeures en désolation. En gros, un douloureux bilan.  Le cas hypothétique des habitations humaines nous attire particulièrement l’attention  dans cette colonne. A chaque fois qu’une tempête ou autre débarque, on s’empresse souvent à noter, après avoir constaté les dégâts humains, les ravages des maisons d’habitation. Des milliers de sans abris ne trouvaient où se réfugier. Il faut souligner qu’avec le travail et la nourriture, la demeure humaine ou l’abri fait partie des trois besoins basiques de l’homme. Les indicateurs de base de la pauvreté se concentrent surtout à ces trois éléments incontournables. Domaines où la plupart des dirigeants politiques, inaptes et incompétents, trébuchent. Des écueils où ils ne parviennent jamais à surmonter. La politique du logement n’existe nulle part ailleurs.

On a beau écouter les « baratins » du vendredi magnifique d’Iavoloha mais niet ! On était tout ouïe. Alors que les dignitaires du régime vivent dans les luxueuses villas ou en achètent, au comptant, les plus somptueuses, la grande majorité des Malagasy doit se contenter à des abris de fortune qui aux moindres vents et pluies s’effondrent. A Tanà, dans les bas-quartiers, les habitants subissent le malheur de la précarité des maisons d’habitation. Un programme de politique de logement fait, malheureusement, défaut à ce régime. Pas même un spectre de projet en vue ! Le Président Tsiranana, de la Première République, avait mis en chantiers des grands travaux de construction de logements à loyers modérés destinés aux petits et moyens agents de l’Etat également pour les employés des sociétés telles les assurances ou les banques, les fameuses « cités ». Elles étaient réparties dans les environs immédiats de Tanà comme à Itaosy, à Ambohipo, à Mandroseza, etc.  De même en provinces,  des infrastructures d’accueil pouvaient loger les agents affectés ou en mission. Les régimes qui se sont succédé, après, n’ont pas réalisé grand-chose. On se limitait à des projets sans lendemain ou à de creuses promesses électorales du genre 10 000 ou 50 000 logements par an! Notons toutefois que durant la Transition, le président Andry Nirina Rajoelina avait mis sur pied un projet, « Trano mora », qu’il avait déjà commencé à concrétiser. Un modeste programme, certes, mais il a eu le mérite, quand même, d’y avoir pensé. A Antananarivo, la Capitale, l’écart de niveau de vie, en termes de demeure ou de logement, saute de façon criarde aux yeux. La masse populaire avec la cohorte des familles nombreuses s’entasse dans des taudis, tout au plus, des bidonvilles. Les ouvriers au même titre que les petits fonctionnaires se trouvent à la merci des propriétaires de maisons dont le loyer augmente d’une année à l’autre. Sans oublier des mésaventures vécues auprès des nébuleuses agences immobilières qui pullulent dans les dédales  des quartiers. Et l’on est en droit de se demander quelle solution les dirigeants, en place, proposent-ils pour remédier à cette problématique posée par le logement. Les victimes, surtout en ce moment de crise, subissent la galère des habitations insalubres mais dont les loyers sont hors de portée. Les tenants du régime n’auraient-ils pas de quoi à soumettre pour sortir de ce guêpier ? 

 Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Football - As Jet Mada Itasy - Le club place la barre très haute

Une performance remarquable. Demi-finaliste de la coupe Telma Madagascar lors de l’édition 2017, l’As Jet Mada Itasy veut pousser ses limites cette année. Mais même s'il n'a pas obtenu de titre,  Jet Mada a réalisé une saison  très honorable l’année dernière. Des nouveaux recrus avec un nouvel entraineur.  La formation d’Itasy a été confiée entre les mains de l’ancien directeur national  (Dtn) de football  par le staff dirigeant de l’équipe. Comme toute équipe de la D1, Jet Mada est déjà sur le chemin de l’entrainement  en vue de la saison  2018 qui débutera d’ici un mois pour les ligues.  Toutes les semaines, l’équipe teste des joueurs susceptibles de défendre ses couleurs pour la saison d’activité.

Malgré les recrutements, le coach de l’équipe veut garder aussi les vieux loups, comme Solo Môto et les autres,  pour donner des expériences aux jeunes.  Les présidents du club place la barre très haute. « L’objectif de Jet Mada pour cette année  2018 est de faire un doublé en THB ligue des champions et à la Telma coupe de  Madagascar ».  L’année dernière, l’équipe a déjà gagné la  place qu’elle mérite. Solo Môto et sa bande ont déjà créé des surprises tant au championnat qu’à la coupe nationale.  Le club veut surfer sur le succès de toutes les compétitions dans toutes les catégories et bien évidemment, pour bien tenir tête aux grandes équipes.  Actuellement le club évolue dans toutes catégories dans la ligue Analamanga. Jet Mada a également son propre centre de formation pour les jeunes afin d’assurer la relève  du club dans les années à venir.  

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »

Dans la presse française avant-hier, Houcine Arfa a révélé avoir payé de hauts responsables au sein de la Justice pour pouvoir s’évader et s’envoler vers la France. Présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar, Fanirisoa Ernaivo réagit à l’affaire et demande l’ouverture d’une enquête.

 

La Vérité (+) : Le corps de la Justice est fortement égratigné dans les récentes déclarations de Houcine Arfa. Quel est votre avis sur le sujet ? 

Fanirisoa Ernaivo (-) : « Ce serait une honte énorme pour le monde de la Justice en général si les informations révélées sont avérées.  Le Smm lutte depuis toujours pour l’assainissement au niveau de la Justice. Dans le cadre de cette affaire dont les échos se font entendre à l’international, nous estimons ainsi qu’une enquête approfondie devrait être menée. Un droit de réponse serait insuffisant. Une enquête qui devrait être menée par le Bureau indépendant anti-corruption étant entendue qu’un cas de corruption est dénoncé ici.  Je tiens à préciser ici qu’il ne s’agit pas de poursuivre untel ou untel.  L’objectif sera surtout de déterminer s’il y a eu corruption ou non.

Dans le cas où il n’y a pas de corruption, la loi prévoit des sanctions pour les dénonciations abusives ou calomnieuses contre les personnes qui ont lancé ces dénonciations. En revanche si la corruption est avérée, les acteurs de corruption seront passibles de sanctions aux yeux de la loi. Il s’agit surtout des corrompus car les dénonciateurs sont protégés par la loi. En tout cas, une impunité ne sera jamais acceptée qu’elle vienne des magistrats ou non. L’application de la loi est requise contre les corrupteurs. Une enquête doit être menée ainsi pour confirmer ou infirmer les propos de Houcine Arfa ».

 

(+) : Dans ce genre d’affaire, qui peut ouvrir ces enquêtes ?

(-) : « Trois entités peuvent enclencher des enquêtes et doivent les faire ensemble.  En matière de cas de corruption dénoncé dans les médias,  le ministère de la Justice peut se saisir et envoyer la Direction de la promotion de l’intégrité (Dpi). Cette direction mène des enquêtes sur l’intégrité des personnes concernées, que cela soit des magistrats ou des membres du personnel de la Justice.  Dans le cas où la corruption n’est pas avérée, l’affaire est classée sans suite. Dans le cas contraire, si la corruption est avérée, l’individu fautif est traduit en Conseil de discipline.

Dans le cas qui nous concerne, les noms d’un ministre, d’un procureur, des pénitentiaires et même d’un directeur de cabinet ont été cités. Or le ministre est le signataire de la saisine de la Direction de la promotion de l’intégrité. Dans ce cas, une auto saisine du Conseil supérieur de la magistrature devrait être possible.

Le Bianco peut également se saisir. Les textes qui régissent cet organe stipulent qu’en cas de corruption, le Bianco peut se saisir sur la base de dénonciations. En l’occurrence ici, il y a eu une dénonciation dont normalement le Bianco peut se saisir. Le syndicat des magistrats de Madagascar peut également saisir le Bianco si besoin est, pour faire avancer les enquêtes.  Je le répète encore une fois, il ne s’agit pas de poursuive une personne en particulier. Le Smm prône l’assainissement au niveau de la Justice et c’est pour cela que le syndicat peut saisir le Bianco si cela est utile, comme il l’a déjà fait, notamment lors de l’épisode de la rébellion au niveau du portail du Bianco il y a quelques mois ou encore comme dans le cas de l’évasion organisée d’une opératrice économique qui a défrayé la chronique l’an dernier.

En tout cas, j’aimerai éclaircir un point. Il y a trois dossiers dans cette affaire concernant Houcine Arfa.  Il y a premièrement le dossier  pour lequel il a été poursuivi et placé en détention ainsi que les autres dossiers en cours. En second lieu il y a l’évasion, ce qui est un autre dossier. Et enfin il y a ce dossier de dénonciation de corruption. Il devient un dénonciateur en dénonçant un acte de corruption. Il faut également préciser que malgré le fait qu’il soit condamné, tout être humain a le droit de dénoncer des infractions qu’il a subies ou auxquelles il a peut-être participé. 

Seul le dossier de dénonciation de corruption peut concerner le Smm. Son évasion ou les poursuites dont il fait l’objet ne nous concernent  pas. Cela rentre dans le cadre des prérogatives du ministère de la Justice qui a d’ailleurs demandé une coopération judiciaire. 

Dans cette affaire de corruption dénoncée, une enquête doit être ouverte.  Des éléments d’enquête pourraient révéler les raisons de sa condamnation lesquelles auraient pu motiver sa décision de recourir à la corruption pour le sortir de prison.  Il peut s’agir d’une simple volonté de salir l’Etat malagasy, d’une vengeance suite à son incarcération à Tsiafahy. Une affaire comme ça ne peut pas être laissée sans suite. Seuls les résultats des enquêtes à plusieurs niveaux détermineront les tenants et aboutissants de cette affaire. Des résultats qui doivent d’ailleurs être communiqués à l’opinion publique et ne pas être dissimulés pour éviter que l’affaire ne s’évanouisse dans la nature comme tant d’autres affaires ».

 

(+) : Quel regard porte le Smm sur l’évasion de Houcine Arfa ?

(-) : « En ce qui concerne l’évasion, comme il s’agit d’une infraction, des enquêtes doivent également être ouvertes.  Actuellement, des personnes sont incarcérées à Tsiafahy en l’occurrence celles qui l’ont escortées et celles qui ont donné les autorisations pour sa sortie.  Pour nous, cela est toutefois insuffisant. Des enquêtes plus poussées doivent être menées pour en savoir plus. Une évasion n’est pas chose facile et pourtant il semble que l’homme se soit facilement évadé.  Pour nous, une telle évasion aurait été impossible sans une aide interne. Qui est ou sont les personnes qui l’ont véritablement aidé ? C’est pour répondre à cette question qu’il est utile de mener des enquêtes. Le fait que des personnes soient en prison actuellement n’est pas suffisant. Nous craignons qu’ils ne s’agissent que de boucs émissaires ou de simples petites mains et que les commanditaires soient libres comme l’air ».  

Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour

Cinq jours après sa nomination à la direction du cabinet civil du Président Hery Rajaonarimampianina, l’homme d’affaires Eric Jean-Joël Randrasana, qui est aussi administrateur de la Jirama, a rassemblé autour d’une même table les proches collaborateurs de tous les ministres. L’objet principal de la séance de travail était de coordonner et d’améliorer les méthodes de travail ainsi que les actions de tous les ministères dans le but commun qui est le développement du pays, selon le communiqué officiel. C’est quand même un peu bizarre dans la mesure où des textes clairs déterminent les attributions des cabinets ministériels. De plus, l’initiative rappelle la création du poste pour le chief of staff au sein de la Présidence du temps de Marc Ravalomanana qui a le mérite d’avoir été le premier à institutionnaliser la pratique du coaching dans l’administration publique.

 

 Femme de confiance

 Mais la nomination d’Eric Randrasana est révélatrice d’une crise de confiance qui a couvé au plus haut sommet de l’Etat. La fonction qui lui a été attribuée a été officieusement occupée par Herisoa Razanadrakoto, alias Beso, après le limogeage en juillet 2015 de Henry Rabary-Njaka, le successeur de Béatrice Jeanine Atallah au ministre des Affaires étrangères. Originaire à la fois d’Analanjirofo et d’Antananarivo, la directrice de cabinet écartée a toujours été une femme de confiance de l’expert comptable pour avoir été son étudiante, parmi les plus brillants, à l’Institut des sciences comptables et de l’administration des entreprises (Inscae). 

 « Les trois Amazones »

 Effectivement, la sœur cadette de Beso, appelée Lala, à la fois une employée de l’ambassade américaine à l’American Cultural Center, donc une parfaite anglophone, est aussi une interprète attitrée à Iavoloha. Parallèlement, son frère Iarinaivo Razanadrakoto, parmi les hommes de confiance de Marc Ravalomanana aux deux phases du Projet multisectoriel pour la prévention contre le Sida (Pmps) financées par la Banque mondiale de 2002 à 2009, est devenu un employé de l’ambassade malagasy à Berlin, Allemagne, depuis l’avènement du régime en place.

Avec la multimilliardaire Claudine Razaimamonjy, incarcérée à Manjakandriana depuis juillet pour cause de détournement des deniers publics, et la conseillère spéciale Nicole Andrianarivoson, remerciée l’an passé, la dame fait partie de ce que les collègues journalistes surnomment « les trois Amazones ».

 Surveillées de près

 Le masque serait tombé pour les « mpamosavy malemy » contre qui le locataire d’Iavoloha a solennellement mis en garde en janvier 2017. Le Président Rajaonarimampianina, maintes fois reproché pour son manque de fermeté, aurait donc décidé de prendre le taureau par les cornes. « Il est sans personnalité ni autorité. Il est à la merci des femmes et hommes influent(e)s dans son entourage, selon Marc Ravalomanana. Mais là, il semble ne vouloir plus se laisser faire. En décortiquant un peu plus l’actualité, le changement de hauts responsables à Iavoloha est intervenu après le passage du cyclone tropical Ava. Le lendemain du désastre, le couple présidentiel est descendu à Toamasina où est basé l’actuel secrétaire exécutif du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (Bngrc) Thierry Venty. Les manœuvres de celui-ci ont été surveillées de près ces temps-ci.

 Situation déplaisante

 Directeur de cabinet de Béatrice Jeanine Atallah à la Commission nationale électorale indépendante pour la transition (Cenit), le fils de l’ancien directeur de l’Ecole primaire publique (Epp) de Valpinson (Toamasina) a été récupéré par Herisoa Razanadrakoto, fille de l’ancien directeur de l’Epp de Salazamay, Andrianasolo Razanadrakoto, et d’une professeure d’histoire-géographie au Collège d’enseignement général (Ceg) Radama I à Toamasina dans le temps. Tous les deux ont des liens de par leurs origines d’Analanjirofo.

Curieusement, la mise à l’écart de la conseillère a coïncidé avec la récurrence des détournements des vivres et aides pour les sinistrés dont la gestion revient à l’équipe d’Antanimora. C’est une situation déplaisante pour les partenaires et les donateurs qui suivent de très près les mouvements des gens haut placés. Du coup, le siège de Thierry Venty est ébranlé à moins qu’il bénéficie d’une solide protection du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, le Bngrc étant un organisme rattaché au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.

 Pratiques honteuses

 Ce n’est pas pour rien que le Service Presse de la Présidence a intitulé « Réunion des directeurs de cabinet de l’exécutif : pour une meilleure coordination des actions et l’efficience face aux urgences après les dégâts cycloniques » son communiqué sur la réunion présidée par Eric Randrasana.

La source a également cité la précision du nouveau directeur de cabinet civil selon laquelle « l’exécutif s’implique totalement dans l’urgence des actions de redressement et de développement, notamment suite au passage du cyclone Ava qui a engendré beaucoup de dégâts ». En cette période préélectorale, les bleu-cravatés n’entendent pas du tout badiner avec la distribution des vivres et aides aux sinistrés en cas de catastrophes naturelles.

A Toamasina, les observateurs s’attendent à une décision beaucoup plus percutante d’Iavoloha. Tellement la ville du port et certaines autres sont le théâtre des cas reproduisant fidèlement les pratiques honteuses sous la Deuxième République dans le domaine des produits de première nécessité. Elles étaient à l’origine de l’enrichissement des caciques du parti Arema, dont des parents des actuels conseillers du Président, au détriment de la population.

 Conseillers ripoux

 Le jeu malsain dans l’approvisionnement en riz, une denrée hautement stratégique pour les politiciens, a fait parler d’elle un peu avant le cyclone. L’on se souvient encore de ces lots de riz avarié qui devaient être détruits pour préserver la santé publique. Mais une consigne venant d’en-haut a rendu caduque une  décision de justice ordonnant l’opération. L’on se demande alors s’il s’agit toujours des exploits du cercle des conseillers ripoux.

La province autonome de Toamasina est curieuse de savoir la suite à donner à la mise à l’écart de la toute puissante conseillère Herisoa Razanadrakoto. En effet, celle-ci est présidente à la fois des conseils d’administration de la société du port à gestion autonome de Toamasina (Spat) et de la société Fanalamanga, le gestionnaire du complexe sylvio-industriel dans l’Alaotra-Mangoro. Une répercussion sur la vie du parti Hvm au niveau local n’est pas non plus à écarter. Nous en parlerons le moment venu.

 La rédaction

La Vérité0 partages

Sogecoa - Favoritisme flagrant au profit d’un Chinois

Le ton monte du côté des propriétaires au sein de la Cité du jardin du siècle à Bemasoandro Itaosy.  Un acquéreur en particulier pointe du doigt le promoteur immobilier, Sogecoa, pour favoritisme au profit d’un ressortissant chinois. Tout commence lorsque le Chinois en question achète une propriété dans la cité sise à Bemasoandro Itaosy. Jusque – là, rien d’anormal jusqu’au jour où le nouveau locataire décide de monter son bâtiment de deux étages et par la même occasion de faire une extension d’environ 10 mètres jusqu’à la clôture. Un aménagement qui modifie indéniablement l’architecture initiale de la cité et, par la même occasion, gâche  la vue panoramique qui avait attiré la majorité des locataires. 

 

Les ouvrages violent l’impératif d’alignement des maisons qui doit pourtant être respecté. « Comment se fait – il qu’un ressortissant chinois puisse avoir autant de privilèges sur le territoire malagasy » se demande Rakotovao L., acquéreur dans ladite cité depuis 2006 dont la 

propriété se trouve à côté même de la nouvelle construction à polémique et qui est donc le voisin du ressortissant chinois en question. La tentative de pourparler auprès du Chinois menée par Rakotovao L. s’est soldée par un échec car se heurtant à une assurance intrigante de cet étranger. Il a été d’autant plus surpris d’apprendre que son voisin a obtenu un permis d’extension en bonne et due forme délivré par la Commune de Bemasoandro. Consterné par la tournure des évènements, ce propriétaire s’est tourné vers la Justice en portant plainte auprès du Tribunal.

 Corruption dans l’air ?

 Dans le cahier des charges qui régit les constructions dans la cité, il est écrit dans l’article 9 que « tout acquéreur doit s’interdire de modifier l’architecture, la hauteur et le volume des bâtiments. Il doit, en outre, aménager sur sa parcelle, un jardin avec plantation d’arbres décoratifs ou d’arbustes, et de respecter les caractéristiques des ouvrages établis par le promoteur ». Il est donc clair que cette nouvelle construction entre en contradiction avec cet article puisque l’extension touche quasiment la clôture. Il en est de même pour la décision communale relative à cette enceinte, il est énoncé en article 8 que « pour chaque lotissement, toute modification des plans de lotissement et/ ou du cahier des charges devrait, préalablement être soumise à une enquête auprès des acquéreurs ou locataires ayant des contrats signés et régulièrement enregistrés ». Une enquête qui n’a jamais eu lieu selon les affirmations de Rakotovao L. Sentant de la corruption dans l’air, Rakotovao Louis a même déjà interpellé le Bureau indépendant  anti – corruption à travers une doléance déposée au siège, Villa La Piscine Ambohibao, le 10 janvier dernier.

S.R.

La Vérité0 partages

Mahajanga - Situation explosive au campus, un enseignant-chercheur grièvement blessé

A l’université d’Ankatso, les différents responsables ont su rapidement trouver un moyen pour apaiser les revendications estudiantines. En revanche, ce n’était pas le cas au campus d’Ambondrona à Mahajanga. La journée du lundi dernier était particulièrement explosive. Dans la matinée, des étudiants en grève ont caillassé la voiture du directeur de cabinet du campus. Quelques moments plus tard, c’était au tour de celle d’un enseignant-chercheur d’accueillir des jets de pierre. La victime est grièvement blessée, selon l’information.

Formant une partie des universitaires du campus, les contestataires ont cherché à empêcher à tout prix la tenue des examens se déroulant sur place. Ils ont alors fait forcing dans les salles où les autres étudiants étaient en train de composer et y semer le trouble. Il a fallu pour les responsables de cette faculté d’appeler l’Etat-major mixte opérationnel de la Région (Emmoreg) pour disperser les émeutiers. Comme leurs homologues de la Capitale, les étudiants de l’université de Mahajanga protestent contre le retard inexpliqué des paiements, sinon le gel de leurs bourses pour l’année en cours par le pouvoir actuel, principal facteur de blocage en dépit de ses largesses pour organiser des cérémonies somptueuses dans les palais d’Etat ou d’autres voyages sans fin de délégations officielles à l’étranger. Hier, un calme précaire régnait sur les lieux où l’on notait la présence dissuasive des Forces de l’ordre. 

Franck Roland

La Vérité0 partages

Education - Report des dates des examens officiels

Il fallait s’y attendre. Le ministère de l’Education nationale (Men) vient d’annoncer une révision des dates des examens officiels, hier, lors d’une rencontre avec la presse à Anosy. « Avec les pauses scolaires obligées lors de l’épidémie de peste pulmonaire d’une part et suite au passage du cyclone « Ava » de l’autre, le Men en concertation avec la Direction nationale des écoles privées se sont convenus de l’ajournement de 2 semaines des examens du Cepe (Certificat d’étude primaire élémentaire) et du Bepc (Brevet d’étude du premier cycle) ainsi que du Cae (Certificat d’aptitude à l’enseignement) et du Cap (Certificat d’aptitude pédagogique) dans les écoles primaires.  Ainsi, les candidats pourront renforcer les révisions et rattrapages durant ce laps de temps, déclare Todisoa Andriamampandry, directeur général de l’Education fondamentale et de l’Alphabétisation (Dgefa) auprès du Men. Prévu se tenir le 31 juillet donc, l’examen du Cepe aura finalement lieu le mardi 14 août prochain. La session du Bepc se fera du 3 au 6 septembre au lieu du 20 au 23 août. Quant aux Cae et Cap/ep, les examens se feront respectivement les 23-24 octobre et les 20-21 novembre, et non le 2-3 octobre et les 30-31 octobre. Dans tous les cas, la fin de l’année scolaire sera fixée pour le 4 août. « Il ne s’agit pas d’une décision unilatérale, pour dire que toutes les entités des écoles privées, confessionnelles ou laïques, en sont d’accord », précise notre source.

 

  Embrouilles entre parents et directeurs d’école

 Le paiement des frais  de scolarité durant les  « vacances de peste » a causé une polémique, voire un conflit entre les parents et les directeurs d’établissement, au mois d’octobre dernier. Ce désaccord pourrait ressurgir au mois d’août, avec le report des examens du Cepe et du Bepc. « La donne pourrait changer avec ce report de la date des examens. L’établissement va sûrement réclamer un mois d’écolage supplémentaire pour les élèves en classe de 7ème et 3ème. Les parents n’auront pas d’autres choix que de payer pour éviter les embrouilles », présume Lalasoa R., mère de famille résidant à Anosimasina, ayant 2 enfants en classe d’examen (7ème et 3ème).  Effectivement, des directeurs d’établissement semblent soucieux à ce sujet. « En tout, nous devons réclamer 11 mois d’écolage aux parents d’élèves au lieu de 9 ou 10 mois. Lors de la rentrée en novembre, nous avons déjà rassuré les parents que les rattrapages et révisions se feront gratuitement au mois d’août. Mais cela ne pourrait plus se faire avec l’ajournement du Bepc. Pourtant, les candidats doivent toujours étudier pour éviter un vide dans leur tête si nous les accordons 2 semaines de pause avant l’examen », nous confie une directrice d’établissement localisé dans la Circonscription scolaire d’Ambohidratrimo. Pour son établissement, les rattrapages ont commencé depuis la reprise des cours, en novembre. Les heures de cours hebdomadaire ont également été augmentées de 1 à 2h de plus. Mais cela reste insuffisant pour achever à temps le programme scolaire, notamment pour les classes d’examen.

Patricia Ramavonirina

News Mada0 partages

Sehatry ny indostria : nanangana tambajotra iombonana ny sehatra tsy miankina

Miantoka ny fampandrosoana maharitra ny sehatry ny indostria, izay tokony ho tohanan’ny rehetra. Samy mivonona ho iray tambajotra hanamafy izany ny tontolon’ny indostria izany ny fikambanana tsy miankina maro, toy ny Fivmpama, Sim, Crem sy ny hafa. Miray hina izy ireo hanao izay samy tandrify azy hanomezana vahana ny sehatra tsy miankina hisian’ny tena fampandrosoana marina.

Nihaona tamin’ny minisitry ny Indostria sy ny fampandrosoana ny tsy miankina, Tazafy Armand, ny herinandro lasa teo, ireo lohandohany isam-pikambanana mampisy izany tambajotra izany. Nanotrona ny minisitra tamin’io fotoana io koa ny Sekretera jeneraly sy ireo tale isanisany ao amin’ny minisitera. Nambaran’ireo solontenam-pikambanana ireo ny tanjona iaharan’izy ireo mamaritra ao anatin’izany tambajotra iombonana momba ny indostria izany. Natolotr’izy ireo ny minisitra Tazafy Armand avy eo ny sata mamaritra izany.

Nanome toky hatrany ny ao amin’ny minisitera ny hanamafy ny fiaraha-miasa maharitra eo amin’ny fanjakana sy ny tsy miankina. Samy manana andraikitra mifanandrify amin’izany ny andaniny sy ny ankilany. Manana andraikitra manampy ny sehatra tsy miankina koa ny minisitera maro hafa, toy ny Angovo, Asa vaventy, Fambolena sy fiompiana, Harena an-kibon’ny tany.

R.Mathieu

News Mada0 partages

DGI – Mankalaza ny faha 20 taona : miandry tamberiny ny mpandoa hetra

Mitohy mandritra ity taona ity ny fankalazana ny faha- 20 taon’ny Foibem-pitondrana momba ny Hetra (DGI). Efa nisantarana izany tamin’ny taon-dasa ny fampahafantarana ireo sampandraharaha rehetra misy eo anivon’ny Foiben-ketra.

Fampiharana ny politikan’ny hetra, ny fampahafantarana ny rehetra momba izany sy ny antony, indrindra ny hampiasana vola miditra amin’ny fanjakana avy amin’izany. Nomarihin’ny ao amin’ny minisiteran’ny Fitantanam-bola sy ny tetibola fa mbola mibahan-toerana loatra eto amintsika ny sehatra tsy ara-dàlana (informel). Samy ahitana izany ny amin’ireo kaominina ambanivohitra maro na amin’ny tanàn-dehibe aza, toy ny eto an-dRenivohitra.

Ahitana taratra izany “informel” izany, raha ny fanamarihan’ny ao amin’ny DGI, ny sehatry ny varotra, ny harena an-kibon’ny tany, ny ala, ny jono, izay samy tokony hampidi-bola betsaka ho an’ny fanjakana. Hisy, araka izany, ny fanamafisana ny serasera sy ny fampahafantarana ny fandoavan-ketra mba hahafahan’ny tsirairay mandray anjara amin’ny fampandrosoana.

Nametra-pitokisana ny DGI mijery lavitra sy tetika apetraka mba hamerenana ny fifampitokisana eo amin’ny mpandoa hetra sy ny sampandraharahan’ny hetra. Ezahina ho lavitry ny kolikoly sy ho matihanina ny fitsirihan-ketra. Izay fametraham-pitokisana izay midika ny tokony hahitana tamberiny na takalony. Raha any ambanivohitra, ohatra : fanamboaran-dalana, famatsiana jiro sy rano, fanavaozana sekoly sy hopitaly, fikojakojana ny tontolon’ny fambolena sy ny fiompiana.

Mitazam-potsiny ny Antenimierampirenena

Raha ny zava-misy aloha izao tsy maharesy lahatra ny mponina maro, ny tsy fahitana ny akon’izany fandoavan-ketra izany any amin’ny faritra misy azy ireo. Mbola ny fitondrana foibe no mametra ny tetibola any amin’ny Vondrombahoaka itsinjaram-pahefana rehetra, miankina amin’ny tetibolam-panjakana ankapobeny. Mitazam-potsiny izany ny ao amin’ny Antenimierampirenena mandritra ny fandaniana ny tetibolam-panjakana.

Tao anatin’izay 20 taona nisian’ny DGI izay, betsaka ny fanovàna natao nahitam-bokatra. Raha niainga tany amin’ny 7,67% ny tahan’ny tsindrin-ketra, ary ankehitriny efa tafakatra 12,94 % izany, izay azo antoka ihany koa ny hitomboany.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tsy fahaiza-mitantana : mody mikoropaka amin’ny fiainam-bahoaka ny mpitondra

Inona no natao sy vita hatramin’ny efa-taona ? Variana mikatsaka fahamarinan-toerana sy fitoniana politika ny mpitondra. Amin’ny maha olom-pahefana fa tsy olom-panjakana, nibahan-toerana ny fitantanam-pahefana fa tsy fanjakana. Tsy fantatra hoe ny asa mivaingana sy miantraika mivantana amin’ny vahoaka, ohatra, no tena anisan’ny mahamarinan-toerana sy mampisy fitoniana politika? Eo ny vahoaka miaro ny tena, raha misy ny mitady hanakorontana.

Tena misy ve ny mpanakorontana, ka tsy ahazoan’ny mpitondra miasa amim-pitoniana hoe anton’ny tsy fahombiazany? Izay mitady hihetsika rehetra na tsy noho ny antony politika aza, nampiasana herim-pamoretana. Noho izany, mifitsaka sy mangina. Raha tsy izay, nakarina fitsarana: migadra na mandositra fonja. Efa samy niharan’izany ireo mpitarika sendikà, mpitarika hetsiky ny mpianatry ny oniversite, mpanao politika… Koa inona na iza ity hoe manakorontana?

Ailika amin’ny hafa ny tsy fahombiazana

Potehina izay rehetra manohintohina ny fahefana… mahasaro-piaro, anaovana izay danin’ny kibo fa tsy izay hahasoa ny fiainam-bahoaka. Hatramin’ny toerana iray ho an’ny mpanohitra eny anivon’ny Antenimierampirenena avy, ohatra, no bahanana sy sakanana, na voalazan’ny lalàmpanorenana izao aza. Koa inona marina ity hoe manakorontana, nandaniam-potoana tamin’ny fikatsahana fahamarinan-toerana sy fitoniana politika? Na anilihana amin’ny hafa ny tsy fahombiazana.

Efa ratsy fototra sy fiaingana hatrany am-boalohany: tsy manana na depiote na iray aza, hany ka mitsingilahila lava amin’ny fividianana olona? Na lany andro nitady fankatoavana iraisam-pirenena. Nefa tsy hita ny tena vokatra mivaingana amin’ny fanatsarana ny fiainam-bahoaka amin’ny trosa sy fanampiana raha nisy. Takin’ny vondrona iraisam-pirenena hatrany ny fanjakana tan-dalàna, fitondrana tsara tantana, ady amin’ny kolikoly, fanajana ny zon’olombelona…

Amin’izao ankatoky ny fifidianana izao vao tena mikoropaka? Miseho sy mampiseho fa miasa ho an’ny vahoaka… Afa-mijoro ve, ohatra, ny 20 % amin’ny vahoaka malagasy fa nihatsara ny fiainany amin’izao fitondrana izao, raha lazaina fa nihena ho 72 % ny tahan’ny mahantra izay 92 % teo aloha? Sao kaonty baoritra tsy maoritra… Amin’izao fifidianana izao vao mikoropaka? Milaza an’itsy, hanao an’iroa… Tsy adala na zaza akory ny vahoaka, na heverina ho inona aza.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Fanapahana ny karaman’ny mpiasam-panjakana : nanome fe-potoana ny fanjakana koa ny any Fianarantsoa

Manao randran-tarihina. Nifamotoana tao Fianarantsoa indray ireo eo anivon’ny Firaisankinan’ny sendikà  (SSM)  ary  namory ireo mpiasam-panjakana any an-toerana. Mazava ny resaka.  « Omena hatramin’ny faran’ny volana ny  fanjakana hamerenana amin’ny laoniny ny karaman’ireo  notapahina. Dila  io  fe-potoana, hiantso fitokonambe manerana  ny Nosy ny SSM », hoy ny fanambarana niraisana  ary novakina ny zoma teo tao an-drenivohitr’i Betsileo. Anisan’ny notakin’izy  ireo  ary iraisany amin’ny mpiasam-panjakana rehetra ny hampiakarana ny  karama  mba hifanaraka amin’ny fisondrotry  ny vidim-piainana. Tsy vitan’izany. « Takinay koa ny hanasaziana ireo rehetra nanao hadisoana nanapaka ny karaman’ny mpiasam-panjakana teo… Hafindra fitantanan-draharaham-panjakana  hafa fa tsy hosahanin’ny eo anivon’ny minisiteran’ny Vola intsony koa ny fijerena  sy  fanamarinana ireo mpiasam-panjakana matoatoa », hoy ihany ireo mpiasam-panjakana any Fianarantsoa.

Hatomboka ao amin’ny minisiteran’ny Vola ny  ady…

Anisan’ny efa nohitrikitrihin’ny SSM tamin’ny alalan’i Fanirisoa Ernaivo, ny zoma 5 janoary teo, tetsy Antaninarenina, fa anisan’ny tokony hodiovina sy maro matoatoa  rahateo ny eo anivon’ny minisiteran’ny Vola. « Tokony hatomboka ao ny ady atao amin’ny mpiasam-panjakana matoatoa », hoy izy. Mifanindran-dalana amin’izany koa  fandinihan’ny SSM  ny fitoriana rehetra sy ny hanambarana  izany satria nisehoana fahavoazana ny mpiasam-panjakana tapaka karama.

Hanao  bemarenina sy tsy hihaino izany fitakiana izany indray ny fanjakana ?

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Dr Randriamiarisoa J. : « mila dinam-piarahamonina… »

 « Tena sarotra iny taona 2017 iny. Tsy mbola nisy aloha ny zavatra toy iny hatramin’izay. Miainga avy amin’izany, mijery isika hoe: hanao ahoana ny ho avy? Ny fijeriko azy, tena mbola ho sarotra koa ity taona 2018 ity. Tokony hisy dinam-piarahamonina vaovao hapetraka eto amin’ny firenena, hahazoantsika manova ny hoavintsika. » hoy ny minisitra teo aloha sady mpandinika ny fiainam-pirenena, ny Dr Randriamiarisoa Joseph. « Ny antso ataoko amin’ny mpanao politika, isika Malagasy: andao hovantsika ny famindra. Taom-pifidianana ity 2018 ity », hoy izy. Fototra goavana iray, hanorenantsika dinam-piarahamonina vaovao izany.   « Enga anie hanana fahatsiarovan-tena sy hambompo ny vahoaka mba hialana amin’ny zava-manahirana », hoy ihany izy. Mila dinam-piarahamonina vaovao amin’ny lafiny politika, toekarena, sosialy, kolontsaina. Lalana hahazoana miala amin’izao zava-tsarotra sy manahirana ny Malagasy izao  izany.

Mila ialana izao fahasahiranana izao

Firenena manana ny ampy i Madagasikara, manana raiamandreny mahatsapa hametraka io fomba fiasa sy dingana ary fifanaraham-piarahamonina vaovao io mba hananantsika hoavy mamirapiratra. Mba hialana amin’izao fahasahiranana izao izany.

Azo alamina ao anatin’ny enim-bolana,  ny tsy fandriampahalemana, raha manaraka ny  fiarahamonina vaovao miankina amin’ny fokonolona sy fokontany, araka ny fanazavany.

Politika momba ny vary, ohatra: tsy fiomanana hanafatra vary no atao, fa ny hananana ambim-bava ao anatin’ny herintaona. Mila manao ezaka be hananan’ny vahoaka ambim-bava amin’ny vary izany. Hamidy any ivelany, fa tsy hoe miomana hanafatra vary.

R. Nd.

News Mada0 partages

Lois électorales : des doutes et inquiétudes des députés

Pendant que les consultations se poursuivent au sein de la Primature autour des textes électoraux au détriment d’une session extraordinaire toujours en attente, les députés s’impatientent et affichent leur doute quant à leur finalité.

Alors que les parlementaires attendaient leur convocation en vue d’une session extraordinaire cette semaine, à Mahazoarivo, on annonce simplement que ce sera pour bientôt. A ce sujet, plus d’un pense que la tenue de cette session extraordinaire n’aura pas lieu qu’après avoir bouclé les séries de consultations qui battent leur plein à l’heure actuelle.

Apparemment, les textes en question ne sont toujours pas prêts. Mais le problème est tout autre pour les députés qui commencent à douter de leur finalité.

Ce texte nous intrigue d’autant qu’il n’y a aucune transparence dans son élaboration», a indiqué la député Mapar, Christine Razanamahasoa, joint au téléphone hier. «Nous n’avons toujours pas vu le projet de texte jusqu’à présent alors qu’il s’agit des élections», a-t-elle fait savoir. Une situation qui semble irréelle étant donné que les partis politiques ont déjà été consultés sur le sujet. La coordonatrice du Mapar évoque alors une manigance dans son élaboration.

De son côté, le député Tim, Félix Randriamandimbisoa, affiche son inquiétude sur le manque de coordination au sein des autorités compétentes dans l’élaboration des textes. «Nous pensons que ces dernières n’arrivent pas à s’accorder sur certains points», a-t-il indiqué clairement.

Pas question de réviser la Constitution

Dans tous les cas, les deux partis attendent la tenue de cette session. Christine Razanamahasoa craint néanmoins, comme à chaque session, que les textes arrivent tardivement entre les mains des députés pour que l’adoption se fasse hâtivement.

«Nous avons des propositions à faire bien que la période des douze jours ne soit pas suffisante pour discuter de tels sujets», a expliqué pour sa part le chef du groupe parlementaire Tim. Cependant, «Nous ne discuterons que des textes électoraux et nullement d’une probable révision de la Constitution», a-t-il fait savoir. En effet, si le cas se présente, le Tim s’y opposera formellement.

Dans l’attente de la convocation des parlementaires, les consultations se poursuivent au sein de la Primature. Après la société civile, les partis politiques seront conviés une fois de plus. «Nous ne comprenons d’ailleurs pas la raison de cette nouvelle rencontre», s’étonne l’élue d’Ambatofinandrahina. Les textes ne pourront ainsi être finalisés qu’après consultation des acteurs électoraux et ce n’est qu’après qu’ils seront envoyés à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Tahina Navalona

News Mada0 partages

Coopération militaire Une délégation indienne dans nos murs

Une délégation issue de la Marine et du ministère de la Défense indien, conduite par Shambhu Kumaran, secrétaire en charge de la Planification et de la Coopération internationale et composée de trois membres de l’Indian Navy, est actuellement dans nos murs.

Selon les informations fournies, la visite s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération entre l’Inde et Madagascar en matière de sécurité maritime. C’est à ce titre qu’une rencontre avec plusieurs hautes personnalités du pays figure dans l’agenda de la délégation, notamment le ministère de la Défense nationale ou encore le ministère des Affaires étrangères.

«La coopération bilatérale entre les deux pays se développe dans plusieurs domaines. Cette fois, le cadre de la sécurité maritime s’ajoute à la liste», a expliqué une haute personnalité, hier, à ce propos. En effet, en se partageant l’océan, les pays riverains de l’océan Indien ont besoin de renforcer leur coopération. Par ailleurs, selon un connaisseur du dossier, la prolifération de la pêche illicite a une conséquence néfaste sur l’activité économique de Madagascar d’où la nécessité du renforcement de la protection dans le cadre de la sécurité maritime.

En tout cas, étant en terre malgache depuis hier, cette délégation effectuera sa mission jusqu’ au 19 janvier 2018. A noter que l’arrivée prochaine du président indien pour une visite officielle à Madagascar a été aussi abordée.

Recueillis par Rakoto

News Mada0 partages

Tenisy – “Afrique U14/16” : teo ho eo ihany ny vokatra

Sady tsy tsara no tsy ratsy ny vokatra azon’ny ekipam-pirenena malagasy, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Aostraly, isan-tarika, taranja tenisy, sokajy zandriny U14/16. Fihaonana, tanterahina any Botsoana. Teo amin’ny vehivavy, natao sokajy tokana, izany hoe, mifandimby mihaona ny rehetra ka voahosotra ho tompondaka ny ekipa nahazo fandresena be indrindra. Ho an’ny U14 vehivavy, nahitana an’i Maholy sy i Miotisoa ary i Randy. Fandresena roa tamin’ireo lalao telo ny azon’ny Malagasy. Nandresy an’i Botsoanà, tamin’ny isa 2 no ho 1, ny malagasy avy eo, resin’i Zimbaboe, tamin’io isa io ihany. Nandavo an’i Soazilandy, tamin’ny isa 3 no ho 0 indray. Mbola afaka miandrandra ny ho voalohany ihany izy telo mirahavavy, raha io vokatra io. Tsiahivina fa hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika izay voalohany.

Fandresena iray sy faharesena iray kosa ny an’ny U14 lehilahy, nisy an’i Angy sy i Sampras ary i Finoana.

Tsy tafavoaka intsony kosa ny sokajy U16 lehilahy, izay efa resy indroa nanoloana an’i Zimbaboe sy i Afrika Atsimo.    Torcelin

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : nazeran’ny Namibianina ny Elefanta Ivoarianina

Nitranga ny tsy nampoizina, teo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja baolina kitra, na ny  “Chan 2018”. Lavo mantsy ny Elefantan’i Côte d’Ivoire, anisan’ireo “favori”, amin’ity fifaninanana ity.

 Nidaraboka ny andrarezina, ny Elefantan’i Côte d’Ivoire, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika “Chan 2018”, taranja baolina kitra. Fihaonana, tanterahina any Maraoka, ary natokana ho an’ireo mpilalao tsy matihanina. Resin’ny Brave Warriors, avy atsy Namibia, tamin’ny isa tokana 1 no ho 0, mantsy ry zareo.

Lalao natao, ny alahady lasa teo tao amin’ny kianja tao amin’ny kianja Marrakech, ho an’ny sokajy “B”. Ny Ivoarianina izay heverina fa anisan’ireo ekipa “favori”, amin’ity fifaninanana ity.

Efa tany amin’ny fanampim-potoana (90 + 3 mn) no nandohalika teo anatrehan’ny Namibianina ny Elefanta, rehefa nahatafiditra ny baolina i Charles Hambira. Azo lazaina fa nosazin’ny Namibianina, tamin’ity, ireto Goliatan’i Afrika ireto. Tsy nisy nanampo mihitsy mantsy ity vokatra ity.

Ratsy fanombohana, araka izany, ny dian’ny Elefanta, amin’ity “Chan 2018” ity. Mety ho sarotsarotra amin’ny Ivoarianina ny hivoaka ao anatin’ity sokajy misy azy ity. Etsy ankilany mantsy, nahazo fandresena ihany koa ny Chipolopolos avy any Zambia, rehefa nandresy ny The Cranes avy any Ogandà, tamin’ny isa mazava 3 no ho 1. Samy manana isa telo avy izany hatreto ny Zambianina sy ny Namibianina, saingy manantombo eo amin’ny baolina tafiditra ny Zambianina ka mitarika vonjimaika ao amin’ity sokajy “B” ity. Mitana ny rambony kosa ny Elefantan’i Côte d’Ivoire.

Mbola vokatra tsy nampoizina ihany koa ny nandresen’i Soudan an’i Ginea Ekoatorialy, tamin’ny isa, 2 no ho 1, ho an’ny vondrona “A”.

Hitohy amin’ity talata ity indray ny fifanintsanana ka ny sokajy “D” indray no hiditra an-tsehatra.

Tompondaka

Ny fandaharan-dalao anio :

Vondrona «D»

Kianja Grand stade d’Agadir

16 janoary

16h30: Angola # Borkina Faso.

19h30: Kameronina # Kongo

 

News Mada0 partages

Taorian’ny pesta : hisokatra ny taom-pampisehoana 2018

Ratsy ho an’ireo mpikarakara fampisehoana iny taona nivalona iny. Manantena fihatsarana kosa amin’ity 2018 ity, tsy ny mpikarakara ihany fa ny mpanakanto sy ny mpankafy koa.Lasa aloha kely. Raha ny tokony ho izy, ao anatin’ny fialan-tsasatry ny Paka, manodidina ny marsa sy avrily eo, ny fanombohan’ny taom-pampisehoana eto Madagasikara. Tao anatin’ny taona vitsivitsy anefa izay, nalaza ny “Saint Valentin” na ny fetin’ny mpifankatia ka lasa nanamarika ny fanombohan’ny fampisehoana io.Ifanotofana ny manodidina ny 14 febroary amin’ity, raha tsy hilaza afa-sy ny eto Antananarivo fotsiny. Anisan’ny antony lehibe ny tsy fahafahan’ny mpikarakara nanatontosa fety maromaro tamin’ny volana oktobra, novambra ary desambra, noho ny fisian’ny pesta teto Madagasikara.Antony faharoa, fotoana fanombohana fitetezam-paritra na tetikasa isan-karazany io vanim-potoana io, ho an’ny mpanakanto. Famoahana rakikira na rakitsary, na fanehoana fiaraha-miasa vaovao.Ny fampisehoana an-trano anefa aloha no mahazo vahana amin’izao fotoana izao. Noho ny toetr’andro mbola anatin’ny fahavaratra ny antony. Tsy tena fitadiavana tombony ihany koa, fa fanomanana ny ho avy manaraka, araka izany.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Noho ny fangatahan’ny maro : haverina hatonta ireo boky nosoratan’i Dox

Anisan’ny asa soratra malaza sy mbola be mpankafy, mandraka ankehitriny, ny an’i Dox. Tsy vitsy amin’ireo tononkalony ny any anaty fandaharam-pianaran’ny ankizy any. Amin’izao fotoana izao, lany avokoa ireo boky efa navoakany, araka ny nambaran’ireo taranany. Ny olana anefa, ny fanontana boky, izay tena mandany vola tokoa, ankehitriny.

Manoloana izany, misy ny tetikasa hanonta indray ireo bokin’i Dox efa navoakany sy ireo mbola tsy nivoaka mihitsy. Maromaro ihany mantsy ireto farany, raha ny voalazan’ireo zanany hatrany.

Tsy ho toy ny mahazatra io fanontana vaovao io fa miankina amin’ny famandrihana na ilay antsoina hoe “vente par souscription”. Izany hoe, tokony hanao famandrihana aloha ireo te hahazo ny boky ka rehefa maromaro izany, hatao ny fanontana azy. Nomarihin’ireo taranak’ity mpanoratra andrarezina ity ihany fa tsy vitsy ireo mitady ny asa soratr’i Dox. Na ny eto an-toerana izany na ny any ivelany.

Midika izany rehetra izany fa mitoetra tokoa ny soratra ka na efa lasa aza ny mpanoratra azy, tsy lany mamy ny lova napetrany ary miampita amin’ny taranaka mifandimby. Tsiahivina hatrany fa nomarihina ny asabotsy 13 janoary teo ny tsingerintaona faha-105 nahaterahan’i Dox. Efa nisy ny lanonana nisantarana ny fankalazana. Mbola hitohy izany.

Landy R.

News Mada0 partages

Moramanga : niparitaka ny atidohan’ilay tovolahy voahitsaky ny kamiaobe

Nitrangana lozam-pifamoivoizana mahatsiravina indray teny amin’ny RN 2 tao Antsahatsaka Moramanga, ny faran’ny herinandro. Tovolahy iray nandeha moto no voahitsaky ny kodiaran’ny kamiaobe. Niparitaka sy nipitika mihitsy ny atidohany. Nandriaka eran’ny arabe ny ra.

News Mada0 partages

Tratra ireo mpanondrana olona any Sina : amidy 24 tapitrisa Ar ny vehivavy gasy iray

 Manodidina ny 24 tapitrisa Ar ny ivarotana ny vehivavy gasy iray haondrana any Sina. Voasambotry ny polisy ireo olona telo atidoha mpanao ity ”bizna” hafakely ity.

Ketrika avo lenta ! Ravan’ny polisy avy ao amin’ny sampana « enquête spécialisée » ireo tambajotra mpanondrana tovovavy any Chine. Nigadona teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, ny 8 janoary 2018 lasa teo ny vehivavy iray (nipetraka dimy taona tany Chine) fantatra amin’ny solon’anarana hoe Mina na Emilienne. Araka ny fanazavan’ny polisy, atidohan’ity fanondranana tovovavy Malagasy any Chine ka manery azy ireo hanambady teratany Sinoa rehefa tonga any ity vehivavy ity. Mody fifanarahana arak’asa no nambaboany ireo tovovavy miainga eto an-tanindrazana, saingy mivadika ho fanerena amin’ny alalan’ny fampanambadiana sinoa antitra any ambanivohitra lavitra any Chine anefa izany rehefa tonga any. Mitentina 24 tapitrisa Ar ny tovovavy fotsy fihodirana raha latsak’izay kosa ny mainty hoditra. « Amidin’ireo mpanondrana amin’ireo sinoa nanao famandrihana amin’ny alalan’ny tambajotra ireo tovovavy ireo. Alefa any ambanivohitra lavitra izy ireo mba tsy hahafahany mitsoaka. Rehefa tsy afa-po ilay Sinoa nividy ireto tovovavy ireto dia miantso an’i Mina ka atakalo tovovavy hafa indray ka toy izay hatrany ny iainan’ireo tovovavy ireo any Chine”, hoy ny fanazavan’ny polisy. Maro ny fitarainana voarain’ny polisy momba ity raharaha fanondranana sy fivarotana tovovavy mankany Chine ity, indrindra fa tamin’ny alalan’ny tambajotran-tserasera. Nanokatra fanadihadiana ny polisy ka voasambotra ny 14 novambra 2017 ny lehilahy iray mpanondrana sy mpampiantrano ireo tovovavy haondrana any Chine. Mbola tratra tao an-tranony tamin’io fotoana io ny tovovavy roa, tsy ampy taona ary efa nahavitany taratasy hosoka misy salan-taona diso ahafahana manondrana azy ireo. Ny 15 novambra 2017 tonga nametraka fitoriana tao amin’ny polisin’ny « enquête spécialisée », ny ray aman-drenin’ny tovovavy iray fa hoe iharan’ny herisetra sy vono ny zanany any Chine ary namidy amin’ny sinoa.

Tratra ireo tompon’antoka ka isan’izany ity lehilahy voasambotra ity sy ny vadiny ary i Mina, izay mpanafatra sy mpivarotra ireo tovovavy any Chine.

Mahazo 10 tapitrisa Ar isaky ny tovovavy alefa…

Niroso hatrany ny fanadihadian’ny polisy ka noraisim-potsiny teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, ny vehivavy iray mitondra ireo tovovavy mankany Chine ary manome azy ireo an’i Mina rehefa tonga any an-toerana. Ny fanadihadiana nataon’ny polisy no nahafantarana fa mahazo 10 tapitrisa Ar isaky ny olona ao anatin’ny tapa-bolana izy ireo (nanomboka ny taona 2014). Nogiazan’ny polisy ny fiara sy entana nentin’ilay vehivavy naman’ilay atidoha avy any Chine, fantatra fa anisan’ny vokatra azony noho ny fivarotana ireo tovovavy Malagasy. Tsy nijanona teo ny fanadihadiana fa nitohy hatrany ary nihasarotra aza satria marobe ireo ankizy tsy ampy taona mitaraina noho ny herisetra ataon’ireo sinoa antitra any Chine. Nanome alalana ahafahana manenjika ireo voarohirohy any Chine ny fitsarana misahana ny zaza tsy ampy taona. Nisy ny fiaraha-miasan’ny polisy tamin’ireo masoivoho Malagasy any Chine sy ny masoivoho Sinoa eto Madagasikara ka nahafahana nisambotra an’i Mina tao Ningde Chine ary nampody azy teto Madagasikara ny 8 janoary 2018 tamin’ny alalan’ny sidina Vol Md 19 Guangzhou – Antananarivo. Tovovavy roa hafa namidin’izy ireo tany an-toerana tafaverina niaraka tamin’io sidina io.

Aoka tsy ho voafitaka ireny karazana asa any ivelany ireny intsony fa izao mivadika zava-kafa rehefa tonga any.

Jean Claude

News Mada0 partages

Tsy ahina ny valanaretina any Toamasina : tafakatra 51 ireo maty vokatry ny rivdoza Ava

Tafakatra 51 ny isan’ny olona namoy ny ainy vokatry ny rivodoza Ava, araka ny tatitry ny BNGRC nalefany ny alahady tamin’ny 8 ora alina. Mahatratra 22 kosa ireo tsy hita popoka. 161 328 ireo traboina manerana ny Nosy, 54 827 ny olona voatery nafindra toerana ary 17 613 hatramin’izao ireo mbola tsy tafaverina any an-tokantranony.

Niainga, omaly, ny ekipa roa ao amin’ny BNGRC nandeha any Farafangana sy Ambanja hanohana ny tomponandraikitra efa any an-toerana handrindra ny asa sy hanomana sahady ny fiavian’ny rivodoza manaraka rehetra.

Voalaza fa efa nody ny traboina amin’ny kaominina maromaro (Ambohidrapeto, Ambohijanaka…) ao amin’ny distrikan’Antananarivo Atsimondrano, faritra Analamanga sy ny ao Soanierana Ivongo.

Ho an’ny any Toamasina Renivohitra, tsy mbola misy ny valanaretina niseho taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Ava farany teo, mbola miasa ihany koa ny ekipa mitety tanàna miditra an-tsehatra avy hatrany raha misy ny olana eo amin’ny fahasalamana, araka ny nampitain’ny lehiben’ny “équipe mobile d’intervention”, ny dokotera Randrinarivololona José, ny herinandro lasa teo teny amin’ny toeram-piasany. Efa nody any an-tokantrano avokoa na namonjy havana ny traboina teny amin’ny toeram-pandraisana roa tao an-tanàna. Mitohy koa ny fanentanana ny vahoaka amin’ny fahadiovana. Nametrahana fanafody sy fitaovana koa eny amin’ny CSB enina ao Toamasina ho an’ireo traboina marary.

Vonjy A.      

News Mada0 partages

Chronique : qui annonce le plus doit le moins

Le gouvernement par la voix de la Ministre de la Justice prépare l’opinion à propos de son intention d’arrêter Marc Ravalomanana en application d’un arrêt condamnant celui-ci à une peine de détention. De nombreuses questions surgissent naturellement autour de la détermination actuelle du pouvoir à mettre en branle cette condamnation, et de l’annoncer sans procéder ne serait-ce à effectuer la première étape de la procédure, notifier l’arrêt à l’intéressé alors que cela fait plusieurs années qu’il est présent au pays et que l’on l’a même déjà assigné à résidence fixe.

Absence de cohérence ou volonté expresse de gouvernance faussement maladroite. Pour moins qu’une situation faisant l’objet d’une annonce publique d’arrestation en application d’une décision judiciaire, les pouvoirs publics interdisent à toute personne concernée par un contentieux pénal la sortie du territoire. Telle n’a pas été la mesure adoptée à l’encontre de Monsieur Marc Ravalomanana, qui va est vient à l’extérieur du territoire comme bon lui semble. Cette mesure de restriction de liberté peut relever d’une décision administrative, a fortiori d’une décision du Parquet dans la sphère d’autorité du ministère de la Justice.

Monsieur Ravalomanana selon ses partisans dispose d’arguments majeurs à faire valoir à sa défense, position qui lui permet peut-être de tenir parfois des propos provocateurs.

On ne peut pourtant passer sous silence que les mésaventures voire maltraitances et autres harcèlements que subit Marc Ravalomanana relèvent de méthodes indignes qui ont apparu les premières fois du temps où lui était aux commandes. La première victime d’une interdiction d’entrée sur le territoire faite à un citoyen a été Pierrot Rajaonarivelo. La première fois qu’un ancien Chef d’Etat a été condamné par une Cour autre que la Haute Cour de Justice pour des actes commis dans l’exercice de son mandat de Président, a aussi eu lieu du temps de Ravalomanana. Évidemment le fait que lui-même ait toléré ces abus ne saurait justifier que l’on pratique à son encontre les excès de son crû. Il reste que l’état de victime ne peut parvenir à effacer un passé de « bourreau » ayant inauguré des méthodes tourmenteuses.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Amateurs de farniente (2) (Suite et fin.)

En première ligne, nous voyons la répression du vagabondage ; cette mesure, qui s’est montrée opérante en France, porterait les mêmes fruits dans la Grande Île où trop d’outlaws vivent en marge et aux dépens des populations laborieuses.

On demandait ensuite que le livret de travail complétant la carte individuelle fût obligatoire, pour permettre de suivre le travailleur dans toutes ses pérégrinations de chantier à chantier ou de plantation à plantation. L’établissement d’un pareil livret faciliterait singulièrement les rapports entre employeurs et employés.

Il conviendrait aussi que la main-d’œuvre pénale fût réellement organisée afin d’obtenir des condamnés un rendement plus sérieux.

Il faudrait enfin réviser les conseils d’arbitrage dont les sanctions sont toujours à l’avantage de l’indigène puisqu’elles ne sont suivies d’effet réel qu’en cas de condamnation du colon. Cette mesure devrait être complétée par une augmentation notable de la contrainte par corps.

Tous ces desiderata marqués au coin du bon sens ont été exprimés il y a déjà quelque temps ; on a eu tout le temps nécessaire pour les étudier en vue de leur application.

Malheureusement, tout permet de penser que la Chambre consultative et le Comice agricole de Tananarive en ont été pour leur délibération, car il n’est pas à notre connaissance qu’elles aient été suivies d’effet.

La « Journée Galliéni » à Madagascar

Dans la Grande Île, la population de Marovoay a voulu clôturer l’année par un hommage au regretté pacificateur de Madagascar.

Elle a, les 30 novembre et 1er décembre derniers, organisé des fêtes populaires qu’elle a dénommées « Journées Galliéni ». De brillants préparatifs furent faits près d’un mois à l’avance. Les brillants résultats obtenus l’ont été en partie grâce à M. Avonts-Saint-Lager, administrateur qui a prêté la collaboration officielle aux organisateurs de ces belles journées.

La journée « Galliéni » organisée par la ville de Tamatave a eu, en dépit d’une pluie diluvienne, un plein succès et la recette réalisée a dépassé 3 000 francs.

Parmi les attractions, on remarquait un pousse-pousse dans lequel trônait l’effigie en terre glaise du kaiser enchaîné et les mains rouges de sang.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com`

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : very hasina ny tanàna

Misoko miadana toy ny ron-gisa ny fihanaky ny fivarotana an’arabe. Fihetsiketsehana no betsaka. Etsy roahina amin’ny fomba mahery setra, misarisary hetraketraka mihitsy aza ny mpivarotra. Atsy ambadika, mandavaka toerana hafa indray hametrahana mpivarotra vaovao. Tsy tsara dinika akory anefa araky ny fahatazanana azy ny antony nisafidianana ilay sehatra. Ny vokany dia toy ny fanalana fahasahiranana avy amin’ny toerana iray amin’ny alalan’ ny famindrana azy tsy lavitra akory.

Asa izay tena tompon-teny farany mikasika ny fanapahana an’izany. Misy mantsy milaza fa tsy ny Ben’ny Tanàna no tompon’andraikitra hatramin’ny antsipirian’ny tranga eto amin’ny tanàna. Ny mpifidy tsy mahafantatra afa-tsy izy. Na arany antsakany sy andavany ny fitantanana na tsia, izy no nisafidy an’ireo lefitra sy mpikarama manodidina azy izay ametrahany toky ho mpanatanteraka sy ho tompon’andraikitra amin’ny anarany. Tsy afaka amin’ny adidy nataon’ny mpanampy azy ny tompon’andraikitra. Toy ny minisitra ny mpanampy, olona notendrena fa tsy olom-boafidy. Tompon’antoky ny asan’ny olona notendreny eo anoloanan’ny mpifidy azy ny tompom-pahefana nomena adidy.

Matetika moa araky ny tazana dia mpandraharaha sinoa no mahay mitady làlana ho an’ny fahazoan-dàlana ho fanaovana varotra amin’ny toerana tsy nampoizina. Tsy hanao resa-be momba izany. Ny tranga miteraka disadisa amin’izao fotoana izao, dia ny fametrahana tsena maharitra amin’ilay arabe manelanelana ny “pavillons” sy ilay sehatra kely misy tohin’ny “pavillons” aty ambadika. Tsy hiady hevitra momba ny fifamoivoizana izay efa iaraha-mahafantatra ny tsy fahampian’ny arabe sy ny fahatereny raha ny isan’ny fiara mivezivezy eto Antananarivo no jerena. Ny ao anoloan’ny “pavillons” moa efa nihena ny toerana ahafahana manajanona fiara noho ny fananganana ilay “centre commercial”. Aty ambadika koa dia tsy ny fametrahana fiara ihany no nofoanana fa na ny fandalovan’ny fiara koa aza.

Tsena tsy mamokatra anefa no napetraka amin’izany toerana izany. Inona moa ity atao hoe tsena tsy mamokatra ity ? Tsotra. Ny tsena tsy mivarotra entana vokatra eto an-toerana. Tsy lavina fa manavotra ny mponina ny fripy sy ny akanjo voazaitra avy any Sina. Vola mivoaka daholo anefa ny vidin’izany. Tsy fahaizana mitantana angamba no nahatonga ny fisehon’ny toe-draharaha toy izao, fa izany tsy manala adidy amin’ny fanajarina ny fiaraha-monina eto amin’ny tanàna, ka hivarinana any amin’ny fanaovana an’ izao kitoatoa rehetra izao.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : le droit de Trumper

Monsieur Donald Trump a suffisamment habitué le public à des facéties d’un goût douteux que l’on partagerait de trivialité avec lui à s’en offusquer et à le suivre à chaque fois dans ce registre. Ce n’est pourtant pas l’envie qui manque parfois tant le bouffon dépasse les limites. Quelle satisfaction sans besoin de se salir soi-même que d’entendre ses compatriotes déverser condamnations et injures à son endroit. Là-bas, l’inquiétude a dépassé la classe politique, atteint scientifiques et intellectuels, qui convaincus de la maladie de leur Président cherchent une procédure pour l’empêcher de détonner davantage.

News Mada0 partages

Any amin’ny 1 445 km atsinanan’i Toamasina : tsy hiditra eto Madagasikara ilay rivodoza Berguita

Vinavinaina ho tsy hiditra eto Madagasikara ilay rivodoza Berguita raha ny antontan-kevitra izao maraina izao, araka ny fanambaran’ny teknisianina mpamantatra ny toetry ny andro, omaly. Tombanana hitondra orana kosa nefa izy ho any amin’ny tapany atsimo atsinanana, ny

faran’ny herinandro izao, ka mila miomana ny rehetra.

Tamin’ny 11 ora maraina omaly, tany amin’ny 1 445 km atsinanan’i Toamasina no misy ny

foibeny. “Forte tempête tropicale” izy amin’izao fotoana izao fa vinavinaina ho lasa “cyclone tropical” ao anatin’ny ora ho avy. Mahatratra 110 km isan’ora any rivotra miaraka aminy ary 155 km isan’ora ny tafiotra manodidina ny foibeny. Hikisaka miadana mianavaratra

andrefana izy ao anatin’ny roa andro ho avy amin’ny hafainganam-pandeha 10 km isan’ora.

Andaniny, misy rivodoza hafa miforona ao amin’ny lakandranon’i Mozambika. Any amin’ny 362 km avaratra andrefan’i Besalampy ny misy ny foibeny, omaly maraina. Vinavinaina hitombo hery izy ary hikisaka mianandrefana ka tombanana hiditra any Mozambika. Tsy hampiova ny toetry ny andro any avaratry ny Nosy ny fisiany.

Misento kely indray ny isan-tokantrano manoloana ny fivoaran’ny toetry ny andro. Nanahy be ihany amin’ny mbola fisian’ny rivodoza roa be izao manatona ny Nosy ny rehetra nefa ny takaitra navelan’i Ava, mbola tsy tafarina akory.   Momba ny toetry ny andro, hahazo orana ny tapany avaratry ny Nosy entin’ny talio any avaratra andrefan’i Madagasikara. Ny alizay kosa no mandrafitra ny toetry ny andro ho an’ny faritra sisa. Ho mafy ny fitsokan’ny rivotra amin’ny tendrony avaratra sy ny morontsiraka atsinanana sy atsimo atsinanana, amin’ity herinandro ity.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Pr. Ratsimbazafy Jonah : « mila atao fandaharam-pianarana ny mikasika ny varika »

 Vitsy ny Malagasy manam-pahaizana manokana mikasika ny varika, toa ny Profesora Ratsimbazafy Jonah. Lehilahy tia manetry tena, tsy tia sehoseho nefa mandray andraikitra amin’ny sehatra maro samihafa. Dinidinika.

Gazety Taratra (*): Inona ny nahatapa-kevitra anao hisafidy handalina mikasika ny varika?

Pr. Ratsimbazafy Jonah (-): Nentin’ny ray aman-dreny nitsidika ny valanjavaboahary Tsimbazaza aho fony kely, anisan’ny nahitana ireo gidro na varika tsy misy afa-tsy eto amintsika. Efa tia biby aho, ka fianarana norantoviko ny mikasika ny tahirintany (fossiles). Taty aoriana, niara-nahita niaraka tamin’ny mpikaroka vahiny ny fandrika varika sy biby aho, ka nalahelo mafy ary teo no nanapahako hevitra handalina bebe kokoa sy hiaro azy ireo.

Kely i Madagasikara, 0,4% miohatra amin’izao tontolo izao, nefa eto amintsika avokoa ny 20%-n’ny karazana varika (primates) eto ambonin’ny tany, nisy teto efa 50 tapitrisa taona. Karazany 17 ny efa tsy misy intsony, milanja 11 kilao ny kely indrindra ary 200 kilao ny lehibe. Miisa 113 ny karazana varika eto Madagasikara, atahorana ho ringana ny 90%.

*: Inona ny tsindry sy loza mitatao ny varika ary inona ny vahaolana arosonao?

-:Mahatonga ny varika hihavitsy ny fihazana, ny fiompiana an-trano. Anisan’ny tena mpihaza sy mpihinana azy ireo ny firongatry ny mpitrandraka harena an-kibon’ny tany any anaty ala sy ny faritra arovana. Izany hoe, potika ny toeram-ponenany sady maro ny mamono azy.

Tsy fantatry ny maro ny maha harena ny varika. Tsapanay izany nandritra ny fankalazana ny Andron’ny varika maneran-tany (Festival mondial des lémuriens). Misy mihitsy aza olona tompon’andraikitra ambony tsy mahatsapa izany lanjany izany, nefa mampidi-bola vahiny be dia be avy amin’ny fizahantany. Tsy tena ampiharina ny lalàna sy ny fanasaziana ireo mpihaza sy mpamono ny varika, nefa voasoratra ao anatin’ny fehezan-dalàna mikasika ny faritra arovana (Coap) fa zary soratra fotsiny ny fanagadrana sy ny lamandy.

Vahaolana ny lafiny fanabeazana sy ny fanentanana. Mila hampidirina any anaty fandaharam-pianarana rehetra (ambaratonga voalohany, faharoa, fahatelo) ny maha harena ny zavaboahary eto amintsika, atao vaindohan-draharaha ny mikasika ny varika. Miantoka ny fiainan’ny tontolo mananaina ny varika. Mandray anjara amin’ny fitsiry sy ny fitombon’ny zavamaniry. Ampiroboroboina ny lalam-piofanana zahavoahary (ecotourisme), fa tsy ampy ny lafiny fandraisam-bahiny sy ny fisakafoana (hotellerie) fotsiny. Hovaina ny fomba fambolen-kazo, ampiharina eny ifitony mihitsy, isaky ny fokontany sy ny kaominina.

Mila mahafantatra ny momba ny varika ny tompon’andraikitra samihafa, toy ny mpitandro filaminana sy ny mpitsara, ohatra. Aparitaka manerana ny toeram-piasam-panjakana ny petadrindrina fanentanana sy fampahafantarana ny varika. Tokony hovaina karazana varika, sifaka, babakoto, bandro, aye-aye ny sary famantarana ny ivon-toerana samihafa, fa tsy sarin’omby intsony, satria tsy tena Malagasy io.

Atao henjana sy tena ampiharina ny lalàna. Fantaro fa migadra mandra-pahafaty ny famonoana ny biby panda, anisan’ny mampiavaka an’i Sina.

*Ny fitantananareo ao amin’ny Vondron’ny mpikaroka mikasika ny varika (Gerp) ny any Maromizaha Moramanga?

–Tsindry mihatra ny any Maromizaha, ao anatin’ny Faritra arovana vaovao (Nap), ao anatin’ny tandavanala Ankeniheny–Zahamena, ny fitrandrahana vatosoa “corindo” sy ny “jaspe” ao anatin’ny faritra tena tsy azo kasihina sy idirana (noyau dur). Eo koa ny fitrandrahana vato granita, ny tavy sy ny fanaovana saribao. Misy olona ambony miaro ireo mpanimba ala ireo.

Maro anefa ny tetikasanay hiarovana ny faritra sy hampandrosoana ny fiainan’ny mponina. Santionany ny fiompiana tantely, kisoa, trondro ary ny voly avotra samihafa. Eo koa ny famokarana ilomenaka. Miisa 19 ny fikambanana miara-miasa aminay, ary omena lanja koa ny fikambanam-behivavy, ny mpikaroka mpanampy sy ny mpitarika mpizahatany, mikarama manokana. Mandray anjara amin’ny fandoavana ny karaman’ny mpampianatra dimy ny Gerp.

Maro ny mpiara-miombon’antoka amin’ny Gerp. Toy ny FAPBM, ny Houston, ny Zoo, ny Université Turin, ny LDVI USA, ny Corps, ny Université Antananarivo, Toamasina, Mahajanga, sns. Eo koa ny fiaraha-miasa amin’ny rafi-panjakana samihafa.

Tsy afaka miteny izahay fa ampy ny zava-bita, saingy azo lazaina fa mivoatra ny fiainan’ny mponina. Heverinay hatao amin’ity taona 2018 ity ny fampidirana jiro ny tanànan’Anevoka any Maromizaha.

*Manao ahoana ny fiaraha-miasa amin’Ambatovy?

–Tena nanaitra ahy! Maro ny nanome tsiny ity orinasa iraisam-pirenena ity, saingy lazaiko tsy mitanila, fa tena manokana volabe hitsinjovana sy hiarovana ireo biby sy zavamaniry izy ireo. Manome lanja manokana ny fikarohana, miara-miasa amin’ny mpikaroka malagasy sy vahiny. Tanjona ny tsy hisian’ny karazam-biby hanjavona aorian’ny fitrandrahana sady manana drafitrasa manokana hamerenana ny zavamaitso.

Nangonin’i Njaka Andriantefiarinesy

Voafidy ho mpikambana ao anatin’ny Akademian’ny siansa aty Afrika (AAS) ny Pr. Ratsimbazafy Jonah, ny desambra 2017 teo. Izy no Malagasy faharoa, miaraka amin’ny Pr Andriambololona Raoelina, manampahaizana amin’ny fizika nokleary eto Madagasikara. Efa mpikambana tao koa Rajaona Andriamananjara, filoha teo aloha ny Akademia Malagasy, nodimandry ny taona 2016.

Mitovy hevitra amin’ny Pr. Andriambololona Raoelina ny Pr. Ratsimbazafy Jonah, amin’ny hoe : “toeram-panompoana io fa tsy toeram-boninahitra. Nambarany fa “lehibe ny asa miandry ahy ao amin’ny AAS, hampandrosoana ny asam-pikarohana eto Madagasikara aloha sy any Afrika, hamolavola toe-tsaina mpikaroka sahy sy Hendry”.

 

News Mada0 partages

Nankarary zaza : tsy azo amidy ny ronono marika Picot

Nahatratra 20 ny zaza latsaky ny enim-bolana narary tany Frantsa, ny volana novambra 2017, vokatry ny fihinanana vovo-dronono. Taorian’ny fanadihadiana, nanapa-kevitra ny fanjakana frantsay fa tsy azo amidy intsony ary esorina eny an-tsena ny ronono ahitana karazany 600, vokarin’ny orinasa Vondrona Lactalis. Anisan’izany ny marika Picot SL tsy misy “lactose” ho an’ny zaza menavava milanja 350 grama, ny Pepti Junior tsy misy “lactose” ho an’ny zaza milanja 460 gr ary ny Milumel Bio tsy misy menaka “palme” ho an’ny zaza 900 gr, sns.

Mbola ahitana dokambarotra amin’ny fahitalavitra

Mahatratra 12 tapitrisa ny boatin-dronono nesorina teny amin’ny tsena tao anatin’ny firenena 83 maneran-tany, nivarotra ity vovo-dronono marika Picot ity. Eto Madagasikara, maherin’ny 1.000 ny boatin-dronono nesorina teny an-tsena, ny faran’ny taona 2017. Mahavariana anefa fa mbola ahitana dokambarotra momba azy ihany manohana fandaharana mikasika ny fahasalamana amina fahitalavitra iray eto Antananarivo.

Aretina antsoina hoe “salmonellose” no nateraky ny fihinanana ity vovo-dronono ity, avy amin’ny “bacteria salmonelle”. Fisehony ny fanaintainan’ny kibo, mivalana ary marary ny loha. Mipoitra ny aretina 12 ora hatramin’ny 72 ora aorian’ny fihinanana ny vovo-dronono.

Njaka A. 

News Mada0 partages

Berguitta et compagnie : la météo rassure

La présence de la forte tempête tropicale «Berguitta» dans l’océan Indien et la formation d’une perturbation tropicale dans le nord du canal de Mozambique n’affecteront pas les conditions météorologiques de Madagascar, selon la météo.

«D’après les éléments de prévision de ce matin, il sera peu probable que Berguitta touchera terre sur Madagascar», a fait savoir, hier, le chef de service de la communication de la Direction générale de la météorologie (DGM) Ampandrianomby, Mamy Nirina Randrianarivelo.

Dans son bulletin spécial cyclone n° 3, en date d’hier, la météo a annoncé qu’à 10 heures locales, «Berguitta» a été localisée à 1445 km au large de Toamasina. Et dans les prochaines heures, il se peut que Berguitta atteigne le stade de cyclone. La force du vent qu’elle apporte, est estimée à 110 km/h, alternée par des rafales de 155 km/h à proximité de son centre. Elle poursuivra son cap vers le nord-ouest dans les deux prochains jours et ce à un rythme réduit de 6 à 10 km/h.

«Toutefois vers la fin de cette semaine, Berguitta engendrera un temps perturbé dans le sud-est du pays, lors de son passage au large», a mentionné la météo.

Quant à la perturbation tropicale dans le canal de Mozambique, à 10 heures locales, son centre a été positionné à 362 km au Nord-ouest du district de Besalampy, de la région de Melaky.

«Il est probable qu’elle s’intensifie en tempête tropicale, avant son atterrissage sur les côtes de Mozambique», a noté la météo. De conclure que «sa présence n’engendrera pas de modification notable sur les conditions météorologiques dans le nord du pays».

Sera R.

 

News Mada0 partages

Maltraitance d’enfants : un phénomène en recrudescence

Avec plus de 17 cas par mois enregistrés en moyenne auprès du Service central de la police des mœurs et de la protection des mineurs (SCPMPM) à Anosy, on peut dire que la maltraitance d’enfants prend de l’ampleur dans la capitale.

Durant l’année 2017, 214 plaintes ont été reçues par le SCPMPM (70 garçons et 73 filles). Les mauvais traitements touchent même des enfants en bas âge, moins de 5 ans, dont 14 fillettes et 6 garçons. Par la suite, 121 personnes ont été mises en cause et une trentaine ont été placées sous mandat de dépôt à la Maison centrale d’Antanimora. Le reste a obtenu une liberté provisoire. En effet, 103 des plaintes sont encore en instance si les 111 ont été traitées.

Coups et blessures volontaires

Les coups et blessures volontaires (CBV) envers les enfants relèvent en majeure partie de la maltraitance, de source, hier, auprès de la ligne verte 147 qui est mise à disposition des citoyens pour signaler ou dénoncer des cas.

Les auteurs ne sont pas forcément les parents, mais peuvent être également des proches ou des voisins. L’exploitation par le travail, par des placements à titre de domestique entre autres, n’est pas aussi à écarter. En effet, c’est dans ce domaine que des CBV, commis par les employeurs, ont également été recensés.

A part les maltraitances physiques, l’exploitation à des fins commerciales des mineurs, entraînant un préjudice réel et potentiel pour la santé, n’est pas rare. «Dans ce domaine, les parents confondent toujours l’accomplissement des tâches familiales quotidiennes à l’exploitation des enfants au travail pour améliorer les revenus familiaux», a noté un officier de la police du SCPMPM. Notamment dans les milieux défavorisés.

Sera R.

News Mada0 partages

Consommation : le prix du charbon de bois s’envole

Il fallait s’y attendre. Le sac de charbon de bois a connu une hausse considérable avec les intempéries qui ont frappé la capitale ces dernières semaines.

En difficulté. Arrondir leurs fins du mois en ce début d’année est quasi impossible pour bon nombre de ménages dans la capitale, face à la hausse incessante des prix à la consommation, notamment après le passage du cyclone «Ava» dans le pays.

Parmi les produits ayant connu une augmentation figure le charbon de bois, un combustible plus que nécessaire pour la majorité de la population. Le prix du sac s’élève actuellement entre 23.000 et 25.000 ariary chez les détaillants, notamment du côté de Mahazo ou encore à Andravoahangy…, soit une hausse allant jusqu’à 8.000, voire 10.000 ariary par rapport aux périodes ordinaires.

Les commerçants consultés sur le sujet annoncent même une prochaine envolée du prix de ce combustible dans les prochains jours dans la mesure où les stocks parvenus à leurs points de vente, avant les périodes de pluies, sont actuellement épuisés. Ils devront ainsi attendre les prochains arrivages, qui ont des prix de revient plus chers que les précédents, vu la difficulté d’accès dans les zones productrices, surtout durant les périodes cycloniques.

«Les coûts de transport tout comme le prix du sac de charbon en gros chez les producteurs augmentent avec, d’autant que ce combustible se fait rare comme à chaque saison de pluies, puisque les conditions de cuisson ne sont pas réunies en cas de fortes pluies», a évoqué un détaillant à Ankadindramamy.

Aucune alternative

La plupart des ménages n’ont d’autres choix que de se plier à la fluctuation des prix appliqués par les commerçants vu qu’ils ne disposent  d’aucune autre alternative pour remplacer ce combustible. Pour faire face au coût du charbon de bois, certaines familles sont obligées de se serrer la ceinture, en réduisant les besoins journaliers. Pour se faire, elles optent pour des aliments faciles à cuire, sans besoin d’énormes quantités de charbon, comme l’a témoigné une mère de famille du coté d’Ambohimirary.

Sachant que la consommation moyenne d’un ménage est estimée mensuellement à deux sacs, la demande des ménages en charbon de bois a notamment multiplié par trois sur les trente dernières années.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

IIe arrondissement : les employés réclament le limogeage du délégué

Un ras-le bol généralisé au sein du IIe arrondissement de la capitale. Les employés sortent de leur silence en dénonçant l’abus de pouvoir du premier responsable de cet arrondissement, le délégué Jacques Nirina Razafindraibe. Pour se faire entendre, ils ont observé une grève d’avertissement d’une journée, hier, à Ambanidia, en assurant juste un service minimum.

Ils revendiquent le limogeage de ce responsable dans l’immédiat. Ce dernier est pointé du doigt suite à  «ses comportements qui ne respectent ni le droit ni la valeur de ses subordonnés, en leur donnant  à tour de rôle, et tout le temps, une demande d’explication infondée», a témoigné  l’un des grévistes.

«Le délégué arrive jusqu’à agresser physiquement le personnel, notamment le planton et ce devant les usagers des services de la commune», a soulevé un autre. Un cas qui a été déjà rapporté auprès du directeur des ressources humaines (DRH). Mais celui-ci se montre incompétent pour dénoncer un tel abus de pouvoir.

 Grève générale

Cette manifestation va se poursuivre ce jour dans la mesure où la rencontre avec les responsables au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), visant à dénouer ce problème, n’a pas été fructueuse. Une grève générale, qui peut aller jusqu’au blocage de la machine administrative au sein du IIe arrondissement risque de survenir au cas où les employés n’obtiendraient pas gain de cause dans les 48 heures (ndlr, depuis hier), d’après leur décision.

A cette occasion, les travailleurs menacent de dévoiler au grand jour les irrespects des législations en vigueur  perpétrés par ce responsable. Ce dernier dénonce à son tour la réaction de ses subordonnés, qui manquent d’enthousiasme dans leur travail. La guerre est déclarée entre les deux parties.

Fahanarison

News Mada0 partages

Ankatso et Vontovorona : les étudiants sont sortis de leurs gonds

Les étudiants de la Faculté de médecine d’Antananarivo et ceux de l’école polytechnique de Vontovorona viennent de nouveau d’entrer en grève hier, Devant l’entrée de leurs campus respectifs, les uns ont brûlé des pneus tandis que les autres ont dressé des barricades.

Comme il fallait s’y attendre, après une sommation de grève la semaine dernière sur l’esplanade d’Ankatsoa, les étudiants en médecine sont revenus à la charge, hier matin, sur le même lieu. Au même moment à Vontovorona, les étudiants en polytechnique sont également sortis de leurs gonds en descendant dans les rues.

Aux environs de 10 heures, les manifestants ont décidé d’enclencher la vitesse supérieure, en sortant de leurs campus respectifs. Ceux d’Ankatso sont descendus au terminus du taxi-bé 119, tout en scandant leurs revendications, pour ensuite brûler des pneus, à plusieurs mètres des forces de l’ordre. Du côté de Vontovorona, les étudiants ont érigé des barrages de branches, juste avant le pont se trouvant près de l’abattoir des Chinois.

Jets de pierres contre gaz lacrymogène

Durant quelques minutes, la circulation a été coupée à Ankatso, notamment au terminus de la ligne 119. Les commerçants du lieu ont aussi vite fermé leur porte car habitués à ce genre de tumulte, ils savent qu’à tout moment, la situation peut se dégénérer. D’ailleurs, c’était le cas car les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser les étudiants aussi bien à Ankatso qu’à Vontovorona. Et cette confrontation s’est toujours soldée par des échanges de tirs de grenades lacrymogènes contre les habituels jets de pierres.

«A ma connaissance, ni blessé ni arrestation n’ont été enregistrés durant ces deux manifestations», a indiqué le président des étudiants de l’école polytechnique de Vontovorona, Hasina Razakaniononana. A Ankatso, un élément des forces de l’ordre a été blessé à la tête.

Des revendications différentes

Les revendications des manifestants sont différentes. Deux mois de bourses impayés pour la Faculté de médecine. Quant aux doléances de l’école polytechnique, elles reposent sur quatre points qui n’ont rien à voir avec les bourses. En fait, les étudiants de Vontovorona réclament le remboursement de 10 000 ariary qu’ils ont payé en surplus lors de l’inscription au début de l’année. D’après les informations fournies, le montant s’élève à 30 millions d’ariary.

Le montant des écolages à maintenir, ainsi que la baisse des droits d’inscription, font également partie des revendications. A cela s’ajoute l’observation d’une baisse du loyer des logements universitaires par rapport à la hausse appliquée ces derniers temps.

Terrain d’entente à Ankatso

Afin que la situation ne s’envenime, le président de l’Université, les doyens des facultés et les présidents des associations des étudiants ont tenu une réunion hier en fin de matinée. Les parties prenantes ont décidé que le calendrier de paiement des bourses d’étude sera publié au cours de cette semaine.

A Vontovorona, les étudiants sont dans l’expectative. Il a été rapporté que les négociations se poursuivront encore ce jour.

Sera R.

News Mada0 partages

Saisie de tortues a Ivato : l’ancien assistant parlementaire écroué

Fin de parcours pour l’ancien assistant parlementaire impliqué dans une tentative d’exportation de tortues. Le bandit a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora après son défèrement au parquet du tribunal d’Anosy, hier.

A l’issue de son défèrement au parquet du tribunal d’Anosy, l’individu arrêté pour avoir essayé de faire passer plusieurs tortues à l’aéroport international d’Ivato, a été placé sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora.

L’on sait aussi qu’il n’était plus un assistant parlementaire en service. «Avant, il était le conseiller technique d’un député de Toliara. Mais ce dernier l’a démis de son poste», ont déclaré les responsables au sein de l’Assemblée nationale interrogés à propos de l’affaire. D’ailleurs, le président de l’Assemblée nationale Jean-Max Rakotomamonjy a farouchement contesté l’authenticité  de l’ordre de mission que le suspect a présenté à l’aéroport. Il a déclaré n’avoir pas signé le document.

Un Chinois derrière

Passé à l’interrogatoire, l’ancien assistant parlementaire a indiqué qu’il est victime de la tromperie d’un opérateur économique chinois. Celui-ci serait le propriétaire des tortues. Pour se disculper, il a déclaré durant les enquêtes que le Chinois lui a fait savoir que ce sont des cafés qui étaient dans les valises à transporter vers Vietnam et non des bébés-tortues.

Impliqué dans un trafic de drogue

Prévu samedi dernier, le défèrement de l’individu a été reporté hier à cause de nouveaux indices retrouvés par la police le soupçonnant d’être impliqué dans d’autres affaires. En fait, les enquêtes menées par la police ont révélé que le soi-disant assistant parlementaire serait également impliqué dans le fameux trafic de stupéfiants mis au grand jour en mai 2016 à Ihosy. Ce jour- là, les policiers ont mis la main sur 131 sacs de cannabis soit environ 2 tonnes, transportés à bord de plusieurs voitures dont trois Nissan Patrol portant des cocardes.

Rappel des faits

L’ancien assistant parlementaire s’est servi du passeport de service et du faux ordre de mission signé par le président de l’Assemblée nationale pour prendre le vol de Kenya Airways. Il a allégué qu’il allait au Vietnam pour une réunion d’affaires. Mais une fois à l’enregistrement, ses comportements suspicieux et les anomalies constatées dans ses papiers ont éveillé les soupçons des agents de contrôle qui ont tenu à  vérifier entièrement ses bagages. A l’issue d’une fouille, 126 tortues ont été découvertes dans les deux valises de l’individu. Les éléments de la Police de l’air et des frontières (Paf) d’Ivato ont immédiatement procédé à son arrestation.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Vol de motos a Ivato : quatre individus arrêtés

Les gendarmes ont appréhendé, la semaine dernière, les bandits qui ont écumé les quartiers d’ Ankadindravola et Ivato Aéroport. Parmi eux figurent une fille et un mineur. Les gendarmes ont également découvert plusieurs objets volés dans le repaire des bandits.

Lundi dernier, les éléments du poste avancé d’Ankadindravola Ivato ont été alertés au sujet d’un braquage survenu dans une maison du quartier. Intervenant à temps, avec des éléments du Groupe de sécurité et d’interventions spéciales (GSIS) à l’appui, les gendarmes ont intercepté deux individus, dont le mineur, à bord d’un scooter qu’ils venaient de voler. Les enquêtes menées ont permis de remonter à l’endroit où les voleurs ont caché leur butin. Lors d’une descente à l’endroit indiqué par les bandits, les gendarmes ont aperçu deux individus qui se sont enfuis du local. Néanmoins, ils ont réussi à mettre la main sur leur complice, une femme. A l’intérieur de la maison, les gendarmes ont découvert, entre autres, 6 volailles ainsi qu’une moto volée.

Soumis au feu roulant de questions, les suspects ont dénoncé le receleur qui a été arrêté le lendemain à Anosizato Atsinanana. Celui-ci achète les motos et les modifie avant de les revendre par la suite. Sur place, les gendarmes ont retrouvé 3 motos, un vélo, 4 fûts d’huile motrice et un groupe électrogène.

Après le défèrement des suspects vendredi dernier, deux d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt. Les deux autres ont bénéficié d’une liberté provisoire.

ATs.

 

News Mada0 partages

Routes nationales coupées : vers un retour à la normale

Le pont Mabey de 21 m linéaire d’Andranovorivato au PK439+500 sur la RN7 est opérationnel, depuis hier, entraînant l’ouverture à tous les véhicules de cette route nationale reliant Antananarivo à Toliara.

Le pont d’Amboasary sur la RN44 a également été rétabli, depuis dimanche, permettant ainsi la circulation de tous les véhicules et les camions de moins de 15T.

Les techniciens du ministère des Travaux publics travaillent d’arrache-pied afin de réhabiliter les infrastructures endommagées, comme c’est le cas à Mateloana au PK 47 et à Iandratsay au PK54 sur la RN34.

Comme le ministre des Travaux publics Eric Razafimandimby l’a promis en fin de semaine, la circulation est ouverte pour la plupart des routes nationales, dont la RN6, la RN2, la RN25, la RN32, au grand soulagement des usagers et des transporteurs. La coupure de ces routes a engendré une énorme perte pour les transporteurs à cause des transbordements.

Nadia

 

News Mada0 partages

Alaotra : la rupture de stocks écartée

Ni le récent passage du cyclone Ava ni la dégradation avancée de la RN44 n’auront d’impacts négatifs sur l’approvisionnement des consommateurs de la région Alaotra-Mangoro. La Direction régionale du commerce et de la consommation a déclaré avoir pris les dispositions nécessaires, hier.

Les stocks de produits de première nécessité (PPN) suffisent largement aux besoins de la population, d’après les déclarations du directeur régional du commerce et de la consommation d’Alaotra-Mangoro, Andriniaina Randriamiaramahefa, hier. Le service a déployé six agents chargés de l’évaluation des stocks, au niveau des grossistes et détaillants des 5 districts de la région, pour établir cette conclusion, a-t-il révélé. Des contrôles hebdomadaires ont été par la suite annoncés par le directeur régional pour maîtriser la situation en cette période propice aux différentes spéculations, particulièrement sur les marchandises d’utilisation courante.

Plus de 2.000 hectares de rizières sont encore sous les eaux actuellement dans la région, en plus des centaines de maisons d’habitation démolies par le cyclone Ava. La RN44 devient quasiment impraticable, enclavant la région, avec des ponts affaissés et de profonds bourbiers sur les routes.

Manou/Solo

 

News Mada0 partages

Diana : Nosy Be panse ses plaies

L’île touristique de Nosy Be subit les impacts négatifs des aléas climatiques. Les fortes pluies ont provoqué inondations et dégradations d’infrastructures routières dans la circonscription, obligeant la commune à faire les bouchées doubles à partir de ce mois.

Grand remue-ménage sur l’île de Nosy Be, marqué par le début des travaux d’aménagement et de réfection d’infrastructures routières depuis la semaine dernière. Le maire de Nosy Be, Aly Aboudou, a annoncé que l’axe Hell-Ville –Andilana inaugurera les travaux de réhabilitations prévus pour fluidifier le trafic routier sur l’île.

Des études sur le terrain ont d’ailleurs permis la priorisation dans la réalisation des travaux pris en charge par le service des travaux publics et une entreprise privée locale, selon ses explications. Le projet accuse un léger retard par rapport au calendrier établi puisque le début des travaux prévu le 2 janvier dernier n’a pu être respecté à cause du passage du cyclone Ava, d’après les explications de l’ingénieur de contrôle, Noelson Jean-Christophe Vanona. Les travaux se feront durant les jours ouvrables et des plots et balises les signaleront aux usagers pour leur éviter les désagréments pendant une durée de 60 jours.

Lutte contre l’inondation

Dans le second volet de ce projet, la commune urbaine de Nosy Be envisage une réduction considérable des inondations frappant plusieurs zones de sa circonscription. Le début des travaux d’assainissements et de réhabilitations des canaux d’évacuation pourra dépendre des procédures pouvant être assez longues dans quelques parties de l’île, selon les constatations de l’équipe communale descendue sur les lieux. Des dispositions particulières ont déjà été prises, avant la saison des pluies, en prévision du fléau qui a été atténué par ces stratégies mises en œuvre par la mairie, cette année.

Outre les travaux de curage des canaux d’évacuations dans les quartiers vulnérables, la commune a aussi mené des séances de sensibilisation sur la maintenance de ces infrastructures durant cette période. En collaboration avec le service de l’aménagement et des travaux publics, la mairie de Nosy Be est en train de résoudre actuellement le problème lié à l’existence d’une piscine privée construite sur un canal d’évacuation dans le fokontany de Madirokely.

Manou

L'express de Madagascar0 partages

Ikalamavony – Des bandits assiègent la ville

Munis de fusils d’assaut, une soixantaine de brigands ont investi le centre ville d’Ikalamavony dans une salve de coups de feu. Un enseignant a été abattu. 

Une vague de terreur a déferlé en plein chef lieu du district d’Ikalamavony dans la nuit de dimanche à lundi. Aux alentours de minuit, alors que la ville plongeait dans le sommeil, une soixantaine de bandits de grand chemin, munis d’armes de guerre et de fusils de chasse ont insufflé la terreur.Dans la pénombre totale, une salve de coups de feu a secoué les environs pendant plus d’une trentaine deminutes. En s’abattant sur la ville, les assaillants ont exécuté  dans sa propriété un enseignant du Collège d’Enseignement Général (CEG). Ce chef de famille et éleveur bovin a été tué d’une balle en plein front. Le projectile meurtrier s’est logé entre ses deux yeux. Une précision de tir redoutable, laissant croire que les têtes de ce régiment de la mort sont des bandits surentraînés, à moins d’avoir servi dans les forces légales ou suivi une formation de commandos.D’ailleurs, ils avaient dans leur arsenal de banditisme des Kalachnikov ainsi que des fusils d’assaut de la Manufacture Saint Étienne 1936 (Mas 36).Les constat effectué par la gendarmerie confirme cette effrayante  puissance de feu .  Des étuis provenant de pareilles armes ont été relevées sur les lieux du crime.

SurveillanceL’enseignant de collège a été abattu  pour son troupeau. Les voleurs  ont vidé deux enclos à bœufs pour  ensuite prendre la fuite avec leur butin.Les lieux du crime ont été littéralement assiégés. Fusils de chasse et armes de guerre à la main, la soixantaine de bandits ont pris position aux abords des portes des riverains, menaçant de faire feu à la moindre tentative de résistance. Avant l’invasion, ils ont fait parler la poudre dans un assourdissant vacarme de coups de semonces. Face à des dahalo surarmés, au sextuple de leur nombre, une dizaine d’éléments de la brigade territoriale de la gendarmerie d’Ikalamavony ont attendu le moment propice avant de braver la mort en lançant une riposte. Aux petites heures, des hommes conduits par l ‘officier de coordination  de la gendarmerie nationale à Ikalamavony, appuyés par des militaires de la 219ème compagnie, ont engagé une poursuite qui pour l’instant ne constitue qu’un  feu de paille. Les répondants de la contre-attaque militaire sont attendus.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Litige foncier – Trois-cent familles expulsées à Soavinandriana Itasy

Suite à une décision du tribunal, trois-cent familles seront incessamment expulsées. Un terrain de 569 ha vendu durant la deuxième République est la source du litige.

Dernier recours. Pour plus de trois-cent familles de villageois vivant sur le site d’Ampalaha, dans la commune de Soavinandriana Itasy, le coup de massue est tombé en décembre. Défaits devant la Cour de cassation, ils sont dans l’obligation de débarrasser le plancher laissant derrière eux leurs habitations, leurs activités économiques qu’est l’agriculture et même pour certains, les tombeaux familiaux.En cause, un litige qui daterait de la fin des années 90, selon les explications de Pierre Marcel Ramilijaona, représentant des villageois qui se sont regroupés au sein d’une association. Un ancien ministre de la deuxième République, selon ses explications « a acquis la propriété de 569 ha de terrain pour 10 millions de francs malgaches. Les terres cultivées par les villageois depuis plusieurs générations, mais aussi, les habitations et des tombes sont comprises dans ce domaine », affirme-t-il.Appartenant anciennement aux colons qui les auraient pris aux locaux, les droits sur le terrain ont été cédés à un étranger dans les années 60. Son activité tournant au ralenti, il aurait autorisé les locaux à revenir s’installer et cultiver la terre dans les années 70. Le propriétaire a, ensuite, vendu le domaine à l’ancien ministre, vers la fin des années 80.

ConciliationAprès une première tentative d’expulsion en 1989, l’acquéreur a intenté une action en justice contre neuf membres de l’association villageoise, en 2016. « La Justice pense probablement, que nous ne sommes que neuf personnes à s’opposer à lui, alors que des centaines de familles  vivant sur ces terres depuis les années 70, sont touchées », déplore Pierre Marcel Ramilijaona.Outre l’expulsion, la partie perdante devra s’acquitter d’une amende de trois millions d’ariary par hectare. Le certificat de constatation de mise en valeur favorable aux villageois, comme le confirme  Solofonirina Andrianaorina, maire de Soavinandriana Itasy, n’a visiblement, pas pesé. Selon l’ordonnance74-021, « tout propriétaire est tenu de mettre en exploitation, d’entretenir et d’utiliser les terres qu’il possède ».En son article 3, ce texte prévoit que « lorsqu’il sera établi qu’une propriété rurale d’une superficie supérieure à cinq hectares n’a pas été, depuis cinq ans au jour de la constatation, exploitée personnellement ou à leurs frais, soit par le propriétaire, soit par ses ayants droit, cette propriété sera transférée en toute propriété à l’État, quelle que soit sa consistance ». Sur les terres non-exploitées par ses propriétaires depuis vingt ans, le projet de loi sur la propriété foncière parle d’« abus de droit de propriété ».Un juriste de l’organisation « Sehatra iombonana ho an’ny fananantany » (SIF), concède que le fait que les colons aient cédé le droit de propriété du terrain à un tiers « complique l’affaire pour les villageois face aux textes en vigueur actuellement ». Il ajoute, toutefois, que « l’on est en droit de s’interroger sur comment une personne physique ait pu acquérir un terrain d’une telle superficie ? ».Selon les explications de Pierre Marcel Ramilijaona, « la procédure de constatation de mise en valeur a été lancée parallèlement à la plainte contre nous. Seulement, nous ne savons plus où est le dossier actuellement ». L’ordonnance précitée prévoit que, « le transfert à l’État des propriétés non exploitées est décidé (…) par décret pris en conseil des ministres pour (…) les terrains ruraux d’une superficie supérieure à cent hectares ». Les voies de recours étant épuisées, ils ont soulevé un pourvoi dans l’intérêt de la loi (PIL). Étant donné les enjeux sociaux, une conciliation étatique est requise.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Réunions des directeurs de cabinets – Eric Randrasana entre en fonction

Amélioration. C’est le maître mot d’Éric Randra­sana, tout nouveau directeur de cabinet civil de la présidence de la République qui a rencontré la presse, hier à Ambohitsorohitra. Un entretien avec la presse précédé d’une réunion avec tous les directeurs de cabinet du gouvernement. « Cette rencontre a un double objectif. Il s’agit de rappeler les rôles et attributions des directeurs de cabinet  ainsi que l’amélioration des méthodes de travail », a-t-il évoqué.En chef d’État major, il a convoqué une réunion avec ses homologues de l’exécutif, au vu des urgences qui prévalent. « (…) le président de la République a passé un contrat avec le peuple malgache. De plus, il faut rétablir au plus vite les séquelles du cyclone Ava. Ainsi, une nouvelle méthode de travail s’impose, notamment la coordination de toutes les actions du gouvernement », a-t-il martelé. D’après l’ancien conseiller économique de la présidence, une nouvelle méthode de travail s’impose. Il s’agit de la coordination des actions gouvernementales. « Il y a des acquis à capitaliser mais il faut améliorer les structures sur lesquelles le président de la République s’appuie pour le salut de la nation », a-t-il continué.Dans l’amélioration des méthodes de travail, la relation avec la presse a été abordée. Actuellement, les journalistes doivent se contenter des informations distillées concernant les activités de la Présidence. « Chacun assume ses responsabilités mais il est évident que, même si on a fait de grandes réalisations, elles ne sont rien si le public n’est pas informé. Ainsi, on a discuté de la relation avec la presse. Les relations avec la presse sont primordiales pour que la population soit au fait des actions du gouvernement et pour que les journalistes puissent avoir les informations à la source », rassure Eric Randrasana.

Andry Rialintsalama 

L'express de Madagascar0 partages

Université d’Antananarivo – Des étudiants blessent un militaire

Des manifestations ont eu lieu à Vontovorona et à Ankatso, hier. Les étu-diants ont perturbé l’ordre public pour réclamer leurs bourses d’études.

Violent. L’affronte-ment entre étudiants et éléments des forces de l’ordre a fini par blesser un élément des forces de l’ordre, au terminus à Ankatso, hier. Sur place pour assurer l’ordre public, lors de la manifestation des étudiants de l’université d’Antananarivo, descendus dans la rue, et qui ont ensuite lancé des pierres à l’encontre de tout le monde, ce blessé a reçu une pierre en pleine figure. Il a été conduit pour prendre des soins. À Ankatso, les éléments des forces de l’ordre, composés par les éléments des Forces d’intervention de la police (FIP) et des Forces d’Intervention de la gendarmerie Malagasy (FIGN), ont dispersé les manifestants par des bombes lacrymogènes. Mais leurs fumées étouffantes ne les ont pas poussés à faire marche arrière. Ils ont continué à lancer des pierres.À Vontovorona, les étudiants de l’École supérieure Polytechnique à Antanana-rivo, ont aussi manifesté. Ils ont bloqué la circulation sur la route reliant Fenoarivo et Vontovorona. « On nous a promis de sortir le calendrier de paiement des bourses d’étude, le 8 janvier. Cela n’a pas été honoré. Nous revendiquons la sortie de ce calendrier et le paiement des bourses de quatre mois », expliquent les étudiants.

Sorti du calendrierLa présidence de l’université d’Antananarivo, d’une part, et les présidents des associations des étudiants, d’autre part, ont fait une déclaration conjointe, après une réunion à huis clos à l’université d’Antananarivo à Ankatso. Le porte parole, Alain Andriamiandravola, directeur de cabinet de la présidence de l’université, a souligné que le calendrier de paiement des bourses d’études sera affiché au cours de cette semaine. Il a été précisé en outre, que le paiement doit se faire au prorata des mois d’études.Chaque année universitaire, le retard du paiement des bourses d’études engendre des manifestations violentes au sein des universités, tant à Antananarivo, qu’à Toamasina, ou encore à Fianarantsoa et Mahajanga. Le ministère de tutelle, l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ainsi que le ministère des Finances et du budget devraient trouver une solution pérenne pour éviter la répétition de ces manifestations violentes des étudiants qui perturbent, non seulement l’enseignement, mais également l’ordre public.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ateliers littéraire – Rakotoson enseigne l’écriture des romans

Un atelier sur le travail d’écriture s’est tenu à l’IKM à Antsahavola dans l’après midi du 13 janvier. Experte en la matière, Michèle Rakotoson est la mieux placée pour cet encadrement.

Tout le monde peut écrire un bon roman. Le travail d’écriture n’est pas forcément réservé aux hommes de lettres. Même un simple paysan peut s’avérer être un bon narrateur. Seulement, il faut lui apprendre les bonnes techniques pour mieux orienter son récit ». Ces propos de Michèle Rakotoson, écrivaine et journaliste, démontrent que l’art d’écrire est accessible à tous. Lors de l’atelier qui s’est tenu à l’IKM à Antsahavola dans l’après-midi du samedi 13 janvier, elle a partagé à la nouvelle génération ses précieuses expériences sur les procédés d’écriture.Explications schématiques sur l’état d’esprit de l’auteur, ses différents rapports avec son personnage principal et les différents rôles existant dans son roman, les enjeux qui existent entre la personnalité de l’auteur et celles des personnes qui figurent dans le livre à écrire, la différence entre l’écriture journalistique et un roman, le rôle et le travail de l’éditeur sont parmi les sujets que l’intervenante a abordé pendant la séance.Les secrets des best-sellers sur la forme de leurs œuvres littéraires ont été transmis aux sept personnes présentes pendant la deuxième séance de ce genre. Professeurs de langues étrangères, journalistes, et responsables de communication ont manifesté leur intérêt à cet atelier d’écriture. « J’adore écrire et j’ai quelques blocages pour arriver à coucher sur papier ce qui se passe dans ma tête. Cet atelier m’aide à voir plus clair et être plus pertinente dans mon récit », laisse entendre une jeune femme dans l’assistance.La première séance s’est tenue le 7 novembre 2017. La prochaine édition aura lieu le samedi 10 février à la même heure et au même endroit. L’atelier prend un rythme mensuel et se tiendra tous les deuxièmes samedis du mois. Il est ouvert à tout le monde sous une seule condition, adorer écrire. Cet atelier rentre dans le cadre de la mise en place d’une structure sur la politique nationale du livre.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Aéroport d’Ivato – Trois voleurs de carburant au parquet

Business dans le chantier. Trois individus, dont l’un pris en flagrant délit au nouvel aéroport en cours d’extension d’Ivato, ont été traduits devant le parquet du tribunal de première instance d’Anosy, hier. Le commandant de brigade de la gendarmerie locale a indiqué qu’un chauffeur d’engin impliqué dans cette affaire reste introuvable après l’arrestation de ses complices. Six bidons de vingt litres contenant du gasoil pris sur les pilleurs ont été confisqués par la gendarmerie. Au moins trois agents  de sécurité civils chargés de la surveillance permanente du site, pendant cette nuit-là ont été également auditionnés.« Le réservoir se trouve presque isolé à l’intérieur et on peut se demander comment un voleur arrive à se faufiler et puiser du carburant, puis le faire sortir à l’extérieur », s’est demandé une source proche de l’enquête. D’après un chef de chantier, ce n’est pas la première fois que ce type de vol est signalé depuis le début des travaux.Le trio a été présenté au juge d’instruction, hier soir. Le résultat de leur comparution sera alors connu ce jour. Tous les trois suspects ont reconnu leurs actes.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar0 partages

Industries – Quid des industries motrices ?

La récente loi sur le développement industriel de Madagascar devrait propulser les industries existantes, ainsi que la création de nouvelles industries. Les dispositions fiscales allant jusqu’à vingt ans, de même que la reconsidération du poids pesant des formes de concurrence déloyale dans le pays en sont, entre autres, des bons points à prendre en compte. Selon les explications de Mamololona Ramarokoto, économiste, c’est toute la population malgache en général qui doit sérieusement travailler et se lancer dans la production.D’après ses explications, au-delà de dix millions d’habitants, l’automatisation, par exemple, est incontournable alors que jusqu’ici, nous faisions face à une très faible part de l’industrie dans la production intérieure brute. «Booster le secteur secondaire s’avère alors comme une priorité pour développer notre économie» précise l’interlocutrice, qui plus, est secrétaire générale du CREM (Centre  de réflexion des Économistes de Madagascar). Une bonne politique en matière de relance de la production locale et sur le volume d’exportation, peut en effet aider le pays à avoir une balance commerciale positive.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – La commune dotée d’un camion-benne

Grâce au partenariat d’entreprises privées, le service de la voirie a pu agrandir son parc automobile. Le ramassage des ordures en bénéficiera.

L’enlèvement des ordures ménagères dans la ville de Mahajanga ne sera plus affecté par l’insuffisance d’engins. Le service de la voirie de la commune urbaine vient d’acquérir un nouveau camion-benne, d’une valeur de 15 000 euros. Il a été présenté, hier, lors de la cérémonie de levée de drapeau à Analakely.«C’est le fruit de la coopération avec trois grandes entreprises basées à Madagascar. Elles ont cotisé à hauteur de 5 000 euros chacune pourl’offrir à la commune de Mahajanga. Comme la gestion de la cité des Fleurs est transparente, nous avons gagné la confiance de ces partenaires pour bénéficier de cette aide afin de sortir des difficultés rencontrées dans le ramassage des ordures », explique Mokhtar Andriantomanga.Chaque jour, en période normale, trente tonnes de déchets sont enlevés dans la ville de Mahajanga et depuis le mois de décembre, le volume a augmenté à quarante cinq ou cinquante tonnes. L’insuffisance des camions a provoqué le débordement des bacs à ordures ces derniers temps, dans certains points de la ville. L’état du matériel roulant au niveau du service de la voirie est catastrophique.

Cinq bacs«Trois camions-bennes sont à terre à cause d’actes de vandalisme perpétrés depuis 2015, année où j’ai accédé à mon poste. Nous n’avons qu’un seul véhicule pour décharger les ordures. Mais on attend encore deux autres nouveaux camions-bennes au mois de février », assure le premier magistrat de la ville.Celui-ci a ajouté que la préfecture de Mahajanga a mis à la disposition de la commune, depuis l’année passée, cinq camions. Actuellement, le service de la voirie a trente-trois points de collecte et cinq bacs à ordures de plus. « Nous pourrons ainsi mettre en place un bac dans chaque fokontany, distancé de 500m », indique-t-il.Notons que la présentation des vœux au maire et au président du Conseil municipal a précédé la levée de drapeau, hier matin. Le maire a exhorté tout le monde à faire preuve de plus de dynamisme, d’efficacité et de conscience dans l’accomplissement du travail.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Météorologie – Berguitta éviterait Madagascar

Faible risque. La menace pour les habitants du Sud-Est de l’île, quant au passage de Berguitta dans le bassin du Sud-Ouest de l’océan Indien, a nettement diminué. Cette forte tempête tropicale (ndlr : hier à 15 heures), ne toucherait pas terre et ne ferait que passer au large de la Grande île, selon la situation météorologique du bulletin flash envoyé par le Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (Bngrc). « Ni Berguitta ni la formation d’un cyclone dans le Nord du canal de Mozambique n’auront d’impact sur le temps à Madagascar », indique Rivo Randrianarison, chef prévisionniste au service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby, hier.Ce cyclogenèse dans le canal de Mozambique est prévu s’intensifier et entrer au Mozambique. Berguitta est également prévu s’intensifier en un cyclone tropical.Le régime d’alizé influencera le temps à Madagascar. Le temps nuageux persisterait dans les trois jours à venir sur les hautes terres centrales, et des crachins seraient, en outre, attendus.Au Nord de l’île, une vigilance fortes pluies est lancée, à cause d’une zone de convergence intertropicale (ZCIT). Des cumules de précipitations entre 150 à 330 mm sont prévus dans le district de Nosy Be, Ambilobe, Ambanja et Analalava, du 15 janvier au 22 janvier.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Manuels scolaires – Les partenaires font confiance à ECOPRIM

ECOPRIM, une société d’imprimerie, est devenue une référence pour les partenaires locaux et internationaux. Elle vient d’imprimer un million sept cent mille manuels scolaires et cent mille guides enseignants pour toutes les écoles primaires publiques (EPP) à Madagascar, en partenariat avec le Projet d’Appui d’Urgence à l’Éducation pour Tous (PAUET) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef).Ces livres comportent des mentions « Tsy azo amidy », un code école, une page secrète, mais aussi un numéro vert. « C’est pour mieux sécuriser et superviser ces manuels et guides. Tout le monde peut appeler ce numéro pour dénoncer la vente de ces manuels », précise Serge Thierry Tsitoara, directeur de la Technologie de la communication et de l’information (DTIC) auprès du ministère de l’Éducation nationale. Il rappelle la vente illégale des manuels scolaires, en 2016, où des arrestations ont eu lieu du côté de Mahamasina, l’année dernière. « Il ne sera plus difficile de mettre la main sur l’auteur du vol, maintenant. Chaque livre comporte les marques et le cachet personnalisé de chaque établissement. Si, par hasard, ces nouveaux livres étaient vendus, on saurait tout de suite d’où ils proviennent. Chaque établissement sera, en outre, doté d’un livret qui facilitera la gestion de tous les livres», précise Serge Thierry Tsitoara.Ces manuels, appelés « Kajy Mampisaina » devront améliorer la maîtrise du calcul au niveau primaire. Une source auprès du ministère indique que des réajustements ont été effectués pour les classes T1 et T2. « Les élèves sont amenés à l’analyse », indique-t-elle.Les responsables hiérarchiques, auprès du ministère, de la direction régionale aux établissements scolaires, ont été déjà formés sur la répartition de ces manuels qui s’effectuera prochainement. Un manuel sera réparti pour deux élèves et un guide enseignant par section.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Commune urbaine Antsirabe – Les responsables des fokontany indemnisés

Afin de motiver les chefs de fokontany et leurs adjoints, la commune urbaine d’Antsirabe, après délibération des membres du conseil municipal, a  commencé à  réaliser son projet de donner un appui aux premiers responsables des fokontany depuis le début de l’année 2017. Les responsables de la ville a profité de la cérémonie de présentation de vœux du nouvel an pour régulariser le paiement des indemnités qui sont respectivement  de 30 000 ariary par mois pour chacun des soixante chefs de fokontany et de 15 000 ariary pour leurs adjoints respectifs.L’objectif de cet effort municipal est double. D’abord, compenser la petite somme d’indemnités octroyée par l’État  et dont le paiement connaît encore un retard de douze mois pour les soixante fokontany qui forment la commune urbaine d’Antsirabe ; ensuite, motiver ces derniers à bien réaliser leur travail qui est, selon le maire Paul Razanakolona, la base du développement de la commune. « En tant que responsable des fokontany, la commune a le devoir de veiller sur leurs responsables, surtout en ce début d’année dénommé période de soudure », souligne-t-il. Il a profité de l’occasion pour solliciter les chefs de fokontany pour sensibiliser les habitants sur la régularisation de leurs impôts et pour effectuer des travaux d’assainissement dans les quartiers, au moins une fois par mois.Outre les questions financières, le premier magistrat de la ville d’Antsirabe a également annoncé la réhabilitation de 22 km de route en état pitoyable au sein de la commune.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Visite présidentielle

Sauf changement, Ram Nath Kovind, président de l’Inde, sera en visite officielle à Madagascar. C’est, notamment, ce qui est ressorti de la rencontre entre une délégation issue du ministère de la Défense et de la marine indienne, avec Henry Rabary-Njaka, ministre des Affaires étrangères, à son bureau à Anosy, hier. La visite de la délégation indienne entre, par ailleurs, dans le cadre de l’élargis­sement du champ de coopération bilatérale entre les deux pays dans le domaine de la sécurité maritime.

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Rolf et Imiangaly jouent avec beaucoup d’énergie à Isoraka

L'express de Madagascar0 partages

Divers objets pour exorciser les Sept jours

Dans sa présentation du Manuscrit de l’Ombiasy  (inclus dans les « Manuscrits hova de la Bibliothèque Grandidier, 1864-1870), Lucile Rabearimanana en donne quelques extraits dans différents numéros de la Revue historique Omaly sy Anio de l’Université. Dans le n°10 notamment, elle évoque les coutumes concernant les Douze destins (signes astrologiques) et les Sept jours qui ont tous quelque chose à exorciser.Comme  pour les Destins, divers objets, les uns sans valeur et les autres importants, sont indispensables pour exorciser les Sept jours. Pour Alahady (dimanche), il faut du « voamasomaro » (sorte d’arbre), du « sahatsosotra » (espèce de fougère) et un travail non terminé.Pour Alatsinainy (lundi) : assiette en terre enduite de graphite, « voanamaro Alahasaty » soit ce qui est nécessaire pour le signe Alahasaty (Lion), charbon de terre.Pour Talata (mardi) : terre prélevée là où le talus d’une fosse s’est éboulé, trou pratiqué dans les digues pour le passage de l’eau, terrain sur le point de s’ébouler, vannerie inachevée.Pour Alarobia (mercredi) : morceau de bois au-dessus de la porte du village, aloès mâle, eau d’une rivière navigable.Pour Alakamisy (jeudi) : roseau, arbuste dont le fruit est acide.Pour Zoma (vendredi) : carapace d’écrevisse, arbuste.Pour Sabotsy (samedi) : feu d’écorce de nato (écorce qui sert à fabriquer de la teinture rouge), haut de la hampe d’une sagaie, « songosongo »  (arbuste euphorbiacée) et « voampoa » (arbuste solanum indicum).Les Malgaches croient en l’astrologie et pour eux, l’action des astres s’exerce sur les hommes dès l’instant où ils naissent, « fixant irrévocablement leur destinée ». Pour conjurer ce qui est malfaisant dans son destin, c’est le Mpanandro, l’astrologue, qui dirige l’opération. «Il considère que les jours néfastes correspondent au commencement de chaque destin majeur ou mineur, tandis que les jours fastes sont révélés par la fin de ces mêmes destins » (Les Tantara ny Andriana eto Madagascar, R.P. Callet). Si l’enfant naît sous les 1er, 2e et 3e jour d’Asorotany (Cancer) ou les 1er et 2e jour d’Alakarabo (Scorpion) par exemple, on écarte le mauvais sort car son destin est redoutableSelon Cousins et Grandidier, chez les Merina, les enfants sont « triés »  dès leur naissance, sinon ils seraient rebelles au roi et à leurs supérieurs, et dangereux pour leurs parents. Callet rapporte que les enfants nés durant les jours dits « mafy » d’Alakarabo et d’Asorotany doivent être noyés dès leur naissance. Ou bien on les expose à la porte d’entrée du parc à bétail. Ou encore on leur assène des coups avec le récipient en bois qui sert à vanner le riz.D’après l’Ombiasy, on recourt aussi à l’exorcisme et aux sacrifices propitiatoires avant d’entreprendre quelque chose d’important. Par exemple, lorsqu’on inaugure un village, une maison, ou que l’on va se marier… Et ce, suivant ce qu’on veut entreprendre, dont on veut conjurer le destin, et à propos duquel on veut faire des offrandes.Les jours de malheur pendant lesquels nul ne commence une entreprise, sont par exemple le 5e jour de chaque nouvelle lune. Pour le mois d’Alakaosy (Sagittaire), par exemple, c’est ce jour-là que se tient la fête commune à tous les « sampy » (fétiches) populaires. Autre exemple : à la nouvelle lune d’Alohotsy, tout le monde « s’abstient » de tout et de rien, car on appelle aussi ce mois le « destin de l’abstinence ». Et d’après Grandidier, les Merina jeûnent tout le mois d’Alohotsy (Poissons) jusqu’au Fandroana (Bain royal) afin de pouvoir célébrer dignement ce grand jour.Cette pratique a pour but d’écarter les mauvais sorts que son destin fait peser sur l’enfant. C’est l’astrologue qui détermine l’objet ou les objets grâce auxquels les mauvais sorts pourront être détournés. Dans certaines circonstances, en particulier pour une personne gravement malade, on consulte le « sikidy » qui règle quantité de points de détail (A. Dandouau).

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Tennis de table – Trente-et-un présélectionnés pour seize places

La liste des présélectionnés publiée. Le test de sélection effectué par la direction technique de la Fédération malgache de tennis de table (FMTT) qui s’est déroulé ce samedi au petit palais à Mahamasina a réuni quarante-trois prétendants. Ces participants viennent de quatre ligues, à savoir Analamanga, Alaotra mangoro, Haute Matsiatra et Atsinanana. Treize pongistes dans la catégorie des moins de 17 ans dont sept garçons et six filles sont retenus pour suivre la préparation pour les Jeux de la CJSOI (Commission de la jeunesse et des sports de l’océan Indien). La version 2017 des Jeux des Iles pour les jeunes se tiendra cette année à Djibouti du 20 au 28 avril. Une autre sélection qui sera cette fois définitive déterminera les huit raquettes, quatre garçons et quatre filles, porte-fanions du pays à Djibouti. Quant à la sélection des bénéficiaires du stage en Chine, dix-huit ont été présélectionnés ce week-end dont douze joueurs et six joueuses, tous dans la catégorie des moins de 25 ans.Le stage de haut niveau en terre chinoise est programmé du début avril jusqu’à fin juillet. « Les présélectionnés pour les Jeux de la CJSOI intègreront la nouvelle année scolaire de sport-étude à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha, normalement à partir du début février. Puis ils suivront le regroupement avec les membres de l’équipe nationale pour le stage en Chine sous l’encadrement d’un expert chinois à partir du début mars  » a confié le directeur technique national de la fédération, Tahiry Rakotoarisoa. « Au terme de ce regroupement, cet expert chinois effectuera avec les techniciens malgaches, fin mars, la sélection finale de ceux qui feront le voyage en terre chinoise » a ajouté le premier responsable technique de la FMTT. Seuls, seize joueurs, dix hommes et six dames constitueront la liste définitive des stagiaires. Les présélectionnés sont pour le moment à ossature du club Gecko sport Alaotra Mangoro. Quatorze pongistes de Moramanga sont retenus dans la présélection dont six pour les Jeux de Djibouti et huit pour le stage en Chine.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Un épicier charcuté

Un braquage à main armée s’est produit à Manongarivo, commune rurale de Manerinerina, district d’Ambato-Boeny, samedi vers 23 heures. Quatre bandits ont fait intrusion dans une épicerie et ont poignardé le propriétaire, tandis que sa femme a pu s’enfuir et alerter les voisins. Ces deniers n’ont pas osé sortir. La victime est décédée sur le coup.

L'express de Madagascar0 partages

Criminels fantômes

La gendarmerie a relancé un avis de recherche contre le pasteur Marc Tatandraza, auteur de viols contre mineurs et kidnapping. Un premier avis a été lancé en 2017 mais le pasteur nargue les forces de l’ordre entre un enterrement en bonne et due forme et une résurrection qui n’a rien à envier à celle du king de Nazareth. Une histoire qui anime et irrite les réseaux sociaux. L’indignation est générale face aux provocations de l’énergumène qui annonce sa candidature à la présidentielle à son « reveil ».Cela fait donc un an que la gendarmerie court derrière ce pasteur pas comme les autres. « Il est introuvable » peut-on lire sur la page Facebook de la gendarmerie nationale qui fait appel à la collaboration des particuliers et qui essuie des commentaires défavorables par rapport à cette inefficacité.On reproche à la gendarmerie son inertie et son manque de volonté évident pour mettre la main sur ce perturbateur de l’ordre public. Autant la gendarmerie est peu encline à mettre hors d’état de nuire des criminels de cette espèce, autant elle fait preuve d’une célérité exemplaire pour identifier et neutraliser les auteurs d’insolence et de manque de respect envers le Président sur les réseaux sociaux.Pour le moment, le pasteur Marc Tatandraza n’a pas à s’inquiéter. Les forces de l’ordre semblent avoir d’autres chats à fouetter pour s’attarder sur son cas. Il n’est d’ailleurs pas le seul criminel fantôme à jouir d’une relative liberté. Le colonel Lylison, contre qui un mandat d’arrêt a été émis, reste également introuvable depuis presque deux ans, tout en restant bel et bien à Madagascar où on peut bien s’évader d’une prison au nez et a la barbe des agents pénitentiaires et quitter le pays à bord d’une barque.On se demande combien de jours les forces de l’ordre vont mettre pour arrêter Ravalomanana condamné à la prison à perpétuité pour la crise de 2009. Un dur retour de manivelle pour celui qui a condamné Ratsiraka, Pierrot Rajaonarivelo, Tantely Andrianarivo et bien d’autres, lors de la crise de 2002. À l’époque, les forces de l’ordre avaient fini par arrêter le Général Andrianafidisoa et Pety Rakotoniaina objets d’un mandat d’arrêt et qui avaient réussi à semer la gendarmerie et la police pendant quelques semaines avant de se faire coincer. Autrement dit on ne peut pas se soustraire indéfiniment aux forces de l’ordre tant qu’on se trouve à l’intérieur du pays. Du moins quand les forces de l’ordre veulent bien s’y mettre. Ce qui n’est pas le cas concernant certains criminels fantômes qui continuent à circuler presque librement. On ignore pour quelle raison. Quand on voit les moyens mis par le pasteur Tatandraza pour réaliser son film et sa communication, on peut avoir un début d’explication sur sa capacité à se faufiler entre les mailles du filet des forces de l’ordre. En tout cas la liberté prise par le pasteur illustre la dégénérescence de l’autorité de l’État et la faillite de l’Église. Tout le monde fait ce qui lui plaît sans risquer quoi que ce soit, même en jouant au blasphème.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Manif des étudiants – La tête du président de l’Université réclamée

Les résultats du Conseil de discipline des soixante cinq étudiants de l’université de Mahajanga, du 4 au 8 décembre, sont effectifs. Ainsi, 62% d’entre eux sont sursitaires, tandis que 32% ont écopé d’une suspension ferme. Autrement dit, interdiction d’inscription et d’examen à l’université de Mahajanga durant un à trois ans.Le reste, soit 6%, a été acquitté. Seuls quatre étudiants sur les soixante cinq qui devaient comparaître lors de ce Conseil de discipline, étaient présents. Chaque étudiant a reçu par lettre recommandée les résultats. Mais les étudiants du BDEUM rejettent catégoriquement ces résultats. « Nous les refusons car nous ne sommes pas les instigateurs de cette perturbation. Nous exigeons de réintégrer nos chambres car nous n’avons aucun toit en cette période de pluie. Nous réclamons aussi la démission du président de l’Université de Mahajanga car c’est la seule solution à ce problème », clament-ils.L’association des parents des étudiants partage cet avis et exige également le départ du Pr  Emmanuel Rakotoarivony Andrianony. «Les cités sont encore en pleine réhabilitation et une commission se charge de la répartition des logements. La semaine passée, ces étudiants ont engagé un huissier à leurs propres frais pour desceller les portes des dortoirs. C’est illégal. On ne tolère pas ce genre d’infraction », explique le président de l’Université.Les membres du corps enseignant et du personnel administratif et technique rejettent la revendication des étudiants et de leurs parents. «Nous rappelons que le président est élu par le personnel administratif et technique ainsi que les enseignants de l’université de Mahajanga. Nous sommes contre toute intention de le limoger. De plus, nous rejetons toute intervention politique pour expulser le président », soutiennent-ils, lors d’un point de presse.Le Pr Emmanuel Rakotoarivony est lui aussi resté fermé. « Je ne démissionnerai pas tant que mon employeur, le ministère de l’Enseignement supérieur, ne me l’aura pas demandé.»

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Rencontres CENI-chefs de partis

À partir d’aujourd’hui et pendant les trois prochains jours, maître Hery Rakotomanana, président de la Com­mission électorale nationale indépendante (CENI), rencontrera les chefs de partis politiques et les person­nalités politiques clés. Une rencontre avec les organisations de la société civile (OSC), au sein du réseau est aussi, au programme de la dernière journée. La signature d’une conven­tion de parte­nariat dans le cadre du renforce­ment de l’éducation et de la sensibilisation des électeurs sera faite avec les OSC.

L'express de Madagascar0 partages

Analamanga Rugby – Élection – Trois candidats en course à la présidence

La commission électorale régionale (CER), mise en place par le Malagasy Rugby est à pied d’œuvre. Cette commission a pour mission d’organiser l’élection présidentielle d’Analamanga Rugby. Ses membres ont publié hier le niom des candidats qui ont déposé à temps leurs dossiers. Le dépôt de candidature a été bouclé ce dimanche 14 janvier au siège du Malagasy Rugby. Ils seront trois en course pour l’élection à la présidence de la ligue d’Analamanga. Le président du club AFA Ankazomanga, Norbert Arnès Razafiarivelo, déjà candidat à la présidence de la fédération il y a quelques années était le premier à déposer sa candidature. Les deux autres prétendants sont Rija Solofoniaina Randrianarisoa, ancien président du club FTAM et Olivier Philippe Herisoa du club Mangart Manjakaray. Ces candidats auront deux semaines, du 15 janvier au 30 janvier pour effectuer leur propagande. Le jour du scrutin est prévu pour le 31 janvier au siège du Comité Olympique malgache.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Une dizaine de blessés

Un taxi-brousse en provenance de Mahajanga a fait une sortie de route au nord d’Ankazobe, selon la gendarmerie. Un défaut mécanique est à l’origine du drame, d’après les explications du chauffeur. Les passagers blessés ont été transbordés sur un autre véhicule pour rejoindre les services d’urgence de l’hôpital.

L'express de Madagascar0 partages

15 milliards ariary  de perte.   

Les infrastructures de la Jirama dans la région Atsinanana ont subi d’énormes dégâts lors du passage du cyclone Ava, le 5 janvier. Selon Henri Randriamanana, directeur général adjoint de la Jirama, la première évaluation de la société fait état d’une perte de 15 milliards ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Dettes de Madagascar

La dette du gouvernement de Madagascar, à la fin décembre 2017 est à 40% du PIB. Soit une estimation de 14,296 milliards ariary. La dette extérieure constitue 76% du portefeuille de la dette publique. Les risques de refinancement et les risques de taux d’intérêts proviennent de la dette intérieure composée de bons du Trésor par adjudication (BTA) à court terme et à taux élevé.

L'express de Madagascar0 partages

Acheteurs de Tourma­line agressés

Deux acheteurs de rubellite ont été agressés lundi vers 11h, à Andriamampandry-Vinaninkarena, district d’Antsirabe, par quatre bandits munis d’armes blanches. Ils ont été grave­ment touchés. Un motard les accompagnant s’est fait arrêter par la gendarmerie de Manandona. Les malfaiteurs sont toujours en cavale.

L'express de Madagascar0 partages

L’allègement exceptionnel prolongé

La direction générale des impôts a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier les dispositions exceptionnelles d’allègement fiscal. Pour toutes créations d’entreprises, autres que les transporteurs, les nouveaux contribuables bénéficient du paiement du minimum de perception de l’impôt synthétique à 16 000 ariary.

Midi Madagasikara0 partages

Mananjary : Jiolahy namono nahafaty ankizivavy 13 taona, matin’ny fitsaram-bahoaka

Nitrangana fitsaram-bahoaka indray, tany amin’ny Distrikan’i Mananjary, Faritra Vatovavy Fitovinany, ny zoma teo. Jiolahy iray voalaza fa malaza ratsy amin’ny fanafihana mitam-piadiana no tra-tehaky ny Fokonolona tao Andranomborodolo any amin’ny Kaominina ambanivohitry Tsiatosika, ny 12 janoary teo, ka maty tsy tra-drano niharan’ny fitsaram-bahoaka. Araka ny tati-baovao voaray avy any an-toerana, dia jiolahy dimy tsy nisaron-tava nanafika mpivarotra iray, tao amin’ny Fokontany Anivorano, Kaominina ambanivohitry Tsiatosika hatrany, ny alin’ny 27 desambra lasa teo, ka norobain’ny olon-dratsy tamin’izany ny vola iray tapitrisa Ariary niampy entam-barotra maromaro zakan’ ireo malaso. Maty tsy tra-drano novonoin’ireo jiolahy ihany koa ny zazavavy iray zanak’ity mpandraharaha voatafika. Fantapantatr’ izy mivady anefa ny iray tamin’ireto dahalo, satria mpividy entana ao amin’izy ireo ihany, ka nanomboka teo ny fikarohana ny nahavanon-doza. Raha ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana mandray an-tànana ny raharaha, dia mbola mitohy ny fikarohana an’ireo efa-dahy nandositra naman’ity jiolahy namoy ny ainy ity.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Mirongatra ny tsy fandriampahelamana

Tamin’ny alarobia lasa teo, dia sahotaka tanteraka tany an-toerana. Tao amin’ny fokontany  iray antsoina hoe Antsakoamamy, Kaominina Maevatanàna faharoa, no nisehoan’ity, tokony ho tamin’ny 9 ora sy sasany alina, no tonga tao ny jiolahy efatra. Nitondra basim-borona iray ary tena nampiasainy izany nadritra ny fanafihana. Omby tao am-bala no saika lasan’izy ireo tamin’izany, soa ihany fa nalaky mailo ny mponina teo an-tanàna. Nanao tifi-danitra avy hatrany moa ireo malaso, rehefa fantany fa hanohitra azy ireo ny fokonolona. Vaky nandositra izy ireo ary nianandrefana ny dian’ireo mpangalatra. Nidina tany an-toerana malaky ny polisim-pirenena avy eto Maevatanàna, nanao ny fanarahan-dia sy nanao ny famotorana ary hanao ny fikarohana ireo jiolahy. Mirongatra tanteraka ny asan-dahalo any an-toerana, raha ny fanazavan’ireo fokonolona, fanindroany no tonga tamin’ny Alarobia teo, tanatin’ny volana janoary monja izay. Raha ny fangatahan’ny mponina any Antsakoamamy, dia mety kokoa amin’izy ireo raha ny miaramila «DAS» no haverina miasa any mba hiverenan’ny fandriampahalemana.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

BEPC : Inscriptions jusqu’au 15 mars

Les collégiens auront deux mois à compter d’hier jusqu’au 15 mars prochain pour finaliser et valider leur inscription au Brevet d’Etudes du Premier cycle pour cette année 2018. Le BEPC se tiendra pour cette année du lundi 20 août au jeudi 23 août pour tous les collégiens, désireux d’intégrer le second cycle. Les concernés ont intérêt à finaliser leurs inscriptions dans les temps, pour pouvoir mieux se consacrer au vif du sujet durant les cinq mois qui suivront l’échéance.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Malaimbady : Mpanao “kidnapping” miisa 6 maty voatifitra, 7 hafa azo sambo-belona

Noho ny ezaky ny Zandary mampandry fahalemana any Malaimbandy, Distrikan’i Mahabo izay notarihin’ny komandà Nadezy, avy ao amin’ny Cirgn Toliara, dia jiolahy rain-dahiny miisa fito malaza ratsy sy ikoizana amin’ny fanaovana “kidnapping” sy fanafihana mitam-piadiana mahery vaika amin’iny faritra iny no azo sambo-belona. Dahalo enina hafa kosa maty voatifitry ny mpitandro filaminana. Araka ny tati-baovao voaray, dia ny sabotsy teo no natolotra ny Fitsarana ambaratonga voalohany tao Morondava ireto mpaka takalonaina an-keriny tra-tehaka.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Cyclones : Après Ava et Berguitta, un autre en formation

Ni Berguitta, ni l’autre système dépressionnaire en formation ne toucheront Madagascar.

Alors que Berguitta- qui ne touchera pas Madagascar- était localisé à 1445 km à l’Est et de Toamasina hier, un autre système dépressionnaire était déjà en formation dans le Canal de Mozambique.

Besalampy. Les prévisions météorologiques avancent également que ce nouveau système dépressionnaire aura peu, sinon pas du tout d’impacts sur la Grande Ile. Il était localisé à 362 km au Nord-Ouest de Besalampy, hier. Susceptible, selon les prévisions toujours, de s’intensifier, il se déplace vers l’Ouest et atteindra le Mozambique. Traumatisée par les stigmates d’Ava, la population est paniquée, à juste titre, à l’idée que d’autres cyclones puissent frapper encore Madagascar. Heureusement, la Météo prévoit, provisoirement, le contraire.

Rappel. Notons à titre de rappel, que Berguitta, devenue forte tempête tropicale était localisée  hier (vers 11h du matin) à 1445 km à l’Est de Toamasina, avec ses rafales de 155km/h, elle se dirige pour deux jours vers l’Ouest et est prévue s’intensifier en cyclone tropical. Même si elle ne passera pas par le pays, elle impactera toutefois sur le climat, des averses orageuses sont prévues, notamment dans le Nord-ouest, le Sud-ouest, l’Est et le Sud-est.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Maroantsetra : Tovolahy gadralava tra-tehaka nangalatra gisa sy kiraro, saika nodoran’ny Fokonolona velona

Tovolahy iray sahabo 25 taona eo, izay tra-tehaka nangalatra gisa sy kiraro no naratra mafy saika matin’ny hatezeram-bahoaka, tao amin’ny Fokontany Ankiakandrefana, Kaominina ambanivohitry Ambinagnintelo, any amin’ny Distrikan’i Maroantsetra, ny asabotsy antoandro teo. Araka ny tati-baovao voaray, dia saika nodoran’ny Fokonolona velona ity mpangalatra voasambotra, satria leomboan’anana amin’ny asa ratsy ataon’ ity tovolahy gadralava tsy mety fay, ikoizana amin’ny halatra sy vaky trano ity ny mponina teo an-tanàna. Raha vao tra-tehaka izy, dia niharan’ny fitsaram-bahoaka avy hatrany, ary saika matin’ny vono, raha tsy nalaky tonga ny mpitandro filaminana nanavotra ny ainy sy nitondra an’ity jiolahy tany amin’ny birao natao famotorana.

Eric Manitrisa